Union des Comores - Demographic and Health Survey - 2014

Publication date: 2014

Union des Comores Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples (EDSC-MICS II) 2012 U ni on d es C om or es 2 01 2 En qu êt e D ém og ra ph iq ue e t d e Sa nt é et à In di ca te ur s M ul tip le s (E D SC -M IC S II) UNION DES COMORES Unité – Solidarité – Développement ------------------------ Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples (EDSC-MICS II) 2012 Secrétariat Général du Gouvernement Commissariat Général au Plan Direction Générale de la Statistique et de la Prospective (DGSP) Moroni, Comores ICF International Rockville, Maryland, USA Février 2014 Ce rapport présente les principaux résultats de la deuxième Enquête Démographique et de Santé réalisée aux Comores et couplée avec l’Enquête par Grappes sur les Indicateurs Multiples (EDSC-MICS II). L’enquête a été placée sous la tutelle du Secrétariat Général du Gouvernement et exécutée de juin 2012 à janvier 2013 par la Direction Générale de la Statistique et de la Prospective (DGSP), Commissariat Général au Plan en collaboration avec les Gouvernorats des îles et les services techniques du Ministère de la Santé Publique et du Ministère de l’Éducation Nationale. L’EDSC-MICS II, initiée par le Gouvernement de l’Union des Comores, fait partie du programme mondial MEASURE DHS dont l’objectif est de collecter, d’analyser et de diffuser des données relatives à la population et à la santé de la famille, d’évaluer l’impact des programmes mis en œuvre et de planifier de nouvelles stratégies pour l’amélioration de la santé et du bien-être de la population. L’EDSC-MICS II 2012 a été financée par le Gouvernement de l’Union des Comores et le Système des Nations Unies (SNU) en particulier, le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) et le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA). En outre, ICF International a fourni l’assistance technique dans le cadre d’un contrat de services avec l’UNICEF. Ce rapport est l’œuvre des auteurs et ne représente pas nécessairement la politique des organismes de coopération. D’autres organismes nationaux ont également apporté leur soutien à la réalisation de cette opération, tels que les Directions Régionales des Plans des îles, la Direction Générale de la Santé de la Reproduction et la Direction des Statistiques du Ministère de la Santé. Des informations complémentaires sur l’EDSC-MICS II 2012 peuvent être obtenues auprès de la Direction Générale de la Statistique et de la Prospective (DGSP), BP 131, Moroni, Comores. Téléphone : (269) 763 58 95 ; Fax (269) 773 40 95. Concernant le programme MEASURE DHS, des renseignements peuvent être obtenus auprès de ICF International, 530 Gaither Road, Suite 500, Rockville, MD 20850, USA. Téléphone : (301) 407-6500 ; Fax : (301) 407-6501 ; E-mail : reports@DHSprogram.com ; Internet : http://www.DHSprogram.com. Citation recommandée : Direction Générale de la Statistique et de la Prospective (DGSP) et ICF International. 2014. Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples aux Comores 2012. Rockville, MD 20850, USA : DGSP et ICF International. Table des Matières • iii TABLE DES MATIÈRES Page LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES . vii PREFACE . xiii REMERCIEMENTS . xv SIGLES ET ABREVIATIONS . xvii INDICATEURS DES OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT . xix CARTE DES COMORES . xx 1 PRÉSENTATION DU PAYS, OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE 1.1 PRÉSENTATION DU PAYS . 1 1.1.1 Géographie . 1 1.1.2 Économie . 1 1.1.3 Population . 2 1.1.4 Politique et situation en matière de santé . 3 1.2 OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE . 4 1.2.1 Cadre institutionnel . 4 1.2.2 Objectifs . 4 1.2.3 Support de collecte . 5 1.3 ÉCHANTILLONNAGE . 6 1.4 DÉROULEMENT DES ACTIVITÉS DE L’EDSC-MICS II 2012 . 7 1.5 SAISIE DES DONNÉES . 8 2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES 2.1 CONDITIONS DE VIE . 9 2.2 CARACTÉRISTIQUES DU LOGEMENT . 12 2.3 BIENS POSSÉDÉS PAR LES MÉNAGES . 14 2.3.1 Indice de bien-être économique . 15 2.3.2 Lavage des mains . 16 2.4 CARACTÉRISTIQUES DE LA POPULATION . 17 2.4.1 Structure par âge et sexe de la population. 17 2.4.2 Taille et composition des ménages . 19 2.5 NIVEAU D’INSTRUCTION DE LA POPULATION . 20 3 CARACTÉRISTIQUES DES FEMMES ET DES HOMMES ENQUÊTÉS 3.1 CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES DES ENQUÊTÉS . 25 3.2 NIVEAU D’INSTRUCTION PAR CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES . 27 3.3 ALPHABÉTISATION . 29 3.4 EXPOSITION AUX MÉDIA . 31 3.5 ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE . 33 3.6 COUVERTURE MÉDICALE . 38 3.7 CONSOMMATION DE TABAC . 40 4 ÉTAT MATRIMONIAL ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE 4.1 ÉTAT MATRIMONIAL . 43 4.2 POLYGAMIE . 45 4.3 ÂGE À LA PREMIÈRE UNION . 47 4.4 ÂGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS . 49 4.5 ACTIVITÉ SEXUELLE RÉCENTE . 52 5 FÉCONDITÉ 5.1 NIVEAU DE LA FÉCONDITÉ ET FÉCONDITÉ DIFFÉRENTIELLE . 55 5.2 TENDANCE DE LA FÉCONDITÉ . 58 5.3 ENFANTS VIVANTS ET ENFANTS SURVIVANTS . 61 iv • Table des Matières 5.4 INTERVALLES INTERGÉNÉSIQUES . 62 5.5 EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE . 64 5.6 ÂGE À LA PREMIÈRE NAISSANCE . 66 5.7 FÉCONDITÉ DES ADOLESCENTES . 68 6. PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ 6.1 DÉSIR D’ENFANTS (SUPPLÉMENTAIRES) . 71 6.2 NOMBRE IDÉAL D’ENFANTS . 73 6.3 PLANIFICATION DE LA FÉCONDITÉ . 75 7 PLANIFICATION FAMILIALE 7.1 CONNAISSANCE DES MÉTHODES CONTRACEPTIVES . 79 7.2 UTILISATION DES MÉTHODES CONTRACEPTIVES . 81 7.3 SOURCES D’APPROVISIONNEMENT DE LA CONTRACEPTION . 87 7.4 INFORMATIONS RELATIVES AUX MÉTHODES CONTRACEPTIVES . 88 7.5 DISCONTINUATION DES MÉTHODES CONTRACEPTIVES . 89 7.6 CONNAISSANCE DE LA PÉRIODE FÉCONDE . 90 7.7 BESOINS EN MATIÈRE DE PLANIFICATION FAMILIALE DES FEMMES EN UNION . 91 7.8 UTILISATION FUTURE DE LA CONTRACEPTION . 95 7.9 SOURCES D’INFORMATIONS SUR LA CONTRACEPTION . 95 7.10 CONTACTS DES NON UTILISATRICES DE LA CONTRACEPTION AVEC DES PRESTATAIRES DE PLANIFICATION FAMILIALE . 96 8 SANTÉ DE LA REPRODUCTION 8.1 SOINS PRÉNATALS . 99 8.2 ACCOUCHEMENT . 105 8.3 SOINS POSTNATALS . 108 8.4 ACCÈS AUX SOINS DE SANTÉ . 112 9 SANTÉ DE L’ENFANT 9.1 POIDS À LA NAISSANCE. 117 9.2 VACCINATION DES ENFANTS . 119 9.3 PRÉVALENCE ET TRAITEMENT DES MALADIES DES ENFANTS . 122 9.3.1 Prévalence et traitement des Infections Respiratoires Aiguës . 122 9.3.2 Prévalence et traitement de la fièvre . 124 9.3.3 Prévalence et traitement de la diarrhée . 126 9.3.4 Pratiques alimentaires pendant la diarrhée . 127 9.4 CONNAISSANCE DES SACHETS DE SRO . 130 9.5 ÉVACUATION DES SELLES DES ENFANTS . 131 10 PALUDISME 10.1 SITUATION ET STRATÉGIE DE LUTTE CONTRE LE PALUDISME AUX COMORES . 133 10.2 DISPONIBILITÉ DES MOUSTIQUAIRES . 134 10.3 PULVÉRISATION INTRADOMICILIAIRE D’INSECTICIDE RÉSIDUEL . 136 10.4 ACCÈS AUX MOUSTIQUAIRES IMPRÉGNÉES D’INSECTICIDE (MII) . 137 10.5 UTILISATION DES MOUSTIQUAIRES . 138 10.6 CHIMIOPRÉVENTION DU PALUDISME CHEZ LA FEMME ENCEINTE . 143 10.7 TRAITEMENT DU PALUDISME CHEZ LES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS . 144 11 ÉTAT NUTRITIONNEL DES FEMMES ET DES ENFANTS 11.1 ÉTAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS . 147 11.1.1 Retard de croissance . 149 11.1.2 Émaciation . 152 11.1.3 Insuffisance pondérale . 152 11.2 ALLAITEMENT MATERNEL ET ALIMENTATION DE COMPLÉMENT . 153 11.2.1 Début de l’allaitement maternel . 153 11.2.2 Allaitement exclusif et introduction de l'alimentation de complément . 154 11.3 TYPE D’ALIMENTS CONSOMMÉS PAR LES JEUNES ENFANTS . 157 11.3.1 Type d’aliments de complément et fréquence d’alimentation . 158 Table des Matières • v 11.4. CONSOMMATION DE MICRONUTRIMENTS ET PRISE DE VERMIFUGES PAR LES ENFANTS . 160 11.4.1 Consommation d’aliments riches en Vitamine A et supplémentation en Vitamine A . 160 11.4.2 Consommation d’aliments riches en fer et supplémentation en fer . 162 11.4.3 Vermifuges . 162 11.5 PRÉSENCE DE SEL IODÉ DANS LES MÉNAGES . 163 11.6 ÉTAT NUTRITIONNEL DES FEMMES ET CONSOMMATION DE MICRONUTRIMENTS PAR LES FEMMES DE 15-49 ANS . 164 11.6.1 Etat nutritionnel des femmes de 15-49 ans . 164 11.6.2 Consommation de micronutriments par les mères . 165 11.6.3 Vermifuges pendant la grossesse . 167 12 MORTALITÉ DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS 12.1 MÉTHODOLOGIE ET QUALITÉ DES DONNÉES . 169 12.1.1 Méthodologie . 169 12.1.2 Évaluation de la qualité des données . 170 12.2 NIVEAUX ET TENDANCES . 171 12.3 MORTALITÉ DIFFÉRENTIELLE ET GROUPES À HAUTS RISQUES . 174 13 MORTALITE ADULTE ET MORTALITE MATERNELLE 13.1 ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES . 182 13.2 ESTIMATION DE LA MORTALITÉ ADULTE . 183 13.3 ESTIMATION DE LA MORTALITÉ MATERNELLE . 184 14 CONNAISSANCE, ATTITUDES ET COMPORTEMENTS VIS-À-VIS DU VIH/SIDA ET DES IST 14.1 CONNAISSANCE DU VIH/SIDA . 188 14.1.1 Connaissance des moyens de prévention et de transmission . 189 14.1.2 Stigmatisation envers les personnes vivant avec le VIH . 195 14.2 OPINIONS CONCERNANT LA PRÉVENTION DES IST ET DU VIH. 198 14.3 PARTENAIRES SEXUELS MULTIPLES ET UTILISATION DU CONDOM . 200 14.4 TEST DU VIH . 206 14.5 CIRCONCISION . 210 14.6 INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES . 210 14.7 PRÉVALENCE DES INJECTIONS MÉDICALES . 212 14.8 COMPORTEMENTS SEXUELS CHEZ LES JEUNES ET VIH/SIDA . 213 14.9 TEST DU VIH PARMI LES JEUNES . 219 15 SITUATION DES ENFANTS 15.1 ENREGISTREMENT DES NAISSANCES À L’ÉTAT CIVIL . 221 15.2 ENFANTS ORPHELINS ET RÉSIDENCE AVEC LES PARENTS . 222 15.3 FRÉQUENTATION SCOLAIRE PAR ÉTAT DE SURVIE DES PARENTS . 224 15.4 TRAVAIL DES ENFANTS . 224 15.5 TRAVAIL DES ENFANTS ET FRÉQUENTATION SCOLAIRE . 227 16 STATUT DE LA FEMME 16.1 EMPLOI, REVENUS ET CONTRÔLE DE L’UTILISATION DE L’ARGENT . 229 16.1.2 Contrôle du revenu de la femme . 230 16.2 POSSESSION DE BIENS . 236 16.2.1 Possession des biens par les femmes . 236 16.2.2 Possession des biens par les hommes . 238 16.3 PARTICIPATION À LA PRISE DE DÉCISION DANS LE MÉNAGE . 240 16.4 OPINION SUR LA VIOLENCE DOMESTIQUE . 242 16.5 INDICATEURS DU POUVOIR D’ACTION DES FEMMES . 245 vi • Table des Matières 17 VIOLENCE DOMESTIQUE 17.1 METHODOLOGIE . 249 17.2 VIOLENCE PHYSIQUE . 250 17.3 VIOLENCE SEXUELLE . 252 17.4 VIOLENCES SOUS DIFFÉRENTES FORMES . 255 17.5 VIOLENCE PENDANT LA GROSSESSE . 255 17.6 CONTRÔLE EXERCÉ PAR LE MARI/PARTENAIRE . 256 17.7 VIOLENCE CONJUGALE CONTRE LES FEMMES . 258 17.8 VIOLENCE CONTRE LES HOMMES . 268 RÉFÉRENCES . 271 ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION . 273 A.2 BASE DE SONDAGE . 273 A.3 ÉCHANTILLONNAGE . 274 A.4 PROBABILITÉ DE SONDAGE . 276 A.5 RÉSULTAT DES ENQUÊTES . 277 ANNEXE B ERREURS DE SONDAGE . 281 ANNEXE C TABLEAU POUR L’ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES . 293 ANNEXE D PERSONNEL DE L’EDSC-MICS II 2012 . 299 ANNEXE E QUESTIONNAIRES . 303 Liste des tableaux et des graphiques • vii LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES Page 1 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS ET PRÉSENTATION DE L’ENQUÊTE Tableau 1.1 Résultats des interviews Ménages et Individuelles . 6 2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES Tableau 2.1 Eau utilisée par les ménages pour boire . 10 Tableau 2.2 Type de toilettes utilisées par les ménages . 11 Tableau 2.3 Caractéristiques du logement . 13 Tableau 2.4 Biens possédés par les ménages . 14 Tableau 2.5 Quintiles de bien-être économique . 16 Tableau 2.6 Lavage des mains . 16 Tableau 2.7 Population des ménages par âge, selon le sexe et le milieu de résidence . 18 Tableau 2.8 Composition des ménages . 19 Tableau 2.9.1 Niveau d’instruction de la population des ménages: Femmes . 20 Tableau 2.9.2 Niveau d’instruction de la population des ménages: Hommes . 21 Tableau 2.10 Taux de fréquentation scolaire . 22 Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population . 17 Graphique 2.2 Taux de fréquentation scolaire par âge . 23 3 CARACTÉRISTIQUES DES FEMMES ET DES HOMMES ENQUÊTÉS Tableau 3.1 Caractéristiques sociodémographiques des enquêtés . 26 Tableau 3.2.1 Niveau d’instruction: Femmes . 28 Tableau 3.2.2 Niveau d’instruction: Hommes . 28 Tableau 3.3.1 Alphabétisation: Femmes . 29 Tableau 3.3.2 Alphabétisation: Hommes . 30 Tableau 3.4.1 Exposition aux média: Femmes . 32 Tableau 3.4.2 Exposition aux média: Hommes . 32 Tableau 3.5.1 Emploi: Femmes . 33 Tableau 3.5.2 Emploi: Hommes . 34 Tableau 3.6.1 Occupation: Femmes . 36 Tableau 3.6.2 Occupation: Hommes . 37 Tableau 3.7 Type d’emploi: Femmes . 38 Tableau 3.8.1 Assurance médicale: Femmes . 39 Tableau 3.8.2 Assurance médicale: Hommes . 39 Tableau 3.9.1 Consommation de tabac: Femmes . 40 Tableau 3.9.2 Consommation de tabac: Hommes . 41 Graphique 3.1 Proportion de femmes et d’hommes de 15-49 ans alphabétisés . 31 4 ÉTAT MATRIMONIAL ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Tableau 4.1 État matrimonial actuel . 44 Tableau 4.2.1 Nombre de coépouses . 46 Tableau 4.2.2 Nombre d’épouses . 47 Tableau 4.3 Âge à la première union . 48 Tableau 4.4 Âge médian à la première union selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 49 Tableau 4.5 Âge aux premiers rapports sexuels . 50 Tableau 4.6 Âge médian aux premiers rapports sexuels selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 51 Tableau 4.7.1 Activité sexuelle récente des femmes . 52 Tableau 4.7.2 Activité sexuelle récente des hommes . 54 viii • Liste des tableaux et des graphiques Graphique 4.1 Proportion de femmes célibataires par âge selon différentes sources . 45 Graphique 4.2 Âges médians des femmes de 25-49 ans à la première union et aux premiers rapports sexuels . 51 5 FÉCONDITÉ Tableau 5.1 Fécondité actuelle . 56 Tableau 5.2 Fécondité selon certaines caractéristiques . 57 Tableau 5.3 Fécondité par âge et par source . 58 Tableau 5.4 Tendance de la fécondité par âge . 59 Tableau 5.5 Enfants nés vivants et enfants survivants des femmes . 61 Tableau 5.6 Intervalle intergénésique . 63 Tableau 5.7 Aménorrhée, abstinence et insusceptibilité post-partum . 64 Tableau 5.8 Durée médiane de l’aménorrhée, de l’abstinence post-partum et de l’insusceptibilité post-partum . 65 Tableau 5.9 Ménopause . 66 Tableau 5.10 Âge à la première naissance . 67 Tableau 5.11 Âge médian à la première naissance . 67 Tableau 5.12 Fécondité des adolescentes . 68 Graphique 5.1 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence . 56 Graphique 5.2 Fécondité par âge selon l’EDSC I 1996 et l’EDSC-MICS II 2012 . 59 Graphique 5.3 Taux de fécondité par âge par période de 5 ans ayant précédé l’EDSC-MICS II 2012 . 60 Graphique 5.4 Tendance de l’ISF pour les femmes de 15-34 ans par période de 5 ans avant l’EDSC I 1996 et l’EDSC-MICS II 2012 . 60 Graphique 5.5 Adolescentes de 15-19 ans ayant déjà commencé leur vie féconde . 69 6 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ Tableau 6.1 Préférences en matière de fécondité par nombre d’enfants vivants . 72 Tableau 6.2 Désir de limiter les naissances . 73 Tableau 6.3 Nombre idéal d’enfants par nombre d’enfants vivants . 74 Tableau 6.4 Nombre idéal d’enfants par caractéristique sociodémographique . 75 Tableau 6.5 Planification de la fécondité . 76 Tableau 6.6 Taux de fécondité désirée . 76 Graphique 6.1 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée . 77 7 PLANIFICATION FAMILIALE Tableau 7.1 Connaissance des méthodes contraceptives . 80 Tableau 7.2 Connaissance des méthodes contraceptives par caractéristiques sociodémographiques . 81 Tableau 7.3 Utilisation actuelle de la contraception selon l’âge. 83 Tableau 7.4 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques sociodémographiques . 86 Tableau 7.5 Source d’approvisionnement des méthodes modernes . 87 Tableau 7.6 Choix informé de la méthode . 88 Tableau 7.7 Taux de discontinuation des méthodes contraceptives sur 12 mois . 89 Tableau 7.8 Raisons de discontinuation . 90 Tableau 7.9 Connaissance de la période féconde . 91 Tableau 7.10.1 Besoins en matière de planification familiale des femmes actuellement en union . 93 Tableau 7.10.2 Besoins en matière de planification familiale de l’ensemble des femmes et de celles qui ne sont pas actuellement en union . 94 Tableau 7.11 Utilisation future de la contraception . 95 Tableau 7.12 Exposition aux messages sur la planification familiale . 96 Tableau 7.13 Contact des non utilisatrices de la contraception avec des prestataires de planification familiale . 97 Graphique 7.1 Prévalence contraceptive parmi les femmes en union . 82 Graphique 7.2 Tendance de la prévalence contraceptive moderne parmi les femmes en union . 84 Liste des tableaux et des graphiques • ix 8 SANTÉ DE LA REPRODUCTION Tableau 8.1 Soins prénatals . 100 Tableau 8.2 Nombre de visites prénatales et stade de la grossesse à la première visite . 102 Tableau 8.3 Composants des visites prénatales . 103 Tableau 8.4 Vaccination antitétanique . 104 Tableau 8.5 Lieu de l’accouchement . 105 Tableau 8.6 Assistance durant l’accouchement . 107 Tableau 8.7 Moment où les premiers soins postnatals ont été dispensés à la mère . 109 Tableau 8.8 Type de prestataire de santé qui a dispensé les premiers soins postnatals à la mère . 110 Tableau 8.9 Moment où les premiers soins postnatals ont été dispensés au nouveau-né . 111 Tableau 8.10 Type de prestataire qui a dispensé les premiers soins postnatals au nouveau-né . 112 Tableau 8.11 Problèmes d’accès aux soins de santé . 113 Tableau 8.12 Connaissance et prévalence de la fistule obstétricale . 114 Tableau 8.13 Cause de la fistule obstétricale et recherche de traitement . 115 Graphique 8.1 Soins prénatals par un prestataire formé . 101 Graphique 8.2 Soins prénatals et accouchement, selon l’EDSC I 1996 et l’EDSC-MICS II 2012 . 108 9 SANTÉ DE L’ENFANT Tableau 9.1 Taille et poids de l’enfant à la naissance. 118 Tableau 9.2 Vaccinations par sources d’information . 119 Tableau 9.3 Vaccinations selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 122 Tableau 9.4 Prévalence et traitement des symptômes d’Infection Respiratoire Aiguë (IRA) . 123 Tableau 9.5 Prévalence et traitement de la fièvre . 125 Tableau 9.6 Prévalence de la diarrhée . 126 Tableau 9.7 Traitement de la diarrhée . 128 Tableau 9.8 Pratiques alimentaires durant la diarrhée . 129 Tableau 9.9 Connaissance des sachets de SRO ou des liquides préconditionnés . 130 Tableau 9.10 Évacuation des selles des enfants . 131 Graphique 9.1 Couverture vaccinale des enfants de 12-23 mois . 120 Graphique 9.2 Couverture vaccinale des enfants de 12-23 mois, selon l’EDSC I 1996 et l’EDSC-MICS II 2012 . 121 Graphique 9.3 Proportion d’enfants de 12-23 mois complètement vaccinés, selon l’EDSC I 1996 et l’EDSC-MICS II 2012 . 121 Graphique 9.4 Infections respiratoires aigües (IRA) et de la fièvre chez les enfants de moins de 5 ans . 124 10 PALUDISME Tableau 10.1 Possession de moustiquaires par les ménages . 135 Tableau 10.2 Pulvérisation intradomiciliaire d’insecticide résiduel (PID) contre les moustiques . 136 Tableau 10.3 Accès à une moustiquaire préimprégnée d’insecticide (MII) . 137 Tableau 10.4 Utilisation des moustiquaires par la population des ménages . 139 Tableau 10.5 Utilisation des moustiquaires par les enfants . 140 Tableau 10.6 Utilisation des moustiquaires par les femmes enceintes . 142 Tableau 10.7 Utilisation d’antipaludiques à titre préventif et du traitement préventif intermittent (TPIg) . 143 Tableau 10.8 Prévalence, diagnostic et traitement précoce de la fièvre chez les enfants . 144 Tableau 10.9 Type d’antipaludiques et moment de leur prise par les enfants ayant eu de la fièvre . 146 Graphique 10.1 Possession de moustiquaires par les ménages et pulvérisation intradomiciliaire d’insecticide résiduel (PID) . 135 Graphique 10.2 Pourcentage de personnes ayant accès à une MII . 138 Graphique 10.3 Utilisation de moustiquaires par les enfants de moins de 5 ans . 141 Graphique 10.4 Utilisation de moustiquaires par les femmes enceintes . 142 x • Liste des tableaux et des graphiques 11 ÉTAT NUTRITIONNEL DES FEMMES ET DES ENFANTS Tableau 11.1 État nutritionnel des enfants . 150 Tableau 11.2 Allaitement initial . 154 Tableau 11.3 Type d’allaitement selon l’âge de l’enfant . 155 Tableau 11.4 Durée médiane de l’allaitement . 157 Tableau 11.5 Aliments et liquides reçus par les enfants le jour ou la nuit ayant précédé l’interview . 158 Tableau 11.6 Pratiques alimentaires du nourrisson et du jeune enfant . 159 Tableau 11.7 Consommation de micronutriments par les enfants . 161 Tableau 11.8 Présence de sel iodé dans le ménage . 163 Tableau 11.9 État nutritionnel des femmes . 164 Tableau 11.10 Consommation de micronutriments par les mères . 166 Graphique 11.1 État nutritionnel des enfants de moins de 5 ans . 149 Graphique 11.2 Allaitement selon l’âge de l’enfant . 156 12 MORTALITÉ DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS Tableau 12.1 Quotients de mortalité des enfants de moins de 5 ans . 171 Tableau 12.2 Quotients de mortalité des enfants selon certaines caractéristiques socio-économiques . 174 Tableau 12.3 Quotients de mortalité des enfants selon certaines caractéristiques démographiques . 176 Tableau 12.4 Comportement procréateur à hauts risques . 178 Graphique 12.1 Tendances de la mortalité infantile, juvénile et infanto-juvénile . 173 Graphique 12.2 Mortalité des enfants de moins de 5 ans selon l’EDSC I 1996 et l’EDSC-MICS II 2012 . 175 Graphique 12.3 Mortalité infantile et caractéristiques des naissances . 177 13 MORTALITÉ ADULTE ET MORTALITÉ MATERNELLE Tableau 13.1 Taux de mortalité des adultes . 183 Tableau 13.2 Quotient de mortalité adulte . 184 Tableau 13.3 Mortalité maternelle . 185 Graphique 13.1 Rapport de mortalité maternelle avec intervalle de confiance pour la période 0-6 ans avant l’EDSC-MICS II 2012 . 186 14 CONNAISSANCE, ATTITUDES ET COMPORTEMENTS VIS-À-VIS DU VIH/SIDA ET DES IST Tableau 14.1 Connaissance du sida . 188 Tableau 14.2 Connaissance des moyens de prévention du VIH . 189 Tableau 14.3.1 Connaissance approfondie du sida : Femmes . 191 Tableau 14.3.2 Connaissance approfondie du sida : Hommes . 192 Tableau 14.4 Connaissance de la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant . 194 Tableau 14.5.1 Attitudes de tolérance à l’égard des personnes vivant avec le VIH/sida : Femmes . 196 Tableau 14.5.2 Attitudes de tolérance à l’égard des personnes vivant avec le VIH/sida: Hommes . 197 Tableau 14.6 Opinion sur la négociation de rapports sexuels protégés avec le conjoint . 198 Tableau 14.7 Adultes favorables à l’enseignement de l’utilisation du condom en tant que moyen de prévention du sida . 200 Tableau 14.8.1 Partenaires sexuels multiples : Femmes. 201 Tableau 14.8.2 Partenaires sexuelles multiples : Hommes . 202 Tableau 14.9 Prévalence ponctuelle et prévalence cumulée des partenaires sexuels concomitants . 204 Tableau 14.10 Rapports sexuels payants et utilisation du condom au cours des derniers rapports sexuels payants . 205 Tableau 14.11.1 Couverture du test du VIH antérieur à l’enquête : Femmes . 207 Tableau 14.11.2 Couverture du test du VIH antérieur à l’enquête : Hommes . 208 Tableau 14.12 Femmes enceintes conseillées et ayant effectué un test du VIH . 209 Tableau 14.13 Circoncision . 210 Tableau 14.14 Prévalence déclarée des infections sexuellement transmissibles (IST) et symptômes déclarés d’IST . 211 Liste des tableaux et des graphiques • xi Tableau 14.15 Prévalence des injections médicales . 213 Tableau 14.16 Connaissance approfondie du VIH/sida et connaissance d’un endroit où se procurer des condoms parmi les jeunes . 214 Tableau 14.17 Âge aux premiers rapports sexuels parmi les jeunes . 215 Tableau 14.18 Rapports sexuels prénuptiaux et utilisation du condom au cours des rapports sexuels prénuptiaux parmi les jeunes . 216 Tableau 14.19 Partenaires sexuels multiples au cours des 12 derniers mois parmi les jeunes . 217 Tableau 14.20 Disparité d’âges entre partenaires sexuels parmi les femmes et les hommes de 15-19 ans . 218 Tableau 14.21 Test du VIH récent parmi les jeunes . 219 Graphique 14.1 Recherche de conseils ou de traitement pour les IST . 212 15 SITUATION DES ENFANTS Tableau 15.1 Enregistrement des naissances d’enfants de moins de 5 ans . 222 Tableau 15.2 Enfants orphelins et résidence avec les parents . 223 Tableau 15.3 Fréquentation scolaire par état de survie des parents . 224 Tableau 15.4 Travail des enfants . 226 Tableau 15.5 Travail des enfants et fréquentation scolaire . 228 16 STATUT DE LA FEMME Tableau 16.1 Emploi et type de rémunération des femmes et des hommes actuellement en union . 230 Tableau 16.2.1 Contrôle de l’utilisation de l’argent gagné par les femmes et importance de l’argent gagné par les femmes par rapport à celui gagné par le conjoint . 232 Tableau 16.2.2 Contrôle de l’utilisation de l’argent gagné par les hommes . 233 Tableau 16.3 Contrôle par les femmes de l’utilisation de leurs propres gains et contrôle de l’utilisation des gains du conjoint . 235 Tableau 16.4.1 Possession de biens par les femmes . 237 Tableau 16.4.2 Possession de biens par les hommes . 239 Tableau 16.5 Participation dans la prise de décision . 240 Tableau 16.6 Participation des femmes dans la prise de décision selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 241 Tableau 16.7.1 Opinion des femmes concernant le fait qu’un mari batte sa femme . 243 Tableau 16.7.2 Opinion des hommes concernant le fait qu’un mari batte sa femme . 244 Tableau 16.8 Indicateurs du pouvoir d’action des femmes . 245 Tableau 16.9 Utilisation actuelle de la contraception selon certains indicateurs du pouvoir d’action des femmes . 246 Tableau 16.10 Nombre idéal d’enfant et besoins non satisfaits en matière de planification familiale selon certains indicateurs du pouvoir d’action des femmes . 247 Tableau 16.11 Soins de santé maternelle selon certains indicateurs du pouvoir d’action des femmes. 248 Graphique 16.1 Participation des femmes en union à la prise de décision . 242 17 VIOLENCE DOMESTIQUE Tableau 17.1 Violence physique . 251 Tableau 17.2 Auteurs des violences physiques . 252 Tableau 17.3 Violence sexuelle . 253 Tableau 17.4 Auteurs des violences sexuelles . 254 Tableau 17.5 Âge aux premiers actes de violence sexuelle . 254 Tableau 17.6 Violence sous différentes formes . 255 Tableau 17.7 Violence pendant la grossesse . 256 Tableau 17.8 Contrôle exercé par le mari/partenaire . 258 Tableau 17.9 Formes de violence conjugale . 259 Tableau 17.10 Violence conjugale selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 261 Tableau 17.11 Violence conjugale selon certaines caractéristiques du mari/partenaire et les indicateurs du pouvoir d’action des femmes . 262 Tableau 17.12 Violence physique ou sexuelle au cours des 12 derniers mois par un mari/ partenaire . 264 Tableau 17.13 Premier épisode de violence conjugale . 265 xii • Liste des tableaux et des graphiques Tableau 17.14 Blessures dues à la violence conjugale . 266 Tableau 17.15 Recherche d’aide . 267 Tableau 17.16 Sources/personnes auprès desquelles l’aide a été recherchée . 268 Tableau 17.17 Violence des femmes contre leur conjoint . 269 Graphique 17.1 Pourcentage de femmes en union ou en rupture d’union qui ont subi des actes de violence physique commis par leur partenaire . 260 ANNEXE A PLAN DE SONDAGE Tableau A.1 Répartition de la population par domaine et selon le milieu de résidence . 274 Tableau A.2 Répartition de ZD et la taille moyenne en ménages par domaine et selon le milieu de résidence . 274 Tableau A.3 Répartition de l’échantillon grappes et de l’échantillon ménages . 275 Tableau A.4 Répartition de femmes et d’hommes attendus enquêtés avec succès . 275 Tableau A.5 Résultats de l’enquête : Femmes . 278 Tableau A.6 Résultats de l’enquête : Hommes . 279 ANNEXE B ERREURS DE SONDAGE Tableau B.1 Liste des variables sélectionnées pour le calcul des erreurs de sondage, EDS-MICS II, Comores 2012 . 283 Tableau B.2 Erreurs de sondage : Echantillon Total, Comores 2012 . 284 Tableau B.3 Erreurs de sondage : Echantillon Moroni, Comores 2012 . 285 Tableau B.4 Erreurs de sondage : Echantillon Autres villes, Comores 2012 . 286 Tableau B.5 Erreurs de sondage : Echantillon Ensemble urbain, Comores 2012 . 287 Tableau B.6 Erreurs de sondage : Echantillon Rural, Comores 2012 . 288 Tableau B.7 Erreurs de sondage : Echantillon Mwali, Comores 2012 . 289 Tableau B.8 Erreurs de sondage : Echantillon Ndzouani, Comores 2012 . 290 Tableau B.9 Erreurs de sondage : Echantillon Ngazidja, Comores 2012 . 291 ANNEXE C TABLEAU POUR L’ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES Tableau C.1 Répartition par âge de la population des ménages . 293 Tableau C.2.1 Répartition par âge des femmes éligibles et enquêtées . 294 Tableau C.2.2 Répartition par âge des hommes éligibles et enquêtés . 294 Tableau C.3 Complétude de l’enregistrement . 295 Tableau C.4 Naissances par année de naissance . 295 Tableau C.5 Enregistrement de l’âge au décès en jours . 296 Tableau C.6 Enregistrement de l’âge au décès en mois . 296 Tableau C.7 État nutritionnel des enfants . 297 Tableau C.8 Complétude de l’information sur les frères et sœurs . 298 Tableau C.9 Taille de la fratrie et rapport de masculinité des frères et sœurs . 298 Tableau C.10 Complétude de l’information sur les sœurs décédées . 298 Préface • xiii PREFACE Union des Comores a organisé en 2012 sa deuxième Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples (EDSC-MICS II). Celle-ci s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) en son deuxième axe, qui vise à fournir des indicateurs actuels et fiables pour le suivi et l’évaluation de la Stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté (SCRP) ainsi que l’évaluation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) à l’horizon 2015. L’EDSC-MICS II fait suite à deux enquêtes réalisées en 1996 (EDS) et en 2000 (MICS) et qui ont permis à l’Union des Comores d’assurer une meilleure formulation et une mise en œuvre appropriée de sa politique de Santé ainsi qu’un suivi des progrès réalisés au regard de ses engagements nationaux et internationaux. Depuis ces deux enquêtes, aucune opération de collecte de données de ce genre n’a été réalisée pour actualiser ces informations relatives à la santé de la femme et de l’enfant comoriens. C’est dire que l’organisation de l’EDSC-MICS II a été incontournable pour notre pays pour évaluer les Politiques et Programmes mis en place et développer de nouvelles actions. Cette enquête a été réalisée par la Direction Générale de la Statistique et de la Perspective (DGSP) avec l’assistance technique d’ICF International. Des structures des ministères de la Santé et de l’Enseignement Supérieur, la Direction Générale de la Planification et des Statistiques Sanitaires (DGPS), la Direction Nationale de la Santé Familiale (DNSF), la Direction Générale de la Planification au ministère de l’Éducation Nationale, et les directions régionales des Plans des iles autonomes ont également participé à l’exécution de ce projet. La Direction Générale de la Statistique et de la Prospective a publié, en mars 2013, un rapport préliminaire qui a permis une première utilisation des données de cette enquête. Le présent rapport principal met à la disposition de tous les utilisateurs, les informations dont ils ont certainement besoin pour leurs interventions. J’encourage vivement les utilisateurs des données (planificateurs, chercheurs et universitaires) à valoriser cette importante base de données par des études plus approfondies pouvant aider à l’élaboration des stratégies efficaces pour le bien-être de la population comorienne. Aussi, je tiens à saluer la collaboration fructueuse entre experts nationaux et ceux de l’ICF- International pour la réussite de ce projet. Au nom du Gouvernement Comorien, je saisis cette occasion pour adresser nos sincères remerciements au Système des Nations Unies, principal partenaire technique et financier de cette enquête et plus particulièrement le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) et Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF). L’ Remerciements • xv REMERCIEMENTS Union des Comores vient de réaliser sa deuxième Enquête Démographique, de Santé et à Indicateurs Multiples (EDSC-MICS II) à travers la Direction Générale de la Statistique et de la Prospective (DGSP) en étroite collaboration avec les ministères de la Santé, de l’Éducation Nationale et les Partenaires au Développement (le Système des Nations Unies à travers ses agences UNFPA et UNICEF) avec l’appui technique du Programme international DHS d’ICF International. L’EDSC-MICS II est une opération d’envergure nationale qui vise à fournir des données fiables et détaillées sur la situation démographique, socio-économique et sanitaire du pays. Cette opération est le résultat de l’engagement du Gouvernement Comorien, de la collaboration d’institutions diverses et de l’implication dévouée de l’assistance technique. Elle a mobilisé d’importantes ressources humaines, matérielles et financières. Je voudrais exprimer ma gratitude à toutes les institutionset à toutes les personnes impliquées dans la réalisation de cet important projet qui permet dorénavant à l’ensemble des utilisateurs de disposer d’une base des données fiables et actualisées qui va servir à l’élaboration, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des politiques et programmes de développement de notre pays. Je voudrais remercier particulièrement : • Le Président de l’Union des Comores et son Gouvernement qui se sont personnellement impliqués dans la réalisation de ce projet ; • Le Secrétariat Général du Gouvernement particulièrement Monsieur Said Mohamed ALI SAID qui a efficacement œuvré à la réussite du projet ; • Les Gouverneurs des iles autonomes; • L’ensemble des membres du comité de pilotage de l’enquête plus particulièrement Mme Susan NGONGI et M. Mamadou Boina Maecha, pour leur abnégation, leur engagement personnel et le sens de management qu’ils ont montré tout au long de ce processus ; • La Direction Générale de la Statistique et de la Prospective (DGSP), et l’équipe d’encadrement technique de l’EDSC-MICS II : le Coordonnateur National du projet, Directeur National de la Statistique, Monsieur Mouhiddine KAAMBI , Les Directeurs des Plans des îles, Messieurs Mohamed Soighir, Attoumane Issiaka, Claude Ben Ali, Zakaria Dayadji, les membres du comité technique, le Consultant National du projet M. Bastoine M’SOMA, le personnel d’appui technique et administratif, les superviseurs notamment M. Abdallah Solofo Victor, les chefs d’équipe, les contrôleuses, les cartographes ; les enquêteurs et enquêtrices, le personnel d’exploitation des données (Monaward Mshangama et Soifaouidine Abdallah) et les chauffeurs pour l’esprit de responsabilité et de sacrifice dont ils ont fait preuve malgré les difficultés financières souvent récurrentes tout au long de l’exécution de ce projet ; • Les experts et consultants de ICF-International notamment Messieurs Soumaila MARIKO, responsable technique pour l’Union des Comores, RuilinRen pour les volets de sondage et échantillonnage, et Adama Tiendrebeogo pour le travail remarquable réalisé dans la supervision de la collecte des données ; L’ xvi • Remerciements • Les Directions régionales du Plan des iles et les autorités administratives (les préfets, les Maires, les chefs des villages), politiques, militaires et religieuses pour les facilités apportées aux équipes pendant les phases de cartographie, du pré-test et du dénombrement principal ; • Toutes les populations des localités visitées pour l’accueil, la disponibilité et surtout d’avoir brisé les tabous en acceptant de répondre aux questionstrès intimes de l’enquête ; • Nos partenaires Techniques et financiers du Système des Nations Unies aux Comores : notamment l’UNFPA, l’UNICEF, et plus particulièrement le chargé de programme et le responsable du Suivi-Évaluation, Messieurs Said Brahime Boina et Ali Mohamed Ahamada pour leur contribution à la réussite de ce projet. Mes chaleureuses félicitations à tous les analystes du présent rapport principal : Ahmed Djoumoi, Ahmed Mohamed Ahmed, Ahmed Abdallah Hamadi, Mohamed Djamaldine Mahafoudhu, Oulédi Ahmed, Rahada Abdilah Aboubacar, Yasmina DADA et Younoussa IMANI et ainsi qu’à tous les membres du comité de lecture de ces rapports pour leurs précieuses contributions. Enfin, je félicite l’enquêtrice Amina Aboubacar qui au cours de la collecte a accouché de son troisième bébé. Sigles et abréviations • xvii SIGLES ET ABRÉVIATIONS ASCOBEF Association Comorienne du Bien-Etre de la Famille BCG Bacille de Calmette et Guérin BTP Bâtiments, Travaux Publics CDE Convention des Droits des Enfants CIM Classification Internationale des Maladies CIPD Conférence Internationale sur la Population et le Développement CHR Centre Hospitalier Régional COI Commission de l’Océan Indien CMC Centre Médical Chirurgical CMU Centre Médical Urbain CSPro Census and Survey Processing System CTA Combinaison Thérapeutique à base d’Artémisinine DHS Demographic and Health Survey DIU Dispositif Intra Utérin DTCoq Vaccin contre la Diphtérie, le Tétanos et la Coqueluche DGSP Direction Générale de la Statistique et de la Perspective DGPS Direction Générale de la Planification et des Statistiques Sanitaires DNSF Direction Nationale de la Santé Familiale ENMSP École Nationale de Médecine et de Santé Publique EDSC I Enquête Démographique et de Santé aux Comores EDS-MICS II Deuxième Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples EMVRC Étude Multicentrique sur les Valeurs de Référence pour la Croissance ET Écart Type EVIH Enquête sur Virus de l’Immunodéficience Humaine FNUAP Fonds des Nations Unies pour la population GAVI Global Alliance for Vaccine and Immunization IDH Indice du Développement Humain IEC Information, Éducation, Communication IMC Indice de Masse Corporelle IRA Infection Respiratoire Aiguë ISF Indice Synthétique de Fécondité ISFD Indice Synthétique de Fécondité Désiré IST Infections Sexuellement Transmissibles IVACG International Vitamin A Consultative Group JICA Japan International Cooperation Agency MAMA Méthode de l’Allaitement Maternel et de l’Aménorrhée MII Moustiquaires Imprégnées d’Insecticides MIILDA Moustiquaire Imprégnée d’Insecticide à Longue Durée d’Action MIS Malaria Indicator Survey (enquête sur les indicateurs sur le Paludisme) MICS Multiple Indicator Closer Survey (Enquête à Indicateurs Multiples) MSSPG Ministère de la Santé, de la Solidarité et de la Promotion du Genre xviii • Sigles et abréviations NCHS/CDC/OMS Centre National des Statistiques Sanitaires des États-Unis NN Néonatal OMD Objectifs du Millénaire pour le Développement OMS Organisation Mondiale de la Santé ONU Organisation des Nations Unies ONUSIDA Programme Commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA PDCM Proportion des Décès liés à des Causes Maternelles PEV Programme Élargi de Vaccination PF Planification Familiale PIB Produit Intérieur Brut PID Pulvérisation Intradomiciliaire PNLP Programme National de Lutte contre le Paludisme PNLS Programme National de Lutte contre le SIDA PNDS Plan National de Développement Sanitaire PNN Post néonatal PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement Polio Poliomyélite PPAC Plan Pluriannuel Annuel Complet RDV Risque sur la Durée de Vie REPS Racine carrée de l'Effet du Plan de Sondage RGPH Recensement Général de la Population et de l’Habitat SCRP Stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté Sida Syndrome de l’Immunodéficience Acquise SRO Sels de Réhydratation par Voie Orale SCRP Stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté SSP Soins de Santé Primaire SP Sulfadoxine/Pyriméthamine SNDS Stratégie Nationale de Développement de la Statistique TBFS Taux Brut de Fréquentation Scolaire TBN Taux Brut de Natalité TBS Taux Brut de Scolarisation TDCI Trouble Dû à la Carence en Iode TGFG Taux Global de Fécondité Générale TMM Taux de Mortalité Maternelle TNS Taux Net de Scolarisation TNF Taux Net de Fréquentation TPI Traitement Préventif Intermittent TPlg Traitement Préventif Intermittent durant la grossesse TRO Thérapie de Réhydratation par Voie Orale UNFPA Fonds des Nations Unies pour la Population UNICEF Fond des Nations Unies pour l’Enfance VIH Virus de l’Immunodéficience Humaine VAT Vaccin Antitétanique WFPHA ZD Zone de Dénombrement In di ca te ur s po ur le s ui vi d es o bj ec tif s du M ill én ai re p ou r l e D év el op pe m en t p ar s ex e • xi x I N D IC A TE U R S PO U R L E SU IV I D ES O B JE C TI FS D U M IL LÉ N A IR E PO U R L E D ÉV EL O PP EM EN T PA R S EX E R és id en ce E ns em bl e M or on i A ut re s vi lle s E ns em bl e ur ba in R ur al Fe m m es H om m es E n- se m bl e Fe m m es H om m es E n- se m bl e Fe m m es H om m es E n- se m bl e Fe m m es H om m es E n- se m bl e Fe m m es H om m es E n- se m bl e 1. R éd uc tio n de l’ ex tr êm e pa uv re té e t d e la fa im 1. 8 P ré va le nc e de l’ in su ffi sa nc e po nd ér al e ch ez le s en fa nt s de m oi ns d e 5 an s 7, 8 15 ,4 10 ,7 12 ,6 11 ,7 12 ,2 11 ,3 12 ,4 11 ,8 17 ,7 15 ,6 16 ,6 15 ,9 14 ,8 15 ,3 2. A ss ur er l’ éd uc at io n pr im ai re p ou r t ou s 2. 1 Ta ux n et d ’in sc rip tio n au n iv ea u pr im ai re 92 ,3 92 ,2 92 ,3 91 ,0 87 ,7 89 ,3 91 ,3 88 ,8 90 ,0 81 ,7 82 ,7 82 ,2 84 ,5 84 ,5 84 ,5 2. 3 Ta ux d ’a lp ha bé tis at io n pa rm i l es 1 5- 24 a ns 87 ,3 91 ,3 89 ,3 90 ,3 89 ,8 90 ,5 89 ,4 91 ,2 90 ,0 72 ,4 84 ,1 75 ,2 77 ,8 86 ,9 80 ,2 3. Pr om ou vo ir l’é ga lit é de s ge nr es e t l ’a ut on om is at io n de s fe m m es 3. 1a R at io s fil le s- ga rç on s au n iv ea u pr im ai re na na 1, 0 na na 1, 0 na na 1, 0 na na 1, 0 na na 1, 0 3. 1b R at io s fil le s- ga rç on s au n iv ea u se co nd ai re na na 1, 2 na na 1, 2 na na 1, 2 na na 1, 1 na na 1, 1 3. 1c R at io s fil le s- ga rç on s au n iv ea u su pé rie ur na na 1, 4 na na 1, 9 na na 1, 6 na na 1, 1 na na 1, 2 4. R éd ui re la m or ta lit é de s en fa nt s 4. 1 Q uo tie nt d e m or ta lit é in fa nt o- ju vé ni le (p ou r 1 0 00 na is sa nc es v iv an te s) na na 34 a na na 25 a na na 28 a na na 58 a na na 50 b 4. 2 Q uo tie nt d e m or ta lit é in fa nt ile (p ou r 1 00 0 na is sa nc es vi va nt es p ou r l es 1 0 an né es p ré cé da nt l’ en qu êt e) na na 25 a na na 19 a na na 21 a na na 45 a na na 36 b 4. 3 P ou rc en ta ge d ’e nf an ts â gé s d’ un a n va cc in és c on tre la ro ug eo le 79 ,6 77 ,9 78 ,9 78 ,8 69 ,1 73 ,5 79 ,0 71 ,1 75 ,0 78 ,6 72 ,6 75 ,4 78 ,7 72 ,2 75 ,3 5. A m él io re r l a sa nt é m at er ne lle 5. 1 Ta ux d e m or ta lit é m at er ne lle (p ou r 1 00 0 00 n ai ss an ce s) na na na na na na na na na na na na na na 17 2 5. 2 P ou rc en ta ge d e na is sa nc es a ss is té es p ar u n pr es ta ta ire fo rm é na na 93 ,8 na na 91 ,7 na na 92 ,2 na na 78 ,5 na na 82 ,2 5. 3 P ré va le nc e co nt ra ce pt iv e 30 ,7 na na 29 ,1 na na 29 ,6 na na 14 ,4 na na 19 ,4 na na 5. 4 Ta ux d e na ta lit é de s ad ol es ce nt es 55 ,1 na na 69 ,8 na na 65 ,8 na na 72 ,3 na na 70 ,3 na na 5. 5a C ou ve rtu re d es s oi ns p ré na ta ls (a u m oi ns , u ne v is ite av ec u n pr es ta ta ire fo rm é) 92 ,9 na na 95 ,5 na na 94 ,8 na na 90 ,9 na na 92 ,1 na na 5. 5b C ou ve rtu re d es s oi ns p ré na ta ls (a u m oi ns , q ua tre v is ite s av ec u n pr es ta ta ire fo rm é) 56 ,0 na na 47 ,7 na na 49 ,9 na na 48 ,5 na na 48 ,9 na na 5. 6 B es oi ns n on s at is fa its e n m at iè re d e pl an ifi ca tio n fa m ili al e 21 ,5 na na 25 ,7 na na 24 ,3 na na 35 ,8 na na 32 ,0 na na 6. C om ba ttr e le V IH /s id a, le p al ud is m e et d ’a ut re s m al ad ie s 6. 1 P ré va le nc e du V IH d an s la p op ul at io n de 1 5- 24 a ns na na na na na na na na na na na na na na na 6. 2 U til is at io n du c on do m a ux d er ni er s ra pp or ts s ex ue ls à ris qu es c he z le s je un es d e 15 -2 4 an s 49 ,2 60 ,5 54 ,8 57 ,7 56 ,2 63 ,1 53 ,7 62 ,6 62 ,2 29 ,8 57 ,9 55 ,7 37 ,8 60 ,3 59 ,0 6. 3 P ro po rti on d e la p op ul at io n de 1 5- 24 a ns a ya nt u ne co nn ai ss an ce « ap pr of on di e »d u VI H /s id a 34 ,1 40 ,8 37 ,4 39 ,1 38 ,3 19 ,4 23 ,7 26 ,5 24 ,6 17 ,1 22 ,3 18 ,3 19 ,1 23 ,9 20 ,4 6. 4 R at io d e la fr éq ue nt at io n sc ol ai re d es o rp he lin s su r l a fré qu en ta tio n sc ol ai re d es n on o rp he lin s âg és d e 10 -1 4 an s 1, 05 1, 04 1, 04 1, 08 1, 06 1, 07 1, 08 1, 06 1, 07 1, 13 1, 00 1, 08 1, 11 1, 03 1, 08 6. 7 P ou rc en ta ge d ’e nf an ts d e m oi ns d e 5 an s do rm an t s ou s un e m ou st iq ua ire im pr ég né e d’ in se ct ic id e 42 ,4 49 ,3 45 ,3 37 ,4 34 ,7 36 ,1 38 ,8 38 ,1 38 ,5 43 ,5 40 ,8 42 ,1 42 ,1 40 ,1 41 ,1 6. 8 P ou rc en ta ge d ’e nf an ts d e m oi ns d e 5 an s av ec d e la fiè vr e qu i o nt é té tr ai té s av ec d es a nt ip al ud ée ns ap pr op rié s 53 ,3 30 ,5 43 ,9 25 ,0 14 ,7 20 ,2 31 ,5 17 ,7 25 ,2 29 ,0 26 ,2 27 ,5 29 ,9 23 ,7 26 ,7 7. Pr és er ve r l ’e nv iro nn em en t 7. 1 P ro po rti on d e la p op ul at io n co ns om m an t d e l’e au pr ov en an t d ’u ne s ou rc e am él io ré e1 na na 97 ,0 na na 93 ,8 na na 94 ,7 na na 83 ,7 na na 87 ,1 7. 2 P ro po rti on d e la p op ul at io n ut ilis an t d es to ile tte s am él io ré es na na 22 ,6 na na 47 ,0 na na 40 ,2 na na 23 ,7 na na 28 ,9 na = N on a pp lic ab le a P ou r l a pé rio de d es 1 0 an né es p ré cé da nt l’ en qu êt e. b P ou r l a pé rio de d es 5 a nn ée s pr éc éd an t l ’e nq uê te . 1 Y c om pr is l’ ea u de p lu ie . Indicateurs pour le suivi des Objectifs du Millénaire pour le Développement par sexe • xix xx • Carte des Comores Présentation du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête • 1 PRÉSENTATION DU PAYS, OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE 1 1.1 PRÉSENTATION DU PAYS 1.1.1 Géographie Union des Comores est constituée de 4 îles, Ngazidja ou Grande Comore, Ndzuwani ou Ndzouani, Mwali ou Mohéli et Maoré ou Mayotte. À la suite de la proclamation de son indépendance en 1975, la souveraineté de l’Union des Comores ne s’exerce actuellement que sur les trois îles de Ngazidja, Ndzuwani et Mwali (Mayotte reste encore sous administration française). Les Comores sont situées à l’entrée nord du Canal de Mozambique, à mi-chemin entre la Côte est de l’Afrique et le nord-ouest de Madagascar (entre 11°20' et 11°4' de latitude sud et entre 43°11' et 45°19' de longitude est). Les trois îles couvrent une superficie totale de 1 862 km² : Ngazidja : 1 148 k m², Ndzuwani : 424 km² et Mwali : 290 km². Sur le plan géographique, les Comores se sont formées à la suite d’importantes manifestations volcaniques datées de la fin du tertiaire, ce qui confère au pays un relief tourmenté, hérissé de pics et de cônes ne laissant que peu de place aux plaines qui sont réduites à de petits bassins et de plates-formes taillées dans la lave noire. Le climat de l’archipel est humide et chaud, mais tempéré à la fois par l’altitude et par l’influence océanique. Ce climat tropical est caractérisé par deux grandes saisons : une saison chaude et humide, nommée « kashkasi » entre novembre et mars-avril, marquée par de fortes pluies et parfois par de violents cyclones et des températures oscillant entre 28 et 33°C et une saison sèche et fraîche, nommée « Kusi » entre mai et octobre, caractérisée par des vents de mousson nord à nord-ouest avec des températures variant entre 24 et 27 °C. L’insolation est généralement forte variant de 2 000 h/an à plus de 3 000 h/an avec une moyenne de 2 600 h/an. Le long des côtes, la température moyenne mensuelle ne varie guère que de 5°C, (de 23 à 28 °C). Les hautes terres sont nettement plus humides et plus fraîches que la côte. La pluviométrie moyenne annuelle dépasse largement les 200 mm et reste marquée par les microclimats observés généralement sur les îles montagneuses. L’environnement maritime des Comores est naturellement propice aux activités de pêche, comme d’ailleurs dans le reste de l’océan indien, la faune maritime est très variée. 1.1.2 Économie L’Union des Comores, est un pays à vocation agricole et à faible revenu. L’agriculture demeure le secteur prépondérant de l’économie nationale. En 2012, elle participait pour environ 52 % à la part à la formation du PIB réel ; en outre, elle rapporte l’essentiel des recettes d’exportation et, selon le dernier Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 2003, elle emploie près de 60 % de la population active. La situation économique aux Comores a évolué dans un contexte favorable malgré un environnement international difficile sur fond de crise de la dette publique dans les pays européens. Depuis l’année 2011, le Gouvernement Comorien a engagé des réformes structurelles dans le cadre du programme avec le Fonds Monétaire International qui a abouti, au mois de juin 2012, à la conclusion de la 3ème revue du programme et, en décembre 2012, à la réalisation du point d’achèvement. L’ 2 • Présentation du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête Dans ce contexte favorable, le rythme de progression de l’activité s’est inscrit dans une tendance à la hausse observée depuis 2009, avec un taux de croissance du PIB de 3 % en 2012 contre 2,6 % en 2011. Ce taux pourrait avoisiner les 3 % en 2013. La croissance actuelle est fondée sur une demande intérieure soutenue par des investissements dans le secteur routier et la relance de la consommation des ménages avec le paiement régulier des salaires. La consolidation des concours de la diaspora, l’amélioration des recettes de l’État, notamment celles liées au programme de la Citoyenneté Économique et aux financements des investissements dans le domaine des infrastructures routières, constituent les principales sources de financement de la demande intérieure. Au niveau sectoriel, la richesse est dominée par le secteur primaire (agriculture, pêche et élevage) suivi du secteur tertiaire et enfin du secteur secondaire. La croissance a été portée, en priorité, par le secteur primaire grâce à une production agricole abondante, suivi du secteur tertiaire et enfin du secteur secondaire. Secteur primaire : celui-ci représente 53 % du PIB et est caractérisé par les cultures vivrières et maraîchères, les cultures d’exportation et l’arboriculture. Secteur secondaire, celui-ci représente 14 % du PIB et reste dominé par de petites et moyennes entreprises dont l’activité repose essentiellement sur la transformation primaire des produits agricoles de rente, la boulangerie, la menuiserie et les métiers de BTP et par deux entreprises publiques à caractère industriel qui produisent l’eau et l’électricité et des médicaments. Secteur tertiaire, celui-ci représentait, en 2012, environ 33 % du PIB. La valeur ajoutée a progressé faiblement (1,6 %) en 2012. En raison de son rôle stratégique de secteur de soutien à la production, le tertiaire a pâti des difficultés des activités du secteur secondaire, principalement au niveau des transports et télécommunications, des banques et assurances, et d’autres services. Au cours de l’année 2012, le taux d’inflation a beaucoup augmenté par rapport aux six dernières années atteignant 6 %. Malgré un contexte favorable, l’économie comorienne est fortement tributaire de l’extérieur pour ses approvisionnements en principaux produits de consommation de base, entretenant un déficit commercial en perpétuelle augmentation. Ce déséquilibre affecte le compte courant de la balance des paiements, amplifié en 2011 et 2012 par le renchérissement des matières premières et la détérioration des termes de l’échange. 1.1.3 Population L’origine du peuplement des Comores est le résultat de vagues migratoires successives de groupes d’origines diverses qui se seraient fondus au cours du temps pour former cette originale civilisation Swahili de l’Océan Indien occidental. Aux Comores, ces migrations ont donné lieu aujourd’hui à une population homogène caractérisée par les mêmes coutumes, la même langue, le shikomor, et la même religion, l’islam sunnite. La population résidente dénombrée lors du dernier recensement de 2003 est de 575 660 habitants dont 52 % résident à Ngazidja, 42 % à Ndzuwani et 6 % à Mwali. D’après le dernier Recensement Général de la Population et de l’Habitat, le taux d’accroissement intercensitaire est passé de 2,7 % en 1991 à 2,1 % en 2003. À ce rythme, la population comorienne devrait atteindre 724 294 habitants en 2012 et doubler en 33 ans. Aux Comores, la croissance urbaine est due essentiellement à l’exode rural consécutif à la baisse de la production agricole et à la concentration des investissements publics et des activités économiques dans les zones urbaines, spécialement dans les capitales des îles. La population comorienne reste encore en majorité rurale (72 % contre 28 % en milieu urbain). Présentation du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête • 3 1.1.4 Politique et situation en matière de santé Politique du système de santé La réforme du système sanitaire a été entreprise à partir de 1994 avec l’élaboration du Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) perspectives An 2010. Ce plan a mis l’accent sur le renforcement des districts sanitaires, la décentralisation effective dans la gestion des activités, l’approvisionnement en médicaments essentiels et le recouvrement des coûts1. La Politique Nationale de Santé officiellement adoptée par le Gouvernement en décembre 2005 a retenu les orientations stratégiques suivantes2 : • le développement des services de santé y compris le renforcement des infrastructures et des capacités de planification, de financement et de suivi (décentralisation, recouvrement des coûts, formation du personnel, planification/programmation/suivi-évaluation des activités, système d’information sanitaire et recherche). • le développement de stratégies et d’actions spécifiques aux différents programmes de lutte contre les maladies. • la promotion et la protection de la santé (IEC, environnement et santé, comportements sains). Organisation du système de santé Aux Comores, le système de santé est organisé en trois niveaux : • Le niveau central est composé du Cabinet du Ministre, du Secrétariat général, de la Direction Nationale de la Santé, des directions et services chargés de la coordination des programmes et projets de santé, de l’hôpital de référence national El-Maarouf et de l’École Nationale de Médecine et de Santé Publique (ENMSP) rattachée à l’Université des Comores. • Au niveau intermédiaire ou des îles, le système de santé est constitué de l’administration sanitaire des îles (Commissaire chargé de la santé assisté par un Directeur de la santé et des responsables des services de santé) et des Centres Hospitaliers Régionaux (CHR). • Au niveau périphérique, on dénombre l7 districts sanitaires dont 7 en Grande Comore, 7 à Ndzuwani et 3 à Mwali. Parmi ces districts, 2 sont couverts par des Centres médicaux chirurgicaux (CMC) à Ndzuwani et Ngazidja et 3 par des Centres médicaux urbains (CMU) au niveau de chaque île3. Á cela, il faut ajouter un réseau de dispensaires de santé des militaires, le dispensaire CARITAS de la Mission Catholique, un service privé en pleine expansion et 49 postes de santé périphériques. L’amélioration de l’état sanitaire de la population constitue un défi majeur pour les autorités comoriennes. On note que le paludisme est la première cause d’hospitalisation et de mortalité aux Comores. Le taux de prévalence du paludisme dans les consultations est passé de 50 % en 2004 à 36 % en 2011. Il convient de souligner que si la morbidité reste élevée, la mortalité est en baisse grâce à la disponibilité et à la gratuité du traitement des cas de paludisme simple et à la campagne de traitement de masse du paludisme à Mwali entre 2008 et 2010. 1 Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) perspectives an 2010, décembre 1993. 2 Politique Nationale de Santé (PNS), février 2005. 3 Rapport d’activités OMS 2002-2003. 4 • Présentation du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête Pour la lutte contre les maladies évitables par la vaccination, on note une amélioration de la couverture vaccinale par antigène. En 2011, la couverture vaccinale pour les différents antigènes était estimée à respectivement 88 % pour le BCG, 92 % pour le DTC/Hep/Hib1, 87 % pour le DTC/Heb/Hib3, 78 % pour la rougeole et 23 % pour le VAT2+. Cette amélioration est due à l’installation de nouveaux matériels et équipements, à l’appui en formation, à la validation du PPAC, à l’installation des vaccins ainsi qu’à la mise en place des outils de gestion pour les services de vaccination avec l’appui de la fondation GAVI, de l’UNICEF, de la JICA et de l’OMS. Ceci a eu un effet positif sur certains indicateurs relatifs à la santé de la mère et de l’enfant. Les informations disponibles montrent une amélioration sensible pour atteindre l’Objectif 4 du Millénaire pour le Développement relatif à la réduction du taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans. 1.2 OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE 1.2.1 Cadre institutionnel L’enquête EDSC-MICS II a été réalisée aux Comores en 2012 par la Direction Générale de la Statistique et de la Prospective en collaboration avec le Ministère de la Santé, de la Solidarité et de la Promotion du Genre (MSSPG) et les Directions des Plans des îles, sous la tutelle du Secrétariat Général du Gouvernement. L’enquête a été financée conjointement par le Gouvernement Comorien et les agences du système des Nations Unies, en particulier de l’UNICEF et de l’UNFPA. Elle a, à ce titre, bénéficié de l’assistance technique d’ICF International tout au long du processus pour la garantie scientifique et la crédibilité des indicateurs et des résultats qui en sont issus. Trois organes ont été mis en place par le Secrétariat Général du Gouvernement pour faciliter la mise en œuvre et le suivi de l’exécution de l’opération : • Le Comité de Pilotage interministériel et interinstitutionnel • Le Comité technique • La Cellule de gestion administrative et financière 1.2.2 Objectifs L’objectif général poursuivi par l’Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples 2012 (EDSC-MICS II 2012) est de fournir les indicateurs pour un meilleur suivi et évaluation des efforts du gouvernement par le biais de la mise en œuvre du Document de Stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté (DSRP) et des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Ces indicateurs concernent particulièrement les domaines de la lutte contre les maladies prioritaires, l’amélioration de la santé maternelle et infantile, la prévention en matière d’Infections Sexuellement Transmissible (IST), l’amélioration du système de santé et la promotion de l’éducation pour tous. De façon spécifique l’enquête vise à : • Connaître les niveaux et tendances de la fécondité et de la mortalité infantile et juvénile, ainsi que les facteurs déterminant leur évolution; • Déterminer le niveau de connaissance des méthodes de contraception chez les femmes et les hommes et évaluer la prévalence contraceptive; • Obtenir des informations sur le nombre idéal d’enfants et sur les attitudes vis-à-vis de la planification familiale chez les femmes et les hommes en âge de procréer ; Présentation du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête • 5 • Recueillir des données détaillées sur la santé maternelle et infantile : visites prénatales, assistance à l’accouchement, allaitement, vaccination, supplémentation en micronutriments, traitement de la diarrhée et d’autres maladies chez les enfants de moins de cinq ans. • Recueillir des données détaillées sur la connaissance et les attitudes des femmes et des hommes vis-à-vis du sida et des IST. • Estimer l’ampleur de la violence et des traumatismes basée sur le genre. 1.2.3 Support de collecte Au cours de l’EDSC-MICS 2012, les interviews ont été conduites à l’aide de questionnaires sur papier administrés aux individus. Trois types de questionnaires basés sur les modèles développés par le programme DHS et adaptés au contexte national ont été utilisés. Il s’agit du : 1) Questionnaire ménage. Il permet de recenser tous les membres du ménage et d’identifier les personnes éligibles pour l’enquête individuelle, à savoir les femmes en âge de reproduction (15- 49 ans). Une enquête individuelle auprès des hommes ayant été inclus dans le projet, ces derniers ont été également identifiés à partir de l’enquête ménage. Au cours de l’enquête ménage, des informations ont aussi été collectées sur certaines caractéristiques du logement qui ont permis d’évaluer les conditions de vie des ménages, de calculer l’indice de bien-être économique des ménages et également d’évaluer le travail des enfants. Il comprend les différentes parties suivantes : Le tableau ménage permet de collecter, entre autres informations, l’âge, le sexe, le niveau d’instruction des membres du ménage mais aussi les informations concernant : • Les caractéristiques du logement (type de toilettes, eau, murs du logement, etc.) ; • Les moustiquaires ; • Le travail des enfants ; et • La disponibilité de sel iodé ainsi que la prise des mensurations (poids et taille) des enfants de moins de 5 ans et des femmes de 15-49 ans. 2) Questionnaire femme. Il comprend les douze sections suivantes : • Caractéristiques sociodémographiques de l’enquêtée ; • Reproduction ; • Contraception ; • Grossesse et soins postnatals ; • Vaccination des enfants, santé et nutrition; • Mariage et activité sexuelle; • Préférences en matière de fécondité ; • Caractéristiques du conjoint et travail de la femme ; • Connaissance et comportement sur le VIH/sida ; • Autres problèmes de santé ; • Violence domestique ; et • Mortalité maternelle. 6 • Présentation du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête 3) Questionnaire homme. Il s’agit également d’un questionnaire individuel comprenant les huit sections suivantes : • Caractéristiques sociodémographiques de l’enquêté ; • Reproduction ; • Contraception ; • Mariage et activité sexuelle ; • Préférences en matière de fécondité ; • Emploi et rôle des sexes • VIH/sida ; et • Autres problèmes de santé. 1.3 ÉCHANTILLONNAGE L’échantillon de l’EDSC-MICS II 2012 est un échantillon représentatif au niveau national, basé sur un sondage par grappes stratifié à deux degrés. L’échantillon de l’EDSC-MICS II 2012 est un échantillon représentatif de ménages. Comme pour toutes les enquêtes EDS passées, l’EDSC-MICS II comprenait 5 domaines d’études constitués de chacune des trois principales îles (régions) du pays (Mwali, Ndzuwani, Ngazidja), du milieu urbain et du milieu rural. Au premier degré, 252 grappes ont été sélectionnées, et tirées proportionnellement à leur taille, à partir de la liste des Zones de Dénombrement (ZD) établies lors du Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) de 2003 et, en partie, mise à jour en 2012 lors des travaux cartographiques. Toutes les grappes sélectionnées ont fait l’objet d’un dénombrement exhaustif des ménages. Au deuxième degré, des ménages ont été tirés, à probabilité égale à partir de la liste des ménages établie lors de l’opération de dénombrement. Le nombre de ménages tirés est de 20 dans chaque grappe urbaine ou rurale. Au total, 5 041 ménages ont été sélectionnés pour l’enquête ménage. Tous les membres des ménages tirés ont été identifiés à l’aide du questionnaire ménage. Toutes les femmes âgées de 15 à 49 ans (résidentes habituelles ou visiteuses) qui se trouvaient dans ces ménages ont été enquêtées individuellement. En outre, ces femmes, de même que tous les enfants âgés de moins de 5 ans, ont été mesurés et pesés. De même, dans un ménage sur deux, tous les hommes âgés de 15-59 ans résidant dans ces ménages tirés ont été aussi enquêtés individuellement. Les résultats concernant la couverture de l’échantillon sont présentés au tableau 1.1 ci-dessous. Tableau 1.1 Résultats des interviews Ménages et Individuelles Effectif de ménages, nombre d’interviews et taux de réponse par milieu de résidence (non pondéré), Comores 2012 Résultat Milieu de résidence Ensemble urbain Rural Ensemble Moroni Autres villes Interviews Ménages Ménages sélectionnés 923 1 242 2 165 2 876 5 041 Ménages occupés 826 1 153 1 979 2 677 4 656 Ménages interviewés 770 1 122 1 892 2 590 4 482 Taux de réponse des ménages1 93,2 97,3 95,6 96,8 96,3 Interviews des femmes de 15-49 ans Effectif de femmes éligibles 930 1 479 2 409 3 310 5 719 Effectif de femmes éligibles interviewées 865 1 385 2 250 3 079 5 329 Taux de réponse des femmes éligibles2 93,0 93,6 93,4 93,0 93,2 Interviews des hommes de 15-59 ans Effectif d’hommes éligibles 506 701 1 207 1 407 2 614 Effectif d’hommes éligibles interviewés 424 595 1 019 1 148 2 167 Taux de réponse des hommes éligibles2 83,8 84,9 84,4 81,6 82,9 1 Ménages enquêtés/ménages identifiés. 2 Enquêtés interviewés/enquêtés éligibles. Présentation du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête • 7 Au cours de l’EDSC-MICS II 2012, un échantillon de 252 grappes a été tiré. Au total, 5041 ménages ont été sélectionnés et, parmi eux, 4 656 ménages occupés ont été identifiés au moment de l’enquête. Parmi ces 4 656 ménages, 4 482 ont pu être enquêtés avec succès, soit un taux de réponse de 96 % (Tableau 1). Les taux de réponses sont très proches en milieu rural et en milieu urbain. Dans les 4 482 ménages enquêtés, 5 719 femmes âgées de 15-49 ans ont été identifiées comme étant éligibles pour l’enquête individuelle et, pour 5 329 d’entre elles, l’interview a été menée avec succès, soit un taux de réponse de 93 %. L’enquête homme a été réalisée dans un ménage sur deux : 2 614 hommes étaient éligibles et 2 167 ont été interviewés (soit un taux de réponse de 83 %). Les taux de réponse enregistrés en milieu urbain sont pratiquement les mêmes que ceux obtenus en milieu rural chez les femmes. Chez les hommes, le taux de réponse est un peu plus élevé en milieu urbain qu’en milieu rural (84 % contre 82 %). 1.4 DÉROULEMENT DES ACTIVITÉS DE L’EDSC-MICS II 2012 L’opération de cartographie et de dénombrement des 252 grappes de l’échantillon s’est déroulée sur le terrain du 25 février au 19 mars 2012. Trente-huit équipes composées, chacune, de 2 agents cartographes et d’un énumérateur préalablement formés, ont été chargés de ce travail. La formation pour l’enquête principale qui a été combinée avec celle du pré-test s’est déroulée du 12 juin au 5 juillet 2012. Cent quatre personnes ayant, au moins, un niveau de fin d’études secondaires ont suivi la formation. Un pré-test des questionnaires s’est déroulé dans la ville de Ngazidja (Moroni) sur 5 jours, du 28 juin au 4 juillet 2012 : 104 agents ont été recrutés, formés et déployés en zone urbaine (Moroni) et en zone rurale non loin de Moroni. Les enseignements tirés de ce pré-test ont permis de finaliser les questionnaires et les manuels d’instructions du personnel de collecte. À l’issue de la formation, les meilleurs candidats ont été retenus pour la collecte et répartis en treize équipes, composées chacune : • d’un chef d’équipe, • d’une contrôleuse, • d’un enquêteur homme, et • de trois agents enquêtrices. La collecte des données sur l’ensemble du territoire national a débuté le 20 août 2012 et s’est achevée le 5 décembre 2012. La collecte des données a bénéficié de l’appui des experts d’ICF International. 8 • Présentation du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête 1.5 SAISIE DES DONNÉES Au cours de l’EDSC-MICS II 2012, les interviews ont été conduites à l’aide des questionnaires sur papier. Les questionnaires remplis ont été acheminés au bureau central de l’enquête à Moroni, pour être édités, puis saisis. La saisie des questionnaires a été effectuée en utilisant le logiciel CSPro, développé conjointement par le Bureau du Recensement des États-Unis et le Programme DHS. Une personne était chargée de la réception des questionnaires au bureau central et 7 autres personnes étaient chargées de la vérification/codification des questionnaires. Deux équipes de saisie composées de 12 agents chacune (soit au total 24 agents) ont été chargées de la saisie des questionnaires. La saisie des questionnaires a débuté le 20 septembre 2012 et s’est achevée le 20 janvier 2013, soit une durée de quatre mois. À la fin de la collecte sur le terrain, les données saisies au bureau central ont été éditées en vue de vérifier la cohérence interne des réponses. La vérification finale a été réalisée par un informaticien et un démographe du programme DHS, utilisant une technique éprouvée au cours de dizaines d’enquêtes antérieures similaires. Caractéristiques des ménages • 9 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES 2 objectif de ce chapitre est de présenter le contexte dans lequel vivent les femmes et les hommes enquêtés. Une telle description est essentielle dans la mesure où le comportement procréateur des femmes, aussi bien que l’état de santé et l’état nutritionnel des enfants, sont influencés par l’environnement physique et socio-culturel et par la situation économique. La première partie de ce chapitre est consacrée à la présentation de certaines caractéristiques socioéconomiques. La deuxième partie est consacrée à la présentation de certaines caractéristiques démographiques. La troisième partie présente le niveau d’instruction des femmes et des hommes des ménages enquêtés. 2.1 CONDITIONS DE VIE Par le biais de questions concernant, en particulier, la provenance de l’eau de consommation, le type d’installations sanitaires du logement, les moyens utilisés pour assainir l’eau ou les différents moyens utilisés pour se débarrasser des excréments, on a tenté, dans le cadre de l’enquête EDSC-MICS II, d’évaluer partiellement l’environnement sanitaire dans lequel vivent les ménages enquêtes. Utilisation des sources d’eau améliorées La connaissance de la source d’approvisionnement en eau de boisson donne une indication sur la salubrité de l’eau consommée par le ménage. Les sources d’approvisionnement en eau considérées comme adéquates sont listées au tableau 2.1 sous la catégorie « source améliorée », et les sources qui peuvent ne pas être de qualité adéquate figurent sous la catégorie « source non améliorée ». Selon les résultats de l’enquête, 72 % des ménages consomment de l’eau provenant d’une source d’approvisionnement considérée comme améliorée, en grande partie de l’eau d’un robinet situé dans le logement ou dans la cour/parcelle (38 %) et de l’eau d’un robinet public (23 %). Les proportions de ménages qui consomment de l’eau d’autres sources sont très faibles. On constate des différences de source d’approvisionnement de l’eau : en milieu urbain, la proportion de ménages consommant de l’eau d’une source améliorée est de 88 % contre 63 % en milieu rural. C’est à Moroni que la proportion de ménages qui consomment de l’eau provenant d’une source améliorée est la plus élevée (92 %). Dans plus de la moitié des cas (54 %), les ménages vivant à Moroni s’approvisionnent à un robinet public. Ces résultats sont certainement dus à l’existence d’un réseau L’ Principaux résultats • Près des trois quarts des ménages comoriens (72 %) consomment de l’eau provenant d’une source d’approvisionnement considérée comme améliorée. • Seulement un quart des ménages utilisent des toilettes améliorées non partagées. • Près de sept ménages sur dix (69 %) disposent de l’électricité. • Une proportion élevée de la population comorienne à moins de 15 ans (42 %). • Environ deux ménages sur cinq (39 %) sont dirigés par une femme. 10 • Caractéristiques des ménages d’adduction d’eau bien entretenu et de certaines infrastructures adéquates. En milieu rural, cette proportion n’est que de 21 %. La comparaison avec les résultats de l’EDSC de 1996 met en évidence une amélioration des conditions d’approvisionnement en eau, la proportion de ménages disposant de robinet dans le logement ou la cour étant passée de 22 % à 38 %. Par ailleurs, les résultats concernant les enquêtés ne sont guère différents de ceux des ménages. Temps pour s’approvisionner en eau D’une manière globale, on constate que les deux tiers des ménages (66 %) disposent d’eau sur place. Cette proportion est plus élevée en milieu urbain qu’en milieu rural (70 % contre 64 %). Tableau 2.1 Eau utilisée par les ménages pour boire Répartition (en %) des ménages et de la population de droit par la provenance de l’eau pour boire, le temps pour s’approvisionner en eau et par le moyen utilisé pour traiter l’eau, selon le milieu de résidence, Comores 2012 Caractéristique Ménages Enquêtés Moroni Autres villes Ensemble urbain Rural Ensemble Moroni Autres villes Ensemble urbain Rural Ensemble Source d’approvisionnement en eau de boisson Source améliorée 92,1 85,5 87,6 63,4 71,5 93,1 85,8 87,8 62,7 70,6 Robinet dans logement/ cour/parcelle 33,8 66,9 56,2 28,8 37,9 34,7 66,9 58,0 28,3 37,6 Robinet public/fontaine 54,3 13,4 26,6 20,7 22,6 53,7 13,8 24,8 19,4 21,1 Puits à pompe/forage 0,6 0,2 0,3 0,4 0,4 2,0 0,3 0,8 0,4 0,5 Puits creusé protégé 2,0 2,8 2,5 8,2 6,3 1,7 2,4 2,2 9,1 6,9 Source d’eau protégée 0,7 1,9 1,5 4,8 3,7 0,7 2,0 1,6 5,1 4,0 Eau en bouteille 0,7 0,3 0,4 0,6 0,5 0,5 0,3 0,4 0,4 0,4 Source non améliorée 7,9 12,2 10,8 31,7 24,7 6,9 11,8 10,4 32,4 25,5 Puits creusé non protégé 0,1 0,1 0,1 3,4 2,3 0,1 0,1 0,1 3,6 2,5 Source d’eau non protégée 0,0 0,5 0,3 3,0 2,1 0,0 0,4 0,3 3,1 2,2 Eau de pluie 5,2 8,6 7,5 20,8 16,4 4,4 8,4 7,3 21,4 16,9 Camion-citerne/charrette avec petite citerne 2,7 2,6 2,6 3,4 3,2 2,4 2,5 2,5 3,2 3,0 Eau de surface 0,0 0,3 0,2 1,1 0,8 0,0 0,3 0,2 1,1 0,8 Autre 0,0 2,2 1,5 4,8 3,7 0,0 2,3 1,7 4,9 3,8 Manquant 0,0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,0 0,1 0,1 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Pourcentage utilisant pour boire l’eau d’une source améliorée 92,1 85,5 87,6 63,4 71,5 93,1 85,8 87,8 62,7 70,6 Temps de trajet pour s’approvisionner en eau de boisson Eau sur place 43,7 83,1 70,3 63,8 66,0 44,0 82,2 71,6 64,9 67,0 Moins de 30 minutes 36,2 7,6 16,9 14,2 15,1 35,4 7,2 15,1 13,9 14,3 30 minutes ou plus 14,6 8,0 10,2 16,6 14,5 15,8 9,3 11,1 16,2 14,6 NSP/manquant 5,5 1,3 2,6 5,4 4,5 4,8 1,3 2,2 5,0 4,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Moyen de traitement de l’eau1 Ébullition 7,9 34,6 26,0 19,5 21,6 6,8 33,3 25,9 18,5 20,8 Ajout d’eau de Javel/chlore 0,7 2,4 1,8 1,2 1,4 0,5 2,2 1,7 1,5 1,6 Passée à travers un linge 0,0 2,4 1,6 0,3 0,7 0,0 2,1 1,5 0,3 0,7 Céramique, sable ou autre filtre 0,3 0,2 0,3 0,1 0,1 0,3 0,0 0,1 0,1 0,1 Autre 1,6 6,8 5,1 2,9 3,7 1,2 6,6 5,1 2,9 3,6 Aucun traitement 88,8 59,5 69,0 78,0 75,0 90,7 61,6 69,6 78,6 75,8 Pourcentage utilisant une méthode de traitement appropriée2 9,0 37,8 28,4 20,7 23,3 7,6 35,8 28,0 19,8 22,4 Effectif 483 1 010 1 492 2 990 4 482 2 098 5 467 7 566 16 511 24 077 1 Les enquêtés pouvant déclarer plusieurs types de traitement, la somme des pourcentages peut excéder 100 %. 2 Les méthodes appropriées pour le traitement de l’eau comprennent l’ébullition, l’ajout de chlore, l’utilisation d’un linge pour passer l’eau, le filtrage et la désinfection solaire. Caractéristiques des ménages • 11 Moyen de traitement de l’eau L’amélioration de la qualité de l’eau au moyen de certains traitements peut contribuer à réduire les risques de contracter certaines maladies. Au cours de l’enquête, des questions ont été posées aux ménages pour savoir si l’eau était traitée et quel type de traitement était utilisé. Les résultats montrent que les trois quarts des ménages (75 %) n’utilisent aucun moyen de traitement de l’eau. À l’opposé, 22 % font bouillir l’eau. L’ébullition est le moyen le plus fréquemment utilisé par les ménages pour assainir l’eau. Dans les autres villes, on note que ce moyen est utilisé par 35 % des ménages. Type de toilettes utilisées L’élimination inadéquate d’excréments humains est associée à un risque accru de contracter des maladies dont les maladies diarrhéiques. On a donc demandé, au cours de l’enquête, quels types de toilettes étaient utilisés par les ménages et si ces toilettes étaient partagées avec d’autres ménages. On a distingué trois catégories de toilettes : les toilettes améliorées non partagées, les toilettes partagées et les toilettes non partagées. Les résultats du tableau 2.2 montrent que 61 % des ménages ne disposent que de toilettes non améliorées, en majorité des fosses d’aisances sans dalle/trou ouvert (55 %). Globalement, la proportion de ménages utilisant des toilettes non améliorées est plus faible en milieu urbain qu’en milieu rural (49 % contre 68 %). Cependant, les résultats mettent en évidence des disparités dans le milieu urbain où 73 % des ménages de Moroni contre 37 % de ceux des autres villes n’utilisent que des toilettes non améliorées. Tableau 2.2 Type de toilettes utilisées par les ménages Répartition (en %)des ménages et de la population de droit par type de toilettes/latrines selon le milieu de résidence, Comores 2012 Type de toilettes/latrines Ménages Enquêtés Moroni Autres villes Ensemble urbain Rural Ensemble Moroni Autres villes Ensemble urbain Rural Ensemble Toilettes améliorées, non partagées 21,1 46,5 38,3 24,6 29,2 22,6 47,0 40,2 23,7 28,9 Chasse d’eau/chasse manuelle connectée à un système d’égout 8,5 7,7 7,9 3,4 4,9 8,6 6,6 7,1 3,1 4,3 Chasse d’eau/chasse manuelle reliée à une fosse septique 7,8 8,1 8,0 2,8 4,5 7,4 7,4 7,4 2,5 4,0 Chasse d’eau/chasse manuelle reliée à une fosse d’aisances 0,9 3,1 2,4 0,7 1,2 1,1 3,6 2,9 0,7 1,4 Fosse d’aisances améliorée auto- aéré 0,1 0,7 0,5 0,1 0,2 0,1 0,6 0,5 0,1 0,2 Fosse d’aisances avec dalle 3,7 25,3 18,4 16,6 17,2 5,2 27,6 21,4 16,2 17,8 Toilettes à compostage 0,1 1,7 1,2 1,1 1,1 0,2 1,2 0,9 1,2 1,1 Toilettes partagées1 6,2 16,2 13,0 7,7 9,5 4,0 15,6 12,4 7,2 8,8 Chasse d’eau/chasse manuelle connectée à un système d’égout 0,6 0,3 0,4 0,4 0,4 0,4 0,2 0,2 0,5 0,4 Chasse d’eau/chasse manuelle reliée à une fosse septique 0,3 0,8 0,6 0,6 0,6 0,2 0,6 0,5 0,6 0,5 Chasse d’eau/chasse manuelle relié à une fosse d’aisances 0,0 1,2 0,8 0,3 0,5 0,0 1,4 1,0 0,3 0,5 Fosse d’aisances avec dalle 4,9 13,5 10,7 6,0 7,6 2,8 13,0 10,2 5,6 7,0 Toilettes à compostage 0,4 0,5 0,5 0,3 0,4 0,7 0,4 0,5 0,3 0,3 Toilettes non améliorées 72,7 37,3 48,8 67,6 61,3 73,4 37,5 47,5 69,1 62,3 Chasse d’eau/chasse manuelle non reliée aux égouts/fosse septique/fosse d’aisances 0,6 1,1 0,9 1,2 1,1 0,6 0,7 0,7 1,1 1,0 Fosse d’aisances sans dalle/trou ouvert 71,2 31,5 44,3 60,6 55,2 72,1 31,9 43,0 61,9 56,0 Seau 0,0 0,0 0,0 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 0,1 0,1 Toilettes/latrines suspendues 0,9 3,7 2,8 4,7 4,1 0,8 4,0 3,1 5,3 4,7 Pas de toilettes/nature 0,0 0,7 0,5 1,0 0,8 0,0 0,6 0,4 0,6 0,5 Type d’utilisation de toilettes manquant/NSP 0,0 0,2 0,1 0,0 0,0 0,0 0,2 0,1 0,0 0,0 Manquant 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,0 0,1 0,1 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 483 1 010 1 492 2 990 4 482 2 098 5 467 7 566 16 511 24 077 1 Toilettes partagées qui seraient considérées comme « améliorées » si elles n’étaient pas partagées par deux ménages ou plus. 12 • Caractéristiques des ménages En outre, un quart des ménages utilisent des toilettes améliorées non partagées et cette proportion varie de 46 % dans les autres villes à 21 % à Moroni. Enfin, dans 10 % des cas, les ménages utilisent des toilettes partagées, c’est-à-dire des toilettes qui seraient considérées comme améliorées si elles n’étaient pas partagées. C’est dans les autres villes que cette proportion est la plus élevée (16 %) et en milieu rural qu’elle est la plus faible (8 %). 2.2 CARACTERISTIQUES DU LOGEMENT Lors de l’enquête, certaines questions sur les caractéristiques du logement ont été posées. Ces questions concernent plus particulièrement la disponibilité de l’électricité, le matériau de revêtement du sol, le nombre de pièces pour dormir, l’endroit utilisé pour faire la cuisine ainsi que le combustible utilisé pour préparer les repas. Ces caractéristiques qui servent d’indicateurs de la situation économique du ménage peuvent avoir une influence déterminante sur l’état de santé des membres du ménage. Disponibilité de l’électricité L’examen des résultats du tableau 2.3 montre qu’un peu plus de deux ménages enquêtés sur trois disposent de l’électricité (69 %). La disponibilité de l’électricité varie de manière importante selon le milieu de résidence. En milieu urbain, 85 % des ménages vivent dans un logement ayant l’électricité contre seulement 61 % en milieu rural. Selon les résultats de l’EDSC de 1996, la proportion des ménages qui disposaient de l’électricité était à peine de trois ménages sur dix (29 %). L’augmentation de cette proportion entre 1996 et 2012 montre l’amélioration des conditions de logement des ménages. Type de revêtement du sol Le type de sol du logement est souvent utilisé comme un indicateur des conditions matérielles de vie du ménage. On note que moins d’un ménage sur deux (45 %) vit dans un logement dont le sol est en ciment et plus d’un ménage sur quatre (27 %) dans un logement dont le sol est en terre/sable. En 1996, cette dernière proportion était de 50 %. C’est en milieu rural que la proportion de ménages dont le sol du logement est en terre/sable est la plus élevée (31 %) et à Moroni qu’elle est la plus faible (20 %). Nombre de personnes par pièce utilisée pour dormir Le nombre de personnes qui dorment dans la même pièce fournit une indication du degré de promiscuité dans le ménage. Cet indicateur est important du point de vue sanitaire dans la mesure où, moins les membres du ménage disposent d’espace pour vivre plus le risque de transmission des maladies infectieuses et parasitaires est important. Selon les résultats obtenus, on constate que 43 % des ménages utilisent, pour dormir, deux pièces et 36 % trois pièces ou plus. Combustible et endroit utilisé pour faire la cuisine Concernant le lieu utilisé pour faire la cuisine, les résultats montrent qu’un ménage sur deux (50 %) cuisine dans une pièce séparée du logement. En milieu rural, cette proportion est de 53 %. Par contre, en milieu urbain, il est plus fréquent que les ménages cuisinent dans la maison (32 % contre 26 % en milieu rural). Concernant le combustible utilisé, on constate que pratiquement les trois quarts des ménages (73 %) utilisent le bois pour faire la cuisine. Cette proportion est nettement plus élevée en milieu rural (89 %) qu’en milieu urbain (42 %) où les ménages utilisent plus fréquemment du kérosène et du gaz (9 %) pour cuisiner. Caractéristiques des ménages • 13 Tableau 2.3 Caractéristiques du logement Répartition (en %) des ménages en fonction de certaines caractéristiques du logement et pourcentage utilisant du combustible solide pour cuisiner; répartition (en%)des ménages en fonction de la fréquence à laquelle on fume dans le logement, selon le milieu de résidence, Comores 2012 Caractéristique du logement Milieu de résidence Ensemble urbain Rural Ensemble Moroni Autres villes Électricité Oui 84,7 85,2 85,1 61,4 69,3 Non 15,1 14,8 14,9 38,5 30,7 Manquant 0,2 0,0 0,1 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Matériau de revêtement du sol Terre, sable 19,5 22,0 21,2 30,5 27,4 Bouse 1,2 2,5 2,1 2,2 2,2 Planches en bois 0,2 0,8 0,6 0,3 0,4 Palmes/bambou 0,2 0,1 0,1 0,2 0,2 Parquet ou bois ciré 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 Carrelage 13,9 24,1 20,8 8,3 12,5 Ciment 50,6 41,8 44,7 44,9 44,8 Moquette 13,1 8,5 10,0 12,5 11,7 Autre 0,7 0,2 0,3 0,8 0,7 Manquant 0,5 0,0 0,1 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Pièces utilisées pour dormir Une 35,3 20,0 25,0 19,3 21,2 Deux 29,6 41,9 37,9 45,2 42,7 Trois ou plus 34,9 37,7 36,8 34,9 35,6 Manquant 0,3 0,4 0,4 0,6 0,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Endroit pour cuisiner Dans la maison 28,4 33,9 32,1 25,6 27,8 Dans un bâtiment séparé 48,6 43,8 45,4 52,9 50,4 A l’extérieur 19,2 21,7 20,9 19,7 20,1 Autre 3,5 0,5 1,5 1,7 1,7 Manquant 0,3 0,1 0,2 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Combustible utilisé pour cuisiner Électricité 0,1 1,5 1,0 0,3 0,5 GPL/gaz naturel/biogaz 6,5 9,8 8,7 1,6 4,0 Kérosène 70,1 31,3 43,8 5,5 18,3 Charbon/lignite 0,0 0,2 0,2 0,2 0,2 Charbon de bois 1,4 2,7 2,3 1,2 1,6 Bois 17,1 53,5 41,7 89,2 73,4 Paille/branchages/herbe 0,0 0,4 0,3 0,1 0,2 Bouse 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 Autre 0,8 0,0 0,3 0,1 0,2 Pas de repas préparé dans le ménage 3,4 0,5 1,4 1,6 1,5 Manquant 0,7 0,0 0,3 0,1 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Pourcentage utilisant un combustible solide pour cuisiner1 18,4 56,9 44,4 90,7 75,3 Fréquence à laquelle on fume dans le logement Tous les jours 28,9 20,7 23,4 19,9 21,1 Une fois par semaine 0,5 2,7 2,0 2,3 2,2 Une fois par mois 0,3 1,0 0,8 0,4 0,5 Moins d’une fois par mois 0,4 0,3 0,3 0,7 0,6 Jamais 70,0 75,3 73,6 76,6 75,6 Manquant 0,0 0,0 0,0 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 483 1 010 1 492 2 990 4 482 GPL = Gaz propane liquéfié. 1 Inclut Charbon/lignite, Charbon de bois, Bois, Paille/branchages/herbe, Résidus agricoles et Bouse. 14 • Caractéristiques des ménages Au cours de l’enquête, des questions ont été aussi posées pour connaitre la fréquence à laquelle on fume dans le logement. Selon les déclarations, on constate que, dans plus des trois quarts des cas (76 %), on ne fume jamais dans le logement. Par contre, dans un cinquième des ménages (21 %), on fume tous les jours dans le logement. Les résultats varient selon le milieu de résidence puisque dans 29 % des ménages de Moroni on fume quotidiennement dans le logement contre une proportion de 20 % dans les ménages ruraux. 2.3 BIENS POSSÉDÉS PAR LES MÉNAGES Le niveau de vie des ménages peut être évalué, entre autres, par la possession de certains biens durables, de moyens de transport, et par la possession de terres ou d’animaux de ferme (Tableau 2.4). Les résultats obtenus montrent que le téléphone portable occupe la première position parmi les biens de consommation que possèdent les ménages, suivi de la télévision et de la radio (respectivement 73 %, 60 % et 51 %). C’est en milieu rural que les ménages sont les moins fréquemment équipés de biens de consommation, en particulier en ce qui concerne le téléphone fixe : seulement un ménage sur dix en est équipé. Par contre, les deux tiers des ménages du milieu rural possèdent un téléphone portable (66 %), À Moroni, cette proportion atteint 91 %. Tableau 2.4 Biens possédés par les ménages Pourcentage de ménages possédant certains équipements, des moyens de transport, de la terre agricole et du bétail/animaux de ferme selon le milieu de résidence, Comores 2012 Possession Milieu de résidence Ensemble urbain Rural Ensemble Moroni Autres villes Biens possédés par le ménage Radio 68,1 62,0 64,0 44,7 51,1 Télévision 71,2 76,5 74,8 52,1 59,6 Téléphone portable 91,4 84,3 86,6 66,3 73,0 Téléphone fixe 15,2 16,3 16,0 10,2 12,1 Réfrigérateur 35,4 36,1 35,8 22,8 27,1 Moyens de transport Bicyclette 7,2 6,5 6,7 4,3 5,1 Charrette tirée par un animal 0,4 0,6 0,5 0,3 0,4 Motocyclette/scooter 4,3 9,7 8,0 4,3 5,5 Voiture/camion 18,7 12,3 14,4 10,1 11,5 Bateau à moteur 1,1 1,1 1,1 1,0 1,0 Possession de terres agricoles 10,2 52,2 38,6 73,3 61,7 Possession d’animaux de ferme1 8,9 35,6 26,9 49,1 41,7 Effectif 483 1 010 1 492 2 990 4 482 1 Bétail, vaches, taureaux, chevaux, ânes, chèvres, moutons ou poulets. Dans 12 % des cas, les ménages ont déclaré posséder une voiture/camion. Par rapport à 1996, cette proportion a nettement augmenté, passant de 5 % à 12 %. C’est cependant à Moroni que la possession d’une voiture /camion est la plus répandue et, en milieu rural qu’elle est la moins fréquente (19 % contre10 %). Il faut souligner qu’en milieu rural, la proportion de ménages possédant une voiture /camion a aussi augmenté, variant de 4 % à 10 %. Cinq pour cent des ménages possèdent, pour se déplacer, une bicyclette. On enregistre une légère augmentation de cette proportion, celle-ci étant passée de 3 % en 1996 à 5 % à l’enquête actuelle. Concernant la possession de terres agricoles, on constate que 62 % des ménages ont déclaré en posséder, en particulier, en milieu rural où cette proportion est de 73 % contre 39 % en milieu urbain. Pour les animaux de ferme, on retrouve les mêmes variations, 49 % des ménages du milieu rural contre 27 % en milieu urbain ayant déclaré en posséder. Caractéristiques des ménages • 15 2.3.1 Indice de bien-être économique La plupart des résultats de ce rapport sont non seulement présentés selon les caractéristiques sociodémographiques de base mais aussi en fonction des quintiles de bien-être économique, un indicateur du niveau économique des ménages. Au cours de l’enquête, des informations détaillées ont été collectées sur le logement et ses caractéristiques et sur la possession de certains biens de consommation ainsi que sur l’accès à certains services. Ces informations sont utilisées ici comme une mesure de la situation économique. L’indice de bien-être économique est construit en utilisant les données sur les caractéristiques des logements et les possessions des ménages, grâce à une analyse en composantes principales. L’indice est construit en trois étapes : 1. Dans une première étape, un sous-ensemble de biens ou de caractéristiques communs aux deux milieux urbain et rural est utilisé pour créer des partitions de richesse pour les ménages de ces deux domaines. Toute modalité d’une variable qualitative de ce sous-ensemble est transformée en variable dichotomique (0 ou 1). Une analyse en composante principale a été menée avec l’ensemble des variables (dichotomiques ou non) du sous-ensemble pour générer un poids (score ou coefficient) commun pour chaque ménage. 2. Dans une deuxième étape, des poids (score ou coefficient) distincts sont produits pour les ménages du milieu urbain et ceux du milieu rural en utilisant des indicateurs spécifiques à chaque milieu. 3. La troisième étape combine les scores communs et scores spécifiques à chaque milieu afin de produire un indice de bien-être à l’échelle nationale en utilisant une régression sur les scores factoriels communs. Les scores qui en résultent sont standardisés selon une distribution normale standard de moyenne 0 et d’écart type 1 (Gwatkin et al. 2000). On attribue à chaque ménage un score pour chaque bien et on fait la somme de tous les scores par ménage. Les ménages sont alors classés par ordre croissant de score total et divisés en 5 catégories d’effectifs égaux appelés quintiles. On établit ainsi une échelle allant de 1 (quintile le plus bas) à 5 (quintile le plus élevé). Cette procédure en trois étapes permet une plus grande adaptabilité de l’indice de bien-être aux milieux urbain et rural1. Le score de chaque ménage est affecté aux individus qui le composent et les individus sont ainsi répartis dans les différentes catégories et ont le même classement que leur ménage. Le tableau 2.5 présente la répartition de la population par quintile de bien-être économique selon le milieu et la région de résidence. En milieu urbain, plus d’un quart de la population est classé dans le quintile le plus élevé (34 %) ; en milieu rural, cette proportion est de seulement 14 %. Si l’on considère les données par île, on constate un écart important entre Ngazidja et les deux autres îles : en effet, à Ngazidja, seulement 5 % de la population sont classés dans le quintile le plus bas contre 30 % dans celle de Ndzuwani et 50 % dans celle de Mwali. 1 Néanmoins les améliorations méthodologiques apportées à la construction de l’indice ne modifient pas considérablement le classement des ménages par quintile par rapport à celui effectué lors des précédentes enquêtes (Rutstein, 2008). 16 • Caractéristiques des ménages Tableau 2.5 Quintiles de bien-être économique Répartition (en %) de la population de droit par quintile de bien-être économique et coefficient de Gini, selon le milieu de résidence et l’île, Comores 2012 Milieu de résidence/ Région/Ile Quintiles de bien-être économique Total Effectif d’enquêtés Le plus bas Second Moyen Quatrième Le plus élevé Milieu de résidence Moroni 2,1 12,9 24,5 33,6 26,8 100,0 2 098 Autres villes 11,6 15,3 15,4 21,1 36,5 100,0 5 467 Ensemble urbain 9,0 14,6 17,9 24,6 33,8 100,0 7 566 Rural 25,0 22,5 20,9 17,9 13,6 100,0 16 511 Région/Ile Mwali 50,4 25,2 9,6 8,6 6,2 100,0 1 598 Ndzuwani 30,0 22,1 16,4 15,7 15,7 100,0 11 493 Ngazidja 5,0 17,2 25,2 26,2 26,4 100,0 10 986 Ensemble 20,0 20,1 20,0 20,0 20,0 100,0 24 077 2.3.2 Lavage des mains Au cours de l’enquête, on a demandé aux enquêteurs et enquêtrices d’observer l’endroit où les membres du ménage se lavaient les mains ainsi que les produits nettoyants utilisés. Les résultats sont présentés au tableau 2.6 selon le milieu de résidence, les îles et l’indice de bien-être économique. Dans seulement 50 % des cas, l’endroit utilisé par les ménages, pour se laver les mains, a pu être observé. Parmi ces ménages, un tiers disposait de savon et d’eau (33 %) mais près d’un quart n’avait ni eau, ni savon ni un autre produit nettoyant (24 %). On constate des variations selon le milieu de résidence, l’île et le quintile de bien-être économique. Le pourcentage de ménages dans lesquels l’endroit pour se laver les mains a été observé est plus important en milieu urbain (57 %) qu’en milieu rural (46 %). C’est à Moroni où il est le plus faible (33 %). Cette proportion varie de 33 % à Ngazidja à 79 % à Mwali. Tableau 2.6 Lavage des mains Pourcentage de ménages dans lesquels l’endroit utilisé le plus souvent pour se laver les mains a été observé et, parmi ces ménages, répartition (en%) par disponibilité de l’eau, de savon et d’autres produits nettoyants, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique Pourcen- tage de ménages dans lesquels l’endroit pour se laver les mains a été observé Effectif de ménages Parmi les ménages dans lesquels l’endroit pour se laver les mains a été observé Effectif de ménages dans lesquels l’endroit pour se laver les mains a été observé Savon et eau1 Eau et produit nettoyant2 autre que le savon seulement Eau seulement Savon mais pas d’eau3 Produits nettoyants autres que le savon seulement2 Pas d’eau, ni savon, ni autre produit nettoyant Manquant Total Milieu de résidence Moroni 32,9 483 31,3 2,0 18,9 7,4 2,4 36,1 2,0 100,0 159 Autres villes 69,0 1 010 33,9 7,9 29,2 10,8 2,2 14,4 1,7 100,0 696 Ensemble urbain 57,3 1 492 33,4 6,8 27,3 10,1 2,2 18,4 1,8 100,0 855 Rural 46,0 2 990 32,5 2,9 23,9 11,6 1,0 27,7 0,4 100,0 1 376 Région/Ile Mwali 79,4 272 30,1 2,6 54,2 0,5 0,2 12,2 0,1 100,0 216 Ndzuwani 61,5 2 173 40,0 5,0 18,7 15,5 1,8 18,1 0,8 100,0 1 335 Ngazidja 33,3 2 037 19,6 3,8 28,6 5,8 1,2 39,7 1,3 100,0 679 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 47,9 887 29,4 1,7 25,9 14,2 0,8 27,3 0,7 100,0 425 Second 44,0 893 26,2 0,8 22,9 12,3 1,6 34,9 1,3 100,0 393 Moyen 44,6 915 28,7 2,1 25,9 11,4 2,7 28,9 0,4 100,0 408 Quatrième 45,5 884 34,2 3,9 26,8 10,5 1,2 23,0 0,4 100,0 402 Le plus élevé 66,9 903 41,5 10,6 24,6 8,2 1,2 12,5 1,5 100,0 604 Ensemble 49,8 4 482 32,9 4,4 25,2 11,1 1,5 24,1 0,9 100,0 2 231 1 Par « savon », on entend ici le savon ou un détergent en morceau, sous forme liquide, en poudre ou sous forme de pâte. Cette colonne inclut les ménages possédant du savon et de l’eau seulement ainsi que ceux qui possèdent du savon et de l’eau et un autre détergent. 2 Les produits nettoyants autres que le savon incluent des produits disponibles localement comme la cendre, la boue ou du sable. 3 Y compris les ménages disposant de savon seulement ainsi que ceux qui disposent de savon et d’autres produits nettoyants. Caractéristiques des ménages • 17 Les résultats selon l’indice de bien-être économique font aussi apparaitre des variations importantes. Parmi les ménages classés dans le quintile le plus élevé, on a pu observer l’endroit utilisé pour se laver les mains dans 67 % des cas contre 44 % parmi les ménages du second quintile. De même, parmi les ménages du quintile le plus élevé, 42 % disposaient de savon et d’eau contre 26 % parmi ceux appartenant au second quintile. 2.4 CARACTERISTIQUES DE LA POPULATION 2.4.1 Structure par âge et sexe de la population Le tableau 2.7 présente la répartition par âge et sexe de la population de fait des ménages enquêtés, selon le milieu de résidence. Parmi les 23 373 personnes enquêtées, 12 284 sont des femmes et 11 088 sont des hommes, soit un rapport de masculinité de 90 hommes pour 100 femmes. Le déficit d’hommes est plus prononcé en milieu rural qu’en milieu urbain, le rapport de masculinité étant de 90 hommes pour 100 femmes en milieu rural contre 93 en milieu urbain. La structure par âge de la population montre aussi que la population des Comores est jeune : en effet, 42 % de la population ont moins de 15 ans et seulement 6 % sont âgés de 60 ans ou plus. Les moins de 15 ans sont proportionnellement un peu plus nombreux en milieu rural qu’en milieu urbain (43 % contre 39 %). La répartition par âge et sexe de la population à un moment donné est représentée par la pyramide des âges (Graphique 2.1). Globalement, la pyramide des âges qui présente une base élargie qui se rétrécit rapidement au fur et à mesure que l’on avance vers les âges élevés, est caractéristique des populations à fécondité et à mortalité élevées. Par ailleurs, la pyramide présente certaines irrégularités au niveau des deux sexes. En effet, on constate un déficit d’hommes important par rapport aux femmes aux âges 20-45 ans, conséquence très certainement de la migration. Chez les femmes, on observe un rétrécissement prononcé des effectifs au groupe d’âges 45-49 ans et, à l’opposé, un gonflement à 50-54 ans. Ces irrégularités que l’on rencontre souvent dans les enquêtes EDS sont dues, certainement, en partie, à un mauvais enregistrement de l’âge par les enquêtrices qui pour alléger le nombre d’interviews « vieillissent » les femmes de 45-49 ans en les faisant passer dans le groupe d’âges 50-54 ans, âges auxquels elles ne sont plus éligibles pour être enquêtées. Chez les hommes, on remarque le même phénomène entre les groupes d’âges 55-59 ans et 60-64 ans. Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 0-4 5-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 65-69 70-74 75-79 80 + Pourcentage Âge Homme Femme 8 7 6 5 4 3 2 1 EDSC-MICS II 2012 18 • C ar ac té ris tiq ue s de s m én ag es Ta bl ea u 2. 7 P op ul at io n de s m én ag es p ar â ge , s el on le s ex e et le m ili eu d e ré si de nc e R ép ar tit io n (e n % ) d e la p op ul at io n de fa it de s m én ag es p ar g ro up e d’ âg es q ui nq ue nn al , s el on le s ex e et le m ili eu d e ré si de nc e, C om or es 2 01 2 G ro up e d’ âg es M ili eu d e ré si de nc e En se m bl e ur ba in R ur al M or on i A ut re s vi lle s H om m e Fe m m e E ns em bl e H om m e Fe m m e E ns em bl e H om m e Fe m m e E ns em bl e H om m e Fe m m e E ns em bl e H om m e Fe m m e En se m bl e <5 10 ,0 13 ,6 11 ,8 13 ,3 12 ,8 13 ,1 12 ,4 13 ,0 12 ,7 16 ,9 13 ,8 15 ,3 15 ,5 13 ,6 14 ,5 5- 9 13 ,0 11 ,1 12 ,0 14 ,1 12 ,6 13 ,3 13 ,8 12 ,2 13 ,0 15 ,5 14 ,6 15 ,0 15 ,0 13 ,8 14 ,4 10 -1 4 11 ,3 10 ,7 11 ,0 15 ,2 12 ,5 13 ,8 14 ,1 12 ,0 13 ,0 13 ,9 11 ,7 12 ,7 13 ,9 11 ,8 12 ,8 15 -1 9 11 ,2 9, 6 10 ,4 10 ,9 11 ,7 11 ,3 11 ,0 11 ,1 11 ,1 9, 7 11 ,2 10 ,5 10 ,1 11 ,2 10 ,7 20 -2 4 11 ,0 12 ,1 11 ,6 6, 9 7, 5 7, 2 8, 1 8, 7 8, 4 6, 2 8, 6 7, 5 6, 8 8, 6 7, 8 25 -2 9 8, 8 11 ,2 10 ,0 4, 9 7, 7 6, 4 6, 0 8, 6 7, 4 5, 2 7, 4 6, 3 5, 4 7, 8 6, 7 30 -3 4 7, 2 9, 2 8, 2 6, 1 6, 5 6, 3 6, 4 7, 2 6, 8 5, 5 6, 2 5, 9 5, 8 6, 5 6, 2 35 -3 9 7, 8 6, 0 6, 9 5, 9 5, 6 5, 7 6, 4 5, 7 6, 1 5, 8 5, 3 5, 5 6, 0 5, 4 5, 7 40 -4 4 6, 2 4, 3 5, 2 4, 7 5, 0 4, 8 5, 1 4, 8 4, 9 4, 2 3, 6 3, 9 4, 5 4, 0 4, 2 45 -4 9 3, 7 2, 2 3, 0 4, 5 3, 0 3, 7 4, 2 2, 8 3, 5 2, 8 2, 4 2, 6 3, 2 2, 5 2, 9 50 -5 4 2, 9 3, 6 3, 2 3, 1 5, 0 4, 1 3, 0 4, 6 3, 9 2, 8 5, 0 4, 0 2, 9 4, 9 3, 9 55 -5 9 2, 3 2, 1 2, 2 1, 5 2, 4 2, 0 1, 8 2, 3 2, 1 1, 7 2, 1 1, 9 1, 7 2, 2 2, 0 60 -6 4 2, 1 1, 0 1, 6 2, 9 2, 5 2, 7 2, 6 2, 1 2, 4 3, 6 2, 8 3, 2 3, 3 2, 6 2, 9 65 -6 9 0, 9 1, 1 1, 0 1, 3 1, 2 1, 2 1, 2 1, 1 1, 2 1, 7 1, 4 1, 5 1, 5 1, 3 1, 4 70 -7 4 0, 8 1, 1 1, 0 2, 4 1, 6 2, 0 1, 9 1, 5 1, 7 2, 5 1, 8 2, 1 2, 3 1, 7 2, 0 75 -7 9 0, 2 0, 2 0, 2 1, 1 1, 1 1, 1 0, 8 0, 9 0, 8 0, 8 0, 7 0, 8 0, 8 0, 8 0, 8 80 + 0, 4 0, 9 0, 7 1, 0 1, 2 1, 1 0, 8 1, 1 1, 0 1, 3 1, 4 1, 4 1, 2 1, 3 1, 3 N SP /m an qu an t 0, 2 0, 0 0, 1 0, 2 0, 1 0, 1 0, 2 0, 1 0, 1 0, 0 0, 1 0, 0 0, 1 0, 1 0, 1 To ta l 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 Ef fe ct if 1 02 0 1 03 7 2 05 8 2 52 6 2 77 0 5 29 6 3 54 6 3 80 8 7 35 4 7 54 2 8 47 7 16 0 19 11 0 88 12 2 84 23 3 73 18 • Caractéristiques des ménages Caractéristiques des ménages • 19 La répartition de la population par milieu de résidence, indique que la population de l’Union des Comores est essentiellement rurale. En effet, plus des deux tiers (69 %) des personnes enquêtées vivent en milieu rural contre 31 % en milieu urbain. 2.4.2 Taille et composition des ménages Le tableau 2.8 présente la répartition des ménages selon le sexe du chef de ménage et selon la taille du ménage. Les résultats montrent que dans 61 % des cas, c’est un homme qui est chef de ménage. Les variations selon le milieu de résidence sont peu importantes. Par rapport à 1996, on constate que la proportion de femmes chefs de ménage a légèrement augmenté, variant de 32 % à 39 %. Dans l’ensemble, un ménage compte, en moyenne, 5,4 personnes et cette taille moyenne varie de 5,1 en milieu urbain à 5,5 en milieu rural. À Moroni, les ménages sont de plus petite taille et comptent, en moyenne, 4,3 personnes. Au niveau global, environ deux ménages sur cinq (42 %) comptent entre 3 et 5 personnes. Près d’un tiers des ménages sont de grande taille et comprennent au moins 7 personnes. En 1996 les ménages de neuf personnes ou plus représentaient approximativement le double (22 %) de ceux de 2012. La grande taille des ménages est à mettre en relation avec le régime de matrilocalité qui prévaut aux Comores. Les ménages composés de 1 à 2 personnes ne sont pas fréquents et représentent 14 % contre 10 % en 1996. Le tableau 2.8 fournit également la proportion des ménages comptant un ou plusieurs enfants de moins de 18 ans dont les parents biologiques ne vivent pas dans le ménage. Dans l’ensemble, un peu plus d’un ménage sur quatre compte un ou plusieurs enfants vivant sans leurs parents (26 %). Cette proportion varie peu en fonction du milieu de résidence. En outre, dans 28 % des cas, les ménages comprennent des enfants orphelins ou qui vivent sans leurs parents. C’est dans les autres villes que cette proportion est la plus élevée (30 %) et à Moroni qu’elle est la plus faible (22 %). Tableau 2.8 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage et par taille du ménage; taille moyenne du ménage; pourcentage de ménages avec des orphelins et des enfants de moins de 18 ans vivant sans leurs parents, selon le milieu de résidence, Comores 2012 Caractéristique Milieu de résidence Ensemble urbain Rural Ensemble Moroni Autres villes Chef de ménage Homme 66,6 57,7 60,6 60,8 60,7 Femme 33,4 42,3 39,4 39,2 39,3 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Nombre de membres habituels 0 0,2 0,0 0,1 0,1 0,1 1 13,2 3,6 6,7 4,1 4,9 2 15,3 8,2 10,5 8,6 9,2 3 14,5 14,1 14,2 13,2 13,5 4 16,2 14,6 15,1 14,1 14,5 5 10,1 15,5 13,8 14,1 14,0 6 11,2 13,3 12,6 13,3 13,1 7 7,7 10,8 9,8 10,4 10,2 8 4,4 7,2 6,3 8,1 7,5 9+ 7,0 12,6 10,8 14,1 13,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Taille moyenne du ménage 4,3 5,4 5,1 5,5 5,4 Pourcentage de ménages avec des orphelins et des enfants de moins de 18 ans vivant sans leurs parents Enfants vivant sans leurs parents1 21,2 28,5 26,1 25,9 25,9 Orphelin double 1,1 1,2 1,2 1,3 1,3 Orphelin simple2 2,4 5,8 4,7 6,5 5,9 Enfant orphelin et/ou vivant sans leurs parents 22,4 30,3 27,8 28,5 28,2 Effectif de ménages 483 1 010 1 492 2 990 4 482 Note: Le tableau est basé sur la population de droit des ménages, c’est-à-dire les résidents habituels. 1 Les enfants vivant sans leurs parents sont les enfants de moins de 18 ans qui vivent dans un ménage dans lequel il n’y a ni leur père, ni leur mère. 2 Comprend les enfants dont l’un des parents est décédé et dont l’état de survie de l’autre est inconnu. 20 • Caractéristiques des ménages 2.5 NIVEAU D’INSTRUCTION DE LA POPULATION Le niveau d’instruction des membres du ménage est une caractéristique importante car il a une influence considérable sur le comportement procréateur, l’utilisation de la contraception, le comportement en matière de santé ainsi que sur les habitudes en matière d’hygiène et de nutrition. Les tableaux 2.9.1 et 2.9.2 présentent, par sexe et par groupe d’âges, la répartition des membres du ménage selon le niveau d’instruction atteint. Globalement, près de deux femmes sur trois (64 %) ont fréquenté l’école contre 74 % pour les hommes. En 1996, ces proportions étaient respectivement de 41 % et 56 %. Six pour cent ont complété un cycle primaire et 4 % un cycle secondaire. Chez les hommes, ces proportions sont respectivement de 22 % et 4 %. Les résultats mettent en évidence une amélioration importante de la scolarisation des générations les plus anciennes aux plus récentes, chez les hommes comme chez les femmes. En effet, la proportion de personnes sans niveau d’instruction est passée de 93 % parmi les femmes de 65 ans ou plus à 7 % parmi celles de 10-14 ans. Chez les hommes, cette proportion est passée respectivement de 83 % à 6 %. Parallèlement, les proportions de femmes et d’hommes ayant achevé le niveau primaire sans l’avoir complété ont augmenté de façon importante : chez les femmes, la proportion est passée de 0,2 % parmi celles de 65 ans et plus à 13 % parmi celles de 10-14 ans ; chez les hommes, ces proportions sont respectivement de 2 % et de 13 %. Les tableaux 2.9.1 et 2.9.2 présentent également le nombre médian d’années d’études complétées. Globalement, on constate un écart entre les sexes puisque la médiane est estimée à 2,5 années d’études pour les femmes contre 3,6 pour les hommes. Tableau 2.9.1 Niveau d’instruction de la population des ménages: Femmes Répartition (en %) de la population de fait des femmes des ménages âgées de six ans et plus, en fonction du plus haut niveau d’instruction atteint ou achevé et nombre médian d’années complétées, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique Aucun Primaire incomplet Primaire complet1 Secondaire incomplet Secondaire complet2 Supérieur Ne sait pas/ manquant Total Effectif Nombre médian d’années com- plétées Groupe d’âges 6-9 20,9 78,0 0,5 0,1 0,0 0,0 0,6 100,0 1 388 0,8 10-14 7,3 57,6 12,9 21,5 0,0 0,0 0,7 100,0 1 447 4,1 15-19 10,6 12,3 8,4 62,0 4,4 1,4 0,8 100,0 1 375 7,4 20-24 18,6 12,6 5,8 36,0 12,4 13,5 1,1 100,0 1 058 8,6 25-29 29,6 14,3 4,5 23,9 9,1 17,6 1,0 100,0 953 6,3 30-34 41,8 13,5 6,6 17,7 6,2 13,8 0,5 100,0 798 3,8 35-39 47,2 16,7 8,8 15,4 2,3 7,5 2,2 100,0 664 1,5 40-44 49,8 12,5 7,2 21,0 1,4 6,8 1,3 100,0 488 0,0 45-49 64,0 9,1 1,5 18,0 2,5 3,2 1,8 100,0 308 0,0 50-54 78,3 5,9 1,8 9,1 0,0 3,1 1,8 100,0 601 0,0 55-59 84,2 4,2 1,0 4,6 0,9 2,1 3,1 100,0 267 0,0 60-64 91,9 2,4 0,0 2,3 0,4 0,7 2,2 100,0 322 0,0 65+ 93,4 0,4 0,2 0,6 0,0 0,0 5,3 100,0 629 0,0 Milieu de résidence Moroni 20,4 21,8 4,9 33,4 5,7 12,6 1,3 100,0 874 6,5 Autres villes 27,9 23,9 5,2 27,2 4,9 9,5 1,4 100,0 2 360 4,5 Ensemble urbain 25,9 23,3 5,1 28,9 5,1 10,3 1,3 100,0 3 234 5,1 Rural 40,4 27,8 5,8 18,7 2,8 3,2 1,4 100,0 7 072 1,5 Région/Ile Mwali 32,1 33,9 4,9 22,2 2,0 4,4 0,5 100,0 627 2,4 Ndzuwani 41,2 25,7 5,0 18,2 3,1 5,0 1,9 100,0 4 745 1,3 Ngazidja 31,1 26,1 6,3 25,4 4,0 6,0 1,0 100,0 4 933 3,6 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 54,3 29,5 4,6 9,0 1,0 0,3 1,3 100,0 1 889 0,0 Second 40,3 29,7 5,5 18,5 2,1 1,8 2,1 100,0 2 037 1,2 Moyen 32,6 28,4 6,2 23,7 3,1 4,4 1,7 100,0 2 059 2,9 Quatrième 29,4 26,9 6,5 25,0 5,3 6,1 0,8 100,0 2 106 3,9 Le plus élevé 25,0 18,3 5,2 31,3 5,6 13,4 1,2 100,0 2 215 6,1 Ensemble3 35,8 26,4 5,6 21,9 3,5 5,4 1,4 100,0 10 305 2,5 1 A achevé avec succès 6 classes du niveau primaire. 2 A achevé avec succès 7 classes du niveau secondaire. 3 Y compris 7 femmes pour lesquelles l’âge est manquant. Caractéristiques des ménages • 21 Tableau 2.9.2 Niveau d’instruction de la population des ménages: Hommes Répartition (en %) de la population de fait des hommes des ménages âgés de six ans et plus, en fonction du plus haut niveau d’instruction atteint ou achevé et nombre médian d’années complétées, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémo- graphique Aucun Primaire incomplet Primaire complet1 Secondaire incomplet Secondaire complet2 Supérieur Ne sait pas/ manquant Total Effectif Nombre médian d’années complétées Groupe d’âges 6-9 20,7 76,7 0,5 0,1 0,0 0,0 2,0 100,0 1 382 0,8 10-14 5,5 66,1 13,0 14,5 0,3 0,0 0,6 100,0 1 546 3,7 15-19 5,5 17,5 12,2 59,1 3,1 1,7 1,0 100,0 1 125 7,2 20-24 13,7 14,9 7,6 42,4 9,5 9,9 2,0 100,0 757 8,4 25-29 19,7 15,9 8,7 25,4 9,9 19,4 1,0 100,0 602 7,2 30-34 20,3 17,1 8,4 24,1 8,2 19,7 2,2 100,0 642 6,7 35-39 27,3 15,7 10,6 23,3 5,6 16,0 1,6 100,0 663 5,6 40-44 33,1 13,7 7,5 21,3 5,8 15,6 3,2 100,0 494 5,2 45-49 32,9 7,5 6,5 28,0 6,3 16,3 2,4 100,0 359 6,4 50-54 53,0 5,9 6,9 16,4 1,9 13,9 1,9 100,0 318 0,0 55-59 60,1 7,0 2,7 15,1 2,4 11,4 1,2 100,0 194 0,0 60-64 74,6 4,2 3,9 8,1 0,9 5,6 2,8 100,0 363 0,0 65+ 83,4 5,6 1,7 3,7 0,9 2,2 2,6 100,0 641 0,0 Milieu de résidence Moroni 14,9 26,5 5,6 31,4 4,2 15,2 2,2 100,0 897 6,6 Autres villes 18,1 29,9 7,8 25,5 5,2 11,4 2,0 100,0 2 124 5,1 Ensemble urbain 17,2 28,9 7,2 27,3 4,9 12,5 2,1 100,0 3 021 5,4 Rural 30,0 33,0 7,8 19,6 3,0 5,0 1,5 100,0 6 074 2,8 Région/Ile Mwali 24,4 36,4 7,1 22,2 2,1 7,0 0,8 100,0 667 3,2 Ndzuwani 27,5 33,8 7,8 18,0 4,4 6,5 2,0 100,0 4 112 3,0 Ngazidja 24,3 28,9 7,5 26,0 3,2 8,5 1,6 100,0 4 316 4,4 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 39,6 39,7 6,6 10,3 1,5 0,9 1,4 100,0 1 729 0,8 Second 30,0 35,4 7,6 20,2 2,5 2,9 1,5 100,0 1 755 2,7 Moyen 25,9 32,6 8,0 22,9 4,8 4,3 1,5 100,0 1 888 3,5 Quatrième 20,5 28,5 8,9 26,9 4,3 8,7 2,1 100,0 1 831 5,0 Le plus élevé 14,0 23,0 6,9 29,3 5,0 19,8 2,0 100,0 1 894 7,2 Ensemble3 25,7 31,7 7,6 22,1 3,7 7,5 1,7 100,0 9 096 3,6 1 A achevé avec succès 6 classes du niveau primaire. 2 A achevé avec succès 7 classes du niveau secondaire. 3 Y compris 10 hommes pour lesquels l’âge est manquant. Le niveau d’instruction atteint varie non seulement selon le sexe mais aussi selon le milieu de résidence. En milieu rural 30 % des hommes et 40 % des femmes n’ont jamais fréquenté l’école contre respectivement 17 % et 26 % en milieu urbain. Les résultats selon l’île montrent que c’est à Ndzuwani que les proportions de femmes et d’hommes sans instruction sont les plus élevées (respectivement 41 % et 28 %). Concernant les quintiles de bien-être économique, les résultats montrent que des ménages les plus pauvres aux plus riches, les proportions de femmes et d’hommes n’ayant aucun niveau d’instruction diminuent de manière importante. Cependant, il faut noter que même dans les ménages classés dans le quintile le plus élevé, la proportion de femmes n’ayant jamais fréquenté l’école est nettement supérieure à celle des hommes (25 % contre 14 %). La comparaison de ces résultats avec ceux de 1996 met en évidence une amélioration du niveau d’instruction, conséquence de la mise en place d’une politique dans le cadre de l’éducation pour tous tendant à favoriser notamment l’accès des filles à l’école. Dans le groupe d’âges 10-14 ans, le pourcentage de jeunes filles ayant achevé un cycle primaire est quasiment identique à celui des garçons (13 %) et à 20-24 ans, 12 % des jeunes filles ont complété le cycle secondaire contre 10 % parmi les garçons. 22 • Caractéristiques des ménages Le principal indicateur du niveau d’accès de la population au système éducatif est le niveau de fréquentation scolaire des personnes en âge d’aller à l’école. Au cours de l’EDSC-MICS II, des questions relatives à la fréquentation scolaire ont été posées pour toutes les personnes âgées de 3 à 24 ans, ce qui a permis de calculer les taux nets et bruts de fréquentation scolaire2, par sexe et niveau d’instruction, selon le milieu et l’île de résidence et le quintile de bien-être économique (Tableau 2.10). Tableau 2.10 Taux de fréquentation scolaire Taux net de fréquentation scolaire (TNF) et taux brut de fréquentation scolaire (TBF) de la population de fait des ménages, par sexe et niveau d’études, et indice de parité entre les genres selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique Taux net de fréquentation scolaire1 Taux brut de fréquentation scolaire2 Homme Femme Ensemble Indice de parité entre les genres3 Homme Femme Ensemble Indice de parité entre les genres3 NIVEAU PRIMAIRE Milieu de résidence Moroni 71,7 57,4 64,9 0,80 125,2 112,5 119,2 0,90 Autres villes 75,0 68,7 72,0 0,92 122,9 124,7 123,8 1,02 Ensemble urbain 74,2 66,0 70,3 0,89 123,4 121,9 122,7 0,99 Rural 75,7 72,8 74,3 0,96 133,0 127,5 130,3 0,96 Région/Ile Mwali 71,8 74,3 73,0 1,03 132,4 133,1 132,8 1,01 Ndzuwani 73,4 68,5 71,0 0,93 126,2 120,1 123,2 0,95 Ngazidja 78,3 73,0 75,7 0,93 134,3 131,6 132,9 0,98 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 72,2 69,1 70,8 0,96 120,6 121,1 120,8 1,00 Second 75,6 75,1 75,3 0,99 127,9 134,4 131,0 1,05 Moyen 79,3 75,0 77,2 0,95 138,5 131,2 135,0 0,95 Quatrième 77,5 73,1 75,2 0,94 140,5 132,8 136,5 0,95 Le plus élevé 71,9 60,4 65,9 0,84 125,3 107,9 116,2 0,86 Ensemble 75,3 70,8 73,1 0,94 129,9 125,8 127,9 0,97 NIVEAU SECONDAIRE Milieu de résidence Moroni 64,5 66,3 65,3 1,03 103,9 126,7 114,6 1,22 Autres villes 59,7 68,1 64,2 1,14 96,5 108,8 103,1 1,13 Ensemble urbain 61,1 67,7 64,5 1,11 98,8 113,2 106,2 1,15 Rural 53,5 52,2 52,8 0,98 79,9 79,2 79,5 0,99 Région/Ile Mwali 45,4 57,6 51,0 1,27 69,3 85,9 77,0 1,24 Ndzuwani 50,7 51,2 51,0 1,01 77,6 75,8 76,6 0,98 Ngazidja 62,7 63,8 63,3 1,02 97,1 107,1 102,2 1,10 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 31,2 33,5 32,5 1,07 48,4 47,6 47,9 0,98 Second 53,7 49,3 51,2 0,92 82,7 74,5 78,0 0,90 Moyen 57,9 60,6 59,3 1,05 87,8 97,5 92,9 1,11 Quatrième 60,9 67,0 64,2 1,10 96,0 104,8 100,7 1,09 Le plus élevé 67,5 71,5 69,5 1,06 102,9 119,2 111,2 1,16 Ensemble 56,1 56,9 56,6 1,01 86,4 89,7 88,2 1,04 1 Le taux net de fréquentation scolaire (TNF) pour le niveau primaire est le pourcentage de la population d’âge de fréquentation du niveau primaire (6-11 ans) qui fréquente l’école primaire. Le taux net de fréquentation scolaire pour le niveau secondaire est le pourcentage de la population d’âge de fréquentation du niveau secondaire (12-18 ans) qui fréquente l’école secondaire. Par définition le taux net de fréquentation ne peut excéder 100 %. 2 Le taux brut de fréquentation scolaire (TBF) au niveau primaire est le nombre total d’élèves du niveau primaire, exprimé en pourcentage de la population d’âge officiel de fréquentation du niveau primaire. Le taux brut de fréquentation scolaire au niveau secondaire est le nombre total d’élèves du niveau secondaire, exprimé en pourcentage de la population d’âge officiel de fréquentation du niveau secondaire. S’il y a pour un niveau donné un nombre important d’élèves plus âgés ou plus jeunes que l’âge officiel pour ce niveau, le TBF peut excéder 100 %. 3 L’indice de parité entre les genres pour le primaire est le ratio du TNF (TBF) au niveau primaire des filles sur le TNF (TBF) des garçons. L’indice de parité entre les genres pour le secondaire est le ratio du TNF (TBF) au niveau secondaire des filles sur le TNF (TBF) des garçons. 2 Les définitions de ces indicateurs figurent en note du tableau 2.10. Caractéristiques des ménages • 23 Le graphique 2.2 qui présente les taux de fréquentation scolaire par âge détaillé et par sexe, ne fait pas apparaître, globalement, d’écarts importants entre les filles et les garçons. Le taux net de fréquentation (TNF) mesure la fréquentation scolaire parmi les enfants d’âge scolaire officiel. Au niveau primaire, le TNF est le pourcentage de la population d’âge de fréquentation du niveau primaire (6-11 ans aux Comores) qui fréquente l’école primaire. Le TNF scolaire pour le primaire est estimé à 73 %, ce qui signifie que près des trois quarts de la population de 6-11 ans fréquentent l’école primaire. Ce taux est légèrement plus élevé pour les garçons (75 %) que pour les filles (71 %) ; en outre, c’est à Moroni qu’il est le plus faible (65 %) et en milieu rural qu’il est le plus élevé (74 %). Les variations entre les îles ne sont pas très importantes. Par contre, les écarts en fonction du statut socio-économique du ménage le sont davantage, le taux net de fréquentation scolaire au niveau primaire variant d’un minimum de 66 % dans les ménages du quintile le plus élevé à 77 % dans ceux classés dans le quintile moyen. Au niveau secondaire, c’est-à-dire chez les personnes âgées de 12-18 ans, le taux net de fréquentation scolaire est beaucoup plus faible que pour le niveau primaire et s’établit à 57 % : cela signifie que près de six personnes de 12-18 ans sur dix fréquentent effectivement l’école secondaire. Ce taux est quasiment identique chez les garçons (56 %) et chez les filles (57 %). Par contre, il est plus faible en milieu rural que dans les autres milieux de résidence (53 % contre 65 % en milieu urbain). Les résultats concernant les régions/îles montrent que c’est à Ngazidja que ce taux est le plus élevé (64 % contre 51 % à Ndzuwani). En fonction du statut socio-économique, on constate que ce taux net au secondaire augmente des ménages du quintile le plus bas à ceux du quintile le plus élevé, passant de 33 % à 70 %. Graphique 2.2 Taux de fréquentation scolaire par âge 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Pourcentage Âge Homme Femme EDSC-MICS II 2012 24 • Caractéristiques des ménages Le tableau 2.10 présente également les taux brut de fréquentation scolaire (TBF). Le TBF au niveau primaire est le nombre total d’élèves de n’importe quel âge fréquentant l’école primaire, exprimé en pourcentage de la population d’âge de fréquentation du niveau primaire (6-11 ans aux Comores). Au niveau primaire, le taux brut de fréquentation scolaire est de 128 % : ce qui signifie que 128 élèves de tous âges fréquentent l’école primaire pour 100 personnes âgés de 6-11 ans. Quand ce taux est supérieur au taux net pour un niveau d’étude donné, cela signifie qu’un nombre important d’enfants plus âgés ou plus jeunes par rapport à l’âge officiel de fréquentation de ce niveau d’études fréquentent ce niveau3 et, quand le taux net est déjà élevé, le taux brut peut facilement dépasser 100 %. Ce taux est plus élevé chez les garçons (130 %) que chez les filles (126 %) et on observe des variations par caractéristiques sociodémographiques similaires à celles observées pour le taux net. En effet, c’est en milieu rural (130 %) qu’il est le plus élevé et en fonction des quintiles, c’est dans le plus élevé qu’il est le plus faible (116 %). Au niveau secondaire, le taux brut de fréquentation scolaire est de 88 %, soit beaucoup plus élevé que le taux net de fréquentation scolaire (57 %), ce qui signifie qu’un nombre important d’enfants plus âgés ou plus jeunes que l’âge officiel de fréquentation du niveau secondaire fréquentent ce niveau. À la différence du taux pour le niveau primaire, le taux pour le niveau secondaire est plus élevé chez les filles que chez les garçons (90 % contre 86 %). 3 Certains y accèdent précocement et d’autres en sortent tardivement. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 25 CARACTÉRISTIQUES DES FEMMES ET DES HOMMES ENQUÊTÉS 3 es caractéristiques individuelles des personnes enquêtées sont essentielles pour comprendre et expliquer les comportements en matière de fécondité, d’utilisation de la contraception, d’hygiène de nutrition et d’utilisation des services. Le questionnaire individuel a permis de recueillir certaines caractéristiques sociodémographiques des enquêtés telles que l’âge, l’état matrimonial, le milieu de résidence, le niveau d’instruction et le type d’occupation. Sont également présentés dans ce chapitre les résultats sur l’alphabétisation, l’accès aux médias, l’activité économique et la consommation de tabac. 3.1 CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES DES ENQUÊTÉS Le tableau 3.1 présente la répartition des femmes et des hommes de 15-49 ans selon certaines caractéristiques sociodémographiques, à savoir, l’âge, la religion, l’état matrimonial, le milieu et la région de résidence, le niveau d’instruction et le quintile de bien-être économique. Précisons que ce tableau présente, pour chaque catégorie, le nombre de cas non pondérés, c’est-à-dire le nombre de personnes effectivement interviewées dans chaque catégorie, et le nombre de cas pondérés, c’est-à-dire le nombre de cas de chaque catégorie selon le poids réel de cette catégorie au niveau national. Les femmes âgées de 15-49 ans, c’est-à-dire celles en âge de procréer, et les hommes de 15-59 ans constituent des populations-cibles de l’EDSC-MICS II. Cependant, dans ce chapitre et dans les suivants, par souci de comparaison, les résultats portent sur les hommes et les femmes du même groupe d’âges (15-49 ans). En général, les résultats concernant les hommes de 50-59 ans constituent une catégorie à part, présentés au bas des tableaux. L Principaux résultats • La majorité des enquêtés résidaient, au moment de l’enquête, en milieu rural (67 % des femmes et 64 % des hommes). Des trois îles, c’est Ngazidja qui compte les proportions les plus élevées de femmes et d’hommes (respectivement 48 % et 50 %). • Près d’un tiers des femmes (31 %) et 16 % des hommes n’ont aucun niveau d’instruction. C’est à Ndzuwani que les proportions de femmes et d’hommes sans niveau d’instruction sont les plus élevées (respectivement 42 % et 21 %) et à Ngazidja qu’elles sont les plus faibles (respectivement 21 % et 12 %). • La quasi-totalité de la population des Comores est de religion musulmane. 26 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Tableau 3.1 Caractéristiques sociodémographiques des enquêtés Répartition (en %) des femmes et des hommes de 15-49 ans selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique Femme Homme Pourcentage pondéré Effectif pondéré Effectif non pondéré Pourcentage pondéré Effectif pondéré Effectif non pondéré Groupe d'âges 15-19 24,7 1 315 1 295 26,1 522 522 20-24 18,7 995 987 15,3 305 321 25-29 16,9 899 928 14,0 281 288 30-34 14,0 744 727 13,4 269 252 35-39 11,8 629 635 14,0 280 272 40-44 8,5 451 450 9,2 184 189 45-49 5,5 295 307 8,0 160 155 Religion Musulmane 99,0 5 277 5 271 99,3 1 986 1 976 Catholique/Protestante 0,3 17 19 0,3 6 11 Manquant 0,6 30 36 0,4 7 12 État matrimonial Célibataire 32,3 1 720 1 654 42,1 843 870 Marié 55,6 2 963 2 923 46,3 926 879 Vivant ensemble 5,6 298 368 6,9 138 143 Divorcé/séparé 5,8 308 348 4,4 88 104 Veuf 0,7 40 36 0,2 4 3 Milieu de résidence Moroni 10,0 535 865 12,7 253 394 Autres villes 23,0 1 227 1 385 23,6 472 543 Ensemble urbain 33,1 1 762 2 250 36,3 726 937 Rural 66,9 3 567 3 079 63,7 1 273 1 062 Région/Ile Mwali 6,1 323 840 7,3 146 372 Ndzuwani 45,5 2 424 1 804 42,8 855 615 Ngazidja 48,4 2 582 2 685 49,9 998 1 012 Niveau d'instruction Aucun 31,0 1 652 1 535 16,0 320 309 Primaire 19,6 1 046 1 016 27,7 554 510 Secondaire 39,7 2 113 2 218 44,2 883 899 Supérieur 9,4 503 545 12,0 240 278 Manquant 0,3 16 15 0,1 2 3 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 16,3 868 912 15,6 311 354 Second 20,1 1 073 1 041 19,1 383 374 Moyen 20,5 1 095 1 032 22,2 445 398 Quatrième 21,1 1 123 1 110 20,6 412 419 Le plus élevé 22,0 1 171 1 234 22,5 449 454 Ensemble 15-49 100,0 5 329 5 329 100,0 1 999 1 999 50-59 na na na na 168 168 Ensemble 15-59 na na na na 2 167 2 167 Note: Le niveau d'instruction correspond au plus haut niveau d'instruction atteint, qu'il ait été achevé ou non. na = non applicable L’âge, variable fondamentale dans l’analyse des phénomènes démographiques, est l’une des informations les plus difficiles à obtenir de façon précise lorsque l’enregistrement écrit des événements n’est pas encore une pratique établie. De ce fait, un soin particulier a été accordé à son estimation au moment de l’enquête individuelle. La distribution des femmes de 15-49 ans par groupe d’âges quinquennal présente une allure régulière, les proportions de femmes de chaque groupe d’âges diminuant régulièrement au fur et à mesure que l’on avance vers les âges élevés passant de 25 % à 15-19 ans à 14 % à 30-34 ans et à 6 % à 45- 49 ans. Les femmes aux âges de fécondité maximale, c'est-à-dire celles de moins de 30 ans représentent 60 % de l’ensemble des femmes enquêtées, une proportion quasiment identique à celle obtenue à l’enquête de 1996. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 27 Pour être éligibles pour l’enquête individuelle, les hommes devaient être âgés de 15 à 59 ans. Un peu plus de la moitié des hommes enquêtés (55 %) ont moins de 30 ans. En 1996 cette proportion était de 52 %. Comme chez les femmes, les proportions d’hommes de chaque groupe d’âges diminuent régulièrement avec l’avancement en âge passant de 26 % à 15-19 ans à 13 % à 30-34 ans et à 8 % à 45-49 ans. Le tableau 3.1 présente également les données sur l’état matrimonial. Précisons ici que dans le cadre de cette enquête, ont été considérés en union toutes les femmes et tous les hommes ayant déclaré être en union, qu’il s’agisse d’une union formelle ou non, légale ou non. Selon cette définition, on constate que 61 % des femmes de 15-49 ans étaient en union au moment de l’enquête, dont la majorité était mariée (56 %), 6 % étaient séparées ou divorcées et moins de 1 % étaient veuves. À l’opposé, un tiers des femmes était célibataires (32 %). Par rapport à 1996, on constate que ce pourcentage de femmes célibataires a légèrement baissé, variant de 39 % à 32 % et celui des femmes en union a légèrement augmenté, passant de 54 % à 61 %. Concernant les hommes, on constate que 42 % étaient, au moment de l’enquête, célibataires, soit une proportion plus élevée que chez les femmes (42 % contre 32 %), 53 % étaient en union, en majorité mariés (46 %) et 5 % en rupture d’union parmi lesquels 0,2 % étaient veufs. Les résultats selon le milieu de résidence montrent qu’une grande partie des femmes (67 %) et des hommes (64 %) résident en milieu rural. En outre, on constate qu’un peu moins d’une femme sur deux (48 %) et un homme sur deux (50 %) résident à Ngazidja. Les résultats indiquent aussi qu’environ trois femmes sur dix (31 %) n’ont jamais fréquenté l’école contre 16 % des hommes. De plus, environ 40 % des femmes contre 44 % des hommes ont atteint le niveau secondaire ; en ce qui concerne le niveau supérieur, les proportions sont respectivement seulement de 9 % et 12 %. Le tableau 3.1 présente également la répartition des hommes et des femmes selon l’indice de bien- être économique. On ne constate pas d’écart entre les hommes et les femmes, la proportion de femmes dont le ménage est classé dans le quintile le plus bas étant quasiment identique à celle des hommes (16 %). Il en est de même dans les ménages des deux derniers quintiles. Enfin, on constate que la quasi-totalité des femmes et des hommes sont de religion musulmane (99 % dans chaque cas). 3.2 NIVEAU D’INSTRUCTION PAR CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES Les tableaux 3.2.1 et 3.2.2 présentent les données selon le niveau d’instruction atteint par les femmes et les hommes. Dans l’ensemble, la proportion de femmes de 15-49 ans n’ayant reçu aucune instruction est deux fois plus élevée que celle des hommes (31 % contre 16 %). Environ un homme sur dix (11 %) contre seulement 6 % des femmes ont achevé les 6 classes du niveau primaire. Dans 7 % des cas, les hommes ont achevé le cycle secondaire contre 6 % pour les femmes et 12 % des hommes contre 9 % des femmes ont atteint le niveau supérieur. Dans le groupe d’âges 15-19 ans, on note encore que 11 % des femmes contre 4 % des hommes n’ont aucune instruction. Cependant, on constate que le niveau d’instruction s’améliore des générations les plus anciennes aux plus récentes, cela quel que soit le sexe. En effet, la proportion de femmes sans niveau d’instruction passe de 66 % parmi celles de 45-49 ans à 11 % parmi celles de 15-19 ans. À l’opposé, la proportion de femmes ayant atteint un niveau d’instruction secondaire ou plus varie de 23 % chez celles de 45-49 ans à 61 % chez celles de 20-24 ans. On note ce même effet de génération chez les hommes, les proportions de ceux sans niveau d’instruction sont passées de 30 % parmi ceux de 45-49 ans à 4 % parmi les hommes âgés de 15-19 ans. De même que chez les femmes, la proportion d’hommes ayant atteint un niveau secondaire augmente des générations les plus anciennes aux plus récentes, passant de 48 % parmi ceux âgés de 45-49 ans à 60 % parmi ceux de 20-24 ans. 28 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Tableau 3.2.1 Niveau d'instruction: Femmes Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans en fonction du plus haut niveau d'instruction atteint et nombre médian d'années d'instruction achevées, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique Plus haut niveau d'instruction atteint Total Nombre médian d'années complétées Effectif de femmes Sans instruction Primaire incomplet Primaire complet1 Secondaire incomplet Secondaire complet2 Supérieur Manquant Groupe d'âges 15-24 14,5 12,1 7,1 51,4 7,8 6,8 0,3 100,0 7,8 2 311 15-19 10,5 11,1 8,0 64,1 4,1 2,0 0,2 100,0 7,6 1 315 20-24 19,7 13,4 5,9 34,7 12,7 13,1 0,4 100,0 8,6 995 25-29 29,1 14,2 4,6 23,7 9,4 18,5 0,5 100,0 6,4 899 30-34 43,6 14,7 4,9 18,0 5,2 13,4 0,3 100,0 3,0 744 35-39 47,1 18,9 8,5 16,1 2,5 6,6 0,3 100,0 1,9 629 40-44 53,3 11,6 6,8 20,7 1,0 6,4 0,2 100,0 - 451 45-49 66,1 8,6 2,3 17,6 2,4 3,1 0,0 100,0 - 295 Milieu de résidence Moroni 17,0 10,6 4,8 40,6 8,5 18,3 0,2 100,0 9,2 535 Autres villes 19,8 9,1 4,7 41,3 8,2 16,5 0,4 100,0 8,6 1 227 Ensemble urbain 18,9 9,6 4,7 41,1 8,3 17,1 0,3 100,0 8,8 1 762 Rural 36,9 15,3 7,0 29,7 5,2 5,7 0,3 100,0 4,5 3 567 Région/Ile Mwali 32,6 15,4 5,8 35,0 4,0 7,2 0,0 100,0 5,3 323 Ndzuwani 41,6 10,5 5,2 27,7 5,8 8,7 0,5 100,0 4,4 2 424 Ngazidja 20,9 15,8 7,3 38,6 6,9 10,4 0,2 100,0 7,0 2 582 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 62,5 12,5 5,5 16,6 2,0 0,6 0,2 100,0 - 868 Second 39,0 17,0 6,3 29,9 3,8 3,3 0,8 100,0 3,9 1 073 Moyen 28,9 14,3 7,7 35,2 6,5 7,4 0,2 100,0 5,9 1 095 Quatrième 21,4 14,6 6,7 38,2 8,6 10,5 0,1 100,0 7,4 1 123 Le plus élevé 11,5 8,7 5,0 43,0 9,1 22,5 0,1 100,0 9,6 1 171 Ensemble 31,0 13,4 6,3 33,4 6,2 9,4 0,3 100,0 5,8 5 329 1 A achevé avec succès 6 classes du niveau primaire. 2 A achevé avec succès 7 classes du niveau secondaire. Tableau 3.2.2 Niveau d'instruction: Hommes Répartition (en %) des hommes de 15-49 ans en fonction du plus haut niveau d'instruction atteint et nombre médian d'années d'instruction achevées, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique Plus haut niveau d'instruction atteint Total Nombre médian d'années complétées Effectif d'hommes Sans instruction Primaire incomplet Primaire complet1 Secondaire incomplet Secondaire complet2 Supérieur Manquant Groupe d'âges 15-24 7,1 14,5 11,5 56,5 6,2 4,1 0,2 100,0 7,7 827 15-19 4,1 15,5 12,7 63,5 3,4 0,7 0,1 100,0 7,2 522 20-24 12,2 12,8 9,5 44,4 11,0 9,9 0,3 100,0 8,8 305 25-29 13,0 17,5 9,1 32,4 10,8 17,1 0,2 100,0 7,3 281 30-34 19,8 18,8 12,8 19,9 10,0 18,8 0,0 100,0 6,0 269 35-39 24,6 23,0 10,2 20,7 3,8 17,8 0,0 100,0 5,3 280 40-44 29,9 21,1 7,7 21,0 3,3 17,0 0,0 100,0 4,8 184 45-49 30,3 13,1 8,6 23,3 7,9 16,8 0,0 100,0 5,8 160 Milieu de résidence Moroni 13,2 10,5 3,3 45,4 4,5 22,8 0,2 100,0 9,6 253 Autres villes 9,5 11,7 11,1 39,2 11,9 16,4 0,2 100,0 9,1 472 Ensemble urbain 10,8 11,3 8,4 41,4 9,3 18,6 0,2 100,0 9,2 726 Rural 19,0 20,5 11,8 34,9 5,5 8,2 0,0 100,0 5,9 1 273 Région/Ile Mwali 16,8 18,6 12,4 36,1 2,9 12,8 0,3 100,0 6,0 146 Ndzuwani 20,7 15,4 12,8 29,5 10,0 11,4 0,1 100,0 6,1 855 Ngazidja 11,9 18,4 8,4 44,1 4,8 12,3 0,0 100,0 7,6 998 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 40,8 22,2 11,8 20,3 3,6 1,3 0,0 100,0 3,0 311 Second 20,4 18,3 10,8 39,3 6,0 5,1 0,1 100,0 6,0 383 Moyen 14,4 19,9 11,8 38,5 8,5 6,6 0,3 100,0 6,4 445 Quatrième 7,4 15,3 11,7 43,5 6,1 16,1 0,0 100,0 8,6 412 Le plus élevé 4,6 11,7 7,3 40,3 9,2 26,9 0,0 100,0 10,1 449 Ensemble 15-49 16,0 17,2 10,6 37,3 6,9 12,0 0,1 100,0 6,9 1 999 50-59 52,8 7,9 3,6 15,7 1,2 18,1 0,7 100,0 - 168 Ensemble 15-59 18,9 16,4 10,0 35,6 6,5 12,5 0,1 100,0 6,7 2 167 1 A achevé avec succès 6 classes du niveau primaire. 2 A achevé avec succès 7 classes du niveau secondaire. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 29 En outre, quel que soit le sexe, le niveau d’instruction varie de façon importante selon certaines caractéristiques sociodémographiques. En effet, c’est en milieu rural que l’on constate les proportions de femmes et d’hommes sans instruction les plus élevées (respectivement 37 % et 19 %). À l’opposé, en milieu urbain, 8 % des femmes et 9 % des hommes ont complété un cycle secondaire et, respectivement, 17 % et 19 % ont atteint un niveau supérieur. Dans les îles, on note également des écarts importants : chez les femmes, la proportion de celles sans instruction varie de 21 % à Ngazidja à 42 % à Ndzuwani. On retrouve ces mêmes variations chez les hommes, mais avec des écarts moins importants, la proportion d’hommes sans instruction variant de 12 % à Ngazidja à 21 % à Ndzuwani. Avec une proportion de 33 % chez les femmes et 17 % chez les hommes, Mwali occupe une position intermédiaire. Enfin, on constate que des ménages du quintile le plus bas à ceux du quintile le plus élevé, les proportions de femmes et d’hommes sans instruction diminuent, passant pour les femmes de 63 % à 12 % et pour les hommes de 41 % à 5 %. 3.3 ALPHABÉTISATION Au cours de l’enquête, on a demandé aux personnes qui n’avaient aucun niveau d’instruction et à celles qui avaient déclaré avoir atteint le niveau primaire de lire une phrase rédigée dans une des langues officielles ou nationales. Les quatre modalités retenues pour l’entretien figurent aux tableaux 3.3.1 et 3.3.2. Les données de ces tableaux indiquent que 63 % des femmes et 77 % des hommes de 15-49 ans sont considérés comme étant alphabétisés. Parmi ces femmes, 49 % ont un niveau d’instruction secondaire ou supérieur et sont considérées comme étant alphabétisées, 4 % ont pu lire une phrase entière et 10 % une partie de la phrase qui leur était présentée. Parmi les hommes, 55 % ont un niveau d’instruction secondaire ou supérieur et sont considérés comme étant alphabétisés, 7 % ont pu lire une phrase entière et 14 % une partie de la phrase. Il convient de relever que la proportion de femmes analphabètes est environ une fois et demie plus élevée que celle des hommes (37 % contre 23 %). Tableau 3.3.1 Alphabétisation: Femmes Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans par niveau d'instruction atteint et niveau d'alphabétisation et pourcentage de femmes alphabétisées selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique Secondaire ou supérieur Pas d'instruction ou niveau primaire Total Pourcen- tage de femmes alpha- bétisées1 Effectif de femmes Peut lire une phrase entière Peut lire une partie de la phrase Ne peut pas lire Pas de carte dans la langue de l'enquêtée Aveugle/ malvoyante Manquant Groupe d'âges 15-24 66,0 4,7 7,0 21,4 0,5 0,0 0,4 100,0 77,8 2 311 15-19 70,2 5,6 7,5 16,0 0,4 0,0 0,3 100,0 83,3 1 315 20-24 60,5 3,5 6,4 28,5 0,5 0,0 0,5 100,0 70,4 995 25-29 51,6 3,7 10,0 33,5 0,4 0,0 0,8 100,0 65,3 899 30-34 36,6 5,0 13,2 44,3 0,3 0,0 0,5 100,0 54,8 744 35-39 25,2 5,4 16,6 51,8 0,1 0,5 0,5 100,0 47,2 629 40-44 28,1 3,2 10,8 57,1 0,4 0,4 0,0 100,0 42,1 451 45-49 23,1 1,5 8,3 66,7 0,4 0,0 0,0 100,0 32,9 295 Milieu de résidence Moroni 67,4 4,5 5,4 21,8 0,2 0,0 0,8 100,0 77,2 535 Autres villes 66,0 2,6 8,0 22,7 0,0 0,0 0,6 100,0 76,7 1 227 Ensemble urbain 66,5 3,2 7,2 22,5 0,0 0,0 0,6 100,0 76,8 1 762 Rural 40,5 4,9 11,2 42,3 0,5 0,1 0,3 100,0 56,7 3 567 Région/Ile Mwali 46,2 3,7 7,4 42,6 0,2 0,0 0,0 100,0 57,2 323 Ndzuwani 42,2 2,3 6,9 47,7 0,2 0,1 0,5 100,0 51,4 2 424 Ngazidja 55,9 6,4 13,1 23,7 0,5 0,1 0,4 100,0 75,3 2 582 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 19,2 3,0 8,5 68,6 0,7 0,0 0,0 100,0 30,7 868 Second 37,0 4,3 8,8 48,7 0,5 0,0 0,8 100,0 50,1 1 073 Moyen 49,0 5,7 11,7 32,7 0,5 0,0 0,5 100,0 66,4 1 095 Quatrième 57,2 4,5 10,9 26,3 0,4 0,3 0,4 100,0 72,7 1 123 Le plus élevé 74,6 4,0 9,3 11,5 0,0 0,2 0,4 100,0 87,9 1 171 Ensemble 49,1 4,4 9,9 35,8 0,4 0,1 0,4 100,0 63,3 5 329 1 C'est-à-dire les femmes qui ont, au moins, fréquenté l'école secondaire et celles qui peuvent lire une phrase entière ou une partie de phrase. 30 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Tableau 3.3.2 Alphabétisation: Hommes Répartition (en %) des hommes de 15-49 ans par niveau d'instruction atteint et niveau d'alphabétisation et pourcentage d'hommes alphabétisés selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique Secondaire ou supérieur Pas d'instruction ou niveau primaire Total Pourcentage d’hommes alphabétisés1 Effectif d'hommes Peut lire une phrase entière Peut lire une partie de la phrase Ne peut pas lire Pas de carte dans la langue de l'enquêté Aveugle/ malvoyant Manquant Groupe d'âges 15-24 66,8 8,7 11,4 11,9 0,8 0,0 0,4 100,0 86,9 827 15-19 67,6 11,1 12,6 8,2 0,0 0,0 0,4 100,0 91,3 522 20-24 65,3 4,6 9,4 18,2 2,3 0,0 0,3 100,0 79,3 305 25-29 60,3 5,5 14,2 19,0 0,6 0,0 0,4 100,0 80,0 281 30-34 48,7 6,3 15,8 25,7 3,1 0,0 0,5 100,0 70,8 269 35-39 42,3 6,6 17,3 30,8 1,6 0,7 0,7 100,0 66,1 280 40-44 41,3 4,8 18,1 31,8 4,0 0,0 0,0 100,0 64,2 184 45-49 48,0 5,9 12,9 30,0 2,1 1,1 0,0 100,0 66,9 160 Milieu de résidence Moroni 72,7 3,0 12,1 5,4 5,7 0,0 1,1 100,0 87,8 253 Autres villes 67,5 9,2 8,1 13,7 0,6 0,4 0,4 100,0 84,9 472 Ensemble urbain 69,4 7,1 9,5 10,8 2,4 0,2 0,7 100,0 85,9 726 Rural 48,6 7,1 16,5 26,3 1,2 0,1 0,2 100,0 72,2 1 273 Région/Ile Mwali 51,9 4,7 12,8 30,5 0,0 0,0 0,1 100,0 69,4 146 Ndzuwani 50,9 8,7 12,4 27,7 0,0 0,2 0,1 100,0 72,0 855 Ngazidja 61,2 6,0 15,5 13,2 3,2 0,2 0,7 100,0 82,7 998 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 25,2 6,9 17,5 48,9 1,7 0,0 0,0 100,0 49,5 311 Second 50,4 3,7 16,5 25,8 3,0 0,0 0,5 100,0 70,6 383 Moyen 53,6 6,4 15,9 21,9 1,4 0,4 0,3 100,0 75,9 445 Quatrième 65,6 9,5 13,5 8,3 1,8 0,4 0,9 100,0 88,6 412 Le plus élevé 76,4 8,5 7,8 6,8 0,3 0,0 0,1 100,0 92,7 449 Ensemble 15-49 56,2 7,1 14,0 20,7 1,6 0,2 0,4 100,0 77,2 1 999 50-59 34,9 4,4 10,4 47,3 0,9 0,5 1,7 100,0 49,7 168 Ensemble 15-59 54,5 6,8 13,7 22,7 1,5 0,2 0,5 100,0 75,0 2 167 1 C'est-à-dire les hommes qui ont, au moins, fréquenté l'école secondaire et qui peuvent lire une phrase entière ou une partie de phrase. Chez les femmes comme chez les hommes, on constate que l’analphabétisme recule puisque des générations les plus anciennes aux plus récentes, la proportion de femmes et d’hommes ne sachant pas lire est passée de 67 % parmi les femmes de 45-49 ans à 16 % parmi celles de 15-19 ans et chez les hommes de 30 % à 8 % dans les mêmes groupes d’âges. On constate des écarts selon le milieu de résidence : les proportions de femmes et d’hommes alphabétisées sont nettement plus élevées en milieu urbain qu’en milieu rural (respectivement 77 % contre 57 % et 86 % contre 72 %). Le milieu urbain est homogène, l’écart entre Moroni et les autres villes étant très faible (Graphique 3.1). Les résultats par région/île font apparaître un clivage entre Ngazidja et les deux autres régions. En effet, à Ngazidja, 75 % des femmes et 83 % des hommes sont alphabétisées. À Mohéli, ces proportions sont respectivement de 57 % et 69 % et à Ndzuwani de 51 % et 72 %. On note enfin que la proportion de personnes alphabétisées augmente avec le niveau de bien-être du ménage. Le taux d’alphabétisation varie de 31 % chez les femmes vivant dans un ménage classé dans le quintile le plus bas à 88 % chez celles dont le ménage est classé dans le quintile le plus élevé. Chez les hommes, cette proportion varie respectivement de 50 % à 93 %. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 31 Graphique 3.1 Proportion de femmes et d'hommes de 15-49 ans alphabétisés 3.4 EXPOSITION AUX MÉDIA Les données relatives à l’exposition des femmes et des hommes aux média sont particulièrement importantes pour la mise en place, entre autres, de programmes d’éducation et de diffusion d’informations dans les domaines de la santé et de la planification familiale. Au cours de l’enquête, on a demandé aux enquêtés si, au moins une fois par semaine, ils écoutaient la radio et regardaient la télévision et/ou s’ils lisaient des journaux ou magazines. Les résultats sont présentés aux tableaux 3.4.1 pour les femmes et 3.4.2 pour les hommes. Les résultats montrent que près de deux femmes sur cinq (38 %) et un homme sur cinq (21 %) n’ont été exposés à aucun média. Dans les ménages classés dans le quintile le plus bas, cette proportion est de 66 % chez les femmes et de 51 % chez les hommes. De même, parmi les femmes et les hommes sans instruction, ces proportions sont également élevées (respectivement 56 % et 45 %). La lecture régulière d’un journal ou d’un magazine est moins fréquente : 13 % des femmes et 24 % des hommes ayant déclaré en lire un, au moins, une fois par semaine. Cependant, parmi les femmes et les hommes les plus instruits (respectivement 24 % et 41 %) et parmi ceux dont le ménage est classé dans le quintile le plus élevé (respectivement 21 % et 35 %), ces proportions sont nettement plus élevées. 88 73 66 50 31 75 51 57 57 77 77 77 63 93 89 76 71 50 83 72 69 72 86 85 88 77 Le plus élevé Quatrième Moyen Second Le plus bas QUINTILE DE BIEN-ÊTRE Ngazidja Ndzouani Mwali RÉGION/ILE Rural Ensemble urbain Autres villes Moroni MILIEU DE RÉSIDENCE COMORES Pourcentage HOMMES FEMMES EDSC-MICS II 2012 32 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Tableau 3.4.1 Exposition aux média: Femmes Pourcentage de femmes de 15-49 ans qui, habituellement, lisent un journal, regardent la télévision et/ou écoutent la radio, au moins, une fois par semaine, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique Lit un journal, au moins, une fois par semaine Regarde la télévision, au mois, une fois par semaine Écoute la radio, au moins, une fois par semaine Les trois média, au moins, une fois par semaine Aucun média, au moins, une fois par semaine Effectif de femmes Groupe d'âges 15-19 18,5 56,7 39,9 10,4 32,7 1 315 20-24 15,4 53,5 39,4 9,7 35,8 995 25-29 14,3 56,2 40,6 10,1 34,2 899 30-34 8,9 50,7 38,0 6,7 41,4 744 35-39 6,4 48,3 33,5 4,0 44,0 629 40-44 6,4 43,8 30,0 3,2 48,0 451 45-49 5,0 48,8 32,6 3,1 44,7 295 Milieu de résidence Moroni 21,8 67,1 50,4 16,0 24,1 535 Autres villes 12,0 53,8 36,4 7,2 36,3 1 227 Ensemble urbain 15,0 57,8 40,7 9,9 32,6 1 762 Rural 11,5 50,1 36,2 7,0 40,7 3 567 Région/Ile Mwali 8,9 55,5 26,4 5,5 40,4 323 Ndzuwani 8,0 42,0 29,7 3,8 49,1 2 424 Ngazidja 17,6 62,3 46,5 12,1 27,4 2 582 Niveau d'instruction Aucun 0,2 36,8 26,4 0,2 56,3 1 652 Primaire 4,5 51,9 37,5 2,2 39,4 1 046 Secondaire ou + 23,8 62,9 44,8 15,1 26,0 2 616 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 3,8 28,3 20,0 2,0 65,5 868 Second 8,0 40,6 29,0 4,2 48,2 1 073 Moyen 13,6 57,1 43,1 7,8 32,9 1 095 Quatrième 14,8 65,0 45,9 10,3 26,4 1 123 Le plus élevé 20,7 65,7 45,6 13,6 24,4 1 171 Ensemble1 12,7 52,6 37,6 7,9 38,0 5 329 1 Y compris 16 femmes pour lesquelles le niveau d’instruction est manquant. Tableau 3.4.2 Exposition aux média: Hommes Pourcentage d'hommes de 15-49 ans qui, habituellement, lisent un journal, regardent la télévision et/ou écoutent la radio, au moins, une fois par semaine, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique Lit un journal, au moins, une fois par semaine Regarde la télévision, au mois, une fois par semaine Écoute la radio, au moins, une fois par semaine Les trois média, au moins, une fois par semaine Aucun média, au moins, une fois par semaine Effectif d'hommes Groupe d'âges 15-19 18,1 70,3 57,1 14,3 21,0 522 20-24 27,5 70,6 62,3 20,9 15,1 305 25-29 32,5 66,5 68,3 26,4 19,2 281 30-34 22,9 69,4 62,8 19,7 20,5 269 35-39 22,3 64,1 60,1 19,7 27,5 280 40-44 25,9 66,6 58,9 20,9 22,9 184 45-49 28,7 61,4 59,6 24,0 25,9 160 Milieu de résidence Moroni 44,6 80,5 79,2 40,8 11,1 253 Autres villes 23,3 76,7 57,9 18,9 16,5 472 Ensemble urbain 30,8 78,0 65,3 26,6 14,6 726 Rural 20,7 61,9 58,5 16,0 25,0 1 273 Région/Ile Mwali 22,4 56,9 47,0 18,7 34,4 146 Ndzuwani 18,3 63,6 49,5 15,3 28,9 855 Ngazidja 29,8 73,0 72,9 24,0 12,8 998 Niveau d'instruction Aucun 1,2 41,2 40,6 0,8 45,0 320 Primaire 4,6 61,5 54,6 3,5 28,3 554 Secondaire ou + 40,7 78,4 70,0 33,3 11,0 1 123 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 7,7 37,2 33,8 5,7 50,5 311 Second 17,1 58,0 53,0 12,8 27,1 383 Moyen 24,2 70,6 67,5 19,4 16,8 445 Quatrième 32,1 74,7 68,0 26,3 16,0 412 Le plus élevé 35,1 88,1 73,9 30,3 5,3 449 Ensemble 15-491 24,4 67,8 61,0 19,9 21,3 1 999 50-59 19,3 59,0 67,4 17,9 27,1 168 Ensemble 15-59 24,0 67,1 61,5 19,7 21,7 2 167 1 Y compris 2 hommes pour lesquels le niveau d’instruction est manquant. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 33 Les résultats selon l’âge montrent que les jeunes sont beaucoup plus exposés aux média que les personnes plus âgées. En effet, les proportions de femmes qui sont exposées aux trois média varient de 10 % chez celles de 15-29 ans à 3 % chez celles de 40-49 ans. Chez les hommes, les variations par âge sont très faibles et irrégulières. En outre, on constate que c’est en milieu urbain et à Ngazidja que les femmes et les hommes sont les plus fréquemment exposés aux média. 3.5 ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE L’enquête EDSC-MICS II a collecté des informations relatives à l’emploi des femmes et des hommes. Précisons que lors de l’enquête, les hommes et les femmes qui ont déclaré avoir eu au cours des douze derniers mois, une activité rémunérée ou non, indépendamment du secteur d’activité, ont été considérés comme actifs. Les résultats sur l’emploi sont présentés aux tableaux 3.5.1 pour les femmes et 3.5.2 pour les hommes. Tableau 3.5.1 Emploi: Femmes Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans en fonction du fait qu'elles travaillent ou non, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique A travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête N'a pas travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête Manquant/ ne sait pas Total Effectif de femmes Travaille actuellement1 Ne travaille pas actuellement Groupe d'âges 15-19 18,9 5,0 76,1 0,0 100,0 1 315 20-24 28,0 5,9 66,1 0,0 100,0 995 25-29 40,3 6,5 53,2 0,0 100,0 899 30-34 47,2 5,9 46,4 0,5 100,0 744 35-39 47,6 6,9 45,5 0,0 100,0 629 40-44 55,2 1,6 43,0 0,3 100,0 451 45-49 54,1 7,7 38,2 0,0 100,0 295 État matrimonial Célibataire 23,1 4,8 72,1 0,0 100,0 1 720 En union 42,9 6,3 50,7 0,2 100,0 3 261 En rupture d'union 44,0 3,4 52,6 0,0 100,0 348 Nombre d'enfants vivants 0 28,5 4,4 67,1 0,0 100,0 2 413 1-2 39,7 6,8 53,5 0,0 100,0 1 068 3-4 44,4 6,8 48,8 0,0 100,0 899 5+ 46,2 6,2 47,0 0,6 100,0 950 Milieu de résidence Moroni 32,4 2,2 65,3 0,1 100,0 535 Autres villes 33,8 5,3 61,0 0,0 100,0 1 227 Ensemble urbain 33,4 4,3 62,3 0,0 100,0 1 762 Rural 38,1 6,3 55,5 0,1 100,0 3 567 Région/Ile Mwali 30,7 1,5 67,8 0,0 100,0 323 Ndzuwani 36,3 8,7 54,9 0,2 100,0 2 424 Ngazidja 37,5 3,3 59,1 0,1 100,0 2 582 Niveau d'instruction Aucun 43,2 6,6 50,0 0,3 100,0 1 652 Primaire 37,3 6,2 56,5 0,0 100,0 1 046 Secondaire ou + 32,0 4,7 63,3 0,0 100,0 2 616 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 32,1 8,1 59,5 0,3 100,0 868 Second 39,0 6,1 54,7 0,1 100,0 1 073 Moyen 37,8 6,0 56,1 0,0 100,0 1 095 Quatrième 34,9 4,9 60,2 0,0 100,0 1 123 Le plus élevé 38,0 3,7 58,2 0,1 100,0 1 171 Ensemble2 36,6 5,6 57,7 0,1 100,0 5 329 1 « Travaille actuellement » concerne les femmes qui ont travaillé au cours des 7 derniers jours, y compris celles qui n'ont pas travaillé au cours des 7 derniers jours mais qui ont un emploi régulier et qui étaient absentes parce qu'elles étaient en congé, malades ou en vacances ou pour d'autres raisons. 2 Y compris 16 femmes pour lesquelles le niveau d’instruction est manquant. 34 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Les résultats montrent que, dans l’ensemble, 42 % des femmes enquêtées ont travaillé au cours des 12 derniers mois ayant précédé l’enquête et la majorité d’entre elles (37 %) travaillaient au cours des sept jours précédant l’enquête. Le pourcentage de femmes qui ont travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l’enquête augmente régulièrement avec l’âge, passant d’un minimum de 24 % à 15-19 ans à un maximum de 62 % à 45-49 ans. Selon l’état matrimonial, les résultats montrent que les femmes en rupture d’union (47 %) et celles en union (49 %) étaient proportionnellement plus nombreuses à travailler au cours des 12 derniers mois que les célibataires (28 %). Le nombre d’enfants influence également l’activité des femmes : plus le nombre d’enfants augmente, plus la proportion de femmes ayant travaillé augmente, passant de 33 % quand les femmes n’ont pas d’enfants à 52 % quand elles en ont 5 ou plus. On note également que la proportion de femmes actives diminue avec le niveau d’instruction, passant de 50 % à 37 %. Les données selon le milieu de résidence montrent que la proportion de femmes qui ont travaillé au cours des 12 derniers mois ayant précédé l’enquête est plus élevée en milieu rural (44 %) qu’en milieu urbain (38 %) et à Ndzuwani (45 %) que dans les autres régions (32 % à Mohéli et 41 % à Ngazidja). Tableau 3.5.2 Emploi: Hommes Répartition (en %) des hommes de 15-49 ans en fonction du fait qu'ils travaillent ou non, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique A travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête N'a pas travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête Total Effectif d'hommes Travaille actuellement1 Ne travaille pas actuellement Groupe d'âges 15-19 46,4 5,2 48,4 100,0 522 20-24 58,3 5,4 36,3 100,0 305 25-29 75,1 10,0 14,8 100,0 281 30-34 89,7 3,4 6,8 100,0 269 35-39 89,2 2,7 8,1 100,0 280 40-44 87,1 5,2 7,7 100,0 184 45-49 91,8 2,4 5,8 100,0 160 État matrimonial Célibataire 53,0 4,5 42,5 100,0 843 En union 85,8 5,1 9,1 100,0 1 064 En rupture d'union 73,9 10,0 16,0 100,0 93 Nombre d'enfants vivants 0 57,2 5,7 37,0 100,0 1 108 1-2 88,3 4,3 7,4 100,0 360 3-4 90,5 4,0 5,5 100,0 260 5+ 88,6 4,7 6,7 100,0 271 Milieu de résidence Moroni 63,9 2,2 34,0 100,0 253 Autres villes 62,8 5,2 31,9 100,0 472 Ensemble urbain 63,2 4,2 32,6 100,0 726 Rural 76,1 5,6 18,3 100,0 1 273 Région/Ile Mwali 68,6 2,7 28,7 100,0 146 Ndzuwani 71,1 5,6 23,3 100,0 855 Ngazidja 72,1 5,0 22,8 100,0 998 Niveau d'instruction Aucun 85,2 5,0 9,8 100,0 320 Primaire 78,7 3,9 17,4 100,0 554 Secondaire ou + 63,9 5,7 30,4 100,0 1 123 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 73,8 4,3 21,9 100,0 311 Second 73,6 6,6 19,7 100,0 383 Moyen 74,9 5,7 19,4 100,0 445 Quatrième 68,1 5,1 26,8 100,0 412 Le plus élevé 67,5 3,8 28,7 100,0 449 Ensemble 15-492 71,4 5,1 23,5 100,0 1 999 50-59 85,0 8,6 6,4 100,0 168 Ensemble 15-59 72,5 5,4 22,2 100,0 2 167 1 « Travaille actuellement » concerne les hommes qui ont travaillé au cours des sept derniers jours, y compris ceux qui n'ont pas travaillé au cours des sept derniers jours mais qui ont un emploi régulier et qui étaient absents parce qu'ils étaient en congé, malades ou en vacances ou pour d'autres raisons. 2 Y compris 2 hommes pour lesquels le niveau d’instruction est manquant. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 35 Concernant les hommes, les résultats montrent que dans l’ensemble, 77 % d’entre eux ont travaillé au cours des 12 derniers mois ayant précédé l’enquête, dont la grande majorité (71 %) travaillaient au cours des sept jours ayant précédé l’enquête. Comme chez les femmes, la proportion d’hommes qui ont travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l’enquête augmente avec l’âge, passant de 52 % à 15-19 ans, à un maximum de 94 % à 45-49 ans. L’état matrimonial influence aussi le niveau d’activité des hommes, la proportion d’hommes actifs au cours des 12 derniers mois variant de 91 % parmi ceux en union à 84 % parmi ceux en rupture d’union et à 58 % parmi les célibataires. Le niveau d’activité des hommes varie aussi selon le milieu et la région de résidence : de 82 % en milieu rural à 67 % en milieu urbain et de 77 % à Ndzuwani et Ngazidja à 71 % à Mohéli Comme chez les femmes, la proportion d’hommes qui ont travaillé diminue avec l’augmentation du niveau d’instruction, de 90 % chez ceux sans instruction à 70 % chez ceux de niveau secondaire ou plus. Les résultats selon les quintiles de bien-être économique ne font pas apparaître d’écarts très importants. Occupation des femmes Les tableaux 3.6.1 et 3.6.2 présentent la répartition des femmes et des hommes ayant eu un emploi au cours des 12 mois ayant précédé l’enquête par type d’occupation, selon certaines caractéristiques sociodémographiques. Parmi les femmes qui exerçaient un emploi au cours des douze mois ayant précédé l'enquête, 28 % occupaient un emploi de cadre ou de technicienne, 23 % étaient employées dans l’agriculture et 21 % avaient un emploi manuel qualifié. Très peu de femmes travaillaient dans les ventes et services (2 %). Les résultats selon l’âge ne font pas apparaître de variations importantes. Tout au plus, peut-on souligner que la proportion de femmes travaillant dans l’agriculture augmente avec l’âge, passant de 16 % à 20-24 ans à 37 % à 45-49 ans. On constate des variations en fonction du milieu et de la région de résidence. La proportion de femmes travaillant en tant que cadre est plus élevée en milieu urbain qu’en milieu rural (43 % contre 22 %). Par contre, en milieu rural, 29 % des femmes sont employées dans le domaine agricole contre 8 % en milieu urbain. On constate en outre une proportion élevée de femmes travaillant comme employée de maison à Moroni (21 %). Le type d’emploi des femmes varie avec le niveau d’instruction et le statut socio-économique du ménage. La proportion de femmes occupant un emploi de cadre augmente avec le niveau d’instruction, variant de 21 % parmi celles sans instruction à 37 % parmi celles ayant un niveau secondaire ou plus et avec l’indice de bien-être économique, variant de 19 % parmi les femmes dont le ménage est classé dans le quintile le plus bas à 46 % parmi celles vivant dans un ménage du quintile le plus élevé. 36 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Tableau 3.6.1 Occupation: Femmes Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans ayant eu un emploi au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête par type d'occupation, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique Cadre/ technicien/ direction Employée Ventes et services Manuel qualifié Manuel non qualifié Employée de maison Agriculture Manquant Total Effectif de femmes Groupe d'âges 15-19 25,2 0,0 1,5 27,4 3,2 11,2 15,6 15,7 100,0 314 20-24 23,6 0,8 1,8 32,1 1,0 10,0 16,1 14,5 100,0 337 25-29 30,5 6,8 2,4 21,6 0,7 10,4 17,7 9,9 100,0 420 30-34 29,0 4,1 2,2 19,3 0,2 9,9 22,4 12,8 100,0 395 35-39 30,8 2,0 3,0 19,1 0,1 9,5 25,6 9,8 100,0 343 40-44 24,7 2,5 1,2 12,9 0,9 18,3 32,8 6,8 100,0 256 45-49 33,7 1,4 0,3 7,5 0,0 14,0 37,2 5,8 100,0 182 État matrimonial Célibataire 27,9 3,4 1,6 29,8 1,8 8,9 12,5 14,1 100,0 480 En union 28,2 2,5 2,0 18,6 0,7 11,5 26,1 10,4 100,0 1 603 En rupture d'union 27,9 4,3 2,6 19,8 0,0 17,9 17,0 10,4 100,0 165 Nombre d'enfants vivants 0 27,0 4,5 1,9 28,6 1,4 8,3 11,6 16,7 100,0 794 1-2 35,9 3,2 1,7 21,0 0,7 9,3 18,9 9,3 100,0 496 3-4 26,8 2,1 1,9 20,0 0,8 12,2 28,1 8,0 100,0 460 5+ 23,3 0,5 2,3 10,1 0,3 17,7 38,5 7,2 100,0 497 Milieu de résidence Moroni 37,0 6,6 6,1 11,6 2,7 20,8 0,7 14,4 100,0 185 Autres villes 44,7 5,8 3,2 13,1 0,4 7,4 10,5 14,8 100,0 479 Ensemble urbain 42,6 6,0 4,0 12,7 1,0 11,1 7,8 14,7 100,0 664 Rural 22,0 1,5 1,1 24,6 0,8 11,6 28,7 9,7 100,0 1 584 Région/Ile Mwali 25,1 2,7 3,3 9,3 0,0 7,4 32,0 20,2 100,0 104 Ndzuwani 34,8 2,1 1,2 10,2 0,9 13,4 30,9 6,4 100,0 1 091 Ngazidja 21,4 3,6 2,5 33,4 1,0 9,8 13,0 15,3 100,0 1 054 Niveau d'instruction Aucun 20,7 0,0 0,9 16,4 0,1 14,1 42,2 5,6 100,0 822 Primaire 21,9 0,5 2,4 31,1 1,5 13,6 18,8 10,1 100,0 455 Secondaire ou + 37,4 6,4 2,5 20,4 1,2 8,2 7,5 16,5 100,0 960 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 18,6 0,6 0,0 13,1 0,8 9,7 51,1 6,0 100,0 349 Second 21,1 0,0 2,0 18,2 1,7 15,7 30,6 10,7 100,0 484 Moyen 25,0 1,9 1,8 29,4 0,8 12,2 20,0 8,8 100,0 480 Quatrième 27,4 4,6 2,4 23,1 0,4 12,9 15,1 14,1 100,0 447 Le plus élevé 45,5 6,5 3,0 19,6 0,7 6,3 3,2 15,1 100,0 488 Ensemble1 28,1 2,8 1,9 21,1 0,9 11,4 22,5 11,2 100,0 2 248 1 Y compris 11 femmes pour lesquelles le niveau d’instruction est manquant. Occupation des hommes Selon les résultats du tableau 3.6.2, on constate que la majorité des hommes de 15-49 ans exerçaient leur activité dans l’agriculture (27 %) ; dans 21 % des cas, les hommes ont déclaré effectuer un travail de cadre/technicien/direction et 17 % effectuaient un travail manuel qualifié. Selon le milieu de résidence, on constate que la proportion d’hommes travaillant dans le secteur agricole est plus élevée en milieu rural (35 %) qu’en milieu urbain (11 %) ; la proportion d’hommes travaillant comme cadre/technicien/direction est deux fois plus élevée en milieu urbain (32 %) qu’en milieu rural (16 %). Par ailleurs, les résultats montrent que 50 % des hommes sans instruction travaillent dans l’agriculture tandis que le tiers (34 %) de ceux qui ont un niveau secondaire ou plus travaillent comme cadre/technicien. La proportion d’hommes qui travaillent comme cadre/technicien augmente de manière importante avec le bien-être économique du ménage, passant d’environ 10 % chez les hommes vivant dans les ménages les plus pauvres à 38 % chez ceux des ménages les plus riches. La tendance s’inverse pour ceux qui exercent un emploi dans le secteur agricole : 45 % des hommes dont le ménage est classé dans le quintile le plus bas travaillent dans l’agriculture contre 6 % dans les ménages du quintile le plus élevé. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 37 Tableau 3.6.2 Occupation: Hommes Répartition (en %) des hommes de 15-49 ans ayant eu un emploi au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête par type d'occupation, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique Cadre/ technicien/ direction Employé Ventes et services Manuel qualifié Manuel non qualifié Employé de maison Agriculture Manquant Total Effectif d'hommes Groupe d'âges 15-19 8,5 0,0 0,7 15,0 12,6 3,4 31,3 28,6 100,0 269 20-24 10,3 0,1 0,6 22,2 14,0 7,6 25,4 19,8 100,0 194 25-29 22,7 1,6 1,4 21,2 14,8 7,7 18,6 12,0 100,0 239 30-34 25,6 1,0 2,1 16,2 12,4 6,1 26,8 9,9 100,0 250 35-39 26,4 0,5 2,0 19,5 8,4 3,3 31,5 8,4 100,0 257 40-44 29,6 1,5 1,8 9,4 11,2 7,8 28,6 10,1 100,0 170 45-49 30,4 2,8 2,3 16,5 9,7 1,5 29,4 7,3 100,0 151 État matrimonial Célibataire 12,6 0,6 1,0 18,1 10,5 5,7 28,0 23,6 100,0 485 En union 25,8 1,2 1,9 17,3 12,5 4,7 27,2 9,5 100,0 967 En rupture d'union 18,4 0,6 0,0 14,0 14,2 11,3 25,5 16,1 100,0 78 Nombre d'enfants vivants 0 15,9 0,8 1,0 16,7 13,1 6,3 24,8 21,5 100,0 698 1-2 31,8 0,7 2,0 20,2 10,1 4,9 20,1 10,3 100,0 333 3-4 29,7 0,6 1,6 12,0 14,5 2,4 33,5 5,7 100,0 246 5+ 14,0 2,0 2,3 20,7 8,6 6,0 38,3 8,0 100,0 253 Milieu de résidence Moroni 29,1 1,1 4,0 21,0 11,5 15,4 5,3 12,5 100,0 167 Autres villes 32,8 3,1 1,2 17,2 12,0 6,3 14,0 13,3 100,0 322 Ensemble urbain 31,6 2,4 2,2 18,5 11,8 9,4 11,0 13,0 100,0 489 Rural 16,4 0,3 1,2 16,8 12,0 3,4 35,1 14,9 100,0 1 041 Région/Ile Mwali 22,3 0,6 3,2 14,9 11,9 3,1 25,3 18,7 100,0 104 Ndzuwani 23,1 1,7 0,6 17,9 9,6 5,9 31,2 10,0 100,0 655 Ngazidja 19,6 0,3 2,0 17,3 13,9 5,1 24,4 17,3 100,0 770 Niveau d'instruction Aucun 6,6 0,2 0,0 22,5 11,2 4,7 49,5 5,3 100,0 289 Primaire 9,2 0,5 0,4 24,3 14,8 5,9 33,5 11,5 100,0 458 Secondaire ou + 33,7 1,5 2,7 11,4 10,6 5,2 15,7 19,2 100,0 782 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 10,5 0,1 0,5 19,2 8,5 4,6 45,3 11,2 100,0 243 Second 10,0 0,7 0,6 20,9 10,9 3,1 37,4 16,4 100,0 307 Moyen 19,1 0,7 1,5 21,7 11,1 5,4 27,9 12,6 100,0 358 Quatrième 26,4 0,4 2,4 11,2 14,9 8,3 24,9 11,5 100,0 301 Le plus élevé 37,8 2,6 2,4 13,4 13,8 5,1 5,9 19,2 100,0 320 Ensemble 15-491 21,2 1,0 1,5 17,4 11,9 5,3 27,4 14,3 100,0 1 530 50-59 25,2 0,2 0,3 11,4 4,6 3,2 48,7 6,4 100,0 157 Ensemble 15-59 21,6 0,9 1,4 16,8 11,3 5,1 29,4 13,6 100,0 1 687 1 Y compris 1 homme pour lequel le niveau d’instruction est manquant. Type d’emploi et type des revenus des femmes Le tableau 3.7 présente la répartition des femmes ayant eu un emploi au cours des 12 mois ayant précédé l’enquête par type de revenu, type d’employeur et en fonction de la régularité de l’emploi. Dans l’ensemble, on constate que 56 % des femmes qui travaillent ont été payées en argent, 10 % en argent et en nature, 5 % en nature seulement et 27 % n’ont pas été rémunérées. Cependant, quand les femmes travaillent dans le secteur agricole, pratiquement une sur deux n’a pas été rémunérée pour son travail (49 %) contre 18 % dans le secteur non agricole. En outre, dans le secteur agricole, un quart des femmes (25 %) ont été payées en argent seulement en échange de leur travail contre 68 % dans le secteur non agricole. Par ailleurs, dans l’ensemble, 60 % des femmes travaillaient pour leur propre compte. Cette proportion est légèrement plus élevée dans le secteur agricole (67 %) que dans le secteur non agricole (58 %). De plus, dans le secteur agricole, 30 % travaillaient pour un membre de la famille contre 27 % dans le secteur non agricole. 38 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés En ce qui concerne la régularité de l’emploi, on note que dans 56 % des cas, les femmes ont travaillé toute l'année, en particulier celles exerçant une activité dans le secteur non agricole (62 % contre 38 % dans le secteur agricole). À l’opposé, 19 % des femmes ont exercé un travail saisonnier, en particulier, les femmes ayant travaillé dans le secteur agricole (38 %) contre 13 % dans le secteur non agricole. Tableau 3.7 Type d'emploi: Femmes Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans ayant eu un emploi au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête en fonction du type de rémunération, du type d'employeur et de la régularité de l'emploi, selon le secteur agricole et non-agricole, Comores 2012 Caractéristique de l'emploi Travail agricole Travail non agricole Manquant Ensemble Type de revenu Argent seulement 24,8 67,8 51,2 56,3 Argent et en nature 18,8 7,7 2,8 9,6 En nature seulement 7,0 5,4 2,0 5,4 Pas rémunérée 48,6 18,2 39,1 27,4 Manquant 0,8 0,9 4,8 1,3 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Type d'employeur Employée par un membre de la famille 30,3 27,1 18,4 26,9 Employée par quelqu'un qui n'est pas membre de la famille 2,4 14,7 17,1 12,2 Travaille à son propre compte 67,0 57,5 59,3 59,8 Manquant 0,3 0,8 5,1 1,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Régularité de l'emploi Toute l'année 37,7 62,1 54,5 55,8 Saisonnier 37,8 12,8 13,7 18,5 Occasionnel 23,8 24,9 27,5 24,9 Manquant 0,7 0,2 4,3 0,8 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 506 1 490 252 2 248 Note: L'ensemble comprend les femmes dont l'information sur le type d'emploi est manquante et qui ne sont pas présentées séparément. 3.6 COUVERTURE MÉDICALE La couverture médicale des populations est une des préoccupations actuelles du ministère de la Santé. Au cours de l’enquête, des questions relatives à la couverture médicale ont été posées aux femmes et aux hommes. Les résultats présentés aux tableaux 3.8.1 et 3.8.2 montrent que la quasi-totalité des femmes et des hommes ne disposent d’aucune couverture médicale (respectivement 95 % et 94 %). Ces proportions sont élevées quelle que soit la caractéristique sociodémographique. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 39 Tableau 3.8.1 Assurance médicale: Femmes Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans par type d'assurance médicale, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique Sécurité sociale Autre assurance fournie par l'employeur Mutuelle de santé/ assurance commu- nautaire Souscription individuelle à une assurance privée Autre Manquant Aucune Effectif de femmes Groupe d'âges 15-19 0,0 1,4 2,0 0,6 0,0 0,0 96,0 1 315 20-24 0,0 1,8 1,8 0,5 0,0 0,1 95,8 995 25-29 0,0 2,0 2,7 0,5 0,0 0,1 94,7 899 30-34 0,4 2,5 3,0 0,3 0,0 0,9 93,0 744 35-39 0,1 1,5 1,5 0,4 0,3 0,0 96,2 629 40-44 0,0 3,7 2,0 1,2 0,0 0,3 92,9 451 45-49 0,8 2,8 1,4 0,0 0,2 0,0 94,7 295 Milieu de résidence Moroni 0,4 2,7 2,4 0,2 0,0 0,0 94,4 535 Autres villes 0,2 4,1 2,9 1,6 0,0 0,1 91,2 1 227 Ensemble urbain 0,3 3,7 2,7 1,2 0,0 0,0 92,2 1 762 Rural 0,1 1,2 1,8 0,2 0,1 0,3 96,4 3 567 Région/Ile Mwali 0,0 1,3 3,4 0,7 0,0 0,4 94,2 323 Ndzuwani 0,1 2,2 1,0 0,8 0,1 0,2 95,6 2 424 Ngazidja 0,2 1,9 3,0 0,3 0,0 0,1 94,5 2 582 Niveau d'instruction Aucun 0,0 0,9 0,4 0,1 0,2 0,3 98,0 1 652 Primaire 0,2 2,5 1,5 0,3 0,0 0,1 95,5 1 046 Secondaire ou + 0,2 2,5 3,4 0,9 0,0 0,2 92,8 2 616 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 0,0 1,1 0,6 0,1 0,0 0,5 97,7 868 Second 0,0 0,5 1,0 0,0 0,0 0,2 98,3 1 073 Moyen 0,0 1,5 1,4 0,6 0,2 0,1 96,1 1 095 Quatrième 0,3 2,3 2,4 0,6 0,0 0,0 94,4 1 123 Le plus élevé 0,3 4,2 4,7 1,2 0,1 0,2 89,4 1 171 Ensemble1 0,1 2,0 2,1 0,5 0,1 0,2 95,0 5 329 1 Y compris 16 femmes pour lesquelles le niveau d’instruction est manquant. Tableau 3.8.2 Assurance médicale: Hommes Répartition (en %) des hommes de 15-49 ans par type d'assurance médicale, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique Sécurité sociale Autre assurance fournie par l'employeur Mutuelle de santé/ assurance commu- nautaire Souscription individuelle à une assurance privée Autre Manquant Aucune Effectif d'hommes Groupe d'âges 15-19 0,5 0,7 1,4 0,2 0,9 0,0 96,4 522 20-24 0,6 1,4 0,8 0,0 0,9 0,0 96,3 305 25-29 0,1 3,2 2,0 0,0 0,1 0,6 94,0 281 30-34 0,0 2,4 2,4 0,6 0,6 0,3 93,6 269 35-39 0,0 1,6 5,0 0,8 0,3 0,0 92,3 280 40-44 0,5 1,3 2,9 0,5 0,0 0,2 94,7 184 45-49 0,8 4,9 6,1 1,0 0,8 0,6 85,8 160 Milieu de résidence Moroni 1,1 3,5 7,9 0,0 0,8 0,7 86,1 253 Autres villes 0,1 2,6 3,0 0,3 1,6 0,0 92,3 472 Ensemble urbain 0,4 2,9 4,7 0,2 1,4 0,3 90,1 726 Rural 0,3 1,3 1,3 0,4 0,2 0,2 96,4 1 273 Région/Ile Mwali 0,0 4,4 1,7 0,0 0,3 0,0 93,7 146 Ndzuwani 0,4 0,9 1,9 0,3 0,9 0,2 95,4 855 Ngazidja 0,3 2,4 3,2 0,4 0,4 0,2 93,1 998 Niveau d'instruction Aucun 0,0 0,6 0,1 0,0 0,0 0,0 99,2 320 Primaire 0,0 1,0 0,5 0,2 0,8 0,3 97,3 554 Secondaire ou + 0,6 2,7 4,3 0,5 0,7 0,2 91,0 1 123 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 0,0 0,0 0,2 0,0 0,0 0,0 99,8 311 Second 0,0 0,9 0,2 0,0 0,0 0,3 98,6 383 Moyen 0,8 2,7 1,8 0,3 0,1 0,0 94,4 445 Quatrième 0,0 1,4 4,2 0,3 0,7 0,4 93,1 412 Le plus élevé 0,7 3,7 5,4 1,0 1,9 0,3 87,0 449 Ensemble 15-491 0,3 1,9 2,5 0,4 0,6 0,2 94,1 1 999 50-59 0,7 6,6 2,7 0,2 3,2 0,7 85,9 168 Ensemble 15-59 0,4 2,3 2,6 0,3 0,8 0,2 93,5 2 167 1 Y compris 2 hommes pour lesquels le niveau d’instruction est manquant. 40 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés 3.7 CONSOMMATION DE TABAC Au cours de l’enquête, on a demandé aux femmes et aux hommes s’ils fumaient des cigarettes ou s’ils fumaient ou consommaient du tabac sous d’autres formes. Selon les résultats du tableau 3.9.1, on constate que la quasi-totalité des femmes ne consomment pas de tabac (95 %). Cette proportion est élevée dans tous les sous-groupes de femmes. Tableau 3.9.1 Consommation de tabac: Femmes Pourcentage de femmes de 15-49 ans qui fument des cigarettes, la pipe ou qui consomment du tabac sous d'autres formes, selon certaines caractéristiques sociodémographiques et selon qu'elles sont enceintes et qu'elles allaitent, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique Consommation de tabac Ne consomme pas de tabac Effectif de femmes Cigarettes Pipe Autre tabac Groupe d'âges 15-19 0,9 0,0 0,7 98,5 1 315 20-24 1,4 0,3 0,7 97,6 995 25-29 1,8 0,0 1,8 96,4 899 30-34 1,6 0,0 4,0 93,7 744 35-39 1,2 0,0 6,6 92,4 629 40-44 2,4 0,1 7,5 90,2 451 45-49 5,0 1,5 9,0 86,8 295 Maternité, Allaitement Enceinte 1,3 0,7 1,3 97,3 351 Allaite (non enceinte) 1,6 0,0 3,2 95,1 1 021 Ni l'un, ni l'autre 1,7 0,1 3,2 95,1 3 957 Milieu de résidence Moroni 3,8 0,5 1,9 94,3 535 Autres villes 1,7 0,1 0,6 97,8 1 227 Ensemble urbain 2,3 0,2 1,0 96,7 1 762 Rural 1,3 0,1 4,1 94,5 3 567 Région/Ile Mwali 0,2 0,0 0,9 98,6 323 Ndzuwani 1,2 0,1 0,2 98,4 2 424 Ngazidja 2,3 0,2 6,1 91,8 2 582 Niveau d'instruction Aucun 1,7 0,2 5,9 92,2 1 652 Primaire 2,5 0,3 3,7 93,9 1 046 Secondaire ou + 1,2 0,1 1,1 97,6 2 616 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 0,9 0,2 2,1 96,5 868 Second 1,5 0,0 4,6 94,0 1 073 Moyen 3,0 0,4 4,5 92,7 1 095 Quatrième 0,9 0,1 2,7 96,4 1 123 Le plus élevé 1,8 0,0 1,4 96,7 1 171 Ensemble1 1,6 0,1 3,1 95,2 5 329 1 Y compris 16 femmes pour lesquelles le niveau d’instruction est manquant. Le tableau 3.9.2, présente les résultats concernant les hommes. Par rapport aux femmes, la proportion d’hommes qui consomment du tabac est nettement plus élevée (23 % contre 5 %). Près d’un homme sur cinq fume des cigarettes (19 %) et 7 % consomment du tabac sous une autre forme. En outre, on constate que cette consommation de tabac a tendance à diminuer des générations anciennes aux plus récentes, passant de 36 % parmi ceux de 45-49 ans à 3 % parmi ceux de 15-19 ans. La consommation de tabac a aussi tendance à diminuer avec l’augmentation du niveau d’instruction, variant de 34 % parmi ceux sans instruction à 15 % parmi ceux ayant un niveau secondaire ou plus. Le niveau socio-économique du ménage ne semble pas, par contre, influencer de manière très importante la consommation de tabac. C ar ac té ris tiq ue s de s fe m m es e t d es h om m es e nq uê té s • 4 1 Ta bl ea u 3. 9. 2 C on so m m at io n de ta ba c: H om m es Po ur ce nt ag e d' ho m m es d e 15 -4 9 an s qu i f um en t d es c ig ar et te s, la p ip e ou q ui c on so m m en t d u ta ba c so us d 'a ut re s fo rm es , e t r ép ar tit io n (e n % ) d es fu m eu rs d e ci ga re tte s pa r n om br e de c ig ar et te s fu m ée s au co ur s de s 24 h eu re s ay an t p ré cé dé l' en qu êt e, s el on c er ta in es c ar ac té ris tiq ue s so ci od ém og ra ph iq ue s, C om or es 2 01 2 C ar ac té ris tiq ue so ci od ém og ra ph iq ue C on so m m at io n de ta ba c N e co ns om m e pa s de ta ba c Ef fe ct if d' ho m m es R ép ar tit io n (e n % ) d es e nq uê té s qu i f um en t d es c ig ar et te s pa r n om br e de c ig ar et te s fu m ée s da ns le s de rn iè re s 24 h eu re s To ta l N om br e de fu m eu rs d e ci ga re tte s C ig ar et te s Pi pe Au tre ta ba c 0 1- 2 3- 5 6- 9 10 + N SP / M an qu an t G ro up e d' âg es 15 -1 9 7, 0 1, 4 1, 8 92 ,7 52 2 (0 ,0 ) (6 ,3 ) (2 3, 5) (9 ,2 ) (5 7, 4) (3 ,6 ) 10 0, 0 37 20 -2 4 20 ,1 1, 5 2, 6 79 ,0 30 5 0, 0 4, 6 24 ,1 24 ,9 41 ,5 4, 9 10 0, 0 61 25 -2 9 21 ,8 0, 7 6, 8 76 ,2 28 1 0, 0 4, 7 21 ,7 19 ,0 54 ,6 0, 0 10 0, 0 61 30 -3 4 23 ,5 1, 1 10 ,4 69 ,9 26 9 0, 0 4, 6 13 ,8 21 ,1 50 ,7 9, 7 10 0, 0 63 35 -3 9 29 ,3 1, 3 7, 5 67 ,1 28 0 0, 0 5, 5 14 ,3 29 ,9 43 ,4 6, 9 10 0, 0 82 40 -4 4 17 ,7 0, 9 13 ,2 70 ,3 18 4 (0 ,0 ) (1 ,1 ) (1 5, 1) (9 ,9 ) (5 9, 3) (1 4, 6) 10 0, 0 32 45 -4 9 22 ,7 0, 0 17 ,8 64 ,0 16 0 (1 ,0 ) (1 1, 8) (1 9, 1) (3 0, 8) (2 9, 5) (7 ,7 ) 10 0, 0 36 M ili eu d e ré si de nc e M or on i 26 ,7 0, 4 2, 2 71 ,6 25 3 0, 0 1, 8 13 ,0 19 ,0 61 ,7 4, 6 10 0, 0 68 A ut re s vi lle s 17 ,5 1, 1 4, 4 81 ,1 47 2 0, 0 10 ,5 23 ,0 28 ,2 35 ,2 3, 2 10 0, 0 83 En se m bl e ur ba in 20 ,7 0, 8 3, 7 77 ,8 72 6 0, 0 6, 6 18 ,5 24 ,0 47 ,1 3, 8 10 0, 0 15 0 R ur al 17 ,5 1, 3 8, 8 77 ,0 1 27 3 0, 2 4, 6 18 ,5 20 ,8 47 ,9 8, 1 10 0, 0 22 3 R ég io n/ Ile M w al i 16 ,9 0, 0 4, 2 79 ,4 14 6 1, 5 4, 3 16 ,3 14 ,6 63 ,4 0, 0 10 0, 0 25 N dz uw an i 14 ,8 1, 7 6, 1 83 ,5 85 5 0, 0 7, 1 28 ,5 32 ,5 29 ,0 2, 9 10 0, 0 12 7 N ga zi dj a 22 ,2 0, 8 8, 0 71 ,6 99 8 0, 0 4, 5 13 ,0 17 ,0 56 ,4 9, 0 10 0, 0 22 1 N iv ea u d' in st ru ct io n Au cu n 23 ,7 1, 4 14 ,5 65 ,8 32 0 0, 0 4, 3 11 ,6 29 ,6 49 ,0 5, 4 10 0, 0 76 Pr im ai re 26 ,6 1, 0 9, 2 68 ,5 55 4 0, 0 6, 3 16 ,1 22 ,0 47 ,3 8, 3 10 0, 0 14 8 Se co nd ai re o u + 13 ,3 1, 1 3, 6 84 ,9 1 12 3 0, 2 5, 0 24 ,3 18 ,4 47 ,1 4, 9 10 0, 0 15 0 Q ui nt ile s de b ie n- êt re éc on om iq ue Le p lu s ba s 16 ,4 2, 0 7, 9 79 ,5 31 1 0, 7 2, 7 31 ,7 28 ,0 36 ,9 0, 0 10 0, 0 51 Se co nd 20 ,4 0, 3 11 ,7 72 ,8 38 3 0, 0 7, 2 18 ,6 13 ,7 58 ,4 2, 2 10 0, 0 78 M oy en 18 ,6 1, 9 7, 6 76 ,3 44 5 0, 0 1, 4 18 ,1 27 ,8 49 ,6 3, 1 10 0, 0 83 Q ua tri èm e 21 ,1 0, 2 3, 6 75 ,2 41 2 0, 0 4, 9 13 ,6 20 ,2 40 ,0 21 ,3 10 0, 0 87 Le p lu s él ev é 16 ,5 1, 2 4, 5 82 ,5 44 9 0, 0 10 ,4 15 ,5 22 ,9 50 ,1 1, 2 10 0, 0 74 En se m bl e 15 -4 91 18 ,7 1, 1 6, 9 77 ,3 1 99 9 0, 1 5, 4 18 ,5 22 ,1 47 ,6 6, 3 10 0, 0 37 3 50 -5 9 20 ,6 0, 1 20 ,7 62 ,2 16 8 (0 ,0 ) (7 ,6 ) (2 0, 9) (3 7, 0) (3 4, 5) (0 ,0 ) 10 0, 0 34 En se m bl e 15 -5 9 18 ,8 1, 0 8, 0 76 ,1 2 16 7 0, 1 5, 6 18 ,7 23 ,4 46 ,5 5, 8 10 0, 0 40 8 N ot e : L es v al eu rs e nt re p ar en th ès es s on t b as ée s su r 2 5- 49 c as n on p on dé ré s. 1 Y c om pr is 2 h om m es p ou r l es qu el s le n iv ea u d’ in st ru ct io n es t m an qu an t. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 41 État matrimonial et exposition au risque de grossesse • 43 ÉTAT MATRIMONIAL ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE 4 n dehors de la contraception et de l’activité, sexuelle, la nuptialité, en particulier dans les pays où la procréation a lieu dans le cadre de l’union, comme c’est le cas aux Comores, joue un rôle important sur l’exposition des femmes au risque de grossesse et est considérée comme un des déterminants proches de la fécondité. Au cours de l’enquête, on a demandé aux femmes et aux hommes à quel âge ils étaient entrés en première union et à quel âge ils avaient eu leurs premiers rapports sexuels. Ce chapitre présente ces résultats ainsi que ceux concernant la pratique de la polygamie. 4.1 ÉTAT MATRIMONIAL Les normes qui régissent le mariage varient selon la diversité socioculturelle et économique des populations. Aux Comores, différentes formes de mariage coexistent, le mariage religieux et le mariage coutumier. Mais la première étape du mariage est fondé principalement sur les principes de l’islam : le mariage religieux, c’est-à-dire que c’est le « cadi » ou son suppléant le « Naibou » qui célèbre les unions de mariage. L’état matrimonial d’une personne se définit par rapport au mariage religieux pour les Comoriens et au mariage civil pour les étrangers. Dans l’enquête, le statut matrimonial comprend quatre catégories : les célibataires, les mariés, les divorcés ou séparés et les veufs. Le tableau 4.1 et le graphique 4.1 présentent la répartition des femmes et des hommes selon leur état matrimonial au moment de l'enquête. Le célibat concerne environ une femme sur trois (32 %), 61 % se sont déclarées en union, la quasi-totalité étant marié (56 % contre 6 % qui vivent ensemble avec un partenaire). Enfin, les femmes en rupture d'union représentent une part relativement importante de la population (7 %), dont 3 % de divorcées, 3 % de séparées et 0,7 % de veuves. E Principaux résultats • Au moment de l’enquête, un tiers des femmes et 42 % des hommes de 15-19 ans étaient célibataires. En outre, 61 % des femmes étaient en union, la majorité étant mariée (56 %). Chez les hommes, ces proportions sont respectivement de 53 % et de 46 %. • Parmi les femmes de 25-49 ans, l’âge médian à la première union est estimé à 20,7 ans. Chez les hommes de 30-49 ans, il est de 27,1 ans. • L’âge médian aux premiers rapports sexuels est de 21 ans chez les femmes de 25-49 ans et de 19,9 ans chez les hommes du même groupe d’âges. 44 • État matrimonial et exposition au risque de grossesse Tableau 4.1 État matrimonial actuel Répartition (en %) des femmes et des hommes de 15-49 ans par état matrimonial actuel, selon l'âge, Comores 2012 Groupe d'âges État matrimonial Total Pourcentage d'enquêtés actuellement en union Effectif d'enquêtés Célibataire Marié Vivant ensemble Divorcé Séparé Veuf FEMME 15-19 80,4 11,4 5,0 0,8 2,4 0,0 100,0 16,4 1 315 20-24 41,6 43,1 9,7 1,8 3,6 0,2 100,0 52,8 995 25-29 17,1 66,5 8,8 3,5 3,8 0,3 100,0 75,2 899 30-34 8,2 81,3 4,3 4,4 0,8 1,0 100,0 85,6 744 35-39 4,3 87,3 2,7 4,1 0,6 1,0 100,0 90,1 629 40-44 1,4 85,5 1,0 6,2 2,6 3,3 100,0 86,5 451 45-49 0,3 83,6 0,9 9,9 2,9 2,3 100,0 84,6 295 Ensemble 32,3 55,6 5,6 3,3 2,5 0,7 100,0 61,2 5 329 HOMME 15-19 89,4 0,4 7,1 0,5 2,0 0,6 100,0 7,5 522 20-24 70,1 13,4 11,2 0,8 4,5 0,0 100,0 24,6 305 25-29 33,0 45,2 14,3 1,9 5,5 0,2 100,0 59,4 281 30-34 18,0 73,0 4,5 4,5 0,1 0,0 100,0 77,5 269 35-39 6,4 85,8 3,8 2,5 1,4 0,0 100,0 89,6 280 40-44 0,6 94,3 0,9 3,5 0,4 0,2 100,0 95,2 184 45-49 1,6 92,1 1,5 4,0 0,8 0,0 100,0 93,6 160 Ensemble 15-49 42,1 46,3 6,9 2,1 2,3 0,2 100,0 53,2 1 999 50-59 1,5 94,0 0,4 1,7 0,0 2,3 100,0 94,4 168 Ensemble 15-59 39,0 50,0 6,4 2,1 2,1 0,4 100,0 56,4 2 167 Comme le montre le tableau 4.1, les résultats mettent en évidence une diminution rapide des proportions de femmes célibataires avec l’âge. De 80 % à 15-19 ans, la proportion passe à 42 % à 20-24 ans et à 17 % à 25-29 ans. À partir de 30 ans, cette proportion devient très faible : 8 % pour le groupe d'âges 30- 34 ans, et moins de 1 % des femmes sont encore célibataires à 45-49 ans. Corrélativement, on observe que la proportion de femmes mariées augmente avec l'âge jusqu'à 35-39 ans (87 %), puis diminue légèrement du fait de l'augmentation de la proportion des femmes en rupture d'union, par veuvage et plus particulièrement par divorce. Parmi les hommes de 15-49 ans, on comptait, au moment de l’enquête, 42 % de célibataires. À l'opposé, 53 % des hommes sont en union : 46 % étaient mariés, 7 % vivaient en union consensuelle. Dans 5 % des cas, les hommes étaient en rupture d'union. Les proportions d'hommes célibataires décroissent beaucoup moins rapidement avec l'âge que chez les femmes : de 89 % à 15-19 ans, elles tombent à 70 % dans le groupe d'âges 20-24 ans et à 33 % dans le groupe 25-29 ans. À 30-34 ans, environ un homme sur cinq (18 %) est toujours célibataire contre 8 % des femmes du même groupe d’âges. Le graphique 4.1 présente la comparaison des proportions de femmes célibataires par âge selon l’EDSC-I 1996 et l’EDSC-MICS 2012. On constate qu’à pratiquement tous les âges, la proportion de femmes célibataires a diminué. État matrimonial et exposition au risque de grossesse • 45 Graphique 4.1 Proportion de femmes célibataires par âge selon différentes sources 4.2 POLYGAMIE Parmi les femmes en union, on distingue celles qui vivent en union monogame de celles qui ont déclaré que leur mari ou conjoint avait une ou plusieurs coépouses. En effet, selon la religion musulmane, un homme peut avoir quatre épouses au plus. Le tableau 4.2.1 présente la répartition des femmes actuellement en union par nombre de coépouses et selon certaines caractéristiques sociodémographiques. La polygamie est une pratique relativement répandue aux Comores puisqu'elle concerne pratiquement une femme en union sur cinq (18 %). Cette proportion augmente régulièrement avec l'âge, de 8 % à 15-19 ans à 27 % à 45-49 ans. Par ailleurs, on constate que les unions polygames sont plus fréquentes en milieu rural (20 %) qu'en milieu urbain (14 %). On observe peu de différence entre l'île de Ngazidja et celle de Mwali (environ 15 % de femmes en union polygame chacune) ; par contre la proportion de femmes vivant en union polygame est nettement plus élevée à Ndzuwani (22 %). Le niveau d'instruction des femmes semble jouer un rôle négatif sur la polygamie, les proportions de femmes en union polygame diminuant avec l’augmentation du niveau d’instruction passant de 22 % parmi celles sans instruction à 17 % parmi celles de niveau d'instruction primaire et à 14 % parmi celles de niveau secondaire ou plus. La tendance selon le niveau de bien-être économique du ménage est assez irrégulière mais, globalement, on constate que la proportion de femmes en union polygame diminue au fur et à mesure que le statut socio-économique du ménage augmente, variant de 22 % dans le quintile le plus bas à 16 % dans le quintile moyen et à 18 % dans le quintile le plus élevé. 89 52 23 7 1 1 0 80 42 17 8 4 1 0 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Pourcentage Groupe d'âges EDSC I 1996 EDSC-MICS II 2012 46 • État matrimonial et exposition au risque de grossesse Tableau 4.2.1 Nombre de coépouses Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans, actuellement en union, par nombre de coépouses, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique Nombre de coépouses Total Effectif de femmes 0 1 2+ Ne sait pas Manquant Groupe d'âges 15-19 85,9 8,2 0,0 6,0 0,0 100,0 216 20-24 84,2 10,3 0,4 4,7 0,3 100,0 526 25-29 83,5 13,5 0,1 2,7 0,2 100,0 676 30-34 78,0 17,6 0,9 3,3 0,2 100,0 637 35-39 75,6 20,4 1,7 2,2 0,0 100,0 567 40-44 70,8 25,2 2,2 1,5 0,3 100,0 390 45-49 70,8 23,1 4,2 1,6 0,4 100,0 249 Milieu de résidence Moroni 85,7 9,4 0,2 4,6 0,2 100,0 354 Autres villes 81,4 15,3 1,2 1,8 0,2 100,0 711 Ensemble urbain 82,8 13,4 0,9 2,7 0,2 100,0 1 065 Rural 76,9 18,4 1,3 3,2 0,2 100,0 2 196 Région/Ile/ Mwali 83,9 14,0 1,3 0,7 0,0 100,0 208 Ndzuwani 76,5 20,1 1,5 1,6 0,3 100,0 1 447 Ngazidja 80,3 14,1 0,8 4,7 0,1 100,0 1 606 Niveau d'instruction Aucun 76,0 20,5 1,6 1,5 0,4 100,0 1 338 Primaire 80,2 16,4 0,8 2,7 0,0 100,0 718 Secondaire ou + 81,2 12,8 0,8 5,0 0,1 100,0 1 196 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 75,6 20,9 1,5 1,6 0,3 100,0 566 Second 80,1 16,4 0,9 2,4 0,2 100,0 638 Moyen 80,8 15,1 1,0 2,9 0,2 100,0 697 Quatrième 79,0 15,0 1,8 4,1 0,1 100,0 685 Le plus élevé 78,2 17,2 0,6 3,9 0,2 100,0 675 Ensemble1 78,8 16,8 1,1 3,0 0,2 100,0 3 261 1 Y compris 9 femmes pour lesquelles le niveau d’instruction est manquant. Le tableau 4.2.2 présente la répartition des hommes de 15-49 ans en union par nombre d’épouses selon certaines caractéristiques sociodémographiques. Un peu plus d’un homme sur dix a deux épouses ou plus (11 %). Parmi ceux de 15-59 ans, ce taux est quasiment identique (11 %). Les variations selon l’âge sont peu importantes, la proportion d’hommes en union polygame augmentant très légèrement entre 20 et 44 ans. Par contre, dans le groupe d’âges 45-49 ans, la proportion est plus élevée (18 %). De même, on constate aussi que ce type d'union chez les hommes est plus fréquent en milieu rural (12 %) qu'en milieu urbain (9 %). Par ailleurs, la pratique de la polygamie est plus répandue à Ndzwani où 15 % des hommes vivent en union polygame contre 11 % à Mwali et 7 % à Ngazidja. État matrimonial et exposition au risque de grossesse • 47 Tableau 4.2.2 Nombre d'épouses Répartition (en %) des hommes de 15-49 ans, actuellement en union, par nombre d'épouses, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique Nombre d'épouses Total Effectif d'hommes 1 2+ Groupe d'âges 15-19 (89,7) (10,3) 100,0 39 20-24 92,7 7,3 100,0 75 25-29 92,8 7,2 100,0 167 30-34 89,9 10,1 100,0 208 35-39 89,3 10,7 100,0 251 40-44 89,5 10,5 100,0 175 45-49 81,9 18,1 100,0 150 Milieu de résidence Moroni 93,9 6,1 100,0 123 Autres villes 89,7 10,3 100,0 207 Ensemble urbain 91,3 8,7 100,0 330 Rural 88,3 11,7 100,0 734 Région/Ile/Ile Mwali 89,5 10,5 100,0 71 Ndzuwani 85,4 14,6 100,0 475 Ngazidja 92,7 7,3 100,0 518 Niveau d'instruction Aucun 84,0 16,0 100,0 245 Primaire 92,7 7,3 100,0 312 Secondaire ou + 89,6 10,4 100,0 507 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 83,5 16,5 100,0 185 Second 92,1 7,9 100,0 209 Moyen 91,4 8,6 100,0 243 Quatrième 89,2 10,8 100,0 202 Le plus élevé 88,9 11,1 100,0 224 Ensemble 15-49 89,2 10,8 100,0 1 064 50-59 84,9 15,1 100,0 158 Ensemble 15-59 88,7 11,3 100,0 1 222 Note: Les valeurs entre parenthèses sont basées sur 25-49 cas non pondérés. 4.3 ÂGE À LA PREMIÈRE UNION Compte tenu de la relation généralement observée entre l'âge à la première union et l’âge à la première naissance, il est important d'étudier le calendrier de la primo-nuptialité, en particulier aux Comores où l’essentiel des naissances se produit dans le cadre du mariage. Le tableau 4.3 présente les proportions de femmes et d'hommes de 15-49 ans déjà en union à certains exacts âges ainsi que l’âge médian à la première union en fonction de l’âge actuel. Les femmes entrent en union relativement tôt puisque trois femmes de 25-49 ans sur dix (31 %) étaient déjà en union en atteignant l'âge de 18 ans, plus de la moitié (56 %) l’était avant 22 ans exacts et un peu plus des deux tiers (69 %) l'étaient déjà en atteignant 25 ans exacts. Cependant, dans le groupe d’âges 45-49 ans, près des deux-tiers des femmes (63 %) étaient déjà en union à 22 ans contre 54 % chez les femmes âgées de 25-29 ans à l’enquête. L'âge médian à la première union pour les femmes de 25-49 ans est estimé à 20,7 ans et on constate une légère tendance au vieillissement de cet âge à la première union au fil des générations, celui-ci étant passé de 19,7 ans parmi les femmes de 45-49 ans à 21,1 ans chez celles de 25-29 ans. Il se peut que cette modification dans le calendrier de la primo-nuptialité ait joué un rôle dans la baisse de la fécondité observée actuellement aux Comores. 48 • État matrimonial et exposition au risque de grossesse Tableau 4.3 Âge à la première union Pourcentage de femmes et d'hommes de 15-49 ans par âge exact à la première union et âge médian à la première union selon l'âge actuel, Comores 2012 Âge actuel Pourcentage en première union avant d'atteindre l'âge exact : Pourcentage de célibataires Effectif d'enquêtés Âge médian à la première union 15 18 20 22 25 FEMME 15-19 6,0 na na na na 80,4 1 315 a 20-24 10,0 31,6 45,8 na na 41,6 995 a 25-29 7,9 28,9 41,1 54,1 71,5 17,1 899 21,1 30-34 12,4 30,2 45,3 55,2 66,9 8,2 744 20,6 35-39 10,1 29,6 44,6 55,4 66,3 4,3 629 20,7 40-44 11,7 31,8 45,9 59,1 69,8 1,4 451 20,5 45-49 11,3 38,7 52,7 63,3 74,3 0,3 295 19,7 20-49 10,3 31,0 45,0 na na 16,5 4 014 a 25-49 10,4 30,8 44,7 56,3 69,3 8,2 3 018 20,7 HOMME 15-19 1,3 na na na na 89,4 522 a 20-24 3,2 11,9 20,3 na na 70,1 305 a 25-29 3,4 15,0 23,5 35,6 54,2 33,0 281 24,3 30-34 1,4 9,7 14,4 24,4 42,2 18,0 269 26,3 35-39 4,3 9,2 14,2 24,5 41,7 6,4 280 27,2 40-44 1,8 12,9 17,9 29,8 41,5 0,6 184 27,1 45-49 1,6 8,6 13,7 21,0 34,8 1,6 160 28,4 20-49 2,8 11,4 17,7 na na 25,5 1 478 a a 25-49 2,7 11,2 17,0 27,5 43,8 13,9 1 173 a a 20-59 2,6 10,9 17,3 na na 23,0 1 645 a a 25-59 2,5 10,7 16,7 26,6 42,8 12,3 1 340 a Note: L'âge à la première union est défini comme étant l'âge auquel l'enquêté(e) a commencé à vivre avec son premier conjoint(e)/partenaire. na = non applicable pour cause de troncature. a = non calculé parce que moins de 50 % des femmes ou des hommes ont commencé à vivre pour la première fois avec leur conjoint(e)/partenaire avant d'atteindre le début du groupe d'âges. Les hommes entrent généralement en union beaucoup plus tard que les femmes. Comme le montre le tableau 4.3, à 20 ans exacts, seulement environ un homme de 25-49 ans sur cinq (17 %) a déjà été en union contre 45 % des femmes du même groupe d’âges. En outre, contrairement aux femmes chez lesquelles l’âge médian à la première union a tendance à vieillir, on constate chez les hommes une tendance au rajeunissement, l’âge médian passant de 28,4 ans dans les générations les plus anciennes, âgées de 45-49 ans à l’enquête à 24,3 ans dans les générations les plus récentes, âgées de 25-29 ans à l'enquête. On assiste donc à un resserrement de l’écart d’âge à la première union entre les hommes et les femmes, celui-ci étant passé de 8,7 dans les générations âgées de 45-49 ans à l’enquête à 3,2 dans celles de 25-29 ans. Le calendrier de la primo-nuptialité chez les femmes présente des écarts assez importants selon le milieu de résidence et le niveau d'instruction. Comme l'indique le tableau 4.4, l'âge médian pour les femmes de 25-49 ans est plus élevé en milieu urbain (22,3 ans) qu'en milieu rural (20,2 ans) et, en milieu urbain, cet âge médian est plus élevé dans les autres villes qu’à Moroni (22,8 ans contre 21 ans). Les résultats selon l’île font apparaître un écart entre Mwali où l’âge médian à la première union est le plus précoce (18,8 ans) et Ndzwani et Ngazidja dans lesquelles cet âge médian est plus tardif (respectivement 20,8 ans et 20,7 ans). C’est en fonction du niveau d'instruction et de bien-être économique du ménage que l’on constate les variations les plus importantes. En effet, il semble que l’acquisition d’un niveau d’instruction au moins secondaire contribue à retarder l’âge d’entrée en première union des femmes, celui-ci-étant estimé à 24,5 ans pour les femmes les plus instruites contre 19,4 ans pour les femmes sans instruction et 18,8 ans pour État matrimonial et exposition au risque de grossesse • 49 celles ayant un niveau primaire. En outre, on constate que des ménages du quintile le plus bas à ceux du quintile le plus élevé, l’âge médian à la première union tend à être plus tardif, variant de 19,1 ans à 24,2 ans. Tableau 4.4 Âge médian à la première union selon certaines caractéristiques sociodémographiques Âge médian à la première union des femmes de 20-49 ans et de 25-49 ans et, des hommes de 25-49 ans et de 30-49 ans, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Comores 2012 Caractéristique sociodémographique Âge des femmes Âge des hommes 20-49 25-49 25-49 30-49 Milieu de résidence Moroni a 21,0 a 26,6 Autres villes a 22,8 a 28,0 Ensemble urbain a 22,3 a 27,6 Rural a 20,2 a 26,7 Région/Ile Mwali 18,7 18,8 a 28,3 Ndzuwani a 20,8 a 25,9 Ngazidja a 20,7 a 27,7 Niveau d'instruction Aucun 19,3 19,4 24,3 24,6 Primaire 18,7 18,8 25,0 26,0 Secondaire ou + a 24,5 a 28,6 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 19,4 19,1 23,2 23,7 Second 19,5 19,5 a 26,5 Moyen a 20,3 a 26,5 Quatrième a 21,3 a 27,5 Le plus élevé a 24,2 a 29,3 Ensemble a 20,7 a 27,1 Note: L'âge à la première union est défini comme étant l'âge auquel l'enquêté(e) a commencé à vivre avec son premier conjoint(e)/partenaire. a = Non calculé parce que moins de 50 % des femmes ou des hommes ont commencé à vivre pour la première fois avec leur conjoint(e)/partenaire avant d'atteindre le début du groupe d'âges. Le tableau 4.4 présente également les résultats concernant les hommes. Les variations de l’âge médian à la première union ne sont pas aussi importantes que chez les femmes mais on retrouve la même influence du niveau d’instruction et du niveau de bien-être économique sur l’âge à la première union que l’on a déjà observée chez les femmes. On peut cependant souligner qu’à la différence des femmes, c’est à Mwali que les hommes entrent en première union le plus tardivement (28,3 ans). 4.4 ÂGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS Le tableau 4.5 présente les pourcentages de femmes et d’hommes de 15-49 ans qui ont déjà eu leurs premiers rapports sexuels avant d’atteindre certains âges exacts. On constate que 9 % des femmes de 25-49 ans avaient déjà eu leurs premiers rapports sexuels avant d’atteindre 15 ans exacts. Cette proportion est de 43 % avant d’atteindre 20 ans. À 25 ans exacts, près des deux tiers des femmes (64 %) avaient déjà eu leurs premiers rapports sexuels. L’âge médian aux premiers rapports sexuels des femmes de 25-49 ans à l’enquête est estimé à 21,0 ans. On note une diminution des rapports sexuels précoces (à 15 ans) des générations anciennes aux plus récentes, la proportion étant passée de 13 % parmi les femmes âgées de 45-49 ans à l’enquête à 8 % parmi celles de 20-24 ans. On note également dans les générations une légère tendance au vieillissement de l’âge médian aux premiers rapports sexuels. Par ailleurs, on constate que cet âge aux premiers rapports sexuels est plus tardif que l’âge d’entrée en première union. Il faut remarquer également que les proportions de femmes ayant déjà eu des rapports sexuels en atteignant chaque âge exact sont toujours moins élevées que celles des femmes déjà en union au même âge. 50 • État matrimonial et exposition au risque de grossesse Tableau 4.5 Âge aux premiers rapports sexuels Pourcentage de femmes et d'hommes de 15-49 ans ayant eu leurs premiers rapports sexuels avant d'atteindre certains âges exacts, pourcentage n'ayant jamais eu de rapports sexuels et âge médian aux premiers rapports sexuels, selon l'âge actuel, Comores 2012 Âge actuel Pourcentage ayant déjà eu leurs premiers rapports sexuels avant d'atteindre l'âge exact de : Pourcentage n'ayant jamais eu de rapports sexuels Effectif Âge médian aux premiers rapports sexuels 15 18 20 22 25 FEMME 15-19 5,7 na na na na 79,5 1 315 a 20-24 7,8 28,3 44,7 na na 39,6 995 a 25-29 7,3 29,1 41,9 55,1 69,0 16,1 899 21,1 30-34 10,1 29,3 42,4 52,1 61,5 6,6 744 21,1 35-39 9,2 29,5 41,2 51,8 60,1 3,6 629 21,2 40-44 10,7 28,5 41,5 54,5 61,7 1,2 451 21,0 45-49 12,8 37,1 49,5 60,3 70,8 0,0 295 20,1 20-49 9,0 29,5 43,1 na na 15,3 4 014 a 25-49 9,4 29,9 42,6 54,1 64,4 7,3 3 018 21,0 15-24 6,6 na na na na 62,3 2 311 a HOMME 15-19 7,9 na na na na 63,6 522 a 20-24 12,7 38,0 64,5 na na 27,9 305 18,9 25-29 10,2 35,9 61,6 69,9 83,5 7,7 281 19,0 30-34 7,7 36,1 56,5 70,1 80,3 4,9 269 19,4 35-39 4,7 27,6 47,2 61,5 77,8 1,2 280 20,3 40-44 6,4 29,6 44,3 65,0 72,8 0,0 184 20,4 45-49 6,4 25,2 40,1 60,5 70,9 0,6 160 20,6 20-49 8,4 32,9 54,1 na na 8,4 1 478 19,6 25-49 7,2 31,5 51,4 65,9 78,0 3,3 1 173 19,9 15-24 9,7 na na na na 50,4 827 a 20-59 7,8 32,0 52,9 na na 7,5 1 645 19,7 25-59 6,6 30,6 50,3 64,6 76,4 2,9 1 340 20,0 na = non applicable pour cause de troncature. a = non calculé parce que moins de 50 % des femmes ou

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.