Tunisia - Multiple Indicator Cluster Survey - 2006

Publication date: 2006

1 MMMIIINNNIIISSSTTTEEERRREEE DDDEEE LLLAAA SSSAAANNNTTTEEE PPPUUUBBBLLLIIIQQQUUUEEE UUUNNNIIICCCEEEFFF OOOFFFFFFIIICCCEEE NNNAAATTTIIIOOONNNAAALLL DDDEEE LLLAAA FFFAAAMMMIIILLLLLLEEE EEETTT DDDEEE LLLAAA PPPOOOPPPUUULLLAAATTTIIIOOONNN EEENNNQQQUUUEEETTTEEE SSSUUURRR LLLAAA SSSAAANNNTTTEEE EEETTT LLLEEE BBBIIIEEENNN EEETTTRRREEE DDDEEE LLLAAA MMMEEERRREEE EEETTT LLL’’’EEENNNFFFAAANNNTTT MMMIIICCCSSS 333 22000088 2 3 1. Introduction L’enquête MICS 3 (Multiple Indicator Cluster Survey ) destinée à mesurer les progrès dans le domaine de la survie et le bien être des enfants, au milieu de la décennie (2000-2009,) est inspirée en grande partie de la Déclaration du Millénaire et des objectifs de la Déclaration du Millénaire pour le Développement, adoptés par tous les 191 États du Membre des Nations Unis au cours de la 45ème assemblée des Nations Unis (A/AES/55/2), tenue à New York, en septembre 2000. Cette enquête s’inspire également des objectifs du plan d’action « un monde adapté aux enfants » adopté par 189 Membres du comité spécifique relatif aux enfants (A/RES/S-27/2), tenue à New York en mai 2002. Ces deux déclarations s’appuient sur le Sommet Mondial (1990) pour les Enfants, pour lequel les pays se sont engagés pour mettre en œuvre les actions nécessaires pour atteindre les objectifs fixés. Beaucoup de pays ont réalisé des progrès substantiels pour accomplir ces objectifs à travers des plans d’actions nationaux. L’évaluation des progrès accomplis à travers des indicateurs validés, est une étape essentielle dans ce processus, permettant de fournir des informations dans le but de mieux orienter les ajustements nécessaires au niveau des actions entreprises. En Tunisie, en l’an 2000, l’enquête MICS2, relative à la survie, la protection et le développement de l'enfant, a mis en évidence beaucoup de progrès réalisés au cours de la dernière décennie. Cette enquête s’est déroulée auprès d’un échantillon représentatif composé de 29645 ménages répartis à l’échelle nationale. Cette enquête a ainsi mis en évidence que la majorité des objectifs fixés pour l'an 2000 du “ Plan d'action du Sommet Mondial pour les enfants ” ayant été évalués par cette enquête ont été quasi atteints. Approvisionnement en eau potable et évacuation hygiénique des eaux usées. La situation globale était satisfaisante ; en effet, 11,2% de la population consomment une eau de boisson n’ayant pas les qualités requises de salubrité ; 17,1% ne disposent pas de latrine. C’est surtout en milieu rural où la situation présente le plus d’insuffisances. Fréquentation d’un établissement préscolaire entre l’âge de 3 à 5 ans. 46,7% des enfants âgés de 5 ans ont fréquenté un établissement préscolaire entre l’âge de 3 à 5 ans. La fréquentation d’un établissement préscolaire était néanmoins faible en milieu rural (11,2%) 4 Un programme a été conçu par le MJE pour améliorer la couverture en jardins d’enfants, grâce à l’encouragement de l’initiative privée. Fréquentation d’un établissement scolaire Le niveau de fréquentation d’un établissement scolaire par les enfants âgés de 6 ans était de 95,9% ; il était de 94.4% pour les enfants âgés de 6 à 12 ans ; par contre, seulement deux tiers des enfants âgés de 13 à 19 ans étaient scolarisé. Parmi les enfants âgés de 13 à 19 ans, 91,6% ont atteint le niveau de la 5ème année primaire. Pour l’ensemble des indicateurs le milieu rural enregistre les niveaux les moins élevés : 90,5% pour les enfants âgés de 6 à 12 ans et 52,9% pour les enfants âgés de 13 à 19 ans et 86,3% pour l’atteinte de la 5ème année primaire. Le principal motif d’arrêt scolaire était représenté par le renvoi de l’établissement scolaire en raison d’échec scolaire (32,9%). Exercice par l’enfant d’une activité professionnelle La fréquence d’exercice d’une activité professionnelle par enfants âgés de 5 à 15 ans est exceptionnelle (2,1%). Il s’agit le plus souvent d’une activité exercée dans le cadre d’une entreprise familiale, principalement dans les milieux les plus modestes, avec un niveau relativement bas de scolarisation des parents. Morbidité, incapacité, causes des décès chez les enfants âgés de moins de 5 ans Le programme national de lutte contre les maladies diarrhéiques a enregistré des progrès au cours des dix dernières années. C’est ainsi que le nombre moyen d’épisodes par enfant et par an est passé de 2,4 en 1992 à 1,97 en l’an 2000. L’utilisation de la TRO se situait en 2000 à 94,8% et l’utilisation de la TRO avec une continuation de l’alimentation solide était observée dans 62,5% des cas. Concernant les infections respiratoires aiguës (IRA), le nombre moyen d’épisodes par enfant et par an se situe à 7,7 épisodes ; les formes graves représentent 9,2%. C’est en milieu rural que l’on observe les fréquences les plus élevées des formes graves. Pour ce qui est de la malnutrition, c’est surtout le retard de croissance qui était le plus fréquent (12,3%) ; toutefois, la situation était assez satisfaisante en comparaison avec d’autres pays comparables. Concernant l’incapacité, la fréquence était relativement faible puisque uniquement 0,3% des enfants ont été déclarés par leur mère présentant un déficit auditif, 0,3% présentant un déficit visuel, 0,4% un déficit moteur, 0,2% un retard mental et 0,7% des difficultés de langage. 5 Les principales causes de décès chez les enfants de moins de 5 ans étaient les affections périnatales (46.67%), les infections respiratoires aiguës (14.02%), les anomalies congénitales (10.8%) et la diarrhée (9.66%). Niveau de connaissances attitudes et comportement des mères au cours des morbides chez l’enfant : Le niveau des connaissances des symptômes de gravité aussi bien de la diarrhée que des IRA était assez modeste et ceci même pour les mères relativement instruites. Quant au recours aux soins, il n’a été observé que dans 43,4% des cas pour la diarrhée et 42,9% pour les IRA. Allaitement maternel - diversification des aliments Parmi les enfants âgés de moins de 6 mois, 97,5% ont été allaités au sein avec 46,4% d’allaitement maternel exclusif. La durée médiane d’allaitement maternel se situe à 15 mois, avec 25% des enfants encore allaités au sein à l’âge de 23 mois. C’est plutôt l’âge d’introduction de ces aliments qui est un peu retardé par rapport aux recommandations. Couverture vaccinale Le niveau de couverture vaccinale était satisfaisant pour les enfants âgés de 12 à 23 mois avec 97,4% pour le BCG, 96,0% pour le DTCP3, 87,4% pour l’HBV3 et 71,3% pour la première dose de vaccin contre la rougeole. Toutefois, seuls 62,8% des enfants âgés de 12 à 23 mois ont eu une primo vaccination complète. Le niveau de couverture vaccinale est nettement amélioré pour les âges plus avancés (24-35 mois). Santé des femmes mariées en âge de procréer Beaucoup de progrès ont été enregistrés dans le domaine de la périnatalité. C’est ainsi que 89,3% ont accouché en milieu assisté, 89,8% ont été assistées pour leur accouchement par un personnel qualifié ; 91,5% ont effectué au moins une consultation prénatale et 59,3% ont effectué au moins une consultation post-natale. Pour ce qui est de la prévalence contraceptive, 65,5% des femmes mariées en âge de procréer, utilisaient au moment de l’enquête une méthode contraceptive. 6 Au vu de ces résultats, avec l’appui de l’UNICEF, des ajustements au niveau de certains programmes de santé en faveur de la mère et l’enfant ont été apportés. Il y a eu : • L’introduction de la prise en charge intégrée de la santé de la mère et l’enfant. • L’élaboration d’un programme national d’action pour la survie, la protection et le développement de l’enfant pour la décennie 2002-2011 • Le lancement de l’élaboration d’une politique de santé de l’enfant dans les structures des soins de santé de base • Le renforcement des programmes de santé de base dans certaines zones ayant été identifiées prioritaires, car accusant un retard assez marqué par rapport à la moyenne nationale. Ces zones se situent principalement dans les régions du Nord Ouest et du Centre Ouest. (Politique du ciblage) • Le renforcement du programme de l’assurance qualité des prestations sanitaires • Le renforcement du programme de développement des circonscriptions sanitaires, permettant d’assurer une meilleure couverture et une meilleure qualité des prestations de soins. • Développement de stratégies pour la protection de l'Enfance, notamment pour permettre à cette frange de l'enfance tunisienne d'accéder à un encadrement approprié et à une protection rapprochée de nature à faciliter sa réintégration et sa réinsertion dans le tissu social Objectifs : Objectif général : Mesurer les progrès réalisés en Tunisie en matière de santé et de bien être de la mère et de l’enfant en 2006. Objectifs spécifiques de l'enquête MICS 3 : Estimer pour la population tunisienne en l'an 2006, le niveau des indicateurs inclus. La liste détaillée des indicateurs est donnée dans la partie "Recueil des données - Définitions des indicateurs). Cette enquête MICS 3, permettrait ainsi : - d’actualiser les indicateurs relatifs à la situation d'enfants et femmes en Tunisie; - de fournir les données nécessaires pour les besoins de suivi évaluation des progrès en vue de l’atteinte des Objectifs, notamment ceux de Développement du Millénaire (Millennium Development Goals). 7 - de contribuer à promouvoir la qualité de données et des systèmes d’information sanitaire, relatif au suivi, évaluation en Tunisie, et de développer les compétences techniques dans la conception, la mise en oeuvre, et l’analyse de tels systèmes. 2- ÉCHANTILLONNAGE ET METHODOLOGIE DE L’ENQUETE Population étudiée La population concernée par l'enquête MICS III est composée de tous les ménages tunisiens résidant dans le pays au moment de l'enquête. Il est évident que la population cible varie selon - Des enfants la nature des indicateurs inclus dans l'enquête. C'est ainsi que seront étudiées les populations : âgés de moins de 5 ans pour les indicateurs de santé : morbidité par diarrhée, par IRA, par malnutrition protéino-énergétique et pour les indicateurs d'incapacité, d’allaitement maternel, de diversification alimentaire, vaccination : - des personnes âgées de plus de 5 ans pour les indicateurs relatifs au niveau de scolarisation - des personnes âgées entre 6 et 24 ans, pour les indicateurs relatifs à la fréquentation scolaire - des enfants âgés entre 2 et 14 ans pour les indicateurs relatifs à la discipline des enfants. - des femmes mariées en âge de procréer pour la prévalence de la contraception. - des femmes ayant accouché au cours des cinq dernières années précédant l'enquête, pour les indicateurs de suivi des grossesses, des conditions d'accouchement, de couverture par les consultations post-natales, et pour la couverture vaccinale par le vaccin anti-tétanique. Le choix des femmes mariées en âge de procréer plutôt que des femmes âgés de 15 - 49 ans pour ces deux dernières séries d'indicateurs, est dicté par des considérations culturelles et de faisabilité de l'enquête. - Des mères d’enfants âgés de moins de 5 ans, pour les indicateurs de connaissances, d'attitudes et de comportement au cours des épisodes de diarrhée ou d’IRA. -des femmes âgées de 35 à 59 ans, pour les indicateurs de couverture par le dépistage du cancer du col utérin. -des femmes âgées de 30 à 69 ans, pour les indicateurs de couverture par le dépistage du cancer du sein. - L'ensemble des ménages pour les indicateurs de conditions d'habitat, des conditions socio- économiques et de couverture sociale. 8 - échantillonnage : La taille de l’échantillon pour l'enquête MICS3 de l'an 2006 a été fixé à 9600 ménages , de telle façon à fournir des estimations précises pour un grand nombre d’indicateurs relatifs à la situation des enfants et des mères, au niveau national, pour les deux milieux urbain et rural et pour les régions du Grand Tunis, du Nord Est, du Nord Ouest, du Sud Est, du Sud Ouest, ainsi que pour les gouvernorats de Kairouan, Kasserine et Sidi Bouzid. ; Il s’agit d’un échantillon aléatoire en grappes, tirés par sondage aléatoire stratifié à deux degrés, d'un taux de sondage de 0,44%. Cet échantillon est tiré au sort à partir d’une base de sondage constituée des districts du Recensement Général de la Population et de l'Habitat de 2004. Ces districts sont composés en moyenne de 70 ménages (50 à 90 ménages). Ces districts ont été stratifiés selon le milieu (milieu urbain, milieu rural). Le milieu communal a été divisé en 21 720 districts (50 à 90 ménages) Le milieu rural, quant à lui, il a été subdivisé en 10009 districts. La base de sondage a été stratifiée dans un premier temps selon 9 univers géographique (Grand Tunis, Nord Est, Nord Ouest, Centre Est Gouvernorat de Kairouan, Gouvernorat de Sidi Bouzid, Sud Est, Sud Ouest), puis dans un second temps selon le milieu de résidence (milieu communal, milieu rural). La répartition de l'ensemble des districts ainsi que des districts échantillons et les taux de sondage par univers géographique et par strate est résumée dans les tableaux figurant dans le document relatif au plan de sondage pour l'enquête MICS2. La liste des districts échantillons par gouvernorat et strate est donnée en annexe dans ce document. Nombre d'unités primaires échantillonnées Nombre de ménages échantillonnés Univers géographique Milieu urbain Milieu rural Total Milieu urbain Milieu rural Total Nombre Moyen d'enfants de moins de 5 ans Nombre attendu d'enfants de moins de 5 ans Grand Tunis 65 5 70 1300 100 1400 0.31 434 Nord Est 40 20 60 800 400 1200 0.35 420 Nord Ouest 25 35 60 500 700 1200 0.34 408 Centre Est 45 15 60 900 300 1200 0.38 456 Gouvernorat de Kairouan 17 28 45 340 560 900 0.45 405 Gouvernorat de Kasserine 18 22 40 360 440 800 0.5 400 Gouvernorat de Sidi Bouzid 13 32 45 260 640 900 0.45 405 Sud Est 38 12 50 760 240 1000 0.4 400 Sud Ouest 34 15 49 680 300 980 0.4 400 Total 295 184 479 5900 3680 9580 0.4 3728 9 Recueil des données : Choix des indicateurs : Les indicateurs qui ont été retenus sont relatifs à : • Caractéristiques des ménages et de la population • Conditions socio-économiques : eau potable, évacuation hygiénique des eaux usées • Morbidité chez l’enfant : diarrhée, Infections respiratoires aiguës, malnutrition protéino- énergétique • Couverture vaccinale • Allaitement maternel et nutrition de l’enfant • Education des enfants • Protection des enfants • Suivi prénatal, conditions d’accouchement, suivi post natal • Niveau de la qualité du suivi prénatal à travers le bénéfice par la femme d’au moins une auscultation cardiaque, d’une échographie obstétricale… • Niveau de satisfaction des femmes enceintes vis à vis des prestations de soins de périnatalité • Niveau de satisfaction des femmes enceintes présentant une grossesse à risque vis à vis des prestations de soins de périnatalité fournies dans les centres de référence • Connaissances des mères des modes de transmission du VIH Les indicateurs qui ont été omis, sont les suivants: • Les indicateurs relatifs à la mortalité des moins de 5 ans : en raison du nombre très élevé de ménages requis pour ces indicateurs. D’autre part, en Tunisie les statistiques démographiques de mortalité sont d’assez bonne qualité. • L’indicateur se rapportant à la mortalité maternelle : en raison du nombre très élevé de ménages requis pour cet indicateur • Les indicateurs relatifs au paludisme, étant donné que cette maladie a été éradiquée en Tunisie depuis plusieurs années. • L’indicateur se rapportant à l’enrichissement en iode, du sel de cuisine utilisé par les ménages : en raison de la généralisation de cet enrichissement dans tout le pays, et il existe un système de contrôle de la qualité de cet enrichissement aux différents niveaux (production, distribution, vente). • L’indicateur se rapportant à la supplémentation en vitamine A, car cette supplémentation n’existe pas dans le pays. 10 • Les indicateurs relatifs à la circoncision des filles car cette pratique n’existe pas dans le pays. • L’indicateur relatif au mariage des filles entre 15 et 18 ans puisque la loi ne le permet pas. • L’indicateur relatif à la polygamie puisque la loi ne le permet pas aussi. • Les indicateurs relatifs à l’infection aux conditions précaires et aux comportements sexuels des enfants atteints d’une infection au VIH, du fait de la quasi absence de ce problème dans le pays • Les indicateurs relatifs à la sexualité chez les jeunes ; car une enquête auprès des ménages dans un contexte arabo-musulman n’est pas appropriée pour investiguer ce type de phénomène. • Les indicateurs relatifs à la stabilité de l’habitat , car les données fournies par l’Institut National de la Statistique, à travers des enquêtes menées auprès d’un grand nombre de ménages seraient beaucoup plus fiables. Questionnaires : Préparation et mise au point du questionnaire : Nous nous sommes largement inspirés des questionnaires proposés par l'UNICEF pour les besoins des enquêtes de suivi du progrès vers les objectifs du sommet mondial pour les enfants. Nous avons dû adapter ces questionnaires aux réalités socio-économiques et culturelles de notre pays. Ces questionnaires ont été rédigés en langue locale (langue dialectale) et ont été testés lors du pré enquête. Au total, 3 modules ont été élaborés : Module "Ménage" : Ce module vise à identifier le ménage et à décrire: • son typage, ses caractéristiques socio-économiques et ses conditions d'habitat en particulier en matière d'assainissement (disponibilité de l'eau courante et de toilettes respectant les conditions d'hygiène) • le célibat • les modes de discipline des enfants âgés de 2 à 14 ans, en particulier l’attitude des parents à l’écart disciplinaire de l’enfant • les connaissances et le recours au dépistage du cancer du col utérin et du cancer du sein 11 Module "Femmes âgées de 15 à 49 ans" : Ce module comporte une série de questions ciblant les femmes ayant accouché au cours des cinq dernières années. Ces questions sont relatives : • au mariage • au recours au suivi prénatal : nombre de consultations prénatales, répartition de ces consultations au cours de la grossesse, le bénéfice de certains examens (auscultation cardiaque, prise de la tension artérielle, échographie, référence vers un centre spécialisé. • aux conditions d’accouchement : lieu d’accouchement, qualification du personnel ayant supervisé l’accouchement, mode d’accouchement, • au recours au suivi postnatal • à l’avortement • à la vaccination antitétanique • aux connaissances sur les modes de transmission du VIH • à la contraception Module "Enfants" Ce module comporte une série de questions ciblant les enfants relatives : • à la fréquentation d’un établissement préscolaire • à l’allaitement maternel en particulier le mode d'allaitement maternel de l'enfant, actuellement ou dans le passé, la consommation par l'enfant au cours des 24 dernières heures de certains nutriments (vitamines, minéraux, sucre, eau, jus de fruits, SRO, lait en poudre, aliments solides.). • à la continuation de l’allaitement maternel et la diversification des aliments • à la morbidité par diarrhée et par IRA, en particulier des questions se rapportant à la survenue de diarrhée ou d’IRA chez l'enfant au cours des 15 jours précédents, à la gravité de l’épisode, à l'alimentation de l'enfant au cours de cet épisode, et à la qualité des premiers soins donnés à l’enfant, aux connaissances des mères quand aux signes de gravité de l’épisode morbide • à la vaccination • aux mesures anthropométriques 12 Organisation de la collecte des données : 36 enquêtrices ont été recrutées pour les besoins de la collecte des données sur le terrain. Ces enquêtrices sont des étudiantes ayant achevé au moins 4 ans d’études universitaires. Ces enquêtrices ont été encadrés par des agents superviseurs (hommes) au nombre de 12. Au total 12 équipes ont été constituées pour recueillir les données. Au niveau de chaque région, des équipes composées d'un superviseur, de 3 enquêteurs et d'un chauffeur ont été constituées. Ces équipes ont été dotées du matériel nécessaire pour l'enquête (questionnaires, croquis des grappes échantillons, manuels, feuille d'enregistrement et de contrôle et le matériel nécessaire : balance, toise, mètre ruban, crayons, gommes.). Il a été prévu pour chaque enquêtrice, l'interview de 4 à 6 ménages par jour. Saisie et analyse des données : Les données ont été saisies à l'aide du logiciel Cspro (version 3) et analysées à l'aide du logiciel SPSS (version 14) et SAS. Concernant la distribution des indicateurs selon l’index socio-économique « Wealth Index », nous avons effectué une analyse en composante principale, en utilisant les données socio- économiques disponibles dans notre enquête ; cependant, le premier axe de cette analyse, qui est habituellement utilisé pour constituer le « wealth index » n’expliquait qu’une faible proportion de la variance (17%). Ainsi, cet index n’a pas pu être retenu dans notre analyse. 3- Organisation de l'enquête Siège central de l'enquête : L’Office National de la Famille et de la Population (ONFP) qui pilote cette enquête est le siège central de l'enquête. L’ONFP assure le secrétariat de l'enquête et a mis à la disposition de l’enquête les locaux nécessaires pour entreposer et saisir les questionnaires déjà remplis. L’ONFP assure les contacts nécessaires pour l'obtention des autorisations nécessaires pour le déroulement de l'enquête. Un comité technique et un comité interministériel ont été constitués pour assurer le suivi des différentes étapes de l'enquête. 13 Organisation de l'enquête pilote : L'enquête pilote a été conduite auprès de 80 ménages dans des 3 localités ne figurants pas dans l'échantillon de l'enquête proprement dite. Huit enquêtrices ont pris part à cette pré enquête, ont participé à la collecte des données, et ont ainsi bénéficié d'une formation. Cette pré enquête a permis de : • tester les questionnaires • identifier les difficultés pouvant être rencontrées par les enquêtrices et/ou les superviseurs au moment de la réalisation de l'enquête. • estimer le temps moyen nécessaire pour réaliser l’interview. Formation des enquêtrices et des superviseurs : Une bonne formation des enquêtrices et des superviseurs conditionne en grande partie la fiabilité et la validité des données recueillies. La formation des enquêteurs et des superviseurs a été organisée au niveau central. La formation des enquêteurs a traité des aspects suivants : • les objectifs et l'intérêt de l'enquête. • les règles générales que l'enquêteur est amené à respecter. • la lecture des cartes fournies par l'INS pour la reconnaissance des grappes et les ménages inclus dans l'enquête. • la technique de l'interview. • le remplissage des questionnaires (technique, clarifications sur les questions posées) • les mesures anthropométriques Cette formation a duré 15 jours. Elle a permis d’apporter les explications et les clarifications nécessaires sur tous les aspects de l’enquête. Elle a permis de parcourir en détails toutes les questions figurant dans les questionnaires et de former les enquêtrices sur les mesures anthropométriques. Calendrier d’exécution L’enquête a été exécutée dans les délais prévus : - Activité préparatoire Février – Avril 2006 - Pré-test Avril 2006 - Formation Mai 2006 - Terrain Juin – Août 2006 14 - Traitement des données Sept – Oct. 2006 - Rapport préliminaire Décembre 2006 - Tabulation Janvier – Février 2007 - Rapport Final Mars – Juillet 2007 Taux de réponse Les taux de réponse sont très satisfaisants : - 8681 ménages enquêtés : taux de réponse = 95.4% - 5187 femmes non célibataires en age de procréer interviewées : taux de réponse = 97.5% - 3053 enfants de moins de 5 ans révolus : taux de réponse = 98.1% 15 Caractéristiques des ménages et de la population 16 1 – Structure d’age La transition démographique qu’a connue la Tunisie se reflète nettement dans la structure d’age de sa population. Ainsi la baisse de la fécondité pendant la décennie écoulée se manifeste dans la diminution assez forte, pendant cette période, du nombre des naissances qui ne représente que 3 sur 5 (60%) du nombre des naissances de la décennie d’avant (1986- 1996). Par ailleurs, la distribution de la population par tranche quinquennale démontre une cohérence parfaite avec les données du recensement général de la population effectué en 2004. Les deux bouts de la distribution montre bien l’augmentation du poids des générations de 60 ans et plus, et la diminution de celui des jeunes générations de moins de 20 ans. (Graphique n° 1). Gr N° 1 - Distribution de la population selon l’age Recensement Général de la population 2004 Enquête MICS3 2006 1,21,2 1,9 2,52,6 3,1 5,3 5,6 6,5 7,1 7,3 8,6 10 10,6 9,9 8,5 8,1 2 1,6 2,5 2,72,7 3,6 4,8 5,6 6,7 6,5 7,4 9,1 10,6 10,3 9,5 7,6 6,9 0-4 5--9 10--14 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 65-69 70-74 75-79 80-+ 2004 2006 % Groupe d’age 17 2 – Distribution des ménages entre l’urbain et le rural Une urbanisation progressive du paysage tunisien est observée depuis les années 1980. Mais cette urbanisation est très lente dans les régions non côtières, et principalement dans les régions du centre ouest et du nord ouest. Le taux national d’urbanisation des ménages atteint 69%, alors qu’il ne dépasse pas 29% à Sidi Bouzid , 36% à Kairawan, 41% au Nord- ouest et 42% à Gasrine. Notons que les conditions de vie des ménages rurales se sont nettement améliorées. Le taux de couverture du milieu rural par le réseau d’éclairage électrique atteint 94.5% ; le taux de couverture par le réseau d’eau potable atteint 60.4%, néanmoins ce taux est encore assez bas à Gasrine (13.1%) et à Sidi Bouzid (25.4%). Le logement rural est en dur, murs et sols, à 84%, et cloîtrant des toilettes à 86%. (Graphique n° 3). Gf N° 3 distribution des ménages par milieux et régions Enquête MICS3 2006 28,8 35,3 40,5 42 66 69,3 72,8 75 93,3 68,7 71,2 64,7 59,5 58 34 30,7 27,2 25 6,7 31,3 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 Bouzid kairawan N-ouest Gasrine N-est S-ouest S-est C-est G-Tunis Pays Urbain Rural 18 3- Structure des ménages 3-1- Taille de ménage Le ménage se définit en tant qu’ensemble d’individus ( un ou plus) qui partagent le toit et le vivre. La taille moyenne des ménages tunisiens est de 4.7 personnes contre 5 en 2001 (enquête PAPFAM) ; l’écart entre le rural et l’urbain est de 0.76 personnes, soit 5.22 en milieu rural contre 4.46 en milieu urbain contre successivement 5.6 et 4.7 en 2001. La taille moyenne des ménages coupe horizontalement en deux la carte de la Tunisie avec une taille supérieure à la moyenne nationale au sud et une autre inférieure au nord. Cette démarcation n’est pas due au fait que le sud tunisien vit encore sous influence de la grande famille mais plutôt à la différenciation du calendrier de transition démographique. Le tableau N° 2 montre la distribution des ménages selon leurs tailles Tab N° 2 Distribution des ménages selon la taille MICS3 2006 Nombre des ménages Nombre d’individus par ménage % Non extrapolé extrapolé 1 3.9 328 354 2-3 24,6 2008 2238 4-5 40.1 3222 3641 6-7 22,5 2089 2040 8 + 8.9 1034 812 Total 100 8681 9083 4,43 4,47 4,51 4,64 4,7 5,12 5,16 5,28 5,37 5,77 G-Tunis C-est N-est N-ouest National S-est S-ouest Kairawan Bouzid Gasrine Gf N° 3 - Taille moyenne des ménages par région MICS3 2006 19 3-2 – Type de ménage Les résultats de l’enquête montrent que les ménages nucléaires (couple ou père / mère avec ou sans enfants) représentent 82.6% du total des ménages. Les ménages constitués d’un seul individu représentent 3.9% et ceux constitués d’enfants avec père seulement, et surtout avec mère seulement représentent 7.8%. Tab N° 3 Distribution des ménages selon le Type MICS3 2006 Total milieu Distribution en 1994 (enquête PAPCHILD) % Nombre extrapolé % Rural % Urbain % Type de ménage 2.9 354 3,9 3,4 4,1 1 individu 5.8 690 7,6 6,9 7,9 Couple seulement 6.6 710 7,8 6,9 8,2 Monoparental 62.7 5748 63,3 65,0 62,5 Couple + enfant 78 7502 82.6 82.2 82.7 Total ménages nucléaires 2.5 169 1,9 2,5 1,6 Avec enfants et petits enfants 9.9 411 4,5 5,4 4,1 Différentes consanguinités avec le chef 9.6 1001 11,0 9,8 11,6 Autres 100 9083 100 100 100 Total On constate que le poids des ménages constitués de différentes consanguinités (avec le chef de ménage) a fortement régressé entre 1994 et 2006 passant de 10% à 7.5% en 2001 puis à 4.5% en 2006. Cela témoigne de l’impact accéléré des effets des mutations sociales touchant les différentes couches sociales et les différents milieux. Les formes traditionnelles de familles cèdent la place aux types nouveaux incluant même des formes non habituelles telles que des ménages sous la responsabilité de femmes ou autres avec un seul individu. Notons que ces mutations n’ont pas épargné le milieu rural qui vit les mêmes conditions de transformation au sein de la famille. 20 Gr N°5 Distribution des ménages selon le type PAPCHILD 1994 PAPFAM 2001 MICS3 2006 6,6 7,4 62,7 62,9 63,3 2,5 2,1 9,9 10,7 2,9 4 3,9 5,8 5,5 7,6 7,8 1,9 4,5 7,4 11 9,6 0% 20% 40% 60% 80% 100% 1994 2001 2006 Un individu Couple seul Monoparental Couple + enfant Couple+enf+pt.enf Différente parenté Autre 3-3- Ménages ‘féminins’ Autre fait accompagnant les mutations de la société tunisienne est l’émergence de ménages constitués uniquement de sexe féminin. Ce phénomène représente 5.3% du total des ménages contre 2.3% des ménages constitués d’hommes uniquement. Ces ménages ‘féminins’ représentent 2/3 des ménages d’un seul individu, 23% des ménages monoparentaux, et 10% des ménages sans lien de parenté. En terme de distribution en pourcentage selon le type, ces ménage féminin se répartissent comme suit : - 47.8% d’un seul individu - 33.8% Monoparental (mère + ses filles) - 18.4% sans aucune parenté Se basant sur les données extrapolées de MICS3 on peut estimer le nombre de ces ménages à 118 milles, soit 4.3% de la population tunisienne. 3-4- Distribution des ménages selon la période de constitution Supposant que l’age du chef du ménage est un repère du temps de la constitution de ménage, et supposant que l’age moyen du chef de ménage au mariage est de 30 ans – ce que démontrent les différentes études- (il est autour de 34 ans en 2006. MICS3 .Méthode Hajnal), on trouve que • le 31.7% des ménages sont constitués avant 30 ans, • plus de 52.5% sont constitués avant 20 ans, 21 • tandis que les ménages nouvellement formés (moins de 10 ans) ne dépassent pas 10%, alors qu’ils étaient de l’ordre de 18.6% en 1994. (Tableau N° 4). Tab N°4 – Distribution en % des ménages selon le Type et l’age du chef PAPFAM 1994 MICS3 2006 Age du chef de ménage (période de constitution de ménage) 60 & + 50-59 35-49 < 35 ans Type de ménage % % % % total Total général Nombre de ménages extrapolé Un seul individu 74.2 5.1 11.3 9.3 100 3,9 354 Couple seul 60.7 8.3 17.0 14.0 100 7,6 690 Monoparental 48.1 25.6 22.8 3.5 100 7,8 710 Couple + enfants 22.8 24.1 45.6 7.5 100 63,3 5748 Couple + enfants + petits enfants 90.0 8.8 1.2 - 100 1,9 169 Différentes parentés 10.6 23.3 53.6 12.5 100 4,5 411 Autres 35.8 12.5 28.1 23.5 100 11,0 1001 Nombre extrapolé 2887 1887 3453 856 - 9083 Distribution en 2006 31.7 20.8 38.1 9.4 100 9083 Distribution en 1994 25.9 18.0 37.5 18.6 6085 Age moyen du chef de ménage 2006 71 54 43 31 53 Age médian du chef de ménage 2006 70 54 43 31 50 Age moyen du chef de ménage 1994 68 54 41 30 49 Age médian du chef de ménage 1994 66 55 41 31 46 Notons que les mutations sociales accélérées ont provoqué un retard progressif de l’age au mariage ; ce que fait que les ménages dont l’age du chef ne dépasse pas 35 ans ont diminué de moitié entre 1994 et 2006 passant de 18.4% à 9.4% du total des ménages, tandis que les ménages dont le chef est âgé de 60 et plus sont passés de 26% en 1994 à 32% en 2006. Gf N° 6 Distribution des ménages selon l’age du chef – 1994-2006 PAPCHILD 1994 MICS 2006 2006 >= 60 ans 32%50-59 21% 35-49 38% < 35 ans 9% 1994 < 35 ans 19% 35-49 37% 50-59 18% >= 60 ans 26% 22 3-5- Les personnes âgées Les résultats de l’enquête ont montré que 8.3% des ménages sont composés uniquement de personnes âgées vivants seules ou en couple seul. Ce fait qui va s’élargir demande une politique sociale d’assistance à ces personnes, vu que les changements des mentalités et des conditions de vie font que les liens de solidarité familiale vont s’estomper avec le temps. D’autre part les personnes âgées (60 ans & +) deviennent de plus en plus une composante essentielle au sein des familles. Les ménages dont il y a au moins un de leurs membres âgé de 60 ans ou plus, ont progressé de 4 points entre 1994 et 2006 passant de 35% à 39%. Et les ménages dont il y a au moins une personne âgée de 70 ans ou plus représentent 23% en 2006 contre 17% en 1994, progressant ainsi de 7 points en 12 ans. 3-6 – Le niveau d’éducation du chef du ménage Une bonne partie des ménages tunisiens (69%) ont encore un chef analphabète ou son niveau scolaire ne dépasse pas le primaire : 34 % ont un niveau néant, et 35 % ont un niveau ne dépassant pas le primaire. Gr N° 8 Distribution des ménages selon le niveau scolaire du chef (%) PAPCHILD 1994 MICS3 2006 24 3534 7 5 9 43 43 Néant Primaire Secondaire Universitire 2006 1994 Gr N° 7 Les ménages ayant au mois un membre agé (%) PAPCHILD 1994 PAPFAM 2001 MICS3 2006 17 35 39 37 23 19 2006 2001 1994 60 ans & + 70 ans & + 23 Vu d’un autre angle l’analphabétisme des chefs des ménages est en recul net d’une génération à l’autre. Les analphabètes âgés de 60 ans et plus représentent encore 75% (contre 81% en 1994) ; ceux âgés de moins de 35 ans représentent 6% (contre 13% en 1994) 3 -7-Autres données Les résultats de l’enquête ont montré que : - 30% des ménages n’ont pas de Femmes Mariées en Age de Procréer (15-49) (FMAR) - L’age moyen des FMAR est de 37 ans. Il ne descend pas sous 36 ans dans toutes les régions. Il est de 37.6 en milieu urbain et de 36.7 ans en milieu rural. - 75% des ménages n’ont pas d’enfant moins de 5 ans. - 6% des ménages sont sous la responsabilité d’une femme ; ce taux atteint 14.4% à Kairawan et 10.2% et 11% au Sud est. 6 13 11 23 27 65 75 81 < 35 ANS 35-49 50-59 60 & + Gr N° 9 Pourcentage des chefs de ménages analphabètes selon l'age PAPCHILD 1994 - MICS3 2006 2006 1994 24 4- Le célibat féminin en tant que phénomène social 4-1- Le poids des filles célibataires dans le ménage Parmi les nouveaux phénomènes sociaux survenus pendant les trois dernières décennies, le retard progressif de l’age au mariage des deux sexes. Le célibat prolongé des filles dans la société tunisienne entraîne des charges nouvelles pour les ménages. Sachant que le taux des occupées parmi ces célibataires se situe entre 30% et 40% selon les régions (le taux des femmes actives, 15-59 ans, ne dépasse une femme sur quarte), on peut imaginer la charge grandissante des familles tunisiennes occasionnée par ce phénomène. La comparaison des résultats de l’enquête MICS3 avec ceux de l’enquête PAPCHILD 1994, montre une augmentation très sensible des taux de ménages ayant au moins une fille célibataire âgée de 20 ans ou plus. Ces taux sont remarquables pour le célibat de tous groupe d’age. Avec 10 points de progression pour les ages des célibataires de 20 et 25 et plus ; et 7 points pour les ages de 30 ans et plus, et 4 points pour les ages de 35 ans et plus, la progression du taux des ménages ayant au moins une fille célibataire en age avancé ne parait pas un phénomène passagère mais il va gagner de plus en plus de terrain. (voir Gr N° 10 et Tableau N° 5). Le nombre moyen des filles célibataires dans les ménages concernés par ce phénomène est en augmentation soutenue par rapport au 1994. Pour 100 ménages ayant des filles célibataires de 35 an et plus on compte 120 de ces filles en 2006 contre 108 en 1994. Pour 100 ménages ayant des célibataires entre 30-34 ans on compte 110 contre 103 en 1994 et on compte 118 célibataires pour 100 ménages ayant des célibataires entre 25 et 29 ans contre 110 en 1994. Gr N° 10 Poucentage des ménages selon l'age des céliobataires PAPCHILD 1994 - MICS3 2006 6,3 11,2 20,3 32,6 2,104,80 10,80 22,70 0,0 35,0 >=20 >=25 >=30 >=35 Groupe d'age % d es m én ag es a ve c cé lib at ai re s 2006 1994 25 Tab N° 5 Pourcentage des ménages ayant des filles célibataires selon l’age des filles PAPCHILD 1994 MICS3 2006 Nombre des ménages avec des filles célibataires % des ménages avec célibataires en age 30 &+ (1 célibataire au moins) % des ménages avec célibataires en age 25 &+ (1 célibataire au moins) % des ménages avec célibataires en age 20 &+ (1 célibataire au moins) Nombre moyen des célibataires dans les ménages concernés % des ménages avec filles célibataires 200619942006 1994 20061994 200619942006 1994 2006 1994 Groupe d’age 1548923 1.22 1.22 18.1 15.2 20-24 1068421 1.18 1.10 11.8 6.9 25-29 552 182 1.10 1.03 6.1 2.9 30-34 568 128 11.3 4.8 20.3 10.8 32.6 22.7 1.20 1.08 6.3 2.1 35 & + 4-2-Effets de célibat féminin dans la composition des ménages entre masculin et féminin Vu sous l’angle de leur composition entre sexe féminin et sexe masculin, les données montrent que les ménages ayant plus de filles célibataires ont plus de sexe féminin que de masculin dans leurs compositions. Ce déséquilibre s’amorce dès l’age de 20 ans des filles célibataires et s’accentue avec le prolongement du célibat féminin. Ceci indique que les garçons quittent leurs ménages initiaux plus vites que les filles, et ce contrairement aux anciennes traditions sociales survécues jusqu’aux deuxième moitié du 20eme siècle. Ce changement oblige les filles célibataires de vivre (subir) différents équilibres internes dans leurs ménages. Dans la quasi totalité des cas, la fille célibataire risque de ne plus avoir de sœurs ou de frères avec elle, surtout avec le retard prolongé de son mariage. Souvent elle change de rôle à l’intérieur de ménage. Avec le recul de son age, son rôle devient de plus en plus supplétif. Elle s’occupe de tout sans avoir un vrai statut; elle peut avoir une partie de responsabilité de la mère ou/et une partie de celle du père. Elle peut être la domestique sans salaire comme elle peut être le tout et le rien en même temps. Dans d’autre cas la fille célibataire vive seule ou dans des ménages « féminins » (composés de sexe féminin uniquement) : - 18.8% des ménages où il y a une fille célibataire âgée de 35 ans ou plus, sont des ménages composés uniquement de sexe féminin. - 15% pour les ménages ayant une célibataire âgée de 30 ans et plus sont aussi des ménages « féminin » - et 10.86% pour ceux ayant une célibataire de 24 ans ou plus sont aussi composés de sexe féminin uniquement. (Voir Tableau N° 6) 26 Comparés au pourcentage général des ménage composés de sexes féminin uniquement (5.3%) ces pourcentages su indiqués montrent à quel point le célibat féminin devient un phénomène social générateur de nouveaux défis que la société tunisienne peut ne pas être prête à confronter. Tab N° 6- Composition des ménages entre féminin et masculin selon le groupe d’age des filles célibataires MICS3 2006 % des ménages dont il y a au mois une célibataire de 20 ans et plus Groupe d’age des célibataires 20 an & + 25 an & + 30 an & +35 an & + Toutes les ménages de l’échantillon % % % % % des ménages sans célibataires (20 ans et +) Structure des ménages entre les féminins et les masculins 36.9 23.6 19.9 14.9 12.3 43.3 Nombre des masculins est supérieur 25.8 19.8 18.7 16.7 13.6 28.7 Egalité des deux sexes 37.3 56.6 61.4 68.4 74.1 28.0 Nombre de sexe féminin est supérieur 100 100 100 100 100 100 Total 5.3 7.3 10.8 15.1 18.8 4.4 % des ménages sans masculins 2.34 2.47 2.29 2.00 1.74 2.27 Nombre moyen de sexe masculin 2.36 3.20 3.16 3.08 2.98 1.95 Nombre moyen de sexe féminin 4.7 5.67 5.45 5.08 4.72 4.22 Taille de ménage 32.6 20.3 11.3 6.3 67.4 Part du total des ménages 6084 2962 1841 1031 568 6122 Nombre (extrapolé) 4-3- vers un célibat féminin prolongé Les résultats de l’enquête MICS3 comparés aux données précédentes démontrent que le phénomène du recul de l’age au mariage est de plus en plus ample. La proportion des filles célibataires de 30 ans et plus représente 29% du total contre 17% en 1994. La proportion des âgées de 25-29 ans a augmenté de 2 points pour la même période, alors que celle des âgées de 20-24 ans a diminué de 15 points. De ce Gr N° 11 distribution des célibataires selon leurs groupe d'age PAPCHILD 1994 PAPFAM 2001 MICS3 2006 59 50 44 24 25 27 10 13 7 12 1613 0% 20% 40% 60% 80% 100% 1994 2001 2006 20-24 25-29 30-34 35 & + 27 fait, les filles célibataires âgées de 25 ans et plus représentent 56% de la totalité des filles célibataires âgées de 20 ans et plus. L’amplification du célibat féminin se manifeste à travers l’augmentation du taux de célibat de celles âgées de 35 ans et plus. En 12 ans (entre 1994 et 2006) la part de celles-ci du total des célibataires âgées de 20 ans et plus a passé de 7% à 16%. Ce taux va en augmentation rapide avec le risque d’un célibat féminin définitif grandissant s’accompagnant de ce qu’il peut entraîner de nouvelles pesanteurs psychosociales. En effet les ménages de ces filles célibataires âgées de 35 ans et plus se répartissent comme suit : - 30% sont des ménages sans lien de parenté clair. Ce fait est très récent dans la société tunisienne. Et, ce qui est très nouveau est l’émergence de ménages composés uniquement de filles célibataires dans les grandes agglomérations là ou il y a les manufactures ou les universités. - 24% de ces célibataires vivent au sein des ménages monoparentaux ; Ces ménages sont souvent dirigés par des femmes (87% des cas) suite au veuvage/divorce/émigration durable du père. - 3% constituent leurs propres ménages sans compagnons. Ce phénomène peut s’élargir dans l’avenir proche sous les effets des mutations sociales sur la famille, et suivant le rythme de l’évolution économico-sociale des différentes régions du pays. - 8% sont composés de différentes parentés. Ce type peut s’expliquer par le fait que des célibataires quittent leurs ménages initiaux, suite à la disparition même de ces ménages, pour joindre ceux d’un frère/soeur/oncle. - 35% vivent dans des ménages « ordinaires » composés de couples et enfants. 4-4 Vers un célibat plus prolongé des plus instruites Les résultats de l’enquête montrent que le célibat touche de plus en plus les catégories des filles de niveaux universitaire et secondaire. La répartition de la totalité des filles célibataires Gr 12 Distribution des filles Célib. de 35 an & + Seon leur types de ménéages MICS3 2006 Diff. Parenté 8% Autre 30% Couple + enf 35% 1 individu 3% Monoparen tal 24% 28 âgées de 20 ans et plus, selon leurs niveaux d’instruction en 2006 comparés à 1994, donne ce qui suit : - 27% ont un niveau universitaire contre 3% en 1994 - 22% ont un niveau secondaire, 2eme cycle, contre 10% en 1994 - 10% ont le niveau secondaire 1er cycle contre 8% en 1994 - 29% on le niveau primaire contre 57% en 1994 - 12% sont sans niveau contre 22% en 1994 Ces données confirment un changement du profil du célibat féminin. Les moins instruites (niveau néant ou primaire) ne constituent que 41% des célibataires (20 an & +) contre 79% en 1994 ; alors que les universitaires (celles qui ont fréquenté l’université) constituent de plus en plus une masse considérable qui va, sans doute, augmenter de taille avec l’arrivée des nouveaux cohortes d’universitaires qui ont maintenant la majorité d’inscrits à l’université par rapport aux garçons (6 filles sur 10). D’autre part la durée du célibat de ces universitaires est plus longue (leur age moyen au premier mariage est de 33.9 ans contre 30.7 ans pour toute la population féminine. Méthode HAJNALL. MICS3). Ce phénomène du Célibat des meilleures instruites se confirme plus en milieu rural qu’en milieu urbain vu que l’age moyen au premier mariage de ces universitaires est de 34.8 en rural contre 33.6 en urbain. Le tableau N°7 montre que le célibat de ces universitaires touche toutes les tranches d’age et que l’augmentation de leurs taux devient de plus en plus rapide. Ces changements assez rapides de structure et de profil du célibat féminin ne peuvent que favoriser un « environnement de célibat » nouveau en valeurs et en comportements dans le vécu quotidien des filles célibataires tout en tarissant les valeurs et les comportements traditionnels qui sont encore affichés. Gr 13 Distribution des filles célib. Selon leur Niveau scol PAPCHILD 1994, PAPFAM 2001, MICS3 2006 22 20 12 57 35 29 8 16 10 10 18 22 3 11 27 0% 20% 40% 60% 80% 100% 1994 2001 2006 Néant Primaire sec 1 cycl sec 2 cycl sup 29 Tab N° 7 Distribution des filles Célibataires Selon leurs niveaux d’instruction et leurs groupes d’ages PAPCHILD 1994 MICS3 2006 Groupe d’age des filles célibataires % du total des célib. 20 an & +20-24 25-29 30-34 35 & + 19942006199420061994200619942006 2006 1994 % % % % % % % % Niveau d’instruction 12 22 16 4 30 9 27 18 48 38 Néant 29 57 60 20 50 31 59 43 46 39 Primaire 10 8 9 14 7 7 4 5 4 8 Sec. 1 cycle 22 10 12 29 10 17 7 20 1 13 Sec. 2 cycle 27 3 3 33 3 36 3 14 1 3 Supérieur 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 Total 59 44 24 27 10 13 7 16 % du total des filles célib de 20 an & + 3.4 4.7 1.4 2.9 0.6 1.4 0.4 1.7 % du total de population 4-5 Les effets du célibat prolongé sur la fécondité Les taux du célibat féminin ont atteint des niveaux très élevés, et surtout parmi les tranches d’ages les plus fertiles (25-34 ans). Avec 2% d’augmentation en moyenne annuelle entre 1994 et 2006, le taux de cette tranche a atteint 52.6% en 2006 contre 45.4% en 2001 et 27.4% en 1994. Parmi la tranche d’age 35-49 ans le taux a augmenté de 10 points en 12 ans, passant de 4.7% en 1994 à 6.9% en 2001 et à 14.2% en 2006 ; ce qui peut entraîner un surplus du célibat féminin définitif (pour les ages de 50 ans et plus) déjà assez enflé (3.3% en 2006). Ces niveaux ont des répercutions incontestables sur la baisse de la fécondité qui est déjà au seuil minimum de remplacement des générations. Gr 13 - Evolution du taux de célibat par groude d'age PAPCHILD 1994 - PAPFAM 2001 - MICS3 2006 14,2 93,6 52,6 6,9 91,5 45,4 4,7 27,4 84,6 <25 25-34 35-49 Groupes d'age % 2006 2001 1994 30 La préoccupation additionnelle vient de la rapidité du recul de l’age au mariage qui touche tous les milieux et toutes les couches sociales ; ce qui peut occasionner des hausses supplémentaires considérables et rapides des niveaux de célibat et, par conséquent, une baisse soutenue de la fécondité. Tab 8 – Etat matrimonial des femmes (15 an & +) par groupes d’age MICS3 2006 Etat matrimonial N Veuves Divorcées mariées Célibataires AGE 4438 0 0.1 6.2 93.6 15-24 3550 0.3 1.2 45.9 52.6 25-34 4135 3 2.8 80 14.2 35-49 4364 30.7 1.7 64.3 3.3 50 + Ces niveaux très élevés ont eu des conséquences directes sur la transformation de la structure d’age des femmes mariées. La tranche des plus fécondes (25-34 ans) représente moins d’un tiers perdant ainsi 9 points en 12 ans tandis que la tranche de 35 et plus a gagné 14 point passant de 50% en 1994 à 64% en 2006. 50 59 64 40 35 3110 6 5 1994 2001 2006 < 25 ans 25-34 35 & + Gr N° 15- répartition des FMARs par groupes d'age MICS3 2006 PAPFAM 2001 PAPCHILD 1994 31 SANTE DE LA REPRODUCTION 32 Caractéristiques des Répondants (femmes non célibataires âgées de 15-49 ans) Le tableau HH,3 résume les principales caractéristiques des femmes mariées en age de reproduction (FMAR) Tableau HH,3: Principales caractéristiques sociodémographiques des FMAR Tunisie, 2006 % pondéré Effectif pondéré Effectif non pondéré Région KASSERINE 3,9 201 485 SIDI BOUZID 3,6 187 519 KAIROUN 5,3 276 512 GRAND TUNIS 23,6 1222 761 NORD EST 14,8 767 654 CENTRE EST 24,0 1243 615 SUD EST 8,7 452 563 SUD OUEST 5,4 279 500 NORD OUEST 10,8 560 578 Milieu Urbain 68,1 3530 3135 Rural 31,9 1657 2052 Age de la femme 15-19 0,3 17 20 20-24 4,7 242 247 25-29 12,2 632 656 30-34 18,4 955 975 35-39 21,5 1117 1096 40-44 22,7 1179 1182 45-49 20,1 1045 1011 Niveau scolaire Non précisé 0,1 5 4 non scolarisée 26,2 1358 1664 Primaire 41,6 2160 2108 secondaire cycle1 10,7 555 472 secondaire cycle 2 15,4 799 706 Université 6,0 311 233 Travail de la mère Non précisé 0,3 14 17 Oui 21,4 1112 1006 Non 78,3 4061 4164 Situation matrimoniale Mariée 94,2 4883 4893 Veuve 2,8 144 141 Divorcée 2,8 145 140 Séparée 0,3 14 13 Ayant donné naissance au cours des 5 dernières années Non précisé 0,0 1 1 Oui 40,8 2115 2279 Non 59,2 3071 2907 Total 100,0 5187 5187 33 1- LA PERINATALITE 1-1 La grossesse Les résultats de l’enquête ont montré que 7.1% des FMAR ont été enceintes au moment de l’enquête (juin- août 2006) dont 3.1% pour la première fois. Ce taux diffère selon le milieu. Il est de 9.2% en milieu rural contre 6.2% en milieu urbain. La région du Grand Tunis enregistre le taux le plus bas (5.9%) alors que la région du centre ouest (Kairawan, Bouzid, Gasrine) a le niveau le plus élevé (plus de 9%). Gr 16 proportion des femmes enceintes parmi les FMAR MICS3 2006 4 3,5 5,5 6,5 5,1 5,8 5,2 4,2 3,5 3,5 4,3 2,5 3,1 2,7 3,7 3,5 2,4 3,1 1,9 2,9 3,1 3,9 3,8 3,9 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 To tal Ur ba in Ru ral Ka ira wa n Bo uz id Ga sri ne Su d-e st Ce ntr e-e st G- Tu nis Su d-o ue st No rd -ou es t No rd -es t 1 ère fois Plus d'1 fois Comme le montre le graphique N°16, le taux des enceintes est inférieur que le taux national dans le Grand Tunis, le Nord-est, le Nord-ouest et le sud-ouest. 1-2 Consultation prénatale 1-2-1 Fréquence de Prénatal La proportion des femmes ayant eu au moins une grossesse pendant les 5 dernières années précédant l’enquête (59 mois) 44% des FMAR. Les résultats de l’enquête ont montré que 4% seulement parmi ces femmes n’ont eu aucune consultation prénatale. Ce pourcentage est de 8% en milieu rural contre 2% en milieu urbain. 34 Le nombre moyen des consultations prénatales s’élève à 4.3 (le médiane = 4). Au total, 67.5% ont bénéficié d’au moins 4 visites. (75% en milieu urbain contre 55% en milieu rural).Ce taux diffère d’une région à l’autre, il dépasse 70% au Grand Tunis et le Nord est et le Centre est, contre 50% à Gasrine et 45.5% à kairawan. Il est de 75% au milieu rural contre 54.7% au milieu rural. Vu à travers les groupes d’age des femmes, le taux des bénéficiaires de 4 consultations prénatales est très semblable variant 64% pour le groupe 40-44 et entre 70% pour le groupe 30-39 ans. Le taux de celles orientées vers un centre spécialisé pour des contrôles supplémentaires atteint 29.7% de celle qui ont bénéficié de consultation prénatale (32% au milieu rural contre 29% au milieu urbain). Ce qui est remarquable, c’est l’évolution, d’une période à l’autre, de la prise de conscience des tunisiennes de l’intérêt d’un suivi assidu de consultation prénatale. Les données disponibles montrent que le pourcentage des femmes enceintes ayant eu 4 consultations au moins ne dépassait pas 13% au début des années quarte vingt dix, puis il grimpe à 63% pendant la période 1995-2001 puis à 67.5% pour la période 2002-2006. Tableau N° 6 – Nombre de consultations prénatales selon le milieu et la région MICS3 2006 Milieu Région Total Urbain Rural N-ouest S-ouest S-est C- est N-est G-Tunis Kairawan Bouzid Gasrine Nbre de consultati ons 32.6 25 45.3 42.6 38.2 36.9 27.4 22.6 23.8 54.5 40.5 50 0-3 67.5 75 54.7 57.4 61.8 63.1 72.6 77.4 76.2 45.5 59.5 50 4 & + 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 Total 1-2-2 Prestataires de services en prénatal Les résultats ont montré que 54% des enceintes ont consulté un médecin et 42% une sage femme. Le taux de consultation chez un médecin atteint 63% au milieu urbain contre 38% au milieu rural. Le rôle de sage femme est prédominant à Gasrine avec 71%, au sud ouest avec % des bénéficiaires d'au moins 4 consultations prénatales selon la Période 44 55 13 63 7574 67,5 Papchild 1994 Papfam 2001 Mics 2006 Rural Urbain Total 35 61% et au nord ouest avec 52% (Graphique 17b). Ces données sont nécessaires pour une politique de recrutement du personnel médical spécialisé par région. Gr 17b – Prestataires de prénatal selon la région et le milieu MICS3 2006 38 54 8 63 35 2 54 42 4 19 71 10 46 46 8 44 46 10 72 26 2 62 36 2 59 39 2 40 54 6 34 61 5 39 52 9 0 100 Rural Urbain Total Gasserine Bouzid Kairawan G-tunis N-est C-est S-est S-ouest N-ouest Medecin sage femme pas de consultation 1-2-3 Qualité de prestations prénatale Les examens ordinaires en prénatal incluent 12 types que le questionnaire de l’enquête mentionne un par un et que la femme interviewée en réponde. Les examens mentionnés dans le tableau 7 sont largement pratiqués par les prestataires. 4 sur 5 femmes enceintes ont subi 10 examens au moins. Tableau 7 - Pourcentage des bénéficiaires des examens prénataux selon le type d’examen MICS3 2006 % des bénéficiaires (total = femmes bénéficiaires de consultation prénatale) Type d’examen 89 poids1 75 taille2 95 Tension3 82 Auscultation cardiaque4 91 Analyse du Sang5 83 Analyse d’urine 6 83 Mesure hauteur utérine 7 82 R C F8 82 Echographie 9 81 Toucher vaginal10 89 Position fœtale11 87 Prise de fer12 73 Au moins 10 visites 36 1-2-4 Vaccination antitétanique Les résultant ont montré que 89% des enceintes durant la période de 5 ans précédant l’enquête ont été vaccinées contre le Tétanos (65% au cours de la dernière grossesse et 24% au cours d’une grossesse précédente). A propos du nombre de vaccination durant la dernière grossesse (concernant les 65% ayant été vaccinées au cours de la dernière grossesse), et selon la déclaration des interviewées, on trouve que 26% ont une seule vaccin, 23% deux fois et 14% trois fois. 1-2-5 Rôle du secteur privé dans la prise en charge du prénatal On constate, d’après les résultats des enquêtes quinquennales, que le secteur privé augmente sa part dans la prise en charge du prénatal d’une période à l’autre. Passant du 19% des premières consultations des femmes enceintes au cours de la période 1990-1994 à 41% durant la période 2001-2006, le secteur privé devient de plus en plus une destination privilégiée des tunisiennes, et ce même dans le milieu rural où 32% des premières consultations des enceintes se font au secteur privé au cours de 2001-2006 contre 10% seulement en 1990-1994. La situation du privé n’est pas la même dans toutes les régions. Ce secteur s’active plus dans les régions côtières où il atteint 51% des premières consultations prénatales dans le nord est, 44% dans le grand Tunis, 46% dans le centre est et 36% dans le sud est contre 17% à Gasrine, 19% à Bouzid, 18% au sud ouest et 27% au nord ouest. Gr N° 18 distibution des femmes selon le Nombre de Vaccins Antitétaniqque Aucune vaccin 11% Non defini 2% Avant dern, gross, Nb non defini 24% 3 vaccins 14% 2 vaccins 23% 1 seule 26% Gr 19 Part du secteur privé des visites Prénatales selon le milieu 47 32 4145,6 16 36 26 19 10 Urbain Rural Total 2006 2001 1994 37 2- L’accouchement 2-1- Les naissances au cours de la période 2001-2006 Les résultats montrent que 41% des femmes mariées en age de procréer ont donné naissance à un enfant au moins durant la période de 5 ans avant l’enquête. Ce taux atteint 47% au milieu rural contre 38% au milieu urbain. Il varie de 50% à Gasserine et à Bouzid à 40% dans le grand Tunis. L’age moyen de cette catégorie de femmes est de 32.6 ans (écart type=5.9) contre 40.6 ans pour celles qui n’ont pas eu de naissances durant la même période (écart type =6.5). Cet age moyen au début des années 90 était 31.5 ans pour première catégorie et 38.6 ans pour la deuxième. On n’observe pas de différence significative entre l’urbain et le rural concernant l’age moyen des deux catégories de femmes. Le nombre moyen d’enfants est de 2.76 enfants pour la première (écart type = 1.76) et de 3.61 pour la deuxième (e.t. =1.86). Au début des années 90, ce nombre moyen était successivement pour les deux catégories de 3.57 et 3.88 enfants par femme. Contrairement à la proximité des ages des femmes ayant eu des naissances vivantes au cours des cinq dernières années, le nombre moyen des enfants diffère entre l’urbain et le rural. Il est de 3.29 enfants pour les rurales contre 2.46 enfants pour les urbaines. Gr 20 pourcentage des femmes ayant eu des naissances vivantes au cours de la période 2002- 2006 38 47 35 38 41 42 44 46 48 51 54 41 Urbain Rural C-est G-tunis N-est N-ouest S-ouest S-est Kairawan Gasrine Bouzid Total 38 2-2 L’interruption volontaire de grossesse Parmi les nouveaux services disponibles, l’offre des Pilules contraceptives (interruption médicamenteuse) dans les grands centres de planning familial. Cette offre peut être à l’origine de l’augmentation des taux (pour 1000 FMAR) d’avortements observée dans le Grand Tunis et le centre est par rapport aux autres régions où cette offre n’est pas encore bien annoncée. Le taux national annuel se situe à 24 IVG pour 1000 femmes mariées en age de procréer (15- 49). D’autre part ce taux est assez élevé au milieu urbain par rapport au milieu rural (27 contre 18) durant la période juin 2005- juin 2006. 2-3 L’accouchement HORS surveillance médicale Les résultats de cette enquête ont montré que 5.4% des femmes ayant accouché durant la période 2001-2006 n’ont pas bénéficié d’aucune assistance médicale. Ce taux atteint 11% pour les femmes rurales contre 2% pour les urbaines. Ce problème persiste dans la région du centre ouest, et surtout dans le gouvernorat de Gasrine où 1 sur 3 accouche encore en dehors des structures de la santé. Ce taux atteint 40% dans le milieu rural de ce gouvernorat et 30% dans le rural du gouvernorat de Bouzid et 33% dans le rural du sud ouest. Gr 21 taux (pour 1000 FMAR) des I.V.G. (12 mois avant l'enquete) 11 15 18 18 18 22 23 28 27 18 24 32 Bouzid Gasrine Kairawan S-ouest N-ouest S-est N-est G-tunis C-est Urbain Rural Total 39 Pourcentage des accouchements Hors Surveillance Médicale selon les régions et la période MICS3 2006 PAPFAM 2001 PAPCHILD 1994 30,6 5,4 2 11 29,4 21,8 12,2 9,6 6 5,8 0,9 0,6 0,5 20,8 3,2 9,7 2,41,5 3,9 16 8 32,9 14 32,9 32,9 3,6 5,3 15,8 3,3 10,6 23,8 25,8 34,3 30,6 34,3 34,3 Gasrine Bouzid S-ouest Kairawan N-ouest S-est N-est G-tunis C-est Rural Urbain Total 2002-2006 96-2001 90-94 2- 4 L’accouchement par Césarienne Le pourcentage national des accouchement par césarienne 20.5% des accouchements survenues durant la période 2001-2006. Ce pourcentage était de 18.5% au cours de 1996- 2001 et de 9% au cours de 1990-1994. Cette pratique est plus répandue chez les femmes urbaines avec 22% contre un taux de 17% chez les rurales. Ces taux étaient de 21% et 12% au cours de 1996-2001. Cette différence entre les deux milieux peut être due, d’une part, à l’implantation du secteur privé dans l’urbain et aux conditions de vie des femmes urbaines (plus de stresse et moins d’activité physique) d’autre part. Le taux le plus élevé est enregistré au Grand Tunis avec 28% et au sud ouest avec 22% et 20% au Kairawan. Il est entre 17% et 18% dans les autres régions. Tandis qu’il est de 35.5% des accouchements du secteur privé contre 18.8% au secteur public. (Gr 24) Gr 23 Evolution du taux des des accouchement par Césarienne PAPCHILD 1994 PAPFEMME 2001 MICS 2006 9 18,5 20,5 1994 2001 2006 40 Gr 24 poucentage des accouchement par césariennes durant la période 2001-2006 28 22 20 19 18 18 17 16 36 19 20 g-Tunis S-ouest Kairawan C-est N-est Bouzid Gasrine S-est Privé Public Total 2-5 L’hospitalité au cours de l’accouchement dans les hôpitaux publics 14% des femmes ayant accouché dans le secteur public pour leurs dernières naissances au cours de la période 2001-2006 ont déclaré avoir été très bien traitées, 58% bien traitées, 18% moyennant traitées et 10% mal traitées. Et on ne décèle pas de discrimination entre les femmes rurales et les femmes urbaines. Gr 25 l'hospitalité dans le secteur public (accouchement) mauvaise 10% bien 58% moyenne 18% très bien 14% 41 3- Consultation postnatale 3-1 Négligence du post-natal Les résultats de l’enquête montrent que la consultation postnatale n’est pas encore bien introduite dans le comportement des tunisiennes. Comparé avec le prénatal, le postnatal n’a pas évolué durant toute la décennie écoulée. Avec 50% des femmes ayant enfanté au cours de la période 2001- 2006, le postnatal garde le même pourcentage observé durant la période 1996-2001. La différence entre le rural et l’urbain n’est pas assez large (respectivement 44.5% et 53.4%). Ce taux ne dépasse pas 30% à Gasrine et Kairawan (Gr 26). Les raisons avancées par les femmes de ne pas suivre le postnatal sont les suivantes : - Pas de complication : 74 % - Ignore le post – natal : 9% - Coût élevé : 7% - Autres : 10% 3-2 Caractéristiques des femmes insouciantes Les raisons évoquées plus haut ne sont pas liées ni à la disponibilité des services, ni au coût de consultation mais plutôt au manque de conviction des femmes concernées. - La différence du taux de cette consultation entre les femmes rurales et urbaines ne permet pas d’imputer cette insouciance aux unes et pas aux autres. - Les résultats de l’enquête montrent aussi que l’âge de ces femmes insouciantes ne diffère guère de celui des femmes qui ont bénéficié de postnatal. Gr 26 Taux de négligence de la consultation prénatale (% des insouciantes du postnatal) Mics 2006 50 50 7370 65 47 38 40 42 45 s- ou es t Bo uz id N- es t G- tu ni s N- ou es t S- es t Ka ira wa n Ga sr in e C- es t To ta l 42 - La dissemblance ne se manifeste que selon le niveau d’instruction. Les moins instruites sont les moins conscientes du bienfait de la consultation prénatale, d’où la nécessité d’une action ciblée pour promouvoir cette composante essentielle de la santé de la reproduction. • 63% des analphabètes sont insouciantes • 52% du niveau primaire • 43% du niveau secondaire 1er cycle • 41% du niveau secondaire 2eme cycle • 34% du niveau supérieur 43 4 – LA CONTRACEPTION Le taux de prévalence contraceptive a atteint 60.2% en 2006. Ce taux n’inclut pas l’allaitement maternel et les méthodes dites traditionnelles. Les méthodes utilisées sont les méthodes scientifiques courantes et les méthodes dites naturelles, à savoir les méthodes du Retrait et du Calendrier. Le taux de prévalence contraceptive par région varie de 50% à 68% (Tableau 8). Les méthodes utilisées sont dominées par le DIU qui constitue encore la méthode de préférence pour 46% des utilisatrices suivi par la Pilule avec 24% et le Calendrier avec 13% puis la Ligature des Trompes avec 9% et les autres méthodes dites secondaires avec 7%. (Gr 27). 4-1 Le reflux de l’utilisation de la Ligature des Trompes (L.T.) On observe, depuis deux décennies un recul constant de l’utilisation de la ligature des trompes. Ce reflux affecte le taux global de prévalence avec le rétrécissement permanent du « stock » durable des femmes sous contraception. Les résultats de l’enquête montrent que 4 sur 5 des femmes utilisatrices de L.T dépassent les 40 ans. On attend, par conséquent, à ce que la composante L.T. disparaisse de la composition du taux de prévalence qui sera revu certainement à la baisse. Notons que la hausse de ce taux enregistrée durant les années passées et due en partie à la stabilité du stock durable des femmes ligaturées. C’est ainsi que si on ôte la part de L.T, le taux de prévalence serait 52.1% (au lieu de 62.6%) en 2001 contre 54.6% (au lieu de 60.2%) en 2006. Gr 27 distribution en porcentage (mix) des méthodes utilisées MICS 2006 DIU 46,1% Calendrier 13,3% Pilule 24,2% Ligature 9,3% Autre 7,0% Gr 28 Recul de l'utilisation de LIGATURE - % - (Total =FMAR) 12,6 10,5 5,6 PAPCHILD 1994 Papfam 2001 MICS 2006 44 La tendance du reflux de L.T. peut s’éclaircir par le suivi de l’abandon de cette méthode par les femmes selon le groupe d’age depuis 1994 (enquête PAPCHILD). Durant les 12 dernières années les utilisatrices de cette méthodes ont passé de 31.2% à 12.8% pour la tranche d’age 45-49 ans et de 25% à 8.7% pour la tranche 40-44 ans et de 15.2% à 4% pour la tranche 35-39 ans. Le reflux observé (Gr 29) suppose une baisse considérable des utilisatrices dans les la tranche d’age 40-49 ans. 4-2 Constance de D.I.U. et renforcement de Pilule Outre l’effet de L.T. on observe une augmentation sensible sur la demande des Pilules contraceptives par les femmes Tunisiennes, tout age confondu. Le taux des utilisatrices de cette méthode passe de 7.3% en 1994 à 14.5% en 2006. (Tableau 9). Toutefois la part de Dispositif Intra Utérin (D. I .U) dans la composition du taux de prévalence contraceptive reste constante, malgré qu’on observe une légère tendance chez les femmes de moins de 35 ans en faveur des Pilules. (Tableau 9). Taux d’utilisation des méthodes contraceptives selon l’age-Tableau 9 Papchild 1994 Mics 2006 Groupe d’age 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total (Taux de prévalence) Méthode 1994 2006 1994 2006 1994 2006 1994 2006 1994 2006 1994 2006 1994 2006 1994 2006 AUCUNE 79.1 80.0 55.9 57.9 44.3 48.7 36.3 36.5 31.7 30.0 34.6 34.1 47 51.3 40.2 39.8 D.I.U 11.6 6.7 23.8 16.7 32.3 26.0 33.4 31.0 29.7 34.5 16.0 29.7 8.3 18.7 25.3 27.8 Pilule 2.3 7.3 18.1 8.1 17.2 9.1 17.5 7.4 18.4 7.9 13.7 2.8 6.0 7.3 14.5 Injectable 13.3 .8 1.9 1.6 1.2 .5 1.7 1.6 1.9 1.2 1.3 .2 .8 1.0 1.4 Implant .5 .5 .6 .3 .3 .3 .1 .4 .0 .1 .3 .3 Condom 2.3 1.3 1.4 2.0 1.2 1.8 1.7 1.6 1.6 1.5 1.9 1.4 .4 1.6 1.3 Gelés 1.0 1.1 .2 1.7 .3 2.0 .4 1.8 .4 2.2 .4 1.7 .3 Ligature 1.4 .3 5.8 1.1 15.2 4.0 25 8.7 31.2 12.8 12.6 5.6 Calendrier 2.3 7.0 3.7 6.3 4.6 8.0 9.2 7.9 8.2 9 9.0 5.3 8.6 7.3 8.0 Retrait 2.3 2.5 .5 2.6 .2 2.8 .8 2.6 .7 2.7 .9 1.8 .7 2.5 .6 Total 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 Gr 29 Baisse de pourcentage des femmes utilisatrices de L.T. selon le groupe d'age (Total femmes = FMAR 15-49 ans) 5,8 15,2 25 4 1,3 31,2 8,6 23,7 0,9 2,8 15,7 12,8 8,7 1,10,3 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Papchild 1994 Papfam 2001 Mics 2006 45 4-3- Part du secteur privé dans l’approvisionnement en méthodes contraceptives Les résultats de MICS 2006 ont montré que la part du secteur privé est en régression pour toutes les méthodes et ce par rapport à 2001. Ainsi, il perd plus que 10 points pour les méthodes de condom et crèmes gelées, 15 points pour la Pilule et environs 3 points pour Le D.I.U. Cette régression peut s’expliquer par l’amélioration de la disponibilité et de l’accessibilité des services du secteur public qui sont déjà gratuits. 4-3 Le phénomène de l’infécondabilité d’une catégorie grandissante des FMAR On constate d’après les données de l’enquête qu’une large catégorie des femmes mariées de moins de 50 ans est inféconde. Ce phénomène peut s’expliquer par le recul de l’age au mariage (30.7 ans – Méthode Hajnall - MICS 2006). Ce qui fait que la tranche d’age 40-49 ans représente 41% du total des FMAR (15-49 ans). Cette tranche représentait 30% des FMAR en 1994 et 37% en 2001. Ce Phénomène relativement nouveau a fait qu’on trouve en 2006, 21% des FMAR ne sont pas utilisatrices de méthodes contraceptives et ne sont pas enceintes et elles n’ont pas eu de naissances depuis au moins 5 ans (Tableau 8). Si on considère que les femmes qui veulent être enceintes (attendent d’être enceintes) représentent le même pourcentage de celles qui sont enceintes au moment de l’enquête (7%), on pourrait affirmer que 14% (21 – 7 = 14) des FMAR sont infécondes au moments de l’enquête. Ces femmes non utilisatrices semblent convaincues de leur infertilité. Ce pourcentage de 14% des FMAR est équivalent à 48% de toutes femmes non utilisatrices de méthodes contraceptives. Autrement dit, la moitié (48%) des femmes non utilisatrices sont devenues pratiquement infertiles (Tableau 8). Vu de cet angle, 4 femmes sur 5 (60.2 + 14 = 74.2%) ne sont pas exposées au risque de grossesse au moment de l’enquête. Gr 30 part du secteur privé dans l'approvisionnement en méthodes contraceptives (%) 54 43 35 13 65 59 50 15,6 Condom Pilule Gelé D.I.U Papfam 2001 Mics 2006 46 Tableau N° 8 Taux (%) des femmes non exposées au risque de grossesse et Nombre moyen d’enfants nés vivants selon les régions MICS 2006 % des enceintes -3- Nbre femmes % non utilisatrices de pf, et non enceintes depuis 5ans (non inclus celles qui désirent d’être enceintes) Parmi les non utisatrices -8- Nb moyen d’enfa nts nés vivants - total femmes- - 7 Nb moyen d’enfants nés vivants pour la catégorie des femmes en colonne 5 - 6 - Femmes non exposées à la grossesse (col 4 + col 5) % non utilisatrices de pf, et non enceintes depuis 5ans (non inclus celles qui désirent d’être enceintes) -5- Taux de prévalen ce contrace ptive -4- % des enceint es % Encein te pour la 1ere fois % Encein tes pus d’1 fois extrapolé -2- N on extrapolé -1- Région 42 4.3 4.9 66.5 16 50.5 8.9 3.1 5.8 191 458 Gasrine 31 3.9 4.8 64.4 9 55.4 9.0 3.9 5.1 178 492 Bouzid 36 3.9 4.6 65.2 11 54.2 10 3.5 6.5 260 480 Kairawan 55 2.8 3.2 77.6 21 56.6 5.9 2.4 3.5 1150 716 G-tunis 53 3.0 3.4 81.6 13 68.6 5.4 2.9 2.5 736 624 N-est 44 3.2 3.5 75.4 9 66.4 8.1 3.9 4.2 1156 570 C-est 46 3.7 4.4 69.5 16 53.5 9.0 3.8 5.2 424 525 S-est 48 3.7 4.6 72.4 20 52.4 6.6 3.1 3.5 258 462 S-ouest 47 3.2 3.6 76.5 14 62.5 6.2 1.9 4.3 536 551 N-est 48 3.3 3.7 74.2 14 60.2 7.1 3.1 4.0 48894878Total Vu par région, Ce pourcentage des FMAR qui ne sont pas utilisatrices de méthodes contraceptives et ne sont pas enceintes et elles n’ont pas eu de naissances depuis au moins 5 ans, varie du simple au double (Tableau 8 – col. 5). Ce qui est à suivre par observation et analyse c’est la région de Grand Tunis et du Sud ouest où le taux des non utilisatrices de P.F., et qui ne sont pas enceintes depuis 5ans (non inclus celles qui désirent d’être enceintes), atteint 20%, contre 9% au centre est. Malgré que le taux de prévalence dans le Grand Tunis ne dépasse pas 57%, le pourcentage des femmes non exposées au risque de grossesse atteint environs 78%. Et on observe que le nombre moyen d’enfants nés vivants le plus bas est enregistré dans cette région (2.8) ; cette observation est valable aussi pour nombre moyen d’enfant nés de la catégorie des femmes, de cette région, qui sont non utilisatrices de P.F et non enceintes depuis 5ans (non inclus celles qui désirent d’être enceintes) : leur nombre moyen d’enfant nés vivants est le plus bas (3.2). (TABLEAU 8). 47 Remarquons aussi que le nombre moyens d’enfants (3.7) pour la catégorie des femmes non utilisatrices de P.F et non enceintes depuis 5ans (non inclus celles qui désirent d’être enceintes) parait comme leur descendance finale. (Tableau 8. col 6). A travers la distribution par groupes d’age on trouve que 66% de cette catégorie de FMAR sont en age de 40-49 ans (Gr 31), ce qui peut expliquer partiellement, le pourquoi du non recours aux méthodes contraceptives. Le pourcentage de cette catégorie des âgées de 40-49 ans varie de 64% à Gasrine et 69% au Grand Tunis à 76% au Sud ouest. Mais, et de toutes façons, ce pourcentage quasi élevé (Gr 31) n’explique pas la différence entre les régions en ce qui concerne le poids, par région, des non utilisatrices de P.F, et non enceintes depuis 5ans ( non inclus celles qui désirent d’être enceintes) (Tableau 8 – col.5). Pour complément d’information, le graphique 32 présente le pourcentage des femmes non enceintes, non utilisatrices de P.F et n’ont pas eu de grossesse depuis 5 ans par groupes d’age. Gr 32 % des femmes non enceintes, non utilisatrices de PF et non pas eu de grossesse depuis 5 ans Par groupes d'age MICS 2006 34,3 31,6 20,8 8,9 3,1 1,20,1 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Gr 31 Pourcentage des FMAR en age 40-49 ans non utilisatrices de PF et non enceintes depuis 5 ans 76 70 69 68 67 67 67 64 60 66 S- ou es t Ka ira wa n G- Tu nis N- es t Bo uz id N- ou es t S- es t Ga sri ne C- es t To tal 48 5- Dépistage du cancer du col de l’utérus et du sein 5-1 Dépistage du cancer du col de l’utérus 5026 femmes non célibataires âgées entre 35 et 59 ans ont été interviewées à propos du dépistage du cancer du col de l’utérus dont 31% au milieu rural et 69% au milieu urbain (39% et 61% sans extrapolation). Le questionnaire portait sur les connaissances et les pratiques des femmes concernées. 5-1-1 Les connaissances des femmes Les résultats ont montré qu’une bonne partie d’entre elles ne connaissent pas le cancer de l’utérus. Avec 20% (31% en rural et 15% en urbain) cette méconnaissance est assez répandue, et surtout en milieu rural. Cette ignorance est aussi large dans toutes les régions : Gasserine (43%), Nord ouest (33%), Kairawan (30%), Sud est (22%) et elle descend au dessous de 20% dans le Grand Tunis (18%), le Nord est (18%), Sud ouest (16%) et le Centre est (11%). On constate aussi que les plus âgées connaissent moins cette maladie. 28% des âgées de 50-59 ans ne connaissent contre 13% des âgées de 35-39 ans. Tableau N° 9 Connaissance du cancer de l’utérus selon l’age Connaissance de Cancer de l’utérus Total Ne connaît pas Connaît Groupe d’age 100 13.2 86.8 39-35 100 18.5 81.5 44-40 100 17.9 82.1 49-45 100 28.2 71.8 59-50 100 20.5 79.5 Total D’après les déclarations des femmes leurs sources d’information sont : - 52% les mass média - 35% l’entourage - 12% sources médicales - 1% Les assistantes et les animatrices sociales. Ramené au total des femmes non célibataires âgées de 35 à 59 ans le pourcentage des femmes qui connaissent les causes de cancer du col de l’utérus (IST) ne dépasse pas 12%. Ce 49 pourcentage ne dépasse pas 7% dans les régions de sud et de centre ouest et 8% dans le milieu rural contre 14% dans le milieu urbain. 17% seulement des femmes concernées ont répondu que le frottis est le moyen de dépistage de ce cancer. Ce pourcentage ne dépasse pas 6% dans le milieu rural contre 22% dans le milieu urbain ; et ne dépasse pas 10% dans les régions du Nord ouest et du Sud ouest et Kairawan. Il atteint 23% dans le Grand Tunis et 23% dans le Centre est. 5-1-2 Dépistage du cancer du col Les femmes ayant bénéficié d’un frottis ne dépassent pas 12% (5% au rural, 16% urbain). Ce pourcentage est inférieur à 5% dans les régions de Sud ouest, Nord ouest et du Kairawan, contre 21% dans le grand Tunis et 16% dans le Centre est. Le secteur privé participe de 38% des frottis analysés contre 62% pour le secteur public (20% ONFP et 42% S.P). 5-2 Dépistage du cancer du sein 8033 femmes non célibataires âgées entre 30 et 69 ans ont été interviewées à propos du dépistage du cancer du sein dont 39.6% au milieu rural et 60.4% au milieu urbain (31.8% et 68.2% sans extrapolation). Le questionnaire portait sur les connaissances et les pratiques des femmes concernées. Ces femmes se répartissent selon leurs statuts matrimoniaux comme suit : - Célibataires 11.4% - Mariées 78.1% - Divorcées 2.5% - Veuves 7.9% 5-2-1 Les connaissances des femmes 13.3% seulement des femmes interviewées déclarent ne pas connaître le cancer du sein. Ce pourcentage diffère selon les régions et la situation matrimoniale, il atteint son maximum dans le rural du Gasrine (33%), et son minimum dans l’urbain du Centre est (5%). Le tableau 10 montre la méconnaissance de ce cancer : Tableau N° 10 Méconnaissance du cancer du sein (%) GR 33 Part des secteurs Public et Privé des analyses labo du Frottis 37,8 41,7 20,5 0% 20% 40% 60% 80% 100% Privé Santé Public O.N.F.P 50 % de Méconnaissance du cancer du sein Nb de femmes (30-69 ans ) )%( Nb de femmes (30-69 ans ) % Age Région 2750 9.8 30-39 714 25.7 Gasrine 2426 11.0 40-49 813 17.5 Bouzid 1788 15.6 50-59 791 16.0 Kairawan 1069 24.0 60-69 1241 14.0 G-Tunis Etat matrimonial 943 11.7 N-est 916 19.4 Célibataire 901 6.9 C-est 6278 11.7 Mariée 805 12.2 S-est 205 14.2 Divorcée 795 10.8 S-ouest 635 20.0 Veuve 1030 20.4 N-est Milieu 5477 10.2 Urbain 2556 20.1 Rural 8033 13.3 Total Les résultats de l’enquête ont montré aussi que les sources de connaissance de cancer du sein sont, essentiellement, l’entourage familial avec 45% et les mass media avec 43% et le corps médical et para médical avec 11%. S’agissant des moyens de dépistage, 25% des femmes qui connaissent la maladie ne savent aucun moyen pour la dépister. La mammographie n’est connue que de 11% d’entre elles et l’autopalpation par 66%. La méconnaissance des moyens de dépistage est très élevée en milieu rural (38.5%) par apport au milieu urbain (18.6%). Elle est aussi très variée d’une région à l’autre. Son minimum est enregistré au G-Tunis et son maximum à Gasrine (Tab.11). des moyens deméconnaissance pourcentages de 11 Tableau N° Dépistage du cancer du sein parmi les femmes qui connaissent la maladie pourcentage des femmes ignorant les méthodes de dépistage du Cancer du sein Urbain 18.6 Rural 38.5 Gasrine 47.2 Bouzid 29.1 Kairouan 41.3 G-Tunis 18.6 N-est 25.3 C-est 19.8 S-est 26.9 S-ouest 25.0 N-est 28.6 Célibataire 26.0 Mariée 23.2 Divorcée 20.0 Veuve 37.0 Total 24.5 51 On constate aussi que 20% des âgées de moins de 50 ans ne connaissent pas cette maladie contre 27% des âgées de 50-59 ans et 44% de celles âgées de 60-69 ans. 5-2-2 Dépistage du cancer du sein 29.4% des femmes concernées déclarent avoir suivi une formation sur l’autopalpation (par les techniciens du corps médical). Ce pourcentage varie selon l’age. Elle est de l’ordre de 34% chez les moins de 50 ans et de 24% chez les âgées de 50-59 et de 13% chez les âgées de 60- 69 ans. Ce pourcentage atteint 34% dans le milieu urbain contre 19% dans le milieu rural. Le suivi d’une formation d’autopalpation diffère aussi selon les régions. Il est 8% à Gasrine, 10% à Kairawan, 14% dans le Sud ouest, 17% dans de Sud est, 46% dans le Centre est, 34% dans le Nord est et 32% dans le Grand Tunis. 23.5% de ces femmes déclarent avoir bénéficier d’un examen médical du sein (13% dans les centres de santé, 2.3% dans les centres de l’ONFP et 8.2% dans le secteur privé). 10.6% déclarent avoir été examinées par la mammographie. Connaissent les raisons du K-col de l'utérus Ont subi le frottis Ont eu de formation en autopalpation du sein ont bénéficié de consultation du K-de sein ont bénéficié de Mamographie 10,5 15,5 29,4 12,515 Gr 35 Connaissance et Suivi des Cancers du col et du sein ( %) 52 6- Connaissance des femmes du VIH/SIDA Les résultats de l’enquête ont montré que 90% des femmes mariées et en ages de procréer ont entendu parler du SIDA. Ce pourcentage est de 95% en milieu urbain contre 80% en milieu rural et il ne dépasse pas 80% dans les gouvernorats de Gasrine, Bouzid et Kairawan. 79% des femmes classent cette maladie comme dangereuse ; tandis que 9% n’arrivent à le définir malgré qu’elles aient entendu le mot. Parmi les femmes urbaines qui connaissent la maladie 7% n’arrivent à la définir ; ce pourcentage est de 19% parmi les femmes rurales. Si on considère que les femmes ne pouvant pas définir la maladie comme étant ne la connaissant pas, le pourcentage des celles classées ne pas connaître le SIDA devient 19% (12% en milieu urbain et 35% en milieu rural). Par région ce pourcentage diffère largement. Il est autour de 6% dans le Centre est contre 64% dans le gouvernorat du Kairawan (Gr 36). GR 36 pourcentage des FMAR ne connaissant le SIDA (n'ont entendu où n'arriventt pas à le définir) selon la région 34 33 30 20 18 16 14 7 19 35 12 64 Ka ira wa n Bo uz id Ga sri ne N- ou es t N- es t S- es t S- ou es t G- Tu nis C- es t Tu nis ie Ru ral Ur ba in Les résultats de l’enquête ont montré aussi que seulement 21% des femmes mariées en age de moins de 50 ans sont capables de bien définir les moyens de transmission du virus (elles ont cité les quatre voies : Transfusion sanguine, Piqûres, de la mère au fœtus et les rapports sexuelles). Ce pourcentage atteint 25% dans le milieu urbain contre 11% dans le milieu rural. 53 On remarque aussi qu’il n’y a aucune différence entre les femmes selon leurs ages quant il s’agit de leur connaissance des moyens de prolifération du SIDA. Ces voies de prolifération ne se sont pas équivalemment connues. Le pourcentage de celles qui ne connaissent pas de danger des piqûres utilisées atteint 66% contre 25% de celles qui ne citent pas les rapports sexuels. (Gr N° 37). GR 37 Pourcentage de celles qui ne citent pas le moyen de transmission du VIH SIDA 76 66 54 25 Rap. Sexuel Transf. Sang Picures Mère_foetus 54 L’ENFANCE 55 Le tableau HH4 résume les principales caractéristiques des enfants de moins de cinq ans. Tableau HH 4 Principales Caractéristiques sociodémographiques des enfants de moins de cinq ans MICS 2006 % effectif pondéré effectif non pondéré Masculin 53,2 1624 1614 Féminin 46,8 1428 1439 Région KASSERINE 5,2 159 358 SIDI BOUZID 5,1 155 389 KAIROUN 6,8 209 365 GRAND TUNIS 22,4 683 390 NORD EST 14,4 440 343 CENTRE EST 20,0 610 282 SUD EST 9,4 286 323 SUD OUEST 5,9 179 289 NORD OUEST 10,9 333 314 Milieu urbain 63,1 1926 1658 rural 36,9 1127 1395 Age 0-5 mois 10,2 310 311 6-11 mois 10,5 320 312 12-23 mois 18,9 577 595 24-35 mois 19,9 609 602 36-47 mois 20,2 616 630 48-59 mois 20,4 621 603 Niveau scolaire de la mère Non précisé 2,2 69 64 non scolarisée 22,0 673 886 Primaire 38,0 1159 1124 secondaire cycle 1 10,9 334 297 secondaire cycle 2 19,3 588 509 université 7,6 231 173 Travail de la mère Non précisé 25,2 768 811 Travaille 15,3 466 412 Ne travaille pas 59,6 1819 1830 Total 100 3053 3053 56 1- L’enfant et la correction Parmi les objectifs de l’enquête MICS, on trouve les moyens de correction des enfants. Autrement dit, quelles méthodes utilisées pour corriger à titre éducatif les comportements des enfants. Les résultats ont montré que la violence à titre éducatif sous toutes ses formes physiques et psychiques est assez répandue en Tunisie. Les enfants cibles de l’enquête sont âgés de 2 à 14 ans. Leur choix s’est déroulé d’une manière aléatoire à raison d’un enfant par ménage. 4511 enfants ont été sélectionnés et répartis en 2601 dans le milieu urbain et 1910 dans le rural. (Ces effectifs deviennent après extrapolation : 2991 et 1583). Ils se répartissent presque à égalité entre les 9 régions de l’enquête. La réparation par age est comme suit : • 2-5 ans : 28.5 % • 6-9 ans : 25.6% • 10-14 ans : 45.8% Les résultats de l’enquête montrent que 94% des enfants de 2 à 14 ans subissent d’une façon ou d’une autre des corrections violentes par moyen verbal, physique ou d’autre sorte de soumission. 73% sont frappés, 26% insultés, 30% privés « d’un droit ». Les données ne font pas apparaître des différences significatives entre les milieux et les régions. Ce qui est remarquable, c’est le recours facile aux punitions corporelles qui causent des atteintes physiques et psychiques aux enfants. En effet 85% des enfants âgées de 2 à 5 ans et 81% de ceux âgées de 6 à 9 et 66% de ceux âgées de 10 à 14 ans subissent des punitions corporelles. Les résultats ne font pas apparaître des différences statistiquement significatives entre les fillettes et les garçons en la matière. GR 38 pourcentage d'enfants violentés selon le moyen 36 30 26 73 6 85 Gronder Punir de corvée Privation insulte Coups Sans Punition 57 Les conditions d’habitat (espace de vie et nombre d’individus dans le ménage) ne semblent pas influencer le recours à la violence contre les enfants. Le nombre moyen des membres de ménages et le nombre moyen de chambres à coucher sont pratiquement identiques chez les ménages où les enfants subissent les corrections corporelles et chez ménages où les enfants ne sont pas violentés physiquement. (Nb moyen d’individus = 5.6. Nb moyen de chambres à coucher = 2.1). Ce fait n’apparaît pas aussi lié au niveau d’instruction des mères puisque 71% de celles ayant le niveau supérieur déclarent avoir usé de la violence physique contre leurs enfants contre 75% de celles ayant le niveau secondaire et 78% des autres. Les résultats ne font pas apparaître aussi une différence significative dans la conduite des mères occupées et les autres en matière de recours au punition corporelle (76% de premières contre 78% des autres). D’autre part il semble que les moins âgées sont plus violentes contre leurs enfants. En effet 82% des âgées de moins de 40 ans usent des méthodes de violences physique, contre 70% des âgées de 40 et plus. 2- Nutrition 2-1 Statut Nutritionnel La malnutrition protéino-énergétique expose les enfants surtout en bas âge à un retard de croissance, à des troubles de développement intellectuel, à une diminution des capacités d’apprentissage et à un affaiblissement du système immunitaire. Plusieurs facteurs sont associés à la malnutrition protéino-énergétique: les apports alimentaires, les épisodes morbides à répétition, le niveau socio-économique de la famille, le statut nutritionnel et éducationnel de la mère. Trois indices anthropométriques ont été utilisés pour évaluer l’état nutritionnel des enfants âgés de moins de 5 ans. Ces indices sont le rapport poids/taille pour déceler les états d’émaciation, le rapport taille/âge pour déterminer le retard de croissance et le rapport poids/âge pour identifier les états de maigreur se traduisant par une insuffisance pondérale. Les Z scores ont été aussi calculés à l’aide du logiciel Cspro en utilisant la population de référence internationale de l’OMS tout en utilisant l’âge exact (et non en mois révolus) tels que recommandé par l’OMS. Nous avons aussi exclu tous les enfants dont les valeurs du Z score se situent dans les fourchettes suivantes : • taille/âge : Z score <-5,0 ou Z score >+3 • poids/taille : Z score <-4,0 ou > + 5 58 • poids/âge : Z score <-5 ou > + 5 Après toutes ces exclusions, 2827 enfants ont été retenus pour cette analyse. Les résultats sont résumés dans les tableaux suivants. Tableau NU.1.1: Malnutrition des enfants: Pourcentage des enfants âgés entre 0-59 mois, présentant une malnutrition sévère ou modérée, Tunisie, 2006 Poids/age< -2 DS taille/age< -2 DS Poids/taille< - 2 DS Poids/age< -3 DS taille/age< -3 DS Poids/taille < -3 DS TOTAL % % % % % % effectif Milieu urbain 2.2 4.1 2.0 0.1 0.8 0.4 1720 rural 4.7 9.7 2.8 0.4 1.8 0.2 1022 p 0.0003 <.0001 0.18 0.15 0.03 0.42 Région KASSERINE 6.2 13.6 0.7 0.6 3.0 0.0 142 SIDI BOUZID 2.4 5.4 1.1 0.3 0.8 0.0 141 KAIROUN 4.0 6.4 2.5 0.3 1.4 0.3 196 GRAND TUNIS 2.7 3.7 2.2 0.0 0.6 0.0 618 NORD EST 2.7 5.7 1.5 0.0 1.2 0.3 397 CENTRE EST 1.3 4.6 1.6 0.0 0.4 0.5 550 SUD EST 1.6 6.7 1.9 0.3 1.7 0.3 247 SUD OUEST 7.0 10.6 5.2 0.9 4.3 1.6 149 NORD OUEST 5.3 8.6 4.8 0.8 1.1 0.4 301 p 0.0012 0.0002 0.014 0.18 0.005 0.20 TOTAL 3.1 6.2 2.3 0.2 1.2 0.3 2742 2-2 Insuffisance pondérale La prévalence de l'insuffisance pondérale modérée et/ou sévère (poids/âge <-2 DS) est de 3,1%, avec 0,2% pour les formes sévères (poids/âge <-3 DS). La prévalence des formes modérées ou sévères est significativement plus élevée en milieu rural (4.7% vs 2.2% p<.0001). De même, l’analyse de la distribution selon les régions montre que la prévalence la plus élevée (7.0%) a été observée au Sud Ouest. La prévalence de l’insuffisance pondérale a sensiblement régressé. En 1988, elle était de 10,4% pour les formes modérées ou sévères et de 1,8% pour les formes sévères (<-2 DS). Quand à l’enquête PAP CHILD réalisée en 1994 – 1995, la prévalence était de 8,6% pour les formes modérées ou sévères et de 2% pour les formes sévères. Cette prévalence était de 4% en 2000 (enquête MICS 2-2000). L’analyse de la distribution selon l’âge, le sexe, le niveau de scolarisation de la mère et l’exercice de cette dernière d’une profession, montre que pour les formes modérées ou sévères, la prévalence est significativement plus élevée chez les enfants dont la mère n’a pas 59 été scolarisée ; Il n’a pas été mis en évidence de différence significative selon l’âge, le sexe, et l’exercice d’une profession par la mère. Tableau NU.1.2 Pourcentage des enfants âgés entre 0-59 mois, présentant une malnutrition sévère ou modérée, Tunisie, 2006 Poids/age< - 2 DS taille/age< -2 DS Poids/taille< -2 DS Poids/age< -3 DS taille/age< -3 DS Poids/taille < -3 DS TOTAL % % % % % % effectif sexe masculin 3.2 6.6 2.4 0.1 1.3 0.4 1451 féminin 3.1 5.7 2.2 0.4 1.1 0.2 1290 p 0.88 0.32 0.74 0.12 0.73 0.26 age 0-5 mois 1.6 2.4 3.7 0.0 0.2 1.1 268 6-11 mois 3.5 6.1 2.1 1.0 1.3 0.2 299 12-23 mois 4.2 8.9 4.3 0.3 1.5 0.6 516 24-35 mois 2.9 5.1 1.8 0.2 0.9 0.3 544 36-47 mois 2.8 6.4 1.8 0.1 2.0 0.1 545 48-59 mois 3.2 6.2 0.9 0.0 0.8 0.0 569 p 0.49 0.01 0.003 0.08 0.23 0.11 Education de la mère non précisé 6.7 9.6 3.5 1.4 0.8 1.4 54 non scolarisée 5.6 11.5 1.8 0.6 2.4 0.1 594 primaire 3.3 5.8 2.3 0.1 1.3 0.4 1059 secondaire cycle 1 0.9 3.1 3.9 0.0 0.2 0.2 302 secondaire cycle 2 1.0 3.3 1.5 0.1 0.7 0.5 520 université 2.5 3.4 2.7 0.0 0.2 0.0 213 p <.0001 <.0001 0.20 0.15 0.02 0.59 travail de la mère Non précisé 5.8 8.9 3.0 1.2 0.0 1.2 63 Travaille 3.3 4.5 2.3 0.1 0.5 0.6 524 Ne travaille pas 3.0 6.5 2.3 0.2 1.4 0.2 2155 p 0.7 0.09 0.97 0.46 0.12 0.25 TOTAL 3.1 6.2 2.3 0.2 1.2 0.3 2742 2-3 Retard de croissance : La prévalence du retard de croissance (taille/âge <-2 DS) est de 6.2% avec 1.2% pour les formes graves (taille/âge <-3 DS). Comme pour l'insuffisance pondérale, la prévalence du retard de croissance a beaucoup baissé par rapport à 1988 ; les taux étaient alors de 18,2% pour les formes modérées ou sévères et 5,6% pour les formes sévères. Les prévalences calculées dans l’enquête PAPCHILD (1994 – 1995) étaient encore plus élevées (22,5% pour les formes modérées ou sévères et 9,3% pour les formes sévères).La prévalence des formes 60 modérées ou sévères était de 12.3% en 2000, et 3.4% pour les formes sévères. (Enquête MICS 2-2000). Quant à l’enquête nationale menée par l’Institut de Nutrition, en 1996, la prévalence du retard de croissance était de 8,3%. La prévalence des formes modérées ou sévères est nettement plus élevée en milieu rural. Il existe aussi une variation significative selon les régions ; la prévalence la plus élevée (13.6%) a été observée à Kasserine. Il est à noter que la prévalence du retard de croissance dans ses formes modérée ou sévère a beaucoup régressé par rapport à l’année 2000, à Kairouan, passant de 21.1% (MICS 2 –2000) à 6.1%, et à Sidi Bouzid, passant de 16.8% à 5 .2% ; alors qu’à Kasserine la prévalence est restée à peu près stable (13.4% en 2000). L’analyse de la distribution selon les paramètres socio-démographiques montre que la prévalence des formes modérées ou sévères ne varie pas significativement selon le sexe, elle est la plus élevée dans la tranche d’âge entre 12 et 23 mois ; elle est aussi significativement plus élevée chez les enfants dont la mère n’a pas été scolarisée. Dans tous les cas cette prévalence observe une tendance à la baisse grâce à l’amélioration des conditions socio-économiques de la population mais aussi grâce aux efforts d’éducation nutritionnelle. 2-4 Emaciation La prévalence de l'émaciation (poids/taille <-2DS) est de 2,3% avec 0,3% pour les formes graves. La prévalence de l’émaciation est en régression par rapport à 1988 (3,1% pour les formes modérées ou sévères et 0,6% pour les formes sévères dont le niveau est resté à peu près stable) (20). La prévalence de l’émaciation rapportée dans l’Enquête PAPCHILD (1994 – 1995) est de 3,9% (1,2% pour les formes sévères) (12) ; alors que selon l’enquête nationale menée par l’Institut de Nutrition en 1996 cette prévalence n’est que de 1% (13). De même, cette prévalence était de 2.2% pour les formes modérées ou sévères, et 0.5% pour les formes sévères, en 2000 (Enquête MICS 2-2000) L’étude de l’association des formes modérées ou sévères montre que la prévalence de ces formes est significativement plus élevée dans la tranche d’âge entre 12 et 23 mois. 61 GR 39 Pourcentage d’enfants d moins de 5 ans présentant une malnutrition MICS 2006 1,6 4,2 3,2 2,4 6,1 8,9 5,1 6,4 6,2 3,7 2,1 0,9 2,82,9 3,5 1,8 1,8 4,3 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 <6 mois 6-11 mois 12-23 mois 24-35 mois 36-47 mois 48-59 mois insuffisance pondérale retard de croissance emaciation 2-5 Obésité : La prévalence de l’obésité est de 6.3%. Cette prévalence est significativement plus élevée dans la tranche d’âge 6 à 11 mois (10.3%) et dans la région du Nord Est (9.8%). Tableau NU.1.3: Malnutrition des enfants: Pourcentage des enfants âgés entre 0-59 mois, présentant une obésité, Tunisie, 2006 Obésité % effectif Sexe Masculin 5.6 1451 féminin 7.2 1290 P 0.08 Age 0-5 mois 6.2 268 6-11 mois 10.3 299 12-23 mois 9.4 516 24-35 mois 4.6 544 36-47 mois 5.3 545 48-59 mois 4.2 569 P 0.0002 Milieu Urbain 6.8 1720 Rural 5.5 1022 P 0.19 Région KASSERINE 4.1 142 SIDI BOUZID 2.6 141 KAIROUN 3.3 196 GRAND TUNIS 6.3 618 NORD EST 9.8 397 CENTRE EST 6.6 550 SUD EST 4.6 247 SUD OUEST 4.9 149 NORD OUEST 8.2 301 P 0.02 TOTAL 6.3 2742 62 3 - Allaitement maternel 3-1 : Commencement de l’allaitement maternel L'allaitement maternel pour les premières années de la vie protège les enfants contre les infections, fournit une source idéale d'éléments nutritifs, et il est économique et sain. Cependant, beaucoup de mères cessent d'allaiter trop tôt, et souvent il existe des pressions pour passer à un autre mode d'allaitement. Ce changement peut être à l'origine de problèmes de santé de l'enfant (obésité, déficit en micro-nutriments, diarrhée etc.) . Les recommandations actuelles stipulent que les enfants devraient être allaités exclusivement au sein au cours des six premiers mois. Cet allaitement devrait être poursuivi jusqu'à l'âge de deux ans et même au delà même, avec une certaine diversification alimentaire Les recommandations de l'OMS/UNICEF dans ce domaine sont les suivantes: o Allaitement maternel exclusif au cours des six premier mois o Poursuite de l'allaitement jusqu’à deux années ou plus o Nourritures complémentaires appropriées, saines et adéquates à introduire dès l'âge de six mois, o Fréquence d'alimentation complémentaire: 2 fois par jour pour 6-8 mois d'âge ; 3 fois par jour pour 9-11 mois d'âge Il est aussi recommandé que l'allaitement devrait commencer dès la première heure après la naissance. Les indicateurs relatifs à l'allaitement des enfants sont les suivants: o Taux d'allaitement maternel exclusif (<6 mois & <4 mois) o Taux de l'introduction d'alimentation complémentaire opportune (6-9 mois) o Taux de continuation de l'allaitement maternel (12-15 & 20-23 mois) o Initiation opportune d'allaiter (dans 1’ heure qui suit la naissance) o Fréquence d'alimentation complémentaire (6-11 mois) o Enfants nourris d'une manière adéquate (0-11 mois) Le tableau NU.2 résume la proportion des mères qui ont allaité leur enfant après la naissance, et celles parmi elles, qui ont pratiqué cet allaitement dans l’heure qui suit la naissance. Il est à noter que si la mise de l’enfant au sein ne s’est pas faite durant la première heure après la naissance, cette mise de l’enfant au sein ne s’est pas effectué le même jour. 63 Tableau NU.2: Commencement de l’allaitement maternel Pourcentage des mères âgées entre 15-49 ans ayant accouché au cours des deux dernières années, et ayant allaité leur enfant, au sein dans l’heure qui suit la naissance, Tunisie, 2006 Ayant allaité leur enfant ayant allaité dans l'heure qui suit la naissance TOTAL % % n Milieu Urbain 94.6 85.9 1426 rural 97.9 90 838 P <.0001 0.005 Région KASSERINE 95.5 88.5 109 SIDI BOUZID 97.9 79.2 108 KAIROUN 97.7 90.7 145 GRAND TUNIS 94.3 83 495 NORD EST 94.8 91.3 342 CENTRE EST 97.1 93 461 SUD EST 92.9 91 221 SUD OUEST 97.4 81.7 132 NORD OUEST 97.6 81.6 251 P 0.04 <.0001 Age de la femme 15-24 98.6 86.8 200 25-34 96.5 87 1229 35-49 94 88.2 835 P 0.002 NS Niveau scolaire de la mère non scolarisée 95.4 89.8 512 primaire 95.9 90 886 secondaire cycle 1 96.2 86.2 247 secondaire cycle 2 94.8 83.8 450 Université 98.7 78.2 168 P NS <.0001 Travail de la mère Non précisé * * 7 Travaille 96.7 87.1 447 Ne travaille pas 95.6 87.5 1810 P NS <.0001 TOTAL 95.8 87.4 2264 Parmi les mères ayant répondu à cette question sur l’allaitement de l’enfant, 95.8% ont allaité leur enfant ; cette proportion chute à 87.4% lorsque cet allaitement a eu lieu dans l’heure qui suit l’accouchement. Cette pratique d’allaitement au sein dans l’heure qui suit l’accouchement, est significativement plus fréquente en milieu rural ; elle est cependant moins fréquente chez les mères de niveau universitaire, et celles qui n’exercent pas une profession 64 3-2 Prévalence de l’allaitement maternel au sein chez les enfants âgés de moins de 6 mois Parmi les 310 enfants âgés de moins de 6 mois, 95,4% ont été allaités au sein. La prévalence de l’allaitement maternel exclusif est de 6,2% ; 48,1% des enfants de moins de 6 mois ont bénéficié d’un allaitement maternel avec un apport d’eau de boisson. Tableau NU.2.1 Prévalence de l’Allaitement Maternel Exclusif chez les enfants âgés de moins de 6 mois, Tunisie-2006 Allaitez-vous encore l'enfant Allaitement exclusif Lait maternel & eau TOTAL % % % effectif Sexe Masculin 97.5 6.7 47.6 183 féminin 92.6 5.4 48.8 127 p 0.0441 NS NS milieu urbain 95.4 6.7 45.5 202 rural 95.6 5.2 52.8 108 Région KASSERINE * * * 17 SIDI BOUZID * * * 19 KAIROUN * * * 18 GRAND TUNIS 94.7 11.1 37.8 68 NORD EST 92.4 0.0 59.6 51 CENTRE EST 97 11.2 38 61 SUD EST * * * 23 SUD OUEST * * * 12 NORD OUEST (97.3) (2.7) (48.2) 41 p NS NS NS Niveau d'éducation de la mère Non précisé * * * 7 non scolarisée 96.3 3.5 53.4 52 primaire 94.9 10.3 50.5 120 secondaire cycle 1 (95.7) (3.5) (45.3) 31 secondaire cycle 2 93.1 2.3 40.1 71 université (100) (7.8) (46.7) 29 p NS NS NS Travail de la mère Non précisé 92.7 5.0 55.2 159 Travaille (94.4) (5.1) (18.9) 35 Ne travaille pas 99.7 8.1 47 116 p 0.0325 NS 0.0046 TOTAL 95.4 6.2 48.1 310 La prévalence de l’allaitement maternel en bas âge a atteint depuis quelques années des niveaux très satisfaisants. C’est ainsi que selon l’enquête nationale sur la diarrhée menée par la DSSB en 1992, 94,5% des enfants de moins de 4 mois étaient allaités au sein. Cette prévalence était de 93,8% selon l’enquête PAPCHILD menée en 1994-95. 65 La prévalence de l’allaitement maternel exclusif pour les enfants de moins de 6 mois est relativement faible ; elle a nettement baissé par rapport à l’année 2000 (6,2% vs 46,5% en 2000). Il est difficile de parler d’une régression proprement dite de cette prévalence, du fait que l’enquête MICS 2 a été mené en hiver ; alors que l’enquête MICS 3 a été conduite en pleine saison estivale. Du fait de la chaleur, les mères donnaient à leurs nourrissons de l’eau. Il serait ainsi utile, d’ajuster les messages éducatifs dans ce sens, et les orienter vers la suffisance du lait maternel même lors des saisons à température élevée. 3-3 statuts d’allaitement au sein Le Tableau NU.3, résume la distribution des enfants selon leur statut d’allaitement au sein, basé sur la déclaration de la mère (ou la personne qui a répondu au questionnaire) concernant la consommation des d'enfants des liquides et des aliments au cours des 24 heures précédant l'entrevue. Parmi les enfants âgés entre 6 et 9 mois, 61.1% sont encore allaités au sein et reçoivent en plus du lait maternel une alimentation solide ou semi solide. Pour ce qui est des enfants âgés entre 12 et 15 mois, uniquement 48.1% sont encore allaités au sein. Cette proportion chute à 15.4% chez les enfants âgés entre 12 et 23 mois. La proportion de continuation de l’allaitement maternel entre 20 et 23 mois ne varie pas significativement selon le sexe et le milieu. Cependant, il existe une tendance à la signification selon la région ; la proportion est faible au Nord Est (8%), elle est nulle au Centre Est. De même, selon le niveau de scolarisation, les proportions les plus élevées sont observées parmi les femmes n’ayant pas été à l’école ou n’ont pas dépassé le cycle du primaire. Tableau NU.3:Allaitement maternel : Pourcentage des enfants selon leur statut d'allaité au sein, aux différents groupes d'âge, Tunisie, 2006 enfants âgés entre 0-3 mois allaitement mat exclusif enfants âgés entre 0-5 mois allaitement mat exclusif enfants âgés entre 6-9 mois, recevant en plus de l’allait mat une alimentation solide enfants âgés entre 12-15 mois, encore allaité au sein enfants âgés entre 20-23 mois, encore allaité au sein % effectif % effectif % effectif % effectif % effectif milieu urbain 8.6 157 6.7 202 61.2 119 43.7 134 14.6 135 rural 7.4 76 5.2 108 61.0 60 55.7 77 17.0 62 p NS NS NS 0.09 NS Région KASSERINE 3.5 12 2.4 17 61.6 8 67.7 9 25.4 11 SIDI BOUZID 7.3 16 6.0 19 69.1 13 45.3 9 14.5 8 KAIROUN 10.8 10 5.8 18 75.2 11 56.8 17 13.6 17 GRAND TUNIS 14.4 52 11.1 68 52.2 43 31.6 40 22.2 54 NORD EST 0.0 37 0.0 51 49.7 28 44.4 41 8.0 29 CENTRE EST 14.4 48 11.2 61 73.2 38 36.8 39 0.0 30 SUD EST 6.1 18 4.6 23 50.8 17 61.6 26 16.8 20 66 SUD OUEST 0.0 9 0.0 12 58.2 11 78.8 10 10.8 11 NORD OUEST 3.4 32 2.7 41 77.0 12 60.9 21 30.3 17 p NS NS NS 0.05 0.13 sexe 141 183 92 107 95 masculin 8.8 0 6.7 0 57.5 0 46.4 0 12.9 0 féminin 7.4 92 5.4 127 65.0 87 49.8 105 17.6 103 p NS NS NS NS NS Niveau scolaire de la mère Non précisé 4 non scolarisée 4.8 38 3.5 52 60.9 29 60.3 46 27.5 33 primaire 13.9 89 10.3 120 60.7 75 44.0 82 22.1 78 secondaire cycle 1 5.6 19 3.5 31 55.9 20 29.6 27 0.0 29 secondaire cycle 2 3.0 54 2.3 71 67.1 36 45.7 38 8.6 33 université 8.7 26 7.8 29 68.9 13 77.0 15 3.3 19 p 0.17 0.17 NS 0.01 0.004 TOTAL 8.2 233 6.2 310 61.1 179 48.1 212 15.4 197 La durée médiane de l’allaitement maternel chez les enfants âgés de plus de 12 mois, calculée à l’aide de la méthode KAPLAN MEIER se situe à 15 mois ; Par ailleurs 75% des enfants ayant été allaités au sein le sont encore à l’âge de 9 mois et 25% le sont encore à l’âge de 23 mois. Cette courbe est quasi superposable à celle observée dans l’enquête MICS 2 –2000. Gr 40 Continuation de l’allaitement maternel selon l’age de l’enfant Continuation de l'allaitement maternel selon l'âge de l'enfant arrêt Censure 0 5 10 15 20 25 30 35 âge de l'enfant 0.0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 1.0 % d e co nt in ua tio n de l' AM 67 Cette durée médiane est assez proche de la durée moyenne calculée dans l’enquête PAP CHILD (15,29 mois) en utilisant une méthode indirecte (durée moyenne = Prévalence/incidence). 3-4 Enfants adéquatement allaités Le caractère adéquat de l'alimentation des enfants de moins de 12 mois est résumé dans le tableau NU.4. Concernant les critères de ce caractère adéquat de l’alimentation, ils varient selon l’âge de l’enfant. Pour les enfants âgés entre 0-5 mois, l'allaitement exclusif est considéré comme un mode alimentaire adéquat. Entre 6 et 8 mois, les enfants devraient recevoir en plus du lait maternel, une nourriture complémentaire au moins deux fois par jour. Entre 9-11 mois les enfants devraient recevoir en plus du lait maternel, une nourriture complémentaire au moins trois fois par jour. Selon ces derniers critères, uniquement 25.2% des enfants de moins d’un an sont considérés bénéficiant d’une alimentation adéquate. Il n’a pas été mis en évidence de différence significative selon le milieu et le sexe ; par contre une association significative a été observé avec la région, la proportion la plus élevée a été notée au Sud Ouest (39.0%) et la proportion la plus faible au Nord Est (13.0%). Une tendance à la signification a été observée avec le niveau d’éducation de la mère ; les mères d’un niveau universitaire ont tendance à mieux nourrir leurs enfants (34.8%). Tableau NU4. Allaitement adéquat de l'enfant: Pourcentage des enfants âgés entre 6-11 mois, ayant été allaité au sein et ayant reçu une alimentation solide ou semi solide selon le minimum recommandé, Pourcentage des enfants adéquatement allaités, Tunisie, 2006 enfants de 0-5 mois, allaitement maternel exclusif 6-8 mois ayant reçu du lait maternel et une alimentation complémentaire au moins 2 fois au cours des 24 dernières heures 9-11 mois ayant reçu du lait maternel et une alimentation complémentaire au moins 3 fois au cours des 24 dernières heures 6-11 mois ayant reçu du lait maternel et une alimentation complémentaire selon le minimum recommandé du nombre de fois par jour* 0-11 mois adéquateme nt allaités** % % % % % effectif Milieu Urbain 6.7 58.6 35.3 45.6 26.4 410 rural 5.2 45.5 36.4 39.9 22.9 221 P NS 0.15 NS NS NS Région KASSERINE (2.4) (48.5) (27.1) (36.3) (16.9) 31 SIDI BOUZID (6.0) (46.0) (34.7) (40.0) (22.9) 38 KAIROUN (5.8) (59.0) (64.8) (63.0) (36.9) 39 GRAND TUNIS 11.1 50.6 29.0 38.4 24.9 138 NORD EST 0.0 24.9 32.3 28.8 13.4 96 CENTRE EST 11.2 78.5 24.8 47.7 31.5 137 SUD EST (4.6) (51.4) (40.2) (46.6) (26.7) 49 SUD OUEST (0.0) (64.6) (60.5) (62.1) (39.0) 32 NORD OUEST 2.7 53.2 41.1 44.2 20.7 72 P NS 0.04 0.13 0.16 0.02 sexe masculin 6.7 55.1 37.2 44.6 24.7 348 68 féminin 5.4 53.7 34.1 42.5 25.8 282 P NS NS NS NS NS Niveau scolaire de la mère Non précisé * * * * * 18 non scolarisée 3.5 53.8 29.3 38.7 22.0 109 primaire 10.3 59.4 37.0 47.0 29.0 245 secondaire cycle 1 3.5 42.2 34.4 36.5 23.2 78 secondaire cycle 2 2.3 50.3 30.4 40.3 19.0 127 université 7.8 69.0 62.9 65.4 34.8 54 P 0.17 NS NS 0.13 0.10 TOTAL 6.2 54.4 35.7 43.6 25.2 631 La figure NU.3 résume la tendance selon l’âge des différents modes d’allaitement. L’allaitement maternel avec un apport d’eau uniquement, ainsi que l’allaitement maternel avec un complément nutritionnel, occupent une place relativement importante au cours des premiers mois de la vie. Gr 41 Type d’allaitement selon l’age : Distribution de la proportion d’enfants de moins de 3 ans selon le type d’allaitement et par groupe d’age MICS 2006 3-5 Faible poids de naissance Le poids à la naissance est un bon indicateur, non seulement pour la santé de la mère et son statut nutritionnel, mais aussi reflétant les chances du nouveau-né, pour survivre, pour sa croissance, pour sa santé à long terme et son t développement psychosocial. Le faible poids de la naissance (moins de 2,500 grammes) traduit des risques graves pour la santé de l'enfant. Le faible poids de naissance représente un problème majeur de santé publique aussi bien dans les pays en développement que dans les pays développés. Les deux principaux mécanismes responsables de ce faible poids à la naissance sont essentiellement la durée de la gestation et le degré de croissance intra-utérine. Ces deux mécanismes affectent aussi bien la mortalité infantile, néo-natale, post-néonatale et fœtale. Parmi 2279 nouveaux nés 97,5% ont été pesés, et pour 85.1% d’entre eux le poids à la naissance a été relevé à partir du carnet de santé. La prévalence des enfants dont le poids à la naissance est inférieur à 2500 g, a été estimée à 5.3%. Tableau NU.8 : Pourcentage des enfants de faible poids à la naissance, Tunisie, 2006, l'enfant a été pesé à sa naissance poids du nouveau né relevé du carnet Faible poids à la naissance TOTAL % % % n Région KASSERINE 98,8 89,9 4,8 109 SIDI BOUZID 96,3 77 9,4 109 KAIROUN 96 80,7 7,2 142 69 GRAND TUNIS 98,2 81,9 5,2 506 NORD EST 99,3 92,5 3,6 339 CENTRE EST 100 78,3 3,7 464 SUD EST 89,3 85,8 5,6 222 SUD OUEST 97,1 85,8 6,2 131 NORD OUEST 96,4 96,7 7,9 256 p NS milieu urbain 98 82,4 4,5 1438 rural 96,5 90,1 6,9 841 p 0.02 Age de la femme 15-24 98 89,3 3,8 200 25-34 97,3 85,8 5,5 1234 35-49 97,8 82,7 5,2 844 p NS Niveau scolaire de la mère non précisé * * * non scolarisée 96,5 90,9 7,3 520 primaire 97 85 5,5 892 secondaire cycle 1 99,3 88,4 5,4 250 secondaire cycle 2 98 82,5 2,5 449 université 99 72,7 6,2 168 p 0.04 Travail de la mère non précisé * * * 7 Travaille 98,5 80 4,4 451 Ne travaille pas 97,3 86,3 5,5 1821 p NS TOTAL 97,5 85,1 5,3 2279 Cette dernière proportion est assez proche de celle rapportée dans l’enquête mics2 2000 (5.4%) et aussi dans l’enquête sur les faibles poids à la naissance menée au CHU de Monastir pour la période 1995 – 1997 (5,6%). Il n’a pas été mis en évidence de différence significative selon la région, selon l’âge de la mère, et selon l’exercice par la mère d’une profession. Cependant, la prévalence est significativement plus élevée en milieu rural (6.9% vs 4.5% p=0.02), et il existe une association significative avec le niveau de scolarisation de la mère. Les prévalences les plus élevées ont été observes chez les enfants dont la mère n’a pas été scolarisée (7.3%), ou au contraire, de niveau universitaire (6.2%). 70 4 Santé de l’enfant 4-1 Vaccination En Tunisie, le programme national de vaccination a été élaboré dès 1979. Ses principaux objectifs sont : • L’amélioration de la couverture vaccinale, grâce notamment à l’éducation sanitaire encourageant les mères à vacciner leurs enfants. • L’amélioration de la qualité des vaccinations pratiquées dans les structures de la santé publique par l’organisation de la chaîne de froid et le recyclage du personnel en terme de technique de vaccination. • L’intégration des vaccinations aux activités essentielles des CSB. • Couverture vaccinale chez les enfants âgés de 12 – 23 mois • Pour les quatre vaccins BCG, DTCP3, HIB3, HVB3, la couverture vaccinale est très satisfaisante, dépassant les 97%. Des progrès sensibles ont été enregistrés notamment pour la prise de la troisième dose d’HVB. Tableau CH1. Couverture vaccinale chez les enfants âgés de 12 à 23 mois, Tunisie, 2006 BCG DTCP3-HIB3 HVB3 ayant pris complètement les 4 vaccins BCG HIB DTCP HVB TOTAL % % % % effectif milieu urbain 99.1 99.8 99.8 98.9 384 rural 97.7 99.3 98 95.4 211 p NS NS 0.01 0.007 Région KASSERINE 96.9 95.6 92.7 88.1 32 SIDI BOUZID 98.7 100 100 98.7 25 KAIROUN 97.7 100 98.6 96.3 48 GRAND TUNIS 98.6 100 100 98.6 126 NORD EST 98.7 100 98.7 97.4 99 CENTRE EST 100 100 100 100 101 SUD EST 98.7 100 100 98.7 70 SUD OUEST 97.7 98.5 98.5 96.2 40 NORD OUEST 97.8 100 100 97.8 54 p NS 0.01 0.009 0.02 sexe masculin 98.2 99.6 99.3 97.6 302 féminin 99 99.7 99 97.8 293 p NS NS NS NS Niveau de scolarisation de la mère non précisé * * * * 11 non scolarisée 98.2 99.2 98.1 96.3 121 primaire 98.3 99.5 98.9 97 231 71 secondaire cycle 1 98.9 100 100 98.9 79 secondaire cycle 2 98.6 100 100 98.6 105 université 100 100 100 100 47 p NS NS NS NS TOTAL 98.6 99.7 99.2 97.7 595 • C’est le gouvernorat de Kasserine qui accuse encore un retard assez marqué par rapport aux autres régions ; ainsi, la couverture vaccinale par les quatre vaccins est uniquement de 88% dans ce gouvernorat. 4-1 -1 Couverture vaccinale chez les enfants âgés de 24 – 35 mois La couverture vaccinale chez les enfants âgés de 24 à 35 mois est également satisfaisante. Il persiste un certain retard pour Kasserine et Kairouan ; toutefois, la situation s’est sensiblement améliorée à Kasserine, à Kairouan et à Sidi Bouzid par rapport à l’année 2000. C’est ainsi que la couverture vaccinale par tous les vaccins (BCG, DTCP3, HIB3, HVB3, Rougeole) est passée de 81.5% à 89.9% à Kairouan, de 79.4% à 90.2% à Kasserine et de 80.8% à 97.4% à Sidi Bouzid. Tableau CH2. Couverture vaccinale chez les enfants âgés de 24 à 35 mois, Tunisie, 2006 BCG DTCP3 HBV3 rougeole Vaccination contre la rougeole dans le secteur privé Ayant pris tous les vaccins BCG DTCP3 HBV3 HIB3 Rougeole DTCPR TOTAL % % % % % % % effectif milieu urbain 96.8 100 99.7 99.3 9.1 95.8 99.4 395 rural 98 99.5 97.3 97.1 1.2 94.4 96.1 207 p NS NS 0.005 0.04 0.004 NS 0.004 Région KASSERINE 95.7 98.7 94.5 97.3 0 90.2 93.4 34 SIDI BOUZID 98.8 100 98.6 100 0 97.4 99 32 KAIROUN 95.4 98.7 98.7 94.6 2.5 89.9 96 41 GRAND TUNIS 94.2 100 100 100 11.4 94.2 98.9 138 NORD EST 98.8 100 98.8 100 10.9 97.7 100 89 CENTRE EST 98.1 100 97.6 96 7.9 94 97.6 119 SUD EST 98.2 100 100 100 3.5 98.2 100 54 SUD OUEST 97.8 100 100 100 0 97.8 100 34 NORD OUEST 100 100 100 98.4 1.9 98.4 96.8 62 p NS NS NS 0.04 0.03 NS NS sexe masculin 97.5 100 99.4 99.9 6.8 96.9 99.2 326 féminin 96.9 99.7 98.3 97 5.5 93.5 97.1 276 p NS NS NS 0.002 NS 0.05 0.05 Scolarisation de la mère non scolarisée 97.4 99.2 98.5 98.3 1 95 96.3 126 primaire 97.4 100 99.5 99.5 2.3 96.6 99.8 207 secondaire cycle 1 98 100 96.2 96.2 5.6 94.2 96.2 75 secondaire cycle 2 97.4 100 99.2 97.8 7.3 94.3 99.3 131 72 université 100 100 100 100 38 100 96.5 45 p NS NS NS NS <.0001 NS 0.06 TOTAL 97.2 99.8 98.9 98.5 6.2 95.3 98.3 602 4-1-2 Couverture vaccinale des enfants à leur premier anniversaire Pour 90.4% des enfants des enfants âgés de 24 à 35 mois, les prises des vaccins BCG, DTCP3 et HVB3 se font avant le premier anniversaire. Il n’existe pas de variation significative selon les paramètres sociodémographiques. Des progrès assez marqués ont été enregistrés aux trois gouvernorats de Kasserine, Kairouan et Sidi Bouzid, notamment pour HVB3 avant le premier anniversaire. La couverture pour ce vaccin, est passée de 72.7% à 92.7% à Kairouan, de 65.8% à 93% à Kasserine, et de 76.3% à 92.6% à Sidi Bouzid. Tableau CH3. Couverture vaccinale avant l'âge d'un an (données prises sur les âgées de 24 à 35 mois) MICS 2006 BCG DTCP3 et Hib3 avant un an HVB3 avant un an les 4 vaccins avant un an TOTAL % % % % effectif milieu urbain 96.8 97.6 94.9 90.2 395 rural 98 97.8 94.5 91 207 p NS NS NS NS Région KASSERINE 95.7 97.3 93 88.7 34 SIDI BOUZID 98.8 98.6 92.6 90 32 KAIROUN 95.3 97.4 92.7 86.7 41 GRAND TUNIS 94.2 95.3 93.8 85.7 138 NORD EST 98.8 100 94.4 93.2 89 CENTRE EST 98.1 98 95.7 91.8 119 SUD EST 98.2 98.6 95.3 92.2 54 SUD OUEST 97.8 100 98.2 95.9 34 NORD OUEST 100 96.5 97.1 93.6 62 p NS NS NS NS sexe masculin 97.5 98.5 93.8 90.4 326 féminin 96.9 96.7 96 90.5 276 p scolarisation de la mère non scolarisée 97.4 94.8 93.6 87.8 126 primaire 97.4 98.5 95.8 91.9 207 secondaire cycle 1 98 97.8 92.1 90.1 75 secondaire cycle 2 97.4 97.9 94.1 89.3 131 université 100 100 97.9 97.9 45 p NS NS NS NS TOTAL 97.2 97.6 94.8 90.4 602 73 En conclusion, les niveaux de couverture vaccinale ont déjà atteint depuis quelques années des niveaux satisfaisants. Des progrès substantiels ont été enregistrés dans les gouvernorats du Centre Ouest, grâce notamment à la politique de ciblage de ces gouvernorats et le développement des circonscriptions sanitaires. 4-2 Les diarrhées de l’enfant Le programme de lutte contre les maladies diarrhéiques a été mis en place en Tunisie dans les années quatre vingt. Ce programme a permis de réduire sensiblement les formes graves de la maladie. 4-2-1 Prévalence de la diarrhée au cours des 15 jours précédant le passage des enquêteurs Parmi les 3053 enfants ayant été enquêtés, 14,6% ont présenté une diarrhée aiguë au cours des 15 jours précédant l’enquête qui s’est déroulée au cours des mois de Juin Juillet 2006, soit 2.96 épisodes/enfant/an. Pour calculer le nombre d’épisodes par enfant et par an, nous nous sommes basés sur la répartition proportionnelle selon les mois de l’année des cas de diarrhée notifiés dans les CSB en 2005 ; cette répartition montre que la proportion des épisodes de diarrhée au cours des mois de Juin –Juillet représente 20% de l’ensemble des épisodes de l’année. Le nombre d’épisodes par enfant et par an était de 1.97 au cours de l’année 2000 (source : enquête MICS 2- 2000), et de 2,8 en 1992 (Enquête d’évaluation LAD 1992). La prévalence varie selon les régions socio-économiques ; les prévalences les plus élevées sont observées à Kasserine (19.5%), suivie de la région du Nord Ouest (17.8%), de la région du Nord Est (16.8%) ; par contre la prévalence la plus faible a été enregistrée dans la région du Sud Est (9.7%). La prévalence est légèrement plus fréquente chez la fille (15.1% vs 14.2% p=0.04) ; cependant la prévalence de la diarrhée est significativement plus élevée entre 6 et 11 mois (29.0%), et à un degré moindre entre 12 et 23 mois (23.2%). 74 Tableau CH,5: Traitement par réhydratation orale: Pourcentage des âgés de 0-59 mois présentant de la diarrhée dans les deux dernières semaines et traités avec solution du réhydratation orale (ORS) ou autre traitement de réhydratation orale (ORT), Tunisie, 2006 diarrhée SRO Solution préparée à domicile recommandée autre solution de réhydratati on pas de traitement Taux d'utilisation de la TRO * TOTA L % n % % % % % effecti f Milieu urbain 13,7 1926 57,6 17,3 29,1 25,6 74,4 264 rural 16,1 1127 50,1 13,8 29,6 25,7 74,3 181 p 0,07 0,12 NS NS NS NS Région KASSERINE 19,5 159 54,1 11 34,7 18 82 31 SIDI BOUZID 12,3 155 38,4 22,6 21,7 38,3 61,7 19 KAIROUN 16 209 45,2 10,1 32,7 29,2 70,8 33 GRAND TUNIS 16,1 683 60,7 17,1 32,9 24,8 75,2 110 NORD EST 16,8 440 52,8 23,4 35 16,6 83,4 74 CENTRE EST 11,5 610 49,7 6,9 19,7 37,5 62,5 70 SUD EST 9,7 286 54,1 32,3 18,3 21,2 78,8 28 SUD OUEST 12,2 179 66 15,3 26,1 22,8 77,2 22 NORD OUEST 17,8 333 58,1 11,1 31 25,4 74,6 59 p 0,0085 NS 0,04 NS NS NS sexe masculin 14,2 1624 59,2 17 29,6 23 77 231 féminin 15,1 1428 49,7 14,7 29,1 28,5 71,5 216 p 0,04 NS 0,12 NS NS NS Age 0-5 mois 12,9 310 34,8 22,5 33,9 40,2 59,8 40 6-11 mois 29 320 55,6 13,2 35,1 22,2 77,8 93 12-23 mois 23,2 577 62,2 18,6 29,6 17,7 82,3 134 24-35 mois 13,6 609 62 16,5 30,3 22,7 77,3 83 36-47 mois 8,3 616 51,4 12,6 25,5 28,3 71,7 51 48-59 mois 7,4 621 37,7 10,4 15,4 45,4 54,6 46 p <,0001 0,005 NS NS 0,0017 0,0017 TOTAL 14,6 3053 54,6 15,9 29,3 25,6 74,4 446 4-2-2 Qualité de la réhydratation orale diarrhéique au cours de l’épisode L’alimentation et la réhydratation de l’enfant au cours et même en dehors de l’épisode diarrhéique sont deux facteurs pronostiques très importants dans l’évolution des diarrhées de l’enfant. La réhydratation de l’enfant présente un rapport coût efficacité très élevé et une bonne alimentation de l’enfant permet de prévenir l’évolution vers la malnutrition. 75 Parmi les enfants, ayant présenté une diarrhée au cours des 15 jours précédents, 54.6% ont bénéficié d’un apport de réhydratation par le biais des sachets SRO, et 15.9% par le biais d’une solution domestique (11.2% ont reçu les deux solutés) ; 29.3% ont eu une autre solution et 25.6% n’ont pas bénéficié d’une réhydratation. L’utilisation de la TRO a été observée dans 74.4% ; alors que ce taux était de 94.8% en 2000 (source MICS 2-2000). L’utilisation des SRO varie selon l’âge de l’enfant ; cette utilisation est la plus faible parmi les enfants âgés de moins de 6 mois et de plus de 47 mois. L’utilisation des solutions domestiques est significativement plus fréquente dans la région du Sud Est (32.3%) ; elle est nettement moins fréquente dans la région du Centre Est (6.9%). La qualité de la réhydratation n’est pas associée significativement avec le niveau de scolarisation de la mère. Tableau CH,5,1 : Traitement par réhydratation orale: Pourcentage des âgés de 0-59 mois présentant de la diarrhée dans les deux dernières semaines et traités avec solution du réhydratation orale (ORS) ou autre traitement de réhydratation orale (ORT), Tunisie, 2006, diarrhée SRO Solution préparée à domicile recommandée autre solution de réhydratatio n pas de traitement Taux d'utilisation de la TRO * TOTAL % n % % % % % effectif Niveau scolaire de la mère Non précisé 17,6 69 * * * * * 69 non scolarisée 15,5 673 53,1 12,9 30,3 24 76 673 primaire 14,2 1159 53,4 16,5 28,3 27,5 72,5 1159 second cycle 1 18,1 334 (65,4) (17,6) (19,7) (26,8) (73,2) 334 seconde cycle 2 14 588 52,6 17,1 34,4 19 81 588 université 10,3 231 * * * * * 231 p 0,11 NS NS NS NS NS TOTAL 14,6 3053 54,6 15,9 29,3 25,6 74,4 3053 4-2-3 Prise en charge de la diarrhée à domicile Parmi les enfants diarrhéiques, 51.4% ont consommé plus d’eau par rapport à d’habitude ; alors que 43.0% ont consommé moins d'eau ou comme d'habitude. Concernant la poursuite de l’alimentation solide, 71.5% des enfants diarrhéiques ont mangé plus ou moins ou comme d'habitude ; alors que 27.1% ont mangé beaucoup moins que d'habitude ou pas du tout. Ainsi, un traitement adéquat de la diarrhée à domicile a été observé dans 37.2% des cas et que 61.7% des enfants ont bénéficié de TRO ou plus de liquides, associées à une poursuite de l’alimentation solide. Il existe peu de variations de la prise en charge adéquate à domicile de l’épisode diarrhéique selon les régions, selon le milieu, et le sexe. Par contre, il existe une différence significative selon l’âge ; les enfants âgés de 6 à 35 mois, observent les taux les plus élevés, autour de 42%. 76 La consommation de plus d’eau que d’habitude augmente avec le niveau de scolarisation de la mère, passant de 33.9% chez les enfants de mère n’ayant pas été scolarisées à 70.2% chez les mères d’un niveau universitaire (p=0.0003). Similairement, la proportion des enfants ayant été pris en charge correctement à domicile est la plus faible parmi les enfants de mère n’ayant pas été scolarisées ou n’ayant pas dépassé le cycle primaire. Tableau CH.6: Prise en charge à domicile de la diarrhée .Pourcentage d'enfants âgés 0-59 mois ayant présenté dans les deux semaines précédant l'enquête de la diarrhée, ayant pris plus de fluides augmentés et ayant poursuivi leur alimentation au cours de l'épisode, Tunisie,2006. diarrhée enfants diarrhéiques ayant consommé plus d'eau enfants diarrhéique s ayant consommé moins d'eau ou comme d'habitude enfants diarrhéique s ayant mangé plus ou moins ou comme d'habitude enfants diarrhéique s ayant mangé beaucoup moins ou pas du tout traitemen t de la diarrhée à domicile TRO ou plus de liquides+ aliments solides TOTA L % n % % % % % % effectif Milieu urbain 13.3 1926 55.1 37.3 70.3 28.6 39.8 61.2 264 Rural 15.8 1127 46.1 51.4 73.4 24.9 33.3 62.5 181 P 0.0718 0.0609 0.0034 NS NS NS NS Région KASSERINE 19.4 159 28.5 71.5 80.7 19.3 24.3 71.5 31 SIDI BOUZID 11.7 155 40.3 55.4 79.9 18.2 26 60 19 KAIROUN 15.7 209 46.5 49.7 62.2 35.9 34.7 49.6 33 GRAND TUNIS 15.8 683 53.8 34.5 71.8 26.8 41 68.6 110 NORD EST 16.1 440 61.6 37 67.1 32.9 39.5 60.4 74 CENTRE EST 11 610 (46.9) (50) (79) (17.9) (38.5) (55.7) 70 SUD EST 9.5 286 (42) (49.3) (76.4) (20.7) (33.1) (70.1) 28 SUD OUEST 11.6 179 (68.8) (22.5) (76.9) (20.7) (51.8) (71.4) 22 NORD OUEST 17.7 333 56 40.3 61.3 38.7 34 52.5 59 P 0.0085 0.0485 0.0051 NS NS NS NS Sexe masculin 13.7 1624 51.1 45.2 75.7 22.9 40.6 68 231 féminin 14.8 1428 51.8 40.7 67.1 31.6 33.6 54.9 216 P NS NS NS 0.0452 0.0416 NS 0.0046 Age (mois) 0-5 mois 12.9 310 (37.5) (54.9) (58.5) (39.2) (21.4) 42.5 40 6-11 mois 29 320 57.2 37.2 70.5 28 42.9 64.3 93 12-23 mois 23.2 577 60.6 36.6 72.7 27.3 41.8 66.4 134 24-35 mois 13.6 609 51.7 42.7 76.2 23.8 42 66.4 83 36-47 mois 8.3 616 41.8 56.7 63.7 36.3 24.2 52.4 51 48-59 mois 7.4 621 (35.7) (48.8) (81.9) (9.9) (32) (61.4) 46 P <.0001 0.0098 0.07 NS 0.03 0.03 0.07 TOTAL 14.2 3053 51.4 43 71.5 27.1 37.2 61.7 446 77 4-3 Les infections respiratoires aiguës 4-3-1 Prévalence des IRA au cours des 15 jours précédant le passage des enquêteurs : Parmi les enfants ayant été enquêtés, 6.1% ont présenté une IRA au cours des 15 jours précédents. Sachant qu’au cours de l’année 2005, le nombre d’épisodes d’IRA au cours des mois de Juin et de Juillet représente 16% du total des épisodes d’IRA en 2005, le nombre d’épisodes par enfant et par an serait de 1.56 épisodes/enfant/an. Ce nombre était de 7.7 épisodes par enfant et par an en 2000 (MICS 2 – 2000). Il existe peu de variations selon le milieu et le sexe. Cependant, des variations ont été observées selon la région ; la prévalence la plus élevée a été observée dans la région du Nord Ouest (11.6%). Tableau CH.7: Prévalence des infections respiratoires aiguës au cours des 15 jours précédant l'enquête - Prise en charge des infections respiratoires aiguës, selon le milieu, la région, le sexe et l'âge, Tunisie, 2006 Infection respiratoire aiguë au cours des 15 jours précédents recours aux soins pour IRA hôpital Centre de santé- public cabinet privé pharmacien autre recours approprié médicament % effectif % % % % % % % % effectif Milieu Urbain 6.3 1925 75.1 38.9 5.3 22.3 11.0 1.3 63.9 85.4 122 rural 5.6 1127 53.7 28.9 15.1 6.5 1.8 4.8 48.2 73.4 63 P NS 0.0032 0.17 0.03 0.007 0.03 0.15 0.04 0.04 Région KASSERINE 2.8 159 * * * * * * * * 4 SIDI BOUZID 2.7 155 * * * * * * * * 4 KAIROUN 3.9 209 * * * * * * * * 8 GRAND TUNIS 10.2 683 (71.6) (43.2) (5.2) (15.7) (9.7) (0.0) (61.9) (82.4) 69 NORD EST 6.0 440 * * * * * * * * 26 CENTRE EST 3.0 610 * * * * * * * * 18 SUD EST 3.5 286 * * * * * * * * 10 SUD OUEST 3.1 179 * * * * * * * * 6 NORD OUEST 11.6 333 (61.7) (35.6) (8.0) (10.3) (11.1) (2.7) (51.3) (72.7) 39 P <.0001 NS NS NS 0.03 NS NS 0.13 NS Sexe Masculin 6.1 1624 64.6 34.9 9.5 17.5 5.3 1.7 59.6 79.1 100 féminin 6.0 1428 71.5 36.2 7.6 16.3 10.8 3.4 57.4 84.0 85 P NS NS NS NS NS 0.16 NS NS NS Age 0-5 mois 4.4 310 * * * * * * * * 14 6-11 mois 9.8 320 (60.1)(28.8) (0.0) (24.1) (7.2) (1.1) (52.9) (81.8) 31 12-23 mois 7.2 577 (76.1)(36.6)(17.2)(14.5) (7.7) (3.4) (65.9) (92.4) 41 24-35 mois 6.6 609 (58.1)(33.1)(11.1) (3.4) (11.4) (0.0) (46.8) (77.5) 40 36-47 mois 5.9 616 (70.8)(36.1) (5.9) (18.9) (8.8) (6.4) (55.5) (77.3) 36 48-59 mois 3.6 621 * * * * * * * * 23 P 0.004 NS NS 0.11 0.06 NS NS NS 0.09 TOTAL 6.1 3053 67.8 35.5 8.6 16.9 7.9 2.5 58.6 81.3 185 78 Cette prévalence varie aussi selon l’âge, la prévalence la plus élevée a été observée dans la tranche d’âge « 06-11 mois » (9.8%), puis cette prévalence observe une baisse pour les âges plus élevés. La prévalence varie également selon le niveau de scolarisation de la mère ; la prévalence la plus élevée a été observée parmi les enfants dont la mère n’a pas été à l’école (8.4%) ; alors que la prévalence la plus faible a été observée parmi les enfants dont la mère est de niveau universitaire (1.6%). 4-3-2 Prise en charge des infections respiratoires aiguës Parmi les enfants ayant présenté un épisode d’IRA au cours des 15 jours précédant l’enquête, 67.8% ont bénéficié d’un recours aux soins quel qu’en soit la nature. Ce recours est qualifié d’approprié dans 58.6%. Le recours à l’hôpital a été rapporté dans 35.5% des cas, le recours au CSB dans uniquement 8.6% des cas, à un cabinet privé dans 16.9% des cas, au pharmacien dans 7.9% des cas. La prise de médicaments a été rapportée dans 81.3% des cas. Tableau CH.7.1: Prévalence des infections respiratoires aiguës au cours des 15 jours précédant l'enquête -Prise en charge des infections respiratoires aiguës, selon le niveau de scolarisation de la mère, Tunisie, 2006 Infection respiratoire aiguë au cours des 15 jours précédents recours aux soins pour IRA hôpital Centre de santé- public cabinet privé pharmacien autre recours approprié médicament % effectif % % % % % % % % effectif Niveau scolaire de la mère Non précisé 4.5 * * * * * * * * * 3 Non scolarisée 8.4 673 53.6 28.7 9.5 11.6 8.6 1.7 46.4 69.5 56 primaire 6.1 1159 73.7 38.9 11.0 12.4 10.2 3.7 60.4 85.8 71 secondaire cycle 1 5.9 334 70.0 39.9 10.4 26.2 0.0 0.0 70.0 86.7 20 secondaire cycle 2 5.3 588 (85.8) (45.0) (2.5) (29.7) (5.3) (3.3) (77.2) (94.7) 31 université 1.6 * * * * * * * * * 4 p 0.02 NS NS 0.07 NS NS 0.05 0.009 TOTAL 6.1 3053 67.8 35.5 8.6 16.9 7.9 2.5 58.6 81.3 185 * La distribution des pourcentages relatifs aux variables sur la prise en charge des IRA, selon les variables socio Démographiques est donnée à titre indicatif, car les effectifs sont faibles Concernant le recours aux soins, qualifié d’approprié, des différences ont été observées selon le milieu ; la fréquence de ce recours en milieu urbain, dépasse le double de celle en milieu rural (63.9% vs 48.2% p=0.04). Il en est de même pour la prise des médicaments. 4-3-3 Connaissances des symptômes de gravité chez l’enfant Parmi les mères interrogées 52.5% connaissent au moins deux symptomes de gravité chez l’enfant devrant faire conduire d’urgence l’enfant chez le médecin. Cette proportion était de 80% en 2000 (Enquête MICS 2 – 2000). C’est la fièvre qui alerte le plus souvent les mères (91.2%). 79 Tableau CH8.Niveau de connaissances des mères des symptômes de gravité chez l'enfant, Tunisie, 2006 ne peu ni boire ni téter le sein e sa mère l'enfant s'aggrave Fièvre respire rapidemen t respire difficilemen t sang dans les selles boit difficilemen t sa maladie a trop duré vomit tout ce qu'il prend convuls e perd connaissanc e autre connaissance d'au moins deux symptomes de gravité TOTA L % % % % % % % % % % % % % effectif Milieu urbain 5.5 27.5 91.8 7.2 14.9 3.9 6.6 8 18.1 3.7 5.6 21.6 53.9 1925 rural 3.6 30.2 90.3 4.6 13.1 3.3 1.9 6.4 12 2.9 5.9 19 50.2 1127 p 0.02 NS NS 0.003 NS NS <.0001 0.09 <.0001 NS NS NS 0.04 Région KASSERINE 1.3 24.3 95.5 1.4 10.2 12.3 1.4 3.1 4.2 0.8 4.8 2.5 47 159 SIDI BOUZID 4 11 93.7 4.3 6.9 0.7 0.7 3.1 10.7 0.2 1.7 32.6 29.8 155 KAIROUN 1.9 7.9 95.8 8.8 12.9 0.7 0 0.5 9.9 0.5 2.4 23.3 35.7 209 GRAND TUNIS 6.5 22.5 90.4 8.6 18.5 4.9 10.7 6.3 19.3 2.5 1.6 18.3 55.5 683 NORD EST 4.7 21.7 91.7 4.8 13.5 4 2.7 13.4 14.1 5.4 6.8 31.7 55.5 440 CENTRE EST 3.9 45.3 92.1 4.7 16.5 0.6 4.3 7.3 18.6 1 7.3 21.5 65.6 610 SUD EST 11.2 37.1 94.4 13.1 18.2 10.2 9.7 13.3 22.2 15.3 21.7 17.4 62.1 286 SUD OUEST 0.3 13.4 96.5 4.2 7 0.7 0.6 4.8 19 3.2 2.6 6.6 38.6 179 NORD OUEST 4.2 42.8 79.3 3.1 8.9 1.3 1.6 6.8 10.5 1.5 2.3 21.1 41.3 333 p <.0001 <.0001 <.0001 <.0001 <.0001 <.0001 <.0001 <.0001 <.0001 <.0001 <.0001 <.0001 <.0001 Niveau de scolarisation de la mère Non précisé 3.1 37.2 74.6 4.6 14.5 0 2.1 6.9 15.5 2.3 3.7 29.4 50.3 69 non scolarisée 3.3 31 88.7 6.5 10 2.7 1.8 5.2 12.3 2.9 5.8 14.9 48.9 673 primaire 5.5 26.5 92.4 6.4 13.9 3.9 4.2 7.7 16.5 2.7 6 19.6 50.2 1159 secondaire cycle 1 7.6 28.7 88.9 8.4 16.4 5.8 11.1 7.7 17 2.4 3.8 22.5 57.4 334 secondaire cycle 2 4.6 27.9 95.6 6.1 17.2 3.8 6.2 10.6 17.9 5.3 6.5 24.4 58.9 588 université 2.9 29.7 90.5 2.5 17.5 3.2 5.6 4.2 16 5.4 5.7 27.8 52 231 p 0.02 NS <.0001 0.08 0.02 NS <.0001 <.0001 0.06 0.02 NS NS 0.009 TOTAL 4.8 28.5 91.2 6.3 14.2 3.7 4.9 7.4 15.8 3.4 5.7 20.7 52.5 3053 80 5 -L'usage de combustible solide Plus de 3 milliards de personnes dans le monde utilisent les combustibles solides (biomasse et charbon) pour leurs besoins d'énergie de base, y compris pour la cuisine et pour le chauffage. L'utilisation de ces principaux des combustibles solides entraîne un niveau élevé à l'intérieur des foyers, un mélange complexe de polluants nocifs pour la santé. Le problème principal avec l'usage de combustibles solides est produit de combustion incomplète, incluant le CO, les hydrocarbures polyaromatiques, le SO2, et autres éléments toxiques. L'usage des combustibles solides augmente les risques des maladie respiratoires aiguës, des pneumonies, les broncho pneumopathies obstructives chroniques, les cancers, et peut-être la tuberculose, le faible poids à la naissance, la cataracte, et l'asthme. L'indicateur principal est la proportion de la population qui utilise des combustibles solides comme première source fondamentale d'énergie domestique pour la cuisson. Une faible minorité des ménages (0.4%) utilisent du combustible solide pour la cuisson. Cette pratique quasi absente en milieu urbain, est observée chez 1.2% des ménages en milieu rural. Tableau CH.9:Utilisation de combustibles solides: Pourcentage des ménages selon l'utilisation du combustible pour la cuisson, Tunisie, 2006 Gaz naturel pour la combustion Gaz propane pour la combustion combustibles solides pour la combustion autre combustible pour la combustion TOTAL % % % % n Milieu Urbain 14.1 84.9 0.0 0.6 5901 Rural 5.2 91.8 1.2 1.7 2780 p <.0001 <.0001 <.0001 <.0001 Région KASSERINE 2.9 95.6 0.6 0.9 313 SIDI BOUZID 1.7 92.3 0.1 6.0 312 KAIROUN 4.3 92.8 0.6 2.3 434 GRAND TUNIS 22.5 77.2 0.0 0.3 2157 NORD EST 15.8 82.1 1.0 1.1 1189 CENTRE EST 3.7 94.7 0.5 0.7 3401 SUD EST 16.9 81.3 0.6 1.0 762 SUD OUEST 19.2 80.8 0.0 0.0 112 p <.0001 <.0001 <.0001 <.0001 TOTAL 11.3 87.1 0.4 1.0 8681 81 La république Tunisienne L’UNICEF Ministère de la Santé Publique L’office National de la Famille et du Planning familial MICS Questionnaire du ménage |__|__| HHA. Le gouvernorat. |__|__|__| HH1 N° de la grappe |__|__| HH2 N° du ménage ……… ………………………………………………………. Nom du chef du ménage HH8 Les visites de l’enquêtrice La dernière visite 3 2 1 |__|__| |__|__| |__|__|__|__| Jour Mois Année La date HH 5 |__|__| Code de l’enquêtrice HH 3 Résultat |__| Résultat HH 9 |__|__| N° de la ligne du répondeur ……… ….… ……… ….… ……… ….… La prochaine visite Date / heure HH10 Code de l’agent de saisi HH16 Agent de saisi Contrôleur du bureau Contrôleur du terrain Le nom |__|__| La date Refus 4 Rempli 1 Il n y a pas une personne adulte 2 Autre 5 Famille absente 3 Code du résultat final Nombre total du |__|__| Nombre du ménage HH11 |___| Nombre des femmes non célibataires (15 et 54) HH12 |___| Nombre des questionnaires des femmes remplis HH13 |___| Nombre d’enfants moins de 5 ans HH14 |___| Nombre des questionnaires d’enfants remplis HH15 Sous la supervision technique de l’unité du projet Arabe de la santé et de la famille – Ligue des Etats Arabes Avis Les données de cette enquête sont strictement confidentielle et ne servent qu’aux recherches scientifiques 82 Caractéristiques du ménage 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 HL 1 HL2. HL3. HL4 HL5 HL5A. HL5B HL6 HL8 HL7 Si l’age est 15 ou plus Femme éligible Enfants éligibles éligibilité pour la santé reproductive N ° d e la li gn e Nom Relati on par le chef de la famill e Sexe 1 Masc ulin 2 Fémi nin Le mois et l’année de la naissance Quelle la date de naissance du (non) ? Ne sait pas le mois : 98 Ne sait pas l’année : 9998 L’age lors du dernier anniver saire Quel age a le (non)lor s de son dernier annivers aire ? Ne sait pas 98 95 et plus=95 L’état matrimonial Est – ce qu’il est : 1 célibataire 2 marié 3 divorcé 4 veuf E nc er cl ez N ° d e la li gn e de s f em m es no n cé lib at ai re s a ya nt m oi ns d e 55 a ns E nc er cl ez le N ° d e la li ge d es e nf an ts m oi ns d e 5 an s E cr iv ez le N ° d e la li gn e de la m èr e de l’ en fa nt o u ce lle q ui p ar ra in E nc er cl ez N ° d e la li gn e de s fe m m es no n cé lib at ai re s a ya nt e nt re 3 5 et 5 9 an s E nc er cl ez N ° d e la li gn e de s fe m m es ay an t e nt re 3 0 et 6 9 an s 01 01 1 2 |__|__| .|__|___|__|__| |__|__| 12 3 4 01 01 |__|__| 01 01 02 |__|__| 1 2 |__|__| .|__|___|__|__| |__|__| 12 3 4 02 02 |__|__| 02 02 03 |__|__| 1 2 |__|__| .|__|___|__|__| |__|__| 12 3 4 03 03 |__|__| 03 03 04 |__|__| 1 2 |__|__| .|__|___|__|__| |__|__| 12 3 4 04 04 |__|__| 04 04 05 |__|__| 1 2 |__|__| .|__|___|__|__| |__|__| 12 3 4 05 05 |__|__| 05 05 06 |__|__| 1 2 |__|__| .|__|___|__|__| |__|__| 12 3 4 06 06 |__|__| 06 06 07 |__|__| 1 2 |__|__| .|__|___|__|__| |__|__| 12 3 4 07 07 |__|__| 07 07 08 |__|__| 1 2 |__|__| .|__|___|__|__| |__|__| 12 3 4 08 08 |__|__| 08 08 09 |__|__| 1 2 |__|__| .|__|___|__|__| |__|__| 12 3 4 09 09 |__|__| 09 09 10 |__|__| 1 2 |__|__| .|__|___|__|__| |__|__| 12 3 4 10 10 |__|__| 10 10 11 |__|__| 1 2 |__|__| .|__|___|__|__| |__|__| 12 3 4 11 11 |__|__| 11 11 12 |__|__| 1 2 |__|__| .|__|___|__|__| |__|__| 12 3 4 12 12 |__|__| 12 12 13 |__|__| 1 2 |__|__| .|__|___|__|__| |__|__| 12 3 4 13 13 |__|__| 13 13 14 |__|__| 1 2 |__|__| .|__|___|__|__| |__|__| 12 3 4 14 14 |__|__| 14 14 15 |__|__| 1 2 |__|__| .|__|___|__|__| |__|__| 12 3 4 15 15 |__|__| 15 15 Code q103 Chef de la 01Petit enfants 05ﺖﺧأ جوز/ ﺔﺟوز أ 09 Autres parents 13 83 Conjoint 02Père/ mère 06Oncle/ tante 10 Enfants adoptés/ fils du mari 14 Fils/ Filles 03Belle-mère/ beau-07Neveu/ nièce 11 Pas de parenté 15 Beau-fils/ belle 04Frère/ sœur 08Belle-mère/ 12 Ne sait pas 98 L’enseignement Tous les membres de la famille Les membres ayants 6 ans et plus Les membres ayants entre 7 et 24 ans 201 202 203 204 205 206 ED1 ED1A ED2 ED3ED3C N ° de la ligne اLe non Rée nreg istre z l’âge à parti r du Q 106 Est – ce que (le non) à fréquenté l’école ? 1 oui, actuellement 2 oui, au passé 3 Non 8 ne sait pas Le suivant Quel est le niveau scolaire du (non), et quelle était la dernière classe réussite ? 1primaire 2 moyen 3 secondaire 4 supérieur 8 ne sait pas S’il n’a pas terminé aucune année au dit niveau, indiquez 00, et 98 s’elle ne sait pas Vérifie z qu’il suit les études cette année 1oui 2 non Le suivant S’il ne suit pas les études cette année vérifiez à quel age il s’est arrêter 98 si elle ne sait pas 01 |__|_ _| 1 238 12 3 4 8 |__|__| 1 2 |__|__| 02 |__|_ _| 1 238 12 3 4 8 |__|__| 1 2 |__|__| 03 |__|_ _| 1 238 12 3 4 8 |__|__| 1 2 |__|__| 04 |__|_ _| 1 238 12 3 4 8 |__|__| 1 2 |__|__| 05 |__|_ _| 1 238 12 3 4 8 |__|__| 1 2 |__|__| 06 |__|_ _| 1 238 12 3 4 8 |__|__| 1 2 |__|__| 07 |__|_ _| 1 238 12 3 4 8 |__|__| 1 2 |__|__| 08 |__|_ _| 1 238 12 3 4 8 |__|__| 1 2 |__|__| 09 |__|_ _| 1 238 12 3 4 8 |__|__| 1 2 |__|__| 10 |__|_ _| 1 238 12 3 4 8 |__|__| 1 2 |__|__| 11 |__|_ _| 1 238 12 3 4 8 |__|__| 1 2 |__|__| 12 |__|_ _| 1 238 12 3 4 8 |__|__| 1 2 |__|__| 13 |__|_ _| 1 238 12 3 4 8 |__|__| 1 2 |__|__| 84 EDUCATION DES ENFANTS ENTRE 2 ET 14 ANS 0 enfant, passez à la section : eau Tableau 1 : les questions concernant l’éducation des enfants entre 2 et 14 ans CD6. CD5. q106. CD4. q104. CD2. 101 CD3. 102 CD1. No. Réinscrire le N° de ligne de la mère ou du parrain L’age de l’enfant (feuille de ménage) Le sexe de l’enfant(fe uille de ménage) N° de ligne de (feuille de ménage Nom de l’enfant L’ordre |___|___| |___|___| 2 1 |___|___| 1 |___|___| |___|___| 2 1 |___|___| 2 |___|___| |___|___| 2 1 |___|___| 3 |___|___| |___|___| 2 1 |___|___| 4 |___|___| |___|___| 2 1 |___|___| 5 |___|___| |___|___| 2 1 |___|___| 6 CD7. |___| Total des enfants ayant entre 2 et 14 ans Tableau de choix au hasard d’un enfant CD8. Nombre d’enfants éligibles dans le ménage Le dernier chiffre du questionnaire 1 2 3 4 5 6 7 8+ 0 1 2 2 4 3 6 5 4 1 1 1 3 1 4 1 6 5 2 1 2 1 2 5 2 7 6 3 1 1 2 3 1 3 1 7 4 1 2 3 4 2 4 2 8 5 1 1 1 1 3 5 3 1 6 1 2 2 2 4 6 4 2 7 1 1 3 3 5 1 5 3 8 1 2 1 4 1 2 6 4 9 1 1 2 1 2 3 7 5 CD9 L’ordre du premier tableau…………. Ecrivez le nom de l’enfant et le N° de ligne de la mère (ou parrain) de feuille de ménage CD10 N° de ligne de feuille de ménage |__|__| CD11 N° de ligne de la mère (ou parrain) de feuille de ménage |__|__| N° Questions cas code Saut 101 CD12 Je vais vous citer quelques méthodes d’éducations, et vous me dites si vous l’avez utilisé (ou quelqu’un d’autre de la famille) avec (le nom) durant le mois dernier ? 102 CD12b. Expliquez vous lui ses fautes et les Oui 1 85 N° Questions cas code Saut pourquoi ? Non 2 Oui 1 103 CD12d Est – ce que vous le gronder ? Non 2 Oui 1 104 CD12e. Lui punir par une corvée ? Non 2 Oui 1 105 CD12a. Lui privé de ce qu’il aime ? Non 2 Oui 1 106 a CD12h. Lui insulter ? Non 2 Souvent 1 De temps en temps 2 106 b Le taper ? Non 3 113 Oui 1 107 CD12i Le taper sur la figure ou sur la tête ? Non 2 Oui 1 108 CD12j Lui taper sur les mains ou sur les pieds ? Non 2 Par la main 1 Baguette 2 112 CD12fgk Lui taper avec quoi ? Autre chose 3 Oui 1 Non 2 113 CD13. Taper un enfant est - ce une bonne méthode d’éducation ? Ne sait pas 8 86 Section 5 : secteur des eaux et d’assainissement N° Questions cas Code Saut Oui, dans la maison 1 Oui, en dehors de la maison 2 401 .WS1A Avez vous un poste d’eau à la maison ? Non 3 L’eau du robinet dans la maison 1 L’eau du robinet en dehors de la maison 2 Eau minérale 3 407 Citerne4 Puis 5 402 WS1 . D’où buvez –vous ? Autre 6 Robinet public 1 Puis 2 Oued 3 403 WS2 . D’où vous puisez l’eau ? Autre 4 Le temps par minute |_ _| __|_ _| Dans la même place 995 406 404 WS3 . Combien faudra t – il du temps pour emporter l’eau à la maison ? Ne sait pas 998 Femme adulte 1 Homme adulte 2 Fille moins de 15 ans 3 405 WS4 D’habitude, qui emporte l’eau ? Garçon moins de 15 ans 4 Faire bouillir 1 Chlore / eau de javel 2 Faire filtrer 3 Autre 4 406 WS6 Comment vous traitez l’eau avant de le boire ? Sans traitement 5 Oui, dans la maison 1 Oui, en dehors de la maison 2 409 407 WS7A . Avez vous une salle d’eau? Non 3 Plein nature 1 Trou dans la terre 2 Toilettes publiques 3 408 WS7B . Qu’est ce que vous utilisez ? Autre 6 501 Attachée 1 N’est pas attachée 2 409 WS7 Est-ce que la salle d’eau est attachée au réseau d’assainissement ? Autre 3 Oui 1 410 WS8 Est – ce qu’il y a une autre famille qui utilise la salle d’eau ? Non 2 87 Section 6 : caractéristique du ménage Villa / maison1 Appartement2 Maison traditionnelle3 Gourbi4 501 HC1D Type du logement Autre5 510 Propriétaire 1 Co propriété 2 Locataire chez les privés3 Habitat gratuit4 Locataire chez l’état 5 502 HC1E Vous êtes propriétaire ou locataire ? Autre6 504 HC2 Combien possédez-vous de pièce dans la maison ? Nombre de pièce|__|__| La terre1 Bois2 parterre3 Ciment4 505 HC3 Indiquez la matière principale dans le parterre ? Autre8 Dans la maison1 Dans un autre bâtiment2 Dehors3 508 HC8 Où se trouve la cuisine ? Autre96 Gaz naturel1 Bouteille de gaz2 Charbon3 510 Vous préparez sur quoi ? Autre6 Electricité1 Pétrole2 Lampe à pétrole3 510 HC9A Qu’est – ce que vous utilisez pour allumer ? Autre6 OuiNon Radio 1 2 Télévision 1 2 Tél fixe 1 2 Tél portable 1 2 Frigidaire 1 2 Gaz 1 2 Machine à laver 1 2 Chauffe bain 1 2 Chauffage 1 2 Ordinateur 1 2 Climatiseur 1 2 Bicyclette 1 2 Mobylette 1 2 511 HC9 Est – ce que vous possédez ces biens ? Voiture 1 2 88 Section : Santé reproductive 1 - Cancer du col – les femmes non célibataires ayant entre 35 et 59 ans - Nombre des femmes |___| Nom et N° de ligne de la femme éligible du Q 111 Pour toutes femmes Nom de la femme Nom de la femme Nom de la femme Nom de la femme |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| PrésenteAbsentePrésenteAbsentePrésente AbsentePrésente Absente N° de ligne de la femme de feuille ménage 1 2 1 2 1 2 1 2 Entendu parler1 1 1 1 601 Est – ce que vous avez entendu parler du cancer du col N’a pas entendu 2 2 2 2 609 Source médicale 1 1 1 1 Assistante2 2 2 2 Les médias3 3 3 3 602La source de l’information L’entourage 4 4 4 4 Les MST1 1 1 1 603Les causes de cancer Autre2 2 2 2 Frottis1 1 1 1 604 Comment peut – on connaître la maladie ? Ne sait pas / autre2 2 2 2 609 Oui1 1 1 1 605 Est - ce vous avez subi cet examen ? Non2 2 2 2 609 Hôpital1 1 1 1 Centre PF2 2 2 2 606Où ? Clinique3 3 3 3 Oui1 1 1 1 607 Est – ce que vous avez eu le résultat ? Non2 2 2 2 609 Négative1 1 1 1 608Quel était le résultat ? Positive2 2 2 2 89 2- Cancer du sein - toutes les femmes de 30 à 69 ans- Nombre des femmes |___| Nom et N° de ligne de la femme éligible du Q 112 Nom de la femme Nom de la femme Nom de la femme Nom de la femme |___|___| |___|___| |___|___| |___|___| PrésenteAbsentePrésenteAbsente Présente Absente Présente Absente N° de ligne de la femme de feuille ménage 1 2 1 2 1 2 1 2 Entendu parler 1 1 1 1 609 Est – ce que vous avez entendu parler du cancer du col N’a pas entendu 2 2 2 2 Fini Source médicale 1 1 1 1 Assistante 2 2 2 2 Les médias 3 3 3 3 610La source de l’information L’entourage 4 4 4 4 Mammographie A A A A Auto palpation B B B B Examen médical C C C C 611 Comment peut – on connaître la maladie ? ؟ Ne sait pas / Autre X X X X Oui 1 1 1 1 612 Vous avez apprit faire l’auto palpation ? Non 2 2 2 2 Oui 1 1 1 1 613 Est - ce vous avez fait un examen thorax ? Non 2 2 2 2 617 Hôpital 1 1 1 1 Centre PF 2 2 2 2 614Où ? Clinique 3 3 3 3 Oui 1 1 1 1 615 Est – ce que vous avez eu le résultat ? Non 2 2 2 2 617 Négative 1 1 1 1 616Quel était le résultat ? Positive 2 2 2 2 Oui 1 1 1 1 617 Est – ce que vous avez fait une mammographie ? Non 2 2 2 2 Fini Hôpital 1 1 1 1 Centre PF 2 2 2 2 618Où ? Clinique 3 3 3 3 619Est – ce que Oui 1 1 1 1 90 vous avez eu le résultat ? Non 2 2 2 2 Fini Négative 1 1 1 1 620Quel était le résultat ? Positive 2 2 2 2 91 Questionnaire de la femme )Toutes les femmes non célibataires ayant entre 15 et 54 ans( Données sur la femme GouvernoratGOUV |___|___| N° de la grappeWM1 |___|___|___| N° du ménageWM2 |___|___| N° de ligne de la femme WM4 |___|___| Nom de la femme (Vérifier le nom et le N° de ligne de la femme): _____________________________ La dernière visite 3 2 1 Nombre de visites Date de rencontre |__|__| Le jour |__|__| Le mois ___/___/ ___ ___/__ _/___ ___/___/___ La date 2006 L’année WM6 |__|__| Code de l’enquêtrice WM5 ______ ______ ______ ______ ___________ _ Nom de l’enquêtrice |__| Résultat WM7 ______ _____ ___________ Résultat . . . . Les visites L’heure et la date 1 2 3 4 5 6 Questionnaire rempli Absente Ajournée Refus Rempli partiellement. Autre …. Code de résultat 92 Section de caractéristiques générales Numéro Les questions Les Réponses Les codes Saut Mois |__|__| Ne sait pas le mois 98 Année |__|__|__|__| 101 WM8 Mois et année de naissance ? Ne sait pas l’année 9998 102 WM9 Quel est ton age ? Comparez et vérifiez entre 101 et 102 L’age en années |__|__| Oui, maintenant 1 Oui, dans le passé 2 103 WM10 Est-ce que vous avez étudié ? Non 3 110 Primaire 1 Moyen 2 Secondaire 3 104 WM11 Quel est votre niveau scolaire ? Supérieur 4 105 WM12 Quelle est la dernière classe réussie ? la dernière classe réussite |__| Oui 1 110 Est-ce que vous travaillez ? Non 2 113 b Toute l’année 1 saisonnière 2 111 En général, vous travaillez toute l’année ? Selon l’occasion 3 En dehors de la maison 1 112 Est- ce que vous travaillez dans la maison ou en dehors de la maison ? Dans la maison 2 113 a Qu est ce que vous travaillez exactement ? Citez le travail déclaré ………………………. |__|__| 113 b Quel est le métier de ton mari ? ……………………….|__|__| 50 ans et plus 1 Section sida 113 c Vérifiez l’age de l’enquêtée de la question 102 Moins de 50 ans 2 Section du mariage mariée 1 veuve 2 divorcée 3 114MA4 Maintenant, est-ce que vous êtes mariée, veuve, divorcée ou séparée? séparée 4 Une seule fois1 115MA5Vous êtes mariée une seule fois ou plus ? Plus qu’une seule fois 2 Mois |__|__| Ne sait pas le mois 98 116MA7Vérifiez à partir cas précédent : Mariée une seule fois. Mois et année du mariage Mariée plus qu’une fois : Mois et Année |__|__|__|__| 201 93 année du premier mariage Ne sait pas l’année 9998 117MA8Quel age avez vous lors du premier mariage ? L’age en année |__|__| Section de la grossesse et de l'accouchement Numéro Questions Réponses Codes Saut Oui 1 201CM1 J’aimerai te poser quelques questions sur tes enfants. Est-ce que vous avez eu des naissances vivantes ? Si la réponse est non, vérifiez si elle a eu des naissances vivantes même pour quelques minutes Non 2 202 CM9Nombre d’enfant né vivants, vérifiez s’il y a des enfants morts et indiquez 00 s’il n’y a pas d’enfant vivant |___|___| Enceinte1 210 Etes vous enceinte Non / ne sait pas2 Avoir un enfant depuis juin 1 211 Avez vous eu un enfant depuis juin 2001 N’a pas eu un enfant depuis juin 2001 2 Enceinte et n’a jamais eu d’enfant 1 N’est pas enceinte et n’a pas eu d’enfant depuis juin 2001 2 217 212 Vérifiez Avoir un enfant depuis juin 2001 3 Tableau des naissances Vivantes durant les 5 ans précédents NBn Indiquez le total des naissances vivantes durant les 5 dernières années |___| NLn 213 214 215 216 Le sexe Vivant Numéro Le nom MasculinFéminin Mois et année de naissance Oui Non L’age en mois lors de décès. Indiquez 00 si moins d’un mois 1 . 1 2 |__|__| |__|__|__|__| 1 Le second enfant 2 |__|__| 2 . 1 2 |__|__| |__|__|__|__| 1 2 |__|__| 3 . 1 2 |__|__| |__|__|__|__| 1 2 |__|__| 94 4 . 1 2 |__|__| |__|__|__|__| 1 2 |__|__| 5 . 1 2 |__|__| |__|__|__|__| 1 2 |__|__| L’avortement NuméroQuestions Les Réponses Les codes Saut Oui1 217 Depuis les 12 derniers mois avez vous avorté ? Non2 220 218 Combien de fois ? Nombre de fois |___| Hôpital / centre PF 1 219 Où ? Clinique/ cabinet privé2 Elle a fait une fausse couche1 220 Durant les 5 dernières années avez vous faites une fausse couche ? N’a pas fait une fausse couche 2 Section de la vaccination contre le tétanos pour celles qui ont eu une grossesse durant les 5 derniers ans. Etait enceinte durant les 5 dernières années / enceinte1 301 a Voir Q 202 et Q 220, Si la femme n’est pas enceinte (la fausse couche n’est pas concernée) N’était pas enceinte / n’est pas enceinte 2 La contraception Oui (elle a vu le carnet)1 Oui (elle n’a pas vu le carnet)2 301TT1 Avez vous un carnet de santé ? Non3 Oui1 302TT2 Est-ce que vous étiez vacciné durant la dernière grossesse ? Non2 304 Oui, une seule fois 1 Oui, deux fois2 Oui, trois fois3 303TT3 Combien de prise ? Ne sait pas8 309 Oui1 Non2 304TT5 Est-ce que vous étiez vacciné avant la dernière grossesse ? Ne sait pas8 309 305TT6 Combien de prise ? Nombre de prise|__| Mois|__|__| Ne sait pas 98 L’année |__|__|__|__| 309 306TT7Le mois et l’année du vaccin ? Ne sait pas l’année 9998 95 307TT8 De combien d’années ce vaccin était fait avant la dernière grossesse Nombre d’année |__|__| Section de la maternité et de l’allaitement Médecin1 Infirmière / sage femme2 Matrone 3 Autre … 4 309 MN2 Avez vous eu un contrôle médical de votre dernière grossesse ? Personne5 315 Mois|__|__| 310 MN2a En quelle date a été votre contrôle ? Ne se souvient pas98 Pour s’assurer de sa grossesse 1 Pour s’assurer que le bébé est en bonne santé 2 Pour garantir une grossesse sainte3 Elle avait des complications4 Simple contrôle5 311 MN2b Quelle est la raison principale qui vous a poussé au contrôle médical ? Pour réserver à l’accouchement 6 C S P / PF / Hôpital1 311 a Ou c’est passé ? Médecin privé/ Clinique / Sage femme privée 2 311 c Très bon accueil1 Bon accueil2 311 b Accueil moyen3 Dans ce centre médical ou vous avez eu votre contrôle, leur accueil est- il bon ? Mauvais accueil4 Oui1 311 c Vous a – t- on orienté à un centre spécialisé ? Non2 Nombre de contrôle|__| 312 MN2c Vous avez suivi combien de contrôle? Ne se souvient pas9 Médecin, infirmière sage femme, 1 313 Voir 309 : elle a eu un contrôle (indiquez le plus qualifié) Matrone, n’a pas suivi sa grossesse, autre… 2 315 a OuiNonNe sait pas poids1 2 8 taille1 2 8 Tension1 2 8 Auscultation cardiaque1 2 8 Analyse du Song1 2 8 Analyse d’urine 1 2 8 314 a Avez vous subi les examens suivants ? (Citez un par un) Mesure hauteur utérine 1 2 8 96 R C F1 2 8 Echographie 1 2 8 Toucher vaginal1 2 8 Position fœtale1 2 8 Prise de fer1 2 8 Elle a eu un enfant durant les 5 années précédentes 1 314 b Vérifiez 301 a N’a pas eu un enfant durant les 5 années précédentes 2 La contraception Hôpital / maternité 1 Clinique privée2 A la maison 3 315 a MN8 Ou vous avez accouché ? Autre (à préciser) 4 316 a Très satisfaisant 1 satisfaisant2 Médiocre3 315 b La qualité de service est- elle satisfaisante ? Mauvaise4 317 b Médecin1 Infirmière/ sage femme 2 Matrone3 Amis ou parents4 316 a MN7 Qui vous a aidé à l’accouchement ? Autre (à préciser)5 N’a pas un carnet de soins gratuit 01 Ne peut pas payer les frais de l’enregistrement 02 Distance ménage hôpital 03 A peur de l’accouchement a l’hôpital dés le début 04 A peur de l’accouchement a l’hôpital après une mauvaise expérience 05 L’entourage ne veut pas 06 Accouchement subit07 Accouchement au cours de transport 08 L’indisponibilité d’un compagnon 09 A l’habitude d’accoucher chez elle 10 316 b Pour quoi vous n’avez pas accouché dans un centre hospitalier ? Autre 11 Très difficile1 Difficile2 Normale3 317 a Votre accouchement était- il difficile ? Facile4 320 317 Etait- il normal ou Accouchement normal1 97 Caesarian2 b par césarienne ? Pas de response8 Oui1 Non2 318 MN10 A – ton pris le poids de ton bébé ? Ne sait pas8 320 Du carnet1 |___| . |___|___| De la mémoire2 |___| . |___|___| 319 MN11 Quel était son poids (voir le carnet de santé si possible) ? Ne sait pas 998 Médecin1 Infirmière/ sage femme 2 Matrone3 Autre (à préciser)4 322 320 Concernant votre post – natal, avez vous eu un contrôle médical ? N’a pas fait de contrôle 5 Pas de complication 1 A de l’expérience 2 Néglige le post - natal3 Indisponibilité de service 4 Coût élevé5 321 Pour quelle raison vous n’étiez pas pour un contrôle post – natal ? Autre 6 Oui 1 322 MN12 Avez vous allaité votre bébé ? Non 2 La contraception Immédiatement|0_|_0_|_0| Nb d’heure 1 |___|___| 323 MN13 Après combien de temps vous avez allaité (le nom) ? Nb de jours2 |___|___| Enfant vivant et était allaité 1 L’enfant mort et était allaité 2 326 324 Voir 322, si elle a allaité, préciser si l’enfant est encore en vie. N’a pas était allaité 3 La contraception Oui 1 La contraception 325 Vous allaitez encore ? Non 2 326 Combien de mois avez vous allaité ? Nombre de mois |___|___| Atteint l’age 1 A refuser le sein 2 Etait décidé 3 327 Pour quelle raison avez vous arrêté d’allaiter à cet âge ? Maladie de la mère4 98 N’a pas assez pour allaiter 5 Tomber enceinte 6 Utiliser la pilule 7 Autre 8 Section de la contraception / seule pour les mariée MARIEE 1 Voir Q 114 Etat matrimonial NON MARIEE 2 501 Oui1 401CP1Voir Q 202 enceinte ou non Non / ne sait pas2 412 Mois de grossesse|___| 402 En quel mois est votre grossesse ? Ne sait pas le mois0 501 Oui 1 412 CP2 Utilisation de la contraception Non 2 420 Stérilet1 Pilules2 Injectable3 Norplants4 Condom5 Crème6 L T7 Calendrier8 413 أ CP3 Quelle méthode ? Retrait9 414 CSB/ Hôpital/ PF/ Equipes mobiles1 413 ب Source d’approvisionnement Médecin privé/ Clinique/ Pharmacie2 Oui 1 414 Est - ce la première utilisation ? Non 2 501 N’a jamais eu d’enfant/ plus que 2 ans de mariage/ vit avec le conjoint, n’a pas avorté et n’utilise pas une méthode contraceptive 1 420 Vérifiez Q 202, 210, 217, 412 et calculez la période de mariage du Q 116et 117 Elle a eu des enfants2 501 Oui 1 Non 2 422 Pouvez- vous être enceinte ? Ne sait pas 8 Oui 1 501 423 Avez vous provoquez un avortement ? Non 2 Ella a utilisé durant les 2 ans précédents 1 501 Avez vous utilisez une méthode contraceptive ? N’a pas utilisé durant les 2 ans précédents 2 Elle/ ou son mari ont subi un examen 1 424 Avez vous / ou votre mari subi des examens d’infertilité ? Non 2 501 425 Quel était le résultat ? Elle / son mari stérile 1 99 Les examens n’ont pas encore achevé 2 Ne sait pas 3 Autre 4 SECTION DU SIDA Oui 1 501 HA1 Avez vous entendu parler du SIDA ? Non 2 Fin Maladie transmissible et dangereuse 1 Maladie transmissible comme les autres 2 502 C’est quoi la maladie du SIDA ? Ne sait pas 8 Oui Non Les Rapports Sexuelles 1 2 Transfusion sanguine 1 2 Les injections utilisées 1 2 De la mère au Fœtus 1 2 504 Comment se transmit cette maladie ? Autre 1 2 100 Questionnaire de l’enfant (Questionnaire répondu par la mère ou le parrain) (Concerne les enfants moins de 5 ans( Données de base |___|___|___| N° de la grappe UF1 |___|___| N° du ménage UF2 |___|___| N° de la ligne de l’enfant UF4 Nom de l’enfant. |___|___| N° de la ligne de la mère ou du parrain UF5 La dernière visite 3 2 1 Nombre de visite Date de l’interview |__|__| Jour |__|__| Mois 2006 Année ___/___/___ ___/___/___ ___/___/___ La date |__|__| Code de l’enquêtrice __________ __ ___________ _ __________ __ Nom de l’enquêtric e |__| Résultat Le résultat . . . . Visites suivantes Date Heure 1 2 3 4 5 6 Remplie Absente. Ajournée Refusé Rempli partiellement. Autre……… Code résultat 101 N° Questions Secteurs Code Saut Jour|__|__| Ne sait pas le jour98 Mois|__|__| Ne sait pas le mois98 Année|__|__|__|__| 101UF10 Date de naissance du (nom) ? Ne sait pas l’année9998 Moins de 3 ans 301 102UF11 L’age révolu du (nom) Indiquez l’age en année |___| 3 ans et plus EXEMPLAIRE DE L’ENSEIGNEMENT PRE SCOLAIRE Oui 1 Non 2 106BR6. Fréquentation de pré - scolaire Ne sait pas 8 107BR8 Avez vous eu, vous ou quelqu’un de votre famille (âgé de 15ans et plus) des activités avec l’enfant telle que : Mère Père Autre Personne ا BR8A Lire / feuilleter des livres / images ? A B C X ب BR8b Lire des contes ? A B C X ج BR8c Chanter A B C X د BR8d Se promener ? A B C X ﻩ BR8e Jouer ? A B C X و BR8f Dessiner… ? A B C X L’allaitement Oui 1 Non 2 301 BF1 Avez vous allaitez (le nom) ? Ne sait pas 8 305 Oui 1 305 302 BF2. Encore au sein ? Non 2 303 BF2A . L’age au sevrage L’age en mois |__|__| Brusque 1 Peu à peu 2 304 BF2B Arrêt de l’allaitement Ne sait pas 8 L’age en mois |__|__| Non 96 305 BF2C Etait – il nourri au lait en poudre régulièrement ? A quel age ? Ne sait pas 98 102 L’age en mois |__|__| Non 96 30 6 BF2D Etait – il nourri par autre lait régulièrement ? A quel âge ? Ne sait pas 98 L’age en mois |__|__| Non 96 30 7 BF2E Etait – il nourri de la nourriture régulièrement ? a quel age ? Ne sait pas 98 Depuis hier, (à cette ci) a – t-il mangé 30 8 BF3 Oui N o n Ne sait pas أ Bf3a Médicament, vitamine, sel minéraux.1 2 8 ب BF3b Eau1 2 8 ج BF3C Eau sucrée, parfumé, thé… 1 2 8 د BF3D Oralité 1 2 8 و BF3F Du lait 1 2 8 ز BF3G Autre liquide 1 2 8 Nb De Fois |___| 310 BF5 Nb de repas depuis hier Ne Sait Pas 8 Exemplaire soins des enfants malades Oui 1 Non 2 401CA1. A – t –il eu diarrhée les 15 derniers jours ? Ne sait pas 8 405 Oui Non Ne sait pas oralite 1 2 8 Solution eau- sel- sucre 1 2 8 402CA2 Pendant sa maladie a – t –il pris Autre 1 2 8 rien 1 Beaucoup moins 2 Un peu moins 3 Pareil 4 Plus que d’habitude 5 403 a CA3 . A – t –il pris à boire comme d’habitude ? Ne sait pas 8 rien 1 Beaucoup moins 2 Un peu moins 3 Pareil 4 Plus que d’habitude 5 403 b . A – t –il pris à manger comme d’habitude ? Ne sait pas 8 Oui 1 Non 2 405CA5. Etait – Il Atteint par une infection respiratoire (taux) ? Ne sait pas 8 412 Plus vite 1 Difficilement 2 Devenu bleu 3 406CA6. A – t – il continuer a respirer comme d’habitude ? Normalement 4 103 Ne sait pas 8 Difficulté respiratoire à la poitrine ? 1 Nez bouché 2 412 Les deux cas 3 Autre 6 412 407 CA7. Ce problème respiratoire est – il du au problème de poitrine de nez ? Ne sait pas 8 Oui 1 Non 2 408 CA8. Avez vous consulté quelques‘un pour cette maladie ? Ne sait pas 8 410 Hôpital A C S P B Clinique C Pharmacien D 409 CA9 Qui? Autre E Oui 1 Non 2 410 CA10 A – t – il pris des médicaments ? Ne sait pas 8 412 rien 1 Beaucoup moins 2 Un peu moins 3 Pareil 4 Plus que d’habitude 5 411 a CA11 Durant sa maladie- a- t – il pris à boire normalement ? Ne sait pas 8 rien 1 Beaucoup moins 2 Un peu moins 3 Pareil 4 Plus que d’habitude 5 411 b Durant sa maladie- a- t – il pris à mangé normalement ? Ne sait pas 8 Ne peut boire ni allaiter A Aggravation de la maladie B Fièvre C Respiration rapide D Difficulté de respiration E Selle avec sang F Difficulté de boire G Maladie allongée H Vomissement I 412CA14 Quel cas nécessite le transfert d’urgence à l’hôpital (médecin) ? Crise épileptique J 104 Coma K Autre… L Section vaccination Date des vaccinations enregistrées dans le carnet de soins Oui, vu 1 Oui, non vu 2 501 IM1 Y – t –il un carnet de soins ? Non 3 504 Inscrire les dates à partir du carnet DATE DES VACCINS Calendrier des vaccins Jour Mois Année IM2. BCG 0 |__|__| |__|__| |__|__|__|__| IM3A DTCP1.HIB1. HVB1 3 |__|__| |__|__| |__|__|__|__| IM5A DTCP2.HIB2. HVB2 4 |__|__| |__|__| |__|__|__|__| IM3B DTCP3.HIB3 5 |__|__| |__|__| |__|__|__|__| IM3C . HVB3 9 |__|__| |__|__| |__|__|__|__| Public 1 IM6 ROUGEOLE 15 |__|__||__|__||__|__|__|__| Lieu de vaccina tion Privé 2 502 IM4D DTCP (RAPPEL)18 |__|__| |__|__| |__|__|__|__| Oui 1 Non 2 503 IM9 A part les vaccins inscrits, était – vacciné ? inscrire « 66 » dans les cases « jours » si était vacciné Ne sait pas 8 Mesure anthropo métrique Oui 1 Non 2 504 I M10 A – t –il été vacciné contre le BCG ? Ne sait pas 8 Mesure anthropo métrique Oui 1 Non 2 505 IM11 A – t –il été vacciné contre le DTCP ? Ne sait pas 8 Oui 1 Non 2 506 IM12. A – t –il été vacciné contre le DTCP ? Ne sait pas 8 509 105 Immédiatement après la naissance (2 semaines) 1 507 IM13 QUAND – EST –CE QU‘IL A PRIS LE DTCP ? Après 2 Nb de fois |__| 508IM14 Nb de fois Ne sait pas 8 Oui 1 Non 2 509 IM15 A – t –il était vacciné contre le HVB3 ? Ne sait pas 8 511 Nb de fois |__| 510IM16. Nb de fois Ne sait pas 8 Oui 1 Non 2 511 IM17. A – t –il était vacciné contre la rougeole ? Ne sait pas 8 Mesure anthropométrique pour les enfants moins de 5 ans |___|___| . Nom de l’enfant N° de la ligne à partir de la feuille du ménage Poids de l’enfant avec l’adulte Poids de l’adulte |____|____| ,|_ ___| |____|____| ,|_ ___| Les enfants incapables d’être debout |____|____| ,|_ ___| En Kg Poids de l’enfant Taille de l’enfant Mesurez les enfants moins de 2 ans en position allongée 1|____|____|____|, |____| . 2|____|____|____|, |____| Taille en position allongée 1 . Taille en position debout 2 Mesurez les enfants moins de 2 ans en position allongée Nom de qui a pris les mesures . 106 1 Mesures prises 2 Absent 3 Refus 6 Autre Résultat des mesures Définition des indicateurs INDICATEURS NUMERATEUR DENOMINATEUR I-INDICATEURS DE MORBIDITE : 1. Prévalence de l’insuffisance pondérale modérée ou sévère Nombre d'enfants âgés de moins de 5 ans, qui tombent en dessous de 2déviations standards de la médiane poids pour l'âge du standard de WCHS/OMS. Nombre total d'enfants âgés de moins de 5 ans pour lesquels les mesures ont été prises. 2. Prévalence de l’insuffisance pondérale sévère Nombre d'enfants âgés de moins de 5 ans, qui tombent en dessous de 3déviations standards de la médiane poids pour l'âge du standard de WCHS/OMS. Nombre total d'enfants âgés de moins de 5 ans pour lesquels les mesures ont été prises. 3. Prévalence du retard de croissance modérée ou sévère Nombre d'enfants âgés de moins de 5 ans, qui tombent en dessous de 2 déviations standards de la médiane taille pour l'âge du standard de WCHS/OMS. Nombre total d'enfants âgés de moins de 5 ans pour lesquels les mesures ont été prises. 4. Prévalence de l’émaciation pondérale modérée ou sévère Nombre d'enfants âgés de moins de 5 ans, qui tombent en dessous de 2déviations standards de la médiane poids pour la taille du standard de WCHS/OMS. Nombre total d'enfants âgés de moins de 5 ans pour lesquels les mesures ont été prises. 5. Prévalence de l’émaciation pondérale sévère Nombre d'enfants âgés de moins de 5 ans, qui tombent en dessous de 3déviations standards de la médiane poids pour la taille du standard de WCHS/OMS. Nombre total d'enfants âgés de moins de 5 ans pour lesquels les mesures ont été prises. 6. prévalence de l’obésité chez les enfants de moins de 5 ans Nombre d’enfants âgés de moins de 5 ans ayant un rapport poids/taille supérieur à 2 DS Nombre total des enfants interviewés âgés de moins de 5 ans et pour les quels le poids et la taille ont été pris 7. Accès à l'eau potable Nombre de personnes utilisant comme source de boisson l’une des sources suivantes : le réseau de la SONEDE, un robinet public, une citerne, un puits protégé Nombre de personnes interviewées 8. Utilisation d’un dispositif hygiénique d’évacuation des eaux usées. Nombre de personnes utilisant dont l’habitation est dotée : d’un système d’égouts Ou d’une fosse septique ou d’une latrine. Nombre de personnes interviewées. 9. Prévalence de l'allaitement maternel à la naissance. Nombre d'enfants âgés de moins de 6 mois ayant été allaités au sein le jour de leur naissance. Nombre d'enfants âgés de moins 6mois, interviewés. 10. Prévalence de l'allaitement maternel exclusif. Nombre d'enfants âgés de moins de 6 mois ayant reçu uniquement le lait de leur mère durant les dernières 24 heures. Nombre d'enfants âgés de moins de moins de 6 mois "interviewés". 11. Continuation de l'allaitement maternel de 12 à 15 mois et de 20 à 23 mois. Nombre d'enfants âgés de 12 à 15 mois, 20-23 mois qui sont encore allaités au sein. Nombre d'enfants âgés de 12 à 15 mois, 20-23 mois ayant été interviewés. 12. Diversification opportune des aliments. Nombre d'enfants âgés de 6 à 9 mois qui sont encore allaités au sein et qui reçoivent un complément d'aliments solides et semi-solides. Nombre d'enfants âgés de 6 à 9 mois encore allaités au sein, interviewés. 13. Durée médiane de l'allaitement maternel. 14. Couverture par au moins une consultation prénatale. Nombre des femmes ayant accouché au cours des 5 dernières années, ayant effectué au moins une consultation prénatale au cours de leur dernière grossesse. Nombre de femmes ayant accouché au cours des 5 dernières années ayant été interviewées. 15. Nombre moyen de consultations Somme totale des nombres des consultations prénatales effectuées par les femmes au cours Nombre de femmes ayant accouché au cours 107 prénatales de la dernière grossesse, ayant accouché au cours des 5 dernières années ayant accouché au cours des 5 dernières années ayant été interviewées. 16. Pourcentage des femmes enceintes ayant effectué au moins 4 consultations prénatales. Nombre de femmes ayant accouché au cours des 5 dernières années, ayant effectué au moins 4 consultations prénatales au cours de leur dernière grossesse. Nombre de femmes ayant accouché au cours des 5 dernières années ayant été interviewées. 17. Pourcentage des femmes enceintes ayant suivi régulièrement le traitement martial. Nombre de femmes ayant accouché au cours des 5 dernières années s, et ayant suivi régulièrement un traitement martial au cours de leur grossesse. Nombre de femmes ayant accouché au cours des 5 dernières années ayant été interviewées. 18. Couverture d'accouchements en milieu assisté. Nombre de femmes ayant accouché au ayant accouché au cours des 5 dernières années, dans une maternité publique ou une clinique privée pour leur dernier accouchement Nombre de femmes ayant accouché au cours des 5 dernières années ayant été interviewées. 19. Couverture d'accouchements par un personnel qualifié. Nombre de femmes ayant accouché au ayant accouché au cours des 5 dernières années, avec l'assIstance d'un médecin et/ou d'une sage- femme, pour leur dernier accouchement. Nombre de femmes ayant accouché au cours des 5 dernières années ayant été interviewées. 20. % des femmes ayant recouru aux services publics au cours de leur dernière grossesse Nombre de femmes enceintes au cours des 5 dernières années et ayant recouru aux services publics pour le suivi de leur dernière grossesse Total des femmes enceintes au cours des 5 dernières années 21. le pourcentage de femmes ayant bénéficié d’une échographie au cours de la dernière grossesse Nombre des femmes ayant accouché au cours des 5 dernières années, ayant bénéficié d’au moins une échographie obstétricale de leur dernière grossesse. Nombre de femmes ayant accouché au cours des 5 dernières années ayant été interviewées. 22. taux de référence des femmes enceintes vers des structures spécialisées Nombre de femmes enceintes au cours des 5 dernières années et référées au cours de leur dernière grossesse vers une structure spécialisée Total des femmes enceintes au cours des 5 dernières années 23. le pourcentage de femmes ayant bénéficié d’une auscultation cardiaque au cours de la dernière grossesse Nombre de femmes ayant accouché au cours des 12 derniers mois et ayant bénéficié d’une auscultation cardiaque durant la dernière grossesse Total des femmes ayant accouché au cours des 12 derniers mois et interviewées 24. taux de satisfaction des femmes ayant recouru aux services de soins prénataux Nombre de femmes ayant recouru aux services de soins prénataux au cours des 5 dernières années et étant satisfaites des services Total des femmes enceintes ayant recouru aux services de soins prénataux au cours des 5 dernières années 25. taux de satisfaction des femmes ayant recouru aux services d’accouchement en milieu assisté Nombre de femmes ayant recouru l’accouchement en milieu assisté au cours des 5 dernières années et étant satisfaites des services Total des femmes enceintes ayant recouru l’accouchement en milieu assisté au cours des 5 dernières années 26. Taux d'accouchements par césarienne. Nombre de femmes ayant accouché par césarienne au cours de leur dernier accouchement, parmi celles ayant accouché au cours de 5 dernières années. Nombre de femmes ayant accouché au cours des 5 dernières années, ayant été interviewées. 27. % de femmes ayant eu une infection de l’épisiotomie au cours du dernier accouchement Nombre de femmes ayant accouché au cours des 5 dernières années et ayant présenté une infection de l’épisiotomie au cours du dernier accouchement Total des femmes ayant accouché au cours des 5 dernières années, ayant été interviewées 28. taux de satisfaction des femmes ayant recouru aux services de soins postnataux Nombre de femmes ayant recouru aux services de soins postnataux au cours des 5 dernières années et étant satisfaites des services Total des femmes enceintes ayant recouru aux services de soins postnataux au cours des 5 dernières années 29. Protection contre le tétanos néo-natal. Nombre de femmes ayant accouché au cours de 5 dernières années, ayant reçu au moins 2 doses avec la dernière dose remontant à moins de 3 ans PLUS le nombre de femmes ayant reçu 3 à 4 doses avec la dernière dose remontant à moins de 10 ans PLUS le nombre de femmes ayant reçu 5 doses. Nombre de femmes ayant accouché au cours de 5 dernières années, ayant été interviewées. 30. Couverture par une méthode de contraception moderne Nombre de femmes mariées, âgées de 15-49 ans, mises sous contraception (méthode moderne) au moment de l'enquête. Nombre de femmes mariées en âge de procréer ayant été interviewées. 31. Couverture par une méthode de contraception Nombre de femmes mariées, âgées de 15-49 ans, mises sous contraception au moment de l'enquête. Nombre de femmes mariées en âge de procréer ayant été interviewées. 32. prévalence de l’avortement chez les femmes mariées Nombre de femmes mariées, âgées de 15-49 ans ayant eu recours à l’avortement au cours des 12 derniers mois Nombre de femmes mariées en âge de procréer ayant été interviewées. 33. Taux de faible poids à la naissance. Nombre d'enfants âgés de moins de 5 ans, dont le poids à la naissance était inférieur à 2500 g Nombre total d'enfants de moins de 5 ans "interviewés". 108 34. Pourcentage de mères connaissant les manifestations chez l’enfant nécessitant un recours urgent au médecin. Nombre de mères ayant cité au moins 2 signes parmi les suivants devant amener à recourir au médecin : . l’enfant a des difficultés de boire ou de prendre le sein de sa mère. . l’enfant est vraiment malade. . l’enfant présente de la fièvre. . l’enfant présente une respiration rapide. . l’enfant présente une difficulté à la respiration. . l’enfant présente une cyanose. . l’enfant boit très peu. . l’enfant convulse , l’enfant est inconscient, . l’enfant vomit tout ce qu’il consomme Nombre de mères des enfants âgés de moins de 5 ans ayant présenté un épisode morbide au cours des 15 jours précédents interviewées. 35. Prévalence des infections respiratoires aiguës au cours des 15 jours précédents. Nombre d'enfants âgés de moins de 5 ans, ayant présenté des symptômes d'infections respiratoires aiguës au cours des 15 jours précédents. Nombre total d'enfants de moins de 5 ans "interviewés". 36. Pourcentage de recours aux soins médicaux en cas d’épisode d’infection respiratoire aiguë. Nombre des mères ayant amené chez le médecin, leur enfant, âgé de moins de 5 ans, ayant présenté un épisode d’infection respiratoire aiguë au cours des 15 jours précédents. Nombre de mères d’enfants, âgés de moins de 5 ans, ayant présenté un épisode d’infection respiratoire aiguë au cours de 15 jours précédents. 37. Pourcentage de continuation de l’alimentation liquide et solide en cas d‘épisode d’IRA Nombre d’enfants âgés de moins de 5 ans ayant présenté un épisode d’IRA au cours des 15 jours précédents de continuation de l’alimentation liquide et solide. Nombre de mères d’enfants, âgés de moins de 5 ans, ayant présenté un épisode de diarrhée au cours de 15 jours précédents. 38. Prévalence de la diarrhée au cours des 15 jours précédents. Nombre d'enfants âgés de moins de 5 ans, ayant présenté des symptômes de diarrhée au cours des 15 jours précédents. Nombre total d'enfants âgés de moins de 5ans "interviewés" 39. d'enfants âgés Proportion des formes graves de diarrhée avec déshydratation Nombre d'enfants âgés de moins de 5 ans, ayant présenté une diarrhée avec déshydratation au cours des 15 jours précédents. Nombre total de moins de 5ans, ayant présenté une diarrhée au cours des 15 jours précédents. 40. Pourcentage de recours aux soins médicaux en cas d’épisode de diarrhée chez l’enfant. Nombre de mères ayant amené chez le médecin, leur enfant, âgé de moins de 5 ans, ayant présenté un épisode de diarrhée au cours des 15 jours précédents. Nombre de mères d’enfants, âgés de moins de 5 ans, ayant présenté un épisode de diarrhée au cours des 15 jours précédents. 41. Utilisation des TRO (liquides accrus et alimentation continue). Nombre d’enfants âgés de moins de 5 ans ayant présenté un épisode de diarrhée au cours des 2 semaines précédents ayant : . été allaité au sein ou . reçu un bouillon de légumes ou de céréales. Ou . reçu des sachets oralyte ou ORS. Ou . reçu du lait (autre que le lait maternel) Ou . reçu de l’eau par certains moments de la journée. Nombre d’enfants, âgés de moins de 5 ans, ayant présenté un épisode de diarrhée au cours des 2 semaines précédents. 42. Pourcentage de cas de diarrhée ayant été traités par des médicaments. Nombre d’enfants âgés de moins de 5 ans ayant présenté un épisode de diarrhée au cours des 15 jours précédents ayant reçu des médicaments. Nombre de mères d’enfants, âgés de moins de 5 ans, ayant présenté un épisode de diarrhée au cours de 15 jours précédents. 43. Pourcentage de continuation de l’alimentation en cas de diarrhée. Nombre d’enfants âgés de moins de 5 ans ayant présenté un épisode de diarrhée au cours des 15 jours précédents ayant mangé quelque peu ou moins la même ou plus de nourriture. Nombre de mères d’enfants, âgés de moins de 5 ans, ayant présenté un épisode de diarrhée au cours de 15 jours précédents. 44. Traitement à domicile de la diarrhée Nombre d’enfants âgés de moins de 5 ans ayant présenté un épisode de diarrhée au cours des 2 semaines précédents ayant reçu plus de liquide que d’habitude et ayant mangé plus que d’habitude ou comme d’habitude ou un peu Nombre d’enfants, âgés de moins de 5 ans, ayant présenté un épisode de diarrhée au cours de 15 jours précédents et ayant 109 moins que d’habitude. été interviewés. 45. Couverture par DTCP3. Nombre d'enfants âgés de 12 à 23 mois, ayant reçu 3 prises de DTCP. Nombre total d'enfants âgés de 12 à 23 mois "interviewés" 46. Couverture vaccinale par DTCP3 avant le premier anniversaire. Nombre d'enfants âgés de 12 à 23 mois, ayant reçu 3 prises DTCP avant leur premier anniversaire. Nombre total d'enfants âgés de 12 à 23 mois "interviewés". 47. Couverture vaccinale par HBV3. Nombre d'enfants âgés de 12 à 23 mois, ayant reçu 3 prises de HBV. Nombre total d'enfants âgés de 12 à 23 mois "interviewés". 48. Couverture vaccinale par HBV3 avant 1 an. Nombre d'enfants âgés de 12 à 23 mois, ayant reçu 3 prises de HBV avant leur premier anniversaire. Nombre total d'enfants âgés de 12 à 23 mois "interviewés". 49. Couverture vaccinale par le BCG. Nombre d'enfants âgés de 12 à 23 mois, ayant été vaccinés par le BCG. Nombre d'enfants âgés de 12 à 23 mois, "interviewés". 50. Couverture vaccinale par le BCG avant 1 an. Nombre d'enfants âgés de 12 à 23 mois, ayant été vacciné par le BCG avant leur premier anniversaire. Nombre d'enfants âgés de 12 à 23 mois, "interviewés". 51. Couverture par le rappel DTC Polio. Nombre d'enfants âgés de 24 à 35 mois, ayant eu leur premier rappel DTCP. Nombre total d'enfants âgés de 24 à 35 mois, "interviewés". 52. Couverture par HIB3 Nombre d'enfants âgés de 12 à 23 mois, ayant reçu la dose de vaccin contre l’hémophillus influenza B. Nombre total d'enfants âgés de 12 à 23 mois, ayant été "interviewés". 53. Couverture par 1 dose de vaccin contre la rougeole avant 2 ans. Nombre d'enfants âgés de 24 à 35 mois, ayant reçu 1 dose de vaccin contre la rougeole avant l'âge de 2 ans. Nombre total d'enfants âgés de 24 à 35 mois, "interviewés". 54. Couverture par une vaccination complète (selon tableau). Nombre d'enfants âgés de 24 à 35 mois, ayant reçu une vaccination complète. Nombre total d'enfants âgés de 24 à 35 mois, "interviewés". 55. Taux de couverture des femmes par le programme de diagnostic précoce du cancer du sein Nombre de femmes âgées de 30 – 60 ans ayant bénéficié d’un examen des seins par un professionnel de la santé durant l’année précédent l’enquête Nombre de femmes âgées de 30 – 60 ans interviewées 56. Taux de couverture des femmes par le programme de dépistage du cancer du col de l’utérus Nombre de femmes âgées de 35 – 60 ans ayant bénéficié d’un frottis cervical Nombre de femmes âgées de 30 – 60 ans interviewées 57. Taux de couverture par une mammographie Nombre de femmes âgées de 45 - 60 ans ayant pratiqué une mammographie Nombre de femmes âgées de 45 – 60 ans interviewées 58. Prévalence de la stérilité Nombre de femmes âgées de 15-49 ans vivant en couple depuis plus de 2 ans sans contraception, n’ayant pas eu de grossesse et n’ayant pas fait d’IVG Total des femmes interviewées répondant aux critères cités au numérateur et les femmes ayant été enceinte au cours des 2 dernières années 59. connaissance des modes de transmission du virus du SIDA nombre de femmes qui ont identifié correctement les modes de transmission de l'infection du VIH Total des femmes interviewées 60. Connaissances des méthodes de prévention des infections à VIH/Sida nombre de femmes qui ont identifié correctement les 3 principales méthodes de prévention de l'infection du VIH Total des femmes interviewées 61. Soutien à l’apprentissage Nombre d’enfants de 36 à 59 mois ayant reçu un soutien à l’apprentissage par l’un des membres de la famille Total des enfants interviewés 62. Développement préscolaire nombre d’enfants âgés de 36 à 59 mois qui fréquentent une forme ou une autre de programme d'éducation préscolaire Total des enfants interviewés 63. % d’attitude négative des parents vis à vis des enfants, en cas d’écart disciplinaire / selon la sévérité de la punition Nombre d’enfants âgés de 2 – 14 ans qui ont subi une punition : psychologique ; non violente ; physique légère ; physique sévère au cours du dernier mois Total des enfants âgés de 2-14 ans interviewés

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.