Sénégal - Demographic and Health Survey - 1994

Publication date: 1994

Sénégal Enquête Démographique et de Santé au Sénégal (EDS-II) 1992/93 Ministère de l'Economie, des Finances et du Plan Direction de la Prévision et de la Statistique Division des Statistiques Démographiques ®DHS ~r Demographic and Health Surveys Macro International Inc. REPUBLIQUE DU SENEGAL Enquête Démographique et de Santé au Sénégal (EDS-II) 1992/93 Salif Ndiaye Papa Demba Diouf Mohamed Ayad Ministère de 1' Economie, des Finances et du Plan Direction de la Prévision et de la Statistique Division des Statistiques Démographiques Dakar, Sénégal Macro International Inc. Calverton, Maryland USA Avril 1994 Ce rapport présente les principaux résultats de l'Enquête Démographique et de Santé (EDS-II) r&alisée au Sénégal en 1992/93 par la Direction de la Prévision et de la Statistique du Ministère de l'Economie, des Finances et du Plan. L'EDS-II, financée par l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID), a bénéficié de l'assistance technique de Macro International Inc. L'EDS-II fait partie du programme mondial des Enqu6tes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys-DHS) dont l'objectif est de colloeter, d'analyser et de diffuser des données démogmphiques portant en particulier sur la fécondit6, la planification familiale et la santé de la mère et de l'enfant. Des informations complémentaires sur r EDS-II peuvent ~tre obtenues auprès de la Direction de la Próvisinn et de la Statistique, Point E, B.P. 116, Téléphone (221 ) 23-02-65; Fax (221 ) 23-07-43. Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent être obtenus auprès de Macro International Inc., 11785 Beltsville Drive, Calverton, MD 20705, USA (Téléphone 301-572-0200; Fax 301-572-0999; Télex 198116). TABLE DES MATIERES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ix Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxi Résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxiii Carte du Sénégal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxviii CHAPITRE 1 1.1 1.2 PRESENTATION DU PAYS ET CADRE DE L 'ENQUETE par Papa Demba Diouf Caractéristiques du pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Milieu physique et économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Caractéristiques de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.3 Situation sanitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.4 Politique en matière de population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Cadre de l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.2.1 Objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.2.2 Questiormaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.2.3 Echantillonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2.4 Formation et collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.2.5 Traitement informatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 CHAP ITRE 2 2.1 2.2 2.3 CARACTERIST IQUES DE L 'ECHANTILLON par Salif Ndiaye Couverture de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Enquête ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 2.2.1 Structure par åge et par sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 2.2.2 Niveau d'instruction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.2.3 Caractéristiques des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 2.2.4 Caractéristiques de l'habitat et des biens possédés parles ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Enquête individuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 2.3.1 Age des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 2.3.2 Etat matrimonial actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 2.3.3 Groupe ethnique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 iii Page 2.3.4 Lieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 2.3.5 Instruction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 2.3.6 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 CHAPITRE3 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 3.6 3.7 FECOND1TE par Salif Ndiaye Données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Niveau et différentiels de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Tendances de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Fécondité cumulée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Age à la première maternité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Fertilité et fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 CHAPITRE4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 4.7 4.8 4.9 PLANIFICATION FAMILIALE par Salif Ndiaye Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Utilisation passée de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Connaissance de la période de fertilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Sources d'approvisionnement des contraceptifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Sources d'information sur la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Opinions et attitudes sur la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Comportement et attitude des couples vis-å-vis de la contraception . . . . . . . . . . . . 55 CHAPITRE 5 5.1 5.2 5.3 5.4 5.5 5.6 NUPTIALITE ET EXPOSITION AUX RISQUES DE GROSSESSE par Salif Ndiaye Etat matrimonial actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 5.2.1 Fréquence de la polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 5.2.2 Nombre de co-épouses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Age au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Activité sexuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Exposition aux risques de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 iv CHAPITRE 6 6.1 6.2 6.3 6.4 Page PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE par Mohamed Ayad Désir d 'avoir des enfants (suppl6mentaires) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Nombre total d'enfants désirés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 CHAP ITRE 7 7.1 7.2 7.3 SANTE DE LA MERE ET DE L 'ENFANT par Papa Demba Diouf Soins pr6natals et accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 7.1.2 Vaccination antit6tanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 7.1.3 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Maladies des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 7.3.1 Infections respiratoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 7.3.2 Fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 7.3.3 Diarrh6e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 CHAPITRE 8 8.1 8.2 8.3 ALLA ITEMENT ET ETAT NUTRIT IONNEL DES ENFANTS par M ohamed Ayad Allaitement et alimentation de complément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Etat nutritionnel des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 8.2.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 8.2.2 R6sultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 Etat nutritionnel des mères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 CHAPITRE 9 9.1 9.2 9.3 9.4 MORTAL ITE DES ENFANTS DE MOINS DE C INQ ANS par Papa Demba Diouf Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Niveaux et tendances de la mortalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Variations différentielles de la mortalit6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Comportement procréateur à haut risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 CHAPITRE 10 10.1 10.2 10.3 10.4 10.5 10.6 10.7 Page MORTALITE MATERNELLE par J eremiah Sullivan, Mohamed A yad et Salif Ndiaye Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Evaluation de la qualité des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Estimation directe de la mortalité adulte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Estimations directes de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Estimations indirectes de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Discussion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 CHAPITRE 11 11.1 11.2 11.3 ENQUETE HOMME par Papa Demba Diouf Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 11.1.1 Caractéristiques des hommes de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 11.1.2 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 Planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 11.2.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 11.2.2 Pratique de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 11.2.3 Utilisation future et méthodes contraceptives préférées . . . . . . . . . . . . . 151 11.2.4 Opinions et attitudes vis-à-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . . 153 Préférences en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 CHAPITRE 12 12.1 12.2 12.3 12.4 12.5 MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES ET SlDA par Salif Ndiaye et Mohamed Ayad Connaissance des MST et de leur prévention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 Connaissance du SIDA et sources d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Connaissance des modes de transmission du SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 Connaissance des moyens de pr6vention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 Opinions sur la diffusion d'information sur le SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 CHAPITRE 13 13.1 13.2 13.3 DISPONIBILITE D'INFRASTRUCTURES COMMUNAUTAIRES par Mohamed Ayad et Salif Ndiaye Caract6ristiques des localités rurales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Services socio-6conomiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 vi 13.4 Page 13.3.1 Disponibilité des formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 13.3.2 Disponibilité des services de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . 178 13.3.3 Disponibilité des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . 180 Problèmes de sant6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 REFERENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187 ANNEXEA ANNEXEB ANNEXE C ANNEXED ANNEXEE ORGANIGRAMME ET PERSONNEL DE L 'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE (EDS-II) 1992/93 . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 PLAN DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195 ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203 TABLEAUX POUR L'EVALUATION DE LA QUALITE DES DONNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 QUESTIONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223 vii Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau LISTE DES TABLEAUX Page 1.1 Taille et couverture de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 2.1 Population des ménages par åge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 2.2 Population par åge selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.3.1 Niveau d'instruction de la population des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 2.3.2 Niveau d'instruction de la population des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 2.4 Taux de fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 2.5 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 2.6 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 2.7 Biens durables possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 2.8 Caractéristiques socio-démographiques des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 2.9 Niveau d'instruction des femmes enquètées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 2.10 Accès des femmes aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 3.1 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 3.2 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 3.3 Tendances de la fécondité par age . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 3.4 Tendances de la fécondité par durée de mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 3.5 Fécondité par åge scion quatre sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 3.6 Enfants nés vivants et enfants survivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 3.7 Intervalle intcrgénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 3.8 Age å la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 3.9 Agc médian à la première naissance par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 3.10 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 3.11 Enfants nés de mères adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodcs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives modernes et des sources des méthodcs par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 4.3 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 4.4 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 4.5 Utilisation actuclle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 ix Tableau 4.6 Tableau 4.7 Tableau 4.8 Tableau 4.9 Tableau 4.10 Tableau 4.11 Tableau 4.12 Tableau 4.13 Tableau 4.14 Tableau 4.15 Tableau 4.16 Tableau 5.1 Tableau 5.2 Tableau 5.3 Tableau 5.4 Tableau 5.5 Tableau 5.6 Tableau 5.7 Tableau 5.8 Tableau 5.9 Tableau 5.10 Tableau 5.11 Tableau 5.12 Tableau 6.1 Tableau 6.2 Tableau 6.3 Tableau 6.4 Tableau 6.5 Tableau 6.6 Tableau 6.7 Tableau 6.8 Page Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Temps nécessaire pour atteindre la source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Raisons de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Messages sur la planification familiale entendus à la radio ou à la télévision . . . . . . 54 Approbation de l'utilisation des media dans la diffusion sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Attitudes des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Nombre d'unions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Age au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Age médian au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Age médian aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Activité sexuelle récente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Fréquence des rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Aménorrhée, abstinence et non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Durée médiane de la non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Fin d'exposition au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . 74 Préfércnces en matière de fécondité scion l 'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Désir de limiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Nombre idéal d'cnlants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Nombre idéal d'enfants par caract6ristiqucs socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . 80 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 Taux de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Tableau 7.1 Tableau 7.2 Tableau 7.3 Tableau 7.4 Tableau 7.5 Tableau 7.6 Tableau 7.7 Tableau 7.8 Tableau 7.9 Tableau 7.10 Tableau 7.11 Tableau 7.12 Tableau 7.13 Tableau 7.14 Tableau 8.1 Tableau 8.2 Tableau 8.3 Tableau 8.4 Tableau 8.5 Tableau 8.6 Tableau 8.7 Tableau 9.1 Tableau 9.2 Tableau 9.3 Tableau 9.4 Tableau 10.1 Tableau 10.2 Tableau 10.3 Tableau 10.4 Tableau 11.1 Tableau 11.2 Page Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Nombre de visites prénatales et durée de la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Lieu de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Assistance lors de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Caractéristiques de l 'accouchement: césarienne, prématurité, poids et taille à la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Vaccinations par sources d' information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 Vaccinations par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Vaccinations avant l 'åge de 12 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Prévalence et traitement des infections respiratoires aiguës . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 Prévalence et traitement de la fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Prévalence de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Connaissance et utilisation des sachets de SRO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Type d'allaitement par åge de l 'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Allaitement et alimentation de complément par åge de l 'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Durée médiane et fréquence de ral laitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Etat nutritionnel des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Indicateurs anthropométriques de l'~rat nutritionnel des mères . . . . . . . . . . . . . . . . 121 Indicateurs anthropométriques des mères par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mære . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Mortalité des enfants par caract6ristiques bio-démographiques de la mère et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Fécondité à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 Etat de survie des frères et soeurs des enquSt6es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Estimation de la mortalité par åge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137 Estimations directes de la mortalité matemelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Estimations indirectes de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Caractéristiques socio-démographiques des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . 142 Niveau d'instruction des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 xi Tableau 11.3 Tableau 11.4 Tableau 11.5 Tableau 11.6 Tableau 11.7 Tableau 11.8 Tableau 11.9 Tableau 11.10 Tableau 11.11 Tableau 11.12 Tableau 11.13 Tableau 11.14 Tableau 11.15 Tableau I 1.16 Tableau 11.17 Tableau 11.18 Tableau 11.19 Tableau I 1.20 Tableau 12.1 Tableau 12.2 Tableau 12.3 Tableau 12A Tableau 12.5 Tableau 13.1 Tableau 13.2 Tableau 13.3 Tableau 13.4 Tableau 13.5 Tableau 13.6 Page Nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 Différence d'ãges entre l 'homme et la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 Caractéristiques différentielles des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Connaissance des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Utilisation de la contraception å un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 Méthode préférée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Raison de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 Approbation de l'utilis~ tion des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 Attitudes des matis face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Préférences des matis en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Préférences des couples en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 Nombre idéal d'enfants pour les hommes par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Nombre idéal d'enfants pour les couples par caractéristiques di fférentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 Connaissance des MST et des moyens de prévention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 Source d' information surle SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 Connaissance des moyens de transmission du SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Connaissance du SIDA et des moyens de prévention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 Approbation dc la diffusion d' information sur le SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Caractéristiques des communautés rulales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Distance par rapport aux services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Principal moyen de transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 Temps dc trajet pour atteindre les services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . 174 Distance par rapport aux formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 Temps de trajet pour atteindre les formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 xii Tableau 13.7 Tableau 13.8 Tableau 13.9 Tableau 13.10 Tableau 13.11 Tableau 13.12 Tableau 13.13 Tableau 13.14 Tableau B. 1 Tableau B.2 Tableau C. 1 Tableau C.2 Tableau C.3 Tableau C.4 Tableau C.5 Tableau C.6 Tableau C.7 Tableau C.8 Tableau D. 1 Tableau D.2 Tableau D.3 Tableau D.4 Tableau D.5 Tableau D.6 Page Formation sanitaire la plus proche offrant des services de planning familial . . . . . . 179 Distance et temps du trajet pour atteindre des services de planning familial . . . . . . 179 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 Distance et temps du trajet pour atteindre des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 Distance par rapport au service de santé maternelle et infantile le plus proche en fonction des soins prénatals et de la couverture vaccinale . . . . . . . . . . . . 182 Principaux problèmes pour se soigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 Principaux problèmes pour se soigner par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . 184 Principales maladies des enfants de moins de cinq ans par milieu de résidence . . . 185 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par région et milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200 Résultats des enquEtes auprès des hommes par région et milieu de r6sidence . . . . . 201 Variables utilis6es pour le calcul des erreurs de sondage, EDS-II Sénégal 1992/93 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207 Erreurs de sondage: Echantillon national . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208 Erreurs de sondage: Milieu urbain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209 Erreurs de sondage: Milieu rural . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210 Erreurs de sondage: Ouest . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211 Erreurs de sondage: Centre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212 Erreurs de sondage: Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213 Erreurs de sondage: Nord-Est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214 Répartition par åge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217 Répartition par tige des femmes éligibles et des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . 218 Complétude de l'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219 Naissances par année du calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220 Enregistrement de l'tige au décès en jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221 Enregistrement de l'âge au décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222 xiii LISTE DES GRAPHIQUES Graphique 2.1 Graphique 2.2 Graphique 2.3 Graphique 2.4 Graphique 2.5 Graphique 3.1 Graphique 3.2 Graphique 3.3 Graphique 3.4 Graphique 3.5 Graphique 4.1 Graphique 4.2 Graphique 4.3 Graphique 4.4 Graphique 4.5 Graphique 5.1 Graphique 5.2 Graphique 6.1 Graphique 6.2 Graphique 7.1 Graphique 7.2 Graphique 7.3 Graphique 7.4 Graphique 8.1 Graphique 8.2 Page Pyramide des åges de la population Sénégal, 1992/93 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Caract6ristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Répartition des femmes de l'échantillon selon l'åge actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Taux de fécondité générale par åge selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . . . . . . . . . 28 Taux de fécondité des femmes non-c61ibataires par dur6e de mariage selon la période avant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Taux de fécondité générale par âge selon quatre sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Pourcentage d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Connaissance des méthodes contraceptives et de leur source par les femmes mariées de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Connaissance des méthodes contraceptives entre 1986 et 1992/93 par les femmes mariées de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Utilisation actuelle des méthodes contraceptives par les femmes mari~es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Intention d'utiliser la contraception par les femmes actuellement en union et non utilisatrices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Attitudes des couples face à la planification familiale selon la perception de la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Ages médians au premier mariage et aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . 65 Désir d'enfants supplémentaires des femmes mari6es selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée . . . . . . . . 83 Soins prénatals selon certaines caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . 87 Lieu d'accouchement et assistance pendant l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Vaccination des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin et la source d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Allaitcment et quantité de liquides donnés aux enfants ayant la diarrhée . . . . . . . . 106 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de 3 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Durée moyenne d'allaitcment dans les pays d'Afrique subsaharienne . . . . . . . . . . . 113 XV Graphique 8.3 Graphique 8.4 Graphique 8.5 Graphique 8.6 Graphique 9.1 Graphique 9.2 Graphique 9.3 Graphique 10.1 Graphique 11.1 Graphique 11.2 Graphique 11.3 Graphique 11.4 Graphique 12.1 Graphique 12.2 Graphique 13. I Graphique 13.2 Graphique 13.3 Page Prrvalence de la sous-nutrition chronique dans les pays d'Afrique subsaharienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 Etat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans présentant un retard de croissance . . . . . 119 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans atteints d'émaciation . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Tendances de la mortalité des enfants selon trois sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Mortalité infanto-juvénile selon les caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . 127 Mortalité infantile et comportement procrrateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Répartition des soeurs décédées selon le nombre d'années écoulées . . . . . . . . . . . . 135 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Utilisation de la contraception moderne par les maris et les femmes mari~es . . . . . 150 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Préférences des couples en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 Connaissance du SIDA et modes de transmission de la maladie chez les hommes et les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 Connaissance du SIDA et des moyens de prévention de la maladie chez les hommes et les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 Temps de trajet médian pour atteindre les différents services socio- économiques selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 Distance médiane pour atteindre les différentes formations sanitaires selon le milieu de r6sidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 Principales maladies des enfants de moins de cinq ans selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 xvi GLOSSAIRE AMPM AMPN AMPRS ASBEF BCG CDC CER CM CNPS DF DHS DIU DPS DR DSD DTCoq EDN 70/71 EDS-I EDS-II ESF ESP ET IEC ISF IMC ISFD ISSA MN MPN MST NCHS OMS ONG PEV PF PIB PMI PSFP RDV REPS RGPH88 Age Médian au Premier Mariage Age Médian á la Premi6re Naissance Age Médian au Premiers Rapports Sexuels Association Sénégalaise pour Bien-Erre Familial Bacille Bill6 de Calmette et Gu6rin (vaccin antituberculeux) Centers for Disease Control, Etats-Unis Centre d'Expansion Rurale Chef de Ménage Comité National pour la Prévention du SIDA Descendance Finale Dcmographic and Health Surveys Dispositif Intra-Utérin Direction de la Prévision et de la Statistique District de Recensement Division des Statistiques Démographiques Diphtérie, Tétanos, Coqueluche (vaccin) Enquête Démographique Nationale de 1970-71 Enquête Démographique et de Santé de 1986 Enquête Démographique et de Santé de 1992-93 Enquête Sénégalaise sur la Fécondité de 1978 Enquête sur les Priorités de 1991-92 Ecart Type Information, Education et Communication Indice Synthétique de Fécondit6 Indice de Masse Corporelle Indice Synthétique de Fécondité Désirée Integrated System for Survey Analysis Mortalité Néonatale Mortalité Post Néonatale Maladie Sexuellement Transmissible National Center for He~flth Statistics (Centre national des statistiques sanitaires, Etats Unis) Organisation Mondiale de la Santé Organisations non gouvemementales Programme Elargi de Vaccination Planification Familiale Produit Intérieur Brut Protection Maternelle et Infantile Projet Santé Familiale et Population Risque dc mortalité maternelle sur la Durée de Vie Racine carrée de l'Effet du Plan de Sondage Recensement Générale de la Population et de l'Habitat de 1988 xvii SIDA SMI SRO TBM TBN TGFG TMM TRO USAID Syndrome Immuno-Déficitaire Acquis Santé Matemelle et Infantile Sels de Réhydratation par voie Or~e Taux Brut de Mortalité Taux Brut de Natalité Taux Global de Fécondité Générale Taux de Mortalité Maternelle Thérapie de Réhydratation par voie Orale United Statcs Agency for International Development (Agence des Etats-Unis pour le Développement lntemational) xviii AVANT-PROPOS En 1986, le Sénégal a participe à la première phase des EnquEtes D6mographiques et de Santé (EDS). Cette enquEte avait pour but de fournir des informations sur la fécondité et ses déterminants, la santé de la mère et de l'enfant et la mortalité des enfants. Pour mettre à jour ces données et permettre ainsi d'apprécier les tendances des ces ph6nomènes, il a Et~ r6alisé en 1992/93 une enqu&e similaire dénommée EDS-II (phase II). Mais en plus des informations qui ont été collectées en 1986, I'EDS-II, fournit pour la première fois au niveau national, des données sur la nutrition des mères, sur la mortalité maternelle et sur les hommes. L'EDS- II a permis en outre d'approfondir certains sujets encore peu connus. Il s'agit notamment, de l'état de santé des enfants, la prévention des maladies infantiles et la connaissance et les attitudes vis-à-vis des maladies sexuellement transmissibles y compris le SIDA. Avec I'EDS-II, le Sénégal dispose désormais d'une série de trois enquEtes démographiques nationales comparables (ESF, EDS-I, EDS-II) qui, ajoutées aux données issues des autres sources, permettent une meilleure connaissance de la population du pays. Le présent rapport, le rapport principal d'analyse, est le deuxième d'une sErie de quatre publications. Il a Et~ prEcédé par un rapport préliminaire qui a été diffusé en novembre 1993. Celui-ci présente la méthodologie et les principaux résultats relatifs aux questions abordEes par l'enquete. Ainsi, les thèmes suivants y sont-ils abordes: la fécondité, la nuptialité, la planification famililale, la santé de la mère et de l'enfant, la mortalité de l'enfance et la mortalité maternelle. En mEme temps que le rapport principal, a été élaboré un rapport de synthèse qui est une pr6sentation rEsumée et illustrée du premier. Ensuite, viendra la série des publications issues des analyses thématiques approfondies. La Direction de la Prévision et de la Statistique (DPS) du Ministère de l'Economie des Finances et du Plan qui a réalise ce trav ail espère que les résultats de cette recherche permettront de mettre à la disposition des dEcideurs, des organismes de coopEration bilatérale et multilatérale, des organismes non gouvernementaux (ONG) et des chercheurs, des renseignements d'importance de premier ordre dans le cadre de la planification économique et sociale en gEnéral, et en particulier la mise en ouvre de la déclaration de politique de population du Gouvernement. Cette enquEte a ~té rEalisée avec le concours de Macro International, Inc. des Etats-Unis qui, comme par le passé, a apporté un appui précieux à la DPS. Mais ce projet n'aurait pas vu le jour sans le soutien financier de l'Agence américaine pour le développement international (USAID). Je voudrais leur adresser mes sincères remerciements. Le Directeur de la Prévision et de la Statistique Awa Thiongane xix REMERCIEMENTS L'Enquete Dêmographique et de Santé de 1992/93 OeDS-II) a été réalisée par l'équipe de la Division des Statistiques Démographiques de la Direction de la Prévision et de la Statistique (DPS). Mais elle a bénéficié d'une assistance précieuse de Macro International Inc. et d'appuis ponctuels d'autres Divisions de la DPS et de certains services du Ministère de la Santé Publique et de l'Action Sociale. Si I'EDS-II a r~ussi, son succès aura été celui d'une équipe. En effet, la réalisation d'une enquEte est une oeuvre collective et de longue haleine. La conception, la collecte, le traitement et l'analyse des données en sont des phases importantes et complexes qui ne peuvent 8tre mene6s à bien sans une équipe compétente et dévouée. C'est pourquoi, je voudrais saisir cette occasion pour adresser mes vifs remerciements å toutes celles et tous ceux qui ont contribué de pr~s ou de loin å la réalisation de ce grand projet. Ils sont nombreux celles et ceux qui ont concouru à la réussite de cette enquête, mais qu'il me soit permis d'en citer quelques uns. il s'agit de: Mohamed Ayad, Coordonnateur à Macro International Inc. dont la compétence, le sens de l'organisation et des relations sociales ont été déterminants dans l'adhésion du Sénégal au programme et la réussite de l'enquête sénégalaise ; Keith Purvis, Informaticien et Thanh Le spécialiste en sondage, qui ont fait preuve de beaucoup de professionnalisme; Aylene Kovensky, Kaye Mitchell et Jonathan Dammons pour leur contribution à la mise finale du rapport ; le Docteur Charles Debose, Directeur du Bureau Population et Santé du Bureau de I'USAID à Dakar et son personnel, et en particulier Linda Lankenan ; Marième Diop, Directeur du projet Santé Familiale et Population et l'ensemble de son personnel pour leur appui constant au projet ; le Docteur Amadou M. Mbaye, Directeur du SANAS pour son appui très apprécié dans la formation du personnel ; les autorités administratives, locales et coutumières, et les services techniques r~gionanx pour leur sollicitude et leur assistance ; les membres de l'équipe de conception, le personnel d'encadrement, le personnel des Bureaux régionaux de la Prévision et de la Statistique, les superviseurs de terrain, les contrôleuses et les contrOleurs et les enqu~trices; ils tous fait preuve d'une grande compétence et de beaucoup d'esprit de sacrifice ; toutes les personnes qui, par leurs commentaires, ont contfibué à l'amélioration de la qualité de ce rapport, ainsi que celles qui en ont assuré l'édition technique ; enfin, les populations, hommes et femmes, les acteurs clés de la r~ussite de l'enquête, mais aussi les acteurs anomymes. Sans leur disponibilité et leur hospitalité, ce projet n'aurait surement pas abouti. Si les résultats de cette enquête contribuent à la prise de d6cisions idoines en vue d'une l'amélioration rapide et significative de la santé et, de façon générale, des conditions de vie des populations, nous aurons le sentiment d'avoir atteint nos objectifs. Le Chef de Division des Statistiques Démographiques Salir Ndiaye xxi RESUME L'Enquête Démographique et de Santé (EDS-II) de 1992/93, a été réalisée par la Division des Statistiques Démographiques de la Direction de la Prévision et de la Statistique du Ministère de rEconomie des Finances et du Plan, avec la collaboration de Macro International Inc, et l'appui financier de l 'Agence Américaine pour le Développement International (USAID). Cette enquête vient å la suite de l'Enquête Démographique et de Santé (EDS-I) de 1986 qui avait pour but de fournir des informations sur la fécondité et ses déterminants, la santé de la mère et de l'enfant et la mortalité des enfants. L'EDS-II se propose de mettre à jour ces données et permettre ainsi d'apprécier les tendances de certains indicateurs démographiques. Mais en plus des informations qui ont été collectées en 1986, I'EDS-II fournit, pour la première fois au niveau national, des données sur la nutrition des mères, sur la mortalité matemelle et sur les hommes. L'EDS-II a permis en outre d'approfondir certains sujets encore peu connus. Il s'agit notamment, de l'état de santé des enfants, la prévention des maladies infantiles et la connaissance et les attitudes vis-à-vis des maladies sexuellement transmissibles y compris le SIDA. Avec I'EDS-II, le Sênégal dispose désormais d'une série de trois enquêtes démographiques nationales comparables (ESF, EDS-I, EDS-II) qui, ajoutées aux données issues des autres sources, permettent une meilleure connaissance de la population du pays. L'EDS-II est une enquête nationale représentative par sondage. Elle a porté sur un échantillon autopondér6 de 3528 ménages dans lesquels 6310 femmes de 15 à 49 ans et 1436 hommes de 20 ans et plus ont été interviewés avec succès. Les principales caractéristiques des échantillons (structures par sexe, par ~lge, instruction, ethnie et résidence.) sont en parfaite concordance avec les résultats de 1'EDS-I et du recensement général de la population et de l'habitat de 1988. Le présent rapport, le rapport principal d'analyse, qui vient à la suite du rapport préliminaire diffusé en novembre 1993, présente la méthodologie et les principaux résultats relatifs aux questions abord~es par l'enquête. Ainsi, les thèmes suivants y sont-ils traités: la fêcondité, la nuptialité, la planification familiale, la santé de la mère et de l'enfant, la mortalité de l'enfance et la mortalité maternelle. Une présentation résumée et illustrée du pr6sent rapport sera publiée dans un document séparé intitulê "Rapport résumé". On se limitera ici à présenter très succinctement les principales conclusions de cette recherche. Au niveau des caractéristiques générales collectives, on note d'abord la forte prédominance des chefs de ménage de sexe masculin mais le pourcentage de femmes ayant ce statut n'est pas négligeable (16 pour cent). Les ménages sont de grande taille: ils comptent en moyenne 9 personnes. Les ménages ont en général des logements de type traditionnel (les sols sont dans 72 pour cent des cas en matériaux autres que du ciment ou de la moquette). Ils ont un accès très limité à certains services de base. Dans l'ensemble, moins de la moitié (47 pour cent) des mênages enquêtées ont accès å l'eau de robinet (eau courante) et un ménage sur quatre a de l'électricité (26 pour cent). En dehors de la radio disponible dans 70 pour cent des ménages, la télévision, le réfrigérateur et le vidéo ne sont accessibles qu'à une certaine catégorie des urbains (respectivement 34, 21 pour cent et 8 pour cent) tandis que le véhicule à usage domestique ne concerne que 8 pour cent des urbains. La répartition des femmes par groupe d'åge quinquennal confirme la jeunesse de la population: près de 60 pour cent des femmes enquêtées ont moins de 30 ans tandis que 15 pour cent ont entre 40 et 49 ans. Cette structure est identique à celles de I'ESF de 1978 et de I'EDS de 1986. Les grands groupes ethniques sont au nombre de cinq: Wolof, Poular et Sêrer (respectivement 43 pour cent, 23 pour cent et 15 pour cent), Mandingue (8 pour cent) et Diola (5 pour cent). La répartition des femmes montre que l'Ouest et le Centre xxiii se partagent à égalité les 73 pour cent de l'échantillon tandis que le Sud n'intervient que pour 11 pour cent; d'où une sous-représentation sensible du Sud par rapport au Nord-Est, par référence å I'EDS de 1986. La grande région de l'Ouest qui abrite la capitale et la deuxième ville du pays (Thiès) est la plus urbanisée et la plus scolarisée. Elle est suivie du Sud, du Nord-Est et du Centre. Par contre, en ce qui concerne l'urbanisation, la progression a été sensible mais faible et les deux enquêtes sont largement comparables (41 pour cent et 42 pour cent d'urbains respectivement dans I'EDS de 1986 et I'EDS de 1992193. Dans l'ensemble, 73 pour cent des femmes enquêtées n'ont jamais fréquenté l'école. Ceci traduit un niveau d'analphabétisme féminin très élevé dans la mesure où aujourd'hui encore au Sénégal l'alphabEtisation s'acquiert par le biais du système scolaire formel. L'essentiel des femmes qui ont fréquent~ l'école se sont limitées au niveau primaire (17 pour cent); les femmes ayant un niveau secondaire sont rares (10 pour cent). La scolarisation est surtout un phénomène urbain (52 pour cent contre 9 pour cent en milieu rural). Le niveau de la fécondité reste élevé. Le taux brut de natalité (TBN) est évalué å 40 pour cent et l'indice synthétique de fécondité (ISF) à 6,0 enfants par femme pour la période de 1990-1992. Les enquêtes réalisées au cours de la période 1987-1992 montrent que sur 20 pays africains au Sud du Sahara, le Sénégal occupe le 13ème rang, l 'Ouganda et le Niger étant au premier rang avec un ISF de 7,2 et le Soudan en dernière position avec 4,6 enfants. Divers travaux (Charbit et al., 1985) ont déjà montré que le déterminant essentiel de la fécondité demeurait la nuptialité, l'utilisation de la contraception moderne étant faible, de même que le recours à l'avortement provoqué. Ce niveau globalement élevé cache des disparités sensibles entre les différents groupes sociaux: la fécondité est moins élevée parmi les catégories les plus modernes (femmes urbaines et femmes scolarisées). La comparaison des données des deux EDS et de I'ESF a en outre mis en évidence une baisse sensible de la fécondité. L'ISF est passé de 7,1 dans les années 75 à 6,6 en 1986 pour tomber à 6,0 en 1992/93. L'explication de cette tendance réside dans deux facteurs essentiels: relèvement de l'åge au premier mariage et recours faible mais en nette progression à la contraception moderne. La nuptialité est précoce: 50 pour cent des femmes ont contracté leur premier mariage avant 17 ans. Mais un recul très sensible de la précocité des mariages est observé surtout parmi les femmes modemes (urbaines et instruites). Elle est également intense: toutes les femmes finissent par se marier et le plus souvent avant 30 ans. Les unions sont cependant relativement instables puisqu'une femme non célibataire sur cinq a rompu sa première union. Mais cette instabilité est masquée par la fréquence et la rapidité des remariages (huit femmes sur dix qui ont rompu leur première union étaient mari~es au moment de l'enquête). Une autre caractéristique des mariages est la pratique de la polygamie qui concerne presque la moitié des femmes en union mais est moins fréquente parmi les urbaines et celles qui sont instruites. Il faut signaler enfin, que le mariage demeure encore le déterminant essentiel de l'activité sexuelle, mais un certain nombre de femmes débutent leur vie sexuelle avant le mariage. L'abstinence post-partum a une durée courte (médiane de 3,5 mois); par contre, l'aménorrhée post-partum est longue (médiane de 14,3 mois); ce qui r6sulte d'un allaitement prolongé (médiane de 20,1 mois) et intense. Ce qui conduit à une période de non- susceptibilité relativement longue (médiane de 16,2 mois). Les méthodes contraceptives sont actuellement connues de la grande majorité des femmes. La quasi- totalité des femmes urbaines et des femmes instruites connaissent au moins une méthode contraceptive moderne. Par contre, au niveau global, l'utilisation de la contraception reste encore très faible, même si parmi les urbaincs et les instruites, la prévalence des méthodes modcmes atteint respectivement 12 et plus de 20 pour cent. Les principales sources auxquelles les utilisatrices actuelles se sont approvisionnées sont du secteur public; le secteur privé, les pharmacies en particulier, n'ontjoué un r61e important que pourle condom et dans une moindre mesure pour le DIU et la pilule. Bien que la majorité des femmes ne souhaitent pas utiliser la contraception dans l'avenir, près de 25 pour cent envisagent de le faire et le plus souvent au cours des douze mois à venir. Ceci implique une demande potentielle non négligeable et qui croîtra probablement avec les xxiv campagnes d'information et de sensibilisation, d'autant plus que déjà, près de 70 pour cent des couples approuvent le recours å la contraception. Les femmes qui n'utilisent pas la contraception et n'envisagent pas de le faire, évoquent surtout comme raison "le désir d'avoir des/d'autres enfants"; par contre elles citent rarement le cot~t, l'accessibilité et les effets secondaires. Parmi les femmes non utilisatrices qui souhaitent le faire, les méthodes modernes seront probablement choisies dans 50 pour cent cas. Enfin, bien qu'~ 70 pour cent les femmes trouvent acceptable la diffusion de messages sur la PF à la radio ou la télévision, elles ne sont actuellement que très rares à recevoir de tels messages, surtout en milieu rural. Ceci traduit un besoin d'information non satisfait. Enfin, la communication au sein du couple est à encourager, car on l 'a vu, moins d'une femme sur trois a discuté avec son conjoint de la planification familiale au moins une fois au cours des douze derniers mois. Dans l'ensemble, une femme sur cinq (20 pour cent) a déclaré qu'elle ne désirait plus d'enfant tandis que deux femmes sur trois (70 pour cent) en voulaient plus. Le pourcentage de femmes ne désirant plus d'enfants augmente régulièrement avec le nombre d'enfants survivants (9 pour cent chez les femmes qui ont 3 enfants et à 51 pour cent chez celles qui en ont 6 ou plus). Ce résultat est vérifié aussi bien en milieu urbain qu'en milieu rural. L'instruction apparai't comme un facteur favorisant le désir de ne plus avoir d'enfants, surtout chez les femmes qui en ont déjà plusieurs. Pour l'ensemble des femmes mari~es, près de trois sur dix (28 pour cent) sont dans le besoin (non satisfait) de pratiquer la planification familiale, soit pour espacer (19 pour cent), soit pour limiter (9 pour cent). Les besoins non satisfaits sont plus importants en milieu urbain et parmi les femmes scolarisées. Le nomboe idéal d'enfants est de 5,9 pour l'ensemble des femmes et 6,3 pour celles actuellement mariées. Par rapport à I'EDS-I de 1986, le nombre moyen d'enfants désirés chez l'ensemble des femmes a connu une baisse sensible (6,8 enfants par femme en 1986 contre 5,9 en 1992/93). L'examen des données sur les soins prénatals et les conditions d'accouchement montre que pour l'ensemble des naissances survenues au cours des cinq années précédant l'enquête, une mère sur cinq (21 pour cent contre 36 dans I'EDS-I) n'a consulté aucun professionnel de santé pendant sa grossesse. La consultation prénatale est surtout le fait des femmes urbaines et instruites. La majorité des femmes qui ont été consultées l'ont fait une seule fois et environ la moitié des premières consultations ont eu lieu après quatre mois de grossesse. Près de 70 pour cent des naissances ont été protégées contre le tétanos. Les naissances les mieux protégées sont celles issues de mères jeunes (20-34 ans), les naissances de rangs I à 3, celles du milieu urbain et parmi les mères les plus instruites. En outre, l'accouchement dans un établissement sanitaire a eu lieu dans 47 pour cent des cas et la sage-femme ou l'infirmière a assisté la majorité de ces accouchements (45 pour cent). L'EDS-II montre également que 64 pour cent des enfants de 12-23 mois ont un carnet de vaccination, mais environ la moitié seulement a reçu tous les vaccins contre les six maladies-cible du Programme Elargi de Vaccination (PEV). n y a lieu de noter que la couverture vaccinale s'est nettement améliorée entre 1986 et 1992. Parmi les enfants de moins de cinq ans, 21 pour cent ont eu des épisodes diarrhéiques pendant les deux semaines ayant précédé l'enquête. L'utilisation de la thérapie par réhydratation orale (TRO) est recommandée pour le traitement de la déshydratation. Moins de 7 pour cent des enfants ont reçu des sels de réhydratation orale (SRO) vendus commercialement et 11 pour cent ont reçu une solution préparée à la maison. En outre, 42 pour cent ont reçu davantage de liquides. La quasi-totalité des enfants de moins de cinq ans ont ét~ allait~s. D'après les recommandations de l'OMS, tous les enfants ågés de moins de 4 mois doivent être sous allaitement maternel exclusif. Mais, les résultats de l'enquête montrent que l'allaitement exclusif est rare au Sénégal puisque moins de 6 pour cent des enfants âgés de 0-3 mois sont exclusivement allaités. XXV En ce qui concerne l'état nutritionnel des enfants, plus d'un enfant sur cinq (22 pour cent) souffre de retard de croissance (exprimé au moyen de l'indice taille-pour-åge) qui révèle un état de sous-nutrition chronique, et 8 pour cent souffrent de la forme s6vère de cette sous-nutrition. En outre, pr~s de 9 pour cent des enfants sont 6maciés, c'est à dire atteints de sous-nutrition aiguE. L'amélioration des conditions sanitaires a eu un effet très positi fsur les chances de survie des enfants, m~me si le niveau de mortalité reste encore très élevé. Durant la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête), sur 1000 naissances, 68 enfants sont morts avant l'åge de 1 an; et sur 1000 enfants ayant atteint leur premier anniversaire, 68 sont morts avant d'atteindre cinq ans. On observe toujours un écart important dans les niveaux de mortalité entre les milieux urbain et rural. En effet, sur 1000 naissances, 55 enfants citadins al~cèdent avant l'åge d'un an, contre 87 en milieu rural. L'écart est encore plus grand pour la mortalité juvénile qui est deux fois plus important en milieu rural: 107 pour mille contre 50 pour mille en milieu urbain. Pour ce qui est de la mortalité infanto-juv6nile, sur 1000 naissances, 102 enfants citadins décèdent avant d'atteindre cinq ans contre 184 en milieu rural. L'EDS-II a enfin apporté des informations sur la mortalité matemeUe. Pour la période des 13 années ayant précédé l'enquête, c'est à dire entre 1979 et 1992, on estime que le taux de mortalité matemeUe se situait entre 500 et 550 décès pour 100 000 naissances. xxvi SENEGAL MAURITANIE OUES" CENTRE NORD-EST MALI SUD GUINEE-BISSAO GUINEE: xxviii CHAPITRE 1 PRESENTATION DU PAYS ET CADRE DE L'ENQUETE Papa Demba Diouf La deuxieme Enquête Oemographique et de Santé (EDS-II), réalisée en 1992/93, a permis d'obtenir une masse d'informations appréciable sur divers aspects (culturels, socio-économiques, démographiques) dont la conjugaison des effets détermine le niveaux et l'évolution des indicateurs d6mographiques et sanitaires. Il convient donc de placer l'étude dans son contexte géographique, culturel et socio-économique pour permettre une analyse des résultats qui ne soit pas seulement descriptive. 1.1 CARACTERIST IQUES DU PAYS Quatre points seront abordés dans cette section: Milieu physique et économique Caract6ristiques de la population Situation sanitaire Politique de population. 1.1.1 Milieu physique et économique Le Sénégal se trouve à l'extrême ouest du continent africain dans l'hémisphère Nord. Il est situé au sud de la boucle du cours inférieur du Fleuve Sénégal. Sa superficie est de 196 722 km 2. Le Sénégal est limité au nord par la Mauritanie, à l'est par le Mali, å l'ouest par l 'Océan Atlantique et au sud par la Guinée Bissau et la Guinée. Le pays est caractérisé par un relief plat, à sols sablonneux dont l'altitude ne dépasse 100 m qu'à l'extrême sud-est. Son climat se caractérise par l'altemance d'une saison pluvieuse de 3 à 4 mois et d'une saison sèche de 8 à 9 mois. En dépit de la courte durée de la saison des pluies, l'économie sénegalaise est essentiellement basée sur l'agriculture (arachide, mil, riz, coton, manioc, canne à sucre). Malgré la volonté de diversification des cultures et la lutte pour l'autosuffisance alimentaire, l'arachide, produit commercial, demeure la culture dominante. La situation pluviométrique souvent déficitaire depuis plusieurs années, a négativement affecté la production agricole. L'élevage, bien qu'important, a souffert lui aussi du cycle de sécheresse persistante. La pêche, aussi bien artisanale qu'industrielle, connaît une forte expansion. Le secteur industriel (25 pour cent du PIB) joue un rõle très important dans l'économie nationale. L'industrie touristique est en plein essor. Le PNB par habitant est estimé par la Banque Mondiale à environ 720 $ US en 1991. Il existe de fortes disparités dans le niveau de vie entre les zones urbaines et les zones rurales. Il est relativement élevé dans la région de Dakar et les autres grandes villes du pays. 1.1.2 Caractéristiques de la population L'effectif de la population sénegalaise a été estimé à 7 808 458 habitants en 1992/93, soit une densité moyenne de 40 habitants/km2. Le Recensement Général de la Population et de l'Habitat de 1988 (RGPH88) donnait une population de 6 896 800 habitants. La population est essentiellement rurale : 40 pour cent des habitants vivent dans des communes. Mais la population urbaine s'accroît à un rythme très rapide, 5 pour cent par an du fait d'un exode rural important. La population sénégalaise est très inégalement répartie entre les dix régions que compte le pays. La densité varie de 6 habitants/km 2 dans la région de Tambacounda à plus de 2 700 habitants dans la région de D~ar selon le RGPH88. L'accroissement rapide de la population (2,7 pour cent par an) lui conoere son caractère jeune: 47 pour cent ont moins de 15 ans. L'islam est la religion de la grande majorité (plus de 90 pour cent) de la population sénégalaise. Les autres religions sont le christianisme et l'animisme. Les groupes ethniques dominants au sein de la population sénégalaise d'aprb~s le recensement de 1988 sont le Wolof (43 pour cent), le Poular (23 pour cent), le Sérer (15 pour cent), le Diola et le Mandingue qui font ensemble (10 pour cent). Le taux de scolarisation (à l'école dite française) est de l'ordre de 40 pour cent. Ce taux, beaucoup plus élevé en milieu urbain qu'en milieu rural, est très variable d'une région à l'autre. Dans la région de Dakar, ce taux atteint plus de 70 pour cent. La forte islamisation du pays fait que le mariage est perçu comme l'accomplissement d'un devoir moral. L'entr6e en union est précoce et la polygamie très r6pandue. La fécondité, en l'absence de changements de comportement reproductifs importants, reste relativement élevée. Le taux brut de natalité (TBN) s'~levait à 48 pour mille en 1978 selon l'Enquête Sênégalaise sur la Fécondité (ESF), et 47 pour mille selon l'Enquête Démographique et de Santé de 1986 (EDS-I) (Ndiaye et al., 1988). Le nombre moyen d'enfants nés vivants par femme de 45 ans ou plus est évalué à 7,2 enfants dans I'ESF de 1978 et dans I'EDS-I de 1986. 1.1.3 Situation sanitaire En dehors de la contribution des organisations intemationales, des entreprises privées, des organisations non gouvernementales (ONG), des municipalités et des conseils ruraux, l'état s6négalais consacre environ 6 pour cent de son budget à la santé publique. A l'échelle nationale, il y a un médecin pour 14.800 habitants et un hSpital pour plus de 45.000 hbts. Les disparités régionales sont très importantes : Dakar dispose d'un médecin pour 7.855 hbts, tandis qu'à Louga, par exemple, l'indice correspondant est de 1 pour 162.000. La politique de décentralisation a conduit à l'implantation, jusqu'au niveau des petites unités (villages), de structures sanitaires. Les programmes élargis de vaccination (PEV) tentent d'immuniser le plus grand nombre d'enfants contre les maladies les plus cruelles de l'enfance (fiævre jaune, rougeole, coqueluche, poliomyélite). Cependant la mortalité, bien qu'en baisse, reste toujours œelativement élevée, en particulier au cours de l'enfance. Le taux brut de mortalité (TBM) est estimé à 19 pour mille d'après I'ESF de 1978 et å 17 pour mille d'après les résultats de I'EDS-I de 1986. Les données nationales les plus r6centes estimaient le taux de mortalité infantile à 91 pour mille avec une grande variation selon le lieu de r6sidence (69 pour mille en milieu urbain et 102 pour mille en milieu rural). Sur 1 000 enfants nés vivants, 130 décèdent entre le premier et le cinquième anniversaires et 210 déc~dent entre la naissance et le cinquième anniversaire (EDS-I, 1986). 1.1.4 Politique en matière de population Bien que le rythme d'accroissement (2,7 pour cent par an) soit relativement élevé, le Sénégal n 'a pas d'objectifs quantifiés en ce qui concerne l'accroissement d6mographique. Cependant, depuis l'abrogation de la loi de 1920 interdisant la propagande contraceptive en faveur du concept de "bien être familial", des changements importants sont intervenus sur les questions de population: création de I 'ASBEF (Association Sénégalaise pour Bien-Etre Familial) à titre de conseiller des autorités publiques et de centres intégrés de Protection Maternelle et Infantile-Planification Familiale (PMI-PF) pour offrir, en plus des activités habituelles, des services dans le domaine de la PF (visites pré et postnatales, visites de pédiatrie), la lutte contre les maladies sexuellement transmissibles (MST) et la stérilité dans le cadre du projet "Santé Familiale" conjointement exécuté par les Ministèoes du Développement Social et de la Santé Publique. En 1988, le Gouvernement sénégalais avait adopté une politique de population dont l'objectif est d'atteindre un équilibre entre l'accroissement de population et le développement socio-économique. 1.2 CADRE DE L 'ENQUETE 1.2.1 Objectifs La deuxième Enquête Démographique et de Santé au Sénégal de 1992-93 (EDS-II) a ét~ réalisée par la Direction de la Prévision et de la Statistique, avec la collaboration technique de Macro lntemational (USA) et l'appui financier de l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID). Cette enquête, qui entre dans le cadre du programme des Enquêtes Démographiques et de Santé-EDS (ou Demographic and Health Surveys-DHS), vise à atteindre un certain nombre d'objectifs à court et à long termes: Recueillir des données à l'échelle nationale, par milieu de résidence et par région, permettant de calculer certains taux d6mographiques, en particulier les taux de fécondité et les taux de mortalité maternelle et infanto-juvénile; Analyser les facteurs qui déterminent les niveaux et les tendances de la fécondité et de la mortalité infantile et juvénile; Mesurer le taux d'utilisation de la contraception par méthode selon le milieu de résidence et certaines caractéristiques socio-économiques; Mesurer les niveaux des besoins non satisfaits en matière de contraception ainsi que les niveaux de la fécondité non désirée; Recueillir des données précises sur la santé familiale: vaccinations, prévalence et traitement de la diarrhée, de la fièvre et de la toux, visites prénatales et assistance à l'accouchement, allaitement maternel, et état nutritionnel des enfants de moins de cinq ans et de leurs mères par le biais des mesures du poids et de la taille; Fournir aux responsables et administrateurs des programmes de population au Sénégal des données de base actualisées sur la fécondité, la mortalité, la planification familiale et la santé. De telles données ne sont pas seulement utiles pour évaluer l' impact de leurs activités, mais elles sont également importantes pour planifier de nouvelles stratégies pour l'amélioration de la santé et le bien-être de la population. 3 Enfin I'EDS-II faisant partie d'un programme international, ses résultats font partie d'une base de données utilisables, au niveau mondial, par les organismes et les chercheurs qui s'intéressent aux problèmes de population et de santé. 1.2.2 Questionnaires Dans le cadre de I'EDS-II, quatre questionnaires différents ont été utilisés : • le questionnaire ménage • le questionnaire individuel femme • le questionnaire individuel homme • le questionnaire communautaire. Les questionnaires ménage et individuels, adaptés à partir des questionnaires de base du programme DHS, ont été traduits dans la principale langue du pays, le wolof. Le questionnaire ménage Il permet d'enregistrer tous les membres du ménage avec certaines de leurs caractéristiques: nom, lien de parenté avec le chef de ménage, sexe, åge, situation de résidence, niveau d'instruction. Il contient également des informations sur les caractéristiques du logement et sur les caractéristiques relatives aux conditions de vie du ménage. En dehors de ces informations, ce questionnaire comporte une page pour l'identification du ménage, et le résultat de l'interview. Le but premierdu questionnaire ménage est de fournir les informations permettant d'établir les dénominateurs pour le calcul des taux démographiques (mortalité, natalité, fécondité), et d'identifier les femmes et les hommes éligibles pourêtre interviewés individuellement. Le questionnaire individuel femme 11 est utilisé pour enregistrer les informations concemant les femmes éligibles, c'est-à-dire les femmes ågées de 15-49 ans, ayant passé la nuit précédant l'interview dans le ménage sélectionné, quel que soit leur statut de résidence. En dehors de la page de couverture similaire à celle du questionnaire ménage, il comprend dix sections qui traitent des sujets suivants: Caractéristiques socio-démographiques de l'enquêtée : Cette section comprend 26 questions qui portent sur le lieu de résidence, l'ãge, la scolarisation et l'alphabétisatinn, l'accès aux média et les conditions d'habitat (limités aux femmes visiteuses). Reproduction : Vingt-huit questions composent cette section. Les informations recueillies portent sur 1'historique des naissances (enfants vivants ou décédés), l'état de grossesse au moment de l'enquête et le désir d'avoir ou de ne pas avoir cette grossesse. Une question relative aux date et durée des menstmations et deux questions se rapportant à la connaissance et à l'aptitude de la femme ~ déterminer sa période féconde ont également ét~ posées. Contraception : Cette section comprend 64 questions. Elles s'intéressent b. la connaissance spontanée ou non des méthodes contraceptives, à leur utilisation et aux sources d'approvisionnement. La section comporte également des questions sur les marques et prix des pilules contraceptives, sur la non utilisation et l'interruption des méthodes contraceptives et sur l'utilisation future de la contraception. La deuxième partie de la section s'intéresse à la diffusion d'informations sur la PF dans les média (radio et télévision), et la dernière partie traite de la connaissance des MST et du Syndrome Imuno-Déficitaire Acquis (SIDA). Santé et allaitement : Cette section de 40 questions permet d'obtenir des renseignements sur les visites et l'immunisation prénatales, sur le lieu d'accouchement et la qualification de la personne ayant assisté å l'accouchement, sur les conditions cliniques d'accouchement et les caractéristiques physiques des nouveaux- nés. Des questions portant sur le retour des couches et la reprise des relations sexuelles après la naissance du nouveau-n~ ont également dt~ posées. La section comporte en fin des questions sur l'allaitement (fréquence et durée, type d'allaitement et utilisation des différents compléments nutritionnels). Vaccination et santé : Cette section de 48 questions traite de la vaccination et de la santé des enfants de moins de cinq ans (fréquence et traitement de la fièvre, de la toux et de la diarrhée). Mariage : Cette section comporte 19 questions portant sur l'état matrimonial de la femme, l'åge au mariage, le régime de mariage (monogamie ou polygamie) et l'activité sexuelle de la femme. Préférences en matière de fécondité : Dans cette section, 25 questions ont été posées pour saisir les intentions des femmes enq@tées en matière de fécondité, comme le désir d'avoir des enfants, le nombre d'enfants supplémentaires désirés et la taille idéale de la famille. Les demières questions de la section porte sur l'échec de la contraception et l'interruption des grossesses. Caractéristiques du conjoint, résidence et activité professionnelle de la femme : Cette section comporte 16 questions consacrées aux caractéristiques socio-pro fessionnelles du conjoint des femmes mari~es, ål'activité professionnelle de la femme, aux changements de résidence de l'enq@tée et à la garde des enfants. Mortalité maternelle : La section comporte 19 questions consacrées à la mortalité maternelle. Pour chacune des soeurs des enquêtées, on a collecté des renseignements concernant l'åge et l'état de survie; des questions supplémentaires ont dt~ pos6es à propos des soeurs décédées, pour déterminer si le décès 6tait en rapport avec la matemité. Taille et poids : Cette section est consacrée aux mesures anthropométriques des enfants de 0-4 ans des femmes interview6es et aux mesures anthropométriques des mères enq@tées ayant des enfants de moins de cinq ans. Questionnaire individuel homme Ce questionnaire a également une page de couverture, semblable à celle du questionnaire femme. Il est complètement indépendant de ce dernier, mais la plupart des questions posées å l 'homme sont identiques à celles posées à la femme. Le questionnaire comporte les sections suivantes: caractéristiques socio- démographiques des enquêtés, contraception et maladies sexuellement transmissibles y compris le SIDA, et préférences en matière de fécondité. Les deux dernières sections ont pour objet de mesurer les connaissances, les opinions et les pratiques en matière de PF, ainsi que la cormaissance des MST et du SIDA. Questionnaire communautaire Ce questionnaire sur la disponibilité des services a pour objectif de recueillir quelques informations sur les infrastructures socio-économiques et sanitaires disponibles pour les 258 grappes sélectionnées. 1.2.3 Echantil lonnage L'échantillon de cette enquête est conforme aux recommandations du programme DHS; il est auto- pondéré et représentatif du territoire national. 5 La base de sondage est constituée par les 597 secteurs de l'échantillon-maRre issus du Recensement Général de la Population et de I'H abitat de 1988. Pour les besoins de I'EDS-II, on a sélectionné un échantillon basé sur un sondage aréolaire stratifié et tir~ à trois degrés. Au premier degré, on a tiré 258 unités aréolaires avec probabilités égaies à partir de l'échantillon-maître. Ces unités aréolaires correspondent aux secteurs. Au deuxième degré, un district de recensement (DR) est tiré dans chacun des secteurs sélectionnés avec probabilités proportionneUes à la taille du DR. Dans chaque DR sélectionné, on a dénombré les ménages existants, puis on a tiré au troisième degré un échantillon de ménages. Dans chaque ménage tiré, on a enquEté toutes les femmes ågées de 15 à 49 ans. Pour l'enquête homme, on a sélectionné un ménage sur trois parmi les ménages tirés pour l'enquête femme. A l'intérieur des 258 DR, on a sélectionné 3735 ménages, dans lesquels 6639 femmes et 1694 hommes ont été identifiés respectivement pour les enquêtes individuelles auprès des femmes et des hommes. Parmi les ménages identifiés, 3 528 ont été interviewés avec succès, soit un taux de réponse de 99 pour cent. Au niveau des entrevues individuelles, les taux de réponse étaient de 95 pour cent pour les femmes et 85 pour cent pour les hommes (Tableau 1.1). Une description plus détaillée de l'échantillon et de taux de réponse est présentée dans l'Annexe B. Les erreurs de sondage sont présent~es dans l'Annexe C. Tableau 1.1 Taille et couverture de l'échantillon Effectifs des ménages, des femmes et des hommes sélectiormés, identifiés, et taux de réponse selon le milieu de résidence, EDS-11 Sénégal 1992/93 Résidence Enqu~te Urbain Rural Ensemble Enqm3te m~nage Nombre de logements sélectionnés 1587 Nombre de ménages identifiés 1519 Nombre de ménages enqu~tés 1487 2148 3735 2044 3563 2041 3528 Taux de répoT~se 97,9 99,9 99,0 Enquête individuelle femme Nombre de femmes éligibles 2759 Nombre de femmes enqu~tées 2635 3880 6639 3675 6310 Taux de réponse 83,8 85,5 84,8 741 953 1694 621 815 1436 Enquête Individuelle homme Nombre d'hommes éliglbles Nombre d'hommes enqu~tés Taux de réponse 95,5 94,7 95,0 1.2.4 Formation et collecte des données Pré-enquête La première formation a été celle du personnel chargé d'effectuer la pré-enquête. Une vingtaine de candidats ont participé à cette formation qui a duré 16 jours du 29 juin au 14 juillet 1992, et douze agents ont été retenus pour participer au travail sur le terrain. Au total 250 femmes ont ét~ interview~es pendant une semaine dans deux zones l'une å Dakar (milieu urbain) et l'autre à Thiès (milieu rural) au cours de cette pré- enquête. Formation et recrutement du personnel de terrain La formation a dur~ trois semaines, du 26 octobre au 20 novembre 1992. Elle a réuni 40 enquêtrices et contr61euses, dix hommes devant jouer le r61e de chef d'équipe et deux superviseurs, tous sélectionnes parmi des demandeurs d'emploi. Tous les candidats aux différents postes ont participé à un programme de formation consacré aux différents aspects de l'enquête: description détaillée des méthodes contraceptives, étude des sujets liés å la démographie, à la santé familiale et à la nutrition et techniques d'interview. Des spécialistes ont complété la formation des candidats par des exposes portant sur tous les aspects que recouvre le questionnaire. Par ailleurs, des interviews simulées et réelles sur le terrain ont été conduites durant le stage de formation. La formation sur les mesures anthropométriques (poids et taille) assurée par un médecin a duré deux jours et a ét~ centrée sur les séances pratiques. Les enquêtrices et les contrOleuses ont ~té formées pour les mesures et les chefs d'équipe, pour être des assistants ou pour s'occuper le cas échéant des mesures. Une sélection a permis de retenir 28 enquêtrices, sept contrõleuses, sept chefs d'équipe et deux superviseurs. Collecte des données A la fin de la formation, sept équipes ont été constituées pour la phase de terrain. Chacune des équipes comprenait un chef d'équipe (chargé de l'organisation du travail de l'équipe), une contr61euse (responsable du contrOle des travail des enquêtrices), quatre enquêtrices et un chauffeur. Les sept équipes étaient réparties en deux groupes de quatre et de trois ayant un superviseur à la tête de chaque groupe. La collecte des données a dur~ trois mois de fin novembre 1992 à mars 1993. En raison des problèmes d'insécurité dans le Sud (région de Ziguinchor et une partie de la r6gion de Kolda), le travail sur le terrain a 6té arrêté; il avait repris au mois de juillet et a dur~ jusqu'à mi-août 1993. 1.2.5 Traitement informatique Cette phase de l'enquête qui a dur~ cinq mois (du 2 décembre 1992 au 25 mai 1993) a comporté les trois étapes suivantes : Réception et classement des dossiers : Les questionnaires remplis et contrélés étaient envoy6s au Bureau Central de Dakar où, après contréle d'exhaustivité, ils étaient classés dans l'ordre par ménage, district et région. Saisie des données : Elle a ét~ effectuée par une équipe de 5 agents. Le logiciel ISSA (Integrated System for Survey Analysis) développé par Macro lntemational pourles besoins de DHS a été utilisé pour cette tãche. Les agents de saisie ont, en mEme temps, codifié la seule question non précodifiée sur la profession du mari. Apurement des données : Cette opération, utilisant toujours le logiciel ISSA avait lieu en m~me temps que la saisie. Les questionnaires de chaque district étaient soumis à un programme de vérification batch (ensemble de districts) plus exhaustif. Déjà, pendant la saisie, les vérifications des champs de validité des codes et des cohérences des filtres avaient été effectuées. Après l'apurement des données, les dates des événements ont été imputées, dans les cas où ces informations n'avaient pas été enregistrées dans le questionnaire (date de naissance de la femme, date du premier mariage de la femme, date de naissance des enl~mts et åge au décès des enfants décédés). Après cette version du fichier, des recodifications (autres réponses) et une série de vérifications supplémentaircs ont été appliquées pour donner lieu en septembre 1993 b. un fichier de données devant servir à l'obtention des résultats définitifs. La derniére action dans le processus d'exploitation consistait à passer les programmes de fabulation. La tabulation des résultats préliminaires a eu lieu au courant d'août 1993 et celle des résultats définitifs en octobre 1993. CHAPITRE 2 CARACTERISTIQUES DE L'ECHANTILLON Salif Ndiaye Dans ce chapitre on traite de la couverture de l'échantillon et des caractéristiques de l'échantillon des ménages et celles des femmes enquêtées. La couverture de l'échantillon, au-delà de son importance pour la détermination de la taille des échantillons des enquêtes ultérieures en prenant en compte les taux de perte observés, constitue un indicateur de la représentativité de l'échantillon. Les principales caractéristiques des échantillons des ménages et des individus permettent de placer les données dans leur contexte socio- démographique; ce qui constitue un préalable important pour leur analyse. 2.1 COUVERTURE DE L 'ECHANTILLON La couverture se réfêre ici au nombre d'unités statistiques observées avec succès par rapport au nombre sélectionné selon la plan de sondage. Comme il a ét~ mentionné dans le Chapitre 1, au total, un échantillon représentatif de 3 735 ménages ont été tirés. Ces ménages sont répartis en raison de 42,5 pour cent en milieu urbain et 57,5 pour cent en milieu rural (Tableaux B. 1 et B.2). Parmi ces ménages, 3 563 (soit 95,4 pour cent) ont pu être identifiés sur le terrain. Ce taux est inférieur au pourcentage de concessions trouvées dans I'EDS-I de 1986 (97,0 pour cent). Ceci s'explique par le fait que dans le premier cas, l'unit~ d'observation (ménage) est moins stable et plus difficile à identifier que dans le second cas où elle est localisable dans l'espace. Parmi les ménages trouvés, on observe un pourcentage de réponses (ménages entièrement enquêtés) légèrement moins élevé que dans I'EDS-I de 1986 (99,0 contre 99,7 pour cent). Cette couverture est légèrement variable selon le milieu de résidence: 97,9 pour cent en milieu urbain contre 99,9 pour cent en milieu rural. Ce résultat contraste avec celui de I'EDS-I de 1986 (couverture invariable selon le lieu de résidence). Contrairement à l'échantillon des ménages, le taux de perte est faible mais sensible au niveau de l'enquête individuelle. En effet, sur 6 639 femmes éligibles (15-49 ans) identifi6es dans les ménages trouvés, 6 310, soit 95,0 pour cent, (taux légèrement inférieur à celui observé dans I'EDS-I de 1986:96,5 pour cent) ont pu être interrogées avec succès. Comme dans I'EDS-I de 1986, on observe une couverture plus importante en milieu urbain. C'est au niveau des hommes que la couverture est la moins complète: 1 434 hommes de 20 ans ou plus ont pu être enquêtés parmi 1 694 éligibles (soit 84,8 pour cent). Ce résultat est lié à la plus grande mobilité des hommes, phénomène déjà observé parmi les hommes dans le Recensement Général de la Population et de l'Habitat de 1988. 2.2 ENQUETE MENAGE L'enquête ménage a permis de d6nombmr 3 528 ménages, et 30 323 personnes (population de fait). Auprès de ces ménages, des informations relatives à la structure par ãge des individus, leur niveau d'instruction, ainsi qu'à la composition des ménages et leur accès à certains services et facilités ont été collectées. 2.2.1 Structure par âge et par sexe Le tableau 2.1 met en évidence une structure par sexe trés déséquilibrée. En effet, le rapport de masculinité (nombre d'hommes pour I oe femmes) s'établit à 91 contre 93 dans le RGPH de 1988 (population de fait). Ce faible rapport s'explique par le déficit important d'hom mes en milieu rural (rapport de masculinité de 89 contre 93 en milieu urbain). La répartition de la population par åge est caractéristique d'une population jeune dont la pyramide, large å la base, se rétrécit au fur et à mesure que l 'on monte vers le somment comme le montre la pyramide des figes (Graphique 2.1)+ La structure par åge est assez contrastée selon le milieu de résidence. La structure du milieu rural présente en particulier des irrégularités probablement imputables à la qualité des déclarations. En effet, il est difficile d'expliquer dans ce cas le déficit notoire de femmes entre 0 et 20 ans. Tableau 2,1 Population des ménages par åge et sexe Répartition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'åges quinquennal, selon le milieu de résidence et le sexe. EDS-II Sénégal 1992/93 Urbain Rural Total Groupe d'âges l lommes Femmes Ensemble I lommes Femmes Ensemble tlommes Femmes Ensemble 0-4 15.7 15,9 15.8 20.1 18.4 19,2 18.4 17.4 17.9 5-9 14.8 14,4 14.6 19.0 16.7 17,8 17.4 15.8 16.6 10-14 13.8 13,2 13,5 14,8 12,5 13.6 14.4 12,8 13.6 15-19 11,8 11.4 11,6 10,3 8.4 9.3 10,9 9,5 10,2 20-24 9,7 9.2 9.4 5.8 7,1 6.5 7,3 7.9 7,6 25-29 7,1 7.8 7.5 4.2 6,4 5.4 5,3 6.9 6.2 30-34 5,5 6.4 5.9 4.0 5.4 4.7 4,5 5.8 5.2 35-39 5.4 5.5 5.4 3.4 5.2 4.3 4,2 5.3 4.7 40-44 4.1 3.5 3.8 3.0 4.1 3,6 3.4 3.9 3.7 45-49 2.7 2,3 2,5 2.6 2.6 2.6 2,6 2.5 2.6 50-54 2.5 2.6 2,5 2,4 3,9 3,2 2.5 3.4 3.0 55-59 1.9 2.2 2,1 2,6 2,6 2.6 2.3 2,4 2.4 60-64 1,7 2.0 1,9 2,5 2.3 2.4 2.2 2.2 2,2 65-69 1,1 1.3 1.2 1.8 1.4 1.6 1,5 1.4 1.4 70-74 1,0 1.0 1.0 1,4 1,4 1.4 1,2 1,3 1.3 75-79 0,5 0.6 0.5 0,9 0,5 0.7 0,7 0.5 0.6 80+ 0.6 0.5 0.6 1,1 1,2 1.2 0.9 0.9 0.9 Non détermin~NSP 0.2 0.2 0.2 0.0 0,0 0,0 O,l 0.l 0.1 Rapport OE m~culinité 93.1 89.1 ~.6 Total 100.0 100,0 100,0 1~.0 100.0 100.0 100,0 1~,0 loe.0 Ef~ctif 5564 5978 11547 8844 9925 18776 14408 15903 30323 10 Ages 80+ 75-79 70-74 65-69 60-64 55-59 50-54 45-49 40-44 35-39 30-34 25-29 20-24 15-19 10-14 5-9 0-4 Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population Sénégal, 1992/93 12 10 8 6 4 2 0 2 4 6 8 Pourcentage 10 12 EDS-II Sdn6ga11992/93 Au tableau 2.2 figure la répartition de la population résidente par grand groupe d',ãges selon I'EDS-I1 et le RGPH88. Si la proportion des moins de 15 ans est la même dans les deux sources, celle des 65 ans ou plus a légèrement augmenté entre 1988 et 1992/93. Le fait que les rEpartitions selon les deux sources soient concordantes témoigne de la bonne représentativité de l'échantillon de I'EDS-II. 2.2.2 Niveau d'instruction Le niveau d'instruction porte sur les personnes de 6 ans ou plus. Sur l'ensemble de l'échantillon, 68 pour cent n'ont jamais fréquenté l'école (Tableaux 2.3.1 et 2.3.2); ceci concorde bien avec les rEsultats d'autres enquêtes: 69 pour cent dans le RGPH88 et 68 pour cent dans I'ESP de 1991/92. Comme on pouvait s'y attendre, le niveau d'instruction est très variable des hommes aux femmes. En effet, chez les femmes, plus de sept femmes sur dix (74 pour cent) n'ont jamais été à l'école contre six hommes sur dix (61 pour cent) pour les hommes. On note cependant un léger recul de Tableau 2.2 Population par åge selon différentes sources Répartition (en %) de la population résidente par åge, RGPH 1988 et EDS-I/Sénégal 1992/93 Groupe RGPH EDS-I/ d'iges 1988 1992/93 < 15 ans 47,4 47,5 15-64 ans 49,1 48,1 65 ou plus 3,5 4,3 ND 0,0 0,l Note: Pour des besoins de comparaison avec les autres sources, ce tableau est basé sur la population "de droit." Source: 1988: Recensement Général de la Population et de l'Habitat (DPS, 1993) l'analphabétisme chez les femmes entre 1988 (RGPH88) et 1992/93 (EDS-II): 77 contre 74 pour cent. La scolarisation a essentiellement lieu dans le cycle primaire notamment chez les femmes. 11 Tableau 2.3.1 Niveau d'instruction de la population des hommes Répartition (en %) de la population m~culine (de fait) des ménages, ågée de cinq ans et plus, par niveau d'instruction atteint, selon certains caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Niveau d'instruction Caractéristique Aucun Primaire Secondaire Supérieur ND Total Effectif Groupe d'åges 6-9 65,9 31,3 0,0 0,0 2,8 100,0 204.9 10-14 47,6 47,5 3,7 0,0 1,2 t00,0 2077 15-19 48,9 29,8 20,5 0,0 0,8 loe,0 1568 20-24 49,0 24,7 23,5 1,2 1,6 100,0 1052 25-29 57,4 20,4 17,3 3,4 1,4 I00,0 768 30-34 60,7 18,7 15,1 3,1 2,4 100,0 654 35-39 59,8 17,3 12,2 7,3 3,3 100,0 600 40-44 67,6 13,8 12,3 3,8 2,4 100,0 494 45-49 74,9 10,0 10,8 2,4 1,8 I00,0 379 50-54 79,6 10,2 5,4 2,5 2,3 100,0 353 55-59 85,2 7,1 5,3 0,9 1,5 100,0 338 60-64 89,6 5,7 2,5 1,3 0,9 100,0 316 65 ou plus 92,7 4,8 1,3 0,3 0,9 100,0 640 ND/NSP 45,5 9,1 0,0 0,0 45,5 100,0 11 Milieu de r~'sidence Urbain 35,5 39,7 19,7 2,9 2,2 100,0 4546 Rural 78,1 17,1 3,1 0,2 1,5 100,0 6753 Grande r£~glon Ouest 43,3 35,3 16,4 2,9 2,0 100,0 4097 Centre 77,3 16,5 4,2 0,3 1,7 100,0 3916 Sud 59,7 28,8 9,7 0,5 1,4 100,0 1492 Nord-Est 66.4 24,2 7,0 0,4 2,0 100,0 1794 Ethnle Wolof 61,1 25,7 10,3 1,5 1,4 100,0 4457 Poular 69,8 20,8 6,4 0,9 2,0 100,0 2639 Serer 64,9 25,0 7,7 0,9 1,5 100,0 1964 Mandingue 53,9 28,7 13,2 1,3 3,0 100,0 798 Diola 35,1 45,3 16,8 1,0 1,9 100.0 696 Autre 50.3 30,2 13,7 2,8 3,0 100,0 745 Ensemble 60,9 26,2 9,8 1,3 1,8 100.0 11299 L'analphabétisme concerne davantage les personnes ågées: plus de trois hommes sur cinq des 30 ans ou plus et plus de trois femmes sur quatoe parmi celles de 25 ans ou plus, et il est surtout un phénomène rural: 78 pour cent des hommes et 89 pour cent des femmes en milieu rural contre respectivement 36 pour cent et 51 pour cent en milieu urbain. Les différences selon la nature du lieu de résidence se retrouvent au niveau des grandes régions qui se distinguent aussi par le critère d'urhanisation. Ainsi, les régions de l 'Ouest et du Sud sont dans cet ordre, les plus scolarisdes, suivies du Nord-Est et du Centre. 12 Tableau 2.3.2 Niveau d'instruction de la population des femmes Répartition (en %) de la population féminine (de fait) des ménages, igée de cinq ans et plus, par niveau d'instruction atteint, selon certains caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Niveau d'instruction Caractéristique Aucun Primaire Secondaire Supérieur ND Total Effectif Groupe d'åges 6-9 72,2 25,5 0,0 0,0 2,3 100,0 1998 10-14 59,3 37,3 2,3 0,0 1,1 100,0 2033 15-19 60,7 27,1 11,6 0,0 0,6 100,0 1515 20-24 66.5 20,1 11,4 0,9 1,2 100,0 1249 25-29 74,7 14,5 8,3 1,2 1,3 100,0 1102 30-34 75.3 14,2 8,5 1,2 0,8 100,0 915 35-39 78,8 12,1 7,1 0,7 1,2 100.0 840 40-44 85,6 8,1 5,5 0,0 0,8 100,0 619 45-49 91.2 4,8 3.0 0,5 0,5 lO0,O 398 50-54 95,8 2,2 0,7 0,2 1, l 100,0 542 55-59 95.1 2,1 0,3 0,0 2,6 100,0 387 60-64 96,8 1,7 0,6 0,0 0,9 100,0 344 65 ou plus 98,5 0,8 0,0 0,0 0,8 100,0 656 ND/NSP 16,7 16,7 0,0 0,0 66,7 100,0 12 Milieu de résidence Urbain 50,6 35,3 12,1 0,9 1,2 100,0 4854 Rural 88,7 9,2 0.8 0,0 1,3 100,0 7756 Grande région Ouest 56.5 29,7 11,4 1,0 1,4 100,0 4327 Centre 86,0 10.8 1,8 0,0 1,3 I00,O 4625 Sud 76,9 20,2 2,1 0,0 0,8 100,0 1510 Nord-Est 81,5 15,4 1,8 0,0 1,4 100,0 2148 Ethnle Wolof 73,8 18,7 5.9 0,4 1,1 100,0 5081 Poular 80,0 15.3 3,3 0,2 1,2 100,0 3003 Serer 75,8 19,0 3,6 0,0 1,5 100,0 2090 Mandingue 69,4 21,9 7,2 0,1 1,4 100,0 862 Diola 57,9 32,4 8,6 0,0 1,1 100,0 725 Autre 68,2 22,7 5,7 1,5 1,9 100.0 849 Ensemble 74,0 19,2 5,1 0,3 1,3 100,0 12610 Le tableau 2.4 et le graphique 2.2 donnent les taux de fréquentation scolaire par fige. sexe et milieu de résidence. Pour l 'ensemble du pays, moins d'un enfant sur trois (31 pour cent) figé de 6-15 ans fréquente l'école, ce qui correspond généralement au niveau primaire et une partie du secondaire. Le taux de fréquentation pour la tranche d'figes 16-20 ans, åges de scolarisation dans le secondaire, est beaucoup plus faible: il est seulement de 16 pour cent. Pour le groupe d'~ges 21-24 ans, figes correspondant au niveau supérieur, le taux est inférieur à 10 pour cent. L 'examen des données selon le sexe indique que les taux de scolarisation sont en faveur des garçons: à 6-15 ans. 35 pour cent des garçons fréquentent un établissement scolaire contre 27 pour cent seulement pour les filles, à 16-20 ans, les taux sont de 22 pour cent pour les garçons contre 10 pour cent pour les filles, et enfin à 21-24 ans. les proportions sont de 13 pour cent pour les hommes et moins de 7 pour cent pour les femmes. 13 Tableau 2.4 Taux de fréquentation scolaire Proportion de la population (de fait) des ménages, ågée de 6 à 24 ans, fréquentant un établissement scolaire, par åge, selon le milieu de résidence, EDS-II Sénégal 1992/93 Groupe d'åges Hommes Femmes Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble 6-10 56,2 19,1 31,6 49,1 12,8 25,3 52,6 16,0 28,5 11-15 63,6 25,5 39,7 49,1 14,2 28,2 56,2 20,1 34,0 6-15 59,6 21,8 35,1 49,1 13,4 26,5 54,3 17,7 30,9 16-20 34,7 11,2 21,8 20,3 1,6 9,7 27,5 6,3 15,7 21-24 20,0 5,3 13,0 12,6 0,9 6,5 16,2 2,8 9,5 Pourcentage 4O Graphique 2.2 Taux de scolarisation 30 20 10 0 6-15 16-20 21-24 Groupe d'&ges EDS-II S6n~gal 1992/93 En ce qui conceme le milieu de résidence, la fréquention scolaire favorise largement les jeunes du milieu urbain, et le dés6quilibre entre les deux milieux est beaucoup plus important que celui observé par sexe: en effet, les taux dans les zones urbaines sont de 54 pour cent à 6-15 ans, 28 pour cent å 16-20 ans et 1 ó pour cent à 21-24 ans contre respectivement 18 pour cent, 6 pour cent et 3 pour cent dans les zones rurales. 14 2.2.3 Caractéristiques des ménages Sexe du chef de ménage La majorité des chefs de ménage (84 pour cent) sont des hommes (Tableau 2.5). Cependant, un pourcentage non négligeable de femmes ont ce statut (16 pour cent). C'est dans les villes qu'on observe le plus de femmes parmi les chefs de ménage (CM): près d'un CM sur quatre (23 pour cent) en milieu urbain contre un sur dix (11 pour cent) en milieu rural. Ceci n'est toutefois pas à lier ~. l'importance que jouent les femmes dans la prise en charge des ménages. En effet, la définition du ménage se réfère davantage à un critère de résidence. Par exemple, un homme polygame est recensé CM seulement chez sa première épouse alors que les autres épouses sont CM dans le cas de résidences séparées même si le mari dort chez elles de façon tournante. De même, dans le cas des locataires, le CM représente celui qui est reconnu comme tel sans considération de relation de dépendance. Tableau 2.5 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, taille de ménage, lien de parenté avec le chef de ménage, selon le milieu de résidence. EDS-II Sénégal 1992/93 Caractéristique Urbain Rural Ensemble Chef de ménage Homme 76.9 89.5 84.2 Femme 23.1 10.5 15.8 Nombredemembreshabltuels 1 9.2 2.2 5.2 2 6.5 2.6 4.3 3 7.8 4.3 5.8 4 6.6 5.7 6.1 5 8.7 9.2 9.0 6 7.2 9.8 8.7 7 7.8 9.7 8.9 8 7.8 8.7 8.3 9 ou plus 38.4 47.7 43,8 Taille moyenne 7,8 9,6 8,8 Lien de parenté (membres habltuels) Un adulte 11.8 4.0 7.3 Deux adultes apparentés - de sexe opposé 15.1 13.7 14.3 - de méme sexe 4.9 2.0 3.2 Trois adultes apparentés ou plus 60,8 75.7 69.4 Autres 7.3 4.6 5.8 Pourcentage de ménages avec des enfants sans leurs parents 28.1 35.0 32.1 15 Taille des ménages Au Sénégal, les ménages sont de grande taille. Ils comptent en moyenne 8,8 personnes. Cette valeur est à peu prés identique à celles observées dans d'autres investigations (RGPH88, 8,7 personnes et ESP de 1991/92, 9,3). La dispersion autour de cette valeur moyenne est importante: 44 pour cent des ménages comptent 9 personnes ou plus, 21 pour cent moins de 5 personnes, tandis que la taille médiane se situe å 7,2. Les ménages ruraux sont de plus grande taille (9,6 contre 7,8 en milieu urbain, soit près de deux personnes de plus). Dans les villes, on compte neuf ménages sur 100 ayant une personne, et 16 ménages sur 100 ayant une ou deux personnes; ce dernier cas est tout à fait exceptionnel dans le milieu rural (cinq sur 100). Les logements urbains peu adaptés à une famille de grande taille et la fréquence de la location et de la sous- location expliquent en partie la plus petite taille des ménages urbains. Composition des ménages Le tableau 2.5 présente également des informations sur la composition des ménages qui est définie à partir du nombre, du sexe et des liens de paoenté ou relations des membres adultes (15 ans ou plus). On constate que le type de ménage le plus fréquent est celui composé d'au moins trois adultes apparentes (69 pour cent), surtout en milieu rural (76 pour cent). Par ailleurs, dans 14 pour cent des cas, le ménage est composé de deux adultes de sexe opposés, et dans 7 pour cent des cas, un seul adulte constitue un ménage. Il y a lieu de noter que la majorité des ménages form6es d'un seul adulte appartiennent au milieu urbain (12 pour cent contre 4 pour cent en milieu rural). S'agissant des ménages ayant un ou plusieurs enfants de moins de 15 ans vivant sans mère ni père biologiques, il ressort de ce mème tableau 2.5 que près d'un ménage sur trois (32 pour cent) compte un ou plusieurs de ces enfants. Cette proportion est l'une des plus élevée en Afrique subsaharienne: å titre d'exemple, elle est de 21 pour cent au Cameroun (Balepa et al., 1992), 25 pour cent au Niger (Kourguéni et al., 1993) et 23 pour cent en Tanzanie (Ngallaba et al., 1993). Ces enfants placés sont soit adoptés, soit confies (en nourrice ou pour des raisons de scolarité), soit encore domestiques. Il faut souligner que le placement des enfants peut avoir un impact aussi bien sur leur état de santé que sur leur état nutritionnel. 2.2.4 Caractéristiques de l'habitat et des biens possédés par les ménages Accès aux services de base Dans l'ensemble, un peu plus d'un ménage sur quatre (26 pour cent) dispose de l'électricité comme le montoe le tableau 2.6. Ce pourcentage varie d'une façon très importante selon le milieu de résidence: 59 pour cent en milicu urbain et 2 pour cent en milieu rural. Pour ce qui est de l'accès à l'eau de boisson 47 pour cent des ménages visités ont accès à l'eau de robinet (eau courante) soit dans leur concession (27 pour cent) soit en dehors (20 pour cent). Le RGPH88 indiquait 44 pour cent de ménages ayant accès à cette source d'eau. L'accès à l'eau de robinet demeure encore faible dans les campagnes (80 pour cent n 'y ont pas accès contre seulement 16 pour cent dans les villes). A la place, les ménages ruraux recourent essentiellement aux puits publics (60 pour cent). Le milieu rural est également très défavorisd par rapport à la disponibilité de lieu d'aisance. Alors qu'en moyenne, 40 pour cent de l'ensemble des ménages ne disposent pas de toilette, c'est encore 60 pour cent des ménages ruraux qui n'ont pas accès à cette facilité contre 14 pour cent en milieu urbain. Les toilettes avec chasse d'eau sont inexistants dans les campagnes et peu fr6quents même dans les villes: 26 pour cent (Graphique 2.3). Les types de toilette dominants sont les fosses et les latrines. 16 Tableau 2.6 Caractéristiques des logements Répaxfition (en %) des ménages, par caract&istiques des logements, selon le milieu de résidence, EDS-II Sénégal 1992/93 Caractéristique des logements Urbain Rural Ensemble Electrlelté Oui 58,6 2,2 26,0 Non 41,0 97,6 73,8 ND 0,4 0,2 0,3 Approvisionnement en eau à boire Robinet dans le logement 54,1 7,6 27,2 Borne fontaine 30,0 12,1 19,6 Puit dans la cour 5,7 5,6 5,7 Puit public 7,7 59,6 37,7 Forage 0,7 8,4 5,2 Source 0,0 3,8 2,2 Rivière. cours d'eau 0.0 0,8 0,5 Mare, lac 0,0 0,1 0,1 ND/NSP 1,8 1,9 1,8 Total 100,0 100,0 100,0 Type de toilettes Chasse d'eau person. 14,3 1,4 6,8 Chasse d'eau en com. 11,1 0,3 4,9 Fosse 50,0 12,4 28,2 Latrine 11,1 25,9 19,7 Pas de toil./Nature 13,3 59,6 40,1 ND/NSP 0,2 0,3 0,3 Total 100.0 100,0 100,0 Type de sol Terre, sable 7,7 58,8 37,3 Bouse 0,5 7,9 4,8 Ciment 44,9 8,0 23,6 Moquette 10,4 0,6 4.8 Autre 34,5 23,9 28,4 ND/NSP 1,6 0,3 0,9 Total 99,6 99,7 99,7 Nombre de personnes par pl~ee utllls~e pour dormir 1-2 56,5 60,6 58,8 3-4 32,1 32,0 32,1 5-6 8,2 5,2 6,5 7 ou plus 2,6 1,6 2.0 ND/NSp 0,6 0,5 0,6 Total 100,0 100,0 100,0 Moyenne 2,9 2,8 2,8 Effectif de ménages 1487 2041 3528 17 Graphique 2.3 Caractéristiques des logements Pourcentage 1 O0 80 eO 40 20 0 ORIGINE TOILETTES MATERIAU NOMBRE DE L'EAU DU SOL PAR PIECE EDS-II S6n6ga[ 1992/93 Caractéristiques des logements Les logements sont en majorité de type traditionnel: les sols sont dans 72 pour cent des cas en matériaux autres que du ciment ou de la moquette (Tableau 2.6). Ces deux derniers matériaux constituent cependant plus de la moitié (55 pour cent) des sols en milieu urbain. Dans les campagnes, même les sols en ciment sont rares (8 pour cent), la règle étant les sols en sable ou en terre. Enfin, on compte en moyenne, environ 3 personnes par pièce å usage d'habitation. Ici, les villes diffèrent à peine des campagnes. Cependant, on compte plus de ménages disposant d'une pièce pour une ou deux personnes en milieu rural qu'en milieu urbain (61 pour cent contre 56 pour cent). Disponibilité de certains équipements L'accès à certains équipements de base reste toujours exceptionnel. En dehors de la radio disponible dans 70 pour cent des ménagcs, la télévision, le réfrigérateur et le vidéo ne sont accessibles qu'à une certaine cat6goric des urbains (respectivement 34 pour cent, 21 pour cent et 8 pour cent), tandis que le véhicule à usage domestique ne concerne que 8 pour cent des urbains (Tableau 2.7). Les bicyclettes sont également peu courants (8 pour cent en milieu rural contre 4 pour cent en milieu urbain); tandis que les motocyclettes sont tout simplement rares (3 pour ccnt des ménages). Ce sous- Tableau 2.7 Biens durables possédés par le ménage Pourcentage de ménages possédant certains biens de cortsommation durables, selon le milieu de résidence, EDS-II Sénégal 1992/93 Biens durables Urbain Rural Ensemble Radio 78,7 64,4 70,4 Télévision 34,2 3,4 16,4 Réfrigérateur 20,8 1,6 9,7 Vidéo 8,1 0,9 3,9 Bicyclette 4,3 7,6 6,2 M obylette/Motocyclette 3,7 2,1 2,8 Voiture personnelle 7,7 1,3 4.0 Effectif de ménages 1487 2041 3528 18 équipement des ménages s'explique par l'accès difficile aux équipements communautaires (électricité par exemple) et le faible pouvoir d'achat de la majorité de la population. 2.3 ENQUETE INDIV IDUELLE 2.3.1 Age des femmes L'åge constitue une variable clé dans les analyses démographiques. Cependant, les données sur l'åge sont souvent entachées d'erreur dans les pays à état-civil déficient. Malgré les efforts déployés en vue de l'amélioration de la qualité des données, des lacunes subsistent encore. Elles sont souvent liées aux défaillances de mémoire, à la tendance à déclarer des figes tcrminés par certains chiffres (0 et 5 en général). Mais la plupart des analyses effectuées portent sur des groupes d'åge. Ce regroupement a, entre autres avantages, de masquer partiellement les erreurs sur les années d'åge. La répartition des femmes par groupe d'åge quinquennal (Tableau 2.8) confirme la jeunesse de la population: près de 60 pour cent des femmes enquêtées ont moins de 30 ans tandis que 15 pour cent ont entre 40 et 49 ans. Cette strocture est identique à celles de I'ESF de 1979 et de I'EDS-I de 1986. Ceci traduit la comparabilité des différentes sources et atteste de la bonne qualité des données. Néanmoins, il faut signaler que la structure par année d'âge présente des insuffisances. En eflct, elle fait ressortir des pics très prononcés aux åges ronds (termin6s par 0) et surtout semi-ronds (terminés par 5). Ceci correspond à de fortes attractions pour les åges terminés par 0 ou 5 (Graphique 2.4). Les Tableau 2.8 Caractérisfiques soeio-démographiques des femmes enqu~tées Répartition (en ,%) des femmes enqu~.t~es pat Ig¢. état nmtrimomal, niveau d'instructlon, milieu et r~gion de r~sidence, EDS-II Sénégal 1992/93 Femmes EDS-II, 1992/93 EDS-I Caractéris tique socio-démographique pourcentage Effectif 1986 (%) Groupe d'figes 15-19 22.6 1426 22,1 20-24 19,0 1198 20,3 25-29 16.5 1042 19,0 30-34 14,0 883 14,9 35-39 12.7 801 10,9 40-44 9.3 589 6,8 45-49 5.9 371 6.1 Etat matrimonial Célibataire 24,1 1522 18.8 Mariée 71.4 4505 76,2 Veuve 1,1 68 1,2 Divorcée/Séparée 3,4 215 3,8 Niveau d'Instruction Aucun 73.0 4608 77.2 lZ'I'imaire 17.1 1076 13,5 Secondaire ou plus 9,9 626 9,2 Milieu de r6sldence Urbain 41,8 2635 41,0 Rural 58.2 3675 59,0 Grande r~glon Ouest 36,8 2326 37.9 Centre 36,1 2280 34.6 Sud 11,0 692 13,0 Nord-Est 16.0 1012 14,5 Ethnle Wolof 42.5 2684 42,1 Poulæ 23.2 1463 23,0 Serer 15,4 969 14,4 Mandingue 7.6 482 5.0 Diola 5.2 331 5,5 Autre 6.0 381 10.1 Total 100.0 6310 100.0 indices de Myers confirment ces attractions (tableau non pr6senté ici). Mais ils révèlent en outre des répulsions importantes des ãges terminés par 1 et 4. Tout laisse supposer que ces répulsions sont consécutives à des vieillissements des femmes de 24, 34 et 44 ans d'une part et celles de 23, 33 et43 ans d'autre part d'un ou de deux ans respectivement (les chiffres adjacents 2, 6 et 7 étant presque "neutres"). Par contre, la forte attraction pour le 0 peut Etre le résultat de deux effets: forte répulsion de 1 (rajeunissement des femmes de 21, 31 et 41 ans d'un an et peut être à un léger vieillissement d'un an des femmes de 19, 29 et 39. En effet, la tendance des enquêtrices à vicillir les femmes de 49 ans d'un an pour les exclure de l'échantillon ne semble pas avoir été significatif. 19 Graphique 2.4 Répartition des femmes de l'échantillon selon l'âge actuel Pourcentage 6 0 E i ~ i i i i i i i i i i I r i i i i i i i i 15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 37 39 Age actuel ] i i i ~ i i i i 41 43 45 47 49 EDS-II S~négal 1992/93 Enfin, il faut noter que la qualité des données est très variable selon la nature du lieu de résidence. Ainsi, les lacunes rclevées plus haut sont plus importantes en milieu rural qu'en milieu urbain. Les préférences pour un chiffre terminal donné de l'åge a ~té très faible dans les villes. 2.3.2 Etat matrimonial actuel Dans le contexte sénégalais où le mariage est universel et où la fécondité n'est admise que dans ce cadre, l'analyse de la nuptialité requiert une importance particulière. Celle-ci fera l'objet d'un chapitre spécifique. On se limitera ici à présenter la répartition de l'ensemble des femmes selon l'état matrimonial. Le mariage est défini ici comme une union reconnue par la religion, la coutume ou la loi. Les unions libres sont également prises en compte dès lors qu'elles donnent lieu å une cohabitation maritale. Le tableau 2.8 montre qu'au moment de 1'enquête, 24 pour cent des femmes étaient célibataires tandis que 71 pour cent ~talent en union. On observe 1 et 3 pour cent de veuves et de divorcées respectivement. Par contre, les pourcentages de femmes en union libre (non légale) et de séparées sont pratiquement nuis. C'est pourquoi dans la suite, les divorcées et les séparées seront regroupées sous le même label "divorcées"; de même les femmes en union libre seront intégrées aux femmes mari~es. Ainsi, les termes "femmes mariées" et "femmes en union" seront-t-ils utilisés indifféremment dans la suite. La comparaison avec I'EDS-I de 1986 montre une hausse importante du pourcentage de célibataires (19 pour cent contre 24 pour cent dans I'EDS-II) et corrélativement une diminution de la proportion de femmes mari~es, conséquences du vieillissement du calendrier de la nuptialit6. Nous y reviendrons. 20 2.3.3 Groupe ethnique On dénombre une vingtaine d'ethnies au Sénégal (Wolof, Lébou, Peuhl, Toucouleur, Sérer, Diola, Mandingue, Bambara, Soninké, Balante, Madjak, .). Leur poids dans la population totale est très variable; pour certaines, il est faible, voire négligeable. Pour ces raisons, elles ont été regroupées en grandes cat6gories dont l'homogénéité est généralement acceptée. Ainsi, cinq grands groupes sont retenus: le Wolof (Wolof et Lébou), le Poular (Peuhl, Toucouleur, Foulbé), Sérer, Mandingue (Mandingue, Malinké et Soc~) et Diola. Les autres ethnies minoritaires et les non-sénégalaises sont regroupées dans la catégorie "autre". Le tableau 2.8 indique que les Wolof, Poular et Sérer (43 pour cent, 23 pour cent et 15 pour cent respectivement) sont représentés dans les mêmes proportions que dans le RGPH de 1988 et à peu près dans I'EDS-I de 1986. Par contre, alors que dans ces deux derni~res sources les Diola étaient plus nombreuses que les Mandingues, ces deroières sont plus nombreuses dans I'EDS-11 (près de 8 pour cent contre plus de 5 pour cent de Diola). 2.3.4 Lieu de résidence Deux variables sont retenues pour caractériser le lieu de résidence: les grandes régions géographiques et la nature du lieu de résidence. Les dix régions administratives du territoire national ont ~té regroupées en quatre grandes régions: l'Ouest composé des régions de Dakar (ancien Cap-Vert) et de Thiès; le Centre (Kaolack, Fatick, Diourbel et Louga); le Nord-Est (Saint-Louis et Tambacounda) et le Sud (Kolda et Ziguinchor). Ce regroupement qui est celui adopté dans I'ESF de 1978 et I'EDS-I de 1986 répond au souci de constituer des groupes relativement homogènes, d'effectifs suffisants pour certains types d'analyse et permettant la comparaison des différentes sources. La nature du lieu de résidence (urbain ou rural) se rél~re au statut administratif de la localité. Ainsi, toutes les localités ayant le statut de Commune (espace soumis aux lois municipales) sont considérées comme urbaines. Cette définition du milieu urbain est identique à celle adoptée dans I'EDS-I de 1986 mais diffère de celle de I'ESF de 1978 où seules les localités de 10 000 habitants ou plus étaient considéoees comme urbaines. Dans la pratique, ces deux définitions diffèrent très peu, les communes de moins de 10 Off9 habitants étant peu nombreuses (moins de 3 pour cent de l'ensemble des communes). La répartition des femmes montre que l'Ouest et le Centre se partagent presque à égalité les 73 pour cent de l'échantillon tandis que le Sud n'intervient que pour 11 pour cent; d'où une sous-représentation sensible du Sud par rapport au Nord-Est, par référence à I'EDS-I de 1986 (Tableau 2.8). La zone Ouest qui abrite la capitale et la deuxième ville du pays (Thiès) est la plus urbanisée et la plus scolarisée. Elle est suivie du Sud, du Nord-Est et du Centre. Par contre, en ce qui concerne l'urbanisation, la progression a ~té sensible mais faible et les deux enquêtes sont largement comparables (41 pour cent et 42 pour cent d'urbains respectivement dans I'EDS-I de 1986 et I'EDS-II de 1992/93. 2.3.5 Instruction Dans t'ensemble, 73 pour cent des femmes enquêtées n'ont jamais fréquenté l'école. Ceci traduit un niveau d'analphabétisme féminin très élevé dans la mesure où aujourd'hui encore au Sénégal l'alphabétisation s'acquiert par le biais du système scolaire formel. L'essentiel des femmes qui ont fréquenté l'école se sont limitées au niveau primaire (17 pour cent de toutes les femmes); les femmes ayant un niveau secondaire sont rares (10 pour cent). Par rapport à 1986, on observe pourtant un progrès sensible dans la scolarisation mais seulement au niveau primaire: en 1992/93, 17 pour cent des femmes ont un niveau primaire contre moins de 14 pour cent en 1986 tandis que la proportion de femmes de niveau secondaire ou plus n 'a pas bougé. Le tableau 2.9 montre que la scolarisation est surtout un phénomène urbain (52 pour cent de scolaris6es contre 9 pour cent en milieu rural) et elle concerne davantage les plus jeunes (plus de 37 pour cent de scolarisées parmi les femmes de 15-24 ans contre moines 25 pour cent entre 25 et 34 ans et moins de 15 pour cent å plus de 40 ans). 21 Tableau 2.9 Niveau d'instruction des femmes enqu~tées Répartition (en %) des femmes par niveau d'instruction atteint, selon le groupe d'åges quinquennal, le milieu et la région de résidence, EDS-II Sénégal 1992/93 Niveau d'instruction Secondaire Caractéristique Aucun Primaire et plus Total Effectif Groupe d'gtges 15-19 60,3 27.9 11,8 100,0 1426 20-24 66,9 20.1 13,0 100,0 1198 25-29 75,2 14,2 10.6 100,0 1042 30-34 75,8 14,0 10,2 100,0 883 35-39 80,0 12.9 7.1 100,0 801 40-44 85,9 8.3 5.8 100,0 589 45-49 93.5 3,5 3,0 100,0 371 Milieu de résidence Urbain 48,0 30,4 21,6 100,0 2635 Rural 90,9 7,5 1,6 100,0 3675 Grande région Ouest 53,7 26,0 20.3 100.0 2326 Centre 87,0 9,2 3,8 100,0 2280 Sud 76.0 19,4 4,6 100,0 692 Nord-Est 84.0 12,6 3,4 100.0 1012 Ethnle Wolof 72,5 16,1 11.5 100.0 2684 Poular 82,1 11,8 6,1 100,0 1463 Serer 75,9 15,5 8,7 100.0 969 Mandingue 63,3 24,3 12.4 100,0 482 Diola 47,1 39,0 13,9 100.0 331 Autre 69.8 19,9 10,2 100,0 381 Total 73.0 17.1 9,9 100.0 6310 2.3.6 Accès aux média Le tableau 2.10 foumit des indications sur l'accès des femmes à trois canaux d'information: le journal, la télévision et la radio. Le tableau présente le pourcentage de femmes ayant en général accès à chaque source d'information au moins une fois par semaine. La disponibilité de tels renseignements est importante dans la mise en oeuvre des programmes d'information et de sensibilisation dans le choix du meilleur canal pour la transmission de certains messages. Comme on pouvait s 'y attendre, le journal est la source la moins accessible aux femmes (moins de 13 pour cent). La télévision est suivie par 39 pour cent et la radio demeure le principal moyen d'accès à l'information (67 pour cent soit, plus de deux femmes sur trois). La lecture d'un journal et le suivi des émissions télévis6es sont naturellement le fait des femmes instruites, urbaines et des femmes les plus jeunes. Par contre, la radio est bien écoutée même en milieu rural (Graphique 2.5). 22 Tableau 2.10 Accès des femmes aux média Pourcentage de femmes qui. habituellement, lisent un journal, regardent la t~lévision, ou écoutent la radio au moins une fois par semaine, par âge, niveau d'instruction et par milieu et région de résidence, EDS-II S6n6gal 1992/93 Lisent le Regardent Ecoutent journal une la tél~ la radio Effectif fois par une fois une fois de Caractéristique semaine par semaine par semaine femmes Groupe d'åges 15-19 15.1 51.2 68.5 1426 20-24 16.7 44.3 69.3 1198 25-29 13,3 40,2 66.7 1042 30-34 13.1 35.0 67.0 883 35-39 9,5 27,5 63,8 801 40-44 7.3 23.9 64.3 589 45-49 3.5 25.1 65.0 371 Milieu de résidence Urbain 26,8 72.9 79.0 2635 Rural 2,6 14.2 58.3 3675 Grande r ¢:glon Ouest 24,3 65.6 77.3 2326 Centre 5,1 26,0 66.9 2280 Sud 8.4 21.2 57.2 692 Nord-Est 6,3 17.4 50.0 1 O12 Ethnle Wolof 13,9 47,8 73.4 2684 Poular 8,6 25,7 56.8 1463 Serer 9.8 30,2 65.4 969 Mandingue 18,5 39,4 62.9 482 Diola 19,6 46,5 71.9 331 Autre 14,7 38,3 65.4 381 Niveau d'instruction Aucun 0,3 24,5 61,0 4608 lb'linaire 30,3 70,3 79,6 1076 Secondaire ou plus 74,0 89.3 89,3 626 Ensemble des fcmnees 12,7 38,7 67,0 6310 23 Pourcentage Graphique 2.5 Accès aux média 100 80 60 40 20 0 Lire le journal Regarder la TV TYPE DE MEDIA Ecouter la radio EDS-II Sdn6ga11992/93 24 CHAPITRE 3 FECONDITE Salif Ndiaye L'objet de ce chapitre est de fournir des informations sur les niveaux actuels et les tendances de la fécondité, ainsi que les facteurs différentiels de celle-ci. On y traitera de quatre indices: les taux de fécondité par :~ge, l'intervalle intergénésique, la parité moyenne et l'/ige à la maternité. On présentera également quelques résultats sur la fécondité des adolescentes. Gråce aux différentes enquêtes réalisées depuis 1978, on dispose de sources parfaitement comparables qui permettent une analyse tendancielle pertinente de la féconditê. Ces trois sources seront donc souvent utilisées simultanément. 3.1 DONNEES Les données utilisées sont issues de l'Enquête Sénégalaise surla Fécondité de 1978 (ESF), l'Enquête Démographique et de Santé de 1986 (EDS-I) et l'Enquête Démographique et de Santé de 1992/93 (EDS-II) qui toutes ont été réalisées selon des méthodologies semblables. L'ESF, I'EDS-I et I'EDS-II étaient toutes les trois des enquêtes rétrospectives nationales par sondage. Les données sont basées sur les historiques de l'ensemble des naissances vivantes issues des femmes de 15-49 ans. Il faut rappeler cependant que dans I'ESF, l'historique de l'ensemble des grossesses a été saisie, ce qui, en dépit de sa lourdeur, pouvait permettre d'obtenir des informations plus compl~tes sur les naissances vivantes sur lesquelles porte l'analyse de la fécondité. D'un autre coté, les EDS ont eu à recourir aux camets de santé des enfants nés au cours des cinq demi~res années. Cette approche a surement permis d'obtenir des dates de naissance exactes pour une grande partie des enfants. En effet, les principaux problèmes des enquêtes rétrospectives pour l'analyse de la fécondité sont lies å la datation exacte des naissances. Un des types d'erreurs les plus importants porte sur le transfert des naissances d'une année de calendrier à une autre. Pour minimiser ce biais, des périodes non conventionnelles ont été utilisées (0-3 ans, 4-7 ans, . avant l'enquEte). Mais cette approche, a également montré une baisse très sensible de I'ISF dans certains pays africains. Au Sénégal, il serait passé de 7,0 à 5,9 enfants par femme ågée entre les deux demières périodes. Ce niveau de déclin semble avoir été largement surestimé et serait davantage lié à la qualité des données selon certains auteurs. Cependant, ces résultats posent au moins un problème fondamental: il n'est plus évident que la fécondité n'ait pas amorcé sa transition dans certains pays africains dont le Sénégal. 3.2 N IVEAU ET D IFFERENTIELS DE LA FECONDITE Le niveau actuel de la fécondité ainsi que ses différentiels sont mesurds par les taux de fécondité par åge et l'indice synthétique de fécondité (ou somme des naissances réduites). Les taux de fécondité par åge sont calculés en rapportant les naissances issues de chaque groupe d'ãge à l'effectif des femmes de ce groupe. Ils constituent des mesu res fiables et courantes de la féconditê. Les taux de fécondité sont résumés par l'indice synthétique de fécondité (ISF). Celui-ci est égal à 5 fois la somme des taux de fécondité. Il correspond à la descendance moyenne atteinte d'une cohorte fictive de femmes ayant pour taux de fécondité ceux observ6s à chaque åge. Si la fécondité est plus ou moins stable, il peut être considéré comme une mesure satisfaisante de la fécondité des cohortes réelles, et sa valeur devrait être voisine de la descendance cumulée. 25 Le tableau 3.1 présente les taux de fécondité par åge et l'indice synthétique selon certaines caract6ristiques socio-économiques. La fécondité des femmes sénégalaises reste encore élevée: les femmes de 40-49 (celles ayant pratiquement achevé leur fécondité) ont en moyenne 7,1 enfants. L'indice synthétique de fécondité (ISF) pour les femmes de 15-49 ans est de 6,0 enfants par femme. Tableau 3.1 Fécondit6 actuelle Taux de fécondité par åge, indice synthétique de fécondité (ISF), taux brut de natalité (TBN) et taux global de fécondité générale (TGFG) pour la période des lxois années précédant l'enquéte, selon le milieu de résidence, EDS-I] Sénégal 1992/93 Résidence Groupe d'åges Urbain Rural Ensemble 15-19 78 167 127 20-24 199 290 250 25-29 231 292 266 30-34 225 257 244 35-39 172 193 185 40-44 95 101 99 45-49 13 47 34 ISF 15-49 (pour 1 femme) 5,06 6,74 6,03 ISF 15-44 (pour 1 femme) 5,00 6,50 5,86 TGFG (pour 1 000) 167 227 202 TBN (pour 1 000) 37,4 42,9 40,8 Note: Les taux sout calculés pour la période de 1-36 mois avant l'enquéte. Les taux à 45-49 ans peuvent ~tre légèrement biaisés du fait de données incomplètes pour ce groupe d'åges. Les taux de fécondité par åge situent la fécondité maximum à 25-29 ans (taux de 266 pour mille). Mais elle reste très proche de ce maximum sur toute la tranche de 20 à 34 ans. Il faut noter également que dès l'~ge de 15-19 ans, la fécondité est relativement élevée, on y reviendra dans la suite. Ce niveau globalement élevé cache des disparités importantes selon certaines caractéristiques socio- économiques. Bien que les courbes de fécondité selon la nature du lieu de résidence présentent le méme profil (maximum entre 20 et 35 ans avec un pic à 25-29 ans), on relève qu'à tous les ãges, la fécondité est plus élevée chez les femmes rurales que chez les femmes urbalnes (Graphique 3.1). Un résultat important à signaler est la réduction des écarts entre les taux de fécondité selon l'~ge. C'est donc surtout aux åges jeunes (moins de 30 ans) qu'on observe les différences de niveau de fécondité entre le milieu urbain et le milieu rural. Les femmes u rbaines plus ågées ne se distinguent pratiquement pas de leurs homologues des campagnes de par leur comportement procr6ateur. Comme on le verra plus loin, ces différences dans le comportement procréateur sont essentiellement le fait des di fférences vis-à-vis du mariage. En effet, la plus faible fécondité des jeunes urbaines s'explique surtout par une entrée plus tardive dans le mariage, la fécondité demeurant encore fondamentalement légitime. Mais le recours à la contraception moderne, bien que globalement faible, concerne de plus en plus de femmes urbaines, ce qui pourrait jouer un réle dans ce sens. 26 Graphique 3.1 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence Pour mille 350 250 "» ' - ~00~', 150 IO0 50 0 i i i i i i 15 20 25 30 35 40 45 Age de la femme 50 [-"-Urbain i I '-"ur'' Il EDS-II Sênêgal 1992193 Les différences entre les taux de fécondité se traduisent naturellement dans les ISF (Tableau 3.2 et le Graphique 3.2): en moyenne, les femmes rurales ont plus d'un enfant et demi de plus que les urbaines (6,7 contre 5,1). En fait, les différences entre le milieu urbain et le milieu rural sont aussi le fait de l'instruction (les femmes urbaines sont les plus instruites). L'instruction constitue d'ailleurs un des plus importants facteurs de différenciation: la fécondité diminue nettement avec le niveau d'instruction. Les femmes non scolarisées ont près d'un enfant de plus que celles du niveau primaire (6,5 contre 5,7) et près de 3 enfants de plus que celles ayant un niveau secondaire ou plus (3,8). Tableau 3.2 Fécondité par caractéristiques so¢io-démographiques Indice synthétique de fécondité pour la période des trois années précédant l'enquête et nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans, par caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Nombre Indice d'enfants nés synthétique vivants pour les Caractéristique de fécondité I femmes de 40-49 ans Milieu de r~sldenee Urbain 5,06 6.69 Rural 6,74 7,37 Grande région Ouest 5,55 7,10 Centre 6,26 7,23 Sud 6,55 6,99 Nord-Est 6,47 7,09 Ethnle Wolof 5,44 7,01 Poular 6,38 6,88 Serer 7.26 8,14 Mandingue 5,38 7,00 Diola 5,80 7,00 Autre 6,33 6,57 Niveau d'Instruction Aucun 6,51 7,23 Primaire 5,67 7,02 Secondaire ou plus 3,75 5,49 Ensemble 6.03 7,14 Ilndice synthétique de fécondité pour les femmes ågées de 15-49 ans 27 Graphique 3.2 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans RE$1DENCE I Urba in ; ; ;;,;;,;; ;;;;;,;;;;;;;;;;; ; . . . . . . I Rura i GRANDE REGIONouest . i Cent re I I Sud l ] Nord-Es t . . . . . . . . . . . I INSTRUCTION Sec°nda i re °u + I l 0 2 4 6 Nombre d'enfants par femme EDS- I I S6n6ga l 1992/93 3.3 TENDANCES DE LA FECONDITE Les tendances de la fécondité seront examinées de deux façons: une approche interne qui étudie l'évolution des taux de fécondité selon la période avant l'enquête à partir des seules données de I'EDS-II et une approche exteme qui compare les taux de fécondité de I'EDS-II à ceux de I'EDS-I et de I'ESF. Pour I'ESF et I'EDS-I, les taux portent sur les cinq dernières années avant l'enquête donc centrés ~ peu près sur les années 1974 et 1983 tandis que pour I'EDS-II de 1992/93, ils portent sur les quatre dernières années, soit en moyenne sur l'année 1991. Le tableau 3.3 donne les taux de fécondité par åge à la maternité à différentes périodes de 4 ans au cours des 20 dernières années avant l'enquête. Ce tableau met en évidence une diminution sensible des taux de fêcondité amorcée depuis 15 ans. Mais c'est au cours des I0 demières années que les baisses ont ~té les plus sensibles. Par contre, les taux de fécondité par ,que sont pratiquement identiques: hausse de 15-19 ans à 25-29 ans, puis baisse rapide jusqu'à 45-49 ans. L'indice synthétique de fécondité calculé sur les femmes de 15 à 34 confirme cette tendance. La fécondité est demeurée constante au cours des deux périodes les plus anciennes, alors qu'une baisse sensible est observée au cours des 12 demières années, notamment entre les trois périodes les plus récentes. La contribution relative des taux de fécondité cumulés à cet ISF montre aussi qu'au cours des 12 demières années, le femmes de 15-19 ans ont joué un rOle décroissant dans la constitution de la descendance. Les résultats précédents portent sur la fécondité générale (toutes les femmes indépendamment de l'état matrimonial). Le tableau 3.4 indique les taux de fécondité légitime (femmes non célibataires) par durée de mariage (temps écoulé depuis le début du premier mariage) selon la période avant l'enquête. Cette fêcondité n'est pas totalement légitime dans la mesure où la procr6ation parmi les veuves et divorcées ne l'est pas. La différence entre ces deux types de fécondité réside dans la non prise en compte dans le deuxième cas 28 Tableau 3.3 Tendances de la fécondité par åge Taux de fécondité par åge par périodes de quatre ans précédant l'enquête, et selon l'åge de la mère, EDS-U Sénégal 1992/93 Périodesprécédantl'enqu~te (en années) Groupe d'ãges 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 15-19 132 166 174 195 178 20-24 257 286 308 324 312 25-29 267 306 308 341 320 30-34 244 284 275 312 [295] 1 35-39 191 223 266 [259] ~ 40 44 98 [139] [194] 45-49 [331 Note: Taux de fécondité par groupe d' iges pour 1000 femmes. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplètes. ITaux calculés sur la base de moins de 500 cas (exposition). Tableau 3.4 Tendances de la fécondité par durée de mariage Taux de fécondité par périodes de quatre ans pr,~&lant l'enquête, selon la durée écoulée depuis le premier mariage, ENPS-II Maroc 1992 Nombre d'années depuis le premier mariage Périodes précédant l'enqu&e (en amaées) 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 0-4 323 336 316 333 292 5-9 304 325 336 333 338 10-14 268 319 308 351 309 15-19 234 270 268 304 [286] ~ 20-24 171 210 249 [271] 1 25-29 86 141 [232] 1 Note: Taux de fécondité pour 1000 femmes non-célibataires. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de moins de 500 cas (exposition). ITaux calculés sur la base de moins de 500 cas (exposition). de la fécondité des célibataires. Les tendances observées pour la fécondité légitime sont les mêmes que pour la fécondité générale: baisse sensible au cours des 12 demières années (Graphique 3.3). Mais contrairement à la fécondité générale dont la baisse porte surtout sur les femmes jeunes, en ce qui concerne la fécondité légitime, le déclin semble davantage être le fait des femmes dont le premier mariage remonte à plus longtemps, qui donc sont également les plus ãgées. Il est donc possible qu'une amorce de régulation de la fécondité légitime ait lieu, en particulier chez les femmes ayant atteint une parité élevée. La deuxième approche compare les taux de fécondité issus de différentes sources. Les courbes de fécondité observécs dans les quatre sources (Tableau 3.5) obéissent au même schéma de fécondité. La fécondité maximum est obtenue 'à 25-29 ans. Chez les femmes plus jeunes (moins de 30 ans), les taux de fécondité ont décru régulièremcnt entre 1974 (ESF) et 1991 (EDS-II), comme le montre le graphique 3.4. Même parmi celles de 3(I-34 ans, une baisse scnsible est observée entre 1983 (EDS-I) et 1991 (EDS-II). Ceci 29 Graphique 3.3 Taux de fécondité des femmes non-célibataires par durée de mariage selon la période avant l'enquête Pour mille 4O0 200 - - " i - ~ . . ~ lO0 -÷ 0 i , i i 10 15 20 25 Durée de mariage 30 EDS-II S*in6gal 1992/93 traduit le maintien de la tendance déjà constat6e dans I'EDS-I parmi les femmes qui dans I'EDS-II ont 30-34 ans. La féconditd des femmes âgées de 35 ans ou plus est demeurde assez stable dans le temps. Ces tendances ne sont pas pourtant confirmées par l'Enquête Démographique Nationale de 1970/71 (EDN), qui au contraire, laisserait penser à une hausse des taux de fécondité å tous les åges entre I'EDN et I'ESF. Ce résultat paradoxal pourrait essentiellement être dû à un taux de sous-estimation plus élevé dans I'EDN de 1970/71. Cependant, les profils des courbes de fécondité restent fondamentalement identiques. Les åges de fécondit6 maximum restent inchang6s aux différentes dates; 61 à 63 pour cent de I'ISF sont réalisds entre 20 et 35 ans; la contribution de la fécondité à 15-19 ans qui est en baisse varie entre 13 pour cent (ESF) et 11 pour cent (EDS-ll), et une part significative de la fécondité (plus de l0 pour cent de I'ISF) est le fait de femmcs âg6cs (40 à 49 ans). Tableau 3.5 Fécondité par åge selon quati'e sources Taux de fécondit6 par âge, indice synthdtique de ft¢.condit6 (1SF) et descendance finale (D) selon I'EDN (1970/71), I'ESF (1978), I'EDS-I (1986) et I'EDS-II (1992/93), EDS-II Séndgai 1992/93 EDM ESF EDS- I EDS- I I Groupe d'åges 1970/-/2 1978 1986 1992/93 15-19 165 189 159 127 20-24 290 304 279 250 25-29 272 332 278 266 30-34 228 265 261 244 35-39 161 197 199 185 40-44 109 108 107 99 45-49 63 34 40 34 ISF (15-49) 6,44 7,15 6,62 6,03 D (45-49) 7,2 7,3 7,1 D-ISF 0,1 0,7 1,3 Note: "Faux de fécondité par groupe d'âges pour 1000 ferarnes. Sources: Enquête Dêmographique Nationale (DS, [1992]); Enquête S6négalaise sur la Fécondité (DS, [1981]); Enquête D6mographique et de Santé (DS, [1988]). 30 Graphique 3.4 Taux de fécondité générale par âge selon quatre sources Taux (pour mille) 350 300 / . / / 200 150 50 0 15 2o 2~ 30 ~ 40 « Age de la femme 50 EDS-II Sdnégal 1992/93 L'ISF à 15-49 ans est ~gai à 6,0 en fants dans I'EDS-II. Cet indice est inférieur à la descendance finale (à 45-49 ans) dans toutes les sources de données utilisées, ce qui traduirait une baisse progressive de la fécondité. La comparaison des trois sources les plus fiables (ESF et les deux EDS) permet de confirmer cette tendance: I'ISF passe de 7,2 dans I'ESF à 6,6 dans I'EDS-I et 6,0 dans I'EDS-II. Pendant le même temps, on l'a déjà vu, la descendance finale est restée constante: 7,2 à 7,3. Comme l'indiquent les données (Tableau non reproduit), cette baisse est surtout le fait des femmes jeunes et modernes (urbaines et instruites), parmi lesquelles on a observé une hausse progressive sensible de l'åge au premier mariage. Ceci se traduit d'ailleurs dans les différences constat~es entre les femmes "modemes" et les autres. 3.4 FECONDITE CUMULEE La fécondité cumulée est mesurée par le nombre d enfants nés v'vants par femme. Les résultats sont présentés par åge actuel des femmes (Tableau 3.6). Dans l'ensemble, 28 pour cent des femmes n'ont jamais eu de naissances vivantes. Le pourcentage de femmes sans enfant diminue rapidement avec l'åge. La fécondité est précoce et intense. Déjà à 15-19 ans, une femme sur cinq a eu au moins un enfant; à 30-34 ans, moins de 6 pour cent sont encore nuUipares. La proportion de nulliparcs à 45-49 ans est de 2,4 pour cent. La fécondité étant pratiquement achevée à cet åge, cette proportion corrcspond au nivcau de stérilité primaire définitive (femmes qui n'auront jamais de naissance vivante). La fécondité est également 61evéc. Un tiers des femmes (ou 46 pour cent des femmes fécondes) ont 5 enfants ou plus. Les femmes ayant 8 enfants ou plus ne sont pas rares: 13 pour cent au total 31 Tableau 3,6 Enfants nt~s vivants et enfants survivants Répertitioo (en %) de toutes les femmes et des femmes actuellement en union par nombre d'enfants nés vivants, nombre moyen d'enfants nês vivants et nombre moyen d'elffants survivants, selon l'åge des femmes. EDS-II Sên6gaI 1992/93 TOUTES LES FEMMES Nontbr¢ moyen Nornbee Nombre d'enfants n~s vivants Effectif d'enfants moyen Groupe de nés d'enfants d'åges 0 I 2 3 4 5 6 7 8 9 10 + Total femmes vivants survivants 15-19 79,9 14,6 4.7 0,8 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1426 0,27 0,24 20-24 32.9 23,7 22,1 13.4 5.7 1,8 0,3 0,0 0,0 0,0 0,0 1000 1198 1.42 1,24 25-29 13.3 10,8 16.7 17,9 20,7 12.3 6,0 1,7 0,4 0,1 0,0 100,0 1042 2,94 2.53 30-34 5.8 4,6 8.7 10,4 12,9 17,9 19,7 10,5 5,2 3,1 1.1 100,0 883 4,67 3,90 35-39 3,4 3,7 7.1 6,4 7,0 11,7 15,5 16,9 13,6 8.5 6,2 100.0 801 5,86 4.71 40-44 2,9 3,1 4.4 4,6 4,8 7.6 10.0 13,8 15,1 13.9 19,9 100,0 589 6,98 5.33 45-49 2,4 1,9 4.9 4,3 4,9 6,7 8,6 11,9 13,2 15.6 25,6 100,0 371 7.38 5,37 Total 28,1 11,1 10,8 8,6 7,9 7,5 7,2 5.9 4,7 3,7 4,3 100,0 6310 3,30 2,66 FEMMES ACTUELLEMEN'F MARIEES Nombre moyen Nombre Nofnbre d'enfants nés vivants Effectif d'enfants moyen Groupe de nés d'enfants dãges 0 I 2 3 4 5 6 7 8 9 10 + Total femmes vivants survivants 15-19 45,9 37,8 13.5 2,5 0,2 0.0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 444 0,73 0,65 20-24 12.3 26,7 29.8 19,5 8,4 2,8 0,5 0,0 0,0 0,0 0,0 10O,0 775 1.96 1,69 25-29 5.8 8,9 17,0 20,6 23,4 14,7 7.1 2,1 0.5 0.1 0,0 100,0 865 3,33 2.85 30-34 2.3 3,7 7.3 10,7 13,0 19,1 21.8 11,7 5,8 3,3 1,3 100,0 792 5,00 4,17 35-39 2.3 2,9 6,0 6,0 7,0 12,0 16,0 17,9 14,3 8,9 6,8 100.0 733 6.08 4,89 40-44 2,5 2,7 4,2 3,2 4,7 7,8 10,6 13,4 15,9 14,1 20,9 100,0 554 7,14 5,44 45-49 1,5 1,5 4,1 4,4 4,7 7,0 8,8 12,3 13,5 15,8 26.6 100,0 342 7,55 5,50 Total 8,9 11,6 12,8 11,1 10,3 10,1 9,9 7,9 6,4 5,0 5,9 100,0 4505 4,37 3,52 et plus de 50 pour cent des femmes de 40 ans ou plus. D'ailleurs, même chez les jeunes femmes, le niveau de la fécondité est élevé: 43 pour cent de celles de 20-24 ans ont au moins deux enfants. La fécondité de l'ensemble des femmes est bien différente de celle des femmes actuellement en union. Parmi celles-ci, 9 pour cent seulement sont encore nullipares. Elles ont une fécondité plus précoce et plus élevée. La majorité (54 pour cent) des femmes de 15-19 ans ont déjà eu au moins un enfant et 16 pour cent en ont deux ou plus. A 20-24 ans, près du tiers (31 pour cent) ont eu trois enfants ou plus. Le niveau d'infécondit6 primaire définitive est également plus bas que parmi l'ensemble des femmes: 1,5 pour cent des femmes de 45-49 ans n'ont jamais eu d'enfant. A tous les åges, la parité moyenne (nombre moyen d'enfants nés vivants par femme) est plus élevée chez les femmes en union: en moyenne, ces dernières ont un enfant de plus que la catégorie "toutes femmes" (4,4 contre 3,3). Les écarts entre ces deux groupes se réduisent avec l'ãge. En effet, les femmes ~tgées, actuellement non mari~es sont des veuves ou des divorcées qui ont, pour la plupart, déjà terminé leur vie féconde. Ceci explique pourquoi, les descendances finales (parité à 45-49 ans) sont très voisines dans les deux groupes (7,4 pour l'ensemble des femmes contre 7,6 pour tes femmes mari~es). Mais des écarts sensibles 32 sont notés entre d'une part les urbaines (6,7) et les rurales (7,4) et d'autre part les femmes de niveau secondaire ou plus et celles du niveau primaire (5,5 contre 7,0 soit 1,5 enfant de moins), comme le montre le tableau 3.2. En effet, la comparaison de la descendance finale et de l'indice synthétique de fécondité fournit une autre indication sur les tendances de la fécondité. On l'a déjà dit, un ISF plus bas que la descendance suggère une baisse du niveau de la fécondité et plus l'écart entre ces deux indices est grand plus la baisse est importante. Or dans les trois enquêtes, on observe bien d'une part que les ISF sont inférieurs aux descendances finales et d'autre part les écarts augmentent dans le temps. Par ailleurs, les écarts les plus importants sont observés parmi les femmes urbaines, celles de l'Ouest et les plus instruites. Ce r6sultat confirme donc les baisses sensibles mises en évidence parmi les couches modernes. 3.5 INTERVALLE INTERGENESIQUE Selon plusieurs recherches, l'intervalle entre deux naissances a un impact important sur la santé de la mèoe mais aussi sur celle de l'enfant. Les données de I'ESF de 1978 et des deux EDS mettent en évidence, la surmortalité des enfants espacés de moins de deux ans par rapport b. ceux qui sont séparés par un intervalle plus long. Par ailleurs, pour une durée d'exposition donnée, la parité dêpend de l'espacement entre les naissances. L'intervalle intergénésique peut être influencé par des facteurs physiologiques, culturels et socio- économiques. On s'intéressera ici aux seuls facteurs culturels et socio-économiques. On examinera six facteurs: d'une part 1'åge de la mère, son lieu de résidence et son niveau d'instruction, et d'autre part le rang, le sexe et la survie de l'enfant précédent. L'intervalle médian de 32 mois dans l'ensemble est variable selon certains de ces facteurs tandis que d'autres sont sans effet. Le tableau 3.7 montre que l'intervalle m6dian augmente régulièrement avec l 'åge de la mère (27 mois à 15-19 ans et 35 mois à 40 ans ou plus). Les intervalles de 48 mois ou plus sont surtout le fait des femmes de plus de 30 ans. Les femmes les plus jeunes qui sont aussi celles qui ont la plus faible parité sont moins tentées à retarder une nouvelle grossesse, mais également, elles sont plus fertiles. Par contre, les femmes qui ont une descendance élevée, comme l'ont montré les données de l'enquête (tableau non reproduit), ont souvent déclaré vouloir espacer leurs naissances pour se reposer. Le lieu de r6sidence n'a aucun effet sur l'intervalle: l'intervalle médian tout comme la répartition des femmes selon la longueur de l'intervalle sont invariables quel que soit le milieu de résidence. 11 en est de même du niveau d'instruction à une exception près: les intervalles de 48 mois ou plus sont plus fréquents chez les femmes de niveau secondaire ou plus. D'après les données du méme tableau 3.7, le rang de naissance et le sexe d'un enfant n'ont pas d'incidence sur le délai de survenance de la naissance suivante. Par contre, la survie de l'enfant précédent constitue un facteur important. En effet, lorsque l'enfant décède, dans 50 pour cent des cas, il est suivi d'une autre naissance dans les 27 mois. Dans le cas contraire, ce pourcentage n'est atteint qu'au bout de 33 mois, c'est-à-dire 6 mois plus tard. Quand un enfant décède avant 8 mois, dans près de 24 pour cent des cas, une autre naissance survient dans tes 17 mois, alors que s'il est encore en vie, il n'est suivi de naissance dans le même délai que dans 5 pour cent des cas. Comme pour l'åge, on peut penser qu'en cas de décès d'un enfant, la femme n'est pas tentée d'attendre longtemps pour en faire un autre, au contraire, elle cherchera å le remplacer le plus rapidement possible. Mais, on sait aussi que l'ailaitement prolongé et intensif retarde le retour de l'ovulation, d'où une protection post-panum. Ceci traduit l'importance de l'état physiologique dans l'espacement des naissances. 33 Tableau 3.7 Intervalle intergénésique Répartition (en %) des naissances des cinq armées précédant l'enqu&e par nombre de mois écoules depuis la naissance précédente, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente Caractéristique 7-17 18-23 24-36 36-47 48 + Total Nombre médian de mois depuis Effectif la naissance de précédente naissances Groupe d'åges 15-19 18,7 22,0 40,7 15,4 3,3 100,0 27,2 91 20-29 8,3 14,1 48,0 17,3 12,4 100,0 31,1 1982 30-39 6,8 11,3 43,2 19,7 18,9 100,0 33,3 2044 40 ou plus 3,7 8.3 43,6 20,9 23,4 100.0 35,0 564 Rang de naissance 2-3 8,6 13,5 43,5 18.4 16,0 100,0 32,2 1602 4-6 6,8 11,7 45,8 18,7 16,9 100,0 32,6 1848 7 ou plus 6,4 11.7 46.6 19,3 16,0 100,0 32,6 1231 Sexe de l'enfant pr(~cédent Masculin 6,7 12,4 44,1 19.7 17,1 100,0 32,9 2284 Féminin 7,9 12,2 46,3 17,9 15,7 100,0 31,9 2397 Survie de l'enfant prt~cédent Toujours vivant 4,8 11,5 47,0 19,4 17,1 100,0 33,0 4062 Décédé 23.6 17.4 33.4 14,1 11,5 100,0 27,2 619 Milieu de résidence Urbain 6.5 13.2 45.6 17.3 17,3 100,0 32,1 1536 Rural 7.7 11,9 45,1 19.4 15.9 100,0 32,6 3145 Grande r6glon Ouest 6,4 12,6 47,6 18,4 15.1 100.0 32,2 1494 Centre 7,3 11,8 44,6 18.6 17.7 100,0 32,9 1792 Sud 5,8 11,2 45,3 21,6 16.1 100.0 33,4 570 Nord-Est 10,2 13.7 42,4 17.6 16.1 100.0 31,0 825 Ethnle Wolof 6.8 12.9 44,8 18,5 17,1 100,0 32,5 1832 Poular 7,5 12,3 43,2 20.6 16,4 1130,0 32,9 1116 Serer 7.1 10,1 50.2 18.8 13.9 100,0 32,7 851 Mandingue 9,4 12.8 46.9 16.2 14.8 100,0 31,3 352 Diola 5,8 14,2 42.0 19.0 19.0 100.0 32,0 226 Autre 9.2 13,5 42.4 15.8 19.1 100,0 31,6 304 Niveau d'instruction Aucun 7.1 11,9 45,3 19,5 16.2 100,0 32,7 3895 Primaire 8,1 13,5 48.1 15,1 15,3 100,0 30,7 570 Secondaire ou plus 8,3 17.6 37,0 14,8 22,2 100,0 32,1 216 Ensemble 7,3 12,3 45,2 18,7 16,4 100,0 32,4 4681 Note : Les naissances de rang 1 sont exclues. L'intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois écoulés depuis la grossesse precédente qui a abouti h une naissance vivante. 3.6 AGE A LA PREMIERE MATERNITE La naissance du premier enfant marque l'entrée de la femme dans la vie féconde. Son ~ige à cet événement a une incidence importante sur sa parité, à travers notamment la durée totale d'exposition å la procréation (début du premier mariage à la fin de la vie féconde), surtout dans un pays ot~ la fécondit6 est encore essentiellement lægitime et le recours ',). la contraception moderne faible. 34 Le tableau 3.8 indique la répartition des femmes selon l'tige ti la premi~.re naissance et l'tige médian à la première naissance par ãge actuel. Cet indice qui se situe à 19,4 ans pour l'ensemble des femmes des 20 ~. 49 ans, ne présente pas de tendance nette selon l'tige. Toutefois, chez les femmes de moins de 35 ans, une augmentation sensible est observée: 18,8 ans à 30-34 ans, 19,3 ans 25-29 ans et 19,8 à 20-24 ans. Cette tendance se confirme par une baisse du pourcentage de femmes ayant eu leur première naissance vivante avant 15 ans parmi les femmes de moins de 25 ans; il en est de même des femmes de 20 à 29 ans devenues mères entre 15 et 19 ans. Tableau 3.8 Age å la première naissance Répartltåon (en %) des femmes par âge à la première naissance, et åge m~dian å la première naissance selon l'ãge actuel. EDS-II Sén6gai 1992/93 Age médian Femmes Age à la première naissance Effectif å la Age sans de premiére actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25 + Total femmes naissance 15-19 79,9 3.2 13.4 3.5 a a a 100.0 1426 b 20-24 32.9 6.3 27,5 17,9 11.3 4,3 a 100.0 1198 19.8 25-29 13,3 6.1 29,5 21,6 15.6 10,3 3,6 100.0 1042 19.3 30-34 5,8 6,7 34,0 20,4 14.4 12.1 6.7 100.0 883 18,8 35-39 3,4 5,7 28.5 22.2 18.6 12.0 9.6 100,0 801 19,3 40-44 2.9 5.4 30.9 17.5 19,5 13.6 10.2 100,0 589 19,5 45-49 2.4 6.7 28.8 18.1 16,2 14.3 13.5 100.0 371 19,6 aSans objet bNon applicable: moins de 50% de femmes ont eu un enfant Les tiges médians présentés dans le tableau 3.9 montrent des différences importantes selon certaines caractéristiques socio-économiques. Les femmes urbaines deviennent mères 1,4 ans plus tard que les femmes rurales (20,1 ans contre 18,7 ans). Mais l'instruction constitue le facteur le plus important: les femmes du niveau secondaire ou plus ont leur premier enfant 4 ans plus tard que celles qui n'ont jamais fréquenté l'école (23,0 ans contre 18,8), et presque 3 ans plus tard que celles du niveau primaire (20,2 ans). Comme on le constate, c'est surtout l'accès à l'enseignement secondaire ou supérieur qui détermine le recul de la fécondité précoce. C'est également dans cette catégorie de femmes que la hausse de l'åge est la plus nette: 21,2 ans b. 40-44 ans à 24,5 à 25-29 ans, tandis que 80 pour cent des 15-19 ans sont encore nullipares). On observe une tendance similaire parmi les femmes urbaines et celles résidant dans la région de l'Ouest mais à des tiges plus bas (moins de 35 ans). La fécondité précoce reste donc encore fréquente malgré une tendance à la régoession en particulier dans les catégories urbaines et instmites. 35 Tableau 3.9 Age médian ~ la première naissance par caractéfistiques socio-démographiques Age médian à la première naissance [femmes de 20(25)-49 ans] par åge actuel et par caractéristiques socio- démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Age actuel Age Age Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 20-49 25-49 Milieu de résidence Urbain a 20,8 19,6 19,9 20,3 20,0 a 20,1 Rural 18,5 18,5 18ç3 19,0 19,1 19,4 18,7 18.7 Grande région Ouest a 20,9 19.6 20.1 20,1 20,2 a 20,2 Centre 18,7 18,8 18.1 19.1 18,9 19,1 18,7 18,7 Sud 18,8 18,5 18,3 18,8 20,2 19,7 18,8 18.8 Nord-Est 18.7 18.4 19.3 18,4 19.1 18,5 18,7 18,7 Ethnle Wolof a 19,7 19,2 19,4 19,2 19,4 19,7 19,4 Poular 18,7 18,4 18.1 18,1 18.9 19.7 18,5 18,4 Serer 19.2 19,6 18,2 20,2 20,1 19,6 19,4 19,5 Mnïadingue a 18,8 19,0 19,3 19,4 20,5 19,3 19,1 Diola a 20,1 19,8 20,7 21,0 20.5 a 20.3 Autre 19,0 19.5 20.0 19.7 19.0 18,5 19,4 19,5 Niveau d'[nstructlon Aucun 18,7 18,7 18,2 19,0 19,2 19,4 18,8 18,8 Primaire a 20,5 20.2 19,7 20.1 22.5 a 20.2 Secondaire ou plus a 24,5 23,8 22,6 21,2 23,5 a 23,0 Ensemble 19,8 19,3 18.8 19,3 19,5 19,6 19,4 19,2 aNon applicable: moins de 50% de femmes ont eu un enfant 3.7 FERTILITE ET FECONDITE DES ADOLESCENTES Nous avons observé dans les paragraphes précédents que la fécondité est précoce et élevée, Dans l'ensemble, 50 pour cent des femmes ont eu leur premier enfant avant 20 ans. Cependant, malgré la tendance à la hausse observée dans l'åge à la première naissance et la baisse de la fécondité, la procréation parmi les femmes jeunes demeure un problême de santé publique pour les mères et leurs enfants. Les résultats présent6s ici portent seulement sur les femmes ågées de 15-19 ans au moment de l'enquête qui sont au nombre de 1 426 (Tableau 3.10). Parmi celles-ci, un peu moins d'une femme sur quatre (24 pour cent) ont déjà eu un enfant (20 pour cent) ou sont actuellement enceintes (4 pour cent). Ce pourcentage sous-estime probablement le niveau réel en raison de la sous-déclaration classique des grossesses, mais aussi du fait que certaines naissances issues de femmes célibataires ont pu être volontairement omises. Cette proportion augmente 36 Tableau 3.10 Fécondité des adolescentes Pourcentage des adolescentes de 15 à 19 ans ayant déjà eu un enfant ou étant enceinte d'un premier enfant par caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Adolescentes (%) qui sont: Adolescentes (%) ayant déjà Effectif Enceintes d'un commencé leur d'adoles- Caractéristique Mères premier enfant vie féconde centes Age 15 3,5 1,3 4.8 313 16 11,8 2,5 14,3 279 17 17,4 3,7 21,1 299 18 34,2 5,6 39,8 319 19 38,0 5,6 43.5 216 Milieu de résidence Urbain 11,8 1,4 13,2 653 Rural 27.2 5,6 32,7 773 Grande r~:~ginn Ouest 11,5 1,9 13,3 532 Centre 23,5 4,9 28,4 553 Sud 30,5 5,5 35,9 128 Nord-Est 26,8 3,8 30,5 213 Ethnle Wolof 17,0 3,3 20,3 659 Poular 24,9 3,6 28.6 329 Serer 18,5 4,6 23,1 195 Mandingue 26,7 2,9 29,5 105 Dinla 21,7 2,9 24,6 69 Autre 20,3 5,8 26,1 69 Niveau d'Instruction Aucun 26,9 5,2 32,1 860 Primaire 12,1 1,5 13,6 398 Secondaire ou plus 4,8 0,6 5,4 168 Ensemble 20,1 3,6 23,8 1426 rapidement avec l',q.ge (Graphique 3.5): de 5 pour cent à 15 ans, elle passe à 44 pour cent à 19 ans. Ce niveau global cache toutefois des disparités importantes. En effet, la fécondité précoce est plus répandue en milieu rural qu'en milieu urbain (33 pour cent de mères ou d'enceintes contre seulement 13 pour cent). Une situation identique est observée selon le niveau d'instruction. Alors que comme en milieu rural, un tiers des femmes qui n'ont jamais fréquenté l'école sont concemées, les femmes du niveau secondaire, plus longtemps retenues en dehors du circuit matrimonial, sont relativement épargnées (5 pour cent de mères et moins de 1 pour cent d'enceintes). Par ailleurs, parmi ces femmes jeunes, certaines sont exposées plus d'une fois à la matemité: près de 6 pour cent ont deux enfants ou plus (Tableau 3.11). Comme on le voit, l'exposition å la procréation est élevée parmi les femmes de 15-19 ans. Ce phénomène qui peut présenter des risques importants pour les mb.res et leurs enfants est malheureusement plus répandu dans les couches les plus al~favoris~es (rurales et non instruites) du fait de la plus grande précocité de leur nuptialité. 37 Graphique 3.5 Pourcentage d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde Pourcentage 50 40 30 20 10 0 L . , - - - i 15 16 17 18 19 Age (ann6e) Adolescente ~layant 2 enfants ou + r-layant I enfant lenceinte du ter enfant EDS-II S6n6gal 1992/93 Tableau 3.11 En fants nts de mères adolescentes Répartition (en %) des adolescentes ågées de 15 à 19 ans par nombre d'enfants n6s vivants, et nombre moyen d'enfants nés vivants selon l'åge, EDS-I[ Sénégal 1992/93 Nombre d'enfants nés vivants Nombre moyen d'enfants nés Effectif Age 0 1 2 + Total vivants d'adolescentes 15 96,5 3,2 0,3 1(30,0 0,04 313 16 88,2 11,8 0,0 100,0 0,12 279 17 82,6 14,4 3,0 100,0 0,21 299 18 65,8 24,5 9,7 1(30,0 0,45 319 19 62,0 20,4 17,6 100,0 0,59 216 Total 79,9 14,6 5,5 100,0 0,27 1426 38 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE Salif Ndiaye La contraception constitue un des facteurs essentiels de la baisse de la fécondité. Son impact sur la fécondité n'est cependant sensible qu'au delà d'un certain taux de prévalence. Jusqu'en 1978, la prévalence était faible. Les progrès enregistrés depuis lors sont certes importants, mais le niveau est encore bas, malgré des différences socio-économiques très significatives. Pourtant, dans un pays comme le Sénégal, oà l'expérience en matière de planification familiale est encore récente, le taux de prévalence ne devrait pas être considéré comme le seul indicateur de progrès. La connaissance des méthodes spécifiques et de leurs sources, la parité à la première utilisation, les sources d'approvisionnement, l'intention pour l'utilisation future de la contraception sont autant d'indicateurs précieux qui permettent d'apprécier les changements d'attitude vis-à- vis de la planification familiale. Par ailleurs, la connaissance des raisons de non-utilisation, des méthodes futures préférées, de l'opinion des femmes sur la diffusion d'information en matière de planification familiale (PF) a travers les média et des sources d'information sont importantes dans le cadre du recentrage ou de l'élaboration de programmes d'information d'éducation et de communication (IEC). Rappelons d'abord certaines définitions. Sont définies comme méthodes modernes de contraception la pilule, le DIU, l'injection, le Norplant, les méthodes vaginales (diaphragme, éponge, mousse, gelée, crème, comprimés effervescents), le préservatif, la stérilisation masculine et la stérilisation féminine. Les méthodes traditionnelles comprennent la continence périodique, le retrait, l'abstinence prolongée et les autres méthodes non classées modernes. Sont considérées comme connaissant une méthode contraceptive, les femmes ayant déclaré connai'tre une méthode de façon spontanée ou qui l'ont reconnue après description de l'enqu~trice. Dans les deux cas, aucune référence n'était faite à la qualité de la connaissance (mode d'utilisation ou d'action, présentation.). Enfin, on définit la prévalence contraceptive comme étant le pourcentage d'utilisatrices actuelles. 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION La connaissance de la contraception ainsi que des endroits où on peut se procurer des contraceptifs constitue une condition nécessaire à l'utilisation de ceux-ci. La connaissance de la contraception a été appréhendée de la même manière que dans les enquêtes précédentes (ESF et EDS-I). L'ensemble des méthodes sont list6es avec leur description dans le questionnaire. Il est d'abord demandé à l'enquEtée de citer toutes les méthodes qu'elle connaît. Celles qui sont mentionnées spontanément sont dites "connues de façon spontanée". Ensuite, les descriptions de toutes celles qui ne sont pas citées par l'enquetée lui sont lues. Les méthodes reconnues de cette manières sont dites "connues après description". Dans ce rapport, sont considérées comme connaissant une méthode contraceptive, les femmes qui ont déclar6 connaître, soit spontanément, soit après description. Dans le cas contraire, elles sont déclarées ignorer toute méthode contraceptive. Dans cette même section, on traitera également de la connaissance des sources où on peut se procurer chaque méthode connue. La plupart des femmes mari~es (75 pour cent) connaissent au moins une méthode contraceptive quelconque et 70 pour cent une méthode moderne (Tableau 4.1). Des méthodes modernes, la pilule est la plus connue (63 pour cent). Le degré de connaissance des autres m6thodes est très variable: stérilisation féminine: 49 pour cent, DIU: 43 pour cent, condom: 37 pour cent et injection: 34 pour cent. Par contre la stérilisation masculine, et le Norplant dont l'introduction est toute récente, demeurent peu connus (moins de 8 pour cent). La connaissance des méthodes modemes est peu variable des femmes mari~es à l'ensemble de toutes les 39 Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes Pourcentage de femmes et de femmes actuellement marié, es qui connaissent une méthode contraceptive spécifique et pourcentage de celles qui connaissent une source (pour informations ou services), par méthode spécifique. EDS-II S6négal 1992/93 Connaît une méthode Conna$t une source Toutes Femmes Toutes Femmes Méthode les actuellement les actuellement contraceptive femmes mar i~es femmes mariées Toutes m~.thodes 74,2 75,0 43,6 41,6 Méthodes modernes 70.6 70,3 42,7 40,8 Pilule 63,3 63,2 36.5 34,4 DIU 44,9 43,0 29,4 27.3 Injection 31,7 33,5 20,1 20,4 Norplant 7,9 7,7 5,8 5,7 Méthodes vaginales 13,7 12,1 10,0 8.4 Condom 42,5 36,9 26,1 21,7 Stérilisation féminine 47,6 48,7 29,4 29,0 Stérilisation masculine 5,2 4,9 3,4 3,0 Méthodes traditionnelles 47,6 49,6 17,1 14,9 Continence périodique 23,4 20,9 17,1 14,9 Retrait 15,3 15,4 0,0 0,0 Gris gris 33,9 37,9 0,0 0,0 Abstinence 2,2 2,6 0,0 0,0 Autre 0,8 0,8 0,0 0,0 Effectif 6310 4505 6310 4505 femmes. Cependant, le condom, méthode d'attente ou occasionnelle, facilement accessible (en vente libre m~me dans certains marches) est plus connu de l'ensemble des femmes, catégorie qui inclut les femmes les plus jeunes et les non mari~es. Par ailleurs, ce groupe a un niveau de connaissance des sources plus élevé. Malgré ce niveau relativement élevé de la connaissance des méthodes, beaucoup de femmes ne connaissent pas de sources auxquelles elles peuvent se les procurer (Graphique 4.1). Pour les méthodes modernes, c'est le cas de 57 pour cent de l'ensemble des femmes actuellement mari~es ou 84 pour cent de celles d'entre elles qui ont déclaré connaître une méthode contraceptive moderne. La pilule, la plus populaire des méthodes, est aussi celle dont la source est la plus connue (34 pour cent des femmes mari~es ou encore 54 pour cent de celles qui la connaissent). Elle est suivie de la stérilisation féminine (29 pour cent des femmes mari~es), du DIU (27 pour cent), du condom (22 pour cent) et de l'injection (20 pour cent). Les sources des autres méthodes modernes (Norplant, méthodes vaginales et stérilisation masculine) réunies sont connues de moins de 10 pour cent des femmes actuellement mari~es. La connaissance des méthodes ainsi que de leurs sources est pratiquement invariable des femmes actuellement mari~es à l'ensemble de toutes les femmes. Cependant, la situation est relativement plus favorable pour le condom et les méthodes vaginales parmi toutes les femmes (groupe qui inclut, en plus des mariées, les célibataires, les divorcées et les veuves). 40 Graphique 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives et de leur source par les femmes mariées de 15-49 ans Au moins une rnêthode Au moins 1 m6th. mod. Pilule St6rilisation fdminine DlU Condom injection Mdthodes vaginales =75 42 41 ~ 70 ~ 03 34 ~ 4e 27 37 22 Continence périodique ~ 0 20 40 Pourcentage 60 80 EDS-I[ S~n~gal 1992/93 Le degré de connaissance est très contrasté selon certaines caractéristiques socio-dconomiques (Tableau 4.2). Il est plus élevé parmi les femmes de 25 à 39 ans, c'est-à-dire celles qui sont en pleine p6riode de procréation; les urbaines et les instruites qui sont aussi les catégories parmi lesquelles on a relevé les changements les plus significatifs de la nuptialité et de la fécondité (premier mariage et première matemité plus tardifs). Par ailleurs, ces femmes sont celles qui connaissent le plus les sources d'approvisionnement en contracepti fs modemes. Par exem pie, en milieu rural et parmi les non scolaris6es, la m ajorité (respectivement 72 et 67 pour cent) ignorent toute source alors que la quasi-totalité des femmes de niveau secondaire ou plus en connaissent au moins une. La connaissance des méthodes modernes ne s'est améliorée que très peu entre 1986 et 1992/93 (68 pour cent à 70 pour cent). Les progrès les plus sensibles ont ~tE enregistrés au niveau de la pilule, du DIU et du condom (Graphique 4.2). Ils ont 6td dgalement indgaux selon les groupes socio-économiques: les progrès les plus importants sont observés dans les catégories les plus défavorisées (milieu rural, r6gion du Nord-Est et les moins scolarisées). Par contre, les variations du degré de connaissance sont d'intensité et de sens très variables selon le groupe ethnique. Il s'est amélioré chez les Poular et dans le groupe "Autre" tandis que parmi les Diola c'est le ph6nomène inverse. En fin, I'EDS-II, en collectant aussi des informations auprès des hommes, a permis de disposer d'indications importantes pour promouvoir la planification familiale. Il s'agit des connaissances et attitudes du couple, c'est-à-dire de la femme et de son conjoint. Pr6sentement, on se limitera à la connaissance de la contraception. On a pu å cet effet, reconstituer 802 couples pour lesquels on a couplé les informations enregistrées sur la femme et sur son mari. Il ressort des résultats (voir Chapitre 11, Tableau I 1.7) que 57 pour cent des couples connaissent au moins une méthode moderne. En outre, on observe que dans les couples, les maris sont plus inform6s que les 6pouses. Ceci est particulièrement vrai pour le condom et la stérilisation masculine. Il en est de même pour certaines m6thodes traditionnelles telles que la continence périodique et 41 Tableau 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives modernes et des sources des méthodes par earact&istiques socio-démographiques Pourcentage de femmes actuellement moxiées connaissant au moins une méthode moderne et pourcentage de celles connaisant une source (pour informations ou services), par caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Caractéristique Connait Connait une Connaît une source pour Effectif une méthode méthode de méthode moderne I moderne femmes Groupe d'åges 15-19 62.4 59,5 24,5 444 20-24 73,2 68,9 36,9 775 25-29 79,4 75,4 43,9 865 30-34 77,4 73,0 48,5 792 35-39 78,2 73,7 45,7 733 40-44 74,9 68,8 39,7 554 45-49 72,2 63,5 36,3 342 Milieu de rfisldence Urbain 89,9 88,4 67,5 1452 Rural 67,9 61,6 28,1 3053 Grande r6glon Ouest 88,5 86,6 61,4 1380 Centre 73,0 69,1 35,7 1771 Sud 70,7 59,4 31,3 540 Nord-Est 59,5 52,3 23,1 814 Ethnle Wolof 81,6 78.5 48.8 1831 Poular 66,6 59,0 29,2 1134 Serer 73,0 69,1 38,3 715 Mandingue 69,2 63,3 35,2 338 Diola 81,1 79,5 53,0 185 Autre 73,8 67,5 40,7 302 Niveau d'Instruction Aucun 71,0 65,5 32,7 3776 Primaire 94,3 93,7 76,9 507 Secondaire ou plus 98.6 98.6 95,9 222 Ensemble 75,0 70,3 40,8 4505 1C'est-à-dire: pilule. DIU, injection, méthodes vaginales (spermicides, diaphragmes.), condom, Norplant et stérilisatiom féminine et masculine. 42 Graphique 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives entre 1986 et 1992/93 par les femmes mari~es de 15-49 ans AU moins 1 méth. mod. Pilule Stddlisation féminine c.n:m~~~, Injection ~ a4 Methodes vaginales,~~ 12 0 10 20 30 40 50 Pourcentage _ _ 63 56 z***===**~=.~ ~ 4g ~ 4 3 60 70 80 EDS-II Sénégal 1992/93 le retrait. Il faut enfin signaler, que c'est dans seulement 7 pour cent des couples, que les deux conjoints ignorent toute méthode contraceptive. 4.2 UT IL ISAT ION PASSEE DE LA CONTRACEPT ION L'utilisation passée de la contraception concerne aussi bien les femmes qui utilisent actuellement une méthode que celles qui n'utilisent actuellement aucune méthode mais l'ont fait dans le passé. Les pourcentages de femmes ayant utilisé une méthode contraceptive dans le passé sont présentés dans le tableau 4.3. Dans l'ensemble, environ 17 pour cent des femmes actuellement mari~es ont utilise la contraception et 11 pour cent ont recouru à une méthode moderne. Comme pour la connaissance, ce sont surtout les femmes de 25 à 39 ans, celles qui sont les plus inform6es, qui ont le plus utilisé la contraception (pour les méthodes modemes, entre 13 et 15 pour cent avec le maximum à 30-34 ans). Par contre, bien que les femmes de 15-19 ans aient un niveau de connaissance relativement élevé, elles n'ont pratiquement jamais eu recours à la contraception moderne (environ I pour cent). En effet, la plupart de celles-ci sont, soit sexuellement inactives (voir Chapitre 5), soit, si elles sont mari~es, plutét impatientes d'avoir un enfant. Les principales mæthodes utilis6es sont la pilule (7 pour cent), le DIU (3 pour cent), le condom (3 pour cent) et les méthodes vaginales (1 pour cent). Malgré ces bas niveaux, des différences probablement li6es à la posologie des méthodes sont observées: la pilule et le DIU concernent des femmes adultes, mais les adeptes du DIU semblent plus agées que celles de la pilule. Le niveau d'utilisation passée des méthodes traditionnelles est proche de celui des méthodes modemes (10 pour cent). La continence périodique et le gris-gris, méthodes les plus utilisées, concernent respectivement 3 pour cent et 4 pour cent. 43 Tableau 4.3 Utilisation de la contraception à un moment quelconque Pourcentage de femmes et de femmes actuellement mariées ayant déjà utilisé une méthode contraceptive, par méthode spécifique, selon lãge, EDS-1I Sénégal 1992/93 Caractéristiques N'ira- M6thodes modernes N'ira- M6thodes traditionnelles N'ira- porte porte porte quelle Méth. quelle Contin. Effectif quelle rntg.hode Pli- lnjee- vagi- Con- St~ril. mêthode l~ric- Gris Absti- des méthode modeme uie DIU tion I nales dom fémin, tradit, dique Retrait gris nence Autres femme= TOUTES LES FEMMI~ 15-19 3,0 1,4 0.2 0,1 0.0 0,0 1,2 0.0 1,9 0,7 0,2 0.6 0.6 0.0 1426 20-24 13.4 8,4 4,3 0,7 0,O 0,7 4,5 0.0 7,7 3,5 1,3 1,6 1,9 0,2 1198 25-29 22,0 15,3 10,0 2,6 0,7 1,8 6,8 0,1 13,3 6,1 2,3 5,3 1.4 0.1 1042 30-34 22,2 15,6 10,4 4.8 1,1 1,4 5,0 0,0 12,6 4,9 2,2 5,4 2,0 0,1 883 35-39 22.5 16.1 9.9 6,7 1,1 1,5 3,9 1,0 11,7 3.6 1.4 6.0 2,1 0,1 801 40-44 18.8 11.7 7.1 5,1 1,4 1,7 2.2 1.7 10.5 2.5 0.5 6,1 2,2 0,0 589 45-49 13.7 7.5 4.3 3,2 1,6 1,3 0.0 1.1 8.9 1.6 1.3 4,6 2,2 0,3 371 Tous åges 15.4 10.2 6.1 2.8 0.6 1.0 3.6 0,3 8,8 3,3 1.3 3.7 1.6 0.1 6310 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 4,3 0,9 0,2 0,0 0.0 0.0 0.7 0.0 3.6 0,7 0,5 0,9 1,8 0,0 444 20-24 12,8 6,7 4,3 0,5 0,0 0.5 2.3 0.0 8.1 2,7 1,2 1,8 2,S 0,3 775 25-29 20,5 13,2 9.4 2.1 0.7 1.5 5.4 0.1 12.5 5.2 1,8 5,1 1,7 0,1 865 30-34 21.3 14.8 10,0 4,9 1,3 1,3 4,4 0,0 11.6 3.7 2,3 5,3 2,3 0,1 792 35-39 20,6 14.2 8.7 6.4 0.9 1.4 2.6 1.0 10,8 2,9 1,2 5,3 2.3 0.1 733 4044 18.1 11.0 6,7 4,7 1,1 1.3 1.8 1.6 9.9 2.3 0,4 5,8 2,2 0,0 554 45-49 12.9 7.0 3.5 3,5 1,5 1,5 0.0 1.2 8.2 1.2 1.2 4,1 2,3 0,3 342 Tous a8es I6,8 10,6 6,8 3,2 0,7 1,1 2.9 0,4 9,8 3,0 1,3 4,2 2,2 0,1 4505 1Le Norplant et les injections sont con fondus. L'utilisation à un moment quelconque a beaucoup progressé dans la période de 1986 à 1992/93. Le pourcentage d'utilisatrices de méthodes modernes est passé de 5,7 pour cent à 10,6 pour cent, soit une augmentation de 96 pour cent. Comme pour la connaissance, c'est encore la pilule, le DIU et le condom pour lesquels les progrès ont ét~ les plus importants. Enfin, le recours b. la contraception a augmente plus rapidement parmi les femmes de 20 à 35 ans, le maximum étant observé à 25-29 ans (144 pour cent). Par contre, chez les femmes de 15-19 ans, le niveau a régressé de 60 pour cent. Ceci s'explique probablement par deux phénomènes antagonistes (comparer les femmes actuellement mari~es et toutes les femmes): augmentation du recours à la contraception parmi les non mariée s et forte diminution parmi les mari~es. Du fait du recul de l'åge au premier mariage et de la faible prévalence parmi les nullipares, il est logique que les femmes de 15-19 ans qui, en moyenne, ont une durée de mariage plus courte et donc, comptent plus de nullipares dans I'EDS-II, aient eu à recourir moins aux contraceptifs. 4.3 UT IL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPT ION L'utilisation actuelle de la contraception se réfère aux femmes qui, au moment de l'enquEte, utilisent une méthode. Le pourcentage d'utilisatrices actuelles est le taux de prévalence contraceptive. Les résultats sont indiqués dans le tableau 4.4. La prévalence contraceptive demeure encore faible: moins de huit femmes mari~es sur 100 (7,4 pour cent) utilisent actuellement une méthode quelconque et seulement cinq femmes sur 100 (4,8 pour cent) utilisent une méthode moderne. La pilule et le DIU sont les principales méthodes utilisées 44 Tableau 4.4 Utilisation actuelle de la contraception Réparation (en %) des femmes et des femmes actuellement mariées par méthode contraceptive actuellement utilisée, selon l 'åge, EDS-I /Sénégal 1992/93 Mdthodes modernes N'im. N'ira- porte porte quelle M6th. Groupe quelle m 61hode Pli- lnjec- vagi- d'gges m~lhode moderne uie DIn tion t hales M~thodes traditionnelles N'ira- N'uti- porte lise quelle Contin. pas Effectif Con- St~ril. m~aod© l~rio - Gris Absd- actuel- de don fémirL tradlt, dique Retrait gris nencc Autres lement Total femmes TOUTES LES FEMMES 15-19 1,7 0,7 0,I 0,0 0,0 0,0 0,6 0,0 1.0 0,4 0,0 0,2 0,4 0,0 98,3 100,0 1426 20-24 5.8 3.4 1.8 0.6 0.0 0,2 0,9 0,0 2,4 1,2 0,1 0,5 0.6 0,1 94,2 100.0 1198 25-29 9.3 5.7 3.5 1.0 0,3 0,0 0,9 0,1 3.6 1,5 0,1 1,3 0.6 0,1 90,7 1120.0 1042 30-34 10.0 6,7 3,9 1,7 0,1 0.0 1.0 0.0 3,3 0,9 0,1 1.4 0,8 0,l 90.0 loe.0 883 35-39 10,4 7.4 2.2 3.1 0.2 0,2 0,5 1,0 3,0 0.7 0,1 1,5 0,6 0.0 89,6 100,0 801 40-44 10.5 7.8 2.4 2.5 0.5 0,2 0,5 1,7 2,7 0.7 0,2 1,7 0.2 0.0 89,5 loe,0 589 45-49 5,7 3,2 0,5 1.1 0.5 0.3 0.0 0,8 2,4 l,l 0.3 1,1 0,0 0.0 94.3 100,0 371 Tous 8ges 7,1 4,5 2,0 1,2 0,1 0,1 0.7 0.3 2,5 0,9 0,1 1.0 0.5 0,0 92,9 t00.0 6310 FEMMES Ac*rUELLEMENT EN UNION 15-19 2,0 0.5 0.2 0.0 0,0 0.0 0.2 0.0 1,6 0,2 0,0 0.0 1,4 0,0 98,0 loe.O 444 20-24 4.8 2.2 1,4 0,4 0,0 0,1 0,3 0.0 2.6 1,2 0,1 0,3 0.9 O.I 95,2 100,0 775 25-29 8.3 4,9 3.2 0.6 0,2 0,0 0,7 0,1 3.5 1.3 0,1 1,3 0,7 0.1 91,7 100,0 865 30-34 9.0 6.3 3.7 1.8 0,1 0,0 0,8 0.0 2,7 0.4 0,1 I,I 0,9 0.1 91.0 100,0 792 35-39 9,5 7,0 2,0 3.1 0,2 0,3 0.3 1,0 2,6 0,7 0,1 1,1 0.7 0.0 90.5 11~0,0 733 40-44 9.9 7.2 2.2 2.7 0.4 0,0 0,4 1,6 2,7 0.5 0,2 1,8 0,2 0,0 90.1 100,0 554 45-49 5.8 3.5 0.6 1.2 0.6 0.3 0.0 0.9 2,3 0,9 0,3 1.2 0.0 0,0 94,2 100.0 342 Tous gges 7,4 4,8 2,2 1,4 0,2 0.1 0,4 0.4 2,7 0,g 0,1 1,0 0.7 0,I 92,6 1130.0 4505 1Le Norplant et les injections sont con fondus. (respectivement 2,2 et 1,4 pour cent). Pour toutes les autres méthodes modernes, la prévalence est inférieure à 0,5 pour cent. Les méthodes traditionnelles, sont elles aussi, très faiblement utilisées (taux maximum de 1 pour cent pour le gris-gris et la continence périodique). Les taux de prévalence varient sensiblement avec l'åge. Les valeurs les plus importantes sont observées aux åges adultes (plus de 25 ans). Comme pour l'utilisation à un moment quelconque, les utilisatrices de pilule sont sensiblement plus jeunes que celles qui ont recours au DIU. Globalement, les taux de prévalence sont à peine plus élevés parmi les femmes mari6es que l'ensemble de toutes les femmes, ce qui implique des comportements pratiquement identiques des femmes mariées et celles qui ne le sont pas. Ce taux de prévalence globalement faible cache des disparités importantes. En effet, l'utilisation de la contraception, même traditionnelle, est essentiellement le fait des femmes urbaines et des instruites (Tableau 4.5). Le taux de prévalence des méthodes modernes passe de 1,4 pour cent chez les rurales à 11,8 pour cent chez les urbaines. De même, il augmente rapidement avec le niveau d'instruction: 2,2 pour cent chez les femmes non scolarisées, 12,8 pour cent chez celles du niveau primaire, et 29,3 pour cent chez les femmes du niveau secondaire ou plus. La prévalence est très faible, voire insignifiante en milieu rural et parmi les non scolarisées. Les taux élevés observés dans la région de l'Ouest (10,1 pour cent) s'explique notamment par les plus forts degrés d'urbanisation et de scolarisation de cette rdgion. Par ailleurs, les ethnies 45 Tableau 4.5 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques Répartition (en %) des femmes actuellement marlées, par méthode contraceptive actuellement utilisée, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 M~thodes modernes M~thodes traditionnelles N'im- N'im- N'uti- N'ira- porte ix~te lis~ porte quelle M6th. quelle Contin. pas Effectif Groupe quelle méthode Pil- Injec- vagl- Con- St~ril. m&hode p6rio- Gris Absti- actuel- de d'lges mO, hode moderne uie DIU tion t nales dom f~min, tradit, dique Retrait gris nertce Autres lement Total femme M0teu de r~sldence Urbain 16,1 11,8 5,7 3,5 0,4 0,2 1,1 0,8 d,3 1,9 0,4 1,6 0.3 0,1 83,9 100,0 1452 Rural 3,3 1,4 0,5 0.4 0,1 0,0 0,1 0,3 1,9 0.2 0,0 0,7 0.9 0,1 96,7 IG0,0 3053 Grande r~ginn O~est 14,4 10,1 4,6 3,3 0,5 0,1 0,7 0,8 4,3 1,7 0,4 2,0 0,t 0,1 85,6 IGO,0 1380 Centre 3,4 2,3 1,2 0,5 0,0 0,1 0,3 0,2 1'2 0.5 0,0 0,6 0,1 0,0 96,6 100,0 1771 Sud 5,4 1,7 0,6 0,4 0,2 0,0 0,0 0,6 3,7 0,4 0,0 0,7 2,2 0,4 94,6 160,0 540 Nord-Est 5,5 3,2 1,1 1,0 0,1 0.1 0,5 0,d 2,3 0,1 0,0 0,1 2,1 0,0 94,5 100,0 814 Ethnle Wolof 7,6 5,4 2,8 1,6 0,3 0,1 0,3 0,3 2,2 0,6 0,2 1,3 0.2 0,1 92,4 1 C¢),0 1831 Poul~tr 6,3 3,1 1"2 0,8 0,4 0,0 0,4 0,4 3,3 0,8 0,1 0,4 1,9 0,1 93,7 100,0 1134 Ser« 5.7 3,8 2,1 1,0 0,0 0,0 0,4 0,3 2,0 0,7 0,0 1,3 0,0 0,0 94,3 100,0 715 Mandingue 7.1 4,4 1,2 0,9 0,0 0,6 0,9 0,6 2,7 0.6 0,3 0,3 1,2 0,3 92,9 100,0 338 Diola 10,8 5.4 1,1 I,I 0,0 0,0 1,1 2,2 8,4 2.7 0,5 1,6 0,5 0,0 89,2 100,0 185 Autre 12,6 9,6 3,6 4,6 0,0 0,0 0,7 0,7 3,0 1,0 0,0 1,0 1,0 0,0 87,4 IC¢),0 31~2 Niveau d'Instruction Aucun d,I 2'2 0,9 0,7 0,1 0,1 0,1 0,3 1,9 0,2 0,1 0,7 0,8 0,1 95,9 100,0 3776 Primaire 19,1 12,8 7,7 3,0 0,6 0,0 0,8 0,8 6,3 3,4 0,4 2,4 0"2 0,0 80,9 100,0 507 Soeondaire ou plus 36.5 29,3 10,8 9.9 1,0 0.9 4,5 2,3 7,2 4,5 0,5 1,8 0,5 0,0 63,5 100,0 222 Ne, d'enf, vivants 0 1,5 1,1 0,6 0,2 0,0 0,0 0,2 0,0 0,4 0,4 0,0 0,0 0,0 0,0 98,5 100,0 476 1 3,7 2,6 2"2 0,2 0,0 0,2 0,2 0,0 1,1 0.5 0,0 0,0 0,6 0,0 96,3 100,0 644 2 7,3 3,5 1.8 0,6 0,4 0,0 0,6 0,2 3,8 1,4 0,3 0,8 1,2 0,2 92,7 100.0 657 3 7,1 4,6 2,5 1,5 0,0 0,0 0,5 0,2 2,5 0,9 0,2 0,6 0,8 0,0 92,9 100,0 648 4ouplus 10,0 6,7 2,5 2,3 0,3 0,1 0.5 0,9 3,4 0,7 0,1 1,7 0,7 0,1 90,0 100,0 2080 Total 7,d 4,8 2,2 1,4 0,2 0,1 0,4 0,4 2,7 0,8 0,1 1,0 0,7 0,1 92,6 100,0 4505 ILe Norplant et les injections sont cortfondus. Diola et Wolof sont plus nombreuses à recourir aux méthodes modemes alors que pour les méthodes traditionnelles, les Diola et les Poular arrivent en tête. Enfin, un résultat important à souligner est la corr61ation nettement positive entre la pr6valence contraceptive et le nombre d'enfants vivants. Ceci traduit en effet, une certaine volonté à espacer ou ~t limiter le nombre de ses enfants à mesure que celui-ci augmente. Ce résultat est confirmé par te tableau 4.6 qui montre bien que les nullipares ont rarement recours à la contraception et met en évidence deux périodes privil6giées pour le premier recours à la contraception: celles qui ont un seul enfant vivant (surtout chez les femmes de 20 à 34 ans) et celles qui en ont au moins 4 enfants (surtout parmi les femmes de plus de 35 ans). Par contre, les femmes n'ayant que trois enfants vivants choisissent rarement ce moment pour utiliser la contraception. Attendent-elles d'avoir un quatrième enfant et pourquoi ? 46 Tableau 4.6 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception R~partition en (%) des femmes non-célibataires par nombre d'enfants vivants lors de la première utilisation de la contraception, selon lãge actuel, EDS-II Sénégal 1992/93 Jamais Nombre d'enfants ì la première utilisé utilisation de la contraception Effectif Age la con~a- Non de actuel ception 0 1 2 3 4 + déclaré Total femmes 15-19 95,0 1,4 3,1 0,2 0,2 0,0 0,0 100,0 421 20-24 86,5 1,7 8,4 2,0 1,0 0,2 0,2 100,0 813 25-29 77,9 1,2 9,7 5,1 2,5 3,4 0,2 100,0 918 30-34 78,3 1,2 5,1 4,7 4.0 6,7 0,0 100,0 835 35-39 78,3 0,5 4,6 3,3 2,5 10.6 0,l 100,0 789 40-44 81,1 0,2 3,6 1,7 2,4 l l , l 0,0 100,O 588 45-49 86,1 0,0 3,8 1,4 0,8 7,9 0,0 100,0 368 Ensemble 82,1 1,0 6,0 3,0 2,2 5,6 0,1 100,0 4732 Malgré cette faible prévalence, des progrès importants ont été enregistres au cours des demièoes années, notamment parmi les femmes mari~es. En effet, le taux de prévalence des mdthodes modernes qui était de 0,6 pour cent seulement en 1978 selon les résultats de I'ESF, a doublé parmi les femmes mariEes (passant de 2,4 à 4,8 pour cent) entre I'EDS-I et I'EDS-II (Graphique 4.3). Par méthode spécifique, les résultats mis en évidence dans les paragraphes précédents se retrouvent: dans l'ordre décroissant, le condom, le DIU et la pilule sont les contraceptifs dont l'utilisation a connu le plus grand essor (tableau non montre ici). Le condom est la méthode qui a le plus progresse surtout parmi les femmes non mariEes. Il est possible que les qualités prEventives du condom contre les MST et surtout le SIDA ait contribué à cette évolution. Il faut Graphique 4.3 Utilisation actuelle des méthodes contraceptives par les femmes mariées Pourcentage ESF 1978 EDS-I 1986 EDS-I[ 1992/93 EOS-II Sdndgal 1992/93 47 enfin signaler que ces progrès concernent tous les figes, mais à des degres variables. Les femmes de 35-39 ans et surtout celles de 40-44 ans semblent beaucoup plus que par le passé, s'intéresser à la contraception. Même si ceci est encourageant, il faut noter que le chemin à parcourir reste encore long; en effet, ces femmes ont déjà eu au moins 6 enfants en moyenne et plus de 50 pour cent d'entre elles en ont au moins 7 (Tableau 3.6). Par ailleurs, parmi les femmes rurales, celles résidant dans les régions du Nord-Est et du Centre, et parmi les Poular et les femmes les moins instruites, le recours b. la contraception demeure toujours exceptionnel. 4.4 CONNAISSANCE DE LA PERIODE DE FERT IL ITE La connaissance de la période de fertilité au cours du cycle menstruel est une condition nécessaire å l'utilisation efficace de certaines méthodes contracep- tives, la continence périodique en particulier. Les réponses à la question posée sont celles qui sont indiquées dans le tableau 4.7. Pour une femme à cycle régulier, la ponte ovulaire ayant essentiellement lieu au cours de la semaine médiane (1 lè au 19è jour après le début des règles), il est logique de penser que les femmes qui ont déclaré "milieu du cycle" ont une connaissance satisfaisante de cette période. Par contre, celles qui ont déclaré "pendant les règles", "n'importe quand" ou "ne sait pas" ne sont pas capables d'identifier cette période. La connaissance de la période d'ovulation par le groupe intermédiaire ("avant ou après les règles") reste, quant à elle, douteuse. Selon ce tableau, la période de fertilité est très mal connue (10 pour cent de l'ensemble des femmes). La grande majorité des femmes (73 pour cent) ne sont pas en mesure de localiser cette période. Par contre, parmi les femmes qui ont utilisé la continence Tableau 4.7 Connaissance de la période féconde RéparUtion (en %) de mutes les femmes et de celles ayant déjà pratiqué la continence l~riodique selon leur connaissance de la période féconde au cours du cycle menstruel, EDS-II Sénégal 1992/93 Femmes ayant Connaissance Toutes déjà utilisé de la période les la continence f~conde femmes périodique Connaissance Au milieu du cycle 9,9 63,2 Connaissance douteuse Juste après les règles 15,4 25,4 Juste avant les règles 1,0 2,4 Ne connalt pas Pendant les règles 0,5 0,5 A n'importe quel moment 22,9 2.9 Ne sait pas 50,0 5.7 Total 100,0 100,0 Effectif de femmes 6310 209 périodique, la plupart d'entra elles (63 pour cent) situent bien la période à haut risque, et celles d'entre elles qui ignorent cette période sont en nombre relativement faible (moins de 10 pour cent). Par rapport à I'EDS-I, pour l'ensemble des femmes, même si le pourcentage de femmes ayant fourni une réponse correcte n'a pas bougé, la proportion ignorant cette période est plus élevée. Par contre, parmi les femmes ayant utilise la méthode, la situation s'cst beaucoup améliorée entre les deux enquêtes: le niveau de connaissance est passé de 37 å 63 pour cent. 4.5 SOURCES D 'APPROVIS IONNEMENT DES CONTRACEPT IFS L'EDS-II a saisi des informations sur la source de provenance de la méthode actuellement utilisée. Le tableau 4.8 montre que les méthodcs contraceptives modernes proviennent majoritairement du secteur public (59 pour cent), en particulier des centres de planification familiale (26 pour cent) et des hepitaux et autres services de santé (33 pour cent). Le secteur privé n'intervient de façon déterminante que pour le condom (33 pour cent), la pilule (32 pour cent) et le DIU (30 pour cent). Même si les résultats observés semblent vraisemblables, la faiblesse des effectifs ne permet pas d'aller loin dans les conclusions. 48 Tableau 4.8 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de méthodes contraceptives modernes par source d'approvisionnement ou d informations la plus récente, selon les méthodes spécifiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Source d'approvisionnement Pilule DIU Condom Total Secteur public 63,5 68,4 (24,4) 59.1 H6pitai 8,7 17,1 (8,9) 15,7 Autres centres de santé 19,8 25,0 (6,7) 17,5 Centres de PF 34,9 26,3 (8,9) 25,9 Secteur médical privé 31,7 30,3 (33,3) 31,1 Clinique 9,5 25,0 (8,9) 14,7 Pharmacie 16,7 0,0 (24,4) I1,9 Médecin 5.6 5,3 (0,0) 4,5 Autre prive 2,4 0,0 (26,7) 5,2 Parents/Amis 2,4 0,0 (26,7) 5,2 Autre 2,4 1,3 (0,0) 1,4 Non déclaré 0,0 0,0 (15,6) 3,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 126 76 45 286 Note: Les don~es relatives aux injections (8 cas), aux méthodes vaginales (6 cas), au Norplant (3 cas), et à la stérilisation féminine (22 cas) ne figurent pas séparément dans ce tableau, vu la faiblesse de leur effectif. ( )Basé sur moins de 50 cas Le tableau 4.9 fournit par ailleurs des informations sur le temps nécessaire aux femmes utilisatrices pour se rendre au lieu d'approvisionnement en produits contraceptifs. Au niveau national, une femme sur quatre (24 pour cent) met moins de 15 minutes pour aller se procurer la méthode qu'elle utilise, et pour un tiers des utilisatrices, le temps nécessaire se situe entre 15 minutes et une heure. Enfin, plus d'une femme sur quatre (27 pour cent) met plus d'une heure pour atteindre la source d'approvisionnement, et le temps médian se situe à 31 minutes. Par milieu de résidence, on constate que les femmes du milieu rural mettent deux fois Tableau 4.9 Temps nécessaire pour atteindre la source d'approvisionnement en contraceptifs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de méthodes contraceptives modernes, des non-utilisatrices de méthodes modernes, et des femmes non-célibataires connaissant une méthode, par temps nécessaire pour atteindre la source d'approvisionnement, selon le milieu de résidence, EDS-II Sénégal 1992/93 Temps pour Utilisatrices actuelles Non-utilisatrices Femmes connaissant atteindre la de méthodes modernes des méthodes modernes une méthode SOLffce (en minutes) Urbain Rural Total Urbain Rural Total Urbain Rural Total 0-14 22.7 30,6 24,1 12,1 4,0 7,2 14,4 6,6 10,4 15-29 20.3 4,1 17,5 13,9 1,5 6,4 16,2 2,1 9,0 30-59 16,9 6,1 15,0 12,0 2,2 6,1 13,9 3,4 8,5 60 ou + 22,8 44.9 26,6 10,3 10,1 10,2 13,0 15.5 14,3 Ne cormalt pas temps 10,5 10,2 10,5 8,8 6,3 7,3 10,0 9.7 9,8 Ne cormalt pas source 0,0 0,0 0,0 40,5 75,2 61,4 29,5 61.6 45,8 Non déclaré 6,8 4,1 6,3 2,3 0,7 1,3 3,0 1,1 2,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100.0 Effectif de fenunes 237 49 286 2398 3626 6024 2308 2377 4685 Temps médian 30,2 60,5 30,5 25,2 60,7 30,5 25,6 60,7 30,5 49 plus de temps (61 minutes) que celles du milieu urbain (30 minutes). Pour les femmes non-utilisatrices des méthodes modernes, et pour celles connaissant au moins une méthode moderne, le temps médian pour atteindre le lieu d'approvisionnement est pratiquement le même (31 minutes) que le temps médian pour les utilisatrices. 4.6 UTILISATION FUTURE DE LA CONTRACEPTION Aux femmes qui au moment de l'enquête n'utilisaient aucune méthode contraceptive, il a été posé la question concernant leur intention d'utiliser la contraception dans l'avenir. Le tableau 4.10 indique la répartition des femmes marides selon leur intention et le nombre d'enfants actueUement en vie. Les femmes sont réparties en deux catégories: celles n'ayant jamais utilisd et celles ayant utilisd dans le passd mais ne le font pas actuellement. Tableau 4.10 Utilisation future de la contraception Répartition (en %) des femmes actuellement mari~es n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive, par intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, selon le nombre d'enfants vivants et selon l'expérience passée en matière de contraception. EDS-II Sénégal 1992/93 Intention d'utiliser dans le futur Nombre d'enfants vivants I 0 1 2 3 4 + Ensemble N'a jamais utlllsé la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 3.1 9.7 Intention d'utiliser plus tard 8,0 7.6 N'est pas sùre quand 2,6 3.6 N'a pas sure d'utiliser 14.5 12.0 N'a pas l'intention d'utiliser 69.2 60,4 Non déclar6 0.3 0.2 A d6Jå utllls6 la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 0.3 2,4 lntcntion d'utiliser plus tard 0,5 1,1 N'est pas sure quand 0.0 0.8 N'est pas sure d'utiliser 0,3 0,5 N'a pas l'intention d'utiliser 1.3 1.8 Non déclaré 0.0 0.0 Total 100,0 100.0 Toutes les femmes actuellement mari~es et non-utilisatrices Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 3.4 12.1 Intention d'utiliser plus tard 8.5 8.7 N'est pas sure quand 2,6 4,4 N'est pas sure d'utiliser 14,8 12,4 N'a pas l'intention d'utiliser 70.5 62,2 Non déclaré 0.3 0.2 Total 100.0 100.0 Effectif de femmes 386 619 11,6 15.7 16.0 13.2 6.2 3.8 3.9 5.2 2,7 2.3 2.4 2.6 10.5 8.2 6.7 9.0 57.9 ~.0 57.9 59.6 0.3 0,0 0.3 0.2 !1.7 5.4 7.1 5.0 1,7 0.5 1.3 1.2 1.8 1.0 0.7 0.9 0.2 1.0 0.6 0.6 3.5 1,8 2.9 2.5 0,0 0.2 0,1 0.0 100,0 100.0 100,0 100,0 15,3 21.1 ~.1 18,2 7,8 4,3 5,2 6.3 4,5 3.3 3,2 3.5 10.6 9.2 7.3 9.5 61.4 61.9 60.9 62.2 0.3 0,2 0.3 0,3 100.0 100.0 100,0 100,0 601 598 1967 4171 Iy compris la grossesse actuelle. 50 Ce tableau et le graphique 4.4 montrent que même si la majorité des femmes (62 pour cent) n'ont pas l'intention de recourir à des moyens de contraception, la demande potentielle est néanmoins importante. En effet, près d'une femme sur quatre a déclar6 avoir l'intention d'utiliser une méthode contraceptive dans les 12 prochains mois (18 pour cent) ou plus tard (6 pour cent). Il faut également souligner que parmi les demandeuses potentielles, celles qui pourraient avoir un besoin urgent (12 prochains mois) représentent la majorité (74 pour cent). La parité apparaît comme un facteur important dans l'intention d'utiliser la contraception. D'abord, c'est parmi les nullipares qu'on enregistre les pourcentages les plus faibles de femmes qui souhaitent recourir à la contraception et corrélativement les plus forts pourcentages de femmes qui ne le souhaitent pas. Ensuite, le pourcentage de femmes ayant l'intention de recourir à la contraception augmente de façon très nette avec le nombre d'enfants vivants (de 21 pour cent å un enfant, il passe à 28 pour cent à 4 enfants ou plus) pendant que le pourcentage des femmes encore indécises sur leur intention sur l'avenir baisse avec la parité. Enfin, les deux catégories de femmes se distinguent par un fait majeur. La plupart des femmes ayant al~jà expérimenté la contraception sont plus dispos~es à le refaire (61 pour cent ont l'intention d'y recourir à nouveau). Inversement, les femmes n'ayant jamais utilisé la contraception, et elles sont de loin les plus nombreuses, dans la plupart des cas (66 pour cent) ne souhaitent pas utiliser une méthode contraceptive dans l'avenir. Graphique 4.4 Intention d'utiliser la contraception par les femmes actuellement en union et non-utilisatrices Ne sait pas si elle utilisera 10% A l'intention d'utiliser plus tard 6% A l'intention d'utiliser bient•t 18% A l'intention d'utiliser NSP quand 4% N'a pas l'intention d'utiliser 62% EOS-II S6n6ga11992/93 Les raisons de non utilisation les plus fréquemment évoquées par les femmes qui n'utilisent pas la contraception et n'en ont pas l'intention (Tableau 4.11 ) sont le désir d'avoir d'autres enfants (41 pour cent). Mais les croyances religieuses (11 pour cent), le fatalisme (8 pour cent) et le manque d'information sur la planification familiale (9 pour cent)jouent aussi un r01e important. Par contre, le coUt, l'accessibilité, les effets secondaires et l'avis des tierces personnes n'ont qu'une incidence mineure surla d6cision de la femme å recourir å la contraception. Les raisons de non utilisation varient sensiblement avec l'/lge des femmes. Les femmes les plus jeunes (moins de 30 ans) citent en majorité le désir d'avoir d'autres enfants (53 pour cent contre 31 pour cent parmi les femmes de 30 ans ou plus). Par ailleurs, et comme il fallait s'y attendre, les 51 Tableau 4.11 Raisons de non-utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive et n'ayant pas l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, selon la principale raison pour laquelle elles n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception, selon Fige. EDS-H Sénégal 1992/93 Raison de Age Tous non-utilisation les de la contraception <30 30 + åges Veut des enfants 53.4 31.3 40.7 Manque d'information 10,3 8.8 9.4 Mari désapprouve 2,3 2.1 2.2 Cofit trop élevé 0,1 0,4 0,3 Effets secondaires 1.9 1.7 1.8 Problèmes de santé 0.6 2.3 1,6 Difficile ì obtenir 0.3 0.2 0.2 Religion 8.5 11,9 10.5 Opposé au PF 3.6 3,0 3.2 Fataliste 6,5 8.8 7.8 Autres persormes désapprouvent 0.3 0,3 0,3 Rapports sexuels peu fréquents 2,2 1.7 1.9 Difficile à tomber enceinte 2.5 11,7 7,8 Ménopause/Stérilisée 0.1 9.5 5.5 Pas commode 2.0 2.1 2.1 Pas mariée 0.2 0,0 0.1 NSP 0,9 1.3 1.1 Non déclaré 4,4 2,7 3.4 Total 100.0 100.0 100.0 Effectif de femmes 1102 1491 2593 femmes les plus jeunes évoquent moins que les autres des raisons liées à la sous-fécondité ou la stérilité (ménopause). Parmi les femmes mari~es qui n'utilisent actuellement aucune méthode mais souhaitent le faire dans le futur, un grand nombre d'entre elles (une femme sur trois) restent encore indécises quant au choix de la méthode (Tableau 4.12). Cependant, environ 50 pour cent ont déclar6 qu'elles choisiront des méthodes modernes, en particulier la pilule (30 pour cent). Les autres méthodes modernes, le DIU et l'injection notamment, sont citées par 20 pour cent des femmes en tout. Les femmes qui souhaitent utiliser la contraception dans les 12 prochains mois, sont plus demandeuses de la pilule, de l'injection et du DIU. Pour ce qui est des femmes qui souhaitent le faire plus tard (au-delà de 12 mois), elles s'intéressent également ces trois méthodes, mais dans des proportions plus importantes pour la pilule et le DIU. 52 Tableau 4.12 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future Répartition (en %) des femmes actuellement mariées n'utilisam pas actuellement une méthode contraceptive mais ayant l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, par méthode préférée, selon l'intention de l'utiliser dans les 12 prochains mois ou plus tard, EDS-I/Sénégal 1992/93 Intention d'utiliser Méthode Dans Pas sfire contraceptive les 12 Après pour préférée mois 12 mois quand Ensemble t Pilule 29,6 39,5 17,8 30,i DIU 5,8 9,5 5,5 6,5 Injections 7,8 5,7 4,1 6,8 Norplant 3,7 1,1 2,1 2,9 Méthodcs vaginales 0,3 0,4 0,7 0,3 Condom 0,8 0,4 1,4 0.8 S térilisation féminine 1,7 0,8 0,7 1,4 Continence périodique 1,7 0,4 0,7 1,3 Retrait 0,0 0,4 0,0 0,1 Autre 11,0 4,6 6,2 8,9 Gris gris 3,7 2,7 2,7 3,3 Abstinence 2,0 4,6 10,3 3,6 ND/NSP 32,1 30,0 47,9 34,1 Total 100,0 I00,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 761 263 146 1179 Note: Pas d'information pour 9 cas tQuatre femmes qui n'ont pas déclaré leur intention font parde de l'ensemble. 4.7 SOURCES D'INFORMATION SUR LA CONTRACEPTION A l'ensemble des femmes, on a demandé si elles ont entendu un message quelconque sur la planification familiale å la radio ou à la télévision dans la période d'un mois ayant précédé l'enquéte. Le tableau 4.13 révèle un niveau de réception de messages relativement bas. En effet, au cours de la période de référence, la grande majorité des femmes (78 pour cent) n'ont suivi aucun message ni à la radio ni à la télévision. Celles qui ont reçu une information par ces canaux, l'ont essentiellement été par la radio (disponible dans 70 pour cent des ménages) tandis que la télévision ne conceme qu'un groupe tout à fait marginal (3 pour cent). Il faut souligner enfin que les femmes qui ont suivi un message à la télévision sont également les auditrices de la radio. Comme on pouvait s'y attendre, les femmes du milieu urbain, celles résidant dans la région de l'Ouest (la plus urbanisée et la plus scolarisée) et les plus instruites sont celles qui ont le plus accès å l'information, surtout par le canal de la télévision. En outre, les Diola et les Wolof ont été les plus nombreuses à recevoir des messages par ces canaux. Inversement, les femmes sérer se distinguent par leur bas niveau d'information, par le biais de la télévision en particulier. 53 Tableau 4,13 Messages sur la planification familiale entendus à la radio ou à la télévision Répartition (en %) de mutes les femmes ayant entendu un message diffusé par la radio ou la télévision sur la planification familiale dans le mois précédant l'enquéte, selon certaines caractéristiques socio- démographiques, EDS-II Sénégal 1992/93 Message sur le planification familiale Effectif Radio Télévision Les Non de Caractéristique Aucun seulement seulement deux déclaré Total femmes Milieu de résidence Urbain 67,9 10,7 6,0 15,3 0,0 100,0 2635 Rural 84,5 12,4 1.0 2,1 0,l 100,0 3675 Grande r~glon Ouest 70,6 10,1 5,2 14,1 0,0 100,0 2326 Centre 81,

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.