Sénégal - Demographic and Health Survey - 2000

Publication date: 2000

RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL Enquête Sénégalaise sur les Indicateurs de Santé (ESIS) 1999 Boubacar Sow Salif Ndiaye Aliou Gaye Amadou Hassane Sylla Ministère de la Santé Direction des Études, de la Recherche et de la Formation Dakar, Sénégal Macro International Inc. Calverton, Maryland, USA Groupe SERDHA Services d’Études et de Recherche pour le Développement Humain en Afrique Dakar, Sénégal Juin 2000 iii TABLE DES MATIÈRES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vii Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xi Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xiii Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv Sigles et abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Carte du Sénégal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xviii CHAPITRE 1 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS ET ORGANISATION DU SYSTÈME DE SANTÉ Amadou Hassane Sylla et Aliou Gaye . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1 Contexte géographique, historique et économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Géographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.3 Économie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.4 Population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.2 Politique et profil sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.2.1 Politique de santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.2.2 Organisation du système de santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.2.3 Analyse des indicateurs de moyens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.2.4 Niveau de santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 CHAPITRE 2 MÉTHODOLOGIE DE L'ENQUÊTE Boubacar Sow . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 2.1 Cadre institutionnel et objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 2.2 Questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 2.3 Échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 2.4 Personnel et travaux de terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.4.1 Recrutement et formation du personnel de terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.4.2 Sensibilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 2.4.3 Mise à jour de la base de sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 2.4.4 Logistique des travaux sur le terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 2.4.5 Contrôle de qualité des travaux sur le terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 2.5 Traitement des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 2.6 Tabulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 iv Page CHAPITRE 3 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES FEMMES Salif Ndiaye . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 3.1 Enquête ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 3.1.1 Structure par âge et par sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 3.1.2 Caractéristiques des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 3.1.3 Caractéristiques du logement et biens possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . 17 3.2 Enquête individuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 3.2.1 Répartition des femmes selon l’âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 3.2.2 Répartition des femmes selon le lieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 3.2.3 Répartition des femmes selon l’ethnie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 3.2.4 État matrimonial actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 3.2.5 Instruction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 CHAPITRE 4 FÉCONDITÉ Salif Ndiaye . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 4.1 Éléments méthodologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 4.2 Niveaux et différentiels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 4.3 Tendances de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 4.4 Fécondité cumulée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 4.5 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 4.6 Âge à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 4.7 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 CHAPITRE 5 PLANIFICATION FAMILIALE Salif Ndiaye . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 5.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 5.2 Pratique de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 5.3 Utilisation actuelle de la contraception et durée d’utilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 5.4 Utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 5.5 Avantages de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 CHAPITRE 6 SANTÉ DE LA MÈRE ET DE L'ENFANT Boubacar Sow . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 6.1 Soins prénatals et accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 6.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 6.1.2 Vaccination antitétanique des femmes enceintes (VAT) . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 6.1.3 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 v Page 6.2 Vaccination des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 6.3 Maladies des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 6.3.1 Fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 6.3.3 Diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 6.3.4 Traitements de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 6.4 Connaissance des éléments essentiels à la survie des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 CHAPITRE 7 ALLAITEMENT ET SUIVI NUTRITIONNEL DES ENFANTS Aliou Gaye . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 7.1 Allaitement et alimentation de complément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 7.2 Suivi nutritionnel des enfants de 0-35 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 CHAPITRE 8 MORTALITÉ DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS Aliou Gaye . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 8.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 8.2 Niveau global et tendances de la mortalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 8.3 Analyse différentielle de la mortalité des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 8.4 Comportement procréateur à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 CHAPITRE 9 PLANIFICATION FAMILIALE : LA PERSPECTIVE DES HOMMES Boubacar Sow . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 9.1 Caractéristiques socio-démographiques des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 9.2 Planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 9.2.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 9.2.2 Pratique de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 9.2.3 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 CHAPITRE 10 COMPORTEMENT SEXUEL ET SIDA Salif Ndiaye . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 10.1 Comportement sexuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 10.1.1 Personnes ayant eu des partenaires sexuels réguliers ou occasionnels . . . . . . 105 10.1.2 Derniers rapports sexuels avec des partenaires occasionnels . . . . . . . . . . . . . 108 10.1.3 Utilisation du condom au cours des derniers rapports sexuels avec des partenaires occasionnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 vi Page 10.2 Connaissance du sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 10.2.1 Connaissance du sida et des moyens de prévention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 10.2.2 Connaissance des signes du sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 CHAPITRE 11 DISPONIBILITÉ DES SERVICES COMMUNAUTAIRES Boubacar Sow . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 11.1 Caractéristiques des localités rurales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 11.2 Services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 11.3 Formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 11.3.1 Disponibilité des formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 11.3.2 Disponibilité des services de planning familial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 11.3.3 Disponibilité des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . 130 11.4 Problèmes de santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 RÉFÉRENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137 ANNEXE A PLAN DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 ANNEXE B ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 ANNEXE C TABLEAUX POUR L'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 ANNEXE D PERSONNEL DE L'ESIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 ANNEXE E QUESTIONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 vii LISTE DES TABLEAUX Page Tableau 2.1 Principaux indicateurs mesurés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Tableau 2.2 Localisation des districts sanitaires et des districts de recensement (DR) de l'échantillon par région . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Tableau 2.3 Taille et couverture de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Tableau 3.1 Population des ménages par âge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Tableau 3.2 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Tableau 3.3 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Tableau 3.4 Biens durables possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Tableau 3.5 Caractéristiques socio-démographiques des enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Tableau 3.6 État matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Tableau 3.7 Niveau d'instruction des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Tableau 4.1 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Tableau 4.2 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Tableau 4.3 Nombre d'enfants nés vivants par femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Tableau 4.4 Taux de fécondité par âge selon quatre sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Tableau 4.5 Tendances de la fécondité par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Tableau 4.6 Enfants nés vivants et enfants survivants des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Tableau 4.7 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Tableau 4.8 Âge à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Tableau 4.9 Âge médian à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Tableau 4.10 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Tableau 4.11 Enfants nés de mères adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Tableau 5.1 Connaissance des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Tableau 5.2 Connaissance des méthodes contraceptives par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Tableau 5.3 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Tableau 5.4 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Tableau 5.5 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . 47 Tableau 5.6 Évolution de l'utilisation actuelle de la contraception moderne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Tableau 5.7 Utilisation continue des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Tableau 5.8 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Tableau 5.9 Connaissance des avantages de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Tableau 6.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Tableau 6.2 Nombre de visites prénatales et stade de la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Tableau 6.3 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Tableau 6.4 Lieu de l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Tableau 6.5 Assistance lors de l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Tableau 6.6 Vaccinations selon les sources d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Tableau 6.7 Vaccinations selon les caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Tableau 6.8 Vaccinations avant l'âge de 12 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Tableau 6.9 Prévalence et traitement de la fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Tableau 6.10 Prévalence de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Tableau 6.11 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Tableau 6.12 Vaccination, TRO, suivi nutritionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Tableau 7.1 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 viii Page Tableau 7.2 Type d'allaitement selon l'âge de l'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Tableau 7.3 Type d'aliments selon l'âge de l'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Tableau 7.4 Allaitement exclusif au sein . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 Tableau 7.5 Durée médiane et fréquence de l'allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Tableau 7.6 Pesée d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Tableau 8.1 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Tableau 8.2 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Tableau 8.3 Mortalité des enfants par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Tableau 8.4 Comportement procréateur à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Tableau 9.1 Pratique de la contraception par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Tableau 9.2 Niveau d'instruction des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Tableau 9.3 Connaissance des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Tableau 9.4 Pratique de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Tableau 9.5 Pratique de la contraception par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 Tableau 9.6 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 Tableau 9.7 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Tableau 9.8 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Tableau 9.9 Avantages de l'utilisation de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Tableau 10.1.1 Activité sexuelle des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Tableau 10.1.2 Activité sexuelle des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Tableau 10.2 Activité sexuelle occassionnelle des femmes et des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Tableau 10.3 Utilisation du condom au cours des derniers rapports sexuels avec un partenaire occasionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Tableau 10.4.1 Connaissance du sida et des moyens de prévention par les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Tableau 10.4.2 Connaissance du sida et des moyens de prévention par les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Tableau 10.5 Connaissance d'au moins deux moyens de prévention du sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Tableau 10.6.1 Connaissance des signes du sida par les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Tableau 10.6.2 Connaissance des signes du sida par les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Tableau 11.1 Caractéristiques des communautés rurales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Tableau 11.2 Distance par rapport aux services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Tableau 11.3 Principal moyen de transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Tableau 11.4 Temps de trajet pour atteindre les services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Tableau 11.5 Distance par rapport aux formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 Tableau 11.6 Temps de trajet pour atteindre les formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Tableau 11.7 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de planning familial . . . . . . . . . . . 129 Tableau 11.8 Distance et temps de trajet pour atteindre des services de planning familial . . . . . . . . . . . 130 Tableau 11.9 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 Tableau 11.10 Distance et temps du trajet pour atteindre des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 Tableau 11.11 Distance par rapport au service de santé maternelle et infantile le plus proche en fonction des soins prénatals et de la couverture vaccinale . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 Tableau 11.12 Principaux problèmes pour se soigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Tableau 11.13 Principaux problèmes pour se soigner par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Tableau 11.14 Principales maladies des enfants de moins de cinq ans par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 ix Page Tableau A.1 Répartition de l’échantillon attendu de DR et de ménages de l’ESIS par strate . . . . . . . . . 142 Tableau A.2 Taille minimum des échantillons attendue pour les enquêtes individuelles femmes et hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 Tableau A.3 Résultats de l’échantillon par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 Tableau B.1 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 Tableau B.2 Erreurs de sondage - Échantillon national . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Tableau C.1 Répartition par âge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Tableau C.2 Répartition par âge des femmes éligibles et des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Tableau C.3 Complétude de l’enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Tableau C.4 Naissances par année du calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 Tableau C.5 Enregistrement de l’âge au décès en jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 Tableau C.6 Enregistrement de l’âge au décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 xiii PRÉFACE En 1997, le Ministère de la santé a élaboré pour la période 1998-2007, le Plan National de Développement Sanitaire et Social (PNDS) qui traduit de façon concrète la politique du Gouvernement du Sénégal en matière de Santé. Les priorités de ce plan sont traduites en Programme de Développement Intégré de la Santé (PDIS) pour la période 1998-2002 avec un accent particulier sur la rationalisation et l’intégration des activités des programmes prioritaires. Les objectifs du PDIS sont : la réduction de la mortalité maternelle, la réduction de la mortalité infantile et juvénile et la maîtrise de la fécondité. Le système de suivi et d’évaluation pour la mesure de ces objectifs qui revient à la Direction des Études, de la Recherche et de la Formation (DERF), est une composante essentielle de la gestion du programme. C’est à ce titre, que l’Enquête Sénégalaise sur les Indicateurs de Santé (ESIS) a été réalisée en 1999. Cette enquête fournit des indicateurs au niveau national, régional et pour la première fois des indicateurs représentatifs à l’échelle du District sanitaire, base de notre système de planification. L’ESIS a permis d’obtenir des informations sur la fécondité et ses déterminants, la santé de la mère et de l’enfant, les connaissances et attitudes sur les maladies sexuellement transmissibles, y compris le Sida, la mortalité des enfants et la disponibilité des soins. Elle permet d’apprécier notamment les tendances de la fécondité et de la mortalité de l’enfance et d’avoir une meilleure connaissance des problèmes de population du Sénégal. Le présent document constitue le rapport national d’analyse. Il renseigne sur la méthodologie et les principaux résultats relatifs aux thèmes abordés par l’enquête, à savoir la fécondité, la planification familiale, la santé de la mère et de l’enfant, l’allaitement et le suivi nutritionnel, la mortalité des enfants de moins de cinq ans, les maladies sexuellement transmissibles, y compris le Sida (hommes et femmes) et la disponibilité des soins au niveau des structures sanitaires. Ce rapport national sera complété par dix rapports régionaux et des publications relatives à des analyses thématiques approfondies. Cette enquête a été réalisée avec le concours de « Macro International Inc. » des États-Unis, par le Groupe Service d’Études et de Recherche pour le Développement Humain en Afrique (SERDHA), en collaboration avec la Division des Statistiques et de la Documentation du Ministère de la Santé. Elle a été financée par le bureau basé au Sénégal de l’Agence américaine pour le développement international (USAID). Je voudrais leur adresser mes sincères remerciements. Mes remerciements s’adressent aussi à l’ensemble des acteurs et partenaires du Ministère de la Santé qui ont contribué à la réussite de cette opération. J’invite tous les acteurs de santé à utiliser ce précieux document pour la planification des activités du Département. Le Ministre de la Santé Abdou FALL xv REMERCIEMENTS L’Enquête Sénégalaise sur les Indicateurs de Santé (ESIS) de 1999 a été réalisée par le Groupe de Services d’Études et de Recherche pour le Développement Humain en Afrique (SERDHA), avec l’appui de Macro International Inc., à la demande du Ministère de la Santé, et sur financement de l’USAID. La réalisation d’une enquête de l’envergure de l’ESIS est toujours le fruit d’un travail collectif. Le présent rapport d’analyse qui en est l’aboutissement, a nécessité une collaboration étroite d’un grand nombre de personnes, l’appui des Autorités nationales et des partenaires au développement. C’est pourquoi, je voudrais saisir cette occasion pour adresser mes sincères remerciements à toutes les personnes et institutions qui ont contribué au succès de l’ESIS. Qu’il me soit permis de citer certaines d’entre elles, au risque d’en oublier d’autres. Je voudrais remercier vivement : • Dr Mohamed AYAD, Coordonnateur régional à Macro International Inc. et son équipe pour leur contribution inestimable à la réalisation de l’enquête et à la mise en forme du rapport final; • M. Félix AWANTANG de l’USAID/Sénégal et son Health Strategic Objective Team (SOT3), en particulier M. Sounka NDIAYE, pour avoir toujours été à l’écoute de nos problèmes et n’avoir ménagé aucun effort pour leur résolution; • Dr Babacar DRAME, Directeur des Études, de la Recherche et de la Formation du Ministère de la Santé et l’ensemble de son personnel pour l’appui soutenu qu’ils ont toujours porté à la réussite du projet; • Dr Birahime DIONGUE, Coordonnateur de la Cellule d’Appui et de Suivi du PNDS et son équipe pour l’intérêt constant qu’ils ont manifesté pour le succès de l’ESIS; • M. le Directeur de la Prévision et de la Statistique et M. le Directeur de l’Agriculture pour avoir mis à la disposition du SERDHA les bases de sondage de leur institution respective; • les Autorités administratives, locales et coutumières ainsi que les Médecins-chefs des régions et des districts sanitaires pour toutes les facilités qu’elles ont apportées au personnel de terrain; • les membres du Comité de Pilotage de l’ESIS qui, par leurs commentaires ont contribué à l’amélioration de la méthodologie de l’enquête et de la qualité du rapport national; • les membres de l’équipe de conception et d’encadrement du SERDHA, les cartographes, les superviseurs de terrain, les chefs d’équipes, les contrôleuses et les enquêtrices pour la compétence et l’abnégation dont ils ont fait preuve; • les personnels d’appui de gestion et de secrétariat du projet pour tous les efforts qu’ils ont consentis pour mener à bien cette opération; • enfin, les populations enquêtées notamment les femmes; l’enquête n’aurait pas réussi sans leur disponibilité et leur franche collaboration. • Le défi que le SERDHA s’engageait à relever en acceptant de conduire cette enquête était de fournir, dans les délais, des données de qualité utiles à l’évaluation du PDIS. Le dévouement des xvi uns et des autres nous a permis d’atteindre cet objectif. L’utilisation des données disponibles en vue de la prise des décisions idoines pour l’amélioration de la santé des populations, notamment des femmes et des enfants de ce pays constitue, sans nul doute, l’objectif ultime de cette activité. Le Groupe SERDHA aura le sentiment d’avoir fait œuvre utile si les données de l’ESIS devaient contribuer à améliorer la gestion stratégique du secteur de la santé et l’efficacité des interventions des partenaires de la santé. Le Président du Groupe SERDHA Boubacar SOW, Ph. D. xvii SIGLES ET ABRÉVIATIONS BCG Bilié de Calmette et Guérin (vaccin antituberculeux) CAS/PNDS Cellule d’Appui et de Suivi du PNDS CFA CPN Consultation Prénatale DERF Direction des Études, de la Recherche et la Formation DR District de Recensement DTCoq Diphtérie, Tétanos, Coqueluche EDS Enquête Démographique et de Santé ESF Enquête Sénégalaise sur la Fécondité ESIS Enquête Sénégalaise sur les Indicateurs de Santé FAR Femmes en Âge de Reproduction ISF Indice Synthétique de Fécondité MCD Médecin Chef de District MST Maladies Sexuellement Transmissibles OMS Organisation Mondiale de la Santé PDIS Programme de Développement Intégré de la Santé PEV Programme Élargi de Vaccination PIB Produit Intérieur Brut PNDS Plan National de Développement Sanitaire et Social PO Plans d'Opération RGPH Recensement Général de la Population et de l’Habitat SERDHA Services d’Études et de Recherche pour le Développement Humain en Afrique SRO Sels de Réhydratation par voie Orale TBN Taux Brut de Natalité TGFG Taux Global de Fécondité Générale TRO Traitement de Réhydratation par voie Orale USAID United States Agency for International Development (Agence des États-Unis pour le Développement International) VAT Vaccination antitétanique xviii 1 CHAPITRE 1 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS ET ORGANISATION DU SYSTÈME DE SANTÉ Amadou Hassane Sylla et Aliou Gaye 1.1 Contexte géographique, historique et économique 1.1.1 Géographie Le Sénégal, qui couvre une superficie de 196 722 km, est un pays de l’Afrique de l’Ouest situé dans la zone soudano-sahélienne. Il est limité, au nord, par la République Islamique de Mauritanie, à l’est, par le Mali, au sud, par la Guinée Bissau et la Guinée et, à l’ouest, il est ouvert sur l’Océan Atlantique avec 700 km de côtes. La Gambie qui est une enclave de terre sur le cours inférieur du fleuve du même nom, est située entre les régions de Kaolack et Ziguinchor. Le Sénégal est un pays plat dont l’altitude dépasse rarement 100 mètres. Avec une altitude de 381 mètres, le mont Assirik qui se situe au sud-est du pays, constitue le point le plus élevé. Le réseau hydrographique du Sénégal est constitué par quatre grands fleuves (le Sénégal, la Gambie, la Casamance, le Saloum) et par leurs affluents auxquels s’ajoutent quelques cours d’eau temporaires. Il faut noter la contribution non moins importante du lac de Guier au nord du pays. Le Sénégal compte 10 régions administratives subdivisées en 30 départements. Ces départements comptent 48 communes, 91 arrondissements et 320 communautés rurales. 1.1.2 Histoire L’histoire du peuplement du Sénégal est peu ou presque pas connue. Cependant, de nombreuses fouilles ont révélé une présence humaine très ancienne (environ 150 000 ans). Le peuplement s’est probablement organisé à partir de l’empire du Ghana. Les peuples en migrations se sont installés dans la vallée du fleuve et ont progressé vers les régions du sud à cause des razzias des Maures. Les premières traces écrites de l’histoire du Sénégal datent de l’historien arabe El Bekri en 1068. Jusqu’à la conquête coloniale, l’histoire du Sénégal est marquée par une succession de royaumes. Les premiers contacts avec les Européens datent de 1415, époque à laquelle un Vénitien débarque dans la région du cap Vert et s’installe à Gorée. Dans la seconde moitié du XVIè siècle arrivent les Français, les Anglais, les Hollandais, les Portugais. En 1659, Louis Gaultier établit dans l’île de Ndar un corps de Logis baptisé Saint Louis. Entre 1854 et 1864, Faidherbe étend les possessions françaises, non sans se heurter à des résistances féroces. Il met ainsi en place une administration coloniale qui aboutira en 1914 à la nomination au parlement français du premier député noir, Blaise Diagne. 2 Après la deuxième guerre mondiale, entre 1946 et 1960, l’histoire du Sénégal est marquée par deux dates assez importantes. En 1946, il devient Territoire d’Outre Mer et fait partie de la République au sein de l’Union Française. En 1956, l’Assemblée Constituante vote la loi cadre et ce fut le début du processus de l’indépendance. Le 4 avril 1960, l’indépendance du Sénégal est proclamée. 1.1.3 Économie Depuis le changement de parité du Franc CFA intervenu en janvier 1994, le gouvernement du Sénégal a adopté une nouvelle stratégie de développement axée sur la réalisation d’une croissance diversifiée, forte et durable et la réalisation à moyen terme de la viabilité financière interne et externe. Cette stratégie de développement repose sur les six (6) axes fondamentaux suivants : (i) la consolidation de l’assainissement des finances publiques; (ii) la réduction de la taille du secteur public et parapublic et la modernisation de l’administration publique; (iii) l’accélération et l’approfondissement des réformes des secteurs de l’énergie, des transports et de l’agriculture; (iv) le renforcement durable de la compétitivité de l’économie sénégalaise par la poursuite de politiques budgétaire et monétaire rigoureuses en vue de contenir l’inflation. Le programme économique et financier poursuit les objectifs macro-économiques suivants : (i) réaliser un taux de croissance économique de 6 % au moins sous l’hypothèse d’une bonne campagne agricole et de la poursuite des diverses réformes structurelles envisagées; (ii) maintenir l’inflation en-dessous du seuil de 3 % afin de préserver la stabilité des prix; (iii) ramener le déficit courant de la balance des paiements (hors transferts officiels) à moins de 7,6 %; (iv) limiter le déficit budgétaire global (hors dons) à moins de 2 % du PIB. Les objectifs intermédiaires retenus dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie d’ajustement global reposent sur : le relèvement progressif du taux d’investissement à 19,9 %, la hausse de l’épargne intérieure à 15 %, l’accroissement du ratio des recettes budgétaires sur PIB à 15,8 %. L’année 1998 a confirmé les résultats remarquables opérés par l’économie sénégalaise depuis la dévaluation du Franc CFA. Le Produit Intérieur Brut a, en effet, enregistré une croissance en volume estimée à 5,7 % contre 5,0 % en 1997 et 5,1 % en 1996. En termes courants, le PIB a connu en 1998 une hausse de 8,0 % et le taux d’inflation mesuré par le déflateur du PIB s’est établi à 2,2 %. Les mesures axées sur l’offre, appliquées dans le cadre de ce nouveau contexte économique et social, ont permis de renforcer les conditions propices à la croissance de la production et la maîtrise de l’inflation. Par secteur, les contributions du PIB à la croissance ont été de –0,61 point pour le primaire, de 1,67 point pour le secondaire, de 4,3 points pour le tertiaire et de 0,32 point pour les services non marchands. Le secondaire et le tertiaire ont été la locomotive de l’économie sénégalaise durant cette année. Le taux de croissance du PIB, se plaçant au-dessus de la croissance démographique (2,7 %), traduit une nette amélioration du revenu par tête et offre la possibilité de relever le taux d’épargne intérieure, d’augmenter la capacité d’investissement du pays. Cette synergie pourra permettre également la création de nouveaux emplois et l’amélioration des conditions de lutte contre la pauvreté. 1.1.4 Population Le Sénégal a adopté sa politique de population en 1988. La stratégie adoptée est la maîtrise de la croissance démographique par le biais de l’exécution du programme « actions démographiques prioritaires », le renforcement de l’appui aux collectivités locales dans le domaine du contrôle démographique et les actions pour la réduction du taux de fécondité. En outre, des efforts seront faits en vue de l’intégration des femmes dans la vie politique, économique et sociale grâce à l’alphabétisation fonctionnelle. 1 La constitution sénégalaise dispose en son article 14 que: « L’État et les collectivités publiques ont le devoir social de veiller à la santé physique, morale et mentale de la famille ». 3 Selon les projections issues du dernier Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH), la population du Sénégal était estimée en 1999 à près de 9 278 618 habitants; soit une densité moyenne de 47 habitants au km². Cette population est très inégalement répartie. Dakar qui occupe 0,3 % de la superficie abrite près de 24 % de cette population. C’est la région la plus densément peuplée avec 4 040 habitants au km². La région de Tambacounda est la région qui a la densité la plus faible avec 9 habitants au km². La population urbaine représente près de 43 % de la population totale. À l’instar des pays en voie développement le Sénégal est un pays à fécondité élevée. Le Taux Brut de Natalité (TBN) est de 42 ‰ et le Taux Global de Fécondité Générale (TGFG) est de 223 ‰; le taux d’accroissement naturel au niveau national est de 2,7 %; L’indice synthétique de fécondité calculé pour les femmes de 15 à 49 ans s’établit à 5,7 enfants par femme (EDS-III, 1997). La population du Sénégal est extrêmement jeune : plus de 57 % de la population a moins de 20 ans. Les principaux groupes ethniques sont : les Wolof (43 %), les Poular (24 %), les Sérer (15 %), les Diola (5 %) et les Mandingues (4 %). La population du Sénégal est essentiellement musulmane (94 %). On y trouve 4 % de chrétiens et les autres religions (animisme notamment) représentent 2 %. 1.2 Politique et profil sanitaires 1.2.1 Politique de santé Le Sénégal a compris très tôt l’importance du secteur de la santé dans l’activité économique. Le pays a réaffirmé cette volonté notamment par l’article 14 de la constitution1 et par la ratification des textes internationaux tels que la déclaration universelle des Droits de l'Homme, la charte de l’OUA et la Convention des Droits de l’Enfant. Les Nouvelles Orientations de cette politique de santé et d’action sociale qui découle de la Déclaration de la Politique de Santé et d’Action Sociale de juin 1989, s’appuie sur l’approche programme traduite à travers le Plan National de Développement Sanitaire et Social (PNDS) pour la période 1998-2007. Il est l’aboutissement logique d’un long processus de réflexion engagé depuis 1995 entre le Ministère de la Santé et ses partenaires. Le PNDS a permis de mettre en chantier plusieurs réformes à la fois législatives et institutionnelles touchant principalement les hôpitaux, les médicaments, les pharmacies. Il prévoit d’autres initiatives dans des domaines aussi importants que le système d’information sanitaire, le financement de la santé, la réorganisation du Ministère de la Santé, la coordination des interventions et l’intégration des activités. Le Programme de Développement Intégré de la Santé (PDIS) qui couvre une période de cinq ans (1998-2002), est la traduction concrète des priorités en matière de santé définies dans le PNDS. Les objectifs visés sont : la réduction de la mortalité maternelle, la réduction de la mortalité infantile et juvénile et la maîtrise de la fécondité. La mise en œuvre des activités découlant des différentes orientations stratégiques dégagées ne peut être effective sans une mobilisation importante de ressources humaines, matérielles et financières. Les activités planifiées par l’ensemble des structures découlent des stratégies définies et adoptées pour le développement des ressources humaines, la mobilisation et la rationalisation des moyens financiers et l’amélioration de l’accessibilité des services de santé et d’action sociale en réhabilitant les formations 4 sanitaires actuelles et en construisant de nouvelles formations notamment. Le programme accorde ainsi une large place à la surveillance épidémiologique, à la santé de la reproduction, au MST/SIDA et au contrôle des maladies endémiques avec essentiellement le paludisme, la bilharziose, l’onchocercose et la tuberculose. Le PDIS est exécuté annuellement par le biais des plans d'opération (PO) produits par tous les acteurs du développement sanitaire de la périphérie au niveau central. Le pilotage d'ensemble du PDIS est assuré par la Cellule d’Appui et de Suivi du PNDS (CAS/PNDS) et la gestion du soutien informationnel revient à la Direction des Études, de la Recherche et de la Formation (DERF) qui est ainsi chargée du suivi et de l'évaluation du programme au niveau du Ministère. Pour le suivi et l'évaluation des activités du PDIS, quelques 24 indicateurs ont été retenus. Ces indicateurs sont regroupés en trois catégories à savoir: les indicateurs de moyens financiers; les indicateurs de couverture sanitaire; les indicateurs de qualité et de couverture des services et les indicateurs d'impact. Les indicateurs financiers du PDIS renseignent sur l'effort fourni par l'État concernant son engagement à élever le budget consacré à la santé au niveau recommandé par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), c'est-à-dire à 9 %. Les indicateurs d'activités permettent de mesurer l'accès aux soins de base, la fréquentation et l'utilisation des services offerts par les formations sanitaires à travers le paquet minimum d'activités. Les indicateurs d'impact renseignent sur le degré d'atteinte des trois objectifs prioritaires du PDIS cités plus haut. 1.2.2 Organisation du système de santé • Le système de santé du Sénégal se présente sous forme d’une pyramide à trois niveaux : • l’échelon périphérique qui correspond au district sanitaire; • l’échelon régional qui correspond à la région médicale; et l’échelon central. Le district sanitaire est assimilé à une zone opérationnelle comprenant au minimum un centre de santé et un réseau de postes de santé. Il couvre une zone géographique pouvant épouser un département entier ou une partie d’un département. Le Sénégal compte actuellement 50 districts sanitaires. Chaque district ou zone opérationnelle est géré par un médecin chef. Les postes de santé sont implantés dans les communes, les chefs lieux de communautés rurales ou les villages relativement peuplés. Ils s’appuient au niveau rural sur les infrastructures communautaires de villages (cases de santé et maternités rurales) créées par les populations qui en assurent la gestion par l’intermédiaire des agents de santé communautaires ou des matrones qui ont été choisies. La région médicale est la structure de coordination du niveau régional. Chaque région médicale correspond à une région administrative. Elle est dirigée par un médecin de santé publique qui est le principal animateur de l’équipe cadre composée de l’ensemble des chefs de services rattachés à la région médicale. Le niveau central comprend outre le cabinet du ministre, les directions et les services rattachés. Rappelons que c’est la Direction des Études, de la Recherche et de la Formation qui est chargée de la gestion du soutien informationnel du programme. 1.2.3 Analyse des indicateurs de moyens Le financement du plan est apparu comme une préoccupation partagée par l’autorité sanitaire et l’ensemble des acteurs. Plusieurs études ont été menées pour trouver les solutions idoines aux différents problèmes de santé. Ainsi, l’ensemble des stratégies développées tendent à accroître les moyens tout en les 2 Source : Division des Statistiques et de la D ocumentation, Direction des Études, de la Recherche et de la Formation, Ministère de la Santé. 5 rationalisant, qu’il s’agisse du développement des ressources humaines, du financement de la santé, de la réhabilitation des structures notamment. Le personnel La situation du personnel de santé a fait l’objet de plusieurs études pour la maîtrise de son effectif réel, de sa répartition en vue du respect des normes de couverture indispensable à l’amélioration de la qualité des services. Le ministère s’est inscrit dans cette dynamique et a élaboré un plan national de formation qui intègre les besoins de formation initiale et continue. De plus, malgré les restrictions budgétaires, le ministère bénéficie d’un quota spécial pour un recrutement annuel de divers personnel de santé dans l’optique de la résorption du déficit constaté. Cependant malgré les efforts constatés, la situation est loin d’être satisfaisante comparée aux normes de l’OMS. En 1999, le Sénégal comptait2 : • 1 médecin pour 17 000 habitants, • 1 infirmier pour 8 700 habitants, • 1 sage femme pour 4 600 Femmes en Âge de Reproduction (FAR). Alors que l’Organisation Mondiale de la Santé préconise : • 1 médecin pour 5 000 à 10 000 habitants, • 1 infirmier pour 300 habitants, • 1 sage femme pour 300 Femmes en Age de Reproduction (FAR). Les infrastructures Sur le plan des structures, la pyramide sanitaire se traduit par la disponibilité des soins de santé de base au niveau des postes de santé, des soins secondaires au niveau des centres de santé et des soins tertiaires au niveau de l’hôpital régional. La réfection, la rénovation et la construction de nouvelles infrastructures constituent un volet fondamental du programme actuel. Le Sénégal compte actuellement 809 postes de santé, 53 centres de santé et 17 hôpitaux. En 1999, en terme de couverture passive, il y a : • 1 poste de santé pour 11 500 habitants, • 1 centre de santé pour 175 000 habitants, • 1 hôpital pour 545 800 habitants. Alors que les normes de l’OMS sont : • 1 poste de santé pour 10 000 habitants, 6 • 1 centre de santé pour 50 000 habitants, • 1 hôpital pour 150 000 habitants. L’analyse de l’évolution de ces infrastructures de 1997 à 1999 montre le déficit actuel en termes de couverture et l’effort important que le ministère de la santé doit fournir pour atteindre les normes préconisées par l’OMS. Le Programme de Développement Intégré de la Santé prévoit la construction de 245 nouveaux postes de santé, de 2 nouveaux centres de santé et de deux nouveaux hôpitaux. Le budget Les principales sources de financement de la santé sont l’État, l’aide extérieure, les collectivités locales et les populations. L’État contribue à hauteur de 53 %; les populations participent pour 11%; les collectivités locales pour 6 % et les partenaires pour 30 %. Le budget que l’État alloue au Ministère de la Santé est une traduction éloquente de son engagement face aux problèmes socio-sanitaires auxquels les populations sont confrontées quotidiennement. À ce titre, l’OMS recommande aux États de consacrer au moins près de 9 % de leur budget de fonctionnement au Ministère de la Santé. Dans cette optique, depuis 1993, le Sénégal a décidé d’augmenter de 0,5 % la part du secteur de la santé dans le budget national. Le budget de fonctionnement de la Santé a connu une augmentation en valeur absolue; Il est passé de 18,7 milliards à 23,2 milliards entre 1996 et 1999. Rapporté au budget de fonctionnement de l’État, il est passé de 7,25 % à 7,85 % pour la même période. 1.2.4 Niveau de santé Selon les données de l’Enquête Démographique et de Santé de 1997 (EDS-III, 1997), la fécondité reste très élevée même si elle connaît une légère baisse. Le Taux Brut de Natalité (TBN) est de 37 ‰. Le Taux Global de Fécondité Générale (TGFG) ou nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population des femmes en âge de procréer est de 185 ‰, l’Indice Synthétique de Fécondité (ISF) est passé de 6,0 enfants par femme en 1992-93 à 5,7 enfants par femme en 1997. Le taux de prévalence contraceptive demeure très faible alors que le niveau de connaissance est élevé!86 % pour les femmes en union. Le taux de couverture des consultations prénatales est 82 %; La proportion de femmes ayant été assistées est de 47 %. Par ailleurs, la prévalence des MST est de 0,7 % chez les femmes et de 1 % chez les hommes. Le quotient de mortalité infantile (1q0) était estimé à 68 pour mille naissances vivantes en 1997 selon l’EDS-III, avec une grande disparité entre la zone urbaine (50 ‰) et la zone rurale (79 ‰). Le quotient de mortalité juvénile (4q1) est estimé à 77 ‰ et le quotient de mortalité infanto-juvénile (5q0) 139 ‰. La mortalité infanto-juvénile reste très élevée du fait essentiellement du poids des maladies diarrhéiques et du paludisme, de la malnutrition, des infections respiratoires aiguës et de certaines maladies cibles du Programme Élargi de Vaccination telles que la rougeole. 7 CHAPITRE 2 MÉTHODOLOGIE DE L'ENQUÊTE Boubacar Sow 2.1 Cadre institutionnel et objectifs L'Enquête Sénégalaise sur les Indicateurs de Santé (ESIS) a été initiée par le Gouvernement du Sénégal qui a perçu la nécessité de disposer de données fiables pour l'évaluation et la mise en œuvre de son Programme de Développement Intégré de la Santé (PDIS) qui constitue la première phase quinquennale du Plan National de Développement Sanitaire et Social (PNDS). Les objectifs prioritaires du PDIS sont : la réduction de la mortalité des cinq premières années de l'enfance, la réduction de la mortalité maternelle et la maîtrise de la fécondité. Les dix stratégies définies pour atteindre les objectifs du PDIS se regroupent en trois axes : l'amélioration de la qualité de la couverture sanitaire, l'amélioration de la qualité des services, et l'assainissement du cadre juridique et réglementaire. Toute planification nécessite un accompagnement par un système d'évaluation performant afin d'éclairer les décisions en vue de l'accroissement des performances. Les indicateurs conçus pour la gestion et l’évaluation du PDIS peuvent être regroupés en trois catégories : les indicateurs d’accès aux soins, les indicateurs de qualité et de couverture des services et les indicateurs d’impact. Certains de ces indicateurs, notamment les indicateurs d’impact, sont disponibles à partir différentes enquêtes démographiques nationales : ESF de 1978, EDS-I de 1986, EDS-II de 1992–93 et EDS-III de 1997. Cependant, les données relatives à ces enquêtes, sauf la dernière, sont déjà assez anciennes pour refléter la situation actuelle. L’EDS-III de 1997, la plus récente, celle qui pourrait servir de référence pour établir un diagnostic ne couvre, malheureusement, qu’une partie des indicateurs du PDIS, à savoir : la fécondité, la mortalité et la prévalence et le traitement des maladies diarrhéiques. Les autres indicateurs relatifs à la couverture adéquate en consultation prénatale (CPN), la nutrition, la mortalité maternelle, l’utilisation des services curatifs et la couverture vaccinale n’ont pas fait l’objet d’investigation lors de l’EDS-III. Les données les plus récentes sur la nutrition et la couverture vaccinale datent de 1992-93, (EDS-II). Les données de routine qui devraient servir pour le suivi et l’évaluation du PDIS n’étant pas disponibles, il s’avère nécessaire de mener une enquête axée essentiellement sur les indicateurs de ce programme. Pour pallier à cette insuffisance, la présente enquête a collecté les informations nécessaires à l’évaluation de certains indicateurs afin de mieux apprécier les progrès réalisés par le PDIS. Ainsi, l’enquête permettra dans certains cas d’actualiser des données déjà existantes ou de collecter des informations nouvelles n’ayant pas fait l’objet d’investigations. Les résultats de l’enquête devraient également servir à élaborer les plans opérationnels annuels au niveau régional et du district de santé. En effet, au niveau du district, le Médecin Chef de District (MCD) avec son équipe, élabore chaque année un plan d’action qui, après validation à l’occasion des revues annuelles, fait l’objet d’une requête de financement dans le cadre du PDIS. Les informations sur les indicateurs de santé devraient servir à orienter et définir les appuis des partenaires au développement qui participent au financement de la santé au niveau du district. 8 L'enquête a été exécutée par le Groupe SERDHA avec l’appui technique de Macro International. Elle a bénéficié du financement de l'Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID). La validation des travaux a été faite par un Comité de Pilotage composée de représentants du Ministère de la Santé notamment de la Direction des Études, de la Recherche et la Formation (DERF) et de la Cellule d'Appui et de Suivi du PNDS du Ministère de la Santé ainsi que de représentants de partenaires au développement. Le principal objectif de la recherche est de fournir des indicateurs répondant aux besoins du Ministère de la Santé et de ses partenaires pour le suivi, l’évaluation et la planification des activités dans le secteur de la santé. Plus spécifiquement, l’enquête permet de mesurer les indicateurs demandés par le Ministère dans le cadre de l'évaluation du PDIS (Tableau 2.1). Tableau 2.1 Principaux indicateurs mesurés Types d’indicateurs Libellé de l’indicateur Niveau de précision Indicateur d’utilisation et d’accès aux soins 01 Proportion de personnes s’étant déclarées malades un mois avant l’enquête et ayant utilisé une structure sanitaire Région Indicateurs de qualité et de couverture des services 02 Taux de couverture en consultation prénatale (CPN) : % de FAR ayant reçu 3 CPN ou plus pendant la dernière grossesse District/Région 03 Proportion des accouchements assistés par un personnel formé District/Région 04 Proportion des accouchements à domicile District/Région 05 Proportion de femmes qui ont accouché par césarienne National 06 Proportion d’adolescents (15-24 ans) qui peuvent citer un point de prestation de services où il est à l’aise District 07 Taux de prévalence contraceptive (% de FAR utilisant actuellement une méthode contraceptive moderne) District 08 Proportion de personnes ayant l’intention d’utiliser une méthode moderne de contraception dans les 12 prochains mois District 09 % de FAR qui ont utilisé continuellement une méthode moderne de contraception pendant 12 mois District/Région 10 % de personnes ayant cité au moins 2 avantages dans l’utilisation de la planification familiale District 11 % de FAR citant la vaccination, la TRO et le suivi nutritionnel comme éléments essentiels de la survie de l’enfant District 12 % de personnes qui citent les condoms comme un moyen de prévention de la transmission des MST/SIDA District 13 % de personnes qui peuvent citer au moins avec précision 2 signes spécifiques de maladies sexuellement transmissibles District 14 Taux de couverture vaccinale (% d’enfants âgés de 12-60 mois complètement vaccinés) District/Région 15 % d’enfants allaités exclusivement au sein de la naissance au 4è mois Région 16 % d’enfants (0-36) mois pesés chaque mois District 17 Proportion des cas de diarrhée d’enfants âgés de 0 à 4 ans traités par SRO dans les deux dernières semaines. District 18 % des personnes vivant au-delà de 5 km d’un point de prestation de services qui déclarent avoir accès à une équipe médical itinérante pour les soins préventifs ou curatifs District 19 Proportion d’enfants de 0-4 ans ayant eu la fièvre et ayant reçu un traitement contre le paludisme à domicile District 20 Source d’approvisionnement en chloroquine pour la prise en charge des cas de paludisme à domicile District 21 Taux de mortalité infanto-juvénile Région Source : Termes de Référence Enquête Situationnelle sur le Programme de Développement Intégré de la Santé (PDIS) - Ministère de la santé - DERF - p.3 Par ailleurs, l’enquête fournit des informations sur la fécondité ainsi des informations socio- 9 Tableau 2.2 Localisation des districts sanitaires et des districts de recensement (DR) de l'échantillon par région Répartition des districts sanitaires et des DR de l'échantillon par région, ESIS Sénégal 1999__________________________________________ Districts de Districts recensement Région de résidence sanitaires (DR)__________________________________________ Dakar 8 85 Ziguinchor 3 33 Diourbel 4 50 Saint-Louis 5 58 Tambacounda 4 44 Kaolack 4 49 Thiès 8 87 Louga 5 51 Fatick 6 57 Kolda 3 40 Total 50 553 démographiques de base sur tous les membres du ménage et les caractéristiques détaillées des femmes en âge de reproduction (15-49 ans) et des hommes de 15-59 ans : répartition spatiale (urbain/rural, grande région), structure par âge et par sexe, état matrimonial, instruction, utilisation des services de santé, etc. 2.2 Questionnaires Trois instruments de collecte ont été utilisés dans le cadre de l'ESIS : les questionnaires individuels, la feuille ménage et le questionnaire communautaire. Le questionnaire communautaire : il a servi à collecter des informations sur la disponibilité et l'accessibilité aux équipements et infrastructures communautaires dans les sites sélectionnés. Le questionnaire ménage a été utilisé pour recueillir une quantité d'informations très limitée sur l'ensemble des ménages sélectionnés (structure par âge et par sexe, utilisation des services de santé, etc.). Il a permis en outre, d'identifier les femmes et les hommes éligibles, c'est-à-dire celles âgées de 15-49 ans ainsi que les hommes de 15-59 ans résidents ou de passage dans les ménages sélectionnés. On a interrogé chaque femme éligible à partir d’un questionnaire individuel qui a abordé les sujets suivants : • les caractéristiques socio-démographiques de base : lieu de résidence actuel, âge, instruction, état matrimonial, etc. • la fécondité : historiques des naissances : nombre, âge, sexe, vivant ou décédé; • la contraception : connaissance, utilisation et intention, accès; • la santé : calendrier des CPN, calendrier de vaccination, vaccination antitétanique pendant la grossesse, prévalence et traitement des maladies diarrhéiques et de la fièvre, allaitement maternel; • les MST/VIH/SIDA : connaissance, comportement de prévention; et enfin; • le suivi nutritionnel des enfants. Le questionnaire individuel administré aux hommes est beaucoup plus léger puisque seuls sont abordés les thèmes suivants : • les caractéristiques socio-démographiques des enquêtés; • la connaissance et l'utilisation de la contraception; • le mariage et le comportement sexuel; et enfin, • la santé, les MST/VIH/SIDA. 2.3 Échantillon 10 L'échantillon souhaité était de 15 000 femmes âgées de 15-49 ans et 8 000 hommes de 15-59 ans. Cet échantillon est stratifié par district sanitaire, puis pondéré au niveau national. Ainsi, l'enquête a couvert l'ensemble des 50 districts sanitaires du pays et la plupart des résultats seront significatifs au niveau du district sanitaire. La répartition des districts sanitaires par région est présentée au tableau 2.2. La procédure de sélection de l'échantillon est la suivante : Au premier degré, 553 grappes correspondants aux unités primaires ont été tirées à partir des 8 451 Districts de Recensement (DR) issus du Recensement de la Population et de l'Habitat (RGPH) de 1988, de façon systématique à l'intérieur de chaque district sanitaire, avec une probabilité proportionnelle à la taille du DR, à savoir le nombre de ménages dans le DR. Au deuxième degré, un échantillon de ménages a été sélectionné à partir de la liste des ménages obtenue au cours de l'opération de mise à jour de la base de sondage. Le nombre de ménages par grappe varie de 15 à 20 suivant le nombre de DR dans le District Sanitaire. Au total, 553 grappes de l'échantillon ont été enquêtés. La couverture se réfère ici au nombre d'unités statistiques enquêtées avec succès par rapport au nombre d'unités sélectionnées selon le plan de sondage. Dans les dix régions, 9 085 ménages (5 622 ruraux et 3 463 urbains) ont été enquêtés. Dans ces ménages, 17 189 femmes de 15-49 ans et 7 850 hommes de 15-59 ans éligibles ont été enquêtés (tableau 2.3). Dans l'enquête individuelle, on constate des taux de non réponse élevés. En effet, sur 18 597 femmes éligibles identifiées dans les ménages enquêtés, 17 189, soit 92 % (contre 94 % à l’EDS-III) ont pu être interrogées avec succès. Ce niveau de couverture est variable selon la région. Cependant, quelle que soit la région, c’est principalement l’absence des femmes éligibles au passage de l’enquêteur dans le ménage qui explique ce taux élevé. Le taux de réponse des femmes (pourcentage de femmes entièrement enquêtées), varie de 86 % à Ziguinchor à plus de 95 % à Saint-Louis et Louga. Les régions les moins bien couvertes sont celles de Ziguinchor (86 %), de Kolda (90 %) et de Tambacounda (90 %). Pour des raisons de sécurité, les équipes de terrain ont dû passer le moins de temps possible dans les deux premières régions. Les grandes distances et les problèmes d’accès à certaines grappes expliquent en partie le faible taux de couverture de la région de Tambacounda. On observe également un taux de réponse relativement faible à Dakar, en raison de la grande mobilité des personnes, mais aussi du fait que les citadins se montrent souvent moins coopératifs que les autres. 11 Tableau 2.3 Taille et couverture de l'échantillon Effectifs des ménages, des femmes et des hommes sélectionnés, identifiés et enquêtés, et taux de réponse selon le milieu de résidence et la région, ESIS Sénégal 1999 _________________________________________________________________________________________________________ Résidence Région ____________ _____________________________________________________________________ Ziguin- Diour- Saint- Tamba- Kao- Enquête Urbain Rural Dakar chor bel Louis counda lack Thiès Louga Fatick Kolda Ensemble _________________________________________________________________________________________________________ Enquête ménage Nombre de ménages sélectionnés Nombre de ménages identifiés Nombre de ménages enquêtés Taux de réponse des ménages Enquête individuelle femme Nombre de femmes éligibles Nombre de femmes enquêtées Taux de réponse des femmes Ménages pour l'enquête homme Nombre d'hommes éligibles Nombre d'hommes enquêtés Taux de réponse des ménages pour l'enquête homme Taux de réponse global 3 484 5 637 1 480 463 834 888 792 764 1 583 762 893 662 9 121 3 470 5 629 1 475 463 832 886 784 764 1 582 761 890 662 9 099 3 463 5 622 1 472 462 829 885 784 764 1 579 760 889 661 9 085 99,8 99,9 99,8 99,8 99,6 99,9 100,0 100,0 99,8 99,9 99,9 99,8 99,8 7 175 11 422 3 073 662 1 763 1 918 1 428 1 761 3 419 1 618 1 656 1 299 18 597 6 621 10 568 2 819 569 1 633 1 828 1 290 1 622 3 162 1 543 1 553 1 170 17 189 92,3 92,5 91,7 86,0 92,6 95,3 90,3 92,1 92,5 95,4 93,8 90,1 92,4 4 075 5 775 1 765 485 734 980 853 1 015 1 599 791 879 749 9 850 3 191 4 659 1 319 371 617 813 624 813 1 203 672 776 642 7 850 78,3 80,7 74,7 76,5 84,1 83,0 73,2 80,1 75,2 85,0 88,3 85,7 79,7 87,2 88,5 85,5 82,0 90,1 91,1 83,9 87,7 87,0 91,9 91,9 88,5 88,0 Chez les hommes, on constate que le taux de non réponse est également élevé : en effet, parmi les 9 850 hommes de 15 à 59 ans éligibles, seulement 7 850 ont pu être enquêtés, soit 80 % (contre 82 % dans l’EDS-III). Ce résultat, déjà noté dans la plupart des enquêtes et recensements au Sénégal, est surtout lié à la plus grande mobilité des hommes par rapport aux femmes. Le taux de réponse est particulièrement faible dans certaines régions où il est de l’ordre de 75 % (Dakar, Ziguinchor, Tambacounda, Thiès). C’est dans la région de Fatick qu’il est le plus élevé (88 %). 2.4 Personnel et travaux de terrain Les travaux de terrain ont duré deux mois; leur préparation et leur exécution ont comporté les phases suivantes : 2.4.1 Recrutement et formation du personnel de terrain En tout, 100 agents ont été présélectionnés parmi les meilleurs anciens agents des Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS) et formés pendant 7 jours. Les agents recrutés étaient des personnes d’âge adulte, ayant un bon niveau d'instruction et une grande expérience en matière d'enquête auprès de la population générale. À l’issue de la formation, tous les agents ont acquis une connaissance approfondie du rôle qu’ils doivent jouer afin d'atteindre le maximum d'efficacité dans les travaux sur le terrain. Parmi les agents formés, on a retenu 54 enquêtrices, 13 contrôleuses et 13 chefs d’équipes. Ils ont constitué 13 équipes d’agents de terrain. Chaque équipe était composée de 4 enquêtrices. À la tête de chaque équipe, il y a une contrôleuse 12 et un chef d’équipe. Trois superviseurs permanents ont encadré les équipes en plus des rotations effectuées par les membres du personnel d’encadrement. Les contrôleuses ont veillé au contrôle de la qualité des données, tandis que les chefs d’équipes ont eu, en plus de leur travail technique et administratif, la charge d’administrer les questionnaires communautaires. Par ailleurs, 30 agents ont été retenus pour la cartographie. Ils ont précédé les enquêtrices sur le terrain pour la mise à jour des listes de ménages des districts sélectionnés. Compte tenu du contexte qui y prévaut, la région de Ziguinchor a été traitée de façon spécifique. La collecte s'est déroulée du 20 janvier au 1er février 2000 avec un personnel renforcé constitué de 4 équipes de 4 enquêtrices, avec une contrôleuse et un chef d’équipe pour chaque équipe. Ce groupe était encadré par 4 superviseurs permanents. Les membres de l’équipe technique ont effectué des missions sur le terrain pour instamment apaiser l’inquiétude du personnel face à l’insécurité qui prévalait. 2.4.2 Sensibilisation Pour bénéficier d’une bonne collaboration des populations et avoir des taux de réponses satisfaisants et des réponses fiables, des dispositions appropriées ont été prises. Le Groupe SERDHA a fait adresser aux autorités locales (Gouverneurs, Préfets, Sous-préfets et Maires) sur l’ensemble du territoire national des correspondances avec la liste des grappes de l’échantillon pour demander leur appui. Les chefs coutumiers et religieux ont également été mis à contribution. 2.4.3 Mise à jour de la base de sondage Trente agents cartographes ont effectué la mise à jour de la base de sondage. Cette opération qui a consisté à établir la liste des ménages dans les grappes sélectionnées en milieu urbain a duré un mois et demi. En milieu rural, la liste des ménages issues du Recensement agricole a été utilisée. 2.4.4 Logistique des travaux sur le terrain Le Groupe SERDHA a mis à la disposition de l’équipe de recherche les locaux nécessaires ainsi que 17 véhicules de terrain et 1 véhicule de supervision pendant 2 mois. 2.4.5 Contrôle de qualité des travaux sur le terrain Le contrôle de qualité a été assuré à travers la supervision et le suivi permanent des équipes pendant les travaux de terrain. Chaque chef d’équipe a été responsable de la performance de son équipe. En outre, l’ensemble des chercheurs ont passé sur le terrain le temps nécessaire avec chaque équipe afin de s'assurer que toutes les activités étaient exécutées conformément aux instructions. Des séances de travail ont été tenues régulièrement avec chaque équipe, surtout pendant les premiers jours, en vue de renforcer la formation reçue et de corriger les erreurs de collecte de données détectées. 2.5 Traitement des données Le traitement des données a comporté deux phases : le traitement manuel et le traitement informatique. Le traitement manuel a consisté à vérifier l’exhaustivité des questionnaires remplis sur le terrain, à vérifier la qualité des données, sanctionnée par une correction ou un renvoi sur le terrain. Cette phase a été exécutée par une équipe de 20 opératrices de saisie expérimentées et 4 superviseurs. Les 13 opératrices ont été constituées en deux brigades de 10 chacune, pour une durée de deux mois. Les opératrices ont été encadrées par 4 superviseurs et 1 informaticien. Les questionnaires vérifiés et corrigés sur le terrain, ont été envoyés au Bureau Central de l’enquête au Groupe SERDHA où ils ont été enregistrés et re-vérifiés avant la saisie. La saisie des données a commencé 4 jours après le démarrage de la collecte. Le Groupe SERDHA a fourni 20 micro-ordinateurs aux opératrices et 5 micro-ordinateurs pour la vérification pendant deux mois. La saisie a été effectuée avec ISSA, logiciel développé par Macro International et la tabulation a été faite avec ISSA et SPSS/PC. L'édition des données a comporté les vérifications de vraisemblance, d'étendue et de cohérence interne. Toutes les erreurs détectées pendant la procédure d'édition ont été corrigées. Une fois toutes les erreurs corrigées, un fichier définitif des données éditées prêt pour la tabulation a été constitué. 2.6 Tabulation Une liste détaillée de tableaux a été dressée par le Groupe SERDHA en collaboration avec le Comité de Pilotage du Ministère de la Santé. Ces tableaux ont été sortis pour servir de base à la rédaction du rapport d’analyse. 15 Tableau 3.1 Population des ménages par âge et sexe Répartition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'âges quinquennal, selon le milieu de résidence et le sexe, ESIS Sénégal 1999______________________________________________________________________________________________________ Urbain Rural Total__________________________ __________________________ ______________________ Groupe d'âges Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble______________________________________________________________________________________________________ 0-4 5-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 65-69 70-74 75-79 80 ou plus ND Total Effectif 13,7 11,9 12,8 18,2 15,9 17,0 16,4 14,3 15,3 14,5 13,5 13,9 19,0 16,3 17,6 17,2 15,2 16,1 16,0 14,1 15,0 16,6 13,9 15,2 16,3 14,0 15,1 12,7 11,9 12,3 9,2 8,8 9,0 10,6 10,1 10,3 9,8 10,0 9,9 6,4 7,2 6,9 7,8 8,3 8,1 6,7 7,9 7,3 5,0 7,1 6,1 5,6 7,4 6,6 5,3 6,0 5,6 3,6 5,4 4,5 4,2 5,6 5,0 4,5 5,4 5,0 3,4 5,2 4,3 3,8 5,3 4,6 3,9 4,2 4,0 3,3 3,6 3,5 3,5 3,8 3,7 3,1 3,0 3,1 2,9 2,8 2,8 3,0 2,9 2,9 2,2 3,9 3,1 2,0 4,1 3,1 2,1 4,0 3,1 1,4 2,2 1,8 1,7 2,6 2,1 1,6 2,4 2,0 2,0 1,9 2,0 2,9 2,5 2,7 2,5 2,3 2,4 1,4 1,5 1,5 2,1 1,5 1,8 1,8 1,5 1,6 1,2 1,2 1,2 1,8 1,4 1,6 1,6 1,3 1,4 0,7 0,6 0,6 1,0 0,6 0,8 0,9 0,6 0,7 0,6 0,6 0,6 0,9 0,8 0,9 0,8 0,7 0,8 0,3 0,2 0,3 0,2 0,1 0,2 0,3 0,2 0,2 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 15 508 17 270 32 778 23 348 26 271 49 623 38 856 43 543 82 402 CHAPITRE 3 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES FEMMES Salif Ndiaye Deux thèmes font l’objet de ce chapitre : les caractéristiques de l'échantillon des ménages, et celles des femmes enquêtées. L’examen des principales caractéristiques des ménages et des individus constitue un préalable important pour l’analyse des sujets traités dans l’enquête. 3.1 Enquête ménage L'enquête ménage a permis de dénombrer 82 402 personnes (population de fait) dans les 9 085 ménages enquêtés. On a collecté auprès de ces ménages des informations relatives à la structure par âge et par sexe des individus, ainsi que des données portant sur la composition des ménages et sur leur accès à certains services et établissements 3.1.1 Structure par âge et par sexe Les données présentées au tableau 3.1 mettent en évidence un déséquilibre entre les sexes. En effet, le rapport de masculinité (nombre d'hommes pour 100 femmes) s'établit à 89,2 contre 88,8 dans l’EDS-III et 90,6 dans l'EDS-II. Ce déficit d'hommes est légèrement plus prononcé en milieu rural (rapport de masculinité de 89) qu'en milieu urbain (90). 16 La structure par âge de la population est jeune : 47 % ont moins de 15 ans et seulement 5 % ont plus de 65 ans. Ces résultats sont proches de ceux de l’EDS-III de 1989. La pyramide des âges, (graphique 3.1), est caractéristique des populations jeunes : elle est large à la base et se rétrécit rapidement vers le sommet au fur à mesure que l'âge augmente. Selon le milieu de résidence, on constate que la structure par âge est assez contrastée. La proportion de personnes de moins de 15 ans est beaucoup moins élevée dans les villes (42 %) que dans les campagnes (50 %). 3.1.2 Caractéristiques des ménages Sexe du chef de ménage Dans l'ensemble, comme le montre le tableau 3.2, 81 % des chefs de ménage sont des hommes, mais on constate un pourcentage non négligeable de femmes chef de ménage (19 %, soit près d'un chef de ménage sur cinq). C'est parmi les ménages vivant en milieu urbain que l’on observe la proportion la plus élevée de femmes chef de ménage : 29 % (soit plus d'un sur quatre) contre 12 % en milieu rural. À l'EDS-III, la proportion de femmes chef de ménage était de 18 %. La proportion relativement élevée de femmes chef de ménage n'est toutefois pas nécessairement liée au rôle de plus en plus important que jouent les femmes dans la prise en charge du ménage. Ce résultat découle essentiellement de la définition du « ménage » qui se réfère au statut de résidence. Par exemple, un homme polygame est recensé chef de ménage seulement chez sa première épouse, alors que les autres épouses sont chef de ménage dans le cas de résidences séparées, même si le mari dort chez elles de façon tournante. En outre, dans le cas des locataires, le chef de ménage est celui qui est reconnu comme tel sans considération de relation de dépendance. 17 Tableau 3.2 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, taille du ménage, et lien de parenté, selon le milieu de résidence, ESIS Sénégal 1999_____________________________________________________________ Caractéristique Urbain Rural Ensemble_____________________________________________________________ Chef de ménage Homme Femme Nombre de membres habituels <1 1 2 3 4 5 6 7 8 9 ou plus Total Taille moyenne Structure du ménage Un adulte Deux adultes apparentés de sexe opposé Deux adultes apparentés du même sexe Trois adultes apparentés ou plus Autre 71,1 87,9 80,5 28,9 12,1 19,4 0,0 0,0 0,0 5,8 1,5 3,4 4,1 1,9 2,9 7,1 3,4 5,0 7,7 5,6 6,5 9,1 7,1 8,0 8,9 9,4 9,2 8,2 9,9 9,2 7,8 9,0 8,5 41,3 52,1 47,4 100,0 100,0 100,0 8,5 10,0 9,3 8,3 3,0 5,3 12,9 10,8 11,7 3,0 1,8 2,4 42,5 53,5 48,7 33,1 30,9 31,9 Taille des ménages Au Sénégal, les ménages sont de grande taille (tableau 3.2) puisqu’un ménage compte, en moyenne, 9,3 personnes. Cette moyenne est très proche de celle observée à l'EDS-III (9,0 personnes). La dispersion autour de cette valeur moyenne est cependant importante : 47 % des ménages comptent 9 personnes ou plus, 18 % en comptent 4 ou moins. Les ménages ruraux sont de plus grande taille (10,0 contre 8,5 en milieu urbain, soit 1,5 personnes de plus). En outre, dans les villes, on compte six ménages d’une seule personne sur cent et environ 10 % de ménages d'une ou deux personnes. En milieu rural, les proportions correspondantes sont de 2 % et 3 %. Composition du ménage Le même tableau 3.2 présente également des informations sur la composition du ménage (lien de parenté avec le chef de ménage). Près de la moitié des ménages est composée d'au moins 3 adultes apparentés (49 %). Cette situation est plus fréquente en milieu rural (54 % contre 43 % en milieu urbain). Dans moins de 12 % des cas, le ménage est composé de deux personnes adultes de sexes opposés, et dans 5 % des cas d'une seule personne adulte, ce dernier cas de figure étant plus fréquent dans les villes (8 % contre 3 % en milieu rural). 3.1.3 Caractéristiques du logement et biens possédés par le ménage Accès aux services de base Dans l'ensemble, les données du tableau 3.3 montrent que 36 % des ménages enquêtés (contre 32 % à l’EDS-III de 1997), soit plus d'un ménage sur trois, disposent de l'électricité. Les ménages desservis par 18 Tableau 3.3 Caractéristiques des logements Répartition (en %) des ménages par caractéristiques des logements, selon le milieu de résidence, ESIS Sénégal 1999_______________________________________________________________ Caractéristique des logements Urbain Rural Ensemble_______________________________________________________________ Électricité Oui Non ND Total Approvisionnement en eau à boire Robinet dans le logement Robinet public Puits dans le logement Puits public Forage Rivière/Ruisseau/Fleuve Mare/Marigot Eau en bouteille Vendeur d'eau/camion citerne Autre ND Total Type de toilettes Chasse d'eau personnelle Chasse d'eau commune Fosse Latrines Pas de toilettes/Nature Autre ND Total Type de sol Terre/sable Bouse Vinyle ou tapis Carrelage Ciment Autre fini ND Total Nombre de personnes par pièce utilisée pour dormir <3 3-4 5-6 7 ou plus NSP/ND Total Moyenne Effectif de ménages 72,8 7,8 36,2 26,7 91,7 63,3 0,5 0,5 0,5 100,0 100,0 100,0 65,7 8,1 33,2 16,5 19,1 18,0 4,9 6,2 5,6 7,0 51,7 32,2 0,1 7,9 4,5 0,3 1,8 1,1 0,0 1,0 0,6 0,1 0,0 0,1 0,9 0,2 0,5 3,9 3,2 3,5 0,5 0,8 0,7 100,0 100,0 100,0 11,4 0,3 5,2 7,8 0,1 3,5 16,6 33,9 26,3 56,2 16,2 33,7 5,9 47,3 29,3 1,5 1,8 1,7 0,5 0,4 0,4 100,0 100,0 100,0 6,5 45,5 28,5 1,3 14,8 8,9 30,3 8,3 17,9 14,1 0,6 6,5 45,1 26,3 34,5 1,6 3,0 2,4 1,0 1,4 1,3 100,0 100,0 100,0 61,4 63,1 62,3 30,2 31,2 30,8 5,5 3,7 4,5 1,9 1,0 1,4 1,1 1,0 1,0 100,0 100,0 100,0 2,7 2,7 2,7 3 966 5 119 9 085 l’électricité résident, en grande majorité, en milieu urbain (73 %); dans les campagnes, seulement 8 % disposent de l'électricité. Le tableau 3.3 présente également les données concernant la source d’approvisionnement en eau du ménage (graphique 3.2). On constate que plus de la moitié des ménages sénégalais ont accès à l'eau courante, soit à l'intérieur de leur concession (33 %), soit à l'extérieur (18 %). Près de deux ménages sur cinq utilisent l'eau des puits : 6 % disposent d’un puits dans la concession et 32 % s’approvisionnent à des puits publics. 19 En milieu rural, le puits constitue la principale source d’approvisionnement en eau des populations rurales, puisque près de six ménages ruraux sur dix (58 %) s’y approvisionnent. L'accès à l'eau courante est très limité dans les campagnes : seulement 27 % y ont accès. Par contre dans les villes, cette proportion est de 82 %. De plus, les forages, service presque exclusivement rural, contribuent pour 8 % dans l'approvisionnement des ménages de cette zone. En ce qui concerne les toilettes, les données montrent que le milieu rural est également très défavorisé puisque, en moyenne, 47 % de l'ensemble des ménages ruraux ne disposent d’aucunes toilettes; par comparaison, cette proportion n’est que de 6 % en milieu urbain. Au niveau national, plus d’un ménage sur cinq ne dispose d’aucun type de toilettes (29 %). Les toilettes avec chasse d'eau sont inexistantes dans les campagnes et peu fréquentes même dans les villes (19 %). Les types de toilette dominants sont les fosses (26 %) et les latrines (34 %). Caractéristiques des logements • Nombre de personnes par pièce On compte, en moyenne, 2,7 personnes par pièce pour dormir. Cette moyenne varie très peu selon les milieux. Cependant, les ménages comptant plus de 5 personnes par pièce sont plus fréquents en milieu urbain qu’en milieu rural (7,4 % contre 4,7 %). Dans la majorité des ménages (environ 60 %), quel que soit le milieu, les ménages disposent d’une pièce pour 1 à 2 personnes. • Nature du sol Près de deux logements sur cinq (37 %) ont un sol recouvert d’un matériau de type traditionnel (29 % ont un sol en terre et 9 % ont un sol recouvert de bouse) : dans plus d’un tiers des cas (35 %), le sol est recouvert de ciment (tableau 2.5 et graphique 2.2). Cependant, dans 18 % des cas, le vinyle ou un tapis 20 Tableau 3.4 Biens durables possédés par le ménage Pourcentage de ménages possédant certains biens de consommation durables, selon le milieu de résidence, ESIS Sénégal 1999 ____________________________________________________ Biens durables Urbain Rural Ensemble ____________________________________________________ Radio Télévision Vidéo/magnétoscope Téléphone Réfrigérateur Réchaud/cuisinière Bicyclette/vélo Mobylette/Motocyclette Voiture Charette Voiture hippomobile Effectif de ménages 83,6 66,7 74,0 50,8 7,1 26,2 15,0 1,6 7,5 22,9 2,4 11,4 32,1 2,3 15,3 49,9 15,3 30,4 9,3 12,5 11,1 5,9 2,3 3,9 11,1 2,3 6,2 3,8 41,2 24,9 0,9 0,8 0,9 3 966 5 119 9 085 recouvre le sol. Dans les villes, le type de sol le plus fréquent est le ciment (45 %); 30 % des logements urbains ont un sol en vinyle ou tapis et 14 % en carrelage. Par contre, en milieu rural, plus de 60 % des sols sont en terre, en sable ou en bouse. Seulement, 8 % des logements ruraux ont un sol en tapis ou en vinyle. • Disponibilité de certains biens durables Au Sénégal, la possession de certains équipements de base est assez limitée (tableau 3.4). En dehors de la radio, disponible dans 74 % des ménages, la télévision, le réfrigérateur et la voiture ne sont accessibles qu'à une certaine catégorie des ménages, principalement urbains (respectivement 51 %, 32 % et 11%). La voiture concerne seulement 6 % de l'ensemble des ménages et 11 % des urbains. Les bicyclettes sont également peu courantes : 13 % en milieu rural contre 9 % en milieu urbain. La possession d'une motocyclette est rare (moins de 4 % des ménages). 3.2 Enquête individuelle L'enquête individuelle a porté sur un échantillon de 17 189 femmes de 15 à 49 ans et de 7 850 hommes de 15 à 59 ans. Les interviews individuelles constituent la partie essentielle de l'enquête, et les sujets sur lesquels elles ont porté, ont été présentés dans le chapitre précédent. Dans cette section, quelques caractéristiques fondamentales (âge, état matrimonial, niveau d'instruction, lieu de résidence et groupe ethnique) seront développés avant l'examen des autres sujets dans les chapitres suivants. Les résultats relatifs à l'enquête auprès des hommes feront, eux aussi, l'objet d'un chapitre ultérieur. 3.2.1 Répartition des femmes selon l’âge Malgré l'importance de l'âge dans les analyses démographiques, sa mesure est souvent entachée d'erreurs, surtout dans les pays à état civil déficient. Ainsi, de gros efforts sont-ils déployés en vue d’améliorer la qualité des données sur l'âge. Les difficultés dans la collecte des données sur l'âge sont souvent liées aux défaillances de mémoire, à la tendance à déclarer des âges terminés par certains chiffres (0 et 5 en général). Cependant, la plupart des analyses portant sur des groupes d'âges, les effets des erreurs sur les années d'âge seront atténués. L’évaluation de la qualité fera l’objet d’une étude séparée. La répartition des femmes par groupe d'âges quinquennal (tableau 3.5) confirme la jeunesse de la population : 60 % (contre 59 % dans l’EDS-III) des femmes enquêtées ont moins de 30 ans tandis que 15 % ont entre 40 et 49 ans. Cette structure est pratiquement identique à celle observée dans les enquêtes antérieures (ESF de 1978, EDS-I de 1986, EDS-II de 1992-1993 et EDS-III de 1997). Ce résultat démontre donc une comparabilité parfaite de ces enquêtes, en ce qui concerne l'âge tout au moins, et atteste de la bonne qualité des données sur cette variable. 21 Tableau 3.5 Caractéristiques socio-démographiques des enquêtées Répartition (en %) des femmes enquêtées par âge, milieu de résidence, région et ethnie, ESIS Sénégal 1999 _________________________________________________________ Femmes _______________________________ Effectif Caractéristique Pourcentage ____________________ socio-démographique pondéré Pondéré Non pondéré _________________________________________________________ Âge 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Milieu de résidence Urbain Rural Région Dakar Ziguinchor Diourbel Saint-Louis Tambacounda Kaolack Thiès Louga Fatick Kolda Ethnie Wolof Poular Sérer Mandingue Diola Autre Ensemble 22,9 3 939 3 934 19,2 3 292 3 218 17,5 3 007 3 022 13,0 2 240 2 258 12,1 2 075 2 072 8,7 1 502 1 512 6,6 1 133 1 171 64,8 11 132 11 631 22,5 3 868 3 631 12,7 2 189 1 927 44,4 7 637 6 621 55,6 9 552 10 568 20,1 3 447 2 819 4,6 795 569 10,2 1 753 1 633 10,4 1 786 1 828 5,5 946 1 290 13,0 2 226 1 622 15,9 2 730 3 162 6,5 1 126 1 543 5,1 885 1 553 8,7 1 495 1 170 43,4 7 459 7 542 24,3 4 173 4 130 13,9 2 388 2 708 6,0 1 025 901 4,4 759 570 8,1 1 386 1 338 100,0 17 189 17 189 3.2.2 Répartition des femmes selon le lieu de résidence Deux variables ont été retenues pour caractériser le lieu de résidence au moment de l'enquête : la région administrative et le milieu de résidence. Le milieu de résidence (urbain ou rural) se réfère au statut administratif de la localité. Ainsi, toutes les localités ayant le statut de Commune (espace soumis aux lois municipales) sont considérées comme urbaines. Cette définition du milieu urbain est identique à celle adoptée dans l'EDS-I, dans l'EDS-II et dans l'EDS-III. 22 En ce qui concerne l'urbanisation, la progression a été assez sensible : 41 % des femmes vivaient en milieu urbain en 1986, 42 % en 1992-1993, et 44 % en 1997 et en 1999. La répartition des femmes montre que la région de Dakar abrite la part la plus importante de l'échantillon (20 %). Elle est suivie par Thiès (16 %) et Kaolack (13 %). Diourbel et Saint-Louis interviennent respectivement pour environ 10 % chacune. Tambacounda et Ziguinchor représentent les parts les plus faibles dans l’échantillon (respectivement 6 % et 5 %). Cette répartition est cohérente avec celle de la population totale. 3.2.3 Répartition des femmes selon l’ethnie Le Sénégal compte une vingtaine d'ethnies (Wolof, Lébou, Peuhl, Toucouleur, Sérer, Diola, Mandingue, Bambara, Soninké, Balante, Madjak, .). Le poids de chacune de ces ethnies dans la population totale est très variable : pour certaines, il est faible, voire négligeable. Pour ces raisons, elles ont été regroupées en cinq grandes catégories dont l'homogénéité est généralement acceptée. Ce sont : les Wolof (Wolof et Lébou), les Poular (Peuhl, Toucouleur, Foulbé), les Sérer, les Mandingue (Mandingue, Malinké et Socé) et les Diola. Les autres ethnies minoritaires et les non-sénégalais sont regroupées dans la catégorie « autre ». Le tableau 3.5 indique que les Wolof, Poular et Sérer (respectivement 43 %, 24 % et 14 %) sont représentés dans des proportions voisines de celles des enquêtes antérieures. Par contre, des écarts assez significatifs sont observés en ce qui concerne le poids du groupe « autre ethnie » : 8 % dans l’ESIS contre 10 % dans l’EDS-III et 6 % dans l'EDS-II. 3.2.4 État matrimonial actuel Dans cette section, on se limitera à la présentation de la répartition de l'ensemble des femmes selon l'état matrimonial actuel. Contrairement aux enquêtes antérieures, l'étude de la nuptialité ne fera pas l'objet d'un chapitre spécifique, l’ESIS n’ayant collecté des données que sur la situation matrimoniale actuelle. Le mariage est défini ici comme une union reconnue par la religion, la coutume ou la loi. Les unions libres (dont la fréquence est quasiment nulle) sont également considérées comme des unions dès lors qu'elles donnent lieu à une cohabitation maritale. Le groupe des divorcées inclut les « séparées » dont la fréquence est également négligeable d'après les données de l'enquête. C'est pourquoi dans la suite, les divorcées et les séparées seront regroupées dans la même catégorie « divorcées ». Les célibataires sont les femmes qui n'ont jamais été en union. Enfin, dans la suite, les catégories des « femmes mariées » et des « femmes en union » seront utilisées indifféremment pour designer le même état matrimonial. Selon les données du tableau 3.6, 28 % des femmes étaient célibataires au moment de l'enquête, tandis que 67 % étaient en union et 5 % étaient en rupture d’union (1 % veuves et 4 % divorcées ou séparées). Le pourcentage de célibataires est légèrement plus élevé que celui de l’EDS-III (27 %) réalisée trois ans plus tôt. L’absence de questions sur l’âge au premier mariage dans l’ESIS ne permet malheureusement pas de procéder à une analyse comparative poussée. 23 Tableau 3.6 État matrimonial Répartition (en %) des femmes par état matrimonial actuel, selon l'âge, ESIS Sénégal 1999_________________________________________________________________ Groupe Céliba- En Séparée/ d'âges taire union Veuve Divorcée Total Effectif_________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Ensemble 72,2 27,0 0,1 0,7 100,0 3 939 37,3 59,9 0,5 2,3 100,0 3 292 15,8 78,8 0,8 4,7 100,0 3 007 6,9 87,4 1,0 4,7 100,0 2 240 3,2 89,6 1,6 5,6 100,0 2 075 1,8 89,5 2,9 5,7 100,0 1 502 1,2 88,5 6,0 4,4 100,0 1 133 28,0 67,3 1,2 3,6 100,0 17 189 3.2.5 Instruction Globalement, 65 % (contre 67 % en 1997) des femmes sénégalaises de 15-49 ans enquêtées n'ont jamais fréquenté l'école (tableau 3.7 et graphique 3.3). Ceci traduit un niveau d'analphabétisme féminin très élevé dans la mesure où, aujourd'hui encore dans le pays, l'instruction s'acquiert essentiellement par le biais du système scolaire formel. La plupart des femmes qui ont fréquenté l'école se sont limitées au niveau primaire (moins de 23 % de toutes les femmes ou 64 % des femmes instruites, soit pratiquement les deux tiers); les femmes ayant un niveau secondaire ou plus représentent moins de 13 % de l'ensemble des femmes. Par rapport à 1992-1993, on observe pourtant un progrès sensible du niveau de scolarisation : 17 % de l'ensemble des femmes avaient un niveau primaire et 10 % un niveau secondaire ou plus à cette période contre, respectivement, 23 % et 13 % aujourd’hui. Le niveau d'analphabétisme qui est très élevé parmi toutes les femmes, l'est encore plus en milieu rural (86 %), la scolarisation étant toujours un phénomène essentiellement urbain, surtout chez les femmes. Par ailleurs, les femmes les plus jeunes, celles résidant dans les régions de Dakar, Ziguinchor et Thiès, dans une moindre mesure, les femmes d'ethnie Diola ont les niveaux d'instruction les plus élevés. 24 Tableau 3.7 Niveau d'instruction des femmes enquêtées Répartition (en %) des femmes par niveau d'instruction atteint, selon les caractéristiques socio-démographiques, ESIS Sénégal 1999 ______________________________________________________________________ Niveau d'instruction des femmes _____________________________ Secon- daire Caractéristique Aucun Primaire ou plus Total Effectif ______________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Urbain Rural Région Dakar Ziguinchor Diourbel Saint-Louis Tambacounda Kaolack Thiès Louga Fatick Kolda Ethnie Wolof Poular Sérer Mandingue Diola Autre Ensemble 52,8 30,7 16,6 100,0 3 939 56,4 29,1 14,4 100,0 3 292 65,6 22,0 12,4 100,0 3 007 71,7 17,6 10,7 100,0 2 240 76,3 13,3 10,4 100,0 2 075 75,1 15,5 9,3 100,0 1 502 79,7 12,0 8,3 100,0 1 133 38,0 36,4 25,7 100,0 7 637 86,2 11,4 2,4 100,0 9 552 35,4 35,1 29,5 100,0 3 447 43,1 42,0 15,0 100,0 795 83,9 11,5 4,6 100,0 1 753 65,8 22,6 11,6 100,0 1 786 77,8 17,1 5,1 100,0 946 78,9 14,5 6,7 100,0 2 226 60,5 25,7 13,7 100,0 2 730 83,2 13,3 3,5 100,0 1 126 75,7 17,1 7,3 100,0 885 78,5 15,5 6,0 100,0 1 495 65,0 22,0 12,9 100,0 7 459 70,7 19,2 10,2 100,0 4 172 66,5 21,8 11,7 100,0 2 387 62,5 25,5 12,0 100,0 1 024 44,2 36,4 19,3 100,0 759 55,5 26,4 18,2 100,0 1 386 64,8 22,5 12,7 100,0 17 189 25 1 Pour l'ESF de 1978, il s’agissait de l’historique des grossesses. 2 Voir les rapports d'analyse de l'ESF de 1978, de l'EDS-I de 1986, de l'EDS-II de 1992-1993 et de l’EDS-III de 1997. 27 CHAPITRE 4 FÉCONDITÉ Salif Ndiaye Au cours des vingt dernières années, le Sénégal a réalisé cinq grandes enquêtes démographiques nationales : l’enquête sénégalaise sur la fécondité en 1978 (ESF) qui fait partie du programme des enquêtes mondiales sur la fécondité puis, dans le cadre du programme Demographic and Health Surveys, trois enquêtes démographiques et de santé, l’EDS-I de 1986, l’EDS-II de 1992-1993 et l’EDS-III de 1997 et, pour les besoins du Programme de Développement Intégré de la Santé (PDIS), l’Enquête Sénégalaise sur les Indicateurs de Santé en 1999 (ESIS). Ces enquêtes, réalisées selon des méthodologies comparables, ont permis de collecter des informations variées sur les niveaux, les tendances et les déterminants de la fécondité. En plus des informations sur la parité des femmes, des questions spécifiques étaient posées pour reconstituer, avec chaque femme interrogée, l’historique complet de ses naissances1, de la plus ancienne à la plus récente, en enregistrant, pour chacune d’entre elles : le type de naissance (simple ou multiple), le sexe, la date de naissance ou l’âge, l’état de survie et, pour les enfants décédés, l’âge au décès. Les résultats des quatre premières enquêtes ont montré que, malgré une baisse régulière parmi les femmes jeunes (moins de 30 ans) et en milieu urbain2, la fécondité reste encore élevée. Elles ont montré également que les déterminants essentiels de la fécondité étaient l’aménorrhée post-partum et la nuptialité, mais aussi l’utilisation de la contraception au cours des dernières années. Les changements les plus significatifs dans les déterminants proches ont été observés en milieu urbain et parmi les femmes instruites, d’où les niveaux plus bas et les baisses significatives constatées dans ces groupes. L’ESIS réalisée en 1999 permet de mettre à jour les données déjà disponibles. Dans ce chapitre, nous présenterons les niveaux actuels ainsi que les différentiels et les tendances de la fécondité. Nous examinerons également les niveaux de la fécondité cumulée et de la fécondité récente à partir des taux de fécondité générale par groupe d’âges quinquennaux. La fécondité cumulée ou parité moyenne est une mesure rétrospective qui se base sur le nombre d’enfants nés vivants, mais qui ne tient pas compte du calendrier de cette fécondité. Par ailleurs, le cumul des taux de fécondité du moment par âge fournit l’Indice Synthétique de Fécondité (ISF) ou Somme des Naissances Réduites, qui mesure le nombre moyen d’enfants nés vivants qu’aurait une femme, en fin de période féconde dans les conditions de fécondité actuelle. Auparavant, nous présenterons de façon sommaire la méthodologie de la collecte des données sur la fécondité. 4.1 Éléments méthodologiques Afin d’améliorer la qualité des données sur la fécondité, un accent particulier a été mis sur toutes les questions relatives aux naissances pendant la formation des enquêtrices et la collecte des données. C’est ainsi que, lors de l’interview, l’enquêtrice devait, si possible, vérifier l’information obtenue à partir de documents officiels; elle devait également essayer de détecter les éventuelles incohérences, en vérifiant, par exemple, la durée des intervalles intergénésiques. Après avoir posé toutes les questions concernant l’historique des naissances, 28 Tableau 4.1 Fécondité actuelle Taux de fécondité par âge, indice synthétique de fécondité (ISF), taux brut de natalité (TBN) et taux global de fécondité générale (TGFG) pour la période des cinq années précédant l’enquête, selon le milieu de résidence, ESIS Sénégal 1999 _____________________________________________________ Résidence________________ Groupe d’âges Urbain Rural Ensemble_____________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 ISF 15-49 (pour 1 femme) ISF 15-44 (pour 1 femme) TGFG (pour 1 000) TBN (pour 1 000) 58 138 101 160 263 216 187 269 234 172 246 215 118 168 148 63 99 83 18 44 32 3,9 6,1 5,2 3,8 5,9 5,0 126 208 172 30 40 36 _____________________________________________________ Note : Les taux sont calculés pour la période de 1-59 mois avant l’enquête. Les taux à 45-49 ans peuvent être légèrement biaisés du fait de données incomplètes pour ce groupe d’âges. l’enquêtrice contrôlait alors si le nombre total d’enfants déclarés par la mère (dans chaque catégorie : vivants, décédés, .) était cohérent avec le nombre d’enfants obtenu à partir de l’historique des naissances. En cas de différence, l’enquêtrice devait revérifier et corriger les réponses erronées. Malgré toutes ces vérifications, il n’est pas toujours possible d’éviter totalement certains types d’erreurs inhérentes aux enquêtes rétrospectives, à savoir : • le sous-enregistrement de naissances, en particulier l’omission d’enfants en bas âge, ce qui peut entraîner une sous-estimation des niveaux de fécondité; • l’imprécision des déclarations de date de naissance et/ou d’âge, en particulier, l’attraction pour des années de naissance ou pour des âges ronds, qui peut entraîner des sous-estimations ou des surestimations de la fécondité à certains âges et/ou pour certaines époques. • le gonflement des effectifs de femmes de plus de 49 ans au détriment de ceux du groupe d’âges 45-49 ans. Le nombre de naissances par année de calendrier permet d’évaluer la qualité des données sur la fécondité. En effet, une série de naissances qui ne souffre pas d’incohérences notoires doit être plus ou moins linéaire. Les pays qui disposent de système d’état civil développé présentent moins fréquemment ce genre de lacunes. Par ailleurs, lors des enquêtes, on a parfois observé certains déplacements de dates de naissance d’enfants, nés durant la dernière période quinquennale, vers les années précédentes. Ces « déplacements » d’année de naissance sont souvent effectués « volontairement » par les enquêtrices, pour éviter de poser les questions sur la santé des enfants (section 4 du questionnaire), questions qui ne portent que sur les naissances de la dernière période quinquennale. Ces « déplacements » qui, habituellement, sont plus fréquents dans les zones rurales et parmi les femmes les moins instruites, feront l’objet d’une étude séparée. 4.2 Niveaux et différentiels La fécondité récente ou la fécondité du moment traduit le niveau de la fécondité pour une période de référence avant l’enquête bien précise. Cette période est généralement de 1, 2, 3, 4 ou 5 années. Dans le cas de l’ESIS, les données portent sur les cinq années précédant l’enquête. Le tableau 4.1 et le graphique 4.1 présentent les niveaux de fécondité par groupe d’âges pour la période des 5 années précédant l’enquête. Au niveau national, la courbe des 29 t a u x de fécondité par âge présente une allure classique caractéristique des pays à forte fécondité : une fécondité précoce élevée : évalué à 101 ‰ à 15-19 ans, le taux de fécondité augmente rapidement pour atteindre 216 ‰ à 20-24 ans; il plafonne à 25-29 ans avec 234 ‰. Cette tendance est la même aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural, avec des niveaux à tous les âges plus bas en zone urbaine. L’ISF ou somme des naissances réduites, est un indice de fécondité du moment calculé à partir du cumul des taux de fécondité par âge. Il mesure le nombre moyen d’enfants qu’aurait une femme à la fin de sa vie féconde si elle avait, à chaque âge, la fécondité par âge d’une période considérée, ici la période des trois années ayant précédé l’enquête. Au niveau national, l’ISF calculé pour les femmes de 15 à 49 ans s’établit à 5,2 enfants par femme (contre 5,7 dans l’EDS-III). Selon l’ESIS, le Taux Global de Fécondité Générale (TGFG), ou nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population des femmes en âge de procréer est de 172 ‰ au niveau national. Le Taux Brut de Natalité (TBN) ou nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population totale est estimé à 36 ‰. Ce niveau de fécondité observé au niveau national, cache des disparités importantes entre le milieu urbain et le milieu rural, et selon la région de résidence. Le tableau 4.1 présente également les taux de fécondité par âge et l’ISF pour les milieux urbain et rural. Les taux de fécondité par âge et l’ISF présentent des écarts importants selon le milieu de résidence. L’ISF varie de 6,1 enfants par femme en milieu rural à 3,9 en milieu urbain. À tous les âges, la fécondité est moins élevée parmi les femmes urbaines; les plus grands écarts étant observés aux âges les plus jeunes (moins de 30 ans). La fécondité est en outre beaucoup plus tardive dans les villes. Dans les zones urbaines, la fécondité est inférieure de plus de 2 enfants (2,2), soit 37 % en valeur relative, à celle du milieu rural. Bien que les courbes des taux de fécondité par âge dans les deux milieux présentent la même allure, la fécondité urbaine est nettement inférieure à celle observée en milieu rural, en particulier aux âges jeunes (avant 30 30 Tableau 4.2 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques Indice synthétique de fécondité pour les cinq années précédant l'enquête, proportion de femmes actuellement enceintes et nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans, par caractéristiques socio-démographiques, ESIS Sénégal 1999____________________________________________________ Nombre moyen Indice d'enfants nés synthétique vivants pour les Caractéristique de fécondité1 femmes de 40-49 ans____________________________________________________ Milieu de résidence Urbain Rural Région Dakar Ziguinchor Diourbel Saint-Louis Tambacounda Kaolack Thiès Louga Fatick Kolda Ethnie Wolof Poular Sérer Mandingue Diola Autre Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble 3,9 6,2 6,1 7,0 3,5 5,9 4,6 6,2 5,7 6,9 5,5 6,3 6,4 7,0 6,4 7,1 5,2 7,1 5,0 6,5 6,0 7,0 6,3 6,9 4,9 6,4 5,3 6,6 5,9 7,4 5,6 7,1 4,5 6,4 4,9 6,7 5,9 7,0 4,1 6,2 2,7 4,7 5,2 6,7 ____________________________________________________ 1 Indice synthétique de fécondité pour les femmes âgées de 15-49 ans ans); à 15-19 ans par exemple, le taux de fécondité des femmes rurales est plus de deux fois plus important que celui des femmes urbaines (58 ‰ contre 138 ‰). Les données du tableau 4.2 et du graphique 4.2 font apparaître des différences importantes selon d’autres caractéristiques socio-économiques. On ne reviendra pas sur les différences de fécondité selon le milieu de résidence déjà commentées. Entre les régions administratives, les écarts sont importants. Dakar se caractérise par le niveau de fécondité le plus faible (ISF de 3,5 enfants par femme). Ziguinchor, Louga et Thiès suivent avec, respectivement, des ISF de 4,6, 5,0 et 5,2. À l’autre extrême, se situent les régions qui ont la fécondité la plus élevée : Tambacounda (6,4), Kaolack (6,4) et Kolda (6,3). Les différences de niveau de fécondité sont moins prononcées entre les ethnies. On distingue cependant, les Sérer (ISF de 5,9), les Mandingue (5,6) et les Poular (5,3), avec un ISF supérieur à 5 enfants, des autres ethnies dont l’ISF se situe à un niveau un peu plus faible. 31 L’effet de l’instruction sur la fécondité est très nette : les femmes de niveau secondaire ou plus ont une fécondité (ISF) deux fois moins élevée que celles n’ayant aucune instruction (2,7 contre 5,9 enfants par femme). Le tableau 4.2 présente également le nombre moyen d’enfants nés vivants par femme de 40-49 ans, c’est- à-dire en fin de vie féconde. Contrairement à l’ISF qui mesure la fécondité du moment, cet indice qui peut être assimilé à une descendance finale, est le résultat de la fécondité passée des femmes enquêtées qui atteignent 40-49 ans. Au niveau national, la descendance des femmes de 40-49 ans (6,7 contre 7,1 dans l’EDS-III) est largement supérieure à l’ISF (5,2 contre 5,7 dans l’EDS-III), ce qui confirme la tendance à la baisse de la fécondité. Si cette tendance, très significative chez les femmes urbaines, chez celles qui résident à Dakar, Thiès, Louga et Saint- Louis, et chez celles qui sont instruites, se confirmait, on pourrait s’attendre à une baisse généralisée de la fécondité. 4.3 Tendances de la fécondité La comparaison de la descendance avec l’ISF a révélé une tendance à la baisse de la fécondité. Ici il s’agira de vérifier si cette tendance se confirme, en examinant d’une part une série chronologique de données issues de sources indépendantes et d’autre part l’évolution des taux de fécondité calculés à partir des questions rétrospectives sur l’historique des naissances de la seule enquête ESIS de 1999. En ce qui concerne la parité moyenne ou nombre moyen d’enfants nés vivants, le tableau 4.3 montre que la parité à chaque âge a sensiblement diminué dans le temps (selon les différentes sources), cela pratiquement à tous les âges, mais à des degrés variables selon l’âge et la période. 32 Tableau 4.3 Nombre d'enfants nés vivants par femme Nombre d'enfants nés vivants par femme selon différentes sources _____________________________________________________________ EDS-I EDS-II EDS-III ESIS Groupe d’âges 1986 1992-93 1997 1999 _____________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total 0,3 0,3 0,2 0,2 1,6 1,4 1,2 1,1 3,1 2,9 2,5 2,5 4,7 4,7 4,3 4,1 6,2 5,9 5,7 5,4 6,8 7,0 6,7 6,4 7,3 7,4 7,6 7,1 3,3 3,3 3,1 2,9 Tableau 4.4 Taux de fécondité par âge selon quatre sources Taux de fécondité par âge et indice synthétique de fécondité selon quatre sources (période des 3 dernières années avant l'enquête)_____________________________________________________________ EDS-I EDS-II EDS-III ESIS Groupe d’âges 19861 1992-93 1997 19991 _____________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 ISF 15-49 ISF 15-44 159 127 103 101 279 250 219 216 278 266 240 234 261 244 245 215 199 185 186 148 107 99 99 83 40 34 41 32 6.6 6.0 5.7 5.2 6.4 5.9 5.5 5.0 _____________________________________________________________ Note: Taux de fécondité par groupe d'âges pour 1 000 femmes 1 Période des 5 dernières années avant l'enquête Les taux de fécondité qui figurent au tableau 4.4 montrent de façon très nette la baisse régulière de la fécondité au cours des 20 dernières années, en particulier parmi les femmes de moins de 35 ans (graphique 4.3). Ainsi, l’ISF a diminué de 1,4 enfants dans l’ensemble du pays entre les années 1985 (EDS-I) et 1999 (ESIS), soit en l’espace de 15 ans environ et vraisemblablement de façon plus rapide depuis le début des années 1990. 3 Voir les rapports des EDS-I et EDS-II et “ Études rétrospectives dans le secteur population et santé. Composante quantitative”. Étude réalisée par le Groupe SERDHA en collaboration avec The Futures Group International, en 1997. 33 Tableau 4.5 Tendances de la fécondité par âge Taux de fécondité par âge par période de cinq ans précédant l’enquête, selon l’âge de la mère, ESIS Sénégal 1999 ___________________________________________________ Périodes précédant l’enquête (en années) Groupe __________________________________ d’âges 0-4 5-9 10-14 15-19 ___________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 ISF 15-39 101 132 148 157 216 258 287 274 234 288 314 310 215 269 296 [288] 148 223 [264] - 83 [158] - - [32] - - - 4,6 5,9 6,6 - ___________________________________________________ Note : Taux de fécondité par groupe d’âges pour 1 000 femmes. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplètes. L e s données collectées lors de l’ESIS permettent de retracer les tendances passées de la fécondité. Pour cela, on a calculé les taux de fécondité par âge des mères à la naissance de leurs enfants, par période de cinq ans précédant l’enquête (tableau 4.5). Selon les données du tableau 4.5, il apparaît tout d’abord que les taux de fécondité présentent des variations par âge similaires. Cependant, à tous les âges, on constate que les taux de fécondité diminuent régulièrement des périodes les plus anciennes aux périodes les plus récentes, ce qui confirme de nouveau la baisse de la fécondité. Les résultats qui précèdent confirment donc l’amorce de la baisse de la fécondité qui avait déjà été révélée par les enquêtes et recherches antérieures3. Cependant, à l’examen de certains déterminants importants de la fécondité, on a des raisons de penser que le rythme de baisse observé entre l’EDS-III (1997) et l’ESIS surestime très probablement l’ampleur réelle de la baisse. En effet, le pourcentage de célibataires à chaque âge a à peine diminué entre les deux enquêtes et la prévalence contraceptive est pratiquement restée au même niveau. Or, la baisse absolue de l’ISF entre 1997 et 34 Tableau 4.6 Enfants nés vivants et enfants survivants des femmes Répartition (en %) de toutes les femmes et des femmes actuellement en union par nombre d’enfants nés vivants, nombre moyen d’enfants nés vivants et nombre moyen d’enfants survivants, selon l’âge des femmes, ESIS Sénégal 1999_____________________________________________________________________________________________________________________ Nombre moyen Nombre Nombre d ’enfants nés vivants Effectif d’enfants moyen Groupe _______________________________________________________________________ de nés d’enfants d’âges 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ou + Total femmes vivants survivants_____________________________________________________________________________________________________________________ TOUTES LES FEMMES_____________________________________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Ensemble 82,4 13,5 3,5 0,5 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 3 939 0,22 0,19 41,7 24,9 19,1 9,6 3,6 0,9 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 3 292 1,12 0,97 18,3 14,3 18,6 17,4 15,8 9,7 4,2 1,2 0,4 0,1 0,0 100,0 3 007 2,54 2,18 8,7 7,8 11,1 13,0 16,2 14,6 12,2 9,7 4,4 1,7 0,7 100,0 2 240 4,05 3,39 4,5 5,5 7,5 7,9 10,1 13,0 15,3 13,8 10,5 6,6 5,5 100,0 2 075 5,38 4,46 3,8 3,6 3,8 5,1 9,2 10,5 12,6 13,6 13,4 10,4 13,9 100,0 1 502 6,39 5,18 3,5 2,2 3,4 4,0 6,8 9,0 10,1 12,4 14,7 12,9 21,1 100,0 1 133 7,05 5,55 32,3 12,5 10,6 8,4 8,0 6,9 6,0 5,2 4,0 2,8 3,4 100,0 17 189 2,91 2,41 _____________________________________________________________________________________________________________________ FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION_____________________________________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Ensemble 45,9 40,2 12,1 1,4 0,2 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1 062 0,70 0,60 15,9 31,7 29,8 15,1 5,8 1,6 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 100,0 1 971 1,69 1,46 6,8 13,4 20,8 20,3 19,3 11,9 5,4 1,5 0,5 0,1 0,0 100,0 2 369 3,00 2,58 3,6 6,0 10,6 13,7 17,6 16,5 13,5 10,9 5,0 1,8 0,8 100,0 1 957 4,43 3,70 2,2 3,8 6,2 7,5 10,2 13,9 16,4 15,2 11,5 7,2 5,8 100,0 1 861 5,72 4,74 2,5 3,1 3,3 4,7 8,3 10,5 12,7 14,4 14,4 11,4 14,8 100,0 1 344 6,64 5,38 3,3 1,7 3,1 3,4 6,0 8,6 9,7 12,9 15,6 13,2 22,4 100,0 1 002 7,22 5,68 9,9 14,0 13,9 11,2 11,0 9,7 8,4 7,4 5,8 4,0 4,7 100,0 11 567 4,03 3,34 1999 (0,5 enfants en moins de 3 ans) est plus importante que celle observée entre 1992-93 (EDS-II) et 1997 (0,3 enfants en près de 5 ans); on constate le même phénomène entre 1986 (EDS-I) et 1992-93 (EDS-II). De même, l’ISF calculé pour les seules femmes de 15-39 ans (dernière ligne du tableau 4.5) montre une baisse d’une importance inexplicable au cours des 15 et surtout des 10 dernières années : près de 2 enfants entre l’avant-avant dernière période (10-14 ans avant l’enquête) et la dernière période (0-4 ans), dont 1,3 enfants entre les deux seules dernières périodes. Il est vraisemblable que les naissances des 5 dernières années avant l’enquête aient été mal reportées. Même si globalement, le nombre d’enfants nés vivants a été bien enregistré, certains de ceux nés au cours des 5 dernières années ont été vieillis et enregistrés comme étant nés 5-9 ans avant l’enquête (ce qui réduit donc artificiellement la fécondité de la dernière période). Ce vieillissement des naissances des 5 dernières années a été observé dans d’autres enquêtes où le questionnaire comportait une section lourde et difficile sur la santé de la mère et de l’enfant appliquée aux seules femmes ayant eu des naissances au cours cette période. L’ampleur de ce vieillissement dépend de la charge de travail du personnel de terrain et de la rigueur du contrôle des enquêtrices qui, pour ne pas remplir cette section et poser le moins de questions possibles, réduisent le nombre de ces naissances. Cependant, ce phénomène n’explique pas à lui seul les résultats observés et la tendance à la baisse de la fécondité n’est pas remise en cause, même si son ampleur telle que révélée par l’ESIS est certainement plus importante qu’elle n’est réellement. 4.4 Fécondité cumulée À partir du nombre total d’enfants que les femmes ont eus au cours de leur vie, on a calculé les parités moyennes par groupe d’âges, pour l’ensemble des femmes et pour les femmes actuellement en union (Tableau 4.6). On constate tout d’abord une augmentation régulière et très rapide des parités avec l’âge de la femme : 35 ainsi de 0,2 enfant en moyenne à moins de 20 ans, la parité atteint 2,5 enfants à 25-29 ans et, à la fin de sa vie féconde, une femme a donné naissance à 7,1 enfants en moyenne. Par ailleurs, la répartition de toutes les femmes selon le nombre de naissances vivantes met en évidence une fécondité précoce très élevée puisque près d’une femme de 15-19 ans sur cinq (18 %) a déjà donné naissance à au moins un enfant, et près de six femmes sur dix de 20-24 ans sont dans ce cas. La proportion de femmes n’ayant aucune naissance vivante diminue très rapidement avec l’âge : de 82 % à 15-19 ans, elle passe à 9 % à 30- 34 ans et à environ 4 % à 45-49 ans, âge correspondant pratiquement à la fin de la vie féconde. Dans l’ensemble, 32 % des femmes n’ont jamais eu de naissance vivante, mais 21 % en ont eu, au moins, 6. Les résultats concernant les femmes actuellement mariées diffèrent nettement de ceux relatifs à l’ensemble des femmes, cela aux âges les plus jeunes (moins de 30 ans) où la proportion de femmes non mariées et donc à faible fécondité est encore importante. Ainsi, 54 % des femmes mariées de 15-19 ans ont déjà eu, au moins, un enfant contre seulement 18 % pour toutes les femmes. Les écarts entre les deux groupes se réduisent à partir de 30-35 ans quand la proportion de femmes non mariées devient faible. Parmi les femmes en union, 10 % n’ont jamais eu d’enfant. D’une manière générale, les femmes qui restent volontairement sans enfant sont rares au Sénégal, par conséquent la proportion de femmes de plus de 40 ans actuellement mariées et n’ayant jamais eu d’enfant peut être considérée comme une estimation raisonnable du niveau de la stérilité totale ou primaire qui se situerait entre 2,5 % (à 40-44 ans) et 3,5 % (à 45-49 ans), âges auxquels l’arrivée d’un premier enfant est peu probable (stérilité primaire définitive). 4.5 Intervalle intergénésique L’intervalle intergénésique ou la longueur de l’intervalle qui sépare la naissance d’un enfant de celle de l’enfant précédent a une influence sur son état de santé et sur celui de la mère. En particulier, de nombreuses recherches ont montré que les intervalles intergénésiques courts (inférieurs à 24 mois) sont nuisibles à la santé des enfants et augmentent leur risque de décéder (voir Chapitre sur la mortalité des enfants). Le tableau 4.7 présente la répartition des naissances des cinq années ayant précédé l’enquête selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, en fonction de diverses caractéristiques démographiques et socio-économiques. On constate que seulement 7 % des naissances sont intervenues moins de dix-huit mois après la naissance précédente et que près de 13 % des enfants sont nés entre dix-huit mois et deux ans après leur aîné : au total donc, dans environ 20 % des cas, l’intervalle intergénésique est inférieur à deux ans. La majorité des naissances (60 %) se produisent entre 24 et 48 mois après la naissance précédente. La durée médiane de l’intervalle intergénésique est supérieure à deux ans et demi (33,5 mois). La majorité des naissances ne sont donc pas exposées aux risques de surmortalité liés aux intervalles courts. Cependant, les disparités entre les intervalles intergénésiques selon les caractéristiques démographiques et socio-économiques sont assez significatives. La forte proportion de naissances précédées par un intervalle de moins de deux ans chez les femmes de 15-19 ans (24 %), ne reflète pas le comportement réel de ces femmes car les naissances de rang un qui constituent l’essentiel de leur fécondité (près de 80 % de ces femmes n’ont eu qu’une naissance vivante, donc un intervalle intergénésique ne peut pas être défini) ne sont pas prises en compte dans ce tableau. Aucune différence dans la longueur de l’intervalle selon le rang de naissance et le sexe de l’enfant n’est constatée. Par contre, un enfant décédé est plus rapidement suivi d’un autre : par exemple, on a constaté que lorsque l’enfant précédent est décédé, 15 % des naissances surviennent moins de 18 mois après la naissance de l’enfant décédé contre 5 % quand la naissance 36 Tableau 4.7 Intervalle intergénésique Répartition (en %) des naissances des cinq années précédant l’enquête par nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, ESIS Sénégal 1999____________________________________________________________________________________________________ Nombre Nombre de mois écoulés depuis médian de la naissance précédente Effectif mois depuis __________________________________________ de la naissance Caractéristique 7-17 18-23 24-35 36-47 48 ou + Total naissances précédente____________________________________________________________________________________________________ Groupe d’âges 15-19 20-29 30-39 40 ou plus Rang de naissance 2-3 4-6 7 ou plus Sexe de l’enfant précédent Masculin Féminin Survie de l’enfant précédent Décédé Toujours vivant Milieu de résidence Urbain Rural Région Dakar Ziguinchor Diourbel Saint-Louis Tambacounda Kaolack Thiès Louga Fatick Kolda Ethnie Wolof Poular Sérer Mandingue Diola Autre Niveau d’instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble 7,6 16,8 48,5 14,8 12,3 100,0 172 28,3 7,5 15,3 43,1 19,1 15,0 100,0 4 383 31,7 5,9 11,6 38,1 20,5 23,9 100,0 4 333 34,9 5,2 10,9 34,2 21,5 28,3 100,0 1 175 36,9 6,9 13,5 39,4 19,0 21,2 100,0 3 823 33,2 6,0 12,6 40,2 20,1 21,1 100,0 3 842 34,0 6,7 13,7 40,7 21,1 17,8 100,0 2 398 33,0 6,7 12,8 39,7 20,5 20,2 100,0 5 074 33,5 6,3 13,6 40,3 19,3 20,5 100,0 4 989 33,4 14,6 18,2 35,6 15,8 15,9 100,0 1 483 29,2 5,1 12,4 40,8 20,7 21,1 100,0 8 577 34,1 6,2 12,1 35,6 18,1 28,0 100,0 3 097 35,1 6,7 13,7 41,9 20,8 16,9 100,0 6 966 32,9 5,7 13,4 34,3 18,1 28,5 100,0 1 317 35,0 6,1 8,5 33,6 23,7 28,1 100,0 391 37,4 5,0 13,0 42,1 21,6 18,4 100,0 1 111 33,4 7,6 12,9 35,6 18,4 25,6 100,0 932 34,3 8,3 13,7 40,1 22,1 15,7 100,0 707 32,6 7,7 15,8 40,8 21,1 14,6 100,0 1 710 32,2 5,6 13,1 45,1 16,9 19,4 100,0 1 560 32,5 5,4 10,7 37,9 21,6 24,5 100,0 631 35,8 5,8 13,4 45,3 18,3 17,1 100,0 637 32,7 7,6 12,4 40,3 21,7 18,0 100,0 1 068 33,3 6,3 13,6 39,9 20,0 20,3 100,0 4 137 33,4 6,9 12,8 39,8 19,7 20,9 100,0 2 539 33,7 6,0 13,7 43,8 20,1 16,4 100,0 1 624 32,4 8,9 14,1 39,4 16,6 20,9 100,0 643 32,6 3,2 11,6 37,2 22,8 25,2 100,0 376 36,5 7,1 12,0 35,1 21,5 24,3 100,0 744 35,0 6,6 13,8 40,8 20,1 18,7 100,0 8 058 33,1 6,4 11,0 39,2 19,1 24,3 100,0 1 473 34,7 5,3 11,0 30,8 19,4 33,5 100,0 532 38,2 6,5 13,2 40,0 19,9 20,3 100,0 10 063 33,5 ____________________________________________________________________________________________________ Note : Les naissances de rang 1 sont exclues. L’intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois écoulés depuis la grossesse précédente qui a abouti à une naissance vivante. 37 Tableau 4.8 Âge à la première naissance Répartition (en %) des femmes par âge à la première naissance, et âge médian à la première naissance selon l’âge actuel, ESIS Sénégal 1999 ________________________________________________________________________________________________ Âge médian Femmes Âge à la première naissance Effectif à la Âge sans _______________________________________________ de première actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25 ou + Total femmes naissance ________________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 82,4 3,9 10,5 3,2 a a a 100,0 3 939 b 41,7 6,4 20,2 15,1 11,9 4,7 a 100,0 3 292 b 18,3 8,3 22,4 18,1 13,8 13,8 5,3 100,0 3 007 20,2 8,7 9,7 24,0 17,9 15,4 13,2 11,1 100,0 2 240 19,8 4,5 7,6 24,3 20,2 15,8 14,6 12,9 100,0 2 075 19,8 3,8 9,5 24,0 18,7 19,8 12,6 11,6 100,0 1 502 19,8 3,5 5,2 21,8 16,0 18,1 17,4 18,0 100,0 1 133 20,8 ________________________________________________________________________________________________ a Sans objetb Non applicable : moins de 50% de femmes ont eu un enfant. précédente est vivante. L’intervalle médian varie entre 29 et 34 mois selon que l’enfant précédent est décédé ou vivant. Bien que l’intervalle médian ne varie que très peu selon le milieu de résidence, les intervalles de 48 mois et plus sont plus fréquents chez les femmes urbaines (28 % contre 17 % en milieu rural). Par ailleurs, on observe des écarts d’intervalles médians qui vont jusqu’à environ 5 mois entre certaines régions : 37,4 mois à Ziguinchor contre 32,2 à Kaolack, 32,5 à Thiès et 32,6 mois à Tambacounda. C’est dans les régions de Dakar, Ziguinchor et Saint-Louis que les intervalles intergénésiques les plus longs sont les plus fréquents (respectivement 29 % 28 % et 26 % des naissances y sont séparées des précédentes de 48 mois ou plus). L’instruction favorise sensiblement l’allongement de l’intervalle intergénésique. Au niveau ethnique, avec un intervalle médian de 36,5 mois, les Diola se distinguent des autres ethnies par un intervalle inter-génésique légèrement plus long que celui des autres groupes. 4.6 Âge à la première naissance L’âge à la première naissance est un indicateur démographique important dans la mesure où cet âge influe sur la descendance finale des femmes, en particulier lorsque l’utilisation de la contraception est faible. Le tableau 4.8 présente la répartition des femmes par âge à leur première naissance et leur âge médian à la première naissance, selon le groupe d’âges au moment de l’enquête. Parmi les femmes de 20-24 ans à l’enquête, 27 % avaient eu leur premier enfant avant d’atteindre 18 ans et 42 % avant d’atteindre leur vingtième anniversaire. Dans ce groupe d’âges, 42 % des femmes étaient encore sans enfant au moment de l’enquête. Concernant l’ensemble des femmes de 25-49 ans, l’âge médian s’établit à 20,0 ans (contre 19,8 ans dans l’EDS-III). Dans l’EDS-II de 1992-1993, l’âge médian des femmes de 25-49 ans était de 19,2 ans, soit une augmentation de 0,8 an de cette date à 1999. Selon les caractéristiques socio-économiques des femmes, l’âge à la première naissance présente certaines variations (tableau 4.9). L’âge médian à la première naissance des femmes du milieu urbain est inférieur de deux ans à celui des femmes du milieu rural (19,2 contre 21,2 ans). Par rapport aux autres régions, c’est dans les régions de Dakar (âge médian de 21,8 ans), Saint-Louis (20,3 ans), Ziguinchor (20,2 ans), Thiès (20,1 ans) et Louga (19,8 ans) que les femmes ont l’entrée dans la vie féconde la plus tardive. Au niveau de l’ethnie, ce sont les 38 Tableau 4.9 Âge médian à la première naissance Âge médian à la première naissance (femmes de 20-49 ans) selon l’âge actuel et les caractéristiques socio-démographiques, ESIS Sénégal 1999___________________________________________________________________________________________________ Âge actuel______________________________________________________ Âge Âge Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 20-49 25-49___________________________________________________________________________________________________ Milieu de résidence Urbain Rural Région Dakar Ziguinchor Diourbel Saint-Louis Tambacounda Kaolack Thiès Louga Fatick Kolda Ethnie Wolof Poular Sérer Mandingue Diola Autre Niveau d’instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble a 22,6 21,1 20,9 20,5 20,4 a 21,2 19,3 19,0 18,8 19,1 19,3 21,1 19,3 19,2 a 23,9 21,5 21,2 20,5 20,9 a 21,8 a 19,5 20,1 20,1 20,4 21,1 a 20,2 a 19,4 18,5 18,6 19,9 20,6 19,6 19,3 a 20,4 20,1 20,7 20,2 19,5 a 20,3 17,7 18,7 18,7 19,9 19,2 21,9 18,8 19,2 19,2 19,2 19,6 19,4 19,9 21,3 19,5 19,6 a 20,8 20,6 20,0 19,0 20,1 a 20,1 a 19,9 19,6 19,3 19,3 21,6 a 19,8 20,0 19,1 19,0 18,5 19,2 20,5 19,4 19,2 18,0 18,7 18,0 19,4 20,0 21,4 18,8 19,0 a 21,0 20,3 19,9 20,1 21,3 a 20,4 19,8 19,4 19,5 19,8 19,0 19,1 19,5 19,4 a 20,1 19,7 19,3 19,9 20,6 a 19,8 19,8 19,8 18,8 20,4 20,3 21,0 19,8 19,9 a 19,7 20,8 21,5 19,4 22,6 a 20,6 a 20,0 19,0 19,4 19,4 20,0 20,0 19,5 19,5 19,2 19,0 19,2 19,4 20,6 19,4 19,3 a 21,9 21,3 20,8 20,6 20,7 21,8 21,3 a 25,0 24,9 23,4 21,5 22,8 25,8 23,8 21,2 20,2 19,8 19,8 19,8 20,8 20,2 20,0 ___________________________________________________________________________________________________ Note : L’âge médian pour la cohorte 15-19 ans ne peut être déterminé car de nombreuses femmes peuvent encore avoir une naissance avant d’atteindre 20 ans.a Moins de 50 % de femmes ont eu un enfant. femmes Diola qui ont leur première naissance le plus tard (20,6 ans d’âge médian); elles sont suivies des Wolof (20,4 ans d’âge médian). À l’inverse, les Poular se caractérisent par la fécondité la plus précoce (19,4 ans). Le niveau d’instruction est la variable la plus discriminante : l’âge à la première maternité augmente en effet de manière sensible avec le niveau d’instruction. Les femmes ayant, au moins, le niveau secondaire ont eu leur premier enfant 4,5 ans plus tard que celles qui n’ont jamais fréquenté l’école et 2,5 ans plus tard que celles de niveau primaire. En ce qui concerne les variations de l’âge à la première naissance selon les groupes d’âges, on constate une légère augmentation de cet âge chez les moins de 30 ans. Cette augmentation est plus marquée en milieu urbain qu’en milieu rural, dans les régions de Dakar, Fatick et Diourbel, d’ethnie Wolof, Serer et Diola, et parmi les femmes instruites. 4.7 Fécondité des adolescentes Les résultats précédents ont révélé le niveau relativement élevé de la fécondité des adolescentes de 15-19 ans (10 % de l’ISF). Par ailleurs, l’âge médian à la première naissance dans certains groupes de femmes comme 39 Tableau 4.10 Fécondité des adolescentes Pourcentage d’adolescentes de 15 à 19 ans ayant déjà eu un enfant ou étant enceintes d’un premier enfant par caractéristiques socio-démographiques, ESIS Sénégal 1999________________________________________________________________________ Adolescentes (%) qui sont: Adolescentes (%)______________________ ayant déjà Enceintes d’un commencé leur Caractéristique Mères premier enfant vie féconde Effectif________________________________________________________________________ Âge 15 16 17 18 19 Milieu de résidence Urbain Rural Région Dakar Ziguinchor Diourbel Saint-Louis Tambacounda Kaolack Thiès Louga Fatick Kolda Ethnie Wolof Poular Sérer Mandingue Diola Autre Niveau d’instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble 4,3 2,8 7,0 736 7,6 2,6 10,2 778 15,4 4,1 19,5 780 27,2 4,0 31,2 938 32,0 3,7 35,7 706 10,0 1,6 11,6 1 869 24,4 5,2 29,5 2 070 25,2 4,6 29,8 2 078 11,8 2,6 14,4 1 209 3,8 1,4 5,2 652 8,3 1,0 9,3 773 21,3 4,0 25,3 177 17,6 3,1 20,6 402 15,8 5,4 21,2 411 28,5 6,0 34,5 229 23,7 4,6 28,3 484 11,5 2,4 13,9 663 16,8 3,6 20,4 276 21,2 4,2 25,4 170 32,8 5,1 37,8 352 12,8 2,8 15,6 1 761 25,5 5,4 31,0 973 16,0 2,6 18,6 493 21,0 1,4 22,4 242 19,9 4,0 23,9 165 18,4 3,5 21,9 305 17,6 3,5 21,0 3 939 les femmes vivant en milieu rural et celles n’ayant pas d’instruction se situe dans cette tranche d’âge. Le tableau 4.10 et le graphique 4.4 présentent, par année d’âge entre 15 et 19 ans, les proportions d’adolescentes qui ont déjà eu un ou plusieurs enfants et de celles qui sont enceintes pour la première fois : la somme de ces deux pourcentages fournit la proportion de femmes ayant déjà commencé leur vie féconde. On remarque que 21 % des femmes de 15-19 ans, soit plus d’une femme sur cinq, ont déjà commencé leur vie féconde : 18 % ont déjà eu au moins un enfant et 4 % sont enceintes pour la première fois. Dès 15 ans, 7 % des femmes ont déjà commencé leur vie féconde et cette proportion augmente régulièrement et rapidement avec l’âge : de 20 % à 17 ans, elle passe à 31 % à 18 ans et à 36 % à 19 ans. Ce niveau de fécondité des adolescentes présente des écarts selon les caractéristiques socio- démographiques. En milieu rural, 30 % des adolescentes ont commencé leur vie féconde, contre seulement 12 % dans les zones urbaines. Au niveau régional, on constate que ce sont les adolescentes de Dakar et de Thiès qui ont la fécondité la plus faible : respectivement 9 % et 14 % y ont déjà commencé leur vie féconde. 40 Tableau 4.11 Enfants nés de mères adolescentes Répartition (en %) des adolescentes âgées de 15 à 19 ans par nombre d'enfants nés vivants selon l'âge, ESIS Sénégal 1999__________________________________________________________________________________________ Nombre d'enfants Nombre nés de mère adolescente moyen _______________________________ d'enfants Effectif Âge 0 1 2 ou plus Total nés vivants d'adolescentes__________________________________________________________________________________________ 15 95,7 3,6 0,7 100,0 0,05 736 16 92,4 7,2 0,4 100,0 0,08 778 17 84,6 14,1 1,4 100,0 0,17 780 18 72,8 18,8 8,4 100,0 0,37 938 19 68,0 23,0 9,0 100,0 0,43 706 Ensemble 82,4 13,5 4,1 100,0 0,22 3 939 Par contre, dans les régions de Kolda (38 %) et de Tambacounda (35 %), cette proportion concerne plus d’une adolescente sur trois. Le peuplement de ces deux régions explique peut être, en partie, ce résultat. En effet, les Poular, ethnie bien représentée dans ces régions, se caractérisent également par la fécondité la plus précoce (31 % d’adolescentes fécondes). En outre, les données montrent que les Wolof et les Serer se caractérisent par le niveau de fécondité des adolescentes le plus faible. On observe enfin, que le pourcentage de femmes de 15-19 ans entrées en vie féconde diminue très rapidement avec le niveau d’instruction : de 30 % chez les adolescentes n’ayant jamais fréquenté l’école, il passe à 14 % pour celles de niveau primaire, puis à 5 % parmi celles ayant un niveau secondaire ou plus. Par ailleurs, parmi les adolescentes, 19 % ont déjà eu au moins une naissance vivante (tableau 4.11) et un nombre significatif d’entre elles ont été exposées à la maternité plus d’une fois (4 %). Par rapport à 1992-93, la tendance de la fécondité de ce groupe d’âges est sensiblement à la baisse, le pourcentage de femmes nullipares étant légèrement plus élevé en 1997. 41 CHAPITRE 5 PLANIFICATION FAMILIALE Salif Ndiaye Depuis 1978, le Sénégal a effectué de façon périodique des enquêtes comportant des questions sur la connaissance, l'utilisation et les comportements vis-à-vis de la contraception. Il s’agit de l’Enquête Sénégalaise sur la Fécondité (ESF) de 1978 et de trois Enquêtes Démographiques et de Santé, réalisées en 1986, 1992-93 et 1997. De même que dans les enquêtes antérieures, au cours de l'ESIS de 1999, on a demandé aux femmes et aux hommes interrogés quelles méthodes de contraception ils/elles connaissaient. On s'est ensuite intéressé à l'utilisation passée et/ou actuelle de la contraception, ainsi qu'à l'intention d'utiliser dans le futur. Les méthodes retenues dans le questionnaire peuvent être classées en deux catégories : • les méthodes modernes. Elles sont composées de la pilule, du DIU ou stérilet, des injections, du Norplant, des spermicides (diaphragme, mousse, gelée), du condom ou préservatif masculin, de la stérilisation féminine (généralement la ligature des trompes) et de la stérilisation masculine (vasectomie). • les méthodes traditionnelles. Il s'agit de la continence périodique et du retrait. Par ailleurs, toutes les autres méthodes non listées ci-dessus, qui sont essentiellement des méthodes traditionnelles (abstinence prolongée, gris-gris, herbes, écorces, etc.), ont été enregistrées dans une catégorie « autres méthodes ». L'analyse des résultats portera sur les thèmes suivants : • Connaissance de la contraception; • Pratique de la contraception; • Utilisation actuelle de la contraception; • Utilisation continue de la contraception au cours des 12 derniers mois; • Connaissance des sources d'approvisionnement ou des services de santé de la reproduction; • Connaissance des avantages de la contraception; • Utilisation future de la contraception. 5.1 Connaissance de la contraception Comme dans les enquêtes antérieures, la connaissance des méthodes contraceptives a été appréhendée de deux façons : connaissance dite « spontanée » et connaissance « après description ». On a d'abord demandé à l'enquêtée de citer toutes les méthodes (modernes ou traditionnelles) qu'elle connaissait 42 Tableau 5.1 Connaissance des méthodes contraceptives Pourcentages de femmes et de femmes actuellement en union, qui connaissent une méthode contraceptive selon les méthodes spécifiques, ESIS Sénégal 1999____________________________________________ Méthode contraceptive Ensemble En union ____________________________________________ N'importe quelle méthode Méthode moderne Pilule DIU Injection Norplant Méthodes vaginales Condom Stérilisation féminine Stérilisation masculine Méthode traditionnelle Continence périodique Retrait Méthode populaire ND Effectif 87,4 88,3 86,3 86,9 75,8 78,5 54,9 56,9 65,1 68,8 38,0 40,1 23,6 24,8 77,2 75,8 59,5 63,7 11,1 12,2 58,9 63,2 39,3 39,0 29,3 33,3 35,3 41,0 4,6 5,4 17 189 11 567 (« connaissance spontanée »). Ensuite, chaque méthode spécifique non citée par l'enquêtée a été décrite par l'enquêtrice avant de demander à l’enquêtée si elle en avait déjà entendu parler. Selon les résultats obtenus, on constate que la plupart des femmes (87 %) ont déclaré connaître, au moins, une méthode quelconque; on observe une proportion voisine chez les femmes en union (88 %) (tableau 5.1). Les proportions observées en 1997 (EDS-III) étaient respectivement de 85 % et 86 %). En ce qui concerne le niveau de connaissance des méthodes modernes, on constate qu’il est pratiquement identique entre les deux groupes de femmes (ensemble des femmes et femmes en union : respectivement, 86 % et 87 %). Par ailleurs, le niveau de connaissance des méthodes traditionnelles est moins élevé que celui des méthodes modernes, surtout parmi toutes les femmes (59 % contre 63 % chez les mariées). Le tableau 5.1 présente également les proportions de femmes ayant déclaré connaître chaque méthode contraceptive spécifique. De toutes les méthodes modernes, la pilule (76 % pour l’ensemble des femmes et 79 % pour les femmes en union) et le condom (77 % et 76 %) sont les plus connus (graphique 5.1). Viennent ensuite l’injection (65 % et 69 %), la stérilisation féminine (60 % et 64 %) et le DIU (55 % et 57 %). Le Norplant (38 % de l'ensemble des femmes), les méthodes vaginales (24 %), et la stérilisation masculine (11 %) sont les méthodes les moins connues. Par rapport à 1997, on note des progrès sensibles dans la connaissance des méthodes spécifiques modernes. 43 Tableau 5.2 Connaissance des méthodes contraceptives par caractéristiques socio-démographiques Pourcentage de femmes actuellement en union qui connaissent au moins une méthode de contraception, par caractéristiques socio-démographiques, ESIS Sénégal 1999____________________________________________________________ Connaît Connaît une méthode Caractéristique méthode moderne Effectif____________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Urbain Rural Région Dakar Ziguinchor Diourbel Saint-Louis Tambacounda Kaolack Thiès Louga Fatick Kolda Ethnie Wolof Poular Sérer Mandingue Diola Autre Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble 79,7 78,3 1 062 88,6 87,9 1 971 90,2 89,0 2 369 90,8 89,5 1 957 89,3 88,1 1 861 88,6 86,6 1 344 85,0 82,3 1 002 95,5 95,0 4 012 84,5 82,6 7 555 96,9 96,7 1 706 97,7 97,3 434 91,2 89,5 1 301 85,3 84,3 1 214 74,6 72,4 740 84,7 83,3 1 698 93,5 92,0 1 718 91,4 89,9 839 86,2 84,3 677 77,9 75,5 1 240 92,3 91,3 4 818 80,6 78,9 3 087 89,9 88,2 1 650 90,3 87,0 688 93,5 93,5 436 86,1 85,1 888 85,7 84,0 8 884 96,0 95,6 1 846 98,9 98,9 837 88,3 86,9 11 567 En ce qui concerne les méthodes traditionnelles spécifiques, elles sont en général moins bien connues. Parmi elles, la plus connue est la continence périodique (39 % quelle que soit la catégorie de femme). Selon certaines caractéristiques socio-économiques (tableau 5.2), on note des écarts dans le niveau de connaissance. Selon l’âge, on constate que les niveaux sont plus faibles chez les adolescentes (moins de 80 %) que chez les femmes plus âgées (plus de 85 %). De même, chez les femmes urbaines, la connaissance de la contraception est presque universelle (plus de 95 %); à l’inverse, en milieu rural, même si le niveau est relativement élevé, il reste encore inférieur à 85 %. Par ailleurs, les différences entre régions sont importantes : les régions de Dakar et de Ziguinchor (97 % pour les méthodes modernes), ainsi que celle de Thiès (92 %) se caractérisent par les plus hauts niveaux de connaissance; à l’opposé, on trouve les régions de Tambacounda et de Kolda avec environ 75% de femmes qui connaissent une méthode moderne. En ce qui concerne l'ethnie, on constate des écarts importants entre les Wolof et les Diola d'une part (plus 44 Tableau 5.3 Utilisation de la contraception à un moment quelconque Pourcentages de femmes et de femmes actuellement en union qui ont déjà utilisé une méthode contraceptive, par méthode spécifique, selon l'âge, ESIS Sénégal 1999 ___________________________________________________________________________________________________________________ Méthodes N'im- Méthodes modernes N'im- traditionnelles N'im- N'im- porte __________________________________________________ porte ______________ porte porte quelle quelle Contin. quelle Groupe quelle méthode Pi- Injec- Nor- Vagi- Con- Stéril. méthode pério- méthode d'âges méth. moderne lule DIU tion plant nales dom fémin. tradit. dique Retrait pop. Effectif___________________________________________________________________________________________________________________ TOUTES LES FEMMES___________________________________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Ensemble 3,9 3,0 0,5 0,0 0,4 0,0 0,1 2,3 0,0 1,6 0,9 0,6 0,4 3 939 16,5 13,8 4,9 0,5 3,3 0,4 0,7 7,5 0,1 5,6 3,1 1,9 1,7 3 292 23,1 18,2 9,8 1,2 5,1 0,4 0,8 6,4 0,1 9,4 4,0 2,3 3,9 3 007 26,3 21,4 14,4 3,4 6,9 1,0 1,6 5,6 0,1 10,9 4,8 2,8 5,0 2 240 28,2 24,3 16,5 5,4 8,2 1,5 1,6 4,1 0,8 10,1 5,2 1,9 4,6 2 075 29,3 24,6 15,9 7,2 8,6 1,4 3,1 3,6 0,9 11,5 4,2 1,9 6,2 1 502 24,4 18,7 9,3 7,5 5,4 0,8 1,2 2,0 2,6 10,0 3,2 0,5 6,5 1 133 19,1 15,6 8,6 2,5 4,6 0,7 1,0 4,7 0,4 7,4 3,3 1,7 3,3 17 189 ___________________________________________________________________________________________________________________ FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION___________________________________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Ensemble 7,4 4,8 1,6 0,0 0,6 0,0 0,4 2,6 0,0 3,5 1,6 1,8 0,9 1 062 18,5 14,8 6,9 0,8 4,2 0,3 1,0 5,9 0,0 6,6 3,2 2,3 2,1 1 971 23,1 17,6 10,4 1,4 5,2 0,5 0,8 4,7 0,1 9,6 3,7 2,0 4,5 2 369 26,3 21,2 14,4 3,1 7,2 1,1 1,7 4,9 0,2 11,3 4,8 2,9 5,2 1 957 27,6 23,7 16,2 5,3 8,2 1,4 1,5 3,6 0,9 9,9 4,9 1,6 4,9 1 861 29,0 24,0 15,6 6,9 8,9 1,6 2,9 3,1 1,0 11,6 4,0 1,8 6,3 1 344 24,0 18,2 8,9 7,4 5,7 0,7 1,3 1,7 2,5 10,2 3,1 0,5 6,7 1 002 22,9 18,4 11,1 3,2 5,9 0,8 1,3 4,1 0,5 9,1 3,8 2,0 4,3 11 567 de 91 %) et les autres ethnies (88 % et moins pour les méthodes modernes). Selon le niveau d’instruction, c’est chez les femmes qui ont fréquenté l'école, quel que soit le niveau atteint, que la proportion de celles connaissant une méthode est la plus élevée. À l'inverse, les femmes n'ayant jamais fréquenté l'école restent, comme celles vivant en milieu rural, relativement défavorisées. 5.2 Pratique de la contraception à un moment quelconque L'utilisation de la contraception à un moment quelconque concerne aussi bien l'utilisation actuelle (moment de l'enquête) que celle à un moment antérieur. À toutes les femmes ayant déclaré connaître une méthode contraceptive, on a demandé si elles avaient utilisé cette méthode dans le passé ou si elles l'utilisent actuellement. Ces informations permettent de mesurer le niveau de pratique de la contraception à un moment quelconque de la vie des femmes par type de méthode spécifique (tableau 5.3). Parmi l'ensemble des femmes, 81 % n'ont jamais utilisé de méthodes contraceptives et 19 % en ont utilisé une, au moins, une fois. Globalement, les méthodes modernes ont été plus de deux fois plus utilisées que les méthodes traditionnelles (16 % contre 7 %). Parmi les méthodes modernes, la pilule est de loin la méthode qui a été la plus utilisée (9 %). Elle est suivie du condom (5 %) et de l’injection (5 %). Chacune des autres méthodes modernes a été utilisée par moins de 3 % des femmes : DIU (3 %), méthodes vaginales (1 %), Norplant (1 %) et la stérilisation féminine (moins de 1 %). La méthode traditionnelle la plus utilisée est la continence périodique (3 %). L'utilisation passée de la contraception est plus fréquente chez les femmes à partir de 25 ans; en effet, plus d’une femme de 25 ans ou plus sur cinq a déjà utilisé, au moins, une méthode quelconque. Par contre, elle est plus faible chez les femmes de 20-24 ans et elle est marginale chez celles de moins de 20 ans; cependant, on peut noter 45 Tableau 5.4 Utilisation actuelle de la contraception Pourcentages de femmes et de femmes actuellement en union qui utilisent actuellement une méthode contraceptive, par méthode spécifique, selon l'âge, ESIS Sénégal 1999 ________________________________________________________________________________________________________________________ Méthodes N'im- Méthodes modernes N'im- traditionnelles N'im- N'im- porte _____________________________________________ porte _____________ porte N'utilise porte quelle quelle Contin. quelle pas Groupe quelle méthode Pi- Injec- Nor- Vagi- Con- Stéril. méthode pério- méthode actuelle- Effec- d'âges méth. moderne lule DIU tion plant nales dom fem. tradit. dique Retrait pop. ment Total tif________________________________________________________________________________________________________________________ TOUTES LES FEMMES________________________________________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Ensemble 2,3 1,7 0,2 0,0 0,3 0,0 0,0 1,1 0,0 0,5 0,3 0,1 0,1 97,7 100,0 3 939 8,0 6,4 1,8 0,1 1,8 0,2 0,0 2,4 0,1 1,6 0,7 0,2 0,8 92,0 100,0 3 292 10,6 8,1 3,5 0,2 2,4 0,2 0,0 1,7 0,1 2,5 1,0 0,2 1,3 89,4 100,0 3 007 12,2 9,9 4,8 0,8 2,5 0,6 0,2 0,9 0,1 2,3 1,2 0,2 1,0 87,8 100,0 2 240 12,8 10,3 3,8 1,4 3,3 0,5 0,0 0,5 0,8 2,5 1,3 0,1 1,2 87,2 100,0 2 075 14,1 11,2 3,0 2,7 2,8 0,9 0,4 0,6 0,9 2,9 1,2 0,3 1,3 85,9 100,0 1 502 11,2 8,6 1,7 1,4 2,2 0,4 0,1 0,3 2,6 2,6 1,1 0,0 1,5 88,8 100,0 1 133 9,0 7,1 2,5 0,6 1,9 0,3 0,1 1,3 0,4 1,9 0,8 0,2 0,9 91,0 100,0 17 189 ________________________________________________________________________________________________________________________ FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION________________________________________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Ensemble 3,1 1,8 0,6 0,0 0,5 0,0 0,2 0,6 0,0 1,3 0,5 0,5 0,3 96,9 100,0 1 062 8,5 6,4 2,5 0,2 2,0 0,2 0,1 1,5 0,0 2,1 0,8 0,3 1,0 91,5 100,0 1 971 10,1 7,7 3,7 0,2 2,4 0,2 0,0 0,9 0,1 2,4 0,8 0,2 1,4 89,9 100,0 2 369 12,0 9,9 4,8 0,6 2,7 0,7 0,2 0,8 0,2 2,1 1,0 0,2 0,9 88,0 100,0 1 957 13,0 10,6 4,0 1,4 3,2 0,6 0,1 0,4 0,9 2,5 1,2 0,1 1,2 87,0 100,0 1 861 14,3 11,3 3,0 2,8 2,7 1,0 0,5 0,3 1,0 3,1 1,2 0,3 1,5 85,7 100,0 1 344 11,0 8,2 1,7 1,4 2,2 0,3 0,1 0,1 2,5 2,8 1,1 0,0 1,7 89,0 100,0 1 002 10,5 8,2 3,2 0,9 2,3 0,4 0,1 0,7 0,5 2,3 0,9 0,2 1,2 89,5 100,0 11 567 une exception : le condom a été utilisé par plus de 8 % des femmes de 20-24 ans. Le recours à la pilule semble s’effectuer à un âge relativement plus précoce que pour le DIU dont l'utilisation augmente à partir de 30 ans. Pour les méthodes traditionnelles, les variations selon l'âge sont peu importantes au-delà de 25 ans. Les données du tableau 5.3 montrent également que l'utilisation de la contraception tant moderne que traditionnelle, a été plus fréquente parmi les femmes mariées : 23 % d'entre elles ont utilisé au moins une méthode, contre 19 % parmi l’ensemble des femmes. Par ailleurs, on observe des différences similaires entre les niveaux d'utilisation des méthodes spécifiques. Enfin, les variations selon l'âge sont semblables à celles observées parmi toutes les femmes. 5.3 Utilisation actuelle de la contraception et durée d’utilisation Le pourcentage de femmes qui utilisent une méthode contraceptive quelconque au moment de l'enquête (ou actuellement) définit la prévalence contraceptive. Celle-ci peut être calculée pour un ensemble de méthodes ou pour des méthodes spécifiques. Les taux de prévalence contraceptive figurent au tableau 5.4. Malgré une connaissance quasi générale de la contraception (87 % des femmes enquêtées connaissent au moins, une méthode de contraception), le taux de prévalence demeure encore faible : 9 % de l’ensemble des femmes et 11 % des femmes en union utilisent actuellement une méthode quelconque. L'utilisation de la contraception est essentiellement orientée vers les méthodes modernes : la prévalence 46 des méthodes modernes (7 %) est pratiquement quatre fois plus élevée que celle des méthodes traditionnelles (2 %). Comme pour l'utilisation passée, la méthode la plus utilisée est la pilule (3 %). Avec 2 % d’utilisatrices, l’injection vient en deuxième position; la prévalence du condom est de 1 %. Pour les autres méthodes modernes, la prévalence est très faible et n’atteint pas 1 %. La prévalence des méthodes traditionnelles est inférieure à 1 % quelle que soit la méthode. Comme pour l’utilisation passée, l’utilisation actuelle de la contraception, quelle que soit la méthode, est faible, voire négligeable, aux âges jeunes (moins de 25 ans) et aux âges avancés (45-49 ans). La prévalence contraceptive chez les femmes mariées est légèrement plus élevée que chez l'ensemble des femmes : 11 % contre 9 % pour toutes les méthodes et 8% contre 7 % pour les méthodes modernes. Ici aussi, on observe quelques variations selon la méthode et selon l’âge, la prévalence étant nettement plus faible aux jeunes âges. En ce qui concerne les méthodes les plus fréquemment utilisées, on constate que, comme pour l’ensemble des femmes, il s’agit de la pilule (3 %) et des injections (2 %). Avec moins de 1 % d’utilisatrices, le condom n’est pas une méthode fréquemment utilisée par les femmes mariées, ce qui semblerait confirmer le caractère occasionnel de cette méthode. Ce faible niveau de prévalence contraceptive cache de très fortes disparités selon le milieu et la région de résidence, l’ethnie, le niveau d'instruction et le nombre d'enfants vivants (tableau 5.5 et graphique 5.2). Alors qu'en milieu rural, seulement 5 % des femmes en union utilisent une méthode contraceptive quelconque, cette proportion est de 22 % en milieu urbain, soit plus de quatre fois plus élevée. Ces écarts importants entre les villes et le milieu rural sont surtout dus aux différences de prévalence des méthodes modernes (18 % en milieu urbain contre 3 % en milieu rural), la prévalence des méthodes traditionnelles étant de 4 % en urbain et de 1 % en rural. En milieu rural, pour la première fois, la prévalence de l’injection et de la pilule dépasse 1 %. Globalement, les méthodes modernes sont dominantes en milieu rural : 3,3 % contre 1,3 % pour les méthodes traditionnelles spécifiquement listées dans le questionnaire. Entre les régions, les écarts sont également importants. Aux deux extrêmes, on trouve Dakar (23 %) qui a la prévalence la plus élevée et Diourbel qui se caractérise par l’utilisation contraceptive la plus faible (4 %). Avec les régions de Dakar et de Saint-Louis, celles de Ziguinchor et de Thiès sont les régions les plus favorisées. Cependant, selon le type de méthodes, les populations des régions se comportent assez différemment, même si Dakar se caractérise toujours par la prévalence la plus élevée. Ainsi, Ziguinchor qui occupe la deuxième position pour l’ensemble des méthodes, se retrouve en troisième place pour les méthodes modernes après la région de Saint- Louis qui a, avec Dakar, la proportion d’utilisatrices de la pilule la plus élevée (6 % et 7 % à Dakar). Bien qu’à Tambacounda et à Fatick, les taux de prévalence figurent parmi les plus faibles, le niveau d’utilisation de l’injection y est aussi élevé que dans les régions à haute prévalence contraceptive moderne. De même, de toutes les régions, Ziguinchor a la prévalence la plus élevée du Norplant (2,2 %). Concernant les méthodes traditionnelles, Dakar, Thiès et Ziguinchor sont encore les régions les plus favorisées. Ces différences traduisent en partie des différences dans la structure ethnique et des niveaux différents de modernisation entre régions (urbanisation et instruction). 49 Tableau 5.6 Évolution de l'utilisation actuelle de la contracep- tion moderne Pourcentage de femmes actuellement mariées qui utilisent une méthode contraceptive moderne selon différentes sources, ESIS Sénégal 1999_______________________________________________ EDS-II EDS-III ESIS Caractéristique 1992-93 1997 1999_______________________________________________ Milieu de résidence Urbain 11,8 19,3 17,5 Rural 1,4 2,1 3,3 Région de résidence Dakar 13,8 21,3 18,6 Ziguinchor 2,3 6,5 9,7 Diourbel 1,5 4,0 3,3 Saint-Louis 3,9 7,2 11,2 Tambacounda 2,3 2,3 4,6 Kaolack 1,8 3,4 5,1 Thiès 4,9 8,3 9,1 Louga 2,9 4,4 4,6 Fatick 3,3 4,3 5,1 Kolda 1,5 2,8 5,1 Ensemble 4,8 8,1 8,2 modernes, le taux de prévalence passe de 6 % chez les femmes ayant un seul enfant à 10 % ou plus chez celles ayant trois enfants ou plus. Malgré une prévalence contraceptive toujours faible, il faut néanmoins mentionner les progrès importants réalisés au cours des vingt dernières années (tableau 5.6 et graphique 5.3). Parti de zéro en 1978 (ESF), le taux de prévalence des méthodes modernes est passé à 2 % en 1986, puis à 5 % en 1992 (EDS-II de 1992-1993) et à 8 % en 1997 (soit une augmentation moyenne de plus de 0.8 points par an entre 1993 et 1997), niveau auquel il se situe depuis deux ans. Cette progression a été relativement plus forte au cours des dernières années et a davantage concerné le milieu urbain et les femmes les plus instruites. En ce qui concerne la durée d’utilisation de la contraception moderne, on constate, au tableau 5.7 que 4 % des femmes utilisent leur méthode actuelle depuis, au moins, 12 mois. L’utilisation des femmes du milieu urbain semble plus régulière puisque 7 % d’entre elles utilisent une méthode depuis au moins 12 mois; cette proportion n’est que de 2 % en milieu rural. De même, les femmes des régions de Ziguinchor (8 %) et de Dakar (7 %) sont, proportionnellement, les plus nombreuses à utiliser une méthode depuis au moins 12 mois. À l’inverse, les régions de Fatick, Tambacounda et Diourbel se caractérisent par les pourcentages les plus faibles (moins de 2 %) de femmes utilisant une méthode contraceptive depuis, au moins, 12 mois. 50 Tableau 5.7 Utilisation continue des méthodes contraceptives Pourcentage de femmes et de femmes actuellement mariées qui utilisent une méthode contraceptive moderne depuis au moins 12 mois, ESIS Sénégal 1999_____________________________________ Femmes Toutes actuellement les Caractéristique mariées femmes_____________________________________ Milieu de résidence Urbain Rural Région de résidence Dakar Ziguinchor Diourbel Saint-Louis Tambacounda Kaolack Thies Louga Fatick Kolda Ensemble 10,4 7,1 1,6 1,6 11,2 7,1 5,6 8,2 2,2 1,9 6,3 4,8 1,9 1,9 3,0 2,9 4,8 3,5 2,8 2,6 2,3 1,8 2,3 2,7 4,6 4,0 5.4 Utilisation future On a également demandé aux femmes qui n'utilisaient pas la contraception au moment de l'enquête si elles avaient l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir. Dans le tableau 5.8, on a distingué les femmes ayant déjà utilisé une méthode de celles n’en ayant jamais utilisée selon l'intention d'utilisation future des moyens contraceptifs. Les données montrent que dans 61 % des cas, les femmes non-utilisatrices n'ont pas l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir : parmi elles, 56 % n'ont jamais utilisé la contraception et 5 % l’ont déjà utilisée (à l’EDS-III, les pourcentages correspondants étaient de 48 % et 4 %). Seulement 16 % des femmes dont les deux tiers n’ont jamais utilisé une méthode ont manifesté l'intention de pratiquer la contraception dans les 12 prochains mois et 7 % ont l’intention plus tard (graphique 5.4). C’est à Dakar qu’on observe le plus fort pourcentage de femmes ayant l’intention de recourir à une méthode au cours des 12 prochains mois (22 %) ou plus tard (10 %). Elle est suivie de Ziguinchor et de Thiès (21 % et 7 % dans ces deux régions). À l’autre extrême, les régions de Tambacounda, Louga et Saint-Louis se caractérisent par les proportions les plus élevées de femmes n’ayant pas l’intention de recourir à une méthode contraceptive. 51 Tableau 5.8 Utilisation future de la contraception Répartition (en %) des femmes actuellement en union n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive, par intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, selon la région, ESIS Sénégal 1999 __________________________________________________________________________________________________________ Région ______________________________________________________________________ Intention d'utiliser Ziguin- Tamba- dans le futur Dakar chor Diourbel Louis counda Kaolack Thiès Louga Fatick Kolda Total____________________________________________________________________________________________________________ N'a jamais utilisé la contraception 12 prochains mois 10,3 12,4 14,5 7,1 5,7 14,0 12,8 6,9 13,5 7,5 10,8 Intention d'utiliser plus tard 7,3 4,4 5,2 4,8 5,1 5,9 5,5 3,8 7,2 7,3 5,8 Intention d'utiliser NSP quand 4,0 2,2 4,4 2,4 2,1 4,1 3,4 3,4 2,8 2,4 3,3 N'est pas sûre d'utiliser 9,1 4,6 11,0 8,6 11,7 10,4 8,5 8,9 11,8 12,4 9,9 N'a pas l'intention d'utiliser 40,2 51,9 56,2 65,3 68,1 57,3 50,5 69,7 51,9 60,2 56,3 ND 0,0 0,0 0,1 0,1 0,5 0,1 0,1 0,2 0,0 0,0 0,1 Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 12,1 9,0 3,5 2,9 1,2 3,9 8,2 1,8 4,9 2,9 5,2 Intention d'utiliser plus tard 2,9 2,6 0,9 1,1 1,3 0,8 1,9 0,8 2,4 1,6 1,5 Intention d'utiliser NSP quand 2,4 1,8 0,6 1,0 1,0 0,7 0,9 0,5 0,7 1,1 1,0 N'est pas sûre d'utiliser 2,1 1,4 0,6 1,5 0,8 0,3 2,0 1,1 0,7 0,6 1,1 N'a pas l'intention d'utiliser 9,6 9,8 3,1 5,2 2,6 2,7 6,1 3,0 4,2 3,9 4,9 ND 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 22,4 21,4 18,0 10,0 6,9 17,8 21,1 8,7 18,4 10,4 16,0 Intention d'utiliser plus tard 10,1 7,0 6,0 5,9 6,4 6,7 7,4 4,6 9,6 9,0 7,3 Intention d'utiliser NSP quand 6,4 4,0 5,0 3,4 3,0 4,7 4,3 3,8 3,4 3,5 4,4 N'est pas sûre d'utiliser 11,2 6,0 11,7 10,1 12,5 10,7 10,5 10,0 12,5 12,9 11,0 N'a pas l'intention d'utiliser 49,8 61,8 59,3 70,5 70,7 60,0 56,6 72,7 56,1 64,1 61,2 ND 0,0 0,0 0,1 0,1 0,5 0,1 0,1 0,2 0,0 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 1 312 377 1 244 1 057 698 1 588 1 495 787 624 1 164 10 347 5 . 5 52 Tableau 5.9 Connaissance des avantages de la planification familiale Pourcentage des femmes ayant cité certains avantages de la PF celon certaines caractéristiques socio-démographiques, ESIS Sénégal 1999 ___________________________________________________________________________________________________ Avantages de la planification familiale ______________________________________________________________________ Meilleure Espacer Limiter Permet santé Lutte Nombre les nais- les nais- de se des Meilleure contre Ne sait de Caractéristique sances sances reposer enfants éducation stérilité Autre pas femmes___________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 45,0 13,0 23,3 18,3 9,0 0,8 1,5 34,8 3 939 20-24 59,7 15,7 38,2 27,5 14,5 1,5 1,3 20,2 3 292 25-29 58,1 15,2 45,1 27,9 14,8 1,9 1,7 21,3 3 007 30-34 59,1 15,0 48,9 29,1 14,9 2,3 1,5 17,4 2 240 35-39 53,8 17,1 48,6 26,3 13,6 2,5 1,9 20,6 2 075 40-44 54,2 19,7 48,8 25,1 14,4 2,3 2,4 20,8 1 502 45-49 48,9 15,4 44,8 25,2 11,8 1,5 2,0 24,9 1 133 Milieu de résidence Urbain 67,1 19,3 45,1 36,3 23,1 2,0 2,7 11,5 7 637 Rural 43,6 12,3 35,9 16,2 5,0 1,5 0,8 33,6 9 552 Région de résidence Dakar 68,3 18,4 43,1 36,4 24,8 1,3 3,2 11,8 3 447 Ziguinchor 63,4 22,4 46,4 33,2 20,2 2,0 3,8 10,6 795 Diourbel 49,2 18,1 42,9 22,3 7,0 2,8 1,4 24,1 1 753 Saint-Louis 58,6 9,9 40,6 26,8 11,0 2,2 0,9 23,6 1 786 Tambacounda 33,1 12,7 31,8 9,6 5,5 1,8 0,8 44,7 946 Kaolack 53,4 15,5 33,1 17,0 6,0 2,6 0,3 29,7 2 226 Thiès 55,1 15,3 43,6 29,9 17,0 1,4 2,2 15,0 2 730 Louga 59,6 11,3 40,0 24,7 5,7 0,8 0,3 24,3 1 126 Fatick 42,4 15,2 46,0 26,0 13,0 1,4 1,0 25,8 885 Kolda 31,6 13,1 30,6 9,5 5,6 0,6 1,3 50,7 1 495 Niveau d'instruction Aucun 46,0 12,8 38,0 17,8 6,4 1,5 0,9 31,1 11 136 Primaire 64,4 17,9 43,3 33,0 17,7 2,0 1,7 14,0 3 868 Secondaire ou plus 76,7 24,3 44,0 49,0 38,7 2,2 5,2 3,9 2 189 Ensemble 54,1 15,4 40,0 25,2 13,1 1,7 1,7 23,8 17 189 Avantages de la planification familiale On a également demandé aux femmes si elles pensaient que l’utilisation de la contraception comportait certains avantages (tableau 5.9 et graphique 5.5). Au total, 52 % des femmes enquêtées ont cité au moins deux avantages liés à l’utilisation de la contraception (donnée non présentée au tableau 5.9). Les avantages les plus fréquemment cités sont le besoin d’espacement (54 %) ou la préservation de la santé de la mère (40 %). Une femme sur quatre (25 %) a mentionné la santé de l’enfant. La limitation des naissances n’a été évoquée que par 15 % des femmes; d’autre part, 13 % pensent que le recours à la planification familiale permet de donner une meilleure éducation aux enfants déjà nés. Très peu de femmes (moins de 2 %) considèrent la lutte contre la stérilité comme un avantage de la planification familiale. 53 L’espacement et la limitation des naissances ont été surtout cités par les femmes âgées de 20 à 44 ans, tandis que le besoin de se reposer a été plus fréquemment évoqué par les femmes les plus âgées (30-44 ans). En général, les plus jeunes (moins de 20 ans) et les plus âgées (45-49 ans) ont été relativement moins nombreuses à citer un avantage spécifique de l’utilisation de la planification familiale. Le niveau de connaissance des avantages de la planification familiale est nettement plus élevé en zone urbaine qu’en zone rurale : par exemple 67 % des urbaines contre seulement 44 % des rurales ont cité l’espacement; ces dernières ont rarement mentionné l’éducation des enfants (5 % contre 23 % des urbaines). Par ailleurs, les femmes de Dakar et de Ziguinchor sont de loin celles qui connaissent le mieux les avantages de la planification familiale. Le besoin pour la mère de se reposer a été l’avantage qui a été le plus cité et qui présente le moins de variation par région. Enfin, l’instruction est très positivement associée à une meilleure connaissance des avantages de la planification familiale. Plus de trois femmes de niveau secondaire ou plus sur quatre (77 %) ont cité l’espacement des naissances, contre 64 % des femmes de niveau primaire et seulement 46 % des celles n’ayant jamais fréquenté l’école; les pourcentages correspondants pour « l’éducation des enfants » sont respectivement de 39 %, 18 % et 6 %. 55 CHAPITRE 6 SANTÉ DE LA MÈRE ET DE L'ENFANT Boubacar Sow Un des objectifs majeurs de l'ESIS est de fournir des informations sur la santé des mères et de leurs enfants de moins de 5 ans. Dans ce chapitre, on abordera les thèmes suivants : les soins prénatals, les conditions d'accouchement et les caractéristiques des nouveaux-nés, la couverture vaccinale, la prévalence et le traitement des principales maladies des enfants, en particulier la fièvre et la diarrhée. L’analyse de ces données permettra d’apprécier l’impact des actions menées en matière de santé maternelle et infantile. 6.1 Soins prénatals et accouchement 6.1.1 Soins prénatals Le tableau 6.1 et le graphique 6.1 présentent la répartition des naissances survenues au cours des cinq années précédant l'enquête, par type de consultation prénatale durant la grossesse, selon certaines caractéristiques socio-démographiques des femmes enquêtées. Pour l’ensemble des naissances, dans près d’un cas sur sept (14 %), les femmes n’ont consulté personne pendant la grossesse. À l’opposé, plus de quatre naissances sur cinq (82 %) ont donné lieu à des consultations auprès de personnel de santé; dans la grande majorité des cas (78 %), ce sont les infirmières/ sages-femmes qui ont dispensé ces soins, les médecins n’étant intervenus que dans 5 % des cas seulement. D’autre part, dans 1 % des cas, les mères ont consulté une accoucheuse traditionnelle. Par rapport à l’EDS-III de 1997 (6 % des naissances avaient donné lieu à des consultations auprès d’un médecin et 76 % auprès d’une sage- femme/infirmière), les proportions de naissances ayant bénéficié de consultations prénatales auprès de personnel de santé n’ont pratiquement pas varié. Il en est de même du pourcentage de mères n’ayant consulté personne (15 % à l’EDS-III). En fonction de l’âge, on constate que la proportion de femmes n’ayant consulté personne est plus élevée parmi celles âgées de 35 ans ou plus (17 % par rapport à 14 % aux âges plus jeunes). Les femmes de 35 ans ou plus sont également celles qui ont le moins fréquemment consulté une sage-femme ou infirmière (74 % par rapport à 81 % chez les moins de 20 ans et 78 % chez celles âgées de 20-34 ans). De plus, la fréquence des consultations auprès des médecins, même si elle est relativement faible, varie légèrement selon l'âge de la mère (entre 3 % chez les moins de 20 ans à 5 % au-delà de cet âge). À l'instar des enquêtes précédentes, l'analyse différentielle selon la parité montre que plus celle-ci augmente, plus la fréquence des consultations diminue. De 9 % à la naissance du premier enfant, la proportion de femmes n’ayant consulté personne passe à 12 % pour les naissances de rang 2 et 3 et à 19 % pour les naissances de rang supérieur ou égal à 6. C’est pour les naissances de rang 1 que les consultations auprès des professionnels de la santé (médecins, sages femmes et infirmières ) sont les plus fréquentes (88 % contre 85 % pour les enfants de rang 2-3 et 76 % pour ceux de rang 6 et plus). Comme on pouvait s’y attendre, la fréquence des consultations prénatales est très variable selon le milieu de résidence (graphique 6.1). Au niveau national, 14 % des naissances des cinq dernières années n’ont 56 Tableau 6.1 Soins prénatals Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête, par type de personne consultée par la mère durant la grossesse, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, ESIS Sénégal 1999 ____________________________________________________________________________________________________________ Infirmière/ Accoucheuse Effectif Sage- tradition- de Caractéristique Médecin femme nelle Autre Personne Total naissances ____________________________________________________________________________________________________________ Âge de la mère à la naissance < 20 20-34 35 ou plus Rang de naissance 1 2-3 4-5 6 ou plus Milieu de résidence Urbain Rural Région Dakar Ziguinchor Diourbel Saint-Louis Tambacounda Kaolack Thiès Louga Fatick Kolda Ethnie Wolof Poular Sérer Mandingue Diola Autre Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des naissances 3,0 80,9 0,9 1,7 13,5 100,0 1 979 5,0 77,6 1,1 2,8 13,6 100,0 8 569 5,2 73,5 1,9 2,5 16,9 100,0 1 913 5,4 82,8 1,2 1,7 8,9 100,0 2 557 4,7 80,4 1,0 2,1 11,8 100,0 3 775 4,4 76,0 1,1 2,7 15,9 100,0 2 752 4,4 71,5 1,5 3,5 19,2 100,0 3 378 6,9 88,7 0,4 0,8 3,2 100,0 4 049 3,6 72,1 1,6 3,4 19,4 100,0 8 411 8,3 88,8 0,0 0,6 2,3 100,0 1 704 1,7 92,5 2,0 1,0 2,9 100,0 520 4,2 74,8 1,3 3,5 16,3 100,0 1 367 3,4 80,3 3,2 0,8 12,3 100,0 1 173 0,7 67,3 0,3 2,2 29,4 100,0 850 4,5 70,2 0,5 2,2 22,6 100,0 2 058 7,1 78,6 1,3 9,0 4,0 100,0 1 912 2,2 71,1 2,6 0,1 24,0 100,0 765 8,7 74,7 1,6 1,0 14,0 100,0 770 1,4 78,8 0,7 0,1 19,1 100,0 1 340 5,1 77,2 1,1 3,2 13,3 100,0 5 081 3,8 76,2 1,4 1,4 17,3 100,0 3 173 6,2 76,2 1,2 4,5 11,8 100,0 1 957 4,0 79,6 0,4 0,2 15,8 100,0 818 2,1 92,3 2,1 1,0 2,6 100,0 488 4,1 76,5 0,4 1,7 17,2 100,0 945 3,8 74,7 1,3 3,0 17,3 100,0 9 596 5,5 88,4 0,8 1,3 4,1 100,0 2 097 14,2 82,9 0,9 0,7 1,4 100,0 768 4,7 77,5 1,2 2,5 14,1 100,0 12 461 ____________________________________________________________________________________________________________ Note : Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enquête. Si différentes personnes ont été consultées, seule la plus qualifiée a été prise en compte dans ce tableau. 57 fait l’objet d’aucune consultation prénatale; en milieu rural, cette proportion est de 19 %, contre seulement 3 % en milieu urbain. En outre, en milieu urbain, 96 % des naissances ont bénéficié d’une consultation prénatale auprès d’un professionnel de la santé contre 76 % en milieu rural. Naturellement, les visites auprès d’un médecin sont rares en milieu rural (4 %, contre 7 % en milieu urbain). Ces écarts entre milieu urbain et milieu rural sont en partie dus au fait que les services fournis par des professionnels de la santé, les médecins en particulier, ne sont disponibles que dans les villes. Les écarts observés entre les régions sont en partie imputables à la forte concentration des établissements sanitaires dans les villes. Ainsi, à Dakar, pour 97 % des naissances, les mères ont consulté un professionnel de la santé pendant leur grossesse (médecin, sage femme ou infirmière). C’est également dans cette région que les visites auprès d’un médecin sont les plus fréquentes (8 %); à l’opposé c’est là que les naissances n’ayant pas fait l’objet de consultation sont les plus rares (2 %). En dehors de la capitale, les régions les plus favorisées sont celles de Ziguinchor (94 %), Thiès (86 %), Saint-Louis (84 %) et Fatick (83 %). Par contre, la fréquence des consultations prénatales est relativement faible dans la région de Louga (73 %). C’est la région de Tambacounda qui se caractérise par le plus faible pourcentage de naissances ayant donné lieu à des consultations prénatales auprès de professionnels de la santé (68 %). Le niveau d’instruction de la mère est une variable qui influe de manière importante sur le niveau des consultations prénatales. En effet, la proportion de naissances n’ayant bénéficié d’aucune visite décroît rapidement avec le niveau d’instruction : de 17 % pour les mères non scolarisées, elle passe à 4 % parmi celles de niveau primaire et à 1 % seulement chez celles de niveau secondaire ou plus. Par ailleurs, les femmes les plus instruites sont également les plus nombreuses à avoir bénéficié de soins auprès des médecins (14 %). Ces résultats confirment l’analyse différentielle des enquêtes précédentes : la fréquence des consultations prénatales diminue avec la parité, augmente avec le niveau d’instruction et elle est plus élevée en milieu urbain. Les données du tableau 6.2 présentent d’une part, la répartition des naissances des cinq dernières années 58 Tableau 6.2 Nombre de visites prénatales et stade de la grossesse Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête, par nombre de visites prénatales durant la grossesse et par stade de la grossesse au moment de la première visite, selon la région, ESIS Sénégal 1999 ____________________________________________________________________________________________________ Région ____________________________________________________________________ Ensemble Visite Ziguin- Saint- Tamba- des nais- prénatale Dakar chor Diourbel Louis counda Kaolack Thiès Louga Fatick Kolda sances____________________________________________________________________________________________________ Nombre de visites 0 1 2 3 ou plus NSP/ND Total Nombre médian de visites1 Stade de la grossesse à la première visite Pas de visite Moins de 4 mois 4-5 mois 6-7 mois 8 mois ou plus NSP/ND Total Nombre médian de mois de grossesse à la première visite1 Effectif de naissances 1,5 1,2 14,1 12,6 27,5 20,7 4,1 22,4 11,9 16,8 12,8 2,8 4,5 5,8 3,3 6,7 6,8 4,3 4,4 7,2 6,4 5,2 10,9 14,6 12,1 10,9 11,5 18,4 12,8 12,6 18,5 11,4 13,4 80,1 77,4 60,8 70,1 46,4 48,0 76,1 58,1 57,9 59,1 63,7 4,7 2,4 7,3 3,1 7,9 6,1 2,7 2,5 4,5 6,3 4,9 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 3,7 3,6 3,6 3,5 3,5 3,4 3,6 3,5 3,4 3,6 3,5 1,4 1,2 14,1 12,6 27,5 20,7 4,1 22,3 11,9 16,8 12,8 66,5 53,8 51,6 55,4 35,9 29,0 50,6 43,8 34,7 40,6 46,4 21,1 27,8 18,7 22,9 19,9 27,2 27,8 22,1 27,0 24,8 24,1 6,8 13,2 9,2 5,7 6,9 15,1 10,8 7,4 17,5 10,3 10,3 0,8 1,5 1,3 1,0 1,7 2,0 1,9 1,6 2,5 1,9 1,6 3,4 2,6 5,0 2,3 8,0 6,0 4,7 2,8 6,3 5,7 4,8 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 3,5 3,8 3,7 3,7 3,8 4,5 3,9 3,8 4,4 3,9 3,8 1 704 520 1 367 1 173 850 2 058 1 912 765 770 1 340 12 461 ____________________________________________________________________________________________________ Note : Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enquête. 1 Les médianes sont calculées pour les naissances ayant donné lieu à des visites prénatales. selon le nombre de visites prénatales et, d’autre part, leur répartition selon le stade de la grossesse à la première visite. Plus de six naissances sur dix (64 %) ont fait l'objet de 3 visites prénatales ou plus pendant toute la durée de la grossesse. Pour 13 % des naissances, les mères ont effectué 2 visites et, pour 5 % des naissances, elles n'en ont effectué qu'une seule. Il faut noter la proportion non négligeable de femmes qui, pendant la grossesse, n’ont consulté personne (13 %). Le calendrier des visites prénatales constitue un deuxième élément déterminant du suivi efficace de la grossesse. Le tableau 6.2 montre que, pour près de la moitié des naissances (46 %) la première visite prénatale s'est effectuée à un stade recommandé de la grossesse, c'est-à-dire à moins de 4 mois. La médiane s’établit à 3,8 mois. Lorsque la première visite est tardive, il devient difficile, voire impossible de bénéficier d’un nombre raisonnable de consultations adéquatement espacées. Cependant, pour 10 % des naissances, la première visite prénatale n’a eu lieu qu’à 6-7 mois de grossesse. Les premières visites effectuées à 8 mois de grossesse ou plus, sont plutôt rares (2% ). 59 Tableau 6.3 Vaccination antitétanique Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête, par nombre d'injections antitétaniques reçues par la mère pendant la grossesse, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, ESIS Sénégal 1999 ____________________________________________________________________________________________________ Nombre d'injections antitétaniques _____________________________________________ A un Effectif NSP/ carnet de Caractéristique 0 1 2 ou + ND Total prénatal naissances ____________________________________________________________________________________________________ Âge de la mère à la naissance < 20 20-34 35 ou plus Rang de naissance 1 2-3 4-5 6 ou plus Milieu de résidence Urbain Rural Région Dakar Ziguinchor Diourbel Saint-Louis Tambacounda Kaolack Thiès Louga Fatick Kolda Ethnie Wolof Poular Sérer Mandingue Diola Autre Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des naissances 16,4 20,1 61,5 2,1 100,0 83,4 1 979 17,0 18,6 62,8 1,6 100,0 83,5 8 569 18,8 18,8 61,2 1,2 100,0 80,6 1 913 12,6 18,0 67,1 2,3 100,0 88,8 2 557 15,6 18,6 64,1 1,7 100,0 85,5 3 775 18,1 19,7 60,9 1,3 100,0 80,8 2 752 21,9 19,0 58,0 1,1 100,0 77,6 3 378 7,5 18,2 72,3 2,0 100,0 96,5 4 049 21,9 19,2 57,6 1,4 100,0 76,5 8 411 6,8 16,3 74,4 2,5 100,0 98,3 1 704 4,7 15,0 78,8 1,5 100,0 98,7 520 19,6 22,1 56,4 1,8 100,0 80,4 1 367 17,8 13,7 65,9 2,5 100,0 86,4 1 173 31,5 15,6 51,7 1,2 100,0 61,2 850 21,5 17,9 59,3 1,3 100,0 72,0 2 058 11,6 24,8 62,7 1,0 100,0 94,8 1 912 22,9 16,2 59,9 1,0 100,0 73,7 765 14,1 26,6 58,5 0,8 100,0 83,6 770 23,1 17,0 58,2 1,7 100,0 76,1 1 340 14,9 20,3 62,8 2,0 100,0 84,0 5 081 22,3 15,0 61,4 1,3 100,0 78,4 3 173 16,6 23,1 59,2 1,1 100,0 86,7 1 957 16,4 16,0 66,9 0,7 100,0 81,1 818 5,1 17,6 76,2 1,1 100,0 98,4 488 20,8 18,0 58,9 2,3 100,0 79,5 945 20,2 19,3 59,0 1,5 100,0 79,1 9 596 7,9 17,6 72,7 1,8 100,0 95,4 2 097 4,9 16,7 76,1 2,2 100,0 98,5 768 17,2 18,8 62,4 1,6 100,0 83,0 12 461 ____________________________________________________________________________________________________ Note : Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enquête. 6.1.2 Vaccination antitétanique des femmes enceintes (VAT) Le tableau 6.3 présente les résultats sur les vaccinations antitétaniques (VAT) reçues par les mères pour toutes les naissances survenues durant les cinq années ayant précédé l'enquête. Ces vaccinations faites au cours de la grossesse ont pour but de prévenir le tétanos néonatal qui est l'une des principales causes de décès des nouveaux-nés dans la plupart des pays en développement. Cette vaccination protège également la mère pendant la grossesse et au moment de l’accouchement. Pour une protection complète de la mère et de l'enfant, deux injections espacées d’au moins 30 jours sont nécessaires ou bien une seule injection, si la mère a déjà reçu les deux doses au cours de la grossesse précédente (ou avant toute grossesse). 60 Dans l’ensemble, pour environ quatre naissances sur cinq (81 %), les mères ont reçu durant la grossesse au moins une dose de vaccin antitétanique. Cependant, on relève que 17 % des naissances n'ont pas du tout été protégées contre le tétanos néonatal. Il faut noter que la proportion de naissances dont la mère a reçu une ou deux doses pendant la grossesse (82 %) est identique à la proportion de naissances pour lesquelles la mère a bénéficié d’une consultation prénatale (82 %). Cela montre que peu d'occasions ont été manquées pour administrer aux femmes enceintes le vaccin antitétanique pendant la consultation prénatale. Selon les caractéristiques socio-démographiques, on observe des écarts à peine sensibles selon l’âge de la mère. Par contre, le niveau de protection diminue avec le rang de naissance de l’enfant. Les naissances de rang un, deux ou trois sont relativement mieux protégées que les autres (85 % des naissances de rang 1 ont reçues une ou deux doses de vaccin contre 81 % de celles de rang 2-3 et seulement 77 % des naissances de rang 6 ou plus). Comme attendu, les naissances des femmes résidant en milieu urbain et dans certaines régions sont mieux protégées que les autres. En milieu urbain, 91 % des naissances ont été protégées par une ou deux doses de VAT contre 77 % en milieu rural. Par ailleurs, les différences entre régions sont très importantes. Ziguinchor et Dakar, sont les régions qui ont la meilleure couverture antitétanique des naissances : on y observe respectivement 94 % et 91 % de naissances dont les mères ont reçu une ou deux doses de VAT. Au contraire, la région de Tambacounda est la moins bien couverte (80 %). En ce qui concerne le niveau d'instruction, comme pour les consultations prénatales, plus le niveau d’instruction de la mère est élevé, plus les naissances ont été protégées contre le tétanos néonatal. Ainsi, 20 % des naissances issues de mères non scolarisées n’ont reçu aucun vaccin; cette proportion est de 8 % pour les naissances dont la mère a un niveau primaire et de 5 % pour celles dont la mère a un niveau secondaire ou plus. Le niveau d’instruction n’introduit qu’une faible différence pour la prise d’une dose unique de VAT (entre 19 % et 17 % quel que soit le niveau). C’est dans le suivi, que le niveau d’instruction est discriminant : 59 %, 73 % et 76 % des naissances de mères non scolarisées, de niveau primaire, et de niveau secondaire ou plus, ont reçu deux doses ou plus. La couverture vaccinale contre le tétanos s’est peu modifiée par rapport à l’EDS-III. En 1997, 16 % des naissances n’avaient pas du tout été protégées contre le tétanos néonatal; en 1999, cette proportion est de 17 %. En outre, le pourcentage de mères n’ayant reçu qu’une seule injection (18 % en 1997 contre 19 % en 1999) est également restée stable; par contre au niveau de la protection complète (2 injections ou plus), la situation s’est dégradée, 66 % en 1997, contre 62 % en 1999. Les femmes du milieu rural et les moins instruites ont été les plus affectées par cette dégradation du niveau de protection complète contre le tétanos. La proportion de femmes qui avait déclaré avoir reçu, au moins, deux doses de VAT est passé de 62 % à 58 % entre 1997 et 1999 en milieu rural alors qu’en milieu urbain, elle est restée stable durant la même période. En ce qui concerne les femmes de niveau d’instruction secondaire ou plus, 73 % avaient reçu deux doses de VAT en 1997 et 76 % en 1999. Par contre, pour les femmes sans instruction, on constate que leur niveau de protection est passé de 63 % en 1997 à 59 % en 1999. 6.1.3 Accouchement Les données du tableau 6.4 montrent que parmi les naissances survenues au cours des cinq dernières années, une sur deux (50 %) a eu lieu à la maison. On constate d’autre part que le lieu d'accouchement varie selon les caractéristiques socio-démographiques des femmes. En effet, l’accouchement à la maison est plus fréquent chez les femmes les plus âgées : (54 % des femmes de 35 ans ou plus contre 47 % à moins de 20 ans). Le rang de naissance est encore plus discriminant. La fréquence des accouchements à domicile 61 Tableau 6.4 Lieu de l'accouchement Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête par lieu d'accouchement, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, ESIS Sénégal 1999____________________________________________________________________________ Établis- Effectif sement À la de Caractéristique sanitaire maison Autre ND Total naissances____________________________________________________________________________ Âge de la mère à la naissance < 20 20-34 35 ou plus Rang de naissance 1 2-3 4-5 6 ou plus Milieu de résidence Urbain Rural Région Dakar Ziguinchor Diourbel Saint-Louis Tambacounda Kaolack Thiès Louga Fatick Kolda Ethnie Wolof Poular Sérer Mandingue Diola Autre Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Visites prénatales Aucune 1 à 3 4 ou plus NSP/ND Ensemble des naissances 51,9 47,1 0,8 0,2 100,0 1 979 48,6 49,9 0,9 0,5 100,0 8 569 45,1 53,5 0,9 0,5 100,0 1 913 64,2 34,5 1,0 0,3 100,0 2 557 51,0 47,7 0,8 0,4 100,0 3 775 42,8 55,9 1,0 0,4 100,0 2 752 39,0 59,6 0,8 0,6 100,0 3 378 82,5 16,4 0,8 0,3 100,0 4 049 32,3 66,2 0,9 0,5 100,0 8 411 89,5 9,9 0,4 0,1 100,0 1 704 79,7 17,2 3,0 0,0 100,0 520 47,2 50,3 1,3 1,2 100,0 1 367 47,3 51,5 0,4 0,8 100,0 1 173 28,0 71,3 0,1 0,6 100,0 850 33,2 66,3 0,4 0,1 100,0 2 058 52,3 45,6 1,6 0,6 100,0 1 912 38,8 58,9 2,1 0,2 100,0 765 38,6 60,6 0,6 0,1 100,0 770 30,2 68,9 0,4 0,5 100,0 1 340 51,1 47,2 1,2 0,5 100,0 5 081 42,4 56,6 0,5 0,6 100,0 3 173 44,0 54,7 0,8 0,4 100,0 1 957 46,4 52,3 1,0 0,2 100,0 818 81,2 17,1 1,7 0,0 100,0 488 50,8 48,5 0,2 0,4 100,0 945 39,7 58,9 0,9 0,5 100,0 9 596 75,2 23,6 0,9 0,3 100,0 2 097 87,2 11,9 0,6 0,3 100,0 768 10,3 86,8 0,3 2,6 100,0 1 597 36,3 62,9 0,8 0,0 100,0 2 310 60,6 38,3 0,9 0,2 100,0 7 943 39,5 58,5 1,8 0,2 100,0 611 48,6 50,0 0,9 0,5 100,0 12 461 ____________________________________________________________________________ Note : Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enquête. augmente nettement avec le rang de naissance de l'enfant : d'un minimum de 35 % pour le rang 1, elle augmente au fur et à mesure que la parité augmente pour atteindre 60 % des naissances de rang 6 ou plus. Par milieu de résidence de la mère, on constate, en milieu urbain, que pour plus de huit naissances sur dix (83 %) les mères ont accouché dans des services de santé; en milieu rural, la proportion correspondante est beaucoup plus faible, seulement moins d’une naissance sur trois (32 %). Avec 90 % d’accouchements ayant eu lieu dans un établissement sanitaire, Dakar se démarque nettement des autres régions entre lesquelles on constate 62 des écarts importants. En effet, 80 % des naissances de la région de Ziguinchor ont eu lieu dans un établissement sanitaire et seulement 28 % à Tambacounda. En outre, on constate que pour les naissances dont les mères n’ont effectué aucune visite prénatale, l’accouchement dans un établissement sanitaire est peu fréquent (10 %). Par contre, 36 % des naissances dont la mère a effectué entre 1 et 3 visites prénatales se sont déroulées dans un établissement sanitaire. Cette proportion passe à 61 % quand le nombre de visites est de 4 ou plus. Dans le cas des grossesses à risque qui doivent faire l’objet d’un suivi rapproché, donc de consultations prénatales fréquentes, l’accouchement dans un établissement sanitaire devient une précaution nécessaire. Ces faibles proportions d’accouchements en établissement sanitaire montrent qu’il reste des efforts importants à fournir pour qu’un plus grand nombre de femmes bénéficient de bonnes conditions d’accouchement. Le tableau 6.5 et le graphique 6.2 présentent la répartition des naissances par type d'assistance à l'accouchement, selon certaines caractéristiques socio-démographiques de la mère. Dans l’ensemble, dans 48 % des cas, les femmes ont accouché avec l’assistance de professionnels de la santé, en grande majorité des infirmières et des sages-femmes (46 %); dans seulement 3 % des cas, les accouchements se sont déroulés en présence d’un médecin. Ce n’est qu’en milieu urbain (5 %) à Dakar (7 %) et surtout chez les femmes de niveau d’instruction secondaire ou plus (12 %) que la contribution du médecin est la plus fréquente. Signalons qu’une naissance sur cinq s‘est déroulée en présence d’une matrone ou d’une accoucheuse traditionnelle (20 %). Il faut aussi noter que 28% des naissances n’ont bénéficié que de l'assistance d'un parent ou d’une autre personne et que 3% des accouchements se sont déroulés sans assistance aucune. En ce qui concerne l’évolution des conditions d’accouchement, on ne constate pas d’amélioration pour le lieu d’accouchement. En effet, pour 49 % de naissances, les mères ont accouché dans un établissement sanitaire, contre 48 % en 1997. On ne constate pas non plus d’amélioration sensible en ce qui concerne l’assistance à l’accouchement : le pourcentage de mères assistées à l’accouchement par une sage- femme ou infirmière est passé de 43 % en 1997 à 46 % aujourd’hui. La contribution des accoucheuses traditionnelles dans l’assistance à l’accouchement a, quant à lui, baissé, passant de 25 % en 1997 à 20 % en 1999. Dans la même période, le pourcentage de femmes ayant accouché sans assistance est passé de 5% à 3 %. L'examen des données par caractéristiques socio-démographiques de la mère met en évidence le même type de variations que celles observées à propos du lieu d'accouchement (graphique 6.2). En ce qui concerne la proportion d’accouchements assistés par des professionnels de la santé, on constate qu’elle varie peu selon l’âge de la mère. Cependant, les naissances qui ont été le plus fréquemment assistées par une sage- femme ou infirmière, sont celles des mères les plus jeunes (49 % pour les moins de 20 ans contre 42 % pour les 35 ans ou plus). La variation est nettement plus importante pour le rang de naissance. De 59 % pour les naissances de rang 1, la proportion des naissances assistées par une sage-femme passe à 37 % pour les naissances de rang 6 ou plus. Les naissances des femmes du milieu urbain (81 %) et celles des femmes les plus instruites (75 %) sont celles qui se sont le plus fréquemment déroulées en présence d’une infirmière ou d’une sage-femme. Plus de moitié des naissances dont la mère a effectué 4 visites prénatales ou plus (56 %) ont bénéficié de l’assistance d’une infirmière ou sage-femme. Cette proportion tombe à 11 % quand la mère n’a effectué aucune visite. Dans les régions de Kolda, Tambacounda, Louga, Kaolack et Fatick plus de 30 % des accouchements n’ont bénéficié que de l’assistance de parents ou amis. C’est surtout chez les femmes qui n’ont effectué aucune visite prénatale (6 %), chez celles de la région de Saint-Louis (5 %) et chez les femmes ayant 6 enfants ou plus (5 %) que la proportion d’accouchements sans aucune assistance est la plus élevée. 63 Tableau 6.5 Assistance lors de l'accouchement Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête par type d'assistance lors de l'accouchement, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, ESIS Sénégal 1999 ________________________________________________________________________________________________________ Accoucheuse Infirmière/ tradition- Effectif Sage- nelle/ Parents/ de Caractéristique Médecin femme Matrone Autres Personne ND Total1 naissances ________________________________________________________________________________________________________ Âge de la mère à la naissance < 20 20-34 35 ou plus Rang de naissance 1 2-3 4-5 6 ou plus Milieu de résidence Urbain Rural Région Dakar Ziguinchor Diourbel Saint-Louis Tambacounda Kaolack Thiès Louga Fatick Kolda Ethnie Wolof Poular Sérer Mandingue Diola Autre Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Visites prénatales Aucune 1 à 3 4 ou plus NSP/ND Ensemble des naissances 2,3 48,9 16,5 31,0 1,0 0,3 100,0 1 979 2,4 45,8 20,7 27,0 2,7 1,4 100,0 8 569 3,3 42,4 21,9 26,3 4,3 1,8 100,0 1 913 4,2 59,1 14,5 21,2 0,5 0,5 100,0 2 557 2,7 47,9 18,9 27,8 1,9 0,8 100,0 3 775 1,8 41,1 22,9 29,9 2,7 1,7 100,0 2 752 1,7 37,1 23,8 30,0 5,2 2,2 100,0 3 378 5,2 80,9 7,3 5,2 0,6 0,7 100,0 4 049 1,2 28,8 26,4 38,3 3,7 1,6 100,0 8 411 6,6 85,6 3,6 3,3 0,4 0,6 100,0 1 704 2,8 63,2 23,0 9,5 1,5 0,0 100,0 520 1,3 45,4 20,0 29,3 3,3 0,7 100,0 1 367 2,1 48,7 21,2 19,2 5,3 3,6 100,0 1 173 0,9 26,8 25,5 42,6 2,4 1,8 100,0 850 2,1 33,3 21,9 40,3 1,7 0,7 100,0 2 058 3,0 48,4 29,6 14,3 3,4 1,3 100,0 1 912 1,2 31,2 25,9 36,4 2,6 2,6 100,0 765 1,2 36,5 20,2 36,9 4,1 1,0 100,0 770 1,4 27,1 16,9 50,0 3,1 1,4 100,0 1 340 2,8 48,0 22,6 23,9 1,8 0,9 100,0 5 081 1,9 41,7 17,0 32,7 4,0 2,7 100,0 3 173 2,4 42,7 21,1 28,4 4,3 1,1 100,0 1 957 2,0 39,6 21,0 35,4 1,7 0,3 100,0 818 3,7 65,8 19,0 10,4 0,6 0,6 100,0 488 2,8 48,5 16,1 29,8 1,9 0,9 100,0 945 1,5 37,7 22,8 33,2 3,3 1,6 100,0 9 596 3,8 72,0 12,3 10,6 0,9 0,6 100,0 2 097 11,9 74,7 9,6 3,2 0,4 0,2 100,0 768 0,1 11,0 24,0 55,3 5,5 4,1 100,0 1 597 1,2 35,5 23,4 35,1 3,3 1,5 100,0 2 310 3,4 56,3 18,6 19,0 2,0 0,6 100,0 7 943 3,1 37,6 18,3 36,9 1,9 2,2 100,0 611 2,5 45,8 20,2 27,5 2,7 1,3 100,0 12 461 ________________________________________________________________________________________________________ Note : Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enquête. Si différentes personnes ont assisté l'accouchement, seule la plus qualifiée a été prise en compte dans ce tableau. 1 L’EDS-III n’avait pas recueilli d’informations sur la vaccination. 64 Parm i les naissances des cinq années ayant précédé l'enquête, dans près de 5 % des cas, la mère a accouché par césarienne (tableau non publié). Ce pourcentage est inattendu, puisque lors de l‘EDS-II, seulement 2 % des naissances s’étaient déroulées de cette manière. 6.2 Vaccination des enfants Pour tous les enfants nés au cours des cinq dernières années ayant précédé l'enquête, on a collecté les informations nécessaires à l’évaluation de la couverture vaccinale du Programme Élargi de Vaccination (PEV). Conformément aux recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), un enfant est complètement vacciné lorsqu'il a reçu le BCG (protection contre la tuberculose), le vaccin contre la rougeole, trois doses de vaccin contre la poliomyélite et trois doses contre le DTCoq (diphtérie, tétanos et coqueluche). D'après le calendrier des vaccinations, ces vaccins doivent tous être administrés avant l'âge d'un an. Conformément aux recommandations de l'OMS, la collecte des données sur la vaccination a été faite de deux manières différentes. Les informations ont été, soit recopiées à partir du carnet de vaccination (ou carnet de santé), soit enregistrées à partir des déclarations de la mère. Ainsi, lorsque le carnet de vaccination n'était pas disponible, l'enquêtrice demandait à la mère si l'enfant avait reçu le BCG (qui laisse généralement une cicatrice caractéristique), le vaccin contre la polio et le DTCo

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.