Sénégal - Demographic and Health Survey - 1994

Publication date: 1994

Sénégal Enquête Démographique et de Santé au Sénégal (EDS-II) 1992/93 Ministère de l'Economie, des Finances et du Plan Direction de la Prévision et de la Statistique Division des Statistiques Démographiques ®DHS ~r Demographic and Health Surveys Macro International Inc. REPUBLIQUE DU SENEGAL Enquête Démographique et de Santé au Sénégal (EDS-II) 1992/93 Salif Ndiaye Papa Demba Diouf Mohamed Ayad Ministère de 1' Economie, des Finances et du Plan Direction de la Prévision et de la Statistique Division des Statistiques Démographiques Dakar, Sénégal Macro International Inc. Calverton, Maryland USA Avril 1994 Ce rapport présente les principaux résultats de l'Enquête Démographique et de Santé (EDS-II) r&alisée au Sénégal en 1992/93 par la Direction de la Prévision et de la Statistique du Ministère de l'Economie, des Finances et du Plan. L'EDS-II, financée par l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID), a bénéficié de l'assistance technique de Macro International Inc. L'EDS-II fait partie du programme mondial des Enqu6tes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys-DHS) dont l'objectif est de colloeter, d'analyser et de diffuser des données démogmphiques portant en particulier sur la fécondit6, la planification familiale et la santé de la mère et de l'enfant. Des informations complémentaires sur r EDS-II peuvent ~tre obtenues auprès de la Direction de la Próvisinn et de la Statistique, Point E, B.P. 116, Téléphone (221 ) 23-02-65; Fax (221 ) 23-07-43. Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent être obtenus auprès de Macro International Inc., 11785 Beltsville Drive, Calverton, MD 20705, USA (Téléphone 301-572-0200; Fax 301-572-0999; Télex 198116). TABLE DES MATIERES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ix Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxi Résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxiii Carte du Sénégal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxviii CHAPITRE 1 1.1 1.2 PRESENTATION DU PAYS ET CADRE DE L 'ENQUETE par Papa Demba Diouf Caractéristiques du pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Milieu physique et économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Caractéristiques de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.3 Situation sanitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.4 Politique en matière de population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Cadre de l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.2.1 Objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.2.2 Questiormaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.2.3 Echantillonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2.4 Formation et collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.2.5 Traitement informatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 CHAP ITRE 2 2.1 2.2 2.3 CARACTERIST IQUES DE L 'ECHANTILLON par Salif Ndiaye Couverture de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Enquête ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 2.2.1 Structure par åge et par sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 2.2.2 Niveau d'instruction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.2.3 Caractéristiques des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 2.2.4 Caractéristiques de l'habitat et des biens possédés parles ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Enquête individuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 2.3.1 Age des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 2.3.2 Etat matrimonial actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 2.3.3 Groupe ethnique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 iii Page 2.3.4 Lieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 2.3.5 Instruction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 2.3.6 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 CHAPITRE3 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 3.6 3.7 FECOND1TE par Salif Ndiaye Données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Niveau et différentiels de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Tendances de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Fécondité cumulée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Age à la première maternité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Fertilité et fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 CHAPITRE4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 4.7 4.8 4.9 PLANIFICATION FAMILIALE par Salif Ndiaye Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Utilisation passée de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Connaissance de la période de fertilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Sources d'approvisionnement des contraceptifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Sources d'information sur la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Opinions et attitudes sur la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Comportement et attitude des couples vis-å-vis de la contraception . . . . . . . . . . . . 55 CHAPITRE 5 5.1 5.2 5.3 5.4 5.5 5.6 NUPTIALITE ET EXPOSITION AUX RISQUES DE GROSSESSE par Salif Ndiaye Etat matrimonial actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 5.2.1 Fréquence de la polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 5.2.2 Nombre de co-épouses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Age au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Activité sexuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Exposition aux risques de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 iv CHAPITRE 6 6.1 6.2 6.3 6.4 Page PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE par Mohamed Ayad Désir d 'avoir des enfants (suppl6mentaires) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Nombre total d'enfants désirés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 CHAP ITRE 7 7.1 7.2 7.3 SANTE DE LA MERE ET DE L 'ENFANT par Papa Demba Diouf Soins pr6natals et accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 7.1.2 Vaccination antit6tanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 7.1.3 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Maladies des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 7.3.1 Infections respiratoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 7.3.2 Fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 7.3.3 Diarrh6e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 CHAPITRE 8 8.1 8.2 8.3 ALLA ITEMENT ET ETAT NUTRIT IONNEL DES ENFANTS par M ohamed Ayad Allaitement et alimentation de complément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Etat nutritionnel des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 8.2.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 8.2.2 R6sultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 Etat nutritionnel des mères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 CHAPITRE 9 9.1 9.2 9.3 9.4 MORTAL ITE DES ENFANTS DE MOINS DE C INQ ANS par Papa Demba Diouf Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Niveaux et tendances de la mortalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Variations différentielles de la mortalit6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Comportement procréateur à haut risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 CHAPITRE 10 10.1 10.2 10.3 10.4 10.5 10.6 10.7 Page MORTALITE MATERNELLE par J eremiah Sullivan, Mohamed A yad et Salif Ndiaye Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Evaluation de la qualité des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Estimation directe de la mortalité adulte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Estimations directes de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Estimations indirectes de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Discussion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 CHAPITRE 11 11.1 11.2 11.3 ENQUETE HOMME par Papa Demba Diouf Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 11.1.1 Caractéristiques des hommes de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 11.1.2 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 Planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 11.2.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 11.2.2 Pratique de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 11.2.3 Utilisation future et méthodes contraceptives préférées . . . . . . . . . . . . . 151 11.2.4 Opinions et attitudes vis-à-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . . 153 Préférences en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 CHAPITRE 12 12.1 12.2 12.3 12.4 12.5 MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES ET SlDA par Salif Ndiaye et Mohamed Ayad Connaissance des MST et de leur prévention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 Connaissance du SIDA et sources d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Connaissance des modes de transmission du SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 Connaissance des moyens de pr6vention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 Opinions sur la diffusion d'information sur le SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 CHAPITRE 13 13.1 13.2 13.3 DISPONIBILITE D'INFRASTRUCTURES COMMUNAUTAIRES par Mohamed Ayad et Salif Ndiaye Caract6ristiques des localités rurales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Services socio-6conomiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 vi 13.4 Page 13.3.1 Disponibilité des formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 13.3.2 Disponibilité des services de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . 178 13.3.3 Disponibilité des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . 180 Problèmes de sant6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 REFERENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187 ANNEXEA ANNEXEB ANNEXE C ANNEXED ANNEXEE ORGANIGRAMME ET PERSONNEL DE L 'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE (EDS-II) 1992/93 . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 PLAN DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195 ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203 TABLEAUX POUR L'EVALUATION DE LA QUALITE DES DONNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 QUESTIONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223 vii Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau LISTE DES TABLEAUX Page 1.1 Taille et couverture de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 2.1 Population des ménages par åge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 2.2 Population par åge selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.3.1 Niveau d'instruction de la population des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 2.3.2 Niveau d'instruction de la population des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 2.4 Taux de fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 2.5 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 2.6 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 2.7 Biens durables possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 2.8 Caractéristiques socio-démographiques des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 2.9 Niveau d'instruction des femmes enquètées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 2.10 Accès des femmes aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 3.1 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 3.2 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 3.3 Tendances de la fécondité par age . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 3.4 Tendances de la fécondité par durée de mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 3.5 Fécondité par åge scion quatre sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 3.6 Enfants nés vivants et enfants survivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 3.7 Intervalle intcrgénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 3.8 Age å la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 3.9 Agc médian à la première naissance par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 3.10 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 3.11 Enfants nés de mères adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodcs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives modernes et des sources des méthodcs par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 4.3 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 4.4 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 4.5 Utilisation actuclle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 ix Tableau 4.6 Tableau 4.7 Tableau 4.8 Tableau 4.9 Tableau 4.10 Tableau 4.11 Tableau 4.12 Tableau 4.13 Tableau 4.14 Tableau 4.15 Tableau 4.16 Tableau 5.1 Tableau 5.2 Tableau 5.3 Tableau 5.4 Tableau 5.5 Tableau 5.6 Tableau 5.7 Tableau 5.8 Tableau 5.9 Tableau 5.10 Tableau 5.11 Tableau 5.12 Tableau 6.1 Tableau 6.2 Tableau 6.3 Tableau 6.4 Tableau 6.5 Tableau 6.6 Tableau 6.7 Tableau 6.8 Page Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Temps nécessaire pour atteindre la source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Raisons de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Messages sur la planification familiale entendus à la radio ou à la télévision . . . . . . 54 Approbation de l'utilisation des media dans la diffusion sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Attitudes des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Nombre d'unions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Age au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Age médian au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Age médian aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Activité sexuelle récente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Fréquence des rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Aménorrhée, abstinence et non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Durée médiane de la non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Fin d'exposition au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . 74 Préfércnces en matière de fécondité scion l 'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Désir de limiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Nombre idéal d'cnlants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Nombre idéal d'enfants par caract6ristiqucs socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . 80 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 Taux de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Tableau 7.1 Tableau 7.2 Tableau 7.3 Tableau 7.4 Tableau 7.5 Tableau 7.6 Tableau 7.7 Tableau 7.8 Tableau 7.9 Tableau 7.10 Tableau 7.11 Tableau 7.12 Tableau 7.13 Tableau 7.14 Tableau 8.1 Tableau 8.2 Tableau 8.3 Tableau 8.4 Tableau 8.5 Tableau 8.6 Tableau 8.7 Tableau 9.1 Tableau 9.2 Tableau 9.3 Tableau 9.4 Tableau 10.1 Tableau 10.2 Tableau 10.3 Tableau 10.4 Tableau 11.1 Tableau 11.2 Page Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Nombre de visites prénatales et durée de la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Lieu de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Assistance lors de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Caractéristiques de l 'accouchement: césarienne, prématurité, poids et taille à la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Vaccinations par sources d' information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 Vaccinations par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Vaccinations avant l 'åge de 12 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Prévalence et traitement des infections respiratoires aiguës . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 Prévalence et traitement de la fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Prévalence de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Connaissance et utilisation des sachets de SRO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Type d'allaitement par åge de l 'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Allaitement et alimentation de complément par åge de l 'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Durée médiane et fréquence de ral laitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Etat nutritionnel des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Indicateurs anthropométriques de l'~rat nutritionnel des mères . . . . . . . . . . . . . . . . 121 Indicateurs anthropométriques des mères par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mære . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Mortalité des enfants par caract6ristiques bio-démographiques de la mère et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Fécondité à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 Etat de survie des frères et soeurs des enquSt6es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Estimation de la mortalité par åge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137 Estimations directes de la mortalité matemelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Estimations indirectes de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Caractéristiques socio-démographiques des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . 142 Niveau d'instruction des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 xi Tableau 11.3 Tableau 11.4 Tableau 11.5 Tableau 11.6 Tableau 11.7 Tableau 11.8 Tableau 11.9 Tableau 11.10 Tableau 11.11 Tableau 11.12 Tableau 11.13 Tableau 11.14 Tableau 11.15 Tableau I 1.16 Tableau 11.17 Tableau 11.18 Tableau 11.19 Tableau I 1.20 Tableau 12.1 Tableau 12.2 Tableau 12.3 Tableau 12A Tableau 12.5 Tableau 13.1 Tableau 13.2 Tableau 13.3 Tableau 13.4 Tableau 13.5 Tableau 13.6 Page Nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 Différence d'ãges entre l 'homme et la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 Caractéristiques différentielles des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Connaissance des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Utilisation de la contraception å un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 Méthode préférée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Raison de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 Approbation de l'utilis~ tion des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 Attitudes des matis face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Préférences des matis en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Préférences des couples en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 Nombre idéal d'enfants pour les hommes par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Nombre idéal d'enfants pour les couples par caractéristiques di fférentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 Connaissance des MST et des moyens de prévention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 Source d' information surle SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 Connaissance des moyens de transmission du SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Connaissance du SIDA et des moyens de prévention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 Approbation dc la diffusion d' information sur le SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Caractéristiques des communautés rulales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Distance par rapport aux services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Principal moyen de transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 Temps dc trajet pour atteindre les services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . 174 Distance par rapport aux formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 Temps de trajet pour atteindre les formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 xii Tableau 13.7 Tableau 13.8 Tableau 13.9 Tableau 13.10 Tableau 13.11 Tableau 13.12 Tableau 13.13 Tableau 13.14 Tableau B. 1 Tableau B.2 Tableau C. 1 Tableau C.2 Tableau C.3 Tableau C.4 Tableau C.5 Tableau C.6 Tableau C.7 Tableau C.8 Tableau D. 1 Tableau D.2 Tableau D.3 Tableau D.4 Tableau D.5 Tableau D.6 Page Formation sanitaire la plus proche offrant des services de planning familial . . . . . . 179 Distance et temps du trajet pour atteindre des services de planning familial . . . . . . 179 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 Distance et temps du trajet pour atteindre des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 Distance par rapport au service de santé maternelle et infantile le plus proche en fonction des soins prénatals et de la couverture vaccinale . . . . . . . . . . . . 182 Principaux problèmes pour se soigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 Principaux problèmes pour se soigner par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . 184 Principales maladies des enfants de moins de cinq ans par milieu de résidence . . . 185 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par région et milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200 Résultats des enquEtes auprès des hommes par région et milieu de r6sidence . . . . . 201 Variables utilis6es pour le calcul des erreurs de sondage, EDS-II Sénégal 1992/93 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207 Erreurs de sondage: Echantillon national . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208 Erreurs de sondage: Milieu urbain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209 Erreurs de sondage: Milieu rural . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210 Erreurs de sondage: Ouest . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211 Erreurs de sondage: Centre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212 Erreurs de sondage: Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213 Erreurs de sondage: Nord-Est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214 Répartition par åge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217 Répartition par tige des femmes éligibles et des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . 218 Complétude de l'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219 Naissances par année du calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220 Enregistrement de l'tige au décès en jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221 Enregistrement de l'âge au décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222 xiii LISTE DES GRAPHIQUES Graphique 2.1 Graphique 2.2 Graphique 2.3 Graphique 2.4 Graphique 2.5 Graphique 3.1 Graphique 3.2 Graphique 3.3 Graphique 3.4 Graphique 3.5 Graphique 4.1 Graphique 4.2 Graphique 4.3 Graphique 4.4 Graphique 4.5 Graphique 5.1 Graphique 5.2 Graphique 6.1 Graphique 6.2 Graphique 7.1 Graphique 7.2 Graphique 7.3 Graphique 7.4 Graphique 8.1 Graphique 8.2 Page Pyramide des åges de la population Sénégal, 1992/93 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Caract6ristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Répartition des femmes de l'échantillon selon l'åge actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Taux de fécondité générale par åge selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . . . . . . . . . 28 Taux de fécondité des femmes non-c61ibataires par dur6e de mariage selon la période avant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Taux de fécondité générale par âge selon quatre sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Pourcentage d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Connaissance des méthodes contraceptives et de leur source par les femmes mariées de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Connaissance des méthodes contraceptives entre 1986 et 1992/93 par les femmes mariées de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Utilisation actuelle des méthodes contraceptives par les femmes mari~es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Intention d'utiliser la contraception par les femmes actuellement en union et non utilisatrices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Attitudes des couples face à la planification familiale selon la perception de la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Ages médians au premier mariage et aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . 65 Désir d'enfants supplémentaires des femmes mari6es selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée . . . . . . . . 83 Soins prénatals selon certaines caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . 87 Lieu d'accouchement et assistance pendant l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Vaccination des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin et la source d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Allaitcment et quantité de liquides donnés aux enfants ayant la diarrhée . . . . . . . . 106 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de 3 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Durée moyenne d'allaitcment dans les pays d'Afrique subsaharienne . . . . . . . . . . . 113 XV Graphique 8.3 Graphique 8.4 Graphique 8.5 Graphique 8.6 Graphique 9.1 Graphique 9.2 Graphique 9.3 Graphique 10.1 Graphique 11.1 Graphique 11.2 Graphique 11.3 Graphique 11.4 Graphique 12.1 Graphique 12.2 Graphique 13. I Graphique 13.2 Graphique 13.3 Page Prrvalence de la sous-nutrition chronique dans les pays d'Afrique subsaharienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 Etat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans présentant un retard de croissance . . . . . 119 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans atteints d'émaciation . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Tendances de la mortalité des enfants selon trois sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Mortalité infanto-juvénile selon les caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . 127 Mortalité infantile et comportement procrrateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Répartition des soeurs décédées selon le nombre d'années écoulées . . . . . . . . . . . . 135 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Utilisation de la contraception moderne par les maris et les femmes mari~es . . . . . 150 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Préférences des couples en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 Connaissance du SIDA et modes de transmission de la maladie chez les hommes et les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 Connaissance du SIDA et des moyens de prévention de la maladie chez les hommes et les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 Temps de trajet médian pour atteindre les différents services socio- économiques selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 Distance médiane pour atteindre les différentes formations sanitaires selon le milieu de r6sidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 Principales maladies des enfants de moins de cinq ans selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 xvi GLOSSAIRE AMPM AMPN AMPRS ASBEF BCG CDC CER CM CNPS DF DHS DIU DPS DR DSD DTCoq EDN 70/71 EDS-I EDS-II ESF ESP ET IEC ISF IMC ISFD ISSA MN MPN MST NCHS OMS ONG PEV PF PIB PMI PSFP RDV REPS RGPH88 Age Médian au Premier Mariage Age Médian á la Premi6re Naissance Age Médian au Premiers Rapports Sexuels Association Sénégalaise pour Bien-Erre Familial Bacille Bill6 de Calmette et Gu6rin (vaccin antituberculeux) Centers for Disease Control, Etats-Unis Centre d'Expansion Rurale Chef de Ménage Comité National pour la Prévention du SIDA Descendance Finale Dcmographic and Health Surveys Dispositif Intra-Utérin Direction de la Prévision et de la Statistique District de Recensement Division des Statistiques Démographiques Diphtérie, Tétanos, Coqueluche (vaccin) Enquête Démographique Nationale de 1970-71 Enquête Démographique et de Santé de 1986 Enquête Démographique et de Santé de 1992-93 Enquête Sénégalaise sur la Fécondité de 1978 Enquête sur les Priorités de 1991-92 Ecart Type Information, Education et Communication Indice Synthétique de Fécondit6 Indice de Masse Corporelle Indice Synthétique de Fécondité Désirée Integrated System for Survey Analysis Mortalité Néonatale Mortalité Post Néonatale Maladie Sexuellement Transmissible National Center for He~flth Statistics (Centre national des statistiques sanitaires, Etats Unis) Organisation Mondiale de la Santé Organisations non gouvemementales Programme Elargi de Vaccination Planification Familiale Produit Intérieur Brut Protection Maternelle et Infantile Projet Santé Familiale et Population Risque dc mortalité maternelle sur la Durée de Vie Racine carrée de l'Effet du Plan de Sondage Recensement Générale de la Population et de l'Habitat de 1988 xvii SIDA SMI SRO TBM TBN TGFG TMM TRO USAID Syndrome Immuno-Déficitaire Acquis Santé Matemelle et Infantile Sels de Réhydratation par voie Or~e Taux Brut de Mortalité Taux Brut de Natalité Taux Global de Fécondité Générale Taux de Mortalité Maternelle Thérapie de Réhydratation par voie Orale United Statcs Agency for International Development (Agence des Etats-Unis pour le Développement lntemational) xviii AVANT-PROPOS En 1986, le Sénégal a participe à la première phase des EnquEtes D6mographiques et de Santé (EDS). Cette enquEte avait pour but de fournir des informations sur la fécondité et ses déterminants, la santé de la mère et de l'enfant et la mortalité des enfants. Pour mettre à jour ces données et permettre ainsi d'apprécier les tendances des ces ph6nomènes, il a Et~ r6alisé en 1992/93 une enqu&e similaire dénommée EDS-II (phase II). Mais en plus des informations qui ont été collectées en 1986, I'EDS-II, fournit pour la première fois au niveau national, des données sur la nutrition des mères, sur la mortalité maternelle et sur les hommes. L'EDS- II a permis en outre d'approfondir certains sujets encore peu connus. Il s'agit notamment, de l'état de santé des enfants, la prévention des maladies infantiles et la connaissance et les attitudes vis-à-vis des maladies sexuellement transmissibles y compris le SIDA. Avec I'EDS-II, le Sénégal dispose désormais d'une série de trois enquEtes démographiques nationales comparables (ESF, EDS-I, EDS-II) qui, ajoutées aux données issues des autres sources, permettent une meilleure connaissance de la population du pays. Le présent rapport, le rapport principal d'analyse, est le deuxième d'une sErie de quatre publications. Il a Et~ prEcédé par un rapport préliminaire qui a été diffusé en novembre 1993. Celui-ci présente la méthodologie et les principaux résultats relatifs aux questions abordEes par l'enquete. Ainsi, les thèmes suivants y sont-ils abordes: la fécondité, la nuptialité, la planification famililale, la santé de la mère et de l'enfant, la mortalité de l'enfance et la mortalité maternelle. En mEme temps que le rapport principal, a été élaboré un rapport de synthèse qui est une pr6sentation rEsumée et illustrée du premier. Ensuite, viendra la série des publications issues des analyses thématiques approfondies. La Direction de la Prévision et de la Statistique (DPS) du Ministère de l'Economie des Finances et du Plan qui a réalise ce trav ail espère que les résultats de cette recherche permettront de mettre à la disposition des dEcideurs, des organismes de coopEration bilatérale et multilatérale, des organismes non gouvernementaux (ONG) et des chercheurs, des renseignements d'importance de premier ordre dans le cadre de la planification économique et sociale en gEnéral, et en particulier la mise en ouvre de la déclaration de politique de population du Gouvernement. Cette enquEte a ~té rEalisée avec le concours de Macro International, Inc. des Etats-Unis qui, comme par le passé, a apporté un appui précieux à la DPS. Mais ce projet n'aurait pas vu le jour sans le soutien financier de l'Agence américaine pour le développement international (USAID). Je voudrais leur adresser mes sincères remerciements. Le Directeur de la Prévision et de la Statistique Awa Thiongane xix REMERCIEMENTS L'Enquete Dêmographique et de Santé de 1992/93 OeDS-II) a été réalisée par l'équipe de la Division des Statistiques Démographiques de la Direction de la Prévision et de la Statistique (DPS). Mais elle a bénéficié d'une assistance précieuse de Macro International Inc. et d'appuis ponctuels d'autres Divisions de la DPS et de certains services du Ministère de la Santé Publique et de l'Action Sociale. Si I'EDS-II a r~ussi, son succès aura été celui d'une équipe. En effet, la réalisation d'une enquEte est une oeuvre collective et de longue haleine. La conception, la collecte, le traitement et l'analyse des données en sont des phases importantes et complexes qui ne peuvent 8tre mene6s à bien sans une équipe compétente et dévouée. C'est pourquoi, je voudrais saisir cette occasion pour adresser mes vifs remerciements å toutes celles et tous ceux qui ont contribué de pr~s ou de loin å la réalisation de ce grand projet. Ils sont nombreux celles et ceux qui ont concouru à la réussite de cette enquête, mais qu'il me soit permis d'en citer quelques uns. il s'agit de: Mohamed Ayad, Coordonnateur à Macro International Inc. dont la compétence, le sens de l'organisation et des relations sociales ont été déterminants dans l'adhésion du Sénégal au programme et la réussite de l'enquête sénégalaise ; Keith Purvis, Informaticien et Thanh Le spécialiste en sondage, qui ont fait preuve de beaucoup de professionnalisme; Aylene Kovensky, Kaye Mitchell et Jonathan Dammons pour leur contribution à la mise finale du rapport ; le Docteur Charles Debose, Directeur du Bureau Population et Santé du Bureau de I'USAID à Dakar et son personnel, et en particulier Linda Lankenan ; Marième Diop, Directeur du projet Santé Familiale et Population et l'ensemble de son personnel pour leur appui constant au projet ; le Docteur Amadou M. Mbaye, Directeur du SANAS pour son appui très apprécié dans la formation du personnel ; les autorités administratives, locales et coutumières, et les services techniques r~gionanx pour leur sollicitude et leur assistance ; les membres de l'équipe de conception, le personnel d'encadrement, le personnel des Bureaux régionaux de la Prévision et de la Statistique, les superviseurs de terrain, les contrôleuses et les contrOleurs et les enqu~trices; ils tous fait preuve d'une grande compétence et de beaucoup d'esprit de sacrifice ; toutes les personnes qui, par leurs commentaires, ont contfibué à l'amélioration de la qualité de ce rapport, ainsi que celles qui en ont assuré l'édition technique ; enfin, les populations, hommes et femmes, les acteurs clés de la r~ussite de l'enquête, mais aussi les acteurs anomymes. Sans leur disponibilité et leur hospitalité, ce projet n'aurait surement pas abouti. Si les résultats de cette enquête contribuent à la prise de d6cisions idoines en vue d'une l'amélioration rapide et significative de la santé et, de façon générale, des conditions de vie des populations, nous aurons le sentiment d'avoir atteint nos objectifs. Le Chef de Division des Statistiques Démographiques Salir Ndiaye xxi RESUME L'Enquête Démographique et de Santé (EDS-II) de 1992/93, a été réalisée par la Division des Statistiques Démographiques de la Direction de la Prévision et de la Statistique du Ministère de rEconomie des Finances et du Plan, avec la collaboration de Macro International Inc, et l'appui financier de l 'Agence Américaine pour le Développement International (USAID). Cette enquête vient å la suite de l'Enquête Démographique et de Santé (EDS-I) de 1986 qui avait pour but de fournir des informations sur la fécondité et ses déterminants, la santé de la mère et de l'enfant et la mortalité des enfants. L'EDS-II se propose de mettre à jour ces données et permettre ainsi d'apprécier les tendances de certains indicateurs démographiques. Mais en plus des informations qui ont été collectées en 1986, I'EDS-II fournit, pour la première fois au niveau national, des données sur la nutrition des mères, sur la mortalité matemelle et sur les hommes. L'EDS-II a permis en outre d'approfondir certains sujets encore peu connus. Il s'agit notamment, de l'état de santé des enfants, la prévention des maladies infantiles et la connaissance et les attitudes vis-à-vis des maladies sexuellement transmissibles y compris le SIDA. Avec I'EDS-II, le Sênégal dispose désormais d'une série de trois enquêtes démographiques nationales comparables (ESF, EDS-I, EDS-II) qui, ajoutées aux données issues des autres sources, permettent une meilleure connaissance de la population du pays. L'EDS-II est une enquête nationale représentative par sondage. Elle a porté sur un échantillon autopondér6 de 3528 ménages dans lesquels 6310 femmes de 15 à 49 ans et 1436 hommes de 20 ans et plus ont été interviewés avec succès. Les principales caractéristiques des échantillons (structures par sexe, par ~lge, instruction, ethnie et résidence.) sont en parfaite concordance avec les résultats de 1'EDS-I et du recensement général de la population et de l'habitat de 1988. Le présent rapport, le rapport principal d'analyse, qui vient à la suite du rapport préliminaire diffusé en novembre 1993, présente la méthodologie et les principaux résultats relatifs aux questions abord~es par l'enquête. Ainsi, les thèmes suivants y sont-ils traités: la fêcondité, la nuptialité, la planification familiale, la santé de la mère et de l'enfant, la mortalité de l'enfance et la mortalité maternelle. Une présentation résumée et illustrée du pr6sent rapport sera publiée dans un document séparé intitulê "Rapport résumé". On se limitera ici à présenter très succinctement les principales conclusions de cette recherche. Au niveau des caractéristiques générales collectives, on note d'abord la forte prédominance des chefs de ménage de sexe masculin mais le pourcentage de femmes ayant ce statut n'est pas négligeable (16 pour cent). Les ménages sont de grande taille: ils comptent en moyenne 9 personnes. Les ménages ont en général des logements de type traditionnel (les sols sont dans 72 pour cent des cas en matériaux autres que du ciment ou de la moquette). Ils ont un accès très limité à certains services de base. Dans l'ensemble, moins de la moitié (47 pour cent) des mênages enquêtées ont accès å l'eau de robinet (eau courante) et un ménage sur quatre a de l'électricité (26 pour cent). En dehors de la radio disponible dans 70 pour cent des ménages, la télévision, le réfrigérateur et le vidéo ne sont accessibles qu'à une certaine catégorie des urbains (respectivement 34, 21 pour cent et 8 pour cent) tandis que le véhicule à usage domestique ne concerne que 8 pour cent des urbains. La répartition des femmes par groupe d'åge quinquennal confirme la jeunesse de la population: près de 60 pour cent des femmes enquêtées ont moins de 30 ans tandis que 15 pour cent ont entre 40 et 49 ans. Cette structure est identique à celles de I'ESF de 1978 et de I'EDS de 1986. Les grands groupes ethniques sont au nombre de cinq: Wolof, Poular et Sêrer (respectivement 43 pour cent, 23 pour cent et 15 pour cent), Mandingue (8 pour cent) et Diola (5 pour cent). La répartition des femmes montre que l'Ouest et le Centre xxiii se partagent à égalité les 73 pour cent de l'échantillon tandis que le Sud n'intervient que pour 11 pour cent; d'où une sous-représentation sensible du Sud par rapport au Nord-Est, par référence å I'EDS de 1986. La grande région de l'Ouest qui abrite la capitale et la deuxième ville du pays (Thiès) est la plus urbanisée et la plus scolarisée. Elle est suivie du Sud, du Nord-Est et du Centre. Par contre, en ce qui concerne l'urbanisation, la progression a été sensible mais faible et les deux enquêtes sont largement comparables (41 pour cent et 42 pour cent d'urbains respectivement dans I'EDS de 1986 et I'EDS de 1992193. Dans l'ensemble, 73 pour cent des femmes enquêtées n'ont jamais fréquenté l'école. Ceci traduit un niveau d'analphabétisme féminin très élevé dans la mesure où aujourd'hui encore au Sénégal l'alphabEtisation s'acquiert par le biais du système scolaire formel. L'essentiel des femmes qui ont fréquent~ l'école se sont limitées au niveau primaire (17 pour cent); les femmes ayant un niveau secondaire sont rares (10 pour cent). La scolarisation est surtout un phénomène urbain (52 pour cent contre 9 pour cent en milieu rural). Le niveau de la fécondité reste élevé. Le taux brut de natalité (TBN) est évalué å 40 pour cent et l'indice synthétique de fécondité (ISF) à 6,0 enfants par femme pour la période de 1990-1992. Les enquêtes réalisées au cours de la période 1987-1992 montrent que sur 20 pays africains au Sud du Sahara, le Sénégal occupe le 13ème rang, l 'Ouganda et le Niger étant au premier rang avec un ISF de 7,2 et le Soudan en dernière position avec 4,6 enfants. Divers travaux (Charbit et al., 1985) ont déjà montré que le déterminant essentiel de la fécondité demeurait la nuptialité, l'utilisation de la contraception moderne étant faible, de même que le recours à l'avortement provoqué. Ce niveau globalement élevé cache des disparités sensibles entre les différents groupes sociaux: la fécondité est moins élevée parmi les catégories les plus modernes (femmes urbaines et femmes scolarisées). La comparaison des données des deux EDS et de I'ESF a en outre mis en évidence une baisse sensible de la fécondité. L'ISF est passé de 7,1 dans les années 75 à 6,6 en 1986 pour tomber à 6,0 en 1992/93. L'explication de cette tendance réside dans deux facteurs essentiels: relèvement de l'åge au premier mariage et recours faible mais en nette progression à la contraception moderne. La nuptialité est précoce: 50 pour cent des femmes ont contracté leur premier mariage avant 17 ans. Mais un recul très sensible de la précocité des mariages est observé surtout parmi les femmes modemes (urbaines et instruites). Elle est également intense: toutes les femmes finissent par se marier et le plus souvent avant 30 ans. Les unions sont cependant relativement instables puisqu'une femme non célibataire sur cinq a rompu sa première union. Mais cette instabilité est masquée par la fréquence et la rapidité des remariages (huit femmes sur dix qui ont rompu leur première union étaient mari~es au moment de l'enquête). Une autre caractéristique des mariages est la pratique de la polygamie qui concerne presque la moitié des femmes en union mais est moins fréquente parmi les urbaines et celles qui sont instruites. Il faut signaler enfin, que le mariage demeure encore le déterminant essentiel de l'activité sexuelle, mais un certain nombre de femmes débutent leur vie sexuelle avant le mariage. L'abstinence post-partum a une durée courte (médiane de 3,5 mois); par contre, l'aménorrhée post-partum est longue (médiane de 14,3 mois); ce qui r6sulte d'un allaitement prolongé (médiane de 20,1 mois) et intense. Ce qui conduit à une période de non- susceptibilité relativement longue (médiane de 16,2 mois). Les méthodes contraceptives sont actuellement connues de la grande majorité des femmes. La quasi- totalité des femmes urbaines et des femmes instruites connaissent au moins une méthode contraceptive moderne. Par contre, au niveau global, l'utilisation de la contraception reste encore très faible, même si parmi les urbaincs et les instruites, la prévalence des méthodes modcmes atteint respectivement 12 et plus de 20 pour cent. Les principales sources auxquelles les utilisatrices actuelles se sont approvisionnées sont du secteur public; le secteur privé, les pharmacies en particulier, n'ontjoué un r61e important que pourle condom et dans une moindre mesure pour le DIU et la pilule. Bien que la majorité des femmes ne souhaitent pas utiliser la contraception dans l'avenir, près de 25 pour cent envisagent de le faire et le plus souvent au cours des douze mois à venir. Ceci implique une demande potentielle non négligeable et qui croîtra probablement avec les xxiv campagnes d'information et de sensibilisation, d'autant plus que déjà, près de 70 pour cent des couples approuvent le recours å la contraception. Les femmes qui n'utilisent pas la contraception et n'envisagent pas de le faire, évoquent surtout comme raison "le désir d'avoir des/d'autres enfants"; par contre elles citent rarement le cot~t, l'accessibilité et les effets secondaires. Parmi les femmes non utilisatrices qui souhaitent le faire, les méthodes modernes seront probablement choisies dans 50 pour cent cas. Enfin, bien qu'~ 70 pour cent les femmes trouvent acceptable la diffusion de messages sur la PF à la radio ou la télévision, elles ne sont actuellement que très rares à recevoir de tels messages, surtout en milieu rural. Ceci traduit un besoin d'information non satisfait. Enfin, la communication au sein du couple est à encourager, car on l 'a vu, moins d'une femme sur trois a discuté avec son conjoint de la planification familiale au moins une fois au cours des douze derniers mois. Dans l'ensemble, une femme sur cinq (20 pour cent) a déclaré qu'elle ne désirait plus d'enfant tandis que deux femmes sur trois (70 pour cent) en voulaient plus. Le pourcentage de femmes ne désirant plus d'enfants augmente régulièrement avec le nombre d'enfants survivants (9 pour cent chez les femmes qui ont 3 enfants et à 51 pour cent chez celles qui en ont 6 ou plus). Ce résultat est vérifié aussi bien en milieu urbain qu'en milieu rural. L'instruction apparai't comme un facteur favorisant le désir de ne plus avoir d'enfants, surtout chez les femmes qui en ont déjà plusieurs. Pour l'ensemble des femmes mari~es, près de trois sur dix (28 pour cent) sont dans le besoin (non satisfait) de pratiquer la planification familiale, soit pour espacer (19 pour cent), soit pour limiter (9 pour cent). Les besoins non satisfaits sont plus importants en milieu urbain et parmi les femmes scolarisées. Le nomboe idéal d'enfants est de 5,9 pour l'ensemble des femmes et 6,3 pour celles actuellement mariées. Par rapport à I'EDS-I de 1986, le nombre moyen d'enfants désirés chez l'ensemble des femmes a connu une baisse sensible (6,8 enfants par femme en 1986 contre 5,9 en 1992/93). L'examen des données sur les soins prénatals et les conditions d'accouchement montre que pour l'ensemble des naissances survenues au cours des cinq années précédant l'enquête, une mère sur cinq (21 pour cent contre 36 dans I'EDS-I) n'a consulté aucun professionnel de santé pendant sa grossesse. La consultation prénatale est surtout le fait des femmes urbaines et instruites. La majorité des femmes qui ont été consultées l'ont fait une seule fois et environ la moitié des premières consultations ont eu lieu après quatre mois de grossesse. Près de 70 pour cent des naissances ont été protégées contre le tétanos. Les naissances les mieux protégées sont celles issues de mères jeunes (20-34 ans), les naissances de rangs I à 3, celles du milieu urbain et parmi les mères les plus instruites. En outre, l'accouchement dans un établissement sanitaire a eu lieu dans 47 pour cent des cas et la sage-femme ou l'infirmière a assisté la majorité de ces accouchements (45 pour cent). L'EDS-II montre également que 64 pour cent des enfants de 12-23 mois ont un carnet de vaccination, mais environ la moitié seulement a reçu tous les vaccins contre les six maladies-cible du Programme Elargi de Vaccination (PEV). n y a lieu de noter que la couverture vaccinale s'est nettement améliorée entre 1986 et 1992. Parmi les enfants de moins de cinq ans, 21 pour cent ont eu des épisodes diarrhéiques pendant les deux semaines ayant précédé l'enquête. L'utilisation de la thérapie par réhydratation orale (TRO) est recommandée pour le traitement de la déshydratation. Moins de 7 pour cent des enfants ont reçu des sels de réhydratation orale (SRO) vendus commercialement et 11 pour cent ont reçu une solution préparée à la maison. En outre, 42 pour cent ont reçu davantage de liquides. La quasi-totalité des enfants de moins de cinq ans ont ét~ allait~s. D'après les recommandations de l'OMS, tous les enfants ågés de moins de 4 mois doivent être sous allaitement maternel exclusif. Mais, les résultats de l'enquête montrent que l'allaitement exclusif est rare au Sénégal puisque moins de 6 pour cent des enfants âgés de 0-3 mois sont exclusivement allaités. XXV En ce qui concerne l'état nutritionnel des enfants, plus d'un enfant sur cinq (22 pour cent) souffre de retard de croissance (exprimé au moyen de l'indice taille-pour-åge) qui révèle un état de sous-nutrition chronique, et 8 pour cent souffrent de la forme s6vère de cette sous-nutrition. En outre, pr~s de 9 pour cent des enfants sont 6maciés, c'est à dire atteints de sous-nutrition aiguE. L'amélioration des conditions sanitaires a eu un effet très positi fsur les chances de survie des enfants, m~me si le niveau de mortalité reste encore très élevé. Durant la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête), sur 1000 naissances, 68 enfants sont morts avant l'åge de 1 an; et sur 1000 enfants ayant atteint leur premier anniversaire, 68 sont morts avant d'atteindre cinq ans. On observe toujours un écart important dans les niveaux de mortalité entre les milieux urbain et rural. En effet, sur 1000 naissances, 55 enfants citadins al~cèdent avant l'åge d'un an, contre 87 en milieu rural. L'écart est encore plus grand pour la mortalité juvénile qui est deux fois plus important en milieu rural: 107 pour mille contre 50 pour mille en milieu urbain. Pour ce qui est de la mortalité infanto-juv6nile, sur 1000 naissances, 102 enfants citadins décèdent avant d'atteindre cinq ans contre 184 en milieu rural. L'EDS-II a enfin apporté des informations sur la mortalité matemeUe. Pour la période des 13 années ayant précédé l'enquête, c'est à dire entre 1979 et 1992, on estime que le taux de mortalité matemeUe se situait entre 500 et 550 décès pour 100 000 naissances. xxvi SENEGAL MAURITANIE OUES" CENTRE NORD-EST MALI SUD GUINEE-BISSAO GUINEE: xxviii CHAPITRE 1 PRESENTATION DU PAYS ET CADRE DE L'ENQUETE Papa Demba Diouf La deuxieme Enquête Oemographique et de Santé (EDS-II), réalisée en 1992/93, a permis d'obtenir une masse d'informations appréciable sur divers aspects (culturels, socio-économiques, démographiques) dont la conjugaison des effets détermine le niveaux et l'évolution des indicateurs d6mographiques et sanitaires. Il convient donc de placer l'étude dans son contexte géographique, culturel et socio-économique pour permettre une analyse des résultats qui ne soit pas seulement descriptive. 1.1 CARACTERIST IQUES DU PAYS Quatre points seront abordés dans cette section: Milieu physique et économique Caract6ristiques de la population Situation sanitaire Politique de population. 1.1.1 Milieu physique et économique Le Sénégal se trouve à l'extrême ouest du continent africain dans l'hémisphère Nord. Il est situé au sud de la boucle du cours inférieur du Fleuve Sénégal. Sa superficie est de 196 722 km 2. Le Sénégal est limité au nord par la Mauritanie, à l'est par le Mali, å l'ouest par l 'Océan Atlantique et au sud par la Guinée Bissau et la Guinée. Le pays est caractérisé par un relief plat, à sols sablonneux dont l'altitude ne dépasse 100 m qu'à l'extrême sud-est. Son climat se caractérise par l'altemance d'une saison pluvieuse de 3 à 4 mois et d'une saison sèche de 8 à 9 mois. En dépit de la courte durée de la saison des pluies, l'économie sénegalaise est essentiellement basée sur l'agriculture (arachide, mil, riz, coton, manioc, canne à sucre). Malgré la volonté de diversification des cultures et la lutte pour l'autosuffisance alimentaire, l'arachide, produit commercial, demeure la culture dominante. La situation pluviométrique souvent déficitaire depuis plusieurs années, a négativement affecté la production agricole. L'élevage, bien qu'important, a souffert lui aussi du cycle de sécheresse persistante. La pêche, aussi bien artisanale qu'industrielle, connaît une forte expansion. Le secteur industriel (25 pour cent du PIB) joue un rõle très important dans l'économie nationale. L'industrie touristique est en plein essor. Le PNB par habitant est estimé par la Banque Mondiale à environ 720 $ US en 1991. Il existe de fortes disparités dans le niveau de vie entre les zones urbaines et les zones rurales. Il est relativement élevé dans la région de Dakar et les autres grandes villes du pays. 1.1.2 Caractéristiques de la population L'effectif de la population sénegalaise a été estimé à 7 808 458 habitants en 1992/93, soit une densité moyenne de 40 habitants/km2. Le Recensement Général de la Population et de l'Habitat de 1988 (RGPH88) donnait une population de 6 896 800 habitants. La population est essentiellement rurale : 40 pour cent des habitants vivent dans des communes. Mais la population urbaine s'accroît à un rythme très rapide, 5 pour cent par an du fait d'un exode rural important. La population sénégalaise est très inégalement répartie entre les dix régions que compte le pays. La densité varie de 6 habitants/km 2 dans la région de Tambacounda à plus de 2 700 habitants dans la région de D~ar selon le RGPH88. L'accroissement rapide de la population (2,7 pour cent par an) lui conoere son caractère jeune: 47 pour cent ont moins de 15 ans. L'islam est la religion de la grande majorité (plus de 90 pour cent) de la population sénégalaise. Les autres religions sont le christianisme et l'animisme. Les groupes ethniques dominants au sein de la population sénégalaise d'aprb~s le recensement de 1988 sont le Wolof (43 pour cent), le Poular (23 pour cent), le Sérer (15 pour cent), le Diola et le Mandingue qui font ensemble (10 pour cent). Le taux de scolarisation (à l'école dite française) est de l'ordre de 40 pour cent. Ce taux, beaucoup plus élevé en milieu urbain qu'en milieu rural, est très variable d'une région à l'autre. Dans la région de Dakar, ce taux atteint plus de 70 pour cent. La forte islamisation du pays fait que le mariage est perçu comme l'accomplissement d'un devoir moral. L'entr6e en union est précoce et la polygamie très r6pandue. La fécondité, en l'absence de changements de comportement reproductifs importants, reste relativement élevée. Le taux brut de natalité (TBN) s'~levait à 48 pour mille en 1978 selon l'Enquête Sênégalaise sur la Fécondité (ESF), et 47 pour mille selon l'Enquête Démographique et de Santé de 1986 (EDS-I) (Ndiaye et al., 1988). Le nombre moyen d'enfants nés vivants par femme de 45 ans ou plus est évalué à 7,2 enfants dans I'ESF de 1978 et dans I'EDS-I de 1986. 1.1.3 Situation sanitaire En dehors de la contribution des organisations intemationales, des entreprises privées, des organisations non gouvernementales (ONG), des municipalités et des conseils ruraux, l'état s6négalais consacre environ 6 pour cent de son budget à la santé publique. A l'échelle nationale, il y a un médecin pour 14.800 habitants et un hSpital pour plus de 45.000 hbts. Les disparités régionales sont très importantes : Dakar dispose d'un médecin pour 7.855 hbts, tandis qu'à Louga, par exemple, l'indice correspondant est de 1 pour 162.000. La politique de décentralisation a conduit à l'implantation, jusqu'au niveau des petites unités (villages), de structures sanitaires. Les programmes élargis de vaccination (PEV) tentent d'immuniser le plus grand nombre d'enfants contre les maladies les plus cruelles de l'enfance (fiævre jaune, rougeole, coqueluche, poliomyélite). Cependant la mortalité, bien qu'en baisse, reste toujours œelativement élevée, en particulier au cours de l'enfance. Le taux brut de mortalité (TBM) est estimé à 19 pour mille d'après I'ESF de 1978 et å 17 pour mille d'après les résultats de I'EDS-I de 1986. Les données nationales les plus r6centes estimaient le taux de mortalité infantile à 91 pour mille avec une grande variation selon le lieu de r6sidence (69 pour mille en milieu urbain et 102 pour mille en milieu rural). Sur 1 000 enfants nés vivants, 130 décèdent entre le premier et le cinquième anniversaires et 210 déc~dent entre la naissance et le cinquième anniversaire (EDS-I, 1986). 1.1.4 Politique en matière de population Bien que le rythme d'accroissement (2,7 pour cent par an) soit relativement élevé, le Sénégal n 'a pas d'objectifs quantifiés en ce qui concerne l'accroissement d6mographique. Cependant, depuis l'abrogation de la loi de 1920 interdisant la propagande contraceptive en faveur du concept de "bien être familial", des changements importants sont intervenus sur les questions de population: création de I 'ASBEF (Association Sénégalaise pour Bien-Etre Familial) à titre de conseiller des autorités publiques et de centres intégrés de Protection Maternelle et Infantile-Planification Familiale (PMI-PF) pour offrir, en plus des activités habituelles, des services dans le domaine de la PF (visites pré et postnatales, visites de pédiatrie), la lutte contre les maladies sexuellement transmissibles (MST) et la stérilité dans le cadre du projet "Santé Familiale" conjointement exécuté par les Ministèoes du Développement Social et de la Santé Publique. En 1988, le Gouvernement sénégalais avait adopté une politique de population dont l'objectif est d'atteindre un équilibre entre l'accroissement de population et le développement socio-économique. 1.2 CADRE DE L 'ENQUETE 1.2.1 Objectifs La deuxième Enquête Démographique et de Santé au Sénégal de 1992-93 (EDS-II) a ét~ réalisée par la Direction de la Prévision et de la Statistique, avec la collaboration technique de Macro lntemational (USA) et l'appui financier de l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID). Cette enquête, qui entre dans le cadre du programme des Enquêtes Démographiques et de Santé-EDS (ou Demographic and Health Surveys-DHS), vise à atteindre un certain nombre d'objectifs à court et à long termes: Recueillir des données à l'échelle nationale, par milieu de résidence et par région, permettant de calculer certains taux d6mographiques, en particulier les taux de fécondité et les taux de mortalité maternelle et infanto-juvénile; Analyser les facteurs qui déterminent les niveaux et les tendances de la fécondité et de la mortalité infantile et juvénile; Mesurer le taux d'utilisation de la contraception par méthode selon le milieu de résidence et certaines caractéristiques socio-économiques; Mesurer les niveaux des besoins non satisfaits en matière de contraception ainsi que les niveaux de la fécondité non désirée; Recueillir des données précises sur la santé familiale: vaccinations, prévalence et traitement de la diarrhée, de la fièvre et de la toux, visites prénatales et assistance à l'accouchement, allaitement maternel, et état nutritionnel des enfants de moins de cinq ans et de leurs mères par le biais des mesures du poids et de la taille; Fournir aux responsables et administrateurs des programmes de population au Sénégal des données de base actualisées sur la fécondité, la mortalité, la planification familiale et la santé. De telles données ne sont pas seulement utiles pour évaluer l' impact de leurs activités, mais elles sont également importantes pour planifier de nouvelles stratégies pour l'amélioration de la santé et le bien-être de la population. 3 Enfin I'EDS-II faisant partie d'un programme international, ses résultats font partie d'une base de données utilisables, au niveau mondial, par les organismes et les chercheurs qui s'intéressent aux problèmes de population et de santé. 1.2.2 Questionnaires Dans le cadre de I'EDS-II, quatre questionnaires différents ont été utilisés : • le questionnaire ménage • le questionnaire individuel femme • le questionnaire individuel homme • le questionnaire communautaire. Les questionnaires ménage et individuels, adaptés à partir des questionnaires de base du programme DHS, ont été traduits dans la principale langue du pays, le wolof. Le questionnaire ménage Il permet d'enregistrer tous les membres du ménage avec certaines de leurs caractéristiques: nom, lien de parenté avec le chef de ménage, sexe, åge, situation de résidence, niveau d'instruction. Il contient également des informations sur les caractéristiques du logement et sur les caractéristiques relatives aux conditions de vie du ménage. En dehors de ces informations, ce questionnaire comporte une page pour l'identification du ménage, et le résultat de l'interview. Le but premierdu questionnaire ménage est de fournir les informations permettant d'établir les dénominateurs pour le calcul des taux démographiques (mortalité, natalité, fécondité), et d'identifier les femmes et les hommes éligibles pourêtre interviewés individuellement. Le questionnaire individuel femme 11 est utilisé pour enregistrer les informations concemant les femmes éligibles, c'est-à-dire les femmes ågées de 15-49 ans, ayant passé la nuit précédant l'interview dans le ménage sélectionné, quel que soit leur statut de résidence. En dehors de la page de couverture similaire à celle du questionnaire ménage, il comprend dix sections qui traitent des sujets suivants: Caractéristiques socio-démographiques de l'enquêtée : Cette section comprend 26 questions qui portent sur le lieu de résidence, l'ãge, la scolarisation et l'alphabétisatinn, l'accès aux média et les conditions d'habitat (limités aux femmes visiteuses). Reproduction : Vingt-huit questions composent cette section. Les informations recueillies portent sur 1'historique des naissances (enfants vivants ou décédés), l'état de grossesse au moment de l'enquête et le désir d'avoir ou de ne pas avoir cette grossesse. Une question relative aux date et durée des menstmations et deux questions se rapportant à la connaissance et à l'aptitude de la femme ~ déterminer sa période féconde ont également ét~ posées. Contraception : Cette section comprend 64 questions. Elles s'intéressent b. la connaissance spontanée ou non des méthodes contraceptives, à leur utilisation et aux sources d'approvisionnement. La section comporte également des questions sur les marques et prix des pilules contraceptives, sur la non utilisation et l'interruption des méthodes contraceptives et sur l'utilisation future de la contraception. La deuxième partie de la section s'intéresse à la diffusion d'informations sur la PF dans les média (radio et télévision), et la dernière partie traite de la connaissance des MST et du Syndrome Imuno-Déficitaire Acquis (SIDA). Santé et allaitement : Cette section de 40 questions permet d'obtenir des renseignements sur les visites et l'immunisation prénatales, sur le lieu d'accouchement et la qualification de la personne ayant assisté å l'accouchement, sur les conditions cliniques d'accouchement et les caractéristiques physiques des nouveaux- nés. Des questions portant sur le retour des couches et la reprise des relations sexuelles après la naissance du nouveau-n~ ont également dt~ posées. La section comporte en fin des questions sur l'allaitement (fréquence et durée, type d'allaitement et utilisation des différents compléments nutritionnels). Vaccination et santé : Cette section de 48 questions traite de la vaccination et de la santé des enfants de moins de cinq ans (fréquence et traitement de la fièvre, de la toux et de la diarrhée). Mariage : Cette section comporte 19 questions portant sur l'état matrimonial de la femme, l'åge au mariage, le régime de mariage (monogamie ou polygamie) et l'activité sexuelle de la femme. Préférences en matière de fécondité : Dans cette section, 25 questions ont été posées pour saisir les intentions des femmes enq@tées en matière de fécondité, comme le désir d'avoir des enfants, le nombre d'enfants supplémentaires désirés et la taille idéale de la famille. Les demières questions de la section porte sur l'échec de la contraception et l'interruption des grossesses. Caractéristiques du conjoint, résidence et activité professionnelle de la femme : Cette section comporte 16 questions consacrées aux caractéristiques socio-pro fessionnelles du conjoint des femmes mari~es, ål'activité professionnelle de la femme, aux changements de résidence de l'enq@tée et à la garde des enfants. Mortalité maternelle : La section comporte 19 questions consacrées à la mortalité maternelle. Pour chacune des soeurs des enquêtées, on a collecté des renseignements concernant l'åge et l'état de survie; des questions supplémentaires ont dt~ pos6es à propos des soeurs décédées, pour déterminer si le décès 6tait en rapport avec la matemité. Taille et poids : Cette section est consacrée aux mesures anthropométriques des enfants de 0-4 ans des femmes interview6es et aux mesures anthropométriques des mères enq@tées ayant des enfants de moins de cinq ans. Questionnaire individuel homme Ce questionnaire a également une page de couverture, semblable à celle du questionnaire femme. Il est complètement indépendant de ce dernier, mais la plupart des questions posées å l 'homme sont identiques à celles posées à la femme. Le questionnaire comporte les sections suivantes: caractéristiques socio- démographiques des enquêtés, contraception et maladies sexuellement transmissibles y compris le SIDA, et préférences en matière de fécondité. Les deux dernières sections ont pour objet de mesurer les connaissances, les opinions et les pratiques en matière de PF, ainsi que la cormaissance des MST et du SIDA. Questionnaire communautaire Ce questionnaire sur la disponibilité des services a pour objectif de recueillir quelques informations sur les infrastructures socio-économiques et sanitaires disponibles pour les 258 grappes sélectionnées. 1.2.3 Echantil lonnage L'échantillon de cette enquête est conforme aux recommandations du programme DHS; il est auto- pondéré et représentatif du territoire national. 5 La base de sondage est constituée par les 597 secteurs de l'échantillon-maRre issus du Recensement Général de la Population et de I'H abitat de 1988. Pour les besoins de I'EDS-II, on a sélectionné un échantillon basé sur un sondage aréolaire stratifié et tir~ à trois degrés. Au premier degré, on a tiré 258 unités aréolaires avec probabilités égaies à partir de l'échantillon-maître. Ces unités aréolaires correspondent aux secteurs. Au deuxième degré, un district de recensement (DR) est tiré dans chacun des secteurs sélectionnés avec probabilités proportionneUes à la taille du DR. Dans chaque DR sélectionné, on a dénombré les ménages existants, puis on a tiré au troisième degré un échantillon de ménages. Dans chaque ménage tiré, on a enquEté toutes les femmes ågées de 15 à 49 ans. Pour l'enquête homme, on a sélectionné un ménage sur trois parmi les ménages tirés pour l'enquête femme. A l'intérieur des 258 DR, on a sélectionné 3735 ménages, dans lesquels 6639 femmes et 1694 hommes ont été identifiés respectivement pour les enquêtes individuelles auprès des femmes et des hommes. Parmi les ménages identifiés, 3 528 ont été interviewés avec succès, soit un taux de réponse de 99 pour cent. Au niveau des entrevues individuelles, les taux de réponse étaient de 95 pour cent pour les femmes et 85 pour cent pour les hommes (Tableau 1.1). Une description plus détaillée de l'échantillon et de taux de réponse est présentée dans l'Annexe B. Les erreurs de sondage sont présent~es dans l'Annexe C. Tableau 1.1 Taille et couverture de l'échantillon Effectifs des ménages, des femmes et des hommes sélectiormés, identifiés, et taux de réponse selon le milieu de résidence, EDS-11 Sénégal 1992/93 Résidence Enqu~te Urbain Rural Ensemble Enqm3te m~nage Nombre de logements sélectionnés 1587 Nombre de ménages identifiés 1519 Nombre de ménages enqu~tés 1487 2148 3735 2044 3563 2041 3528 Taux de répoT~se 97,9 99,9 99,0 Enquête individuelle femme Nombre de femmes éligibles 2759 Nombre de femmes enqu~tées 2635 3880 6639 3675 6310 Taux de réponse 83,8 85,5 84,8 741 953 1694 621 815 1436 Enquête Individuelle homme Nombre d'hommes éliglbles Nombre d'hommes enqu~tés Taux de réponse 95,5 94,7 95,0 1.2.4 Formation et collecte des données Pré-enquête La première formation a été celle du personnel chargé d'effectuer la pré-enquête. Une vingtaine de candidats ont participé à cette formation qui a duré 16 jours du 29 juin au 14 juillet 1992, et douze agents ont été retenus pour participer au travail sur le terrain. Au total 250 femmes ont ét~ interview~es pendant une semaine dans deux zones l'une å Dakar (milieu urbain) et l'autre à Thiès (milieu rural) au cours de cette pré- enquête. Formation et recrutement du personnel de terrain La formation a dur~ trois semaines, du 26 octobre au 20 novembre 1992. Elle a réuni 40 enquêtrices et contr61euses, dix hommes devant jouer le r61e de chef d'équipe et deux superviseurs, tous sélectionnes parmi des demandeurs d'emploi. Tous les candidats aux différents postes ont participé à un programme de formation consacré aux différents aspects de l'enquête: description détaillée des méthodes contraceptives, étude des sujets liés å la démographie, à la santé familiale et à la nutrition et techniques d'interview. Des spécialistes ont complété la formation des candidats par des exposes portant sur tous les aspects que recouvre le questionnaire. Par ailleurs, des interviews simulées et réelles sur le terrain ont été conduites durant le stage de formation. La formation sur les mesures anthropométriques (poids et taille) assurée par un médecin a duré deux jours et a ét~ centrée sur les séances pratiques. Les enquêtrices et les contrOleuses ont ~té formées pour les mesures et les chefs d'équipe, pour être des assistants ou pour s'occuper le cas échéant des mesures. Une sélection a permis de retenir 28 enquêtrices, sept contrõleuses, sept chefs d'équipe et deux superviseurs. Collecte des données A la fin de la formation, sept équipes ont été constituées pour la phase de terrain. Chacune des équipes comprenait un chef d'équipe (chargé de l'organisation du travail de l'équipe), une contr61euse (responsable du contrOle des travail des enquêtrices), quatre enquêtrices et un chauffeur. Les sept équipes étaient réparties en deux groupes de quatre et de trois ayant un superviseur à la tête de chaque groupe. La collecte des données a dur~ trois mois de fin novembre 1992 à mars 1993. En raison des problèmes d'insécurité dans le Sud (région de Ziguinchor et une partie de la r6gion de Kolda), le travail sur le terrain a 6té arrêté; il avait repris au mois de juillet et a dur~ jusqu'à mi-août 1993. 1.2.5 Traitement informatique Cette phase de l'enquête qui a dur~ cinq mois (du 2 décembre 1992 au 25 mai 1993) a comporté les trois étapes suivantes : Réception et classement des dossiers : Les questionnaires remplis et contrélés étaient envoy6s au Bureau Central de Dakar où, après contréle d'exhaustivité, ils étaient classés dans l'ordre par ménage, district et région. Saisie des données : Elle a ét~ effectuée par une équipe de 5 agents. Le logiciel ISSA (Integrated System for Survey Analysis) développé par Macro lntemational pourles besoins de DHS a été utilisé pour cette tãche. Les agents de saisie ont, en mEme temps, codifié la seule question non précodifiée sur la profession du mari. Apurement des données : Cette opération, utilisant toujours le logiciel ISSA avait lieu en m~me temps que la saisie. Les questionnaires de chaque district étaient soumis à un programme de vérification batch (ensemble de districts) plus exhaustif. Déjà, pendant la saisie, les vérifications des champs de validité des codes et des cohérences des filtres avaient été effectuées. Après l'apurement des données, les dates des événements ont été imputées, dans les cas où ces informations n'avaient pas été enregistrées dans le questionnaire (date de naissance de la femme, date du premier mariage de la femme, date de naissance des enl~mts et åge au décès des enfants décédés). Après cette version du fichier, des recodifications (autres réponses) et une série de vérifications supplémentaircs ont été appliquées pour donner lieu en septembre 1993 b. un fichier de données devant servir à l'obtention des résultats définitifs. La derniére action dans le processus d'exploitation consistait à passer les programmes de fabulation. La tabulation des résultats préliminaires a eu lieu au courant d'août 1993 et celle des résultats définitifs en octobre 1993. CHAPITRE 2 CARACTERISTIQUES DE L'ECHANTILLON Salif Ndiaye Dans ce chapitre on traite de la couverture de l'échantillon et des caractéristiques de l'échantillon des ménages et celles des femmes enquêtées. La couverture de l'échantillon, au-delà de son importance pour la détermination de la taille des échantillons des enquêtes ultérieures en prenant en compte les taux de perte observés, constitue un indicateur de la représentativité de l'échantillon. Les principales caractéristiques des échantillons des ménages et des individus permettent de placer les données dans leur contexte socio- démographique; ce qui constitue un préalable important pour leur analyse. 2.1 COUVERTURE DE L 'ECHANTILLON La couverture se réfêre ici au nombre d'unités statistiques observées avec succès par rapport au nombre sélectionné selon la plan de sondage. Comme il a ét~ mentionné dans le Chapitre 1, au total, un échantillon représentatif de 3 735 ménages ont été tirés. Ces ménages sont répartis en raison de 42,5 pour cent en milieu urbain et 57,5 pour cent en milieu rural (Tableaux B. 1 et B.2). Parmi ces ménages, 3 563 (soit 95,4 pour cent) ont pu être identifiés sur le terrain. Ce taux est inférieur au pourcentage de concessions trouvées dans I'EDS-I de 1986 (97,0 pour cent). Ceci s'explique par le fait que dans le premier cas, l'unit~ d'observation (ménage) est moins stable et plus difficile à identifier que dans le second cas où elle est localisable dans l'espace. Parmi les ménages trouvés, on observe un pourcentage de réponses (ménages entièrement enquêtés) légèrement moins élevé que dans I'EDS-I de 1986 (99,0 contre 99,7 pour cent). Cette couverture est légèrement variable selon le milieu de résidence: 97,9 pour cent en milieu urbain contre 99,9 pour cent en milieu rural. Ce résultat contraste avec celui de I'EDS-I de 1986 (couverture invariable selon le lieu de résidence). Contrairement à l'échantillon des ménages, le taux de perte est faible mais sensible au niveau de l'enquête individuelle. En effet, sur 6 639 femmes éligibles (15-49 ans) identifi6es dans les ménages trouvés, 6 310, soit 95,0 pour cent, (taux légèrement inférieur à celui observé dans I'EDS-I de 1986:96,5 pour cent) ont pu être interrogées avec succès. Comme dans I'EDS-I de 1986, on observe une couverture plus importante en milieu urbain. C'est au niveau des hommes que la couverture est la moins complète: 1 434 hommes de 20 ans ou plus ont pu être enquêtés parmi 1 694 éligibles (soit 84,8 pour cent). Ce résultat est lié à la plus grande mobilité des hommes, phénomène déjà observé parmi les hommes dans le Recensement Général de la Population et de l'Habitat de 1988. 2.2 ENQUETE MENAGE L'enquête ménage a permis de d6nombmr 3 528 ménages, et 30 323 personnes (population de fait). Auprès de ces ménages, des informations relatives à la structure par ãge des individus, leur niveau d'instruction, ainsi qu'à la composition des ménages et leur accès à certains services et facilités ont été collectées. 2.2.1 Structure par âge et par sexe Le tableau 2.1 met en évidence une structure par sexe trés déséquilibrée. En effet, le rapport de masculinité (nombre d'hommes pour I oe femmes) s'établit à 91 contre 93 dans le RGPH de 1988 (population de fait). Ce faible rapport s'explique par le déficit important d'hom mes en milieu rural (rapport de masculinité de 89 contre 93 en milieu urbain). La répartition de la population par åge est caractéristique d'une population jeune dont la pyramide, large å la base, se rétrécit au fur et à mesure que l 'on monte vers le somment comme le montre la pyramide des figes (Graphique 2.1)+ La structure par åge est assez contrastée selon le milieu de résidence. La structure du milieu rural présente en particulier des irrégularités probablement imputables à la qualité des déclarations. En effet, il est difficile d'expliquer dans ce cas le déficit notoire de femmes entre 0 et 20 ans. Tableau 2,1 Population des ménages par åge et sexe Répartition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'åges quinquennal, selon le milieu de résidence et le sexe. EDS-II Sénégal 1992/93 Urbain Rural Total Groupe d'âges l lommes Femmes Ensemble I lommes Femmes Ensemble tlommes Femmes Ensemble 0-4 15.7 15,9 15.8 20.1 18.4 19,2 18.4 17.4 17.9 5-9 14.8 14,4 14.6 19.0 16.7 17,8 17.4 15.8 16.6 10-14 13.8 13,2 13,5 14,8 12,5 13.6 14.4 12,8 13.6 15-19 11,8 11.4 11,6 10,3 8.4 9.3 10,9 9,5 10,2 20-24 9,7 9.2 9.4 5.8 7,1 6.5 7,3 7.9 7,6 25-29 7,1 7.8 7.5 4.2 6,4 5.4 5,3 6.9 6.2 30-34 5,5 6.4 5.9 4.0 5.4 4.7 4,5 5.8 5.2 35-39 5.4 5.5 5.4 3.4 5.2 4.3 4,2 5.3 4.7 40-44 4.1 3.5 3.8 3.0 4.1 3,6 3.4 3.9 3.7 45-49 2.7 2,3 2,5 2.6 2.6 2.6 2,6 2.5 2.6 50-54 2.5 2.6 2,5 2,4 3,9 3,2 2.5 3.4 3.0 55-59 1.9 2.2 2,1 2,6 2,6 2.6 2.3 2,4 2.4 60-64 1,7 2.0 1,9 2,5 2.3 2.4 2.2 2.2 2,2 65-69 1,1 1.3 1.2 1.8 1.4 1.6 1,5 1.4 1.4 70-74 1,0 1.0 1.0 1,4 1,4 1.4 1,2 1,3 1.3 75-79 0,5 0.6 0.5 0,9 0,5 0.7 0,7 0.5 0.6 80+ 0.6 0.5 0.6 1,1 1,2 1.2 0.9 0.9 0.9 Non détermin~NSP 0.2 0.2 0.2 0.0 0,0 0,0 O,l 0.l 0.1 Rapport OE m~culinité 93.1 89.1 ~.6 Total 100.0 100,0 100,0 1~.0 100.0 100.0 100,0 1~,0 loe.0 Ef~ctif 5564 5978 11547 8844 9925 18776 14408 15903 30323 10 Ages 80+ 75-79 70-74 65-69 60-64 55-59 50-54 45-49 40-44 35-39 30-34 25-29 20-24 15-19 10-14 5-9 0-4 Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population Sénégal, 1992/93 12 10 8 6 4 2 0 2 4 6 8 Pourcentage 10 12 EDS-II Sdn6ga11992/93 Au tableau 2.2 figure la répartition de la population résidente par grand groupe d',ãges selon I'EDS-I1 et le RGPH88. Si la proportion des moins de 15 ans est la même dans les deux sources, celle des 65 ans ou plus a légèrement augmenté entre 1988 et 1992/93. Le fait que les rEpartitions selon les deux sources soient concordantes témoigne de la bonne représentativité de l'échantillon de I'EDS-II. 2.2.2 Niveau d'instruction Le niveau d'instruction porte sur les personnes de 6 ans ou plus. Sur l'ensemble de l'échantillon, 68 pour cent n'ont jamais fréquenté l'école (Tableaux 2.3.1 et 2.3.2); ceci concorde bien avec les rEsultats d'autres enquêtes: 69 pour cent dans le RGPH88 et 68 pour cent dans I'ESP de 1991/92. Comme on pouvait s'y attendre, le niveau d'instruction est très variable des hommes aux femmes. En effet, chez les femmes, plus de sept femmes sur dix (74 pour cent) n'ont jamais été à l'école contre six hommes sur dix (61 pour cent) pour les hommes. On note cependant un léger recul de Tableau 2.2 Population par åge selon différentes sources Répartition (en %) de la population résidente par åge, RGPH 1988 et EDS-I/Sénégal 1992/93 Groupe RGPH EDS-I/ d'iges 1988 1992/93 < 15 ans 47,4 47,5 15-64 ans 49,1 48,1 65 ou plus 3,5 4,3 ND 0,0 0,l Note: Pour des besoins de comparaison avec les autres sources, ce tableau est basé sur la population "de droit." Source: 1988: Recensement Général de la Population et de l'Habitat (DPS, 1993) l'analphabétisme chez les femmes entre 1988 (RGPH88) et 1992/93 (EDS-II): 77 contre 74 pour cent. La scolarisation a essentiellement lieu dans le cycle primaire notamment chez les femmes. 11 Tableau 2.3.1 Niveau d'instruction de la population des hommes Répartition (en %) de la population m~culine (de fait) des ménages, ågée de cinq ans et plus, par niveau d'instruction atteint, selon certains caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Niveau d'instruction Caractéristique Aucun Primaire Secondaire Supérieur ND Total Effectif Groupe d'åges 6-9 65,9 31,3 0,0 0,0 2,8 100,0 204.9 10-14 47,6 47,5 3,7 0,0 1,2 t00,0 2077 15-19 48,9 29,8 20,5 0,0 0,8 loe,0 1568 20-24 49,0 24,7 23,5 1,2 1,6 100,0 1052 25-29 57,4 20,4 17,3 3,4 1,4 I00,0 768 30-34 60,7 18,7 15,1 3,1 2,4 100,0 654 35-39 59,8 17,3 12,2 7,3 3,3 100,0 600 40-44 67,6 13,8 12,3 3,8 2,4 100,0 494 45-49 74,9 10,0 10,8 2,4 1,8 I00,0 379 50-54 79,6 10,2 5,4 2,5 2,3 100,0 353 55-59 85,2 7,1 5,3 0,9 1,5 100,0 338 60-64 89,6 5,7 2,5 1,3 0,9 100,0 316 65 ou plus 92,7 4,8 1,3 0,3 0,9 100,0 640 ND/NSP 45,5 9,1 0,0 0,0 45,5 100,0 11 Milieu de r~'sidence Urbain 35,5 39,7 19,7 2,9 2,2 100,0 4546 Rural 78,1 17,1 3,1 0,2 1,5 100,0 6753 Grande r£~glon Ouest 43,3 35,3 16,4 2,9 2,0 100,0 4097 Centre 77,3 16,5 4,2 0,3 1,7 100,0 3916 Sud 59,7 28,8 9,7 0,5 1,4 100,0 1492 Nord-Est 66.4 24,2 7,0 0,4 2,0 100,0 1794 Ethnle Wolof 61,1 25,7 10,3 1,5 1,4 100,0 4457 Poular 69,8 20,8 6,4 0,9 2,0 100,0 2639 Serer 64,9 25,0 7,7 0,9 1,5 100,0 1964 Mandingue 53,9 28,7 13,2 1,3 3,0 100,0 798 Diola 35,1 45,3 16,8 1,0 1,9 100.0 696 Autre 50.3 30,2 13,7 2,8 3,0 100,0 745 Ensemble 60,9 26,2 9,8 1,3 1,8 100.0 11299 L'analphabétisme concerne davantage les personnes ågées: plus de trois hommes sur cinq des 30 ans ou plus et plus de trois femmes sur quatoe parmi celles de 25 ans ou plus, et il est surtout un phénomène rural: 78 pour cent des hommes et 89 pour cent des femmes en milieu rural contre respectivement 36 pour cent et 51 pour cent en milieu urbain. Les différences selon la nature du lieu de résidence se retrouvent au niveau des grandes régions qui se distinguent aussi par le critère d'urhanisation. Ainsi, les régions de l 'Ouest et du Sud sont dans cet ordre, les plus scolarisdes, suivies du Nord-Est et du Centre. 12 Tableau 2.3.2 Niveau d'instruction de la population des femmes Répartition (en %) de la population féminine (de fait) des ménages, igée de cinq ans et plus, par niveau d'instruction atteint, selon certains caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Niveau d'instruction Caractéristique Aucun Primaire Secondaire Supérieur ND Total Effectif Groupe d'åges 6-9 72,2 25,5 0,0 0,0 2,3 100,0 1998 10-14 59,3 37,3 2,3 0,0 1,1 100,0 2033 15-19 60,7 27,1 11,6 0,0 0,6 100,0 1515 20-24 66.5 20,1 11,4 0,9 1,2 100,0 1249 25-29 74,7 14,5 8,3 1,2 1,3 100,0 1102 30-34 75.3 14,2 8,5 1,2 0,8 100,0 915 35-39 78,8 12,1 7,1 0,7 1,2 100.0 840 40-44 85,6 8,1 5,5 0,0 0,8 100,0 619 45-49 91.2 4,8 3.0 0,5 0,5 lO0,O 398 50-54 95,8 2,2 0,7 0,2 1, l 100,0 542 55-59 95.1 2,1 0,3 0,0 2,6 100,0 387 60-64 96,8 1,7 0,6 0,0 0,9 100,0 344 65 ou plus 98,5 0,8 0,0 0,0 0,8 100,0 656 ND/NSP 16,7 16,7 0,0 0,0 66,7 100,0 12 Milieu de résidence Urbain 50,6 35,3 12,1 0,9 1,2 100,0 4854 Rural 88,7 9,2 0.8 0,0 1,3 100,0 7756 Grande région Ouest 56.5 29,7 11,4 1,0 1,4 100,0 4327 Centre 86,0 10.8 1,8 0,0 1,3 I00,O 4625 Sud 76,9 20,2 2,1 0,0 0,8 100,0 1510 Nord-Est 81,5 15,4 1,8 0,0 1,4 100,0 2148 Ethnle Wolof 73,8 18,7 5.9 0,4 1,1 100,0 5081 Poular 80,0 15.3 3,3 0,2 1,2 100,0 3003 Serer 75,8 19,0 3,6 0,0 1,5 100,0 2090 Mandingue 69,4 21,9 7,2 0,1 1,4 100,0 862 Diola 57,9 32,4 8,6 0,0 1,1 100,0 725 Autre 68,2 22,7 5,7 1,5 1,9 100.0 849 Ensemble 74,0 19,2 5,1 0,3 1,3 100,0 12610 Le tableau 2.4 et le graphique 2.2 donnent les taux de fréquentation scolaire par fige. sexe et milieu de résidence. Pour l 'ensemble du pays, moins d'un enfant sur trois (31 pour cent) figé de 6-15 ans fréquente l'école, ce qui correspond généralement au niveau primaire et une partie du secondaire. Le taux de fréquentation pour la tranche d'figes 16-20 ans, åges de scolarisation dans le secondaire, est beaucoup plus faible: il est seulement de 16 pour cent. Pour le groupe d'~ges 21-24 ans, figes correspondant au niveau supérieur, le taux est inférieur à 10 pour cent. L 'examen des données selon le sexe indique que les taux de scolarisation sont en faveur des garçons: à 6-15 ans. 35 pour cent des garçons fréquentent un établissement scolaire contre 27 pour cent seulement pour les filles, à 16-20 ans, les taux sont de 22 pour cent pour les garçons contre 10 pour cent pour les filles, et enfin à 21-24 ans. les proportions sont de 13 pour cent pour les hommes et moins de 7 pour cent pour les femmes. 13 Tableau 2.4 Taux de fréquentation scolaire Proportion de la population (de fait) des ménages, ågée de 6 à 24 ans, fréquentant un établissement scolaire, par åge, selon le milieu de résidence, EDS-II Sénégal 1992/93 Groupe d'åges Hommes Femmes Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble 6-10 56,2 19,1 31,6 49,1 12,8 25,3 52,6 16,0 28,5 11-15 63,6 25,5 39,7 49,1 14,2 28,2 56,2 20,1 34,0 6-15 59,6 21,8 35,1 49,1 13,4 26,5 54,3 17,7 30,9 16-20 34,7 11,2 21,8 20,3 1,6 9,7 27,5 6,3 15,7 21-24 20,0 5,3 13,0 12,6 0,9 6,5 16,2 2,8 9,5 Pourcentage 4O Graphique 2.2 Taux de scolarisation 30 20 10 0 6-15 16-20 21-24 Groupe d'&ges EDS-II S6n~gal 1992/93 En ce qui conceme le milieu de résidence, la fréquention scolaire favorise largement les jeunes du milieu urbain, et le dés6quilibre entre les deux milieux est beaucoup plus important que celui observé par sexe: en effet, les taux dans les zones urbaines sont de 54 pour cent à 6-15 ans, 28 pour cent å 16-20 ans et 1 ó pour cent à 21-24 ans contre respectivement 18 pour cent, 6 pour cent et 3 pour cent dans les zones rurales. 14 2.2.3 Caractéristiques des ménages Sexe du chef de ménage La majorité des chefs de ménage (84 pour cent) sont des hommes (Tableau 2.5). Cependant, un pourcentage non négligeable de femmes ont ce statut (16 pour cent). C'est dans les villes qu'on observe le plus de femmes parmi les chefs de ménage (CM): près d'un CM sur quatre (23 pour cent) en milieu urbain contre un sur dix (11 pour cent) en milieu rural. Ceci n'est toutefois pas à lier ~. l'importance que jouent les femmes dans la prise en charge des ménages. En effet, la définition du ménage se réfère davantage à un critère de résidence. Par exemple, un homme polygame est recensé CM seulement chez sa première épouse alors que les autres épouses sont CM dans le cas de résidences séparées même si le mari dort chez elles de façon tournante. De même, dans le cas des locataires, le CM représente celui qui est reconnu comme tel sans considération de relation de dépendance. Tableau 2.5 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, taille de ménage, lien de parenté avec le chef de ménage, selon le milieu de résidence. EDS-II Sénégal 1992/93 Caractéristique Urbain Rural Ensemble Chef de ménage Homme 76.9 89.5 84.2 Femme 23.1 10.5 15.8 Nombredemembreshabltuels 1 9.2 2.2 5.2 2 6.5 2.6 4.3 3 7.8 4.3 5.8 4 6.6 5.7 6.1 5 8.7 9.2 9.0 6 7.2 9.8 8.7 7 7.8 9.7 8.9 8 7.8 8.7 8.3 9 ou plus 38.4 47.7 43,8 Taille moyenne 7,8 9,6 8,8 Lien de parenté (membres habltuels) Un adulte 11.8 4.0 7.3 Deux adultes apparentés - de sexe opposé 15.1 13.7 14.3 - de méme sexe 4.9 2.0 3.2 Trois adultes apparentés ou plus 60,8 75.7 69.4 Autres 7.3 4.6 5.8 Pourcentage de ménages avec des enfants sans leurs parents 28.1 35.0 32.1 15 Taille des ménages Au Sénégal, les ménages sont de grande taille. Ils comptent en moyenne 8,8 personnes. Cette valeur est à peu prés identique à celles observées dans d'autres investigations (RGPH88, 8,7 personnes et ESP de 1991/92, 9,3). La dispersion autour de cette valeur moyenne est importante: 44 pour cent des ménages comptent 9 personnes ou plus, 21 pour cent moins de 5 personnes, tandis que la taille médiane se situe å 7,2. Les ménages ruraux sont de plus grande taille (9,6 contre 7,8 en milieu urbain, soit près de deux personnes de plus). Dans les villes, on compte neuf ménages sur 100 ayant une personne, et 16 ménages sur 100 ayant une ou deux personnes; ce dernier cas est tout à fait exceptionnel dans le milieu rural (cinq sur 100). Les logements urbains peu adaptés à une famille de grande taille et la fréquence de la location et de la sous- location expliquent en partie la plus petite taille des ménages urbains. Composition des ménages Le tableau 2.5 présente également des informations sur la composition des ménages qui est définie à partir du nombre, du sexe et des liens de paoenté ou relations des membres adultes (15 ans ou plus). On constate que le type de ménage le plus fréquent est celui composé d'au moins trois adultes apparentes (69 pour cent), surtout en milieu rural (76 pour cent). Par ailleurs, dans 14 pour cent des cas, le ménage est composé de deux adultes de sexe opposés, et dans 7 pour cent des cas, un seul adulte constitue un ménage. Il y a lieu de noter que la majorité des ménages form6es d'un seul adulte appartiennent au milieu urbain (12 pour cent contre 4 pour cent en milieu rural). S'agissant des ménages ayant un ou plusieurs enfants de moins de 15 ans vivant sans mère ni père biologiques, il ressort de ce mème tableau 2.5 que près d'un ménage sur trois (32 pour cent) compte un ou plusieurs de ces enfants. Cette proportion est l'une des plus élevée en Afrique subsaharienne: å titre d'exemple, elle est de 21 pour cent au Cameroun (Balepa et al., 1992), 25 pour cent au Niger (Kourguéni et al., 1993) et 23 pour cent en Tanzanie (Ngallaba et al., 1993). Ces enfants placés sont soit adoptés, soit confies (en nourrice ou pour des raisons de scolarité), soit encore domestiques. Il faut souligner que le placement des enfants peut avoir un impact aussi bien sur leur état de santé que sur leur état nutritionnel. 2.2.4 Caractéristiques de l'habitat et des biens possédés par les ménages Accès aux services de base Dans l'ensemble, un peu plus d'un ménage sur quatre (26 pour cent) dispose de l'électricité comme le montoe le tableau 2.6. Ce pourcentage varie d'une façon très importante selon le milieu de résidence: 59 pour cent en milicu urbain et 2 pour cent en milieu rural. Pour ce qui est de l'accès à l'eau de boisson 47 pour cent des ménages visités ont accès à l'eau de robinet (eau courante) soit dans leur concession (27 pour cent) soit en dehors (20 pour cent). Le RGPH88 indiquait 44 pour cent de ménages ayant accès à cette source d'eau. L'accès à l'eau de robinet demeure encore faible dans les campagnes (80 pour cent n 'y ont pas accès contre seulement 16 pour cent dans les villes). A la place, les ménages ruraux recourent essentiellement aux puits publics (60 pour cent). Le milieu rural est également très défavorisd par rapport à la disponibilité de lieu d'aisance. Alors qu'en moyenne, 40 pour cent de l'ensemble des ménages ne disposent pas de toilette, c'est encore 60 pour cent des ménages ruraux qui n'ont pas accès à cette facilité contre 14 pour cent en milieu urbain. Les toilettes avec chasse d'eau sont inexistants dans les campagnes et peu fr6quents même dans les villes: 26 pour cent (Graphique 2.3). Les types de toilette dominants sont les fosses et les latrines. 16 Tableau 2.6 Caractéristiques des logements Répaxfition (en %) des ménages, par caract&istiques des logements, selon le milieu de résidence, EDS-II Sénégal 1992/93 Caractéristique des logements Urbain Rural Ensemble Electrlelté Oui 58,6 2,2 26,0 Non 41,0 97,6 73,8 ND 0,4 0,2 0,3 Approvisionnement en eau à boire Robinet dans le logement 54,1 7,6 27,2 Borne fontaine 30,0 12,1 19,6 Puit dans la cour 5,7 5,6 5,7 Puit public 7,7 59,6 37,7 Forage 0,7 8,4 5,2 Source 0,0 3,8 2,2 Rivière. cours d'eau 0.0 0,8 0,5 Mare, lac 0,0 0,1 0,1 ND/NSP 1,8 1,9 1,8 Total 100,0 100,0 100,0 Type de toilettes Chasse d'eau person. 14,3 1,4 6,8 Chasse d'eau en com. 11,1 0,3 4,9 Fosse 50,0 12,4 28,2 Latrine 11,1 25,9 19,7 Pas de toil./Nature 13,3 59,6 40,1 ND/NSP 0,2 0,3 0,3 Total 100.0 100,0 100,0 Type de sol Terre, sable 7,7 58,8 37,3 Bouse 0,5 7,9 4,8 Ciment 44,9 8,0 23,6 Moquette 10,4 0,6 4.8 Autre 34,5 23,9 28,4 ND/NSP 1,6 0,3 0,9 Total 99,6 99,7 99,7 Nombre de personnes par pl~ee utllls~e pour dormir 1-2 56,5 60,6 58,8 3-4 32,1 32,0 32,1 5-6 8,2 5,2 6,5 7 ou plus 2,6 1,6 2.0 ND/NSp 0,6 0,5 0,6 Total 100,0 100,0 100,0 Moyenne 2,9 2,8 2,8 Effectif de ménages 1487 2041 3528 17 Graphique 2.3 Caractéristiques des logements Pourcentage 1 O0 80 eO 40 20 0 ORIGINE TOILETTES MATERIAU NOMBRE DE L'EAU DU SOL PAR PIECE EDS-II S6n6ga[ 1992/93 Caractéristiques des logements Les logements sont en majorité de type traditionnel: les sols sont dans 72 pour cent des cas en matériaux autres que du ciment ou de la moquette (Tableau 2.6). Ces deux derniers matériaux constituent cependant plus de la moitié (55 pour cent) des sols en milieu urbain. Dans les campagnes, même les sols en ciment sont rares (8 pour cent), la règle étant les sols en sable ou en terre. Enfin, on compte en moyenne, environ 3 personnes par pièce å usage d'habitation. Ici, les villes diffèrent à peine des campagnes. Cependant, on compte plus de ménages disposant d'une pièce pour une ou deux personnes en milieu rural qu'en milieu urbain (61 pour cent contre 56 pour cent). Disponibilité de certains équipements L'accès à certains équipements de base reste toujours exceptionnel. En dehors de la radio disponible dans 70 pour cent des ménagcs, la télévision, le réfrigérateur et le vidéo ne sont accessibles qu'à une certaine cat6goric des urbains (respectivement 34 pour cent, 21 pour cent et 8 pour cent), tandis que le véhicule à usage domestique ne concerne que 8 pour cent des urbains (Tableau 2.7). Les bicyclettes sont également peu courants (8 pour cent en milieu rural contre 4 pour cent en milieu urbain); tandis que les motocyclettes sont tout simplement rares (3 pour ccnt des ménages). Ce sous- Tableau 2.7 Biens durables possédés par le ménage Pourcentage de ménages possédant certains biens de cortsommation durables, selon le milieu de résidence, EDS-II Sénégal 1992/93 Biens durables Urbain Rural Ensemble Radio 78,7 64,4 70,4 Télévision 34,2 3,4 16,4 Réfrigérateur 20,8 1,6 9,7 Vidéo 8,1 0,9 3,9 Bicyclette 4,3 7,6 6,2 M obylette/Motocyclette 3,7 2,1 2,8 Voiture personnelle 7,7 1,3 4.0 Effectif de ménages 1487 2041 3528 18 équipement des ménages s'explique par l'accès difficile aux équipements communautaires (électricité par exemple) et le faible pouvoir d'achat de la majorité de la population. 2.3 ENQUETE INDIV IDUELLE 2.3.1 Age des femmes L'åge constitue une variable clé dans les analyses démographiques. Cependant, les données sur l'åge sont souvent entachées d'erreur dans les pays à état-civil déficient. Malgré les efforts déployés en vue de l'amélioration de la qualité des données, des lacunes subsistent encore. Elles sont souvent liées aux défaillances de mémoire, à la tendance à déclarer des figes tcrminés par certains chiffres (0 et 5 en général). Mais la plupart des analyses effectuées portent sur des groupes d'åge. Ce regroupement a, entre autres avantages, de masquer partiellement les erreurs sur les années d'åge. La répartition des femmes par groupe d'åge quinquennal (Tableau 2.8) confirme la jeunesse de la population: près de 60 pour cent des femmes enquêtées ont moins de 30 ans tandis que 15 pour cent ont entre 40 et 49 ans. Cette strocture est identique à celles de I'ESF de 1979 et de I'EDS-I de 1986. Ceci traduit la comparabilité des différentes sources et atteste de la bonne qualité des données. Néanmoins, il faut signaler que la structure par année d'âge présente des insuffisances. En eflct, elle fait ressortir des pics très prononcés aux åges ronds (termin6s par 0) et surtout semi-ronds (terminés par 5). Ceci correspond à de fortes attractions pour les åges terminés par 0 ou 5 (Graphique 2.4). Les Tableau 2.8 Caractérisfiques soeio-démographiques des femmes enqu~tées Répartition (en ,%) des femmes enqu~.t~es pat Ig¢. état nmtrimomal, niveau d'instructlon, milieu et r~gion de r~sidence, EDS-II Sénégal 1992/93 Femmes EDS-II, 1992/93 EDS-I Caractéris tique socio-démographique pourcentage Effectif 1986 (%) Groupe d'figes 15-19 22.6 1426 22,1 20-24 19,0 1198 20,3 25-29 16.5 1042 19,0 30-34 14,0 883 14,9 35-39 12.7 801 10,9 40-44 9.3 589 6,8 45-49 5.9 371 6.1 Etat matrimonial Célibataire 24,1 1522 18.8 Mariée 71.4 4505 76,2 Veuve 1,1 68 1,2 Divorcée/Séparée 3,4 215 3,8 Niveau d'Instruction Aucun 73.0 4608 77.2 lZ'I'imaire 17.1 1076 13,5 Secondaire ou plus 9,9 626 9,2 Milieu de r6sldence Urbain 41,8 2635 41,0 Rural 58.2 3675 59,0 Grande r~glon Ouest 36,8 2326 37.9 Centre 36,1 2280 34.6 Sud 11,0 692 13,0 Nord-Est 16.0 1012 14,5 Ethnle Wolof 42.5 2684 42,1 Poulæ 23.2 1463 23,0 Serer 15,4 969 14,4 Mandingue 7.6 482 5.0 Diola 5.2 331 5,5 Autre 6.0 381 10.1 Total 100.0 6310 100.0 indices de Myers confirment ces attractions (tableau non pr6senté ici). Mais ils révèlent en outre des répulsions importantes des ãges terminés par 1 et 4. Tout laisse supposer que ces répulsions sont consécutives à des vieillissements des femmes de 24, 34 et 44 ans d'une part et celles de 23, 33 et43 ans d'autre part d'un ou de deux ans respectivement (les chiffres adjacents 2, 6 et 7 étant presque "neutres"). Par contre, la forte attraction pour le 0 peut Etre le résultat de deux effets: forte répulsion de 1 (rajeunissement des femmes de 21, 31 et 41 ans d'un an et peut être à un léger vieillissement d'un an des femmes de 19, 29 et 39. En effet, la tendance des enquêtrices à vicillir les femmes de 49 ans d'un an pour les exclure de l'échantillon ne semble pas avoir été significatif. 19 Graphique 2.4 Répartition des femmes de l'échantillon selon l'âge actuel Pourcentage 6 0 E i ~ i i i i i i i i i i I r i i i i i i i i 15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 37 39 Age actuel ] i i i ~ i i i i 41 43 45 47 49 EDS-II S~négal 1992/93 Enfin, il faut noter que la qualité des données est très variable selon la nature du lieu de résidence. Ainsi, les lacunes rclevées plus haut sont plus importantes en milieu rural qu'en milieu urbain. Les préférences pour un chiffre terminal donné de l'åge a ~té très faible dans les villes. 2.3.2 Etat matrimonial actuel Dans le contexte sénégalais où le mariage est universel et où la fécondité n'est admise que dans ce cadre, l'analyse de la nuptialité requiert une importance particulière. Celle-ci fera l'objet d'un chapitre spécifique. On se limitera ici à présenter la répartition de l'ensemble des femmes selon l'état matrimonial. Le mariage est défini ici comme une union reconnue par la religion, la coutume ou la loi. Les unions libres sont également prises en compte dès lors qu'elles donnent lieu å une cohabitation maritale. Le tableau 2.8 montre qu'au moment de 1'enquête, 24 pour cent des femmes étaient célibataires tandis que 71 pour cent ~talent en union. On observe 1 et 3 pour cent de veuves et de divorcées respectivement. Par contre, les pourcentages de femmes en union libre (non légale) et de séparées sont pratiquement nuis. C'est pourquoi dans la suite, les divorcées et les séparées seront regroupées sous le même label "divorcées"; de même les femmes en union libre seront intégrées aux femmes mari~es. Ainsi, les termes "femmes mariées" et "femmes en union" seront-t-ils utilisés indifféremment dans la suite. La comparaison avec I'EDS-I de 1986 montre une hausse importante du pourcentage de célibataires (19 pour cent contre 24 pour cent dans I'EDS-II) et corrélativement une diminution de la proportion de femmes mari~es, conséquences du vieillissement du calendrier de la nuptialit6. Nous y reviendrons. 20 2.3.3 Groupe ethnique On dénombre une vingtaine d'ethnies au Sénégal (Wolof, Lébou, Peuhl, Toucouleur, Sérer, Diola, Mandingue, Bambara, Soninké, Balante, Madjak, .). Leur poids dans la population totale est très variable; pour certaines, il est faible, voire négligeable. Pour ces raisons, elles ont été regroupées en grandes cat6gories dont l'homogénéité est généralement acceptée. Ainsi, cinq grands groupes sont retenus: le Wolof (Wolof et Lébou), le Poular (Peuhl, Toucouleur, Foulbé), Sérer, Mandingue (Mandingue, Malinké et Soc~) et Diola. Les autres ethnies minoritaires et les non-sénégalaises sont regroupées dans la catégorie "autre". Le tableau 2.8 indique que les Wolof, Poular et Sérer (43 pour cent, 23 pour cent et 15 pour cent respectivement) sont représentés dans les mêmes proportions que dans le RGPH de 1988 et à peu près dans I'EDS-I de 1986. Par contre, alors que dans ces deux derni~res sources les Diola étaient plus nombreuses que les Mandingues, ces deroières sont plus nombreuses dans I'EDS-11 (près de 8 pour cent contre plus de 5 pour cent de Diola). 2.3.4 Lieu de résidence Deux variables sont retenues pour caractériser le lieu de résidence: les grandes régions géographiques et la nature du lieu de résidence. Les dix régions administratives du territoire national ont ~té regroupées en quatre grandes régions: l'Ouest composé des régions de Dakar (ancien Cap-Vert) et de Thiès; le Centre (Kaolack, Fatick, Diourbel et Louga); le Nord-Est (Saint-Louis et Tambacounda) et le Sud (Kolda et Ziguinchor). Ce regroupement qui est celui adopté dans I'ESF de 1978 et I'EDS-I de 1986 répond au souci de constituer des groupes relativement homogènes, d'effectifs suffisants pour certains types d'analyse et permettant la comparaison des différentes sources. La nature du lieu de résidence (urbain ou rural) se rél~re au statut administratif de la localité. Ainsi, toutes les localités ayant le statut de Commune (espace soumis aux lois municipales) sont considérées comme urbaines. Cette définition du milieu urbain est identique à celle adoptée dans I'EDS-I de 1986 mais diffère de celle de I'ESF de 1978 où seules les localités de 10 000 habitants ou plus étaient considéoees comme urbaines. Dans la pratique, ces deux définitions diffèrent très peu, les communes de moins de 10 Off9 habitants étant peu nombreuses (moins de 3 pour cent de l'ensemble des communes). La répartition des femmes montre que l'Ouest et le Centre se partagent presque à égalité les 73 pour cent de l'échantillon tandis que le Sud n'intervient que pour 11 pour cent; d'où une sous-représentation sensible du Sud par rapport au Nord-Est, par référence à I'EDS-I de 1986 (Tableau 2.8). La zone Ouest qui abrite la capitale et la deuxième ville du pays (Thiès) est la plus urbanisée et la plus scolarisée. Elle est suivie du Sud, du Nord-Est et du Centre. Par contre, en ce qui concerne l'urbanisation, la progression a ~té sensible mais faible et les deux enquêtes sont largement comparables (41 pour cent et 42 pour cent d'urbains respectivement dans I'EDS-I de 1986 et I'EDS-II de 1992/93. 2.3.5 Instruction Dans t'ensemble, 73 pour cent des femmes enquêtées n'ont jamais fréquenté l'école. Ceci traduit un niveau d'analphabétisme féminin très élevé dans la mesure où aujourd'hui encore au Sénégal l'alphabétisation s'acquiert par le biais du système scolaire formel. L'essentiel des femmes qui ont fréquenté l'école se sont limitées au niveau primaire (17 pour cent de toutes les femmes); les femmes ayant un niveau secondaire sont rares (10 pour cent). Par rapport à 1986, on observe pourtant un progrès sensible dans la scolarisation mais seulement au niveau primaire: en 1992/93, 17 pour cent des femmes ont un niveau primaire contre moins de 14 pour cent en 1986 tandis que la proportion de femmes de niveau secondaire ou plus n 'a pas bougé. Le tableau 2.9 montre que la scolarisation est surtout un phénomène urbain (52 pour cent de scolaris6es contre 9 pour cent en milieu rural) et elle concerne davantage les plus jeunes (plus de 37 pour cent de scolarisées parmi les femmes de 15-24 ans contre moines 25 pour cent entre 25 et 34 ans et moins de 15 pour cent å plus de 40 ans). 21 Tableau 2.9 Niveau d'instruction des femmes enqu~tées Répartition (en %) des femmes par niveau d'instruction atteint, selon le groupe d'åges quinquennal, le milieu et la région de résidence, EDS-II Sénégal 1992/93 Niveau d'instruction Secondaire Caractéristique Aucun Primaire et plus Total Effectif Groupe d'gtges 15-19 60,3 27.9 11,8 100,0 1426 20-24 66,9 20.1 13,0 100,0 1198 25-29 75,2 14,2 10.6 100,0 1042 30-34 75,8 14,0 10,2 100,0 883 35-39 80,0 12.9 7.1 100,0 801 40-44 85,9 8.3 5.8 100,0 589 45-49 93.5 3,5 3,0 100,0 371 Milieu de résidence Urbain 48,0 30,4 21,6 100,0 2635 Rural 90,9 7,5 1,6 100,0 3675 Grande région Ouest 53,7 26,0 20.3 100.0 2326 Centre 87,0 9,2 3,8 100,0 2280 Sud 76.0 19,4 4,6 100,0 692 Nord-Est 84.0 12,6 3,4 100.0 1012 Ethnle Wolof 72,5 16,1 11.5 100.0 2684 Poular 82,1 11,8 6,1 100,0 1463 Serer 75,9 15,5 8,7 100.0 969 Mandingue 63,3 24,3 12.4 100,0 482 Diola 47,1 39,0 13,9 100.0 331 Autre 69.8 19,9 10,2 100,0 381 Total 73.0 17.1 9,9 100.0 6310 2.3.6 Accès aux média Le tableau 2.10 foumit des indications sur l'accès des femmes à trois canaux d'information: le journal, la télévision et la radio. Le tableau présente le pourcentage de femmes ayant en général accès à chaque source d'information au moins une fois par semaine. La disponibilité de tels renseignements est importante dans la mise en oeuvre des programmes d'information et de sensibilisation dans le choix du meilleur canal pour la transmission de certains messages. Comme on pouvait s 'y attendre, le journal est la source la moins accessible aux femmes (moins de 13 pour cent). La télévision est suivie par 39 pour cent et la radio demeure le principal moyen d'accès à l'information (67 pour cent soit, plus de deux femmes sur trois). La lecture d'un journal et le suivi des émissions télévis6es sont naturellement le fait des femmes instruites, urbaines et des femmes les plus jeunes. Par contre, la radio est bien écoutée même en milieu rural (Graphique 2.5). 22 Tableau 2.10 Accès des femmes aux média Pourcentage de femmes qui. habituellement, lisent un journal, regardent la t~lévision, ou écoutent la radio au moins une fois par semaine, par âge, niveau d'instruction et par milieu et région de résidence, EDS-II S6n6gal 1992/93 Lisent le Regardent Ecoutent journal une la tél~ la radio Effectif fois par une fois une fois de Caractéristique semaine par semaine par semaine femmes Groupe d'åges 15-19 15.1 51.2 68.5 1426 20-24 16.7 44.3 69.3 1198 25-29 13,3 40,2 66.7 1042 30-34 13.1 35.0 67.0 883 35-39 9,5 27,5 63,8 801 40-44 7.3 23.9 64.3 589 45-49 3.5 25.1 65.0 371 Milieu de résidence Urbain 26,8 72.9 79.0 2635 Rural 2,6 14.2 58.3 3675 Grande r ¢:glon Ouest 24,3 65.6 77.3 2326 Centre 5,1 26,0 66.9 2280 Sud 8.4 21.2 57.2 692 Nord-Est 6,3 17.4 50.0 1 O12 Ethnle Wolof 13,9 47,8 73.4 2684 Poular 8,6 25,7 56.8 1463 Serer 9.8 30,2 65.4 969 Mandingue 18,5 39,4 62.9 482 Diola 19,6 46,5 71.9 331 Autre 14,7 38,3 65.4 381 Niveau d'instruction Aucun 0,3 24,5 61,0 4608 lb'linaire 30,3 70,3 79,6 1076 Secondaire ou plus 74,0 89.3 89,3 626 Ensemble des fcmnees 12,7 38,7 67,0 6310 23 Pourcentage Graphique 2.5 Accès aux média 100 80 60 40 20 0 Lire le journal Regarder la TV TYPE DE MEDIA Ecouter la radio EDS-II Sdn6ga11992/93 24 CHAPITRE 3 FECONDITE Salif Ndiaye L'objet de ce chapitre est de fournir des informations sur les niveaux actuels et les tendances de la fécondité, ainsi que les facteurs différentiels de celle-ci. On y traitera de quatre indices: les taux de fécondité par :~ge, l'intervalle intergénésique, la parité moyenne et l'/ige à la maternité. On présentera également quelques résultats sur la fécondité des adolescentes. Gråce aux différentes enquêtes réalisées depuis 1978, on dispose de sources parfaitement comparables qui permettent une analyse tendancielle pertinente de la féconditê. Ces trois sources seront donc souvent utilisées simultanément. 3.1 DONNEES Les données utilisées sont issues de l'Enquête Sénégalaise surla Fécondité de 1978 (ESF), l'Enquête Démographique et de Santé de 1986 (EDS-I) et l'Enquête Démographique et de Santé de 1992/93 (EDS-II) qui toutes ont été réalisées selon des méthodologies semblables. L'ESF, I'EDS-I et I'EDS-II étaient toutes les trois des enquêtes rétrospectives nationales par sondage. Les données sont basées sur les historiques de l'ensemble des naissances vivantes issues des femmes de 15-49 ans. Il faut rappeler cependant que dans I'ESF, l'historique de l'ensemble des grossesses a été saisie, ce qui, en dépit de sa lourdeur, pouvait permettre d'obtenir des informations plus compl~tes sur les naissances vivantes sur lesquelles porte l'analyse de la fécondité. D'un autre coté, les EDS ont eu à recourir aux camets de santé des enfants nés au cours des cinq demi~res années. Cette approche a surement permis d'obtenir des dates de naissance exactes pour une grande partie des enfants. En effet, les principaux problèmes des enquêtes rétrospectives pour l'analyse de la fécondité sont lies å la datation exacte des naissances. Un des types d'erreurs les plus importants porte sur le transfert des naissances d'une année de calendrier à une autre. Pour minimiser ce biais, des périodes non conventionnelles ont été utilisées (0-3 ans, 4-7 ans, . avant l'enquEte). Mais cette approche, a également montré une baisse très sensible de I'ISF dans certains pays africains. Au Sénégal, il serait passé de 7,0 à 5,9 enfants par femme ågée entre les deux demières périodes. Ce niveau de déclin semble avoir été largement surestimé et serait davantage lié à la qualité des données selon certains auteurs. Cependant, ces résultats posent au moins un problème fondamental: il n'est plus évident que la fécondité n'ait pas amorcé sa transition dans certains pays africains dont le Sénégal. 3.2 N IVEAU ET D IFFERENTIELS DE LA FECONDITE Le niveau actuel de la fécondité ainsi que ses différentiels sont mesurds par les taux de fécondité par åge et l'indice synthétique de fécondité (ou somme des naissances réduites). Les taux de fécondité par åge sont calculés en rapportant les naissances issues de chaque groupe d'ãge à l'effectif des femmes de ce groupe. Ils constituent des mesu res fiables et courantes de la féconditê. Les taux de fécondité sont résumés par l'indice synthétique de fécondité (ISF). Celui-ci est égal à 5 fois la somme des taux de fécondité. Il correspond à la descendance moyenne atteinte d'une cohorte fictive de femmes ayant pour taux de fécondité ceux observ6s à chaque åge. Si la fécondité est plus ou moins stable, il peut être considéré comme une mesure satisfaisante de la fécondité des cohortes réelles, et sa valeur devrait être voisine de la descendance cumulée. 25 Le tableau 3.1 présente les taux de fécondité par åge et l'indice synthétique selon certaines caract6ristiques socio-économiques. La fécondité des femmes sénégalaises reste encore élevée: les femmes de 40-49 (celles ayant pratiquement achevé leur fécondité) ont en moyenne 7,1 enfants. L'indice synthétique de fécondité (ISF) pour les femmes de 15-49 ans est de 6,0 enfants par femme. Tableau 3.1 Fécondit6 actuelle Taux de fécondité par åge, indice synthétique de fécondité (ISF), taux brut de natalité (TBN) et taux global de fécondité générale (TGFG) pour la période des lxois années précédant l'enquéte, selon le milieu de résidence, EDS-I] Sénégal 1992/93 Résidence Groupe d'åges Urbain Rural Ensemble 15-19 78 167 127 20-24 199 290 250 25-29 231 292 266 30-34 225 257 244 35-39 172 193 185 40-44 95 101 99 45-49 13 47 34 ISF 15-49 (pour 1 femme) 5,06 6,74 6,03 ISF 15-44 (pour 1 femme) 5,00 6,50 5,86 TGFG (pour 1 000) 167 227 202 TBN (pour 1 000) 37,4 42,9 40,8 Note: Les taux sout calculés pour la période de 1-36 mois avant l'enquéte. Les taux à 45-49 ans peuvent ~tre légèrement biaisés du fait de données incomplètes pour ce groupe d'åges. Les taux de fécondité par åge situent la fécondité maximum à 25-29 ans (taux de 266 pour mille). Mais elle reste très proche de ce maximum sur toute la tranche de 20 à 34 ans. Il faut noter également que dès l'~ge de 15-19 ans, la fécondité est relativement élevée, on y reviendra dans la suite. Ce niveau globalement élevé cache des disparités importantes selon certaines caractéristiques socio- économiques. Bien que les courbes de fécondité selon la nature du lieu de résidence présentent le méme profil (maximum entre 20 et 35 ans avec un pic à 25-29 ans), on relève qu'à tous les ãges, la fécondité est plus élevée chez les femmes rurales que chez les femmes urbalnes (Graphique 3.1). Un résultat important à signaler est la réduction des écarts entre les taux de fécondité selon l'~ge. C'est donc surtout aux åges jeunes (moins de 30 ans) qu'on observe les différences de niveau de fécondité entre le milieu urbain et le milieu rural. Les femmes u rbaines plus ågées ne se distinguent pratiquement pas de leurs homologues des campagnes de par leur comportement procr6ateur. Comme on le verra plus loin, ces différences dans le comportement procréateur sont essentiellement le fait des di fférences vis-à-vis du mariage. En effet, la plus faible fécondité des jeunes urbaines s'explique surtout par une entrée plus tardive dans le mariage, la fécondité demeurant encore fondamentalement légitime. Mais le recours à la contraception moderne, bien que globalement faible, concerne de plus en plus de femmes urbaines, ce qui pourrait jouer un réle dans ce sens. 26 Graphique 3.1 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence Pour mille 350 250 "» ' - ~00~', 150 IO0 50 0 i i i i i i 15 20 25 30 35 40 45 Age de la femme 50 [-"-Urbain i I '-"ur'' Il EDS-II Sênêgal 1992193 Les différences entre les taux de fécondité se traduisent naturellement dans les ISF (Tableau 3.2 et le Graphique 3.2): en moyenne, les femmes rurales ont plus d'un enfant et demi de plus que les urbaines (6,7 contre 5,1). En fait, les différences entre le milieu urbain et le milieu rural sont aussi le fait de l'instruction (les femmes urbaines sont les plus instruites). L'instruction constitue d'ailleurs un des plus importants facteurs de différenciation: la fécondité diminue nettement avec le niveau d'instruction. Les femmes non scolarisées ont près d'un enfant de plus que celles du niveau primaire (6,5 contre 5,7) et près de 3 enfants de plus que celles ayant un niveau secondaire ou plus (3,8). Tableau 3.2 Fécondité par caractéristiques so¢io-démographiques Indice synthétique de fécondité pour la période des trois années précédant l'enquête et nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans, par caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Nombre Indice d'enfants nés synthétique vivants pour les Caractéristique de fécondité I femmes de 40-49 ans Milieu de r~sldenee Urbain 5,06 6.69 Rural 6,74 7,37 Grande région Ouest 5,55 7,10 Centre 6,26 7,23 Sud 6,55 6,99 Nord-Est 6,47 7,09 Ethnle Wolof 5,44 7,01 Poular 6,38 6,88 Serer 7.26 8,14 Mandingue 5,38 7,00 Diola 5,80 7,00 Autre 6,33 6,57 Niveau d'Instruction Aucun 6,51 7,23 Primaire 5,67 7,02 Secondaire ou plus 3,75 5,49 Ensemble 6.03 7,14 Ilndice synthétique de fécondité pour les femmes ågées de 15-49 ans 27 Graphique 3.2 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans RE$1DENCE I Urba in ; ; ;;,;;,;; ;;;;;,;;;;;;;;;;; ; . . . . . . I Rura i GRANDE REGIONouest . i Cent re I I Sud l ] Nord-Es t . . . . . . . . . . . I INSTRUCTION Sec°nda i re °u + I l 0 2 4 6 Nombre d'enfants par femme EDS- I I S6n6ga l 1992/93 3.3 TENDANCES DE LA FECONDITE Les tendances de la fécondité seront examinées de deux façons: une approche interne qui étudie l'évolution des taux de fécondité selon la période avant l'enquête à partir des seules données de I'EDS-II et une approche exteme qui compare les taux de fécondité de I'EDS-II à ceux de I'EDS-I et de I'ESF. Pour I'ESF et I'EDS-I, les taux portent sur les cinq dernières années avant l'enquête donc centrés ~ peu près sur les années 1974 et 1983 tandis que pour I'EDS-II de 1992/93, ils portent sur les quatre dernières années, soit en moyenne sur l'année 1991. Le tableau 3.3 donne les taux de fécondité par åge à la maternité à différentes périodes de 4 ans au cours des 20 dernières années avant l'enquête. Ce tableau met en évidence une diminution sensible des taux de fêcondité amorcée depuis 15 ans. Mais c'est au cours des I0 demières années que les baisses ont ~té les plus sensibles. Par contre, les taux de fécondité par ,que sont pratiquement identiques: hausse de 15-19 ans à 25-29 ans, puis baisse rapide jusqu'à 45-49 ans. L'indice synthétique de fécondité calculé sur les femmes de 15 à 34 confirme cette tendance. La fécondité est demeurée constante au cours des deux périodes les plus anciennes, alors qu'une baisse sensible est observée au cours des 12 demières années, notamment entre les trois périodes les plus récentes. La contribution relative des taux de fécondité cumulés à cet ISF montre aussi qu'au cours des 12 demières années, le femmes de 15-19 ans ont joué un rOle décroissant dans la constitution de la descendance. Les résultats précédents portent sur la fécondité générale (toutes les femmes indépendamment de l'état matrimonial). Le tableau 3.4 indique les taux de fécondité légitime (femmes non célibataires) par durée de mariage (temps écoulé depuis le début du premier mariage) selon la période avant l'enquête. Cette fêcondité n'est pas totalement légitime dans la mesure où la procr6ation parmi les veuves et divorcées ne l'est pas. La différence entre ces deux types de fécondité réside dans la non prise en compte dans le deuxième cas 28 Tableau 3.3 Tendances de la fécondité par åge Taux de fécondité par åge par périodes de quatre ans précédant l'enquête, et selon l'åge de la mère, EDS-U Sénégal 1992/93 Périodesprécédantl'enqu~te (en années) Groupe d'ãges 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 15-19 132 166 174 195 178 20-24 257 286 308 324 312 25-29 267 306 308 341 320 30-34 244 284 275 312 [295] 1 35-39 191 223 266 [259] ~ 40 44 98 [139] [194] 45-49 [331 Note: Taux de fécondité par groupe d' iges pour 1000 femmes. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplètes. ITaux calculés sur la base de moins de 500 cas (exposition). Tableau 3.4 Tendances de la fécondité par durée de mariage Taux de fécondité par périodes de quatre ans pr,~&lant l'enquête, selon la durée écoulée depuis le premier mariage, ENPS-II Maroc 1992 Nombre d'années depuis le premier mariage Périodes précédant l'enqu&e (en amaées) 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 0-4 323 336 316 333 292 5-9 304 325 336 333 338 10-14 268 319 308 351 309 15-19 234 270 268 304 [286] ~ 20-24 171 210 249 [271] 1 25-29 86 141 [232] 1 Note: Taux de fécondité pour 1000 femmes non-célibataires. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de moins de 500 cas (exposition). ITaux calculés sur la base de moins de 500 cas (exposition). de la fécondité des célibataires. Les tendances observées pour la fécondité légitime sont les mêmes que pour la fécondité générale: baisse sensible au cours des 12 demières années (Graphique 3.3). Mais contrairement à la fécondité générale dont la baisse porte surtout sur les femmes jeunes, en ce qui concerne la fécondité légitime, le déclin semble davantage être le fait des femmes dont le premier mariage remonte à plus longtemps, qui donc sont également les plus ãgées. Il est donc possible qu'une amorce de régulation de la fécondité légitime ait lieu, en particulier chez les femmes ayant atteint une parité élevée. La deuxième approche compare les taux de fécondité issus de différentes sources. Les courbes de fécondité observécs dans les quatre sources (Tableau 3.5) obéissent au même schéma de fécondité. La fécondité maximum est obtenue 'à 25-29 ans. Chez les femmes plus jeunes (moins de 30 ans), les taux de fécondité ont décru régulièremcnt entre 1974 (ESF) et 1991 (EDS-II), comme le montre le graphique 3.4. Même parmi celles de 3(I-34 ans, une baisse scnsible est observée entre 1983 (EDS-I) et 1991 (EDS-II). Ceci 29 Graphique 3.3 Taux de fécondité des femmes non-célibataires par durée de mariage selon la période avant l'enquête Pour mille 4O0 200 - - " i - ~ . . ~ lO0 -÷ 0 i , i i 10 15 20 25 Durée de mariage 30 EDS-II S*in6gal 1992/93 traduit le maintien de la tendance déjà constat6e dans I'EDS-I parmi les femmes qui dans I'EDS-II ont 30-34 ans. La féconditd des femmes âgées de 35 ans ou plus est demeurde assez stable dans le temps. Ces tendances ne sont pas pourtant confirmées par l'Enquête Démographique Nationale de 1970/71 (EDN), qui au contraire, laisserait penser à une hausse des taux de fécondité å tous les åges entre I'EDN et I'ESF. Ce résultat paradoxal pourrait essentiellement être dû à un taux de sous-estimation plus élevé dans I'EDN de 1970/71. Cependant, les profils des courbes de fécondité restent fondamentalement identiques. Les åges de fécondit6 maximum restent inchang6s aux différentes dates; 61 à 63 pour cent de I'ISF sont réalisds entre 20 et 35 ans; la contribution de la fécondité à 15-19 ans qui est en baisse varie entre 13 pour cent (ESF) et 11 pour cent (EDS-ll), et une part significative de la fécondité (plus de l0 pour cent de I'ISF) est le fait de femmcs âg6cs (40 à 49 ans). Tableau 3.5 Fécondité par åge selon quati'e sources Taux de fécondit6 par âge, indice synthdtique de ft¢.condit6 (1SF) et descendance finale (D) selon I'EDN (1970/71), I'ESF (1978), I'EDS-I (1986) et I'EDS-II (1992/93), EDS-II Séndgai 1992/93 EDM ESF EDS- I EDS- I I Groupe d'åges 1970/-/2 1978 1986 1992/93 15-19 165 189 159 127 20-24 290 304 279 250 25-29 272 332 278 266 30-34 228 265 261 244 35-39 161 197 199 185 40-44 109 108 107 99 45-49 63 34 40 34 ISF (15-49) 6,44 7,15 6,62 6,03 D (45-49) 7,2 7,3 7,1 D-ISF 0,1 0,7 1,3 Note: "Faux de fécondité par groupe d'âges pour 1000 ferarnes. Sources: Enquête Dêmographique Nationale (DS, [1992]); Enquête S6négalaise sur la Fécondité (DS, [1981]); Enquête D6mographique et de Santé (DS, [1988]). 30 Graphique 3.4 Taux de fécondité générale par âge selon quatre sources Taux (pour mille) 350 300 / . / / 200 150 50 0 15 2o 2~ 30 ~ 40 « Age de la femme 50 EDS-II Sdnégal 1992/93 L'ISF à 15-49 ans est ~gai à 6,0 en fants dans I'EDS-II. Cet indice est inférieur à la descendance finale (à 45-49 ans) dans toutes les sources de données utilisées, ce qui traduirait une baisse progressive de la fécondité. La comparaison des trois sources les plus fiables (ESF et les deux EDS) permet de confirmer cette tendance: I'ISF passe de 7,2 dans I'ESF à 6,6 dans I'EDS-I et 6,0 dans I'EDS-II. Pendant le même temps, on l'a déjà vu, la descendance finale est restée constante: 7,2 à 7,3. Comme l'indiquent les données (Tableau non reproduit), cette baisse est surtout le fait des femmes jeunes et modernes (urbaines et instruites), parmi lesquelles on a observé une hausse progressive sensible de l'åge au premier mariage. Ceci se traduit d'ailleurs dans les différences constat~es entre les femmes "modemes" et les autres. 3.4 FECONDITE CUMULEE La fécondité cumulée est mesurée par le nombre d enfants nés v'vants par femme. Les résultats sont présentés par åge actuel des femmes (Tableau 3.6). Dans l'ensemble, 28 pour cent des femmes n'ont jamais eu de naissances vivantes. Le pourcentage de femmes sans enfant diminue rapidement avec l'åge. La fécondité est précoce et intense. Déjà à 15-19 ans, une femme sur cinq a eu au moins un enfant; à 30-34 ans, moins de 6 pour cent sont encore nuUipares. La proportion de nulliparcs à 45-49 ans est de 2,4 pour cent. La fécondité étant pratiquement achevée à cet åge, cette proportion corrcspond au nivcau de stérilité primaire définitive (femmes qui n'auront jamais de naissance vivante). La fécondité est également 61evéc. Un tiers des femmes (ou 46 pour cent des femmes fécondes) ont 5 enfants ou plus. Les femmes ayant 8 enfants ou plus ne sont pas rares: 13 pour cent au total 31 Tableau 3,6 Enfants nt~s vivants et enfants survivants Répertitioo (en %) de toutes les femmes et des femmes actuellement en union par nombre d'enfants nés vivants, nombre moyen d'enfants nês vivants et nombre moyen d'elffants survivants, selon l'åge des femmes. EDS-II Sên6gaI 1992/93 TOUTES LES FEMMES Nontbr¢ moyen Nornbee Nombre d'enfants n~s vivants Effectif d'enfants moyen Groupe de nés d'enfants d'åges 0 I 2 3 4 5 6 7 8 9 10 + Total femmes vivants survivants 15-19 79,9 14,6 4.7 0,8 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1426 0,27 0,24 20-24 32.9 23,7 22,1 13.4 5.7 1,8 0,3 0,0 0,0 0,0 0,0 1000 1198 1.42 1,24 25-29 13.3 10,8 16.7 17,9 20,7 12.3 6,0 1,7 0,4 0,1 0,0 100,0 1042 2,94 2.53 30-34 5.8 4,6 8.7 10,4 12,9 17,9 19,7 10,5 5,2 3,1 1.1 100,0 883 4,67 3,90 35-39 3,4 3,7 7.1 6,4 7,0 11,7 15,5 16,9 13,6 8.5 6,2 100.0 801 5,86 4.71 40-44 2,9 3,1 4.4 4,6 4,8 7.6 10.0 13,8 15,1 13.9 19,9 100,0 589 6,98 5.33 45-49 2,4 1,9 4.9 4,3 4,9 6,7 8,6 11,9 13,2 15.6 25,6 100,0 371 7.38 5,37 Total 28,1 11,1 10,8 8,6 7,9 7,5 7,2 5.9 4,7 3,7 4,3 100,0 6310 3,30 2,66 FEMMES ACTUELLEMEN'F MARIEES Nombre moyen Nombre Nofnbre d'enfants nés vivants Effectif d'enfants moyen Groupe de nés d'enfants dãges 0 I 2 3 4 5 6 7 8 9 10 + Total femmes vivants survivants 15-19 45,9 37,8 13.5 2,5 0,2 0.0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 444 0,73 0,65 20-24 12.3 26,7 29.8 19,5 8,4 2,8 0,5 0,0 0,0 0,0 0,0 10O,0 775 1.96 1,69 25-29 5.8 8,9 17,0 20,6 23,4 14,7 7.1 2,1 0.5 0.1 0,0 100,0 865 3,33 2.85 30-34 2.3 3,7 7.3 10,7 13,0 19,1 21.8 11,7 5,8 3,3 1,3 100,0 792 5,00 4,17 35-39 2.3 2,9 6,0 6,0 7,0 12,0 16,0 17,9 14,3 8,9 6,8 100.0 733 6.08 4,89 40-44 2,5 2,7 4,2 3,2 4,7 7,8 10,6 13,4 15,9 14,1 20,9 100,0 554 7,14 5,44 45-49 1,5 1,5 4,1 4,4 4,7 7,0 8,8 12,3 13,5 15,8 26.6 100,0 342 7,55 5,50 Total 8,9 11,6 12,8 11,1 10,3 10,1 9,9 7,9 6,4 5,0 5,9 100,0 4505 4,37 3,52 et plus de 50 pour cent des femmes de 40 ans ou plus. D'ailleurs, même chez les jeunes femmes, le niveau de la fécondité est élevé: 43 pour cent de celles de 20-24 ans ont au moins deux enfants. La fécondité de l'ensemble des femmes est bien différente de celle des femmes actuellement en union. Parmi celles-ci, 9 pour cent seulement sont encore nullipares. Elles ont une fécondité plus précoce et plus élevée. La majorité (54 pour cent) des femmes de 15-19 ans ont déjà eu au moins un enfant et 16 pour cent en ont deux ou plus. A 20-24 ans, près du tiers (31 pour cent) ont eu trois enfants ou plus. Le niveau d'infécondit6 primaire définitive est également plus bas que parmi l'ensemble des femmes: 1,5 pour cent des femmes de 45-49 ans n'ont jamais eu d'enfant. A tous les åges, la parité moyenne (nombre moyen d'enfants nés vivants par femme) est plus élevée chez les femmes en union: en moyenne, ces dernières ont un enfant de plus que la catégorie "toutes femmes" (4,4 contre 3,3). Les écarts entre ces deux groupes se réduisent avec l'ãge. En effet, les femmes ~tgées, actuellement non mari~es sont des veuves ou des divorcées qui ont, pour la plupart, déjà terminé leur vie féconde. Ceci explique pourquoi, les descendances finales (parité à 45-49 ans) sont très voisines dans les deux groupes (7,4 pour l'ensemble des femmes contre 7,6 pour tes femmes mari~es). Mais des écarts sensibles 32 sont notés entre d'une part les urbaines (6,7) et les rurales (7,4) et d'autre part les femmes de niveau secondaire ou plus et celles du niveau primaire (5,5 contre 7,0 soit 1,5 enfant de moins), comme le montre le tableau 3.2. En effet, la comparaison de la descendance finale et de l'indice synthétique de fécondité fournit une autre indication sur les tendances de la fécondité. On l'a déjà dit, un ISF plus bas que la descendance suggère une baisse du niveau de la fécondité et plus l'écart entre ces deux indices est grand plus la baisse est importante. Or dans les trois enquêtes, on observe bien d'une part que les ISF sont inférieurs aux descendances finales et d'autre part les écarts augmentent dans le temps. Par ailleurs, les écarts les plus importants sont observés parmi les femmes urbaines, celles de l'Ouest et les plus instruites. Ce r6sultat confirme donc les baisses sensibles mises en évidence parmi les couches modernes. 3.5 INTERVALLE INTERGENESIQUE Selon plusieurs recherches, l'intervalle entre deux naissances a un impact important sur la santé de la mèoe mais aussi sur celle de l'enfant. Les données de I'ESF de 1978 et des deux EDS mettent en évidence, la surmortalité des enfants espacés de moins de deux ans par rapport b. ceux qui sont séparés par un intervalle plus long. Par ailleurs, pour une durée d'exposition donnée, la parité dêpend de l'espacement entre les naissances. L'intervalle intergénésique peut être influencé par des facteurs physiologiques, culturels et socio- économiques. On s'intéressera ici aux seuls facteurs culturels et socio-économiques. On examinera six facteurs: d'une part 1'åge de la mère, son lieu de résidence et son niveau d'instruction, et d'autre part le rang, le sexe et la survie de l'enfant précédent. L'intervalle médian de 32 mois dans l'ensemble est variable selon certains de ces facteurs tandis que d'autres sont sans effet. Le tableau 3.7 montre que l'intervalle m6dian augmente régulièrement avec l 'åge de la mère (27 mois à 15-19 ans et 35 mois à 40 ans ou plus). Les intervalles de 48 mois ou plus sont surtout le fait des femmes de plus de 30 ans. Les femmes les plus jeunes qui sont aussi celles qui ont la plus faible parité sont moins tentées à retarder une nouvelle grossesse, mais également, elles sont plus fertiles. Par contre, les femmes qui ont une descendance élevée, comme l'ont montré les données de l'enquête (tableau non reproduit), ont souvent déclaré vouloir espacer leurs naissances pour se reposer. Le lieu de r6sidence n'a aucun effet sur l'intervalle: l'intervalle médian tout comme la répartition des femmes selon la longueur de l'intervalle sont invariables quel que soit le milieu de résidence. 11 en est de même du niveau d'instruction à une exception près: les intervalles de 48 mois ou plus sont plus fréquents chez les femmes de niveau secondaire ou plus. D'après les données du méme tableau 3.7, le rang de naissance et le sexe d'un enfant n'ont pas d'incidence sur le délai de survenance de la naissance suivante. Par contre, la survie de l'enfant précédent constitue un facteur important. En effet, lorsque l'enfant décède, dans 50 pour cent des cas, il est suivi d'une autre naissance dans les 27 mois. Dans le cas contraire, ce pourcentage n'est atteint qu'au bout de 33 mois, c'est-à-dire 6 mois plus tard. Quand un enfant décède avant 8 mois, dans près de 24 pour cent des cas, une autre naissance survient dans tes 17 mois, alors que s'il est encore en vie, il n'est suivi de naissance dans le même délai que dans 5 pour cent des cas. Comme pour l'åge, on peut penser qu'en cas de décès d'un enfant, la femme n'est pas tentée d'attendre longtemps pour en faire un autre, au contraire, elle cherchera å le remplacer le plus rapidement possible. Mais, on sait aussi que l'ailaitement prolongé et intensif retarde le retour de l'ovulation, d'où une protection post-panum. Ceci traduit l'importance de l'état physiologique dans l'espacement des naissances. 33 Tableau 3.7 Intervalle intergénésique Répartition (en %) des naissances des cinq armées précédant l'enqu&e par nombre de mois écoules depuis la naissance précédente, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente Caractéristique 7-17 18-23 24-36 36-47 48 + Total Nombre médian de mois depuis Effectif la naissance de précédente naissances Groupe d'åges 15-19 18,7 22,0 40,7 15,4 3,3 100,0 27,2 91 20-29 8,3 14,1 48,0 17,3 12,4 100,0 31,1 1982 30-39 6,8 11,3 43,2 19,7 18,9 100,0 33,3 2044 40 ou plus 3,7 8.3 43,6 20,9 23,4 100.0 35,0 564 Rang de naissance 2-3 8,6 13,5 43,5 18.4 16,0 100,0 32,2 1602 4-6 6,8 11,7 45,8 18,7 16,9 100,0 32,6 1848 7 ou plus 6,4 11.7 46.6 19,3 16,0 100,0 32,6 1231 Sexe de l'enfant pr(~cédent Masculin 6,7 12,4 44,1 19.7 17,1 100,0 32,9 2284 Féminin 7,9 12,2 46,3 17,9 15,7 100,0 31,9 2397 Survie de l'enfant prt~cédent Toujours vivant 4,8 11,5 47,0 19,4 17,1 100,0 33,0 4062 Décédé 23.6 17.4 33.4 14,1 11,5 100,0 27,2 619 Milieu de résidence Urbain 6.5 13.2 45.6 17.3 17,3 100,0 32,1 1536 Rural 7.7 11,9 45,1 19.4 15.9 100,0 32,6 3145 Grande r6glon Ouest 6,4 12,6 47,6 18,4 15.1 100.0 32,2 1494 Centre 7,3 11,8 44,6 18.6 17.7 100,0 32,9 1792 Sud 5,8 11,2 45,3 21,6 16.1 100.0 33,4 570 Nord-Est 10,2 13.7 42,4 17.6 16.1 100.0 31,0 825 Ethnle Wolof 6.8 12.9 44,8 18,5 17,1 100,0 32,5 1832 Poular 7,5 12,3 43,2 20.6 16,4 1130,0 32,9 1116 Serer 7.1 10,1 50.2 18.8 13.9 100,0 32,7 851 Mandingue 9,4 12.8 46.9 16.2 14.8 100,0 31,3 352 Diola 5,8 14,2 42.0 19.0 19.0 100.0 32,0 226 Autre 9.2 13,5 42.4 15.8 19.1 100,0 31,6 304 Niveau d'instruction Aucun 7.1 11,9 45,3 19,5 16.2 100,0 32,7 3895 Primaire 8,1 13,5 48.1 15,1 15,3 100,0 30,7 570 Secondaire ou plus 8,3 17.6 37,0 14,8 22,2 100,0 32,1 216 Ensemble 7,3 12,3 45,2 18,7 16,4 100,0 32,4 4681 Note : Les naissances de rang 1 sont exclues. L'intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois écoulés depuis la grossesse precédente qui a abouti h une naissance vivante. 3.6 AGE A LA PREMIERE MATERNITE La naissance du premier enfant marque l'entrée de la femme dans la vie féconde. Son ~ige à cet événement a une incidence importante sur sa parité, à travers notamment la durée totale d'exposition å la procréation (début du premier mariage à la fin de la vie féconde), surtout dans un pays ot~ la fécondit6 est encore essentiellement lægitime et le recours ',). la contraception moderne faible. 34 Le tableau 3.8 indique la répartition des femmes selon l'tige ti la premi~.re naissance et l'tige médian à la première naissance par ãge actuel. Cet indice qui se situe à 19,4 ans pour l'ensemble des femmes des 20 ~. 49 ans, ne présente pas de tendance nette selon l'tige. Toutefois, chez les femmes de moins de 35 ans, une augmentation sensible est observée: 18,8 ans à 30-34 ans, 19,3 ans 25-29 ans et 19,8 à 20-24 ans. Cette tendance se confirme par une baisse du pourcentage de femmes ayant eu leur première naissance vivante avant 15 ans parmi les femmes de moins de 25 ans; il en est de même des femmes de 20 à 29 ans devenues mères entre 15 et 19 ans. Tableau 3.8 Age å la première naissance Répartltåon (en %) des femmes par âge à la première naissance, et åge m~dian å la première naissance selon l'ãge actuel. EDS-II Sén6gai 1992/93 Age médian Femmes Age à la première naissance Effectif å la Age sans de premiére actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25 + Total femmes naissance 15-19 79,9 3.2 13.4 3.5 a a a 100.0 1426 b 20-24 32.9 6.3 27,5 17,9 11.3 4,3 a 100.0 1198 19.8 25-29 13,3 6.1 29,5 21,6 15.6 10,3 3,6 100.0 1042 19.3 30-34 5,8 6,7 34,0 20,4 14.4 12.1 6.7 100.0 883 18,8 35-39 3,4 5,7 28.5 22.2 18.6 12.0 9.6 100,0 801 19,3 40-44 2.9 5.4 30.9 17.5 19,5 13.6 10.2 100,0 589 19,5 45-49 2.4 6.7 28.8 18.1 16,2 14.3 13.5 100.0 371 19,6 aSans objet bNon applicable: moins de 50% de femmes ont eu un enfant Les tiges médians présentés dans le tableau 3.9 montrent des différences importantes selon certaines caractéristiques socio-économiques. Les femmes urbaines deviennent mères 1,4 ans plus tard que les femmes rurales (20,1 ans contre 18,7 ans). Mais l'instruction constitue le facteur le plus important: les femmes du niveau secondaire ou plus ont leur premier enfant 4 ans plus tard que celles qui n'ont jamais fréquenté l'école (23,0 ans contre 18,8), et presque 3 ans plus tard que celles du niveau primaire (20,2 ans). Comme on le constate, c'est surtout l'accès à l'enseignement secondaire ou supérieur qui détermine le recul de la fécondité précoce. C'est également dans cette catégorie de femmes que la hausse de l'åge est la plus nette: 21,2 ans b. 40-44 ans à 24,5 à 25-29 ans, tandis que 80 pour cent des 15-19 ans sont encore nullipares). On observe une tendance similaire parmi les femmes urbaines et celles résidant dans la région de l'Ouest mais à des tiges plus bas (moins de 35 ans). La fécondité précoce reste donc encore fréquente malgré une tendance à la régoession en particulier dans les catégories urbaines et instmites. 35 Tableau 3.9 Age médian ~ la première naissance par caractéfistiques socio-démographiques Age médian à la première naissance [femmes de 20(25)-49 ans] par åge actuel et par caractéristiques socio- démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Age actuel Age Age Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 20-49 25-49 Milieu de résidence Urbain a 20,8 19,6 19,9 20,3 20,0 a 20,1 Rural 18,5 18,5 18ç3 19,0 19,1 19,4 18,7 18.7 Grande région Ouest a 20,9 19.6 20.1 20,1 20,2 a 20,2 Centre 18,7 18,8 18.1 19.1 18,9 19,1 18,7 18,7 Sud 18,8 18,5 18,3 18,8 20,2 19,7 18,8 18.8 Nord-Est 18.7 18.4 19.3 18,4 19.1 18,5 18,7 18,7 Ethnle Wolof a 19,7 19,2 19,4 19,2 19,4 19,7 19,4 Poular 18,7 18,4 18.1 18,1 18.9 19.7 18,5 18,4 Serer 19.2 19,6 18,2 20,2 20,1 19,6 19,4 19,5 Mnïadingue a 18,8 19,0 19,3 19,4 20,5 19,3 19,1 Diola a 20,1 19,8 20,7 21,0 20.5 a 20.3 Autre 19,0 19.5 20.0 19.7 19.0 18,5 19,4 19,5 Niveau d'[nstructlon Aucun 18,7 18,7 18,2 19,0 19,2 19,4 18,8 18,8 Primaire a 20,5 20.2 19,7 20.1 22.5 a 20.2 Secondaire ou plus a 24,5 23,8 22,6 21,2 23,5 a 23,0 Ensemble 19,8 19,3 18.8 19,3 19,5 19,6 19,4 19,2 aNon applicable: moins de 50% de femmes ont eu un enfant 3.7 FERTILITE ET FECONDITE DES ADOLESCENTES Nous avons observé dans les paragraphes précédents que la fécondité est précoce et élevée, Dans l'ensemble, 50 pour cent des femmes ont eu leur premier enfant avant 20 ans. Cependant, malgré la tendance à la hausse observée dans l'åge à la première naissance et la baisse de la fécondité, la procréation parmi les femmes jeunes demeure un problême de santé publique pour les mères et leurs enfants. Les résultats présent6s ici portent seulement sur les femmes ågées de 15-19 ans au moment de l'enquête qui sont au nombre de 1 426 (Tableau 3.10). Parmi celles-ci, un peu moins d'une femme sur quatre (24 pour cent) ont déjà eu un enfant (20 pour cent) ou sont actuellement enceintes (4 pour cent). Ce pourcentage sous-estime probablement le niveau réel en raison de la sous-déclaration classique des grossesses, mais aussi du fait que certaines naissances issues de femmes célibataires ont pu être volontairement omises. Cette proportion augmente 36 Tableau 3.10 Fécondité des adolescentes Pourcentage des adolescentes de 15 à 19 ans ayant déjà eu un enfant ou étant enceinte d'un premier enfant par caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Adolescentes (%) qui sont: Adolescentes (%) ayant déjà Effectif Enceintes d'un commencé leur d'adoles- Caractéristique Mères premier enfant vie féconde centes Age 15 3,5 1,3 4.8 313 16 11,8 2,5 14,3 279 17 17,4 3,7 21,1 299 18 34,2 5,6 39,8 319 19 38,0 5,6 43.5 216 Milieu de résidence Urbain 11,8 1,4 13,2 653 Rural 27.2 5,6 32,7 773 Grande r~:~ginn Ouest 11,5 1,9 13,3 532 Centre 23,5 4,9 28,4 553 Sud 30,5 5,5 35,9 128 Nord-Est 26,8 3,8 30,5 213 Ethnle Wolof 17,0 3,3 20,3 659 Poular 24,9 3,6 28.6 329 Serer 18,5 4,6 23,1 195 Mandingue 26,7 2,9 29,5 105 Dinla 21,7 2,9 24,6 69 Autre 20,3 5,8 26,1 69 Niveau d'Instruction Aucun 26,9 5,2 32,1 860 Primaire 12,1 1,5 13,6 398 Secondaire ou plus 4,8 0,6 5,4 168 Ensemble 20,1 3,6 23,8 1426 rapidement avec l',q.ge (Graphique 3.5): de 5 pour cent à 15 ans, elle passe à 44 pour cent à 19 ans. Ce niveau global cache toutefois des disparités importantes. En effet, la fécondité précoce est plus répandue en milieu rural qu'en milieu urbain (33 pour cent de mères ou d'enceintes contre seulement 13 pour cent). Une situation identique est observée selon le niveau d'instruction. Alors que comme en milieu rural, un tiers des femmes qui n'ont jamais fréquenté l'école sont concemées, les femmes du niveau secondaire, plus longtemps retenues en dehors du circuit matrimonial, sont relativement épargnées (5 pour cent de mères et moins de 1 pour cent d'enceintes). Par ailleurs, parmi ces femmes jeunes, certaines sont exposées plus d'une fois à la matemité: près de 6 pour cent ont deux enfants ou plus (Tableau 3.11). Comme on le voit, l'exposition å la procréation est élevée parmi les femmes de 15-19 ans. Ce phénomène qui peut présenter des risques importants pour les mb.res et leurs enfants est malheureusement plus répandu dans les couches les plus al~favoris~es (rurales et non instruites) du fait de la plus grande précocité de leur nuptialité. 37 Graphique 3.5 Pourcentage d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde Pourcentage 50 40 30 20 10 0 L . , - - - i 15 16 17 18 19 Age (ann6e) Adolescente ~layant 2 enfants ou + r-layant I enfant lenceinte du ter enfant EDS-II S6n6gal 1992/93 Tableau 3.11 En fants nts de mères adolescentes Répartition (en %) des adolescentes ågées de 15 à 19 ans par nombre d'enfants n6s vivants, et nombre moyen d'enfants nés vivants selon l'åge, EDS-I[ Sénégal 1992/93 Nombre d'enfants nés vivants Nombre moyen d'enfants nés Effectif Age 0 1 2 + Total vivants d'adolescentes 15 96,5 3,2 0,3 1(30,0 0,04 313 16 88,2 11,8 0,0 100,0 0,12 279 17 82,6 14,4 3,0 100,0 0,21 299 18 65,8 24,5 9,7 1(30,0 0,45 319 19 62,0 20,4 17,6 100,0 0,59 216 Total 79,9 14,6 5,5 100,0 0,27 1426 38 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE Salif Ndiaye La contraception constitue un des facteurs essentiels de la baisse de la fécondité. Son impact sur la fécondité n'est cependant sensible qu'au delà d'un certain taux de prévalence. Jusqu'en 1978, la prévalence était faible. Les progrès enregistrés depuis lors sont certes importants, mais le niveau est encore bas, malgré des différences socio-économiques très significatives. Pourtant, dans un pays comme le Sénégal, oà l'expérience en matière de planification familiale est encore récente, le taux de prévalence ne devrait pas être considéré comme le seul indicateur de progrès. La connaissance des méthodes spécifiques et de leurs sources, la parité à la première utilisation, les sources d'approvisionnement, l'intention pour l'utilisation future de la contraception sont autant d'indicateurs précieux qui permettent d'apprécier les changements d'attitude vis-à- vis de la planification familiale. Par ailleurs, la connaissance des raisons de non-utilisation, des méthodes futures préférées, de l'opinion des femmes sur la diffusion d'information en matière de planification familiale (PF) a travers les média et des sources d'information sont importantes dans le cadre du recentrage ou de l'élaboration de programmes d'information d'éducation et de communication (IEC). Rappelons d'abord certaines définitions. Sont définies comme méthodes modernes de contraception la pilule, le DIU, l'injection, le Norplant, les méthodes vaginales (diaphragme, éponge, mousse, gelée, crème, comprimés effervescents), le préservatif, la stérilisation masculine et la stérilisation féminine. Les méthodes traditionnelles comprennent la continence périodique, le retrait, l'abstinence prolongée et les autres méthodes non classées modernes. Sont considérées comme connaissant une méthode contraceptive, les femmes ayant déclaré connai'tre une méthode de façon spontanée ou qui l'ont reconnue après description de l'enqu~trice. Dans les deux cas, aucune référence n'était faite à la qualité de la connaissance (mode d'utilisation ou d'action, présentation.). Enfin, on définit la prévalence contraceptive comme étant le pourcentage d'utilisatrices actuelles. 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION La connaissance de la contraception ainsi que des endroits où on peut se procurer des contraceptifs constitue une condition nécessaire à l'utilisation de ceux-ci. La connaissance de la contraception a été appréhendée de la même manière que dans les enquêtes précédentes (ESF et EDS-I). L'ensemble des méthodes sont list6es avec leur description dans le questionnaire. Il est d'abord demandé à l'enquEtée de citer toutes les méthodes qu'elle connaît. Celles qui sont mentionnées spontanément sont dites "connues de façon spontanée". Ensuite, les descriptions de toutes celles qui ne sont pas citées par l'enquetée lui sont lues. Les méthodes reconnues de cette manières sont dites "connues après description". Dans ce rapport, sont considérées comme connaissant une méthode contraceptive, les femmes qui ont déclar6 connaître, soit spontanément, soit après description. Dans le cas contraire, elles sont déclarées ignorer toute méthode contraceptive. Dans cette même section, on traitera également de la connaissance des sources où on peut se procurer chaque méthode connue. La plupart des femmes mari~es (75 pour cent) connaissent au moins une méthode contraceptive quelconque et 70 pour cent une méthode moderne (Tableau 4.1). Des méthodes modernes, la pilule est la plus connue (63 pour cent). Le degré de connaissance des autres m6thodes est très variable: stérilisation féminine: 49 pour cent, DIU: 43 pour cent, condom: 37 pour cent et injection: 34 pour cent. Par contre la stérilisation masculine, et le Norplant dont l'introduction est toute récente, demeurent peu connus (moins de 8 pour cent). La connaissance des méthodes modemes est peu variable des femmes mari~es à l'ensemble de toutes les 39 Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes Pourcentage de femmes et de femmes actuellement marié, es qui connaissent une méthode contraceptive spécifique et pourcentage de celles qui connaissent une source (pour informations ou services), par méthode spécifique. EDS-II S6négal 1992/93 Connaît une méthode Conna$t une source Toutes Femmes Toutes Femmes Méthode les actuellement les actuellement contraceptive femmes mar i~es femmes mariées Toutes m~.thodes 74,2 75,0 43,6 41,6 Méthodes modernes 70.6 70,3 42,7 40,8 Pilule 63,3 63,2 36.5 34,4 DIU 44,9 43,0 29,4 27.3 Injection 31,7 33,5 20,1 20,4 Norplant 7,9 7,7 5,8 5,7 Méthodes vaginales 13,7 12,1 10,0 8.4 Condom 42,5 36,9 26,1 21,7 Stérilisation féminine 47,6 48,7 29,4 29,0 Stérilisation masculine 5,2 4,9 3,4 3,0 Méthodes traditionnelles 47,6 49,6 17,1 14,9 Continence périodique 23,4 20,9 17,1 14,9 Retrait 15,3 15,4 0,0 0,0 Gris gris 33,9 37,9 0,0 0,0 Abstinence 2,2 2,6 0,0 0,0 Autre 0,8 0,8 0,0 0,0 Effectif 6310 4505 6310 4505 femmes. Cependant, le condom, méthode d'attente ou occasionnelle, facilement accessible (en vente libre m~me dans certains marches) est plus connu de l'ensemble des femmes, catégorie qui inclut les femmes les plus jeunes et les non mari~es. Par ailleurs, ce groupe a un niveau de connaissance des sources plus élevé. Malgré ce niveau relativement élevé de la connaissance des méthodes, beaucoup de femmes ne connaissent pas de sources auxquelles elles peuvent se les procurer (Graphique 4.1). Pour les méthodes modernes, c'est le cas de 57 pour cent de l'ensemble des femmes actuellement mari~es ou 84 pour cent de celles d'entre elles qui ont déclaré connaître une méthode contraceptive moderne. La pilule, la plus populaire des méthodes, est aussi celle dont la source est la plus connue (34 pour cent des femmes mari~es ou encore 54 pour cent de celles qui la connaissent). Elle est suivie de la stérilisation féminine (29 pour cent des femmes mari~es), du DIU (27 pour cent), du condom (22 pour cent) et de l'injection (20 pour cent). Les sources des autres méthodes modernes (Norplant, méthodes vaginales et stérilisation masculine) réunies sont connues de moins de 10 pour cent des femmes actuellement mari~es. La connaissance des méthodes ainsi que de leurs sources est pratiquement invariable des femmes actuellement mari~es à l'ensemble de toutes les femmes. Cependant, la situation est relativement plus favorable pour le condom et les méthodes vaginales parmi toutes les femmes (groupe qui inclut, en plus des mariées, les célibataires, les divorcées et les veuves). 40 Graphique 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives et de leur source par les femmes mariées de 15-49 ans Au moins une rnêthode Au moins 1 m6th. mod. Pilule St6rilisation fdminine DlU Condom injection Mdthodes vaginales =75 42 41 ~ 70 ~ 03 34 ~ 4e 27 37 22 Continence périodique ~ 0 20 40 Pourcentage 60 80 EDS-I[ S~n~gal 1992/93 Le degré de connaissance est très contrasté selon certaines caractéristiques socio-dconomiques (Tableau 4.2). Il est plus élevé parmi les femmes de 25 à 39 ans, c'est-à-dire celles qui sont en pleine p6riode de procréation; les urbaines et les instruites qui sont aussi les catégories parmi lesquelles on a relevé les changements les plus significatifs de la nuptialité et de la fécondité (premier mariage et première matemité plus tardifs). Par ailleurs, ces femmes sont celles qui connaissent le plus les sources d'approvisionnement en contracepti fs modemes. Par exem pie, en milieu rural et parmi les non scolaris6es, la m ajorité (respectivement 72 et 67 pour cent) ignorent toute source alors que la quasi-totalité des femmes de niveau secondaire ou plus en connaissent au moins une. La connaissance des méthodes modernes ne s'est améliorée que très peu entre 1986 et 1992/93 (68 pour cent à 70 pour cent). Les progrès les plus sensibles ont ~tE enregistrés au niveau de la pilule, du DIU et du condom (Graphique 4.2). Ils ont 6td dgalement indgaux selon les groupes socio-économiques: les progrès les plus importants sont observés dans les catégories les plus défavorisées (milieu rural, r6gion du Nord-Est et les moins scolarisées). Par contre, les variations du degré de connaissance sont d'intensité et de sens très variables selon le groupe ethnique. Il s'est amélioré chez les Poular et dans le groupe "Autre" tandis que parmi les Diola c'est le ph6nomène inverse. En fin, I'EDS-II, en collectant aussi des informations auprès des hommes, a permis de disposer d'indications importantes pour promouvoir la planification familiale. Il s'agit des connaissances et attitudes du couple, c'est-à-dire de la femme et de son conjoint. Pr6sentement, on se limitera à la connaissance de la contraception. On a pu å cet effet, reconstituer 802 couples pour lesquels on a couplé les informations enregistrées sur la femme et sur son mari. Il ressort des résultats (voir Chapitre 11, Tableau I 1.7) que 57 pour cent des couples connaissent au moins une méthode moderne. En outre, on observe que dans les couples, les maris sont plus inform6s que les 6pouses. Ceci est particulièrement vrai pour le condom et la stérilisation masculine. Il en est de même pour certaines m6thodes traditionnelles telles que la continence périodique et 41 Tableau 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives modernes et des sources des méthodes par earact&istiques socio-démographiques Pourcentage de femmes actuellement moxiées connaissant au moins une méthode moderne et pourcentage de celles connaisant une source (pour informations ou services), par caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Caractéristique Connait Connait une Connaît une source pour Effectif une méthode méthode de méthode moderne I moderne femmes Groupe d'åges 15-19 62.4 59,5 24,5 444 20-24 73,2 68,9 36,9 775 25-29 79,4 75,4 43,9 865 30-34 77,4 73,0 48,5 792 35-39 78,2 73,7 45,7 733 40-44 74,9 68,8 39,7 554 45-49 72,2 63,5 36,3 342 Milieu de rfisldence Urbain 89,9 88,4 67,5 1452 Rural 67,9 61,6 28,1 3053 Grande r6glon Ouest 88,5 86,6 61,4 1380 Centre 73,0 69,1 35,7 1771 Sud 70,7 59,4 31,3 540 Nord-Est 59,5 52,3 23,1 814 Ethnle Wolof 81,6 78.5 48.8 1831 Poular 66,6 59,0 29,2 1134 Serer 73,0 69,1 38,3 715 Mandingue 69,2 63,3 35,2 338 Diola 81,1 79,5 53,0 185 Autre 73,8 67,5 40,7 302 Niveau d'Instruction Aucun 71,0 65,5 32,7 3776 Primaire 94,3 93,7 76,9 507 Secondaire ou plus 98.6 98.6 95,9 222 Ensemble 75,0 70,3 40,8 4505 1C'est-à-dire: pilule. DIU, injection, méthodes vaginales (spermicides, diaphragmes.), condom, Norplant et stérilisatiom féminine et masculine. 42 Graphique 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives entre 1986 et 1992/93 par les femmes mari~es de 15-49 ans AU moins 1 méth. mod. Pilule Stddlisation féminine c.n:m~~~, Injection ~ a4 Methodes vaginales,~~ 12 0 10 20 30 40 50 Pourcentage _ _ 63 56 z***===**~=.~ ~ 4g ~ 4 3 60 70 80 EDS-II Sénégal 1992/93 le retrait. Il faut enfin signaler, que c'est dans seulement 7 pour cent des couples, que les deux conjoints ignorent toute méthode contraceptive. 4.2 UT IL ISAT ION PASSEE DE LA CONTRACEPT ION L'utilisation passée de la contraception concerne aussi bien les femmes qui utilisent actuellement une méthode que celles qui n'utilisent actuellement aucune méthode mais l'ont fait dans le passé. Les pourcentages de femmes ayant utilisé une méthode contraceptive dans le passé sont présentés dans le tableau 4.3. Dans l'ensemble, environ 17 pour cent des femmes actuellement mari~es ont utilise la contraception et 11 pour cent ont recouru à une méthode moderne. Comme pour la connaissance, ce sont surtout les femmes de 25 à 39 ans, celles qui sont les plus inform6es, qui ont le plus utilisé la contraception (pour les méthodes modemes, entre 13 et 15 pour cent avec le maximum à 30-34 ans). Par contre, bien que les femmes de 15-19 ans aient un niveau de connaissance relativement élevé, elles n'ont pratiquement jamais eu recours à la contraception moderne (environ I pour cent). En effet, la plupart de celles-ci sont, soit sexuellement inactives (voir Chapitre 5), soit, si elles sont mari~es, plutét impatientes d'avoir un enfant. Les principales mæthodes utilis6es sont la pilule (7 pour cent), le DIU (3 pour cent), le condom (3 pour cent) et les méthodes vaginales (1 pour cent). Malgré ces bas niveaux, des différences probablement li6es à la posologie des méthodes sont observées: la pilule et le DIU concernent des femmes adultes, mais les adeptes du DIU semblent plus agées que celles de la pilule. Le niveau d'utilisation passée des méthodes traditionnelles est proche de celui des méthodes modemes (10 pour cent). La continence périodique et le gris-gris, méthodes les plus utilisées, concernent respectivement 3 pour cent et 4 pour cent. 43 Tableau 4.3 Utilisation de la contraception à un moment quelconque Pourcentage de femmes et de femmes actuellement mariées ayant déjà utilisé une méthode contraceptive, par méthode spécifique, selon lãge, EDS-1I Sénégal 1992/93 Caractéristiques N'ira- M6thodes modernes N'ira- M6thodes traditionnelles N'ira- porte porte porte quelle Méth. quelle Contin. Effectif quelle rntg.hode Pli- lnjee- vagi- Con- St~ril. mêthode l~ric- Gris Absti- des méthode modeme uie DIU tion I nales dom fémin, tradit, dique Retrait gris nence Autres femme= TOUTES LES FEMMI~ 15-19 3,0 1,4 0.2 0,1 0.0 0,0 1,2 0.0 1,9 0,7 0,2 0.6 0.6 0.0 1426 20-24 13.4 8,4 4,3 0,7 0,O 0,7 4,5 0.0 7,7 3,5 1,3 1,6 1,9 0,2 1198 25-29 22,0 15,3 10,0 2,6 0,7 1,8 6,8 0,1 13,3 6,1 2,3 5,3 1.4 0.1 1042 30-34 22,2 15,6 10,4 4.8 1,1 1,4 5,0 0,0 12,6 4,9 2,2 5,4 2,0 0,1 883 35-39 22.5 16.1 9.9 6,7 1,1 1,5 3,9 1,0 11,7 3.6 1.4 6.0 2,1 0,1 801 40-44 18.8 11.7 7.1 5,1 1,4 1,7 2.2 1.7 10.5 2.5 0.5 6,1 2,2 0,0 589 45-49 13.7 7.5 4.3 3,2 1,6 1,3 0.0 1.1 8.9 1.6 1.3 4,6 2,2 0,3 371 Tous åges 15.4 10.2 6.1 2.8 0.6 1.0 3.6 0,3 8,8 3,3 1.3 3.7 1.6 0.1 6310 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 4,3 0,9 0,2 0,0 0.0 0.0 0.7 0.0 3.6 0,7 0,5 0,9 1,8 0,0 444 20-24 12,8 6,7 4,3 0,5 0,0 0.5 2.3 0.0 8.1 2,7 1,2 1,8 2,S 0,3 775 25-29 20,5 13,2 9.4 2.1 0.7 1.5 5.4 0.1 12.5 5.2 1,8 5,1 1,7 0,1 865 30-34 21.3 14.8 10,0 4,9 1,3 1,3 4,4 0,0 11.6 3.7 2,3 5,3 2,3 0,1 792 35-39 20,6 14.2 8.7 6.4 0.9 1.4 2.6 1.0 10,8 2,9 1,2 5,3 2.3 0.1 733 4044 18.1 11.0 6,7 4,7 1,1 1.3 1.8 1.6 9.9 2.3 0,4 5,8 2,2 0,0 554 45-49 12.9 7.0 3.5 3,5 1,5 1,5 0.0 1.2 8.2 1.2 1.2 4,1 2,3 0,3 342 Tous a8es I6,8 10,6 6,8 3,2 0,7 1,1 2.9 0,4 9,8 3,0 1,3 4,2 2,2 0,1 4505 1Le Norplant et les injections sont con fondus. L'utilisation à un moment quelconque a beaucoup progressé dans la période de 1986 à 1992/93. Le pourcentage d'utilisatrices de méthodes modernes est passé de 5,7 pour cent à 10,6 pour cent, soit une augmentation de 96 pour cent. Comme pour la connaissance, c'est encore la pilule, le DIU et le condom pour lesquels les progrès ont ét~ les plus importants. Enfin, le recours b. la contraception a augmente plus rapidement parmi les femmes de 20 à 35 ans, le maximum étant observé à 25-29 ans (144 pour cent). Par contre, chez les femmes de 15-19 ans, le niveau a régressé de 60 pour cent. Ceci s'explique probablement par deux phénomènes antagonistes (comparer les femmes actuellement mari~es et toutes les femmes): augmentation du recours à la contraception parmi les non mariée s et forte diminution parmi les mari~es. Du fait du recul de l'åge au premier mariage et de la faible prévalence parmi les nullipares, il est logique que les femmes de 15-19 ans qui, en moyenne, ont une durée de mariage plus courte et donc, comptent plus de nullipares dans I'EDS-II, aient eu à recourir moins aux contraceptifs. 4.3 UT IL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPT ION L'utilisation actuelle de la contraception se réfère aux femmes qui, au moment de l'enquEte, utilisent une méthode. Le pourcentage d'utilisatrices actuelles est le taux de prévalence contraceptive. Les résultats sont indiqués dans le tableau 4.4. La prévalence contraceptive demeure encore faible: moins de huit femmes mari~es sur 100 (7,4 pour cent) utilisent actuellement une méthode quelconque et seulement cinq femmes sur 100 (4,8 pour cent) utilisent une méthode moderne. La pilule et le DIU sont les principales méthodes utilisées 44 Tableau 4.4 Utilisation actuelle de la contraception Réparation (en %) des femmes et des femmes actuellement mariées par méthode contraceptive actuellement utilisée, selon l 'åge, EDS-I /Sénégal 1992/93 Mdthodes modernes N'im. N'ira- porte porte quelle M6th. Groupe quelle m 61hode Pli- lnjec- vagi- d'gges m~lhode moderne uie DIn tion t hales M~thodes traditionnelles N'ira- N'uti- porte lise quelle Contin. pas Effectif Con- St~ril. m~aod© l~rio - Gris Absd- actuel- de don fémirL tradlt, dique Retrait gris nencc Autres lement Total femmes TOUTES LES FEMMES 15-19 1,7 0,7 0,I 0,0 0,0 0,0 0,6 0,0 1.0 0,4 0,0 0,2 0,4 0,0 98,3 100,0 1426 20-24 5.8 3.4 1.8 0.6 0.0 0,2 0,9 0,0 2,4 1,2 0,1 0,5 0.6 0,1 94,2 100.0 1198 25-29 9.3 5.7 3.5 1.0 0,3 0,0 0,9 0,1 3.6 1,5 0,1 1,3 0.6 0,1 90,7 1120.0 1042 30-34 10.0 6,7 3,9 1,7 0,1 0.0 1.0 0.0 3,3 0,9 0,1 1.4 0,8 0,l 90.0 loe.0 883 35-39 10,4 7.4 2.2 3.1 0.2 0,2 0,5 1,0 3,0 0.7 0,1 1,5 0,6 0.0 89,6 100,0 801 40-44 10.5 7.8 2.4 2.5 0.5 0,2 0,5 1,7 2,7 0.7 0,2 1,7 0.2 0.0 89,5 loe,0 589 45-49 5,7 3,2 0,5 1.1 0.5 0.3 0.0 0,8 2,4 l,l 0.3 1,1 0,0 0.0 94.3 100,0 371 Tous 8ges 7,1 4,5 2,0 1,2 0,1 0,1 0.7 0.3 2,5 0,9 0,1 1.0 0.5 0,0 92,9 t00.0 6310 FEMMES Ac*rUELLEMENT EN UNION 15-19 2,0 0.5 0.2 0.0 0,0 0.0 0.2 0.0 1,6 0,2 0,0 0.0 1,4 0,0 98,0 loe.O 444 20-24 4.8 2.2 1,4 0,4 0,0 0,1 0,3 0.0 2.6 1,2 0,1 0,3 0.9 O.I 95,2 100,0 775 25-29 8.3 4,9 3.2 0.6 0,2 0,0 0,7 0,1 3.5 1.3 0,1 1,3 0,7 0.1 91,7 100,0 865 30-34 9.0 6.3 3.7 1.8 0,1 0,0 0,8 0.0 2,7 0.4 0,1 I,I 0,9 0.1 91.0 100,0 792 35-39 9,5 7,0 2,0 3.1 0,2 0,3 0.3 1,0 2,6 0,7 0,1 1,1 0.7 0.0 90.5 11~0,0 733 40-44 9.9 7.2 2.2 2.7 0.4 0,0 0,4 1,6 2,7 0.5 0,2 1,8 0,2 0,0 90.1 100,0 554 45-49 5.8 3.5 0.6 1.2 0.6 0.3 0.0 0.9 2,3 0,9 0,3 1.2 0.0 0,0 94,2 100.0 342 Tous gges 7,4 4,8 2,2 1,4 0,2 0.1 0,4 0.4 2,7 0,g 0,1 1,0 0.7 0,I 92,6 1130.0 4505 1Le Norplant et les injections sont con fondus. (respectivement 2,2 et 1,4 pour cent). Pour toutes les autres méthodes modernes, la prévalence est inférieure à 0,5 pour cent. Les méthodes traditionnelles, sont elles aussi, très faiblement utilisées (taux maximum de 1 pour cent pour le gris-gris et la continence périodique). Les taux de prévalence varient sensiblement avec l'åge. Les valeurs les plus importantes sont observées aux åges adultes (plus de 25 ans). Comme pour l'utilisation à un moment quelconque, les utilisatrices de pilule sont sensiblement plus jeunes que celles qui ont recours au DIU. Globalement, les taux de prévalence sont à peine plus élevés parmi les femmes mari6es que l'ensemble de toutes les femmes, ce qui implique des comportements pratiquement identiques des femmes mariées et celles qui ne le sont pas. Ce taux de prévalence globalement faible cache des disparités importantes. En effet, l'utilisation de la contraception, même traditionnelle, est essentiellement le fait des femmes urbaines et des instruites (Tableau 4.5). Le taux de prévalence des méthodes modernes passe de 1,4 pour cent chez les rurales à 11,8 pour cent chez les urbaines. De même, il augmente rapidement avec le niveau d'instruction: 2,2 pour cent chez les femmes non scolarisées, 12,8 pour cent chez celles du niveau primaire, et 29,3 pour cent chez les femmes du niveau secondaire ou plus. La prévalence est très faible, voire insignifiante en milieu rural et parmi les non scolarisées. Les taux élevés observés dans la région de l'Ouest (10,1 pour cent) s'explique notamment par les plus forts degrés d'urbanisation et de scolarisation de cette rdgion. Par ailleurs, les ethnies 45 Tableau 4.5 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques Répartition (en %) des femmes actuellement marlées, par méthode contraceptive actuellement utilisée, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 M~thodes modernes M~thodes traditionnelles N'im- N'im- N'uti- N'ira- porte ix~te lis~ porte quelle M6th. quelle Contin. pas Effectif Groupe quelle méthode Pil- Injec- vagl- Con- St~ril. m&hode p6rio- Gris Absti- actuel- de d'lges mO, hode moderne uie DIU tion t nales dom f~min, tradit, dique Retrait gris nertce Autres lement Total femme M0teu de r~sldence Urbain 16,1 11,8 5,7 3,5 0,4 0,2 1,1 0,8 d,3 1,9 0,4 1,6 0.3 0,1 83,9 100,0 1452 Rural 3,3 1,4 0,5 0.4 0,1 0,0 0,1 0,3 1,9 0.2 0,0 0,7 0.9 0,1 96,7 IG0,0 3053 Grande r~ginn O~est 14,4 10,1 4,6 3,3 0,5 0,1 0,7 0,8 4,3 1,7 0,4 2,0 0,t 0,1 85,6 IGO,0 1380 Centre 3,4 2,3 1,2 0,5 0,0 0,1 0,3 0,2 1'2 0.5 0,0 0,6 0,1 0,0 96,6 100,0 1771 Sud 5,4 1,7 0,6 0,4 0,2 0,0 0,0 0,6 3,7 0,4 0,0 0,7 2,2 0,4 94,6 160,0 540 Nord-Est 5,5 3,2 1,1 1,0 0,1 0.1 0,5 0,d 2,3 0,1 0,0 0,1 2,1 0,0 94,5 100,0 814 Ethnle Wolof 7,6 5,4 2,8 1,6 0,3 0,1 0,3 0,3 2,2 0,6 0,2 1,3 0.2 0,1 92,4 1 C¢),0 1831 Poul~tr 6,3 3,1 1"2 0,8 0,4 0,0 0,4 0,4 3,3 0,8 0,1 0,4 1,9 0,1 93,7 100,0 1134 Ser« 5.7 3,8 2,1 1,0 0,0 0,0 0,4 0,3 2,0 0,7 0,0 1,3 0,0 0,0 94,3 100,0 715 Mandingue 7.1 4,4 1,2 0,9 0,0 0,6 0,9 0,6 2,7 0.6 0,3 0,3 1,2 0,3 92,9 100,0 338 Diola 10,8 5.4 1,1 I,I 0,0 0,0 1,1 2,2 8,4 2.7 0,5 1,6 0,5 0,0 89,2 100,0 185 Autre 12,6 9,6 3,6 4,6 0,0 0,0 0,7 0,7 3,0 1,0 0,0 1,0 1,0 0,0 87,4 IC¢),0 31~2 Niveau d'Instruction Aucun d,I 2'2 0,9 0,7 0,1 0,1 0,1 0,3 1,9 0,2 0,1 0,7 0,8 0,1 95,9 100,0 3776 Primaire 19,1 12,8 7,7 3,0 0,6 0,0 0,8 0,8 6,3 3,4 0,4 2,4 0"2 0,0 80,9 100,0 507 Soeondaire ou plus 36.5 29,3 10,8 9.9 1,0 0.9 4,5 2,3 7,2 4,5 0,5 1,8 0,5 0,0 63,5 100,0 222 Ne, d'enf, vivants 0 1,5 1,1 0,6 0,2 0,0 0,0 0,2 0,0 0,4 0,4 0,0 0,0 0,0 0,0 98,5 100,0 476 1 3,7 2,6 2"2 0,2 0,0 0,2 0,2 0,0 1,1 0.5 0,0 0,0 0,6 0,0 96,3 100,0 644 2 7,3 3,5 1.8 0,6 0,4 0,0 0,6 0,2 3,8 1,4 0,3 0,8 1,2 0,2 92,7 100.0 657 3 7,1 4,6 2,5 1,5 0,0 0,0 0,5 0,2 2,5 0,9 0,2 0,6 0,8 0,0 92,9 100,0 648 4ouplus 10,0 6,7 2,5 2,3 0,3 0,1 0.5 0,9 3,4 0,7 0,1 1,7 0,7 0,1 90,0 100,0 2080 Total 7,d 4,8 2,2 1,4 0,2 0,1 0,4 0,4 2,7 0,8 0,1 1,0 0,7 0,1 92,6 100,0 4505 ILe Norplant et les injections sont cortfondus. Diola et Wolof sont plus nombreuses à recourir aux méthodes modemes alors que pour les méthodes traditionnelles, les Diola et les Poular arrivent en tête. Enfin, un résultat important à souligner est la corr61ation nettement positive entre la pr6valence contraceptive et le nombre d'enfants vivants. Ceci traduit en effet, une certaine volonté à espacer ou ~t limiter le nombre de ses enfants à mesure que celui-ci augmente. Ce résultat est confirmé par te tableau 4.6 qui montre bien que les nullipares ont rarement recours à la contraception et met en évidence deux périodes privil6giées pour le premier recours à la contraception: celles qui ont un seul enfant vivant (surtout chez les femmes de 20 à 34 ans) et celles qui en ont au moins 4 enfants (surtout parmi les femmes de plus de 35 ans). Par contre, les femmes n'ayant que trois enfants vivants choisissent rarement ce moment pour utiliser la contraception. Attendent-elles d'avoir un quatrième enfant et pourquoi ? 46 Tableau 4.6 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception R~partition en (%) des femmes non-célibataires par nombre d'enfants vivants lors de la première utilisation de la contraception, selon lãge actuel, EDS-II Sénégal 1992/93 Jamais Nombre d'enfants ì la première utilisé utilisation de la contraception Effectif Age la con~a- Non de actuel ception 0 1 2 3 4 + déclaré Total femmes 15-19 95,0 1,4 3,1 0,2 0,2 0,0 0,0 100,0 421 20-24 86,5 1,7 8,4 2,0 1,0 0,2 0,2 100,0 813 25-29 77,9 1,2 9,7 5,1 2,5 3,4 0,2 100,0 918 30-34 78,3 1,2 5,1 4,7 4.0 6,7 0,0 100,0 835 35-39 78,3 0,5 4,6 3,3 2,5 10.6 0,l 100,0 789 40-44 81,1 0,2 3,6 1,7 2,4 l l , l 0,0 100,O 588 45-49 86,1 0,0 3,8 1,4 0,8 7,9 0,0 100,0 368 Ensemble 82,1 1,0 6,0 3,0 2,2 5,6 0,1 100,0 4732 Malgré cette faible prévalence, des progrès importants ont été enregistres au cours des demièoes années, notamment parmi les femmes mari~es. En effet, le taux de prévalence des mdthodes modernes qui était de 0,6 pour cent seulement en 1978 selon les résultats de I'ESF, a doublé parmi les femmes mariEes (passant de 2,4 à 4,8 pour cent) entre I'EDS-I et I'EDS-II (Graphique 4.3). Par méthode spécifique, les résultats mis en évidence dans les paragraphes précédents se retrouvent: dans l'ordre décroissant, le condom, le DIU et la pilule sont les contraceptifs dont l'utilisation a connu le plus grand essor (tableau non montre ici). Le condom est la méthode qui a le plus progresse surtout parmi les femmes non mariEes. Il est possible que les qualités prEventives du condom contre les MST et surtout le SIDA ait contribué à cette évolution. Il faut Graphique 4.3 Utilisation actuelle des méthodes contraceptives par les femmes mariées Pourcentage ESF 1978 EDS-I 1986 EDS-I[ 1992/93 EOS-II Sdndgal 1992/93 47 enfin signaler que ces progrès concernent tous les figes, mais à des degres variables. Les femmes de 35-39 ans et surtout celles de 40-44 ans semblent beaucoup plus que par le passé, s'intéresser à la contraception. Même si ceci est encourageant, il faut noter que le chemin à parcourir reste encore long; en effet, ces femmes ont déjà eu au moins 6 enfants en moyenne et plus de 50 pour cent d'entre elles en ont au moins 7 (Tableau 3.6). Par ailleurs, parmi les femmes rurales, celles résidant dans les régions du Nord-Est et du Centre, et parmi les Poular et les femmes les moins instruites, le recours b. la contraception demeure toujours exceptionnel. 4.4 CONNAISSANCE DE LA PERIODE DE FERT IL ITE La connaissance de la période de fertilité au cours du cycle menstruel est une condition nécessaire å l'utilisation efficace de certaines méthodes contracep- tives, la continence périodique en particulier. Les réponses à la question posée sont celles qui sont indiquées dans le tableau 4.7. Pour une femme à cycle régulier, la ponte ovulaire ayant essentiellement lieu au cours de la semaine médiane (1 lè au 19è jour après le début des règles), il est logique de penser que les femmes qui ont déclaré "milieu du cycle" ont une connaissance satisfaisante de cette période. Par contre, celles qui ont déclaré "pendant les règles", "n'importe quand" ou "ne sait pas" ne sont pas capables d'identifier cette période. La connaissance de la période d'ovulation par le groupe intermédiaire ("avant ou après les règles") reste, quant à elle, douteuse. Selon ce tableau, la période de fertilité est très mal connue (10 pour cent de l'ensemble des femmes). La grande majorité des femmes (73 pour cent) ne sont pas en mesure de localiser cette période. Par contre, parmi les femmes qui ont utilisé la continence Tableau 4.7 Connaissance de la période féconde RéparUtion (en %) de mutes les femmes et de celles ayant déjà pratiqué la continence l~riodique selon leur connaissance de la période féconde au cours du cycle menstruel, EDS-II Sénégal 1992/93 Femmes ayant Connaissance Toutes déjà utilisé de la période les la continence f~conde femmes périodique Connaissance Au milieu du cycle 9,9 63,2 Connaissance douteuse Juste après les règles 15,4 25,4 Juste avant les règles 1,0 2,4 Ne connalt pas Pendant les règles 0,5 0,5 A n'importe quel moment 22,9 2.9 Ne sait pas 50,0 5.7 Total 100,0 100,0 Effectif de femmes 6310 209 périodique, la plupart d'entra elles (63 pour cent) situent bien la période à haut risque, et celles d'entre elles qui ignorent cette période sont en nombre relativement faible (moins de 10 pour cent). Par rapport à I'EDS-I, pour l'ensemble des femmes, même si le pourcentage de femmes ayant fourni une réponse correcte n'a pas bougé, la proportion ignorant cette période est plus élevée. Par contre, parmi les femmes ayant utilise la méthode, la situation s'cst beaucoup améliorée entre les deux enquêtes: le niveau de connaissance est passé de 37 å 63 pour cent. 4.5 SOURCES D 'APPROVIS IONNEMENT DES CONTRACEPT IFS L'EDS-II a saisi des informations sur la source de provenance de la méthode actuellement utilisée. Le tableau 4.8 montre que les méthodcs contraceptives modernes proviennent majoritairement du secteur public (59 pour cent), en particulier des centres de planification familiale (26 pour cent) et des hepitaux et autres services de santé (33 pour cent). Le secteur privé n'intervient de façon déterminante que pour le condom (33 pour cent), la pilule (32 pour cent) et le DIU (30 pour cent). Même si les résultats observés semblent vraisemblables, la faiblesse des effectifs ne permet pas d'aller loin dans les conclusions. 48 Tableau 4.8 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de méthodes contraceptives modernes par source d'approvisionnement ou d informations la plus récente, selon les méthodes spécifiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Source d'approvisionnement Pilule DIU Condom Total Secteur public 63,5 68,4 (24,4) 59.1 H6pitai 8,7 17,1 (8,9) 15,7 Autres centres de santé 19,8 25,0 (6,7) 17,5 Centres de PF 34,9 26,3 (8,9) 25,9 Secteur médical privé 31,7 30,3 (33,3) 31,1 Clinique 9,5 25,0 (8,9) 14,7 Pharmacie 16,7 0,0 (24,4) I1,9 Médecin 5.6 5,3 (0,0) 4,5 Autre prive 2,4 0,0 (26,7) 5,2 Parents/Amis 2,4 0,0 (26,7) 5,2 Autre 2,4 1,3 (0,0) 1,4 Non déclaré 0,0 0,0 (15,6) 3,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 126 76 45 286 Note: Les don~es relatives aux injections (8 cas), aux méthodes vaginales (6 cas), au Norplant (3 cas), et à la stérilisation féminine (22 cas) ne figurent pas séparément dans ce tableau, vu la faiblesse de leur effectif. ( )Basé sur moins de 50 cas Le tableau 4.9 fournit par ailleurs des informations sur le temps nécessaire aux femmes utilisatrices pour se rendre au lieu d'approvisionnement en produits contraceptifs. Au niveau national, une femme sur quatre (24 pour cent) met moins de 15 minutes pour aller se procurer la méthode qu'elle utilise, et pour un tiers des utilisatrices, le temps nécessaire se situe entre 15 minutes et une heure. Enfin, plus d'une femme sur quatre (27 pour cent) met plus d'une heure pour atteindre la source d'approvisionnement, et le temps médian se situe à 31 minutes. Par milieu de résidence, on constate que les femmes du milieu rural mettent deux fois Tableau 4.9 Temps nécessaire pour atteindre la source d'approvisionnement en contraceptifs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de méthodes contraceptives modernes, des non-utilisatrices de méthodes modernes, et des femmes non-célibataires connaissant une méthode, par temps nécessaire pour atteindre la source d'approvisionnement, selon le milieu de résidence, EDS-II Sénégal 1992/93 Temps pour Utilisatrices actuelles Non-utilisatrices Femmes connaissant atteindre la de méthodes modernes des méthodes modernes une méthode SOLffce (en minutes) Urbain Rural Total Urbain Rural Total Urbain Rural Total 0-14 22.7 30,6 24,1 12,1 4,0 7,2 14,4 6,6 10,4 15-29 20.3 4,1 17,5 13,9 1,5 6,4 16,2 2,1 9,0 30-59 16,9 6,1 15,0 12,0 2,2 6,1 13,9 3,4 8,5 60 ou + 22,8 44.9 26,6 10,3 10,1 10,2 13,0 15.5 14,3 Ne cormalt pas temps 10,5 10,2 10,5 8,8 6,3 7,3 10,0 9.7 9,8 Ne cormalt pas source 0,0 0,0 0,0 40,5 75,2 61,4 29,5 61.6 45,8 Non déclaré 6,8 4,1 6,3 2,3 0,7 1,3 3,0 1,1 2,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100.0 Effectif de fenunes 237 49 286 2398 3626 6024 2308 2377 4685 Temps médian 30,2 60,5 30,5 25,2 60,7 30,5 25,6 60,7 30,5 49 plus de temps (61 minutes) que celles du milieu urbain (30 minutes). Pour les femmes non-utilisatrices des méthodes modernes, et pour celles connaissant au moins une méthode moderne, le temps médian pour atteindre le lieu d'approvisionnement est pratiquement le même (31 minutes) que le temps médian pour les utilisatrices. 4.6 UTILISATION FUTURE DE LA CONTRACEPTION Aux femmes qui au moment de l'enquête n'utilisaient aucune méthode contraceptive, il a été posé la question concernant leur intention d'utiliser la contraception dans l'avenir. Le tableau 4.10 indique la répartition des femmes marides selon leur intention et le nombre d'enfants actueUement en vie. Les femmes sont réparties en deux catégories: celles n'ayant jamais utilisd et celles ayant utilisd dans le passd mais ne le font pas actuellement. Tableau 4.10 Utilisation future de la contraception Répartition (en %) des femmes actuellement mari~es n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive, par intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, selon le nombre d'enfants vivants et selon l'expérience passée en matière de contraception. EDS-II Sénégal 1992/93 Intention d'utiliser dans le futur Nombre d'enfants vivants I 0 1 2 3 4 + Ensemble N'a jamais utlllsé la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 3.1 9.7 Intention d'utiliser plus tard 8,0 7.6 N'est pas sùre quand 2,6 3.6 N'a pas sure d'utiliser 14.5 12.0 N'a pas l'intention d'utiliser 69.2 60,4 Non déclar6 0.3 0.2 A d6Jå utllls6 la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 0.3 2,4 lntcntion d'utiliser plus tard 0,5 1,1 N'est pas sure quand 0.0 0.8 N'est pas sure d'utiliser 0,3 0,5 N'a pas l'intention d'utiliser 1.3 1.8 Non déclaré 0.0 0.0 Total 100,0 100.0 Toutes les femmes actuellement mari~es et non-utilisatrices Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 3.4 12.1 Intention d'utiliser plus tard 8.5 8.7 N'est pas sure quand 2,6 4,4 N'est pas sure d'utiliser 14,8 12,4 N'a pas l'intention d'utiliser 70.5 62,2 Non déclaré 0.3 0.2 Total 100.0 100.0 Effectif de femmes 386 619 11,6 15.7 16.0 13.2 6.2 3.8 3.9 5.2 2,7 2.3 2.4 2.6 10.5 8.2 6.7 9.0 57.9 ~.0 57.9 59.6 0.3 0,0 0.3 0.2 !1.7 5.4 7.1 5.0 1,7 0.5 1.3 1.2 1.8 1.0 0.7 0.9 0.2 1.0 0.6 0.6 3.5 1,8 2.9 2.5 0,0 0.2 0,1 0.0 100,0 100.0 100,0 100,0 15,3 21.1 ~.1 18,2 7,8 4,3 5,2 6.3 4,5 3.3 3,2 3.5 10.6 9.2 7.3 9.5 61.4 61.9 60.9 62.2 0.3 0,2 0.3 0,3 100.0 100.0 100,0 100,0 601 598 1967 4171 Iy compris la grossesse actuelle. 50 Ce tableau et le graphique 4.4 montrent que même si la majorité des femmes (62 pour cent) n'ont pas l'intention de recourir à des moyens de contraception, la demande potentielle est néanmoins importante. En effet, près d'une femme sur quatre a déclar6 avoir l'intention d'utiliser une méthode contraceptive dans les 12 prochains mois (18 pour cent) ou plus tard (6 pour cent). Il faut également souligner que parmi les demandeuses potentielles, celles qui pourraient avoir un besoin urgent (12 prochains mois) représentent la majorité (74 pour cent). La parité apparaît comme un facteur important dans l'intention d'utiliser la contraception. D'abord, c'est parmi les nullipares qu'on enregistre les pourcentages les plus faibles de femmes qui souhaitent recourir à la contraception et corrélativement les plus forts pourcentages de femmes qui ne le souhaitent pas. Ensuite, le pourcentage de femmes ayant l'intention de recourir à la contraception augmente de façon très nette avec le nombre d'enfants vivants (de 21 pour cent å un enfant, il passe à 28 pour cent à 4 enfants ou plus) pendant que le pourcentage des femmes encore indécises sur leur intention sur l'avenir baisse avec la parité. Enfin, les deux catégories de femmes se distinguent par un fait majeur. La plupart des femmes ayant al~jà expérimenté la contraception sont plus dispos~es à le refaire (61 pour cent ont l'intention d'y recourir à nouveau). Inversement, les femmes n'ayant jamais utilisé la contraception, et elles sont de loin les plus nombreuses, dans la plupart des cas (66 pour cent) ne souhaitent pas utiliser une méthode contraceptive dans l'avenir. Graphique 4.4 Intention d'utiliser la contraception par les femmes actuellement en union et non-utilisatrices Ne sait pas si elle utilisera 10% A l'intention d'utiliser plus tard 6% A l'intention d'utiliser bient•t 18% A l'intention d'utiliser NSP quand 4% N'a pas l'intention d'utiliser 62% EOS-II S6n6ga11992/93 Les raisons de non utilisation les plus fréquemment évoquées par les femmes qui n'utilisent pas la contraception et n'en ont pas l'intention (Tableau 4.11 ) sont le désir d'avoir d'autres enfants (41 pour cent). Mais les croyances religieuses (11 pour cent), le fatalisme (8 pour cent) et le manque d'information sur la planification familiale (9 pour cent)jouent aussi un r01e important. Par contre, le coUt, l'accessibilité, les effets secondaires et l'avis des tierces personnes n'ont qu'une incidence mineure surla d6cision de la femme å recourir å la contraception. Les raisons de non utilisation varient sensiblement avec l'/lge des femmes. Les femmes les plus jeunes (moins de 30 ans) citent en majorité le désir d'avoir d'autres enfants (53 pour cent contre 31 pour cent parmi les femmes de 30 ans ou plus). Par ailleurs, et comme il fallait s'y attendre, les 51 Tableau 4.11 Raisons de non-utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive et n'ayant pas l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, selon la principale raison pour laquelle elles n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception, selon Fige. EDS-H Sénégal 1992/93 Raison de Age Tous non-utilisation les de la contraception <30 30 + åges Veut des enfants 53.4 31.3 40.7 Manque d'information 10,3 8.8 9.4 Mari désapprouve 2,3 2.1 2.2 Cofit trop élevé 0,1 0,4 0,3 Effets secondaires 1.9 1.7 1.8 Problèmes de santé 0.6 2.3 1,6 Difficile ì obtenir 0.3 0.2 0.2 Religion 8.5 11,9 10.5 Opposé au PF 3.6 3,0 3.2 Fataliste 6,5 8.8 7.8 Autres persormes désapprouvent 0.3 0,3 0,3 Rapports sexuels peu fréquents 2,2 1.7 1.9 Difficile à tomber enceinte 2.5 11,7 7,8 Ménopause/Stérilisée 0.1 9.5 5.5 Pas commode 2.0 2.1 2.1 Pas mariée 0.2 0,0 0.1 NSP 0,9 1.3 1.1 Non déclaré 4,4 2,7 3.4 Total 100.0 100.0 100.0 Effectif de femmes 1102 1491 2593 femmes les plus jeunes évoquent moins que les autres des raisons liées à la sous-fécondité ou la stérilité (ménopause). Parmi les femmes mari~es qui n'utilisent actuellement aucune méthode mais souhaitent le faire dans le futur, un grand nombre d'entre elles (une femme sur trois) restent encore indécises quant au choix de la méthode (Tableau 4.12). Cependant, environ 50 pour cent ont déclar6 qu'elles choisiront des méthodes modernes, en particulier la pilule (30 pour cent). Les autres méthodes modernes, le DIU et l'injection notamment, sont citées par 20 pour cent des femmes en tout. Les femmes qui souhaitent utiliser la contraception dans les 12 prochains mois, sont plus demandeuses de la pilule, de l'injection et du DIU. Pour ce qui est des femmes qui souhaitent le faire plus tard (au-delà de 12 mois), elles s'intéressent également ces trois méthodes, mais dans des proportions plus importantes pour la pilule et le DIU. 52 Tableau 4.12 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future Répartition (en %) des femmes actuellement mariées n'utilisam pas actuellement une méthode contraceptive mais ayant l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, par méthode préférée, selon l'intention de l'utiliser dans les 12 prochains mois ou plus tard, EDS-I/Sénégal 1992/93 Intention d'utiliser Méthode Dans Pas sfire contraceptive les 12 Après pour préférée mois 12 mois quand Ensemble t Pilule 29,6 39,5 17,8 30,i DIU 5,8 9,5 5,5 6,5 Injections 7,8 5,7 4,1 6,8 Norplant 3,7 1,1 2,1 2,9 Méthodcs vaginales 0,3 0,4 0,7 0,3 Condom 0,8 0,4 1,4 0.8 S térilisation féminine 1,7 0,8 0,7 1,4 Continence périodique 1,7 0,4 0,7 1,3 Retrait 0,0 0,4 0,0 0,1 Autre 11,0 4,6 6,2 8,9 Gris gris 3,7 2,7 2,7 3,3 Abstinence 2,0 4,6 10,3 3,6 ND/NSP 32,1 30,0 47,9 34,1 Total 100,0 I00,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 761 263 146 1179 Note: Pas d'information pour 9 cas tQuatre femmes qui n'ont pas déclaré leur intention font parde de l'ensemble. 4.7 SOURCES D'INFORMATION SUR LA CONTRACEPTION A l'ensemble des femmes, on a demandé si elles ont entendu un message quelconque sur la planification familiale å la radio ou à la télévision dans la période d'un mois ayant précédé l'enquéte. Le tableau 4.13 révèle un niveau de réception de messages relativement bas. En effet, au cours de la période de référence, la grande majorité des femmes (78 pour cent) n'ont suivi aucun message ni à la radio ni à la télévision. Celles qui ont reçu une information par ces canaux, l'ont essentiellement été par la radio (disponible dans 70 pour cent des ménages) tandis que la télévision ne conceme qu'un groupe tout à fait marginal (3 pour cent). Il faut souligner enfin que les femmes qui ont suivi un message à la télévision sont également les auditrices de la radio. Comme on pouvait s'y attendre, les femmes du milieu urbain, celles résidant dans la région de l'Ouest (la plus urbanisée et la plus scolarisée) et les plus instruites sont celles qui ont le plus accès å l'information, surtout par le canal de la télévision. En outre, les Diola et les Wolof ont été les plus nombreuses à recevoir des messages par ces canaux. Inversement, les femmes sérer se distinguent par leur bas niveau d'information, par le biais de la télévision en particulier. 53 Tableau 4,13 Messages sur la planification familiale entendus à la radio ou à la télévision Répartition (en %) de mutes les femmes ayant entendu un message diffusé par la radio ou la télévision sur la planification familiale dans le mois précédant l'enquéte, selon certaines caractéristiques socio- démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Message sur le planification familiale Effectif Radio Télévision Les Non de Caractéristique Aucun seulement seulement deux déclaré Total femmes Milieu de résidence Urbain 67,9 10,7 6,0 15,3 0,0 100,0 2635 Rural 84,5 12,4 1.0 2,1 0,l 100,0 3675 Grande r~glon Ouest 70,6 10,1 5,2 14,1 0,0 100,0 2326 Centre 81,0 13,5 2,0 3,4 0,1 100,0 2280 Sud 82,4 12,1 1,0 4,5 0,0 100,0 692 Nord-Est 82,7 10,8 2,1 4,4 0,0 100,0 1012 Ethnle Wolof 74,4 12,1 3,9 9,5 0,1 100,0 2684 Poular 81,9 10,9 2,5 4,8 0,0 t00,0 1463 Serer 84,1 10.3 1,5 3,9 0,l 100,0 969 Mandingue 77,2 10,0 3,5 9,3 0,0 100,0 482 Diola 71,0 16,3 3,3 9,4 0,0 100,0 331 Autre 72,7 13,6 2,6 11,0 0,0 100,0 381 Niveau d'Instruction Aucun 81,6 12,2 2,0 4,3 0,0 100,0 4608 Primaire 68,3 11,9 5,6 14,1 0,1 100,0 1076 Secondaire ou plus 63.7 7,8 7,0 21,4 0,0 100,0 626 Ensemble 77,6 11,7 3,1 7,6 0,0 100,0 6310 4.8 OPINIONS ET ATTITUDES SUR LA CONTRACEPTION La question qui a ~té posée dans l'enquête ne faisait pas la différence entre le contenu du message (planification familiale) et le canal utilisé (radio ou télévision). Or, il n'est pas à exclure que certaines femmes approuvent la diffusion de ces messages mais par un autre canal. Donc, si une femme déclare ne pas approuver, on peut bien se demander s'il s'agit du contenu du message, le canal de diffusion utilise ou les deux. Dans tous les cas, l'identification des femmes qui approuvent cette idée, donne une indication précieuse dans le cadre de l'information et de la sensibilisation en matière de planification familiale. Malgré la faible fréquence de réception de messages sur la planification familiale par la radio et la télévision, la plupart des femmes sénégalaises (sept femmes sur 10) trouvent acceptable la diffusion de telles informations par ces média (Tableau 4.14). Cependant, 14 pour cent d'entre elles le trouvent inacceptable. C'est surtout les femmes de 20 à 39 ans (plus de 70 pour cent), les urbalnes (84 pour cent), les instruites (plus de 84 pour cent) et celles résidant dans la région de l'Ouest qui sont les plus favorables à la diffusion des messages sur la planification familiale à la radio ou å la télévision. Bien que relativement plus bostiles ~t cette idée, six femmes rurales sur 10 la déclarent acceptable. D'autres résultats méritent d'être hOt~S. D'abord, la région du Nord-Est (avec 55 pour cent) est la moins favorable. Ceci est à mettre en relation avec la structure ethnique de cette zone qui est en majorité habitée par le groupe Poular, qui comme on le constate, est également l'ethnie qui accepte le moins cette idée. Ensuite, les Sérer, qui, on vient de le voir plus haut, ont moins d'accès å l'information, approuvent au même degré que d'autres ethnies, la diffusion des messages sur la PF à la radio ou à la télévision. Ceci correspond-il à une prise de conscience du retard dans l'accès tt l'information et/ou une volonté plus grande d'y accéder? 54 Tableau 4.14 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion sur la planification familiale Pourcentage de toutes les femmes approuvant la diffusion d'informations sur la planification familiale à la radio ou à la télévision, par åge et par caractéristiques socio-démographiques, EDS-I/Sénégal 1992/93 Non Effectif Accept- accept- Non de Caractéristique able able déclaré Total femmes Age 15-19 63,8 14,0 22,2 100,0 1426 20-24 73,1 12,8 14,1 100,0 1198 25-29 75,4 12,0 12,6 100,0 1042 30-34 76,2 11,7 12,1 100,0 883 35-39 71,0 14,4 14,6 100,0 801 40-44 67,9 15,8 16,3 100,0 589 45-49 61,5 18,1 20,5 100,0 371 Milieu de résldenee Urbain 83,8 7,1 9,1 100,0 2635 Rural 60.8 18,2 21,0 100,0 3675 Grande réglon Ouest 82,8 7,7 9,5 100,0 2326 Centre 66,4 17,1 16,4 100,0 2280 Sud 64,5 13,6 22,0 100,0 692 Nord-Est 54,8 18,8 26,4 100,0 1012 Ethnle Wolof 73,9 13,3 12,8 100,0 2684 Poular 62,4 15,2 22,4 100,0 1463 Serer 71,0 14,1 14,9 100,0 969 Mandingue 69,3 10,4 20,3 100,0 482 Diola 78,9 11,2 10,0 100,0 331 Autre 69,0 13,6 17,3 100,0 381 Niveau d'Instruction Aucun 63,9 16.6 19,5 100,0 4608 Primaire 83,7 7.4 8,8 100,0 1076 Secondaire ou plus 95.2 1.6 3,2 100,0 626 Ensemble 70,4 13,5 16.1 100.0 6310 4.9 COMPORTEMENT ET ATTITUDE DES COUPLES VIS-A-VIS DE LA CONTRACEPTION Il a ét~ demandé aux femmes actuellement en union connaissant une méthode contraceptive, le nombre de fois qu'elles ont discuté de la contraception avec leur partenaire au cours des douze derniers mois. Le tableau 4.15 indique que la contraception ne fait pas souvent l'objet de discussions au sein du couple. En effet, 71 pour cent des femmes n'en ont pas parlé avec leur mari pendant toute l'année ayant précédé l'enquete et 14 pour cent ne l'ont fait qu'une ou deux fois. Seulement 15 pour cent l'ont fait plus souvent. Les femmes d'/tge intermédiaire (entre 20 et 44 ans), et surtout celles de 25 à 34 ans qui sont dans leur période de fécondité maximum, ont été les plus nombreuses à discuter de planification familiale avec leur partenaire et à le faire plus souvent. Par contre, les femmes en début de vie féconde et celles en fin de vie féconde ont moins souvent abordé ce sujet dans leur couple. 55 Tableau 4.15 Discussion de la planification familiale par le couple Répartition en % des femmes actuellement marié.es connaissant une méthode contraceptive par nombre de fois qu'elles ont discut~ de la planification familiale avec leur mari au cours de l'année ayant pré.ced6 l'enqu~.te, selon råge actuel, EDS-II Sénégal 1992/93 Nombre de discussions sur la planification familiale Ne sait pas/ Effectif Groupe Une ou Trois fois Non de d'iges Jamais deux fois ou plus déclaré Total femmes 15-19 81,9 10,5 7,6 0,0 100,0 277 20 24 71,4 14,8 13,6 0,2 100,0 567 25-29 68,2 13,4 18,4 0,0 100,0 686 30-34 64,6 18,3 17,1 0,0 100,0 613 35-39 70,0 14,7 15,0 0,4 100,0 566 40-44 71.7 13,1 15,3 0,0 100,0 406 45-49 81,1 9,0 9,8 0,0 100,0 244 Ensemble 70,9 14,1 14,9 0,l 100,0 3359 Bien que la discussion dans le couple ne soit pas fréquente, 66 pour cent des femmes approuvent pourtant le recours à la planification familiale, mais seulement 26 pour cent des couples (femme et partenaire) I sont dans ce cas (Tableau 4.16 et Graphique 4.5). Près de 16 pour cent des couples désapprouvent la contraception. De façon générale, lorsque la femme désapprouve, le mari est rarement déclaré favorable à la contraception par la femme. Par contre, lorsque la femme approuve, dans 16 pour cent des cas (ensemble de toutes les femmes), son avis est contraire ~ celui de son mari. Enfin, il faut noter la fréquence relativement importante (33 pour cent) des cas où la femme n'est pas en mesure d'émettre un avis sur l'opinion de son partenaire. Ce bilan global cache des disparités socio-économiques importantes. En effet, les femmes [rg~es de 20 å 45 ans, les urbaines, les plus instruites et celles résidant dans la région de l'Ouest sont celles qui appartiennent aux couples qui approuvent le plus l'utilisation de la contraception. L'hostilité des femmes de 15-19 ans s'explique en partie par le fait que les femmes déjà mari~es å cet/lge sont en général rurales. Au niveau ethnique, deux groupes se détachent nettement de la moyenne: les Poular parmi lesquelles les couples sont les moins nombreux à approuver la contraception et les Diola qui par contre sont les plus nombreux. Parallèlement, les couples de femmes rurales, de celles résidant à l'Ouest et des moins instruites rejettent plus souvent le recours à la contraception. On retrouve également dans la méme catégorie, les Diola et la région du Sud, leur fief. Lorsque le partenaire désapprouve la contraception, c'est dans les groupes urbains, les Wolof, chez les femmes de niveau primaire et dans les régions de l'Ouest et du Centre qu'on trouve le plus de femmes se déclarant d'une opinion contraire å celle de leur conjoint. : L'opinion du mari selon la femme. 56 Tableau 416 Attitudes des couples face it la planification familiale R~panition (en %) des femmes actuellement mari6es connaissant une méthode contraceptive et qui approuvent la planification familiale, par caract~ristiques socio-démographiques et par perception de l'attitude de leur mari, EDS-II S~aégai 1992/93 Caract6ristique L'¢nqu~t~ approuv¢ et : L'enqu~t~ d~sapprouv¢ et : Pense quc pense que NSP pense que NSP pense que ton mari son mari ropi~i~xt de ton mati l'opinioe de ton mari Non Effectif approuv¢ 4~sapprouve son mari approuv© ton mari d~sapprouv¢ d6clar~ Total de femmes Age de l'enqu~t,3e 15-19 17,3 II,6 20-24 25,2 13,8 25-29 27,3 15,3 30-34 32,1 17,9 35-39 24,9 16,8 40-44 26, I 16,3 45-49 17,2 15,6 Milieu de r~slden¢e Urbain 40,1 17,9 Rural 16,7 14,2 Grande r6glon Ouest 37,6 16,7 Centre 17,1 17,2 Sud 22.7 10.6 Nord-Est 21,2 12,5 Ethnle Wolof 25,0 19.0 Poular 22,4 13,0 Serer 26,3 12,1 Mandingue 27,6 13,4 Diola 35,6 11,0 Autre 32,1 14,9 Niveau d'Instruction Aucun 18,2 15,3 Primaire 46,8 18,8 Secondaire ou plus 73,4 12,1 Ensemble 25,7 15,6 33,9 1,4 9.4 16,2 10,1 100,0 277 26,3 1.6 10,8 15,3 7,1 100,0 567 26,7 1.2 8,2 13,3 8,2 100,0 686 20.9 1.1 7,0 13,5 7,3 100,0 613 24,0 1.2 7,4 18,7 6,9 100,0 566 20.9 1,7 9,4 17,7 7,9 100,0 406 27,0 2,5 6,6 17,2 13,9 100,0 244 20,6 1,2 4,9 10,1 5,3 100,0 1293 27,8 1,5 10,6 19,2 10,0 100,0 2066 24,5 1,5 4,6 9,7 5,4 100,0 1210 24,3 1,0 10,2 21,2 9,0 100,0 1289 30,9 2,1 11,9 10,3 11,6 100,0 379 23,7 1,9 10,4 20,2 10,2 100,0 481 20,8 1,3 8,1 18,9 6,9 100,0 1489 27,3 1,7 8,8 15,2 11,6 100,0 751 33,5 0,8 8,5 11,0 7,9 100,0 520 27,6 2,2 7,8 13,8 7,8 100,0 232 28,1 2,7 9,6 8,9 4,1 100,0 146 21,3 0,9 9,0 13,1 8,6 lõO,0 221 27,7 1,3 9,7 18,2 9,6 100,0 2671 17,1 2,3 4,4 8,0 2,5 100,0 474 9,3 0,9 1,4 0,5 2,3 100,0 214 25,0 1,4 8,4 15,7 8,2 100,0 3359 57 Graphique 4.5 Attitudes des couples face à la planification familiale selon la perception de la femme Les deux approuvent 26 % La femme approuve NSP l'opinion du mari 25 La femme désapprouve le mari approuve 1% La femme d6sapprouve NSP l'opinion du mari 8% La femme appr~ le mari ddsapprouve 16% Pas de réponse 8% Les deux désapprouvent 16% EDS-II Sénégal 1992/93 58 CHAPITRE 5 NUPTIALITE ET EXPOSITION AUX RISQUES DE GROSSESSE Salif Ndiaye Dans les chapitres précédents, nous avons observé certaines caractéristiques fondamentales de la nuptialité: grande précocité et forte intensité. Mais une augmentation sensible de la fréquence du célibat a également ét~ mise en évidence. La nuptialité a été aussi identifiée comme un des déterminants essentiels de la fécondité. Dans ce chapitre, il s'agit d'abord d'examiner plus en détail les caractéristiques de la nuptialit~ (calendrier, intensité et différentiels), les différents types d'union (monogamie ou polygamie) et son évolution dans le temps. L'importance du mariage s'explique par le fait qu'il détermine l'exposition aux risques de procréation. En effet, au Sénégal, comme on l'a déjà dit, le mariage, seul cadre socialement admis pour la procrêation, détermine l'entrée dans la vie féconde. L'exposition à la grossesse n'est pas cependant seulement déterminée par le mariage. La fécondité prênuptiale, bien que faible, existe, d'où l'importance de l'[lge aux premiers rapports sexuels. Par ailleurs, méme chez les femmes en union, les risques d'exposition à la grossesse varient selon la durée de l'aménorrhée post-partum et de l'abstinence. Tous ces aspects seront abordés dans ce chapitre. 5.1 ETAT MATRIMONIAL ACTUEL Les données de I'EDS-II (Tableau 5.1) confirment deux résultats essentiels: la nuptialité est précoce et universelle. En effet, toutes les femmes finissent par se marier et le font généralement têt (moins de 17 ans). Déjà à 15-19 ans, près d'une femme sur trois (30 pour cent) a contracté une union. A 20-24 ans, on en compte plus des deux tiers (68 pour cent). Après 30 ans, le célibat est rare. Malgré cette forte intensité, le mariage subit les perturbations consécutives aux ruptures d'union (divorce et veuvage) relativement fréquentes (26 pour cent des femmes non célibataires ont rompu leur première union). Mais ces ruptures d'union n'auront qu'une incidence faible sur la fécondité en raison des rem ariages fréquents. En effet, 77 pour Tableau 5.1 Etat rnatrimonial Rêparti~on (en %) des femmes par état matrimonial actuel, selon l'âge, EDS-II Sénégal 1992/93 Propordon de cêlibataires Etat matrimonial, EDS-II 1992/93 Effectif Groupe ESF EDS-I Céliba- Divor- de d'âges 1978 1986 'taire I Mariée Veuve cée Total femmes 15-19 42,9 56,5 70,5 28,8 0,0 0,7 100,0 1426 20-24 14,1 22,6 32,1 63,6 0,8 3,5 100,0 1198 25-29 4,4 7,2 11,9 82,6 0,7 4,8 100,0 1042 30-34 0,2 2,7 5,4 89,4 0,9 4,2 100,0 883 35-39 0,0 1,5 91,4 2,4 4,7 100,0 801 40-44 0,3 0,2 94,1 1,9 3,9 100,0 589 45-49 0,4 0,8 92,2 3,5 3,5 100,0 371 Tous âgcs 12,9 18,8 25,0 70,5 1,1 3,4 100.0 6310 ILes femmes qui n'ont jamais consommé leur mariage (56 cas) sont considérées comme célibataires. Source: Enquête Dêmographique et de Santé, 1986 (Ndiaye et al., 1988) 59 cent des femmes dont le premier mariage a été rompu étaient remadées au moment de l'enquEte. En outre, les remariages interviennent rapidement après les ruptures d'union (selon I'ESF, les femmes passent 95 pourcent du temps écoulé depuis le début du pœemier mariage dans une union). Le remariage est facilité par la pratique du lévirat et de la polygamie. Le niveau observe pour les ruptures d'union à travers la situation matrimoniale actuelle sous-estime donc le degré d'instabilité des unions. L'åge au premier mariage a subi des modifications profondes au cours des derni~res années, d'où une montée importante du célibat. Le pourcentage de célibataires est passé de 13 pour cent en 1978 (ESF) à 19 en 1986 (EDS-I), puis à 25 pour cent en 1992/93 (EDS-II). A 15-19 ans par exemple, de 43 pour cent 1978, le pourcentage de célibataires est passé à 57 pour cent en 1986 et à 71 pour cent en 1992/93 (Graphique 5.1). Malgré ce vieillissement du calendrier, la grande majorité des femmes se marient avant 25 ans. Graphique 5.1 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans Pourcentage 100 4O ö 15-19 Æ-24 25-29 30-34 35-39 40,.44 45-49 Age ~mVeuve ~ll [] Divorc6e 1 [] Mari6e 1 EDS-I[ Sénégal 1992/93 5.2 POLYGAMIE La polygamie est une pratique très courante au Sénégal. Elle est permise par l'Islam, la religion dominante, et facilitée par un écart d'[lge important entre les conjoints et la pratique du I6virat. Mais également, la conjoncture économique difficile ne crée pas les conditions propices à la fondation d'un foyer par les jeunes hommes célibataires. 5.2.1 Fréquence de la polygamie Sans Etre le type d'union dominant, la polygamie demeure largement pratiquée: 47 pour cent des femmes mari~es sont dans une union polygame (Tableau 5.2). Il faut noter en outre, la pr6cocité de cette pratique: une femme sur quatre à 15-19 ans, une sur trois à 20-24 ans et plus d'une sur deux à 30 ans ou plus. La polygamie touche cependant différemment les femmes selon leur niveau d'instruction et leur lieu de 60 Tableau 5.2 Polygamie Pourcentages de femmes actuellement mari~es en union polygame par earac~ristiques socio~ld[mographiques selon lãge actuel, EDS-II Sénégal 1992/93 Age de la femme Tous Caractéristique 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 åges Milieu de résidence Urbain 24,7 26,3 31,6 33,7 51,8 64,4 55,3 40,2 Rural 25,1 35,6 48,2 58,7 61,5 70,3 61,8 50,7 Grande région Ouest 20,5 24,2 29,9 34,7 51,6 62,2 57,7 39,3 Centre 26,6 37,8 50,2 57,5 60,0 74,1 62,1 51,9 Sud 31,5 39,6 48,4 56,1 62,2 67,5 63,2 52,2 Nord-Est 21.4 31,5 45,5 56.3 64,0 67,0 54,2 47,8 Ethnle Wolof 27,7 33,4 46,8 54,0 59,9 74,7 67,8 51,4 Poular 22,3 38,3 43,6 48,2 61,3 69,8 52,8 46,6 Serer 17,6 27,6 35,5 38,6 54,5 56,7 57,1 41,1 Mandingue 22,2 28,6 56,5 58,5 63,5 68,5 44,4 50,3 Diola 66,7 32,0 17,1 28,2 36,4 51,6 43,8 34,6 Autre 30,8 26,9 31,0 56.9 52,4 69,4 58,3 44,4 Niveau d'Instruction Aucun 24,7 35.0 46,3 55,3 61,2 69,7 61,9 50,5 Primaire 27,8 25,6 24,5 28,3 45,9 55,8 27,3 32,1 Secondaire ou plus 16,7 17,2 26,8 20,0 35,1 65,4 12,5 28,8 Total 25.0 32,9 42,5 49,2 58,1 68,4 59,6 47,3 EDS-I 1986 27.1 33,2 40,9 56,0 63,7 59,7 62,0 46,5 ESF 1978 30.6 35,5 46,5 57,7 56.5 65,5 64,8 48,5 Source: Enquéte Démographique et de Santé, 1986 (Ndiaye et al., 1988) respectivement 32 pour cent et 29 pour cent chez les femmes du niveau primaire et celles du niveau secondaire ou plus). On le constate, les femmes rurales et les non scolarisées ont le même niveau de pratique de la polygamie et la prévalence de la polygamie diminue très rapidement avec le niveau d'instruction. Plus les femmes sont instruites, moins elles sont enclines d'entrer dans des unions polygames. Les différences selon les grandes régions ne semblent pas Erre dues aux seuls facteurs de modemisation (urbanisation et instruction). En effet, si ces facteurs expliquent le plus bas niveau observé à l'Ouest, les niveaux élevés constatés au Centre et au Sud sont probablement lies à leur structure ethnique. Les ethnies dominantes du Sud (en particulier Mandingue) et du Centre (WoloÔ sont caractérisées par leur plus grande pratique de la polygamie. Même entre ces deux grandes régions, il y a des différences sensibles dans l 'åge d'entrée des femmes dans les unions polygames. Aux jeunes åges (moins de 25 ans), la polygamie est plus répandue au Sud qu'au Centre, tandis qu'å 25 ans ou plus, c'est la tendance inverse qu'on observe. Enfin, il faut souligner la stabilité de la fréquence de cette pratique dans le temps aussi bien dans l'ensemble de la population que dans les différents sous-groupes. Pour l'ensemble des femmes mari~es, le pourcentage de femmes en union polygame passe de 49 pour cent en 1978, à 47 pour cent en 1986 et à 47 pour cent en 1992/93. Malgré donc les progrès de la scolarisation et de l'urbanisation, cette pratique demeure courante. Il est possible qu'en dépit 61 du rejet de cette pratique par les femmes modernes, celles-ci soient de plus en plus contraintes d'accepter des hommes déjå mariés faute de rencontrer des célibataires plus jeunes mais non disposés pour le moment å prendre une épouse. 5.2.2 Nombre de co-épouses Le pourcentage de femmes en union polygame mesure la fr6quence de cette pratique mais n'indique pas le degré de polygamie, c'est-~-dire le nombre de co-6pouses des femmes concemées (ou le nombre d'épouses des hommes polygames). Le tableau 5.3 montre que plus d'une femme sur deux (53 pour cent) est mariée à un monogame. Les femmes ayant une seule co-épouse constituent la majorité: 31 pour cent de l'ensemble des femmes mari~es ou 64 pour cent de celles qui sont en union polygame. Environ, 17 pour cent ont au moins deux co-épouses. Bien que l'entr6e dans la polygamie soit pr6coce, peu de femmes (moins de 10 pour cent) ont plus d'une co-épouse avant 25 ans. Tableau 5.3 Nombre d'unions Répartition des femmes actuellement mariées par nombre d'unions, selon certaines caractéristiques soclo-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Deux ou Pas Une plus Effectif d'autres autre autres de Caractéristique épouses épouse épouses ND Total femmes Groupe d'åges 15-19 75,0 20,0 5,0 0,0 100,0 444 20-24 67,1 24,3 8,5 0,1 100,0 775 25-29 57,5 29,6 12,9 0,0 100,0 865 30-34 50,8 32,7 16,0 0,5 100,0 792 35-39 41,9 35,2 22,8 0,1 100,0 733 40-44 31.6 38,3 29,8 0,4 100,0 554 45-49 40,4 32,2 26,6 0.9 100,0 342 Milieu de résidence Urbain 59,8 27,1 12,8 0,3 109,0 1452 Rural 49,3 32,0 18,5 0,2 100,0 3053 Grande région Ouest 60,7 27,5 11,7 0,1 100,0 1380 Centre 48,1 32.8 18,7 0,3 100,0 1771 Sud 47,8 31,5 20,0 0,7 100,0 540 Nord-Est 52,2 29,6 18,2 0,0 100,0 814 Ethnle Wolof 48,6 32,1 19,1 0,2 I00,0 1831 Poular 53,4 32,1 14,5 0,I 100,0 1134 Serer 58,9 29,2 11,5 0,4 100,0 715 Mandingue 49,7 28,7 21,6 0,0 100,0 338 Diola 65,4 22,2 10.8 1,6 100,0 185 Autre 55,6 24,2 20,2 0,0 100,0 302 Niveau d'Instruction Aucun 49,5 32,2 18,0 0,3 100,0 3776 Primaire 67,9 22,5 9.7 0,0 100,0 507 Secondaire ou plus 71,2 19,8 9,0 0,0 100.0 222 Total 52,7 30,5 16.6 0,2 100,0 4505 62 Selon les autres caractéristiques socio-démographiques, on constate que parmi les femmes en union polygame, celles qui ont le plus de co-épouses (deux ou plus) sont les femmes du milieu rural (36 pour cent), celles des régions du Sud (39 pour cent) et du Nord-Est (38 pour cent), les femmes de l'ethnie Mandingue (39 pour cent) et celles n'ayant aucune instruction (36 pour cent). 5.3 AGE AU PREMIER MARIAGE L'fige au premier mariage est un déterminant essentiel de l'åge du début de la vie féconde. Dans l'ensemble, l 'åge médian au premier mariage (AMPM) ou l'/ige auquel 50 pour cent des femmes ont déjà contracté leur première union) se situe à 16,6 ans (Tableau 5.4). Cet indice accuse une légère tendance à la hausse. Mais c'est parmi les jeunes femmes (moins de 30 ans) que cette tendance est vraiment nette: 16,8 ans à 25-29 ans et 18,2 à 20-24 ans (soit 1,5 ans plus tardivement). Cette précocité et la tendance à la baisse de celle-ci se confirment à travers les pourcentages de femmes ayant déjà contracté leur première union à certains åges exacts indiqués dans le même tableau. Pour l'ensemble des femmes de 20-49 ans, une femme sur cinq (20 pour cent) était déjà entrée en première union à l'åge de 15 ans; à 18 ans exacts, on en comptait 62 pour cent, soit près de deux femmes sur trois. A leur vingt deuxième anniversaire, le célibat tend à être marginal (15 pour cent étaient encore célibataires). Par ailleurs, l'augmentation progressive du pourcentage de femmes ayant déjà contracté leur mariage avant certains åges exacts selon l'åge actuel témoigne de recul du mariage précoce, parmi les femmes de moins de 35 ans notamment. Tableau 5.4 Age au premier mariage Age médian au premier mariage des femmes de 20-49 ans par caractéristiques socio-démographiques selon Fige actuel, EDS-II Sénégai 1992/93 Pourcentage de femmes déjà consommé Age leur premier mariage aux åges exacts: % médian Groupe Jamais au l oe d'åges 15 18 20 22 25 marié Effectif mariage 15-19 9,7 NA NA NA NA 70,5 1426 a 20-24 14,8 47,7 59.7 NA NA 32,1 1198 18,2 25-29 19,9 59,1 70.2 78,7 84,9 11.9 1042 16,8 30-34 22,3 67,6 78.8 85,4 89,8 5.4 883 16,2 35-39 20,7 69,0 81.3 89,5 94,1 1.5 801 16,1 40-44 24,3 73,0 83,9 91,3 95,4 0,2 589 15,8 45-49 23,5 72,8 82,5 91,1 96,0 0,8 371 15,8 20-49 20,0 62,2 73,6 81.0 85.2 11,3 4884 16,6 25-49 21,7 66.9 78.1 85,9 90,9 4,9 3686 16,2 NA = Non applicable aNon calculé parce que moins de 50 pour cent des femmes du groupe d'åges x, x+4 sont mariées à l'åge x. L'åge au premier mariage et son évolution sont variables selon certaines caractéristiques socio- économiques. D'abord, on observe (parmi les femmes de 20(25-49) ans) que la nuptialité est beaucoup plus tardive en milieu urbain, dans la région de l'Ouest, dans les ethnies Diola et Sérer et chez les femmes les plus instruites (Tableau 5.5). Mais les facteurs les plus discriminants sont l'instruction et l'urbanisation. L'åge médian passe de 15,9 ans chez les femmes non scolarisées à 20, I ans, soit 4 ans de plus chez celles du niveau primaire pour atteindre 26,9 ans chez celles du niveau secondaire ou plus, soit presque 7 ans plus tard que les demières et 11 ans plus tard que les premières. Les différcnces d'fige au premier mariage liées au lieu de 63 Tableau 5.5 Age médian au premier mariage Age médian au premier mariage des femraes de 20-49 ans par caractéristiques socio-démographiques selon F ige a~tuel, EDS-II Sénégal 1992/93 Groupe d'åges Femmes Femmes Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 20-49 25-49 Milieu de résidence Urbain NA 19.9 18.3 17,7 16.9 16.6 19.0 18.2 Rural 16.4 15.8 15.7 15,8 15.6 15.7 15.8 15.7 Grande réglon Ouest NA 20.0 18.0 17,7 16.9 16.7 18.8 18.1 Centre 17.1 15.8 15.7 15,7 15.6 15.7 15.8 15.7 Sud 17.0 16.6 15.9 15,9 16.1 16.4 16.3 16.1 Nord-Est 16.2 15.8 15.8 15.7 15.4 15.4 15.7 15.7 Ethnle Wolof 19.4 17.0 16.5 16,2 15.8 15.9 16.8 16.3 Poular 16.1 15.7 15.6 15,5 15.3 15.5 15.6 15.6 Serer 18.6 18.2 16.5 17,1 16.5 15.8 17.3 16.9 Mandingue 19.1 16.8 16.5 16.2 16.1 17.0 16,8 16.5 Diola NA 22.6 18.7 17.7 18.8 17.7 NA 19.1 Autre 16.6 16.6 16.8 17.0 15.7 15.4 16.4 16.2 Niveau d'Instruction Aucun 16.7 16,0 15.7 15.8 15.7 15.8 15.9 15.8 Primaire 22.4 20.5 19.3 18.5 18.4 20.5 20.1 19.3 Secondaire ou plus NA 25.8 24.0 21.5 19.8 23.2 26.9 23.0 Ensemble des femmes 18.3 16.8 16.2 16.1 15.8 15.8 16.6 16.2 NA = Non applicable Note: L'fige médian n'est pas calculé pour les femmes de 15-19 ans parce que certaines femmes peuvent encore entrer en union avant d'atteindre 20 ans. résidence atteignent 3 ans. Devant les deux variables précédentes, l'ethnie joue un r~le moins déterminant: la différence d'åge entre les deux cas extrEmes (Poular: 15,6 ans et Sérer: 17,3 ans) est inférieure à deux ans. L'évolution de l'åge au premier mariage dans le temps a été assez contrastée dans les différents groupes socio-économiques. En effet, alors que parmi les femmes modernes (urbaines, scolarisées, région de l'Ouest et ethnie Wolof), l 'åge médian augmente réguli6oement des plus flgées aux plus jeunes, dans les autres catégories, il a à peine bougé et seulement parmi les femmes de moins de 30 ans ou est demeuré relativement stable. 5.4 AGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS Bien que la fécondité commence surtout avec l'entrée en union, nous avons observé une faible fécondité prénuptiale. Ce qui implique des rapports sexueis antérieurs au mariage. Le tableau 5.6 indique que pour les femmes de 20-49 ans l'åge médian au premiers rapports sexuels (AMPRS) de 16,4 ans est pratiquement égal à I 'AMPM (16,6 ans). Dans l'ensemble, plus d'une femme sur quatre a eu ses premiers rapports sexuels en atteignant 15 ans et deux femmes sur trois avant leur dix-huitième anniversaire. A 25 ans, la presque totalité des femmes de 25-49 ans ont déjà eu des rapports sexuels. L'AMPRS accuse une légère tendance à la hausse dans le temps, mais c'est surtout parmi les femmes de 20-24 ans que les rapports sexuels antérieurs au premier mariage sont sensiblement fréquents. Par ailleurs, à åge égal, le pourcentage de femmes ayant eu leur premier rapport sexuel augmente avec l'âge, ce qui traduit également, comme pour la nuptialité, un recul de la précocité du premier rapport sexuel. 64 Tableau 5.6 Age aux premiers rapports sexuels Pourcentage de femmes ayant eu leurs premiers rapports sexuels aux åges exacts 15, 18, 20, 22 et 25 ans, pourcentage de femmes n'ayant jamais eu de rapports sexuels, et åge médian aux premiers rapports sexuels, par åge actuel, EDS-II Sénégal 1992/93 Pourcentage de femmes ayant déjà Pourcentage Age eu des rapports sexuels .ri'ayant médian à l'åge exact jamats eu aux 1 ~~ Groupe de rapports rapports däges 15 18 20 22 25 sexuels Effectif sexuels 15-19 11,8 NA NA NA NA 64,6 1426 a 20-24 16,4 54,8 69,7 NA NA 21,6 1198 17,5 25-29 21,0 63,1 76,2 84,9 90,5 6,7 1042 16,5 30-34 23,3 70,6 82,3 88,4 93,1 2,8 883 16,0 35-39 21,5 71,0 83,4 91,1 95,8 0,5 801 I6,0 40-44 24,8 73,9 84,6 92,9 96,8 0,0 589 15,8 45-49 23,5 73,9 83,0 90,8 95,7 0,5 371 15,8 20-49 21,0 65,8 78,4 85,6 89,8 7,4 4884 16,4 25-49 22,5 69,4 81,3 89,0 93,8 2,7 3686 16,0 NA = Non applicable "Non calculé parce que moins de 50 pour cent des femmes du groupe d'åges x, x+4 ont eu des rapports sexuels à lãge x. Comme on l'a vu pour l'åge au premier mariage, l'åge aux premiers rapports sexuels varie selon les caractéristiques socio-démographiques (Graphique 5.2). Le tableau 5.7 montre que les femmes ayant les rapports sexuels les plus précoces sont celles du milieu rural (åge médian de 15,8 ans pour les femmes de Graphique 5.2 Ages médians au premier mariage et aux premiers rapports sexuels RESIDENCE Urbair Rural GRANDE REGION I Ouest Centre Sud Nord-Est INSTRUCTION Aucune PrimairG ' i i i Seconda i re ou + 13 15 17 19 21 23 25 27 Age (année) Note: Femmes de 20-49 ans EDS- I I Sdnêga l 1992/93 65 Tableau 5.7 Age médian aux premiers raplx~rts sexuels Age médian aux premiers rapports sexuels des femmes de 20-49 ans par caract6ristiques socio-démographiques selon Fige actuel, EDS-II Sénégal 1992/93 Groupe d'åges Femmes Femmes de de Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 20-49 25-49 Milieu de résidence Urbain 19,5 18.4 17,7 17,5 16,8 16,4 18,1 17,6 Rural 16.1 15.8 15,6 15,8 15,6 15,7 15,8 15,7 Grande réglon Ouest 19,3 18,5 17,4 17,3 16,9 16,6 18,1 17,6 Centre 16.8 15,8 15,6 15,7 15,6 15,7 15,8 15,7 Sud 16.3 16,2 15,9 15,9 15,9 16,2 16,0 16,0 Nord-Est 16,0 15,7 15,8 15,7 15,4 15,4 15,7 15,7 Ethnle Wolof 18,7 16,8 16.2 16,1 15,8 15,9 16,7 16,2 Poular 16,0 15.7 15,6 15,5 15,3 15,5 15,6 15,5 Serer 17,6 17.6 16,2 16,8 16,5 15.9 16,9 16,7 Mandingue 17,4 16.5 16,2 16,0 16,1 16.0 16,5 16,2 Diola 18,3 18.2 17,4 17,0 18,0 17.2 17,8 17,5 Autre 16.4 16,2 17,0 16.9 15.8 15,4 16.3 16,2 Niveau d'Instruction Aucun 16,4 15.9 15,7 15,8 15,7 15,8 15,8 15,8 Primaire 18.8 18,8 18,6 17,9 17,8 20,2 18,6 18,4 Secondaire ou plus 21,5 21,4 20,9 19,7 23,2 21,8 21,1 Ensemble des femmes 17,5 16.5 16.0 16,0 15,8 15,8 16,4 16,0 Note: L'åge médian n'est pas calculé pour les femmes de 15-19 ans parce que certaines femmes peuvent encore avoir leurs premiers rapports avant d'atteindre 20 ans. 20-49 ans), les femmes de la région du Nord-Est (15,7 ans), celles appartenant b. l'ethnie Poular (15,6 ans) et les femmes sans instruction (15,8 ans). 11 y a lieu de noter que les écarts entre les ãges médians aux premiers rapports scxuels sont plus r6duits si on les compare aux écarts observes entre les åges médians au premier mariage. Ceci s'explique par le fait que les femmes sans instruction ont, généralement, leurs premiers rapports sexuels au moment du mariage (AMRS de 15,8 ans pour les femmes de 20-49 ans contre AMPM de 15,9 ans); par contre, parmi les femmes instruites qui se marient plus tardivement, certaines ont déjà eu des rapports sexuels avant leur premier mariage (AMRS de 21,8 ans pour les femmes ayant une instruction secondaire ou plus contre AMPM de 26,9 ans). 5.5 ACT IV ITE SEXUELLE En l'absence de pratique de méthodes contraceptives, l'exposition au risque de grossesse est étroitement liée b. la fréquence des rapports sexuels. Le tableau 5.8 donne la répartition des femmes ayant déjb. eu des rapports sexuels par activité sexuelle dans les quatre semaines ayant précédé l'enquête et par durée d'abstinence (post-partum ou non), selon certaines caractéristiques socio-démograpbiques. Parmi ce groupe de femmes (représentant 80 pour cent de l'ensemble des femmes interview~es de l'échantillon), près des deux tiers (63 pour cent) étaient sexuellement actives dans les quatre semaines avant l'enquête, 14 pour cent étaient en abstinence à la suite d'une naissance (abstinence post-partum), et 23 pour cent étaient en abstinence pour d'autres raisons. Parmi les femmes sexuellement inactives (37 pour cent), la majorité (31 pour cent) étaient en abstinence depuis moins de deux ans. 66 Tableau 5.8 Activité sexuelle récente Répartition (en %) des femmes ayant déjà eu des rapports sexuels par activité sexuelle dans les quatre semaines précédant l'enquête et par durée d' abstinence (post-partum ou non). selon certaines c aractéristiques soeio-démogr aphiques, ED8 -I] Sénégal 1992/93 Non sexuellement active dans les 4 dernières semaines Sexuellement active En abstinence En abstinence dans les 4 (post-partum) (non post-partum) Effectif demières de Caractéristique semaines 0-1 an 2 ans ou + 0-1 an 2 ans ou + ND Total femmes Groupe d'åges 15-19 55,6 18,4 1,8 22,4 1,6 0,2 100,0 505 20-24 54,1 19,5 3,4 20,3 2,4 0,2 100.0 940 25-29 63,1 12,3 2,5 18,9 3,1 0,1 100,0 972 30-34 68.5 11,2 1,7 15,9 2,3 0,3 100.0 859 35-39 66,3 8,3 2,1 18,7 4,5 0,1 100,0 798 40-44 68,8 4,6 0,8 19,0 6,5 0,3 100,0 589 45-49 68,0 0,8 0.5 22,8 7,9 0.0 100,0 369 Durée de mariage (en années) 04 61,6 15.9 1,3 19,5 1,6 0,1 100,0 820 5-9 61.9 15,3 2,9 16,1 3,5 0,4 100,0 832 10-14 64,5 13,5 1,6 16,4 3,8 0,2 100.0 861 15-19 68,6 I0,0 1,7 17,6 1,8 0,2 100,0 829 20-24 68,8 6,3 1,9 18,5 4,3 0,2 100,0 647 25 ou + 68,5 2,8 0,7 21,1 6,7 0,1 100,0 743 Jamais mariées 26,0 23,3 8,0 37,3 5,3 0,0 100,0 300 Milieu de résidence Urbain 60,4 i0,9 2,4 20,7 5,3 0,3 100,0 1851 Rural 64,7 12,2 1,9 18,5 2,7 0,1 100,0 3181 Grande région Ouest 63,0 10,3 2,0 19,8 4,6 0,4 100,0 1680 Centre 68,3 8,5 1,1 20,1 2,0 0,0 100,0 1865 Sud 56,7 20,1 2,8 17,7 2,6 0,2 100,0 616 Nord-Est 56,9 15,3 3,8 17,7 6,0 0,3 100,0 871 Ethnle Wolof 66,2 7,5 1,7 21,1 3,2 0,1 100,0 2001 Poular 60,9 14,1 1,9 18,2 4,6 0,2 100,0 1237 S erer 67,5 12,5 0,9 17,1 2,0 0,1 100,0 802 Mandingue 60,9 14,8 4,1 15,9 4,1 0,3 100,0 391 Diola 50,4 21,1 3,3 20,4 4,8 0,0 100,0 270 Autre 55,6 14,2 3,9 20,5 5,1 0,6 100,0 331 Niveau d'instruction Aucun 64,5 11,4 1.8 18,8 3,3 0.1 100.0 4009 Primaire 59,1 14,1 3,3 19,0 4,3 0,3 100.0 675 Secondaire ou plus 54,9 9,8 2,3 25,6 6,9 0,6 100,0 348 Méthode contraceptive utlllsée Aucun 62,2 11,9 2,1 19,6 3,9 0,2 100,0 4587 Pilule 80,2 1,6 0,8 17,5 0,0 0,0 100,0 126 DIU 86,8 1,3 0,0 9,2 1,3 1,3 100,0 76 8térilisation (81,8) (4,5) (0,0) (9,1) (4,5) (0,0) I00,0 22 Continence périodique 66,7 3,5 1,8 26.3 1,8 0,0 100,0 57 Autre 61.0 20,7 2,4 15,2 0,0 0,6 100,0 164 Ensemble des femmes 63,1 11,7 2,1 19,3 3,7 0,2 100,0 5032 ( ) Inférieur à 50 cas 67 Les proportions de femmes sexueUement actives varient peu selon l'ãge de la femme; seules les femmes les plus jeunes (moins de 25 ans) se déclarent moins sexuellement actives que les autres. De méme, il semble que la durée du mariage influe peu sur l'activité sexuelle des femmes. En outre, il y a lieu de noter que plus d'une femme jamais mariée sur quatre (26 pour cent) a déclare avoir eu des rapports sexuels dans les quatre semaines avant l'enquete. S'agissant du milieu de résidence, de la région et de l'ethnie, les femmes urbaines, celles du Sud et du Nord-Est et les femmes diolas ont des proportions d'activité sexuelle relativement plus faibles que les autres femmes. La proportion de femmes sexuellement actives diminue légèrement avec l'augmentation du niveau d'instruction, Il faut souligner ici que les femmes avec une éducation secondaire ou plus ont ét~ les plus nombreuses .~ pratiquer 1' abstinence autre que l'abstinence post- partum. Ceci s'explique par le fait que les femmes instruites sont probablement plus jeunes et eélibataires. Comme il fallait s 'y attendre, les femmes qui utilisent une méthode contraceptive ont probablement une vie sexuelle plus active que celles qui n'utilisent aucune méthode. Parmi les utilisatrices de méthodes de planification familiale, la proportion de femmes sexuellement actives varie selon la méthode utilisée: le niveau d'activité sexuelle le plus élevé a été observé parmi les utilisatrices du DIU (87 pour cent). Le tableau 5.9 donne la ftéquence des rapports sexuels par ãge durant les quatre semaines ayant précédé l'enq@te ainsi que la frEquence des rapports habituels. Concernant l'activité sexuelle la plus récente, 37 pour cent des femmes sexuellement actives (23 pour cent par rapport à 63 pour cent) ont eu au moins cinq fois des rapports sexuels dans les quatre dernières semaines. Selon l'fige de la femme, la fréquence des rapports sexuels varie peu, à l'exception du groupe d'åges 45-49 ans, avec l'avancement en ãge. En ce qui concerne la fréquence de l'activité sexuelle habituelle en quatre semaines, la quasi-totalité des femmes (99 pour cent) se sont d6clarées sexuellement actives, et trois femmes sur cinq (61 pour cent) ont déclare avoir des rapports sexuelle cinq fois ou plus. Tableau 5.9 Fréquence des rapports sexuels Répætition (en %) des femmes ayant déjà eu des rapports sexuels par nombre de rapports durant les qualre semaines ayant proEeédé l'enquéte, et par nombre de rapports habituels par mois selon Fige, EDS-II Sénégal 1992/93 Nombre de rapports sexuels Effectif Groupe ND/ de d'åges 0 1-4 5 ou + NSP Total femmes LES 4 DERNIERES SEMAINES 15-19 44,4 32,5 23,2 0,0 100,0 505 20-24 45,7 32,2 21,9 0,1 100,0 940 25-29 36,8 39,9 23,1 0,1 100,0 972 30-34 31,2 42,7 25,7 0,3 100,0 859 35-39 33,6 42,5 23,8 0,1 I00,0 798 40-44 30,7 45,0 23,8 0,5 100,0 589 45-49 32,0 52,3 15,7 0,0 100,0 369 Ensemble des femmes 36,7 40,1 23,0 0,2 100,0 5032 HABITUELLEMENT EN 4 SEMAINES 15+19 1,0 39,2 59,0 0,8 100,0 505 20-24 1,3 38,6 59,3 0,9 100,0 940 25-29 0,2 36,3 63,2 0,3 100,0 972 30-34 0,0 35,4 63,7 0,9 100,0 859 35-39 0,0 36,6 63,0 0,4 100,0 798 40-44 0,3 40,1 57,9 1,7 100,0 589 45-49 0,3 48,0 51,8 0,0 100,0 369 Ensemble des femmes 0,4 38,2 60,6 0,7 100,0 5032 68 5.6 EXPOSITION AUX RISQUES DE GROSSESSE A la suite d'un accouchement, la femme reste un certain temps avant d'~tre à nouveau exposée å la grossesse. Ce temps est déterminé entre autres facteurs, par le retour de l'ovulation ou encore la durée de l'aménorrhèe post-partum et le temps pendant lequel la femme s'abstient de relations sexuelles. La combinaison de ces facteurs permet d'identifier les sujets non susceptibles d'~tre exposés au risque de grossesse et de mesurer la durée de non-susceptibilité. Cette durée se définit comme le temps pendant lequel une femme n'est pratiquement pas soumise au risque de grossesse par suite d'aménorrhée et/ou d'abstinence post-partum. Une femme non-susceptible est donc celle qui est temporairement protégée parce qu'elle n'a pas repris les relations sexuelles depuis son dernier accouchement et/ou qu'elle est en aménorrhée post- partum. Dans ce dernier cas, ses risques de grossesse sont négligeables m~me si elle reprend les relations sexuelles sans couverture contraceptive. Les données collectées portant sur les naissances vivantes et non les grossesses, l'analyse se fera par rapport aux premières. Le tableau 5.10 indique pour les naissances vivantes des 35 derniers mois révolus, le pourcentage de mères en aménorrhée, en abstinence et en période de non-susceptibilité selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance. Les durées moyennes et médianes sont également pr6sentées dans le même tableau. Ce tableau indique que plus de quatre femmes sénégalaises sur dix (43 pour cent) et plus d'une femme sur cinq (21 pour cent) sont respectivement en aménorrhée et en abstinence post-partum. Par ailleurs, près d'une femme sur deux (48 pour cent) est en période de non-susceptibilité. Les proportions de femmes en aménorrhée, en abstinence et non-susceptibles d'être exposées au risque de grossesse diminuent lorsque le temps 6coul6 depuis la dernière naissance augmente et elles deviennent peu significatives après 24 mois. Tableau 5.10 Aménorrhée r abstinence et non-susceptibilité post-partum Pourcentages de naissances dont les mères sont en aménorrhée, en abstinence et en période de non-susceptibilité post-partum, par nombre de mois écoulés depuis la naissance, et durées médianes et moyennes, EDS-II Sénégal 1992/93 Nombre de Effectif mois depuis Aménorrhée Abstinence Non-susceptibilité de la naissance post-partum post-partum post-partum naissances < 2 97,6 93,5 100,0 169 2-3 92.2 56,4 95,5 243 4-5 81,0 36,7 88,1 226 6-7 76,4 26,2 81,0 195 8-9 77.1 21,1 79,5 166 10-11 70.7 19,9 75,9 191 12-13 55,7 15,1 60.4 192 14-15 49,8 18,1 58.6 215 16-17 40.7 14,1 48,0 177 18-19 33,3 11,3 37,5 168 20-21 26,8 14,4 35,3 153 22-23 16,9 6,6 22,1 136 24-25 6,3 6,3 11,2 205 26-27 3,9 5,8 9,2 207 28-29 2,0 4,5 6,0 199 30-31 2,9 3,5 6,4 171 32-33 4,5 5,1 9,6 156 34-35 2.0 4,7 6,0 150 Ensemble 43,1 21,1 48.1 Médiane 14,3 3,5 16,2 Moyenne 15,1 7,5 16,9 Prév aience/lncidence 15,3 7.5 17,1 3319 69 La durée de l'aménorrhée est relativement longue. Ses valeurs moyennes et médianes s'établissent respectivement à 15,1 et 14,3 mois. Jusqu'à 8 mois, au moins trois femmes sur quatre sont encore dans cet état; à 14-15 mois, on en compte toujours une femme sur deux. La proportion de femmes en aménorrhée ne tombe au dessous de 27 pour cent qu'apr~s 22 mois. Cette longue aménorrhée est à mettre en relation avec l'allaitement prolongé et intensif. Par contre, l'abstinence post-partum a une durée courte. En moyenne, elle dure 7,5 mois et 50 pour cent des femmes cessent de s'abstenir avant 3,5 mois. Déjà à 2-3 mois, seulement 56 pour cent des femmes s'abstiennent; à 4-5 mois, il n 'y en plus que 37 pour cent; et à 10-11 mois, la proportion ne représente que 20 pour cent. Cette courte durée d'abstinence peut avoir des soubassements culturels, l'Islam ne prescrivant que 40 jours d'inactivité sexuelle à la suite d'une naissance. L'abstinence post-partum n'aura donc pratiquement pas d'incidence sur le risque de grossesse. Cette aménorrhée longue combinée à une abstinence relativement courte mais générale, conduit à une période de non-susceptibilité longue (moyenne de 17,1 mois et médiane de 16,2 mois). La proportion de femmes en période de non-susceptibilité presque égale à l'unit~ au cours des trois premiers mois consécutifs à la naissance, reste élevée jusqu'à 14-15 mois (60 pour cent) et ne tombe au-dessous de 20 pour cent qu'après 24 mois. Entre les deux enquêtes, EDS de 1986 et de 1992/93, les durées moyennes et médianes d'aménorrhée et d'abstinence post-partum ont très peu changé. Les différentiels socio-économiques sont assez sensibles (Tableau 5.11). L'aménorrhée est plus longue parmi les femmes non instruites, celles vivant en milieu et dans les régions du Centre et du Sud, et Tableau 5.11 Durée médiane de la non-susceptibilité post-partum Durées médianes (en mois) d'aménorrhée, d'abstinence et de non-susceptibilité post-partum, par caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Nombre de Effectif mois depuis Aménorrhée Abstinence Non-susceptibilité de la naissance post-partum post -partum post -par tum naissances Groupe d'åges < 30 ans 13,2 4,1 16,2 1891 30 ans ou plus 15,4 2,8 16,2 1428 Milieu de r~:,sidence Urbain 11,8 3,6 13,0 1148 Rural 15,8 3,4 17,3 2171 Grande région Ouest 12,5 2,9 14,7 1088 Centre 16,0 3,1 16,8 1235 Sud 14,5 7,9 17,2 415 Nord-Est 12,7 4.4 15,2 581 Ethnle Wolof 16,4 2,5 17,0 1264 Poular 12,3 4,7 15,1 821 Serer 12,9 3,1 14,3 605 Mandingue 15,5 5,2 18,5 238 Diola 12,6 13,1 13,9 176 Auue 13,4 4,5 17,1 215 Niveau d'instruction Aucun 15,3 3,5 16,9 2664 Primaire 12,1 3,9 14,4 468 Secondaire ou plus 7,5 3,2 8,3 187 Ensemble des femmes 14,3 3,5 16,2 3319 70 parmi les femmes les plus jeunes (moins de 30 ans). Mais c'est surtout la scolarisation qui introduit les plus grandes différences: la durée médiane de l'aménorrhée est deux fois plus élevée parmi les non scolarisées que parmi celles qui ont un niveau secondaire ou plus (15,3 mois contre 7,5 mois). Enfin, les Wolof et les Mandingue ont des durées d'aménorrhée plus longues que les autres ethnies. Par contre, pour l'abstinence, toutes les femmes semblent se conformer à une norme (durée médiane de 3 à 4 mois). Les femmes Diola, avec une durée médiane de 13 mois, sont les seules à s'écarter notablement de ce modèle. Ceci explique également que le Sud, principale zone de résidence des Diola, diffère des autres régions. En terme de non- susceptibilité, les di fférentiels observés sont le reflet de ceux mis en évidence pour l'aménorrhée post-partum, qui est le facteur explicatif le plus important de la non-susceptibilité. Le tableau 5.12 présente des indicateurs de fin d'exposition aux risques de grossesse parmi les femmes mari~es de 30 å 49 ans. Le premier indicateur, la proportion de femmes ménopausées, représente la proportion des femmes qui n'ont pas eu de règles depuis au moins six mois avant l'enquête ou bien qui se sont d6clarées en ménopause tout en étant ni enceintes ni en aménorrhée. Cette proportion augmente très rapidement avec l'~tge: de 2 pour cent à 30-34 ans, elle passe å 11 pour cent à 42-43 ans, puis à 43 pour cent à 48-49 ans. Ce découpage en groupes d'åges de deux ans permet de se rendre compte que la sortie de la vie féconde est loin d'être uniforme au sein d'un même groupe d'åge quinquennal (40-44 ou 45-49ans). Le deuxième indicateur porte sur l'infécondabilité définitive. Une femme est définie comme définitivement infécondable, lorsqu'en union depuis au moins cinq ans, elle n'a pas utilisé la contraception au cours des cinq demières années, elle n'a pas eu de naissance vivante au cours de cette période et n'est pas actuellement enceinte. Pour l'ensemble des femmes, on compte 29 pour cent d'infécondables définitives. Comme pour la ménopause, l'infécondabilité augmente très rapidement avec l'age. De 11 pour cent å 30-34 ans, elle concerne 69 pour cent des femmes de 46-47 ans et 84 pour cent de celles de 48-49 ans. Le troisième indicateur est relatif å l'abstinence prolongée. Sont dites en abstinence prolongée, les femmes mari~es depuis au moins trois ans qui n'ont pas eu de relations sexueUcs durant les trois demières années précédant l'enquête. Comme on le constate, le pourcentage de femmes dans cette situation est très faible (moins de 2 pour cent dans l'ensemble) et ne dépasse 2 pour cent qu'après 42 ans. 71 Tableau 5.12 Fin d'exposition au risque de grossesse Pourcentages de femmes de 30-49 ans actuellement mariées qui sont en ménopause, en infécondabilit6 déf'mitive et en abstinence de longue durée par åge, EDS-II Sénégal 1992/93 Effectif Effectif Inféconda- d'inféconda- Effectif en Groupe en bilité bilité Abstinence abstinence d'åges Ménopause I ménopause définitive 2 définitive pmlongée 3 prolong~ie 30-34 2,4 381 11,3 459 0,8 792 35-39 4,1 436 21,9 407 1,6 733 40-41 9,3 216 31,0 158 1,4 280 42-43 10,8 167 50,0 112 3,3 210 44-45 25,3 170 58,7 121 2,5 197 46-47 37,1 116 69,4 62 3,2 124 48-49 42,9 77 84,4 45 4,7 85 Femmes de 30-49 ans 11,8 1563 29,2 1364 1,7 2421 IPourcentage de fenmles actuellement mariées, ni enceintes, ni en aménorrhée post-partum dont les dernières regles ont eu heu 6 mo~s ou plus avant l'enquête ou qui se sont declarees en ménopause. 2Pourcentage de femmes continuellement mari~es, qui n'ont pas ulilisé la contraception, qui n'ont pas eu de naissance durant les cinq années précédant l'enquête et qui ne sont pas enceintes. 3Pourcentage de femmes actuellement mariées qui n'ont pas eu de rapports sexuels durant les trois années précédant l'enqu&te. 72 CHAPITRE 6 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE Mohamed Ayad Les questions sur les préférences en matière de fécondité ont pour objectif de mesurer les besoins futurs en matière de contraception ainsi que le degré de réussite des couples dans le contrôle de leur fécondité. L'analyse des thèmes étudiés dans ce chapitre est basée sur les points suivants à savoir: le désir ou non de la femme d'avoir des enfants (supplémentaires) dans l'avenir, et le délai d'attente avant d'avoir le prochain enfant; les besoins en matière de planification familiale; le nomboe total d'enfants désirés; et la planification de la fécondité. Il est å noter que l'interprétation des données sur les attitudes vis-à-vis de la procréation a toujours été un sujet de controverse. En fait, il y a des limitations quand on utilise les données de ce type d'investigation car de telles données sont recueillies ~. partir d'un échantillon de femmes qui en sont å différents moments de leur vie féconde. Pour les femmes en début de mariage, les réponses sont liées à des objectifs à long terme dont la stabilité et la valeur prédictive sont inconnues. Pour les femmes en fin de vie féconde, les réponses sont influencées par leur passé. Par ailleurs, certains chercheurs pensent que les réponses aux questions sur les préférences en matière de fécondité: 1/ reflètent des points de vue éphémères qui sont exprimés sans beaucoup de conviction, et 2/ ne tiennent pas compte de l'effet des pressions sociales ou des attitudes des autres membres de la famille, particulièrement du mari, qui peuvent avoir une grande influence sur les décisions en matière de reproduction. Malgré les problèmes d'interprétation concernant l'analyse des données sur les préférences en matière de fécondité, les résultats de ce chapitre peuvent aider à expliquer les forces qui affectent la fécondité dans un pays comme le Sénégal où la prévalence contraceptive est encore faible et où la natalité reste élevée. 6.1 DES IR D 'AVOIR DES ENFANTS (SUPPLEMENTAIRES) Les besoins potentiels en matière de services de contraception sont mesurés à partir d'une série de questions adressées aux femmes actuellement mari~es sur leurs attitudes quant au désir d'espacer leur prochaine naissance ou de ne plus avoir d'enfants, Le tableau 6.1 et montre qu'une femme sur cinq (20 pour cent) a répondu qu'elle ne désirait plus d'enfant tandis que plus de deux femmes sur trois (70 pour cent) en voulaient plus. 11 est à noter que parmi les femmes qui ont déclaré qu'elles désiraient avoir des enfants (supplémentaires) dans l'avenir, plus de la moitié (39 pour cent) voulaient espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus. Au total donc 59 pour cent des femmes - celles ne voulant plus d'enfants (20 pour cent) et celles désirant espacer pour une période d'au moins deux ans (39 pour cent) - peuvent être considérées comme des candidates potentielles å la planification familiale. On constate que le pourcentage de femmes ne désirant plus d'enfants, augmente régulièremcnt scion le nombre d'enfants survivants, comme l'indique le graphique 6.1: il passe de 1 pour cent chez les femmes qui n'ont aucun enfant à 9 pour cent chez celles qui ont 3 enfants et à 51 pour cent chez les femmes qui en ont 6 ou plus. A l'inverse, le pourcentage de femmes qui désirent d'autres enfants diminue avec la taille de la famille passant de 89 pour cent chez les nuUipares à 80 pour cent chez celles ayant 3 enfants et à moins de 37 pour cent chez les femmes ayant 6 enfants ou plus. 73 Tableau 6.1 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants Répartition (en %) des femmes actuellement mariées par leur désir d'enfants supplémentalres, selon le nombre d'enfants vivants, EDS-]I Sénégal 1992/93 Nombre d'enfants vivants I Ensemble Désir des d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 + femmes Veut un autre bient6t 2 73,5 37,2 34,5 27,6 24,5 15,2 9.3 27,8 Veut un autre plus tard 3 8,7 50,7 50,4 49,8 47,5 41,2 24,3 39,0 Veut un autre, NSP quand 7,1 3,6 4.2 3,0 2,8 2,4 1,2 3,1 Indécise 2,8 3,0 4,3 8.2 6,1 9,6 9,5 6,6 Ne veut plus d'enfant 1.0 1.4 4,0 8,9 16,1 27,9 51,4 19,7 Stérilisée 0,0 0,0 0,2 0.2 0,5 0,4 1,2 0,4 S'est déclæée stérile 6,6 4.0 2,3 2,3 2,5 3,4 3.0 3,2 Non déclaré Õ,3 0,2 0,2 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100.0 100.0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 393 643 649 644 571 534 1071 4505 1y compris la grossesse actuelle 2Veut un autre dans les deux ans 3Veut espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus Graphique 6.1 Désir d'enfants supplémentaires des femmes mariées selon le nombre d'enfants vivants Pourcentage 100 80 60 40 20 0 0 1 2 3 4 Nombre d'enfants vivants 5 • []Veut []Veut [] []•Veut Nelndécise Stérile/stéri]isée veut après dans NSPplus quandles 2 ans 2 ans i EDS-II Sénégal 1992/93 74 L'analyse des données selon l'åge actuel du tableau 6.2 conduit ~ un résultat attendu en raison de la forte corrélation positive entre cette variable et le nombre d'enfants. Tout comme pour la parité, la proportion de femmes actuellement mari~es voulant un autre enfant diminue avec l'fige: elle passe de 94 pour cent å 15- 19 ans å 20 pour cent à 45-49 ans. Parallèlement, le désir de ne plus avoir d'enfants augmente selon l'åge: la proportion passe de 2 pour cent chez les femmes actuellement mari~es de 15-24 ans à 51 pour cent chez celles agées de 45-49 ans. Tableau 6.2 Préférences en matière de fécondité selon l'åge Réparåtion (en %) des femmes actuellement mari~es par leur désir d'enfants supplémentaires, selon l'âge, EDS-II Sénégal 1992/93 Age de la femme Ensemble Désir des d'enfants 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 femmes Veut un autre bient,3t I 34.9 30,7 30,1 27,1 25,9 25,1 15,8 27,8 Veut un autre plus tard 2 53,2 58,6 52,8 43,3 29,2 7,9 3,2 39,0 Veut un autre, NSP quand 6.1 4,4 3,2 2,3 2,5 1,8 1,2 3,1 Indécise 3.8 4,0 5,4 8,5 7,2 8,5 10,8 6,6 Ne veut plus d'enfant 1.8 1.7 7,2 17,6 32,1 46,2 51,2 19,7 Stérilisée 0,0 0,0 0,l 0,0 1,0 1.6 0,9 0,4 S'est déclarée stérile 0,2 0,4 1,2 1,3 2,0 8,8 17,0 3,2 Non déclaré 0.0 0,3 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 444 775 865 792 733 554 342 4505 1Veut un autre enfant dans les deux ans 2Veut espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus La situation observée ci-dessus est davantage nuancée en fonction des caractérisfiques socio- démographiques. Les analyses sont présentées selon le nombre d'enfants survivants pour ne pas confondre l'effet de cette variable avec celui des autres variables socio-démographiques. Il ressort du tableau 6.3, qu'aussi bien en milieu urbain qu'en milieu rural, le pourcentage de femmes ne désirant plus d'enfants augmente régulièrement avec le nombre d'enfants survivants. Pour l'ensemble des femmes actuellement mariées, le pourcentage de celles ne désirant plus d'enfants est nettement plus élevé en milieu urbain (26 pour cent) qu'en milieu rural (17 pour cent). Par grande région, les femmes de l'Ouest sont celles qui ont le plus exprimé le désir de limiter leurs naissances: 25 pour cent contre 16 à 19 pour cent dans les autres grandes régions. Au niveau ethnique, les femmes mandingues sont les moins nombreuses à exprimer le désir de limiter leur descendance: 15 pour cent contre 20 à 21 pour cent chez les femmes des autres ethnies. L'instruction apparaît comme un facteur favorisant le désir de ne plus avoir d'enfants, surtout chez les femmes qui ont quatre enfants ou plus. En effet, parmi les femmes qui ont 5 enfants, 26 pour cent des femmes n'ayant pas d'instruction ne veulent plus d'enfants, contre 33 pour cent parmi celles ayant le niveau primaire et 58 pour cent des femmes ayant le niveau secondaire ou plus. Pour l'ensemble des femmes, quel que soit l'age, plus du tiers (34 pour cent) ayant le niveau secondaire ou plus ne souhaite plus d'enfants, contre 23 pour cent chez les femmes qui ont le niveau primaire et 19 pour cent chez celles qui n'ont aucun niveau d'instruction. 75 Tableau 6.3 Désir de limiter les naissances Pourcentages de femmes actuellement mari~es qui ne veulent pas d'enfant par le nombre d'enfants encore en vie et les caractérlsUques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Nombre d'enfants vivants 1 Ensemble des Caractéristique 0 1 2 3 4 5 6 + femmes Milieu de r~sldence Urbain 0,0 2,1 6,8 11,0 27,9 32,9 60,0 26,2 Rural 1,4 1,1 2,9 8,1 11,3 26,1 48,5 17,3 Grande réglon Ouest 0,0 3,3 5,4 9.8 20,7 32,2 60,6 25,4 Centre 1,3 0,0 4,6 8,4 15,0 24,9 48,5 18,0 Sud 0.0 2,9 2,5 4.5 14,8 24,3 42,7 16,1 Nord-Est 2,4 0,7 2,4 11,6 14,9 33,3 51,5 18,6 Ethnle Wolof 0,6 0,7 5,1 9,9 15,5 29.4 51,9 20,2 Poular 2,3 1,2 2,3 12,0 22,5 31,7 58,1 21,1 Serer 0,0 4,5 3,2 4,4 13,8 20,0 51,9 20,8 Mandingue 0,0 2,0 2,0 4,5 14,3 13,2 45,3 14,8 Diola 0,0 0,0 0,0 0,0 20,0 38,5 42.6 21,1 Autre 0,0 0,0 12,8 12,5 11,4 37,1 57,4 20,2 Niveau d'Instruction Aucun 0,9 1,1 3,5 8,7 14,1 26,0 50,1 19,0 Primaire 1,9 2,6 4,7 6,6 23,7 33,3 61,7 22,7 Secondaire ou plus 0,0 2,8 10,9 19,4 44,8 58,3 83,7 33,8 Ensemble des ferrmles 1,0 1,4 4,2 9,0 16,6 28.3 52,7 20,2 Note: Les femmes stérilisées sont considérées comme ne voulant plus d'enfants. Iy compris la grossesse actuelle 6.2 BESOINS EN MATIERE DE PLANIFICATION FAMILIALE Le tableau 6.4 présente trois types de données: le pourcentage de femmes actuellement mari~es qui ont des besoins non-satisfaits en matière de planification familiale, le pourcentage de celles dont les besoins sont satisfaits, et les pourcentages de demande potentielle totale de services de planification familiale par caractéristiques socio-démographiques. On définit les femmes comme ayant des besoins non-satisfaits en matière de contraception, t toutes celles qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfants (limiter leurs naissances) ou qui ont déclaré attendre deux ans ou plus avant la prochaine naissance (espacer leurs naissances) et qui n'utilisent pas la contraception. Les femmes ayant des besoins insatisfalts, celles dont la contraception a échoué, et celles utilisant actuellement la contraception constituent la demande totale en matière de planification familiale. ~Le calcul exact des besoins non-satisfaits est expliqué en note du Tableau 6.4. 76 Tableau 6.4 Besoins en matière de planification familiale Pourcentage de femmes actuellement mariées ayant des besoins non-satisfaits en matière de planification familiale (PF), pourcentage de celles dont les besoins sont satisfaits et pourcentages de demande potentielle totale de services de PF par caractéristiques socio-démographiques, EDS-11 Sénégal 1992/93 Caractéristique Besoins en Demande Besoins en PF satisfaits potentielle PF non- (utilisation totale en satisfaits I pour: actuelle) 2 pour: PF 3 pour: Pour- Effectif centa8e de Espacer Limiter Total Espacer Lin~ter Total Espacer Limiter Total de PF femmes Groupe d'figes 15-19 23,4 1,1 24,5 2,0 0,0 2,0 25,5 1,1 26,6 7,6 444 20-24 25,3 1,2 26,5 4,6 0,1 4,8 29,9 1,3 31,2 15,3 775 25-29 22,4 2,5 25,0 6,9 1,4 8,3 29,4 3,9 33,3 25,0 865 30-34 25,1 5,7 30,8 6,2 2,8 9,0 31,3 8,5 39,8 22.5 792 35-39 18,1 14,7 32,9 4,5 5,0 9,5 22,6 19,8 42,4 22,5 733 40-44 6.5 24,0 30,5 1,1 8,8 9,9 7,6 32,9 40,4 24,6 554 45-49 1,8 20,2 21,9 0,6 5,3 5,8 2,3 25,4 27,8 21,1 342 Milieu de résidence Urbain 22,1 10,7 32,8 9,5 6,6 16,1 31,6 17,3 48,9 33,0 1452 Rural 17,9 7,7 25,6 1,9 1,4 3,3 19,8 9.1 28,9 11,3 3053 Grande r~glon Ouest 21,2 10,2 31,4 8,6 5,9 14,4 29,7 16,1 45,8 31,5 1380 Centre 18,5 7,7 26,1 1,6 1,8 3,4 20,1 9,5 29,6 11,6 1771 Sud 16,7 8.1 24,8 3,5 1,9 5,4 20,2 10.0 30.2 17,8 540 Nord-Est 19,5 8.6 28,1 3,6 2,0 5,5 23,1 10,6 33,7 16,4 814 Ethnle Wolof 19,2 8,5 27,7 4,2 3,4 7,6 23,3 12,0 35,3 21,5 1831 Poular 19,5 10,3 29,8 4,1 2,3 6,3 23,5 12,6 36,2 17,6 1134 Serer 20,7 8,7 29.4 3,1 2,7 5,7 23,8 11,3 35,1 16,3 715 Mandingue 17,5 4,1 21,6 5,3 1,8 7,1 22,8 5,9 28,7 24,7 338 Diola 17,8 10,3 28.1 6,5 4,3 10,8 24,3 14,6 38,9 27,8 185 Autre 18,5 7,6 26.2 7.0 5,6 12,6 25,5 13,2 38,7 32,5 302 Niveau d'Instruction Aucun 18.5 8,8 27.3 2,3 1,8 4,1 20,8 10,6 31,4 13,2 3776 Primaire 25,0 7,3 32,3 12,0 7,1 19,1 37,1 14,4 51,5 37,2 507 Secondaire ou plus 19,4 10,4 29.7 20,7 15,8 36,5 40,1 26,1 66,2 55,1 222 Ensemble des femmes 19,3 8,7 27,9 4,3 3,1 7,4 23,6 11,8 35A 21,0 4505 1 i Les besoins non-satisfaits pour espacer concernent les femmes enceintes dont la grossesse ne s est pas produite au moment voulu, les femmes en aménorrrhée dont la dernière naissance ne s'est pas produite au moment voulu, et les femmes qui ne sont ni enceintes ni en aménor~h6e, qui n'utilisent pas de méthode contraceptive et qui ont déclaré vouloir attendre deux ans ou plus avant leur prochaine naissance. Les besoins non-satisffults pour limiter concernent les femmes enceintgs dont la grossesse n'était pas voulue, les femmes en aménorrhée dont la dernière naissance n'était pas voulue, et les femmes qui ne sont ni enceintes ni en aménoïrhée, qui n'utilisent pas de méthode contraceptive et qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfant. Sont également exclues les fer~~.es qui sont en ménopause ou en période d'inféeondabilit~, selon les défiultions données au Tableau 5.12. 2L utilisation pour espacer concerne les femmes qui utilisent actuellement une méthode contraceptive et qui ont déclaré vouloir attendre deux ans ou plus avant leur prochaine naissance. L'utilisation pour limiter concerne les femmes qui utilisent actuellement une méthode contraceptive et qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfant. 3Besoins non-satisfaits et utilisation actuelle 77 Pour l'ensemble du premier groupe, près de trois femmes sénégalaises sur dix (28 pour cent) sont dans le besoin de pratiquer la planification familiale, soit pour limiter ( 19 pour cent), soit pour espacer (9 pour cent). Pour ce qui est du second groupe, parmi les 7 pour cent des femmes qui pratiquent la contraception, 3 pour cent l'utilisent pour limiter et 4 pour cent pour espacer. Le dernier groupe de données fournit la demande totale (35 pour cent) pour les services de planification familiale parmi les femmes actuellement mariées. Comme on l'a signal6 plus haut, ce groupe comprend les femmes ayant des besoins non-satisfaits et celles qui utilisent actuellement la contraception. L'avant dernière colonne du tableau donne le pourcentage de la demande totale pour les services de contraception qui est satisfaite (21 pour cent): il s'agit des femmes qui utilisent actuellement la contraception et celles qui l'avaient utilisée sans succès par rapport à la demande totale. Les besoins en matière de planification familiale diffêrent selon les caractéristiques socio- démographiques. Au niveau du premier groupe, c'est chez les femmes les plus jeunes (15-19 ans) et chez celles qui sont les plus /tgées (45-49 ans) que les besoins non-satisfaits sont les moins fréquents (respectivement 25 et 22 pour cent). Chez les autres groupes d'åges, les proportions varient entre 27 et 33 pour cent). Au niveau du milieu de résidence, les pourcentages des besoins non-satisfaits sont plus élevés en milieu urbain (33 pour cent) qu'en milieu rural (26 pour cent). Du fait que les femmes rurales utilisent beaucoup moins les méthodes contraceptives, la demande totale satisfaite pour les services de planification familiale est largement plus importante dans les zones urbaines (33 pour cent) que dans les zones rurales (11 pour cent). S'agissant des grandes régions, les résultats obtenus montrent que les besoins non-satisfaits sont plus importants chez les femmes de l'Ouest (31 pour cent) et du Nord-Est (28 pour cent) que chez celles de Centre (26 pour cent) et du Sud (25 pour cent). Selon l'ethnie, la proportion de femmes susceptibles d'utiliser la planification familiale est beaucoup moins élevée parmi les Mandingues (22 pour cent) que les proportions de femmes des autres ethnies qui varient entre 26 et 30 pour cent. Concernant le niveau d'instruction, les femmes ayant fréquenté l'école primaire ou secondaire ont des besoins non-satisfaits en matière de planification fanailiale plus élevés (respectivement 32 et 30 pour cent) que celles qui n'ont aucune instruction (27 pour cent). Par contre, la demande potentielle totale augmente de façon importante avec le niveau d'instruction passant de 31 pour cent chez les femmes n'ayant aucune instruction à 66 pour cent chez celles ayant un niveau secondaire ou plus. 6.3 NOMBRE TOTAL D 'ENFANTS DES IRES La taille idéale de la famille souhaitée est appréhendée par l'intermédiaire des questions suivantes: Pour les femmes qui n'ont pas d'enfants, on a demandé: "Si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants à avoir dans toute votre vie, combien voudriez-vous en avoir en tout?" Pour les femmes qui ont des enfants, la question est formulée ainsi: "Si vous pouviez recommencer à partir de l'époque ou vous n'aviez pas d'enfants, et si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants à avoir dans toute votre vie, combien auriez-vous voulu en avoir au total?" Dans ce chapitre, nous avonsjusqu'ici étudié les préférences de la femme en matière de reproduction en tenant compte du nombre d'enfants qu'elle a d~ jà eus. Dans cette section, par contre, nous intéressons à l'information sur le nombre idéal d'enfants al~sir~s, ce qui est une tâche difficile pour la femme; car il s'agit 78 de r6pondre à une question hypothétique, å savoir le nombre d'enfants qu'elle souhaite avoir, dans l'absolu, indépendamment de la taille actuelle de sa famille. Le tableau 6.5 montre qu'en moyenne, le nombre idéal d'enfants est de 5,9 pour l'ensemble des femmes et de 6,3 pour celles actuellement mari6es. Par rapport à I'EDS- I de 1986, le nomboe moyen d'enfants désirés chez l'ensemble des femmes a connu une baisse non n6gIigeable de 13 pour cent (6,8 enfants par femme en 1986 contre 5,9 en 1992-93). Comme dans I'EDS-I, la proportion de femmes ayant eu plus d'enfants vivants que d'enfants désirés augmente rapidement avec le nombre d'enfants vivants: de 0 pour cent à un enfant, cette proportion passe à 33 pour cent à 6 enfants ou plus. Quel que soit le nombre d'enfants survivants, la majorité des femmes s6négalaises (71 pour cent) désirent une famille nombreuse de quatre enfants ou plus. Tableau 6.5 Nombre idéal d'enfants Répartition (en %) de l'ensemble des femmes par nombre idéal d'enfants et nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des femmes et pour celles actuellement marié.es selon le nombre d'enfants vivants, EDS-II Sénégal 1992/93 Nombre Nombre d'enfants vivants I Ensemble idéal des d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 + femmes 0 0,1 0.0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,2 0,1 1 0,5 0,7 0,5 0,4 0,5 0,4 0,4 0,5 2 4,8 3,3 4,3 2,4 2,7 3,8 3,0 3,7 3 12,3 10,6 4,7 7,9 4,5 3,8 6,5 8,2 4 23,1 19,4 16,6 11,9 11,3 6,9 12,1 16,1 5 21,0 18,0 19,7 18,1 14,5 14,3 11,2 17,2 6 ou plus 24,9 30,3 37,5 42,7 49,2 49,5 48,1 37,6 Réponses non-numériques 13,3 17,6 16,6 16,4 17,4 21,2 18,5 16,6 Total I00,0 I00,0 lO0,O lO0,O lO0,O I00,0 I00,0 loe,O Effectif de toutes le femmes 1763 839 751 700 602 551 1104 6310 Nombre idéal moyen 5,2 5,5 5,8 6,0 6,5 6,7 6,5 5,9 Toutes les femmes avec réponses numériques 1528 691 626 585 497 434 900 5261 Nombre idéal moyen 5,9 5,9 6,0 6,2 6,6 6,6 6,6 6,3 Ferranes mari~es avec réponses numériques 323 518 535 537 467 423 875 3678 Note: Les moyennes sont calcul~es en excluant les femmes ayant donné des réponses non-numériques. Y compris la grossesse actuelle Le tableau 6.6 donne le nombre moyen idéal d'enfants pour l'ensemble des femmes selon l 'åge actuel et selon certaines variables socio-démographiques. Par milieu de résidence, les femmes rurales semblent désirer plus d'enfants que les femmes urbaines, quel que soit le groupe d'ãges. L'écart absolu entre les deux milieux est de 1,9 enfants (4,8 dans l'urbain contre 6,7 dans le rural). Par grande région, les femmes de l'Ouest semblent désirer le moins d'enfants (5,0), alors que celles du Sud désirent le plus d'enfants (6,7). 79 Tableau 6.6 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiques Nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des femmes par åge et par car socio~démographiques. EDS-II Sénégal 1992/93 Age actuel Tous Caractéristique 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 åges Milieu de résidence Urbain 4.4 4.5 4.8 5.1 5.3 5.1 5,4 4.8 Rural 6.4 6.7 6.7 6.8 7.0 7.0 7,2 6.7 Grande réglon Ouest 4,6 4.7 5.0 5.3 5.5 5.4 5.7 5.0 Centre 6.0 6.3 6,2 6.7 6,7 6,3 7.2 6.4 Sud 6,4 6.7 6.2 6.5 7,3 7.4 6.3 6,7 Nord-Est 5,7 5,9 6.9 6.3 6,7 7.2 7.0 6,4 Ethnle Wolof 5.4 5.5 5,5 5.8 6.1 5.8 6.3 5,7 Poular 5.6 5,9 6,2 6.2 6,4 6.3 7.4 6.1 Serer 5.5 5,8 6.4 6.6 6,5 6.7 7.2 6.2 Mandingue 5,8 6.1 6.5 5,7 6.6 7.9 5.9 6.3 Diola 4.8 4.8 4.9 5,9 6.7 6.6 5.1 5.4 Autre 5,1 5.4 5.8 6.0 6.1 6.4 6.1 5.7 Niveau d'Instruction Aucun 6.1 6,3 6,3 6.6 6.7 6.6 6.7 6.4 Primaire 4.7 4,6 4,9 5,1 5,2 5.6 5,2 4.9 Secondaire ou plus 4.2 4,0 4,1 4.2 4.4 3.8 4.7 4.1 Ensemble des femmes 5,4 5,6 5.8 6,0 6.3 6.3 6.6 5.9 Par ethnie, les Diola et les Wolof font partie du groupe de femmes qui désireraient avoir une dimension relativement réduite (respectivement 5,4 et 5,7 enfants par femme). Les femmes des trois autres ethnies, Poular, Serer et Mandingue, par contre, sont celles qui aimeraient avoir une famille nombreuse (variant entre 6,1 et 6,3 enfants par femme). Le niveau d'instruction appara~ comme une variable négativement associée au nombre idéal d'enfants. En moyenne l'écart absolu est de 2,3 enfants entre les femmes qui n'ont jamais ét~ à l'école et celles qui ont un niveau secondaire ou plus. Ainsi, les écarts observés entre les milieux urbain et rural d'une part, et entre les lemmes ayant fréquenté l'école et celles sans instruction, d'autre part, donnent une indication précieuse sur les changements sociaux dont ces facteurs de modernisme sont des indicateurs. 6.4 PLANIFICATION DE LA FECONDITE On a pos6ee aux femmes de I'EDS-II une s6rie de questions relatives à chaque naissance des cinq demières années et à la grossesse actuelle (s'il y en a une) dans le but de déterminer si, lorsque la femme s'est trouvée enceinte, elle souhaitait être enceinte b. ce moment-là, plus tard, ou s'il s'agissait par contre d'une grossesse non désirée. Ces questions constituent un indicateur particulièrement important permettant de mesurer le degré de réussite des couples dans le contrOle de leur fécondité. Les questions sur la planification de la fécondité exigent de la femme un effort de concentration pour se souvenir avec exactitude de ses préfércnces en matière de fécondité à un ou plusieurs moments pr6cis des cinq dcrnières années, et de les rapporter honnEtement. En outre, il existe un risque de rationalisation dans 80 la mesure oh, souvent, une grossesse non desirée peut devenir par la suite un enfant auquel on s'est attachE. Malgré ces problèmes, les résultats d'enquEtes antérieures ont indique que de telles questions permettent d'obtenir des informations extremement utiles sur le statut de la planification des naissances. Le tableau 6.7 donne la répartition des naissances des cinq demières années par type de planification selon le rang de naissance et l'[lge de la mère å la naissance. Parmi les 6278 naissances (y compris la grossesse actuelle) des cinq demières années, 70 pour cent étaient désirées; par contre, près d'une naissance sur quatre (23 pour cent) était désirEe, mais les femmes l'aurait souhaitEe pour plus tard, et 5 pour cent seulement n'étaient pas du tout désirées. Les naissances de rang 1 et 2 semblent mieux planifiées que les naissances de rang 3 ou plus. Par rapport à l'fige de la mère, c'est chez les femmes qui ont des enfants avant l 'åge de 30 ans que les naissances sont également les mieux planifiées. Tableau 6.7 Planification de la féeondité Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enqu&te par type de planification selon le rang de naissance et l'fige de la mère à la naissance, EDS-II Sénégal 1992/93 Statut de la naissance: Rang de Effectif naissance et Voulue Voulue Non- de åge de la mère au moment plus tard désirée ND Total I naissances Rang de naissance 1 76,5 19,3 2,5 0,8 99,0 1058 2 75,2 22,5 1,4 0,1 99,2 957 3 72,9 23,7 1,7 0,6 98,9 820 4 ou plus 66,3 24,8 6,8 0,7 98,6 3443 Age de la mère < 20 74,4 22,1 1,9 0,5 98,9 1016 20-24 72,3 24,5 1,6 0,5 98,9 1541 25-29 71,2 24,9 2,1 0,7 98,9 1474 30-34 69,6 24,8 3,9 0,7 99,0 1184 35-39 64,1 23,0 10,4 0,5 98,0 757 40-44 59,9 10,4 27,1 1,1 98,5 269 45-49 51.4 5,4 35,1 2,7 94.6 37 Ensemble 70,2 23,4 4,6 0,6 98,8 6278 Note: Le rang de naissance inclut la grossesse actuelle. ty compris les non-déclarés Le tableau 6.8 présente un autre indicateur de la fécondité non désirée au Sénégal. Cet indice exprime le niveau de fécondité qui, théoriquement devrait etre atteint si toutes les naissances non desir6es étaient ~vit~es. Le calcul des taux de fécondité désirée se fait de la méme manière que le calcul des taux de fécondité par åge présentés dans le Chapitre 3, tout en éliminant du numérateur les naissances classées comme non désirées. Le cumul des taux de fécondite désiree par ãge donne l'indice synthétique de fécondite désirée (ISFD) qui est analogue à l'indice synthétique de fécondite (ISF). La comparaison du taux de fécondité actuel 81 avec celui de fécondité dêsirée met en évidence l'impact démographique potentiel de la prévention des naissances non souhaitées. Tbéoriquement, I'ISFD devrait être un meilleur indice de la fécondité désirée que la réponse à la question sur le nombre idéal d'enfants. Cet indice est plus proche de la réalité, car les réponses des femmes enquêtées tiennent probablement compte de la répartition des enfants déjà nés selon le sexe et des considérations de survie. Les réponses à la question sur le nombre total d'enfants al~sir~s, par contre, se réfèrent probablement aux enfants encore en vie et peuvent supposer une répartition idéale des deux sexes. Une autre différence entre les deux mesures mérite d'être signalée; I'ISFD prend la fécondité observée comme point de départ et par conséquent, il ne peut jamais être supérieur å I'ISF, contrairement au nombre idéal d'enfants désirés qui peut être supérieur au nombre d'enfants déjà nés. En comparant I'ISFD (5,1 enfants) et I'ISF (6,0 enfants), on constate que plus d'un couple sénégalais sur sept (15 pour cent) ne réussit pas encore à planifier le nombre d'enfants qu'il désire. Pour ce qui est des caractéristiques socio- démographiques, l'indice synthétique de fécondité désirée varie dans le même sens que l'indice synthétique de féconditê, sauf que les niveaux de I'ISFD sont plus faibles pour toutes les catégories. C'est particulièremcnt dans l'Ouest (4,3 enfants), chez les femmes du milieu urbain (3,8 cnfants), chez celles de l'ethnie Wolof (4,5 enfants) et chez les femmes ayant un niveau d'instruction secondaire ou supéricur (2,8 enfants) que la féconditê désirée est la plus faible (Graphique 6.2). Tableau 6.8 Taux de fécondité désirée Indice synthétique de fécondité désirée et indice synthétique de fécondité pour les trois années ayant précédé l'enquête, par caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Caractéristique Indice synthétique Indice de fécondité, synthétique désirée de fécondité Milieu de résldenee Urbain 3,8 5,1 Rural 5.9 6,7 Grande région Ouest 4,3 5,5 Centre 5,6 6,3 Sud 5,9 6,5 Nord-Est 5,3 6.5 Ethnle Wolof 4,5 5,4 Poular 5,3 6,4 Serur 6,2 7,3 Mandingue 4,7 5,4 Diola 5,0 5,8 Autre 5,1 6.3 Niveau d'instruction Aucun 5,6 6,5 Primaire 4,1 5,7 Secondaire ou plus 2,8 3,7 Ensemble des femmes 5,1 6,0 Note: Les indices sont basés sur les naissmaces des femmes de 15 49 ans durant la période 1-36 mois précédant l'enqu&te. L'ISF est le m~me que celui présenté au Tableaux 3.1 et 3.2. 82 Graphique 6.2 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée RESIDENCE Urbain Rural GRANDE REGION Ouest Centre Sud Nord-Est iNSTRUCTION AUGURe Primaire Secondaire ou + 0 ; ; , ; ; ; , ; , ; , , , ; , , ; ; , ilil i i l l l l l l l l liii l i i i i i I 1 2 3 4 5 6 Nombre d'enfants par femme ENS-II S6n6ga11992/93 83 CHAPITRE 7 SANTE DE LA MERE ET DE L'ENFANT Papa Demba Diouf Ce chapitre examine des questions de première importance sur la santé de la mère et de l'enfant. Il s'agit de la surveillance prénatale, y compris l'immunisation par la vaccination antitétanique, les conditions d'accouchement, les vaccinations des enfants de moins de cinq ans, et enfin la prévalence et le traitement des principales maladies des enfants, en particulier les infections respiratoires, la fièvre et la diarrhée. L'analyse de ces données permet d'une part d'évaluer l'action des services sanitaires de protection de la mère et de l'enfant et, d'autre part, d'identifier les populations cibles pour les programmes de santé au Sénégal. 7.1 SOINS PRENATALS ET ACCOUCHEMENT 7.1.1 Soins prénatals Le tableau 7.1 présente la répartition des naissances survenues au cours des cinq années préoEdant l'enquête, par type de visites prénatales durant la grossesse, selon certaines caractéristiques socio- économiques de la femme. Durant l'enquête, on a enregistré toutes les catégories de personnes consultées par la mère pendant la grossesse mais, dans le tableau 7.1, on n'a retenu que la personne la plus qualifiée lorsque plusieurs personnes avaient ét~ consultêes. Pour une naissance sur cinq (21 pour cent), les mères n'ont consulté personne au cours de leur grossesse. Trois naissances sur quatre (74 pour cent), la mère est allée en consultation prénatale soit auprès d'un médecin (5 pour cent), soit auprès d'une infirmière ou sage-femme (68 pour cent). En 1986, I'EDS-I donnait une proportion de consultations prénatales de 64 pour cent, soit une augmentation de 16 pour cent entre les deux enquêtes. La fréquence des soins prénatals varie selon les variables socio-démographiques. Selon l'/lge, les consultations auprès des professionnels de santé sont légèrement plus fréquentes chez les femmes ~gées de 20-34 ans (75 pour cent) que chez les femmes de moins de 20 ans et chez celles/lgées de 35 ans ou plus (71 pour cent pour chaque groupe d'åges). L'analyse différentielle selon la parité montre que plus celle-ci augmente, plus le taux de consultation diminue : 79 pour cent pour les naissances de rang 1 contre 76 pour cent pour les naissances de rangs 2-3, 73 pour cent pour les rangs 4-5 et 69 pour cent pour le rang 6 ou plus. Pour ce qui est du milieu de résidence, on note toujours la disparité entre le milieu urbain (94 pour cent) et le milieu rural (63 pour cent). A l'échelle régionale, comme le montre le graphique 7.1, plus de neuf grossesses sur dix (92 pour cent) de la région de l'Ouest ont été suivies en consultation prénatale; le Sud vient en seconde position (73 pour cent), suivi du Centre (71 pour cent) et du Nord-Est (64 pour cent). Par niveau d'instruction, 25 pour cent des grossesses issues de mères sans instruction n'ont bénéficié d'aucune consultation prénatale; par contre, la presque totalité des naissances (99 pour cent) issues de mères de niveau secondaire ou plus ont bénéficié de consultations prénatales. Au niveau du groupe ethnique, les proportions de naissances donnant lieu à des consultations prénatales auprès de professionnels de la santé varient de 91 pour cent chez les Diola à 68 pour cent chez les Poular. 85 Tabl~an 7.1 Soins pr~natais Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq man~es ayant pr6c6d~ l'enquête, par type de visite pr~nstaie durant la grossesse, selon eeaaines caraeoEristiques sode-démographiques, EDS-1I Sén6gal 1992/93 Acoeu- Infirmière/ cheuse Effectif Sage- tradi- de Caractéristique Médecin femme tionnele Personne ND TOEal naissances Age de la re~re i la naissance < 20 3.1 67.5 4,9 24,2 0,2 100,0 925 20-34 5,6 69,5 5.0 19,7 0,2 100,0 3743 35 ou plus 5,6 65,1 5,1 23,9 0,0 100.0 913 Rang de nalsssance 1 4,9 73,6 5,0 16,4 0,2 lO0,O 947 2-3 5,2 70,8 5,7 17,8 0,2 100.0 1586 4-5 5,4 67,7 4.4 22,3 0,2 100,0 1279 6 ou plus 5,1 64,0 4.9 25,8 0,1 100,0 1769 Milieu de résidence Urbain 6,2 87,8 1,5 4,1 0,2 100,0 1875 Rural 4,6 58,6 6,8 29,8 0,1 100,0 3706 Grande rg, glon Ouest 7,0 87,8 2,7 5,1 0,2 100,0 1790 Centre 3,8 61.4 6,0 28,7 0,1 100,0 2117 Sud 2,6 68,0 10,6 18,6 0,I 100,0 688 Nord-Est 6,6 54,3 3.3 35,7 0.1 100,0 986 Ethnle wolof 5,5 71,2 3,3 19,8 0,0 100,0 2194 Poular 5,8 60,4 3,7 29,5 0,4 100.0 1348 Serer 4,9 69,3 7,8 17,8 0,1 100,0 981 Mandingue 4,5 63,2 11,9 20,4 0,0 100,0 421 Diola 2,2 86,6 7,6 3,3 0,4 100,0 276 Autre 4.7 71,2 2,8 21,3 0,0 100,0 361 Niveau d'Instruction Aucun 4,3 64,6 5,7 25.3 0.1 1 O0,0 4556 Primaire 6,7 86,8 2,7 3.4 0,3 100,0 730 Secondaire ou plus 15,6 82,4 1,0 1,0 0,0 100,0 295 Total 5,2 68,4 5,0 21,1 0,1 I00,0 5581 Note : Les données concernent les naissances de la p~riode 1-59 mois pr~c6dant l'enquéte. Si différentes personnes ont éoE consultécs, seule la plus qualifi6¢ a 6té prise en cornpte dans ce tableau. 86 Graphique 7.1 Soins prénatals selon certaines caractéristiques socio-démographiques RESIDENCE Urbain Rural GRANDE REGION Ouest Centre Sud I~mm~~~ Nord-Est ~ INSTRUCTION Aucune Primaire Seconda re ou + 0 20 40 60 80 Pourcentage I 1 O0 EDS-II Sdnêga11992/93 Le tableau 7.2 donne la répartition des naissances des cinq demières années précédant l'enquete selon le nombre de visites prEnatales effectu6es et la dur6e de la grossesse à la première visite. Sur les 75 pour cent de naissances pour lesquelles les mères ont bEnéficié de soins prénatals, 55 pour cent de mères ont effectue deux ou trois visites et 7 pour cent ont consulte une seule fois. Il y a 13 pour cent seulement des mères qui ont effectué plus de 4 visitcs, ce qui correspond aux recommandations de l 'OMS selon lesquelles les mères devraient effectuer au moins quatre visites pr6natales. Pour l'ensemble du Sénégal, le nombre mEdian de visites prénatales est de 3,4. Selon le mois de grossesse, on peut constater que 40 pour cent des mères ont effectué leur première consultation à moins de 4 mois de grossesse contre 21 pour cent entre 4-5 mois et 12 pour cent entre 6-7 mois de grossesse. La durée médiane de grossesse å la première visite est de 3,9 mois. Ainsi, les femmes qui ont recours aux soins prénatals le font souvent dès les premiers mois de grossesse. Il s'agit là d'occasions à mettre à profit pour encourager les femmes à effectuer des visites ultErieums. 87 Tableau 7.2 Nombre de visites prénatales et durée de la grossesse Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédés l'enqu&te, par nombre de visites prénatales durant la grossesse et par durée de la grossesse au moment de la première visite, EDS-II Sénégal 1992/93 Ensemble Visite des prénatale naissances Nombre de visites 0 21,1 1 6.9 2-3 54,8 4 ou plus 13,3 NSP/ND 3,8 Total 100,0 Nombre médian de visites 3,4 Durée de grosses, se å la première visite Pas de visite 21,1 < 4 mois 39,5 4-5 mois 21,4 6-7 mois l 1,7 8 mois ou plus 2,2 NSP/ND 3,9 Total 100,0 Durée m&tiane de grossesse à la première visite 3,9 Effectif de naissances 5581 Note: Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enquéte. 7.1.2 Vaccination antitétanique La vaccination antitétanique vise à immuniser les mères contre le tétanos et surtout à prévenir le tétanos néonatal qui menace les enfants nés à domicile sans précaution d'asepsie. Pour une protection complète, une femme enceinte devrait recevoir deux doses de vaccin; cependant, si elle a déjà ~té vaccinée durant une grossesse précédente, une seule dose peut suffire pour la grossesse suivante. Le tableau 7.3 présente la répartition des naissances survenues au cours des cinq demières années ayant précédé l'enquete selon le nombre d'injections antitétaniques reçues par la mère pendant la grossesse et le pourcentage de naissances pour lesquelles les mères ont un carnet de vaccination, selon certaines caractéristiques socio- démographiques. Plus de 70 pour cent des naissances ont ét~ prot6gées contre le tétanos. Parmi ces naissances, 75 pour cent ont reçu deux doses ou plus d'anatoxine tétanique. Les naissances les mieux protégées sont celles issues de mères ãgées de 20-34 ans (72 pour cent), celles de rang de naissance 1 à 3 (73 pour cent) et les naissances 88 issues du milieu urbain (87 pour cent). La pratique de cette vaccination est à son niveau le plus élevé dans la région de l'Ouest (85 pour cent) et à son niveau minimum dans la r6gion du Nord-Est (56 pour cent). En considérant l'ethnie, comme pour les visites prénatales, les naissances diola sont les mieux protégées (88 pour cent), suivies des naissances des Serer et Wolof (74 pour cent dans chaque ethnie). Dans les deux autres ethnies, la couverture vaccinale antitétanique est de 68 pour cent chez les Mandingue et seulement de 59 pour cent chez les Poular. En ce qui conceme le niveau d'instruction de la mère, la vaccination antitétanique est plus fréquente parmi les mères ayant reçu une instruction secondaire ou plus (91 pour cent) que parmi les mères ayant atteint un niveau primaire (88 pour cent) et parmi celles sans aucune instruction (66 pour cent). Pour ce qui est de la disponibilité du carnet prénatal, les mæres possèdent ce document pour 73 pour cent des naissances. Les naissances pour lesquelles les mères possèdent le plus fréquemment un carnet prénatal sont les naissances de rang 1, celles des femmes ayant une instruction secondaire ou plus, les naissances des femmes appartenant au milieu urbain ou à l'ethnie Diola, et celles des mères venant de la région de l'Ouest. Tableau 7.3 Vaccination antitétanique Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant préc&lé l'enquête, par nombre d'injections anti-tétanique reçues par la mère pendant la grossesse et pourcentage de naissances pour lesquelles les femmes ont un carnet prénatal, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS-I/Sénégal 1992/93 Nombre d'injections antitétaniques Pourcentage ayant un Effectif NSP/ carnet de Caractéristique 0 1 2 + ND Total prénatal naissances Age de la mère à la naissance <20 33,7 18,2 47,4 0,8 100,0 68,6 925 20-34 27.3 17,7 54,1 0,9 100,0 74.8 3743 35 ou plus 30,8 16,4 52,1 0,7 I00,0 70,3 913 Rang de naissance 1 2-3 26,5 18,7 53,9 1,0 100,0 77,7 947 4-5 27,0 19,2 53,3 0,6 100,0 75,9 1586 6 ou plus 28,5 16,8 53,6 l,l I00,0 72,5 1279 32,2 16,1 50,8 0,9 100,0 68,4 1769 Milieu de résldence Urbain 11,6 19,8 67,5 1,1 100,0 94,3 1875 Rural 37,7 16,4 45,1 0,7 I00,0 62.3 3706 Grande région Ouest 13,8 20,4 64,6 1,2 100,0 93,2 1790 Centre 34,3 16,1 48,9 0,7 I00,0 64,1 2117 Sud 30,8 19,3 48,8 1,0 100.0 71,9 688 Nord-Est 43,4 14,3 41,7 0,6 100,0 56,3 986 Ethnle Wolof 25.4 17,1 56,6 1,0 100.0 74,7 2194 Poular 40,1 15,6 43,3 1,0 100,0 62,6 1348 Serer 25,4 20,8 53,5 0,3 100,0 78,8 981 Mandingue 30.6 15,7 52,0 1,7 100,0 72,4 421 Diola 11,2 16,7 71,4 0,7 100.0 91,3 276 Autre 29,6 21,9 47,9 0,6 100,0 72.9 361 Niveau d'Instruction Aucun 33,1 16,8 49,3 0,8 100,0 68,0 4556 Primaire ll,1 21,6 66,2 l,l 100,0 94,5 730 Secondaire ou plus 8,8 18,6 71,9 0,7 100,0 97,6 295 Ensemble 28,9 17,6 52,7 0,9 100,0 73,0 5581 89 7.1.3 Accouchement Le tableau 7.4 montre que plus d'une naissance sur deux (53 pour cent) des cinq demiæres années ont eu lieu à domicile. Les femmes ayant consulté pour des soins prénatals sont celles qui accouchent le plus souvent en milieu sanitaire et, en particulier, les femmes ayant effectué quatre visites prénatales ou plus (66 pour cent). Pour celles ayant eu une å trois visites prénatales, 55 pour cent de leurs naissances ont eu lieu dans un établissement sanitaire. Le lieu d'accouchement varie peu selon l 'åge de mère : 44 pour cent des naissances issues de mères d'åge inférieur à 20 ans, pour la plupart des primipares, sont nés dans un milieu surveillé, contre 48 pour cent des naissances issues de mères de 20-34 ans et 46 pour cent de celles issues de mères de 35 et plus. Par milieu de résidence, quatre naissances sur cinq (81 pour cent) du milieu urbain ont eu lieu dans une formation sanitaire, contre 30 pour cent de celles du milieu rural. Le rang de naissance semble aussi être déterminant, puisque près de trois naissances sur cinq (58 pour cent) de premier rang ont eu lieu dans les services de santé, contre 41 pour cent quand la naissance est de rang 6 ou plus. Les 6carts inter-régionaux sont importants : l'Ouest vient en tEte avec 71 pour cent des naissances qui ont lieu dans les établissements sanitaires, alors que dans les autres régions, les pourcentages varient entre 40 pour cent dans le Sud et 31 pour cent dans le Nord-Est. Selon le niveau d'instruction, les différences sont également importantes : pour les mères non scolarisées, 39 pour cent des accouchements ont lieu dans un service de santé contre 77 pour cent chez les mères ayant reçu une instruction primaire et 93 pour cent chez les mères ayant accédé à l'enseignement secondaire ou plus. Au niveau du groupe ethnique, la proportion de naissances ayant lieu dans des formations sanitaires varie de 35 pour cent seulement chez les Poular å 78 pour cent chez les Diola. De tels écarts s'expliquent-ils par la difficulté d'accès aux soins de santé primaire, et/ou par l'intervention d'autres facteurs socio-culturels? Les mères ayant des parités élevées (supérieure à 5) et les mères dont l'åge est inférieur à 20 ans accouchent en faible proportion dans un service de santé. Ceci est préoccupant puisque l 'åge (inférieur å 20 ans) et la parité (supérieure à 5 enfants) sont autant de facteurs de risque pour l'accouchement. Le tableau 7.5 et le graphique 7.2 montrent que les mères de près de la moitié des naissances (47 pour cent) ont été assistées par un professionnel de la santé lors de l'accouchement : 2 pour cent par un médecin, et 45 pour cent par une sage-femme ou une infirmière formée. Mais, pour la majorité des naissances, les mères ont accouché avec l'aide de l'accoucheuse traditionnelle et la matrone (28 pour cent), ou d'autres personnes telles les parentes, les voisines et les amies (19 pour cent), ou encore, la mère a été seule pendant l'accouchement (6 pour cent). Dans I'EDS-I de 1986, la proportion d'accouchements avec l'aide du personnel de santé était de 41 pour cent, soit une augmentation de 15 pour cent pour la période 1986-1992/93. L'analyse en fonction des caract6ristiques socio-démographiques montre que les tendances observées ici sont semblables ~ celles observées pour les visites prénatales et surtout celles observées pour le lieu d'accouchement. L'assistance médicale est particulièrement importante pour les naissances du milieu urbain (84 pour cent), pour celles de l'ethnie Diola (74 pour cent), pour les naissances de la région de l'Ouest (72 pour cent) et surtout pour celles issues de mères avec une instruction secondaire ou plus (93 pour cen0. 90 Tableau 7.4 Lieu de l'accouchement Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq armées ayant prdcédé renqu~te par lieu d'accouchement, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Etablis- Effectif sement A la NSP/ de Caractéristique sanitaire maison Autres ND Total naissances Age de la mère å la naissance < 20 44.1 55.7 0.1 0,1 100,0 925 20-34 47,8 51,8 0,3 0,1 100,0 3743 35 ou plus 45,6 54,0 0.4 0,0 100,0 913 Rang de naissance 1 58,0 41.7 0,2 0,1 100.0 947 2-3 48,2 51.6 0,1 0,1 100,0 1586 4-5 44,6 54,8 0,4 0,2 100,0 1279 6 ou plus 41,3 58,3 0,4 0,0 100,0 1769 Milieu de résidence Urbain 81.2 18,6 0,1 0,1 100,0 1875 Rural 29,5 70,1 0,4 0,1 100,0 3706 Grande réghm Ouest 71,1 28,8 0,1 0,1 100,0 1790 Centre 35,9 63,5 0,4 0.1 100,0 2117 Sud 40,3 59,6 0,1 0,0 100,0 688 Nord-Est 30,9 68,6 0,4 0,1 100,0 986 Ethnle Wolof 50,3 49,3 0,3 0,1 100,0 2194 Poular 34,9 64,5 0,3 0,2 100,0 1348 Serer 43,1 56,8 0,1 0,0 100,0 981 Mandingue 47,3 52,5 0,2 0,0 100,0 421 Diola 78,3 21,7 0,0 0,0 100,0 276 Autre 56,0 43,5 0,6 0,0 100,0 361 Niveau d'Instruction Aucun 39,1 60.5 0,3 0,1 100,0 4556 Primaire 76, 6 23,3 O, 1 0,0 100,0 730 Secondaire ou plus 92,9 7,1 0,0 0.0 100,0 295 Visites pr{~natalcs Aucune 10,1 89,3 0,6 0,0 100,0 1180 1 à 3 55,2 44,5 0,2 0,0 100,0 3445 4 ou plus 66,4 33,6 0,0 0,0 100,0 743 NSP/ND 47,4 50,7 0,0 1,9 100,0 213 Ensemble des naissances 46,9 52,8 0,3 0,1 100,0 5581 Note: Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enquête. 91 Tableau 7.5 Assistance lors de l'accouchement Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'anquete par type d'assistance lors de l'accouchement, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Acoeu- In fumiste./ cheuse Effectif Sage- tradition- Parents] NSP/ de Caractéristique Médecin femme nelle Autres Personne ND Total naissances Age de la m~re å la naissance < 20 1,0 43,8 29,5 22,5 3,1 0,1 100,0 925 20-34 2,2 46,1 27,8 17,4 6,4 0,I 100,0 3743 35 ou plus 2.5 43,3 28,1 18,7 7.3 0,0 100,0 913 Rang de naissance 1 2,7 55,3 23,4 16,5 1,9 0,1 100,0 947 2-3 2.1 46,7 28,7 17,9 4,5 0,1 100,0 1586 4-5 1,9 43,0 28,4 19,3 7,3 0.2 100,0 1279 6 ou plus 1,7 40,1 30,0 19,5 8,6 0,0 100,0 1769 Milieu de r~sidence Urbain 3,6 80,5 11,1 3,4 1,3 0,1 100,0 1875 Rural 1,2 27,4 36.8 26,1 8,4 0,1 100.0 3706 Grande r6gion Ouest 3,7 68,0 16,0 9,6 2,6 0,1 100,0 1790 Centre 0,9 35,3 37,0 20,2 6,5 0,1 100,0 2117 Sud 0,9 36,9 24,1 31,3 6,8 0,0 100,0 688 Nord-Est 2.3 30,9 34,0 22,0 10,6 0,1 100,0 986 Ethnie Wolof 2,1 49,7 30,4 14,6 3,1 0,0 100,0 2194 Poular 2,5 35,7 24.9 26.6 10,2 0,2 100.0 1348 Serer 1,2 38,7 31,4 19,2 9,5 0,0 100,0 981 Mandingue 2,9 39,7 34,9 19,0 3,6 0,0 I00,0 421 Diola 0.4 73,9 12,7 12,7 0,4 0,0 I00,0 276 Autre 2.2 55,7 22,2 14,1 5,8 0,0 100,0 361 Niveau d'instruction Aucun 1,2 38,4 31,8 21,6 7,0 0,1 100,0 4556 Primaire 4.1 72,9 14,8 6,2 2,1 0,0 loe,0 730 Secondaire ou plus 10.5 82.4 5,4 1,4 0,3 0.0 100,0 295 Visites pr6natales Aucune 0,3 10,0 42.9 32,9 13,9 0,0 100,0 1180 1 à 3 1,9 53,4 25,8 14,7 4,2 0,0 100,0 3445 4 ou plus 5,2 62,9 18,0 11.4 2.4 0,0 100,0 743 NSP/ND 2,3 46,0 20.2 24,9 4,7 1,9 100,0 213 Ensemble des naissances 2,0 45,2 28.1 18,5 6,0 0,1 100,0 5581 Note: Les données concement les naissances de la période 1-59 mois pr~cédant l'enqu&e. Si différentes personnes ont assisté l'accouchement, seule la plus qualifiée a été prise en compte dans ce tableau. 92 Graphique 7.2 Lieu d'accouchement et assistance pendant l'accouchement A la maison 53% Service de santé 47% Lieu d'accouchement Infirmiî~re/SF 45% Matrone/Acc, tradit. 28% Médecin 2% Toute seule 6% Autres personnes 19% Assistance à l'accouchement EDS-II S6n~gal 1992/93 D'après le tableau 7.6, selon les déclarations des mères, 2,3 pour cent seulement des naissances des cinq anndes ayant précddé l'enquête ont eu lieu par césarienne, et 1,4 pour cent des enfants sont nés prématurés. Par ailleurs, environ 26 pour cent des enfants ont ét~ pesés à la naissance, d'après les carnets pr6natals ou les déclarations de la mère : moins de 3 pour cent de ces naissances ont présenté un faible poids (< 2500 g), et près de 23 pour cent ont eu un poids à la naissance 6gal ou supérieur à 2500 g. A la question très subjective sur la taille de leur b6bé à la naissance, les mères ont signalé dans la majorité des cas que leurs enfants avaient à la naissance soit une taille "moyenne" (35 pour cent), soit une taille supdrieurc b. la "moyenne" (29 pour cent). Il y a, néanmoins, plus d'un enfant sur trois (36 pour cent) qui était "plus petit que la moyenne ou très petit." 93 Tableau 7.6 Caractéristiques de l'accouchement: césarienne T pr6matufité T poids et taille à la naissance Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant procédé l'enquête par nature de l'accouchement (césarienne, prématufité), poids à la naissance et taille à la naissance d'après l'opinion de la mère, EDS-I] Sénégal 1992/93 Caractéristique Pourcentage Accouchement par c~sarlenne Oui 2,3 Non 97,2 ND 0,6 Total 100,0 Prématurité Oui 1,4 Non 98,5 NSP/ND 0,1 Total 100,0 Poids à la naissance < 2,5 kg 2,8 2,5 kg ou plus 22,8 NSP/ND 74,4 Total 100,0 Taille à la naissance Plus gros que la moyenne 28,7 Moyenne 35,2 Plus petit que la moyenne 35,7 NSP/ND 0,4 Total 100,0 Effectif de naissances 5581 Note: Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enqu6te. 7.2 VACCINAT ION Au Sénégal, le Ministère de la Santé Publique et de l'Action Sociale entreprend chaque ann6e une campagne de vaccination appelée "Programme Elargi de Vaccination" (PEV) et ce depuis 1981/82 qui vise l'immunisation des enfants en bas åge contre les s'x princ'pales malad'es de 1 enfance (tuberculose, diphtérie, t6tanos, coqueluche, poliomy61ite et rougeole). Pour la mesure des performances obtenues dans ce domaine, les donn6es détaillées sur la vaccination sont obtenues à partir de la carte de vaccination des enfants vivants ågés de moins de cinq ans qui sont issus 94 des mères interview6es. L'enquêtrice transcrit les dates de toutes les vaccinations. Ce n'est que lorsque le document n'est pas disponible que les renseignements sont recueillis sur les différents types de vaccin reçu sans spécifier les dates de vaccination. Le tableau 7.7 présente les pourcentages d'enfants ayant reçu des vaccins spécifiques quel que soit l'fige à la vaccination selon que l'inlbrmation provient d'un carnet de vaccination ou de la déclaration de la mère; il donne également les pourcentages de ceux qui ont été vaccinés avant l'åge de 12 mois. Les données concernent seulement les enfants de 12-23 mois qui ont atteint l'fige où ils devraient ~tre tous vaccin~s, car l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande que tous les enfants soient vaccinés avant d'atteindre l'fige d'un an. Tout d'abord, il ressort de ce tableau que 64 pour cent des enfants de 12-23 mois ont un carnet de vaccination, ce qui représente une nette amélioration par rapport à la situation d'il y a six ans où les mères n'ont pu produire ce document que pour 24 pour cent des enfants de ce méme groupe d'/lges (EDS-I, 1986). Tableau 7.7 Vaccinations par sources d' information Pourcentages d'enfants de 12-23 mois ayant reçu des vaccinations spécifiques quel que soit l 'åge à la vaccination selon que l ' information provient d 'un carnet de vaccination ou de la déclaration de la mère, et pourcentages de ceux qui ont été vaccin~ avant l 'åge de 12 mois, EDS-I I Sénégal 1992/93 DTCoq Poilu Source d' hffonn ation Bcn I 2 3 l 2 3 % ayant montr~ un Effectif Rou- Fi~:vt¢ carnet d'¢,n- geole Toutes I Aucune jaune de race. fant~ Vaecin~s '.1 n' importe quel '~ge avant l'enqu~3te Scion le carnet de vaccination 63,7 61,8 56,2 48.9 63,1 56,7 49,4 45,7 41,7 0,0 44,5 64,4 618 Selon la déclaration de la mère 19.9 15,0 12,6 9,9 15.0 12.6 9,9 11,6 7,4 15,2 10,5 35,6 341 Selon les deux sources 83.6 76,9 68.8 58.8 78.1 69.3 59,3 57,2 49,1 15,2 55,1 100,0 959 Vaccinés avant I',qge de 12 mois; Scion le carnet de vaccination 97.7 95.1 86,1 74,6 97,2 86,9 75.2 68.3 61,3 0,3 66,7 618 Selon les deux sources 79.9 73.5 65,1 54,3 74.6 65.6 55.1 44.6 38.6 18,8 42,5 959 Note: On suppose que le taux de couverture du DTCoq pour les enfants sans carnet de vaccination est le méme que celui de la polio quand la mère a d6clar6 que J'enfant avait été vaccin6 contre la polJo. Chez les enfants pour lesquels l'informaaon est basée sur la déclaration de La mère, on a supposé que la proportion de vaccins reçus durant leur première année de vie était la m~me que chez ceux ayant un carnet de vaccination. llinfants complètement vaccinés (c'est-à-dire ceux qui ont reçu le BCG. la rougeole, et les doses 1, 2 et 3 de DTCoq et de polio). Les données sur la couverture vaccinale sont présentées au graphique 7.3, Cette information provient de deux sources : le carnet de vaccination (64 pour cent) et les déclarations de la mère (36 pour cent). Au total, 84 pour cent des enfants de 12-23 mois ont reçu le BCG contre la tuberculose quel que soit l'åge à la vaccination, ct 80 pour cent ont reçu cette vaccination avant l'åge d'un an. 95 100 Graphique 7.3 Vaccination des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin et la source d'information 80 60 40 20 BCG 1 2 3 1 2 3 Rougeole Toutes Aucune Polio DTCoq du PEV EDS-II S6n6gal 1992/93 Les r6sultats sur les premières doses d'anti-polio et de DTCoq montrent que plus de huit enfants sur dix ont reçu Poliol et 75 pour cent l'ont reçu avant l'åge de 12 mois. La couverture vaccinale diminue avec les doses : elle est de 59 pour cent pour Polio3, ce qui donne un taux de d6perdition ~ de 21 pour cent. Pour le nombre de DTCoq, les résultats sont similaires à ceux de la polio et le taux de déperdition entre DTCoql et DTCoq3 est de 23 pour cent. Concernant la rougeole, 57 pour cent ont été vaccinés contre cette maladie. Pour l'ensemble du Sénégal, 49 pour cent des enfants de 12-23 mois ont ét6 protégés contre les six principales maladies de l'enfance, donc complètement vaccinés et 39 pour cent l'ont ~té avant l'tige d'un an. Il y a seulement 15 pour cent des enfants qui n'ont reçu aucune vaccination; il s'agit uniquement de cas enregistr6s d'après les déclarations des mères. Par ailleurs, on a collecté des données sur la vaccination contre la fièvre jaune bien que la vaccination contre cette maladie ne soit pas prise en charge par le PEV. La proportion d'enfants vaccinés contre la fièvre j aune s'~lève à 55 pour cent quel que soit l 'ãge de l'enfant à la vaccination et 43 pour cent ont ét6 vaccinés avant l'tige de 12 mois. Le niveau de couverture vaccinale contre la fièvre jaune est pratiquement le m~me que celui contre la rougeole. Il y a lieu de noter que d'après le calendrier vaccinal, la vaccination contre la fièvre jaune intervient à peu près au même åge que la vaccination contre la rougeole. En comparant le taux de couverture vaccinale complète pour les enfants de 12-23 mois selon I'EDS-I et celui de l'enquête actuelle, on constate que ce taux a connu une augmentation très nette et passant de 21 pour cent en 1986 (Ndiaye et al., 1988) à 65 pour cent (d6duit du Tableau 7.7) en 1992/93. Ces données concernent seulement les enfants pour lesquels les mères ont présenté un carnet de vaccination ~ l'enqu~trice, ~Le taux de d6perdition est calculé comme suit: (Polio 1-Polio3)Æolio 1" 100%. 96 car les questions sur la couverture vaccinale d'après les déclarations des mères n'ont pas été posæes dans I'EDS-I de 1986. Cette amélioration de la couverture vaccinale expliquerait, en partie, la baisse non n6gligeable de la mortalité infanto-juv6nile, observée au cours de la p6riode 1986-1992/93. Le tableau 7.8 présente les pourcentages d'enfants de 12-23 mois ayant reçu des vaccins spécifiques selon le camet de vaccination ou les d6clarations de la mère, par caractéristiques socio-démographiques. Le taux de couverture vaccinale complète diffère selon le sexe : il est supérieur chez les filles (52 pour cent contre 46 pour cent chez les garçons). Par milieu de résidence, l'immunisation complète est nettement plus ælevée en milieu urbain (65 pour cent) qu'en milieu rural (40 pour cent). Au niveau r6gional, les enfants de l'Ouest sont mieux vaccin6s (62 pour cent) que ceux des autres régions (variant entre 33 et 49 pour cent). L'instruction de la mère est en étroite corrélation avec la couverture vaccinale : 89 pour cent des enfants des mæres ayant une instruction secondaire ou plus ont reçu tous les vaccins contre 67 pour cent pour ceux des Tableau 7.8 Vaccinations par caractéristiques socio-d~mographiques Pourcentages d'enfants de 12-23 mois ayant reçu des vaccinations spécifiques (selon le carnet de vaccina,tion ou les déelarations de la mère) et pourcentages de ceux pour lesquels un carnet de vaccination a été présenté à 1 enqu~trice, par caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 DTCoq Polio Caractéristique BCG 1 2 3 l 2 3 Poui'ccrlla8 ¢ ayant montr6 un çaraet de Rou- Fièvre vtcal- Effectif ge.oie Toutes I Aucune jaune nation d'enfanti Sexe Masculin 81,0 75,1 66,8 56.3 76.3 67.4 57.1 55,7 46.2 17,2 53.4 63.8 494 F~an inin 86,5 78,7 71.0 61.5 80.0 71.4 61.7 58,9 52.3 13,1 56.8 652 465 Rang de naissance 1 88.7 83.7 73,1 67,5 85.0 74.4 68.8 65,0 58,7 10,6 64,4 68,8 160 2-3 86.9 81,3 72,5 60.2 82.5 72.9 60.6 58.6 49.0 12.4 56,2 68.5 251 4-5 80.3 72,6 67,3 56,7 73,6 67.8 57.2 58.2 50.0 18,3 56,3 61,1 208 6 ou plus 80,9 72,9 65,0 55,0 74,4 65,3 55,3 52,1 44,1 17,6 49,1 61,5 340 R~sidence Urbain 93,3 90,1 84.2 76.0 90,1 84,5 76,6 70,5 64,9 5,8 68,1 72,2 342 Rural 78.3 69.5 60,3 49,3 71,5 60,9 49,8 49,9 40,4 20,4 47,8 60,1 617 Grande rëglon Ouest 92,7 89.9 85,4 74,7 89,9 85,7 75,3 65,5 61,6 6,4 63,1 72,6 328 Centre 82,5 76,3 67,4 57.9 78.3 68,0 58,5 57,7 48,7 16,7 56,5 67,1 359 Sud 75,0 63.5 50.0 41,3 64,4 50,0 41,3 48,1 36,5 22,1 47,1 48,1 104 Nord-Est 73,8 60.7 51.2 40.5 63,1 52,4 41,1 45,8 33,3 25,0 4l,l 53,0 168 Ethnle Wolof 85.4 80,1 72,6 63.3 82,2 73.7 64.1 62,5 54,5 13.6 60.9 68,4 376 Poulat 76,3 66,2 57,0 42.1 66,2 57,0 42,1 44,7 32,9 21,5 41,2 53,5 228 S«er 89.2 85.5 79,0 69,9 86.0 79.6 71.0 60.8 57.0 10,2 59.7 72,6 186 Mandingue 81.1 73.6 62,3 60,4 77,4 62.3 60.4 58.5 54.7 17.0 54.7 67,9 53 Dinla 86.4 79,5 77,3 72.7 79.5 77.3 72.7 65,9 63,6 13,6 65,9 56,8 44 Autre 83.3 72.2 59.7 50.0 73,6 59,7 50,0 54,2 38,9 16,7 50.0 59.7 72 Niveau d'instruction Aucun 81,3 73.5 64,6 53,4 75,0 65,3 54,1 52.4 43.6 17,4 50.1 62,8 777 Primaire 91,9 88,1 82,2 76,3 88.1 82,2 76,3 73,3 66,7 8,1 71,9 69,6 135 Secondaire ou plus 97.9 loe,0 100.0 97.9 100.0 100.0 97,9 91,5 89,4 0,0 89,4 76,6 47 Ensemble des enfants 83,6 76,9 68,8 58.8 78,1 69,3 59,3 57,2 49,1 15,2 55,1 64,4 959 Note: On suppose que le taux de couverture du DTCoq pour les enfants sans carnet de vaccination est le m~me que celui de la polio quand la m~re a d6clarê que l'enfant avait 6t~ vaccin6 contre la polin. 2Enfants complètement vaccir~s (c'est-i-dire ceux qui ont reçu le BCG, la rougeole et trois doses de DTCoq et de polio). 97 mères ayant une instruction primaire et 44 pour cent pour ceux des mères n'ayant aucune instruction. Enfin, selon le groupe ethnique, le taux de couverture vaccinale est plus élevé chez les enfants diola (64 pour cent) que les enfants des autres ethnies (variant entre 57 pour cent et 33 pour cent). Enfin, le tableau 7.9 sur la couverture vaccinale présente les pourcentages d'enfants ågés de 1-4 ans pour lesquels un carnet de vaccination a ~té montré ~ l'enquêtrice et les pourcentages de ceux qui ont reçu avant l'~lge de 12 mois les différents types de vaccin par åge actuel de l'enfant. Ce tableau met en évidence les tendances de la couverture vaccinale pour la période allant de 1988 à 1991. Toutefois, le lecteur est invité à interpréter les données avec beaucoup de pr6caution. L'analyse du tableau 7.9 indique que le taux de couverture vaccinale n'a pratiquement pas changé durant la période 1988- 1991, et qu'il y a m~me une légère baisse pour les enfants des jeunes générations (12-23 mois). Or, les proportions d'enfants pour lesquels les mères ont montré un carnet de vaccination ont nettement augmenté au cours des cinq derni~res années passant de 39 pour cent en 1988 à 64 pour cent en 1991. De ce fait, les taux de couverture vaccinale pour les enfants plus jeunes sembleraient plus fiables que ceux pour les enfants ågés, du fait que ces derniers taux sont basés, en grande partie, sur les déclarations des mères. Tableau 7.9 Vaccinations avant l'åge de 12 mois Pourcentages d enfants ågés de 1 à 4 ans pour lesquels un carnet de vaccination a été montré à l'enqu~trice, et pourcentages de ceux qui ont reçu, avant l'åge de 12 mois, le BCG, le DTCoq, et les vaccins contre la polio et contre la rougeole, par åge actuel de l'enfant, EDS-II Sénégal 1992/93 Age actuel de l'enfant en mois 12-23 24-35 36-47 47-59 Enfants 12-59 mois Carnet de vaccination montrt ~ à l 'enquêteur 64,4 52,5 43,8 39,0 49,7 Pourcentages d'enfants vaecin~s avant l'fige de 12 mois t BCG 79,9 83,2 81,4 76.0 80,1 DTCoq 1 73,5 76,1 74,2 66,8 72,6 DTCoq 2 65,1 69,3 65,5 57,0 64,2 DTCoq 32 54,3 57,3 51,2 44,3 51,7 Polio 1 74,6 76,3 74,7 66,9 73,1 Polio 2 65,6 69,4 66,1 56,8 64,4 Polio 3 55,1 57,9 51,8 45.4 52,5 Rougeole 44,6 51,2 56,3 43,5 49,0 Toutes les vaccinations 3 38,6 43,5 42,6 32,9 39.4 Aucune vaccination 18,8 16,2 16,7 23.1 18,7 Fièvre jaune 42,5 49,6 54,9 42,0 47,3 Effectif d'enfants 959 975 1030 1008 3972 IL'information a été obtenue soit à partir du carnet de vaccinations, soit à partir des déclarations de la mère quand il n'y avait pas d'enregistrement écrit. On suppose que, chez les enfants pour lesquels l'information est basée sur la déclaration de la mère, la proportion de vaccins reçus durant la première année de vie est la m~3me que chez ceux ayant un carnet. suppose que le taux de couverture du DTCoq pour les enfants sans carnet de vaccination est le m~me que celui de la polio quand la mère a déclaré que l'enfant avait ét~ vaccin~ contre la polio. 3Enfants complètement vaccinés (c'est-à-dire ceux qui ont recu le BCG, la rougeole et trois doses de DTCoq et de polio). 98 7.3 MALADIES DES ENFANTS 7.3.1 Infections respiratoires Pour mesurer la prévalence des infections respiratoires et Etudier les traitements administrés aux enfants souffrant de ces maladies, on a demandé aux mères si leurs enfants avaient souffert de toux et de respiration courte et rapide pendant les deux semaines ayant précédé l'enquEte. Dans le cas d'une réponse positive, on a posé les deux questions suivante : 1) "Avez-vous demandé des conseils ou un traitement pour la toux de votre enfant?" et 2) "Où avez-vous obtenu des conseils ou un traitement pour la toux de votre enfant?" Il ressort du tableau 7.10, que selon les déclarations de la mère, 14 pour cent des enfants de moins de cinq ans ont souffert d'infections respiratoires aiguës. C'est chez les enfants ågés de 6-11 mois (21 pour cent), chez ceux du milieu rural (15 pour cent) et chez les enfants de rang 6 ou plus (15 pour cent) que la pr6valence des infections est la plus élevée. Elle est également maximale chez les enfants du Centre (17 pour cent) et chez ceux de l'ethnie Poular (6 pour cent). Parmi les enfants atteints de la maladie, 27 pour cent ont été conduits en consultation dans un établissement sanitaire ou chez un médecin. Concernant les traitements administrés, 20 pour cent ont reçu un sirop contre la toux, 18 pour cent des antibiotiques par voie orale, et 4 pour cent ont ~tE soignes par des injections qui peuvent contenir également des antibiotiques. Il est important de noter qu'il est parfois difficile pour la femme de distinguer un sirop antibiotique d'un sirop normal contre la toux. En outre, 13 pour cent des enfants malades ont reçu des remèdes traditionnels, et 29 pour cent ont reçu d'"autres remèdes", y compris des médicaments qui sont disponibles à la maison. Par contre, plus d'un enfant sur trois (35 pour cent) n 'a reçu aucun traitement pour les infections respiratoires, alors que le groupe des maladies des voies respiratoires est l 'une des principales causes de décès post-néonatal et juvénile. Il y aussi des différences dans la fréquentation des établissements sanitaires et dans l'utilisation des médicaments selon les variables socio-démographiques. Les enfants ågés de 6-11 mois, ceux vivant en milieu urbain, issus de mères instruites et d'ethnies Mandingue ou Diola, ainsi que ceux de la région du Sud sont les plus nombreux à être conduits en consultation en cas de maladie, ou b. recevoirdes médicaments modernes spécifiques. 99 Tableau 7.10 Prévalence et traitement des infections respiratoires aigues Pourcentages d'enfants de moins de cinq ans ayant souffert de toux avec une respiration courte et rapide durant les deux semaines ayant précédé l'enquête, et pourcentages d'enfants malades ayant été soignés avec des médicaments spdcifiques, par caractéfisfiques socio-dêmograpbiques, EDS+II S~nêgal 1992493 Caract6ristîque EnfanLS avoE toux et respiration coutre et rapide Pourcentage mcN~$ ~gl visite dans Pourcentage ~tablis- Pourcentages trait~s avec: avcc tOUX sera OEIl et rcspira- sanitaire Sirop R~medc Effectif tion courte ou choE un Anti- lnjec- contre ttadi- Rien d'en- et rapide mddecin bioliques tions la toux tionnel Autres NSP/ND fants Age de l'enfant (mois) < 6 19,6 25,5 13,6 1,8 22,7 11.8 20.9 45.5 560 6-11 20,8 38,2 22.7 1.8 22.7 11.8 31.8 30.9 530 12-23 18.4 27,8 16.5 6.8 18.8 14,2 33.5 29.5 959 24-35 12.6 29,3 22,8 6.5 18.7 10,6 26.8 30.9 975 36-47 10.2 21,9 21.0 2.9 21.9 13.3 36,2 32.4 1030 47-59 8.3 15,5 13.1 4.8 17,9 19.0 16,7 44,0 1008 Sexe Masculin 14,9 27,5 17,9 4,1 20,1 12,1 29,7 34,9 2450 F~minin 13,2 26,5 18,9 4,7 20,6 14,5 27,3 34,3 2612 Rang de naissance 1 14,2 25,0 21,7 4,2 16,7 9,2 20,8 41,7 843 2-3 13,4 22,5 20,4 3,7 20,9 12,0 23.0 35,6 1427 4-5 12.9 28,3 15,1 3,9 25,7 13.8 27,6 34,9 1176 6 ou plus 15,2 30,6 17,1 5,3 18,4 15,9 37,1 30,2 1616 Milieu de r~sldence Urbain 12,5 32,0 20,5 4,1 32,9 5,0 34,7 27.9 1752 Rural 14,8 24,7 17,4 4,5 14,7 17,0 25,8 37,6 3310 Grande r~glon Ouest 10,5 29,9 20,3 5,1 27,1 8,5 33,3 32,2 1678 Centre 17,0 24,0 18,5 5,8 15,4 17,8 30,5 32,3 1909 Sud 11,9 34,7 25,0 1,4 25,0 13.9 27,8 22,2 607 Nord-Est 15,4 26,1 11,9 1,5 20,9 8,2 17,9 50,0 868 Ethnle Wolof 15,0 30,5 22,8 4.3 20,5 11,3 32,5 32,5 2010 Poular 15,7 17,6 13,3 4.3 17,6 11,2 14,9 48,9 1201 Serer 11,7 2~,4 10,4 4,7 13,2 28,3 35,8 30,2 904 Mandingue 11,4 42,9 19,0 4,8 28,6 2,4 45,2 19,0 369 Diola 14,2 36,1 22.2 0,0 41,7 19,4 25,0 11,1 253 Autre 10,5 20,6 26.5 8,8 23,5 2,9 29,4 32,3 325 Niveau d'instruction Aucun 14.3 24,4 17,0 4,6 16,2 14,7 25,9 38,2 4097 Primaire 14,1 40,6 25,0 3,1 36,5 7,3 40,6 16,7 680 Secondaire ou plus 8,8 36,0 24,0 4,0 56,0 4,0 44,0 20,0 285 Ensemble des enfants 14,0 27,0 18,4 4,4 20,3 13,3 28,5 34,6 5062 Note : Les donndes concernent les naissances de la période 1-59 mois pr6cédant l'enquête. I00 7.3.2 Fièvre Les memes types de questions posées sur les infections respiratoires ont été posées sur la fièvre aux mères des enfants ågés de moins de cinq ans. La fièvre peut être un sympt0me majeur de nombreuses maladies parmi lesquelles la rougeole et le paludisme qui sont fréquents au Sénégal et qui sont la cause de nombreux décès d'enfants dans les pays africains. Le tableau 7.11 montre que près de deux enfants sur cinq (38 pour cent) de moins de cinq ans ont eu la fièvre dans les deux semaines ayant précédé l'enquEte. La proportion des enfants ayant eu la fièvre est la plus élevée chez les enfants de 6-11 mois (56 pour cent) et parmi les enfants dont les mères sont analphabètes (40 pour cent) et vivant en milieu rural (41 pour cent) ou dans les régions les moins urbanisées (Nord-Est 46 pour cent et Centre 41 pour cent ). La fièvre est également maximale parmi les enfants de rang de naissance 6 ou plus (42 pour cent) et parmi ceux du groupe ethnique Poular (41 pour cent). Bien que la majorité des femmes s6négalaises prennent au sérieux la fièvre, il n'en reste pas moins qu'un tiers des enfants (33 pour cent) avec la fièvre n'ont reçu aucun traitement. Parmi les enfants traités, 31 pour cent ont été conduits dans des établissements sanitaires, 22 pour cent ont été traités avec des anti- paludéens, 21 pour cent ont reçu des antibiotiques et 5 pour cent des injections. Par ailleurs, la plupart des enfants, 22 pour cent ont reçu d'autres médicaments (aspirine, autres comprimés.) et 10 pour cent ont été soignés par des remèdes traditionnels. Concernant la fréquentation d'un établissement sanitaire, il atteint son niveau le plus élevé parmi les enfants ågés de 6-11 mois, ceux de mères instruites et les enfants vivant en milieu urbain ou dans les régions du Sud et de l'Ouest. 101 Tableau 7.11 Prévalence et traitement de la fiSvre Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant eu de la fiEvre durant les deux semaines ayant précédé l'enquète, et pourcentage d'enfants avec la fi6vre ayant t~t~ soign6s avec des m~dieaments spécifiques, par caract6ristiques socio-d~mographiques, EDS-11 S~négal 1992/93 Enfants avec fi6vrc Pc~tcentage ra¢x~~s ¢a'z visite dans 6tablis- pourcentage traités avec: Pourcentage semmt ayaxtt sanitaire Anti- R~m¢dc la ou chez un palu- Anti- Injec- trndi- Caract6ristiquc fî6vrc m~iecin d~ens biotiqucs jections tiozmcl Autrc~ Rien Effectif d'en- NSP/ND far~ Age de l'enfant (mois) < 6 42,9 28,3 13,7 18,8 2,1 9,6 22,5 43,3 0,4 560 6-11 56,2 37,6 24,2 23,2 3.7 8,1 24,2 31,2 0,0 530 12-23 49,1 33,5 24,6 23,6 5,3 10,0 23,1 29,9 0,0 959 24-35 37,5 31,1 23,2 22,7 6,6 9,6 22,1 29,8 0,5 975 36-47 30,4 24,9 22,4 18,8 5,4 11,8 23,0 32,3 1,0 1030 47-59 23,6 24,8 19,3 18,1 4,2 14,7 16,8 36,6 1,3 1008 Sexe Masculin 38,8 33,1 22,5 20,9 4,7 9,8 23,3 31,8 0,6 2450 Féminin 37,4 28,2 21,3 21,6 4,8 11,1 21,2 34,1 0,3 2612 Rang de naissance 1 36,1 31,9 21,4 19,7 3,6 6,9 22,7 38,2 0,0 843 2-3 35,2 30,0 19,5 24,3 5,0 11,5 22,3 30,6 0,8 1427 4-5 37,3 29,6 21,9 18,7 5,5 9,8 24,4 33,3 0,5 1176 6 ou plus 42,1 31,0 24,0 21,5 4,7 11,6 20,6 32,2 0,4 1616 Milieu de r~sldenee Urbain 32,1 38,3 26,7 30,8 5,3 4,4 30,8 22,1 0,7 1752 Rural 41,2 27,4 19,9 17,4 4,5 12,9 18,7 37,5 0,4 3310 Grande r6glon Ouest 30,4 35,9 25,5 27,8 5,3 9,6 26,3 24,9 0,6 1678 Centze 41,3 27,5 21,7 20,6 6,5 13,5 20,2 32,4 0,4 1909 Sud 37,9 38,3 19,6 22,2 2,6 11,3 25,2 27,4 0,4 607 Nord-Est 45,9 25,4 19,1 13,8 2,0 5,0 19,3 47,7 0,5 868 Ethnle Wolof 38,6 27,7 21,5 23,7 5,0 8,8 23,1 32,3 0,5 2010 Poular 41,1 21,7 16,6 15,0 3,6 9,1 17,2 46,0 0,2 1201 Serer 33,8 41,2 27,5 18,6 5,2 20,9 21,2 24,8 0,3 904 Mandingue 39,0 36,1 29,9 20,8 6,3 6,9 24,3 23,6 0,7 369 Diola 36,4 53,3 22,8 37,0 1,1 7,6 34,8 13,0 1,1 253 Auîa'e 35,1 35,1 21,9 27,2 7,9 6,1 28,1 30,7 0,9 325 Niveau d'instruction Aucun 39,8 27,7 20,0 19,4 4,7 11,4 19,6 36,4 0,4 4097 Primaire 33,7 48,0 31,9 31,4 5,2 5,7 33,6 15,7 0,4 680 Secondaire ou plus 23,2 42,4 34,8 33,3 4,5 3,0 47,0 9.1 1,5 285 Ensemble des enfants 38,0 30,6 21,9 21,3 4,8 10,4 22,2 33,0 0,5 5062 Note: Les donn6es concernent les naissances de la période 1-59 mois pr6e&lant l'enqu6te. 102 7.3.3 Diarrhée Les maladies diarrhéiques représentent la première cause de mortalité et de morbidité infanto- juvénile. Le Sénégal a adoptê un programme de lutte contre les maladies diarrhéiques par la prise en charge effective des cas de diarrhées au niveau des formations sanitaires. Pourl'évaluation de l'ampleur du problême, deux périodes de réfé- rence sont retenues : les deux sem- aines et les vingt-quatre heures précé- dant l'enquête. Le tableau 7.12 donne le pourcentage d'enfants de moins de 5 ans ayant eu la diarrhée pendant ces deux périodes selon certaines carac- téristiques socio-démographiques. Sur les 5 062 enfants ågés de moins de cinq ans, 21 pour cent ont eu la diarrhée pendant les deux demières semaines précédant l'enquête et 9 pour cent l'avaient toujours dans les demièoes vingt-quatre heures avant l'enquête. En outre, près de 3 pour cent des enfants ont eu la diarrhée avec présence de sang dans les selles, ce qui représente un sympt6me de dysenterie. Selon l'åge de l'enfant, la prtvalence de la diarrhée dans les deux semaines précédant l'enquête atteint 33 pour cent chez les enfants de 6-23 mois. Après cet fige, les taux diminuent sensiblement : 21 pour cent entre 24 et 35 mois, 14 pour cent entre 36 et 47 mois et 8 pour cent entre 48 et 59 mois. Avant l'~ge de 6 mois, le taux atteint 23 pour cent, mais cette prévalence est certainement gonflée par les "diarrhées post-prandiales", d'autant plus qu'il s'agit d'enfants souvent nourris au sein. Tableau 7.12 Prtvalence de la diarrhée Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant eu la diarrhée et pourcentage de ceux ayant eu la diea'rhée avec présence de sang dans les selles durant les deux semaines ayant prie~d~ l'enqu8ta, et pourcentage de ceux ayant eu la diarrhée dans les dernitres 24 heures, par caractérlsdques so¢io- dtmographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Caractéristique Diarrhée durant les 2 semaines pr~wAdant l'enquéte t Toute Avec diarrhée sang dans les Effectif Toute dans dernid:res d'en- diarrhée selles 24 h. 2 fants Age de l'enfant (mois) < 6 22.9 1.1 12.9 560 6-11 32.8 2.5 16.0 530 12-23 33.1 5.0 13.8 959 24-35 20,5 2,9 7,9 975 36-47 13,6 2,9 5,4 1030 48-59 8,2 2,0 2,3 1008 Sexe Masculin 22,4 3,3 10,0 2450 Féminin 18,9 2,5 7,7 2612 Rang de naissance 1 18,3 2,5 8,2 843 2-3 20,3 2,1 9.0 1427 4-5 19,6 3,4 7,9 1176 6 ou plus 22,8 3,3 9,6 1616 Milieu de rtsldence Urbain 15,5 1,2 5,9 1752 Rural 23,3 3,7 10,3 3310 Grande rtglon Ouest 15,9 1,3 6,6 1678 Centre 23,9 4,0 9,6 1909 Sud 22,7 2,1 9,9 607 Nord-Est 21,0 3,9 10,6 868 Ethnle Wolof 20,8 3,3 9,4 2010 Poular 20,6 2,9 8,9 1201 Serer 20,9 2,4 7,2 904 Mandingue 21,7 3,8 11,1 369 Diola 17,0 0,8 4,3 253 Autre 19,4 1,8 9,8 325 Niveau d'Instruction Aucun 21,9 3,3 9,3 4097 Primaire 17,1 1,0 7,1 680 Secondaire ou plus 10,2 0,4 5,3 285 Ensemble des enfants 20,6 2,9 8,8 5062 Note: Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enquête. iy compris toute diarrhée dans les demières 24 heures 2y compris diarrhée avec présence de sang dans les selles La maladie touche plus les garçons (22 pour cent) que les filles (19 pour cent), et elle est plus fréquente en milieu rural qu'en milieu urbain (respectivement 23 pour cent et 16 pour cent). Selon la région, la prévalence de la diarrhée varie de 16 pour cent dans la région de l'Ouest å 24 pour cent dans la région du Centre. La fréquence de la maladie varie aussi en fonction du niveau d'instruction de la mère. Les enfants de mères sans instruction (22 pour cent) sont plus touchés que les enfants de mères de niveau primaire (17 pour cent) et de mères ayant un niveau secondaire ou plus (10 pour cent). 103 La déshydratation est une complication majeure de la diarrhée; c'est la cause principale de mortalité parmi les enfants souffrant de diarrhée aiguë. La thérapie par réhydratation orale (TRO) est recommandée pour la préven- tion ou le traitement de la déshydratation; la TRO comprend une solution qui est préparée à partir de sels de rdhydratation par voie orale (SRO) vendus commercialement ou une solu- tion préparée à la maison à partir de sucre, de sel et d'eau. L'augmentation de la quantité de liquides, quelle que soit leur nature, pendant des épisodes diarrhéiques peut être considérée comme une TRO. Au Sénégal, l'utilisation de la TRO est encouragée par le Ministère de la Santé Publique et des Affaires Sociales dans son programme de lutte contre les maladies diarrhéiques. Dans I'EDS-II, moins de la moitié des femmes (45 pour cent) qui ont donné naissance à des enfants dans les cinq dernières années connaissent les SRO (Tableau 7.13). Le niveau de connaissance atteint son maximum chez les mères du milieu urbain, celles du Nord-Est et les mères instruites. Concemant l'utilisation, 31 pour cent ont déclar6 avoir déjà utilisé ce produit. Les femmes les plus jeunes, celles du milieu rural et les femmes de la région du Sud sont les moins nombreuses à utiliser les SRO. Le tableau 7.14 présente les différents types de traitement de la diarrhée selon certaines caractéristiques socio-ddmograph- iques. Près d'un enfant sur quatre (23 pour cent) des enfants de moins de cinq ans ayant eu la diarrhée pendant les deux semaines avant l'enquête a dt6 mené en consultation dans un Tableau 7.13 Connaissance et utilisation des sachets de SRO Pourcentage de mères ayant eu des naissances au cours des cinq années précédant l'enqu&e connaissant et ayant d(~jà utilis6 les sachets de SRO. par caractéristiques socio-démographiques. EDS-II Sénégal 1992/93 A ddjà Cormalt utilisé les les Effectif sachets sachets de Caractéristique de SRO de SRO mères Age de la mère 15-19 33.3 17,5 285 20-24 38.7 26,0 773 25 -29 50.9 36,7 81 l 30-34 47,4 34,3 703 35-49 45,2 32,4 962 Milieu de r~sldence Urbain 52,4 37,9 1209 Rural 40,5 27,7 2325 Grande r~.glon Ouest 45,7 32,9 1137 Centre 44,2 29,8 1347 Sud 38,6 26,4 440 Nord-Est 47,4 34,4 610 Ethnle Wolof 46,7 32,9 1396 Poular 43,3 29,3 857 Serer 41.7 28,7 609 Mandingue 36,6 23,9 268 Diola 53,6 38,1 181 Autre 46,2 37,7 223 Niveau d'Instruction Aucun 41,0 28.4 2866 Primaire 60,6 44,0 464 Secondaire ou plus 58,3 41,7 204 Ensemble des enfants 44,6 31,2 3534 Note: Y compris les mères qui ont donné des sachets de SRO contre la diarrhée pendant les deux semaines précédant l'enquète, bien qu'on ne leur ait pas posé de questions sur leur connaissance des sachets de SRO. établissement sanitaire ou auprès de personnel de santé. Les consultations aupr~.s des services médicaux pour traiter la diarrhée sont les plus fréquentes pour les enfants de 12-23 mois (28 pour cent), ceux de la rdgion du Sud (30 pour cent), les enfants diola (44 pour cent) et ceux de femmes ayant une instruction primaire (34 pour cent). En outre, seulement 7 pour cent des enfants ayant eu la diarrhée durant les deux demi&es semaines ont reçu des SRO et environ 11 pour cent ont reçu une solution préparée à la maison. Bien que les S RO soient acceptées comme le traitement moderne standard de la diarrhée, 18 pour cent des enfants avec des épisodes diarrhéiques ont reçu des antibiotiques. Dans certains cas, cette pratique peut être justifiée; par exemple, pour les 3 pour cent d'enfants qui ont eu la diarrhée avec du sang dans les deux semaines précédant l'enquête, le recours aux antibiotiques est nécessaire. Les enfants du milieu urbain (20 pour cent), ceux de la région du Centre (22 pour cent), les enfants des Wolof (23 pour cent), et ceux des femmes sans aucune instruction (18 pour cent) ont ~té les plus nombreux à être traités aux antibiotiques. 104 Tableau 7.14 Traitement de la diarrhSe Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant eu la diarrhée au cours des deux senmines prdc6dant l'enquSte qui ont ~t6 men6s en consultation dans un 6tablissement sanitaire ou aupr6s de personnel de sant6, pourcentage de ceux ayant suivi une th6rapie de réhydratation pat voie orale ÇrRO), pourcentage de ceux qui ont reçu davantage de liquides, pourcentage de ceux qui n'ont reçu ni TRO ni davantage de liquides, et pourcentage de ceux ayant reçu d'auïaes ïa'aiternents, selon certaines caract6risliques socio-d6mographiques, ESD-II Sdn~gai 1992/93 Caract6ristique potl re¢.l~hltg¢£ m~~s ca~t TRO reçu: pourcentage visite dans Pour- n'ayant reçu Autres traitements reçus Effectif 6stablissement Soludon contage ni TRO. d'en- sanitaire pr6parêe ayant reçu ni davan- R6medes fants ou chez Sachets it la davantas¢ rage de Anti- Injec- tradi, avec m6de,¢in SRO maison de liquides liquides biotlqu¢s tion tkmnels diarrhée Age de l'enfant (mois) <6 14,8 1,6 4,7 26,6 71,1 11,7 0,8 23,4 128 6-11 24,1 6,9 13,2 42,0 52,9 15.5 1,1 30,5 174 12-23 28,1 9,1 15,1 47,0 42,9 17.7 0,9 38,2 317 24-35 20,5 6.5 13,0 49,0 47,0 22.0 2,0 36,0 200 36-47 22,1 3,6 4,3 33,6 63,6 18,6 1,4 30,0 140 47-59 24,1 9,6 12,0 43,4 48.2 20,5 2,4 36,1 83 Sexe Masculin 23,5 6,6 11,3 42,7 50,7 20,4 1.3 34,3 548 F~minin 22,9 6.7 11,5 41,1 53.4 14,8 1.4 32,4 494 Rang de naissance 1 18,8 3.2 8.4 44.2 53.2 16,9 0,6 29.2 154 2-3 24,9 6.6 12,1 37,7 55.0 15,9 2.8 35,3 289 4-5 24,2 6,1 10.4 38.5 56.3 22,1 0.0 30.3 231 6 ou plus 23,1 8,4 12.8 46,5 46.5 16,8 1,4 35,6 368 Milieu de r6sldence Urbain 30,6 7,7 14,8 50,2 42,8 19,9 1,8 38,7 271 Rural 20,6 6,2 10,2 39,0 55,3 17,0 1,2 31,5 771 Grande r6glon Ouest 27,8 6,0 12.8 52.6 42,1 17,3 1.9 39,8 266 Cenî~ 20,4 7,2 12,3 41.4 51,8 21,9 1.3 28,1 456 Sud 29,7 4,3 8.0 38,4 56,5 12,3 1,4 49.3 138 Nord-Est 18,7 7,7 9,9 30,2 63.7 12,1 0.5 25.3 182 Etbnle Wolof 19,8 6,7 11,5 40,8 52.5 23,4 1,9 26.3 419 Poular 23,0 5,2 12.1 38.3 57,3 13,3 0,8 32,7 248 Serer 23,8 6,3 10,6 51,9 42,3 13,8 2,1 44,4 189 Mandingue 32,5 10,0 10,0 40.0 51,2 16.2 0,0 43,8 80 Diola 44,2 9,3 14.0 48.8 46,5 18,6 0,0 41,9 43 Autre 19,0 6,3 11,1 31.7 61,9 11,1 0,0 31,7 63 Niveau d'Instruction Aucun 21,6 6,2 9,5 40,2 54,3 18,2 1,4 31,5 897 Primaire 33,6 9.5 23,3 52,6 37.9 14,7 0,0 43.1 116 Secondaioe ou plus 31,0 6,9 24,1 51,7 37,9 17,2 3,4 51,7 29 Ensemble de femmes 23,2 6,6 11,4 41,9 52,0 17,8 1,3 33,8 1042 Note: La th6rapie par réhydratation oraie (TRO) comprend la solution préparée ì partir des sachets de SRO et/ou le liquide recommand6e et prépar6 å la maison. Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois pr6cédant l'enquête. 105 Pendant les épisodes diarrhéiques, 42 pour cent des enfants ont reçu davantage de liquides, y compris l'augmentation du lait maternel; par contre, 52 pour cent n'ont reçu ni TRO, ni une quantité de liquides plus importante qu'en p~riode normale. Par ailleurs, plus d'un enfant malade sur quatre (28 pour cent) n'a reçu aucun traitement, ce qui montre que malgré les efforts déployés dans le cadre du programme de lutte contre la diarrhée, cette maladie continue à etre relativement négligée par les mères sénægalaises. Le maintien ou l'augmentation de l'allaitement maternel pendant les épisodes diarrhéiques est une pratique recommandée. Le graphique 7.4 montre que parmi les enfants allaités au moment de l'enquEte et ayant la diarrhée, 76 pour cent ont reçu le sein maternel comme en période normale, 9 pour cent en ont reçu plus et 13 pour cent ont ét~ moins allaites. Concernant la quantité de liquides donnés aux enfants ayant la diarrhée, la grande majorité des enfants ont reçu la méme quantité de liquides (non compris l'allaitement) ou en ont reçu plus (respectivement 51 pour cent et 41 pour cent). Il y a cependant, 6 pour cent des enfants qui ont reçu moins de liquide qu'en période normale. Graphique 7.4 Allaitement et quantité de liquides donnés aux enfants ayant la diarrhée Mfime que d'habitude 76% NSP/ND 2% Moins 13% Plus 9% Pratique d'allaiternent (Enfants ayant la diarrhêe) Méme que d'habitude 51% Plus 4 ~ NSP/ND 2% Moins 6% Quantité de liquides (Enfants de <5 ans et ayant la diarrhée) EDS-II Sénêgal 1992/93 106 CHAPITRE 8 ALLAITEMENT ET ETAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS Mohamed Ayad Ce chapitre présente les résultats concernant deux sujets importants: les pratiques d'alimentation des enfants (y compris l'allaitement au sein, l'alimentation de complément et l'utilisation du biberon) et l'état nutritionnel des enfants de moins de cinq ans et de leurs mères, évalué à partir des mesures anthropométriques (poids et taille). Par sa fréquence, sa durée et son intensité, l'allaitement affecte l'état nutritionnel des enfants qui influe sur les chances de survie de ces enfants. Par ailleurs, l'aUaitement affecte la mère par la prolongation de l'infécondité post-partum qui, à son tour, influe sur l'intervalle entre naissances, et par conséquent sur le niveau de fécondité et sur la santé des mères. De telles informations sur les mesures anthropométriques combinées à celles sur les pratiques d'allaitement permettent d'aider les responsables de programmes sanitaires à identifier les sous-groupes de population qui nécessitent une plus grande attention en matiære de soins de santé. 8.1 ALLA ITEMENT ET AL IMENTATION DE COMPLEMENT Dans I'EDS-II, on a demandé aux femmes si elles avaient allaité leurs enfants nés dans les cinq années ayant précéd6 l'enquête et plus précisément, l'~ge qu'avaient ces enfants au moment où elles avalent commencé à allaiter. Par ailleurs, on a pos6 des questions sur la dutée et la fréquence d'allaitement, l'åge auquel des aliments de complément avaient ét~ introduits, le type d'aliments et l'utilisation des biberons. Le tableau 8.1 montre que la presque totalité des enfants sénégalais nés dans les cinq années ayant précédé l'enquête (98 pour cent) ont été allaités pendant un certain temps. Il n'y a pratiquement pas de variation parmi les différentes caractéristiques socio-démographiques des mères. Pour ce qui est des seuls enfants demiers-nés, presque un enfant sur deux (46 pour cent) a été mis au sein pour la première fois durant le premier jour d'existence et presque 12 pour cent durant la premi&e heure suivant la naissance. Ce comportement concernant le moment où l'enfant commence l'allaitement au sein varie selon les caraetéristiques de la mère. Les enfants qui sont allaités dès le premier jour sont plus nombreux parmi ceux du milieu urbain (52 pour cent), de la région de l'Ouest (55 pour cent) et de l'ethnie Wolof (52 pour cent). Les enfants les plus nombreux à être allaités dès le premier jour sont également ceux dont la mère a un niveau quelconque d'instruction (51 pour cent), les enfants dont la naissance a été assistée (50 pour cent) et ceux dont la mère a accouché dans un établissement sanitaire (50 pour cent). Le tableau 8.2 présente la répartition des enfants survivants de moins de trois ans, selon le type d'aliments qu'ils reçoivent en complément du sein. On peut distinguer trois types de pratiques de l'aUaitement: allaitement exclusif, allaitement et eau, et allaitement et autres types d'aliments. A 2-5 mois, la quasi-totalité des enfants sont allaites et cette pratique reste importante au-delà de la première année d'existence puisque 91 pour cent des enfants atteignant l'åge de 15 mois le sont encore. L'allaitement diminue ensuite régulièrement avec l'åge de l'enfant jusqu'à 29 mois; entre 18-19 mois, seulement un enfant sur trois (33 pour cent) n'est plus "allaité, et il faut attendre l'åge de 22-23 mois pour que la majorité des enfants ne soient plus allaités (62 pour cent). 107 Tableau 8.1 Allaitement initial Pourcentage d'enfants nés au cours des cinq années précédant l'crique.te et ayant ~té allaioEs, et pourcentage d'enfants derniers-nés ayant commencé à f~tre allaités dans l'heure ou dans le jour suivant leur naissance, par caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Ensemble des enfants Demiers-nés Pourcentage Pourcentage Pourcentages allaités dans allaites dans ayant été l'heure suivant le jour suivant Caractéristique allaités Effectif la naissance la naissance Effectif Sexe de l'enfant Masculin 97,0 2744 11,5 46,1 1758 Féminin 98,1 2900 11,4 45,2 1820 Milieu de résidence Urbain 97,8 1899 12,2 51,9 1224 Rural 97,5 3745 I 1,1 42,4 2354 Grande réginn Ouest 98,2 1818 12,2 55,0 1150 Centre 97,8 2138 9,3 44,3 1369 Sud 96,5 693 18,5 37,5 443 Nord-Est 96.9 995 9.9 37.2 616 Ethnle Wolof 98,1 2211 10,1 51,7 1422 Poular 97,2 1363 10,5 40,4 861 Serer 97,8 1004 11,7 44,0 614 Mandingue 96,0 425 15,9 41,7 271 Diola 97,1 280 16,5 39,6 182 Autre 97,8 361 13,6 41,7 228 Niveau d'instruction de la mère Aucun 97.7 4601 11,7 44,3 2907 Primaire 97,0 743 10,1 51,3 466 Secondaire ou plus 97,3 300 11,7 51,2 205 Assistance à l'accouchement Personnel formé médicalement 97,4 3304 11,3 49,5 2089 Accoucheuse traditionnelle 97,9 952 9.2 42,9 6l 1 Autres personnes ou pas d'assistance 98,1 1278 13,2 38,9 809 ND 94,5 110 15,9 30,4 69 Lieu de l'accouchement Etablissement sanitaire 97,2 2644 11,6 50,2 1679 A la maison 98,1 2980 11,4 41,5 1893 Autre 100,0 15 0,0 60,0 5 ND 20,0 5 0,0 100,0 1 Ensemble des enfants 97,6 5644 11,5 45,6 3578 Note: Le tableau est bas~ sur tous les enfants nés dans les cinq armé.es ayant précédé l'enquéte, qu'ils soient vivants ou dée6dés au moment de l'enquéte. 108 Tableau 8.2 Type d'allaitement par åge de l'enfant Répartition (en %) des enfants vivants par type d'allaitement, selon l'åge de l'enfant en mois. EDS-II Sénégal 1992/93 Ensemble des enfants vivants Allait6s et: Effectif Non- Uniquement Eau Supplé- d'enf. Age en mois allaités allaités seulement ment Total vivants 0-1 1,8 8,9 72,8 16,6 100,0 169 2-3 0,0 5,0 66,0 29,0 lOO,O 238 4-5 0.0 2,3 54,9 42,8 100,0 215 6-7 3,2 5,3 34,2 57.2 100,0 187 8-9 1,3 1,3 21,5 75,9 100,0 158 10-11 2,7 1,1 20,0 76.2 100,0 185 12-13 5,5 0,5 13,1 80,9 100,0 183 14-15 9,0 1,0 10,5 79,5 100,0 200 16-17 14,7 0.6 11,7 73,0 100,0 163 18-19 33,1 0,0 6,4 60,5 100,0 157 20-21 43,3 2,2 5,2 49,3 lOO,O 134 22-23 61,5 2,5 8,2 27,9 100,0 122 24-25 87,6 0,0 1,6 10,8 100,0 186 26-27 91,7 0,5 0,0 7,8 100,0 192 28-29 96,6 0,0 0,6 2,9 100,0 175 30-31 92,1 0,7 1,3 5,9 100,0 152 32-33 91,3 0,0 2,2 6,5 100,0 138 34-35 96,2 0,8 0,0 3,0 100,0 132 La part des enfants âgés de 0-3 mois sous allaitement matemel exclusif est un indicateur reconnu sur le plan international, très pertinent pour l'analyse de la pratique de l'allaitement matemel dans un pays. C'est également l'indicateur de choix pour le suivi des programmes de promotionde l'allaitement maternel: l'OMS recommande que tous les enfants ågés de moins de 4 mois soient sous allaitement maternel exclusif. Les données de l'enquête montrent que l'allaitement exclusif est extr~mement rare au Sénégal puisque moins de 6 pour cent des enfants survivants ~gés de 0-3 mois sont sous allaitement exclusif. Cette proportion est pratiquement la même que dans plusieurs autres pays subsahariens ayant effectué la même enquête. A titre d'exemple, dans un pays comme le Cameroun, le pourcentage d'enfants de moins de 4 mois sous allaitement exclusif ne dépasse pas 7 pour cent (Balépa et al. 1991). En ce qui concerne les pratiques d'alimentation, il ressort du tableau 8.3 et du graphique 8.1 que dès 0-1 mois les enfants sénégalais reçoivent différents types d'aliments de complément: 10 pour cent reçoivent du lait en bore pour bébé, 7 pour cent reçoivent du lait frais en plus du lait matemel et 2 pour cent reçoivent d'autres liquides ou d'aliments solides (jus. quinquéliba, bouillie de mil.). L'introduction d'aliments de complément solides intervient à un åge avancé, puisque à l'åge de 4-5 mois, plus d'un enfant sur dix (12 pour cent) seulement reçoit ce genre d'aliments; même à l'/tge de 6-7 mois, il n'y a que trois enfants sur dix (30 pour cent) qui reçoivent des aliments de complément. Ce n'est qu'à l'åge de 8-9 mois que près de six enfants sénégalais sur dix (5 6 pour cent) sont nourris conformément aux recommandations de l'OMS. L'organisation 109 Tableau 8.3 Allaitement et alimentation de complément par åge de l'enfant Pourcentages d'enfants de moins de deux ans et allaités par åge (en mois) selon le type d'aliment de complément reçu, et pourcentage de ceux utilisant le biberon, EDS-II Sénégal 1992/93 Aliments de complément Utilisation Lait pour Autres Autres Solides/ du Age en mois bébé laits liquides 1 Bouillies biberon Effectif 0-1 9,6 7,2 1,2 0,6 4,8 166 2-3 8,4 10,5 10,9 2,1 7,1 238 4-5 13,0 8,4 23,3 11,6 4,2 215 6-7 11,0 7,7 31,5 30,4 3,3 181 8-9 10,3 13,5 40,4 55,8 2,6 156 10-11 11,7 14,4 32,2 62,2 4,4 180 12-13 11,6 12,1 47,4 73,4 2,3 173 14-15 11,0 14,8 35,7 78,6 2,7 182 16-17 13,7 15,1 43,9 78,4 1,4 139 18-19 11,4 14,3 41,0 81,9 2,9 105 20-21 3,9 17,1 28,9 77,6 0,0 76 22-23 (6,4) (19,1) (21,3) (61,7) (0,0) 47 24-25 (8,7) (21,7) (34,8) (78,3) (0,0) 23 Note: Le statut d'allaitement fait référence aux demières vingt-quatre heures. La somme des pourcentages d'enfants par type de compléments peut dépasser 100% car l'enfant ~Neut recevoir différents types de compléments. on compris l'eau ( ) Basé sur moins de 50 cas 100 Pourcentage Graphique 8.1 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de 3 ans 75 50 25 0 0 5 10 15 20 25 Age en mois mAllaitement seul []Allaitement et eau mAl. + compl~rnents E~INon Note: Moyenne mobile sur trois mois 30 35 allaites / EDS-II S6n6gal 1992/93 110 mondiale recommande que des aliments solides soient introduits dans l'alimentation des enfants entre 4 et 6 mois, ãges à partir desquels le lait maternel seul n'est plus suffisant pour assurer la meilleure croissance possible des enfants. L'usage du bibe mn qui est fortement déconseillé, est extrêmement faible au Sénégal: 5 pour cent chez les enfants de 0-1 mois, 7 pour cent chez ceux de 2-3 mois et 4 pour cent chez les enfants de 4-5 mois. Plusieurs travaux ont montré qu'une mauvaise utilisation du biberon peut rendre un enfant malade en raison de son exposition aux microbes pathogènes. Par ailleurs, en recevant autre chose que le sein, les enfants ont tendance à moins téter, ce qui provoque une réduction de la production du lait matemel. Le tableau 8.4 présente la durée médiane et la fréquence de l'allaitement selon les caractéristiques socio-démographiques. Au niveau national, la durée médiane de l'allaitement est de 20,1 mois. En tant que comportement, l'allaitement varie peu selon les facteurs socio-6conomiques et culturels. Par milieu de résidence, la durée médiane en milieu rural (20,9 mois) est supérieure de presque 14 pour cent à celle en milieu urbain (18,4 mois). Selon les grandes régions, les dut~es médianes varient d'un minimum de 19,1 mois à l'Ouest à un maximum de 21,1 mois au Centre. Le niveau d'instruction influe négativement sur la durée de l'allaitement: la médiane varie de 13,2 mois chez les femmes ayant une instruction secondaire ou plus à 20,5 mois chez celles n'ayant aucune instruction. Peu de différences apparaissent dans les durées médianes de l'aflaitement en fonction de l'ethnie. L'assistance à l'accouchement influe également peu sur la durée de l'allaitement: la médiane est légèrement inférieure chez les enfants dont les mères ont accouché avec l'assistance de personnel de santé (19,4 mois) par rapport à celle correspondant aux enfants dont les mères ont accouché avec l'assistance d'une accoucheuse traditionnelle (20,2 mois) ou celles n'ayant reçu aucune assistance (21,6 mois). Selon le sexe de l'enfant, la durée médiane de l'allaitemcnt est légèrement plus élevée chez les garçons (20,9 mois) que chez les filles (19,4 mois). Le tableau 8.4 présente également la durée moyenne et la durée moyenne "prévalence/incidence" d'allaitement. La procédure pour le calcul de ce demier indicateur est empruntée à l'épidémiologie. En épidémiologie on estime la durée moyenne d'un événement en divisant sa prévalence par son incidence. Dans notre cas, l'événement est l'allaitement; la prévalence est définie comme le nombre d'enfants que les mères sont encore en train d'allaiter au moment de l'enquête, et l'incidence est définie comme le nombre moyen de naissances par mois. Ce nombre est estimé par les naissances d'une période de 36 mois et ce pour éviter les problèmes de saisonnalité et les erreurs possibles de période de référence. En divisant le nombre de mères qui allaitent au moment de l'enquête par le nombre mensuel moyen de naissances, on obtient une estimation de la durée moyenne d'allaitement en mois. Pour l'ensemble du pays, la durée moyenne d'allaitement est de 20,4 mois. Celle-ci est très proche de la moyenne enregistrée en 1986 lors de I'EDS-I, qui était de 18,8 mois. 111 Tableau 8.4 Durée m&tiane et fréquence de l'allaitement Dur6es médianes de l'allaitement (enfants de moins de trois ans), et pourcentages d'enfants de moins de six mois ayant ~te allaités six fois ou plus au cours des vingt-quatre heures ayant préc&t~ l'enqu&e, par caract&isUques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Caractéristique Durée médiane en mois Enfants de <6 mois % ayant reçu Ensemble Exclu- le sein 6 fois de sive- Allaite- Effectif ou plus dans les Effectif allaite- ment ment de demières d'en- ment allaltés et eau 1 enfants 24 heures fants Sexe de l'enfant Masculin 20.9 0,4 5,1 1661 92,6 309 Féminin 19,4 0,4 5,0 1700 93.3 313 Milieu de réaldencc Urbain 18,4 0,4 3,5 1162 91.9 221 Rural 20,9 0,4 5,7 2199 93,5 401 Grande r~glon Ouest 19,1 0,4 3,9 1100 91,9 222 Centre 21,1 0,4 7,1 1255 93,3 223 Sud 19,7 0,4 3,1 418 92,3 78 Nord-Est 19,8 0,5 5,0 588 94,9 99 Ethnle Wolof 20,7 0,4 6,1 1288 91,8 232 Poular 19,7 0,4 4,0 828 92,5 147 Serer 20,5 0,4 5,3 609 95,3 128 Mandingue 19,8 0,4 2,2 240 90,9 44 Diola 19,5 0,4 2,5 177 91,2 34 Autre 20,7 0,4 2,2 219 97,3 37 Niveau d'Instruction de la mère Aucun 20,5 0,4 5,7 2703 93,8 496 Primaire 19,2 0,4 3,0 470 88,9 90 Secondaire ou plus 13,2 0,4 2,1 188 91,7 36 Asalstancc å l'accouchement Personnel formé médicalement 19,4 0,4 5,1 2001 93,0 356 Accoucheuse traditionnelle 20,2 0,4 5,0 557 95,5 112 Autres personnes ou pas d'assistance 21,6 0,4 7,1 738 91,2 137 Non déclaré 20,6 0,4 3,9 65 88,2 17 Ensemble des enfants 20,1 0,4 5,0 3361 92,9 622 Moyenne 20,1 1,3 7,2 97,8 Moyenne prévalence/incidence 20,4 0,6 7,3 Note: Les médianes et moyennes sont bas~es sur le statut actuel. Iy compris les enfants exclusivement allaités 112 A titre comparatif, les durées moyennes d'allaitement pour certains pays d'Afrique subsaharienne ayant effectu6e la mSme enquete sont présentées ci-dessous: Pays Date de l" enquête Durée moyenne de r allaitement (en mois) Botswana 1988 18,8 Burundi 1987 23,8 Cameroun 1991 18,2 Ghana 1988 20,4 Kenya 1989 19,4 Lib6ria 1986 17,0 Mali 1987 21,6 Niger 1992 20,4 Nigéria 1990 20,1 SENEGAL 1992/93 20,4 Togo 1988 22,6 La dur6e moyenne d'allaitement au Sénégal est pratiquement la meme que dans la majorit6 des autres pays africains (Graphique 8.2). Graphique 8.2 Durée moyenne d'allaitement dans les pays d'Afrique subsaharienne Lib6ria, 1986 Cameroun, 1991 Botswana, 1988 Kenya, 1989 Nig6ria, 1990 Ghane, 1988 Niger, 1992 SENEGAL, 1932/33-~ Mail, 1987[ I Togo, 1988 J Burundi, 13881 ] I I I 5 10 15 20 Dur6e moyenne en mois 25 EDS°II S6n6gal 1992/33 113 Pour ce qui est de la fréquence de l'allaitement des enfants de moins de six mois, le méme tableau 8.4 montre qu'au cours des dernières vingt-quatre heures ayant précédé l'enquéte, la quasi-totalité des enfants (93 pour cent) de moins de six mois ont ~té allaités six fois ou plus. Les enfants les plus fréquemment allaités sont ceux du milieu rural (94 pour cent), ceux vivant dans les grandes régions du Nord-Ouest (95 pour cent) et du Centre (93 pour cent), ceux appartenant à l'ethnie Sérer (95 pour cent), ceux dont les mères n'ont aucune instruction (94 pour cent), et ceux dont les mères ont accouché avec l'assistance d'une accoucheuse traditionnelle (96 pour cent). 8.2 ETAT NUTRIT IONNEL DES ENFANTS DE MOINS DE C INQ ANS 8.2.1 Méthodologle Un des objectifs de I'EDS-II était d'évaluer l'état nutritionnel des enfants/tgés de moins de cinq ans. Selon les recommandations de l'OMS, cette évaluation doit se faire par comparaison des indicateurs anthropométriques: poids-pour-taille (P/T), poids-pour-åge (P/A) et taille-pour-åge (T/A) b. ceux d'une population de référence internationale connue sous le nom de NCHS/CDC/OMS. ~ Cette population de référence internationale a été établie à partir de l'observation d'enfants américains de moins de cinq ans en bonne santé et bien nourris. M~me dans une telle population, il y a une variation dite normale des tailles et des poids parmi les enfants du m~me sexe et du même åge. Cette variation suit à peu près une répartition normale où la médiane et la moyenne sont confondues. Pour les trois indicateurs étudiés, la comparaison de la situation dans l'enquête avec le standard international est menée en mesurant la proportion d'enfants observés qui se situent b. moins de deux et à moins de trois écarts-type (ET) en dessous de la médiane de la population de référence. L'indice taille-pour-âge est un indicateur de retard de croissance permettant de mesurer l'état nutritionnel passé chez un enfant qui a eu une déficience alimentaire et/ou qui a été malade de façon chronique pendant une période relativement longue, sa croissance peut être retardée et sa taille sera affectée: il a alors une taille inférieure à la moyenne de son âge. Cependant, ce type de sous-nutrition chronique s'appelle souvent la malnutrition "invisible" car elle est moins évidente à la simple observation que la sous- nutrition aigu~. Par exemple, un enfant de trois ans mal nourri peut passer pour un enfant de deux ans bien nourri. La taille-pour-åge est donc une mesure des effets ~ long terme de la sous-nutrition, et varie très peu en fonction de la saison de la collecte des données. Les enfants pour lesquels la taille-pour-fige se situe b. moins de deux écarts-type en-dessous de la médiane taille-pour-åge de la population de référence sont considérés comme atteints de sous-nutrition chronique, et ceux pour lesquels la tallle-pour-åge se situe à moins de trois écarts-type en dessous de la médiane taille-pour-åge de la population de référence sont considérés comme atteints de sous-nutrition chronique sévère. L'indice poids-pour-taille reflète la situation nutritionnelle actuelle (au moment de l'enquête). Cette forme de sous-nutrition est la conséquence d'une alimentation insuffisante durant la période ayant précédé l'observation, ou peut être le résultat de maladies aiguës. Le poids d'un enfant peut changer par rapport à l'alimentation quotidienne, et par rapport à des facteurs tels que les maladies provoquant une perte de poids (particulièrement la diarrhée et la rougeole) et les variations saisonnières d'alimentation. Ainsi, un enfant souffrant de cette forme de sous-nutrition est maigre ou émacié, et les enfants pour lesquels le poids-pour- taille se situe à moins de deux écarts-type en dessous de la médiane poids-pour-taille de la population de référence sont considérés comme atteints de sous-nutrition aiguë, et ceux se situant ~. moins de trois écarts- type souffrent de sous-nutrition aiguë sévdre. ~La population de oeférence est définie par le Centre National des Statistiques Sanitaires, Etats-Unis (National Center for Health Statistics, NCHS) et adoptée par les Centres de Contréle des Maladies, Etas-Unis (Centers for Disease Control, CDC) et l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). 114 L'indice poids-pour-åge est l'indicateur le plus classique et le plus simple: il mesure le retard de croissance. C'est la mesure la plus souvent utilisée par les services de santé; mais son utilité n'est réelle que si elle est prise régulièrement chez le même enfant pour suivre ses variations. Elle permet de conna~m de façon assez acceptable la prévalence de la sous-nutrition toutes formes confondues (aigu8 et chronique). Comme le poids-pour-taille, le poids-pour-/ige est sensible aux variations saisonnières. Les enfants dont le poids-pour-/tge se situe à moins de deux écarts-type en dessous de la médiane poids-pour-/lge de la population de référence sont consid6rés comme souffrant d'insuffisance pondérale, et ceux se situant à moins de trois 6carts-type souffrent d'insuffisance pondérale sévère. Comme on l'a indiqué plus haut, les données de la population de référence suivent une distribution normale avec seulement 2,3 pour cent des enfants si situant à moins de deux écarts-type, dont 0,1 pour cent à moins de trois écarts-type, en dessous de la médiane pour chacun des trois indices de nutrition. Au cours de l'enquête, tous les enfants vivants et ågés de moins de cinq ans des femmes ~lgées de 15- 49 ans ayant passé à domicile la nuit précédant l'enquête, devaient être pesés et mesurés. Au total 26 pour cent des enfants ågés de moins de cinq ans sont exclus de l'analyse sur l'évaluation de l'état nutritionnel et ce pour les raisons suivantes: enfants éligibles, mais une des mensurations (poids ou taille) est manquante 8,5 % mensurations erronées d'après les critères programme de référence international 6,3 % /ige en mois incomplet 11,1% Les résultats sur les mesures anthropom6triques présentes dans cette section ne concement que 3793 enfants, soit 74 pour cent des 5124 enfants vivants et ãgés de moins de cinq ans. 8.2.2 R6sultats Le tableau 8.5 présente les pourcentages d'enfants de moins de cinq ans souffrant de sous-nutrition selon les trois indicateurs taille-pour-åge, poids-pour-~lge et poids-pour-taille selon certaines caractéristiques socio-démographiques. 115 Tableau 8.5 Etat nutritionnel des enfants Pourcentages d'enfants de moins de cinq ans considérés comme atteints de malnutrition par caractéristiques démographiques selon les trois indicateurs anthropométriques de l'état nutritionnel: taille-pour-åge, poids-pour-taille, et poids-pour-åge, EDS-II Sénégal 1992/93 Taille-pour-åge Poids-pour-taille Poids-pour-åge Inférieur Inférieur Inférieur Inférieur Inférieur Inférieur Caractéristique à -3ET à -2 ET l à -3 ET à -2 ET I à -3 ET à -2 ET 1 Effectif Age de l'enfant (mois) <6 0,7 3,2 0,2 3,4 0,0 1,1 440 6-11 2,1 10,9 3,0 12,3 3,6 12,8 470 12-23 8.6 23,4 3,3 15,8 6,6 27,2 816 24-35 10.9 28,8 1,7 7,5 8,1 26,2 743 36-47 11,1 25,1 0,7 5,0 3,6 22,8 701 48-59 11.7 28,3 0,3 5.8 3,7 19,6 623 Sexe de l'enfant Masculin 8,4 23,3 2,3 9.9 4,3 21,1 1851 Féminin 8,2 20,1 1,0 7.5 5,1 19,3 1942 Rang de naissance 1 7.3 18,7 1.6 7,7 4,4 19.9 614 2-3 8.1 20,3 1.2 8,7 4,3 18,9 1043 4-5 8.5 22.5 1.6 8,7 4.7 20.8 901 6 ou plus 8.7 23,6 2,1 9.1 5.3 20,9 1235 Intervalle entre naissances Première naissance 7,3 18,6 1.6 7,8 4,4 19,8 617 <24 mois 11,0 23,7 2,2 8,4 6,1 21,5 545 24-47 mois 8,6 22,9 1,5 9,2 4.8 20,2 2074 48 mois ou plus 5,7 18,5 1.6 8,1 3,6 19.0 557 Milieu de résidenee Urbain 4,5 13,8 1,2 7.1 2,4 13,3 1445 Rural 10,6 26,5 1,9 9,7 6,2 24,4 2348 Grande région Ouest 5,1 16,0 1,2 6,3 2.7 15,1 1391 Centre 10,3 24,5 1,3 9,7 5,3 22,1 1350 Sud 10.0 24,9 2,2 9,3 5,6 23,6 461 Nord-Est 10,0 25,9 3,2 11,5 7,4 24.9 591 Ethnle Wolof 7,9 20,0 1,4 7,7 3,3 18,9 1473 Poular 8,4 22,6 1,9 10,4 6,1 20,6 855 Serer 9,4 24,9 0,9 8.5 5,7 21,0 742 M andingue 11,7 25,3 4,0 11,0 7,3 27,0 300 Diola 3,6 14,4 2.1 7,7 3.1 16,0 194 Autre 6.1 19,7 1,3 6.6 3,5 18,3 229 Niveau d'Instruction de la mère Aucun 9.8 24,6 1.8 9.1 5,5 22,1 2976 Primaire 3,8 12.0 1,4 7,4 2,6 15,1 581 Secondaire ou plus 0.8 8,1 0.4 6.4 0,4 8.1 236 Ensemble des enfants 8.3 21,7 1,6 8,7 4,7 20,1 3793 Note: Le tableau est basé sur les enfants nés dans les 1-59 mois ayant précédé l'enqu&e. Chaque indicateur est exprimé en terme de nombre d'unités d'écart-typo (ET) par rapport à la médiane de la Population de Référence Internationale du NCHS/CDC/WHO. Les enfants sont atteints de sous-nutrition s'ils se trouvent à moins de -2 ET (-2ET et -3 ET) de la médiane de la population de référence. tLes enfants qui se situent en-dessous de -3 ET sont inclus dans cette catégorie. 116 Taille-pour-åge Au niveau national, plus d'un enfant sur cinq (22 pour cent) souffre de retard de croissance ou de sous-nutrition chronique (-2 ET pour la taille-pour-ãge) dont 8 pour cent présentent une sous-nutrition chronique aiguë (-3 ET). A titre comparatif, figurent ci-dessous les prévalences de la sous-nutrition chronique pour certains pays d'Afrique subsaharienne, calculées selon le mEme procédé au cours des Enquêtes Démographiques et de Sant6: Pays Date de l' enquête Prdvalence de la sous- nutrition chronique (en %) Cameroun 1991 24 Namibia 1992 28 Niger 1992 32 Nigéria 1990 43 SENEGAL 1992/93 22 Tanzanie 1991/92 47 Ouganda 1988/89 45 Zimbabwe 1988 29 Comme le montre le graphique 8.3 et le tableau ci-dessus, la proportion d'enfants de moins de cinq ans souffrant de sous-nutrition chronique est la plus faible au Sdnégal parmi les pays d'A frique subsaharienne présentés ici. Graphique 8.3 Prévalence de la sous-nutrition chronique dans les pays d'Afrique subsaharienne SENEGAL, 1992/93 Cameroun, 1991 Namibie, 1992 Zimbabwe, 1988 Niger, 1992 Nig6ria, 1990 Ouganda, 1988/89 Tanzanie, 1991/92 I I I ] ] 10 20 30 40 Pourcentage 50 EOS-II S6n6gal 1992/93 117 L'analyse différentielle de la sous-nutrition chronique par caract6ristiques socio-démographiques montre que, selon l'ãge de l'enfant, le retard de croissance commence à se manifester dès les premiers mois de vie (Graphique 8.4): 3 pour cent des enfants sont déjà atteints entre 0 et 6 mois. Les enfants ltgés de 24-35 mois sont les plus touchés (29 peur cent) de sous-nutrition chronique: parmi ces enfants, près de deux sur cinq (11 peur cent) souffrent de sous-nutrition chronique sévère. Graphique 8.4 Etat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans Pourcentage 30 20 10 0 Retard de croissance ponddrale t ~ " 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 Age en mois Note: Moyenne mobile sur trois mois EDS-ll Sênégal 1992/93 La prévalence du retard de croissance est nettement plus élevée parmi les enfants de rang quatre ou plus (23 pour cent) que les enfants de rang un à trois (20 peur cent), et en milieu rural qu'en milieu urbain (27 pour cent contre 14 pour cent). Le risque de la sous-nutrition chronique est maximal quand l'intervalle intergénésique est inférieur à 24 mois (24 pour cent) et minimal quand cet intervalle est au moins égal à quatre ans (19 pour cent) ou quand il s'agit d'une première naissance (19 peur cent). Selon les grandes régions, les proportions les plus élevées d'enfants qui sont chroniquement malnutris se situent au Nord-Est (26 pour cent), suivi du Sud et du Centre (25 pour cent chacun). Par contre, c'est dans l'Ouest (16 peur cent) qu'il y a le moins d'enfants souffrant de sous-nutrition chronique. Au peint de vue ethnique, les proportions d'enfants présentant un retard de croissance varient de 14 pour cent chez les Diolas, b. 20 et 23 peur cent, respectivement, chez les Wolofs et les Poulars, pour atteindre 25 peur cent chez les Mandingues et les Sérers. Le niveau d'instruction de la mèoe semble Etre un facteur déterminant de l'état nutritionnel des enfants (Graphique 8.5): ceux dont les mères n'ont aucune instruction souffrent au moins trois fois plus de sous-nutrition chronique que ceux dont les mères ont le niveau du secondaire ou plus (25 pour cent contre 8 pour cent). Enfin, selon le sexe de l'enfant, cette forme de sous-nutrition touche plus les garçons (23 pour cent) que les filles (20 pour cent). 118 Graphique 8.5 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans présentant un retard de croissance RESIOENCE L Urbain Rural GRANDE REGION Ouest~ Centre ~ ~ Sud~ Nord-Est ~~~~~ï~ INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaîre ou + fil ~ i !fil i~i ~il iii !i!iiii ï ~:~~ ~, . 0 5 10 15 20 25 30 Pourcentage Note: Taille-pour-&ge inférieure à -2 ET de la médiane de la population de référence EDS-II Sénégal 1992/93 Poids-pour-taille Il ressort du même tableau 8.5 qu'au niveau national, un nombre non négligeable d'enfants sénégalais de moins de cinq ans souffrent de sous-nutrition aigu~ (exprimée au moyen de l'indice poids-pour-taille), puisque près de 9 pour cent ont un P/T en dessous de moins deux écarts-type (-2 ET) dont près de 2 pour cent présentent une sous-nutrition aiguë sévère (-3 ET). Ces proportions sont, respectivement, quatre et seize fois plus élevées que dans la population de référence (respectivement 2,2 et 0,1 pour cen0. Selon l'åge de l'enfant, comme le montre le graphique 8.4, on observe que les enfants de moins de six mois sont assez peu touchés (3 pour cent); entre six mois et un an, plus de 12 pour cent des enfants sont émaciés; et à 12-23 mois, près de 16 pour cent sont atteints de cette forme de sous-nutrition. Cette proportion diminue ensuite pour atteindre près de 8 pour cent à 25-34 mois et 5 pour cent à 36-47 mois. Ce sont les enfants de 12-23 mois qui sont les plus atteints par la sous-nutrition aiguE. Les pratiques inad6quates d'alimentation des enfants, commentées précédemment, sont étroitement associées au niveau élevé de sous- nutrition observes dans ce groupe d'åges (Lowe et 'al., 1993). Comme pour les indices de sous-nutrition chronique, les indices de sous-nutrition aiguë sont différents selon les caractéristiques socio-démographiques. Par sexe, les garçons semblent souffrir de cette forme de sous-nutrition plus que les filles (10 pour cent contre 8 pour cent). Du point de vue régional, la prévalence de la sous-nutrition aiguë la plus élevée se situe au Nord-Ouest (12 pour cent), suivi du Centre (10 pour cent) et du Sud (9 pour cent). Comme pour la sous-nutrition chronique, c'est à l'Ouest que la proportion d'enfants ém aciés est la moins importante (6 pour cent). Selon le groupe ethnique, on observe une prévalence de la sous-nutrition aiguë sensiblement plus élevée chez les enfants mandingues (11 pour cen0 et poulars (10 pour cent) que chez les enfants des autres ethnies (Sérer: 9 pour cent, Wolof: 8 pour cent et Diola: 8 pour cent). Concernant les autres variables, il y a une association négative entre la sous-nutrition aiguë et l'urbanisation, ic niveau d'instruction (Graphique 8.6) et, å moindre degré, l'intervalle précédant les naissances. 119 Graphique 8.6 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans atteints d'émaciation RESIDENCE Urbai~ Rura GRANDE REGION L~=~~==:= Ouest ~i~ïL~~ff ~ S u d ~ Nord-Est ~ INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + . . . . I / ! 2 4 6 8 Pourcentage Note: Poids-pour-taille infêrieure å -2 ET de la m6diane de la population de róf6rence 10 12 14 EDS-II S($négal 1992/93 Poids-pour-tige Le tableau 8.5 mesure également les proportions d'enfants présentant une insuffisance pond~raie exprimée au moyen de l'indice poids-pour-åge. Comme nous l'avons indique plus haut, cet indicateur donne la sous-nutrition aiguë et chronique, mais ne distingue pas entre déficience alimentaire qui dure depuis longtemps (retard de croissance) et celle qui est récente (émaciation). Au niveau national, 20 pour cent des enfants de moins de cinq ans souffrent d'insuffisance pondErale, dont 5 pour cent sont exposés å la forme sévère de cette sous-nutrition. Comme l'information donnEe par cet indicateur rend compte å la fois, des formes aigue et chronique de sous-nutrition, les variations de poids-pour-/lge selon les différentes caractéristiques socio-démographiques suivent les mêmes tendances que celles observées pour le poids-pour- taille et surtout que celles observées pour la taille-pour-åge, car, comme ce demier indicateur, le poids-pour- fige est surtout dépendant de l'ågc. Par ailleurs, du fait que les données de cet indicateur sont sensibles aux fluctuations saisonnières, une seule estimation du poids-pour-~tge peut souvent poser des problèmes d'interprétation, surtout si on la compare à d'autres estimations obtenues à différentes périodes. Mais,comme les indices du poids-pour-åge sont utilisés par les programmes de protection de la santé de l'enfant dans les services sanitaires, nous les avons retenus ici en tant qu'indicateurs de repère utiles pour ces programmes. 8.3 ETAT NUTRIT IONNEL DES MERES L'état nutritionnel des femmes est un des déterminants de la mortalité maternelle, du bon déroulement des grossesses ainsi que de leur issue. 11 influence aussi la morbidité et la mortalité des jeunes enfants. Plusieurs indicateurs peuvent être utilisés pour mesurer l'état nutritionnel des mères (Krasovec et Anderson, 1991). Dans le cadre de I'EDS-II, on a collecté des données sur le poids et la taille des femmes ayant des enfants ågés de moins de cinq ans. Il est ~ noter que les donnæes anthropom6triques n'ont pas ~tE collectEes pour les femmes qui n'ont pas eu d'enfants pendant les cinq années ayant précédé l'enquête; ceci implique que plusieurs groupes de femmes sont sous-représentEs: par exemple les femmes des tranches d'[lges 15-19 et 45-49 ans. 120 Le mEme équipement utilisé pour l'anthropométrie des enfants a et~ utilisée pour l'anthropométrie des femmes. La toise utilisée pour la mesure de la taille était équipée d'une extension capable de mesurer les adultes, tandis qu'un p~se-personne digital d'une précision de + 100 grammes était utilisé pour obtenir le poids des femmes et des enfants. Le tableau 8.6 donne la répartition, la moyenne et l'écart type de trois indicateurs anthropométriques concernant les femmes: il s'agit de la taille, du poids et de l'indice de masse corporelle (IMC). Ce demier indicateur est calculé å partir de la taille et du poids. Il y a une association entre la taille et le statut socio- économique au cours des générations, bien que la taille puisse varier dans les populations à cause de facteurs génétiques. En outre, d'un point de vue anatomique, la taille des mères étant associée à la grandeur du bassin, les femmes de petites tailles sont plus susceptibles d'avoir des complications pendant la grossesse et surtout pendant l'accouchement. Elles sont aussi plus susceptibles de concevoir des enfants de faible poids. Bien que la taille critique en-deça de laquelle une femme peut Etre considérée à risque varie selon les populations, on admet généralement que cette taille moyenne se situe entre 140 et 150 centimètres. Les résultats du tableau 8.6 montre que la taille des femmes sénégalaises ayant une naissance dans les cinq demières années se situe nettement au-dessus de l'intervalle mentionné: elle est de 162 centimètres (écart-type de 6 centimètres). Seulement 0,1 pour cent des mères ont une taille inférieure ~. 145 centim~tres, et 4 pour cent ont une taille au-dessous de 150 centimètres. Le faible poids des femmes avant une grossesse est un facteur de risque important pour le déroulement et l'issue de la grossesse. Le poids moyen des femmes sénégalaises est de 57,9 kilos; 22 pour cent d'entre elles ont un poids inférieur à 50 kilos et près de 12 pour cent ont un poids égal ou supérieur à 70 kilos. Cependant, le poids étant très Tableau 8.6 Indicateurs anthropométriques de l'état nutritionnel des mères Distribution (en %), moyenne et écart-type de la taille, du poids, et de l'Indice de Masse Corporelle (IMC) pour les femmes ayant eu, au moins, une naissance durant les cinq années ayant précédé 1 enquéte, EDS-II Sénégal 1992/93 % y compris données Indicateur % manquantes Taille (cm) < 145 0,1 0.1 145-149 1,4 1,4 150-159 32,0 31,3 160-169 55,6 54,5 170-179 10,4 10,2 >= 180 0,5 0,5 Non déterminé 2, l Moyenne 162,4 Ecart-type 6,0 Effectif de femmes 3460 3534 Poids (kg) < 40 0,8 0,8 40-49 21,2 20,8 50-59 44,5 43,7 60-69 22,0 21,6 >= 70 l 1,5 11.3 Non déterminé 1,8 Moyenne 57,9 Ecar t-type 11,5 Effectif de femmes 2807 2859 IMC (kg/m2) < 16,0 1,5 1,5 16,0-16,9 2,3 2,2 17,0-18,4 11,2 10,9 18,5-20,4 25,2 24,5 20,5-22,4 24,8 24,2 22,5-23,9 12,7 12,3 24,0-25,4 8,9 8,6 25,5-26,9 5,2 5,0 27,0-28,9 3,4 3,3 >=29,0 5,0 4,8 Non déterminé 2,6 Moyenne 21,9 Ecart-type 3,7 Effectif de femmes 2786 2859 variable selon la taille, il est préférable de s'intéresser à un indicateur tenant compte de cette relation. L ' IMC ou encore indice de Quételet est le plus souvent utilisé pour exprimer la relation poids/taille: il permet de mettre en évidence le manque ou l'excès de poids en contrôlant la taille et, en outre, il présente l'avantage de ne pas nécessiter l'utilisation de tables de référence comme c'est le cas pour le poids-pour-taille. L ' IMC est calculé en divisant le poids (en kilos) par le carré de la taille, et s'exprime donc en kg/m 2. Pour indiquer une déficience énergétique chronique, on utilise g6néralement comme seuil la valeur 18,5 kg/m 2, à 1'opposé, pour indiquer un surpoids, le seuil récemment établi (James et al., 1988) est de 24 kg/m 2 ou plus. La valeur moyenne de I'IMC chez les femmes sénégalaises non enceintes est de 21,9 kg/m2; près d'une femme sur sept (15 pour cent) a un indice se situant en deçà du seuil critique et présente donc une déficience énergétique chronique. Par contre, une femme sur douze (8 pour cent) a un indice très élevé (27 ou plus) et entre sans équivoque dans la catégorie des surpoids. 121 Le tableau 8.7 présente les tailles moyennes et les pourcentages de femmes dont la taille est inférieure à 145 centim~tres, et les IMC moyens et les pourcentages de femmes dont I'IMC est inférieur a 18,5 kg/m 2 selon certaines caractéristiques socio-démographiques. Les femmes ayant reçu une instruction secondaire ou plus, et celles de la grande l'ethnie Wolof ont des tailles moyennes sup6rieures aux tailles des autres femmes du pays. En ce qui conceme l'indice de masse corporelle, les femmes de l'Ouest sont mieux nourries que celles des autres grandes régions: par exemple, 9 pour cent seulement des femmes de l'Ouest ont un IMC inférieur à 18,5 kg/m 2, cette proportion est nettement plus faible aux proportions enregistrées dans les autres régions qui varient entre 16 et 23 pour cent. Selon le niveau d'instruction, I'IMC moyen est plus élevé et la proportion de femmes en-dessous de 18,5 kg/m 2 est plus faible chez les femmes instruites par rapport à celles sans instruction. Tableau 8.7 Indicateurs anthropométriques des mères par caracteristiques socio-d6mosraphiques Taille moyenne et pourcentages de femmes dont la taille est inferieure ~ 145 centimètres, et l'Indice de Masse Corporelle (IMC) et les pourcentages de femmes dont I'IMC est inférieur ~ 18,5 kg/m 2, selon certaines caractéfistiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Taille IMC pour- Pour- Effectif centage Effectif eentage de <18,5 de Caractéristique Moyenne <145 cm femmes Moyenne kghn 2 femmes Age de la femme < 20 162,2 0,4 279 20,4 21,8 220 20-34 162,7 0,1 2243 21,6 15,9 1766 >= 35 161,8 0,0 938 22,8 11,1 800 Nombre d'enlhnts nés vivants 1 162,8 0,4 553 21,1 14,7 450 2-3 162,6 0,0 947 21,2 20,1 751 4-5 162,5 0,1 771 21,7 15,2 593 6 ou plus 162,0 0,0 1189 22,8 11,1 992 Milieu de résidence Urbain 162,6 0,1 1179 23,0 10,8 961 Rur',d 162,3 0,1 2281 21,2 17,2 1825 Grande r~gion Ouest 162.6 0.0 1109 22.9 9,3 911 Centre 163.0 0.2 1323 21,3 15.8 1060 Sud 159.6 0.2 436 21.7 16,7 336 Nord-Est 162,6 0.0 592 21,3 22.5 479 Ethnle Wolof 163,7 0,0 1366 22,0 13,9 1116 Poular 162,0 0,4 840 20,9 23,4 672 Serer 161,5 0,0 599 22,0 9,7 472 Mandingue 161,1 0,0 263 21,9 17,3 202 Diola 159,0 0,0 177 23,6 4,2 142 Autre 162,1 0,0 215 22,6 9,9 182 Niveau d'instruction Aucun 162.2 0,1 2811 21,6 16.0 2250 Primaire 162,4 0,0 451 22,8 11,8 373 Secondaire ou plus 164,7 0,0 198 23,6 7,4 163 Ensemble a 162,4 0,1 3460 21,9 15,0 2786 asoat exclues les femmes pour lesquelles l'infom~ation est tnanquante. 122 CHAPITRE 9 MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS Papa Demba Diouf L'étude des niveaux de mortalité des enfants de moins de cinq ans figure parmi les principaux objectifs assignês à I'EDS-II. Ses résultats vont permettre de répondre à un certain nombre d'interrogations, y compris l' impact des Journées nationales de vaccination sur le niveau de la mortalité des enfants. L'évolution de la mortalité infanto-juvénile est étroitement liée aux conditions sanitaires et sociales du pays. C'est pour cela que son niveau constitue un indicateur important pour juger le degrê de dêveloppement socio-économique. La connaissance du niveau de la mortalité permet d'identifier les populations cibles, d'évaluer l' impact des programmes actuels de santé et, en fin de compte, de définir une stratégie appropriée pour les sous-groupes å hauts risques. Ce chapitre comprend quatre parties : la première abordera la méthodologie de collecte des données sur la mortalité; la deuxième partie sera consacrée à l'étude des niveaux et des tendances de la mortalité des enfants de moins de cinq ans; la troisième partie sera rêservée à l'analyse différentielle de la mortalité selon certaines caractéristiques démographiques et socio-économiques; et la dernière partie sera consacrée à une classification des naissances des cinq demières années selon les catégories å hauts risques auxquelles elles correspondent. 9.1 METHODOLOGIE Les différents indices de mortalité présentés dans ce chapitre sont calculés à partir d'informations recueillies dans l'historique des naissances du questionnaire individuel. Dans cette partie du questionnaire, on demande aux femmes de retracer leur histoire génésique en donnant la liste de leurs naissances et en précisant le sexe, la date de naissance de l'enfant, son état de survie, et, en cas de dêcès, l'fige au décès. Cependant, la collecte des données par cette méthode, présente certaines limites. En effet, dans ce type d'approche rétrospective, on ne dispose d'aucune information sur la survie ou le décès d'enfants dont la mère est actuellement décédée. Dans le cas où leur nombre serait important et leur mortalité différente de celle des enfants dont la mè re survit, les niveaux de mortalité s'en trouveraient affectés. De même, en limitant la collecte des données aux femmes de 15-49 ans, les informations recueillies ne sont pas complètement reprêsentatives des différents intervalles de la pêriode passée. Si pour les cinq années prêcédam l'enquête, la presque totalité des naissances (et de la mortalité infanto-juvénile) sont issues de femmes/lgées de 15-49 ans au moment de l'enquête, il n'en est pas de même pour les intervalles plus anciens : peur la période 10-14 ans avant l'enquête, par exemple, nous ne disposons d'aucune information sur les naissances issues de femmes de 40-49 ans à cette époque. Du point de vue de la collecte proprement dite, la validité des données peut être affectée par : Le sous-enregistrement des événements, plus particulièrement l'omission d'enfants qui meurent très jeunes, quelques heures ou jours après la naissance, ce qui peut induire une sous-estimation des niveaux de mortalité; 123 Les déplacements difféoentiels des dates de naissance des enfants, selon qu'ils sont vivants ou décédés, peuvent entraîner une sous-estimation de la mortalité d'un intervalle (0-4 ans avant l'enquéte, par exemple) et, par conséquent, une surestimation de l'intervalle précédant (5-9 ans avant l'enquête). Néanmoins, ces limites, inhErentes à la méthode de l'historique des naissances n'induisent généralement qu'une très faible marge d'erreur dans la mesure des événements récents. Il faut noter que dans le cadre de ce rapport, on n'a procédé à aucun ajustement des données de l'historique des naissances. Les indices suivants ont été calculés à partir de ces informations : Quotient de mortalité néonatale (NN) : probabilité de décéder avant d'atteindre un mois; Quotient de mortalité post-néonatale (PNN) : probabilité de d~céder entre le premier et le douzième mois; Quotient de mortalité infantile (~q0) : probabilité de décéderentre la naissance et le premier anniversaire; Quotient de mortalité juvénile (4ql) : probabilité de décéder entre le premier et le cinquième anniversaires; Quotient de mortalité infanto-juvénile (sq0) : probabilité de décéder entre la naissance et le cinquième anniversaire; 9.2 NIVEAUX ET TENDANCES DE LA MORTAL ITE Le tableau 9.1 présente les quotients de mortalité (néonatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infanto-juvénile) pour lcs quinze demières années selon trois pEriodes quinquennales. Durant la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête), sur 1000 naissances, 68 enfants al~cèdent avant l'tîge de 1 an, et sur 1000 enfants atteignant leur prcmier anniversaire, 68 dEcèdent avant d'atteindre cinq ans. La probabilité de mourir durant le premier mois est supérieure à la probabilité de mourir entre le premier et le douzième mois. En effet, sur 1000 naissances, 35 enfants meurent durant le premier mois, et sur 1000 enfants ågés d'un mois, 33 enfants d6cèdent avant l'åge de 1 an. Tableau 9.1 Mortalité des enfants de moins de cinq ans Quotients de mortalité néonatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infanto-juvénile par pérlodes de 5 ans précédant l'enqufite. EDS-II Sénégal 1992/93 Nombre Mortalité Mortalité d'années Mortalité post- Mortalité Mortalité infanto- précédant néonatal¢ néonatale infantile juvénile juvénile l'enqufite (NN) (PNN) (lqo) (4ql) (sqo) 0 4 34.9 33,2 68.0 68,0 131,4 5-9 46.5 37,9 84,3 109,4 184,5 10-14 43,8 46,6 90,4 118,9 198,5 15-19 49,6 49,2 98,8 175,9 257,4 20-24 58.5 61,4 119.9 200,3 296,1 Sur la période des quinze dernières années, ces quotients ont sensiblement baissé. En effet, entre les périodes 1978-1982 ct 1988-1992 le quoticnt de monalit6 infantile est passé de 90 pour mille à 68 pour mille, soit une baisse de 24 pour cent. Durant les mêmes périodcs, le quotient de mortalité juvénile a baissé de 43 124 pour cent, passant de 119 pour mille å 68 pour mille, alors que le quotient de mortalité infanto-juv6nile a baissé durant les mEmes périodes de 34 pour cent passant de 199 pour mille à 131 pour mille. Quant aux quotients de mortalité néonatale et post-néonatale, ils ont connu respectivement une baisse de 20 pour cent et 35 pour cent durant la mEme période. Cette baisse de la mortalité est confirmée par la comparaison des indices issus des trois enquætes les plus récentes, å savoir I'ESF de 1978, I'EDS-I de 1986 et I'EDS-II de 1992/93 (Graphique 9.1). Graphique 9.1 Tendances de la mortalité des enfants selon trois sources D6c~s pour 1000 140 120 100 80 60 40 20 Mortalité infantile (lq0) 0 i 1965 1970 1975 1 0 Année '1990 Décés pourlOOO 200 150 100 50 Mortalité juvénile (4ql) +. 0 = i i i i i i i 1~5 1970 1975 '1~0 ' 1~5 1990 Année EDS-II Sén6ga11992/92 125 Il y a lieu de noter que la morte'dit~ juvénile au Sénégal a connu une baisse importante au cours de la dernière décennie; c'est pour la première fois que le quotient de mortalité juvénile 4q~ pour la période la plus récente est équivalent ~ celui de la mortalité infantile ~qo- Or jusqu'à présent, toutes les enquetes menées au Sénégal et dans d'autres pays du Sahel ont montré que la mortalité juvénile était toujours supérieure à la mortalité infantile. L'amélioration des soins de santé primaires tels que les soins prénatals et les programmes de vaccination serait-elle responsable de cette baisse spectaculaire de la mortalité des enfants entre un et quatre ans? Une analyse approfondie mérite d'etre effectuée pour mieux appréhender les facteurs explicatifs de cette évolution de la mortalité. 9.3 VARIAT IONS D IFFERENTIELLES DE LA MORTAL ITE Le tableau 9.2 donne les différents quotients de mortalité des enfants selon certaines caractéristiques socio-démographiques de la mére, pour la période de dix annnées précédant l 'enquete (1983-1992). La référence b. une période de dix annécs est utilisée dans le but d'avoir des effectifs suffisants permettant le calcul de quoticnts fiables pour l'étude de la mortalité différentielle parmi les sous-groupes de la population. L ' analyse différentielle de la mortalité des enfants présentée dans ce méme tableau 9.2 et graphique 9.2 montre un écart important dans les niveaux de mortalité infantile et juvénile entre les milieux urbain et rural. En effet, sur 1000 naissances, 55 enfants citadins décèdent avant l 'ãge d'un an, contre 87 en milieu rural. L'écart est encore plus grand pour la mortalité juvénile qui est plus de deux fois supérieure en milieu rural : 107 pour mille contre 50 pour mille en milieu urbain. Pour ce qui est de la mortalité infanto-juvénile dans son ensemble, sur 1000 naissances, I02 enfants citadins décèdent avant d'atteindre cinq ans contre 184 en milieu rural. C'est un constat, somme toute logique vue les disparités entre ces deux milieux tant au niveau des infrastructures sanitaires que celui des conditions de vie en général. Tableau 9.2 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mère Quotients de mortalité néonatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infanto-juvénile pour périodes de 10 arts précédant l'enqu&e, par caractéristiques socio- démographiques de la m~re. EDS-I1 Sénégal 1992/93 Mortalité Mortalité Mortalité post- Mortalité Mortalité infanto- néonatale néonatale infantile juvénile juvénile Caractéristique (MN) (MPN) (1%) (4ql) (sqo) Milieu de r~sldence Urbain 30,9 23,7 54,5 50,0 101,8 Rural 45,3 41,3 86,7 106,8 184,2 Grande région Ouest 31,3 22,8 54,0 59,6 110,5 Centre 40,0 31,8 71,9 105,9 170,2 Sud 45,0 52,6 97,6 107,8 194,9 Nord-Est 54,5 53,5 108,1 83,7 182,7 Niveau d'instruction de la mère Aucun 43,0 38,1 81,1 97,5 170,7 Prunaire 32,0 26,5 58,5 42,5 98,5 Secondaire ou plus 18,7 13.4 32,1 21.0 52,4 Soins prénatals et axslstance à l'accouchement Ni l'un ni l'autre 42,6 48,7 91,3 97.4 179,8 L'un ou l'autre 29,6 37.7 67,3 78,8 140,9 Les deux 33,9 23.2 57,1 45,6 100,1 Ensemble 40,5 35,5 76,0 87,4 156,7 126 Graphique 9.2 Mortalité infanto-juvénile selon les caractéristiques de la mère RESIDENCE Urbain Rural GRANDE REGION Ouest Centre Sud Nord-Est INSTR~CrT~UO~ L~ Pr ima i re~ Secondaire ou + I~~ L 100 200 300 D6c6s pour 1 000 Note: Bas6 sur les décès de la p6riode de 10 ans ayant pr6c6dd l'enqu6te 400 1_ Quotients de mortalitd • I • Infantile [ ] Infanto-juv6nile EDS-II S6n6gal 1992/93 Selon les grandes régions, le Nord-Est a le quotient de mortalité infantile le plus élevé (108 pour mille) et la région de l'Ouest le quotient le plus faible (54 pour mille). Au niveau de la mortalité juvénile, le quotient le plus faible a été enregistré dans la région de l'Ouest (60 pour mille) et le plus élevé dans la région du Sud (108 pour mille); on observe un résultat similaire au niveau de la mortalité infanto-juv6nile (111 pour mille contre 195 pour mille). Pour ce qui est de la mortalité néonatale et post-néonatale, les quotients les plus élevés ont été enregistrés dans la région du Nord-Est (respectivement 55 pour mille et 54 pour mille) et les quotients les plus faibles dans la région de l'Ouest (respectivement 31 pour mille et 23 pour mille). En ce qui concerne l'instruction, on relève toujours une corrélation négative entre cette variable et les quotients de mortalité. En effet, les enfants des femmes sans instruction ont une probabilité de décéder supérieure à celle des enfants des femmes ayant un niveau d'instruction quelconque. Par exemple, pour la mortalité infantile, sur 1000 naissances issues de femmes sans instruction, environ 81 enfants décèdent avant d'atteindre leur premier anniversaire, alors que seulement 59 enfants décèdent chez les femmes ayant un niveau primaire et seulement 32 enfants chez celles ayant un niveau secondaire ou supérieur. La différence est encore plus élevée au niveau de la mortalité juvénile; ainsi, la probabilité de d6céder entre le premier et le cinquième anniversaire varie de 98 pour mille chez les enfants de mères sans instruction à 43 pour mille chez ceux issus de femmes ayant un niveau primaire, et à 21 pour mille chez les enfants des femmes ayant un niveau sccondairc ou supérieur. En outre, un enfant issu d'une femme sans instruction a une probabilité de décéder avant d'atteindre cinq ans (171 pour mille) plus de trois fois supérieure à celle d'un enfant de mère ayant un niveau secondaire ou supérieur (52 pour mille). La dernière caractéristique présentée au tableau 9.2 concerne les soins prénatals et l'assistance à l'accouchement. Lorsque la mère n'a fait aucune visite prénatale pendant sa grossesse et n 'a pas été assistée par un personnel médical lors de l'accouchement, son enfant court un risque de décéder de 91 pour mille 127 par un personnel médical lors de l'accouchement, son enfant court un risque de déc6der de 91 pour mille avant l'/lge d'un an et de 180 pour m file entre la naissance et le cinquième anniversaire contre respectivement 57 peur mille et 100 pour mille peur un enfant dont la mère a ~té en consultation prénatale et a été assist& lors de l'accouchement. Ce résultat montre clairement que l'environnement socio-économique des mères (alphabétisation et urbanisation) est un facteur d6terminant de la santé des enfants. En effet, les femmes qui ont le plus grand accès aux soins prénatals et qui sont les plus nombreuses à accoucher dans les services de santé sont les femmes les plus instruites et celles du milieu urbain (voir Chapitre 7). Le tableau 9.3 pr6sente les quotients de mortalit6 peur la p6riode de 10 ans préc6dant l'enquœte selon certaines caract6ristiques biologiques des mères et des enfants. Le graphique 9.3 présente également les quotients de mortalit6 infantile selon l 'åge de la mère à la naissance de l'enfant, le rang de naissance et la durée de l'intervalle interg6n6sique. Selon le sexe, entre la naissance et le premier anniversaire, la mortalité des enfants des garçons est nettement plus élevée que celle des filles (83 peur mille contre 69 pour mille); d'ailleurs la m~me remarque peut ~tre faite au niveau de la mortalité néonatale (48 pour mille contre 34 peur mille), juvénile (96 pour m file contre 80 pour mille) et infanto-juv6nile (171 peur mille contre 143 peur mille). Tableau 9.3 Mortalité des enfants par caractéristiques bio-démographiques des mères et des enfants Quotients de mortalité néonatale, post-néonatale, infanUle, juvénile et infanto-juvénile pour périodes de 10 ans précédant l'enqu&e, par caractéristiques démographiques des mères et des enfants, EDS-11 Sénégal 1992/93 Mortalité Mortalité Mortalité post- Mortalité Mortalité infanto- néonatale néonatale infantile juvénile juvénile Caractéristique (MN) (MPN) (tqo) (4ql) (~qo) Sexe Masculin 47.5 35.9 83,4 95,5 170,9 Feminin 33.6 35.1 68,7 79,5 142,7 Taille à la naissance l Petit 49,3 32.0 81.3 62,9 139,1 Moyen ou gros 25,7 34,4 60,1 70.9 126,7 NSP 136,4 105,0 241,4 174,1 373,4 Age de la mère à la naissance Moins de 20 ans 52,2 39.8 92.0 92,9 176,4 20-29 ans 37,0 34,3 71,3 82,9 148,3 30-39 ans 40,8 33,9 74,7 92,7 160,5 40-49 ans 29,2 44,1 73,3 80,8 148,2 Rang de naissance 1 53,7 32,6 86,4 83,0 162,2 2-3 39,7 36,4 76.2 86,4 155,9 4-6 32,0 32,6 64,6 85,4 144.4 7 ou plus 44,4 41,3 85,8 96,8 174.2 Intervalle avec la naissance précédente Moins de 2 ans 65,1 46,5 111,6 89,2 190,9 2-3 ans 29.7 34,1 63,8 93,2 151,1 4 ans ou plus 18,2 23,9 42,2 63,2 102,7 IQuotients pour la période de cinq ans précédant l'enquéte 128 Graphique 9.3 Mortalité infantile et comportement procréateur AGE DE LA FEMME Moins de 20 ans 20-29 ans 30-39 an| RANG DE NAISSANCE 2 - ,3 - - 4 - ~ - - 7OU + INT. INTERGENESIQUE < 2 ans 2-3 ans 4 ans ou + Les deux Instruits - - m > ) i ¸¸ i i ] 20 40 60 80 100 120 Ddc~s pour 1 000 EDS-II Sdndgal 1992/93 Au niveau de l'ttge de la mère b. la naissance de l'enfant, les risques de décéder des enfants issus de femmes dont l 'age à la naissance est inférieur à 20 ans sont plus élevés que ceux des femmes dont l 'åge å la naissance est supérieur à 20 ans. En effet, le risque de décéder avant d'atteindre un mois est près d'une fois et demi plus élevé chez un enfant né d'une femme de moins de 20 ans (52 pour mille) que chez un enfant né d'une femme de 20-29 ans (37 pour mille). Entre le premier anniversaire et le cinquième anniversaire, la probabilité de décéder des enfants nés de femmes dont l'åge est inférieur à 20 ans est de 93 pour mille contre 83 pour mille pour ceux issus de femmes de 20-29 ans. La mortalité est plus faible parmi les enfants de rang de naissance intermédiaire. Pour la mortalitæ infantile, le quotient passe de 86 pour mille pour le rang 1 ~t 65 pour mille pour le rang 4 à 6 enfants et remonte à 86 pour mille au rang 7 ou plus. On remarque que la durée de l'intervalle intergénésique apparall comme étant le facteur qui influe le plus sur les niveaux de mortalité des enfants. En effet, les intervalles très courts entraînent une mortalité plus élevée. Par exemple, la mortalité infantile (112 pour mille) est plus de deux fois et demi supérieure chez les enfants nés moins de deux ans après la naissance précédente à celle des enfants nés 48 mois ou plus après un autre. En ce qui concerne la mortalité juvénile, le quotient est plus élevé chez les enfants dont l'intervalle est inférieur å 24 mois (89 pour mille) par rapport à ceux nés 48 mois ou plus après la naissance précédente (63 pour mille). Enfin, le quotient de mortalité néonatale est plus de trois fois supérieur chez les enfants dont l'intervalle est inférieur å deux ans par rapport ì ceux dont l'intervalle est de 48 mois ou plus. La dernière caractéristique du tableau 9.3 concerne la mille de l'enfant å la naissance selon la perception de la mère. Il apparaît que les bébés petits ou très petits courent un risque de décéder beaucoup plus élevé que les bébés de taille moyenne. En effet, sur 1000 enfants de petite taille à la naissance, 81 n'atteignent pas leur premier anniversaire contre 60 de taille moyenne ou gros. Pour ces enfants, la probabilité 129 de mourir durant le premier mois est supérieure à celle des erffants de taille moyenne ou perçus comme gros (49 pour mille contoe 26 pour mille). Entre la naissance et le cinquième anniversaire, sur 1000 enfants de petite taille à la naissance, 139 d6cèdent avant d'atteindre cinq ans, contre 127 pour les enfants de taille moyenne ou grosse. 9.4 COMPORTEMENT PROCREATEUR A HAUT R ISQUE Des études démographiques antérieures ont montré qu'il y a une forte relation entre le comportement procréateur d'une mère et les chances de survie de ses enfants. Généralement, les naissances qui sont à hauts risques de décéder sont celles issues de femmes jeunes (moins de 18 ans), les naissances de femmes d'åge de procréation tardif (plus de 34 ans), celles à intervalle intergén6sique court (moins de 24 mois) et celles de rang ~levé ~ (4 enfants ou plus). Pour les besoins de l'analyse, les naissances des cinq demières années sont classées selon les catégories à hauts risques suivantes : 1) les naissances ne correspondant à aucune des catégories à hauts risques définies ci-dessus, 2) les naissances appartenant au rang de naissance 1, 3) les naissances appartenant il une seule catégorie à haut risque, et 4) les naissances correspondant å une combinaison de cat6gories il hauts risques. La première colonne du tableau 9.4 montre que 54 pour cent de toutes les naissances au Sénégal survenues dans les cinq années ayant précédé l'enquête appartiennent au moins à une catégorie à hauts risques dont plus du quart (15 pour cent par rapport à 54 pour cent) correspondent à des hauts risques multiples. La deuxième colonne du tableau présente les "rapports de risque" qui permettent d'évaluer le risque supplémentaire de décéder que font courir aux enfants certains comportements procréateurs des mères; on définit un rapport de risque comme le rapport de la proportion d'enfants décédés dans chaque catégorie à hauts risques, il la proportion d'enfants décédés dans la catégorie de référence, å savoir les enfants n'appartenant à aucune des catdgories à hauts risques. Un enfant de rang un court un risque de décéder de 34 pour cent supérieur à un enfant n'appartenant à aucune catégorie à hauts risques. La procréation tardive de la mère (naissance à 35 ou plus) et la parité de rang élevé (sept enfants ou plus) ne sont pas généralement associées à un haut risque de décéder quand elles ne sont pas combinées avec un intervalle interg6nésique court (< 24 mois) qui constitue la cause essentielle de ces hauts risques. En effet, un enfant né moins de 24 mois après son aîné court un risque de décéder de 44 pour cent supérieur à celui de la catégorie de référence. Pour ce qui est de toutes les catégories il haut risque confondues, les enfants ont un risque de décéder 1,24 fois supérieur il ceux n'appartenant il aucune catégorie à hauts risques et pour certains comportements procréateu rs spécitiques, les risques sont multipliés par deux : intervalle court combiné avec un rang supérieur à cinq (rapport 2,2), et maternité tardive combinée avec un interv',dle court et un rang élevé (rapport de 1,8). Il apparaît donc que l'espacement des naissances a pour conséquence, en plus de la baisse des niveaux de fécondité, une amélioration des chances de survie des enfants. t Pour le cas sénégalais, on a sélectionné les naissances de rang supérieur à six. 130 La demière colonne du tableau 9.4 présente la proportion de femmes actuellement mari6es qui, potentiellement, pourraient concevoir des enfants à hauts risques de mortalité. Il s'agit donc d'une simulation ayant pour objectif de déterminer les futures naissances à hauts risques, en l'absence de tout comportement régulateur de la fécondit6. Ainsi, à partir de l'åge actuel des femmes, de l'intervalle ~coulé depuis leur dernière naissance et du rang de leur dernière naissance, on détermine dans quelle catégorie se trouverait la prochaine naissance, si chaque femme concevait un enfant au moment de l'enquEte. La proportion des enfants à narre qui appartiendraient à une catégorie quelconque à hauts risques est de 66 pour cent. Elle est supérieure de 23 pour cent à la proportion observée chez les enfants déj~ nés (54 pour cent). Ces r6sultats démontrent la nécessite de développer des activités de r6gulation de la f6condité pour les populations cibles, å savoir les femmes au comportement procr6ateur à hauts risques. Tableau 9.4 Fécondité à hauts risques Pourcentage d'enfants nés dans les cinq années ayant précédé l'enqu&e par hauts risques de mortalité. et pourcentage de femmes actuellement mariées à risque de concevoir un enfant à hauts risques de mortalité, par catégories de hauts risques croissants. EDS-II Sénégal 1992/93 Catégories à hauts risques Naissances dans les 5 demiéres années Pourcentage de femmes Pourcentage Rapport actuellement de naissances de risque mari~es I Dans aucune catégorie à hauts risques Naissances de rang i (RG=I) RG=I et fige de la mère < 18 ans RG=I et áge > 18 ans Ensemble des naissances de RG=I Un seul haut risque Age > 34: plus de 34 ans à la naissance Intervalle intergénésique (IN) < 24 mois RG > 6: Rang de naissance 7 ou plus Ensemble des hauts risques simples Hauts risques multiples Age> 34et RG > 6 Age > 34. IN < 24 et RG > 6 IN<24etRG>6 Ensemble des hauts risques multiples Ensemble des catégorles à hatuts risques Total Effectif 46.3 1.00 34.1 10.7 1.32 6.1 6.2 1.37 0.3 16.9 1.34 6.4 3.5 0.80 14.1 11.3 1.44 20.4 7.2 1.12 1.6 22.0 1.28 35.1 10.7 0.83 16.4 1.8 (1.82) 4.9 2.2 (2.17) 2.0 14.7 1.15 23.3 53.7 1.24 65.9 100,0 I00,0 5583 4505 Note: Le rapport de risque est le rapport de la proportion d'enfants décédés dans les cinq demi~res années dans chaque catégorie å risque. à la proportion d'enfants décédés dans aucune catégorie à hauts risques. I ) Bas~ sur moins de 200 cas Les femmes sont classées dans les catégories à hauts risques selon le statut qu'elles auraient à la naissance de l'enfant, si l'enfant était conçu au moment de l'enquéte: åge inférieur à 17 ans et 3 mois. ou plus ågé que 34 ans et 2 mois. la demière naissance est née dans les 15 derniers mois. et la dernière naissance était de rang 3 ou plus. 2y compris les femmes stérilisées. 131 CHAPITRE 10 MORTALITE MATERNELLE Jeremiah Sullivan, Mohamed Ayad et Salif Ndiaye 10. i INTRODUCTION L'EDS-II a coLlecté des données permettant d'estimer le niveau de la mortalité maternelle en utilisant des méthodes d'estimation directe ou indirecte (Graham et al., 1989; Rutenberg et al., 1990). Ces estimations de la mortalité se font à partir de données sur la survie des soeurs des enquStées. Pour chacune des soeurs de l'enqu~tée, on a collecté des renseignements concernant son ~ge actuel ou si elle est décédée, son åge au décès et le nombre d'années écoulées depuis le décès. A propos des soeurs décédées, des questions supplémentaires ont été posées pour déterminer si le décès est en rapport avec la matemité, c'est-å-dire si le décès est survenu pendant la grossesse, durant l'accouchement ou dans les deux mois qui ont suivi l 'accouchement ou la fin de la grossesse. La méthode directe d'estimation de la mortalité maternelle nécessite des données sur l'~lge des soeurs survivantes et, pour les soeurs décédées, l 'åge au décès et le nombre d'années écoulées depuis le décès. Pour obtenir des périodes de référcnce bien al~finies, les données sont agrégées pour déterminer le nombre de personnes-années d'exposition à la mortalité et le nombre de décès maternels survenus dans chaque période de référence. Les taux de mortalité matemeUe sont alors directement estimés en divisant le nombre de décès par le nombre de personnes-années soumises à l'exposition. Le résultat de ce calcul donne la proportion de soeurs, parmi toutes les soeurs de l'enqu~tée, qui sont décédées de causes dues å la matemité. C'est une estimation non biaisée de la probabilité de décéder de cause maternelle, pourvu que le risque de décès soit identique pour toutes les soeurs (Trussel et Rodriguez, 1990). La méthode directe d'estimation de la mortalité maternelle nécessite davantage de données que la méthode indirecte--les enqu~tées doivent déclarer non seulement le décès de la soeur et si le décès est lié å la matemité, mais elles doivent aussi déclarer l'~ige des soeurs survivantes, l 'åge au décès et le nombre d'années écoulées depuis le décès. La méthode indirecte d'estimation de la mortalité matemeUe ne nécessite d'informations ni sur l 'âge au décès maternel, ni sur le nombre d'années écoulées depuis le décès maternel de la soeur. Cette méthode estime le risque, pour toutes les soeurs, de déc6der sur la durée de vie pour causes maternelles. Etant donné que les estimations se réfèrent à la durée de vie des soeurs des enquetées, elles ne s'appliquent pas à une période de tcmps bien délimitée mais elles sont le reflet des conditions de mortalité des 50 demières années. Le problème de manque de période de référence à laquelle s'appliquent les estimations est contoumé en supposant que les changements dans la mortalité sont linéaires. Sous cette hypothèse, il est possible de préciser å quelle époque s'applique une estimation de la mortalité matemeUe. 10.2 COLLECTE DES DONNEES Le questionnaire utilisé pour la collecte des données sur la mortalité maternelle est présent~ en Annexe E (Section 8 du questionnaire individuel). En premier lieu, on demande à l'enquêtée la liste de tous ses frères et soeurs, c'est-à-dire tous les enfants que sa mère a mis au monde, en commençant par le premier- né. Ensuite, on demande à l'cnqu~tée si chacun de ses frères et soeurs est encore en vie, si c'est le cas, on demande leur âge actuel. Pour ceux qui sont décédés, on s'informe sur le nombre d'années écoulées depuis le décès ct sur l'âge au décès. Durant la formation des enquêtrices et malgré le caractère délicat de ce type 133 de données, on a insisté sur les efforts à fournir pour obtenir des réponses à ces questions. Dans le cas off des réponses précises sur les figes ou sur le nombre d'années écoulées depuis le décès ne pouvaient être obtenues, les enquêtrices étaient autorisées à accepter des réponses approximatives. Pourles soeurs décédées qui étaient ou avaient été mari~es, on a posé deux questions pour déterminer si le décès était en rapport avec la maternité: "Est-ce que [NOM DE LA SOEUR] est décédée durant une grossesse ou un accouchement?" Dans le cas d'une réponse négative, on demandait alors: "Est-elle décédée dans les deux mois suivant la fin d'une grossesse ou la naissance d'un enfant?" Ces questions ont été libellées pour encourager l'enquêtée à déclarer tout décès ayant suivi une grossesse, quelle qu'en soit l'issue et, en particulier, une grossesse ayant donné lieu à un avortement provoqué, alors qu'on ne posait pas de questions directes b. propos de cet événement. 10,3 EVALUATION DE LA QUAL ITE DES DONNEES Que l 'on utilise la méthode directe ou indirecte, l'estimation de la mortalité maternelle nécessite des données exactes sur le nombre de soeurs de l'enquêtée, le nombre de celles qui sont décédées et le nombre de celles dont le décès est lié à la maternité. Il n'existe pas de procédum clairement définie pour établir la complétude des données recueillies par une enquête ménage rétrospective sur la survie des soeurs. L'estimation directe nécessite, en plus de données exactes sur la survie des soeurs, des données sur l'tige et sur le nombre d'années écoulées depuis le décès des soeurs - informations qui peuvent embarrasser les enqu~tées ou qui demandent des précisions que les enquêtés ne connaissent pas. Le nombre de frères et soeurs déclaré par l'enqu~tée, et la complétude des dormées déclarées su r 1' tige, l'tige au décès et le nombre d'années écoulées depuis le décès sont présentés au tableau 10.1. Tableau 10.1 Etat de survie des frères et soeurs des enquétées Nombre de frères et soeurs déclarés par les enqu~tées et complétude des données déclarées concernant l'état de survie, l'åge, l'åge au décès et le nombre d'années écoulées depuis le décès. EDS-H Sénégal 1992/93 Soeurs Frères Total Frères et soeurs par certaines variables Effectif Pour cent Effectif Pour cent Effectif Pourcent Total des fréres et soeurs 17282 100.0 18343 100.0 35625 100.0 Survivants 13461 77.9 13943 76.0 27404 76.9 Décédés 3774 21.8 4386 23.9 8160 22.9 ND/Manquam 47 0.3 14 0.1 61 0.2 Fréres et soeurs vivants 13461 100.0 13943 100.0 27404 100.0 Age déclaré 13416 99.7 13899 99.7 27315 99.7 ND/Manquant 45 0.3 44 0.3 89 0.3 Frères et soeurs décédés 3774 100.0 4386 100.0 8160 100.0 Age au décés et années écoulées depuis le décés sont déclarés 3736 99.0 4307 98.2 8043 98.6 Age au décés pas déclaré 6 0.2 15 0.3 21 0.3 Années depuis décés pas d~larées 12 0.3 19 0.4 31 0.4 Les deux pas déclarées 20 0.5 45 1.0 65 0.8 On ne peut pas tirer beaucoup de conclusions de la complétude des déclarations, si ce n'est que le rapport de masculinité des frères et soeurs dêclarés (nombre de frères par rapport aux soeurs) tel qu'il apparaft au tableau 10.1 est de 1,06, ce qui est cohérent avec les données internationales.t Des données complètes ont Le reste des discussions sur la qualité des données concerne l'enregistrement des données sur les soeurs. L'enregistrement des données sur les frères est identique. 134 été obtenues pour presque toutes les soeurs, quel que soit leur état de survie. Un/ lge a ét~ déclaré pour la quasi-totalité des soeurs survivantes, et un ~ige au décès ainsi que le nombre d'années écoulées depuis le décès ont 6té déclarés pour 99 pour cent des soeurs décédèes. Plutõt que d'exclure des analyses suivantes les frères et soeurs pour lesquels les donn6es sont manquantes, on a utilisé les informations sur le rang de naissance des frères et soeurs en conjonction avec d'autres informations pour imputer une valeur aux données manquantes. 2 Les données sur la survie des frères et soeurs, y compris les cas avec des valeurs imputèes, ont été utilis6es dans le calcul direct des taux de mortalité des adultes et des taux de mortalité maternelle. Avec ce type de données, peut se poser le problème de l'attraction pour certaines valeurs préférentieUes, utilisæes par les enqu~tées qui ne peuvent déclarer le nombre exact d'années écoulèes depuis le décès mais qui peuvent en foumir une estimation. La distribution des décès survenus à l'~lge de 15 ans et plus, pour toutes les soeurs et pour celles qui sont décédèes de causes maternelles, est prèsentée au graphique 10.1 selon le nombre d'années depuis que le décès s'est produit. Graphique 10.1 Répartition des soeurs décédées selon le nombre d'années écoulées Pourcentage 14 10 8 e 4 2 2 4 6 8 lO 12 14 16 18 20 Nombre d'annêes prècèdent renqultte EDS-II Sdndgal 1992/93 2 L'imputation est basée sur l'hypothèse selon laquelle l'ordre des frères et soeurs est correct. Premièrement, on a calculé une date de naissance pour chaque frère et soeur survivant dont on connaît l'åge et, pour chaque frère et soeur décèd6 pour lesquels on avait des informations complètes sur l'åge au dècès et sur le nombre d'annèes écoulèes depuis le décès. Pour les frères et soeurs pour lesquels ces données sont manquantes, on a imput6 une date de naissance å l'intérieur de l'intervalle délimit6 par les dates de naissance des frères et soeurs "encadrants". Pour les frères et soeurs survivants, on a calculè un åge å partir de la date de naissance imputée. Dans le cas de frères et de soeurs dècédés, si l'on dispose soit de lãge au décès, soit du nombre d'annèes écoulé.es depuis le dèc~s, cette information est combinèe avec la date de naissance attribuée pour fournir l'information manquante. Si les deux informations ne sont pas disponibles, la distribution de l'åge au décès des frères et soeurs dont on connaît seulement l'åge au décès mais pas le nombre d'annèes écoulèes depuis le décès est utilisée comme base pour l'imputation de l'âge au dècès. 135 C'est à 3, 5 et 10 années que les nombres sont le plus attractifs. Le recours aux nombres préférentiels est particulièrement utilisé pour la période de 10 années, pour laquelle le nombre d'événements est ~gai à 5 ou 6 fois le nombre trouvé pour les années adjacentes. Pour réduire les effets de ce phénomène, on procède des estimations de mortalité pour des périodes de temps dont les limites sont fixées afin de minimiser les transferts d'événements entre les périodes. Le fait que l'attraction porte sur les années cinq et dix permet de définir les périodes de référence suivantes: 0 å 6 et 7 à 13 ans avant l'enquête. 10.4 EST IMATION D IRECTE DE LA MORTAL ITE ADULTE Les estimations par ãge de la mortalité masculine et féminine pour la période de 0 à 13 ans avant l'enquête, calcul~es selon la procédure directe d'après les déclarations sur la survie, sont présentées au tableau 10.2. Le nombre de décès de frères et soeurs survenus pendant la période de référence aux ages de 15 å 49 ans n'est pas important (332 femmes et 360 hommes), de sorte que les taux individuels sont basés sur des événement relativement peu nombreux qui sont donc sujets aux variations d'échantillonnage. Pour les femmes, les taux estimés présentent peu de variations de 15 à 34 ans puis augmentent, comme attendu, aux åges 35 ans ou plus. La tendance générale semble plausible, avec une augmentation par un facteur de près de deux entre les taux pour les deux plus jeunes groupes d'ãges (environ 2,5 pour 1000 femmes) et les deux groupes d'-~ges les plus élevés (environ 4,8 pour 1000 femmes). Les taux de mortalité pour les hommes présentent la mSme tendance par åge les taux des groupes d'~tges les plus élevés étant près de deux fois supérieurs à la moyenne des taux des deux groupes d'ãges les plus jeunes (passant de 2,3 pour 1000 à 5,7 pour 1000). De manière caractéristique, les taux masculins sont légèrement plus élevés que les taux féminins. Il est important d'évaluer la fiabilité des estimations directes de la mortalité puisque les données sur la mortalité des soeurs constituent la base des données pour la mortalité maternelle. Si l'estimation de la mortalité adulte n'est pas correcte, l'estimation de la mortalité maternelle ne le sera pas davantage. En l'absence de données exactes sur la mortalité au Sénégal, l'évaluation est faite en comparant les taux estimés å une série de taux directs et extrapolés provenant des tables-types de mortalité des Nations Unies (Nations Unies, 1982). Les niveaux de mortalité par [lge obtenus à partir des tables-types de mortalité sont présentés au tableau 10.2. Parmi les tables-types des Nations Unies, celles correspondant au modèle de mortalité de l'Afrique de l'Ouest et au Modèle Général ont été retenues parce que ce sont celles qui se rapprochent le plus du type de mortalité infantile et juvénile du Sénégal. Pour ce qui est des tables-types de mortalité hypothétique pour l'Afrique de l'Ouest, les taux ont été sélectionnés à un niveau de mortalité approximativement égal au quotient de mortalité infanto-juvénile (,qo) estimé pour la période de dix ans précédant I'EDS-II) Au niveau des tables-types de mortalité correspondant au Modæle Général, les taux ont été sélectionnes b. un taux de mortalité infantile ~qo pour la période de dix ans précédant l'enquête. 4 Le choix de lq0 dans l'application du Modèle Général au lieu de ~Clo se justifie par le fait qu'au Sénégal, comme dans les autres pays du Sahel, il y a une sur-mortalité juvénile entre 1 et 4 ans (surtout entre 1 et 2 ans) qui ne suit pas le schém a classique de l'évolution de la mortalité infanto-juvénile dans les autres pays. Cette sur-mortalité 3 Les estimations de la probabilité de mourir entre la naissance et le cinquième anniversaire (~qo) sont de 143 pour 1000 pour le sexe féminin et de 171 pour 1000 pour le sexe masculin pour la période de dix ans précédant l'enquête (voir Chapitre 9). « Les estimations de la probabilité de mourir entre la naissance et le premier anniversaire (zq0) sont de 69 pour mille pour le sexe féminin et de 83 pour mille pour le sexe masculin pour la période de dix ans précédant (voir Chapitre 9). 136 Tableau 10.2 Estimation de la mortalité par åge Estimations directes de la mortalité maternelle à partir des données concernant l'~rat de subie des frères et soeurs des fenu~es interview~es, par sexe, et taux des tables-types de mortalité, EDS-I] Sénégal 1992/93 Taux estimés pour 1979-92 Table type de mortali~hypothéfique des Nations Uniespour l'Affique de I Ouest I Taux de Table type des mortalité Nations Unis extrapolés 2 Modèle Général s Années Groupe d'exposi- Taux Taux Taux Taux d'åges Décès tion (p. 1000) (p. 1000) (p. lO00) (p. 1000) SEXE FEMININ 15-19 64 27651 2,32 2,18 1,37 1,88 20-24 76 26404 2,88 2,96 1,86 2,57 25-29 55 22437 2,36 3,39 2,13 3,11 30-34 52 16441 3,16 4,22 2,65 3,76 35-39 47 10506 4,47 5,04 3,16 4,60 40-44 27 5597 4,82 5,39 3,38 5,74 45-49 13 2775 4,69 6,35 3,98 7,61 Toml 332 SEXE MASCULIN 15-19 59 28695 2,07 1,00 0,80 1,88 20-24 68 27204 2,50 1,52 1,26 3,02 25-29 66 22734 2,90 1,79 1,49 3,47 30-34 70 16530 4,24 2,27 1,88 4,13 35-39 45 10780 4,17 3,42 2,84 5,34 40-44 35 6050 5,79 4,70 3,90 7,23 45-49 17 2981 5,70 7,09 5,88 10,13 Total 360 ILes taux des tables-types proviennent du modèle de mortalité hypothétique des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest, selon la valeur de 5% à savoir = 5qo 233 pour 1 000 naissances féminines et 5qo = 294 pour 1 000 naissances masculines. 2Les taux sont extrapolés à partir des tables-types provenant du modèle de mortalité hypothétique des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest, selon la valeur de 5% pour la période de dix ans précédant I'EDS-II, à savoir 5qo = 142 pour 1 000 naissances féminines et sq0 = 171 pour l 000 naissances masculines. pourrait s'expliquer par le contexte environnemental et les conditions sociales et culturelles telles que les pratiques inadéquates d'alimentation des enfants (voir Chapitre 8). Pour les femmes et les hommes, les taux de mortalité adulte estimes sont nettement supérieurs aux taux extrapolés du modèle de l'Afrique de l'Ouest et très proche de ceux du Modèle Général. En outre, pour les deux sexes, les différents taux par åge estimes par I'EDS-II présentent des variations relativement régulières. La validité des données collectées par le biais d'enquEtes rétrospectives peut erre affect6e par l'omission d'6vénements et la mauvaise datation des événements déclarés. Dans le cadre de cette enquEte, les estimations sont probablement entachées de sous-déclarations, surtout pour les événements les moins récents, bien qu'à l'évidence, on ne constate pas de problæme majeur de ce type. L'évaluation par comparaison aux deux modèles de mortalité des Nations-Unies tend à confirmer la qualité des données sur la survie des frères et soeurs, et les estimations de mortalité bas~es sur ces données semblent tout å fait plausibles. 137 10.5 EST IMATIONS D IRECTES DE LA MORTAL ITE MATERNELLE L'estimation directe de la mortalité maternelle, obtenue à partir des déclarations sur la survie des soeurs, sont présentées au tableau 10.3. Le nombre de décés maternels est peu élevé: 48 pour la période 1979- 85, 70 pour la période 1986-92 et 117 pour la période 1979-92. La tendance des taux par ~lge, estimés pour chaque période, est quelque peu irrégulière, bien que l'on constate une tendance à la hausse aux figes élevés. Etant donné le nombre relativement peu important d'événements, la méthode retenue est l'estimation d'un taux unique correspondant aux åges de procréation. L'estimation d'ensemble de la mortalité maternelle, exprimée pour I000 femmes-années d'exposition est égale à 1,17 pour la période 1979-85, à 1,11 pour la période 1986-92, et à 1,11 pour l'ensemble des 14 années (1979-92). En raison d'importantes erreurs de sondage, on ne peut pas parler de tendance à partir de ces taux. Tableau 10.3 Estimations directes de la mortalité maternelle Estimations directes de la mortalité maternelle à partir de la survie des soeurs des femmes interviewé.es, par périodes, EDS-I1 Sénégal 1992/93 Proportions 1986-92 1979-85 1979-92 de décès matemels/ Années Années Années ensemble Groupe Décès d'exposi- Taux Décès d'exposi- 'Faux Décès d'exposi- Taux des décès d'âges matemels tion (p. 10~) matemels tion (p.lO00) matemels tion (p. 10~0) 1979-92 15-19 11 13443 0,80 10 14209 0,71 21 27651 0,76 0,37 20-24 14 14221 1.00 12 12182 1,02 27 26403 1,01 0,38 25-29 11 12897 0,88 9 9540 0,92 20 22437 0,90 0,38 30-34 8 10461 0,75 9 5980 1,58 17 16441 1,05 0,39 35-39 18 7281 2,48 2 3226 0,62 20 10506 1,89 0,20 40-44 7 3940 1.88 3 1657 1,81 10 5597 1,84 0,28 45-49 0 2176 0,00 2 595 3,36 2 2771 0,72 0,27 15-49 70 64419 1.11 48 47388 1,17 117 111807 1,11 0.32 Taux Global de Fécondité Générale OEGFG) 0,200 0,254 0,218 Taux de Mortalité Maternelle (TMM) I 555 460 510 Ipour 100 000 naissances, Calculé corrune suit : (Taux de Mortalité par Cause Maternelle 15-49 ans)[FGFG. Les taux de mortalité par cause maternelle peuvent Etre convertis en taux de mortalité maternelle, exprimés pour 100 000 naissances vivantes, en les divisant par le taux global de f6condité générale pour la période donnée (Tableau 10.3). Exprimé de ceue manière, on met davantage en relief le risque obstétrical de la grossesse et de la matemité. Les taux de mortalité maternelle sont de 460 décès matemels pour 100 000 naissances vivantes pour la p6riode 1979-85, de 555 pour la période 1986-92, et de 510 pour l'ensemble de la période 1979-92. Bien qu'il y ait une 16gère différence entre les estimations des taux de mortalité par cause maternelle pour les p6riodcs 1979-85 et 1986-92, les taux de mortalité maternelle différent de manière relativement importante, ce qui rc[lète le niveau plus élevé de la fécondité de la période précédente. L'augmentation des taux de mortalité maternelle peut Ore interpréter de deux manières: une augmentation réelle du risque obstétrical dans la période la plus récente ou une sous-déclaration des décès matemels dans la période précédentc. 138 10.6 EST IMATIONS INDIRECTES DE LA MORTAL ITE MATERNELLE Les données sur la survie des soeurs peuvent aussi etre utilis6es pour estimer la mortalité maternelle par la méthode indirecte (Graham et al., 1989). Dans ce cas, les données sont agrégEes par groupe d'figes de 5 ans des enquEtées. Pour chaque groupe d'figes, les informations sur le nombre de d6cès maternels parmi toutes les soeurs des enquêtEes et sur le nombre de soeurs/unitEs d'exposition sont utilisées pour estimer le risque de décEder sur la dur6e de vie pour cause de matemité. L'approche indirecte fournit aussi une estimation d'ensemble de la mortalité maternelle pour les soeurs de l'ensemble des enquetEes qui se rapporte å une période de temps centrée approximativement sur 12 ans avant l'enquEte. Quand on travaille sur de petits échantillons, il est préférable d'utiliser une estimation d'ensemble, qui est moins sensible aux variations d'échantillonnage. Les estimations indirectes de la mortalité maternelle sont prEsentées au tableau 10.4. Mis à part les groupes d'figes les plus jeunes pour lesquels très peu d'unités d'exposition ont étE observées, les estimations du risque de décEder sur la durée de vie pour cause maternelle, par groupe d'figes, varient de 0,019 à 0,051. Dans l'ensemble, les taux estimes varient peu, bien que les estimations concernant les groupes d'åges les plus jeunes soient un peu plus élevécs. Dans la mesure où cette tendance est téelle, elle peut Etre interprétée, soit comme une augmentation récente du risque de déc6der pour cause matemeUe, soit comme un enregistrement plus complet des 6vénements récents par les enquêtées les plus jeunes. Quand on agrège les déclarations de toutes les enquêtées, le risque de dEcéder sur la durée de vie pour cause maternelle est égal å 0,35 ou, en d'autres termes, ce risque est d'environ 1 sur 28. Ces valeurs peuvent être transformées en une estimation du taux de mortalité maternelle (décès matemels pour 100 000 naissances). L'estimation, qui se rapporte h environ 12 ans avant l'enquOte, soit 1980, est de 484. Tableau 10.4 Estimations indirectes de la mortalité maternelle Estimations de la mortalité maternelle à partir de la méthode indirecte, EDS-II Sénégal 1992/93 Risque de Soeurs/ mortalité Proportions Nombre Facteurs Unités maternelle de décès de d'adjuste- d'exposi- sur la maternels/ Groupe Nombre soeurs ment pour tion au Décès durée de Total d'åges d'enquStées 15+ exposition risque maternels vie (RDV) des décès 15-19 1426 2756 a 0,107 294,8 15,1 0,051 0,37 20-24 1198 2315 a 0,206 476,9 24,1 0,051 0,39 25-29 1042 2014 a 0,343 690,6 30,5 0,051 0,39 30-34 883 1857 0,503 934,1 34,8 0,044 0,40 35-39 801 1515 0,664 1006,0 19,8 0,037 0,20 40-44 589 t l l l 0,802 891,0 27,2 0,019 0,28 45-49 371 626 0,900 563,4 20,3 0,036 0,26 Total 6310 12193 4856,8 171,5 0,035 0,32 Taux de mortalité maternelle b = 484 aObtenu en multipliant le nombre d'enquétées par le nombre moyen de soeurs de 15 ans et plus p~ Çnquétée, déclarées Par les femmes enquetées de,30-49 ans, soit 1,93. t:TMM = [1-RDVI 1rasta" x (100 000), où ISF est 1 indice synthétique de fécondité pour la p&iode de 5-9 ans avant l'enquSte, estimé à 7,4 enfants par femme. Le taux est exprimé pour 100 000 Il aissaflces. 139 10.7 D ISCUSSION L'estimation directe du taux de mortalité matemelle à partir de I'EDS-II pour la période 1979-92 est de 510 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes; l'estimation indirecte du taux de mortalité matemelle est de 484, ce qui représente une moyenne couvrant une longue période avant l'enquête, centrée sur approximativement 12 années précédant l'enquête, soit 1980. Etant donné le degré d'erreur de sondage associé à ces estim ations de mortalité, ces deux taux peuvent être considérés comme très voisins. Globalement on peut estimer que le taux de mortalité maternelle se situait entre 500 et 550 décès pour 100 0130 naissances vivantes durant les décennies 1970 et 1980. Les taux de mortalité maternelle estimés selon la même méthodologie lors d'enquêtes EDS menées récemment dans quatre pays africains figurent ci-après: Taux de mortalité Payes et année Période de maternelle pour I00 000 d'enquete réference (estimation directe) Niger (1992) 1979-1992 652 SENEGAL (1992/93) 1979-1992 510 Soudan (I 989/90) 1976-1989 456 Maroc (1992) 1979-1992 348 Namibie (1992) 1983-1992 225 Il apparaît ainsi que la mortalité matemelle est trés élevée au Sénégal: elle n'est dépassée que par le Niger; mais elle est 1,5 fois est 2,3 fois plus élevée respectivement qu'au Mamc et en Namibie. Les tendances des taux de mortalité par cause matemelle et des taux de mortalité maternelle des vingt dernières années peuvent contribuer b. une meilleure compréhension des niveaux de la mortalité maternelle au Sénégal. Les taux de mortalité par cause maternelle sont restés pratiquement constants alors que les taux de mortalité matemelle ont augmenté. Durant la même période, la fécondité a diminué avec une accélération de la baisse dans la période la plus proche de l'enquête. Généralement, la baisse de la fécondité est associée à une diminution du risque de mortalité maternelle sur la durée de vie parce qu'un plus petit nombre de grossesses ou de naissances implique une réduction de l'exposition à un décès matemel. De ce fait, on pourrait s'attendre à une diminution du taux de mortalité maternelle quand la fécondité baisse. Cependant, au Sénégal, le taux de mortalité maternelle est resté inchangé malgré une baisse de la fécondité. Même si les femmes sénégalaises ont eu moins de grossesses et de naissances, ceci ne semble pas avoir provoqué une diminution d'exposition au risque d'un décès maternel, puisque le risque couru par chaque femme de décéder pour cause maternelle est resté constant. Cette situation peut s'expliquer probablement par une sous-d6claration des décès matemels durant la période la plus ancienne. Les résultats de I'EDS-II suggèrent que le comportement pmcréateur constitue un risque important de la mortalité maternelle au Sénégal, risque qui n'est pas atténué parle passage d'une fécondité élevée à une fécondité relativement plus faible. La première naissance et l'intervalle interg6n6sique court constitueraient "de tels facteurs de risque". Des analyses différentielles de la mortalité matemelle selon la parité et l'intervalle entre naissances suggèrcnt qu'il existe un risque élevé de mortalité maternelle pour les premi0.res naissances et pour l'intervalle intergénésique court. Au Sénégal, pour conduire à une baisse de la monalité maternelle, les efforts devront être effectués dans deux domaines: 1) la disponibilité de services de visites prénatales et d'accouchement dans les établissements sanitaires, surtout dans les zones rurales, et 2) l'éducation des femmes, des familles et des agents de santé pour détecter les grossesses à hauts risques, et en particulier les accouchements trop longs. Des programmes éducatifs devraient insister sur le fait que les femmes enceintes à risque doivent être conduites dans des établissements équipés pour traiter les cas d'accouchement avec complications. 140 CHAPITRE 11 ENQUETE HOMME Papa Demba Diouf Dans cette enquête, en plus de l'enquête ménage et de l'enquête individuelle-femme, un sous- échantillon d'hommes de 20 ans ou plus ont été interviewés ~. l'aide d'un questionnaire spécifique (le questionnaire individuel homme). L'objectif principal de ce chapitre est de foumir des informations sur les caractéristiques socio-démographiques des hommes sénégalais, sur leurs attitudes et opinions en matière de planification familiale et sur leurs préférences en matière de fécondité. Ce sont donc des informations essentielles les programmes de planification familiale ciblant plut6t le couple que la seule femme. Les résultats sur les MST et le SIDA seront présentés au Chapitre 12. Sur un échantillon de I 694 hommes sélectionnés, 1 436 ont été identifiés et interviewés avec succès soit un taux de réponse de 85 pour cent. Dans cet ensemble, le nombre d'hommes mariés s'élève b. 941. 11.1 CARACTERIST IQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DES ENQUETES 11.I.1 Caractérist iques des hommes de l'échantillon Le tableau 11. t montre que 46 pour cent des hommes ont 40 ans et plus et 32 pour cent ont moins de 30 ans. Les donnêes sur la polygamie indiquent que 38 pour cent des matis interrogés ont déclaré vivre en union polygame. Chez les femmes mari~es, 47 pour cent vivent dans un ménage polygame. Par ailleurs, plus d'un tiers des hommes (35 pour cent) ont déclaré avoir cinq enfants ou plus. Plus de la moitié des hommes interviewés vivent en milieu rural (57 pour cent) et plus de trois sur cinq (61 pour cent) appartiennent aux ethnies Wolof (38 pour cent) ou Poular (23 pour cent). En ce qui concerne le nive au d'instruction, on constate que plus de deux personnes sur trois (69 pour cent) n'ont aucune instruction. Ce pourcentage est légærement inférieur à celui des femmes analphabètes (73 pour cent). Concernant l'emploi, plus de deux hommes sur cinq (44 pour cent) travaillent dans le secteur agricole, y compris la pêche, et plus d'un homme sur quatre (26 pour cent) est ouvrier ou manoeuvre. Les hommes qui travaillent dans le secteur tertiaire (20 pour cent) se répartissent entre cadres et employés de bureau (9 pour cent) et agents de service (11 pour cent). Les hommes sans profession ne représentent qu'environ 8 pour cent de l'échantillon. Instruction Le tableau 11.2 donne la répartition des hommes selon le niveau d'instruction atteint et les variables socio-démographiques. 11 permet de saisir les interactions qui existent entre le niveau d'instruction et les caractêrisques socio-dêmographique de l'homme telles que l'åge, le milieu de résidence, la région et l'ethnie. La proportion des hommes sans instruction augmente rêgulièrement des hommes les plus jeunes aux plus ~tgés: 53 pour cent des hommes de moins de 30 ans sont sans instruction, contre 91 pour cent de ceux de 50 ans ou plus. Inversement, les proportions d'hommes qui ont le niveau primaire ou plus sont élevées chez les moins de 30 ans et diminuent avec l'âge. 141 Tableau 11.1 Car~téfistiques socio-démograph/ques des hommes enquëtes Répartition (en %) des hommes enquSt6s par iige, nombre d'enfants, 6tut et type d'union, niveau d'instruction, milieu, r6gion de r6sidence et activit6, EDS-II S6négai 1992/93 Caractéristique Pourcentage socio-démographiqtm pondér6 Effectif Groupe d'llges <30 31,9 458 30-39 21,7 312 40-49 17,5 251 50 ou plus 28,9 415 Nombre d'enfants vivants 0-2 51.3 737 3-4 13,1 188 5 ou plus 35,4 508 ND 0,2 3 Etat d'union C61ebataire 31,0 445 Man6 65,5 941 Veuf 1,3 19 Divorc6 2,2 3 I Type d'union pas actuellement marié 34,5 495 Monogame 40,9 587 Polygame 24,6 353 Manquante 0, I 1 Niveau d'Instruction Aucun 68,7 986 Primaire 15,5 222 Secondaire ou plus 15,9 228 Ethnle Wolof 37.7 541 Poular 23,2 333 Serer 17,6 253 Mandingue 9,1 130 Diola 4,5 64 Autre 8,0 115 Milieu de r6sldence Urbain 43,2 621 Rural 56,8 815 Grande r~glon Ouest 38,9 559 Centre 34,0 488 Sud 11,8 170 Nord-Est 15,3 219 Actlvlt~ Cadres, employ~s 8,7 126 Services, vendeurs 11,1 159 Agriculteurs 43,8 630 Ouvriers 26,3 378 Autres 2,5 36 Sans emploi 7,5 107 Total 100,0 1436 142 Tableau 11.2 Niveau d'instruction des hommes enqu~tés Répætition (en %) des hommes par niveau d'instruction aueint, selon le groupe d'ågns quinquennal, le milieu et la région de résidence et l'acfivité, EDS-H Sénégal 1992/93 Niveau d'instruction atteint Secon- daire Caractéristique Aucun Prh.naire ou plus Total Effectif Groupe d'åges < 30 52,8 22.9 24,2 100.0 458 30-39 61,5 18,9 19,6 100.0 312 4049 70,1 13,5 16,3 100,0 251 50 ou plus 90,6 5,8 3,6 100,0 415 Milieu de résidence Urbain 44,8 24,3 30,9 100,0 621 Rural 86,9 8,7 4,4 100,0 815 Grande région Ouest 52,4 20,0 27,5 100,0 559 Centa'e 84,4 10,2 5,3 100.0 488 Sud 70,0 17,6 12,4 100,0 170 Nord-Est 74,0 13,7 12,3 100,0 219 Etbnle Wolof 68,0 14,0 17,9 100,0 541 Poular 78,4 12,0 9,6 100,0 333 Serer 73.9 14.6 11.5 100,0 253 Mandingue 61,5 21,5 16.9 100,0 130 Diola 42,2 29,7 28,1 100,0 64 Autre 54,8 19,1 26,1 100,0 115 Total 68,7 15,5 15,9 100,0 1436 Du point de vue du milieu de résidence, 45 pour cent des hommes du milieu urbain sont sans instruction contre 87 pour cent pour ceux du milieu rural. Selon les grandes régions, les proportions d'hommes sans instruction varient de 52 pour cent dans l'Ouest à 84 pour cent dans le Centre. En ce qui concerne l'ethnie, peu d'écarts apparaissent entre les trois grands groupes ethniques du pays, mais il faut toutefois signaler que les hommes diola, qui représentent moins de 5 pour cent de l'échantillon, sont les plus nombreux à avoir fréquenté l'école (58 pour cent). Nombre d' enfants vivants Il a été demandé à chaque mari le nombre d'enfants en vie qu'il avait. Il s'agit de l'ensemble des enfants du mati interviewé qu'elle qu'en soit la mère. Comme on peut le constater au niveau du Tableau 11.3, moins de 7 pour cent n'ont pas d'enfants, 40 pour cent ont entre un et quatre enfants et 53 pour cent ont au minimum cinq enfants survivants. En moyenne, les matis ont 5,5 enfants. Le nombre d'enfants survivants augment régulièrement avec l'åge des maris : le nombre moyen passe de 1,3 chez les maris d'åge inférieur à 30 ans à 7,8 chez ceux ayant dépassé la cinquantaine. La proportion de matis de cette tranche dqtges (50 ans et plus) ayant 6 enfants au moins s'élève à 68 pour cent. Concemant le milieu de r6sidence, la parité moyenne est presque la même dans les deux milieux (5,7 chez les matis du 143 Tableau 11.3 Nombre d'enfants vivants Répartition (en %) des hommes actuellement mariés par nombre d'enfants vivants selon l'åge, le milieu et la région de résidence, le niveau d'instruction et le type d'union, EDS-II Sénégal 1992/93 Nombre d'enfants vivants Caract~sfi~e 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Nombre moyen Effec- d'en- 10+ Total tlf fants Groupe d'Ages < 30 34,6 24,7 22,2 12,3 4,9 1,2 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 81 1,3 30-39 7,2 22,6 21,7 19,6 8,9 9,4 5,5 2,6 0,9 0.4 1.3 100,0 235 2,8 40-49 2,1 2,6 6,8 12,8 11,5 12,3 13,6 14,0 9,4 4,3 10,6 100,0 235 5,9 50ouplus 3,1 2,6 5,6 5,1 6,4 9,0 9,7 10,8 10,3 7,4 30,0 100,0 390 7,8 Milieu de r6slden¢e Urbain 5,8 10,6 11,2 10,9 8,2 7,0 11,6 7,3 6,4 4,9 16,1 100,0 329 5,7 Rural 7,0 8,8 11,4 11,4 8,2 10,5 7,4 9,3 7,0 3,9 15,0 100,0 612 5,5 Grande r~lon Ouest 5,3 10,6 12,8 11,6 7,5 9,1 9,1 8,8 6,9 4,4 14,1 100,0 320 5,5 Centre 7,9 8,8 12,0 9,6 8,2 9,1 9,1 9,1 6,1 3,2 17,0 100,0 342 5,5 Sud 4,8 9,6 10,4 12,8 12,8 12,0 7,2 6,4 4,8 5,6 13,6 100,0 125 5,4 Nord-Est 7,8 8,4 7,8 13,0 5,8 7,8 9,1 9,1 9,7 5,2 16,2 100,0 154 5,8 Niveau d'instruction Aucun 6,4 8,S 10,7 10,2 8,0 10,3 8,7 9,5 6,5 4,6 16,1 100,0 735 5,7 Primaire 9,2 10,1 11,9 11,9 11,0 6,4 8,3 5,5 9,2 2,8 13,8 100,0 109 5,1 Secondaile ou plus 5,2 13,4 15,5 18,6 6,2 4,1 10,3 5,2 6,2 3,1 12,4 100,0 97 5,0 Ethnle Wolof 5,9 8,2 11,8 10,1 7,0 9,3 9,0 9,3 5,6 4,5 19,2 100,0 355 6,0 Poular 9,9 12,3 11,1 12,8 7,8 7,8 6,6 7,4 7,4 3,7 13,2 100,0 243 5,0 Serer 4,8 9,1 12,1 9,1 9,7 12,1 8,5 11,5 7,9 3,6 11,5 100,0 165 5,4 Mandingue 5,2 3,9 10,4 13,0 10,4 3,9 13,0 6,5 6,5 6,5 20,8 100,0 77 6,3 Diola 4,7 2,3 2,3 14,0 11,6 20,9 16,3 7,0 7,0 2,3 11,6 100,0 43 5,6 Autre 5,2 19,0 15,5 13,8 6,9 5,2 6,9 5,2 8,6 5,2 8,6 100,0 58 4,5 Etat d'union Monogame 8,7 13.5 15,5 14,1 10,2 9,5 8,3 8,3 5.5 2,2 4,1 100,0 587 3,9 Polygame 3,1 2,8 4,5 6,5 4,8 8,8 9,6 8,8 9,1 7,6 34,3 100,0 353 8,2 Ensemble des maris 6,6 9,5 11,4 11,3 8,2 9,2 S,8 8,6 6,8 4,3 15,4 100,0 941 5,5 milieu rural contre 5,5 chez les ceux du milieu urbain). Selon la région, à l'exception du Nord-Est qui a un nombre d'enfants moyen de 5,8 enfants, les trois autres se situent pratiquement toutes au m~me niveau avec 5,5 enfants. Concernant le groupe ethnique, les écarts sont relativement importants puisque le nombre moyen varie de 5,0 enfants chez les Poular à 6,3 enfants chez les Mandingue. Selon le niveau d'instruction, on peut noter que le nombre d'enfants moyen diminue quand le niveau d'instruction augmente: il passe de 5,7 enfants chez les maris analphabètes ~ 5,0 enfants chez ceux ayant un niveau d'instruction secondaire ou plus. 144 Le type d'union semble etre la variable qui influe le plus sur le nombre d'enfants, puisque les matis en union polygame ont un nombre moyen de 8,2 enfants, contre seulement 3,9 enfants pour les matis monogames. Cette variable explique, en partie, certains des écarts entre les nombres d'enfants observés et les caractéristiques socio-démographiques qu'on vient de présenter tels le milieu de résidence, le niveau d'instruction, la région et l'ethnie. 11.1.2 Caractéristiques des couples L'ensemble des couples étudiés est présenté au tableau 11.4 selon les différences d'fige entra matis et épouses. Neuf matis sur dix (90 pour cen0 ont un fige dépassant celui de leur femme d'au moins cinq années et plus de quatre matis sur dix (42 pour cent) ont un fige au moins 15 ans supérieur ì celui de la femme. La différence moyenne d'fige époux dépasse quatorze ans. Tableau 11.4 Différence d'åges entre l'homme et la femme Répartition (en %) des couples par différences d'åges entre l'homme et la femme par rapport à lãge de l'homme, selon le groupe d'åges de la femme, EDS-II Sénégal 1992/93 Groupe Différence d'åges par rapport à l ' ige de l'homme Effectif d'åges de de Diffdrence la femme Négative 0-4 ans 5-9 ans 10-14 ans 15 ans + Total couples moyenne 15-19 0,0 3,9 23,5 35,3 37,3 100,0 51 16,3 20-24 0,0 3,7 22,8 30,1 41,5 100,0 123 15,0 25-29 0,0 5,8 24,5 28,1 41,7 100,0 139 14,5 30-34 0,0 12,9 28,2 21,5 37,4 100.0 163 13,6 35-39 0,0 14,0 27,9 14,0 44,1 100,0 136 14,6 40-44 4,8 11,3 17,7 16,1 50,0 100,0 124 14,2 45-49 1,5 6,1 24,2 25.8 42,4 100,0 66 14,0 Total 0.9 9,4 24,4 23,1 42,3 100,0 802 14.4 Concemant le nombre d'enfants vivants, dans 64 pour cent des cas, l'~poux et l'épouse ont donné des réponses différentes et, généralement, comme il a été signal6 plus haut, c'est le mati qui a le plus d'enfants (Tableau 11.5 et Graphique 11.1) du fait de la polygamie. Pour ce qui est de l'instruction, dans 75 pour cent des cas, le mari et sa femme n'ont, tous les deux, aucune instruction, et dans 9 pour cent des cas, les deux ont un certain niveau d'instruction. Dans une proportion de 12 pour cent, l 'homme est instruit, mais pas la femme, et seulement 4 pour cent des couples sent composés d'une femme qui a une certaine instruction alors que le mati n'en a aucune. 145 Tableau 11.5 Caractéristiques différendelles des couples Répartil5on (en %) des couples par différence d'åges, par diff6rence de nombre d'enfants et par différence de niveau d'instruction, EDS-II Sén6gal 1992/93 Différence Pourcentage Effectif Age de l'homme/Age de la femme Négatif 0,9 7 0-4 ans 9,4 75 5-9 ans 24,4 196 10-14 ans 23,I 185 15 ans ou plus 42,3 339 Type d'union Monogame 47,8 383 Polygame 48,6 390 Diff6rent 3,6 29 Nombre d'enfants lden~que 35,7 286 Différent 64,3 516 Niveau d' instruct ion llommc et femme: aucun 74,8 Femme instruite, homme non 4,2 Homme instruit, femme non 11,6 Homme et femme instxuits 9,4 6OO 34 93 75 Total 100,0 802 Graphique 11.1 Caractéristiques des couples DIFFERENCE D'AGE Femme plus &g6e Mari + 0-4 ans Mari + 5-9 ans Mari + 10-14 ans Mari + 15 et plus NBRE. D'ENFANTS VIVANTS Identique Diff~rent iNSTRUCTION Les deux sans instruc. Mari sans instruc. Femme sans instruc. Les deux instruits m 20 40 60 Poumentage 80 EDS-II S6n6gal 1992/93 146 11.2 PLANIF ICAT ION FAMIL IALE A l'instar des femmes, le questionnaire utilisé pour l'enquête des hommes comportait une section relative à la planification familiale. On y a traité de la connaissance des méthodes contraceptives, de l'utilisation tant passée qu'actuelle de la contraception, des intentions futures d'utilisation des méthodes de planification familiale, ainsi que des attitudes et opinions relatives å la contraception. 11.2.1 Connaissance de la contraception Le tableau 11.6 montre que la grande majorité des maris interrogés (80 pour cent) connaissent au moins une méthode contraceptive. La connaissance des méthodes modemes est nettement supérieure å celles des méthodes traditionnelles : 74 pour cent contre 54 pour cent. Pour l'ensemble des méthodes modernes, la pilule vient en t~te (62 pour cent), suivie du condom (54 pour cen0, de la stérilisation féminine (52 pour cent), du DIU (39 pour cent) et des injectables (38 pour cent). La stérilisation masculine (15 pour cent) et les méthodes vaginales (13 pour cent) sont peu connues. Le Norplant, méthode nouvellement introduite sur le marché, n'est connue que par 5 pour cent des maris interview~s. Concernant les méthodes traditionnelles, moins d'un tiers des maris (31 pour cent) connaît la continence périodique et le retrait (30 pour cent). Pour ce qui est des seuls célibataioes, leur Tableau 11.6 Connaissance des méthodes con~aceptives Pourcentage de matis et célibataires connaissant une méthode contraceptive spécifique, EDS-II Sénégal 1992/93 Connait une méthode Méthode contraceptive Matis Célibataires N'Importe quelle méthode 79,9 863 Méthode moderne 73,9 85,8 Pilule 61,5 70,6 DIU 39,2 45,2 Injection 37,8 36,2 Norplant 4,9 6,5 Méthodes vaginales 13,2 30,1 Condom 53,8 81,8 Stérilisation féminine 52,0 53,3 Stérilisation masculine 14,9 20,2 Méthode traditionnelle 54,3 59,1 Continence périodique 31, l 48,8 Retrait 29,6 38,4 Autres méthodes 34,2 16,0 Effectif d'hommes 941 445 niveau de connaissance de la contraception est plus élevé que pour les hommes mariés (87 pour cent contre 80 pour cent). Les degrés de connaissance des méthodes modemes et traditionnelles chez les célibataires sont aussi très différentes (86 pour cent contre 59 pour cent). Pour les méthodes modernes, le condom est la méthode la plus connue (82 pour cent), suivie de la pilule (71 pour cent), de la stérilisation féminine (53 pour cent) et du DIU (45 pour cent). Pour les autres méthodes modemes, la connaissance varie entre 36 pour cent pour les injectables et 7 pour cent pour le Norplant. Pour ce qui est des méthodes traditionnelles, les niveaux de connaissance pour la continence périodique et le retrait sont respectivement de 49 et de 38 pour cent. Si l 'on considère la connaissance des méthodes contraceptives au niveau du couple, le tableau 11.7 montre que dans 64 pour cent des cas, le mari et la femme connaissent au moins une méthode contraceptive. S'agissant des seules méthodes modernes, le niveau de connaissance n'est que de 57 pour cent. Quand on considère les méthodes traditionnelles, la proportion est encore plus faible (31 pour cent). Dans 7 pour cent des cas, ni le mari ni la femme n'ont jamais entendu parier de méthode contraceptive. 11 faut signaler en outre, que le niveau de connaissance, quelle que soit la méthode, est en faveur du mari. 147 Tableau 11.7 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples Réparation (en %) des couples connaissant, au moins, une méthode contraceptive spécifique, EDS-II Sénégal 1992/93 L'homme L'homme La femme et la connah, cornait, Aucun des Effectif femme la femme l'honu'ne deux ne de Méthode connaissent non non cormalt Total couples N'Importe quelle méthode 64,2 18,2 10,6 7.0 100,0 802 Méthode moderne 57,0 20,1 12,2 10,7 100,0 802 Pilule 44,6 20,0 18,0 17,5 100,0 802 DIU 25,2 14,7 17,1 43,0 100,0 802 Injection 16,3 23,2 16,8 43.6 100,0 802 Norplant 1,9 3,1 7,7 87,3 100,0 802 Méthodes v aginales 3,1 9,2 8,7 78,9 100,0 802 Condom 24,9 30,3 10,2 34,5 100,0 802 Stérilisation féminine 31,2 22,6 17,0 29,3 100,0 802 Stérilisation masculine 1,6 13,0 4,1 81,3 100,0 802 Méthode traditionnelle 31,1 24.3 20,0 24,7 100,0 802 Continence périodique 11,2 20,3 9,2 59,2 100,0 802 Reta'ait 7,7 20,9 7,7 63,6 100,0 802 Autres méthodes 16,2 16,3 27,3 40,1 100,0 802 11.2.2 Pratique de la contraception Un peu plus d'un homme marié sur cinq (22 pour cent) a déclar6 avoir déjà utilis6 une méthode de contraception (Tableau 11.8). Ce sont les méthodes modernes qui ont ~té les plus utilisées (15 pour cent). Les méthodes traditionnelles, quant å elles, ont été utilisées par 13 pour cent. La pratique de la contraception est légèrement plus importante chez les hommes mariés que chez les femmes mari~es: 22 pour cent contre 17 pour cent. Cet écart s'explique par la pratique du condom nettement plus importante chez les maris (10 pour cent) que chez les femmes (3 pour cent). Tableau 11.8 Utilisation de la contraception à un moment quelconque Pourcentage de matis et de femmes actuellement marites ayant déjà utilise une m6thode contraceptive, par méthode sp~ifique, selon l'âge, EDS-n Séndgal 1992/93 N'im- M6thodcs modernes N'ira- Méthodes traditionnelles N'im- pcrtc po~tc porte quelle Mtths. quelle Contin. Effectif Groupe quelle méthode Pli+ lnjec- vagi- Con- Sttril. mêthode pæric- de d'gges mtOaode m¢xtem¢ uie DIU tiens hales dc.wa ftmin, tradit, dique Retrait Autres mafls HOMMES AC'I~ELLE MENT MARIES < 30 29,6 17,3 6,2 1.2 0,0 2,5 14,8 0.0 17.3 12,3 6,2 3,7 81 30-39 29.8 23,4 10,2 2.1 0,4 3,4 18,7 0,0 16,6 13,2 4,3 5,5 235 40-49 26,4 18,7 10,2 6,0 1,3 2,6 10,2 1,3 15,7 9,8 3,8 8,1 235 50+ 12,6 7,2 3.1 1,8 0,8 0.0 3,3 1,0 7,7 2,1 1,8 4,6 390 Total 21,8 15.0 6,9 2,9 0,7 1,7 9,9 0,7 12,8 7,7 3,3 5.6 941 FEMMES AC' I 'UELLEMENT MARIEES Tous åges 16,8 10,6 6,8 3,2 0,7 1,1 2,9 0,4 9,8 3,0 1,3 6,5 4505 148 Le tableau 11.9 porte sur l'utilisation de la contraception au moment de l'enquête. Pour l'ensemble des matis interview~s, 10,9 pour cent ont déclaré utiliser une méthode contraceptive, dont la majorité (6,5 pour cent) utilisent une méthode moderne: la pilule étant la méthode la plus utilisée (2,9 pour cent). Les méthodes traditionnelles ne sont utilisées que par 4,5 pour cent, et essentiellement la continence périodique (1,9 pour cent). Il y a lieu de noter que le taux de prévalence contraceptive chez les hommes mariés est supérieur au taux enregistré chez les femmes actuellement mariées: 11 pour cent contre 7 pour cent. Les hommes ont déclaré utiliser la pilule, le condom et la continence périodique plus ftéquemment que les femmes. Tableau 11.9 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio.-démographiques Répartition (en %) des hommes actuellement mari~s, par méthode contraceptive actuellement ufillsée, selon certaines caractéristiques socio-démographiques. EDS-II Sénégal 1992/93 Méthodes mod¢¢nes Méthodcs traditionnelles Une N'utilise Caractéristique méthode Une M6th. Une Contia. pas ac- Effectif socio- quel- m~dlode Pli- vagi- Con- St~ril. méthode pério- Autres tuell¢- de démographlque conque moderne uie DtU nales dura féminin, tradit, diqu¢ Retrait mélhode ment Total m~is Milieu de résidence Urbain 20,4 14,0 6,4 3,0 0,3 3,6 0,6 6,4 3,0 0,9 2.4 79,6 100,0 329 Rural 5,9 2,5 1,0 0,5 0,0 0,3 0,7 3,4 1,3 0,2 2,0 94,1 100,0 612 Grande région Ouest 16.6 12,8 5,0 3,4 0,3 3,4 0,6 3,8 2,2 0,3 1,3 83,4 100,0 320 Centre 6,1 1,5 0,9 0,0 0,0 0,3 0,3 4,7 2,0 0,0 2.6 93,9 100,0 342 Sud 8,8 4,0 3,2 0,0 0,0 0.8 0,0 4,8 1,6 2.4 0.8 91,2 100,0 125 Nord-Est 11,7 6,5 2,6 1,3 0.0 0,6 1,9 5,2 1,3 0,0 3,9 88.3 100,0 154 Niveau d'instruction Aucun 5.3 1,9 0.8 0,5 0,0 0,3 0,3 3,4 1,0 0,3 2.2 94,7 1(30,0 735 Primaire 21,1 14,7 5,5 2,8 0,0 3,7 2,8 6,4 5,5 0,0 0,9 78,9 100,0 109 Secondaire ou plus 42,3 32,0 15,5 6.2 1,0 8,2 1,0 10,3 5,2 2,1 3,1 57,7 100,0 97 Ethnle Wolof 13,0 7.9 3,9 1,7 0.0 1,4 0,8 5,1 2,0 0,0 3,1 87,0 100,0 355 Poular 6.6 2,9 0,8 0.4 0.0 1,6 0,0 3,7 2.1 0,4 1,2 93,4 1(30,0 243 Serer 9.1 6,7 4.2 1,8 0.0 0,0 0.6 2,4 1,8 0,0 0,6 90,9 100,0 165 Mandú~gue 10.4 6,5 2,6 1,3 0,0 1,3 1,3 3,9 1,3 0,0 2,6 89,6 100,0 77 Diola 16.3 9.3 2.3 0.0 2.3 4,7 0,0 7.0 2,3 2,3 2.3 83,7 100,0 43 Autre 19,0 10,3 1.7 3.4 0.0 3.4 1,7 8.6 1,7 3,4 3,4 81,0 lõO,O 58 Noln brç d'enfants ¥1"¢allt~ 0 6.5 1,6 0.0 0.0 0,0 1.6 0.0 4,8 3,2 0,0 1.6 93,5 100,0 62 1 9.0 5,6 4.5 0,0 0,0 1,1 0,0 3,4 0,0 0,0 3,4 91,0 lôO,O 89 2 11.2 4.7 2,8 0.9 0,0 0.9 0,0 6.5 6.5 0,0 0.0 88,8 IõO,O 107 3 14.2 10.4 3.8 0.9 0.0 5,7 0,0 3,8 0,9 0,9 1,9 85,8 100,0 106 4 ou plus 11.I 6.8 2,8 1.9 0,2 0.9 1,0 4,3 1,4 0,5 2,4 88,9 100,0 577 Type d'union Muaog~une 11.2 6.3 3,1 1.2 0,2 1,5 0,3 4.9 2,7 0,3 1,9 88,8 100,0 587 Polygame 10.5 6.8 2.5 1,7 0.0 1,4 1,1 3,7 0.6 0,6 2,5 89,5 100,0 353 Ensemble des maris 10,9 6.5 2,9 1.4 0,1 1,5 0.6 4,5 1,9 0,4 2,1 89,1 100.0 941 Ensemble des femmes 7.4 4.8 2.2 1.4 0,1 0.4 0.4 2.7 0,8 0.1 1,8 92.6 100,0 4505 149 L'analyse des données sur les proportions d'hommes mariés utilisant actuellement une méthode contraceptive selon certaines caract6ristiques socio-démographiques indique qu'au niveau du milieu de résidence, c'est chez les matis du milieu urbain qu'on observe la plus forte proportion d'utilisateurs : 20,4 pour cent contre 5,9 pour cent dans le milieu rural. Selon la région, les hommes de l'Ouest sont les plus nombreux à utiliser la contraception (16,6 pour cent) suivis de ceux du Nord-Est (11,7 pour cent). Les taux de prévalence contraceptive dans les régions du Sud et du Centre sont respectivement de 8,8 pour cent et de 6,1 pour cent. Concernant le niveau d'instruction, l'utilisation actuelle de la contraception varie de de 5,3 pour cent chez les maris qui n'ont pas été scolarises à 42,3 pour cent chez les maris ayant atteint le niveau secondaire ou plus. En considérant l'ethnie, on observe les plus fortes proportions d'utilisateurs chez les Diola (16,3 pour cent) et chez les Wolof (13,0 pour cent). Les Poular par contre, sont les moins nombreux à utiliser la contraception (6,6 pour cent). Par ailleurs, le taux d'utilisation actuelle augmente avec la parité en passant de 9,0 pour cent chez les hommes ayant un enfant à 14,2 pour cent chez ceux ayant trois enfants, puis diminue chez les hommes ayant quatre enfants ou plus (11,1 pour cent). Enfin selon le type d'union, l'utilisation actuelle est légèrement en faveur des hommes monogames (11,2 pour cent contre 10,5 pour cent chez les hommes polygames). Le graphique 11.2 présente les pourcentages d'utilisateurs actuels de la contraception chez les hommes et les femmes maries selon certaines caractéristiques sociales. Quels que soient le milieu de résidence et le niveau d'instruction, les niveaux d'utilisation sont plus élevés chez les hommes que chez les femmes. Graphique 11.2 Utilisation de la contraception moderne par les maris et les femmes mari~es Pourcentage 50 40 30 20 10 0 Urbain Rural Aucune RÉSIDENCE Primaire Secondaire/Sup. INSTRUCTION EDS-II Sénégal 1992/93 150 11.2.3 Utilisation future et méthodes contraceptives préfér~es Aux matis ne pratiquant aucune méthode contraceptive au moment de l'enquête, une question concernant leur intention d'utilisation future leur a été posée (Tableau 11.10). Trois maris sur quatre (75 pour cent) ont déclaré qu'ils n'ont pas l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir. A l'oppos6, 12 pour cent des maris en ont l'intention, dont plus de 4 pour cent (par rapport ~t 12 pour cent) ont déjà eu recours à la contraception par le passé; les autres 7 pour cent parmi ceux qui ont l'intention de pratiquer une m6thode contraceptive seront de nouveaux utilisateurs potentiels de la planification familiale. Il est ~ constater, par ailleurs, que 14 pour cent parmi ceux n'ayant pas d'enfants ont l'intention de pratiquer la contraception dans l'avenir. Cette proportion s'61ève à 19 pour cent chez ceux ayant deux enfants, puis diminue au delå de cette parité pour atteindre 10 pour cent chez les maris ayant un nombre d'enfants de 4 ou plus. Tableau 11.10 Utilisation future de la contraception Répartition (en %) des hommes actuellement mariés n'utilisent pas actuellement une méthode contraceptive, par intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, selon le nombre d'enfants vivants et selon l'expérience passée en matière de eon~aception, EDS-II S6néga11992/93 Intention d'utiliser dans le futur Nombre d'enfants vivants 0 1 2 3 4 + Ensemble N'a Jamais utlllsé la contraception Intention d'utiliser 10,3 7,4 10,5 5.5 6,4 7,2 N:est pas sfir d'utiliser 8,6 13,6 9,5 12,1 12,8 12,2 N a pas l'intention d'utiliser 65,5 61,7 57,9 71,4 71,0 68,3 ND 0,0 0,0 0,0 0,0 0,2 0,1 A d~jå utlllsé la contraception Intention d'utiliser 3,4 9.9 8,4 6.6 2,5 4,4 N'est pas sfir d'utiliser 1,7 0,0 3,2 0,0 0,4 0,7 N'a pas l'intention d'utiliser 10,3 7,4 9,5 3,3 6,4 6,8 ND 0,0 0,0 1,1 1,1 0,2 0,4 Total 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 Tous les hommes actuellement non-utilisateurs Intention d'utiliser 13,8 17,3 18,9 12,1 8.9 11,6 N'est pas sfir d'uUliser 10,3 13,6 12,6 12,1 13,2 12,9 N'a pas l'intention d'utiliser 75,9 69,1 67,4 74,7 77,4 75,1 ND 0,0 0,0 1,1 1,1 0,4 0,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif d'hommes 58 81 95 91 514 839 D'autre part, concernant l'utilisation des méthodes contraceptives pr6férées dans l'avenir, il ressort du Tableau 11.11 que la grande majorité des utilisateurs futurs (59 pou cent) ont déclar6 vouloir recourir à une méthode moderne principalement, et par ordre d'importance, la pilule (26 pour cent), le condom (14 pour cent) et le DIU (9 pour cent). Les autres méthodes modernes n'ont été citées que tr6s rarement, sauf les injections qui ont été mentionnées dans 6 pour cent des cas. Il faut remarquer que, mis à part le condom, toutes les méthodes citées n'impliquent pas directement le mari. Il y a lieu de noter également que près d'un mari sur quatre (24 pour cent) n'6tait pas en mesure de donner une réponse spécifique å cette question (Graphique 11.3). 151 Tableau 11.11 Méthodepréférée RépardUon (en %) des hommes actuellement mariés n'uUlisant pas actuellement une méthode contraceptive mais ayant l'intention d'en utiliser une dans l'avenir pat méthode préférée, EDS-II Sénégal 1992/93 Méthode Intention contraceptive d'utiliser Pilule 25,8 DIU 9,3 Injection 6,2 Norplant 2,1 Condom 14,4 Condom/Spermicide 1,0 Continence périodique 7,2 Retrait 2,1 Autre 8,2 ND 23,7 Total 100,0 Ensemble 97 Graphique 11.3 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future PiTute 26% Condom 14% DIU 9% Autres lodernes 10% Autres tradit, 10% ND/Pas s~r 24% it. pêriodique 7% EDS-U S6n6ga11992/93 152 Concernant les matis qui n'utilisaient pas la contraception au moment de renquete et n'ont pas l'intention d'utiliser dans l'avenir, le tableau 11.12 permet de constater la raison principale de cette non- utilisation. Il en ressort, quel que soit l'åge du mari, que la principale raison évoquée, d'ailleurs comme chez les femmes, est le désir d'avoir des enfants (28 pour cent). Cette raison a été ~voquée beaucoup plus fréquemment par les maris les plus jeunes (48 pour cent) que par les maris plus/lgés (27 pour cent). La religion est la deuxième raison évoquée (24 pour cent), surtout par les maris plus/lgés; le fatalisme (11 pour cent) et le manque d'information (10 pour cent) sont les deux autres raisons principales de non-utilisation avancées par les maris, suivies de la ménopause de la femme (9 pour cent) et de l'opposition à la planification familiale (6 pour cent). Tableau 11,12 Raison de non-utilisation de la contraception Répartition (en %) des hommes muriés n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive et n'ayant pas l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, selon la principale raison pour laquelle elles n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception, selon råge, EDS-II Sénégal 1992/93 Raison de Age non-utilisation de la contraception < 30 30 ou plus Total Veut des enfants 47,8 26,9 28,4 Manque d'information 26,1 9,1 10,3 Co~t trop élevé 0,0 0,7 0,6 Effets secondaires 0,0 0,2 0,2 Problèmes de santé 0,0 0,3 0,3 Difficile à obtenir 0,0 0,9 0,8 Religion 6,5 25,5 24,1 Opposé à la PF 4,3 6,2 6,0 Fataliste 6,5 11,0 10,6 Rapports sex. peu fréquents 0,0 1,2 1,1 Diff. à tomber enceinte 4,3 1,4 1,6 Ménopause, stérilisé(e) 0,0 9,6 8,9 Pas commode 2,2 0,9 1,0 Autre 0,0 4,8 4,4 Ne sait pas 2.2 1,5 1,6 Total 100,0 100,0 100,0 Effectif d'hommes 46 584 630 11.2.4 Opinions et att tudes v s-à-v s de la plantficahon famthale Cette partie du chapitre aborde les opinions et attitudes des matis concernant la diffusion d'informations sur la planification familiale, l'approbation ou non de son utilisation et sa discussion éventuelle avec leur épouse. La lecture du tableau 11.13 montre que plus d'un mari sur deux (55 pour cent) sont favorables à la diffusion d'informations sur la planification familiale à travers les média (radio et/ou tél~vision). Si l'on considère la variable åge et les autres caractéristiques socio-d6mographiques telles que le milieu de résidence, la région, l'ethnie et le niveau d'instruction, on constate que les matis les plus favorables à ce type d'informations sont ceux les plus jeunes (moins de 30 ans), habitant en milieu urbain (80 pour cent), venant 153 Tableau 11.13 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale Pourcentage de matis approuvant la diffusion d'information sur la planification familiale à la radio ou à la télévision, par caract&istiques socio-démographiques, selon lãge, EDS-I1 S6négai 1992/93 Age de l'homme Caractéristique < 30 30-39 40-49 50 + Total Milieu de résidence Urbain 79,8 71,3 67,0 35,5 66,8 Rural 54,5 60,5 48,3 28,2 45,2 Grande réglon Ouest 75,1 71,6 74,4 36,2 65,3 Centre 65,7 65,0 43,2 31,3 50,0 Sud 69,8 48,6 50,0 16,7 44,1 Nord-Est 52,1 61,8 48,8 28.2 45,2 Ethnie Wolof 76,8 73,9 52,1 40,4 61,2 Poular 55,3 50,8 38,3 21.0 40,5 Serer 64,9 77,3 69,8 20,3 55,7 Mandingue 74,4 60,0 81,5 32,5 60,8 Diola 71,4 66,7 50,0 15,8 50,0 Autre 68.0 41,7 66.7 42,3 56,5 Niveau d'instruction Aucun 50,4 54,7 44,9 27,7 41,6 Primaire 81,9 79,7 70,6 50.0 76,1 Secondaire ou plus 93,7 86,9 90.2 66,7 89.5 Ensemble 68,1 65,7 55,8 30.4 54,5 de la région de l 'Ouest (75 pour cent), ou ayant un niveau d'instruction secondaire ou plus (94 pour cent), ou encore appartenant à l'ethnie Wolof (77 pour cent). Les matis les moins favorables sont ceux figés de 50 ans ou plus, ceux venant du Sud (17 pour cent), ou qui appartiennent à l'ethnie Diola (16 pour cent). L'approbation ou non de la planification familiale est saisie à l'aide de la question suivante: "Etes- vous d'accord que des couples utilisent une méthode pour retarder ou éviter une grossesse?" Il ressort du tableau 11.14 que seulement 44 pour cent des matis ont répondu par l'affirmative. Comme pour la diffusion des messages, les maris les plus jeunes, surtout ceux figes de moins de 30 ans approuvent davantage le recours à la contraception que ceux ågés de 40 ans et plus. Pour les matis de 50 ans ou plus et quels que soient le milieu de résidence, la région de résidence et l'ethnie, le niveau d'approbation le plus élev6 est de 26 pour cent. En ce qui concerne le niveau d'instruction pour ce groupe d'figes, le niveau d'approbation passe de 16 pour cent chez les matis sans instruction, à 53 pour cent chez ceux avec une instruction secondaire ou plus. Etant donné que l'approbation de l'utilisation des méthodes contraceptives est limitée à moins de 50 pour cent des hommes mari~s, il n'est donc pas surprenant que près de huit matis sur dix (78 pour cent) n'ont jamais discuté de la planification familiale avec leur femme (Tableau 11.15 ). A l 'opposé 21 pour cent seulement des matis ont déclaré qu'ils ont discuté de la planification familiale avec leur femme, dont 12 pour cent (par rapport à 21 pour cent) en ont discuté trois fois au plus. 154 Tableau 11.14 Attitudes des matis face à la planification familiale Pourcentage de maris connaissant une méthode contraceptive et approuvant la planification familiale, par earactéristiques socio-démographiques selon l'åge, EDS-II Sénégal 1992/93 Age de l'homme Caractéristique < 30 30-39 40-49 50 ÷ Total Milieu de rÓsldenee Urbain 72,9 60,7 60,0 25.8 58,5 Rural 42,7 48,1 35,1 15,8 32,8 Grande région Ouest 68,3 63,8 61,6 24,4 56,2 Centre 53,3 49,0 30,7 15,3 35,7 Sud 55,8 35,1 44,4 14,8 35,9 Nord-Est 45,2 50,0 41,5 19,7 37,0 Niveau d'Instruction Auctm 43,4 42,2 33,0 15,7 30,7 Primaire 62,9 66,1 61,8 45,8 61,7 Secondaire ou plus 89,2 80,3 82,9 53,3 83,3 Ethnle Wolof 65,6 55,8 41,7 22,4 46,4 Poular 45,6 47,7 30,0 16,2 33,9 Serer 60,8 70,5 55,8 10,1 47.8 Mandingue 62,8 50,0 66,7 22,5 49,2 Diola 57,1 57,1 50,0 15,8 43,8 Autre 60,0 33,3 53,3 26,9 46,1 Ensemble 59,0 54,2 45,0 18,8 43,9 Tableau 11.15 Discussion de la planification familiale par lecouple Répartition (en %) des hommes connaissant une méthode contraceptive par nombre de fois qu'ils ont discuté de la planification familiale avec leur femme au cours de l'armée ayant précédé l'enqu&e, selon l'åge actuel, EDS-II Sénégal 1992/93 Nombre de discussions sur la planification familiale UnoE oll Trois Groupe deux fois ou Non d'åges Jamais foig plus d~termin~ Total Effectif < 30 74.1 8.6 17,3 0,0 I00,0 81 30-39 69,4 11,9 I8.3 0,4 100,0 235 40-49 68,9 13,2 16.6 1,3 10o,0 235 50 ou plus 90,0 5,6 3.6 0,8 100,0 390 Ensemble 78,2 9,4 11,7 0.7 100,0 941 155 11.3 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE La lectuoe du tableau 11.16 relatif au souhait (ou non) des hommes d'avoir des enfants en plus du nombre qu'ils avaient au moment de l'enquEte permet de voir que plus de trois matis sur quatre (76 pour cent) veulent avoir d'autres enfants. Il y a seulement 6 pour cent des matis qui souhaitent limiter leur descendance. Les pourcentages de maris qui ne veulent plus d'enfants augmentent, comme attendu, avec le nombre d'enfants vivants. Chez les matis ayant deux enfants, moins de 3 pour cent veulent limiter leur descendance; cette proportion atteint 12 pour cent chez les matis ayant déjà 6 enfants et plus. Tableau l 1.16 Préférences des maris en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants Répætition (en %) des matis par désir d'enfants supplémentaires, selon le nombre d'enfants vivants, EDS-I/Sénégal 1992/93 Nombre d'enfants vivants Ensemble Désir des d'enfants 0 l 2 3 4 5 6 + matis Veut un autre bientõt 90,3 95,5 87,9 89,6 84,4 73,6 61,7 75,9 Indécis 1,6 1,1 1,9 3.8 7,8 4,6 15,5 8,7 Ne veut plus d'enfant 1,6 0,0 2,8 1,9 1,3 3,4 t2,l 6,4 Femme/homme stérile 4,8 3,4 7,5 4,7 6,5 18,4 10,4 8,8 Non déterminé 1,6 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,2 0,2 Total 100.0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de matis 62 89 107 106 77 87 413 941 La combinaison des d6sirs du mari et de la femme pour des enfants suppl6mentaires a permis de dresse r le tableau 11.17 (et Graphique 11.4). Il en ressort que 4 pour cent des couples veulent limiter la taille de leur famille et 63 pour cent désirent encore des enfants. On remarquera que dans 15 pour cent des cas, l 'homme et la femme sont en désaccord : dans la plupart des cas (13 pour cent par rapport à 15 pour cent) le mari souhaite avoir plus d'enfants alors que la femme désire en limiter le nombre. Lorsque le nombce d'enfants de l 'un ou de l'autre augmente, les proportions des couples voulant plus d'enfants diminuent au profit de ceux qui n'en veulent plus, mais aussi au profit des couples qui sont en désaccord sur les enfants suppl6mentaires à avoir. Ainsi, lorsque le mari a sept à neuf enfants, 50 pour cent des couples en veulent encore, 4 pour cent n'en veulent plus, mais 18 pour cent des couples sont en d6saccord parce que la femme veut limiter le nombre d'enfants alors que le mari ne le souhaite pas. De même, lorsque la femme a sept enfants ou plus, les proportions des couples qui d6sirent avoir d'autres enfants et ceux qui souhaitent limiter leur descendance sont respectivement de 21 et de 12 pour cent. En plus, 33 pour cent des couples sont en désaccord parce que la femme désire limiter sa descendance alors que le mari souhaite en avoir plus. 156 Tableau 11.17 Préférences des couples en matière de fécondité Répartition en % des couples selon que l'homme et/ou la femme veulent ou non des enfants supplémentaires, selon le nombre d'enfants vivants du mari et de la femme. EDS-II Sénégal 1992/93 Hoirune Homme Homme Femme Homme et et femme veut. veut. veut. femme ne Homme Nombre veulent femme femme homme ne veulent plus et/ou Effectif d'enfants d'autres est ne veut veut d'autres femme de vivants enfants stérile pas pas enfants NSP Autres Total couples Nombre d'enfants d l'homme 0 94.6 2.7 0.0 0.0 0.0 0.0 2.7 100.0 37 1-3 81.4 4.7 7.0 0.5 0.0 0.9 5.6 100.0 215 4-6 72.4 1.0 11.2 0.5 3.6 0.0 11.2 100.0 196 7-9 50.0 2.3 18.4 1.7 4.0 0.6 23.0 100.0 174 10 ouplus 35,1 2.7 21.1 5.9 9.2 3.2 22.7 100.0 185 Nombre d'enfants de la femme 0 82,8 3,4 0,0 1,7 0,0 0,0 12,1 I00,0 58 I-3 81,3 3,4 5,5 1,2 0,6 0,6 7,4 I00,0 326 4-6 56,0 2,7 16,2 3,1 4,5 1,4 16.2 I00.0 291 7 ou plus 21,2 0,8 32,6 1.5 12,1 2,3 29,5 I00,0 132 Ensemble 62,5 2,7 13.4 2,0 3,8 I,I 14.5 100,0 807 Graphique 11.4 Préférences des couples en matière de fécondité Les deux veulent d'autres enfants 63% Le deux ne veulent pas 4% Femme veut, homme ne veut pas 2% Autres 15% ,P 1% . . . . . . . . . st6rile 3% Homme veut, femme ne veut pas 13% EDS-II Sdn6gal 1992/93 157 Pour connaître les pr6férences des hommes en matière de fécondité, on leur a posé, comme pour les femmes, une question sur le nombre total d'enfants qu'ils souhaiteraient (ou qu'ils auraient souhaité) avoir. Selon le tableau 11.18, les hommes maries sont pour une famille très nombreuse : le nombre d'enfants idéal est en moyenne de 10,4. Ce nombre idéal est supérieur à celui souhaité par les femmes mari~es au niveau de l 'enqu&e individuelle-femme ( 6,3 enfants). On observe par ailleurs un lien étroit entre la taille actuelle et la taille idéale de la famille : celle-ci passe de 6,5 enfants, en moyenne, chez les matis sans enfant à 10,4 chez ceux qui ont déjà 4 enfants et à 12,6 enfants chez les maris ayant au minimum 6 enfants (Graphique 11.4). Tableau 11.18 Nombre idéal d'enfants Répartition (en %) des hommes par nombre idéal d'enfants et nombre idéal moyen d'enfants selon le nombre d'enfants vivants, EDS-I] Sénégal 1992/93 Nombre Nombre d'enfants vivants Ensemble idéal des d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 + hommes 2 0,0 2,2 2,8 0.9 0,0 1,1 0,5 1,0 3 14,5 9,0 1,9 0,9 1,3 0,0 2.4 3,3 4 12.9 I0,1 6,5 7,5 2,6 2,3 2,7 5,0 5 12,9 9,0 9,3 10,4 5.2 5,7 4.4 6.8 6ouplm 38.7 42,7 48,6 48,1 54,5 58,6 48.9 48.9 Ré~nsesnon-numdriques 21,0 27.0 30,8 32,1 36.4 32.2 41,2 35.1 Total 100,0 100,0 100,0 100.0 100,0 100.0 100,0 100,0 Effectif d'horïunes 62 89 107 106 77 87 413 941 Nombre idéal moyen 6,5 7,4 8,5 9,4 10,4 11,1 12,6 10,4 Effectif d'hommes 49 65 74 72 49 59 243 611 Le tableau 11.19 présente le nombre idéal d'enfants selon les caractéristiques du mari. En ce qui concerne l 'åge, il ressort de ce tableau que le nombre d'enfants idéal augmente avec 1' age du mari, passant de 8,0 enfants en moyenne, chez les maris de moins de 30 ans à 12,0 enfants chez ceux ltgés de 50 ans ou plus. Par milieu de résidence, les maris urbains semblent désirer moins d'enfants que les maris ruraux, quel que soit le groupe d'åges. L'écart absolu entre les deux milieux est de 4 enîants (7,8 en milieu urbain contre 11,8 en milieu rural). Concernant la r6gion, la taille moyenne varie de 8,3 enfants dans l 'Ouest à 11,8 enfants dans le Centre. Les différences selon le groupe ethnique sont peu importantes, la taille moyenne variant de 8,4 enfants chez les Diola à 1 1,2 enfants chez les Poular. En ce qui concerne le niveau d'instruction par contre, les différences sont plus prononcées. En moyenne, l'écart absolu est de 6,2 enfants entre les maris qui n'ont pas fréquenté l'école et ceux qui ont un niveau secondaire ou plus. 158 Tableau 11.19 Nombre idéal d'enfants pour les hommes par caract&istiques soeio- démographiques Nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des maris par caractéristiques socio- démographiques selon Iãge, EDS-II Sénégal 1992/93 Age de l'homme Caractéristique < 30 30-39 40-49 50 + Ensemble Effectif Milieu de résidence Urbain 6,4 6,5 7,9 9,6 7,8 214 Rural 8,5 10.5 12.6 13,0 11,8 397 Grande r6glon Ouest 7,3 6,5 8,6 9.9 8.3 219 Centre 7,2 11,7 13,6 12,3 l 1,8 209 Sud lO,0 9,6 10,5 14,2 11,7 87 Nord-Est 8,7 8,3 10,3 13,6 l 1,0 96 Ethnle Wolof 5,9 9,1 12,5 12,0 10,7 223 Poular 9,3 9,9 9,8 14,3 11,2 155 Serer 7,1 8,5 9,3 12.8 10,1 109 Mandingue 8,0 9,2 10,3 10,8 10,3 59 Diola 7,0 6,9 9,9 9,0 8,4 28 Autre 13,0 5,7 10,4 6,1 7,4 37 Niveau d'instruction Aucun 8,8 l l , l 12,2 12,4 11,7 443 Primaire 6,5 5,8 9,8 11,2 8,2 89 Secondaire ou plus 4,4 4,9 6,5 4,8 5,5 79 Ensemble 8,0 8,9 10,7 12,0 10.4 611 Enfin, si la taille idéale moyenne calculée séparément sur les deux échantillons est supérieure chez les maris que chez les femmes, le tableau 11.20, combinant les réponses numériques du mari et de l'épouse, permet de constater que dans 12 pour cent des cas, les conjoints ont donné pour réponse la même taille idéale de la famille. Pour 69 pour cent des couples, le mari a pour id6al un nombre d'enfants dépassant celui déclar6 par sa femme et, pour 19 pour cent des couples, le nombre idéal d'enfants pour la femme dépasse celui de son époux. Scion les caractéristiques socio-démographiques, les couples dans lesquels le mari désire plus d'enfants que sa femme se rencontrent plus fréquemment quand le mari est beaucoup plus ågé que la femme (76 pour cent quand le mari a 15 ans de plus), quand il s'agit d'une union polygame (79 pour cent) et quand le nombre d'enfants du mari est différent de celui de la femme (74 pour cent). En ce qui conceme le niveau d'instruction, c'est chez les couples où le mari et la femme sont sans instruction que le mari dgsire plus d'enfants que la femme (76 pour cent). 159 Tableau 11.20 Nombre iii~al d'enfants pour les couples par caract~ristiques différentielles Répartition (en %) des couples selon que l'homme et/ou la femme ont, ou non, pour idéal le méme nombre d'enfants selon les caractéristiques différentielles du couple, EDS-II Sénégal 1992/93 Nombre idéal Idéal pour Idéal pour Caractéristique identique l'homme la femme différeaatielle pour l'homme > idéal > idéal du couple et la femme pour la femme pour l'homme Total Effectif de couples Age du marl/Age de la femme Négatif 0,0 42,9 57.1 100,0 7 0-4 ans 23,3 51,2 25,6 100,0 43 5-9 ans 16,2 60,7 23,1 100.0 117 i0-14 ans 8,7 75.0 16,3 100,0 104 15 ans ou plus 9,5 75,7 14,8 100,0 169 Type d'union Monogame 14,8 59,6 25,6 100,0 223 Polygame 10,2 79,2 10,7 100,0 197 Différent 5,0 65,0 30,0 100,0 20 Nombre d'enfants Identique 17,1 58,9 24,1 Différent 9,6 74,1 16,3 Niveau d'instruction Homme et femme: aucun 10,7 Femme instruite, homme non 21,1 Homme instruit, femme non 10,8 Homme et femme instruits 19,6 100,0 100,0 158 282 75,7 13,7 100,0 300 63,2 15,8 100,0 19 56,9 32,3 100,0 65 46,4 33,9 100,0 56 Ensemble 12,3 68,6 19,1 100,0 440 Note: Il s'agit uniquement des couples dans lesquels l'homme et la femme ont donné une réponse numérique concernant le nombre idéal d'enfants. 160 CHAPITRE 12 MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES ET SIDA Salif Ndiaye et Mohamed Ayad Le Sénégal a depuis longtemps accordé une grande importance à la lutte contre les maladies sexuellement transmissibles (MST), notamment dans le cadre du Projet Santé Familiale et Population (PSFP). Mais c'est surtout avec l'apparition du SIDA que les MST sont devenues un problème de santé publique de premi6re importance. Dès 1989, il a été mis en place un programme de surveillance sentinelle dans 4 régions sur les 10 du pays par le Comité National pour la Pr6vention du SIDA (CNPS) suite aux propositions du programme spécial global de lutte contre le SIDA (GPA). La vitesse de propagation du virus du SIDA est en effet inquiétante. Au niveau mondial, selon l 'OMS, le nombre de séropositifs devrait quadrupler entre les années 1990 et 2000, passant de 10 millions de personnes å 40 millions. Selon la même source, à l'heure actuelle, les deux tiers environ de ces personnes habiteraient dans les pays en voie de développement. Au Sénégal, en novembre 1992, on a enregistré 840 cas de SIDA; les spécialistes estimaient à 7000 le nombre de s6ropositifs. Selon les résultats des surveillances sentinelles, dans les groupes à hauts risques (prostituées), la prévalence était de 15 pour cent. Pour les autres MST, les données sont encore plus rares, voire inexistantes. Mais ces ~rudes comme on le voit, portent sur des aspects cliniques d'une population sélectionnée (prostituées) et couvrent une aire géographique très limitée. Aucune étude à couverture nationale n'a été conduite pour examiner la connaissance et les attitudes des populations vis-à-vis de cette maladie. Le seul moyen de lutte contre le SIDA actuellement disponible étant la prévention, les campagnes d'information, d'éducation et de communication (IEC) bas6es sur une connaissance approfondie du contexte socio-culturel du pays, revEtent une importance de premier ordre. Mais ces campagnes ne sauraient être menées à bien, tant que des rEponses ne sont pas trouvées à certaines questions fondamentales: Les populations sont-elles informées de l'existence des MST et du SIDA? En connaissent-elles les modes de transmission et les moyens de transmission? Par quels canaux ont-elles été informées du SIDA? Et quelle est leur opinion sur la diffusion d'information sur le SIDA? On tentera d'apporter des éléments de réponse à ces questions dans ce chapitre. 12.1 CONNAISSANCE DES MST ET DE LEUR PREVENTION La connaissance des maladies sexuellement transmissibles y compris le SIDA (MST) a été appréhendée à travers une série de questions qui permettaient d'identifier: Les personnes qui déclaraient spontanément connaître au moins une maladie transmissible par voie sexuelle; Les personnes qui n'ont pas assimilé le SIDA et la syphilis spontanément à des MST, mais qui ont déclaré les conna~re après qu'ils leur ont ét~ cités. L'importance particulière accordée à ces deux maladies est liEe au fait que beaucoup de rumeurs circulent sur les modes de transmission du SIDA et que la syphilis bien que probablement r6pandue semble rarement assimilée à une MST au Sénégal, notamment dans les couches non scolarisées. 161 Le tableau 12.1 qui présente les pourcentages de femmes et d'hommes connaissant une MST, révèle que les maladies sexuellement transmissibles sont très largement connues de la population. En effet, près de neuf femmes sur dix (89 pour cent) et la presque totalité des hommes (97 pour cent) connaissent au moins une MST spécifique. Le degré de connaissance est pratiquement invariable selon r/lge; par contre les femmes instruites et celles résidant en milieu urbain sont beaucoup plus informées que les non instruites et celles vivant en milieu rural. Le niveau de connaissance est meilleur parmi les hommes et ses variations selon certaines caractéristiques socio-économiques plus faibles. Tableau 12.1 Connaissance des MST et des moyens de prévention Répartition (en %) des femmes et des hommes connaissant au moins une maladie sexuellement transmissible (MST), et pourcentage connaissant des moyens de prévention des MST selon certaines caractéristiques socio-demographiques, EDS-H Sénégal 1992-93 Moyen de Parte- Fidelité MST prév. haire aux Absfi- Eviter Autres Caractérisfiques connue Effectif connu unique part. Condom nence prostituée moyens Effecaf FEMMES Groupe d'åges 15-19 86,3 1426 39,3 22,8 8,8 6,4 10,9 8,4 0,0 1231 20-24 90,1 1198 51,9 38,4 12,0 10,8 8,6 8,3 0,1 1079 25-29 91,7 1042 56,5 42,5 13,4 9,1 8,9 8,5 0,1 955 30-34 90,7 883 55,1 41,1 15,0 6,1 9,1 8,0 0,0 801 35-39 90,0 801 52,7 41.5 16,4 5,3 7,8 8,0 0,0 721 40-44 88.5 589 50,7 39,5 14,8 3,1 8,1 8,1 0,0 521 45-49 87.1 371 53.3 40,2 14,9 3.4 11.5 5.9 0,0 323 Milieu de r~sldence Urbain 97,8 2635 63,5 45,0 15,8 14,0 10,7 11,1 0,1 2578 Rural 83,1 3675 39,4 29,7 10.5 1,1 8,0 5,6 0,0 3053 Niveau d'Instruction Aucun 85,7 4608 42,4 32,5 11,6 0,9 8,2 5,8 0,0 3947 Primaire 98,3 1076 58.8 41,9 13.6 9,9 11,1 10,9 0,1 1058 Secondaire ou plus 100,0 626 87.2 54,0 20,6 40,6 12,5 18,1 0,0 626 Ensemble des femmes 89,2 6310 50,5 36,7 12,9 7,0 9,2 8,1 0,0 5631 IIOMMES Groupe d'åges 20-24 96.5 256 76,1 28,7 6,9 39,7 15,0 17,8 7,7 247 25-29 96.5 202 76,9 32,8 13,3 35,9 17,4 15,9 6,2 195 30-34 98.1 156 84,3 48,4 20,9 28,8 19,6 15,0 8,5 153 35-39 98,7 156 85.1 55,8 22,7 26,0 16,9 14,9 9,7 154 40-44 99,4 166 81,8 49,7 31,5 18,2 10,3 13,9 11,5 165 45-49 98.8 85 81,0 47,6 19,0 15,5 9,5 13,1 13,1 84 50-55 97,4 76 74,3 44,6 37.8 2,7 12,2 10,8 12,2 74 55-60 99,0 99 67.3 41.8 27,6 4,1 12,2 8,2 12,2 98 60 ou plus 93,3 240 65,2 33,5 28,1 2,7 13,8 6.7 9.8 224 Milieu de résidence Urbain 98,9 621 86.2 43,0 22,0 39,4 15,8 18,6 7,3 614 Rural 95.7 815 69,1 38,7 20,6 8,3 13,7 9,2 11,2 780 Niveau d'Instruction Aucun 95.7 986 68,6 38,6 21,4 7,5 14,2 9,9 9,9 944 Primaire 100.0 222 90,1 43,2 19,4 36,9 15,3 21,2 9,0 222 Secondaire ou plus 100.0 228 96,5 46,5 22.4 67,5 15,8 20,2 8,3 228 Ensemble des hommes 97,1 1436 76,6 40,6 21.2 22.0 14,6 13,3 9,5 1394 162 11 est cependant paradoxal, que malgré la connaissance presque généralisée des MST, les moyens de prévention soient relativement moins connus chez les personnes connaissant une MST, en particulier chez les femmes (51 pour cent et 77 pour cent chez les hommes). Ceci laisse penser que dans certains cas, la connaissance des MST est probablement superficielle. Aussi bien chez les femmes que chez les hommes, le niveau de connaissance des moyens de prévention est plus faible en milieu rural, parmi les non scolarisés et les femmes adolescentes (15-19 ans). Par exemple, les femmes urbalnes et celles ayant au moins le niveau secondaire connaissent plus de deux fois plus les moyens de prévention que leurs homologues rurales et non scolarisées. Comme précédemment, les différences introduites par l'instruction et la nature du milieu de résidence sont beaucoup plus faibles chez les hommes. Chez les femmes, de tous les moyens de prévention, "se limiter å un partenaire unique" (37 pour cent) et la "fidélité à son (ses) partenaire(s)" (13 pour cent) ont été les plus cités. Pour les hommes, il s 'y ajoute le condom qui a ~té mentionné dans 22 pour cent des cas. Les femmes ont rarement cité ce moyen de prévention (condom) qui pourtant, demeure encore le moyen le plus sûr pour se protéger contre la MST la plus redoutable à savoir le SIDA. 12.2 CONNAISSANCE DU S IDA ET SOURCES D ' INFORMATION La connaissance du SIDA a dt~ approchée par deux questions. D'abord, on a demandé aux personnes qui connaissent une MST (ou en ont entendu parier) de citer les MST spécifiques qu'elles connaissaient. Celles d'entoe elles qui ont cité le SIDA sont donc celles qui la connaissent spontanément et l'identifient à une MST. Ensuite, aux femmes qui n'ont pas cité le SIDA, on a lu la question suivante: Connaissez-vous ou avez-vous entendu parler du SIDA? Celles qui ont déclaré "oui" sont également considérées comme connaissant le SIDA après citation. Dans ce qui suit, sont considérres comme connaissant le SIDA, les personnes qui ont déclaré le connaître, soit spontanément soit après citation. Cette approche ne préjuge pas de la connaissance superficielle ou approfondie du SIDA par les populations. Elle indique tout simplement le niveau de connaissance du SIDA ou au moins de reconnaissance du mot "SIDA". Le tableau 12.2 montre que le SI DA est très bien connu par les femmes sénégalaises (81 pour cent). Le degré de connaissance du SIDA varie peu avec l'[lge, mais il est sensiblement plus élevé parmi les plus jeunes (moins de 35 ans). Par contre, il varie fortement selon le milieu de résidence et le niveau d'instruction. En effet, la quasi-totalité des femmes urbaines (97 pour cent) et celles qui sont instruites (97 pour cent ou plus), connaissent le S1DA contre 70 à 75 pour cent respectivement parmi les femmes du milieu rural et parmi les non scolarisées. Le degré de connaissance du SIDA est encore plus élevé parmi les hommes (91 pour cent). Ici également, les urbains, les scolaris6s et les plus jeunes sont plus nombreux à être informés. Bien que le niveau de connaissance du SIDA soit très élevé, la connaissance des sources par lesquelles les populations ont reçu des messages sur cette maladie reste un indicateur très pertinent dans le cadre de I'IEC en vue de la lutte contre la propagation du virus. En effet, comme on le verra plus loin, la connaissance du SIDA n'implique pas une connaissance des moyens de prévention et les modes de transmission du virus. Pour saisir les sources d'information sur le SIDA, il a été demandé aux enqu&és de qui/où ils (elles) ont eu des informations sur cette maladie aux cours des trois derniers mois. Le méme tableau indique les résultats obtenus. Il faut signaler d'abord que des réponses multiples étant possibles pour chaque femme ou homme, il ne s'agit pas de répartition, mais de la fréquence obtenue å chaque modalité. Chez les femmes il apparaît que la radio est la principale source d'information (50 pour cent); suivie de la télévision (32 pour cent) et des tierces personnes (22 pour cent en tout). Les services de santé, les pharmacies et les autres sources ne jouent qu'un rOle tout å fait marginal. On observe des résultats similaires chez les hommes. La radio est la source d'information la plus équitablement accessible alors que la télévision ne concerne que les populations urbaines et instruites. 163 Tableau 12.2 Source d'information sur le SIDA Pourcentage des femmes et des hommes connaissant le SIDA par source d'informatinn sur le SIDA au cours des trois derniers mois selon certaines caractéristiques socio-demographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Service SIDA Amis/ santé/ Tél6- Caractdristiques connu Effectif parents Pharmacie Radio vision Autre NSP Effectif FEMMES Groupe d'~ges 15-19 82.2 1426 23,9 1.0 42,3 39,6 7.1 21,7 1172 20-24 83.9 1198 23.1 2.0 50,6 32.7 6,6 21.2 1005 25-29 84.6 1042 22.1 3.2 50,1 31,7 6,1 21.3 882 30-34 81.2 883 21.3 2.0 54,0 31,4 5.7 17.4 717 35-39 77,9 801 23.2 3,7 52,1 26,6 5.3 20.0 624 40-44 76,2 589 19.2 3.1 53,0 22,3 3.3 24.7 449 45-49 72,5 371 17.1 0.7 53,5 25,3 2,6 22.3 269 Milieu de résidence Urbain 96.6 2635 23,3 2,7 48.5 51.7 7,5 15,0 2546 Rural 70.0 3675 21,1 1.7 50.8 12,2 4.2 27,0 2572 Niveau d'Instruction Aucun 74.8 4608 21,4 1,9 49,5 21,2 3,6 25.0 3445 Primaire 97.4 1076 26.0 2.4 48,5 47.7 6,7 16.3 1048 Secondaire ou plus 99.8 626 20.5 3,5 52,3 64.0 16,6 6,9 625 Ensemble des femmes 81,1 6310 22.2 2.2 49,6 31,9 5.8 21.0 5118 IIOMMES Groupe d'~ges 20-24 94.9 256 30.5 3.3 25-29 94.1 202 26.3 3,2 30-34 96,8 156 25.2 4.6 35-39 98,1 156 22.9 2.6 40-44 97,6 166 21.0 4.9 45-49 92,9 85 20.3 5.1 50-55 90,8 76 15,9 0.0 55-60 89.9 99 15,7 4.5 60 ou plus 68.3 240 14,6 2.4 Milieu de résidence Urbain 97.1 621 25.7 5,1 Rural 85.5 815 20.2 2,0 Niveau d'Instruction Aucun 86.2 986 19.6 2,1 Primaire 100,0 222 33.3 5.4 Secondaloe ou plus 100,0 228 24.1 6.6 Ensemble des hommes 90.5 1436 22,8 3.5 60.1 34,2 21,0 6,6 243 65.8 30.0 15,8 7,4 190 72,8 19,9 13.2 7.9 151 72.5 34.6 15,0 5.2 153 78,4 20,4 17.3 5.6 162 84,8 17.7 5.1 3.8 79 73.9 17.4 13.0 7,2 69 77.5 18.0 11.2 4,5 89 77.4 6.7 11,6 4.9 164 67,3 41,6 18,9 4.8 603 75,6 8,3 11.5 7.2 697 72.2 10,7 11.6 8.4 850 69.8 36,5 10.8 1.8 222 71.9 60,1 31.1 1.8 228 71.8 23,8 14.9 6,1 1300 164 La communication inter-pe rsonnelle (entre parents ou amis) est également pratiquée chez les femmes et les hommes (respectivement 22 et 23 pour cent); mais dans les deux cas, elle est davantage le fait des plus jeunes surtout chez les hommes, et des personnes de niveau d'instruction primaire. Il faut indiquer par ailleurs, que la radio profite beaucoup plus aux hommes qu'aux femmes (72 pour cent contre 50 pour cent). Par contre, les femmes ont ~tE un peu plus nombreuses à avoir ~tE informées par le biais de la télévision. Ceci peut s'expliquer en partie par le fait que la télévision (canal d'information non portable) est plus adaptée aux femmes qui restent le plus souvent à la maison; par contre la radio, appareil portable et couvrant un rayon plus important, est plus indiqué chez les hommes qui sont plus mobiles et qui vraisemblablement sont plus nombreux à en disposer. 12.3 CONNAISSANCE DES MODES DE TRANSMISS ION DU SIDA La connaissance du SIDA est probablement souvent superficielle. Elle pourrait peut-etre des fois se limiter au simple souvenir d'avoir entendu le mot. En effet, le degré de connaissance élevé du SIDA contraste avec le faible niveau de connaissance des modes de transmission du virus. En fait, dans l'ensemble, seulement 65 pour cent des femmes connaissant le SIDA ont déclaré connaître un mode de transmission (Tableau 12.3 et Graphique 12.1). Il faut ajouter que ce pourcentage représente 96 pour cent des femmes qui connaissent un mode de transmission spécifique ou encore la presque totalité de celles-ci identifient au moins les rapports sexuels comme des canaux possibles de transmission. Ici encore, c'est surtout les femmes urbaines et celles qui sont scolarisées qui sont les plus informées. Par exemple, 95 pour cent des femmes du niveau secondaire ou plus connaissent un mode de transmission alors que parmi celles qui ne sont pas scolarisées, on n'en observe que 56 pour cent. Parmi les modes spécifiques, les rapports sexuels sont de loin les plus cités (62 pour cent). Mais les transmissions liées à l'utilisation d'instruments infectés (seringues, aiguilles pour tatouage) ne sont pas en reste (24 pour cent). La transfusion sanguine a été citée par 13 pour cent des enquêtées. Par contre, le pourcentage de femmes ayant cité la contamination de l'enfant par la mère par le biais de l'allaitement est pratiquement insignifiant. Les différences selon les caractéristiques socio- économiques sont très importantes, en particulier en ce qui concerne la transfusion sanguine, l'utilisation d'instruments infectés qui n'ont ét~ pratiquement citEes que dans les villes et chez les femmes instrnites. En milieu rural et chez les femmes non scolarisées, entre quatre et cinq femmes sur dix ne connaissent aucun mode de transmission. La situation est sensiblement plus favorable chez les hommes: 71 pour cent d'entre eux connaissent un mode de transmission quelconque. Cette différence provient surtout de l'écart important observé dans la connaissance des rapports sexuels comme mode de transmission (70 pour cent contre 62 pour cent pour les femmes). 165 Tableau 12.3 Connaissance des moyens de transmission du SIDA Pourcentage des femmes et des hommes connaissant des modes du transmission du SlDA. selon certaines c~actéristiques socio-demographiques, EDS-II Sénégal 1992-93 Mode NSP de La mère Tr~ms- mode trans. Rapp. lnje¢- tt fusion de de Caractérlstiques connu sexuels tion l'enfant de sang Autres trans. Effectif FEMMES Groupe d'~tges 15-19 60,0 55.3 21.5 0.9 11.3 5,0 40.1 1172 20-24 66.3 63,5 27.3 1.3 15.3 5.6 33.7 1005 25-29 68.0 65,8 27.1 1,2 13,9 5.0 32,0 882 30-34 69,6 67.6 26,9 1,7 14,8 6,1 30.4 717 35-39 65,9 64.4 20,8 1.0 11,2 4.0 34.1 624 40-44 65,9 62.4 19.8 1.1 10.2 5,8 34,1 449 45-49 60,6 59.5 16.4 1.5 7.8 1,5 39.4 269 Milieu de r~sldence Urbain 78.3 74,0 40.0 2.0 22.3 7.2 21,8 2546 Rural 52,3 50.9 7,9 0.4 3.3 2,9 47,7 2572 Niveau d'Instruction Aucun 56.0 54.0 12.3 0.2 4.6 3.1 44.0 3445 Primaire 77.6 74,1 37.8 1,0 18.7 8.3 22.4 1048 Secondaire ou plus 95,4 89.1 64.0 6,9 47.8 10.1 4,6 625 Ensemble des femmes 65.2 62.4 23,9 1.2 12,8 5,0 34.8 5118 ItOMMES Groupe d'~ges 20-24 77,4 74.1 30.0 1.6 23.9 7,4 22.6 243 25-29 77.4 75.3 31.1 1,1 18.9 5.8 22.6 190 30-34 82.8 79,5 27.8 0,0 16.6 9.3 17.2 151 35-39 81.7 81.0 28.8 0,7 24.2 5.2 18,3 153 40-44 77,2 77,2 25.3 0,6 14,2 2,5 22,8 162 45-49 68.4 68.4 20,3 1.3 13,9 3.8 31,6 79 50-55 59,4 59.4 14.5 0.0 7.2 0,0 40,6 69 55-60 51,7 48,3 14.6 0.0 9.0 2.2 48.3 89 60 ou plus 46.3 45,7 4.9 0.0 2,4 1.2 53.7 164 Milieu de r~slflenee Urbain 85.6 82,9 38,8 1,2 29.2 6.3 14.4 603 Rural 59.0 58.1 10,3 0.3 4,4 3.4 41,0 697 Niveau d'lnstrueUon Aucun 59.5 58.1 10.8 0.2 3.9 2.8 40.5 850 Primaire 89.6 86,9 36.5 0,0 18.9 6.3 10,4 222 Secondaire ou plus 97,4 95.6 58.3 3,1 57,9 10.5 2,6 228 Ensemble des hommes 71.3 69.6 23.5 0.7 15.9 4.8 28,7 1300 166 Graphique 12.1 Connaissance du SIDA et modes de transmission de la maladie chez les hommes et les femmes UrbainL Nura ,~ MODES DE TRANSMISSION Connaissance d'un mode Rapports sexuel~ Injectlor. / w Transfusion de san~B~~~~ Autres i CONNAISSANCE DU SIDA S6n6gal 20 40 60 80 100 Pourcentage EDS-II S6n6gal 1992/93 12.4 CONNAISSANCE DES MOYENS DE PREVENTION La connaissance des modes de transmission est une condition nécessaire à une bonne connaissance des moyens de prévention. Le tableau 12.4 indique le pourcentage de personnes connaissant certains moyens de prévention. La question sur les moyens de prévention a ~té posée aux seules personnes ayant déclaré connaitre un mode de transmission que ce mode ait ~te précisé ou non. Dans l'ensemble, 68 pour cent de toutes les femmes ont déclar6 connaître un moyen de prévention (Graphique 12.2). Ce niveau est sensiblement moins élevé que celui des hommes (73 pour cent des hommes de 20 ans ou plus). Le moyen de prévention le plus cité par les femmes est la fidélité au(x) partenaire(s): unicité du partenaire (49 pour cent) et fidélité (21 pour cent). Comme pour les MST en général, le eondom n'a été souvent cité que par les hommes (20 pour cent contre seulement 6 pour cent pour les femmes). Il est possible que ceci ne soit pas d• à l'ignorance du condom, mais soit plutét lié au fait que les femmes ne se sentant pas concemées par le port de cet instrument s'abstiennent de le déclarer. D'où un problème de fond: à qui revient la décision d'utiliser le condom au cours des relations sexueUes? Les autres moyens de prévention cités par les femmes et les hommes sont le non recours aux injections (14 pour cent chez les femmes et 7 pour cent chez les hommes) et aux tranfusions sanguines (9 pour cent chez les femmes et 15 pour cent chez les hommes), l'abstinence (11 pour cent chez les femmes et 7 pour cent chez les hommes) et la non fréquentation des prostituées (12 pour cent chez les femmes et 5 pour cent chez les hommes). 167 Tableau 12.4 Connaissance du SIDA et des moyens de prévention Répartition (en %) des femmes et des hommes connaissant le SIDA, et pourcentage connaissant des moyens de prévention du SIDA selon certaines earactéristiques socio-demographiques. EDS-II Sénégal 1992-93 Moyen de Parte- Fidelité Eviter Eviter SIDA prév. naire aux Absti- Eviter injec- trans- Autres Caractéris6ques connu connu unique part. Condom nonce prosdtu6e tion fusion moyens Effectif FEMMES Groupe d'åges 15-19 82,2 60,2 35,3 17,2 6.1 16,2 10,7 11,4 7,2 6,3 1172 20-24 83,9 69.8 52,1 20,0 8,7 10,5 11.4 15,0 10.2 5.3 1005 25-29 84,6 71,5 54,2 21.4 7,4 10,8 12,1 15,9 10,0 6,1 882 30-34 81,2 71,0 53,3 23,3 6,0 8,2 13,7 17,6 10,5 5,9 717 35-39 77,9 68,8 53,5 24,8 6,1 8,7 13,5 13,6 7,5 5,0 624 40-44 76,2 67,3 51,2 21,2 4,0 9,4 13,1 11,8 5,6 3,8 449 45-49 72,5 65,4 55,4 19,3 2,6 10,4 7,4 9,3 4,8 3,3 269 Milieu de résidence Urbain 96,6 78,0 54,7 24,2 11,9 12,3 16,5 24,0 14,8 7.1 2546 Rural 70,0 57,3 43,5 17,3 1,0 10,2 7,3 4,O 2,3 3,8 2572 Niveau d'instruction Aucun 74,8 60,6 46,2 19,3 1,0 10,4 8,7 6,9 3,3 3,7 3445 Primaire 97,4 76,8 52,7 22,1 9,3 13,2 17,8 20,4 11,8 9,2 1048 Secondaiœe ou plus 99,8 90,9 58,7 26,2 31,4 12,5 19,7 41,9 31,4 9,3 625 Ensemble des femmes 81,1 67,6 49,1 20,7 6,4 11,2 11,9 14,0 8,5 5,5 5118 HOMMES Groupe d'åges 20-24 94,9 82,3 38,3 9,9 37,9 7,4 7,4 7,4 25,1 5.8 243 25-29 94,1 79,5 44,7 18,4 33.7 7,9 5,3 7,9 17,4 5,8 190 30-34 96,8 80,1 45,7 22,5 23,8 9,9 6,0 9.9 15,9 9,9 151 35-39 98,1 81,0 58,8 23,5 19,0 6,5 7,2 6.5 19,0 7,2 153 40-44 97,6 77,2 53.1 30,9 13,6 9,3 7,4 9,3 8.6 2,5 162 45-49 92,9 77,2 54,4 25,3 16,5 6,3 5,1 6,3 10,1 5,1 79 50-55 90,8 60,9 37,7 29,0 2,9 4,3 2,9 4,3 4,3 7,2 69 55-60 89,9 52,8 28,1 21,3 3,4 5,6 3,4 5,6 10,1 3,4 89 60+ 68,3 50,6 31,1 23,2 1,2 1,2 0,6 1,2 7.3 3.7 164 Milieu de r6sldence Urbain 97,1 84,2 46,8 23,5 35,0 12,1 10,3 12,1 15,8 5,3 603 Rural 85,5 64,0 41,0 19,2 7,5 2,2 1,1 2,2 14,1 5,9 697 Niveau d'instruction Aucun 86,2 62,9 39,1 20,4 6,4 2,6 1,2 2,6 12,7 5,3 850 Primaire 100,0 89,6 54,1 19,4 32,0 7,7 6,8 7,7 21,6 6,8 222 Secondaire ou plus 100,0 96,5 50,9 26,3 60,5 21,5 19,7 21,5 16,2 5,7 228 Ensemble des hommes 90,5 73.4 43,7 21,2 20,2 6,8 5,4 6,8 14,8 5,6 1300 168 Graphique 12.2 Connaissance du SIDA et des moyens de prévention de la maladie chez les hommes et les femmes CONNAISSANCE OU SIDA Ensemble MOYENS DE PREVENTION Connaissance d'l moyen Partenaire unique Fid6Ut6 au(x) parten, Condom Abstinence Eviter injection Eviter transfusion Eviter prostitu6es m P 20 40 60 Pourcentage 80 100 EDS-II S6n6gal 1992/93 12.5 OP IN IONS SUR LA D IFFUS ION D ' INFORMATION SUR LE S IDA Enfin, le demier sujet présenté ici sur le SIDA porte sur l'opinion des femmes et des hommes sur la diffusion d'informations sur le SIDA dans les média. Il ressort du tableau 12.5 que bien que le SIDA (ou mieux le mot "SIDA") soit largement connu, la population appmuve toujours dans sa très grande majorit6 la diffusion de messages sur cette maladie à travers les media (91 pour cent des femmes et 90 pour cent des hommes). Ce résultat logique peut se justifier par la peur qu'inspire cette maladie dans un contexte où, comme on l'a déjà vu, les modes de transmission et les moyens de prévention sont relativement mal connus. Enfin, il faut faire remarquer que tous les enquétés sont à peu près également favorables à cette idée quel que soit leur åge. L'avis des hommes change peu avec le milieu de résidence et le niveau d'instruction tandis que les femmes urbaines et celles qui sont scolarisEes sont beaucoup plus favorables à l'idée de diffuser des informations sur le SIDA dans les media. 169 Tableau 12.5 Approbation de la diffusion d'information sur le SIDA Répartition (en %) des femmes et des hommes connaissant le SIDA par approbation de la diffusion d'information sur le SIDA dans la media, selon certaines caractéristiques socio<lémographiques, EDS-II Sénégal 1992-93 Désap- Sans Caractéristiques Approuve prouve opinion Total Effectif FEMMES Groupe d'~ges 15-19 87,6 6,7 5,7 100,0 1172 20-24 91,7 5,4 2,9 100,0 1005 25-29 93,8 2,3 4,0 100,0 882 30-34 92,9 3,8 3,3 100,0 717 35-39 92,5 3,7 3,8 100,0 624 40-44 92,0 4,0 4,0 100,0 449 45-49 88,8 4,5 6,7 100,0 269 Milieu de r6sldence Urbain 94,9 2,8 2,3 100,0 2546 Rural 87,7 6,3 6,1 100,0 2572 Niveau d'instruction Aucun 89,1 5,5 5,5 I00,0 3445 Primaire 94,1 3,5 2,4 100,0 1048 Secondaire ou plus 98.6 1,1 0,3 100,0 625 Ensemble des femmes 91,3 4,5 4,2 100,0 5118 IIOMMES Groupe d'figes 20-24 94,7 25-29 92,6 30-34 94,7 35-39 91,5 40-44 88,9 45-49 93,7 50-55 89.9 55-60 79,8 60 ou plus 77.4 Milieu de résidence Urbain 91,7 Rural 88,1 Niveau d'instruction Aucun 86,6 l:~rimaire 94,1 Secondaire ou plus 97,4 Ensemble des hommes 89,8 2,1 3,3 100,0 243 1,1 6,3 100,0 190 2,0 3,3 100,0 151 2,0 6,5 100,0 153 1,9 9,3 100,0 162 0,0 6,3 100,0 79 2,9 7,2 100,0 69 4,5 15,7 100,0 89 1,8 20.7 100,0 164 1,8 6,5 100,0 603 2.0 9,9 100,0 697 2,1 11.3 100,0 850 1,8 4,1 100,0 222 1,3 1,3 100,0 228 1,9 8,3 100,0 1300 170 CHAPITRE 13 DISPONIBILITE D'INFRASTRUCTURES COMMUNAUTAIRES Mohamed Ayad et Salif Ndiaye En plus des questionnaires individuels (homme et femme) et ceux sur les ménages, il a ~té administré également un questionnaire communautaire sur les 258 grappes de l'échantillon. Ce volet avait pour objet de collecter des informations sur les principales caractéristiques de l'environnement des individus enqu&és. L'enquête sur la disponibilité des services dans la communauté s'adressait à des personnes, qui de par leur statut social, économique ou professionnel, pouvaient fournir des informations fiables aux questions. Il s'agissait notamment du chef de village ou de quartier, d'un membre du personnel de santé (sage-femme ou infirmier), d'enseignant ou du chef du centre d'exp,'msion rurale (CER). Mais les enquêteurs devaient eux-mêmes répondre à certaines questions pour lesquelles il étaientt mieux placés pour foumir les informaUons les plus fiables (estimation des distances, types de services disponibles.). En ce qui conceme les infrastructures, aucun renseignement n'était collecté sur leur fonctionnement, les équipements disponibles et leur état actuel et la qualité des services. Dans l'analyse qui suit, les résultats se réfèrent aux femmes et non aux grappes. Les renseignements relatifs à chaque grappe ont ~té rattachés aux femmes enqu~t6es qui y résident, c'est-à-dire celles qui en principe sont les bénéficiaires de ces services. 13.1 CARACTERIST IQUES DES LOCAL ITES RURALES Les données du tableau 13.1 portent sur les caractéristiques des femmes actuellement mari~es des localités rurales telles le type d'habitat, les voies d'accès à la localité, la distance par rapport au centre urbain le plus proche et les moyens de transport en commun habituellement utilisés. De telles informations ont pour but de mesurer le niveau 'd'enclavement' de cette population. La majorité des femmes rurales (67 pour cent) vivent dans des villages à habitat dense et seulement moins d'une femme sur quatre (24 pour cent) habite dans des villages à habitat dispersé. En outre, plus de la moitié des Tableau 13.1 Caractéristiques des communautés rurales Répartition (en %) des femmes rurales actuellement en union selon les caractéristiques de leur communauté, EDS-II Sénégal 1992/93 Caractéristique des communautés Pourcentage Type d'habitat Dense 66,5 Dispersé 24,4 Autre/Non détenniné 9,1 Vole d'accès Route goudronnée 51,8 Latérite 15,2 Piste 14,8 Voie d'eau 0,9 Non déterminé 17,2 Distance de la ville la plus proche Oà4km 1.5 5 à 14 km 16,7 15 à 29 km 28,3 30 km ou plus 49,8 Non déterminé 3,6 Principal moyen de transport en commun Autobus 3,3 Taxi de brousse 85,1 Taxi 2,8 Charette 6,6 Pirougue/bac 0,9 Aucun 1,2 Non déterminé 1,2 Total 100,0 Effectif de femmes 3053 femmes (52 pour cent) vivent dans des villages accessibles par des routes goudronnées; pour les reste des femmes rurales, les voies d'accès sont essentiellement les latérites (15 pour cent) ou les pistes (15 pour cent). 171 Au niveau de la distance par rapport ~ la ville la plus proche, une femme sur deux (50 pour cent) habite dans un village situ6 à 30 kilomètres ou plus d'un centre urbain, 28 pour cent vivent à une distance comprise entre 15 et 29 kilomètres de la ville la plus proche et 18 pour cent à moins de 15 kilomètres. Pour ce qui est des moyens de transport en commun utilis6s pour se rendre au centre urbain le plus proche, il semble que le taxi-brousse est le principal moyen accessible aux femmes rurales du Sénégal (85 pour cent). Les autres moyens de transport utilisés sont l'autobus ou le taxi (6 pour cent) et les charrettes (7 pour cent). Il y a seulement 1 pour cent des femmes qui ne disposent d'aucun moyen de transport. De manière générale, bien que la moitié d'entre elles habitent å 30 kilomètres ou plus des centres urbains, les femmes du milieu rural ne vivent pas dans des localités isol6es, comme c'est le cas de la majorité des femmes rurales des autres pays du S~el; au contraire, un grand nombre de sén6galaises rurales utilisent des voies d'accès modernes et des moyens de transport rapides. 13.2 SERVICES SOCIO-ECONOMIQUES Au tableau 13.2 figure la répartition des femmes actuellement mariées selon la distance à parcourir par rapport à certains services socio-économiques tels l'école primaire, l'école secondaire de premier cycle, l'école secondaire deuxième cycle, le marché quotidien, le marché hebdomadaire, la boutique et le transport en commun régulier. Tableau 13.2 Distance par rapport aux services socio-~conomiques Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon la distance par rapport aux services socio-économiques et distance médiane par service selon le milieu de résidence, EDS-11 Sén6gal 1992/93 Service Distance (en kilomètres) Effectif socio- Miheu de de ~conomique résidence 0 à 4 a 5 à 14 15 à 29 30 ou + ND Total femmes Médiane Eeole Urbain 100,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1452 0,6 primaire Rural 69,0 23,7 4.6 2,8 0.0 100,0 3053 1,9 Ensemble 79,0 16,0 3.1 1.9 0,0 100,0 4505 0,9 Ecole Urbain 98,2 1,8 0,0 0.0 0,0 100,0 1452 0,7 secondaire Rural 3.8 27,4 24,0 44,1 0,7 100,0 3053 26,2 I e cycle Ensemble 34,2 19,2 16.2 29,9 0,5 100,0 4505 13,2 école Urbain 74,1 13,8 1,4 9,8 0,8 100,0 1452 2,2 secondaire Rural 0,9 5,6 16,0 77,5 0,0 100,0 3053 31,3 2 e cycle Ensemble 24,5 8,3 11,3 55,7 0,2 100,0 4505 31,1 March6 Urbain 99,0 0.0 1,0 0,0 0,0 100,0 1452 0,6 journalier Rural 46,8 36,1 7,2 9,9 0,0 100,0 3053 5,5 F, nsemble 63,6 24.4 5,2 6,7 0,0 100,0 4505 1,3 Marché Urbain 49,4 19,1 11,7 15.9 3,9 100,0 1452 4,7 hebdomadaire Rural 36,1 35,9 15,5 11.5 1,0 100,0 3053 7.3 Ensemble 40,4 30,5 14,3 12,9 2,0 100,0 4505 7,2 Boutique Urbain 100,0 0.0 0,0 0,0 0,0 100,0 1452 0,5 Rural 85,7 11.0 3.2 0,0 0,0 100,0 3053 0,6 Ensemble 90,3 7,5 2,2 0,0 0,0 100,0 4505 0,6 Transport Urbain 100,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1452 0,6 en commun Rural 66,0 19,5 12,4 2,0 0,0 100,0 3053 1,0 Ensemble 77,0 13,2 8.4 1,4 0,0 100,0 4505 0,8 ay compris les services qui sont "sur place" 172 Presque quatre femmes sur cinq (79 pour cent) vivent à moins de 5 kilomètres d'une école primaire. Selon le milieu de résidence, toutes les femmes urbaines habitent à proximité d'une école primaire contrairement aux femmes rurales où la proportion de celles vivant à moins de 5 kilomètres d'un tel établissement est seulement de 69 pour cent. Du point de vue des écoles secondaires qui sont g6néralement à caractère urbain, la grande majorité des femmes rurales doivent parcourir de longues distances pour les atteindre; par exemple, 94 pour cent des femmes du milieu rural habitent à 15 kilomètres ou plus d'un établissement de second cycle, alors que 11 pour cent seulement des femmes du milieu urbain ont à parcourir une telle distance. En général, il y a très peu de femmes sénégalaises (12 pour cent) qui vivent loin (15 km ou plus) de localités où se tiennent les marchés quotidiens; par contre, une proportion non négligeable de femmes (27 pour cent) sont éloignés (15 km ou plus) d'un marché hebdomadaire et cette situation est valable aussi bien pour les femmes urbaines que rurales. Par ailleurs, neuf femmes sur dix (90 pour cent) habitent à moins de 5 kilomètres de la boutique la plus proche. Enfin, la majorité des femmes (77 pour cent) sont situés à moins de 5 kilomètres d'un service régulier de transport en commun; même en milieu rural, près de sept femmes sur dix (66 pour cent) habitent å proximité de ce type de service. Le tableau 13.3 présente la répartition des femmes actuellement mari6es selon le moyen de transport le plus utilis6 pour atteindre les différents services socio-économiques. Les donn6es concement uniquement les femmes pour lesquelles le service ne se trouve pas "sur place". En général, lorsque les services sont à Tableau 13.3 Principal moyen de transport Répartition (en %) des fenmaes actuellement en union par moyen de transport prinnp'al utilis6 pour atteindre chaque service socio-économique selon le milieu de résidence, EDS-II Sénégal 1992/93 Service Moyens de transpoll Effectif sono- Milieu de Véhicule Dos de économique résidence à moteur Vélo d'animal Charette A pied ND Autre Total femmes Ecole Urbain 3.0 0.0 0,0 0.0 94,7 0,0 2,0 100,0 397 primaire Rural 12,1 3,2 0,0 30,6 52,7 0,0 1,0 100,0 1774 Ensemble 10,4 2,6 0,0 25,0 60.4 0,0 2,0 100,0 2171 Ecole Urbain 18.5 0.0 0,0 0.0 80,5 0,0 1,0 100,0 775 secondaire Rural 69,6 1,7 0,0 15,0 10,5 0,0 3.0 100,0 3000 1 e cycle Ensemble 59,1 1,4 0.0 11,9 24,9 0.0 3,0 100,0 3775 Ecole Urbain 54,0 0,0 0,0 0,0 44,5 0,0 2,0 100,0 1127 secondaire Rural 88,9 0,7 0,0 3,7 0,1 0,0 7,0 100,0 3024 2 e cycle Ensemble 79.4 0,5 0,0 2,7 12,1 0.0 5,0 100,0 4151 Marché Urbain 4,1 0,0 0,0 0,0 88,2 3,9 4,0 100,0 710 Journalier Rural 13,9 7,4 0,0 53,4 22,9 0,0 2.0 100,0 2055 F.nsemble 11.4 5.5 0,0 39,7 39,6 1,0 3,0 loe,0 2765 Marché Urbain 92,3 1,5 0,0 0,0 3,4 1,1 2,0 100,0 791 hebdomadaire Rural 20.8 5,2 0.0 1,0 52,0 15,4 6,0 100,0 2408 Ensemble 38.5 4,3 0,0 0,8 40,0 11,9 5,0 100,0 3199 Boutique Rural 2.5 11.6 0,0 33,7 40,2 0,0 12,0 100,0 707 Fnsemble 2.5 11.6 0.0 33,7 40,2 0,0 12,0 100,0 707 Transport Urbain 18,6 0,0 0,0 0,0 81,4 0,0 0,0 100,0 377 en commun Rural 9,8 5,7 1,7 55,2 21,7 0,7 5,0 100,0 1496 Ensemble 11,6 4.6 1,3 44,1 33,7 0,6 4,0 100,0 1873 Not~: Le tableau concerne uniquement les femmes pour lesquelles le service ne se trouve pas "sur place." 173 pmximité, les femmes se déplacent le plus souvent å pied; ceci s'applique surtout en milieu urbain pour les écoles primaioes (95 pour cent), les établissements secondaires de premier cycle (81 pour cent), les marehés quotidiens (88 pour cent) et les services de transport en commun (81 pour cent). Pour les femmes rurales, plus de la moitié se rendent à pied aux écoles primaires (53 pour cent) et aux marchés hebdomadaires (52 pour cent). Les véhicules à moteur sont largement utilisés d'une part par les femmes urbaines pour atteindre les marchés hebdomadaires (92 pour cent) et les établissements secondaires de second cycle (51 pour cent), et d'autre part par les femmes rurales pour se rendre aux établissements secondaires de premier et de deuxième cycle (respectivement 70 et 89 pour cent). La charrette est également populaire chez les femmes du milieu rural pour atteindre les services de transport en commun (55 pour cent) et les marchés quotidiens (53 pour cent). Le tableau 13.4 donne la répartition des femmes actuellement mari~es selon le temps nécessaire pour atteindre les différents services socio-économiques. En général, quel que le service, les femmes urbaines mettent beaucoup moins de temps pour l'atteindre que celles du milieu rural. Le graphique 13.1 illustre clairement les écarts entre les temps médians des deux milieux. Ces écarts deviennent importants surtout au niveau de certains services qui font souvent défaut en milieu rural à savoir les établissements secondaires et les marchés quotidiens ou hebdomadaires. Tableau 13.4 Temps de trajet pour atteindre les services socio-économiques Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon le temps de trajet nécessaire pour atteindre les services socio-économiques et temps médian par service spécifique selon le milieu de résidence, EDS-II Sén6gal 1992/93 Temps (en minutes) Service Effectif socio- Mifieu de 0 16 31 61 de économique résidence à15 a à30 à60 ou+ ND Total feraraes M&liane Ecole Urbain 96,8 0,0 3,2 0,0 0,0 100,0 1452 0,7 primaire Rural 52,2 17,8 18,4 11,7 0,0 100,0 3053 15,6 Ensemble 66,5 12,0 13,5 7,9 0,0 100,0 4505 1,0 Ecole Urbain 88,3 9,8 1,9 0,0 0,0 100,0 1452 secondaire Rural 6,7 25,2 36,2 28,9 3,0 I00,0 3053 I e cycle Ensemble 33,0 20,3 25,1 19,6 2,0 100,0 4505 Ecole Urbain 57,4 26,3 11,0 4,6 0,8 100,0 1452 secondaire Rural 3,1 16,0 30,9 45,8 4,2 100,0 3053 2* cycle Ensemble 20,6 19,3 24,5 32,5 3,1 100,0 4505 March~ Urbain 91,1 7,5 0,3 0,0 1,1 100,0 1452 Journalier Rural 43,8 11,0 28,3 16,2 0,7 100,0 3053 Ensemble 59,0 9,9 19,2 11,0 0,8 100,0 4505 5,9 55,4 30,2 15,6 60,7 45,3 1,0 20,9 10,7 March~ Urbain 48,7 24,4 17,5 5,3 4,1 100,0 1452 15,8 hebdomadaire Rural 32,0 16,8 29,4 20,2 1,5 100,0 3053 35,2 Ensemble 37,4 19,3 25,6 15,4 2,4 100,0 4505 25,5 Boutique Urbain 100,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1452 0,5 Rural 81,0 5,2 9,1 4,6 0,0 100,0 3053 0,7 Ensemble 87,1 3,6 6,2 3,1 0,0 100,O 4505 0,6 Transport Urbain 98,3 1,7 0,0 0,0 0,0 100,0 1452 0,7 en commun Rural 56,5 10,9 19,4 12,3 0,8 100,0 3053 1,0 Ensemble 70,0 7,9 13,2 8,3 0,6 100,0 4505 0,9 ay compris les services qui sont "sur place," pour lesquels le temps est supposé ~gai à 0 174 Graphique 13.1 Temps de trajet médian pour atteindre les différents services socio-économiques selon le milieu de résidence ECOLE PRIMAIRE ECOLE SECONDAIRE (Premier cycle) ECOLE SECONDAIRE (Second cycle) MARCHE QUOTIDIEN MARCHE HEBDOMADAIRE BOUTIQUE TRANSPORT EN COMMUN . . . . . . . . . . . . i I - - - - = = . ~ i 10 20 30 40 50 60 Mddiane (en minutes) 70 ==Urbain [[[]Rural [:]Ensemble i EDS-II S6n~ga11992/93 13.3 FORMATIONS SANITAIRES Un des objectifs principaux de l'enqu0te communautaire était la collecte des informations sur la disponibilité des formations sanitaires et sur le type de services offerts. Neuf catégories de formations sanitaires sont retenues pour les besoins de cette analyse: il s'agit de l'hépital public, de l'hõpital privé ou de la clinique, du centre de protection matemelle et infantile (PMI), du centre de santé, de la matemité, du dispensaire, du médecin privé, de la pharmacie et du dépôt pharmaceutique. Cette liste ne correspond peut- ~tre pas à la nomenclature officielle des formations sanitaires, mais elle répondait au souci de faciliter la collecte des données sur le terrain par l'utilisation des appellations habituellement employées et connues des populations. Par ailleurs, il y a lieu de noter que pour les maternités, bien qu'elles étalent considérées comme des formations sanitaires spécifiques, il en existe également en tant que services dans les hSpitaux publics ou les cliniques privécs. 13.3.1 Disponibilité des formations sanitaires Dans cette section, l'analyse portera sur la distance par rapport à chaque catégorie de formation sanitaire et le temps de trajet nécessaire pour l'atteindre. Au tableau 13.5 figure la répartition des femmes actuellement mari~es selon la distance par rapport aux différentes formations sanitaires par milieu de résidence. Pour la majorité des femmes urbaines, la distance à parcourir pour se rendre à chaque type de formation sanitaire, b. l'exception du dépSt pharmaceutique, est inférieure à 5 kilomètres, et la distance médiane varie de moins de 1 kilomètre pour les dispensaircs publics et les pharmacies à un maximum de près de 4 kilomètres pour les hõpitaux publies. 175 Pour ce qui est du milieu rural, les femmes sén6galaises sont éloignées des formations sanitaires; elles vivent relativement isolées surtout des centres de santé qui offrent le plus de services tels les h(~pitaux (public et privé), les PMI et les cabinets de médecin privé. Il ressort du meme tableau 13.5 et du graphique 13.2 que les distances médianes pour se rendre å ces types de formations sont de l'ordre de 30 kilomètres. Tableau 13.5 Distance par rapport aux formations sanitaires Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon la distance par raport aux formations sanitaires et distance médiane par formation sp~ifique selon le milieu de réaidence. EDS-II S~négal 1992/93 Distance (en kilomètres) Effectif Formation Milieu de de sanitaire résidence 0à4 a 5å14 15à29 30ou+ ND Total femmes Méxliane Hépltal Urbain 53,9 19.2 9,8 14,3 2.8 100.0 1452 3.7 public Rural 0,0 5.9 14,1 80.0 0.0 100.0 3053 31.4 Ensemble 17,4 10.2 12.7 58,8 0.9 100.0 4505 31.1 Hépltal Urbain 73.8 12.5 1.4 10.5 1.8 100,0 1452 1,9 prlv6 Rural 0.6 5.6 13.7 78.6 1.6 100.0 3053 31,4 Ensemble 24.2 7.8 9.7 56.6 1,6 100.0 4505 31.1 PMI Urbain 88.9 5.9 0.0 1.6 3,6 100.0 1452 1.0 Rural 5.0 18.1 26.5 50.3 0.0 100.0 3053 30.1 Ensemble 32.1 14.2 18.0 34.6 1.2 100.0 4505 16,5 Centre Urbain 83.5 11.8 0.8 1.6 2,3 100.0 1452 1.7 m~llcal Rural 1.3 17,5 23.5 55,5 2,3 100.0 3053 31.1 public Ensemble 27.8 15,7 16.2 38.1 2.3 100,0 4505 17,6 Dispensaire Urbain 95,9 0.0 1,7 0.0 2.5 100,0 1452 0.8 public Rural 51.4 36,2 5.4 7,0 0.0 100.0 3053 4.7 Ensemble 65.7 24,6 4,2 4,8 0,8 100.0 4505 1.7 Maternlt~ Urbain 94,3 4,8 0,0 0,0 0,9 100.0 1452 1.1 Rural 41,8 36.7 7,7 13,3 0.5 100,0 3053 6,0 Ensemble 58,7 26,4 5.2 9,0 0.6 100,0 4505 3,2 M6decln/ Urbain 75,9 10.0 1.4 7.0 5.7 100,0 1452 1.7 Dispensaire Rural 3.3 15.3 16.6 61.9 2.9 100,0 3053 31,2 prlv6 Ensemble 26.7 13.6 11.7 44.2 3,8 100.0 4505 19,8 pharmacie Urbain 98.6 0.4 0.6 0.0 0,4 100.0 1452 0.7 Rural 10.4 20.6 21.4 47.0 0,7 100.0 3053 27,6 Ensemble 38.8 14.1 14.7 31.8 0,6 100.0 4505 13,0 D6pSt phar- Urbain 8.3 15.8 15.3 7.4 53,2 100.0 1452 13.2 maceutlque Rural 36.6 41.1 9.1 4.8 8,5 100.0 3053 7,0 Ensemble 27.5 32.9 11.1 5,6 22,9 100.0 4505 7.4 ay compris les formations sanitaires qui sont "sur place" 176 Graphique 13.2 Distance médiane pour atteindre les différentes formations sanitaires selon le milieu de résidence HOPITAL PUBL IC : ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , , HOPITAL PR IVEp m - : ç - 6. PMi re .u - - . . . . . , , , i MATERNITE m=::~==== MEDECIN PRIVE ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , PHARMACIE I L~ 5 10 15 20 25 30 35 M6diane (en klJom6tres) EDS-II Sdn6gal 1992/93 Le tableau 13.6 présente la répartition des femmes selon le temps n6cessaire pour atteindre les différentes formations sanitaires par milieu de résidence. On retrouve ici des différences du meme type que pour la distance. En milieu urbain, le temps de trajet médian pour atteindre la majorité des différents services de santé est relativement court; il varie entre 6 minutes pour la pharmacie et 20 minutes pour l'hSpital public. Par contre, en milieu rural, le temps médian se situe entre 25 minutes pour atteindre un dispensaire public et plus d'une heure (61 minutes) pour se rendre à un hõpital public ou un médecin privé. 177 Tableau 13.6 Temps de trajet pour atteindre les formations sanitaires R6parlátion (en %) des femraes actuellement en union selon le temps de trajet nécessaire pour atteindre les et temps médian par formation spécifique selon le milieu de résidence, EDS-II Sén6gal 1992/93 formations sanitaires Temps (en minutes) Formaåon Milieu de sanitaire r~sidence 0 ~ 15 a 16 å 30 31 å 60 61 ou + ND Total Effectif de femmes Médiane HSpltal Urbain 46,6 18,1 27,1 6,0 2,2 100,0 1452 20,3 pubac Rural 1,5 12,7 38,0 47,3 0,5 100,0 3053 60,8 Ensemble 16.0 14.5 34.5 34,0 1,0 100,0 4505 50,2 Hépltal Urbain 66,0 21,2 6.0 4,2 2,5 100,0 1452 13,3 privé Rural 0,6 13,8 35,1 48,5 2,0 100,0 3053 61,0 Ensemble 21,7 16,2 25,7 34,2 2,2 100,0 4505 45,7 PMI Urbain 76,9 16,9 1,8 0,8 3.6 100,0 1452 10,4 Rural 3,3 30,2 30,6 35,5 0,5 100,0 3053 55,2 Ensemble 27,0 25.9 21,3 24,3 1,5 100,0 4505 30,6 Centre Urbain 64,5 27,8 5,4 0,0 2,3 100,0 m£,dlcal Rural 4,1 25,9 37,8 29,5 2,8 100,0 public Ensemble 23,6 26,5 27,3 20,0 2.6 100,0 Dispensaire Urbain 86.1 9,8 0,0 0,8 3,4 100,0 public Rural 41.7 17,6 20,9 19,8 O,0 1OO,0 Ensemble 56.0 15.1 14.2 13,7 1.1 100,0 Matcrnll~ Urbain 79.3 14,6 4,4 0.0 1,7 100,0 Rural 40.4 16,9 24,7 17.6 0.5 100.0 Ensemble 52.9 16,1 18,2 11,9 0,8 100,0 Médecin/ Urbain 62,5 20,9 7,0 3,9 5,7 100,0 Dispensaire Rural 3,9 21,8 25,8 44,0 4,5 100,0 prlv~ Ensemble 22,8 21,5 19,8 31,1 4,9 100,0 Pharmacie Urbain 87,6 11,8 0,6 0,0 0,0 100,0 Rural 11,7 18,7 34,6 32,3 2,7 100,0 Ensemble 36,2 16,5 23.6 21,9 1,8 100,0 D£'pét Urbain 18.3 19.0 9,6 0,0 pharma- Rural 35,3 13,1 24,0 18,0 ceutlque Ensemble 29,8 15,0 19,4 12,2 1452 11,0 3053 60,0 4505 30,8 1452 10.0 3053 25,3 4505 15,2 1452 10,4 3053 25,9 4505 15,7 1452 15,1 3053 60,6 4505 40.5 1452 5,7 3053 45,9 4505 30,3 53,2 100,0 1452 25,0 9,5 100,0 3053 30,7 23,6 100,0 4505 30,2 ay compris les formations sanitaires qui sont "sur place." pour lesquelles le temps est supposé ~gai å 0 13.3.2 Disponibilité des services de planification familiale Le tableau 13.7 donne, pour chaque milieu de résidence, la répartition des femmes mari~es selon la catégorie de formation sanitaire la plus proche offrant des services de planification familiale (PF). En milieu urbain, presque une femme sur deux (46 pour cent) s'adresse aux centres de PMI en tant que formations les plus accessibles pour obtenir les services de PF. Les deux autres formations sanitaires les plus proches pour obtenir ce type de services sont les hSpitaux privé (16 pour cent) et public (15 pour cent). En milieu rural, le dispensaire public est l'établissement sanitaire le plus proche (32 pour cent), suivi par les centres de PMI (30 pour cent) et par l'hépital public (21 pour cent); en d'autres termes, presque toutes les femmes rurales (99 pour cent) devraient s'adresser au secteur public si elles désiraient obtenir les services les plus accessibles en matière de contraception. 178 Tableau 13.7 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de planning familial Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon la formation sanitaire la plus psoche offrant des services de planning familial par milieu de résidence. EDS-II Sénégal 1992/93 Formation sanitaire Médecin/ Centre Dispen- Dispen- Dépot Effectif Milieu de H6pital H6pital médical salre Mater- saire Phar- pharma- de résidence public privé PMI public public nité privé matie ceutique Total femmes Urbain 15,3 16,1 46.1 6,5 7,1 4,1 2,4 2,3 0,0 100,0 1422 Rural 20,8 0.0 30,1 2,0 31,5 10,3 1,1 0,0 4,3 100,0 2837 Ensemble 18,9 5,4 35,4 3,5 23,4 8,2 1,5 0,8 2,9 100,0 4259 Le tableau 13.8 montre que pour la majorité des femmes urbaines (96 pour cent), la distance à parcourir pour accéder aux formations sanitaires offrant des services de PF est inférieure ~t 5 kilomètres. En milieu rural, les distances à parcourir pour se rendre aux services de PF sont généralement longues; en effet, près d'une femme sur deux (46 pour cent) doit parcourir au moins 15 kilomètres pour atteindre une source d'approvisionnement en contraceptif s. Pour les femmes rurales, la distance médiane s'établit å 14 kilomètres (contre moins d'un kilomètre pour les femmes urbaines) et le temps médian pour se rendre auprès des services de planification familiale cst de 45 minutes (contre 6 minutes pour les femmes urbaines). Tableau 13.8 Distance et temps de trajet pour atteindre des services de planning familial Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon la distance par raport aux formations sanitaires offrant des services de planning familial et distance médiane, et selon le temps de trajet nécessaire pour atteindre ces formations sanitaires et temps médian, selon le milieu de résidence. EDS-II Sénégal 1992/93 DISTANCE Distance (en kilomètres) Effectif Milieu de de r6sidence 0 à 4 a 5 à 14 15 à 29 30 ou + Total femmes Médiane Urbain 95,6 3,5 0,0 0,8 100,0 1422 0,8 Rural 29,0 25,2 16,1 29,7 1(30,0 2837 13,5 Ensemble 51,3 18,0 10,7 20,1 100,0 4259 4,0 TEMPS Temps (en minutes) Effectif Milieu de de r6sidence 0 à 15 a 16 • 30 31 à 60 61 ou + Total femmes M6diane Urbain 89,6 9,6 0,0 0,8 100,0 1422 5,9 Rural 26,3 18,6 22,5 32,6 100,0 2837 45,3 Ensemble 47,4 15,6 15.0 22,0 100,0 4259 20,6 ay compris les services qui sont "sur place" 179 13.3.3 Disponibilité des services de santé maternelle et infantile On a demandé aux personnes interrogées si chacun des 6tablissements sanitaires fournissait des services de santé maternelle et infantile (SMI) tels que les soins prénatals, les accouchements, les consultations de nourrissons et les vaccinations. Le tableau 13.9 présente, pour chaque milieu de résidence, la répartition des femmes actuellement mari~es selon le type de formation sanitaire le plus proche offrant des services de SMI. En milieu urbain, ce sont les h0pitaux privés (26 pour cent) qui viennent en tSte des établissements sanitaires les plus proches offrant des services de SMI. suivis par les centres de PMI (21 pour cent), les hOpitaux publics (20 pour cent) et les dispensaires (20 pour cent). En milieu rural, pour la majorité des femmes mariées (78 pour cent), ce sont les dispensaires qui sont les formations les plus accessibles pour obtenir les services de SMI. Comme il fallait s'y attendre, il y a très peu de femmes rurales (3 pour cent) qui obtiennent des soins pour la mère et l'enfant dans les formations du secteur privé. Tableau 13.9 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de santé maternelle et infantile Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon la formation sanitaire la plus proche offrant des services de santé maternelle et infantile par milieu de résidence, EDS-II S~négal 1992/93 Formation sanitaire Médecin/ Centre Dispen- Dispen- Effectif Milieu de Hépltai Hépitai médical saire Mater- saire de résidence public privé PMI public public nité privé Total femmes Urbain 20,3 25,6 21,4 5,6 20,0 3,1 4,2 100,0 1441 Rural 2,1 1,0 11,3 1,9 77,8 3,8 1,9 100,O 2889 Ensemble 8,2 9,2 14,7 3,1 58,6 3,6 2,7 100,0 4330 Pour atteindre les formations sanitaires offrant des services de SMI, l'ensemble des femmes urbaines (100 pour cent) se déplacent moins de 5 kilomètres (Tableau 13.10); ainsi, en milieu urbain, la distance médiane est inférieure à 1 kilomètre et le temps de trajet médian est d'environ 1 minute. Par contre, plus de 47 pour cent des femmes rurales doivent parcourir au moins 5 kilomètres pour accéder aux services de santé maternelle et infantile, et la distance médiane est de plus de 4 kilomètres. La durée médiane du trajet pour accéder à ces services est de 21 minutes. 180 Tableau 13,10 Distance et temps du trajet pour atteindre des services de santé maternelle et infantile Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon la distance par rapport aux formations sanitaires offrant des services de santé maternelle et infantile et distance m~diane, et selon le temps de trajet nécessaire pour atteindre ces formatlom sanitaires et temps médian selon le milieu de résidence, EDS-II Sénégal 1992/93 DISTANCE Distance (en kilometres) Effectif Milieu de de r~sidence 0 å 4 a 5 à 14 15 ~t 29 30 ou + Total femmes M&tiane Urbain 100,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1441 0,6 Rural 52,6 40,2 6,2 0,9 100,0 2889 4,4 Ensemble 68.4 26,8 4,2 0,6 100,0 4330 1,0 TEMPS Temps (en minutes) Effectif Milieu de de r~sidence 0 ~ 15 a 16 å 30 31 å 60 61 ou + Total femmes Må.diane Urbain 96,0 4,0 0.0 0,0 100,0 1441 0,9 Rural 42,4 19,9 22,8 14,8 100.0 2889 20,8 Ensemble 60,3 14,6 15,2 9,9 100,0 4330 10,7 ay compris les services qui sont "sur place" Le tableau 13.11 présente les distances pour atteindre les formations sanitaires les plus proches assurant les soins de santé matemeUe et infantile, par rapport aux enfants de moins de 5 ans selon que leur mère a bénéfici6 ou non des soins prénatals et d'une assistance å l'accouchement et selon qu'ils ont 6t6 vaccinés ou non. Pour plus de quatre naissances sur cinq (77 pour cent) pour lesquelles la mère a reçu des soins prénatals et de l'assistance du personnel de sant6 lors de l'accouchement, les services de SMI se situent à une courte distance ne dépassant pas 5 kilomètres (100 pour cent en milieu urbain et 60 pour cent en milieu rural). Pour ce qui est des naissances pour lesquelles la mère n'a pas reçu des soins prénatals et n'a pas ~té assistée pendant l'accouchement, on constate que pour le milieu rural la distance pour atteindre un 6tablissement sanitaire est nettement plus importante (distance médiane de 5,8 kilomètres) que celle observée pour les femmes ayant bénéficié de ces soins (distance médiane de 3,2 kilomètres). Les donn6es sur le lieu de vaccination le plus proche indique que la distance å parcourir est la m~me (distance mtdiane inférieure à 1 kilomètre), que les enfants soient vaccinés ou non. En milieu rural, comme pour les soins prénatals, les enfants non vaccinés habitent plus loin des lieux de vaccination que les enfants complètement immunises (distance médiane de 5,7 kilomètres contre 3,6 kilomètres). 181 Tableau 13.11 Distance pat rapport au service de sant~ maternelle et infantile le plus proche en fonction des soins prtnatals et de la couverture vaccinale R6partion (en %) des naissances ayant eu lieu 1 å 59 mois avant l'enqu8te, de celles pour lesquelles les m~res ont reçu ou non des soins pï~natals (SP) pendant la grossesse et de celles pour lesquelles les mères ont bénél]ci6 d'une assistance mtdicale pendant l'accouchement (AA), et rtpartition (en %) des enfants de 1 ì 4 ans ayant reçu toutes les vaccinations du PEV et de ceux n'en ayant reçu aucune, selon la distance par rapport å la formation sanitaire la plus proche dans un rayon de 30 kilomètres offrant des services de sant6 maternelle et infantile selon le milieu de r6sidence, EDS-II S6ntgal 1992/93 Distance (en kilomètres) Effectif Cat6gofie Mifieu de de d'enfants rèsidence 0à4 a 5à14 15å29 30ou+ ND Total ferames Médiane Ensemble Urbain 100,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1634 0,6 des Rural 52,8 40,2 6,1 0,9 0,0 100,0 3396 4,5 naissances Ensemble 68,1 27,1 4,1 0,6 0,0 100,0 5030 1,2 Naissances Urbain 100,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1549 0,6 avec SP Rural 60,3 33,2 5,7 0,7 0,0 100,0 2239 3,2 et AA Ensemble 76,6 19,6 3,4 0,4 0,0 100,0 3788 0,9 Naissances Urbain 100,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 79 0,6 avec SP Rural 37,3 54,6 6,9 1,3 0,0 100,0 1017 6,2 ou AA Ensemble 41,8 50,6 6,4 1,2 0,0 100,0 1096 5,7 Naissances Urbain b 6 sans SP Rural 44,3 47,1 6,4 2,1 0,0 100,0 140 5,8 ni AA Ensemble 46,6 45,2 6,2 2,1 0,0 100,0 146 5,5 Enfants 1.4 Urbain 100,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 621 0,6 ans avec Rural 57,9 35,4 5,7 1,0 0,0 100,0 838 3,6 tous vacclns Ensemble 75,8 20,4 3,3 0,5 0,0 100,0 1459 0,9 du PEV Enfants 1-4 Urbain 100.0 0.0 0.0 0.0 0.0 100.0 191 0.6 ans avec Rural 43.2 47.6 8.3 0.9 0.0 100.0 880 5.7 aucun vaccin Ensemble 53.3 39.1 6.8 0.7 0.0 100.0 1071 4.4 du PEV ay compris les formations sanitaires qui sont "sur place" »La répartition du milieu urbain ne figure pas ici, en raison du faible effectif 13.4 PROBLEMES DE SANTE Dans cette section, on aborde les principaux problèmes de santé qui se posent au Sénégal tels qu'ils ont ét~ perçus par les personnes interviewtes lors de l'enquête communautaire. L'analyse porte, comme précédemment, sur les femmes actuellement mari~es appartenant aux grappes enquêtées. Le tableau 13.12 présente, par ordre d'importance, les principaux problèmes pour se soigner. Le premier de ces problèmes est li6 à la disponibilité des services. Il a été cité en première position dans 56 pour cent des cas; il s'agit de l'éloignement des services de santé (23 pour cen0, de l'inexistence des formations sanitaires (17 pour cent) et de la non disponibilité des soins de santé ou des médicaments (17 pour cent). En ce qui concerne les problèmes du cofit, ils n'ont été êvoqués que dans 21 pour cent des cas. Cependant, globalement, le coût des médicaments a ét~ cité dans 53 pour cent des cas et celui des 182 consultations dans 36 pour cent des cas. Enfin, le mauvais accueil reçu dans les établissements sanitaires a été cité dans 11 pour cent des cas seulement. Il y a lieu de noter que ce dernier problème aurait été mentionné plus fréquemment si la question sur les problèmes de santé avait été directement posée aux femmes concernées plutOt qu'aux responsables dans la communauté. Tableau 13.12 Principaux problèmes pour se soigner Répartition (en %) des femmes actuellement en union par problèmes ~aécifiques cités en première, deuxième, troisième et quatrième positions, et pourcentage de femmes ayant cité, au moins une fois, chacun des problèmes spécifiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Pourcentage ayant cité en : pourcentage de femmes Problème 1 er 2 eme 3 eme 4 6rae ayant eioe Services Services de santé inexistants 16,7 3,0 0,0 1,7 19,5 Services de santé éloignés 23,2 24,4 8,1 2,8 46,4 Services de santé n'offant pas service 6,0 5,6 12.0 4,0 17,6 Médicaments non disponibles 10,5 12,6 19.2 18,5 35,6 Coflt Consultations trop chères 4,7 16,8 22,6 22,8 36,0 Médicaments trop chers 16,7 22,3 18,7 31,8 52,9 Autre Mauvais accueil 0,0 4,2 12,1 6.2 11,3 Aucun 10,4 0,0 0,0 0,0 10,4 Autre 10,6 11,2 7.3 12,2 26,5 NSP 0,4 0.0 0,0 0,0 0,4 NR 0,8 0,0 0,0 0,0 0,8 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 400,0 Effectif 4505 3348 2336 1413 4505 Quel que soit le milieu de résidence, le problème essentiel est celui de la disponibilité. Mais, comme il fallait s 'y attendre, il est plus urgent en milieu rural (61 pour cent) qu'en milieu urbain (47 pour cent). Bien que le problème de coflt soit mentionné en première position par un nombre limité de personnes, il n 'en reste pas moins que, globalement, il a été cité par la majorité de la population du milieu urbain (Tableau 13.13). 183 Tableau 13.13 Principaux problèmes pour se soigner par milieu de résidence Répartition (en %) des femmes actuellement en union par problèmes spécifiques cités en première position, et pourcentage de femmes ayant cité, au moins une fois, chactm des problèmes spécifiques, selon le milieu de résidence, EDS-U Sénégal 1992/93 Pourcentage de femmes ayant cité en premi6re position POR~CeD~gc de femmes aymlt eit6 Problème Urbain Rural Total Urbain Rural Total Selw[ccs Services de sant6 inexistants 2.4 23,6 16.7 6,2 25,9 19,5 Services de santé 61oignés 18,3 25,5 23.2 30,9 53,8 46,4 Services de santé n'offrant pas service 14,5 1,9 6,0 30,4 11,5 17,6 Médicaments non disponibles 11,7 9,9 10.5 36,1 35,4 35,6 Co0t Consaitations trop chères 6.0 4.1 4,7 45,2 31,7 36,0 Médicaments trop chers 20.2 15,0 16,7 62,9 48,1 52,9 Autre Mauvais accueil 0.0 0,0 0,0 11,2 11.3 11,3 Aucun 7.4 11,9 10,4 29,5 47,4 41,6 Autre 16,7 7,7 10,6 30,6 24,5 26,5 NSP 1.2 0.0 0.4 7.9 8.2 8.1 NR 1.4 0.6 0.8 109.1 102.2 104.4 Total 100,0 100.0 100,0 Effectif 1452 3053 4505 1452 3053 4505 Les principales maladies des enfants de moins de 5 ans selon la population enqu~té.e figurent au tableau 13.14 et au graphique 13.3. Au niveau national, on constate que le paludisme constitue la maladie la plus souvent cit6e en première position (54 pour cent), suivie de la diarrhée (19 pour cent), de la rougeole (10 pour cent) et des maladies des yeux (8 pour cent). Le classement de ces quatre maladies diffère peu selon le milieu de résidence. 184 Tableau 13.14 Principales maladies des enfants de moins de cinq ans par milieu de résidence Répartition (en %) des femmes actuellement en union par principales maladies Sl~Cifiques des enfants de moins de cinq ans citées en première position, et pourcentage de femmes ayant cité, au mois une fois, chacune des maladies spécifiques, selon le milieu de r6sidence, EDS-H Sénégal 1992/93 pourcentage de femmes ayant cité en première position Pogrc¢ntage de femmes ayant cité Problème Urbain Rural Total Urbain Rural Total Paludisme 52,5 54,7 54,0 91,7 85,9 87.8 Diarrhee 16,1 19,6 18,5 75,4 70,8 72,3 Malnulxition 0,0 0,9 0,6 2,5 5,8 4,8 Rougeole 12,4 8,5 9,8 55,6 38,3 43,9 Tuberculose 0,8 0,0 0,2 0,8 1,3 1,2 Coqueluche 0.0 0,8 0,5 5,4 8,3 7,3 Varicelle 0,6 0,4 0,5 4,5 3,1 3,6 Convulsion 0,0 1,5 1,0 2,7 3,0 2,9 Fièvre 0,0 0,9 0,6 7,9 11,9 10,6 Toux, problèmes respiratoires 0,8 2,4 1,9 16,4 18,5 17,8 Maladies des yeux 9,2 8,0 8,4 35,8 21,9 26,4 Problèmes de peau 4,6 1,7 2,6 31,7 14,2 19,8 Autres 0,0 0,0 0,0 5,6 14,2 11,4 NSP 2,0 0,0 0,6 2,0 0,0 0,6 NR 1,1 0,6 0,7 1,1 0,6 0,7 Total 100,0 100,0 100,0 400,0 400,0 400,0 Effecdf 1452 3053 4505 1452 3053 4505 Graphique 13.3 Principales maladies des enfants de moins de cinq ans selon le milieu de résidence Pourcentage 60 50 40 30 20 10 0 ENSEMBLE URBAIN RURAL EDS-II Sdndgal 1992/93 185 REFERENCES Azelmat, Mustapha, Mohamed Ayad, E1 Arbi Housni et Mohamed Zarouf. 1993. Enquête Nationale sur la Population et la Santé 1992. Columbia, Maryland: Ministère de la Santé Publique Secrétariat G6néral-DPSI, Service des Etudes et de l'Information Sanitaire [Maroc] et Macro Intemational Inc. Balépa, Martin, Médard Fotso et Bemard Barrère. 1992. Enquête Démographique et de Santé, Cameroun 1991. Columbia, Maryland: Direction Nationale du Deuxième Recensement G6n6ral de la Population et de l'Habitat [Cameroun] et Macro International Inc. Charbit, Yves, Lamine Gueye et Salif Ndiaye, ed. 1985. Nuptialité et Fécondité au Senegal. Paris: Presses Universitaires de France. Department of Statistics (DOS) [Soudan] et Institute for Resource Development//Vlacro International Inc. (IRD). 1991. Sudan Demographic andHealth Survey 1989/1990. Columbia, Maryland: DOS et IRD. Direction de la Prévision et de la Statistique (DPS), Ministère de l'Economie, des Finances et du Plan. 1993. Recensement Général de la Population et de l'Habitat de 1988 (RGPH88): Rapport National. Dakar, Sénégal. Direction de la Statistique, Dakar et Centre de Contr61e des Maladies d'Atlanta (CDC). 1985. Enquête sur la Santé Familiale dans la Région du Siné-Saloum (ESFSS), 1982-83. Dakar, Sénégal. Direction de la Statistique. 1981. Enquête Sénégalaise sur la Féconditæ (ESF), 1978, Rapport National d'Analyse, Vols. I et I1. Dakar, Sénégal. Federal Office of Statistics (FOS) [Nigeria] et IRD/Macro International Inc. (IRD). 1992. Nigeria Demographic andHealth Survey 1990. Columbia, Maryland: FOS et IRD. Gaisie, Kwesi, Anne R. Cross et Geoffrey Nsembukila. 1993. Zambia Demographic andHealth Survey 1992. Columbia, Maryland: Univcrsity of Zambia, Central Statistical Office [Zambia] and Macro International Inc. Graham, Wendy, William Brass et Robert W. Snow. 1989. Estimating Matemal Mortality: The Sisterhood Method. Studies in Family Planning 20(3): 125-135. James, W.P.T., Anna Ferro-Luzzi et J.C. Waterlow. 1988. Definition of Chronic Energy Deficiency in Adults. Report of a Working Party of the International Dietary Energy Consultative Group. European Journal of Clinical Nutrition 42(12): 969-981. Kapiga, Saidi H., G. Nachtigal et D.J. Hunter. 1991. Knowledge of AIDS among Secondary School Pupils in Bagamoyo and Dar-es-Salaam, Tanzania. AIDS 5:325-328. Kourgu6ni, Idrissa Alichina, Bassirou Garba et Bernard Barrère. 1993. Enquéte Démographique etde Santé, Niger 1992. Columbia, Maryland: Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux, Direction G6n6rale du Plan, Ministère des Finances et du Plan [Niger] et Macro International Inc. Krasovec, Katherinc et Mary-Ann Anderson (editors). 1991. Maternal Nutrition andPregnancy Outcomes: Anthropometric Assessment. Pan American Health Organization (PAHO) Scientific Publication No. 259, Washington, D.C.: PAHO. 187 Lowe, Jean-Claude, Penelope Nestel et Shea O. Rutstein 1993. Nutrition et Santé des Jeunes Enfants au Cameroun. R6suhats de l'Enquête Démographique et de Santé au Cameroun 1991. Columbia, Maryland: Macro International Inc. Nations Unies. 1982. Model Life Tables for Developing Countries. Population Studies No. 77. New York: Nations Unies, D6partement des Affaires Economiques et Sociales Internationales. Ndiaye, Salif, Ibrahima Sarr et Mohamed Ayad. 1988. Enquête Démographique et de Santé au Sénêga11986. Columbia, Maryland: Ministère de l'Economie et des Finances [S6négal] et Institute for Resource Development/Westinghouse. Ngallaba, S ylveste r, Saidi Hussein Kapiga, Ireneus Ruyobya et J. Ties Boerma. 1993. Tanzania Demographic andHealth Survey 1991/1992. Columbia, Maryland: Bureau of Statistics, Planning Commission [Tanzania] et Macro International Inc. Oumarou, Mahamadou, Penelope Nestel et Shea O. Rutstein. 1993. Nutrition et Santé des Jeunes Enfants au Niger. Columbia, Maryland: Macro lntemational Inc. Rutenberg, Naomi, Ties Boerma, Jerry Sullivan et Trevor Croit. 1990. Direct and Indirect Estimates of Matemal Mortality with Data on the Survivorship ofSisters: Results from the Bolivia DHS. Paper presented at the Annual Meeting of the Population Association of America, Toronto, Ontario, 3-5 mai, 1990. Rutenberg, Naomi et Jeremiah M. Sullivan. 1991. Direct and Indirect Estimates ofMatemal Mortality from the Sisterhood Method. Proceedings of the Demographic and Health Surveys World Conference, Washington, D.C. 1991. Vol. III, pp. 1669-1681. Columbia, Maryland: IRD/Macro International, Inc. Sullivan, Jeremiah M., George T. Bicego et Shea Oscar Rutstein. 1990. Assessment of the Quality of Data Used for the Direct Estimation of Infant and Child Mortality in the Demographic and Health Surveys. In An Assessment of DHS-I Data Quality, 113-137. DHS Methodological Reports No. I. Columbia, Maryland: lnstitute for Resource Development/Macro Systems Inc. Traoré, Baba, Mare adou Konat6 et Cynthia Stanton. 1989. Enquête Démographique et de Santé auMali 1987. Columbia, Maryland: Centre d'Etudes et de Recherches sur la Population pour le Développement, Institut du Sahel et Institute for Resource Development/Westinghouse. Trussell, James et German Rodriguez. 1990. A Note on the Sisterhood Estimate of Matemal Mortality. Studies in Family Planning 21 (6):344-346. United Nations. 1986. How to Weigh and Measure Children: Assessing the Nutritional Status of Young Children in Household Surveys. New York: National Household Survey Capability Programme, Department ofTechnical Cooperation for Developmcnt and Statistical Office. World Bank. 1993. World Development Report 1993. Washington, D.C. 188 ANNEXE A ORGANIGRAMME, PERSONNEL ET CALENDRIER DE L'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE (EDS-II) 1992/93 ORGANIGRAMME DE L'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE AU SENEGAL (EDS-II) 1992/93 Directeur National Gestion i Documentation Imprimerie ~ Directeur Technique t ~_~ Directeur Technique i Informatique Adjoint Information I I Groupe Nord i Groupe Sud I I t Superviseur I Superviseur I I I I Equipe 1 1 Equipe 2] Equipe 3[ Equipe 4l [Equipe 5 i [Equipe 6 i Equipe 71 N.B. : Chaque équipe comprend : 1 chef d'équipe, 1 contrôleuse, 4 enquêtrices, 1 chauffeur 190 PERSONNEL DE L'EDS-II 1992/93 Personnel national 1 Awa Thiongane, Directeur de la Prévision et de la Statistique 2 Conception Salif Ndiaye, Chef de la Division des Statistiques D6mographiques Papa Demba Diouf Ibrahima Sarr Mamadou Ndiaye Mamadou Diagne Issa Diop 3 Recrutement, Formation et Supervision Mamadou Diagne Issa Diop Papa Demba Diouf Fatou Faye Mamadou Makhtar Gueye 4 Superviseurs des équipes de terrain Mamour Fall Alphonse Codé N'diaye Djiby Sy 5 Chefs d'équipe 1 Cheikh Diouf 2 Abdoulaye Diome 3 Boubacar Fall 4 Seik Faye 6 Contr61euses 1 Aminata Cissé 2 Fatou Diop 3 N'déye. M. Diop 4 N'd6ye. R. Diop Directeur National Directeur Technique Directeur Technique Adjoint Démographe D6mographe I .T.S I.T.S 5 Saloum Man~ 6 Mamadou Mar 7 Khaly. N. Sadji 5 Fatou. J. Sarr 6 Marne. P. Sar 7 Fatou Sarr 191 7 EnquCtrices 1 Khadidiatou Ann 2 Al'ssatou Beye 30ulimatou Camara 4 Rokhaya Ciss 5 Maty Cissé 6 Aminata Dia 7 Aïssatou Diagne 8 N'ddye. Th. Diongue 9 Ramatoulayc Diop 10 Rokhaya Diop 11 N'd6ye. Ma. Diouf 12 Fary Fall 13 Rokhaya Gueye 14 N'déye. A. Marié 8 Chauffeurs 1 Mamadou Daff 2 Birame Diouf 3 Djity Diene 4 Mor Dieye 5 Sidy Dombouya 6 Birane Fall 9 Consultants Nationaux 1 Marie Victoria Albis 20umy Ba 3 Marième Diop 4 Mamadou Diouf 5 Amadou. M. Mbaye 10 Consultants Internationaux 1 Mohamed Ayad 2 Trevor Croft 3 Thanh Le 4 Keith l:~rvis 5 Noureddine Abderrahim 6 Marc Soulié 11 Exploitation informatique 1 Tr6vor Croft 2 Issa Ndiaye 3 Keith Purvis 15 Yaye. N'd. Ko.Marone 16 Awa. Yo. M'baye 17 Ar~the N'doye 18 Siga N'gom 19 Dieynaba Niane 20 Marame Niang 21 Farmata N'diaye 22 Khady N'diaye 23 Marne. F. N'diaye 24 Diokhé Sangharé 25 N'guénar Sarr 26 Bamby Séne 27 Khat'y Sy 28 Fatoumata Thiam 7 Cheikh M'bodj 8 Moustapba N'diaye 9 Marne. Al. Sarr 10 Serigne Sylla 11 Ibrahima Tour~ Coordonnateur Régional et Responsable du projet EDS-II Sénégal Informaticien Spécialiste en sondage Informaticien Informaticien Informaticien 192 12 Saisie 1 Amy Dieng 2 Mame Boucar Diouf 3 Bamar Gueye 4 Arme Marie Ndong 5 Maïmouna Séne 13 Gestion 1 Cheikhna Kamam 14 Secrétariat 1Dieynaba KeRa 15 Imprimerie 1 Badara Diop 2 Djiby Diop 3 Sams Haddine Gueye 4 Mamadou Ka 16 Photocopie 1 Famara Bodian 2 Mamadou Bodian 17 Cartographie 1 Sellé Ba 2 Mamadou Diatta 3 Tahir Diop 4 Abdallah FaU 5 Mor N'diaye FaU 6 Alioune N'd. Gueye 7 Elhadji. lb. N'dao 8 Abdoul. Aziz Wade 193 ANNEXE B PLAN DE SONDAGE ANNEXE B PLAN DE SONDAGE B.1 OBJECT IFS La deuxième Enquête Démographique et de Santé au Sénégal (EDS-II) porte sur un échantillon de 6 500 femmes ~lgées de 15 à 49 ans. Un taux de sondage homogène a été appliqué dans tout le pays afin que l'échantillon soit auto-pond~r~ et représentatif du territoire national. B.2 BASEDESONDAGE L'échantillon-maRre élaboré par la Direction de la Prévision et de la Statistique (DPS) suite au recensement général de la population et de l'habitat (RGPH) de 1988 a servi de base de sondage pour I'EDS- II. Il est constitué de 597 secteurs qui ont été tirés avec des probabilités proportionnelles au nombre de ménages recensés dans chaque secteur, celui-ci étant composé d'un groupe de districts de recensement (DR) qui sont voisins sur le terrain. Le tirage des secteurs a été effectué séparément pour les milieux urbain et rural, après une stratification dans chaque milieu. Dans le milieu urbain, une stratification géographique (région, commune) a été effectuée. Dans les communes les plus grandes du pays, une deuxième stratification socio-éconnmique a été adoptée. Quatre groupes socio-économiques principaux ont ét~ retenus : faible, moyenne faible, moyenne élevée et élevée. Ces groupes sont formés sur la base des caractéristiques telles que le niveau d'éducation et l'occupation des membres du ménage/tgés de 15 ans et plus, et de certaines caractéristiques de l'unit~ d'habitation, telles que l'approvisionnement en eau et le mode d'éclairage. Dans le milieu rural, seulement la stratification géographique (région, département, arrondissement, communauté rurale) a été adoptée. B.3 CARACTERIST IQUES DE L 'ECHANTILLON L'échantillon de I'EDS-II est basé sur un sondage aréolaire stratifié et tiré à trois degrés. Au premier degré, 258 unités aréolaires ont été tir~es avec probabilité égale å partir de l'échantillon marre. Ces unités aréolaires correspondent aux secteurs. Au deuxième degré, un DR est tiré dans chacun des secteurs sélectionnés avec probabilités proportiormelles à la taille du DR. Un dénombrement exhaustif des ménages dans chacune de ces unités a foumi une liste de ménages à partir de laquelle on a tiré, au troisième degré, un échantillon de ménages. Les domaines d'étude importants pour I'EDS-II au Sénégal sont le milieu urbain et le milieu rural. En plus, on peut fournir des estimations pour quatre grandes régions du pays, l'Ouest (Dakar et Thiès), le Centre (Diourbel, Kaolack, Louga et Fatick), le Sud (Ziguinchor et Kolda) et le Nord-Est (Saint-Louis et Tambacounda). Ces demiers domaines correspondent exactement à ceux considérés dans la premiære Enquête démographique et de santé au Sénégal réalisée en 1986. Avant de tirer les secteurs, on a arrangé les régions groupées par domaines d'études. B.4 PARAMETRES DE SONDAGE D'après les résultats du RGPH, la population résidant dans les ménages individuels est de 6 896 808, dont 38,70 pour cent se trouvent dans le milieu urbain. En projetant cette population et en appliquant ensuite le pourcentage de femmes ãgées de 15 à 49 ans qui est de 24 pour cent et 22,1 pour cent respectivement pour 197 l 'urbain et le rural, on a une population de femmes de 1.783.604, dont 42,4 pour cent résidant dans le milieu urbain. L'effectif cible de l'échantillon étant de 6 500 femmes; on a ajouté å cet échantillon cible un taux de déperdition de 10 pour cent. Cet échantillon de 7 150 femmes réparti proportionnellement aux milieux urbain et rural donne respectivement 3 032 et 4 118 femmes. D'après les résultats du RGPH, le nombre de femmes ågées de 15 b. 49 ans est de 1,94 par ménage dans le milieu urbain et de 2,12 femmes par ménage dans le milieu rural. Le nombre de ménages à tirer dans chaque domaine sera calculé de la manière suivante : Nombre de mdnages -- Nombre de femmesINombre de l~mmes par mdnage . On a aussi prévu un taux de déperdition de 10 peur cent de parmi les ménages tirés. Ce qui revient å tirer 3 855 ménages, dont 1 719 en milieu urbain et 2 136 en milieu rural. Le nombre de grappes à tirerd6pend du nombre de femmes à enquêter dans chaque grappe. Lagrappe est l'unit~ de sondage aréolaire finale retenue pour l'enquête. Ainsi, dans le cadre de I'EDS-II, la grappe correspond généralement au DR. Les analyses menées après d'autres enquêtes analogues indiquent que le nombre optimal de femmes à enqudter par grappe est de l'ordre de 30 femmes dans le milieu rural et de 20 femmes dans le milieu urbain. En décidant un tirage de 17 ménages en moyenne dans chaque grappe rurale et de 13 ménages en moyenne dans chaque grappe urbaine (ce qui reviendrait à enquêter respectivement 20 et 29 femmes en moyenne, en tenant compte du nombre de femmes par ménage et du taux de réponse), on a abouti à un nombre total de 258 grappes, dont 132 dans le milieu urbain et 126 dans le milieu rural. Le tirage des grappes était systématique et se faisait à partir de l'échantillon mal'tre en deux étapes, indépendamment dans chacun des milieux urbain et rural. Les secteurs ont été d'abord tirés avec des probabilités égales et des intervalles de tirage suivants : 397 I -- = 3,01 en urbain 132 200 1 = = 1,29 en rural . 126 A l'intérieur de chaque secteur tiré, on a tir6 ensuite un DR avec une probabilité proportionnelle aux ménages recensés dans le DR. B.5 PROBABIL ITES DE SONDAGE Les probabilités de sondage ont été calcul~es séparément pour les différents degrés de sondage. On utilise les notations suivantes : P~~ : probabilité de sondage du i «"~ secteur d'après l'échantillon ma~re ~.nl¢ bine P2~j : probabilité de sondage du j DR du i secteur pour 1 EDS-II sondage du ménage dans lej DR. P3ij : probabilité de ~ .~m, 198 On note que : ot~ % est le nombre de ménages recensés dans le j~" DR du secteur i et M~ est le nombre de ménages recensés dans le secteur i 132× s# en urbain P2# = 397 Mi 126 × s e en rural P2« = 200 Æ Afin que l'échantillon soit auto-pond~r~, le produit PwP2~j.P30 doit être le même pour chaque ménage, c'est-h-dire que : Pu.P2¢.P3¢ = f où f est le taux global de sondage f __ 7150 1783604 (ou environ 1/250) . Le tirage des ménages a été fait de façon systématique avec des probabilités égaies et l'intervalle de tirage a été calculé de la manière suivante : 1 Ptv P~ z3« = e3 « / B.6 ECHANTILLON HOMME L'enquête homme au Sénégal porte sur un tiers des ménages sélectionnés pour l'enqu&e principale. Le tirage des ménages pour l'enquête homme a été effectué au même moment que le tirage des ménages dans toutes les grappes, de façon systématique et avec une probabilité égale à un ménage sur trois. 199 Tableau B.1 Résultats des enqu#.tes auprès des ménages et des femmes par région et milieu de résidence Répartition (en %) des ménages et des femmes éligibles dans l'échandllon de I'EDS par r6sultat de l'enquête, taux de réponse des ménages et des femmes, et taux de réponse global selon la région et le milieu de résidence, EDS-II Sénégal 1992/93 Milieu de R6gion de r~idence r6sidence R[sultat des interviews Ouest Centre Sud Nord-Est Urbain Rural Total Ménages s61e¢tlonn6s Rempli 94,2 93,0 91,9 92,7 93.7 95,0 94,5 M6nage présent mais personne de comp6tent pour r6pondre I,I 0,5 0,6 0,3 I.I 0,I 0,5 OEffer6 I,I 0,0 0,0 0,0 0,6 0,0 0,3 Refus de r6pondre 0,1 0,0 0,3 0,3 0,2 0,0 0,1 Logement non trouv6 0,1 0,0 0,0 0.0 0,1 0,0 0,0 M6nage absent 1,0 1,9 4,4 4,4 1,8 2,1 2,0 Logement vide 2,2 3,7 2.0 2,3 2,2 2.4 2,3 Logement d6truit 0,0 0,5 0,6 0,0 0,2 0,2 0,2 Autre 0,1 0,5 0,3 0.0 0,1 0.1 0,1 Total 100,0 100.0 100.0 100.0 100,0 100.0 100,0 Effectif de m6nages 900 215 344 383 1587 2148 3735 Taux de r6ponse des m6nages 97.5 99.5 99.1 99,4 97,9 99,9 99,0 Femmes éllglbles Enlåètement ~mpli 95,0 91,9 95,5 920 95,5 94,7 95,0 Pas å la maison 2,3 4,3 2,3 3,1 1,8 3.3 2,7 Refus de r6pondre 1,2 0,0 1,5 1,2 1,0 0.5 0,7 Partiellement rempli 0,8 0,0 0,3 0,7 0,7 0,5 0,6 Incapable de r6pondre 0,7 3.8 0,3 2.2 0,9 1.0 0,9 Autre 0,0 0,0 0,0 0.0 0,0 0.0 0,0 Total I00,0 100.0 I00.0 I00,0 100,0 I00.0 100,0 Effectlf de femmes 1615 235 598 671 2759 3880 6639 Taux de r~ponse des femmes 95.0 91,9 95,5 92,7 95,5 94,7 95.0 Taux de r6ponse globM des femmes 92,6 91,5 94,6 92,2 93,5 94,6 94,1 200 Tableau B.2 Résultats des enqu&es aup~s des hommes par r~sion et milieu de r~sidence Taux de réponse des hommes selon la région et le milieu de résidence (non pondéré), EDS-II Séné8al 1992/93 Milieu de R6gion de r~sidence r~sidence R~sultat des niterviews Ouest Centre Sud Nord-Est Urbain Rural Total Hommes ~liglbles Entièrement rempli 93,5 92,2 91,7 95,9 93,8 95,8 94,9 Ménage présent mais pas d'enquSte disponible 1,0 0,0 0,9 0,8 1,6 0,1 0,7 Differé 0,3 0,0 0,0 0,0 0,2 0,0 0,1 Refus de r~pondle 0,3 0,0 0,0 0,0 0,2 0,0 0,1 Ménage absent 1,0 3,1 5,6 2,5 1,6 2,0 1,8 Logement vide 3,4 4,7 0,9 0,8 2,5 1,7 2,1 Logement détruit 0,0 0,0 0,9 0,0 0,0 0,1 0,1 Autre 0,3 0,0 0,0 0,0 0,2 0,1 0,2 Total 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 Effectif de hommes 293 64 108 122 512 693 1205 Taux de réponse des hommes 98.2 100.0 99.0 99.2 98.0 99.8 99.0 Hommes ~lglbles Entièrement oempli 87,5 84,1 75,0 79,9 83,8 85,5 84,8 Pas å la maison 10,9 10,1 19,5 17,0 13.1 11,0 11,9 Refus de répondre 0,2 0,0 0,0 1,9 0,7 0,3 0,5 Partiellement rempli 0,7 0,0 1,6 0,6 0,8 1,2 1,0 Incapacité 0,7 5,8 3,9 0,6 1,6 2,0 1.8 Total 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 Effectif des hommes 449 69 128 159 741 953 1694 Taux de réponse global des hommes Effecfi f d'hommes interogés 87,5 84,1 75,0 79,9 83,8 85,5 84,8 86.0 84,1 74,3 79.2 82,1 85,4 84,0 201 ANNEXE C ERREURS DE SONDAGE ANNEXE C ERREURS DE SONDAGE Les estimations obtenues à partir d'une enquête par sondage sont sujettes à deux types d'erreurs : erreurs de mesure et erreurs de sondage. On appelle erreurs de mesure les biais imputables à la mise en oeuvre de la collecte et de l'exploitation des données telles que l'omission de ménages sélectionnés, la mauvaise interprétation des questions, soit de la part de l'enquêtrice, soit de la part de l'enquEtée, ou encore les erreurs de saisie des données. Quoique tout le possible ait été fait pour minimiser ce type d'erreur pendant la mise en oeuvre de I'EDS-II, il est difficile d'éviter et d'évaluer toutes les erreurs de mesure. Par contre, les erreurs de sondage peuvent être ~valu~es statistiquement. Les estimations qui figurent dans ce rapport ont été obtenues à partir d'un échantillon de 6 310 femmes agés de 15 à 49 ans et de 1 436 hommes ågés de 20 ans et plus. Si l'enquête avait été effectuée auprès d'autres enquêtés, on a tout lieu de penser que les fréquences des réponses auraient été quelque peu différentes de celles que l 'on a présent~es. C'est l'incertitude de cette assomption que reflète l'erreur de sondage; celle-ci permet donc de mesurer le degré de variation des réponses suivant l'échantillon. L'erreur-type (ET) est un indice particulièrement utile pour mesurer l'erreur de sondage d'un paramètre (moyenne ou proportion). On l'estime à partir de la variance des réponses dans l'échantillon même : l'erreur-type est la racine carrée de la variance. Cet indice a pour propriété que dans 95 pour cent des échantillons de taille et de caractéristiques identiques, la valeur vraie d'un paramètre pour l'ensemble d'une population se trouve à l'intérieur de l'intervalle de + 2 ET. Si l'échantillon avait été tir~ d'après un plan de sondage aléatoire simple, il aurait été possible d'utiliser des formules simples pour calculer les erreurs de sondage. Cependant, l'échantillon de I'EDS-II est un échantillon stratifié à deux degrés. Par conséquent, on a besoin d'utiliser des formules plus complexes. Le logiciel CLUSTERS, développé par l'International Statistical Institute pour l'Enquête Mondiale sur la Fécondité, a été utilisé pour calculer les erreurs de sondage suivant la méthodologie statistique appropriée. CLUSTERS traite chaque proportion ou moyenne comme étant une estimation de ratio, r=y/x, dans lequel y représente la valeur du paramètre y pour l'échantillon total, et x représente le nombre total de cas dans l'ensemble (ou sous-ensemble) de l'échantillon. La variance de r est estimée par : ET2(r) -- var(r) -- 1 - f mb ~-~ 2 zh - - 2_ , z~- - - X 2 h~l mb-1 I=l ms dans laquelle Zh~ -- yta-r.xht et Z h -- yh-r.Xh où h mb Yhi xii f rcprésente la strate qui va de 1 à H, est le nombre total d'unités primaires de sondage (UPS) tir~es dans la h ~'~ strate, est la somme des valeurs du paramètre y dans I'UPS i dans la h a''` strate, est la somme des nombres de cas dans I'UPS i dans la h ~'~ strate, et est le taux global de sondage qui est tellement faible que CLUSTERS n'en tient pas compte. 205 Il existe un deuxième indice très utile qui est la racine carrée de l'effet du plan de sondage (REPS) ou effet de grappe : c'est le rapport de l'erreur-type observée sur l'erreur-type qu'on aurait obtenue si on avait eu recours à un sondage aléatoire simple. Cet indice révèle dans quelle mesure le plan de sondage qui a été choisi se rapproche d'un échantillon aléatoire simple de la même taille : la valeur 1,0 de la REPS indique que le plan de sondage est aussi efficace qu'un échantillon aléatoire simple, alors qu'une valeur supérieure ~t 1,0 indique un accroissement de l'erreur de sondage dfl b. un plan de sondage plus complexe et moins efficace au point de vue statistique. Le logiciel CLUSTERS calcule aussi l'erreur relative et l'intervalle de confiance pour chaque estimation. Les erreurs de sondage pour I'EDS -II ont ~tE calcul~es pour certaines variables les plus intéressantes. Les résultats sont présentés dans cette annexe pour tout le pays, l'ensemble du milieu urbain, le milieu rural et les quatre grandes zones écologiques (Ouest, Centre, Sud et Nord-Est). Pour chaque variable, le type de statistique (moyenne ou proportion) et la population de base sont présentés dans le tableau D. 1. Les tableaux D.2 à D.8 présentent la valeur de la statistique (M), l'erreur-type (ET), le nombre de cas (N), la racine carrée de l'effet du plan de sondage (REPS), l'erreur relative (ET/M), et l'intervalle de confiance à 95 pour cent (M:I:2ET) pour chaque variable. En général, les erreurs relatives de la plupart des estimations pour l'ensemble du pays sont faibles, sauf dans le cas de très faibles proportions. On remarque certaines différences dans les erreurs relatives au niveau des sous-échantillons : par exemple, pour la variable "Enfants nés vivants des femmes/lgées de 15 å 49 ans", l'erreur relative en tant que pourcentage de la moyenne estimée est respectivement de 1,3 pour cent, 2,20 pour cent et 3,5 pour cent pour l'ensemble des femmes du pays, pour le milieu urbain et pour la zone du Sud. Pour la même variable, I'EDS-II a donné un nombre moyen d'enfants nés vivants de 3,299 pour l'ensemble des femmes, auquel correspond une erreur-type de 0,044 enfant. La fourchette dans laquelle se place la moyenne + 2 ET est donc 3,211 et 3,387. La probabilité que la vraie valeur du nombre moyen d'enfants nés vivants des femmes ågées de 15 à 49 ans soit à l'intérieur de cet intervalle est de 95 pour cent. 206 Tableau C.1 Variables uUlisées pour le calcul des erreurs de sondage~ EDS-II Sénégal 1992/93 Variable Estimation Population de base FEMMES Sans instruction Proportion Instruction secondaire ou plus Proportion Jamais en union Proportion Actuellement mariée (en union) Proportion Actuellement en union polygame Proportion En union avant 20 arts Proportion Premier rapport sexuel avant 18 ans Proportion Enfants nés vivants (toutes les femmes) Moyenne Enfants nés vivants (femmes 40-49 ans) Moyenne Enfants survivants Moyenne Corm~åt une méthode Proportion Connalt la source pour une méthode Proportion A utilisé une méthode Proportion Utilise actuellement une méthode Proportion Utilise actuellement une méthode moderne Proportion Utilise la pilule Proportion Utilise le DIU Proportion Utilise une source publique Proportion Ne veut plus d'enfants Proportion Veut retarder d'au moins 2 ans Proportion Taille de famille idéale Moyenne Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique Proportion Assistance médicale à l'accouchement Proportion Diarrhée dans les demières 24 heures Proportion Diarrhée dans les 2 demières semaines Proportion A reçu traitement SRO Proportion A consulté un personnel médical Ayant un carnet de santé A reçu vaccination BCG A reçu vaccination DTCoq (3 doses) A reçu vaccination polio (3 doses) A reçu vaccination rougeole Vaccin~ contre toutes les maladies Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Toutes les fanunes Toutes les femmes Toutes les femmes Toutes les femmes Femmes actuellement en union Femmes 20 ans et plus Femmes 20 ans et plus Toutes les femmes Femmes 40-49 ans Toutes les femmes Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actueUemeaat en mdon Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Utilisatrices de méthodes modernes Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Toutes les femmes Naissances, 5 dernières amaées Naissances, 5 dernières années Enfants ågés 1-59 mois Enfants ågés 1-59 mois Enfants åg&s 1-59 mois, avec diarrhée les 2 demibres semaines Enfants agés 1-59 mois, avec diarrhée les 2 demières semaines Enfants ågés 12-23 mois Enfants ågés 12-23 mois Enfants âgés 12-23 mois Enfants âgés 12-23 mois Enfants ågés 12-23 mois Enfants ågés 12-23 mois HOMMES Sans instruction Instruction secondaire ou plus Jamais en union Actuellement (marié) en union Actuellement en union polygame Connalt une méthode A utilisé une méthode Utilise actuellement une méthode Utilise actuellement une méthode moderne Utilise la pilule Utilise le DIU Utilise le condom Utilise la continence périodique Ne veut plus d'anfams Taille de famille idéaie Proportion Proportion Proportion Proportion lh'oportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Tous les hommes Tous les hommes Tous les hommes Tous les hommes Hommes actuellement en union Hommes actuellement en umon Hommes actuellement en union Hommes actuellement en umon Hommes actuellement en union Hommes actuellement en union Hommes actuellement en umon Hommes actuellement en union Hommes actuellement en union Hommes actuellement en umon Tous les hommes 207 Tableau C.2 Erreurs de sondage: Echantillon natlonaI~ EDS-II Sénél~al 1992/93 Effet Intervalle Erreur Population de Erreur de confiance Valeur type de base grappe relative Variable (M) (ET) (N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Sans instruction 0,730 0,010 6310 1,800 0,014 0,710 0,750 Instruction secondaire ou plus 0,099 0,007 6310 1,764 0,067 0,086 0,112 Jamais en union 0,242 0,007 6310 1,303 0,029 0,228 0,256 Actuellement mariée (en union) 0,714 0,007 6310 1,248 0,010 0,700 0,728 Actuellement en union polygame 0,473 0,009 4505 1,210 0.019 0,455 0,491 En union avant 20 ans 0,736 0.009 4884 1,381 0,012 0,718 0,753 Premier rapport sexuel avant 18 ans 0,658 0,010 4884 1,430 0,015 0,639 0,678 Enfants nés vivants (toutes les femmes) 3,299 0.044 6310 1,101 0,013 3,211 3,387 Enfants nés vivants (femmes 40-49 ans) 7,136 0,100 960 1,026 0,014 6,937 7,336 Enfants stuwivants 2,663 0,035 6310 1,066 0,013 2,594 2,732 Conn~åt une méthode 0.750 0,011 4505 1,779 0,015 0,727 0,773 Connait la source pour une méthode 0,416 0,013 4505 1,738 0,031 0,391 0,442 A utilis6 une méthode 0,168 0,008 4505 1,445 0,048 0,152 0,185 Utilise actuellement une méthode 0.074 0,005 4505 1,214 0,064 0,065 0,084 Utilise une méthode moderne 0,048 0,004 4505 1,243 0,083 0,040 0,055 Utilise la pilule 0,022 0,002 4505 1,099 0,110 0,017 0,027 Utilise le DIU 0.014 0,002 4505 1,334 0,166 0,010 0,019 Utilise une source publique 0.591 0,030 286 1,014 0,050 0,532 0,650 Ne veut plus d'enfants 0.197 0,007 4505 1,184 0,036 0,183 0,211 Veut retarder d'au moins 2 ans 0.388 0,008 4505 1,167 0,022 0,371 0,405 Taille de famille idéale 5,865 0,058 5261 1,612 0,010 5,749 5,982 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,702 0,013 5581 1,787 0,019 0,676 0,729 Assistance médicnie à l'accouchement 0,473 0,017 5581 2,023 0,036 0,438 0,507 Diarrhée dans les dernières 24 heuoes 0,088 0,005 5062 1,176 0,055 0,078 0,098 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0,206 O,GO8 5062 1,326 0,037 0,190 0,221 A reçu traitement SRO 0,066 0,008 1042 1,053 0,127 0,049 0,083 A consulté un personnel médical 0,232 0,014 1042 1,011 0,059 0,205 0,260 Ayant un carnet de santé 0,644 0,022 959 1,413 0,034 0,600 0,689 A reçu vaccination BCG 0.836 0,018 959 1,471 0.021 0,801 0,872 A reçu vaccination DTCoq (3 doses) 0,588 0,023 959 1.413 0,039 0,543 0,634 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,593 0,023 959 1,419 0,038 0,548 0,639 A reçu vaccination rougeole 0,572 0,022 959 1,343 0,038 0,529 0,616 Vaccin~ contre toutes les maladies 0,491 0,023 959 1,402 0,047 0,445 0,537 IIOMMES Sans instruction 0,687 0,015 1436 1,239 0,022 0,656 0,717 Instruction secondaire ou plus 0,159 0,011 1436 1,167 0,071 0,136 0,181 Jamais en union 0,310 0,011 1436 0,933 0,037 0.287 0,333 Actuellement (marié) en union 0,655 0,013 1436 0,997 0,019 0,630 0,680 Actuellement en union polygame 0,375 0,016 941 0,993 0,042 0,344 0,406 Connaît une méthode 0.797 0,014 941 1,oel 0,017 0,769 0,825 A utilis6 une méthode 0.218 0,014 941 1,073 0,066 0,189 0,247 Utilise actuellement une méthode 0,109 0,011 941 1,036 0,096 0,088 0,131 Utilise une méthode moderne 0.065 0,008 941 1,034 0,128 0,048 0,081 Utilise la pilule 0.029 0,005 941 0,998 0,189 0,018 0,040 Utilise le DIU 0,014 0,005 941 1,209 0,333 0,005 0,023 Utilise le condom 0,015 0,004 941 0,969 0,257 0,007 0,023 Utilise la continence périodique 0,019 0,005 941 1,077 0,252 0,010 0,029 Ne veut plus d'enfants 0.064 0,008 941 0,985 0.123 0,048 0,079 Taille de famille idéale 8,539 0.220 995 1,177 0.026 8,099 8,978 208 Tableau C,3 Erreurs de sondage: Milieu urbain I EDS-II Sén6gal 1992/93 Effet Intervalle Erreur Population de Erreur de confiance Valeur type de base grappe relative Variable (M) (ET) (N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Sans instruction 0,480 0,013 2635 1,373 0,028 0,454 0,507 Instruction secondaire ou plus 0,216 0,013 2635 1,612 0,060 0,190 0,242 Jamais en union 0,376 0,011 2635 1,125 0,028 0.355 0,398 Actuellement mariée (en union) 0,551 0,010 2635 1,021 0,018 0,531 0,571 Actuellement en union polygame 0,402 0.015 1452 1,177 0,038 0,372 0,433 En union avant 20 ans 0.557 0,013 1982 1,159 0,023 O,531 0,583 Premier rapport sexuel avant 18 ans 0,488 0,O14 1982 1,218 0,028 O,461 0,516 Enfants nEs vivants (toutes les femmes) 2.666 0,059 2635 1,006 0.022 2,549 2,784 Enfants n6s vivants (femmes 40-49 ans) 6,693 0,128 332 0,756 0,019 6,437 6,949 Enfants survivants 2,329 0,049 2635 0,952 0,021 2,231 2.427 ConnUt une mdthode 0,899 0,011 1452 1,392 0,012 0,877 0,921 Connah la source pour une mEthode 0,678 0,017 1452 1,366 0,025 0,645 0,712 A utilis6 une mdthode 0,332 0,014 1452 1,I66 0,043 0,303 0,361 Utilise actuellement une m6thode 0,161 0,010 1452 1,001 0,~50 0,142 0,180 Utilise une méthode moderne 0,118 0,010 1452 1,120 0,080 0,099 0,137 Utilise la pilule 0,057 0,007 1452 1,127 0,120 0,043 0,071 Utilise le DIU 0,035 0,006 1452 1,171 0,161 0,024 0,046 Utilise une source publique 0,591 0,033 237 1,O17 0,055 0,526 0.656 Ne veut plus d'enfants 0,254 0,012 1452 1,071 0,048 0,230 0,279 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,377 0,012 1452 0,971 0,033 0,352 0,401 Taille de famille idéale 4,787 0,062 2355 1,495 0,013 4,664 4,910 Naissances pour lesquelles la rr~re a reçu une injection antitEtanique 0,873 0,009 1875 0,975 O,O10 0,856 0,890 Assistance m6dicale à l'accouchement 0,841 0,014 1875 1,364 0,016 0,814 0,869 Diarrh6¢ dans les derniEres 24 heures 0,059 0,005 1752 0.859 0,083 0,049 0,069 Diarrh~ dans les 2 demières semaines 0,155 0,009 1752 1,056 0,059 0,136 0,173 A reçu traitement SRO 0,077 0,015 271 0,936 0,195 0,047 0.108 A consulte un personnel médical 0,306 0,032 271 1,122 0,103 0,243 0,369 Ayant un carnet de sant6 0,722 0,025 342 1,001 0,034 0,673 0,771 A oeçu vaccination BCG 0,933 O,015 342 1,041 0,016 0,903 0,962 A oeçu vaccination DTCoq (3 doses) 0,760 0,023 342 0,955 0,030 0,715 0,805 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,766 0,022 342 0,953 0,029 0,721 0,811 A reçu vaccination rougeole 0,705 0,029 342 1,173 0,042 0,646 0,764 Vaccine cotua'e toutes les maladies 0,649 O,031 342 1,173 0,048 0,587 0,711 HOMMES Sans instruction 0.448 0,025 621 1,243 0,055 0,398 0,497 lnsîa-uc6on secondaire ou plus 0,309 0,023 621 1,224 0,073 0,264 0,355 Jamais en union 0,436 0,017 621 O,861 0,039 0,402 0,471 Actuellement (marié) en union 0,530 0,018 621 0,905 0,034 0,494 0,566 Actuellement en union polygame 0,304 0,024 329 0,939 0,078 0,256 0,352 Connaît une méthode 0,857 0,020 329 1,060 0,024 0,816 0,898 A utilis6 une m6thode 0,380 0,028 329 1,028 0,072 0,325 0,435 Utilise actuellement une m6thode 0,204 0,022 329 1,001 0,109 0,159 0,248 Utilise une mEthode moderne 0.140 0.018 329 0,920 0,126 O,105 0,175 Utilise la pilule 0,064 0,014 329 1,031 0,218 0,036 0,092 Utilise le DIU 0,030 0,011 329 1,189 0,371 0.008 0,053 Utilise le condom 0,036 0,010 329 0,961 0,273 0,017 0,056 Utilise la continence pEriodique O,030 0,010 329 1.056 0,329 O,010 0,050 Ne veut plus d'enfants 0,125 O,O17 329 0,931 0,136 0.091 0,159 Taille de famille idEaie 6,345 0,204 455 0,950 0,032 5,938 6,752 209 Tableau C.4 Erreurs de sondage: Milieu rural t EDS-II Séndgal 1992/93 Effet Intea'vulle Erreur Population de Erreur de confimaoe Valeur type de basc grupp¢ relative Variable (M) (ET) (N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Sans instruction 0,909 0,011 3675 2,385 0,012 0,887 0,932 Instruction secondaire ou plus 0,016 0,006 3675 2,826 0,371 0,004 0,027 Jamais en union 0,146 0,009 3675 1,490 0,060 0,128 0,163 Actuellement mariée (en union) 0,831 0,009 3675 1,436 0,011 0,813 0,849 Actuellement en union polygame 0,507 0,011 3053 1,199 0,021 0.486 0,529 En union avant 20 ans 0,858 0,011 2902 1,688 0,013 0,836 0,880 Premier rapport sexuel avant 18 ans 0,775 0,013 2902 1,639 0,016 0,749 0,800 Enfants nés vivants (toutes les femmes) 3,752 0.066 3675 1,249 0,018 3,619 3,885 Enfants nés vivants (femmes 40-49 ans) 7,371 0,136 628 1,156 0,018 7,099 7,644 Enfants survivants 2,902 0,049 3675 1,185 0,017 2,805 3,000 Connaît une méthode 0,679 0,016 3053 1,865 0,023 0.648 0,711 Connaît la source pour une méthode 0,292 0,015 3053 1,882 0,053 0,261 0,322 A utilis6 une méthode 0,091 0,009 3053 1,767 0,101 0,072 0,109 Utilise actuellemunt une méthode 0,033 0,005 3053 1,565 0,154 0,023 0,043 Utilise une méthode moderne 0,014 0,004 3053 1,669 0,256 0,007 0,021 Utilise la pilule 0,005 0,001 3053 0,978 0,252 0,002 0,007 Utilise le DIU 0,004 0,002 3053 1,8g2 0,521 0,000 0.009 Utilise une source publique 0,592 0,070 49 0,989 0,119 0,451 0,732 Ne veut plus d'enfants 0,170 0,009 3053 1,252 0,050 0,153 0,187 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,394 0,011 3053 1,249 0,028 0,372 0.416 Taille de famille idéale 6,740 0,090 2906 1,778 0,013 6,560 6,919 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,616 0,020 3706 2,043 0,032 0,576 0.655 Assistance m~dicale à l'accoucheraent 0,286 0,024 3706 2,638 0,085 0,238 0,335 Diarrh~ dans les demières 24 heures 0,103 0,007 3310 1,239 0,066 0,089 0,117 Dia.~rhde dans les 2 demi~res semaines 0,233 0,011 3310 1,433 0,046 0,211 0,254 A reçu traitement SRO 0,062 0,010 771 1,098 0,162 0,042 0.082 A eonsult~ un personnel médical 0,206 0,015 771 0,962 0,072 0,177 0,236 Ayant un carnet de sant6 0,601 0,032 617 1.582 0,052 0,538 0,664 A reçu vaccination BCG 0,783 0,026 617 1,571 0,033 0,731 0,835 A reçu vaccination DTCoq (3 doses) 0,493 0,032 617 1.561 0,064 0,429 0,556 A reçu vaccination potio (3 doses) 0,498 0,032 617 1,571 0,064 0,434 0,562 A reçu vaccination rougeole 0,499 0,029 617 1,442 0,059 0,440 0,558 Vaccin6 contre toutes les maladies 0,404 0,030 617 1,512 0,075 0,343 0,464 IlOMMES Sans instruction 0,869 0,018 815 1,524 0,021 0,833 0,905 Instruction secondaire ou plus 0,044 0.010 815 1,371 0,224 0,024 0,064 Jamais en union 0,213 0,014 815 1,008 0,068 0,185 0,242 Actuellement (marié) en union 0,751 0,016 815 1,084 0,022 0,718 0,784 Actuellement en union polygame 0.413 0,021 612 1,029 0,050 0,372 0,454 Connaît une méthode 0,765 0,019 612 1,080 0,024 0,728 0,802 A utilis~ une méthode 0,131 0,017 612 1,240 0,129 0,097 0,165 Utilise actuellement une méthode 0,059 0,011 612 1,182 0,191 0,036 0,081 Utilise une méthode moderne 0,025 0,009 612 1,372 0,350 0,007 0,042 Utilise la l~lule 0,010 0,004 612 0,990 0,402 0,002 0,018 Utilise le DIU 0,005 0,004 612 1,285 0,741 0,000 0,012 Udlise le condom 0,003 0,002 612 1,001 0,707 0,000 0,008 Utilise la continence p&iodique 0,013 0.005 612 1,122 0,394 0,003 0,023 Ne veut plus d'enfants 0,031 0,008 612 1,120 0,253 0.015 0,047 Taille de famille iddale 10,387 0,332 540 1,237 0,032 9,724 11,050 210 Tableau C.5 Erreurs de sondage: Ouest T EDS-II S6n6gal 1992/93 Effet Intervalle Erreur Population de Erreur de confiance Valeur type de base grappe 1.e.laåve Variable (M) (ET) (N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Sans instruction 0,537 0,019 2326 1,831 0,035 0,499 0,575 Instruction secondaire ou plus 0,203 0,016 2326 1,879 0,077 0,172 0,235 Jamais en union 0,348 0,012 2326 1,204 0,034 0,324 0,372 Actuellement mari& (en union) 0,593 0,012 2326 1,161 0,020 0,570 0,617 Actuellement en union polygame 0,393 0,018 1380 1,342 0,045 0,358 0,429 En union avant 20 ans 0,569 0,017 1794 1,415 0,029 0,536 0,602 Premier rapport sexuel avant 18 ans 0,494 0,017 1794 1,475 0,035 0,459 0,529 Enfants n6s vivants (toutes les femmes) 2,822 0,065 2326 1,019 0,023 2,691 2,953 Enfants n6s vivants (femmes 40-49 ans) 7,097 0,165 308 0,952 0,022 6,767 7,427 Enfants survivants 2,453 0,055 2326 0,987 0,022 2,343 2,563 Connaît une m6thode 0,885 0,014 1380 1,617 0,016 0,857 0,913 Connaît la source pour une m6thode 0,617 0,021 1380 1,642 0,035 0,574 0,660 A ulilis~ une rn6thode 0,292 0,017 1380 1,380 0,058 0,258 0,326 Utilise actuellement une m6thode 0,144 0,012 1380 1,235 0,081 0,121 0,168 Utilise une m6thode moderne 0,101 0,011 1380 1,378 0,111 0,078 0,123 Utilise la pilule 0,046 0,007 1380 1,175 0,144 0,033 0,060 Utilise le DIU 0,033 0,007 1380 1,481 0,215 0,019 0,048 Utilise une source publique 0,543 0,034 186 0,940 0,063 0,474 0,612 Ne veut plus d'enfants 0,246 0,015 1380 1,260 0,059 0,217 0,276 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,402 0,016 1380 1,208 0,040 0,370 0,434 Taille de famille idéale 4,993 0,077 2069 1,676 0,015 4,840 5,146 Naissances pour lesquelles la m6rÇ a reçu une injection antit6tanique 0,850 0,012 1790 1,202 0,014 0,827 0,874 Assistance mddicale à l'accouchement 0,717 0,025 1790 1,831 0,034 0,667 0,766 Diarrhée dans les demières 24 heures 0,066 0,007 1678 1,159 0,109 0,051 0,080 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0,159 0,011 1678 1,207 0,068 0,137 0,180 A reçu traitement SRO 0,060 0,017 266 1,090 0,279 0,027 0,094 A consult6 un personnel m6dical 0,278 0,031 266 1,114 0,113 0,215 0,341 Ayant un carnet de sant6 0,726 0,028 328 1,122 0,038 0,670 0,781 A reçu vaccination BCG 0.927 0,015 328 1,024 0,016 0,896 0,957 A reçu vaccination DTCoq (3 doses) 0,747 0,030 328 1,248 0,041 0,686 0,807 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,753 0,030 328 1,251 0,040 0,693 0,813 A reçu vaccination rougeole 0,655 0,032 328 1,192 0,048 0,592 0,719 Vaccin6 contre toutes les maladies 0,616 0,033 328 1,227 0,054 0,549 0,682 tlOMMES Sans instruction 0,524 0,026 559 1,250 0,050 0,471 0,577 Instruction secondaire ou plus 0,275 0,023 559 1,191 0,082 0,230 0,321 Jamais en union 0,395 0,019 559 0,935 0,049 0,357 0,434 Actuellement (rnari6) en union 0,572 0,021 559 1,002 0,037 0,530 0,ó14 Actuellement en union polygame 0,322 0,027 320 1,028 0,084 0,268 0,376 Connait une mdthode 0,884 0,018 320 0,997 0,020 0,849 0,920 A utilis~ une m6thode 0,328 0,029 320 1,097 0,088 0,270 0,386 Utilise actuelloment une méthode 0,166 0,022 320 1,044 0,131 0,122 0,209 Utilise une m6thode moderne 0,128 0,019 320 1,008 0,147 0,090 0,166 Utilise la pilule 0,050 0,011 320 0,920 0,224 0,028 0,072 Utilise le DIU 0,034 0,013 320 1,236 0,367 0,009 0,060 Utilise le condom 0,034 0,010 320 0,951 0,282 0,015 0,054 Utilise la continence périodique 0,022 0,008 320 1,015 0,380 0,005 0,039 Ne veut plus d'enfants 0,097 0,017 320 1,053 0,180 0,062 0,132 Taille de famille idéale 6,932 0,252 410 1,062 0,036 6,427 7,437 211 Tableau C.6 Erreurs de sondage: Centa-e~ EDS-II Sén6gal 1992/93 Effet Intervalle Erreur Population de Erreur de confiance Valeur type de base grappe relative Variable (M) (ET) (N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Sans instruction 0.870 0.012 2280 1.647 0.O13 0,847 0,893 Instruction secondaire ou plus 0,038 0,006 2280 1.454 0.153 0.026 0,050 Jamais en union 0,192 0,011 2280 1.389 0,060 0,169 0,215 Actuellement mariée (en union) 0,777 0,012 2280 1,318 0,015 0,754 0,800 Actuellement en union polygame 0.519 0.013 1771 1,130 0,026 0,492 0,546 En union avant 20 ans 0,837 0,012 1727 1.328 0,014 0,814 0,861 premier rapport sexuel avant 18 ans 0,745 0,013 1727 1,272 0,018 0,718 0,771 Enfants nés vivants (toutes les femmes) 3.541 0.087 2280 1,295 0,025 3,367 3,715 Enfants nés vivants (femmes 40-49 ans) 7,234 0,139 376 0,950 0,019 6,956 7,512 Enfants survivants 2,771 0,057 2280 1,082 0,020 2,658 2,884 Connait une méthode 0,730 0,022 1771 2,082 0.030 0.686 0,773 Conna/t la source pour une méthode 0,363 0,024 1771 2.079 0.065 0.316 0,411 A ulilisé une méthode 0.084 0.010 1771 1,554 0,122 0.063 0,104 Utilise actuellement une méthode 0,034 0,006 1771 1,361 0.171 0,023 0,046 Utilise une méthode moderne 0,023 0.004 1771 1,172 0,183 0,014 0,031 Utilise la pilule 0.012 0,003 1771 0,964 0.204 0,007 0,017 Utilise le DIU 0.005 0,002 1771 1,014 0.358 O.001 0,008 Utilise une source publique 0,673 0,080 49 1,178 0,118 0,514 0,833 Ne veut plus d'enfants 0.178 0,010 1771 1.138 0.058 0,158 0,199 Veut retarder d'au moins 2 ans 0.379 0.014 1771 1,194 0.036 0,351 0,406 Taille de famille idéale 6,397 0.102 1870 1.756 0,016 6,192 6,602 Naissances pour lesquelles la mtre a reçu une injection antitétanique 0,650 0,025 2117 2,010 0,039 0,599 0,701 Assistance médicale å l'accouchement 0,362 0,038 2117 2.871 0.104 0,287 0,437 Diarrhée dans les derni~res 24 heures 0,096 0,009 1909 1,233 0.090 0,079 0,113 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 0,239 0,016 1909 1,620 0,068 0,207 0,271 A reçu traitement SRO 0,072 0,013 456 1.010 0,178 0,047 0,098 A consulté un personnel médical 0,204 0,020 456 1,015 0,097 0,164 0,243 Ayant un carnet de santé 0.671 0,038 359 1,498 0.057 0.595 0,747 A oeçu vaccination BCG 0,825 0,033 359 1,626 0,040 0,759 0,890 A reçu vaccination DTCoq (3 doses) 0.579 0.038 359 1.414 0,065 0,504 0,654 A reçu vaccination polio (3 doses) 0.585 0.038 359 1,430 0,065 0,509 0.661 A reçu vaccination rougeole 0.577 0.035 359 1,314 0,060 0,507 0,646 Vaccin6 contre toutes les maladies 0.487 0.035 359 1.301 0,072 0,417 0.557 IIOMMES Sans instruction 0,844 0,024 488 1,449 0,028 0,797 0,892 Instruction secondaire ou plus 0.053 0,014 488 1,329 0.254 0.026 0.080 Jamais en union 0,252 0,018 488 0,930 0,073 0,215 0,2g9 Actuellement (marié) en union 0.701 0.021 488 1.019 0.030 0,659 0,743 Actuellement en union polygame 0.418 0,022 342 0,842 0,054 0,373 0,463 Connalt une méthode 0.754 0,026 342 1.115 0,034 0,702 0.806 A utilisé une méthode 0,137 0.019 342 1,038 0,141 0,099 0.176 Utilise actuellement une méthode 0.061 0.011 342 0.851 0,180 0,039 0,084 Utilise une méthode moderne 0,015 0,007 342 1,010 0.449 0,001 0,028 Utilise la pilule 0,009 0,005 342 1.009 0,581 0,000 0,019 Utilise le DIU 0.000 0,000 342 NC 0,000 0,000 0,000 Utilise le condom 0.003 0,003 342 0,988 0,988 0,000 0,009 Utilise la continence périodique 0,020 0.008 342 1,041 0,390 0.004 0,036 Ne veut plus d'enfants 0,038 0.010 342 0,970 0.264 0,018 0,058 "raille de famille idéale 10,019 0.479 309 1.263 0,048 9,061 10,978 NC = Non calcalable 212 Tableau C.7 Erreurs de sondage: Sud T EDS-II Sén6gal 1992/93 Valeur Variable (M) FEMMES Effet Intervalle Eneur Population de Erreur de confiance type de base grappe relative (ET) (N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET Sain insîa'uclion 0,760 0,029 692 1,762 0,038 0,703 0,817 Instruction secondaire ou plus 0,046 0,008 692 0.967 0.167 0,031 0,062 Jamais en union 0,185 0,022 692 1,499 0,120 0,141 0,229 Actuellement mariée (en union) 0,780 0,022 692 1,378 0,028 0,737 0,824 Actuellement en union polygame 0,522 0,021 540 0,983 0,041 0,480 0.565 En union avant 20 ans 0,771 0,027 564 1,517 0,035 0,718 0,825 Premier rapport sexuel avant 18 ans 0,741 0,026 564 1.421 0,035 0,689 0,794 Enfants nés vivants (toutes les femmes) 3,671 0,130 692 1.112 0,035 3,410 3,931 Enfants nés vivants (femmes 40-49 ans) 6,992 0,350 120 1,322 0,050 6.291 7,693 Enfants survivants 2,822 0,112 692 1,233 0,040 2,598 3,047 Conna/t une méthode 0,707 0,029 540 1,471 0,041 0,650 0,765 Conna/t la source pour une m~thode 0,319 0,023 540 1,130 0,071 0,273 0,364 A utilis6 une méthode 0,170 0,032 540 2,000 0,190 0,106 0,235 Utilise actuellement une méthode 0,054 0,012 540 1,204 0,218 0,030 0,077 Utilise une m~thode moderne 0,017 0,004 540 0,790 0,262 0,008 0.025 Utilise la pilule 0,006 0,004 540 1,300 0,749 0,000 0,014 Utilise le DIU 0,004 0,003 540 1,007 0,712 0,000 0,009 Utilise une source publique 0,773 0,092 22 1,003 0,119 0,589 0,956 Ne veut plus d'enfants 0,156 0,015 540 0,972 0,098 0,125 0,186 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,426 0,017 540 0,813 0,041 0.391 0,461 Taille de famille idéale 6,654 0,170 544 1,423 0,026 6,314 6,995 Naissances pour lesquelles la m~re a reçu une injection antitétanique 0,682 0,032 688 1,480 0,047 0,617 0,746 Assistance médicale å l'accouchement 0,378 0,039 688 1,688 0,103 0,300 0,456 Diarrhée dans les dernières 24 heures 0,099 0,012 607 0,939 0,122 0,075 0,I23 Dim'rhée dans les 2 demi~res semaines 0,227 0,014 607 0,797 0,061 0,200 0,255 A reçu traitement SRO 0,043 0,015 138 0,862 0,338 0,014 0,073 A consalt6 un personnel m~dicai 0.297 0,039 138 0,933 0,131 0,219 0,375 Ayant un carnet de santé 0,481 0,059 104 1,184 0,122 0,363 0,598 A œeçu vaccination BCG 0,750 0,068 104 1,592 0,090 0,614 0,886 A reçu vaccination DTCoq (3 doses) 0,413 0,070 104 1,425 0,169 0,274 0,553 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,413 0,070 104 1,425 0,169 0.274 0,553 A reçu vaccination rougeole 0,481 0,068 104 1,370 0,141 0,345 0,616 Vaccin~ contre toutes les maladies 0,365 0,064 104 1,329 0,175 0,238 0,493 HOMMES Sans instyaction 0,700 0,052 170 1,471 0,074 0,596 0,804 Instruction secondaire ou plus 0,124 0,025 170 0,986 0,202 0,074 0,173 lainais en union 0,241 0,040 170 1,204 0,164 0,162 0,320 Actuellement (marié) en union 0,735 0,043 170 1,260 0,058 0,650 0,821 Actuellement en union polygame 0,384 0,038 125 0,861 0,098 0,309 0.459 Connaît une méthode 0,776 0,037 125 0,998 0,048 0,701 0,851 A utilis6 une méthode 0,168 0,042 125 1,260 0,252 0,083 0,253 Utilise actuellement une méthode 0,088 0,032 125 1,258 0,364 0,024 0,152 Utilise une méthode modeime 0,040 0,018 125 1,029 0,453 0,004 0,076 Utilise la pilule 0,032 0,016 125 0,987 0,487 0,001 0,063 Utilise le DIU 0,000 0,000 125 NC 0,000 0,000 0,000 Utilise le eondom 0,008 0,008 125 1,037 1,037 0,000 0,025 Utilise la continence p6fiodique 0,016 0,015 125 1,347 0,948 0,000 0,046 Ne veut plus d'enfants 0,056 0,017 125 0,806 0,297 0,023 0,089 Taille de famille idéale 9,419 0,462 124 1,000 0,049 8,496 10,343 Ne = Non calcalable 213 TaNeau C.8 Erreurs de sondage: Nord-Est T EDS-II Sénégal 1992/93 Effet Intervalle Erreur Population de Erreur de confiance Valeur type de base grappe relative Variable (M) (ET) (N) (REPS) (ET]M) M-2ET M+2ET FEMMES Sans instruction 0,840 0,018 1012 1,562 0,021 0,804 0,876 Instruction secondaire ou plus 0,034 0,009 1012 1,629 0,275 0,015 0,052 Jamais en union 0,152 0,014 1012 1,268 0,094 0,124 0,181 Actuellement mariée (en union) 0,804 0,013 1012 1,069 0,017 0,778 0,831 Actuellement en union polygame 0,478 0,021 814 1,226 0,045 0,435 0,521 En union avant 20 ans 0,865 0,013 799 1,063 0,015 0,839 0,891 Premier rapport sexuel avant 18 ans 0,783 0,019 799 1,302 0,024 0,746 0,821 Enfants n6s vivants (toutes les femmes) 3,594 0,087 1012 0,851 0,024 3,419 3,768 Enfants nés vivants (femmes 40-49 ans) 7,090 0,300 156 1,083 0,042 6,490 7,690 Enfants survivants 2,792 0,088 1012 1,1(30 0,032 2.616 2,969 Conna/t une m&hode 0,595 0,030 814 1,732 0,050 0,535 0,654 Connah la source pour une méthode 0,256 0.022 814 1,422 0,085 0,212 0,299 A utilis6 une n,,éthode 0,143 0,012 814 0,987 0,085 0,118 0,167 Utilise actuellement une m&hode 0,055 0,010 814 1,273 0,185 0.035 0,076 Utilise une m6thode moderne 0,032 0,007 814 1,178 0,227 0,O17 0.046 Utilise la pilule 0,011 0,003 814 0,880 0,292 0,005 0,018 Utilise le DIU 0,010 0,004 814 1,041 0,366 0,003 0,017 Utilise une source publique 0,621 0,071 29 0,775 0,114 0,479 0,763 Ne veut plus d'enfants 0,182 0,017 814 1,285 0,096 0.147 0,217 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,360 0,020 814 1,188 0,056 0,320 0,400 Taille de famille idéale 6,355 0,189 778 1,613 0,030 5,978 6,732 Naissances pour lesquelles la rr~re a reçu une injection antitétanique 0,560 0,043 986 2,171 0,076 0,474 0,645 Assistance m6dicale à l'accouchement 0,333 0,027 986 1,465 0,082 0,278 0,387 Diarrhée dans les derni~res 24 heures 0,106 0,013 868 1,228 0,127 0,079 0,133 l)iarrh6e dans les 2 demièoes semaines 0,210 0,016 868 1,126 0,077 0.178 0,242 A reçu traitement SRO 0,077 0,023 182 1,158 0,300 0,031 0,123 A consult~ un personnel m&licai 0,187 0,031 182 1,018 0,163 0,126 0,248 Ayant un carnet de santé 0,530 0,069 168 1,764 0,130 0,392 0,668 A reçu vaccination BCG 0,738 0.052 168 1,531 0,071 0,634 0,843 A reçu vaccination DTCoq (3 doses) 0,405 0,067 168 1,721 0,165 0,271 0,539 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,411 0,067 168 1,724 0,163 0,276 0.545 A reçu vaccination rougeole 0,458 0,067 168 1,705 0,146 0,325 0,592 Vaccine contre toutes les maladies 0,333 0,072 168 1.926 0,216 0,189 0,477 IIOMMES Sans instruction 0.740 0,033 219 1,094 0,044 0,675 0,805 Insoeuction secondaire ou plus 0,123 0,028 219 1,260 0,228 0,067 0,179 Jamais en union 0,274 0,023 219 0,748 0,082 0,229 0,319 Actuellement (marié) en union 0,703 0,022 219 0,715 0.031 0,659 0,747 Actuellement en union polygame 0,383 0,052 154 1,314 0,135 0,280 0.486 Connaît une m&hode 0,727 0,037 154 1,028 0,051 0,653 0,801 A ulilis6 une méthode 0,208 0,032 154 0,980 0,155 0,143 0,272 Utilise actuellement une méthode 0,117 0,028 154 1,093 0,243 0,060 0,174 Utilise une méthode moderne 0,065 0,023 154 1,155 0,354 0.019 0,111 Utilise la pilule 0,026 0,016 154 1,262 0,625 0,000 0,058 Utilise le DIU 0,013 0,009 154 1,014 0,714 0,000 0,032 Utilise le condom 0,006 0,007 154 1,018 1,018 0,000 0,020 Utilise la continence périodique 0,013 0,010 154 1,079 0,761 0,000 0,033 Ne veut plus d'enfants 0,058 0,016 154 0,857 0,278 0,026 0,091 Taille de famille idéale 9,145 0.530 152 1,026 0,058 8,084 10,205 214 ANNEXE D TABLEAUX POUR L'EVALUATION DE LA QUALITE DES DONNEE$ Tableau D.1 Répartition par åge de la population des ménages Répartition de la population (de fait) des ménages par année d'åge, selon le sexe (pondéré), EDS-II S&tégal 1992/93 Hommes Fenuaaes Hommes Femmes Age Effectif % Effectif % Age Effectif % Effectif % 0 591 4,1 601 3,8 36 108 0,7 144 0,9 1 509 3,5 489 3,1 37 111 0,8 149 0,9 2 495 3,4 525 3,3 38 96 0,7 146 0,9 3 534 3,7 589 3,7 39 93 0,6 113 0,7 4 521 3.6 569 3,6 40 161 1,1 211 1,3 5 459 3,2 520 3,3 41 85 0,6 91 0,6 6 537 3,7 553 3,5 42 107 0,7 146 0,9 7 594 4,1 549 3,5 43 79 0,5 97 0,6 8 499 3,5 503 3,2 44 62 0,4 74 0,5 9 419 2,9 393 2,5 45 139 1,0 154 1,0 10 496 3,4 478 3,0 46 55 0,4 67 0,4 11 374 2,6 338 2,1 47 71 0,5 79 0,5 12 441 3,1 436 2.7 48 62 0,4 49 0,3 13 371 2,6 422 2,7 49 52 0,4 49 0,3 14 395 2,7 359 2,3 50 106 0,7 150 0,9 15 391 2,7 341 2,1 51 36 0,2 92 0,6 16 294 2.0 305 1,9 52 82 0,6 127 0,8 17 305 2,1 303 1,9 53 67 0,5 101 0,6 18 350 2,4 338 2,1 54 62 0,4 72 0,5 19 228 1,6 228 1,4 55 94 0,7 129 0,8 20 299 2,1 357 2,2 56 62 0,4 89 0,6 21 170 1,2 215 1,4 57 66 0,5 65 0,4 22 249 1,7 263 1,7 58 62 0,4 67 0,4 23 185 1,3 213 1,3 59 54 0,4 37 0,2 24 149 1,0 201 1,3 60 119 0,8 162 1,0 25 187 1,3 292 1,8 61 36 0,2 27 0,2 26 163 1,1 197 1,2 62 72 0,5 72 0,5 27 165 1,1 209 1,3 63 48 0,3 55 0,3 28 159 1,1 237 1,5 64 41 0,3 28 0,2 29 94 0,7 167 1.1 65 81 0,6 93 0,6 30 178 1.2 284 1,8 66 46 0,3 37 0,2 31 99 0,7 143 0.9 67 40 0,3 35 0,2 32 156 1,1 216 1,4 68 34 0,2 30 0,2 33 127 0.9 160 1.0 69 19 0,1 21 0,1 34 94 0.7 112 0,7 70+ 420 2,9 440 2,8 35 192 1,3 288 1,8 ND 11 0,1 12 0,1 Total 14408 100,0 15903 100,0 217 Tableau I).2 Rép«~rtition par åge des femmes éligibles et des femmes enqu&ées Répartition (en %) par groupe d'åges quinquennal de la population (de fait) des femmes de 10-54 ans dans l'enquete ménage et des femmes de 15-49 ans enqu~.tées, et pourcentage de femmes éligibles qui ont été enquetées, EDS-11 Sénégal 1992/93 Fenmles dans l'enqu?~te ménage Femmes enqu&ées Groupe Pourcentage d'figes Effectif % Effectif % enqu~tées 10-14 2033 - - - 15-19 1515 22,8 1426 22,6 94,1 20-24 1249 18,8 1198 19,0 95,9 25-29 1102 16,6 1042 16,5 94,6 30-34 915 13,8 883 14,0 96,5 35-39 840 12,7 801 12,7 95,4 40-44 619 9,3 589 9,3 95,2 45-49 398 6,0 371 5,9 93,2 50-54 542 15-49 6638 6310 95,1 Note: La population de fait comprend tous les résidents et les non-résidents qui ont dormi dans le nténage la nuit ayant préc6dd l'cnquéte. 218 Tableau D.3 Complétude de l'enregistrement Pourcentage d'informations manquantes peur certaines quesuons démagraphiques et de santé, EDP-II Sénégal 1992/93 Pourcentages d'informations Type d'information Groupe de référence manquantes Effectif Date de naissance Naissances des 15 dernières années Mois seulement 40,5 15424 Mois et armée 1,1 15424 Age au décès 0,3 2412 Age/Date de la 1 ~re union I 1,7 4788 Niveau d'instruction 0,0 6310 Poids à la naissance Naissances des 15 dernières années Femmes non-célibataires Toutes les femmes Naissances des 0-59 derniers mois pesées à la naissance 0.7 2463 Anthropométrle ~ Enfants vivants de 0-59 mois Taille 8,4 5124 Poids 7,1 5124 Taille et poids 8,5 5124 Diarrhée dans les 2 demières semaines Enfants vivants de 0-59 mois 4,3 5124 ~Sans information pour läge et l'année 2Enfant non mesuré 219 Tableau D.4 Naissances par année du calendrier Répartition des naissances pat année du calendrier pour les enfants survivants (S), décédés (D) et l'ensemble des enfants (E), pourcentage de ceux ayant une date de naissance complète, rapport de masculinité à la naissance et rapport de naissances annuelles, EDS-I Sénégal 1992/93 Pourcentage avec Rapport de Rapport de Effectifs une date de masculinit6 naissances de naissances naissance compl~te t ), la naissance l annuelles 3 Sexe masculin Sexe f~minin Années S D E S D E S D E S D E S D E S D l~ 90 995 121 1116 84,2 56,2 81.2 91,3 128.3 94,8 - - 475 68 543 520 53 573 89 1014 119 1133 77,6 47,9 74.5 87.8 116.4 90,4 101,9 93,0 100,9 474 64 538 540 55 595 88 995 135 1130 71.9 40,0 68,1 89,5 101,5 90,9 107,6 109,8 107,9 470 68 538 525 67 592 87 835 127 962 66.1 43.3 63,1 87.2 149,0 93,6 84,3 72,6 82,5 389 76 465 446 51 497 86 987 215 1202 60.2 33,0 55,3 94,3 126,3 99,3 105,2 126.1 108,4 479 120 599 508 95 603 85 1041 214 1255 50,0 19,6 44,9 98.7 127,7 103,1 116,6 106,2 114,7 517 120 637 524 94 618 84 799 188 987 47,1 29.8 43,8 111,9 108,9 111,3 88,1 87,6 88.0 422 98 520 377 90 467 83 772 215 987 47.5 24,7 42,6 105,9 136,3 111,8 95,4 110,5 98,4 397 124 521 375 91 466 82 819 201 1020 44.6 19.4 39,6 97,8 107,2 99,6 113.8 99.5 110,7 405 104 509 414 97 511 81 667 189 856 49.6 18.0 42.6 101,5 125,0 106,3 336 105 441 331 84 415 86-90 4826 717 5543 72,2 42,5 68.4 90.1 123.4 93,8 2287 396 2683 2539 321 2860 81-85 4098 1007 5105 47,8 22,2 42.8 102.8 120.8 106.1 2077 551 2628 2021 456 2477 76-80 2966 871 3837 46,0 16,2 39,2 96,9 104.9 98,7 1460 446 19G6 15G6 425 1931 71-75 1629 680 2309 43,0 15.7 35.0 111.6 113.8 112,2 859 362 1221 770 318 1088 <71 1048 571 1619 38,1 10.2 28.2 113.4 92.9 105,7 557 275 832 491 296 787 Ensemble 14567 3846 18413 54.3 21.7 47,5 98.8 111.8 101.4 7240 2030 9270 7327 1816 9143 IMois et armée de naissance déclarés 2(Nm/Nf)x100. où N m est le nombre de naissances masculines et Nf le nombre de naissances féminines 3[2Nx/(Nx_l+Nx+l)]x 100. où N x est le nombre de naissances de I armée x 220 Tableau D.5 Enregistrement de l'åge au décès en iours Répartition des décès survenus, d'après les déclarations, à moins de 1 mois selon l'åge au décès en jours, et pourcentage de dée~ néonatals survenus, d'après les ddclarations, aux åges de 0-6 jours par l~riode de cinq ans précédant l'enquête, EDS-II Sénégal 1992./93 Années précédant l'enquéte Age au décès Total en jours 0-4 5-9 10-14 15-19 0-19 <I 39 34 28 24 125 1 21 24 26 18 89 2 20 17 10 9 56 3 16 24 18 16 74 4 3 7 8 3 21 5 9 23 9 10 51 6 14 17 17 8 56 7 16 24 18 16 74 8 7 24 24 14 69 9 6 11 4 6 27 10 4 7 5 2 18 11 2 I 1 1 5 12 2 3 0 0 5 13 0 4 1 0 5 14 3 3 2 1 9 15 12 12 8 7 39 17 1 0 1 0 2 18 0 0 0 1 1 20 5 8 3 0 16 21 4 4 3 3 14 22 2 0 1 0 3 24 0 3 0 0 3 25 2 2 0 2 6 26 0 0 1 3 4 28 2 0 0 0 2 29 0 1 1 0 2 30 3 3 3 2 11 31+ 0 2 3 1 6 ND 1 0 0 0 1 Ensemble 0-30 193 256 192 146 787 %néonatal précoce I 63,2 57,0 60,4 60,3 60,0 10 6 jours/O-30 jours 221 Tableau I).6 Enregistrement de l'åge au decès en mois Répartition des décès survenus, d'aprés les déclarations, à moins de deux ans sekm l'åge au décès t211 mois, et pourcentage de décès survenus, d'après les déclarations, à moins de I mois par periode de cinq mis précédant l'enquétc, EDS-II S6nCga11992/93 Années prdcddant l'cnquéte Age au décès Total en nlois 0-4 50 10-14 15-19 0-19 < 1 mois I 196 256 192 146 790 1 15 35 27 10 87 2 22 27 24 17 90 3 18 23 29 18 88 4 22 21 16 16 75 5 7 17 18 12 54 6 12 22 18 13 65 7 21 6 18 13 58 8 6 21 13 10 50 9 14 10 10 11 45 10 10 11 12 8 41 II 15 10 12 6 43 12 18 49 39 48 154 13 2 10 9 4 25 14 8 12 9 15 44 15 5 8 6 3 22 16 3 12 12 5 32 17 5 6 5 3 19 18 17 41 45 33 136 19 3 4 4 1 12 2(1 3 2 3 4 12 21 2 3 1 2 8 22 0 1 3 1 5 23 3 4 6 0 13 24+ 5 8 4 7 24 I an 2 6 26 19 16 67 Ensemble 0-11 358 459 389 280 1486 % néonatal 3 54,7 55,8 49.4 52,1 53,2 Iy compris les decès survenus à moins de 1 nlois, déclatés en jtmrs 2Age ;tu ddcès déclare est 1 arl au lieu de 12 mllis :~Moins de 1 mois/nLoîns de 1 an 222 ANNEXE E QUESTIONNAIRES REPUBL IQUE DU SENEGAL MIN ISTERE DE L IECONOMIE DES F INANCES ET DU PLAN I I DIRECT ION DE LA PREVIS ION INST ITUTE FOR RESOURCE DEVELOPMENT ET DE LA STAT IST IQUE ENOUETE DEMOGRAPHIOUE ET DE SANTE (EDSII) 1992/1993 OUEST IONNAIRE MENAGE IDENTIF ICAT ION NOM DE LA LOCAL ITE (COMMUNE/V ILLAGE) R. DEBUT NOM DU CHEF DE MENAGE M. N ° DU DR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I N ° DU MENAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . REGION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . URBAIN/RURAL (urbain=l, rural=2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DAKAR/GRANDE V ILLE /V ILLE /CAMPAGNE * . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NOM ET N + DE L IGNE DU REFONDANT SUR LA FEUILLE MENAGE . . . . . . . . . . . I ENQUETE HOMME : OUI = i NON = 2 V IS ITES D 'ENQUETRICE U DATE NOM DE L 'ENQUETRICE RESULTAT** PROCHAINE DATE VISITE: HEURE 1 3 ::::;:::::::::::::::::::::: ::::::::::::::::::::::::::: VIS ITE F INALE JOUR MOIS ANNEE CODE ENQ RESULTAT NOMBRE TOTAL DE V IS ITES Ç-~ **CODES RESULTAT: 1 ENT IEREMENT REMPL I 2 MENAGE PRESENT OU PAS: PAS D'ENQ. COMFET. A MAISON 3 MENAGE ABSENT POUR LONGUE PERIODE 4 D IFFERE 5 REFUSE 6 LOGEMENT V IDE OU PAS DE LOGEMENT A L 'ADRESSE 7 LOGEMENT DETRUIT 8 LOGEMENT NON TROUVE 9 AUTRE TOTAL DANS LE MENAGE (PRECISER) TOTAL DES FEMMES EL IG IBLES TOTAL DES ~ NOMMES EL IG IELES I l NOM CONTROLE TERRAIN CONTROLE BUREAU NOM ET CODE A. SAv~~ISIE ~ lJl R DATE * DAKAR: REGION DAKAR SAUF ZONE RURALE=I GRANDES VILLES: COM. DE THIES, KAOLACK, Z IGUINCHOR,SA INT-LOUIS , D IOURB=2 VILLES: AUTRES COMMUNES=3, CAMPAGNE: ZONE RURALE=4 225 FJ t~ TABLEAU t)E MENAGE~ N l in tenwl t je voudr l i= des renseigP~ment$ sur tes persorr~-s quî v ivent habi tue[~em~t dar~ votre ~9e o~ quî sont en v î s i te chez v~ N ° RESIOENTS HAS[TUELS D.[EN AVEC LEi P ET VISITEURS I CHEF DE I MENAGE ~ S ' i l vo~ pL8 i t , dor~ez - moi Le des personnes OUi v i ve~~t hab i tue l le - Pl~~t dans VOtre r~~age et des v i s î teurs quî ont passé La ~ î t der- ni êr'e ici, en commençant par le I chef de ménage. I I RESIDENCE I SEXE I AC~E POE~ LES SI AGE OE 6 ANS ET PLUS Quel est ci (WO~) (NOM) ! (NC~4) G~eL ~ (NON) DZ A FREOUENTE ECOEE Est-ce que Si EN VIE Est-ce (~ae Lien de v î t - i L a - t - î L est- åge a l - t - i l • La .W~re , - - te I~re /e l le Quel est Le SI AGE Es t -ce biolo~iq~îe i~ret l té de /e l le /e l le iL de (NOM)? bioLogic~e (NON) avec i c i dormi sexe q~e la ' de (NON) f rë- pL~ h~t OE NOINS de (NOM) i te chef de d'ha- i c i La mas- c@Rnt4 nîveau DE est r~ère bio ° est L'éco- d'~rudes 25 ANS tc~Jjo~Jrs L~i~ t~ j~rs mênage? ) î tude? nu î t cuLin NOTER: ) Vldans ce der" ou 97 pour Le? q~e (Noe) - - en vie? det(NOW) en vie? niëre? fémi- 97 ans I a a t te in t? (NOM) nin? et plus va-t - i l , SI NON, Que( est I /el le SI NON OE ~ r~enage? [ SI NON OU PASSERI ~a derniere;eoEore a NSP i SI OUI: : flSP I A 0.11' classe que :l'ecoLe? PASSER A I 0ue[ est i PASSER A = (NO~~) a Q,13 acheve à çel J niveau?** I ac tueL[ment . EDUCAT]Old S~JRVIE ET RESIDDNCE OES PARENTS EL]G[DLITE DES PERSCqWE$ DE î~O[ND DE 15 ANS W (VOIR COLONNE 7) FE~S SI EN V[E/ ENTOURER LE , - - .~ , E¢II~ERO DE Est-ce LIGNE DES c?Je Le FEPNES père bio- AGEES DE I 15 A &9 [ o9ique ANS de (NON)' (VOIR OS,Q6 v i t ET 07) dans ce ~énage? i SI OUI: Quel es t ~on nom'~l Q.15 sc~~ nom? : [NSCR[RE i INSCRIRE i NUMERO DE iLE NUMERO LIGNE DE ! DE LIGNE ! -LE NERE DU PERE I I (1æ) (13) (14) !eR ,m m I (I) I (2) (3) ! (4) (5) (6) (7) i (8) (9) i (10) (11) (13) ÆI NON )U% NON H F EN ANS. ~Jl NON OUI NON OU[ NON NSP I OUI NON WSPi i 02 [ ~ I 1 2 m I 2 1 2 . .12 , , ~FT ,2 , , sF~ , ,p i - ~ 04 1 , 1 Z 1 Z 1 2 1 1 Z 8 1 , 8 • _- • i i , , t • m i i i i i o, [ ~ " ' , , , l - ~ , l - l ~ , , . , ' , . [T I ',.FF7 i • -_ j i • i i oa . 1 z 1 z 1 z 'J z 1 , 1 z s 1 , s , « • • • t i i i I-Iq " ' ' ' , I - F I . , , F IFF ' , ' "F i l ' , . i-R m I = • i i i i i Mil , , , , , , FR , , lq l - [ - , , ' , 'R I ' , . l-lq 10 H~I4MES , Wt~ERO OE LIGNE OES H~S AGES DE 20 ANS ET 4 (VOIR QS,QE ET QT) I (15) (16) r 01 01 02 02 03 03 04 04 05 05 06 06 OT 07 i I 0 I 10 t~ ~ITE OU TA6LEAU DE MENAGE : (Z) 11 12 13 14 ~5 ~6 17 ~8 19 20 |,, ~~.~~. , ,« , l«» ~~« ,+) f~,_~.0) I | , . r(,+, ,1,» i( ,+) QUI NOq OUI WO~M H F Eh ANS. 3UZ N(34d MIVEAU CLAS, OUI N<31d OU| ~ NSP OC[ NOI4 NSP I I I - - - - I I I I [ I t J I I I I I t I I l t I , + ~+ 1+ i + 1++ ; +h i ! ! I I + I ] i ! I 2 I 2 1 21 ' i I~ ; I 2 ; ah .; ;+ ' I 28 I il i r ' ~ I ' i i i ' i , ! ' i 12 !2 12 i ! 1 2 I 12 ~~+ I i : ; 2 ~ I I ' I I I I ' I I ; ' I ' i i I [ il' i~ + ' i ~ ' 12 ~ 2 32 2 i ; 2 , ; z8 1 ~e i l : , i r I I I I i ~ i ! i + + I 2 I 2 8 I 2 8 i 12 12 12 ~ i ! ' I I I I ' ' I . 1 2 1 2 8 COCHER IC I SZ UNE AUTRE FEUILLE EST UTILISEE I I ET NOTER LE ~ERO DE FEUXLLE EN 1ERE PAGE i i JUSte pe~ | t re sure que j'ci une Liste c¢mpt+te: I) F l ' t ' i [ d 'aut res persorm te l (e l ~ des pet i t s enfml t l m~ des i"~Jrr issor~ ~ rmus nIa~~i~~~i pa l l~r t61 sur LI Liste? 2) De p lus , y - lv t - t l d 'aut r~ persoqnes qui ne sont I~t+~tre I~ mes de vot re fami l le te ( I que demest ic~u, des Loe l t l i res ou des amis, ~ i v ivent habitue((emnet i c i ? 3) A~~ez-vmll du i rN i t~ OU dU v J l f teu~ temporl i res qui sont chez ~0tm, ~J d 'eutres per$onr~ qiJ| ont dormi i c i r i nu i t dern ière ? * C~ES PU 0 .3 LIEN DE PARENTE AVEC LE CHEF DE NEICAGE 011 CHEF DE HEllAC4E ~1 PET IT -F ILS OU "FILLE Oç~ COEP~USE ~ MSP 02 I FEMME OU MARI O~ PERE OU MEhE 1Ou AUTRE PARENT 03 ~ F ILS OU FILLE 07= BEAU-PEhE OU BELLE-MERE 11= ENFANT CONFIE 04= GEMORE OU BELLE-FILLE Oem FRERE OU SOEUR 12 = ENFANT ADOPTE 1~ MON PARENT =, I -~ ou, *~ CODES POUR Q.9 NIVEAU D 'EDUCAT IOFI: l z PRIHAIRE 2= SECONOA 1 RE 3= igJP[R I EUH 8- HS~ NOMBRE TOTAL DE PERCHES EL]GIBLES (15) I (16) 11 11 1Z 12 13 13 14 14 I i 15 i 15 I !6 !6 17 17 I 18 IH 19 19 r XMSCRIRE CHACLIM(E) DAIIS LE TABLEAU ~. INSCRIRE CHACUN(E) DANS LE TABLEAU '-XMSCR]RE CHAaJN(E) DANS LE TABLEAU CLASSE: O0=HOIN$ D'UDE ANNEE ACHEVEE 98"NSP E3 N" QUESTIONS ET FILTRES 17 D~oîJ p rov ient L 'e iu que vot re mér~ge ut î l i se pour se Laver te l ~ i ~ et pour L lYer lB ve isse(Le? PASSE! cœ. n A EAU DU ROelNET I ROBINET DANS LA OE~IICESSIOU.IT ~19 BORNE F[X~4TAIKE . . . . . . . . . . . . . . . 12 I EAU DE PUITS I PUITS DANS LA CONCESSIOe.,.,.Z1 ~19 PUITS PUSL%C . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 | FORAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 q EAU DE SURFACE R]V]ERE/RU[SSEAU/FLEUVE . . . . . . 31 NARE/LAC/14AR%GOT . . . . . . . . . . . . . 32 SOURCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . SS BARRAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . EAU DE PLUIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G1 ~19 CAM[ON C]TERIE . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 | EAU EN BOUTEILLE . . . . . . . . . . . . . . . 61 ~19 AUTRE 71 I (PREC%SER} 18 C~len de t ~ feut - i L I x~r «•Ler Le-des, prendre de . . . . . . . . . . . . . . . . ~ I (~e~et reven i r? MINUTES I [ l l I SUR PLACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 996 19 I POur bo i re» vot re wi r~ge ut i l i se - t - i L L leau de fa n~me J O~l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I ~21 or i s i rm? I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 20 ! D=o( Jp rov ient L 'e iu (~ebo~vent tes membres de vot re m~ne9e? EAU DU ROG%NET ROI~INET DANS LA CO#CES$[DI~,.11 BORNE FOUTAINE . . . . . . . . . . . . . . . 12 EAU DE PUITS PUITS DANS LA CC44CESSIOJ4,.,.21 PUITS PUBLIC . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 FORAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 EAU DE SURFACE RIVIERE/RUISSEAU/FLEUVE . . . . . . 31 MARE/LAC/NARiGOT . . . . . . . . . . . . . $2 SOURCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 BARRAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 EAU DE PLUIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 CAM[ON C]IERNE . . . . . . . . . . . . . . . . . ~1 EAU EN BOUTEILLE . . . . . . . . . . . . . . . 61 AUTRE 71 (PRECISER) 21 QUeL genr ! de to i le t te= y e - t - i L ~~ vot re ~rénage? CHASSE D'EAU CHASSE D~EAU pERSONNELLE . . . . . 11 CHASSE D'EAU EN COHNUî~ . . . . . . . 12 fOSSE/LATRINE FOSSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 LArRINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 PAS DE IOILETTES OS LE NEN. . , . ,S I AUTRE 41 (PRECISER) 22 Dans vot re a~r~z~e, Ivez -vc~$? L '6 leot r i c i t t ? Une rK i io? Ui~ tEL |v iS ion? Un r~f r ig6ræteur /oongELat~r? Une v ideo? ] OUI MOU ELECIRICITE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 RADIO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Z TELEVlSION . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 REFRIGERATEUR/CONGELATEUII,.I 2 VlOEO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 23 24 Gaw'4 vot re ~~nege, combien de p ieces u t i L i sez -vous pour bor~î r? PRINCIPAL 14ATERIAU OU PLAKCNER ~GERVER ET ENREGISTRER LA REPONSE &PPROPRIEE . 25 Y -e - t - i f que lqu 'un de vot re Nr~age qui possède Une b icyc le t teT Une m~oytet te o~Jmoto¢yctet te? Une vo i tu re? z6 I FIN INTERVIEW GUESTIOUNAIRE MENAGE . PIECES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . [ ~ PLANCHER NATUREL TERRE/SABLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . I l BOUSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 PLANCHER FiNi PARQUET OU BOSS CIRE . . . . . . . . . ]1 BANDE OE VINYLE OU TAP IS . , . , .32 CARRELAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 G[MENI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NOG4JETTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . SG AUIRE G1 (PRECISER) OUI BICYCLETTE . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 HOBYLETTE/N~STOCYCLETTE . . . . . 1 2 VOITURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Z 228 REPUBL IQUE DU SENEGAL MI~ISTERE DE L 'ECONOMIE DES F INANCES ET DU PLAN DIRECT ION DE LA PREVIS ION INST ITUTE FOR RESOURCE DEVELOPMENT ET DE LA STAT IST IQUE ENOUETE DEMOGRAPHIOUE ET DE SANTE (EDSI I ) 1992/1993 IDENTIF ICAT ION NOM DE LA LOCAL ITE (COMMUNE/V IL [AGE) NOM DU CHEF DE MENAGE N" DU DR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • • i I N" DU MENAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . REGION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . URBAIN/RURAL (urba in=l , ru ra l=2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DAKAR/GRANDE V ILLE /V ILLE /CAMPAGNE * . . . . . . . . . . . . NOM ET NUMERO DE L IGNE DE LA FEMME NOM ET NUMERO DE L IGNE DU MARI (SI ENQUETE) DATE NOM DE L 'ENQUETRICE RESULTAT** PROCHAINE DATE V IS ITE : HEURE V IS ITES D 'ENQUETRICE 1 2 3 V IS ITE F INALE JOUR Il I MOIS ANNEE CODE ENQ Il J RESULTAT lJ J NOMBRE TOTAL Ç-~ DE V IS ITES * VOIR QUEST IONNAIRE MENAGE ** CODES RESULTAT: i ENT IEREMENT REMPL I 5 PART IELLEMENT REMPL I 2 PAS A LA MAISON 6 MALADE/FRAPPE D ' INCAPACITE 3 D IFFERE 7 AUTRE 4 REFUSE (PRECISER) LANGUE DU QUEST IONNAIRE: FRANCAIS = I, WOLOF = 2 UT IL ISAT ION D ' INTERPRETE OUI . i, NON . 2 . LANGUE DE L ' INTERVIEW: W = i, P = 2, S = 3, M = 4, ALN 5, F æ 6 CONTROLE TERRAIN CONTROLE BUREAU NOM ET CODE A. SAISI ! NOM DATE 229 CALCUL DE8 AGE8 EN ANNEES REVOLUES Ut i l i sez la co lonne de dro i te ou de gauche se lon que l 'enqu~t6 aura f6 t6 ou non son dern ie r ann iversa i re a la dåte de l ' enqu6te . Age en 1992 0 0 1 1 2 2 3 3 4 4 5 5 6 6 7 7 8 8 9 9 10 10 ii 11 12 12 13 13 14 14 15 15 16 16 17 17 18 18 19 19 20 20 21 21 22 22 23 23 24 24 25 25 26 26 27 27 28 28 29 29 30 30 31 31 32 32 33 33 34 34 35 35 36 36 37 37 38 38 39 39 4C 40 41 41 42 42 43 43 44 .E (E) EN 1993 199~ 1991 1990 1989 1988 1987 1986 1985 1984 1983 1982 1981 1980 1979 1978 1977 1976 1975 1974 1973 1972 1971 1970 1969 1968 1967 1966 1965 1964 1963 1962 1961 1960 1959 1958 1957 1956 1955 1954 1953 1952 1951 1950 1949 1948 Age en 93 0 0 1 1 2 2 3 3 4 4 5 5 6 6 7 7 8 8 9 9 i0 i0 ii Il 12 12 13 13 14 14 15 15 16 16 17 17 18 18 19 19 20 20 21 21 22 22 23 23 24 24 25 25 26 26 27 27 28 28 29 29 30 30 31 31 32 32 33 33 34 34 35 35 36 36 37 37 38 38 39 39 40 40 41 41 42 42 43 43 44 44 45 Age en 1992 44 45 45 46 46 47 47 48 48 49 49 50 50 51 51 52 52 53 53 54 54 55 55 56 56 57 57 58 58 59 59 60 60 61 61 62 62 63 63 64 64 65 65 66 66 67 67 68 68 69 69 70 70 71 71 72 72 73 73 74 74 75 75 76 76 77 77 78 78 79 79 80 80 81 81 82 82 83 83 84 84 85 85 86 86 87 87 88 88 89 89 9O NE (E) EN 1947 1946 1945 1944 1943 1942 1941 1940 1939 1938 1937 1936 1935 1934 1933 1932 1931 1930 1929 1928 1927 1926 1925 1924 1923 1922 1921 1920 1919 1918 1917 1916 1915 1914 1913 1912 1911 1910 1909 1908 1907 1906 1905 1904 1903 1902 Age en 1993 45 46 46 47 47 48 48 49 49 50 50 51 51 52 52 53 53 54 54 55 55 56 56 57 57 58 58 59 59 60 60 61 61 62 62 63 63 64 64 65 65 66 66 67 67 68 68 69 69 70 70 71 71 72 72 73 73 74 74 75 75 76 76 77 77 78 78 79 79 80 80 81 81 82 82 83 83 84 84 85 85 86 86 87 87 88 88 89 89 90 90 91 230 N' SECTION 1, CARACI[RISTtOç[ ~ SQÇIO-pEMOGRAPHJOUES PE L'ENOUETEE OUESTIONS EI FILTRES ENREGISTRER L'HEURE t ion~ sur vou~i-IIl~liNl Or votre n~n;19c. Lt) plus grande par t ie des 12 prelllière$ Or~°e$ de votre v ie , avez'vous vécu ~ D~Lilr, d~lni une granUe v i l l e , une v i i i ° ou a la c ~l~pagne? COOES J I DAKAR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I GRANDE VILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I VILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CAMPAGNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L AUIRE PAVS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 PASSER lA I I 103 I Depuis combien de temps habitez-vous de facor, contil~ae I I ~l (W(~4 DE LA LOCALITE ACTUELLE DE RESIDENCE)? I lot, ~U$1[0 4"lV[lflt d~ VOU~ in~',(~~lel iC i , i'IVOZ''/OU'~ V¢.~CU î l DaL~l'~ dan~ une s/rarld° v i l lu , une v i l l e Ou a I~~ cm,~~ngne? ANNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . [~~ TOUJOURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9~ VISITEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91~-~ P 10~ DAKAR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I GRANDE VILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VLLLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CAMPAGNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 AUIRE PAYS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . S I 105 IEn quet ,nol~ et quette o~ee êtes-vous nec? MOiS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I l J I NSP MOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 ANHEE NSP ANNEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 COMPARER ET CORRIGER 105 Et/OU 106 SI INCOMPATIBLES 107 I Ave l -vou l fr~~aent~ L*êcole? OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 J I I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2----.-~111 °[° " - ° - - °° I ~'-'E . I I t te in t : .p r lmi re , secondaîre ou sup~~rieut? SECONDAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 SUPERIEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . T0~ I °°e" " I ° ° r°~r° ° - - ° ~ ~ - - - - - - • n .o I ~~'SS~ . ~1 VERIFIER 108: I PRIMAIRE ~ SECONOAJRE OU SUPERIEUR [ '~ P11Z i ~ - - i"--re~e~° ° r°°°un °°f° I'Ac'~~~~'' . I fa~i lt , n~ent, d i f f i c i l ement ou pRs du tou~~ DIFFICILEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 PAS OU TG¢II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3-----~113 I I 112 I Avez'vou~ | 'hab i tude de t i re un journal ou un .~~gazme, OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I I I3 Etes-vou~ sel~eRidnise? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~115 116 Ou° I l ° est votre ethnie» 231 WOLOf/LEROU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 POULAR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 SERER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 MANDINGUE/SOCE/MALINKE . . . . . . . . . . A DIOLA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 AUTRE 6 (PRECISER) 116 Ma intenant je v~ra is vi~.,~s poser que lques quest lO~~ lu t l ' en~ro i t o~vou~ v ivez hab i tueLLen~nt , Vivez-vous habitueiL¢~l~nt h O~k~r, dan~ une gr*~r~Je v i l l e , une v i l l e ou & IJt ¢,~npagno'~ SI VILLE: O;in& que l le ville viveZ'vOus? OAKAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , . . . . . I GRANDE VILL~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 VLLLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 CAMPAGNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AUI~~ PA~5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~- - -»118 I 117 I Dans que l le reg io r l es t -ce S i tue? 118 Mõintenan( j e voudra i~ vo~/ pour que lques quest ions s~r &e inónage dans leque l vous v ivez hab i tue l lement . O+oÙ prov i~f i ( t 'g~u q~e vot re i l~~~ge ~( l l l~U LB)U{ !.C Laver l es .~ ins et pour Laver In va isse l ie r : EAU DU ROBINEI I ROBINET DANS LA CONCESSIOn.11 .120 BORNE FONTAINE . . . . . . . . . . . . . . . 12 1 I (AU DE WUIIS PU l lS DANS LA CONCESSION . . . . . 21 - -~120 PUI IS PUf i l lC . . . . . . . . . . . . . . . . Z2 | I ~bNAOE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 EAU DE SURtAC~ ~]VIEkE/RUIBSEAU/fLEUVE . . . . . . 31 MARE/LAC/HARJGor . . . . . . . . . . . . . ~2 SOURCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 ~AkRAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 EAU DE PLUIL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~1 "120 CAHI~N CITERNE . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 1 EAU EN ~OUIELLLE . . . : . . . . . . . . . . . 61 - -~1~0 AUIRE 71 I [PRECISER) I 119 Coe~&en Oe ten~» faut - i t pour a l le r La-bas, p rendre oe ~ I l ' e~u et reven i r? MINUIES . . . . . . . . . . . . . . . . I I I I I SUR PLACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 996 120 Pour bo i re , vot re menage ut i l i se - t - i ( L 'e&u de la n~Læ or ig ine? 121 O'OU provient I , eau que boivent Le i n~l~res de vo i re P4!l~,age? I OUt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 "~122 m ,oN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I EAU OU ROBINET ROBINEt DANS LA CONCESSION.11 BORNE fONiAINE . . . . . . . . . . . . . . . T2 EAU DE PUITS PUllS DANS LA CONCESSION . . . . . 21 PULLS PUBLIC . . . . . . . . . . . . . . . . . Z2 FORAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2} EAU DE SURFACE WIVIERE/RUISSEAU/fLEUVE . . . . . . 31 HARE/LAZ/MAR[GOI . . . . . . . . . . . . . 32 SOURCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 BARRAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 EAU DE PLUIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~I CAMION CLIEK~E . . . . . . . . . . . . . . . . . ~1 EAU EN BOUTEILLE . . . . . . . . . . . . . . . 61 AUTRE 71 (PRECISER) 122 OUO~ 9oNce cJ~ tO l (Ot te~ y a ' ( ' i~ d;~j~~ VO(ll~ il~L*nil9e "~ C~ASSE O~EAU CHASSE D'EAU PERSONWELLE . . . . . I l C~~A!*!,I I)*IA~I I~ COMMUN . . . . . . . 12 ioss~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 IA I~JNt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 PAS UE IU IL ( I IES OS LE NEN . . . . . ]1 AUlkL 41 (PREC[$ER) 123 Dans vo(le le.nage ~ ~ve l -vou~? L~etect l i c~te? une rad io? une té l í v i~ iOn? un r e f , l iN@rat eur /cong~t a l eur? une v ideo? OUI NON ELtC IR ICL I [ . . . . . . . . . . . . . . . I RADIO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 2 1E IEV[S ION . . . . . . . . . . . . . . . . . I 2 BEfRIGERAIEUR/CONGELAIEUR,.1 2 VtOEO . . . . . . . . . . . . . . . . . . , , , ,1 2 232 N I 124 OUESTIO~IS ET FILTRES On~lJ ¥O(l'e IIt(~n{IgO, c~l~ien de p ieces u t i t i se ;~-vous pour dormi r? COOES PIECES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ - ~ PASSER A 175 PouveZ'vous dÓ{' l ' i ro te J)llll~.'hCI de vot~'c Io9el l~nt "~ PLANCHER NATUREL ]E~RE/SABLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 BOUSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~2 ~LANCHER FINI PAROUEI OU OOIS CIRE . . . . . . . . . 31 6A~OE DE VI~YLE OU IAP IS . . . . . 32 CARRELAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~~ CIMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ]6 MOOUETIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 AUIRE 41 (PRECISER) 126 Y- I ' t - t l que lqu~tm de vot re an~~19e qui possbde: Ur~ b lcyç le t I~? Uf~ moby|ot te ou n~to¢y¢ le t t4.'? UnO ro i tUl'~? I OUI NOM I BJCYCLEIIE . . . . . . . . . . . . . . . . . I 2 HOOYL[|fEIMOTOCYCLEfTE . . . . . 1 VOIIURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 2 233 ~{ç11¢N ?. R[PRODUC+ION N ° oeESllOll$ Ef FILIRE$ CODES I h 201 Naintenar.t je voudraîs vous poser d~$ questions sur toutes tes nõissfln¢o, que VOUS irez euos duront votre vie. Avol-vo~s d~'ja eu ~ noissanco ? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 +206 202 Avez-vous do~~ nais~.~nce h des f i t~ ou clos f i l l e+ qu i OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , I h lb i t ln t ictoetleN.:nl avec vows? I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2~204 203 Combien de vos f i l s habitent avec vous? FILS A LA MAISON . . . . . . . . . . . ~ Et combien cm vos f i t te$ habitent mvec vous? I FILLES A LA HALSON . . . . . . . . . SI AUCUN(E) INSCRIRE +00' 2C~. Avez-vou~ do~'~e n.~is~ance ~ des f i t s Ou de~ fiL~(,» Oui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I encore en vie et qui n*hab i . tent pas octuo[tc~nent ovec I vo~s? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 *206 ,f i ls AILLEURS . . . . . . . . . . . . . . IIV~C vO~~? Et cc~+~ien de vos f i l l es sont en v ie ami ¢. n ' l~nb i tent FILLES AILLEURS . . . . . . . . . . . . puS ~Iv¢~C vous? SI AUCUN(E) INSCRIRE +00', OUi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I PASSER I 206 | Avez*vous ($o~e naJssan-':e a un f i L I OU une I ES(te, né(e) v ivent(e) .~ is ~céde(e) par la Suite? SI NON, IMSiSIER: Aucun(e) f i l s ou f i l l e qui « pLeuri ou qui I donné un signe de vie n~is n*a survêCu que quelques heures ou que(ques jours? 20T En tout , combien de vos f i l s sont décédes? Et Cælen de Vas f / l l es sont déc6dêes? SI /tUCU~(E) INSCRIRE +00 ~, 208 FAIRE LA SOtl4E DES REPOMSES A 203, 20% ET 207, ET INSCRIRE LE tOTAL. SI AUCUN(E) INSCRIRE «00'. 2S9 1 210 I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 I I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 »208 I ::IIE:E::I::~::~IIIIII~II~:~I 101AL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ I VERIFIER 208: JO vouch'oi~ çLlO t+Ul-e d+nvoir biol~ Co41~rl~: VOUS OvoZ eu nu IOTAL - - n~i~$o,~ce~ d~J('~~nt vo[+e vie, ESt-ce bie+; ('~açt? INSISIER ET OUI NON ~ CORRIGER 201-20S SI NECESSAIRE VERIflER 208: UNE OU PLUSIEURS (~ / MA I SSANCES v i l AUCUNE NAISSANCE Ç~ I ,223 234 æ11 MI In t lmml , Je vcx~lrs l l l vous par le r de vos n4Jss(.~ces. ClU'itlLes so ient encore v iv lmt* l ou mm, 14 ¢Ql lg t ; In l Par la p rml i l re ( IMK I l l l A 2|E LE IO4 D! tOUTES LES NAISSANCES. INSCRIRE LES JUMEAUX ET TRIPLER SUR DES LIGNES SEPAREES) i l 2 213 2~~ ~t n~J , I I I (NOM) mimi&mi t re es t*ce (premier , Iml. m Prc~ v i i i4 ) en f lmI? OU une / f i l e? EMREGIS* l IER i [ G~NR[ D! dAISSAN¢J[: SINPLE Ol~ I«JLTIPLE 215 |nquot ~o~~ et q~+ello ~ ¢ i t n i (e ) INOI4)? iNSiSTER: Qu~t(e est sa ~etl¢e? OU: En Or~t(e I l l l (~ l es t - i l / e l le r~(e)? E16 217 215 SI VlVAN|: $1 VIVANT: (NON)cet- 0~4[ kge (NOiq)v l [ ' tk / I k le t le ava i t (NOK) e l le owi~ en¢orc k SOn yc~Js? ~'n v ie? dern ie r ~r~iver Sai re? INSCRIRE L*AGE EN ANNEES REVOEUES :YNd: [ ?&l~~~«; '] F2:7S; AGE EN GUI . . . . . . . I AN)~EES (PASSER A)<] AGE EN . , 1 ANNEES (PASSER A i J [~~ IAIS.SUIV, 1« NON . . . . . . . 2 AGE EN OUI . . . . . . . 1 I ANNEES (PASSEA A | J iAIS,~JIV. )4 Aç( (N DU/ . . . . . . 1 ) ANHEt ~ ( VA~*~r N • J J , )« NO~ . . . . . . . 2 AGE EN O(JI . . . . . . . 1 1 ANNEES [PASSER A J tAIS,SUIV.)« NON . . . . . . . 2 AGE EN OUI . . . . . . . I / ANNEES (PASSER A L J [ ~ 'AIS.SU'V, ) ' Noe . . . . . . . 2 AGI[ EN C~JI . . . . . ; . I ANNEE$ (PASSER A ~AIS SULV )c E 219 SI L*ENFAN| A NOINS O[ 15 ANIS AveC ~l v i t - I l / e l le? SI 1S* : PASSER A LA NAISSAMC| SUIYANIE PERS . . . . . . . . * * .1 AUTRE PAREN| , . ,~ SANCE SUIVANTE QUEL~¢J*UN AUT.3 (PASSER A NAIS" PERS . . . . . . . . . . . 1 AU[R• PARENT. I~JELQ(J*UJ AU; ' . . ] (PASSER A NAIS- SANC| SUIVANTE) PERE . . . . . . . . . . . 1 AUIRE PAREN|. . ,2 OU£iGU'UN AUI . ,S LPASSER A NAIS- SANCE SUIVANTE) PERE . . . . . . . . . . . 1 AUTRE PARENI . . ,~ QUELOUJUN AUI . .3 (PASSER A NAIS" SANCE SUIVANTE) PE•I . . . . . . . . . . . I 2 QUELOU'UN AUT.3 (PASSER A J4AIS- SANCE SUI VANTE ) PERE . . . . . . . . . . . 1 AUTRE PAREN|. , .2 OUEL~J*UN SUT, , ) (PASSER A NAIS* SANCE SUIVANTE) Z2O SI OEC|OE(|)s O~eL Sge av i l i , i l / eL le q~~ncl l l l l l l l es t oer t? Si "1 AN~,INEISTEEs Guet iN leev l l t (k~N), a l ,~æl l ? INSCRIRE EN JOUlIS SI ~ImN~ D*U(I NOIR EN NOIE SI MOINS DE 2 ANS, OU EN ANNEES, JOURS. I ~ I J NOIE , . . .Z ANNEE S. .3 JOUNS.* .1 MOIS . . . .2 ANNEES.3 JOURS,.1 MOIS. , .2 AMNEES.3 JOLmS. I NGIS . . . .~ ANNESS.3 ~ JOU4S,. I MO4R*., .~ «NNEES.~ JC~IS. . . I NOZS. . . .2 ANNEES.3 PER[ . . . . . . . . . . . 1 JOURS.1 AU|RE PAREK1,.,Z MOIS , . . .Z G4JELOUIUll AUT,,3 ANN(ES.] (PASSER A NAIS- - - - SANCE SUIVANTE) PERE . . . . . . . . . . . I AUTRE PAmENT.,.I OUELOU~UN AUT.,S (PASSER A NAIS- SANCE SUIVANTE) i m ! mOIS.Z I JOURS,.* 1 i AN.S 3 i---- j 235 212 & vot re ~Klfæ L lu iv l¢ l t ? IIIII II EMREGIS" IR[R LE GENRE DE AIS~MCE: SlkiPLE OU ~IJL|IPLE 214 (MON) I t l t *£lt un Q4 p ç4~t ou UrVl f i l l e ' / 2~5 En +~/,Jel ~ i+ I l q+*Jel[e al~~to e l t nd(e) (MON)» INSISTER: O~tLe es1 sa s4nco? OU: En quelle II(IC~l I~t - i l / e l L t~(O)? 216 (NON)eS(- i t~uLte on«oro • on v ie+ 217 SI VIVANT; i QueL ~ge avait (M(ï~) i so~ dernier b~liversaire » LNSCRIRE L+AGE EN ANNEES REVOLUES 218 SI VJVAN1: (HC~q)vl(-i l j p i le ~vec vous? «1 L'ENFANI A H('lmç D ~ I~ ANS: Avec q+i v i t - i l / e l le? SI 15+: PASSER A LA NAISSANCE SUIVANTE 220 $% DECEDE(F) : QL~t Ige I l v l l t ' t l / eLte quana Il/elLe I I I l l~rt ? SI "I Al4"+IMSISt£11: 0+1 /l+l IVl+t (NO~)+ en Imoil? INSCRIRE EM JQUR$ i SI NOIMS O~UM P(~l$ EH MOIS SI V~IME !OE 2 ANS ~J EM ANNEE$. !21 I CGI4PARER 208 AVEC LE NOt48RE DE NAISSANCES (NI~[GIS1REES ~JAN5 LE |AfiL[AU CI +OESSUS Er NOTER: I I ç I VgRIFIER : P(~,JR CNAOU[ NAISSANCE: L'ANN[L O( NAISSANÇ~ ~Sl ~N~(E~ISIR~~ I 1 POUR CtlAOUE £NFAMT ViVANI; L+AG[ ACTUEL ESI ENREGISlRE pOLq( CtlAOUE INFANT D(Ct.O(; L'A[,E AU O~CJ[S (SI LI~REGI~[R[ POUR L+AGE AU DECES 12 HUIS: VEMIFIER POUR OET~I~Hi~ER LE gOî4fiRE EXACT DE î¢lOIS I 236 "" I | 223 I OUESçlONS ET FILIRES ~telt'VOUS el~Ceinte~ en ce mo¢,tent9 PASS£A CaOES I A oui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I S; : : I I . : . / . -1220 , , , i o~ c .o ,~. .o , . 0,., vo . . . . ce o~, .o~ . ~ I ~2.~ AU ilK~1æng O~i VOUS ~'(ei~* (oli~)oo ( i lL(, i J l tu, roui lLez-vous A CE MOHENI-LA . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 deven i r ence in te ~ ce I l tæ l~ l~(+~~ *~ , VOUl ieZ 'VOUS PLUS lARD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I at tendre p~us ta rd , OU vout iez -vou~ ne pn~ tc~ubc, r NE VOULAII PAS . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] ence in te? ]26 ][ y fl rQ¢llbien (~ te l les q~Jo vO'l C]Orr~l¢'l'eS r42~l~c:~ ont ¢l~lllæoE ~? JOURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I i i SEMAINES . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 HOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~Nf4E~S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . EU HENOPAUSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9~4 AVANt LA DERNIERE NAISSANCE.995 JAHAIS EU DE REGLE$ . . . . . . . . . . . 996 I I 2Z7 J Ent re te pr~l~ier jou i dos re9tes d 'une fe.,l*e et te OUi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 J I pr~» ier jour ac. ses regLes su ivantes , y .a - l - i [ cer ta ins NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2--'--1/ maænts oÛet [e a p lus de chances de t«nber N$P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 301 ence in te? J 2Z8 A que l moment du Cyc le mcnst rue l une fe.,ne a - t -eL te te p lus de chances de tomber ence in te~ P[NDANT SES REGLES . . . . . . . . . . . . . . I JUSTE APRES LA FIN DE SES REGLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z AU MILIEU DU CYCLE . . . . . . . . . . . . . . 3 JUSIE AVANI LE DEBUI DE SES REGLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 AUIRE (PREClSER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 237 EIECIlON 3: CONtllACEPItON. M$1 ET $IOA $O1 ~lnt~t . le voudr* i s vous par le r eie t * p ton l f lC , l l~ famiL ia le " L~S d J4~erents moyens o~J Iq~th¢)dt| qu ItJn COU~( It p t~[ u l l t t ser pour r t la fder ou dr{ter une * lro*~es~e, De q~e{s moyens ou IIR(h~œeS avt~ 'v 4~J, ertt41Pl~J ~r'[Ih'? |MC|RCLEE LE CCO4E I OAKS 302 ~ CNAOU( M[|HOeE HE~TIO~~NE( D'UNE MANLERE SPONfANEE. FUIS CO~TI I~ I LA CQI.OMI4E |N LISANt LE UOIt ~1 LA DESCRIPTION DE CHA~E METNOeE ~ MENT/ONKIîE SPCe4TANEN4EIIT. |MCI[IICL[ll L | ¢4DO[ ~ $l LA NE IGE I [ |1 I[CO~**iJE, ET LE CODE ] $1 HO++, F~l l l j ~ CNI~IM~UI Me1~E AYAî4| LE Cœ( I OU Z (NCERCL| OANS 302, POSEI 303-~0~ AVANT D( PA$$(R A LA N|TKaO[ IP J IVA#I| , 30~ Av©z 'v~~ (Jej~ en/end~ 303. Avez-vous ~]b 304 |~V|Z .VeUI o~ L*on peut LImEcIIAOUEP~r LerLA ME TMODE , (~DESCRiPTION(~ lHO0~)? DE ut i l i se (NE f ~00[)? r+t (e r (~4~ TG| )?P°ur I l ~~ur t r I 001] PILULE: Le l f ~ ~e.Jve~t OULI5PO~rA~E . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I - - J p re~l r t ~ p iLuLe t~a l te | (:UI/OE$CRLPTION . . . . . . . . . . . . . j ours . NG~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 ~ON . . . . . . . . . . . . . . . ~ NC~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i OUi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 O~ DIU/S I [ I I I L [ I : L t l f l~~l l peuv(mt OUIISPONIANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OJI . . . . . . . . . . . . . . . 1 c tn . L I t ige - fume ~a t~ in l~r - l l~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3~ i NON . . . . . . . . . . . . . ~ NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ;~ ii~~r'e Ll~dr p~&¢t dar~ t~~Kdru i . ! L I 01))J IH J [çT I~M: Les femme F~,avemt OUIISPONIANE . . . . . . . . . . . . . . . T O~1 . . . . . . . . . . . . . T f lUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 recevo i r ~ In jec t io~ ~c4¢ u~ OUI/DESCEIPTIOt~ . . . . . . . . . . . . . ~ t n oe ~ Sa9e- f~ ~ r N~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~] N~~ . . . . . . . . . . . . ~ NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z 4Vl l l r Oe co .~r ~~int l port- / d~nt p lus ieurs WOi l . v L I .~J 1(~4~PLAN: Les ft~mws se fo~t OUII$PONIANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 QUI . . . . . . . . . . . . . . . 1 ~ I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 p IKer IOUll Ime l |h l~ l le lOCale OUI IDESC~IpI lcq . . . . . . . . . . . . . ~r uh midec ln OU une sage- k i~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 NON . . . . . . . . . . . . ~ NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 | m ~1 I tKu I les sur i l p~r i le I l uper i l~re du I~~s. v S~(RNI C IOE$: ~ J DIAPNRAGNE/M~UtSE/GE~.EE; OUIISPO~IA~E I G~JI I i OUI 1 Lits femael p~uw'~K se ~Kt¢e E OUI/DE$CRIPTIOIZ . . . . . . . . . . . . I ' l n t t r le t J r un i ~ t , un ~~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ) ~ON ' 2 ] NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 SMl~OOlitoire. un d iOG41ra~, d t Lc~ geLee ou de tri ¢ r~ ~R~$[IVAIIf /C~MDO;4; Le l h~m~i OUI/$PONTAI~E . . . . . . . . . . . . . . . . 1 0~1 . . . . . . . . . . . . . . . I QUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I~¢~Jv~t se mie | f i l ~ ¢ot~i~m ~JIIOESCR[PTION . . . . . . . . . . . . . 2 (une ¢ lpote ~La ise) po~cSIm[ I~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 ] ~0~ . . . . . . . . . . . . . . 2 N~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 .~J ST[R IL I~T loe F [MIMIN[ / OU]/$POHTANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Avez vo~s e~ une oe[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 LIGATURE: OULIDESGRIPTIUN . . . . . . . . . . . . . 2 ~pec~t ion pour ev l - I Le& fe~n~$ pquv~t'~¢ $~i r ~ HC/4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] te r d 'avo i r d 'aut res NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . opérat l~ pour ~e p lus avo i r unt~[~(~ 9 ¢i' en1 nr, L (~1 . . . . . . . . . . . . . . . 1 ~ON . . . . . . . . . . . . . . . 3 t v L L (~JI/SPON TAHE . . . . . . . . . . . . . . . 1 (X~I . . . . . . . . . . . . . . t OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I O~J STER~LI~ATIOM MASCULINE/ VA$~Ç|OM I [ : OIJ L/OE $CR I P 11UI~ . . . . . . . . . . . . 2 Les h~~) pO~ver1| i~ i r ~ N~q . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . }1 N~JN . . . . . . . . . . ~ NO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . d ' in | l | . I ~J CONIINENCE PERIOOICAJE/OGIHO: OUI/$PONTAN[ . . . . . . . . . . . . . . . . I (~J1 . . . . . . . . . . . I $~V¢,I-VC4JS OÙ [ l~ ~u| O~4|l~ir I.es ¢o~LeS I~uv( :n l ~r i [e r OUI/DE$CI~JPTIO~ . . . . . . . . . . . . . 2 oes Cc~$l+Ll sur La façon1 (Psvo J r ~lel ro l :~~r |s $1ÆE~i~i$ t{~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ NON . . . . . . . . . . . . . . . ~ de ~rs~iq~#~" I i i C04~tJl'~~l~l cer tG ins jours (~ (;y(~{t pll~Z+~l çer i~ iq~? {£+lq+Je[i te {4~+ii+ l~St pi*Il OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I $u leep l ibLe d+ t~~~'r e~ce in t+ NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 101 l lE IRAIT/COIT [MT[IIROMPU; Les OUIt$PONIAN[ . . . . . . . . . . . . . . . . 1 UOI . . . . . . . . . . . . . . 1 hom~s ~c~avent fa i re ot ter l~~c~ OUI/DESCHIplION . . . . . . . . . . . . 2 et se re t i re r lvanK NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ i NUN . . . . . . . . . . . 2 i v i J AUTR£S ME T h~DE$: I I ] AVeI'VO~S I~t l t<v~l ~orLer d*~u- t OIJL/SPQ~IANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 |1"¢/11 410yi~rll i~J Ir4tho~i~s ~ lits Ut l l l l e r ~ I )v+/or gro&st l~o? I {PREC[SE&I 2 (P I [C I$~I ) 3 (P IECI$~R) Oui . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . 2 C~I . . . . . . . . . . . . I OUI . . . . . . . . . . . . . . . 1 VERIFIER }03: AUCUN »OUI ~ (M'A JN+IAt$ UT~L I$( ) ;40]NS UN , ,O J l . (A UN LISE) L~ • PASSER A ]08 238 N* OUE$T]GI~S ET FILTRES AVeZ-VC~S Jmls u t i l i se ou l l lmy44moyenENeLco<~~e pour re t l rder ou Iv | te r de tomber e~c l ln t l ? 307 Ou*ovtz-',q~4 fa i t ou utlL186T CID4411JI303-304 (ET 302 SI NECESSAIRE). PASSER A 308 I 3o8 I NelnEwlanE Je v~Jdræll voul p l r te r OU Ir~L~nt oh, pour I |epr lml l re fe l l , VM I rez f i se q l~ l tq~l choie OU Ut i l i se urle=leEhode pour iv i te r de tomber en .o in te . Codo lend ,enfant l v~v ln t l aviez-vous 6 ce mon~t~t-lkT I l ~LELi, INSCRIRE '00% ]09 V~t[FIER 223: OU PAEPAS ENCE[NTE[~uE ENCEINTE Ç~ v 310 V3EIFiEE 303: FEleU[ ~ [~ FEW4E i l | l l L ISEE STERIL]SEE / V 311 CODES OUi . . . . . . . . . . . . . . * . . . . . . . . . . . I NCt~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 • NOMBRE O'ENtANTS . . . . . . . . . . . ~Ç~ PAl l IE A 324 ,324 I Eh Ce moment, fæltes-vo~l q~~Lque chose ou utt l¢=ez-vou« I une methode pour 6v I te r de ~c~~ber enceinte7 I .312A OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .,,~J NO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 - |24 312 312A QueLLomlthode ut iL isez-vous? ENCERCLEi "08" FtOUR LA STERIEATI~ FEMININE PILULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . OI OlU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 02 - - INJECTXON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 N~PLAN . . . . . . . . . . . . . . . . . * . * , * , *04 O I APHRAGNE/NOUSSE/GE LEE . . . . . . . . 05 CG*iOON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 06 ¢~G~SPEPJ41C ] DE | . . . . . . . . . . . . . 07 STERIL[$AT[ON FENININE . . . . . . . . . 08 STERILlUTICN MASCULINE . . . . . . . . 09 C~TINENCE PER]CGIGUE . . . . . . . . . . 10-- - RETRAIT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~1 AUTRE |2 - - (PEEC(SEE) ~318 .323 31] k J I (ae f l t oG vu I rez ccrmer¢6 i u t i l i se r (m piAuLe OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 pour I= preml4re fo i s , ivez-vou| cor=suitE un ~¢tn , un4sage-Emm4 ou ur, e tn f l rm(~r l? N¢3N . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 N~P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , . . . . . . 8 314 Au l OmmlE OG ~ vu 4te l procure le piLuLe Le = OU, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 dern l i re fo l |w iYez-vo~î4 c¢~~euLtl un mEdecin, une I sage- fm ~J une In f l rml t re? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 315 Pu is - je vo i r La bo i te de p ieute que vous u t i l i sez bOITE VUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l - - en ce ~ t T ~C~ DE LA KAROUE : [ i I ,317 (INSCRIRE LE NOM DE LA KARG~E) . I I I 801TE NO~ VIJE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 316 gu4t l i t te r~dlde Lo marque des pieutes que vo~~ ut l t leez en ce m=menTT N(3< DE LA KAROUE: I I I (IN$CRiÆ| LE N~I4 DE LA HAROUE) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 317 CCmb~Qfl ¥O~Æ COut4 uhe (bo l te /¢yc( t ) de pl~~;es7 PRIX . . . . . . . . . . . . . . . . . GRATUIT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9996 NUP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9998 9 239 B, 318 QUESTIOIS ET FILTRES VERIF[ER 312: ELLE/ IL ~ UTILISE UNE [~ EST STERIL[SE(E) AUTRE METHODE O~J I eQ lieu ~J eVeZ-V~$ ob(er~ t f s t4 r l t lee t (on? (HETHOOE) Le dern ie rs fo i s? (HC(q DE L'EI~DROIT) 319 Cemlen de tee l~ feuE- I l pour I [ le r de ¢he l vous E NINUTES . . . . . . . , . . . . . . . 1 cet ilratrolt? HEURES . . . . . . . . . . . . . . . . 2 SI HOINE DE E HEURES, INSCEIEE LA REP(~SE EN MINUTES. AUTREI4~NT • INSCRIRE EN HEURES. XSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9998 I J FACILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 320 ESt-ce l i c i te ou d i f f i c i l e de se rendre tE-bas? DIFFICILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 CODES SECTEUR PUBLIC HOPITAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 CENTRE SANTE/PMI . . . . . . . . . . . . . 12 POSTE DE SANIE/DISPENSAIRE,.,13 SECTEUR NED]CAL PRIVE CL IH I~E/HO~] IAL PRIVE . . . . . . . 21 PHARFEACIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 OOCIEUR PRIVE . . . . . . . . . . . . . . . . 23 AUIRE SECIEUR PRIVE 60UTIQUE/HARCHE . . . . . . . . . . . . . . 31 EGLISE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 ~ C~NAISSANCE5/PARENTE$ . . . . . . . ~3 AUXILIAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 3~I AUTRE 31 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PASSES A 322 323 324 VERIFIER 31Z: UTILISE ELLE/ IL UNE AUTRE r -~ EST 81ERILIEE(E) J -~ NE t I~OE I l En~t Bots et o~eLLe er, riEs I l etErit i l l t ion e- t -e l le eu Lieu? 1.323 Oepuis combier l_demoi= ut i t i l ez -vous (KETHOOE ACTUELLE) de f1¢¢~1 cont inue? SI î401%S DE 1 140lS, INSCRIRE 'OO'. Avez - rou i l L in tent ion d~ut J l l&er , dlsns t 'aven i r , une ~E- thode Ix~r re tarder ure gro l les le ou pour EvEter de tom- ber ence inte? I I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 p326 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 | NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B ~330 325 QueLle es t le p r l~ lp l l l e r l J i o~ pour [equet le vous nllvœez pas I J tn tent Ion d lu t t l l l e r une i~thode? VEUT ~ES ENFANIS . . . . . . . . . . . . . . . 01 - MANQUE D ' I#FORMA| [~ . . . . . . . . . . . 02 PARIENAIRE DESAPPRCIJVE . . . . . . . . . OS COIJI 1gÛP EtEVE . . . . . . . . . . . . . . . . O& EFFEIS StCONDALkES . . . . . . . . . . . . . OS PROBLEME5 DE SANIE . . . . . . . . . . . . . 06 DIFFJC[LE A 06TENIR . . . . . . . . . . . . 07 œeELIG]ON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . OPPOSEE A LA PLAN[F. FANIL]ALE.09 FATALISTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 AUTRES PERSONNES DESAPPROUVENT.11 RAPPORIS SEX. PEU FREQUENT$.12 9[FF]CULTE A TOMBER ENCEINTE. . .1] MENOPAUSE/A EU NY$TERECTOI41E.,.16 PAS C(~EEGOE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l e NON MARIEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 AUIRE 17 (PRECtSER) HSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 - - P330 261Av--°°°r''h~--sl~ . I 12 procha ins mis? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 327 I QuJnd vous u t l t l se rez une ml thod4, ~t te m~thode prE f6rer lez -v~î4 u t i l i se r? PILULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 OIU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 02 ]NJEC]ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . OS NORPLAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DIAPHRACME/MOUSSE/GELEE . . . . . . . . OS COND~4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 06 CO#DOq/SPERMICIDES . . . . . . . . . . . . . OT SlER[L[SATION FEH[N[NE . . . . . . . . . 08 SIERiLI$A•[O# HASCULINE . . . . . . . . 09 CONTINENCE PERIOOIQUE . . . . . . . . . . 10 - - - - i REIRAIT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 AUTRE .12 S30 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 10 24O . I OUE$IIGIIS E7 FILTRES I 3211 0(4 pouvez-roue vous procurer (~ETRCOE CITEE A 327)? 330 331 (ODE UEXUNUIT) 337 PASSEE CCOES i A SECTEUR PUELIC I NOelTAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i l y CENTRE SANTE/PMI . . . . . . . . . . . . . 12 ~'332 POSTE OE EANTE/~+IEPL4$AI«~.IS ! SECTEUR NEOIr.4t PRIVE | CL I NIOUE/X(~I TAL I 'X lvE . . . , , . .21 1 PKARNACIX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~2 ~3~~ OOCTEUR PRIVE . . . . . . . . . . . . . . . . I AUTRE SECTEU~ PR[VIE | EGLISE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3~ 3 COENAISSJ~4OEIlPARXNTXl . . . . . . . 31 AUXILIAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~| AUTRE , 51 (PIEECI$IEE) MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~~ ~3]10 VERIFIEIE $12t UTILISE LA ~TINEMCE PERIODIQUE. LE ItETllAll OU t~E AUTXE ç NE Tii(~E TIU~I T IGUELLE Ce(Effilez'roui Un endro i t ~ on p lu t se p adthadedep Ien l f l ce t lon fml t l l te? (MOI DE L+ENDROJT) O( leet -c t? C~blen de t re faut - I l pour a l le r de Che| vu il C i l er~lrol t ? I l I(O[M$ OE 2 HEURES, INSCRIRE LA REPOUEE EN MIIAJTES. AUIREf4EMT. [NSCXllek EN HEURES. I UTILISE UNE METNOUE n .334 NODEIIVE I I / OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I / NC~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2-- I 334 SECTEUR PUBLIC XOEITAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 CENTRE SANIE/PMI . . . . . . . . . . . . . 12 : , POSTE DE IAli?le/DISPENSAlleE.,13 :SECIEUIt MEDICAL PIIIVE CLINIUU~/14GPIIAL PRIVE . . . . . . . 21 PXAXNACIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 DOCTEUR PRIVE . . . . . . . . . . . . . . . . 23 AUTRE SXGTEU4 PRIVE iouIIOUE/NAHCXE . . . . . . . . . . . . . . I l EGLSSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 - - CONNAISSANCES/PAREXIEX . . . . . . . 33 AUXIL IA IRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . &~ AUTRE 5~- - (PHEClSEX) I MINUTES . . . . . . . . . . . . . . . 1 J J J HEURES . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9998 fACILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ~3 lest-ce fxc l I i O~ d i f f i c i l e de se ru~dr! L i - io* l t DIFFICILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ;P NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , . . * . . , . , .8 334 Durant Le æls dern ier , ævez.vous tntencta un mesMie propol clU p l~n lng familial i : OUI la radio? RADIO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 I l t t t l v l l i on? TELEV[ $IOll . . . . . . . . w . . . . . . 1 :+ 335 ApprmJve l -vo~ ou dlsapprouvez-vous fo d l f foe Ion dqn- APPROUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 fo rml t lo r~ sur le Planning fami(IæL 8 Io radio ou i La DE5APPROUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 t4Iivlslon? SANS OPl MlO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 EcouEll-vc4/l | I radio ~u ~I r~ Une fo~l ~ Il OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I im l lne? I N~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 )339 A ~I tes he~Jrel pr4f6rez-vous 6couter La radio? SI PAS DE PREFEREMCE, IveCXlXE "98" l t r CXOIX . . . . . . . . . . . . . . [ - -Ç ] 2m CHOIX . . . . . . . . . . . . . M 3 i CHOIX . . . . . . . . . . . . . Ç ~ 11 241 N" I ~JESllC445 E1 FIL1RES ~3a 339 ~0 DanS q~JeLIes Lmr~Je: io~t d l f f~ lea I * l b l l l l o r~ votJI R¢OU|IZ I l p |u I I~~J~lflt | I l r ld lo? ENOEICtEI LES CoeES ç.t~EESP~/OA~T AUX REPOIISE$ DE¢L/dtEES , | lg l l td l l -v (x I I I I l i [ I v [ l l o~ I~J æl r l l Une fo i s d~r4 LI ee~tneT I CCOES tA~OF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A ~~IJLAR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ¥ SEgER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C HAHOI~GUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D DIOLA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E FR»NCAIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AUlRE L,N. .G (PRECISER) OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . T A queLte~ h~Jret p r i fE r* l -vou ; r *prdEr I * tS l i v l | l~n? I l PAS DE PREFEREN¢[, INSCRIRE e98" * 1er CHOIX . . . . . . . . . . . . . . [ I F - - 1 2/me CHOIX . . . . . . . . . . . . . ~-~ Dirai c~4LLes Ler~ues ean~ dl f fus4es I i i M iss ions q~e r~erdez Le p |u l t~u~lnt i I l t I L iv | l l~? ENCERCLER LEECOeEEOURI[SPCIIOA~T NJX REF~dSES OEC~lEEI . k/OLOF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . *A POULAR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . * . | EER[R . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C i4AHOlNC, L~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D BIOLA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I FRANCAIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F AUIRE L.H. .G (PnE¢ISER) I ~| [ /Lppr~Jvl i-vm~ ~di i I f~rc~v0| -vou i le d i f fus ion I d* ln foræt lonm sur I1 p lan i f i ca t ion femlkle le & La red Io~k I l t6tRvla lon? I AppRCUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ~[SAppROUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 SANS OeIHIOtd . . . . . . . . . . * . . . . . . . . . 8 344 1 3&5 347 kUCUH OUI (NIA JN4AIS UTILISE) I l O~wld v~e evel ¢ ~ 6 A u t lUe*r votre dernière mlthoL~ (ou m4thode ectueLLe), OUI en avait p r i s I l dl~¢lIIm'l, vERal le~JLl? vot r I I r J leul? i ~e~.? une Iu t r l persane? L ELLE SEULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 MARI SEUL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 COUPLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 AUTRE A (PRECISER) VtERIFIER Z23, 303 ET 311~ ENCEINTE ~ PAS ENCEINTE ET #*UTILISE ~ UTILISE UNE HETHOUE / PAS ACTUELLEi4ENT ~V OU EST STERILI$EE V G~JILtee sont Les ro lson l pour tesouettes vous evez I votre d l rn lk re l l thm~i? ENCERCLER LES [;~Oll DOIt IRf/ l ] lAIT AUX REPG4SES ||CL/J IR|I , i levez-wxJs ~I*IL ox ls te dol I l ad le l sexueLIm*nt t r~ lmls i lb tes ? FI VI2KILAIT ENFANT . . . . . . . . . . . . . * . . * *A EFFETS SECOIIOAIRES . . . . . . . . . . . . . . B TOHSEE ENCEZN[E/ECHEC I~ I IRA .* . . ç DIFFICILE A OITENIR . . . . . . . . . . . . . D COUI [LEVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | PARENTS DESAPPROUVENT . . . . . . . . . . . F RELIGIO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 PAS DE lu, PP. SEXUEL . . . . . . . . . . . . . M PAS CCI4/~~[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I AUTRE .d (PRECISER) Qul lLe i I I | l d l | l l exuek I I J l f l | t r l / l l a l s l~b le$ cgqnJl lSe|- w~17 |K i |CL | I LE |CGO|SCOI I [SPOUOUI~I [P~SES |(~L/~IIEE . I A I P~2 OUI . . . . . . . , . . . . . . . . . . , . . . . . . . . . .1 "l I "356 SYPHILIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A | BLENIIQRAGI~/CHAMCRE )~U I I GONOCOCCIEICHAUD DE PISSE . . . . . . . | SlQA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C AUTRE .D (PRECI$|R) MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | 12 242 349 SoLOr~ VO~.~, pe,at-OVl pr6ven l r Les Net8d5es J OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 | hxue l L~mnt Tra~L~l ks l b i es? I i NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35Z 350 351 Cor~J lesez-vc*m un (des) myen (8) pour p réven i r Les OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I | NmLmdl, | Sexu~LLmont Tra~smlss lbLes? , NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . :~ e35 :s l ~[ {e) goy•n (8) de pr6vent lon c~~r~~ssez-vc~s ? ~ PARTEnAiRE UHIQLJ( . . . . . . . . . . . . . . . A FtOEL]T~ AUX P&ItTF,~LA|RE| . . . . . . . . 18 C~DOJ4 ABS| INENC( . . . . . . , . . . . . . . . * • • • , • . 0 EVIIER FROST I TUEI~ $ . . . . . . . . . . . . . . E AUTRE F ENCERCLER LES CODES CORRESPONDAHî" AUX REP@t~SE$ (PRI[CISER) DECLAR[E| . 352 353 35~, l e [o f lvou l peut -on t ro l te r Les NaLod le l Se~ueL(ee.~nt I~ I . . . . . . . , . . . . , . . . . . . . . . . . . , . . . 1 Tra41tJ i leslbLes? I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . t2" - - I NsP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 355 çQrlrldl|j|O~-¥O4Ji tin (dtB) eF*+Jro~t (8) o~ on peut (ri~4J~or i ~)1 . . . . . . . . | 3~S I (h~t ( s ) endro i t ( s ) c~ lssez -vous ? |NCtEICLER LES (~OES CORRESPONOAHT AUX REP~IS£S DECUUtEES . ]55 VERIf lER ~,8 : SYPN;LiS ~ C, ITEE SYPHILIS CJTEE (tOGE A) , ç ~ F~'~MATIGN SANITAZRE . . . . . . . . . . . . . A P[RSO;4NEL SANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . I GUERI$$EU~II,iARAIIOUI . . . . . . . . . . . . . C AUTRE D (F¢[C I$(R) H(;H . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 J357 I I I J 359 358 3S9 36O ¢~lseoz -vou8 o~l avez-vous enter~J par (er (~ SIDA? Appr¢uvoz-vo~ls ou d&smpprc~vez-vc~s la d i f fus ion d l ln fo rmt l l~ i ; sur le $1DA ~ Le rmcllo ~ k te t6 (6v ls lon? I OUI . . . . . . . . . . . . , , . . . . . . . . | I ~c~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 .&Or I I~PPR(]U~E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I O£Skt'eROtNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 SANS OeJM]C4d . . . . . . . . . . , , . . . . . . . . De qu|/O(~evez-vc~~s ¢nte~ par ie r du SIDA au c~rs des t ro lo dern ie rs mois? ENCERCLEa LES COOES CG~RESPOtiDANT AUX REP(~ISES DECLAJtEES . I EPCdJX/FÆT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . o , ,A | AMIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | I PARENTS/F)J41LLE . . . . . . . . . . , . . . . . . ¢ SERVICES SANS| . . . . . . . . . . . . . . . . . . O PHAR/4AC]E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | RN)JO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F ' -~ TELEVIS]~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ 362 AUTRE ,N I (PRECISER) M~P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | I I ~k~l Aves-vmJe qmterdu per le r du SIDA au moins une fo i s b ] GUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 i f s rad io CxJ îl te t6L6v ls I~ au cours des t ro i s I I dern ie r : so le 7 N(X~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 HSP . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . 6 lS 243 "1 UIT IOMi ET FILTRES le |on vo~, y - i - t - l | du r |w l I Ipor t ln ts+ moyens f l lb tu , ~ bten n*y -a - t - l t p4s du tout de r i sque q~ vc~ i tS r lp lez te I IDA? I CoeES I IMPORTANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 MOYENS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , , . .3 FAIBLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3 PAS DU TQUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~.4 liSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Ccenl lssex-vc~s un (des) mde(s ) de t renmlss lon du I IDA ? MON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , . . .2 P)6S 364 365 OtmL(| ) Iode(s ) de t r lnadss ion du SIDA conr t l l sse i -vous ? ENCERCLER LES CODES CORRESI:~ANT /dJX REPOHSES DECLAREE$ , Set~ vo~, 1:4ut-on pr4ven l r te 81DA? RAPp. SEX. PART . . . . . . . . . . . . . . . . A RAPP. SEX. PROST., . . , . . . . . . . . . . I RAPP. HOi~)SEX . . . . . . . . . . . . . . . . . . C TRANSE. SANG . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D |NJECT]ON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E ALLA ( TEMEMT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F I.AME/RA$OZ R . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G TATOUAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M AUTRE I (PRECISER) +' . . . . . . . . ; . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ' I ROH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 [ .367 F RSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 366 367 344 Gwe f l l tx ( fe rez ) -vou l pour rou i protG9er contre Le $|DA? ENCE|CLER LES CCOES CORRE~AMT AUX REPC~S£S OECLAAREI PARTENAIRE Ull ) Gl, l~ . . . . . . . . . . . . . . . A FID. AUX pARTEMA]RES . . . . . . . . . . . . • C(~IDON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C ABSTINEHCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D EV] TER PROSI ) TUEES . . . . . . . . . . . . . . | EVITER IN J(CT 1 C,14 . . . . . . . . . . . . . . . . P EVITER | RAMSFUS ION . . . . . . . . . . . . . . G AUTRE H (PR£C]SER) SeLon vous, Faut-on 9u4r l r Le I IDA? (RJ~ . . . . . . . . . . . . . , . . . . . o .o .o ,o , , . I M(~4 . . . . . . . . . . . . . , . . , . . . . * * . .ooo ,~ MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | SeLon v~r -o~ per -on obten i r des In fo remt l~ sur |1 t re t tement du I IOA? |NCI~RCLER LES ~|S C~OtRESPQIIDANT AUX ItEPQliSES D|C~ES . I FOAMATION SAMITAIIIE . . . . . . . o . . . . A J PERSCqNI:L S.ed4TE . . . . . . . . . . . o , . . . | I GUER [ SSEUR/MARABQUT . . . . . . . . ~ . . . C AUTRE . D (PREC[SER) 16 244 SECTION 4A, GROSSESSE ET ALtAITEMENT I (PRECISER) I /,01 VERIFIEI 22E ; UNE OU PLUSIEURS NAISSANCES ~ AUCUNE NAISSANC~ DEPUIS LE 1er JANV.19D7 DEPUIS LE le t JAMV 1987 [~++ (PASSER A SOI) A02 INSCRIRE LE K(Y4, LE N* DE LIGNE ET L~[TAT DE SURVIE DE CHAQUE NAISSANCE DEPUIS LE 1er JANV.I~q~~ DANS LE TABLEAU POSER LES QUESTIONS A PRC~OS DE TOUTES CES NAISSANCES C~IDH[NCER PAR LA DERRIERE NAISSANCE (St lL Y A PLUS DE TROIS NAISSANCES, UTILIR~Z ON QUESTIONNAIRE SUFPLEHENTAIRE). Malntehlnl~, je v(~Jdr l ( I VOUI poser ~ lq~f fs q~est~~l R propos de te sinLe are enf~nt l q~l vous ive l M durent te l c inq dern( i r l l Inn le l , (NU per lerons c l ' ,~ e~fent R Li fois) m &03 OLONS ~~ M M DE LA Q. 212 OERN]ERE NAISSANCE AVANT DERNIERS NAISS AN AVANT'DERNIERS NAISS SELON Q. 2(2 NOM NOM NOM Et Q. 2,G VtVANtE~ oECeoe~--] vIvANt ~ DECE.EE~ VIVANT E~ DECEDEEî~ v i v V V V m V m ~S ne pIuz mvo(r dlenfentm ? a Cl MOMENT-LA . il A CE MOMENt-LR . l enceinte ON (NOH), vouL(ez*voue (PASSER A 40S1« ] (PASSER A ~OS)« ] (PASSER A 405)« tom~r enceinte S ce mmment t~, i t tendre plus tard o~ vo i l i e r PLUS TARO . . . . . . . . . . . . . . . . ~ PLUS IARO . . . . . . . . . . . . . . . . 2 PLUS TARD . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NE VOULAIT PLUS . . . . . . . . . . ~ ~~ VOULAIT PLUS . . . . . . . . . . 31 NE VOULAIT PLUS . . . . . . . . . . 1 " (PASSER A 4051( (PASSER A ~.0§1( (PASSER A &O~)¢ SANS OPINION . . . . . . . . . . . . . SANS OPINION . . . . . . . . * . . . . SANS (~[NION****** . . . . . . . E ,-i -,.~-,--.,.~,,,-- ~ ~ voulu le tendre? MOI S . . . . . . . . . . . . . . 1 MOI S . . . . . . . . . . . . . . 1 MOI S . . . . . . . . . . . . . . 1 ANNEES . . . . . . . . . . . . 2 A~NEES . . . . . . . . . . . . 2 ANN•E$ . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99G NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 996 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 996 405 Ouend vous Et lez enceinte de (NOM), eve| -voul wJq~eLoN*un pour une conBultæt(on cor~er- riant Cette RrO l le i le? SI OUI, Gui avez'vous VU? Av lzvoue vu q~)ltqulun d ' lu i re? ENCERCLER LES CODES CONRESPO~I- DANT AUX E[POI4SES OECLAREES . PERSONNEL DE LA SAHTE NEDECIN . . . . . . . . . . . . . . . . . A AGENT SAN]|./IHFIRNIERE/ SAGE-FEMME . . . . . . . . . . . . . . G AUIRE PERSONNEL NATRONNE . . . . . . . . . . . . . . . . C ACCCUCH TRAD . . . . . . . . . . . D AUTRE (PREEISER) AUCUNE PERSONNE . . . . . . . . . E (PASSER A LO9)< ' ' ' T ] PERSONNEL 05 LA SENTE MEOECIN . . . . . . . . . . . . . . . . . A AGEN| SANl l / INFIRMIERE/ SAGE-FENqE . . . . . . . . . . . . . . B AUTRE PERSONNEL MATRONNE . . . . . . . . . . . . . . . . C ACCOUCH* TRAO . . . . . . . . . . . D E AUTRE E (PRECISER) AUCUNE PERSONNE . . . . . . . . . F (PASSER A 409)<~ PERSONNEL DE LA &ANTE NEDECIN . . . . . . . . . . . . . . . . . A AGENT SANl l . / INFIRMI[RE/ SAr.d[ * F EW¢S . . . . . . . . . . . . . . S AUTRE PER$ONNR L MAIRONRS . . . . . . . . . . . . . . . . C ACCOUCH. TRAD . . . . . . . . . . . D AUTRE E (PRECISER) AUCURE PER SON~E . . . . . . . . . F 1 (PASSER A 409)« I 406 • V~ e - t -o~ don~ OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUJ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 un car rer p rê ter NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 I pour cet te RrolaesaeT NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 De c~~blen de r~~$ Dt lez -vc~l .D. I - - ' o "~- - ' - -~ ~,s . . . . . . . . . . . . . . . ~ .o,s . . . . . . . . . . . . . . . ç /3 . , s . . . . . . . . . . . . . . . F lq I qoelgU~un Pour le premtSre fo i s ] i I I pour un4 c~lut te t lon ¢o~¢er- I r~nt cet te gro|sesse? NeF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 N$P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 ,0~ I C¢4©s'nde.v.z-voUs f.,t.,v'"t"per~tPrên't'te'c.tte NSRE DE VISITES . . ~ NSRE 0£ VISITES ~ M.RE DE V IS ITE$ . . . .m I ~ groDle l le? NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 RSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 609 I Ouand rOUI EtJez imce lnt~ de I I (NON) vu I ' t 'Or l f l l t ul~l OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I n jec t ion dent ke bra i pour I 4v l te r au ~464 d ' l t t raper Le NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 iK~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 t i tpnOl , c 'es t - l -d i re les con- (PASSER A k l l )< (PASSER A 611)< (PASSER A 411)« yu( , l~s .prO. ( . rm, . .w ic . ? NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NOItRRE . . . . . . . . . . . . . . . . D RSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . O ,~ .E . . . . . . . . . . . . . . . . [~ N.RE . . . . . . . . . . . . . . . . fq f NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DRSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 245 411 O~J I+IZ-VCMd• æ¢c~h+ de. (Mm)? OERNIERE NAISSANCE MOI4 NAI~ PROERE MAISOM . . . . . . . . . 1~ AUTRE t'~lSOM . . . . . . . . . . 12 SECTNUR PUBLC HOElTAL . . . . . . . . . . . . . . . E1 CEE|RE SAMTE . . . . . . . . . . 2E POSTE DE SANIE . . . . . . . . 2~ SECTEUR PNLVE HOP. PR I . /CL [N]QUE. , . .S1 AUTRE 41 (PRECISER) i AVANT'DERN[LkE NA]SS. NOM NAISON PROPRE HALSON . . . . . . . . . 11 AUTRE NAJSON . . . . . . . . . . 12 SECTEUR PU~LC ROP]IAL . . . . . . . . . . . . . . . 21 CENTRE SANIE . . . . . . . . . . 2~ POSTE OE SAN1t . . . . . . . . Z~ SECTEUR PRIVE HOP. PR] /CL IN IOL JE . , . .~ I AUTRE ~I AV, A~ANT-DERNIERN MAISS. fl~14 NAISCill PROPRE MAISON . . . . . . . . . I l AUTRE MAISO~ . . . . . . . . . . 1~ SECTEUR PUBLC HOPITAL . . . . . . . . . . . . . . . 21 CENTRE SANIE . . . . . . . . . . 22 POSTE DE SANTN . . . . . . . . 2~ SECTEUR PRIVE HOP, PR I* /CL IN IgUN. . . .~ I AUTRE ~~ (PRECIEER) 412 ff, I l VOU• • l l •$1•tN pour t 'nccouchement de (NON)+! ~U@ t 0~' UIt d,aut re? ENCNRCLER LES CODNS C(3~RESPON- GANT AUX RNPO~SNS DECLA~EES . PERSONNEL DE LA SANTE MEDECIN . . . . . . . . . . . . . . . . . A AGEM? SANIT,/ INFLRM[ERE/ SAGE'FEMME . . . . . . . . . . . . . . AUTRE PERSONNEL MATRONNE . . . . . . . . . . . . . . . . C ACCOUCH, TRAD . . . . . . . . . . . AUTRE E (PRECISER) AUCUN~ PERSONNE . . . . . . . . . . t PERSONNEL DE LA SANTE MEDECIN . . . . . . . . . . . . . . . . . A AGENT SANLT,/LNFIRNIERE/ SAGE-FEHHE . . . . . . . . . . . . . . S AUTRE PERSONNEL NATRONNE . . . . . . . . . . . . . . . . C ACCOUCH. TRAD . . . . . . . . . . . D AUTRE _ _ E (PRECISER) AUEUNE pERSONNE . . . . . . . . . . F PERSONNEL GE LA SAETE MEDNCIM . . . . . . . . . . . . . . . . . A AGENT SAMIT+/JNFIRNIERE/ SAGE'EEMME . . . . . . . . . . . . . . B AUTRE PERSO(¢NEL KATRO(¢NN . . . . . . . . . . . . . . . . C ACCOIJNH, TRAD . . . . . . . . . . . D AUTRE E (PREC[SNR) AUCUME PERS~ME . . . . . . . . . . F 413 | (MCM) I• t - I I /eL le n i (e ) h te r re A TERME . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 A TERHE . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 A TERNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I ou pr~t ur lment? PREMATUREHE NT . . . . . . . . . . . . 2 PREHATUKEMENT . . . . . . . . . . . 2 PREMATUREMEMT . . . . . . . . . . . . 2 MSP 8 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . B NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . N , , , I+ ._M.**_ . . , _ + . . . . - - . I +, . , te l . ,LE, . , NOll . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 415 | Gt~llwJ (NON) l e t r~4(e), I t tml t - I L /eLLe: NPOl{ l l ) + GROS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 GROS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 GROS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 mOyMl( rie ) y 140YEM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E MOYEM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NO+EM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 *~de~+t( , . REm 3 PET . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 pET. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . + OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I OUL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I BIN(1) i | I mIl l la~Gl? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NO:~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8- NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (PASSER A G18)< (PASSE~ A (, 9}< (PASSER A 619 • | ' " I - " ' " " " '«*" N'~~R,ES . [~ [~ *,~O0,A,~ES . ~ [~ *,E~R,N, . E; [~ ,S' . i.+0 NS~ . '.+ ,SP . i . ." OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1] (PASSER A &20)« . . . . NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ '~ J PASSER A ~21 • - N19 | V~ r~IgLts •~t -* t t *o revenue* e~tre | l M l••ance de (MOI) e t I vo i re grQl lSeSSl lU IV l l r t te? QUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 HON . . . . . . . . . . . . . . . . . " ~ (PASSER A ~23 • I oui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 J I H~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ES (PASSER A 423)< . . . . I «EN 422 I Penbent c~len de t re aprîDs Te n l J l s t ' l¢ ! de (MOI) n 'avez veu l des e~l de u ' tgLet ? Avoz-v~ repris Le• r~oporE• lexue( i ~ l l l e ne~e~e de (NG~)? - . , [~ I ~~R . ,f-V1 ENCEINTE OU PAS SURE V (PASSER A ~.2S) OU] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Q . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (PASSES A 4241« " ' ' '~] JOUR . . . . . . . . . . . . . I HOIS . . . . . . . . . . . . . 2 HSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 990 16 246 473 Pendlnt coabL~n de t re al)rEs Le r~tss~n~e de (Not) n~lvIz-vo(J8 pain qr~J de r ' l l~.Drt| glxt~4( i? OERN[ERE NAISSANCE NOI4 ~,s . 21[ I NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 998 AVANT-OERNIERE NAISS. NOM jotJ~ . . . . . . . . . . . . . 1 [ ~ 1401S . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 998 AV. AVANT'OENN[ERE NAISS. JOUR . . . . . . . . . . . . . 1 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 998 [NO~¢OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (PAEEERAA26)( 211=,1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1 426 AVeZ-rem aLLai t6 (I~M)? (PASSER A 433)« ] (PAESER A 433)« 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . N~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Nou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I AZ3 POdr~Jo l n l l v l l - vc~l ~1 l l La l t l (NOM)? 426 4Z? 428 Cælen de t ~ iprA8 la rH l l l l l lC I I¥1 | -V~J I | |8 (NOM) lu se lnpour I lp f l l l i çe fo l le SI NOIHE DE I HEURE, INSCRIE~ =00= HEURE, I l MOINS D~ ~A HEURE|, IH$CRIRE DES HEUR[E, AUTRENENT, INSCRIRE DES JOURS. VOIR 216: ENFANT VIVANT? NERE MALADE/FAIBLE . . . . . . 01 ENFANT HALAOE/FAIBLE.O2 ENFANT DECESE . . . . . . . . . . . 03 PROSLEHE DE SEIN/ DE DOUT DE SEIN . . . . . . . . . 04 LAIT INSUFFISANT . . . . . . . . OE TRAVAILLE . . . . . . . . . . . . . . . 0~5 ENFANT A REFUSE . . . . . . . . . 07 AUTRE .(~1 (PREEISER) (PASSER A 435) « - - îAERE 14ALA, DE/FA]ELE . . . . . . 01 ENFANT KALADE/EA[ELE.,02 ENFANT DECEDE . . . . . . . . . . . SI PROBLEME SE SEIN/ DE BOUE DE SEIN . . . . . . . . . 04 LAIT INSUFFISANT . . . . . . . . S~ TRAVAJLLE . . . . . . . . . . . . . . . O~ ENFAME A NEFUEE . . . . . . . . . 01 (PRECISES) (PASSER A A33) ~~ NERE KALADE/FAINLE . . . . . . 01 ENFANT MALADE/FAIBLE.O~ ENTANT HECEDE . . . . . . . . . . . O] PROSLEIE SE HE[N/ DE SOUE DE SEIN . . . . . . . . . 04 LAIT IHigJTF[IANT . . . . . . . . 03 TRAVAILLE . . . . . . . . . . . . . . . 06 ENFANT A REFUEE . . . . . . . . . 07 AUTRE 08, (PRSCISER) (PASSEN A 435)4 ALLe! tex -v~ ln¢or ! (NOH)T IV~IED[ATEMENT . . . . . . . . . . 000 HEURES . . . . . . . . . . . . . 1 JOURS . . . . . . . . . . . . . . 2 VIVANT~. OECESE(PASSER vE~ A 433) OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ( (PASSER A 433)« i ( l l l tA ( I nu i t dern lhr* entre 0'ALLAITEMENTS I Le couch~ et te Lever du DE NUIT . . . . . . . . . . . . so le i l T SI REPONHE NGII NUMENIOUE, IN* SlSTER PO~ EVALUER LE NOMBRE , 4]0 Cælen ÒI fo i l IVe|.VOUt N(~ABRE • ( l . l tE , l e , . I~ , , le | DCALLAI|E,ENTS I I I h~re l de Jour ~t re L,I lever DE JoeR . . . . . . . . . . . . L~ J I f ( I Coucher du io (e l ! ? SI REPONSE Nl:~ NUI4ERI~JE, IN- SISTER POUR'EVALUER LE HOHORE OUI NON EAU . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 JUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 LAIT EN 601TE/POUORE,,1 2 LAIT OE VACHEICHEVRE.1 2 QIJINQUEL l 8A . . . . . . . . . . . . 1 2 AUERE LIQU[DE . . . . . . . . . 1 2 (PRECISER) BOUILLIE DE MIL . . . . . . . 1 2 CERELAC . . . . . . . . . . . . . . . I 2 AL INENE S SOLIDES . . . . . . 1 2 431 AVeZ~VOUS dorv~i tmlw~ment qutLccl~qul h ie r o~ I l nu i t ~ern lhr l un dos It i lrpDntl su i - vants E (NG~): AUIRE 432 VOIR 431 : NOUaR[TURE OU LIQUIDE DONNE NIER : "OUI" POUR RIEN DU TOUT UN OU PLUS ~ v V (PASSER A 6361 (PASSER A 4]7) ,I 7 247 Q33 Per~hmt comb~en de~pois mlLmitA (I~ON)P DERMIERE NAISSANCE NON MOIS . . . . . . . . . . . . . . . JUSOU~A SON DECES . . . . . . 96~ (PASSER A 4S6) • / AVANT-DERNIERE NAISS. MON JUSOU+A SON DECE$ . . . . . . 961 (PASSER A L~~)c I AV. AVANT-DERMIESE NAISS, MON MOIS , , , , , , , , * , . . . . . I~~ JUSOU+A SOli DECES . . . . . . 9+, (PASSER A A~~l~*) • 1 ~34 A36 P(AJrq~IOl Ivez-vous i r r i te d ' l~ta l te r (NON)? Av l * :+v~s ck~r~ E (RGN) I de L**au, o~ l~Je(que chose ] d+lut r l i bo i re ou i ~r~er (aut re que le Ls l t w~terneL)T KERE 14ALAOE/FAliLE . . . . . . 01 ENFANT NALADE/FAL6LE.02 ENFANT DECEDE . . . . . . . . . . . OS PROEILSHE DE SEIN/ DE SOUT OE SEIN . . . . . . . . . 04 LAIT [NSUFFISAN! . . . . . . . . 05 TRAVAILLE.,.+ . . . . . . . . . . 06 ENFANT A REFUSE . . . . . . . . . 07 AGE DIJ $EViAGE . . . . . . . . . . OS TOMBE ENCEINTE . . . . . . . . . . 09 A COMMENCE A UTILISER LA DONIRADEPTION . . . . . . . . 10 AUTRE 11 (PRECISER) ? V OUI . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2j (PASSER A 440)¢----- MERE MALADE/FAIBLE . . . . . . 01 ENFANI MAL~E/FAJBLE. . .02 ENFANT DECEDE . . . . . . . . . . . G~ PROQLEME GE SEIN/ DE 8QUT DE SEIN . . . . . . . . . 0/* LAIT INSUFFISANT . . . . . . . . 05 TRAVAILLE . . . . . . . . . . . . . . . 0~' ENFANT A REFUSE . . . . . . . . . 07 AGE DU SEVRAGE . . . . . . . . . . OS (ORBE ENC[INIE . . . . . . . . . . 09 A CI~ENCE A UILLtSEN LA CONTRACEP|ION . . . . . . . . 10 AUTRE 11 (PRECI~tE} VlVAN1 V~ DECEOE ~ (PASSER A 417) ! , ç OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~] (PA~SER A 440 <-- NERE MALADE/FAIlLE . . . . . . 01 ENFANT 14ALAD|/FA|iLS,.*DE ENFANT DECEDE . . . . . . . . . . . PRONLEME OE fd[(N/ OE IiOUT DE SEIN . . . . . . . . . 04 LAIT INSUFFISANT . . . . . . . . OS TRAVAILLE . . . . . . . . . . . . . . . ~6 ENFANT A REFUSE . . . . . . . . . O? AGI( OU SEVRAGE . . . . . . . . . . 08 TOIEBE EMCEIMTE . . . . . . . . . . 09 A CCIEHENDE A UTILISER LA GOIITRADEPT[ON . . . . . . . . TO AUTRE 11 (PRECISER) I VlVANT~ DECEDE[~ (PASSER A A37) ~ m OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 N(~i . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (PASSER A 440)<'**'1 437 CC~bhm dt mol l ava i t 1(11(14) qu~Ci rOUI JV*Z ¢CmeT, ey~CE A lUI donner i l S Ch+l l l IU+¥11~tll dll ç lç~n r*~lu l lk re? : L I I t en bo i te ou_ ( l i t tu ( re q~ t* L* I t mt* r~(? Slu? Quirw,~.~ L i b i? Jus de f ru i t Autres l i t (des ? Autres I L• l ln t l lOt i~ l o~ en bouiLL ie ? Si MOINS DE 1 MOIS, INSCRIRE :~1. AGE EN MOJS . . . . . . . . . I I 1 JAMALS DONNE RECUL . . . . . . . 96 AGE EN MOIS . . . . . . . . . I I I JNEAIS DONNE RESUL . . . . . . . 96 AGE EN MOIS . . . . . . . . . ~T~ JAMAIS DONNE REGUL . . . . . . . 96 AGE EN IlJ~lS . . . . . . . . . [11 JANAIS DONNE REGUL . . . . . . . 96 AGE EN NGIS . . . . . . . . . [11 JAIEAIS DONNE REDUC . . . . . . . 96 AGE ER MOIS . . . . . . . . . ~~~ JN4AIS DC¢4NE RESUL . . . . . . . 96 AGE EN MOIS . . . . . . . . . [11 JAMA]S DONNE REGUL . . . . . . . 96 AGE EN NUIS . . . . . . . . . I I I JAMAIS DONNE REGUL . . . . . . . 96 AGE EN MOiS . . . . . . . . . [ ~ aAHAIS DONNE REGUL . . . . . . . 96 AGE EN MOIS . . . . . . . . . I J ] JAMAIS DONNE RECUL . . . . . . . 9~ t ~ AGE EN MOIS . . . . . . . . . I [ [ JAMAIS DONNE REGUL . . . . . . . 96 AGE EN MO[S . . . . . . . . . I ] 1 4AHAIS DONNE REGUL . . . . . . . 94 (PASSER A 440) I - 'T" -% AGE EN MOIS . . . . . . . . . I [ I JAMAIS DONNE RSGUL . . . . . . . 96 AGE EN MOIS . . . . . . . . . ~- -~ JANAIS DONNE RESUL . . . . . . . 96 I AGE EN MOIS . . . . . . . . . JAMAIS DOIIME RECUL . . . . . . . AGS EM ælS . . . . . . . . . 111 JA~AIS DONNE RECUL . . . . . . . 96 F'- -r - -1 AGE ER MOIS . . . . . . . . . I I I JAI4AIS DONNE RECUL . . . . . . . 96 AGE EN MOIS . . . . . . . . . I I I JANAIS DONNE RECUL . . . . . . . 96 (PASSER A &40) 439 DECEDE[~] 1 V (PASSER A ~EG (1~) J - t - t t /e t t *buc~tque I ou( . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 chose æu biberon, h ie r o¢,1 I MOI4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 lu nu i t borniAre? NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 RETOURNES A 403 POU~ LA IIAI$SARCE SUIVANTE; OU, S ' I L M'Y A PLUS DE NAISSANCE. PASSER A LA MEMIERE COLGWNE DE 441 : 18 248 461 SEC[ION 4B. VACC[NAIION ET SANTE NOIEE LE KGI,4ET LE H" OS LIGNE DE SHAOU( NAISSANCE DEPUtS LE 1er JANVIER 19~T ~AM| L | ~ABLEAU. POSER LES OUESIIONS A PROPOS DE ~CUIES CES NAISSANCES. COW4ENCER PAR LA DERNIERE #AI$1AWCE. (S ' I L f A PLUS DE TROIS NAISSANCES, UTILISER UN ~JESTIO~4NAIRE $UPPLEMENIAIRE). ~" DE LIGNE I 0£ LA Q. ~12 DERFqERE NAISSANCE VIVAN, [ ; ~ DECEDE ~ ] v v C~JI, VU . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1 (PASSER A 444)• "J ~lJI, NON VU . . . . . . . . . . . . . (PASSER A 4461«~- - ] PAS DE CAWNEI . . . . . . . . . . . 3 SELON Q. 212 EI Q, 216 Ave l 'vous u~ carat de $1nt t ( car te ) o~ tes vo¢¢lP4~tionl de (NON) IOnl i~ lCr i t t i ? $I OUi: Pu is - je te vo i r , l ' i l vOUS pta l / ? AVAN1-DER#IERE NAISS. kV. AVAWIr-OSRNIERE NAIE$. NO~ NON ç~ o.,o,ç ,v,N 0 o,-o,0 ¥ ¥ I ¥ IIII O~Sl, vu . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 [ OUI~ VU . . . . . . . . . . . . . . . . . I (PASSE R A 44~,)• (PASSE R , . . , 1 I OUI, NON VU . . . . . . . . . . . . . 21 oe l , NON VU . . . . . . . . . . . . . 2 (PASSER A 646) ( I (PASSER A 6&6) ( I PAS OE CARNE] . . . . . . . . . . . 3 PAS DE CARNET . . . . . . . . . . . ] cBrP4~t oe Inn[E pour (NON)? (PASSER A ~,4&) ( - - NON (PASSER A 6~,6)« - - {PASSER A &46)< NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . ',. 2 (I)CCPIER LES DATES DE VACCINATIONS POUR CNAOUE VACCIN A PARTIR DU CARWEI. (~)INSCRIRE '~~' DANS LA COTONNE 'JQUN', SI LA CARTE (~ J LE CARNET) INO[OUE OU*UNE VACCINATION A E(E FAI- IE NA[E LA OAIE N»A PAS EIE REPORTEE, ~CG POLIO I POLIO 2 POLIO D~£oq I D I [~ I OTCoq ROUGEOLE FJEVRE JAUNE JO~J~( NOIS ANNEE J JOUR MOIS ANNEE °~°11 ['2 I " I 01 l °~ I R®II - I l JOUR P~)J$ ANWEE 6cG I PI PE P] D1 OE D3 445 (WOI4) o iR ( reçu des vacc inat ions qui ne io~t p~s inscr i les ~ur ce carnet? ENREGJStRER 'QUI ~ SEULENEWI SI L'ENOUErEE MENTIONNE LE(S) VACCIN(S) DU 8CG, DICoq 13 , POLI01"S ROUGEOLE, ET/L)U flEVRE JAUNE QUi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ([NSI$1ER SUR LE IYPE DE VACCIN ET INSCRIRE '6&' PUIS, PASSER A O.A4S) • DANS LA CULONNE CORRE$" PONDANt AU JOUR EN 444, NON . 2 I N~P . . . . . . . . . H (I,A'*bt~ A t.~U)~ O(JI . I (INSISIER SUR LE 1YPE DEI I VACCIN ET INSCRIRE 1661 DANS LA COLONNE CO~REE" PONDAN! AU JOUR EN 464, PUIS, PASSER A O*~&8) • NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 | r J N' . . . . . . . . . . . . . 8 {PAb~~W A ~«U)«- - - OUI . 1 I (INSISTER SUR LE IYPE DE I VACCIN Et INSCRIRE ~66' I DANS LA COLONNE CORRES- PONDANT AU JOUR EM 444, PUIS, PASSER A 0.4C8} • NspNON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . $2 t r@¢tJ d~ vocçir]~l l ion p(~l, NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~ON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ( i i i év i (o r d l~( t lQper (pA~$EW A 4Ç8)~--- (pAssER A 6~S)<-~-~ (PASSER A 448)< des ~qL ~ i e'~? NSp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . R47 S'tE VOUS p lo ie d i le$ -n~i si (NOM) a l'ced ~ le dos V#CC inNI ion~ Iii vanl eï « Une v{~ccina~lOn du SCG COn|fo Lo t~)ercu lo>e, c~es l&a i re une injection Qans t 'epou[e gouche qui ~ t~i~se une c ica l r i ce? UP.e vQcc in~L l~l contre La pot io c 'es t h d i re ~es gouttes dons La I~uChe? 5[ OUi: C~l~lon de fo is? Une in jec [ Ion con[ce la rougeole? Une in jec [ ion cont re [~ f l cv re j~u.e? ~J I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 O,J[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 N~4ORE DE ,oJS . . . . . . . . ç - ] (~J[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Oui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . S NOMBRE DE fOIS . . . . . . . . I l QUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 OEI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ~ON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . S NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 f----I NOMBRE OE FQIS . . . . . . . . [ I QUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 WSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 249 19 AV. AVANT-D|RN||R| SA|SS. OERWIE~E NAISSANCE 1 AVANT'DLRNJEI~E N*ISS. I I I NG~ NOR .,,,,,"" "".,, I .,--T ~,.A,., A ,so," OE.OE ç|~ PASSERV'VA"' ~A "0 O"EOE ? ,'A""'A'E ~A ''0" "0'0' RRTI~.IRNE| A 462 POt~ LA MAI$~ABCE I~JIVARIE; GO, S*[L N'Y A PLUS 0£ «AISSANCE, PASSER A &~O, 4S0 I (lION) e . t - | | l e l te I~1 ~ La I 01,41 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I ( | i v re A un aos~~t q,.~L¢O,~Ne I ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 d l r . I i l s ~ dern i6ros uemoine l? i~P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 NOW . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 I QUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 J NOM, . . . . . . . . . . . . , . , , . .~ .~ WSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 ¢51 452 (MOW) O-¢- IL le{ le s~f fe r t ON OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 L I t ~ & ~ J t ~ t C ~ ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z te | ~ dern i l re l $~ine l? (PASSER A NSS)<- - - - -~ N~P, . , . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 ~ J (WOM) l - t - I l / eL le ~~af fer t I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 dl l Et K04~ ~ I i i dern i#r ts i ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 26 h~ure|? NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B Oui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (PASSER A 4~b) ( - ' l aJ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . , , , . OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . T NON . . . . . . . . . . . . , . , . . . , , .~ (PASSER A 6SS1¢~ WSP . . . . . . . . . . . . . . . I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I WON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ Ncel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 N$P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 AS3 Pendant ¢~l~l~G~ j o~ J ruaOUré ~ Ç~~ JOURS . . . . . . . . . . . . . . JOURS . . . . . . . . . . . . . . 1 1 1 J~%JR ~ . . . . . . . . . . . I I La t l~x /d l l~ J i l co ,~ iec jo~ars dure L~ icsaÆ? I I J [ I [ $1 MOINS OE I J~iJR, INSCRIRE 4001 , 4S~ I O~~~d (NON) moufh l i t ae OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I (~ toux, relpirait ' iL le(te ptu$ r~pide~~rtt que a ,hab i t~~e WO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ( IV IC Un lO f ( f ie COUrt e | r lp lde? ) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 ~NS I [ ] AUTRE [*(PASSER A 460) 4S6 Es t -ce ~J~ que lque cho~¢ a I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ~t t d(xlr~ pour t ra i te r L~ I WON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ( l~vr t l t~? (PASSER A &S~)«- - - - - HSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GOI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 QUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ( NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ HSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . *'~JJ" DANS "~UI '¢ OAHS ~50 OU ~51 4SOGU ~51 ç~ Fj AU'RE ~ ç'~'" I L»'(PA$SERI L-a,(PASSER I A Ab0) I A ~60) | v UUt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I (PASSER A 45~)«- 8] (PASSER A 4 5 8 ) ( ~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP. . . , . . . . . . . . . . . ~~T 458 459 Ou'est -ce q~t • é i6 dOr*~ pour t r l l te r L~ f J~vre l tC~x? O~J~(qu~ cho i r d*~ut re? ENCERCLER LES COOES CO~~RESPON" OANE AUX REPO~SES DECLAREES , Av l l -vous ~.tl~ncl~ ~~ conse i t~ ( l i v re / toux? INJECTION . . . . . . . . . . . . . . . . A ARI[$1OTIOUE (COMPRIME OU SIROP) . . . . . S ANTI'PALUOEE# (CONPRIME OU SIROP) . . . . . C SIROe CONTRE LA TOUX. . . . .Ù AU1RE CO~RIME OU SIROP,.E COMPRIME OU SIROP INCON.f R|kHEDE-MAISON/ PkAN1ES MEUICJNALE$ . . . . . G AUTRE H (PRECISER) INJECTION . . . . . . . . . . . . . . . . A ANIIB[OI[OUE (COI4pRI~£ OU SIROP) . . . . . S ANIIIpALUOEEN (COttpkIME OU SIROP) . . . . . C S IR~ COWIRE LA T~UW,, , . .D AUTRE COMPKIHE OU SIRC~.E C~PRIME O~J S~~OP INCON.F REHEDE-MAISONI PLANIES MEU&CINALES,,,,,G AUTRE ½ (PREC[SER) INJECTION . . . . . . . . . . . . . . . . A ARII61OTIQUE (COMPRIME OU S IROe) . , , . .S AMTI'PALUOEEM (COMPRII4E OU I tROP) . , . . .C SIROP CONTRE LA IOUX. . . . ,D AUIRE COMPAIME OU I IROP. ,E CONPRII~ OU SIROP INCON,.F REHEDE'MAI~~II/ PLANIE$ HEDICINALES, . . . .G AUTRE H (PRECISER) I~JI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2~ WON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . "~ (PASSER A (,60 • . . . . PA$SEI~ A 4~U , - - - (~AESER A 460)« 1 (~ Bvez-voU$ d¢llmt'4J~ des conse lL I o~ I r8 l t t~'~ent? A quekqu'un d'autre? ENCERCLER LES COOES CORRESPON" DAN( AUX REPON5ES OECLAWEES . SECTEUR PUBLIE HOPITAL . . . . . . . . . . . . . . . A CENIRE SANIE . . . . . . . . . . B POEIE SANIE . . . . . . . . . . C PERSONNEL DE SANIE COMMUNAU1AIRE . . . . . . . . D SEC1EUR MEOlCAL PRIVE CLIWIQUE/t*OP. PR IVE . . . ( PHARHACIE . . . . . . . . . . . . . F DOCTELIR PRIVE . . . . . . . . . G PERSONNEL US SANIE COH/4UNAUIA[RE . . . . . . . . H AUERE SECTEUR P~IVE SOUIIOUE/MARCHE . . . . . . . J CAJERISSEUR TRADlllONNEL . . . . . . . . . J AUTRE K (PRECISER) SECIEUR PuflL[C HOP&IAL . . . . . . . . . . . . . . . A E[NIRE SANIE . . . . . . . . . . B POSIE SANIE . . . . . . . . . . . C çERSONNEL DE SANIE CO~MUNAUIAIRE . . . . . . . . 0 SECIEUR MEDICAL PRIVE CLINIUUL/,OP. PRIVE.E PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . f OOC1EUR PRIVE . . . . . . . . . G PERSONNEL DE SANIE CO~MUNAU]A~Rt . . . . . . . . H AUTRE SECTEUH PRIVE BOUIJ~U[/MARÇHE . . . . . . . I GU[RISS(UR IRADITIONNEL . . . . . . . . . J AUIRE K (PRE: IS[R) SECIEUR PUBLIC flOPlTAL . . . . . . . . . . . . . . . A (EWTRE SANçE . . . . . . . . . . B POSI[ SANIE . . . . . . . . . . . C PERSONNEL DE SANT£ C~T~JNAUTAIRE . . . . . . . . D SECTEUR MEDICAL PRIVE CL IN IQUEI~. PR IVL* .E PHARHAOEIE. . . . . . . , . . . . . F DOCTEUR PRIVE . . . . . . . . . G PERSONNEL OE SANIE çI~&~UNAUEAIRE . . . . . . . . R AUIRE SECTEUR PRIVE SQUT[QUE/F~RCRE . . . . . . . I r.îUERZSSEUR TRADITIONNEL . . . . . . . . . J AUIRE K (PREC[SER) ZO 250 I OERNIERE NAISSANCE MON AVANF-OSRNIERE HALES, i AV. AVANT-OERMIEIE NAios, I NON NOM I I oe l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I dllrrt~le(o) i-t-I|/tlleGk~rli/it I l leUduI I GUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (PASSER A 462)< 111 oel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (PASSER A $62)• 111, ~ (PASSER A /~~-1¢+ 2 ] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ . o . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 :: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : l dern lk rn l l l n l l ? MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . S I |EEUUe l l A 4&æ ~ LA NAISSANCE SUIVANIE; OU~ S ' I L N*Y A PLUS DE VAISSANCE~ PASSER A 680 , I (MON) i - l - i | l e I le eu I l d l l r rhk ) durent te l dern lSre l 24 he~lrel? J OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 RSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 GUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 I NON. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Cmd~le~ du Jour l (o durR lE d I i r rh i t /~ l l C ld~l ln { i l JOl~'l l i~ l I l d l• r rhRe)? Ri NDINE DE I JOUe, I îi$CR I ME cOU. =, . EIO +GU.s . I-i--I mi . . . . . . . . . , . . . . . . . . . . . . 1 I I I14~P . . . . . . * . .+ . . . . . . . . . . . . S +OURs . . . . . . . . . . . ~T- I I t - l v l l t - l t du e lng te l l e t te l ? 466 VOIR &26lA28: DERNIER ENFANT EMC~tE ALLAITE? ~îe~J (1401) IV l I t I l d~lrrhSe, eve l -v~ ch~gE (en~~re d* i I l l l t l l l n t l ? OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . O OUt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I J QUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E [ NOU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A CUl NON E~ (PASSER A 668 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 MQN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (PASSER A ~68)<- I (PASSER A 468) I (PASSER A 666) A6Z Avi l i -vous lug l~tA ou red i t I te nmlbre de perverti o~ I rez - AUGMENTE . . . . . . . . . . . . . . . . . I I vo~4 errErA complEtement ? REDU[T . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ARRETE CONPLEIEMENT . . . . . . 3 En CklllOrt du l l l l t a l te r r~ l . I 444 Cul evel-volal ~ A bo i re MEME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 MEME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 MEME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I l mPlll RF~It/ltltA CI~ItlVlINI I l PLUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 PLUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 PLUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 d I I t rhAef p|U• w OU I101rl41? k~)JNS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 ME[MS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 HOINS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 'SP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ' aU, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I oe i l} . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI* , . . , , . . * . . . . . . . . . . . . . i1 J 469 Emt-ce U quetque chose I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 MON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~1 NON' ' ' . . . . . , . . , . . . . . . . . . . 2 4t4 dann4 peur t ra i te r I l d | l r rhEe? (PASSER A 471 )« J {PASSER A ~+;P1 )< (PASSER A 6T1)« MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 HSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , .BsJ NSP . . . . . . . . , . . . . . . . . . . . . . 470 Qu 'e t t -ce qui • 6t6 donne TraiTer ( I d l | r rh le? Q~eLc~Je chose d l lu t re? ENCERCLER LES CODES CgeREEPC~. D/dit AUX REP(]MSES DECLAREES LIQUIDE DES SACHETS SRO.A LIQUIDE RECONMANDE ET FAIT A LA HAISOH . . . . . . B COk~R[ME OU S IR~ ANTIBIOTIQUE . . . . . . . . . . . . . C AUTRE COMPRIME OU SIROP,.D iNJECTION . . . . . . . . . . . . . . . . E (E .V . ) INTRAVEIMEUSE . . . . . F REMEDE MAISON/ : PLANTES MEDiCJNALES . . . . . . G i AUTRE N (PREC[SER) LIQUIDE DES SACREFS SRO,.R LIQUIDE RECOMMANOE ET FAIT A LA MAISON . . . . . . 6 ŒEO~PRIME OU SIROP ANTIBIOTIQUE . . . . . . . . . . . . . C AUTRE COMPRIME OU SJROP.,O INJECTION . . . . . . . . . . . . . . . . E (E .V . ) INTRAVEINEUSE . . . . . F REMEOE MAISON/ PLANTES MLOICINALES . . . . . . G AUTRE R (PRECISER) LIQUios DES SACHETS RRO,.A LIQUIDE MECOMMANOE ET FAIT A LA 14AISOM . . . . . . E COMPRIME OU SIROP ANTI|iOTIQU£ . . . . . . . . . . . . . C AUTRE COMPRIME OU $1ROP.D INJECT(OM . . . . . . . . . . . . . . . . E ( I .V , ) iNTRAVEINEUSE . . . . . F REMEDE iEAISgEII PLAHTE$ i4EOIC[NALES . . . . . . G AUTRE H (PRECISER) 671 Avtz-veue de~ des conte4( i GUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2] OUIRI~4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ( I| d ie r rh ie? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 (~J I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ou un t ra l tenmnt pour le PASSER A 6T~ • (PASSER A 6~) • 21 (PASSER A STJ) • J A72 O(J evez -v~ ~ SECTEUR PUELiC del ¢Or l l l l [ i OU un NOPlTAL . . . . . . . . . . . . . . . . A t r i t tement? A quelqu'un d 'out re? ENCERCLER LER CCOES CORRESPQM- OANE U EEPOVSEE DECLAREE$ . CENTRE SAHTE/PMI . . . . . . . R POSTE SANTE/D[$PENSA•R.C PERSONNEL DE SANIE CCIEHUNAUTAtRE . . . . . . . . . . 0 SECTEUR MEDICAE PRIVE CL[NIUUE/ROP. PRIVE. . . .E PHARHACIE . . . . . . . . . . . . . . F DOCTEUR PRIVE . . . . . . . . . . G INFIRMERIE PRIVEE/CONF,H AUTRE SECFEUR PRIVE BOUIIOUE/MARCHE . . . . . . . . I GUERI$SEUR TRADITIONNEL . . . . . . . . . . . J AUTRE K (PRECISER) SECTEUR PUS(lE HOPITAL . . . . . . . . . . . . . . . . A CENIRE SAUTE/PMI . . . . . . . E POSTE SANFEIOISPENSA[R,C PERSONNEL DE SAUTE CONMUNAUiAIRE . . . . . . . . . . D SECTEUR MEDXCAL PRIVE CLINiQUE/HO#. PRIVE. . . .E PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . . OOCTEUR PRIVE . . . . . . . . . . G INFIRMERIE PRIVEE/CONF.R AU(RE SECTEUR PRIVE BOUT(QUE/MARCNE . . . . . . . . I GUERISSEUR TRAO[TIONNEL . . . . . . . . . . . J AUTRE (PRECISER) SECTEUR PUiLiŒE HOPITAL . . . . . . . . . . . . . . . . A CENTRE SANTE/P14i . . . . . . . O POSTE SAHTE/DISPEN$AJfl.C PERSOIINEL DE SAMTE CO~AUTAIRE . . . . . . . . . . 0 SECFEUR H~DICAL PRIVE CLINZg~JE/ROP. PAIVE. . . .E PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . . F DOCTEUR PRIVE . . . . . . . . . . G INFiRMERiE PRIVEEICOI4F,H AUTRE SE£TEUR PRIVE BOUT[OUE/MAECHE . . . . . . . . I CEJERaSSEUR TRADJFICqNEL . . . . . . . . . . . J AUTRE (PREEISER) 21 251 I ~~J VOIR 470: LIQUIDE D'UN SACHET $RO CITE 414 (Mde) | ' t - I f / l i re reçu (LIQUIDE ~*U~ ~/~CKE1 SRO LOCAl) qu i~ l i ( /e l le lV l | t I1 d l l r rhoe? DERNIERE NAISSANCE 'NlOli OUI, Nde, LIOUIUE LIQUIDE SRO SRO PAS CITE CITE v AVAN1"DERNLEEE NAIS$. OUI, NON, L]OUIDE LIQUID[ RRO 5RO PAS CITE CItE [~ (PA~~~R A 47~) v cI.bI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ~1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (PASSER A ~7~)~ - t • (PASS[' A ~ ' b ) ' ~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D AV. AVANI"DERNIEæE NAISS. lION OUI. NON, LIQUIDE LIQUIDE SRC SRO F'A$ CITE CITE [~ (PASSER A I ,~) OUi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Nde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2] (PASSER A 4T6) ( RSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D 475 I pm'~m( c~*iQl~m cle jours I ENa4) l ' t ' l l / e l t l ,'ecu I ( l l a4 LOCAL)? Si f4OINS DE 1 JOUR. INSCRIRE 'DG' . 476 I VOIR 470; I LIQUIDE RECdei4ANDE ET fAiT A kR NAISON E l le NSV . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ç~ . . . . . . . . . . . . . QJ t~ l l , t lOU I t l t NON. LIQUIOk MAIbOM MAI~ PAS LI IL CIIE L~ (PASSER A «7B) v 4. I ('de' " ' " " ' ° " " ~«° ~ " " I (P,-,~, «,~). -q OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I e/aide fQCOmm~~ i~r te per- NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Sorv~L de I~tÓ et prep~.'¢: I # I l «=i~o~1 avec (I;dGREOIEN~S J NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 RECOI4MAXDES) quand i ( l e l te I av i l i | Lll d io r rhd l? I I~ l l , t lQUIDI QUI, LIOUIDI ~UN, LIUUlUL HAIIUN NON, LIG4JID| 14AISON MAI~UH PA~ LI IE 14AISde PAS C i l | CiTE t~ I c,T~ Ç~ v Oui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ( OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 NO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z1 NO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 :~1 (PA~$ER A ~/9)< | (PASSER A 4~9)¢ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8J I NRP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . O J I I I 478 Pendant cGu~ien~" jours ENOM) a - l - i l / eL le cocu Le L$cNicl~ pre!~r~ avec (INGREDIEN|S RECOi~'IANDES)? JOURS . . . . . . . . . . . . . Ç ~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9fl JOU~S . . . . . . . . . . . . . . [ ~ ~~P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 SI MOINS QE I JOUR, INSCRIRE *00 ' . RRIOURHER A 442 POUR L'EIIFANI SUIV/LN1; OU. S ' IL N*Y A PLUS D~ENFANT, PASSER A ~DO. F-F-q JOURS NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Q~ 22 252 PALIER N" I OU(RIIONS ET FILTRER I mE, I A (dlo | VOIR &?O eT ~T4 (TOUTES LES CC~ONNES): I I D«U~ SAC~T I~qk~ll A UU |NEANT ~2 Avel-v@ue d~JA erltMldu par le r d,un pro~t~ spécial I~~el4 ( l l~ LOCAL) qæ vous pouvez Obtenir pour Le t r l l t lmeht de te d l l r rhEe? SOLUTION $RO D'UN SACHET N*A ETE OONNEE A AUE~JN ENFANT Il I AVl i ' îg~ l #| i ~ ~" sachet ¢om~l ce lu i - c i lU ip l r lv l~[T (N~NTAER L! I~¢ l l i | ) Avez -~~e d4 j i pre~Ar4 une so lu t ion *vec un de ces sechet l pour t ro l te r L I d(mrrh6e pour vc~t-mê~e ou o~et- qu~und*wJtre? (NO~TRER LE IACRET) r OUI . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I J lioe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2--,-,~AII7 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 I ~ON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ZTE~ I .La dern l6re fo i s que vous ævlz pr(tpArR (NO~ LOCAL), TOUT SACHET ES U~E FOIS . . . . . . . . . RB& ! [ . I ve i ' v~ î4 prdiDmrA to*JT te sachet ~ une fo i s , ~etJlIM~11C ~ pAr|~e ~J 114~heT? FARIIE OU EACNR T . . . . . . . . . . . . . . . . ~- - I * .~ ~aS '~~'lDlen ¢1,e4~ ll~.el.~~~*~s ~.{ i t i se ~.%,r pre~%ltrer t~æ LITRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 (NON LOCAL) I l dern i i re fo i s qu4 VOUS t 'avez fd)it7 I LITRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0;~ 48T 484 I 1\2 LITRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 R LITRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 04 SELON INSTRUCTIONS OU $ACRET.O$ AUTRE 06 (PREC]$EI) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 OÛ pouve l -v~4 obten i r le sachet de (N(~I4 LOCAL)? iNSiSTER: NuLLe part s lUeurs? ENCERCLER LES mES CORRESPONDANT R(~S| I OECLAREES VOIR &70 ET 6,T7 (TOUTI[S LES COCa#ES): LIQUIDE REC(]4HAKOE ET PREPARE A LA lIAISON DCA411E A L)II ENFANT O~ I rEz-vous N :pr l l i p r lparer le l iqu ide re¢o~ et f i l e | la I l l e~ evl¢ (INGREDJENTS RECOHMA#DES) que vous i |vez donm~ i (NCN) c ~ I l /e l le evs l t la d larrh6e? ENCERCLER LES CODES CORRESPONDANT AUX REPON$£S DECLAREES . SECTEUR PiJ iLI¢ HOelTAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A CEMTRE $ANTEIPNI . . . . . . . . . . . . . | POSTE SANIE/DISPENSAIRE . . . . . . ¢ PEREONREL DE SANTE C(]q4URAUTAIR[ . . . . . . . . . . . . . . . . O S£CIEUR MER]CAL PRIVE EL]NIGUE/HG#. PRIVE . . . . . . . . . . E PHARHAC[E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F DOCTEUR PRIVE . . . . . . . . . . . . . . . . G INFZRMERIE PRIVEE/CONFE$ . . . . . R AUTRE SECTEUR PRIVE BOUTLQUE/MARCHE . . . . . . . . . . . . . . I GUERISSEUR TRADIT]OIINEL . . . . . . . . . . . . : . . . . J AUTRE K (PREC[SER) L IV IDE RECCIAîAANOE Et PREPARE A LA r I MAISON NON OONHE A L - J UN ENfAnT OU 470 E1 677 NON POSEES SECTEUR PUBLIC HOPITAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A CEMTRE SANTE/PMI . . . . . . . . . . . . . R POSTE åANTE/OIEPERSAlmE . . . . . . C PERSONNEL DE SANTE COMMUNAUTAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . O SECTEUR MEDICAL PRIVE CLIMIQ(~[/ROP. PEiV6~ . . . . . . . . . E PHARJAACJE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F O~TEUR PRJVE . . . . . . . . . . . . . . . . G IHFIRMERIE PRIVEE/CONFES . . . . . M AUTRE SECTEUR PRIVE BOUTIQUE/MARCHE . . . . . . . . . . . . . . [ GUERIESEUR TRADITIOiJNEL . . . . . . . . . . . . . . . . . J AUTRE [ (PRECISER) ~501 Z3 253 PAilililll il" I UiT IG I l l lET FILTRES I COOES I A +' I " - ' " ' - ' - ' ' I +' . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ' r + gO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . :' 502 i l tml -~ ¢6 | lUeta l re , ve~ve, d lvor¢4e ou l lpar6e , ou VIT EH UH](~+~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 P50/0 v |v l l -v~n an un lon iv~ q~L~~un? VEUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 OIVORCEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 5011 SEPAREE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 CELtBATAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 I ', ilG,) AVII-~Lal ~l j i vkuonur l |~ev l¢ ¢~llL<¥+J+m? OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ~5~ HO++ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 m .513 '~1 ' ' ' " " +'r ' '* ' '* '+°'n' + ' ' ' - - + +, . . , , , - . , I V''+E++LLE +,, ~,LL+ . . , '1 I 505 | Vot re i ter | /¢onJo|nE l - t - l | dneutreo fmi en p lu ! oe I ~umm? S06 I C~| lm d ' lu | ro i fmi e~E-| |? I OU[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 I ! NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , . . . . . . . il N(~4BRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . [ ] NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 507 508 Etes v~ Le prml t re , Lin d~~xltme+ le t ro i s ième. . . ~pouee? Combien de fo i s avez-vous 6t6 I l l r l6e ou avez-vous v~cu e¥@¢ t J r thq~l I? 509 En ~L æf| et en queLLe ~ ævez-vous consom~ vot re un l~ e~ vot re (p ru l |e r ) nmr l /porEer~l re? 510 Que| ISe av lez -vau l qulmd voun mvex cor~rami vot re un ion m~¢ vot re (p rmler ) xer l lp | r tona l re? RANG . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . [ ] b ET PLUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . , . . . .6 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 NQi4BR E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . [ ] 6 ET PLUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 MOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FF ] I AGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M$P AGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 24 254 N* 511 i QUESTIONS ET FILTRES I VOl! 509 ET 510 ANNEE ET A~E GUI DOH"II E3 51Z VERIFIEI LA COttERE#CE DE 509 ET 510: AUNEE DE MAliSANCE (105) PLUS AGENJMAR(AG~ (510) ANNEE DE MARIAGE CALCULEE~ NON F1 COI)ES SI NECESSAIRE, CALCULER L'ANNEE DE NAISSANCE ANNEE ACTUELLE Ç ~ MOINS AGE ACTUEL (106) M ANNEE DE NAISSANCE I i i I I I CALCULEE PASSER lA P514 I L*ANNEE DE MARIAGE CALCULçE EST'ELLE, A UNE ANNEE PRES, LA MEI4E QUE LIANEEE DE MARIAGE ENREGISTREE (509) OUI NON {~ ~ • VERIFIER ET CORRIGER S09 ET 510, (PASSER A 514) ' "1 ' ' ~- ' ' ' ' - ' - - ' ' * . o ' '~ 'o ' c~s-~~ . . - - , , , - , . , .~ , , . . . , . , . , i ~' . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ' l NO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 D518 lu t votre K t lv l t i l exuet t l I f in de mieux comprendre La pL In l f l¢et lan f lmlL l l Le et (a fë¢ondlt~. CælenG~ fo i s avez-vOUS lu des re lat ions $exuetles r'-T'-- I durent te l oMItr l dern | i re l smines? N(~J48RE DE FOiS . . . . . . . . . . . . . LI I 51S C(W/D|MI de fOIR per mois avez-vous habituellement des I re|otlGfla sex~LLes? I ,~8~E OE FOIS . . . . . . . . . . . . . I I I 516 C~l ) lende tenqpe y 'o - t - l l depuis que vous avez eu des re t l t lm~ eexu4Liel pour La derniêre fois? JOURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I I $EHAINES . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~[S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 ANNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 AVANT LA DERNIERE NAISSANCE,,,g96 51T AUTRES PERS(X4NE$ PRESENTES A CE KOHENT ENREGISTRER LA REACTIOld DE L'ENQUETEE CUl NON EKFAKIS IKIINS DE 10 ANS. . . | 2 MARI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 2 AUTRES H~ES . . . . . . . . . . . . . . I 1 AUTRES FEklH£S . . . . . . . . . . . . . . 1 2 SANS GENE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 GE~EE DEPART . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 HOSTILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] 25 255 N • 603 SECIIOM 6. PREFERENCES E~ HATIERE DE FECONOI~[ OUESIlONS E1 FIL|RES I CODES PASSER A VOIR 312: NI ELLE NI LUI E~ ] LUI OU ELLE STERILiS| S~ERIL ISR(E) I '=~ *607 VOIR (SOT et 502) ACTUE~LEI4~NE ~ON MARIEE/ ~eIRE eU ~t VtVA~t VIV«.T EU [~ PAS E« ['--'1 UMI~ m uNION VOIR 223: PAS ENCEIIIIE OU PAS SURE J v g~.~e~tlonll ~u ¢~uje[ I ' avelli r . ENCEINTE M;~inton;,~t i*"i quelque! (¥/o~tions (lu Sujet oie t 'avenir. Ol l e~clol, voudr iez" vous f~4rOliel-vo~~ ne p;t~ (p[u~.) çrvoIr U~l ~~UtlC" ~nlan| 0 ' t~u[ I'¢,T* Cil hlr~t ~.7 AVOIR UN (AUIRE) ENFANT.,,~.,.1 PAS D,AUlRE/AUCUN . . . . . . . . . . . . . . Z - - DIT OU'ELLE NE PEUT PAS TOI4BER ENCEINTE . . . . . . . . . . . . S PAS DECIÇEE OU N~P . . . . . . . . . . . . . S - - I .614 .610 606 VOIR 223: PAS ENCEINTE OU PAS SURE [~ ENCEINIE [~ , I v v E~l~len~ te~os vouclrlez- C~,~ien ae t~l~s voudrlez" vous atter~~r¢ i Nr | i r de v~s attendre après La o~intenon~ avant l a nais. naissance de t 'en fant que sance d,(un/autre) e~fsnt? v~~ attendez et avant ta ~ii i~oE¢ d '~ autre enfant? VOiR ZI6 ET 2Z3: A U#/OES EXFANI(E) OUI NOX ouVIVANI(S) ~ ~1 ENCEINTE? VOIR RES: PAS ENCEINTE OU PAS SURE Y Quel bgo vot~riez-voui ~~' vozre plus jeune enfon~ a i t at te in t qunnd votre proch~io enf bJ~t rl~itra?" ENCEIN1E i v OuO ~, ~ge voudfiez-vous qu~ t'enl~n~ q~e ~OUS +Iter.~~z Oit n t le in l qwar3d YQIle çrOC~~iN cillant naitrã? AUTRE 996 (PREEISER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9~8 ,P6~O AGE DU PLUS JEUNE I ANNEE$ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . [ ~ ~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 - - ---610 o10. o , . . , . . , . _ov ,o i ~ . L refaire pensez-vous que (voul/votro .~r i /con jo int ) prendr lez ta ~~ d~ct| l~l d~~tre I t~r i Ise¢e ? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z - i - - - - -o - -o o o . . . _ . . ooo i ~, . i NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 »61A 609 P~«~oi te regrettez-vous? I Eh~UEIEE VEUT UN AUTRE EKFANT. . . I "~ I CONJOINT VEUT UN AUTRE ENFANT.,2 3 EFFETS SEEONDAIRES . . . . . . . . . . . . . . S 616 AUTRE RA4SOH 4 (PREEISER) | 26. 256 N* J OU(S?lOiIS ET FILIRES m 610 ~ Penalez-vous que votre m~ri/eo~)oint apprc~ve ou i deln{~prouve let ¢~le l q~l ut i l i sent ~ Ir~thade p~ur 4vlteP de t~~er enceinte? PASbeM coe,s I æ APPRCAJVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OESAPPROUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 611 Cor~olen de fois avlz-vous pari(' de p[arwirg fainil ial JAMAIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 avec votre ~Jsrl/¢o~jolnt au cours de L 'un ie derniere? UNE OU OEUX FOiS . . . . . . . . . . . . . . . . 2 PLUS SQUVEWI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] 612 Avez'vOUS d~j/I diseur6 avec votre m,~ri du r~~re (~1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 d'enfants ~~e vous voudriez avoir? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 613 Pensei-voul que votre ~r i / con jo in t souhaite le n~m¢ I MEME t~OMeRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 nombre d 'en fu i s que vous, en veut davnnt~ge ou n~~ins J PLUS D'ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . ;) q~Je v©,Ul? MOINS O'EWFANI$ . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 614 Aprl l I l rtallsotI¢! d'un enfent, c~;~ien de temps ~1 couple devrelt - I | ~ttehdre avant de reprendre les rol~- tions sexuetLes? JUUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Ç '~ MOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Ç ~ ANNEES . ~ ~Ç~ AU)RE 996 (PREClS~R) + i ~.,.+.+,.,,.+,,_+++,,+~i,++,+, i + , . '1 I r r$t$ d* l [ [ | l te r evor;t de reprendre les re&ations sexeS|es OU oei l n ' i - t -S I pas d'importan~e? RAS O;IHP(~q;*ANCE . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . $ 616 I 61r i 616 En g~r~rat, est-ce ~~e roui a~f;rc~vez ou desa~orouvel les couple| qui ut l&l lent une methode pouf tv i te r In 9rossesse? APPROUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 D~$APPRQUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VOIR 216: A U¢i/DES 2WF~T(S) r~ l NIA PAS DIENfANT F'~ VIVAMT($) L~ VIVANT $1VM pouviez re~omencer Si vO~sp~~viez choisir 6der t l rde t~~¢~~-~,~_~~~_ouvous exactement Le nombre ri)aviez p l i d«ehfw~ts0 et i l d'enTIntl k Jvoir dons vous (~ouvlel ©hol l l r ex&rie- toute voire vie, cru- tant &O na.b~'e d*enfant~ h blon vo~JdrJel*vou~ en Ivo i r dons toute votre vie, +lvoir? coflV311n voucIrl¢l,vouI en nvotr? • 2NREGISTRER UN SIMPLE NOtteRE OU AU]RE REPON$E. N(:~4ORE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ç__.ji] AULX[ REPONSE 96 (P#ECISER) I I"---I---1 D' lp r l l VOUS, quel est te me i t leur in terva l le en frais ou i ~ts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . f [ I I en Imn~ei entre la n l J l I i n¢e d'un enfant et la na issaoce I de l 'entant suivent? ANNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 AUTRE . . . . 996 (PRECISER) I I 61q vous es t - i l o r r ive O'avoir une gronsesse »ola Oesiree? J Oui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 | I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2~-~p NSP/WR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 622 620 G~J*ævez-vous Tæit de cette grossesse? i MEWEE A TERME . 1 I ECHEC INTERRUPIIO¢d . . . . . . . . ~ . . . . . 2 INIERRUPIlON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] AUTRE '4 (PRECISER) WSP/NR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 27 257 621 QUESTIONS ET FILTRES Quel|e es L3 I'DI~OFI prioEipaIe pour LaquelLe vou= vou l iez p;,= Oe ce ' t i c gr'o=se»~e» CODES RAISON £CON~41QUE . . . . . . . . . . . . . . . I NON 14ARIEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NE VOULAI1 PAS D'EWFANT . . . . . . . . . 3 ABANUQNNEE PAR PARTENAIRE . . . . . . . 6 RAISONS ~AN]TAIRE$ . . . . . . . . . . . . . . 5 VOULAIT SE REPOSER . . . . . . . . . . . . . . 6 NON REPONSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 AUTRE ,8 622 b2] VERIFIER ~D3 : A UTILISE UWE METNOOE N'A JAMAI s UTILISE DE XEIHOOE I1|11 VOM~'o~t ' i l a f l i v@ de t~lOor On¢OlntO perdant que VOUS ut i L i seZ un cont racept i f ? I b2L i Selon vo~~, ~œe~ f~llilleS pc~{lquent'e~~Os I er= genera~ t'avo1"te,ænt ? F~ J OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON REPOHSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I jAMAIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUELOU[~ FOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 SOUVENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . IRES SOUVENI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP/NR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , . . .B P62 625 Selon vous, quelles sont les raisons pour (e~queItes LeS ~Çflll~~ p l 'a I Iquer l~ ~~avol Iel l~N|~ EflC[RCLER LES C(X)ES CORRESPONDANT AUX REPONSES DECIAREES ECHEC CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . A PAS D 'U I I L ISA I lON DE LA CONIRAÇEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . B IGNORANCE CONIRACEPIION . . . . . . . . C OPPOSIIION DU NARIIEAN A LA PF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .0 CO~IPORTEMEXTS SEXUELS INSOUCIANI$ . . . . . . . . . . . . . . ~ . . . .E AUIRES F (PRECISER) NSP/NR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G 28 258 SECTION 7. CARACTERISTIOUES DU CONJOINI E1ACTIVIIE PROFESSIONNELLE DE LA F[MNE PASSER W* I OUE$11ONS E1 FILTRES I COOES I A VOIR 501 & 503 : A ETç I---1 JAXAIS I - - î EARI(E OU t~ARIL[/JAMAI5 k . . - ~ ~ EN UNION "~ EX UNION POSER LES OUESI[ONS SUR LE HARIICONJOIN| ACIUEL OU LE PLU~ RECENI I Est-ce que votre (dernier) flore/conjoint a fr0quorlte I,école? I OUi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I [ I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z ~705 7O2 +~1 °+.,++o.+o,o++o++~+~: i ++~ . L prtnmire, secondaire ou superieur~ SECONDAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 SUPERIEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 ,705 '°'1 °°°le °s* '~ °e'°+re ++«+'+°' °°''* ~ ° + e v e ° ° ° + c° o+o, I ~L~~~~+ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FF]. 705 Ouel est (~ta i t ) Le ge°le de t rava i l pr'incip~l Oe votre (dernier) A~ri /conjoint? I I J E 707 DANS L'AGRIOULIURE/ DANS L'AGRICULTURE v æ Est-ce que votre mari /conjoint ( t rava i l [e / t rava i l [a i t ) CHAMP PERSONNEL/FAMILIAL . . . . . . . . I I prin¢(pa(~lent sur s= propre terre OU cel le de sa fa- I mi l le , ou est-ce qu ' i l ( l oue / loua i t ) la terre, ou est- CHAMP LOUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ce qu'iL [ t rava i~(e / t rava i t la i t ) sur ta terre de quelqu+un d'autre? CHAMP DE QUELQU'UN DIAUTRE . . . . . . ;'08 ?09 710 I I ; En dehors de votre propre travail donestique, OOl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I "710 t ravaî l [ez-vous actuet{en~nt? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 OUi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2-----'801 C041|INO VOU+ te S+' lve l , C [ -{ to ln t2 ,s f(,++Ml~'~ Ont Url tF+~v<l iL pour lequel el les sont p+lyee+ en ;d'gent ou en nature. D'autres venOent des choses, ont u,~e pet i te Bffaice ou t rava i l l ent dnns tes chN~s de la fanl it le ou dans t 'a f fa i re de la fewnit(e. Feites-vo+Js actuellement quetque chose de ce genre OtJ un~eLcofw@Je autre travalt? Que|le est votre occupation, c'est h dire, quel genre de trav&i l fflites-vous? 711 Dsn~ votre travail actuel, travaitlez-vous ~ur un membre Oo votre #ænilte, pour quelqu'un O'au{re, ou ~les+vous ~ votre ¢~npte? POUR UN MEMBRE DE LA FAMILLE.1 POUR OUELOU'UR D'AUTRE . . . . . . . . . . 2 A SON COmPIlE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 29 259 N* I QUESIIOWS ET FILTRES oe ?12 I louchez-vous un sa la i re po~Jr ce t rava i l ? æ I INSISTER: Gagnez-vous de t 'a rgon( pour ce H'avait? COeE$ Q~I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ,1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 PASSER A 713 Fa l tes-vous ce t rava i l a la n~ison ou en dehors de chez MAISON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 VOUS? AILLEURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I 71S I per'~danl que vo~s t rovo iL lez , aveZovou~ I hab i tuet (~)ænt (NDi't DU PLUS JEUNE ENfAJ~T A LA MAISON) avec VOUS, [ lav~z-vo~s quetques fo4~ ~vec vOU~ Ou Ja~l~~~ ~veC vous~ I ~AB[1U[ltEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUELQUES FOiS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JAMAIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1,801 I | ,B01 716 Qui ~*occupe h~bi~ue41~l~nt de (N~4 DU PLUS JEUNE ENFANT A LA MAISON) pendant que vo~s travaittez? MA~I/CO~JOIN~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 ENFANI(S) PLU% ACE(S) . . . . . . . . . . . 02 AUTRES PARENTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 VOISINS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 04 AMIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . O~ DI~MESIIQUE/AIDE . . . . . . . . . . . . . . . . . 06 ENfAN1 A L*ECOLE . . . . . . . . . . . . . . . . 07 JARDIN D'ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . O~ AUIRE 09 (P~ECI~ER) 30 260 5FçTI(JN 8 • MORrALIçf MAIFRHELLF -" 1 I l "+° ' - ~ ' - "+ - +"r + '+ ' - ' '+ ' ' ~ I 801 vot r l prt~pre mSrt • S ' i l vo~ pE• i l+ ~rmez- I~~i (e ~ de tous vos I r l :¢c= et soeurs qui v ive• =ve¢ ~o~+ cF~l v ivent t l i Le~rs ou qui s~nt cl~ci~d~* . ENREGISIREa L~ NOM DE i'r~J~ LIIS FREREç Ff SŒURS . 51 ALJEUM FRERE OiJ SOFIJR I l ~PASS[ R A A I9 . (1 ) (2 ) (3 ) H, ) (5 ) (~) (7 ) 602 Quel r~~ • ~tA ~ A vo ioe, Jr ~ L i 1er t r l frire o~+ . . . . . . . . . . . . . . . , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ' . . . . . . . . . . . . . . . . ' . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . <M •p~+s NO~». I llOS (N~) es t - ~Ol lE . . . . . . I - I t / • l ie de • tx t l i eu{ In | ( J l~ , + , . . . ,î~ ml f J l l n+n? i 60/* E I I - c• ~ OUI . . . . . . . . . 1 (~) est •fco - Noe . . . . . . . . . E~ re ~1 v i l ? PASSER A 80&<- J , sp . . : . . . . . . . PASSER A (~)¢ I 805 G~I Rg• r ~ (IKXR) I I I SI • 15 ANS I?ASSER A (11 ROSA I I I *ce que' ~UI . . . . . . . . . . I (u» . t ~• l,ON . . . . . . . . . . ~t l a i oer lA (• ) ? lASSER A [2 ]• J I I n1~11 i y ' l ' t " I l (MON) es t d lc~de (e ) ? 807 Quel Age ava i t ~ Ja~L ~/•L te I I I est d4~Id~ (e )? SI 'H~I~E cOU )ECEOE AVANT I~ ANS ~ASSER A [2] I S07A ESt-C• ~ ~UI . . . . . . . . . . 1 oer lA ( l ) ? I Est*ce c~Je . . . . . . . . . . ~UI PASSER 1 q (MOI4) RI•Il m'l" A 811 <I J ce in te l[Ll l i t ~~icA- de•? CON . . . . . . . . . . 2 I (IK~H) es t de¢R- J I d41 ~~dlmt un PASSER • I¢¢ouchEwent ? A 81~ . . . . . . . . . . 2 I 810 Es t -ce ~ i ou I . . . . . . . . . . 1 (M( ) I ) IMt dRc4. I I~e derl• Les I = . . . . . . . . . . 2 de¢lx æl I IU~- • v . t r i .~ de I PASSER g fOSS I lS l , A 81~ OU d*Url SC,:OU* ch~t ? I R. E . - . q . oul . : : ; : ;~. . .1 q I l dA¢As d l ~~+~~~A 814 </ j ( l ION) Atlll In RrOlllll•JlUi I S NOl~ . de t ~l¢CO~Chl . i ment? NSp . . . . . . . . . . B NO~,~N E . . . . . . 1 H(YRHE . . . . . . I HC~M( . . . . . . 1 tO(«4E . . . . . . 1 ~ . . . . . . 1 ~ * . , * .»1 F EW'IE . . . . . . . ~ FEHHE . . . . . . . 2 FEW4E . . . . . . . 2 FEW4E . . . . . . .~ FEI4ME . . . . . . . ~ FE~ . . . . . . . 4 i i i i oel . . . . . . . . . 1 r~ l . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . 1 1 i l . . . . . . . . . 1 æl . . . . . . . . . I oe l . . . . . . . . . 1 . t~ . . . . . . . . . z ] .o~ . . . . . . . . . ~I NO. . . . . . . . . . ~I +ON . . . . . . . . . "12 ,o. . . . . . . . . . z 1 ~ . . . . . . . . . z PASSER A806< - PASSER A 8~< - PASSER A 806~~ >ASSER A1~~6<~ PASSER A~<- - PASSER A~• -J MSP . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . 8] NSP . . . . . . . . . . I+SP . . . . . . . . . . MSP . . . . . . . . . . M~ . . . . . . . . . . PASSER A 131< ~j PASSER A [41« PÆSS[RA tS )<8~,ASSERA {61•~ PASSER A (T J<~ PASSEAA (8) ~~-~ VOIR O 806-B07 : OECE$ SURVENU ENTRE 1~ ET 50 ANS ET DURANT LES 2Q OERMIERES ANNEE OUI NON OUI NON OUI NON PASSER PASSEN PASSER A 814 A 614 A 814 V V V ~ 613 Oequo l (NO~) •s t 'e t |• mrte? 812 OUI MON OUI NON ?++ ?~+ PASSER PASS[R V V FF-} 117 FT-I F-~ SI < 1S ANS +1 < I~ ANS PASSER A (5} »ASSER A [6) OUI . . . . . . . . . . 1 'OUI . . . . . . . . . . 1 PASSER A lS l « PASSER A 161 < I I I SI 'HOI'~E '0~ SI *HCImE *OU DECEOE AVANT )ECEDE AVAN~ I~ ANS IS ANS PASSER A (5 ] )ASSER A 16] I oe l . . . . . . . . . . I ~ I . . . . . . . . . . 1 ~ON . . . . . . . . . . 2 ~ON . . . . . . . . . . 2 I OUI . . . . . . . . . . pASSER I I IOUI . . . . . . . . . . PASSER I~ A 811 • A 811 • NON . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . 2 I OUI . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . ~ ; PASSER *~ PASSER • J ! A 814 A 81~ : ~OM . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . 2 ! I oel . . . . . . . . . . 1 oel . . . . . . . . . . 1 PASSER • PASSER • A 812 A R12 i i OU'PASSER ' "'i'i;:'':~ "'I"L''2 OU, PAS. NOM . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . 2 . sp . . . . . . . . . . ~ .NSP . . . . . . . . . . 8 I I Et• • I l • •et I PASSER A 12] PASSER A (.~) PASSER A (4] PASSEA A {5] PASSER A 16) PASSER A {7] I PASSER A [8 ] d~cA~4~l)? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . S ' ] L M Y A PLUS OS FRERE OU SŒUR, PASSER A 815 . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . . 261 ]1 FT7 SI < 15 ANS ?A$SER A (71 3UI . . . . . . . . . . 1. ~ON+*,, , . , , . ,2 + »ASSER A (7~<- - FT7 Si 'Y~~/4E ICU ~ECEDE AVANT 15 ANS PASSER A ET] OUI . . . . . . . . . . I OUI . . . . . . . . . . I 11014 . . . . . . . . . . 2 ~ . . . . . . . . . . 2 I ~'.; i i i iU.I . ,,11 PI =' ':'m : lION . . . . . . . . . . ;2 NOM . . . . . . . . . . 2 I 3UJ . . . . . . . . . . .1~ OUI . . . . . . . . . . 1 PASSER ~ PASSER "~- A 814 A 81A MO~ . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . E MON . . . . . . . . . . 2 PASS£R <- A 012 A 81(* <7 ~ . , . .+ , , ,~ ~SP . . . . . . . . . . 6 ~-7 SI < 15 AMI PASSSæ A [8 ] OUI . . . . . . . . . . 1 PASSER A [81< S| INONME +EU D[CEDE AVANT 15 AIIE PASSEæ A (6 ] CUl . . . . . . . . . . 1 N(~q . . . . . . . . . . 2 PASSER <- A 812 A 814 <- M(X~ . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . a OUI ~ OUI Q ~] oeV (:]TV PASSER PAS~R ~-7 C-R FT7 ~-7 SI • 15 ANS SI • 15 ANS IPASSER A 1~] IPASSER A [4) OUI . . . . . . . . . . 1 CUl . . . . . . . . . . I . . . . . . . . . . 2 WON . . . . . . . . . . 2 PASSERA [3 ] . ] PASSERA (4]< ç 1 L I [ - J I I ~ rV7 SI +NOMME ' IXI S] 'NOM~qE 'OU OECEDE AVANT DECED[ AVANT 15 ANS 15 ANS PASSER A I3 | PASSER A [41 [ I OUI . . . . . . . . . . I OUI . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . 2 I J ml';i;ili'";A 811 (J °m';Å;;~i'"lAR;1 ,J NO~4 . . . . . . . . . . 2 MOW . . . . . . . . . . 2 I I Ou"~::':~ +"~::: ?l A 814 A 814 MON . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . 2 I I æ] . . . . . . . . 1 OUi . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . 2 NOM . . . . . . . . . . 2 PASSER <~] PASSER (~] A 812 A 81E J I ~l';il;~i'"l A m+ (] A s~+ i ] ~"; i ; i ;~" ' l MON . . . . . . . . . . 2 NO~ . . . . . . . . . . 2 qSP . . . . . . . . . . 8 NSP . . . . . . . . . . 8 (8 ) (9) (10) (11) (121 (13) ¢14) = ~ ~ " l o i41 n l I l l l r (n i l i~ I ra ) . .« . . . . . . . . . . . . . , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i . . . . . . . . . . . . . . . 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . * * . . . . . . . . . *LL I4t Le de me ~! ln fmi . . . . . . . | FFJ4~ . . . . . . . 2 F I [N4~ . . . . . . . 2 FE IME . . . . . . . 2 FE I4~ . . . . . . . 2 FE I~E . . . . . . . Z FF .~~ . . . . . . . i ou f i ln ln? i . i i i i i I~ Est-ce~que OU! . . . . . . . . . I OU I . . . . . . . . . ! ~U! . . . . . . . . . 1 OUI . . . , . . . . .1 OU[ . . . . . . . . . I OUI . . . . . . . . . 1 :BUZ . . . . . . . . . 1 (RON) es t enco- ~ . . . . . . . . . i ~ . . . . . . . . . | ~ . . . . . . . . . 2 ~ . . . . . . . . . 2 ~ . . . . . . . . . 2 ~ . . . . . . . . . | l a l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ; . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , . . . . . . . . . . . , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . P . . , . ~:~ , . . R [ ,01 :~ , . , , , . , , ,L~ PARCE ,[1,,.~ ,A . . . ,» , .~ ,A,~, A[,«~ , . . A["~:~ I I I L I I I l ¢ I l I l I I • 15 I l i l • 1S I l I l • le /dlS SI • 1S I l i i • l l I l I l • I t i l pARSII A I *AU l l A ( lOi PA I l I I A (11] PA l l l A (111 PAReil A (13) )ASIER A I i i ] PA l i l A CISl i i i i i i I~A S i t '©. . OUI . . . . . . . . . . " 91 . . . . . . . . . . . " i OIJ' . . . . . . . . . . .1 , QUI . . . . . . . . . . 11 OUI . . . . . . . . . . 1 :lUI . . . . . . . . . . .11 (91 . . . . . . . . . . .1~ i . "1 i i i w l4 (e ) ? PA i i I [~ , l~ i l A l lO l PARIS A l i l l PASSES A[12] ( PASSES A( l l ] l - iA I l IR A I l i ] PAI I IR AILS] ! i I I I I I • i i i d i --.P-.-,-,,~ ~ ~ ~ ~ ~ V~ 4ue (UOI) est ,u - l i l ( , ) i i i i i ] i i ~ H / i i i • mit ddk:4d4 (1 )? Si iklTNN8 iliU i l 'k~~IR[ q9 I l '14C14/4E 'OU SI 'HOiq4E 'OU S I 'HOW~. *OU I l iI4CI4~E '~Li 11 i[4~4ME iou OI[CJ~I~E AVAXy ~ECIEDS AVAIE DE¢SDS AVA~T GECEDE AVANT DECEDE AVANT ~)ECEDE AVAit DRCJ[DE AVAit le ARI le ARR 1~ ANS I.~ AJ~i !1~ ANS le ARe 1~ ARe IAR l l l A [ I i i PASSER A (~@l PA l l i e A (11] PASSER A [12] )ASSER A 113] PASSER A [ I /* l PASSER A (1SI I I I I l I I 1107A l i t ' c• qui 9 ] . . . . . . . . . . | CAJI . . . . . . . . . . 1 CUl . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . 1 ~UI . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . t OUI . . . . . . . . . .1 (f/COI) • i i i ~ . . . . . . . . . . ~ f i~ . . . . . . . . . . • G . . . . . . . . . . ~ N~ . . . . . . . . . . 2 i~ . . . . . . . . . . 2 ~ . . . . . . . . . . ~ ~ . . . . . . . . . . | l l r l l ( l ) ? i i i i i i i i I i i - ce q læ 9" ; ï ï ï ' " ,,1, ,'] ,,1, ,'~ OUi';;'i;~i'"i 91.;;;;~;.1 A,,, J °u";Åi;ï'" ( l~ , 8 t• i t " Æ 811 ~ OU'* ; ; ; ï ' " OU' . ;Å ; ;~~*. .1 A 811 " ] A 811 <] ~ '* ;Å i i£ ï ' " A 811 ¢] ce inte I e l le mit d i¢ i - I I I I I L I I . , . , . . . 9 , . . . . . . . . . . , OU . . . . . . . . . . ,~ OU, . . . . . . . . . . 1, ~ . . . . . . . . . . ,9 , . . . . . . . . . . ~ ~ . . . . . . . . . . '1 OU . . . . . . . . . . ,~ (ka¢) i i i d l c i - / i / ,J I l petqda(tt Un PRISES ¢ - - J PASSIR • PASSER • i PASSER" • PASSER <'~ PASSER • PAReil • ¢¢ouch~l T A 81& A 81/* A 8'14 A 814 A 814 A 614 A 814 . . . . . . . . . . l l o i . . . . . . . . . . i i~ i . . . . . . . . . . 2 iO~ . . . . . . . . . . 2 ~ON . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . i ~ . . . . . . . . . . 2 [ i J i i i i i 8~0 Set-¢e q~q Oui . . . . . . . . . . 1 Oui . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . 1 3uI . . . . . . . . . . I Oui . . . . . . . . . . I QUI . . . . . . . . . . 1 OUi . . . . . . . . . . 1 (li¢14) est di¢8-~ d l l ~ i i i i~ . . . . . . . . . . 2 i i i . . . . . . . . . . 2 I~ i . . . . . . . . . . 2 i c i . . . . . . . . . . 2 NO~ . . . . . . . . . . 2 ~ . . . . . . . . . . i , l~ i . . . . . . . . . . 2 --viii, " i i i . f .n°Ul 'd' PASSE, i l PASSRI ~ PASSE, ¢ ] PASSE, , ] PASSER ~ PASSER ~' PAReil uni o r•s i•sec A 812 A 812 A 812 A 812 A 812 A 81Z A 81Z (Ni dOuFi 4~¢1111o d~~t T 811 ESt-C• que |e d icRI de ( l i (~) i te l t en r l~~ort avl¢ Le Rr es•esse/•s i te de i I i l©ml•b i * l ient ? 012 813 D•quo l (iIGq) •et -e l le le t te? ~";;iiii "''I A 814 <] I~V . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . 8 iNSP . . . . . . . . . ¥OIR Q 1106-1lOT GUI D PASSER A 81e OU";~i~ï'" A 8,4 , ] , o,4 <] A 81, ~ ~"~ilili'"1 ~'";illli"'1 N~ . . . . . . . . . . 2 ~ . . . . . . . . . . 2 No~ . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . 8 [ISP . . . . . . . . . . 8 INSP . . . . . . . . . . R I l iCES UVENU |NTR| 1S ET 58 ANS ~, ;;~~;~.1A814 ,'] Ou";;;ilï"lA81, ~] J N~ . . . . . . . . . . 2 Noe . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . 8 NSP . . . . . . . . . . 8 I ET DURANT ~ES 28 D IRNIER l lAN I l l l PASSER PASSER A 814 A 81/* I V F~ ç-V] OUI ~ CUl NO~ PASSER PASSER A 81l, A 81& V V ~-I Fç7 9"':';'ii;ï"lR 81, ~] . . . . . . . . . . 2 Viii . . . . . . . . . . 6 I OUI llON l OU~ ~ i PASSER PARUS A 814 A 814 V V Immlml ~ F-R Ri.oll•qlell411 • iqJ (R~) (y ¢~Is oe cm,re/S l• e~Lte de Laque- LLe eLLe mit PASli i l A [91 IPASSEI A (10] PASUil A (11] PASS[EA [12] PASSES A L13J [PASSER A [141 [pASR8il A [1S]] 61¢dk~o)t . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . S L N Y A PLUS PE FREEE OU ~SUR, PASSES A 015 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i I I I i i i 32 262 815 816 817 818 Je v¢udrll$ #tre RGre d 'svo I r b leh cmlpris. En tout , votre m~re • do¢w~ nais•sance ~ . . . . . . Infants y cmqoris vous ? OUI L_~ NON I l • VEmlFIES ET COm81G~æ / PUiS PASSES A 816 V Pire! vos f r i ra i . . . . . sont d~cêd#s ? QUI ~ NON [q > VERLFIER ET CORRIGER i m PUIS PASSER A 81T Pirllll vol INur• , . . . . •Ont c~c6cl~es? OUI [ -~ ~ON I l • VERIFIER ST CORRIGER m ! PUIS PASSER A 818 V Y-u-t-IL une ou plusieurs de vos soeurs (de votre propre mère) iylmt i~,.m de 14 ans qui v i t (v|verlt) ~ ce mklaGe ? OUI ~ i ~ NON ~ • {PASSER A 819) / VERIFIER AVEC L*EI~TEE QUELLES FEMMES ELIGIBLES DU GUESTIONNAIRE MENAGE SONT SES SOEURS ET INSCRIRE LEUR NUMERO DE LIGNE CI'DESSOUS. L-I-I [-[-I ( -~ I-[-t F[-I I-[-I INSCRIRE L'HEURE. HEURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MINUTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 263 VERIFTEH 215 , 216: .UNE OU PLUSIEURS NAISSANCES DEPUIS LE let JANVIER 1901 AUCUNE NAISSANCE [ ] DEPULS LE 1er JANVIER 1987 -PF IH EHCUEIRICE: EN 902(COLOMES 2 -6) ENREGISTRER LE N ° DE LIGNE DE CHAQUE ENFANT NE DEPUIS LE 1er JANVIER 1987 ET ENCORE EN V IE . EN 903 ET 904 ENREGISTRER LE NOM ET LA DATE UE HA]SANCE DE L'[NOUEIEE ET DE CHAQUE ENFANT ENFANT ER V IE , NE DEPUIS LE 1er JAHVFFR 1987. EN 906 ET 9U8 NOTER LA 1AILLE ET LE POIO$ DE UENOUEIEE ET DES ENFANIS VIV~INTS, (•01E: TOUIE$ LES EHOUEIEES A~EC UNE NAISSANCE OU PLUS DEPUIS LE 1er JANVIER 198~ DOIVENT ETRE PESEES ET MESUREES MEHE SI TOUS LES (NFANIS SONT OEFFDES). (S* IL YA PLUS DE 3 ENFANTS VIVAN1S NER DEPUIS LE Ter JANVIER 1987, UTILISEZ UN OUESTIOM- MAIRE SUPPLEMEMTAIRE). W 902 H ° OE LIGNE DE LA O,~12 903 NOM. DE LA Q.? I~ POUR LES ENFANIS 904 DATE DE NAISSANCE DE 0 ,105 POUR L'EHQUETEE DE 0 .215 POUR LES ENFANTS ET DEMANDER LE J~ DE NAISSANCE 905 CICATRICE OU BCG EH HAUT DE L'EPAULE GAUCHE 9O6 TAILLE (en cent imèt re . ) 907 LES ENFANTS OMI- ILS ETE MESUIES COUCHES OU DEBOUT? 908 POIDS ( en k i t ORr/~41I~S ) 909 DAIE DE PESEE ET DE MESURE 910 RESULIAT (NC~) FFl][] JOUR . . . . . MOIS . . . . . ANNEE . . . . i MESURE . . . . . . . . . 1 A6SENIE . . . . . . . . $ REFUSE . . . . . . . . . 4 AUTRE . . . . . . . . . . 6 (PRECISER) ~J DERNIER VIEI [~ AVART'DERN'ERi ~4[ AVANT-AVANT- ENFANT EN ENFANT EN VIE DERNIER / ENFANT EN V i f (NOM) (NOM) (~oe) JOUR . . . . . JOUR . . . . . NUIS . . . . . HOLS . . . . . ANNEE . . . . AHNEE . . . . CICAT. VUE . . . . . | C ICA I . VUE . . . . . I PAS DE C lCAT . . .2 PAS DE C ICAT. . .~ ç~.D ~-].~ COUCHE . . . . . . . . . 1 COUCHE . . . . . . . . . 1 DEBOUT . . . . . . . . . 2 DEBOUT . . . . . . . . . n-n[] n-çlç MO[S . . . . . ~4GL~ . . . . . ANNEE . . . . ANNEE . . . . ENFANT MESURE. 1 MESURE . . . . . . . . . 1 ENFANT MALADE, ,~ ENFAEIT MALADE. ,~ ENTANT ABSENT, . ] ENfAN1 AUVENt . . ] ENFANT REFUSE.J, ENFANI RE~U~E.J, MERE REFUSE. . . ,S HERE REFUSE.~a AUTRE . . . . . . . . . . 6 AUTRE . . . . . . . . . . 6 (PRECISER) (PREC$SER) MOIS , . , .~ ANHEE . . . . CICAT, VUE . . . . . 1 PAS DE £1CA1. . .2 M-],[~ C~CHE . . . . . . . . . 1 OED~I . . . . . . . . . 2 MOIS . . . . . ANNEE . . . . NE SURE . . . . . . . . . 1 ENFANT MALADE, ,2 ENFANT ABSENT.3 ENFANT REFUSE.4 MERE REFUSE. , , ,5 AUTRE . . . . . . . . . . 6 (PRECISER) i 34 264 OBSERVAT;ONS DE L'~NQUETRIC~ (A remplir après l'achèvement de l'interview) Commentaires sur l'enqu~tee: Commentaires sur des questions particulières: Autres commentaires: OBSERVATIONS DU CHEF D'EQUIPE Nom du chef d'equipe: Date: 'AUTRES OBSERVATIONS 35 265 REPUBL IQUE DU SENEGAL MIN ISTERE DE L 'ECONOMIE DES F INANCES ET DU PLAN DIRECTION DE LA PREVIS ION INSTITUTE FOR RESOURCE DEVELOPMENT ET DE LA STAT IST IQUE ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE (EDSII) 1992/1993 QUEST IONNAIRE HOMME VERSION FRANCAISE IDENTIF ICAT ION NOM DE LA LOCAL ITE (COMMUNE/VILLAGE) NOM DU CHEF DE MENAGE N" DU DR I * * * * , , * * * * * * * , . , , * , * * ° * , * . , o , * o , * * . * . * * * * * * * , * * N" DU MENAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . REGION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i URBAIN/RURAL (urbain=l, rural=2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i I DAKAR/GRANDE V ILLE /V ILLE /CAMPAGNE * . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NOM ET N" DE L IGNE DE L 'HOMME : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i N LIGHEDE (DES) il Il I li i li I ii I Il I L 'EPOUSE(S) EL IGIBLE(S) V IS ITES D 'ENQUETEUR 1 2 3 V IS ITE F INALE DATE NOM DE L 'ENQUETEUR RESULTAT** DATE PROCHAINE VISITE: HEURE **CODES RESULTAT: 1 ENT IEREMENT REMPLI 2 PAS A LA MAISON 3 D IFFERE JOUR MOIS ANNEE CODE ENQ RESULTAT NOMBRE TOTAL [---] DE V IS ITES 4 REFUSE 5 PART IELLEMENT REMPLI 6 MALADE/FRAPPE D ' INCAPACITE 7 AUTRE (PRECISER) DAKAR: REGION DAKAR SAUF ZONE RURALE=I GRANDES VILLES: COM. DE THIES, KAOLACK, Z IGUINCHOR,SA INT-LOUIS , DIOURB=2 VILLES: AUTRES COMMUNES=3, CAMPAGNE: ZONE RURALE=4 267 CALCUL DES AGES EW ANNEE8 REVOLURB Ut i l i sez la co lonne de dro i te ou de gauche se lon que l 'enqu~t~ aura f~t~ ou non son dern ie r ann iversa i re & la date de l 'enqu~te. Aga en 1992 0 o 1 1 2 2 3 3 4 4 5 5 6 6 7 7 8 8 9 9 I0 I0 ii Il 12 12 13 13 14 14 15 15 16 16 17 17 18 18 19 19 20 20 21 21 22 22 23 23 24 24 25 25 26 26 27 27 28 28 29 29 30 30 31 31 32 32 33 33 34 34 35 35 36 36 37 37 38 38 39 39 40 40 41, 41 42 42 43 43 44 NE (E) EN I~93 199~ 1991 1990 1989 1988 1987 198« 1985 1984 1983 1982 1981 1980 1979 1978 1977 1976 1975 1974 1973 1972 1971 1970 1969 1968 1967 1966 1965 1964 1963 1962 1961 1960 1959 1958 1957 1956 1955 1954 1953 1952 1951 1950 1949 1948 Age en 93 88 o o 1 1 2 2 3 3 4 4 5 5 6 6 7 7 8 8 9 9 I0 i0 ii il 12 12 13 13 14 14 15 15 16 16 17 17 18 18 19 19 20 20 21 21 22 22 23 23 24 24 25 25 26 26 27 27 28 28 29 29 30 30 31 31 32 32 33 33 34 34 35 35 36 96 37 37 38 38 39 39 40 40 41 41 42 42 43 43 44 44 45 Age en NE (E) 1992 EN I 44 45 1947 45 46 1946 46 47 1945 47 48 1944 48 49 1943 49 50 1942 50 51 1941 51 52 1940 52 53 1939 53 54 1938 54 55 1937 55 56 1936 56 57 1935 57 58 1934 58 59 1933 59 60 1932 60 61 1931 61 62 1930 62 63 1929 63 64 1928 64 65 1927 65 66 1926 66 67 1925 67 68 1924 68 69 1923 69 70 1922 70 71 1921 71 72 1920 72 73 1919 73 74 1918 74 75 1917 75 76 1916 76 77 1915 77 78 1914 78 79 1913 79 80 1912 80 81 1911 81 82 1910 82 83 1909 83 84 1908 84 85 1907 85 86 1906 86 87 1905 87 88 1904 89 1903 89 90 I 1902 Age en 1993 45 46 46 47 47 48 48 49 49 50 50 51 51 52 52 53 53 54 54 55 55 56 56 57 57 58 58 59 59 6O 60 61 61 62 62 63 63 64 64 65 65 66 66 67 67 68 ~8 69 69 70 70 71 71 72 72 73 73 74 74 75 75 76 76 77 77 78 78 79 79 80 80 81 81 82 82 83 83 84 84 85 85 86 86 87 87 88 88 89 89 90 90 91 268 SECTION 1: CARACTER[ST]QUES SOCIO-DENOGRAPHIQUES DE L'ERGUETE PASSER 102 L En quel mois et qtmLLe année ttes-vo~s r~ ? L MOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . [ '~ NSP MOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 ANNEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ NSP ANNEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 ' °31° ' * " ' " * - " * ' " - * ' I m l AGE EN ANNEES REVOtUES . . . . . COMPARER EI CORRIGER 102 ET /OU 103 Sl ]NDOl4PATIBLE 104 1 Avez-vous f r~uent~ [*6co[e ? OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I i NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z - -> I08 I °~I °~*''* *" ~*°" ~'°* ° - - ' r " ~ V°°''V'' I - ' '~ . I atteint : primaire, aeconclalre ou superieur ? SECONDAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 SUPERIEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 ,o6 Jouet[eest L. dernl*re(CLASSE. AN#EE) quevous.vez I Ç~ J schev6e i ce niveau ? CLASSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VER]FIER 105: I $ECOî¢DA[RE PRiMAiRE [~ OU $UPER]EUR ~J ~109 108 Pouvez-vous l i re et comprendre une Lettre ou ~ journal facilement, d l f f lc i [ement ou pas ~J tout? I FACILEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I DIFFICILEHENt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 PAS DU TOU~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~----~110 I 109 Avez-vous [~habitude de Lire un journal ou un magazine, I au moins urm fois par semaine? I 110 I Etes-vous s6rl~ga[eis ? I 111 I QueLLe est votre ethn|e ? OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 - ->112 WOLOF/LEBOU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 POULAR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 SERERE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 MANDINGUE/SOCS/HALIgKE . . . . . . . . 4 OIOLA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 AUTRE 6 (PREDISSR) 112 | Quel est votre occclpation, c*est-~-dire quoi genre de I travai l f i l tes-vous? 113 I Etes-vous actuel lement marl~ ? I oel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I~>115 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 I Etes-vout ct t lbeta i re, veuf, divorc6 ou s~par6 VIT EN UNION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I OU vivez-vous en unLo¢l avec que[qulune ? VEUF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 11 I DIVORCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 ~>116 SEPARE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 J I CELIBATAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . S - - )201 115 Combien d*~pouses/parterm[res avez-vous actuettement? g~'g« . D [ 5 ET PLUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 269 N" I QUESTIONS ET FILTRES 116 | Avez-vous ('intention de prendre autre (d'eutres) 6pouse(s)/femae(s) dans t ' ivenir ~e I PASSER COOES I A I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 ~ Ouet Ege mV|eZ-V~ quand vM vous ~tes mari6/ VOU#-SVeZ cGmalm~~ i v|vr¢I lVeC quetqu*une pour I ta prqs0|~¢e fois ? I AGE EN ANNEES REVOLUES . . . . . FF ] I 11B I En quel mois et en quetLI année vous ~tes-vous mari~/ vous-avez ¢¢m.enc& îl vivre avec quelqu'une pour la prui~re fois ? HOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . m NSP MOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 ANNEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . m N$P ANNEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9B 270 SECTION 2: CONTRACEPTION I ii I BIIII II I i i l i ifziz,i iiii II Il Maintenant, je voudrais vous par le r de La p lan i f i ca t ion fami l ia le , c 'es t å d i re tes d i f fé rents moyens ou méthodes qu'un couple peut u t i l i se r pour re tarder ou dv i te r un e grossesse. De quels moyens ou méthodes avez-vous entendu per le r ? ENCERCLER LE CQOE 1 DANS 202 POUR CHAQUE METHODE MENTIONNEE D'UNE MANIERE SPONTANEE, PUIS CONTINUER LA COLONNE EN LISANT LE NOM ET LA DESCRIPTION DE CHAQUE METHOOE NON MENTIONNEE SPONTANEMENT. ENCERCLER LE CODE 2 Si LA •ETNOOE EST RECONNUE, ET LE COOE 3 SI NON RECONNUE. PUIS , POUR CHAQUE METHODE AYANT LE CODE 1 OU 2 ENCERCLER DANS 202 , POSER 203 AVANT DE PASSER A LA METHODE SUIVANTE. l l l Il I' ]II l llli'll III 202 Avez,vous déjå entendu J203 Avez-vous, vous/votre (vos) par tena i re (s ) par ie r de (METHOOE)? I déjå u t i [ t sé (METHODE)? 01• PILULE Les femmes peuvent prendre Une p i lu le tous les jours . 02J DIU/STERILET Certaines femmes ont un a tér l Le t ou un d i spos i - t i f in t ra -u ter in que Le médecin ou L ' in f i rmier teur place dans I 'u te rus . 0]• INJECTION Certaines femmes reçoivent Une piqGre per m6dectn ou une In f i rmt&re pour év i te r de tomber enceinte pen- dant p lus ieurs mois. 0.~ NOflPLAN Les femmes se font p lacer sous anesth6sie loca le , per un m6decln ou une sa@e- femme des géluLes sur la par t ie supér ieure du bras. 051 $PERNICIDES:DIAPHRAGME/NOUSSE/ GELEE Certaines femmes se met- tent å l ' i n te r ieur du vagin une éponge, des comprimés e f fe rve - scents, un diaphragme, de te gelée ou de la crème avant tes rapports sexueLs. 06• PRESERVATIF/CONDOM Certains hommes mettent un préservat i f (capote angla ise) pendant Les rapports sexueLs. 07J STERILISATION FENININE/LIGATURE DES TROMPES Certaines femmes subissent une opératio~ pour ne plus avo i r d 'en fants . 08• STERIL]SATION MASCULINE/ VASECTONIE Certa ins hommes subissent une op~rst ien pour ne plus avo i r d 'en fants . 09• CONTINENCE PER[OOIOUEIOG[NO Cer ta ins coup les ~v i tent d 'avo i r des rappor ts sexue ls cer ta ins jours du cyc le pendant lesquels te femme est plus suscept ib le de tomber enceinte. 10• RETRAIT/COIT INTERROMPU Certa ins hommes font a t tent ion et se re t i rent av~nt t 'é jacuLat ion . 11• AUTRES METNOOES ? Avez-vous entendu par le r d 'aut res moyens ou m~thodes que des femmes ou des hommes peuvent u t i l i se r pour ~v i te r fs grossesse? 1 OU]/SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 v OUI/SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . I OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 v OUI/SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 v OUIISPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 OUI/SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . I OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 ,,, v OUI/SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 v OUIISPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 I v OUIISPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . I OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3] , , ï v OUI/SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3} v OU]/SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . I OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3] v OUI/SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 OUI . o . ,.,I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , o . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , . o . . , I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 L~UI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Votre(vos) fetrrne(s) a - t -eL le (ont e l les ) eu une opérat ion pour év i te r d 'avo i r d 'aut res enfants ? OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z Avez-vous eu une opérat ion pour év i te r d 'avo i r d'aut res enfants ? OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I N ON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 0( ] ] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , . . . . . . . , . . . . , . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . o . . . . . . ** . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . P ÛUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I N ON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 2 3 PI (PRECISER) (PRECILER) (PRECISER) I I I I I I I VERIFIER 203 : AUCUN "OUI" {N'A JAMAIS UTILISE) I V i OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , . . , . , , . o , , , ,o . .o , , , . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . o . . . . . . . . . . . . . . , . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 I III III i I il ill i ,iN P,I I i,,,i i , , J I ~ I Il I IIl l AU MOINS UN "OUI" lA UTILISE) L--_.L > PASSER A 207 III II I I I ' I IIl ]I I sir I II 271 N" J QUESTIONS ET FILTRES m 205 J Avez-voL*q; j ime le , vous ou vot re (vos) êpouse /par tene i re I ( i ) U t |• l l J OU e l$ iy t un lmoyeh ¢FJe|~onque pour re tarder ou Iv i te r une grossesse ? PASSER CODES I , OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 - ->209 I 206 J (.a'evel-vous fait OU uEI|l|I ? J CORRIGER 203-204 (ET 202 SI NECESSAIRE), PUIS PASSER A 0.207 . 207 I En ce ~ t o vous ou vot re (vos ) ~pouse($) /parzena i re (s ) l OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 J fa i tes -vous que lque chose ou u t i t l sez -vous une méthode J I |pour re tarder ou ~v lEer une SPoisesse ? | NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 - ->209 208 Quet tes n~Ehodes uT i t | sez -vous? PILULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 - DIU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 02 1NJECIION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . OF NORPLAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 04 D I APHRAGME/MOUSSE/GELEE . . . . . . . . 05 CONDOH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 06 CONDOI4/SPERMI C I DES . . . . . . . . . . . . . 07 SFERIL ISAEIOR FENININE . . . . . . . . . OB SIERIL ISAT IOR MASCULINE . . . . . . . . 09 EONT I~ERCE PERIO0 lOUE . . . . . . . . . . 10 RETRAIT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 AUFRE .12- (PRECISER) PAS SURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 - ->301 I I 209 Avez -vous , vous ou vot re (vos ) cLpouse/por tena i re ( s ) OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 - ->211 L*|nEenEIOn d~ut l t l l e r UnG I~thode p~Jr re tarder ou NO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 | tv JEer une grossesse dans [e lven J r ? NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 )301 210 Ou~t le es t la p r l r< lpete ru i son pour taqueLte vous nZevez i~ | [~ ln tent iondZuE+[ Iser une mêthode? 211 212 I Avez-vous I , InEenE Jon d 'u t i l i se r une méthode dans tes | 12 proch l l t la mu|s? I Q~nd vouJ u t i t l se rez une mêEhode, que l le rr~thode pr6 f6rer lez -vous u t i l i se r? VEUT DES ENEANIS . . . . . . . . . . . . . . . 01 - MANQUE D~INFORMAFION . . . . . . . . . . . 02 PARIENAIRE DESAPPROUVE . . . . . . . . . OF COUT TROP ELEVE . . . . . . . . . . . . . . . . 04 EFFETS SECONDA]RES . . . . . . . . . . . . . 05 PROBLEMES DE SANTE . . . . . . . . . . . . . 06 D[EFIC]LE A OBFENIR . . . . . . . . . . . . 07 RELIGION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 08 OPPOSEE A LA PLANIF, FANIL IALE.09 FATALISTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 AUTRES PERSONNES OESAPPROUVENT,11 RAPPORTS SEX, PEU FREOUENTS,,.12 DIFFICULTE A TOMBER ENCE[NTE., .13 ~EROPAUSE/A EU HYSTERECTOM[E.,14 PAS CC~4HOOE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 NON MARIEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 AUTRE 17 (PREC[GER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 - OU[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 PILULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 DIU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 02 INJECTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 RORPLAR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 06 DIAPHRAGNE/MOUSSE/GELEE . . . . . . . . 05 CONDOe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 06 CONDOM/SPERNICIDES . . . . . . . . . . . . . 07 STERILI5ATIOR FEMIN[NE . . . . . . . . . 08 STERILI5AFIOR MASCULINE . . . . . . . . 09 CONTINENCE PERIDOIçAJE . . . . . . . . . . 10 RETRA[T . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 AUIRE , lZ (PRECISER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 »301 272 R" I 3+01 I 302 SECTION 3. : PREFEREMCES EN HATIERE OE fECONDITE QUESTIONS ET FILTRES Avez-roui dee enf ln t l biologiques actuellement en vie ? Combien de oarçonN avez-vous ? Combien de flL•ee ivez-vous ? PASSER COOES I A QUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 - ->303 NONSRE DE GARCONS . . . . . . . [ --1--1 NONSRE DE FILLES . . . . . . . . m 305 I Voudrlez-vou• Ivo| r un (d'autres) enfants(si ou pr l fêrer lez-vou$ ne des (ne plus) avoir d ' (autres) enfNnt($)? I AVOIR UN (AUTRES) ENFANTS . . . . . . . . 1 PAS O'AUTRES/AUCUN . . . . . . . . . . . . . . . 2 bIT QUE SA FEWqE NE PEUT PAS TOMBER ENCEINTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 OIT OUTIL ME PEUT PAS/PLUS AVOIR D'ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 PAS DEC)OE OU NSP . . . . . . . . . . . . . . . . 8 '+ I '~ ' " ++'" v°'"'v°" ++°++~+"+r°u~+c+°" °° l ' ' i v ' . ' 1 d~npprouve(ent) iee roupies qui u t i t i sent une n~thode OESAPPROUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 | pour iv l te r une gros=esse ? NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 '°' I + ' °+ ' ° " '+- +'+°" +°° ' " '+ ' + I + ' ' ' . ' 1 votre (vos) ~pouee la) eu cours de i,ar~~e dernière ? UNE OU OEUX FOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 PLUS SOUVENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] 308 m Avez-vous d~j l d iscut , avec vot re (vos) êpouse(s) du I QUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I i nombre d'enfants que vous voudriez avoir ? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 HEHE NOI4BRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 i PLUS D ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 MOINS D'ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 309 | Pen=ez-voul que votre (vos) êpouse(s) souhaite(ni) avoir I Le ~ nombre d=enfants que vous, en veut (veulent) davantage ou moins que vous ? 3,o I Approuvez-vous ou detsapprouvez-vous te d i f fus ion d ' in - formt ions eur te Planning famit iai â te radio ou à la t t i~vi=lon? 311 m En gtnêraL, est-ce-que vous approuvez ou désapprouvez | I tes couptea qui u t i l i sent une m~thode pour +viter La I grossesse? APPROUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I DESAPpROUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 SANS OPINION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 APPROUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OESAPPROUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 SANS OPiNiON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 312 VERIFIER 301: A UX/OES ENFANT(S) ~ N'A PAS D'ENFANT VIVANT(E) ~ VIVANT W v v Si vous pouviez recommencer Si vous pouvîez chois îr i par t i r de L'+poque ou vous exactement te nombre n+evtez pas d~enfant~, et si d'enfants & avoir dans voQs pouviez chois i r exacte- toute votre vie, com- ment Le nombre d~enfants h bien voudriez-vous en avoir dans toute votre vie, avoir? conlbien voudriez-vou$ en avoir? ENREGISTRER UN SIHPLE NONBRE OU AUTRE REPONSE. NOMBRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~-~ AUTRE REPONSE 96 (PRECISER) 273 N" I 401 I SECTION 6 : MST ET SIDA PASSER OUEST,ONS ET F,LTRES I c~Es i A Slvez-vo¢ll qu i | [ ex is te des iimLiKHeS sexueI|ement I ou l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I Er ln lmi l l lb le l ? I I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 - ->610 ,021 v~ "''"''~'"--n''r'~s'~ss'"e' c°~~'s~ez- I , ENCERCLER LES CODES CORRESPONDANTS AUX REPONSES DECLAREES . SYPHILIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A BLEMNORAGIE/CHANCRE MOU/ GONOCOCCIE/CHAUD DE PISSE . B SIOA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C AUTRE D (PREC[SER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E j io~, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I 603 SeLon vous, peut-on pr~venir Les maladies NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 l lexueL[ement I I ransmi l l lb |e l? NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 ~>&06 I 40/, I ConnlillSeR-VOul un (dos, moyen ( i l )p (x J r p r .ven i r les I OUl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I , I maLsdtes sexuettement trensmlss|bIes? I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 -->406 60S Quel (s) moyen Es) de pr6vent|on connaissez-vous ? ENCERCLER LES COOES CORRESPONDANTS AUX REPONSES OECLAREES . PARTENAIRE UNIQUE . A F(DELE AUX PARTENAIRES . 6 CONOOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C ABSlINENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0 EVITER PROSTITUEES . . . . . . . . . . . . . E AUTRE . F (PRECISER) 406 t Se|on-vOus, peut-on t ra i te r Les maladies sexuettement I OUl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I I 2 t~,.~l. l~L,=~ .sp.N°R"IIIIIII2ZIZ::Z::]ZZ:: 8 ]->4oç ,o, I o=~, - . , - .=-= (pe , )~ro" ( ' )o0oo ~o ' '*oo~o~ I OU' . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ' I un trmltement pour ces mmLa¢lies ? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 >409 I 408 Quel (s) endro i t Es) connaissez-vo~s ? [ 618 ERCERCLER LES COOES CORRESPONDANTS AUX REPONSES DECLAREES . FORMA|TON SANITAIRE . . . . . . . . . . . . A PERSONNEL SANTE . . . . . . . . . . . . . . . . B GUER[SSEUR/MARABOUT . . . . . . . . . . . . C AUTRE . D (PRECISER) conrmJssez-vougsy i i [ i s? ou Bvez-vo~Js entendu par ier de fa VERIF IER 482 : I I SlDA NON CITEE SlDA CITEE (CODE C) V-3 [--3 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I »413 412 I com. l ss , z -vou , ou avez -vo= entendu par ier du SlDA? | OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 J I I NON 2---->423 413 Ai)prouvez-vous ou detlpprouvez-vous la d i f fus ion dl|nformat~ons sur Le SlDA ~ t• radîo ou à la t~t6vts ion? 274 I AEPROUV[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I I DESAPRKOUVl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 SANS OPJN]ON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 6 R I 414 QUESTIONS ET FILTRES De qul/C~l irez-vomis entendtJ pnr le r du SIDA ou cour~ des t ro t8 dern le r l mois? COOES EPOU$E($)/PAR1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . A ANIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B PARENTS/FAMILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . C SERVICES SANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . D PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E RADIO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F TELEVISlON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . O - - ' - ]~ AUTRE .R l (FRECT$ER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I A ~616 415 I Avez-vous entendu pa~ter du SZDA au moins une fo i s k radio ou 6 te t~[Ovisi(2~ au cours des t ro i s dern iers mois ? I O~jj . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 L Se(on vous» y a*t ' JL des rîsques importants, r~oyQns fa ib les , ou b ien n 'y a ' t ' i L pas d u tout de r îsque que vous a t t rap iez te S[OA? I 417 i Connaissez-vous L~ (des) mode(s) de transmission du I .$LOA ? I IMPORTAN]S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 MOYENS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 FAIRLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 PAS OU TOUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 I OUi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I ,(,19 618 QueL(s) mode(s) de transmission du SIOA connaissez-vous ? ENCERCLER LES COOES CORRESPONDANT AUX REPONSE$ DECLAREES . RAPP.SER.PART . . . . . . . . . . . . . . . . . . A RAPP.SER.PROST . . . . . . . . . . . . . . . . . B RAPP.HOI4OSEX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C TRAN$F.SANG . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . O IN JECTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E ALLAITEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F LAME/RASOIR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G TATOUAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ½ AUTRE [ (PRECISER) I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 619 SeLon vous, peut-on pr~genir te SIOA? l NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z L NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 ~421 620 Que fa i teB (f,~rez)-vous pour VOUS protèger contre le SlOA? ENCERCLER LES CODES CORRESPONDANT AUX REPONSES OECLAREES , PARTENAIRE UNIQUE . . . . . . . . . . . . . . . A TIO.AUR PARTENAIRES . . . . . . . . . . . . . $ CONDON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C EVITER INJECTION . . . . . . . . . . . . . . . . D EVITER TRANSFUSION . . . . . . . . . . . . . . E AUTRE G (PRECISER) 421 Selon vous. I x ru t -o¢ l guêr i r Le SiDA? OUI . . . . . . . . . . . , . . . . . . . . . . . . . . . . . T NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 l~>423 RSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 *2Z Selon vous, o~ peut-on obteni r des informations sur te t re i temnt du SIDA? ENCERCkER LES CCOES CORRESPONDANT AUX REPONSES OECLAREES . ENREGISTRER L~REURE FORMATION SANITAIRE . . . . . . . . . . . . A PERSONNEL SANTE . . . . . . . . . . . . . . . . B GUERI$$EUR/HARABOUT . . . . . . . . . . . . C AUTRE . D (PRECISER) FIN DE L*INIERVIE~ 275 REPUBLXQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L°ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION DE LA PREVISION INSTITUTE FOR RESOURCE DEVELOPMENT ET DE LA STATISTIQUE ENOUETE DEMOGRAPH~QUE ET DE gANTE OUEST~ONNAIRE COMMUNAUTAIRE REGION DEPARTEMENT COMMUNE/CR IDENTIFICATION CODE REGION . ] .]. CODE DEPT-ARR/COM-CR. CODE DR . TYPE DE LOCALITE: DAKAR . ' - - ] THIES/I'~~.OLACK/ SAINT-LOUIS/ ZIGUINCNOR/ DIOURBEL [ » Nom de la ville: • Nom du quartier: AUTRES <~ COMMU. RURAL [~ Nom du villaqe/ local i t I (ce~t~e du DR: le plus grom du DR) NOMBRE D'HABITANTS DE LA VILLE/VILLAGE/LOCALITE: I l l) l Il DATE DE DEBUT DE LA VISITE DATE DE FIN DE LA VISITE AU DR NOM DE L'ENQUETEUR JOUR MOIS Fç7 JOUR MOIS ENQUETES HOMMES: NOMBRE: ~ FONCTIONS/TITRES*: ENQUETEES FEMMES: NOMBRE: ~ FONCTIONS/TITRES**: * CODES: i CHEF VILLAGE/QUARTIER 2 PERSONNEL CER 3 PERSONNEL MEDICAL 4 PERSONNEL EDUCATION 5 RESP.RELIG./COUTUM. 6 AUTRE D ** CODES: i MEMBRE ASS. DE FEMMES 2 PERSONNEL MEDICAL 3 PERSONNEL EDUCATION 4 AUTRE 277 W" 103 OUE$|I(~$ Et ~ IRE$ VEIR I f lE I LE TYPE DE LOCALHE c~ COCNER LA CASE CORRESP*)NDANIE: RURAL NOTER LE TYPE DqLAIITAT Q~eL l i t L! c tn t re urb l ln le Nus proche de (M¢4t Lo¢./vlLLæge/pte. v i l l e ) C~ES CENTRES URBAINS : I~ DENSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 DISPERSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AUTRE - - ] (PRECISER) (NO~ DU CENIRE URBAIN) PASSEll 104 Q~I | I ! elt L= pr lnc lpete vo ie d'~ccé~ ent re e( (N I toc , /vHt l Ie /p¢e , v i l l e ) (Noël du Centre Urb« in ) ROULE GC~JORONNEE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I LATERITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 PISTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 VOIE D+LAU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ENIIER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , , , , ,~ TOS Ou l l l l l i t I l d J l t ince on k i loe~tre~ ent re (Noe Loc , /v l l (ege lp te . v i t re ) et (Nom du Centre Urba in )* (INSCRIRE n97' POUR 97 KN ET PLUS) KJ LOI4ETRE S lq6 (P J l | [e l l ent | l e moylr, I; de t ranpor t en Codar~.~ les pL~ ut l{h l l l ~O~lr I l rendre (Nofll du Centre Ur~l i r~) ENREGISTRER SEULEENT LES DEUX PRINCIPAUX MOYENS DE TRANSPORT AUTOBUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A TAXI BROUSSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I TAXI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C CHAkRblIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D PIROGUE/BAC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E AUCUN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F 107 ~LLe e l t Læ I~ir~ll~Le i ource d~eau quo le i habitants oe (Woe Io¢.lvl l l l91/ptl . vitre) ut iL leent pour bo i re? EAU DU ROBINET ROB]NEI DANS LA CONCESSI(~N,.11 BORNE FOWTA]NE . . . . . . . . . . . . . . . IZ EAU DE PUITS PUITS ~ANS LA CONCESSIOH . . . . . Zl PUITS PUBLIC . . . . . . . . . . . . . . . . . ~2 FORAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 EAU DR SURFACE RIVIERE/RUISSEAU/FLEUVE . . . . . . 31 MARE/LAC/NARIGOT . . . . . . . . . . . . . 32 SOURCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .33 EAU DE PLUIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6~ CAHJ~N CllER~E . . . . . . . . . . . . . . . . . $1 EAU EN BOUIEILLE . . . . . . . . . . . . . . . 61 AUTRE 7~ (PRECISER) 108 Oui | te I |R le ~' ln¢ l~te source d 'eau que tes hab i tants de (Hoe toc . /v I t lage lp te , v i l l e ) u t i l i sent pour f s i re La va isse l te? RO~INLI DANS LA CONCESSIOH.11 BORNE FON1AINE . . . . . . . . . . . . . . . 12 EAU DE PUITS PUllS ~ANS LA CONCESSIOkt . . . . . 21 PUJIS PUBLIC . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 FORAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~~ EAU DE bURFACE R[VILKE/RUI$$EAU/fLEUVE . . . . . . 31 MARL/LACIMARIGOT . . . . . . . . . . . . . 3Z SOURCt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 BAR~A4,~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 EAU U~ PLUIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 CAMION CLTERNE . . . . . . . . . . . . . . . . . ~1 EAU EN BOUTEILLE . . . . . . . . . . . . . . . 61 AUTRE 71 (PRECISER) 109 110 CCl l l l f l t IQ~t iVlCU611 le i eaux usees des logements de (Nom LOcdv lL t lge /p te . v i l l e ) I , SYSTEHE O EG~JTS FERRES . . . . . . . . 1 Eb~JTS A CIEL OUVERT . . . . . . . . . . . 2 FOS~L SCEPTIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . 3 RUE/UROUSSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 Ouels geRre$ de to i le t tes sont g t l L l~ee$ pa£ ~U I=~J~r l [¢ des h lb l t ln tu de ? (Wom [o¢ . /v i I I ag¢ /pte . r i ( Le ) CHA%SL O'[AU CHA~~~ U'EAU P~RSONNELLE . . . . . 11 Cff~~b£ D'EAU EN CO$4MUN . . . . . . . 12 FOSS[/LA[RINE~ FOSSE SO~4MAIRE/LATRINE . . . . . . . 21 FOSSE AMELJOREE ET AEREE . . . . . 22 PAS DL TOILETTES/NATURE . . . . . . . . ]1 AUTRE 41 (PRECISER) 278 M' ] ~ur~;IlOHS ST FILTRES n m 111 J Y -O-t - lE Im4te¢Er l¢ l tE I i ? (NOm IOc , lv l I I I9e /p te . v i t re ) PASSER CODES I J A n OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . T I I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . J (k Je l l t elle L 'a¢t lv l t4 ~x-in¢lF~le de8 hBbi tants de ? (NOe Lo¢, /v lLLaoe/pte . v i l l e ) AGRIOULTURE/PECH8 . . . . . . . . . . . . . . . 1 I COq4MERCE,. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I ARTISANAT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E INDUSTRIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 SERVICES., . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . S AUTRE 6 (PREC[SES) COI4PLETE~ CE TABLEAU A PARIlR DE VOS OfiSERVATIONS ET DES INFC~~4ATIOBS OBTENUES 113 DISTANCE EN (KM,) ENTRE LE LIEU D°ENGUETE ET LA LOCALIT[ LA PLUS PROCHE POSSEDAHT LE SERVICE SI LE SERVICE SE TROUVE SUR LE LIEU D*ENQUETE, INSCRISE '98 ' . INSCRIRE '97'POUR 97 KN ET PLUS. 114 NOYEN DE DEPLACEH,EHT LE PLUS UTILISE pOUR SE RENDRE DANS LA LOCAL[TE LA PLUS PROCHE POSSEDANI LE SERVICE 113 TEk~PS NECESSA•RE POUR SE EENDRE DANS LA LOCALITE LA PLUS PROCHE ~3CSEDAN| LE SERVICE PAR LE MOYEN DE DEPLACEM[#T LE PLUS UTILISE SI PLUS DE 90 NJN., NOTER EN HEURES. 24R. POUR ~4N, ET+ Ol ECOLE O~PRIKAIRE 02 ECOt~ O.O--~JSRCOBDAIRE OU TECNNIO~JE le CYCLE O•JECOLE SECOUDAIRE OU 1SCNNIQUE 2e CYCLE 04 /4ARCHE O--~JJouD~ALIER 05 14ARCHE O-O-~HESDOI4ADAIRE .06 J EGUt INUE 07 SERVICE O--~SEGULJER DE TSANSPORT EN CGV*qUN SI '98* PASSER K]LC~4ETRES A 02 SI '98 ' ' PASSER KILOKETRES A 03 St *9D' PASSER KILOMETRES A 06 • '98' SI PASSER K[LCHETRES A 05 • SI '98' PASSER KILONETRES A 06 m • $I ~98 * PASSER KILONETREE A 07 VEHICULE MOTEUR.,1 VELO . . . . . . . . . . . . . . . 2 DOS D'ANIMAL . . . . . . . CHARRETTE . . . . . . . . . . 6 A PIED . . . . . . . . . . . . . 5 AUTRE 6 (PRECISER) VEHICULE MOTEUR,,.1 VELO . . . . . . . . . . . . . . . 2 DOS D'ANIMAL . . . . . . . 3. CHARRETTE . . . . . . . . . . k A PIED . . . . . . . . . . . . . 5 AUTRE 6 {PRECISER) VEHJCULE NO[EUR. . . I VELO . . . . . . . . . . . . . . . 2 DOS D*AHINAL . . . . . . . 3 CHARRETIE . . . . . . . . . . 4 A PiED . . . . . . . . . . . . . 5 AUTRE 6 (PRECISER) VEHICULE NOTLUR,,.1 VELU . . . . . . . . . . . . . . . Z DOS D'AHLHAL . . . . . . . ] CHARRETTE . . . . . . . . . . 4 A PIED . . . . . . . . . . . . . 5 AUTRE 6 (PRECISER) VEHICULE MOTEUR.,.t VELO . . . . . . . . . . . . . . . 2 DOS D~AHIMAL . . . . . . . ] CHARRETTE . . . . . . . . . . 4 A PIED . . . . . . . . . . . . . S AUTRE 6 (PREC[$ER) VEHICULE MOTEUR,,,. VELO . . . . . . . . . . . . . . . Z DOS D*AMJMAL . . . . . . . 3 CHARRETTE . . . . . . . . . . 4 A PIED . . . . . . . . . . . . . S AUTRE 6 (PRECISER) VEHICULE MOTEUR.,,,1 VELO . . . . . . . . . . . . . . . Z DOS DJANIMAE . . . . . . . ] CHARRETTE . . . . . . . . . . 4 A PIED . . . . . . . . . . . . . § AUTRE 6 (PEEEISER) MINUTES . . . . . . . . . . . . t L , ~ O 2 flEURES . . . . . . . . . . . . . Z MINUTES . . . . . . . . . . . . 1 I I I HEURES . . . . . . . . . . . . . E ~'O3 T - -T" - I NINUTES . . . . . . . . . . . . I 111 .06 HEURES . . . . . . . . . . . . . 2 MINUTES . . . . . . . . . . . . 1 ~ j j~- - - J ~ 17201 HEURES . . . . . . . . . . . . . 2 NLNUTES . . . . . . . . . . . . 1 HEURES . . . . . . . . . . . . . 2 - -~ » SI '98 ' PASSER KILOBETRES A Q.201 279 MINUTES . . . . . . . . . . . . 1 i I I . D E HEURES . . . . . . . . . . . . . 2 MINUTES . . . . . . . . . . . . 1 11 .1_04 HEURES . . . . . . . . . . . . . 2 O~ HOelTAL ;'~GL[C fOPIT& )RIVEE/ :LIN]OUE 'MI J 201 Où se trouve 202 A c¢~bien de (koq DU SERV]OE) k i t~t res Le plUS proche? se trou~~ {NON OU SERVICE) te p lus v, ,-~-æT (IN$(2tIRE LE NCIq LOCALITEÆILLAG~/ VILLE/GU/~TIER) SI LE SERVICE SE TR~Lrv~ SUR LE LIEU D'ENOUETE. INSCI~]RE 'ç~+ A Q.201 PUIS PAS~R A Q.ZO~ FT~ [ILCI4ETRES INSCRIRE '97 ' PCUR 97 KM. ET PLUS. $1'9D', PASSER A 0.205 ~,aeL est Le moyen de depte- c~~ent Le plu= ut i L i s î I ~ se rendre (W(~ OU SERVICE) le pLul pl'o¢t}e? VIENI CZJ~E 140TEUR. 1 "~UD . . . . . . . . . . . . . 2 DOS D 'Aîq]I4AL . . . . . 3 CI~RETTE . . . . . . . . 4 A PIED . . . . . . . . . . . 5 AUTRE 6 * (PRECI SER ) .~'~~'T~CIN 2. DISPQNIBILITE DES SERVICES SANITAIRES 204 Cambten de 20S 206 V£RIFIER t m (l~14 OU S£RV.) O. ZOZ faut - i L pour se Le pL~ prc«he r~re & (0 msst , -e - t - i t OU SERVICE) Le des serv ices p i~ proche par de pLa~ni~'~G Le ~ de fæiL iaL? d~pL ec~mmt Le pLus u t t t ~ s1~? Sl eg~ NID. DOTER EN WBmES. Sl ~& N. ET + NOTER ~& W. MIN.1 HELIR .ï~ DI ST /d (OE~ ¢=30 ~. PASS OUI . . . . . . . 1 OU R a.2OZ.ç~S D.Z07 IK~ . . . . . . . Z . . . . . . . 3 >30 î<M, ~ 02 NSP DiSTANOE PASS (INSCRIRE LE NO~ LOCALITE/V[LLAGE/ VILLE/O~JART]ER) SI LE SERVICE SE TROUVE SUR LE LIEU D'EN~UETE, INSCRIRE +98' A 0.201 ~IS PASSER A Q.205 F-~ ~[LOMETRES INSCRIRE '97' POUR 97 KM. ET PLUS. S ] '98 ' , PASSER A 0.205 VE H;CULE M~TEUR. ~ I VELO . . . . . . . . . . . . . 2 I Doe D'ANIMAL . . . . . 3 i CHARR[TTE . . . . . . . . IA PIED . . . . . . . . . . . 5 AUTRE & (PRECISER) $1 ÷QOMIW. NOTER EN HEURES. SJ 24 ~. E~ « NOTER 24 H. MIN.,! HEUR.2 OUI . . . . . . . 1 w ~ . . . . . . . 2 W SP . . . . . . . 3 D I STAN~IE <=3DOU KM. DAPASS 0.20E=98 Q.207 DISTANCE PASS >3OKM. ~ 03 (INSCIIRE LE LOCALITEIV]LLAG£/ VIL[E/QURRT]ER} $I LE SERVICE SE TI~UVE LE LIEU D'EN~JETE, i IWSC3tIRE '98 ' A 0.201 i PIJI$ PASSER A Q,~ KILOqETRES INSL'RIRE '97 ' POUg 97 KM. ET PLLî~. S1'98' , PASSER A 0.205 VEHICULE NOTEUG.1 Vl[LO . . . . . . . . . . . . . 2 D05 D'AMIRAL . . . . . 3 CHARRETTE . . . . . . . . & A PIED . . . . . . . . . . . 5 AUTRE 6 (PRECI.T*ER) Sl +90 MIN, NOTER EN HEURES. SI 24 H. ET + klOTER 24 H. MIN.1 ~ NEt.IR. 2 I OUI . . . . . . . N~P . . . . . . . 3 DISTANCE (=J0OU 13(. ~APASS O.202=çqS 0.207 21D7 (MGq OU SF.RV]OE) Le pLUS protJ~ ~ure - t - î I CUl ~ NEF SOINS F~J IMALS. . . 1 2 8 s~~rl k*JIF.MENTS . . . . . 1 2 8 SOINS POSTNATALS. 1 2 8 CCUS. INAJ~I SSC~S. 1 2 8 COLIS. IIJTRITIONEL. 1 2 8 VACCINATIONS . . . . . . 1 2 B URGENOES . . . . . . . . . . 1 2 8 SOINS ¢tlRATIFS.1 2 8 2045 s~~vez-~ou,z s i i (N4~M OU S~t:VIOE) Le pLUS prc~~e,gn pt~t Me I~'QCLIMt I* : OUI î l~ IdSP S~:~TS s~o . . . . . 1 2 8 NITI-PALt~OEEL.1 2 8 PILU. ~MTRN~P.1 Z 8 STERILET . . . . . . . . 1 Z 8 INJECT.OOI~TL.I Z 8 )02 . . . . . . . . . . I 2 8 IqETH. VAGINALES.1 2 8 STERILIS. FEN,.1 2 8 AI/T. NETN. CI~/T.1 2 8 (A PREC]SER) OUI k~N NSP ~(NS PRENA?ALS*.1 2 B ACCQL~HEMENTS . . . . . 1 2 8 SO;NS POSTk&TALS.1 2 8 D~S. NOURRXSSOWS.1 2 D CCWS* NUTRIT)OMEL,I 2 8 VACCINATIONS . . . . . . 1 2 8 URGENCES . . . . . . . . . . I 2 8 SOINS CURATIFS.*.1 2 8 OUI IK~ NSp I SACHETS SRO . . . . . 1 2 8 ANT I*PALUDEEN, . . 1 2 ! 8 t P]LU. CC~TRAC~P. I 2 STERI LET . . . . . . . . 1 2 I NJECT . CONTR . . , . 1 2 8 0~ CONDOM . . . . . . . . . . 1 2 METH. VAGINALES . 1 2 STERILI$. FEM, . . 1 2 AUT. NET;4. COYT.1 2 (A PRECISER) OU] NON NSP S, OI NS PRENATALS , . . 1 2 8 ACCCUCSEHEWTS . . . . . 1 2 8 SOINS POSTWATALS.1 2 8 CCI/S . k~URR 15SONS . 1 2 8 C(~S. NU'i~I TIONEL . 1 Z 8 VRCCI MAT [ONS . . . . . . I 2 B LJRGENOES . . . . . . . . . . 1 2 B SOINS CURAT]FS*. 1 2 8 OUI ~ NSP I SAOEHETS SRO . . . . . I 2 8 [ NITI -PALUDEEN. 1 ~ 8 P]LU. COI~TRAC]EP. 1 2 8 STER[LET . . . . . . . . 1 2 8 • XNJECT. COIITR. I « - 2 -- D CONOOM . . . . . . . . . . I Z 8 METH. VAGI MALES. 1 Z 8 STERILIS. FJ~q. 1 Z 8 AUT. k'~TH. CCIIT.1 2 8 ,04 (A PRECISER) 3 G~ ~j ::ESTEE IE~ [ t.,AL UEL[C (IISCD]RE LE IKlq LCCAL [ TE/VZ LLAGE/ VILLE/QUART [ER) S! LE SERVICE SE TROUVE StJ~ LE LZEU D*ENCUETE, INSCRIRE *ç~' A I}.201 PUIS PASSER A Q.20~ [I~OI~TR[S IMSCR]RE '97' 97 I~q. ET PLUS. SI '98 ' , PASSER A Q.20S VER]CULE MOTEU~. 1 VELO. . . . . . . . . . . . .2 DOS D'ANIMAL. . . . .3 CHARSETTE, . . . . .4 A PIED . . . . . . . . . . . S AUTRE 6 (PR~CZSER) S1 ~ MIS. liOTEI EU NEUVES. SI 24 N. ET + NOTER 2~ H. DE .',- P'~~L I OZÆ E.~t. ;PE (ZNSCRIRE LE LOCAL ] TE/V! LLAG~/ VILLE/QUART [ER) SI LE SERVICE SE TROUV~ SUR LE LIEU D'ENI~JETE, INSCRIRE '98 ' A 0.201 PUiS PASSER A Q*20S Esc-ce qu,c~~e c~quipe rr~bi ( e v î s i te (~OM L.OEAL I TE/V] LLAGE ) ? r~ KILOMEIRES INSCRIRE '97' POJR 97 KM. ET PLUS. S~ '9~* , PASSER A 0.20S VIN [ CULE NOTECR. 1 VELO . . . . . . . . . . . . . 2 DOS D'ANIMAL. . . . ° ] CHARRETTE . . . . . . . . 4 A PIED. . . . . . . . . . .5 AUTRE 6 (PREClSER) SI '*'90 NID. NOTER EN HEURES. St 24 N. ET * NOTER 24 H. H[N.* I HEUR.2 qATERN] T (INSCRIRE LE NOM LOCAL I TE/VI LLAG~/ VILLE/QUARTIER) DZ LE SERVICE SE TROUVE LE LIEU D'ENOU[TE, INSCRIRE ' 98 ' A D.20~ PUIS PASSER A Q.20~ K]LOMETRES INSOeiEE 'çrE* PeU2 9? I01. ET PLUS. SI 'QD', PASSER A O.Z05 ~HI CULE MOTEUE. 1 VELO. . . . . . . . . . . . .2 DOS D 'ANIKAL. . . . .3 CMARRETTE . . . . . . . .& A PIED. . . . . . . . . . .5 AUTRE 6 (PRECZSER) Si "90 IqlN. NOTER EN HEURES. SI ;.P4 N. ET + NOTER 24 N. ! NIN. . I ! HELq~. 2 OUI . . . . . . .1 K (~. . . . . . .2 NSP . . . . . . .3 OU[. . . . . 1 N(3q. . . . . .2 NSP. . . . . . *3 OUt. . . .oo.1 NON . . . . . . . 2 NSP. . . . . .3 O,202=98 0.207 ~D-P:ss (:.202=98 0.207 0.202=98 0.207 CUl liON D~ SOINS POSTNAT/U.S.1 SOINS PRENATALS.1 22 88 CCRD. I~R[$SONS. 1 2 8 CORS. NUTRITIONEL. 1 2 8 SOINS CURATIFS.1L;RGENC~$ " . . . . . . . . " 1 V A C C [ NAT 1(3N5"" " " " "1 222 888 Il SACHETS S I~. . . . .1 2 8 , ANTI -PAUJDt~N. I 2 8 PILU. CCIITEAGEP. t 2 8 STEllLEE. . . . . . . .1 2 8 |NJECT . I~NTR. . . 1 2 8 NETE " J~ i , )k ' l l L C ~ . . . . . . . . . . lVSGliUUJ[S" 1Croit. E 222 i i (A ~C~SF. I t ) ~05 OUI ~ IISP SOINS POSTNATALS.1 sOINS PREMATAL$.1 2,2 88 C(~ZE . NOURR]SDON$. 1 2 8 CORS. NUTRITIONEL. 1 2 8 VACC I NAT %ONS. . . . . . . . . . . . . . 1URGENCES " " 1 S O I NS CURAT] FS. . . * ? 222 888 gUI SOM l l~ 5ACRET$ S IO . . . . . I 2 B ANTI -PALUDEEL. 1 2 8 PiLU. C~P.1 2 8 STEEILE? . . . . . . . .1 2 8 METH. [ ~ . . . . . . . . . . T I N JECT .C]0i~/. . . . 1 V A G ] NAJ.ES . 1 222 888 ,06 AUT. I~ITL C~T.1 2 S (A P~ECl SCR) OU[ NON NSP ! U~GE~CES . . . . . . . . . . . . . . . . 1 V A C C [ NAT fOND 1 22 S SOZNS C'dRAT I FS, , . ,~ 2 S oui scR NsPj SACHETS SRO.1ANT[_PALLJDEEN.~ 22 88 ~D7 oel NON NEf ADCDU¢HEMENTS . . . . . PGSTNATALS. 1 22 88 VA£CI NAT X(X4S . . . . . .1 2 8 I~GENOES. . . . . . . . . . 1 2 8 SO] IdS CUI.ATIFS. 1 2 8 ANT].pALLIDEEL.1SACllk"rS SItO. , . . . I 22 88 ~(~ î~ ~LBINET qEOECIW ?R[V~/ SA ~~ ;£ 2J PERSCNN. E SANTE OMf~- AJUTAI./ SECCU- p -dg- : lE Z~l Ou se t rou~ |2~. A c~m~iende 203 ~t est te (Y~:IqOU SERVICE) i k î lætr~ moyen de d~gLi- l e pLoe proche? se t r~J~e c~~~ent te p(~.m (WOW DU ut iL id pour se SERVIOE) te re~~dre & pLu~ Foch~? (~DU SERVICE) Le p|u~ proche? (IWSCRIRE LE NC~¢ LOCAL]TE/VILLAGE/ V[LLE/~UARTIER) SI LE SERVICE SE TR~ SUR LE LIEU D'ENOeETE, [NSCRIRE '98 ' A Q.201 PUiS PASS~A Q.E05 A (NCIM OE LOCALITE/VIL ° ~AGE), y - l - t ' î L du per- sonne( de s~nte commu- EILOMETREE I~SCR[RE ~97' ;~ZTJR 97 K I e. ET ~L&$. S [ '98 ' , PASSER A 0.205 VENIOULE MOTELS.1 VELO . . . . . . . . . . . . . 2 OOS D'AWI~AL . . . . . 3 CHARRETTE . . . . . . . . 4 A ~IED . . . . . . . . . . . 5 ~~TRE 6 t m ( l l~ OU SEIV.) O. 2OZ faut - i L pour se te p(us w~,~e «,~,~~ i (IîON ossure - t - | L IXJ SE|VIOE) te des serv ices p t~ pioche par "de p lanning te neye~ de fami l iaL? d41)1 a¢qment Le pLuo ut l L i s~? SI ~ NIE. NOTES EI ;~EUR~S. 01 STANCE Si 2~ N. ET + NOTEE Z& M. OU »PAS5 OUI . . . . . . . 1 A Q,202=98 Q-207 WGW . . . . . . . 2 ,sP . . . . . . . , o , s , .~E~O, . ta i re /sec~r i s~e/ nwtr~? OU[ PASEER [ ~ A Q 207 MON DP:E~r {I I ISa l IEE LE Noq LOCALITEÆ[LLAGE/ VlLLE/QUARTIEI) SI LE SE|¥|¢E SE TROLNE LE LIEU D'ENQUÊTE, I ISCI IRE '96' A g .~1 PUIS PMES[E A Q.205 M [ILCIMETRES IN~~IllRE '97 ' P~LJR 97îQq. ET PLUS. S1 '9~' , PASSER A Q.205 VEHIOJLE IqOTEL~~.1 VELO . . . . . . . . . . . . . 2 OOS D'AN[P;~L . . . . . 3 CHARRETTE . . . . . . . . & A PIED . . . . . . . . . . . 5 AUTRE 6 (PRECISER) SI *90 M[N. NOTE| EH HEUIE5. Si 2& N. ET NOTEæ 24 N. N - - M I l . .1 NELI .2 GUI . . . . . . . 1 . . . . . . . 2 II~p . . . . . . . 3 I l I OISTANa[ <:30 EN. ~PASS i DU A 0 .292-ç6 ( I .207 O I STN4~~ ~PAE$ K~laq. A 11 plus 208 Savtz -~ s i k proche ess~e- t - i L (KI4 OU S~W[OE) ,æ pe~JT OUI I¢ I I~P ~[N$ PRENATALE.1 2 8 ACCOUCHEMENTS.,1 2 E 50[MS P~'åTNATALS.1 ~ E CONS. WISJRRISSC~S.I Z 8 CGI4S. WUTRIT[OWEL.I 2 8 VAOEINATIONE . I 2 8 URGEWCES . . . . . . . . . . 1 2 8 SOINS Ç~RAT[FS.I Z 8 OUI N~~ NSP SACHETS SRO . . . . . 1 8 /UiT I - PALUDEEN. 1 8 PILU. CONTRAOEP. 1 8 STERI LET . . . . . . . . 1 8 [WJECT.CONTR. . . , I 8 CONOCN . . . . . . . . . . I B METN. VAG[WALES. 1 8 STEE]LIS. FEM.,.1 8 AUT. METH. C~T.1 8 (A PRECISER} OUi ~[NS PREWATALS. 1 ACCOUCHEMENTS. 1 COMS. WUTR 1T ICIWEL . 1 URGEMCES . . . . . . . . . . 1 ~ lNS CURATIF$. I WOW NSP 0UI Z B SACHETS SRO . . . . . 1 2 E ANT {-PALUDEEN. 1 2 E 2 E Z 8 09 NOe NS¢J 2 OUI NOe NEP SACI~ETS gtO. . . . .1 2 8 1 ANTI "PALUDEEI. 1 2 8 1 PILU. CONTllAC1~.I 2 e i STEIt ILET . . . . . . . . 1 Z E I I NJECT .C~ITL . , . I 2 E 11 COa~~ . . . . . . . . . . 1 2 e i METH. VAGIliALES. 1 2 B STEIt[LIS. F I~ . . . I 2 8 ! AUT. NETN. C~WTJ 2 8 J (A PPECI SEl) J )EPOT )HARI4~ - .'EUT 1 QUE 201 ~~J ~ t r~~~ 202 A c~im de i ZO3 QueL ~t Le (Iî~M OU SEIrVloE) k iL~t res ~ de d~ple- Le p lus proche7 se trouve ce~eflt Le pL~ (1~ DU utiLill p~~r se SERVICE) le rendre & pL,~pro¢he? (NOHDU SERVICE) te p lus i~oche? ( Iæ~IRE LE LgCALITEÆILLAGE/ VILLE/QUARTIER) SI LE SERVICE SE TROUVE SUR LE LIEU D'ENOUETE, INSCRIRE ~9'8 ~ A 0.201 P'~IS PASSER A 0.205 [[L[~IETRE5 INSPIRE '97 ' POUR 97 rJ4. ET PLUS. S I '98 * , PASSER A o.Z05 V[HICULE NOTEUR.1 "vl[LO . . . . . . . . . . . . . Z DOS DIAN]NAL . . . . . 3 CHARRETTE . . . . . . . . 4 A PIED . . . . . . . . . . . 5 AUTRE 6 (PREE[SER) t re (ll~M OU S~EV. ) o. 202 f l~¢- î t ~ur se Le p lus p-o¢he rendre & (lI(Iq ~sure - t - i L DU S~IVICE) le des le rv i¢es plus proche per de planr~ing Le n i~ de fami l ia l ? dep~ *cernera te plus ut i Li$~? | j HEUR.Z __~ J EII I¢~URES. 5124#. ET* îOTEE 24 #. OUI . . . . . . . I MIN.1 ' _._1 NSP . . . . . . . ] :DISTAJJCE "=300U KM. ~~'APASS Q.~OZ:98 0.207 O.E09 E07 (uæ DU SERV]OE) Le p lus | ZoB E~rvtz-vous sî i proche I ssure - t - i | | (NQI4 ~ SERVICE) I Le p (u i v ,~,~,~ peut se F~v~Jrer: SACHETS SRO . . . . . 1 Z B ANT]'PALUDEEN.1 2 8 PILU. E]DNTRACEP.I Z 8 STEEJLET . . . . . . . . 1 2 8 INJECT*COI~TR.1 2 8 L'OkDCIq . . . . . . . . . . 1 2 B i METH. VAGIEALE5.1 2 B STER]LIS. FEM.1 2 8 AUT. METN. CO~T.1 2 8 (A PRECI5ER) oo N" OUESTIONS ET F/LIRES 209 Ot .~t | mont, p* r ordre d~Jmportonce, tes I~ ' |n¢ ipate | m[ad ies des enfants de nm|ml de ¢|nq an l au cours de t *on~e? COOES PALUDISME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 DIARRHEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 02 HALNUTRITIO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 ROUGEOLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 04 ANENIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 05 TETAROS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 06 MENIRGITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 07 ICTERE(jaunisse, hépat i te , générBLement mataUies du fo ie ] . . .OB ~ÆLADIES CARDIAQU[S . . . . . . . . . . . . . . 09 TUBERCULOSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 COQUELUCHE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 VARICELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 CONVULSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 FIEVRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 TOUX, SUFFOCATION, PROSLENES RESPIRATOIRES . . . . . . . . . . 15 GALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 TEIGNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 AUTRES PROSLEMES DE PEAU . . . . . . . . . 18 AUTRE 19 (PRECISER) WSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 l e . . . . . . ° 2e . . . . . 3e . 4e. . . . . . . 210 Qu~t|g gont , par ordre d~importance, tea pr lnc |deux probt~mes pour vous soigner? SERVICES DE SARTE INEX|STANTS.01 SERVICES DE SANIE TROP ELOIGNE$.02 SERV. OE SANIE N'OFFRANT PAS TOUS LES SERVICES . . . . . . . . . . . . . 03 CONSULTATIONS TROP CHERES . . . . . . . . 04 MAUVAIS ACCUEIL . . . . . . . . . . . . . . . . . . 05 MEDICANERTS NON DISPONOSIES . . . . . . 06 MEOICAHENIS TROP CHERS . . . . . . . . . . . 07 AUCUN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 08 AUTRE 09 (PRECISER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 ]C . . . . . . . 2e . . . . . . . 3e . . . . . . . 4e . . . . . . . 284 Pages préliminaires Titre Information supplémentaires Table des matières Liste des tableaux Liste des graphiques Glossaire Avants-propos Remerciements Résume Carte du Sénégal Chapitre 01 - Présentation du pays et cadre de l'enquête Chapitre 02 - Caratéristiques de l'echantillon Chapitre 03 - Fécondité Chapitre 04 - Planification familiale Chapitre 05 - Nuptialité et exposition aux risques de grossesse Chapitre 06 - Préférences en matière de fécondité Chapitre 07 - Santé de lamère et de l'enfant Chapitre 08 - Allaitement et état nutritionnel des enfants Chapitre 09 - Mortalité des enfants de moins de cinq ans Chapitre 10 - Mortalité maternelle Chapitre 11 - Enquête homme Chapitre 12 - Maladies sexuellement transmissibles et SIDA Chapitre 13 - Disponibilité d'infrastructures communautaires Références Annexe A - Organigramme, Personnel et Calendrier de L'Enquête Démographique et de Santé (EDS-II) 1992/93 Annexe B - Plan de Sondage Annexe C - Erreurs de Sondage Annexe D - TableauPour L'Evaluation de la Qualité des Donées Annexe E - Questionnnaires Questionnaire - Ménage Questionnaire - Femme Questionnaire - Homme Questionnaire - Communautaire

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.