Tunisia - Multiple Indicator Cluster Survey - 2000

Publication date: 2000

Republique Tunisienne Ministere de Ia Sante Publique Direction des Soins de Sante de Base Enqu@te nationale sur Ia sante et I~ bien-et ~ e ~.,.,.,.,.~~~e de Ia mere et ~fant c-- ---.,. ro- --- unicef• REPUBLIQUE TUNISIENNE *** MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ******* DIRECTION DES SOINS DE SANTE DE BASE ENQUETE NATIONALE SUR LA SANTE ET LE BIEN ETRE DE LA MERE ET DE L'ENFANT Tome II Resultats (MICS 2- 2000) Preface: Resume: TABLE DES MATIERES . . . . . . . . . . . .1 . 5 CHAPITRE 3: RESULTATS ET COMMENTAIRES PREMIERE PARTIE : CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DE LA POPULATION 1-1-Taux de reponse . . . . . . . . 11 1-2-Qualite des donnees saisies . 12 1-3-Caracteristiques socio demographiques . 13 1-3-1 Caracteristiques demographiques des menages . 13 1-3-2 Repartition padige et sexe de la population . , . . . 16 1-3-3 Niveau d'ectucation de la population generale deplus de 10 ans . 17 1-3-4-0rphelinat parental . 24 1-4-Source d' eau de boisson et mode d' evacuation des eaux usees . , . . , . 25 1-4-1-Source d'eau de boisson . 25 1-4-2-Mode d'evacuation des eaux usees . 27 1-5-Caracteristiques de 1' habitat. . . 31 1-5-1-Type d'habitat. . . 31 1-5-2-Nombre moyen de pieces par logement. . 32 1-5-3-Biens d'equipements menagers . 32 1-6- Enrichissement du sel en iode. . . . . . . . . . . . .35 DEUXIEME PARTIE : FREQUENTATION D'UN ETABLISSEMENT PRESCOLAIRE 2-1-Frequentation prescolaire selon le milieu et les grandes regions socio economiques . 37 2-2-Frequentation d'un etablissement prescolaire selon le niveau d'education des parents . .40 2-3-Frequentation d'un etablissement prescolaire selon le travail de la mere . .40 2-4-Nombre moyen d'annees de frequentation prescolaire . .42 TROISIEME PARTIE : FREQUENTATION D'UN ETABLISSEMENT SCOLAIRE 3-1-Scolarisation des enfants ages de 6 a 12 ans . .45 3-2-Scolarisation des enfants ages de 13 a 19 ans . .45 3-2-1-Scolarisation des enfants ages de 13 a 19 ans selon le milieu et le gouvemorat . . .48 3-2-2-Scolarisation des enfants ages de 13 a 19 ans selon le milieu et le niveau d'education des parents . .48 Tunis- Decembre 2000 3-2-3-Scolarisation des enfants ages de 13 a 19 ans selon l'exercice par I' enfant d'une activite professionnelle . · . 51 3-3-Motifs d' arret scolaire . 52 3-4-Atteinte du niveau de 5eme annee primaire . 53 QUATRIEME PARTIE : TRAVAIL DES ENFANTS AGES DE 5 A 15 ANS : 4-1- Exercice par 1' enfant d'une activite professionnelle selon les regions, le milieu et le sexe 59 4-2-Exercice d'une activite professionnelleselon l'age . 60 4-3-Exercice d'une activite professionnelle selonle niveau d'education des parents . 61 4-4-Exercice d'une activite professionnelle selon l'orphelinat parental . 62 4-5-Charge de travail . 64 4-6-lnterference avec les heures de scolarite . 65 4-7-Travail de nuit . 66 4-8-Mode de depense de I' argent gagne . 66 CINQIDEME PARTIE : MORBIDITE, INCAPACITE CAUSES DE DECES CHEZ LES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS : 5-1-Les diarrhees . 69 5-1-1-Prevalence de la diarrhee au cours des 15 jours precedant l'enquete . 69 5-1-1-1-Prevalence de la diarrhee selon le gouvemoratet le milieu . . . 69 5-1-1-2-Prevalence de la diarrhee selon le sexe, l'age et le niveau d'education de la mere . 71 5-1-2-Presence de sang dans les selles . . . 72 5-1-2-1-Presence de sang dans les selles selon les regions et le milieu . 72 5-1-2-2-Presence de sang dans les selles selon le sexe, l'age et le niveau d'education de la mere . 74 5-1-3-Hospitalisation pour diarrhee . 74 5-1-4-Qualite de la rehydratation orale et de !'alimentation de I' enfant diarrheique au cours de !'episode . 74 5-1-4-1-Qualite de la rehydratation orale selon les regions et le milieu . . . 75 5-1-4-2-Qualite de la rehydratation orale selon le sexe, 1' age et le niveau d' education de la mere . 75 5-1-5-Consommation de liquides, d'aliments et de medicaments au cours de !'episode diarrheique . 77 5-2-Infections respiratoires aigues . 79 5-2-1-Prevalence des IRA au cours des 15 jours precedents . 79 5-2-2-Proportion d'IRA graves . 82 5-3-Malnutrition protei'no-calorique . 85 5-3-1-lnsuffisance ponderale . 86 5-3-2-Retard de croissance . 89 5-3-3-Emaciation . 90 5-4-Incapacite . 93 5-5-Causes de deces chez les enfants ages de mains de 5 ans . 94 Tunis- Decembre 2000 ii SIXIEME PARTIE : NIVEAU DE CONNAISSANCES, ATTITUDES ET COMPORTEMENTS DES MERES AU COURS DES EPISODES MORBIDES CHEZ L'ENFANT: 6-1-Connaissances des symptomes de gravite au cours des episodes morbides chez I' enfant .101 6-2- Recours aux so ins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 03 6-2-1- Recours aux soins en cas d'episode de diarrhee chez !'enfant . . . . . 103 6-2-2- Recours aux soins en cas d'episode d'IRA chez I' enfant . . . . . 105 6-3- Niveau de satisfaction par les prestations de soins foumies au cours des episodes morbides chez l'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 6-3-1- Niveau de satisfaction des prestations de soins foumies suiteau recours aux structures de soins pour probleme de sante chez I' enfant . . . . . . 108 6-3-2- Motifs de non recours aux soins . . . 111 SEPTIEME PARTIE : ALLAITEMENT MATERNEL ET DIVERSIFICATION DES ALIMENTS : 7-1-Prevalence de l'allaitement matemel chez les enfants ages de moins de 6 mois . . . . 113 7-2- Continuation de l'allaitement matemel (enfants ages de 6 a 23 mois) . . . . . . 114 7-3- Diversification des aliments . . . . . . . 116 HUITIEME PARTIE : COUVERTURE VACCINALE : 8-1-Enfants ages de 12 a 23 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 8-1-1-Couverture vaccinale chez les enfants ages de 12 a 23 mois . . . . . 121 8-1-2-Utilisation du secteur public pour la vaccination des enfants ages de 12 a 23 mois . 126 8-2- Enfants ages de 24- 35 mois . . . . . 128 8-3- Couverture vaccinale des enfants a leur premier anniversaire . . . 132 NEUVIEME PARTIE : SANTE DES FEMMES MARIEES A GEES DE 15- 49 ANS : 9-1- Caracteristiques socio-demographiques des femmes mariees en age de procreer . 135 9-2- Frequence des accouchements et d'avortements au cours des 12 demiers mois- prevalence contraceptive . . . . . 136 9-3-Type de contraceptifs utilises . . . . . 140 9-4- Recours a la consultation prenatale . . . . . . . . . 144 9-4-1- Recours a au moins une consultation prenatale . . . . . 144 9-4-2- Recours a 4 consultations prenatales ou plus . . . . . . . . . . . . . . 147 9-4-3- Recours a la consultation prenatale au premier trimestre et au neuvieme mois . . 149 9-4-4- Traitement martial . . . . . . . . . . . . . 149 9-4-5- Recours au secteur public pour les prestations prenatales . . . 149 9-5- Deroulement de !'accouchement . . . . . . . 150 9-5-1- Lieu d'accouchement . . . . . . . 150 9-5-2- Accouchement assiste par un personnel qualifie . . . 153 9-5-3- Accouchement par cesarienne . : . ." . 153 Tunis- Decembre 2000 iii 9-6- Recours ala consultation post-natale . 155 9-7- Vaccination anti-tetanique des femmes enceintes . 159 9-8- Faible poids a la naissance . 161 DIXIEME PARTIE : EDUCATION FAMILIALE DES ENFANTS ET AMBIANCE FAMILIALE : 10-1- Education familiale des enfants . 163 10-1-1- Acquisition du langage . 163 10-1-2- Comportement de la mere pour corriger les erreurs de prononciation chez I' enfant . 164 10-1-3- Nature des activites a entreprendre pour apprendre a l'enfant a parler . 165 10-1-3-1- Activites entreprises par les meres . 165 10-1-3-2- Activites impliquant davantage la participation de I' enfant . 166 10-1-3-3- Participation du pere aux activites de communication . 167 10-1-4- Developpement affectif de I' enfant . 168 10-1-4-1- Expression de la mere de son attachement a !'enfant . 168 10-1-4-2- Expression du pere de son attachement a !'enfant . 169 10-1-5- Attitude de la mere vis a vis de 1' enfant quand il se com porte mal . , . 170 10-2- Ambiance familiale . 172 10-2-1- Frequence des malentendus au sein de Ia famille . 17 4 10-2-2- Membres de la famille concemes par les conflits . 174 10-2-3- Cadres d'expression des conflits familiaux . 174 CHAPITRE IV : CONCLUSION . 179 REFERENCES . 189 ANNEXES: Annexe I: Determination des intervalles de confiance des principaux ndicateurs avec prise en compte du type de sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .196 Personnel de 1' enquete Liste des tableaux des resultats Liste des graphiques Liste des abreviations Tunis- Decembre 2000 Annexe II: iv LISTE DES TABLEAUX Tableau 1.1: Nombre de menages et de FMAR et taux de reponse Tunisie, MICS2,2000 11 Tableau 1.2 : Pourcentage des donnees manquantes relatives a certaines questions Tunisie MICS2, 2000 I 2 Tableau 1.3 : Repartition des menages sefon les gouvernorats et le milieu Tunisie, MICS2,2000 I4 Tableau 1.4 : Caracteristiques socio-demographiques des menages - Tunisie, MICS2, 2000 I 5 Tableau 1,5 : Repartition des personnes enquetees sefon I 'age le sexe et le milieu - Tunisie, MICS2,2000 I6 Tableau 1.6: Repartition selon le niveau d'education par gouvernorat des sujets ages de plus de 10 ans (deux sexes confondus)- Tunisie, MICS2,2000 18 Tableau 1. 7: Repartition seton le niveau d'education par gouvernorat des sujets ages de plus de IO ans (sexes masculin)- Tunisie, MICS2,2000 I9 Tableau 1.8: Repartition selon le niveau d'education par gouvernorat des sujets ages de plus de I 0 ans (sexes feminin) - Tunisie, MICS2, 2000 20 Tableau 1.9: Repartition seton !'age et le niveau d'education, des personnes agees de plus de IO ans (deux sexes confondus)- Tunisie, MICS2,2000 22 Tableau 1.10: Repartition selon l 'age et le sexe et le niveau d'education, des personnes agees de plus de I 0 ans (sexe masculin) - Tunisie, MICS2, 2000 23 Tableau 1.11: Repartition selon !'age et le niveau d'education, des personnes agees de plus de I 0 ans (sexe feminin) - Tunisie, MICS2, 2000 24 Tableau 1.12: Repartition selon l 'orphelinat parental par grandes regions socio- economiques des enfants ages de mains de I5 ans- Tunisie, MICS2,2000 25 Tableau 1.13: Source d 'eau de boisson, selon le gouvernorat et le milieu - Tunisie, MICS2,2000 26 Tableau 1.14: Mode d'evacuation des eaux usees seton le gouvernorat, pour les deux milieux confondus - Tunisie, MICS2, 2000 28 Tableau 1.15: Mode d'evacuation des eaux usees en milieu urbain selon le gouvernorat Tunisie, MICS2,2000 29 Tableau 1.16: Caracteristiques de !'habitat- Tunisie, MICS2,2000 3I Tableau 1.17: Nombre moyen de pieces a Ia maison et nombre moyen de personnespar chambre -Tunisie, MICS2,2000 33 Tableau 1.18: Biens d'equipements menagers- Tunisie, MICS2,2000 34 Tableau 1.19: Enrichissement du sel en iode, selon les grandes regions et le milieu-:- Tunisie, MICS2,2000 35 Tableau 2.1 : Frequentation prescolaire seton le sexe, les grandes regions et le milieu Tunisie, MICS2, 2000 38 Tunis- Decembre 2000 v Tableau 2.2: Frequentation d'un eiablissement prescolaire selon le niveau d 'education des parents, le travail de la mere et le milieu- Tunisie, MICS2,2000 41 Tableau 2.3: Nombre moyen d'annees de frequentation prescolaire- Tunisie, MICS2,2000 43 Tableau 3.1 : Frequentation scolaire chez les enfants ages de 6 a I 2 ans - Tunisie, MICS2,2000 Tableau 3.2 : Frequentation scolaire chez les enfants ages de I 3 a I 9 ans - Tunisie, MICS2,2000 Tableau 3.3 : Frequentation scolaire chez les enfants ages de I 3 a I 9 ans seton le niveau 46 49 d'education des parents- Tunisie, MICS2,2000 50 Tableau 3.4 : Frequentation scolaire chez les enfants ages de I 3 a I 5 ans selon l 'exercice d'une activite professionnelle- Tunisie, MICS2,2000 51 Tableau 3.5: Motifs d'arret au d 'abandon scolaire chez les enfants ages de I 3 a 19 ans- Tunisie, MICS2,2000 53 Tableau 3.6: Pourcentage d'atteinte de Ia cinquieme annee primaire chez les eleves ages de I 3 a I 9 ans - Tunisie, MICS2,2000 54 Tableau 3. 7: Pourcentage d'atteinte de Ia cinquieme annee primaire chez les e!eves ages de I 3 a 19 ans selon le niveau d'education des parents Tunisie, MICS2,2000 56 Tableau 3.8: Pourcentage d'atteinte de Ia cinquieme annee primaire chez les enfants ages de 13 a 14 ans selon l'orphelinat parental - Tunisie, MICS2,2000 57 Tableau 3.9: Pourcentage d'atteinte de Ia cinquieme annee primaire chez les enfants ages de I 3 a I 5 ans selon l 'exercice par l 'enfant d 'une activite professionnelle Tunisie, MICS2,2000 57 Tableau 4.1 : Travail des enfants ages de 5 a I 5 ans selon les grandes regions socio- economiques et le caractere reglementaire du travail -Tunisie, MICS2,2000 60 Tableau 4.2 : Travail des enfants ages de 5 a I 5 ans selon l 'age et le sexe Tunisie, MICS2,2000 61 Tableau 4.3: Travail des enfants ages de 5 a I 5 ans selon le niveau d'education des parents Tunisie, MICS2,2000 62 Tableau 4.4 : Travail des enfants ages de 5 a I 4 ans selon l 'orphelinat parental - Tunisie, MICS2, 2000 63 Tableau 4.5 : Travail des enfants ages de 5 a I 5 ans selon la charge du travail - Tunisie, MICS2, 2000 64 Tableau 4.6: Frequence d'exercice d'une activite professionnelle par les enfants ages de 5 a I 5 ans durant les heures de scolarite parmi les enfants qui travaillent Tunisie, MICS2, 2000 65 Tableau 4. 7: Proportion d'enfants ages de 5 a I 5 ans travaillant Ia nuit parmi ceux exerc;ant une activite professionnelle - Tunisie, MICS2, 2000 66 Tableau 4.8: Travail des enfants ages de 5 a I 5 ans : mode de depense de l 'argent gagne par les enfants - Tunisie, MICS2, 2000 66 Tunis- Decembre 2000 vi Tableau 5.1: Prevalence de Ia diarrhee aigue au cours des 15 derniers }ours chez les enfants de mains de 5 ans - Tunisie, MICS2, 2000 70 Tableau 5.2: Prevalence de Ia diarrhee chez les enfants ages de mains de 5 ans, selon !'age et le niveau d'education de Ia mere- Tunisie, MICS2,2000 71 Tableau 5.3: Frequence de presence du sang dans les selles et d'hospitalisation pour diarrhee, selon l 'age et le niveau d'education de Ia mere Tunisie, MICS2,2000 Tableau 5.4: TRO et continuation de l 'alimentation des enfants diarrheiques selon les 73 Regions et le milieu- Tunisie, MICS2,2000 75 Tableau 5.5: TRO et continuation de l 'alimentation chez les enfants diarrheiques Tunisie, MICS2,2000 76 Tableau 5.6: Consommation de liquides, d'aliments et de medicaments selon les regions et le milieu- Tunisie, MICS2,2000 78 Tableau 5. 7: Consommation de liquides, d'aliments et de medicaments selon le sexe, !'age et le niveau d 'education de Ia mere- Tunisie, MICS2,2000 78 Tableau 5.8: Prevalence des sympt6mes d'IRA chez les enfants de mains de 5 ans Tunisie, MICS2,2000 80 Tableau 5.9: Prevalence des sympt6mes d'IRA au cours des 15 }ours precedents selon le sexe, !'age de !'enfant et le niveau d'education de Ia mere Tunisiz, MICS2, 2000 81 Tableau 5.10: Proportion d'IRA graves seton les regions et le milieu Tunisie, MICS2, 2000 83 Tableau 5.11: Proportion d'IRA graves selon le sexe, !'age de !'enfant et le niveau d'education de la mere -Tunisie, MICS2,2000 84 Tableau 5.12: Prevalence de la malnutrition proteino-calorique selon les regions et le milieu Tunisie, MICS2,2000 86 Tableau 5.13: Prevalence de Ia malnutrition proteino-calorique selon le sexe, l 'age, le niveau d'education et le travail de !a mere- Tunisie, MICS2,2000 92 Tableau 5.14: Prevalence de l'incapacite chez les enfants de mains de 5 ans Tunisie, MICS2, 2000 94 Tableau 5.15: Repartition des deces des enfants de mains de 5 ans selon !'age, le sexe, le milieu et le lieu de deces- Tunisie, MICS2, 2000 96 Tableau 5.16: Causes de deces selon le milieu et le lieu de deces Tunisie, MICS2, 2000 Tableau 6.1: Niveau de connaissances des meres des sympt6mes de gravite chez !'enfant selon le gouvernorat, le milieu et le niveau d'education de la mere Tunisie, MICS2, 2000 98 102 Tableau 6.2: Recours aux soins en cas de diarrhee chez !'enfant -Tunisie, MICS2,2000 104 Tableau 6.3: Recours aux soins en cas d'episode d'IRA chez !'enfant Tunisie, MICS2, 2000 I 06 Tunis- Decembre 2000 vii · Tableau 6.4: Niveau de satisfaction des meres par les prestations de so ins fournies a !'enfant a !'occasion de !'episode morbide- Tunisie, MICS2,2000 109 Tableau 6.5: Motifs de non satisfaction des prestations de so ins fournis Tunisie, MICS2,2000 110 Tableau 6.6: Motifs de non recours aux soins, pour !'episode morbide chez !'enfant Tunisie, MICS2,2000 111 Tableau 7.1: Prevalence de l 'allaitement maternel chez les enfants ages de mains de 6 mois- Tunisie, MICS2,2000 114 Tableau 7.2: Proportion d'enfants encore allaites au sein selon l'age,Tunisie, MICS2,2000 116 Tableau 7.3: Diversification de l 'alimentation chez les enfants ages de 6 a 23 mois Tunisie, MICS2,2000 118 Tableau 8.1: Couverture vaccinate chez les enfants de 12 a 23 mois selon la source d'information -Tunisie, MICS2,2000 122 Tableau 8.2: Couverture vaccinate chez les enfants de 12 a 23 mois -Tunisie, MICS2,2000 123 Tableau 8.3: Utilisation du secteur public pour la vaccination des enfants ages de 12 a 23 mois Tunisie, MICS2,2000 127 Tableau 8.4: Couverture vaccinate chez les enfants ages de 24 a 35 mois selon la source d'informationTunisie, MICS2,2000 129 Tableau 8,5: Couverture vaccinate chez les enfants ages de 24 a 35 mois Tunisie, MICS2,2000 130 Tableau 8.6: Couverture vaccinate des enfants ages de 12 a 23 mois a leur premier anniversaire, Tunisie, MICS2, 2000 133 Tableau 8. 7: Couverture vaccinate des enfants ages de 24 a 35 mois a leur premier anniversaire Tunisie, MICS2, 2000 134 Tableau 9.1: Repartition des FMAR selon les gouvernorat et le milieu -Tunisie, MICS2, 2000 Tableau 9.2: Repartition des FMAR selon l'age et le niveau d'education -Tunisie, MICS2,2000 Tableau 9.3: Frequence d'accouchements au cours des 12 derniers mois et prevalence 137 138 contraceptive -Tunisie, MICS2,2000 139 Tableau 9.4 : Type de methode contraceptive utilisee selon le caractere moderne ou traditionnel- Tunisie, MICS2,2000 142 Tableau 9.5: Repartition selon les methodes contraceptives utilisees- Tunisie, MICS2,2000 143 Tableau 9.6: Recours ala consultation prenatale- Tunisie, MICS2,2000 145 Tableau 9. 7: Conditions de deroulement de l 'accouchement- Tunisie, MICS2, 2000 151 Tableau 9.8: Recours ala consultation post-natale- Tunisie, MICS2,2000 157 Tableau 9.9: Vaccination antitetanique des femmes enceintes- Tunisie, MICS2,2000 160 Tableau 9.10: Frequence desfaibles poids ala naissance- Tunisie, MICS2,2000 161 Tableau 10.1 : Connaissances de la mere des activites pouvant aider l 'enfant a parler Tunisie, MICS2,2000 164 Tunis- Decembre 2000 viii Tableau 10.2: Comportement de fa mere pour corriger les erreurs de prononciation chez !'enfant - Tunisie, MICS2,2000 . 165 Tableau 10.3: Activites entreprises par la mere pour apprendre a ! 'enfant a parler Tunisie, MICS2,2000 166 Tableau 10.4: Participation de !'enfant aux activites de communication Tunisie, MICS2, 2000 167 Tableau 10.5: Participation du pere aux activites de communication pour apprendre a l 'enfant a parler- Tunisie, MJCS2,2000 168 Tableau 10,6: Expression de la mere de son attachement a !'enfant- Tunisie, MICS2,2000 169 Tableau 10,7: Expression du pere de son attachement a l 'enfant- Tunisie, MICS2, 2000 170 Tableau 10,8: Comportement de la mere si !'enfant se conduit mal- Tunisie, MICS2,2000 171 Frequence des malentendus au sein de lafamille- Tunisie, MICS2,2000172 Tableau 10.10: Membres de lafamille concernes par les conjlits- Tunisie, MICS2,2000 173 Tableau 10.9: Tunisie, MICS2, 2000 17 4 Tableau 10.12: Violence envers les enfants -Tunisie, MICS2, 2000 17 5 Tunis- Decembre 2000 ix Figure I: Figure 2: Figure 3: Figure 4: Figure 5: Figure 6: Figure 7: Figure 8: Figure 9: Figure IO Figure II: Figure I2: Figure 13: Figure I4: Figure I5: Figure I6: Figure I7: Figure I8: Figure ":9: LISTE DES FIGURES Repartition de l echantillon etudie selon les grandes regions socio- economiques,comparaison avec les resultats de l 'Enquete Population- Emploi (!NS-I999) Tunisie, MICS2,2000 Pyramide des iiges de l echantillon etudie - Tunisie, MICS2,2000 Repartition du niveau deducation des sujets iiges de plus de 10 ans selon le sexe Tunisie, MICS2,2000 Approvisionnement en eau potable -Tunisie, MICS2,2000 Type dhabitation selon le milieu-Tunisie, MICS2,2000 Biens dequipements menagers selon le milieu-Tunisie, MICS2,2000 Frequentation prescolaire-Tunisie, MICS2,2000 Taux de scolarisation des enfants, iiges de 13 a 19 ans -Tunisie, MICS2,2000 Frequentation scolaire des enfants ages de 13 a 19 ans selon le sexe et le milieu -Tunisie, MICS2,2000 Frequentation scolaire des enfants iiges de 13 a 19 ans selon le niveau d'education de Ia mere et le sexe-Tunisie, MICS2,2000 Principaux motifs d'abandon scolaire des enfants iiges de 13 a 19 ans seton le milieu-Tunisie, MICS2,2000 Atteinte de la cinquieme annee primaire -Tunisie, MICS2,2000 Frequence d 'atteinte du niveau de la cinquieme annee primaire des enfants iiges de 13 a 15 ans selon le travail de !'enfant et le sexe-Tunisie, MICS2,2000 Travail des enfants dges de 5-15 ans. Mode de depense de !'argent gagne par l 'enfant-Tunis ie, MICS2, 2000 Rehydratation et alimentation de l 'enfant au cours de l 'episode diarrheique selon le milieu-Tunisie, MICS2,2000 Frequence des formes graves d 1RA selon les grandes regions socio- economiques-Tunisie, MICS2,2000 Prevalence de la malnutrition proteino-calorique chez les enfants de mains de 5 ans, selon le milieu-Tunisie, MICS2,2000 Prevalence du retard de croissance chez les enfants iiges de mains de 5 ans Tunisie, MICS2,2000 Courbe de la distribution du poids enfonction de l'iige des enfants iiges de mains de 5 ans en utilisant la population de reference internationale de l'OMS-Tunisie, MICS2,2000 Tunis- Cecembre 2000 13 I7 2I 27 32 34 39 47 48 50 52 55 58 67 76 83 87 88 89 X Figure 20: Figure 21: Figure 22: Figure 23: Figure 24: Figure 25: Figure 26: Figure 27: Figure 28: Figure 29: Figure 30: Figure 31: Figure 32: Figure 33: Figure 34: Figure 35: Figure 36: Figure 37: Figure 38: Figure 39: Courbe de La distribution du poids enfonction de L'fige des enfants figes de mains de 5 ans en utilisant La population de reference internationale de I 'OMS Tunisie, MICS2,2000 Courbe de La distribution du poids en fonction de La taille des enfants figes de mains de 5 ans en utilisant la population de reference internationale de L 'OMS. Tunisie, MICS2,2000 Principales causes de deces chez Les enfants figes de mains de 5 ans -Tunisie M1CS2 2000 Recours aux so ins en cas de diarrhee ou d 1RA chez Les enfants figes de mains de 5 ans. -Tunisie, MICS2,2000 Principaux motifs de non satisfaction des prestations de so ins fournies, seton le milieu -Tunisie, MICS2,2000 Continuation de l'allaitement maternel (2 sexes confondus) -Tunisie MICS2 2000 Couverture vaccinale chez Les enfants figes de 12 a 23 mois et de 24 a 35 mois 'T'unisie, 'M'1CS2,2000 Couverture vaccinate par HBV3 chez les enfants ages de 12 a 23 mois-Tunisie MICS2 2000 Couverture par une prima-vaccination complete chez les enfants ages de 12 a23 mois- Tunisie, MICS2,2000 Couverture par une prima-vaccination complete chez les enfants figes de 24 a 35 mois -Tunisie, MICS2,2000 Principaux types de contraceptifs utilises -Tunisie, MICS2,2000 Principaux types de contraceptifs utilises selon l age Tunisie, MICS2,2000 Recours a la consultation prenatale selon le milieu -Tunisie, MICS2,2000 Couverture par an mains une consultations prenatale Tunisie, MICS2,2000 Couverture par quatre consultations prenatales selon le calendrier national. Tunisie, MICS2,2000 Proportion d'accouchements en milieu non assiste -Tunisie, M/CS2,2000 Proportion d'accouchement par cesarienne-Tunisie, MICS2,2000 'Recours a (a consuftation _postnatafe sefon (e mifieu Tunisie, MICS2,2000 Couverture _par au moins une consuftation _postnatafe Tunisie, MICS2,2000 Comportement de Ia mere vis a vis de l 'enfant turbulent selon le milieu Tunisie, MICS2,2000 Tunis- Decembre 2000 90 91 97 105 110 115 122 124 125 131 140 141 144 146 148 152 154 156 158 171 xi MICS2 2000 TRO SRO IRA MD D DSSB INS FMAR SONEDE OR MEN MJE CSB CNSS ONFP CAP FPN VAT Tunis- Decembre 2000 LISTE DES ABREVIATIONS Enquete " Multiple Indicators Clusters Survey "menee en l'an 2000 Therapie de Rehydratation Orale Sachet de Rehydratation Orale Infections Respiratoires Aigues Mille Dinars Dinars Direction des Soins de Sante de Base Institut National de la Statistique Femmes Mariees en Age de Procreer Societe Nationale d'Exploitation et de Distribution des Eaux Odds Ratio Ministere de l 'Education Nationale Ministere de la Jeunesse et de l'Enfance Centre de Sante de Base Caisse Nationale de Securite Sociale Office National de la Famille et de la Population Connaissances Attitudes et Comportements Faibles Poids a la Naissance Vaccination antitetanique xii Preface Un pari reussi Le principe de la promotion du bien-etre physique et moral de l 'individu represente l'un des credos fondateurs de la politique du developpement humain adoptee par la Tunisie depuis son independance et que le Changement salvateur du 7 novembre 1987 a confirme avec conviction et constance. Impregnee de cette approche profondement humaniste, le systeme sanitaire national s'attache a demeurer un element essentiel des programmes nationaux visant a affermir la croissance economique et ce, par une transformation radicale des comportements a l'egard de la sante dans toutes ses composantes et en proposant des services sanitaires accessibles au plus grand nombre de citoyens. Un objectif globalement atteint grace aux efforts consentis par l'Etat toujours sou- cieux de preserver les interets de la communaute sociale dans son ensemble et plus par- ticulierement les droits fondamentaux de la mere et de l 'enfant a une vie saine, dans un milieu ou l 'equilibre psychique, physique et socio-economique est pleinement atteint. Ce souci permanent de promotion de la sante maternelle et infantile s 'inscrit, d'ailleurs, dans un cadre global de politique sociale orientee vers la solidarite et la proximite, dans le meilleur interet du citoyen quelque soit son milieu social, son age ou son environnement. C' est ainsi que, fidele a son arsenallegislatif avant- gardiste, la Tunisie a rati.fie les instruments juridiques universe is relatifs a la sante de la femme et des enfants tels que la CEDA W en 1985 et la Convention des droits de l 'enfant en 1991. L'engagement enfaveur de cette categorie sociale particulierementfragile, reitere en 1995, par la promotion d'un Code de protection de l'enfant, s'est exprime avec elo- quence a travers le programme national d'action pmtr la survie, la protection et le deve- loppement de l 'enfant elabore, des 1992, en conformite avec les recommandations du sommzt mondial de l 'enfance de 1990 et en accord avec les objectifs de la quatrieme decennie ( 1992-2001) et ceux du huitieme quinquennat de developpement. Ce programme national d'action, qui a pris soin d'identifier et d'evaluer l'urgence des problemes et des be so ins des enfants et des femmes, a fixe les objectifs pour la pre- cedente decennie, en proposant les strategies idoines, avec comme principal souci la satisfaction des besoins de cette population vulnerable notamment dans lee' regions defavorisees. Tunis- Decembre 2000 C' est alors qu 'une repartition plus judicieuse des ressources humaines et materielles s 'est operee, induisant une participation plus dynamique de la population et un renfor- cement des programmes de sante matemelle et infantile. Une approche qui n 'a pas manque de generer les resultats escomptes, comme no us l'attestent les conclusions de la presente enquete qu'il me plaft d'en signer la preface. Constituant l 'une des principales composantes des mecanismes mis en place par la Tunisie pour assurer un suivi et une 'evaluation periodiques des progres enregistres sur la voie de la concretisation des objectifs traces par le Sammet Mondial de l'Enfance, cette enquete fait apparaftre qu 'en l 'espace d'une decennie, des progres considerables ont ete realises par notre pays en matiere de sante matemelle et infantile. Des progres qui confirment la justesse des choix nationaux en matiere de sante, un secteur, ou tout investissement est desormais regi de par le monde par les seules considerations d 'effi- cience et de rentabilite. La Tunisie, pour ne citer qu 'un exemple des constats releves par la presente enquete, peut S 'enorgueillir de l 'absence quasi-totale de difference et de discrimination entre garfons et fiZZes en matiere de so ins de sante. Autant de resultats qu 'il convient de mettre a la disposition de toutes les equipes tra- vaillant sur la concretisation des droits de l 'enfant et des institutions de recherche concernees. Car il no us importe de perseverer sur la voie de l 'excellence et de demeurer prets a relever de nouveaux challenges d'autant plus que la Tunisie, sous !'impulsion du President Zine El Abidine Ben Ali est determinee a resorber les disparites regionales en matiere de sante, un deft dont les programmes du Fonds national de Solidarite 26-26 constituent le principal fer de lance. Un pari motivant qu 'il importe de reus sir par une intensification de la sensibilisation de taus les intervenants. Je saisis cette occasion pour saluer la cooperation etablie entre le gouvemement tunisien et l 'UNICEF qui a accorde genereusement son appui a cette enquete. Il ne m 'est pas possible de conclure en fin sans adresser mes felicitations aux equipes qui ont ete chargees de mener ce travail d'investigation dont l'envergure et Ia qualite temoignent de la haute competence de nos cadres et de l 'efficacite des structures qui veillent sur le bien-etre sanitaire de nos concitoyens. Tunis- Decembre 2000 Dr Abdelkrim ZBIDI Ministre de la Sante publique 2 Introduction Une decennie apres le Sammet mondial pour les enfants et apres l 'adoption de la Convention relative aux droits de !'enfant, l'Assemblee generate des Nations Unies a decide de convoquer a New York, en septembre 2001, une session extraordinaire consa- cree aux enfants. Cette session se propose d'examiner les progres accomplis en relation aux objectifs du Plan d' action du Sammet mondial et de renouveler les engagements de la commu- naute internationale afin de garantir le respect, la promotion et la protection des droits de chaque enfant. Dans ce contexte, pour completer et valider les mecanismes de suivi de la situation des enfants, le gouvernement tunisien, avec l 'appui de l 'UNICEF, a decide de lancer la presente Enquete a Indicateurs Multiples. A partir d'un protocole elabore par le Ministere de la Sante publique, en collaboration avec les Ministeres du Developpement economique, de l 'Interieur, de l 'Education, des Affaires sociales, de la Femme et de la Famille, de la Jeunesse, l'Enfance et du Sport, l'lnstitut National de Nutrition et de Technologie Alimentaire, 30 000 menages ant ete enquetes entre mars et avril 2000. Un echantillon aussi important a ete retenu pour disposer d'indicateurs desagreges par region, par milieu et par sexe et permettre ainsi d'orienter !'elaboration des poli- tiques nationales et la planification des actions au niveau regional sur la base d'une connaissance plus fine des speci.ficites. Les resultats de l 'enquete confirment l 'evolution positive de la majorite des indica- teurs de survie et de developpement de l 'enfant ainsi que la quasi elimination des dis- parites entre gar~ons et fiZZes en matiere de sante et d 'education de base. Ils montrent aussi une reduction progressive des disparites, meme si certaines persistent, notamment entre le milieu urbain et rural et entre les regions de l 'Est et celles de l 'Ouest du pays. Si l'Enquete temoigne done des progres remarquables accomplis par la Tunisie en faveur des enfants et des femmes, elle contribue, par ailleurs, a l 'identification des defis qui restent a relever, en particulier : • l'acces a ['education prescolaire pour les enfants de 3 a 5 ans, • la reduction du taux d 'analphabetisme des adultes et surtout celui des femmes rurales, • la validation des informations collectees sur la violence intra-familiale, l 'appreciation de la qualite des services et le travail des enfants, par des recherches qualitatives qui permettront d'affiner la connaissance de ces problematiques. Tunis- Decembre 2000 3 La diffusion des resultats d'une enquete, aussi riche d'informations, vise a susciter !'interet des professionnels et des chercheurs afin d'approfondir davantage !'analyse des donnees et a contribuer a la consolidation des politiques en faveur de l 'enfance. Tunis·- Decembre 2000 · Egidio Crotti Representant UNICEF . 4 Resume L 'enquete sur Ia sante et le bien etre de Ia mere et de l 'enfant (Enquete MICS2 2000) a ete realisee par Ia Direction des So ins de Sante de Base, avec l'appui financier de !'UNICEF Elle vise a evaluer le degre d'atteinte des objectifs fixes dans le plan d'action du sommet mondial pour les enfants. Cette enquete s 'est deroulee aupres d'un echantillon aleatoire de 29645 menages, repartis a l 'echelle nationale, au cours de Ia peri ode Mars -Avril 2000. On se limitera ici a presenter tres succinctement les principales conclusions de cette etude. En matiere d'approvisionnement en eau potable et du mode d'evacuation des eaux usees, Ia situation globale est assez satisfaisante mais elle merited 'etre amelioree davantage. En effet, 11,2% de Ia population consomment une eau de boisson n 'ayant pas les qualites requises d'eau saine et 17,1% ne dispo- sent pas de latrine. C 'est surtout en milieu rural ou Ia situation presente le plus d 'insuffisances. Concernant Ia frequentation d 'un etablissemeat prescolaire, le niveau actuellement atteint est tres satisfaisant puisque 46,7% des enfants ages de 5 ans ant frequente un etablissement prescolaire entre l J age de 3 et 5 ans. Le niveau de frequentation d 'un etablissement scolaire est satisfaisant pour les enfants ages de 6 ans (95,9%), pour les enfants ages de 6 a 12 ans (94, 4%) ; par contre il est mains satisfaisant pour les enfants ages de 13 a 19 ans (66,1%). Par ailleurs, 91,6% des enfants ages de 12 a 19 ans ant atteint le niveau de Ia 5eme annee primaire. C'est en milieu rural ou !'on enregistre encore les niveaux les mains eleves (92,4% pour Ia scolarisation des enfants ages de 6 ans, 90,5% pour les enfants ages d€ 6 a 12 ans, 52,9% pour les enfants ages de 13 a 19 ans et 86,3% pour l'atteinte de Ia 5eme annee primaire). Tunis- Decembre 2000 5 La frequence d'exercice d'une activite professionnelle par les enfants ages de 5 a 15 ans est relativement faible (2, 1%). Il s 'agit le plus souvent d'une activite exercee dans le cadre d'une entrepri- se familiale, principalement dans les milieux les plus modestes, caracterises par un niveau relativement bas de scolarisation des parents. Concernant Ia morbidite chez les enfants ages de mains de 5 ans il faut noter que le programme national de lutte contre les maladies diarrheiques a enre- gistre des progres sensibles au cours des dix dernieres annees. C 'est ainsi que le nombre moyen d 'episodes diarrheiques par enfant et par an est passe de 2,4 en 1992 a 1,97 en !'an 2000. L'utilisation de la TRO se situe actuel- lement a 94,8% et l 'utilisation de la TRO avec une continuation del 'alimen- tation solide est observee dans 62,5% des cas. Concernant les infections respiratoires aigues (IRA), le nombre moyen d'epi- sodes par enfant et par an se situe a 7, 7 episodes ; les formes graves repre- sentent 9, 2%. C 'est en milieu rural oit l 'on observe les frequences les plus elevees des formes graves. Le niveau des connaissances des sympt6mes de gravite aussi bien de la diar- rhee que des IRA est assez modeste, meme chez les meres relativement ins- truites. Pour ce qui est de la malnutrition, c 'est surtout le retard de croissance qui est le plus frequent (12,3%) ; toutefois, la situation est assez satisfaisante en comparaison avec d 'autres pays tels que le Maroc, !a Syrie et l 'Iran. Concernant l 'incapacite, !a frequence est relativement faible puisque uni- quement 0,3% des enfants ont ete declares par leur mere presentant un defi- cit auditif, 0,3% presentant un deficit visuel, 0,4% un deficit moteur, 0,2% un retard mental et 0, 7% des difficultes de langage. Quand au recours au medecin, il n 'a ete observe que dans 43,4% des cas pour la diarrhee et 42,9% pour les IRA. L 'abstention therapeutique et l 'au- tomedication restent encore frequentes surtout en milieu rural et particulie- rement chez les meres n 'ayant pas ete scolarisees. La pratique de l 'allaitement mat erne! est assez satisfaisante. Ainsi parmi les enfants ages de mains de 6 mois, 97,5% ont ete allaites au sein avec 46,4% d'allaitement maternel exclusif. Tunis- Decembre 2000 6 La duree mediane d'allaitement maternel se situe a 15 mois, avec 25% des enfants encore allaites au sein a l 'age de 23 mois. Concernant la diversifi- cation des aliments, les legumes ont ete introduits dans 91,2% des cas, les fruits dans 90,3%, les viandes ou poissons dans 90,3% et le pain dans 93,4%. C 'est plut6t l 'age d 'introduction de ces aliments qui est un peu retarde par rapport aux recommandations. Le niveau de couverture vaccinale est satisfaisant pour les enfants ages de 12 a 23 mois avec 97,4% pour le BCG, 96,0% pour le DTCP3, 87,4% pour l'HBV3 et 71,3% pour la·premiere dose de vaccin contre la rougeole. Toutefois, uniquement 62,8% des enfants ages de 12 a 23 mois ont eu une prima-vaccination complete. Il est a noter que pour le cas du vaccin contre la rougeole, le schema a ete modifie depuis 1999. Il est preconise depuis cette date de se limiter a une seule dose vers l 'age de 15 mois ; ce qui explique- rait le niveau peu eleve de la couverture par Rl. Par ailleurs le niveau de couverture vaccinale est nettement ameliore pour les ages plus avances (24-35 mois) grace au rattrapage des enfants ayant manque certaines prises de vaccins. Dans le domaine de la sante perinatale beaucoup de progres ont ete enre- gistres. C'est ainsi que 89,3% des femmes ont accouche en milieu assiste, 89,8% ont ete assistees au cours de leur accouchement par un personnel qualifie ; 91,5% ont effectue au moins une consultation prenatale et 59,3% ont effectue au moins une consultation post-natale. Par ailleurs, 65,5% des femmes mariees en age de procreer, utilisaient au moment de l 'enquete une methode contraceptive. Dans le do maine de l 'education familiale des enfants, la grande majorite des meres connaissent bien les methodes classiques d'apprentissage de !'enfant a parler (lui parler, lui poser des questions, l 'encourager a parler . .). Toutefois, les activites a caractere plus pedagogique (commentaires d 'images, lecture . .) ont ete beaucoup moins frequemment mentionnees. Le pere participe de plus en plus aux activites d 'education des enfants, avec tou- tefois une frequence moins elevee en milieu rural. Tunis- Decembre 2000 7 Chapitre 3 RESULTATS ET COMMENTAIRES PREMIERE PARTIE : CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES DE LA POPULATION 1-1- TAUX DE REPONSE (tableau 1.1) Parmi les 30.000 menages selectionnes, 29941 occupaient des logements et 29694 ont pu etre enquetes; soit un taux de reponse de 99,8%. Parmi les 2 96 94 menages enquetes, 199 57 femmes mariees a gees de 15-4 9 ans (FMAR) ont ete identifiees (eligibles), dont 19463 seulement ont pu etre inter- viewees, soit un taux de reponse des meres de 99,5% 11180 enfants ages de mains de 5 ans ont ete identifies (eligibles) dont 11176 ont pu etre enquetes ; soit un taux de reponse de 99,9%. Ainsi, le taux de reponse depasse 99% aussi bien pour les menages que pour les FMAR et leurs enfants de mains de 5 ans. NOMBRE DE MENAGES ET DE FMAR ET TAUX DE REPONSE, TUN/SIE, MICS2, 2000 URBAIN RURAL Nombre de menages ·echantillonnes 19320 10680 ·occupes 19102 10839 ·interviewes 19116 10578 · Taux de reponse 98,8% 99,8% Nombre de FMAR ·Eligibles 12622 6935 ·Interviewees 12577 6914 · Taux de reponse 99,5% 99,5% Nombre d'enfants . Eligibles 6483 4696 . Enquetes 6478 4698 · Taux de reponse 99,9% 100% Tunis - Decembre 2000 TOTAL 30000 29941 29694 99,8% 19557 19492 99,5% 11180 11176 99,9% 17 1-2- QUALITE DES DONNEES SAISIES: A l'instar du taux de reponse pour l'enquete, la qualite des donnees saisies est tres satisfaisante. Ce resultat a pu etre obtenu grace a !'importance accordee ala formation et l'encadrement des enqueteurs, ainsi qu'aux instructions de contro- le de la saisie ayant permis de limiter les incoherences et enfin grace au suivi etroit de la saisie et !'application tres frequente des programmes de detection des erreurs. Ainsi pour les variables : "diarrhee chez I' enfant au cours des 15 derniers jours", "poids", "taille" et le niveau d'education (tousles membres du menage confon- dus)' la proportion de donnees manquantes est inferieure a 1% (tableau 1.2). Toutefois pour certaines variables tels que le nombre d'heures travaillees, la date de naissance complete des FMAR ainsi que la date de la derniere prise du vaccin antitetanique chez les femmes ayant accouche au cours des 1 Z derniers mois, la proportion des donnees manquantes est relativement plus eievee sans pour autant depasser la limite toleree des 10%. QUESTIONS Niveau d'education Nombre d'heures travaillees Date de naissance complete (FMAR) Date de la derniere prise du vaccin anti- tetanique Diarrhee au cours des 2 Semaines precedentes Po ids Taille Tunis- Decembre 2000 POURCENTAGE DES DONNEES MANQUANTES RELATIVES A CERTAINES QUESTIONS, TUN ISlE, MICS2, 2000 POPULATION %DE DONNEES NOMBRE DE DONNEES DE REFERENCE MANQUANTES MANQUANTES Membres composant 1,0% 13009 les menages Enfants qui travaillent 8,7% 63 (age: 5-15 ans) FMAR 6,5% 1675 FMAR ayant accouche au cours 5,1% 75 des 12 derniers mois < 5 ans 0,1% 9 < 5 ans 0,8% 84 < 5 ans 0,8% 90 12 1-3- CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES : Au total 29694 menages ont ete enquetes au cours des 2 mois Mars et Avril 2000, dont 64% resident en milieu urbain. 1-3-1- Caracteristiques demographiques des menages : Le tableau 1.3 resume la repartition des menages enquetes selon le gouvernorat de residence et le milieu. Cette repartition geographique est quasi superposable a celle rapportee dans l'Enquete Population Emploi (EPE- INS 1999) comme le montre la figure 1 : -30 Tunis- Decembre 2000 Figure 1: Repartition se/on /es grandes regions socio-economiques Comparaison avec /es resu/tats de l'enquete Population Emploi (INS 1999) -20 -10 0 10 20 EPE (INS 1999) I 30 13 REPARTITION DES MENAGES SELON LES GOUVERNORATS ET LE MILIEU TUN/5/E, MICS2, 2000 MILIEU Effect if Effectif urbain rural TOTAL pondere non pondere % % % GOUVERNORAT TUNIS 16.42 10.57 3136 2253 ARIANA 9.54 3.45 7.37 2186 1665 BEN AROUS 7.04 1.18 4.95 1472 1420 NABEUL 6.76 6.49 6.66 1978 1676 ZAGHOUAN 0.87 2.86 1. 58 469 862 BIZERTE 5.50 6.15 5.73 1702 1460 BEJA 2.25 6.20 3.66 1087 1265 JENDOUBA 1. 98 9.63 4.71 1397 1350 KEF 2.41 4.47 3.15 938 1084 SILIANA 1. 33 4.62 2.50 745 1033 KAIROUAN 2.56 10.08 5.23 1553 1392 KASSERINE 2.40 6.49 3.86 1146 1271 SIDI BOUZID 1.30 8.00 3.68 1092 1155 SOU SSE 6.67 3.10 5.40 1602 1470 MONASTIR 6.90 4.44 1315 1320 MAHDIA 2.65 5.75 3.75 1112 1200 SFAX 9.38 8.94 9.23 2733 1974 GAFSA 3.53 2.14 3.03 902 1023 TOZEUR 1.16 0.81 1. 04 312 913 KEBILI 1 . 01 1.45 1 . 16 348 815 GABES 3.10 2.61 2.93 872 994 MEDENINE 4.29 4.27 4.29 1275 1384 TATAOUINE 0.96 1. 29 1.08 322 715 TOTAL 100% 100% 100% 29694 29694 Tunis- Decembre 2000 74 Le tableau 1.4 decrit la repartition selon la taille des menages et l'exercice ou non par le chef du menage ou par son conjoint d'une activite professionnelle. La taille moyenne des menages est de 4,86 + 2,16 personnes, avec une mediane de 5 individus; elle est significativement plus elevee en milieu rural qu'en milieu urbain (5,35 + 2,42 vs 4,69+ 2,05 p<0,001). Elle est strictement identique a celle rapportee dans la derniere enquete. "Population-Emploi" (EPE) me nee par l'INS en 1999 (14). Le tableau 1,4 montre aussi que les menages de mains de 5 personnes sont plus frequents en milieu urbain ; alors qu'au-dela de 6 personnes, la tendance s'in- verse en faveur du milieu rural. La repartition de la taille des menages selon les grandes regions socio-economiques montre que les families "nombreuses" (plus de 6 personnes) sont plus frequentes au Centre Ouest (48, 7%) sui vi de la region du Sud Est (44,9%) et de la region du Sud Ouest (44,7%). TAILLE DU MENAGE 01 02-03 04-05 06-07 08-09 10+ TRAVAIL DU CHEF DE MENAGE non oui TRAVAIL DU CONJOINT non oui TOTAL CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DES MENAGES, TUNISIE, MICS2, 2000 REGION MILIEU Grand Nord Nord Centre Centre Sud Sud urbain rural Tunis Est Ouest Ouest Est Ouest Est % % % % % % % % % 3.4 3.9 4.4 3.9 4.1 3.6 3.5 4.1 3.5 25.5 25.4 22.7 20.1 26.3 21.6 21.3 26.0 20.4 42.6 38.0 37.2 27.3 36.4 30.1 30.4 39.1 30.8 22.6 25.3 25.4 26.1 24.1 24.9 27.2 22.9 27.8 4.9 6.1 8.1 15.5 7.1 13.9 12.6 6.2 12.6 1.0 1.4 2.1 7.1 2.0 5.9 5.1 1.7 4.9 31 .2 27.4 33.2 34.2 31.8 43.7 30.1 31.8 32.4 68.8 72.6 66.8 65.8 68.2 56.3 69.9 68.2 67.6 83.7 85.7 90.9 94.9 86.3 94.5 96.0 85.2 94.8 16.3 14.3 9.1 5.1 13.7 5.5 4.0 14.8 5.2 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% Tunis- Decembre 2000 Total Total % effectif 3,8 1126 24,0 6995 36,2 10484 24,6 7412 8,5 2721 2,8 956 32,0 9553 68,0 20141 88,5 26560 11,4 3134 100% 29694 75 1-3-2- Repartition par age et sexe de Ia population : Les 29694 menages ont permis de recenser 146592 personnes dont 50,29% sont de sexe masculin. La moyenne d'age est de 28,77 + 19,9 ans. Le tableau 1,5 resume la repartition de la population enquetee selon I' age et le sexe. Les enfants ages de moins de 5 ans, representent 7,5% de !'ensemble de la population ; ceux de 5 - 14 ans (21 %) ; alors que la population active, agee de 15-59 ans represente 61 ,6%, la population agee de 60 ans et plus represente 10%. REPARTITION DES PERSONNES ENQUETEES SELON L'AGE LE SEXE ET LE MILIEU, TUN ISlE, MISC2, 2000 TOTAL Effectif Effectif non SEXE MILIEU pond ere pond ere masculin feminin urbain rural % % % % % AGE EN ANNEES 00-04 7.6 7.4 7.1 8.1 7.5 10989 11176 05-09 10.0 9.7 9.3 10.6 9.8 14392 14655 10-14 11.4 11.1 10.6 12.3 11.3 16497 16865 15-19 11.6 11.5 11.3 12.0 11.5 16919 17121 20-24 10.3 10.4 10.1 10.8 10.3 15154 15071 25-29 8.0 8.0 8.0 8.0 8.0 11756 11645 30-34 6.8 7.4 7.5 6.5 7.1 10381 10239 35-39 6.2 7.1 7.2 5.8 6.7 9794 9660 40-44 6.0 6.1 6.6 5.0 6.0 8808 8713 45-49 5.1 5.1 5.5 4.4 5.1 7409 7291 50-54 3.6 3.9 4.1 3.3 3.8 5533 5390 55-59 2.8 3.0 3.0 2.8 2.9 4254 4162 60-64 3.2 3.1 3.1 3.1 3.1 4594 4539 65-69 2.7 2.4 2.5 2.7 2.6 3769 3759 70-74 2.2 1.9 2.0 2.1 2.0 2949 2925 75-79 1.0 0.8 0.9 1.0 0.9 1367 1343 80-84 1.0 0.8 0.8 1.0 0.9 1272 1269 85+ 0.6 0.5 0.5 0.6 0.5 755 769 TOTAL 100% 100% 100% 100% 100% 146592 146592 Tunis- Decembre 2000 76 . e o·- Figure2: Pyramides des ages de /'echantillon enquete TUNISIE, MISC2, 2000 3.0 2.0 1.0 0.0 8 16 24 -1.0 -2.0 -3.0 Age (en annees) ' MASCUL/N FEMININ 88 96 Ces resultats sont sensiblement similaires a ceux de l'enquete population Emplo i 1999 (14). 1-3-3- Niveau d'education de Ia population generale de plus de 10 ans (tableaux 1.6- 1.7 et 1.8): Pour les deux sexes confondus, 25,4% des personnes agees de plus de 10 ans n'ont pas ete scolarises (contr~ 31,7% en 1994) et 36,9% n'ont pas depasse le niveau du cycle primaire (contre 38,9% en 1994) ; alors que la proportion des personnes de niveau universitaire est de 6,3%. (contre 3,8% en 1994) (2). Le niveau d'education est nettement meilleur en milieu urbain et chez les per- sonnes de sexe masculin. Tunis- Decembre 2000 77 GOUVERNORAT TUNIS ARIANA BEN AROUS NABEUL ZAGHOUAN BIZERTE BEJA JENDOUBA KEF 51 LIANA KAIROUAN KASSERINE SIDI BOUZID SOU SSE MONASTIR MAHDIA SFAX GAFSA TOZEUR KEBILI GABES MEDENINE TATAOUINE TOTAL REPARTITION SELON LE NIVEAU D'EDUCATION PAR GOUVERNORAT DES SUJETS AGES DE PLUS DE 1 0 ANS (DEUX SEXES CONFONDUS) TUN/5/E, MICS2, 2000 NIVEAU EDUCATION non scol primaire sec cyc1 sec eye 2 universit o/o o/o o/o o/o o/o 16.8 30.8 18.4 22.3 11.6 20.4 34.9 16.3 18.6 9.7 16.3 32.3 19.9 20.8 10.7 23.2 40.3 16.3 13.8 6.4 31.3 38.0 14.3 12.5 4.0 24.3 38.9 17.4 14.4 5.0 35.7 32.7 14.5 11.6 5.6 37.5 34.2 12.7 11 .8 3.8 34.6 34.7 14.9 12.5 3.3 35.5 34.3 14.0 13.1 3.1 34.4 42.1 11 .8 9.3 2.4 36.7 35.0 12.8 11.7 3.8 34.2 36.3 14.8 12.2 2.6 np o/o - - - - - - - - - - - - - 20.2 37.7 17.5 16.1 8.4 0.1 17.3 38.3 19.0 17.6 7.8 - 27.3 43.1 15.1 11 .6 2.9 - 20.3 41.1 17.2 13.2 8.2 - 24.7 33.6 19.2 17.9 4.7 - 22.9 40.5 18.7 14.5 3.3 - 25.0 34.0 19.1 15.9 6.0 - 22.9 40.6 15.5 15.6 5.4 - 25.3 39.6 16.0 14.6 4.6 - 26.2 41.6 14.6 14.3 3.3 - 25.4 36.9 16.2 15.1 6.3 - Tunis - Decembre 2000 TOTAL effect if 11629 8824 5724 7711 1853 6464 4172 5925 3567 3061 6839 5036 4739 6203 4953 4602 9989 3851 1264 1676 3690 5307 1534 1.18622 78 GOUVERNORAT TUNIS ARIANA BEN AROUS NABEUL ZAGHOUAN BIZERTE BEJA JENDOUBA KEF SILl ANA KAIROUAN KASSERINE SIDI BOUZID SOU SSE MONASTIR MAHDIA SFAX GAFSA TOZEUR KEBILI GABES MEDENINE TATAOUINE TOTAL REPARTITION SELON LE NIVEAU D'EDUCATION PAR GOUVERNORAT DES SUJETS AGES DE PLUS DE 1 0 ANS - SEXE MASCULIN - TUNISIE, MICS2, 2000 NIVEAU EDUCATION non scol prima ire sec cyc1 sec eye 2 un iversit o/o o/o o/o o/o o/o 11.8 . 31.6 20.1 23.1 13.4 14.8 35.5 18.2 20.3 11.2 10.8 32.4 21.1 23.0 12.7 17.2 43.3 17.8 14.1 7.7 22.4 40.9 17.6 13.9 5.1 18.9 40.3 18.5 16.2 6.0 28.3 36.4 16.4 12.6 6.3 27.6 39.1 15.4 13.9 4.1 26.0 39.7 17.3 13.3 3.7 r• 25 .8 37.7 16.6 16.1 3.7 22.7 48.7 14.1 11.2 3.3 23.6 39.7 16.1 15.5 5.2 23.0 41 .6 16.5 15.2 3.7 np o/o - - - - - - - - - - - - - 13.5 40.2 19.4 17.5 9.3 0.1 10.5 39.1 21.0 19.9 9.4 - 18.8 46.3 17.3 13.9 3.7 - 13.0 43.0 19.6 14.4 10.0 - 17.9 33.7 20.5 21.8 6.1 - 15.8 42.8 20.0 17.2 4.2 - 18.6 34.0 22.1 17.6 7.7 - 15.9 42.4 17.9 17.6 6.2 - 18.9 38.9 18.7 17.4 6.1 - 20.0 40.2 17.0 17.7 5.1 - 17.9 39.3 18.2 17.0 7.6 0.0 Tunis- Decembre 2000 TOTAL effect if 5798 4482 2914 3983 934 3234 2044 3003 1781 1509 3422 2528 2303 3068 2515 2257 5010 1922 626 837 1860 2646 782 59459 19 / GOUVERNORAT TUNlS ARIANA BEN AROUS NABEUL ZAGHOUAN BIZERTE BEJA JENDOUBA KEF 51 LIANA KAIROUAN KASSERINE 5101 BOUZID SOU SSE MONASTIR MAHDIA SFAX GAF:A TOZEUR KEBILI GABES MEDENINE TATAOUINE TOTAL -1 f.'1;'1 r:lm' REPARTITION SELON L'AGE ET LE NIVEAU D'EDUCATION PAR GOUVERNORAT DES SUJETS AGES DE PLUS DE 10 ANS -SEXE FEMININ- TUN ISlE, MICS2, 2000 NIVEAU EDUCATION non scol primaire sec cyc1 sec eye 2 universit np % % % % % % 21.8 30.0 16.8 21.6 9.8 - 26.3 34.3 14.5 16.8 8.1 - 22.0 32.1 18.7 18.5 8.7 - 29.6 37.2 14.7 13.4 5.1 - 40.3 34.9 10.9 11.0 2.8 - 29.6 37.5 16.3 12.6 3.9 0.0 42.8 29.1 12.6 10.7 4.9 - 47.6 29.2 10.0 9.7 3.4 - 43.1 29.7 12.6 11.8 2.9 - 44.9 30.9 11.6 10.2 2.5 - 46.1 35.5 9.5 7.4 1.5 - 49.8 30.4 9.4 7.9 2.4 - 44.8 31.2 13.1 9.3 1.6 - 26.7 35.2 15.7 14.9 7.6 0.0 24.2 37.5 16.8 15.3 6.2 - 35.5 40.1 12.9 9.4 2.1 - 27.7 39.2 14.7 12.0 6.4 - 31.5 .33.4 17.8 13.9 3.3 - 30.0 38.3 17.3 11.9 2.5 - 31.4 34.0 16.1 14.2 4.3 - 30.0 38.7 13.1 13.5 4.6 - 31.5 40.4 13.3 11.8 3.0 - 32.6 43.0 12.2 10.7 1.5 - 32.9 34.6 14.1 13.3 5.1 0.0 Tunis- Decembre 2000 TOTAL effectif 5831 4342 2810 3728 919 3230 2128 2922 1786 1552 3417 2508 2436 3141 2438 2346 4979 1929 638 839 1830 2661 752 59163 20 40 % 35 30 25 20 15 10 5 0 Figure 3: Repartition du niveau d'education des sujets ages de plus de 10 ans se/on le sexe Tunisie, MICS 2, 2000 non scolarise primaire sec cyc1 sec cyc2 universit Niveau d'education Masculin • Feminin I Les tableaux 1.9- 1.10 et 1.11 resument la repartition du niveau d'education selon l'age et le sexe. La proportion des non scolarises augmente nettement avec l'age et cette proportion est nettement plus elevee chez le sexe feminin pour toutes les tranches d'age. Tunis- Decembre 2000 21 REPARTITION SELON L'AGE ET LE NIVEAU D'EDUCATION, DES PERSONNES AGEES DE PLUS DE 10 ANS (DEUX SEXES CONFONDUS) TUNISIE, MICS2, 2000 NIVEAU EDUCATION non scol primaire sec cyc1 sec eye 2 universit np TOTAL % % % % % % effectif AGE EN ANNEES 10-14 2.6 68.0 29.2 0.2 16133 15-19 4.3 27.5 36.7 30.1 1. 4 16522 20-24 7.2 37.2 12.9 27.9 14.8 14802 25-29 12.1 39.1 13.5 21.2 14.1 11497 30-34 19.8 38.4 13.3 18.5 10.0 0.0 10194 35-39 20.4 47.0 11 . 9 13.4 7.3 9623 40-44 23.1 47.4 10.9 12.3 6.4 8662 45-49 34.2 33.8 9.3 15.3 7.3 7292 50-54 52.1 24.5 7.5 9.8 6.1 0.0 5434 55-59 68.5 17.7 4.9 5.0 3.8 4171 60-64 80.5 11.9 2.5 3.3 1.8 4496 65-69 87.3 7.9 1 . 7 1. 8 1. 4 3678 70-74 88.4 8.2 0.9 1. 3 1 . 1 0.0 2861 75-79 89.7 7.7 1 .4 0.8 0.3 0.1 1329 80-84 93.1 5.5 0.7 0.6 0.2 1216 85+ 95.2 2.8 0.6 0.6 0.7 712 TOTAL 25.4 36.9 16.2 15. 1 6.3 0.0 1 18622 Tunis- Decembre 2000 22 REPARTITION SELON L' AGE ET LE SEXE ET LE NIVEAU D'EDUCATION DES PERSONNES AGEES DE PLUS DE 10 ANS -SEXE MASCULIN- TUN/5/E, MICS2, 2000 NIVEAU EDUCATION non seal primaire sec cyc1 sec eye 2 universit np TOTAL % % % % % % effectif AGE EN ANNEES 10-14 1. 6 70.4 27.8 0.2 8201 15-19 1. 8 28.1 40.7 28.2 1.2 8315 20-24 2.4 37.0 15.5 30.2 14 . 8 7398 25-29 4.6 39.9 15.6 24.3 15.6 5786 30-34 8.4 39.8 16.3 22.8 12.8 0.0 4899 35-39 9.1 50.0 14.2 16.9 9.7 4522 40-44 9.3 52.5 14. 1 15.4 8.7 4319 45-49 17.1 37.9 13.0 20.7 11 . 2 3665 50-54 34 . . 5 30.1 10.4 14.7 10.3 2637 55-59 54.0 24.9 6.8 7.7 6.6 2049 60-64 69.2 18. 1 3.9 5.5 3.3 2295 65-69 80.0 11 . 7 2.8 3.0 2.5 1989 70-74 81.5 13.0 1. 3 2.1 2.1 1557 75-79 83.9 12.2 1.9 1. 4 0.5 0. 1 738 80-84 89.1 8.4 1. 2 1.0 0.3 695 85+ 92.6 3.9 1. 2 1.1 1. 3 395 TOTAL 17.9 39.3 18.2 17.0 7.6 0.0 59459 Tunis- Decembre 2000 23 AGE EN ANNEES 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 65-69 70-74 75-79 80-84 85+ TOTAL REPARTITION SELON L' AGE ET LE NIVEAU D'EDUCATION DES PERSONNES AGEES DE PLUS DE 10 ANS -SEXE FEMININ- TUN ISlE, MICS2, 2000 NIVEAU EDUCATION non scol primaire sec cyc1 sec eye 2 universit np % % % % % % 3.7 65.4 30.7 0.2 6.9 26.8 32.7 31.9 1. 7 12.0 37.4 10.3 25.5 14.7 19.7 38.2 11.4 18. 1 12.6 30.3 37.1 10.5 14.6 7.4 30.4 44.3 9.8 10.3 5.2 36.7 42.2 7.6 9.3 4.2 51.5 29.6 5.6 9.8 3.4 68.7 19.2 4.7 5.2 2.2 82.6 10.7 3.1 2.5 1.1 92.3 5.4 1.1 1.0 0.2 95.9 3.3 0.5 0.3 96.7 2.4 0.5 0.3 97.0 2.1 0.7 0.2 98.4 1. 6 98.5 1.5 32.9 34.6 14. 1 13.3 5.1 1-3-4- Orphelinat parental (tableau 1. 12) : TOTAL effectif 7932 8207 7404 5711 5295 5101 4343 3627 0.0 2797 2121 2201 1689 0.1 1304 591 521 317 0.0 59163 L'analyse des donnees a mis en evidence que 99,4% des meres des enfants de moins de 15 ans et 98% de leurs peres etaient en vie au moment de l'enquete. De meme 98% des meres et 96,1% des peres vivent avec leurs enfants dans le meme menage. La proportion des enfants ne vivant pas avec leurs parents n'est que de 0,6% alors que 2,5% sont orphelins d'au moins un de leurs parents. Ces resultats, refletent une certaine stabilite de la vie familiale en Tunisie. Tunis- Decembre 2000 24 REGION REPARTITION SELON L'ORPHELINAT PARENTAL PAR GRANDES REGIONS SOCIO-ECONOMIQUES DES ENFANTS AGES DE MOINS DE 15 ANS TUN ISlE, MICS2, 2000 NE VIT ORPHELIN MERE VIT PERE VIT PAS AVEC UN OU MERE EN DANS LE PERE EN DANS LE SES DEUX DEUX VIE MENAGE VIE MENAGE PARENTS PARENTS % % % % % % GRAND TUNIS 99.2 98.6 97.7 96.5 0.7 2.9 NORD EST 99.5 99.1 98.1 97.1 0.6 2.3 NORD OUEST 99.4 98.9 98.5 94.3 0.7 2.0 CENTRE OUEST 99.4 99.1 98.1 97.2 0.5 2.2 CENTRE EST 99.6 98.9 97.4 95 . 1 0.6 2.9 SUD OUEST 99.1 98.9 98.5 98.0 0.4 2. 1 SUD EST 99.4 99.2 98.4 96.3 0.2 2.1 MILIEU urbain 99.3 98.8 97.9 96.0 0.7 2.6 rural 99.5 99.1 98.0 96.3 0.4 2.4 SEXE masculin 99.4 98.9 98.0 96.2 0.5 2.4 feminin 99.4 98.9 97.9 96.1 0.6 2.5 TOTAL 99.4 98.9 98.0 96.1 0.6 2.5 TOTAL effect if 7666 5243 5545 6928 9298 2533 4063 23859 17419 21067 20211 41278 1- 4- SOURCE D'EAU DE SOISSON ET MODE D'EVACUATION DES EAUX USEES: 1-4-1- Source d' eau de boisson (tableau 1. 13) L'eau du reseau de la SONEDE constitue la principale source pour l'eau destinee ala boisson (76,8%) (91,99% en milieu urbain et 52,94% en milieu rural). La deuxieme principale source est la citerne (9,9%). La proportion des personnes ayant acces a l'eau provenant du reseau de la SONEDE (76,8%) est assez proche de celle rapportee dans l'enquete" Population Emploi-1999" (14). Pour 88,8% des personnes, l'eau consommee est saine (98,6% en milieu urbain et 73,4% en milieu rural). Ce niveau est assez proche de celui observe en Algerie (90%) ; il est relativement plus eleve qu'au Maroc (65%) et il est un peu moins eleve qu'en Iran (95%) (15). Tunis- Decembre 2000 25 Beaucoup d'efforts sont encore necessaires pour ameliorer la situation en tnilieu rural et surtout dans certains gouvernorats appartenant aux regions du Nord Ouest et du Centre Ouest. La distribution de frequ,ence de la source d'eau de boissons selon les gouverno- rats montre que l'eau provenant de la citerne constitue la premiere source dans les gouvernorats de Sidi Bouzid (35,1%) et de Medenine (57,2%). II est impor- tant dans ces gouvernorats d'intensifier les messages educatifs pour amener la population a appliquer les mesures necessaires pour le traitement et le controle de ce type d'eau. SOURCE D'EAU DE SOISSON, SELON LE GOUVERNORAT ET LE MILIEU, TUNISIE, MICS2, 2000 SOURCE EAU DE BOISSONS EAU POTABLE eau eau Manquant courante courante robinet citerne puits puits / Dk maison dehors pub citerne metal prot non prot autre non oui TOTAL . . . . . . . . . . . effectif GOUVERNORAT TUNIS 0.51 98.99 0 . 28 0.01 0 . 21 0.21 99 . 79 13673 ARIANA 92.79 2 . 41 2.75 0.06 0.29 0.17 0.34 1.20 1.83 98.17 10523 BEN AROUS 0.04 94.23 0.99 2.23 0.49 0.87 0.09 1.07 1.65 98.35 6819 NABEUL 77.32 0.61 6.86 1.00 0.08 0.80 12.80 0 . 52 13.41 86.59 9254 ZAGHOUAN 0.05 55 . 58 2.48 30.89 1.01 2.00 2.11 5.89 9.01 90.99 2279 BIZERTE 0.35 64.66 2.59 10.55 0.16 0.20 1.45 11.90 8.14 20.24 79.76 7860 BEJA 0.02 50 . 57 3.71 9 . 55 0.38 0.33 4 . 06 9.19 22.18 31.70 68.30 4926 JENDOUBA 0 . 11 37.04 6.55 22.84 0.17 1.52 3.41 9.18 19.17 29.88 70.12 7178 KEF 0.23 46.48 0.94 20 . 38 0.43 0.15 1.47 15.26 14.67 30.07 69.93 4349 SILIANA 0.17 44.02 3.86 21 . 35 5.56 8 . 17 16 . 87 25.04 74 . 96 3649 KAIROUAN 0.12 39.10 4 . 89 25.49 3.82 9.78 3 . 20 8.63 4.98 23.39 76.61 8629 KASSERINE 37.46 2.21 6.32 15.33 10.94 5.09 11.53 11.12 33.58 66.42 6343 SIDI BOUZID 23.91 6.33 18.32 35.10 1.86 6.58 7 . 34 0.57 9. 77 90.23 5993 SOU SSE 0.24 92.59 1.12 3.63 0.16 1.02 0.35 0.89 1.91 98.09 7528 MONASTIR 97.07 0. 78 0.32 0.41 1.42 1.83 98.17 6175 MAHDIA 59.44 3.26 10.85 18.37 3.27 3.70 0.50 0.62 4.38 95.62 5670 SFAX 0.08 48.09 0.82 0.62 42.37 5.48 1.10 0.88 0.56 6.92 93 . 08 12282 GAFSA 77.89 0.87 4.86 0.40 6 . 52 6 . 37 1.53 1.57 9.61 90 . 39 4699 TOZEUR 95.51 0.61 2.37 0.37 0.12 0.14 0.88 1.39 98 . 61 1581 KEBILI 93.55 4 . 85 0 . 05 0 . 73 0.44 0 . 38 0.82 99.18 2057 GABES 82.01 1.39 4 . 48 8.56 2 . 01 0.08 1.20 0.28 3.49 96 . 51 4561 MEDENINE 34.03 3.26 2.04 57.21 0.63 1.64 1.02 0.17 1.83 98 . 17 6542 TATAOUINE 76.45 0.58 0 . 95 21 . 41 0.31 0.20 0 . 09 0.30 99 . 70 1964 MILIEU urbain 0.14 90.46 0.86 0 . 67 6. 32 0.16 0.19 0.64 0.56 1. 36 98.64 87420 rural 0.06 28.67 4.54 19.73 15.68 5.57 4.72 10.67 10.36 26.60 73.40 57122 !TOTAL 0.11 66.42 2.29 8.09 9.96 2.26 1.95 4.54 4.37 11.18 88.82 144542 Tunis- Decembre 2000 26 Figure4: Approvisionnement en eau potable Tunisie, MICS 2, 2000 66. 42% to 79.99% 80% to 94.99% 95% to 100% 1-4-2- Mode d' evacuation des eaux usees (tableaux 1. 14 - 1. 15) : Pour les deux milieux confondus, 42,9% des logements sont raccordes au syste- me d'egouts ; 32,6% disposent d'une fosse septique et pour 24% des menages !'evacuation des eau:c usees se fait a travers une rigole (en plein air). Tunis- Decembre 2000 27 GOUVERNORAT TUNIS ARIANA BEN AROUS NABEUL ZAGHOUAN BIZERTE BEJA JENDOUBA KEF SILIANA KAIROUAN KASSERINE SID! BOUZ.LD SOU SSE MONASTIR MAHDIA SFAX GAFSA TOZEUR KEBILI GABES MEDENINE TATAOUINE TOTAL MODE D'EVACUATION DES EAUX USEES SELON LE GOUVERNORAT POUR LES DEUX MILIEUX CONFONDUS, TUNISIE, MICS2, 2000 EVACUATION OES EAUX USEES DISPONIBILITE DE TOILETTE manquant fosse manquant aucune /Np egouts sept rig ole /NP toilette inst % % % % % % % 0.7 94.1 4.6 0.6 5.5 94.3 0.2 0.1 61.3 33.2 5.4 1 .5 96.2 2.3 0.0 73.2 22.9 3.9 1.6 97.0 1.3 0.0 46.8 42.6 10.7 1.8 94.9 3.3 0.4 35.0 28.0 36.6 2.1 82.3 15.6 2.3 52.2 25.9 19.6 5.3 89.5 5.1 0.0 37.5 40.7 21.7 0.3 80.4 19.3 0.1 23.5 17.7 58.7 0.3 73.3 26.5 0.2 39.8 14.6 45.4 0.9 80.9 18.3 " 0.4 25.7 32.6 41 .2 1.6 73.3 25.1 0.7 24.4 12.7 62.2 2.7 54.8 42.6 0.3 21 .9 10.1 67.8 0.8 50.3 48.9 1.0 9.8 36.2 53.1 3.6 46.1 50.3 0.2 64.2 27.0 8.6 1 .3 94.8 3.9 0.4 66.3 27.9 5.4 2.2 95.7 2.1 0.1 16.4 40.4 43.2 1. 3 75.0 23.7 1.1 25.8 56.6 16.5 0.7 87.2 12.0 0.0 33.1 48.2 18.7 0.7 81 .1 18.1 0.2 52.9 36.4 10.4 3.2 90.3 6.5 7.3 66.1 26.6 0.2 79.6 20.2 0.5 35.3 37.9 26.3 4.5 84.6 10.9 2.3 8.5 83.7 5.4 2.4 91 .9 5.8 0.1 21.5 71.1 7.3 8.6 84.6 6.8 0.6 42.9 32.6 24.0 2.3 82.9 14.8 TOTAL effect if 13673 10523 6819 9254 2279 7860 4926 7178 4349 3649 8629 6343 5993 7528 6175 5670 12282 4699 1581 2057 4561 6542 1964 144542 Par ailleurs, 82,9% des menages disposent d'une toilette. Des variations impor- tantes sont observees selon les gouvernorats et Ie milieu; c'est ainsi que le syste- me d'egouts est tres peu frequent a Kebili (7 ,3%) a Medenine (8,5%) et a Sidi Bouzid (9,8%). Tunis- Decembre 2000 28 GOUVERNORAT TUNIS ARIANA BEN AROUS NABEUL ZAGHOUAN BIZERTE BEJA JENDOUBA KEF SILIANA KAIROUAN KASSERINE SID! BOUZID SOUSSE MONASTIR MAHDIA SFAX GAFSA TOZEUR KEBILI GASES MEDENINE TATAOUINE TOTAL Tunis- Oecembre 2000 MODE D'EVACUATION DES EAUX USEES EN MILIEU URBAIN SELON LE GOUVERNORAT, TUNISIE, MICS2, 2000 EVACUATION OES EAUX USEES OISPONIBILITE OE Manquant fosse Manquant / Np egouts sept rigole / NP toilette . . . . . . 0.7 94.1 4.6 0.6 5.5 94.3 0.1 73.1 24 . 6 2 . 3 1. 7 97 . 8 0.0 80 . 5 16.9 2.6 1 . 0 98.4 0 . 0 66 . 8 30.3 2.9 1.5 97.7 0 . 7 85.9 12.7 0.6 2.5 97.4 2.0 84.2 10.5 3 . 4 4 . 8 94.7 0.1 92.8 5.6 1.5 0.8 98.6 85.6 11.2 3 . 2 99 . 8 0 . 2 79.6 13.8 6.4 1. 2 98.0 1 .o 81.5 16.2 1.3 2.5 97 . 1 0.5 80.1 15.3 4.2 1.9 96.8 58.2 13.0 28.8 1.5 93.2 1 . 0 43.4 50.7 5 . 0 6.4 89.8 0 . 3 82 . 0 14 . 1 3 . 5 1.6 98.0 0 . 4 66.3 27 . 9 5 . 4 2.2 95.7 0.1 39.0 50 . 7 10.2 2.3 95.8 0.2 41.9 55.7 2 . 2 0.8 98.3 45.0 54.9 0.2 0.9 98 . 5 0.2 72.6 23 . 7 3 . 6 1 .8 95 . 7 13.1 66 . 3 20 . 6 0 . 3 85.7 0 . 1 52.0 40 . 0 7.9 5.6 93.2 2.5 13.7 82.9 0 . 9 3 . 6 95 . 7 37.2 62 . 8 0 . 0 8.3 91.0 0 . 5 68.1 27.6 3.8 2.6 96.3 TOILETTE aucune inst TOTAL . effectif 0.2 13673 0 . 5 8593 0.6 6145 0.8 5765 0.1 756 0 . 5 4650 0 . 6 1805 0 . 2 1813 0 . 9 2021 0 . 3 1146 1.3 2468 5 . 3 2379 3.8 1292 0.4 5769 2.1 6175 1.9 2379 0.9 7532 0 . 6 3441 2.4 1079 14.0 1124 1 . 2 3072 0.7 4082 0 . 7 1131 1.1 88298 29 GOUVERNORAT ARIANA BEN AROUS NABEUL ZAGHOUAN BIZERTE BEJA JENDOUBA KEF SILIANA KAIROUAN KASSERINE SIDI BOUZID SOUSSE MAHDIA SFAX GAFSA TOZEUR KEBILI GABES MEDENINE TATAOUINE TOTAL MODE D'EVACUATION DES EAUX USEES EN MILIEU RURAL SELON LE GOUVERNORAT, TUN/5/E, MICS2, 2000 EVACUATION DES EAUX USEES DISPONIBILITE DE TOILETTE Manquant/ fosse Manquant/ aucune NP egouts sept rigole NP latrine inst . . . . . . . 9.1 71.6 19.3 0 . 6 89.2 10.3 6.9 77.8 15.3 7.0 84.5 8.5 13.8 62.7 23.5 2.2 90.2 7.6 0.2 10.0 35.4 54.5 1.9 74.8 23.3 2.8 5.7 48.3 43.2 6 . 0 82.1 11.9 5.5 61.0 33.5 69.8 30.2 0.1 2.5 19.9 77.4 0.4 64.3 35.3 0.2 5.2 15.3 79 . 3 0.4 66.1 33.4 0.1 0 . 3 40.3 59.3 1.1 62.3 36.5 0.8 2.1 11.7 85.4 3.0 38.0 59.0 0.4 8.4 91 . 2 0.4 24.4 75.2 0.9 0.6 32.2 66.2 2.8 34.1 63.1 5.4 69.5 25.1 0.3 84.4 15.3 0.1 32.9 67.0 0.6 60.0 39.4 2.6 0.3 58 . 1 39.0 0. 7 69.6 29.7 0.1 o. 7 30.\l 69.2 0.3 33.6 66.1 0.4 10.6 63.7 25.3 6.0 78.7 15.3 0.4 65.7 34.0 72.2 27.8 1.2 0.9 33 . 4 64.5 2.3 66.6 31.1 2.1 85.1 12.8 0.3 85.5 14.3 0.3 0.2 82.7 16.8 9.0 75.9 15.2 0.8 3.2 40.4 55.6 1.7 61.9 36.4 TOTAL effectif 1930 674 3489 15223 3210 3121 5365 2328 2503 6161 3964 4701 1759 3291 4750 1258 502 933 1489 2460 833 56244 De meme, !'existence d'une toilette est relativement peu frequente a Sidi Bouzid (46,1 %), a Kasserine (50,3%) eta Kairouan (54,8%). La situation semble s'ameliorer en milieu urbain puisque 68,1% de la population urbaine est rattachee au systeme d'egouts (67,8% dans l'Enquete Population- Emploi 1999) (EPE) (14) ; toutefois ce raccordement a un systeme d'egouts reste relativement peu frequent dans certains gouvernorats notamment a Kebili (13, 1 %) et a Medenine (13, 7%). Par contre, en milieu ruralla situation est de loin d'etre satisfaisante. Tunis- Decembre 2000 30 1-5- CARACTERISTIQUES DE L'HABITAT 1-5-1-Type d'habitat: (tableau 1.16) : Parmi I' ensemble des menages enquetes, le type d'habitat est principalement une " maison traditionnelle " ; (58,8% avec 63,5% pour l'E.P.E 1999) ou une villa (32,6% avec 27,8% pour l'E.P.E.) soit plus de 90% pour ces 2 types de logements. Des differences sont observees surtout selon le milieu : la maison dite tradition- neUe est plus repandue en milieu rural (80,5% vs 85,6% pour l'EPE 1999) contre 46,7% en milieu urbain(51,4% pour l'EPE-1999 (14). Non pre- cise % REGION GRAND TUNIS 0.0 NORD EST 0.0 NORD OUEST CENTRE OUEST 0.0 CENTRE EST 0.0 SUD OUEST 0.0 SUD EST 0.0 MILIEU urbain 0.0 rural 0.0 TOTAL 0.0 Tunis- Decembre 2000 CARACTERISTIQUES DE L'HABITAT TUNISIE, MICS2, 2000 TYPE HABITATION maison apparte- habit arabe villa ment rudim % % % % 35.1 51.1 10.7 0.6 58.1 37.1 2.3 1.1 68.3 21.3 1. 2 3.9 72.7 16.0 0.6 9.3 59.4 33.6 4.6 1.6 80.3 16.6 1.5 1.2 72.2 26.1 0.7 0.5 46.7 45.2 6.4 0.4 80.5 9.9 0.2 6.2 58.8 32.6 4.2 2.5 oukala autre TOTAL % % effectif 0.4 2.1 6799 0.7 0.7 4144 2.9 2.4 4188 1.2 0.2 3798 0.1 0.7 6764 0.3 0.1 1553 0.5 2448 0.1 1.1 19116 2.1 1 . 1 10578 0.8 1 . 1 29694 37 % maison arabe Figure 5 : Type d'habitation selon /e milieu Tunisie, MICS 2, 2000 villa appartement habit, rudim oukala autre • Urbain • rural 1-5-2-Nombre moyen de pieces par logement (tableau 1. 17) : Le nombre moyen de pieces par logement est de 2,8; globalement une piece est occupee par 2 personnes (2, 1 personnes). Des differences sont aussi observees selon le milieu et selon les gouvernorats. Le nombre moyen de pieces est significativement plus eleve en milieu urbain (3,1 + 1,2 vs 2,3 + 1,1 p< 0,00 1). De meme, le nombre moyen de personnes occupant la meme chambre est moins eleve en milieu urbain (1 ,8 + 1,1 vs 2,8 + 1, 7 p<0,001). 1-5-3-Biens d'equipements menagers (tableau 1.18): Pour les deux milieux confondus, 70,7% des menages disposent d'un refrigera- teur fonctionnel ; (60, 7% selon l'enquete population emploi) ; 75,5% disposent d'un poste radio(79,9% selon l'enquete Population Emploi) et 83,0% disposent d'un poste TV. (84,8% selon l'enquete population emploi-1999) (14). Des differences sont observees entre les deux milieux en faveur du milieu urbain dont les foyers disposent d'un meilleur confort. Les deux regions du Centre Ouest et du Nord Ouest accusent un certain retard par rapport aux autres regions. Tunis- Decembre 2000 32 NOMBRE MOYEN DE PIECES A LA MAISON ET NOMBRE MOYEN DE PERSONNES PAR CHAMBRE TUN ISlE, MICS2, 2000 RATIO NOMBRE DE PERSONNE- PIECES S/ CHAMBRE TOTAL MOYENNE MOYENNE effectif GOUVERNORAT TUNIS 3.2 1.6 3136 ARIANA 3 . 0 1.9 2186 BEN AROUS 3.1 1.7 1471 NABEUL 2.7 2.1 1977 ZAGHOUAN 2.4 2.5 469 BIZERTE 2.6 2.1 1702 BEJA 2.3 2.4 1087 JENDOUBA 2 . 6 2.4 1397 KEF 2 . 5 2.3 938 SILIANA 2.4 2.5 744 KAIROUAN 2.3 3.0 1552 KASSERINE 2.6 2.6 1145 SIDI BOUZID 2.3 2.8 1091 SOUSSE 2.9 1.9 1601 MONASTIR 3.1 1.8 1315 MAf!DIA 2.5 2.5 1112 SFAX 3.1 1. 7 2733 GAFSA 3.1 1.9 902 TOZEUR 2.6 2.4 311 KEBILI 2.9 2.4 348 GABES 2.9 2.1 870 MEDENINE 2.8 2.1 1275 TATAOUINE 3.3 2.1 321 MILIEU urbain 3.1 1.7 19116 rural 2.3 2.8 10578 TOTAL 2.8 2.1 29694 Tunis- Decembre 2000 33 % 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 refrigerateur / ~ - GRANO TUNIS NORD EST . . REFRIGERATEUR FONCTIONNEL Non precise 0.3 0.3 oui 88 . 6 74.0 non 11.1 25.7 POSTE RADIO Non precise 0.3 0.3 oui 86.6 77.2 non 13.1 22 . 5 POSTE TV Non precise 0.2 0.3 oui 94 .3 87 .o non 5.4 12.7 Tunis- Decembre 2000 poste radio BIENS D'EQUIPEMENTS MENAGERS TUN ISlE, MICS2, 2000 REGION NORD CENTRE CENTRE SUD SUD OUEST OUEST EST OUEST EST . . . . . 0.1 0 . 4 0 .2 0.3 0 . 3 53.9 37 . 0 78.5 74 .6 71 . 8 46 . 0 62 . 6 21 .3 25.0 27.9 0.1 0 . 2 0 .4 0.2 0.4 63.7 53 . 8 82.7 73.6 77.2 36 . 2 46 . 0 16 .9 26.1 22 . 4 0.1 0 . 3 0.3 0 . 3 0 . 2 73 . 2 61.8 87.3 83.2 82 . 3 26.7 37 .9 12 . 4 16 .5 17.5 poste TV I c urbain c rural I MILIEU urbain rural TOTAL TOTAL . . . effectif 0 . 2 0 .3 0.3 75 87 . 2 40 .9 70 .7 20982 12.6 58.8 29.1 8635 0 . 3 0 .3 0 . 3 84 84.8 58.8 75 . 5 22425 14.9 40.9 24.2 7182 0 . 2 0.3 0.3 75 93.1 64.8 83.0 24649 6. 7 34.9 16 .7 4968 34 1-6- ENRICHISSEMENT DU SEL EN lODE (tableau 1.19) : L'iode est essentiel pour la production des hormones thyroi'diennes lesquelles sont indispensables pour la croissance et le developpementde l'etre humain. La dose quotidienne recommandee est de 150-300 microgrammes. En cas de deficit, la glande thyroi'de augmente de taille pour compenser ce deficit et pro- duire les hormones thyroi'diennes en quantite suffisante et on assiste a !'appari- tion d'un goitre. Une carence iodee peut affecter aussi les capacites intellec- tuelles. La prevention repose sur l'enrichissement du sel en iode, qui est actuellement generalise dans toutle pays depuis Avril 1996 a raison de 25-35 mg/kg de sel. II existe un contr6le de qualite de l'enrichissement aux differents niveaux (pro- duction, stockage, points de vente, menages). Parmi les 4386 echantillons testes 96,6% sont de bonne qualite (iodate > 15 ppm) ; toutefois, pour la region du Sud Est, cette proportion n'est que de 77,9%. II est vivement indique d'entreprendre dans cette region les verifications neces- saires pour s'assurer de ce resultat et le cas echeant identifier le niveau et la cause de la deperdition. ENRICHISSEMENT DU SEL EN lODE, SELON LES GRAN DES REGIONS ET LE MILIEU, TUNISIE MICS2 2000 concentration en iodate* <5mg 5- 15mg >15mg TOTAL % % % effect if REGION GRANO TUNIS 0 . 28 0 . 66 99 . 06 2027 NORD EST C. 40 1 . 08 . 98 .52 601 NORD OUEST 0.71 3 . 54 95 . 75 575 CENTRE OUEST 0.33 0 . 44 99 . 23 263 CENTRE EST 1.29 5.57 93 . 14 535 SUD OUEST 4.78 0.64 94.58 174 SUD EST 0.41 21.67 77.91 211 MILIEU urbain 0 .68 2.62 S6. 7t 3125 rural 0.63 2.85 96 . 52 1261 TOTAL 0 .66 2.68 96 . 65 4386 * en mg d'iodate / kg de sel Tunis- Decembre 2000 35 DEUXIEME PARTIE : FREQUENTATION D'UN ETABLISSEMENT PRE-SCOLA IRE 2-1- Frequentation prescolaire selon le milieu, le sexe et les grandes regions socio-economiques (tableau 2.1) : Parmi les 2824 enfants ages de 5 ans ayant ete enquetes, 46,7% ont frequente un etablissement prescolaire entre 3 et 5 ans : 32,6% un jardin d'enfants et 13,9% le Kouteb*. Ces niveaux depassent de tres loin ceux rapportes anterieurement par le Ministere de la Jeunesse et Enfance (MJE)** avec 7,09% en 1990, 12,61% en 1998. Les ecarts sont tres vraisemblablement dus a des differences au niveau de la definition de l'indicateur de la frequentation prescolaire. En effet, dans le pre- sent travail nous avons calcule une prevalence" periode" sur 3 ans (trois d'an- nees d'age) et il est fort probable que les niveaux rapportes par le Ministere de la. Jeunesse et de l'Enfance expriment plut6t une prevalence annuelle. Par ailleurs, en exprimant le resultat observe dans notre enquete pour une periode d'une annee, on aurait une proportion de 15,6% valeur assez proche de celle rapportee par le M.J.E. Cependant, si le but reche:t;che est de promouvoir la frequentation prescolaire entre l'age de 3 et 5 ans , nous pensons que l'indicateur le plus recommande serait plut6t celui qui exprime un cumul sur les 3 annees d'age. Des variations sont observees selon le sexe, le milieu et les grandes regions socio- economiques. * Les koutebs (ecole coranique) sont places sous la tutelle du Ministere des Affaires Religieuses ** Source : Statistiques du Ministere de la Jeunesse et de l'Enfance (Tunisie) 1998. Tunis- Decembre 2000 37 REGION GRAND TUNIS NORD EST NORD OUEST FREQUENTATION PRESCOLAIRE SELON LE SEXE, LES GRAN DES REGIONS ET LE MILIEU, M/CS2 TUN/SIE, 2000 FREQUEN- TAT! ON JARDIN PRESCOL- ENFANTS KOUTEB AIRE % % % 45.49 28.60 74.89 37.85 12.48 50.03 21.83 8.62 30.60 CENTRE OUEST 10.53 6.01 16.54 CENTRE EST 45.62 7.72 53.66 SUD OUEST 29.71 22.86 52.57 SUD EST 22.02 15.54 37.56 MILIEU urbain 50.34 20.66 71.37 rural 7.07 4.19 11.26 SEXE masculin 33.28 15.35 48.85 feminin 31.88 12.37 44.47 TOTAL 32.61 13.91 46.73 Tunis- Decembre 2000 TOTAL effecti f 550 338 414 425 646 162 289 1666 1158 1463 1361 2824 38 Tunis- Decembre 2000 Figure 7: Frequentation prescolaire Tunisie, MICS 2, 2000 Tataouine 16.54% to 34.99% 35.00% to 49.99% 50.00% to 59.99% 60.00% to 74.89% 39 - Le sexe : La proportion de frequentation d'un etablissement prescolaire est relativement plus elevee chez les garc;ons (48,8% chez les garc;ons vs 44.4% chez les filles p<O.OO 1). - Milieu : La frequentation d'un etablissement prescolaire est nettement plus elevee en milieu urbain. (71,3% VS 11,2% p<O,OOI) et ceci aussi bien pour le jardin d'enfants que pour le Kouteb. Cette situation pourrait etre expliquee par le nombre assez reduit de ce type d'etablissements en milieu rural ce qui pose des problemes d'acces, par la situation financiere plutot modeste des menages qui ne peuvent se permettre ce srvice et probablement aussi par le statut de la mere, au foyer dans la majorite des cas dans ce milieu,ce qui reduit la demande pour un service de " garde ". - Regions socio-economiques : Ce sont les regions du Centre Ouest (16,5%), du Nord Ouest (30,6%) et du Sud Est (3 7 ,6%) qui enregistrent les niveaux les plus bas de frequentation ; alors que la region du Grand Tunis observe la proportion la plus elevee (74,9%). Cette situation serait tres vraisemblablement due ala preponderance du milieu rural dans ces regions a faible niveau de frequentation prescolaire. 2-2- Frequentation d'un etablissement prescolaire selon le niveau d'edu- cation des parents (tableau 2.2) : Le taux de frequentation prescolaire croit d'une maniere lineaire, avec le niveau d'education des parents, particulierement celui de la mere (p<0,001). 2-3- Frequentation d'un etablissement prescolaire selon le travail de Ia mere (tableau 2.2) Pour les deux types de milieux, le taux de frequentation d'un etablissement pre- scolaire est significativement plus eleve chez les enfants dont la mere travaille. Ce resultat concerne surtout la frequentation des jardins d'enfants ; par contre pour le kouteb, le taux de frequentation est nettement plus eleve chez les enfants vivant en milieu urbain et dont la mere ne travaille pas. Tunis- Decembre 2000 40 FREQUENTATION D'UN ETABLISSEMENT PRESCOLAIRE SELON LE NIVEAU D'EDUCATION DES PARENTS, LE TRAVAIL DE LA MERE ET LE MILIEU TUN ISlE, MICS2, 2000 FREQUENTATION JARDIN ENFANTS KOUTEB PRESCOLAIRE MILIEU MILIEU MILIEU urbain rural urbain rural urbain rural TOTAL . . . . . . effect if NIVEAU EDUCATION PERE np 53.2 8.8 15.4 3.9 70.0 12.7 64 non seal 26 .6 3 . 2 21 .2 4 .6 47.8 7 . 8 531 primaire 44 .0 6 .7 22.9 3.0 67.2 9 .7 1251 sec cyc1 46.8 11.1 24.2 5 . 5 71.0 16.6 364 sec eye 2 et + 61.0 21.0 16.3 8.8 84 . 0 29.9 614 NIVEAU EDUCATION MERE np 42.1 8.3 19 .6 9 . 1 61.7 17.4 53 non seal 26.8 3.8 24.2 2.5 50.7 6.4 1073 primaire 40 .5 10.6 25.3 6.2 66.4 16.7 1015 sec cyc1 64.2 18.0 20.6 14.2 84.8 32.3 264 sec eye 2 et + 79.3 38.3 10.0 8.3 90.0 46.5 419 TRAVAIL DE LA MERE oui 79.0 12.1 7.2 5.3 86.8 17.4 397 non 43.0 6.8 24.1 4.1 67.4 10.9 2427 TOTAL 50.2 7.1 20.7 4.2 71.3 11.2 2824 Ce dernier resultat traduirait le role determinant de la situation financiere du menage, surtout en ce qui concerne le choix entre le jardin d'enfants et le "Kouteb". Pour identifier les principaux facteurs determinant la frequentation par I' enfant d'un etablissement prescolaire, nous avons applique le modele logistique qui permet de realiser un ajustement multivarie. Ce modele permet aussi de calcu- ler des odds ratios ajustes (apres avoir controle l'effet des autres facteurs) mesu- rant ainsi la force de !'association entre un facteur et un effet etudie (frequenta- tion prescolaire) .Une valeur de I' odds ratio (OR) superieure a 1, signifie que les variations du facteur et de l'effet etudie sont dans le meme sens ; la liaison est d'autant plus forte que la valeur de I' OR ·est elevee. Par contre, une valeur de I' OR proche de 0 signifie que les variations du facteur et de l'effet etudie sont dans deux sens contraire. Tunis- Decembre 2000 41 L'application de ce modele montre que le milieu constitue le principal facteur assode a la frequentation d'un etablissement prescolaire (OR = 10,5) ; ce qui signifie que les enfants issus du milieu urbain ont approximativement 10.5 fois plus de chances de frequenter un etablissement prescolaire que ceux residant en milieu rural. Le sexe, l'exercice par la mere d'une activite professionnelle et le niveau d'education de la mere demeurent associes ala frequentation d'un eta- blissement prescolaire ; toutefois leurs poids sont relativement faibles comme le montrent les valeurs des odds ratios. Variable Estimation Erreur Odds Prob du coefficient standard Ratio Milieu urbain 2,35 0 l 11 10,5 P<0,001 Sexe masculin 0,21 0,09 1,23 P<0,05 Mere au foyer - 0,38 0,16 0,68 P<0,05 Mere non scolarisee -0,38 0,03 0,61 P<0,001 2-4-Nombre moyen d'annees de frequentation prescolaire (tableau 2.3): Les enfants, ayant frequente un etablissement prescolaire, y passent en moyenne 1,8 + 0,9 ans entre I' age de 3 et 5 ans. II existe tres peu de differences selon le milieu, le sexe et selon les grandes regions socio-economiques. Tunis- Decembre 2000 42 NOMBRE MOYEN D'ANNEES DE FREQUENTATION PRESCOLAIRE TUNISIE, MICS2, 2000 DUREE TOTAL ECART MOVE NNE TYPE effectif REGION GRAND TUNIS 1.8 0.9 550 NORD EST 1. 7, 0.9 338 NORD OUEST 1. 9 0.9 414 CENTRE OUEST 1. 8 1.0 425 CENTRE EST 2.0 1.0 646 SUD OUEST 1. 9 0.7 162 SUD EST 1. 7 0.8 289 MILIEU urbain 1.9 0.9 1666 rural 1.6 0.9 1158 SEXE masculin 1.9 0.9 1463 feminin 1.8 0.9 1361 TOTAL 1.8 0.9 2824 En guise de conclusion, le niveau de frequentation des etablissements presco- laires en Tunisie est assez satisfaisant, mais merite d'etre encore ameliore, aussi bien sur le plan quantitatif que sur le plan qualitatif en veillant ala qualite peda- gogique des apprentissages. A cet effet un programme conc;u par le M.J.E a ete mis en place. II vise a : • une meilleure formation des animateurs et par consequent une amelioration de la qualite pedagogique. • une meilleure couverture en jardins d'enfants, grace a !'encouragement de !'initiative privee a laquelle des allegements fiscaux et des facilites d'octroi de credits sont proposes. Tunis- Decembre 2000 43 TROISIEME PARTIE : FREQUENTATION D'UN ETABLISSEMENT SCOLA IRE 3-1-Scolarisation des enfants ages de 6 a 12 ans (tableau 3.1) Parmi les 21 300 enfants ages de 6 a 12 ans, 94,4% frequentaient l'ecole au moment de l'enquete. On ne note pas de differences entre les deux sexes; toute- fois le niveau est significativement meilleur en milieu urbain (97 ,2% en milieu urbain vs 90,5% en milieu rural p<O,OOl). Ce taux de scolarisation est legerement plus eleve que celui rapporte par le MEN (92,3%) pour l'annee 1998-99 (16). Pour situer la Tunisie par rapport a d'autres pays, nous nous sommes bases sur le rapport publie par !'UNICEF "Situation des enfants dans le monde - 2000" (15) qui puise cette information relative a la scolarisation des enfants ages de 6 a 12 ansa partir des enquetes EDS realisees dans differents pays entre 1990 et 1998. Le taux de scolarisation observe dans la presente enquete (94,4%) est sensible- ment identique a celui observe en Algerie (95% pour les gan;ons et 90% pour les filles) ; i1 est relativement plus eleve qu'au Maroc (61% chez les gan;ons et 45% chez les filles). Par contre la situation est meilleure en Iran, principalement pour les gar~ons (99% pour les gar~ons et 93% pour les filles) (15). L'analyse du taux de scolarisation selon les gouvernorats montre que la situation est meilleure dans les gouvernorats les plus urbanises. 3-2- Scolarisation des enfants ages de 13 a 19 ans Parmi les 24321 enfants ages de 13 a 19 ans, uniquement 66,1% frequentaient un etablissement scolaire au moment de l'enquete (66,4% pour les gar~ons et 65,8% pour les filles) (tableau 3.2) Tunis.- Decembre 2000 45 Tunis- Decembre 2000 FREQUENTATION SCOLAIRE CHEZ LES ENFANTS AGE DE 6 A 12 ANS TUNISIE, MICS2, 2000 FREQUENTATION SCOLAIRE SEXE masculin fern in in TOTAL TOTAL % % % effectif GOUVERNORAT TUNIS 97.4 98.2 97.8 1629 ARIANA 95.4 96.9 96.1 1389 BEN AROUS 96.6 96.8 96.7 934 NABEUL 96.3 95.8 96.1 1263 ZAGHOUAN 93 . 8 91 . 1 92.4 326 BIZERTE 96.1 97.4 96.8 1069 BEJA 95 . 8 91.0 93.5 581 JENDOUBA 91.4 89.0 90.2 1086 KEF 93 . 9 93.8 93.9 631 SILIANA 92 . 2 90.1 91.2 525 KAIROUAN 92 . 8 87.6 90.3 1419 KASSERINE 90 . 7 79.3 85.3 1071 SID! BOUZID 94 . 4 85.9 90.3 1065 SOU SSE 97 . 7 97.6 97.6 1036 MONASTIR 97.1 97.6 97.3 964 MAHDIA 95 . 5 93.6 94.5 968 SFAX 97 . 9 95.9 96.8 1853 GAFSA 94 . 1 91.2 92.7 757 TOZEUR 94 . 6 95.1 94.8 255 KEBILI 96.9 96.0 96.5 348 GASES 98 . 3 94.9 96.7 727 MEDENINE 95.4 92.9 94.2 1038 TATAOUINE 96.9 92.5 94.8 366 MILIEU urbain 97.0 97.3 97.2 12261 rural 93.2 87.6 90.5 9039 TOTAL 95.4 93.3 94 . 4 21300 46 Tunis- Decembre 2000 FigureS: Taux de scolariation des enfants ages de 13 a 19 ans Tunisie, MICS 2, 2000 49.1% to 60.0% 60.1% to 70.0% 70.1% to 80.1% 47 Figure 9: Frequentation scolaire des enfants ages de 13 - 19 ansselon le sexe et /e milieu Tunisie, MICS 2, 2000 masculin feminin I D urbain • rural I 3-2-1- Scolarisation des enfants ages de 13 a 19 ans selon /e milieu et selon /e gouvernorat (tableau 3.2) La proportion des enfants scolarises de 13 a 19 ans est nettement plus elevee en milieu urbain (75,2% vs 52,9% en milieu rural p<0,001). Les niveaux les plus bas sont enregistres principalement dans les zouvernorats du Nord Ouest et du Centre Ouest. 3-2-2- Scolarisation des enfants ages de 13 a 19 ans selon /e niveau d'educa- tion des parents (tableau 3.3) Le taux de scolarisation des enfants ages de 13 a 19 ans, augmente significative- ment avec le niveau d'education des parents et plus particulierement de la mere, qui assurerait plus le suivi de la scolarite de ses enfants (p<O,OOl) . Tunis - Decembre 2000 48 FREQUENTATION SCOLAIRE CHEZ LES ENFANTS AGES DE 13 A 19 ANS TUN/5/E, MICS2, 2000 FREQUENTATION SCOLAIRE SEXE masculin feminin TOTAL TOTAL % % % effectif GOUVERNORAT TUNIS 77.0 82.3 79.6 1941 ARIANA 67.0 73.4 70.1 1761 BEN AROUS 73.3 75.5 74.4 1131 NABEUL 60.5 64.9 62.6 1522 -- ZAGHOUAN 58.1 59.1 58.6 346 BIZERTE 68.2 70.4 69.3 1306 BEJA 57.6 63.6 60.8 768 JENDOUBA 64.6 61.4 63.1 1195 KEF 68.0 66.4 67.2 711 SILIANA 60.8 54.9 57.9 655 KAIROUAN 52.7 45.4 49.1 1584 KASSERINE 66.2 48.0 57.0 1229 SID! BOUZID 62.8 55.1 58.7 1094 SOUSSE 68.2 70.0 69.1 1202 MONASTIR 66.7 68.3 67.5 1051 MAHDIA 63.6 56.5 60.0 1019 SFAX 63.2 63.5 63.4 1895 GAFSA 75.7 74.5 75.1 906 TOZEUR 66.4 75.1 70.7 282 KEBILI 79.1 80.8 80.0 394 GASES 65.7 69.5 67.5 794 MEDENINE 73.0 71.7 72.3 1188 TATAOUINE 73.1 73.9 73.5 347 MILIEU urba1n 73.0 77.4 75.2 14387 rural 56.8 49.0 52.9 9934 TOTAL 66.4 65 . 8 66.1 24321 i Tunis- Decembre 2000 49 100 80 60 40 20 0 FREQUENTATION SCOLAIRE CHEZ LES ENFANTS AGES DE 13 A 19 ANS SELON LE NIVEAU D'EDUCATION DES PARENTS TUNISIE, MICS2, 2000 FREQUENTATION SCOLAIRE SEXE masculin feminin TOTAL TOTAL % % % effect if NIVEAU EDUCATION PERE np 58.7 66.0 62.2 1519 non scol 53.5 51.3 52.4 8372 primaire 66.0 65.5 65.7 8187 sec cyc1 80.1 80.4 80.3 2148 sec eye 2 et + 89.1 88.6 88.8 4095 NIVEAU EDUCATION MERE np 65.1 60.8 62.9 642 non scol 57.5 54.1 55.8 12480 primaire 70.6 74.3 72.4 7935 sec cyc1 87.0 89.2 88.1 1294 sec eye 2 et + 92.7 92.2 92.5 1970 TOTAL 66.4 65.8 66.1 24321 Figure 10: Frequentation scolaire des enfants ages de 13 - 19 ans seton /e niveau d'education de Ia mere et le sexe TUN ISlE, MICS2, 2000 non scolarisee primaire sec cyc1 sec cyc2 + j 0 masculin • feminin Tunis - Decembre 2000 50 3-2-3- Scolarisation des enfants ages de 13 a 19 ans selon l'exercice par /'en- fant d'une activite professionnel/e (tableau 3.4) Nous nous sommes limites pour cette analyse aux enfants ages de 13 a 15 ans , encore scolarises ou ayant interrompu leurs etudes mais apres avoir commence a travailler. Le taux de scolarisation des enfants ages de 13 a 15 ans exen;ant une activite professionnelle est significativement inferieur a celui observe pour les autres enfants (67.6% vs 89.5% p<0.001). Ce resultat illustre ainsi !'impact negatif du travail sur la scolarisation des enfants. II est possible que certains enfants viennent en aide a leurs parents ; toutefois, ces derniers doivent etre mieux sensibilises au risque d'un tel comportement pou- vant compromettre l'avenir de !'enfant. FREQUENTATION SCOLAIRE CHEZ LES ENFANTS AGES DE 13 A 1 5 ANS SELON LA NOTION D'EXERCICE D'UNE ACTIVITE PROFESSIONNELLE TUN ISlE, MICS2, 2000 FREQUENTATION SCOLAIRE SEXE masculin feminin TOTAL TOTAL % % % effect if ENFANT TRAVAILLE oui 65.7 72.3 67.6 270 non 90.6 88.3 89.5 9742 TOTAL 89.7 88.0 88.9 10013 L'application du modele logistique dans le but d'effectuer un ajustem.ent multi- varie sur tous ces facteurs, montre que ces derniers demeurent significativement associes a la frequentation scolaire chez les enfants ages de 13 a 19 ans, comme le montrent les resultats suivants : Tunis- Decembre 2000 51 Variable Estimation Erreur Odds Prob du coefficient~ standard Ratio Sexe masculin 0,43 0,05 1,56 P<0,001 Milieu urbain 0,93 0,06 2,55 P<0,001 Mere non scolarisee -0,69 0,06 0,5 P<0,001 Exercice par !'enfant d'une acti- vite professionnelle. -2,45 0,10 0,086 P<0,001 Toutefois c'est l'exercice par !'enfant d'une activite professionnelle eta un degre beaucoup moindre le milieu de residence et le niveau de scolarisation de la mere qui determinent le plus la continuation de la scolarite. Les enfants n'exen;ant pas une activite professionnelle ont 11.63 (1/0.086) fois plus de chances que ceux exen;ant un travail de continuer leur scolarite ; ceux qui resident en milieu urbain ont 2.55 fois plus de chances que les enfants residant en milieu rural de continuer leurs etudes et enfin les enfants dont la mere a ete scolarisee ont 2 fois plus de chances que les autres de ne pas interrompre leurs etudes. 3-3- Motifs d'arret scolaire (tableau 3.5) Pour les deux sexes confondus, les principales raisons d'arret de la scolarite sont: le renvoi a cause d'un mauvais rendement scolaire (32,9%), des difficultes financieres (18%) un probleme d'accessibilite de I' ecole (8, 7%). Figure 11: Principaux motifs d' abandon scolaire des enfants ages de 13-19 ans selon le milieu TUN ISlE, MICS2, 2000 40 35 30 25 20 15 10 5 0 echec scolaire raisons raisons de raisons de probleme financieres sante sante des accessibilte parents I o urbain • rural I Tunis- Decembre 2000 52 ; l Des differences existent selon le milieu et le sexe. C'est ainsi que le ren 1oi pour mauvais resultats est plus frequent en milieu urbain (38,2% vs 28,6% p<O,OO 1); alors que les raisons financieres sont plus frequemment evoquees en milieu rural (24,3% en milieu rural vs 10,3% p< O,OOl).Par ailleurs, l'echec scolaire est plus frequent chez les gan;ons et les raisons financieres sont plus souvent evoquees pour les filles. MOTIFS D'ARRET OU D'ABANDON SCOLAIRE CHEZ LES ENFANTS AGES DE 13 A 19 ANS TUN/5/E, M/CS2, 2000 MILIEU SEXE urbain rural masculin feminin TOTAL TOTAL % % % % % effect if RAISONS FINANCIERES oui 10.3 24.3 14.3 22.1 18 . 0 1397 non 89.7 75.7 85.7 77.9 82.0 6370 AIDER SES PARENTS oui 3.7 4.2 3.2 4.9 4.0 309 non 96.3 95.8 96.8 95.1 96.0 7459 RAISONS DE SANTE oui 2.8 3.8 3.5 3.2 3.3 259 non 97.2 96 . 2 96.5 96.8 96.7 7508 RAISONS DE SANTE DES PARENTS oui 0 . 8 1.4 0.5 1.9 1. 2 89 non 99.2 98.6 99.5 98.1 98.8 7678 PROBLEME ACCESSIBILITE oui 4.6 12. 1 7.6 9.9 8.7 676 non 95.4 87.9 92.4 90.1 91.3 7091 A DEPASSE AGE LEGAL oui 38.2 28 . 6 38.4 26.7 32.9 2556 non 61.8 71.4 61.6 73.3 67.1 5212 3-4- Atteinte du niveau de cinquieme an nee primaire. Parmi les eleves, ages de 13 a 19 ans, ayant ete scolarises 91,6% (ont atteint le niveau de cinquieme annee primaire. Cette proportion est quasi identique a celle calculee par le Ministere de !'Education Nationale par la methode de cohortes pou l'annee 1996/1997. II n'y a pas de difference notable selon le sexe; cepen- Tunis- Decembre 2000 53 dant ce taux est significativement plus eleve en milieu urbain qu'en milieu rural (95,0% vs 86,3% p<O,OOl) (tableau 3.6). Tunis- Decembre 2000 POURCENTAGE D' ATTEINTE DE LA CINQUIEME AN NEE PRIMAIRE CHEZ LES ELEVES AGES DE 13 A 19 ANS TUN ISlE, MICS2, 2000 a atteint 5A primaire SEXE masculin feminin TOTAL TOTAL % % % effectif GOUVERNORAT TUNIS 96.95 98.01 97.48 1941 ARIANA 95.74 96.31 96.01 1761 BEN ARCUS 95.52 96.88 96.20 1131 NABEUL 88.96 89.37 89.15 1522 ZAGHOUAN 92.75 90.61 91.76 346 BIZERTE 93.05 93.25 93.15 1306 BEJA 87.67 89.10 88.40 768 JENDOUBA 90.82 91 .28 91.02 1195 KEF 93.20 92.03 92.65 711 SILIANA 92.46 90.54 91.57 655 KAIROUAN 83.46 79.80 81.74 1584 KASSERINE 92.53 84.44 88.92 1229 SIDI BOUZID 92.44 85.94 89.07 1094 SOU SSE 93.11 95.28 94.17 1202 MONASTIR 92.16 90.14 91.19 1051 MAHDIA 88.80 90.69 89.74 1019 SFAX 88.33 86.49 87.43 1895 GAFSA 95.76 95.22 95.49 906 TOZEUR 89.69 94.05 91.80 282 KEBILI 96.26 95.40 95.84 394 GABES 91.64 89.10 90.43 794 MEDENINE 94.67 91.97 93.35 1188 TATAOUINE 92.93 94.94 93.88 347 MILIEU urbain 94.61 95.47 95.04 14387 rural 88.20 84.16 86.32 9934 :fOTAL 92.02 91 . 19 91 .62 24321 54 \ Tunis- Decembre 2000 Figure 12: Atteinte de Ia cinquieme an nee primaire Tunisie, MICS 2, 2000 Tataouine 81.00% to 89.99% 90.00% to 94.99% 95.00% to 100.00% 55 Ce niveau d'atteinte de la 5eme annee primaire est assez proche du niveau rap- porte par le MEN pour l'annee 1996 (91 ,6%) (12). Ce taux est aussi assez proche de celui observe en Algerie (94%) et en Iran (90%). II est par contre meilleur qu'au Maroc (75%) ; mais il est inferieur aux taux rapportes dans les pays d'Europe occidentale et de !'Europe de l'Est (Ref 15)*. Le gouvernorat de Kairouan enregistre le taux le plus bas (81, 7%) ; une analyse approfondie des raisons de cette situation dans ce gouvernorat serait recom- mandee. - selon le niveau d'education des parents (tableau 3. 7) Comme attendu , l'atteinte.du niveau de 5eme annee primaire augmente avec le niveau d'education des parents. POURCENTAGE D' ATTEINTE DE LA CINQUIEME AN NEE PRIMAIRE CHEZ LES ELEVES AGES DE 13 A 19 ANS SELON LE NIVEAU D'EDUCATION DES PARENTS TUN/5/E, M/CS2, 2000 a atte i nt la 5eme annee primaire SEXE masculin feminin TOTAL TOTAL % % % effectif NIVEAU EDUCATION PERE non scol 88.5 86 . 0 87.3 8372 primaire 91.4 90.6 91.0 8186 sec cyc1 97.2 97.4 97.3 2148 sec eye 2 et + 98.6 98.3 98.4 4094 NIVEAU EDUCATION MERE non scol 89.3 86.5 88.0 12480 primaire 93.5 94.8 94.2 7934 sec cyc1 98.8 98.5 98.7 1293 sec eye 2 et + 99.4 98.5 99.0 1970 TOTAL 92.0 91.2 91.6 24321 - selon la situation du couple parental (tableau 3.8) L'orphelinat parental ne semble pas avoir un role determinant pour l'atteinte de la 5emeannee primaire. * Donnees puisees a partir des enquetes EDS realisees dans ces pays entre 1990 et 1998 Tunis- Decembre 2000 56 POURCENTAGE D'ATTEINTE DE LA CINQUIEME ANNEE PRIMAIRE CHEZ LES ENFANTS AGES DE 12 A 14 ANS SELON L'ORPHELINAT PARENTAL TUNISIE, MICS2, 2000 a atteint la Seme annee primaire SEXE masculin feminin TOTAL TOTAL % % % effectif MERE VIT DANS LE MENAGE en menage 91.8 91.5 91.6 7966 vit ailleurs 89.4 90.7 90.0 160 NE VIT PAS AVEC SES DEUX PARENTS non 91.8 91.5 91.6 8048 oui 88.6 88.9 88.8 79 ORPHELIN UN OU DEUX PARENTS non 91.8 91.4 91.6 7807 oui 89.9 92.2 91.1 319 TOTAL 91.7 91.4 91.6 8127 - selon le travail de !'enfant (3.9) L'exercice par !'enfant d'une activite professionnelle parallelement a sa scolarite entraine une baisse tres marquee du taux d'atteinte de la seme annee primaire. POURCENTAGE D'ATTEINTE DE LA CINQUIEME ANNEE PRIMAIRE CHEZ LES ENFANTS AGES DE 12 A 15 ANS SELON L'EXERCICE PAR L'ENFANT D'UNE ACTIVITE PROFESSION NELLE TUN ISlE, MICS2, 2000 a atteint la Seme annee primaire SEXE masculin feminin TOTAL TOTAL % % % effect if ENFANT TRAVAILLE oui 71.5 71 . 7 71.6 527 non 93.1 92.6 92.8 10217 TOTAL 91.8 91.9 91.9 10744 Tunis- Decembre 2000 57 Figure 13 : Fn!quence d'atteinte du niveau de Ia cinquieme annee primaire des enfants ages de 12-1 5 ans selon le travail de I' enfant et le sexe TUNISIE, MICS2, 2000 93,1 100 80 60 40 20 masculin feminin I o enfant travaille • enfant ne travaille pas I L'analyse multivariee, utilisant le modele logistique, montre que le milieu, le niveau d'education de la mere et l'exercice par !'enfant d'une activite profes- sionnelle sont associes a l'atteinte par l'eleve du niveau de seme annee primaire. Variable Estimation Erreur Odds Prob du coefficient13 standard Ratio Sexe masculin 0,07 0,07 1, 08 NS Milieu urbain 0,67 0,08 1,96 P<0,001 Mere non scolarisee -0,68 0,08 0,50 P<0,001 Exercice par !'enfant d'une activite professionnelle. -1 l 61 0 l 11 0,19 P<0,001 Mais ce sont toujours l'exercice par !'enfant d'une activite professionnelle ,le niveau de scolarisation de la mere et le milieu qui determinent le plus une sco- larite suivie chez !'enfant. Le travail de !'enfant, la non scolarisation de la mere et le milieu rural agissent negativement sur le bon deroulement de la scolarite de I' enfant. Tunis- Decembre 2000 58 QUATRIEME PARTIE : TRAVAIL DES ENFANTS AGES DE 5 A 15 ANS Le principe 9 de la declaration du droit de !'enfant a aborde la question du tra- vail des enfants. Ce principe 9 est le suivant : !'enfant doit etre protege contre toute forme de negligence, de cruaute et d'exploitation. II ne doit pas etre soumis ala traite, sous quelque forme que ce soit. L'enfant ne doit pas etre admis a l'emploi avant d'avoir atteint un age minimum approprie; il ne doit en aucun cas etre astreint ou autorise a prendre une occu- pation ou un emploi qui nuise a sa sante ou a son education, ou qui entrave son developpement physique mental ou moral. 4-1- Exercice d'une activite professionnelle selon les regions, le milieu et le sexe (tableau 4.1) : Le travail des enfants ages de 5 a 15 ans est relativement rare ; en effet la fre- quence est estimee a 2,1% (reponse " oui " a la question " est-ce que I' enfant exerce une activite professionnelle ?) eta 0, 7% pour un travail non reglemente selon le code national du travail. (Cf. Methodologie). La frequence est legerement plus elevee chez les gan;ons que chez les filles; un peu plus elevee en milieu rural pour les activites qui se deroulent principalement dans le cadre d'une entreprise familiale et il existe peu de variation selon les grandes regions socio-economiques. Dans le Monde, on estime a plus de 250 millions (25%) le nombre d'enfants qui travaillent, souvent a des taches dange- reuses pour leur sante ou qui sont soumis a une exploitation economique. Leurs droits les plus fondamentaux, leur sante, leur vie meme sont menaces (source UNICEF, le progres des nations 1999 (17)). Tunis- Decembre 2000 59 TRAVAIL DES ENFANTS AGES DE 5 A 15 ANS SELON LES GRAN DES REGIONS SOCIO-ECONOMIQUES ET LE CARACTERE REGLEMENTAIRE DU TRAVAIL TUNISIE, MICS2, 2000 TRAVAIL EXERCE NON UN REGLEMENTE TRAVAIL TOTAL % % effectif REGION GRAND TUNIS 1.44 0.62 6562 NORD EST 3.53 1.24 4375 NORD OUEST 2.41 0.59 4699 CENTRE OUEST 2.74 0.56 57'72 CENTRE EST 2.09 1. 04 7793 SUD OUEST 0.96 0.15 2236 SUD EST 1. 07 0.40 3472 MILIEU urbain 1. 50 0.73 20199 rural 2.99 0.71 14709 SEXE masculin 2.60 0.92 17757 feminin 1.64 0.53 17151 TOTAL 2. 13 0.72 34908 4-2- Exercice d'une activite professionnelle selon I' age {tableau 4.2) : Pour chacun des deux sexes et quelque soit le cadre du: travail des enfants, la fre- quence est plus eievee chez les 10 a 15 ans compares aux enfants ages de 5 a 9 ans (p<0,001). Tunis- Decembre 2000 60 TRAVAIL DES ENFANTS AGES DE 5 A 1 5 ANS SELON L' AGE ET LE SEXE TUN ISlE, MICS2, 2000 EXERCE UN TRAVAIL TRAVAIL NON REGLEMENTE SEXE SEXE masculin feminin TOTAL masculin feminin TOTAL TOTAL % % % % % % effectif AGE 05-09 ANS 0.6 0.4 0.5 0.0 0.0 0.0 14543 10-15 ANS 4.0 2.5 3.3 1.6 0.9 1. 2 20366 TOTAL 2.6 1. 6 2.1 0.9 0.5 0.7 34909 4-3- Exercice d'une activite professionnelle selon le niveau d'education des parents (tableau 4.3) : Comme attendu, la frequence d'exercice d'une activite professionnelle par les enfants ages de 5-15 ans est significativement plus elevee chez ceux dont les parents sont non scolarises eta un degre moindre d'un niveau d'etude primaire (p<O,OOl). Ce resultat serait du plut6t au niveau economique assez modeste des parents relativement peu instruits incitant leurs enfants a travailler pour aider a subve- nir a leurs besoins. Tunis- Decembre 2000 67 EXERCICE D'UNE ACTIVITE PROFESSIONNELLE PAR LES ENFANTS AGES DE 5 A 15 ANS SELON LE NIVEAU D'EDUCATION DES PARENTS TUN ISlE, MICS2,2000 EXERCE UN TRAVAIL TRAVAIL NON REGLEMENTE SEXE SEXE masculin feminin TOTAL masculin feminin TOTAL % % % % % % NIVEAU EDUCATION PERE np 4.7 2.2 3.4 3.1 0.6 1.8 non scol 4.0 2.6 3.3 1.3 0.7 1.0 primaire 2.6 1.6 2.1 0.9 0.6 0.7 sec cyc1 1.6 1. 0 1.3 0.6 0.3 0.5 sec eye 2 et + ' 1.0 0.6 0 . 8 0.3 0.3 0.3 NIVEAU EDUCATION MERE np 3.6 1.2 2.4 1.3 0.0 0.7 non scol 3.2 2.6 2.9 1.1 0.8 0.9 primaire 2.6 1. 0 1.8 1.0 0.4 0.7 sec cyc1 1.3 1.0 1 . 1_, 0.4 0.1 0.3 sec eye 2 et + 0.9 0.6 0.8 0.3 0.4 0.4 TOTAL 2.6 1.6 2.1 0.9 0.5 0.7 TOTAL effect if 1357 8647 14443 3737 6725 702 15259 12768 2454 3726 34909 4-4- Exercice d'une activite professionnelle selon l'orphelinat parental (tableau 4.4) : C'est surtout lorsque la mere est decedee ou ne vit pas avec !'enfant que l'on observe les frequences les plus elevees d'exercice d'une activite professionnelle. On s'attendait a priori a une situation inverse ou le deces du pere entrainerait une degradation de la situation financiere de la famille et obligerait les enfants a travailler. Les raisons d'une telle situation meritent d'etre clarifiees. Tunis- Decenbre 2000 62 TRAVAIL DES ENFANTS AGES DE 5 A 14 ANS SELON l'ORPHELINAT PARENTAL TUN ISlE, MICS2,2000 EXERCE UN TRAVAIL TRAVAIL NON REGLEMENTE SEXE SEXE masculin feminin TOTAL masculin feminin TOTAL % % % % % % MERE EN VIE Qui 2.1 1.3 1.7 0.7 0.3 0.5 Non 6.3 2.2 4.4 1.5 1.1 1.3 MERE VIT DANS LE MENAGE Qui 2.0 1.3 1.7 0.7 0.3 0.5 Non 6.2 3.8 5.1 1.4 1.8 1.6 PERE EN VIE Oui 2.1 1.3 1. 7 0.7 0.3 0.5 Non 2-.6 2.8 2.7 0.6 0.6 0.6 PERE VIT DANS LE MENAGE Oui 2.0 1.3 1.7 0.7 0.3 0.5 Non 3.0 2.1 2.6 0.9 0.7 0.8 ORPHELIN DES 2 PARENTS non 2.1 1.3 1.7 0.7 0.3 0.5 oui 6.3 6.7 6.5 1.4 3.1 2.2 ORPHELIN UN OU DEUX PARENTS non 2.0 1.3 1.7 0.7 0.3 0.5 oui 3.7 2.4 3.0 0.8 0.5 0.7 TOTAL 2.1 1.3 1.7 0.7 0.3 0.5 Tunis- Decembre 2000 TOTAL effectif 31787 229 31592 424 31287 729 30629 1387 31797 218 31114 902 32016 63 4-5- Charge de travail (tableau 4.5) : Pour 71,4% des enfants qui travaillent la duree du travail depasse ks 4 heures pour une journee. II existe peu de differences selon le sexe ; par contre la pro- portion d'enfants travaillant plus de 4 heures est plus elevee en milieu urbain (74,8% en milieu urbain vs 69,0% en milieu rural. p<O,OOl). Elle est relative- ment plus faible au Sud Ouest (4 7,6%). TRAVAIL DES ENFANTS AGES DE 5 A 15 ANS SELON LA CHARGE DU TRAVAIL TUN/5/E, MICS2,2000 DUREE DU TRAVAIL >4 heures <4heures TOTAL % % effectif REGION GRAND TUNIS 69.1 30.9 94 NORD EST 67.1 32.9 153 NORD OUEST 73.7 26.3 113 CENTRE OUEST 71.0 29.0 157 CENTRE EST 78.5 21.5 163 SUD OUEST 47.6 52.4 22 SUD EST 71 .4 28.6 38 MILIEU urbain 74.8 25.2 302 rural 69.0 31.0 438 AGE 05 · 09 ANS 27.6 72.4 77 10-15 ANS 76.4 23.6 663 SEXE masculin 70.5 29.5 462 teminin 72.7 27.3 278 TOTAL 71.4 28.6 740 Tunis- Decembre 2000 64 4-6- Interference avec les heures de scolarite (tableau 4.6) : Parmi les enfants exerc;ant une activite professionnelle 52,3% le font meme durant les heures de scolarite, ce qui augmente davantage le risque d'echec et d'abandon scolaire chez ces enfants. Ce phenomene est plus frequemment obser- ve chez les filles (57,1% des filles vs 49,5% des garc;ons p<O,OOI). De meme, ce phenomene est beaucoup plus frequent en milieu urbain (61 ,9% en milieu urbain vs 45,9% en milieu rural p<0,001). Ce sont particulierement les filles issues du milieu urbain qui sont les plus touchees (78,3%). FREQUENCE D'EXERCICE D'UNE ACTIVITE PROFESSION NELLE PAR LES ENFANTS AGES DE 5 A 15 ANS DURANT LES HEURES DE SCOLARITE PARMI LES ENFANTS QUI TRAVAILLENT TUN ISlE, M/CS2, 2000 TRAVAILLE DL'RANT LES HEURE£ DE SCOLARITE SEXE masculin feminin TOTAL TOTAL % % % effectif REGION GRAND TUNIS 47.4 56 . 9 50.0 82 NORD EST 32.2 46.6 37.4 140 NORD OUEST 51.2 46.4 49.4 108 CENTRE OUEST 44.1 57.9 49.9 126 CENTRE EST 67.4 77.0 71.0 144 SUD OUEST 42.0 64.6 51.5 12 SUD EST 64.1 42.5 57.5 36 MILIEU urbain 55.0 78.3 61.9 257 rural 45 . 1 47.1 45.9 391 AGE 05-09 ANS 4.9 19.3 9.8 51 10-15 ANS 53.5 60.1 55.9 597 TOTAL 49.5 57.1 52.3 648 Tunis- Decembre 2000 65 4-7- Travail de nuit (tableau 4.7) : Parmi les enfants exen;ant une activite professionnelle, 7,5% travaillent la nuit, particulierement en milieu urbain (10,4%). PROPORTION D'ENFANTS'AGES DE 5 A 15 ANS TRAVAILLANT LA NUIT PARMI CEUX EXERCANT UNE ACTIVITE PROFESSIONNELLE TUN ISlE, MICS2,2000 TRAVAILLE LA NUIT oui non TOTAL % % effectif MILIEU urbain 10.4 89.6 265 rural 5.7 94.3 417 TOTAL 7.5 92.5 682 4-8- Mode de depense de I' argent gagne (tableau 4.8) : Les enfants exen;ant une activite professionnelle sont tous remuneres ; la majo- rite (44,2%) depensent totalement cet argert pour les besoins de la famille, 38,3% pour leurs propres besoins et 1 7' 1% pour les deux a la fois (eux memes et leur famille). MILIEU urbain rural TOTAL Tunis- Decembre 2000 TRAVAIL DES ENFANTS AGES DE 5 A 15 ANS : MODE DE DE PENSE DE L' ARGENT GAGNE PAR LES ENFANTS TUN/SIE, MICS2,2000 MODE DE DEPENSE pour pour les pour lui famille 2 autre % % % % 41.5 42.0 15.9 0.7 34.0 47.3 18.8 38.3 44.2 17.1 0.4 TOTAL effectif 183 134 317 66 ~ I I Figure 14: Travail des enfants ages de 5-15 ans: Mode de depense de /'argent gagne par /'enfant Tunisie, MICS 2, 2000 % pour !'enfant pour sa famille pour les deux autre I D urbain . rural! Tunis- Decembre 2000 67 ~ I I I j CINQUIEME PARTIE MORBIDITE, INCAPACITE, CAUSES DE DECES CHEZ LES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS S-1- LES DIARRHEES: Le programme de lutte contre les maladies diarrheiques a mis en place en Tunisie dans les annees quatre vingt. Ce programme qui a fait l'objet d'une eva- luation en 1988, a permis une reduction relativement importante de la mortali- te causee par la diarrhee (48%), en se referant a l'annee 1985 (source : DSSB, Enquete d'evaluation du programme national de lutte anti-diarrheique- 1988). 5-1-1 -Prevalence de Ia diarrhee au cours des 7 5 jours precedant le passage des enqueteurs (tableau 5. 7 J 5-1-1-1- Prevalence selon le gouvernorat et le milieu : Parmi les 11175 enfants ayant ete enquetes 5, 75% ont presente une diarrhee aigue au cours des 15 jours precedant l'enquete qui s'est deroulee au cours des mois de Mars Avril 2000; soit 1.97 episode/enfant/an. Pour calculer le nombre d'episodes par enfant et par an, nous nous sommes bases sur la repartition proportionnelle selon les mois de l'annee des cas de diar- rhee notifies dans les CSB; cette repartition a ete obtenue a partir des statistiques de routine de la DSSB (systeme DSSB INFO). Tunis- Decembre 2000 69 Tunis- Decembre 2000 PREVALENCE DE LA DIARRHEE AIGUE AU COURS DES 15 DERNIERS JOURS CHEZ LES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS, TUN/5/E, MICS2, 2000 DIARRHEE TOTAL % effectif GOUVERNORAT TUNIS 6.58 879 ARIANA 4.63 703 BEN AROUS 6.13 442 NABEUL 3.19 678 ZAGHOUAN 6.92 191 BIZERTE 5.59 628 BEJA 4.77 342 JENDOUBA 6.63 559 KEF 5.74 311 SILIANA 8.63 259 KAIROUAN 12 . 18 811 KASSERINE 4.27 596 SID! BOUZID 4. 77 543 SOU SSE 7.45 575 MONASTIR 7.44 566 MAHDIA 5.25 431 SFAX 4.93 994 GAFSA 1.13 313 TOZEUR 4.87 141 KEBILI 3.82 155 GASES 5.10 354 MEDENINE 3.64 517 TATAOUINE 1.38 187 MILIEU urbain 5.35 6473 rural 6.32 4702 TOTAL 5.75 11175 70 Le nombre moyen d'episodes par enfant et par an etait de 2,8 en 1992 (Enquete d'evaluation LAD 1992). II est difficile de comparer entre pays la prevalence de la diarrhee, en raison des differences au niveau des periodes d'enquete, sachant que la diarrhee est gene- ralement a recrudescence estivo-automnale. Les variations sont observees selon les gouvernorats ; les niveaux les plus eleves sont observes surtout a Kairouan (12, 1 %) et a Siliana (8,6%). 5-1-1-2-Prevalence de la diarrhee selon le sexe, l'age et le niveau d'education de la mere (tableau 5.2) La prevalence de la diarrhee au cours des 15 jours precedant le passage des enqueteurs varie peu selon le sexe; par contre, elle diminue nettement avec I' age surtout au dela de l'age de 3 ans (p<O,OOl) . De meme, cette prevalence est un peu plus elevee chez les enfants dont les meres n'ont pas ete scolarisees. PREVALENCE DE LA DIARRHEE CHEZ LES ENFANTS AGES DE MOINS DE 5 ANS SELON L'AGE ET LE NIVEAU D'EDUCATION DE LA MERE TUNISIE, MICS2,2000 DIARRHEE TOTAL % effectif SEXE masculin 5.9 5722 feminin 5 .5 5453 AGE 00-11 mois 8.0 1992 12-35 mois 7 .2 4404 36-59 mois 3 .5 4779 NIVEAU EDUCATION MERE np 7.2 222 non scol 6 .7 3787 prima ire 5.2 4212 sec cyc1 4.8 1146 sec eye 2 et + 5.4 1808 TOTAL 5.8 11175 Tunis - Decembre 2000 71 5-1-2- Presence de sang dans /es selles : Parmi les enfants diarrheiques 11,1% ont eu du sang dans les selles (tableau 5.3). Cette proportion des diarrhees sanglantes est nettement plus elevee que celle rapportee en 1999 par les statistiques de routine de la DSSB (2,2%) (18) ; par contre une proportion plus elevee a ete rapportee par l'enquete PAP CHILD meneeen 1994-95 (19,7%) (10). Ces differences avec les statistiques de routine illustrent bien la necessite de ce type d'enquete en population generale pour apporter les corrections necessaires. 5-1-2-1- Presence de sang dans les selles selon les regions et le milieu (tableau 5.3) : La presence de sang dans les selles est significativement plus frequente en milieu rural (16;3% vs 6,8% p<O,OOl). Toutefois, des variations assez marquees sont observees selon les regions ; les taux les plus eleves sont observes au Sud Ouest (22,6%) et au Nord Ouest (18,7%). Tunis- Decembre 2000 72 - I I FREQUENCE DE PRESENCE DE SANG DANS LES SELLES ET D'HOSPITALISATION POUR DIARRHEE SELON LA REGION,LE MILIEU, LE SEXE ET LE NIVEAU D' EDUCATION DE LA MERE TUN/S/E M/CS2 2000 SANG DANS LES HOSPITAL- SELLES ISATION TOTAL % % effectif REGION GRAND TUNIS 5.9 3.7 117 NORD EST 0.0 0.0 69 NORD OUEST 18.7 3.1 93 CENTRE OUEST 17.3 2.3 150 CENTRE EST .9.2 0.0 155 SUD OUEST 22.6 2.2 17 SUD EST 8.1 1.3 40 MILIEU urbain 6.8 2.5 346 rural 16.3 1.0 295 SEXE masculin 11.2 1.3 340 feminin 11.1 2.3 301 AGE 00-11 7.7 1.8 158 12-35 10. 1 1.9 317 36-59 16.7 1.7 166 NIVEAU EDUCATION MERE np 5.7 0.0 15 non scol 17.6 1.5 253 primaire 9.2 1.9 220 sec cyc1 7.9 0.7 55 sec eye 2 et + 2.5 3.1 98 TOTAL 11.1 1.8 641 Tunis- Decembre 2000 73 5-1-2-2- Presence de sang dans les selles selon le sexe, l'age et le niveau d'education de la mere (tableau 5.3) : La frequence de sang dans les selles est quasi identique pour les deux sexes ; elle augmente significativement avec l'age (p<O,OOl) et elle diminue nettement avec le niveau d'education de la mere. Ces resultats sont en faveur d'une infestation parasitaire et de dysenterie, touchant avec predilection les enfants particuliere- ment ages de plus de 3 ans issus de families d'un niveau socio-economique assez modeste. 5-1-3- Hospitalisation pour diarrhee : Parmi les enfants diarrheiques 1,8% ont ete hospitalises. Ce taux est plus eleve en milieu urbain (2,5% vs 1% p<O,OO 1) et aussi au Grand Tunis (3, 7%) et au Nord Ouest (3, 1 %) (tableau 5.3). Selon les statistiques de routine de la DSSB pour l'annee 1999, la frequence d'hospitalisation etait de 0,4% (contre 1,8% pour la presente enquete) . La frequence d'hospitalisation, ne varie pas significativement selon le sexe ; par contre il existe peu de variations selon l'age, et paradoxalement la frequence est plus elevee chez les enfants dont la mere est relativement mieux instruite. Ce resultat plaide en faveur de cette variabilite au niveau des indications de !'hospi- talisation apparemment plus souples dans les grandes villes. 5-1-4- Qua lite de Ia rehydratation orale et de I' alimentation des enfants diarrheiques au cours de /'episode (tableau 5.4): Parmi les enfants, ayant presente une diarrhee au cours des 15 jours precedents, 35,2% ont continue a etre allaites au cours de !'episode (parmi ceux qui sont encore allaites), 64,6% ont continue a recevoir une alimentation solide, 94,8% ont beneficie d'une TRO et 62,5% ont beneficie d'une TRO et d'une poursuite de !'alimentation solide. La frequence observee de la TRO (94,8%) est plus elevee que celle rapportee par le systeme routinier de collecte des donnees de la DSSB se situant autour de 80% (18). Tunis- Decembre 2000 74 REGION GRAND TUNIS NORD EST NORD OUEST CENTRE OUEST CENTRE EST SUD OUEST SUD EST MILIEU urbain rural TOTAL TRO ET CONTINUATION DE L'ALIMENTATION CHEZ L'ENFANT DIARRHEIQUE SELON LES REGIONS ET LE MILIEU TUN ISlE, MICS2,2000 ALLAITEUENT POURSUITE AU COURS ALIMENT A· TRO ET TRAITEME.IT EPISODE liON ALIMENT DOMICILE SRO LAIT SOLI DE TRO SOL IDE . . . . . . . 29.2 27.8 66.4 63.6 94.7 63.6 12.3 31.9 34.6 53.4 60.5 90.6 60.5 6.6 33.7 43.4 40.1 72.9 95.0 69.2 9.2 39.6 24.4 32.7 62.8 93.9 57.9 4.1 36.4 34.6 50.2 71.0 96.8 69.9 8.2 35.3 33.6 34.2 50.7 93.8 50.7 16.4 41.2 22.5 48.9 40.3 97.4 40.3 6.5 30.6 30.6 57.8 64 . 9 96.4 64.0 7.1 40.5 32.4 35.5 64.3 92.9 60.6 9.2 35.2 31.5 47.5 64.6 94.8 62.5 8.1 TOTAL effectif 117 69 93 150 155 17 40 346 295 641 Cette frequence d'utilisation de la TRO est proche de celle observee en Algerie (98%) ; elle est par contre nettement plus elevee par rapport a celle observee au Maroc (29%), en Iran (48%) et en Syrie (27%). Ces donnees sont puisees a par- tir des enquetes EDS realisees dal).s ces pays entre 1990 et 1998 (15). II s'agit d'un resultat tres encourageant couronnant les efforts deployes en matie- re de Ia lutte anti-diarrheique, depuis plusieurs annees. 5-1-4-1- Qualite de la rehydratation orale selon les regions et le milieu (tableau 5.4) : II existe peu de variations selon les regions quand a !'utilisation de Ia TRO ; tou- tefois Ia frequence est legerement plus elevee en milieu urbain (96,4% en milieu urbain vs 92,9% en milieu rural p<0,05). 5-1-4-2- Qualite de la rehydratation urale selon le sexe, l'age et le niveau d'education de la mere (tableau 5.5) : II existe peu de variations de !'utilisation de la TRO selon le sexe et selon le niveau d'education de Ia mere; par contre Ia frequence de cette pratique diminue avec l'age (p<O,OOl). Tunis- Decembre 2000 75 Figure 15: Rehydratation et alimentation de /'enfant au cours de /'episode diarrheique selon le milieu Tunisie, M/CS 2, 2000 0 20 40 60 80 100 urbaln • rural I TRO ET CONTINUATION DE L'ALIMENTATION CHEZ LES ENFANTS DIARRHEIQUES SELON LE SEXE, L' AGE ET LE NIVEAU D'EDUCATION DE LA MERE TUN/SIE, MICS2,2000 POURSUITE ALLAIT AU ALIMENT A- TRO ET COURS TION ALIMENT EPISODE SRO LAIT SOLI DE TRO SOLI DE TOTAL % % % % % % effect if SEXE masculin 32.8 29.0 49.3 63.7 95.7 61 .8 340 fern in in 37.9 34.3 45.5 65.6 93.8 63.3 302 AGE 00-11 72.1 25.2 52.1 59.2 99.4 59.2 159 12-35 30.6 35.7 50.5 64.2 95.4 63.2 317 36-59 8.1 29.4 37.2 69.8 89.2 63.9 166 NIVEAU EDUCATION MERE np 28.4 20.9 59.3 59.3 92.5 59.3 15 non scol 38.6 31.0 34.9 69.2 94.5 66.3' 252 primaire 35.4 36.4 47 . 2 59.2 95.9 58.4 221 sec cyc1 40.9 25.4 69 . 7 74.9 94.1 72 . 1 55 sec eye 2 et + 23 . 7 26.6 66.2 59.7 93.7 56.7 98 TOTAL 35 . 2 31 .5 47.5 64.6 94.8 62.5 641 Tunis- Decembre 2000 76 5-1-5- Consommation de liquides, d' aliments et de medicaments au cours de /'episode diarrheique (tableaux 5.6- 5.7): Parmi les enfants diarrheiques, 20,6% ont consomme moins de liquides que d'habitude, 42,0% ont en consomme comme d'habitude et 37,4% en ont consomme plus que d'habitude. Concernant les aliments, 55,8% en ont consomme beaucoup moins que d'habi- tude, 38,2% en ont consomme un peu moins que d'habitude et 6,0% en ont consomme plus que d'habitude. Par ailleurs 40,5% des enfants diarrheiques ont re<;u des medicaments. Ce chiffre est relativement plus eleve que celui observe en 1992 (30,3%) (12) et aussi plus eleve que celui observe en Syrie en 1996 (2 9, 7%) (15). Une meilleure sensibilisation du corps medical, mais aussi des meres, est recom- mandee pour un usage approprie des antibiotiques et le non usage des medica- ments anti -diarrheiques. II existe des variations selon le milieu ; on donne davantage de liquides et d'ali- ments mais aussi des medicaments en milieu urbain. L'analyse selon le sexe, ne montre pas de variations sensibles pour les liquides et les aliments, par contre on a tendance a donner plus frequemment des medica- ments aux filles (44,4% vs 36,3% chez les gar<;ons p = 0,07). Les variations selon l'age ne sont pas consistantes pour les liquides et les ali- ments; par contre les enfants de plus de 3 ans re<;oivent plus frequemment des medicaments (p<O,OOl). Tunis- Decembre 2000 77 CONSOMMATION DE LIQUIDES, D'ALIMENTS ET DE MEDICAMENTS SELON LES REGIONS ET LE MILIEU TUNISIE, MICS2,2000 QUANTITE DE LIOUIDE CONSOMME QUANTITE 0' ALIMENTS CONSOMMES MEDICAMENTS mains que comme plus que beg moins que beg moi ns que comme d ' habitude d' habitude d' habitude 'habitude 'habitude d' habitude oui non TOTAL . . . . . . . . effectif REGION GRAND TUNIS 20.1 39.4 40.5 50.1 41.2 8.7 38.0 62.0 114 NORD EST 28.4 42.5 29.1 51.5 42.8 5.7 40.9 59.1 69 NORD OUEST 21.5 39.8 38.7 55.5 37.4 7.2 41.8 58.2 88 CENTRE OUEST 22.7 43.7 33.6 58.7 35.2 6.1 32.4 67.6 144 CENTRE EST 15.5 43.3 41.2 58.9 36.6 4.5 46.0 54.0 150 SUD OUEST 14.2 39.8 46.1 45.0 46.4 8.6 54.6 45.4 16 SUD EST 21.9 43.3 34.8 62.8 37.2 46.4 53.6 37 MILIEU urbain 18.3 45.1 36.5 54.1 40.8 5.1 44.7 55.3 334 rural 23.4 38.3 38.3 57.7 35.2 7.1 35.5 64.5 284 TOTAL 20.6 42.0 37.4 55.8 38.2 6.0 40.5 59.5 618 CONSOMMATION DE LIQUIDES D' ALIMENTS ET DE MEDICAMENTS SELON LE SEXE, L' AGE ET LE NIVEAU D'EDUCATION DE LA MERE TUNISIE, MICS2,2000 OOANTITE DE LIOUIDE CONSOIIME QUANTITE 0 'ALIMENTS CONSOMMES MEDICAMENTS moins que comme plus que beg moins que be~ 10ins que comme d' habitude d' habitude d' habitude 'habitude ~ ' habitud e d 'habitude oui non TOTAL . . . . . . . . effectif SEXE . sculin 20.3 43.9 35.7 54.7 40.5 4.8 36.3 63.7 330 fe01inin 21.3 38.9 39 . 8 56.8 35.5 7.7 44.6 55.4 288 AGE (en IIIOis) 00·11 19.3 57.7 22.9 41.0 54.9 4.1 39.2 60.8 143 12·35 20.5 34.0 45.5 64.0 30.7 5.3 38.5 61.5 312 36- 59 22.5 42.0 35.5 52.6 37.7 9.7 44.3 55.7 163 NIVEAU EDUCATION MERE non scol 25.8 40.2 34.0 56.0 37 . 1 7.0 36.1 63.9 249 primaire 15.7 37.7 46.6 58.4 35 . 9 5.7 46.8 53.2 219 sec cyc1 16.7 50.1 33.2 38.6 59.8 1.6 27.1 72.9 55 sec eye 2 et + 21.4 49.4 29.2 58.6 33.6 7.8 43.5 56.5 95 TOTAL 20.7 42.0 37.4 55.8 38.2 6.0 40.5 59.5 618 Tunis - Decembre 2000 78 Le niveau d'education de la mere est associe d'une maniere non consistante avec la consommation de liquides, d'aliments et de medicaments. En conclusion, beaucoup de progres ont ete realises en matiere de lutte anti- diarrheique. II s'agit maintenant de consolider ces acquis et de promouvoir davantage cette lutte grace : • au renforcement de !'education sanitaire des meres en matiere d'allaitement maternel, de bonne conduite du sevrage de promotion des conditions d'hygie- ne, de rehydratation et d'alimentation de I' enfant (19). Pour ce qui est de l'allaitement maternel, nous verrons dans le chapitre suivant que le niveau de prevalence actuellement atteint est tres satisfaisant ; il s'agit maintenant de consolider ces acquis. II faut aussi mieux sensibiliser les meres a la continuation de l'allaitement maternel au cours de !'episode diarrheique puisque uniquement 35,2% des enfants ont continue a etre allaites au sein. L'alimentation et la rehydratation de !'enfant au cours et meme en dehors de !'episode diarrheique sont deux facteurs pronostiques tres importants dans l'evolution des diarrhees de !'enfant. La rehydratation de !'enfant presente un rapport cout efficacite tres eleve et une bonne alimentation de !'enfant permet de prevenir !'evolution vers la malnutri- tion. • au renforcement de !'hygiene de l'environnement et de la lutte contre les maladies parasitaires. Ce sont plut6t les regions rurales qui meritent plus d'attention pour cette lutte anti-diarrheique, comme c'est le cas aussi pour les autres programmes de sante. 5-2-INFECTIONS RESPIRATOIRES AlGUES 5-2-1-Preva/ence des IRA au cours des 15 jours precedant le passage des enqueteurs : Parmi les enfants ayant ete enquetes 42,4% ont presente une IRA au cours des 15 jours precedents, soit 7, 7 episodes/ enfant/ an. II existe peu de variations selon le milieu et le sexe, une tendance a la baisse en fonction de l'age et une legere augmentation en fonction niveau d'education de la mere, liee probable- menta une meilleure perception des sympt6mes d'IRA (tableaux 5,8- 5,9). Les prevalences les plus elevees sont enregistrees a Kairouan (58,2%), a 1' Ariana (50, 7%), a Sousse (57, 1 %) alors que les prevalences les plus faibles sont obser- vees a Gafsa (15, 1 %) eta Tataouine (16,8%). Tunis- Decembre 2000 79 GOUVERNORAT TUNIS ARIANA BEN ARCUS NABEUL ZAGHOUAN BIZERTE BEJA JENDOUBA KEF SILIANA KA!ROUAN KASSERINE SID! BOUZID SOU SSE MONASTIR MAHDIA SFAX GAFSA TOZEUR KEBILI GABES MEDENINE TATAOUINE MILIEU urbain rural TOTAL PREVALENCE DES SYMPTOMES D'IRA CHEZ LES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS TUN/5/E, MICS2,2000 SIFFLEM - DIFFICU- ENTS ECOULEM- OBSTRUC- OTITE RESP!RA- LTES I INTRATH- TIRAGE ENT TION PURULEN- TION RESPIRA- ORACIOU- XYPHOID- FIEVRE TOUX NASAL NASALE ANGINE OTALGIE TE RAP IDE TO! RES CYANOSE ES !EN . . . . . . . . . . . . 25.2 36.4 34.5 19.8 21.5 6 . 6 2 .0 8 .2 10 . 6 2.4 5 . 9 1.0 24.0 36.5 42.6 14 .2 16.3 10 . 7 0.8 4.2 6.0 2.5 7.5 1 . 3 24.7 34.4 37.0 27.2 19.1 14 . 4 2 .3 10.2 9.7 2 . 6 8 .0 0 . 7 20.8 28 .3 25 .7 15 .5 13 . 5 5 . 8 1 .4 5.5 6.2 1 . 4 5 .4 0 . 7 22.4 28.7 29 . 3 13 .0 15.9 7 . 6 2 .0 7.4 6.8 1.9 8.9 0.3 27.0 37 .9 39 .8 26 . 4 20 . 1 11.6 2 .6 9.0 8.1 2 . 9 8.3 1 .3 17.9 23.9 26 .5 17 . 7 14 . 8 7 . 5 1 . 6 8. 7 8.7 3.6 7.3 1.2 32.2 40.8 38 .5 23 . 5 17 .7 13 . 4 6 . 4 11 .0 9 . 5 4.2 12.7 2.0 30.1 35 .3 34 .7 26 .2 18 . 5 11.6 3 .0 9 . 7 14 . 5 5.7 15.7 1. 2 33 . 1 37.5 33.6 21.7 19.1 17.8 4.0 14.4 14 .2 13 . 6 20 .6 4.2 35 . 0 46 . 3 44.9 30 .0 13 .4 14 . 5 3 . 8 11.6 14.5 7.2 16.0 2.9 23 . 3 27.3 21 . 8 13 . 5 7.1 8 . 1 2 .0 5.1 6.3 3.3 6.1 2.0 25.2 33 . 8 30 .8 20.2 10 . 9 12.0 2.5 9 .9 9.5 3.2 6.6 0 . 5 29.8 43.9 46.9 18.5 19 . 7 9 . 0 2 . 5 5 . 5 8 . 1 1.8 9 . 6 1 . 5 29.1 41.5 34.3 15.1 19.8 7.2 1 . 7 9 . 0 9.9 1 . 8 10 . 8 0.9 31.2 40 .7 39.7 30.6 17.0 10 . 2 3 .0 10.4 8.7 3 . 6 9.8 0.5 25 . 4 35 . 3 33.7 16.5 17.1 8.5 1.8 6 . 1 7 . 5 1 . 5 6.3 0.4 11.0 11 . 6 11 . 1 6 . 4 6. 7 5 . 4 1.1 5 . 1 2 . 6 0.9 3 . 0 0.9 20.9 21.0 21 . 8 9 . 7 7 .9 7.2 2 . 7 4 . 7 5 .7 1 . 3 4 . 3 1. 5 24.5 28.7 25 . 1 11. 1 11.6 6.4 1.7 1.5 3 . 3 1 . 0 3.1 0 .6 23 . 2 31 .6 31 .7 17 .9 10 .7 9 . 6 2 . 3 7.5 7.4 3 . 5 7 .3 1 . 5 17.7 21 .2 14 .7 7 .2 6 .2 6 . 2 2 . 3 4 . 1 5.9 0.7 5 . 6 0.6 10.6 13 . 3 10.3 2 .9 4 . 5 3 . 2 1 . 0 3 . 7 2.8 0 . 8 1 . 5 0.6 24.4 34.7 33.9 18.0 17.1 8.6 1 .9 7.1 7 . 7 1 . 9 7.7 0.9 27 . 0 33.5 31.8 19.9 12.6 10.8 3 .0 8.5 9.6 4.5 9.5 1. 7 25 . 5 34.2 33.0 18.8 15.2 9.5 2.4 7.7 8.5 3.0 8.5 1.2 Tunis- Decembre 2000 . IRA TOTAL . effect if 45 . 6 879 50 . 7 703 46.8 442 33.0 678 36.5 191 46.3 628 32 . 3 342 47.7 559 43 . 6 311 44 . 1 259 58.2 811 31.5 596 41.2 543 57 . 1 575 48 .5 566 48.7 431 43 .0 994 15.1 313 25 . 0 141 36.6 154 38 . 9 355 24 . 4 517 16.8 187 43.2 6473 41.2 4702 42 . 4 11175 80 / SEXE 11ascul1n feminin AGE 00-11 12-35 36·59 NIVEAU EDUCATION MERE np non scol prima ire sec eye! sec eye 2 et + _ . . TOTAL Oo PREVALENCE DES SYMPTOMES D'IRA AU COURS DES 15 JOURS PRECEDENTS, SELON LE SEXE, L'AGE DE L'ENFANT ET LE NIVEAU D'EDUCATION DE LA MERE TUN/5/E, MICS2,2000 TDIFFICUL~ --- SIFFLE~ .- - OBSTRUCT- AESPIRAT- TES NTS TIRAGE ECOULEME- ION OTITE ION RESPIRAT- INTRA THO- FIEVRE raux NT NASAL NASALE ANGINE OTALGIE PURULENTE RAfiDE OIRES CYANOSE RACIOUES \ \ \ \ \ '-.\ \ 'II 'II 'II \ 'II ' 26.6 35.7 33 . 8 19.7 16.2 10.1 . . 2.5 8.2 9 . 2 3.2 6.7 1.3 24.4 32.7 32.2 17 . 6 14.1 9.0 2.3 7.2 7 . 8 2 . 9 8 . 3 1.1 25.2 34.2 32.7 22.1 11.2 12.1 3.0 8.2 9.2 2 . 3 10 . 3 1.3 28.5 36.3 36.3 19 . 7 16.6 10.2 2 . 9 8 . 5 9.4 3.6 9.5 1.4 22.8 32.3 30.2 . 16 . 6 15.6 7.9 1.7 6.7 7 . 4 2.9 6.7 1.0 - 24.0 31.6 33 . 3 15.6 12.8 9.6 3.5 7.3 8 . 9 1 . 6 10.2 0 . 0 28.0 34.6 32 . 6 20 . 4 13.7 11.7 3.2 9.4 9.9 4 . 7 10.3 1 . 9 25 . 2 33 . 3 32.0 17.7 15.4 9.6 2.2 7.1 7.7 2.7 7.7 1.0 24.6 35.6 35 . 9 17 . 7 16.6 6.5 1.9 7.5 B.l 2.0 6 . 7 0.8 21.8 34.9 34 . 7 19.0 17.4 6.8 1.3 5.6 7.7 1.3 7 . 5 0.7 25.5 34 . 2 33.0 18 . 8 15.2 9.6 2.4 7.7 8.5 3 . 0 8 . 5 1 . 2 IRA TOTAL \ effectif 43.5 5722 41.2 5453 43.0 1991 45.0 4405 39.7 4779 42 . 2 228 42 . 1 3783 41.0 4211 45.7 1146 44.1 1807 42.4 11175 Les sympt6mes les plus frequents sont : la toux (34,2%), l'ecoulement nasal (33,0%) et la fievre (25,5%). Le nombre d'episodes par enfant et par an (7, 7 episodes/ enfant/ an) calcule en se basant sur la proportion des cas d'IRA pour la periode de l'enquete parmi I' en- semble des cas recenses au cours d'une annee selon les statistiques de routine de la DSSB, est plus eleve que celui rapporte par l'enquete nationale de morbidite et de mortalite par IRA en 1992-93 autour de 5 episodes par enfant et par an pour les enfants de 0-6 ans. II faut noter toutefois que cette derniere enquete s'est inte- ressee aux enfants de moins de 6 ans (et non de moins de 5 ans) sachant que la frequence des IRA diminue avec l'age. Toutefois, en matiere de lutte contre les IRA, la prevention primaire connait beaucoup de limites et c'est essentiellement la prevention de !'evolution vers les formes graves qui constitue la base de la lutte contre ces infections. 5-2-2- Proportion des IRA graves (tableaux 5. 10 et 5.11) : Parmi les cas d'IRA, 9,2% se sont manifestes par des sympt6mes de gravite et 0,6% des enfants ont du etre hospitalises. Cette proportion de formes graves (9,2%) est nettement inferieure a celle rapportee dans l'enquete nationale de morbidite et de mortalite par IRA menee par la DSSB en 1992-93 (18%). Cette difference pourrait etre expliquee du moins en partie par un changement au niveau des criteres de gravite ; en effet les difficultes respiratoires retenues en 1992 comme element de gravite, ne l'ont pas ete dans le present travail et ceci en raison d'un manque de specificite (les meres declarent I' enfant presentant des difficultes respiratoires quand il a uniquement le nez boucher). Les proportions des formes graves et d'hospitalisation enregistres en milieu rural sont deux fois plus elevees qu'en milieu urbain. Les proportions sont quasi le double en milieu rural compare au milieu urbain. D'ou la necessite de renforcer les actions de lutte dans ce milieu et de promouvoir la formation et la responsa- bilisation des infirmiers exerc;ant dans les CSB n'assurant pas quotidiennement des consultations medicales. Ces infirmiers seront amenes a mieux detecter les formes graves d'IRA et a les referer. Tunis- Decembre 2000 82 PROPORTION D'IRA GRAVE SELON LES REGIONS ET LE MILIEU TUN ISlE, MICS2,2000 HOSPITAL- GRAVE ISATION TOTAL % % effect if REGION GRAND TUNIS 6.7 0.2 962 NORD EST 5.8 0.7 587 NORD OUEST 16.5 0.7 627 CENTRE OUEST 14.0 0.6 885 CENTRE EST 5.8 0.4 1241 SUD OUEST 8.0 1.2 139 SUD EST 8.2 1.7 295 MILIEU urbain 6.2 0.4 2798 rural 13.5 0.8 1937 TOTAL 9.2 0.6 4735 Figure 16 : Frequence des formes graves d'IRA selon les grandes regions socio-economiques Tunisie, MICS 2, 2000 SUD EST SUD OUEST CENTRE EST CENTRE OUEST NORD OUEST NORD EST 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 II existe peu de variations selon l'age et le sexe ; par contre Ia proportion des formes graves decroit significativement avec le niveau d'education de Ia mere ; d'ou !'interet de renforcer les actions educatives en particulier dans les milieux les plus modestes (tableau 5.11). Tunis- Decembre 2000 83 PROPORTION D'IRA GRAVE SELON LE SEXE, L'AGE DE L'ENFANT ET LE NIVEAU D'EDUCATION DE LA MERE TUN ISlE, MICS2,2000 HOSPITAL- GRAVE ISATION TOTAL % % effectif SEXE masculin 9.4 0.9 2490 feminin 8.9 0.2 2246 AGE 00-11 8.3 0.6 855 12-35 10.0 0.7 1983 36-59 8.6 0.4 1898 NIVEAU EDUCATION MERE np 3.8 1.0 96 non scol 13.7 0.7 1593 primaire 8.6 0.5 1726 'sec cyc1 5.3 0.3 524 sec eye 2 et + 4.5 0.6 797 TOTAL 9.2 0.6 4736 L'analyse multivariee, utilisant le modele logistique, dans le but d'identifier les facteurs reellement associes aux formes graves d'IRA montre que ce sont le milieu et le niveau de scolarite des meres qui sont significativement associes aux formes graves d'IRA. Variable Estimation Erreur Odds Prob du coefficientp standard Ratio Milieu rural 0,72 0' 11 2,05 P<0,001 Sexe masculin - 0,01 0' 10 0,98 NS Mere non scolarisee 0,41 0' 11 1 '50 P<0,001 Tunis- Decembre 2000 84 En guise de conclusion en matiere de lutte contre les IRA, il est difficile de por- ter un jugement sur l'efficacite du programme a travers uniquement ces quelques elements ; toutefois, la proportion des formes graves merite d'etre abaissee davantage. Si la strategie du programme national de lutte contre les IRA est adequate dans ses principales composantes, a savoir la formation du personnel de sante et !'education information sanitaire, neanmoins ces composantes meritent d'etre renforcees au niveau des zones les plus a risque ,notamment en milieu rural. 5-3- MALNUTRITION PROTEINO-CALORIQUE: La malnutrition proteino-calorique expose les enfants surtout en bas age a un retard de croissance, a des troubles de developpement intellectuel, a une dimi- nution des capacites d'apprentissage et a un affaiblissement du systeme immu- nitaire. Plusieurs facteurs sont associes a la malnutrition proteino-calorique : les apports alimentaires, les episodes morbides a repetition, le niveau socio-economique de la famille, le statut nutritionnel et educationnel de la mere. Trois indices anthropometriques ont ete utilises pour evaluer l'etat nutritionnel des enfants ages de moins de 5 ans. Ces indices sont le rapport poids/taille pour deceler les etats d'emaciation, le rapport taille/age pour determiner le retard de croissance et le rapport poids/ age pour identifier les etats de maigreur se tra- duisant par une insuffisance ponderale. L'analyse de la qualite des donnees anthropometriques, nous a conduit a exclu- re toutes les donnees provenant du gouvernorat de Tataouine, comportant beau- coup de valeurs aberrantes et quasi inexploitables. Cette situation nous a amene a effectuer une reponderation pour conserver les poids relatifs des differentes regions les unes par rapport aux autres et pour a voir des estimations non biai- sees a l'echelle nationale. Les Z scores ont ete aussi calcules a l'aide du logiciel Epi Info (Programme EPI- NUT) en utilisant la population de reference internationale de l'OMS tout en uti- lisant l'age exact (et non en mois revolus) tels que recommande par I' OMS (2 1). Nous avons aussi exclu tousles enfants dont les valeurs du Z score se situent dans les fourchettes suivantes : • taille/age : Z score <-5,0 ou Z score >+3 • poids/ taille : Z score < -4,0 ou > + 5 • poids/age : Z score <-5 ou > + 5 Tunis- Decembre 2000 85 Apres toutes ces exclusions, 10553 enfants ont ete retenus pour cette analyse. Les resultats sont resumes dans les tableaux 5.12 et 5.13. 5-3-1- lnsuffisance ponderale : La frequence de l'insuffisance ponderale moderee et/ ou severe (poids/ age <-2 OS) est de 4,0% avec 0,6% pour les formes severes (poids/age <-3 OS). Cette prevalence des formes moderees ou severes est tres proche de celle rapportee dans l'enquete nationale de l'Institut de Nutrition (3,9%) (13). PREVALENCE DE LA MALNUTRITION PROTEINO-CALORIQUE SELON LES REGIONS ET LE MILIEU TUN ISlE, MICS2, 2000 FORMES MODEREES OU SEVERES FORMES SEVERES POIDS/AGE TAILLE/AGE POIDS/TAILLE POIDS/AGE TAILLE/AGE POIDS/TAILLE TOTAL < • 2 OS < • 2 DS < • 2 DS < • 3 DS < · 3 OS < · 3 DS Effecti f % % % % % % REGION GRAND TUNIS 2.3 7.0 1. 7 0.4 2. 1 0.3 1894 NORD EST 3. 1 10.7 1.4 0.4 2.4 0.5 1436 NORD OUEST 4.5 14.7 2.3 0.5 3.5 0.7 1393 CENT. OUEST 6.5 17.7 2.9 1.2 5.6 0.7 1827 CENTRE EST 3.4 11.3 1. 8 0.6 3.2 0.3 2441 SUD OUEST 5.5 15.9 4.7 0.5 5.0 0.9 559 SUD EST 3.3 12.5 2.7 0.4 2.8 0.1 1004 MILIEU Urbain 2.3 8. 1 1.9 0.3 2.2 0.4 6112 Rural 6.2 18.2 2.6 1. 0 5.2 0.5 4441 TOTAL 4.0 12.3 2.2 0.6 3.4 0.5 1055 Population de reference : Population internationale OMS Tunis- Decembre 2000 86 emaciation retard de croissance insuffisance ponderale Figure 17: Prevalence de Ia malnutrition proteino-calorique chez les enfants de moins de 5 ans selon le milieu Tunisie, MICS, 2000 0 5 10 15 % Tunis- Decembre 2000 20 I o urbain • rural I 87 Tunis- Decembre 2000 Figure 18: Prevalence du retard de croissance Taille/age < - 2 DS Tunisie, MICS 2, 2000 Tataouine 7.0% to 9.9% 10.0% to 11.9% 12.0% to 14.9% 15.0% to 18.0% 88 Figure 19: Courbe du poids en fonction de /'age chez les enfants de moins de 5 ans Tunisie, MICS 2, 2000 25 20 15 10 5 0 -4,25 -2,75 -1,25 0,25 1,75 3,25 4,75 Z-score poids/age - Reference Gar~ons - Deux sexes - Fil/es La prevalence de l'insuffisance ponderale a sensiblement regresse. En 1988 (20) 'elle etait de 10,4% pour les formes moderees ou severes et de 1,8% pour les formes severes (<-2 DS). Quand a l'enquete PAP CHILD realisee en 1994- 1995 (12), la prevalence etait de 8,6% pour les formes moderees ou severes et de 2% pour les formes severes. Cette prevalence de l'insuffisance ponderale chez les enfants de mains de 5 ans est nettement inferieure a celle observee en Algerie (13%) en Iran (16%), au Maroc (9%) et en Syrie (12,9%) selon les resultats des enquetes EDS menees dans ces pays entre 1990 et 1998 (15). La prevalence de l'insuffisance ponderale est significativement plus elevee en milieu rural (6,2% vs 2,3% p<O,OOl). Des variations sont observees selon les regions ; les prevalences les plus elevees sont observees au Centre Ouest (6,5%) et au Sud Ouest (5,5%) (tableau 5.11) alors que les prevalences les plus basses sont observees principalement au Grand Tunis (2,4%) et au Nord Est (3,0%). 5-3-2- Retard de croissance : La prevalence du retard de croissance (taille/age <-2 DS) est de 12,3% avec 3,4% pour les formes graves (taille/age <-3 OS). Comme pour l'insuffisance ponderale, la prevalence du retard de croissance a beaucoup baisse par rapport a 1988 les taux etaient alors de 18,2% pour les formes moderees ou severes et 5,6% pour les formes severes (20). Les prevalences calculees dans l'enquete PAP- CHILD (1994- 1995) etaient encore plus elevees (22,5% pour les formes mode- rees ou severes et 9,3% pour les formes severes). Tunis- Decembre 2000 89 Figure20: Courbe de Ia taille en fonction de /'age chez les enfants de mains de 5 ans Tunisie, MICS 2, 2000 25 20 -3,75 -1,75 0,25 2,25 4,25 Z-score taille/age - Reference Gar~ons - Deux sexes - Filles Quant a l'enquete nationale menee par l'Institut de Nutrition, en 1996, la pre- valence du retard de croissance etait de 8,3% (13). Dans tous les cas cette prevalence observe une tendance a la baisse grace a !'amelioration des conditions socio-economiques de la population mais aussi grace aux efforts d'education nutritionnelle. Cette prevalence est nettement plus faible que celles observees en Algerie (18%), en Iran (19%), au Maroc (23%) et en Syrie (20,8%), chez les enfants de moins de 5 ans toujours selon les resultats des enquetes EDS realisees dans ces pays entre 1990 et 1998 (15). 5-3-3- Emaciation : La prevalence de !'emaciation (poids/taille <-2DS) est de 2,2% avec 0,5% pour les formes graves. La prevalence de !'emaciation est en regression par rapport a 1988 (3, 1% pour les formes moderees ou severes et 0,6% pour les formes severes dont le niveau est reste a peu pres stable) (20). Tunis - Decembre 2000 90 Figure 21: Courbe du poids en fonction de Ia taille chez les enfants ages de moins de 5 ans Tunisie, M/CS 2, 2000 Z-score poids/taille Reference Gar~ons -Deux sexes Filles La prevalence de !'emaciation rapportee dans l'Enquete PAPCHILD (1994 - 1995) est de 3,9% (1 ,2% pour les formes severes) (12) ; alors que selon l'enquete nationale menee par l'Institut de Nutrition en 1996 cette prevalence n'est que de 1%(13). Dans le monde, et d'apres les resultats des enquetes EDS menees entre 1990 et 1998la prevalence de !'emaciation chez les enfants de moins de 5 ans est de 9% en Algerie, 7% en Iran et 8, 7% en Syrie, niveaux nettement superieurs a celui observe dans cette enquete(15). La prevalence est legerement plus elevee en milieu rural (2,6% vs 1,8% p<0,05). L'analyse des variations des 3 indicateurs de malnutrition selon le sexe, l'age, le niveau d'education et le travail de la mere (tableau 5.13) montre qu'il existe peu de variations selon le sexe. Par contre, une association est observee avec l'age particulierement pour le retard de croissance qu'il soit modere ou severe, avec un pic au cours de la 2eme annee d'age. La prevalence de la malnutrition proteino-calorique diminue quand le niveau d'education de la mere augmente, et elle est plus elevee chez les enfants dont la mere est au foyer, tres probablement en rapport avec le niveau educationnel de la mere et le bas niveau socio-economique de la famille. L'analyse multivariee appliquee au retard de croissance (formes moderees et/ ou severes) montre que le milieu, le sexe et le niveau de scolarisation de la mere sont significativement associes au retard de croissance. Tunis- Decembre 2000 91 Variable Estimation Erreur Odds Prob du coefficient ~ standard Ratio Milieu rural 0,66 0,06 1 '94 P<0,001 Sexe masculin 0' 14 0,06 1 '16 P<0,05 Mere non scolarisee 0,55 0,06 1 '73 P<0,001 En conclusion, l'etat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans est assez satis- faisant en comparaison avec d'autres pays tels que le Maroc, I' Algerie, l'Iran et la Syrie. PREVALENCE DE LA MALNUTRITION PROTEINO-CALORIQUE SELON LE SEXE, L' AGE, LE NIVEAU D'EDUCATION ET LE TRAVAIL DE LA MERE TUN ISlE, MICS2,2000 FORMES MOOEREES OU SEVERES FORMES SEVERES 'OIDS /AGE TAILLE /AGE PO IDS IT AI LLE POIOS /AGE TAILLE /AGE POIDS /TAILLE < -2 OS < -2 OS < -20S < -3 OS < -3 OS < -30S - % % % % % % SEXE Masculin 3.8 11 . 6 2.5 0.5 3. 1 0 . 5 Feminin 4.1 13. 1 1. 4 0.8 3.7 0.4 AGE EN MOIS 00 - 05 2. 1 10.9 1. 8 0.2 2. 1 0. 1 06 - 11 2.9 10.9 2.2 0.2 3.6 0.3 12 - 23 4.6 17.5 2 . 6 1. 0 5. 1 0.8 24 - 35 4.7 11 . 3 2. 1 0.8 3.4 0.3 36 - 47 3.6 11 . 8 2. 1 0.4 3. 1 0.5 48 - 59 4.2 10.3 2.2 0.8 2.6 0.5 NIVEAU D' EDUCATION DE LA MERE 6.4 18.8 2.9 0.8 5.4 0.5 Non scol. Primaire 3.5 11. 1 2.2 0.8 3.0 0.5 Sec. Cycl. 2 . 0 6.8 1. 7 0.2 1. 8 0.3 Sec Cycl. 2 & + 1.1 5. 1 1. 4 0.2 1. 2 0.3 TRAVAIL MERE Travaille 2.2 7.7 1. 4 0.4 2. 1 0.3 Sans travail 4.3 13. 1 2.4 0.7 3.7 0.5 TOTAL 4.0 12.3 2.2 0.6 3.4 0.5 Population de reference : Population internationale OMS Tunis- Decembre 2000 TOTAL Effectif 5312 4998" 859 976 2010 2059 2233 2173 3548 3968 1088 1706 1484 8826 10310 92 Mais la situation merite d'etre amelioree davantage. En effet selon l'enquete nationale menee par l'Institut de Nutrition en 1996 ( 13), la consommation ener- getique chez les enfants ages de 2 a 6 ans reste inferieure aux apports conseilles, avec 30% des enfants ayant une consommation energetique inferieure a 75% des be so ins. L'amelioration de l'etat nutritionnel des enfants repose sur : • La suffisance au niveau de l'approvisionnement alimentaire; • L'approvisionnement en eau saine et une evacuation hygienique des eaux usees. • La promotion de l'allaitement maternel; • L'education nutritionnelle. II s'agit maintenant de renforcer ces actions dans les milieux les plus a risque. Les actions educatives devront cibler davantage les meres peu instruites. II est necessaire d'evaluer la qualite des messages educatifs : sont ils bien perc;us par ces femmes peu instruites? sont ils assez persuasifs? faut-il privilegier les mass- medias ou plut6t le contact personnalise avec les professionnels de la sante? . . Le pic de frequence enregistre au cours de la deuxieme annee d'age serai pro- bablement en rapport avec un probleme au niveau du servage de !'enfant. S-4- I NCAPACITE Parmi les 10933 enfants ayant ete enquetes 0,3% ont ete declares par leur mere comme presentant un deficit auditif, 0,3% comme atteints d'un deficit visuel, 0,4% presentant un deficit moteur, 0,2% presentant un retard mental et 0, 7% presentant des difficultes de langage (tableau 5.14). Ces prevalences relativement faibles, ne semblent pas varier selon le niveau d'education de la mere, ni selon le sexe et les grandes regions socio-econo- miques. Tunis- Decembre 2000 93 r _._. .i. ( ~ ~ f-111 [$11]1:1lk) "" PREVALENCE DE L'INCAPACITE CHEZ LES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS, TUN ISlE, MICS2, 2000 DIFFICUL- DEFICIT DEFICIT DEFICIT RETARD TE DE AUDITIF VISUEL MOTEUR MENTAL LAN GAGE TOTAL . . . . . effectif REGION GRAND TUNIS 0.3 0.4 0.4 0.2 0.9 1999 NORD EST 0.2 0.4 0.6 0.1 0.8 1479 NORD OUEST 0.2 0.2 0.3 0.1 0. 7 1421 CENTRE OUEST 0.4 0.5 0.6 0.4 0.8 1899 CENTRE EST 0.2 0.2 0.3 0.2 0.7 2535 SUD OUEST 0.2 0.3 0.3 0.2 0.4 587 SUD EST 0.1 0.4 0.3 0.3 0.7 1013 MILIEU urbain 0.3 0.4 0.5 0.3 0.9 63443 rural 0.2 0.2 0.3 0.1 0.5 4590 SEXE masculin 0.3 0.3 0.5 0.2 0.9 5598 feminin 0.2 0.3 0.3 0.2 0.6 5335 NIVEAU EDUCA MERE non seal 0.4 0.4 0.5 D.3 0.7 3779 primaire 0.2 0.4 0.5 0.2 0.9 4203 sec cyc1 0.4 0.2 0.2 0.1 0.5 1147 sec eye 2 et + 0.1 0.1 0.2 0.1 0.5 1804 TOTAL 0.3 0.3 0.4 0 . 2 o. 7 10933 5-5- CAUSES DE DECES CHEZ LES ENFANTS AGES DE MOINS DE CINQ ANS: La connaissance des causes de deces permet de mieux evaluer les progres enre- gistres dans le domaine de la sante et de mieux cerner les priorites dans ce domaine. Cependant, les statistiques des causes de deces souffrent de beaucoup d'insuffisances particulierement dans les pays en developpement ou la cause de la mort est rarement mentionnee. L'Organisation Mondiale de la Sante a mis en evidence une tendance a la bais- se de la mortalite des enfants dans le monde au cours de la derniere decennie. Cette baisse a ete attribuee principalement aux programmes elargis de vaccina- tion, particulierement la vaccination contre la rougeole qui a permis de contri- buer a la reduction du nombre de deces par rougeole par IRA et par diarrhee. Les programmes de lutte contre la diarrhee et contre les IRA ont contribue certes ala baisse de la mortalite chez les enfants, mais a un degre moindre compares aux programmes de vaccination. Selon les estimations de l'OMS, le nombre de . deces des enfants de moins de 5 ans dans les pays en developpement passera de 14,6 millions en 1985 a 7,5 millions en 2015. Les principales causes de deces Tunis- Decembre 2000 94 sont les IRA, la diarrhee, le paludisme, la rougeole, le tetanos et les troubles nutritionnels. II faut toutefois craindre dans l'avenir l'accroissement des deces par accidents. Pour l'etude des causes de deces des enfants ages de mains de 5 ans, 435 deces ont ete finalement retenus pour la presente analyse. Parmi ces deces 56,32% sont de sexe masculin, et 49,43% sont ages de mains d'un mois (periode neonatale), 61,8% residaient en milieu urbain ; 54,94% ont eu lieu a l'h6pital et 42,02% ont eu lieu a domicile (tableau 5.15). Le tableau 5,16 resume la repartition des causes de deces selon le milieu, I' age ~ 1 mois - > 1 mois) et le sexe. *Source: WHO, 1992, English Report on the world Health Situation. Geneva. Tunis- Decembre 2000 95 REPARTITION DES DECES DES ENFANTS AGES DE MOINS DE 5 ANS SELON L' AGE, LE SEXE, LE MILIEU ET LE LIEU DE DECES TUN ISlE, MICS2, 2000 EFFE- % CTIF AGE EN MOIS 00-01 49.43 215 02-11 32.87 143 12-23 5.98 26 24-35 4.37 19 36-59 7.36 32 SEXE MASCULIN 56.32 245 FEMININ 43.68 190 MILIEU URBAIN 38.16 166 RURAL 61.84 269 LIEU DE DECES HOP !TAL 54.94 239 CLINIQUE PRIVEE 2.07 9 DOMICILE 42.07 183 AUTRE 0.92 4 TOTAL 100.00 435 Les principales causes de deces sont les affections perinatales (46,67%) suivies des infections respiratoires aigues (14,02%), des anomalies congenitales (10,8%). La diarrhee occupe le 4eme rang (9,66%). Tunis- Decembre 2000 96 Figure22: Principales causes dedeces chez les enfants ages de moins de 5 ans Tunisie, MICS 2, 2000 V) \1\ V) UJ; \1\ UJI I- u.a V) lU :z: a:. V\ Vll I :z: _. 0 :z: UJl :z: ~ 0 V\ 0 _. u.J a:: 0 I.U 0 a:: 1- :z I- ~ :=> t ~ u <C u u a:: \.!) :z: 0 UJ I.U u LU I.!) LL 0::: <C UJ a: LL u. <C LL :z :z \1\ LL UJl <C 0 UJ <C 0. u a::. Tunis - Decembre 2000 97 CAUSE DE DECES ACCIDENTS AFFECT CONGENITALES AFFECT MAL DEF AFFECT PERINATALES ANEMIES HEMO ANOMAL COAGUL AUT MAL SYST NERV AUTRES CARDIOPATHIES AUTRES MAL BACT DERMATOSES BULLEUSES DIARRHEE INF RESP AlGUES INF VIRALES !NFL SYST NERVEUX MAL DIGESTIVES MAL URINAIRES MAL END NUTR METAB TRAUMA EMPOIS TROUBLES MENTAUX TUMEURS Tunis- Decembre 2000 CAUSES DE DECES SELON LE MILIEU, L' AGE ET LE SEXE TUN ISlE, MICS2, 2000 SEXE AGE MILIEU MASCU- FEMIN- 0- 1 02-11 URBAIN RURAL LIN IN mois mois % % % % % % 3.01 3.35 2.86 3.68 1. 11 2.27 12.05 10.04 11 . 02 10.53 8.89 11.36 0.60 4.09 2.86 2.63 1. 11 3.41 53.61 42.38 52.24 39.47 72.22 4.55 0.37 0.41 1.14 0.74 0.41 0.53 0.37 1 . 14 3.01 1.49 2.45 1.58 0.37 3.41 0.37 0.53 0.37 1.20 0.37 1.22 3.41 0.37 0.41 1.14 8.43 10.41 8.57 11.05 2.59 27.27 9.64 16.73 10.20 18.95 10.74 26.14 0.37 0.53 2.41 1.86 2.45 1.58 0.74 3.41 1. 20 2.60 1. 22 3.16 0.37 3.41 0.60 1.12 0.82 1.05 0.37 2.27 0.60 1. 49 0.41 2. 11 0.74 2.27 0.60 0.37 0.41 0.53 1 . 14 0.60 0.37 0.41 0.53 2.41 1.12 1. 63 1.58 2.27 12-59 TOTAL mois TOTAL EFFE- % % CTIF 11 . 69 3.22 14 16.88 10.80 47 7.79 2.76 12 5.19 46.67 203 0.23 1 0.46 2 6.49 2.07 9 0.23 1 0.69 3 0.23 1 14.29 9.66 42 11 . 69 14.02 61 1.30 0.23 1 5.19 2.07 9 6.49 2.07 9 1. 30 0.92 4 1. 30 1 . 15 5 1. 30 0.46 2 2.60 0.46 2 6.49 1. 61 7 98 Des differences sont observees selon le milieu; c'est ainsi que les affections peri- natales sont plus frequemment observees en milieu urbain (53,61% vs 42,38% en milieu rural) ; alors que les IRA causent plus de deces en milieu rural (16, 73% vs 9,64% en milieu urbain). Cependant pour la diarrhee, les proportions sont sensiblement similaires pour les deux milieux. La repartition des causes de deces selon l'age (moins d'un mois et au dela d'un mois) ; montre comme attendu que les affections perinatales sont plus frequem- ment incriminees avant l'age d'un mois. (72,22% vs 5,45% au dela de un mois). Les infections respiratoires aigues et la diarrhee sont par contre plus frequem- ment incriminees au dela de l'age d' un mois. La repartition des causes de deces selon le sexe montre que les affections perina- tales sont plus frequemment en cause chez le sexe masculin (52,24% vs 39,4 7%) ; alors que les IRA et a un degre moindre Ia diarrhee sont plus fre- quemment incriminees chez le sexe feminin (18,95% vs 10,20% pour les IRA et 11,05% vs 8,57% pour Ia diarrhee). En Tunisie ; il n'y a pas eu auparavant d'etude similaire sur les causes de deces des enfants de moins de 5 ans, ayant suivi Ia meme methodologie basee sur le dossier medical ou sur l'autopsie verbale. II faut toutefois citer !'etude de morbi- dite et de mortalite hospitaliere menee par le Ministere de Ia Sante Publique (Direction des Etudes et de Ia Planification) en 1991. Cependant cette etude n'a concerne que les deces ayant eu lieu en milieu hospitalier ; ce qui rend difficile les comparaisons avec les resultats de Ia presente enquete. Cette etude a permis de mettre en evidence que Ia proportion de deces par diarrhee chez les moins de 5 ans etait de 10,8% et que pour les IRA, Ia proportion etait de 11 ,6%. En se refe- rant a ces chiffres, tout en tenant compte des reserves formulees ci-dessus, on pourrait noter une baisse de Ia mortalite par diarrhee et par IRA par rapport a l'annee 1991 ; car le taux de mortalite des enfants de moins de 5 ans (toutes causes confondues) etait au tour de 9,65 pour 1000 en 1991 *, passant a 6,0 pour 1 000 en 1999* ; ce qui donne des taux de mortalite specifiques pour Ia diar- rhee de 10/100.000 en 1991 et 5,8/100.000 en 1999; de meme pour les IRA, les taux specifiques de mortalite sont de 11,2/100.000 et 8,4/100.000, respec- tivement en 1991 et 1999. Pour ce qui est de Ia mortalite par diarrhee, selon les resultats de l'enquete natio- nale sur !'evaluation du programme national de lutte anti-diarrheique menee en 1988 elle etait de 40% chez les enfants de moins de 5 ans. Toutefois le nombre Source: INS, donnees non publiees. Tunis- Decembre 2000 99 total de deces identifies par cette enquete etait uniquement de 72 ; ce qui affec- te la precision de cette derniere estimation. La comparaison de ces proportions de mortalite par causes avec celles observees dans d'autres pays se heurte a une difficulte liee ala non disponibilite de ces esti- mations dans les pays en developpement en raison de !'absence de statistiques fiables sur les causes de deces. En effet les comparaisons des proportions de deces par causes ne sont possibles qu'avec des pays observant un taux de mortalite pour les enfants ages de moins de 5 ans, similaire a celui observe en Tunisie. L'ideal serait de comparer entre pays les proportions de letalite par diarrhee et par IRA qui refletent mieux la qualite de prise en charge de ces maladies et per- mettent de mieux evaluer !'impact des programmes de lutte et surtout l'efficaci- te des actions de prevention secondaire. Ces resultats plaident en faveur d'un renforcement du programme de perinata- lite et aussi de la neo-natologie dans le but de reduire le nombre de deces par affections perinatales. II serait aussi utile de mieux sensibiliser la population reconnaitre les signes de gravite des diarrhees et des IRA et de recourir aux structures de soins dans le but de reduire le nombre de deces par ces deux causes. Tunis- Decembre 2000 !00 SIXIEME PARTIE: NIVEAU DES CONNAISSANCES, ATTITUDES ET COMPORTEMENTS DES MERES AU COURS DES EPISODES MORBIDES CHEZ LES ENFANTS: L'attitude et le comportement des meres conditionnent en grande partie la sante de leurs enfants ; c'est ainsi que !'Information Education Sanitaire (IEC) consti- tue une composante fondamentale des programmes de sante ciblant les enfants particulierement en matiere de promotion de l'allaitement maternel et des habi- tudes alimentaires, de vaccination de !'enfant, de reconnaissance des sympt6mes de gravite de certaines affections (principalement les diarrhees et les IRA), de rehydratation de !'enfant en cas de diarrhee . C'est pourquoi, cette enquete a accorde tout un module traitant de cet aspect. 6-1- Connaissances des symptomes de gravite chez I' enfant tableau 6.1): Pres de 80% des 848 7 femmes ayant ete interrogees pour ce module (celles qui ant au moins un enfant de moins de 5 ans) connaissent au moins 2 sympt6mes devrant conduire !'enfant chez le medecin. Cependant, ce sont seulement les situations ou I' enfant presente une fievre (86, 1 %) , ou bien il est franchement malade (66,9%) et a un degre moindre lorsqu'il presente une diarrhee (42,9%) qui alertent le plus les meres pour conduire leur enfant chez le medecin. Les sympt6mes de gravite des IRA, (respiration rapide, cyanose) et de la diarrhee ne semblent pas etre bien assimiles. C'est ainsi que uniquement 21,6% des meres connaissent au moins un sympt6me de gravite des IRA et 48.3% en connaissent au moins un pour la diarrhee. Ce resultat merite d'etre verifie car il est probable que la nature de la question posee demandant aux meres de citer les symptomes evoquant une situation de gravite, ait induit des oublis par la mere de certains s1gnes. Dans tousles cas, un renforcement des messrges educatifs par le biais des medias et par le biais du personnel de sante est indique ; en effet, pour certaines affec- tions telle que les IRA, la prevention primaire n'est pas aisee, !'accent devra etre Tunis- Decembre 2000 707 NE PEUT PAS BOIRE OU TETER LE SEIN % GOUVERNORAT TUNIS 18.3 ARIANA 10.2 BEN AROUS 9.2 NABEUL 9.6 ZAGHOUAN 14.3 BIZERTE 15.6 BFJA 17 .8 JENDOUBA 10.6 KEF 35.2 SILIANA 15.3 KAIROUAN 2.2 KASSERINE 8.2 SIDI BOUZID 5.4 SOU SSE 7.1 MONASTIR 6.8 MAHDIA 23.2 SFAX 5.7 GAFSA 18.5 TOZEUR 20.5 KEBILI 2.5 GABES 4.9 MEDENINE 9.4 TATAOUINE 17 .6 MILIEU urbain 12 .0 rural 10.2 NIVEAU EDUCATION FEMME NP 14.0 non scalar 9.5 primaire 11.3 sec cyc1 10.0 sec cyc2 et + 14.8 TOTAL 11.3 NIVEAU DE CONNAISSANCES DES MERES DES SVMPTOMES DE GRAVITE CHEZ L'ENFANT SELON LE GOUVERNORAT ET LE MILIEU TUNISIE, M/52, 2000 ENFANT RESPIRE RESPIRE BOIT VRAIMENT RAPIDEME- DIFFICI - DIFFICIL- DESHYDRA- DIARRHEE DIARRHEE SOIF MALADE FIEVRE NT LEMENT CYANOSE EMENT TE DIARRHEE SANGLANTE > 3J INTENSE % % % % % % % % % % % 53 .3 86.6 12.9 28.4 9.3 12.0 14 .4 38.9 10.0 15.1 8.5 80.9 95.9 7.4 14.9 5.8 15.2 7.8 38.0 7.6 12.6 6.2 70.0 95.7 13.7 27 .4 4.3 3.9 10 .9 58.5 3.7 12.1 3.5 47.0 95.6 5.3 16.9 4.8 5.4 14.7 41.2 3.1 20.7 5.3 74.1 60 .1 4.0 4.1 0.7 1.1 3.6 17.4 0.5 0.7 0.0 55 .0 92.0 13.5 25 .3 9.7 15.3 9.1 48 .7 8.8 10.8 9.6 66 .1 98.0 19 .3 35.2 10.1 7.8 15.3 88.5 32 .5 23 .5 5.5 90 .9 85 .3 3.9 8.4 1.9 3.3 23 .9 62.2 5.9 9.5 3.5 65.3 88.4 23 .0 34.4 17.4 30.3 29.2 51.7 19.3 29.1 13.4 74 .5 90 .5 8.5 15.9 7.8 10 .3 11.0 45.7 9.0 12 .2 9.0 90.5 66 .4 6.4 10.2 1.0 3.9 2.7 12.5 1.6 5.2 0.8 86.3 64 .4 7.1 11.6 5.3 6. 7 15 .0 46.6 12 .2 11.0 7.2 79.1 68.5 6.1 5.9 3.5 3.7 4.1 24 .1 2.0 2.8 2.0 56.6 83.4 9.1 14.4 10.0 8.4 17.1 35.4 10 .3 13.1 7.6 61.2 83.2 7.1 10.3 0.9 6.8 3.5 33.1 9.5 8.2 3.5 70 .4 88.9 3.8 12.3 2.5 5.0 19.3 32.8 2.4 16.7 4.3 59.4 94.5 7.5 19 .0 0.9 11.8 3.2 53.9 0.8 3.7 1.5 85.1 82.9 21.8 27.4 12.3 15.0 13.7 56.8 15.0 9.4 2.7 65.5 95.2 9.3 20.9 14.8 7.0 26.4 48.7 24.0 38.4 6.9 74.0 85.4 4.9 14.0 0.0 0.8 8. 1 35.1 1.1 7.7 1.3 65.7 84.9 5.6 9.9 3.5 5.5 16.1 35 .5 9.0 10.7 5.4 35.8 92 .9 3.3 18 .5 0.2 1.1 18 .4 48.5 0.7 7.4 1.7 66.4 89.7 12 .8 19.8 1.1 1.3 7.8 39 .2 8.1 13.4 2.0 64 .6 88.2 10 .5 20.3 5.8 9.7 11.9 42.8 7.9 12.1 5.6 70.5 82.8 6.7 13.5 4.1 6.6 11.9 43.0 6.6 10.9 3.8 59 .6 84.8 12.4 26.8 10 .3 9.9 13.6 47 .4 9.9 10.1 8.2 72.6 81 .1 6.6 12.4 3.7 6.2 11.2 40 .6 6.4 9.9 3.1 65 .4 86 .7 9.0 17.4 5.3 7.9 11.6 42.3 7.3 11.9 4.9 62.7 90.5 9.4 18 .0 5.5 10.1 10 .4 45.4 7.4 12.2 6.2 63.9 90.4 12 .5 26.2 6.9 12.5 14.7 46 .3 9.2 13.8 6.9 66.9 86.1 9.0 17.6 5.2 8.5 11.9 42.9 7.4 11.6 4.9 MERE CONNAIT A YEUX + 2 TOTAL CONVULSE ENFONCES SYMPTOMES % % % effect if 14.5 9.6 77 .3 714 10.8 5.6 93.1 542 8.8 4.7 91.7 360 5.2 2.6 80 .6 555 0.0 0.8 53.9 140 10.9 10.0 77.4 504 3.1 5.2 96 .4 258 2.4 1.2 87.5 430 20 .5 22 .9 85 .9 241 9.7 8.3 88 .4 194 1.3 0.7 65.5 554 4.7 6.7 64.0 414 2.7 2.8 63.8 385 9.8 10.0 62 .1 436 2.7 0.9 73.8 413 3.5 3.3 90.1 313 3.8 0.9 88.5 819 4.3 14.9 82.3 241 11 .0 11 .1 89.8 109 0.6 0.4 75.6 121 4.8 4.7 69.9 296 0.4 0.3 85 .1 398 5.5 1.1 94.4 140 7.8 5.9 80 .2 5191 4.1 4.1 78.6 3396 11.4 8.3 75 .5 100 3.9 4.0 76.5 2582 6.0 5.3 79.9 3459 7.1 5.1 82 .8 933 10 .6 6.7 82.3 1513 6.4 5.2 79.6 8588 mis sur le traitement de ces infections et la detection rapide des sympt6mes de gravite. Cette recommandation de renforcer les actions d'education est d'autant justifiee que meme pour les femmes relativement instruites, 1e niveau des connaissances est assez modeste. 6-2- Recours aux soins: 6-2-1- Recours aux soins en cas de diarrhee chez /'enfant (tableau 6.2): Pour 35.0% des enfants ayant presente une diarrhee au cours des 15 jours pre- cedant l'enquete, la mere s'est declaree n'avoir rien fait de particulier; alors que plus de 90.9% de ces enfants ont beneficie de TRO qui est vivement recomman- de. 35,9% ont beneficie d'un traitement " donne " par la mere (auto-medica- tion), 12,8% ont ete traites a travers des conseils de !'entourage, 11,6% a travers les conseils du pharmacien; 19,8% ont ete presentes a un medecin prive, 28,3% au medecin du CSB et 2% au medecin de la polyclinique CNSS. (II s'agit d'even- tualites non exclusives). Le recours au medecin n'a ete observe que dans 43,4% des cas. L'abstention the- rapeutique est significativement plus frequente en milieu rural (38,3% vs 31,9% en milieu urbain p<0,001) ; alors que !'auto-medication ne semble pas varier selon le milieu (37,5% vs 34,2% en milieu rural p=0,43). Le recours au mede- cin est plus frequent en milieu urbain (50,6% vs 35,2% p<0,001). L'analyse de recours aux soins en cas de diarrhee chez I' enfant selon le sexe, I' age de !'enfant et le niveau d'education de la mere, montre que !'abstention thera- peutique est plus frequente avec les gan;ons; elle diminue au dela de I' age de 3 ans. A !'inverse !'auto-medication ne varie pas selon le sexe ; elle croit avec l'age de !'enfant en rapport certainement avec !'experience acquise au cours des epi- sodes anterieurs contractes en bas age, et elle est plus frequente chez les femmes les plus instruites. Tunis- Decembre 2000 703 REGION GRAND TUNIS NORD EST NORD OUEST CENTRE OUEST CENTRE EST SUD OUEST SUD EST MILIEU urbain rural SEXE masculin feminin AGE 00·11 12·35 36·59 NIVEAU EDUCATION MERE np non seal primaire sec cyc1 sec eye 2 et + TOTAL RECOURS AUX SOINS EN CAS DE DIARRHEE CHEZ L'ENFANT TUN ISlE, MICS2,2000 CONSEIL NON AUTOMEDI· CONSEIL PHARMACI · MEDECIN MEDECIN MEDECIN TRAITE CATION ENTOURAGE EN PRIVE CSB CNSS . . . . . . . 34.7 44 .2 10 . 5 5 .0 26.2 29.9 2.0 37 . 4 28 .9 8.5 23.8 26.8 19 . 0 2.0 33 . 1 44.8 11 .6 11 . 9 13.2 35 .9 2 .0 45 . 4 34.5 21 .6 12.3 5.4 25.0 2.0 28 . 4 28 . 2 7.7 6 . 4 26.3 28 . 9 1 . 9 20 . 8 42.7 19 .4 16.2 24.8 24 . 8 2 .0 27.5 35.3 16 .4 33.7 30.7 30.9 2 .0 31 . 9 37.5 11 . 1 10 . 7 27.6 30.4 1 .9 38.3 34.2 14 .7 12.6 11 .0 26 . 1 2.0 37 . 6 36.4 15.0 11 . 9 20 . 3 26 .0 2.0 32 . 2 35.4 10.6 11 .4 19.4 30.7 2.0 34 . 7 20.3 8.2 7 .4 27.5 31 .3 2 .0 37.4 40.3 13. 4 10.9 20.5 28 . 5 2.0 31 . 0 42 .7 16.5 17 .0 11 .0 25 . 1 2 .0 45 . 9 26.3 0.0 7 .9 39 .0 10 .2 2 .0 42.6 39.2 17.0 12.2 10.1 32 .7 2.0 25 . 3 28.6 9 . 6 12.8 22.8 34.9 2.0 41 .2 35.3 3 . 1 7.2 12.9 16.6 2.0 30.5 44.9 17 . 6 11 . 0 37.4 11 .6 1 . 9 35.0 35.9 12 . 8 11 .6 19.8 28.3 2 . 0 RECOURS AU MEDECIN TOTAL . effect if 50.1 117 39.6 69 45.6 93 30.0 150 48 .8 155 37 .7 17 53.5 40 50.6 346 35.2 295 41 .3 340 45 . 5 301 53 . 1 158 43.1 316 34.3 166 48 . 1 15 39.3 252 50.3 220 28.9 55 45.8 98 43 . 4 641 L'application du modele logistique dans le but d'identifier les facteurs associes au recours chez le medecin en cas de diarrhee chez l'enfant montre que c'est essen- tiellement le milieu qui determine le plus ce recours medical , en rapport avec meilleure une accessibilite aux structures de soins en milieu urbain. Variable Estimation Erreur Odds Prob du coefficient!3 standard Ratio Milieu urbain 0,55 0' 18 1 '74 P<0,01 Sexe masculin 0' 17 0' 16 1 '19 P=0,30 Mere non scolarisee -0,048 0' 18 0,95 P=0,79 Tunis- Decembre 2000 104 ( 6-2-2- Recours aux soins en cas d'episode d'IRA chez /'enfant (tableau 6.3): Parmi les enfants ages de moins de 5 ans, ayant presente un episode d'IRA au cour's des 15 jours precedents, 29,6% ont ete traites a travers !'initiative propre de la mere, 4,0% a travers les conseils de !'entourage, 10,8% a travers les conseils du pharmacien, 16,3% ont_ete conduits chez un medecin prive, 26,7% chez un medecin au CSB et 2,4% chez un medecin de la CNSS et enfin pour 16,9% des cas la mere a declare qu'elle n'a pas donne de medicaments a !'enfant . Le recours au medecin a ete observe dans 42,9% des cas. L'abstention therapeutique est plus frequente en milieu rural, chez les enfants plus ages (> 1 an) et elle diminue avec le niveau d'education de la mere. Figure 23 :Recours aux soins en cas de diarrhee ou d'IRA chez les enfants de moins de 5 ans Tunisie, M/CS 2, 2000 0 5 10 15 20 25 30 35 diart'hee • IRA I II est a noter aussi que pour les formes graves d'IRA !'abstention therapeutique est relativement frequente (15,8%) ; ce qui incite a renforcer la diffusion des messages educatifs pour remedier a cette situation. Tunis- Decembre 2000 105 REGION GRAND TUNIS NORD EST NORD OUEST CENTRE OUEST CENTRE EST SUD OUEST SUD EST MILIEU urbain rural SEXE masculin feminin AGE 00 - 11 12-35 36-59 RECOURS AUX SOINS EN CAS D'EPISODE D'IRA CHEZ L'ENFANT TUN ISlE, MICS2, 2000 AUCUN CONSEIL TRAITEME- AUTOMEDI- CONSEIL PHARMACI- MEDECIN MEOECIN MEDECIN NT CATION ENTOURAGE EN PRIVE CSB CNSS . . . . . . . 14 . 1 31 .4 2.4 8.9 22.9 24.5 4 . 7 11.4 34.6 2 .3 11.4 16.5 25 . 7 3.6 16.3 34.5 8.0 10.1 12.2 35 . 9 0 . 7 27 . 6 30 . 1 7 . 5 13 . 7 8 . 5 21.2 0.5 14.3 24 . 1 1.3 7.9 20 . 4 25 . 8 3 . 0 24.3 22 . 8 12.3 12.1 10.1 38 . 8 2.2 14 . 2 28.3 1. 0 20.4 12.5 30 . 1 0.2 12.6 28 . 8 2 .8 11.2 20 .6 26.9 3.3 23.3 30 . 8 5 .7 10 . 4 10 . 1 26.3 1.2 17 .0 28.2 4.7 10.7 17.0 27.2 2 . 7 16.9 31.2 3 .3 11.0 15 .6 26 . 0 2 . 1 13.3 25.3 4 . 1 9.8 21.4 26.2 3.1 17 . 5 27.9 3.5 10.0 16 .5 28 . 6 2.2 18 . 0 33 . 3 4 .5 12.2 13 .8 24 .9 2 . 4 NIVEAU EDUCATION MERE np 21.2 32 .7 5 .5 7 . 8 9.2 22.2 2 . 3 non seal 24 . 0 31.4 6. 2 10 . 8 9.5 26.3 1.0 prima ire 15.6 28.1 3 . 8 11 .8 15.3 31.2 2 . 9 sec cyc1 11 . 2 31.7 1.2 10.4 17.3 23 . 6 4 .3 sec eye 2 et + 9 . 0 27.5 1.7 9.5 32.4 20 . 1 3 .0 TOTAL 16.9 29 .6 4 . 0 10.8 16.3 26.7 2.4 RECOURS .J AU MEOECIN TOTAL . effect if 49.1 962 44.0 587 45.8 627 28.7 885 46 . 1 1241 47.3 139 40.8 295 47.8 2798 35.7 1937 44.4 2490 41.2 2245 46.9 855 44.9 1983 39 .0 1897 30 . 5 96 35 . 0 1592 46.3 1726 42.4 524 53.1 797 42.9 4735 Quant a !'auto-medication qui est recommande pour les formes non graves , sa frequence augmente avec l'age de !'enfant. II est aussi important de noter que 26,7% des formes graves ont beneficie de cette auto-medication. L'application du modele logistique au recours chez le medecin en cas d'episode d'IRA chez I' enfant montre que ce recours est significativement assode ala gra- vite de !'episode~ au milieu et au niveau de scolarite de la mere Tunis- Decembre 2000 706 ) Variable Estimation Erreur Odds Prob du coefficient ~ standard Ratio Forme grave 0,78 0' 10 2' 19 P<0,01 Milieu rural -0,42 0,06 0,65 P<0,001 Sexe masculin -0,09 0,06 0,91 P=O, 10 Mere non scolarisee -0,37 0,07 0,68 P<0,001 En guise de conclusion de cet aspect "connaissances, attitudes et comportements des meres au cours des episodes morbides chez I' enfant", le niveau des connais- sances des sympt6mes de gravite aussi bien pour la diarrhee que pour les IRA est assez modeste. Heureusement que les meres gardent une certaine phobie pour la fievre qui represente pour elles un signe d'alerte. C'est aussi l'etat general de !'enfant qui preoccupe les meres (!'enfant neva pas bien). II serait peut etre utile d'evaluer le niveau de couverture des meres touchees par les message se rapportant a la reconnaissance des sympt6mes de gravite aussi bien des IRA que de la diarrhee et secondairement la qualite de ces messages. II serait aussi utile d'axer davantage cette education sanitaire sur le contact indi- viduel a !'occasion du recours des meres aux CSB. L'abstention therapeutique et !'auto-medication ont ete observees pour les formes graves, probablement en rapport avec une certaine meconnaissance des sympt6mes de gravite. 6-3- NIVEAU DE SATISFACTION DES MERES QUAND AUX PRESTATIONS DE SOINS: Pendant de longues annees, !'opinion des usagers n'etait pas du tout prise en compte dans !'evaluation de la qualite des soins ; les arguments avances en faveur de cette position sont les suivants : • Le niveau de connaissances medicales des patients est generalement insuf- fisant pour pouvoir juger objectivement la qualite des soins. • L'etat de sante physique ou mental des patients peut les rendre incapables de porter un jugement objectif. • Les connaissances medicales en matiere des soins, evoluent tres rapide- ment rendant incapables les usagers de suivre cette evolution. Tunis- Decembre 2000 107 Au cours de la derniere decennie, I' opinion des usagers sur la qualite des soins a ete reconnue comme composante importante des programmes de !'assurance qualite. Le niveau de satisfaction des usagers constitue actuellement un indicateur de la qualite des soins. En effet, il a ete constate que plus les usagers sont satisfaits de la qualite des prestations, plus lis observent les prescriptions medicales et meilleur sera le niveau !'attraction de la structure des soins. 6-3-1- Satisfaction par /es pre stations de soins fournies suite au recours aux soins pour probleme de sante chez /'enfant: La majorite des meres (88,6%), ayant eu recours au medecin ont ete satisfaites des prestations fournies, avec peu de variations selon les principaux facteurs socio-demographiques (tableau 6.4). Cependant dans URe optique d'une evalua- tion globale de la qualite des soins, il serait utile de completer cet aspect de per- ception declaree des meres de la qualite des prestations fournies, par une eva- luation objective associee a l'avis des professionnels de la sante, sur cet aspect. Parmi les meres non satisfaites, la qualite de l'ecoute des meres par le medecin (36,8%)' I' absence des medicaments prescrits (36,3%) eta un degre moindre la qualite de l'accueil (25,2%) ont ete les motifs les plus cites (tableau 6.5). Tunis- Decembre 2000 108 I I ~ I I Tunis- Decembre 2000 NIVEAU DE SATISFACTION PAR LES PRESTATIONS DE SOINS FOURNIES A L'ENFANT A L'OCCASION DE L'EPISODE MORBIDE TUN/SIE, MICS2, 2000 SATISFACTION PRESTATIONS oui non TOTAL % % effectif REGION GRAND TUNIS 86 . 6 13.4 436 NORD EST 85.7 14.3 275 NORD OUEST 89.3 10.7 274 CENTRE OUEST 92.9 7.1 246 CENTRE EST 87.8 12.2 563 'SUD OUEST 93.1 6.9 67 SUD EST 92.2 7.8 135 MILIEU urbain 87.8 12.2 1356 rural 90.2 9.8 640 NIVEAU EDUCATION FEMME non scalar 91.5 8.5 475 primaire 87.4 12.6 834 sec cyc1 85.6 14.4 251 sec cyc2 et + 89.3 10.7 436 TOTAL 88.6 11 . 4 1996 109 Figure24: Principaux motifs de non satisfaction des prestations de soins fournies seton le milieu Tunisie, MICS 2, 2000 46,8 pas de medicaments auCSB pas de presc. d'examens complementaires medecln non dlsponlbte a l'icoute accuell non satlsfalsant 0 10 20 30 40 50 % I D urbain • rural MOTIFS DE NON SATISFACTION DES PRESTATIONS DE SOINS FOURNIES TUNISIE, MICS 2, 2000 ACCUEIL PASIHRE!!:IUP· PAS DE NON MEDECIN TIOOQ'EXNJENS MEDICAME · SATISFAI· NON DISP !XinMENTAIIES NTS AU SANT ECOUTE CSB TOTAL . . . . effectif REGION GRAND TUNIS 28.8 36.3 3.9 30.9 60 NORD EST 23.5 40.0 9.3 43.9 43 NORD OUEST 25.7 26.2 9.1 55.2 29 CENTRE OUEST 35.3 39.5 0.0 39.5 18 CENTRE EST 25.6 31.9 4.9 30.5 68 SUD OUEST 26.2 61.7 9.9 29.5 4 SUD EST 33.8 73.6 0.0 24.6 11 MILIEU urbain 23.8 40.8 5.6 35.2 168 rural 28.7 26.3 5.3 46.8 65 NIVEAU EDUCATION FEMME non scalar 43.9 28.3 2.7 55.2 41 primaire 21.3 37.9 5.9 33.4 107 sec cyc1 24.7 44.8 3.4 45.6 36 sec cyc2 et + 18.5 35.4 8.5 20.1 49 TOTAL 25.2 36.8 5.1 36.3 233 Tunis- Decembre 2000 170 La revendication de !'amelioration de l'accueil a ete exprimee davantage par les meres issues du Centre Ouest et du Sud Est, surtout celles issues des zones rurales et qui sont par ailleurs plut6t non scolarisees. Quant au motif de manque de disponibilite du medecin (ecoute), il a ete surtout evoque par les meres residant en milieu urbain, dans les deux regions du Sud du pays et ayant frequente !'ecole. Pour ce qui est de !'absence des medicaments prescrits, ce motif a ete evoque davantage par les meres residant en milieu rural surtout au Nord Ouest. Dans le cadre d'une prise en charge integree et efficace de la sante de I' enfant, il est important d'ameliorer l'accueil de developper la qualite l'ecoute chez les medecins . Ceci permettrait une meilleure observance du traitement prescrit et aussi une meilleure reception et integration des messages educatifs. 6-3-2-Motifs de non recours aux soins : Pour ce qui est du non recours aux soins, les principaux motifs evoques sont la non gravi te de 1 'episode ( 4 5' 1%) et a un degre moindre les difficul tes financieres (25,3%). Par contre les motifs en rapport avec une certaine non satisfaction des prestations d'apres les experiences anterieures sont quasi-exceptionnels (tableau 6.6). MOTIFS DE NON RECOURS AUX SOINS POUR L'EPISODE MORBIDE CHEZ L'ENFANT TUNISIE, MICS2, 2000 PARENTS MEDECIN ACCESSIB· DIFFICULT ACCUEIL NON CSB NON MANQUE I LITE FINANCIE- EPISODE CSB NON DISPONIB- DISP MEDICAME- GEOGRAPH RES NON GRAVE SATISF LES ECOUTE NT CSB TOTAL . . . . . . . effectif REGION GRAND TUNIS 3 . 7 12 . 8 51.0 1.7 0 . 9 0.9 2.4 226 NORD EST 2.5 14.5 45.5 2.9 0.8 0.8 1.9 189 NORD OUEST 20.6 42 . 8 31.7 3 . 5 0.6 0 . 3 5.2 198 CENTRE OUEST 5.1 43.4 40.4 3 . 5 1.5 0 . 3 1.9 284 CENTRE EST 1.7 13.8 52.1 1.7 0.4 0.0 2.8 254 SUD OUEST 0.8 12.8 65.4 4.1 1.0 2.3 5.1 31 SUD EST 6.3 20.5 48.0 2.0 o.o o.o 3.5 96 MILIEU urbain 1.0 14.0 51.2 2.5 0. 7 0.5 3.3 732 rural 13 . 1 41.4 37.1 2.8 1.0 0.3 2.3 546 NIVEAU EDUCATION FEMME non scalar 12.5 46.4 33.9 4.1 1.0 0.4 4 . 1 423 primaire 4.3 21.9 47.4 2.3 1.0 0.6 3.0 495 sec cyc1 1.7 9 . 2 53.6 1.3 0.0 0.0 0.9 162 se-; cyc2 et + 0.8 2 . 4 56.6 1.1 0.5 0. 7 1.8 198 TOTAl 6.2 25.3 45.1 2 . 6 0.8 0 . 4 2.9 1278 Tunis- Decembre 2000 777 I I I i I SEPTIEME PARTIE : ALLAITEMEN.T MATERNEL ET DIVERSIFICATION DES ALIMENTS 7-1- Prevalence de l'allaitement maternel au sein chez les enfants ages de moins de 6 mois (tableau 7.1 ): Parmi les 936 enfants, ages de moins de 6 mois, 97,5% ont ete allaites au sein. La prevalence de l'allaitement maternel exclusif est de 46,4% de et 50,6% des enfants de moins de 6 mois ont beneficie d'un allaitement maternel avec un apport d'eau de boisson. Les memes calculs ont ete effectues pour les enfants ages de 4 a 5 mois montrent que 96.4% sont allaites au sein avec 40.3% de fac;on exclusive et 56.3% avec un apport d'eau. La prevalence de J'allaitement maternel en bas age a atteint depuis quelques annees des niveaux tres satisfaisants. C'est ainsi que selon l'enquete nationale sur la diarrhee menee par la DSSB en 1992 (8), 94,5% des enfants de moins de 4 mois etaient allaites au sein. Cette prevalence etait de 93,8% selon l'enquete PAP- CHILD menee en 1994-95 (12). De meme, dans les autres pays, la prevalence de l'alla.itement maternel ala nais- sance, se situe a plus de 90% au Maroc (96%) et en Syrie (92%) d'apres les resul- tats des enquetes EDS menees entre 1990-1998. La frequence de l'allaitement maternel exclusif pour les enfants de moins de 6 mois est significativement plus elevee en milieu rural (50,3% vs 43,4% p<0,001). La frequence la plus elevee est observee au Sud Ouest (56,5%) et la frequence la plus faible est enregistree au Grand Tunis (38,5%). Tunis- Decembre 2000 773 PREVALENCE DE L' ALLAITEMENT MATERNEL CHEZ LES ENFANTS DE MOINS DE 6 MOIS, TUNISIE, MICS2, 2000 ALLAITEMENT MATERNEL EXCLUSIF allait. allait. allait. mat. non exclu- mat. et mat. et allait. sif eau aut res sein % % % % REGION GRAND TUNIS 38.52 57.97 0.74 2.77 NORD EST 42.78 52.61 1 . 19 3.42 NORD OUEST 48.74 50.40 0.86 CENTRE OUEST 53.31 43.94 2.75 CENTRE EST 41 .99 54.31 3.70 SUD OUEST 56.59 41 .85 0.73 0.83 SUD EST 51.91 46.27 0.42 1. 40 MILIEU urbain 43.48 52.17 0.46 3.89 rural 50.32 48.60 0.20 0.88 TOTAL 46.471 50.61 0.34 2.57 TOTAL effe- ctif 155 106 113 188 220 53 98 526 410 936 Done, globalement, la frequence de pratique de l'allaitement maternel est tres · satisfaisante et les actions de promotion de l'allaitement maternel entreprises devron t etre main ten ues. 7-2- Continuation de l'allaitement maternel (enfants ages de 6 a 23 mois): La duree mediane de l'allaitement maternel calculee a l'aide de la methode KAPLAN MEIER se situe a 15 mois; Par ailleurs 75% des enfants ayant ete allai- tes au sein le sont encore a l'age de 9 mois et 25% le sont encore a l'age de 23 mois (figure 25). Tunis- Decembre 2000 114 1.1 0.9 VI '<IJ 0.8 :!:: ro ro (]) 0.7 . 0 u c 0.6 (]) VI -c 0.5 ~ c ~(]) 0.4 "'0 c 0 0.3 ·.z:; . 0 0. 0.2 0 . c. 0.1 0 0 Figure 25: Continuation de l'allaitement maternel selon /'age Tunisie, M/CS 2, 2000 5 10 15 20 25 Age de l'enfant (en mois) 30 Cette duree mediane est assez proche de la duree moyenne calculee dans l'en- quete PAP CHILD (12) (15,29 mois) en utilisant une methode indirecte (duree moyenne =Prevalence/incidence). Le tableau 7,2 resume les proportions d'enfants encore allaites au sein, respec- tivement pour les ages 6- 9 mois, 12-15 mois et 20-23 mois. Ces proportions sont de 78,2% pour les enfants ages de 6-9 mois, 59,1% pour les 12-15 mois et 22,2% pour les 20 - 23 mois. Tunis- Decembre 2000 115 PROPORTION D'ENFANTS ENCORE ALLAITES AU SEIN SELON L' AGE TUN/SIE, MICS2, 2000 ENFANT$ AGES DE ENFANTS AGES DE ENFANTS AGES DE 6-9 MOIS 12-15 MOIS 20-23 MOIS . EFFECTIF . EFFECTIF . EFFECTIF REGION GRAND TUNIS 68.8 128 44.0 122 16.0 130 NORD EST 69.1 83 42.6 109 21.4 81 NORD OUEST 83.4 75 77.7 82 34.5 89 CENTRE OUEST 93.2 92 80.3 99 19.2 120 CENTRE EST 77.4 184 53.2 131 22.1 158 SUD OUEST 79.7 29 60.2 34 27.6 32 SUD EST 82.7 57 74.9 47 21.0 56 MILIEU urbain 73.1 394 46.0 347 17.4 385 rural 85.9 254 75.6 277 28 . 5 281 SEXE masculin 78.0 341 61.8 322 21.3 340 feminin 78.4 307 56.2 302 22.9 326 NIVEAU EDUCATION MERE non scol 88.4 202 75.5 218 31.3 209 primaire 77.9 265 54.7 228 23.3 263 sec cyc1 67.5 64 42.3 67 10.3 77 sec eye 2 et + 66.9 117 46.3 111 10.7 117 TRAVAIL DE LA MERE travaille 65.5 99 29 . 0 82 11.6 104 sans travail 80.4 549 63.7 542 24.0 562 TOTAL 78.2 648 59 . 1 624 22.1 666 L'analyse de la continuation de l'allaitement maternel selon les principaux para- metres socio-demographiques montre que cette continuation est plus frequente principalement chez les meres de faible niveau scolaire, residant en milieu rural et qui sont plut6t au foyer. 7-3- Diversification des aliments (tableau 7.3): Pour mieux evaluer le comportement des meres en matiere de diversification de !'alimentation de leurs enfants ages de 6 a 23 mois, nous avons distingue pour chaque aliment les trois situations suivantes selon que !'aliment a ete ou non introduit et selon l'age d'introduction. " aliment non introduit ", "aliment introduit precocement" :avant le cinquieme mois pour les farines, les legumes et les fruits, et avant le sixieme mois pour la viande, les poissons et les reufs. Tunis- Decembre 2000 7 76 "aliment introduit correctement" :a partir de cet age seuil. L'analyse des donnees a montre que les legumes, les fruits et les viandes (ou poissons) ont ete introduits dans !'alimentation de I' enfant dans plus de 90% des cas, les farines dans 67.9% et les reufs dans 71.4% des cas ; toutefois, les meres commencent frequemment la diversification precocement notamment pour les legumes (53.3%), les farines (53.2%),les viandes ou poissons (48.2%) et les reufs (38.6%). II n'existe pas de difference significative selon le sexe; cependant meres les plus instruites commencent plus frequemment la diversification a un age precoce. II est ainsi recommande de renforcer la diffusion des messages educatifs en matiere de diversification de !'alimentation chez le nourrisson et ceci d'autant plus que l'age optimum de cette diversification a evolue au cours du temps. En effet, ce n'est que depuis quelques annees qu'on ait recommande de commencer la diversification a partir du cinquieme mois. Tunis- Decembre 2000 777 DIVERSIFICATION DE L'ALIMENTATION CHEZ LES ENFANTS AGESDE 6 A 23 MOIS TUNISIE, MICS2, 2000 FARINE LEGUMES FRUITS PRECOCEM· CORRECTE- PRECOCEM· CORRECTE· PRECOCEM· CORRECTE • NON ENT MENT NON ENT MENT NON ENT MENT INTRODUIT INTRODUIT INTRODUIT INTRODUIT INTRODUIT INTRODUIT INTRODUIT INTRODUIT INTRODUIT . . . . . . . . . GOUVERNORAT TUNIS 41.9 43 . 2 14.8 1.9 76.9 21.2 4.5 67.9 27 . 6 ARIANA 31.0 58.5 10.6 9.5 74.1 16 .4 12 . 0 60 . 9 27.1 BEN AROUS 33.5 54.5 12 . 0 3 .2 73.5 23 . 3 7.3 64.4 28.2 NABEUL 31.4 53.5 15.1 5.9 60.3 33.8 3.6 54 . 3 42.1 ZAGHOUAN 31.5 60.1 8 . 3 7 . 7 48.7 43 . 6 10 . 3 36.2 53.4 BIZERTE 30.1 58.4 11.4 7 . 6 60.5 32 . 0 4.9 55 . 0 40.1 BEJA 37 . 5 50.0 12 . 4 7 . 9 40 . 5 51.6 13.2 36 . 5 50.3 JENOOUBA 47.6 42.6 9.8 15.5 39.9 44.6 8.6 37 . 5 53.9 KEF 42.0 38 . 0 20.0 3.9 45.0 51.1 7.7 31 . 4 60 . 9 SILIANA 39 . 2 47.5 13.3 19.0 37 . 5 43.5 10.2 38 . 5 51 . 3 KAIROUAN 36.5 45.7 17.8 17.5 33.8 48.7 18.1 24.1 57 . 8 KASSERINE 30.8 36.4 32.8 14.1 27 . 2 58.7 15.6 23.3 61.1 SIDI BOUZID 49 . 6 36.9 13.4 11.6 38.1 50.2 12.1 34.3 53.6 SOU SSE 12.1 80.6 7 . 3 0.8 78 . 8 20.4 3.6 71.9 24.4 MONASTIR 10.2 77.1 12 . 7 3.1 67.8 29.2 4.8 66.6 28.7 MAHDIA 15 . 7 67 . 3 17 .o 12.8 48.7 38.4 13 . 5 38.9 47.5 SFAX 23 . 5 58 . 1 18.4 6.5 48.8 44.8 11.8 46 . 1 42.1 GAFSA 40 . 6 53.8 5 . 6 9.5 46.8 43 . 8 9.3 42.8 47.9 TOZEUR 29 . 1 55.0 15 . 9 33.3 26 . 6 40 . 2 25 . 8 24.1 50.1 KEBILI 51 .3 35 . 3 13.4 12 . 0 36.3 51.7 15 . 0 20.6 64.4 GABES 39.1 50.5 10.4 14.0 30.7 55 . 3 11 . 5 25 . 9 62.6 MEDENINE 27.9 48.3 23.8 8.2 40 . 7 51 . 1 16.6 25 . 2 58.2 TATAOUINE 49.2 27.5 23 . 3 10.7 13.0 76 . 3 17.3 11.6 71.1 MILIEU urbain 27.5 59.4 13.1 5.3 64.9 29.7 6.8 58.0 35.2 rural 39.2 43 . 7 17.2 13.7 35.7 50.7 14 . 5 29 . 2 56.2 SEXE ll&sculin 31.7 53.6 14.7 8 . 4 54 . 8 36.8 9 . 6 47.7 42.7 fe11inin 32.6 52 . 7 14.8 8.9 51 . 8 39 . 3 10 . 2 45 . 4 44 . 5 NIVEAU EDUCATION MERE non scol 43.1 40.3 16.6 16.3 35 . 6 48.0 17.5 26.2 56.4 pri11aire 29.3 55.8 14 . 9 7.2 54 . 7 38.2 9 . 0 47 . 3 43.7 soc cyc1 22.0 65.9 12.1 3.5 63.6 32 . 9 5 . 0 60.0 34.9 sec eye 2 et + 25 . 5 61.6 12 . 8 1.8 74 . 2 23 . 9 1.8 71 . 3 26.9 TRAVAIL DE LA MERE sans travail 33.8 51 . 9 14 . 3 9 . 2 50 . 7 40.1 10.7 42 . 9 46 . 3 travaille 22 . 9 60 . 1 16.9 5 . 3 68 . 3 26 .4 5.2 66 . 8 28 . 0 TOTAL 32.1 53 . 2 14 . 7 8 . 6 53.3 38 . 0 9.9 46 . 6 43.6 Tunis - Decembre 2000 TOTAL effectif 256 211 131 195 47 182 78 141 79 65 183 116 145 153 165 114 264 75 30 28 79 115 40 174 1146 1494 1397 906 1120 327 538 2450 441 2891 778 / DIVERSIFICATION DE L'ALIMENTATION CHEZ LES ENFANTS AGES DE 6 A 23 MOIS TUN ISlE, MICS2, 2000 VIANDES OU POISSONS OEUFS PRECOCEM- CORRECTE· PRECOCEM· CORRECTE- NON ENT MENT NON ENT MENT INTRODUIT INTRODUIT INTRODUIT INTRODUIT INTRODUIT INTRODUIT TOTAL . . . . . . effectif GOUVERNORAT TUNIS 5.4 74.7 19 . 9 23.7 49.1 27.1 256 ARIANA 8.6 55.7 35.7 25.7 30.5 43.8 211 BEN AROUS 2.2 64.0 33.7 23.3 29.1 47.6 131 i---· NAB~;,L 4.2 60.7 35.2 17.4 39.4 43.2 194 ZAGHOUAN 9.4 41.0 49.6 19.7 36.9 43.4 47 BIZERTE 6.8 57.8 35.4 14.4 48.7 36.9 182 BEJA 21.2 37.4 41.4 21.6 43.8 34.6 78 JENDOUBA 12.2 40.2 47.5 13.6 41.2 45.2 141 KEF 4.3 41.4 54.3 7.0 44.4 48.6 79 SILIANA 17.2 43.5 39.3 19.9 41.6 38.5 65 KAIROUAN 14.5 27.3 58.2 16.8 33.3 49.9 183 KASSERINE 20.2 27.7 52.0 17.2 22.2 60.6 116 SIDI BOUZID 4.2 48.8 47.0 9.0 53.3 37.7 145 SOU SSE 4.3 70.8 25.0 21.3 40.9 37.7 153 MONASTIR 8.1 56.8 35.1 19.2 45.5 35.4 165 MAHDIA 14 . 2 40.7 45.1 21.6 41.6 36.8 114 SFAX 10.9 41.5 47.6 20.2 35.9 43.9 264 GAFSA 10.5 43.2 46.3 10.7 35.2 54.1 75 TOZEUR 17.2 26.0 56.8 20.2 38.7 41.2 30 KEBILI 14.7 12.8 72 . 6 37.5 10.1 52.4 28 GABES 21.1 19.9 59.1 19.7 21.5 58.8 79 MEDENINE 13.5 30.8 55.7 13.9 33.0 53.1 115 TATAOUINE 17.6 12.8 69.6 14.6 33.3 52 . 1 40 MILIEU urbain 7.4 57.6 35.0 20.0 41.0 39.0 1745 rural 13.6 33.8 52.5 16.4 35.0 48.6 1145 SEXE masculin 9.8 49.2 40.9 20.0 39.5 40.4 1494 feminin 9.9 47.1 43.0 17.0 37.7 45.3 1397 NIVEAU EDUCATION MERE non scol 15.6 33.6 50.8 19.1 34.2 46.6 906 primaire 9.1 48.2 42.7 19.0 37.4 43.6 1120 sec cyc1 6.5 57.0 36.4 20.7 41.5 37 . 8 327 sec eye 2 et + 3.9 67.1 29.0 15.6 46.8 37.6 538 TRAVAIL DE LA MERE sans travail 10.7 45.3 43.9 18.6 37.6 43.8 2450 travaille 5.0 64 . 1 30.9 18.5 44.7 36.9 441 TOTAL 9.9 48.2 41.9 18.6 38.6 42.8 2891 Tunis- Decembre 2000 119 En conclusion, la pratique de I'allaitement maternel est assez satisfaisante, tant au niveau de la prevalence depassant 90%, mais aussi au niveau de la duree mediane se situant autour de 15 mois. Ce resultat a ete obtenu grace : • Aux actions soutenues d'education sanitaire visant a promouvoir l'allai- tement maternel par le biais des mass medias, les experiences d'hopitaux amis des bebes etc . •Aux avantages sociaux octroyes aux meres qui travaillent qui peuvent cumuler jusqu'a 6 mois de conge apres !'accouchement et beneficier au ' cours de Ia 1 ere annee d'age de leur bebe d'heures d'allaitement prises sur le temps de travail. II faut maintenant consolider ces acquis et axer davantage sur !'education nutri- tionnelle pour un sevrage adequat. Tunis- Decembre 2000 120 HUITIEME PARTIE : COUVERTURE VACCINALE : En Tunisie, le programme national de vaccination a ete elabore des 1979. · Ses principaux objectifs sont : • L'amelioration de la couverture vaccinale, grace notamment a I' education sanitaire encourageant les meres a vacciner leurs enfants. • L'amelioration de la qualite des vaccinations pratiquees dans les struc- tures de la sante publique par !'organisation de la chaine de froid et le recyclage du personnel en terme de technique de vaccination. • L'integration des vaccination aux activites essentielles des CSB. 8-1- Enfants ages de 12 - 23 mois 8-1-1- Couverture vaccinale chez /es enfants ages de 12 - 23 mois (tableaux 8.1 et 8.2). Parmi les 2158 enfants ages de 12 a 23 mois, ayant ete enquetes 97,4% sont vac- cines par le BCG ( 94, 1% en se bas ant pour le carnet et 3,2% en se basan t sur 1 'in- terrogatoire), 96,0% sont vaccines par le DTCP3 (93,3% en se basant sur le car- net et 2,6% en se basant sur l'interrogatoire), 87,4% sont vaccines par le HBV3 (87,0% en se basant sur le carnet et 0,4% en se basant sur l'interrogatoire), 71,3% ont rec;u une premiere dose de vaccin contre la rougeole (68,5% en se basant sur le carnet et 2,6% en se basant sur l'interrogatoire) et enfin 62,8% ont eu ala fois le BCG, DTCP3, HBV3 et R1 (62,8% en se basant sur le carnet et 0% en se basant sur l'interrogatoire). Selon les statistiques de la DSSB, les taux de couverture vaccinale pour l'annee 1999, etaient du meme ordre de grandeur, de 94.3% pour le BCG, 99,6% pour le DTCP3, 94,3% pour l'HBV3 ; alors que pour la vaccination contre la rougeo- le, le niveau de couverture de 89.5% a ete calcule pour la tranche d'age de 15 a 23 mois, du fait que les autres enfants ages de moins de 15 mois ne sont plus concernes selon le nouveau calendrier par la vaccination contre cette maladie. Tunis- Decembre 2000 727 1- ( Figure 26 : Couverture vaccinale chez les enfants ages de 7 2 a 23 mois et de 24 a 35 mois Tunisie, MICS 2, 2000 PRIMO-VACCINATION 0 10 20 40 50 60 70 80 90 100 % I '"l 12-23 mois • 24-35 mois I COUVERTURE VACCINALE CHEZ LES ENFANTS DE 12 A 23 MOIS SELON LA SOURCE D'INFORMATION TUNISIE, MICS2, 2000 SOURCE TOTAL D' INFORMATION Garnet Car net Interview + TOTAL Mere Interview % % % effect if BCG non 2.31 0.34 2.65 56 oui 94.15 3.20 97.35 2102 DTCP3 non 3.08 0.90 3.98 85 oui 93.38 2.64 96.02 2073 HBV3 non 9.43 3.13 12.56 267 oui 87.04 0.40 87.44 1891 ROUGEOLE 1 non 27.96 0. 91 28.87 619 oui 68.50 2 . 63 71 . 13 1539 • TOUS LES VACCINS non 33.66 3.48 37.14 797 oui 62.80 0.05 62.86 1361 Tousles vaccins: BCG + DTCP3 + HBV3 + Rl Tunis- Decembre 2000 722 I I I COUVERTURE VACCINALE CHEZ LES ENFANTS AGES DE 12 A 23 MOIS TUNISIE, MICS2, 2000 ROUGE OLE TOUS LES BCG DTCP3 HBV3 1 VACCINS TOTAL % % % % % effect if GOUVERNORAT TUNIS 97.0 93.7 90.0 79.1 68.1 194 ARIANA 97 . 0 94.8 86.6 70.2 61.4 129 BEN AROUS 98.7 97 .4 87 . 1 75.6 68.0 95 NABEUL 99.1 100.0 96.9 68.8 66 .2 146 ZAGHOUAN 95.2 92.9 87.6 63.3 58.6 37 BIZERTE 97.8 95 .0 90.0 69.2 61.5 145 0 BEJA 95.3 100.0 91.4 72.7 68.7 64 JENDOUBA 100.0 99.0 90 .3 65.2 57 .5 105 KEF 93.8 96.9 84.4 71.2 60 .5 59 SILl ANA 98.4 88.7 80 .6 69.1 62 . 4 47 KAIROUAN 98 .3 98.4 77.4 62.2 51.9 144 KASSERINE 94.4 91.3 84.1 72.6 64.4 89 SID! BOUZID 99.1 94.1 82.3 68.5 60.2 119 SOUSSE 93.0 93.8 86.1 68.1 60 . 1 116 MONASTIR 95.8 99 . 1 88.0 77.3 67.3 121 MAHDIA 98.7 94.7 83.0 71.0 58.8 77 SFAX 98.3 97 . 4 88.7 72.1 64.3 174 GAFSA 98.5 95.6 94.4 76.7 72.3 62 TOZEUR 95 .2 97.2 95.1 69.0 62.8 27 KEBILI 100.0 96.5 84.0 60.1 56.4 25 GASES 100.0 98.8 95.8 75.8 72 . 7 62 MEDENINE 97.1 93.2 87.1 77.8 65.2 88 TATAOUINE 94.2 97.5 79.1 72.3 53.3 33 MILIEU urbain 97.2 96.8 89.5 75.2 66.7 1268 rural 97.6 95.0 85.0 65 . 8 58 . 0 890 SEXE masculin 97.5 96.5 87 . 6 71.7 62.8 1120 feminin 97.2 95.5 87.6 70.9 63 . 4 1037 NIVEAU EDUCATION MERE np 84.4 83.5 77.5 56.0 43.5 45 non scol 98.2 95.1 84.1 66.0 57.8 675 primaire 97.4 96.3 89.4 71.8 63.7 814 sec cyc1 98 .2 98.9 93.8 81.1 75.9 242 sec eye 2 et + 96.8 96.7 87.2 75.2 65.2 382 TOTAL 97.4 96.0 87.6 71.3 63.1 2158 Tousles vaccins: BCG + DTCP3 + HBV3 + Rl Tunis- Decembre 2000 723 Tunis- Decembre 2000 Figure27: Couverture vaccinale par HBV 3 Enfants ages de 12 a 23 mois Tunisie, MICS 2, 2000 70.0% to 79.9% 80% to 89.9% 90.0% to 96% 124 \ I i Figure28: Couverture vaccinale par une primovaccination complete enfants ages de 12 a 23 mois Tunisie, MICS 2, 2000 51.0% to 59.9% 60% to 64.9% 65% to 75% Tunis- Decembre 2000 725 Le faible taux de couverture par une premiere prise de vaccin contre la rougeo- le s'expliquerait par le fait que depuis le premier Janvier 1999, le nouveau calendrier vaccinal preconise une seule prise de vaccin vers 1' age de 15 mois. II est ainsi plus pertinent d'etudier la couverture vaccinale contre la rougeole chez les enfants ages de 24 a 35 mois puisque parmi dans la tranche d' age 12 a 23 mois, les enfants ages de moins de 15 mois ne sont plus concernes par ce vaccin. Les niveaux eleves de couverture vaccinale observes dans l'enquete MICS2 ont ete aussi rapportes dans l'enquete PAP CHILD (12) pour les enfants age~ de 12 a 23 mois avec 97,2% pour 1e BCG, 95,1% pour le DTCP3, et 90,7% pour le R1. La couverture vaccinale chez les enfants ages de 12 a 23 mois varient selon le milieu, principalement pour le HBV3 :89,3% en milieu urbain vs 84,7% en milieu rural (p<O,OOl), pour la premiere dose de vaccin contre la tougeole : 75,0% en milieu urbain vs 65,5% en milieu rural (p<O,OOl) et enfin pour tous les vaccins (BCG, DTCP3, HBV3, R1) : 66,5% en milieu urbain vs 57,6% en milieu rural( p<O,OOl). L'analyse de la couverture vaccinale chez les enfants ages de 12 a 23 mois selon les gouvernorats montre que les taux les plus faibles (surtout pour l'HBV3 ) sont enregistres principalement a Siliana, Kebili, Tataouine et les gouvernorats du Centre Ouest. Enfin, il existe peu de variation selon le sexe . L'application du modele logistique a " la prima-vaccination complete " chez les enfants ages de 12 - 23 mois montre qu'elle est significativement associee au mili.eu et au niveau de scolarite de la mere. Variable Estimation Erreur Odds Prob du coefficient~ standard Ratio Milieu urbain 0,30 0,09 1 ,35 P<0,001 Sexe masculin 0,06 0,09 1 '07 P=0,45 Mere non scolarisee -0,31 0' 10 0,73 P<0,01 8-1-2- Utilisation du secteur public pour Ia vaccination des enfants ages de 12-23 mois (tableau 8.3). Les menages ont recours le plus sou vent au secteur public pour la vaccination de . 1 leurs enfants : 94,3% pour le BCG, 93,4% pour le DTCP3, 90,9% pour l'HBV 3 et I 87,9% pour la 1ere dose de vaccin contre la rougeole. La frequence du recours au secteur pubEc varie selon les gouvernorats, le milieu j et le niveau d'education de la mere. Le recours au secteur public est plus fre- 1 quent en milieu rural et il diminue lorsque le niveau d'education de la mere aug- mente. Par ailleurs, c'est au Grand Tunis qu'on enregistre les niveaux les plus faibles de recours au secteur public pour la vaccination en raison du developpe- ment du secteur prive. Tunis- Decembre 2000 126 UTILISATION DU SECTEUR PUBLIC POUR LA VACCINATION DES ENFANTS AGES DE 12 a 23 MOIS Tunisie, MICS 2, 2000 SECTEUR SECTEUR SECTEUR PUBLIC PUBLIC PUBLIC SECTEUR BCG DTCP3 HBV3 PUBLIC R1 TOTAL % % % % effect if GOUVERNORAT TUNIS 80.9 76 . 5 75.6 72 . 9 194 ARIANA 87.2 85 .7 85.1 76.1 129 BEN AROUS 71.8 76.1 75.2 65.7 95 NABEUL 94 . 8 94.5 94.4 94.3 146 ZAGHOUAN 100.0 100.0 93.3 91.9 37 8IZERTE 93.6 94 . 5 87.3 89 . 5 145 BEJA 96.8 95.4 91.8 87.6 64 JENDOUBA 100.0 100.0 96.5 90.3 105 KEF 97.2 98.9 94.7 93.6 59 SILIANA 95.8 98.7 95.2 94.9 47 KAIROUAN 99.2 93.3 94.1 97.4 144 KASSERINE 98.8 97.6 93.9 92.7 89 SID! BOUZID 99.1 94.6 93.1 91.6 119 SOUSSE 94.7 94.0 93.3 91.6 116 MONASTIR 98 . 2 97 .3 93.5 90.0 121 MAHDIA 97.6 98.9 95.9 91.5 77 SFAX 98.3 98.3 96.3 90.7 174 GAFSA 100.0 98.7 93.7 84.9 62 TOZEUR 100.0 99.5 99.4 91.3 27 KEBILI 100.0 100.0 100 .0 85.4 25 GABES 97.2 98.6 95 .5 95.9 62 MEDENINE 97 . 6 96.6 93 .6 94.3 88 TATAOUINE 100.0 100.0 94 .0 96 . 0 33 MILIEU urba1n 90.8 90.8 88.1 84.7 1268 rural 99.3 97.2 95.1 93.1 890 SEXE masculin 95.0 93.3 91.3 88.6 1120 feminin 93.6 93.4 90.6 87.0 1037 NIVEAU EDUCATION MERE np 100.0 97.2 92.4 85 .2 45 non scol 98.7 96.6 94.4 91.2 675 primaire 97.6 96.4 93.3 92.9 814 sec cyc1 93.3 93.5 89 .6 88.2 242 sec eye 2 et + 79 . 6 81.0 80 . 5 72.5 382 TOTAL 94.3 93.4 90 . 9 87.9 2158 Tunis- Decembre 2000 127 8-2- Enfants ages de 24 a 35 mois (tableaux 8.4-8.5) La couverture vaccinale s'ameliore nettement chez les enfants ages de 24 a 35 mois comparativement aux enfants ages de 12 - 23 mois et ceci principalement pour l'HBV3 (88,9%), mais aussi pour une primo- vaccination complete (BCG+DTCP3+HBV3+R1 : 83,6%). La couverture par le rappel DTCP et par une vaccination correcte contre la rou- geole (R 1 a pres 1 an ou R2 avant 2 ans) sont a des niveaux assez satisfaisants, respectivement 89,7% pour le rappel DTCP, 84,5% pour le rappel DTCP avant 2 ans et 84,6% pour une vaccination correcte contre la rougeole. Ces couvertures vaccinales peuvent etre aisement ameliorees; en effet les structures de premiere ligne disposent d'outils efficaces pour !'identification et la recuperation des defaillants. L'analyse de la couverture vaccinale selon le milieu montre qu'a !'exception du rappel DTCP et de la vaccination contre la rougeole pour lesquels les niveaux de couverture sont significativement plus eleves en milieu urbain, les niveaux de couverture sont tres similaires dans les deux milieux pour les autres vaccins. L'analyse selon les gouvernorats montre que des niveaux inferieurs a 90% sont encore observes dans certains gouvernorats pour le HBV 3, le DTCPR et aussi pour une prima-vaccination complete (BCG, DTCP3, HBV 3, Rl). II s'agit pour l'HBV g, de tous les gouvernorats a !'exception de Nabeul (98%), de Zaghouan (94,6%), de Beja (95%) du Kef (91,6%), de Gafsa (95,6%) de Gabes (93,2%), de Monastir (94.4%) et de Medenine (93,9%). Concernant le rappel DTCP, les gou- vernorats qui enregistrent encore un niveau inferieur a 90% sont I' Ariana (89,3%), le Kef (88,5%), Siliana (80,9%), Kairouan (82,5%), Kasserine (78,0%), Tataouine (85,6%) et Sidi Bouzid (83.3%). II existe peu de variation selon le sexe et selon le niveau d'education de la mere. Enfin, pour une prima-vaccination complete, la situation n'est pas encore tres satisfaisante pour la grande majorite des gouvernorats. Tunis- Decembre 2000 128 I I I i I ' I COUVERTURE VACCINALE CHEZ LES ENFANTS DE 24 a 35 MOIS SELON LA SOURCE D'INFORMATION TUNISIE, MICS2, 2000 SOURCE D' INFORMATIO~ CAR NET INT MERE TOTAL TOTAL % % % effect if BCG non 2.8 0.6 3.4 75 oui 93.1 3.5 96.6 2173 DTCP3 non 3.4 0.8 4.2 94 oui 92.5 3.3 95.8 2155 CDTCPR non 9.1 1. 2 10.3 231 oui 86.8 2.9 89.7 2017 HBV3 non 7.3 3.8 11 . 1 248 oui 88.6 0.3 88.9 2000 R1 APRES 1 AN non 86.1 4.1 90.2 2028 oui 9.8 9.8 220 TOUS LES VACCINS non 12.4 4.1 16.4 369 oui 83.5 0.0 83.6 1879 ' R2 AVANT 2 ANS non 21 . 1 4.1 25.2 566 oui 74.8 0.0 74.8 1682 Rougeole :vaccination correcte non 11 . 3 4.1 15.4 346 oui 84.6 0.0 84.6 1903 Tous les vaccins BCG + DTCP3 + HBV3 + R1 Tunis- Decembre 2000 729 BCG . GOUVERNORAT TUNIS 98.2 ARIANA 94.4 BEN AROUS 100.0 NABEUL 96.6 ZAGHOUAN 98.6 BIZE RTE 90.9 BEJA 100 .0 JENDOUBA 99.0 KEF 98.5 SILIANA 97.4 KAIROUAN 97.7 KASSERINE 93 .6 SIDI BOUZID 100.0 SOU SSE 94.5 MONASTIR 91.8 MAHDIA 98.9 SFAX 95.7 GAFSA 96.9 TOZEUR 95 . 5 KEBILI 99 .3 GASES 97.4 MEDENINE 98.1 TATAOUINE 99.0 MILIEU urbain 96.7 rural 96.6 TOTAL 96.6 COUVERTURE VACCINALE CHEZ LES ENFANTS DE 24 A 35 MOIS TUN ISlE, MICS2, 2000 DTCPR avant R1 APRES TOUS LES R2 AVANT DTCP3 DTCPR 2 ans HBV3 1 AN VACCINS 2 ANS . . . . % % % 94.2 92.6 88.6 88.6 9.7 80.9 80.4 95.9 89.3 84.1 82.9 19.2 75.0 70.2 95 .6 95.1 82.1 88.9 10.5 84.5 70 . 3 98 .7 94.4 91.3 98.0 4 . 3 94.8 80.1 99.1 93.4 92.0 94.6 7.5 92.3 85.1 91.2 90.7 90.7 89.8 9.0 76.8 80.6 100.0 95.9 93.3 95.0 11.1 92.8 76.7 97.6 90.7 86 . € 86.2 10.2 85.2 75.6 98.8 88.5 85 .6 91 .6 11.4 86.3 73.5 97.4 80.9 73.9 86.5 16 . 5 85.3 65 .9 95 . 0 82.5 82.9 84.9 9.6 81 .5 75.1 90 . 7 78.0 69 .5 81.5 17.2 79.4 60.1 96.7 83.3 71.8 84.9 3 .3 80.8 71.9 93.4 90.1 86.6 89.7 9.5 84.6 76.5 96.4 90.5 86.5 94.4 8.0 85.2 80.6 97.1 96.0 88.5 87 . 7 6.4 86.6 72 . 7 97.0 90.3 82.4 89.6 6.0 81.4 72.8 92.5 95.3 89.7 95.6 3.1 85.0 89.4 98.5 94.7 84.3 81 .1 7.5 77.6 81.3 97.8 92.1 82.6 87.7 6.3 84.7 79 . 2 96.2 95.0 85.9 93.2 12.4 85.8 77.1 97.2 90.2 86.4 93.9 12.4 90.3 71 .1 96 .6 85.6 74.5 75 . 6 14.9 72.0 58.7 95.9 93.4 88.4 89.3 7 . 8 84 . 2 79.4 95.7 84.5 78.9 88.4 12.7 82.6 68.3 95.8 89.7 84.5 88.9 9.8 83.6 74 . 8 Tous les vaccins BCG + DTCP3 + HBV3 + R1 Tunis- Decembre 2000 Rougeole vaccinat correcte TOTAL . effectif 90.1 180 89.5 127 80.7 73 84.4 128 92.6 46 89.5 126 87.8 72 85.8 111 84.9 74 82 . 4 58 84.6 172 77.3 130 75.2 94 85.9 125 88.6 108 79.1 92 78.8 204 92 .5 59 88 . 8 24 85.5 30 89.5 66 83.4 101 73.6 38 87.2 1319 81 .o 929 84 .6 2249 730 Tunis- Decembre 2000 Figure29: Couverture vaccinale par uneprimovaccination complete enfants ages de 24 a 35 mois Tunisie, M/CS 2, 2000 72.0% to 80.0% 80.1% to 89.9% 90.0 % to 95.0% 131 8-3-Couverture vaccinale des enfants a leur premier anniversaire (tableaux 8.6 et 8.7). Pour la quasi-majorite des enfants, les prises des vaccins BCG, DTCP3 et HBV 3 se font avant le premier anniversaire pour les deux tranches d'age 12 a 23 mois et 25 a 35 mois. Pour ce qui est de la premiere dose de vaccin contre la rougeo- le qui n'a pu etre etudiee que chez les enfants de 24 a 35 mois, en raison du changement dans le calendrier de vaccination pour la rougeole ( 1 seule prise vers l'age de 15 mois depuis 1999) la proportion d'enfants vaccines a leur pre- mier anniversaire est de 83,5%. En conclusion, les niveaux de couverture vaccinale ont deja atteint depuis quelques annees des niveaux satisfaisants. La situation merite toutefois d'etre amelioree pour atteindre des niveaux meilleurs de primo vaccination complete eta un age plus precoce (avant l'age de 2 ans) en axant surtout sur la recupera- tion des defaillants, grace a !'utilisation de l'echeancier mural tels que prevu dans le PNV. Tunis- Decembre 2000 132 Tunis- Decembre 2000 COUVERTURE VACCINALE DES ENFANTS AGES DE 12 A 23 MOIS A LEUR PREMIER ANNIVERSAIRE TUN ISlE MICS2, 2000 DTCP3 < 1 H8V3 < 1 BCG < 1AN AN AN TOTAL . . . effectif GOUVERNORAT TUNIS 90.5 90.9 80.2 194 ARIANA 92.0 92.8 79.0 129 BEN AROUS 91.7 97.4 82.8 95 NABEUL 98 . 3 99.0 95.2 146 ZAGHOUAN 95.2 89.4 81.1 37 BIZERTE 96.8 94.4 88.2 145 BEJA 93.9 98.4 84.5 64 JENDOUBA 96.9 94.8 83.7 105 KEF 93.8 93.2 81.8 59 SILIANA 93.4 87.6 73.8 47 KAIROUAN 91.9 92.3 71.9 144 KASSERINE 92.3 84.1 72.7 89 SIDI BOUZID 93.0 84.8 73.6 119 SOU SSE 89.7 89.5 75.9 116 MONASTIR 93.1 94.7 86.3 121 MAHDIA 90.3 92.1 76.8 77 SFAX 96.5 95.6 80.8 174 GAFSA 94.4 91.1 84.1 62 TOZEUR 93.3 93.8 88.5 27 KEBILI 98.1 94.7 77.0 25 GAlES 100.0 97.3 88.8 62 MEDENINE 89.3 89.1 77.8 88 TATAOUINE 81.4 91.4 73.1 33 MILIEU urbain 93.1 94.4 83.9 126 rural 93 . 9 90.3 77.0 890 SEXE usculin 93 . 5 93.8 81.0 1120 fuinin 93.4 91.5 81 . 1 1037 NIVEAU EDUCATION MERE np 74.3 79.2 68.6 45 non a col 94.4 90.1 76.0 675 pri . ire 94.1 93.9 83.1 814 sec cyc1 96.0 97.3 89.6 242 sec eye 2 et + 91.0 93.4 81 . 6 382 TOTAL 93.4 92.7 81.0 2158 133 Tunis- Decembre 2000 COUVERTURE VACCINALE DES ENFANTS AGES DE 24 A 35 MOIS, A LEUR PREMIER ANNIVERSAIRE TUN ISlE, MICS2, 2000 DTCP3 < 1 HBV3 < 1 BCG < 1AN AN AN R1 < 1 AN · TOTAL . . . . effect if GOUVERNORAT TUNIS 93.5 92.4 81 . 8 81.1 181 ARIANA 87 . 4 86 . 0 67 .0 74.7 128 BEN ARCUS 92 .9 88 .2 74 . 7 80.2 74 NABEUL 94 . 3 96.5 91.0 93.3 129 ZAGHOUAN 95.0 96 . 3 88 . 1 92 .5 47 BIZERTE 90.1 83.3 81.6 84.7 126 BEJA 96.5 97 . 4 87 . 7 85 .3 73 JENDOUBA 94.3 90.1 75 .7 84.4 112 KEF 97 . 2 96.3 87.9 83.7 75 SILIANA 93.8 84.4 63 . 9 74 . 3 58 KAIROUAN 94 . 1 90 . 5 72.7 83.1 172 KASSERINE 89.4 77.3 65.8 73 . 6 130 SID! BOUZID 93.2 87.6 76.3 85 . 8 94 SOU SSE 90 . 7 91 .7 81.2 81.5 125 MONASTIR 89 . 9 90.9 77 .0 86.3 108 MAHDIA 89 . 6 94.0 80.0 83.3 92 SFAX 90 .0 91.1 77.8 85 . 7 204 GAFSA 94.1 89 .7 85 .0 89 . 4 59 TOZEUR 88.0 95 . 7 74.1 82 . 9 25 KEBILI 92.7 95.5 82.0 83.4 31 GABES 89.5 88.6 88 .2 77 . 1 66 MEDENINE 96.2 93.6 83.0 83.8 101 TATAOUINE 82.1 84 . 5 61.6 69 . 2 39 MILIEU urbain 91.8 91.9 81 . 2 84 . 9 1319 rural 92.3 87.5 74.3 79.9 929 SEXE masculin 92 . 2 90.2 79.6 82 . 9 1151 feminin 91.8 90.0 77.0 82 . 7 1098 NIVEAU EDUCATION MERE np 74 . 1 70 .7 59.7 62.9 46 non scol 92.4 87 . 5 73 . 9 79.1 771 primaire 92.5 91.3 81 . 3 85 . 8 833 sec cyc1 94.9 95 . 5 82 . 4 90.8 232 sec eye 2 et + 90.7 91.7 80 .8 81.5 367 TOTAL 92.0 90 . 1 78.4 82 . 8 2249 734 l r l l \ NEUVIEME PARTIE SANTE DES FEMMES MARIEES EN AGE DE PROCREER Le programme national de perinatalite a ete lance des le debut des annees quatre vingt-dix. Ce programme vise a reduire la morbidite et la mortalite maternelles et perinatales. Les gran des I ignes de ce programme son t : • La dotation des CSB offrant des prestations perinatales des moyens neces- saires pour mener a bien les activites. • Une standardisation des conduites pour les principaux facteurs de risque et !'introduction des supports d'information necessaires. • La formation du personnel de soins, principalement les medecins, les sages- femmes et les aides obstetricales • La sensibilisation des femmes pour les inciter a beneficier des differentes prestations au cours des periodes prenatales, d'accouchement et post-nata- le. Pour garantir le maximum de chances de reussite ace programme, une coordi- nation avec les services de l'ONFP a ete etablie. Beaucoup de progres ont ete enregistres depuis la mise en place de ce program- me, en matiere surtout de couverture prenatale, de couverture post-natale, de proportion d'accouchements en milieu assiste, et aussi de consultations prenup- tiales. 9-1- Caracteristiques socio-demographiques des femmes mariees en age de procreer agees de 15-49 ans (FMAR) (tableaux 9.1 et 9.2) : Le tableau 9.1 resume les principales caracteristiques socio-demographiques des FMAR. La repartition selon les gouvernorats et le milieu, suit sensiblement celle de la population generale. Tunis- Decembre 2000 135 II faut noter les proportions relativement elevees des non scolarjsees (le tiers de !'ensemble des FMAR) et des femmes n'ayant pas depasse le stade du cycle pri- maire (39,6%). Au total 73,5% des FMAR sont faiblement ou non scolarisees. Cette donnee est importante a considerer principalement au niveau de la conception des messages educatifs qui doivent etre adaptes a ce profil de femmes. 9-2- Frequence d'accouchements au cours des 12 derniers mois-prevalen- ce contraceptive (tableau 9.3) : Parmi les femmes mariees en age de procreer ayant ete interrogees, 10,3% ont accouche au cours des 12 derniers mois et 65,5% utilisent une methode contra- ceptive. La repartition des proportions d'accouchements selon les gouvernorats, montre qu'elles varient en sens inverse par rapport ala prevalence contraceptive (coef- ficient r' de Spearmann= - 0,85 p < 0,001) ;ce qui plaide en faveur d'une cohe- rence interne des donnees recueillies. La prevalence contraceptive observee dans cette enquete est tres proche du niveau rapporte dans les statistiques de l'ONFP (70,5%). Cette prevalence a aug- mente au cours des dernieres annees ; la prevalence etait de 59,7% en 1994-95 dans l'enquete PAP CHILD (12). Tunis- Decembre 2000 136 . . I I I ' I ~ \ \ \ REPARTITION DES FMAR SELON LES GOUVERNORATS ET LE MILIEU TUN/5/E, MICS2, 2000 effect if effect if non ponderee % pond ere GOUVERNORAT TUNIS 1938 9 .9 1403 ARIANA 1512 7.8 1140 BEN AROUS 1039 5.3 1009 NABEUL 1309 6.7 1112 ZAGHOUAN 309 1.6 568 BIZERTE 1157 5 .9 991 BEJA 642 3.3 751 JENDOUBA 932 4.8 905 KEF 589 3 .0 684 SILIANA 456 2 . 3 638 KAIROUAN 1053 5.4 940 KASSERINE 736 3.8 813 SID! BOUZID 707 3.6 748 SOU SSE 1048 5.4 954 MONASTIR 878 4.5 886 MAHDIA 692 3.6 749 SFAX 1847 9.5 1323 GAf3A 556 2.9 631 TOZEUR 209 1.1 622 KEBILI 227 1.2 536 GABES 577 3.0 652 MEDENINE 841 4.3 911 TATAOUINE 237 1.2 526 MILIEU urbain 12656 64.9 12578 rural 6835 35.1 6~13 TOTAL 19491 100.0 19491 . Tunis- Decembre 2000 \ \ . 137 REPARTITION DES FMAR SELON L' AGE ET LE NIVEAU D'EDUCATION TUN ISlE, MICS2, 2000 % effectif eff. Non pond ere pond ere AGE 15-19 0.5 97 96 20-24 5.8 1125 1140 25-29 13.2 2572 2604 30-34 19.6 3816 3847 35-39 22.5 4389 4354 40-44 20.7 4028 4038 45-49 17.8 3464 3413 NIVEAU EDUCATION NP 0.1 17 17 non scalar 33.6 6542 6778 primaire 39.6 7712 7778 sec cyc1 9 o6 1869 1788 sec cyc2 et + 17.2 3349 3130 TOTAL 100.0 19491 19491 Tunis- Decembre 2000 138 I I , l 1 I : I I \ FREQUENCE DES ACCOUCHEMENTS AU COURS DES 12 DERNIERS MOIS ET PREVALENCE CONTRACEPTIVE TUN ISlE, MICS2, 2000 ACCOUCHE- MENT AU UTILISAT· COURS DES ION 12 METHODE DERNIERS CONTRACE- MO PTIVE TOTAL . . effectif GOUVERNORAT TUNIS 7 . 2 67 . 1 1938 ARIANA 10 . 2 67.9 1512 BEN AROUS 7.8 71.7 1039 NABEUL 8.3 71.0 1309 ZAGHOUAN 10 . 7 67 . 2 309 BIZERTE 9 . 3 74.7 1157 BEJA 8.5 70 . 1 642 JENDOUBA 10.6 68 . 5 932 KEF 8 . 3 68 . 5 589 SILIANA 10 . 1 69.0 456 KAIROUAN 13 . 9 57 . 1 1053 KASSERINE 15.7 44 . 3 736 SIDI BOUZID 14.0 49.0 707 SOUSSE 10.4 65 . 0 1048 MONASTIR 11.5 61.5 878 MAHDIA 10.9 69 . 7 692 SFAX 10.3 71.4 1847 GAFSA 8 . 5 67 . 6 556 TOZEUR 12.3 64.2 209 KEBILI 12 . 3 57 . 9 227 GABES 11.0 66.7 577 MEDENINE 12.3 51.7 841 TATAOUINE 12.9 50.8 237 MILIEU urbain 9.2 67.0 12656 rural 12.3 62 . 6 6835 NIVEAU EDUCATION MERE NP 4.4 67.1 17 Hun scolar 8.8 60 . 8 6543 primaire 10.4 68.4 7713 sec cyc1 12 . 5 67 . 9 1869 sec cyc2 et + 11.6 66.3 3349 r-· TOTAL 10.3 65.5 19491 \----Tunis- Decembre 2000 7 39 Cette prevalence est plus elevee que celle observee au Maroc en 1995 (50,3%) (15). L'analyse de la prevalence contraceptive selon les gouvernorats, le milieu et le niveau d'education montre que la prevalence est significativement plus elevee en milieu urbain (67,0% vs 62,6% en milieu rural p < 0,001). Le niveau de preva- lence le plus bas est observe chez les femmes non scolarisees (60,8%). Les gouvernorats qui enregistrent les niveaux les plus faibles sont Kasserine (44,8%), Sidi Bouzid (49,0%), Tataouine (50,8%), Medenine (51,7%) eta un degre moindre Kairouan (57, 1 %) . On peut ainsi deduire que la strategic actuelle de l'ONFP de renforcer le pro- gramme de planification familiale dans les gouvernorats des regions de l'Ouest et du Sud du pays est tout a fait justifiee. L'analyse de la prevalence contraceptive selon l'age montre que cette prevalence augmente jusqu'a l'age de 40 ans, passant de 30.0% entre 15 et 19 ans, pour atteindre 73.5% entre 35 et 39 ans, puis observe une baisse se situant a 53.3% entre 45 et 49 ans. 15-19 ans 20-24 ans 25-29 ans 30-34 ans 35-39 ans 40-44 ans 45-49 ans TOTAL 30.0% 50.2% 62.9% 69.8% 73.5% 69.3% 53.3% 65.5% 9-3-Type de contraceptifs utilises : Les tableaux 9.4 et 9.5 resument la repartition selon le type de methode de contraception utilisee. C'est ainsi que parmi les 12216 femmes sous contracep- tion et ayant precise la methode utilisee, 86,6% utilisent une methode moderne (tableau 9.4), principalement le DIU (48,3%) et la pilule (16;8%) ; alors que les injections et les implants ne sont que rarement utilises, respectivement 2,9% et 0,5% (tableau 9.5). La frequence d'utilisation de ces methodes modernes dimi- nue quand le niveau d'education augmente. f 1 I ' Tunis- Decembre 2000 \ \ \ • DIU Figure30: Principaux types de contraceptifs utilises Tunisie, MICS 2, 2000 • ligature des trompes • pilule • calendrier 0 injections D implant o preservatif masculin o preservatif fe'minin gelee II allaitement o retrait o vasectomie 0 autre 3S.f9ans 15-24- Figure 31: Principaux types de contraceptifs utilises selon I' age . · Tunisie, MICS 2, 2000 0 10 20 30 40 50 % Ia ligature des trompes • pilule c DIU J 60 \ Tunis- Decembre 2000 I \ 74 7 Tunis- Decembre 2000 TYPE DE METHODE CONTRACEPTIVE UTILISEE SELON LE CARACTERE MODERNE OU TRADITIONNEL TUN ISlE, MICS2, 2000 TYPE DE CONTRACEPTION non moder- moder- ne ne TOTAL % % effectif GDUVE

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.