Plan Strategique de Securisation des Produits Contraceptifs 2006-2015

Publication date: 2005

MINISTERE DE LA SANTE BURKINA FASO ------------------- Unité – Progrès - Justice SECRETARIAT GENERAL ------------------- DIRECTION GENERALE DE LA SANTE --------------------- DIRECTION DE LA SANTE DE LA FAMILLE PLAN STRATEGIQUE DE SECURISATION DES PRODUITS CONTRACEPTIFS 2006 – 2015 Octobre 2005 1 Préface Au Burkina Faso, bien qu’ayant opté pour la stratégie des soins de santé primaires, l’approvisionnement en produit contraceptif connaît des difficultés. En effet, il n’y a pas de système codifié et sûr pour rendre disponible les produits. C’est par des démarches ponctuelles et grâce aux soutiens des partenaires que le pays arrive tant bien que mal à rendre disponible les contraceptifs et les autres produits essentiels en Consultation Prénatale (CPN) , les accouchements et la lutte contre le VIH/SIDA. Si il y a une prise de conscience au niveau national, la rareté des ressources limite les actions du gouvernement. D’où la nécessité d’avoir une stratégie claire qui permettra d’avoir des produits de qualité en tout temps et en tout lieu. Pour pallier aux insuffisances mentionnées ci-dessus le Ministère de la Santé, en collaboration avec ses partenaires (UNFPA et USAID/Aware RH/Deliver. .), a décidé d’élaborer et de mettre en œuvre un plan décennal (2006-2015) de sécurisation dans lequel cadre doivent s’inscrire désormais toutes les activités à mener dans le domaine de la planification familiale en général et de l’approvisionnement en produits contraceptifs en particulier. Le concept de « Sécurité d’approvisionnement en Produits de Santé en matière de la Reproduction (SPSR) » est un processus qui consiste à mettre en place un système pour rendre le matériel et les fournitures essentiels et de qualité en SR accessible financièrement, au temps voulu et à l’endroit voulu. La finalité de ce Plan est de rendre le système national d’acquisition et de gestion des produits contraceptifs organisé, coordonné et autonome assurant la réalisation de la Sécurisation des approvisionnements. La Sécurisation des Produits Contraceptifs nécessite une mobilisation de tous les acteurs notamment, les donateurs bilatéraux, la Banque Mondiale, les Organisations Non Gouvernementales, les agences techniques et le secteur commercial privé et surtout une part importante du budget de l’état afin d’inverser la tendance actuelle. Ce plan, fruit d’un consensus entre tous les intervenants dans l’approvisionnement des PSR vise à pouvoir mobiliser des ressources suffisantes pour développer un système pérenne de gestion et d’approvisionnement en produits SR. Il servira de référence et un guide pour toutes les personnes et les structures intéressées par la sécurité des produits SR au Burkina Faso. Bédouma Alain YODA Officier de l’Ordre National 2 Remerciements Le Ministère de la Santé tient à remercier toutes les institutions, les personnes physiques ou morales qui ont contribué à l’élaboration de ce plan stratégique de sécurisation des produits contraceptifs. Il tient particulièrement à adresser ses vifs remerciements à l’USAID, à l’UNFPA, à l’OMS à la Banque Mondiale, et à l’ensemble des partenaires techniques et financiers du Ministère de la Santé pour leur appui constant. Une mention spéciale est à faire pour la contribution décisive de l’UNFPA, de Aware Rh et de Deliver pour leur contribution technique et financière à l’élaboration du cadre conceptuel, à l’analyse de la situation et à l’élaboration du présent document. 3 Table de Matières I. INTRODUCTION .9 II. ARTICULATION DU PSSPC 2006 – 2015 ET LE PNDS 2001 – 2010 .10 III. CONTEXTE GÉNÉRAL .11 3.1. SITUATION GÉOGRAPHIQU E.11 3.2. SITUATION ADMINISTRAT IVE .11 3.3. SITUATION ÉCONOMIQUE .11 3.4. SITUATION DÉMOGRAPHIQUE .12 3.5. SITUATION SANITAIRE .13 3.5.1. La morbidité .13 3.5.2. La mortalité .14 3.5.3. Les indicateurs d´utilisation et de couverture .14 3.5.4. Les principaux déterminants de l’état de santé de la population .14 3. 6. Le financement du secteur santé .14 IV. J USTIFICATION DU PLAN.14 4.1 Situation de la sécurisation des produits de la contraception .15 4-2 SYNTHÈSE DES RÉSULTAT S DE L’ANALYSE DE LA SITUAT ION.16 4.2.1 Le domaine de la politique, du financement et de la pérennisation .16 4.2.2. Le domaine de l’offre des services de planification familiale de qualité .16 4.2.3. Le domaine de la logistique et du système d’information de gestion .16 4.2.4. Le domaine de la demande .17 4.2.5. Le domaine du partenariat, de la coordination et du suivi évaluation .17 V. CONTENU DU PLAN D E SÉCURISATION DES PRODUITS CONTRACEPTIFS .17 5.1. B UT.17 5.2 O BJECTIFS DU PLAN .17 5.2.1. Objectif Général .17 5.2.2. Objectifs Stratégiques.17 5.3. STRATÉGIES .18 5.3.1. Domaine de la politique, du financement et de la pérennisation de la PF .18 5.3.2. Domaine de l ’offre de services de PF de qualité .19 5.3.3. Domaine de la logistique et du système d’information de gestion .19 5.3.4. Domaine de la demande .19 5.3.5. Domaine du Partenariat, de la Coordination et du Suivi / Evaluation .20 VI. PLAN STRATEGIQUE 2006 – 2015 .21 6.1. D OMAINE DE LA POLITIQUE, DU FINANCEMENT ET DE LA PÉRENNISATION DE LA PF.21 6.2. D OMAINE DE L’OFFRE DE SERVICES CLINIQUE DE PLANIFICATION FAMILIALE .30 6.3. D OMAINE DU SYSTÈME D’INFORMATION POUR LA GESTION LOGISTIQUE.34 6.4. D OMAINE DE LA DEMANDE.37 6.5. PARTENARIAT, COORDINATION, SUIVI ET EVALUATION .38 VII. CONTRAINTES, HYPOTHESES ET RISQUES .42 7.1. A U NIVEAU DE L’ENGAGEMENT POLITIQUE.42 7.2. A U NIVEAU DE L’ENGAGEMENT DES ACTEURS .42 7.3. AU NIVEAU DE LA COLLABORATION ENTRE LES ACTEURS .42 7.4. A U NIVEAU DU PERSONNE L .42 7.5. A U NIVEAU DES MOYENS LOGISTIQUES .42 7.6. A U NIVEAU DES MOYENS FINANCIERS .43 VIII. COORDINATION ET SUIVI - EVALUATION .43 8.1. C OORDINATION .43 8.2. SUIVI - EVALUATION.43 8.3. INDICATEURS POUR L’ÉVALUATION DU PLAN .43 IX. FINANCEMENT DU PLAN .45 4 X. CHRONOGRAMME DES ACTIVITES .51 XI. BIBLIOGRAPHIE .57 XII. ANNEXES .59 5 Liste des sigles et abréviations ABBEF : Association Burkinabé de Bien Etre Familiale AWARE: Action for West African Region CADSS: Cellule d’Appui à la Décentralisation du Système Sanitaire CAMEG : Centrale d’Achat des Médicaments Essentiels Génériques et des consommables médicaux CCM : Country Commodity Management CONAPO : Conseil National de Population CPN2 : Deuxième Consultation PréNatale CSLP : Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté CSLS/IST : Cadre Stratégique de Lutte contre le SIDA et les IST CT : Conseiller Technique DAF : Direction de l’Administration et des Finances DCPM : Direction de la Communication et de la Presse Ministérielle DELIVER : (Project) DEP : Direction des Etudes et de la Planification DGCoop : Direction Générale de la Coopération DGHSP : Direction Générale de la Tutelle des Hôpitaux et du Sous Secteur Privé DGIEM : Direction Générale des Infrastructure, de l’Equipement et de la Maintenance DGPML : Direction Générale de la Pharmacie, des Médicaments et des Laboratoires DGS : Direction Générale de la Santé DHPES : Direction de Hygiène Publique et de l’Education pour la Santé DRS : Direction Régionale de la Santé DS : District Sanitaire DSF : Direction de la Santé de la Famille ECD : Equipe Cadre de District EDSBF : Enquête Démographique et de Santé du Burkina Faso ENSP : Ecole Nationale de Santé Publique FAP : Femmes en Age de Procréer FCFA : Franc de la Communauté Financière d’Afrique ICP : Infirmier Chef de Poste IGESS : Inspection Générale des Etablissements et Services de Santé IRA : Infections Respiratoires Aiguës 6 JHPIEGO: MEDEV : Ministère de l’Economie et du Développement ONG : Organisme Non Gouvernemental PF : Planification Familiale PIC : Plan Intégré de Communication PM : Pour Mémoire PNDS : Plan National de Développement Sanitaire PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement PPLS : Projet Population et Lutte contre le SIDA PROMACO : Projet de Marketing Social et de communication pour la Sante PSI : Population Services International PSSPC : Plan Stratégique pour la Sécurisation des Produits Contraceptifs RGPH : Recensement Général de la Population et de l’Habitation SC : Sécurité Contraceptive SP/CNLS : Secrétariat Permanent du Conseil National de Lutte contre le SIDA SP/CONAPO : Secrétariat Permanent du Conseil National de la Population SPARHCS: Strategic Pathway for Reproduction Health Commodity Security STEP/BIT: Stratégies et Techniques contre l’Exclusion et la Pauvreté / Bureau International du Travail TPC : Taux de Prévalence Contraceptive UFR/SDS : Unité de Formation et de Recherche en Sciences de la Santé UNFPA : United Nations Population Fund (Fonds des Nations Unies pour la Population) UNICEF : United Nations Children’s Fund (Fonds des Nations Unies pour l’Enfance) US$ : Dollar des Etats -Unis d’Amérique USAID : United States Agency for International Development (Agence des Etats-Unis pour le Développement International) VIH/SIDA : Virus de l’Immunodéficience Humaine/Syndrome de Immunodéficience Acquise WARP : West African Regional Programm 7 Définitions des termes utilisés But : C'est le résultat global visé par le plan stratégique. Il est décrit en termes généraux. Objectif stratégique : Décrit les résultats escomptés pour chaque domaine du plan stratégique. Ces résultats sont décrits en termes généraux Problème : Situation faisant obstacle à la sécurisation des produits contraceptifs. Les problèmes sont classés par domaines retenus pour la sécurisation des produits contraceptifs. Opportunité : Situation favorable à l'atteinte de la sécurisation des produits contraceptifs qu’on peut exploiter pour ladite cause. Les opportunités sont classées par domaine de sécurisation des produits contraceptifs Objectif opérationnel : Précise les résultats attendus pour chaque domaine de sécurisation des produits contraceptifs en prenant en compte les problèmes recensés dans le domaine en question. Activités : Actions à mener dans un temps défini pour atteindre les résultats d'un objectif opérationnel Responsable : C'est l'institution qui est tenue responsable de l'atteinte des résultats d'une activité soit en l'exécutant directement elle-même soit en assurant la coordination d'autres institutions pour son exécution. Le responsable de l’activité est dans ce cas souligné. Budget : Coût financier nécessaire à l'exécution d'une activité. Durée : Temps nécessaire à l'exécution d'une activité Hypothèse de départ : Condition nécessaire préalable à la réalisation des résultats d'un objectif opérationnel Indicateur de résultats : montre que le résultat escompté d'un objectif opérationnel a été atteint. PM : Pour mémoire. Dans ce document il s’agit de coûts pris en compte dans d’autres programmes intégrés déjà financés par d’autres acteurs. Produits contraceptifs : ensemble de produits utilisés pour la planification familiale qui comprend Méthodes naturelles (collier, etc.), Méthodes hormonales (pilules : 8 combinée progestative (loféménal), injectable (dépo-provéra), implants sous cutanés (norplant),), Méthodes de barrières mécaniques et chimiques (condom : masculin, féminin,), DIU (Cooper T380A) Sécurité des produits contraceptifs : On entend par SPC le fait d’assurer des fournitures et un choix garantis de contraceptifs, qui soient de bonne qualité, afin de répondre aux besoins de chaque individu au moment voulu et à l’endroit voulu. La condition nécessaire à la sécurité des contraceptifs est non seulement la disponibilité des ressources financières pour acheter les produits mais aussi le bon fonctionnement des systèmes pour amener le produit au client pour son utilisation. 9 I. Introduction Le Ministère de la Santé, après plusieurs années d’expérience dans la mise en œuvre du programme national de planification familiale à travers les structures publiques, parapubliques, communautaires et organisations non gouvernementales, a aujourd’hui enregistré des progrès mais aussi se trouve confronté à certains défis notamment l’amélioration de la qualité des services et la pérennité de son programme. Dans le cadre de la Politique de Planification Familiale, le Ministère de la Santé à travers la Direction de la Santé de la Famille a depuis 1991 été appuyé par les subventions non remboursables des partenaires au développement, principalement l’USAID, l’UNFPA et la Banque Mondiale à travers le Projet Population et Lutte contre le SIDA (PPLS). Mais, avec la clôture du PPLS en 2001, et la réduction des subventions des autres donateurs, les approvisionnements en contraceptifs ne sont plus assurés régulièrement ce qui a occasionné une baisse drastique des stocks qui ne couvrent plus les besoins en contraceptifs du pays. Afin de préparer la relève des donateurs, des actions ont été initiées tels que : le recouvrement des coûts, la mise en place de mécanisme de financement des programmes des ONG intervenant dans la distribution des contraceptifs, l’établissement de contrat avec la CAMEG comprenant des stratégies pour l’autofinancement futur de l’acquisition des contraceptifs. Ces mes ures, bien qu’insuffisantes en soi sont une concrétisation de la volonté du ministère de préparer la relève des donateurs. Les activités du programme, en outre, n’étaient pas menées dans le cadre d’un Plan d’Action structuré. Les objectifs d’augmentation du taux de prévalence contraceptive n’ont pas été atteints du fait entre autres : des ruptures fréquentes de stocks, de l’insuffisance de formation des agents, du suivi et de la supervision. Pour pallier les insuffisances mentionnées ci-dessus , le Ministère de la Santé, en collaboration avec les partenaires, a décidé d’élaborer et de mettre en œuvre ce Plan Stratégique Décennal dans le cadre duquel doivent s’inscrire désormais toutes les activités à mener dans le domaine de la contraception. Ce Plan s’étend sur une période de dix (10) ans assorti d’un programme quinquennal. Les activités du deuxième quinquennat seront détaillées en fonction des résultats de l’évaluation du premier. Le but de ce Plan est de rendre autonome le programme national en termes d’acquisition des produits contraceptifs et de financement de toutes les activités ; autrement dit, de manière plus 10 globale, la réalisation de la Contraception Sécurisée dont l’effectivité se mesure par la capacité du programme à : 1. Estimer ses besoins en produits avec précision ; 2. Identifier les moyens adéquats pour financer ses approvisionnements ; 3. S’approvisionner en contraceptifs dans les délais requis ; 4. Assurer une fourniture sûre des produits à tous les clients de tous les types de points de prestation de services. L’atteinte de ce but n’est pas hors de portée à condition d’une large sensibilisation de toutes les parties prenantes et d’un accompagnement/soutien adéquat de ce Plan par les donateurs. II. Articulation du PSSPC 2006 – 2015 et le PNDS 2001 – 2010 Le Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) 2001-2010 constitue le cadre de référence de toutes les interventions dans les domaines sanitaires. Le Plan National de Développement Sanitaire consacre une place importante pour la planification familiale. Ainsi : · L’objectif intermédiaire 1 du PNDS qui est d’accroître la couverture sanitaire nationale préconise de développer les services à base communautaire et de renforcer la collaboration avec les secteurs sanitaires privé et traditionnel dans l’offre de soins, · L’objectif intermédiaire 2 du PNDS qui est d’améliorer la qualité et l’utilisation des services de santé met l’accent sur le développement d’une stratégie d’assurance qualité des services, l’amélioration de la disponibilité des médicaments essentiels de qualité et accessible et le renforcement des activités de soutien et de promotion de la santé, · L’objectif intermédiaire 3 du PNDS qui est de renforcer la lutte contre les maladies transmissibles et les maladies non transmissibles consacre une grande priorité à la promotion de la santé des groupes spécifiques par la promotion de prestations préventives à l’endroit de ces groupes/ La planification familiale est un élément essentiel de la santé de la reproduction. La mise en œuvre du Plan Stratégique pour la Sécurisation des Produits Contraceptifs (PSSPC) permettra le soutien et l’extension de la couverture des programmes de distribution à base communautaire des produits contraceptifs, de marketing social et de distribution dans les structures sanitaires. Le financement et la mise en oeuvre correcte des activités prévues dans le cadre du Plan Stratégique pour la Sécurisation des Produits Contraceptifs contribueront à atteindre les objectifs d’amélioration de la qualité et d’accès aux Services de Santé de la Reproduction et assurer une pérennité des interventions. 11 III. Contexte Général 3.1. Situation géographique Le Burkina Faso s’étend sur 274,200 km2 entre les pays côtiers du Golfe du Bénin (Bénin, Togo, Ghana et Côte d’Ivoire) au sud et les pays sahéliens (Mali et Niger) au nord. En conséquence de sa position géographique, le climat tropical du pays est à dominante soudano-sahélienne avec deux saisons, dont cinq mois pluvieux allant de mai à septembre et une longue saison sèche couvrant le reste de l’année. Les températures varient entre 20o C et 30o C au sud-ouest et 25o C et 38o C au nord-est du pays. La moyenne des précipitations varie entre 500mm et 1300mm selon les régions et l’année. Durant les dernières décennies, la localisation géographique du pays s’est traduite par des années de sécheresse récurrentes à l’image de l’évolution climatique des pays sahéliens. 3.2. Situation administrative Sur le plan administratif le Burkina Faso est organisé en Régions (13), en Provinces (45), en Départements (350) et en Villages (8 000). Ces entités administratives sont placées sous la responsabilité d’un administrateur nommé. Les collectivités locales : il s’agit des communes (49), et des régions. Ces entités sont gérées par des conseils élus chargés du développement local, y compris la santé. Les régions sont à la fois des collectivités locales et des circonscriptions administratives. 3.3. Situation économique Les principales activités économiques du secteur primaire sont : l’agriculture, l’élevage et la pêche. L’artisanat est assez développé. L’industrie se limite à quelques usines de transformation. Le commerce est dominé par le secteur informel. Les principales voies de communication reliant la capitale aux chefs-lieux de région sont le plus souvent bitumées. Seules les chefs lieux de régions de la Boucle du Mouhoun et du Sahel sont reliés à la capitale avec une route à moitié non bitumée. Les routes à l’intérieur du pays sont peu praticables en hivernage. Malgré les performances macro-économiques enregistrées ces dernières années du fait des efforts de réformes, le Burkina Faso entretient encore un faible niveau de développement humain. Avec un revenu par habitant à peine équivalent à 300 $US par habitant, le Burkina Faso figure parmi les pays les moins avancés Selon le dernier rapport du PNUD sur le développement humain (2005), l’indice de développement humain s’établit à 0,317 pour l’année 2003. Par ailleurs, selon les résultats de l’enquête burkinabé sur les conditions de vie des ménages réalisée en 2003 , la proportion des pauvres est en augmentation passant de 45% en 1998 à 46,4% en 2003, soit une aggravation de 1,1 point, sur la base d’un seuil absolu de pauvreté estimé à 82 672 FCFA en 2003 12 contre 72 690 FCFA par adulte et par an en 1998. Comparativement à 1994, elle s’est globalement accentuée de 2 points (en 1994, l’incidence de la pauvreté était estimée à 44,5% pour un seuil de 41 099 FCFA par adulte et par an). La pauvreté au Burkina Faso, bien qu’elle s’urbanise, demeure un phénomène essentiellement rural (52,3% en 2003 contre 51% en 1994 et 1998). Les femmes sont plus vulnérables à la pauvreté du fait de leur faible accès aux facteurs de production et aux ressources. La proportion des pauvres était de 52% pour les femmes contre 45% pour les hommes. Le faible statut social des femmes, le poids des traditions, l’accès inadéquat aux services sociaux de base pèsent sévèrement sur leurs conditions de vie. Le budget national consacré aux secteurs sociaux est passé de 26% en 1998 à 28% en 2003, avec une forte contribution des ressources additionnelles tirées de l’Initiative en faveur des Pays Pauvres Très Endettés. Les niveaux de scolarisation et d’alphabétisation demeurent parmi les plus faibles au monde et les inégalités régionales et de sexe sont marquées. Le taux brut de scolarisation est passé de 41% en 2001 à 52% en 2003 (45% des filles avec une parité filles – garçons de 0,85). Afin d’améliorer le niveau de vie des populations, le Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP), comprenant un important Volet Santé - Population, a été élaboré et mis en oeuvre. 3.4. Situation démographique La population est estimée en 2004 à 12 805 489 habitants (Données actualisées du RGPH de 1996) avec un taux d’accroissement annuel moyen de 2,4% soit une densité moyenne de 38 habitants au Km2. Cette population est essentiellement rurale (84%). Les indicateurs sociodémographiques (EDSIII) se présentent comme suit : · Les femmes représentent 52% de la population totale et celles en âge de procréer (15-49 ans) : 22,8% de la population totale ; · Indice synthétique de fécondité : 6,2 enfants par femme ; · Taux de prévalence contraceptive pour les méthodes modernes : 10% ; · Les enfants de 0 à 18 ans représentent 55,8% de la population totale ; · Taux de mortalité infantile : 83 pour mille naissances vivantes ; · Taux de mortalité infanto - juvénile : 184 pour mille naissances vivantes ; · Taux de mortalité maternelle : 484 pour 100 000 naissances vivantes ; · Espérance de vie à la naissance : 53,8 ans (Données du RGPH 1996) ; 13 · Taux bru t de scolarisation : en 2004 (1er cycle) était de 52,20% ; · Taux d’alphabétisation est de 32,25% avec de fortes disparités entre hommes et femmes d’une part et entre zones urbaines et zones rurales d’autre part. Les programmes de population développés à partir de 1972 ont été axés sur l’espacement des naissances pour sauvegarder la santé de la mère et de l’enfant. Ils ont eu une portée assez limitée pour permettre la modification des comportements socio-démographiques des populations. Le 10 Juin 1991, un texte officiel institue la Politique de Population au Burkina Faso. Ce document a été l´objet d`une relecture en 2000. Tel que élaboré, le document précise qu’il s’agit d’un instrument de maîtrise de la croissance démographique, mais aussi un instrument de lu tte contre la pauvreté dont les principaux déterminants font partie de ses objectifs et stratégies. Le but de la politique de population est de contribuer à la lutte contre la pauvreté par la recherche d'un équilibre entre population et ressources. Ses objectifs tiennent compte des problèmes de population, des potentialités et contraintes socio-économiques et environnementales. Ils constituent les attentes majeures dans chacun des grands sujets de préoccupation en matière de population et développement. Elle comporte une composante sur la santé reproductrice. L'objectif pour la planification familiale est d'augmenter le taux de prévalence contraceptive pour des méthodes modernes de 6% en 1998 à 19% en 2015. Pour VIH/SIDA, l'objectif est de réduire la prévalence de 7.17% en 1999 à moins de 6% d'ici 2015. La politique veut favoriser une plus grande utilisation des services de SR par des femmes en âge de procréer (FAP), les adolescents et les jeunes. Dans le document de CSLP, l’objectif visé est d’accroître de 1% tous les ans, le taux de prévalence contraceptive. 3.5. Situation sanitaire La situation sanitaire est essentiellement caractérisée par une morbidité et une mortalité relativement élevées, la faiblesse des ressources, la sous fréquentation des services et l’insuffisance de la couverture sanitaire. 3.5.1. La morbidité Le paludisme constitue la première cause de morbidité avec 41,57% des cas, suivi des IRA basses 18,9%, les affections de la peau (6,59%), les diarrhées (5%) Les maladies à potentiel épidémique (essentiellement méningite cérébro-spinale et choléra), les grandes endémies (lèpre, dracunculose, schistosomiases et tuberculose) et la pandémie du SIDA constituent des problèmes de santé publique. Le taux de prévalence du VIH accuse une baisse, passant de 7,2% en 1997 à 4,2% en 2003. La troisième enquête démographique et de santé (EDSBF – 2003) a trouvé un taux de 1,8% dans la population âgée de 15 à 49 ans. Les femmes sont les plus atteintes; 14 3.5.2. La mortalité Les principales causes de mortalité enregistrées dans les formations sanitaires (Données Annuaire Statistique de la DEP 2004, hors hôpitaux) sont : le paludisme ; les méningites, les anémies, les IRA et les maladies diarrhéiques. Le taux de mortalité hospitalière est en 2004 de 58,15 pour mille. 3.5.3. Les indicateurs d´utilisation et de couverture Les indicateurs sanitaires bien que connaissant une faible augmentation restent en dessous des attentes. En effet, selon l’annuaire statistique de la DEP (2004), le taux d’utilisation des soins curatifs est 0,21 nouveau contact par habitant en 2001, à 0,27 en 2002, puis à 0,32 en 2003 pour atteindre 0,34 en 2004. L’augmentation de l’utilisation des soins curatifs n’est pas isolée, car les indicateurs de couverture en soins préventifs (santé de la reproduction et couverture vaccinale notamment) sont également en hausse sensible. En 2004, le taux de couverture CPN2 et plus est de 78%, la prévalence contraceptive de 16,39%. Selon l’EDS – BF III, la prévalence contraceptive chez les couples en union est de 10%. 3.5.4. Les principaux déterminants de l’état de santé de la population Parmi les causes sous-jacentes aux problèmes de santé on peut citer les facteurs liés aux services de santé, aux facteurs socio -économiques, aux facteurs socioculturels, aux facteurs démographiques, aux facteurs comportementaux et aux facteurs environnementaux. 3. 6. Le financement du secteur santé Le budget du Ministère de la santé reste inférieur à 10% des dépenses totales de l’Etat. Il reste en deçà des engagements récents des Chefs d’Etat africains à augmenter le budget de la santé à 12- 15% du budget de l’Etat. Pour faire face à cette situation le Burkina Faso a élaboré et m et en œuvre le PNDS 2001 – 2010. Il réserve la priorité de l’action sanitaire au milieu rural et périurbain, à la prévention des maladies, à la promotion socio sanitaire et au bien-être de la famille. IV. Justification du plan Dix ans après la Conférence Internationale sur la population et le développement (CIPD 1994) le constat est que la pratique de la planification familiale n’a pas atteint le niveau requis pour contribuer à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement Les programmes de planification familiale ont fait l’objet d’une baisse d´intérêt tant de la part des gouvernements que des bailleurs de fonds au profit des programmes de lutte contre le VIH/SIDA, la poliomyélite, le paludisme, … 15 Pourtant des sondages et des études montrent qu’il existe de nombreux besoins non satisfaits en matière de planification familiale notamment en Afrique subsaharienne. Le comité régional de l’OMS pour l’Afrique, lors de sa 54ème session tenue à Brazzaville en septembre 2004, a adopté un cadre décennal (2005-2014) dans le but accélérer l’action pour « replacer la planification familiale dans les services de santé génésique ». 4.1 Situation de la sécurisation des produits de la contraception Au Burkina, la sécurité des produits contraceptifs est un sujet d’actualité qui préoccupe les gestionnaires des programmes de planification familiale, La prévalence contraceptive est en progression : d’une moyenne nationale de 5,8% en 1998, elle est passée à 9,7% en 2003. La progression en milieu urbain est plus notable de 20,1% en 1998 à 34% en 2003. La demande potentielle totale en matière de Planification Familiale est de 43% et la demande satisfaite est de 32%. Le pourcentage des besoins satisfaits en matière de Planification Familiale a évolué de 12% en 1998/99 à 14% en 2003. Cependant les besoins non satisfaits en planification familiale représentent 29%, c´est a dire trois fois plus importants que les besoins actuellement couverts . Si les besoins non satisfaits étaient couverts, la prévalence contraceptive pourrait atteindre 43%, chez les femmes ; c’est-à-dire 4 fois plus élevée que le taux actuel. Le gouvernement fait de sérieux efforts pour élargir la couverture en PF dans tout le pays. La progression de la prévalence contraceptive est un motif d’espoir pour réduire les taux de mortalité maternelle et infantile élevés. Cet accroissement du TPC quoique modeste dans son ensemble engendre des besoins en ressources financières accrues pour acheter les produits contraceptifs nécessaires. Cependant l’acquisition de ces ressources à un niveau satisfaisant rencontre des difficultés. En effet, les partenaires financiers et le gouvernement qui, habituellement assuraient l’approvisionnement des contraceptifs ont diminué considérablement voire interrompu leur assistance au profit d’autres domaines qu’ils jugent prioritaires tels que le Paludisme, la Tuberculose et le SIDA. Cette situation, si elle perdurait, aurait des conséquences négatives sur le développement du programme de PF et partant, serait préjudiciable à la santé d’un grand nombre de femmes et d’enfants burkinabé. A ce jour, les autorités sanitaires arrivent à couvrir environ 50% des besoins en contraceptifs grâce à des programmes de développement social. Afin d´accroître l´ effort national pour combler le déficit en ressources pour l’achat des produits contraceptifs, le Ministère de la Santé a mis en place un comité multisectoriel, non seulement pour développer un plan stratégique de sécuris ation de l’approvisionnement adéquat du pays en produits contraceptifs , mais aussi pour renforcer les systèmes assurant l’accès des produits aux utilisateurs . Dans sa réflexion, ce comité a pris en compte tous les aspects du contexte social, économique et politique du pays. Il 16 s’est basé notamment sur l’approche SPARHCS recommandée par l´ UNFPA et l´USAID. En effet, le guide diagnostique SPARHCS adapté au contexte du Burkina Faso, a permis de faire une analyse de la situation des produits contraceptifs afin d’avoir les éléments nécessaires pour concevoir le plan stratégique. 4-2 Synthèse des résultats de l’analyse de la situation L’analyse de la situation a utilisé l’outil SPARHCS. Elle a porté sur cinq domaines prioritaires qui sont : le domaine de la politique, du financement et de la pérennisation , le domaine de l’offre des services cliniques de planification familiale, le domaine de la demande, le domaine du système logistique et d‘information de gestion et le domaine du partenariat, de la coordination et du suivi évaluation. 4.2.1 Le domaine de la politique, du financement et de la pérennisation Les faiblesses constatées dans ce domaine sont l’insuffisance voire l’absence de financement en provenance de l’Etat et l’absence de mesures incitatives pour le secteur privé. En effet, dans le budget régulier du Ministère de la Santé aucune ligne budgétaire spécifique n’est consacrée à l’achat des produits contraceptifs. Ces insuffisances sont les conséquences d’un faible engagement politique et financier des décideurs à tous les niveaux, le faible positionnement de la sécurisation des produits contraceptifs dans les documents de politique et à l’existence de barrières douanières sur les produits contraceptifs empêchant un grand engagement du privé. 4.2.2. Le domaine de l’offre des services de planification familiale de qualité Cette composante est caractérisée par une faible qualité des prestations de PF inhérentes à une insuffisance de formation et d’encadrement du personnel prestataire, une non utilisation des normes de prestations et standard de qualité. En outre, le secteur privé quand il est présent, n’est pas suffisamment impliqué dans l’offre des services. 4.2.3. Le domaine de la logistique et du système d’information de gestion La gestion logistique présente des insuffisances en terme de disponibilité d’informations fiables et à temps pour l’estimation des besoins à tous les niveaux. Ce qui entraîne un non respect des niveaux de stock aux différents niveaux du pipeline avec des risques de rupture de stocks, de péremption, d’avarie ou de sur stockage. 17 4.2.4. Le domaine de la demande La demande potentielle et les besoins non satisfaits (29 % EDSIII-BF) restent élevés. Plusieurs facteurs sociaux, culturels et comportementaux, entre autres, sont identifiés pour expliquer cet état de fait. En particulier, les causes sont la persistance de rumeurs et la méconnaissance des avantages liés à la PF. 4.2.5. Le domaine du partenariat, de la coordination et du suivi évaluation Une synergie des actions et une collaboration intra et intersectorielle entre tous les intervenants dans le domaine de la PF sont indispensables pour simplifier et harmoniser les procédures, pour une mobilisation suffisante et permanente des ressources, un meilleur suivi du plan stratégique. V. Contenu du Plan de Sécurisation des Produits Contraceptifs 5.1. But Le plan de sécurisation des produits contraceptifs vise à assurer une disponibilité pérenne et une utilisation rationnelle selon les besoins du client, des services et des produits essentiels de SR de qualité en temps voulu et en tout lieu. 5.2 Objectifs du Plan 5.2.1. Objectif Général Garantir la disponibilité pérenne des produits contraceptifs et l’offre de services de qualité dans le domaine de la contraception. 5.2.2. Objectifs Stratégiques Dans les 10 prochaines années, les efforts du Ministère de la Santé, dans le domaine de la contraception viseront à : · Assurer une transition de la fourniture de produits contraceptifs par les donateurs à l’acquisition de ces produits par l’Etat ; · Assurer le financement pérenne des produits de PF · Améliorer la qualité des services fournis aux clients en planification familiale ; · Améliorer la gestion de la logistique contraceptive ; · Développer des actions efficaces pour promouvoir l’utilisation des méthodes contraceptives 18 · Assurer la coordination intra et intersectorielle · Assurer le suivi et l’évaluation de l’exécution du PSSPC 5.3. Stratégies Le présent plan vise à instaurer un environnement politique favorable, à éliminer les obstacles en matière de politique, de programmes, d’allocation des ressources et de procédures afin de susciter un engagement politique fort et d’impliquer l’Etat dans un financement plus durable de l’approvisionnement en contraceptifs. La stratégie qui sera utilisée est le plaidoyer pour le repositionnement de la PF, la prise de mesures budgétaires et de mesures fiscales en matière de droits douaniers. L’Etat et ses partenaires doivent assurer un financement intégral et continu des produits contraceptifs afin de garantir une pérennité et une durabilité en approvisionnement en produits contraceptifs . Pour assurer un financement pérenne, il s’agit de prendre des décisions politiques adéquates, de mettre en place un mécanisme efficient de gestion, de développer un plaidoyer auprès de partenaires potentiels internes et externes pour couvrir les besoins de financement en contraceptifs. 5.3.1. Domaine de la politique, du financement et de la pérennisation de la PF Le présent plan vise à instaurer un environnement politique favorable, à éliminer les obstacles en matière de politique, de programmes, d’allocation des ressources et de procédures afin de susciter un engagement politique fort et d’impliquer l’Etat dans un financement plus durable de l’approvisionnement en contraceptifs. La stratégie qui sera utilisée est le plaidoyer pour le repositionnement de la PF, la prise de mesures budgétaires et de mesures fiscales en matière de droits douaniers. L’Etat et ses partenaires doivent assurer un financement intégral et continu des produits contraceptifs afin de garantir une pérennité et une durabilité en approvisionnement en produits contraceptifs · Renforcement du plaidoyer auprès des autorités politiques. · Amélioration de l’environnement politique et réglementaire relatif à la pérennisation financière ; · Augmentation progressive de la part de l’Etat dans l’acquisition des contraceptifs ; · Renforcement du rôle du secteur privé dans l’acquisition et la distribution des produits contraceptifs. 19 5.3.2. Domaine de l’offre de services de PF de qualité Il s’agira d’améliorer la disponibilité et l’accessibilité des services de PF de qualité par le développement d’un système qui va permettre une extension des services de prestations, de renforcer les capacités des structures de PF existantes et la mise en place d’un mécanisme de contrôle pour assurer la qualité de l’offre. Des services pour jeunes seront développés de manière spécifique et la communauté sera impliquée dans la dispensation des services . · Renforcement des compétences nécessaires pour l’exécution des tâches liées à la PF ; · Disponibilité constante des produits de qualité dans les différents points de stockage ; · Garantie de la qualité des produits contraceptifs à tous les niveaux de la chaîne de distribution. · Exécution selon les normes des prestations cliniques et des activités de gestion des stocks de produits ; · Développement des services pour jeunes 5.3.3. Domaine de la logistique et du système d’information de gestion Dans ce volet il s’agira d’améliorer le système d’approvisionnement, de planification des achats et de gestion au quotidien. L’efficience et la performance du système logistique et d’information seront assurées par le développement d’outils de collecte des données, le renforcement des capacités nationales en terme de formation sur le CCM et le PIPELINE, de supervision et de dotation en équipements. · Renforcement du système de collecte et de gestion de l’information afin d’avoir les données pour les prévisions et l’évaluation du programme ; · Amélioration de la performance du système de gestion de la logistique incluant la prévision, l’emmagasinage, la distribution et le système d’information e t de gestion · Renforcement des capacités des nationaux pour assurer les prévisions de besoins en contraceptif · Renforcement du système d’information et de gestion de la logistique contraceptive 5.3.4. Domaine de la demande Il s’agira de développer des actions efficaces en terme d’études complémentaires sur les facteurs de non utilisation, de communications adaptées et ciblées sur des groupes spécifiques comme les jeunes, les hommes pour susciter une plus grande utilisation des services de PF. · Elaboration d’un PIC · Etude sur les facteurs de non utilisation de la contraception 20 5.3.5. Domaine du Partenariat, de la Coordination et du Suivi / Evaluation Il s’agira de l’identification du cadre de concertation existant adéquat et de son renforcement par l’intégration de nouveaux partenaires gouvernementaux, bilatéraux, du secteur privé, de la société civile, de la tenue régulière et semestrielle de rencontres de concertation. Ce comité de coordination assurera l’accompagnement pour le plaidoyer auprès des décideurs et du suivi de la mise en oeuvre du plan et de l’application des éventuelles recommandations qui en seront issue. Un plan de suivi élaboré servira de guide pour le comité de coordination. · Collaboration intra et intersectorielle ; · Mise en place d’un cadre de concertation ; · fonctionnement régulier des cadres de concertation · Mise en œuvre du Plan à travers les programmes opérationnels annuels ; · Supervisions intégrées des activités ; · Evaluations internes et extérieures du Plan d’Action ; · Analyse des différents rapports et rétro - information. 21 VI. PLAN STRATEGIQUE 2006 – 2015 6.1. Domaine de la politique, du financement et de la pérennisation de la PF Objectif Stratégique N°1 : Assurer une transition de la fourniture des produits contraceptifs par les donateurs à l’acquisition de ces produits par l’Etat Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Procéder à une revue documentaire Existence d’un Rapport d’analyse de la situation DSF MEDEV, SPCNLS partenaires T1 2006 500 000 Elaborer un Plan de Plaidoyer Existence d’un Plan de plaidoyer DEP DSF, DAF CONAPO partenaires T1 2006 500 000 Mettre en œuvre le Plan de Plaidoyer Existence d’un rapport de mise en œuvre du Plan de Plaidoyer DEP DSF DA F CONAPO partenaires T1 2006 500 000 Faire un plaidoyer pour intégrer un volet achat des contraceptifs dans le prochain Plan Triennal Prochain plan triennal révisé prenant en compte l’achat des contraceptifs DSF DEP CADSS DGPML PARTENAIRES DA F CONAPO T1 2006 50 000 Organiser une rencontre de plaidoyer avec le Ministre de l’Economie et du Développement Rapport de rencontre de plaidoyer disponible Ministre de la Santé DEP, DGS DA F, DGPML CONAPO, CADSS PARTENAIRES T2 2006 250 000 * Fort engagement politique * Stabilité politique Prendre en compte l’achat des contraceptifs par l’Etat dans les documents de stratégies tels que le PNDS, le CSLP, le CSLS et le CDMT sectoriel TOTAL 1 800 000 L’achat des produits contraceptifs est pris en compte dans tous les documents de politique et de population 22 Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Identifier les niveaux de prise de décision sur le plan budgétaire Liste des personnes concernées par la prise de décision disponible DSF DGS DA F T1 2006 25 000 Elaborer un outil de plaidoyer Outil de plaidoyer disponible DSF DEP, DGS, DAF DGPML, CADSS T1 2006 500 000 Organiser une rencontre avec le MS et les Directeurs Centraux Compte rendu de la rencontre disponible DSF DGS T2 2006 250 000 Organiser une rencontre avec le Ministre des Finances et du Budget Compte rendu de la rencontre disponible Ministre de la Santé DGS, DSF, DA F T2 2006 250 000 Organiser une rencontre avec les partenaires au développement Compte rendu de la rencontre disponible Ministre de la Santé DGS DSF DA F DGPML T2 2006 250 000 Le budget du Ministère de la Santé prévoit une ligne budgétaire pour à l’achat des produits contraceptifs * Fort engagement politique * Stabilité politique Obtenir des autorités une rubrique budgétaire pour l’achat des produits contraceptifs (loi de finances) TOTAL 1 275 000 23 Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Collecter les différents textes existants Rapport de collecte des textes disponibles DSF DGS, DGPML DGHSP, IGSS DEP Syndicats des Pharmaciens Ordres des Pharmaciens T1 2006 400 000 Analyser les différents textes Rapport d’analyse disponible DSF Cabinet (CT) DA F, DEP DGPML, IGSS DGHSP T2 2006 1 000 000 Organiser un atelier de consensus sur les éléments de la révision des textes Rapport de l’atelier disponible DSF Cabinet (CT) DA F, DEP, DGPML DGHSP, IGSS Syndicats des Pharmaciens Ordres des Pharmaciens T1 2006 2 150 000 Les textes réglementaires sont révisés Volonté politique Réviser les textes réglementant l’exercice du privé TOTAL 3 550 000 24 Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Faire un rapport circonstancié à l’attention des autorités Rapport circonstancié transmis aux autorités DSF Cabinet (CT), DAF, DEP, DGPML, DGHSP, IGSS Syndicats des Pharmaciens Ordres des Pharmaciens T3 2006 PM Elaborer un Plan de Plaidoyer Existence d’un Plan de Plaidoyer DSF Cabinet (CT) DAF, DEP, DGPML, DGHSP, IGSS Syndicats des Pharmaciens Ordres des Pharmaciens T2 2006 PM Adapter les prix des contraceptifs selon la politique en vigueur Les prix sont adaptés et uniformisés DSF Cabinet (CT) DAF, DEP, DGPML, DGHSP, IGSS, Ministère du Commerce, MEDEV, MFB Syndicats des Pharmaciens Ordres des Pharmaciens T3 2006 PM Organiser 2 rencontres pour un plaidoyer large auprès des autorités et des partenaires Rapport de plaidoyer disponible DSF Cabinet (CT) DAF, DEP, DGPML, DGHSP, IGSS, Syndicats des Pharmaciens Ordres des Pharmaciens T3 2006 500 000 Les produits contraceptifs sont exonérés de taxes Volonté politique Obtenir l’exonération des taxes, des droits de douanes et des droits d’enregistrement sur les produits contraceptifs TOTAL 500 000 25 Objectif stratégique 2 : Assurer le financement pérenne des produits de PF Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Estimer les besoins de financement pour les produits contraceptifs Document d’estimation des besoins disponible DSF DGPML, DAF CAMEG, ABBEF, PROMACO, partenaires PSI, SPCNLS 2 fois par an à partir de 2006 12 000 000 Elaborer une note technique sur l’inscription d’une rubrique spécifique pour l’achat des produits contraceptifs dans le budget régulier du MS Existence de la note technique DSF DAF 01/2006 0 Faire le plaidoyer auprès des différents décideurs (DAF, SG, MS, MFB, AN) pour l’inscription de la rubrique budgétaire Nombre de décideurs touchés DSF / Cabinet du MS DAF, PSI PROMACO ABBEF CAMEG DGPML Continue PM Inscrire une rubrique spécifique pour l’achat des contraceptives dans la loi de finance Existence de la rubrique pour l’achat des contraceptifs DAF DSF DGPML 05/2006 0 Proportion du Budget du Ministère de Santé allouée à l’achat des produits contraceptifs *Poursuite de la collaborat ion avec USAID (DELIVER, AWARE) *Engagement politique *Stabilité politique *Forte adhésion des décideurs Augmenter progressivement de 25% et par an le niveau de financement des produits contraceptifs par le budget national pour couvrir les besoins en contraceptifs d’ici 2015 ; TOTAL 12 000 000 26 Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Elaborer une note technique sur l’inscription d’une rubrique spécifique pour l’achat des produits contraceptifs dans le compte spécial Existence de la note technique DSF DAF 03/2006 0 Faire le plaidoyer auprès des différents décideurs (DAF, SG, MS, MFB, AN) pour l’inscription de la rubrique Nombre de décideurs touchés DSF / Cabinet du MS DAF, PSI PROMACO ABBEF, CAMEG DGPML Continue PM Inscrire une rubrique spécifique pour l’achat des contraceptives dans le compte spécial de croissance économique et de réduction de la pauvreté Existence de la rubrique pour l’achat des contraceptifs DAF DSF DGPML continue 0 Prendre un arrêté consacrant une proportion du recouvrement des coûts des MEG à l’achat des produits contraceptifs Existence de l’arrêté DSF MS, SG DGS, DGPML CADSS 03/2006 0 *Engagement politique *Stabilité politique *Forte adhésion des décideurs Assurer le financement des produits contraceptifs par le compte spécial de croissance économique et de réduction de la pauvreté selon les besoins exprimés TOTAL 0 Proportion des fonds PPTE du Ministère de Santé allouée à l’achat des produits contraceptifs 27 Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Identifier les partenaires potentiels bilatéraux, multilatéraux et privés Existence d’une liste de partenaires DEP DSF, PSI Partenaires 03/2006 500 000 Elaborer des protocoles d’accord avec les partenaires Existence de protocoles d’accord DEP DSF, DGS Partenaires 03/2006 0 Signer des conventions avec les partenaires Existence de documents signés DEP DSF, DGS, DRS, DS, partenaires 05/2006 0 Faire une étude sur la segmentation du marché Existence du rapport de l’étude DSF DGPML, PSI, PROMACO, partenaires 06/2006 5 000 000 Elaborer un document cadre de segmentation du marché Existence du document DGPML DSF, PSI, PROMACO, partenaires 07/2006 2 500 000 Homologuer annuellement les prix des contraceptifs Tenue de la commission d’homologation DGPML Ministère du Commerce, DSF, PSI, CAMEG Une fois par an 0 Poursuite de l’appui des partenaires au Ministère de la santé Mobiliser des fonds additionnels auprès des partenaires internes et externes pour le financeme nt des produits contraceptifs TOTAL 8 000 000 Proportion du Budget pour l’achat des produits contraceptifs couverte par les partenaires 28 Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Elaborer un document de mobilisation des fonds (tableaux de répartition des financements et par bailleurs) Existence du document DSF DAF, PSI, PROMACO, DGPML, CAMEG, partenaires 04/2006 200 000 Elaborer des outils de plaidoyer (analyse situationnelle, argumentaire, rencontre, message et partenaires) Existence de l’outil de plaidoyer DSF PSI, PROMACO, ABBEF partenaires 05/2006 500 000 Tenir des rencontres de plaidoyer pour le financement du plan Nombre de partenaires touchés DSF DEP DGS partenaires 03/2006 3 500 000 Faire régulièrement le bilan de l’utilisation des fonds aux partenaires Existence de rapport de bilan DSF DAF, DGPML DRS, DS partenaires 2 fois par an PM Faire une étude sur la capacité et la volonté des populations à l’achat des contraceptifs Existence du rapport de l’étude DSF DGPML, DEP, CADSS partenaires 09/2006 5 000 000 Appuyer la promotion des mutuelles de santé Nombre de mutuelles appuyées DEP UNFPA, PNUD, STEP, DSF Continue PM Sensibiliser les promoteurs des mutuelles de santé pour la prise en compte des prestations de PF Nombre de mutuelles prenant en compte les prestati ons de PF DEP DSF, PSI, PROMACO, ABBEF partenaires Continue 1 000 000 Mobiliser des fonds additionnels au près des partenaires internes et externes pour le financement des produits contraceptifs (suite) TOTAL 10 200 000 Proportion du Budget pour l’achat des produits contraceptifs couverte par les partenaires 29 Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Elaborer un mécanisme de régulation des prix des produits contraceptifs dans le secteur public Existence d’un mécanisme DSF DGPML CAMEG DA F partenaires 08/2006 0 Réviser périodiquement les prix des produits contraceptifs Disponibilité de la liste révisée des prix des PC DSF DGPML CAMEG IGSS partenaires Octobre de chaque année à partir de 2006 0 Faire des contrôles des prix des produits contraceptifs Nombre de contrôles effectués IGSS DSF, CAMEG DGPML partenaires Continue PM Effectuer une étude sur les procédures d’acquisition des produits contraceptifs Existence du rapport de l’étude DSF CAMEG, DGPML PROMACO, PSI ABBEF, partenaires Juin 2006 PM Harmoniser les procédures d’acquisition des PC dans tout le pays Existence de procédures harmonisées DA F DSF, CAMEG DGPML partenaires Octobre 2006 2 000 000 Mettre en oeuvre un mécanisme efficient de gestion financière des produits de PF TOTAL 2 000 000 · La politique de prix et de recouvreme nt des coûts est clairement définie et correcteme nt appliquée. · Les fonds générés par la vente des médicamen ts et contraceptif s sont utilisés pour le réapprovisi onnement du pays en contraceptif s et pour l’amélioratio n de la qualité des services. 30 6.2. Domaine de l’offre de services clinique de Planification Familiale Objectif stratégique 3: Améliorer la qualité des services fournis aux clients en planification familiale (disponibilité, accessibilité et qualité) Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Estimer les besoins Rapport d’estimation des besoins DSF DGPML, CAMEG, PROMACO, PSI, ABBEF, SP/CNLS Partenaires 2 fois par an PM Acquérir les produits Quantité acquise par produit DSF DGPML, CAMEG, DAF, UNFPA, partenaires 2 fois par an 18 946 033 051 augmenter la capacité d’entreposage des structures Espace d’entreposage suffisant selon les normes DSF ECD, DRS, CAMEG, DGPML, DAF, partenaires T4 2006 340 000 000 Renforcer les services de reconditionnement des produits Stock minimum disponible DSF DGHSP, DGPML, CAMEG, PSI, PROMACO, partenaires T4 2006 49 000 000 Assurer la disponibilité des produits contraceptifs à tous les niveaux du système de santé TOTAL 19 347 033 051 Les contraceptifs sont disponibles de façon continue, en quantité suffisante et sont de bonne qualité. 31 Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Définir les modalités d’implication du secteur privé dans l’offre de services de PF Modalités élaborées DSF DEP, DGHSP Secteur privé Partenaires T1 2006 PM Offrir des prestations de PF dans toutes les FS publiques et privées Nombre de FS publiques et privées offrant la PF DSF ECD, DEP DRS, DGHSP Secteur Privé Partenaires Continue PM Développer des activités à base communautaire dans tous les districts sanitaires Nombre de districts Sanitaires exécutant les SBC DSF ECD, DRS ; PROMACO, PSI SP-CNLS partenaires Continue PM Elargir la gamme des produits contraceptifs de marketing social Nombre de produits du marketing social DSF PROMACO, PSI SP-CNLS partenaires Continue PM Organiser des rencontres de plaidoyer auprès du privé pour l’offre des services de PF Nombre de rencontres organisées DSF ECD, DEP DRS, DGHSP Secteur Privé, partenaires T1 2007 13 000 000 Intégrer la PF dans le domaine des activités du privé Nombre de FS privé offrant la PF DSF ECD, DEP, DRS DGHSP, partenaires Secteur Privé Continu PM Offrir des méthodes naturelles modernes dans tous les points de prestations de PF 100% des FS offre des méthodes naturelles modernes DSF DRS, ECD DGHSP, partenaires Continue PM Informer les clients sur les circuits de distribution Clients informés DSF DGPML, CAMEG, PSI, PROMACO, DRS/DS Continue PM Superviser pour faire respecter les circuits de distribution Circuits de distribution respectés DSF DGPML, CAMEG, PSI, PROMACO Continue PM Rendre accessible financièrement les produits contraceptifs en milieu rural et dans le privé TOTAL 13 000 000 *Les contraceptifs sont disponibles de façon continue, en quantité suffisante et sont de bonne qualité. *Les services sont disponibles de façon continue dans les points de prestation *La gamme de contraceptifs disponibles dans le pays tient compte des choix et des préférences des clients pour les différentes méthodes. 32 Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Evaluer les performances des centres jeunes existant en milieu urbain Evaluation réalisée DSF DEP, DRS, ECD, ABBEF partenaires T2 2007 1 250 000 Etendre l’expérience des centres jeunes à tous les chefs lieux de province 100% des chefs lieux de province dispose d’un centre jeune DSF DEP, DRS ECD, ABBEF partenaires Continue PM Evaluer les performances des Centres SYMPA au niveau des FS Evaluation réalisée DSF DEP, DRS, ECD, ABBEF partenaires T3 2007 1 250 000 Renforcer les services de PF pour les jeunes Etendre l’expérience des Centres SYMPA à toutes les formations sanitaires Proportion de FS disposant d’un centre SYMPA DSF DEP, DRS ECD, ABBEF partenaires Continue PM Des services spécifiques pour jeunes sont développés Evaluer les besoins de formation du personnel par niveau et par domaine Rapport d’évaluation des besoins disponible DSF ECD, DRS, CADSS, DGHSP, ENSP, UFR- SDS, partenaires 1 250 000 Assurer la formation des agents (y compris DBC) en matière de gestion du programme de PF Pourcentage d’agents formés DSF ECD, DRS CADSS, DGHSP, ENSP, UFR- SDS, partenaires Continue 550 000 000 Assurer le suivi des activités des agents formés par niveau Nombre de suivis effectués DSF ECD, DRS, CADSS, DGHSP, ENSP, UFR- SDS, partenaires Continue PM Organiser des supervisions formatives Nombre de supervisions réalisées DSF ECD, DRS CADSS, DGHSP, ENSP, UFR- SDS, partenaires Continue PM Mettre en place des mécanismes de motivation du personnel sanitaire et des agents communautaires Mécanismes de motivation mis en place DSF ECD, DRS, CADSS, DGHSP, ENSP, UFR- SDS, partenaires T4 2007 5 000 000 Identifier les besoins en ressources matérielles Document d’analyse de situation existe DSF ECD, DRS, DGIEM DGHSP, partenaires T4 2006 (ANASIT PM) Renforcer les capacités des points de prestations de services PF dans le secteur public et dans le secteur privé Equiper les structures de prestations de services PF selon les normes SR Nombre de structures équipées DSF ECD, DRS, DGIEM DGHSP, partenaires T1 2007 T1 2011 550 000 000 * Le personnel a les compétences requises pour exécuter les tâches. . *L’équipement est disponible, fonctionnel, la maintenance est assurée, le personnel est initié à son utilisation. 33 TOTAL 1 108 750 000 Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Elaborer les outils de mesure de la qualité Outils de mesure de qualité élaborés DSF ECD, DRS, DGSHP Secteur privé, partenaires T4 2006 5 000 000 Mener une évaluation de la qualité des prestations de PF Evaluation réalisée DSF DEP DGHSP CADSS, partenaires T1 2007 22 000 000 Former les agents de santé en assurance qualité à tous les niveaux Nombre d’agents formés en assurance qualité DSF ECD, DRS DGPML, CADSS DGHSP, partenaires Continue PM Renforcer le LNSP en équipements et substances de référence pour le contrôle des produits LNSP équipé DGPML DSF, DAF, UNFPA, partenaires, DGIEM T1 2008 PM Contrôler les échantillons prélevés Nombre de contrôles effectués LNSP DSF, DGPML, DGHSP, partenaires Continue 50 000 000 Effectuer des contrôles visuels de qualité des produits dans les dépôts Rapports de contrôle disponibles DGPML ECD, DRS, DSF, PROMACO, PSI, ABBEF, DGHSP, partenaires Continue PM Récupérer et détruire les produits périmés et/ou avariés Procès verbaux de destruction IGSS DSF, DGHSP, DGPML, CAMEG, PROMACO, PSI, ECD, DRS, partenaires Continue PM * Les normes et procédures de travail en SR/PF sont appliquées dans les points de prestations de services * Les contraceptifs sont de bonne qualité. Assurer la qualité de prestation de PF à tous les niveaux du système de santé; TOTAL 77 000 000 34 6.3. Domaine du système d’information pour la gestion logistique Objectif stratégique : Améliorer la gestion de la logistique contraceptive Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Harmoniser les supports du SIGL Supports harmonisés disponibles DSF DEP, DGPML, PSI CAMEG, ABBEF PROMACO, UNFPA, partenaires T1 2007 3 000 000 Adopter le manuel du SIGL révisé Manuel du SIGL révisé adopté DSF DEP, DGPML, PSI CAMEG, ABBEF PROMACO, UNFPA, partenaires T1 2007 3 000 000 Reproduire le manuel national du SIGL révisé adopté Manuel national du SIGL reproduit DSF DEP, DGPML UNFPA, partenaires T2 2007 120 000 000 Introduire les supports harmonisés à chaque niveau Pourcentage de structures utilisant les nouveaux supports DSF DEP, DGPML UNFPA, partenaires T2 2007 PM Former les agents de santé à l’utilisation des nouveaux supports à tous les niveaux du système Nombre d’agents formés DSF ECD, DRS, DEP, CADSS partenaires T3 2007 67 000 000 Réviser le système national d’information sanitaire en modifiant la section relative à la contraception Document révisé disponible DEP DSF, DGPML, CADSS, UNFPA, partenaires T3 2007 7 000 000 Le système d’information et de gestion de la logistique est performant Améliorer le système de collecte et de gestion de l’information TOTAL 200 000 000 35 Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Faire l’inventaire du matériel informatique Rapport d’inventaire disponible DSF ECD, DRS, DGPML, DGIEM, partenaires T4 2006 5 500 000 Compléter le matériel informatique pour le niveau central, les DRS et les DS Le niveau central, intermédiaire et périphérique est doté de matériel informatique DSF ECD DRS DGPML DGIEM UNFPA, partenaires T1 2007 30 0000 000 Améliorer le logiciel de gestion Matériel informatique fonctionnel DSF ECD, DRS, DGPML DGIEM, UNFPA, partenaires T1 2008 2 000 000 Former le personnel en système d’information, à la logistique contraceptive et à l’utilisation des outils de prévision Nombre d’agents formés DSF ECD, DRS, DGPML, CAMEG, PROMACO, PSI, ABBEF, partenaires T4 2006 106 000 000 Organiser des ateliers de révision des tableaux d’acquisition des produits contraceptifs Nombre d’ateliers réalisés DSF DGPML, CAMEG, PROMACO, PSI, ABBEF, partenaires 2 fois par an PM Mettre en place un système de maintenance du matériel Système de maintenance mis en place DSF ECD, DRS, DGIEM, partenaires T4 2007 PM Equiper les magasins de stockage en matériel de stockage adéquat Nombre de magasins équipés DSF DGIEM, DAF, partenaires T4 2007 55 000 000 Les prévisions de besoins en contraceptifs sont réalisées par des nationaux Renforcer les compétences nationales afin d’assurer la planification rationnelle des besoins en produits contraceptifs du pays. TOTAL 198 500 000 36 Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Faire une étude sur les niveaux de ruptures Etude réalisée DSF DEP DGPML,DRS,DS, SP/CNLS, ABBEF, PROMACO, PSI, partenaires T4 2006 5 000 000 Tenir des réunions de monitorage au niveau central, régional et district Nombre de réunions tenues DSF ECD DRS, partenaires Continue PM Faire des inventaires de stocks dans les DRD et au niveau central Nombre d’inventaires réalisés DSF ECD, DRS, CAMEG, DGPML, ABBEF, PSI, partenaires Continue PM Intégrer les aspects du système d’information logistique à la supervision Guide de supervision intégrant les aspects du SIGL disponible DSF DEP, CADSS, DGPML, ECD, DRS, partenaires T1 2007 PM Superviser les agents chargés de la gestion contraceptive Nombre d’agents supervisés DSF CADSS, ECD, DRS, DGPML, partenaires Continue 60 000 000 Elaborer des bulletins trimestriels de rétro information au niveau national et périphérique Nombre de bulletins élaborés DSF ECD, DRS, DGPML, UNFPA, partenaires Une fois part trimestre PM Taux de rupture de stocks de contraceptifs inférieur à 1% Assurer le suivi de la gestion logistique; TOTAL 65 000 000 37 6.4. Domaine de la demande Objectif stratégique : Développer des actions efficaces pour promouvoir l’utilisation des méthodes contraceptives Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Elaborer un PIC pour la PF Existence du PIC DSF DCPM, DHPES, ABBEF, PSI, PROMACO, Partenaires, DRS, ECD T4 2006 10 000 000 Mettre en œuvre le PIC sur l’ensemble du territoire PIC mis en oeuvre DSF DCPM, DHPES, ABBEF, PSI, PROMACO, Partenaires, DRS, ECD Continu 250 000 000 Renforcer les connaissances des populations (surtout des hommes et des jeunes) sur la planification familiale Evaluer périodiquement le Plan Intégré de Communication Existence d’un rapport d’évaluation DSF DCPM, DHPES, ABBEF, PSI, PROMACO, Partenaires, DRS, ECD 2010 et 2015 10 000 000 Niveau de connaissances des populations Former des formateurs régionaux en counseling PF Nombre de formateurs régionaux formés DSF DCPM, DHPES, ABBEF, PSI, PROMACO, Partenaires, DRS, ECD T4 2006 13 000 000 Former les prestataires (DBC compris) de tous les niveaux en counseiling PF Nombre de prestataires formés DSF DCPM, DHPES, ABBEF, PSI, PROMACO, Partenaires, DRS, ECD Une fois par an 550 000 000 Equiper les prestataires formés en supports de CCC/PF Disponibilité des supports au niveau des prestataires DSF DCPM, DHPES, ABBEF, PSI, PROMACO, Partenaires, DRS, ECD T1 2007 PM Renforcer les capacités des prestataires PF en couns eling PF Superviser les prestataires (y compris les DBC) une fois par trimestre Nombre de prestataires supervisés DSF ECD, DRS ICP Partenaires Continue PM Capacités des prestataires en counseling Mener une recherche action sur les raisons de non utilisation des méthodes contraceptives modernes Rapport de la recherche disponible DSF DEP ECD DRS Partenaires T1 2007 5 000 000 Réduire d’au moins 5 points le niveau actuel des facteurs influençant la non utilisation des méthodes de contraception modernes Diffuser les résultats de la recherche action au niveau national Rapport de l’atelier disponible DSF ECD DRS Partenaires T1 2007 3 000 000 Niveau des différents facteurs de la non utilisation de la contraception *Disponibilité des financements *Stabilité politique TOT AL 841 000 000 38 6.5. Partenariat, Coordination, Suivi et Evaluation Objectif stratégique N°1: Assurer la coordination intra et intersectorielle Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Elaborer un plan de suivi / évaluation de la mise en œuvre du PSP Existence du plan de suivi/évaluatio n DSF DGS, DGPML DGHSP, SP/CONAPO UNFPA, DEP, SP/CNLS T1 2006 PM Identifier les partenaires potentiels pour la mise en œuvre du Plan Existence d’une liste de partenaires PF DEP DGS, DSF, DGPML DGHSP, SP/CONAPO UNFPA T1 2006 PM Organiser une fois par an une rencontre avec les partenaires pour l’adoption du Plan Annuel de Sécuris ation des Produits Contraceptifs Tenue d’une rencontre annuelle d’adoption des PA avec les partenaires DSF DGS, DSF, DGPML DGHSP, SP/CONAPO UNFPA Une fois / an 5 000 000 Elargir le cadre de concertation des partenaires SR aux autres partenaires de la PF Cadre de concertation SR élargi aux nouveaux partenaires DSF DGS, DSF, DGPML DGHSP, SP/CONAPO UNFPA T2 2006 PM Renforcer la participation des partenaires à la mise en œuvre et au suivi du Plan de sécurisation Organiser une fois par semestre une rencontre de concertation sur la disponibilité des produits contraceptifs Nombre de rencontres tenues DSF DGS, DSF, DGPML DGHSP, SP/CONAPO UNFPA, PSI, PROMACO, CAMEG, ABBEF, ABSF Deux fois par an PM Implication du grand nombre de partenaires à la mise en œuvre du Plan Stratégique de Sécurisation des Produits Contraceptifs Identifier les prestataires du secteur privé travaillant dans le domaine de la PF Existence d’une liste de prestataires privés de PF DSF DGS, DGPML, DGHSP Représentant du Secteur Privé, DRS, ECD, IGSS T1 2006 13 000 000 Renforcer les mécanismes existants de coordination et de concertation entre le secteur privé et le secteur public Organiser une fois par an une rencontre d’information et de sensibilisation des prestataires du secteur privé en vue de leur implication Nombre de rencontres tenues DSF DCPM, DHPES, ABBEF, PSI, PROMACO, Partenaires, DRS, ECD Une fois par an 65 000 000 Elargissement des points de prestations de PF Disponibilité des financements Stabilité politique TOTAL 83 000 000 39 Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Définir les rôles des différentes structures impliquées dans la mise en œuvre des décisions prises lors des réunions de coordination Existence d’un document DSF DEP DGS DGCoop Partenaires T1 2006 PM Améliorer le suivi des décisions prises lors des réunions de coordination Faire le bilan périodique de la mise en œuvre des décisions prises au cours des rencontres de coordination Existence d’un rapport de bilan DSF DEP DGS DGCoop Partenaires Continue PM Le suivi des décisions prises lors des réunions de coordination est amélioré Volonté politique TOTAL 0 40 Objectif stratégique N°2: Assurer le suivi et l’évaluation de l’exécution du PSSPC Objectifs Spécifiques Activités Indicateurs de processus Responsable Collaborateurs Période Coût (en FCFA) Indicateur de résultat Suppositions importantes Créer un organe de suivi et d’évaluation du PSSPC Existence d’un organe de suivi DSF IGSS, DEP, DGS, CADSS, DGPML, DGHSP, SP/CONAPO, T2 2006 PM Elaborer des supports de suivi de la mise en œuvre annuel du PSSPC Existence de supports de suivi DSF DEP, DGS, CADSS, DGPML, DGHSP, SP/CONAPO, UNFPA T2 2006 PM Définir les indicateurs de suivi Existence d’une liste d’indicateurs de suivi DSF DEP, DGS, CADSS, DGPML, DGHSP, SP/CONAPO, UNFPA T2 2006 PM Etablir un calendrier de suivi Existence d’un calendrier de suivi DSF DGS, DSF, DGPML DGHSP, SP/CONAPO UNFPA, DRS, ECD T2 2006 PM Faire le suivi régulier de la mise en œuvre à tous les niveaux Existence de rapports de suivi DSF DEP, DGS, CADSS, ECD, DGPML, DGHSP, DRS, SP/CONAPO, UNFPA 2 fois par an 20 000 000 Organiser les rencontres périodiques de l’organe de suivi Nombre de rencontres réalisées DSF DEP, DGS, CADSS, DGPML, DGHSP, SP/CONAPO, UNFPA 2 fois par an PM Mettre en œuvre un mécanisme de suivi du Plan Stratégique de Sécurisation des Produits Contraceptifs Organiser des réunions périodiques d’informations et d’échanges à tous les niveaux Nombre de réunions organisées DSF DEP, DGS, CADSS, DGPML, DGHSP, SP/CONAPO, UNFPA , Partenaires, DRS, ECD 2 fois par an 10 000 000 Existence d’un mécanisme de suivi de la mise en œuvre du Plan Stratégique de Sécurisation des Produits Contraceptifs Volonté Politique Effectuer une évaluation interne annuelle du PSSPC Rapport d’évaluation disponible DSF DEP, DGS, DGPML, DGHSP, 1 fois par an 10 000 000 Effectuer une évaluation externe à mi – parcours du PSSPC Rapport d’évaluation disponible DSF DEP, DGS, DGPML, DGHSP, T4 2010 25 000 000 Mettre en œuvre un mécanisme d’évaluation du PSSPC Effectuer une évaluation externe à la fin du PSSPC Rapport d’évaluation disponible DSF DEP, DGS, DGPML, DGHSP, T4 2015 25 000 000 Existence d’un mécanisme d’évaluation du Plan Stratégique de Sécurisation des Produits Contraceptifs Volonté Politique 41 Diffuser les résultats des différentes évaluations Rapports de diffusion des résultats disponibles DSF DEP, DGS, DGPML, DGHSP, Continue 20 000 000 TOTAL 110 000 000 42 VII. CONTRAINTES, HYPOTHESES ET RISQUES La mise en œuvre du Plan Stratégique de Sécurisation des Produits Contraceptifs, exige un environnement socio -politique et législatif favorable. Pour mieux répondre aux attentes du gouvernement et de tous les partenaires, ce Plan s’inscrit dans le cadre du Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) pour sa première tranche quinquennale. Cependant, sa mise en œuvre pourrait être entravée, voire compromise, par l’une ou l’autre des contraintes évoquées ci- dessous. 7.1. Au niveau de l’engagement politique Le plan doit bénéficier d’un engagement politique clairement affiché concernant notamment le financement par l’Etat de l’achat des c ontraceptifs, les réformes institutionnelles nécessaires. 7.2. Au niveau de l’engagement des acteurs Les acteurs sollicités pour la mise en œuvre et le financement du plan doivent faire preuve d’un engament sans faille. Ce qui suppose une appropriation, par tous, des objectifs du plan. 7.3. Au niveau de la collaboration entre les acteurs La collaboration intra et intersectorielle est un des facteurs essentiels de la réussite des objectifs du plan. Toute défaillance à ce niveau pourrait conduire à une paralysie dans la mise en œuvre des activités programmées. Un cadre de collaboration clairement défini est nécessaire pour éviter tout blocage. Cette collaboration sous-entend la complémentarité des actions et des ressources. Les secteurs privé, public et communautaire ainsi que les élus locaux et l’administration publique doivent agir en synergie pour le couronnement des actions. 7.4. Au niveau du personnel L’insuffisance d’un personnel compétent , sa grande mobilité et l’importante charge de travail peuvent entraver la mise en œuvre des activités programmées. Dans cette optique, un vaste programme de formation du personnel est envisagé dans le plan. Les affectations doivent prendre en compte la disponibilité d’un personnel de qualification équivalente pour pourvoir aux postes vacants. La motivation est un facteur de stabilité du personnel et contribue à la réussite des objectifs du plan. 7.5. Au niveau des moyens logistiques L’accessibilité et les moyens de communication sont des contraintes majeures dans la mise en œuvre de tout projet/programme de développement sanitaire . Le réapprovisionnement et la supervision vont en conséquence nécessiter des moyens logistiques performants. Les structures doivent être dotées d’outils informatiques performants pour le traitement et la transmission rapides 43 des données. La non disponibilité de ces moyens pourrait annihiler tout effort de rapprochement des services de qualité aux populations périphériques . 7.6. Au niveau des moyens financiers La mise en œuvre du plan exige des moyens financiers importants. L’engagement de l’Etat est primordial pour la pérennité du plan. L’augmentation progressive de sa contribution est un indicateur de volonté politique. L’accompagnement des partenaires reste indispensable pour l’atteinte des objectifs fixés dans le plan. VIII. COORDINATION ET SUIVI - EVALUATION 8.1. Coordination Le Ministère de la Santé est la structure chargée de la coordination du plan à travers la Direction de la Santé de la Famille. Pour une bonne exécution du plan elle bénéficiera de l’appui de tous les intervenants et/ou partenaires impliqués dans le Plan Stratégique de Sécurisation des Produits Contraceptifs . La coordination se fera aux différents niveaux : - semestrielles pour le niveau national et régional : - trimestrielles pour les districts. 8.2. Suivi - Evaluation Le suivi-évaluation sera assuré par un Comité National pour la Sécurisation des Produits Contraceptifs à travers : · Les plans opérationnels annuels de la Direction de la Santé de la Famille, des Régions et Districts Sanitaires; · Les supervisions des points de prestations de services de PF (Formations Sanitaires publiques ou privées) ; · Les réunions semestrielles du Comité National pour la Sécurisation des Produits Contraceptifs ; · Les évaluations internes annuelles ; · L’évaluation externe à mi-parcours ; · L’évaluation externe à la fin du plan ; · L’analyse des différents rapports. 8.3. Indicateurs pour l’évaluation du Plan Les indicateurs sont définis par rapport aux aspects qualitatifs et quantitatifs du programme et sont mesurés de façon périodique pour en évaluer la performance. Le suivi des indicateurs quantitatifs se fait de la façon suivante : 44 · Taux de prévalence contraceptive : à travers les Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS) ; · Couple années de protection : ils seront recalculés à chaque revue de l’estimation des besoins ; · La mortalité maternelle ; · Les besoins non satisfaits en PF ; · Par ailleurs dans les différents domaines les indicateurs qualitatifs qui seront utilisés pour le suivi seront : · Politique, Financement et pérennisation · Le système bénéficie de l’appui du Gouvernement et des partenaires au développement. · Il existe une structure de coordination pour le PSSPC · Le rôle du Comité National pour le PSSPC est connu de tous ses membres et des acteurs du programme. · Le Comité National accomplit ses tâches et arrive à résoudre les problèmes identifiés dans le système. · L’engagement des acteurs est acquis et se traduit en actions concrètes : exécution des tâches assignées, participation aux réunions de coordination, participation à la résolution des problèmes posés, informations des groupes cibles (populations, prestataires) etc. · Les rôles sont clairement définis, connus et acceptés par tous les acteurs. · Les informations collectées sont analysées et utilisées pour la prise de décisions. · Les dispositions réglementaires sont en place pour l’approvisionnement en contraceptifs, sont connues de tous et sont appliquées sur le terrain. · Le processus de prise en charge de l’approvisionnement du pays en contraceptifs sur fonds locaux est en place, les pourcentages d’évolution dans le temps sont établis et respectés. · Le budget du Ministère de la Santé prévoit une ligne budgétaire pour l’achat des contraceptifs. · La politique de prix et de recouvrement des coûts est clairement définie et correctement appliquée. · Les fonds générés par la vente des contraceptifs sont utilisés pour le réapprovisionnement du pays en contraceptifs et pour l’amélioration de la qualité des services. 45 · Le système logistique est performant en terme d’acquisition des produits, de stockage, de distribution, d’assurance qualité et de système d’information. · Capacité s du programme · Le personnel existe en nombre suffisant, est réparti équitablement dans le pays et a les compétences requises pour exécuter les tâches ; · Les services sont disponibles de façon continue dans les points de prestations ; · Les informations et rétro-informations sont données aux clients, aux prestataires et gestionnaires sur le fonctionnement du système, la qualité des services, et les produits. · Les documents de Politique, Normes, Protocoles en Santé de la Reproduction et gestion logistique sont disséminées et appliquées dans les points de prestations de services. · L’équipement est disponible, fonctionnel, la maintenance est assurée, le personnel est initié à son utilisation. · Les contraceptifs sont disponibles de façon continue, en quantité suffisante et sont de bonne qualité. · La gamme de contraceptifs disponibles dans le pays tient compte des choix et des préférences des clients pour les différentes méthodes. IX. FINANCEMENT DU PLAN Le coût total du Plan Stratégique de Sécurisation des Produits Contraceptifs est de VINGT DEUX MILLIARDS SOIXANTE DIX MILLIONS SIX CENT HUIT MILLE CINQUANTE UN FRANCS CFA (22 070 608 051 FCFA). Ce montant se répartit entre l’achat des produits de contraceptifs d’une valeur de Dix Huit Milliards Neuf Cent Quarante Six Millions Trente Trois Mille Cinquante Un francs CFA (18 946 033 051 FCFA) et les coûts opérationnels du plan qui sont de Trois Milliards Cent Vingt Quatre Millions Cinq Cent Soixante Quinze Mille Francs CFA (3 124 575 000 FCFA). Sur les 10 années du PSSPC, la part contributive de l’Etat pour le financement du Plan Stratégique de Sécurisation des Produits Contraceptifs et de l’achat des produits contraceptifs va évoluer de façon exponentielle (voir tableau ci –dessous): 46 Tableau 1; Part contributive de l’Etat et des partenaires au financement du PSSPC 2006- 2015. Annee Contribuables 2006 2015 Etat 25% 70% Partenaires 75% 30% . Les répartitions annuelles du financement du PSSPC et de l’achat des produits contraceptifs entre l’Etat et les partenaires sont présentées dans les tableaux N°2, 3, 4 et 5 47 Tableau N°1 : Répartition annuelle du financement prévisionnel du Plan Stratégique de Sécurisation des Produits Contraceptifs 2006 - 2015 Années 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Montant 1 578 037 203 1 599 856 201 1 386 907 487 1 587 856 477 1 861 843 529 2 090 888 602 2 399 528 621 2 752 830 940 3 156 382 009 3 656 476 982 Tableau N°2 : Répartition annuelle du financement prévisionnel du PSSPC entre l’Etat et les Partenaires de 2006 - 2015 Années 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Etat 556 412 426 511 207 485 526 857 730 645 884 972 860 457 557 1 063 286 411 1 339 020 472 1 666 333 994 2 083 301 763 2 575 611 581 Partenaires 1 021 624 777 1 088 648 716 860 049 757 941 971 505 1 001 385 972 1 027 602 191 1 060 508 149 1 086 496 946 1 073 080 246 1 080 865 401 Tableau N°3 : Répartition annuelle du financement prévisionnel pour l’achat des Produits Contraceptifs de 2006 à 2015 Années 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Montant 844 762 203 996 156 201 1 171 707 487 1 374 656 477 1 608 643 529 1 877 688 602 2 186 328 621 2 539 630 940 2 943 182 009 3 403 276 982 Tableau N°4 : Répartition annuelle du financement prévisionnel pour l’achat des Produits Contraceptifs entre l’Etat et les partenaires de 2006 à 2015 Années 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Etat 211 190 551 298 846 860 410 097 620 549 862 591 723 889 588 938 844 301 1 202 480 742 1 523 778 564 1 913 068 306 2 382 293 887 Partenaires 633 571 652 697 309 341 761 609 867 824 793 886 884 753 941 938 844 301 983 847 879 1 015 852 376 1 030 113 703 1 020 983 095 48 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% P o u rc en ta g e 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Années Graphique I: Part contributive de l'Etat et des partenaires au financement du PSSPC et à l'achat des produits contraceptifs de 2006 à 2015 ETAT PARTENAIRES 49 0 500 000 000 1 000 000 000 1 500 000 000 2 000 000 000 2 500 000 000 3 000 000 000 3 500 000 000 4 000 000 000 M o n ta n ts 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Années Graphique II: Répartition du financement du PSSPC entre l'Etat et les partenaires de 2006 à 2015 Etat Partenaires 50 0 500 000 000 1 000 000 000 1 500 000 000 2 000 000 000 2 500 000 000 3 000 000 000 3 500 000 000 M on ta nt s 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Années Graphique III: Répartition du financement de l'achat des produits contraceptifs entre l'Etat et les partenaires de 2006 à 2015 Etat Partenaires 51 X. CHRONOGRAMME DES ACTIVITES ANNEES ACTIVITES 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Procéder à une revue documentaire X Elaborer un Plan de Plaidoyer X Mettre en œuvre le Plan de Paidoyer X Faire un plaidoyer pour intégrer un volet achat des contraceptifs dans le prochain Plan Triennal X Organiser une rencontre de plaidoyer avec le Ministre de l’Economie et du développement X Identifier les niveaux de prise de décision sur le plan budgétaire X Elaborer un outil de plaidoyer X Organiser une rencontre avec le MS et les Directeurs Centraux X Organiser une rencontre avec le Ministre des Finances et du Budget X Organiser une rencontre avec les partenaires au développement X Collecter les différents textes existants X Analyser les différents textes X Organiser un atelier de consensus sur les éléments de la révision des textes X Faire un rapport circonstancié à l’attention des autorités X Elaborer un Plan de Plaidoyer X Adapter les prix des contraceptifs selon la politique en vigueur X Organiser 2 rencontres pour un plaidoyer large auprès des autorités et des partenaires X Estimer les besoins de financement pour les produits contraceptifs X X X X X X X X X X Elaborer une note technique sur l’inscription d’une rubrique spécifique pour l’achat des produits contraceptifs dans le budget régulier du MS X Faire le plaidoyer auprès des différents décideurs (DAF, SG, MS, MFB, AN) pour l’inscription de la rubrique budgétaire X Inscrire une rubrique spécifique pour l’achat des contraceptives dans la loi de finance X X X X X X X X X X Elaborer une note technique sur l’inscription d’une rubrique spécifique pour l’achat des produits contraceptifs dans le compte spécial X 52 ANNEES ACTIVITES 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Faire le plaidoyer auprès des différents décideurs (DAF, SG, MS, MFB, AN) pour l’inscription de la rubrique X Inscrire une rubrique spécifique pour l’achat des contraceptives dans le compte spécial de croissance économique et de réduction de la pauvreté X X X X X X X X X X Prendre un arrêté consacrant une proportion du recouvrement des coûts des MEG à l’achat des produits contraceptifs X Identifier les partenaires potentiels bilatéraux, multilatéraux et privés X Elaborer des protocoles d’accord avec les partenaires X Signer des conventions avec les partenaires X X X X X X X X X X Faire une étude sur la segmentation du marché X Elaborer un document cadre de segmentation du marché X Homologuer annuellement les prix des contraceptifs X X X X X X X X X X Elaborer un document de mobilisation des fonds (tableaux de répartition des financements et par bailleurs) X Elaborer des outils de plaidoyer (analyse situationnelle, argumentaire, rencontre, message et partenaires) X Tenir des rencontres de plaidoyer pour le financement du plan X X X X X X X X X X Faire régulièrement le bilan de l’utilisation des fonds aux partenaires X X X X X X X X X X Faire une étude sur la capacité et la volonté des populations à l’achat des contraceptifs X Appuyer la promotion des mutuelles de santé X X X X X X X X X X Sensibiliser les promoteurs des mutuelles de santé pour la prise en compte des prestations de PF X X X X X X X X X X Elaborer un mécanisme de régulation des prix des produits contraceptifs dans le secteur public X Réviser périodiquement les prix des produits contraceptifs X X X X X X X X X X Faire des contrôles des prix des produits contraceptifs X X X X X X X X X X 53 ANNEES ACTIVITES 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Effec tuer une étude sur les procédures d’acquisition des produits contraceptifs X Harmoniser les procédures d’acquisition des PC dans tout le pays X Estimer les besoins X XX XX XX XX XX XX XX XX XX Acquérir les produits X XX XX XX XX XX XX XX XX XX Renforcer la capacité d’entreposage des structures X Renforcer les services de reconditionnement des produits destinés au secteur privé X Définir les modalités d’implication du secteur privé dans l’offre de services de PF X Mener une étude sur la proportion des FS publiques et privées offrant des prestations de PF X Offrir des prestations de PF dans toutes les FS publiques et privées à offrir des services de PF X X X X X X X X X X Développer des activités à base communautaire dans tous les districts sanitaires X X X X X X X X X X Elargir la gamme des produits contraceptifs de marketing social X X X X X X X X X X Organiser des rencontres de plaidoyer auprès du privé pour l’offre des services de PF X Intégrer la PF dans le domaine des activités du privé X X X X X X X X X X Offrir des méthodes naturelles modernes dans tous les points de prestations de PF X X X X X X X X X X Informer les clients sur les circuits de distribution X X X X X X X X X X Superviser pour faire respecter les circuits de distribution X X X X X X X X X X Evaluer les performances des centres jeunes existant en milieu urbain X Etendre l’expérience des centres jeunes à tous les chefs lieux de province X X X X X X X X X Evaluer les performances des Centres SYMPA au niveau des FS X Etendre l’expérience des Centres SYMPA à toutes les formations sanitaires X X X X X X X X X 54 ANNEES ACTIVITES 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Evaluer les besoins de formation du personnel par niveau et par domaine X Assurer la formation des agents (y compris DBC) en matière de gestion du programme de PF X X X X X X X X X X Assurer le suivi des agents formés par niveau X X X X X X X X X X Organiser des supervisions formatives X X X X X X X X X X Mettre en place des mécanismes de motivation du personnel sanitaire et des agents communautaires X Identifier les besoins en ressources matérielles X Equiper les structures de prestations de services PF selon les normes SR X X X X X X X X X Elaborer les outils de mesure de la qualité X Mener une évaluation de la qualité des prestations de PF X Former les agents de santé en assurance qualité à tous les niveaux X X X X X X X X X X Renforcer le LNSP en équipements et substances de référence pour le contrôle des produits X Contrôler les échantillons prélevés X X X X X X X X X X Effectuer des contrôles visuels de qualité des produits dans les dépôts X X X X X X X X X X Récupérer et détruire les produits périmés et/ou avariés X X X X X X X X X X Harmoniser les supports du SIGL X Adopter le manuel du SIGL révisé X Reproduire le manuel national du SIGL révisé X Introduire les supports harmonisés à chaque niveau X Former les agents de santé à l’utilisat ion des nouveaux supports à tous les niveaux du système X Réviser le système national d’information sanitaire en modifiant la section relative à la contraception X Faire l’inventaire du matériel informatique X 55 ANNEES ACTIVITES 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Compléter le matériel informatique pour le niveau central, les DRS et les DS X Améliorer le logiciel de gestion X Former le personnel en système d’information, à la logistique contraceptive et à l’utilisation des outils de prévision X Organiser des ateliers de révision des tableaux d’acquisition des produits contraceptifs X X X X X X X X X X Organiser un circuit de collecte des données de PF X X X X X X X X X X Mettre en place un système de maintenance du matériel X Equiper les magasins de stockage en matériel de stockage X Faire une étude sur les niveaux de ruptures X Tenir des réunions de monitorage au niveau central, régional et district X X X X X X X X X X Faire des inventaires de stocks dans les DRD et au niveau central X X X X X X X X X X Intégrer les aspects du système d’information logistique à la supervision X Superviser les agents chargés de la gestion contraceptive X X X X X X X X X X Elaborer des bulletins trimestriels de rétro information au niveau national et périphérique X X X X X X X X X X Elaborer un PIC pour la PF X Mettre en œuvre le PIC sur l’ensemble du territoire X X X X X X X X X X Evaluer périodiquement le Plan Intégré de Communication X X Former des formateurs régionaux en counseling PF X Former les prestataires (DBC compris) de tous les niveaux en counseiling PF X X X X X X X X X X Equiper les prestataires formés en supports de CCC/PF X Superviser les prestataires (y compris les DBC) une fois par trimestre X X X X X X X X X X Mener une recherche action sur les raisons de non utilisation des méthodes contraceptives modernes X Diffuser les résultats de la recherche action au niveau national X Identifier les partenaires potentiels dans la mise en œuvre du Plan X 56 ANNEES ACTIVITES 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Organiser une fois par an une rencontre avec les partenaires pour l’adoption du Plan Annuel de Sécurisation des Produits Contraceptifs X X X X X X X X X X Elargir le cadre de concertation des partenaires SR aux autres partenaires de la PF X Organiser une fois par semestre une rencontre de concertation sur la disponibilité des produits contraceptifs X X X X X X X X X X Identifier les prestataires du secteur privé travaillant dans le domaine de la PF X Organiser une fois par an une rencontre d’information et de sensibilisation des prestataires du secteur privé en vue de leur implication X X X X X X X X X X Définir les rôles des différentes structures impliquées dans la mise en œuvre des décisions prise lors des réunions de coordination X Faire le bilan périodique de la mise en œuvre des décisions prises au cours des rencontres de coordination X X X X X X X X X X Créer un organe de suivi et d’évaluation du PSSPC X Elaborer des supports de suivi de la mise en œuvre annuel du PSSPC X Définir les indicateurs de suivi X Etablir un calendrier de suivi X Faire le suivi régulier de la mise en œuvre à tous les niveaux X X X X X X X X X X Organiser les rencontres périodiques de l’organe de suivi X X X X X X X X X X Organiser des réunions périodiques d’informations et d’échanges à tous les niveaux X X X X X X X X X X Effectuer une évaluation interne annuelle du PSSPC X X X X X X X X X X Effectuer une évaluation externe à mi – parcours du PSSPC X Effectuer une évaluation externe à la fin du PSSPC X Diffuer les résultats des différentes évaluations X X 57 XI. BIBLIOGRAPHIE Conseil National de Lutte contre le SIDA et les Infections Sexuellement Transmissibles (2004) Rapport de l’étude sur l’évaluation à mi-parcours du Cadre Stratégique de Lutte contre le VIH/SIDA 2001 – 2005 Conseil National de Lutte contre le SIDA et les Infections Sexuellement Transmissibles (2004) Cadre Stratégique de Lutte contre le VIH/SIDA et les Infections Sexuellement Transmissibles 2006 – 2010 Conseil National de Population (1991) Politique de Population au Burkina Faso Fonds des Nations Unies pour la Population (2001) Sous – Programme Santé de la Reproduction 2001 – 2005 Ministère de l’Economie et des Finances (2000) Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté, Burkina Faso Ministère de l’Economie et des Finances (2004) Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté, Burkina Faso Ministère de l’Economie et des Finances / Institut National de la Statistique et de la Démographie (1993) Première Enquête Démographique et de Santé au Burkina Faso ; Ministère de l’Economie et des Finances / Institut National de la Statistique et de la Démographie (1998-99) Deuxième Enquête Démographique et de Santé au Burkina Faso ; Ministère de l’Economie et du Développement / Institut National de la Statistique et de la Démographie (2003) Troisième Enquête Démographique et de Santé au Burkina Faso ; Ministère de l’Enseignement de Base et de l’Alphabétisation (2005) Rapport Trimestriel de la mise en œuvre du PDDEB 58 Ministère de la Santé (2000) Analyse de la situation sanitaire, Burkina Faso Ministère de la Santé (2000) Document de Politique Sanitaire Nationale, Burkina Faso Ministère de la Santé (2001) Plan National de Développement Sanitaire 2001 – 2010 Ministère de la Santé / Sec rétariat Général / Direction des Etude et de la Planification (2003) Annuaire Statistique du Ministère de la Santé Ministère de la Santé / Secrétariat Général / Direction Générale de la Santé / Direction de la Santé de la Famille (2004) Plan Stratégique pour la Maternité à Moindre Risque au Burkina Faso 2004 – 2008 Ministère de la Santé / Secrétariat Général / Direction Générale de la Santé Publique / Direction de la Santé de la Famille (2005) Analyse situationnelle sur la sécurité des produits contraceptifs au Burkina Faso utilisant l’outil SPARHCS Ministère de la Santé / Secrétariat Général / Direction Générale de la Santé Publique / Direction de la Santé de la Famille (1999) Politique, Normes et Protocoles en Santé de la Reproduction au Burkina Faso Ministère de la Santé / Secrétariat Général / Direction Générale de la Pharmacie, des Laboratoires et du Médicament (1999) Cadre de Politique Pharmaceutique Nationale Ministère de la Santé / Secrétariat Général / Direction Générale de la Santé de la Santé Publique / Direction de la Santé de la Famille (2004) Plan Stratégique de la Santé de la Reproduction au Burkina Faso 1998 – 2008 Ministère de la Santé /Cabinet du Ministre / Inspection Générale des Etablissements et Services de Santé (2000) Règlements Essentiels du Secteur Santé (Arrêtés et Raabo) 59 XII. ANNEXES Tableau de projection des coûts des contraceptifs : Estimation selon la méthode d’« Accroissement sous modèle polynomial de 2006 à 2015» à partir des données de l’EDS III (2003) Méthode de contraception utilisée Pilule DIU Injection Implant Condom Masculin Condom Féminin Année NB CU coût NB CU coût NB CU coût NB CU coût NB CU coût NB CU coût Coût Total 2006 79 952 168 174 615 168 11 993 263 3 148 163 83 950 509 171 006 150 39 976 12 075 482 710 200 163 902 21 3 407 523 50000 198 9 875 000 844 762 203 2007 89 907 176 206 174 732 13 486 276 3 717 079 94 402 535 201 911 718 44 954 12 679 569 960 528 184 310 22 4 023 395 50000 207 10 368 750 996 156 201 2008 100 829 185 242 782 116 15 124 289 4 376 980 105 871 561 237 764 298 50 415 13 313 671 159 140 206 700 23 4 737 766 50000 218 10 887 188 1 171 707 487 2009 112 772 194 285 116 147 16 916 304 5 140 376 118 411 590 279 222 863 56 386 13 978 788 181 657 231 183 24 5 563 887 50000 229 11 431 547 1 374 656 477 2010 125 791 204 333 933 047 18 869 319 6 020 539 132 081 619 327 030 737 62 896 14 677 923 139 559 257 872 25 6 516 522 50000 240 12 003 124 1 608 643 529 2011 139 944 214 390 079 756 20 992 335 7 032 822 146 941 650 382 015 087 69 972 15 411 1 078 345 480 286 885 27 7 612 176 50000 252 12 603 280 1 877 688 602 2012 155 291 225 454 500 866 23 294 352 8 194 249 163 056 682 445 106 163 77 645 16 182 1 256 424 592 318 346 28 8 869 307 50000 265 13 233 444 2 186 328 621 2013 171 895 236 528 251 783 25 784 369 9 523 678 180 490 717 517 331 910 85 948 16 991 1 460 319 916 352 385 29 10 308 536 50000 278 13 895 117 2 539 630 940 2014 189 822 248 612 510 547 28 473 388 11 042 742 199 313 752 599 847 769 94 911 17 840 1 693 238 292 389 135 31 11 952 787 50000 292 14 589 873 2 943 182 009 2015 209 139 261 708 584 018 31 371 407 12 775 013 219 596 790 693 935 564 104 570 18 732 1 958 835 378 428 736 32 13 827 642 50000 306 15 319 366 3 403 276 982 TOTAL 3 936 548 181 70 971 641 3 855 172 259 10 882 314 741 76 819 540 124 206 689 18 946 033 051 60 OUTIL SPARHCS ADAPTE 02/2005 SPARHCS: Strategic Pathway to Reproductive Health Commodity Security Traduction en français (Voie stratégique vers la Sécurité des produits de Santé de la Reproduction) C’est un guide diagnostique qui permet de faire l’évaluation de l’état de la situation de la sécurité des produits dans un pays. Les résultats de l’analyse de la situation permettent de déterminer les forces et faiblesses des systèmes; de fixer les priorités et de développer un plan stratégique de sécurisation. CONTEXTE A. Démographique Catégories - 10 ans - 5 ans Année en cours Projections + 5 ans Projections + 10 ans Population totale Pourcentage population urbaine Pourcentage population rurale Revenu par habitant 61 Catégories - 10 ans - 5 ans Année en cours Projections + 5 ans Projections + 10 ans Taux d’accroissement de la population Nombre de femme en age de procréer Femme en age de procréer : -% alphabétisé -% Non alphabétisé Taux de fécondité (TF) Prévalence du VIH Taux de Mortalité infantile Taux de Mortalité maternelle ISF Autre indicateur de PF - Taux de Prévalence Contraceptive SOURCES : INSD /EDS, CONAPO, DGEP, DEP (annuaire statistique), DOEP, B. Politique · Existe-t-il une politique officielle en matière de population ? 62 · En quoi elle contribue au renforcement de la sécurité des produits de la santé reproductive (SPSR) ? · Comment est elle soutenue par des programmes adaptés et financées ? · Comment les directives et les programmes ont-ils été mis en oeuvre ? · Quelles en ont été /sont les implications pour la sécurité contraceptive ? · Existe-t-il une politique officielle en matière de PF ? · En quoi contribue elle au renforcement de la sécurité des produits de la santé reproductive (SPSR) ? · Comment est elle soutenue par des programmes adaptés et financées ? · Comment les directives et les programmes ont-ils été mis en oeuvre ? · Quelles en ont été /sont les implications pour la sécurité contraceptive ? · La politique de lutte contre le VIH/SIDA est elle directement liée à la politique de population ? · La politique de lutte contre le VIH/SIDA est elle directement liée à la politique de la PF ? · La politique de lutte contre le VIH/SIDA mentionne t’elle explicitement la nécessité de garantir un approvisionnement adapté en préservatif et autres produits de la SR ? · Quelles sont les directives qui influencent la qualité des produits ? · Un contrôle de qualité des produits existe-t-il ? · Est il obligatoire ? · Les produits suivants sont ils sur la liste des médicaments essentiels ? (DGPML) - contraceptifs ? - PTME/IO/IST ? - anténataux ? - soins obstétricaux et néonatals ? - consommables produit essentiels de laboratoire ; Lesquels ? · Existe-t-il des directives facilitant le choix et l’accès aux produits : - contraceptifs ? - PTME/IO/IST ? - anténataux ? - soins obstétricaux et néonatals ? 63 - consommables, produits essentiels de laboratoire. DSF (Politiques Normes et Protocoles) · Existe-t-il des restrictions limitant le choix et l’accès aux produits : DSF (Politiques Normes et Protocoles) - contraceptifs ? - PTME/IO/IST ? - anténataux ? - soins obstétricaux et néonatals ? - consommables, produits essentiels de laboratoire. DSF (Politiques Normes et Protocoles) · Quelles réglementations affectent le secteur privé ? (DGPML, syndicat des pharmaciens, responsables d’officines privées, DG Douane, DG Impôts, IGSS) - Y a-t-il un contrôle des prix ? - Y a-t-il des limitations dans la distribution ? - Y a-t-il des taxes et contributions/impôts qui affectent le secteur privé (taxes d’importation, TVA, exonérations) ? · Existe-t-il d’autres contraintes opérationnelles ou réglementations qui affectent positivement ou négativement le secteur privé ? · Existe-t-il une interdiction ou restriction sur la publicité des marques ? · Quelles directives opérationnelles affectent le fonctionnement des services de SR ? (DSF) · Existe-t-il des restrictions sur les demandes de licences ou des réglementations pour la dispensation des produits de la SR ? · Existe-t-il des restrictions ou contraintes concernant la qualification des personnes habilitées à dispenser les prestations de SR ? · Existe-t-il des directives et réglementations concernant le système d’information pour la gestion ? (SIG) · Les directives autorisent elles les prestataires de services de fournir des produits SR ? (DSF) · Est-ce que les manuels de procédures des prestataires, les protocoles, les normes, les procédures et normes d’assurance qualité définies incluent des 64 principes logistiques simples en ce qui concerne les commandes, le suivi, le stockage, la manutention etc… des produits SR ? · Quelles sont les formations requises pour les prestataires (avant et pendant leur activité) spécifiques à chaque prestation SR ? · Les directives et réglementations assurent elles une répartition équitable et transparente des fonds alloués à la santé ? (DAF) · Existe-t-il des réglementations concernant le budget (procédures pour définir le financement annuel, niveau et répartition, flexibilité, gestion financière) ? · Existe-t-il des directives qui restreignent ou régulent la tarification des actes (niveau, exonérations). · Existe-t-il des directives qui restreignent les prix des produits de la SR ? · Existe-t-il des directives pour la gestion financière (procédures de récolte des fonds générés par la participation des usagers, gestion des fonds, facilités de payement, achats locaux) ? C. Secteur santé · Dans le secteur publique, les services de santé reproductive (SR) sont ils financés par les fonds PPTE ? (DAF santé, STC/PDES) · Quel est l’impact de la réforme du secteur santé sur la SPSR (décentralisation, intégration, financement, implication du secteur privé) ? CADSS, · Les décisions concernant la sélection, les prévisions, le financement, les achats sont elles prises au niveau central ou local ? (DSF, CADSS, DAF) · Quel est le rôle du secteur privé dans les prestations de services de santé, dans l’approvisionnement en contraceptif ? (DGHSP) · Quelle est la part de marché pour chaque secteur en matière de PF ? Quelle est la répartition entre le secteur public et privé pour l’offre de services de PF ? · En quoi la stimulation de la demande affecterait cette répartition ? CLIENTS 65 A. Utilisateurs de contraceptifs Catégories - 10 ans - 5 ans Année en cours Projections + 5 ans Projection s + 10 ans TPC toutes méthodes Annuaire stat DEP 1994 et 2003 Annuaire stat DEP 1994 et 2003 DEP 2003 DSF 2004 EDS 2003 Plan stratégique Plan stratégique TPC méthodes modernes idem Pilule DIU Injectables Méthodes vaginales Préservatif Stérilisation. féminine ZONE GEOGRAPHIQ UE 13 REGIONS A partir de – 5ans 66 Catégories - 10 ans - 5 ans Année en cours Projections + 5 ans Projection s + 10 ans RESIDENCE Urbain EDS 98-99 EDS 2003 DSF Rural EDS 98-99 EDS 2003 DSF · Quelle est la répartition actuelle des utilisateurs de contraceptifs ? EDS 2003 · Par niveau de vie ou revenus (pertinent mais non disponible) · Par lieu de résidence rural/urbain (se référer au tableau) · Par niveau d’éducation · Par répartition géographique (se référer au tableau) · Par méthode (se référer au tableau) · Quelle participation des utilisateurs pour les produits SR ? En fonction du niveau de vie, urbain/rural, méthode, (source. Revue doc. et interview des prestataires) · Quel est le tarif appliqué dans le secteur public par visite ? · Quel est le tarif appliqué dans le secteur privé par visite ? · Quelle est la capacité/volonté à payer dans le secteur public ? · Quel est la capacité/volonté à payer dans le secteur privé ? · Quel est le profil actuel des clients du secteur publique et privé ? (EDS et focus) · Quel est leur âge ? · Parité/sexe ratio ? · Quels sont leurs revenus, niveau de vie ? · Ont-ils accès au secteur privé (ratio urbain/rural) ? · Quelles sont leurs intentions en SR (espacement, limitation des naissances) ? · Quelles méthodes préfèrent ils ? · Quel est leur niveau d’éducation ? 67 B. Non utilisateurs de produits SR Catégories - 10 ans - 5 ans Année en cours Projections + 5 ans Projections + 10 ans Besoins non satisfaits EDS EDS --pour l’espacement --pour la limitation A Enlever % naissances non désirées AGE EDS <15 15-19 20-49 RESIDENCE Urbain Rural ZONE GEOGRAPH IC 68 Catégories - 10 ans - 5 ans Année en cours Projections + 5 ans Projections + 10 ans 13 Régions EDUCATION Non Instruit Niveau primaire Niveau Secondaire et plus · Quelle est la répartition des non utilisateurs ? · Par Niveau de vie ou revenus (non disponible) · Par lieu de résidence rural/urbain (se référer au tableau) · Par répartition géographique (se référer au tableau) · Par age (se référer au tableau) · Par niveau d’éducation (se référer au tableau). · Quelles sont les intentions pour les besoins non satisfaits ? · Quel est le pourcentage de non utilisateurs qui souhaitent espacer ou limiter les naissances ? · Quel est le pourcentage de ceux qui ont l’intention d’utiliser des produits SR ? · Quel est le pourcentage d’utilisateurs de méthodes traditionnelles ? C. Offre de services 69 · Est ce que tous les clients qui veulent ou ont besoin de (produits SR) y ont accès ? (Source = prestataires) · Si non, où et quels sont les principaux problèmes rencontrés (secteur, niveau, zone géographique etc…) · Avec quelle fréquence les clients sont non satisfaits ou doivent se diriger vers d’autres centres de prestations parce que les services de base (définis par les normes et les standards) ou les produits ne sont pas disponibles ? (interview client et prestataires, rapports) · Dans quelles mesures, l’accès et la disponibilité affectent l’utilisation des services de PF ? EDS, étude UNFPA dans la zone convergence · Quel est le taux d’abandon ? Quels sont les motifs d’abandon de l’utilisation de produits SR (manque de satisfaction, difficultés d’accès ou manque de produits) ? · Dans quelle mesure, la satisfaction du client et un choix informé ont une influence sur l’utilisation des services et des produits ? D. Extension du marché · Comment les activités en cours pour augmenter l’utilisation des services ont une incidence sur la sécurité contraceptive ? · Quels sont les intervenants en matière de SR ? (contact et entretien) · Quelles sont les activités « clef » prévues par intervenant ? · Quel est l’impact attendu de leurs activités ? · Quels sont les résultats obtenus jusqu’à présent ? · Comment les activités planifiées/futures pour augmenter l’utilisation des services pourraient avoir /auront une incidence sur la sécurité contraceptive ? · Quelles sont les activités prévues pour chaque intervenant ? · Quel est l’impact attendu des activités qu’ils ont proposé et est -ce réaliste 70 PRODUITS DE SANTE DE LA REPRODUCTION A.PRODUITSPTME/IO/IST/IST · Quelle est la situation de la PTME ? - dans le secteur pulic - dans le secteur privé lucratif et non lucratif · Nombre de sites fonctionnels · Nombre de femmes actuellement bénéficiaires par secteur et niveau/urbain et rural · Nombre d’enfants nés de mère VIH+ actuellement suivis par secteur et niveau/urbain et rural · Projection des besoins dans 5ans (femmes et enfants) Source : DSF, DRS, AUTRES STRUCTURES B.PRODUITS ANTENATAUX (Prendre en compte les changements en cours (chloroquine) · Couverture en CPN1 ET CPN3 (-5 ans et actuelle) : EDS, DEP, RAPPORTS Par région ; Urbain/rural ; Niveau d’instruction ; Niveau socio-économique · Répartition des femmes enceintes VAT1 et VAT2 (région sanitaire, géographie= urbain et rural, niveau socio -économique) C.PRODUITS DE SOINS OBSTETRICAUX ET NEONATALS (ANNUAIRE DEP) · Répartition des accouchements normaux par régions/géographie/niveau socio- économique, secteur public et privé · Besoins non couverts en SONU · Pourcentage de prestataires formés en SONU · Pourcentage de presta taires formés en SAA · Répartition des équipes fonctionnelles par région sanitaire (SONU, SAA) 71 C. CONTRACEPTIFS 1. Sources Sources des contraceptifs - 10 ans - 5 ans Année en cours Projections + 5 ans Projectio ns + 10 ans % DONNES % ACHETES -- à travers les fonds du gvt. -- à travers des emprunts VENTES --publiques --ONG -- marketing social -- secteur commercial --autres 2. PRESTATIONS DE SERVICE · Quelles méthodes offre chaque source de prestations (publique, commercial, marketing social, ONG)? · Est-ce que la gamme de méthodes dans le secteur privé est fortement orienté vers le réapprovisionnement? · Quelles sont les implications/effets de l’actuelle « association de méthode » « méthode mix » sur la sécurité contraceptive ? · Y a-t-il eu des ruptures de stocks de produits de PF pendant la dernière année ? Si oui, quels produits, dans quel secteur et à quel niveau ? · Les prestataires de service pensent ils avoir les produits SR nécessaires pour effectuer leur travail ? 72 · Y a-t-il eu des quantités significatives de produits produits SR expirés au cours de la dernière année (dans tous les secteurs, à tous les niveaux) ? FINANCEMENT A. Sources de financement pour les produits SR Sources de financement pour les produits SR - 5 ans Année en cours Projections + 5 ans Projections + 10 ans Sources * d’information MS (à l’exclusion des financements à travers les bailleurs tels que la Banque Mondiale) DAF Santé BUDGET MS (financements à travers les bailleurs tels que la Banque Mondiale à l’exclusion des donateurs) DAF Santé BUDGET 73 Sources de financement pour les produits SR - 5 ans Année en cours Projections + 5 ans Projections + 10 ans Sources * d’information UNFPA UNFPA USAID DSF KFW PROMACO/ KFW/ CAMEG UNICEF COOPER ITALIENNE PAYS BAS Cooper Belge Cooper Belge* COOP DANOISE COOP DANOISE SUEDE SUEDE BAD BAD BID BID UE PLAN PLAN 74 Sources de financement pour les produits SR - 5 ans Année en cours Projections + 5 ans Projections + 10 ans Sources * d’information Autre donateur: ______ DSF Autre donateur: ______ DGCOOP/D SF Secteur commercial à but lucratif CAMEG Grossistes pharmaceutiques prives) CAMEG Grossistes pharmaceuti ques prives) ONG (financements indépendants des donateurs) PSI, MSF, PROMACO, PSF DGCOOP BSONG PSI, MSF, PROMACO, PSF etc Autres financements internationaux Sources: JAPON, CHINE___________ __ JAPON, CHINE TOTAL: B. Financement par le gouvernement · Quel est le montant actuel de financement disponible pour l’achat des médicaments? 75 Sources d’information (SI) : DAF/MS ; DGPML ; CAMEG · Quel est le montant alloue aux produits SR ? Sources d’information (SI) : DAF/MS ; DGPML ; CAMEG ; DSF ; DPV · Quelles sont les dépenses en SR ? TYPE DE PRODUITS QUANTITE MONTANT CONTRACEPTIFS Condom masculin Condom féminin Pilule combinée orale Loféménal pilule orale à seul progestatif Ovrette Dépo-provéra DIU Cooper T Implant Spermicides (néosampoon, pharmatex) PRODUITS /PTME/IO/IST Test VIH rapide Nevirapine sirop Nevirapine comprimés Zidovudine comprimés Zidovudine sirop PRODUITS ANTENATAUX Chloroquine Sulfadoxine+ prymethamine (fansidar) Fer (sulfate de fer 200mg) + acide folique vaccin antitétanique PRODUITS DE SOINS OBSTETRICAUX ET NEONATALS Oxytocin Ergométrine Maléate injectable Sulfate de magnésium injectable Kits SONU et accouchement stéthoscope obstétrical 76 AUTRES PRODUITS ET CONSOMMABLES ESSENTIELS Gants d’examen (latex) seringues avec aiguille Kit AMIU Kit d’insertion/ retrait Norplant Kit d’insertion/ retrait DIU Formaldéhyde · Quelle est la place de la SR/PF/contraceptifs dans la santé (dans les dépenses de santé) ? SI : DSF/ DAF/ BM · Le pourcentage destiné à la SR dans le budget national global de santé. SI : DSF/ DAF/MS/DEP · Le pourcentage destiné à la PF dans le budget national de SR SI : DSF/ DAF/ · Le pourcentage destiné aux contraceptifs dans le budget national de PF S I : DSF/ DAF/ · Quelles sont les sources de financement pour: TYPE DE PRODUITS SOURCES DE FINANCEMENT ü Contraceptifs ? ü PTME/IO/IST? ü Produits Anténataux ? ü Produits de Soins Obstétricaux et Néonatals ? ü Consommables et produits de labo ? ü Vaccins · Quel est le montant total de dépenses de SR par sources et selon les types de produits ? SI : DAF/MS/DEP/Partenaires · Quels sont les mécanismes de décaissement, le circuit de la dépense ? (DAF/DBC Direction Budget et Compte) 77 · Quel est le pourcentage des fonds destines aux secteurs sociaux de base (éducation, Santé) ? DAF/SANTEDG budget (DBC) C. Financement par les ménages · Quel pourcentage de leurs revenus les ménages consacrent-ils a la santé ? INSD - Par origine rurale et urbaine ? INSD - Par méthode contraceptive ? INSD Par source de revenu? INSD SI : EDSIII · Quel est le pourcentage de dépenses en services de SR à débourser par rapport au revenu par capita ? - Par niveau de vie ou revenu ? - Par origine rurale et urbaine ? - Par méthode ? - Par source de revenu ? - Par zone géographique? D. Mécanismes alternatifs de financement · Quelles sont les principales tierces parties impliquées dans le financement des produits SR? Qui couvrent elles? Combien dépensent elles? SI : DEP /SANTE et DSF, CNSS, ASSURANCES, STEP/BIT, BANQUES, SOCIETES ( SONABEL, ONATEL, OST, SONABHY, SOFITEX etc · Quelles sont les prestations et produits couverts par les tierces parties ? lister les services et produits ( PF, PTME/VIH ? Anténataux ?SONU ?Consommables et labo ?Vaccins ?) SI : DEP /SANTE et DSF, CNSS, ASSURANCES, STEP/BIT, BANQUES, SOCIETES (SONABEL, ONATEL, OST, SONABHY, SOFITEX etc 78 · Quels sont les mécanismes alternatifs de financement disponibles pour mobiliser des ressources ? (SI : DGPML, CAMEG, DEP, DSF, DAF, DGS, Direction du Budget Compte) PAR EXEMPLE : Y a-t-il un système de recouvrement des coûts en place –dans le secteur publique, marketing social, secteur commercial - ? Comment fonctionnement ces systèmes et comment les fonds sont utilisés ? E. Financements actuels et futurs · Le mode de financement actuel est il adapté? DSF, DAF , CAMEG · Quel est le déficit actuel dans le financement ? · Quel est le degré actuel de dépendance des organisations de marketing social, des ONG et autre, des subventions du gouvernement et des donateurs ? · Quels sont les changements significatifs attendus dans le mécanisme de financement – source et type ? ( tous les acteurs) · Quelles sont les sources de financement attendues et quel montant est prévu pour chacun d’elle ? ( DSF) · Quelles sont les dépenses prévues pour les activités, en renforcement de capacités ? TYPE DE PRODUITS DEPENSES PREVUES Contraceptifs/ PTME/VIH ? Produits Anténataux ? Produits de soins obstétricaux et néonatals Consommables et labo ? Vaccins ?)? · Quel est le déficit attendu ? S I : DSF , DPV COORDINATION 79 · Quels sont les différents partenaires qui interviennent pour la gestion des programmes SR : (DSF, DEP, DAF) - donateurs ? - gouvernement ? - prestataires de services ? - ONG ? - agences de coopération ? - secteur commercial, autres secteurs ? · Qui doit en assurer la coordination ? · Quels sont les mécanismes formels et informels de coordination fonctionnant entre les partenaires ? (SG, DSF) - Parmi les donateurs - Au sein du gouvernement - Entre les donateurs et le gouvernement - Parmi les prestataires de services des différents secteurs - Entre le gouvernement et les prestataires de service - Entre le gouvernement et les organisations de la société civile - Entre les agences de coopération · Quel est l’impact de la coordination ? · Existe-t-il une volonté de coordination entre les ministères du gouvernement et les organisations partenaires ? · Quels sont les canaux d’information ? · Quelles sont les activités de coordination existantes, telles que la collaboration dans le financement ou la dispensation de produits et services ? · Les partenaires sont ils impliqués dans l’élaboration des politiques ? Lesquels ? Dans quelle mesure ? · Existait-il des outils de suivi des produits de la SR ? · Existe-t-il une stratégie commune de SPSR ? · Si oui, est elle incluse dans une stratégie plus large ou est ce une stratégie à part entière ? · Qui a été impliqué dans son élaboration ? 80 · Si non, les partenaires ont-ils la capacité de développer une stratégie de SPSR ? · Ont-ils les capacités d’effectuer le suivi des progrès en SPSR ? De procéder à des réajustements? ENGAGEMENT · Quel est l’engagement politique en matière de sécurité des produits de la SR ? · Qui sont les chefs de file : Décideurs formels et informels ? A quel niveau ? - prés identiel ? - directeur de cabinet ? - Ministère de la santé ? - Ministère des finances ? - local ? · Comment les décideurs suscitent, supportent ou freinent les efforts pour parvenir à la SPSR ? · Les décideurs sont ils engagés ou opposés à l’utilisation des fonds du gouvernement pour soutenir la SPSR ? · Y a-t-il une ligne budgétaire pour les contraceptifs ? · Les fonds gouvernementaux pour les contraceptifs et services annexes subissent ils des baisses et hausses permanentes ? · Existe-t-il des leaders de la SPSR au sein de la structure des décideurs ? · Existe-t-il des organisations de la société civile mobilisées autour de la santé reproductive et de la sécurité contraceptive ? · Existe-t-il une volonté/capacité de favoriser/encourager la coordination parmi les partenaires ? · Le Ministère de la santé communique t’il avec les partenaires : - les donateurs ? - agence d’exécution ? 81 - agences de coordination ? - les ONG ? - le secteur privé ? - les autres ministères ? - le publique en général ? · Le Ministère de la santé coordonne t’il ses ac tions avec les partenaires : - les donateurs ? - agence d’exécution ? - agences de coordination ? - les ONG, le secteur privé ? - les autres ministères ? · Si la stratégie de SPSR est élaborée sera –t-elle soutenue par le Ministère de la santé et ses partenaires ? · En ce qui concerne les produits de PF, comment les décisions sont elles prises et qui est impliqué? · De quelles données contraceptives/produits, financières les décideurs “clefs” disposent ils ? · Comment les utilisent ils ? · En ce qui concerne les produits VIH/SIDA, comment les décisions sont elles prises et qui est impliqué ?

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.