Mauritanie - Demographic and Health Survey - 2001

Publication date: 2001

2000-01Enquête Démographique et de Santé M a u r it a n ie 2 0 0 0 -0 1 E n q u ête D ém o grap h iq u e et d e San té Mauritanie Les personnes suivantes ont participé à l’analyse des données de l’EDSM et à la rédaction de ce rapport : Ahmed Ould Isselmou Bernard Barrère Mohamed Lemine Salem Ould Moujtaba El Arbi Housni Mohamed Aly Ould Ekeibed Monique Barrère Gora Mboup Ce rapport a été publié grâce à la contribution financière du FNUAP-Mauritanie. Ce rapport présente les résultats de l’Enquête Démographique et de Santé (EDSM 2000) réalisée en Mauritanie d’août 2000 à avril 2001 par l’Office National de la Statistique (ONS). L’EDSM entre dans le cadre du Projet d’Appui au Secteur de la Santé (PASS) (financement crédit IDA). L’enquête a égalem ent bénéficié de la contribution financière du FNUAP et de l’appui logistique de l’UNICEF. Elle a bénéficié de l’assistance technique du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys - DH S) de ORC Macro, dont l'objectif est de collecter, analyser et diffuser des données démographiques portant, en particulier, su r la fécondité, la planification fam iliale et la mortalité, et des données sur la santé de la mère et de l'enfant. Pour tous renseignements concernant l’EDSM, contacter l’ONS à l’adresse su ivante : BP 240, Nouakchott, Mauritanie (Téléphone (222) 525-30-70; 525-28-80; Fax (222) 525-51-70; Internet : www.ons.mr; e-m ail : dsds@ons.m r). Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent être obtenus auprès de ORC Macro, 11785 Beltsville Drive, Calverton, MD 20705, USA (Téléphone 301-572-0200; Fax 301-572-0999; e-mail : reports@macroint.com; internet : http://www.measuredhs.com). Citation recommandé : Office National de la Statistique (ONS) [Mauritanie] et ORC Macro. 2001. Enquête Démographique et de Santé Mauritanie 2000-2001. Calverton, Maryland, USA : ONS et ORC Macro. République Islamique de Mauritanie Honneur - Fraternité - Justice ----------- Ministère des Affaires Économiques et du Développement Ministère de la Santé et des Affaires Sociales Enquête Démographique et de Santé Mauritanie 2000-2001 Office National de la Statistique Nouakchott, Mauritanie ORC Macro Calverton, Maryland USA Décembre 2001 Office National de la Statistique ORC Macro Table des matières * iii TABLE DES MATIÈRES Page Liste des tableaux et des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ix Preface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix Sigles et abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxi Résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxiii Carte de Mauritanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxviii CHAPITRE 1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU PAYS ET MÉTHOLODOGIE DE L’ENQUÊTE Ahmed Ould Isselmou 1.1 CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DU PAYS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Géographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.3 Situation économique et sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.4 Situation démographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.5 Situation Sanitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.1.6 Politique de population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.2 MÉTHODOLOGIE DE L'ENQUÊTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.2.2 Questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2.3 Échantillonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1.2.4 Personnel et calendrier des activités de l’EDSM . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.2.5 Collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 1.2.6 Exploitation des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 CHAPITRE 2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES ENQUÊTÉS Monique Barrère 2.1 ENQUÊTE MÉNAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.1.1 Structure par sexe et âge de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.1.2 Taille et composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 2.1.3 Niveau d’instruction de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 2.1.4 Caractéristiques des logements et des biens possédés par les ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 2.1.5 Biens possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 iv * Table des matières Page 2.2 ENQUÊTE INDIVIDUELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 2.2.1 Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés . . . . . . . . . . . 22 2.2.2 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 2.2.3 Expositioon aux médias . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 2.3 ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 CHAPITRE 3 FÉCONDITÉ Ahmed Ould Isselmou 3.1 NIVEAU DE LA FÉCONDITÉ ET FÉCONDITÉ DIFFÉRENTIELLE . . . . . . . . . . . 36 3.2 TENDANCES DE LA FÉCONDITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 3.3 PARITÉ ET STÉRILITÉ PRIMAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 3.4 PARITÉ DES HOMMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 3.5 GROSSESSES IMPRODUCTIVES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 3.6 INTERVALLE INTERGÉNÉSIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 3.7 ÂGE À LA PREMIÈRE NAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 3.8 FÉCONDITÉ DES ADOLESCENTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE Mohamed Aly Ould Ekeibed 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 4.2 UTILISATION DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 4.2.1 Utilisation passée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 4.2.2 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 4.2.3 Décision de l’utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 4.3 CONNAISSANCE DE LA PÉRIODE FÉCONDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 4.4 UTILISATION FUTURE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 4.5 SOURCES D'INFORMATION SUR LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . 64 4.6 OPINIONS ET ATTITUDES VIS-À-VIS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE . . 65 CHAPITRE 5 NUPTIALITÉ ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Mohamed Lemine Salem Ould Moujtaba 5.1 ÉTAT MATRIMONIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 5.2 CHOIX DU MARI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 5.3 CONSANGUINITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 5.4 POLYGAMIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 5.5 MOBILITÉ CONJUGALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Table des matières * v Page 5.5.1 Nombre de mariages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 5.5.2 Durée du mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 5.5.3 Durée écoulée entre le premier mariage et le remariage . . . . . . . . . 80 5.5.4 Raison du divorce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 5.6 ÂGE AU PREMIER MARIAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 5.7 EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 CHAPITRE 6 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ El Arbi Housni 6.1 DÉSIR D’AVOIR DES ENFANTS (SUPPLÉMENTAIRES) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 6.2 BESOINS EN MATIÈRE DE PLANIFICATION FAMILIALE . . . . . . . . . . . . . . . . 95 6.3 NOMBRE TOTAL D’ENFANTS DÉSIRÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 6.4 PLANIFICATION DE LA FÉCONDITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 CHAPITRE 7 SANTÉ DE LA MÈRE ET DE L’ENFANT Monique Barrère et Bernard Barrère 7.1 SOINS PRÉNATALS ET ACCOUCHEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 7.1.2 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 7.2 SOINS POST-NATALS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 7.3 DÉCLARATION DES NAISSANCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 7.4 VACCINATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 7.5 VITAMINE A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 7.6 MALADIES DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 7.6.1 Infections respiratoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 7.6.2 Fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 7.6.3 Diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 CHAPITRE 8 ALLAITEMENT ET ÉTAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS ET DES FEMMES Mohamed Lemine Salem Ould Moujtaba 8.1 ALLAITEMENT ET ALIMENTATION DE COMPLÉMENT . . . . . . . . . . . . . . . 133 8.2 ÉTAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 8.2.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 8.2.2 Résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 8.3 ÉTAT NUTRITIONNEL DES FEMMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 vi * Table des matières Page CHAPITRE 9 MORTALITÉ DES ENFANTS ET MORTALITÉ MATERNELLE Bernard Barrère et Gora Mboup 9.1 MORTALITÉ DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 9.1.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 9.1.2 Résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 9.2 MORTALITÉ MATERNELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 9.2.1 Collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 9.2.2 Évaluation de la qualité des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 9.2.3 Estimation de la mortalité adulte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 9.2.4 Estimation directe de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . 160 CHAPITRE 10 EXCISION Monique Barrère et Bernard Barrère 10.1 CONNAISSANCE ET PRATIQUE DE L'EXCISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 10.2 PRATIQUE DE L’EXCISION CHEZ LES FEMMES ENQUÊTÉES . . . . . . . . . . . 165 10.3 PRATIQUE DE L’EXCISION CHEZ LES FILLES DES FEMMES ENQUÊTÉES . 167 10.4 OPINIONS ET CROYANCES VIS-À-VIS DE L’EXCISION . . . . . . . . . . . . . . . . 172 CHAPITRE 11 GAVAGE Bernard Barrère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 11.1 CONNAISSANCE ET PRATIQUE DU GAVAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 11.2 PRATIQUE DU GAVAGE CHEZ LES FEMMES ENQUÊTÉES . . . . . . . . . . . . . 187 11.3 PRATIQUE DU GAVAGE CHEZ LES FILLES DES FEMMES ENQUÊTÉES . . . 192 11.4 OPINIONS ET ATTITUDES VIS-À-VIS DU GAVAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199 CHAPITRE 12 INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES ET SIDA El Arbi Housni 12.1 CONNAISSANCE ET PRÉVENTION DU SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210 12.2 COMPORTEMENT POUR ÉVITER DE CONTRACTER LE SIDA . . . . . . . . . . . 220 12.3 ASPECT SOCIAL DE LA PRÉVENTION DU VIH/SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . 222 12.4 APPROBATION DES DISCUSSIONS SUR LE VIH/SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . 225 12.5 TEST DU VIH/SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227 12.6 INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) . . . . . . . . . . . . . . . 229 12.7 NOMBRE DE PARTENAIRES SEXUELLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234 12.8 CONNAISSANCE ET UTILISATION DU CONDOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235 Table des matières * vii Page CHAPITRE 13 DISPONIBILITÉ DES SERVICES COMMUNAUTAIRES El Arbi Housni 13.1 CARACTÉRISTIQUES DES COMMUNAUTÉS RURALES . . . . . . . . . . . . . . . . 240 13.2 ACCÈS AUX SERVICES SOCIO-ÉCONOMIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240 13.3 ACCÈS AUX FORMATIONS SANITAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243 13.4 PRINCIPAUX PROBLÈMES POUR SE SOIGNER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 248 RÉFÉRENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253 ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255 A.2 CARACTÉRISTIQUES DE L’ÉCHANTILLON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255 A.3 RÉPARTITION DE L’ÉCHANTILLON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255 A.4 SEGMENTATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257 A.5 PROBABILITÉS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 258 A.6 RÉSULTAT DES ENQUÊTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 258 ANNEXE B ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261 ANNEXE C TABLEAU POUR L’ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES . . . . 269 ANNEXE D LISTE DES PARTICIPANTS À L’EDSM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273 ANNEXE E QUESTIONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 277 Liste des tableaux et des graphiques * ix LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES Page CHAPITRE 1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU PAYS ET MÉTHOLODOGIE DE L’ENQUÊTE Tableau 1.1 Taille et couverture de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 CHAPITRE 2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES ENQUÊTÉS Tableau 2.1 Population des ménages par âge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Tableau 2.2 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Tableau 2.3 Enfants orphelins et résidence des enfants avec les parents . . . . . . . . . . . . 14 Tableau 2.4.1 Niveau d'instruction de la population des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Tableau 2.4.2 Niveau d'instruction de la population des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Tableau 2.5 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Tableau 2.6 Enseignement pré-scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Tableau 2.7 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Tableau 2.8 Consommation de sel iodé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Tableau 2.9 Biens possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Tableau 2.10 Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Tableau 2.11 Niveau d'instruction des femmes et des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . 25 Tableau 2.12 Fréquentation scolaire et raisons de l'abandon de l'école . . . . . . . . . . . . . . 26 Tableau 2.13 Alphabétisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Tableau 2.14 Caractéristiques différentielles des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Tableau 2.15 Exposition aux médias . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Tableau 2.16 Travail des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Tableau 2.17 Employeur et formes de revenus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Tableau 2.18 Occupation des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Tableau 2.19 Occupation des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Graphique 2.2 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 CHAPITRE 3 FÉCONDITÉ Tableau 3.1 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Tableau 3.2 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Tableau 3.3 Tendances de la fécondité par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Tableau 3.4 Enfants nés vivants et enfants survivants des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Tableau 3.5 Enfants nés vivants et enfants survivants des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Tableau 3.6 Grossesses improductives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Tableau 3.7 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Tableau 3.8 Âge à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 x * Liste des tableaux et des graphiques Page Tableau 3.9 Âge médian à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Tableau 3.10 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Graphique 3.1 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence . . . . . . . . 37 Graphique 3.2 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . 39 Graphique 3.3 Tendance de la fécondité par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Graphique 3.4 Proportion d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . 50 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Tableau 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Tableau 4.3 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . 56 Tableau 4.4 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Tableau 4.5 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Tableau 4.6 Décision de l’utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Tableau 4.7 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Tableau 4.8 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Tableau 4.9 Raison de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Tableau 4.10 Messages sur la planification familiale diffusés à la radio et à la télévision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Tableau 4.11 Discussion de la planification familiale avec le conjoint . . . . . . . . . . . . . . . 65 Tableau 4.12 Opinion des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Graphique 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives par l'ensemble des femmes et des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Graphique 4.2 Prévalence de la contraception (Femmes et hommes mariés) . . . . . . . . . . . 57 Graphique 4.3 Utilisation actuelle de la contraception moderne par les femmes et les hommes mariés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Graphique 4.4 Intention d'utiliser la contraception par les femmes et les hommes mariés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 CHAPITRE 5 NUPTIALITÉ ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Tableau 5.1 État matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Tableau 5.2 Choix du mari . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Tableau 5.3 Consanguinité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Tableau 5.4 Nombre d'épouses et de co-épouses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Tableau 5.4 Nombre d'épouses et de co-épouses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Tableau 5.5 Nombre de mariages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Tableau 5.6 Durée du mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Tableau 5.7 Durée écoulée entre le (premier) veuvage ou divorce et le remariage . . . . . 81 Tableau 5.9 Âge au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Liste des tableaux et des graphiques * xi Page Tableau 5.10 Âge médian au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 Tableau 5.11 Aménorrhée, abstinence et insusceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . 86 Tableau 5.12 Durée médiane de l'insusceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Graphique 5.1 Proportion de femmes et d'hommes célibataires selon l'âge . . . . . . . . . . . . 68 Graphique 5.2 Choix du mari selon les groupes ethniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Graphique 5.3 Consanguinité selon les groupes ethniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Graphique 5.4 Proportion de femmes et d'hommes mariées en union polygame selon le groupe ethnique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Graphique 5.5 Proportion de femmes qui ont contracté plusieurs mariages selon le groupe ethnique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 CHAPITRE 6 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ Tableau 6.1 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . 90 Tableau 6.2 Préférences en matière de fécondité selon l'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Tableau 6.3 Préférences des couples monogames en matière de fécondité . . . . . . . . . . . 93 Tableau 6.4 Désir de limiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Tableau 6.5 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Tableau 6.6 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Tableau 6.7 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiques . . . . . 100 Tableau 6.8 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 Tableau 6.9 Taux de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Graphique 6.1 Désir d'enfants (supplémentaires) des femmes et des hommes mariés . . . . 91 Graphique 6.2 Proportion de femmes et d'hommes mariés ne voulant plus d'enfants, selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 CHAPITRE 7 SANTÉ DE LA MÈRE ET DE L’ENFANT Tableau 7.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Tableau 7.2 Nombre de visites prénatales et stade de la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Tableau 7.3 Examens au cours des visites prénatales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Tableau 7.4 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Tableau 7.5 Traitements au cours de la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Tableau 7.6 Lieu de l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Tableau 7.7 Assistance lors de l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Tableau 7.8 Satisfaction de l'assistance à l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Tableau 7.9 Caractéristiques de l'accouchement : prématurité, césarienne, poids et grosseur à la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Tableau 7.10 Soins post-natals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 Tableau 7.11 Personne consultée pour les soins post-natals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Tableau 7.12 Déclaration des naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 Tableau 7.13 Raisons de non déclaration des enfants à l’état civil . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Tableau 7.14 Vaccinations selon les sources d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 xii * Liste des tableaux et des graphiques Page Tableau 7.15 Vaccinations selon les caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . 121 Tableau 7.16 Vitamine A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Tableau 7.17 Prévalence et traitement des infections respiratoires aiguës (IRA) . . . . . . 124 Tableau 7.18 Prévalence et traitement de la fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Tableau 7.19 Prévalence de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Tableau 7.20 Connaissance du traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Tableau 7.21 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 Graphique 7.1 Accouchement en établissement sanitaire et assistance à l'accouchement par du personnel formé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Graphique 7.2 Vaccinations des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin et la source d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Graphique 7.3 Pourcentage d'enfants de 12-23 mois complètement vaccinés . . . . . . . . . . 122 Graphique 7.4 Prévalence des IRA, de la fièvre et de la diarrhée selon l'âge . . . . . . . . . . 125 Graphique 7.5 Quantité de liquides et d'aliments donnés aux enfants de moins de cinq ans pendant la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 CHAPITRE 8 ALLAITEMENT ET ÉTAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS ET DES FEMMES Tableau 8.1 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Tableau 8.2 Type d'allaitement selon l'âge de l'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Tableau 8.3 Durée médiane et fréquence de l'allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Tableau 8.4 Type d'aliments selon l'âge de l'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Tableau 8.5 État nutritionnel des enfants par caractéristiques socio-démographiques . 142 Tableau 8.6 Indicateurs anthropométriques de l'état nutritionnel des femmes . . . . . . . 147 Tableau 8.7 Indicateurs anthropométriques des femmes par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Graphique 8.1 Pratique d'allaitement des enfants de moins de trois ans . . . . . . . . . . . . . 137 Graphique 8.2 État nutritionnel des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 Graphique 8.3 Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans présentant un retard de croissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 CHAPITRE 9 MORTALITÉ DES ENFANTS ET MORTALITÉ MATERNELLE Tableau 9.1 Enfants nés vivants et enfants survivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Tableau 9.2 Mortalité des enfants de mois de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 Tableau 9.3 Complétude de l'information sur les frères et soeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 Tableau 9.4 Indicateurs de la qualité des données sur les frères et soeurs . . . . . . . . . . 158 Tableau 9.5 Estimation de la mortalité adulte par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Graphique 9.1 Tendances de la mortalité des enfants ENMF 1981, MMCHS 1990-91 et EDSM 2000-01 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Graphique 9.2 Mortalité maternelle en Mauritanie et dans d'autres pays africains, EDS 1991-2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 Liste des tableaux et des graphiques * xiii Page CHAPITRE 10 EXCISION Tableau 10.1 Connaissance et pratique de l'excision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 Tableau 10.2 Âge des enquêtées à l’excision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Tableau 10.3 Personne qui a procédé à l’excision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Tableau 10.4 Pratique de l’excision parmi les filles des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . 167 Tableau 10.5 Type d’excision des filles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 Tableau 10.6 Âge des filles à l’excision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Tableau 10.7 Personne qui a procédé à l’excision des filles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Tableau 10.8 Excision des filles et complications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Tableau 10.9.1 Avantages pour une fille d’être excisée (d’après les femmes) . . . . . . . . . . 173 Tableau 10.9.2 Avantages pour une fille d’être excisée (d’après les hommes) . . . . . . . . . . 174 Tableau 10.10.1 Avantages pour une fille de ne pas être excisée (d’après les femmes) . . . . 175 Tableau 10.10.2 Avantages pour une fille de ne pas être excisée (d’après les hommes) . . . 177 Tableau 10.11 Croyances au sujet de l’excision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 Tableau 10.12.1 Opinion des femmes par rapport à l'excision selon les caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 Tableau 10.12.2 Opinion des hommes par rapport à l'excision selon les caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 Tableau 10.13 Opinion des femmes et des hommes par rapport à l'excision . . . . . . . . . . 182 Graphique 10.1 Proportion de femmes excisées selon l'ethnie et le type d'excision . . . . . . 165 Graphique 10.2 Pratique de l'excision parmi les filles des femmes enquêtées selon l'ethnie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 Graphique 10.3 Avantages pour une fille d'être excisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 Graphique 10.4 Proportion de femmes et d'hommes favorables à l'abandon de la pratique de l'excision selon l'ethnie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 CHAPITRE 11 GAVAGE Tableau 11.1 Connaissance et pratique du gavage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 Tableau 11.2 Personne ayant décidé du gavage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188 Tableau 11.3 Moyens utilisés pour forcer la femme à se gaver . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 Tableau 11.4 Âge des enquêtées au début du gavage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190 Tableau 11.5 Durée du gavage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191 Tableau 11.6 Regret d’avoir été gavées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192 Tableau 11.7.1 Pratique du gavage parmi les filles des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . 193 Tableau 11.7.2 Pratique du gavage parmi les filles des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . 194 Tableau 11.8 Raisons du non gavage des filles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195 Tableau 11.9 Personne ayant décidé du gavage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196 Tableau 11.10 Moyens utilisés pour forcer la fille à se gaver . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197 Tableau 11.11 Âge des filles au début du gavage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198 Tableau 11.12 Durée du gavage de la fille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198 Tableau 11.13.1 Avantages pour une fille d’être gavée (d’après les femmes) . . . . . . . . . . . 200 Tableau 11.13.2 Avantages pour une fille d’être gavée (d’après les hommes) . . . . . . . . . . . 201 Tableau 11.14.1 Avantages pour une fille de ne pas être gavée (d’après les femmes) . . . . . 203 xiv * Liste des tableaux et des graphiques Page Tableau 11.14.2 Avantages pour une fille de ne pas être gavée (d’après les hommes) . . . . 204 Tableau 11.15.1 Opinion des femmes par rapport au gavage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206 Tableau 11.15.2 Opinion des hommes par rapport au gavage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207 Tableau 11.16 Opinion des femmes et des hommes par rapport au gavage . . . . . . . . . . . 207 Graphique 11.1 Proportion de femmes qui ont été ou qui sont gavées selon l'âge et l'ethnie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187 Graphique 11.2 Avantages pour une fille d'être gavée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201 Graphique 11.3 Avantages pour une fille de ne pas être gavée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205 CHAPITRE 12 INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES ET SIDA Tableau 12.1 Connaissance du VIH/sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211 Tableau 12.2.1 Connaissance par les femmes des moyens d'éviter de contracter le VIH/sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212 Tableau 12.2.2 Connaissance par les hommes des moyens d'éviter de contracter le VIH/sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213 Tableau 12.3.1 Connaissance par les femmes de moyens importants (d’un point de vue programmatique) d'éviter de contracter le VIH/sida . . . . . . . . . . . 215 Tableau 12.3.2 Connaissance par les hommes de moyens importants (d’un point de vue programmatique) d'éviter de contracter le VIH/sida . . . . . . . . . . . 216 Tableau 12.4.1 Perception du VIH/sida par les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217 Tableau 12.4.2 Perception du VIH/sida par les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219 Tableau 12.5.1 Comportement des femmes pour éviter de contracter le VIH/sida . . . . . . 220 Tableau 12.5.2 Comportement des hommes pour éviter de contracter le VIH/sida . . . . . . 221 Tableau 12.6.1 Aspect social de la prévention du VIH/sida (pour les femmes) . . . . . . . . . 223 Tableau 12.6.2 Aspect social de la prévention du VIH/sida (pour les hommes) . . . . . . . . 224 Tableau 12.7.1 Approbation par les femmes de discussions sur le VIH/sida . . . . . . . . . . . 225 Tableau 12.7.2 Approbation par les hommes de discussions sur le VIH/sida . . . . . . . . . . . 226 Tableau 12.8.1 Test du VIH/sida (pour les femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227 Tableau 12.8.2 Test du VIH/sida (pour les hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229 Tableau 12.9.1 Connaissance des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) par les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230 Tableau 12.9.2 Connaissance des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) par les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231 Tableau 12.10 Prévalence déclarée d’Infections Sexuellement Tansmissibles (IST) par les femmes et les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233 Tableau 12.11 Nombre de partenaires sexuelles des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235 Tableau 12.12 Connaissance et utilisation du condom par les hommes . . . . . . . . . . . . . . 236 Graphique 12.1 Comportement des femmes ayant eu une IST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234 CHAPITRE 13 DISPONIBILITÉ DES SERVICES COMMUNAUTAIRES Tableau 13.1 Caractéristiques des communautés rurales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240 Liste des tableaux et des graphiques * xv Page Tableau 13.2 Distance par rapport aux services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . 241 Tableau 13.3 Temps de trajet pour atteindre les services socio-économiques . . . . . . . . . 242 Tableau 13.4 Distance par rapport aux formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244 Tableau 13.5 Temps de trajet pour atteindre les formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . 245 Tableau 13.6 Distance par rapport au service de santé maternelle et infantile le plus proche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246 Tableau 13.7 Temps de trajet pour atteindre le service de santé maternelle infantile le plus proche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247 Tableau 13.8 Distance par rapport au service de santé maternelle et infantile le plus proche, soins prénatals et couverture vaccinale . . . . . . . . . . . . . . . 248 Tableau 13.9 Principaux problèmes pour se soigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249 Tableau 13.10 Principaux problèmes pour se soigner par milieu de résidence . . . . . . . . . 250 Graphique 13.1 Principaux problèmes pour se soigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250 ANNEXE A PLAN DE SONDAGE Tableau A.1 Distribution de la population (projection de l’ONS pour 2000) . . . . . . . . . 256 Tableau A.2 Répartition de l'échantillon cible de femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 256 Tableau A.3 Répartition du nombre de ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257 Tableau A.4 Répartition du nombre de DR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257 Tableau A.5 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259 Tableau A.6 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des hommes par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 260 ANNEXE B ERREURS DE SONDAGE Tableau B.1 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage, EDSM Mauritanie 2000-01 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 264 Tableau B.2 Erreurs de sondage - Échantillon national, EDSM Mauritanie 2000-01 . . . 265 Tableau B.3 Erreurs de sondage - Nouakchott, EDSM Mauritanie 2000-01 . . . . . . . . . 266 Tableau B.4 Erreurs de sondage - Autres villes, EDSM Mauritanie 2000-01 . . . . . . . . . 267 ANNEXE C TABLEAU POUR L’ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES Tableau C.1 Répartition par âge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269 Tableau C.2 Répartition par âge des femmes éligibles et des femmes enquêtées . . . . . 270 Tableau C.3 Répartition par âge des hommes éligibles et des hommes enquêtés . . . . . 270 Tableau C.4 Complétude de l'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271 Tableau C.5 Naissances par année de calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 272 Préface * xvii PRÉFACE La première Enquête Démographique de Santé de Mauritanie (EDSM), réalisée en 2000-01 par l'Office National de la Statistique pour le compte du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales, est inscrite au titre du Projet d'Appui au Secteur de la Santé (PASS), financé par le Gouvernement Mauritanien sur crédit IDA. Elle a bénéficié en outre de l'appui financier du FNUAP, d'un appui logistique de l'UNICEF, et d’une assistance technique de ORC Macro, organisme en charge du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS). Très importante pour notre pays, cette première EDS a pour objectif de fournir aux décideurs et aux autres utilisateurs des informations détaillées sur la fécondité, la santé et l’état nutritionnel des femmes et des enfants, la mortalité infantile, juvénile et maternelle, l’attitude et la pratique en matière de planification familiale et la connaissance des IST et du Sida. Elle a permis aussi de recueillir des informations sur les modes d’allaitement et sur les vaccinations. En outre, ces données serviront à l’évaluation et à l’actualisation des programmes de santé et des politiques de population et de réduction de la pauvreté. Les résultats présentés ici sont le fruit d’un travail de longue haleine marqué par la conception de l’Enquête et le développement de son dispositif méthodologique (janvier-juillet 2000), la collecte, la saisie et le traitement des données (août 2000- juin 2001) et la publication du rapport préliminaire (juillet 2001). Le présent rapport principal d’analyse met à la disposition des décideurs, des partenaires au développement, des chercheurs et des différents utilisateurs les informations dont ils ont besoin. Pour des besoins plus spécifiques, les données pourront faire l’objet d’analyses approfondies. Nous saisissons cette occasion pour exprimer nos vifs remerciements à la Banque Mondiale, au FNUAP et à l'UNICEF, dont le concours financier et logistique a permis de réaliser cette importante opération. Nous manifestons aussi notre gratitude à ORC Macro dont l'assistance technique soutenue dans toutes les phases de cette opération a largement contribué au renforcement des capacités techniques de l'Office National de la Statistique. Sidna Ould N'Dah Directeur Général Office National de la Statistique Remerciements * xix REMERCIEMENTS La première Enquête Démographique et de Santé de Mauritanie (EDSM) est une opération à couverture nationale qui a mobilisé d’importantes ressources financières, matérielles et humaines. Elle a pu être menée à terme grâce à la volonté du Gouvernement, à la disponibilité des bailleurs de fonds et au dynamisme de l’équipe technique et du personnel de terrain et d’exploitation. Nous remercions les experts de ORC Macro, en particulier Messieurs Bernard Barrère, responsable technique pour la Mauritanie, dont la contribution et les conseils ont été d’un grand apport pour la réussite de cette opération et Mamadou Thiam pour la partie sondage et échantillonnage. Que tous les consultants nationaux et internationaux qui sont intervenus dans l’élaboration des documents techniques, à la formation du personnel et aux différentes phases de l’opération, trouvent eux aussi ici, l’expression de notre profonde gratitude : il s’agit principalement de Messieurs Housni El Arbi, consultant de ORC Macro pour la Mauritanie, qui a assisté l’encadrement technique de l’EDSM et qui a été présent à toutes les phases de l’opération chaque fois que cela était jugé nécessaire et Victor Canales, responsable informatique, qui a tenu à faire partager sa riche expérience à équipe technique de l’EDSM, surtout aux éditeurs et informaticiens. Nous tenons à adresser nos sincères remerciement aux autorités administratives et locales pour leur soutien matériel et moral, ainsi qu’à la population enquêtée qui a supporté avec patience les longues interviews. Sans leur contribution, cette enquête n’aurait pas été réalisée dans de bonnes conditions. Nous tenons particulièrement à féliciter l’encadrement technique de l’EDSM : le Directeur Technique Adjoint et tous les cadres de l’équipe technique, ainsi que le personnel de terrain et de saisie pour la conscience professionnelle et le dévouement dont ils ont fait preuve tout au long du projet. Ahmed Ould Isselmou Directeur Technique de l’ EDSM Office National de la Statistique Sigles et Abréviations * xxi SIGLES ET ABRÉVIATIONS AOF Afrique Occidentale Française BCG Bacille de Calmette et Guérin CDC Centers for Disease Control (Centres de contrôle des maladies, des États-Unis) DHS Demographic and Health Surveys (Enquête Démographique et de Santé) DIU Dispositif Intra Utérin DR District de Recensement DTCoq Diphtérie, Tétanos, Coqueluche EDS Enquête Démographique et de Santé (Demographic and Health Surveys ) EDSM Enquête Démographique et de Santé de Mauritanie ENMF Enquête Nationale Mauritanienne sur la Fécondité EPCV Enquête sur les Conditions de Vie des Ménages FNUAP Fonds des Nations Unies pour la Population IDA International Development Association IDH Indice du Développement Humain IEC Information, Éducation, Communication IMC Indice de Masse Corporelle IRA Infections Respiratoires Aiguës ISF Indice Synthétique de Fécondité ISSA Integrated System for Survey Analysis IST Infections Sexuellement Transmissibles MAMA Méthode de l’Allaitement et de l’Aménorrhée Lactaire MMCHS Mauritania Maternal and Child Health Survey (Enquête sur la Santé de la Mère et de l’Enfant) MSAS Ministère de la Santé et des Affaires Sociales NCHS National Center for Health Statistics (Centre national des statistiques sanitaires, des États-Unis) OMS Organisation Mondiale de la Santé ONG Organisation Non Gouvernementale ONS Office National de la Statistique OUA Organisation de l’Unité Africaine PASS Projet d’Appui au Secteur de la Santé PEV Programme Élargi de Vaccination PMI Protection Maternelle et Infantile PNLS Programme National de Lutte contre le Sida PNSR Programme National de Santé de la Reproduction RANVEC Recensement Administratif National à Vocation d’État Civil RGPH Recensement Général de la Population et de l’Habitat xxii * Sigles et abréviations SIDA Syndrome de l’Immuno-Déficience Acquise SRO Solution de Réhydratation par voie Orale TBN Taux Brut de Natalité TGFG Taux Global de Fécondité Générale TMM Taux de Mortalité Maternelle TRO Thérapie de Réhydratation par voie Orale UNICEF Fonds des Nations Unies pour l’enfance VIH Virus de l’Immuno-déficience Humaine Résumé * xxiii RÉSUMÉ L’Enquête Démographique et de Santé de Mauritanie (EDSM 2000-01) est une enquête par sondage. Elle a été exécutée par l’Office national de la Statistique (ONS), avec l’assistance technique de ORC Macro. Cette enquête fait partie du Programme Inter- national des Enquêtes Démographiques et de santé et elle a été financée par le gouverne- ment mauritanien, sur crédit IDA, dans le cadre du Projet d’Appui au Secteur de la Santé (PASS) du Ministère de la santé et des Affaire Sociales. En outre, elle a bénéficié de la contribution financière du FNUAP et d’un appui logistique de l’UNICEF. L’EDSM fournit des informations sur la fécondité, la planification familiale, la santé de la mère et de l’enfant, l’état nutritionnel des femmes et des enfants de moins de cinq ans, la mortalité infanto-juvénile et la mortalité maternelle, la prévalence et les caractéristiques de certaines pratiques traditionnelles comme l’excision et le gavage et enfin, l’enquête fournit également des informations sur les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) et le sida et des informations sur la disponi- bilité des services communautaires. Au cours de cette enquête, dont le travail sur le terrain s’est déroulé d’août 2000 à avril 2001, 6 149 ménages, 7 728 femmes âgées de 15-49 ans et 2 191 hommes de 15-59 ans ont été inter- viewés avec succès. Les informations recueillies sont significatives au niveau national et au niveau de chacun des quatre domaines d’études définis préalable- ment : ce sont Nouakchott, la zone Sud-Est qui regroupe les wilayas de Hodh Charghi et Hodh Gharbi, la zone Fleuve qui regroupe les wilayas de Trarza, Brakna, Gorgol et Guidimagha, la zone Centre qui regroupe les wilayas de Assaba et Tagant et enfin la zone Nord qui regroupe les wilayas de Inchiri, Adrar, Tiris-Zemmour et Dakhlet-Nouadhibou. Les données sont aussi représentatives au niveau des milieux de résidence, à savoir Nouakchott, Autres Villes et le milieu rural. Les résultats de l’EDSM montrent que la population mauritanienne est une population jeune, les moins de 15 ans représentant 46 % de la population totale. De plus, la population féminine est plus nombreuse que celle des hommes (52 % contre 48 %), ce qui donne un rapport de masculinité de 92 hommes pour 100 femmes. Avec les niveaux actuels de fécondité, chaque femme aura, en moyenne, en fin de vie féconde, 4,7 enfants. Une femme sur deux de 25-49 ans donne naissance à son premier enfant à 20,7 ans. De plus, les données de l’EDSM ont mis en évidence une tendance au vieillissement de cet âge médian à la première naissance. D’autre part, on constate, selon les résultats de l’enquête, que le niveau de la fécondité varie de manière importante selon le milieu de résidence : en effet, la fécondité des femmes du milieu rural (en moyenne, 5 enfants par femme) est nettement plus élevée que celle des femmes du milieu urbain (en moyenne, 4,3 enfants). Les résultats montrent également que le niveau de la fécondité est influencé de manière importante par le niveau d’instruction de la femme; en effet, le nombre moyen d’enfant par femme et d’autant plus faible que le niveau d’instruction de la femme augmente : d’un maximum de 5,3 enfants chez les femmes n’ayant aucune instruction à un minimum de 3,5 chez celles ayant un niveau secondaire ou plus. Parmi les facteurs qui influencent ce niveau de la fécondité, figurent l’âge au mariage. L’âge médian au premier mariage pour les femmes de 25-49 ans est estimé à 17,1 ans. On note, des générations les plus anciennes aux plus récentes, un vieillissement de cet âge au premier mariage. Par ailleurs, les résultats mettent en évidence une diminution des mariages précoces. Les hommes se marient beaucoup plus tard que les femmes : l’âge médian au premier mariage s’établit à 26,5 ans et comme chez les femmes, on observe un vieillissement de cet âge médian. xxiv * Résume D’autre part, le divorce est largement pratiqué en Mauritanie puisque selon les résultats de l’EDSM, 25 % des femmes ont été mariées au moins deux fois; c’est à Nouakchott que la fréquence du divorce est la plus élevée puisque 39 % des femmes y ont contracté, au moins, deux mariages. La polygamie n’est pas très répandue en Mauritanie puisqu’elle ne concerne que seule- ment 12 % des femmes mariées. De plus, par rapport aux résultats de l’ENMF de 1981, on constate que les proportions de femmes en union polygame ont diminué, passant de 18 % à 12 %. Le niveau de connaissance des méthodes contraceptives est faible en Mauritanie, en particulier, chez les hommes. En effet, seulement 69 % de l’ensemble des femmes et 57 % de l’ensemble des hommes ont déclaré connaître une méthode contraceptive. Cependant, ce niveau de connaissance s’est nettement amélioré au cours de ces vingt dernières années. Parmi les méthodes modernes, c’est la pilule qui est la méthode la mieux connue par les femmes suivie des injections. Chez les hommes, c’est le condom qui est la méthode moderne la mieux connue. Parmi les femmes mariées, 8 % utilisaient une méthode de contraception quelconque au moment de l’enquête. En ce qui concerne les seules méthodes modernes, la proportion est de 5 % et c’est la pilule qui est la méthode moderne la plus utilisée (3 %) suivie par les injections (0,9 %). Chez les hommes, le recours aux méthodes contraceptives est un peu plus élevé puisque 7 % des hommes mariés ont déclaré utiliser une méthode moderne. Le condom est la méthode moderne la plus fréquemment utilisée par les hommes. Chez les femmes, la prévalence contraceptive varie de manière importante selon le milieu de résidence, passant d’un minimum de 3 % en milieu rural à un maximum de 18 % à Nouakchott. D’autre part, les données montrent que, dans plus de la moitié des cas, la décision d’utiliser la contraception a été prise d’un commun accord par les deux conjoints alors que dans 28 % des cas, c’est la femme seule qui a pris la décision. Parmi les femmes qui n’utilisaient pas la contraception au moment de l’enquête, la majorité n’avait pas l’intention de le faire dans l’avenir ; seulement, une femme sur huit (12 %) a déclaré avoir l’intention d’utiliser la contraception dans le futur. Chez les hommes, les résultats sont quasiment identiques puisque les trois quarts ont déclaré ne pas avoir l’intention d’utiliser une méthode contraceptive dans l’avenir. Chez les femmes, les interdits religieux constituent la principale raison de non utilisation de la contraception (22 %); chez les hommes, c’est le désir d’avoir des enfants (36 %). L”EDSM fournit des indicateurs sur la santé et l’état nutritionnel des enfants derniers-nés de moins de cinq ans et des femmes. Selon les résultats, on constate que près des deux-tiers des naissances d’enfants derniers-nés au cours des cinq dernières années ont bénéficié de soins prénatals dispensés par du personnel formé. Dans la majorité des cas, ce sont des sages- femmes qui ont effectué ces soins et dans 20 % des cas, ce sont des médecins. Ces soins prénatals sont plus fréquents en milieu urbain que rural (84 % contre 50 %). En ce qui concerne la couverture vaccinale des enfants, on constate qu’en Mauritanie seulement un tiers des enfants de 12-23 mois ont reçu tous les vaccins du PEV. De plus, cette couverture vaccinale présente des disparités importantes; en effet, la proportion d’enfants complètement vaccinés varie de 27 % en milieu rural à 38 % en milieu urbain. De même, le niveau d’instruction de la mère joue un rôle important puisque le niveau de la couverture vaccinale est plus élevé chez les enfants dont la mère a un niveau d’instruction primaire (40 %) et secondaire ou plus (38 %) que chez ceux dont la mère n’a pas d’instruction (27 %) et que chez ceux dont la mère a seulement reçu un enseignement coranique (28 %). Les Infections Respiratoires Aiguës (IRA), la fièvre et la diarrhée constituent des problèmes Résumé * xxv de santé importants en Mauritanie. Dix pour cent des enfants de moins de cinq ans ont souffert de toux accompagnée de respiration rapide au cours des deux semaines ayant précédé l’enquête. Ce sont surtout les enfants de 6-11 mois qui en ont le plus fréquemment souffert (17 %). On a également constaté que les enfants vivant à Nouakchott (12 %)ont été plus fréquemment touchés par les IRA que ceux du milieu rural (9 %). Parmi les enfant malades, 39 % ont été menés en consultation. En outre, pratiquement un tiers des enfants ont eu de la fièvre au cours des deux semaines ayant précédé l’enquête (31 %). Les enfants de 6-23 mois (39 %), ceux de Nouakchott (35 %) et ceux de la zone Sud-Est (42 %) ont été les plus touchés par la fièvre. C’est avec des antipaludéens que les enfants malades ont été essentiellement traités. Pratiquement un enfant sur cinq a eu la diarrhée au cours des deux semaines ayant précédé l’enquête. La prévalence de la diarrhée est particulièrement élevée chez les enfants de 6-23 mois (29 %), chez ceux de la zone Nord (23 %) et chez ceux de Nouakchott (22 %). Plus d’un tiers des enfants ont été traités à l’aide d’une Thérapie de Réhydratation par voie orale (TRO). Parmi les enfants nés au cours des cinq années ayant précédé l’enquête, la grande majorité a été allaitée. L’allaitement est pratiqué par toutes les femmes, quelle que soit la catégorie socio-démographique. Cependant, on constate que seulement 84 % des enfants ont été mis au sein dans les 24 heures qui ont suivi la naissance. La durée moyenne de l’allaitement est estimée à 20,5 mois. En outre, alors que jusqu’à 4-6 mois, l’OMS recommande que tous les enfants reçoivent uniquement le lait maternel, on constate que dès 0-1 mois, en plus du lait maternel, un tiers des enfants reçoivent de l’eau et 21 % des autres aliments. À 4-5 mois, 64 % des enfants reçoivent d’autres aliments. À l’opposé, à partir de 6 mois, âge à partir duquel le lait maternel seul n’est plus suffisant pour assurer la meilleure croissance possible des enfants, l’OMS et l’UNICEF recommandent que des aliments de complément soient introduits dans l’alimentation. En Mauritanie, seulement 78 % des enfants de 6-9 mois reçoivent des aliments de complément et par conséquent plus d’un enfant sur cinq ne sont pas nourris conformément à ces recommandations. Plus d’un tiers des enfants de moins de cinq ans accusent un retard de croissance (35 %) et souffrent donc de malnutrition chronique. la prévalence du retard de croissance est plus élevée en milieu rural qu’en milieu urbain (38 % contre 30 %). En outre, 13 % des enfants de moins de cinq ans sont émaciés. La prévalence de l’émaciation est particulièrement élevée en milieu rural (14 %). Près d’un tiers des enfants présentent une insuffisance pondérale (32 %). Selon le milieu de résidence, la prévalence varie de 36 % en milieu rural à 27 % en milieu urbain. En Mauritanie, sur 1 000 enfants nés vivants, 74 décèdent avant d’atteindre leur premier anniversaire. Le risque de décéder entre le premier et le cinquième anniversaire est estimé à 46 ‰; quant au risque de décéder entre la naissance et le cinquième anniversaire, il s’établit à 116 ‰. Du point de vue du milieu de résidence, et à tous les âges, la mortalité des enfants du milieu urbain est plus faible que celle du milieu rural (5q0 112 ‰ contre 120 ‰) La mortalité maternelle reste à un niveau très élevé en Mauritanie. Pour la période 1992- 2001, le taux de mortalité maternelle est estimé à 747 décès pour 100 000 naissances. En d’autres termes, une femme court un risque de 1 sur 28 de décéder pour cause maternelle pendant les âges de procréation. En Mauritanie, près des trois quarts des femmes (71 %) ont déclaré avoir été excisées. D’un point de vue ethnique, on constate que la quasi- totalité des femmes soninkés (92 %) et qu’environ les trois quarts des femmes poulars (72 %) et arabes (71 %) ont subi cette pratique, alors que seulement 28 % des femmes wolofs ont été excisées. L’excision est pratiquée très tôt xxvi * Résume et la grande majorité des femmes ont été excisées par des praticiens traditionnels. Par ailleurs, les résultats montrent que 66 % des enquêtées ayant, au moins, une fille avaient déjà fait exciser leur fille ou l’une de leur fille et que 3 % avaient l’intention de le faire, ce qui démontre la persistance de cette pratique. Environ une femme sur cinq a déclaré avoir été gavée ou être toujours gavée. À la différence de ce qui a été observé pour l’excision, les résultats mettent en évidence une diminution de la fréquence de la pratique du gavage. Le gavage est essentiellement pratiquée chez les Arabes (28 % contre moins de 2 % chez les autres). En Mauritanie, 86 % des hommes et 76 % des femmes ont déclaré avoir entendu parler du sida. Cependant, 44 % des femmes et 22 % des hommes ne connaissent aucun des moyens importants pour l’éviter. D’autre part, 60 % des hommes ont déclaré connaître le condom; ce- pendant, une très faible proportion a déclaré l’avoir utilisé au cours des derniers rapports sexuels, essentiellement des hommes jeunes, du milieu urbain et dans la zone Nord. L’EDSM fournit également des données sur les principaux problèmes que rencontrent les populations en matière de soins en Mauritanie. Dans près de la moitié des cas, on constate que la disponibilité des services constitue le problème majeur : plus précisément, il s’agit du manque d’établissements sanitaires (25 %) et de leur éloignement/inaccessibilité (24 %); Les problèmes auxquels se heurtent la population pour se soigner diffèrent significativement selon le milieu de résidence : À Nouakchott et dans les Autres Villes, ce sont l’éloignement des établissements et leur mauvais équipement ainsi que le coût élevé des consultations qui constituent les problèmes importants pour se soigner. xxviii * Carte de Mauritanie Présentation générale du pays et méthodologie de l’enquête * 1 1PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU PAYS ETMÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE Ahmed Ould Isselmou Ce chapitre introductif est consacré aux caractéristiques de la Mauritanie et à la méthodologie de l’Enquête Démographique et de Santé (EDSM) réalisée en Mauritanie en 2000-01. 1.1 CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DU PAYS 1.1.1 Géographie La république Islamique de Mauritanie est située en Afrique de l’ouest entre le 15è et le 27è degrés de latitude nord et les 5è et 17è degrés de longitude ouest, avec une superficie de 1 030 000 km2. La Mauritanie est limitée au nord-ouest par le Sahara Occidental, au nord-est par l'Algérie, au sud-est par le Mali, et par le Sénégal au sud-ouest. À l’ouest, le pays est limité par l’Océan Atlantique et ses côtes s’étendent sur près de 600 km. Au centre et au nord du pays, le relief est constitué par les massifs montagneux de l’Assaba, du Tagant et de l’Adrar qui culminent à 400 et 500 mètres. Les parties les plus hautes sont, en général, constituées de roches dures qui forment des falaises abruptes. À l’exception de la plaine alluviale du Sénégal, appelée Chemama, large de 10 à 25 kilomètres, le reste du pays est constitué en grande partie d’alignements dunaires tels ceux de la grande région de sable qui s’étend à l’Est du Tagant et de l’Adrar. Par ailleurs, la Mauritanie ne possède qu'un seul cours d'eau permanent, le fleuve Sénégal, qui constitue une limite naturelle avec le Sénégal. Du point de vue climatique, la Mauritanie est caractérisée par un climat généralement chaud et sec, saharien au nord et sahélien au sud. Il est doux en bordure de l’Océan Atlantique et connaît quatre mois de saison de pluies (de juin à septembre). Sur le plan administratif, le pays est divisé en 13 wilayas, 53 moughataas (départements) et 218 communes. D’autre part, la Mauritanie est entièrement composée de Musulmans; elle est peuplée d’Arabes, de Poulars, de Soninkés et de Wolofs. 1.1.2 Histoire Charnière reliant l’Afrique du Nord à l’Afrique Occidentale, la Mauritanie, pays arabo- musulman, a joué un rôle important dans les échanges commerciaux transsahariens. De riches cités caravanières y font leur apparition. Quelques siècles avant l’Hégire, des populations berbères se répartissent dans l’espace ouest saharien et assurent le trafic entre l’Afrique du Nord et les principautés sahariennes d’Aoudaghost, Tékrour et Ghana, leurs déplacements étant rendus possibles par l’utilisation du chameau. À partir du XVè siècle, l’histoire de la Mauritanie est marquée par deux faits d’une extrême importance : le progrès de la pénétration des tribus arabes hassan dont l’infiltration dans le pays a commencé vers 1100 et l’arrivée des Européens et le début des tentatives de colonisation de la côte. 2 * Présentation générale du pays et méthodologie de l’enquête Le Tagant, l’Adrar et le Hodh furent occupés, respectivement, en 1903, 1908 et 1911. La liaison avec le Sahara algérien a été réalisée en 1920. La Mauritanie devint cette année une des colonies de l’Afrique Occidentale Française (AOF). Indépendante depuis 1960, la République Islamique de Mauritanie est membre de l’ONU depuis 1961, membre fondateur de l’OUA, membre de la Ligue Arabe depuis 1973, membre de la Conférence Islamique, du mouvement des non-alignés et de plusieurs organisations régionales et sous-régionales africaines et arabes. À la suite des problèmes du Sahara Occidental et des conséquences néfastes que la guerre a engendrées sur le plan intérieur, plusieurs gouvernements militaires se sont succédés depuis 1978 jusqu’en 1984. Les années 1986 (date des élections municipales) et 1991 (date de l’adoption d’une nouvelle constitution par référendum) marquent l’évolution vers le système démocratique que l’on connaît actuellement. 1.1.3 Situation économique et sociale La Mauritanie est classée parmi les pays à revenus faibles par son Produit National Brut et son économie repose principalement sur deux produits d’exportation, à savoir le poisson et le fer. Outre les changements au niveau des institutions politiques au cours de la décennie écoulée, des reformes en profondeur visant le renforcement du paysage économique et social ont été engagées. Il s’agit particulièrement de : - Réformes structurelles et sectorielles visant à assainir le cadre macro-économique et à jeter les bases d’une croissance économique soutenue par le développement de l’initiative privée. Ces mesures ont porté notamment sur les finances publiques, le secteur bancaire, la politique monétaire, etc. - Adoption d’un Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté; - Réforme du système éducatif; - Réforme de l’État Civil; - Décentralisation. 1.1.4 Situation démographique Avant l’indépendance, aucune opération de collecte de données démographiques, au plan national, n'avait été réalisée en Mauritanie. Les informations démographiques disponibles provenaient essentiellement des recensements administratifs et de l'état civil, données incomplètes et peu fiables. Après l'indépendance, un recensement des principaux centres urbains et une enquête démographique ont été réalisés, respectivement, en 1962 et en 1965. En 1977, la Mauritanie a réalisé son premier Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) qui a constitué la principale source de données sur l'état et la structure de la population mauritanienne jusqu’en 1988, date du deuxième RGPH. En plus du Recensement Administratif National à Vocation d’État Civil (RANVEC) qui a eu lieu en 1998, le dernier Recensement Général de la Population et de l’Habitat a été réalisée en 2000. Parallèlement, 1 Il s’agit des résultats provisoires du RGPH 2000 Présentation générale du pays et méthodologie de l’enquête * 3 plusieurs opérations d’enquêtes ont été effectuées dont les principales sont : l’Enquête Nationale Mauritanienne sur la Fécondité (ENMF) en 1981, L’Enquête sur la Santé de la Mère et de l’Enfant (MMCHS) en 1990-1991, l’Enquête sur la Migration et l’Urbanisation en 1993, l’Enquête sur les Conditions de Vie des Ménages (EPCV) de 1991-1996, etc. Avec une densité de population de 2,4 habitants au km2, la Mauritanie compte 2 548 157 habitants selon le Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 2 0001, ce qui donne un taux d’accroissement moyen de 2,6 % si l’on prend en compte les résultats du Recensement de 1998. 1.1.5 Situation Sanitaire Malgré leur niveau encore élevé, les principaux indicateurs sanitaires ont connu des modifications positives ou se sont stabilisés. Cette situation, bien que non encore totalement satisfaisante, résulte en grande partie de l'amélioration progressive des conditions sanitaires et d'hygiène des populations mauritaniennes. Cette amélioration des conditions de vie a permis une baisse de la mortalité infantile et le recul de certaines grandes endémies. Mais l'état sanitaire et nutritionnel des populations reste encore peu satisfaisant. Ainsi, une faible proportion de la population a accès à l'eau potable. Certaines maladies constituent encore de graves problèmes de santé publique : le paludisme, la rougeole, la méningite, le tétanos, etc. C'est pour faire face à cette situation que le pays s'est engagé dans un vaste et ambitieux programme visant à promouvoir la santé curative et préventive et, en particulier, celle de la mère et de l'enfant afin de réduire les niveaux de la mortalité maternelle et de la mortalité infanto- juvénile. 1.1.6 Politique de population En 1995, la Mauritanie a officiellement adopté une politique en matière de population. L'élaboration de cette politique de population est la manifestation de la volonté politique de traduire par des actes concrets et cohérents, les engagements pris par l’État au niveau national, régional et international, sur les questions de population et développement. Le but principal de la politique nationale de population est d’assurer l'adéquation entre la croissance démographique et le développement économique, afin d'améliorer la qualité et le niveau de vie de la population mauritanienne. Pour atteindre ce but, plusieurs objectifs globaux ont été définis. Il s’agit de : - Assurer une répartition spatiale optimale; - Assurer un meilleur suivi des émigrés; - Protéger la famille, et promouvoir le bien-être de la mère et de l’enfant; - Assurer la santé de la population; - Assurer l’éducation et la formation pour tous; - Protéger les groupes vulnérables; - Protéger l’environnement; - Développer la recherche sur la population. 4 * Présentation générale du pays et méthodologie de l’enquête L'adoption de la politique de population a favorisé aussi une meilleure synergie et a conduit à l'élaboration et à l'adoption de plusieurs autres politiques et programmes sectoriels. 1.2 MÉTHODOLOGIE DE L'ENQUÊTE 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs Cette première Enquête Démographique et de Santé de Mauritanie (EDSM) a été exécutée par l’Office National de la Statistique (ONS), avec l'assistance technique de ORC Macro. Cette enquête entre dans le cadre du programme international des Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS) ou Demographic and Health Surveys (DHS). L’EDSM a été financée par le Gouvernement mauritanien, sur crédit IDA dans le cadre du Projet d’Appui au Secteur de la Santé (PASS) du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales. Elle a aussi bénéficié de la contribution financière du FNUAP et d’un appui logistique de l’UNICEF. L'Enquête Démographique et de Santé de Mauritanie (EDSM 2000-2001) a pour objectif d’estimer de nombreux indicateurs socio-économiques, démographiques, sanitaires et nutritionnels au niveau de l’ensemble de la population et au niveau des sous-populations des femmes de 15-49 ans, des enfants de moins de 5 ans et des hommes de 15-59 ans. En particulier, l’EDSM vise à identifier et/ou à estimer : Pour l’ensemble de la population : • les niveaux de scolarisation; • les niveaux d’utilisation du sel iodé; • certains indicateurs de bien-être des ménages. Pour les femmes de 15-49 ans et les enfants de moins de cinq ans : • divers indicateurs démographiques, en particulier les taux de fécondité, de mortalité des enfants et de mortalité maternelle; • les facteurs directs et indirects qui déterminent les niveaux et tendances de la fécondité, tels que les comportements matrimoniaux et l’utilisation de la contraception; • les catégories de femmes susceptibles d’avoir plus ou moins d'enfants et susceptibles d’utiliser la contraception; • les taux de connaissance et de pratique contraceptive par méthode, selon diverses caractéristiques socio-démographiques; • les facteurs directs et indirects qui déterminent les niveaux et tendances de la mortalité; • différentes composantes de la santé de la reproduction et de la santé des enfants : visites prénatales et postnatales, conditions d’accouchement, allaitement, vaccinations, prévalence et traitement de la diarrhée et d'autres maladies chez les enfants de moins de cinq ans; Présentation générale du pays et méthodologie de l’enquête * 5 • l'état nutritionnel des femmes et des enfants de moins de cinq ans au moyen des mesures anthropométriques (poids et taille); • le niveau de connaissance, les opinions et attitudes des femmes vis-à-vis des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) y compris le VIH/sida; • les problèmes liés aux pratiques traditionnelles telles que le gavage et l’excision. Pour les hommes de 15-59 ans : • les facteurs directs et indirects qui déterminent les niveaux et tendances de la fécondité, tels que les comportements matrimoniaux, les comportements sexuels et l’utilisation de la contraception; • les catégories d’hommes susceptibles d’avoir plus ou moins d'enfants et susceptibles d’utiliser la contraception; • le niveau de connaissance, les opinions et attitudes vis-à-vis des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) y compris le VIH/sida. L'ensemble des données collectées constitue une base de données qui facilitera la mise en place et le suivi de politiques et de programmes dans le domaine de la population et de la santé et, plus globalement, de politiques visant à l’amélioration des conditions de vie de la population mauritanienne. Par ailleurs, les données ont été collectées selon une méthodologie similaire à celle utilisée dans de nombreux autres pays ayant participé au programme DHS. Elles font partie, de ce fait, d'une base de données utilisables et comparables au niveau international. 1.2.2 Questionnaires Afin d'atteindre les objectifs fixés, quatre types de questionnaires ont été utilisés : 1) Questionnaire ménage. Il permet de collecter des informations sur le ménage, telles que le nombre de personnes y résidant, par sexe, âge, niveau d'instruction, la survie des parents, etc. Par ailleurs, il permet de collecter des informations sur les caractéristiques du logement (approvisionnement en eau, type de toilettes, etc.), et sur le sel utilisé par les ménages : ces informations sont recueillies afin d'apprécier les conditions environnementales et nutritionnelles dans lesquelles vivent les personnes enquêtées. Enfin, le questionnaire ménage permet d'établir l'éligibilité des personnes à interviewer individuellement. Il permet aussi de déterminer les populations de référence pour le calcul de certains taux démographiques. 2) Questionnaire femme. Il comprend les dix sections suivantes : • caractéristiques socio-démographiques des enquêtées et nuptialité; • reproduction; • contraception; • grossesse, soins prénatals et allaitement; • pratiques traditionnelles; • préférence en matière de fécondité; • caractéristiques du conjoint et travail de la femme; • VIH/sida et autres infections sexuellement transmissibles; 6 * Présentation générale du pays et méthodologie de l’enquête • mortalité maternelle; • taille et poids des femmes de 15-49 ans et de leurs enfants âgés de moins de 5 ans. 3) Questionnaire homme. Il s'agit également d'un questionnaire individuel comprenant les six sections suivantes : • caractéristiques socio-démographiques des enquêtés; • reproduction; • contraception; • mariage et activité sexuelle; • préférences en matière de fécondité; • VIH/Sida et autres Infections Sexuellement Transmissibles. 4) Questionnaire communautaire. Il s'agit d'un questionnaire portant sur les infrastructures socio-économiques et sanitaires du pays et qui est utilisé au niveau de chacune des grappes de l’échantillon. Ces instruments ont été développés à partir des questionnaires de base du programme DHS, préalablement adaptés au contexte de la Mauritanie et en tenant compte des objectifs de l'enquête. Ils ont été traduits en arabes et testés au cours d’un pré-test. 1.2.3 Échantillonnage L'échantillon de l'EDSM 2000-01 est un échantillon aréolaire, stratifié et tiré à deux degrés. L’unité primaire de sondage est le District de Recensement (DR) tel que défini à la cartographie du Recensement Administratif National à Vocation d’État Civil (RANVEC) de 1996. Chacune des 13 wilayas qui composent le pays a été divisée en urbain et rural. L’échantillon a été tiré de façon indépendante dans chaque strate. Au premier degré, 260 grappes ont été tirées avec une probabilité proportionnelle à la taille; la taille étant le nombre de ménages dans le DR en 1996. Les grands DR ont été divisés en segments dont un seul a été retenu dans l’échantillon. Cette dernière étape n’est pas un degré de tirage car la segmentation a pour seul but de limiter le travail de dénombrement des ménages à l’intérieur du DR. Un dénombrement des ménages dans chaque DR sélectionné a permis d’obtenir une liste des ménages pour servir de base à la sélection au deuxième degré des ménages à enquêter. Compte tenu de la taille variable de chaque strate, différents taux de sondage ont été appliqués initialement. Finalement les résultats ont été pondérés au niveau de chaque grappe. Pour les besoins de l’analyse, trois domaines d’études ont été constitués : Nouakchott, Autres villes et le milieu rural. Par ailleurs, les wilayas ont été regroupées en cinq grands domaines d’études selon un découpage proposé par le Ministère de la Santé et des Affaires Sociales et basé sur la proximité géographique des wilayas et de leurs caractéristiques socio-culturelles et « épidémiologiques », ces régions étant relativement homogènes d’un point de vue des pathologies. - Nouakchott - Zone Sud-Est : Hodh Charghi et Hodh Gharbi - Zone Fleuve : Trarza, Brakna, Gorgol et Guidimagha - Zone Centre : Assaba et Tagant - Zone Nord : Inchiri, Adrar, Tiris-Zemmour et Dakhlet Nouadhibou Présentation générale du pays et méthodologie de l’enquête * 7 Tableau 1.1 Taille et couverture de l'échantillon Effectifs des ménages, des femmes et des hommes sélectionnés, identifiés et enquêtés, et taux de réponse selon le milieu de résidence, EDSM Mauritanie 2000/01 _______________________________________________________________ Résidence _________________ Enquête Urbain Rural Ensemble _______________________________________________________________ Enquête ménage Nombre de logements sélectionnés Nombre de ménages identifiés Nombre de ménages enquêtés Taux de réponse des ménages Enquête individuelle femme Nombre de femmes éligibles Nombre de femmes enquêtées Taux de réponse des femmes Ménages pour l'enquête homme Nombre de logements sélectionnés pour l'enquête homme Nombre de ménages identifiés Nombre de ménages enquêtés Taux de réponse des ménages pour l'enquête homme Enquête individuelle homme Nombre d'hommes éligibles Nombre d'hommes enquêtés Taux de réponse des hommes 3 979 2 779 6 758 3 680 2 553 6 233 3 640 2 509 6 149 98,9 98,3 98,7 4 999 3 013 8 012 4 835 2 893 7 728 96,7 96 96,5 1 516 1 059 2 575 1 398 977 2 375 1 383 954 2 337 98,9 97,6 98,4 1 742 745 2 487 1 542 649 2 191 88,5 87,1 88,1 Au total, 6 758 ménages ont été sélectionnés pour l'enquête ménage. Tous les ménages tirés ont été identifiés à l’aide d’un questionnaire ménage. Toutes les femmes âgées de 15 à 49 ans qui se trouvaient dans les ménages ont été enquêtées individuellement. En outre, elles ont été mesurées et pesées, de même que leurs enfants âgés de moins de cinq ans. Enfin, dans un sous-échantillon de 40 % des ménages, tous les hommes de 15 à 59 ans ont été enquêtés. Parmi les 6 758 ménages sélectionnés, 6 233 ont été effectivement identifiés sur le terrain et 6 149 ont été enquêtés avec succès, soit un taux de réponse de 98,7% (tableau 1.1). Dans les ménages enquêtés, 8 012 femmes ont été identifiées comme étant éligibles pour l'enquête individuelle et 7 728 ont été enquêtées avec succès, soit un taux de réponse de 96,5 %. Enfin, dans un sous-échantillon de 40 % des ménages, on a identifié 2 487 hommes âgés de 15 à 59 ans et 2 191 ont été enquêtés avec succès, soit un taux de réponse de 88,1 %. 2 Dans un premier temps (mois d’août 2000) toutes les équipes ont travaillé à Nouakchott avant leur redéploiement dans leur zone d ’affectation. 8 * Présentation générale du pays et méthodologie de l’enquête 1.2.4 Personnel et calendrier des activités de l’EDSM L'EDSM s'est déroulée en trois étapes principales : le dénombrement des ménages des zones échantillonnées (avril-mai 2000), le pré-test (mai 2000) et l'enquête principale (août 2000 à avril 2001). Pour chacune de ces étapes, une formation a été dispensée aux personnes recrutées. Pour les opérations de cartographie et de dénombrement des zones sélectionnées pour l'enquête, 28 agents cartographes et énumérateurs ont été recrutés afin de former 14 équipes. Pour le pré-test, 23 enquêtrices et enquêteurs ont été retenus pour suivre une formation en arabe et en français. Pour les travaux de terrain du pré-test qui ont duré cinq jours, trois zones d'enquêtes, ne faisant pas partie des zones de l'échantillon principal, ont été retenues. Cette phase a permis d’amender le questionnaire définitif devant servir à l’enquête principale. En ce qui concerne l'enquête principale, le recrutement s'est effectué de la manière suivante : • les chefs d'équipe ont été sélectionnés parmi les agents cartographes et les contrôleuses ont été sélectionnées, en majorité, parmi les personnes ayant effectué le pré-test; • les enquêtrices (au nombre de 46, plus quatre enquêteurs à Nouakchott et Nouadhibou, pour former les équipes nécessaires) ont été sélectionnées après la formation et d'après leurs résultats aux différents tests d'aptitude. La formation qui a duré quatre semaines consistait, d'une part, en des exposés théoriques concernant les techniques d'enregistrement des informations et, d'autre part, en des exercices sur la façon de remplir les questionnaires. La formation a été assurée en français et en arabe. Par ailleurs, la pratique des mesures anthropométriques s’est déroulée dans des formations sanitaires (PMI) de Nouakchott. Enfin, pour parachever leur formation théorique, les enquêtrices ont réalisé des enquêtes de pratique sur le terrain pendant trois jours. La liste du personnel de l'EDSM ainsi que des consultants nationaux et internationaux y ayant participé se trouve en Annexe D. 1.2.5 Collecte des données En août 2000, après une formation de quatre semaines, les 14 équipes2, composées chacune de trois enquêtrices, d’un enquêteur (à Nouakchott et Nouadhibou), d'une contrôleuse, d'un chef d'équipe et d'un chauffeur, ont entamé les travaux de terrain visant à visiter les 260 grappes sélectionnées pour réaliser l'enquête principale. Ces agents étaient aussi chargés de réaliser l'enquête communautaire sur la disponibilité des services. Dans le cadre du suivi des travaux sur le terrain, des missions de supervision ont été organisées régulièrement. Les membres de l’équipe technique ont assuré cette supervision des activités de terrain. Les missions de supervision avaient pour but d'apprécier les conditions de travail de chaque équipe, de contrôler la qualité du travail, de résoudre les problèmes éventuels rencontrés par les équipes, de les ravitailler en matériel et de ramener, à Nouakchott, les questionnaires des grappes enquêtées. Présentation générale du pays et méthodologie de l’enquête * 9 1.2.6 Exploitation des données L'exploitation des données de l'EDSM s'est déroulée en 4 étapes : a) Vérification : la vérification consistait en un contrôle d'exhaustivité de l'échantillon par rapport aux fiches de terrain et en un contrôle sommaire de la cohérence des données. Ce travail, exécuté par trois agents de vérification, a commencé à peine deux semaines après le début de la collecte et a été mené parallèlement aux travaux de terrain. Cette vérification a permis d'améliorer la qualité des données recueillies. b) Saisie/édition des données : l'ensemble des opérations de saisie et d'apurement des données ont été réalisées sur micro-ordinateurs au moyen du logiciel ISSA (Integrated Systems for Survey Analysis) développé par ORC Macro. La saisie a été effectuée par 14 agents de saisie qui ont été formés en même temps que les enquêtrices, avant de suivre leur propre formation sur micro- ordinateurs. À la suite de la saisie, les membres de l'équipe technique ont procédé à l'édition des données, à savoir la vérification de la cohérence interne des réponses contenues dans les questionnaires et la correction des erreurs. Pour apprécier la qualité des données et réduire le taux d'erreurs lors de la saisie, chaque grappe a été saisie deux fois, et par un agent différent. En corrigeant les erreurs de saisie ainsi détectées, on diminue le temps nécessaire à l'édition finale des données, qui consiste en la correction des incohérences à l'intérieur d'un même questionnaire, incohérences souvent dues à des erreurs de saisie. c) Apurement : après la saisie et l'édition des données d'une grappe, un programme de contrôle était exécuté pour vérifier la cohérence interne des réponses. À ce stade, tous les fichiers de grappes sont fusionnés en un seul et unique fichier. d) Tabulation : il s'agit du développement et de l'exploitation des programmes destinés à fournir les tableaux de base nécessaires à l'élaboration du rapport préliminaire et du rapport final. La tabulation a été entièrement réalisée au siège de ORC Macro, à Calverton, Maryland. L'ensemble des opérations de contrôle et de nettoyage de fichier ainsi que la tabulation des données ont été réalisés au moyen du logiciel ISSA. 1 La proportion des 0-4 ans (14,1 %) est néanmoins quasiment identique à celle estimée par l’Office National de la Statistique (ONS) pour l’an 2000 (14,5 %) ce qui rend compte de la bonne représentation de l’échantillon. Caractéristiques des ménages et des enquêtés * 11 2CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGESET DES ENQUÊTÉS Monique Barrère Le questionnaire ménage de l’EDSM a permis, d’une part, de fournir des informations sur les caractéristiques générales de la population et des ménages et, d’autre part, d’identifier les femmes et les hommes éligibles qui ont été enquêtés au moyen du questionnaire individuel. Ce chapitre porte sur les principales caractéristiques des ménages et des logements ainsi que sur certaines caractéristiques socio-démographiques de la population, telles que la structure par sexe et âge, le niveau d’instruction, l’état matrimonial, etc. Il présente également certains résultats des interviews individuelles, notamment les caractéristiques démographiques (âge, état matrimonial, milieu et région de résidence, niveau d’instruction) et socio-culturelles comme l’emploi des femmes et des hommes enquêtés. 2.1 ENQUÊTE MÉNAGE 2.1.1 Structure par sexe et âge de la population Le tableau 2.1 présente la structure par sexe et âge de la population des ménages qui ont été enquêtés lors de l’EDSM. On constate que, dans l’ensemble des ménages, 35 081 personnes résidentes de fait, c’est-à-dire celles qui ont passé la nuit précédant l’enquête dans le ménage sélectionné, ont été dénombrées. La population féminine, de l’ordre de 18 223 (soit près de 52 %), est plus nombreuse que celle des hommes (16 851 soit 48 %). Le rapport de masculinité est de 92 hommes pour 100 femmes au niveau national. Du fait des migrations masculines vers le milieu urbain, ce rapport varie de 86 hommes pour 100 femmes en milieu rural à 102 en milieu urbain. La pyramide des âges de la population présente une base large et un sommet rétréci, allure caractéristique des pays à forte fécondité et à forte mortalité des enfants (graphique 2.1). Les jeunes de moins de 15 ans représentent 46 % de la population totale, contre 50 % pour les adultes de 15- 64 ans et 4 % pour les personnes âgées de 65 ans et plus. Par ailleurs, on constate certaines “irrégularités” de la pyramide qui semblent, pour la plupart, résulter de problèmes de collecte. Par exemple, on constate une surreprésentation des femmes de 50-54 ans au détriment de celles de 45- 49 ans et des hommes de 60-64 au détriment de ceux de 55-59 ans : cela résulte certainement d’un vieillissement artificiel des femmes et des hommes dans l’enquête ménage pour qu’ils ne soient plus éligibles pour l’enquête individuelle (limite de 49 ans révolus pour les femmes et 59 ans pour les hommes). On constate le même type de phénomène entre le groupe d’âges 15-19 ans et 10-14 ans : surreprésentation des 10-14 ans non éligibles pour l’enquête individuelle au détriment des 15-19 ans qui auraient dû être sélectionnés pour l’enquête individuelle. Par ailleurs, le rétrécissement de la base de la pyramide à 0-4 ans qui peut s’expliquer, en partie, par la baisse de la fécondité observée récemment (voir Chapitre 3 - Fécondité) semble trop accentué pour résulter de cette seule baisse1. Elle résulte très certainement, aussi, d’un sous-enregistrement des jeunes enfants. Cependant, malgré ces légères distorsions de la pyramide, la structure par âge des femmes de 15-49 ans et des hommes de 15-59 ans enquêtés (voir tableau 2.10) semble suffisamment bien équilibrée pour ne pas introduire de biais dans la suite des résultats. 12 * Caractéristiques des ménages et des enquêtés Tableau 2.1 Population des ménages par âge et sexe Répartition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'âges quinquennal, selon le milieu de résidence et le sexe, EDSM Mauritanie 2000-01_______________________________________________________________________________________________________ Urbain Rural Total__________________________ __________________________ __________________________ Groupe d'âges Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble_______________________________________________________________________________________________________ 0-4 5-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 65-69 70-74 75-79 80 ou plus Total Effectif 13,1 13,1 13,1 16,4 13,5 14,8 14,9 13,3 14,1 14,1 13,7 13,9 19,6 16,0 17,7 17,1 15,1 16,0 14,0 14,8 14,4 17,0 15,8 16,4 15,6 15,4 15,5 11,4 10,7 11,0 10,3 8,8 9,5 10,8 9,6 10,2 8,8 9,4 9,1 5,1 7,7 6,5 6,8 8,4 7,6 8,2 8,2 8,2 3,8 6,6 5,3 5,8 7,3 6,6 6,4 7,1 6,8 3,9 6,2 5,1 5,0 6,6 5,8 5,3 5,3 5,3 3,8 4,1 4,0 4,5 4,6 4,6 5,5 4,8 5,2 3,4 4,1 3,8 4,4 4,4 4,4 3,2 2,5 2,8 2,7 2,6 2,6 2,9 2,6 2,7 3,2 3,4 3,3 2,7 3,7 3,2 2,9 3,6 3,3 1,4 2,1 1,8 1,6 2,8 2,2 1,5 2,5 2,0 2,5 2,0 2,2 3,3 3,2 3,2 2,9 2,7 2,8 1,2 1,0 1,1 2,1 1,4 1,7 1,7 1,2 1,5 0,9 1,1 1,0 2,5 1,7 2,1 1,8 1,5 1,6 0,3 0,3 0,3 0,8 0,6 0,7 0,6 0,5 0,5 0,4 0,4 0,4 1,0 1,2 1,1 0,7 0,9 0,8 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 7 657 7 524 15 184 9 195 10 700 19 897 16 851 18 223 35 081 _______________________________________________________________________________________________________ Note : Le sexe est inconnu pour 6 personnes Caractéristiques des ménages et des enquêtés * 13 Tableau 2.2 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage et taille du ménage, selon le milieu de résidence, EDSM Mauritanie 2000-01_____________________________________________________________ Caractéristique Urbain Rural Ensemble_____________________________________________________________ Chef de ménage Homme Femme Nombre de membres habituels 1 2 3 4 5 6 7 8 9 ou plus Total Taille moyenne 74,6 68,3 70,9 25,4 31,7 29,1 7,3 4,1 5,4 8,3 9,1 8,8 10,4 12,5 11,6 12,3 15,6 14,2 12,9 12,4 12,6 10,0 11,6 10,9 10,5 10,7 10,6 8,3 8,1 8,2 19,7 15,9 17,5 100,0 100,0 100,0 6,0 5,7 5,8 2.1.2 Taille et composition des ménages Le tableau 2.2 présente, selon le milieu de résidence, la répartition en pourcentage des ménages par sexe du chef de ménage et par taille du ménage. En Mauritanie, près des trois quarts des ménages (71 %) sont dirigés par des hommes. Cependant plus d’un ménage sur quatre (29 %) est dirigé par une femme, essentiellement en milieu rural (32 %). Cette proportion élevée de femmes chefs de ménages s’explique, à la fois, par une forte migration masculine, en particulier des zones rurales vers les zones urbaines, mais aussi par la forte proportion de mariages rompus (voir Chapire 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse). La répartition des ménages selon la taille montre que ce sont les ménages de grande taille (7 personnes ou plus) qui sont proportionnellement les plus nombreux (36 %) alors que près de deux ménages sur cinq (38 %) sont formés de 3 à 5 personnes. Les ménages de faibles taille (1-3 personnes) sont assez faiblement représentés (26 %). Quel que soit le milieu, ce sont les ménages de grande taille qui sont les plus fréquents : 35 % des ménages du milieu rural et 39 % de ceux du milieu urbain comptent 7 personnes ou plus. Le tableau 2.3 fournit la répartition de la population des enfants de moins de quinze ans selon qu’ils vivent ou non avec leurs parents biologiques et selon l’état de survie de leurs parents. Il ressort qu’en Mauritanie, 55 % des enfants vivent avec leurs deux parents biologiques. Cependant, dans 27 % des cas, les enfants ne vivent qu’avec leur mère et, dans 4 % des cas, ils ne vivent qu’avec le père; en outre, 14 % des enfants de moins de 15 ans ne vivent ni avec leur mère, ni avec leur père, bien que dans 9 % des cas, les deux parents soient en vie. Ces proportions d’enfants en situation difficile augmentent avec l’âge, passant de 5 % à 0-2 ans à 19 % à 10-14 ans. Selon le milieu de résidence, on constate que c’est en milieu rural que la proportion d’enfants ne vivant ni avec leur mère ni avec leur père est la plus élevée (16 %); par comparaison, à Nouakchott, cette proportion est un peu plus faible (11 %). Par ailleurs, la proportion d’enfants de moins de 15 ans dont les deux parents sont décédés reste négligeable (moins de 1 %). 2 Les six premières années de mahadra ont été regroupées avec le primaire, les années 7 à 9 avec le secondaire premier cycle et les années 10 et plus avec le secondaire second cycle. Par ailleurs, le premier cycle technique est assimilé au secondaire 1er cycle et le second cycle technique est assimilé au secondaire 2nd cycle. 14 * Caractéristiques des ménages et des enquêtés Tableau 2.3 Enfants orphelins et résidence des enfants avec les parents Répartition (en %) de la population (de droit) des enfants de moins de quinze ans, par état de survie des parents et résidence avec les parents, selon l'âge, le sexe et le milieu de résidence de l'enfant, EDSM Mauritanie 2000-01 __________________________________________________________________________________________________________ Vivant avec Vivant avec la mère le père Vivant avec aucun Vivant ______________ ______________ ___________________________________ avec les Père Père Mère Mère Les 2 Père Mère Les 2 Caractéristique 2 parents en vie décédé en vie décédée en vie en vie en vie décédés ND Total Effectif __________________________________________________________________________________________________________ Âge 0-2 3-5 6-9 10-14 Sexe Masculin Féminin Milieu de résidence Nouakchott Autres villes Ensemble urbain Rural Ensemble 60,8 31,8 1,4 0,9 0,3 3,0 0,4 0,1 0,2 1,0 100,0 2 861 55,7 27,0 1,9 2,7 0,8 9,8 0,7 0,6 0,5 0,5 100,0 3 073 54,6 22,1 3,3 3,8 1,0 10,2 1,3 0,9 0,8 2,0 100,0 4 678 51,0 18,6 5,4 4,0 1,8 11,7 1,6 1,2 1,4 3,3 100,0 5 469 55,4 23,3 2,9 3,4 1,2 9,2 1,0 0,9 0,7 2,0 100,0 8 104 54,0 23,9 3,9 2,9 1,0 9,5 1,2 0,7 0,9 2,0 100,0 7 976 58,3 21,7 4,0 3,8 1,3 6,9 1,1 0,7 0,8 1,5 100,0 3 754 54,4 24,5 3,5 3,4 1,0 9,0 1,0 0,7 0,6 1,9 100,0 2 544 56,7 22,8 3,8 3,7 1,2 7,7 1,0 0,7 0,7 1,6 100,0 6 298 53,4 24,1 3,1 2,8 1,1 10,4 1,2 0,9 0,9 2,2 100,0 9 783 54,7 23,6 3,4 3,1 1,1 9,3 1,1 0,8 0,8 2,0 100,0 16 081 2.1.3 Niveau d’instruction de la population L’EDSM a permis de collecter, pour chaque membre du ménage âgé de 6 ans ou plus, des données sur le niveau d’instruction atteint et sur la dernière classe achevée à ce niveau. Six niveaux d’instruction ont été distingués : aucune instruction (ni même une instruction coranique), enseignement coranique seulement, niveau primaire, niveau secondaire premier cycle, secondaire second cycle et supérieur. Précisons que les personnes ayant fréquenté l’école coranique et l’école formelle sont comptabilisés dans le système formel (primaire, secondaire) et non dans le coranique. Par contre, ceux ayant fréquenté les “mahadras” et l’enseignement technique ont été regroupés avec les niveaux correspondants de l’école formelle2. Ces données sont présentées aux tableaux 2.4.1 et 2.4.2. Dans l’ensemble, les résultats indiquent qu’un tiers des femmes (33 %) n’ont aucune instruction (pas même coranique) contre 24 % chez les hommes; de plus, on constate que 26 % des femmes et 23 % des hommes sont allés uniquement à l’école coranique. En ce qui concerne le système scolaire formel, on remarque qu’une proportion similaire d’hommes et de femmes ont atteint le niveau primaire (respectivement 33 % et 32 %). Par contre, la proportion d’hommes ayant atteint le cycle secondaire, premier ou deuxième cycle (respectivement, 8 % et 7 %) est nettement plus élevée que chez les femmes (respectivement, 5 % et 3 %). Enfin, les proportions d’hommes et Caractéristiques des ménages et des enquêtés * 15 Tableau 2.4.1 Niveau d'instruction de la population des femmes Répartition (en %) de la population féminine (de fait) des ménages, âgée de six ans ou plus, par niveau d'instruction atteint selon l'âge et le milieu de résidence, EDSM Mauritanie 2000-01 ____________________________________________________________________________________________________ Niveau d'instruction1 ____________________________________________________________ Secon- Secon- Coranique daire 1er daire 2nd Caractéristique Aucun seulement Primaire cycle cycle Supérieur ND Total Effectif ____________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 6-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 65 ou plus Milieu de résidence2 Nouakchott Autres villes Ensemble urbain Rural Zone2 Nouakchott Sud-Est Fleuve Nord Centre Ensemble3 36,8 21,6 38,3 0,1 0,0 0,0 3,2 100,0 2 282 18,6 15,7 61,4 3,5 0,2 0,0 0,6 100,0 2 807 20,1 13,9 47,0 14,9 3,9 0,1 0,2 100,0 1 743 25,1 19,7 35,3 8,0 10,0 1,3 0,7 100,0 1 524 25,1 24,4 31,7 7,7 8,6 1,7 0,8 100,0 1 328 35,2 29,4 21,0 6,2 5,8 1,8 0,5 100,0 1 200 39,9 39,0 12,0 3,6 4,0 0,9 0,6 100,0 842 45,6 42,2 8,1 2,1 0,8 0,6 0,5 100,0 799 49,0 37,6 5,3 4,3 2,0 0,8 1,1 100,0 467 54,5 39,4 2,2 0,8 0,9 0,0 2,2 100,0 650 50,4 43,9 1,2 0,2 0,8 0,4 3,2 100,0 458 57,1 38,6 1,4 0,3 0,1 0,2 2,4 100,0 487 53,2 41,0 0,9 1,4 1,0 0,1 2,4 100,0 746 20,9 19,2 40,4 9,6 6,8 1,9 1,1 100,0 3 818 23,4 21,1 39,7 8,4 5,9 0,5 0,9 100,0 2 525 21,9 20,0 40,2 9,1 6,4 1,3 1,0 100,0 6 343 40,6 29,8 25,6 1,8 0,7 0,0 1,4 100,0 8 992 20,9 19,2 40,4 9,6 6,8 1,9 1,1 100,0 3 818 25,8 42,4 26,9 2,3 1,4 0,1 1,1 100,0 3 084 47,4 18,7 28,1 2,7 1,4 0,1 1,6 100,0 5 511 19,5 21,8 41,7 9,0 6,7 0,5 0,8 100,0 1 135 34,4 35,0 25,5 2,9 1,0 0,0 1,2 100,0 1 787 32,9 25,7 31,6 4,8 3,1 0,6 1,3 100,0 15 335 ____________________________________________________________________________________________________ 1 Le Primaire comprend les 6 premières années de Mahadra, le Secondaire 1er cycle comprend les années 7 à 9 de Mahadra ainsi que le 1er cycle technique, et les années 10 et plus de Mahadra sont assimilées au Secondaire 2nd cycle ainsi que le 2nd cycle technique. 2 La zone Sud-Est comprend les wilayas de Hodh Charghi et Hodh Gharbi; la zone Fleuve comprend les wilayas de Gorgol, Guidimagha, Trarza et Brakna; la zone Nord comprend les Wilayas d'Adrar, Tiris Zemmour, Inchiri et Dakhlet Nouadhibou; la zone Centre regroupe les wilayas d'Assaba et Tagant. Nouakchott constitue toujours un domaine à part et figure sous les rubriques "milieu de résidence" et "zone". 3 Y compris 3 cas pour lesquels l'âge est manquant 16 * Caractéristiques des ménages et des enquêtés Tableau 2.4.2 Niveau d'instruction de la population des hommes Répartition (en %) de la population masculine (de fait) des ménages, âgée de six ans ou plus, par niveau d'instruction atteint selon l'âge et le milieu de résidence, EDSM Mauritanie 2000-01 ____________________________________________________________________________________________________ Niveau d'instruction1 ____________________________________________________________ Secon- Secon- Coranique daire 1er daire 2nd Caractéristique Aucun seulement Primaire cycle cycle Supérieur ND Total Effectif ____________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 6-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 65 ou p lus Milieu de résidence2 Nouakchott Autres villes Ensemble urbain Rural Zone2 Nouakchott Sud-Est Fleuve Nord Centre Ensemble3 31,5 25,4 39,7 0,2 0,0 0,0 3,2 100,0 2 372 12,7 16,9 64,3 4,6 0,8 0,0 0,7 100,0 2 636 16,1 15,2 40,1 19,2 8,3 0,1 1,0 100,0 1 822 19,5 14,3 29,1 13,3 18,6 3,5 1,7 100,0 1 141 15,2 17,9 28,3 14,0 15,2 8,1 1,3 100,0 978 22,8 21,1 19,6 10,4 13,5 11,2 1,4 100,0 849 27,0 23,9 16,2 8,4 14,3 8,4 1,6 100,0 754 24,8 33,5 13,7 7,6 9,6 8,3 2,5 100,0 739 33,1 37,8 8,6 4,3 9,9 4,6 1,7 100,0 490 33,7 38,4 11,8 5,3 7,4 1,3 2,0 100,0 496 36,6 27,7 15,6 7,5 9,4 1,7 1,5 100,0 253 39,9 37,1 8,6 3,5 7,4 1,0 2,5 100,0 495 42,3 40,8 4,6 2,6 7,0 0,6 2,2 100,0 807 14,2 15,6 36,3 12,1 13,2 6,7 1,9 100,0 4 040 16,8 17,7 38,8 12,5 10,0 2,7 1,6 100,0 2 417 15,2 16,4 37,2 12,2 12,0 5,2 1,8 100,0 6 457 31,2 29,4 29,6 3,9 3,4 0,7 1,7 100,0 7 376 14,2 15,6 36,3 12,1 13,2 6,7 1,9 100,0 4 040 18,1 41,1 27,7 4,7 6,2 1,3 0,9 100,0 2 583 36,3 19,8 33,5 4,9 3,1 0,8 1,7 100,0 4 593 15,9 17,7 39,8 12,6 9,4 3,1 1,6 100,0 1 148 26,9 29,1 27,8 6,8 5,6 0,7 3,0 100,0 1 468 23,8 23,4 33,1 7,8 7,4 2,8 1,7 100,0 13 833 ____________________________________________________________________________________________________ 1 Le Primaire comprend les 6 premières années de Mahadra, le Secondaire 1er cycle comprend les années 7 à 9 de Mahadra ainsi que le 1er cycle technique, et les années 10 et plus de Mahadra sont assimilées au Secondaire 2nd cycle ainsi que le 2nd cycle technique. 2 La zone Sud-Est comprend les wilayas de Hodh Charghi et Hodh Gharbi; la zone Fleuve comprend les wilayas de Gorgol, Guidimagha, Trarza et Brakna; la zone Nord comprend les Wilayas d'Adrar, Tiris Zemmour, Inchiri et Dakhlet Nouadhibou; la zone Centre regroupe les wilayas d'Assaba et Tagant. Nouakchott constitue toujours un domaine à part et figure sous les rubriques "milieu de résidence" et "zone". 3 Y compris 1 cas pour lequel l'âge est manquant de femmes ayant atteint le niveau supérieur sont très faibles (respectivement, 3 % et moins d’un pour cent). On constate, par ailleurs, que ces proportions varient selon l’âge, le milieu et la zone de résidence. Du point de vue de l’âge, que ce soit chez les hommes ou chez les femmes, c’est à 10-14 ans que l’on constate les proportions les plus faibles de personnes sans instruction (respectivement, 13 % et 19 %). En outre, il faut noter qu’à 6-9 ans, âges où les enfants devraient normalement être inscrits à l’école, la proportion de ceux sans instruction est de 37 % chez les filles et de 32 % chez les garçons, ce qui dénote un âge tardif d’entrée à l’école. Il faut préciser ici que les enfants qui entrent tardivement à l’école formelle ont déjà fréquenté l’école coranique et ont donc acquis des rudiments de lecture et d’écriture. Néanmoins, des générations les plus anciennes aux plus récentes, Caractéristiques des ménages et des enquêtés * 17 Tableau 2.5 Taux de scolarisation Proportion de la population (de fait) des ménages, âgée de 6 à 24 ans, fréquentant un établissement scolaire, par âge, selon le sexe et le milieu de résidence, EDSM Mauritanie 2000-01__________________________________________________________________________________________________________ Hommes Femmes Ensemble ____________________________ ___________________________ __________________________ Groupe d'âges Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble _________________________________________________________________________________________________________ École formelle (mahadra comprise) et école coranique _________________________________________________________________________________________________________ 6-11 12-17 6-17 18-21 22-24 73,9 59,2 64,7 70,3 51,9 58,6 72,2 55,6 61,8 72,6 53,1 61,5 68,5 37,1 50,4 70,5 44,8 55,8 73,3 56,7 63,4 69,4 45,6 54,9 71,3 51,1 59,1 40,9 22,1 32,4 37,2 13,4 24,8 39,1 17,1 28,4 24,8 10,3 19,2 18,3 7,1 12,3 21,6 8,2 15,2 __________________________________________________________________________________________________________ École formelle (mahadra comprise) seulement _________________________________________________________________________________________________________ 6-11 12-17 6-17 18-21 22-24 60,4 37,1 45,9 57,5 33,6 42,4 59,0 35,4 44,2 68,8 39,8 52,3 66,0 29,1 44,8 67,3 34,3 48,4 64,2 38,2 48,6 61,7 31,7 43,4 62,9 34,9 46,0 39,2 16,7 29,1 35,6 9,3 21,9 37,4 12,5 25,2 23,9 8,4 17,9 16,4 4,1 9,8 20,2 5,6 13,3 les résultats mettent en évidence une amélioration du niveau d’instruction, et cela quel que soit le sexe. Chez les femmes, on constate que la proportion de celles sans instruction est passée de 53 % des générations les plus anciennes âgées de 65 ans ou plus à l’enquête à 40 % chez les femmes de 35-39 ans et à 19 % chez celles de 10-14 ans. Parallèlement, seulement 3 % des femmes de 65 ans ou plus avaient fréquenté l’école primaire ou plus, contre 21 % de celles de 35-39 ans et 65 % de celles de 10-14 ans. Chez les hommes, on constate la même tendance puisque les proportions de ceux qui n’avaient aucune instruction sont passées de 42 % chez ceux âgés de 65 ans ou plus à 13 % chez ceux de 10-14 ans. Corrélativement, la proportion d’hommes ayant un niveau primaire ou plus est passée de 15 % chez les 65 ans ou plus à 70 % chez les 10-14 ans. De plus, les résultats selon le milieu de résidence mettent en évidence un niveau d’instruction plus faible en milieu rural qu’ailleurs : 41 % des femmes n’ont aucune instruction en milieu rural contre 22 % en milieu urbain; chez les hommes, ces proportions sont, respectivement, de 31 % et de 15 %. Selon la zone, on constate également des écarts importants : que ce soit chez les hommes ou chez les femmes, c’est dans la zone du Fleuve que les proportions de personnes sans instruction sont les plus élevées (respectivement, 36 % et 47 %). À l’opposé, c’est à Nouakchott et dans la zone Nord que l’on observe les proportions les plus faibles d’hommes et de femmes sans instruction. En plus des questions sur le niveau d’instruction atteint par les membres du ménage, des questions relatives à la fréquentation scolaire ont été posées pour toutes les personnes âgées de 6 à 24 ans. Les résultats par groupe d’âges, sexe et milieu de résidence figurent au tableau 2.5. Le taux de fréquentation scolaire qui est le rapport du nombre de personnes scolarisées d’un groupe d’âges à la population totale de ce groupe d’âges donne une indication sur l’accès actuel de la population au système éducatif. 3 Les écoles coraniques sont comptabilisées dans cette forme d’enseignement pré-scolaire. 18 * Caractéristiques des ménages et des enquêtés Les résultats montrent que moins de la moitié des enfants de 6-17 ans (46 %) sont actuellement scolarisés dans le système formel. Si l’on prend en compte l’école coranique, la proportion passe à 59 %. De plus, les résultats montrent de légers écarts entre les proportions de filles et de garçons de 6-17 ans fréquentant actuellement le système scolaire, formel ou non (graphique 2.2). Dans le système formel, qui ne tient pas compte de l’école coranique, 49 % des garçons sont actuellement scolarisés contre 43 % des filles. Si l’on inclut l’école coranique, les proportions sont, respectivement, de 63 % et de 55 %. Après 17 ans, on constate une diminution des taux de fréquentation scolaire et une augmentation avec l’âge de l’écart entre les hommes et les femmes. En effet, tous sexes confondus, seulement 25 % des 18-21 ans fréquentent encore l’école et cette proportion varie de 29 % chez les hommes à 22 % chez les femmes; à 22-24 ans, âges correspondant aux études supérieures, 13 % des Mauritaniens sont encore dans le système scolaire : 18 % d’hommes contre 10 % de femmes. Les résultats selon le milieu de résidence mettent en évidence des écarts importants du niveau de fréquentation scolaire, quel que soit le groupe d’âges. À 6-17 ans, 63 % des enfants du milieu urbain fréquentent l’école formelle contre seulement 35 % en milieu rural et, à partir de 18- 21 ans, l’écart entre les deux milieux se creuse et le taux de scolarisation en urbain est toujours nettement supérieur à celui du rural : 37 % de ceux de 18-21 ans et 20 % de ceux de 22-24 ans sont toujours scolarisés en urbain contre seulement 13 % et 6 % en rural. Lors de l’enquête ménage, on a également demandé si, parmi les enfants âgés de 3 à 5 ans, certains d’entre eux allaient à l’école maternelle ou à la garderie3. Les résultats sont présentés d’une part pour les ménages qui ne comptent qu’un seul enfant et, d’autre part, pour ceux qui en comprennent deux ou plus (tableau 2.6). Globalement, 8 % des enfants de 3-5 ans fréquentent une école ou garderie, principalement à Nouakchott (16 %) et, dans une moindre mesure, dans les Autres Villes (13 %). Dans les ménages ne comptant qu’un seul enfant, les données ont pu être Caractéristiques des ménages et des enquêtés * 19 Tableau 2.6 Enseignement pré-scolaire Proportion de la population (de fait) des ménages âgée de 3 à 5 ans fréquentant une école maternelle ou une garderie, selon le milieu de résidence, EDSM Mauritanie 2000-01 _____________________________________________________________________________________ Population (de fait) Autres Ensemble agée de 3 à 5 ans Nouakchott villes urbain Rural Ensemble _____________________________________________________________________________________ Un seul enfant dans le ménage 12,7 11,3 12,2 2,0 5,9 - Fille 15,3 12,5 14,2 2,2 7,0 - Garçon 10,2 10,1 10,2 1,7 4,9 Deux enfants ou plus dans le ménage 23,1 15,1 19,6 6,8 12,0 Ensemble des enfants 3-5 ans 16,4 12,9 15,0 3,7 8,2 décomposées selon le sexe de l’enfants : on constate que, dans cette catégorie de ménages, la proportion de filles de 3-5 ans qui fréquentent une école ou une garderie est nettement plus élevée que celle des garçons (7 % contre 5 %). Cet écart est particulièrement important en milieu urbain (14 % contre 10 %). 2.1.4 Caractéristiques des logements et des biens possédés par les ménages L’EDSM s’est intéressée à certaines caractéristiques du logement, notamment les sources d’approvisionnement en eau, le type de toilettes, la disponibilité de l’électricité, le type de revêtement du sol ainsi que les combustibles utilisés pour la cuisine, ces caractéristiques ayant toutes une corrélation très étroite avec la santé des membres du ménage. De plus, dans le but de mieux cerner le niveau de vie des populations enquêtées, des données relatives ont été collectées sur les biens possédés par le ménage (voiture, téléphone, télévision, radio, etc.). En ce qui concerne l’électricité, il ressort du tableau 2.7 que, dans l’ensemble, un peu plus d’un ménage sur cinq (22 %) dispose de l’électricité. Cependant, en milieu rural, seulement 3 % des ménages en disposent contre 50 % en urbain. Concernant l’approvisionnement en eau, on note qu’un tiers des ménages (33 %) s’approvisionnent à un robinet, soit privé (18 %), soit public (15 %), et que 17 % prennent leur eau à des puits protégés, alors que 27 % des ménages utilisent l’eau de puits non protégés. Par ailleurs, 12 % des ménages mauritaniens s’approvisionnent auprès de revendeurs d’eau des fontaines publiques. En milieu urbain, la grande majorité des ménages utilisent de l’eau provenant, soit de robinets privés ou publics (52 %), soit de revendeurs d’eau des fontaines publiques (26 %), alors qu’en milieu rural, c’est l’utilisation de puits non protégés qui est la plus fréquente (42 %). Plus de la moitié des ménages (54 %) mettent moins de 15 minutes pour s’approvisionner en eau et, dans l’ensemble, le temps médian est de 9,6 minutes pour aller chercher l’eau et revenir : ce temps médian varie de 4,2 minutes en milieu urbain à 14,2 minutes en rural. Concernant le type de toilettes, les données montrent que plus de la moitié des ménages mauritaniens (53 %) ne disposent d’aucun type de toilettes et cette proportion varie de 73 % en rural à 23 % en urbain. Quand les ménages disposent de toilettes, ce sont principalement des fosses ou des latrines rudimentaires (25 %) et des latrines sans système d’évacuation (16 %). 20 * Caractéristiques des ménages et des enquêtés Tableau 2.7 Caractéristiques des logements Répartition (en %) des ménages par caractéristiques des logements, selon le milieu de résidence, EDSM Mauritanie 2000-01_____________________________________________________________________________________________ Caractéristique Autres Ensemble des logements Nouakchott villes urbain Rural Ensemble_____________________________________________________________________________________________ Électricité Non Oui Total1 Approvisionnement en eau à boire Robinet dans le logement/cour Fontaine publique/Robinet extérieur Puits protégé dans la cour Puits protégé/Forage public Puits protégé exterieur à la cour Puits non protégé/traditionnel dans la cour Puits non protégé/traditionnel extérieur Puits non protégé/traditionnel public Source Fleuve/Rivière/Mare/Lac Revendeur des fontaines publiques Camion citerne Autre/Non déterminé Total Temps nécessaire pour s'approvisionner en eau Moins de 15 minutes (en %) Temps médian (en minutes) Type de toilettes Chasse d'eau avec évacuation : - privée - en commun Latrines avec système d'évacuation : - privées - en commun Latrines sans système d'évacuation : - privées - en commun Fosse/Latrines rudimentaires : - privées - en commun Pas de toilettes/nature Autre Total1 Combustible pour cuisiner Gaz bouteille/Gaz naturel Charbon de bois Bois à brûler/paille Autre/Non déterminé Total Type de sol Carrelage Ciment Terre/sable Autre Total Nombre de personnes par pièce utilisée pour dormir <3 3-4 5-6 7 ou plus Total1 Moyenne Effectif de ménages 52,5 45,9 50,1 96,9 77,4 47,2 53,9 49,7 2,5 22,2 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 27,8 28,7 28,1 10,6 17,9 30,3 13,8 24,2 9,3 15,5 0,9 6,6 3,0 1,7 2,3 0,5 2,5 1,2 11,2 7,1 0,4 6,0 2,5 11,1 7,5 0,0 3,1 1,2 3,2 2,4 0,2 7,0 2,8 10,8 7,5 0,2 5,8 2,3 27,8 17,1 0,0 0,3 0,1 2,3 1,4 0,5 0,7 0,6 5,2 3,2 34,5 10,7 25,6 2,5 12,1 4,3 13,4 7,7 1,5 4,1 0,5 1,3 0,8 2,7 1,9 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 57,4 73,0 63,2 47,1 53,8 9,1 0,0 4,2 14,2 9,6 4,8 2,8 4,1 0,1 1,7 1,1 0,5 0,9 0,0 0,4 3,7 2,2 3,1 0,1 1,3 8,7 7,1 8,1 0,4 3,6 3,0 1,6 2,5 0,0 1,0 5,7 5,5 5,6 0,4 2,5 38,0 25,0 33,1 3,8 16,0 11,0 5,1 8,8 1,3 4,4 26,5 19,1 23,7 2,4 11,3 24,8 41,1 30,9 21,4 25,3 12,2 8,1 10,7 7,6 8,9 12,3 31,0 19,3 13,4 15,8 23,3 23,6 23,4 73,4 52,6 0,4 0,4 0,4 0,9 0,7 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 50,1 45,7 48,5 16,4 29,7 46,5 32,4 41,2 21,3 29,6 1,1 18,0 7,4 60,9 38,6 2,3 3,9 2,9 1,4 2,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 11,6 4,8 9,1 0,1 3,8 51,1 43,5 48,3 16,2 29,5 37,1 51,0 42,3 79,2 63,8 0,2 0,6 0,4 4,6 2,8 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 36,9 35,1 36,2 24,5 29,4 30,4 31,8 30,9 32,3 31,7 18,1 16,0 17,3 19,5 18,6 13,5 14,6 13,9 20,1 17,5 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 3,9 4,0 3,9 4,5 4,3 1 603 958 2 561 3 588 6 149 _____________________________________________________________________________________________ 1 Y compris les non déterminés 4 Le sel utilisé par chaque ménage enquêté a été testé pour déterminer sa teneur en iode. Caractéristiques des ménages et des enquêtés * 21 Tableau 2.8 Consommation de sel iodé Répartition (en %) des ménages par type de sel utilisé pour la cuisine (d'après les résultats du test), selon le milieu de résidence, EDSM Mauritanie 2000-01__________________________________________________________________________________ Autres Ensemble Type de sel Nouakchott villes urbain Rural Ensemble__________________________________________________________________________________ Sel iodé Sel non iodé Résultat du test indéterminé Pas de sel disponible Test non réalisé Total Effectif de ménages 3,9 1,9 3,1 1,1 1,9 82,9 86,3 84,1 90,6 87,9 0,2 1,0 0,5 1,3 1,0 12,5 9,6 11,4 5,8 8,1 0,5 1,2 0,8 1,2 1,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 1 603 958 2 561 3 588 6 149 Le type de matériaux de construction du logement est aussi révélateur des conditions de vie du ménage. On note que, dans l’ensemble, 64 % des ménages mauritaniens vivent dans un logement dont le sol est recouvert de terre/sable; cette proportion est de 79 % en milieu rural contre 37 % à Nouakchott. En outre, 30 % ont un logement dont le sol est recouvert de ciment et cette proportion varie d’un minimum de 16 % en rural à un maximum de 51 % à Nouakchott où, de plus, 12 % des logements ont un sol recouvert de carrelage. Concernant les combustibles utilisés pour la cuisine, on constate que, dans l’ensemble, 39 % des ménages mauritaniens utilisent le bois à brûler ou la paille. Cependant cette proportion varie de 61 % en rural à seulement 7 % en milieu urbain où près d’un ménage sur deux (49 %) utilise du gaz pour cuisiner. Le nombre de personnes qui dorment dans la même pièce fournit une indication du degré d’entassement du ménage. Cet indicateur, qui est étroitement dépendant de la situation socio- économique du ménage, est important du point de vue sanitaire dans la mesure où, moins les membres du ménage disposent d’espace pour vivre, plus le risque de transmission des maladies infectieuses et parasitaires est élevé. Les résultats de l’EDSM révèlent qu’au niveau national, dans 32 % des cas, 3 à 4 personnes dorment dans la même pièce alors que, dans 18 % des cas, sept personnes ou plus dorment dans la même pièce : le nombre moyen de personnes par pièce utilisée pour dormir s’établit à 4,3. Ce nombre moyen varie de 3,9 en milieu urbain à 4,5 en rural. La consommation de sel iodé est un facteur important dans l’alimentation des membres du ménage. En effet, le manque d’iode dans l’organisme peut entraîner un retard dans le développement mental de l’enfant et provoquer un accroissement du volume du goitre chez les adultes. On note au tableau 2.8 qu’une proportion extrêmement faible de ménages mauritaniens (2 %) utilisent du sel iodé4. Cette proportion, bien que plus importante en milieu urbain qu’en milieu rural, reste partout très faible (maximum de 4 % à Nouakchott). 2.1.5 Biens possédés par le ménage Le tableau 2.9 qui fournit la proportion de ménages possédant certains biens montre que la radio et la télévision sont les biens les plus fréquemment possédés par les ménages mauritaniens : en effet, un ménage sur deux (50 %) dispose d’une radio (61 % en milieu urbain contre 43 % en 22 * Caractéristiques des ménages et des enquêtés Tableau 2.9 Biens possédés par le ménage Pourcentage de ménages possédant certains biens de consommation, selon le milieu de résidence, EDSM Mauritanie 2000-01 _________________________________________________________________________ Autres Ensemble Biens durables Nouakchott villes urbain Rural Ensemble_________________________________________________________________________ Radio Télévision Téléphone Réfrigérateur Voiture/camion Cheval/Âne/Chameau Aucun Effectif de ménages 61,7 59,9 61,0 42,7 50,3 49,3 38,0 45,1 2,0 19,9 7,2 6,0 6,8 0,2 2,9 22,8 20,4 21,9 0,7 9,5 16,3 9,6 13,8 3,0 7,5 5,3 15,7 9,2 62,3 40,2 22,1 23,1 22,5 22,8 22,7 1 603 958 2 561 3 588 6 149 milieu rural) et 20 % des ménages possèdent une télévision, presque essentiellement en milieu urbain (45 %). Par contre, seulement 10 % des ménages ont un réfrigérateur (22 % en urbain contre moins d’un pour cent en rural) et très peu possèdent un téléphone (3 %). Par ailleurs, on constate que deux ménages sur cinq (40 %) possèdent un cheval, âne ou chameau alors que la possession d’une voiture ou d’un camion est peu répandue (8 %). Selon le milieu de résidence, il apparaît que les ménages du milieu rural possèdent plus fréquemment un cheval, âne ou chameau (62 %) que ceux du milieu urbain où 14 % des ménages ont déclaré posséder une voiture/camion. Dans l’ensemble, il faut noter que plus d’un ménage sur cinq ne possède aucun des biens listés et cette proportion ne varie pas quel que soit le milieu de résidence. 2.2 ENQUÊTE INDIVIDUELLE L'étude des caractéristiques socio-économiques des personnes enquêtées est essentielle pour comprendre et expliquer les comportements en matière de fécondité, d'hygiène, de nutrition et d'utilisation des services. Le questionnaire individuel a permis de recueillir quelques-unes de ces caractéristiques telles que l'âge, le milieu de résidence, le niveau d'instruction et l'état matrimonial. Cette section présente les caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés, caractéristiques qui, dans la suite de l'analyse, seront utilisées comme variables de classification de la plupart des phénomènes étudiés. Par ailleurs, cette section porte aussi sur l'accès aux médias par les femmes et les hommes, ce qui est d'une importance particulière pour la mise en place des programmes de santé. Enfin, une section particulière sera consacrée à l'activité économique des enquêtés. 2.2.1 Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés La structure par âge des enquêtés présente une distribution assez classique avec une diminution régulière des proportions avec l’avancement en âge (tableau 2.10). Chez les femmes, les proportions passent de 22 % à 15-19 ans à 6 % à 45-49 ans. Les femmes âgées de moins de 30 ans (âge de fécondité maximale) représentent la part la plus importante des femmes enquêtées (58 %). Comme chez les femmes, les proportions d’hommes (15-59 ans) diminuent avec l’âge Caractéristiques des ménages et des enquêtés * 23 Tableau 2.10 Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés Répartition (en %) des femmes et des hommes enquêtés par âge, état matrimonial, milieu de résidence et niveau d'instruction, EDSM Mauritanie 2000-01 ____________________________________________________________________________________________ Femmes Hommes ________________________________ _______________________________ Effectif Effectif Caractéristique Pourcentage ___________________ Pourcentage _________________ socio-démographique pondéré Pondéré Non pondéré pondéré Pondéré Non pondéré ____________________________________________________________________________________________ Âge des enquêté(e)s 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 État matrimonial actuel Jamais marié(e) Marié(e) Veuve/Veuf Divorcé(e) Milieu de résidence Nouakchott Autres villes Ensemble urbain Rural Zone1 Nouakchott Sud-Est Fleuve Nord Centre Niveau d'instruction2 Aucun Coranique seulement Primaire Secondaire 1er cycle Secondaire 2nd cycle Supérieur Ensemble 22,0 1 697 1 738 22,5 494 479 19,0 1 467 1 494 14,6 319 353 16,9 1 306 1 301 13,6 299 298 15,4 1 191 1 142 11,8 258 257 10,8 833 846 10,4 227 232 10,0 774 764 11,4 249 233 5,9 459 443 6,4 140 143 NA NA NA 6,1 133 122 NA NA NA 3,2 71 74 28,6 2 211 2 438 48,8 1 069 1 109 58,8 4 541 4 232 48,9 1 071 1 020 1,9 144 141 0,5 11 11 10,8 833 917 1,9 41 51 28,0 2 168 1 897 38,2 837 753 17,9 1 386 2 938 17,9 393 789 46,0 3 554 4 835 56,2 1 230 1 542 54,0 4 174 2 893 43,8 961 649 28,0 2 168 1 897 38,2 837 753 19,7 1 522 1 519 17,6 386 350 33,1 2 561 2 013 25,8 566 432 8,2 636 1 261 10,2 224 439 10,9 842 1 038 8,1 178 217 30,5 2 357 1 997 21,2 464 378 26,8 2 072 1 992 19,0 417 385 27,8 2 146 2 247 25,8 566 578 7,9 609 765 13,6 297 330 5,9 454 612 14,9 327 373 1,2 91 115 5,5 121 147 100,0 7 728 7 728 100,0 2 191 2 191 ____________________________________________________________________________________________ 1 La zone Sud-Est comprend les wilayas de Hodh Charghi et Hodh Gharbi; la zone Fleuve comprend les wilayas de Gorgol, Guidimagha, Trarza et Brakna; la zone Nord comprend les Wilayas d'Adrar, Tiris Zemmour, Inchiri et Dakhlet Nouadhibou; la zone Centre regroupe les wilayas d'Assaba et Tagant. Nouakchott constitue toujours un domaine à part et figure sous les rubriques "milieu de résidence" et "zone". 2 Le Primaire comprend les 6 premières années de Mahadra, le Secondaire 1er cycle comprend les années 7 à 9 de Mahadra ainsi que le 1er cycle technique, et les années 10 et plus de Mahadra sont assimilées au Secondaire 2nd cycle ainsi que le 2nd cycle technique. NA = Non applicable 24 * Caractéristiques des ménages et des enquêtés passant de 23 % à 15-19 ans à 3 % à 55-59 ans. On relève qu’environ la moitié des hommes (51 %) ont moins de 30 ans. On constate qu’au moment de l’enquête, plus de la moitié des femmes étaient mariées (59 %) et 29 % étaient encore célibataires. Par ailleurs, 2 % des femmes étaient veuves au moment de l’enquête alors qu’une forte proportion (11 %) étaient divorcées. Parmi les hommes, on constate que seulement la moitié étaient mariés (49 %) au moment de l’enquête alors qu’une même proportion était encore célibataire (49 %). Quant aux hommes en rupture d’union, ils ne représentaient qu’une très faible proportion : moins d’un pour cent était veuf et 2 % étaient divorcés. L’analyse des résultats selon le milieu de résidence montre qu’un peu plus de la moitié des femmes vivent en milieu rural (54 %) et 46 % en milieu urbain, dont la majorité à Nouakchott (28 %). Du fait des migrations, les hommes sont proportionnellement beaucoup plus nombreux que les femmes à vivre en milieu urbain (56 %) et près de deux hommes sur cinq (38 %) vivent à Nouakchott. Du point de vue régional, rappelons que les wilayas ont été regroupées en cinq grands domaines d’études désignées par le terme “zone” : la zone Sud comprend les wilayas de Hodh Charghi et Hodh Gharbi, la zone Fleuve comprend les wilayas de Gorgol, Guidimagha, Trarza et Brakna, la zone Nord celles d’Adrar, Tiris Zemmour, Inchiri et Dakhlet Nouadhibou, et la zone Centre regroupe les wilayas d’Assaba et Tagant. Nouakchott constitue toujours un domaine à part. On constate qu’en dehors de Nouakchott, qui regroupe 28 % des femmes et 38 % des hommes, c’est dans la zone Fleuve que vivent les proportions les plus élevées de femmes et d’hommes (respectivement, 33 % et 26 %). À l’opposé, c’est dans la zone Nord que les femmes sont, proportionnellement, les moins nombreuses (8 %) et, dans le Centre, que la proportion d’hommes est la plus faible (8 %). Concernant le niveau d’instruction, on remarque en premier lieu qu’une proportion plus élevée de femmes que d’hommes n’ont aucune instruction, ni même coranique (31 % contre 21 %). À l’inverse, la proportion de femmes qui ont fréquenté seulement l’école coranique est plus élevée que celle des hommes (27 % contre 19 %). En outre, on constate qu’une proportion beaucoup plus importante d’hommes que de femmes ont déclaré avoir un niveau d’instruction, au moins, primaire (respectivement, 60 % contre 43 %). De plus, il faut souligner qu’à mesure que le niveau d’instruction s’élève, les proportions diminuent et l’écart de niveau d’instruction entre les hommes et les femmes se creuse : seulement 8 % des femmes ont un niveau d’instruction secondaire 1er cycle contre 14 % chez les hommes; en ce qui concerne le niveau secondaire 2nd cycle, les proportions sont de 6 % chez les femmes contre 15 % chez les hommes. Le tableau 2.11 présente la répartition des hommes et des femmes selon le niveau d’instruction atteint par groupe d’âges et par milieu de résidence. Selon l’âge, on constate tout d’abord que le niveau d’instruction augmente des générations les plus anciennes aux plus récentes : 50 % des femmes de 45-49 ans n’ont aucune instruction contre 20 % de celles de 15-19 ans; chez les hommes, ces proportions sont, respectivement, de 33 % et de 12 %. De plus, les proportions de femmes et d’hommes ayant déclaré avoir fréquenté seulement l’école coranique diminuent des générations les plus anciennes aux plus récentes. Corrélativement, les proportions de ceux ayant fréquenté l’école formelle augmentent au fil des générations, passant de 11 % chez les femmes de 45-49 ans à 68 % chez celles de 15-19 ans, et de 32 % chez les hommes de 45-49 ans à 78 % chez ceux de 15-19 ans. Cependant, la diminution des proportions d’ hommes et de femmes n’ ayant fréquenté que l’école coranique ne traduit pas forcément une desaffection de cet Caractéristiques des ménages et des enquêtés * 25 Ta bl ea u 2. 11 N iv ea u d' in st ru ct io n de s fe m m es e t d es h om m es e nq uê té s Ré pa rt iti on (e n % ) d es fe m m es e t d es h om m es p ar n iv ea u d' in st ru ct io n at te in t, se lo n le g ro up e d' âg es e t l e m ili eu d e ré sid en ce , E D SM M au rit an ie 2 00 0- 01 __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ N iv ea u d' in st ru ct io n de s fe m m es N iv ea u d' in st ru ct io n de s ho m m es __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ _ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ _ C or a- Se co n- Se co n- C or a- Se co n- Se co n- ni qu e da ire da ire ni qu e da ire da ire se ul e- Pr i- 1e r 2n d Su pé - Ef fe c- se ul e- Pr i- 1e r 2n d Su pé - Ef fe c- C ar ac té ris tiq ue Au cu n m en t m ai re cy cl e cy cl e rie ur To ta l tif Au cu n m en t m ai re cy cl e cy cl e rie ur To ta l tif __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ G ro up e d' âg es 1 5- 19 2 0- 24 2 5- 29 3 0- 34 3 5- 39 4 0- 44 4 5- 49 5 0- 54 5 5- 59 M ili eu d e ré si de nc e N ou ak ch ot t A ut re s vi lle s E ns em bl e ur ba in R ur al Z on e N ou ak ch ot t S ud -E st F le uv e N or d C en tr e En se m bl e 19 ,7 12 ,7 47 ,9 15 ,2 4, 2 0, 2 10 0, 0 1 69 7 12 ,2 10 ,1 41 ,4 25 ,2 10 ,7 0, 4 10 0, 0 49 4 24 ,0 20 ,1 35 ,2 8, 6 10 ,5 1, 7 10 0, 0 1 46 7 14 ,3 11 ,3 28 ,0 16 ,0 24 ,5 5, 9 10 0, 0 31 9 25 ,0 25 ,7 31 ,3 7, 0 9, 1 2, 0 10 0, 0 1 30 6 14 ,4 10 ,7 33 ,2 13 ,0 18 ,8 9, 9 10 0, 0 29 9 36 ,6 30 ,4 19 ,1 6, 4 5, 5 1, 9 10 0, 0 1 19 1 24 ,3 20 ,5 18 ,8 9, 5 14 ,7 12 ,3 10 0, 0 25 8 40 ,4 40 ,1 11 ,7 3, 4 3, 6 0, 8 10 0, 0 83 3 26 ,5 23 ,5 19 ,7 7, 4 16 ,2 6, 7 10 0, 0 22 7 43 ,9 45 ,5 7, 6 1, 6 0, 7 0, 7 10 0, 0 77 4 27 ,1 32 ,6 13 ,8 8, 7 11 ,2 6, 5 10 0, 0 24 9 50 ,4 39 ,0 5, 2 3, 6 1, 6 0, 3 10 0, 0 45 9 33 ,0 35 ,1 14 ,0 3, 1 10 ,2 4, 7 10 0, 0 14 0 N A N A N A N A N A N A N A N A 37 ,1 34 ,7 14 ,2 5, 0 9, 0 0, 0 10 0, 0 13 3 N A N A N A N A N A N A N A N A 39 ,8 21 ,8 10 ,0 12 ,5 15 ,5 0, 5 10 0, 0 71 17 ,7 19 ,4 34 ,1 14 ,7 11 ,0 3, 0 10 0, 0 2 16 8 12 ,4 14 ,0 28 ,0 14 ,4 21 ,5 9, 7 10 0, 0 83 7 18 ,9 22 ,4 33 ,9 13 ,3 10 ,5 0, 9 10 0, 0 1 38 6 10 ,7 14 ,4 27 ,8 24 ,1 17 ,5 5, 6 10 0, 0 39 3 18 ,2 20 ,6 34 ,0 14 ,1 10 ,8 2, 2 10 0, 0 3 55 4 11 ,8 14 ,2 27 ,9 17 ,5 20 ,2 8, 4 10 0, 0 1 23 0 41 ,0 32 ,1 22 ,4 2, 5 1, 7 0, 3 10 0, 0 4 17 4 33 ,1 25 ,2 23 ,2 8, 5 8, 2 1, 8 10 0, 0 96 1 17 ,7 19 ,4 34 ,1 14 ,7 11 ,0 3, 0 10 0, 0 2 16 8 12 ,4 14 ,0 28 ,0 14 ,4 21 ,5 9, 7 10 0, 0 83 7 23 ,6 45 ,2 23 ,9 3, 6 3, 3 0, 4 10 0, 0 1 52 2 19 ,2 32 ,2 23 ,0 9, 9 11 ,9 3, 7 10 0, 0 38 6 48 ,6 19 ,5 23 ,9 4, 5 3, 0 0, 4 10 0, 0 2 56 1 39 ,3 13 ,5 25 ,0 13 ,4 7, 0 1, 9 10 0, 0 56 6 15 ,1 22 ,4 36 ,5 13 ,7 11 ,7 0, 6 10 0, 0 63 6 10 ,5 17 ,1 30 ,6 18 ,8 17 ,7 5, 2 10 0, 0 22 4 32 ,3 38 ,0 23 ,5 4, 0 1, 6 0, 6 10 0, 0 84 2 22 ,5 33 ,8 18 ,8 11 ,2 12 ,2 1, 4 10 0, 0 17 8 30 ,5 26 ,8 27 ,8 7, 9 5, 9 1, 2 10 0, 0 7 72 8 21 ,2 19 ,0 25 ,8 13 ,6 14 ,9 5, 5 10 0, 0 2 19 1 __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ N ot e : L e Pr im ai re c om pr en d le s 6 p re m iè re s a nn ée s d e M ah ad ra , l e Se co nd ai re 1 er c yc le c om pr en d le s a nn ée s 7 à 9 d e M ah ad ra a in si qu e le 1 er c yc le te ch ni qu e, et le s an né es 1 0 et p lu s de M ah ad ra s on t a ss im ilé es a u Se co nd ai re 2 nd c yc le a in si qu e le 2 nd c yc le te ch ni qu e. N A = N on a pp lic ab le 26 * Caractéristiques des ménages et des enquêtés Tableau 2.12 Fréquentation scolaire et raisons de l'abandon de l'école Répartition (en %) des femmes de 15 à 24 ans par fréquentation scolaire (école formelle seulement) et raisons de l'abandon de l'école, selon le niveau d'instruction atteint, EDSM Mauritanie 2000-01____________________________________________________________ Niveau d'instruction______________________ Secondaire Fréquentation Primaire ou plus Ensemble____________________________________________________________ Fréquente actuellement Oui Non Total Effectif Raisons d'abandon scolaire S'est mariée Est tombée enceinte S'occupe des enfants Aide sa famille au travail Ne pouvait payer école Avait besoin argent Assez scolarisée N'aimait pas l'école École non accessible Autre NSP/ND Ensemble Effectif qui ne fréquentent plus l’école 21,2 71,4 37,5 78,8 28,6 62,5 100,0 100,0 100,0 1 329 639 1 968 13,9 19,4 14,7 1,2 7,5 2,1 2,3 4,2 2,6 18,7 12,5 17,8 4,6 0,7 4,0 1,4 2,2 1,5 3,4 6,4 3,8 23,0 17,5 22,2 7,4 6,1 7,2 18,2 17,7 18,2 5,8 5,9 5,9 100,0 100,0 100,0 1 048 182 1 230 enseignement au profit de l’ enseignement formel, mais elle montrerait plutôt une tendance à suivre parallèlement les deux enseignements. Par ailleurs, les résultats selon le milieu de résidence mettent en évidence des écarts importants de niveau d’instruction entre les milieux urbain et rural, écarts plus importants chez les femmes que chez les hommes. En effet, 41 % des femmes du milieu rural n’ont aucune instruction contre 18 % en urbain; chez les hommes, ces proportions sont, respectivement, de 33 % contre 12 %. De plus, en milieu rural, 32 % des femmes et 25 % des hommes ont seulement fréquenté l’école coranique contre, respectivement, 21 % et 14 %, en milieu urbain. Les résultats par zone géographique montrent que c’est à Nouakchott et dans le Nord que l’on observe la proportion la plus élevée de femmes et d’hommes ayant fréquenté l’école formelle (deux tiers des femmes et trois quarts des hommes). À l’opposé, moins d’un tiers des femmes et moins de la moitié des hommes ont fréquenté l’ecole formelle dans les zones Sud-Est, Centre et Fleuve. Le tableau 2.12 présente la répartition des femmes de 15 à 24 ans selon qu’elles fréquentaient ou non l’école au moment de l’enquête et, pour celles qui ne sont plus scolarisées, la répartition selon les raisons qui les ont poussées à quitter l’école. Seule la fréquentation du système formel a été prise en compte ici. On remarque que, dans l’ensemble, moins de deux femmes de 15- 24 ans sur cinq (38 %) fréquentaient l’école au moment de l’enquête. Près des deux tiers des femmes avaient donc abandonné l’école et, dans la majorité des cas, elles ont déclaré l’avoir quittée Caractéristiques des ménages et des enquêtés * 27 parce qu’elles ne l’aimaient pas (22 %). Près d’une femme sur cinq (18 %) a cité comme raison d’abandon le fait de devoir aider sa famille et dans 17 % des cas, le mariage ou la grossesse sont les causes de l’abandon scolaire. Quel que soit le niveau d’instruction atteint au moment de l’abandon, ce sont toujours ces mêmes raisons qui sont citées. Dans 19 % des cas, la jeune fille a abandonné l’école au niveau primaire pour aider sa famille et dans 15 % des cas pour se marier ou parce qu’elle était enceinte. Au niveau secondaire, plus d’une jeune femme de 15-24 ans sur quatre (27 %) abandonne l’école pour se marier ou parce qu’elle est tombée enceinte. Pour déterminer le niveau d’alphabétisation des enquêtés, on a demandé à ceux qui n’avaient pas d’instruction ainsi qu’à ceux qui avaient fréquenté seulement l’école coranique ou qui avaient seulement le niveau primaire de lire une phrase, ce qui a permis de les classer selon les trois niveaux suivants : lit une phrase entière, lit une partie de phrase et ne sait pas lire. Ceux qui avaient le niveau d’instruction secondaire ou plus étaient considérés d’office comme étant alphabétisés. Des résultats du tableau 2.13, il ressort que les hommes sont plus alphabétisés (49 % : 34 % ont un niveau secondaire et 15 % savent lire une phrase entière) que les femmes (28 % : 15 % ont un niveau secondaire et 13 % savent lire une phrase entière). Plus de la moitié des femmes (53 %) ne savent pas lire du tout et près d’une sur cinq (18 %) ne peut lire que partiellement. Rappelons ici que 31 % des femmes n’ont jamais fréquenté l’école. On s’attendrait donc à ce que la proportion d’analphabètes ne dépasse pas cette proportion de femmes qui n’ont jamais fréquenté l’école, alors que 53 % des femmes ne savent pas lire du tout et que 18 % ne sont capables de lire qu’une partie de phrase. Chez les hommes, 21 % n’ont jamais fréquenté l’école alors que 35 % ne savent pas lire du tout et que 15 % ne sont capables de lire qu’une partie de phrase. Le fait que les proportions d’analphabétisme (total ou partiel) soient nettement supérieures aux proportions de personnes n’ayant jamais fréquenté l’école indique qu’une partie importante de la population qui a fréquenté l’école ne l’a pas fréquentée suffisamment pour apprendre à lire ou qu’elle a oublié ce qu’elle avait appris. Les résultats selon l’âge montrent que les proportions d’hommes et de femmes qui ne savent pas lire diminuent des générations anciennes aux plus récentes. Les résultats font également apparaître des écarts entre milieux de résidence et entre régions. En milieu rural, près des deux tiers des femmes (64 %) et la moitié des hommes (51 %) ne savent pas lire du tout contre, respectivement, 40 % et 23 % en mileu urbain. Selon les zones, on constate que c’est dans celle du Fleuve que les proportions d’analphabètes sont les plus élevées (53 % d’hommes et 64 % de femmes ne savent pas lire du tout); à l’opposé, c’est à Nouakchott et dans la zone Nord que l’on observe les proportions les plus faibles. 28 * Caractéristiques des ménages et des enquêtés Tableau 2.13 Alphabétisation Répartition (en %) des femmes et de hommes par niveau d’instruction et d’alphabétisation selon les caractéristiques socio-démographiques, EDSM Mauritanie 2000-01 _______________________________________________________________________________________________ Niveau coranique, primaire ou sans instruction _______________________________________________________ Niveau Lit Lit Ne Pas de carte secondaire une phrase une partie sait pas dans la Caractéristique ou plus entière de phrase lire langue/ND Total Effectif _______________________________________________________________________________________________ FEMMES ________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Nouakchott Autres villes Ensemble urbain Rural Zone Nouakchott Sud-Est Fleuve Nord Centre Ensemble des femmes 19,7 16,4 21,4 41,3 1,1 100,0 1 697 20,8 13,6 17,7 46,2 1,8 100,0 1 467 18,1 14,5 18,0 47,2 2,2 100,0 1 306 13,9 11,1 16,5 57,7 0,9 100,0 1 191 7,8 9,0 15,5 65,6 2,1 100,0 833 3,0 8,1 15,0 72,4 1,5 100,0 774 5,5 8,6 14,8 69,5 1,6 100,0 459 28,7 13,7 16,9 39,2 1,5 100,0 2 168 24,8 13,2 19,4 41,5 1,2 100,0 1 386 27,2 13,5 17,9 40,1 1,4 100,0 3 554 4,5 11,9 17,5 64,3 1,7 100,0 4 174 28,7 13,7 16,9 39,2 1,5 100,0 2 168 7,3 14,3 15,8 60,6 2,0 100,0 1 522 7,9 8,5 18,2 63,6 1,8 100,0 2 561 26,0 15,5 17,6 39,6 1,3 100,0 636 6,2 17,4 21,6 54,3 0,5 100,0 842 14,9 12,6 17,7 53,2 1,6 100,0 7 728 _______________________________________________________________________________________________ HOMMES ________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 Milieu de résidence Nouakchott Autres villes Ensemble urbain Rural Zone Nouakchott Sud-Est Fleuve Nord Centre Ensemble des hommes 36,3 14,6 20,2 28,0 0,8 100,0 494 46,3 13,6 13,4 25,2 1,4 100,0 319 41,7 18,4 12,5 25,8 1,7 100,0 299 36,4 13,5 12,0 36,1 1,9 100,0 258 30,3 15,1 12,4 41,0 1,1 100,0 227 26,5 16,5 14,6 42,0 0,4 100,0 249 18,0 11,9 16,3 52,2 1,7 100,0 140 14,0 18,3 12,7 53,6 1,4 100,0 133 28,4 3,9 20,3 46,6 0,8 100,0 71 45,6 17,9 13,2 22,8 0,4 100,0 837 47,1 11,7 16,7 22,2 2,3 100,0 393 46,1 15,9 14,3 22,6 1,0 100,0 1 230 18,5 13,4 16,0 50,7 1,5 100,0 961 45,6 17,9 13,2 22,8 0,4 100,0 837 25,5 18,6 18,3 35,1 2,5 100,0 386 22,3 9,8 13,9 53,3 0,6 100,0 566 41,7 12,3 20,3 23,5 2,2 100,0 224 24,9 11,1 13,6 47,4 3,0 100,0 178 34,0 14,8 15,1 34,9 1,2 100,0 2 191 Caractéristiques des ménages et des enquêtés * 29 Tableau 2.14 Caractéristiques différentielles des couples Répartition (en %) des couples par différence d'âges entre conjoints et différence de niveau d'instruction, EDSM Mauritanie 2000-01 _____________________________________________ Différence Pourcentage Effectif _____________________________________________ Âge Femme plus âgée Homme + âgé de : 0-4 ans 5-9 ans 10-14 ans 15 ans ou plus Différence d'âge moyenne Niveau d'instruction Homme et femme : aucun Femme instruite, homme non Homme instruit, femme non Homme et femme instruits Total (4,7) 37 13,9 109 30,0 235 27,8 218 23,6 185 10,3 784 20,5 161 9,9 77 15,2 119 54,4 427 100,0 784 _____________________________________________ ( ) Basé sur 25-49 cas non pondérés 2.2.2 Caractéristiques des couples Parmi les hommes interviewés, 784 étaient mariés, vivaient dans le même ménage que leur femme et leur femme avait également été enquêtée. Dans ces cas, il a donc été possible d’associer l’homme à sa femme et de reconstituer ainsi des couples qui, par la suite, peuvent être étudiés du point de vue de leurs convergences ou divergences d’idées dans certains domaines. Les résultats du tableau 2.14 montrent que dans 95 % des couples, l’homme est plus âgé que la femme : dans 14 % des cas, il a plus de 5 ans qu’elle, dans 30 % des cas, il a 5 à 9 ans de plus, dans 28 % des cas, la différence d’âge est de 10 à 14 ans, et pour 24 % des couples, cet écart est de 15 ans ou plus. La différence d’âge moyenne s’établit à 10,3 ans. Selon le niveau d’instruction, on constate que plus de la moitié des couples (54 %) sont constitués d’un homme et d’une femme ayant fréquenté l’école; à l’opposé, dans un couple sur cinq (21 %), ni l’homme, ni la femme ne sont instruits. Quand le niveau d’instruction est différent, on constate que, dans la majorité des cas, c’est l’homme qui est instruit et la femme qui ne l’est pas (15 %). La proportion de couples dans lesquels la femme est instruite alors que l’homme ne l’est pas est de seulement 10 %. 2.2.3 Exposition aux médias La réussite des programmes d’information et d’éducation et de communication en matière de population et notamment dans le domaine de la santé de la reproduction (qui intègre les aspects liés à la planification familiale, aux IST et au sida) est fonction du niveau d’exposition aux médias (radio, télévision, journaux). Cependant, il faut souligner que ce niveau d’exposition n’est pas nécessairement lié à la disponibilité des équipements dans la mesure où de nombreuses personnes peuvent aller écouter la radio ou regarder la télévision chez des amis ou des voisins. Au niveau national, une proportion élevée de femmes (60 %) ne sont exposés à aucun média. (Tableau 2.15). À l’opposé, 27 % regardent la télévision, au moins, une fois par semaine, 21 % écoutent la radio, au moins, une fois par jour et 11 % lisent un journal, au moins, une fois par semaine. Globalement, très peu de femmes (3 %) sont exposées aux trois médias. Les résultats selon l’âge montrent que les femmes de 15-30 ans sont un peu plus fréquemment exposées aux médias que les plus âgées. En outre, on constate des écarts importants selon le milieu de résidence, la zone de résidence et le niveau d’instruction. Les femmes qui sont les plus exposées aux médias sont celles de Nouakchott (9 %), de la zone du Nord (3 %) et celles qui ont, au moins, un niveau secondaire (16 %). En revanche, 81 % des femmes du milieu rural, 83 % de celles vivant dans la zone du Centre, 82 % de celles du Sud-Est, 71 % de celles du Fleuve et 78 % de celles qui n’ont pas d’instruction ne sont exposées à aucun média. 30 * Caractéristiques des ménages et des enquêtés Tableau 2.15 Exposition aux médias Pourcentage de femmes et d'hommes qui, habituellement, lisent un journal, regardent la télévision au moins une fois par semaine et/ou écoutent la radio au moins une fois par jour selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSM Mauritanie 2000-01 ______________________________________________________________________________ Lit un Écoute journal Regarde la la radio au moins TV au moins au moins Les Aucun une fois/ une fois/ une fois/ trois Caractéristique média semaine semaine jour médias Effectif______________________________________________________________________________ FEMMES______________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Nouakchott Autres villes Ensemble urbain Rural Zone Nouakchott Sud-Est Fleuve Nord Centre Niveau d'instruction Aucun Coranique seulement Primaire Secondaire ou plus Ensemble des femmes 55,6 15,2 30,0 22,0 4,6 1 697 57,7 13,1 29,1 20,9 4,2 1 467 56,8 12,1 30,4 21,2 3,4 1 306 63,7 10,0 24,9 19,2 2,8 1 191 65,3 6,4 21,0 20,5 2,1 833 65,2 3,8 19,9 22,5 1,7 774 66,7 4,6 20,3 20,3 1,6 459 29,5 21,9 59,8 30,8 8,7 2 168 45,3 13,4 40,8 26,9 3,9 1 386 35,7 18,6 52,4 29,3 6,8 3 554 80,9 4,1 4,6 13,9 0,4 4 174 29,5 21,9 59,8 30,8 8,7 2 168 82,3 4,8 4,3 12,2 0,6 1 522 70,5 6,2 11,7 20,8 1,3 2 561 39,0 12,9 50,6 25,7 3,0 636 83,3 4,9 8,3 8,6 0,9 842 78,2 0,1 11,2 14,3 0,0 2 357 72,7 4,4 13,3 16,4 0,3 2 072 50,7 12,9 34,4 22,4 2,8 2 146 18,1 39,8 67,2 40,4 16,4 1 153 60,1 10,7 26,6 21,0 3,3 7 728 ______________________________________________________________________________ HOMMES______________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 Milieu de résidence Nouakchott Autres villes Ensemble urbain Rural Zone Nouakchott Sud-Est Fleuve Nord Centre Niveau d'instruction Aucun Coranique seulement Primaire Secondaire ou plus Ensemble des hommes 45,4 13,8 43,2 26,5 4,7 494 37,4 22,0 48,5 36,3 11,3 319 34,8 20,9 40,8 39,6 8,5 299 43,6 17,2 35,3 43,8 11,4 258 35,3 17,0 31,6 49,5 7,6 227 43,4 13,7 31,3 44,7 8,6 249 41,1 14,0 30,4 48,4 9,4 140 49,9 12,0 25,4 38,7 7,2 133 45,9 11,7 19,7 41,6 6,2 71 22,4 26,9 62,4 45,0 14,7 837 22,9 20,3 60,0 47,7 11,5 393 22,6 24,7 61,7 45,9 13,7 1 230 65,3 6,0 6,6 29,8 1,2 961 22,4 26,9 62,4 45,0 14,7 837 70,2 7,9 5,2 24,8 1,7 386 46,4 10,3 20,6 45,0 4,1 566 22,9 17,4 65,5 38,2 9,2 224 74,5 5,1 8,8 21,4 3,5 178 61,0 0,7 15,3 32,0 0,5 464 56,3 4,7 19,6 33,9 1,2 417 40,2 11,7 41,0 32,8 4,3 566 21,5 36,7 58,7 50,5 20,0 745 41,3 16,5 37,5 38,8 8,2 2 191 Caractéristiques des ménages et des enquêtés * 31 Tableau 2.16 Travail des femmes Répartition (en %) des femmes selon qu'elles travaillent ou non et selon la durée du travail, par caractéristique socio-démographique, EDSM Mauritanie 2000-01___________________________________________________________________________________________ Ne travaille pas au moment de l'enquête ___________________ N'a pas A travaillé travaillé Travaille au moment de l'enquête dans dans _____________________________ les 12 les 12 Saison- derniers derniers Toute nière- Occasion- Caractéristique mois mois l'année ment nellement Total1 Effectif___________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Nouakchott Autres villes Ensemble urbain Rural Zone Nouakchott Sud-Est Fleuve Nord Centre Niveau d'instruction Aucun Coranique seulement Primaire Secondaire ou plus Ensemble 78,0 2,0 7,0 8,0 4,4 100,0 1 697 71,8 3,0 9,1 8,0 7,8 100,0 1 467 64,8 4,0 12,2 9,4 9,2 100,0 1 306 62,4 2,6 15,9 11,0 8,0 100,0 1 191 58,6 1,8 17,9 10,9 10,4 100,0 833 62,7 4,3 12,8 12,2 7,7 100,0 774 59,5 2,6 17,5 12,3 7,8 100,0 459 57,9 5,2 19,2 6,1 11,3 100,0 2 168 67,7 1,9 15,8 4,3 9,8 100,0 1 386 61,7 3,9 17,9 5,4 10,7 100,0 3 554 72,3 2,0 7,1 13,4 5,0 100,0 4 174 57,9 5,2 19,2 6,1 11,3 100,0 2 168 68,4 2,7 10,4 13,2 5,1 100,0 1 522 73,7 1,0 6,8 11,3 6,9 100,0 2 561 73,6 2,3 13,4 4,8 5,7 100,0 636 66,6 3,3 11,5 11,7 6,1 100,0 842 65,7 1,8 9,5 15,5 7,2 100,0 2 357 68,1 3,6 10,6 9,0 8,4 100,0 2 072 67,8 3,6 12,9 6,3 9,0 100,0 2 146 69,2 2,3 18,4 5,4 4,4 100,0 1 153 67,5 2,9 12,1 9,7 7,6 100,0 7 728 ___________________________________________________________________________________________ 1 Y compris les non déterminés Les hommes sont proportionnellement plus nombreux que les femmes à être exposées aux trois médias (8 % contre 3 %). Comme chez les femmes, ce sont ceux de Nouakchott (15 %), ceux de la zone Nord (9 %) et les plus instruits (20 %) qui sont le plus fréquemment exposés aux trois médias. Parmi les hommes du milieu rural, parmi ceux de la zone Sud et parmi ceux sans instruction ou qui ont seulement fréquenté l’école coranique, très peu sont exposés aux trois médias. 2.3 ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE L’EDSM a collecté des informations relatives à l’occupation des femmes et des hommes. Est considérée ici comme étant occupé, toute personne ayant déclaré avoir une activité, régulière ou non, dans le secteur formel ou informel, avec une contrepartie financière ou non. Dans l’ensemble, il ressort du tableau 2.16 que 70 % des femmes ne travaillaient pas au moment de l’enquête, dont une très faible proportion avait travaillé dans les 12 derniers mois (3 %). Parmi les 29 % qui travaillaient au moment de l’enquête, 12 % ont déclaré avoir travaillé toute l’année, 10 % saisonnièrement et 8 % de manière occasionnelle. 32 * Caractéristiques des ménages et des enquêtés Tableau 2.17 Employeur et formes de revenus Répartition (en %) des femmes qui travaillent par type d'employeur et pourcentage de femme gagnant de l’argent, selon les caractéristiques socio-démographiques, EDSM Mauritanie 2000-01 ____________________________________________________________________________________________________ Travaille Effectif Travaille Travaille pour Pourcentage de femmes à son pour quelqu'un qui gagnent qui Caractéristique compte parents d'autre ND Total de l'argent travaillent ____________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Nouakchott Autres villes Ensemble urbain Rural Niveau d'instruction Aucun Coranique seulement Primaire Secondaire ou plus Ensemble 40,6 28,4 29,8 1,1 100,0 68,1 335 58,6 17,6 23,5 0,4 100,0 73,5 367 66,8 11,2 21,5 0,6 100,0 75,7 407 64,6 6,4 28,9 0,0 100,0 77,9 416 71,9 7,1 20,1 0,8 100,0 77,3 329 75,3 11,4 12,5 0,9 100,0 72,6 253 73,9 6,1 19,8 0,1 100,0 72,2 174 61,5 7,4 30,4 0,6 100,0 89,4 796 64,6 9,7 25,3 0,3 100,0 88,8 420 62,6 8,2 28,6 0,5 100,0 89,2 1 216 64,4 18,3 16,7 0,6 100,0 57,2 1 066 70,3 13,5 15,1 1,1 100,0 63,6 763 72,0 11,3 16,2 0,5 100,0 73,8 583 58,7 16,0 25,1 0,2 100,0 80,8 608 41,0 8,9 50,1 0,0 100,0 87,6 328 63,4 12,9 23,1 0,6 100,0 74,2 2 282 ____________________________________________________________________________________________________ Note: Les femmes qui sont payées en nature et en argent sont comptées comme gagnant de l’argent. La proportion de femmes qui travaillent augmente avec l’âge passant de 19 % à 15-19 ans, à 31 % à 25-29 ans et atteint 38 % à 45-49 ans. C’est à Nouakchott que la proportion de femmes qui travaillaient au moment de l’enquête est la plus élevée (37 % contre 26 % en rural) et c’est également dans la capitale que la proportion de femmes ayant une activité à l’année est la plus élevée (19 % contre un minimum de 7 % en rural). Par ailleurs, on ne constate que peu de variation selon la zone géographique : 29 % des femmes des zones Sud-Est et Centre travaillaient au moment de l’enquête, contre 25 % dans la zone du Fleuve. Selon le niveau d’instruction, il apparaît que ce sont les femmes sans instruction qui travaillaient le plus fréquemment au moment de l’enquête (32 % contre 28 % pour les autres niveaux). Ces femmes occupaient, en majorité, un emploi saisonnier (16 %). Le tableau 2.17 présente la répartition des femmes qui travaillaient au moment de l’enquête par type d’employeur et la proportion de celles qui gagnaient de l’argent selon certaines caractéristiques socio-démographiques. Près des deux tiers des femmes ayant une activité travaillaient à leur compte (63 %),13 % travaillaient pour des parents et 23 % pour quelqu’un Caractéristiques des ménages et des enquêtés * 33 Tableau 2.18 Occupation des femmes Répartition (en %) des femmes qui travaillent par type d'occupation actuelle, selon les caractéristiques socio-démographiques, EDSM Mauritanie 2000-01 __________________________________________________________________________________________________________ Occupation de l'enquêtée ______________________________________________________________ Professionnel/ Technicien/ Effectif de Admini- Ventes, Travail femmes qui Caractéristique Agricole stration Services manuel Domestique Autre Total travaillent __________________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Nouakchott Autres villes Ensemble urbain Rural Niveau d'instruction Aucun Coranique seulement Primaire Secondaire ou plus Ensemble 26,3 4,1 31,1 15,6 16,3 6,6 100,0 335 16,7 5,8 41,7 18,8 10,6 6,4 100,0 367 20,6 10,9 41,8 14,7 6,3 5,8 100,0 407 20,5 18,1 39,0 11,3 5,7 5,4 100,0 416 19,5 13,2 49,5 14,4 1,9 1,5 100,0 329 31,3 8,0 46,7 11,4 1,3 1,3 100,0 253 24,9 11,5 43,4 11,6 3,4 5,2 100,0 174 0,5 18,3 53,7 17,7 6,0 3,8 100,0 796 4,9 14,4 55,7 15,7 6,9 2,5 100,0 420 2,0 17,0 54,4 17,0 6,3 3,4 100,0 1 216 45,1 3,0 26,7 11,1 7,7 6,4 100,0 1 066 43,6 1,5 33,8 9,9 7,1 4,1 100,0 763 17,7 2,4 49,7 17,8 7,6 4,8 100,0 583 10,3 8,0 48,3 19,1 9,4 5,0 100,0 608 2,0 50,3 32,0 8,9 0,9 5,9 100,0 328 22,1 10,5 41,5 14,2 6,9 4,8 100,0 2 282 d’autre (une personne, une entreprise ou pour le gouvernement). On constate que, quel que soit l’âge, à l’exception de celles de 15-19 ans, plus de la moitié des femmes actives travaillaient à leur propre compte. Par ailleurs, on constate que les femmes qui travaillent le plus fréquemment pour un parent sont celles du milieu rural (18 %) et les moins instruites. D’autre part, ce sont surtout les femmes de niveau secondaire ou plus (50 %) et celles du milieu urbain (29 %) qui travaillent le plus fréquemment pour quelqu’un d’autre. Globalement, parmi les femmes qui travaillent, les trois quarts gagnent de l’argent (74 %). Cependant, les femmes de 15-19 ans (68 %), celles du milieu rural (57 %) et celles sans instruction (64 %) sont celles qui sont le moins fréquemment rémunérées en argent pour leur travail. C’est essentiellement dans les ventes et services (42 %) que les femmes mauritaniennes travaillent (tableau 2.18). Il s’agit surtout des femmes du milieu urbain (54 %), de celles ayant un niveau d’instruction primaire (48 %) ou de celles qui ont suivi un enseignement coranique (50 %). En outre, un peu plus d’une femme sur cinq travaille dans le secteur agricole (22 %) : ce sont essentiellement les femmes du milieu rural (45 %) et celles qui n’ont pas d’instruction (44 %). Une 34 * Caractéristiques des ménages et des enquêtés Tableau 2.19 Occupation des hommes Répartition (en %) des hommes selon qu'ils travaillent ou non, par type d'occupation actuelle, selon les caractéristiques socio-démographiques, EDSM Mauritanie 2000-01 ________________________________________________________________________________________________________________ Professionnel/ Ne Technicien/ travaille Admini- Ventes, Travail- Caractéristique pas Agricole stration Services manuel Autre Total Effectif ________________________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 Milieu de résidence Nouakchott Autres villes Ensemble urbain Rural Zone Nouakchott Sud-Est Fleuve Nord Centre Niveau d'instruction Aucun Coranique seulement Primaire Secondaire ou plus Ensemble 64,4 11,9 1,7 8,6 10,7 2,6 100,0 494 36,4 16,7 6,8 20,4 16,4 3,3 100,0 319 23,1 15,6 13,8 24,3 20,1 3,2 100,0 299 9,8 35,1 15,8 21,5 15,2 2,7 100,0 258 7,7 30,7 16,2 27,4 15,3 2,7 100,0 227 11,2 32,2 16,2 25,9 10,6 3,9 100,0 249 10,1 33,0 17,2 19,7 18,2 1,7 100,0 140 8,0 29,6 9,3 30,4 14,9 7,7 100,0 133 18,2 37,0 12,9 24,6 6,7 0,7 100,0 71 23,2 3,0 15,9 30,0 24,5 3,4 100,0 837 36,5 9,1 10,9 23,8 16,3 3,4 100,0 393 27,4 5,0 14,3 28,1 21,8 3,4 100,0 1 230 28,5 46,9 6,1 10,7 4,9 2,8 100,0 961 23,2 3,0 15,9 30,0 24,5 3,4 100,0 837 17,6 50,6 5,9 16,1 6,4 3,4 100,0 386 41,6 31,4 7,7 12,0 5,5 1,8 100,0 566 29,6 19,6 10,1 18,7 18,3 3,8 100,0 224 27,0 39,1 7,2 13,9 7,9 4,8 100,0 178 19,8 42,9 2,4 15,9 15,1 3,8 100,0 464 14,5 36,4 4,0 28,6 14,1 2,4 100,0 417 28,3 16,7 7,4 19,8 24,2 3,6 100,0 566 40,2 8,9 22,2 19,2 6,6 2,8 100,0 745 27,9 23,3 10,7 20,5 14,4 3,1 100,0 2 191 femme sur sept a déclaré effectuer un travail manuel (14 %), en particulier les femmes de Nouakchott (18 %), celles ayant fréquenté l’école coranique (18 %) et celles ayant un niveau primaire (19 %). Un peu plus d’une femme sur dix a un emploi administratif ou de cadre : ce sont surtout les femmes ayant un niveau secondaire (50 %). Enfin 7 % travaillent comme domestique, surtout les femmes les plus jeunes (16 % à 15-19 ans) et celles ayant un niveau primaire (9 %). Le tableau 2.19 donne la répartition des hommes selon qu’ils avaient ou non un emploi au moment de l’enquête et selon le type d’occupation par caractéristiques socio-démographiques. Parmi les hommes enquêtés, 28 % ne travaillaient pas au moment de l’enquête. C’est dans le groupe d’âges 15-19 ans (64 %), parmi ceux des Autres Villes (37 %), parmi ceux résidant dans la zone du Fleuve (42 %) et parmi ceux de niveau secondaire ou plus (40 %) que les hommes qui ne travaillaient pas au moment de l’enquête sont proportionnellement les plus nombreux. Par ailleurs, 23 % des hommes travaillaient dans l’agriculture au moment de l’enquête, 21 % dans les ventes et services, 14 % avaient un emploi manuel et, enfin, 11 % avaient un emploi de cadre ou de technicien. Ce sont les hommes du milieu rural (47 %), ceux de la zone Sud-Est (51 %) et ceux sans instruction (43 %) qui occupent le plus fréquemment un emploi dans l’agriculture. À l’opposé, ceux qui travaillent dans les ventes et services sont proportionnellement plus nombreux à Nouakchott (30 %) et parmi ceux ayant suivi un enseignement coranique (29 %). Fécondité * 35 3FÉCONDITÉ Ahmed Ould Isselmou En Mauritanie, différentes opérations ont permis de collecter des informations sur la fécondité : il s’agit des recensements de 1977 et 1988, de l’Enquête Nationale Mauritanienne sur la Fécondité (ENMF) de 1981 et de l’Enquête sur la Santé de la Mère et de l’Enfant (MMCHS) de 1990-91. L’EDSM s’est intéressée à un échantillon national de femmes en âge de procréer (15-49 ans), et les informations fournies sur l'histoire génésique des femmes permettent d'estimer les niveaux et les tendances de la fécondité à l’échelle nationale, selon le milieu de résidence, le niveau d'instruction et la zone géographique. Toutes ces informations ont été obtenues par l’intermédiaire d'une série de questions que les enquêtrices ont posées aux femmes éligibles. Au cours de l’interview, les enquêtrices devaient enregistrer avec exactitude le nombre total d'enfants que la femme avait eus, en distinguant les garçons des filles, ceux vivant avec elle de ceux vivant ailleurs, et ceux encore en vie de ceux décédés. L'enquêtrice reconstituait ensuite avec la femme interrogée, l'historique complet de ses naissances, de la plus ancienne à la plus récente, en enregistrant, pour chacune d'entre elles, le type de naissance (simple ou multiple), le sexe, la date de naissance et l'état de survie. Pour les enfants encore en vie, elle enregistrait leur âge et distinguait ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs; pour les enfants décédés, elle enregistrait l'âge au décès. À la fin de l'interview de la section reproduction, l'enquêtrice devait s'assurer que le nombre total d'enfants déclaré par la mère (chaque catégorie : vivants, décédés, etc.) était cohérent avec le nombre d'enfants obtenu à partir de l'historique des naissances. Malgré l'organisation mise en place pour atteindre les objectifs de l'enquête, la formation et les instructions données aux agents de terrain, ainsi qu’à ceux chargés du traitement informatique des données, et en dépit des contrôles opérés à tous les niveaux, les données obtenues peuvent être sujettes à différents types d’erreurs. En plus des imprécisions concernant l’âge de la femme qui peuvent légèrement biaiser le niveau de la fécondité, ces erreurs sont principalement celles inhérentes aux enquêtes rétrospectives. Il s'agit notamment : • du sous-enregistrement des naissances, en particulier l'omission d'enfants qui vivent ailleurs, de ceux qui meurent très jeunes, quelques heures ou quelques jours seulement après la naissance, ce qui peut entraîner une sous-estimation des niveaux de fécondité; • de l'imprécision des déclarations de date de naissance et/ou d'âge, en particulier l'attraction pour des années de naissance ou pour des âges ronds, ce qui peut entraîner des sous-estimations ou des surestimations de la fécondité à certains âges et pour certaines périodes; • de l'effet de sélectivité (Ignégongba, 1991) : c'est-à-dire que les femmes enquêtées sont celles qui sont survivantes. Si l’on suppose que la fécondité des femmes décédées avant l'enquête est différente de celle des survivantes, les niveaux de fécondité obtenus s’en trouveraient légèrement biaisés. 1 À l'Annexe C, le tableau C.5 fournit la distribution des naissances par année de naissance. Le rapport de naissances annuelles (rapport des naissances d'année x à la demi-somme des naissances des années précédentes et suivantes, soit Nx/[(Nx-1+Nx+1)/2]), rend compte des déplacements d'années de naissance. Le rapport indique un manque de naissances en 1995 (rapport = 68 < 100) et un excédent en 1994 (rapport = 115 > 100). 36 * Fécondité Par ailleurs, il est possible qu'il y ait eu certains transferts de dates de naissance d'enfants nés depuis janvier 1995 vers les années précédentes. Ces transferts d'année de naissance sont souvent effectués par les enquêtrices pour éviter de poser les questions sur la santé des enfants (Section 4 du questionnaire) qui ne portent que sur les enfants nés depuis janvier 1995 et pour éviter de prendre les mesures anthropométriques (poids et taille) de ces enfants. Ces transferts sont généralement plus fréquents lorsque l’enquêtée ne connaît pas avec exactitude le mois et l'année de naissance ou l'âge de ses enfants. Dans le cas de l’EDSM, il semble effectivement y avoir eu certains déplacements de naissances de l’année 1995 sur l’année 19941. Cependant la fécondité étant mesurée pour les cinq dernières années (soit la période 1996-97 à 2000-01), ces transferts se situent à l’extérieur de la période de référence et ne devraient donc pas affecter les résultats. Dans le cas de l’EDSM, l’analyse des données sur la fécondité a fait apparaître certaines omissions de naissances, essentiellement des naissances d’enfants qui sont morts par la suite et des naissances de femmes à parité élevée. Ces omissions semblent concerner essentiellement la zone du Centre. Il faut donc considérer les niveaux de fécondité de cette zone comme sous-estimés. Bien évidemment, les niveaux de fécondité de l’ensemble du pays sont aussi affectés mais, à ce niveau, la marge de sous-estimation semble tout à fait marginale. Enfin, au cours de l’enquête auprès des hommes, on a recueilli des informations sur leur fécondité totale, en leur posant une série de questions sur le nombre total d'enfants qu'ils ont eus, en distinguant les garçons des filles, ceux vivant avec eux de ceux vivant ailleurs, et ceux encore en vie de ceux qui sont décédés. Par contre, les enquêteurs n'avaient pas à reconstituer l’historique complet des naissances des hommes. 3.1 NIVEAU DE LA FÉCONDITÉ ET FÉCONDITÉ DIFFÉRENTIELLE Le niveau actuel de la fécondité ainsi que ses variations différentielles sont mesurés ici par les taux de fécondité générale par âge et l'Indice Synthétique de Fécondité (ISF) ou somme des naissances réduites qui est calculé en cumulant les taux de fécondité par groupes d’âges quinquennaux. L'ISF, qui est un indicateur conjoncturel de fécondité mesure le nombre moyen d’enfants nés vivants qu’aurait une femme à la fin de sa vie féconde si elle avait à chaque âge la fécondité par âge d’une période considérée. Ici, les niveaux de fécondité ont été calculés pour la période de cinq ans ayant précédé l'enquête, soit environ 1996-2001. Cette période a été choisie comme compromis entre deux exigences : fournir des indicateurs de fécondité les plus récents possibles et réduire les erreurs de sondage. Au niveau national, d’après le tableau 3.1, illustré par le graphique 3.1, on note qu’en Mauritanie les femmes se caractérisent par une fécondité précoce assez peu élevée (83 ‰ à 15-19 ans) qui augmente avec l’âge de la femme pour atteindre son maximum à 25-29 ans (215 ‰), avant de baisser de façon régulière. Avec les niveaux actuels de fécondité pour la période de cinq ans précédant l’enquête, les femmes mauritaniennes donneront naissance, en moyenne, à 4,7 enfants durant leur vie féconde. Fécondité * 37 Tableau 3.1 Fécondité actuelle Taux de fécondité par âge, indice synthétique de fécondité (ISF), taux brut de natalité (TBN) et taux global de fécondité générale (TGFG) pour la période des cinq années précédant l’enquête, selon le milieu de résidence, EDSM Mauritanie 2000-01 _________________________________________________________________________ Résidence _____________________________________ Autres Ensemble Groupe d’âges Nouakchott villes urbain Rural Ensemble _________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 ISF 15-49 (pour 1 femme) TGFG (pour 1 000) TBN (pour 1 000) 82 72 78 88 83 152 152 152 186 170 206 219 211 218 215 208 197 204 203 204 122 138 128 161 146 67 58 64 101 85 (22) (23) 23 39 33 4,3 4,3 4,3 5,0 4,7 144 140 143 161 153 32,1 31,4 31,9 32,1 32,1 _________________________________________________________________________ Note : Les taux sont calculés pour la période de 1-60 mois avant l’enquête. Les taux à 45-49 ans peuvent être légèrement biaisés du fait de données incomplètes pour ce groupe d’âges. Les taux calculés sur 125 à 249 cas d'exposition figurent entre parenthèses. 38 * Fécondité Tableau 3.2 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques Indice synthétique de fécondité pour les cinq années précédant l'enquête, proportion de femmes actuellement enceintes et nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans, par caractéristiques socio-démographiques, EDSM Mauritanie 2000-01____________________________________________________________________ Nombre moyen Pourcentage d'enfants nés Indice de femmes vivants pour synthétique actuellement les femmes Caractéristique de fécondité1 enceintes de 40-49 ans____________________________________________________________________ Milieu de résidence Nouakchott Autres villes Ensemble urbain Rural Zone Nouakchott Sud-Est Fleuve Nord Centre Niveau d'instruction Aucun Coranique seulement Primaire Secondaire ou plus Ensemble 4,3 8,0 5,7 4,3 6,9 6,0 4,3 7,6 5,8 5,0 9,2 5,9 4,3 8,0 5,7 5,0 10,4 5,2 5,1 8,5 6,0 4,6 7,1 6,5 4,0 6,7 6,1 5,3 9,2 6,2 4,8 8,9 5,5 4,6 8,2 5,6 3,5 6,4 5,4 4,7 8,4 5,8 ____________________________________________________________________ 1 Indice synthétique de fécondité pour les femmes âgées de 15-49 ans Les données du tableau 3.1 mettent en évidence des écarts importants selon le milieu de résidence : la fécondité des femmes du milieu rural (ISF de 5,0 enfants par femme) est nettement plus élevée que celle observée en milieu urbain (4,3). Cette différence s’observe particulièrement à 20-24 ans et à 35 ans et plus (graphique 3.1). En revanche, au niveau du milieu urbain, la fécondité est sensiblement égale à Nouakchott et dans les Autres Villes. Deux autres mesures du niveau de fécondité sont présentées au tableau 3.1, à savoir le Taux Global de Fécondité Générale (TGFG) qui est le nombre annuel moyen de naissances par rapport à la population des femmes en âge de procréer et le Taux Brut de Natalité (TBN), ou nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population totale. Le TGFG s’établit à 153 ‰ pour l’ensemble du pays, ce qui signifie qu’en Mauritanie, naissent annuellement 153 enfants pour 1 000 femmes de 15-49 ans. Le TBN est de 32 ‰ au niveau national, c’est-à-dire qu’en Mauritanie, annuellement, naissent 32 enfants pour 1 000 habitants. Compte tenu des différences de structure de la population par âge et sexe, le TBN est pratiquement le même en milieu urbain qu’en rural (environ 32 ‰), par contre le TGFG du milieu rural (161 ‰) est nettement supérieur à celui du milieu urbain (143 ‰). Le niveau de la fécondité présente, non seulement, des variations importantes selon le milieu de résidence mais également selon certaines autres caractéristiques socio-démographiques des femmes (tableau 3.2 et graphique 3.2). En premier lieu, dans les différentes zones, on remarque que le niveau de l’ISF varie d’un maximum de 5,1 enfants par femme dans la zone du Fleuve à un minimum de 4,0 enfants par femme dans la zone Centre. Ce dernier résultat est à utiliser avec prudence dans la mesure où, comme cela a été souligné précédemment, il semble que le niveau de fécondité ait été légèrement sous-estimé dans cette zone. Fécondité * 39 Par ailleurs, on remarque que le niveau de fécondité est d’autant plus faible que le niveau d’instruction augmente : ainsi, le nombre moyen d’enfants par femme passe de 5,3 chez les femmes sans instruction, à 4,8 chez celles ayant fréquenté seulement l’école coranique, à 4,6 chez celles ayant un niveau primaire et atteint 3,5 chez les femmes les plus instruites. Le tableau 3.2 présente aussi le nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40- 49 ans. Ce nombre peut être assimilé à la descendance finale des femmes qui atteignent la fin de leur vie féconde. Dans une population où la fécondité reste invariable, cette descendance tend à se rapprocher de l'ISF. Par contre, si l'ISF se révèle inférieur au nombre moyen d'enfants par femme en fin de vie féconde, cela indique une tendance à la baisse de la fécondité. Dans le cas de la Mauritanie, cette descendance, estimée à 5,8 enfants, est nettement supérieure à l'ISF (4,7), soit près d’un enfant de plus par femme (graphique 3.2). La différence entre ces deux indicateurs est suffisamment importante, surtout en milieu urbain (écart de 1,5 enfants) dans le Nord (écart de 1,9 enfants) et chez les femmes les plus instruites (écart de 1,9 enfants) pour être le signe d’une modification réelle de la fécondité dans le sens de la baisse. Le tableau 3.2 fournit également le pourcentage de femmes qui se sont déclarées enceintes au moment de l'enquête. Il faut préciser qu'il ne s'agit pas de la proportion exacte de femmes qui sont enceintes dans la mesure où les enquêtées qui sont en début de grossesse et ne savent pas si elles sont enceintes n'ont pas déclaré leur état. En outre, il est possible que, lorsque les femmes savent ou croient qu'elles sont enceintes, elles déclarent plus ou moins facilement cet état selon leur âge, leur milieu, leur culture, etc. De ce fait, les différences constatées entre les proportions de femmes qui se sont déclarées enceintes doivent être interprétées avec beaucoup de prudence. Au niveau national, on constate que 8 % des femmes se sont déclarées enceintes et les pourcentages selon les différentes caractéristiques des femmes suivent approximativement les mêmes variations que celles observées pour l’ISF, passant d’un maximum de 10 % dans la zone Sud-Est à un minimum de 6 % chez les femmes de niveau d’instruction secondaire ou plus. 40 * Fécondité Tableau 3.3 Tendances de la fécondité par âge Taux de fécondité par âge par période de cinq ans précédant l’enquête, selon l’âge de la mère, EDSM Mauritanie 2000-01 ___________________________________________________ Périodes précédant l’enquête (en années) Groupe __________________________________ d’âges 0-4 5-9 10-14 15-19 ___________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 83 116 140 142 170 222 249 241 215 254 285 257 204 231 276 [262] 146 183 [244] - 85 [131] - - [33] - - - ___________________________________________________ Note : Taux de fécondité par groupe d’âges pour 1 000 femmes. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplètes. 3.2 TENDANCES DE LA FÉCONDITÉ Les données collectées lors de l’EDSM permettent de retracer les tendances passées de la fécondité à partir des taux de fécondité par groupe d’âges des mères à la naissance de leurs enfants par période quinquennale précédant l’enquête (tableau 3.3 et graphique 3.3). On constate tout d’abord que les taux de fécondité semblent avoir diminué régulièrement de la période 10- 14 ans à la période la plus récente, cela quel que soit l’âge. Ainsi, à 25-29 ans, par exemple, le taux de fécondité, estimé à 285 ‰ 10-14 ans avant l’enquête, est passé à 254 ‰ 5-9 ans avant l’enquête, à 215 ‰ pendant la période la plus récente. Ceci semble indiquer, qu’au cours des quinze dernières années, une modification de la fécondité dans le sens d’une baisse s’est produite en Mauritanie. 2 L’ISF « observé » pour l’année du RGPH de 1988 se situait à 3,9 enfants par fem me ce qui dénotait une sous-estimation importante de la fécondité par le recensement. Pour cette raison, l’ISF a été estim é à partir du RGPH en utilisant la méthode indirecte de Brass (méthode du quotient P/F) : l’estimation correspond alors à une période située environ 2-3 ans avant la date de la collecte, soit ici l’année 1985. Fécondité * 41 Pour évaluer les tendances de la fécondité on peut également comparer les résultats de l’EDSM à ceux d’autres opérations de collecte, notamment à ceux de l’ENMF 1981, de la MMCHS de 1990-91 et à ceux du RGPH de 1988. Pour la fin des années 70, début des années 80, l’ENMF estimait l’ISF à 6,2 enfants par femmes; la MMCHS propose un niveau de 6,5 pour les années 1983- 87 et l’estimation indirecte de la fécondité à partir du RGPH de 19882 donne 6,3 pour, environ, l’année 1985. Les données de l’EDSM correspondant à la période 10-14 ans avant l’enquête, soit environ les années 1986-90, donneraient également une fécondité totale supérieure à 6 enfants par femme. Il existe donc une cohérence des résultats des différentes sources, indiquant que dans les années 80, l’ISF se situait au-dessus de 6. La baisse de la fécondité que font apparaître les résultats de l’EDSM n’aurait donc commencé qu’au début des années 90. Parmi les facteurs expliquant cette baisse de la fécondité il faut mentionner l’augmentation de l’âge au premier mariage et à la première naissance et l’augmentation de la prévalence contraceptive. 3.3 PARITÉ ET STÉRILITÉ PRIMAIRE À partir des informations sur le nombre total d'enfants que les femmes ont eus au cours de leur vie, on a calculé les parités moyennes par groupe d'âges, pour l'ensemble des femmes et pour les femmes actuellement en union (tableau 3.4). On remarque tout d’abord une augmentation rapide et régulière des parités avec l’âge de la femme. Ainsi de 0,2 enfant en moyenne à moins de 20 ans, la parité atteint 2,1 enfants à moins de 25-29 ans. À la fin de sa vie féconde, à l’âge de 45-49 ans, une femme a donné naissance à 6,2 enfants en moyenne. Par ailleurs, la répartition de toutes les femmes selon le nombre de naissances met en évidence une fécondité précoce peu élevée, puisque plus de 87 % des femmes de moins de 20 ans n’ont jamais donné naissance à un enfant. Par contre, 28 % des femmes de 20-24 ans ont déjà eu 2 enfants ou plus. Les résultats concernant les femmes actuellement mariées diffèrent peu de ceux concernant toutes les femmes, sauf aux âges les plus jeunes. Ainsi l'on remarque que 44 % des femmes mariées de 15-19 ans ont déjà eu, au moins, un enfant contre seulement 13 % pour l'ensemble des femmes. De même à 20-24 ans, 77 % des femmes mariées ont déjà eu, au moins, un enfant contre 46 % pour l’ensemble des femmes. Cependant, au-delà de 25-29 ans, âges où la proportion de femmes non mariées est très faible (voir Chapitre 5 - Nuptialité), l'écart entre la proportion de femmes mariées ayant déjà eu, au moins, un enfant et celle de l'ensemble des femmes dans la même situation est très limité. D'une manière générale, les femmes qui restent volontairement sans enfant sont relativement rares en Afrique et, en particulier, en Mauritanie où la population reste encore pro- nataliste. Par conséquent, la parité zéro des femmes actuellement mariées et âgées de 40-49 ans permet d'estimer le niveau de stérilité primaire. Ainsi, en Mauritanie, 3 % des femmes actuellement mariées et âgées de 40-49 ans (âges auxquels l'arrivée d'un premier enfant est peu probable) n'ont jamais eu d'enfants et peuvent être considérées comme stériles. Le niveau de stérilité primaire avait été également estimé à 3 % en 1981 par l’ENMF. 42 * Fécondité Tableau 3.4 Enfants nés vivants et enfants survivants des femmes Répartition (en %) de toutes les femmes et des femmes actuellement en union par nombre d’enfants nés vivants, nombre moyen d’enfants nés vivants et nombre moyen d’enfants survivants, selon l’âge des femmes, EDSM Mauritanie 2000-01 _____________________________________________________________________________________________________________________ Nombre Nombre Nombre d’enfants nés vivants Effectif moyen moyen Groupe _______________________________________________________________________ de d’enfants d’enfants d’âges 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ou + Total femmes nés vivants survivants _____________________________________________________________________________________________________________________ TOUTES LES FEMMES _____________________________________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Ensemble 86,9 9,3 3,3 0,5 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1 697 0,17 0,16 53,5 18,9 13,9 9,3 3,3 1,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 100,0 1 467 0,94 0,84 29,4 14,5 16,0 15,7 12,9 6,5 2,7 1,5 0,8 0,0 0,0 100,0 1 306 2,11 1,89 12,9 9,3 11,9 14,1 17,1 11,8 10,6 6,7 3,1 1,2 1,2 100,0 1 191 3,62 3,28 8,3 4,8 8,3 9,3 9,2 14,4 12,9 12,8 9,7 4,9 5,5 100,0 833 5,05 4,46 6,9 3,9 9,0 5,6 10,2 12,0 10,2 13,2 11,4 6,7 10,8 100,0 774 5,64 4,81 7,0 2,6 5,2 5,5 8,1 10,9 13,7 12,7 10,9 9,0 14,6 100,0 459 6,18 5,33 38,2 10,6 10,0 8,6 7,9 6,5 5,3 4,8 3,4 1,9 2,7 100,0 7 728 2,61 2,30 _____________________________________________________________________________________________________________________ FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION _____________________________________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Ensemble 55,8 31,3 11,1 1,8 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 408 0,59 0,55 22,6 29,5 23,2 16,5 6,2 1,9 0,0 0,2 0,0 0,0 0,0 100,0 747 1,61 1,44 10,9 15,3 19,6 19,7 18,0 9,1 3,9 2,3 1,2 0,0 0,0 100,0 869 2,80 2,51 4,8 6,7 11,1 14,6 19,8 14,6 13,4 8,4 3,4 1,6 1,6 100,0 902 4,22 3,83 3,1 4,0 6,9 8,6 10,3 15,4 13,6 14,8 11,4 5,4 6,4 100,0 692 5,56 4,92 2,5 2,5 6,4 5,3 7,4 13,5 11,7 15,9 13,3 8,4 13,2 100,0 571 6,37 5,44 4,0 1,1 4,8 4,0 7,5 12,1 14,0 13,0 12,4 9,3 17,7 100,0 352 6,69 5,80 12,9 12,9 13,0 11,8 11,5 9,9 8,0 7,4 5,3 2,9 4,3 100,0 4 541 3,86 3,41 3.4 PARITÉ DES HOMMES Comme on l’a déjà signalé, au cours de l’enquête auprès des hommes, on a recueilli des informations sur leur fécondité totale, en leur posant une série de questions sur le nombre total d'enfants qu'ils ont eus, en distinguant les garçons des filles, ceux vivant avec eux de ceux vivant ailleurs, et ceux encore en vie de ceux qui sont décédés. Les informations collectées sont moins précises que celles collectées auprès des femmes dans la mesure où les enquêteurs n'avaient pas à reconstituer l’historique complet des naissances des hommes. Ainsi, l’enregistrement d’enfants dont l’homme n’est pas le père biologique pourrait entraîner une surestimation des parités; à l’inverse la non-déclaration d’enfants qui sont décédés en bas âge pourrait entraîner certaines sous- estimations. Le tableau 3.5 donne la répartition de l’ensemble des hommes et des hommes actuellement en union par nombre d'enfants nés vivants, ainsi que le nombre moyen d'enfants nés vivants et le nombre moyen d'enfants survivants selon l'âge des hommes. On remarque tout d'abord une augmentation régulière et rapide du nombre moyen d’enfants nés vivants avec l'âge de l'homme : ainsi de 1,3 enfants en moyenne chez les hommes mariés de 25-29 ans, ce nombre moyen atteint 4,1 enfants environ à 35-39 ans. Dès 45-49 ans, il passe à 6,2 enfants et, à 55-59 ans, un homme a déjà eu 8,7 enfants en moyenne. Comme pour les femmes, la parité finale des hommes actuellement mariés diffère peu de celle concernant l'ensemble des hommes. Fécondité * 43 Tableau 3.5 Enfants nés vivants et enfants survivants des hommes Répartition (en %) de tous les hommes et des hommes actuellement en union par nombre d’enfants nés vivants, nombre moyen d’enfants nés vivants et nombre moyen d’enfants survivants, selon l’âge des hommes, EDSM Mauritanie 2000-01 _____________________________________________________________________________________________________________________ Nombre moyen Nombre Nombre d’enfants nés vivants d’enfants moyen Groupe _______________________________________________________________________ Effectif nés d’enfants d’âges 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ou + Total d’hommes vivants survivants _____________________________________________________________________________________________________________________ TOUS LES HOMMES _____________________________________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 Ensemble 100,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 494 0,00 0,00 94,5 3,3 1,3 0,9 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 319 0,09 0,06 71,0 16,1 6,5 4,8 0,7 0,8 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 299 0,50 0,43 44,6 10,2 16,8 10,7 7,0 3,3 5,8 0,3 0,0 0,4 0,8 100,0 258 1,71 1,46 18,1 8,1 12,3 17,6 15,8 9,3 3,5 4,9 4,5 3,8 2,3 100,0 227 3,48 2,96 7,9 6,6 9,8 11,3 11,3 13,0 10,9 13,6 5,7 4,3 5,8 100,0 249 4,80 4,22 3,4 4,8 4,0 10,5 8,4 17,4 6,0 16,6 10,7 5,2 13,1 100,0 140 6,00 4,88 3,4 1,8 3,7 4,1 7,9 7,2 9,6 14,5 8,3 8,1 31,5 100,0 133 7,83 6,44 2,6 2,6 1,9 2,5 7,3 6,8 9,2 10,5 10,9 15,8 29,9 100,0 71 8,64 7,30 54,5 6,0 6,0 6,2 5,1 4,7 3,5 4,4 2,6 2,3 4,7 100,0 2 191 2,33 1,97 _____________________________________________________________________________________________________________________ HOMMES ACTUELLEMENT EN UNION _____________________________________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 Ensemble * * * * * * * * * * * * 2 * * * * * * * * * * * * * * 23 * * 26,2 39,3 17,7 12,6 2,0 2,2 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 108 1,31 1,12 25,5 13,3 22,1 14,4 9,8 4,6 8,0 0,4 0,0 0,6 1,2 100,0 185 2,34 1,98 5,0 9,0 14,2 19,7 18,7 11,0 4,1 5,8 5,3 4,5 2,8 100,0 192 4,08 3,47 4,2 7,1 9,4 11,7 11,6 13,7 10,7 14,6 6,1 4,6 6,3 100,0 231 5,04 4,43 1,4 3,9 4,1 10,8 8,7 17,7 6,2 17,1 11,1 5,4 13,5 100,0 136 6,18 5,02 1,9 2,0 4,0 4,3 7,6 7,6 10,1 14,2 7,1 8,5 32,9 100,0 126 7,99 6,60 2,7 2,7 1,9 2,6 7,6 6,6 9,5 8,4 11,2 16,0 30,8 100,0 69 8,69 7,36 10,4 11,2 11,5 12,1 10,2 9,5 7,0 8,6 5,2 4,6 9,6 100,0 1 071 4,65 3,93 _____________________________________________________________________________________________________________________ * Basé sur moins de 25 cas non pondérés Si l'on compare ces données avec celles des femmes en union, on observe que, chez les femmes, le nombre moyen d'enfants nés vivants augmente beaucoup plus rapidement avec l’âge que chez les hommes. Cependant, aux âges élevés, les hommes mariés ont une parité moyenne pratiquement identique à celle des femmes (6,2 enfants en atteignant 50 ans, contre 6,7 chez les femmes mariées du même âge). L'augmentation des parités plus rapide chez les femmes vient du fait qu'elles entrent en union beaucoup plus tôt que les hommes (voir Chapitre 5 - Nuptialité). Chez les hommes, par contre, la multiplicité des unions par le biais de la polygamie et des remariages explique le fait qu'aux âges élevés, ils finissent par avoir plus d'enfants que les femmes. 3.5 GROSSESSES IMPRODUCTIVES Lors de l'interview, on a demandé aux femmes si elles avaient eu des grossesses qui n'avaient pas abouti à une naissance vivante, à savoir, une fausse couche, un avortement volontaire ou un mort-né et, le cas échéant, le nombre de ces grossesses. Le tableau 3.6 donne la répartition de l’ensemble des femmes par nombre de grossesses improductives selon certaines caractéristiques socio-démographiques. Précisons que les résultats obtenus doivent être examinés avec prudence dans la mesure où, pour des raisons psychologiques et/ou culturelles, on peut s’attendre à des sous- déclarations de ce type d’événements et donc à une sous-estimation de l'ensemble des grossesses improductives. 44 * Fécondité Tableau 3.6 Grossesses improductives Répartition (en %) de l'ensemble des femmes par nombre de grossesses improductives, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSM Mauritanie 2000-01__________________________________________________________ Nombre de grossesses improductives Effectif____________________ de Caractéristique Aucun 1 ou + Total femmes__________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Nombre d'enfants vivants 0 1 2 3 4 5 6 ou plus Milieu de résidence Nouakchott Autres villes Ensemble urbain Rural Zone Nouakchott Sud-Est Fleuve Nord Centre Niveau d'instruction Aucun Coranique seulement Primaire Secondaire ou plus Ensemble des femmes 99,7 0,3 100,0 1 697 99,5 0,5 100,0 1 467 98,1 1,8 100,0 1 306 96,7 3,3 100,0 1 191 91,8 8,2 100,0 833 92,8 7,2 100,0 774 91,6 8,2 100,0 459 99,5 0,5 100,0 3 035 96,7 3,3 100,0 880 94,5 5,5 100,0 854 97,3 2,7 100,0 734 96,1 3,9 100,0 604 95,5 4,5 100,0 530 92,6 7,2 100,0 1 091 97,2 2,7 100,0 2 168 96,7 3,2 100,0 1 386 97,0 2,9 100,0 3 554 96,8 3,2 100,0 4 174 97,2 2,7 100,0 2 168 97,4 2,6 100,0 1 522 96,3 3,7 100,0 2 561 96,9 3,0 100,0 636 97,0 2,9 100,0 842 95,6 4,3 100,0 2 357 95,2 4,7 100,0 2 072 98,9 1,0 100,0 2 146 98,7 1,3 100,0 1 153 96,9 3,1 100,0 7 728 On constate au tableau 3.6 que 3 % des femmes ont déjà eu, au moins, une grossesse improductive au cours de leur vie féconde. Comme on pouvait s'y attendre, la proportion de femmes ayant eu, au moins, une grossesse improductive augmente avec l'âge, passant de moins de 1 % avant 25 ans à environ 8 % à partir de 35 ans. En outre, on constate une augmentation de même ampleur de ce type de grossesses au fur et à mesure que le nombre d’enfants s’accroît. Par contre, la proportion de grossesses improductives diffère très peu d'un milieu de résidence à l'autre et d’une zone à l’autre. Du point de vue du niveau d’instruction, il apparaît que ce sont les femmes les moins instruites qui sont les plus touchées par ce type d’événement : plus de 4 % chez les femmes sans instruction ou de formation coranique, contre 1 % seulement chez les femmes de niveau primaire ou plus. Fécondité * 45 Tableau 3.7 Intervalle intergénésique Répartition (en %) des naissances des cinq années précédant l’enquête par nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSM Mauritanie 2000-01____________________________________________________________________________________________________ Nombre Nombre de mois écoulés médian de depuis la naissance précédente Effectif mois depuis __________________________________________ de la naissance Caractéristique 7-17 18-23 24-35 36-47 48 ou + Total naissances précédente____________________________________________________________________________________________________ Groupe d’âges de la mère 15-19 20-29 30-39 40 ou plus Rang de naissance 2-3 4-6 7 ou plus Sexe de l’enfant précédent Masculin Féminin Survie de l’enfant précédent Décédé Toujours vivant Milieu de résidence Nouakchott Autres villes Ensemble urbain Rural Zone Nouakchott Sud-Est Fleuve Nord Centre Niveau d'instruction Aucun Coranique seulement Primaire Secondaire ou plus Ensemble 16,0 15,8 33,8 29,1 5,3 100,0 70 28,7 9,0 15,9 34,8 19,9 20,5 100,0 1 549 32,4 7,6 12,6 29,7 22,2 27,9 100,0 1 907 36,0 6,6 11,6 25,9 21,2 34,7 100,0 558 39,0 8,2 14,3 32,3 18,8 26,3 100,0 1 630 34,3 6,7 12,6 31,6 22,3 26,7 100,0 1 550 35,7 10,3 14,8 28,4 24,0 22,5 100,0 905 34,9 7,5 15,6 31,3 20,2 25,4 100,0 2 118 34,7 8,8 11,8 31,1 22,5 25,9 100,0 1 967 35,4 20,5 16,6 30,4 14,8 17,7 100,0 389 29,2 6,8 13,5 31,3 22,0 26,5 100,0 3 696 35,5 10,4 14,6 29,8 19,8 25,4 100,0 1 061 33,8 8,8 12,5 30,2 21,6 26,9 100,0 671 35,4 9,8 13,8 30,0 20,5 26,0 100,0 1 732 34,7 6,9 13,8 32,1 21,9 25,4 100,0 2 353 35,2 10,4 14,6 29,8 19,8 25,4 100,0 1 061 33,8 5,9 14,0 33,2 23,9 23,0 100,0 817 35,1 8,1 13,3 31,5 20,7 26,4 100,0 1 504 35,1 8,5 12,3 30,9 20,2 28,1 100,0 330 35,2 6,3 14,1 29,9 23,1 26,6 100,0 373 35,9 7,8 14,0 29,3 21,8 27,2 100,0 1 605 35,7 8,2 13,0 31,3 21,3 26,2 100,0 1 308 35,4 9,1 15,0 32,0 22,1 21,8 100,0 825 33,1 7,2 12,7 37,7 17,0 25,3 100,0 346 33,3 8,1 13,8 31,2 21,3 25,6 100,0 4 085 35,0 ____________________________________________________________________________________________________ Note : Les naissances de rang 1 sont exclues. L’intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois écoulés depuis la grossesse précédente qui a abouti à une naissance vivante. 3.6 INTERVALLE INTERGÉNÉSIQUE La durée de l'intervalle qui sépare la naissance d'un enfant de la naissance précédente a une influence sur l'état de santé de la mère et de l'enfant. Il est admis (Locoh, 1984) que les intervalles intergénésiques courts (inférieurs à 24 mois) sont nuisibles à la santé et à l'état nutritionnel des enfants et augmentent leur risque de décéder. Le tableau 3.7 présente la répartition des naissances des cinq années ayant précédé l'enquête selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, en fonction des caractéristiques socio-démographiques. 46 * Fécondité On constate que 8 % des naissances sont survenues à moins de 18 mois après la naissance précédente et que 14 % des enfants sont nés entre 18 et 24 mois après leur aîné. Au total, dans un peu plus d’un cas sur cinq (22 %), l'intervalle intergénésique est inférieur à deux ans. Néanmoins, une importante proportion des naissances (31 %) se produisent entre 24 et 36 mois après la naissance précédente, et un peu moins de la moitié des enfants (47 %) sont nés trois ans ou plus après leur aîné. La durée médiane de l'intervalle inter génésique est légèrement inférieure à trois ans (35 mois). Autrement dit, en Mauritanie, la moitié des naissances interviennent dans un intervalle de 35 mois après la naissance précédente. Les intervalles intergénésiques varient selon les caractéristiques socio-démographiques. Par rapport à l’âge des femmes, on remarque que les intervalles intergénésiques sont légèrement plus courts chez les jeunes femmes (médiane de 32,4 mois à 20-29 ans) que chez celles âgées de 30 ans ou plus, en particulier celles âgées de 40 ans ou plus (médiane de 39 mois). Du point de vue du rang de naissance, il ressort que les intervalles ne varient qu’assez peu. Ainsi, 22 % des naissances de rang 2-3 et 19 % des naissances de rang 4-6 ont eu lieu dans les 2 ans suivant la naissance précédente, contre 25 % des naissances de rang supérieur à 6. Selon le sexe de l’enfant, on n’observe pas d’écart significatif de l’intervalle intergénésique; la durée médiane de cet intervalle est pratiquement la même que l’enfant précédent soit une fille ou un garçon (35 mois environ). Par contre, les naissances qui suivent des enfants décédés se produisent beaucoup plus rapidement que lorsque l'enfant précédent est toujours en vie : 37 % des naissances ont lieu moins de deux ans après la naissance de l'enfant précédent, lorsque celui-ci est décédé, contre 20 % lorsque l’enfant précédent est en vie. Ainsi, l’intervalle intergénésique médian est

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.