Sénégal - Demographic and Health Survey - 2018

Publication date: 2018

Sénégal Enquête Démographique et de Santé Continue (EDS-Continue) 2017 S énégal 2017 E nquête D ém ographique et de S anté C ontinue (E D S -C ontinue) RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL Sénégal : Enquête Démographique et de Santé Continue (EDS-Continue) 2017 Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) Dakar, Sénégal The DHS Program ICF Rockville, Maryland, USA Septembre 2018 Ce rapport présente les résultats de la cinquième année de l’Enquête Démographique et de Santé Continue au Sénégal (EDS-Continue 2017), exécutée par l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) en collaboration avec le ministère de la Santé et l’Action sociale (MSAS). Elle a été réalisée avec l’appui financier du Gouvernement du Sénégal, l’Agence des États-Unis pour le Développement international (USAID), la Cellule de Lutte contre la Malnutrition (CLM), la Banque Mondiale, le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) et Nutrition International. Elle a bénéficié de l’assistance technique du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Survey–The DHS Program, ICF). Le Laboratoire de Parasitologie de la Faculté de Médecine de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et le Laboratoire de Bactériologie et de Virologie de l’hôpital Le Dantec ont apporté leur expertise pour la mise en œuvre du volet portant sur le test du paludisme (formation des agents, prélèvements et analyses des échantillons de sang, analyse des données) et le test du VIH. Le Laboratoire de Parasitologie de la Faculté de Médecine de l’Université Cheikh Anta Diop a apporté son expertise à la réalisation de cette opération. Pour tous renseignements concernant l’EDS-Continue 2017, contacter : Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) Rocade Fann Bel-air Cerf-volant B.P. 116 ; Dakar RP (Sénégal) Téléphone : (221) 33 869 21 39/33 869 21 60 Fax : (221) 33 824 36 15 E-mail : statsenegal@ansd.sn / statsenegal@yahoo.fr Site web : www.ansd.sn Concernant The DHS Program, des renseignements peuvent être obtenus auprès de : ICF 530 Gaither Road, Suite 500, Rockville, MD 20850 USA Téléphone : 1-301-407-6500 Fax : 1-301-407-6501 E-mail : info@dhsprogram.com Internet : www.dhsprogram.com Citation recommandée : Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) [Sénégal], et ICF. 2018. Sénégal : Enquête Démographique et de Santé Continue (EDS-Continue 2017). Rockville, Maryland, USA : ANSD et ICF. Table des matières • iii TABLE DES MATIÈRES LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES . ix AVANT-PROPOS . xix REMERCIEMENTS . xxi SIGLES ET ABRÉVIATIONS . xxiii LIRE ET COMPRENDRE LES TABLEAUX DE L’ENQUETE DÉMOGRAPHIQUE ET DE SANTÉ CONTINUE AU SÉNÉGAL (EDS CONTINUE 2017) . xxv INDICATEURS SUR LES OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE . xxxiii CARTE DU SÉNÉGAL . xxxiv 1 PRÉSENTATION ET MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE . 1 1.1 Le contexte des politiques nationales . 1 1.2 Objectifs de l’enquête . 1 1.3 Conception de l’échantillon . 2 1.4 Questionnaires . 2 1.5 Anthropométrie et test d’anémie et test du VIH . 3 1.6 Protocole du test du VIH . 4 1.7 Prétest . 5 1.8 Formation du personnel de collecte . 5 1.9 Collecte des données . 6 1.10 Traitement des données . 6 1.11 Taux de réponse . 6 2 CARACTÉRISTIQUES DES LOGEMENTS ET DE LA POPULATION DES MÉNAGES . 9 2.1 Conditions de vie des ménages . 10 2.1.1 Sources d’approvisionnement de l’eau de boisson et traitement . 10 2.1.2 Installations sanitaires . 10 2.1.3 Exposition à la fumée à l’intérieur du logement . 11 2.1.4 Autres caractéristiques du logement . 11 2.1.5 Biens durable des ménages . 11 2.1.6 Bien-être économique du ménage . 11 2.1.7 Lavage des mains . 12 2.2 Population des ménages et composition . 12 2.2.1 Structure de la population . 13 2.2.2 Taille et Composition des ménages . 13 2.3 Instruction . 14 2.3.1 Niveau d’instruction atteint . 14 2.3.2 Fréquentation scolaire . 15 2.4 Les transferts sociaux et monétaires . 16 2.4.1 Connaissance de programmes de transferts sociaux . 16 2.4.2 Support de programmes de transferts sociaux . 17 2.4.3 Transferts d’argent . 17 2.4.4 Possession de comptes bancaires—participation à des tontines . 18 2.5 Couverture maladie universelle . 18 2.5 Couverture de l’initiative de gratuité des soins pour les enfants de moins de cinq ans . 19 iv • Table des matières 3 CARACTÉRISTIQUES DES ENQUÊTÉS . 37 3.1 Caractéristiques de base des enquêtés . 37 3.2 Niveau d’instruction et alphabétisation . 38 3.3 Exposition aux medias et utilisation de l’internet . 39 3.4 Emploi . 40 3.5 Occupation . 41 3.6 Utilisation de tabac . 42 4 NUPTIALITÉ ET ACTIVITÉ SEXUELLE . 61 4.1 État matrimonial . 61 4.2 Polygamie . 62 4.3 Âge à la première union. 63 4.4 Âge aux premiers rapports sexuels . 64 4.5 Activité sexuelle récente . 65 5 FÉCONDITÉ . 75 5.1 Fécondité actuelle . 75 5.2 Enfants déjà nés et enfants survivants . 77 5.3 Intervalles intergénésique . 77 5.4 Insusceptibilité de tomber enceinte . 78 5.5 Âge à la première naissance . 79 5.6 Fécondité des adolescentes et comportements en matière de santé reproductive avant l’age de 15 ans . 80 5.6.1 Fécondité des adolescentes . 80 5.6.2 Comportements en matière de santé reproductive avant l’âge de 15 ans . 81 6 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ . 93 6.1 Désir d’avoir un autre enfant . 93 6.2 Taille idéale de la famille . 95 6.3 Planification de la fécondité . 96 6.4 Taux de fécondité désiré . 97 7 PLANIFICATION FAMILIALE . 105 7.1 Connaissance et utilisation de la contraception . 105 7.2 Connaissance de la période de fertilité . 107 7.3 Source d’approvisionnement des methodes modernes . 107 7.4 Choix informé . 108 7.5 Discontinuation des méthodes contraceptives . 108 7.6 Demande en planification familiale . 109 7.7 Prise de décision sur la planification familiale . 111 7.8 Exposition aux messages sur la planification familiale . 112 7.9 Contact des non utilisatrices de la contraception avec des prestataires de planification familiale . 112 8 MORTALITÉ DES ENFANTS . 133 8.1 Mortalité infantile et mortalité juvénile . 134 8.2 Facteurs de risque biodémographiques . 136 8.3 Mortalité périnatale. 137 8.4 Comportement procréateur à hauts risques . 138 8.5 Statut de la femme et mortalite des enfants . 139 Table des matières • v 9 SANTÉ MATERNELLE . 145 9.1 Couverture et contenu des soins prénatals . 146 9.1.1 Prestataires qualifiés . 146 9.1.2 Stade de la grossesse et nombre de visites prénatales . 146 9.2 Composants des visites prénatales . 147 9.3 Protection contre le tétanos néonatal . 148 9.4 Services d’accouchement . 148 9.4.1 Accouchement en établissement de santé . 148 9.4.2 Assistance durant l’accouchement par un prestataire de santé qualifié . 150 9.4.3 Accouchement par césarienne . 150 9.4.4 Durée du séjour dans l’établissement de santé après la naissance . 151 9.5 Soins postnatals . 151 9.5.1 Examen postnatal de la mère . 151 9.5.2 Examen postnatal du nouveau-né . 152 9.6 Problèmes d’accès aux soins de santé . 153 9.7 Fistule obstétricale . 153 10 SANTÉ DE L’ENFANT. 169 10.1 Poids à la naissance . 169 10.2 Vaccination des enfants . 170 10.3 Symptômes d’infections respiratoires aiguës . 173 10.4 Fièvre . 173 10.5 Maladies diarrhéiques . 174 10.5.1 Prévalence de la diarrhée . 174 10.5.2 Pratiques alimentaires durant la diarrhée . 174 10.5.3 Thérapie de réhydratation par voie orale (TRO) et autres traitements de la diarrhée . 175 10.5.4 Source des conseils ou traitements . 175 10.5.5 Connaissance des sachets de SRO . 176 10.5.6 Traitement des maladies infantiles . 176 10.6 Évacuation des selles des enfants . 176 11 NUTRITION DES ENFANTS ET DES ADULTES. 195 11.1 État nutritionnel des enfants . 195 11.1.1 Mesure de l’état nutritionnel des jeunes enfants . 196 11.1.2 Collecte des données . 197 11.1.3 Niveaux de sous-nutrition des enfants . 197 11.2 Alimentation du nourrisson et du jeune enfant . 199 11.2.1 Allaitement . 199 11.2.2 Allaitement exclusif . 200 11.2.3 Durée médiane de l’allaitement . 201 11.2.4 Aliments de complément . 201 11.2.5 Minimum alimentaire acceptable . 202 11.3 Prévalence de l’anémie parmi les enfants . 204 11.4 Présence de sel iodé dans les ménages . 205 11.5 Consommation de micronutriments et supplémentation parmi les enfants . 206 11.6 Prévalence de l’anémie parmi les adultes . 207 11.6.1 Prévalence de l’anémie parmi les femmes . 207 11.6.2 Prévalence de l’anémie parmi les hommes . 208 11.7 Consommation de micronutriments parmi les mères . 208 vi • Table des matières 12 PALUDISME . 227 12.1 Possession de moustiquaires imprégnées d’insecticide . 227 12.2 Accès et utilisation des MII dans les ménages . 228 12.3 Utilisation des MII par les enfants et les femmes enceintes . 229 12.4 Paludisme pendant la grossesse . 230 12.5 Prise en charge du paludisme chez les enfants . 232 12.6 Prévalence du faible niveau d’hémoglobine chez les enfants . 233 12.7 Prévalence du paludisme chez les enfants . 234 13 CONNAISSANCE, ATTITUDES ET COMPORTEMENTS VIS-À-VIS DU VIH/SIDA . 251 13.1 Connaissance du VIH/sida, des moyens de transmission et de prévention . 252 13.2 Connaissance de la transmission mère-enfant . 253 13.3 Comportements de stigmatisation envers les personnes vivant avec le VIH . 254 13.4 Partenaires sexuels multiples . 256 13.5 Rapports sexuels payants . 256 13.6 Couverture en services de tests du vih . 257 13.6.1 Connaissance de services de test du VIH et test du VIH . 257 13.6.2 Test du VIH chez les femmes enceintes . 258 13.7 Infections sexuellement transmissibles déclarées . 259 13.8 Connaissance du VIH/sida et comportements parmi les jeunes . 259 13.8.1 Connaissance . 260 13.8.2 Premiers rapports sexuels . 260 13.8.3 Rapports sexuels prénuptiaux . 261 13.8.4 Partenaires sexuels multiples . 261 13.8.5 Couverture en services de tests du VIH . 262 14 PRÉVALENCE DU VIH . 281 14.1 Taux de couverture du test du VIH. 281 14.2 Prévalence du VIH . 282 14.2.1 Prévalence du VIH par âge et sexe . 282 14.2.2 Prévalence du VIH et comportements sexuels à risques . 283 14.2.3 Prévalence du VIH parmi les jeunes . 283 14.2.4 Prévalence du VIH selon d’autres caractéristiques liées au risque de contracter le VIH. 284 14.2.5 Prévalence du VIH parmi les couples . 284 15 MORTALITÉ ADULTE ET MORTALITÉ MATERNELLE . 297 15.1 Données . 297 15.2 Estimation directe de la mortalité adulte . 298 15.3 Tendance de la mortalité adulte . 299 15.4 Estimation directe de la mortalité maternelle . 299 15.5 Tendances de la mortalité liée à la grossesse . 300 16 SITUATION DES ENFANTS . 305 16.1 Enregistrement des naissances a l’état civil . 305 16.2 Enfants orphelins et résidence avec les parents . 306 16.3 Développement du jeune enfant . 307 16.3.1 Éducation de la petite enfance . 307 16.3.2 Apprentissage selon le type d’établissement. 308 16.3.3 Matériel d’apprentissage . 309 16.4 Encadrement inapproprié des jeunes enfants . 310 16.5 Indice de développement du jeune enfant . 311 Table des matières • vii 17 EXCISION . 323 17.1 Connaissance de l’excision . 324 17.2 Prévalence et âge à l’excision . 324 17.2.1 Prévalence et type de l’excision . 324 17.2.2 Âge à l’excision . 325 17.3 Prévalence et âge des filles à l’excision . 325 17.4 Opinions sur l’excision . 327 18 POUVOIR D’ACTION DES FEMMES. 335 18.1 Emploi des femmes et remuneration . 335 18.2 Decision concernant l’utilisation du revenu de la femme . 336 18.3 Decision concernant l’utilisation du revenu de l’homme . 337 18.4 Contrôle par les femmes de l’utilisation de leurs propres gains et de ceux de leur conjoint . 338 18.5 Possession de biens par les femmes et les hommes . 338 18.6 Possession d’un titre de propriété pour la maison et les terres . 339 18.7 Possession et utilisation de comptes bancaires et de téléphones portables . 339 18.8 Participation des femmes dans la prise de décision . 340 18.9 Opinion concernant le fait de battre son épouse/partenaire . 342 18.10 Négociation de rapports sexuels . 343 18.11 Indicateurs du pouvoir d’action des femmes . 344 19 VIOLENCE DOMESTIQUE . 369 19.1 Mesure de la violence . 370 19.2 Violence physique . 371 19.2.1 Auteurs des actes de violence physique . 372 19.3 Violence sexuelle . 372 19.3.1 Prévalence de la violence sexuelle . 372 19.3.2 Auteurs des actes de violence sexuelle . 372 19.4 Différentes formes de violence . 372 19.5 Contrôle exercé par le conjoint . 373 19.6 Formes de violence conjugale . 373 19.6.1 Prévalence de la violence conjugale . 373 19.7 Blessures dues à la violence conjugale . 375 19.8 Violence initiée par les femmes à l’encontre de leur conjoint . 375 19.9 Recherche d’aide parmi les femmes qui ont subi des actes de violence . 376 19.9.1 Sources auprès desquelles l’aide a été recherchée . 376 RÉFÉRENCES. 395 ANNEXE A PLAN DE SONDAGE . 397 A.1 Objectifs . 397 A.2 Base de sondage . 397 A.3 Procédure de tirage et la répartition de l’échantillon . 398 A.4 Calcul des probabilités de tirage . 399 A.5 Résultats de l’enquête . 401 ANNEXE B ESTIMATION DES ERREURS D’ÉCHANTILLONNAGE . 409 ANNEXE C TABLEAUX POUR L’ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES . 451 ANNEXE D PERSONNEL DE L’EDS CONTINUE SÉNÉGAL 2017 . 457 ANNEXE E QUESTIONNAIRES . 463 Liste des tableaux et des graphiques • ix LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES L 1 PRÉSENTATION ET MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE . 1 Tableau 1.1 Résultats des interviews Ménages et Individuelles . 7 Graphique 1.1 Algorithme du test de VIH chez les femmes de 15-49 et les hommes de 15-59 . 5 2 CARACTÉRISTIQUES DES LOGEMENTS ET DE LA POPULATION DES MÉNAGES . 9 Tableau 2.1 Eau utilisée par les ménages pour boire . 21 Tableau 2.2 Disponibilité de l’eau . 21 Tableau 2.3 Type d’installations sanitaires utilisées par les ménages . 22 Tableau 2.4 Caractéristiques du logement . 23 Tableau 2.5 Biens possédés par les ménages . 24 Tableau 2.6 Quintiles de bien-être économique . 24 Tableau 2.7 Lavage des mains . 25 Tableau 2.8 Population des ménages par âge, sexe et milieu de résidence . 26 Tableau 2.9 Composition des ménages . 27 Tableau 2.10.1 Niveau d’instruction de la population des ménages: Femme . 28 Tableau 2.10.2 Niveau d’instruction de la population des ménages: Homme . 29 Tableau 2.11 Taux de fréquentation scolaire . 30 Tableau 2.12 Connaissance d’un programme de transferts sociaux . 31 Tableau 2.13 Support reçu par le biais d’un programme de transferts sociaux . 32 Tableau 2.14 Moment auquel a été reçu un support d’un programme de transferts sociaux . 32 Tableau 2.15 Provenance et destination des transferts d’argent . 33 Tableau 2.16 Possession de compte bancaire et participation à des tontines . 34 Tableau 2.17 Assurance médicale : Population des ménages . 35 Tableau 2.18 Assurance médicale : Enfants dans des ménages âgés moins de cinq ans . 36 Graphique 2.1 Types d’installations sanitaires utilisées par les ménages par résidence . 11 Graphique 2.2 Quintiles de bien-être économique par résidence . 12 Graphique 2.3 Pyramide des âges de la population . 13 Graphique 2.4 Fréquentation scolaire au niveau secondaire par résidence . 15 Graphique 2.5 Support reçu par le biais d’un programme de transferts sociaux . 17 3 CARACTÉRISTIQUES DES ENQUÊTÉS . 37 Tableau 3.1 Caractéristiques sociodémographiques des enquêtés . 43 Tableau 3.2.1 Niveau d’instruction : Femmes . 44 Tableau 3.2.2 Niveau d’instruction : Hommes . 45 Tableau 3.3.1 Alphabétisation : Femmes . 46 Tableau 3.3.2 Alphabétisation : Hommes . 47 Tableau 3.4.1 Exposition aux médias : Femmes . 48 Tableau 3.4.2 Exposition aux média : Hommes . 49 Tableau 3.5.1 Utilisation de l’internet : Femmes. 50 Tableau 3.5.2 Utilisation de l’internet : Hommes . 51 Tableau 3.6.1 Emploi : Femmes . 52 Tableau 3.6 2 Emploi : Hommes . 53 Tableau 3.7.1 Occupation : Femmes . 54 Tableau 3.7.2 Occupation : Hommes . 55 Tableau 3.8 Type d’emploi : Femmes . 56 Tableau 3.9.1 Consommation de tabac à fumer : Femmes . 57 Tableau 3.9.2 Consommation de tabac à fumer : Hommes . 58 Tableau 3.10 Nombre moyen de cigarettes fumées par jour : Hommes . 59 Tableau 3.11 Consommation de tabac non fumé et de tabac sous n’importe quelle forme . 60 x • Liste des tableaux et des graphiques Graphique 3.1 Niveau d’instruction des enquêtés . 38 Graphique 3.2 Exposition aux médias . 39 Graphique 3.3 Statut de l’emploi par niveau d’instruction . 40 Graphique 3.4 Occupation . 41 4 NUPTIALITÉ ET ACTIVITÉ SEXUELLE . 61 Tableau 4.1 État matrimonial actuel . 66 Tableau 4.2.1 Nombre de coépouses . 67 Tableau 4.2.2 Nombre d’épouses des hommes. 68 Tableau 4.3 Âge à la première union . 69 Tableau 4.4 Âge médian à la première union selon certaines caractéristiques . 70 Tableau 4.5 Âge aux premiers rapports sexuels . 71 Tableau 4.6 Âge médian aux premiers rapports sexuels selon certaines caractéristiques . 72 Tableau 4.7.1 Activité sexuelle récente : Femmes . 73 Tableau 4.7.2 Activité sexuelle récente : Hommes . 74 Graphique 4.1 État matrimonial . 61 Graphique 4.2 Proportion de femmes et d’hommes célibataires par âge . 62 Graphique 4.3 Tendances de la polygamie . 62 Graphique 4.4 Polygamie par région . 63 Graphique 4.5 Âge médian des femmes à la première union par résidence . 63 5 FÉCONDITÉ . 75 Tableau 5.1 Fécondité actuelle . 83 Tableau 5.2 Fécondité selon certaines caractéristiques . 84 Tableau 5.3 Tendance de la fécondité par âge . 84 Tableau 5.4 Enfants nés vivants et enfants survivants des femmes . 85 Tableau 5.5 Intervalles intergénésiques . 86 Tableau 5.6 Aménorrhée, abstinence et insusceptibilité post-partum . 87 Tableau 5.7 Durée médiane de l’aménorrhée, de l’abstinence post-partum et de l’insusceptibilité post-partum . 88 Tableau 5.8 Ménopause . 89 Tableau 5.9 Âge à la première naissance . 89 Tableau 5.10 Âge médian à la première naissance . 90 Tableau 5.11 Fécondité des adolescentes . 91 Tableau 5.12 Rapports sexuels et comportements en matière de santé reproductive avant l’âge de 15 ans . 91 Graphique 5.1 Tendances de la fécondité par résidence . 76 Graphique 5.2 Tendances de la fécondité par âge . 76 Graphique 5.3 Fécondité par région . 77 Graphique 5.4 Fécondité par bien-être économique du ménage . 77 Graphique 5.5 Intervalles intergénésiques . 78 Graphique 5.6 Âge médian à la première naissance par résidence . 80 Graphique 5.7 Grossesse et maternité des adolescentes par résidence . 81 Graphique 5.8 Grossesse et maternité des adolescentes par région . 81 6 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ . 93 Tableau 6.1 Préférences en matière de fécondité par nombre d’enfants vivants . 98 Tableau 6.2.1 Désir de limiter les naissances : Femmes. 99 Tableau 6.2.2 Désir de limiter les naissances : Hommes . 99 Tableau 6.3 Nombre idéal d’enfants selon le nombre d’enfants vivants . 100 Tableau 6.4 Nombre idéal d’enfants selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 101 Tableau 6.5 Planification de la fécondité . 102 Tableau 6.6 Taux de fécondité désirée . 103 Liste des tableaux et des graphiques • xi Graphique 6.1 Désir de limiter les naissances par nombre d’enfants vivants . 94 Graphique 6.2 Désir de limiter les naissances par nombre d’enfants vivants : tendances . 94 Graphique 6.3 Taille idéale de la famille . 95 Graphique 6.4 Planification de la fécondité . 96 7 PLANIFICATION FAMILIALE . 105 Tableau 7.1 Connaissance des méthodes contraceptives . 115 Tableau 7.2 Connaissance des méthodes contraceptives selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 116 Tableau 7.3 Utilisation actuelle de la contraception selon âge . 117 Tableau 7.4.1 Utilisation actuelle de la contraception selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 118 Tableau 7.4.2 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes non en union sexuellement actives1, selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 120 Tableau 7.5 Connaissance de la période de fertilité . 121 Tableau 7.6 Connaissance de la période de fertilité par âge . 121 Tableau 7.7 Source d’approvisionnement des méthodes modernes de contraception . 122 Tableau 7.8 Choix informé de la méthode contraceptive . 123 Tableau 7.9 Taux de discontinuation des méthodes contraceptives sur 12 mois . 123 Tableau 7.10 Raisons de la discontinuation des méthodes contraceptives . 124 Tableau 7.11.1 Besoins et demande en matière de planification familiale parmi les femmes actuellement en union . 125 Tableau 7.11.2 Besoins et demande en matière de planification familiale de l’ensemble des femmes et pour les femmes non sexuellement actives . 127 Tableau 7.12 Prise de décision concernant la planification familiale . 129 Tableau 7.13 Utilisation future de la contraception . 130 Tableau 7.14 Exposition aux messages sur la planification familiale . 130 Tableau 7.15 Contact des non utilisatrices de la contraception avec des prestataires de planification familiale . 131 Graphique 7.1 Utilisation contraceptive . 106 Graphique 7.2 Tendances de l’utilisation contraceptive . 107 Graphique 7.3 Source d’approvisionnement des méthodes modernes de contraception . 108 Graphique 7.4 Taux de discontinuation des méthodes contraceptives . 109 Graphique 7.5 Demande en matière de planification familiale . 110 Graphique 7.6 Besoins non satisfaits en matière de PF pour espacer et pour limiter . 111 Graphique 7.7 Contact des non utilisatrices avec les prestataires. 113 8 MORTALITÉ DES ENFANTS . 133 Tableau 8.1 Quotients de mortalité des enfants de moins de cinq ans . 140 Table 8.2 Quotients de mortalité des enfants de moins de cinq ans selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 140 Tableau 8.3 Quotients de mortalité des enfants de moins de cinq pour la période des dix années ayant précédé l’enquête, selon d’autres caractéristiques sociodémographiques . 141 Tableau 8.4 Mortalité périnatale . 142 Tableau 8.5 Comportement procréateur à hauts risques . 143 Tableau 8.6 Quotients de mortalité des enfants selon les indicateurs du statut de la femme . 144 Graphique 8.1 Tendances de la mortalité des enfants de moins de 5 ans . 134 Graphique 8.2 Mortalité infanto-juvénile par niveau d’instruction de la mère . 135 Graphique 8.3 Mortalité infanto-juvénile par région . 136 Graphique 8.4 Mortalité des enfants de moins de 5 ans selon l’intervalle avec la naissance précédente . 137 Graphique 8.5 Mortalité périnatale par bien-être économique du ménage . 138 xii • Liste des tableaux et des graphiques 9 SANTÉ MATERNELLE . 145 Tableau 9.1 Soins prénatals . 155 Tableau 9.2 Nombre de visites prénatales et stade de la grossesse à la première visite . 156 Tableau 9.3 Composants des visites prénatales . 157 Tableau 9.4 Vaccination antitétanique . 158 Tableau 9.5 Lieu de l’accouchement . 159 Tableau 9.6 Assistance au cours de l’accouchement . 160 Tableau 9.7 Césarienne . 161 Tableau 9.8 Durée du séjour dans l’établissement de santé après la naissance . 162 Tableau 9.9 Moment où le premier examen postnatal a été dispensé à la mère . 162 Tableau 9.10 Type de prestataire de santé qui a dispensé le premier examen postnatal à la mère . 163 Tableau 9.11 Moment où le premier examen postnatal a été dispensé au nouveau-né . 164 Tableau 9.12 Type de prestataire de santé qui a dispensé le premier examen postnatal au nouveau-né . 165 Tableau 9.13 Contenu des soins postnatals dispensés aux nouveau-nés . 166 Tableau 9.14 Problèmes d’accès aux soins de santé . 167 Tableau 9.15 Connaissance et prévalence de la fistule obstétricale . 168 Graphique 9.1 Tendances de la couverture en soins prénatals . 146 Graphique 9.2 Composants des soins prénatals . 147 Graphique 9.3 Lieu d’accouchement : tendances . 149 Graphique 9.4 Naissances ayant eu lieu dans un établissement de santé par bien-être économique du ménage . 149 Graphique 9.5 Naissances dans un établissement de santé par région . 149 Graphique 9.6 Soins postnatals selon le lieu de l’accouchement . 151 10 SANTÉ DE L’ENFANT . 169 Tableau 10.1 Taille et poids de l’enfant à la naissance. 178 Tableau 10.2 Vaccinations par source d’information . 179 Tableau 10.3 Vaccinations par caractéristique sociodémographique . 180 Tableau 10.4 Possession et observation des carnets de vaccination, selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 182 Tableau 10.5 Prévalence et traitement des symptômes d’IRA . 183 Tableau 10.6 Source des conseils ou traitements pour les enfants ayant présenté des symptômes d’IRA . 184 Tableau 10.7 Prévalence et traitement de la fièvre . 185 Tableau 10.8 Prévalence et traitement de la diarrhée . 186 Tableau 10.9 Pratiques alimentaires durant la diarrhée . 187 Tableau 10.10 Thérapie de Réhydratation par voie orale, supplémentation en zinc et administration d’autres traitements contre la diarrhée . 189 Tableau 10.11 Source des conseils ou traitements pour les enfants ayant eu la diarrhée . 191 Tableau 10.12 Connaissance des sachets SRO ou des liquides SRO préconditionnés . 192 Tableau 10.13 Évaluation des selles des enfants . 193 Graphique 10.1 Vaccinations infantiles . 171 Graphique 10.2 Tendances de la couverture vaccinale . 171 Graphique 10.3 Couverture vaccinale par résidence . 172 Graphique 10.4 Couverture vaccinale par région . 172 Graphique 10.5 Prévalence de la diarrhée par âge. 174 Graphique 10.6 Pratiques alimentaires pendant la diarrhée. 174 Graphique 10.7 Traitement de la diarrhée . 175 Graphique 10.8 Prévalence et traitement des maladies infantiles . 176 Liste des tableaux et des graphiques • xiii 11 NUTRITION DES ENFANTS ET DES ADULTES . 195 Tableau 11.1 État nutritionnel des enfants . 210 Tableau 11.2 Allaitement initial . 212 Tableau 11.3 Type d’allaitement selon l’âge de l’enfant . 213 Tableau 11.4 Indicateurs de l’Alimentation du Nourrisson et du Jeune Enfant (ANJE) concernant l’allaitement . 214 Tableau 11.5 Durée médiane de l’allaitement . 215 Tableau 11.6 Aliments et liquides reçus par les enfants le jour ou la nuit ayant précédé l’interview . 216 Tableau 11.7 Apport alimentaire minimum acceptable . 217 Tableau 11.8 Prévalence de l’anémie chez les enfants . 219 Tableau 11.9 Présence de sel iodé dans le ménage . 220 Tableau 11.10 Consommation de micronutriments par les enfants . 221 Tableau 11.11 Aliments thérapeutiques et compléments alimentaires . 223 Tableau 11.12.1 Prévalence de l’anémie chez les femmes . 224 Tableau 11.12.2 Prévalence de l’anémie chez les hommes . 225 Tableau 11.13 Consommation de micronutriments par les mères . 226 Graphique 11.1 Tendances de l’état nutritionnel des enfants . 198 Graphique 11.2 Retard de croissance chez les enfants par niveau de bien-être économique du ménage . 199 Graphique 11.3 Retard de croissance chez les enfants par région . 199 Graphique 11.4 Tendances de l’allaitement initial . 200 Graphique 11.5 Pratiques d’allaitement par âge . 200 Graphique 11.6 Tendances de l’allaitement exclusif . 201 Graphique 11.7 Indicateurs ANJE sur l’apport alimentaire minimal acceptable . 203 Graphique 11.8 Tendances de l’anémie chez les enfants . 204 Graphique 11.9 Anémie chez les enfants par région . 205 Graphique 11.10 Tendances de l’anémie chez les femmes . 207 12 PALUDISME . 227 Tableau 12.1 Possession de moustiquaires par les ménages. 236 Tableau 12.2 Source d’obtention des moustiquaires . 237 Tableau 12.3 Accès à une moustiquaire imprégnée d’insecticide (MII) . 238 Tableau 12.4 Accès à une MII . 238 Tableau 12.5 Utilisation des moustiquaires par la population des ménages . 239 Tableau 12.6 Utilisation des MII existantes . 240 Tableau 12.7 Utilisation des moustiquaires par les enfants . 241 Tableau 12.8 Utilisation des moustiquaires par les femmes enceintes . 242 Tableau 12.9 Utilisation du traitement préventif intermittent (TPIg) par les femmes pendant la grossesse . 243 Tableau 12.10 Prévalence, diagnostic et traitement précoce des enfants avec de la fièvre . 244 Tableau 12.11 Source des conseils ou traitements pour les enfants ayant de la fièvre . 245 Tableau 12.12 Type d’antipaludiques utilisés . 246 Tableau 12.13 Couverture des tests d’anémie et du paludisme des enfants . 247 Tableau 12.14 Niveau d’hémoglobine <8,0 g/dl chez les enfants . 248 Tableau 12.15 Prévalence du paludisme chez les enfants de 6-59 mois selon les résultats du TDR et de l’examen microscopique . 249 Graphique 12.1 Possession de MII dans les ménages : tendances . 228 Graphique 12.2 Possession de MII par région . 228 Graphique 12.3 Accès et utilisation des MII : tendances. 229 Graphique 12.4 Utilisation du TPIg par les femmes enceintes : tendances . 231 Graphique 12.5 TIPg 3+ par région . 231 xiv • Liste des tableaux et des graphiques Graphique 12.6 Faible niveau d’hémoglobine chez les enfants par âge . 234 Graphique 12.7 Prévalence du paludisme chez les enfants : tendances . 234 13 CONNAISSANCE, ATTITUDES ET COMPORTEMENTS VIS-À-VIS DU VIH/SIDA . 251 Tableau 13.1 Connaissance du VIH ou du sida . 263 Tableau 13.2 Connaissance des moyens de prévention du VIH . 264 Tableau 13.3 Connaissance complète sur le VIH . 265 Tableau 13.4 Connaissance de la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant . 266 Tableau 13.5 Attitudes discriminatoires à l’égard des personnes vivant avec le VIH . 267 Tableau 13.6.1 Partenaires sexuels multiples et rapport sexuels à hauts risques au cours des 12 derniers mois : Femmes . 268 Tableau 13.6.2 Partenaires sexuels multiples et rapport sexuels à hauts risques au cours des 12 derniers mois : Hommes . 269 Tableau 13.7 Rapports sexuels payants et utilisation du condom au cours des derniers rapports sexuels payants . 271 Tableau 13.8.1 Couverture du test du VIH antérieur à l’enquête : Femmes . 272 Tableau 13.8.2 Couverture du test du VIH antérieur à l’enquête : Hommes . 273 Tableau 13.9 Femmes enceintes conseillées et ayant effectué un test du VIH . 274 Tableau 13.10 Prévalence déclarée des infections sexuellement transmissibles (IST) et symptômes déclarés d’IST . 275 Tableau 13.11 Femmes et hommes ayant recherché un traitement contre les IST . 276 Tableau 13.12 Connaissance complète sur le VIH parmi les jeunes . 276 Tableau 13.13 Âge aux premiers rapports sexuels parmi les jeunes . 277 Tableau 13.14 Rapports sexuels prénuptiaux parmi les jeunes . 277 Tableau 13.15.1 Partenaires sexuels multiples et rapports sexuels à hauts risques au cours des douze derniers mois parmi les jeunes : Femmes . 278 Tableau 13.15.2 Partenaires sexuels multiples et rapports sexuels à hauts risques au cours des 12 derniers mois parmi les jeunes : Hommes . 279 Tableau 13.16 Tests du VIH récents parmi les jeunes . 280 Graphique 13.1 Connaissance de la Transmission de la Mère à l’Enfant (TME) . 253 Graphique 13.2 Connaissance de la Transmission de la Mère à l’Enfant (TME) : Tendances. 254 Graphique 13.3 Comportements discriminatoires à l’égard des personnes vivant avec le VIH, par niveau de bien-être du ménage . 255 Graphique 13.4 Rapports sexuels et utilisation du condom avec un partenaire non régulier . 256 Graphique 13.5 Test du VIH . 257 Graphique 13.6 Test du VIH récent : tendances . 257 Graphique 13.7 Test du VIH par résidence . 258 Graphique 13.8 Test du VIH récent : région . 258 Graphique 13.9 Connaissance complète du VIH parmi les jeunes : Tendances . 260 14 PRÉVALENCE DU VIH . 281 Tableau 14.1 Couverture du test du VIH par milieu de résidence et de région . 285 Tableau 14.2 Couverture du test du VIH selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 287 Tableau 14.3 Prévalence du VIH selon l’âge . 288 Tableau 14.4 Prévalence du VIH selon certaines caractéristiques socio-économiques . 289 Tableau 14.5 Prévalence du VIH selon certaines caractéristiques démographiques . 290 Tableau 14.6 Prévalence du VIH selon certaines caractéristiques du comportement sexuel. 291 Tableau 14.7 Prévalence du VIH parmi les jeunes selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 292 Tableau 14.8 Prévalence du VIH parmi les jeunes selon certaines caractéristiques du comportement sexuel . 293 Tableau 14.9 Prévalence du VIH selon d’autres caractéristiques . 294 Tableau 14.10 Test du VIH antérieur à l’enquête et statut sérologique actuel . 294 Tableau 14.11 Prévalence du VIH parmi les couples . 295 Liste des tableaux et des graphiques • xv Graphique 14.1 Prévalence du VIH par âge . 282 Graphique 14.2 Tendances de la prévalence du VIH . 283 Graphique 14.3 Prévalence du VIH par région . 283 15 MORTALITÉ ADULTE ET MORTALITÉ MATERNELLE . 297 Tableau 15.1 Complétude de l’information sur les frères et sœurs . 301 Tableau 15.2 Taux de mortalité des adultes . 302 Tableau 15.3 Quotient de mortalité adulte . 302 Tableau 15.4 Mortalité maternelle . 303 Graphique 15.1 Taux de mortalité adulte par âge . 298 Graphique 15.2 Tendances du Rapport de Mortalité liée à la Grossesse (RMG) avec intervalle de confiance . 301 16 SITUATION DES ENFANTS . 305 Tableau 16.1 Enregistrement à l’état civil des naissances d’enfants de moins de cinq ans . 313 Tableau 16.2 Enfants orphelins et résidence avec les parents . 314 Tableau 16.3 Programme d’apprentissage ou d’éveil . 316 Tableau 16.4.1 Soutien à l’apprentissage - première partie . 317 Tableau 16.4.2 Soutien à l’apprentissage - deuxième partie . 318 Tableau 16.5 Matériel d’apprentissage . 319 Tableau 16.6 Encadrement inapproprié des enfants . 320 Tableau 16.7 Indice de développement du jeune enfant . 321 Graphique 16.1 Enregistrement des naissances d’enfants de moins de 5 ans auprès des autorités civiles : tendances . 306 Graphique 16.2 Enregistrement des naissances d’enfants de moins de 5 ans auprès des autorités civiles par quintile de bien-être économique du ménage . 306 Graphique 16.3 Enfants qui fréquentent un programme d’éducation préscolaire par niveau d’instruction de la mère . 308 Graphique 16.4 Soutien à l’apprentissage par quintile de bien-être économique . 309 Graphique 16.5 Utilisation d’au moins deux types de jouets . 310 17 EXCISION . 323 Tableau 17.1 Connaissance de l’excision . 329 Tableau 17.2 Prévalence de l’excision . 330 Tableau 17.3 Âge à l’excision . 331 Tableau 17.4 Prévalence de l’excision et âge à l’excision : Filles de 0-14 ans . 331 Tableau 17.5 Excision des filles de 0-14 ans selon les caractéristiques sociodémographiques de la mère . 332 Tableau 17.6 Opinion des femmes et des hommes sur l’excision, en tant que nécessité religieuse . 333 Tableau 17,7 Opinion des femmes et des hommes sur la poursuite ou non de la pratique de l’excision . 334 Graphique 17.1 Type d’excision . 324 Graphique 17.2 Tendances d’excision des filles . 325 Graphique 17.3 Âge à l’excision parmi les femmes et les filles . 326 Graphique 17.4 Excision chez les filles par région . 326 Graphique 17.5 Opinion sur l’excision par ethnie . 327 18 POUVOIR D’ACTION DES FEMMES . 335 Tableau 18.1 Emploi et type de rémunération des femmes et des hommes actuellement en union . 347 Tableau 18.2.1 Contrôle de l’utilisation de l’argent gagné par les femmes et importance de l’argent gagné par les femmes par rapport à celui gagné par leur conjoint . 348 xvi • Liste des tableaux et des graphiques Tableau 18.2.2 Contrôle de l’argent gagné par les hommes . 350 Tableau 18.3 Contrôle par les femmes de l’utilisation de leurs propres gains et contrôle de l’utilisation des gains de leur mari/partenaire . 352 Tableau 18.4.1 Possession de biens : Femmes . 353 Tableau 18.4.2 Possession de biens : Hommes . 354 Tableau 18.5.1 Possession d’un titre de propriété pour une maison : Femmes . 355 Tableau 18.5.2 Possession d’un titre de propriété pour une maison : Hommes . 356 Tableau 18.6.1 Possession d’un titre de propriété pour des terres : Femmes . 357 Tableau 18.6.2 Possession d’un titre de propriété pour des terres : Hommes . 358 Tableau 18.7.1 Possession et utilisation de comptes bancaires et de téléphones portables : Femmes . 359 Tableau 18.7.2 Possession et utilisation de comptes bancaires et de téléphones portables : Hommes . 360 Tableau 18.8 Participation dans la prise de décision . 360 Tableau 18.9.1 Participation des femmes dans la prise de décision selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 361 Tableau 18.9.2 Participation des hommes dans la prise de décision selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 362 Tableau 18.10.1 Opinion des femmes concernant le fait qu’un mari batte sa femme . 363 Tableau 18.10.2 Opinion des hommes concernant le fait qu’un mari batte sa femme . 364 Tableau 18.11 Opinions concernant la négociation de rapports sexuels sans risque avec le mari/partenaire . 365 Tableau 18.12 Capacité des femmes à négocier les rapports sexuels avec leur mari/partenaire . 366 Tableau 18.13 Indicateurs du pouvoir d’action des femmes . 367 Tableau 18.14 Utilisation actuelle de la contraception selon les indicateurs du pouvoir d’action des femmes . 367 Tableau 18.15 Nombre idéal d’enfants et besoins non satisfaits en matière de planification familiale selon certains indicateurs du pouvoir d’action des femmes . 368 Tableau 18.16 Soins de santé maternelle, selon les indicateurs du pouvoir d’action des femmes . 368 Graphique 18.1 Contrôle des gains de la femme . 337 Graphique 18.2 Utilisation de comptes bancaires et de téléphones portables . 340 Graphique 18.3 Participation des femmes dans la prise de décision . 341 Graphique 18.4 Opinions concernant le fait de battre sa femme . 342 19 VIOLENCE DOMESTIQUE . 369 Tableau 19.1 Violence physique . 378 Tableau 19.2 Auteurs des violences physiques . 379 Tableau 19.3 Violence sexuelle . 380 Tableau 19.4 Auteurs des violences sexuelles . 381 Tableau 19.5 Âge au moment de la première expérience de violence sexuelle . 381 Tableau 19.6 Expérience de diverses formes de violence . 382 Tableau 19.7 Violence pendant la grossesse . 382 Tableau 19.8 Contrôle exercé par les maris selon les déclarations des épouses . 383 Tableau 19.9 Formes de violence conjugale . 385 Tableau 19.10 Violence conjugale selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 386 Tableau 19.11 Violence conjugale selon les caractéristiques du mari/partenaire et les indicateurs du pouvoir d’action de la femme . 387 Tableau 19.12 Violences conjugales au cours des 12 derniers mois . 389 Tableau 19.13 Premier épisode de violence conjugale selon la durée de l’union . 389 Tableau 19.14 Blessures dues à la violence conjugale . 390 Tableau 19.15 Violence des femmes contre leur conjoint selon les caractéristiques de la femme . 391 Tableau 19.16 Violence des femmes contre leur conjoint selon les caractéristiques du conjoint et les indicateurs du pouvoir d’action des femmes . 392 Tableau 19.17 Recherche d’aide pour mettre fin à la violence . 393 Tableau 19.18 Sources/personnes auprès desquelles l’aide pour mettre fin à la violence a été recherchée . 394 Liste des tableaux et des graphiques • xvii Graphique 19.1 Violence subie par les femmes selon leur état matrimonial . 371 Graphique 19.2 Types d’actes de violence conjugale . 374 Graphique 19.3 Violence conjugale par région . 374 Graphique 19.4 Violence conjugale selon le nombre de contrôles exercés par le mari/partenaire . 375 Graphique 19.5 Recherche d’aide par type de violence subie . 376 ANNEXE A PLAN DE SONDAGE . 397 Tableau A.1 Répartition de nombres de DR et la taille moyenne de DR en ménages par région et selon le milieu de résidence (RGPH-2013). 398 Tableau A.2 Répartition de ménage et de population par région et selon le milieu de résidence (RGPH-2013) . 398 Tableau A.3 Répartition de l’échantillon grappes et de l’échantillon ménages par région et par type de résidence, EDS Continue Sénégal 2017 . 399 Tableau A.4 Répartition de nombres attendus de femmes et hommes enquêtés avec succès par région et par type de résidence, EDS Continue Sénégal 2017 . 399 Tableau A.5 Résultats de l’enquête : Femmes. 402 Tableau A.6 Résultats de l’enquête : Hommes . 403 Tableau A.7 Couverture du test du VIH selon certaines caractéristiques sociodémographiques : Femmes . 404 Tableau A.8 Couverture du test du VIH selon certaines caractéristiques sociodémographiques : Hommes . 405 Tableau A.9 Couverture du test du VIH selon certaines caractéristiques du comportement sexuel : Femmes . 406 Tableau A.10 Couverture du test du VIH selon certaines caractéristiques du comportement sexuel : Hommes. 407 ANNEXE B ESTIMATION DES ERREURS D’ÉCHANTILLONNAGE. 409 Tableau B.1 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage, EDS Continue Sénégal 2017 . 411 Tableau B.2 Erreurs de sondage : Echantillon Total, EDS Continue Sénégal 2017 . 413 Tableau B.3 Erreurs de sondage : Echantillon Urbain, EDS Continue Sénégal 2017 . 415 Tableau B.4 Erreurs de sondage : Echantillon Rural, EDS Continue Sénégal 2017 . 417 Tableau B.5 Erreurs de sondage : Echantillon Dakar, EDS Continue Sénégal 2017 . 419 Tableau B.6 Erreurs de sondage : Echantillon Ziguinchor, EDS Continue Sénégal 2017 . 421 Tableau B.7 Erreurs de sondage : Echantillon Diourbel, EDS Continue Sénégal 2017 . 423 Tableau B.8 Erreurs de sondage : Echantillon Saint-Louis, EDS Continue Sénégal 2017 . 425 Tableau B.9 Erreurs de sondage : Echantillon Tambacounda, EDS Continue Sénégal 2017 . 427 Tableau B.10 Erreurs de sondage : Echantillon Kaolack, EDS Continue Sénégal 2017 . 429 Tableau B.11 Erreurs de sondage : Echantillon Thiès, EDS Continue Sénégal 2017 . 431 Tableau B.12 Erreurs de sondage : Echantillon Louga, EDS Continue Sénégal 2017 . 433 Tableau B.13 Erreurs de sondage : Echantillon Fatick, EDS Continue Sénégal 2017 . 435 Tableau B.14 Erreurs de sondage : Echantillon Kolda, EDS Continue Sénégal 2017 . 437 Tableau B.15 Erreurs de sondage : Echantillon Matam, EDS Continue Sénégal 2017 . 439 Tableau B.16 Erreurs de sondage : Echantillon Kaffrine, EDS Continue Sénégal 2017 . 441 Tableau B.17 Erreurs de sondage : Echantillon Kédougou, EDS Continue Sénégal 2017 . 443 Tableau B.18 Erreurs de sondage : Echantillon Sédhiou, EDS Continue Sénégal 2017 . 445 Tableau B.19 Erreurs de sondage pour les taux de mortalité adulte et les taux de mortalité maternelle, EDS Continue Sénégal 2017 . 447 Tableau B.20 Erreurs de sondage pour la prévalence du VIH, EDS Continue Sénégal 2017 . 448 ANNEXE C TABLEAUX POUR L’ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES . 451 Tableau C.1 Répartition par âge de la population des ménages . 451 Tableau C.2.1 Répartition par âge des femmes éligibles et interviewées . 452 Tableau C.2.2 Répartition par âge des hommes éligibles et interviewés . 452 Tableau C.3 Complétude de l’enregistrement . 452 Tableau C.4 Naissances par année de naissance . 453 xviii • Liste des tableaux et des graphiques Tableau C.5 Enregistrement de l’âge au décès en jours . 453 Tableau C.6 Enregistrement de l’âge au décès en mois . 454 Tableau C.7 Taille de la fratrie et rapport de masculinité des frères et sœurs . 454 Tableau C.8 Mortalité liée la grossesse . 455 Tableau C.9 Tendances de la mortalité liée à la grossesse . 455 Avant-propos • xix AVANT-PROPOS e Sénégal a réalisé des Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS) en 1986, 1992, 1997, 2005, et 2010-2011. Au sortir de l’édition de 2010-2011, le pays s’est engagé dans la mise en œuvre d’un programme d’enquêtes dont la périodicité de collecte de données est ramenée à un an (EDS- continue). C’est ainsi que la première phase a été réalisée en 2012-2013 et celle de 2017 est la cinquième. L’EDS- Continue comporte un volet traitant de la production d’indicateurs sociodémographiques et sanitaires (volet ménages) et un autre qui apprécie la disponibilité des ressources matérielles et humaines ainsi que la qualité des soins offerts par les services de santé aux populations (volet Etablissements de santé). Je me réjouis de la qualité de la collaboration entre le Ministère de l’Économie, des Finances et du Plan (MEFP) et le Ministère de la Santé et de l’Action Sociale (MSAS), pour la réalisation de ce projet qui est d’une importance capitale pour notre pays. L’EDS-Continue 2017 a été réalisée par l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) avec l’appui technique d’ICF. Le Laboratoire de Parasitologie de la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odontostomatologie de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et le Laboratoire de Bactériologie et de Virologie de l’Hôpital Aristide Le Dantec ont apporté leur expertise à la réalisation de cette opération. Cette cinquième phase de l’EDS-Continue a porté sur des thèmes développés dans les précédentes EDS, en particulier la fécondité, la planification familiale, les soins pré et postnatals, les maladies de l’enfant, leur prévention et leur prise en charge, ainsi que la mortalité infante-juvénile. L’EDS-Continue de 2017 a aussi abordé des modules spéciaux relatifs aux violences domestiques, la mortalité maternelle, l’excision, et la prévalence du VIH. En mettant en place le dispositif de l’Enquête Démographique et de Santé Continue, l’ANSD entend mettre à la disposition des décideurs politiques, des planificateurs et des chercheurs une grande variété de données actualisées pour une bonne planification du développement économique et social. À travers cette enquête, l’ANSD poursuit ses efforts à l’endroit des utilisateurs pour leur faciliter l’accès aux données, dont les bases sont téléchargeables en ligne, de même que la documentation qui sera mise à disposition par l’ANSD et ICF. La mise en œuvre de cette enquête a mobilisé des ressources financières importantes. L’État du Sénégal, l’Agence des Etats-Unis pour le développement International (USAID), le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), la Banque Mondiale (BM), Nutrition International (NI), ont assuré le financement et l’appui technique à la mise en œuvre. Je remercie tous les partenaires institutionnels et toutes les personnes qui ont contribué à la réussite de cette importante opération. J’exprime ma profonde gratitude aux services de l’État et aux populations pour leur appui et leur disponibilité tout au long du travail de collecte des données. L Remerciements • xxi REMERCIEMENTS our assurer un meilleur suivi des indicateurs des programmes nationaux de santé et des objectifs internationaux de développement, le Sénégal a réaliser en 2017, la cinquième phase de l’Enquête Démographique et de Santé Continue (EDS-Continue). Cette dernière, conformément au programme qui couvre la période 2012-2017, entre dans le cadre du programme d’activités du Schéma Directeur de la Statistique 2008-2013 et de la Stratégie nationale de Développement de la Statistique (SNDS) 2014-2019. Elle permet de répondre aux besoins permanents en données pour planifier, suivre et évaluer les programmes de santé et de population. L’EDS-Continue reste également un cadre idéal pour le renforcement de capacités au sein de nos institutions, en collecte, traitement, analyse et diffusion de données. L’Enquête Démographique et de Santé Continue qui est constitué d’un volet ménage et d’un volet établissements de santé, est une nouvelle illustration de la politique de rationalisation des ressources aussi bien financières que techniques, par l’harmonisation et la mutualisation des moyens. L’EDS-Continue a nécessité la mobilisation d’importantes ressources financières, de la disponibilité et de la compétence de plusieurs personnes ressources. Je voudrais donc, à l’occasion de la publication du présent rapport, adresser mes sincères remerciements aux partenaires, notamment l’USAID, la Banque Mondiale, l’UNICEF, l’UNFPA, à la Cellule de Lutte Contre la Malnutrition (CLM) à ICF International et à Nutrition International qui ont appuyé l’ANSD tout le long de cette opération. À travers cette enquête, l’ANSD réaffirme son ancrage dans les nouvelles technologies en ayant encore recours aux ordinateurs portables pour la collecte et la saisie directe des données sur le terrain. L’ANSD s’inscrit ainsi résolument dans la collecte de données d’enquêtes sans questionnaires papiers. Une telle option à succès consolide son leadership et confirme la nécessité de faire confiance à l’expertise nationale. J’exprime donc mes félicitations aux experts de l’ANSD. Je voudrais remercier le personnel technique et administratif du Ministère de la Santé et de l’Action Sociale, au niveau central comme au niveau périphérique pour leur précieuse collaboration; les membres des Comités de pilotage et technique pour leur compétence et leur disponibilité ainsi que le personnel du Laboratoire de Parasitologie de la Faculté de Médecine de l’Université Cheikh Anta Diop et celui du Laboratoire de Bactériologie et de Virologie de l’Hôpital Universitaire Aristide Le Dantec, qui ont apporté leur expertise à la réalisation de cette opération. Je voudrais également témoigner ma profonde gratitude et ma reconnaissance à l’égard des autorités administratives, locales, religieuses et coutumières, et aux populations des localités enquêtées pour l’accueil chaleureux qu’elles ont réservé au personnel de terrain. J’adresse toutes mes félicitations au personnel de terrain superviseurs, chefs d’équipe, chauffeurs, enquêteurs, techniciens de santé pour leur professionnalisme, leur dévouement et leur endurance qui ont été déterminants pour la réussite de l’enquête. P xxii • Remerciements Enfin, je salue le concours des collègues de l’ensemble des services techniques, administratifs, logistiques et financiers de l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie qui se sont tous mobilisés pour assurer un succès éclatant à cette enquête cruciale. Le Directeur General de l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie Babacar NDIR Sigles et abréviations • xxiii SIGLES ET ABRÉVIATIONS ANJE Pratiques alimentaires appropriées du nourrisson et du jeune enfant ANSD Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie CNERS Comité National d’Éthique pour la Recherche en Santé CTA Combinaisons Thérapeutiques à base d’Artémisinine DHS Demographic and Health Surveys DPES Document de Politique Économique et Social DR District de Recensement DTC Diphtérie, Tétanos et Coqueluche ICP Infirmiers/ères Chefs de Poste IRA Infections Respiratoires Aiguës ISF Indice Synthétique de Fécondité IST Infections sexuellement transmissibles MII Moustiquaires Imprégnées d’Insecticide OIT Organisation Internationale du Travail OMD Objectifs du Millénaire pour le Développement OMS Organisation Mondiale de la Santé PEC Prise En Charge du Paludisme PEV Programme Élargi de Vaccinations PFTE Pires Formes de Travail des Enfants PID Pulvérisation Intradomiciliaire PNDS Plan National de Développement Sanitaire PNLP Programme National de Lutte contre le Paludisme PPG Paludisme pendant la grossesse PPTE Pays Pauvre Très Endetté RGP Recensement Général de la Population RGPH Recensement Général de la Population et de l’Habitat SP Sulfadoxine-Pyriméthamine SRO Sels de Réhydratation par voie Orale TAR Thérapies antirétrovirales TBF Taux Brut de Fréquentation scolaire TBN Taux Brut de Natalité TDR Test de Diagnostic Rapide TGFG Taux Global de Fécondité Générale TME Transmission mère-enfant du VIH TNF Taux Net de Fréquentation scolaire TPIg Traitement Préventif Intermittent TRO Traitement de Réhydratation par voie Orale UCAD Université Cheikh Anta Diop Lire et comprendre des tableaux de l’EDS Continue 2017 • xxv LIRE ET COMPRENDRE LES TABLEAUX DE L’ENQUÊTE DÉMOGRAPHIQUE ET DE SANTÉ CONTINUE AU SÉNÉGAL (EDS CONTINUE 2017) e nouveau format du rapport final de l’EDS Continue 2017 se base sur environ 200 tableaux de données. Pour consultation facile, les tableaux se trouvent à la fin de chaque chapitre (les utilisateurs peuvent aussi les accéder à travers des liens dans le texte dans la version électronique). De plus, ce format plus convivial présente à peu près 90 graphiques qui soulignent clairement des tendances au cours de temps et les tendances régionales, et par des caractéristiques sociodémographiques. Des grandes cartes colorées présentent les données par région du Sénégal. Le texte a été simplifié à fin de souligner les points clés avec des points à puces et d’identifier clairement les détails des indicateurs avec des boites de définition. Bien que le texte et les graphiques présentés dans chaque chapitre soulignent certains résultats importants des tableaux, chaque résultat ne peut pas être discuté ou présenté graphiquement. Pour cette raison, les utilisateurs de données de l’EDS Continue 2017 doivent être à l’aise en lisant et interprétant les tableaux. Les pages suivantes fournissent une introduction à l’organisation des tableaux de l’EDS Continue 2017 et la présentation des caractéristiques sociodémographiques, aussi bien qu’un résumé bref de l’échantillonnage pour aider avec la compréhension des dénominateurs. De plus, cette section fournit des exercices pour les utilisateurs pour pratiquer leurs nouvelles compétences en interprétation des tableaux de l’EDS Continue 2017. L xxvi • Lire et comprendre des tableaux de l’EDS Continue 2017 Exemple 1 : Exposition aux médias : Femmes Une question posée à tous les enquêtés Tableau 3.4.1 Exposition aux médias : Femmes Pourcentage de femmes de 15-49 ans qui sont exposées à certains médias, au moins, une fois par semaine, selon certaines caractéristiques sociodémographiques EDS Continue Sénégal 2017 Caractéristique sociodémographique Lit un journal, au moins, une fois par semaine Regarde la télévision, au mois, une fois par semaine Écoute la radio, au moins, une fois par semaine Les trois médias, au moins, une fois par semaine Aucun média, au moins, une fois par semaine Effectif de femmes Groupe d’âges 15-19 9,8 65,0 39,1 3,4 24,0 3 728 20-24 16,1 64,9 50,7 8,7 21,0 3 080 25-29 13,6 63,9 53,4 7,2 19,7 2 808 30-34 11,1 63,3 54,4 8,0 21,5 2 590 35-39 6,9 59,6 54,1 4,8 22,7 1 878 40-44 5,7 61,2 53,1 4,7 22,6 1 586 45-49 6,3 59,7 55,9 5,0 22,2 1 117 Résidence Urbain 19,2 86,5 50,6 10,9 8,4 8 349 Rural 2,7 40,1 49,6 1,4 35,4 8 438 Région Dakar 25,6 92,9 47,2 13,9 4,1 4 640 Ziguinchor 4,9 42,4 39,8 3,1 44,5 607 Diourbel 4,9 66,5 59,7 3,4 17,5 1 864 Saint-Louis 6,6 58,8 48,3 3,6 25,7 1 082 Tambacounda 2,7 31,6 32,8 2,0 54,1 836 Kaolack 8,4 61,3 67,7 6,1 17,4 1 094 Thiès 8,4 65,8 49,3 4,5 20,5 2 198 Louga 3,1 52,5 49,4 1,3 28,7 1 055 Fatick 4,1 51,5 48,8 2,7 30,0 806 Kolda 3,6 29,7 67,4 2,0 25,8 729 Matam 3,6 33,6 33,3 1,3 48,3 606 Kaffrine 2,0 34,4 60,0 1,0 30,0 651 Kédougou 3,0 36,0 24,9 2,1 55,5 158 Sédhiou 2,6 25,6 45,9 1,3 46,8 460 Niveau d’instruction Pas d’instruction 0,2 47,4 49,9 0,2 30,7 7 749 Primaire 5,3 72,6 50,8 3,0 16,9 3 861 Moyen/secondaire ou plus 31,0 79,9 50,0 17,3 12,5 5 176 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 0,7 12,4 44,6 0,2 51,8 2 768 Second 1,6 26,0 49,1 0,5 42,4 2 984 Moyen 4,2 71,0 52,7 2,4 18,1 3 310 Quatrième 10,6 89,6 50,0 5,5 7,4 3 581 Le plus élevé 29,8 95,0 52,6 17,6 2,9 4 144 Ensemble1 10,9 63,2 50,1 6,1 21,9 16 787 1 Y compris une femme de 15-49 ans pour laquelle le niveau d’instruction est manquant Étape 1 : Lisez le titre et le sous-titre. Ils vous présentent le sujet et la population de référence que le tableau décrit. Par exemple, ce tableau porte sur les femmes de 15-49 ans et leur exposition aux médias. Ces questions ont été posées à toutes les femmes de 15-49 ans dans les ménages sélectionnés. Étape 2 : Regardez les en-têtes des colonnes—soulignées en vert dans l’Exemple 1. Ils décrivent la façon dont l’information est présentée. Dans ce tableau, les trois premières colonnes de données présentent les différents types de médias auxquels les femmes peuvent être exposées hebdomadairement. La quatrième colonne présente les femmes qui accèdent les trois médias au moins une fois par semaine et la quatrième colonne montre les femmes qui n’accèdent aucun média hebdomadairement. La dernière colonne énumère le nombre de femmes enquêtées. Étape 3 : Regardez les titres des lignes—soulignées en bleu dans l’Exemple 1. Les lignes montrent comment l'exposition aux médias varie selon les caractéristiques sociodémographiques. Ce tableau présente l’exposition aux médias par âge, milieu de résidence, région, niveau d’instruction, et quintile de 1 2 3 4 5 Lire et comprendre des tableaux de l’EDS Continue 2017 • xxvii bien-être économique. La plupart des tableaux de l’EDS Continue 2017 présentent les données selon ces catégories. Étape 4 : Regardez la dernière ligne en bas du tableau—soulignée en rose. Ces pourcentages représentent l’ensemble des femmes qui sont exposées à chaque type de média au moins une fois par semaine. Dans cet exemple, 10,9 %* de femmes de 15-49 ans lisent un journal au moins une fois par semaine, 63,2 % regardent la télévision au moins une fois par semaine et 50,1 % écoutent la radio hebdomadairement. Étape 5 : Pour identifier le pourcentage de femmes ayant un niveau d’instruction moyen/secondaire ou plus qui sont exposées aux trois médias hebdomadairement, tracez deux lignes, comme celles qui se trouvent sur le tableau. Dans cet exemple, 17,3 % de femmes de 15-49 ans ayant un niveau d’instruction moyen/secondaire ou plus sont exposées aux trois médias au moins une fois par semaine. En regardent les tendances selon les caractéristiques sociodémographiques, nous voyons comment l'exposition aux médias varie à travers le Sénégal. Les médias sont souvent utilisés pour communiquer des messages portant sur la santé. Les gérants des programmes et les décideurs politiques peuvent mieux toucher leurs populations cibles s’ils connaissent comment l’exposition aux médias varie parmi les groupes différentes. Pratique : Utilisez ce tableau pour répondre aux questions suivantes : a) Quel pourcentage de femmes de 15-49 ans n’accèdent aucun média au moins une fois par semaine ? b) Dans quel group d’âge la proportion de femmes exposées à la radio est-elle la plus élevée ? c) Comparez les femmes en milieu urbain à celles en milieu rural—dans quel group l’exposition à la télévision est-elle la plus élevée ? d) Quels sont les pourcentages minimum et maximum (la gamme) de femmes qui n’accèdent aucun média une fois par semaine selon la province ? e) Est-ce qu’il y a une association claire entre l’exposition hebdomadaire à un journal et le niveau d’instruction ? f) Est-ce qu’il y a une association claire entre l’exposition hebdomadaire à la télévision et le quintile de bien-être économique ? *Pour ce document, les données sont présentées exactement comment elles se trouvent dans le tableau, y compris les décimales. Cependant, le texte dans le reste de ce rapport arrondi les chiffres aux points de pourcentage entiers. Réponses : a) 21,9 % b) Femmes de 45-49 ans : 55,9 % de femmes dans ce groupe d’âge écoutent la radio hebdomadairement. c) Femmes en milieu urbain, 86,5 % regardent la télévision hebdomadairement contre 40,1 % de femmes en milieu rural. d) Le pourcentage de femmes qui n’accèdent aucun média une fois par semaine varie d’un minimum de 4,1 % à Dakar à un maximum de 55,5 % dans la région de Kédougou. e) L’exposition hebdomadaire à un journal augmente avec le niveau d’instruction ; 0,2 % de femmes sans instruction lisent un journal au moins une fois par semaine comparé à 31,0 % de femmes ayant un niveau d’instruction moyen/secondaire ou plus. f) L’exposition hebdomadaire à la radio augmente avec le niveau de bien-être économique ; 12,4 % de femmes du quintile le plus bas écoutent la radio au moins une fois par semaine comparé à 95,0 % de femmes du quintile le plus élevé. xxviii • Lire et comprendre des tableaux de l’EDS Continue 2017 Exemple 2 : Prévalence et traitement des symptômes d’IRA Une question posée à un sous-groupe des enquêtées Tableau 10.5 Prévalence et traitement des symptômes d’IRA Parmi les enfants de moins de cinq ans, pourcentage ayant eu des symptômes d’infection respiratoire aiguë (IRA) au cours des deux semaines précédant l’interview ; parmi les enfants ayant présenté des symptômes d’IRA au cours des deux semaines précédant l’interview, pourcentage pour lesquels on a recherché des conseils ou un traitement, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, EDS Continue Sénégal 2017 Parmi les enfants de moins de cinq ans : Parmi les enfants de moins de cinq ans avec des symptômes d’IRA : Caractéristique sociodémographique Pourcentage avec des symptômes d’IRA1 Effectif d’enfants Pourcentage pour lesquels des conseils ou un traitement ont été recherchés2 Pourcentage pour lesquels des conseils ou un traitement ont été recherchés le jour même ou le jour suivant Effectif d’enfants Age en mois <6 4,7 1 052 (74,6) (44,4) 49 6-11 7,0 1 143 70,1 37,2 80 12-23 4,8 2 221 59,4 28,8 107 24-35 4,1 2 102 53,0 20,3 87 36-47 3,3 2 091 48,7 30,0 68 48-59 3,2 2 153 56,3 32,4 69 Sexe Masculin 4,1 5 520 59,6 32,0 226 Féminin 4,5 5 244 59,6 30,1 234 Consommation de tabac/cigarettes par la mère Fume cigarettes/tabac 7,7 87 * * 7 Ne fume pas 4,2 10 676 59,5 30,8 454 Combustible pour cuisiner Électricité ou gaz 4,5 2 162 71,3 42,9 97 Charbon/lignite 3,8 6 228 48,4 20,1 236 Charbon de bois 5,2 1 979 80,1 50,8 103 Bois/paille3 3,0 80 * * 2 Excrément d’animaux 6,9 278 * * 19 Autre combustible * 4 * * 0 Pas de repas préparé dans le ménage (11,7) 32 * * 4 Résidence Urbain 5,3 4 000 71,0 44,6 213 Rural 3,7 6 763 49,8 19,3 247 Région Dakar 5,0 2 073 (78,4) (52,3) 104 Ziguinchor 3,3 380 * * 13 Diourbel 2,5 1 399 * * 35 Saint-Louis 5,5 689 (73,6) (43,0) 38 Tambacounda 1,0 667 * * 7 Kaolack 4,4 747 (58,4) (31,0) 33 Thiès 5,7 1 357 52,0 21,8 78 Louga 5,3 736 (41,3) (8,2) 39 Fatick 3,6 561 (83,8) (30,2) 20 Kolda 3,5 580 (56,3) (15,7) 20 Matam 4,5 438 (35,2) (15,3) 20 Kaffrine 5,9 609 38,8 21,1 36 Kédougou 1,0 141 * * 1 Sédhiou 4,1 385 (52,6) (16,5) 16 Niveau d’instruction de la mère Pas d’instruction 3,8 6 579 50,7 22,6 252 Primaire 4,8 2 440 71,1 41,2 116 Moyen/secondaire ou plus 5,3 1 743 69,4 41,3 92 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 3,3 2 619 40,9 10,7 86 Second 4,3 2 350 48,8 21,0 100 Moyen 4,2 2 199 58,3 24,9 91 Quatrième 5,0 1 846 66,1 40,9 92 Le plus élevé 5,2 1 750 84,1 57,6 90 Ensemble4 4,3 10 763 59,6 31,0 460 Note : Les valeurs entre parenthèses sont basées sur 25-49 cas non pondérés. Un astérisque indique qu’une valeur est basée sur moins de 25 cas non pondérés et qu’elle a été supprimée. 1 Les symptômes d’IRA incluent une respiration courte et rapide associée à des problèmes de congestion dans la poitrine et/ou des difficultés respiratoires associées à des problèmes de congestion dans la poitrine. 2 Sont inclus les conseils ou traitements fournis par secteur public, secteur médical privé, boutique, marché et vendeur de médicaments ambulants, Ne sont pas pris en compte ici les conseils ou traitements fournis par un praticien traditionnel. 3 Y compris l’herbe, les arbustes et les résidus agricoles 4 Y compris un enfant pour lequel l’information sur le niveau d’instruction de la mère est manquante a b 1 2 2 3 3 4 4 Lire et comprendre des tableaux de l’EDS Continue 2017 • xxix Étape 1 : Lisez le titre et le sous-titre. Dans cet exemple, le tableau porte sur deux groupes différents : (a) les enfants de moins de cinq ans et (b) les enfants de moins de cinq ans qui avaient des symptômes d’IRA au cours des deux semaines ayant précédé l’interview. Étape 2 : Identifiez les deux groupes. D’abord, identifiez les colonnes qui portent sur les enfants de moins de cinq ans (a), puis isolez les colonnes qui ne portent que sur les enfants de moins de cinq ans qui avaient des symptômes d’IRA (b). Étape 3 : Regardez le groupe (a). Quel pourcentage d’enfants de moins de cinq ans avaient des symptômes d’IRA au cours des deux semaines ayant précédé l’interview ? C’est 4,3 %. Maintenant, regardez le groupe (b). Combien d’enfants avaient des symptômes d’IRA ? Seulement 460 ou 4,3 % des 10 763 enfants de moins de cinq ans. Le groupe (b) est un sous-groupe du groupe (a). Étape 4 : Il n’y a que 460 enfants de moins de cinq ans qui avaient des symptômes d’IRA. Quand ces enfants sont répartis par caractéristiques sociodémographiques, il y a parfois trop peu de cas pour que les pourcentages soient fiables. • Des conseils ou un traitement ont été cherchés pour quel pourcentage d’enfants de moins de six mois ayant eu des symptômes d’IRA ? 74,6 %. Ce pourcentage est entre parenthèses parce qu’il porte sur un effectif réduit (25-49 enfants non pondérés) dans cette catégorie. Les lecteurs doivent donc faire très attention en utilisant ce pourcentage—il est possible qu’il n’est pas précis. (Pour plus d’information sur les effectifs pondérés et non pondérés, voyez Exemple 3.) • Des conseils ou un traitement ont été cherchés pour quel pourcentage d’enfants de la région de Tambacounda ayant eu des symptômes d’IRA ? Il n’y a pas de valeur, mais un astérisque parce qu’il y a très peu de cas (moins de 25 enfants non pondérés) dans cette catégorie. Le résultat pour ce groupe n’est pas présenté. Le groupe est trop petit, donc le résultat n’est pas fiable. Note: Quand les parenthèses ou les astérisques sont utilisés dans un tableau, l’explication est notée en bas du tableau. S’il n’y a pas des parenthèses ou astérisques dans le tableau, cela signifie qu’il y a assez de cas dans toutes les catégories pour que les données soient fiables. xxx • Lire et comprendre des tableaux de l’EDS Continue 2017 Exemple 3 : Comprendre les pondérations d’échantillonnage de tableaux de l’EDS Continue 2017 Tableau 3.1 Caractéristiques sociodémographiques des enquêtés Répartition (en %) des femmes 15-49 ans par certaines caractéristiques sociodémographiques, EDS Continue Sénégal 2017 Femme Caractéristique sociodémographique Pourcentage pondéré Effectif pondéré Effectif non pondéré Région Dakar 27,6 4 640 1 626 Ziguinchor 3,6 607 962 Diourbel 11,1 1 864 1 315 Saint-Louis 6,4 1 082 1 203 Tambacounda 5,0 836 1 215 Kaolack 6,5 1 094 1 126 Thiès 13,1 2 198 1 484 Louga 6,3 1 055 1 283 Fatick 4,8 806 1 250 Kolda 4,3 729 1 100 Matam 3,6 606 1 224 Kaffrine 3,9 651 1 168 Kédougou 0,9 158 757 Sédhiou 2,7 460 1 074 Ensemble 15-49 100,0 16 787 16 787 Un échantillon est un sous-ensemble d’une population tiré pour être enquêté. Dans l’EDS Continue 2017, l’échantillon représente la population nationale entière. La plupart de pays qui font des EDS veulent collecter des données et diffuser les résultats pour le pays entier mais aussi pour les régions du pays. L’échantillon de l’EDS Continue 2017 est représentatif au niveau national, au niveau régional, et pour les milieux urbains et ruraux. L’EDS Continue 2017 vise à produire des résultats représentatifs au niveau de l’ensemble du pays, et au niveau régional. Il faut donc que l’échantillon de chaque région représente la population réelle de cette région et que l’échantillon national représente la population réelle du pays. Si les régions d’un pays varient en dimension de la population, en particulier, si quelques régions ont des populations très réduites, un échantillon aléatoire ne comprendrait pas assez d’enquêtés de chaque région pour pouvoir fournir des résultats valables. Pour résoudre ce problème, des régions avec des populations réduites sont sur- échantillonnés. Par exemple, supposons que vous ayez assez de fonds pour enquêter 16 787 femmes dans une enquête qui doit être représentative au niveau national et au niveau régional (comme dans le tableau en haut pour le Sénégal). Au Sénégal, la population n’est pas distribuée uniformément parmi les régions : quelques régions sont peuplées (comme Dakar), mais d’autres (comme Kédougou) ont des populations plus limitées. Kédougou, donc, doit être sur-échantillonné. Un spécialiste en sondage peut déterminer combien de femmes doivent être enquêtées dans chaque région pour obtenir des statistiques fiables. Dans le cas du Sénégal, la colonne bleue (1) montre le nombre de femmes enquêtées dans chaque région (le nombre varie de 757 dans la région de Kédougou à 1 626 dans la région de Dakar). Avec ces effectifs, il y a assez d’enquêtées pour avoir des statistiques fiables dans chaque région. Toutefois, avec cette distribution des enquêtées, quelques régions sont surreprésentées et d’autres sont sous-représentées. Par exemple, Kédougou représente environ 1 % de la population du Sénégal. Par contre, Dakar représente environ 28 % de la population. La population de Dakar est 28 fois plus grande que celle de Kédougou, mais la colonne bleue montre que l’EDS Continue 2017 n’a pas enquêté 28 fois plus de femmes dans le Kédougou (757) qu’à Dakar (1 626). Cela ne représente pas exactement la population du pays. 1 2 3 Lire et comprendre des tableaux de l’EDS Continue 2017 • xxxi Pour obtenir des statistiques qui représentent le pays entier, la distribution des femmes dans l’échantillon doit ressembler la distribution des femmes dans le pays. Les femmes d’une petite région, comme Kédougou, ne doivent que peu contribuer au total national. De même, les femmes d’une région plus grande, comme Dakar, doivent contribuer plus. Par conséquent, les statisticiens modifient mathématiquement ou « pondèrent » le nombre de femmes enquêtées de chaque région pour que la contribution de chaque région au total national soit proportionnelle à la population réelle du pays. Les chiffres de la colonne violette (2) montrent que l’effectif de 16 787 femmes n’a pas changé, mais la distribution des femmes par région a changé pour représenter leur contribution réelle à la population totale. Comment les statisticiens pondèrent chaque catégorie ? Ils recalculent les catégories pour qu’elles reflètent la population réelle du pays. Si vous comparez la colonne verte (3) à la distribution réelle de la population du Sénégal, vous verrez que les femmes de chaque région contribuent à l’échantillon total avec le même poids qu’elles ont réellement dans la population du pays. Maintenant l’effectif pondéré des femmes représente les femmes habitent réellement dans le Kédougou et celles qui habitent à Dakar. Avec un échantillon pondéré, il est possible d’enquêter assez de femmes pour fournir des statistiques fiables au niveau national et au niveau régional sans fausser la distribution réelle de la population du pays. En général, les tableaux ne montrent que les effectifs pondérés d’enquêtés, ne soyez pas donc inquiets si les effectifs pondérés semblent petits : ils peuvent représenter un plus grand nombre de femmes enquêtées. Rappelez-vous que le tableau utilisera les parenthèses et les astérisques pour vous avertir qu’il y a trop peu cas non pondérés dans une catégorie. Indicateurs sur les objectifs de développement durable • xxxiii INDICATEURS SUR LES OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Indicateurs sur les objectifs de développement durable, EDS Continue Sénégal 2017 Sexe Total Numéro de tableaux dans le Rapport EDS Indicateur Masculin Féminin 2. Éliminer la faim 2.2.1 Prévalence du retard de croissance parmi les enfants de moins de 5 ans 18.0 15.0 16.5 11.1 2.2.2 Prévalence de la malnutrition parmi les enfants de moins de 5 ans 10.6 9.3 10.0 - a) Prévalence de l’émaciation parmi les enfants de moins de 5 ans 9.9 8.2 9.0 11.1 b) Prévalence du surpoids (obésité) parmi les enfants de moins de 5 ans 0.7 1.1 0.9 11.1 3. Bonne santé et bien-être 3.1.1 Taux de mortalité maternelle1 na na 236 15.4 3.1.2 Proportion des naissances assistées par un professionnel qualifié na na 68.4 9.6 3.2.1 Taux de mortalité infanto-juvénile2 61 50 56 8.1 3.2.2 Taux de mortalité néonatale2 29 28 28 8.1 3.7.1 Proportion de femmes en âge de procréer (âgées de 15-49 ans) dont les besoins en fins de planification familiale sont satisfaits à l’aide des méthodes modernes na 54.1 na 11.1 3.7.2 Taux de natalité parmi les adolescentes par 1 000 femmes - - - 5.1 a) Filles âgées de 10-14 ans4 na 1 na 5.1 b) Femmes âgées de 15-19 ans5 na 78 na 5.1 3.a.1 Taux de prévalence ajustée selon l’âge de l’utilisation actuelle de tabac parmi les personnes âgées de 15 et plus6 12.7 0.7 6.7 3.1 3.b.1 Proportion de la population cible couverte par tous les vaccins inclus dans leur programme national7 37.8 34.3 36.1 10.3 5. Égalité entre les sexes 5.2.1 Proportion de femmes et de filles âgées de 15 ans ou plus ayant vécu en couple victimes de violences physiques, sexuelles ou psychologiques infligées au cours des 12 mois précédents par leur partenaire actuel ou un ancien partenaire, par forme de violence et par âge9,10 na 15.1 na 19.12 a) Violence physique na 8.9 na 19.12 b) Violence sexuelle na 6.0 na 19.12 c) Violence psychologique na 9.4 na 19.12 5.3.1 Proportion de femmes âgées de 20-24 ans ayant été mariées ou en union avant l’âge de 15 ans et avant l’âge de 18 ans - - - 4.3 a) Avant l’âge de 15 ans na 8.4 na 4.3 b) Avant l’âge de 18 ans na 28.8 na 4.3 5.6.1 Proportion de femmes âgées de 15-49 ans qui prennent des décisions informées concernant les relations sexuelles, l’utilisation de contraceptifs et les soins de santé génésique12 na 5.8 na 18W 5.b.1 Proportion d’individus possédant un téléphone portable13 83.2 68.0 75.6 18.7.1 and 18.7.2 Résidence 6. Eau propre et assainissement Urbain Rural 6.1.1 Proportion de la population utilisant des services d’eau potable à gestion sécurisée14 91.7 67.6 78.5 2.1 6.2.1 Proportion de la population utilisant des services sanitaires à gestion sécurisée, y compris une installation pour le lavage des mains avec eau et savon15 69.1 43.8 55.1 2.3 7. Énergie propre et à coût abordable 7.1.1 Proportion de la population ayant accès à l’électricité 91.7 37.2 61.7 2.4 7.1.2 Proportion de la population ayant une dépendance primaire sur les carburants et la technologie16 47.3 5.0 24.0 2.4 8. Travail décent et croissance économique 8.7.2 Proportion d’adultes (15 ans et plus) ayant un compte dans une banque, dans une autre institution financière, ou avec un fournisseur de service mobile et de transfert d’argent13 18.0 9.2 13.6 18.7.1 and 18.7.2 16. Paix, justice et institutions fortes 16.9.1 Proportion d’enfants de moins de 5 ans dont la naissance a été enregistrée à l’état civil 79.1 75.7 77.4 16.1 17. Partenariats pour la réalisation des objectifs 17.8.1 Proportion d’individus utilisant l’internet19 45.0 29.0 37.0 3.5.1 and 3.5.2 na = Non applicable. Les estimations entre crochets sont tronquées. 1 Exprimés en termes de mortalité maternelle par 100 000 naissances vivantes durant la période de 7 ans précédant l’enquête 2 Exprimés en termes de mortalité par 1 000 naissances vivantes pour la période de 5 ans précédant l’enquête 3 Calculé pour 100 000 habitants 4 Equivalent au taux de fécondité par âge pour les filles âgées de 10-14 ans durant la période de 3 ans précédant l’enquête, exprimés en terme de naissances par 1 000 filles âgées de 10-14 ans 5 Equivalent au taux de fécondités par âge des femmes âgées de 15-19 ans durant la période de 3 ans précédant l’enquête, exprimés en terme de naissances par 1 000 filles âgées de 15-19 ans 6 Les données ne sont pas standardisées pour l’âge et sont disponibles pour seulement les femmes et hommes de 15-49 ans. 7 Les données sont présentées pour les enfants de 12-23 mois qui ont reçu tous les vaccins appropriés à leur âge qui sont inclus dans le programme national : BCG, trois doses de DTC-HepB-Hib, quatre doses du vaccin oral contre la polio, trois doses du vaccin contre le pneumocoque, deux doses du vaccin contre le rotavirus et une dose de vaccin anti- rougeoleux. 8 Mesurés pour enfants de 36-59 mois 9 Les données sont disponibles seulement pour les femmes âgées de 15-49 ans qui ont déjà été en union. 10 Dans le DHS, la violence psychologique est nommée violence émotionnelle. 11 Données disponibles seulement pour les femmes âgées de 15-49 ans 12 Données disponibles seulement pour les femmes actuellement en union qui ne sont pas enceintes 13 Données disponibles seulement pour hommes et femmes âgés de 15-49 ans 14 Mesuré comme le pourcentage de la population utilisant une source d’eau améliorée : le pourcentage de la population de droit dont la source principale d’eau potable est un robinet dans le logement, robinet public ou fontaine, puits à pompe ou forage, puits protégé, source protégée, ou collecte d’eau de pluie. Les ménages utilisant le l’eau en bouteille pour la boisson sont classés comme utilisant une source améliorée ou non-améliorée dépendant de leur source d’eau pour la cuisson et le lavage des mains. 15 Mesuré comme le pourcentage de la population utilisant une installation sanitaire améliorée : pourcentage de la population de droit dont le ménage contient une chasse d’eau ou une chasse manuelle connectée à un système d’égout, un tank septique ou une fosse d’aisance ; fosse d’aisance améliorée auto-aérée ; fosse d’aisance avec dalle ; ou une toilette à compostage et ne partage pas cette installation avec d’autres ménages. 16 Mesuré comme le pourcentage de la population utilisant de l’énergie non polluante pour la cuisson 17 Données disponibles seulement pour enfants âgés de 1-14 ans 18 Données disponibles seulement pour les femmes 19 Les données sont disponibles pour les femmes et hommes âgés de 15-49 ans qui ont utilisé l’internet dans les 12 mois précédents. a Le total est calculé comme une moyenne arithmétique simple des pourcentages des colonnes hommes et femmes. xxxiv • Carte du Sénégal SÉNÉGAL Présentation et méthodologie de l’enquête • 1 PRÉSENTATION ET MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE 1 e Gouvernement du Sénégal vient de réaliser entre avril et décembre 2017 la cinquième et dernière phase de l’Enquête Continue conformément au programme d’actions du Schéma Directeur de la Statistique. Elle couvre la période 2012-2017 et offre la possibilité de créer un flux continu de données sur la population qui aidera à répondre à la demande de suivi plus régulier des indicateurs de couverture et d’impact résultant des initiatives mondiales en cours, visant à renforcer les programmes de santé. L’Enquête Démographique et de Santé Continue (EDS-Continue) de 2017 a été exécutée par l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) en collaboration avec le ministère de la Santé et l’Action sociale (MSAS). Elle a été réalisée avec l’appui financier du Gouvernement du Sénégal, l’Agence des États-Unis pour le Développement international (USAID), la Cellule de Lutte contre la Malnutrition (CLM), la Banque Mondiale, le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) et Nutrition International. Elle a bénéficié de l’assistance technique du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Survey–The DHS Program, ICF). Le Laboratoire de Parasitologie de la Faculté de Médecine de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et le Laboratoire de Bactériologie et de Virologie de l’hôpital Le Dantec ont apporté leur expertise pour la mise en œuvre du volet portant sur le test du paludisme (formation des agents, prélèvements et analyses des échantillons de sang, analyse des données) et le test du VIH. Pour la mise en œuvre de l’enquête, un comité de pilotage a été mis en place comprenant, en plus de l’équipe technique de l’EDS-Continue, le Ministère de la Santé et les partenaires au développement. 1.1 LE CONTEXTE DES POLITIQUES NATIONALES Le Plan Sénégal Emergent (PSE), qui est la référence nationale de la politique économique, sociale et environnementale du pays ambitionne une croissance forte et inclusive pour répondre aux aspirations des populations à un mieux-être. La mise en place des conditions pour un développement humain durable constitue une des pierres angulaires du PSE. À cet effet, le Sénégal compte concrétiser l’accès aux services sociaux de base à travers une éducation et des soins de qualité et de renforcer les dispositifs de protection sociale. Pour le développement du secteur de la santé et de l’action sociale, le Ministère de tutelle s’est doté d’un Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) 2009–2018 dans le cadre de la mise en œuvre de la politique sanitaire du Gouvernement. Ce plan décennal repose sur la vision d’un « Sénégal où tous les individus, tous les ménages et toutes les collectivités bénéficient d’un accès universel à des services de santé promotionnels, préventifs, curatifs et ré-adaptatifs de qualité sans aucune forme d’exclusion et où il leur est garanti un niveau de santé économiquement et socialement productif ». Le PNDS constitue le cadre de référence de toutes les interventions dans le secteur de la santé et de l’action sociale. Les données de l’Enquête Démographique et de Santé Continue (EDS-Continue) contribuent au suivi des objectifs du PSE, du PNDS et des programmes spécifiques tels que la Couverture Maladie Universelle. 1.2 OBJECTIFS DE L’ENQUÊTE L’Enquête Démographique et de Santé Continue (EDS-Continue) a comme objectifs fondamentaux : (1) répondre aux besoins permanents en données pour planifier, suivre et évaluer les programmes de santé et de population, et (2) renforcer les capacités au sein des institutions du pays pour collecter, traiter, analyser, diffuser et utiliser ces données. L 2 • Présentation et méthodologie de l’enquête L’objectif principal de l’EDS Continue de 2017 est de fournir des estimations actualisées des indicateurs démographiques et de santé. En particulier, au cours de l’EDS Continue de 2017, des données ont été collectées sur des indicateurs spécifiques au pays. Les objectifs de l’EDS Continue de 2017 sont, entre autres, de recueillir des données et des informations à l’échelle nationale et des régions administratives permettant de calculer des indicateurs dans les domaines suivants et d’en retracer les tendances :  Analphabétisme et éducation ;  Accès à l’eau et assainissement ;  Niveaux de connaissance et pratique contraceptive des femmes ;  Santé maternelle : visites prénatales, assistance à l’accouchement, vaccination, prévalence et traitement de la diarrhée et autres maladies chez les enfants de moins de cinq ans ;  Prévention et traitement du paludisme, utilisation de moustiquaires ;  Prévention chez la femme enceinte et traitement des enfants atteints de fièvre ;  Connaissance et attitudes des femmes et des hommes au sujet du VIH/sida et des Infections Sexuellement Transmissibles ;  Travail des enfants ;  Violence basée sur le genre ;  Pratiques nutritionnelles des enfants, y compris l’allaitement, réalisation d’un test du sel utilisé pour la cuisine pour sa teneur en iode, et prise des mesures anthropométriques pour évaluer l’état nutritionnel des enfants de 0-59 mois et des femmes de 15-49 ans ;  Prévalence de l’anémie chez les enfants et les femmes ;  Prévalence du paludisme chez les enfants ;  Prévalence du VIH chez les femmes et les hommes. Les données collectées au cours de l’EDS Continue de 2017 ont pour objectif d’aider les responsables politiques et les gestionnaires de programmes à faire le suivi et l’évaluation des effets et impacts de leur intervention auprès des populations et à mettre en place les programmes et les stratégies pour améliorer l’état de santé de la population du pays. 1.3 CONCEPTION DE L’ÉCHANTILLON L’EDS Continue de 2017 vise à produire des résultats représentatifs au niveau national, des milieux urbain et rural, et des 14 régions administratives du Sénégal. Le tirage de l’échantillon a été fait strate par strate. Ainsi, l’échantillon est basé sur un sondage aréolaire stratifié et tiré à deux degrés. Au premier degré, 400 grappes (Unités Primaires de Sondage UPS) ont été tirées à partir de la liste des Zones de Dénombrement (ZD) établies au cours du Recensement Général de la Population et de l’Habitat de, l’Agriculture et de l’Élevage (RGPHAE) réalisé en 2013, en procédant à un tirage systématique avec probabilité proportionnelle à la taille, la taille de l’UPS étant le nombre de ménages. Un dénombrement des ménages dans chacune de ces grappes a fourni une liste des ménages à partir de laquelle a été tiré, au second degré, un échantillon de 22 ménages par grappe, aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural avec un tirage systématique à probabilité égale. Un total de 8 800 ménages (4 092 en milieu urbain et 4 708 en milieu rural) a été sélectionné. Toutes les femmes âgées de 15-49 ans vivant habituellement dans les ménages sélectionnés ou présentes la nuit précédant l’enquête, étaient éligibles pour être enquêtées. De plus, dans un sous-échantillon d’un ménage sur deux, tous les hommes de 15-59 ans étaient éligibles pour être enquêtés. Aussi, toutes les femmes (15-49 ans) et les enfants de moins de cinq ans étaient éligibles pour les différents tests et mesures biologiques. 1.4 QUESTIONNAIRES Quatre questionnaires ont été utilisés dans l’EDS Continue de 2017 : le questionnaire ménage, le questionnaire femme, le questionnaire homme, et le questionnaire des biomarqueurs. Les questionnaires, Présentation et méthodologie de l’enquête • 3 basés sur les questionnaires modèles de DHS Program, ont été adaptés pour tenir compte des problèmes démographiques et de santé appropriés au Sénégal. Le questionnaire ménage a permis d’enregistrer tous les membres du ménage et les visiteurs qui ont dormi la nuit précédant l’enquête avec certaines caractéristiques sociodémographiques telles que le lien de parenté avec le chef de ménage, le sexe, l’âge, la situation de résidence, le niveau d’instruction, etc. Ce questionnaire a aussi permis d’identifier les femmes, les hommes et les enfants éligibles pour les interviews individuelles et/ou pour les tests et mesures biologiques. Il a également permis de collecter les informations sur les caractéristiques du ménage, telles que la principale source d’approvisionnement en eau de boisson, le type de toilettes, le type de matériaux du sol du logement, la possession de certains biens durables, la possession et l’utilisation de la moustiquaire, le lavage des mains et l’utilisation de sel iodé pour cuisiner dans le ménage. Il a aussi inclus des questions sur la couverture Maladie Universelle à tous les membres du ménage et des questions sur divers programmes d’aide économique extérieure fournie aux ménages (transferts sociaux). Enfin, le questionnaire ménage a permis de collecter les données sur la situation des enfants. Le questionnaire individuel femme a été utilisé pour enregistrer les informations des femmes âgées de 15- 49 ans, résidentes ou visiteuses la nuit précédant l’enquête. C’est un questionnaire comprend les sections suivantes :  Caractéristiques sociodémographiques de l’enquêtée ;  Reproduction ;  Contraception ;  Grossesse et soins postnatals ;  Vaccination des enfants ;  Santé de l’enfant et nutrition ;  Mariage et activité sexuelle ;  Préférences en matière de fécondité ;  Caractéristiques du mari et travail de la femme ;  VIH/sida ;  Autres problèmes de santé ;  Mortalité adulte et mortalité maternelle ;  Développement du jeune enfant ;  Violences basées sur le genre. Le questionnaire individuel homme est indépendant du questionnaire femme, mais la plupart des questions posées aux hommes âgés de 15-59 ans sont identiques à celles posées aux femmes de 15-49 ans. Le questionnaire biomarqueur a permis de collecter les données anthropométriques (poids et taille) et celles sur l’anémie, le paludisme et les prélèvements sanguins effectués pour le test du VIH. Apres la finalisation des outils de collecte, le protocole et les questionnaires de l’enquête ont été transmis au Comité national d’éthique pour analyse et approbation. Le CNERS a autorisé l’enquête par la lettre N°0035 MSAS/DPRS/CNERS, du 3 avril 2017. Cette enquête a obtenu aussi le visa du Comité d’Éthique (Institutional Review Board) d’ICF. 1.5 ANTHROPOMÉTRIE ET TEST D’ANÉMIE ET TEST DU VIH La taille et le poids ont été pris pour les enfants de moins de cinq ans dans tous les ménages sélectionnés. Les mesures du poids ont été obtenues en utilisant des balances électroniques (SECA) tandis que les mesures de la taille ont été prises à l’aide des toises graduées : les enfants âgés de moins de deux ans ont été mesurés en position couchée alors que les plus âgés ont été mesurés en position débout. 4 • Présentation et méthodologie de l’enquête Dans tous les ménages sélectionnés pour l’enquête homme, le test d’anémie a été administré aux femmes et aux hommes qui ont accepté volontairement de se soumettre à ce test et aux enfants âgés de 6-59 mois pour lesquels les parents ou les personnes responsables ont volontairement accepté la participation au test. Avant le prélèvement du sang, le doigt (ou le talon pour les enfants de 6-12 mois et ceux qui sont mal nourris) a été nettoyé avec un tampon alcoolisé. Le doigt a été séché à l’air libre puis un agent de santé a effectué une piqûre sur la surface palmaire de l’extrémité du doigt (ou au talon) à l’aide d’une lancette auto-rétractable, stérile et non réutilisable. Ainsi, une goutte de sang a été récupérée dans une microcuvette HemoCue et insérée dans le photomètre qui affichait le niveau d’hémoglobine. Le résultat du test et sa signification ont été communiqués aux personnes ayant participé au test. En outre, dans les cas où le niveau d’hémoglobine se situait en dessous d’une certaine limite qui correspond à une anémie grave, le technicien recommandait aux personnes concernées de se rendre dans un établissement sanitaire le plus proche pour diagnostic et prise en charge. Une fiche informative « Anémie » était systématiquement laissée aux ménages ayant des membres éligibles pour le test d’anémie, qu’ils acceptent ou non d’être testés. Afin d’estimer la prévalence du paludisme parmi les enfants de 6-59 mois, les prélèvements de sang ont été effectués dans cette catégorie d’enfants dans tous les ménages sélectionnés. Le test du paludisme a consisté en un test de diagnostic rapide (TDR) dont le résultat disponible au bout de 15 minutes a été immédiatement communiqué aux parents ou personnes responsables de l’enfant. Dans l’optique de valider les résultats du test rapide du paludisme, une goutte de sang a été prélevée sur une lame porte-objet pour confectionner une goutte épaisse. Après séchage, les lames accompagnées de leurs formulaires de transfert ont été régulièrement acheminées et testés au Laboratoire de Parasitologie de la Faculté de Médecine de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. 1.6 PROTOCOLE DU TEST DU VIH Les tests de dépistage du VIH dans l’EDS Continue 2017 étaient anonymes et réalisés conformément au protocole et à l’algorithme de dépistage du VIH mis au point par le projet DHS. Le protocole de dépistage du VIH a été approuvé par le Comité national d’éthique du Sénégal et par le Comité d’examen institutionnel de l’ICF. Selon ce protocole, aucun nom, individu ou caractéristique géographique qui identifie un individu ne peut être lié à l’échantillon de sang. Le dépistage du VIH étant strictement anonyme, il n’a pas été possible d’informer les personnes interrogées des résultats de leur test. En revanche, au moment de la collecte, les personnes éligibles, qu’elles aient ou non été testées pour le VIH, ont reçu une carte de conseil / test pour obtenir, si elles le souhaitent, des conseils et un test gratuit des établissements de santé offrant ces services. Après avoir obtenu le consentement éclairé, l’agent de santé de chaque équipe a pris des gouttes de sang capillaire sur un papier filtre. Une étiquette contenant un code à barres a ensuite été collée sur le papier filtre. Une deuxième étiquette a ensuite été collée avec le même code à barres dans le questionnaire sur les biomarqueurs pour la personne éligible. Une troisième étiquette de code à barres identique aux deux précédentes était finalement collée sur la feuille de transmission des échantillons de sang. Les gouttes de sang sur papier filtre ont été séchées pendant 24 heures dans une boîte de séchage contenant des agents dessicatifs pour absorber l’humidité. Le lendemain, chaque échantillon séché (ou sang séché - DBS) a été placé dans un petit sac en plastique étanche et hermétiquement fermé. Les sacs plastiques individuels ont ainsi été conservés jusqu’à leur collecte par un spécialiste de la santé désigné à cet effet, vérifiés et transférés au Laboratoire Bactériologie et Virologie de l’Hôpital Le DANTEC Dakar où les échantillons ont été vérifiés, enregistrés, scannés et stockés à basse température. (- 80 ° C) jusqu’au test. Le laboratoire a d’abord perforé le DBS à l’aide d’un perforateur. Les disques DBS d’environ 6 mm de diamètre et contenant environ 5 µl de sang ont ensuite été immergés dans 200 solutions salines tamponnées au phosphate (PBS) pendant une nuit pour donner une dilution de 1:40. L’algorithme utilisé consistait à tester tous les échantillons avec Bioelisa HIV 1 + 2 (ELISA) selon les recommandations du fabricant. C’est un test ELISA très sensible, d’où son utilisation en première ligne. Présentation et méthodologie de l’enquête • 5 Tous les échantillons positifs ont ensuite été testés sur INNO-LIA ™ HIV I / II pour confirmation. De plus, tous les échantillons discordants (Bioelisa positif et INNO-LIA ™ VIH I / II négatif ou indéterminé) ont été testés à nouveau sur INNO-LIA ™ HIV I / II. Le contrôle de la qualité a été effectué à plusieurs niveaux : sur chaque plaque de test ont été inclus des contrôles fournis avec le kit de dépistage conformément aux recommandations du fabricant, ainsi que des contrôles (positifs et négatifs) fournis par le CDC. Le test du VIH des différentes catégories de personnes étaient effectués selon l’algorithme ci-dessous : Graphique 1.1 Algorithme du test de VIH chez les femmes de 15-49 et les hommes de 15-59 1.7 PRÉTEST Les travaux de terrain de l’enquête pilote se sont déroulés dans quatre grappes de la ville de Dakar. Ces grappes ont été choisies dans l’échantillon de l’enquête principale. Les leçons tirées de ce prétest (rendement des enquêteurs, acceptation de l’enquête, etc.) ont été valorisées dans la finalisation des outils de collecte et de la stratégie de mise en œuvre de l’enquête. 1.8 FORMATION DU PERSONNEL DE COLLECTE Comme il s’agit d’une enquête continue, les agents de terrain de la phase légère de 2016 ont été reconduits (selon leur expérience et capacité) et ils ont été complétés par des nouveaux agents ayant une expérience des EDS ou des MICS. Cela a été nécessaire à cause de l’augmentation de la taille de l’échantillon dans l’EDS Continue 2017. La formation a été organisée du 8 février au 5 mars 2017. Elle a concerné 32 enquêtrices, huit chefs d’équipes et huit agents de santé. Afin de pallier aux éventuelles démissions, six agents supplémentaires ont été forme et garde en liste d’attente. Bioelisa Bioelisa + Inno-Lia Inno-Lia + POSITIF Inno-Lia Négatif Répéter Inno-Lia Inno-Lia Positif Échantillon est classé comme ‘Non concluant’ Inno-Lia Négatif Le classement final est ‘Négatif’ Inno-Lia Indéterminé Le classement final est ‘Négatif’ Inno-Lia Indéterminé Répéter Inno-Lia Inno-Lia Positif Le classement final est ‘Positif’ Inno-Lia Négatif Le classement final est ‘Négatif’ Inno-Lia Indéterminé Le classement final est ‘Indéterminé’ Bioelisa - NÉGATIF Les résultats non concluants et indéterminés sont tous considérés comme négatifs aux fins du calcul de la prévalence. 6 • Présentation et méthodologie de l’enquête Toutes les sessions de formation ont porté sur les techniques d’interview, le remplissage des questionnaires, Computer-Assisted Personal Interviewing (CAPI), les techniques de prise des mesures anthropométriques et de collecte des gouttes de sang séché (DBS) pour le test du VIH. L’approche utilisée a consisté en (i) une lecture concomitante des manuels d’instructions et des questionnaires, suivie d’explications et de démonstrations ; (ii) des jeux de rôle en salle entre personnel en formation, suivis de discussions ; (iii) des pratiques sur le terrain dans des ménages réels et dans des formations sanitaires suivies de discussions en salle ; et (iv) l’organisation d’une évaluation des connaissances acquises. 1.9 COLLECTE DES DONNÉES La collecte de données a été réalisée du 1er avril au 31 décembre 2018 avec une pause de 30 jours, soit une période de huit mois de collecte, par 32 agents répartis en huit équipes de travail, chacune composée de six personnes dont un chef d’équipe, trois enquêtrices, un technicien de santé et un chauffeur. Les huit équipes ont été placées sous la responsabilité de quatre superviseurs de terrain. Comme toutes les autres EDS réalisées depuis 2011, la collecte de données de l’EDS Continue de 2017 s’est faite à l’aide des tablettes PC. Les membres de l’équipe échangeaient des données à l’aide de Bluetooth alors que le transfert des données vers les serveurs, par les chefs d’équipes, se faisait par internet. À la fin de chaque journée, les chefs d’équipe devaient transférer les données au serveur central. Le suivi de la collecte était régulier au niveau du bureau et du terrain. 1.10 TRAITEMENT DES DONNÉES Parallèlement aux travaux de collecte des données sur le terrain auprès des ménages, une équipe travaillait sur les éditions secondaires pour un meilleur suivi de la qualité des données recueillies par les agents de terrain. L’utilisation des tablettes comme outils de collecte a permis une saisie automatique au moyen du logiciel CSPro incorporé dans les tablettes. Un programme de contrôle de qualité a permis de détecter, pour chaque équipe, les principales erreurs de collecte. Ces informations étaient communiquées aux équipes lors des missions de supervision afin d’améliorer la qualité des données. La vérification de la cohérence interne des données saisies et l’apurement final de l’ensemble des données ont été réalisés durant les mois de janvier et février 2018. Les tableaux n’ont été produits et sortis qu’après l’apurement final des données. 1.11 TAUX DE RÉPONSE Le Tableau 1.1 présente les taux de réponse pour l’EDS Continue de 2017 suivant la catégorie de questionnaire. Au total, 8 800 ménages avaient été sélectionnés pour l’enquête. Parmi ces ménages, 8 522 étaient occupés au moment de l’enquête et, parmi eux, 8 380 ont été interviewés avec succès, donnant ainsi un taux de réponse de 98 %). Dans les ménages interviewés, 17 586 femmes éligibles ont été identifiées pour des interviews individuelles. Parmi elles, 16 787 ont répondu à l’interview, ce qui donne un taux de réponse de 96 %. Au total, 7 709 hommes éligibles étaient identifiés dans les ménages échantillon parmi lesquels 6 977 ont été interviewés avec succès, ce qui a donné un taux de réponse de 91 %. Présentation et méthodologie de l’enquête • 7 Tableau 1.1 Résultats des interviews Ménages et Individuelles Effectif de ménages, nombre d’interviews et taux de réponse par milieu de résidence (non pondéré), EDS Continue Sénégal 2017 Résidence Ensemble Résultat Urbain Rural Interviews Ménages Ménages sélectionnés 4 092 4 708 8 800 Ménages occupés 3 931 4 591 8 522 Ménages interviewés 3 839 4 541 8 380 Taux de réponse des ménages1 97,7 98,9 98,3 Interviews des femmes de 15-49 ans Effectif de femmes éligibles 7 892 9 694 17 586 Effectif de femmes éligibles interviewées 7 507 9 280 16 787 Taux de réponse des femmes éligibles2 95,1 95,7 95,5 Interviews des hommes de 15-59 Effectif d’hommes éligibles 3 597 4 112 7 709 Effectif d’hommes éligibles interviewés 3 222 3 755 6 977 Taux de réponse des hommes éligibles2 89,6 91,3 90,5 1 Ménages enquêtés/ménages occupés 2 Enquêtés interviewés/enquêtés éligibles Caractéristiques des logements et de la population des ménages • 9 CARACTÉRISTIQUES DES LOGEMENTS ET DE LA POPULATION DES MÉNAGES 2 Résultats clés ▪ Un peu plus de huit ménages sur dix (81 %) disposent d’une source d’eau améliorée, avec cependant un écart entre le milieu urbain (93 %) et le milieu rural (68 %). Dans près des trois quarts des cas (74 %), l’eau provient d’un robinet. ▪ Plus de deux ménages sur cinq disposent de toilettes améliorées (49 %) et, à l’opposé, 51 % des ménages utilisent des toilettes non améliorées, en majorité des toilettes partagées (23 %). De plus 13 % ne disposent d’aucun type de toilettes. ▪ Près d’un ménage sur cinq (19 %) est exposé, tous les jours, à la fumée de cigarette dans le logement. ▪ Globalement, 50 % des femmes contre 44 % des hommes n’ont aucun niveau d’instruction. ▪ Au cours de l’enquête, on a pu observer dans 49 % des ménages, l’endroit où les membres du ménage se lavent les mains. En milieu urbain, ce pourcentage représente le double de celui du milieu rural (64 % contre 32 %). ▪ Au Sénégal un ménage comprend, en moyenne, 8,7 personnes. ▪ Parmi les enfants de moins de cinq ans, 54 % bénéficient de l’Initiative de gratuité des soins pour les enfants de moins de cinq ans. es informations collectées au cours de l’EDS Continue 2017 sur les caractéristiques socio- économiques de la population des ménages sont utiles pour interpréter les indicateurs démographiques; en outre, elles peuvent fournir une indication approximative de la représentativité de l’enquête. Les informations sur la situation des ménages permettent de mieux connaître les conditions de vie dans lesquelles vivent les populations. Ce chapitre a pour objectif de présenter les données sur les ménages concernant la source d’approvisionnement de l’eau de boisson, l’utilisation d’installations sanitaires, l’exposition à la fumée à l’intérieur du logement, le niveau de bien-être économique, le lavage des mains, la composition de la population des ménages, le niveau d’instruction atteint et la fréquentation scolaire. L 10 • Caractéristiques des logements et de la population des ménages 2.1 CONDITIONS DE VIE DES MÉNAGES 2.1.1 Sources d’approvisionnement de l’eau de boisson et traitement Sources d’approvisionnement améliorées de l’eau de boisson Comprennent l’eau de robinet, les puits à pompe ou forage, les puits creusés protégées, l’eau de source protégée et l’eau de pluie. Les ménages qui utilisent de l’eau en bouteille pour boire sont considérés comme utilisant une source d’eau améliorée seulement si l’eau qu’ils utilisent pour cuisiner ou se laver les mains provient aussi d’une source améliorée. Échantillon : Ménages Les résultats de l’EDS Continue 2017 montrent qu’un peu plus de huit ménages sur dix (81 %) disposent d’une source d’eau améliorée : dans la majorité des cas (58 %), l’eau consommée provient d’un robinet dans le logement et pour 11 % des ménages, l’eau provient de robinets publics/fontaine. Les ménages dont l’eau de consommation ne provient pas d’une source améliorée représentent 19 % ; dans leur majorité, ces ménages utilisent l’eau des puits creusés non protégés (14 %) (Tableau 2.1). En outre, 49 % des ménages ont déclaré que l’eau n’a pas été disponible pendant au moins une journée au cours des deux semaines précédant l’enquête (Tableau 2.2). Tendances : Globalement, on note une tendance à la hausse de la disponibilité de source d’eau améliorée au Sénégal, passant de 71 % en 2005 à 81 % en 2017. Cependant, il est important de préciser qu’entre 2014 et 2017 l’évolution est assez irrégulière. Variations par caractéristiques En milieu urbain, 93 % des ménages disposent d’une source d’eau améliorée alors qu’en milieu rural, cette proportion n’est que de 68 %. 2.1.2 Installations sanitaires Installations sanitaires améliorées Comprennent les types suivants de toilettes non partagées : chasse d’eau/ chasse d’eau manuelle connectée à un système d’égout, à une fosse septique, ou à une fosse d’aisances ; fosse d’aisances améliorée auto-aérée ; fosse d’aisances avec dalle ; toilettes à compostage Échantillon : Ménages L’accès à des installations sanitaires adéquates et la promotion de pratiques hygiéniques constituent des objectifs importants pour la réalisation des objectifs de développement durables (ODD). L’EDS Continue 2017 montre que 49 % des ménages sénégalais utilisent des installations sanitaires améliorées non partagées. Un peu plus d’un ménage sénégalais sur deux n’a accès qu’à des toilettes non améliorées (51 %) : dans la majorité des cas, il s’agit de toilettes partagées (23 %) ; le pourcentage de ménages ne disposant d’aucune installation sanitaire représente 13 %. Variations par caractéristiques L’utilisation de toilettes améliorées non partagées est, comme on s’y attendait, beaucoup plus fréquente en milieu urbain qu’en milieu rural (58 % contre 40 %). Le pourcentage de ménages utilisant des toilettes améliorées non partagées est aussi plus élevé en milieu urbain qu’en milieu rural (35 % contre 11 %). Par contre, le pourcentage de ménages utilisant des toilettes non améliorées est quatre fois plus élevé en milieu rural qu’en milieu urbain (24 % contre 6 %) (Tableau 2.3) (Graphique 2.1). Caractéristiques des logements et de la population des ménages • 11 2.1.3 Exposition à la fumée à l’intérieur du logement Environ un ménage sur cinq est exposé tous les jours à la fumée de cigarette (19 %). Les ménages du milieu urbain sont beaucoup plus exposés à la fumée que ceux du milieu rural (22 % contre 16 %) (Tableau 2.4). Par ailleurs, 28 % des ménages utilisent des combustibles non polluants pour la cuisine. Cette proportion varie considérablement selon le milieu de résidence. En effet, en milieu urbain la proportion des ménages utilisant un combustible non polluant est de 49 % contre 6 % en milieu rural. 2.1.4 Autres caractéristiques du logement Le Tableau 2.4 présente aussi la répartition des ménages selon certaines caractéristiques du logement. Dans l’ensemble, 63 % des ménages vivent dans un logement pourvu de l’électricité. Ce pourcentage varie de manière importante selon le milieu de résidence, seulement 35 % des ménages ruraux disposant de l’électricité contre 90 % en milieu urbain (Tableau 2.4). Au Sénégal, un peu plus d’un tiers (32 %) des ménages habitent dans un logement dont le sol est recouvert de ciment et cette proportion est un peu plus élevée en milieu rural qu’en milieu urbain (37 % contre 27 %). Dans près de trois cas sur dix (29 %), le sol est recouvert de carrelage et ce type de revêtement est plus fréquent en milieu urbain qu’en milieu rural (47 % contre 9 %). En outre, pour 15 % des ménages, le sol du logement est recouvert de bandes de vinyle ou d’asphalte et ce pourcentage varie de 18 % en milieu urbain à 12 % en milieu rural. Enfin, les données montrent que dans 18 % des cas, le sol du logement est recouvert de terre ou de sable et cette proportion varie de 33 % en rural à 4 % en urbain. 2.1.5 Biens durable des ménages Au cours de l’EDS Continue 2017, on a demandé aux ménages s’ils possédaient, ou non, certains biens de consommation. Les résultats montrent que la possession d’un téléphone cellulaire est généralisé (96 % des ménages enquêtés ont déclaré en avoir un) et ce pourcentage est aussi élevé en milieu urbain qu’en milieu rural (98 % en milieu urbain contre 94 % en milieu rural). La radio et la télévision sont aussi des biens durables très répandus (respectivement 66 % et 57 %). Cependant, posséder une télévision est plus fréquent en milieu urbain qu’en milieu rural (83 % contre 29 %) (Tableau 2.5). 2.1.6 Bien-être économique du ménage Indice de bien-être économique On attribue aux ménages des scores basés sur le nombre et le type de biens de consommation possédés, les biens allant de la télévision à une bicyclette ou un vélo, et sur les caractéristiques du logement comme la source d’approvisionnement en eau de boisson, le type de toilettes utilisées et le matériau de revêtement du sol. Ces scores sont générés en utilisant l’analyse en composantes principales. Les quintiles de bien-être économique nationaux sont construits en attribuant le score du ménage à chaque membre habituel (de droit) du ménage, classant chaque personne dans la population des ménages en fonction de son score et en divisant la distribution en cinq catégories égales, chacune représentant 20 % de la population. Échantillon : Ménages Graphique 2.1 Types d’installations sanitaires utilisées par les ménages par résidence 49 58 40 23 35 11 14 6 24 13 1 26 Ensemble Urbain Rural Répartition (en %) des ménages par type d'installations sanitaires Pas de toilettes/ nature Toilettes non améliorées Toilettes partagées Installations sanitaires améliorées Note : À cause de problèmes d'arrondis, les pourcentages peuvent ne pas égaler 100 %. 12 • Caractéristiques des logements et de la population des ménages Les résultats font apparaître une disparité importante entre le milieu rural et le milieu urbain : en milieu urbain, les trois quarts de la population sont classés dans les deux quintiles les plus élevés (75 %) contre seulement 12 % en milieu rural où environ les deux tiers de la population sont classés dans les deux premiers quintiles (67 %) (Graphique 2.2). Au niveau régional, les résultats montrent que c’est Kaffrine, Kolda et Sédhiou qui concentrent les niveaux de pauvreté les plus élevés, avec plus de 80 % de la population classés dans les deux premiers quintiles, suivis des régions de Kédougou et Tambacounda (77 % dans les deux cas) (Tableau 2.6). 2.1.7 Lavage des mains Le lavage des mains est une action hygiénique importante qui permet d’éviter la transmission de germes cutanés et qui a donc des implications sur la santé de tous les membres du ménage et, en particulier, sur celle des enfants. Au cours de la collecte sur le terrain les enquêteurs ont demandé à voir l’endroit où les membres du ménage se lavent le plus souvent les mains. L’enquêteur devait aussi noter si l’eau et certains produits nettoyants étaient disponibles à cet endroit. Les résultats montrent qu’au niveau national, dans seulement 49 % des cas, l’enquêteur a pu observer l’endroit où les membres du ménage se lavent les mains. Ce pourcentage est deux fois plus élevé en milieu urbain qu’en milieu rural (64 % contre 32 %). Dans les régions, il varie de 80 % à Ziguinchor à 5 % à Kédougou. On note aussi que cette proportion augmente avec le quintile de bien-être, passant de 22 % dans le quintile le plus bas à 56 % dans le quatrième quintile. Parmi les ménages dans lesquels l’endroit pour se laver les mains a été observé, plus d’un quart (26 %) ne disposaient ni d’eau, ni de savon, ni d’un autre produit nettoyant ; ce pourcentage varie de 13 % en milieu urbain à 52 % en milieu rural. Au niveau des régions, c’est dans celle de Fatick que le pourcentage de ménages qui ne disposent d’aucun de ces éléments nécessaires pour se laver les mains est le plus élevé (70 %) ; à l’opposé, dans celle de Dakar, ce pourcentage est très faible (5 %) (Tableau 2.7). 2.2 POPULATION DES MÉNAGES ET COMPOSITION Ménage Une personne ou un groupe de personnes apparentées ou non qui vivent ensemble dans le même logement, qui reconnaissent un adulte, femme ou homme, comme chef de ménage, qui partagent les mêmes arrangements ménagers et qui sont considérés comme une seule unité. Population de fait Toutes les personnes qui sont restées dans les ménages sélectionnés la nuit avant l’interview (qu’elles soient des résidents habituels ou des visiteurs). Population de droit Toutes les personnes qui sont des résidents habituels des ménages sélectionnés, qu’elles aient passés ou non, la nuit avant l’interview dans le ménage. Graphique 2.2 Quintiles de bien-être économique par résidence 2 35 5 32 19 21 35 8 39 4 Urbain Rural Répartition (en %) de la population de droit par quintile de bien-être économique Le plus élevé Quatrième Moyen Second Le plus bas Note : À cause de problèmes d'arrondis, les pourcentages peuvent ne pas égaler 100 %. Caractéristiques des logements et de la population des ménages • 13 Comment les données sont-elles calculées Sauf indication contraire, tous les tableaux sont calculés sur la population de fait. 2.2.1 Structure de la population Le Tableau 2.8 présente la répartition de la population des ménages par âge, sexe et milieu de résidence. La structure par âge traduit une fécondité passée assez élevée. En effet, les résultats montrent que plus d’un Sénégalais sur deux (54 %) a moins de 20 ans (57 % des hommes et 52 % des femmes). En outre, ce pourcentage est plus élevé en milieu rural qu’en milieu urbain (60 % contre 48 %). La pyramide de la population (Graphique 2.3) présente une base élargie qui se rétrécit rapidement, caractéristique des populations à fécondité et à mortalité élevée. On observe des écarts entre hommes et femmes entre 25 et 60 ans, âges où, généralement, le phénomène migratoire touche plus les hommes que les femmes. En outre, on remarque, chez les femmes, « une échancrure » aux âges 45-49 ans qui traduit un manque de femmes et, à l’opposé, un surplus à 50-54 ans. Il est fort possible que cette situation soit la conséquence d’un mauvais enregistrement par les enquêteurs de l’âge des femmes susceptibles de répondre au questionnaire individuel. Concrètement, il s’agirait donc d’un vieillissement artificiel des femmes du groupe d’âges 45-49 ans vers le groupe d’âges supérieur. 2.2.2 Taille et composition des ménages Dans l’ensemble, les résultats du Tableau 2.9 montrent que 70 % des ménages sénégalais sont dirigés par un homme (70 %). À l’opposé, dans 30 % des cas, c’est une femme qui est le chef de ménage. Les résultats montrent aussi, que les ménages au Sénégal ont une taille moyenne élevée (8,7 personnes par ménage), avec des différences selon le milieu de résidence (9,9 en milieu rural contre 7,5 en milieu urbain). Au Sénégal, deux ménages sur cinq (41 %) comprennent neuf personnes ou plus. Les données de ce tableau montrent aussi que 36 % des ménages comprennent des enfants de moins de 18 ans vivant sans leurs parents et que 40 % des ménages comptent un orphelin et/ou un enfant vivant sans ses parents. Graphique 2.3 Pyramide des âges de la population 10 6 2 2 6 10 <5 5-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 65-69 70-74 75-79 80+ Âge Répartition (en %) de la population des ménages Homme Femme 2610 14 • Caractéristiques des logements et de la population des ménages 2.3 INSTRUCTION 2.3.1 Niveau d’instruction atteint Nombre médian d’années d’instruction complétées La moitié de la population a complété moins du nombre médian d’années d’instruction et l’autre moitié a complété plus du nombre médian d’années d’instruction. Échantillon : Population de fait des ménages âgée de 6 ans et plus. L’instruction pour tous, l’un des Objectifs de Développement durable, constitue un enjeu majeur du développement économique, car considéré comme une pierre angulaire de l’amélioration des conditions de vie des populations. L’éducation influence tous les secteurs de l’économie et la vie des individus. Au cours de l’enquête, des questions ont été posées concernant le plus haut niveau d’instruction atteint par les membres des ménages âgés de six ans et plus. Les résultats sont présentés au Tableau 2.10.1 pour les femmes et au Tableau 2.10.2 pour les hommes. Les résultats de l’enquête montrent un écart de niveau d’instruction en faveur des hommes. Globalement, 50 % des femmes contre 44 % des hommes n’ont aucun niveau d’instruction. Les pourcentages de femmes et d’hommes ayant complété le niveau primaire sont quasiment identiques (respectivement 2 % et 3 %). Les proportions d’hommes et de femmes ayant fréquenté le niveau secondaire sans le compléter sont respectivement de 16 % et de 18 %. Quel que soit le sexe, seulement 1 % ont complété ce niveau. Le niveau supérieur est atteint par 2 % des femmes et 4 % des hommes. Variations par caractéristiques ▪ La proportion de la population sans aucun niveau d’instruction est plus élevée en milieu rural qu’en milieu urbain, ceci aussi bien chez les hommes que chez les femmes. En urbain, 33 % des femmes et 27 % des hommes n’ont aucun niveau d’instruction contre 64 % des femmes et 59 % des hommes en rural. ▪ Au niveau régional, Kaffrine (76 % pour les deux sexes), Diourbel (73 % pour les femmes et 70 % pour les hommes) et Louga (64 % pour les femmes et 67 % pour les hommes) sont les régions où les proportions de la population sans aucun niveau d’instruction sont les plus élevées. ▪ Des générations les plus anciennes aux plus récentes, on remarque que le pourcentage de personnes sans niveau d’instruction a diminué de manière importante, passant, chez les femmes, de 93 % parmi celles de 65 ans et plus à 59 % à 30-34 ans et à 26 % à 10-14 ans. Chez les hommes, ces pourcentages sont respectivement de 80 %, 47 % et 30 %. Il est important de noter que dans les générations les plus jeunes (âgées de 10-19 ans à l’enquête), les pourcentages de femmes sans instruction sont maintenant un peu plus faibles que chez les hommes, renversant ainsi la tendance qui avait été observée jusque-là. Caractéristiques des logements et de la population des ménages • 15 2.3.2 Fréquentation scolaire Taux net de fréquentation scolaire (TNF) Pourcentage de la population d’âge de fréquentation scolaire qui fréquente le niveau primaire ou le niveau secondaire. Échantillon : Enfants de 6-11 ans pour le TNF niveau primaire et enfants de 12-18 ans pour le TNF niveau secondaire Taux brut de fréquentation scolaire (TBF) Nombre total d’enfants fréquentant le niveau primaire divisé par la population d’âge officiel de fréquentation du niveau primaire et nombre total d’enfants fréquentant le niveau secondaire divisé par la population d’âge officiel de fréquentation du niveau secondaire. Échantillon : Enfants de 6-11 ans pour le TBF niveau primaire et enfants de 12-18 ans pour le TBF niveau secondaire L’EDS Continue 2017 s’est intéressé à la fréquentation scolaire de toutes les personnes âgées de 6 à 24 ans dans les ménages. Le Tableau 2.11 présente les taux nets et les taux brut de fréquentation par niveau d’instruction, par sexe et selon certaines caractéristiques socioéconomiques. Globalement, le taux net de fréquentation scolaire au niveau primaire est estimé à 54 %. Cela signifie qu’un peu plus d’un enfant de 6- 11 ans sur deux fréquentent l’école primaire. Par contre, ce taux net est beaucoup plus faible au niveau secondaire (26 %). Variations par caractéristiques ▪ Qu’ils soient nets ou bruts, les taux de fréquentation scolaire sont beaucoup plus élevés dans le milieu urbain que dans le milieu rural (Graphique 2.4). ▪ Les taux net et brut de fréquentation scolaire au niveau primaire sont légèrement plus élevés chez les filles que chez les garçons. Par contre au niveau secondaire, les écarts entre les genres sont assez faibles. ▪ Les taux de fréquentation scolaire, qu’ils soient nets ou bruts, augmentent avec le quintile de bien-être économique, au niveau primaire et au niveau secondaire. Indice de parité entre les genres (IPG) Ratio des filles par rapport aux garçons qui fréquentent le niveau primaire et ratio des filles par rapport aux garçons qui fréquentent l’école secondaire. L’indice traduit l’importance de l’écart entre les genres. Échantillon : Élèves de l’école primaire et élèves de l’école secondaire Au niveau primaire, l’indice de parité entre les genres (IPG) est de 1,09 pour le taux net. Au niveau secondaire il est un peu plus élevé (1,12), ce qui indique que plus de filles que de garçons fréquentent l’école. Ces résultats montrent donc qu’au Sénégal, les filles ne sont pas défavorisées, en termes de fréquentation scolaire au niveau primaire ou secondaire , par rapport aux garçons. Graphique 2.4 Fréquentation scolaire au niveau secondaire par résidence 56 75 44 51 70 40 Ensemble Urbain Rural Taux net de fréquentation scolaire pour le niveau primaire parmi les enfants de 6-11 ans selon le milieu de résidence Fille Garçon 16 • Caractéristiques des logements et de la population des ménages L’IPG varie entre les régions. Au niveau primaire, seules les régions de Kolda et de Sédhiou ont un indice de parité inférieur à 1 (respectivement 0,93 et 0,97), traduisant un désavantage des filles sur le plan scolaire par rapport aux garçons. Au niveau secondaire, c’est dans les régions de Kolda (0,86), Sédhiou (0,82) et surtout Tambacounda (0,78) et Kédougou (0,75) que l’on constate un écart entre les genres sur le plan scolaire au détriment des filles. À l’opposé, dans les régions de Thiès (1,59) et de Matam (1,81), on constate la situation inverse. Au niveau primaire, les variations de l’IPG selon le niveau de bien-être économique sont irrégulières et ne traduisent pas de tendance. Au niveau secondaire, les variations restent également irrégulières, mais indiquent que c’est dans le quintile le plus bas que l’écart entre les genres, au détriment des filles, est le plus important (0,84). Tendances : L’IPG au niveau primaire pour le taux net a légèrement augmenté passant de 1,02 à en 2005 à 1,09 en 2017. Au niveau secondaire, cet indice est passé de 0,86 à 1,12 dans la même période. Ces résultats montrent une amélioration de la fréquentation scolaire des filles et un resserrement des écarts entre les genres. 2.4 LES TRANSFERTS SOCIAUX ET MONÉTAIRES Au cours de l’enquête auprès des ménages, on a posé des questions sur des programmes d’aides économiques extérieures dont les ménages auraient bénéficié. On entend ici par aide extérieure, tout soutien économique qui vient du gouvernement ou d’une organisation non gouvernementale comme une bourse de sécurité familiale, une bourse d’étude, un programme de transfert autre que la bourse d’étude et la bourse de sécurité familiale, un programme de structure privée/ONG ou de tout autre programme de support extérieur. Les aides fournies par la famille ou d’autres parents d’amis ou de voisins ne sont pas prises en compte ici. Ces questions avaient, non seulement, pour objectif de savoir si les ménages connaissaient l’existence d’un ou de plusieurs de ces programmes mais aussi de savoir si quelqu’un, dans le ménage, en avait bénéficié et à quel moment la personne avait bénéficié de cette aide. À noter que la bourse de sécurité familiale est un programme conditionnel du Gouvernement du Sénégal destiné aux ménages pauvres. Moyennant une allocation annuelle de 100 000 francs CFA, le ménage s’engage à scolariser les enfants, à disposer d’un carnet de vaccination à jour et de déclarer les enfants à l’état civil. L’enquête EDS Continue 2017 a permis aussi de vérifier si un membre du ménage disposait d’un compte bancaire ou d’un compte dans une institution financière. Enfin, on a aussi demandé si un membre du ménage participait à des tontines. 2.4.1 Connaissance de programmes de transferts sociaux Au Sénégal, 93 % des ménages connaissent au moins un programme de transferts sociaux. Dans 91 % des cas, les ménages connaissent la bourse de sécurité familiale et dans 54 % des cas, ils connaissent les bourses d’études (Tableau 2.12). Variations par caractéristique Globalement, on ne note pas de variations importantes en ce qui concerne la connaissance d’un programme de transferts sociaux. Tout au plus peut-on mentionner que : ▪ Les ménages vivant dans les régions de Matam (67 %) et de Louga (81 %) connaissent moins bien l’existence de programmes de transferts sociaux que les ménages vivant dans les autres régions où les pourcentages de ceux qui connaissent sont proches ou supérieurs à 90 %. ▪ Le pourcentage de ménages connaissant l’existence de programmes de transferts sociaux est plus élevé parmi ceux qui sont classés dans le quintile le plus élevé que dans les autres (96 % contre 91 % dans les deux premiers). Caractéristiques des logements et de la population des ménages • 17 2.4.2 Support de programmes de transferts sociaux On a également demandé si le ménage ou un membre du ménage bénéficiait d’une aide économique par le biais d’un programme. Les résultats sont présentés au Tableau 2.13. Au Sénégal, un peu plus d’un cinquième des ménages (22 %) ont déclaré avoir reçu une aide économique par le biais d’au moins un programme de transferts sociaux. Par rapport au niveau de connaissance (93 %), ce pourcentage est nettement plus faible. En particulier, on constate que bien que la plupart des ménages connaisse la bourse de sécurité familiale (91 %), seulement 14 % en ont bénéficié. Il en est de même des bourses d’études puisque 54 % des ménages ont déclaré les connaître et que seulement 4 % en ont bénéficié. Variations par caractéristique ▪ L’obtention de la bourse de sécurité familiale baisse en fonction du quintile de bien-être économique passant de 29 % dans les ménages classés dans le quintile le plus bas à 4 % dans ceux du quintile de bien-être le plus élevé. ▪ Le pourcentage de ménages ayant obtenu la bourse de sécurité familiale varie en fonction du niveau d’instruction du chef de ménage : dans les ménages où le chef n’a aucun niveau d’instruction ou le niveau primaire, respectivement 17 % et 14 % ont obtenu ce type d’aide contre seulement 7 % quand le chef de ménage a le niveau d’instruction moyen/secondaire ou plus. ▪ Il est plus fréquent de bénéficier de la bourse de sécurité familiale quand on vit en milieu rural (20 %) qu’en milieu urbain (9 %). ▪ Dans la région de Kolda, environ quatre ménages sur dix (37 %) ont déclaré percevoir la bourse de sécurité familiale, faisant de cette région, celle qui détient le pourcentage le plus élevé de ménages qui bénéficie de cette mesure économique du programme phare du Gouvernement. En revanche, seuls 6 % des ménages vivant à Dakar, 7 % de ceux vivant à Louga et 10 % de ceux vivant à Matam, perçoivent la bourse de sécurité familiale (Graphique 2.5). En plus des questions sur la connaissance et l’obtention des aides des programmes de transferts sociaux, on a demandé à quel moment avant l’enquête le support économique avait été reçu. Les résultats sont présentés au Tableau 2.14. Parmi les bénéficiaires de bourses de sécurité familiale, environ 2 ménages sur trois (68 %) ont reçu leur bourse au cours des 6 mois ayant précédé l’enquête. Concernant la bourse d’étude, on constate que seulement 34 % l’avaient reçue au cours des six derniers mois. Pour les autres transferts de l’État, le pourcentage est de 38 % et de seulement 24 % quand il s’agit d’un soutien d’un programme d’une structure privée/ONG. 2.4.3 Transferts d’argent Au cours de l’enquête, on a demandé si le ménage ou un membre du ménage avait envoyé des fonds au Sénégal ou à l’étranger et s’il en avait reçu, ce qui permet de mieux connaître l’origine et la destination des transferts d’argent des ménages. Les résultats sont présentés au Tableau 2.15. Graphique 2.5 Support reçu par le biais d’un programme de transferts sociaux Pourcentage de ménages pour lequel un membre a reçu un support grâce à un programme de transferts sociaux Sénégal SCS 2017 18 • Caractéristiques des logements et de la population des ménages Environ quatre ménages enquêtés sur dix (44 %) ont déclaré avoir envoyé de l’argent et, dans la majorité des cas, il s’agit d’un envoi au Sénégal (39 % contre 5 % à l’étranger). Par ailleurs, 55 % ont déclaré en avoir reçu et, ici aussi, dans la majorité des cas, l’argent provient du Sénégal (37 %). Par contre, il est plus fréquent de recevoir de l’argent de l’étranger que d’en envoyer (18 % contre 5 %). Variations par caractéristique ▪ Les pourcentages de ménages effectuant des transferts d’argent, qu’ils en envoient ou qu’ils en reçoivent, augmentent du quintile le plus bas au plus élevé, passant respectivement de 16 % à 73 % et de 40 % à 63 %. Les transferts dans le pays sont plus fréquents que les transferts internationaux. ▪ Les pourcentages de ménages effectuant des transferts monétaires augmentant du quintile le plus bas au plus élevé, passant pour l’envoi de fonds de 16 % à 73 % et pour la réception de 40 % à 63 %. ▪ Quand le chef de ménage est un homme, 45 % des ménages ont envoyé de l’argent contre 40 % quand le chef de ménage est une femme. Ce sont surtout des transferts intérieurs. Par contre, le pourcentage de ménages ayant à leur tête une femme et qui ont reçu de l’argent est beaucoup plus élevé que quand le ménage est dirigé par un homme (72 % contre 48 %). ▪ Les ménages du milieu urbain envoient plus fréquemment de l’argent que les ménages du milieu rural (59 % contre 27 %). Il s’agit surtout d’envoi au Sénégal (53 % contre 24 %). 2.4.4 Possession de comptes bancaires—participation à des tontines Dans environ trois ménages sur dix (31 %), un des membres possède un compte en banque ou un compte dans une institution financière et, dans plus de la moitié des ménages (54 %), un des membres participe à des tontines (Tableau 2.16). Variations par caractéristique ▪ La possession d’un compte bancaire est plus fréquente dans les ménages du milieu urbain (45 % contre 16 % en milieu rural), dans ceux dans lesquels le chef de ménage a le niveau d’instruction moyen ou secondaire ou plus (72 % contre 19 % quand il n’a aucun niveau d’instruction) et dans les ménages du quintile le plus élevé (76 % contre 6 % dans le plus bas). ▪ La participation à des tontines varie surtout en fonction du quintile de bien-être économique, le pourcentage passant de 36 % dans le quintile le plus bas à 67 % dans le quintile le plus élevé. 2.5 COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE L’extension de la couverture du risque maladie constitue un des objectifs du Plan Sénégal Emergent (PSE), notamment dans son axe 2 intitulé « Capital humain, Protection sociale et Développement durable ». La mise en œuvre de ce programme prioritaire est conduite par l’Agence de la Couverture Maladie Universelle créée en janvier 2015. L’Agence vise une couverture du risque maladie d’au moins 75 % de la population du Sénégal à la fin de l’année 2021. Plusieurs mécanismes de couverture visent à couvrir le risque maladie des populations : Imputation budgétaire pour les actifs et retraités de la Fonction Publique, Institutions de Prévoyance Maladie (IPM) et Institution de Prévoyance Retraite du Sénégal (IPRES) pour les actifs et retraités du secteur privé ; assurances privées commerciales, mutuelles de santé, initiative de gratuité des enfants de moins de cinq ans et Plan sésame. Le Tableau 2.17 présente les pourcentages de la population de fait des ménages qui sont couverts par une assurance médicale. Dans 83 % des cas, les ménages ne sont couverts par aucune assurance médicale. Quel que soit le type d’assurance médicale disponible, les pourcentages sont très faibles. Par contre, parmi les Caractéristiques des logements et de la population des ménages • 19 enfants de moins de cinq ans, 54 % bénéficient de l’Initiative de gratuité des soins pour les enfants de moins de cinq ans. Les mutuelles de santé communautaires constituent le type d’assurance maladie le plus utilisé avec 3 %. Les imputations budgétaires qui sont destinées aux agents de la fonction publique et à leur famille sont utilisées par 2 % des personnes enquêtées. Les IPM qui sont destinées aux travailleurs des entreprises privées et à leurs familles couvrent presque 2 % des personnes enquêtées. Les mutuelles de santé professionnelles sont utilisées par un peu plus de 1 % des personnes enquêtées. Variations selon certaines caractéristiques ▪ En milieu rural, 86 % des personnes interrogées n’ont souscrit à aucun type d’assurance maladie, contre 78 % en milieu urbain. ▪ Selon les régions, les pourcentages de personnes couvertes par les mutuelles de santé communautaires varient et sont plus élevés à Kaffrine (7 %), Kaolack (7 %) et Ziguinchor (5 %). ▪ C’est dans le groupe d’âge 45-49 ans que le pourcentage d’adhérents aux IPM est le plus élevé (4 %). En outre, ces pourcentages de personnes ayant une assurance médicale du type IPM sont plus élevés dans les régions de Dakar (5 %) et Saint-Louis (3 %), contrairement aux autres régions. ▪ C’est dans le groupe d’âges 40-49 ans que le pourcentage de bénéficiaires des imputations budgétaires est le plus élevé (4 %). L’utilisation de ce type d’assurance maladie est plus fréquente en milieu urbain avec 4 %. ▪ Les populations du quintile le plus bas bénéficient moins du Plan SESAME (moins de 1 %) que les autres. 2.5 COUVERTURE DE L’INITIATIVE DE GRATUITÉ DES SOINS POUR LES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS Le Tableau 2.18 présente la couverture de cette assurance selon les caractéristiques sociodémographiques pour la population des enfants de moins de cinq ans. Parmi les enfants de 0-4 ans, plus d’un sur deux bénéficie de l’Initiative de gratuité des soins pour les enfants de moins de cinq ans (54 %). Variations par caractéristique ▪ Le pourcentage d’enfants de 0-4 ans couverts par l’Initiative de gratuité des soins est plus élevé dans le milieu urbain (63 %) que dans le milieu rural (48 %). ▪ Les enfants vivant dans les régions de Kédougou (10 %), Tambacounda (11 %) Ziguinchor (15 %) et Sédhiou (18 %) présentent la couverture la plus faible. Par contre, les régions de Dakar (75 %), Thiès (73 %) et Kaolack (72 %) sont celles où les enfants sont les mieux couverts par cette assurance. ▪ La couverture de l’Initiative de gratuité des soins pour les enfants de moins de cinq ans augmente du quintile le plus bas au plus élevé : en effet, si, dans les ménages du quintile le plus bas, environ quatre enfants de moins de cinq ans sur dix (40 %) profitent de cette assurance, ces pourcentages sont de 58 % dans le quintile moyen et de 64 % dans le plus élevé. 20 • Caractéristiques des logements et de la population des ménages LISTE DES TABLEAUX Pour plus d’informations sur les caractéristiques de la population des ménages et du logement, consulter les tableaux suivants : ▪ Tableau 2.1 Eau utilisée par les ménages pour boire ▪ Tableau 2.2 Disponibilité de l’eau ▪ Tableau 2.3 Types d’installations sanitaires utilisées par les ménages ▪ Tableau 2.4 Caractéristiques du logement ▪ Tableau 2.5 Biens possédés par le ménage ▪ Tableau 2.6 Quintiles de bien-être économique ▪ Tableau 2.7 Lavage des mains ▪ Tableau 2.8 Population des ménages par âge, sexe et milieu de résidence ▪ Tableau 2.9 Composition des ménages ▪ Tableau 2.10 1 Niveau d’instruction de la population des ménages : Femme ▪ Tableau 2.10 2 Niveau d’instruction de la population des ménages : Homme ▪ Tableau 2.11 Taux de fréquentation scolaire ▪ Tableau 2.12 Connaissance d’un programme de transferts sociaux ▪ Tableau 2.13 Support reçu grâce à un programme de transferts sociaux ▪ Tableau 2.14 Moment auquel a été reçu un support d’un programme de transferts sociaux ▪ Tableau 2.15 Provenance et destination du transfert d’argent ▪ Tableau 2.16 Possession de compte bancaire et participation à des tontines ▪ Tableau 2.17 Assurance médicale : Population des ménages ▪ Tableau 2.18 Initiative de gratuité soins enfants âgés de moins de cinq ans Caractéristiques des logements et de la population des ménages • 21 Tableau 2.1 Eau utilisée par les ménages pour boire Répartition (en %) des ménages et de la population de droit par provenance de l’eau pour boire et en fonction du temps pour s’approvisionner en eau et pourcentage utilisant une méthode appropriée pour le traitement de l’eau, selon le milieu de résidence, EDS Continue Sénégal 2017 Ménages Enquêtés Caractéristique Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Source d’approvisionnement en eau de boisson Source améliorée 92,8 68,4 81,0 91,7 67,6 78,5 Robinet dans logement/concession/ cour/parcelle 77,6 36,8 57,9 79,2 39,7 57,5 Robinet chez le voisin 5,1 5,2 5,1 3,9 3,6 3,7 Robinet public/fontaine 5,4 16,7 10,9 5,1 15,2 10,6 Puits à pompe/ forage 0,2 5,1 2,6 0,2 4,6 2,6 Puits creusé protégé 1,6 3,7 2,6 1,8 3,9 3,0 Source protégée 0,0 0,1 0,0 0,1 0,1 0,1 Eau de pluie 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Eau en bouteille 2,8 0,8 1,8 1,3 0,6 0,9 Source non améliorée 7,2 31,5 18,9 8,3 32,3 21,5 Puits creusé non protégé 4,5 24,0 13,9 5,0 25,9 16,5 Source d’eau non protégée 0,0 0,6 0,3 0,1 0,6 0,4 Camion-citerne/charrette avec petite citerne 2,4 5,6 3,9 2,9 4,8 3,9 Eau de surface 0,0 1,1 0,5 0,0 1,1 0,6 Eau en bouteille, source non améliorée pour la cuisine/se laver les mains1 0,2 0,2 0,2 0,3 0,0 0,2 Autre source 0,1 0,1 0,1 0,1 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Temps de trajet pour s’approvisionner en eau de boisson Eau sur place2 89,0 49,4 69,9 88,6 50,7 67,7 Moins de 30 minutes 9,3 37,7 23,0 9,5 37,0 24,7 30 minutes ou plus 1,3 12,3 6,6 1,2 11,8 7,1 NSP/manquant 0,5 0,5 0,5 0,7 0,4 0,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Moyen de traitement de l’eau3 Ébullition 0,1 0,1 0,1 0,1 0,2 0,2 Ajout d’eau de Javel/chlore 7,3 14,0 10,5 7,8 14,3 11,4 Passée à travers un linge 5,3 21,9 13,3 6,2 22,7 15,3 Céramique, sable ou autre filtre 1,8 0,5 1,1 1,5 0,5 0,9 Laisser reposer et régler 0,9 1,0 1,0 1,0 1,1 1,0 Autre 0,8 0,1 0,5 0,4 0,1 0,3 Aucun traitement 86,2 67,3 77,0 85,6 66,4 75,0 Pourcentage utilisant une méthode appropriée de traitement4 9,1 14,6 11,7 9,3 14,9 12,4 Effectif 4 335 4 045 8 380 32 658 39 927 72 585 1 Les ménages qui consomment de l’eau en bouteille sont classés comme utilisant de l’eau d’une source améliorée ou non améliorée en fonction de la provenance de l’eau utilisée pour cuisiner et pour se laver les mains. 2 Y compris l’eau provenant d’un robinet chez le voisin. 3 Les enquêtés peuvent déclarer plusieurs méthodes de traitement de l’eau et, par conséquent, la somme des pourcentages peut dépasser 100 %. 4 Les méthodes appropriées de traitement de l’eau comprennent l’ébullition, l’ajout de chlore, le filtrage et la désinfection solaire. Tableau 2.2 Disponibilité de l’eau Parmi les ménages et la population de droit utilisant de l’eau d’un robinet ou de l’eau provenant d’un puits à pompe ou d’un forage, pourcentage ayant été confronté à un manque d’eau dans les deux dernières semaines, selon le milieu de résidence, EDS Continue Sénégal 2017 Disponibilité de l’eau dans les deux dernières semaines Ménages Enquêtés Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Non disponible pour au moins un jour 53,1 41,4 48,5 54,3 42,7 48,9 Disponible sans interruption d’au moins un jour 45,6 58,1 50,6 44,9 56,9 50,5 Ne sait pas/manquant 1,3 0,5 1,0 0,7 0,4 0,6 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif utilisant de l’eau canalisée ou de l’eau d’un puits tubulaire1 3 942 2 603 6 545 29 290 25 282 54 572 1 Y compris les ménages déclarant que l’eau utilisée pour boire provient principalement d’un robinet ou d’un puits à pompe ou d’un forage ainsi que ceux qui déclarent que l’eau utilisée pour boire est de l’eau en bouteille tant que leur source principale d’eau utilisée pour la cuisine et pour se laver les mains provient d’un robinet ou d’un puits à pompe ou d’un forage. 22 • Caractéristiques des logements et de la population des ménages Tableau 2.3 Type d’installations sanitaires utilisées par les ménages Répartition (en %) des ménages et de la population de droit par type d’installations sanitaires et répartition (en %) des ménages et de la population de droit disposant de toilettes/latrines par endroit où se trouvent ces installations selon le milieu de résidence EDS Continue Sénégal 2017 Type de toilettes/latrines et endroit où elles sont situées Ménages Enquêtés Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Toilettes améliorées 58,1 39,8 49,3 69,1 43,8 55,1 Chasse d’eau/chasse d’eau manuelle connectée à un système d’égout 15,2 0,1 7,9 15,5 0,1 7,1 Chasse d’eau/chasse d’eau manuelle reliée à une fosse septique 35,3 20,9 28,4 43,0 22,2 31,5 Chasse d’eau/chasse d’eau manuelle reliée à une fosse d’aisances 1,4 3,0 2,2 2,1 2,9 2,5 Fosse d’aisances améliorée ventilée 1,7 4,7 3,2 2,4 5,4 4,0 Fosse d’aisances avec dalle 4,6 10,9 7,6 6,0 13,0 9,9 Toilettes à compostage 0,0 0,1 0,1 0,0 0,2 0,1 Toilettes non améliorées 41,9 60,2 50,7 30,9 56,2 44,9 Toilettes partagées1 34,8 11,2 23,4 23,3 9,5 15,7 Chasse d’eau/chasse d’eau manuelle connectée à un système d’égout 10,8 0,0 5,6 6,2 0,0 2,8 Chasse d’eau/chasse d’eau manuelle reliée à une fosse septique 20,3 4,7 12,8 14,0 3,9 8,4 Chasse d’eau/chasse d’eau manuelle reliée à une fosse d’aisances 1,0 1,0 1,0 0,6 0,8 0,7 Fosse d’aisances améliorée ventilée 0,9 1,1 1,0 0,8 0,9 0,9 Fosse d’aisances avec dalle 1,8 4,4 3,0 1,7 4,0 2,9 Toilettes à compostage 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 Toilettes non améliorées 5,9 23,5 14,4 6,6 25,0 16,7 Chasse d’eau/chasse d’eau manuelle non reliée à des égouts/fosse septiques/fosse d’aisances 0,9 0,5 0,7 1,0 0,4 0,7 Fosse d’aisances sans dalle/trou ouvert 3,7 18,1 10,6 4,1 19,5 12,6 Toilettes/latrines suspendues 0,8 3,8 2,3 0,9 4,3 2,8 Autre 0,5 1,1 0,8 0,5 0,8 0,7 Défécation en plein air (pas de toilettes/nature) 1,3 25,6 13,0 1,1 21,7 12,4 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de ménages/population 4 335 4 045 8 380 32 658 39 927 72 585 Endroit où se trouvent les toilettes Dans le logement 37,4 29,8 34,3 38,0 28,6 33,4 Dans la cour/concession/parcelle 61,7 65,0 63,1 61,3 67,0 64,1 Ailleurs 0,9 5,2 2,7 0,7 4,4 2,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de ménages/population utilisant des toilettes/latrines 4 279 3 011 7 290 32 307 31 271 63 578 1 Toilettes partagées qui seraient considérées comme “améliorées” si elles n’étaient pas partagées par deux ménages ou plus. Caractéristiques des logements et de la population des ménages • 23 Tableau 2.4 Caractéristiques du logement Répartition (en %) des ménages et de la population de droit par certaines caractéristiques du logement, pourcentage utilisant du combustible solide pour cuisiner, et répartition (en %) des ménages par fréquence à laquelle on fume dans le logement, selon le milieu de résidence, EDS Continue Sénégal 2017 Ménages Enquêtés Caractéristique du logement Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Électricité Oui 90,1 34,6 63,3 91,7 37,2 61,7 Non 9,9 65,4 36,7 8,3 62,8 38,3 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Matériau de revêtement du sol Terre/sable 4,1 33,1 18,1 4,3 31,5 19,3 Bouse 0,3 5,0 2,6 0,5 4,5 2,7 Planche en bois 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Palme/bambou 0,0 0,3 0,1 0,0 0,2 0,1 Parquet ou bois poli 0,2 0,0 0,1 0,1 0,1 0,1 Vinyle ou bandes d’asphalte 17,7 12,4 15,2 16,5 13,2 14,7 Carrelage 47,4 8,7 28,7 48,3 9,0 26,7 Ciment 27,0 37,2 31,9 28,2 38,9 34,1 Moquette 1,2 0,5 0,9 0,4 0,4 0,4 Autre 2,0 2,7 2,4 1,8 2,2 2,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Pièces utilisées pour dormir Une 26,6 8,7 18,0 9,5 3,1 6,0 Deux 16,8 18,8 17,8 11,7 10,9 11,3 Trois ou plus 56,6 72,5 64,2 78,7 86,0 82,8 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Endroit pour cuisiner Dans le logement 64,1 67,9 65,9 69,9 67,5 68,6 Dans un bâtiment séparé 16,1 23,1 19,5 20,9 26,6 24,0 À l’extérieur 7,7 5,5 6,7 6,4 5,0 5,7 Pas de repas préparé dans le ménage 11,7 3,3 7,6 2,6 0,7 1,5 Autre 0,5 0,3 0,4 0,2 0,2 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Combustible utilisé pour cuisiner Électricité 1,4 1,3 1,3 1,5 1,5 1,5 GPL/gaz naturel/biogaz 47,5 5,0 27,0 45,8 3,5 22,5 Charbon/lignite 14,4 73,9 43,1 19,8 78,1 51,8 Charbon de bois 24,9 12,5 18,9 30,3 11,6 20,0 Résidus agricoles 0,0 0,8 0,4 0,1 1,0 0,6 Bouse 0,0 3,2 1,5 0,0 3,5 2,0 Autres combustibles 0,0 0,1 0,0 0,0 0,1 0,0 Pas de repas préparé dans le ménage 11,7 3,3 7,6 2,6 0,7 1,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Pourcentage utilisant un combustible solide pour cuisiner1 39,4 90,4 64,0 50,1 94,2 74,4 Pourcentage utilisant un combustible non polluant pour cuisiner2 49,0 6,3 28,4 47,3 5,0 24,0 Fréquence à laquelle on fume dans le logement Tous les jours 22,1 16,3 19,3 22,5 17,8 19,9 Une fois par semaine 3,2 3,1 3,2 3,5 3,3 3,4 Une fois par mois 2,6 2,3 2,5 2,9 2,6 2,7 Moins d’une fois par mois 2,9 5,7 4,2 2,9 5,8 4,5 Jamais 68,7 72,3 70,4 67,6 70,3 69,1 Total 99,5 99,8 99,6 99,4 99,7 99,6 Effectif de ménages/population 4 335 4 045 8 380 32 658 39 927 72 585 GPL = Gaz propane liquéfié. 1 Y compris le charbon/lignite, le charbon de bois, le bois, la paille/branchages/herbes, les résidus agricoles et la bouse. 2 Y compris l’électricité et le gaz de pétrole liquéfié/gaz naturel/biogaz. 24 • Caractéristiques des logements et de la population des ménages Tableau 2.5 Biens possédés par les ménages Pourcentage de ménages possédant certains équipements, des moyens de transport, de la terre agricole et du bétail/animaux de ferme par milieu de résidence, EDS Continue Sénégal 2017 Résidence Ensemble Possession Urbain Rural Biens possédés par le ménage Radio 64,5 67,2 65,8 Télévision 82,7 28,9 56,7 Antenne MMDS/TV5 10,1 4,9 7,6 Abonnement à CANAL 22,3 6,3 14,6 Téléphone fixe 5,5 1,3 3,5 Téléphone cellulaire 98,2 93,7 96,0 Machine à laver 0,8 0,3 0,6 Réfrigérateur 46,1 9,2 28,3 Réchaud/cuisinière à gaz/électrique 8,7 4,5 6,7 Foyer amélioré 30,3 14,9 22,9 Vidéo/lecteur CD/DVD 14,8 2,9 9,0 Climatiseur 3,4 0,5 2,0 Ordinateur 25,1 4,6 15,2 Internet à la maison 10,6 2,2 6,6 Moyens de transport Bicyclette 8,5 15,9 12,1 Mobylette/Motocyclette/Scooter 11,2 10,4 10,8 Voiture personnelle 10,6 2,4 6,7 Voiture ou camion à titre commercial 2,5 1,4 2,0 Charette 4,6 44,3 23,8 Charrue 2,7 39,9 20,6 Pirogue/Filet de pêche 1,3 2,1 1,7 Possession de terres agricoles 11,6 70,0 39,8 Possession d’animaux de ferme1 39,2 84,0 60,9 Possession d’un compte bancaire 45,1 16,1 31,1 Effectif 4 335 4 045 8 380 1 Vaches, taureaux, autre bétail, chevaux, ânes, chèvres, moutons, poulets ou autres volailles. Tableau 2.6 Quintiles de bien-être économique Répartition (en %) de la population de droit par quintile de bien-être économique et coefficient de Gini, selon le milieu de résidence et la région, EDS Continue Sénégal 2017 Quintiles de bien-être économique Total Effectif d’enquêtés Coefficient de Gini Résidence/région Le plus bas Second Moyen Quatrième Le plus élevé Résidence Urbain 2,0 4,8 18,5 35,4 39,4 100,0 32 658 0,11 Rural 34,8 32,4 21,2 7,5 4,1 100,0 39 927 0,39 Région Dakar 0,0 0,0 7,6 34,8 57,6 100,0 17 559 0,09 Ziguinchor 12,7 32,6 35,5 13,0 6,2 100,0 2 878 0,35 Diourbel 16,8 19,3 28,4 23,3 12,1 100,0 8 264 0,31 Saint-Louis 20,0 22,8 20,4 27,4 9,5 100,0 4 637 0,32 Tambacounda 48,9 27,6 12,9 7,5 3,2 100,0 4 021 0,48 Kaolack 21,7 33,3 20,2 14,7 10,1 100,0 4 714 0,44 Thiès 6,4 24,5 30,8 22,3 15,9 100,0 9 605 0,31 Louga 22,8 32,8 24,2 13,4 6,8 100,0 4 558 0,33 Fatick 22,0 32,8 30,4 10,0 4,8 100,0 3 809 0,39 Kolda 66,5 14,8 12,2 4,8 1,7 100,0 3 482 0,55 Matam 25,8 27,9 34,1 11,2 1,0 100,0 2 778 0,31 Kaffrine 62,7 22,5 10,3 3,6 0,8 100,0 3 123 0,42 Kédougou 43,9 32,7 17,6 4,2 1,7 100,0 765 0,39 Sédhiou 43,0 37,3 15,6 3,4 0,6 100,0 2 391 0,39 Ensemble 20,0 20,0 20,0 20,0 20,0 100,0 72 585 0,34 C ar ac té ris tiq ue s de s lo ge m en ts e t d e la p op ul at io n de s m én ag es • 2 5 Ta bl ea u 2 .7 L av ag e d es m ai n s P ou rc en ta ge d e m én ag es d an s le sq ue ls l’ en dr oi t l e pl us s ou ve nt u til is é po ur s e la ve r l es m ai ns a é té o bs er vé s el on q ue l’ en dr oi t e st fi xe o u m ob ile e t p ou rc en ta ge to ta l d e m én ag es d on t o n a ob se rv é l’e nd ro it ut ili sé p ou r l e la va ge d es m ai ns ; P ar m i c es m én ag es d on t l ’e nd ro it po ur s e la ve r le s m ai ns a é té o bs er vé , r ép ar tit io n (e n % ) pa r di sp on ib ili té d ’e au , d e sa vo n et d ’a ut re s pr od ui ts n et to ya nt s, s el on c er ta in es c ar ac té ris tiq ue s so ci o- éc on om iq ue s, E D S C on tin ue S én ég al 2 01 7 P ar m i l es m én ag es d an s le sq ue ls l’ en dr oi t po ur s e la ve r l es m ai ns a é té o bs er vé , po ur ce nt ag e do nt : E ffe ct if de m én ag es P ar m i l es m én ag es d an s le sq ue ls l’ en dr oi t p ou r s e la ve r le s m ai ns a é té o bs er vé , p ou rc en ta ge a ya nt : E ffe ct if de m én ag es d an s le sq ue ls l’e nd ro it po ur se la ve r l es m ai ns a é té ob se rv é C ar ac té ris tiq ue so ci o- éc on om iq ue s L’ en dr oi t p ou r se la ve r l es m ai ns e st fi xe L’ en dr oi t p ou r se la ve r l es m ai ns e st m ob ile T ot al S av on o u de te rg en t1 E au e t u n pr od ui t ne tto ya nt a ut re qu e le s av on se ul em en t2 E au s eu le m en t S av on o u dé te rg en t m ai s pa s d’ ea u3 P ro du it ne tto ya nt a ut re qu e le s av on se ul em en t2 P as d ’e au , p as de s av on , p as d’ au tre p ro du it ne tto ya nt M an qu an t T ot al R és id en ce U rb ai n 43 ,7 20 ,6 64 ,3 4 33 5 68 ,7 0, 0 14 ,4 3, 5 0, 1 13 ,4 0, 0 10 0, 0 2 78 7 R ur al 7, 8 23 ,9 31 ,6 4 04 5 29 ,0 0, 0 16 ,3 2, 6 0, 0 52 ,1 0, 0 10 0, 0 1 27 9 R ég io n D ak ar 61 ,2 17 ,2 78 ,4 2 52 8 77 ,1 0, 0 13 ,7 3, 9 0, 0 5, 3 0, 0 10 0, 0 1 98 2 Zi gu in ch or 13 ,9 65 ,7 79 ,6 35 0 62 ,0 0, 0 15 ,8 2, 7 0, 0 19 ,6 0, 0 10 0, 0 27 8 D io ur be l 10 ,3 22 ,5 32 ,8 83 8 19 ,3 0, 0 16 ,2 0, 0 0, 0 64 ,5 0, 0 10 0, 0 27 5 S ai nt -L ou is 11 ,6 17 ,8 29 ,4 57 8 19 ,4 0, 0 22 ,4 0, 4 0, 0 57 ,8 0, 0 10 0, 0 17 0 T am ba co un da 4, 3 8, 9 13 ,3 34 8 41 ,6 0, 0 12 ,9 0, 0 0, 0 45 ,5 0, 0 10 0, 0 46 K ao la ck 5, 7 25 ,0 30 ,8 52 4 34 ,1 0, 0 5, 4 0, 5 0, 0 60 ,0 0, 0 10 0, 0 16 1 T hi ès 25 ,9 26 ,4 52 ,3 1 03 0 45 ,1 0, 0 18 ,2 5, 2 0, 3 31 ,2 0, 0 10 0, 0 53 9 Lo ug a 6, 2 18 ,9 25 ,0 53 8 15 ,6 0, 0 17 ,4 1, 2 0, 0 65 ,8 0, 0 10 0, 0 13 5 Fa tic k 17 ,4 25 ,9 43 ,3 40 1 18 ,8 0, 0 9, 1 2, 0 0, 0 70 ,0 0, 0 10 0, 0 17 4 K ol da 1, 9 6, 2 8, 2 36 3 69 ,0 0, 0 25 ,1 2, 3 0, 0 3, 6 0, 0 10 0, 0 30 M at am 1, 1 5, 0 6, 1 27 4 (3 0, 3) (0 ,0 ) (1 4, 2) (3 ,6 ) (0 ,0 ) (5 1, 9) (0 ,0 ) 10 0, 0 17 K af fri ne 3, 7 28 ,2 31 ,9 30 1 18 ,8 0, 0 13 ,8 7, 0 0, 6 59 ,8 0, 0 10 0, 0 96 K éd ou go u 2, 1 2, 4 4, 6 93 (3 3, 6) (0 ,0 ) (7 ,5 ) (3 ,8 ) (0 ,0 ) (5 5, 1) (0 ,0 ) 10 0, 0 4 S éd hi ou 9, 7 65 ,5 75 ,2 21 4 51 ,1 0, 3 21 ,7 2, 0 0, 0 24 ,9 0, 0 10 0, 0 16 1 Q ui nt ile s d e bi en -ê tr e éc on om iq u e Le p lu s ba s 1, 9 20 ,5 22 ,4 1 57 4 20 ,0 0, 0 14 ,7 2, 1 0, 2 63 ,0 0, 0 10 0, 0 35 2 S ec on d 4, 6 25 ,9 30 ,6 1 47 6 23 ,1 0, 1 14 ,6 4, 3 0, 0 57 ,9 0, 0 10 0, 0 45 1 M oy en 11 ,9 29 ,2 41 ,2 1 63 4 37 ,9 0, 0 16 ,0 6, 7 0, 2 39 ,2 0, 0 10 0, 0 67 2 Q ua tr iè m e 32 ,7 23 ,3 56 ,0 1 92 9 55 ,6 0, 0 19 ,9 4, 5 0, 0 20 ,0 0, 0 10 0, 0 1 08 1 Le p lu s él ev é 72 ,7 12 ,8 85 ,5 1 76 7 83 ,0 0, 0 11 ,1 0, 7 0, 0 5, 1 0, 0 10 0, 0 1 51 0 E ns em bl e 26 ,4 22 ,2 48 ,5 8 38 0 56 ,2 0, 0 15 ,0 3, 2 0, 0 25 ,6 0, 0 10 0, 0 4 06 6 N ot e : L es v al eu rs e nt re p ar en th ès es s on t b as ée s su r 2 5- 49 c as n on p on dé ré s. 1 C om pr en d le s av on o u un p ro du it ne tto ya nt e n m or ce au , l iq ui de , e n po ud re o u so us fo rm e de p at e. C et te c ol on ne in cl ut le s m én ag es a ya nt d u sa vo n et d e l’e au s eu le m en t a in si q ue c eu x qu i o nt d u sa vo n et d e l’e au e t u n au tre p ro du it ne tto ya nt . 2 le s pr od ui ts n et to ya nt s au tr es q ue le s av on c om pr en ne nt d es p ro du its d is po ni bl es lo ca le m en t c om m e la c en dr e, la b ou e ou le s ab le . 3 Y c om pr is le s m én ag es d is po sa nt d e sa vo n se ul em en t a in si q ue c eu x ay an t d u sa vo n et u n au tr e pr od ui t n et to ya nt . 26 • Caractéristiques des logements et de la population des ménages Tableau 2.8 Population des ménages par âge, sexe et milieu de résidence Répartition (en%) de la population de fait des ménages par groupes d’âges quinquennaux et par certains groupes d’âges, selon le sexe et le milieu de résidence, EDS Continue Sénégal 2017 Urbain Rural Ensemble Groupe d’âge Homme Femme Ensemble Homme Femme Ensemble Homme Femme Ensemble Groupes d’âges quinquennaux <5 13,5 12,0 12,7 19,8 16,2 17,9 17,0 14,3 15,6 5-9 13,3 12,8 13,1 18,4 16,5 17,4 16,1 14,8 15,4 10-14 12,2 11,4 11,8 14,9 13,8 14,3 13,7 12,8 13,2 15-19 10,2 10,7 10,5 10,6 9,2 9,9 10,4 9,9 10,1 20-24 9,6 9,2 9,4 6,7 7,5 7,1 8,0 8,3 8,1 25-29 8,6 8,4 8,5 4,4 6,7 5,7 6,3 7,5 6,9 30-34 6,7 7,4 7,1 4,4 6,2 5,4 5,4 6,8 6,1 35-39 5,8 5,7 5,8 3,9 4,5 4,2 4,8 5,1 4,9 40-44 4,5 4,8 4,6 3,1 3,7 3,5 3,7 4,2 4,0 45-49 3,5 3,6 3,5 2,8 2,4 2,6 3,1 2,9 3,0 50-54 2,9 4,3 3,6 2,2 4,0 3,2 2,5 4,1 3,4 55-59 2,5 3,1 2,8 1,9 2,9 2,4 2,2 3,0 2,6 60-64 2,7 2,2 2,4 2,2 1,9 2,1 2,4 2,0 2,2 65-69 1,7 1,6 1,7 1,7 1,5 1,6 1,7 1,6 1,6 70-74 1,0 1,2 1,1 1,3 1,2 1,2 1,2 1,2 1,2 75-79 0,6 0,6 0,6 0,8 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 80 + 0,7 0,9 0,8 0,9 0,8 0,9 0,8 0,8 0,8 Ne sait pas/manquant 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Groupe d’âges dépendants 0-14 39,0 36,2 37,6 53,1 46,5 49,6 46,8 41,9 44,2 15-64 56,9 59,5 58,2 42,2 49,3 45,9 48,8 53,8 51,5 65+ 4,1 4,3 4,2 4,7 4,2 4,5 4,4 4,3 4,3 Ne sait pas/Manquant 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Populations des enfants et des adultes 0-17 45,1 42,6 43,8 60,0 52,1 55,8 53,3 47,9 50,4 18+ 54,9 57,4 56,2 40,0 47,8 44,2 46,7 52,1 49,6 Ne sait pas/Manquant 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Adolescents 10-19 22,4 22,2 22,3 25,4 23,1 24,2 24,1 22,7 23,3 Effectif d’enquêté(e)s 15 545 17 256 32 801 18 916 21 498 40 413 34 461 38 754 73 215 Caractéristiques des logements et de la population des ménages • 27 Tableau 2.9 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage et par taille du ménage ; Taille moyenne des ménages ; pourcentage de ménages avec des orphelins et des enfants de moins de 18 ans vivant sans leur parent, selon le milieu de résidence, selon le milieu de résidence, EDS Continue Sénégal 2017 Résidence Ensemble Caractéristique Urbain Rural Chef de ménage Homme 64,2 75,5 69,7 Femme 35,8 24,5 30,3 Total 100,0 100,0 100,0 Nombre de membres habituels 1 10,4 3,2 6,9 2 6,7 2,6 4,7 3 9,4 3,9 6,8 4 7,6 5,4 6,5 5 10,1 7,7 8,9 6 8,5 9,2 8,9 7 7,8 10,4 9,1 8 5,9 7,9 6,9 9+ 33,5 49,7 41,3 Total 100,0 100,0 100,0 Taille moyenne du ménage 7,5 9,9 8,7 Pourcentage de ménages avec des orphelins et des enfants de moins de 18 ans vivant sans leurs parents Orphelin double 0,7 1,4 1,1 Orphelin simple1 10,5 16,9 13,6 Enfants vivant sans leur parent2 29,7 42,1 35,7 Enfant orphelin et/ou enfant vivant sans leurs parents 33,4 47,5 40,2 Effectif de ménages 4 335 4 045 8 380 Note : Le tableau est basé sur la population de droit des ménages, c’est-à-dire les résidents habituels. 1 Comprend les enfants dont l’un des parents est décédé et dont l’état de survie de l’autre est inconnu. 2 Les enfants vivant sans leur parent sont les enfants de moins de 18 ans qui vivent dans un ménage dans lequel il n’y a ni leur père, ni leur mère, et dont le père et/ou la mère sont en vie. 28 • Caractéristiques des logements et de la population des ménages Tableau 2.10.1 Niveau d’instruction de la population des ménages: Femme Répartition (en %) de la population de fait des femmes des ménages âgées de six ans et plus, en fonction du plus haut niveau d’instruction atteint ou achevé et nombre médian d’années complétées, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, EDS Continue Sénégal 2017 Caractéristique sociodémographique Aucun Primaire incomplet Primaire complet1 Secondaire incomplet Secondaire complet2 Supérieur Ne sait pas/ manquant Total Effectif Nombre médian d’années complétées Groupe d’âges 6-9 45,1 54,7 0,0 0,1 0,0 0,0 0,1 100,0 4 726 0,0 10-14 26,4 60,2 2,9 10,3 0,0 0,0 0,3 100,0 4 948 2,4 15-19 28,1 20,2 3,4 47,6 0,1 0,2 0,4 100,0 3 839 5,2 20-24 36,2 16,9 2,0 36,0 2,5 5,6 0,7 100,0 3 209 4,6 25-29 49,3 20,6 1,9 18,0 1,6 7,5 1,1 100,0 2 897 0,0 30-34 58,6 20,1 2,4 10,7 0,6 6,9 0,7 100,0 2 619 0,0 35-39 61,9 21,5 3,3 8,1 0,4 3,4 1,4 100,0 1 961 0,0 40-44 63,9 18,7 3,5 9,3 0,6 3,0 1,1 100,0 1 635 0,0 45-49 67,8 15,4 2,6 8,9 2,3 2,0 0,9 100,0 1 142 0,0 50-54 77,1 8,8 3,6 7,0 0,9 1,8 0,8 100,0 1 600 0,0 55-59 79,3 9,8 2,7 6,1 1,1 0,5 0,5 100,0 1 156 0,0 60-64 81,7 6,9 4,3 5,9 0,0 0,7 0,5 100,0 793 0,0 65+ 92,7 3,0 0,9 2,6 0,2 0,5 0,0 100,0 1 652 0,0 Ne sait pas/ manquant * * * * * * * 100,0 10 * Résidence Urbain 32,8 33,8 3,4 23,2 1,3 4,7 0,9 100,0 14 817 2,9 Rural 64,2 24,6 1,4 8,9 0,2 0,5 0,4 100,0 17 371 0,0 Région Dakar 27,0 34,1 4,5 24,6 1,7 7,0 1,1 100,0 7 942 4,0 Ziguinchor 31,6 34,7 3,6 26,8 0,8 1,8 0,6 100,0 1 198 2,7 Diourbel 73,0 18,8 0,7 6,2 0,2 0,7 0,3 100,0 3 830 0,0 Saint-Louis 46,6 32,4 2,5 16,3 0,3 1,3 0,5 100,0 2 101 0,0 Tambacounda 62,7 27,0 1,4 7,6 0,2 0,4 0,7 100,0 1 692 0,0 Kaolack 58,4 23,8 1,1 15,3 0,2 0,9 0,4 100,0 2 145 0,0 Thiès 45,0 33,6 1,5 17,1 0,7 1,6 0,5 100,0 4 137 0,4 Louga 64,3 24,2 1,7 8,8 0,2 0,6 0,4 100,0 2 091 0,0 Fatick 48,5 30,0 1,2 18,5 0,5 1,0 0,3 100,0 1 659 0,0 Kolda 60,2 28,8 1,1 9,0 0,2 0,5 0,2 100,0 1 475 0,0 Matam 58,9 25,7 4,2 9,8 0,5 0,3 0,6 100,0 1 255 0,0 Kaffrine 75,8 18,5 0,4 4,4 0,1 0,1 0,7 100,0 1 339 0,0 Kédougou 54,5 31,5 1,7 11,5 0,1 0,2 0,5 100,0 322 0,0 Sédhiou 56,7 28,8 1,9 11,7 0,3 0,4 0,3 100,0 1 002 0,0 Quintiles de bien- être économique Le plus bas 71,3 22,2 1,0 5,1 0,0 0,1 0,3 100,0 5 941 0,0 Second 62,5 26,6 1,3 9,1 0,1 0,2 0,2 100,0 6 310 0,0 Moyen 53,8 28,7 2,0 14,1 0,3 0,5 0,6 100,0 6 436 0,0 Quatrième 41,3 33,4 3,1 19,0 0,5 1,8 0,8 100,0 6 520 1,3 Le plus élevé 24,1 32,2 3,9 28,0 2,3 8,6 0,9 100,0 6 981 4,5 Ensemble 49,7 28,8 2,3 15,5 0,7 2,4 0,6 100,0 32 187 0,0 Note : Un astérisque indique qu’une valeur est basée sur moins de 25 cas non pondérés et qu’elle a été supprimée. 1 A achevé avec succès six classes du niveau primaire. 2 A achevé avec succès sept classes du niveau secondaire. Caractéristiques des logements et de la population des ménages • 29 Tableau 2.10.2 Niveau d’instruction de la population des ménages: Homme Répartition (en %) de la population de fait des hommes des ménages âgés de six ans et plus, en fonction du plus haut niveau d’instruction atteint ou achevé et nombre médian d’années complétées, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, EDS Continue Sénégal 2017 Caractéristique sociodémographique Aucun Primaire incomplet Primaire complet1 Secondaire incomplet Secondaire complet2 Supérieur Ne sait pas/ manquant Total Effectif Nombre médian d’années complétées Groupe d’âges 6-9 50,0 49,6 0,1 0,3 0,0 0,0 0,1 100,0 4 438 0,0 10-14 30,1 57,3 2,6 9,7 0,0 0,0 0,4 100,0 4 708 2,2 15-19 30,8 18,4 3,1 46,0 0,2 0,6 1,0 100,0 3 585 5,1 20-24 35,1 14,0 1,5 36,9 2,7 8,0 1,8 100,0 2 746 5,0 25-29 35,7 19,4 2,5 22,2 1,9 15,4 2,9 100,0 2 179 4,5 30-34 46,8 22,8 3,2 14,4 2,6 8,0 2,3 100,0 1 866 1,5 35-39 48,0 23,3 4,3 12,8 1,9 7,0 2,7 100,0 1 644 0,0 40-44 48,5 19,8 5,1 14,9 2,6 6,3 2,8 100,0 1 288 0,0 45-49 53,9 14,6 4,9 14,2 3,3 6,1 3,0 100,0 1 057 0,0 50-54 61,5 10,6 2,0 14,6 2,5 5,6 3,3 100,0 865 0,0 55-59 58,1 12,0 4,6 14,9 3,0 5,4 2,0 100,0 746 0,0 60-64 64,1 9,3 3,6 11,1 2,6 6,1 3,2 100,0 843 0,0 65+ 79,9 4,9 2,6 6,1 1,0 3,0 2,5 100,0 1 523 0,0 Ne sait pas/ manquant * * * * * * * 100,0 6 * Résidence Urbain 27,3 32,7 3,7 24,5 2,3 7,4 2,1 100,0 13 040 4,0 Rural 58,8 25,3 1,5 11,5 0,4 1,4 1,0 100,0 14 454 0,0 Région Dakar 22,6 31,2 4,8 26,2 2,7 10,1 2,4 100,0 7 135 4,6 Ziguinchor 17,8 33,4 4,6 34,1 1,7 5,4 3,1 100,0 1 230 4,7 Diourbel 70,2 19,4 0,7 7,2 0,3 1,7 0,6 100,0 2 762 0,0 Saint-Louis 46,4 31,0 1,9 16,2 0,8 2,7 0,9 100,0 1 729 0,1 Tambacounda 59,4 25,8 1,4 9,9 0,8 1,1 1,5 100,0 1 433 0,0 Kaolack 49,6 27,5 1,7 16,7 0,7 2,2 1,6 100,0 1 706 0,0 Thiès 40,7 33,4 2,3 17,7 1,3 3,2 1,4 100,0 3 840 1,1 Louga 66,9 20,1 1,3 9,6 0,4 1,0 0,7 100,0 1 642 0,0 Fatick 40,6 33,7 0,8 20,2 0,9 2,7 1,0 100,0 1 458 0,8 Kolda 49,4 33,8 1,3 12,3 0,6 1,8 0,9 100,0 1 325 0,0 Matam 62,6 24,8 2,6 7,1 0,4 1,4 1,1 100,0 990 0,0 Kaffrine 75,5 16,1 0,3 5,8 0,1 0,3 1,9 100,0 1 045 0,0 Kédougou 38,5 37,6 2,1 17,1 1,3 1,7 1,8 100,0 275 0,5 Sédhiou 40,2 32,7 2,9 20,5 1,0 1,3 1,4 100,0 924 0,8 Quintiles de bien- être économique Le plus bas 66,1 23,1 1,3 7,9 0,2 0,4 1,0 100,0 5 285 0,0 Second 56,6 27,0 1,5 12,3 0,5 0,9 1,3 100,0 5 341 0,0 Moyen 46,2 30,8 2,1 16,5 0,7 2,3 1,4 100,0 5 519 0,0 Quatrième 34,6 34,3 3,5 20,0 1,1 4,5 2,0 100,0 5 748 2,4 Le plus élevé 18,0 28,3 4,2 30,8 3,8 12,9 2,0 100,0 5 600 5,4 Ensemble 43,9 28,8 2,5 17,7 1,3 4,3 1,6 100,0 27 494 0,5 Note : Un astérisque indique qu’une valeur est basée sur moins de 25 cas non pondérés et qu’elle a été supprimée. 1 A achevé avec succès six classes du niveau primaire. 2 A achevé avec succès sept classes du niveau secondaire. 30 • Caractéristiques des logements et de la population des ménages Tableau 2.11 Taux de fréquentation scolaire Taux net de fréquentation scolaire (TNF) et taux brut de fréquentation scolaire (TBF) de la population de fait des ménages, par sexe et niveau d’études, et indice de parité entre les genres selon certaines caractéristiques socioéconomiques, EDS Continue Sénégal 2017 Taux net de fréquentation scolaire1 Taux brut de fréquentation scolaire2 Caractéristique sociodémographique Homme Femme Ensemble Indice de parité entre les genres3 Homme Femme Ensemble Indice de parité entre les genres3 NIVEAU PRIMAIRE Résidence Urbain 69,8 74,9 72,5 1,07 100,2 104,8 102,6 1,05 Rural 40,0 44,1 42,1 1,10 64,8 68,8 66,9 1,06 Région Dakar 76,1 81,0 78,7 1,06 105,2 108,2 106,8 1,03 Ziguinchor 80,0 81,8 80,8 1,02 117,1 121,5 119,2 1,04 Diourbel 25,4 27,4 26,5 1,08 49,6 47,5 48,5 0,96 Saint-Louis 47,6 62,0 55,3 1,30 73,8 89,3 82,1 1,21 Tambacounda 41,0 47,9 44,4 1,17 59,1 69,5 64,3 1,18 Kaolack 41,5 44,1 42,8 1,06 69,2 73,5 71,3 1,06 Thiès 60,0 64,0 62,0 1,07 89,6 92,4 91,0 1,03 Louga 31,6 41,6 36,8 1,31 52,2 71,1 62,0 1,36 Fatick 56,9 63,0 60,0 1,11 90,2 95,0 92,6 1,05 Kolda 56,5 52,5 54,5 0,93 86,8 79,4 83,1 0,92 Matam 38,3 46,2 42,4 1,21 56,1 68,1 62,3 1,21 Kaffrine 23,4 30,2 27,0 1,29 41,8 50,5 46,4 1,21 Kédougou 62,4 62,8 62,6 1,01 86,6 85,3 85,9 0,98 Sédhiou 59,9 58,0 58,9 0,97 97,1 92,3 94,7 0,95 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 35,8 36,3 36,1 1,01 56,8 58,4 57,6 1,03 Second 42,2 48,1 45,2 1,14 70,9 75,3 73,2 1,06 Moyen 52,3 56,7 54,6 1,08 82,6 86,0 84,3 1,04 Quatrième 61,9 67,4 64,8 1,09 91,8 96,7 94,4 1,05 Le plus élevé 75,4 80,5 78,1 1,07 101,0 106,5 103,9 1,06 Ensemble 51,4 56,0 53,8 1,09 78,3 82,7 80,6 1,06 NIVEAU SECONDAIRE Résidence Urbain 37,2 42,8 40,1 1,15 92,9 97,0 95,0 1,04 Rural 15,2 15,7 15,5 1,03 41,1 37,0 39,1 0,90 Région Dakar 44,4 48,0 46,2 1,08 98,7 102,2 100,5 1,04 Ziguinchor 41,7 39,6 40,8 0,95 107,1 106,9 107,0 1,00 Diourbel 8,3 8,6 8,4 1,03 27,4 25,4 26,4 0,93 Saint-Louis 21,1 27,7 24,4 1,31 59,6 70,2 64,9 1,18 Tambacounda 14,7 11,4 13,0 0,78 34,3 26,8 30,5 0,78 Kaolack 24,2 23,6 23,9 0,97 64,4 67,4 66,0 1,05 Thiès 19,1 30,5 24,7 1,59 65,5 70,9 68,2 1,08 Louga 13,8 16,0 15,0 1,15 40,2 38,1 39,1 0,95 Fatick 27,9 35,8 31,8 1,28 81,8 86,9 84,3 1,06 Kolda 19,1 16,4 17,7 0,86 39,6 31,0 35,3 0,78 Matam 15,4 27,8 21,9 1,81 30,8 51,5 41,7 1,67 Kaffrine 10,6 10,7 10,7 1,01 23,8 17,2 20,3 0,72 Kédougou 28,5 21,3 24,7 0,75 61,4 38,5 49,3 0,63 Sédhiou 23,4 19,2 21,4 0,82 66,3 42,6 54,9 0,64 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 11,9 10,0 11,0 0,84 29,3 19,9 24,6 0,68 Second 15,1 14,9 15,0 0,98 43,3 37,9 40,7 0,87 Moyen 19,5 25,2 22,3 1,29 60,3 63,8 62,0 1,06 Quatrième 29,1 34,0 31,8 1,17 76,4 76,0 76,2 0,99 Le plus élevé 52,3 54,4 53,4 1,04 116,4 120,2 118,4 1,03 Ensemble 24,3 27,3 25,8 1,12 62,6 62,7 62,7 1,00 1 Le taux net de fréquentation scolaire (TNF) pour le niveau primaire est le pourcentage de la population d’âge officiel de fréquentation du niveau primaire (6-11 ans) qui fréquente l’école primaire. Le taux net de fréquentation scolaire pour le niveau secondaire est le pourcentage de la population d’âge officiel de fréquentation du niveau secondaire (12-18 ans) qui fréquente l’école secondaire. Par définition le taux net de fréquentation ne peut excéder 100 %. 2 Le taux brut de fréquentation scolaire (TBF) au niveau primaire est le nombre total d’élèves du niveau primaire, exprimé en pourcentage de la population d’âge officiel de fréquentation du niveau primaire. Le taux brut de fréquentation scolaire au niveau secondaire est le nombre total d’élèves du niveau secondaire, exprimé en pourcentage de la population d’âge officiel de fréquentation du niveau secondaire. S’il y a pour un niveau donné un nombre important d’élèves plus âgés ou plus jeunes que l’âge officiel pour ce niveau, le TBF peut excéder 100 %. 3 L’indice de parité entre les genres au niveau primaire est le ratio du TBF au niveau primaire des filles sur le TBF des garçons. Caractéristiques des logements et de la population des ménages • 31 Tableau 2.12 Connaissance d’un programme de transferts sociaux Pourcentage de ménages connaissant un programme de transferts sociaux, EDS Continue Sénégal 2017 Programme de transferts sociaux Caractéristiques sociodémographiques Bourse de sécurité familiale Bourse d’étude Autre transfert de l’Etat Programme de structure privée/ONG Tout autre programme de support extérieur Au moins un programme Effectif de ménages Sexe du chef de ménage Masculin 91,1 53,4 40,2 35,8 15,9 93,1 5 837 Féminin 90,0 54,6 36,6 30,7 13,7 92,7 2 543 Age du chef de ménage 15-19 * * * * * * 19 20-24 75,6 40,7 28,2 21,5 10,2 77,9 142 25-29 81,7 51,3 34,7 33,7 15,5 86,5 297 30-34 88,5 49,7 33,1 34,2 12,8 91,5 614 35-39 87,5 50,1 35,6 30,4 15,0 89,8 823 40-44 88,4 51,8 35,6 33,5 14,0 92,3 941 45-49 90,5 54,4 38,9 34,5 14,9 92,7 933 50-54 93,1 55,7 39,4 34,4 15,8 94,8 955 55-59 94,0 57,6 44,5 37,7 14,0 95,7 954 60-64 93,3 54,8 42,0 36,1 17,2 94,0 944 65-69 93,8 59,3 45,5 36,1 16,7 95,6 723 70-74 92,2 55,9 41,0 34,9 14,5 93,7 481 75-79 92,5 51,3 37,1 29,4 16,6 95,5 279 80 + 93,3 49,2 41,3 35,2 21,4 93,6 270 Ne sait pas/manquant * * * * * * 5 Résidence Urbain 92,4 60,4 39,9 32,6 12,1 94,8 4 335 Rural 89,1 46,6 38,2 36,0 18,5 90,9 4 045 Région Dakar 92,4 57,0 36,2 25,5 3,6 95,0 2 528 Ziguinchor 97,7 65,3 24,0 37,6 24,2 98,3 350 Diourbel 86,0 47,7 36,9 29,4 17,4 89,1 838 Saint-Louis 81,8 60,8 45,2 42,6 23,0 84,9 578 Tambacounda 95,5 44,6 36,8 47,4 18,0 96,5 348 Kaolack 95,5 60,4 31,0 23,7 18,2 96,4 524 Thiès 93,7 44,2 39,8 34,2 16,3 96,6 1 030 Louga 77,7 52,4 42,0 39,6 22,5 81,0 538 Fatick 97,3 59,8 44,8 45,7 32,2 98,7 401 Kolda 99,9 67,3 84,0 68,1 27,7 99,9 363 Matam 65,2 37,7 29,3 38,4 20,3 66,9 274 Kaffrine 97,0 47,6 44,3 30,1 11,2 97,5 301 Kédougou 90,7 38,4 29,0 51,6 14,1 92,7 93 Sédhiou 98,8 49,8 26,8 32,1 19,0 99,2 214 Niveau d’instruction du chef de ménage Aucun 89,2 46,5 36,6 31,5 14,9 91,2 5 446 Primaire 93,6 60,3 38,6 31,6 13,7 95,5 1 321 Moyen/Secondaire ou plus 94,7 74,1 49,6 46,7 18,3 97,4 1 474 NSP/Manquant 84,1 57,8 33,6 34,3 9,7 87,5 140 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 90,0 40,0 37,7 36,9 16,8 91,1 1 574 Second 89,2 45,7 36,3 35,1 17,6 91,2 1 476 Moyen 90,6 54,6 39,7 33,0 18,9 92,1 1 634 Quatrième 90,1 56,3 38,8 30,2 12,3 93,3 1 929 Le plus élevé 93,6 69,1 42,6 36,6 11,5 96,4 1 767 Ensemble 90,8 53,7 39,1 34,2 15,2 92,9 8 380 Note : Un astérisque indique qu’une valeur est basée sur moins de 25 cas non pondérés et qu’elle a été supprimée. 32 • Caractéristiques des logements et de la population des ménages Tableau 2.13 Support reçu par le biais d’un programme de transferts sociaux Pourcentage de ménages qui ont reçu ou dont un membre a reçu un support par le biais d’un programme de transferts sociaux, EDS Continue Sénégal 2017 Programme de transferts sociaux Effectif de ménages Caractéristiques sociodémographiques Bourse de sécurité familiale Bourse d’étude Autre transfert de l’Etat Programme de structure privée/ONG Tout autre programme de support extérieur Au moins un programme Sexe du chef de ménage Masculin 15,5 3,6 3,6 2,3 0,6 22,6 5 837 Féminin 11,5 4,7 3,3 1,3 0,2 19,3 2 543 Âge du chef de ménage 15-19 * * * * * * 19 20-24 6,5 6,0 1,2 1,6 1,6 15,9 142 25-29 4,7 3,8 1,8 0,7 0,0 10,6 297 30-34 6,0 2,7 2,0 1,4 0,1 11,8 614 35-39 9,2 2,8 2,1 1,2 0,3 13,5 823 40-44 11,3 2,0 1,8 2,3 0,3 16,1 941 45-49 13,4 2,8 3,1 2,4 0,6 19,8 933 50-54 15,4 4,8 3,0 1,3 0,8 23,1 955 55-59 17,6 6,1 3,9 2,9 0,4 28,0 954 60-64 20,4 5,5 4,6 2,4 0,5 29,9 944 65-69 17,5 4,3 5,7 2,2 0,5 26,2 723 70-74 18,3 4,6 7,0 2,2 0,5 27,3 481 75-79 19,1 2,4 4,1 2,7 0,5 25,8 279 80 + 17,3 3,8 4,9 1,9 0,4 25,5 270 Ne sait pas/manquant * * * * * * 5 Résidence Urbain 8,8 5,6 3,1 1,0 0,4 17,2 4 335 Rural 20,1 2,1 3,9 3,1 0,5 26,4 4 045 Région Dakar 5,5 6,9 3,2 0,5 0,2 15,4 2 528 Ziguinchor 28,8 3,9 0,7 2,8 3,2 35,1 350 Diourbel 10,3 3,8 4,7 1,0 0,0 17,7 838 Saint-Louis 11,8 3,0 1,2 0,7 0,0 15,6 578 Tambacounda 27,3 2,0 5,1 5,9 0,0 35,2 348 Kaolack 19,9 3,8 6,6 3,8 0,2 28,5 524 Thiès 10,3 3,3 3,2 1,6 0,5 17,3 1 030 Louga 7,0 0,6 1,0 1,5 0,2 9,6 538 Fatick 31,5 4,3 5,9 2,6 1,9 40,3 401 Kolda 36,7 1,0 6,2 6,9 0,7 43,0 363 Matam 9,8 0,8 1,5 4,2 0,0 15,0 274 Kaffrine 25,8 0,4 4,3 1,6 0,1 30,3 301 Kédougou 27,3 0,8 7,2 10,9 0,3 36,8 93 Sédhiou 30,7 1,1 0,2 2,8 1,9 34,2 214 Niveau d’instruction du chef de ménage Aucun 16,5 2,8 3,7 2,2 0,3 22,9 5 446 Primaire 13,9 3,8 3,1 2,3 0,7 20,9 1 321 Moyen/secondaire ou plus 6,9 8,5 2,8 1,2 0,8 18,5 1 474 NSP/manquant 7,1 0,7 3,9 1,0 0,2 11,7 140 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 29,0 1,1 5,2 4,3 0,5 34,6 1 574 Second 22,0 1,8 3,5 3,3 0,6 28,5 1 476 Moyen 11,9 2,3 2,3 1,9 0,5 16,8 1 634 Quatrième 7,6 3,8 3,0 0,4 0,4 14,1 1 929 Le plus élevé 4,0 9,9 3,5 0,8 0,3 16,9 1 767 Ensemble 14,2 3,9 3,5 2,0 0,5 21,6 8 380 Note : Un astérisque indique qu’une valeur est basée sur moins de 25 cas non pondérés et qu’elle a été supprimée. Tableau 2.14 Moment auquel a été reçu un support d’un programme de transferts sociaux Répartition (en %) des ménages qui ont reçu ou dont un membre a reçu un support par le biais d’un programme de transferts sociaux selon le moment, avant l’enquête, auquel ce support a été reçu, EDS Continue Sénégal 2017 Moment avant l’enquête Bourse de sécurité familiale Bourse d’étude Autre transfert de l’Etat Programme de structure privée/ONG Tout autre programme de support extérieur 0-6 mois 67,9 34,2 37,5 23,5 13,7 7-11 mois 4,8 3,9 7,0 2,4 4,6 1-2 Années 18,8 36,0 30,2 24,6 24,6 2+ Années 8,4 25,9 24,7 47,2 57,1 NSP/Manquant 0,1 0,0 0,6 2,2 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de ménages 1 193 330 291 168 38 Caractéristiques des logements et de la population des ménages • 33 Tableau 2.15 Provenance et destination des transferts d’argent Pourcentage de ménages ayant envoyé de l’argent au Sénégal ou à l’étranger, ou ayant reçu de l’argent du Sénégal ou de l’étranger, EDS Continue Sénégal 2017 Caractéristiques sociodémographiques Pourcentage ayant envoyé de l’argent : Pourcentage ayant reçu de l’argent : Effectif de ménages Au Sénégal À l’étranger Total Du Sénégal De l’étranger Total Sexe du chef de ménage Masculin 40,2 5,1 45,3 33,4 14,7 48,1 5 837 Féminin 35,3 4,3 39,6 46,4 25,1 71,5 2 543 Age du chef de ménage 15-19 * * * * * * 19 20-24 41,4 11,0 52,5 33,9 12,0 45,9 142 25-29 47,2 9,3 56,5 30,5 18,5 49,0 297 30-34 45,5 6,9 52,5 33,7 14,8 48,5 614 35-39 48,8 4,5 53,3 28,3 18,1 46,4 823 40-44 42,3 5,7 48,1 35,9 14,5 50,4 941 45-49 37,5 5,5 43,1 33,1 16,1 49,3 933 50-54 36,3 4,4 40,7 35,6 13,7 49,3 955 55-59 40,5 3,0 43,5 38,9 19,6 58,4 954 60-64 32,7 4,4 37,1 41,1 15,9 56,9 944 65-69 34,9 3,2 38,1 45,8 21,8 67,7 723 70-74 26,0 3,3 29,3 45,5 21,6 67,1 481 75-79 37,7 3,9 41,5 44,4 28,5 72,9 279 80 + 32,6 5,9 38,5 45,0 31,4 76,4 270 Ne sait pas/manquant * * * * * * 5 Résidence Urbain 52,6 6,0 58,6 33,0 22,4 55,4 4 335 Rural 23,8 3,6 27,4 41,9 13,0 55,0 4 045 Région Dakar 61,3 6,8 68,1 22,9 25,0 48,0 2 528 Ziguinchor 29,6 2,1 31,8 40,8 7,8 48,6 350 Diourbel 33,4 3,0 36,3 57,0 17,1 74,1 838 Saint-Louis 21,7 3,2 24,9 35,7 19,7 55,4 578 Tambacounda 23,5 6,6 30,1 25,4 20,2 45,6 348 Kaolack 44,8 5,8 50,6 57,8 15,5 73,3 524 Thiès 41,5 3,8 45,4 48,1 12,2 60,3 1 030 Louga 17,6 1,5 19,1 37,0 16,2 53,2 538 Fatick 32,0 3,6 35,6 57,5 9,3 66,8 401 Kolda 17,5 4,1 21,6 27,2 11,9 39,1 363 Matam 11,3 4,9 16,2 19,4 28,8 48,2 274 Kaffrine 19,1 7,5 26,6 48,5 7,9 56,4 301 Kédougou 15,3 10,0 25,3 25,1 12,3 37,3 93 Sédhiou 25,1 3,3 28,4 38,5 10,4 49,0 214 Niveau d’instruction du chef de ménage Aucun 29,3 5,4 34,6 38,9 16,1 55,0 5 446 Primaire 47,1 4,2 51,4 39,9 17,7 57,6 1 321 Moyen/secondaire ou plus 65,4 3,7 69,2 30,5 25,2 55,7 1 474 NSP/manquant 44,9 3,0 47,9 21,5 13,5 35,0 140 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 11,0 4,7 15,7 33,1 6,8 39,9 1 574 Second 18,9 4,0 22,9 45,4 10,8 56,1 1 476 Moyen 36,8 5,2 42,0 47,6 14,9 62,5 1 634 Quatrième 50,5 5,8 56,3 36,8 17,1 53,9 1 929 Le plus élevé 68,9 4,3 73,2 25,3 37,4 62,7 1 767 Ensemble 38,7 4,9 43,6 37,3 17,9 55,2 8 380 Note : Un astérisque indique qu’une valeur est basée sur moins de 25 cas non pondérés et qu’elle a été supprimée. 34 • Caractéristiques des logements et de la population des ménages Tableau 2.16 Possession de compte bancaire et participation à des tontines Pourcentage de ménages dont au moins un membre a un compte bancaire ou un compte dans une institution financière et pourcentage de ménages dont au moins un membre participe à une tontine, EDS Continue Sénégal 2017 Caractéristiques sociodémographiques Compte bancaire ou dans une institution financière Participation d’un membre du ménage à des tontines Effectif de ménages Sexe du chef de ménage Masculin 32,0 51,8 5 837 Féminin 29,1 58,3 2 543 Age du chef de ménage 15-19 * * 19 20-24 23,2 15,5 142 25-29 23,4 35,1 297 30-34 30,8 40,6 614 35-39 34,2 45,4 823 40-44 29,9 51,3 941 45-49 31,8 55,1 933 50-54 31,7 61,3 955 55-59 32,3 60,1 954 60-64 29,1 56,9 944 65-69 35,5 61,3 723 70-74 27,8 59,4 481 75-79 30,8 59,9 279 80 + 33,9 59,3 270 Ne sait pas/manquant * * 5 Résidence Urbain 45,1 56,0 4 335 Rural 16,1 51,4 4 045 Région Dakar 51,9 56,1 2 528 Ziguinchor 42,0 36,3 350 Diourbel 15,6 68,9 838 Saint-Louis 18,8 40,7 578 Tambacounda 23,5 30,6 348 Kaolack 26,5 66,5 524 Thiès 30,0 67,7 1 030 Louga 13,2 54,6 538 Fatick 24,9 60,5 401 Kolda 17,6 38,5 363 Matam 9,1 22,2 274 Kaffrine 16,9 54,4 301 Kédougou 18,3 31,9 93 Sédhiou 24,1 30,8 214 Niveau d’instruction du chef de ménage Aucun 18,9 52,7 5 446 Primaire 34,5 54,5 1 321 Moyen/Secondaire ou plus 71,7 56,7 1 474 NSP/Manquant 48,0 56,9 140 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 5,8 35,5 1 574 Second 11,4 50,7 1 476 Moyen 19,0 56,9 1 634 Quatrième 35,8 56,3 1 929 Le plus élevé 76,1 67,0 1 767 Ensemble 31,1 53,8 8 380 Note : Un astérisque indique qu’une valeur est basée sur moins de 25 cas non pondérés et qu’elle a été supprimée. Caractéristiques des logements et de la population des ménages • 35 Tableau 2.17 Assurance médicale : Population des ménages Population des ménages de fait ayant une assurance médicale selon certaines caractéristiques, sociodémographiques, EDS Continue Sénégal 2017 Caractéristique sociodémographique Mutuelle de santé COM Mutuelle de santé Prof Mutuelle de santé COMPL IPM Imputation budgétaire Assurances privées Assurance Maladies retraités (IPRES) Assurance Maladies retraités (FNR) Initiative de gratuité soins enfants âgés de moins de cinq ans Plan SESAME Aucune Population de fait Âge <5 1,3 0,9 0,2 1,4 1,8 0,5 0,0 0,0 53,8 0,0 41,9 11 394 5-9 3,1 1,1 0,1 1,6 1,8 0,4 0,1 0,1 0,0 0,0 91,8 11 304 10-14 3,8 1,0 0,2 1,4 1,9 0,3 0,1 0,1 0,0 0,0 91,2 9 656 15-19 3,1 0,6 0,1 1,1 1,5 0,3 0,4 0,1 0,0 0,0 92,8 7 424 20-24 2,1 0,7 0,1 1,1 0,9 0,3 0,1 0,0 0,0 0,0 94,7 5 956 25-29 2,3 1,3 0,1 2,0 1,6 0,9 0,0 0,0 0,0 0,0 92,0 5 076 30-34 2,4 1,6 0,3 2,3 2,6 0,8 0,0 0,0 0,0 0,0 90,2 4 485 35-39 3,1 2,3 0,2 2,1 2,4 0,9 0,1 0,0 0,0 0,0 89,1 3 605 40-44 4,1 2,0 0,2 3,4 4,3 0,9 0,1 0,0 0,0 0,0 85,1 2 923 45-49 5,2 2,1 0,6 4,3 3,5 0,6 0,7 0,4 0,0 0,0 82,9 2 199 50-54 4,7 1,3 0,3 2,1 3,4 0,4 1,4 0,4 0,0 0,0 86,1 2 465 55-59 4,7 1,1 0,2 1,4 2,2 0,4 2,5 0,4 0,0 0,0 87,1 1 901 60-64 4,7 0,6 0,3 1,0 1,8 0,3 5,0 1,1 0,0 3,0 83,0 1 636 65-69 5,5 0,3 0,3 0,5 2,3 0,4 6,2 1,3 0,0 4,9 79,7 1 199 70-74 3,8 0,0 0,1 0,0 0,9 0,2 4,6 1,7 0,0 8,7 81,7 865 75-79 4,8 0,1 0,1 0,0 1,2 0,0 4,3 1,0 0,0 8,4 80,5 499 80 + 2,4 0,1 0,1 0,0 0,7 0,0 7,5 0,7 0,0 6,0 83,0 612 Ne sait pas/ manquant 5,8 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 94,2 16 Résidence Urbain 2,2 1,9 0,3 3,2 3,7 1,0 1,2 0,3 8,1 0,5 78,4 32 801 Rural 3,7 0,5 0,1 0,3 0,6 0,1 0,1 0,0 8,6 0,2 85,9 40 413 Région Dakar 0,9 1,8 0,2 4,8 5,0 1,8 1,8 0,4 9,1 0,8 74,3 17 591 Ziguinchor 5,1 0,9 0,0 0,4 1,7 0,2 0,1 0,1 2,1 0,1 89,4 2 938 Diourbel 3,5 0,5 0,1 0,3 0,5 0,1 0,1 0,0 10,0 0,2 84,6 8 403 Saint-Louis 2,2 1,7 0,5 2,6 0,7 0,2 0,9 0,2 6,3 0,3 84,7 4 722 Tambacounda 0,1 0,8 0,1 0,1 0,5 0,0 0,2 0,0 2,0 0,1 96,1 3 967 Kaolack 6,5 1,3 0,2 0,4 0,8 0,1 0,3 0,0 11,9 0,5 78,4 4 803 Thiès 4,1 0,7 0,1 1,2 2,4 0,1 0,3 0,2 10,8 0,1 80,7 9 681 Louga 3,3 0,5 0,5 0,3 0,3 0,1 0,0 0,1 6,7 0,2 88,3 4 653 Fatick 4,3 1,4 0,1 0,4 1,9 0,3 0,2 0,1 10,5 0,4 80,9 3 836 Kolda 4,0 1,1 0,0 0,3 0,8 0,0 0,0 0,1 8,8 0,1 85,1 3 508 Matam 0,9 0,3 0,1 0,1 0,2 0,0 0,0 0,0 5,7 0,3 92,5 2 799 Kaffrine 6,8 0,4 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 11,4 0,4 80,8 3 143 Kédougou 0,6 2,7 0,1 0,3 0,1 0,0 0,0 0,0 2,0 0,1 94,2 768 Sédhiou 4,1 0,6 0,0 0,1 0,6 0,0 0,1 0,0 3,0 0,1 91,4 2 404 Niveau d’instruction Pas d’instruction 2,8 0,6 0,1 0,7 0,8 0,2 0,3 0,0 na 0,5 79,8 41 470 Primaire 3,6 1,3 0,2 2,1 2,1 0,5 0,6 0,1 na 0,2 89,4 18 769 Moyen/secondaire ou plus 2,9 2,7 0,3 4,1 5,7 1,3 1,3 0,5 na 0,2 81,3 12 354 NSP/manquant 3,1 1,3 0,0 1,6 2,2 0,0 2,6 0,0 na 0,4 89,1 622 Niveau d’instruction du chef de ménage Pas d’instruction 2,9 0,5 0,2 0,6 0,5 0,2 0,2 0,0 8,5 0,3 86,3 51 705 Primaire 3,9 0,8 0,1 2,3 1,9 0,5 1,0 0,1 8,6 0,4 80,9 10 147 Moyen/secondaire ou plus 2,7 4,3 0,3 6,4 9,5 2,0 2,0 0,8 7,3 0,5 65,8 10 201 NSP/manquant 3,5 4,3 0,0 2,6 2,5 0,0 0,9 0,0 9,4 0,1 76,8 1 161 Quintiles de bien- être économique Le plus bas 4,0 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 7,4 0,1 88,3 14 510 Second 3,5 0,3 0,1 0,2 0,2 0,0 0,1 0,0 8,2 0,2 87,3 14 696 Moyen 4,0 0,9 0,1 0,9 0,8 0,1 0,3 0,1 9,3 0,3 83,5 14 751 Quatrième 2,0 1,2 0,2 1,9 1,6 0,3 0,6 0,1 8,4 0,4 83,8 14 585 Le plus élevé 1,7 3,0 0,4 5,2 7,2 2,0 1,8 0,5 8,5 0,8 70,1 14 674 Ensemble 3,0 1,1 0,2 1,6 2,0 0,5 0,6 0,1 8,4 0,4 82,6 73 215 36 • Caractéristiques des logements et de la population des ménages Tableau 2.18 Assurance médicale : Enfants dans des ménages âgés moins de cinq ans Pourcentage d’enfants âgés moins de cinq ans couverts par l’Initiative de gratuité soins enfants âgés de moins de cinq ans, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, EDS Continue Sénégal 2017 Caractéristique sociodémographique Initiative de gratuité soins enfants âgés de moins de cinq ans Population de fait— Enfants de moins de cinq ans Résidence Urbain 63,4 4 173 Rural 48,2 7 221 Région Dakar 74,6 2 141 Ziguinchor 14,6 418 Diourbel 56,3 1 494 Saint-Louis 40,8 734 Tambacounda 11,0 721 Kaolack 71,6 799 Thiès 72,6 1 442 Louga 40,0 780 Fatick 67,2 601 Kolda 51,4 598 Matam 34,2 469 Kaffrine 56,2 637 Kédougou 10,3 151 Sédhiou 17,7 408 Niveau d’instruction du chef de ménage Pas d’instruction 51,9 8 482 Primaire 58,8 1 478 Moyen/Secondaire ou plus 59,9 1 247 NSP/Manquant 58,6 186 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 38,8 2 781 Second 47,8 2 535 Moyen 58,0 2 356 Quatrième 63,4 1 929 Le plus élevé 69,5 1 794 Ensemble 53,8 11 394 Caractéristiques des enquêtés • 37 CARACTÉRISTIQUES DES ENQUÊTÉS 3 Résultats clés ▪ Niveau d’instruction : Un peu plus d’un tiers (36 %) des hommes et 46 % des femmes n’ont aucun niveau d’instruction. ▪ Exposition aux média: Une femme de 15-49 ans sur cinq (22 %) et un homme de 15-49 ans sur cinq (22 %) ne sont exposés régulièrement à aucun média. ▪ Emploi : Un peu plus de la moitié des femmes (51 %) et près de quatre hommes sur cinq (79 %) travaillaient au cours des sept jours avant l’enquête. ▪ Occupation : La majorité des femmes (42 %) qui travaillaient au cours des douze mois avant l’enquête étaient occupées dans les ventes et services. La majorité des hommes (31 %) étaient occupés dans l’agriculture. e chapitre présente les résultats concernant les caractéristiques démographiques et socio- économiques des enquêtés comme l’âge, le niveau d’instruction le lieu de résidence, l’état matrimonial, l’emploi et le niveau de bien-être économique. Ces informations sont particulièrement utiles pour comprendre les facteurs qui influencent l’utilisation des services de santé reproductive, le recours à la contraception et les comportements en matière de santé.w 3.1 CARACTÉRISTIQUES DE BASE DES ENQUÊTÉS Au cours de l’EDS Continue 2017, 16 787 femmes et 6 290 hommes de 15-49 ans ont été enquêtés (Tableau 3.1). La répartition par groupe d’âges quinquennaux présente une allure décroissante assez régulière, les proportions diminuant avec l’âge, passant chez les femmes de 22 % à 15-19 ans à 7 % à 45- 49 ans et, chez les hommes, de respectivement 25 % à 8 %. Près de six femmes sur dix ont moins de 30 ans (57 %). Chez les hommes, la proportion est quasiment identique (60 %). Près de la moitié des femmes (46 %) et plus d’un tiers des hommes (36 %) n’ont aucun niveau d’instruction. Au moment de l’enquête, la proportion de femmes en union était largement supérieure à celle des hommes (65 % contre 37 %). La proportion des femmes en rupture d’union (veuves, divorcées, et séparées) est nettement plus élevée que celle des hommes (5 % contre 1 %). La population sénégalaise est quasiment répartie entre le milieu urbain et rural (50 % des femmes et 47 % des hommes habitent en milieu rural). Un peu plus de la moitié de la population sénégalaise est concentrée dans les régions de Dakar (29 % pour les hommes et 28 % pour les femmes), Thiès (respectivement 15 % et 13 %) et Diourbel (9 % et 11 %) et le reste est réparti dans les 11 autres régions du pays, Kédougou étant la région la plus faiblement peuplée (1 % femmes et 1 % d’hommes). C 38 • Caractéristiques des enquêtés La répartition de la population par quintile de bien-être économique ne met pas en évidence de différence entre les hommes et les femmes. Près d’une femme sur cinq (17 %) et 16 % des hommes vivent dans un ménage classé dans le quintile le plus bas. À l’opposé, 25 % des femmes et 23 % des hommes vivent dans un ménage du quintile le plus élevé. 3.2 NIVEAU D’INSTRUCTION ET ALPHABÉTISATION Alphabétisation On suppose que les enquêtés qui ont fréquenté un niveau supérieur au niveau secondaire sont alphabétisés. Tous les autres enquêtés, qui ont lu à haute voix une phrase préparée qui leur a été montré sont considérés comme alphabétisés s’ils ont pu lire toute la phrase ou une partie de la phrase. Échantillon : Femmes et hommes de 15-49 ans. Globalement, les femmes sont moins instruites que les hommes. Près de la moitié des femmes (46 %) contre 36 % des hommes n’ont aucun niveau d’instruction (Tableaux 3.2.1 et 3.2.2). Par ailleurs les résultats de l’enquête ont montré que près d’un tiers des hommes (30 %) ont un niveau d’instruction secondaire incomplet contre 25 % chez les femmes. La proportion d’hommes ayant un niveau supérieur est deux fois plus élevée que celle des femmes (8 % contre 4 %) (Graphique 3.1). Dans l’ensemble, le nombre médian d’années d’étude complétées est de 2,5 pour les femmes et 4,3 pour les hommes de 15- 49 ans. Moins d’une femme de 15-49 ans sur deux est alphabétisée (47 %) contre 60 % des hommes de 15-49 ans (Tableaux 3.3.1 et 3.3.2 et Graphique 3.1). Tendances : Entre 1992-1993 et 2017, les pourcentages de femmes et d’hommes sans aucun niveau d’instruction ont diminué de manière importante, passant chez les femmes de 73 % à 46 % et, chez les hommes, de 60 % à 36 %. Variations par caractéristique ▪ On note une amélioration du niveau d’instruction des générations anciennes aux plus récentes, le pourcentage d’enquêtés sans niveau d’instruction étant passé, chez les femmes, de 68 % à 45-49 ans à 29 % à 15-24 ans et, chez les hommes, de respectivement de 53 % à 28 %. ▪ Le niveau d’instruction est plus élevé en milieu urbain qu’en milieu rural. En effet, 64 % des femmes n’ont aucun niveau d’instruction en milieu rural contre 28 % en urbain. Chez les hommes, on observe aussi des écarts (respectivement 52 % contre 21 %). ▪ Au niveau régional, on note des disparités importantes. La région de Kaffrine est la région qui enregistre les pourcentages les plus élevés de femmes et d’hommes sans niveau d’instruction (respectivement 78 % et 71 %). À l’opposé, c’est dans celle de Ziguinchor que l’on note les plus faibles (respectivement 23 % et 12 %). Graphique 3.1 Niveau d’instruction des enquêtés 46 36 20 23 3 2 25 30 1 1 4 8 Femme Homme Répartition (en %) des femmes et des hommes de 15-49 ans en fonction du plus haut niveau d'instruction atteint ou complété Supérieur Secondaire complet Secondaire incomplet Primaire complet Primaire incomplet Aucun niveau Note : À cause de problèmes d'arrondis, les pourcentages peuvent ne pas égaler 100 %. Caractéristiques des enquêtés • 39 ▪ Les proportions de femmes et d’hommes sans niveau d’instruction diminuent avec l’augmentation du niveau de bien-être économique, variant pour les femmes de 74 % à 18 % et chez les hommes de 61 % à 10 %. ▪ Le taux d’alphabétisation est plus élevé en milieu urbain qu’en milieu rural (64 % contre 32 % chez les femmes et 74 % contre 46 % chez les hommes). ▪ C’est dans la région de Ziguinchor que l’on enregistre les proportions de femmes et d’hommes alphabétisés les plus élevées (respectivement 70 % et 86 %). À l’opposé, dans la région de Tambacounda, seulement un quart des femmes sont alphabétisées (25 %). Chez les hommes, c’est dans la région de Kaffrine que ce pourcentage est le plus faible (29 %). ▪ Le taux d’alphabétisation augmente avec l’amélioration du niveau de bien-être du ménage, passant chez les femmes de 21 % dans le quintile le plus bas à 74 % dans le plus élevé et, chez les hommes, de respectivement 35 % à 88 %. 3.3 EXPOSITION AUX MEDIAS ET UTILISATION DE L’INTERNET Exposition aux médias On demande aux enquêtés combien de fois ils ont lu un journal, écouté la radio ou regardé la télévision. Ceux qui déclarent au moins une fois par semaine sont considérés comme étant exposés régulièrement à ce type de média. Échantillon : Femmes et hommes de 15-49 ans. Globalement, le taux d’exposition aux médias est assez satisfaisant au Sénégal, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. En effet, seulement moins d’une femme sur quatre (22 %) et d’un homme sur quatre (22 %) ne sont régulièrement exposées à aucun média (Tableaux 3.4.1 et 3.4.2). La télévision est le média le plus accessible chez les femmes comme chez les hommes (63 % pour les deux sexes). Par contre l’exposition aux journaux est très faible aussi bien chez les femmes (11 %) que chez les hommes (7 %) (Graphique 3.2). En outre, 29 % des femmes et 43 % des hommes ont déclaré avoir utilisé l’internet au cours des 12 derniers mois. Parmi ces utilisateurs, 46 % des femmes et 24 % des hommes l’ont utilisé presque chaque jour (Tableaux 3.5.1 et 3.5.2). Variations par caractéristiques ▪ Le niveau d’exposition aux médias varie fortement entre les régions. Dans celle de Kédougou, 56 % des femmes ne sont exposés régulièrement à aucun média ; dans celle de Sédhiou, ce pourcentage est de 60 % chez les hommes. À l’opposé, Dakar enregistre les pourcentages les plus faibles de femmes et d’hommes qui ne sont pas exposés régulièrement à aucun média (4 % et 5 %). Graphique 3.2 Exposition aux médias 11 63 50 6 22 7 63 51 5 22 Lit un journal Regarde la télévision Écoute la radio Les trois médias Aucun de ces médias Pourcentage de femmes et d'hommes de 15-49 ans qui sont exposés à des médias chaque semaine Femme Homme 40 • Caractéristiques des enquêtés ▪ L’exposition aux médias augmente avec le niveau d’instruction. Le pourcentage de femmes exposées à aucun média varie de 31 % parmi celles sans niveau d’instruction à 13 % parmi celles ayant un niveau moyen/secondaire ou plus. Chez les hommes, on note la même tendance : respectivement 30 % et 17 %. ▪ Les proportions de femmes et d’hommes qui ne sont régulièrement exposées à aucun média diminuent du quintile le plus bas au plus élevé, passant de 52 % à 3 % chez les femmes et de 49 % à 6 % chez les hommes. ▪ L’utilisation de l’internet au cours des douze derniers mois augmente avec le niveau d’instruction, passant, chez les femmes de 7 % parmi celles sans aucun niveau d’instruction à 63 % parmi celles ayant le niveau moyen/secondaire ou plus et, chez les hommes, de respectivement 21 % à 75 %. ▪ Le niveau de bien-être économique influence, de manière importante, l’utilisation de l’internet, cela aussi bien chez les femmes que chez les hommes. Dans le quintile le plus élevé 66 % des femmes et 75 % des hommes ont utilisé l’internet au cours des douze derniers mois contre respectivement 2 % et 12 % dans le plus bas. 3.4 EMPLOI Travaille actuellement Inclut les enquêtés qui travaillaient dans les sept jours qui précédaient l’enquête. Échantillon : Femmes et hommes de 15-49 ans. Lors de l’EDS Continue 2017, des questions relatives à l’emploi ont été posées aux hommes et aux femmes. Ces questions ont permis d’identifier les hommes et les femmes qui travaillaient au moment de l’enquête, c’est à-dire au cours des sept jours précédant l’enquête, et ceux qui avaient effectué un travail quelconque, à un certain moment, au cours des douze mois ayant précédé l’enquête. Un peu plus de la moitié des femmes (51 %) et près de quatre hommes sur cinq (79 %) ont déclaré qu’ils travaillaient au cours des sept jours avant l’enquête. En outre, 8 % des femmes et 7 % des hommes ont déclaré qu’ils travaillaient au cours des douze mois avant l’enquête mais qu’ils ne travaillaient plus au moment de l’enquête. Dans 14 % des cas, les hommes n’avaient pas travaillé au cours des douze mois ayant précédé l’enquête contre 42 % chez les femmes (Tableaux 3.6.1 et 3.6.2). Variations par caractéristique ▪ C’est à Matam que la proportion de femmes qui travaillaient au cours des sept derniers jours est la plus faible (27 %). À l’opposé, c’est à Kolda qui enregistre la plus élevée (65 %). Chez les hommes, le pourcentage de ceux qui travaillaient au cours des sept derniers jours varie d’un maximum de 92 % à Matam à 72 % à Fatick. ▪ Plus le niveau d’instruction augmente, plus la proportion de ceux qui travaillaient au cours des sept derniers jours diminue. Chez les femmes, ces proportions passent de 57 % parmi celles sans niveau d’instruction à 38 % parmi celles de Graphique 3.3 Statut de l’emploi par niveau d’instruction 57 55 38 94 91 55 Pas d'instruction Primaire Moyen/Secondaire ou plus Pourcentage de femmes et d'hommes de 15-49 ans qui travaillent actuellement Femme Homme Caractéristiques des enquêtés • 41 niveau secondaire ou plus. Chez les hommes, les proportions varient respectivement de 94 % à 58 % (Graphique 3.3). 3.5 OCCUPATION Occupation Classés dans les catégories cadre, technicien/direction, employé, ventes et services, manuel qualifié, manuel non qualifié, employé de maison, agriculture et autre. Échantillon: Femmes et hommes de 15-49 ans qui travaillaient actuellement ou qui ont travaillé dans les 12 mois qui précédaient l’enquête. Parmi les hommes de 15-49 ans qui travaillaient au cours des douze mois précédant l’enquête, la majorité était occupée dans l’agriculture (31 %) suivi par un emploi manuel non qualifié (27 %). Chez les femmes, ce sont les ventes et services qui occupaient la majorité d’entre elles (42 %) suivi de l’agriculture (26 %). Seulement 7 % des femmes et 9 % des hommes de 15-49 ans occupaient un emploi de cadre/technicien/direction (Graphique 3.4) (Tableaux 3.7.1 et 3.7.2). Variations par caractéristique ▪ Un pourcentage élevé de femmes qui n’ont aucun niveau d’instruction travaillent dans les ventes et services (41 %) et dans l’agriculture (38 %). Les femmes qui ont un niveau moyen/secondaire ou plus travaillent principalement dans les ventes et services (38 %) et en tant que cadre (24 %). Près des deux tiers des hommes sans niveau d’instruction travaillent dans l’agriculture (37 %) ou occupent un emploi manuel non qualifié (27 %). En outre, un homme sur cinq ayant un niveau moyen/secondaire ou plus travaille en tant que cadre (21 %) mais 30 % sont occupés dans l’agriculture. ▪ Le pourcentage d’hommes qui sont employés dans l’agriculture diminue du quintile le plus bas au plus élevé, passant, de 65 % à 5 %. Le pourcentage travaillant dans les ventes et services augmente avec le quintile, passant de 13 % dans le plus bas à 54 % dans le plus élevé. Le Tableau 3.8 présente la répartition des femmes ayant eu un emploi au cours des douze derniers mois en fonction du type de rémunération, du type d’employeur et de la régularité de l’emploi selon le secteur d’activité (agricole ou non-agricole). Dans le secteur agricole, 61 % des femmes sont employées par un membre de la famille contre 9 % dans le secteur non agricole. En outre, il est plus fréquent que les femmes travaillent toute l’année dans le secteur non agricole que dans le secteur agricole (77 % contre 8 %) où 90 % des femmes ont un travail saisonnier. Concernant le type de rémunération, le Tableau 3.8 montre que la quasi-totalité des femmes travaillant dans le secteur non agricole ont été rémunérées en argent seulement contre 16 % de celles travaillant dans le secteur agricole, secteur dans lequel 46 % ne sont pas rémunérées. Graphique 3.4 Occupation 7 42 3 10 11 26 9 13 14 27 <1 31 Emploi qualifié/ technicien/ encadrement Ventes et services Manuel qualifié Manuel non qualifié Employé de maison Agriculture Pourcentage de femmes et d'hommes de 15-49 ans qui ont travaillé au cours des 12 mois précédant l'enquête par type d'occupation Femme Homme 42 • Caractéristiques des enquêtés 3.6 UTILISATION DE TABAC Les Tableaux 3.9.1 et 3.9.2 présentent les pourcentages de femmes et d’hommes qui fument des cigarettes ou qui consomment n’importe quel type de tabac. La quasi-totalité des femmes de 15-49 an

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.