Vue d'ensemble. Investir dans la contraception et la santé maternelle et néonatale, 2017

Publication date: 2017

■■ En 2017, 1,6 milliard de femmes en âge de procréer (15 à 49 ans) vivent dans les régions en développement. Environ la moitié d’entre elles (885 mil- lions) désirent éviter une grossesse. Trois quarts environ des femmes de ce sous-groupe (671 millions) pratiquent la contraception moderne (Figure 1). ■■ Cela dit, 214 millions de femmes en âge de procréer qui vivent dans les régions en développement et désirent éviter une grossesse ne pratiquent aucune méthode de contraception moderne. Ce nombre comprend 155 millions de femmes sans méthode de contraception aucune et 59 millions pratiquant une méthode traditionnelle. Ces femmes sont considérées pré- senter des besoins non satisfaits de contraception moderne. Leur nombre est en baisse, par rapport à 225 millions en 2014, sous l’effet d’une hausse de la pratique contraceptive moderne. ■■ La proportion de femmes qui pré- sentent des besoins non satisfaits de contraception moderne est la plus élevée en Afrique subsaharienne (21%); alors qu’en nombre absolu (70 millions), ces femmes vivent prin- cipalement en Asie du Sud. Ensemble, l’Afrique subsaharienne et l’Asie du Sud représentent 39% de la tota- lité des femmes des régions en déve- loppement qui désirent éviter une grossesse et 57% de celles qui pré- sentent des besoins non satisfaits de contraception moderne. ■■ Parmi les 206 millions de grossesses estimées pour 2017 dans les régions en développement, 43% ne sont pas planifiées (elles surviennent trop tôt ou ne sont pas désirées du tout). ■■ Les femmes qui présentent des besoins non satisfaits de contraception moderne représentent 84% de l’en- semble des grossesses non planifiées dans les régions en développement (Figure 2). Les femmes qui ne pra- tiquent aucune méthode de contracep- tion représentent 74% des grossesses non planifiées et celles qui en pra- tiquent une traditionnelle, 10%. ■■ Parmi les 127 millions de femmes qui accouchent chaque année dans les régions en développement, beaucoup ne bénéficient pas de soins de santé maternelle et néonatale essentiels. Globalement, 61% à peine bénéficient d’un minimum de quatre consulta- tions prénatales et 73% accouchent en milieu médicalisé (Figure 3). ■■ Les soins de santé maternelle et néo- natale varient largement d’une région à l’autre. Par exemple, 56% seulement des femmes qui accouchent en Afrique le font en établissement de santé, par rapport à 91% en Amérique latine et aux Caraïbes. VUE D’ENSEMBLE: Investir dans la contraception et la santé maternelle et néonatale, 2017 FICHE D’INFORMATION Ce document présente les estimations 2017 des besoins de contraception et de soins de santé maternelle et néonatale des femmes des régions en développement, les écarts critiques de couverture de services et les coûts et avantages que représenterait la pleine satisfaction de ces besoins. 155 1 600 millions de femmes en âge de procréer, 2017 214 millions de femmes ayant des besoins non satisfaits 59 671 714 Besoins non satisfaits (aucune méthode) Besoins non satisfaits (méthode traditionnelle) Méthode moderne* Pas de besoin de méthode moderne† FIGURE 1: BESOINS CONTRACEPTIFS ET PRATIQUE Dans les régions en développement, 214 millions de femmes désirent éviter une grossesse mais ne pratiquent pas la contraception moderne. *Les méthodes de contraception moderne comprennent la stérilisation féminine et masculine, les méthodes hormonales, le stérilet, le préservatif masculin et féminin, les méthodes modernes basées sur la conscience de la fécondité, la méthode de l’aménorrhée lactationnelle, la contraception d’urgence et les autres méthodes d’approvisionnement. †Comprend les femmes célibataires sans activité sexuelle, stériles, qui désirent un enfant dans les deux prochaines années ou enceintes/post-partum d’une grossesse planifiée. ■■ Les différences entre les pays, en matière de contraception et de soins de santé maternelle et néo- natale, suivent les lignes de démarcation économiques. La proportion des femmes âgées de 15 à 49 ans dont les besoins de planifica- tion familiale sont satis- faits par la contraception moderne est la plus faible (49%) dans les pays à faible revenu, par rapport à 69% dans ceux à revenu inter- médiaire inférieur et 86% dans ceux à revenu intermé- diaire supérieur. De même, la proportion des femmes qui accouchent en milieu médicalisé est la plus faible (55%) dans les pays à faible revenu et la plus forte (94%) dans ceux à revenu intermé- diaire supérieur. ■■ Parmi les femmes qui ren- contrent des complications médicales en cours de gros- sesse ou d’accouchement, une sur trois seulement (35%) obtient les soins dont elle ou son nourrisson a besoin. ■■ En 2017, selon les estima- tions, 308 000 femmes des pays en développe- ment mourront de causes liées à la grossesse, tandis FIGURE 2: GROSSESSES NON PLANIFIÉES ET BESOINS NON SATISFAITS Les femmes qui présentent des besoins non satisfaits de méthodes contraceptives modernes représentent 84% des grossesses non planifiées. 89 millions de grossesses non planifiées, 2017 74% 10% 14% Besoins non satisfaits (aucune méthode) Besoins non satisfaits (méthode traditionnelle) Méthode à court terme et réversible Méthode à long terme et réversible et stérilisation *D’après les classifications de la Division de la Population de l’ONU, les régions en développement comprennent l’Afrique, l’Asie, l’Amérique latine et les Caraïbes, et l’Océanie sauf Australie, Japon et Nouvelle-Zélande. Les estimations 2017 reposent sur les données relatives à 148 pays ou territoires et celles présentées ici pour l’Asie comprennent les pays d’Océanie. †D’après les classifications de la Banque mondiale, le revenu faible correspond à un RNB par habitant de 1 025 USD ou moins en 2015, la tranche intermédiaire inférieure, de 1 026 à 4 035 USD, et la tranche intermédiaire supérieure, à 4 036 USD ou plus. L’analyse couvre 96% des pays à revenu faible et intermédiaire: 100% de ceux à faible revenu, 98% de ceux de la tranche intermédiaire inférieure et 93% de ceux de la tranche intermédiaire supérieure. Afin d’aider les décideurs à évaluer les investissements requis dans les régions en développement, ces estimations pour l’année 2017 révèlent le besoin de services de santé sexuelle et reproductive, ainsi que les coûts et avantages associés, sur deux plans d’importance majeure: les services de contracep- tion et les soins maternels et néonatals, qui incluent la presta- tion de soins prénatals, pendant le travail et l’accouchement, post-partum et néonatals, ainsi que les soins aux femmes qui accouchent d’un enfant mort-né, qui font une fausse couche, qui ont une grossesse extra-utérine ou qui se font avorter. Sur chaque plan, les estimations sont présentées dans ce docu- ment pour l’ensemble des régions en développement* et pour les principales régions géographiques. Les estimations par sous-région géographique et par groupe de revenu de la Banque mondiale†, de même que les sources spécifiques des données utilisées dans les estimations pour 2017, peuvent être consultées en ligne sur https://www.guttmacher.org/fr/ fact-sheet/adding-it-up-contraception-mnh-2017. Les estimations pour l’année 2017 reposent sur les rapports de Vue d’ensemble antérieurs, concernant les années 2003, 2008, 2012 et 2014. Les estimations 2017 proviennent de nou- velles données d’enquête et de l’information la plus récente disponible sur la population et les naissances, les rapports de mortalité maternelle, les taux de mortalité néonatale, les distributions de causes de mortalité maternelle et néonatale, les estimations concernant l’avortement provoqué et la gros- sesse non planifiée, les directives relatives aux services de contraception et de santé maternelle et néonatale, les estima- tions des coûts salariaux des agents de santé et les coûts des produits et des fournitures. Au besoin, nous avons ajusté les estimations en fonction de l’année de référence 2017. Les estimations pour 2017 comprennent un sous-ensemble limité des services couverts dans le rapport de 2014; en sont exclus les services de prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant, de protection de la santé des femmes enceintes vivant avec le VIH et de traitement des IST parmi les femmes en âge de procréer. Les estimations relatives Description générale de l’étude à l’avortement présupposent l’absence de changement en termes de sécurité de l’avortement. Pour chaque grand groupe de services de santé sexuelle et reproductive compris dans les estimations de 2017, les résultats sont estimés pour les nombres de femmes en âge de procréer (15 à 49 ans) et leurs nouveau-nés ayant besoin de ces services, les niveaux de services dont elles bénéficient actuellement, les avantages sanitaires des services actuels et ceux qui résulteraient de la satisfaction à 100% des besoins de services, et les coûts des services actuels et de la réponse aux besoins non satisfaits de services (y compris les économies de coûts qui résulteraient de la prestation complète de services de contraception et de santé maternelle et néonatale, par rapport aux services de santé maternelle et néonatale seulement). Les estimations de coûts (en USD 2017) comprennent les coûts directs et indirects. Les coûts directs sont ceux relatifs au temps de personnel, aux produits et fournitures néces- saires à la prestation de services contraceptifs et de soins médicaux maternels et néonatals, ainsi qu’à l’information et au conseil associés à ces services. Les coûts indirects, égale- ment appelés coûts de programme et de systèmes, sont ceux relatifs à la gestion programmatique, à l’encadrement et à la formation du personnel, au suivi-évaluation, au développe- ment des ressources humaines, aux transports et télécom- munications, à l’éducation à la santé, aux efforts de sensibili- sation et de plaidoyer, aux améliorations de l’infrastructure et aux systèmes d’information de gestion sanitaire et d’approvisionnement en produits. GUTTMACHER INSTITUTE les régions en développe- ment, couvrant 671 millions de femmes qui pratiquent actuellement une méthode moderne, est de 5,5 mil- liards USD, coûts directs et indirects compris (Figure 5). Cela revient à moins d’un dollar par personne par an dans les régions en dévelop- pement (0,88 USD). ■■ L’élargissement et l’amélio- ration des services, en vue de répondre aux besoins de contraception moderne de toutes les femmes dans les régions en développement, représenteraient un coût annuel de 11 milliards USD (coûts directs et indirects compris), soit 1,75 USD par personne par an. ■■ Aux niveaux actuels, les soins maternels et néonatals représentent un coût annuel estimé à 25,5 milliards USD, dont 17,2 milliards vont aux soins associés aux gros- sesses planifiées et 8,3 mil- liards à ceux de grossesses non planifiées. La pleine satisfaction du besoin de tels soins représenterait un FIGURE 4: MORTALITÉ MATERNELLE La satisfaction des besoins non satisfaits de services de contraception moderne et de soins de santé maternelle sauverait la vie de femmes. santé maternelle et néona- tale du niveau recommandé par l’Organisation mon- diale de la Santé à toutes les femmes enceintes et à leurs nourrissons rédui- rait la mortalité maternelle de 64%, à 112 000 décès par an, sous maintien de la pratique contraceptive ou du nombre de grossesses non planifiées aux niveaux actuels (Figure 4). La mor- talité néonatale baisserait de 76%, à 659 000 décès. ■■ Sous combinaison de soins complets à toutes les femmes enceintes et nou- veau-nés avec un apport intégral de contraception moderne aux femmes qui désirent éviter une gros- sesse, la mortalité mater- nelle tomberait de 308 000 à 84 000 décès par an, et la néonatale de 2,7 millions à 541 000 morts par an. Coût de la contracep- tion et des soins maternels et néonatals ■■ Le coût annuel actuel estimé des services de contraception moderne dans que 2,7 millions de nour- rissons ne vivront pas plus d’un mois. La plupart de ces décès pourrait être évi- tée sous accès complet à certains services vitaux: soins contraceptifs qui per- mettent aux femmes d’évi- ter les grossesses non planifiées et soins de santé maternelle et néonatale qui soutiennent les mères et les nouveau-nés tout au long de la grossesse et de l’accouchement. Avantages de la pratique contra- ceptive moderne ■■ La pratique contraceptive moderne actuelle évite un nombre estimé annuelle- ment à 307 millions de gros- sesses non planifiées sur la totalité des femmes en âge de procréer dans les régions en développement. ■■ Si l’ensemble des besoins non satisfaits de contracep- tion moderne était satisfait dans les régions en dévelop- pement, on assisterait à une baisse d’environ trois quarts des grossesses non plani- fiées (passant des 89 mil- lions actuels à 22 millions par an), des naissances non planifiées (de 30 millions à sept millions par an) et des avortements provoqués (de 48 millions à 13 millions par an). ■■ Les bienfaits sanitaires de la prévention des grossesses non désirées seraient consi- dérables. Par rapport à la situation actuelle, la pleine satisfaction des besoins non satisfaits de contraception moderne donnerait lieu à une réduction annuelle des décès maternels estimée à 76 000 par an (Figure 4). Prévention de la mortalité maternelle et néonatale ■■ Les soins de santé mater- nelle et néonatale, par les- quels on entend les services qui couvrent la grossesse et ses résultats (naissance vivante, fausse couche, mortinatalité ou avorte- ment), permettent actuelle- ment d’éviter 197 000 décès maternels et deux millions de morts de nouveau-nés par an dans les pays en développement. ■■ La prestation de soins de FIGURE 3: UTILISATION DES SERVICES DE SANTÉ MATERNELLE D’importants écarts persistent entre les régions concernant l’obtention de services essentiels de santé maternelle. 0 20 40 60 80 100 Accouchent dans un établissement de santé Bénéficient ≥ 4 consultations prénatales % DE FEMMES QUI ACCOUCHERONT, 2017 Amérique latine et Caraïbes Asie Afrique Tous les pays en développement 61 45 66 87 73 56 79 91 NO. OF MATERNAL DEATHS (IN 000s), 2017 308 112 0 50 100 150 200 250 300 350 Deaths related to unintended pregnancies Deaths related to intended pregnancies 100% coverage of contraceptive and maternal care 100% coverage of maternal care, current level of contraceptive care 100% coverage of contraceptive care, current level of maternal care Current levels of contraceptive and maternal care 96 20 211 211 76 36 76 Deaths related to unintended pregnancies Deaths related to intended pregnancies 231 84 0 50 100 150 200 250 300 350 Deaths related to unintended pregnancies Deaths related to intended pregnancies 100% coverage of contraceptive and maternal care 100% coverage of maternal care, current level of contraceptive care 100% coverage of contraceptive care, current level of maternal care Current levels of contraceptive and maternal care NO. OF MATERNAL DEATHS (IN 000s), 2017 Deaths related to unintended pregnancies Deaths related to intended pregnancies 0 50 100 150 200 250 300 350 Deaths related to unintended pregnancies Deaths related to intended pregnancies Niveaux actuels de soins contraceptifs et maternels Couverture à 100% des soins contraceptifs et maternels Couverture à 100% des soins maternels, niveau actuel des soins contraceptifs Couverture à 100% des soins contraceptifs, niveau actuel des soins maternels NB DÉCÈS MATERNELS (EN 000), 2017 Décès en lien avec des grossesses non planifiées Décès en lien avec des grossesses planifiées 30896211 231211 20 1123676 76 84 Lorem ipsum GUTTMACHER INSTITUTE REMERCIEMENTS Ce document est publié dans le cadre de l’étude « Adding It Up: The Costs and Benefits of Investing in Sexual and Reproductive Health 2017 » actuellement menée par le Guttmacher Institute. D’autres données et ressources peuvent être consultées (en anglais) sur https://www.guttmacher. org/fr/fact-sheet/adding-it- up-contraception-mnh-2017. L’équipe de recherche est dirigée par Jacqueline E. Darroch, avec l’assistance (en ordre alphabétique) de Suzette Audam, Ann Biddlecom, Grant Kopplin, Taylor Riley, Susheela Singh et Elizabeth Sully, tous du Guttmacher Institute. L’étude a bénéficié de la contribution d’Eva Weissman, consultante indépendante, et de Karin Stenberg, de l’Organisation mondiale de la Santé. coût annuel de 54 milliards USD (soit 8,63 USD par per- sonne par an). ■■ Le coût de la prévention d’une grossesse non plani- fiée grâce à la contraception moderne est largement infé- rieur à celui de l’apport de soins pour une grossesse non planifiée. Ainsi, pour chaque dollar supplémen- taire consenti aux services de contraception en sus du niveau actuel, le coût des soins associés à la grossesse diminuerait de 2,30 USD. ■■ Répondre pleinement aux besoins de contraception moderne et de soins mater- nels et néonatals coûterait 52,5 milliards USD par an — 8,39 USD par personne — dans les régions en déve- loppement. Investir, de manière combinée, dans les services de contraception et de soins maternels et néo- natals conduirait à une éco- nomie nette de 7,1 milliards USD par rapport à l’investis- sement dans les soins de santé maternelle et néona- tale seulement. Besoin accru d’investissement ■■ Un investissement de 8,39 USD par personne par an aiderait à garantir que toutes les femmes des régions en développement bénéficient de soins mater- nels et néonatals essentiels, tout en dotant les femmes et les couples de moyens efficaces d’éviter les grossesses non planifiées, d’avoir le nombre d’enfants qu’ils désirent et de choisir le moment opportun de leur naissance. ■■ Les obstacles à l’apport de soins accessibles et accep- tables doivent être suppri- més. Il s’agit, par exemple, des restrictions politiques, des pénuries de personnel sanitaire formé, des services de faible qualité, du manque d’accès aux groupes mar- ginalisés et de facteurs sociaux et économiques qui entravent l’accès ou le recours aux services. ■■ Un investissement considé- rable est requis dans les ser- vices de contraception et les soins de santé maternelle et néonatale. Gouvernements, donateurs, ONG, ménages et personnes individuelles: tous sont appelés à contri- buer pour combler le déficit de financement et favoriser ainsi l’amélioration et l’élar- gissement des services. L’investissement dans les services de contraception et les soins de santé mater- nelle et néonatale, combiné plutôt que dans les seuls soins maternels et néona- tals, est source d’économies et produit un plus grand impact en termes de pré- vention des décès et d’amé- lioration de la santé et du bien-être des femmes et de leur famille. ■■ Au-delà d’impacts considé- rables sur la santé, la renta- bilité de cet investissement combiné entraîne de nom- breux avantages socio- économiques élargis pour les femmes, les familles et les sociétés, révélés notamment dans l’éduca- tion accrue des femmes et des enfants, l’améliora- tion du revenu des femmes et l’amoindrissement de la pauvreté. 125 Maiden Lane New York, NY 10038 212.248.1111 info@guttmacher.org www.guttmacher.org Une bonne politique de santé reproductive commence par une recherche fiable SOUTIEN DES DONATEURS L’étude à l’origine de ce document a bénéficié du soutien d’UK Aid sous les auspices du gouvernement britannique, ainsi que de subventions de la Fondation Bill et Melinda Gates et de la Fondation John D. et Catherine T. MacArthur. Les opinions exprimées sont celles des auteurs. Elles ne reflètent pas nécessairement les positions ou les politiques des donateurs. FIGURE 5: COÛT ANNUEL DES SERVICES Les investissements dans les services de contraception moderne aident à réduire les coûts de satisfaction des besoins de soins de SMN*. 31,0 $ 59,6 $ 52,5 $ 0 10 20 30 40 50 60 70 Cost of modern contraceptive care Cost of MNH care for unintended pregnancies Cost of MNH care for intended pregnancies Couverture à 100% des soins contraceptifs et de SMN Couverture à 100% des soins de SMN, niveau actuel des soins contraceptifs Niveaux actuels de soins contraceptifs et de SMN Coût des soins contraceptifs modernes Coût de la SMN pour les grossesses non planifiées Coût de la SMN pour les grossesses planifiées TOTAL ANNUEL (EN MILLIARDS USD), 2017 5,5 8,3 17,2 5,5 11,0 37,2 4,3 16,8 37,2 JUIN 2017 *SMN= santé maternelle et néonatale

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.