Rwanda - Demographic and Health Survey - 1994

Publication date: 1994

Rwanda Enquête Démographique et de Santé 1992 @ Office National de la Population ®DHS Demographic and Health Surveys Macro International Inc. REPUBLIQUE RWANDAISE Enquête Démographique et de Santé Rwanda 1992 Bernard Barrère Juan Schoemaker Monique Barrère Tite Habiyakare Athanasie Kabagwira Mathias Ngendakumana Office National de la Population Kigali, Rwanda Macro International Inc. Calverton, Maryland USA Février 1994 Ce rapport prèsente les principaux résultats de l'Enquète Dèmographique et de Santé (EDSR) réalisée au Rwanda en 1992 par l'Office National de la Population (ONAPO). L'EDSR, financée par l'Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID), a bénèfici6 de l'assistance technique de Macro International Inc. L'EDSR fait partie du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Sant6 (Demographic and Health Surveys-DHS) dont l'objectif est de collecter, d'analyser et diffuser des donnèes dèmographiques portant en particulier sur la fècondité, la planification familiale et la sant6 de la mère et de l'enfant. Des informations compl6mentaires sur I'EDSR peuvent ~tre obtenues auprès de l'Office National de la Population, BP 914, Kigali, Rwanda (Tèlèphone (250) 7 47 93, 7 47 94, ou 7 42 67; Fax (250) 7 42 67). Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent ~tre obtenus auprès de Macro International Inc., 11785 Beltsville Drive, Calverton, MD 20705, USA (Tèléphone 301-572-0200; Fax 301-572-0999). TABLE DES MATIERES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vii Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xi Sigles et abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xiii Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix Carte du Rwanda . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxii CHAPITRE 1.1 1.2 1 CARACTERIST IQUES DU PAYS ET PRESENTATION DE L 'ENQUETE Caractéristiques du pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Géographie et histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Economie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.3 La population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.1.4 Politique en matière de santé publique et de planification familiale . . . . . . . . . . 4 Présentation de l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1.2.2 Questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1.2.3 Echantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.2.4 Collecte et exploitation des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 CHAP ITRE 2.1 2.2 2 CARACTERISTIQUES DES MENAGES ET DES ENQUETES Enquête ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.1.1 Répartition par sexe et åge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.1.2 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 2.1.3 Niveau d'instruction et fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 2.1.4 Caractéristiques des logements et biens possédés par les ménages . . . . . . . . . . 19 Enquête individuelle : caractéristiques des femmes et des matis . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 CHAP ITRE 3 FECONDITE 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 Niveau de la fécondité et fécondité différentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Tendances de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Parité et stérilité primaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 iii 3.6 3.7 Page Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Discussion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 CHAP ITRE 4 PLANIF ICAT ION FAMIL IALE 4.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 4.2 Pratique de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 4.3 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 4.4 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 4.5 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 4.6 Sources d'approvisionnement de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 4.7 Utilisation future et méthodes contraceptives préférées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 4.8 Information sur la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 4.9 Opinions et attitudes vis-à-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 4.10 Discussion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 CHAP ITRE 5 NUPT IAL ITE ET EXPOSIT ION AU R ISQUE DE GROSSESSE 5.1 5.2 Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Age à la première union et åge aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 5.2.1 Age å la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 5.2.2 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 5.3 5.4 5.5 Activité sexuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Exposition au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Discussion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 CHAPITRE 6 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE 6.1 6.2 6.3 6.4 6.5 Désir d'enfants supplémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Nombre total d'enfants désirés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Discussion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 CHAP ITRE7 7.1 SANTE DE LA MERE ET DE L 'ENFANT Soins prénatals et accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 7.1.2 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 iv 7.2 7.3 7.4 Page Vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 Maladies des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 7.3.1 Infections respiratoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 7.3.2 Fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 7.3.3 Diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Discussion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 CHAPITRE 8 ALLAITEMENT ET ETAT NUTRITIONNEL 8.1 8.2 Allaitement et alimentaUon de complément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 Etat nutritionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 8.2.1 Retard de croissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 8.2.2 Emaciation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 8.2.3 Insuffisance pond6rale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 8.3 Discussion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 CHAPITRE 9 MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS 9.1 9.2 9.3 9.4 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 Niveaux et tendances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 Mortalité différentielle et groupes à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Discussion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 BIBL IOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 ANNEXE A ANNEXEB ANNEXEC ANNEXED ANNEXEE ORGANIGRAMME ET PERSONNEL DE L 'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 PLAN DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 TABLEAU POUR L'EVALUATION DE LA QUALITE DES DONNEES . . . . 171 QUESTIONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 Tableau 1.1 Tableau 1.2 Tableau 2.1 Tableau 2.2 Tableau 2.3 Tableau 2.4.1 Tableau 2.4.2 Tableau 2.5 Tableau 2.6 Tableau 2.7.1 Tableau 2.7.2 Tableau 2.8 Tableau 3.1 Tableau 3.2 Tableau 3.3 Tableau 3.4 Tableau 3.5 Tableau 3.6 Tableau 3.7 Tableau 3.8 Tableau 3.9 Tableau 3.10 Tableau 3.11 Tableau 4. l Tableau 4.2 Tableau 4.3 Tableau 4.4 Tableau 4.5 Tableau 4.6 LISTE DES TABLEAUX Page Indicateurs démographiques de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 Taille et couver ture de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Population des ménages par åge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Population par åge selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Niveau d'instruction de la population des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Niveau d'instruction de la population des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Taux de fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Caractétistiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Caractéristiques socio-démographiques des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Caractéristiques socio-démographiques des matis enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Niveau d'instruction des femmes et des matis enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Fécondité par âge selon trois sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Tendances de la fécondité par ãge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Tendances de la fécondité par durée de mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Enfants nés vivants et enfants survivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Age médian à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Enfants nés de mères adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes . . . . . . . . . . . 42 Connaissance des méthodes contraceptives modemes et des sources des méthodes . 44 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques soc io -d6mograph iques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 v i Tableau 4.7 Tableau 4.8 Tableau 4.9 Tableau 4.10 Tableau 4.11 Tableau 4.12 Tableau 4.13 Tableau 4.14 Tableau 4.15 Tableau 5.1 Tableau 5.2 Tableau 5.3 Tableau 5.4 Tableau 5.5 Tableau 5.6 Tableau 5.7 Tableau 5.8 Tableau 5.9 Tableau 5.10 Tableau 5.11 Tableau 6.1 Tableau 6.2 Tableau 6.3 Tableau 6.4 Tableau 6.5 Tableau 6.6 Tableau 6.7 Tableau 6.8 Tableau 6.9 Tableau 6.10 Tableau 6.11 Fage Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Raison de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Messages sur la planification familiale diffusés par les média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Opinion des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Nombre de co-épouses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Age å la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Age médian à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Age médian aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Activité sexuelle récente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Aménorrhée, abstinence et non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Durée médiane de la non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Fin d'exposit ion au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Préférences en matiéoe de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . 80 Préférences des femmes en matière de fécondité selon lqtge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 Préférences des matis en matière de fécondité selon l '~ge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Préférences des couples en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Désir de limiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 Nomboe idéal d'enfants des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Nombre idéal d'enfants des femmes par caractéristiquc s ~,ocio-démographiqu~ s . . . . . 88 Nombre idéal d'enfants des matis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Taux de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 vi i i Tableau 7.1 Tableau 7.2 Tableau 7.3 Tableau 7.4 Tableau 7.5 Tableau 7.6 Tableau 7.7 Tableau 7.8 Tableau 7.9 Tableau 7.10 Tableau 7.11 Tableau 7.12 Tableau 7.13 Tableau 8.1 Tableau 8.2 Tableau 8.3 Tableau 8.4 Tableau 9.1 Tableau 9.2 Tableau 9.3 Tableau 9.4 Tableau B. 1 Tableau C.1 Tableau C.2 Tableau C.3 Tableau C.4 Tableau C.5 Tableau C.6 Tableau C.7 Tableau C.8 Page Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Lieu de l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Assistance lors de l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Caractéristiques de l'accouchement: césarienne, prématurité, poids et taille à la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 Vaccinations par sources d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 Vaccinations par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Vaccinations avant l'åge de 12 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Prêvalence et traitement des infections respiratoires aiguës . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Prêvalence et traitement de la fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Prêvalence de la diarrhêe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Connaissance et utilisation des sachets de SRO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Al la i tement et al imentation de complêment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Durêe médiane et fréquence de l'allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 Etat nutritionnel des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Mortalité des enfants par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Fécondit6 à hauts r i~ues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par rêgion et milieu de r6sidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage, EDS Rwanda 1992 . . . . . . 161 Erreurs de sondage: Echantillon national, EDS Rwanda 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 Erreurs de sondage: Milieu urbain, EDS Rwanda 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Erreurs de sondage: Milieu rural, EDS Rwanda 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 Erreurs de sondage: Préfeclures de Kigali, EDS Rwanda 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 Erreurs de sondage: Kibuye/Ruhengcri/Gisenyi, EDS Rwanda 1992 . . . . . . . . . . . . . 166 Erreurs de sondage: Cyangugu/Gikongoro, EDS Rwanda 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 Erreurs de sondage: Butare/Gitarama, EDS Rwanda 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 ix Tableau C.9 Tableau D. 1 Tableau D.2 Tableau D.3 Tableau D.4 Tableau D.5 Tableau D.6 Page Erreurs de sondage: Byumba/Kibungo, EDS Rwanda 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 Répartition par åge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 Répartition par åge des femmes éligibles et des femmes enqu~tées . . . . . . . . . . . . . . 174 Complétude de l'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 Naissances par armée du calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 Enregistrement de l 'ãge au décès en jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 Enrcgistrement de l 'åge au décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 Graphique 1.1 Graphique 2.1 Graphique 2.2 Graphique 2.3 Graphique 2.4 Graphique 2.5 Graphique 3.1 Graphique 3.2 Graphique 3.3 Graphique 3.4 Graphique 3.5 Graphique 3.6 Graphique 4.1 Graphique 4.2 Graphique 4.3 Graphique 4.4 Graphique 4.5 Graphique 4.6 Graphique 4.7 Graphique 5.1 Graphique 5.2 Graphique 5.3 Graphique 6.1 Graphique 6.2 Graphique 6.3 Graphique 7.1 LISTE DES GRAPHIQUES Page Evolution de la population - Rwanda, 1952-1991 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 Pyramide des åges de la population - Rwanda, 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Niveau d'instruction selon l'åge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Taux de fr6quentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Caraetéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Etat matrimonial des enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Taux de fécondité générale par ãge selon le milieu de r~sidence . . . . . . . . . . . . . . . 26 Indice synthét ique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . . . . . . . . 28 Taux de fécondité générale par åge ,selon I'ENF (1983), le RGPH (1991) et I'EDSR (1992) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Tendances de la fécondité par åge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Tendances de I'ISF pour les femmes de 15-34 ans, selon I'ENF et I'EDSR . . . . . . 32 Adolescentes de 15-19 ans ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Connaissance de la contraception parles femmes de 15-49 ans, 1983 et 1992 . . . . 43 Prévalence de la contraception parmi les femmes de 15-49 ans en union, 1983 et 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Méthode utilisée par les utilisatrices actuelles de la contraception . . . . . . . . . . . . . . 48 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Sources d'approvisionnement de la contraception moderne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Intention d'utiliser la contraception par les femmes actuellement en union et non utilisatrices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Opinion des femmes et perception de l'opinion de leur mari face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Etat matrimonial par åge en 1983 (ENF) et en 1992 (EDSR) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Ages médians à la première union et aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . 71 Désir d'enfants supplémentaires des femmes en union, selon le nomboe d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Désir d'enfants supplémentaires des femmes en union, selon l'åge . . . . . . . . . . . . . 82 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Visites prénatales et durée de grossesse å la première visite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 xi Graphique 7.2 Graphique 7.3 Graphique 7.4 Graphique 7.5 Graphique 7.6 Graphique 7.7 Graphique 7.8 Gr~h i~e8.1 Gr~h i~e8.2 Gr~h i~e8.3 Graphique 8.4 Graphique 9.1 Graphique 9.2 Graphique 9.3 Graphique 9.4 Page Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans nés dans des établissements sanitaires. 98 Vaccinations des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin et la source d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Couverture vaccinale des enfants avant l'tige de 12 mois de 1988-89 à 1991-92 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Prévalence des infections respiratoires aigues chez les enfants de moins de 5 ans selon l'åge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Prévalence de la fièvre chez les enfants de moins de 5 ans selon l'ãge . . . . . . . . . 110 Diarrhée par fige chez les enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Allaitement et quantité de liquides donnes aux enfants ayant la diarrh6e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 Pratique de l'aUaitement des enfants de moins de 3 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Etat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans présentant un retard de croissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans atteints d'insuffisance pondérale . . . . . . 128 Tendances de la mortalité des enfants de moins de 5 ans selon I'ENF (1983) et I'EDSR (1992) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Tendances de la mortalité des enfants de moins de 1 an . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Mortalité infanto-juvénile selon les caract6ristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . 137 Mortalit6 infantile et compertement procr6ateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 xii SIGLES ET ABREVIATIONS BCG CDC DHS (EDS) DIU DR DTCoq EDS (DHS) EDSR ENF ET IEC ISSA ISF ISFD MINITRAPE MRND NCHS NN OMS 0NAPO PEV PIB PNN RGPH SMI SRO TBN TGFG TRO UNICEF UPS USAID Bacille Bilié de Calmette et Guérin (vaccin antituberculeux) Centers for Disease Contrnl (Centres de contrõle des maladies, Etats-Unis) Demographic and Health Surveys Dispositif Intra-Utérin District de Recensement Diphtérie, Tétanos, Coqueluche (vaccin) Enquête Démograpbique et de Santé Enquête Démographique et de Santé au Rwanda Enquête Nationale sur la Fécondité Ecart Type Information, Education et Communication Integrated System for Survey Analysis Indice Synthétique de Fécondité Indice Synthétique de Fécondité Désirée Ministère des Travaux Publics et de l'Energie Mouvement Révolutionnaire National pour le Développement National Center for Health Statistics (Centre national des statistiques sanitaires, Etats-Unis) Néonatale (mortalité) Organisation Mondiale de la Santé Office National de la Population Programme Elargi de Vaccination Produit Intérieur Brut Post-Néonatale (mortalité) Recensement Général de la Population et de l'Habitat Santé Maternelle et Infantile Sels de Réhydratation par voie Orale Taux Brut de Natalité Taux Global de Fécondité Générale Thérapie de Réhydratation par voie Orale United Nations Children's Fund (Fonds des Nations Unies pour l'Enfance) Unité Primaire de Sondage United States Agency for International Development (Agence des Etats-Unis pour le Développement International) xiii PREFACE L'Enquête Démographique et de Santé (EDSR) réalisée au Rwanda avec l'assistance de Macro Intemational Inc. et grâce au financement de l'Agence des Etats Unis pour le Développement International (USAID), fait partie d'un programme mondial d'enquêtes socio-démographiques et sanitaires menées depuis le milieu des années 1980 dans les pays en développement. Ces enquêtes font suite à celles menées dans le cadre du projet de l'Enquête Mondiale sur la Fécondité et dans le cadre des Enquêtes sur la Prévalence de la Contraception. L'EDSR s'inscrit, au Rwanda, dans le prolongement des études et recherches réalisées par l'Office National de la Population (ONAPO) depuis l'Enquête Nationale sur la Fécondité de 1983. De 1983 à 1992, I 'ONAPO a déjà réalisé une dizaine de recherches. L'EDSR contribue ~ une meilleure connaissance de la population rwandaise, en foumissant des indicateurs fiables, principalement dans le domaine de la fécondité, de la planification familiale, de la santé maternelle et infantile et de la mortalité infanlo-juvénile. L'importance qu'occupent aujourd'hui les questions de population dans les préoccupations des autorités politico-administratives et des agents de développement régional intégré accro~ encore 1'intérêt des différents indicateurs mis à la disposition des utilisateurs de I'EDSR, notamment dans les programmes d'Information, Education, et Communication (IEC) et de Santé Familiale. L'EDSR a également ~té une opération durant laquelle les participants ont acquis et renforcé leur expérience pour mener des études et recherches du même type dans l'avenir. Puisse ce nouveau pas réalisé par I 'ONAPO dans l'éclairage des phénomènes de population au Rwanda, aider les décideurs politiques et les planificateurs du développement à tirer profit des résultats de I'EDSR dans la mise en oeuvre des politiques de population arrêtées par le Gouvernement rwandais. La Directrice de I 'ONAPO Directrice Nationale de I'EDSR HABIMANA NYIRASAFARI Gaudence XV REMERCIEMENTS Au terme de I'EDSR, c'est avec plaisir que nous adressons nos remerciements à tous ceux qui ont contribué, à des degrés divers, aux différentes étapes de ce projet. Nous exprimons tout d'abord nos remerciements aux populations des zones enquStées pour leur disponibilité, et surtout aux femmes qui ont accepté de livrer des informations sur leur vie privée et intime. Que les autorités administratives locales trouvent ici notre gratitude pour la sollicitude qu'elles ont t6moignée envers nos équipes et pour avoir assuré leur sécurité quand elles sillonnaient leur région. Que les formateurs, les chefs d'équipes, les contrOleuses, les enquStrices, les chauffeurs soient remerciés pour leur courage, leur endurance et leur patience pour avoir surmonté les difficultés rencontrées. Parmi les membres de l'équipe nationale de I'EDSR, nous adressons plus particulièrement nos remerciements à : MM. HAKIZIMANA Evariste et HABIYAKARE Tite, et Mlle KABAGWlRA Athanasie qui ont coordonné avec sagesse et compétence les activités de I'EDSR; Mme BAZIRAMWABO Madeleine et M. NGENDAKUMANA Mathias qui, durant tout le déroulement de l'enquête, sont restés prêts à résoudre tout problème survenant sur le terrain par une supervision régulière; Mlle MUKAMUGENGA Winifred et son équipe qui a rendu agréable le séjour des participants de I'EDSR au Centre de Formation de Kicukiro durant la formation; Mme NYIRANGARUYE Daphrose, et MM. RUTAGANDA Tatien, NDUWlMANA Sixbert et SIMBABURANGA Oswald de la Section Recherches de I 'ONAPO qui ont mis la demière main à la version finale de l'analyse de I'EDSR sous l'animation de M. BARRERE Bernard de Macro International Inc. De l'expertise internationale, nous nous souviendrons toujours de MM. SCHOEMAKER Juan et EKOUEVI Koffi qui ont vécu avec nous les premiers chocs de la suspension de I'EDSR suite à l'éclatement de la guerre d'octobre 1990 et qui ont, par la suite, facilité la reprise du projet. Nos remerciements sont également exprimés à Mlle LE Thanh, Mme CUSHING Jeanne, et MM. SCOTT Chris, CROFT Trevor, CANALES Victor et ABDERRAHIM Noureddine de Macro International Inc. qui ont apporté leur compétence technique à I'EDSR. Nous remercions vivement Mmes MITCHELL Kaye et KOVENSKY Aylene, et M. DAMMONS Jonathan qui ont eu la lourde charge d'assurer la composition finale du rapport ~ Macro International Inc. Nous réservons une mention spéciale à I'USAID-Kigali qui a financé cette opération et surtout å MM. MARTIN William B. et NZAHABWANAMUNGU Patrice qui, avec une attention permanente, ont trouvé à tout moment une solution appropriée aux exigences de I'EDSR. Nous remercions enfin tous ceux ou celles qui n'ont pas été cités nommément et qui ont joué un r61e important dans la réussite de I'EDSR. La Directrice de I '0NAPO Directrice Nationale de I'EDSR HABIMANA NYIRASAFARI Gaudence xvii RESUME L'Enquête Démographique et de Santé au Rwanda (EDSR) a été exécutée par l'Office National de la Population (ONAPO) avec l'assistance technique de Macro International Inc. Il s'agit d'une enquête par sondage réalisée au niveau national, dont l'objectif est de fournir des informations détaillées sur la fécondité, la planification familiale, la santé de la mère et de l'enfant et la mortalité infanto-juvénile. Faisant suite à l'Enquête Nationale sur la Fécondité (ENF) réalisée par I 'ONAPO en 1983 et au Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH) de 1991, les résultats de I'EDSR permettent de mettre en lumière les changements intervenus au Rwanda durant ces dernières années, en particulier en ce qui concerne les niveaux de fécondité, de connaissance et d'utilisation de la planification familiale et ceux de mortalité infanto-juvénile. Au cours de I'EDSR, dont les travaux de collecte se sont déroules de juin à octobre 1992, 6 252 ménages, 6 551 femmes en åge de procréer (15-49 ans) et 598 maris appartenant à ces ménages ont été enquêtes avec succès sur l'ensemble du territoire national. Avec les niveaux actuels de la fécondité, les femmes rwandaises donneront naissance, en moyenne, à 6,2 enfants durant leur vie féconde. Bien que cette fécondité reste élevée, elle a fortement diminué au cours des dernières années puisque, selon I'ENF de 1983, les femmes avaient, en moyenne, 8,5 enfants. La fécondité a donc connu une baisse de 27 pour cent en moins de 10 ans. La forte proportion de femmes célibataires, le recul de lqtge au premier mariage et aux premiers rapports sexuels et l'augmentation de la prévalence contraceptive sont autant de facteurs qui expliquent cette baisse. En outre, les niveaux de fécondité varient fortement en fonction de la résidence et du niveau d'instruction. Les femmes du milieu urbain (4,5 enfants) donnent naissance à près de deux enfants de moins que les femmes du milieu rural (6,3 enfants). Les femmes ayant dépassé le niveau d'instruction primaire (4,3 enfants) ont, en moyenne, plus d'un enfant de moins que celles ayant seulement un niveau d'instruction primaire (5,9 enfants), et près de trois enfants de moins que celles qui n'ont jamais fréquenté l'école (7,0 enfants). Du point de vue régional, la fécondité varie d'un minimum de 5,2 enfants dans les préfectures de Butare/Gitarama à un maximum de 7,2 dans les préfectures de Kibuye/Ruhengeri/Gisenyi. Au moment de l'enquête, 10 pour cent des adolescentes de 15-19 ans avaient déjà eu, au moins, un enfant ou étaient enceintes pour la première fois. En outre, cette proportion d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde varie fortement selon la région (de 7 pour cent à Butare/Gitarama, à 16 pour cent à Byumba/Kibungo), et selon le niveau d'instruction (de 3 pour cent chez les adolescentes ayant dépassé le niveau d'instruction primaire, à 22 pour cent chez celles sans instruction). Ce sont les catégories de femmes chez lesquelles se rencontrent ces fortes proportions d'adolescentes mères ou enceintes qui ont les niveaux les plus élevés de fécondité. Parmi les femmes enquêtées, la proportion des célibataires est importante : 32 pour cent ont déclaré n'avoir jamais ~tê en union. De même, on observe une forte proportion de femmes en rupture d'union, soit par veuvage (4 pour cent), soit par divorce ou séparation (6 pour cent). Ainsi, au total, 42 pour cent des femmes de 15-49 ans n'étaient pas en union au moment de l'enquête. A 20-24 ans, 45 pour cent des femmes sont encore célibataires, et l'~lge médian d'entrée en union est de plus en plus tardif : il est passé de 18,7 ans chez les femmes des générations les plus anciennes, ågées de 45-49 ans à l'enquête, å 20,9 ans chez celles de 25-29 ans. De même, dans les générations récentes ågées de 25-29 ans à l'enquête, les premiers rapports sexuels se produisent plus tardivement (mêdiane de 20,2 ans) que dans les générations anciennes (médiane de 18,4 ans). Ces changements de comportement en matière d'union et de rapports sexuels expliquent, en grande partie, la baisse de la fécondité observée récemment. Depuis I'ENF (1983), la connaissance de la contraception s'est très nettement améliorée : 67 pour cent de femmes connaissaient une méthode quelconque de contraception en 1983, contre 98 pour cent en xix 1992 pour les seules méthodes modernes. En outre, parmi les femmes en union qui déclarent connai'tre une méthode, 92 pour cent savent où se la procurer. Plus d'une femme sur cinq utilisait la contraception au moment de l'enquête. Parmi les méthodes modernes, les injections (8 pour cent) et la pilule (3 pour cent) sont les plus utilis6es; parmi les méthodes traditionnelles, c'est la continence périodique (5 pour cent) et le retrait (3 pour cent) qui sont les plus pratiquées. Le condom reste très peu utilise (moins de 1 pour cent). Depuis 1983, la pr6valence contraceptive a fortement augmenté, en particulier pour les méthodes modernes, passant de 1 à 13 pour cent. Le développement de la contraception, et surtout des méthodes modemes, est un autre facteur important expliquant la baisse de la fécondité observée récemment. Comme pour la fécondité, les niveaux d'utilisation de la contraception varient selon le milieu de résidence et le niveau d'instruction : 13 pour cent des femmes du milieu rural utilisent une méthode moderne contre 20 pour cent en milieu urbain. De même, l'utilisation de la contraception moderne varie de 11 pour cent chez les femmes sans instruction à 28 pour cent chez celles qui ont un niveau d'instruction supérieur au primaire. Cependant, 93 pour cent des femmes en union qui connaissent une méthode contraceptive approuvent la planification familiale, et la diffusion d'informations à ce sujet dans les média est approuvée par 95 pour cent. Plus d'un tiers des femmes rwandaises en union et plus d'un tiers de leur mari partagent le même désir de limiter leur descendance : ils ont expfimé le souhait de ne plus avoir d'enfants. Si toutes les grossesses non désirées étaient ~vit~es, la fécondité totale serait de 4,2 enfants, soit 2 enfants de moins que la fécondité actuelle. Ce niveau de fécondité désirée (4,2 enfants) correspond également au nombre idéal d'enfants exprimé par les femmes et leurs matis. On estime que 40 pour cent des femmes en union ont des besoins non-satisfaits en matière de planification familiale. Si ces besoins étaient satisfaits, la prrvalence contraceptive pourrait atteindre 62 pour cent. Ces résultats laissent présager que la baisse de la fécondité amorcée se poursuivra dans les années à venir. L'EDSR foumit aussi un ensemble d'informations très importantes sur la santé de la mère et de l'enfant ainsi que sur l'~rat nutritionnel des enfants. Concernant les soins prénatals, on constate que, quelles que soient les caractéristiques de la mère, 92 à 99 pour cent des naissances des cinq années ayant précédé l'enquête ont donné lieu à des consultations prénatales. Par ailleurs, dans 9 cas sur 10, la mère a reçu au moins une injection antitétanique pendant la grossesse. Cependant, trois naissances sur quatoe ont lieu à la maison et une naissance sur cinq se démule sans l'assistance de professionnels de la santé. En outre, on constate d'énormes différences du point de vue du niveau d'instmction de la mère et du milieu de résidence : 67 pour cent des naissances du milieu urbain ont lieu cn formation sanitaire contre 23 pour cent en milieu rural, et 65 pour cent des naissances des femmes ayant une instruction suprricure au primaire se sont d6roulées avec l'assistance de professionnels de la santé, contre seulement 18 pour cent des naissances chez les femmes sans instruction. D'après les déclarations des mères et selon les renseignements tirés des carnets de vaccination, la grande majorité des enfants de 12-23 mois (87 pour cent) ont reçu tous les vaccins du Programme Elargi de Vaccination (PEV) et, pour 83 pour cent des enfants, ces vaccinations ont été faites conformément au calendrier vaccinal recommandé par l'OMS. Cette couverture vaccinale est assez uniformément répartie selon le milieu de résidence, la région et le niveau d'instruction puisqu'elle ne varie que de 83 à 95 pour cent selon les différents groupes de mères. En ce qui concerne les maladies de l'enfance, 33 pour cent des enfants de moins de cinq ans ont présenté des sympt0mes d'infections respiratoires aiguës (toux et respiration courte et rapide), 42 pour cent ont eu de la fièvre et 23 pour cent ont eu un ou plusieurs épisodes diarrhéiques, pendant les deux semaines XX qui ont prEcédé l'enquête. Quelle que soit la maladie, moins d'un tiers des enfants ont été conduits en consultation lorsqu'ils étaient malades. En outre, environ 3 enfants sur 10 n'ont reçu aucun traitement pendant leur maladie; pour ceux qui ont reçu un traitement, il s'agissait le plus fréquemment de remèdes traditionnels. Parmi les enfants atteints de diarrhée, la moitié d'entoe eux n'a bEnéficié d'aucune forme de réhydratation par voie orale, alors que la grande majorité des femmes connaissent les sels de rEhydratation orale (85 pour cent). La quasi totalité des enfants rwandais nés au cours des cinq années ayant précédé l'enquête ont été allaités (97 pour cent), et cela sur une longue période, puisque un enfant sur deux est allaité pendant pr~s de 28 mois. Cependant, seulement 18 pour cent des enfants sont mis au sein immédiatement après la naissance. En outre, contrairement aux recommandations de l 'OMS selon lesquelles un enfant ne doit recevoir rien d'autre que le sein jusqu'à 4-6 mois, un enfant sur trois reçoit des compléments nutritionnels à l 'åge de 4-5 mois. A l'opposé, parmi les enfants de 6-7 mois pour lesquels le lait matemel seul n'est plus suffisant à leur alimentation, un sur trois ne reçoit pas d'aliment de complément. Près de la moitié des enfants rwandais de moins de cinq ans souffrent de sous-nutrition chronique qui se manifeste par un retard de croissance. Cette forme de sous-nutrition augmente avec l'ãge pour atteindre 54 pour cent des enfants de 12-23 mois et pour se maintenir ensuite autour de 50 à 60 pour cent. Par ailleurs, 7 pour cent des enfants de 12-23 mois souffrent de sous-nutrition aiguë qui se manifeste par l'émaciation. Malgré des résultats très satisfaisants dans le domaine des soins prénatals et de la vaccination des enfants, la forte prévalence des maladies de l'enfance et leur manque de traitement explique que la mortalité des enfants rwandais reste toujours élevée. Sur mille enfants qui naissent vivants, 85 décèdent avant le premier anniversaire, et sur mille enfants qui atteignent un an, 72 meurent avant d'atteindre 5 ans. Globalement, la mortalité infanto-juvénile touche 150 enfants pour mille naissances vivantes. Ces niveaux de mortalité ont néanmoins nettement diminué au cours des 15 demières années : depuis la fin des années 1970, où elle était estimée ~t 225 pour mille, la mortalité infanto-juvénile aurait baissé de 44 pour cent. Les niveaux de mortalité présentent d'assez faibles variations selon le milieu de résidence des mères, la mortalité infanto-juvénile variant de 163 pour mille en milieu rural à 155 pour mille en milieu urbain. Par contre, les enfants de mères sans instruction courent près de deux fois plus de risques de décéder avant l'åge de 5 ans que ceux dont la mère a un niveau d'instruction supérieur au primaire. Par ailleurs, les enfants nEs de mères très jeunes (moins de 20 ans) sont plus exposes å la mortalité infantile (121 pour mille) que ceux nés de mères plus ågées (90 pour mille ou moins); de même, les intervalles intergénésiques très courts sont associés à une mortalité infantile (159 pour 1 000) près de trois fois plus élevée que celle associée aux intervalles intergénésiqucs de quatre ans ou plus (57 pour mille). Ainsi, la fécondité précoce et des grossesses trop rapprochées contribuent au maintien d'une mortalité élev6ee parmi les enfants. x×i RWANDA ZAIRE / I LAC KIVU // CYANGUGU ;ENYI GIKONGOROOe OUGANDA • RUHENGERI • GITARAMA • BUTARE • BYUMBA ~r KIGALI BURUNDt • K IBUNGO TANZANIE x×ii CHAPITRE 1 CARACTERISTIQUES DU PAYS ET PRESENTATION DE L'ENQUETE 1.1 CARACTERIST IQUES DU PAYS 1.1.1 Géographie et histoire Le Rwanda est un pays de l'Afrique centrale situé au sud de l'Equateur, entre 1"04' et 2°51 ' de latitude sud et entre 28053 , et 30053 ' de longitude est. Avec une superficie de 26 338 km 2, le pays est entouré par l 'Ouganda au nord, la Tanzanie à l'est, le Zaïre à l'ouest et le Burundi au sud. Sans accès å la mer, le Rwanda est ainsi enclavé et se situe, à vol d'oiseau, à 1 200 km de l 'Océan Indien et å 2 000 km de l'Océan Atlantique. Le Rwanda se rattache morphologiquement aux hautes terres de l'Afrique centrale et orientale avec un relief montagneux et une altitude moyenne de 1 700 mètres. Cependant, trois grandes unités peuvent dtre distinguées : L'Ouest et le Centre-Nord du pays présentent un relief montagneux constitué de la Crête Zaïre-Nil et de ses contreforts, de la chaîne de Birunga (volcans) ainsi que des Hautes Terres de Byumba et de Ruhengeri. Cet ensemble est caractérisé par un relief abrupt et disséqué avec des vallées encaissées. Mises à part ces vallées, l'altitude y est supérieure å 2 000 mètres. La Crête culmine å 3 000 mètres d'altitude mais reste à son tour dominée par la chaîne des volcans dont le plut haut, le Kalisimbi, culmine à 4 507 mètres d'altitude. Au centre du pays, le paysage montagneux cède la place à un relief collinaire qui a valu au Rwanda l'appellation de pays des mille collines. L'altitude varie, en moyenne, entre 1 500 et 2 000 mètres. C'est une morphologie faiblement disséquée appelée aussi "plateau central." Plus à l'est, s'étend une vaste zone de plateau dite "plateau de l'est" où l'aspect collinaire s'estompe au profit d'un relief plat, monotone, découpé de quelques collines et de vall6es lacustres. L'altitude tombe généralement en-dessous de 1 500 mètres. Il faut ajouter qu'à l'ouest, la Crête Zaïre-Nil domine le lac Kivu qui occupe le graben du rift et se situe b. 1 460 mètres d'altitude. Sur le plan climatique, le Rwanda jouit d'un climat subéquatorial tempéré par l'altitude. La température annuelle moyenne oscillant autour de 18,5°C tandis que la pluviométrie est de l'ordre de 1 250 mm, en moyenne, répartie en deux saisons inégales qui altement avec une petite et une grande saisons sèches. Le climat connaît cependant des variations régionales qui restent en général calquées sur les étages altitudinaux. A l'ouest et au nord, les régions de la crête, des volcans et des hautes terres de Byumba et Ruhengeri jouissent d'un climat frais (16°C en moyenne) et humide avec une pluviométrie moyenne supérieure à 1 300 mm mais pouvant dépasser 1 600 mm au-dessus de la crête et sur le pi~mont des volcans. La région des collines du centre reçoit, en moyenne, entre 1 100 mm et 1 300 mm de pluie par an. Le plateau de l'est connah un climat relativement chaud et faiblement arrosé avec des totaux annuels de pluies généralement inférieurs à 1 000 mm, le minimum variant autour de 800 mm. Avec des températures quasi constantes, le climat du Rwanda reste cependant caractérisé par des variabilités interannuelles, voire des irrégularités notables de pluies marquées par des excès et surtout des déficits. Ces perturbations affectent profondément la production agricole qui enregistre parfois des périodes de crise. L'hydrographie du pays est caractérisée par un réseau dense de rivières. En dehors de la façade ouest de la Crete Zaïre-Nil dont le drainage est tourné vers le fleuve Zaïre, le reste du pays est drainé vers le Nil par la rivière Akagera qui collecte presque toutes les rivières de ce bassin. L'hydrographie reste aussi caractérisée par beaucoup de lacs entourés de marécages. La pression démographique et la déforestation qui s'en est suivie ont donné lieu å une végétation anthropique où ne subsistent que quelques lambeaux (5 pour cent du territoire) de f6rets naturelles situées sur la Crête Zaïre-Nil et sur les volcans. Lors de la Conférence Internationale de Berlin (1884-1885), le Rwanda, alors presque inconnu des européens, fut englobé dans les territoires dévolus à l'Allemagne dont le protectorat fut effectif et reconnu à la cour royale du Rwanda en 1899. En 1916, au cours de la première guerre mondiale, le Rwanda passe sous le contr61e militaire belge. L'occupation belge est confirmée par le Traité de Versailles de 1919. Le Rwanda devient, en 1923, un territoire sous-mandat de la Société des Nations confié à la Belgique. En 1946, le pays passe sous la tutelle de l'Organisation des Nations Unies, assurée également par la Belgique jusqu'au 1 "~ juillet 1962, date d'accession du Rwanda à l'indépendance. Peu après la révolution sociale de 1959, le Rwanda est proclamé République le 28 janvier 1961. En 1973, un coup d'état militaire consacre la deuxième République, gérée en régime de parti unique depuis la création du Mouvement Révolutionnaire National pour le Développement (MRND) en 1975. Le 10 juin 1991 une nouvelle constitution instituant le multipartisme est promulguée. 1.1.2 Economie Le Rwanda est un pays essentiellement agricole. Les données du Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH) de 1991 montrent que 91 pour cent de la population active occupée travaille dans le secteur primaire, dominé par 1' agriculture, 3 pour cent dans le secteur secondaire et 6 pour cent dans le tertiaire. 1 En 1991, ces trois secteurs représentaient respectivement 40, 20 et 40 pour cent du Produit Intérieur Brut (PIB). D'après la Banque Mondiale, en 1991, le produit national brutper capita était de 270 dollars US. 2 i Service National du Recensement, 1993. 2 Banque Mondiale, 1993. Rurale å pr~s de 95 pour cent, la population rwandaise vit d'une agriculture de quasi subsistance qui n'est ouverte au marché qu'à l'occasion des excédents conjoncturels. La pluviométrie capricieuse fait que les années qui approchent l'autosuffisance alimentaire alternent avec les années de famine souvent très marquée, Aussi faut-il souligner que la pression démographique que connaît le pays a conduit à une crise foncière qui hypothèque dangereusement le développement de ce secteur clé de l'économie qu'est l'agriculture. Le café constitue la principale source de devises pour le pays, mais il reste, lui aussi, soumis aux aléas climatiques et surtout à la fluctuation des cours internationaux. C'est ainsi que la chute des cours du café intervenue depuis 1987 a plongé le pays dans une crise importante conduisant à une rupture profonde des équilibres économiques. Les autres cultures de rente sont le thé (également source de devises), le pyr~thre et la canne à sucre. Le sous-sol rwandais est pauvre et se résume à quelques gisements de cassitérite, de wolfram, de colomhn-tantalite, de b6ryl et d'un peu d'or. Ceci fait que les activités minières participent faiblement au revenu national. L'économie du Rwanda reste, par ailleurs, sous la contrainte de l'enclavement du pays. Cet enclavement grève les prix des marchandises importées et exportées, suite à la longueur du transport, sa cherté et son incertitude quand les zones traversées par les routes vers Mombasa et Dar-es-Salam, principaux ports, connaissent des troubles. 1.1.3 La population Depuis plusieurs sircles, la population est composée de trois grands groupes ethniques : les hutu, les tutsi et les twa qui représentent, respectivement, 90 pour cent, 8 pour cent et moins de 1 pour cent de la population. Ces ethnies partagent une langue commune, le kinyarwanda, langue nationale et officielle du pays. D'après le RGPH de 1991, la population du Rwanda s'élève à environ 7,2 millions d'habitants (Graphique 1.1) : c'est l 'un des pays les plus densément peuplés d'Afrique, avec une densité brute de plus de 270 habitants par km z. Le taux de croissance de la population, estimé à 3,2 pour cent par an, est également parmi les plus élevés du continent. La pression démographique, causée par la forte densité et un taux de croissance excessivement élevé, pose un problème particulièrement grave au Rwanda, d'autant plus que le pays est peu urbanisé et peu industrialisé. En effet, à peine un peu plus de 5 pour cent de la population réside en milieu urbain, et environ 90 pour cent de la population travaille dans le secteur primaire, largement dominé par l'agriculture dont la capacité d'absorption de main d'oeuvre est faible. Etant donné l'insuffisance d'emplois dans le secteur industriel et dans celui des services, une partie importante de la force de travail générée par la croissance démographique n'arrive pas å s'insérer convenablement dans le système économique. Aussi, depuis plusieurs années, la réalisation de l'équilibre entre population et ressources retient l'attention des autorités rwandaises. La situation démograpbique du Rwanda peut être résumée par les indicateurs qui figurent au Tableau 1.1. Graphique 1.1 Evolution de la population - Rwanda, 1952-1991 Population (millions) ~ 1991(d) i i i i i i i i i i i 4 ~ i i i I I I ~ i i i i i i i i i i i I I 4 i ~ i i I I I i i 50 55 60 65 70 75 80 85 90 95 Année Sources: ONAPO (1990), et a) Enquéte Démographique 1952, b) Enqu6te Démographique 1970, c) Recensement 1978, d) Recensement 1991 Tableau 1.1 Indicateurs démographiques de base Indicateurs 1978-83 1991 92 Population totale Densité (habitants/km 2) Population urbaine (pour cent) 4 831 527 a 7 157 551 c 183 a 272 c 4,6 a 5,5 c Taux brut de natalité (pour mille) 54 a 45,9 c Taux brut de mortalité (pour mille) 17 ~ 14.1 c Taux d'accroissement naturel (pour cent) 3,7 a 3,2 c Indice Synthétique de Fécondité (enfants/femme) 8.5 b 6.2 d Taux de mortalité infantile (pour mille) 120 b 85 d SOUTCeS: aRecensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH), 1978 bEnqu&e Nationale sur la Fécondité, 1983 CRecensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH). 1991 dEnqu~te Démographique et de Santé. 1992 1.1.4 Politique en matière de santé publique et de planification familiale Le problème posé par la pression démographique étant une des priorités de la 2 ° République depuis son établissement en 1973, le gouvernement du Rwanda a créé, en 1981, l'Office National de la Population (ONAPO) pour faire face à ce problème. La mission principale de I 'ONAPO est d'étudier les problèmes découlant de l'accroissement démographique et de proposer au Gouvemement des solutions appropriées. La sensibilisation aux contraintes multiples engendrées par un rythme rapide d'accroissement de la population a été la préoccupation de I 'ONAP0 depuis sa création. D'une manière générale, les actions en santé publique ont pour but l'amélioration globale de la santé, réductrice de mortalité, gage d'un meilleur bien-~tre physique, et facteur de la réduction du nombre d'enfants par femme. La politique nationale en la matière est axée sur la promotion des huit composantes des soins de santé primaires. Les programmes dans ce secteur visent à : développer et appliquer un schéma cohérent et efficace d'organisation des formations médicales; renforcer la supervision-formation des centres de santé et du personnel; renforcer l'approvisionnement des centres de santé et de la population en médicaments essentiels et en matériel médical de base (initiative de Bamako), avec création d'une centrale nationale d'approvisionnement, création des pharmacies communautaires communales et création d'une industrie pharmaceutique nationale; améliorer quantitativement et qualitativement la formation du personnel; améliorer, au moyen d'études, la connaissance des principales causes de morbidité et de mortalité; améliorer le niveau nutritionnel des Rwandais, et particulièrement celui des groupes vulnérables : enfants, femmes enceintes et celles qui allaitent, et travailleurs. En ce qui concerne la planification familiale proprement dite, les programmes sont axés sur les volets suivants : un appui ferme de toutes les autorités politico-administratives et religieuses du pays à la planification familiale; la promotion et le renforcement de la fourniture des services de planification familiale du Ministère de la Santé, par une intégration de ces services à ceux de la Santé Maternelle et Infantile (SMI). Ceci implique la généralisation de ces services dans toutes les formations socio-sanitaires; l'adoption de mesures législatives connexes accompagnant la politique de planification familiale et incitant à une plus grande utilisation des méthodes contraceptives; l'amélioration de la qualité des services de planification familiale par une formation et un engagement accrus du personnel, une meilleure organisation, supervision et encadrement, un meilleur accueil des utilisateurs de planification familiale, un meilleur suivi de ces utilisateurs, une information plus adéquate sur tous les effets des méthodes de contraception; la distribution à base communautairc de certaines méthodes (condoms, spermicides, réapprovisionnement en pilule.); la promotion plus importante de certaines méthodes peu utilis6es (Dispositif lntra-Utérin -DIU-, pilule.). 1.2 PRESENTATION DE L 'ENQUETE 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs Conformément à sa mission, c'est I 'ONAPO qui a eu la responsabilité d'exécuter l'Enquête Démographique et de Santé au Rwanda (EDSR), avec l'assistance technique de Macro International, Inc. Cette enquête, qui entre dans le cadre du programme intemational des Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS, ou Demographic and Health Surveys - DHS), a bénéficié d'un financement de l'Agence des Etats-Unis pour le Développement Intemational (USAID). L'UNICEF a également foumi une assistance matérielle. L'EDSR est une enquête par sondage dont l'objectif principal est de recueillir, à l'échelle nationale, des données fiables et de qualité permettant de : calculer certains taux démographiques et, plus particulièrement, les taux de fécondité et de mortalité infantile ; analyser les facteurs qui déterminent le niveau et les tendances de la fécondité et de la mortalité ; estimer les niveaux de connaissance et de pratique de la contraception chez les femmes en åge de procréer et chez leur mari ; connaître les préférences en matière de fécondité et l'attitude envers la planification familiale des femmes et de leur mari ; évaluer la situation de la santé matemelle et infantile en ce qui concerne les vaccinations, la ptévalence et le traitement de la diarrhée et des maladies respiratoires, les pratiques d'allaitement, les soins prénatals et l'assistance à l'accouchement ; évaluer l'état nutritionnel des enfants de moins de 5 ans à partir des mesures anthropométriques. Gråce à les capacités du dans le futur. l'expérience acquise par les cadres durant I'EDSR, ce projet vise également h renforcer Rwanda, en général, et de I'ONAPO, en particulier, pour réaliser des études similaires 1.2.2 Questionnaires Trois questionnaires ont été utilisés au cours de I'EDSR : le questionnaire ménage, le questionnaire individuel femme et le questionnaire mari. Les entretiens se sont déroul6s dans la langue nationale, le kinyarwanda. Le questionnaire ménage a permis d'établir la liste de tous les membres du ménage et de collecter å leur sujet quelques caractéristiques importantes. Ce questionnaire comporte aussi plusieurs questions relatives aux caractéristiques physiques des logements, permettant d'évaluer les conditions économiques et environnementales dans lesquelles vivent les femmes qui sont enquêtées individuellement. Néanmoins, l'objectif principal du questionnaire ménage a été de permettre l'identification des femmes éligibles et, éventuellement, de leur mari. 6 Le questionnaire individuel femme a été utilisé pour enregistrer les informations concernant les femmes éligibles, c'est-à-dire les femmes de 15-49 ans, ayant passé la nuit précédant l'entretien dans le ménage sélectionné, quel que soit leur statut de résidence. Ce questionnaire comprend huit sections qui portent sur les thèmes suivants : caractéristiques socio-démographiques reproduction connaissance et utilisation de la contraception grossesse et allaitement, vaccination et santé des enfants nuptialité préférences en matière de fécondité caractéristiques du conjoint et activité économique de la femme mesures anthropométriques des enfants de moins de cinq ans. Le questionnaire mari qui est une forme simplifiée du questionnaire individuel femme, comprend les sections suivantes : • caractéristiques socio-démographiques • connaissance et utilisation de la contraception • préférences en matière de fécondité. 1.2.3 Echantillon Les opérations de collecte des données ont débuté à la mi-aoQt 1990 mais, au mois d'octobre, de façon inattendue, I 'ONAPO a été obligé de suspendre les activités de l'enquSte sur le terrain en raison des hostilités déclenchées par les forces rebelles et de la situation d'insécurité qui en résultait. Diverses tentatives pour reprendre les opérations se sont soldées par des échecs du fait de l'insécurité qui régnait dans le pays pendant plusieurs mois. Au moment de l'interruption du travail, en octobre 1990, un tiers de l'échantillon, c'est-å-dire près de 2 000 femmes en âge de procréer, avaient déjà été interviewées. Malgré ce nombre important de cas, les données recucillics ne constituaient qu'une partie de l'échantillon non uniformément répartie et, par conséquent, n'étaient pas représentatives. Le manque de oeprésentativité de ces données les rendant inutilisables pour des analyses démographiques approfondies fiables, elles n'ont pas ét~ exploit~es. En renonçant aux données recueillies en 1990, la décision fut prise de conduire une deuxième enquête, basée sur un nouvel échantillon, le premier échantillon sélectionné étant obsolète du fait des mouvements de population engendrés par le conflit. Les opérations de collecte des données se sont finalement déroulées de juin à octobre 1992, pendant quatre mois environ. L'EDSR est basée sur un échantillon représentatif au niveau national, stratifié en milieu urbain/rural, le taux de sondage pour le milieu urbain étant le triple de celui du milieu rural. 3 Dans chacun de ces milieux, l'échantillon est auto-pond~r~. Les Unités Primaires de Sondage (UPS) ont été constituées, pour le milieu rural, par les cel lu les, 4 dont la liste des ménages a été actualisée, et par les Districts de 3 Le classement urbain-rural est basé sur la définition officielle du Ministère des Travaux Publics et de l'Energie (MINITRAPE), également utilisée par le Service National du Recensement. 4 La cellule est la plus petite unité administrative au Rwanda. En 1991. la taille moyenne des cellules était d'environ 800 personnes. 7 Recensement (DR) du RGPH de 1991, pour le milieu urbain. Pour faciliter le travail sur le terrain et réduire le déplacement des équipes, les UPS dépassant 500 ménages ont ét~ divisées en deux ou trois segments, dont un seul a été sélectionné. Au total, 201 grappes ont été sélectionnées, composées de 150 cellules rurales et de 51 DR urbains. Pour des raisons de sécurité, certaines zones ont été exclues de l'enquete : il s'agit de 44 secteurs ruraux dans les préfectures de Byumba et Ruhengeri. Les zones exclues représentent environ 2,8 pour cent de la population rwandaise. De plus, l'enquête n'a pas été réalisée dans deux des quinze grappes sélectionnées à Byumba parce que cette zone était considérée à hauts risques et que I 'ONAPO ne voulait pas exposer les enquêteurs aux dangers du conflit. Cependant, les ménages de ces cellules ne représentant qu'une très faible portion de l'échantillon, le fait qu'ils n'aient pas été enquetés n'entraîne pas de distorsion significative de l'information. Malgré le climat d'insécurité régnant dans le pays au moment du travail sur le terrain, les résultats de l'enquête sont satisfaisants. A l'intérieur des 201 grappes de l'échantillon, on a sélectionné 6 509 ménages, dans lesquels 6 947 femmes éligibles ont ~té identifiées (Tableau 1.2). Parmi les ménages sélectionnés, 6 368 ont été identifiés et 6 252 enquêtés avec succès, soit un taux de réponse de 98,2 pour cent. Parmi les femmes éligibles, 6 551 ont été interrogées avec succès, soit un taux de réponse de 94,3. En ce qui concerne l'enquete auprès des maris, il a été décidé d'interviewer tous les maris présents dans un ménage sélectionné sur cinq seulement. Le choix d'un sous-échantillon de si petite taille répondait à des contraintes budgétaires, induites par l'arrêt, puis la reprise des activités de l'enquête. A l'intérieur des 1 227 ménages sêlectionnés pour cette enquête et pour lesquels l'interview avait été complétée, 715 matis ont ~té identifiés et 598 d'entre eux ont ét~ enquêtés avec succès, soit un taux de réponse de 83,6 pour cent. Compte tenu de la petite taille de l'échantillon, les résultats concernant l'enquête auprès des matis ne constitueront pas un chapitre à part, mais seront présentés en même temps que les résultats concemant les femmes, et au niveau national seulement. Tableau 1.2 Taille et couverture de l'échantillon Effectifs des ménages, des fenunes et des matis sélectionnés, identifiés et enquétés, et taux de réponse selon le milieu de résidence, EDS Rwanda 1992 Résidence Enquéte Urbain Rural Total Enquête ménage Nombre de logements sélectiormés 1113 Nombre de ménages identifiés 1057 Nombre de ménages enqub.tés 1020 5396 6509 5311 6368 5232 6252 Taux de réponse 96,5 98,5 98,2 Enquête individuelle femme Nombre de femmes éligibles 1227 Nombre de femmes enquétées 1158 5720 6947 5393 655i Taux de réponse 79,1 84,3 83,6 91 624 715 72 526 598 Enquéte individuelle mari Nombre de matis éligibles Nombre de maris enquétés Taux de réponse 94,4 94,3 94.3 Pour l'analyse de l'enquête, les résultats seront pr6sentés selon le milieu de r6sidence urbain-rural et selon un regroupement de préfectures. En effet, la taille de l'échantillon ne permet pas de mener des analyses statistiquement significatives au niveau des 11 pr6fectures du pays prises séparément. Au cours de l'analyse, on a donc utilisé les regroupements suivants : les préfectures de Kibuye, Ruhengeri et Gisenyi, les préfectures de Cyangugu et de Gikongoro, les pr6fectures de Butare et de Gitarama, les préfectures de Byumba et de Kibungo, et les préfectures de Kigali (rural) et de la ville de Kigali. 5 1.2.4 Collecte et exploitation des données Après une formation d'environ trois semaines, six équipes, chacune compesée de quatre enquEtrices, d'un agent chargé des mesures anthropemétriques, d'une contr61euse et d'un chef d'équipe, se sont chargées de la collecte des données pendant une p6riode d'environ quatre mois. Des missions de supervision étaient r6gulièrement organisées sur le terrain dans le but de renforcer, auprès des enquêtrices, les contr61es peur garantir la qualité des données. La saisie des données se faisant parallèlement à la collecte, le service informatique produisait des tableaux de qualité des données permettant de mettre en évidence les erreurs les plus importantes commises par chaque équipe pendant la collecte. Ces tableaux constituaient, pour les superviseurs de terrain, un outil efficace peur signaler aux enquêtrices certains problèmes, omissions ou incohérences trouvées dans les données collectées. Les missions de supervision relayaient le travail de contr61e permanent qu'effectuaient le chef d'équipe et la contr61euse. Tous les questionnaires remplis, contr61és et regroupés par grappe étaient ramenés à la direction de I'EDSR à Kigali par les superviseurs à leur retour de mission. Après réception des dossiers de grappe, un contrõle d'exhaustivité des questionnaires et une vérification sommaire de la cohérence des données étaient réalisées avant la saisie des questionnaires. La saisie et l'édition des données ont 6té effectuées sur micro-ordinateurs en utilisant le logiciel ISSA (lntegratcd System for Survey Analysis) développé par Macro Intemational, Inc. Après la saisie et l'édition des données, l'imputation de certaines dates manquantes et l'apurement des fichiers, dans les mois suivant la fin des op6rations de collecte, une première série de tableaux a été produite peur l'élaboration du rapport préliminaire. Les tableaux qui figurent dans le présent rapport ont été produits après publication du rapport préliminaire, après que de nouvelles vérifications et que l'apurement des fichiers aient été exécutés. Toutes les phases du traitement des données ont été réalisées au moyen du logiciel ISSA. 5 Dans la suite du texte, ces regroupements de préfectures seront désignés de la façon suivante : Kibuye/Ruhengeri/Gisenyi, Cyangugu/Gikongoro, Butare/Gitarama, Byumba/Klbungo, et Kigali. 9 CHAPITRE 2 CARACTERISTIQUES DES MENAGES ET DES ENQUETES Le questionnaire ménage de I'EDSR fournit un ensemble de donnêes relatives à la structure de la population, à la composition des ménages, ainsi qu'aux caractéristiques de l'habitat et à certains biens possédés par les ménages. Au cours des travaux de collecte des données sur le terrain, des interviews ont été menêes avec succès auprès de 6 252 ménages, dans lesquels on a dénombré un total de 31 035 personnes et, parmi ces demières, 6 947 femmes en åge de reproduction ont été identifiées et, par la suite, sélectionnées pour être enquêtées individuellement. Ce chapitre présente une description de certaines des caractéristiques des ménages recensés et de la population qui les compose, ainsi qu'une description des caractéristiques de base des femmes et des matis ayant été enquêtés individuellement. L'objectif de ce chapitre est donc de présenter le contexte dans lequel vivent les femmes, leur mati et leurs enfants qui font l'objet des analyses ultérieures. Une telle description est essentielle dans la mesure où le comportement proerêateur des femmes, aussi bien que l'état de santé et l'état nutritionnel des enfants, sont conditionnés par l'environnement physique et socio-culturel ainsi que par la situation économique. 2.1 ENQUETE MENAGE 2.1.1 Répartition par sexe et åge de la population des ménages Le Tableau 2.1 donne la rêpartition par sexe et åge de la population dans les ménages enquêtés. Cette répartition est illustrée par la pyramide des åges au Graphique 2.1. La structure de la population par groupe d'ãges quinquennal est assez régulière et caractéristique d'une population jeune, dont la pyramide, large à la base, se rétrêcit rapidement au fur et à mesure que l 'on évolue vers les åges élevés. Les pyramides de cette forme sont propres aux pays à forte fécondité et å mortalité élevée. Cependant, on peut noter que la proportion de population du premier groupe d'åges (0-4 ans) est pratiquement identique à celle du groupe d'åges suivant (5-9 ans), et même légèrement moins importante pour le sexe féminin. Cette contraction de la base de la pyramide est certainement la conséquence de la forte baisse de la fécondité qui s'est produite récemment au Rwanda (voir Chapitre 3 - Fécondité). Comme on l'a déj~ indiqué, le Rwanda est un pays principalement rural et agricole, la population rurale représentant un peu moins de 95 pour cent de la population totale. Au niveau national, la répartition de la population par sexe fait apparaître un léger déséquilibre au profit des femmes (48 pour cent d'hommes contre 52 pour cent de femmes), et la même tendance s'observe en milieu rural où le Rapport de Masculinité ~ est de 93 hommes pour 100 femmes. Par contre, en milieu urbain, le déséquilibre s'inverse puisque les hommes sont plus nombreux que les femmes (101 hommes pour 100 femmes). Ces répartitions par sexe, différentielles selon le milieu de résidence, résultent de mouvements migratoires différentiels entre les deux milieux de rêsidence mais aussi, certainement, d'une mortalité différente des hommes et des femmes selon leur milieu de résidence. On notera également que la proportion de la population de moins de 15 ans est beaucoup plus élevée en milieu rural qu'en milieu urbain (48 pour cent contre 41 pour cent), ce qui rêsulte, en particulier, d'une fécondité plus élevée des femmes mrales, ainsi que d'une migration d'adultes vers les centoes urbains. 1 Rapport de la population de sexe masculin à la population de sexe f6minin. 11 Tableau 2.1 Population des ménages par åge et sexe Répartition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'åges quinquennal, selon le milieu de résidence et le sexe, EDS Rwanda 1992 Urbain Rural Ensemble Groupe d'åges Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble 04 13,6 15,0 14,4 17,7 16,3 17,0 17,5 16,2 16,8 5-9 13,0 14,2 13,6 17,4 17,0 17,2 17,2 16,8 17,0 10-14 12,8 12,5 12,7 14,0 13,9 13,9 14,0 13,8 13,9 15-19 10,3 12,5 11,4 9,9 9,7 9,8 10,0 9,9 9,9 20-24 10,5 11,2 10,8 7,2 8,0 7,6 7,4 8,2 7,8 25-29 10,1 I0,0 10,0 6,1 6,6 6,4 6,3 6,8 6,6 3~~ 9,3 7,5 8,4 6,2 6,6 6,4 6,4 6,7 6,5 35-39 7,0 5,3 6,2 5,0 4,7 4,8 5,1 4,8 4,9 40-44 4,8 3,3 4,1 4,0 4,0 4,0 4,0 4,0 4,0 45-49 2,3 2,0 2,2 2,3 2,6 2,4 2,3 2,5 2,4 50~4 1,3 1,4 1,3 2,4 2,9 2,6 2,3 2,8 2,6 55~9 1,5 1,5 1,5 1,8 2,1 1,9 1,8 2,1 1,9 60-64 0,7 1,2 0,9 1,7 2,1 1,9 1,6 2,1 1,9 65-69 0,7 0,7 0,7 1,2 1,0 1,1 1,2 1,0 1,1 70-74 0,5 0,6 0,6 1,1 1,2 1,1 1,0 1,1 1,1 75-79 0,4 0,4 0,4 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 80+ 0,2 0,3 0,3 0,6 0,4 0,5 0,6 0,4 0,5 ND~SP 0,8 0,4 0,6 0,9 0,3 0,6 0,9 0,3 0,6 To~ loe,0 loe,0 i00,0 100,0 100,0 100,0 loe,0 loe,0 loe,0 E~etff 838 827 1666 14120 1523 29369 14958 16oe0 31oe5 ND = Non ddmrmmd NSP=Nes~tp~ Ages Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population Rwanda, 1992 12 10 8 6 4 2 0 2 4 6 8 Pourcentage 10 12 EDSR 1992 12 Au Tableau 2.2 figure la rtpartitinn de la population en grands groupes d'åges à différentes dates, à savoir en 1978 d'après le 1 ~ RGPH, 2 en 1983 d'après l'Enquête Nationale sur la Fécondité (ENF), 3 en 1991 d'après le 2 ~ RGPH et en 1992 selon I'EDSR. Il ressort de ces données que la structure de la population n'a que peu varié de 1978 à aujourd'hui; aux quatre dates, un peu moins de la moitié de la population est /~gée de moins de 15 ans, les adultes de 15-64 ans représentent environ un habitant sur deux, alors que les Rwandais ãgés de 65 ans et plus représentent moins de 4 pour cent de la population totale du pays. Comparée aux résultats de I'ENF de 1983, la proportion de population de moins de 15 ans aurait légèrement diminuée, ce qui pourrait résulter de la baisse de fécondité déjà mentionnée. Tableau 2.2 Population par åge selon différentes sources Répartition (en %) de la population par åge à différentes dates (population de droit), EDS Rwanda 1992 RGPH ENF RGPH EDSR Groupe d'åges 1978 1983 1991 1992 <15 ans 45,7 48,5 47,5 47,6 15-64 ans 51,5 48,6 49,3 48,5 65 ans ou + 2,8 2,9 3,2 3,4 ND 0,6 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Sou/ces: 1978 : Recensement Général de la Population et de l'Habitat 1983 : Enqu#.te Nationale sur la Fécondité 1991 : Recensement Général de la Population et de l'Habitat 2.1.2 Composition des ménages Le Tableau 2.3 porte sur la composition des ménages, plus précisément, il en fournit la répartition selon le sexe du chef de ménage, la taille et le type de ménage. Dans leur grande majorité (79 pour cent), les chefs de ménage sont des hommes. Cependant, les ménages qui ont des femmes comme chef et qui sont souvent des ménages de niveau socio-économique plus défavorisés que lorsqu'un homme en est le chef, représentent une part non négligeable avec plus d'un cas sur cinq (21 pour cent). En outre, on notera que les femmes chefs de ménage sont légèrement plus représentées en milieu rura/qu'en milieu urbain (21 pour cent contre 19 pour cent), ce qui s'explique probablement par l'~migration masculine. Du point de vue de la taille, on constate que les ménages de 3 à 6 personnes sont les plus frtquents (14 pour cent et plus pour chaque cas) : au total, ces ménages de 3 à 6 personnes représentent 59 pour cent des ménages rwandais. Dans un cas sur quatre (25 pour cent), les ménages ont une taille élevée et comptent 7 membres ou plus, alors que ceux de petite mille (1 ou 2 personnes) ne représentent que 16 pour cent. La taille moyenne s'établit à 5,0 personnes par ménage et varie légèrement selon le milieu de tésidence, passant de 4,6 personnes par ménages en milieu urbain à 5,0 en milieu rural. On notera également que les ménages composés d'une seule personne (5 pour cent) sont beaucoup plus fréquents en milieu urbain (12 pour cent) qu'en milieu rural (5 pour cent), conséquence, certainement, d'une prédominance des personnes seules dans le courant migratoire rural-urbain. Pour l'analyse du type de ménage, on a distingué cinq catégories définies selon le nombre de membres du ménage et leur relation avec le chef. On a ainsi distingué : a) les ménages d'une personne; b) les familles nucléaires complètes, qui englobent les ménages composés soit du chef et de son conjoint, soit du chef, de son conjoint et des enfants du chef; c) les familles nucléaires monoparentales, c'est-à-dire les 2 Bureau National de Recensement, 1984. 30NAPO, 1984. 13 Tableau 2.3 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, taille du ménage, lien de parenté avec le chef de ménage, selon le milieu de résidence, EDS Rwanda 1992 Résidence Caractéristique Urbain Rural Ensemble Chef de ménage Homme 80,6 79,1 79,2 Femme 19,4 20,8 20,8 Nombre de membres habltuels 1 11,8 5,0 5,4 2 13,9 10,1 10,3 3 14,0 14,4 14,4 4 12,9 16,0 15,9 5 12,8 14,6 14,5 6 11,6 14,3 14,1 7 8,4 10,9 10,8 8 5,9 6,6 6,5 9 ou + 8,6 8,0 8,l Taille moyenne 4,6 5,0 5,0 Lien de parenté (membres habltuels) Ménage d'une personne 11,8 5,0 5,4 Famille nucléaire complète 31,2 57,1 55,7 Famille nucléaire monoparentale 8,0 9,2 9,1 Famille élargie 18,7 22,4 22,2 Ménage complexe 30,3 6,2 7,6 Pourcentage de ménages avec des enfants orphelins 2,5 1,8 1,8 ménages composés du chef et de ses enfants, mais sans conjoint; d) les familles élargies, à savoir les ménages qui comprennent le noyau nucléaire et, en plus, d'autres parents du chefy compris, en cas de polygamie, les autres épouses si elles habitent le même logement; et e) les ménages complexes dans lesquels, en plus des personnes ayant un rapport de parenté avec le chef de ménage, certains autres membres n'ont aucune relation de parenté avec le chef. Dans l'ensemble, la majorité des ménages (56 pour cent) correspondent à des familles nucléaires complètes, c'est-à-dire composées du chef de ménage, de son conjoint et de ses enfants. Néanmoins, en milieu urbain, ce type de ménage ne représente que 31 pour cent, proportion pratiquement identique à celle des ménages complexes (30 pour cent). Ce pourcentage élevé de ménages à structure complexe en milieu urbain s'explique, en partie, par la présence assez fréquente de domestiques et de pensionnaires, résultant de la migration vers les centres urbains. La proportion de familles nucléaires monoparentales est relativement faible (moins de 10 pour cent). Par contre, un ménage sur cinq (22 pour cent) correspond à unefamiUe élargie, ce type de ménage étant légèrement moins représenté en milieu rural qu'en milieu urbain (19 pour cent contre 22 pour cent). Enfin, les ménages d' unepersonne sont beaucoup plus représentés en milieu urbain qu'en milieu rural (12 pour cent contre 5 pour cent), ce qui s'explique certainement, comme cela a déjà été signalé, par la migration de personnes seules vers les centres urbains. 14 Le Tableau 2.3 fournit également la proportion de ménages comptant un (ou plusieurs) enfant de moins de 15 ans dont les parents sont décédés. Une assez faible proportion de ménages (moins de 2 pour cent) comptent ainsi comme membre un (ou plusieurs) enfant orphelin. 2.1.3 Niveau d'instruction et fr6quentation scolaire Le niveau d'instruction des membres des ménages est une caractéristique très importante car il a une influence considérable sur le comportement procréateur, l'utilisation de la contraception, le comportement en matière de santé ainsi que sur les habitudes en matière d'hygiène et de nutrition. En outre, le niveau d'instruction étant étroitement lié à la situation socio-économique de la famille, il constitue un indicateur fiable de la position du ménage dans le contexte social et économique global. Dans le cadre de I 'EDSR, on a collecté des données sur le niveau d'instruction atteint et, pour chaque niveau, sur la dernière classe achevée par chaque membre du ménage ~lgé de 6 ans ou plus. Les Tableaux 2.4.1 et 2.4.2 donnent, pour chaque sexe et par åge, la répartition des membres des ménages selon le niveau d'instruction atteint. Tableau 2.4.1 Niveau d'instruction de la population des hommes Répartition (en %) de la population m~sculine (de fait) des ménages, ågée de six ans et plus, par niveau d'instruction atteint, et nombre médian d'années d'études accomplies selon l'åge, le milieu et la région de résidence, EDS Rwanda 1992 Niveau d'instruction Nombre Post-primaire médian Caractéristique Aucun Primaire ou plus ND Total Effectif d'années Groupe d'åges 6-9 52,8 44,3 0,0 2,9 100,0 2026 0,0 10-14 13,6 85,4 0,3 0,7 100,0 2088 3,6 15-19 17,6 69,4 12,3 0,8 100,0 1488 5,5 20-24 20,4 61,9 16,6 1,1 100,0 1102 5,9 25-29 28,0 58,3 12,5 1,2 100,0 949 4,1 30-34 28,6 63,0 6,8 1,6 100,0 950 4,1 35-39 25,9 66,2 6,6 1,4 100,0 761 3,9 40-44 30,0 61,3 7,2 1,5 100,0 602 3,6 45-49 37,2 56,2 5,1 1,5 100,0 338 2,6 50-54 39,0 51,6 7,8 1,6 100,0 343 2,3 55-59 45,6 48,7 3,5 2,2 100,0 262 1,2 60-64 59,8 38,1 0,8 1,4 100,0 240 0,0 65 ou plus 72,6 23,7 1,2 2,4 100,0 509 0,0 ND 38,3 34,0 8,0 19,7 100,0 139 2,0 Milieu de résidence Urbain 16,8 58,8 22,7 1,7 100,0 703 5,4 Rural 32,3 60,9 5,1 1,7 100,0 11095 2,7 Préfecture Kigali 28,2 61,3 9,4 1,1 i00,0 2154 3,2 Kibuye/Ruhengeri/Gisenyi 31,9 61,2 4,7 2,2 100,0 3156 2,4 Cyangugu/Gikongoro 32,3 60,2 5,6 1,9 100,0 1694 2,7 Butare/Gitarama 30,4 61,3 6,6 1,7 100,0 2845 3,1 ByumbalKibungo 34,5 59,5 4,4 1,6 100,0 1950 2,5 Ensemble 31,4 60,8 6,1 1,7 100,0 11799 2,8 15 Tableau 2.4.2 Niveau d'instruction de la population des femmes Répm'fitinn (en %) de la population féminine (de fait) des ménages, ågée de six ans et plus, par niveau d'instruction atteint, et nombre médian d'années dëtudes accomplies selon l'åge, le milieu et la région de résidence, EDS Rwanda 1992 Niveau d'instruction Nombre Post-primaire médian Caractéristique Aucun Primaire ou plus ND Total Effectif d'années Groupe d'~tges 6-9 54,1 43,8 0,0 2,l 100,0 2127 0,0 10-14 15,5 83,4 0,3 0,8 100,0 2214 3,6 15-19 20,9 69,0 9,7 0,4 100,0 1586 5,7 20-24 23,7 64,0 11,7 0,6 100,0 1317 5,6 25-29 36,2 52,5 Il,0 0,2 100,0 1086 3,4 30-34 42,9 51,2 5,8 0,1 100,0 1068 2,1 35-39 48,2 46,2 5,0 0.6 100,0 766 1,0 40-44 63,5 34,0 2,2 0.4 100,0 642 0,0 45-49 71,7 25,8 1,9 0,6 100,0 409 0,0 50-54 80,1 18,0 0,9 l,O 100,0 455 0,0 55-59 85,6 12,8 0,1 1,6 100,0 334 0,0 60-64 87,1 11.1 0,1 1,7 100,0 337 0,0 65 ou plus 93,3 5,0 0,0 1,6 100,0 490 0,0 ND 46,4 17,7 0,0 35,8 100,0 46 0,6 Milieu de résidence Urbain 24,7 52,8 21,3 1,1 100,0 676 4,6 Rural 43,6 52,0 3,4 1,0 100,0 12201 1,5 Préfecture Kigali 40,0 51.8 7.6 0,5 100,0 2162 2,2 KibuyeÆuhengeri/Gisenyi 47,3 48,2 2.8 1,7 100,0 3630 0,9 Cyangugu/Gikongoro 45,2 50,2 3,5 1,2 100,0 1952 1,5 Butare/Gitarama 36,4 57,6 5,2 0,7 100,0 3097 2,6 Byumba/Kibungo 43.7 52,6 3,0 0,7 100,0 2035 1,4 Ensemble 42,6 52,1 4,4 1,0 100,0 12877 1,6 Globalement, tous tiges confondus à partir de 6 ans, deux hommes rwandais sur trois (67 pour cent) et plus d 'une femme sur deux (57 pour cent) ont fréquenté l'école, et le nombre médian d'années achevées dans le système scolaire est de 2,8 ans pour les hommes contre 1,6 ans pour les femmes. Le niveau d'instruction a augmenté considérablement des générations les plus anciennes aux générations les plus récentes (voir Graphique 2.2), ce qui résulte d'une amélioration importante du système éducatif du Rwanda. La proportion de personnes sans instruction passe de 73 pour cent chez les hommes ågés de 65 ou plus à 30 pour cent chez ceux ågés de 40-44 ans et à seulement 14 pour cent chez ceux de 10-14 ans; l ' inverse, la proportion d 'hommes ayant fait des études passe de 25 pour cent chez les hommes les plus tigés à 86 pour cent chez ceux de 10-14 ans. En outre, on notera qu'à 15-19 ans, 82 pour cent des hommes ont, au moins, une instruction primaire, dont une part non négligeable (12 pour cent) ont même une instruction supérieure au primaire. 16 Graphique 2.2 Niveau d'instruction selon l'âge Pourcentage Sexe masculin 100 8O 60 40 2O O • ~= 1928 1933 1938 1943 1948 1053 1958 1963 1968 1973 1978 GértératioR 1927 1932 1937 1042 1947 1052 1957 1962 1967 1972 1977 1982 65+ 60.64 85-59 80-54 45-49 40-44 85-39 30-34 25-29 2o*24 15-19 10.14 Age Sexe féminin Pourcentage 89 Sans instruction 4O 2 <= 1928 1933 1938 1943 1948 1953 1958 1963 1968 1973 1978 Génération 1927 1932 1937 1942 1947 1952 1957 1G62 1967 1972 1977 1982 65+ 60.64 55-59 50.54 45-49 40.44 35-39 30-34 25-29 20.24 15-19 10-14 Age EDSR 1992 17 La tendance à l'amélioration du niveau d'instruction est encore plus nette chez les femmes, celles sans instruction passant de 93 pour cent à 65 ans ou plus à seulement 16 pour cent chez celles de 10-14 ans. Ce résultat indique qu'au fur et à mesure que l'accès au système éducati f s'améliorait, se produisait également un processus d'égalisation des sexes en matière d'éducation. Par ailleurs, on remarque que, parallèlement à l'augmentation des proportions d'hommes et de femmes ayant atteint un certain niveau d'instruction, le nombre d'années passées dans le système éducatif augmente également : quel que soit le sexe, entre 15 et 25 ans, le nombre médian d'années achevées à l'école varie de 5,5 à 5,9 années. Comme on pouvait s'y attendoe, le niveau d'instruction atteint varie de façon très importante selon le milieu de résidence. En milieu rural, 32 pour cent des hommes et 44 pour cent des femmes n'ont jamais fréquent~ l'école contre, respectivement, 17 pour cent et 25 pour cent en milieu urbain. A l'opposé, les proportions de personnes ayant atteint un niveau sup6rieur au primaire atteignent 23 pour cent pour les hommes et 21 pour cent pour les femmes du milieu urbain, contre seulement 5 pour cent et 3 pour cent en milieu rural. Du point de vue régional, et quel que soit le sexe, peu d'écarts apparaissent, cependant les proportions de personnes ayant de l'instruction sont légèrement plus élevées dans les préfectures de Kigali et de Butare/Gitarama que dans le reste du pays. Le taux de fréquentation scolaire qui se mesure par le rapport du nombre de personnes scolarisées d'un groupe d'ãges à la population totale de ce groupe d'åges, donne une indication sur l'accès actuel de la population au système éducatif. Les questions relatives à la fréquentation scolaire ont été posées pour toutes les personnes ågées de 6 à 24 ans. Les résultats, par groupe d'åges, sexe et milieu de résidence, qui figurent au Tableau 2.5 et au Graphique 2.3, montrent qu'à 6-10 ans 48 pour cent des enfants sont scolarisés. Ce taux atteint un maximum de 51 pour cent å 11-15 ans, ãges qui correspondent à la scolarisation, ~ la fois, en primaire et en post-primaire, A 16-20 ans, åges d'étude au niveau secondaire, le taux chute à 13 pour cent et diminue de plus de moitié (5 pour cent) à 21-24 ans, åges de scoladsation dans le supérieur. Les taux de fréquentation scolaire ne varient pas de façon significative selon le sexe, sauf en milieu rural où, pour le groupe 16-20 ans (niveau secondaire), le taux est plus élevé chez les hommes ( 16 pour cent) que chez les femmes (10 pour cent). A l'åge des études supérieures (21-24 ans), l 'écart relatif est encore plus important entre le taux de fréquentation scolaire des hommes du milieu rural (7 pour cent) et les femmes de ce même milieu (4 pour cent). Par contre, dans ce même groupe d'åges, en milieu urbain, les femmes (13 pour cent) sont plus scolarisées que les hommes (9 pour cent). Tableau 2.5 Taux de fréquentation scolaire Proportion de la population (de fait) des ménages, ågée de 6 à 24 ans, fréquentant un établissement scolaire, par åge, selon le sexe et le milieu de résidence, EDS Rwanda 1992 I lommes Femmes Ensemble Groupe d'åges Urbain Rural Ensemble Urbaan Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble 6-10 62,1 47,3 47,9 65,9 46,1 47,0 64,0 46,7 47,5 11-15 71,3 50,7 51,7 58,9 49,8 50,2 64,9 50,2 50,9 6-15 66,2 48,8 49,6 62,7 47,7 48,4 64,4 48,2 49,0 16-20 28,0 15,5 16,3 24,5 9,8 10,8 26,2 12,5 13,4 2624 8,5 6,5 6,6 12,8 3,7 4,4 10,7 5,0 5,4 18 Pourcentage Graphique 2.3 Taux de fréquentation scolaire 6-10 ans 11-15 ans 16-20 ans 21-24 ans Groupe d'åges EDSR 1992 Selon le milieu de résidence, on observe que la fréquentation scolaire est beaucoup plus forte en milieu urbain qu'en milieu rural et que l'écart tend à augmenter avec l'âge, et donc avec le niveau d'étude. A 6-15 ans, 64 pour cent des enfants urbains sont scolarisés, contre 48 pour cent des enfants du milieu mral; mais, à 16-20 ans et 21-24 ans, les taux de fréquentation scolaire en milieu urbain sont deux fois plus élevés qu'en milieu rural : 26 pour cent contre 13 pour cent à 16-20 ans et 11 pour cent contre 5 pour cent à 21-24 ans. Cette augmentation de l'écart entre les taux des deux milieux de résidence s'explique essentiellement par le fait que l'accès aux établissements d'enseignement secondaire et supérieur est beaucoup plus restreint en milieu rural qu'en milieu urbain. 2.1.4 Caraetéristiques des logements et biens possédés par les ménages Lors de l'enquête ménage, on a recueilli des informations sur certaines caractéristiques du logement, à savoir la disponibilité de l'électricité, le type d'approvisionnement en eau, le type de toilettes, le matériau du sol du logement et lé nombre de pièces utilisées pour dormir. Ces caractéristiques, qui servent d'indicateurs de la situation socio-économique du ménage, ont également une influence déterminante sur l'état de santé des membres du ménage. Par ailleurs, on a collecté des données sur la possession de postes de radio. Etant donné qu'il n 'y avait pas de té16vision au Rwanda au moment de l'enquête, 4 et que la diffusion des journaux est très limitée, la radio est le moyen de communication le plus important et, de plus, un poste de radio est considéré comme un bien important. 4 La t~lévision n'est apparu au Rwanda qu'à la fin de 1992. 19 Il ressort du Tableau 2.6 et du Graphique 2.4 qu'au niveau national, seule une très faible minorité de ménages possèdent l'électricité (2 pour cent). Comme on pouvait s 'y attendre, la disponibilité de l'électricité varie énormément selon le milieu de résidence mais, même en milieu urbain, moins d'un ménage sur trois (31 pour cent) est dot~ de l'élcctricité, alors que cette proportion n'atteint pas 1 pour cent en milieu rural. Tableau 2.6 Caractéristiques des logements Répartition (en %) des ménages, par caractérisuque des le milieu de résidence, EDS Rwanda 1992 logements, selon Caractéristique des logements Urbain Rural Total Electrlcité Oui 31,1 0,5 2,3 Non 68.9 99,5 97,7 Approvisionnement en eau à boire Robinet dans le logement 26,0 0,2 1,7 Robinet public 43,4 19,4 20,8 Eau de source 22,6 55,5 53,7 Rivière/Eau de surface 3,9 23,1 22,0 Autre 4,0 1,6 1,8 ND 0,0 0,0 0,0 Total 100,0 100,O 100,0 Type de toilettes Chasse d'eau 10,6 0,2 0,8 FosseÆatrmes 85,3 92,1 91,7 Pas de todettes 4,1 7,7 7,5 ND 0,0 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 Type de sol Plancher couvert 57,7 8,2 11,0 Terre/Sable 42,3 91,6 88,8 ND 0,0 0,2 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 Nombre de personnes par pl~ce utlllsée pour dormir 1-2 70,6 55,6 56,5 3-4 26,0 39,6 38,8 5 6 3,1 4,1 4,0 7 ou plus 0,2 0,5 0,5 NI) 0,1 0,2 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 Moyenne 2,3 2,7 2,6 Possession d'une radio 62,0 30,5 32,3 Effectif de ménages 356 5896 6252 Pour boire, la grande majorité des ménages consomment, soit l'eau de source (54 pour een0, soit l 'eau de rivière ou de surface (22 pour cent), alors que seulement 2 pour cent des ménages disposent de l'eau courante à la maison et qu'un ménage sur cinq (21 pour cent) s'approvisionne à des robinets publics. En milieu urbain, la source d'approvisionnement la plus importante est le robinet public (43 pour cent), tandis qu'en milieu rural la très grande majorité des ménages (79 pour cent) consomment de l'eau de source, de rivière ou de surface. 20 Pourcentage 100 Graphique 2.4 Caractéristiques des logements 80 60 40 20 O ELEOTRICITE eo ~* ç~~# # .~~" OR{GtNE DE L'EAU TYPE DE TOILETTES TYPE DE SOL EDSR 1992 Très peu de ménages disposent de toilettes adéquates puisque moins d'un pour cent des logements sont 6quipés de chasse d'eau, alors que la quasi totalité des ménages disposent de fosses ou latrines (92 pour cent), voire d'aucun équipement (7 pour cent). Par rapport au milieu rural où pratiquement personne (0,2 pour cent) ne dispose de toilettes avec chasse d'eau, la situation est un peu meilleure en milieu urbain où ce type d'installation sanitaire se rencontre dans 11 pour cent des cas bien que, même en ville, la très grande majorité des ménages n'utilisent que des latrines (85 pour cent). En ce qui concerne le matériau utilisé comme sol du logement, on constate que, dans la grande majorité des cas, les ménages vivent dans des logements dont te sol est en terre (89 pour cent), à peine 11 pour cent des logements ayant un plancher recouvert de bois, de carrelage, de vinyle ou de ciment. En zone rurale, le sol de presque tous les logements (92 pour cent) est en terre, alors qu'un milieu urbain, 58 pour cent des ménages disposent d'un revêtement quelconque sur le sol de leur logement. Le nombre de personnes dormant par pièce fournit une indication du degré d' entassement du ménage. Au niveau national, dans 57 pour cent des cas, 1 à 2 personnes dorment par pièce et, dans 39 pour cent des cas, ce sont 3 à 4 personnes qui dorment dans la même pièce, et le nombre moyen de personnes par pièce s'établit å 2,6. Le degré d'entassement est plus important en milieu rural où, dan s 44 pour cent des ménages, 3 personnes ou plus donnent par pièce, contre 29 pour cent en milieu urbain. Dans l'ensemble du pays, un tiers des ménages seulement (32 pour cent) possèdent un poste de radio et méme si, en milieu urbain, la proportion de ménages ayant un poste de radio est deux fois plus élevée qu'en milieu rural (62 pour cent contre 31 pour cent), il apparaît que très peu de ménages rwandais ont accès aux moyens d'information de masse. 21 2.2 ENQUETE INDIV IDUELLE : CARACTERIST IQUES DES FEMMES ET DES MARIS Cette section traite des caractétistiques socio-démographiques des femmes et des matis enquêtés individuellement. Dans la suite de l'analyse, ces caractéristiques, à savoir l'åge, l'~rat matrimonial, le niveau d'instruction, le milieu et la région de résidence, seront utilisées comme variables de classification de la plupart des phénomènes étudiés. Compte tenu du fait que la quasi totalité des femmes enquêtées (91 pour cent) sont d'ethnie hutu et que les analyses préliminaires 5 n'ont pas permis de mettre en évidence des différences significatives entre ces femmes et celles d'autres ettmies (en particulier les tutsi), il a été décidé de ne pas inclure la variable ethnie à la suite des analyses. La distribution des femmes selon les différentes variables retenues est présentée au Tableau 2.7.1. Le même type de distribution concernant les matis figure au Tableau 2.7.2. Tableau 2.7.1 Caractéristiques socio-démographiques des femmes enquêtées Répartition (en %) des femmes enquêtées par âge, état matrimonial, niveau d'instruction, rmheu et région de résidence. EDS Rwanda 1992 Effectif Caractéristique Pourcentage socao-démographlque pondéré Pond~ré Non pondéré Groupe d'åges 15-19 22,3 1464 1471 20-24 19,0 1247 1266 25-29 16,0 1050 1083 30-34 15,7 1030 1017 35-39 I 1,4 745 741 40-44 9,4 615 592 45-49 6,1 399 381 Elat matrimonial Célibataire 32,1 2100 2175 Mariée 34,0 2225 2169 Vivant avec quelqu'un 23,8 1560 1529 Veuve 4,1 267 271 OEvorcée 6,1 398 406 Niveau d'instruction Aucun 38,0 2488 2342 Primaire 54,1 3544 3492 Post-prlmaJre ou plus 7,9 519 717 Milieu de résidence Urbain 6,2 408 1158 Rural 93,8 6143 5393 Préfecture Kigah 17,5 1146 1505 KibuyeÆubengeri/Glsenyi 26,3 1723 1614 Cyangugu/Gikongoro 14,6 954 859 Butare/Gitarama 25,1 1643 1563 Byumba/Kibungo 16,6 1084 1010 Ensemble des femmes 100,0 6551 6551 Tableau 2.7.2 Caxaetéristiques socio-démographiques des maris enqu8t6s Répartition (en %) des mans enqu~tés par åge, niveau d'instruction, milieu et région de résidence, EDS Rwanda 1992 Effecnf Caractéristique Pourcentage socio-démographique pondéré Pond6r6 Non pond~ré Groupe d'åges 15-29 23,1 138 131 30-44 53,8 322 332 45 ou plus 23,1 138 135 Niveau d'Instruction Aucun 29,9 179 172 Primaire 64,0 383 382 Post-prlmaire ou plus 6,1 36 44 Milieu de résldence Urbain 4,3 26 72 Rural 95,7 572 526 Préfecture Kigali 14,4 86 106 Kibuye/Ruhengeri/Gisen yi 29,3 175 165 Cyangugu/Gikongoro 15,6 94 88 Butare/Gitarama 23,0 138 136 Byumba/Kibungo 17,6 105 103 l'nsemble des mans 100,0 598 598 50NAPO et Macro International. 1993. Enquête Démographique et de Santé 1992, Rapport préliminaire. Columbia, Maryland. 22 L'âge, variable fondamentale dans l'analyse des phénomènes démogmphiques, est l 'une des informations les plus difficiles à obtenir de façon fiable lorsque les enreg!strements écrits des événements n'existent pas ou sont rares. De ce fait, un soin particulier a été accordé à son estimation au moment de l'enquête. On demandait d'abord aux femmes leur date de naissance, puis leur âge. Lorsque la date de naissance et l 'âge étaient obtenus, l'enquêtrice contrôlait la cohérence entre les deux informations. Dans le cas où l'enquêtée ne connaissait pas sa date de naissance ou son âge, l'enquêtrice essayait d'obtenir un document officiel, tel qu'une pièce d'identité, où la date de naissance figure. Lorsqu'aucun document n'était disponible, l'enquêtrice devait estimer l'âge de la femme, soit par comparaison à l'âge d'autres membres du ménage, soit par déduction â partir de l'histoire de la femme, ou encore en utilisant des r6férences historiques. La distribution des femmes de 15-49 ans par groupe d'âges quinquennal (Tableau 2.7.1) présente une allure régulière, les proportions de femmes de chaque groupe d'âges diminuant régulièrement au fur et à mesure que l 'on avance vers les âges élevés, passant de 22 pour cent à 15-19 ans à 16 pour cent à 30-34 ans et à 6 pour cent à 45-49 ans. Les femmes aux âges de fécondit6 maximale, c'est-à-dire celles de moins de 30 ans, représentent la part la plus importante des femmes enquêtées, soit 57 pour cent. Contrairement aux femmes, parmi lesquelles seules celles âgées de 15 à 49 ans étaient êligibles, aucune limite d'âge n'était imposé pour la sélection des matis. On constate au Tableau 2.7.2 que les matis sont beaucoup plus âgés que les femmes, puisque 77 pour cent d'entre eux ont 30 ans ou plus, contre 43 pour cent chez les femmes. Plus de la moitié des matis enquêtes (54 pour cent) se situent dans la tranche d'âges 30-44 ans, et près d'un quart (23 pour cent) ont plus de 44 ans. En ce qui conceme l'~rat matrimonial, on a considéré comme étant en union toute femme marié.e, légalement ou non, formellement ou non, ainsi que toute femme vivant en union consensuelle. Selon cette définition, il apparatt que près d'un tiers des femmes (32 pour cent) sont célibataires, c'est-à-dire qu'elles n'ont jamais été en union, et que 10 pour cent des femmes sont, soit veuves (4 pour cent), soit divoroEes ou séparé.es (6 pour cent). En d'autres termes, un peu plus d'une femme sur quatre (42 pour cent) n'~tait pas en union au moment de l'enquête (Graphique 2.5). Les femmes en union étalent, quant à elles, soit mariées (34 pour cent), soit en union non formelle (24 pour cent). Graphique 2.5 Etat matrimonial des enquêtées c-a¢;~o+oz~~ 32% Mariée 34% rcèe/S6par6e 6% 4% Vivant avec quelqu'un 24% EDSR 1992 23 Du point de vue du milieu de résidence, la quasi totalité des femmes (94 pour cent) et des matis (96 pour cent) habitent en mil ieu rural. S'agissant de la préfecture de résidence, une femme sur deux vit à KibuyeÆuhengeri/Gisenyi (26 pour cent) ou à Butare / Gitarama (25 pour cent); les fem- mes vivant dans les autres ré- gions sont réparties presque uniformément entre les préfec- turcs de Kigali (18 pour cent), de Byumba/Kibungo (17 pour cent) et de Cyangugu/Gikongoro (15 pour cent). Concernant les matis (Tableau 2.7.2), leur répartition géographique est assez voisine de celle des femmes. Plus d'une femme sur deux (54 pour cent) a fréquenté l'école primaire et 8 pour cent des enquétées ont dépassé ce niveau (Tableau 2.7.1). En outre, le niveau d'instruction atteint varie de façon importante ~lon certaines caractétistiques socio- démographiques (Tableau 2.8). Ainsi, et comme on l'avait remarqué pour la population des Tableau 2.8 Niveau d'instruction des femmes et des matis enqu~tés R~partition (en %) des femmes par niveau d'instruction atteint, selon le groupe d'åges quinquennal, le milieu et la r~gion de résidence, et rgpartition (en %) des matis par niveau d'instruction atteint, selon le groupe d'åges quinquennal, EDS Rwanda 1992 Niveau d'instruction Post -prunaire Caractéristique Aucun Primaire ou plus Total Effectif FEMMES Groupe d'lges 15-19 20,8 69,5 9,7 100,0 1464 20-24 24,3 64,1 11,6 100,O 1247 25-29 37.1 51.8 11.1 1OO,0 1050 30-34 43.5 51,1 5,5 100.0 1030 35 -39 48.7 46,6 4,6 1 oe.0 745 40-44 64.2 33,3 2.5 100.0 615 45-49 71.7 26.3 2.0 1130,0 399 Milieu de r~sldence Urbain 19.7 47,6 32.7 100,0 408 Rural 39.2 54,5 6,3 100,0 6143 Préfecture Kigali 34,7 51,7 13.6 100,0 1146 Kibuye/Ruhengeti/Gisenyi 46,7 47.9 5.5 100,0 1723 Cyangugu/Gikongoro 38,9 54.6 6.5 I00,0 954 Butare/Gitarama 29,4 61.6 9.1 100.0 1643 Byurnba/Kibungo 39.9 54.8 5.3 100.0 1084 Ensemble 38.0 54.1 7.9 100.0 6551 MARIS Groupe d'~Iges 15-29 27.6 66.4 6,0 I00.0 138 30-44 28.4 66,0 5,6 100,0 322 45 ou plus 36.0 57,0 7,1 lõO,0 138 Ensemble 29.9 64,0 6. I 100,0 598 ménages, la proportion de femmes ayant de l'instruction augmente régulièrement des générations les plus anciennes aux générations les plus récentes : 28 pour cent seulement des femmes de 45-49 ans ont un niveau d'instruction primaire ou supérieur, contre 79 pour cent des femmes de 15 - 19 ans. Corrélativement, c'est chez les femmes les plus jeunes que les proportions de celles sans instruction sont les plus faibles. Bien que les matis soient plus åg6s que les femmes, ils ont fréquenté l'école en plus forte proportion que les femmes (70 pour cent contre 62 pour cent) (voir Tableaux 2.7.1 et 2.7.2). En outre, comme chez les femmes, la proportion de matis ayant de l'instruction est plus élevée dans les générations récentes (72 pour cent chez les moins de 45 ans) que dans les générations anciennes (64 pour cent chez les 45 ans ou plus) (voir Tableau 2.8). C'est en zone urbaine que les proportions de femmes ayant de l'instruction sont les plus élevées : les femmes n'ayant jamais été scolarisées représentent 20 pour cent en milieu urbain, contre 39 pour cent en milieu roral. En outre, un tiers des femmes du milieu urbain ont dépassé le niveau primaire, contre à peine 6 pour cent en milieu rural. Du point de vue régional, c'est å Butare/Gitarama et dans les préfectures de Kigali que l 'on trouve les plus fortes proportions de fem mes ayant fréquenté l'école (respectivement, 71 et 65 pour cent), à l'opposé, c'est à Kibuye/Ruhengeri/Gisenyi que la proportion de femmes sans instruction est la plus élevée (47 pour cent). Enfin, il convient de souligner la part relativement importante de femmes ayant atteint un niveau supérieur au primaire dans les préfectures de Kigali (14 pour cent). 24 CHAPITRE 3 FECONDITE Un des principaux objectifs de I'EDSR était de recueillir des données permettant d'estimer les niveaux de la fécondité, d'en dégager les tendances passées et de mettre en lumière certains aspects de la fécondité différentielle. Pour obtenir ces données, les enquêtrices ont reconstitué, à partir des réponses des femmes interview~es, l'historique complet des naissances, en ordre chronologique, et en enregistrant, pour chacune d'entre elles, le type de naissance (simple ou multiple), le sexe, la date de naissance, et l'état de survie (l'enfant est toujours vivant ou décédé). En outre, pour les enfants décédés, on enregistrait l'âge au décès. Comme il s'agit d'une enquete rétrospective, les informations obtenues permettent, non seulement, d'estimer le niveau actuel de la fécondité, mais aussi d'estimer les tendances de la fécondité au cours des 15 b. 20 dernières années. Par contre, le fait qu'il s'agisse d'une enquête rétrospective peut être à l'origine de certaines erreurs ou imprécisions des données obtenues. Il s'agit notamment : du sous-enregistrement de naissances, en particulier l'omission d'enfants en bas âge, ce qui peut entraîner une sous-estimation des niveaux de fécondité; de l'imprécision des déclarations de date de naissance et/ou d'age, en particulier 1' attraction pour des années de naissance ou pour des ~ges ronds, qui peut entraîner des sous-estimations ou des surestimations de la fécondité à certains åges et/ou pour certaines époques. L'analyse de la distribution des naissances par année (voir Tableau D.4 en Annexe D), l'analyse des tendances de la fécondité ainsi que le rapprochement des données de I'EDSR avec d'autres sources ne mettent en évidence aucune sous-estimation manifeste des enregistrements. Par ailleurs, lors des enquêtes EDS, on a parfois observé certains déplacements de dates de naissance d'enfants nés durant la demière période quinquennale vers les années précédentes. Ces déplacements d'année de naissance sont souvent effectués volontairement par les enquêtrices, non seulement pour éviter de poser les questions sur la santé des enfants (section 4 du questionnaire) qui ne portent que sur les naissances de la demière période quinquennale, mais encore pour éviter de prendre les mesures anthropométriques de ces mêmes enfants. Ces déplacements sont plus fréquents lorsque la mère ne connaît pas avec exactitude le mois et l'année de naissance de ses enfants. Dans le cas de I'EDSR, ces déplacements, en particulier des naissances de 1987 (début de la demière période quinquennale) vers 1986, ~ sont très peu importants et ne peuvent donc pas induire de sous-estimation significative de la fécondité des cinq demières années. 3.1 N IVEAU DE LA FECONDITE ET FECONDITE D IFFERENTIELLE Généralement, la fécondité des femmes se mesure au moyen des taux de fécondité générale par groupe d'åges quinquennal et au moyen de l'Indice Synthétique de Fécondité (ISF) ou Somme des Naissances Réduites, qui correspond à un cumul des taux de fécondité par âge. L'ISF mesure le nombre moyen d'enfants i A l'Annexe D, le Tableau D.4 fournit la distribution des naissances par année de naissance. Le "rapport de naissances annuelles" (rapport des naissances d'année x à la demi-somme des naissances des années précédente et suivante, soitNJ[(N»~+N,.i)/2]), rend compte des déplacements d'années de naissance. Le rapport ne semble indiquer aucun sous-enregistrement de naissances en 1987 (rapport = 101 > 100) par rapport à 1986 (rapport = 106,9 < 100). 25 nés vivants qu'aurait une femme à l'issue de sa vie féconde, en supposant que les taux de fécondité actuels restent invariables. Dans le cas actuel, les taux de fécondité et I'ISF sont calculés pour la période des trois années ayant préc6dé l'enquSte : cette p6riode de référence a ~té retenue afin de pouvoir calculer les indicateurs de fécondité les plus récents possibles, tout en disposant d'un nombre suffisant de cas pour rdduire au maximum les erreurs de sondage. Les taux de fécondité par groupe d'åges et I'ISF, selon le milieu de r6sidence, sont pr6sentés au Tableau 3.1 qu'illustre le Graphique 3.1. La fécondité est élevée au Rwanda puisque, en arrivant en fin de vie féconde, une femme aurait, en moyenne, 6,2 enfants. Cependant, la courbe des taux de fécondité pr6sente une allure quelque peu différente de celle que l'on peut observer généralement dans les pays å forte fécondité, en particulier en Afrique subsaharienne. En effet, les femmes rwandaises ne commencent à procr6er qu'assez tardivement : à 15 - 19 ans, Tableau 3.1 Fécondité actuelle Taux de fécondité par åge, indice synthétique de fécondité (ISF), taux brut de natalité (TBN) et taux global de fécondité générale (TGFG) pour la pénode des uois années précédant l'enquéte, selon le milieu de résidence, EDS Rwanda 1992 Résidence Groupe d'åges Urbain Rural Ensemble 15-19 43 61 60 20-24 184 231 227 25-29 242 298 294 30-34 230 273 270 35-39 111 220 214 40444 82 137 135 45-49 12 48 46 ISF 15-49 (pour 1 femme) 4,51 6,33 6,23 ISF 15-44 (pour 1 femme) 4,46 6,09 6,00 TGFG (pour 1 000) 154 200 197 TBN (pour 1 000) 38 41 40 Note: Les taux sont calculés pour la période de 1-36 mois avant l'enquéte. Les taux à 45-49 ans peuvent ~tre légèrement biaisés du fait de données incomplètes pour ce groupe d'åges. le taux de fécondité n'atteint que 60 pour mille et, si la fécondité des femmes de 20-24 ans est relativement élevée (227 pour mille), le maximum n'est atteint que dans le groupe d'åges 25-29 ans avec un taux de 294 Graphique 3.1 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence Pour rn~lle 35O 30O 25O 2oo 150 100 5O 15 20 25 30 35 40 45 Age de la femme 50 EDSR 1902 26 pour mille. Après ce maximum, le niveau de fécondité ne diminue que très légèrement puisque les taux valent encore 270 pour mille à 30-34 ans, soit un niveau supérieur à celui de 20-24 ans, et 214 pour mille à 35-39 ans. Ainsi, les femmes de 35-39 ans ont une fécondité assez peu différente de celles de 20-24 ans. Aux ~ges les plus élevEs, la fæconditE reste encore importante, en effet, ~ 40-44 ans, avec 135 pour mille, le taux de fécondité est plus de deux fois plus élevé que celui observé à 15-19 ans (60 pour mille). Alors que dans la plupart des pays à forte fécondité l'essentiel des naissances se produisent avant 35 ans, au Rwanda, la fécondité des femmes de 35 ans et plus contribue pour près d'un tiers (32 pour cent) à la fécondité totale. Il apparaît au Tableau 3.1 et au Graphique 3.1 que les différences de fécondité selon le milieu de résidence sont très importantes. L' ISF qui est de 6,2 enfants par femme pour l'ensemble du pays, varie de 4,5 en milieu urbain à 6,3 en milieu rural. Cela signifie que, si les niveaux actuels de fécondité se maintenaient invariables, les femmes rEsidant en milieu rural auraient, en fin de vie féconde, près de deux enfants de plus que celles résidant en milieu urbain. Ces différences de féconditE s'observent à tous les åges, mais l'écart relatif entre les taux est particulièrement important aux ãges où la fécondité est la moins élevée : ainsi, à 15- 19 ans, le taux vaut 43 pour mille en milieu urbain et 61 pour mille en milieu rural, soit 42 pour cent de plus; à 20-24 ans, le taux du milieu rural (231 pour mille) est supérieur de 25 pour cent à celui du milieu urbain (184 pour mille); à 40-44 ans, les femmes rurales ont une fécondité (137 pour mille) 1,7 fois supérieure celle des femmes urbaines (82 pour mille) et, å 45-49 ans, le rapport entre les deux niveaux de fécondité est de 1 à 4. Les femmes du milieu rural ont donc une fécondité plus précoce et qui se maintient plus élevée aux ~ges avances que les femmes urbaines. Au niveau national, le Taux Global de Fécondité Générale (TGFG), c'est-à-dire le nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population des femmes en åge de procréer, atteint 197 pour mille. Le Taux Brut de Natalité (TBN), c'est-à-dire le nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population totale, est de 40 pour mille pour l'ensemble du pays. Du point de vue régional (Tableau 3.2 et Graphique 3.2), il apparai't que le niveau de fécondité varie fortement selon la région de résidence. Les ISF les plus faibles s'observent à Butare/Gitarama (5,2 enfants par femme) et dans les préfectures de Kigali (5,9 enfants par femme), régions qui abritent les deux centres urbains les plus importants du pays (Kigali-ville et Butare), alors que Kibuye/Ruhengeri/Gisenyi se caractérise par une fécondité beaucoup plus élevée que partout ailleurs avec 7,2 enfants par femme. Les écarts les plus importants entre niveaux de fécondité s'observent en fonction Tableau 3.2 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques Indice synthétique de fécondité pour la période des uois années précédant l'enquête et nombre moyen d'enfants ries vivants pour les femmes de 40-49 ans, par caractéristiques socio-démographiques, EDS Rwanda 1992 Nombre moyen Indice d'enfants nés synthétique vivants pour les Caractéristique de fécondité I femmes de 40-49 ans Milieu de résidence Urbain 4,51 6,71 Rural 6,33 7,78 Préfecture Kigali 5,91 7,81 Kibuye/Ruhengeri/Gisenyi 7,16 8,02 Cyangugu/Gikongoro 6,49 7,32 Butare/Gitarama 5, I9 7,53 Byumba/Kibungo 6,39 7,92 Niveau d'instruction Aucun 7,00 7,94 Primaire 5,88 7,46 Post-primaire ou plus 4,25 5,64 Ensemble 6,23 7,74 llndice synthétique de fécondité pour les femmes ågées de 15-49 ans du niveau d'instruction des femmes, le nombre d'enfants étant d'autant plus faible que le niveau d'instruction est élevé. Les femmes sans instruction ont en moyenne 7,0 enfants, contre 5,9 chez les femmes ayant un niveau d'instruction primaire, quant à celles ayant dépassé le niveau primaire, elles ont, en moyenne, près de 3 enfants de moins que celles qui n'ont jamais fréquenté l'école (4,3 contre 7,0 enfants). 27 Au Tableau 3.2 et au Graphique 3.2 figure le nombre moyen d'enfants nés vivants par femme de 40- 49 ans, e'est-à-dire à la fin de leur vie féconde. Contrairement ~ I'ISF qui mesure la fécondité actuelle ou du moment, ce nombre moyen, qui peut être assimilé ~t une descendance, est le résultat de la fécondité pass6e des femmes enqu~tées qui atteignent 40-49 ans. Dans une population où la fécondité reste invariable, cette descendance tend å se rapprocher de I'ISF; par contre, si I'ISF est inférieur au nombre moyen d'enfants par femme en fin de vie féconde, cela indique une tendance à la baisse de la fécondité. Au Rwanda, I'ISF (6,2) est nettement inf6rieur à la descendance (7,7) ce qui suggère une baisse importante de la fécondité au cours des demières années. Un écart important entre descendance et ISF s'observe quelles que soient les caractéristiques des femmes, ce qui signifie que la baisse de fécondité touche toutes les couches de la population. Cependant, l 'écart observé entre les deux indicateurs, et donc la baisse de fécondité qu'il suggère, est particulièrement important chez les femmes urbaines, celles des préfectures de Kigali et de Butare/Gitarama, et chez celles ayant une instruction sup6rieure au primaire : ce sont les cat6gories de femmes qui ont aujourd'hui la fécondité la plus faible. Graphique 3.2 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans RWANDA RESIDENCE Urbain Rural PREFECTURE Kigali Kibuye/Ruheng./Gisenyi Cyangugu/Gikongoro Butare/Gitarama Byumba/Kibungo INSTRUCTION Aucune Primaire Post-primaire ou + 0 2 4 6 8 Nombre d'enfants par femme EDSR 1992 28 3.2 TENDANCES DE LA FECONDITE Une première façon de dégager les tendances de la fêcondité est de comparer les résultats de I'EDSR avec ceux provenant d'autres sources. Le Tableau 3.3 et le Graphique 3.3 présentent ainsi les taux de fêcondité par åge selon I'ENF de 1983, le RGPH de 19910E et I'EDSR. Contrairement à I'EDSR où les dolmées sur la f6condité sont obtenues a partir de l'historique des naissances des femmes, lors du RGPH de 1991, la fécondit6 a été estimée à partir de questions portant sur les naissances des douze mois ayant précédé le recensement. Les niveaux de fécondité estim6s par le RGPH correspondent donc à la fécondité de l'année 1990-1991, année qui précède le recensement. Dans le cas de I'EDSR, les niveaux de fécondité, mesurés pour la p6riode de trois ans ayant prêcédé l'enquête, correspondent à la f6condité des années 1989-1992. Les niveaux de fécondité estim6s par les deux opérations se réoErent donc à une période à peu près Tableau 3.3 Fécondité par ãge selon trois sources Taux de fécondité par åge et indice synth6tique de fêcondit~ selon I'ENF (1983). le RGPH (1991) et I'EDSR (1992) RGPH 1991 :z Groupe ENF Données Données EDSR d'åges 19831 observêes ajustées 1992 15-19 79 38 59 60 20-24 327 181 242 227 25-29 378 259 327 294 30-34 367 252 310 270 35-39 296 213 258 214 40-44 184 128 146 135 45-49 68 39 39 46 ISF 15-49 8,5 5,6 6,9 6,2 Note: Taux de féconditê par groupe d'iiges pour I 000 femmes. SOUa'CC: 1983 : Enquête Nationale sur la Fécondlt6 (ENF) 1991 : Recensement Gênêral de la Population et de l'Habitat tRGPH) Taux calculés pour la période de 3 années prêcédant l'enquête. 2Taux calculés à partir des naissances des 12 derniers mois. Graphique 3.3 Taux de fécondité générale par âge selon I'ENF (1983), le RGPH (1991) et I'EDSR (1992) 400 300 200 100 Pour mille / \ I / I '~% \ I i %% \~ I % 0 i r I I I I I i i I I I 15 20 25 30 35 40 45 Age de la femme 50 - ENF 1983 • I- RGPH 1991 (observ&) ,)k- RGPH 1991 (ajusté) ~EDSR 1992 2 Service National du Recensement, 1994 (å paraltre). 29 similaire et leur rapprochement ne permet donc pas de dégager des tendances. Par contre, la comparaison de ces deux opérations devrait permettre de juger de la validité des résultats de chacune d'entre elles. Concernant le RGPH, comme cela a déj å 6t6 mentionné, les taux sont calculés à partir d'informations collectées sur les naissances des douze derniers mois, méthode de collecte qui a tendance à sous-estimer le nombre de ces naissances et, par lA, les niveaux de fécondité. Pour cette raison, les taux de fécondité calculés à partir des données observées lors des recensements sont généralement reestimés en utilisant différents types de méthodes indirectes d'estimation. Cela a été le cas au Rwanda et, au Tableau 3.3 et au Graphique 3.3, figurent, pour le RGPH de 1991, les taux de fécondité observés et les taux de fécondité ajustés. Il apparaA que les taux observés du RGPH sont, å tous les åges, inférieurs à ceux de I'EDSR, par contre, les taux ajustés du recensement sont, å tous les ~lges, supérieur å ceux de l'enquête. En outre, dans tous les cas, la courbe des taux de fécondité a la même allure. Du point de vue de la fécondité totale, I'ISF calculé sur la base des taux observés (5,6 enfants par femme) est inférieur de 10 pour cent environ à celui de l'enquête (6,2), alors que le cumul des taux ajustés donne un ISF (6,9) supérieur de 11 pour cent environ à celui de I'EDSR. Entre ces deux valeurs, qui restent très voisines, ISF de 6,2 à I'EDSR et ISF de 6,9 au recensement (ajusté), il n'est pas possible d'affirmer avec certitude laquelle serait la plus exacte. En effet, il se peut que I'EDSR ait très légèrement sous-estimé le niveau de la fécondité, alors que les méthodes d'ajustement utilisées par le RGPH auraient trop surévalué les niveaux de fécondité observés. Néanmoins, les résultats du RGPH comme ceux I'EDSR attestent, et de façon similaire, de la baisse très importante de la fécondité intervenue au Rwanda ces demiæres années. La suite de cette section, relative aux tendances de la fécondité, est consacrée ~t l'analyse de cette baisse. Les résultats concemant I'ENF compares à ceux de I'EDSR (Tableau 3.3 et Graphique 3.3) mettent en évidence une chute très importante de la fécondité entre les deux dates : I'ISF, estimé å 8,5 enfants par femme en 1983, est passé à 6,2 enfants par femme en 1992, soit une baisse de près de 30 pour cent en moins de 10 ans. L'examen des taux par/lge permet de constater que la baisse de fécondité s'est produite å tous les ~ges, chaque taux de fécondité de 1992 étant inférieur au taux correspondant de 1983 : en valeur relative, les taux de 1992 sont inférieurs, selon le groupe d'åges, de 22 à 32 pour cent à ceux de 1983. Une réduction aussi importante et aussi rapide de la fécondité est exceptionnelle, en particulier en Afrique Subsaharienne. Cependant, les sections et chapitres suivants permettront de mettre en évidence d'autres modifications importantes intervenues récemment au Rwanda et qui peuvent expliquer cette baisse de la fécondité. Il s'agit principalement de l'augmentation des proportions de femmes qui ne sont pas en union, de l'augmentation importante de la prévalence contraceptive, et du recul important de l'åge d'entrée en première union, de l'åge aux premiers rapports sexuels et de l'åge à la première naissance. Les données coUectées lors de I'EDSR permettent êgalement, en tant que telles, de retracer les tendances passées de la fécondité. Pour cela, on a calculé les taux de fécondité par ~tge de la mère à la naissance de ses enfants, par période de quatre ans précédant l'enquête (Tableau 3.4). Le Graphique 3.4 qui visualise ces données permet de constater que les taux de fécondité n'ont que peu varié durant les trois périodes les plus anciennes (de 4 à 15 ans avant l'enquête) et que ces taux sont très voisins de ceux qui avaient ét~ calculés lors de I'ENF de 1983. Si l'on admet comme valables les résultats de l'enquête de 1983, il est donc permis d'affirmer que les données sur la féconditê ancienne, obtenues lors de I'EDSR, sont valables et que la baisse importante des taux observée récemment (0 å 3 ans avant l'enquête) correspond ~t une baisse réelle de la fécondité des femmes rwandaises. 30 Tableau 3.4 Tendances de la fécondité par âge Taux de fécondité par åge par périodes de quatre ans précédant l'enquête, et selon l'âge de la mère, EDS Rwanda 1992 Périodes précédant l'enqu&e (en années) Groupe d'åges 0 3 4-7 8-11 12-15 16-19 15-19 56 69 76 74 77 20-24 232 266 289 294 291 25-29 294 355 350 384 [383] 30-34 275 340 375 347 [375] 1 35-39 222 301 [298] [325] ~ 40-44 132 [182] 45-49 [53] Note: Taux de fécondité par groupe d'åges pour 1000 femmes. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplètes. ]Taux calculés sur la base de moins de 500 cas (exposition) Graphique 3.4 Tendances de la fécondité par âge Pour mille 40O 350 300 250 2OO 150 100 50 0 15 I I I I I " I "" i I i l I / I \ \ I F I I I I I I I I I I I 20 25 30 35 40 45 Age de la femme 50 Pêriodesi,EDsRaVant~ ~0-3 aRs --4-7 ans -)~-8-11 ans "='12-15 ans EOSR 1992 A partir des taux par åge, on a calculé, pour chaque période, I'ISF des femmes de 15-34 ans. Ces ISF sont représentés au Graphique 3.5 sur lequel on a également porté des données similaires obtenues à partir de I'ENF de 1983 (par période quinquennale). De l'examen de ce graphique, deux conclusions importantes peuvent être tir~es. D'une part, il y a cohérence entre les résultats des deux enquêtes : en particulier, on constate que les ISF calculés par I'EDSR pour les périodes les plus anciennes, centr6es sur les années 1982 31 et 1978, sont très proches de I'ISF le plus récent de I'ENF, centré sur l'année 1981. Ceci confirme, à nouveau, la bonne qualité des données rætrospectives sur la fécondité collectées lors de I'EDSR. Par ailleurs, il apparatt nettement que de 1971 å 1982, le niveau de la fécondité est resté pratiquement inchangé; de 1982 å 1986, on observe une légère diminution de la fécondité, I'ISF des femmes de 15-34 ans passant de 5,5 à 5,2 enfants par femme. Enfin, durant la demiêre période de quatre années avant l'enquête, la fécondité a chuté brutalement, le nombre d'enfants par femme passant de 5,2 à 4,3. 6 5 .5 - 5 4 .5 - 4 3.5 Graphique 3.5 Tendances de I'ISF pour les femmes de 15-34 ans, selon I'ENF et I'EDSR Enfants/Femme 71 76 75 51 82 85 90 Annêe 92 Le Tableau 3.5 présente le mœeme type de données que le tableau précédant, mais les taux de fécondité sont calculæs par durée de mariage, pour les différentes périodes de quatre années avant l'enquête. On observe ici une baisse de même ampleur que celle observée pour les taux de fécondité par åge. Pour les durées 5-9 ans et plus de mariage, tous les taux de fécondité ont chuté de façon importante, entre la période 4-7 ans avant l'enquête et la période la plus récente; de plus, la baisse semble d'autant plus importante que la durée de mariage est 61evée. Par contre, on ne constate pratiquement aucun changement des taux de Tableau 3.5 Tendances de la fécondité par durée de mariage Taux de fécondité par périodes de quatre ans précédant l'enquéte, selon la durée écoulée depuis le premier mariage, EDS Rwanda 1992 Nombre d'années depuis le premier mariage Périodes précédant l'enquéte (en années) 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 0-4 380 396 392 386 377 5-9 317 373 364 380 393 10-14 276 353 355 370 337 15-19 213 310 359 314 [370] l 20-24 179 234 [231] 1 25-29 73 1113] Note: Taux de fécondité pour 1000 femmes non-célibataires. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplètes. ITaux calculés sur la base de moins de 500 cas (exposition) 32 fécondité pour les durées de mariages les plus courtes (0-4 ans). Il semble donc que les femmes continuent avoir rapidement leurs enfants, en début de mariage, mais que, le nombre souhaité d'enfants étant rapidement atteint, elles limitent très vite leur fécondité. L'analyse des tendances de la fécondité, basée sur les résultats des enquStes de 1983 et de 1992, a mis en évidence le caractère très récent de la baisse importante des niveaux de la fécondité au Rwanda, baisse qui résulte essentiellement de modifications profondes du comportement reproductif des femmes rwandaises. 3.3 PARITE ET STERIL ITE PR IMAIRE A partir du nombre total d'enfants que les femmes ont eu au cours de leur vie, on a calculé les parités moyennes par groupe d'/lges, pour l'ensemble des femmes et pour les femmes actuellement en union (Tableau 3.6). On constate tout d'abord qu'en début de vie féconde, les parités restent faibles puisque les femmes atteignant 25 ans ont eu, en moyenne, moins de 1 enfant. Par contre, à partir de 25 ans, on assiste å une augmentation régulière et très rapide des parités avec l'åge de la femme : ainsi de 0,8 enfant, en moyenne, à moins de 25 ans, la parité atteint 4,2 enfants à moins de 35 ans, 5,8 enfants ~ moins de 40 ans et les femmes qui avaient atteint 45-49 ans å l'enquSte avaient donné naissance, en moyenne, à 8,1 enfants. Cette variation assez originale des parités selon l'åge résulte, à la fois, de la faible fécondité aux jeunes figes, de la forte fécondité des femmes des générations les plus anciennes et de la baisse récente de la fécondité. Tableau 3.6 Enfants nés vivants et enfants survivants Répartition (en %) de toutes les femmes et des femmes actuellement en union par nombre d'enfants nés vivants, nombre moyen d'enfants nés vivants et nombre moyen d'enfants survivants, selon l'åge des femmes, EDS Rwanda 1992 Nombre Nombre Nombre d'enfants nés vivants Effectif moyen moyen Groupe de d'enfants d'enfants d'åges 0 I 2 3 4 5 6 7 8 9 10+ Total femme~ n~s vivants survivants TOUTES LES FEMMES 15-19 91,8 7,0 1,0 0,3 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1464 0,10 0,09 20-24 50,8 26,5 15,4 5,8 1.2 0,3 0.0 0,0 0,0 0.0 0,0 100,0 12A7 0,8l 0,70 25-29 15,1 15,5 23.8 22,2 13,1 6,8 2,2 1,1 0,2 O,0 0,0 100,0 1050 2,39 2.02 30-34 4,7 4.9 9,9 13,4 22,2 21,6 12,7 7,0 2,8 0,8 0,0 100,0 1030 4,17 3,44 35-39 1,6 3.3 3,9 5,5 9,8 16,9 20,3 17,8 12,1 5,5 3,3 100,0 745 5,78 4,67 40-44 1,I 0,9 2,0 3,2 5,2 7,1 10,8 12,7 20,4 17,1 19,5 100.0 615 7,49 5,73 45-49 0,6 2,6 1,8 2,4 2,3 7.4 7,2 9,7 15.4 18,2 32,4 lôO,0 399 8,13 6,11 Total 33,6 10,5 9,3 7,9 7,6 7,6 6,1 5,1 4,7 3,5 4,2 I00,0 6551 3,07 2,46 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 39,2 47,2 10,5 3,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 123 0,77 0,67 20-24 19,7 38,7 27,7 10,9 2.4 0,6 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100.0 619 1,39 1,21 25-29 5,9 14,2 25,7 25,1 16,4 8,4 2,8 1,4 0,3 0,0 0,0 lCO,O 802 2,77 2,37 30-34 1,5 3,8 8,4 13,0 23,1 24,3 13,8 8,0 3.2 0,8 0,0 lCO,O 846 4,45 3,72 35-39 1,1 2,6 2,7 4,2 8,6 17,1 20,1 20,6 13,1 6,4 3,4 1120,0 605 6,03 4,94 40-44 0.5 0,2 1,7 2,2 3,8 5.6 11,1 13,3 21,2 18,4 22,0 11,0 485 7,84 6,11 4549 0,4 2~5 1,1 1,5 2,0 6.2 5,7 10,5 16,1 16,8 37,2 100,0 304 8,45 6,46 Total 6,3 12,4 12,9 11,2 11,0 11,3 8,8 7,9 6,9 4,9 6,4 100,0 3785 4,48 3,65 33 Par ailleurs, la répartition des femmes selon le nombre de naissances met en évidence une fécondité tardive par rapport à d'autres population africaines, puisqu'une femme de 20-24 ans sur deux (51 pour cent) n'a encore aucun enfant et qu'~ 25-29 ans, 31 pour cent des femmes sont encore nuUipares ou ont seulement un enfant. A l'opposé, il faut souligner que parmi les femmes les plus ãg6es (45-49 ans), une sur deux a eu 9 enfants ou plus pendant sa vie féconde. Les résultats concemant les femmes actuellement en union diffèrent nettement de ceux concernant toutes les femmes. En effet, même si le nombre moyen d'enfants par femme ne varie que très peu chez les femmes les plus ågées, on observe que les parités augmentent ici, dès 15-19 ans, de façon régulière et rapide. Par ailleurs, la répartition des femmes en union selon le nombre de naissances permet de constater une fécondité élevée dès les plus jeunes ~tges, puisque 61 pour cent des femmes en union de 15-19 ans et 80 pour cent de celles de 20-24 ans ont déjà eu, au moins, un enfant. Comme cela a déjå été souligné, il semble donc que les femmes ont leur enfant très rapidement après être entrées en union, quel que soit l'tlge de ceue union. Cependant, du fait que peu de femmes se marient à des ãges jeunes (voir Chapitre 5 - Nuptialit6 et exposition au risque de grossesse), la forte fécondité précoce de ces femmes en union n'a que peu d'influence sur les niveaux de fécondité de l'ensemble des femmes. D'une manière générale, les femmes qui restent volontairement sans enfant sont relativement rares en Afrique et en particulier au Rwanda : par conséquent, la parité zéro des femmes actuellement mari~es et les plus ~tgées permet d'estimer le niveau de la stérilité totale ou primaire. Parmi les femmes de 35-49 ans, åges auxquels l'arrivée d'un premier enfant est peu probable, seulement 0,7 pour cent n'ont jamais eu d'enfants et peuvent être considérées comme stériles. Ce niveau de stérilité primaire est parmi les plus faibles observés lors des enquêtes EDS dans d'autres pays d'Afrique (Amold et Blanc, 1990). 3.4 INTERVALLE INTERGENESIQUE La longueur de l'intervalle qui sépare la naissance d'un enfant de la naissance précédente a une influence sur son état de santé et sur celui de la mère. En particulier, de nombreuses recherches ont montré que les intervalles intergénésiques courts (inférieurs à 24 mois) sont nuisibles à la santé et à l'état nutritionnel des enfants et augmentent ainsi leur risque de décéder (voir Chapitre 9 - Mortalité des enfants). Le Tableau 3.7 présente la répartition des naissances des cinq années ayant précédé l'enquête selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance précêdente, en fonction de diverses caractéristiques démographiques et socio- économiques de la mère de l'enfant. On constate que 9 pour cent des naissances sont arrivées moins de dix-huit mois après la naissance pr6cédente et que 12 pour cent des enfants sont nés entre dix-huit mois et deux ans après leur aîné : au total donc, dans un cas sur cinq (21 pour cent), l'intervalle intergénésique est inférieur ~ deux ans. La majorité des naissances (45 pour cent) se produisent entre 24 et 35 mois après la naissance précédente, et 34 pour cent des enfants sont nés trois ans et plus après leur aîné. La durée médiane de l'intervalle intergénésique est légèrement supérieure å deux ans et demi (31,6 mois). Du point de vue de l'ãge, il apparaît que les intervalles intergénésiques sont lég6rement plus courts chez les jeunes femmes (médiane de 28,8 mois à 20-29 ans) que chez les femmes plus ågées, en particulier celles de 40 ans et plus (médiane de 34,5 mois). Bien que le Tableau 3.7 mette en évidence une très forte proportion de naissances pr6cédées par un intervalle de moins de deux ans chez les femmes de 15-19 ans (59 pour cent), cela ne reflète pas le comportement réel de ces femmes car les naissances de rang un qui constituent l'essentiel de leur fécondité ne peuvent être priÆs en considération dans le calcul. Du point de vue du rang de naissance et du sexe de l'enfant, on ne note que très peu d'écart entre les intervalles, bien que les naissances de premiers rangs (2 et 3) soient légèrement plus rapprochées des naissances précédentes (médiane de 30,3 mois) que les naissances de rangs supérieurs (médianc supérieure à 32 mois). Par contre, 34 Tableau 3.7 Intervalle intergénésique R6partition (en %) des naissances des cinq années précédant l'enqu&e par nombre de mois 6coulés depuis la naissance précédente, selon certaines caractérisfiques socio-démographiques, EDS Rwanda 1992 Nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente Caractéristique 7-17 18-23 24-35 36-47 48 ou + Nombre médian Effectif de mois depuis de la naissance Total naissances précédente Groupe d'åges 15-19 24,0 35,2 18,5 22,3 0,0 100,0 20 23,4 20-29 10,9 16,7 48,2 16,4 7,8 100,0 1509 28,8 30-39 7,3 10,6 44,6 24,3 13,2 100,0 2341 32,6 40 ou plus 7,2 8,7 38,3 25,9 19,9 100,0 751 34,5 Rang de naissance 2-3 10,0 15,4 43,9 18,2 12,6 100,0 1615 30,3 4-6 7,1 10,8 45,2 24,6 12,2 100,0 1830 32,4 7 ou plus 8,8 10,8 44,8 23,0 12,7 10O,0 1176 32,0 Sexe de l'enfant pr6cédent Masculin 8,2 12,0 43,6 23,2 13,0 100,0 2288 31,8 Féminin 8,9 12,8 45,6 20,8 11,9 100,0 2334 31,4 Survie de l'enfant pr6e6dent Toujours vivant 4,5 11,2 47,4 24,0 12,9 10O,0 3874 32,5 Déc~dé 29,7 18,5 30,1 11,3 10,4 100,0 748 24,5 Milieu de résidence Urbain 9,8 14,3 38,2 20,9 16,8 100,0 204 31,6 Rural 8,5 12,3 44,9 22,0 12,2 100,0 4417 31,6 Préfecture Kigali 8,6 11,4 45,5 20,1 14,4 100,0 753 31,3 KibuyeÆuhengeri/Gisenyi 8,6 13,2 47,8 20,5 10,0 100,0 1401 30,9 Cyangugu/Gikongoro 9,7 13,2 41,1 25,4 10,5 100,0 702 31,4 Buntre/Gintrama 7,1 11,0 40,6 23,3 18,0 100,0 976 33,3 Byumba/Kibungo 9,1 13,2 46,2 21,8 9,7 100,0 789 31,3 Niveau d'instruction Aucun 9,0 Primaire 7,8 Post-primaire ou plus 11, l 12,0 44,1 22,6 12,4 100,0 2318 31,9 12,6 45,7 21,9 12,0 100,0 2107 31,3 15,7 39,1 15,6 18,5 100,0 196 30,3 Ensemble 8,5 12,4 44,6 22,0 12,4 100,0 4621 31,6 Note : Les naissances de rang 1 sont exclues. L'intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois écoulés depuis la grossesse précédente qui a abouti à une naissance vivante. les naissances qui suivent des enfants décédés se produisent beaucoup plus rapidement que lorsque l'enfant préc6dent est toujours en vie : 48 pour cent des naissances ont lieu moins de deux ans après la naissance de l'enfant précédent lo~que celui-ci est décédé, contre 16 pour cent lorsqu'il est toujou~ en vie. En ce qui concerne le milieu de résidence, les intervalles intergénésiques ne présentent que très peu de variations. Du point de vue de la région, l'intervalle médian varie assez peu, de 30,9 mois à KibuyeÆuhengeri/Gisenyi à 33,3 mois à Butare/Gitarama. Enfin, selon le niveau d'instruction de la mère, on constate, là encore, que les intervalles entre naissances varient de façon non-significative : 31,9 mois de médiane chez les femmes sans instruction, contre 30,3 mois chez celles ayant atteint un niveau sup6rieur au primaire. 35 3.5 AGE A LA PREMIERE NAISSANCE L'age à la première naissance est un indicateur démographique important dans la mesure oia cet tige influe sur la descendance finale des femmes, en particulier lorsque l'utilisation de la contraception est faible. Le Tableau 3.8 donne la répartition des femmes par ãge à leur première naissance et leur åge médian ~ la première naissance, selon le groupe d'tiges au moment de l'enquête. Les résultats présentés dans ce tableau montrent, une fois de plus, que la fécondité des femmes rwandaises est relativement tardive. Parmi les femmes de 15-19 ans, 92 pour cent sont encore sans enfant et, parmi celles actuellement itgées de 20-24 ans, 51 pour cent n'ont pas d'enfant et seulement 25 pour cent ont eu leur premier enfant avant d'atteindre leur 2& anniversaire. Si on se limite aux femmes actuellement/lgées de 25 ans et plus, on observe une tendance très nette et très régulière à un recul de l'åge å la première naissance. Ainsi, l'tige médian ~ la première naissance passe de 20,5 ans chez les femmes des générations les plus anciennes, aujourd'hui ågées de 45-49 ans, å 22,0 ans parmi les générations les plus técentes, ayant 25- 29 ans à l'enquête. De même, si l 'on considère les femmes ayant eu leur premier enfant avant 20 ans, leur proportion passe de 44 pour cent dans le groupe d'åges 45-49 ans à 28 pour cent dans le groupe d'tige 25-29 ans. L'åge à la première naissance, déj~ relativement tardif chez les femmes les plus ãgées, a donc tendance i~ augmenter r6gulièrement. Cette tendance au vieillissement ne semble pas résulter d'un recul de la première naissance dans le cadre de l'union, mais plutét d'une tendance similaire au vieillissement de l'åge d'entrée en première union (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse). Ce oecul de l'~lge d'entrée en première union explique, en grande partie, la baisse de la fécondité qui a ét~ constatée précédemment. Tableau 3.8 Age à la première naissance Répartition (en %) des fermnes par åge à la première naissance, et åge médian à la première naissance selon l 'åge actuel, EDS Rwanda 1992 Age médian Femmes Age à la première naassance Effectif å la Age sans de première actuel naissance <15 15 17 18-19 20-21 22-24 25 ou + Total femmes naissance 15-19 91,8 0,4 4,9 2,9 a a a 100,0 1464 b 20-24 50,8 0,2 8,1 ¤6,3 16,7 7,9 a 100,0 12A7 b 25-29 15,1 0,7 8,8 18,4 22,5 25,5 9,1 100,0 1050 22,0 30-34 4,7 0,8 8,8 17,8 26,6 28,0 13,2 100,0 1030 21,7 35-39 1,6 0,9 9,6 20,8 24,8 26,6 15,8 100,0 745 21.5 40-44 1,1 1,1 13,5 20,9 27,1 21,2 15,1 100,0 615 21,2 45-49 0,6 2.0 17,6 23,9 24,5 20,3 11,2 100,0 399 20,5 aSans objet bNon applicable: moins de 50% de femmes ont eu un enfant L'åge médian à la première naissance, qui s'établit à 21,5 ans pour l'ensemble des femmes de 25-49 ans (Tableau 3.9), ne présente que peu de variations selon les caractéristiques socio-économiques. Du point de vue du milieu de résidence, l'fige médian diffère peu entre les femmes de 25-49 du milieu rural (21,4 ans) et celles du milieu urbain (22,4 ans); en outre, la tendance au vieillissement de l'âge à la première naissance s'observe aussi bien en rural qu'en urbain, bien qu'elle soit plus prononcée en ville où l'åge m6dian atteint 24,0 ans chez les femmes de 25-29 ans, contre 21,9 chez les femmes rurales du mEme åge. 36 Si l 'on n'observe pratiquement aucune différence selon la région de résidence, on constate, par contre, que l 'ãge à la première naissance augmente avec le niveau d'instruction. Ainsi, pour les femmes de 25-49 ans, l 'åge mrdian passe de 21,1 ans parmi celles sans instruction, à 21,7 ans parmi les femmes ayant un niveau d'instruction primaire, et atteint 23,5 ans chez les femmes ayant un niveau supérieur au primaire, soit deux ans de plus que chez les femmes sans instruction. De plus, si la tendance au recul de l 'åge à la première naissance est très nette pour les femmes ayant fréquenté l'école, il n'en est pas de m~me pour les femmes sans instmction pour lesquelles, quel que soit le groupe d'åges/générations, l'/tge médian reste très voisin de 21 ans. Ainsi, la proportion croissante de femmes frrquentant l'école et l'augmentation du niveau d'instruction de la population féminine, par le biais d'une augmentation de l'fige å la premirre naissance, ont une influence importante sur le niveau de la fécondité. Tableau 3.9 Age médian à la première naissance Age médian à la première naissance (femmes de 25-49 ans) par åge actuel et par earaetéristiques socio-démographiques, EDS Rwanda 1992 Age actuel Age Caractéristique 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 25-49 Milieu de résidence Urbain 24,0 22,0 21,8 21,8 20,2 22,4 Rural 21,9 21,6 21,5 21,1 20,5 21,4 Préfecture Kigali 22,5 21,7 21,6 21,5 20,9 21,7 KibuyeÆuhengeri/Gisenyi 21,4 21,4 21,1 21,0 20.8 21,2 Cyangugu/Gikongoro 22.4 21.9 21.2 22,2 20,7 21,7 Butare/Gitarama 22,6 22,0 22,0 20.8 19,5 21,7 Byumba/Kibungo 21,5 21,1 21,4 20,8 20.6 21.2 Niveau d'Instruction Aucun 21,0 21,3 21,2 21.1 20.6 21,1 Primaire 22,1 21,8 21,7 21.1 20,0 21,7 Post-primaire ou plus 24,1 23,4 22,7 22,8 22,4 23,5 Ensemble 22,0 21,7 21,5 21,2 20,5 21,5 Note: L'åge médian pour les cohortes 15-19 et 20-24 ne peut ~tre déterminé car de nombreuses femmes peuvent encore avoir une naissance avant d'atteindre, respectivement. 20 et 25 ans. 3.6 FECONDITE DES ADOLESCENTES On a souligné prrcédemment le faible niveau de fécondité des adolescentes (15-19 ans) qui ne contribuent que pour 5 pour cent à la fécondité totale des femmes; par ailleurs, l'fige médian à la première naissance (21,5 ans pour les femmes de 25-49 ans) se situe nettement au-delà de cette tranche d'åges. Le Tableau 3.10 foumit, par åge détaillé entre 15 et 19 ans, les proportions d'adolescentes qui ont déjà eu un ou plusieurs enfants et de celles qui sont enceintes pour la première fois : la somme de ces deux valeurs donne la proportion de femmes ayant commencé leur vie féconde. On remarque que 10 pour cent des femmes de 15-19 ans entrent dans cette catégorie, 8 pour cent ayant déjà, au moins, un enfant et 2 pour cent étant enceintes pour la première fois : ces proportions sont particulièrement faibles comparées à celles trouvées dans de nombreux autres pays africains. Pour très peu d'adolescentes, la maternité commence avant l 'åge de 37 Tableau 3.10 Fécondité des adolescentes Pourcentage d'adolescentes de 15 à 19 ans ayant déjà eu un enfant ou étant enceintes d'un premier enfant par caractéristiques socio-démographiques, EDS Rwanda 1992 Adolescentes qui sont: Adolescentes ayant déjà Enceintes d'un commencé leur Caractéristique Mères premier enfant vie féconde Effectif Age 15 0,0 0,4 0,4 280 16 2,2 0,4 2,5 311 17 6.5 1,2 7,7 304 18 11,4 5,1 16,5 302 19 22,3 4,4 26,7 267 Milieu de résidence Urbain 8,2 1,5 9,7 95 Rural 8,2 2,3 10,6 1369 Préfecture Kigali 6,5 i, 1 7,6 270 Kibuye/Ruhengeri/Gisenyi 10,0 2,6 12,6 367 Cyangugu/Gikongoro 7,4 3,1 10,5 221 Butæe/Gitarama 6,2 0,6 6,8 361 Byumba/Kibungo 11,3 4,8 16, I 245 Niveau d'instruction Aucun 17,8 4,2 22,1 304 Primaire 6,1 2,0 8,1 1017 Post-primaire ou plus 2,8 0,2 3,1 143 Ensemble 8,2 2,3 10,5 1464 18 ans : moins de 1 pour cent à 15 ans, 3 pour cent ~ 16 ans et 8 pour cent à 17 ans. Parmi les femmes de 18 ans, 11 pour cent sont déjà mères et 5 pour cent ont leur première grossesse. Ce n'est qu'å 19 ans que plus d'une adolescente sur quatre (27 pour cent) a al~jà eu, au moins, un enfant (22 pour cent), ou est enceinte pour la première fois (4 pour cent). Si le comportement des adolescentes en matière de fécondité ne varie qu'assez peu selon le milieu de résidence, on note, par contre, des di fférences régionales assez marquées (Tableau 3.10 et Graphique 3.6). Les proportions d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde varient de 7 pour cent à Butare/Gitarama et 8 pour cent dans les préfectures de Kigali, régions où I'ISF est le plus faible, à 11 pour cent à Cyangugu/Gikongoro, à 13 pour cent à KibuyeÆuhengeri/Gisenyi, qui enregistre la fécondité totale la plus élevée du pays, et atteint 16 pour cent à Byumba/Kibungo. Enfin, en ce qui conceme l'instruction, on constate, une fois encore, que la fécondité est d'autant moins précoce que le niveau de scolarisation est élevé : ainsi, une adolescente sans instruction sur cinq a commencé sa vie féconde avant le 2OE anniversaire, alors que seulement 8 pour cent de celles ayant un niveau primaire et 3 pour cent de celles ayant un niveau supérieur au primaire sont dans la même situation. 38 Graphique 3.6 Adolescentes de 15-19 ans ayant commencé leur vie féconde RWA N D, a, :. : :I R E S I D E N C E ~ U r b a i n ~ [ Rural ~ I PREFECTURE~ Kigati Kibuye/Ru heng./Gisenyi Cyangugu/Gikongoro Butare/Gitarama Byumba/Kibungo INSTRUCTION / Aucune~ Primaire~ Post-primaire ou + 0 5 10 15 20 25 Pourcentage EDSR 1992 Le Tableau 3.11 foumit la répartition des adolescentes par åge détaillé, selon leur nombre d'enfants. On constate que parmi les adolescentes qui ont déjå eu au moins un enfant (8 pour cent des femmes de 15-19 ans), la très grande majorité (7 pour cent par rapport à 8 pour cent) ne sont mères que d'un seul enfant. Même à 19 ans, où 22 pour cent des adolescentes ont déjà procr6é, seulement un quart d'entre elles (5 pour cent par rapport à 22 pour cent) ont eu plus d'un enfant. Si, de 15 à 19 ans, la parité augmente avec l'âge, elle reste, néanmoins, à un niveau très faible puisqu'à 19 ans, le nombre moyen d'enfants par femme n'atteint que 0,28. Tableau 3.11 Enfants nés de mères adolescentes Répartition (en %) des adolescentes ågées de 15 à 19 ans par nombre d'enfants n~s vivants et nomboe moyen d'enfants nts vivants selon l'åge, EDS Rwanda 1992 Nombre d'enfants nés vivants Age 0 1 2 ou + Nombre moyen d'enfants nés Effectif Total vivants d'adolescentes 15 100,0 0.0 0,0 I00,0 0,00 280 16 97,8 1,8 0,4 100,0 0,03 311 17 93,5 6,5 0,0 103,0 0,06 304 18 88,6 10,1 1,2 100,0 0,13 3(Y2 19 77,7 17,5 4,8 100,0 0,28 267 Total 91,8 7,0 1,2 100,0 0,10 1464 39 3.7 D ISCUSSION Avec les niveaux actuels de la fécondité, les femmes rwandaises donneront naissance, en moyenne, 6,2 enfants durant leur vie féconde. Cette fécondité a fortement diminué au cours des demières années puisqu'en 1983, les femmes avaient, en moyenne, 8,5 enfants. Un recul important de l'~ge à la première naissance est, en grande partie, la cause de cette baisse. Par ailleurs, les niveaux de fécondité varient fortement en fonction du milieu et de la région de résidence, et surtout en fonction du niveau d'instruction. Les femmes ayant dépassé le niveau d'instruction primaire (4,3 enfants) ont, en moyenne, plus d'un enfant de moins que celles ayant seulement un niveau d'instruction primaire (5,9 enfants), et près de trois enfants de moins que celles qui n'ont jamais fréquenté l'école (7,0 enfants). Au moment de l'enquéte, 10 pour cent des adolescentes de 15-19 ans avaient déjå eu, au moins, un enfant ou étaient enceintes pour la première fois. En outre, cette proportion d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde varie fortement selon la région de résidence et le niveau d'instruction (de 3 pour cent chez les adolescentes ayant dépassé le niveau d'instruction primaire, à 22 pour cent chez celles sans instruction). L'augmentation du niveau d'instruction de la femme apparaît donc ici comme un facteur déterminant de la baisse de la fécondité. 40 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE Au cours de I'EDSR, on a demandé aux femmes interrogées et à leur mari quelles méthodes de contraception ils connaissaient. On s'est ensuite intéressé à l'utilisation passée et/ou actuelle de la contraception, ainsi qu'à l'intention de son utilisation dans le futur. Enfin, on a demandé aux femmes si elles savaient où se procurer les différents moyens de contraception. Les résultats obtenus à partir de ces questions permettent d'évaluer les actions entreprises en matière de planification familiale, et fournissent les informations indispensables pour étendre, renforcer et mieux cibler ces actions. 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION La connaissance des m6thodes contraceptives, ainsi que celle du lieu où se les procurer sont les conditions préalables à toute utilisation de la contraception. La connaissance des méthodes a ~tE appréhendée de deux façons différentes : connaissance spontanée et connaissance après de scdption. L'enquStrice a d' abord demandé à la femme quelles m6thodes (aussi bien traditionnelles que modernes) elle connaissait. Ensuite pour les méthodes non citées spontanément, chaque méthode spécifique a ét6 décrite par l'enquetrice avant de demander à la femme si elle en avait déjà entendu parler. La m8me démarche a été suivie lors de l'enqu8te auprès des maris. Enfin, pour chaque méthode connue par une femme, on lui demandait si elle savait où se la procurer. Les méthodes retenues dans le questionnaire peuvent être class6es en deux catégorles : méthodes modernes : pilule, DIU ou stérilet, injections, méthodes vaginales (diaphragme, mousse, gelée), condom ou préservatif masculin, stérilisation féminine (généralement, ligature des trompes), stérilisation masculine (vasectomie) et Norplant ; méthodes traditionnelles : continence périodique et retrait, ainsi que d'autres méthodes traditionnelles (herbes, écorces, etc.) et pratiques qui ont ~té enregistrées dans une catégorie "autres méthodes". Les résultats obtenus montrent que la connaissance de la contraception est quasi générale au Rwanda : 98 pour cent des femmes ont déclar6 connai'tre au moins une méthode et, si on se limite aux femmes en union, cette proportion atteint 99 pour cent (Tableau 4.1 et Graphique 4.1). S'agissant des seules méthodes modernes, les mEmes proportions de femmes en connaissent au moins une, alors que 73 pour cent de l'ensemble des femmes et 84 pour cent des femmes en union connaissent au moins une méthode traditionnelle. Le Tableau 4.1 donne également les proportions de femmes ayant déclar6 connaltre chaque méthode contraceptive spécifique. Parmi les méthodes modernes, les plus connues sont la pilule et les injections (97 pour cent des femmes en union dans les deux cas) et le condom (90 pour cent); la stérilisation féminine et le DIU sont légèrement moins connues (respectivement 75 et 70 pour cent), et 38 pour cent des femmes connaissent la stérilisation masculine, 36 pour cent connaissent le Norplant et 27 pour cent les spenn'tcides. En ce qui concerne les m6thodes traditionnelles, 77 pour cent des femmes en union ont déclar6 connal'tre la continence périodique et 62 pour cent connaissent le retrait. 41 Tableau 4.1 Connaissance des tuéthodes contraceptives et des sources des méthodes Pourcentage de femmes et de femmes actuellement en union qui connaissent une méthode contraceptive et pourcentage de celles qui connaissent une source (pour informations ou services) et pourcentage de matis qui connaissent une méthode contraceptive, par méthode spécifique, EDS Rwanda 1992 Connalt une méthode Cormah une source Ma.ri Toutes Femmes Toutes Femmes connalt Méthode les actuellement les actuellement une contraceptive femmes en union femmes en union méthode N'importe quelle méthode 97,9 99,0 86.5 91,9 98,2 Méthode moderne 97,7 98,8 85,6 91,0 97,4 Pilule 93,6 96.7 80,9 87,7 90,7 DIU 62,9 69,7 51,0 58,9 62,0 Injection 94,5 97,3 81,4 87,9 91,9 Méthodes vaginales 22,8 27,0 19,3 23,1 29,9 Condom 86,9 89.7 69.1 75,2 93,5 Stérilisation féminine 69,7 75,2 54,7 61,8 80,0 Stérilisation masculine 32,9 37,6 27,0 32,0 58,2 Norplant 29,5 36,2 24,7 31,2 34,1 M~thode traditionnelle 72,8 84,4 53,2 62,8 93,6 Continence périodique 66,8 77,2 53,2 62,8 89.3 Retrait 49,3 62,1 0,0 0,0 80,3 Autres méthodes 0,4 0,5 0,0 0,0 2,2 Effectif 6551 3785 6551 3785 598 Si l 'on compare ces résultats à ceux obtenus lors de I'ENF de 1983 (Graphique 4.1), on peut noter une amélioration très importante de la connaissance des méthodes contraceptives, la proportion de femmes ayant déclar6 connaflre au moins une méthode étant passée de 67 pour cent en 1983 à 98 pour cent en 1992. De 1983 à 1992, c'est la connaissance du condom qui a le plus progressé, passant de 11 pour cent ~ 87 pour cent, la connaissance du DIU a triplé, et celle de la pilule et des injections a plus que doublE. Les femmes rwandaises déclarent conna~re, non seulement les métbodes contraceptives, mais aussi un endroit où les obtenir : 87 pour cent de l'ensemble des femmes et 92 pour cent des femmes en union sont dans ce cas. Si on se limite aux seules méthodes modernes, les mêmes proportions de femmes savent où se les procurer. Par contre, les endroits où obtenir des conseils sur les m6thodes traditionnelles sont plus méconnues : 53 pour cent de l'ensemble des femmes et 63 pour cent de celles en union sauraient où s'adresser pour obtenir des informations ou conseils sur la façon d'utiliser la continence périodique. Selon les résultats du Tableau 4.1, il apparait également que pratiquement tous les matis (98 pour cent) connaissent au moins une méthode contraceptive, qu'elle soit moderne (97 pour cent), ou qu'elle soit traditionnelle (94 pour cent). Ainsi, la connaissance des méthodes modernes est aussi importante parmi les femmes que parmi les maris, par contre les méthodes traditionnelles semblent mieux connues des maris que des femmes en union (94 pour cent contre 84 pour cent). Lors de I'ENF de 1983, 70 pour cent des maris avaient déclaré connaRre, au moins, une méthode contraceptive. De 1983 à 1992, on assiste donc à une amélioration de la connaissance de la contraception aussi importante chez les matis que chez les femmes. Comme chez les femmes, de 1983 à 1992, c'est la connaissance du condom qui a le plus progressé, passant de 26 pour cent à 94 pour cent ; la connaissance du DIU a triplé, et celle de la pilule et des injections a plus que doublé. 42 Graphique 4.1 Connaissance de la contraception par les femmes de 15-49 ans, 1983 et 1992 Pourcentage 1 O0 80 60 40 20 Au moins Pilule Injection DIU Retrait Condom une méthode Le Tableau 4.2 présente les proportions de femmes en union ayant déclar6 connaitre des méthodes contraceptives et un endroit où se les procurer selon différentes caractéristiques socio-démographiques. La distinction par groupe d'âges quinquennaux montre que, quel que soit l'âge, presque toutes les femmes connaissent au moins une méthode contraceptive (de 98 ~ 100 pour cent), et même une méthode modeme (de 97 à 99 pour cent). La connaissance des sources pour obtenir des contraceptifs varie légèrement plus mais, même parmi les femmes les plus âgées, 82 pour cent savent où se les procurer. Du point de vue du milieu et de la région de résidence, on n'observe pratiquement aucune différence dans la connaissance de la planification familiale. Enfin, si les résultats selon le niveau d'instruction montrent de légers écarts entre les femmes les plus instruites et celles sans instruction, il faut souligner que, même parmi ces demières, 98 pour cent connaissent au moins une méthode moderne de contraception et 87 pour cent savent où se l'obtenir. 43 Tableau 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives modernes et des sources des méthodes Pourcentage de femmes actuellement en union connaissant au moins une méthode moderne et pourcentage de celles connaissant une source (pour informatioï~ ou services), par caractéristiques socio-d6mographiques, EDS Rwanda 1992 Connaåt une Connait source pour Effectif Curma~t une méthode méthode de Caractéristique une méthode moderne I moderne femmes Groupe d'lges 15-19 100,0 99,1 86.8 123 20-24 98,2 98,0 90,1 619 25-29 99,7 99,6 93.6 802 30-34 99,3 99,2 92,7 846 35-39 98,9 98,9 93,2 605 40-44 99,1 98,8 88,8 485 45-49 98,0 97,3 81,8 304 Milieu de résidence Urbain 99,8 99,8 92,4 191 Rural 99,0 98,8 90,9 3594 Préfecture Kigali 99,8 99,8 92,6 615 Kibuye/Ruhengeri/Gisenyi 98,6 98,2 90,1 1 l 16 Cyangugu/Gikongoro 98,4 97,9 90,1 553 Butare/Gitarama 99,3 99,1 91,1 841 Byumba/Kibungo 99,3 99.3 91.5 660 Niveau d'Instruction Aucun 98,3 98,1 87,1 1746 Primaire 99,6 99.4 93.8 1837 Post-primaire ou plus 100,0 100.0 98.6 203 Ensemble 99,0 98,8 91,0 3785 IC'est-à<lire: pilule, DIU, injection, méthodes vaginaies (spermicides. diaphragmes.,,). condom, stérilisations féminine et masculine et Norplant. 4.2 PRATIQUE DE LA CONTRACEPTION La pratique de la contraception chez les femmes enquêtées est définie comme l'utilisation d'au moins une méthode contraceptive A un moment quelconque de leur vie féconde. Aux femmes qui avaient déclar6 connaflre, au moins, une méthode de contraception, les enquêtrices ont demandé si elles avaient déjà utilisé cette ou ces méthodes. Ces informations permettent de mesurer le niveau de pratique de la contraception à un moment quelconque de la vie féconde des femmes par type de méthode spécifique (Tableau 4.3). On a procéd6 de la même manière lors de l'enquête auprès des matis et les résultats de cette enquête, du même type que ceux concernant les femmes, figurent également au Tableau 4.3. Sur l'ensemble des femmes, 29 pour cent ont déjà utilisé, au moins, une méthode contraceptive à un moment quelconque de leur vie, et cette proportion atteint 42 pour cent chez les seules femmes en union, les méthodes modernes ayant été utilisées autant que les méthodes traditionnelles : 17 pour cent pour chaque type de méthode parmi l'ensemble des femmes et 25 pour cent parmi les femmes en union. Quelle que soit la 44 Tableau 4.3 Utilisation de la contraception i un moment quelconque Pourcentage de femmes, de femmes actuellement en union et de maris ayant d6j/t utflasé une m6thode contraceptive, par m6thode sp6cifiquc, selon l'îge, EDS Rwanda 1992 N'im- N'im- porte porte quelle Groupe quelle m6thode Pil- d'liges m6thode moderne uie DRJ M6thodes modernes N'im- M6thodes traditionnelles porte M6th. quelle Corgin. lnjec- vagi- Con- St&il. St6riL m6thode p6rio- don nale* dont f6rain, mascul. Norplant tradiL dique Retrait Autre* Effectif TOUTES LES FEMMES 15-19 2,6 1,3 0,7 0,I 0,5 0,0 0,2 0,0 0,0 0,0 1,5 1,2 0,4 0,0 1464 20-24 19,7 8,8 4,2 0,1 5,3 0,0 0,9 0,1 0,0 0,1 13,0 8,8 7,0 0,0 1247 25-29 39,7 22,8 11,2 0,6 14,5 0,4 2,5 0,1 0,0 0,4 23,5 17,5 13,0 0,0 1050 30-34 43,6 28,1 13,5 0,9 18,9 0,2 1,4 0,6 0,1 0,8 23,0 17,5 11,5 0,0 1030 35-39 44.8 28,4 12,8 1,8 22,1 0,3 1,4 0,6 0,0 0,7 24,9 17,6 12,6 0,4 745 40-44 45,3 28,1 10,9 1,3 21,7 0,2 1,6 1,5 0,0 0,4 27,5 18,4 14,8 0,0 615 45-49 28.9 14,0 4,5 0,7 10,4 0,0 0,3 1,5 0,3 0,3 19,0 13,5 10,2 0,1 399 Ensemble 28.7 16,8 7,6 0,6 11,6 0,2 1,2 0,4 0,0 0,3 16,8 12,1 8,8 0,1 6551 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 16,0 8,6 4,9 0,3 4,3 0,0 0,3 0,0 0,0 0,0 8,6 5,6 4,9 0,0 123 20-24 32,0 13,2 6,8 0,1 8,5 0,0 0,6 0,2 0,0 0,2 21,5 13,6 13,1 0,0 619 25-29 43,6 25,3 12,9 0,6 15,6 0,4 2,5 0,2 0,0 0.5 26,0 19,3 15,2 0,0 802 30-34 47,1 29,8 14,5 1,0 19,7 0,3 1,5 0,8 0,1 0,9 25,7 19,5 13,2 0,0 846 35-39 47,9 30,0 13,7 2,1 23,2 0,4 1,3 0,6 0,0 0,9 27,2 18,7 13,2 0,4 605 40-44 51,1 33,1 12,8 1,4 26,2 0,3 2,1 1,8 0,0 0,5 29,7 20,1 15,8 0,0 485 45-49 33,5 16,7 5,2 0,9 12,0 0,0 0,4 2,0 0,4 0,4 21,7 15,6 11,5 0,1 304 Ensemble 42,4 24,8 11,5 1,0 17,3 0,2 1,5 0,7 0,1 0,6 24,9 17,7 13,5 0,1 3785 MARIS Ensemble 51,8 25,8 13,1 0,6 15,4 0,4 5,0 0,6 0,2 0,7 39,3 33,9 16,7 0,6 598 situation matrimoniale de la femme, les injections et la pilule sont les deux méthodes scientifiques les plus utilisées par, respectivement, 17 et 12 pour cent des femmes mari6es, alors que la continence pdriodique (18 pour cent) et le retrait (14 peur cent) sont les moyens naturels de contraception dont les femmes rwandaises en union se sont le plus servies. Pour l'ensemble des m6thodes et peur les seules méthodes modernes, c'est parmi les femmes de 25 à 44 ans que l'utilisation a été la plus importante : 40 pour cent et plus de l'ensemble des femmes de cette tranche d'~lges ont déjà utilisé un moyen de contraception et, si on se limite à la tranche d'/tges 30-44 ans, la proportion d'utilisatrices atteint 44 pour cent et plus. En outre, dans ce demier groupe d'/lges, la pratique de la contraception modeme a concerné 28 pour cent et plus des femmes. Parmi les femmes en union, mis à part les plus jeunes ( 15-19 ans) qui ne sont que 16 pour cent à avoir utilisé une méthode, la pratique contraceptive concerne plus d'une femme sur trois, elle atteint 44 pour cent et plus entre 25 et 39 ans, et plus d'une femme de 40-44 ans sur deux (51 pour cent) a déjà utilise une mdthode. Pour les seules m6tbodes modernes, la pratique contraceptive varie de 30 à 33 pour cent entre 30 et 44 ans. Ainsi, mis à part chez les adolescentes, une forte proportion de femmes rwandaises, quel que soit leur åge, ont déjà utilise la contraception. 45 On notera enfin que l'éventail des m6thodes utilis6es varie peu selon l'âge de la femme. Cependant, chez les femmes les plus jeunes (moins de 30 ans) et chez celles les plus ãgEes (45-49 ans) les méthodes naturelles sont légèrement plus utilisées que les méthodes modemes, alors que le phénomène inverse s'observe chez les femmes de 35-44 ans. Ainsi, les femmes qui ont le plus utilise la contraception sont également celles qui se sont le plus servies des moyens anticonceptionnels modemes. Plus d'un mari sur deux (52 pour cent) a déclaré avoir déjà utilisé une méthode quelconque de contraception OEableau 4.3) : ce niveau d'utilisation passée est largement supérieur à celui des femmes en union (42 pour cent). Pourtant, si l'on compare l'utilisation par méthode spécifique, on peut constater que les résultats relatifs aux matis dif~rent assez peu de ceux relatifs aux femmes en union, sauf dans le cas de la continence périodique que 18 pour cent des femmes en union ont déclaré avoir déjà utilisé contre 34 pour cent des maris. Un tel écart résulte très certainement d'une surestimation du niveau d'utilisation de la continence périodique par les matis qui ne savent peut-être pas toujours avec précision ce que signifie la pratique de cette mEthode. Le niveau d'utilisation pass6e de la contraception pour l'ensemble des méthodes est donc surestime pour les maris. On notera enfin que les matis ont plus utilisé le condom que les femmes en union (5 pour cent contre un peu moins de 2 pour cent) bien que, globalement, cette méthode reste assez peu utilisée. 4.3 UT IL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPT ION La pr6valence contraceptive correspond au pourcentage de femmes en åge de reproduction qui utilisent une méthode contraceptive quelconque au moment de l'enquête. Le même type d'indicateur est calculé pour les maris. Environ une femme sur sept (14 pour cent) et une femme en union sur cinq (21 pour cent) utilisalent une méthode contraceptive au moment de l'enquête (Tableau 4.4). Alors que les mêmes proportions de femmes ont déclaré avoir déjà utilisé des mEthodes modernes et/ou des méthodes traditionnelles à un moment quelconque de leur vie, au moment de I'EDSR, les méthodes scientifiques étaient beaucoup plus utilisées que les méthodes naturelles : 9 pour cent contre 5 pour cent parmi l'ensemble des femmes et 13 pour cent contre 8 pour cent parmi les seules femmes en union. Qu'il s'agisse de l'ensemble des femmes ou des femmes mariées, la prEvalence contraceptive la plus élevée se retrouve, comme pour l'utilisation à un moment quelconque, parmi les femmes de 30-44 ans. La même tendance s'observe pour les méthodes modemes; par contre, les femmes les plus âgées (40-49 ans) sont celles qui utilisent le plus les méthodes traditionnelles. Le Graphique 4.2 met en évidence l'augmentation très importante de la prévalence contraceptive de 1983 à 1992. On constate que la proportion d'utilisatrices a presque doublé entre les deux dates (de 11 à 21 pour cent), et que cette augmentation est due à un accroissement extrêmement important de l'utilisation des méthodes modernes, passant de 1 à 13 pour cent, alors que les méthodes traditionnelles étaient légèrement moins utilisées (8 pour cent contre 10 pour cent)? 1 I1 faut noter que la prEvalence contraceptive à laquelle on fait référence ici correspond, en 1983, aux femmes en union et fertiles, alors qu'en 1992, il s'agit simplement des femmes en union. Calculée sur la m~.me catégorie de population aux deux dates, la prévalence serait alors, soit plus faible, en 1983, soit plus élevée, en 1992 : de ce fait, l'augmentation de l'utilisation de la contraception observée entre les deux dates est encore plus importante qu'il n'apparalt. En outre, en 1983, l'abstinence prolongée a ét~ considérée comme une méthode contraceptive, ce qui n'a pas ét6 le cas en 1992. Pour cette seconde raison, l'écart entre les résultats de I'ENF et ceux de I'EDSR est encore plus important en ce qui concerne l'utilisation de la contraception et la légère baisse observée dans l'utilisation des méthodes traditionnelles entre les deux dates correspond, peut-être, en fait, à une légère augmentation. 46 Tableau 4.4 Utilisation actuelle de la contraception Répartition (en %) de toutes les femmes, des femmes actuellement en union et des matis, par m~thode contraceptive actuellement utihs~e, selon l'âge. EDS Rwanda 1992 N'im- N'ira- porte p~te quelle Groupe quelle m~hode Pil- dãges mOà~ode moderne uie DIU TOUTES LES FEMMES MCthodes modernes L Nqm- M¢thodes traditionnelles perte M&h. quelle Corttln. lnjec- vagi- Con- Stêrll. No¢- m~thode p&ie- Aucune tl¢m hales dom f6min, plant tradiL dique Retrait Autres m&hode Total Effectif 15-19 1.5 1,0 0.4 0.0 0.4 0.0 0.1 0.0 0.0 0,6 0,3 0.2 0,0 98.5 100.0 1464 20-24 8.9 4.9 1.2 0.1 3.2 0.0 0.2 0.1 0.1 4,0 2,3 1.7 0,0 91.1 100.0 1247 25-29 15,8 9,7 3,3 0.0 5.6 0.0 0.4 0.1 0.3 6.0 4,1 1,8 0,1 84.2 100.0 1050 30-34 23.0 15.3 4.0 0.1 10.1 0.0 0.1 0.6 0.3 7.7 5.1 2.6 0.0 77.0 100.0 1030 35-39 20,0 13.9 1,8 0.6 10.2 0.0 0.2 0.6 0.5 6.1 4,9 1,0 0,2 80.0 100.0 745 40-44 25,6 15.2 3.1 0.2 9.7 0.0 0.6 1.5 0.2 10.4 6.0 4.4 0,0 74,4 100.0 615 45-49 15.6 6.9 0,7 0.3 4.7 0.0 0.0 1.2 0.0 8.7 5,2 3,5 0,0 84.4 100.0 399 Total 13,8 8.6 2,0 0,1 5.6 0.0 0.2 0.4 0.2 5.3 3.4 1,8 0.0 86.2 100.0 6551 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 10,8 7.1 3.4 0.0 3.7 0,0 0,0 0,0 0,0 3,7 0.9 2,8 0.0 89,2 100,0 123 20-24 14,4 7.5 1.7 0,1 5,2 0,0 0,2 0,2 0,2 7.0 3.7 3,2 0.0 85.6 100.0 619 25-29 17.4 11.1 3.9 0.0 6.2 0,0 0.3 0.2 0,3 6.3 3.9 2.3 0.1 82.6 100,0 802 30-34 25.3 16.2 4.2 0,1 10,6 0,0 0,0 0,8 0,4 9,1 5.9 3.2 0.0 74.7 100,0 846 35-39 22.1 15.0 2.1 0,7 10,8 0.1 0.1 0.6 0,6 7,1 5.7 1.2 0.2 77.9 100,0 605 40-44 31.0 18,8 3.8 0,2 12,0 0,0 0.8 1,8 0,2 12.3 6.7 5,5 0,0 69.0 100.0 485 45-49 20,1 8,6 0.4 0,4 6,2 0.0 0,0 1.6 0,0 11,5 6,9 4.6 0.0 79,9 100,0 304 TOEal 21.2 12,9 3.0 0,2 8,4 0.0 0,2 0.7 0,3 8,3 5,1 3.1 0,1 78,8 100.0 3785 MARIS Total 34.5 12,7 3.2 0.2 7.8 0.0 0.2 0.8 0.4 21.8 17,9 3.7 0.2 65.5 100.0 598 ILes m6thodes vagînales et la st&'llisatlon masculine n'apparaissent pas 1ci, leur pr6valence 6tant nulle. Quelle que soit la situation matrimoniale des femmes, les m6thodes contraceptives les plus utilisées sont, par ordre d'importance, les injections, la continence p&iodique, la pilule et le retrait (Tableau 4.4 et Graphique 4.3). Les autres méthodes, en particulier les méthodes modemes, ne sont pratiquées que par une proportion marginale de rwandaises. Parmi les femmes en union utilisatrices de la contraception, 40 pour cent utilisent les injections, 24 pour cent pratiquent la continence périodique, 15 pour cent pratiquent le retrait et 14 pour cent prennent la pilule. Seulement 3 pour cent des utilisatrices sont stérilisées, et environ 1 pour cent utilisent le Norplant, le stérilet et le condom. En outre, aucune tendance à l'augmentation de la prévalence de ces demières méthodes ne se dessine dans les générations les plus jeunes. 47 Graphique 4.2 Prévalence de la contraception parmi les femmes de 15-49 ans en union, 1983 et 1992 ERS, mét l 21 Méthodes tradition.* 10 0 5 10 15 20 25 Pourcentage * Y compris l'abstinence prolongée, pour 1983 ** Femmes en union et ferti]es Graphique 4.3 Méthode utilisée par les utilisatrices actuelles de la contraception Injection 40% P[lul~ t4% th. 4% Retrait 15% St~ri fémir Con'~inence périodique 24% Note: Utilisatrices parmi les femmes de 15-49 ans en union EDSR 1992 48 Evaluée du point de vue des maris (Tableau 4.4), la prévalence contraceptive (35 pour cent) est nettement sup6rieure à celle évaluée du point de vue des femmes en union (21 pour cent). En ce qui concerne les méthodes modernes, les proportions d'utilisateurs sont identiques pour les deux sexes, m~me en ce qui concerne le condom que seulement 0,2 pour cent de maris ont d6claré utiliser au moment de l'enquête. Comme pour l'utilisation pass6e, c'est la très forte proportion de maris utilisateurs de la continence périodique (18 pour cent, contre seulement 5 pour cent chez les femmes en union) qui provoque une surestimation de la pr6valence contraceptive évaluée du point de vue des maris. Les données du Tableau 4.5 et du Graphique 4.4 font apparaitre des variations assez importantes de la prdvalence contraceptive selon le milieu et la r6gion de résidence, le niveau d'instruction et le nombre d'enfants vivants. Tableau 4.5 Util isation actuelle de la contraception par caractéristiques socio~lémographiques Répartition (en %) des femmes actuellement en union, par m&hode contraceptive actuellement utilisée, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS Rwanda 1992 M6thodes Nhm- M/thodes modernes N'irn- traditionnelles N'tre- porte porte porte quelle M6th. quelle Contin, Effectif quelle rn6thode Pi- Injec- va8i- Con- St6ril. Nor- mO-hade i~ric - Aucune des Caract~ristiques m~thode moderne luIe DR) tiota nales dom f6mln, plant tradiL d/que Retrait m~thode Total femmes Milieu de r~sidence Urbain 28.4 19,7 5.5 1,8 7.7 0,4 2.0 1,3 0,9 8.7 5,9 2,8 71,6 100,0 191 Rural 20.8 12,6 2.9 0,1 8,5 0,0 0,1 0.7 0,3 8,2 5.1 3,1 79,2 100,0 3594 Préfecture Kigali 22,6 13,8 3,5 0,5 8,1 0,1 0,5 0,4 Off 8,8 5,9 2,9 77,4 100,0 615 KabuyeÆuhengerff Gisenyi 23,0 14,5 4,1 0,2 9,0 0,0 0,2 0,7 0,2 8,5 5,6 2,8 77,0 100,0 1116 Cyangugu/Glkongoro 20.8 12.9 2,8 0,2 8.8 0,0 0,0 1,0 0,2 7.9 4,2 3,5 79,2 100,0 553 Butare/Gltarama 19.3 9,3 2.1 0,2 5.4 0,0 0.4 0,7 0,6 10.0 5,8 4,2 80,7 100.0 841 ByumbaÆabungo 19.4 13,9 2.0 0,0 11.2 0,0 0.0 0,7 0,0 5.5 3.5 2,1 80,6 100,0 660 Niveau d'instruction Aucun 18,0 11,1 2,4 0,1 7,8 0,0 0.2 0,6 0,1 6.8 4,3 2,4 82,0 100,0 1746 primaire 22.4 13,0 2.8 0,1 8.9 0,0 0,0 0,8 0,4 9,4 5,6 3,8 77,6 100,0 1837 Post-primaire ou plus 37,4 27.5 10,4 1,7 10,0 0,3 2,1 1,3 1,6 9,8 7,2 2,6 62,6 100,0 203 Nombre d'enfants vivants Aucun 1.2 0,0 0.0 0,0 0.0 0,0 0,0 0.0 0,0 1,2 0,8 0,4 98,8 100,0 297 1 11.2 5,1 1.9 0,1 2.7 0,0 0.3 0.2 0,0 6.1 3,2 2,9 88,8 100,0 556 2 19,5 11.6 3,3 0.2 7,1 0.0 0,1 0,5 0.4 7,9 5,1 2.8 80,5 100,0 574 3 20.9 13,6 4,0 0,3 6,6 0,1 0,2 2,0 0,4 7,3 5,0 2,4 79,1 100,0 525 4 ou plus 28.0 17,6 3,5 0,3 12,5 0,0 0,3 0,7 0,4 10,4 6,4 3,9 72.0 100.0 1833 Ensemble 21,2 12,9 3,0 0,2 8,4 0,0 0,2 0,7 0,3 8,3 5,1 3,1 78,8 100,0 3785 49 Graphique 4.4 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union 0 10 20 30 40 Pourcentage EDSR 1992 En milieu rural, 21 pour cent de femmes en union utilisent une méthode de contraception contre 28 pour cent en milieu urbain. En outre, il faut souligner que cet écart est uniquement dt à une pratique beaucoup plus importante des méthodes modemes en ville (20 pour cent) par rapport au milieu rural ( 13 pour cent), les méthodes traditionnelles étant autant utilisées dans les deux milieux (environ 8 pour cent). Du point de vue régional, ce sont les femmes des préfectures de Kigali et celles de Kibuye/Ruhengeri/Gisenyi qui pratiquent le plus la contraception : 23 pour cent dans chaque région pour l'ensemble des méthodes et environ 14 pour cent pour les seules méthodes modernes. Si ce résultat n'est guère surprenant pour les préfectures de Kigali qui connaît l'un des niveaux de fécondité les plus faibles du pays, il n'en est pas de même pour Kibuye/Ruhengeri/Gisenyi où I'ISF est le plus élevé du Rwanda (7,2 enfants par femme). A l'opposé, Butare/Gitarama qui ont une faible fécondité (5,2 enfants par femme) sont les préfectures où la prévalence contraceptive est la plus faible : 19 pour cent pour l'ensemble des méthodes et 9 pour cent pour la contraception moderne. Ainsi, si l'augmentation de la pvévalence contraceptive est en grande partie responsable de la baisse de la fécondité observée au Rwanda, d'autres facteurs, tels que le recul de l'âge au mariage et aux premiers rapports sexuels, particulièrement important à Butare/Gitarama, ont également joué un rôle essentiel dans cette baisse. Comme attendu, le niveau d'instruction influence très fortement l'utilisation de la contraception : la prévalence contraceptive est deux fois plus élevée chez les femmes ayant un niveau supérieur au primaire que chez les femmes sans instruction (37 pour cent contre 18 pour cent). Si on se limite aux seules méthodes modernes, l'écart est encore plus important puisque la proportion d'utilisatrices passe de 11 pour cent chez les femmes sans instruction à 28 pour cent chez les femmes les plus éduquées (post-pfimaiœe et plus). On notera néanmoins que la prévalence contraceptive parmi les femmes ayant un niveau primaire n'est pas beaucoup plus élevée que parmi les femmes sans instruction (13 pour cent contre 11 pour cent pour les méthodes modernes); c'est surtout en passant du niveau primaire au niveau supérieur que l'augmentation de 50 la prEvalence est très importante puisqu'elle passe de 13 pour cent à 28 pour cent. Quel que soit le niveau d'instruction, les méthodes modernes sont toujours les méthodes les plus utilisées mais, en dehors des injections et de la pilule, les autres méthodes modernes n'occupent qu'une place insignifiante, sauf chez les femmes de niveau post-primaire ou plus. Sur un autre plan, le Tableau 4.5 indique que la pratique actuelle de la contraception augmente avec le nombre d'enfants vivants. Pour l'ensemble des méthodes, la prévalence, pratiquement nulle chez les femmes sans enfant, atteint 11 pour cent chez les mères d'un enfant et augmente avec la parité pour atteindre 28 peur cent chez celles qui ont quatre enfants ou plus. Pour les seules méthodes modernes, le taux d'utilisation passe de 5 pour cent chez les femmes ayant un seul enfant à 18 pour cent chez celles ayant quatre enfants ou plus. 4.4 NOMBRE D'ENFANTS A LA PREMIERE UTILISATION DE LA CONTRACEPT ION L'utilisation de la contraception pour la première fois peut, en fonction de la parité atteinte à ce moment-là, répondre à des objectifs différents : retard de la première naissance si l'utilisation commence lorsque la femme n'a pas encore d'enfant, espacement des naissances si la contraception débute à des parités faibles, ou encore limitation de la descendance lorsque la contraception commence à des parités élevées, c'est-à-dire lorsque le nombre d'enfants désirés est déjà atteint. Le Tableau 4.6 présente, par groupe d'âges, la répartition des femmes en union en fonction du nombre d'enfants vivants qu'elles avaient au moment où elles ont utilisé la contraception pour la première fois. Tableau 4.6 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes non-célibataires par nombre d'enfants vivants lors de la première utilisation de la contraception, selon l'åge actuel, EDS Rwanda 1992 Jamais Nombre d'enfants à la première utilisé utilisation de la contraception Age la contra- actuel ception 0 I 2 3 4+ ND Total Effectif de femmes 15-19 85,2 2,4 11,4 1,0 0.0 0,0 0,0 100,0 143 20-24 68,6 4,7 17,6 7,3 1.3 0,3 0,2 100,0 687 25-29 56,9 1,3 17,1 14,3 6.2 4,2 0,0 100,0 894 30-34 55,2 0,3 7,9 11,8 8,2 16,3 0,2 100,0 986 35-39 54,7 0,3 4,1 5,7 6.7 28,0 0,5 100,0 734 40-44 54.4 0,0 4,0 3,5 5,7 31,4 0,9 100,0 612 45-49 71,2 0,0 1,8 1.0 3,2 22,6 0,3 100,0 397 Ensemble 59,8 1,2 9,7 8,2 5,4 15,5 0,3 100,0 4451 Sur l'ensemble des femmes en union, seulement 1 pour cent ont déclar6 avoir adopté une méthode contraceptive alors qu'elles n'avaient pas d'enfant, c'est-à-dire pour retarder une première naissance. Même si cette proportion augmente très légèrement chez les jeunes générations, elle n'atteint que 5 pour cent chez les femmes de 20-24 ans :ccci confirme ce qui a été signalé pr6cédemment (voir Chapitre 3 - Fécondité) à savoir que, malgré la baisse de la fécondité, les rwandaises continuent à avoir rapidement leurs premiers enfants dans le cadre de l'union. Pour les femmes commençant la pratique de la contraception après la naissance du premier enfant, on note unc nette augmentation des proportions, passant de 2 pour cent pour les 51 générations les plus anciennes (45-49 ans) à 18 pour cent pour les générations les plus récentes (20-24 ans). 2 La mEme tendance se dessine chez les femmes commençant à utiliser une méthode après la naissance du deuxième enfant : elles ne sont que 1 pour cent å 45-49 ans contre 14 pour cent à 25-29 ans) Cela semble indiquer que, de nos jours, l'utilisation de la contraception correspond de plus en plus å une volonté d'espacement des naissances et même, peut-être, à un désir de limiter la taille de la famille dès que la parité désirée est atteinte. 4.5 CONNAISSANCE DE LA PERIODE FECONDE Pour pouvoir mesurer le degré de connaissance des femmes ~ propos de la période de fécondabilité au cours du cycle menstruel, on a demandé aux enquétées si elles pensaient, qu'au cours du cycle, il existait une période pendant laquelle elles avaient plus de chances de tomber enceinte et, si oui, à quel moment du cycle se situait cette p6riode. Compte tenu des très nombreuses nuances que peuvent comporter les réponses à cette dernière question, au Tableau 4.7, on a essayé de regrouper les réponses en trois grandes catégories : connaissance : "milieu du cycle"; connaissance douteuse : "juste après la fin des règles" et "juste avant le début des règles." Ces réponses sont trop vagues pour pouvoir être considér6es comme exactes mais, selon l'idée que se font les femmes du "juste avant" et du "juste après," elles peuvent correspondre å la période de fécondabilité; méconnaissance : "pendant les règles," "ri'im- porte quand," "autre," et "ne sait pas." Tableau 4.7 Connaissance de la période féconde Répartition (en %) de toutes les femmes et de celles ayant déjà pratiqué la continence périodique selon leur connaissance de la période féconde au cours du cycle menstruel, EDS Rwanda 1992 Femmes ayant Connaissance Toutes déjà utilisé de la période les la continence féconde femmes périodique Connaissance Au milieu du cycle 18,4 31,8 Connaissance douteuse Juste après les règles 41,6 45,3 Juste avant les règles 5,2 2,8 Ne connalt pas Pendant les règles 5,5 3,6 A n'importe quel moment 1, l 0,6 Autre 5,7 9,0 Ne sait pas 22,5 6,8 Non déclarè 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 Effectif de femmes 6551 790 Une femme sur trois (35 pour cent) n'a aucune idée de l'existence d'une période particulière ou ne sait pas situer correctement cette période, 47 pour cent en ont une connaissance douteuse et seulement 18 pour cent des enqu~tées ont une connaissance pr6cise de la période où une femme a le plus de chances de tomber enceinte. Si on se limite aux seules femmes ayant déjà utilisé la continence p6riodique comme méthode de contraception, et qui doivent parfaitement connaître leur cycle pour utiliser efficacement cette méthode, leur connaissance de la période de fécondabilité est nettement meilleure (32 pour cent); cependant, 48 pour cent de ces femmes n'en ont qu'une connaissance douteuse et surtout une utilisatrice de la continence p6riodique sur cinq (20 pour cent) ne sait pas situer la période au cours de laquelle elle doit s'abstenir de rapports sexuels et sa pratique est donc vouée å l'échec. 2 On n'a pas pris en compte les femmes de 15-19 ans dans la mesure où la quasi totalité d'entre elles (92 pour cent) n'ont pas encore de premier enfant. 3 Ici, les femmes de 20-24 ans ne sont pas prises en compte dans la mesure où près de la moitié d'entre elles ne sont m~me pas mère d'un premier enfant. 52 Ce résultat mérite d'~tre souligné dans la mesure où la continence périodique a été largement utilisée au Rwanda (par 18 pour cent des femmes en union) et correspondait encore, au moment de l'enquéte, à la deuxième méthode de contraception la plus utilisée, avec 5 pour cent de prévalence chez les femmes mari~es. Une éducation des femmes pour améliorer la connaissance de leur cycle accroîtrait donc très nettement l'efficacité de cette méthode. 4.6 SOURCES D 'APPROVIS IONNEMENT DE LA CONTRACEPT ION Pour évaluer la contribution des secteurs public et privé dans la distribution ou la vente des différentes méthodes modernes de contraception, on a demandé aux utilisatrices actuelles d'identifier l'endroit n0 elles obtiennent leur méthode. Dans leur très grande majorité, les femmes utilisatrices de la contraception moderne s'approvisionnent aupr6s du secteur public (96 pour cent) (voir Tableau 4.8). Le Tableau 4.8 et le Graphique 4.5 font apparaitre que pour obtenir leur méthode, les femmes s'adressent principalement aux centres de santé (66 pour cent) et aux hOpitaux (21 pour cent), les postes secondaires de planning familial occupant une place plus modeste (9 pour cent). On notera que les hSpitaux sont beaucoup plus utilisés que les centres de santé quand la méthode nécessite une intervention médicale (92 pour cent pour la stérilisation féminine et 84 pour cent pour le DIU) alors que, pour les méthodes dont l'administration demande moins de comp6tence médicale, les centres de santé sont les plus utilisés (74 pour cent pour la pilule et 71 pour cent pour les injections). Le secteur privé n'approvisionne que 2 pour cent des femmes et ce n'est que dans le cas du cnndnm, très peu utilisé, qu'il joue un r61e appréciable (24 pour cent). Tableau 4.8 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de méthodes contraceptives modernes par source d'appro- visionnement la plus récente, selon les méthodes spécifiques, EDS Rwanda 1992 Source St&il. d'approvisionnement Pilule DIU Injection Condom féminine Norplant Ensemble I Secteur public 98,1 100,0 97,2 60,0 93,2 97,1 96,3 H6pital 16,7 84,4 14,6 22,4 91,9 49,7 21,1 Centre de santé 73,7 15,6 71,2 32,7 1,3 37,9 65,7 Poste secondaire de planning familial 7,7 0,0 I 1,4 4,9 0,0 9,5 9,5 Secteur médical privé 0,8 0,0 1,3 24,3 1,3 0,0 1,8 NSP 0,0 0,0 0,4 0,0 0,0 0,0 0,3 ND 1,1 0,0 1,0 15,7 5,5 2,9 1,7 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 133,0 10,0 364,0 15,0 27,0 12,0 560,0 ly compris le diaphragme et les spermicides 53 Graphique 4.5 Sources d'approvisionnement de la contraception moderne Secteur privé 2% Poste., de _>1% NSP/ND 2% Centre de sant~ 66% EDSR t992 4.7 UT IL ISAT ION FUTURE ET METHODES CONTRACEPT IVES PREFEREES On a demandé aux femmes en union qui n'utilisaient pas la contraception au moment de l'enquête si elles avaient l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir. Au Tableau 4.9, où l'on a distingué les femmes ayant déjà utilisé une méthode et celles n'en ayant jamais utilisé, figure la répartition des femmes par intention d'utilisation future des moyens contraceptifs, selon le nombre d'enfants nés vivants. Il apparatt que la grande majorité des femmes non utilisatrices de la contraception (62 pour cent) ont l'intention d'utiliser une mêthode dans l'avenir (Graphique 4.6). Parmi ces femmes, ce sont surtout celles n'ayant jamais pratiqué la contraception qui ont l'intention de devenir des utilisatrices (42 pour cent parmi les 62 pour cent) par contre, pour seulement un tiers des femmes ayant l'intention d'utiliser une méthode dans l' avenir, il s' agira d'une réutilisation (21 pour cent parmi les 62 pour cent). A l'opposé, 36 pour cent des enquêtées ont déclar6 ne pas envisager d'utiliser la contraception dans l'avenir : il s'agit presque uniquement de femmes qui n'ont jamais ét~ des utilisatrices. Aux femmes ayant l'intention d'utiliser une méthode dans le futur, on a demandé si elles avaient l'intention de l'utiliser dans les 12 prochains mois. La majorité des enquêtées qui prêvoient de devenir des utilisatrices (50 pour cent parmi les 62 pour cent) pensent pratiquer la contraception dans un avenir proche, défini ici comme les douze prochains mois. On peut penser que, pour ces femmes, il ne s'agit pas d'une intention vague, mais d'une dêcision déjå plus ferme et qu'elles deviendront donc rapidement des utilisatrices. 54 Tableau 4.9 Utilisation future de la contraception Répartition (en %) des femmes actuellement en union n'utilisant pas actuellement une m6thode contraceptive, par intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, selon le nombre d'enfants vivants et selon l'expérience passée en matière de contraception, EDS Rwanda 1992 Intention d'utiliser dartslefutur Nombre d'enfants vivants I 0 l 2 3 4 ou + Ensemble N'a Jamais utlllsé la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 4,5 35,7 36,0 33,6 31,5 31,6 Intention d'utiliser plus tard 26,2 14,3 11,2 5,7 5,2 9,0 Intention NSP quand 0,2 0,7 0,5 0,8 0,3 0,5 N'est pas sûre d'utiliser 1,8 1,8 1,7 0,3 1,1 1,2 N'a pas l'intention d'utiliser 61,1 33,7 24,9 28,2 27,7 30,4 ND 0,0 0,1 0,5 0,5 0,3 0,3 A d~jà utllisé la contraception Intention d'utiliser dans les t 2 prochains mois 1,4 6,5 15,8 21,1 24,8 18,3 Intention d'utiliser plus tard 0,2 2,4 3,5 3,4 2,4 2,6 Intention NSP quand 0,0 0,0 0,0 0,3 0,2 0,1 N'est pas sfJre d'utiliser 0,0 0,1 1,0 0,3 0,2 0,3 N'a pas l'intention d'utiliser 4,7 4,7 4,7 5,7 6,1 5,5 ND 0,0 0,0 0,2 0,3 0,2 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Toutes les femmes actuellement en union et non utilisatrices Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 5,9 42,3 51,8 54,7 56,4 49,8 Intention d'utiliser plus tard 26.4 16,7 14,7 9,1 7,6 I 1,6 Intention NSP quand 0,2 0,7 0,5 1,1 0,5 0,6 N'est pas sfire d'utiliser 1,8 1,9 2,7 0,5 1,3 1,6 N'a pas l'intention d'utiliser 65,7 38,4 29,6 33,8 33,7 35.9 ND 0,0 0,1 0,7 0,8 0,5 0,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 10~,0 Effectif de femmes 186 514 462 433 1389 2984 ty compris la grossesse actuelle. Une femme sans enfant sur trois (33 pour cent) a l'intention d'utiliser la contraception mais, dans leur majorité (26 pour cent), ces femmes n'ont pas l'intention de le faire dans un avenir proche : très certainement elles attendront la venue du premier enfant avant de devenir des utilisatrices. Par contre, dès que les femmes ont un premier enfant, la proportion de celles qui envisagent d'utiliser une méthode et qui envisagent de le faire dans un proche avenir devient très importante : 42 pour cent parmi les mères d'un enfant, 52 pour cent parmi les m~res de 2 enfants et 55 pour cent parmi les femmes de parité 3. 55 Graphique 4.6 Intention d'utiliser la contraception par les femmes actuellement en union et non utilisatrices A l'intention d'utiliser bientSt 50% tention d'utiliser us tard 12% P/ND 2% N'a pas l'intention d'utiliser 36% EDSR 1992 Ces r6sultats confirment ceux déjà présentés sur l'utilisation actuelle de la contraception à savoir, qu'actuellement au Rwanda, le recours aux méthodes contraceptives r6pond de plus en plus à un désir d'espacement des naissances et peut-être, également, à une volonté de limiter la descendance dès que le nombre d'enfants désirés est atteint. Aux femmes qui ont déclar6 ne pas envisager d'utiliser la contraception, on a demandé pour quelle raison elles avaient cette position. D'après le Tableau 4.10, on se rend compte que le désir d'avoir des enfants est la principale raison invoquée (36 pour cent) : cette raison a ~té invoqu6e beaucoup plus fr6quemment par les femmes les plus jeunes (62 pour cent à moins de 30 ans) que par les femmes plus âgées (23 pour cent à 30 ans et plus). Cependant, il faut noter qu'en dehors du fait d'avoir des enfants, les femmes de 30 ans et plus invoquent surtout la difficulté de tomber enceinte ( 10 pour cent) ou la m6nopause et la stérilisation (31 pour cent) comme principale raison de non intention d'utihsation de la contraception. Tons âges confondns, les problèmes de santé et les effets secondaires constituent l'une des principales raisons de non utilisation de la contmceptionle plus couramment avancée (11 pour cent), suivieparles motifs d'ordre socio-culturel (10pour cent) tels que le fatalisme, la religion et l'opposition du conjoint et d'autres personnes. Les raisons relatives au manque d'information, au coOt et aux difficultés d'obtention ne sont citées que par 4 pour cent des femmes. 56 Tableau 4.10 Raison de non-utilisation de la contraception R6partition (en %) des femmes n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive et n'ayant pas l'intention d'en utiliser une darts l'avenir, selon la principale raison pour laquelle elles n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception, selon l'åge, EDS Rwanda 1992 Raison de Age Tous non-utilisation les de la contraception " <30 30+ åges Veut des enfants 61,5 23,4 35,7 Effets secondaires 6,1 7,9 7,3 Problèmes pour la santé 2,0 5.0 4,0 Manque d'information 4,7 2,5 3,2 Difficile à obtenir 0,0 0,3 0,2 Prix 0,0 0,2 0,1 Religion 2,8 2,1 2,4 Fataliste 4,2 5,4 5,0 Opposée au planning familial 0,0 0.2 0,1 Partenaire s'y oppose 4,9 1,5 2,6 Autres personnes désapprouvent 0,0 0,5 0,4 Rapports sexuels peu fréquents 2,0 3,4 2,9 Difficultés à tomber enceinte 6,2 9,6 8,5 M énopause/Hystérectomie 0,4 30,8 21,0 Utilisation peu pratique 0,7 2,1 1.6 Non mariée 0,0 0,3 0.2 Autres raisons 2.6 3,4 3,2 Ne sait pas 1,4 1,3 1,3 ND 0,4 0,2 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 345 726 1072 Pour évaluer la demande potentielle des différents types de méthodes contraceptives, on a demande aux femmes en union ayant l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir, de préciser la méthode qu'elles pr6féreraient utiliser. Il ressort des donn6es du Tableau 4.11 que la grande majorité des futures utilisatrices préféreraient utiliser les injections (41 pour cent), la pilule (22 pour cent) et la continence périodique (18 pour cent). Les autres méthodes modemes n'ont ét~ citées que très rarement, sauf pour la stérilisatlon f6minine et le Norplant mentionnés, réciproquement, dans 5 et 4 pour cent des cas. Que les femmes aient exprimé l'intention d'util iser la contraception dans un avenir proche ou non, les méthodes préfér6es restent les mEmes. Cependant, les futures contraceptrices devraient, du moins en intention, beaucoup plus utiliser les méthodes modernes que ne le font les femmes qui pratiquent aujourd'hui la contraception. Si l 'on compare l'utilisation potentielle future à l'utilisation actuelle, on devrait assister à une diminution très nette de la proportion de femmes pratiquant le retrait, passant de 15 ~ 5 pour cent, et la continence périodique, passant de 24 à 18 pour cent. Ces baisses devraient être compensées par une nette augmentation de l'utilisation de la pilule (passant de 14 à 22 pour cent), du Norplant (passant de 1 à 4 pour cent) et de la stérilisation féminine (de 3 à 5 pour cent). 57 En outre, il est intéressant de noter que la quasi-totalité des femmes ont été capables de préciser leurs pi'tférences, même si elles ne prévoient pas d'utiliser la contra- ception dans l'immédiat. 4.8 INFORMATION SUR LA CONTRACEPT ION L'util isation des média comme support de l'information en matière de contraception peut être un moyen efficace de vulgarisation et de développement de la pratique contraceptive. Aussi a-t-on posé aux femmes la question suivante : "Durant le mois dernier, avez-vous entendu à la radio ou dans les joumaux, des annonces à propos de la planification familiale : à la radio? dans lesjoumaux?" Le Tableau 4.12 montre qu'au total, la grande majorité des femmes (77 pour cent) n'avaient entendu aucun message au sujet de la Tableau 4.11 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future Répartition (en %) des femmes actuellement en union n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive mais ayant l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, par méthode préférée, selon l'inte~ttion de l'utiliser data les 12 prochains mois ou plus tard, EDS Rwanda 1992 Intention d'utiliser Dans Méthode les 12 contraceptive prochains Après N

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.