Togo - Multiple Indicator Cluster Survey - 2000

Publication date: 2000

REPUBLIQUE DU TOGO BILAN DE FIN DE DECENNIE RAPPORT DES OBJECTIFS DU SOMMET MONDIAL POUR LES ENFANTS Decembre 2000 Rapport Final MICS2 pr taux de, faits at d'ltrable les par~ admin:· i)})erati Nos felfci~t,tions ett1~i~cou:ag[fuent a "t~chniqtle Ollt permiS ~~'aboutiss~\ihent d~ M'B:i:'eCJLe Rapport Final MICS2 2 ~ . ~ tpe£,~nis1ne~ n''<temms"'voulu les go ""'< contr:1 , ion fin~l~fieie e: ;t travail et la dynamique de succes Rapport Final MICS2 3 TABLE DES MATIERES PREFACE __ ~=-~~------------------------------------------------TABLE DES MATIERES. _________________________________________________ _ LISTEDESTABLEAUX __________________________________________________ _ LISTE DES GRAPHIQUES _________________________________ _ RESUMEANALYTIQUE _______________________________ _ INDICATEURS DU SOMMET MONDIAL. _______________________ __ CARTEDUTOGO _________________________________________________ _ CHAPITRE I: PRESENTATION DU PAYS. _____________________ _ 1.1 ASPECTS HISTORIQUES. _________________________________ _ 1.2 ASPECTS DEMOGRAPHIQUE ______________________________ _ 1.3 ASPECTS POLITIQUES ___________________________________ _ 1.4 ASPECTS ADMINISTRA TIFS _____________________________________ _ 1.5 ASPECTS ECONOMQUES ____________________________________ _ 1.6 ASPECTS SOCIAUX. ___________________________________________ _ CHAPITRE II : OBJECTIFS ET CADRE INSTITUTIONNEL DE L'ENQUETE ___________ _ 2.1 OBJECTIFS ________________________________________________ _ 2.2 CADRE INSTITUTIONNEL DE L'ENQUETE. _____________________ _ CHAPITRE III : METHODOLOGIE DE L'ENQUETE _____________________ _ 3.1 CONCEPTION DE L'ECHANTILLON. _____________________________ __ 3.2 QUESTIONNAIRES _________________________________ _ 3.3 FORMATION ET COLLECTE DES DONNEES ______________________ _ 3.4 TRAITEMENT DES DONNEES. ____________________________________ _ CHAPITRE IV : CARACTERISTIQUE DE L'ECHANTILLON ET QUALITE DES DONNEES _____________________________ _ 4.1 TAUX DE REPONSE. ____________________________________________ _ 4.2 DISTRIBUTION ________________________________________________ _ 4.3 CARACTERISTIQUE DE LA POPULATION ___________________ _ CHAPITRE V: MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS ___________________ _ 5.1 RAPPEL DE L'OBJECTIF __________________________________ _ 5.2 METHODOLOGIE _____________________________________ _ 5.3 NIVEAU ET TENDANCES ____________________ ----:-------,----,----------- 5.4 VARIATIONS DE LA MORTALITE SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES ___________________________ _ 5.4.1 Analyse selon Ia zone de residence __ :--:----,------------------------------------ 5.4.2 Analyse selon le niveau d'instruction de Ia mere _______________________________ __ RECOMMANDATIONS ______________________________________ __ CHAPITRE VI : EDUCATION _________________________ _ 6.1 EDUCATION PRESCOLAIRE _____________________________ _ 6.1.1 Rappel de l'objectif _____________________________________________ _ 6.1.2 Niveau de l'Indicateur ___________________________________________ _ 6.1 .3 Analyse selon le sexe.--:-----:--:-:------------------------------------------ 6.1.4 Analyse selon Ia zone de residence ______________________________________ _ 6.1.5 Analyse selon le niveau d'instruction de Ia mere _____________________________ _ RECOMMANDATIONS ________________________________________ _ 6.2 LA SCOLARISA TION DANS L'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ___________________ _ 6.2.1 Rappel de l'objectif. _____________________________________________ _ 6.2.2 Frequentation de !'ecole primaire-:-----:--,----------------------------------- 6.2.2.1 Niveau de frequentation de !'ecole primaire _____________________________ _ 6.2.2.2 Frequentation selon le sexe-:---:--:-:------------------------------------ 6.2.2.3 Frequentation selon Ia zone de residence ________________________________ _ 6.2.2.4 Achevement dy cycle d'enseignement primaire _____________________________ _ RECOMMANDATIONS __________________________________ _ Rapport Final MICS2 4 Pages iv viii xi xii XIX XX 1 I 1 1 2 2 2 4 4 4 6 6 6 7 7 8 8 8 11 15 15 16 17 17 19 19 20 23 23 23 23 23 23 24 24 25 25 25 25 25 26 27 28 6.3 ALPHABETISATION DES ADULTES _________________ _ 6.3.1 Rappel de l'objectif _________________________ _ 6.3 .2 Niveau d' alphabetisation des adultes ___________________ _ 6.3.3 Niveau d'alphabetisation selon le sexe ___________________ _ 6.3.4 Niveau d'alphabetisation selon Ia zone de residence _______________ _ RECOMMANDATION _____________________ _ CHAPITRE VII : EAU ET ASSAINISSEMENT ________________ _ 7.1 RAPPEL DE L'OBJECTIF _____________________ _ 7.1.1 Acces a l'eau potable __ -,-_____________________ _ 7.1 .2 Analyse selon Ia zone de residence ____________________ _ RECOMMANDATIONS ___________________________________ ___ 7.2 ASSAINISSEMENT ________________________ _ 7.2.1 Rappel de l'objectif _____ ----,--.,.,--.,------------------ 7.2.2 Acces au systeme adequat d'evacuation d'excreta. _______________ _ RECOMMANDATIONS ____________________ _ CHAPITRE VIII: MALNUTRITION DES ENFANTS --------------- 8.1 RAPPEL DE L'OBJECTIF _____________________ _ 8.1 .1 Statut nutritionnel des enfants de moins de trois ans _______________ _ 8.1.2 Retard de croissance : taille-pour-age ___________________ _ 8.1.3 Analyse selon !'age _________________________ _ 8.1.4 Analyse selon le sexe _________________________ _ 8.1.5 Analyse selon le milieu de residence----:---:-------------------- 8.1 .6 Analyse selon le niveau d' instruction de Ia mere ________________ _ 8.1.7 Emaciation« poids pour taille » _____________________ _ 8.1.8 Analyse selon !'age _________________________ _ 8.1.9 Analyse selon le milieu de residence ____________________ _ 8.1.10 Insuffisance ponderale----,-________________________ _ RECOMMANDATIONS _____________________ _ 8.2 ALLAITEMENT AU SEIN _____________________ _ 8.2.1 Rappel de l'objectif-,--,.--:-:::------------------------ 8.2.1 Allaitement matemel exclusif _______________________ _ 8.2.2 Pratique d'allaitement et des aliments de complements _______________ _ 8.2.3 Allaitement matemel continu _______ ________________ _ 8.2.4 Allaitement matemel selon Ia zone de residence _________________ _ 8.3 8.3.1 8.3.2 8.3 .3 RECOMMANDATIONS _____________________ _ SUPPLEMENT EN VITAMINE A ___________________ _ Rappel de l'objectif-.,--.,-----,----=-------------------- Prise de capsules de vitamine A par les enfants _________________ _ Selon l'age de !'enfant. _________________________ _ RECOMMANDATIONS _____________________ _ 8.4 IODATION DU SEL ________________________ _ 8.4.1 Rappel de l'objectif _________________ _______ _ 8.4.2 Niveau de l' inidicateur ________________________ _ 8.4.3 Selon la zone de residence _______________________ _ RECOMMANDATIONS ___________________ ___ 8.5 FAIBLE POIDS A LA NAISSANCE ___________________ _ 8.5.1 Rappel de l'objectif. _________________________ _ 8.5.2 Niveau de l'indicateur -------------------------8.5 .3 Selon Ia zone de residence _______________________ _ RECOMMANDATIONS _______________________________________ _ CHAPITRE IX: SANTE DE L'ENFANT ____________________ _ 9.1 COUVERTUREVACCINALE ___________________ _ 9.1.1 Rappel de l'objectif _________________________ _ 9 .1.2 Niveau de couverture vaccinale --:----------------------9.1.3 L'analyse selon le milieu de residence __________________ _ RECOMMANDATIONS ____________________ _ 9.2 DIARREE_~~-~--------------------- 9.2.1 Rappel de l'objectif ________________________ _ Rapport Final MICS2 5 29 29 29 29 29 30 33 33 34 35 36 37 37 38 38 40 40 40 41 41 42 42 42 42 42 42 43 43 44 44 44 45 45 45 46 47 47 48 48 49 50 50 51 51 51 52 52 52 52 53 54 54 54 54 57 60 60 60 9.2.2 La prevalence de diarrhee·.,.-,-,------------------------- 9.2.3 Analyse selon la zone de residence ____________________ _ 9.2.4 Analyse selon l'age _____ -:-:--:::-::---==--=---------------- 9.2.5 Utilisation du traitement recommande TRO ou SRO ______________ _ 9.3 INFECTIONS RESPIRATOIRES AlGUES _________________ _ 9.3.1 Rappel de l'objectif ___________________________ _ 9.3.2 Niveau des indicateurs------------,,.---,.----::,.,--::-:-c:::c-:::-::c:::c-::=-:-------- 9.4 PRISE EN CHARGE INTEGREE DES MALADIES DE L'ENFANCE (PCIME) _____ _ 9.4.1 Traitement des maladies a domicile. ____________________ _ 9.4.2 Connaissance des symptOmes pour chercher les soins. ______________ _ 9.4.3 Niveau de prise en charge de !'enfant ___________________ _ 9.4.4 Analyse selon le milieu de residence. ___________________ _ 9.4.5 Analyse selon le niveau d'instruction des meres _______________ _ RECOMMANDATIONS ___________________ ___ 9.5 PALUDISME. ________ ,.----,--------,--------------- 9.5.1 Niveau d'utilisation des moustiquaires impregnees ______________ _ 9.5.2 Analyse selon le milieu de residence. ___________________ _ 9.5.3 Prevalence de Ia fievre. _______________________ _ 9.5.4 Analyse selon !'age ________________________ _ 9.5.5 Analyse selon le niveau d'instruction de Ia mere _______________ _ 9.5.6 Analyse selon le milieu de residence __________________ _ 9.5.7 Utilisation d'anti-paludeen ______________________ _ 9.5.8 Analyse selon le milieu de residence. ___________________ _ RECOMMANDATION ____________________ _ CHAPITRE X: VIH/SIDA: CONNAISSANCE ET ATTITUDE. ___________ _ 10.1 RAPPEL DE L'OBJECTIF _____________________ _ 10.2 CONNAISSANCE DES PRINCIPAUX MOYENS POUR EVITER L'INFECTION DU VIH/SIDA __________________________ _ 10.2.1 Niveau de connaissance des principaux moyens chez les femmes de 15-49 ans _____ _ 10.2.2 Analyse selon le milieu de residence ___________________ _ 10.3 IDENTIFICATION DES CONCEPTIONS ERRONEES SUR LE VIH/SIDA ______ _ 10.3.1 Niveau de connaissance des conceptions erronees. ______________ _ 10.3.2 Analyse selon le milieu de residence __________________ _ 10.3.3 Analyse selon le niveau d'instruction l 0.4 IDENTIFICATION CORRECTE DES MO::-:Y=-=E=N:-::S=-D=-=E-=T=RA--c:-N::-:S=-M-=I=-ss=I:-::Oc:-N:-:--D::-:U::-:VIH-::---:-:::-:Sc=ID-A---- DE LA MERE A SON ENFANT-=---=-----,------,--------:--:-----:----::-::---:c:-:::c------- 10.4.1 Niveau d'identification correcte des moyens de transmission du VIH/SIDA de Ia mere a son enfant'---:-_____,.,.---------------------- 10.4.2 Analyse selon le milieu de residence __________________ _ 10.4.3 Analyse selon le niveau d'instruction-_________________ _ 10.5 ATTITUDES DISCRIMINATOIRES VIS6AVIS DES PERSONNES ATTEINTES DU VIH/SIDA. ________________________ _ 10.5.1 Analyse selon le milieu de residence·-,-----,-----,---::,--------------- 10.5.2 Connaissance d'un endroit pour faire 1e depistage du SIDA __________ _ RECOMMANDATIONS ___________________ _ CHAPITRE XI : SANTE DE LA REPRODUCTION _______________ _ 11.1RAPPEL DE L'OBJECTIF ______________________ _ 11.1.1 Utilisation d'une methode contraceptive __________________ _ 11 .1.2 Analyse selon !'age de Ia femme ____________________ _ 11.1.3 Analyse selon Ia region----:-------:---------------------- 11.1.4 Analyse selon le niveau d'instruction. ____________________ _ RECOMMANDATIONS~-,------------------------ 11.2CONSULTATIONS PRENATALES ___________________ ___ 11 .2.1 Rappel de l'objectif __________________________ _ 11.2.2 Niveau de l'indicateur ~~------------------------11 .2.3 Niveau d'instruction de Ia femme _____________________ _ 11.2.4 Analyse selon Ia zone de residence===-=--=----------------- 11.3ASSISTANCE PENDANT L' ACCOUCHEMENT ______________ _ 11.2.5 Analyse selon Ia zone de residence_--:--:--:------------------- 11.2.6 Analyse selon le niveau d'instruction de Ia femme _______________ _ Rapport Final MICS2 6 60 60 60 61 66 66 66 68 68 68 68 69 69 69 72 72 72 73 73 73 73 73 73 78 79 79 79 79 80 80 80 80 81 84 84 84 84 87 87 88 89 91 91 91 91 92 92 92 93 93 94 95 95 95 95 95 RECOMMANDATIONS. _____________________ _ 98 CHAPITRE XII: DROITS DE L'ENFANT___________________ 99 12.1ENREGISTREMENT DES NAISSANCES A L'ETAT CIVIL.____________ 99 12.1.1 Rappel de l'objectif"_________________________ 99 12.1.2 Analyse selon le sexe.________________________ 99 12.1.3 Analyse selon la zone de residence____________________ 99 12.1.4 Raisons pour lesquelles les enfants ne sont pas enregistres.____________ 99 RECOMMANDATIONS _______________________ l04 12.2 ORPHELINAT ET DISPOSITIONS RELATNES A LA GARDE DES ENFANTS 104 12.2.1 Niveaudel'indicateur 104 12.2.2 Analyse selon !'age 104 12.2.3 Analyse selon le milieu de residence 104 RECOMMANDATIONS 108 12.3 TRAVAIL DES ENFANTS. _______________________ llO 12.3.1 Niveau de l'indicateur 110 12.3.2 Travail domestique 110 12.3.3 Travail remunere 111 RECOMMANDATIONS 111 ANNEXE _________________________________ l16 Rapport Final MICS2 7 [Tab.1] Tableau 4.1 [Tab.2] Tableau 4.2 [Tab.4] Tableau 4.3 [Tab.5] Tableau 4.4 [Tab.6] Tableau 4.5 [EDST2]1 Tableau 5.1 [EDST2]1 Tableau 5.2 [Tab.9] Tableau 6.1 [Tab.Ct Tableau 6.2 [Tab.10] Tableau 6.3 [Tab.12] Tableau 6.4 [Tab.13] Tableau 7.1 [Tab.14] Tableau 7 . 2 [EDST2)1 Tableau 8.1 [Tab.16] Tableau 8.2 [Tab.18] Tableau 8.3 [Tab.17] Tableau 8.4 [Tab.20] Tableau 8.5 [Tab.22] Tableau 9.1 LISTE DES TABLEAUX Pages Resultats de l'enquete menage et de l'enquete individuelle . . . 8 Repartition de Ia population des menages par annee d'age selon le 10 sexe . . Repartition (en %) des menages par caracteristiques socio-demographiques . . . . . . . . . . . . . 11 Repartition (en %) des femmes agees de 15-49 ans par caracteristiques socio-demographiques . . 12 Repartition (en %) des enfants de moins de cinq ans par caracteristiques socio-demographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Mortalite des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Mortalite des enfants par caracteristiques de Ia mere . . . . . . . . . . . . . . . 18 Repartition (en %) des enfants ages de 36 a 59 mois qui frequentent un programme d'education prescolaire . . . . . . . . . . . . . . . 24 Taux de scolarisation dans l'enseignement primaire par sexe et selon Ia region et le milieu de residence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Repartition (en %) d'enfants inscrits au CP1 ayant atteint le CM1 selon certaines caracteristiques socio-demographiques . . . 27 Pourcentage de Ia population agee de 15 ans et plus selon l'alphabetisation . 31 Pourcentage de population qui a acces a une eau a boire salubre 35 Pourcentage de population qui a acces a un systeme sanitaire pour le traitement des excrements . . 37 Etat nutritionnel des enfants par caracteristiques socio- demographiques . 41 Pourcentage d'enfants vivants par pratique d'allaitement . . . . . . . . . . . . . . . 44 Repartition (en%) des enfants agees de 6-59 mois selon qu'ils ont res:u une dose elevee de vitamine A ou non pendant les six demiers mois Pourcentage des menages ayant consomme du sel suffisamment iode Pourcentage de naissances vivantes survenues au cours des 12 derniers mois dont le poids est inferieur a 2500 grammes . . Pourcentage d'enfants ages de 12-23 mois qui sont actuellement vaccines contra les maladies de l'enfance . . 49 51 53 58 1 Tableaux issus de l'Enquete Demographique et de Sante (EDST-11), 1998 2 Tableaux complementaires de l'enquete MICS2 Rapport Final MICS2 8 [Tab.23] Tableau 9.2 [Tab.24] Tableau 9.3 [Tab.25] Tableau 9.4 [Tab.26] Tableau 9.5 [Tab.27] Tableau 9.6 [Tab.28] Tableau 9.7 [Tab.29] Tableau 9.8 [Tab.30] Tableau 10.1 [Tab.31] Tableau 10.2 [Tab.32] Tableau 10.3 [Tab.33] Tableau 10.4 [Tab.34] Tableau 10.5 [Tab.35] Tableau 10.6 [Tab.36] Tableau 11.1 [Tab.37] Tableau 11.2 [Tab.38] Tableau 11.3 [Tab.39] Tableau 11.4 Rapport Final MICS2 Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant eu Ia diarrhea au cours des deux dernieres semaines qui ont re~u une SRO ou TRO Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant eu Ia diarrhea au cours des deux dernieres semaines qui ont re~u davantage de liquides et ont continue a manger pendant Ia maladie Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant eu des infections respiratoires aigues (IRA) durant les deux dernieres semaines qui ont ete traites par Jes fournisseurs de services de sante Pourcentage d'enfants de 0-59 mois reportes malades durant les deux dernieres semaines qui ont re~u davantage de liquides et ont continue a manger . . . . Pourcentage de personnes en charge d'enfants de 0-59 mois qui connaissent au moins deux signes pour aller chercher immediatement des soins . . . . . . . . . . . . . Pourcentage d'enfants ages de 0-59 mois qui ont dormi sous une moustiquaire impregnee d'insecticide Ia nuit derniere . . Pourcentage d'enfants de 0-59 mois souffrant de Ia fievre durant les deux dernieres semaines qui ont ete traites avec un anti-paludeen Pourcentage de femmes agees de 15-49 ans qui connaissent les principaux moyens de prevention de Ia transmission du VIH . Pourcentage de femmes iigees de 15-49 ans qui ont correctement identifie des conceptions erronees sur le VIH/SIDA Pourcentage de femmes iigees de 15-49 ans qui ont correctement identifie les moyens de transmission du VIH de Ia mere a !'enfant Pourcentage de femmes iigees de 15-49 ans qui ont exprime une attitude discriminatoire vis-a-vis des personnes avec le VIH/SIDA Pourcentage de femmes iigees de 15-49 ans qui ont bonne connaissance de Ia transmission du VIH /SIDA . . . . . . . Pourcentage de femmes iigees de 15-49 ans qui connaissent un endroit ou elles peuvent aller faire un test de SIDA . . . . . . Pourcentage de femmes mariees ou en union agees de 15-49 ans qui utilisent actuellement ou dont le partenaire utilise une methode contraceptive . . . Pourcentage des meres ayant eu une naissance survenue au cours des 12 derniers mois qui sont proteges centre le tetanos neonatal Repartition (en %) des femmes agees de 15-49 ans ayant eu une naissance survenue au cours de Ia derniere annee par type de personnel dispensant des soins prenatals . . . Repartition (en %) des femmes agees de 15-49 ans ayant eu une naissance survenue au cours de Ia derniere annee par type de 9 63 64 67 70 71 74 76 82 83 85 86 87 89 92 94 96 [Tab.40] Tableau 12.1 [Tab. C]2 Tableau 12 . 2 [Tab.41] Tableau 12.3 [Tab.42] Tableau 12.4 Rapport Final MICS2 personnel assistant dans I' accouchement . . Pourcentage des enfants ages de 0-59 mois selon que Ia naissance est enregistree ou non et les raisons du non enregistrement Pourcentage des enfants ages de 0-1 mois selon que Ia naissance est enregistree ou non et les raisons du non enregistrement Pourcentage d'enfants ages de 0-14 mois dans les menages qui ne 97 102 103 vivent pas avec un parent biologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Pourcentage des enfants ages de 5-17 ans qui travaillent actuellement 110 10 LISTE DES GRAPHIQUES Graphique 4.1 Repartition de Ia population par age et par sexe . . 9 Graphique 5.1 Mortalite des enfants de moins de 5 ans . . 17 Graphique 5.2 Mortalite infantile et juvenile selon les caracteristiques de Ia mere 19 Graphique 6.1 Evolution des taux de scolarisation selon le sexe et l'age . . 28 Graphique 7.1 Source principale d'approvisionnement en eau de boisson . 33 Graphique 8.1 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de 2 ans . . 47 Graphique 8.2 Proportion de menages qui ont consomme du sel adequatement iode 50 Graphique 9.1 Couverture vaccinale des enfants avant l'age de 12 mois, enfants de 12-23 mois . . 55 Graphique 9 . 2 Enfants de 12-23 mois ayant eu tousles vaccins de PEV et enfants n'ayant eu aucun vaccin . . 57 Rapport Final MICS2 11 Resume analytique L'enquete par grappe a indicateurs multiples (MICS) du Togo est une enquete nationale sur les menages, les femmes et les enfants. Les donnees collectees sont representatives au niveau national, au niveau du milieu de residence (urbain, rural) et au niveau regional . Les principaux objectifs de l'enquete consistent a recueillir des informations a jour pour !'evaluation de la situation des enfants et des femmes au Togo a la fin de la decennie et de fournir les donnees pour le suivi des progres en vue de la realisation des objectifs etablis au cours du Sammet mondial pour les enfants et comme base des actions futures. Mortalite infantile et infanto-juvenile • Les indicateurs de mortalite presentes dans ce rapport sont calcules a partir des informations sur l'historique des naissances recueillies lors de l'Enquete Demographique et de Sante (EDST-II) realisee en 1998. Les donnees montrent que le taux de mortalite infantile est de 80 o/oo et celui de la mortalite infanta-juvenile de 146 %o en 1998. Ces donnees montrent que les taux de mortalite infantile et infanta se situe a des niveaux encore eleves meme si il y a une legere amelioration par rapport en 1998. Education • Au niveau de !'education prescolaire, les donnees de MICS2 revele que seulement 8,6% des enfants de 36 a 59 mois ont frequente un programme organise de !'education prescolaire. La frequentation d'un programme d'education de la petite enfance presente des disparites relativement importantes au niveau des regions. La proportion des enfants ages de 36 a 59 mois qui suivent l'enseignement prescolaire varie de 14,2% dans la region Maritime y compris Lome a 1,9% dans la region de Kara. • D'une maniere generale 57 % des enfants en age d'aller a !'ecole primaire ((5- 11 ans) au Togo ont frequente en l'an 2000 une ecole primaire. Ce ratio est de 61% pour les gar<;ons contre 53% pour les filles. Lorsqu'on considere le groupe d'ages 6- 14 ans, le taux net de scolarisation passe a 67 %, 72, 5% pour les gar<;ons contre 61% pour les filles. Au niveau regional les taux net de scolarisation depassent la moyenne nationale dans les regions meridionales (Lome, Regions Maritime et des Plateaux) tandis que dans les regions septentrionales (Regions Centrale, de la Kara et des Savanes) la situation parait mains bonne. Quelle que soit la region, les taux de scolarisation sont plus eleves chez les gar<;ons que chez les filles. • L efficacite du systeme educatif primaire est mesuree par la probabilite pour un enfant inscrit au Cours Primaire Premiere annee (CP1) d'atteindre la cinquieme annee. Pres de neuf enfants sur dix (88 %) qui entrent en premiere annee de l'ecole primaire atteignent, en definitive la cinquieme annee. Rapport Final MICS2 12 • Au Togo, 53% de la population agee de 15 ans et plus (53 %) sait lire et ecrire. Ce ration est de 68% pour les hommes contre 38% pour les femmes. Dans la region de Lome, 80% de la population sont alphabetises contre 15,8% dans la region des Savanes. Comme pour la scolarisation des enfants, la region des Savanes demeure le milieu ou la situation est la plus critique. Durant la periode 1996- 2000, l'acces a l'eau n'a pas connu une evolution, il est reste stationnaire. Eau et assainissement • Selon les donnees de MICS2, (53%) des menages togolais utilisent de l'eau potable salubre. On note une forte disparite, (78 %) de la population urbaine ont acces a l'eau potable salubre contre 36%. La situation dans la Region des Savanes est plus critique que celle des autres regions ou seulement 30 % des menages ont acces a l'eau potable. • Moins de la moitie de la population (45 %) vit dans des menages disposant de toilettes. En milieu urbain, 75 % des menages possedent de toilettes contre 24 % seulement en milieu rural. Malnutrition des enfants • La malnutrition, sous toutes ses formes continue de toucher une importante proportion des enfants de moins de 5 ans et est devenue un probleme de sante publique au Togo. 25 % des enfants ages de moins de 3 ans au Togo souffrent d'insuffisance ponderale ou sont trop minces pour leur age. 22 % des enfants souffrent de retard de croissance ou sont trop courts pour leur age et 12 % sont emacies ou trop minces pour leur taille. Allaitement au sein • L'allaitement est pratiquement universe! au Togo: 97% des enfants nes au cours des trois dernieres annees ont ete allaites. Moins du quart des enfants ages de moins de 4 mois (23 %) sont allaites exclusivement au sein, ce qui est tres inferieur a la norme recommandee par l'OMS et l'UNICEF. A l'age de 6-9 mois, 65 % des enfants rec;oivent en plus du lait maternel, des aliments solides ou semi-solides. A l'age de 20-23 mois, pres des 2/3 des enfants soit 65% continuent d'etre allaites. Iodation du sel • Pres de sept menages sur dix (67 %), au Togo consomment en l'an 2000 de sel iode de fac;on adequate (25+PPM). Cependant ces donnees cachent de grandes disparites au niveau regional car dans la region Maritime, 64,5% des menages utilisent du sel iode contre 40,2% dans la region des Savanes. Neanmoins, on note une Iegere amelioration par rapport a l'EDST de 1998 ou seulement 22% des menages utilisaient du sel iode dans la region des Savanes. Supplement en vitamine A Rapport Final MICS2 13 • Au cours des six mois precedant l'enquete MICS 2, 16% des enfants ages de 6 a 59 mois ont rec;u une dose elevee de supplement en vitamine A. Moins d'un enfant sur dix (9 %) n'a pas rec;u de supplement au cours des 6 derniers mois, mais avaient rec;u une dose avant cette periode. Rapport Final MICS2 14 Faibles poids a la naissance • Un peu moins de deux nourrissons sur dix (16 %) auraient un poids inferieur a 2500 grammes a la naissance. Ce pourcentage est plus eleve dans la Region des Savanes (22 %) que dans les autres regions. Couverture vaccinale • La grande majorite des enfants ages de 12 a 23 mois (81 %) ont re<;u une vaccination du BCG a l'age de 12 mois et la premiere dose de la DTCoq. Le pourcentage baisse pour les doses suivantes de la DTCoq, soit 71 % pour la deuxieme, et 57% pour la troisieme dose. De meme, 87 % des enfants ont re<;u la Polio 1 a l'age de 12 mois et ce chiffre tombe a 57% pour la troisieme dose. • La couverture pour le vaccin contre la rougeole s'eleve aussi a 57% • Au total seulement quatre enfants sur dix (41 %) ont effectue toutes les huit vaccinations recommandees au cours des 12 premiers mois de la vie. • Le taux de vaccination des gar<;ons et des filles est pratiquement le meme. On note cependant que le faible taux de la couverture vaccinale au Togo est un probleme aussi rural que urbain car seulement 55,3% en milieu urbain contre 34,8% en milieu rural sont completement vaccines. Au niveau regional, on note des differences tres importantes. La proportion la plus elevee est observee a Lome (62%), viennent ensuite les regions Centrale et des Savanes avec respectivement 46 et 45 % de taux de couverture vaccinale. Les taux de couverture vaccinale les plus faibles sont enregistres dans les regions des Plateaux (33 %), Maritime (34 %) et de la Kara (39%). II n'y a pas de variation significative selon le sexe de l'enfant. Diarrhee • 22,5% ont eu la diarrhee dans les deux semaines precedant l'enquete. Parmi ces enfants souffrant de diarrhee, seulement 13% ont ete traites a l'aide des Sis de Rehydratation par voie Orale (SRO) et 17,5% ont re<;u des solutions preparees ala maison acceptable. La grande majorite des enfants (95 %) qui ont souffert de diarrhee a re<;u un ou plusieurs traitements a domicile recommandes. • Cependant seulement 30 % des enfants souffrant de diarrhee ont re<;u davantage de liquides et ont continue de manger tel que recommande. Rapport Final MICS2 15 Infections respiratoires aigues • 9% des enfants ages de mains de cinq ans avaient une infection respiratoire aigue au cours des deux semaines precedant l'enquete. Parmi ces enfants, 32 % avaient ete presentes a un prestataire de soins de sante approprie. Initiative de la PCIME • Parmi les enfants ages de moins de cinq ans qui auraient eu la diarrhee ou d'autres formes de maladies au cours des deux semaines precedant la MICS, 13 % avaient rec;u davantage de liquides et continuaient de manger selon les recommandations du programme de la PCIME. • 59 % des meres connaissent au mains deux signes pour lesquels un enfant doit etre emmene immediatement dans un etablissement de sante. Paludisme • Au Togo, le risque d'attraper le paludisme est tres eleve, cependant 15 % des enfants ages de mains de cinq ans ont dormi sous une moustiquaire au moment de l'enquete et seulement 14 % des moustiquaires utilisees etaient impregnees a !'insecticide. • 65 % des enfants ayant fait une fievre au cours des deux semaines precedant l'enquete MICS 2, Togo 2000, avaient rec;u du Paracetamol pour soigner la fievre et 59 % de la Chloroquine, tandis que mains de 3 % avait rec;u du Fansidar. Un pourcentage relativement eleve d'enfants (39 %) avaient rec;u d'autres medicaments. VIHISIDA • En ce qui concerne le VIR/SIDA, 40 % des femmes agees de 15 a 49 ans connaissent les trois principales methodes de prevention de la transmission du VIR (avoir un seul partenaire sexuel non infecte, utilisation d'un preservatif a chaque rapport sexuel et !'abstinence sexuelle). • 22 % des femmes ont identifie correctement trois conceptions erronees concernant la transmission du VIR- a savoir que le VIR peut etre transmis par des moyens surnaturels, par les piqures de moustiques, et qu'une personne apparemment en bonne sante ne peut etre infectee. • 26% des femmes en age de procreer au Togo connaissent un endroit ou l'on peut effectuer le test du Sida, mais seulement 3 % ont ete testees. • Le pourcentage des femmes qui ont des connaissances suffisantes de la transmission du VIR et le pourcentage qui sait ou se faire tester pour le VIR augmente considerablement avec le niveau d'instruction. Rapport Final MICS2 16 Contraception • Les resultats de MICS2 ont revele que 26 % des femmes mariees ou vivant dans une union pratiquent la contraception. Cependant les methodes modernes comme !'injection, la pilule, le condom et les implants ne constituent que le tiers des methodes utilisees. Soins prenatals • Concernant la vaccination contre le tetanos neonatal, plus de neuf femmes sur dix (92 %) ayant accouche recemment au Togo sont protegees contre le tetanos neonatal. L'ecrasante majorite de ces femmes a re<;u deux ou plusieurs doses de toxo'ide tetanique au cours des trois dernieres annees. • a re<;u des soins prenatals d'un personnel qualifie (medecin, infirmier, sage- femme). Assistance pendant l'accouchement • La proportion de naissances assistes par un personnel de sante qualifie est de 48,6% au cours des douze derniers mois precedant l'enquete MICS 2. La majorite de ces naissances est assistee par une sage-femme (31,9%). Au niveau regionalle pourcentage le plus eleve est observe a Lome (89 %) tandis que le plus faible est enregistre dans la Region des Savanes (18 %). Enregistrement des naissances • Les donnees revelent que 83% des enfants ages de moins de 5 ans au Togo sont enregistrees a l'etat civil; cependant seulement 46 % des naissances sont enregistrees dans les delais legaux (0 a 30 jours). Il n'existe pas de disparites importantes entre les sexes, cependant les naissances sont plus enregistrees dans les centres urbains (94 %) que dans les zones rurales (78 %). Orphelinat et dispositions relatives a la garde des enfants • D'une maniere generale, 66% des enfants ages de 0 a 14 ans vivent avec les deux parents (pere et mere). Les enfants qui ne vivent pas avec un parent biologique representent 12 % et les enfants qui ont perdu un ou les deux parents representent 9% de tousles enfants ages de 0 a 14 ans . • La situation varie selon le milieu et la region de residence des enfants. En effet les enfants du milieu rural vivent plus avec leurs deux parents biologiques (71 %) que les enfants qui resident dans les centres urbains (55 %). Les proportions des enfants qui vient avec leurs deux parents biologiques varient de 8 % dans la Region des Savanes a 51 % dans la Commune de Lome. Par contre les proportions d'enfants qui vivent avec leur mere seule bien que leur pere soit en vie sont plus importantes a Lome (15 %) dans les regions meridionales que dans les regions Rapport Final MICS2 17 septentrionales : Region des Savanes (3 %), Region de la Kara (7 %) et Region Centrale (9 %). Travail des enfants • 15 % des enfants ages de 5 a 17 ans ont effectue un travail remunere et 12 % ont participe a un travail non remunere pour une personne autre qu'un membre du me,nage. • Pres de neuf enfants sur dix (88 %) ont effectue des taches domestiques, telles que la cuisine, la collecte de l'eau, et s'occupent d'autres enfants, pendant moins de quatre heures par jour, tandis que: 22 % ont consacre plus de quatre heures par jour a ces taches. Rapport Final MICS2 18 1 :1 ,~,,, . 1 1::•::. ;, .lll::c'~wEI: . ~· .,,, · ::)tllilfi\IJ.Jqiti-111~~ u .,,: &or»Pl.QI'NI~lti'GUitll?,g~(in~··«il·$ '''1!o:falll$;'~1;mw'1:r.::• '! ;,.,,:::IIII:l~'<,,: :::,:·::lll'!·ll ll~t,;]il~!~ll!i!~lil~::''' Probabilite de mourir avant I' age de cinq ans 146 pour 1000 Probabilite de mourir avant l'ag_e d'un an 80 pour mille Proportion des mains de cinq ans qui sont tro2_ minces pour leur age 25 pour cent Proportion des mains de cinq ans qui sont trap courts pour leur a~e 22 _pour cent Pro_Qortion des mains de cinq ans qui sont trap minces pour leur taille 12 pour cent Propotrtion de Ia population qui utilise de l'eau potable 53 pour cent Propot1ion de Ia _population qui utilise des toilettes 45 pour cent Propotiion des enfants entrant en premiere annee de l'ecole primaire et qui 88 pour cent atteignent en definitive Ia cinquieme Propo1iion des enfants de l'ecole primaire frequentant une ecole primaire 57 pour cent Proportion de Ia population agee de 15 ans sachant lire une lettre ou un 53 pour cent !journal Prop01tion des femmes agees de 15 a 49 ans qui sont vues au mains une 50 pour cent fois pendant leur grossesse par un agent de sante qualifie Proportion des femmes mariees agees de 15 a 49 ans qui utilisent une 26 pour cent methode contraGeptive Proportion des naissances assistees par un agent de sante qualifie 49 pour cent Proportion des naissances vivantes dont le poids est inferieur a 2500 kg 16 pour cent Proportion des menages qui consomment du sel iode de facon adequate 67 pour cent Proportion des enfants ages de 6 a 59 mois qui ant rec;u un supplement en 16 pour cent vitamine A au cours des 6 derniers mois Proportion des meres qui ant rec;u un supplement en vitamine A avant que le 23 pour cent nourrisson n'atteignent 8 semaines Proportion des nourrissons ages de mains de 4 mois qui sont allaites 23 pour cent exclusivement Proportion des nourrissons ages de mains de 6 a 9 mois qui rec;oivent du lait 65 pour cent maternel et des aliments complementaires Proportion des enfants ages de 12 a 15 mois et de 20 a 23 mois qui sont 95 pour cent allaites 65 pour cent Proportion des enfants vaccines contre Ia diphterie, Ia coqueluche et le 57 pour cent tetanos a l'age d'un an Proportion des enfants vaccines contre Ia rougeole a l'age de un an 57 pour cent Proportion des enfants vaccines contre Ia polio a l'age de un an 57 pour cent Proportion des enfants vaccines contre Ia tuberculose a un an 81 pour cent Proportion des enfants ages de an proteges contre le tetanos neonatal grace 94 pour cent ala vaccination de Ia mere Proportion des enfants de mains de cinq ans qui ant eu Ia diarrhee au cours 31 pour cent des 2 dernien3s semaines et qui ant ete traites avec les sels de rehydratation orale ou avec une solution faite a domicile ap_proprie Proportion des enfants ages de mains de cinq ans qui ant eu Ia diarrhee au 15 pour cent cours des dernien~s semaines et qui ant rec;u davantage de fluides et poursuivi I' alimentation pendant !'episode Rapport Final MICS2 19 Proportion des enfants ages de moins de cinq ans qui ont eu une IRA au 32 pour cent rs des 2 ieres semaines et qui ont ete presentes a un prestataire de soins de te rie Proportion des enfants ages de 36 a 59 mois qui frequentent une forme ou 9 pour cent une autre de 12 pour cent Proportion des personnes a charge des enfants ages de moins de cinq ans 59,1 pour cent ui naissent au moins deux signes necessitant Ia recherche immediate des '"''"r'n,.,.rTrrln des enfants ages de mains de cinq ans qui dormant sous une qua ire nees a !'insecticide ''"''" 1 "nrlr-rrr\n des femmes qui ont identifie correctement les 3 principales II'Y"'<>Tn 1"\n t:> C' de tion de !'infection a VIH •~-~r·nn,nr-r•rnn des femmes qui ont identifie correctement 3 conceptions erronees nt le VIH ''"''" 1 "nrlrrrr\n des femmes qui identifient correctement les modes de smission du VIH de Rapport Final MICS2 20 62,1 pour cent 25,5 pour cent ,2 pour cent CARTE ADM-INISTRATIVE DU TOGO Prefecture : 0 Golfe 8 Ave 0 Lacs 8 Vo 8 Yolo 8 Zio 0 Agou 8 Amou 8 Oanyi • Est-Mono f) Haho 8 Kloto f!) Moyen·Morlo • Ogou 8 Wawa • BUtta • Sotouboua 8 Tchamba 8 Tchaoudjo 0 Assoli fleassar • Binah 8 Oankpen fl Ooufelgou 8 Keran • Kozah • Kpendjal Goti fl Tandjoare f) Tone Rapport Final MICS2 21 Limite de: Pays Region economique Prefecture Region, I ] Savanes ~ Kara CJ Centrale . Plateaux . Maritime ~met 0 50km CHAPITRE I PRESENTATIO~ DU PAYS 1.1 ASPECTS PHYSIQUES Situe en Afrique occidentale, le Togo couvre une superficie de 56.600 km2 et s'etire sur 600 km de long et 45 a 150 km de large entre la Republique du Benin a l'Est, le Ghana a l'Ouest, le Burkina Faso au Nord et l'Ocean Atlantique au Sud. 1.2 ASPECTS DEMOGRAPHIQUES Le Togo a a son actif, diverses operations de collectes de donnees demographiques depuis 1960. Le pays a realise entre autres, trois recensements generaux de la population respectivement en 1960, 1970 ell 1981, deux enquetes demographiques et de sante en 1988 et en 1998, deux enquetes budget et consommation en 1963 et en 1987-1990 et une premiere enquete MICS en 1996. D'apres les donnees socio-demographiques disponibles, la population togolaise est passee de 1.443.000 habitants en 1960 a 4.629.000 habitants en 2000 selon les demieres estimations faites par la Direction de la Statistique Generate. Le taux d'accroissement naturel a evolue de 2,6 % par an entre 1960 et 1970 a 2,9 % entre 1970 et 1981, 3 % entre 1981 et 1990 et, selon les donnees issues de l'EDST-II en 1998, 2,4% par an entre 1990 et 1998. La structure par age de la population togolaise revele une forte proportion des jeunes, 60% ont moins de 18 ans, malgre une Iegere diminution du taux de fecondite observes pendant cette demiere decennie. Le niveau de fecondite a montre une nette tendance a la baisse cette demiere decennie : 6,6 enfants par femme en 1988 contre 5,4 en 1998. I1 existe egalement un differentiel encore important entre milieux urbain et rural. Alors que le niveau de la fecondite est reste encore stable en milieu rural avec 6,5 enfants par femme, en milieu urbain on note une baisse relativement importante, le nombre moyen d'enfants par femme passant de 4,7 en 1988 a 3,3 en 1998. La fecondite precoce reste un phenomene a combattre chez les adolescentes de 15 a 19 ans, notamment en mih~u rural; en effet selon l'EDST-II 25% des adolescentes en milieu rural et 12% en milieu urbain sont deja meres ou enceintes pour la premiere fois en 1998. Le niveau de la mortalite des enfants de moins de cinq ans bien qu'en baisse reste encore tres eleve. La mortalite infantile est passee de 121 pour 1,000 naissances vivantes en 1961 a 81 %o en 1988 et est en stagnation en 1998 a 80 %o. La mortalite infante-juvenile continue cependant de baisser, en passant de 158 %o en 1988 a 144 %o en 1998. Le taux de mortalite matemelle a ete estimee en 1998 a 478 pour 100 000 naissances vivantes. 1.3 ASPECTS POLITIQUES Independant depuis le 27 avril 1960, !'organisation politique et administrative du Togo a connu plusieurs transformations dont la demiere a abouti en 1992 a l'avenement de la quatrieme republique, avec un regime semi-presidentiel. Le pays connalt depuis 1992 une transition democratique difficile dont les consequences ont un impact negatif sur 1' ensemble de la vie economique et sociale. En 1999, un processus de dialogue entre les differents protagonistes de Ia vie politique togolaise a abouti a un compromis appele Accord Cadre de Lome. Mais la normalisation tarde a entrer dans les faits malgre les avancees significatives obtenues comme Rapport Final MICS2 22 !'adoption d'un nouveau Code Electoral et la mtse en place d'une Commission Nationale Independante. 1.4 ASPECTS ADMINISTRA TIFS Sur le plan administratif, le pays est divise en cinq regions : la Region Maritime, la Region des Plateaux, la Region Centrale, la Region de la Kara, et la Region des Savanes. Chaque region est subdivisee en prefectures et le pays compte depuis 1991 30 prefectures et 4 sous- prefectures. Les chefs-lieux des prefectures sont consideres comme des communes urbaines et les autres localites forment la zone rurale, meme si certaines, de par leur population et les activites economiques sont plus importantes que certains chefs-lieux de prefecture. Quand a la decentralisation appelee a servir de socle et de cadre a une bonne gouvemance de proximite et de participation du citoyen a la gestion de la chose publique et du developpement, elle ne connait pas encore de mise en place effective, ni au niveau des textes d'application de la loi qui en institue le principe, ni au niveau des structures des futures collectivites territoriales decentralisees. 1.5 ASPECTS ECONOMIQUES Le pays traverse une crise socio-politique depuis les annees 1990 qui a fragilise l'economie du Togo et a entraine une paralysie de l'appareil productif, particulierement au niveau des secteurs secondaires et tertiaires, des finances publiques et des banques. Le revenu par tete d'habitant est reste quasiment stationnaire sur la demiere decennie (52.000 FCFA en 1995 contre 55.600 FCFA en 1999) et le taux de chomage national a atteint un niveau tres eleve (26 % de la population active). Cette crise a entraine la degradation du niveau de vie des populations et accentue la precarite de la situation des femmes et des enfants. 11 resulte de cette situation une intensification croissante de la pauvrete et une degradation importante du contexte social. 1.6 ASPECTS SOCIAUX Le Togo a entrepris en 1994 un programme de reformes visant a ramener le pays sur la voie d'une croissance durable et diversifiee. Cet effort de relance a ete appuye par des ressources du Fonds Monetaire International au titre de la Facilite d' Ajustement Structure! Renforcee (F ASR) et par un credit d'ajustement de la Banque Mondiale ainsi que par le concours financier d'autres institutions multilaterales et de bailleurs de fonds bilateraux. Malgre cet effort de relance, la situation de la tresorerie ne s' est pas amelioree, aggravee par des retards dans le decaissement de l'aide exterieure. Les autorites n'ont pas pu reduire les arrieres interieurs comme prevu et de nouveaux arrieres se sont accumules. De plus, la resorption des arrieres exterieurs a subi des retards considerables ala fin de l'annee 1996. Face a cette situation, des mesures d'accompagnement sont mises en place par le gouvemement pour attenuer l'impact de la devaluation sur les populations les plus vulnerables : Rapport Final MICS2 23 • le programme de travaux publics urbains a forte intensite de main-d'reuvre a ete lance ; • les credits budgetaires alloues a I' education eta la sante ont ete accrus; • les medicaments en non generique sont plus largement disponibles et leur distribution a un prix relativement bas; • le Ministere de la Sante a entrepris la restructuration du secteur ; • le Ministere de 1' education, a entrepris le recrutement des maitres auxiliaires a un salaire nettement moins eleve. Malgre: ces mesures, les performances en matiere d'acces aux services sociaux de base notamment la Sante et !'Education sont en constante degradation. Dans ce contexte general, la situation des enfants: et des femmes est encore plus preoccupante. Rapport Final MICS2 24 CHAPITRE II OBJECTIFS ET CADRE 1:\ISTITUTIO:\:\IEL DE L'ENQUETE 2.1. OBJECTIFS La realisation de la deuxieme enquete a indicateurs multiples (MICS 2) vise a : » mesurer le niveau d'atteinte des objectifs de la decennie, etablis par le Sommet Mondial pour les Enfants, dans le contexte togolais ; » analyser et publier les donnees permettant de suivre !'evolution des indicateurs sociaux relatifs au bien-etre des enfants afin de prendre des decisions appropriees pour le mieux-etre des enfants du Togo Les donnees de MICS2 permettent d'evaluer 21 des 27 objectifs du Sommet Mondial pour les Enfants sur les themes suivants : • L' education de base et de 1' alphabetisation • L' eau, hygiene et assainissement • L'etat nutritionnel, l'allaitement, la consommation du sel iode, le supplement en vitamine A, le faible poids a la naissance etc ; • La couverture vaccinate des enfants et des femmes ; • La sante matemelle et celle des enfants • La sante de la reproduction (pratique contraceptive, soms prenatals et assistance a l 'accouchement) • Le VIH/SIDA ; • La protection des enfants en situation difficile ; • Les autres doits de l'enfants (enregistrement a de la naissance a l'etat civil, protection au niveau de la famille et a l' egard du travail. La MICS2 a egalement comme objectifs subsidiaires a: » constituer les donnees de base pour le nouveau Programme de Cooperation Togo/Unicef 2002-2006; » renforcer la capacite des personnes ressources pour la realisation et I' analyse des enquetes a menages d 'un haut niveau ; » favoriser le consensus sur les Droits de l'Enfant; » foumir et suivre regulierement les indicateurs sur les Droits de l'Enfant ; » garantir la comparabilite intemationale des resultats. 2.2. CADRE INSTITUTIONNEL DE L'ENQUETE La MICS 2 du Togo a ete realisee par la Direction de la Statistique (Ministere du Plan de l'Amenagement du Territoire, de !'Habitat et de l'Urbanisme) en collaboration avec l'Unite de Recherche Demographique (URD) de l'Universite de Lome Elle a beneficie du soutien financer et technique de 1 'UNICEF. Rapport Final MICS2 25 Le Comite de Pilotage reunissant les representants des Ministeres avait la responsabilite de veiller au bon deroulement de la MICS2. Sont membres: le Ministere du Plan de 1' Amenagement du Territoire, de l'Habitat et de l'Urbanisme; le Ministere de la Sante Publique; le Ministere de !'Education Nationale et de la Recherche; le Ministere des Affaires Sociales, de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfance; et, l'UNICEF. Le comite de pilotage en tant qu'organc de coordination a: • Examiner les indicateurs et questionnaires retenus au niveau international et les a adapter au niveau du Togo ; • Preciser les besoins en donnees statistiques du pays ; • Assurer les demarches d' information, de sensibilisation et requete de collaboration aupres des autorites administratives ; • Coordonner les differentes activites et veiller au respect de l'echeance du projet; • Veiller a une bonne marche de la collaboration entre les deux institutions qui travaillent sur le projet; • Veiller a la bonne marche de toutes les phases de !'operation ; • Mettre a la disposition de l'etude, les ressources materielles necessaires ; • Assurer une bonne collaboration entre l'equipe technique et les Divisions regionales de la Statistique ; • Veiller a une bonne gestion financiere du projet; • Valider les resultats de MICS2. L'enquete proprement dite est realisee avec une equipe technique nationale composee d'un directeur national de projet, de deux responsables techniques (un demographe et un demographe statisticien) sous la supervision du Comite de Pilotage et de l'UNICEF. L'equipe technique a travaille en plein temps pour assurer un deroulement complet de l'enquete et de respecter le plan de travail y compris l'echantillonnage, la selection et la formation des agents de terrain, la supervision de l'ensemble des activites de terrain, le traitement, l'apurement et l'analyse des donnees. L'equipe a egalement la responsabilite de s'assurer que les resultats de l'enquete seraient synthetises et presentes aux niveaux regional et national pour permettre aux decideurs de comprendre les resultats et a les utiliser pour la planification et la prise de decisions. Rapport Final MICS2 26 CHAPITRE III LA METHODOLOGIE DE L'ENQUETE 3.1. CONCEPTION DE L'ECHANTILLON L'echantillon de l'enquete MICS2 du Togo est representatif au niveau national, en milieu urbain et rural et au niveau de Lome et des cinq regions du Togo : Maritime, Plateaux, Centrale, Kara et Savanes. L'echantillon est base sur un sondage par grappes stratifie a deux degres. Au premier degre, 192 grappes ont ete tirees au hasard a partir de l'echantillon des grappes de l'Enquete demographique et de sante realisee en 1998 et a permis d'etablir Ia liste des menages. Au deuxieme degre, un echantillon de 5096 menages a ete selectionne dans les grappes retenues a partir de la liste actualisee des menages. Toutes les femmes agees de 15 a 49 ans et tous les enfants de moins de cinq ans residant dans les menages ont ete enquetes avec des questionnaires individuels. Compte tenu de Ia taille variable de chaque Strate, differents taux de sondage ont ete appliques a chaque strate et les resultats ont ete ponderes au niveau national. Par contre l'echantillon est auto-pondere a l'interieur de chaque strate. Une enquete de Sera-prevalence Antitetanique initiee par «The Center for Disease Control» (CDC), l'Universite Johns Hopkins (Faculte de !'Hygiene et Sante Publique), !'UNICEF, USAID-BASICS, l'OMS et le Ministere de Ia Sante au Togo a ete annexee a l'enquete MICS2. L'objectif de cette enquete de sera-prevalence antitetanique est de : };> determiner si l'objectif de proteger 90 % des nouveaux nes contre le tetanos neonatal a travers Ia vaccination de leurs meres, fixe par le Sommet Mondial pour les Enfants a ete atteint; };> fournir au Programme Elargi de Vaccination (PEV) une mesure directe de la sera- prevalence de la protection contre le tetanos neonatal ; };> montrer Ia correlation entre le taux de couverture trouve par le MICS2 et la sera-prevalence. };> alerter le gestionnaire du PEV sur une eventuelle faiblesse du taux de couverture antitetanique. L'enquete a ete menee dans un sous-echantillon de MICS2 et les femmes eligibles sont tirees au sort dans la moitie des grappes de l'etude. Sont eligibles pour l'enquete de sera-prevalence les femmes a qui le questionnaire individuel femme a ete administre, done agees de 15 a 49 ans et qui ont accouche d'un enfant vivant dans les 12 mois au moment de l'enquete sero-epidemiologique et ont donne leur consentement. La taille de 1' echantillon est de 360 femmes reparties dans les cinq regions du Togo, plus Ia Commune de Lome qui constitue un domaine d'etude distinct. Les prelevements du sang sont envoyes au Center for Disease Control (CDC), l'Universite Johns Hopkins (Faculte de l'hygiene et Sante Publique) aux Etats-Unis pour etre analyses, les resultats seront communiques dans les mois a venir pour etre integres dans le rapport final. 3.2 LES QUESTIONNAIRES Les questionnaires de la MICS2 du Togo reposent sur 3 types standards (questionnaire menage, femme de 15 a 49 ans, enfants de moins de 5 ans) elabores pour l'exercice MISC mondiale initie par l'UNICEF. Quelques modifications ont ete apportees aux questionnaires de Togo pour les Rapport Final MICS2 27 rendre plus leger en raison du fait que certains indicateurs sont deja disponibles au niveau de l'EDST-11 de 1998. Le questionnaire menage a ete administre dans chaque menage, ce qui a permis de recueillir differentes informations sur les membres du menage, notamment : le sexe, l'age, l'alphabetisation, la situation de famille et le statut d'orphelin. Le questionnaire menage contient les modules suivants: • !'education • le travail des enfants • l'eau et l'assainissement • !'iodation du sel Le questionnaire pour les femmes contient 4 modules: • le toxo"ide tetanique • la sante matemelle et du nouveau-ne • !'utilisation des contraceptifs • le VIH/Sida Le questionnaire pour les enfants ages de moins de cinq ans comprend six modules : • !'enregistrement de la naissance a l'etat civil et l'apprentissage precoce • la vitamine A • l'allaitement au sein • la prise en charge des maladies • le paludisme • la vaccination 3.3 FORMATION ET COLLECTE DES DONNEES Le personnel charge de la collecte des donnees sur le terrain a ete forme pendant dix jours au mois de juillet 2000. Douze equipes ont ete constituees et chacune comprenait quatre agents enqueteurs, un contr6leur. Les responsables techniques et les chefs de Division Regionale de la Statistique ont assure la supervision generale durant toute la periode de la collecte des donnees sur le terrain qui a commence le 05 aout 2000 et s'est achevee le 4 septembre 2000. 3.4 TRAITEMENT DES DONNEES L'exploitation des donnees a demarre le 16 aout eta pris fin le 30 octobre 2000. Elle comportait les etapes suivantes : la verification des donnees, la saisie des donnees, l'edition et enfin l'apurement et la tabulation des donnees. Les dossiers rentres du terrain sont systematiquement verifies au bureau par une equipe de cinq personnes afin de s'assurer l'exhaustivite des donnees. Puis les dossiers sont transmis a la cellule de saisie composee de six operateurs de saisie qui ont travaille sur six micro- ordinateurs utilisant le logiciel Epi Info. Afin d'assurer le contr6le de la qualite, tous les questionnaires de la ville de Lome ont fait l'objet d'une double entree, et des contr6les de coherence interne ont ete effectues. Le logiciel SPSS a ete applique pour developper les programmes standards au titre de la MICS2 du Togo. Rapport Final MICS2 28 CHAPITRE IV CARACTERISTIQUE DEL 'ECHATILLOl\ ET QUALITE DES DONNEES 4.1 T AUX DE REPONSE Le tableau 4.1 fournit tous les details sur les resultats des enquetes, menage, femme et enfant. Sur les 5095 menages selectionnes pour l'echantillon de la MICS 2 du Togo, 4781 etaient identifies. Parmi ceux-ci 4589 ont pu etre enquetes avec succes, soit un taux de reponse de 96,0. Le taux de reponse etait plus eleve dans les zones rurales (97 %) que dans les zones urbaines (95 % ). Dans les menages enquetes, 5167 femmes eligibles agees de 15 a 49 ans et 3343 enfants ages de moins de cinq ans ont ete identifies et parmi eux 4 708 femmes et 3152 enfants ont ete interviewes avec succes, soit des taux de reponses respectifs de 91 et 94%. Contrairement aux taux de reponse des menages, les taux de reponses des femmes et enfants sont plus eleves dans les zones urbaines (92% chez les femmes et 96% chez les enfants) que dans les zones rurales 91 %(chez les femmes) et 94 % (parmi les enfants). Ces taux de reponses eleves (plus de 90 %) indiquent une bonne couverture nationale de l'enquete. Total Enfants moins de 5 ans Enfants interviewes avec succes 1--~'---___,1--~~--+-.;;.;~-~ Taux de des enfants Source : MICS 2, Togo, 2000 4.2 DISTRIBUTION Le tableau 4.2, illustre par le graphique 41 donne les repartitions en pourcentage et les effectifs des membres des menages. L'examen des structures detaillees par age pour les sexes masculin et feminin presente certaines irregularites comme l'indique le graphique. On observe des pointes tres marquees aux ages se terminant par 0 et 5. Cette attirance aux ages se terminant par 0 et 5 est due a la ten dance a declarer un age rond pour les personnes qui n 'ont pas idee precise de leur age. Rapport Final MICS2 29 Graphique 4.1 : Repartition de Ia population par age et par sexe 5 4 -+-Masculin 3 -Feminin 2 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70+ Rapport Final MICS2 30 [Tab.2l Tableau 4.2 : Repartition de Ia population des mena2es par a2e et par annee selon le sexe. To2o. 2000 NB: Selon le tableau 1.2, les enfants de 0-18 ans representent /e % le plus important de Ia population, soil 52,7% (54,6% de gar9ons et 50,8% de filles). Ce % baisse au fur et a mesure qu 'on evo/ue dans /'age (35,2%) pour les personnes agees de 19 a 49 ans et 11,8% pour Ia tranche d'age 50 ans et plus. tapport final MICS2 31 Total de Ia population des menages et 4.3 CARACTERISTIQUES DE LA POPULATION Le tableau 4.3 donne la distribution des menages de l'echantillon selon les caracteristiques socio-demographiques. Quatre menages sur dix (41 %) sont urbains contre 59% de menages ruraux. La Region Maritime est la plus petite des cinq regions (11 % de la superficie du pays) mais elle est la plus peuplee , 30 % des menages des enquetes. Elle est suivie par la Region des Plateaux , 23 % des menages. Les Regions des Savanes et Centrale avec respectivement 9 % et 8 % des menages sont les regions les moins peuplees. Pres de la moitie des menages (47 %) compte deux a cinq membres. Les menages d'une personne representent 15 % alors que les menages de grande taille, (six a neuf personnes) forment 29 % et les menages de dix membres et plus representent 9 %. Plus de huit menages sur dix (85 %) comptent un enfant age de moins de 5 ans et 95 % comptent au moins une femme agee de 15 a 49 ans. !Tab. 41 Tableau 4.3: Repartition (en 'X,) des menages par caractcristiqurs socio- demographiques, Togo, 2000 CARACTERISTIQUES % Effectif Non Pondere Lome~--~~----4---~~----4---~~--~ Maritime Plateaux t----__;;_""'-------+------'~-----+------'-;;.;.----1 Centrale I 2-3r----7~----;---~~~--;----7~--~ 4-5 6-7 r-----:::.~----;------'~----;-----=,:~--~ 8-9 r---~~----4-----~----4---__.:;_.::.:;_--~ 10+~--~~----4-----~----4---__;;~--~ Source : MICS 2, Togo, 2000 Les resultats du tableau 4.4 indiquent la repartition des femmes agees de 15-49 ans selon quelques caracteristiques. Les femmes agees de 15 a 19 forment le pourcentage le plus important de l'echantillon soit 20 %. D'une maniere generale ces pourcentages diminuent graduellement avec l'age et dans la tranche d'age 45-49 ans, il ne represente que 5 % de l'echantillon. C'est une situation classique que l'on rencontre dans les pays d' Afrique subsaharienne. Plus de deux tiers des femmes de l'echantillon (68 %) sont mariees ou en union, alors que 23 % n'ont jamais ete mariees et 9% sont en rupture d'union soit par la separation de corps, le divorce ou par le veuvage. Un peu plus de la moitie des femmes (51 %) n'a re9u aucune instruction tandis que 31 % ont le niveau primaire et 17 % le niveau secondaire ou plus. 33 Rapport Final MICS2 Lome ~~~---r---------+--------~ Maritime Plateaux ~---'----r---------+--------~ Centrale Kara~~~---r----~---+--------~ Sa vanes 20-24 ans 25-29 ans ~~~~-r--~~---+--------~ 30-34 ans 1----'---+-----t--------i 35-39 ans 40-44ans~~~-+--~~-r--~-~ 45-49 ans ~--'---+-----r----~ Le tableau 4.5 donne la repartition des enfants ages de mains de cinq ans selon les caracteristiques demographiques et le niveau d'instruction de leur mere ou des personnes qui ont leur charge. 11 ressort des donnees presque une egale repartition des enfants selon le sexe. Les pourcentages des enfants ages de mains de 6 mois et 6-11 mois sont identiques (11 %) ; les proportions sont importantes 20 % pour chacun des groupes d'ages 12-23 mois, 24-35 mois, 36-4 7 mois. Les enfants qui resident dans les zones rurales sont plus importants (73 %) que ceux qui habitent les centres urbains (27 %). Au niveau regional, les donnees montrent que la Region Maritime (sans Lome) et la Region des Plateaux abritent chacune un quart des enfants (25 %) ; elles sont suivies par la Region des Savanes avec 17 %. La ville de Lome (10 %) et la Region Centrale (9 %), ont les pourcentages d'enfants les plus faibles. Environ les deux tiers des meres ( 65 %) des enfants de mains de cinq ans n' ont reyu aucune instruction, alors que respectivement 27 % et 8 % ont atteint le niveau primaire et le secondaire ou plus. 34 Rapport Final MICS2 35 Rapport Final MICS2 36 Rapport Final MICS2 CHAPITRE V MORTALITE DES E~FA:\TS DE MOI:\S DE 5 A~S 5.1 RAPPEL DE L'OBJECTIF L'objectif du Sommet Mondial sur l'Enfant est de reduire entre 1990 et l'an 2000 d'un tiers la mortalite infantile et la mortalite des enfants de moins de 5 ans, ou, en chiffres absolus, ramener celle-ci a 50 et 70 pour 1000 naissances vivantes, respectivement, selon ce qui equivaudrait a la reduction la plus importante. 5.2 METHODOLOGIE Les indicateurs de mortalite presentes dans ce chapitre sont calcules a partir d'informations sur l'historique des naissances recueillies lors de l'Enquete Demographique et de Sante (EDST-11) realisee en 1998. Pendant l'EDST-11, l'enquetrice demandait ala femme de fournir la liste de ses naissances en precisant le sexe, 1' age, 1' etat de survie et, en cas de deces, 1' age au deces (au jour pres pour les deces de moins de 1 mois, au mois pres pour ceux de moins de deux ans, et en annees pour les deces survenus a deux ans ou plus). Les indicateurs suivants sont calcules a partir de ces informations : quotient de mortalite neonatale (NN) : mesure a la naissance, la probabilite de deceder avant d'atteindre un mois exact; quotient de mortalite post-neonatale (PNN) : mesure, chez les enfants ages d'un mois exact, la probabilite de deceder avant d'atteindre le douzieme mois exact; quotient de mortalite infantile (1q0) : mesure, a la naissance, la probabilite de deceder avant d' atteindre le premier anniversaire (le terme taux de mortalite infantilie sera aussi utilise pour designer le quotient de mortalite infantile) ; quotient de mortalite juvenile (4q1) : mesure, chez les enfants ages d'un an exact, la probabilite de deceder avant d'atteindre le cinquieme anniversaire; quotient de mortalite infanto-juvenile (5qo) : mesure, a la naissance, la probabilite de deceder avant d' atteindre le cinquieme anniversaire. L'estimation de la mortalite a partir de l'historique des naissances presente ala fois des limites d'ordre methodologique et des risques d'erreurs d'enregistrement. La collecte des informations aupres de personnes vivantes au moment de 1' enquete (ici les femmes de 15-49 ans) ne donne aucune information sur la survie ou le deces d'enfants dont la mere est actuellement decedee. Dans le cas ou ces enfants, orphelins de mere, seraient en nombre important et ou leur mortalite serait differente des enfants dont la mere est en vie ( ce qui est certainement le cas), les niveaux de mortalite s'en trouveraient affectes. Dans le cas de l'EDST-11, les resultats de l'enquete menage indiquent que seulement 1% des enfants etaient orphelins de mere. Toutefois, en limitant la collecte des donnees aux seules femmes de 15-49 ans, les informations decoulant de 1 'historique des naissances ne sont pas completement representatives des different intervalles de la periode passee. Si, pour les cinq annees precedant l'enquete, la presque totalite des naissances (et de la mortalite infanta-juvenile qui peut s'ensuivre) sont issues de femmes de 15-49 ans a 37 Rapport Final MICS2 l'enquete, il n'en est pas de meme pour les intervalles plus anciens: pour la periode 10-14 ans avant l'enquete, aucune information sur les naissances issues des femmes de 40-49 ans a cette epoque n'est disponible. 5.3 NIVEAUX ET TENDANCES Le tableau 5.1 presente les differents quotients de mortalite (neonatale, post-neonatale, infantile, juvenile et infanto-juvenile) pour les vingt-cinq demieres annees, selon cinq peri odes quinquennales. Durant la peri ode quinquennale la plus recente, 1993-1998, sur 1000 naissances, 80 decedent avant leur premier anniversaire (41 % entre 0 et 1 mois et 39 %o entre 1 et 12 mois); sur 1000 enfants ages d'un an, 72 n'atteignent pas leur cinquieme anntversaue. Finalement, sur 1000 naissances, 146 decedent avant leur cinquieme anniversaire. Du point de vue de la collecte proprement dite, la validite des donnees peut etre affectee par : le sous enregistrement des evenements, en particulier !'omission d'enfants qui meurent tres jeunes, quelques heures ou jours apres la naissance; les deplacements differentiels des dates de naissance des enfants, selon qu'ils sont vivants ou decedes; !'imprecision des declarations d'age au deces, en particulier !'attraction des 12 mois comme age au deces, en transformant une partie des deces de jeunes enfants (moins de 12 mois) en deces d'enfants plus ages (12 a 59 mois) peut, ala fois, engendrer une sous-estimation de la mortalite infantile et une surestimation de la mortalite juvenile, sans pour autant modifier le niveau de la mortalite infanto-juvenile. Par rapport a ces problemes de collecte, Sullivan et al. (1990) ont montre que les limites methodologiques inherentes a l'historique des naissances et les risques d'erreurs ou d'imprecisions de collecte n'induisent en general qu'une tres faible marge d'erreur dans les mesures des evenements recents. Dans le cadre de ce rapport, n'a done procede a aucun ajustement qui necessiterait, au prealable, une evaluation detaillee de la qualite des donnees de l'historique des naissances. Etant donne que plus la periode de reference est eloignee de la date de l'enquete, plus le risque d'imprecision est important, !'interpretation des changements survenus dans les niveaux de mortalite peut done en etre affectee. [Tab. EDST-11[ Tableau 5.1 : Mortalitc des enfants de moins de cinq ans: Quotient de mortalitc nconatale, post-nconatale, infantile, juvenile et infanto .iuvenilc par pcriodes de cinq ans prcccdant l'enquete, EDST -II Togo 1998 Nombre d'annee Mortalite Mortalite Mortalite precedant neonatale post- Mortalite Mortalite infanto- l'enquete (NN) neonatale infantile juvenile juvenile (PNN) 0-4 41,3 38,5 79,7 72,3 146,3 5-9 43,4 37,5 81,0 65,3 141,0 10-14 50,4 40,6 91,0 73,8 158,0 15-19 47,3 49,7 97,0 100,3 187,6 20-24 55,9 48,0 103,9 86,9 181,7 Source: EDST-II, TOGO, 1998 38 Rapport Final MICS2 Graphigue 5.1 : Mortalite des enfants de moins de 5 ans. 80 41 39 fvbrtalite fvbrtalite post- fvbrtalite neonatale neonatale infantile 72 fvbrtalite ju~nile 146 fvbrtalite infanto- ju~nile Dans }'ensemble, au cours des 20 demieres annees, la mortalite infantile a connu une baisse reguliere, passant de 97 pour 1000, 15-19 ans avant l'enquete a 80 pour 1000 la demiere periode quinquennale. Toutefois, au cours des deux demieres periodes quinquennales, la mortalite infantile est restee presque inchangee. La comparaison de l'EDST-II et de l'EDST-I (1988) confirme une telle invariabilite de la mortalite infantile au cours des dix demieres annees. Par contre, la mortalite juvenile a connu une variation irreguliere (graphique 5.1) caracterisee par une baisse au cours de l'avant-demiere decennie (100 pour 1000 durant les periodes 15-19 ans avant l'enquete contre 74 pour 1000 et 65 pour 1000 durant les periodes respectives 10-14 ans et 5-9 ans avant l'enquete), suivie par une augmentation au cours de la demiere decennie (72 pour 1000 durant la periode 0-4 ans avant l'enquete). Cette variation irreguliere de la mortalite juvenile, plus prononcee que 1' evolution de la mortalite infantile, marque la caracteristique de la mortalite infanto-juvenile qui, durant les memes periodes, diminue de 188 pour 1000 a 158 pour 1000 et a 141 pour 1000, puis enregistre une legere hausse a 146 pour 1000. 5.4 VARIATIONS DE LA MORTALITE SELON LES CARACTERISTIQUE SOCIO-DEMOGRAPHIQUE Le tableau 5.2 presente les differents quotients de mortalite des enfants selon certaines caracteristiques socio-demographiques de la mere, pour la peri ode des 10 ans precedant l'enquete (1986-1996). La reference a une periode de dix annees est utilisee ici pour pouvoir disposer, dans chaque sous groupe de population, d'un nombre d'evenements statistiquement suffisants pour le calcul des differentes probabilites. 39 Rapport Final MICS2 Autre urbain Urbain l----=-~--+-~=:---t--~7--;--::-::-'-:--+-----:-::-::-::----l Rural Ensemble Maritime 1--__:.:.z.:;._-+_.:.:~--t--.;;;.;,;J:;;_-;---=,.;;;z,.,;.--+--__;;,;~'----l Maritime Plateaux l-~~--+---:-:~--+--=-'7---1-.:;.:~--+--~::-:::-z.::----t Centrale KMal--~~--+-__.:=:---t--~~-;-~=:---+--__;;,;~:-----1 Le graphique 5.2 illustre les niveaux de mortalite infanta-juvenile selon les differentes caracteristiques de la mere, a savoir la region et le milieu de residence, le niveau d'instruction. Les risques de deceder avant 1' age de 5 ans presentent des ecarts importants selon le milieu de residence. La mortalite, surtout infantile est nettement mains eleve en milieu urbain (65 %o) qu'en milieu rural (85 %o). En outre, on peut noter que la mortalite post-neonatale des enfants du milieu urbain est mains elevee que celle des enfants du milieu rural (25 %o contre 42 %o); en ce qui concerne la mortalite neonatale, les differences sont faibles (43 %o contre 41 %o). Apres le premier anniversaire, les differences de mortalite selon le milieu de residence sont encore plus importantes (du simple au double): en milieu urbain, sur 1000 naissances vivantes au premier anniversaire, 38 decedent avant le cinquieme anniversaire. En milieu rural, 79 sur 1000 naissances vivantes au premier anniversaire n'atteignent pas le cinquieme anniversaire. Par consequent, la mortalite infanta-juvenile est mains importante en milieu urbain (101 %o) qu'en milieu rural (157 %o). L'amelioration des conditions sanitaires et l'accessibilite aux services de sante dans les zones urbaines expliqueraient en partie ces differences de mortalite. 11 faut egalement noter qu' en milieu urbain, la fecondite est mains precoce et les intervalles entre naissances sont plus longs, deux facteurs directement associes a la mortalite des enfants. 40 Rapport Final MICS2 Graphigue 5.2 : Mortalite infantile et juvenile selon les caracteristiques de la mere : RESIDENCE Lome Autras villas Rural REGION Ensemble Maritime Maritime (sans Lome) Plateaux Centrale Kara Savanes INSTRUCTION Aucune 67 Prlmaire Secondaire ou plus •Juvenile (4q1) •Infantile (1q0) 5.4.1 Analyse selon Ia zone de residence Au niveau regional, on note que les Regions des Savanes et de la Kara se caracterisent par des niveaux de mortalite infantile relativement eleves (respectivement 89 %o) tandis que la region des Plateaux detient le taux de mortalite infantile le mains eleve (74 %o). Les deux autres Regions, Maritime et Centrale ont le meme niveau de mortalite infantile (80 %o). Lorsqu'on considere la mortalite juvenile, la region Maritime (56 %o) suivie par la region des Plateaux (65 %o) a un taux nettement plus faible que celui des autres Regions, notamment celui de la Region de la Kara et des Savanes (163 %o et 173 %o) suivies de la region Centrale (145 %o). Enfin, les Regions Maritime et des Plateaux se distinguent avec un taux plus faible (respectivement 132 %o et 134 o/oo). Toutefois, si l'on exclut la ville de Lome, la Region Maritime aurait un niveau de mortalite infantile (84 %o) proche de celui de la Region de la Kara et un niveau de mortalite infanta-juvenile (145 %o) identique a celui de la Region Centrale. 5.4.2 Analyse selon le niveau d'instruction de Ia mere Selon le niveau d'instruction de la mere, on constate que la mortalite neonatale varie pratiquement dans le meme sens que la mortalite post-neonatale. Sur 1000 naissances vivantes au premiers mois, on note que la mortalite des enfants dont la mere n'a aucun niveau d'instruction est plus d'une fois et demie superieure a celle des enfants dont la mere a, au mains, un niveau d'instruction secondaire (45 %o contre 27 %o). On note un ecart aussi important pour les deces survenus entre le premier et le douzieme mois avec des taux de mortalite de 41 Rapport Final MICS2 \ respectivement, 42 %o et 27 %o. Un enfant dont la mere est sans instruction a une probabilite de mourir avant le premier anniversaire d'environ une fois et demie (1,6) superieure a celle d'un enfant dont la mere a le niveau d'instruction secondaire ou plus (87 %o contre 54 o/oo). Cette difference de mortalite devient plus importante pour la peri ode juvenile (79 %o contre 30 %o ). Finalement, la probabilite de mourir avant cinq est de 159 %o pour les enfants dont la mere n'a aucun niveau d'instruction, et de 83 o/oo lorsque celle-ci a atteint, au moins, le niveau secondaire. Chez les enfants dont la mere a le niveau d'instruction primaire, on a observe une situation intermediaire, plus proche de celle des enfants dont la mere est sans instruction: leurs niveaux de mortalite infantile, juvenile et infanta-juvenile sont respectivement de 72 o/oo, 59 %o et 127 %o. Les meilleures conditions de vie, d'hygiene et d'alimentation, mais surtout le recours plus important des femmes instruites aux services de sante (meilleur suivi des grossesses et nombre plus important d'enfants vaccines) pourraient expliquer l'essentiel de ces differences de mortalite. 5.4.3 Recommandations • La politique sanitaire du gouvemement doit tendre a accorder une plus grande attention aux structures decentralisees de sante primaire et a entreprendre des actions pour faire face aux problemes lies: a l'etat sanitaire de la population des moins de 15 ans en general et celui des moins de 5 ans en particulier; au desequilibre geographique dans la repartition des infrastructures, du personnel et du materiel sanitaire; aux insuffisances des dotations en equipements adaptes et personnel qualifie dans les differents centres de soins du pays;2 a la gestion efficiente des formations sanitaires; au budget alloue au secteur de la Sante, notamment a l'enveloppe affectee aux soins de Sante Primaire (SSP). • Le gouvemement doit elaborer un programme de Renforcement des Services de Sante. Ce programme doit viser: la rehabilitation des infrastructures existantes et la construction des nouveaux centres de soins en mettant l'accent sur les zones defavorisees; la formation et la sensibilisation des populations pour la prise en charge de leurs problemes de sante; le developpement de la sante de la population scolaire; la poursuite et le renforcement de tous les programmes prioritaires, notamment le Programme Elargi de Vaccination (PEV) et la Prise en Charge Integree des Maladies de l'Enfance (PCIME). • Le Gouvemement doit mettre en place un Programme de Communication pour le Changement de Comportement en se basant sur les deux valets suivants: la sensibilisation et !'information des populations sur les maladies courantes (intestinales, parasitaires, infectieuses, etc), l'hygiene, l'assainissement, l'approvisionnement en eau potable et la nutrition; !'organisation des collectivites locales ( comite de sante villageois) afin de responsabiliser les communautes de base et de creer des structures locales 42 Rapport Final MICS2 autonomes, tout en veillant a ce qu'il y ait une participation effective des hommes et des femmes aux activites. • Appuyer la mise en oeuvre de la politique nationale de population en recherchant des financements pour la realisation des activites; • Renforcer le systeme national d'information sanitaire en : appuyant la mise a jour reguliere des bases de donnees en fournissant des equipements adequats; assurant la formation et le recyclage du personnel technique. 43 Rapport Final MIC$2 La scolarisation des filles 44 Rapport Final MICS2 CHAPITRE VI EDUCATION L' education est un droit fondamental pour chaque etre humain. Le Sommet Mondial a mis 1' accent sur trois aspects : !'education prescolaire des enfants de 36-59 mois; !'education primaire des enfants de 5-12 mois; l'alphabetisation des adultes de 15 ans et plus. 6.1 EDUCATION PRESCOLAIRE 6.1.1 Rappel de l'Objectif L'objectif est de promouvoir !'expansion des activites de developpement du jeune enfant en adoptant des strategies d'intervention appropriees a faible coilt a la collectivite et a la famille. 6.1.2 Niveau de l'indicateur Au Togo, dans les annees 80, l'enseignement prescolaire se fait essentiellement en milieu urbain et est souvent reserve a une minorite de la classe economiquement aisee. Entre 1986-1987 par exemple, on y denombrait moins de 5 % des enfants ages de 2 a 4 ans revolus. Dans le cadre de cette analyse, seule la tranche d'age 36 a 59 mois revolus a ete retenue. La frequentation d'un jardin d'enfants ou d'une garderie communautaire est encore faible au Togo. Les programmes d'education de la petite enfance ne sont suivis que par 9% des enfants ages de 36 a 59 mois. Comme on peut le lire dans le tableau 6.1, c'est surtout apres leur quatrieme anniversaire que les enfants sont envoyes dans le programme d'education prescolaire; 11 %des enfants ages de 48 a 59 mois y ant acces contre 7 %pour le groupe d'age 36 a 47 mms. 6.1.3 Analyse selon le sexe A ce niveau du cursus scolaire, les parents envoient autant leurs filles que leurs ganyons. A vee les donnees de MICS2, 9% de filles ant frequente au cours de l'annee scolaire 1999/2000 contre 8 % de la part des gan;ons. 6.1.4 Analyse selon Ia zone de residence La frequentation d'un programme d'education de la petite enfance presente des disparites relativement importantes au niveau des regions. Globalement le taux de frequentation d'un tel programme chute du Sud du pays vers le Nord. La proportion des enfants ages de 36 a 59 mois qui suivent l'enseignement prescolaire varie de 14 %dans la region Maritime y compris Lome a 4 % dans la region des Savanes. Le niveau de frequentation le plus faible a ete enregistre dans la region de la Kara ou seulement 2% des enfants concemes frequentent effectivement un jardin d'enfants alors que la region des Plateaux vient apres la Maritime avec 8% d'enfants ages de 36 a 59 mois scolarises. Le fait d'habiter un milieu urbain augmente considerablement les chances de suivre un enseignement prescolaire. Les enfants qui habitent la ville sont proportionnellement quatre fois plus importants (18% contre 5 %) a suivre un enseignement prescolaire que ceux qui resident en milieu rural. Lome se detache nettement des autres villes au sujet de la frequentation 45 Rapport Final MICS2 d'un programme prescolaire. En effet 31 % des enfants ages de 36 a 59 mois de la capitale suivent un enseignement prescolaire (tableau 6.1 ). 6.1.5 Analyse selon le niveau d'instruction de Ia mere Enfin il existe une correlation entre le niveau d'instruction de la mere et la probabilite pour 1' enfant de suivre un enseignement prescolaire. Le pourcentage des enfants qui sui vent un programme d'education de la petite enfance passe de 5% si la mere n'est pas instruite a 34% quand la mere atteint au moins l'enseignement secondaire. Les mamans qui ont un niveau d'instruction eleve seraient plus promptes a envoyer des le bas age leurs enfants a l'ecole. 11 serait interessant de faire cette analyse en tenant compte du niveau d'instruction du pere de l'enfant. d'enfants Masculin 8,3 591 Feminin 90 564 Lome 31,0 107 Maritime (sans Lome) 8,7 323 Maritime (avec Lome) 14,2 430 Plateaux 8,0 293 Centrale 5,6 100 Kara 1,9 143 Sa vanes 3 5 189 Urbain 17,9 312 Rural 5 844 6,5 628 11 0 528 4,6 784 Primaire 12,2 287 Secondaire et plus 34,4 79 non formel 21 9 6 Recommandations: • Elaborer une politiques globales en faveur du developpement du jeune enfant afin d'assurer la survie, la croissance et l'epanouissement social, affectif et cognitif de tous les enfants, en accordant une attention particuliere aux moins de 3 ans, afin de reduire sensiblement la mortalite, le fardeau des maladies et la malnutrition et de prevenir les retards du developpement. Source: MICS2-TOGO, 2000 46 Rapport Final MICS2 6.2 LA SCOLARISATION DANS L'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE 6.2.1 Rappel de l'Objectif L'objectif du Sommet Mondial a la fin de decennie est d'universaliser !'education de base et faire en sorte qu'au moins 80 % des enfants en age de frequenter l'ecole primaire achevent le cycle d'enseignement primaire. Cet objectif sera mesure a l'aide de deux indicateurs : • la proportion d'enfants scolarisables qui frequentent une ecole primaire • la proportion d'enfants entrant en premiere annee de l'ecole primaire qm atteignent la cinquieme annee • 6.2.2 Frequentation de I' ecole primaire La population scolarisable dans l'enseignement primaire au Togo prend 5 ans comme limite inferieure. De plus, dans ce palier de 1' enseignement, les enfants scolarises doivent passer six ans. Ces conditions figurent dans la legislation en vigueur au Togo mais le legislateur n'a pas detini des mesures a prendre pour que les enfants de 5 ans soient effectivement a 1' ecole. De plus, passer seulement six ans dans l'enseignement primaire suppose qu'aucun redoublement n'est autorise. L'analyse des statistiques scolaires que collecte et publie annuellement la Direction Generate de la Planification de 1 'Education (DGPE) montre que le systeme accepte les redoublements. Pour tenir compte de la legislation en vigueur, nous allons done retenir ici la plage d'age 5-11 ans pour l'analyse du phenomene. Toutefois, nous allons elargir cette plage d'age pour observer eventuellement la mise a l'ecole tardive et le phenomene de redoublement. 6.2.2.1 Niveau de Frequentation de ['ecole primaire D'une maniere globale, 57 % des enfants ages de 5 a 11 ans frequentent un etablissement sco1aire (tableau 6.2). Quand on considere la plage d'age 6-14 ans, le taux net de sco1arisation devient 67 %. La frequentation scolaire est plus importante dans le groupe 6-14 ans que dans le groupe des enfants ages de 5 a 11 ans. 6.2.2.2 Frequentation selon le sexe Dans l'ensemble, que l'on considere la plage d'age 5-11 ans ou 6-14 ans, la sous scolarisation feminine est bien illustree par les donnees de MICS2. En effet, le taux net de scolarisation pour les gar9ons ages de 5 a 11 ans s'eleve a 61 % contre 53 %pour les filles. Quand on considere les enfants ages de 6 a 14 ans, l'ecart entre taux de scolarisation des gar9ons et filles est plus important ; 73 % des garyons frequentent un etablissement scolaire alors que la proportion de filles est de 61 %(tableau 6.2). Cette suprematie des garyons s'observe dans toutes les regions. 47 Rapport Final MICS2 !Tab. C) Tableau 6.2 : Taux nets de scolarisation dans l'cnseignement primaire par sexe et seton Ia region ct le milieu de residence Taux net de scolarisation au Taux net de scolarisation au Region et milieu de orimaire (5-11 ans) primaire (6-14 ans) residence Sexe Sexe Masculin Feminin Total Masculin Feminin Total Region Lome 85,7 75,7 80,3 89,6 70,4 78.9 Maritime (sans Lome) 66,8 56,1 61,4 79,9 66,0 72.9 Maritime (avec Lome) 71,4 61,5 66,3 82,4 67,4 74,6 Plateaux 63,8 60,3 62,1 76,1 70,8 73,6 Centrale 56,2 51,2 53,8 69,6 63,4 66,5 Kara 55,5 49,4 52,6 67,7 60,8 64,5 Sa vanes 40,6 27,3 34,1 49,6 31,6 40.6 Milieu de residence Urbain 80,6 70,4 75,3 87,2 72,9 79,5 Rural 53,4 45,6 49,7 66,7 55,6 61.4 Ensemble Toeo 60,8 53.2 57,1 72,5 61,3 66,9 Source: MICS2, Togo, 2000 6.2.2.3 Frequentation selon Ia zone de residence Les taux nets de scolarisation moyens que nous venons de decrire nivellent de differences notables selon les lieux geographiques. Les centres urbains se distinguent par des taux nets de scolarisation plus eleves que la moyenne nationale. Alors que trois enfants sur quatre ages de 5 a 11 ans (75 %) habitant un centre urbain frequentent un etablissement scolaire, le taux net de scolarisation pour cette plage d'age dans les contrees rurales est de 50%. La situation de Lome, la capitale ou huit enfants sur dix en age d'aller a l'ecole frequentent effectivement un etablissement scolaire est de loin la meilleure en matiere de scolarisation. Sur le plan geographique, les taux nets de scolarisation detinissent deux grands groupes de regions. 11 s'agit de ce que l'on peut qualifier de regions meridionales (Region Maritime et Region des Plateaux) ou la scolarisation depasse la moyenne nationale et de regions septentrionales (Region Centrale, Region de la Kara et Region des Sa vanes) ou la situation est moins bonne. Comme on peut le lire dans le tableau 6.2, les regions que nous avons classees dans le second groupe ne paraissent pas homogenes en matiere de la scolarisation. La Region Centrale et la Region de la Kara ont certes, des taux nets de scolarisation inferieurs a la moyenne mais la situation de la Region des Savanes est bien preoccupante. Au moment ou les taux de scolarisation atteignent 53 % au moins dans les deux autres regions septentrionales, seulement 34 % des enfants scolarisables frequentent un etablissement scolaire dans la region des Savanes. En dehors de la faiblesse du taux de scolarisation, la Region des Savanes se caracterise par de differences les plus elevees entre taux nets de scolarisation des gar<;ons et filles. La classification des cinq regions en deux grands groupes peut se justifier par des avancees scolaires acquises par les regions meridionales et les disparites sociales et economiques qui determinent aujourd'hui l'acces a !'education scolaire. En effet, les efforts de scolarisation des missionnaires au Togo comme en Afrique ont porte surtout sur les regions cotieres et centrales ou 1' ecole s 'est imposee et enracinee sur les plans religieux, culture I, economique et social. de plus, les infrastructures font plus defaut dans les regions qui ont deja un retard en matiere de scolarisation. Les regions les plus pauvres (Region des Sa vanes par exemple) demeurent 48 Rapport Final MICS2 generalement celles ou les etablissements scolaires sont en nombre insuffisant et en qualite mains bonne. 6.2.2.4 Achevement du cycle d'enseignement primaire Au sujet de la performance du systeme, quelques indicateurs ont ete calcules avec les donnees transversales collectees. Des pourcentages d'enfants inscrits a un niveau X a l'annee scolaire 1998/1999 et qui ont fait le niveau X+ 1 a 1' annee scolaire 1999/2000 ont ete calcules. A defaut de suivre une cohorte pour pouvoir analyser la performance du systeme scolaire, ces indicateurs ont ete calcules en vue de tenter une appreciation du rendement que fournit le systeme. Des donnees de l'enquete MICS2, il ressort que dans !'ensemble la frequentation de l'ecole de base (ecole primaire) ne semble poser de problemes majeurs quant au passage d'une classe a une autre. Sur 100 enfants inscrits au CPl a l'annee scolaire 1998-1999, 97 ant fait le CP2 l'annee scolaire suivante. On peut alors parler d'un taux de promotion de 97 %. Des taux de proportions similaires ant ete observes au sujet du passage d'un niveau a un autre dans les quatre premieres classes de l'enseignement primaire (tableau 6.3). La deperdition ace niveau du systeme scolaire est done tres faible ou plut6t inexistante. Contrairement a la frequentation scolaire, on peut noter qu ' il n'y a pratiquement pas d'ecart sensible entre les differents taux de promotion d'un niveau a un autre selon le sexe et selon les regions. L'achevement d'au mains quatre ans d'enseignement primaire etant un prealable a un niveau soutenable, des taux de survie a la 5eme annee3 primaire ont ete egalement calcules pour caracteriser le systeme scolaire. Ces taux de survie confirment une forte retention des eleves aux cinq premieres annees de la scolarisation. Pour !'ensemble du pays, le taux de survie se hisse a 88 %. Sur dix enfants inscrits au CP1, environ neuf atteignent globalement le CMI. Pour une meilleure appreciation du rendement ou de l'efficacite du systeme, il serait plus judicieux de calculer ce taux en tenant compte des redoublements ou des abandons enregistres dans le systeme. !Tab. 101 Tableau 6.3 : Rt•partition (en 'X,) d'enfants inscrits au CPl ayant atteint lc C!VIl scion certaines caracteristiq ucs socio-dcmogra1Jhiqucs TOGO, 2000 CARACTERISTIQUES lnscrits au CPI Inscrits au CP2 Inscrits au CEI Inscrits au CE2 Tauxde et ayant attei et ayant atteint et ayant atteint et ayant atteint Survie ii Ia ntCP2 CEJ CE2 CMJ cinquieme annee Sexe Masculir. 97,3 97,3 96,0 96,2 87,4 Feminir. 96,5 98,1 96,6 96,3 88,1 !Region Lorn(; 98,6 98,5 93,4 93,8 85,1 Maritim(; 95,8 98,0 97,9 98,4 90,5 Plateaw. 97,8 98,0 96,0 93,6 86,1 CentralE 98,8 99,4 97,1 97,9 93,4 Karc 98,2 99,3 96,2 97,6 91,5 Savanej 93 7 90,8 94,5 96,7 77,7 !Milieu de residence Urbair. 97 0 99,4 95,3 97,2 89 3 Rura 96,9 96,8 96,8 95,7 86,9 Ensemble Toeo 96,9 97,7 96,3 96,3 87,7 Source: MICS2-Togo, 2000 3 II s 'agit de ceux qui etaient inscrits au CP 1 et qui ant atteint par Ia suite le CM1 dans les conditions de Ia scolarisation des annees sea/aires 1998/1999 et 1999/2000. 49 Rapport Final MICS2 Quand on analyse les taux de scolarisation selon l'age, il apparait que tres peu d'enfants sont mis a l'ecole a 5 ans comme le stipule la legislation. Seul 1 enfant sur 5 (18 %) age de 5 ans frequente effectivement un etablissement primaire au Togo. Les taux de scolarisation augmentent avec l'age jusqu'a 11 ans ou le point culminant est atteint pour !'ensemble des scolarisables. L'evolution decrite par !'ensemble des scolarisables est similaire a celle de la population feminine. Comme le montre le graphique 6.1, chez les gan;ons, les taux de scolarisation n'ont pas amorce une baisse apres l'age de 11 ans comme cela se passe chez les filles. Les taux de scolarisation des gars;ons augmentent continuellement entre 5 et 14 ans. Les filles scolarisees quittent l'ecole a partir de 11 ans, alors que les gars;ons continuent normalement leur cursus jusqu'a 14 ans au mains (graphique 6.1). 11 s'agit encore d'un indicateur de la disparite sexuelle au sujet de la scolarisation. Les raisons culturelles (forte sollicitation des filles a ces ages pour les travaux domestiques) et economiques (manque de moyens financiers des parents qui handicape plus les filles que les gars;ons) sont souvent avancees pour expliquer ce decrochage des filles. Graphique 6.1 : Evolution des taux nets de scolarisation selon le sexe et l'age c 0 60 ~ .!!! ti 0 50 u en c» , en 40 . c» c >< :::J 30 "' 1- 20 10 5 ans 6 ans 7 ans 8 ans 9 ans 10 ans 11 ans 12 ans 13 ans 14 ans Age des scolarises ~ Masculin - Feminin - Ensemble I Recommandations • Intensifier les efforts en faveur de la scolarisation des filles, surtout en milieu rural pour reduire les ecarts entre les filles et les gars;ons aussi bien en matiere d'acces a l'enseignement que de maintien dans les ecoles; • Reduire les frais d'ecolage en particulier des filles; 50 Rapport Final MICS2 • Creer les conditions d'acces a tous les degres d'enseignement en: • encourageant les fi1les a atteindre un niveau de scolarisation eleve recuperant les fi11es du systeme scolaire (grossesse, mariage precoce, manque de soutien); • Atteindre la scolarisation universe11e des enfants de 7-14 ans en combinant le developpement de l'enseignement prima ire (public et prive) et celui du systeme altematif ( ecoles communautaires de base); • Renforcer la decentralisation par une gestion coherente, efficace et efficiente de !'education de base. 6.3 ALPHABETISA TION DES ADULTES 6.3.1 Rappel de l'Objectif Ramener le taux d'alphabetisme chez les adultes ala moitie au mains de ce qu'il etait en 1990, 1' accent etant mis sur 1' alphabetisation des femmes ; 6.3.2 Niveau d'alphabetisation des adultes D'apres les donnees de MICS2, au Togo 53 %de la population agee de 15 ans et plus sait lire et ecrire (tableau 6.4). Par population qui sait lire et ecrire, on entend ceux qui lisent facilement ou difficilement. 6.3.3 Niveau d'alphabetisation selon le sexe D'une maniere generale, les femmes ont nettement moins de chance que les hommes de savoir lire et ecrire (38 % contre 68 %). Dans certaines regions la proportion des hommes qui savent lire et ecrire est meme deux fois plus importante que celle des femmes . 6.3.4 Niveau d'alphabetisation selon Ia zone de residence Selon les regions, la proportion des hommes et des femmes qui savent lire et ecrire evoluent exactement comme les taux nets de scolarisation. Nous distinguons une fois encore les deux grands blocs a savoir les regions meridionales (Region Maritime et Region des Plateaux) et les regions septentrionales (Region Centrale, Region de la Kara et Region des Sa vanes). Comme pour la scolarisation des enfants, la Region des Savanes demeure le milieu ou la situation est la plus critique. Seulement 16 % de la population agee de 15 ans et plus de cette region sait lire et ecrire contre 53 %pour la moyenne nationale et 80% pour la capitale (tableau 6.4). Par ailleurs, l'ecart entre homme et femme au sujet de l'alphabetisation est le plus important dans la region des Savanes. 51 Rapport Final MICS2 Un cours d'alphabetisation en plein air 52 Rapport Final MICS2 Les hommes et les femmes qui habitent un milieu urbain ont environ deux fois plus de chance de sa voir lire et ecrire que ceux qui sont dans les milieux ruraux (73 % contre 40 % ). Les hommes ages de 15 ans et plus qui habitent le milieu rural ont deux fois plus de chance de savoir lire et ecrire que les femmes qui vivent dans les memes localites. Dans les villes cet ecart est moins important. Comme le montre le tableau 6.4, la proportion la plus importante d'individus alphabetises a ete observee a Lome ou huit enquetes sur dix ages de 15 ans et plus savent lire et ecrire. La probabilite de savoir lire et ecrire diminue continuellement avec l'age des enquetes. Alors que 3 personnes sur quatre (7 4 %) a gees de 15 a 24 ans sont alphabetisees, le taux d' alphabetisation chez les personnes a gees de 65 ans et plus est de 14 %. Recommandations: • Intensifier l'alphabetisation fonctionnelle des femmes, surtout dans les zones rurales, afin de reduire l'ecart d'instruction entre elles et les hommes; • Utiliser tous les canaux de communication disponibles pour favoriser la connatssance, !'acquisition des qualifications et des valeurs pour !'elevation du niveau de vie. 53 Rapport Final MICS2 54 Rapport Final MICS2 CHAPITRE VII EAU ET ASSAINISSEMEl\T L'eau potable est un prealable ala bonne sante. L'eau non potable peut etre un vecteur important de maladies telles que le trachome, le cholera, la fievre typhoide et la schistosomiase. L'eau de boisson peut etre contaminee egalement par des produis chimiques, des matieres physiques et radiologiques qui ont des effets nefastes sur la sante humaine. Outre les aspects de sante, l'acces a l'eau de boisson peut etre particulierement important pour les femmes et les enfants, en particulier dans les zones rurales, auxquels incombe la principale responsabilite du transport de I' eau, souvent sur de longues distances. Dans le cadre de cette analyse, ont ete considerees comme sources d'eau potable salubre les types d'approvisionnement en eau qui suivent: robinet dans le logement, robinet dans la concession, borne fontaine, puits a pompe, puits protege, source protegee, eau de pluie et eau en bouteille. 7.1 RAPPEL DE L'OBJECTIF L'objectif fixe par le Sommet Mondial de l'Enfance est l'acces a tous a une eau potable salubre en l'an 2000. Graphique 7.1 Source principale d'approvisionnement en eau de boisson Ruisseau ou fleuve 19% Rapport Final MICS2 Source non protegee 3% Autre 55 Eau potable salubre 53% 7.1.1 Acces a l'eau potable Selon les donnees de MICS2, 53 % des menages togolais utilisent de l'eau potable salubre. Quand on prend les differents types d'approvisionnement, un menage sur trois (34 %) utilise de l'eau de l'eau des bomes fontaines. Les menages qui disposent de l'eau courante dans leurs cours ou dans leur parcelle sont plutot rares. Ils representent a peine 5 % de !'ensemble des menages (tableau 7.1). Une proportion non negligeable de menages utilise de l'eau des puits non proteges (24 %) et des cours d'eau (19 %) comme source d'approvisionnement en eau (graphique 7.1). 7.1.2 Analyse selon Ia zone de residence La source d'approvisionnement en eau varie selon le lieu de residence. En effet, alors que 78% des menages residant en ville utilisent de 1' eau potable salubre pour leur boisson, ceux qui habitent les campagnes ne sont que 36 % a avoir le meme privilege. De meme, !'utilisation de 1' eau des sources malsaines est plus importante dans les milieux ruraux que dans les villes. L 'utilisation de 1' eau provenant des fleuves ou ruisseaux illustre bien ce desequilibre ; alors que 32% des menages ruraux s'approvisionnent dans les cours d'eau, seul2% des menages urbains se trouvent dans la meme situation. Les bomes fontaines sont egalement plus presentes dans les villes, ce qui justifie que leur utilisation soit plus importante dans les menages qui s'y trouvent. En ville, cette source est utilisee par 55 % des menages contre 19 % dans les villages. Au niveau regional, la situation de la Region des Savanes ou 64 % des menages consomment soit l'eau des puits non proteges soit l'eau des cours d'eau reste la plus preoccupante du pays. La meilleure situation dans le pays en matiere d'approvisionnement en eau se vit dans la capitale Lome, suivie de la Region de la Kara, Maritime, Centrale et des Plateaux. Dans la capitale, 84 % de la population utilisent de l'eau potable salubre et a Kara le niveau de cet indicateur est de 60 % contre 53 % pour la region Maritime. Lome, la capitale se caracterise ensuite par une proportion relativement non negligeable comparativement aux autres regions de menages disposant de l'eau courante dans le logement ou dans la concession (tableau 7.1). 56 Rapport Final MICS2 [Tab.l3] Tableau 7.1 : Pourcentagc de population qui a acccs a unc cau a boirc salubrc, Togo, 2000 Source principale d' eau de boisson Menage buvant Robinet Robinet Mare, Carnian Pas de Total eau ~aracteristiques Dans le dansla Borne Puits a Puits Source Eaude Eauen Puits Source Ruisseau citeme, reponse, salubre logement concessiOn Fontaine pompe protege protegee pluie bouteille non non ou Fleuve vendeur Autre NSP protege protegee d'eau 1Re2ion Lome 10,9 7,9 60,6 0,0 4,2 0,1 0,3 0,3 14,3 0,0 0,0 0,4 0,8 0,0 100,0 84,2 Maritime 0,5 2,2 39,8 3,8 3,2 0,5 3,0 0,0 34,6 0,8 10,4 1,0 0,2 0,0 100,0 53,0 Plateaux 0,3 0,9 22,1 4,3 6,3 0,3 2,5 0,0 15,1 5,3 41,9 0,3 0,7 0,1 100,0 36,6 Centrale 0,3 2,0 12,9 7,4 20,3 1,9 0,1 0,0 34,8 0,4 19,7 0,0 0,0 0,0 100,0 45,0 Kara 0,3 1,9 32,5 8,3 14,6 1,6 0,4 0,0 12,7 6,1 19,6 0,0 1,9 0,0 100,0 59,7 Savanes 1,3 0,3 13,2 9,3 5,0 0,7 0,0 0,1 35,5 5,6 28,5 0,4 0,0 0,1 100,0 29,8 Milieu de residence Urbain 5,6 6,2 55,2 0,8 8,3 0,2 1,4 0,1 19,2 0,6 1,5 0,4 0,4 0,0 100,0 77,8 Rural 0,1 0,3 19,3 7,2 6,0 0,9 1,7 0,0 27,3 4,2 31,7 0,5 0,7 0,1 100,0 35,5 Ensemble Togo 2,3 2,7 33 9 4,6 7,0 0,6 1,6 0,1 24,0 2,7 19,4 0,5 0,6 0,0 100,0 52,7 Source: MICS2-TOGO, 2000 57 Rapport Final MICS2 Recommandations: • Poursuivre la politique d'hydraulique villageoise au Togo en vue: d'assurer un approvisionnement en eau potable pour atteindre l'acces universe! en qualite suffisante; de corriger les disparites rurales et regionales en mettant l'accent sur !'amelioration de la qualite de l'eau surtout dans les zones endemiques de V er de Guinee; • Intensifier !'information sur !'hygiene de l'eau par la communication pour le changement de comportement Evacuation d'excreta et ordures menageres Rapport final MICS2 58 7.2 ASSAINISSEMENT L'elimination inadequate des excrements humains et l'insuffisance d'hygiene personnelle sont la cause d'une gamme de maladies, notamment le maladies diarrheiques et la polio. L' elimination sure des excrements humains comprend : les toilettes a chasse d' eau reliees a un systeme d'egouts ou a des fosses septiques, les autres toilettes a chasse d'eau, les fosses d'aisance ameliorees et les fosses d'aisance traditionnelles. Dans le cadre de MICS2, nous avons distingue les fosses septiques, les fosses etanches, les latrines couvertes et les latrines traditionnelles. 7.2.1 Rappel de l'Objectif Le Togo s'est assigne comme objectif d'assurer des systemes samtmres d'evacuation des excrements a tous les Togolais. L'enquete a retenu un seul indicateur pour mesurer la couverture en assainissement. • le taux d'acces a des systemes adequats d'evacuation des excreta. 7.2.2 Acces au systeme adequat d'evacuation d'excreta Au Togo, 45 % de la population vit dans des menages avec un systeme sanitaire adequat de traitement des excrements (tableau 7.2). De plus les fosses etanches sont les types de toilettes les plus repandues. Ce systeme d'evacuation des excrements est utilise par un menage sur quatre (24 %). Environ un menage sur dix (8 %) seulement dispose de fosses d'aisance reliee a un systeme d'egouts ou a des fosses septiques. C'est essentiellement certains menages (34 %) qui vi vent dans la capitale qui sont equipes de ce type de toilettes. Dans 1' ensemble un menage sur deux (55 %) ne dispose pas de toilette. 11 ressort des donnees que !'utilisation de la nature pour la defecation, des toilettes avec fosses etanches suivies de quelques rares toilettes equipees de fosses septiques constituent les principaux modes d'evacuation des excrements au Togo. Source: MICS2-Togo, 2000 Rapport final MICS2 59 Comme pour d'autres indicateurs, on releve un important ecart entre le milieu urbain et le milieu rural au sujet de !'elimination des excrements. Trois menages urbains sur quatre (75 %) utilisent de toilettes convenables pour !'elimination des excrements alors que dans les milieux ruraux, ce pourcentage est de 24 % (tableau 7.2). Les habitants de la capitale ont beaucoup plus de chance d'utiliser un systeme adequat d'elimination des excrements que dans toutes les autres parties du pays. A Lome, 9 menages sur 10 disposent d'un systeme adequat d'elimination des excrements contre 45 % pour la moyenne nationale. Lome est suivi de la Region Maritime ou 54 % de la population vit dans des menages avec un systeme sanitaire adequat. Les Regions de la Kara et des Savanes ou l'on denombre respectivement 88 % et 86% des menages ne disposant pas de toilette sont les plus malloties en matiere d'evacuation des excrements. La nature (brousse, champ, depotoir) est utilisee par la grande majorite des menages des regions des Plateaux, Centrale, de la Kara et des Savanes comme type d'aisance. Recommandations : • Elaborer et mettre en oeuvre un Programme National d'Assainissement en milieu rural et peri - urbain; • Encourager la transformation des latrines seches traditionnelles en latrines avec fosses ventilees; • Developper une strategie de sensibilisation allant dans le sens du changement de comportement des populations qui continuent d'evacuer les excreta dans la nature; • Harmoniser les interventions en assainissement en milieu rural et peri - urbain; • Developper des systemes adequats de gestion des ordures menageres; • Installer des reseaux d'egouts dans toutes les grandes villes; • Amener les collectivites locales a renforcer leur capacite de participation a la gestion des ordures menageres. Rapport final MICS2 60 Un enfant bien nourri Rapport final MICS2 61 \ CHAPITRE VIII MAL~LTRITION DES E~FA:\TS Le statut nutritionnel des enfants reflete leur sante generate. Lorsque les enfants ont acces a suffisamment de nourriture, ils ne sont pas exposes aux maladies repetees, et lorsqu' on s'occupe bien d'eux, ils mettent a profit toutes leurs potentialites de croissance et sont consideres comme bien nourris. Au sein d'une population bien nourrie, il existe une distribution standard de la taille et du poids pour les enfants ages de moins de cinq ans. La malnutrition au sein d'une population peut etre evaluee grace a la comparaison des enfants avec cette distribution standard. La population standard ou de reference utilisee ici est la norme NCHS et qui est recommandee pour l'UNICEF et !'Organisation Mondiale de la Sante. Chacun des trois indicateurs du statut nutritionnel est exprime en unites d'ecart types (scores-z) par rapport ala moyenne de cette population de reference. 8.1 RAPPEL DE L'OBJECTIF L'objectif du Sommet Mondial de l'Enfance est de reduire de 50 % par rapport a 1990 le nombre de cas de malnutrition grave et moderee chez les enfants de moins de 5 ans. Cet indicateur est mesure par trois indicateurs: poids pour age taille pour age poids pour taille 8.1.1 Statut nutritionnel des enfants de moins de trois ans4 Le tableau 8.1 presente les pourcentages d'enfants de moins de trois ans souffr·ant de sous nutrition selon les trois indices presentes ci-dessous et selon certaines caracteristiques socio- demographiques. 8.1.1.2 Retard de croissance: taille-pour-fige Au Togo, plus du cinquieme des enfants (22 %) souffrent d'un retard de croissance, et 7 % presentent un retard de croissance severe. Ces niveaux sont respectivement 10 et 70 fois plus eleves que ceux qui sont supposes exister dans une population oil les enfants sont en bonne sante. 4 Cette section a ete empruntee au rapport de I 'Enquete Demographique et de Sante (EDST II, 1998) Rapport final MICS2 62 Source: EDST-11, TOGO, 1998 8.1.1.2.1 Analyse selon I' age Les plus fortes variations de Ia prevalence du retard de croissance s'observent selon l'age de l'enfant: les enfants de moins de six mois sont les moins touches (4 %); entre six mois et un an, le dixieme des enfants (10 %) souffrent de cette forme de sous-nutrition eta partir de 1 an, la proportion d'enfants atteints devient extremement elevee (33 %). A partir de 2 ans, le pourcentage demeure constamment eleve (29% des enfants ages de 24-35 ans mois). A partir de cet age, les retards de croissance staturale acquis ne sont plus rattrapables. 8.1.1.2.2 Analyse selon le sexe Les ecarts du retard de croissance selon le sexe de I' enfant sont relativement faibles : chez les garvons, 23 % sont atteints de retard de croissance, parmi lesquels 8 % le sont sous la forme severe; chez les filles, ces pourcentages sont estimes respectivement a 20 et 6 %. Rapport final MICS2 63 Du point de vue du rang de naissance de !'enfant, la prevalence du retard de croissance differe peu (23 % chez les enfants de rang 4 ou plus contre 21 % chez ceux de rang inferieur a 4). La sous-nutrition chronique touche plus les enfants qui suivent leur aine a moins de 24 moins (27 %) que ceux qui le suivent a plus de 24 mois (23% a 24-47 mois et 18% a 48 mois ou plus). Les differences sont plus importantes lorsqu'on considere la sous-nutrition chronique severe (13% contre 7% et 5 %). 8.1.1.2.3 Analyse selon le milieu de residence Au niveau du milieu de residence, le retard de croissance est nettement plus important en milieu rural (24 %) qu'en milieu urbain (15 %), en particulier a Lome (11 %). Au niveau regional, les enfants de la region des Savanes sont plus touches (33 %) par le retard de croissance que les enfants des autres regions ou moins du quart souffre de ce type de malnutrition. Les enfants de la region des Savanes sont particulierement touches par le retard de croissance severe (13 %). 8.1.1.2.4 Analyse selon le niveau d'instruction de Ia mere L'instruction semble contribuer a une reduction du retard de croissance qui, estime a 26 % lorsque la mere est sans instruction, passe a 18 % lorsque la mere a un niveau d'instruction primaire eta 12 % lorsqu'elle ale niveau secondaire ou plus. Sous sa forme severe, elle est estimee respectivement a 8 %, 6 % et 3 % . 8.1.2.2 Emaciation "poids pour taille" Le tableau 8.1 foumit egalement les proportions d'enfants atteints d'emaciation ou de SOilS- nutrition aigue, exprimee au moyen de l'indice poids-pour-taille. Dans !'ensemble, 12% des enfants sont emacies, dont 2 % sous une forme severe : ces proportions sont respectivement 5 fois et 20 fois plus elevees que celles attendues dans une population en bonne sante et bien nourne. 8.1.2.3 Analyse selon l'age Du point de vue de !'age, ce sont les enfants de 6-1 mois (13 %), et surtout ceux de 12-23 mois (20 %) qui sont les plus atteints. Ce groupe d'ages correspond a un stade du developpement ou les enfants sont particulierement exposes aux agents pathogenes comme l'indique la forte prevalence de la diarrhee dans ces groupes d'ages. Selon l'intervalle entre les naissances, les variations sont faibles. Par contre, selon le rang de naissance, on note que les enfants de rang 6 ou plus sont plus frequemment emacies (15 %) que les autres enfants de rang inferieur a 6 (12% ou moins). 8.1.2.4 Analyse selon le milieu de residence Suivant le schema de la sous-nutrition chronique, la sous-nutrition aigue est egalement moins forte dans la capitale comme dans les autres villes (9 %) qu' en milieu rural ou elle atteint 13 % des enfants. Les enfants de la region des Savanes sont plus affectes (19 %) par !'emaciation que ceux des autres regions, en particulier de la region Centrale (9 %). Les enfants des meres instruites se trouvent toujours dans une meilleure situation (10 % contre 14% lorsque la mere n'est pas instruite). Rapport final MICS2 64 8.1.2.3 Insuffzsance ponderale Le poids-pour-age est un indice qui reflete, chez 1' enfant, les effets combines du retard de croissance et de }'emaciation. C'est la mesure la plus souvent utilisee par les services de sante pour le suivi de la croissance ponderale, mais sa valeur en tant qu'indice est limitee quand il n'existe qu'une seule mesure dans le temps. 11 est presente ici essentiellement pour permettre des comparaisons avec les resultats des etudes ou des suivis nutritionnels des enfants qui utilisent cette mesure. Comme le poids-pour-taille, le poids-pour-age est sensible aux variations saisonnieres. 11 apparait ici que le quart (25 %) des enfants togolais de moins de trois ans presentent une insuffisance ponderale, dont 7 % sous une forme severe (tableau 8.1). Comme l'etat nutritionnel mesure au moyen de cet indice rend compte a la fois des formes chroniques et aigues de la sous-nutrition, les variations du poids-pour-age selon les differentes caracteristiques socio-demographiques suivent les memes tendances que celle observees pour le poids-pour-taille et surtout celles observees pour la taille-pour-age. Du point de vue du rang de naissance de l'enfant, l'insuffisance ponderale varie faiblement (26 % chez les enfants de rang 6 ou plus contre 25 % ou moins chez ceux de rang inferieur a 6). L'insuffisance ponderale touche plus les enfants qui suivent leur aine a moins de 24 mois (30 %) que ceux qui le suivent a plus de 24 mois (26% a 24-47 mois et 21 %a 48 mois ou plus). Les differences sont plus importantes lorsqu'on considere l'insuffisance ponderale severe (10% contre 7% et 6 %). Le pourcentage d'enfants qui souffrent d'insuffisance ponderale atteint 28 % en milieu rural contre 20% dans les autres villes et 12% dans Ia capitate. Ce pourcentage atteint 39% dans la region des Savanes contre moins du quart des enfants dans les autres regions. Lorsque la mere est sans instruction, l'insuffisance ponderale est estimee a 30 %; celle-ci atteint 19% chez les enfants dont la mere a un niveau d'instruction primaire, et 14% chez les enfants dont la mere a un niveau d'instruction secondaire ou plus. Recommandations: • Renforcer !'engagement des decideurs pour que la nutrition soit reconnue comme le sous- bassement du developpement humain; • Adopter, suivre et appliquer effectivement les activites du Plan National d'Action pour la nutrition; • Creer et renforcer le systeme d'information sur la securite alimentaire et nutritionnelle; • Mettre en place un repertoire des intervenants en nutrition et securite alimentaires et un mecanisme de coordination et d'harmonisation des actions; • Integrer dans les curricula scolaires a tous les niveaux, les notions nouvelles sur une alimentation saine, equilibree et variee comme valeur essentielle pour le developpement harmonieux de la communaute. Rapport final MICS2 65 8.2 ALLAITEMENT AU SEIN 8.2.1 Rappel de l'objectif L'objectif du Sommet mondial pour l'Enfant est de permettre a toutes les femmes de nourrir leurs enfants exclusivement au sein pendant quatre a six mois et de continuer a les allaiter tout en leur donnant des aliments d'appoint durant une bonne partie de la deuxieme annee. L'allaitement au sein au cours des premieres annees de la vie protege les enfants contre !'infection. De plus, l'allaitement au sein constitue une source ideale d'elements nutritifs. Cependant, nombre de meres cessent d'allaiter trop tot, ce qui peut perturber la croissance et contribuer ala malnutrition en termes d'oligo-elements. Le but du Sommet mondial pour les enfants stipule que les enfants doivent etre allaites exclusivement pendant quatre a six mois et que l'allaitement devrait etre poursuivi avec des aliments complementaires pendant la majeure partie de la deuxieme annee de la vie. Dans l'enquete MICS-2, le statut d'allaitement repose sur les rapports des femmes concernant l'allaitement de leurs enfants au cours des 24 heures precedant !'interview. De par allaitement exclusif, on entend les enfants qui ne re<;oivent que le lait matemel et les vitamines, les supplements mineraux ou les medicaments. Par allaitement comp/ementaire, on entend les enfants qui re<;oivent le lait matemel et les aliments solides ou semi-solides. Exclusivement Allaites Caracteristiques Enfants 0-3 mois Effectifs Aliments de complement Solides I Enfants 6-9 mois Effectifs Allaites Enfants Enfants Enfants ages de 0-59 mois 12-15 20-23 Non mots Effectif mois Effectif Effectif Pondere Source: MICS2-TOGO, 2000 8.2.1 Allaitement maternel exclusif Les donnees du tableau 8.2 de l'enquete MICS2 montrent que 23 % des enfants ont ete exclusivement allaites au sein entre 0 et 3 mois, alors que lors de l'EDST-11, cette proportion etait de 15 %. Rapport final MICS2 66 8.2.2 Pratique d'allaitement et des aliments de complements Entre six et neuf mois, plus de six enfants sur dix (65 %) reyoivent en plus du lait matemel des aliments solides contre 92 % a l'EDST-11, ce qui traduit une amelioration dans le respect des recommandations de l'OMS et de l'UNICEF. 8.2.3 Allaitement maternel continu Plus de six femmes togolaises sur dix (65 %) continuent d'allaiter leurs enfants jusqu'a deux ans au moins. Avant les seize mois, on peut cons tater que ce sont tous les enfants (95 %) qui sont toujours nourris au sein. 8.2.4 Allaitement maternel selon Ia zone de residence Au niveau regional, on note quelques legeres differences au sujet de l'allaitement des enfants. La Region des Plateaux se detache de toutes les autres par !'importance que ses femmes accordent a l'allaitement au sein. Quel que soit l'age de !'enfant, le fait de resider dans la region des Plateaux augmente les chances d'etre allaites. Avant 4 mois par exemple, 39 % des enfants de cette region sont exclusivement allaites au sein contre 23% pour !'ensemble du pays. Entre 20 et 23 mois, c'est egalement dans cette region que l'on denombre plus de femmes (71 %) qui continuent d'allaiter leurs enfants. Rapport final MICS2 67 Allaitement maternel Rapport final MICS2 68 Graphigue 8.1 :Pratique de l'allaitement des enfants de moins de 2 ans 95 65 65 23 Exclusivement Allaitement + Pourcentage Pourcentage allaites aliments allaite allaite I• 0-3 mois • 6-9 mois •12-15 mois • 20-23 mois I Recommandations: • Developper les activites de communication pour le changement de comportement pour la promotion de l'allaitement matemelle exclusif; • Evaluation des hopitaux dans le cadre de !'Initiative Hopitaux Amis des Bebes (IHAB) avec decemement de Label aux meritants. 8.3 SUPPLEMENT EN VITAMINE A 8.3.1 Rappel de l'objectif L'objectif du Sommet mondial pour l'enfant est d'eliminer presque totalement l'avitaminose A et ses effets, dont la cecite ; La carence en vitamine A (CVA) affaiblit les systemes immunitaires des enfants, accroit leurs chances de mourir de maladies courantes de 1' enfance et mine la sante de la femme enceinte et allaitante. Elle peut provoquer egalement des lesions aux yeux et la cecite chez les enfants. Toutefois, elle peut etre evitee facilement par le supplement en vitamine A ou par la fortification des aliments. L'UNICEF et l'OMS recommandent que tousles pays dont le taux de mortalite des moins de cinq ans depasse 70 pour 1000 naissances vivantes ou dans lesquels la carence en vitamine A constitue un probleme de sante mettent en place un programme de lutte contre la carence en vitamine A. Rapport final MICS2 69 8.3.2 Prise de capsules de vitamine A par les enfants Au cours des six mois precedent l'enquete MICS-2, 16 % des enfants ages de 6 a 59 mois avaient re9u une dose elevee de supplement en vitamine A (tableau 8.3). Environ 1 enfant sur dix (9 %) n'avaient pas re9u de supplement au cours des six demiers mois, mais en avaient re9u une avant cette periode. On note que 3 % des enfants avaient re9u un supplement en vitamine A a un moment ou a un autre par le passe, mais leur mere ou la personne en charge n'avait pas pu preciser la periode exacte. 8.3.3 Selon l'age de I' enfant Les proportions des enfants qui ont re9u un supplement en vitamine A au cours des six demiers mois varient selon 1 'age. Elles pas sent de 19 % chez les nourrissons de 6 a 11 mois a 22 % chez les enfants de 12 a 23 mois. A partir de 24 mois ces pourcentages baissent graduellement pour s'etablir a 11 %chez les enfants ages de 48 a 59 mois. Rapport final MICS2 70 Caracteristiques Re~u dans les 6 derniers mois Re~u avant Re~u pas Pas sure les 6 derniers sure s'ils ont mois quand rc~u Jamais Re~u Total des enfants Masculin l-____:~:._~~~.:::.l.:~-4--.::.z.:::._-+--=;_~___:.:.z.::._~f-.:.:.~--+-~~--l Feminin Lome~~~~~~~~~-4--~~-+--~~~~~~~~~~~+-~~~ Maritime ~~~~~--~~--+-~~-+--~--+-~~-44-~~~4-~~~ Plateaux Centrale 1----=~=------t---~.z.::.--~---=:.z.:.--+-~z.;_-;--.:.:.;~-+-+-.:.:~;_+-__;_~~ Kara Moins de 6 mois 6-11 MO IS 1--___::.z.:::.__+--___::.z.:::.__+--.:::.z.:::-+-_;;_z_;:__-f-.:.:.::~++--=:.:.:.;~-+---=---l Niveau 12-23 24-35~---~~-+--~~-+--~-+-~~-f-~~++--=:.:.:.;~-f-~~--1 36-47 48-59r--=~-r-~~-r-~-T-~~+-~~++--=~~;-~~--I d 'instruction De la mere ~------~--------+------+------+------44-------4-----~ Aucun Primaire 1-___;:.:.z.::._ __ +-_.;.z.;:.__+-__.:.z.::._+-__.:.z.::._+-.:.;~-H-.:.:.~-+--=.::.:.:~ Secondaire et plus Recommandations • Promotion des aliments riches en micronutriments (Vitamine A, Fer, et iode); • Promotion de la farine de bouillie enrichie a base des produits locaux; • Elaborer un document de sensibilisation et d'information sur les micronutriments; • Proceder au depistage de la deficience en vitamine A et assurer une distribution systematique de capsules de vitamine A exemple les villages de Controle et de Promotion de la Croissance communautaire (CPC); • Renforcer et reorganiser les campagnes de supplementation en vitamine A pour integrer toutes les tranches d'age. • Sensibiliser le personnel et les mamans sur la necessite d'assurer regulierement la pesee des bebes Rapport final MICS2 71 8.4 IODATION DU SEL 8.4.1 Rappel de l'objectif Le Gouvemement du Togo, a l'instar de la communaute intemationale, s'etait engage a eliminer presque totalement les troubles dus aux carences en iode. Cet objectif est mesure par la proportion de menages qui consomment d'une maniere adequate du sel iode. La carence en iode dans !'alimentation constitue la cause la plus importante au monde de l'arrieration mentale et peut reduire le quotient intellectuel (QI) moyen d'une population dans les proportions pouvant atteindre treize points. L'iodation du sel constitue un moyen efficace et a faible c0\1t d'eviter les troubles lies a la carence en iode (TCI). Le sel iode de fayon adequate contient 15 ppm (part par million) d'iode ou plus. Dans le cadre de l'Enquete MICS - 2, le sel qu 'utilisent les menages a ete teste par le Kit foumit par le Ministere de la Sante ; ce Kit presente cinq niveaux de graduation a savoir 0 PPM ou non iode (pas de couleur), 25 PPM (couleur faible) , 50 PPM (couleur foncee), 75 et 100 PPM (couleur tres foncee). Lome Maritime Plateaux Centrale Kara Savanes Urbain Rural TOGO Rapport final MICS2 Graphique 8.2 : Proportion des menages qui ont consomme du sel adequatement iode 0 10 20 30 40 50 60 70 80 • EDST-2 • MICS-21 72 90 100 : .:: 11,8 r 6,6 6,8 5,6 5,7 3,3 8.4.2 Niveau de l'indicateur Les donnees du tableau 8.4 montrent que dans 91 % des menages enquetes, le sel etait disponible. Parmi les menages dans lesquels le sel a ete teste, 67 % disposaient d'un sel iode de fa9on adequate. 8.4.3 Selon Ia zone de residence Si au niveau du milieu de residence, l'ecart d'utilisation du sel iode entre les menages urbains (69 %) et ruraux (66 %) est faible, au niveau regional par contre il subsiste de grandes disparites. En effet dans les Regions Centrale et de la Kara le sel consomme par les menages etait adequatement iode a pres de 80 % alors que dans la Region des Savanes seulement 40 % des menages consomment de sel iode. Cette faiblesse serait sans doute due a !'utilisation de la potasse comme sel de cuisine. Neanmoins on note une Iegere amelioration par rapport a 1' EDST-II ou sculcment 22% des menages utilisaient du sel iode dans la Region des Savanes contre 81 % dans la Region de la Kara. Recommandations • Renforcer le controle de la teneur du sel de cuisine dans les menages, sur les marches et au niveau des frontieres ; • Maintenir la sensibilisation de la population sur la necessite de consommer du sel iode surtout en milieu rural et particulierement dans les zones endemiques ; • Perenniser le controle du sel vendu sur le marche local. Rapport final MICS2 73 8.5 FAIBLE POIDS A LA NAISSANCE 8.5.1 Rappel de l'objectif IL s'agit pour le Togo de ramener a moins de 10 % la proportion d'enfants ayant un poids insuffisant a la naissance (moins de 2,5 kg). L'indicateur retenu est la proportion de naissances vivantes qui pesent moins de 5.2 kg. 8.5.2 Niveau de l'indicateur 11 ressort des donnees du tableau 8.5 de MICS 2 qu'un peu plus du tiers (35 %) des bebes qui ont vu le jour au cours des douze demiers mois precedant l'enquete ont ete peses a la naissance au Togo. Au total16% des nourrissons auraient un poids ala naissance inferieur a 2500 grammes. 8.5.3 Selon Ia zone de residence La prevalence du faible poids a la naissance varie selon les regions; les Regions Maritime, Centrale et de la Kara avec une proportion respective de 13 % enregistrent les pourcentages les moins eleves alors qu'a l'oppose la Region des Savanes avec 22% d'enfants pesant moins de 2500 grammes a la naissance possede la proportion la plus elevee. On note egalement une difference entre les zones urbaines (13 %) et les zones rurales (16 %); les donnees revelent que le niveau d'instruction de la mere a une correlation sur le poids a la naissance des enfants; en effet la prevalence du poids faible a la naissance est de 17 % chez les femmes qui n'ont re9u aucune instruction contre respectivement 13% et 11 %chez les femmes ont atteint les niveaux primaire et secondaire et plus. Rapport final MICS2 74 Recommandations • Assurer un meilleur suivi nutritionnel des femmes enceintes ; • sensibiliser le personnel sur la necessite d'assurer la pesee des bebes a la naissance ; • creer les conditions favorables pour assurer la pesee des bebes a la naissance a tous les niveaux; • identifier et etudier les facteurs culturels nefastes constituant des contraintes pour une meilleure prise en charge des femmes enceintes. Rapport final MICS2 75 CHAPITRE IX SANTE DE L'ENFANT 9.1 COUVERTURE V ACCINALE 9.1.1 Rappel de l'Objectif Maintenir un taux eleve de vaccination (au moins 90 %des enfants de moins de 1 an d'ici a l'an 2000) contre la diphterie, la coqueluche, le tetanos, la rougeole, la poliomyelite et la tuberculose et, s'agissant des femmes en age de procreer, contre le tetanos. Selon les directives de l'UNICEF et de l'OMS, un enfant devrait recevoir la vaccination du BCG afin de le proteger contre la tuberculose, trois doses de DTCoq pour le proteger contre la diphterie, la coqueluche et le tetanos, trois doses de vaccin contre la polio et une vaccination contre la rougeole a l'age de 12 mois. Dans le cadre de la MICS-2, les meres ont ete invitees a montrer les camets de vaccination pour les enfants ages de moins de cinq ans. Les agents enqueteurs ont recopie les informations des camets relatives a la vaccination dans le questionnaire. Les meres ont egalement ete sondees afin qu'elles notifient toute vaccination rec;:ue par 1' enfant, qui ne figure pas dans le camet . Pour !'ensemble du pays un peu moins des deux tiers des enfants (66 %) avaient un camet de sante. Si l'enfant n'avait pas de camet, on lisait a la mere une breve description de chaque vaccin et on lui demandait de se rappeler si l'enfant l'avait rec;:ue ou non, pour la DTCoq et la polio, et combien de fois. 9.1.2 Niveau de couverture vaccinale Le tableau 9.1 presente le pourcentage des enfants ages de 12 a 23 mois qui ont rec;:u chacune des vaccinations. Dans ce tableau, les enfants ages de 12 a 23 mois constituent le denominateur, de fac;:on que seuls les enfants qui sont suffisamment ages pour etre entierement vaccines soient pris en compte. 11 ressort des donnees que 81 % des enfants ages de 12 a 23 mois avaient rec;:u une vaccination de BCG a l'age de 12 mois et la premiere dose de la DTCoq. Le pourcentage baisse pour les deuxieme et troisieme doses de la DTCoq, s'elevant seulement a 71 %pour la deuxieme dose, eta 57% pour la troisieme dose. Environ neuf enfants sur dix (87%) avaient rec;:u la premiere dose de Polio, mais ce pourcentage baisse, pour s'etablir a 57 % pour la troisieme dose. La proportion des enfants qui sont vaccines contre la rougeole s'elevait a 57%. Pour I' ensemble du Togo 41 %des enfants ages de 12-23 mois sont completement vaccines contre les six maladies de l'enfance tandis que 8 % des enfants n' ont rec;:u aucun vaccin. Rapport final MICS2 76 Graphique 9.1 Couverture vaccinale des enfants avant l'age de 12 mois, enfants de 12-23 mois 41 BCG DTcoq 1 DTcoq 3 Polio 1 Polio 3 Rougeole Tousles vaccins Rapport final MICS2 77 Aucun vaccin Vaccination de routine Rapport final MICS2 78 9.1.3 L'analyse selon le milieu de residence La couverture vaccinate varie tres fortement selon le milieu de residence : dans le milieu urbain elle s'eleve a 55 % contre 35 %dans la zone rurale. Au niveau regional on note des differences tres importantes. La proportion la plus elevee est observee a Lome (62%), viennent ensuite les Regions Centrale et des Savanes avec respectivement 46 et 45 % de taux de couverture vaccinale. Les taux de couverture vaccinale les plus faibles sont enregistres dans les Regions des Plateaux (33 %), Maritime (34 %) et de la Kara (39%). 11 n'y a pas de variation significative selon le sexe de I' enfant. Graphique 9.2 Enfants de 12-23 mois ayant eu tous les vaccins de PEV et enfants n'ayant eu aucun vaccin TOGO REGION Lome Maritime Plateaux Centrale Kara Savanes MILIEU DE RESIDENCE Urbain 0 20 40 60 80 100 •Toutes vaccinations •Aucune vaccination Rapport final MICS2 79 Rapport final MICS2 72,0 87,1 71,2 87,0 r:• .__,__.,.~. 75,9 73,2 Source: MICS2-TOGO, 200 80 58,7 555 ' · 57,7 55,6 40,1 41,5 vaccina~ Effectif d'enfants 325 312 188 449 637 Recommandations • Poursuivre la vaccination de routine des enfants en vue d'eliminer toutes les maladies du PEV; • poursuivre la communication pour le changement de comportement sur le PEV en direction des collectivites, des communautes et des familles ; • assurer la disponibilite permanente des vaccins de qualite ; • assurer une chaine de froid fonctionnelle a tous les niveaux. 9.2 DIARRHEE 9.2.1 Rappel de l'Objectif Reduire de 50 % la mortalite due a la diarrhee chez les enfants de moins de 5 ans et de 25% !'incidence des diarrhees. La reduction de la mortalite due ala diarrhee n'a pas ete mesuree. L'analyse n'a porte que sur !'incidence et la prise en charge des cas de diarrhee. La deshydratation due a la diarrhee constitue une cause importante de mortalite chez les enfants au Togo. La prise en charge a domicile de la diarrhee - a l'aide soit des sels de rehydratation orale (SRO) soit des fluides faits a domicile recommandes - permet d'eviter nombre de ces deces. La prevention de la deshydratation et de la malnutrition, grace a !'augmentation de !'absorption de fluides et a la poursuite de !'alimentation de l'enfant, constitue egalement une strategie importante de la prise en charge de la diarrhee. 9.2.2 La prevalence de diarrhee Dans le questionnaire de MICS 2, on a demande aux meres ou a defaut aux personnes ayant la charge des enfants de moins de cinq ans d'indiquer si leur enfant avait eu la diarrhee au cours des deux semaines precedant 1' enquete. Le cas echeant, la mere a ete invitee a repondre a une serie de questions concernant les liquides et la nourriture donnes a l'enfant pendant I' episode eta dire s'il s'agissait plus ou moins de ce que I' enfant avait coutume de manger et de boire. D'une maniere generale, 23% des enfants ages de moins de cinq ans avaient fait de la diarrhee au cours des deux semaines precedant l'enquete (Tableau 9.2) alors qu'au cours de l'EDST-II, 31 %des enfants ages de moins de trois ans avaient eu la diarrhee. Bien que le groupe d'ages cible ne soit pas identique on note une nette amelioration de la situation au cours des deux demieres annees. 9.2.3 Analyse selon Ia zone de residence La prevalence de la diarrhee est plus elevee dans le milieu rural (24 %) que les centres urbains (24 %). Selon les regions de residence, elle varie du simple au double entre Lome (17 %) et la Region des Savanes (33 %). D'une maniere generale, la prevalence de la diarrhee est plus elevee dans les regions septentrionales du Togo (Region de la Kara 24 % et Region Centrale 27 %) que dans les regions meridionales (Region Maritime 18% et Region des Plateaux 19 %). 9.2.4 Analyse selon l'age La pointe de la prevalence de la diarrhee intervient au cours de la periode de sevrage chez les enfants ages de 6 a 23 mois. Au cours des deux semaines ayant precede l'enquete 32% des enfants de 6 a 11 mois et 33 % des enfants de 12 a 23 mois ont eu la diarrhee contre Rapport final MICS2 82 respectivement 15 % chez les nourrissons de moins de 6 mois et 1 7 % chez les enfants de 48- 59 mois. La prevalence de la diarrhee est egalement plus elevee chez les enfants des femmes sans instruction que chez ceux qui ont fait l'enseignement secondaire et plus. En effet, 25 % des enfants des femmes sans instruction ont eu la diarrhee contre respectivement 20 % et 15 % chez les enfants de celles qui ont fait les etudes primaires et secondaires. 9.2.5 Utilisation du traitement recommande TRO ou SRO Le Tableau 9.2 presente egalement le pourcentage des enfants qui revoivent les differents types de liquides recommandes pendant l'episode de diarrhee. Etant donne que les meres ont pu citer plus d'un type de liquide, le total des pourcentages n'est pas necessairement egal a 100. Un enfant sur deux avait revu du lait matemel pendant la diarrhee. Les enfants ages de moins de 12 mois ont particulierement plus de chances (94 %) d'avoir revu du lait matemel. Le tiers des enfants (33 %) avaient revu des gruaux, 13 % de SRO et 18 % une solution preparee a la maison. Les enfants des meres ayant une education secondaire semblent avoir plus de chances que les autres enfants de recevoir de la SRO, du lait matemel et des gruaux. Au total, plus de neuf enfants sur dix (95 %) ayant la diarrhee ont revu un ou plusieurs des traitements recommandes ( c'est-a-dire qu'ils ont ete traites avec la SRO ou les liquides recommandes faits a domicile). Un peu moins d'un tiers des enfants ages de moins de cinq ans (30 %) ayant la diarrhee ont bu plus que d'habitude, tandis que 64 % ont bu la meme quantite ou moins (Tableau 9.3). Environ 61 % avaient mange un peu moins, la meme quantite ou plus que d'habitude, tandis que 38 % avaient mange beaucoup moins que d'habitude ou pas du tout. D'une maniere generale, seuls 15 pour cent des enfants ayant la diarrhee avaient revu davantage de fluides et avaient continue de manger tel que recommande. Rapport final MICS2 83 Rapport final MICS2 84 -~--------- Rapport final MICS2 85 9.3 INFECTIONS RESPIRATOIRES AlGUES 9.3.1 Rappel de l'Objectif 11 s'agit de n!duire du tiers les deces dus aux infections respiratoires aigues (IRA) chez les enfants de moins de 5 ans. Les indicateurs retenus pour mesurer cet objectif sont: • Le nombre annuel de deces des enfants de moins de cinq ans dus aux infections respiratoires aigues; • La proportion d'enfants ages de 0 a 59 mois qui avaient des infections respiratoires aigues durant les 2 semaines et qui s'etaient rendus a une structure de sante appropriee. 9.2.5 Niveau des indicateurs Les infections respiratoires aigues de la voie inferieure, en particulier la pneumonie, constituent l'une des principales causes de deces chez les enfants dans les pays en voie de developpement. Dans le questionnaire de MICS 2, les enfants ayant une infection respiratoire aigue sont consideres comme ceux qui ont eu une maladie avec une toux accompagnee d'une respiration rapide ou difficile et dont les symptomes etaient dus a un probleme au niveau de la poi trine ou a la fois a un probleme au niveau de la poi trine et 1 'obstruction nasale ou dont la mere ne connaissait pas la cause du probleme. Moins d'un enfant sur dix, soit 9 % des enfants ages de moins de cinq ans avaient une infection respiratoire aigue au cours des deux semaines precedant l'enquete selon ces criteres (Tableau 9.4). Parmi ceux-ci, seulement 7 % avaient ete presentes a un medecin (hopital et medecin prive) pour traitement, et 25 % avaient ete presentes a un infirmier ou a un assistant de sante dans un centre de sante, un dispensaire ou un centre de PMI. Un peu plus de 2 % des enfants ont ete emmenes chez un guerisseur traditionnel et 16 % un membre de la famille, un am1 ou un vo1sm. D'une maniere generale, un peu moins du tiers des enfants ayant des IRA avaient ete emmenes chez un prestataire de soins approprie (c'est-a-dire, un medecin, un specialiste, un infirmier I assistant de sante, un hopital). Rapport final MICS2 86 Rapport final MICS2 88 9.4 PRISE EN CHARGE INTEGREE DES MALADIES DE L'ENFANCE (PCIME) Deux aspects ont ete examines au cours de l'enquete: a savoir le traitement des maladies a domicile et la connaissance des symptomes pour chercher les soins. La prise en charge integree des maladies de l' enfance (PCIME) est un programme qui a ete elabore par l'UNICEF et l'OMS et qui combine les strategies de lutte et de traitement des cinq principales causes de ded:s des enfants - les infections aigues de la voie respiratoire inferieure, la deshydratation due a la diarrhee, le paludisme et la malnutrition. Le programme met 1' accent sur 1 'amelioration des aptitudes de prise en charge des cas par les agents de sante, !'amelioration du systeme de sante et !'amelioration des pratiques familiales et communautaires pour la prevention et la prise en charge precoce des maladies de 1' enfance. La prise en charge a domicile adequate de la maladie est une composante de la PCIME. Cette approche enseigne aux meres que la prise en charge a domicile appropriee de la diarrhee ou de n'importe queUe autre maladie necessite que l'on donne davantage de fluides et que l'on continue de nourrir normalement les enfants malades. 9.4.1 Traitement des maladies a domicile Le Tableau 9.5 presente des informations sur le comportement des enfants malades face aux liquides eta la nourriture. Pres de six enfants sur dix (58%) aurait eu la diarrhee ou d'autres maladies au cours des deux semaines precedant l'enquete. Parmi ceux-ci, le quart de ces enfants malades (25 % ) avaient bu plus de liquide pendant la maladie et 74 % avaient continue de manger (c'est-a-dire qu'ils mangeaient moins, la meme quantite ou plus). D'une maniere generale, seuls 13 % des enfants malades avaient re9u davantage de liquide et avaient continue de manger conformement aux recommandations du programme de la PCIME. 9.4.2 Connaissance des symptomes pour chercher les soins La promotion des connaissances au niveau des personnes en charge en ce qui conceme le moment approprie pour rechercher les soins pour les enfants malades constitue un autre volet essentiel du programme de la PCIME. Au cours de l'enquete MICS2- Togo 2000, les meres ou les personnes en charge des enfants ont ete invitees a citer tous les symptomes qui pourraient les conduire a emmener immediatement un enfant dans un etablissement de sante. La reponse la plus courante, donnee par pres de huit femmes sur dix , soit 78 % des meres, etait qu'elles emmeneraient !'enfant dans un etablissement de sante s'il avait de la fievre (Tableau 9.6 ). Les deux autres signes les plus cites par les meres pour aller chercher immediatement les soins sont la presence du sang dans les selles (38 %) ou }'aggravation de I' etat de I' enfant (3 6 % ), tan dis que 15 % ont mentionne la difficulte respiratoire. L'incapacite d'allaiter et la respiration rapide ont ete citees chacune par 6% des meres alors que la difficulte a boire pousserait seulement 5 % des meres a emmener immediatement leur enfant dans un etablissement de sante. 9.4.3 Niveau de prise en charge de l'enfant Au total 59 % des meres ou des personnes ayant la charge des enfants connaissent au moins deux signes de gravite qui necessitent d'aller chercher des soins dans un centre approprie. Rapport final MICS2 90 9.4.4 Analyse selon le milieu de residence I1 n 'y a pratiquement pas de differences entre les meres des zones urbaines ( 60 %) et rurales (59%). Neanmoins, on note des disparites au niveau regional; dans la Region des Savanes, 80 % des meres connaissent au moins deux signes contre respectivement 41 % dans la Region des Plateaux , 54 % dans la Region Centrale, 57 % dans la commune de Lome et dans la Region de la Kara et 66 % dans la Region Maritime. 9.4.5 Analyse selon le niveau d'instruction des meres Les donnees revelent que le niveau d'instruction n'est pas un facteur tres determinant dans la connaissance des signes de gravite. En effet, les meres qui n'ont pas re~u d'education connaissent au moins les deux signes ( 61 % autant que celles qui ont fait les etudes secondaires (63 %) alors que seulement 53 % des femmes qui ont atteint le niveau primaire ont mentionne au moins deux signes de la recherche des soins. Rapport final MICS2 91 Rapport final MICS2 reporttis malades dans les deux dernieres d'enfants malades Lome~--~~---+--~~~~~~--+-~~~~--~~-4~~~4-+---~~--~~~~~~--~--~~~~~+-~--~~---+----~~--_, Afaritime~--~~----~~~--~--~~--~~~~~--~7---~~~-f-+--~~---f--~~~~~--~~--+--7~~-+-+--~~~---r----~~----; Plateaux Cenlfak~--~~---+--~~~~~~--+-~~~~--~~-4~~~4-+---~;---~~~~~~--~--~~~~~+-~--~~---f----~~--_, Kara ~~~--~~~+-~~+-~~+-~~+-~~~~~~~~~~~~--~~~~--~~-+--~~__, < 6mois 6-llmo~~--~~--~~~~~--~~~--~~-+--~~-+-7~7-~~~~--~--~~--+---~~--~~~--~----~~--+---~~--~ 12-23 mois 24-35mo~~--~~--~~~~~~~~~--~~-+--~;--+~~7-~~-;~~~--~~--+---~~--~~~--~----~7---+---~~--~ 36-47 mois ~~~--~~~+-~~+-~~+-~~4-~~~~~~~~~~~~--~~~~--~~-+---7~~ Source : MICS2, Togo, 2000 92 Lome Maritime 1-.;;.z.:.--+-~~--+-~~----11--~__;-+--.:.::.!c:._.-+--.::.,;~-+--=-!.:.--+--=-.;.,z.:--1-.;:.:.:__;-H Plateaux Centralei--~--+-~~--+-~~__;---11----~--+--~__;-+--~~-+--=-~--+-~~__;-1--~--H Karar-~~--r-~~--+-~~__;~1----~__;-t--~7--1--~~--r-~~--+-~~-~-~~~-~ Primaire Secondaireet plusi-.;~--+-~~--+-~~----11--~~-+--~7--+--~~-+-~~--+-~~~-1--~~-H Programme non forme! Missing/DK l-.;~--+-.,.;;~--+-~~::-----11-.:.~:.;;.-+--.:;.z;__;-+----::.!.,_-+-.:.::-=--+-_.:.;;.;;.:;::._-I--.:.--H Rapport final MICS2 93 Recommandations: • Sensibiliser et former les meres a la prise en charge integree des maladies de l'enfance; • Renforcer la sensibilisation des populations a la gravite des problemes respiratoires (respiration rapide, difficultes respiratoires), signes essentiels des infections respiratoires aigues. 9 5 PALUDISME L'enquete sur le paludisme est abordee a travers les deux indicateurs suivants: • Proportion d'enfants ages de 0-59 mois qui ont dormi la nuit demiere sous une moustiquaire impregnee • Proportion d'enfants ages de 0-59 mois qui etaient malades avec de la fievre durant les 2 demieres semaines et qui avaient rec;:u des medicaments anti-paludiques. Le paludisme constitue l'une des principales causes de mortalite chez les enfants ages de moins de cinq ans au Togo. Il provoque egalement l'anemie chez les enfants et represente une cause importante d'absenteisme a l'ecole. Dans les zones ou le paludisme est repandu comme au Togo, les recommandations intemationales suggerent le traitement de toute fievre chez les enfants tout comme s'il s'agissait de paludisme et de donner immediatement a l'enfant un traitement complet de comprimes antipaludeens appropries. Les enfants presentant des symptomes de paludisme severe tels que la fievre ou les convulsions, devraient etre emmenes dans un etablissement de sante. De meme, les enfants convalescents du paludisme devraient recevoir plus de liquides et des aliments supplementaires et continuer d'etre allaites. 9.5.1 Niveau d'utilisation des moustiquaires impregnees Seulement 15 % des enfants ages de moins de cinq ans ont dormi sous une moustiquaire la nuit avant l'enquete (Tableau 9.7). Ce pourcentage baisse avec l'age, passant de 20 %chez les enfants ages de moins de 6 mois a 11 % chez les enfants de 6-11 mois. Il remonte a 17% chez les enfants ages de 12 a 23 mois avant de retomber a 14% au dela de 36 mois. 9.5.2 Analyse selon le milieu de residence D'une maniere generale, les enfants qui resident dans le milieu urbain (19 %) utilisent plus les moustiquaires que les enfants de la zone rurale (13 %). Les donnees montrent qu'il subsiste de grandes disparites au niveau regional. Les proportions des enfants qui dorment sous une moustiquaire sont plus elevees dans les Regions des Plateaux (21 %) et Maritime (17 %) que dans les Regions septentrionales ou elles culminent a 7 % dans la Region de la Kara. Ces pourcentage varient de 28 % dans la ville de Lome a 5 % dans la Region des Savanes. La plupart des moustiquaires ne sont pas impregnes a !'insecticide et 14 % des moustiquaires utilisees sont impregnees a !'insecticide. Il ressort des donnees qu'aucune des moustiquaires sous lesquelles dorment les enfants n'est impregnee dans la Region Centrale, alors que dans la Region de la Kara voisine, la moitie des moustiquaires utilisees par les enfants sont traitees d'insecticides. Rapport final MICS2 94 9.5.3 Prevalence de Ia fievre Les questions concernant la prevalence et le traitement de la fievre ont ete posees pour tous les enfants ages de moins de cinq ans. Un peu plus d'un enfant sur trois (36 %) ages de moins de cinq ans avait fait de la fievre au cours des deux semaines precedant la MICS (Tableau 9.8). 9.5.4 Analyse selon I' age La prevalence de la fievre est la plus elevee (43 %) chez les enfants ages de 6 a 11 mois, puis baisse pour s'etablir a 34 % chez les enfants ages de 48 a 59 mois et a 25 % chez les nourrissons de moins de 6 mois. 9.5.5 Analyse selon le niveau d'instruction de Ia mere La fievre est moins repandue parmi les enfants dont les meres ont une education secondaire ou superieure (29 %) par rapport a ceux dont les meres etaient moins instruites. 9.5.6 Analyse selon le milieu de residence Les disparites regionales sont importantes, passant de simple au double entre Lome (20 %) et les Regions Maritime (42 %) et des Savanes (40 %). Dans les autres regions les proportions des enfants qui ont fait la fievre au cours des deux semaines precedant l'enquete sont assez importantes, 28% dans la Region de la Kara et respectivement 36% et 38% dans les Regions Centrale et des Plateaux. 9.5.7 Utilisation d'anti-paludeen II a ete demande aux meres de mentionner tous les medicaments administres a l'enfant pendant la maladie, tant les medicaments donnes a domicile que ceux donnes ou prescrits par un etablissement de sante. Environ 65 % des enfants avaient reyu du paracetamol et 42 % avaient reyu de la chloroquine. 9.5.8 Analyse selon le milieu de residence D'une maniere generale, les enfants febriles dans la ville de Lome avaient plus de chances de recevoir un antipaludeen approprie que les enfants des autres regions. II n'y a pratiquement pas de difference entre les enfants dans les zones urbaines (43 %) et ceux des zones rurales (42 %) dans le traitement correct du paludisme. Rapport final MICS2 95 CARACTERISTIQUES Sexe LomeL_~~~--~~----~~--~~+4--~7+--~~t-~~-r----~~ri Maritime 1--!1.~-~~-~---~4+----=::-=-i+-:-:.-::+-~:s-li---;;~H-------;7;-H PwreauxL-~~~-~~+--~~4--~~~~~~~~~r-~~rt--~~Ti Cen"aki--~~-~~-~---~~+-~~+-:~~-~~1----;;~H----~-H Karai---~~--~~----~~~~~~~~7+--~~+-~~H-------~t1 Savanes Milieu de Residence Rapport final MICS2 Urbain~~~+-~~~--~~~-=~~~~~--~7r--~+t----~~~ Rural < 6 mois ~---2:!.J.!.4---~~-~~+-~~+---:-:~f--~:=.:;+----;~H-------:~~ 6-11 mois 1-_!.~J-~~+----~++---=;:~+--:-:=.::-t---7.:~--~:t-1----~~~ 12-23 mois 1-_!.!.i:!.J.-~~+---~++--~~+---77'7+--~9--~:ti------=-~~ 24-35 mois I-_!.~-1--~~+---.!::!!::.++--~:.:++-~S---=~---7-::+ir-----~--t 36-47mois 48-59 mois Source : MICS2, Togo, 2000 96 1Tab.29J Tableau 9.8 : Pourcentage d'enfants ages de 0-59 mois souffrant de Ia tihre durant les deux dcrnieres scmaines qui ont ete traitcs avec un anti-paludeen, Togo, 2000 A Ia fievre Effectif d'enfants CARACTERISTIQUES les deux moins de 5 ans demieres Paracetamol Chloroquine Fansidar Autre Ne sait pas Aucun Effectif semaines D'enfants Sexe Masculin 36,0 1575 67,0 60 0 2,8 39,1 2,0 60,2 567 Feminin 364 1556 62,6 58,5 4,0 38,1 2,5 59 8 566 Lome 20,1 318 60,0 56,0 4,0 40,0 0,0 58,0 64 Maritime 42,2 788 68,9 54,3 4,9 39,2 1,7 55,5 332 Region Plateaux 38 3 797 61 4 56 3 1,9 43,8 2,7 56,3 305 Centrale 35,8 283 62,0 65,7 3,7 36,8 4,9 66 3 101 Kara 28,3 404 64,0 70,6 3,1 25,7 4,1 70,6 114 Savanes 39,9 542 66,5 62,8 3,0 37,7 1,0 64,0 216 Milieu de Residence Urbain 28,8 853 66,6 61,5 4,5 36,0 0,6 62,3 246 Rural 38,9 2279 64,3 58,6 3,1 39,3 2,7 59,4 887 <6mois 25,3 362 55,6 53,5 2,9 34,3 4,4 55,0 91 6-11 mois 43,1 338 67,9 58 5 4,1 33,3 2,2 60,4 146 Age 12-23 mois 41,2 638 66,9 61,3 5,0 39,8 2,7 62,0 263 24-35 mois 38,8 637 67,9 61,3 1,3 41,8 1,7 61 9 247 36-47 mois 33,1 629 57,4 58,8 4,8 43,7 1,1 59,5 208 48-59 mois 33,7 528 68,5 57,2 1,9 33,1 2,7 57,2 178 Aucun 37 7 2035 65 2 59,2 2,7 36,1 2,4 59,9 767 Niveau d'instruction Primaire 34,8 850 61,5 56,8 5,7 44,2 2,4 59,9 296 Secondaire 28,9 244 74,6 69,5 1,1 42,8 0,0 69 5 71 de Ia mere et plus Programme 0,0 1 - - - - - - 0 non forme/ Missing/DK 0,0 1 - - - - - - 0 TOTAL 36,2 3132 64,8 59,2 3,4 38,6 2,3 60,0 1133 Source : MICS2- Togo, 2000 Rapport final MICS2 98 Recommandations • Poursuivre la sensibilisation pour la prise en charge a domicile du traitement du paludisme par les comites de sante communautaire; • Assurer la disponibilite et l'accessibilite des medicaments anti-paludeens par le renforcement des USP; • Mettre en place un systeme de production et de distribution de moustiquaires impregnees ; • Renforcer la sensibilisation dans la lutte contre le paludisme Rapport final MICS2 100 CHAPITRE 10 VIH/SIDA : CONNAISSANCE ET ATTITUDE 10.1 RAPPEL DE L'OBJECTIF L'objectif de ce chapitre est de foumir des informations pour aider les decideurs, les responsables de programmes a planifier des programmes plus efficaces de prevention de !'infection du VIH. L'enquete portant sur le VIH/SIDA est abordee a travers les indicateurs suivants: • Proportion des femmes qui ont cite correctement les trois principaux moyens pour eviter !'infection du VIH; • Proportion des femmes qui ont identifie correctement deux principales conceptions erronees sur le VIH/SIDA; • Proportion de femmes qui ont identifie correctement les moyens de transmission du VIH de la mere a l'enfant; • Proportion de femmes ayant explique une attitude discriminatoire vis-a-vis des femmes sur le VIH/SIDA; • Proportion des femmes qui connaissent un endroit ou elles peuvent aller faire un test du VIH; • Proportion des femmes qui ont ete testees pour le VIH. 10.2 CONNAISSANCE DES PRINCIPAUX MOYENS POUR EVITER L'INFECTION DU VIH/SIDA L'une des strategies les plus importantes de reduction du taux d'infection du VIH/SIDA conceme la promotion des connaissances precises sur les modes de transmission du SIDA et les moyens de prevenir sa transmission. L' enquete MICS2 a reserve un module pour pouvoir apprecier la connaissance du SIDA et les attitudes de la population vis-a-vis de la pandemie. 10.2.1 Niveau de connaissance des principaux moyens chez les femmes de 15-49 ans Aujourd'hui, avec les multiples campagnes de sensibilisation et de lutte contre le Sida, il ne fait aucun doute que l'on enregistre une grande majorite de la population qui declare avoir entendu parler du SIDA. Les donnees de l'enquete MICS2 montrent qu'au Togo, 96% des femmes agees de 15 a 49 ans ont entendu parler du VIH/SIDA au moins une fois dans leur v1e. Les femmes ont ete interrogees sur les differents moyens de prevention de la maladie lors de MICS2. Le fait d'avoir un partenaire fidele non infecte, !'utilisation du condom et !'abstention ont ete analyses dans le tableau 10.1. Les donnees de ce tableau montrent que les femmes ont entendu parler du sida mais la majorite ne connait pas les principaux moyens de prevention. Le fait d'avoir un partenaire sexuel fidele non infecte est le moyen de prevention que citent la grande majorite des femmes enquetees (72 %). Viennent ensuite }'utilisation du condom (57 %) et le fait de s'abstenir (54 %). Quand on prend en compte tous les trois moyens de prevention, la proportion de femmes qui les ont cites tous est de 40 %. La veritable Rapport final MICS2 101 connaissance de l'epidemie est done encore loin d'etre universelle comme l'affirment certains observateurs. Par ailleurs, environ une femme sur quatre (23 %) ne connait aucun moyen de prevention. Enfin la connaissance des moyens de prevention est fonction du milieu de residence des femmes. Les femmes du milieu urbain sont proportionnellement mieux informees au sujet de la maladie que celles qui resident dans les milieux ruraux. La proportion de femmes ne connaissant aucun moyen de prevention est bien illustratif a cet egard. 10.2.2 Analyse selon le milieu de residence La proportion des femmes qui habitent les centres urbains et qui declarent avoir entendu parler du sida ne differe pas de celle des femmes rurales qui font la meme declaration (98 % contre 95 %). De meme quand on introduit les regions de residence, le fait d'avoir entendu parler de la pandemie est quasi-universelle. On ne releve aucune specificite majeure selon une region donnee. Meme dans la region des Savanes oil certains indicateurs font etat d'une situation moins bonne par rapport aux autres regions, 87 % des femmes interrogees ont entendu parler de la maladie (tableau 10.1 ). Sur le plan regional, la connaissance de tous les trois moyens de prevention retenus ici est plus repandue parmi les femmes de la Region des Savanes par rapport aux autres femmes. Mais en meme temps, il s'agit de la region oil l'on denombre une proportion importante de femmes qui ne connaissent aucun moyen de prevention de la maladie. Au sujet de la prevention du Sida, il faut noter que Lome, la capitale ne presente pas la meilleure situation comme on l'a vu pour d'autres indicateurs. Environ une femme sur quatre (24 %) qui habite la capitale ne connait aucun moyen de prevention de la maladie. L'instruction constitue pour sa part un important facteur de la connaissance du Sida. Plus le niveau d'instruction de la femme est eleve, plus elle a de chance de connaitre toutes les trois methodes de prevention de la maladie. De meme, la proportion de femmes ne connaissant aucun moyen est trois plus eleve parmi les femmes n'ayant aucun niveau d'instruction par rapport aux femmes ayant fait au moins des etudes secondaires. Au Togo, la connaissance des trois moyens de prevention est plus repandue dans les groupes d'ages 15 a 39 ans (tableau 10.1). 10.3 IDENTIFICATION DES CONCEPTIONS ERRONEES SUR LE VIH/SIDA 10.3.1 Niveau de connaissance des conceptions erronees La transmission de la maladie par les moyens sumaturels est encore vivace chez une femme sur deux au Togo. Selon les donnees de MICS2, 49% des femmes ont indique correctement que le sida ne peut etre transmis par les moyens sumaturels tandis que 42 % ont affirme que le sida ne peut etre repandu par des piqures de moustiques (tableau 10.2). Environ sept femmes sur dix (65 %) pensent, a juste titre qu'une personne qui semble etre en bonne sante peut etre infectee. L'ensemble des trois conceptions erronees a ete identifie par une femme sur cinq (22 %). 10.3.2 Analyse selon le milieu de residence Dans }'ensemble, cette proportion ne differe pas sensiblement d'une regwn a une autre. Neanmoins, il faut souligner la particularite de la region des Plateaux oil seulement 13 % des femmes ont su identifier toutes les trois conceptions erronees. Rapport final MICS2 102 10.3.3 Analyse selon le niveau d'instruction Le niveau d'instruction influence considerablement la connaissance des conceptions erronees sur le VIH/SIDA. La proportion de femmes qui connait les trois conceptions erronees est trois fois plus importante parmi les femmes ayant fait les etudes secondaires par rapport aux femmes qui n'ont aucun niveau d'instruction. De meme les femmes des zones urbaines ont plus de chances que celles des zones rurales a identifier correctement toutes les trois conceptions erronees. Rapport final MICS2 103 ITab. 301 Tableau 10.1 : Pourcentage de femmes agees de 15-49 ans qui connaissent les principaux moyens de prevention de Ia Transmission du VIH, Togo, 2000 A voir Principaux moyens de prevention connus entendu A · 1 Caracteristiques voir seu ement un Utiliser le Condom parler du partenaire sexuel S'abstenir completement de rapports sexuels Connait tous les trois moyens de prevention Connait au moins Ne connait aucun moyen un moyen de de VIH/SIDA fidele non infecte Rapport final MICS2 chaque fois 58,1 62,2 59,4 43,8 49;6 52,8 62,7 52,6 53,4 104 36,7 37,1 44,2 30,3 371 :·<I:-(' ' ''49,5 39,9 39,2 • prevention prevention 82,6 72,7 Nombre de femmes Source: MICS2-Togo, 2000 Rapport final MICS2 105 10.4 IDENTIFICATION CORRECTE DES MOYENS DE TRANSMISSION DU VIH DE LA MERE A SON ENFANT 10.4.1 Niveau d'identification correcte des moyens de transmission du VIH/SIDA de Ia mere a son enfant Quatre vingt cinq pour cent des femmes au Togo savent que le Sida peut etre transmis de la mere a 1' enfant. Interrogees particulierement sur les mecanismes par lesquels la transmission de la mere a l'enfant s'effectue, 83 % ont declare que la transmission pendant la grossesse etait possible, 79 % ont affirme que la transmission au moment de l'accouchement est possible, et 78 % ont admis que le Sida peut etre transmis par le lait matemel. Trois femmes sur quatre (74 %) connaissent taus les trois modes de transmission (tableau 10.3). 10.4.2 Analyse selon le milieu de residence La connaissance de transmission de la mere a I' enfant est tres elevee dans la region Maritime. La proportion de femmes qui ont une connaissance exacte de cette transmission dans cette region depasse celle de toutes les autres regions et meme de la capitale. En dehors de la region Maritime, le niveau de connaissance des moyens de transmission de la mere a I' enfant ne differe pas selon les regions. 10.4.3 Analyse selon le niveau d'instruction Cette connaissance est meilleure dans les groupes de femmes ou le niveau d'instruction est plus eleve. Rapport final MICS2 106 (Tab.321 Tableau 10.3: Pourcentage de femmes ages de 15-49 ans qui ont correctement identifie les moyens de transmission du \'I H de Ia mere a l'enfant, Togo, 2000 Caracteristiques Connalt SIDA Transmission Transmission Transmission Connait toutes les Ne connalt peut etre transmis pendant Ia durant durant 3 possibilites : aucunmoyen de Ia mere a grossesse I 'accouchement l'allaitement (grossesse, specifique I' enfant accouchement allaitement) Region Lome 92,6 90,1 85,7 77,2 72,4 7,6 Maritime 95,0 94,7 93,0 92,1 90,4 5,0 Plateaux 81,9 78,6 72,6 76,7 67,9 18,6 Centrale 81,2 79,9 77,1 73,3 69,5 18,8 Kara 78,3 75,9 71,0 73,0 66,3 22,0 Sa vanes 61,1 60,7 57,9 58,9 56,3 38,9 ilieu de residence Urbain 91,8 89,9 86,5 82,0 77,7 8,4 Rural 79,8 78,1 74,1 75,8 70,7 20,5 15-19 ans 83,3 81,3 76,8 76,2 71,1 16,7 20-24 ans 88,1 85,9 82,3 80,0 74,8 12,4 25-29 ans 86,7 85,4 81,6 81,5 76,9 13,5 30-34 ans 84,6 82,8 77,9 77,6 72,4 15,6 35-39 ans 82,1 80,1 76,7 75,1 70,5 18,3 40-44 ans 82,2 81,2 80,1 78,0 75,6 17,8 45-49 ans 83,6 82,1 77,8 80,7 74,6 16,4 iveau d'instruction Aucun 77,0 75,4 72,2 73,4 69,3 23,3 Primaire 89,7 88,2 83,3 83,7 78,0 10,5 Secondaire & + 98,0 95,4 92,0 83,0 78,0 2,0 Ensemble To o 84,8 83 0 79,2 78,4 73,6 15 4 Source: MICS2-Togo, 2000 Rapport final MICS2 108 Nombre de femmes 884 1284 1081 400 506 519 1944 2730 927 869 883 681 624 446 245 2358 1473 827 4674 10.5 ATTITUDES DISCRIMINATOIRES VIS-A-VIS DES PERSONNES ATTEINTES DU VIH/SIDA L'enquete MICS2 s'est attachee egalement a etudier les attitudes discriminatoires a l'egard des personnes vivant avec le VIH/SIDA. Pour ce faire, certaines questions relatives aux comportements a adopter vis-a-vis des malades du Sida ont ete posees aux enquetees. I1 s'agissait alors de sa voir si un enseignant qui a le virus du Sida, mais n' est pas malade do it etre autorise a continuer d'enseigner. La seconde preoccupation etait de savoir si l'enquetee acheterait de la nourriture avec un boutiquier ou un vendeur de nourriture qui, de l'avis de l'enquetee, est infecte par le Sida. Les resultats de cette investigation sont presentes dans le tableau 7.4. Laissera l'enseignant continuer ou achetera Ia l'epicier 58,5 38,2 31,4 31,8 35,8 j,J,,Cl(, 22 9 '"'=" '" , , ' 884 1284 1081 400 506 519 4674 Comme on le lit dans le tableau 10.4, 37 %des femmes agees de 15- 49 ans au Togo pensent qu 'un enseignant qui a le VIH/Sida peut etre auto rise a travailler. 110 Rapport final MICS2 10.5.1 Analyse selon le milieu de residence Ce pourcentage est le plus eleve dans Lome, la capitale du pays ou 56 % des femmes interrogees estiment que 1' enseignant infecte peut continuer son travail. De meme, une attitude positive a l'egard de l'enseignant infecte se retrouve plus chez les femmes qui ont atteint au moins le niveau secondaire. Les femmes des zones urbaines et celles qui sont instruites ont plus de chance de se prononcer d'une maniere adequate au sujet de ces comportements discriminatoires. En effet, accepter d'etre enseigne par quelqu'un qui ale sida suppose que l'on a une connaissance exacte des modes de transmission. En clair, ce sont les femmes qui ont une connaissance douteuse ou approximative de la maladie qui ne permettrait pas a 1' enseignant de travailler. C' est les memes femmes qui n'accepteraient pas la nourriture de l'epicier. Malheureusement les femmes qui affichent des attitudes reellement discriminatoires sont relativement importantes. Six femmes sur dix pensent que l'enseignant infecte doit etre ecarte et n'achetera pas non plus de la nourriture chez un epicier qui a le sida. Les attitudes discriminatoires sont frequentes dans le groupe de femmes du milieu rural et de celles qui n'ont que le niveau d'instruction primaire ou aucun niveau (tableau 10.4). ITab. 341 Tableau 10.5: Pourn·ntage de femmes agct·s de 15-49 ans qui ont une bonne connaissance de Ia transmissinn du \ '111 /SIDA, Togn, 2000 Caracteristiques Region Lome Maritime Plateaux Centrale Kara Sa vanes de residence Urbain Rural 15-19 ans 20-24 ans 25-29 ans 30-34 ans 35-39 ans 40-44 ans 45-49 ans d 'instruction Aucun Primaire Secondaire & Ensemble A voir entendu parler du Sida Connait 3 Source: MICS2-Togo, 2000 111 Aune Rapport final MICS2 Enfin, avec les donnees de MICS2, la presente analyse a essaye de definir le groupe de femmes qui ont une connaissance suffisante du sida. Seront considerees comme ayant une connaissance suffisante de la maladie, les femmes qui connaissent toutes les trois methodes de prevention du sida (avoir un partenaire non infecte fidele, !'utilisation du preservatif a chaque rapport sexuel et 1' abstinence sexuelle) et qui ont identifie correctement toutes 1es trois conceptions erronees qui figurent dans le tableau 10.2. Les femmes ayant une connaissance suffisante du sida telle que cela a ete defini dans le cadre de cette analyse sont plutot rares au Togo. Elles sont 40% a conna'itre les trois moyens de prevention du sida et 22 % a identifier correctement les conceptions erronees. Mais quand on parle de connaissance suffisante du sida, seule 12% des femmes togolaises appartiennent a cette categorie. Curieusement c'est dans la region des Savanes que l'on observe la proportion la plus elevee de femmes qui ont une connaissance suffisante du sida. Lome et la region Maritime occupent respectivement la deuxieme et troisieme place (tableau 10.5). Les differences importantes que l'on releve au sujet de cette connaissance se rapportent a l'age. Les jeunes femmes (ages de moins de 30 ans) ont beaucoup plus de chance d'appartenir ala categorie des gens ayant une connaissance suffisante du sida par rapport a celles agee de 40 ans et plus. Entre les femmes ayant fait le niveau secondaire et ceux qui ont seulement le niveau primaire la proportion de femmes ayant une connaissance suffisante passe du simple au double. 10.5.2 Connaissance d'un endroit pour faire le depistage du Sida Le depistage volontaire du Sida, accompagne du conseil permet aux personnes infectees de rechercher les soins de sante et d'eviter d'infecter les autres. De plus, le depistage est particulierement important pour les femmes enceintes qui peuvent ainsi prendre des mesures pour eviter d'infecter leurs bebes. Les indicateurs presents dans le tableau 10.6 visent a assurer le suivi pour savoir si les femmes connaissent les endroits ou elles peuvent effectuer le test du VIH/SIDA et si certaines ont deja fait ce test. Au Togo, seule 26% des femmes interrogees ont declare connaitre un endroit ou l'on peut faire le test du Sida. C'est surtout les femmes instruites et les femmes qui habitent les zones urbaines qui se font cette declaration. Au niveau des regions, Lome et la region de la Kara sont les endroits ou l'on denombre une proportion importante de femmes qui connaissent un endroit ou l'on fait le test. La proportion la plus faible de femmes qui connaissant un endroit a ete enregistree dans la region des Savanes (tableau 1 0.6). Aller faire le test volontaire du Sida ne semble pas etre une preoccupation pour les femmes togolaises. En effet, bien que 26% declarent connaitre un endroit ou l'on fait le test, seule 3% des femmes interrogees ont deja fait le test. Toutefois huit femmes sur dix qui ont fait le test ont cherche a avoir leurs resultats. 112 Rapport final MICS2 pour faire 1e test du Sida 33,5 27,2 23,5 19,8 33,1 Savanes ~.-__ _:.,9 '?,;;o ____ .,. ,g!f~:: eu de residence ,.-. ---. ~ . .,,,;:;;; Urbain Recommandations 24,8 26,6 26,0 26,3 21,6 25,4 30,5 15,2 28,4 50,1 25,5 Source: MICS2-Togo, 2000 eu 1e resultat • Elaborer une reponse appropriee en matiere de communication pour le changement de comportement (CCC); • Cibler le groupe a haut risque d'ISTNIH/SIDA (les jeunes et adolescents, les femmes enceintes, les travailleuses de sexe, les militaires, etc . ) en matiere de CCC; • Impliquer les communautes de base et tous les acteurs de developpement dans la formulation, la mise en oeuvre et le suivi evaluation des programmes de lutte contre les ISTNIH/SIDA; • Renforcer les programmes de CCC en matiere de lutte contre les IST/SIDA inities dans les etablissements scolaires; • Developper les programmes de lutte contre le VIH/SIDA qui prennent en compte !'education des populations cibles (alphabetisation, formation professionnelle, scolarisation feminine, etc.) • Elaborer les messages qui doivent prendre en compte : la gravite de la maladie la perception du risque personnel la capacite de protection personnelle • Renforcer les programmes de communication interpersonnelle et des communications de masse pour les strategies suivantes 113 Rapport final MICS2 education par des pairs education par la radio et la television les causeries et debats des projections de films etc. • Soutenir la collecte des statistiques de routine sur les IST/SIDA et systematiser la surveillance sentinelle chez les groupes a risque; • Encourager les recherches operationnelles et le suivi evaluation pour mieux identifier et orienter les actions de lutte contre les IST/SIDA; • Faire un plaidoyer, amener l'etat a s'impliquer concretement dans la lutte contre le VIH/SIDA sur le plan financier; • Initier les programmes de prise en charge medicale et psycho-sociale des personnes infectees du VIH/SIDA au Togo. 114 Rapport final MICS2 CHAPITRE XI SANTE DE LA REPRODUCTION 11.1 RAPPEL DE L'OBJECTIF 11 s'agit de faire en sorte que tous les couples aient acd:s a !'information et aux services necessaires pour prevenir les grossesses prematurees, trop rapprochees, trop tardives ou trop nombreuses. L'indicateur retenu est la proportion des femmes de 15 a 49 ans qui utilisent, ou dont le partenaire utilise une methode contraceptive (modeme ou traditionnelle). 11.1.1 Utilisation d'une methode contraceptive L 'utilisation de la contraception au moment de la collecte a ete mentionnee par 26 % des femmes mariees ou vivant en union (tableau 11.1 ). Les methodes traditionnelles sont les plus utilisees. 16 % des femmes en union agees de 15 a 49 ans utilisent ces methodes contre 9 % qui declarent les methodes modemes. La continence periodique et l'abstinence prolongee sont les methodes traditionnelles les plus utilisees, alors que les injections et la pilule sont les methodes modemes les plus citees par les femmes. Le condom n'a ete cite que par 2 % des femmes. Les methodes irreversibles, notamment la sterilisation feminine et la sterilisation masculine sont les moins populaires. 11.1.2 Analyse selon l'age de Ia femme Par rapport aux groupes d'ages, la prevalence contraceptive oscille entre 19% au-dela de 40 ans et 30% a 30-34 ans. C'est surtout dans les groupes extremes que la prevalence est la plus faible. 11.1.3 Analyse selon Ia region La prevalence de la contraception est plus elevee dans la region Maritime ou 39 % des femmes utilisent une methode contraceptive quelconque. Cette region est suivie de la region des Plateaux et Lome ou la prevalence contraceptive se situe respectivement a 24 % et 23%. Toutefois, il faut souligner que les femmes de la capitale sont celles qui utilisent plus les methodes contraceptives modemes. Elles sont 14 % a faire cette declaration contre 9 % pour la moyenne nationale. Les femmes des regions Centrale, de la Kara et des Savanes utilisent le moins possible les methodes contraceptives modemes. Par contre, la region Maritime se fait distinguer par la proportion relativement elevee (28 %) des femmes qui utilisent une methode contraceptive traditionnelle. 115 Rapport final MICS2 Lome Maritime Plateaux Centrale Kara 15-19 ans 20-24 ans 25-29 ans 30-34 ans 35-39 ans 40-44 ans Source: MICS2-Togo, 2000 11.1.4 Analyse selon le niveau d'instruction union 11 existe une correlation entre le niveau d'instruction des femmes et !'utilisation des contraceptifs. Alors que 23 %des femmes n'ayant aucun niveau d'instruction utilise une methode contraceptive quelconque, la prevalence contraceptive dans le groupe de femmes ayant atteint le niveau secondaire est de 35 %. De plus, les femmes instruites choisissent plus que les autres femmes les methodes modemes. 11 n'y a pas de difference notable entre !'utilisation de methodes traditionnelles selon le niveau d'instruction des femmes (tableau 11.1). De meme, les donnees de MICS2 ne font degager de difference notable entre le niveau de la prevalence contraceptive entre milieu urbain et milieu rural. Recommandations • Renforcer !'information des populations pour une pratique plus accrue des methodes contraceptives; • Multiplier les centres de prestations de services, soutenir les structures existantes, integrer des prestations dans les ecoles, maison des jeunes, campement, etc. • Informer la population par les canaux appropriees (radio, television, theatre, causeries, chansons, sketchs; • Mettre en oeuvre la distribution a base communautaire. 116 Rapport final MICS2 11.2 CONSUSLTATIONS PRENATALES 11.2.1 Rappel de l'objectif Faire en sorte que toutes les femmes enceintes aient acces aux soins prenatals, qu'elles soient assistees lors de l'accouchement par des personnes formees a cet effet et qu'elles aient acces a des services d'orientation en cas de grossesses a haut risque ou d'urgence obstetrique. Les consultations prenatales de qualite peuvent contribuer a prevenir la mortalite matemelle par la detection et la prise en charge des complications potentielles et des facteurs de risque, notamment la pre-eclampsie, l'anemie et les maladies sexuellement transmissibles. Les consultations prenatales constituent egalement des opportunites pour les femmes de connaitre les signes de danger de la grossesse et de l'accouchement, d'etre vaccines contre le tetanos, d'apprendre les soins a prodiguer au nourrisson et d' etre traites pour les affections existantes, notamment le paludisme et 1, anemie. Les injections de toxo'ide tetanique sont administrees aux femmes pendant la grossesse pour proteger les nourrissons contre le tetanos neonatal qui constitue une cause importante de mortalite infantile due essentiellement aux conditions non hygieniques pendant l'accouchement. Deux doses de toxo'ide tetanique pendant la grossesse assurent une protection complete. Cependant, si une femme a ete vaccinee pendant une grossesse precedente, il se peut qu'elle n'ait besoin que d'un rappel pour lui assurer une protection complete. Cinq doses assuraient une protection pour toute la v1e. Deux indicateurs ont ete retenus pour cet objectif: • proportion de femmes de 15-49 ans consultees au moins une fois durant la grossesse par un personnel de sante qualifie; • proportion de naissances assistees par un personnel de sante qualifie. 117 Rapport final MICS2 [Tab.371 Tableau J 1.2 : Pourcentage de meres ayant eu une naissancc survcnue au cours des 12 derniers mois qui sont protegees contre Ic trtanos neonatal,Togo, 2000 A reyu au moins A reyu au moins 3 Est protege Nombre de femmes CARACTERISTIQUES 2 doses 1es 3 doses, au cours des contre 1e ayant eu 1 naissance demieres annees 10 demieres annees tetanos d~uis Aout 1999 Reeion Lome 91,9 0,0 91,9 73 Maritime 93,2 0,0 93,2 178 Plateaux 95,0 0,0 95,0 158 Centrale 92,2 00 92,2 58 Kara 93,4 0,0 93,4 93 Savanes 93,6 0,4 94,0 134 !Milieu de residence Urbain 91,8 00 91,8 192 Rural 94,1 0,1 94,2 502 INiveau d'instruction Aucun 92,4 0,1 92,6 436 Prima ire 95,0 0,0 95,0 210 Secondaire & 96,2 0,0 96,2 47 + Ensemble Toeo 93,5 0,1 93,6 694 Source: MTCS2-Togo, 2000 11.2.2 Niveau de l'indicateur Au Togo, 92 % des femmes ayant accoucbe depuis Aout 1999 sont protegees contre le tetanos neonatal (tableau 11.2). La quasi-totalite des femmes protegees a re9u au moins deux doses les 3 dernieres annees. Au sujet de cette protection, les donnees de MICS2 ne font degager aucune difference majeure entre les differentes regions. Le niveau d'instruction n'influence pas tellement la chance d'etre protegee contre le tetanos. Les repondantes qui avaient accoucbe au cours de l'annee precedant la MICS2 au Togo ont ete interrogees pour savoir si elles avaient re9u des soins prenatals pour !'accouchement et qui leur avait donne ces soins. Toutes les prestations re9ues par les femmes ont ete consignees dans les questionnaires. Le tableau 11.3 presente les resultats issus de la section relative aux prestations des soins prenatals. Si plus d'un prestataire a ete mentionne par la repondante, elle est consideree comme ayant vu 1a personne la plus qualifiee qu'elle a mentionne. Comme on peut 1e lire dans 1e tableau 11.3, au Togo 9 femmes sur 10 (87 %) qui avaient accoucbe au cours de l'annee precedant la MICS2 ont toutes re9u des soins prenatals. Environ une femme sur deux a re9u les soins prenata1s d'un medecin ou d'une infirmiere ou d'une sage femme. Les sages femmes auxiliaires ont donne les soins prenatals a 23 % de femmes ayant accoucbe au cours de la derniere anm!e. Par Dans ]'ensemble, 73% des femmes ont ete consultees un personnel medical pour les soins prenatals. 118 Rapport final MICS2 11.2.3 Niveau d'instruction de Ia femme Le niveau d'instruction de la femme influence positivement la consultation d'un personnel de sante. Les femmes qui n'ont aucun niveau d'instruction sont 67 % a consulter un personnel medical alors que celles qui ont eu un niveau secondaire sont 90 % a faire la meme chose. 11.2.4 Analyse selon Ia zone de residence Les femmes qui habitent Lome et la region Maritime ont plus de chance de se faire consulter par un personnel medical pour les soins prenatals. C'est dans la region des Plateaux que les femmes frequentent mains un personnel medical (tableau 11.3). Les femmes qui resident dans les zones urbaines sont proportionnellement plus importantes a visiter un personnel medical pour les soins prenatals. 11.3 ASSISTANCE PENDANT L'ACCOUCHEMENT L'assistance pendant !'accouchement par un personnel qualifie permet d'ameliorer considerablement les resultats de sante pour les meres et les enfants grace a 1 'utilisation de procedures appropriees sur le plan technique, et au diagnostic precis et rapide, ainsi qu'au traitement des complications. Par assistance qualifiee pendant !'accouchement, on entend une assistance apportee par un medecin, une sage femme ou une sage femme auxiliaire. 11.3.1 Niveau de l'indicateur Selon les donnees de MICS2, une femme sur deux (49 %) ayant eu des naissances intervenues au cours de l'annee precedant l'enquete avait ete assistee par un personnel qualifie (tableau 11.4). 11.3.2 Analyse selon Ia zone de residence L 'assistance par un personnel qualifie est plus elevee a Lome et dans la region Maritime. Les regions des Plateaux et des Savanes sont celles ou les femmes ont mains de chance de se faire consulter par un personnel qualifie. En revanche, les femmes de la region des Savanes se font plus assister par des accoucheuses traditionnelles. Alors que sur le plan national, 16 % des femmes ont ete assistees par une accoucheuse traditionnelle, environ 1 femme sur 2 ( 48 %) des femmes de Ia region des Savanes a accouche avec !'assistance d'une accoucheuse traditionnelle. 11.3.3 Analyse selon le niveau d'instruction de Ia femme Par ailleurs, la proportion de femmes ayant ete assiste par un personnel qualifie va de 3 8 % dans le groupe des femmes n'ayant aucun niveau d'instruction a 70 % parmi les femmes ayant fait le niveau secondaire. Le niveau d'instruction est fortement correle a !'assistance pendant !'accouchement par un personnel qualifie. Par ailleurs, les femmes qui habitent les zones urbaines ont plus de chances que les autres a se faire assister par un personnel qualifie. Le milieu rural se caracterise egalement par une proportion non negligeable (29 %) de femmes qui se font assister lors de leur accouchement par un parent ou un ami. 119 Rapport final MICS2 120 Rapport final MICS2 121 Rapport final MICS2 Recommandations • Sensibiliser la population et en particulier les femmes sur la necessite de recourir aux soins prenatals gage de sante de la mere et de l'enfant au moment de !'accouchement, surtout dans les regions ou les taux sont faibles; • Augmenter les centres de santes, les equiper et renforcer le personnel de sante qualifie; • Accroitre !'intervention des medecins dans le domaine de consultations prenatales. 122 Rapport final MICS2 CHAPITRE XII DROITS DE L'ENFANT L'objectifvise est !'adhesion des populations aux principes de Ia Convention relative aux Droits de l'Enfant que le Togo a ratifie le 19 Aout 1990. La mesure de cette adhesion se fait a travers !'analyse des quatre indicateurs suivants : 12.1.1 ENREGISTREMENT DES NAISSANCES A L'ETAT CIVIL La Convention relative aux droits de I' enfant stipule que chaque enfant a droit a un nom, a une nationalite et a Ia protection contre Ia privation de son identite. L' enregistrement des naissances a I' etat civil constitue un moyen fondamental de preserver ces droits pour les enfants. 12.1.1 Niveau d'enregistrement des naissances Le tableau 12.1 donne le pourcentage des enfants de moins de cinq ans selon que Ia naissance est enregistree ou non et les raisons de non enregistrement. Les donnees montrent que 83 % des naissances au Togo ont ete enregistrees. Cependant, }'enregistrement des enfants n'est pas systematique des Ia naissance car a six mois seulement sept enfants sur dix (71 %) etaient enregistres. Le taux d'enregistrement passe a 82 % a douze mois puis augmente graduellement pour atteindre 87 % chez les enfants de 48 a 59 mois. 12.1.2 Analyse selon le sexe II n 'existe pas de disparites importantes en ce qui concerne I' enregistrement des naissances a I' etat civil entre les sexes, le taux d'enregistrement s'etablit respectivement a 84 % pour les enfants de sexe masculin contre 81 % pour le sexe feminin. 12.1.3 Analyse selon Ia zone de residence Au niveau regional, Ia ville de Lome a le plus fort taux d'enregistrement a l'etat civil (96 %) ; viennent ensuite les regions des Savanes et Maritime avec respectivement 89 et 87 %. Le taux le plus faible (73 %) est enregistre dans Ia Region des Plateaux. 12.1.3 Les raisons pour lesquelles les enfants ne sont pas enregistres Le tableau 12.2 donne le pourcentage des enfants ages de 0 a 2 mois selon que Ia naissance est enregistree ou non et les raisons de non enregistrement. Les donnees de ce tableau revelent le mauvais fonctionnement de l'etat civil au Togo, car selon les textes, toute naissance devrait etre declaree au plus tard 30 jours apres Ia naissance. Au dela de ce delai, aucun enregistrement n'est possible dans un centre d'etat civil, mais au tribunal pour proceder a un jugement suppletif tenant lieu d'un bulletin de naissance. Mais dans les faits cette prescription n'est pas respectee car c'est seulement dans les villes que les centres d'etat civil sont places sous l'autorite du Maire ou du Prefet. Dans les villages par contre, cette prerogative est devolue au chef du village qui nomme les agents d'etat civil qui ne reyoivent generalement pas de formation adequate et ont un niveau d'instruction tres bas. 123 Rapport final MICS2 11 ressort des donnees du tableau 12.2 que seulement 46 % des naissances sont enregistrees dans les delais legaux, c'est-a-dire 30 jours apres l'evenement. De 30 a 59 jours, les naissances enregistrees passent a 65 %. Au niveau regional, on constate que les naissances sont mieux enregistrees a Lome (88% dans les delais legaux), viennent ensuite les Regions de la Kara (73%), Centrale (70 %) et Maritime (57 %). Les delais sont moins bien respectes dans les Regions des Savanes et des Plateaux ou seulement 49 % et 45 % des naissances sont respectivement enregistrees dans les delais. Au niveau du milieu de residence, 9 naissances sur 10 (90 %) sont correctement enregistrees dans les villes contres seulement 49 % dans la zone rurale. Parmi les enfants dont la naissance n'est pas enregistree a l'etat civil, le manque de connaissances et le cout semblent constituer les principales causes. 124 Rapport final MICS2 Autre 126 Nesait pas Total Rapport final MICS2 [Tab. C] Tableau 12.2 : Pourccntagc des cnfants ages de 0-1 mois scion que Ia naissancc est cnrcgistrcc Naissance n'est as enregistree arce ue: .-----. Ne savait En retard, Doit se queUe ne voulait deplacer devait l;4"e pas payer Autre tres loin ~nregistree d'amende 9,2 3,4 0,0 4,6 4,5 1,1 127 6,5 1, 14,0 Rapport final MICS2 Recommandations • Mettre l'accent sur !'enregistrement des naissances en milieu rural surtout dans les delais legaux; • Renforcer la capacite des charges d'etat civil ; • Rapprocher les centres d'etat civil des hopitaux, centre de sante, dispensaires etc. ; • Developper la mise en place de systt:mes d'enregistrement mobiles et peu couteux au niveau des villages et communautes rurales ; • Supprimer le jugement suppletif; • Accentuer les campagnes de sensibilisation sur !'importance d'acte de naissance. 12.2 ORPHELINAT ET DISPOSITIONS RELATIVES A LA GARDE DES ENFANTS Les enfants qui sont orphelins ou qui vivent loin de leurs parents peuvent etre exposes a un risque accru d'appauvrissement, de discrimination, de deni des droits de propriete et des droits d'heritage, de differentes formes de sevices, de negligence et d'exploitation par le travail ou par la sexualite. Le suivi du niveau de l'orphelinat et des dispositions relatives a la garde des enfants permet d'identifier ceux qui peuvent etre exposes aux risques et de suivre !'evolution de leur situation au fi1 du temps. 12.2.1 Niveau de l'indicateur Au Togo, 66% des enfants ages de 0 a 14 ans vivent avec les deux parents (Tableau 12.3). Une proportion non negligeable d'enfants (11 %) vivent avec leur mere uniquement bien que leur pere soit vivant. Un peu moins d'un enfant sur dix (9 %) ne vit avec aucun des parents biologiques bien que ceux-ci soient vivants. Les enfants qui ne vivent pas avec un parent biologique representent egalement 9 % et ceux dont 1 'un des deux parents est decede representent 6 % de tous les enfants ages de 0 a 14 ans. 12.2.2 Analyse selon l'age Les donnees revelent que les enfants plus ages vivent loin de leurs parents biologiques que les enfants plus jeunes. En effet, avant l'age de cinq ans 78 % des enfants vivent avec leurs deux parents biologiques. Cette proportion passe a 65 % pour les enfants ages de 5 a 9 ans et s' etablit a 56% pour les 10 a 14 ans. 12.2.3 Analyse selon le milieu de residence La situation varie considerablement selon le milieu et la region de residence des enfants. Les enfants du milieu rural vivent plus avec leurs deux parents biologiques (71 %) que les enfants qui resident dans les centres urbains (55 %). Au niveau regional, on note une degradation graduelle de la situation des enfants des regions septentrionales vers les regions meridionales. Les proportions des enfants qui vivent avec leurs deux parents biologiques varient de 82 % dans la Region des Savanes a 60 % dans la Region Maritime et a 51 % a Lome. Les proportions des enfants qui vivent avec leur mere seule bien que leur pere soit en vie sont nettement plus importantes a Lome (15 %) et dans la Region Maritime (16 %) que dans les regions septentrionales a savoir Region des Savanes (3 %), Region de la Kara (7 %) et Region Centrale (9 %). 128 Rapport final MICS2 [Tab. 41] Tableau 12.3 : Pourcentage d' enfants a gees de 0-14 ans dans les menages qui ne vi vent pas avec un parent biologique, Togo,2000 Vit avec le pere Vit avec Ia mere seulement seulemre~n!!t---l-Jr-~--~.---.J-:-:---:-:---',., __ . ._._._.,.,1 sont t vivant t . vivante vivants 1,3 7,7 1,7 l,t,S 1,1 1,4 3,4 0,8 1,4 1,0 1,2 0,7 Pere vivant 10,7 11,0 14,7 16,0 12,0 9,4 6,7 3,1 130 mere vivante 4,4 3,4 1,9 1,0 1,1 1,4 1,6 1,8 0,8 2,0 0,2 0,3 0,6 0,0 0,3 0,2 0,5 0,2 " 0,2 0,1 0,5 ·~ ;; ' Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 i ' I avec un parent Rapport final MICS2 Recommandations: • Approfondir l'enquete pour m~eux cerner les facteurs lies a la vulnerabilite des enfants orphelins; • Prendre en compte dans le cadre de la lutte contre la pauvrete les enfants en situation de vulnerabilite; • Assurer une protection sociale aux orphelins en situation de vulnerabilite. 132 • Travail des enfants 1.2.3 TRAVAIL DES ENFANTS 11 est important d'assurer le suivi de la mesure dans laquelle les enfants travaillent, ainsi que du type de travail qu'ils effectuent pour plusieurs raisons. Les enfants qui travaillent ont moins de chances d'etre scolarises et plus de chances d'abandonner l'ecole. Les enfants peuvent ainsi etre pieges dans un cycle de pauvrete et de privation. Les conditions de travail des enfants ne sont souvent pas reglementees et comportent peu de mesures de protection contre les sevices potentiels. En outre, de nombreux types d'activites sont fondamentalement dangereux, tandis que d'autres presentent des risques moins evidents pour les enfants, notamment !'exposition aux pesticides dans les activites agricoles, le transport de charges lourdes et faire les poubelles. 12.3.1 Niveau de l'indicateur Au Togo, selon l'enquete de la MICS 2, environ 15% des enfants ages de 5 a 17 ans ont effectue un travail remunere (Tableau 12.4) et 12 % participent a un travail non-remunere pour une personne autre qu'un membre du menage. Source: MICS2- Togo, 2000 12.3.2 Travail domestique Par "travail domestique", on en tend fa ire la cuisine, les achats, le nettoyage, la lessive, la collecte de l'eau et s'occuper des enfants. Un peu plus des trois quarts (76 %) des enfants accomplissent ces taches pendant moins de quatre heures par jour, tandis que 22 % y consacrent plus de quatre heures par jour. 11 n'y a pratiquement pas de difference entre les filles (76 %) et les gar<;ons (75 %) 134 de 5 a 17 ans dans !'execution des taches domestiques. Les disparites entre les regions sont les plus importantes en ce qui conceme le pourcentage des enfants qui consacrent plus de quatre heures par jour aux taches domestiques. Ce pourcentage se situe entre 30 % dans la Region de la Kara et 15 % dans la Region Maritime. 12.3.3 Travail remunere Les enfants qui ont effectue un travail remunere ou non-remunere pour une personne autre qu'un membre du menage ou qui consacrent plus de quatre heures aux corvees menageres au sein du menage ou qui effectuent d'autres travaux familiaux sont consideres comme des enfants qui travaillent actuellement. I1 ressort des donnees que pres de neuf enfants sur dix (88 %) sont consideres comme travaillant a l'heure actuelle. Il n'existe pratiquement aucune difference entre les gar9ons (87 %) et les filles (89 %), et on observe les memes proportions pour les enfants qui resident les zones urbaines (87 %) et ceux des zones rurales (89 %). Au niveau regional, les pourcentages des enfants qui travaillent actuellement sont compris entre 85 % (Commune de Lome et Region de la Kara) et 90 %(Regions Maritime et des Plateaux). Les enfants qui ont effectue un travail remunere ou non-remunere pour une personne autre qu'un membre du menage ou qui consacrent plus de quatre heures aux corvees menageres au sein du menage ou qui effectuent d'autres travaux familiaux sont consideres comme des « travailleurs >>. En general, 88% des enfants sont consideres comme travaillant a l'heure actuelle. Recommandations • Mettre en place une politique de lutte contre les pires formes du travail et !'exploitation economique des enfants; • Encourager !'education et la scolarisation des enfants et en particulier des filles; • Promouvoir les activites generatrices de revenus pour les familles les plus demunies; • Etudier les situations de risques des enfants au travail • L'impact du travail des enfants sur le rendement scolaire. 135 ANNEXES 136 ANNEXE 1 PLAN DE SONDAGE A.l INTRODUCTION La Deuxieme Enquete a indicateurs multiples (MICS2-Togo 2000) a prevu un echantillon de 5 000 menages. La liste des grappes de la deuxieme Enquete Demographique et de Sante (EDST-11), realisee en 1998 a servi de base de sondage. Les principaux domaines d'etude retenus sont Lome et les cinq regions (Maritime sans Lome, Plateaux, Centrale, Kara et Savanes). Les cinq regions ont ete stratifiees en zones urbaines et rurales ce qui donne un total de 11 domaines d'etude A.2 STRUCTURE GENERAL DE L'ECHANTILLON L'echantillon de MICS2 est base sur un sondage areolaire, stratifie et tire a deux degres. L 'echantillon a ete stratifie en urbain et rural. Au premier degre, les 2/3 des zones de denombrement (ZD) ou grappes de l'EDST-11 soit 192 grappes ont ete tirees avec une probabilite proportionnelle a leur taille en population. Un denombrement des menages dans chacune des ZD tirees a fourni une liste de menages a partir de laquelle a ete tire au deuxieme degre, un echantillon de menages ayant la meme probabilite de selection. Tous les membres de ces menages ont ete denombres a l'aide d'un questionnaire menage et chaque femme agee de 15 a 49 ans identifiee a ete enquetee avec un questionnaire femme plus detaille. De meme tous les enfants ages de mains de cinq enfants residant dans les menages ont ete identifies et enquetes avec un questionnaire enfant. A.3 REPARTITION DE L'ECHANTILLON Les tableaux suivants donnent la repartition des grappes tirees , de nombres de menages selectionnes, des femmes et des enfants identifies. Tableau Al : Repartition des grappes selectionnees selon le domaine d'etude et Ia strate DO MAINES STRATE STRATE D'ETUDE URBAINE RURALE TOTAL Tableau A2 : Repartition des menages selectionnes selon le domaine d'etude et Ia strate DO MAINES STRATE STRATE D'ETUDE URBAINE RURALE TOTAL Lome 41 - 41 Lome 798 - 798 Re~ion Maritime 9 24 33 Region Maritime 197 741 938 Re~ion des Plateaux 7 28 35 Region des Plateaux 145 891 1036 Region Centrale 12 16 28 Region Centrale 257 513 770 Region de Ia Kara 12 16 28 Region de Ia Kara 231 512 743 Region des Savanes 8 19 27 Region des Sa vanes 193 617 810 Togo 89 103 192 Togo 1821 3274 5095 137 Tableau A3 : Repartition de l'echantillon des enfants selon le domaine d'etude et Ia strate DO MAINES STRATE STRATE D'ETUDE URBAINE RURALE TOTAL Tableau A4 : Repartition de l'echantillon des femmes selon le do maine d'etude et Ia strate DO MAINES STRATE STRATE D'ETUDE URBAINE RURALE TOTAL Lome 263 - 263 Lome 819 - 819 Region Maritime 75 411 486 Region Maritime 186 634 820 Region des Plateaux 48 637 685 Region des Plateaux 112 902 1014 Region Centrale 119 384 503 Region Centrale 242 557 799 Region de Ia Kara 138 348 486 Region de Ia Kara 240 448 688 Region des Sa vanes 119 801 920 Region des Savanes 231 796 1027 Togo 762 2581 3343 Togo 1830 3337 5167 A.4 PROBABILITES DE SONDAGE Les probabilites de sondage ont ete calcules separement pour chaque strate et pour les deux degres de sondage. Pour chaque strate h, P 1hi est la probabilite de sondage au premier degre de la ieme ZD, et P2hi est la probabilite de sondage au deuxieme degre de la la ieme ZD. Soient ah le nombre de ZD tirees, Mhi 1' effectif de population 1' effectif de population estime de la strate h. La probabilite 1 'echantillon a ete calculee de la maniere suivante : estime de la ieme ZD et Lmhi d'inclusion de cette ZD dans Au deuxieme degre, un nombre bni de menages ont ete tires a partir des Mhi, menages nouvellement denombres par l'equipe de denombrement dans la ZD. D'ou: L'echantillon etant auto-pondere a l'interieur de la strate, le taux de sondage est la meme pour chaque menage a l'interieur de la strate c'est-a-dire que : 138 ou fh est le taux de sondage calcule separement pour chaque strate : fh = !!E__ Nh Ou nh est le nombre de menages tires dans la strate h et Nh est le nombre estime de menages dans la strate hen l'an 2000. Les menages ont ete tires avec la meme probabilite et le pas de tirage a ete calcule de la maniere suivante: A. 5 RESULTATS DES ENQUETES Le tableau A.S fournit les resultats detailles des enquetes menage, femme et enfant selon Ia region et le milieu de residence. A Ia suite du classement des menages selon les differents codes du resultats des interviews, le taux de reponse pour l'enquete menage est calcule de Ia maniere suivante : Questionnaires entierement remplis remp1is + refuses + pas a 1a maison Le taux de reponse pour 1' enquete femme est calcule de la maniere suivante : Femmes enquetees avec succes Femmes identifiees Taux de reponse pour 1' enquete enfant : Enfants enquetes avec succes Enfants identifies Le taux de reponse global pour les femmes est le produit du taux de reponse de 1' enquete menage et du taux de reponse des femmes. Le taux de reponse global pour les enfants est le produit du taux de reponse de l'enquete menage et du taux de reponses des enfants. 139 Tableau AS: Repartition des menages dans l'echantillon de MICS2 par resultats de l'enquete, taux de reponse des menages, des femmes et des enfants identifies et enquetes avec succes et des taux de reponse selon Ia region et le milieu de residence 140 ANNEXE 2 CALENDRIER DE L'ENQUETE Activites 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. • Preparation du questionnaire Echantillonnage Revision et traduction des questionnaires, preparation des manuels Mise a jour de l'echantillon Selection des menages Finalisation des questionnaires et des manuels Impression des questionnaires et des manuels Formation des enqueteurs Terrain Saisie Apurement et tabulation Rapport preliminaire Seminaire regional 142 Dates Avril - mai 2000 Mai 2000 Juin 2000 Juin 2000 Juillet 2000 Juillet 2000 Juillet 2000 Juillet 2000 Aout - septembre 2000 Aout - septembre Sept-octobre 2000 Decembre 2000 Fevrier 2001 ANNEXE 3 PERSONNEL DE L'ENQUETE MICS2 COORDONNATEUR NATIONAL M. PALANGA Melebouwe DIRECTEUR NATIONAL M. Nouridine BOURAIMA DIRECTEURS TECHNIQUES M. Kodjo ANIPAH M. Kodjovi KOUWONOU AUTRESRESPONSBLES M. Kossi KPONSIHOIN M. Kossi ADZOMADA UNICEF (APPUI TECHNIQUE ET FINANCIER) M. Chrispin WILSON: Representant, UNICEF TOGO Mme Paulette NICHOLS: Coordonnatrice de Programme, UNICEF TOGO Mme Beatrice Hanu VOSSAH-MOOH: Chargee de Suivi et Evaluation , UNICEF TOGO M. Ayayi HUNLEDE: Assistant en Technologie de !'Information, UNICEF TOGO Mme Bakwa BANDE: Assistante Administrative au Programme, UNICEF TOGO AGBOZOH DEGBOE KLOGO SUPERVISEURS OU CHEFS DE REGION Koff1 Kossi Kwassi 143 ZAKARI LOOKY Abdoulaye Djobo ENQUETEURS ABELE Abalo DRA VI-ANAKPAN Atsu ADJIWANOU Visseho EKLU Pierre ADOMEY Yao EMAODO Komi ADRA Innocente FOYEME Moyeme AGBOGAN Yao GABA Adam a AGUEY Kayi JACKATEY Komlan ALOGNON Akuete KANKPE Boule AMAH Aklesso KOBA Komlan AMEGAVI Kossi LAMBONI Fartongue AMEGNIDO Komi vi MAGANA WE I mar AMOUSSOU Yaovi MEGBENOU Hilariem AS SOH Djeri PAKAI Palakiyem AWUITO Kossi PALANGA Adjelem BIAM Kokou V ouley PALl Tchaa BODJONA Clovis SlAT ANI Essohanm BOURAIMA Amissou SOUKO Falilatou COMBEY Kankoe TCHANDIKOU Napo DEMAKOU Yendoube WAMPAH Ed em DJAFOAGUE Doubike YEVU Parfait DJONDO Agbeko YO VOGAN Yawa DOGO Abaladema DOUPE Kossi CONTROLEURS AHLEGNAN Jerome LOKOU Kossi ALOEGNIKOU Adakou sossou Biova AMEVO Komlan TCHASSANTI Nana DWEDGA Tantiba TRAMS OR Melanie KANOU Diegougbene TSATSOU Messan KOLANI Eugenie WOGODO Kossi LOGOSU-TEKO Foli AGENTS DE VERIFICATION AHOSSEY Antoine ALOGNON Akouete DEGLI Messan EKLU-ADEGNO Koffi AKAKPOVI Komlanvi CHAUFFEURS AKUETEVI- Ahlonko KABO Namesseti CATARIA BOURAIMA Awali KONOU Remi AGAYI Akouete 144 INFORMA TICIENS ENCADREURS HOINDO TEHOUL AMEOGBADJI Ameyo Irene Pierette GESTIONNAIRE DU PROJET M. ADJIW ANOU M. Ayawo Zoglo DJADOU M. Kossi Agbeviade DJOKE AGENTS DE SAISIE DOE VI ADOGNON SOKPAH SECRETAIRES DU PROJET Mme Innocente TOFF A Mile Massan AMEY 145 I Does san Labitegan Komi

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.