Senegal - Multiple Indicator Cluster Survey - 2016

Publication date: 2016

MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 Pour tous les renseignements concernant la MICS Urbaine Dakar 2015-2016, contacter : L’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie du Sénégal (ANSD) Rocade Fann Bel-Air Cerf-Volant Tel : (+221) 33 869 21 40 Fax : (+221) 33 824 36 15 E-mail :statsenegal@ansd.sn Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) Route des Almadies, Immeuble Madjiguene Derrière Hôtel King Fahd Palace BP 29720 Dakar - Sénégal Tel : (+221) 33 831 02 00 Web : www.unicef.org Khoudia Wade à l’ANSD khoudia.wade@ansd.sn et Mouhamadou Fall à l’UNICEF mofall@unicef.org MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 SITUATION DES ENFANTS ET DES FEMMES DAKAR URBAIN 2015-2016 RAPPORT FINAL ENQUÊTE PAR GRAPPES À INDICATEURS MULTIPLES MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 L’Enquête par Grappes à Indicateurs Multiples (MICS5) Urbaine Dakar a été menée en 2015-2016 par l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie dans le cadre du programme mondial des enquêtes MICS. L’appui technique et financier a été fourni par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF). Afin de mesurer le niveau et les tendances des indicateurs relatifs à la situation des enfants et des femmes, l'UNICEF a élaboré, depuis les années 1990, le programme mondial des enquêtes MICS. Ce programme international permet une comparabilité des indicateurs entre les différents pays. Cette enquête dénommé MICS Urbaine Dakar fait suite aux MICS1 et MICS2 réalisées respectivement en 1996 et 2000. Les résultats présentés dans ce rapport constituent à la fois une évaluation des progrès réalisés dans le respect des engagements convenus au niveau international par l’Etat du Sénégal, et une situation de référence pour le suivi des Objectifs de Développement Durable à l’horizon 2030. Citation suggérée : Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie et Fonds des Nations Unies pour l'enfance. 2016. MICS V Dakar Enquête par grappes à indicateurs multiples 2015-2016, Rapport final. Dakar, Sénégal : ANSD et UNICEF. MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 iii Remerciements L’enquête MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 est le fruit d’une collaboration entre plusieurs parties prenantes intervenant de façon directe ou indirecte à la lutte pour l’amélioration des conditions de viedes enfants au Sénégal. Ce rapport est donc le fruit d’une synergie d’effort depuis la conception jusqu’à la rédaction des chapitres. L’équipe de coordination de la MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 tient à remercier tous ceux qui ont participé à l’accomplissement de ce travail. Ce rapport a été rendu possible grâce à l’implication de l’équipe UNICEF du siège, l’équipe du bureau régional et l’équipe du bureau pays. Ces derniers ont assuré la validation technique des documents de l’enquête. L’ANSD a assuré le pilotage de l’enquête en étroite collaboration avec l’UNICEF et les partenaires techniques des différents ministères impliqués dans le projet. Le professionnalisme de ces équipes et leur ouverture d’esprit ont permis de garantir la qualité des données de l’enquête et leur comparabilité au niveau international. La collecte des données a été réalisée par une équipe dynamique, motivée et consciente des enjeux du projet. L’engagement des superviseurs, chefs d’équipe, enquêteurs et enquetrices et mesureurs et mesureureses a permis de surmonter les difficultés inhérentes à la collecte des données. La participation des différentes structures membres du comité de pilotage de l’enquête a été déterminante dans la conduite du projet. L’implication des partenaires dans la conception des questionnaires, la formation des enquêteurs et la rédaction du rapport a permis d’améliorer considérablement la qualité du travail tout en intégrant les diverses préoccupations sectorielles. Une reconnaissance particulière devrait être témoignée à tous ceux et celles qui ont contribué au succès du travail de terrain : • les autorités administratives ont joué un rôle déterminant dans la sensibilisation des ménages et la résolution des problèmes sur le terrain ; • les agents de collecte (chefs d’équipe, enquêteurs et personnel ayant réalisé les mesures anthropométriques) ont accompli un travail remarquable constamment guidé par un souci d’objectivité et d’exactitude ; • nous adressons également de vifs remerciements aux personnes enquêtées (hommes, femmes et enfants) pour leur disponibilité et l’accueil réservé aux enquêteurs malgré la lourdeur des questionnaires. Les remerciements sont également adressés au partenaire technique et financier de cette enquête, à savoir l’UNICEF, dont le concours a rendu possible la réalisation de l’enquête. MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 iv MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 v Préface Dans sa mission de collecte et de diffusion de données sociodémographiques et sanitaires, l’Agence nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) a réalisé en collaboration avec le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), l’enquête par grappes à indicateurs multiples de Dakar (MICS Urbaine) en 2016. Cette enquête entre dans le cadre du suivi des Objectifs de Développement Durable à l’horizon 2030 (ODD) adoptés par les Nations Unies. Cette enquête est inscrite également dans le cadre des 10 engagements mondiaux issus de la Session spéciale des Nations Unies consacrée aux enfants, tenue à New York en mai 2002, et auxquels le Sénégal a souscrit. Par ailleurs, dans le contexte national de transformations économique et sociale, en vu de l’émergence économique dans la solidarité intergénérationnelle, les résultats de cette enquête constitue une source d’information capitale pour l’élaboration de programmes spécifiques aux enjeux sanitaires en milieux urbains. La MICS urbaine de Dakar a collecté des informations sur la mortalité des enfants, leur état nutritionnel et sanitaire, l’accès à l’eau et à l’assainissement, la santé de la reproduction, le développement et la protection de l’enfant, mais également l’éducation, l’alphabétisation et le bien être subjectif. Par ailleurs les attitudes et comportements vis-à-vis du VIH/SIDA, la pratique de l’excision et l’utilisation des moustiquaires ont été aussi abordés par l’enquête. Le présent rapport, objet de l’analyse des résultats issus de l’enquête MICS urbaine Dakar, a été produit par l’ANSD en collaboration avec les Direction sectorielles concernées et l’UNICEF. Des analyses thématiques approfondies pour une meilleure compréhension de la problématique du bien-être des enfants sont programmées. La réalisation de cette enquête a nécessité la mobilisation de ressources financières et humaines importantes. J’adresse mes sincères remerciements à l’UNICEF pour avoir pris en charge le financement de ce projet. Mes remerciements vont également à l’endroit du personnel d’encadrement et de terrain de l’enquête, et aux Comités technique et de pilotage pour leur contribution dans la réalisation de l’enquête. Enfin, j’exprime toute ma reconnaissance aux autorités administratives et locales, et aux populations pour la disponibilité dont elles ont fait montre pendant la collecte des données. Aboubacar Sédikh BEYE Directeur Général Agence nationale de la Statistique et de la Démographie MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 vi MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 vii Avant-propos L’UNICEF reste à l’avant-garde de la production des données sociodémographiques sur les enfants, en appui aux efforts du Gouvernement d’améliorer la disponibilité de l’information pour mieux orienter les choix politiques de l’Etat et les appuis des partenaires mettant en œuvre des programmes centrés sur le bien-être des enfants. L’Enquête par Grappe à Indicateurs Multiples (MICS) s’inscrit dans cette démarche, étant une enquête représentative menée pour obtenir des informations sociodémographiques pertinentes sur les enfants et les femmes, afin de mieux guider les choix politiques et l’allocation des ressources publiques. Depuis 1995, près de 300 enquêtes MICS ont été conduites à travers le monde. Ces enquêtes d’une grande robustesse, internationalement comparables, sont aujourd’hui utilisées par 108 pays pour davantage mieux évaluer la situation des enfants, des femmes et des hommes. La MICS Urbaine Dakar 2015-2016 est la première enquête urbaine sur la situation des enfants et en même temps la première de cette nature dans l’Afrique francophone. Elle vient à son heure au lendemain du lancement des Objectifs de Développement Durable (ODD) dont l’agenda fixé nous engage à produire des indicateurs désagrégés au niveau départemental pour lutter plus efficacement contre les inégalités et les disparités et de suivre les progrès. Le choix de Dakar n’est pas fortuit. Il s’agit de la capitale du Sénégal qui concentre près d’un quart de la population total du pays. A elle seule, Dakar a la plus forte densité de la population du Sénégal, 5735 habitants au km² dépassant de 83 fois la moyenne nationale, et le taux d’urbanisation le plus élevé avec plus de 96% alors que la moyenne nationale est de 45%, conformément au Recensement 2013. Grâce à l’enquête MICS urbaine Dakar, il est désormais possible de constater que des écarts encore existent en matière de réalisation des droits des enfants en milieu urbain à Dakar. Cette enquête urbaine couvre des domaines de la santé, de la nutrition, de l’eau et l’assainissement, de l’éducation, le développement du jeune enfant, de la protection, le bien-être subjectif, et des sujets nouveaux comme les transferts d’argent, par exemple. Cette enquête est l’occasion de montrer que la migration du milieu rural vers le milieu urbain a favorisé de nouveaux besoins en infrastructures et en services sociaux de base. Par exemple, la couverture vaccinale doit s’améliorer puisque seulement 48% des enfants âgés de 12 à 24 mois dans la région urbaine de Dakar ont reçu tous leurs vaccins avant le premier anniversaire. La MICS urbaine Dakar révèle aussi des phénomènes presque inattendus dans les villes comme la présence de la mutilation génitale chez les filles et les jeunes femmes. Les problématiques concernant le travail des enfants et les enfants hors école dans la région urbaine de Dakar sont mises en évidence à travers cette enquête. Avec un taux alarmant de travail des enfants de 17% et avec 33% des enfants de 6 à 11 ans qui ne sont pas scolarisés, parmi lesquels certains à risque de se trouver dans la rue, des interventions spécifiques et ciblés sont nécessaires pour lutter contre ces fléaux. Les initiatives récentes et encourageantes du Gouvernement comme le retrait et la réinsertion des enfants de la rue et les modèles alternatifs de l’éducation pour les enfants hors école peuvent mieux être informés et ajustés avec les données fournies. MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 viii Mais l’enquête a aussi permis de confirmer des résultats comme l’universalité à une eau de source améliorée au niveau de la zone urbaine de Dakar. Les résultats permettent également de mettre un cadre propice pour répondre aux défis, et maintenir les progrès obtenus. Comme les problématiques sont souvent les mêmes dans les villes, on pourra dans une démarche de généralisation regarder si ces mêmes problématiques concernent les autres villes au Sénégal qui font aussi face à un taux rapide d’urbanisation, pour anticiper sur les défis et les réponses à apporter. Nous ne pouvons terminer sans remercier l’ANSD et toutes les personnes qui ont permis la réalisation de ce travail. Nous espérons que toutes les évidences et les problématiques soulevées par ce rapport seront pris à bras le corps par l’ensemble des acteurs pour une résolution efficace des obstacles à la réalisation des droits de l’enfant. Laylee MOSHIRI Représentante de l’UNICEF MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 ix Table des matières Remerciements . iii Préface . v Avant-propos . vii Tableau récapitulatif . xiii Liste des tableaux . xxv Liste des graphiques. 1 Liste des abréviations. iii Résumé analytique. 5 I. Introduction . 13 Contexte . 13 Objectifs de l’enquête . 13 II. Méthodologie d’échantillonnage et d’enquête . 15 Plan de sondage . 15 Questionnaires . 15 Formation et travail sur le terrain . 17 Traitement des données . 18 III. Couverture de l’échantillon et caractéristiques des ménages et des répondant(e)s . 19 Couverture de l’échantillon . 19 Caractéristiques des ménages . 20 Caractéristiques des répondant(e)s âgé(e)s de 15-49 ans et des enfants de moins de 5 ans . 24 IV. Mortalité des enfants . 29 Quotients de mortalité des enfants de moins de 5 ans . 29 Quotient de mortalité par département . 32 Quotient de mortalité selon le niveau d’instruction de la mère et le rang de naissance . 33 V. Nutrition. 35 Insuffisance pondérale à la naissance . 35 Etat nutritionnel . 37 Allaitement et alimentation du nourrisson et du jeune enfant . 41 Iodation du sel . 54 VI. Santé de l’enfant . 57 Vaccinations . 57 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 x Protection contre le tétanos néonatal . 62 Soins des maladies . 63 Infections respiratoires aiguës . 76 Utilisation de combustibles solides . 79 Paludisme/Fièvre . 81 VII. Eau et assainissement . 97 Utilisation de sources d’eau améliorées . 97 Utilisation d’installations d’assainissement . 104 Lavage des mains. 112 VIII. Santé de la reproduction . 117 Fécondité . 117 Contraception . 122 Besoins non satisfaits . 124 Soins prénatals . 127 Assistance à l’accouchement. 131 Lieu d’accouchement . 134 Examens de santé post-natals . 135 IX. Développement du jeune enfant . 149 Garde et éducation des jeunes enfants. 149 Qualité des soins . 150 Etat de développement des enfants . 155 X. Alphabétisation et éducation . 159 Alphabétisation des jeunes femmes et hommes . 159 Préparation à l’école . 160 Fréquentation de l’école primaire et secondaire . 161 XI. Protection de l’enfance . 173 Enregistrement des naissances . 173 Travail des enfants . 175 Discipline des enfants . 181 Mariage précoce et polygamie . 184 Mutilation génitale féminine/Excision . 194 Attitudes vis-à-vis de la violence domestique . 199 Modalités de vie des enfants et orphelins . 202 XII.VIH/SIDA et comportement sexuel . 205 Connaissance de la transmission du VIH et idées fausses sur le VIH . 205 Attitudes bienveillantes envers les personnes vivant avec le VIH . 212 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xi Connaissance d’un lieu de dépistage du VIH, de conseils et tests de dépistage dans le cadre des soins prénatals. 216 Comportement sexuel lié à la transmission du VIH . 220 Indicateurs VIH relatifs aux jeunes femmes et aux jeunes hommes . 223 Orphelin(e)s . 231 XIII. Accès aux médias de masse et utilisation des technologies de l'information/communication . 233 Accès aux médias de masse . 233 Utilisation de la technologie de l’information/communication . 235 XIV. Bien-être subjectif . 239 XV. Consommation de tabac et d’alcool . 247 Consommation de tabac . 247 Consommation d’alcool. 252 XVI. Transfert d’argent . 255 Connaissance du transfert d’argent . 255 Annexes . 263 Annexe A. Plan de sondage . 263 Annexe B. Personnel de la MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 268 Annexe C. Estimations des erreurs d’échantillonnage . 272 Annexe D. Tableaux sur la qualité des données . 279 Annexe E. Indicateurs MICS Urbaine Dakar : numérateur et dénominateur . 301 Annexe F. Questionnaires . 314 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xii MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xiii Tableau récapitulatif de la mise en œuvre de l’enquête et de la population d’enquête, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 Mise en œuvre de l’enquête Base de sondage - Actualisée RGPHAE 2013 Novembre-Décembre 2014 Questionnaires Ménage Femmes (15-49 ans) Hommes (15-49ans) Enfants moins de 5 ans Formation des enquêteurs Juin-Juillet 2015 Octobre 2015 Travail sur le terrain Octobre 2015-Janvier 2016 Echantillon de l’enquête Ménages - Echantillonnés - Occupés - Enquêtés - Taux de réponse (Pour cent) 5440 5145 4948 96,2 Enfants de moins de cinq ans - Eligibles - Mères/gardiennes interrogées - Taux de réponse (Pour cent) 4456 4332 97,2 Femmes - Eligibles pour les entrevues - Enquêtées - Taux de réponse (Pour cent) 10004 9404 94,0 Hommes - Eligibles pour les entrevues - Enquêtés - Taux de réponse (Pour cent) 4299 3802 88,4 Population d’enquête Taille moyenne du ménage 7,0 Pourcentage de la population vivant en - Dakar - Pikine - Rufisque - Guédiawaye 37,2 39,8 12,7 10,3 Pourcentage de la population de moins de: - 5 ans - 18 ans 12,0 40,0 Pourcentage femmes âgées de 15-49 ans ayant au moins une naissance vivante au cours des 2 dernières années 18,1 Caractéristiques des ménages Biens des ménages ou personnels Pourcentage des ménages ayant : - Electricité - Revêtement de sol fini - Toiture finie - Murs finis 94,6 87,7 99,3 99,2 Pourcentage des ménages possédant - Un appareil de télévision - Un réfrigérateur - Une terre agricole - Des animaux de ferme/du bétail 87,7 47,6 11,4 27,0 Nombre moyen de personnes par chambre utilisée pour dormir 2,6 Pourcentage des ménages où au moins un membre a ou possède - Un téléphone portable - Une voiture ou un camion 97,0 16,2 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xiv Tableau récapitulatif des résultats1 Enquête par grappes à indicateurs multiples (MICS) et Objectifs de Développement Durable (ODD), MICS Urbaine Dakar, 2015-2016. MORTALITE DES ENFANTS Mortalité des jeunes enfants* Indicateur MICS Indicateur Description Valeur 1.1 ODD 3.2 Taux de mortalité néonatale Probabilité de décéder dans les premiers mois de vie 25 1.2 Taux de mortalité infantile Probabilité de décéder entre la naissance et le premier anniversaire 33 1.3 Taux de mortalité post néonatale Différence entre taux de mortalité infantile et néonatale 8 1.4 Taux de mortalité infantile Probabilité de décéder entre le premier et le cinquième anniversaire 8 1.5 ODD 3.2 Taux de mortalité des enfants moins de cinq ans Probabilité de décéder entre la naissance et le cinquième anniversaire 40 * Les taux renvoient à la période de cinq ansavant l’enquête. NUTRITION Etat nutritionnel Indicateur MICS Indicateur Description Valeur 2.1a 2.1b Prévalence insuffisance pondérale (a) Modérée et grave (b) Sévère Pourcentage d’enfants de moins de 5 ansen deçà de (a) deux écarts-types (modéré et grave) (b) trois écarts-types (sévère) du poids médian pour l’âge de la norme OMS 8,1 1,1 2.2a 2.2b ODD 2.2 Prévalence du retard de croissance (a) Modéré et grave (b) Sévère Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans en deçà de (a) deux écarts-types (modéré et grave) (b) trois écarts-types (sévère) de la taille médiane pour l’âge de la norme OMS 9,4 1,9 2.3a 2.3b ODD 2.2 Prévalence émaciation (a) Modérée et grave (b) Sévère Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans en deçà de (a) deux écarts-types (modéré et grave) (b) deux écarts-types (sévère) du poids médian pour l’âge de la norme OMS 5,8 0,9 2.4 ODD 2.2 Prévalence surpoids Pourcentage des enfants de moins de 5 ans se situant au- dessus dedeux écarts-typesdu poids médian pour l’âge de la norme OMS 1,4 Allaitement et alimentation infantile 2.5 Enfants allaités Pourcentage de femmes qui ont eu une naissance vivante dans les 2 ans précédant l’enquête et qui ont allaité leur dernier enfant né vivant, à n’importe quel moment 98,0 2.6 Initiation précoce de l’allaitement Pourcentage de femmes qui ont eu une naissance vivante dans les 2 dernières années qui ont allaité leur dernier nouveau-né dans la première heure après la naissance 14,0 2.7 Allaitement exclusive des moins de 6 mois Pourcentage de nourrissons de moins de 6 mois qui sont exclusivement allaités 66,2 2.8 Allaitement prédominant des moins de 6 mois Pourcentage de nourrissons de moins de 6 mois qui ont reçu l’allaitement maternel comme source prédominante d’alimentation durant le jour précédent 81,2 2.9 Allaitement continu à 1 an Pourcentage d’enfants de 12-15 mois qui ont été allaités durant le jour précédent 93,5 1 Voir Annexe E pour une description détaillée des indicateurs MICS. MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xv 2.10 Allaitement continu à 2 ans Pourcentage d’enfants de 20-23 mois qui ont été allaités durant le jour précédent 45,0 2.11 Durée médiane de l’allaitement Age en mois où 50 pour cent d’enfants de 0-35 mois n’ont pas été allaités au sein maternel le jour précédent 20,6 2.12 Allaitement approprié selon l’âge Pourcentage d’enfants de 0-23 mois qui ont été nourris de façon adéquatele jour précédent 72,9 2.13 Introduction d’aliments solides, semi-solides ou mous Pourcentage de nourrissons de 6-8 mois qui ont reçu des aliments solides, semi-solides ou mous pendant le jour précédent 75,4 2.14 Fréquence des repas lactés pour les enfants non allaités Pourcentage d’enfants de 6-23 mois non allaités qui ont reçu au moins 2 repas lactés durant le jour précédent 57,0 2.15 Fréquence minimum des repas Pourcentage d’enfants de 6-23 mois qui ont reçu des aliments solides, semi-solides ou mous (plus des repas lactés pour les enfants non-allaités) le nombre minimum de fois ou plus durant le jour précédent 28,5 2.16 Diversité minimum alimentaire Pourcentage d’enfants de 6-23 mois qui ont reçu des aliments de 4 ou plus groupes d’aliments durant le jour précédent 43,3 2.17a 2.17b Régime alimentaire minimum acceptable (a) Pourcentage d’enfants de 6-23 mois allaités qui ont reçu au moins la diversité alimentaire minimum et la fréquence minimum des repas durant le jour précédent (b) Pourcentage d’enfants de 6-23 mois non allaités qui ont reçu au moins 2 repas lactés et qui ont reçu la diversité alimentaire minimum, lait non inclus et la fréquence minimum des repas durant le jour précédent 11,5 23,0 2.18 Alimentation au biberon Pourcentage d’enfants de 0-23 mois qui ont pris un biberon durant le jour précédent 10,6 Sel iodé Iodation du sel 2.19 Consommation de sel iodé Pourcentage de ménages avec du sel testé à 15 parties par million ou plus d’iodure/iodate de potassium 43,4 Insuffisance pondérale à la naissance 2.20 Nourrissons de faible poids à la naissance Pourcentage de dernières naissances vivantes les plus récentes dans les 2 dernières années qui pèsent moins de 2500 g à la naissance 15,4 2.21 Nourrissons pesés à la naissance Pourcentage de dernières naissances vivantes les plus récentes dans les 2 dernières années qui ont été pesées à la naissance 92,6 SANTE DE L’ENFANT Vaccinations Indicateur MICS Indicateur Description Valeur 3.1 ODD 3.3 Couverture vaccinale contre la tuberculose Pourcentage d’enfants âgés de 12-23 mois ayant reçu le vaccin BCG avant leur premier anniversaire 94,3 3.2 Couverture vaccinale contre la poliomyélite Pourcentage d’enfants âgés de 12-23 mois ayant reçu la troisième dose de vaccin contre la Polio (Polio3) avant leur premier anniversaire 72,7 3.3, 3.5, 3.6 Couverture vaccinale PENTA Pourcentage d’enfants de 12-23 mois qui ont reçu la troisième dose du vaccin de PENTA contre le DTCoq (DTcoq 3) l’Hépatite B (HepB) et contre l’Haemophilus influenzae type B (Hib3) avant leur premier anniversaire 86,4 3.4 Couverture vaccinale contre la rougeole Pourcentage d’enfants âgés de 12-23 mois ayant reçu le vaccin contre la rougeole avant leur premier anniversaire 65,0 3.7 Couverture vaccinale contre la fièvre jaune Pourcentage d’enfants âgés de 12-23 mois ayant reçu le vaccin contre la fièvre jaune avant leur premier anniversaire 79,7 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xvi 3.8 Couverture vaccinale complète Pourcentage d’enfants âgés de12-23 mois ayant reçu toutes les vaccinations recommandées dans le programme national de vaccination avant leur premier anniversaire (rougeole avant leur deuxième anniversaire) 48,2 Vaccin antitétanique 3.9 Protection néonatale contre le tétanos Pourcentage de femmes âgées de 15-49 ans ayant donné naissance à un enfant vivant au cours des 2 dernières années et ayant reçu au moins deux doses de vaccin antitétanique dans l’intervalle appropriéavant la naissance la plus récente 79,1 Diarrhée - Enfants souffrant de diarrhée Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans ayant souffert de diarrhée au cours des 2 dernières semaines 21,9 3.10 Recours à des soins pour diarrhée Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans ayant souffert de diarrhée au cours des 2 dernières semaines pour qui des conseils ou des traitements ont été recherchés auprès d’une structure ou d’un prestataire de soins de santé 39,7 3.11 Traitement de la diarrhée avec des sels de réhydratation orale (SRO) et du zinc Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans ayant souffert de diarrhée au cours des 2 dernières semaines et reçu des SRO ou du zinc 17,3 3.12 Traitement de la diarrhée avec des sels de réhydratation orale (SRO) et une alimentation continue Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans ayant souffert de diarrhée au cours des 2 dernières semaines et reçu des SRO (paquet de SRO, liquide SRO préemballé, liquide maison recommandé ou quantité accrue de fluides) et une alimentation continue durant l’épisode de diarrhée 56,1 Symptômes d’une infection respiratoire aiguë (IRA) - Enfants présentant des symptômes d’IRA Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans ayant présenté des symptômes d’IRA au cours des 2 dernières semaines 3,1 3.13 Recours à des soins pour les enfants ayant des symptômes d’IRA Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans ayant présenté des symptômes d’IRA au cours des 2 dernières semaines pour qui des conseils ou des traitements ont été recherchés auprès de structures ou de prestataires de soins de santé 21,7 3.14 Antibiothérapie des enfants ayant des symptômes d’IRA Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans ayant présenté des symptômes d’IRA au cours des 2 dernières semaines et reçu des antibiotiques 18,9 Utilisation de combustibles solides 3.15 Utilisation de combustibles solides pour la cuisine Pourcentage de membres des ménages dans le foyer utilisant des combustibles solides comme source primaire d’énergie domestique pour cuisiner 29,1 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xvii Paludisme / Fièvre Indicateur MICS Indicateur Description Valeur - Enfants souffrant de fièvre Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans ayant souffert de fièvre au cours des 2 dernières semaines 27,2 3.16a 3.16b Disponibilité de moustiquaires imprégnées d’insecticide (MII) dans le ménage Pourcentage de ménages ayant (a) au moins une MII (b) au moins une MII pour chaque deux personnes 38,1 14,1 3.17a 3.17b Vecteur de contrôle des ménages Pourcentage de ménages ayant (a) au moins une MII ou ayant fait l’objet de pulvérisation intra domiciliaire au cours des 12 derniers mois (b) au moins une MII pour chaque deux personnes ou ayant fait l’objet de pulvérisation intra domiciliaire au cours des 12 derniers mois 38,9 15,0 3.18 ODD 3.3 Enfants de moins de 5 ans ayant dormi sous une MII Pourcentage des enfants de moins de 5 ans ayant dormi sous une MII la nuit précédente 20,8 3.19 Population ayant dormi sous une MII Pourcentage de membres des ménages ayant dormi sous une MII la nuit précédente 18,0 3.20 Recours à des soins pour la fièvre Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans ayant souffert de fièvre au cours des 2 dernières semaines et pour qui des conseils ou un traitement ont été recherchés auprès d’une structure ou d’un prestataire de santé 50,4 3.21 Usage de diagnostics du paludisme Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans ayant souffert de fièvre au cours des 2 dernières semaines et eu une piqûre au doigt ou au talon pour diagnostiquer le paludisme 14,7 3.22 Traitement antipaludique des enfants moins de 5 ans Pourcentage des enfants de moins de 5 ans ayant souffert de fièvre au cours des 2 dernières semaines et reçu des traitements antipaludéens 1,9 3.23 Traitement à base d’artémisinine (ACT) chez les enfants ayant reçu un traitement antipaludéen Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans ayant souffert de fièvre au cours des 2 dernières semaines et reçu de l’ACT (ou autre traitement de première ligne selon la politique nationale) 0,0 3.24 Femmes enceintes ayant dormi sous une MII Pourcentage de femmes enceintes ayant dormi sous une MII la nuit précédente 14,3 3.25 Traitement préventif intermittent du paludisme durant la grossesse Pourcentage de femmes âgées de 15-49 ans ayant reçu trois ou plusieurs doses de SP/Fansidar, dont l’une au moins a été reçue durant un examen de santé prénatal, afin de prévenir le paludisme au cours de leur dernière grossesse ayant abouti à une naissance vivante au cours des 2 dernières années 23,5 EAU ET ASSAINISSEMENT Indicateur MICS Indicateur Description Valeur 4.1 ODD 6.1 Utilisation de source améliorée d’eau de boisson Pourcentage de membres des ménages utilisant des sources d’eau de boisson améliorées 99,5 4.2 Traitement de l’eau Pourcentage de membres des ménages au foyer utilisant de l’eau non améliorée mais employant une méthode appropriée de traitement de l’eau 12,8 4.3 ODD 6.2 Utilisation d’installations sanitaires améliorées Pourcentage de membres des ménages utilisant des installations sanitaires améliorées non partagées 68,6 4.4 Elimination hygiénique des matières fécales de l’enfant Pourcentage d’enfants âgés de 0-2 ans dont les dernières selles ont été évacuées de façon hygiénique 53,8 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xviii EAU ET ASSAINISSEMENT Indicateur MICS Indicateur Description Valeur 4.5 Endroit pour le lavage des mains Pourcentage de ménages disposant d’un endroit précis pour le lavage des mains où l’eau et le savon ou d’autres produits de nettoyage sont présents 43,8 4.6 ODD 6.2 Disponibilité de savon ou autre produit de nettoyage Pourcentage de ménages disposant de savon et d’autres produits de nettoyage 71,1 SANTE DE LA REPRODUCTION Contraception et besoins non satisfaits Indicateur MICS Indicateur Description Valeur Indice Synthétique de Fécondité (ISF) Indice Synthétique de Fécondité des femmes de 15-49 ans 3,1 Taux de fécondité Taux de fécondité des femmes âgées de 15-49 ans 98,1 5.1 ODD 3.7 Taux de fécondité des adolescentes Taux de fécondité par âge spécifique aux femmes âgées de 15-19 ans 39,0 5.2 Grossesse précoce Pourcentage de femmes âgées de 20-24 ans ayant eu au moins une naissance vivante avant l’âge de 18 ans 7,6 5.3 ODD 3.7 Taux de prévalence contraceptive Pourcentage de femmes âgées de 15-49 ans actuellement mariées ou en union libre utilisant (ou dont le partenaire utilise) une méthode contraceptive (moderne ou traditionnelle) 33,3 5.4 Besoins non satisfaits Pourcentage de femmes âgées de 15-49 ans actuellement mariées ou en union libre qui sont fécondes et voulant espacer leurs naissances ou limiter le nombre d’enfants qu’elles ont et qui n’utilisent pas actuellement de contraceptif 23,3 Santé maternelle et du nouveau-né 5.5a 5.5b Couverture des soins prénatals Pourcentage de femmes âgées de 15-49 ans ayant accouché d’un enfant né vivant au cours des 2 dernières années et ayant été assistées durant leur dernière grossesse ayant abouti à une naissance vivante (a) au moins une fois par un personnel de santé qualifié (b) au moins quatre fois par des prestataires de services de santé 98,4 74,9 5.6 Contenu des soins prénatals Pourcentage de femmes âgées de 15-49 ans ayant accouché d’un enfant né vivant au cours des 2 dernières années, dont la pression artérielle a été mesurée et qui ont donné des échantillons d’urine et de sang au cours de la grossesse ayant abouti à une naissance vivante 94,6 5.7 ODD 3.1 Personnel qualifié à l’accouchement Pourcentage de femmes âgées de 15-49 ans ayant accouché d’un enfant né vivant au cours des 2 dernières années et qui ont été assistées par un personnel de santé qualifié au cours de leur naissance vivante la plus récente 97,4 5.8 Accouchement dans une structure de santé Pourcentage de femmes âgées de 15-49 ans ayant accouché d’un enfant né vivant au cours des 2 dernières années et dont l’accouchement le plus récent de l’enfant né vivant a eu lieu dans une structure de santé 97,2 5.9 Césarienne Pourcentage de femmes âgées de 15-49 ans dont l’accouchement le plus récent de l’enfant né vivant au cours des dernières s’est fait par césarienne 11,1 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xix Examens de santé post-natals 5.10 Séjour post-partum dans une structure de santé Pourcentage de femmes âgées de 15-49 ans qui sont restées dans la structure de santé pendant 12 heures ou plus après l’accouchement de leur plus récent enfant né vivant au cours des 2 dernières années 68,0 5.11 Examen de santé post- natal du nouveau-né Pourcentage des dernières naissances vivantes au cours des 2 dernières années ayant subi un examen de santé pendant leur séjour dans une structure de santé ou à domicile après l’accouchement, ou un examen de santé post-natal dans les 2 jours ayant suivi l’accouchement 94,6 5.12 Examen de santé post- natal de la mère Pourcentage de femmes âgées de 15-49 ans ayant subi un examen de santé pendant leur séjour dans une structure ou à domicile après l’accouchement, ou un examen de santé post-natal dans les 2 jours suivant l’accouchement de leur plus récent enfant né vivant au cours des 2 dernières années 95,2 DEVELOPPEMENT DE L’ENFANT Indicateur MICS Indicateur Description Valeur 6.1 ODD 4.2 Fréquentation des structures d’éducation de la petite enfance Pourcentage d’enfants âgés de 36-59 mois qui suivent un programme d’éducation pour la petite enfance 45,1 6.2 Soutien à l’apprentissage Pourcentage d’enfants âgés de 36-59 mois avec qui un adulte s’est adonné à quatre ou plusieurs activités pour promouvoir l’apprentissage et la préparation à l’école au cours des 3 derniers jours 48,8 6.3 Appui du père à l’apprentissage Pourcentage d’enfants âgés de 36-59 mois dont le père biologique s’est adonné à quatre ou plusieurs activités pour promouvoir l’apprentissage et la préparation à l’école au cours des 3 derniers jours 5,0 6.4 Appui de la mère à l’apprentissage Pourcentage d’enfants âgés de 36-59 mois dont la mère biologique s’est adonnée à quatre ou plusieurs activités pour promouvoir l’apprentissage et la préparation à l’école au cours des 3 derniers jours 17,7 6.5 Disponibilité de livres pour enfants Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans ayant trois ou plusieurs livres pour enfants 2,6 6.6 Disponibilité de jouets Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans qui jouent avec deux ou plusieurs types de jouets 40,3 6.7 Garde inadéquate Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans laissés seuls ou confiés à la garde d’un autre enfant âgé de moins de 10 ans pendant plus d’une heure au moins une fois au cours de la semaine passée 20,2 6.8 ODD 4.2 Indice de développement du jeune enfant Pourcentage d’enfants âgé de 36-59 mois qui sont sur la bonne voie au plan du développement dans au moins trois des quatre domaines suivants : alphabétisation-calcul, physique, socio-affectif, et apprentissage 63,9 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xx ALPHABETISATION ET EDUCATION Indicateur MICS Indicateur Description Valeur 7.1 ODD 4.6 Taux d’alphabétisation des jeunes Pourcentage de jeunes âgés de 15-24 ans qui peuvent lire un texte court et simple sur la vie de tous les jours ouquiont suivi l’enseignement secondaire ou supérieur (a) Femmes (b) Hommes 67,1 71,1 7.2 ODD 4.2.2 Préparation à l’école Pourcentage d’enfants en première année du primaire ayant fréquenté le préscolaire durant l’année scolaire précédente 33,1 7.3 Taux net d’admission à l’éducation primaire Pourcentage d’enfants en âge d’aller à l’école qui entrent en première année du primaire 24,1 7.4 Taux net de scolarisation primaire (ajusté) Pourcentage d’enfants en âge d’être scolarisés dans le primaire fréquentant actuellement l’école primaire ou secondaire 66,3 7.5 Taux net de scolarisation secondaire (ajusté) Pourcentage d’enfants en âge d’être scolarisés dans le secondaire fréquentant actuellement le secondaire ou le supérieur 43,8 7.6 Enfants atteignant la dernière classe du primaire Pourcentage d’enfants entrant en première année du primaire et qui finissent par atteindre la dernière année du primaire 95,2 7.7 Taux d’achèvement du primaire Nombre d’enfants étant en dernière année du primaire (redoublants exclus) divisé par le nombre d’enfants du primaire ayant atteint l’âge de la fin du cycle primaire (âge approprié à l’année finale du cycle primaire) 90,8 7.8 Taux de transition à l’école secondaire Nombre d'enfants fréquentant la dernière année de l'école primaire durant l'année scolaire précédente, qui sont en première année du secondaire au cours de l'année scolaire en cours divisé par le nombre d'enfants étant en dernière année du primaire durant l'année scolaire précédente 94,2 7.9 ODD 4.1 Indice de parité entre les sexes (école primaire) Taux net de fréquentation de l'école primaire (ajusté) pour les filles divisé par le taux net de fréquentation de l'école primaire (ajusté) pour les garçons 1,05 7.10 ODD 4.1 Indice de parité entre les sexes (école secondaire) Taux de net de fréquentation de l'école secondaire (ajusté) pour les filles divisé par le taux net de fréquentation de l'école secondaire (ajusté) pour les garçons 1,05 PROTECTION DE L’ENFANT Enregistrement des naissances Indicateur MICS Indicateur Description Valeur 8.1 ODD 16.9 Enregistrement des naissances Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans dont la naissance a été reportée sur des registres 93,9 Travail des enfants 8.2 ODD 8.7 Travail des enfants Pourcentage d’enfants âgésde 5-17 ans qui participent au travail des enfants 16,6 Discipline de l’enfant 8.3 ODD 16.2 Discipline violente Pourcentage d'enfants de 1-14 ans qui ont subi des agressions psychologiques ou des châtiments corporels pendant le dernier mois 73,7 Mariage précoce et polygamie 8.4 ODD 5.3 Mariage avant l’âge de 15 ans Pourcentage de personnes âgées de 15-49 ans qui se sont mariées ou ont été en union avant l'âge de 15 ans (a) Femmes (b) Hommes 4,2 0,9 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xxi 8.5 Mariage avant l’âge de 18 ans Pourcentage de personnes âgées de 20-49 ans qui se sont mariées ou ont été en union avant l'âge de 18 ans (a) Femmes (b) Hommes 17,3 1,9 8.6 Jeunes âgés de 15-19 ans actuellement mariés ou en union Pourcentage de jeunes âgés de 15-19 ans qui sont mariés ou en union (a) Femmes (b) Hommes 9,4 0,3 8.7 Polygamie Pourcentage de personnes âgées de 15-49 ans qui sont en union polygame (a) Femmes (b) Hommes 25,8 10,9 8.8a 8.8b Différence d’âge entre conjoints Pourcentage de jeunes femmes qui sont mariées ou en union et dont le conjoint est de 10 ans ou plus, plus âgé (a) Femmes âgées de 15-19 ans (b) Femmes âgées de 20-24 ans 48,0 40,3 Mutilation génitale féminine/excision 8.9 Approbation de la mutilation génitale féminine/excision (MGF/E) Pourcentage de femmes de 15-49 ans qui déclarent que la pratique de MGF/E doit continuer 5,6 8.10 ODD 5.3 Prévalence de la mutilation génitale féminine/excision (MGF/E) chez les femmes Pourcentage de femmes de 15-49 ans qui déclarent avoir subi une forme de MGF/E 13,8 8.11 Prévalence de la mutilation génitale féminine/excision (MGF/E) chez les filles Pourcentage de filles âgées de 0-14 ans ayant subi une forme quelconque de MGF/E, tel que rapporté par les mères âgées de 15-49 ans 2,7 Attitudes envers la violence domestique 8.12 Attitudes envers la violence domestique Pourcentage de personnes âgées de 15-49 ans qui déclarent que le mari est en droit de frapper ou de battre sa femme dans au moins l’une des conditions suivantes : (1) elle sort sans le lui dire, (2) elle néglige les enfants, (3) elle se dispute avec lui, (4), elle refuse d’avoir des rapports sexuels avec lui, (5), elle brûle la nourriture (a) Femmes (b) Hommes 23,2 7,3 Arrangement de vie des enfants 8.13 Arrangement de vie des enfants Pourcentage d'enfants âgés de 0-17 ans ne vivant avec aucun des parents biologiques 13,1 8.14 Prévalence d'enfants avec un ou deux parents décédés Pourcentage d'enfants âgés de 0-17 ans avec un ou les deux parents biologiques décédés 8,0 8.15 Les enfants ayant au moins un parent vivant à l'étranger Pourcentage d'enfants âgés de 0-17 ans avec au moins un parent biologique vivant à l'étranger 7,6 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xxii VIH/SIDA ET COMPORTEMENT SEXUEL Connaissance et attitudes du VIH/SIDA Indicateur MICS Indicateur Description Valeur - Ont entendu parler du SIDA Pourcentage de personnes âgées de 15-49 ans qui ont entendu parler du SIDA (a) Femmes (b) Hommes 99,1 97,5 9.1 ODD 3.3 Connaissances sur la prévention du VIH chez les jeunes Pourcentage de jeunes âgés de 15-24 ans qui identifient correctement les moyens de prévenir la transmission sexuelle du VIH et qui rejettent les principales idées fausses concernant la transmission du VIH a) Femmes (b) Hommes 50,0 35,8 9.2 Connaissance de la transmission du VIH mère-enfant Pourcentage de personnes âgées de 15-49 ans qui identifient correctement les trois modes de transmission du VIH de la mère à l'enfant (a) Femmes (b) Hommes 38,0 31,5 9.3 Attitudes bienveillantes envers les personnes vivant avec le VIH Pourcentage de personnes âgées de 15-49 ans exprimant des attitudes de bienveillance sur toutes les quatre questions à l'égard des personnes vivant avec le VIH (a) Femmes (b) Hommes 2,9 3,4 Dépistage du VIH 9.4 Personnes qui connaissent un lieu où se faire tester pour le VIH Pourcentage de personnes âgées de 15-49 ans qui déclarent connaître un endroit pour le dépistage du VIH (a) Femmes (b) Hommes 75,6 63,9 9.5 Personnes s'étant fait dépister pour le VIH et connaissant les résultats Pourcentage de personnes âgées de 15-49 ans qui se sont fait dépister pour le VIH au cours des 12 derniers mois et qui en connaissent le résultat (a) Femmes (b) Hommes 15,4 10,5 9.6 Jeunes sexuellement actifs qui ont été testés pour le VIH et en connaissent le résultat Pourcentage de jeunes âgés de 15-24 ans qui ont eu des rapports sexuels au cours des 12 derniers mois, qui ont été dépistés pour le VIH au cours des 12 derniers mois et qui en connaissent le résultat (a) Femmes (b) Hommes 30,9 14,8 9.7 Conseils sur le VIH lors des soins prénatals Pourcentage de femmes de 15-49 ans qui ont eu une naissance vivante au cours des 2 dernières années et ont reçu des soins prénatals pendant la grossesse de leur naissance la plus récente, ayant indiqué avoir reçu des conseils sur le VIH lors des soins prénatals 56,9 9.8 Test de VIH lors des soins prénatals Pourcentage de femmes âgées de 15-49 ans ayant eu une naissance vivante au cours des 2 dernières années, reçu des soins prénatals pendant la grossesse de leur naissance la plus récente, et indiqué qu'on leur a proposé et qu’elles ont accepté un test de dépistage VIH lors des soins prénatals et reçu les résultats 76,2 Comportement sexuel 9.9 Jeunes n'ayant jamais eu de rapports sexuels Pourcentage de jeunes âgés de 15-24 ans jamais mariés ni en union et n’ayant jamais eu de rapports sexuels (a) Femmes (b) Hommes 94,9 82,5 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xxiii 9.10 Rapports sexuels avant l'âge de 15 ans chez les jeunes Pourcentage de jeunes âgés de 15-24 ans ayant eu des rapports sexuels avant l'âge de15 ans (a) Femmes (b) Hommes 2,8 4,2 9.11 Mélange des âges entre partenaires sexuels Pourcentage de femmes âgées de 15-24 ans ayant eu des rapports sexuels au cours des 12 derniers mois avec un partenaire plus âgé qu'elle de 10 ans ou plus 44,8 9.12 Rapports sexuels avec des partenaires multiples Pourcentage de personnes âgées de 15-49 ans ayant eu des rapports sexuels avec plus d'un partenaire au cours des 12 derniers mois (a) Femmes (b) Hommes 0,5 5,7 9.13 Utilisation de Condom lors des derniers rapports sexuels avec des partenaires multiples Pourcentage de personnes âgées de 15-49 ans ayant déclaré avoir eu plus d'un partenaire sexuel au cours des 12 derniers mois etrapportent également signalé qu'un préservatif a été utilisé la dernière fois qu'elles ont eu des rapports sexuels (a) Femmes (b) Hommes 67,6 53,8 9.14 Rapports sexuels avec des partenaires non réguliers Pourcentage de jeunes sexuellement actifs âgés de 15-24 ans ayant ont eu des rapports sexuels avec un partenaire non-matrimonial, non cohabitant au cours des 12 derniers mois (a) Femmes (b) Hommes 2,9 9,4 9.15 ODD 3.3 Utilisation de condom avec des partenaires non réguliers Pourcentage de jeunes âgés de 15-24 ans ayant déclaré avoir utilisé un préservatif lors du dernier rapport sexuel avec un partenaire sexuel non-matrimonial, non cohabitant au cours des 12 derniers mois (a) Femmes (b) Hommes 59,3 69,6 Enfants orphelins 9.16 ODD 4.5 Ratio de fréquentation scolaire des orphelins par rapport aux non orphelins Proportion de scolarisation chez les enfants âgés de 10-14 ans ayant perdu leurs deux parents, divisée par la proportion de scolarisation parmi les enfants âgés de 10-14 ans dont les parents sont en vie et qui vivent avec l'un ou les deux parents 0,91 ACCES AUX MASS MEDIA ET A LA TECHNOLOGIE DE L’INFORMATION/COMMUNICATION (TIC) Accès aux mass media Indicateur MICS Indicateur Description Valeur 10.1 ODD 16.10 Exposition aux médias Pourcentage de personnes âgées de 15-49 ans qui, au moins une fois par semaine, lisent un journal ou un magazine, écoutent la radio, et regardent la télévision (a) Femmes (b) Hommes 16,8 34,6 Utilisation de la technologie de l’information/communication 10.2 Utilisation d’ordinateurs Pourcentage de jeunes âgés de 15-24 ans ayant utilisé un ordinateur au cours des 12 derniers mois (a) Femmes (b) Hommes 42,3 57,4 10.3 ODD 17.8 Utilisation de l’internet Pourcentage de jeunes âgés de 15-24 ans ayant utilisé l'internet au cours des 12 derniers mois (a) Femmes (b) Hommes 49,4 66,0 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xxiv BIEN ETRE SUBJECTIF Indicateur MICS Indicateur Description Valeur 11.1 Satisfaction vis-à-vis de la vie Pourcentage de jeunes âgés de 15-24 ans étant très ou assez satisfaits de leur vie, dans l'ensemble (a) Femmes (b) Hommes 88,3 94,6 11.2 Bonheur Pourcentage de jeunes âgés de 15-24 ans étant très ou quelque peu heureux (a) Femmes (b) Hommes 82,4 89,4 11.3 Perception d’une vie meilleure Pourcentage de jeunes âgés de 15-24 ans dont la vie s'est améliorée au cours de la dernière année, et qui s'attendent à ce que leur vie soit meilleure dans un an (a) Femmes (b) Hommes 61,8 63,5 CONSOMMATION DE TABAC ET D’ALCOOL Consommation de tabac Indicateur MICS Indicateur Description Valeur 12.1 ODD 3.a Consommation de tabac Pourcentage de personnes âgées de 15-49 ans qui ont fumé des cigarettes ou ont consommé des produits à base de tabac qui se fument ou non n’importe quand durant le mois dernier (a) Femmes (b) Hommes 0,5 14,8 12.2 Fumer avant l’âge de 15 ans Pourcentage de personnes âgées de 15-49 ans ayant fumé une cigarette avant l'âge de 15 ans (a) Femmes (b) Hommes 0,2 12,8 Consommation d’alcool 12.3 ODD 3.5 Consommation d’alcool Pourcentage de personnes âgées de 15-49 ans ayant bu au moins une boisson alcoolisée n’importe quand pendant le dernier mois (a) Femmes (b) Hommes 1,5 3,9 12.4 Consommation d’alcool avant l’âge de 15 ans Pourcentage de personnes âgées de 15-49 ans ayant eu au moins bu une boisson alcoolisée avant l’âge de 15 ans (a) Femmes (b) Hommes 1,0 2,4 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xxv Liste des tableaux Tableau HH.1 : Résultats des enquêtes auprès des ménages, des femmes, des hommes et des enfants de moins de 5 ans . 19 Tableau HH.2 : Distribution par âge de la population des ménages par sexe . 21 Tableau HH.3 : Composition des ménages . 23 Tableau HH.4 : Caractéristiques de base des femmes . 26 Tableau HH.4M : Caractéristiques de base des hommes . 27 Tableau HH.5 : Caractéristiques de base des enfants de moins de 5 ans. 28 Tableau CM.1 : Mortalité des moins de 5 ans . 29 Tableau CM.2 : Mortalité de la petite enfance par caractéristiques socio-économiques . 31 Tableau CM.3 : Mortalité de la petite enfance par caractéristiques sociodémographiques . 31 Tableau NU.1 : Enfants de faible poids à la naissance . 36 Tableau NU.2 : Etat nutritionnel des enfants . 39 Principe directeur (âge 6-23 mois) . 43 Tableau NU.3 : Allaitement initial au sein. 44 Tableau NU.4 : Allaitement . 46 Tableau NU.5 : Durée de l'allaitement au sein . 48 Tableau NU.6 : Allaitement approprié à l'âge . 49 Tableau NU.7 : Introduction d'aliments solides, semi-solides ou mous . 50 Tableau NU.8 : Pratiques alimentaires des nourrissons et jeunes enfants . 51 Tableau NU.9 : Alimentation au biberon . 53 Tableau NU.10 : Consommation de sel iodé . 54 Tableau CH.1 : Vaccinations dans les premières années de vie . 59 Tableau CH.2 : Vaccinations par caractéristiques de base . 61 Tableau CH.3 : Protection contre le tétanos néonatal . 63 Tableau CH.4 : Episodes de maladies rapportés . 65 Tableau CH.5 : Recherche de traitement durant la diarrhée . 67 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xxvi Tableau CH.6 : Pratiques d'alimentation durant la diarrhée . 68 Tableau CH.7: Solutions de réhydratation orale, liquides maison recommandés et zinc . 70 Tableau CH.8 : Thérapie de réhydratation orale avec poursuite de l'alimentation et autres traitements . 73 Tableau CH.9 : Source des SRO et du zinc. 75 Tableau CH.10 : Recherche de soins et traitement antibiotique des symptômes d'infection respiratoire aigue (IRA) . 77 Tableau CH.11 : Connaissance des deux signes d'alerte de la pneumonie . 78 Tableau CH.12 : Utilisation de combustible solide . 80 Tableau CH.13 : Combustible solide utilisé selon le lieu de cuisine . 81 Tableau CH.14 : Disponibilité de moustiquaires imprégnées d'insecticide au niveau des ménages et protection par une méthode de contrôle du vecteur . 83 Tableau CH.15 : Accès à une moustiquaire imprégnée d'insecticide (MII) - Nombre de membres des ménages . 84 Tableau CH.16 : Accès à une moustiquaire imprégnée d'insecticide (MII) par caractéristiques de base . 85 Tableau CH.17 : Utilisation des MII . 86 Tableau CH.18 : Enfants ayant dormi sous moustiquaires . 87 Tableau CH.19 : Utilisation de moustiquaires par la population des ménages . 88 Tableau CH.20 : Recherche de traitement durant la fièvre . 89 Tableau CH.21 : Traitement des enfants avec fièvre . 91 Tableau CH.22 : Diagnostique et traitement antipaludéens des enfants . 92 Tableau CH.23 : Source des anti-paludéens . 93 Tableau CH.24 : Femmes enceintes dormant sous moustiquaire . 95 Tableau CH.25 : Traitement préventif intermittent du paludisme . 96 Tableau WS.1: Utilisation de sources d'eau améliorées . 98 Tableau WS.2 : Traitement de l'eau par les ménages. 101 Tableau WS.3 : Temps mis pour atteindre la source d'eau de boisson . 102 Tableau WS.4 : Personne qui va aller chercher l'eau . 103 Tableau WS.5 : Types d'infrastructures sanitaires . 105 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xxvii Tableau WS.6 : Utilisation et partage des toilettes . 107 Tableau WS.7 : Echelles d'utilisation d'eau et de toilettes . 110 Tableau WS.8 : Evacuation des matières fécales de l'enfant . 112 Tableau WS.9 : Eau et savon à l'endroit spécifique de lavage de mains . 114 Tableau WS.10 : Disponibilité de savon ou d'autres produits nettoyants . 116 Tableau RH.1 : Taux de fécondité . 117 Tableau RH.2 : Taux de natalité des adolescentes et Indice Synthétique de Fécondité . 119 Tableau RH.3 : Grossesse précoce . 120 Tableau RH.4: Tendances des grossesses précoces . 121 Tableau RH.5: Utilisation de la contraception . 123 Tableau RH.6 : Besoins non satisfaits en matière de contraception . 126 Tableau RH.7 : Couverture des soins prénatals . 129 Tableau RH.8 : Nombre de consultations prénatales et moment de la première visite . 130 Tableau RH.9 : Contenu des consultations prénatales . 131 Tableau RH.10 : Assistance à l'accouchement et accouchement par césarienne . 133 Tableau RH.11 : Lieu de l'accouchement . 134 Tableau RH.12 : Séjour post-partum dans un établissement de santé . 137 Tableau RH.13 : Examens de santé post-natals des nouveau-nés . 138 Tableau RH.14 : Examens de santé post-natals des nouveau-nés dans la semaine de la naissance . 140 Tableau RH.15 : Examens de santé post-natals des mères. 142 Tableau RH.16 : Examens de santé post-natals des mères dans la semaine de la naissance . 144 Tableau RH.17 : Examens de santé post-natals des mères et des nouveau-nés . 146 Tableau CD.1 : Fréquentation du préscolaire . 150 Tableau CD.2: Soutien à l'apprentissage . 152 Tableau CD.3 : Matériel d'apprentissage . 154 Tableau CD.4 : Garde inadéquate . 155 Tableau CD.5 : Indice de développement du jeune enfant . 157 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xxviii Tableau ED.1 : Alphabétisation (jeunes femmes) . 159 Tableau ED.1M : Alphabétisation (jeunes hommes) . 160 Tableau ED.2 : Préparation à l'école . 161 Tableau ED.3 : Entrée à l'école primaire . 162 Tableau ED.4: Fréquentation de l'école primaire et enfants hors de l'école . 163 Tableau ED.5: fréquentation de l'école secondaire et enfants non scolarisés . 165 Tableau ED.6 : Enfants atteignant la dernière classe de l'école primaire . 167 Tableau ED.7 : Achèvement de l'école primaire et passage à l'école secondaire . 169 Tableau ED.8 : Parité entre les sexes en matière d'éducation . 170 Tableau ED.9 : Parité par genre - Enfants hors de l'école . 171 Tableau CP.1 : Enregistrement des naissances . 174 Tableau CP.2 : Implication des enfants dans les activités économiques . 177 Tableau CP.3 : Implication des enfants dans les tâches ménagères . 179 Tableau CP.4 : Travail des enfants . 181 Tableau CP.5 : Discipline des enfants . 182 Tableau CP.6 : Attitudes vis-à-vis des châtiments physiques . 184 Tableau CP.7 : Mariage précoce et polygamie (femmes) . 186 Tableau CP.7M : Mariage précoce et polygamie (hommes) . 188 Tableau CP.8 : Tendances du mariage précoce (femmes) . 190 Tableau CP.8M : Tendances du mariage précoce (hommes) . 191 Tableau CP.9 : Différence d'âges entre conjoints . 193 Tableau CP.10 : Mutilations Génitales Féminines/ Excision (MGF/E) parmi les femmes . 195 Tableau CP.11 : Mutilations Génitales Féminines/ Excision (MGF/E) parmi les filles . 197 Tableau CP.12 : Approbation des Mutilations Génitales Féminines/ Excision (MGF/E) . 198 Tableau CP.13 : Attitudes vis-à-vis de la violence domestique (femme) . 200 Tableau CP.13M : Attitudes vis-à-vis de la violence domestique (homme) . 201 Tableau CP.14 : Arrangements de vie des enfants et orphelins . 203 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xxix Tableau CP.15 : Enfants dont les parents vivent à l'étranger . 204 Tableau HA.1 : Connaissance de la transmission du VIH, fausses idées sur le VIH et connaissance approfondie de la transmission du VIH (femmes) . 206 Tableau HA.1M : Connaissance de la transmission du VIH, fausses idées sur le VIH et connaissance approfondie de la transmission du VIH (hommes) . 207 Tableau HA.2 : Connaissance de la transmission mère-enfant du VIH (femmes) . 210 Tableau HA.2M : Connaissance de la transmission mère-enfant du VIH (hommes) . 211 Tableau HA.3 : Attitudes bienveillantes à l'égard des personnes vivant avec le VIH (femmes) . 213 Tableau HA.3M : Attitudes bienveillantes à l'égard des personnes vivant avec le VIH (hommes) . 215 Tableau HA.4 : Connaissance d'un lieu de test de VIH (femmes) . 217 Tableau HA.4M : Connaissance d'un lieu de test de VIH (hommes) . 218 Tableau HA.5 : Conseils et tests de VIH durant les consultations prénatales . 219 Tableau HA.6 : Rapports sexuels avec partenaires multiples (femmes) . 221 Tableau HA.6M : Rapports sexuels avec partenaires multiples (hommes) . 222 Tableau HA.7 : Indicateurs clés sur le VIH et le SIDA (jeunes femmes) . 224 Tableau HA.7M : Indicateurs clés sur le VIH et le SIDA (jeunes hommes) . 225 Tableau HA.8 : Indicateurs clés de comportement sexuel (jeunes femmes) . 227 Tableau HA.8M : Indicateurs clés de comportement sexuel (jeunes hommes) . 228 Tableau HA.9 : Fréquentation scolaire des orphelins et des non-orphelins . 232 Tableau MT.1 : Exposition aux mass media (femmes) . 234 Tableau MT.1M : Exposition aux mass media (hommes) . 235 Tableau MT.2 : Utilisation d'ordinateurs et d'Internet (femmes) . 236 Tableau MT.2M : Utilisation d'ordinateurs et d'Internet (hommes) . 237 Tableau SW.1 : Domaines de satisfaction de vie (femmes) . 240 Tableau SW.1M : Domaines de satisfaction de vie (hommes) . 241 Tableau SW.2 : Satisfaction de vie générale et bonheur (femmes) . 243 Tableau SW.2M : Satisfaction de vie générale et bonheur (hommes) . 244 Tableau SW.3 : Perception d'une meilleure vie (femmes) . 245 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xxx Tableau SW.3M: Perception d'une meilleure vie (hommes) . 246 Tableau TA.1 : Consommation passée et actuelle de tabac (femmes) . 248 Tableau TA.1M : Consommation passée et actuelle de tabac (hommes) . 249 Tableau TA.2 : Age à la première cigarette et fréquence de consommation (femmes) . 250 Tableau TA.2M : Age à la première cigarette et fréquence de consommation (hommes) . 251 Tableau TA.3 : Consommation d'alcool (femmes) . 252 Tableau TA.3M : Consommation d'alcool (hommes). 253 Tableau CT.1 : Connaissance et/ou usage du transfert . 256 Tableau CT.2 : Institutions utilisées pour le transfert d’argent . 257 Tableau CT.3 : Fréquence d’utilisation. 258 Tableau CT.4 : Provenance et destination du transfert d’argent . 259 Tableau CT.5 : Provenance du transfert d’argent . 260 Tableau CT.6A : Motif du transfert d’argent . 261 Tableau CT.6B : Usage du transfert d’argent . 262 Tableau SD.1: Affectation des grappes de l’échantillon . 264 Tableau SE.1 : Indicateurs sélectionnés pour les calculs d’erreurs d’échantillonnage. 273 Tableau SE.2 : Erreurs de sondage : Echantillon total Dakar Urbain . 274 Tableau SE.3 : Erreurs de sondage: Département de Dakar . 275 Tableau SE.4 : Erreurs de sondage : Département de Guédiawaye . 276 Tableau SE.5 : Erreurs de sondage: Département de Pikine . 277 Tableau SE.6 : Erreurs de sondage: Département de Rufisque (milieu urbain) . 278 Tableau DQ.1 : Distribution par âge de la population des ménages . 279 Tableau DQ.2 : Distribution par âge des femmes éligibles et des femmes enquêtées . 280 Tableau DQ.3 : Distribution par âge des hommes éligibles et des hommes enquêtés . 280 Tableau DQ.4 : Distribution par âge des enfants dans les ménages et les questionnaires enfants de moins de 5 ans . 281 Tableau DQ.5 : Rapportage de la date de naissance : population des ménages . 281 Tableau DQ.6 : Rapportage sur la date de naissance et l'âge : femmes . 282 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 xxxi Tableau DQ.7 : Rapportage sur la date de naissance et l'âge : hommes . 282 Tableau DQ.8 : Rapportage sur la date de naissance et l'âge : enfants de moins de 5 ans . 282 Tableau DQ.9 : Information sur la date de naissance : enfants, adolescents et jeunes gens . 283 Tableau DQ.10 : Rapportage de la date de naissance : premières et dernières naissances . 283 Tableau DQ.11 : Complétude des informations . 284 Tableau DQ.15 : Entassement dans les mesures anthropométriques. 285 Tableau DQ:16 : Observation des certificats de naissance . 285 Tableau DQ.17 : Observation des cartes de vaccinations . 286 Tableau DQ.18: Observation des cartes de santé des femmes . 286 Tableau DQ.19 : Observation des moustiquaires et des lieux de lavages des mains . 287 Tableau DQ.20 : Répondant au questionnaire des moins de 5 ans . 287 Tableau DQ.22 : Fréquentation scolaire par année d'âge . 288 Tableau DQ.23 : Rapport par sexe à la naissance parmi les enfants nés vivants et les survivants . 289 Tableau DQ.24 : Naissances par périodes précédant l'enquête . 289 Tableau DQ.25 : Rapportage de l'âge au décès en jours . 290 Tableau HH.6 : Caractéristiques du logement . 291 Tableau HH.7 : Biens du ménage et bien personnels . 292 Tableau HH.8 : Indices de bien-être économique . 292 Tableau ED.3 : Entrée à l'école primaire (7-12 ans) . 293 Tableau ED.4 : Fréquentation de l'école primaire et enfants hors de l'école (7-12 ans) . 294 Tableau ED.5 : Fréquentation de l'école secondaire et enfants non scolarisés (13-19 ans) . 295 Tableau ED.6 : Enfants atteignant la dernière classe de l'école primaire (7-12 ans). 296 Tableau ED.7 : Achèvement de l'école primaire et passage à l'école secondaire (7-19 ans) . 297 Tableau ED.8 : Parité entre les sexes en matière d'éducation (7-19 ans) . 298 Tableau ED.9 : Parité par genre - Enfants hors de l'école (7-19 ans) . 299 Tableau ED.10 : Résumé des indicateurs d'éducation (ISCED - CITEa) . 300 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 1 Liste des graphiques Graphique HH.1 : Répartition par âge et par sexe de la population des ménages, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 22 Graphique CM.1: Quotients de mortalité de la petite enfance, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 30 Graphique CM.2 : Quotient de mortalité des enfants de moins de 5 ans par département, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 33 Graphique CM.3 : Quotients de mortalité des enfants de moins de 5 ans selon certaines caractéristiques individuelles, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 34 Graphique NU.1 : Enfants de moins de 5 ans présentant une insuffisance pondérale, un retard de croissance et une émaciation (modéré(e) et grave), MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 41 Graphique NU.2 : Initiation à l’allaitement au sein, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 45 Graphique NU.3 : Evolution de l’alimentation du nourrisson selon l’âge, MICS Urbaine Dakar 2015- 2016 . 47 Graphique NU.4 : Consommation de sel iodé, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 55 Graphique CH.1 : Vaccinations avant l’âge de 12 mois, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 60 Graphique CH.2 : Enfants de moins de 5 ans souffrant de diarrhée et ayant reçu des SRO ou des liquides-maison recommandés, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 71 Graphique CH.3 : Enfants de moins de 5 ans souffrant de diarrhée et ayant reçu une thérapie par réhydratation orale (TRO) et une alimentation continue, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 74 Graphique CH.4 : Pourcentage de population des ménages ayant accès à une MII à domicile, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 85 Graphique WS.1 : Répartition en pourcentage des membres des ménages par source d’eau de boisson, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 99 Graphique WS.2 : Répartition en pourcentage des membres des ménages selon l’utilisation et le partage des installations d’assainissement, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 108 Graphique WS.3 : Utilisation de sources d’eau de boisson améliorées et d’installations sanitaires améliorées selon les quintiles de bien-être économique, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 111 Graphique RH.1 : Taux de fécondité par âge, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 118 Graphique RH.2 : Pourcentage de femmes actuellement mariées ou en union utilisant une méthode contraceptive quelconque, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 124 Graphique RH.3 : Personne assistant l’accouchement, Sénégal, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 134 Graphique ED.1 : Indicateurs d’instruction selon le sexe, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 172 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 2 Graphique CP.1 : Enfants de moins de 5 ans dont la naissance est enregistrée, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 175 Graphique CP.2 : Méthodes disciplinaires envers les enfants, enfants âgés de 1-14 ans, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 183 Graphique CP.3 : Mariage précoce des femmes, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 192 Graphique HA.1 : Femmes et hommes ayant une connaissance approfondie de la transmission du VIH, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 209 Graphique HA.2 : Comportement sexuel qui augmente le risque d’infection au VIH, jeunes âgés de 15-24 ans, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 . 230 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 iii Liste des abréviations ACT Combinaison Thérapeutique à base d’Artémisinine ANSD Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie BCG Bacille de Calmette et Guérin (Anti-tuberculose) CAPE Cellule d’Appui pour la Protection de l’Enfance CAPI Computer AssistedPersonal Interview CDE Charte des Droits de l’Enfant CEDEAO Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest CLM Cellule de lutte contre la malnutrition CSPro Census and Survey Processing System DIU Dispositif intra-utérin DR District de recensement DTCoq Diphtérie Tétanos Coqueluche EPN Examens post-natals FNUAP Fonds des Nations Unies pour la population IDJE Indice de développement du jeune enfant IPS Indice de parité entre les sexes IRA Infection respiratoire aiguë ISCED-CITE International Standard Classification of Education – Classification internationale type de l’éducation IST Infection Sexuelllement Transmissible MAMA Méthode de l’aménorrhée due à la lactation MGF/E Mutilations génitales féminines / excision MICS Multiple Indicateur Cluster Survey (Enquête par grappes à indicateurs multiples) MICS5 Cinquième série mondiale d’enquêtes du programme MICS MII Moustiquaire imprégnée d’insecticide MIILDA Moustiquaire imprégnée d’insecticide à longue durée d’action MSAS Ministère de la santé et de l’action sociale NSP Ne sait pas ODD Objectifs de Dévelopement Durable OMD Objectif du Millénaire pour le développement OMS Organisation mondiale de la santé ONUSIDA Programme des Nations Unies sur le VIH/SIDA PAQUET-EF Programme d’amélioration de la qualité, de l’éthique et de la transparence du secteur de l’éducation et de la formation PDEF Programme Décennal de l’Education et de la Formation PENTA Pentavalent vaccin contre diphterie, tétanos, coqueluche, haemophilus influenzae de type B, Hépatite B PEV Programme élargi de vaccination PID Pulvérisation intra-domicilaire PNC Soins post-natals Pneunomo Pneumocoque vaccin contre la pneumonie PNUD Programme des Nations Unies pour le développement POLIO Vaccin contre la poliomyélite ppm Parties par million RGPHAE Recensement Général de la Population et de l’Habitat, de l’agriculture et de l’Elevage ROTA Rotavirus vaccin contre la diarrhée SIDA Syndrome d'immunodéficience acquise SP Syfdoxine pryméthamine SPSS Statistical Package for Social Sciences SRO Sel de rehydratation orale TBN Taux brut de natalité TCI Troubles dus à la carence en iode MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 iv TFA Taux de fécondité par âge TFG Taux de fécondité général TNS Taux net de scolarisation TPI Traitement préventif intermittent TRO Traitement par réhydratation orale UNGASS Session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies sur le VIH/Sida UNICEF Fonds des Nations Unies pour l’enfance UPE Unité primaire d’échantillonnage VIH Virus de l'Immunodéficience Humaine WFFC Monde digne des enfants MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 5 Résumé analytique MORTALITE INFANTILE Le quotient de mortalité infantile (probabilité de décéder avant d’atteindre l’âge de 1 an exact) au cours des cinq années précédant l'enquête est de 32 pour 1000 naissances vivantes et la mortalité des moins de cinq ans (mortalité infanto-juvénile ou probabilité de décéder avant d’atteindre 5 ans exacts) est de 40 décès pour 1000 naissances vivantes pour la même période. En d’autres termes, 80 % de décès de moins de cinq ans sont des décès d’enfants survenus avant le premier anniversaire. Les quotients de mortalité infantile et infanto-juvénile sont plus faibles chez les filles que chez les garçons. Ils sont estimés à 25 décès contre 40 et 34 décès contre 46 pour 1000 naissances vivantes, respectivement avant le premier et le cinquième anniversaire. Les mêmes tendances s’observent à tous les niveaux de mortalité, à l’exception de la mortalité juvénile où le risque de décéder est plus élevé chez les filles (9 décès contre 6 pour 1000 naissances vivantes chez garçons). NUTRITION L’insuffisance pondérale à la naissance, définie comme un poids à la naissance inférieure à 2500 grammes, implique une série de graves risques sanitaires pour les enfants. Dans l’enquête MICS Urbaine Dakar, 93% des nourrissons ont été pesés à la naissance. Et environ 15% parmi eux présentent un faible poids à la naissance. Lorsque les enfants ont accès à une nourriture suffisante, ne sont pas exposés à des maladies répétées et sont bien soignés, ils atteignent leur potentiel de croissance et sont considérés comme bien nourris. Dans l’ensemble, les données de l’enquête montrent que 8% des enfants de moins de cinq ans de la zone urbaine de la région de Dakar présente une insuffisance pondérale modérée. Près d’un enfant sur dix (9%) accuse un retard de croissance modéré ou est trop petit pour son âge et 6% sont modérément émaciés ou trop maigres pour leur taille. En ce qui concerne les accouchements, ils se font principalement dans les structures sanitaires avec l’assistance de personnel qualifié (98%).Les résultats de l’enquête révèlent que lamajorité des enfants (98%) sont allaités au sein. Dans l’ensemble, 66% des enfants âgés de moins de cinq mois sont allaités exclusivement au sein. Au total, 81% enfants âgés de moins de cinq mois sont essentiellement nourris au sein (allaitement prédominant), avec de l'eau ordinaire et des liquides non lactéscomme supplément au lait maternel. L’allaitement exclusif et allaitement prédominantsont plus fréquentschez les garçons (72% et 86% respectivement) que chez les filles (61% et 77% respectivement). Les troubles dus à la carence en iode sont la première cause mondiale d'arriération mentale évitable et de développement psychomoteur avec des facultés affaiblies chez les jeunes enfants. Cependant, dans 43% des ménages seulement, le sel contenait plus de 15 parties par million (ppm) ou plus d'iode. L'utilisation de sel iodé (supérieur à 15 ppm) est plus faible dans le département de Pikine (40%) et plus élevée dans celui de Rufisque (46%). Il a été constaté que plus de la moitié des ménages les plus riches (57%) utilisaient du sel suffisamment iodé par rapport à seulement 29% des ménages les plus pauvres. MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 6 SANTE DE L’ENFANT Vaccination Dans l’ensemble de la zone urbaine dakaroise, 54% des enfants entre 12 et 23 mois ont reçu toutes les doses de vaccins du Programme élargi de vaccination (PEV). Cependant, la proportion des enfants complètement vaccinés avant l’âge de 12 mois est légèrement plus faible (48%). La couverture vaccinale varie selon le type de vaccin. Le BCG et le PENTA1 sont respectivement reçus par 94% et 93% des enfants de 12-23 mois alors que le vaccin contre la rougeole ne concerne que 65% de cas. Protection contre le tétanos néonatal En matière de couverture vaccinale contre le tétanos néonatal, des progrès restent encore à réaliser dans la zone urbaine de Dakar. Dans l’ensemble, 79% des femmes ayant eu une naissance vivante au cours des deux années précédant l’enquête sont protégés contre le tétanos. La couverture vaccinale contre le tétanos néonatal est plus faible dans le département de Guédiawaye. Soins contre les maladies La prévalence de la diarrhée, de la fièvre et la fréquence des symptômes d’IRA sont respectivement estimées à 21%, 3% et 27% dans la zone urbaine de Dakar. La recherche de conseils ou de soins auprès d’un prestataire de santé n’est pas automatique. Pour l’indicateur des épisodes diarrhéiques, seuls 39% des enfants ont bénéficié d’une consultation dans un établissement de santé. S’agissant des pratiques alimentaires, un peu plus d’un tiers des enfants de moins de cinq ans (36%) souffrant de diarrhée ont reçu plus de nourriture que d'habitude alors que 61% ont eu la même chose ou moins. Dans l’ensemble, 32% des enfants ont reçu des SRO ou des liquides-maisons recommandés. L’utilisation des Moustiquaires Imprégnées d’Insecticide (MII) pour les enfants de moins de 5 ans est loin d’être systématique, seuls 21% des enfants de moins de cinq ans ont dormi sous une MII la nuit précédant l’enquête. Chez les femmes enceintes, seules 23% d’entre elles utilisent les MII. Cependant, le recours au traitement préventif intermittent contre le paludisme concerne la quasi-totalité des femmes enceintes (96%). MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 7 EAU ET ASSAINISSEMENT Utilisation de sources d’eau améliorées Dans l’ensemble, l’accès à une source améliorée d’eau potable est universel en milieu urbain de la région de Dakar (99,5%). La situation est presque identique dans tous les départements, hormis Rufisque (98%). La différence entre riches et pauvres est considérable : parmi les ménages les plus riches, huit sur dix (83%) s’approvisionnent en eau de sources améliorées contre seulement moins de quatre sur dix (35%) chez les ménages les plus pauvres. Près de neuf ménages sur dix (86%) n’utilisent aucune méthode pour traiter l’eau de boisson. Seuls 13 % des ménages utilisent des méthodes adéquates de traitement de l’eau provenant de sources non améliorées pour la rendre salubre. Utilisation d’installations sanitaires améliorées L’essentiel de la population urbaine de la région de Dakar (98%) vit dans des ménages utilisant des installations d’assainissement améliorées. Pourtant, seulement 69% de la population utilise des installations d’assainissement améliorées non-partagées .Dans l’ensemble, 68% de la population des ménages urbains de la région de Dakar utilisent à la fois des sources d’approvisionnement en eau potable améliorées et des toilettes améliorées. Ce pourcentage est plus important dans les départements de Guédiawaye (75%) et de Rufisque (72%). Lavage des mains La place réservée au lavage des mains n’a été observée que dans un peu plus de la moitié des ménages (55%) et parmi ces ménages, environ quatre sur dix (44%) disposent à la fois de l’eau et du savon à cet endroit. La disponibilité d’un endroit spécifique pour le lavage des mains et la présence à cet endroit de l’eau et du savon varient avec le quintile du bien-être économique. SANTÉ DE LA REPRODUCTION Contraception et besoins non satisfaits La prévalence contraceptive des femmes mariées ou en union est de 33%. Les femmes qui utilisent une méthode moderne représentent 33% contre 0,7% pour celles utilisant une méthode traditionnelle. La méthode la plus courante est la solution injectable, utilisée par 12% des femmes mariées ou en union. L’utilisation de la pilule et celle des implants sont assez fréquentes, 9% des femmes mariées ou en union y ont recours. Par contre, la stérilisation, l’usage du préservatif, la méthode de l’allaitement maternel et de l'aménorrhée (MAMA) sont faible (proche de 0%). Les niveaux de prévalence contraceptive varient selon les départements. Les proportions passent de 32% dans le département de Dakar à 38% dans le département de Rufisque et les adolescentes sont beaucoup moins susceptibles de recourir à la contraception que les femmes plus âgées. Environ, 10% des adolescentes de 15-19 ans mariées ou en union utilisent actuellement une méthode contraceptive contre 28% des femmes âgées de 20-24 ans, alors que le niveau de la contraception chez les femmes plus âgées varie de 20% à 38%. S’agissant des besoins non satisfaits en matière de contraception que ce soit pour espacer ou limiter les naissances, Dakar est le département où les besoins sont beaucoup plus exprimés, suivi des départements de Pikine et de Rufisque. Il apparaît également selon l’âge, le niveau d’instruction et le niveau de vie que les besoins non satisfaits sont plus élevés chez les jeunes femmes de 15-19 ans et chez MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 8 les femmes non instruites ou de niveau primaire, mais vivant par ailleurs dans des ménages très pauvres et pauvres. Soins prénatals Le nombre de visites prénatales au cours de la dernière grossesse ayant eu lieu au cours des deux années ayant précédé l'enquête, quel que soit le prestataire, varie selon certaines caractéristiques. Les résultats ont montré que plus de neuf mères sur dix (93%) sont allées en consultations prénatales plus d'une fois et près de trois mères sur quatre y sont allées au moins quatre fois (74%). Les mères issues des ménages les plus pauvres, de niveau d’instruction primaire ou non instruites sont moins susceptibles que les mères issues de ménages les plus riches d’aller quatre fois ou plus en consultations prénatales. La prise en charge de la grossesse par le médecin bien que relativement faible (11 %) est plus accentuée chez les femmes du département de Dakar (22%), celles d’âges plus élevés, 35-49 ans (16%), de niveau supérieur (44%) et appartenant aux ménages aisés (32%). L’enquête montre également que la moitié des femmes enceintes ont commencé leurs consultations prénatales au deuxième mois de leur grossesse. Assistance à l’accouchement Près de 97% des accouchements ayant eu lieu au cours des deux années précédant l'enquête ont été assistés par un personnel qualifié. Ce pourcentage varie de 97% à Rufisque à 99% à Guédiawaye. Le niveau d’instruction de la mère n’est pas déterminant sur la qualification du personnel ayant assisté l’accouchement. Plus de quatre accouchements sur cinq (82%) au cours des deux années précédant l'enquête ont été effectués avec l'assistance d'une infirmière ou sage-femme. L’assistance à l’accouchement par un médecin n’a été effectuée que dans 14 % des cas. DEVELOPPEMENT DU JEUNE ENFANT Éducation et apprentissage de la petite enfance Moins de la moitié (45%) des enfants âgés de 36-59 mois sont inscrits dans un programme d'apprentissage préscolaire organisé. Parmi les enfants âgés de 36-59 mois, la fréquentation d’une institution du préscolaire est plus répandue dans le département de Pikine (49%), et elle est la plus faible à Rufisque (27%). Il n’existe pratiquement pas de différence entre les deux sexes, avec 45% chez les garçons et 46% chez les filles. Cependant, les différences selon le niveau d’éducation de la mère et selon le statut socio-économique des ménages sont importantes. Près du tiers (32%) des enfants dont la mère n’a aucun niveau d’instruction sont inscrits dans une institution du préscolaire, contre quatre enfants sur cinq (80%) nés de mères ayant un niveau supérieur. Aussi, 24% des enfants vivant dans les ménages les plus pauvres contre 72% de ceux des ménages les plus riches suivent un programme d'apprentissage préscolaire organisé. Il est utile de souligner que la proportion d’enfants fréquentant une institution du préscolaire à l’âge de 36-47 mois (38%) est plus faible que celle observée chez les enfants âgés de 48-59 mois (53%). Développement du jeune enfant Un module de 10 éléments, mis au point par le programme MICS, a été utilisé pour calculer l’indice de développement du jeune enfant (IDJE). Parmi les enfants âgés de 36-59 mois, 64% sont en bonne voie de développement. L’IDJE est pratiquement le même chez les filles (64%). L’IDJE est plus élevé chez les MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 9 enfants fréquentant un établissement préscolaire (69% contre 60% pour ceux qui ne fréquentent pas une école préscolaire). Les enfants vivant dans les ménages les plus pauvres ont un IDJE plus faible (62%) que les enfants vivant dans les ménages les plus riches (72% des enfants sur la bonne voie du développement). L’analyse des quatre domaines du développement de l’enfant montre que 96% des enfants sont sur la bonne voie dans le domaine physique, mais un peu moins sur la bonne voie dans le domaine de l’apprentissage (92%) et beaucoup moins dans les domaines du socio-affectif (64%) et particulièrement de l’alphabétisation-capacité de calcul (14%). Dans chacun des domaines particuliers, les scores les plus élevés sont observés chez les enfants vivant dans le département de Rufisque, chez les enfants les plus âgés (48-59 mois), chez les enfants nés de mère ayant un niveau d’instruction supérieur, chez les enfants fréquentant un établissement préscolaire, chez les enfants des ménages les plus riches. Les écarts entre les deux sexes sont pratiquement inexistants. ALPHABETISATION ET EDUCATION L’alphabétisation chez les jeunes femmes et hommes de 15-24 ans La proportion de jeunes femmes alphabétisées est de 67%, avec des variations selon les régions et le niveau du bien-être socioéconomique. Elle est plus faible à Pikine avec 64% et plus élevé dans le département de Guédiawaye. Parmi les jeunes femmes ayant déclaré que l'école primaire était leur plus haut niveau de scolarité, seulement 31% étaient réellement en mesure de lire le texte qui leur a été montré. De même, uniquement 43% de jeunes femmes issues des ménages les plus pauvres sont alphabétisées. Chez les jeunes hommes, le taux d’alphabétisation est supérieur (72%) à celui des jeunes femmes ; il est plus faible à Rufisque (65%) qu’à Dakar (80%). Parmi les jeunes hommes ayant déclaré que l'école primaire était leur plus haut niveau de scolarité, seulement 37% étaient réellement en mesure de lire le texte qui leur a été montré. Ce taux augmente avec le quintile de bien-être économique des ménages ; variant de 55% chez les plus pauvres à 91% chez les plus riches. Fréquentation de l’école primaire et d’un établissement secondaire Parmi les enfants ayant l’âge légal d’entrée à l’école primaire qui est de 6 ans au Sénégal, 24% sont inscrits en première année d’école primaire. Il existe une légère différenceentre les sexes (23% de garçons contre 26% de filles). De même, des écarts faibles ou modérés existent selon les départements. Cet indicateur augmente en fonction du niveau d’instruction de la mère et du statut socio-économique du ménage. Parmi les enfants âgés de 6ans dont la mère a au moins atteint le niveau d’étude secondaire, 39% étaient en première année (cours d’initiation). Dans les ménages les plus riches, la proportion se situe autour de 44%, alors qu’elle s’établit à 14% chez les enfants vivant dans les ménages les plus pauvres. Concernant la fréquentation d’un établissement secondaire ou supérieur, 44% des enfants d’âge scolaire secondaire sont scolarisés dans le secondaire. Le taux net de fréquentation dans l’enseignement secondaire est plus élevé dans le département de Dakar (51%) et plus faible dans le département de Pikine (38%). Le taux est de 25% pour les enfants des ménages les plus pauvres contre 61% pour ceux des ménages les plus riches. Par ailleurs, près de la moitié (46%) des enfants des ménages les plus pauvres ayant l’âge de fréquenter un établissement d’enseignement secondaire sont complètement non scolarisés contre 20% chez les enfants des ménages les plus riches. De même, le pourcentage de ces enfants est de 35% parmi les enfants dont les mères n’ont aucune instruction contre 5% parmi ceux dont les mères ont un niveau d’étudessupérieur. Parmi tous les enfants commençant la MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 10 première année de l’école primaire, la majorité (95%) finira par atteindre la 6ème année. Le taux de survie à la dernière classe de l’école primaire est peu différent chez les garçons (94%) et chez les filles (96%). Le plus faible taux est enregistré à Rufisque (91%) et le plus élevé dans le département de Dakar (98%). On observe peu de différences dans le taux de survie à la dernière classe de l’école primaire lorsqu’on considère le niveau d’instruction des mères ou gardiennes des enfants. Au niveau du statut socio- économique du ménage auquel appartient l’enfant, ce taux est universel chez les plus riches (100%) alors que chez les plus pauvres il est de 87%. Parité entre les sexes La parité des sexes à l’école primaire et secondaire est de 1,05, dénotant ainsi une légère différence en faveur des filles dans la fréquentation scolaire. Les filles sont légèrement plus assidues que les garçons dans le système primaire et cette différence est particulièrement prononcée dans les départements de Dakar, Pikine et Rufisque. En revanche, pour le système secondaire, Guédiawaye, Rufisque et Pikine présentent des situations plus favorables. PROTECTION DE L’ENFANCE Enregistrement des naissances Dans la région de Dakar, la quasi-totalité des enfants de moins de cinq ans (94%) ont été enregistrés à l’état civil à la naissance. Il n’y a pas de variations considérables dans l’enregistrement des naissances en fonction du sexe, des départements et du niveau d’instruction de la mère. Travail des enfants Parmi les enfants âgés de 5-17 ans, 17% sont impliqués dans le travail des enfants. L’implication des enfants en dehors des limites acceptables en fonction de leur âge se situe principalement au niveau des travaux domestiques (71%). Les variations selon le sexe ne montrent pas de grandes différences ; par contre, il existe des différences selon l’âge, le département et le quintile de niveau de bien-être économique. Les niveaux les plus élevés sont observés chez les enfants âgés de 15-17 ans (27%), ceux résidant à Pikine (20%) et ceux issus des ménages les plus pauvre (25%). Quant aux variations selon le niveau d’instruction de la mère, elles sont irrégulières. Discipline des enfants Plus de sept enfants sur dix âgés de 1-14 ans (74%) ont été soumis à au moins une forme de punition psychologique ou physique par des membres du ménage ; les formes les plus sévères de punitions physiques représentent 24%. Par ailleurs, les résultats montrent que 20% des répondants croient que les punitions physiques sont une composante nécessaire de l’éducation d’un enfant. Quel que soit le degré de sévérité, les enfants de sexe masculin (62%) ont été légèrement plus soumis à la discipline physique que les filles (60%). Les châtiments physiques sévères touchent 27% des garçons contre 21% des filles. Mariage précoce Dans 4% des cas, les femmes âgées de 15-49 ans se sont mariées avant l’âge de 15 ans. Par contre, environ une femme sur cinq (17%) âgées de 20-49 ans s’est mariée avant l’âge de 18 ans. La proportion des femmes mariées avant 15 ans et celle des femmes mariées avant 18 ans sont plus importantes à Pikine. Cependant, les résultats révèlent que le mariage précoce ne concerne pratiquement pas les hommes dans la région de Dakar. MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 11 Mutilation Génitale Féminine/Excision Un peu plus d’une femme sur dix (14%) âgée de 15-49 ans a déclaré avoir subi une forme de mutilation génitale féminine/excision (MGF/E). Par contre, chez les filles âgées de 0-14 ans, 3% ont subi une forme de MGF/E d’après la déclaration des mères. Attitudes vis-à-vis de la violence domestique Un peu plus d’une femme sur cinq (23%) estiment qu’il est justifié que le mari ou le partenaire frappe ou batte sa femme pour une raison ou une autre contre 7% des hommes. Les femmes qui justifient la violence de leur mari, dans la plupart des cas, acceptent et justifient la violence dans les cas où la femme néglige les enfants (14%), ou si elle fait montrerson autonomie, illustré par le fait de sortir sans le dire à son mari ou de se disputer avec lui (9%). L’approbation de la violence conjugale est plus présente chez celles vivant dans les ménages les plus pauvres, les moins instruites et également les femmes mariées avant (divorcées, veuves). VIH/SIDA ET COMPORTEMENT SEXUEL La connaissance du VIH/SIDA est assez répandue au niveau de la zone urbaine de Dakar. En tout, 99% des femmes et 98% des hommes enquêtés ont entendu parler de cette maladie. Cependant, la connaissance des deux principaux moyens de transmission est moins élevée avec 81% des femmes et 77% des hommes. Il existe des fausses idées communément admises sur la transmission du VIH/SIDA dans la région urbaine de Dakar. Les questions posées au cours de la MICS Urbaine Dakar ont permis d’apprécier le niveau de conscience de la population par rapport à ces fausses idées. Plus de la moitié (57%) des femmes et 44% des hommes rejettent les deux idées fausses les plus courantes et savent qu'une personne en bonne santé peut être séropositive. La connaissance approfondie de la transmission du VIH/SIDA est plus élevée chez les femmes (50%) que chez les hommes (36%). La connaissance de la transmission mère enfant reste à améliorer dans la zone urbaine de Dakar. Dans l'ensemble, 63% des femmes et 81% des hommes savent que le VIH peut être transmis de la mère à l'enfant. L’attitude des hommes et des femmes à l’égard des personnes vivant avec le VIH/SIDA a également été examinée au cours de cette enquête. Il ressort des résultats de l’étude que, dans la zone urbaine de la région de Dakar, 97% des femmes et des hommes ayant entendu parler du SIDA sont d'accord avec au moins une déclaration bienveillante à l’égard des personnes vivant avec le VIH. Cependant, la proportion des enquêtés exprimant une attitude favorable à l’égard des quatre indicateurs est relativement faible (3%). Le recours au test de dépistage du VIH/ SIDA n’est pas très fréquent dans la zone urbaine de Dakar. La proportion de personnes ayant fait le test de dépistage au cours des 12 derniers mois est de 16% pour les femmes et 11% pour les hommes. ACCES AUX MEDIAS DE MASSE ET UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LACOMMUNICATION Hormis la télévision, l’exposition aux médias de masse est plus importante chez les hommes que chez les femmes. Ainsi, 24% des femmes à Dakar lisent un journal ou un magazine, 63% écoutent la radio et 94% regardent la télévision au moins une fois par semaine contre respectivement 42%, 78% et 89% chez MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 12 les hommes. Dans l’ensemble, 3% des femmes ne sont pas régulièrement exposées à l’un des trois médias, tandis que 97% sont exposées à au moins un support médiatique et 17% à tous les trois types de médias chaque semaine. Chez les hommes, 4% ne sont pas régulièrement exposés à l’un des trois médias, 96% sont exposés à au moins un et 35% à tous les trois types de médias chaque semaine. Par ailleurs, les hommes ont un schéma d’exposition aux médias par âge quelque peu différent de celui des femmes. En effet, si chez les femmes ce sont celles âgées de 25-29 ans qui sont plus susceptibles que les autres d’être exposées (21%) aux trois types de médias toutes les semaines, chez les hommes par contre, ce sont ceux âgés de 35-39 ans qui sont plus susceptibles que les autres d’être exposés (41%) à tous les trois médias chaque semaine. En outre, aussi bien chez les femmes que chez les hommes, le niveau d’exposition aux trois médias, au moins une fois par semaine, augmente avec le niveau d’instruction des enquêtés et le niveau de vie des ménages auxquels ils appartiennent. Les questions relatives à l’utilisation des ordinateurs et de l’internet ont concerné seulement les hommes et les femmes âgés de 15-24 ans. L’usage de l’ordinateur et de l’internet est plus important chez les hommes que chez les femmes. Ainsi, 64% des hommes âgés de 15-24 ans ont déjà utilisé un ordinateur, 57% l’ont utilisé au cours des 12 derniers mois et 35% l’ont utilisé au moins une fois par semaine au cours du dernier mois précédant l’enquête. Pour l’usage de l’internet, au total 68% des hommes ont déclaré l’avoir utilisé au moins une fois dans leur vie. Au cours des douze derniers mois précédant l’enquête, 66% ont déclaré l’avoir utilisé et 47% au cours du mois précédant l’enquête.Chez les femmes, 51% ont déjà utilisé un ordinateur, 42% l’ont utilisé au cours des douze derniers mois et 23% l’ont utilisé au moins une fois par semaine au cours du mois dernier. Pour l’internet, 53% ont déclaré l’avoir utilisé au moins une fois. Au cours des douze derniers mois précédant l’enquête, 49% ont déclaré l’avoir utilisé et 36% au cours du mois précédant l’enquête. En somme, que ce soit chez les femmes comme chez les hommes, la proportion de ceux d’entre eux qui ont utilisé l’ordinateur au moins une fois par semaine au cours du mois précédant l’enquête augmente avec le niveau d’instruction des enquêtés et le niveau de vie des ménages auxquels ils appartiennent. BIEN-ETRE SUBJECTIF La satisfaction de la vie est une mesure du niveau perçu de son bien-être par un individu. Les femmes et les hommes de 15-24 ans ont été invités à répondre à une série de questions sur la satisfaction de la vie, sur le bonheur et la perception d’une vie meilleure. Les hommes ont été les plus satisfaits de leur santé (93%), de leurs amitiés (94%), et de leur vie de famille (93%) que les femmes avec respectivement 86%, 83% et 81%. Par contre au niveau du revenu les femmes sont plus satisfaites (82% pour les femmes contre 78% pour les hommes). TRANSFERT D’ARGENT Les services financiers de transfert d’argent sont très connus dans la zone urbaine de Dakar, puisque 95% des ménages en connaissent au moins un. L’utilisation de ces services par les ménages est également très répandue (89%). L’essentiel des transferts reçus proviennent essentiellement des parents et amis. Les transferts provenant de programmes étatiques ou d’ONG sont relativement rares. En termes de fréquence, les transferts d’argent sont généralement occasionnels (59%) bien que les transferts mensuels soient non négligeables (27%). Les transferts internationaux ne concernent que 7% des ménages et sont plus fréquents dans les ménages dirigés par une personne de nationalité étrangère. MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 13 I. Introduction Contexte Le présent rapport constitue une synthèse des résultats de l’enquête MICS Urbaine Dakar conduite en 2015-2016 par l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie en collaboration avec l’UNICEF. Cette enquête s’inscrit dans le contexte d’une urbanisation rapidemarquée par un accroissement des inégalités sociales. La MICS Urbaine Dakar fournit des données statistiquement fiables et comparables au niveau international, essentielles pour l'élaboration des politiques et des programmes fondés sur des évidences et pour le suivi des progrès vers les objectifs nationaux et les engagements mondiaux. Au nombre de ces engagements mondiaux figurent la Résolutionadoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 25 septembre 2015 « Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l’horizon 2030 » surles Objectifs de Développement Durable (ODD). L’Etat du Sénégal a ratifié plusieurs conventions aux niveaux régional et international visant à garantir les droitsdes enfants. La ratification de la Convention des Nations Unies relative aux Droits de l’Enfant, la Charte Africaine sur le Bien-être et les Droits de l’Enfant et la Déclaration de la décennie pour la promotion des droits de l’enfant en Afrique de l’ouest constituent autant de mesures attestant l’engagement du Sénégal dans le respect des droits des enfants. Par ailleurs, le projet pour l'éradication du phénomène des enfants de la rue dans l’espace CEDEAO lancé en juin 2015 a été suivi par une mesure forte du Gouvernement du Sénégal de retirer les enfants de la rue depuis juillet 2016. En matière de protection sociale et de lutte contre les inégalités, le Gouvernement du Sénégal a adopté une série de mesures visant à atteindre un développement inclusif. Le Plan Sénégal Emergent, document cadre de la politique de développement du pays, accorde une place prioritaire à l’intégration des couches vulnérables telles que les enfants et les femmes. Le Programme national de bourses de sécurité familiale est un tel programme de lutte contre la pauvreté et l’exclusion. Par ailleurs, dans le domaine de la santé, l’adoption de la couverture maladie universelle et la gratuité des soins de santé pour les 0-5 ans constituent des mesures phares pour une amélioration de la santé de la mère et de l’enfant. Le Sénégal se caractérise par une population fortement jeune avec la moitié de ses résidents âgés de moins de 18 ans. Cette structure démographique nécessite une prise en compte particulière des enjeux relatifs à l’enfant, et notamment dans le contexte d’une forte urbanisation, estime à 45,2% (RGPHAE 2013), la région de Dakar étant un centre de forte concentration démographique. L’enquête MICS Urbaine Dakar est la première enquête menée en milieu urbain exclusivement. Elle permet d’évaluer les progrès réalisés dans l’amélioration de la situation des enfants et des femmes. Cette enquête permet de sortir des indicateurs représentatifs au niveau régional (zone urbaine de Dakar) et départemental. Cette enquête qui fait partie de la 5ème vague des enquêtes MICS a été menée par l’ANSD avec l’appui technique et financier de l’UNICEF. Objectifs de l’enquête L’enquête MICS Urbaine Dakara pour objet de collecter des données sur une large gamme d'indicateurs dans les domaines de la santé, l'éducation, le development du jeune enfant, la protection des enfants, le VIH/SIDA, le bien-etre subjectif, et les transfers d’argent. Les conclusions de la MICS Urbaine Dakar vont être utilisées comme base pour les prises de décisions politiques et les interventions des programmes en MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 14 zone urbaine et dans le but d'influencer l'opinion publique sur la situation des enfants et des femmes dans la région de Dakar, et implicitement dans les autres zones urbaines du Sénégal. De façon spécifique, la MICS Urbaine Dakar, 2015-2016, vise à : • Fournir des informations quantitatives mises à jour pour l'évaluation de la situation des enfants et des femmes habitant dans les zones urbaines et péri-urbaines de Dakar ; • Générer des données sur la situation des enfants et des femmes en milieu urbain, y compris l'identification des groupes vulnérables et des disparités pour informer les politiques et les interventions programmatiques ; • Fournir les données de base pour les programmes urbains spécifiques qui ciblent les populations vulnérables dans les communautés urbaines ; • Contribuer à l'amélioration des données et des systèmes de collecte de données à Dakar et à renforcer l’expertise technique dans la conception, la mise en œuvre et l'analyse de tels systèmes. MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 15 II. Méthodologie d’échantillonnage et d’enquête Plan de sondage L’échantillon de l’Enquête par grappes à indicateurs multiples, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016, a été conçu pour fournir des estimations pour un grand nombre d’indicateurs sur la situation des enfants et des femmes pour l’ensemble de la région et au niveau départemental. Il a porté sur 5440 ménages répartis dans 272 districts de dénombrement. L’échantillon a été sélectionné en deux étapes. Les seules zones urbaines de chaque département de la région de Dakar ont été répertoriées comme strates d’échantillonnage. Dans chaque strate, un certain nombre de zones de dénombrement (ou District de Recensement) a été sélectionné systématiquement avec une probabilité proportionnelle à la taille. Après l’établissement de laxiste de ménages dans les zones de dénombrement sélectionnées, un échantillon systématique de 20 ménages a été tiré dans chaque zone de dénombrement-échantillon. Toutes les zones de dénombrement sélectionnées ont été visitées. L’échantillon a été stratifié par département et n’est pas auto-pondéré. Pour rendre compte des résultats au niveau régional, des pondérations sont utilisées. Une description plus détaillée du plan de sondage se trouve à l’Annexe A, plan de sondage. Questionnaires L’enquête a utilisé quatre types de questionnaires selon la population cible concernée : 1) un questionnaire ménage qui a servi à recueillir des informations sur les caractéristiques sociodémographiques des membres du ménage, d’appréhender les biens d’équipements et de production du ménage et de saisir également les phénomènes d’éducation et de travail des enfants et le transfert d’argent ; 2) un questionnaire individuel femme administré dans chaque ménage à toutes les femmes âgées de 15-49 ans ; 3) un questionnaire individuel homme administré dans un ménage sur deux à tous les hommes âgés de 15-49 ans ; 4) enfin, un questionnaire enfant de moins de 5 ans, administré aux mères (ou gardiennes) pour tous les enfants de moins de 5 ans vivant dans le ménage. Le Questionnaire ménage comprenait les modules suivants: o Panneau d’information sur le ménage ; o Feuille d’enregistrement du ménage ; o Education ; o Travail des enfants ; o Discipline des enfants ; o Caractéristiques du ménage ; o Moustiquaires imprégnées d’insecticide ; o Pulvérisation intra-domiciliaire ; o Eau et assainissement ; o Lavage des mains ; o Iodation du sel; o Transfert d’argent. MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 16 Le Questionnaire individuel femme comprenait les modules suivants: o Panneau d’information sur la femme ; o Caractéristiques de la femme ; o Accès aux mass médias et utilisation des technologies de l’information/ communication o Fécondité/ historique des naissances ; o Désir de la dernière naissance ; o Santé de la mère et du nouveau-né ; o Examens de santé post-natals ; o Symptômes de maladies ; o Contraception ; o Besoins non satisfaits ; o Mutilations génitales féminines/Excision ; o Attitudes vis-à-vis de la violence domestique ; o Mariage/Union ; o Comportement sexuel ; o VIH/SIDA ; o Consommation de tabac et d’alcool ; o Satisfaction vis-à-vis de la vie. Le questionnaire individuel homme a été administré à tous les hommes âgés de 15-49 ans vivant dans le sous-échantillon sélectionné des ménages et incluait les modules suivants: o Panneau d’informations sur l’homme ; o Caractéristiques de l’homme ; o Accès aux mass médias et utilisation des technologies de l’information/communication ; o Fécondité ; o Attitudes vis-à-vis de la violence domestique ; o Mariage/Union ; o Comportement sexuel ; o VIH/SIDA ; o Consommation de tabac et d’alcool ; o Satisfaction vis-à-vis de la vie. Le Questionnaire enfants de moins de cinq ans a été administré aux mères (ou gardien(ne)s) d’enfants de moins de 5 ans2 vivant dans des ménages. Le questionnaire était administré aux mères d’enfants de moins de 5 ans; dans les cas où la mère ne figurait pas sur la liste des membres du ménage, un(e) gardien(ne) principal(e) de l’enfant était identifié(e) et interrogé(e). Le questionnaire comprenait les modules suivants: o Age ; o Enregistrement des naissances ; o Développement du jeune enfant ; o Allaitement et apport alimentaire ; o Soins des enfants malades ; o Vaccination ; o Soins des maladies ; o Anthropométrie. 2Les termes “enfants de moins de 5 ans”, “enfants de 0-4 ans” et “enfants de 0-59 mois” sont utilisés de façon interchangeable dans ce rapport. MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 17 Les questionnaires sont issus des modèles standards de MICS53. À partir de la version française du modèle MICS5, les questionnaires ont été adaptés au contexte local et revus pour adaptation à un contexte urbain uniquement. Un pré-test a été réalisé du 19 au 22 Décembre 2014 au préalable pour vérifier si les questionnaires s’adaptaient bien au contexte de Dakar. Deux grappes (zones de dénombrement) assez représentatives de la région ont été sélectionnées à cet effet. Ainsi il s’agit des grappes localisées dans le département de Dakar (arrondissement Dakar plateau) et dans celui de Rufisque (arrondissement Rufisque). La zone urbaine de Dakar est caractérisée par un contraste en termes de développement socioéconomique. On y retrouve des zones ayant un niveau de vie élevé principalement dans le département de Dakar qui côtoient des zones défavorisées notamment dans la banlieue. La procédure de sélection des ménages pour le pré-test a été réalisée en tenant compte de cette réalité locale. Ainsi, un tirage aléatoire a été effectué parmi les grappes des départements de Dakar et Rufisque. Certaines modifications ont été apportées aux questionnaires. Elles concernent l’ajout d’un nouveau module intitulé transfert d’argent afin de saisir les activités d’envoi et de réception d’argent à l’intérieur du pays mais également à l’international ; mais aussi de nouvelles questions dans les modules de lavage des mains, des biens possédés par le ménage et d’accès aux mass media. Les modules sur la circoncision et la mortalité maternelle ont été supprimés des questionnaires du fait du caractère spécifique de la zone d’enquête. Les questionnaires de la MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 figurent à l’Annexe F du présent rapport. Outre l’administration de questionnaires, les équipes de terrain ont analysé le sel utilisé par les ménages pour faire la cuisine en vue de déterminer le teneur en iode, observé le lieu de lavage des mains et mesuré le poids et la taille des enfants de moins de 5 ans. Les détails et résultats de ces observations et mesures figurent dans les sections nutrition et eau-assainissement du rapport. La collecte a été réalisée à l’aide d’une application CAPI (Computer Assisted Personal Interview - Interview Assistée par Ordinateur); par conséquent la saisie s’est effectuée instantanément. Ainsi, quarante tablettes, parmi lesquelles trente contenaient l’application de l’enquêteur et dix celle du chef d’équipe, ont été utilisées. Formation et travail sur le terrain La formation du personnel de terrain a été menée en deux phases. Une première phase a été organisée sur une durée de 25 jours entre Juin et Juillet 2015. Par la suite, une formation de mise à niveau a été organisée juste avant le démarrage de la collecte en octobre 2015. Cette seconde phase a duré 7 jours. Auparavant, une phase pré pilote a été menée dans le but de tester l’application CAPI avant le démarrage de la formation des agents chargés de la collecte sur le terrain. Pour les besoins de la collecte des données, soixante agents ont été retenus à la suite d’une évaluation de leur niveau de maîtrise du questionnaire et des outils de collecte. Cinq types de documents ont été utilisés comme supports de formation : - Les questionnaires (homme, femme, ménage et enfant) ; - Le manuel d’instruction de l’agent enquêteur ; - Le manuel d’instruction du chef d’équipe ; 3Les modèles des questionnaires de MICS5 sont sur : http://mics.unicef.org/tools MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 18 - Le manuel pour les mesures anthropométriques ; - Le manuel de l’organisation de la collecte ; - Le manuel de l’utilisation de l’application de collecte. Pour des besoins d’illustration, des supports visuels ont été utilisés. En plus des documents imprimés mis à la disposition des participants à la formation ; des projections ont été réalisées pour insister sur certains aspects du manuel et de l’application de collecte CAPI. La pédagogie utilisée pendant la formation consistait à accompagner les explications théoriques par des traductions en langues nationales et des simulations avec les tablettes de collecte à la fin de chaque module. À La suite de la formation, une enquête pilote a été menée afin de vérifier la réceptivité des enquêtés par rapport à la manière dont les questions sont formulées, mais également tester l’application CAPI utilisée pour la collecte des données. Les données ont été recueillies par dix équipes; chacune était composée de deux enquêtrices, un chauffeur, un enquêteur, un mesureur et un chef d’équipe. Le travail sur le terrain a débuté en octobre 2015 et a pris fin en Janvier 2016. Traitement des données Les programmes de collecte ont été conçus avec le logiciel CSPro version 5. On distingue l’application du superviseur de celle de l’agent de collecte. À chaque chef d’équipe et enquêteur, il était affecté une tablette pour permettre au premier de faire un travail d’affectation, de contrôle, de recueil des données collectées et d’envoi au niveau central. L’enquêteur lui était chargé à partir de sa tablette de recueillir les données auprès des ménages qui lui sont affectés. Au total, 10 chefs d’équipe et 30 enquêteurs ont travaillé sur la collecte des données, jusqu’en janvier 2016 où la collecte s’est achevée. Les premiers contrôles étaient faits directement sur le terrain par le chef d’équipe en relation avec l’enquêteur qui procédait aux corrections des incohérences par le retour dans le ménage enquêté. La grappe ne pouvait être bouclée et envoyée au niveau central qu’après un contrôle d’exhaustivité acceptable. Deux superviseurs de terrain ont été mis à la disposition du projet pour contribuer à l’amélioration des données collectées sur le terrain. Des procédures et programmes standard élaborés dans le cadre du programme global des enquêtes MICS et adaptés au questionnaire de la MICS Urbaine Dakar 2015 ont été utilisés du début à la fin. Les données envoyées via internet dans un serveur de l’ANSD depuis le début de la collecte au mois d’octobre 2015, ont fait l’objet d’une édition secondaire et de corrections des erreurs jusqu’à un niveau acceptable ; les règles strictes de traitement des données incohérentes mises en place par le programme MICS ont été suivies du début à la fin. Ce travail s’est poursuivi jusqu’en début Mars 2016. Les données ont été exportées de CsPro à SPSS version 21 pour la tabulation et les analyses. Les syntaxes et le plan de tabulation développés par l’UNICEF ont été adaptés et utilisés à cette fin. MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 19 III. Couverture de l’échantillon et caractéristiques des ménages et des répondant(e)s Couverture de l’échantillon L’enquête a eu lieu dans le milieu urbain de la région de Dakar sur la période d’octobre 2015 à janvier 2016. Elle a porté sur un échantillon de 5440 ménages dont 5145 ont été identifiés sur le terrain. Parmi ceux-ci, 4948 ont été interrogés avec succès soit un taux de réponse des ménages de 96,2%. Dans les ménages interrogés, 10004 femmes âgées de 15-49 ans ont été répertoriées. Parmi celles-ci, 9404 ont été interrogées avec succès, soit un taux de réponse de 94,0%. L'enquête a également permis d’interroger les hommes de 15-49 ans dans un sous-échantillon de 2559 ménages. Ces ménages, 4299 hommes éligibles (âgés de 15-49 ans), ont été répertoriés dans les questionnaires ménage et 3802 hommes ont été interrogés avec succès, ce qui correspond à un taux de réponse de 88,4%.Sur les 4456 enfants de moins de cinq ans identifiés dans les ménages, les questionnaires ont été remplis pour 4332 enfants, ce qui correspond à un taux de réponse de 97,2% au sein des ménages interrogés. Tableau HH.1 : Résultats des enquêtes auprès des ménages, des femmes, des hommes et des enfants de moins de 5 ans Nombre de ménages, femmes, hommes et enfants de moins de 5 ans selon les résultats des enquêtes ménages, femmes, hommes et enfants de moins de 5 ans et taux de réponses des ménages, femmes, hommes et enfants de moins de 5 ans, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 Département Total Dakar Guédiawaye Pikine Rufisque Ménages Echantillonnés 5440 1360 1360 1360 1360 Occupés 5145 1268 1289 1288 1300 Enquêtés 4948 1204 1219 1240 1285 Taux de réponse des ménages 96,2 95,0 94,6 96,3 98,8 Femmes Eligibles 10004 2151 2524 2547 2782 Enquêtées 9404 1975 2403 2440 2586 Taux de réponse des femmes 94,0 91,8 95,2 95,8 93,0 Taux de réponse global des femmes 90,4 87,2 90,0 92,2 91,9 Hommes Eligibles 4299 814 1132 1106 1247 Enquêtés 3802 721 985 986 1110 Taux de réponse des hommes 88,4 88,6 87,0 89,2 89,0 Taux de réponse global des hommes 85,1 84,1 82,3 85,8 88,0 Enfants Eligibles 4456 732 1047 1271 1406 Mères/gardiennes enquêtées 4332 703 1021 1249 1359 Taux de réponse des enfants <5 ans 97,2 96,0 97,5 98,3 96,7 Taux de réponse global des enfants <5 ans 93,5 91,2 92,2 94,6 95,5 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 20 Des taux de réponse globaux de 90,4%, 85,1% et 93,5% sont calculés pour les entrevues individuelles avec les femmes, les hommes et les enfants de moins de 5 ans (Tableau HH.1). Les taux de réponse des ménages et aux questionnaires individuels sont d’une manière générale assez élevés. Ce qui indique une bonne couverture régionale de l’enquête. Au niveau départemental, les données du tableau HH.1 montrent que les taux de réponse des ménages les plus élevés sont enregistrés dans les départements de Rufisque (98,8%) et de Pikine (96,3%). En ce qui concerne les questionnaires individuels, les taux de réponse les plus élevés sont enregistrés dans le département de Pikine. Cela pourrait s’expliquer par le fait que les gens sont plus mobiles dans les départements de Dakar et Guédiawaye. Les résultats du tableau HH.1 révèlent en outre, que des taux de réponse inférieurs à 90% ont été observés pour les questionnaires hommes surtout dans le département de Guédiawaye. Caractéristiques des ménages La répartition par âge et par sexe de la population de l’enquête (pondérée) figure au tableau HH.2. La répartition sert également à produire la pyramide des âges (Graphique HH.1). Dans les 4948 ménages interrogés avec succès, 34 630 membres des ménages ont été répertoriés. Parmi ceux-ci, 16692 étaient de sexe masculin (48%) et 17939 étaient de sexe féminin (52%). L’examen du tableau HH.2 illustré par la pyramide des âges met en évidence certaines caractéristiques de la structure par sexe et par âge de la population de l’échantillon : • Une base large et un sommet qui se rétrécit témoignant de la forte jeunesse de la population et de la faible proportion des personnes âgées ; • Un déséquilibre des effectifs entre les différents groupes d’âges, plus prononcé pour le groupe d’âge 20-29 ans. Ce phénomène pourrait s’expliquer par le fait que le milieu urbain de la région de Dakar bénéficie plus des flux migratoires surtout internes. Il attire plus qu’il n’émet de migrants pour plusieurs raisons surtout de travail, pour cette tranche d’âge. Les résultats montrent que la population du milieu urbain de la région de Dakar se caractérise par sa jeunesse : plus de la moitié de la population est âgée de moins de 25 ans (54%). Les enfants âgés de moins de 15 ans constituent 34% de la population globale. Par ailleurs, 3% de la population a 65 ans et plus. Le ratio de dépendance démographique qui désigne le rapport du nombre d'individus supposés «dépendre» des autres pour leur vie quotidienne (moins de 15 ans et 65 ans et plus) au nombre d’individus âgés de 15 à 64 ans, correspond à 60 personnes inactives (moins de 15 ans et 65 ans et plus) pour 100 personnes potentiellement actives (15 à 64 ans). MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 21 Tableau HH.2 : Distribution par âge de la population des ménages par sexe Distribution en pourcentage et en fréquence de la population des ménages par groupes d'âges quinquennaux, de dépendance et par population d'enfants (0-17 ans) et d'adultes (18 ans ou plus) selon le sexe, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 Total Hommes Femmes Nombre Pourcentage Nombre Pourcentage Nombre Pourcentage Total 34630 100,0 16692 100,0 17939 100,0 Age 0-4 4142 12,0 2072 12,4 2070 11,5 5-9 4037 11,7 2028 12,2 2009 11,2 10-14 3653 10,5 1726 10,3 1926 10,7 15-19 3393 9,8 1508 9,0 1885 10,5 20-24 3338 9,6 1561 9,4 1777 9,9 25-29 3479 10,0 1667 10,0 1812 10,1 30-34 2890 8,3 1333 8,0 1557 8,7 35-39 2266 6,5 1183 7,1 1083 6,0 40-44 1767 5,1 898 5,4 869 4,8 45-49 1367 3,9 639 3,8 728 4,1 50-54 1284 3,7 601 3,6 683 3,8 55-59 1001 2,9 491 2,9 510 2,8 60-64 825 2,4 416 2,5 409 2,3 65-69 497 1,4 243 1,5 255 1,4 70-74 324 0,9 167 1,0 158 0,9 75-79 171 0,5 79 0,5 92 0,5 80-84 115 0,3 43 0,3 71 0,4 85+ 82 0,2 38 0,2 44 0,2 Groupes d'âge de dépendance 0-14 11832 34,2 5827 34,9 6005 33,5 15-64 21610 62,4 10296 61,7 11314 63,1 65+ 1188 3,4 569 3,4 620 3,5 Populations d'enfants et d'adultes Enfants de 0-17 ans 13869 40,0 6722 40,3 7147 39,8 Adultes de 18 ans ou + 20761 60,0 9970 59,7 10791 60,2 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 22 G raphiq ue HH.1 : Rép art i t ion p ar â ge e t par sex e de l a pop ul at ion de s mén ages , MICS Urb aine D akar , 2015- 2016 Les tableaux HH.3, HH.4 et HH.5 fournissent les informations de base relatives aux ménages, aux répondants (hommes et femmes) âgés de 15-49 ans et aux enfants de moins de 5 ans. Les nombres non pondérés et pondérés sont présentés. Ces informations sont essentielles pour l’interprétation des résultats dans le rapport et fournissent des informations de base sur la représentativité de l’échantillon de l’enquête. Les autres tableaux de ce rapport ne sont présentés qu’avec des chiffres pondérés4. Le tableau HH.3 fournit les renseignements de base relatifs aux ménages, y compris le sexe du chef de ménage, le département, le quintile du bien-être économique, le nombre de membres des ménages, le niveau d’éducation du chef de ménage et l’ethnie du chef de ménage. Ces caractéristiques de base sont utilisées dans les tableaux qui suivent dans le présent rapport; les nombres d’observations par grandes catégories d’analyse sont également présentés. Les poids d’échantillonnage ayant été normalisés, les nombres pondérés et non pondérés de ménages sont égaux. Le tableau montre également la taille moyenne pondérée des ménages estimée par l’enquête. Le tableau HH.3 fournit les renseignements de base sur les ménages. Il ressort de ce tableau que la taille moyenne des ménages à Dakar est de 7 personnes par ménage. L’enquête MICS Urbaine Dakar, 2015- 2016, révèle par ailleurs que 11% des ménages sont formés d’une seule personne et 9% de deux personnes. Les ménages les plus fréquents sont ceux composés de plus de 10 personnes (24%). Près de 4Voir Annexe A : échantillonnage, pour davantage de détails sur les poids de l’échantillon 8 6 4 2 0 2 4 6 8 0-4 5-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 65-69 70-74 75-79 80-84 85+ Pourcentage Age Hommes Femmes MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 23 sept ménages sur dix (69%) sont dirigés par un homme contre trois ménages sur dix (31%) par une femme. Tableau HH.3 : Composition des ménages Distribution en pourcentage et en fréquence des ménages selon des caractéristiques sélectionnées, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 Pourcentage pondéré Nombre de ménages Pondéré Non pondéré Total 100,0 4948 4948 Sexe du chef de ménage Masculin 68,9 3411 3373 Féminin 31,1 1537 1575 Département Dakar 44,4 2195 1204 Guédiawaye 9,7 477 1219 Pikine 35,4 1751 1240 Rufisque 10,6 525 1285 Indice de bien-être économique Le plus pauvre 27,7 1370 1328 Second 20,6 1019 1036 Moyen 17,4 859 898 Quatrième 16,6 820 865 Le plus riche 17,8 880 821 Nombre de membres du ménage 1 10,8 536 468 2 8,8 435 363 3 9,2 455 399 4 8,5 423 421 5 10,3 512 494 6 10,4 513 494 7 7,6 378 399 8 5,6 276 323 9 5,0 246 280 10+ 23,8 1175 1307 Instruction du chef du ménage Aucune 42,9 2121 2160 Primaire 21,5 1062 1142 Secondaire 20,0 988 968 Supérieure 13,5 669 561 Ethnie du chef de ménage Wolof 38,9 1923 2005 Pulaar 22,7 1124 1151 Serer 15,8 780 714 Mandingue 2,3 116 115 Diola 6,1 304 245 Soninké 1,9 95 86 Autre groupe ethnique 10 497 553 Etranger 1,9 95 70 Taille moyenne des ménages 7,0 4948 4948 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 24 La proportion des ménages résidant dans le département de Dakar est la plus importante (44%) suivi du département de Pikine (35%). Le département de Guédiawaye (10%) enregistre la proportion la plus faible. Deux ménages sur cinq sont dirigés par un chef de ménage sans instruction. Les chefs de ménage qui ont un niveau primaire et ceux qui ont le niveau secondaire représentent respectivement 22% et 20%. Caractéristiques des répondant(e)s âgé(e)s de 15-49 ans et des enfants de moins de 5 ans Les tableaux HH.4, HH.4M et HH.5 fournissent des informations sur les caractéristiques de base des répondants âgés de 15-49 ans et des enfants âgés de moins de 5 ans. Ces tableaux fournissent aussi les nombres d’observations au niveau de chaque catégorie de base. Ces catégories sont utilisées dans les tableaux d’analyse du présent rapport. Le tableau HH.4 fournit les caractéristiques de base des répondantes âgées de 15-49 ans. Il comprend des informations relatives à la répartition des femmes selon le département, l’âge, l’état matrimonial/union, la maternité, les naissances au cours des deux dernières années, le niveau d’instruction5, les quintiles de l’indice de bien-être économique6 et l’ethnie du chef de ménage. Un peu plus de la moitié (51%) des femmes âgées de 15-49 ans sont actuellement mariées ou en union et quatre sur dix n’ont jamais été mariées ou en union. Les résultats de l’enquête montrent que plus de la moitié des femmes de 15-49 ans ont déjà eu une naissance. Les femmes sans instruction représentent 28% de l’échantillon. 5Tout au long de ce rapport, sauf indication contraire, "instruction" se réfère au plus haut niveau de scolarité atteint par le/la répondant(e) lorsqu'elle est utilisée comme une variable de base. 6L'indice de bien-être économique est un indicateur composite de la richesse. Pour construire l'indice de bien-être économique, l'analyse en composantes principales est effectuée à l'aide des informations sur la possession de biens de consommation, les caractéristiques du logement, l'eau et l'assainissement et d'autres caractéristiques qui sont liées à la richesse du ménage, pour générer des poids (scores factoriels) pour chacun des éléments utilisés. Tout d'abord, les scores factoriels initiaux sont calculés pour l'échantillon total. Enfin, les scores factoriels sont régressés sur les scores factoriels initiaux pour obtenir les scores factoriels combinés définitifs pour l'échantillon total. Ceci est réalisé pour réduire au minimum le biais urbain des valeurs de l'indice de bien-être économique. Il est alors attribué à chaque ménage dans l'échantillon total un score de richesse en fonction des biens détenus par ce ménage et des scores factoriels définitifs obtenus comme décrit ci-dessus. Les populations des ménages sont ensuite classées selon le score de richesse du ménage dans lequel elles vivent et sont finalement divisées en 5 parties égales (quintiles) du plus bas (les plus pauvres) au plus élevé (le plus riche). Dans MICS Urbaine Dakar, les biens suivants ont été utilisés dans ces calculs : Nombre de personnes par pièce utilisée pour dormir ; Principal matériau du sol, du toit et des murs extérieurs du logement ; principal combustible pour la cuisine ; biens collectifs du ménage (électricité, radio, télévision, téléphone fixe, table, chaise, lit, lampe, etc.) ; biens individuels des membres du ménage (montre, téléphone portable, bicyclette, moto, voiture, etc.) ; possession d’une maison ; possession d’un compte bancaire, de terres agricoles, d’animaux et de volaille (bétail, cheval, chèvre, mouton, poulet, porc, chameau, pintade, etc.) ; principale source d’eau de boisson du ménage et son emplacement géographique (lieu) ; type de toilettes utilisées par le ménage et le statut de partage ou non de celles-ci avec d’autres ménages. L'indice de bien-être économique est censé prendre en compte la richesse sous-jacente à long terme grâce à des informations sur les avoirs des ménages et est destiné à établir un classement des ménages selon la richesse, du plus pauvre au plus riche. L'indice de bien-être économique ne fournit pas d'informations sur la pauvreté absolue, les niveaux de revenus ou de dépenses actuelles. Les scores de richesse calculés ne sont applicables qu’à l'ensemble de données particulier sur lequel ils sont basés. De plus amples informations sur la construction de l'indice de bien-être économique se trouve dans Filmer, D. et Pritchett, L., 2001, “Estimating wealth effects without expenditure data – or tears: An application to educational enrolments in states of India”. Demography 38(1): 115-132. Rutstein, S.O. and Johnson, K., 2004. The DHS Wealth Index. DHS Comparative Reports No. 6. Calverton, Maryland: ORC Macro and Rutstein, S.O., 2008. The DHS Wealth Index: Approaches for Rural and Urban Areas. DHS Working Papers No. 60. Calverton, Maryland: Macro International Inc. MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 25 De même, le tableau HH.4M fournit les caractéristiques de base des hommes âgés de 15-49 ans. Il comprend des informations relatives à la répartition des hommes selon le département, l’âge, l’état matrimonial, la paternité, le niveau d’instruction, le quintile de bien-être économique7 et l’origine ethnique du chef de ménage. Les hommes âgés de 15-49 ans actuellement mariés ou en union représentent 36% et six sur dix n’ont jamais été mariés ni en union. Les résultats de l’enquête montrent qu’un homme de 15-49 ans sur trois a déjà eu un enfant. Les hommes sans instruction représentent 20% de l’échantillon. Les caractéristiques de base des enfants de moins de 5 ans figurent au tableau HH.5. Il s’agit notamment de la répartition des enfants selon plusieurs caractéristiques: sexe, département, âge en mois, type de répondant, niveau d’instruction de la mère (ou gardienne), niveau de vie et ethnie du chef de ménage. L’enquête a dénombré la même proportion de garçons et de filles (50%). Quatre enfants de moins de cinq ans sur dix (38%) ont une mère sans niveau d’instruction. Les enfants dont les mères ont le niveau primaire représentent 37% tandis que ceux dont les mères ont le niveau supérieur ne représentent que 7%. 7Lors de la description des résultats de l'enquête selon les quintiles de bien-être économique, la terminologie appropriée est utilisée pour désigner les membres des ménages pris individuellement, comme par exemple ‘’les femmes dans la population des quintiles les plus riches", qui est utilisée indifféremment avec ‘’les femmes dans la population de l'enquête vivant dans les ménages des quintiles les plus riches " et similaire. MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 26 Tableau HH.4 : Caractéristiques de base des femmes Distribution en pourcentage et fréquence des femmes âgées de 15-49 ans selon les caractéristiques de base sélectionnées, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 Pourcentage pondéré Nombre de femmes Pondéré Non pondéré Total 100,0 9404 9404 Département Dakar 41,0 3858 1975 Guédiawaye 10,2 962 2403 Pikine 37,1 3486 2440 Rufisque 11,7 1098 2586 Age 15-19 19,5 1829 1840 20-24 18,5 1736 1704 25-29 18,6 1749 1738 30-34 15,9 1499 1459 35-39 10,8 1018 1080 40-44 9,3 873 884 45-49 7,4 699 699 Situation de famille/Union Mariée actuellement/vit avec un homme 51,2 4818 4959 Veuve 1,1 107 108 Divorcée 6,2 581 549 Séparée 0,3 29 38 Jamais mariée/vécu avec un homme 41,1 3869 3750 Statut de maternité N'a jamais mis au monde 45,8 4305 4236 A déjà mis au monde 54,2 5099 5168 A eu une naissance dans les 2 dernières années 18,1 1705 1757 Pas de naissance dans les 2 dernières années 36,1 3393 3411 Instruction Aucune 28,5 2680 2544 Primaire 30,3 2850 3026 Secondaire 32,1 3022 3091 Supérieure 9,1 851 743 Indice de bien-être économique Le plus pauvre 17,8 1672 1585 Second 19,4 1823 1899 Moyen 19,5 1829 1970 Quatrième 20,9 1967 2023 Le plus riche 22,5 2112 1927 Ethnie du chef de ménage Wolof 42,2 3968 4089 Pulaar 21,6 2029 2077 Serer 15,1 1417 1272 Mandingue 2,4 229 228 Diola 5,7 534 419 Soninké 2,0 191 161 Autre groupe ethnique 9,9 934 1082 Etranger 0,9 81 60 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 27 Tableau HH.4M : Caractéristiques de base des hommes Distribution en pourcentage et fréquence des hommes âgés de 15-49 ans selon les caractéristiques de base sélectionnées, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 Pourcentage pondéré Nombre d'hommes Pondéré Non pondéré Total 100,0 3802 3802 Département Dakar 37,0 1408 721 Guédiawaye 11,1 421 985 Pikine 39,3 1494 986 Rufisque 12,6 481 1110 Age 15-19 18,4 699 734 20-24 17,1 652 694 25-29 19,5 743 712 30-34 15,1 575 572 35-39 13,1 499 486 40-44 9,4 357 354 45-49 7,3 277 250 Situation de famille/Union Marié actuellement/vit avec une femme 36,8 1396 1351 Veuf/Divorcé/Séparés 1,4 54 53 Jamais marié/vécu avec une femme 61,8 2345 2393 Statut de paternité A au moins un enfant vivant 35,4 1344 1312 N'a pas d'enfant vivant 64,4 2450 2483 Instruction Aucune 19,8 753 726 Primaire 32,2 1226 1273 Secondaire 34,6 1316 1339 Supérieure 13,3 507 463 Indice de bien-être économique Le plus pauvre 20,3 771 744 Second 20,8 793 818 Moyen 21,0 800 797 Quatrième 21,2 807 817 Le plus riche 16,6 632 626 Ethnie du chef de ménage Wolof 40,6 1545 1607 Pulaar 22,5 857 878 Serer 13,8 526 510 Mandingue 2,1 81 84 Diola 6,7 254 212 Soninké 1,9 72 52 Autre groupe ethnique 10,5 399 414 Etranger 1,6 60 39 MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 28 Tableau HH.5 : Caractéristiques de base des enfants de moins de 5 ans Distribution en pourcentage et fréquence des enfants de moins de cinq ans selon les caractéristiques de base sélectionnées, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 Pourcentage pondéré Nombre d'enfants de moins de 5 ans Pondéré Non pondéré Total 100,0 4332 4332 Sexe Masculin 50,4 2183 2193 Féminin 49,6 2149 2139 Département Dakar 32,7 1416 703 Guédiawaye 10,0 432 1021 Pikine 43,5 1883 1249 Rufisque 13,9 602 1359 Age 0-5 mois 9,4 405 416 6-11 mois 8,9 384 376 12-23 mois 21,1 913 895 24-35 mois 18,7 812 816 36-47 mois 22,0 955 962 48-59 mois 19,9 864 867 Répondant au questionnaire enfant moins de 5 ans Mère 92,5 4006 3999 Autre gardien(ne) principal(e) 7,5 326 332 Instruction de la mère* Aucune 37,5 1623 1537 Primaire 36,8 1596 1694 Secondaire 18,8 813 854 Supérieure 6,8 296 243 Indice de bien-être économique Le plus pauvre 21,9 950 926 Second 20,8 899 941 Moyen 21,1 915 949 Quatrième 19,1 826 845 Le plus riche 17,1 742 671 Ethnie du chef de ménage Wolof 41,3 1790 1828 Pulaar 25,5 1103 1086 Serer 13,0 563 541 Mandingue 2,3 100 99 Diola 4,7 205 157 Soninké 2,1 90 78 Autre groupe ethnique 10,2 443 514 Etranger 0,6 28 24 * Dans ce tableau et tout au long du rapport, l'instruction de la mère fait référence au niveau d'instruction atteint par la mère ou par le/la gardien(ne) principal(e) des enfants de moins de 5 ans, qui sont les répondants au questionnaire des moins de 5 ans dans les cas où la mère est décédée ou habite ailleurs. MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 29 IV. Mortalité des enfants L’un des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) était de réduire la mortalité des moins de cinq ans de deux tiers entre 1990 et 2015. Malgré les progrès, le Sénégal n’a pas atteint les cibles du taux de mortalité des moins de 5 ans (44 pour mille naissances vivantes) en 2015. Cet objectif est repris par les Objectifs du Développement Durable (ODD) visant à réduire la mortalité néonatale au moins aussi bas que 12 décès pour 1000 naissances vivantes et la mortalité infanto-juvénile à 25 décès pour 1000 naissances vivantes d’ici 2030. Les taux de mortalité présentés dans ce chapitre sont calculés à partir des informations recueillies dans l’historique des naissances des Questionnaires femmes. Il a été demandé aux femmes interrogées si elles avaient déjà donné naissance et si oui, d’indiquer le nombre de fils et de filles qui vivent avec elles, le nombre de ceux qui vivent ailleurs et le nombre de ceux qui sont décédés. En outre, elles ont été invitées à fournir un historique détaillé des naissances vivantes dans l'ordre chronologique en commençant par le premier-né et d’indiquer si les naissances étaient uniques ou multiples, le sexe des enfants, la date de naissance (mois et année) et le statut de survie. Pour les enfants en vie, l'âge de l'enfant au moment de l’enquête est renseigné et, pour les enfants décédés, l'âge au moment du décès. Les indices de mortalité infantile sont exprimés par catégories d'âge classiques et sont définis comme suit: • Mortalité néonatale (NN) : probabilité de mourir dans le premier mois de vie ; • Mortalité post-néonatale (PNN) : différence entre le taux de mortalité infantile et néonatale ; • Mortalité infantile (1q0) : probabilité de décès entre la naissance et le premier anniversaire ; • Mortalité juvénile (4q1) : probabilité de décéder entre le premier et le cinquième anniversaire ; • Mortalité des enfants de moins de cinq ans (5q0) : probabilité de décès entre la naissance et le cinquième anniversaire. Quotients de mortalité des enfants de moins de 5 ans Les quotients sont exprimés en nombre de décès pour 1000 naissances vivantes, sauf dans le cas de la mortalité juvénile qui est exprimée en nombre de décès pour 1000 enfants survivants à l’âge d’un an et la mortalité post-néonatale, qui est la différence entre les quotients de mortalité infantile et néonatale. Tableau CM.1 : Mortalité des moins de 5 ans Quotients de mortalité néonatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infanto-juvénile par période de cinq ans ayant précédé l'enquête, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 Mortalité néonatale1 Mortalité post- néonatale2, a Mortalité infantile3 Mortalité juvénile4 Mortalité infanto- juvénile5 Années précédant l'enquête 0-4 25 8 33 8 40 5-9 26 12 38 10 48 10-14 30 14 44 17 60 1 Indicateur MICS 1.1; Indicateur ODD 3.2.2 - Quotient de mortalité néonatale 2 Indicateur MICS 1.3 - Quotient de mortalité post-néonatale 3 Indicateur MICS 1.2 ; Indicateur OMD 4.2 - Quotient de mortalité infantile 4 Indicateur MICS 1.4 - Quotient de mortalité juvénile 5 Indicateur MICS 1. ; Indicateur ODD 3.2.1 - Quotient de mortalité infanto-juvénile a Le quotient de mortalité post-néonatale est calculé comme la différence entre les quotients de mortalité infantile et néonatale. MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 30 Le tableau CM.1 et le graphique CM.1 présentent les quotients de mortalité néonatale, post-néonatale, infantile, juvénile et des moins de cinq ans pour les trois dernières périodes de cinq ans les plus récentes précédant l'enquête. La mortalité néonatale dans la période la plus récente de 5 ans est estimée à 25 pour 1000 naissances vivantes, tandis que le quotient de mortalité post-néonatale est estimé à 8 pour 1000 naissances vivantes. G raphiq ue CM.1: Quo tien ts de mo rtal i té d e l a pe t i te en fance , MICS Urb aine D akar , 2015-2016 Le quotient de mortalité infantile au cours des cinq années précédant l'enquête est de 32 pour 1000 naissances vivantes et la mortalité des moins de cinq ans est de 40 décès pour 1000 naissances vivantes pour la même période, dénotant ainsi que 80% de décès de moins de cinq sont des décès d’enfants survenus avant le premier anniversaire. Le tableau et le graphique montrent également une tendance à la baisse au niveau régional, au cours des 15 dernières années, avec la mortalité des moins de cinq se situant à 60 pour 1000 au cours de la période 10-14 ans précédant l'enquête, et à 40 pour 1000 naissances vivantes au cours de la période la plus récente de 5 ans, portant à peu près sur les années 2006-2010 et 2011-2015. MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 31 Tableau CM.2 : Mortalité de la petite enfance par caractéristiques socio-économiques Quotients de mortalité néonatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infanto-juvénile pour la période de 5 ans précédant l'enquête, par caractéristiques socio-économiques, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 Quotient de mortalité néonatale1 Quotient de mortalité post- néonatale2, a Quotient de mortalité infantile3 Quotient de mortalité juvénile4 Quotient de mortalité infanto- juvénile5 25 8 32 8 40 Total Département Dakar 23 8 31 5 36 Guédiawaye 27 9 36 9 45 Pikine 26 8 34 9 43 Rufisque 25 5 30 7 37 Instruction de la mère Aucune 29 11 40 12 52 Primaire 25 4 29 6 35 Secondaire 18 10 29 2 30 Supérieur (*) (*) (*) (*) (*) Indice de bien-être économique Le plus pauvre 31 7 37 12 49 Second 23 12 35 12 47 Moyen 20 6 27 5 31 Quatrième 25 12 37 2 39 Le plus riche 23 1 24 6 30 1 Indicateur MICS 1.1 ; Indicateur ODD 3.2.2 - Quotient de mortalité néonatale 2 Indicateur MICS 1.3 - Quotient de mortalité post-néonatale 3 Indicateur MICS 1.2 ; Indicateur OMD 4.2 - Taux de mortalité infantile 4 Indicateur MICS 1.4 - Quotient de mortalité juvénile 5 Indicateur MICS 1.5 ; Indicateur ODD 3.2.1 - Taux de mortalité infanto-juvénile a Le quotient de mortalité post-néonatale est calculé comme la différence entre les quotients de mortalité infantile et néonatale. (*) Chiffres basés sur moins de 250 cas non pondérés Tableau CM.3 : Mortalité de la petite enfance par caractéristiques sociodémographiques Quotient de mortalité néonatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infanto-juvénile pour la période de 5 ans précédant l'enquête, par caractéristiques sociodémographiques, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 Quotient de mortalité néonatale1 Quotient de mortalité Post- néonatale2, a Quotient de mortalité infantile3 Quotient de mortalité juvénile4 Quotient de mortalité infanto- juvénile5 Total 25 8 32 8 40 Sexe de l'enfant Masculin 30 9 40 6 46 Féminin 19 6 25 9 34 Age de la mère à la naissance Moins de 20 ans (19) (6) (25) (7) (31) 20-34 (21) (7) (28) (7) (34) 35-49 (44) (11) (55) (12) (66) MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 32 Ordre de naissance 1 27 9 36 4 40 2-3 18 5 23 3 27 4-6 26 7 33 13 46 7+ (59) (20) (79) (26) (103) Intervalle avec la naissance précédenteb < 2 ans 26 7 33 9 41 2 ans 17 7 24 8 32 3 ans 22 8 30 14 44 4 ans et + 28 7 35 7 41 1 Indicateur MICS 1.1 ; Indicateur ODD 3.2.2 - Quotient de mortalité néonatale 2 Indicateur MICS 1.3 - Quotient de mortalité post-néonatale 3 Indicateur MICS 1.2 - Taux de mortalité infantile 4 Indicateur MICS 1.4 - Quotient de mortalité juvénile 5 Indicateur MICS 1.5 ; Indicateur ODD 3.2.1 - Taux de mortalité infanto-juvénile a Le quotient de mortalité post-néonatale est calculé comme la différence entre les quotients de mortalité infantile et néonatale. ( ) Chiffres basés sur moins de 500 cas non pondérés b Naissances de rang 1 exclues Les tableaux CM.2 et CM.3 fournissent des estimations de la mortalité infanto-juvénile par caractéristiques socioéconomiques et sociodémographiques. Il existe une différence entre les probabilités de décès chez les garçons et les filles. En effet, le risque de décès d’un garçon avant d’atteindre l’âge de 5 ans est 46 pour 1000 naissances vivantes tandis que chez les filles le risque est de 34 pour 1000 naissances vivantes. Quotient de mortalité par département Les risques de décès des enfants entre la naissance et le cinquième anniversaire diffèrent entre les départements de la région de Dakar. Ils sont plus élevés dans les départements de Guédiawaye (45‰) et de Pikine (43‰) et relativement moins élevés dans les départements de Dakar (36‰) et de Rufisque (37‰). Le graphique CM.2 montre les différences de mortalité des enfants de moins de 5 ans par département. MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 33 G raphiq ue CM.2 : Quo ti en t de mo rtal i té des en fan ts de moins de 5 ans p ar départe men t , MICS Urb aine D akar , 2015-2016 Quotient de mortalité selon le niveau d’instruction de la mère et le rang de naissance Il existe des différences dans la mortalité selon le niveau d'instruction de la mère. Le graphique CM3 montre que plus le niveau d’instruction de la femme est élevé, moins ses enfants sont exposés au risque de décès avant leur cinquième anniversaire. Ce risque est 3 fois plus élevé chez les femmes non instruites (52‰) que chez les femmes ayant atteint le niveau d’études supérieures (17‰). Le quotient de mortalité infanto-juvénile est respectivement de 35 et 30‰ chez la femme du niveau primaire et secondaire. Les risques de décès sont également plus élevés chez les enfants de rang un (40‰) et chez ceux de rang élevé (46‰ pour les rangs 4-6 et 103‰ pour les rangs 7 ou plus). 37 43 45 36 40 10 20 30 40 50 Rufisque Pikine Guédiawaye Dakar Département MICS Urbaine Dakar Quotients de mortalité infanto-juvénile pour 1 000 naissances MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 34 G raphiq ue CM.3 : Quo ti en ts de mo rtal i té des e nfan ts de moins de 5 ans se lo n ce rtaines caracté r is t i ques in div iduel les , MICS Urb aine D akar , 2015- 2016 52 35 30 17 46 34 40 27 46 103 0 20 40 60 80 100 120 Instruction de la mére Aucune Primaire Secondaire Supérieur Sexe de l'enfant Garçon Fille Rang de naissance Rang 1 Rang 2-3 Rang 4-6 Rang 7+ Mortalité infanto-juvénile pour 1 000 naissances DRAFT MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 35 V. Nutrition Insuffisance pondérale à la naissance Le poids à la naissance est un bon indicateur non seulement de l’état de santé et de l'état nutritionnel de la mère, mais aussi des chances de survie, de croissance, de l’état de santé à long terme et du développement psychosocial du nouveau-né. L’insuffisance pondérale à la naissance (définie comme moins de 2500 grammes) implique une série de graves risques sanitaires pour les enfants. Les bébés qui ont été sous-alimentés dans le ventre courent un risque nettement accru de mourir au cours de leurs premiers jours, mois et années. Ceux qui survivent peuvent souffrir d’une diminution de leurs fonctions immunitaires déjà affaiblies et d’un risque accru de maladie ; ils sont susceptibles de rester sous- alimentés, avec une diminution de la force musculaire, tout au long de leur vie et de souffrir d'une incidence plus élevée de diabète et de maladies cardiaques plus tard dans la vie. Les enfants nés avec une insuffisance pondérale risquent également d’avoir un QI plus faible et des troubles cognitifs affectant leur rendement scolaire et leurs perspectives d'emploi à l'âge adulte. Dans le monde en développement, l’insuffisance pondérale à la naissance provient principalement de la mauvaise santé et d’un mauvais état nutritionnel de la mère. Trois facteurs ont un impact important : le mauvais état nutritionnel de la mère avant la conception, une petite taille (principalement en raison d’une sous-nutrition et d’infections pendant son enfance) et une mauvaise nutrition pendant la grossesse. Un gain de poids insuffisant pendant la grossesse est particulièrement néfaste, car il est responsable d’une grande proportion de retard de croissance fœtale. En outre, les maladies telles que la diarrhée et le paludisme, qui sont courantes dans de nombreux pays en développement, peuvent entraver de manière significative la croissance du fœtus si la mère est infectée pendant la grossesse. Dans le monde industrialisé, le tabagisme pendant la grossesse est la principale cause de faible poids à la naissance. Dans les pays aussi bien développés qu’en développement, les adolescentes qui donnent naissance au moment où leurs propres corps n'ont pas encore achevé leur croissance, courent un risque plus élevé de porter des bébés de faible poids à la naissance. L'un des principaux défis pour mesurer l'incidence du faible poids à la naissance, c'est que plus de la moitié des enfants du monde en développement ne sont pas pesés à la naissance. Par le passé, la plupart des estimations de faible poids à la naissance pour les pays en développement étaient fondées sur des données compilées à partir des établissements de santé. Toutefois, ces estimations sont biaisées pour la plupart de ces pays parce que l’accouchement de la majorité des nouveau-nés n’a pas lieu dans des établissements de santé et ceux qui le sont ne représentent qu'un échantillon sélectionné de toutes les naissances. Puisque de nombreux enfants ne sont pas pesés à la naissance et ceux qui sont pesés peuvent être un échantillon biaisé de toutes les naissances, les poids de naissance déclarés ne peuvent généralement pas être utilisés pour estimer la prévalence de faible poids à la naissance chez tous les enfants. Par conséquent, le pourcentage de naissances pesant moins de 2500 grammes est estimé à partir de deux éléments dans le questionnaire : l'évaluation par la mère de la taille de l'enfant à la naissance (c'est-à- dire, très petite, plus petite que la moyenne, moyenne, supérieure à la moyenne, très grande) et du DRAFT MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 36 rappel de la mère du poids de l'enfant ou le poids tel qu’enregistré sur la carte de santé si l'enfant a été pesé à la naissance8. Tableau NU.1 : Enfants de faible poids à la naissance Pourcentage d'enfants nés vivants dans les deux dernières années qui sont estimés avoir pesé moins de 2,500 grammes à la naissance et pourcentage de naissances vivantes pesées à la naissance, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 Distribution en pourcentage des naissances selon l'évaluation par la mère de la taille à la naissance Total Pourcentage de naissances vivantes : Nombre de derniers-nés vivants dans les deux dernières années Très petit Plus petit que la moyenne Moyen Plus gros que la moyenne ou très gros NSP Moins de 2500 grammes1 Pesé à la naissance2 Total 11,6 14,6 40,4 31,6 1,7 100,0 15,4 92,6 1705 Age de la mère à la naissance Moins de 20 ans 12,5 16,1 40,0 31,1 0,3 100,0 15,7 80,2 137 20-34 ans 11,6 14,5 40,3 32,1 1,5 100,0 15,3 93,7 1281 35-49 ans 11,4 14,5 41,2 29,8 3,1 100,0 15,7 93,2 286 Rang de naissance 1 12,7 18,0 42,2 24,9 2,3 100,0 16,9 91,6 487 2-3 12,1 14,8 41,5 30,1 1,5 100,0 15,7 93,6 716 4-5 8,4 12,3 36,7 40,7 1,8 100,0 13,1 92,4 352 6+ 13,3 8,5 38,7 39,2 0,3 100,0 14,4 91,1 150 Département Dakar 10,6 12,7 51,3 24,0 1,4 100,0 15,3 91,8 575 Guédiawaye 5,0 19,9 58,0 15,9 1,2 100,0 14,8 95,1 158 Pikine 14,6 14,7 27,9 40,6 2,1 100,0 15,8 92,7 737 Rufisque 9,0 15,6 41,5 32,6 1,3 100,0 14,4 92,2 235 Instruction de la mère Aucune 13,1 16,2 38,0 30,9 1,8 100,0 16,3 87,0 613 Primaire 11,7 13,9 38,0 34,8 1,6 100,0 15,0 95,7 612 Secondaire 8,8 16,9 42,7 30,0 1,6 100,0 14,7 95,2 351 Supérieur 11,8 4,8 57,4 24,5 1,5 100,0 14,8 96,9 128 Indice de bien-être économique Le plus pauvre 13,3 18,7 37,1 30,7 0,2 100,0 16,4 88,4 371 Second 13,2 14,9 38,1 30,3 3,5 100,0 16,4 90,3 351 Moyen 11,4 12,9 36,4 37,7 1,6 100,0 14,6 93,9 360 Quatrième 9,6 15,2 42,8 31,2 1,1 100,0 14,6 95,8 334 Le plus riche 10,1 10,6 49,9 27,3 2,1 100,0 14,7 95,2 290 1 Indicateur MICS 2.20 - Enfants de faible poids à la naissance 2 Indicateur MICS 2.21 - Enfants pesés à la naissance Dans l'ensemble, 93% des nourrissons ont été pesés à la naissance et environ 15% parmi eux sont estimés pesés moins de 2500 grammes à la naissance (Tableau NU.1). Globalement on observe de légères différences de faible poids à la naissance en fonction des caractéristiques sociodémographiques. Selon le département, le niveau d’instruction ou le quintile de bien-être économique, les prévalences de faible poids à la naissance ne présentent également pas des variations importantes. Environ, un nourrisson sur sept (14%) du département de Rufisque présente une insuffisance pondérale à la naissance contre 15% à Dakar et à Guédiawaye et 16% à Pikine. Les nourrissons issus de mère sans instruction ont une insuffisance pondérale à la naissance un peu plus élevée (16%) comparés à ceux des mères de niveau d’études secondaires ou supérieures (15%). 8 Pour une description détaillée de la méthodologie, voir Boerma, T et All, 1996. Data on Birth Weight in Developing Countries: Can Surveys Help? Bulletin of the World Health Organization, 74(2), 209-16 DRAFT MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 37 Concernant les nourrissons des ménages les plus pauvres, ils semblent être légèrement plus affectés par le faible poids à la naissance que ceux des ménages les plus riches (16% contre 15%). Les résultats selon le rang de naissance mettent en évidence des disparités plus importantes que celles observées au niveau des autres caractéristiques sociodémographiques. D’un minimum de 13% parmi les nourrissons de rang 4-5, la prévalence de l’insuffisance pondérale à la naissance passe à un maximum de 17 % chez les nourrissons de rang 1. Par contre, quel que soit l’âge de la mère à la naissance de l’enfant, les nourrissons semblent être relativement exposés de la même manière au faible poids à la naissance. Chez les nourrissons de mères âgées de moins de 20 ans ou de 35-49 ans, 16% des enfants ont moins de 2500 grammes à la naissance. Cette valeur s’établit à 15% pour ceux dont la mère est âgée de20-34 ans à la naissance de l’enfant. Etat nutritionnel L'état nutritionnel des enfants est un reflet de leur état de santé général. Lorsque les enfants ont accès à une nourriture suffisante, ne sont pas exposés à des maladies répétées et sont bien soignés, ils atteignent leur potentiel de croissance et sont considérés comme bien nourris. La malnutrition est associée à plus de la moitié de tous les décès d'enfants dans le monde entier. Les enfants sous-alimentés sont plus susceptibles de décéder de maladies courantes de l'enfance et ceux qui survivent souffrent de maladies chroniques et de retard de croissance. Les trois quarts des enfants décédant de causes liées à la malnutrition n’ont été que légèrement ou modérément sous-alimentés ne montrant aucun signe extérieur de leur vulnérabilité. L'Objectif du Millénaire pour le Développement était de réduire de moitié la proportion de personnes souffrant de la faim entre 1990 et 2015. Une réduction de la prévalence de la malnutrition contribuera également à l’atteinte de l'objectif de réduire la mortalité infantile. Dans une population bien nourrie, il y a une distribution de référence de taille et de poids pour les enfants de moins de cinq ans. La sous-alimentation dans une population peut être mesurée en comparant les enfants à une population de référence. La population de référence utilisée dans le présent rapport est basée sur les normes de croissance de l'OMS9. Chacun des trois indicateurs de l'état nutritionnel poids-pour-âge, taille-pour-âge et poids-pour-taille peut être exprimé en unités d'écart type (écart réduit) de la médiane de la population de référence. Le poids-pour-âge est une mesure de la malnutrition à la fois aiguë et chronique. Les enfants dont le poids-pour-âge est plus de deux écarts-types en dessous de la médiane de la population de référence sont considérés comme souffrant d’insuffisance pondérale faible ou modérée ; tandis que ceux dont le poids-pour-âge est plus de trois écarts types en dessous de la médiane sont considérés comme présentant une insuffisance pondérale sévère. La taille-pour-âge est une mesure de la croissance linéaire. Les enfants dont la taille-pour-âge est de plus de deux écarts-types en dessous de la médiane de la population de référence sont considérés comme petits pour leur âge et classés comme accusant un retard de croissance modéré ou grave. Ceux dont la taille-pour-âge est de plus de trois écarts types en dessous de la médiane sont classés comme accusant un retard de croissance sévère. Le retard de croissance est le reflet de la malnutrition 9http://www.who.int/childgrowth/standards/technical_report DRAFT MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 38 chronique découlant du manque de nutrition adéquate pendant une longue période et de maladie récurrente ou chronique. Le poids-pour-taille peut être utilisé pour évaluer l’état d’émaciation et de surpoids. Les enfants dont le poids-pour-taille est de plus de deux écarts-types en dessous de la médiane de la population de référence sont classés comme modérément ou gravement émaciés, tandis que ceux qui se situent à plus de trois écarts types en dessous de la médiane sont considérés comme sévèrement émaciés. L'émaciation est généralement le résultat d'une carence nutritionnelle récente. L'indicateur peut présenter des variations saisonnières importantes associées à des changements de disponibilité de nourriture ou à la prévalence de la maladie. Les enfants dont le poids-pour-taille est plus de deux écarts types au-dessus de la population de référence médiane sont classés comme modérément ou gravement en surpoids. Dans l’enquête MICS Urbaine Dakar, 2015-2016, les poids et les tailles de tous les enfants de moins de 5 ans ont été mesurés à l’aide de matériel anthropométrique recommandé10 par l'UNICEF. Les résultats de cette section sont basés sur ceux de ces mesures. Les enfants dont la date de naissance complète (mois et année) n'a pas été obtenue et les enfants dont les mesures sont en dehors d'une fourchette plausible sont exclus du tableau NU.2. Les enfants sont exclus d'un ou de plusieurs indicateurs anthropométriques lorsque leurs poids et tailles n'ont pas été mesurés, selon le cas. Par exemple, si l’enfant a été pesé, mais sa taille n'a pas été mesurée, l'enfant est inclus dans les calculs de l'insuffisance pondérale, mais pas dans les calculs de retard de croissance et de l’émaciation. Les pourcentages d'enfants selon l'âge et les raisons de l'exclusion sont indiqués aux tableaux relatifs à la qualité des données DQ.12, DQ.13 et DQ.14 à l’Annexe D. Les tableaux DQ.12, DQ.13 et DQ.14 montrent que, 6 % des enfants ont été exclus des calculs de l'indicateur poids-pour-âge, 9 % de l’indicateur de la taille-pour-âge et 5% de l’indicateur du poids-pour- taille, en raison des dates de naissance incomplètes, des mesures invraisemblables des poids et/ou des tailles manquantes. Le tableau NU.2 porte sur les pourcentages d'enfants classés dans chacune des catégories décrites ci- dessus, sur la base des mesures anthropométriques qui ont été prises au cours de la collecte des données. Ainsi, dans l’ensemble les données du tableau NU.2 montrent que 8% des enfants de moins de cinq ans de la zone Urbaine de la région de Dakar présente une insuffisance pondérale modérée. Près de un (1) enfant sur dix (10) (9%) accuse un retard de croissance modéré ou est trop petit pour son âge et 6 % sont modérément émaciés ou trop maigres pour leur taille. 10Voir MICS Supply Procurement Instructions ici http://mics.unicef.org/tools DRAFT MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 39 Tableau NU.2 : Etat nutritionnel des enfants Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans par état nutritionnel selon trois indices anthropométriques : poids-pour-âge, taille-pour-âge et poids-pour-taille, MICS Urbaine Dakar, 2015- 2016 Poids-pour âge Nombre d'enfants de moins de 5 ans Taille-pour âge Nombre d'enfants de moins de 5 ans Poids-pour-taille Nombre d'enfants de moins de 5 ans Insuffisance Pondérale Moyenne Score-Z (SD) Retard de croissance Moyenne Score-Z (SD) Emaciation Obésité Moyenne Score-Z (SD) Pourcentage en- dessous de Pourcentage en- dessous de Pourcentage en-dessous de Pourcentage au-dessus de - 2 SD1 - 3 SD2 - 2 SD1 - 3 SD2 - 2 SD1 + 2 SD7 Total 8,1 1,1 -0,5 4055 9,4 1,9 -0,5 3954 5,8 1,4 -0,3 4099 Sexe Masculin 8,8 1,1 -0,6 2037 10,0 2,1 -0,5 1988 6,7 1,6 -0,4 2067 Féminin 7,4 1,0 -0,5 2019 8,7 1,7 -0,5 1966 5,0 1,2 -0,3 2032 Département Dakar 5,6 0,3 -0,4 1337 8,2 1,6 -0,4 1287 2,9 1,5 -0,2 1309 Guédiawaye 8,3 0,7 -0,5 412 7,8 1,7 -0,4 404 6,0 2,6 -0,4 413 Pikine 9,9 1,5 -0,7 1751 10,4 2,1 -0,6 1711 7,9 0,9 -0,5 1800 Rufisque 8,6 1,6 -0,6 555 10,1 2,2 -0,6 552 6,0 1,9 -0,4 577 Age 0-5 mois 7,7 2,0 -0,3 386 7,1 1,1 -0,1 351 5,6 3,8 -0,1 351 6-11 mois 4,7 0,7 -0,2 370 3,2 1,1 -0,1 367 4,6 3,6 -0,1 369 12-17 mois 8,1 0,9 -0,4 516 6,1 0,4 -0,3 506 7,3 1,8 -0,4 510 18-23 mois 7,0 0,8 -0,5 373 10,2 2,8 -0,7 363 3,1 0,7 -0,3 367 24-35 mois 8,1 1,5 -0,6 762 15,0 3,0 -0,8 724 5,8 0,8 -0,3 739 36-47 mois 7,4 1,1 -0,7 876 10,0 2,3 -0,7 873 4,7 0,9 -0,4 925 48-59 mois 11,5 0,5 -0,7 772 9,3 1,8 -0,4 769 8,0 0,5 -0,6 837 Instruction de la mère Aucune 10,4 1,6 -0,7 1473 12,3 3,3 -0,7 1433 6,1 1,2 -0,4 1540 Primaire 7,9 1,0 -0,6 1521 8,8 1,2 -0,5 1481 6,8 1,0 -0,4 1512 Secondaire 6,1 0,5 -0,4 779 7,2 1,2 -0,4 763 4,7 1,5 -0,3 771 Supérieur 2,8 0,0 0,0 280 2,8 0,8 0,1 274 2,6 3,4 0,0 272 Indice de bien-être économique Le plus pauvre 14,1 2,6 -0,8 863 14,7 3,4 -0,8 835 7,4 0,8 -0,4 889 Second 6,7 1,0 -0,6 845 11,2 2,3 -0,6 826 6,1 1,3 -0,4 854 Moyen 7,6 0,8 -0,5 865 8,2 1,0 -0,5 839 5,6 1,0 -0,3 868 Quatrième 6,6 0,6 -0,3 778 6,9 1,7 -0,3 763 5,1 1,9 -0,3 784 Le plus riche 4,9 0,0 -0,3 703 4,9 1,1 -0,2 691 4,7 2,3 -0,3 704 1 Indicateur MICS 2.1a et indicateur OMD 1.8 - Insuffisance pondérale (modérée et sévère) 2 Indicateur MICS 2.1b - Insuffisance pondérale (sévère) 3 Indicateur MICS 2.2a - Prévalence du retard de croissance (modéré et sévère) 4 Indicateur MICS 2.2b - Prévalence du retard de croissance (sévère) 5 Indicateur MICS 2.3a - Prévalence de l'émaciation (modérée et sévère) 6 Indicateur MICS 2.3b - Prévalence de l'émaciation (sévère) 7 Indicateur MICS 2.4 - Prévalence de l'obésité Note : le tableau n’inclut pas cinq enfants pour lesquels l’information sur l’instruction de la mére est manquante DRAFT MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 40 Cependant, on note des disparités importantes du niveau de la prévalence en fonction des caractéristiques sociodémographiques. L’insuffisance pondérale touche plus les garçons (9% contre 7% chez les filles) tandis que les filles ont des prévalences plus élevées en ce qui concerne le retard de croissance (10% contre 9% chez les garçons) et l’émaciation (7% contre 5%). Les enfants habitant le département de Pikine souffrent plus d'insuffisance pondérale (10%) de retard de croissance (10%) et d’émaciation (8%) que les enfants des autres départements. Le pourcentage d’enfants souffrant d’un retard de croissance est également élevé dans le département de Rufisque (10%). La répartition par âge montre que l’état nutritionnel des enfants varie selon l’âge. En effet, le pourcentage d’enfants sous-alimentés varie selon les trois indices. Ainsi, l’insuffisance pondérale survient très tôt (8 % à moins de six mois). Cependant, elle connait une baisse sensible (5% à 6-11 mois) à cause des suppléments alimentaires. Mais elle augmente très rapidement à partir de 12-17 mois où 8% des enfants sont touchés avant de s’établir à 12% pour les enfants de 48-59 mois. La même tendance est observée pour le rapport taille pour âge, mais c’est à partir de 18 mois où on constate les retards de croissance les plus prononcés. Et ce sont les enfants âgés de 24-35 mois qui connaissent les prévalences les plus accentuées (15%). L’émaciation survient également très tôt chez les enfants et suit les mêmes tendances. Toutefois, elle concerne beaucoup plus les enfants âgés de 12-17 mois (7%) où beaucoup d'enfants cessent d'être allaités au sein et sont exposés à la contamination de l'eau, de la nourriture et de l'environnement et de 48-59 mois (8%), (Graphique NU.1). Les enfants dont les mères ont un niveau d’études supérieures sont les moins susceptibles de présenter une insuffisance pondérale (3%), un retard de croissance (3%) et une émaciation (3%) par rapport aux enfants de mères non scolarisées. Enfin, dans les ménages les plus pauvres, 14 % des enfants présentent une insuffisance pondérale ; 15% souffrent d’un retard de croissance et 7 % connaissent une émaciation modérée. Ces proportions sont à près de 5% quel que soit l’indicateur nutritionnel des enfants dans les ménages les plus riches. L’indice poids-pour-taille supérieur à + 2 SD (standard déviation ou écart type) et inférieur ou égal à + 3 SD (standard déviation ou écart type) définit le surpoids. Ce sont les enfants habitant dans le département de Guédiawaye (3%), ceux âgés de moins de 6 mois (4%) et de 6-11 mois (4%), ceux dont la mère a le niveau d’instruction du supérieur (3%) et ceux qui vivent dans les ménages les plus riches (2%) qui sont les plus touchés par le surpoids. DRAFT MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 41 Graphiq ue NU.1 : Enfants de moin s de 5 an s prése ntant une insu ff i s ance p ondér ale , un retard d e croissan ce et une é maciat i on (modér é(e) et grave ) , MICS Urb aine Dakar , 2015- 2016 Allaitement et alimentation du nourrisson et du jeune enfant Une bonne alimentation des nourrissons et des jeunes enfants peut augmenter leurs chances de survie ; elle peut également favoriser une croissance et un développement optimaux, en particulier dans l'intervalle critique de la naissance à l'âge de 2 ans. L'allaitement maternel pendant les premières années de la vie protège les enfants contre les infections, fournit une source idéale de nutriments et est économique et sûr. Cependant, de nombreuses mères ne commencent pas à allaiter suffisamment tôt, n’allaitent pas exclusivement pendant les 6 mois recommandés ou arrêtent l'allaitement trop tôt. Il y a souvent des pressions incitant à passer aux préparations de lait maternisé pour nourrissons qui peuvent contribuer au retard de croissance et à la malnutrition en micronutriments et être dangereuses si les conditions d'hygiène, y compris l'eau potable, ne sont pas facilement disponibles. En plus de la poursuite de l'allaitement maternel, la consommation d'aliments solides, semi-solides et mous appropriés, adéquats et sans risque à partir de l'âge de 6 mois conduit à de meilleurs résultats en matière de santé et de croissance, susceptibles de permettre de réduire le retard de croissance pendant les deux premières années de la vie. ,0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0 12,0 14,0 16,0 <6 mois 6-11 mois 12-17 mois 18-23 mois 24-35 mois 36-47 mois 48-59 mois P o u rc e n ta g e Age en mois Insuffisance pondérale Retard croissance Emaciation Surcharge pondérale DRAFT MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 42 L'UNICEF et l'OMS recommandent que les bébés soient allaités dans l'heure suivant la naissance, nourris exclusivement au sein pendant les six premiers mois de la vie et continuent d'être allaités jusqu'à 2 ans et au-delà11. À partir de 6 mois, l'allaitement doit être combiné à une consommation sans risque adaptée à l’âge, d’aliments solides, semi-solides et mous12. Un résumé des principes directeurs13, 14 relatifs à l'alimentation des nourrissons de 6-23 mois figure au tableau ci-dessous ainsi que les mesures approximatives pour ces lignes directrices recueillies dans cette enquête. Les principes directeurs pour lesquels il existe des mesures et des indicateurs approximatifs sont : (i) la poursuite de l’allaitement ; (ii) la fréquence appropriée de repas (mais pas la densité énergétique), et (iii) la teneur en éléments nutritifs des aliments appropriés. La fréquence des repas sert d’indicateur de l'apport énergétique, exigeant que les enfants reçoivent un nombre minimum de repas / collations (et aliments lactés pour les enfants non allaités) pour leur âge. La diversité du régime alimentaire sert à déterminer l'adéquation de la teneur en éléments nutritifs de la nourriture (le fer exclu) consommée. Pour la diversité du régime alimentaire, sept groupes d'aliments ont été créés et l’enfant qui en consomme au moins quatre est considéré comme ayant une meilleure alimentation de qualité. Dans la plupart des populations, la consommation d'au moins quatre groupes d'aliments signifie que l'enfant a une forte probabilité de consommer au moins un aliment d'origine animale et au moins un fruit ou un légume, en plus d'un aliment de base (céréales, racines ou tubercules)15. Ces trois dimensions de l'alimentation de l'enfant sont combinées en une évaluation des enfants ayant reçu une alimentation appropriée, à l’aide de l'indicateur de "régime alimentaire minimum acceptable". Pour avoir reçu un régime alimentaire minimum acceptable dans la journée précédente, un enfant doit avoir reçu : (i) le nombre approprié de repas / collations / aliments lactés ; (ii) les produits alimentaires d’au moins 4 groupes d'aliments, et (iii) le lait maternel ou au moins 2 aliments lactés (pour les enfants non allaités). 11WHO (2003). Implementing the Global Strategy for Infant and Young Child Feeding. Meeting Report Geneva, 3-5 February 2003. 12WHO (2003). Global Strategy for Infant and Young Child Feeding. 13PAHO (2003). Guiding principles for complementary feeding of the breastfed child. 14WHO (2005). Guiding principles for feeding non-breastfed children 6-24 months of age 15WHO (2008). Indicators for assessing infant and young child feeding practices. Part 1: Definitions. DRAFT MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 43 Principe directeur (âge 6-23 mois) Mesures approximatives Tableau Allaitement continu, fréquent à la demande pendant deux ans et au-delà Allaité dans les dernières 24 heures NU.4 Fréquence appropriée et densité énergétique des repas Enfants allaités En fonction de l’âge, deux ou trois repas/collations fournis dans les dernières 24 heures Enfants non allaités Quatre repas/collations et/ou aliments lactés fournis dans les dernières 24 heures NU.6 Teneur en éléments nutritifs des aliments appropriés Quatre groupes d’aliments16 consommés dans les dernières 24 heures NU.6 Quantité appropriée d’aliments Il n’existe pas d’indicateur standard na Consistance appropriée de denrées alimentaires Il n’existe pas d’indicateur standard na Utilisation de suppléments de vitamines et minéraux ou de produits enrichis pour le nourrisson et sa mère Il n’existe pas d’indicateur standard na Pratique d'une bonne hygiène et manipulation convenable des aliments Bien qu'il n'ait pas été possible d'élaborer des indicateurs pour saisir pleinement l'orientation du programme, un indicateur standard couvre effectivement une partie du principe: la non alimentation au biberon doté d'une tétine NU.9 Observation de l’enfant pendant les repas, en appliquant les principes d’attention psychosociale Il n’existe pas d’indicateur standard na 16 Les groupes d’aliments utilisés pour l’évaluation de cet indicateur sont 1) graines, racines et tubercules, 2) légumes et noix, 3) produits laitiers (lait, yaourts, fromage), 4) aliments carnés (viande, poisson, volaille et foie/abats), 5) œufs, 6) fruits et légumes riches en vitamine A, 7) autres fruits et légumes. DRAFT MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 44 Tableau NU.3 : Allaitement initial au sein Pourcentage des derniers-nés nés vivants au cours des 2 dernières années qui ont été allaités au sein, été allaités dans l'heure qui a suivi la naissance et dans la journée qui a suivi la naissance et pourcentage de ceux ayant reçu une nourriture prélactée, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 Pourcentage de ceux ayant été allaités au sein1 Pourcentage de ceux ayant été allaités au sein : Pourcentage de ceux ayant reçu une nourriture prélactée Nombre d'enfants derniers-nés nés au cours des deux dernières années Dans l'heure qui a suivi la naissance2 Dans la journée qui a suivi la naissance Total 98,0 14,0 76,9 48,7 1705 Département Dakar 97,8 20,5 72,4 44,7 575 Guédiawaye 97,9 26,1 78,3 35,0 158 Pikine 98,1 4,3 78,3 52,7 737 Rufisque 98,3 20,5 82,3 55,6 235 Mois depuis la dernière naissance 0-11 mois 99,1 15,4 75,9 49,0 753 12-23 mois 98,6 13,1 78,7 49,5 931 Assistance à l'accouchement Agent qualifié 98,1 14,2 77,1 48,7 1660 Accoucheuse traditionnelle (*) (*) (*) (*) 4 Lieu d'accouchement Domicile (95,5) (4,4) (83,1) (63,1) 43 Etablissement de santé 98,1 14,3 76,7 48,5 1657 Public 98,1 15,0 78,6 47,7 1505 Privé 98,0 7,7 57,9 56,0 153 Autre/NSP/Manquant (*) (*) (*) (*) 5 Instruction de la mère Aucune 97,7 15,7 81,2 48,6 613 Primaire 98,8 13,2 79,2 51,4 612 Secondaire 97,6 14,0 73,1 44,5 351 Supérieur 97,2 9,7 55,5 48,4 128 Indice de bien-être économique Le plus pauvre 97,6 15,9 81,4 52,6 371 Second 98,9 14,6 82,0 49,8 351 Moyen 97,7 11,4 78,5 45,8 360 Quatrième 99,0 15,8 76,9 47,1 334 Le plus riche 96,7 12,2 62,9 48,0 290 1 Indicateur MICS 2.5 - Enfants allaités 2 Indicateur MICS 2.6 - Début de l'allaitement ( ) Chiffres basés sur 25-49 cas non pondérés (*) Chiffres basés sur moins de 25 cas non pondérés Le tableau NU.3 est basé sur les rapports des mères relatifs à la nourriture, dans les premiers jours de la vie de mères, de leur dernier-né, né au cours des deux dernières années. Il indique la proportion de ceux ayant été allaités, ceux ayant d'abord été nourris au sein dans l'heure et le jour de naissance, et ceux ayant reçu une alimentation pré-lactée17. 17 Alimentation pré-lactée se réfère à la fourniture d'un liquide ou aliment quelconque, autre que le lait maternel, à un nouveau-né pendant la DRAFT MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 45 Le tableau NU.3 montre que l’écrasante majorité des enfants (98%) sont allaités au sein. Les accouchements se font principalement dans les structures sanitaires avec l’assistance de personnel qualifié (98%).L’éducation de la mère et le niveau de bien-être du ménage ne semblent pas influer sur le taux d’allaitement au sein qui est toujours supérieur à 95%. Bien que l’allaitement au sein soit une étape très importante dans la gestion de la lactation et l'établissement d'une relation physique et affective entre le bébé et la mère, seulement 14% des bébés sont nourris au sein pour la première fois dans l'heure suivant la naissance, tandis que 77% des nouveau-nés commencent l’allaitement dans la journée de naissance. Les résultats sont présentés par département au graphique NU.2. Graphiq ue NU.2 : In i t i at ion à l ’a l la i tement au se in , MICS Urbaine Da kar , 2015- 2016 La série d’indicateurs relatifs à l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant figurant aux tableaux NU.4 à NU.8 sont fondés sur les déclarations des mères relatives à la consommation des enfants de nourriture et de fluides le jour ou la nuit précédant l'entrevue. Les données sont sujettes à un certain nombre de limitations, certaines étant liées à la capacité de la répondante à faire des déclarations période où le débit de lait n’est pas encore stabilisé (estimé ici comme les 3 premiers jours de vie). 72 78 78 82 77 21 26 4 21 14 0 20 40 60 80 100 P o u r ce n t Dans un délai d'un jour Dans l'heure DRAFT MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 46 complètes sur la consommation de liquide et de nourriture de l'enfant en raison d’erreurs de mémoire ainsi que de l’absence de connaissances dans les cas où l'enfant a été nourri par d'autres personnes. Dans le tableau NU.4, la situation au regard de l’allaitement est présentée à la fois pour Exclusivement allaités au sein et Nourris principalement au sein ; le premier fait référence aux nourrissons de moins de 6 mois qui sont allaités et qui ne permet que la prise de vitamines, de suppléments minéraux et de médicaments tandis que le second permet également l'eau ordinaire et les liquides non lactés. Le tableau montre également la poursuite de l'allaitement des enfants à l’âge de 12-15 et 20-23 mois. Tableau NU.4 : Allaitement Pourcentage d'enfants vivants selon le statut d'allaitement par groupes d'âges sélectionnés, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 Enfants de 0-5 mois Enfants de 12-15 mois Enfants de 20-23 mois Pourcentage exclusivement allaités1 Pourcentage avec allaitement prédominant2 Nombre d'enfants Pourcentage allaités (Allaitement continu à 1 an) 3 Nombre d'enfants Pourcentage allaités (Allaitement continu à 2 ans) 4 Nombre d'enfants Total 66,2 81,2 405 93,5 401 45,0 291 Sexe Masculin 72,0 85,7 190 90,6 207 46,2 141 Féminin 61,1 77,3 216 96,5 194 43,8 150 Département Dakar 56,7 78,0 126 90,3 142 (34,0) 79 Guédiawaye 61,0 76,2 40 93,4 38 30,3 29 Pikine 76,2 85,3 177 95,8 172 52,2 137 Rufisque 60,3 79,2 63 94,6 49 51,4 46 Instruction de la mère Aucune 68,9 80,9 142 91,8 133 51,4 100 Primaire 64,7 82,8 159 97,8 147 51,6 111 Secondaire 68,6 83,2 76 91,7 88 25,3 55 Supérieur (59,4) (74,4) 26 (85,8) 33 (*) 25 Indice de bien-être économique Le plus pauvre 67,7 81,5 86 94,1 79 53,5 67 Second 60,9 86,4 80 98,6 80 53,2 67 Moyen 68,0 78,4 96 97,8 68 44,2 57 Quatrième 74,5 84,7 76 89,2 90 29,9 53 Le plus riche 58,7 74,8 68 89,2 85 (39,1) 48 1 Indicateur MICS 2.7 - Allaitement exclusif des moins de 6 mois 2 Indicateur MICS 2.8 - Allaitement prédominant des moins de 6 mois 3 Indicateur MICS 2.9 - Allaitement continu à 1 an 4 Indicateur MICS 2.10 - Allaitement continu à 2 ans Note : le tableau n’inclut pas deux enfants pour lesquels l’information sur l’instruction de la mère est manquante ( ) Chiffres basés sur 25-49 cas non pondérés (*) Chiffres basés sur moins de 25 cas non pondérés Dans l’ensemble, 66% des enfants âgés de moins de cinq mois sont allaités exclusivement au sein et 81% d’entre eux sont sous allaitement prédominant- essentiellement nourris au sein. À l’âge de 12-15 mois, 94% des enfants sont allaités et à l’âge de 20-23 mois, 45% sont allaités. Les allaitements exclusif et DRAFT MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 47 prédominant semblent concerner plus les garçons (72% et 86% respectivement) que les filles (61% et 77% respectivement). Le graphique NU.3 montre l’évolution détaillée de l'allaitement maternel selon l'âge de l'enfant en mois. Même aux premiers âges (0-1 mois), 24% des enfants reçoivent des liquides ou des aliments autres que le lait maternel. À l'âge de 4-5 mois, le pourcentage d'enfants allaités exclusivement au sein est inférieur ou égal 50%. Environ 35% des enfants reçoivent du lait maternel et un complément alimentaire à l'âge de 2 ans. Graphiq ue NU.3 : Evo lut ion de l ’a l i mentat i on du nourr isson se l on l ’â ge, MICS Urba ine Dakar 2015-2016 Le tableau NU.5 montre la durée médiane de l'allaitement maternel selon les caractéristiques de base. Parmi les enfants de moins de 3 ans, la durée médiane est de 20,6 mois pour l'allaitement maternel, 4,3 mois pour l'allaitement exclusif, et 5,4 mois pour l'allaitement prédominant. Les garçons bénéficient, en moyenne, d’un allaitement plus long que les filles surtout pour l’allaitement exclusif (4,8 mois pour les Allaité exclusivement Allaité et alimentation complémentaire Sevré (non allaité) 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% 0-1 2-3 4-5 6-7 8-9 10-11 12-13 14-15 16-17 18-19 20-21 22-23 Age en mois Sevré (non allaité ) Allaité et alimentation complémentaire Allaité et autre lait/en poudre pour nourrisson Allaité et liquides non lactiques Allaité et eau ordinaire uniquement Allaité exclusivement DRAFT MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 48 garçons contre 3,7 mois pour les filles) et l’allaitement prédominant (5,5 mois pour les garçons et 5,2 mois pour les filles). Au niveau départemental, l’allaitement maternel dure plus longtemps dans les départements de Pikine et de Rufisque que dans les autres. Le niveau d’éducation de la mère influe sur la durée de l’allaitement : les femmes sans éducation ou de niveau primaire allaitent leurs enfants durant plus de 21 mois (plus que la moyenne régionale) tandis que celles de niveaux d’études secondaires et supérieures le font pendant moins de 20 mois. Tableau NU.5 : Durée de l'allaitement au sein Durée médiane de l'allaitement, de l'allaitement exclusif de l'allaitement prédominant parmi les enfants de 0-35 mois, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 Durée médiane (en mois) de : Nombre d'enfants de 0-35 mois N'importe quel type d'allaitement1 Allaitement exclusif Allaitement prédominant Médiane 20,6 4,3 5,4 2514 Sexe Masculin 20,6 4,8 5,5 1260 Féminin 20,7 3,7 5,2 1254 Département Dakar 20,1 3,6 5,3 831 Guédiawaye 19,8 3,7 5 247 Pikine 21,3 4,7 5,4 1091 Rufisque 21 3,9 5,5 345 Instruction de la mère Aucune 21,2 4,3 5,1 913 Primaire 21,3 4,2 5,4 929 Secondaire 19,3 4,5 5,6 497 Supérieur 19,4 2,7 5,7 171 Moyenne 20,6 4,2 5,5 2514 1 Indicateur MICS 2.11 - Durée de l'allaitement L'âge approprié de l'allaitement maternel des enfants de moins de 24 mois est présenté au tableau NU.6. Différents critères de l'alimentation sont utilisés en fonction de l'âge de l'enfant. Pour les nourrissons âgés de 0-5 mois, l'allaitement maternel exclusif est considéré comme adapté à l'âge, tandis que les enfants âgés de 6-23 mois sont considérés être nourris convenablement s’ils reçoivent du lait maternel et des aliments solides, semi-solides ou mous. Seulement, 75% des enfants âgés de 6-23 mois sont allaités de façon appropriée et l’allaitement adapté à l'âge chez tous les enfants âgés de 0-23 mois baisse pour se situer à 73%. Cette baisse s’expliquerait par la prise en compte des enfants de 0-5 mois dans le groupe 0-23 mois alors qu’ils sont exclus dans le groupe d’âges 6-23 mois. DRAFT MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 49 Tableau NU.6 : Allaitement approprié à l'âge Pourcentage d'enfants de 0-23 mois qui ont été allaités de façon appropriée durant la journée précédente, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 Enfants de 0-5 mois Enfants de 6-23 mois Enfants de 0-23 mois Pourcentage exclusivement allaités1 Nombre d'enfants Pourcentage actuellement allaités et recevant des aliments solides, semi-solides ou mous Nombre d'enfants Pourcentage allaités de façon appropriée2 Nombre d'enfants Total 66,2 405 75,0 1297 72,9 1702 Sexe Masculin 72,0 190 74,6 656 74,0 846 Féminin 61,1 216 75,3 641 71,7 856 Département Dakar 56,7 126 73,8 435 70,0 561 Guédiawaye 61,0 40 73,2 123 70,2 163 Pikine 76,2 177 76,4 568 76,4 745 Rufisque 60,3 63 74,3 171 70,5 234 Instruction de la mère Aucune 68,9 142 75,0 461 73,5 604 Primaire 64,7 159 79,0 463 75,3 622 Secondaire 68,6 76 70,6 278 70,1 354 Supérieur (59,4) 26 68,2 95 66,3 121 Indice de bien-être économique Le plus pauvre 67,7 86 76,9 288 74,8 373 Second 60,9 80 73,3 258 70,4 338 Moyen 68,0 96 80,4 259 77,0 355 Quatrième 74,5 76 69,6 263 70,7 339 Le plus riche 58,7 68 74,3 229 70,8 297 1 Indicateur MICS 2.7 - Allaitement exclusif des moins de 6 mois 2 Indicateur MICS 2.12 - Allaitement approprié à l'âge Note : le tableau n’inclut pas deux enfants pour lesquels l’information sur l’instruction de la mère est manquante ( ) Chiffres basés sur 25-49 cas non pondérés Le tableau NU.7 montre que les trois-quarts (75%) des nourrissons de 6-8 mois ont reçu des aliments solides, semi-solides ou mous au moins une fois au cours de la journée précédente, et ce quel que soit le sexe. Le très faible effectif d’enfants de ce groupe d’âges qui ne sont pas allaités ne permet de tirer aucune conclusion sur leurs pratiques alimentaires. DRAFT MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 50 Tableau NU.7 : Introduction d'aliments solides, semi-solides ou mous Pourcentage de nourrissons de 6-8 mois qui ont reçu des aliments solides, semi-solides ou mous le jour précédent, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 Actuellement allaités Actuellement non allaités Tous Pourcentage recevant des aliments solides, semi- solides ou mous Nombre d'enfants de 6-8 mois Pourcentage recevant des aliments solides, semi- solides ou mous Nombre d'enfants de 6- 8 mois Pourcentage recevant des aliments solides, semi- solides ou mous1 Nombre d'enfants de 6-8 mois Total 75,3 163 (*) 3 75,4 166 Sexe Masculin 75,8 89 (*) 0 75,4 89 Féminin 74,6 75 (*) 3 75,3 77 1 Indicateur MICS 2.13 - Introduction d'aliments solides, semi-solides ou mous (*) Chiffres basés sur moins de 25 cas non pondérés Le tableau NU.8 montre que tous statuts d’allaitement confondus (actuellement allaités ou non), la proportion d’enfants de 6-23 mois ayant pris des aliments solides, semi-solides ou mous à la fréquence minimum est de 29% dans l’ensemble ; elle est plus de deux fois plus élevée chez les enfants non allaités (54%) que chez ceux qui sont encore allaités (23%). De même, les enfants non allaités ont plus fréquemment bénéficié de diversité alimentaire (68%, contre 38% chez ceux allaités). On relève un résultat similaire pour le régime alimentaire minimum acceptable : 23% chez les enfants allaités et 12% chez ceux allaités. Pendant la période d’allaitement, les filles bénéficient de plus d’attention au niveau alimentaire, en particulier dans le régime alimentaire minimum acceptable et la fréquence minimum des repas. Lorsque les enfants sont allaités, la diversité alimentaire est la plus pratiquée chez les enfants les plus jeunes (12% à 6-8 mois) et elle s’intensifie avec l’âge (22% à 9-11 mois et 48% à 12 mois ou plus). L’application de la fréquence minimum des repas est plus observée chez les nourrissons (38% à 6-8 mois) et chez les enfants de 12-17 mois (24%) ; elle se situe à moins de 20% dans les autres groupes d’âges. Au niveau départemental, Dakar et Rufisque semblent plus avantagés, surtout dans le régime alimentaire minimum acceptable et la fréquence minimum des repas. Par contre, le suivi de la diversité alimentaire minimum parait plus prévalent à Guédiawaye. Le régime alimentaire (régime alimentaire minimum acceptable, fréquence minimum des repas, diversité alimentaire minimum) des enfants s’améliore nettement avec le niveau d’instruction de la mère. Il en est de même pour le niveau de bien-être économique du ménage d’appartenance. DRAFT MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 51 Tableau NU.8 : Pratiques alimentaires des nourrissons et jeunes enfants Pourcentage d'enfants de 6-23 mois qui ont reçu des liquides et des aliments solides, semi-solides ou mous le nombre minimum de fois ou plus durant le jour précédent, selon le statut d'allaitement, MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 Actuellement allaités Actuellement non allaités Tous Pourcentage d'enfants qui ont reçu : Nombre d'enfants de 6-23 mois Pourcentage d'enfants qui ont reçu : Nombre d'enfant s de 6- 23 mois Pourcentage d'enfants qui ont reçu : Nombre d'enfant s de 6- 23 mois Diversité alimentaire minimale Fréquence minimum de repas Régime alimentaire minimum acceptable1,c Diversité alimentaire minimale Fréquence minimum de repasb Régime alimentaire minimum acceptable1, c Au moins 2 repas lactés Diversité alimentaire minimalea Fréquence minimum de repasb Régime alimentaire minimum acceptable1, c Total 37,8 23,3 11,5 1059 67,7 54,0 23,0 57,0 216 43,3 28,5 13,4 1297 Sexe Masculin 36,2 20,7 9,0 536 68,0 57,7 22,8 57,7 112 42,2 27,1 11,4 656 Féminin 39,3 25,8 14,0 523 67,3 50,0 23,1 56,2 104 44,4 29,8 15,5 641 Age 6-8 mois 12,2 38,3 7,9 163 (*) (*) (*) (*) 2 12,3 37,8 7,8 166 9-11 mois 22,1 12,2 5,7 208 (*) (*) (*) (*) 7 22,5 14,1 5,7 218 12-17 mois 48,7 24,4 15,4 488 (54,3) (58,4) (19,7) (54,9) 35 49,3 26,7 15,6 526 18-23 mois 48,4 19,6 11,0 199 72,7 53,2 24,6 56,7 171 60,3 35,1 17,3 387 Département Dakar 38,3 26,1 12,3 342 (63,8) (68,3) (24,1) (67,0) 75 44,0 33,7 14,4 435 Guédiawaye 51,2 16,5 10,2 96 79,8 39,5 27,2 57,1 25 57,6 21,4 13,8 123 Pikine 35,0 18,9 9,9 481 65,6 46,2 21,0 51,8 86 39,8 23,0 11,6 568 Rufisque 36,9 35,9 15,8 140 73,0 52,9 22,3 47,0 30 43,0 38,9 17,0 171 Instruction de la mère Aucune 33,4 22,8 9,3 389 65,6 46,8 16,0 55,1 65 38,6 26,2 10,2 461 Primaire 34,7 21,5 9,8 391 65,6 54,9 26,7 54,6 69 39,7 26,5 12,3 463 Secondaire 40,6 23,5 13,6 213 67,8 56,4 28,3 62,3 60 46,8 30,7 16,9 278 Supérieur 72,3 35,3 27,5 67 (*) (*) (*) (*) 23 73,8 43,0 25,0 95 Indice de bien-être économique Le plus pauvre 25,4 14,9 5,4 245 (60,5) (42,3) (15,9) (37,5) 41 30,9 18,8 6,9 288 Second 32,2 21,0 8,5 216 (9,0) (37,6) (19,4) (52,5) 39 38,1 23,6 10,2 258 Moyen 38,0 24,9 12,8 218 (61,4) (53,7) (21,9) (55,2) 37 42,0 29,1 14,1 259 Quatrième 42,6 29,4 18,7 200 (71,6) (64,6) (26,4) (70,0) 54 48,7 36,8 20,3 263 Le plus riche 55,6 28,4 13,8 180 (73,7) (66,9) (29,4) (65) 44 60,0 36 16,9 229 DRAFT MICS Urbaine Dakar, 2015-2016 52 1 Indicateur MICS 2.17a - Régime alimentaire minimum acceptable (allaités) 2 Indicateur MICS 2.17b - RÃ

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.