Maroc - Demographic and Health Survey - 1993

Publication date: 1993

Maroc ! Enquête Nationale sur la Population et la Santé (ENPS-II) 1992 ! ! Ministère de la Santé Publique Secrétariat Général - DPSI Service des Etudes et de l'Information Sanitaire :~DHS Demographic and Health Surveys Macro International Inc. ROYAUME DU MAROC Enquête Nationale sur la Population et la Santé (ENPS-II) 1992 Mustapha Azelmat Mohamed Ayad EI Arbi Housni Ministère de la Santé Publique Secrétariat Général - DPSI Service des Etudes et de l'Information Sanitaire Rabat, Maroc et Macro International Inc. Columbia, Maryland USA Août 1993 Ce rapport présente les principaux résultats de l'Enquête Nationale sur la Population et la Santé (ENPS-II) réalisée au Maroc en 1992 par le Ministère de la Sanu~ Publique (Service des Etudes et de l'Information Sanitaire-SElS). L'ENPS -II, financée par l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID), a bénéficié de l'assistance technique de Macro International Inc. L'ENPS-II fait partie du programme mondial des Enquétes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys-DHS) dont l'objectif est de collecter, d'analyser et de diffuser des données démographiques portant en particulier sur la fécondité, la planification familiale et la santé de la mère et de l'enfant. Des informations complémentaires sur I'ENPS-II peuvent ~tre obtenues auprès du Service des Etudes et de l'Information Sanitaire (SELS), Ministère de la Sant~ Publique, Avenue de Mohamed V, Téléphone (212) 7-76-27-81; Fax (212) 769-480. Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent erre obtenus auprès de Macro International Inc., 8850 Stanford Boulevard, Suite 4000, Columbia, MD 21045, USA (Téléphone 410-290-2800; Fax 410-290-2999; Télex 198116). A la mémoire du Docteur Othmane Akalay iii TABLE DES MATIERES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xi Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Sigles et abr6viations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxi Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxiii Résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxv Carte du Maroc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxviii CHAP ITRE 1 PRESENTATION DU PAYS par Mustapha Azelmat 1.1 Milieu naturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1,1 Relief . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1,2 Climat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.2 Aperçu historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.3 Milieu humain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.4 Structure économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.4.1 Secteur primaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1,4.2 Secteur secondaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.4,3 Secteur tertiaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.5 Organisation administrative et sanitaire du Mamc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.5,1 Organisation administrative du pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.5,2 Organisation du système de Santé Publique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.6 Politique de population et planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1.7 Objectifs et cadre institutionnel de I'ENPS-II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.7.1 Objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.7.2 Cadre institutionnel et financement de l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 1.8 Questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 1.8.1 Questionnaire ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 1.8.2 Questionnaire individuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I0 1.8.3 Questionnaire homme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 1.9 Echantillonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Page 1.10 Formation et collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 1.10.1 Pré-enquEte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 1.10.2 Recrutement et formation du personnel de terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 1.10.3 Collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 1.11 Traitement informatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 CHAPITRE 2 2.1 2.2 CARACTERIST IQUES DES MENAGES ET DES ENQUETEES par Mohamed Laziri Enquete ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 2.1.1 Caractéristiqucs de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 2.1.2 Structure, taille et composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 2.1.3 Caractéristiques de l'habitat et des biens pesséd6s par les ménages . . . . . . . . . . . . 23 Enquete individuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 2.2.1 Caractéristiques des femmes enquêt6es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 2.2.2 Accès aux massc-médias . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 CHAPITRE 3 FECONDITE par El Arbi Housni 3.1 Niveau de la fécondité et fécondité différentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 3.2 Tendance de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 3.3 Parité et stérilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 3.4 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 3.5 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 3.6 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 CHAPITRE 4 PLANIF ICAT ION FAMIL IALE par Mohamed Zarouf 4.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 4.2 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 4.3 Nombre d'enfants å la première utilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 vi Page 4.4 Problèmes avec les méthodes utilisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 4.5 Connaissance de la p6riode féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 4.6 Age à la stérilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 4.7 Sources d'approvisionnement de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 4.8 Discontinuation des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 4.9 Raisons de discontinuation des m6thodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 4.10 Utilisation future et m6thodes contraceptives pr6fér6es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 4.11 Planification familiale et moyens d' information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 CHAPITRE5 NUPT IAL ITE ET EXPOSIT ION AU R ISQUE DE GROSSESSE par EI Arbi Housni 5.1 Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 5.2 Exposition å l'6tat d'union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 5.3 Age au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 5.4 Exposition au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 CHAP ITRE 6 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE par Mohamed Ayad 6.1 Désir d 'avoir des enfants (supplémentaires) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 6.2 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 6.3 Nombre total d'enfants désirés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 6.4 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 CHAP ITRE 7 7.1 SANTE DE LA MERE ET DE L 'ENFANT par Abdelwahab Zerrari et Moumna Ben Ammar Soins prénatals et accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 7.1.2 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 vil 7.2 7.3 Page 7.1.3 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Maladies des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 7.3.1 Infections respiratoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 7.3.2 Fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 7.3.3 Diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 CHAPITRE 8 ALLA ITEMENT ET ETAT NUTRIT IONNEL DES ENFANTS par Najia Hajji 8.1 Allaitement et alimentatinn de complément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 8.2 Etat nutritionnel des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 8.2.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 8.2.2 Résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 8.3 Etat nutritionnel des m~:res . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 CHAPITRE 9 MORTAL ITE DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS par Mustapha Azehnat 9.1 Méthodologic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 9.2 Niveaux et tendances de la mortalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 9.3 Variations différentielles de la mortalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 9.4 Comportement procréateur à haut risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 CHAPITRE 10 MORTAL ITE MATERNELLE par Jeremiah Sullivan, Mohamed Ayad et El Arbi Housni 10.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 10.2 Collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 10.3 Evaluation de la qualité des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 10.4 Estimations directes de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 10.5 Estimations indirectes de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 viii Page 10.6 Discussion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 CHAPITRE 11 11.1 ENQUETE HOMME par EI Arbi Housni Caractéristiques socio-démographiqucs des cnquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137 11.1,1 Caract6ristiques des raaris enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137 11.1.2 Caract6ristiqucs des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 11.2 Planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142 11.2.1 Connaissancc de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142 l 1,2.2 Pratique de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 11.2.3 Utilisation future et m6thndes contraceptives prél~récs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 11,2.4 Opinions et attitudes vis-à-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 11.3 Préf6rcnces en malièrc de fécondil6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 REFERENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 ANNEXE A ANNEXE B ANNEXE C ANNEXE D ANNEXE E ORGANIGRAMME ET PERSONNEL DE L 'ENQUETE NAT IONALE SUR LA POPULAT ION ET LA SANTE (ENPS-II) 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 PLAN DE SONDA(;E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 TABLEAUX POUR L 'EVALUATION DE LA QUAL ITE DES DONNEES . . . 191 QUEST IONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199 TRADUCTION DU QUEST IONNAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 263 ix Tableau 1. t Tableau 1.2 Tableau 2.1 Tableau 2.2 Tableau 2.3.1 Tableau 2.32 Tableau 2.4 Tableau 2.5 Tableau 2.6 Tableau 2.7 Tableau 2.8 Tableau 2.9 Tableau 2.10 Tableau 3.1 Tableau 3.2 Tableau 3.3 Tableau 3.4 Tableau 3.5 Tableau 3.6 Tableau 3.7 TaNeau 3.8 Tableau 3.9 LISTE DES TABLEAUX Page Evolution du taux de natcdité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Evolution de l 'accroissement démographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Population des ménages par åge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Population par âge scion différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Niveau d ïnstruction de la population des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Niveau dïnstruction de la population des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Taux de fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Caractéristiqucs des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Biens durables possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Caractéristiques socio-démographiques des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Niveau d'instruction des [emmcs enquétées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Accès des lemmcs aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Fécondité par caractéristiqucs socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Fécondité par âge selon trois sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Tendances de la fécondité par ågc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Tendances de la I~condité par durée de mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Enl~mts nés vivants et enfants survivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Intervalle intergdnésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Age médian à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 xi Tableau 3.10 Tableau 3.11 Tableau 4. l Tableau 4.2 Tableau 4.3 Tableau 4.4 Tableau 4.5 Tableau 4.6 Tableau 4.7 Tableau 4.8 Tableau 4.9 Tableau 4.10 Tableau 4.11 Tableau 4.12 Tableau 4.13 Tableau 4.14 Tableau 4.15 Tableau 4.16 Tableau 4.17 Tableau 4.18 Tableau 5.1 Tableau 5.2 Page Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Enfants nés de mères adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Connaissance des méthodes contraceptives et de sources des m6thodes . . . . . . . . . . . . 43 Connaissance des méthodes contraceptives modernes et des sources des méthodes par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Utilisation de la contraception å un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Problèmes avec la méthode actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Age à la stérilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Temps nécessaire pour atteindre la source d'approvisionnement en contraccpti fs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Taux de discontinuation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Raisons de discontinuation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Raisons de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation futurc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Messages sur la planification familiale diffusés par les média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Approbation de l'util isation des média dans la diffusion sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Femmes célibataires par âge scion différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 xii Tableau 5.3 Tableau 5.4 Tableau 5.5 Tableau 5.6 Tableau 5.7 Tableau 5.8 Tableau 5.9 Tableau 6.1 Tableau 6.2 Tableau 6.3 Tableau 6.4 Tableau 6.5 Tableau 6.6 Tableau 6.7 Tableau 6.8 Tableau 7.1 Tableau 7.2 Tableau 7.3 Tableau 7.4 Tableau 7.5 Tableau 7.6 Tableau 7.7 Tableau 7.8 Tableau 7.9 Page Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Exposition ~ l'état d'union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Age au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Age médian au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Aménorrhée, abstinence et non-susceptibilité post-panum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Durée médiane de la non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Fin d'exposition au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . 74 Préfémnces en matière de fécondité selon l 'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Désir de limiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiqucs . . . . . . . . . . . . . . . 81 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Taux de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Lieu de l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Assistance lors de l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Caractéristiques de l'accouchement: césarienne, prématurité, poids et taille b. la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Vaccinations par sources d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Vaccinations par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 Vaccinations avant l 'âge de 12 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Pr6valence et traitement des infections respiratoires aiguës . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 xiii Tableau 7.10 Tableau 7.11 Tableau 7.12 Tableau 7.13 Tableau 8.1 Tableau 8.2 Tableau 8.3 Tableau 8.4 Tableau 8.5 Tableau 8.6 Tableau 8.7 Tableau 9. I Tableau 9.2 Tableau 9.3 Tableau 9.4 Tableau 10.1 Tableau 10.2 Tableau 10.3 Tableau 11.1 Tableau 11.2 Tableau 11.3 Tableau 11.4 Tableau 11.5 Page Prévalence et traitement de la fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Prévalence de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10(l Connaissance et utilisation des sachets de SRO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Type d'allaltement par âge de l'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 AUaitement et alimentation de complément par âge de l'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Durée médiane et fréquence de l'allaltement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11(/ Etat nutritionnel des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Indicateurs anthropométriques de l'état nutritionnel des mères . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Indicateurs andlropométfiques des mères par camctéristiqucs socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 17 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Mortalité des enfants par caractéristiques socio-démographiques de la mère . . . . . . . 123 Mortalité des enlants par caractéfistiques bio-démographiques des mères et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Fécondité à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Etat de survie des frères et soeurs des enquetécs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 Estimation directe de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Estimation indirecte de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Caractéristiques socio-démographiques des hommes enquêlés . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Niveau d'instruction des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Différence d'åges entre l 'homme et la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 Caractéristiques différentielles des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 xiv Tableau 11.6 Tableau 11.7 Tableau 11.8 Tableau 11.9 Tableau 11.10 Tableau 11.11 Tableau 11.12 Tableau 11.13 Tableau 11.14 Tableau 11.15 Tableau 11.16 Tableau 11.17 Tableau 11.18 Tableau 11.19 Tableau 11.20 Tableau B. 1 Tableau B.2 Tableau C. 1 Tableau C.2 Tableau C.3 Tableau C.4 Tableau C.5 Page Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des m6thodes . . . . . . . . . . 143 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 Utilisation actuelle de la contraception par earactéristiques socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 Méthode préférée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 Raison de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 Attitudes des maris face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Préférences des matis en matièrc de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 Préférences des couples en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 Nombre idéal d'enfants pour les hommes par caractéristiques socio- d6mographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 Nombre idéal d'enfants pour les couples par caractétistiqucs différentielles . . . . . . . 155 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par région et milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 Résultats des enquêtes auprès hommes par région et milieu de résidence . . . . . . . . . 169 Variables utilisécs pour le calcul des erreurs de sondage, ENPS-II Marne 1992 . . . . 175 Erreurs de sondage: Echantillon Iizmme - National . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 Erreurs de sondage: Echantillon femme - Milieu urbain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 Erreurs de sondage: Echantillon femme - Milieu rural . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 Erreurs de sondage: Echantillon femme - Nord-Ouest . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 XV Tableau C.6 Tableau C.7 Tableau C.8 Tableau C.9 Tableau C. 10 Tableau C.11 Tableau C. 12 Tableau D. 1 Tableau D.2 Tableau D.3 Tableau D.4 Tableau D.5 Tableau D.6 Page Erreurs de sondage: Echantillon femme - Centre-Nord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 Erreurs de sondage: Echantillon l~zmme - Centre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 Erreurs de sondage: Echantillon femme - Oriental . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 Erreurs de sondage: Echantillon Icmme - Centre-Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 Erreurs de sondage: Echantillon I~zmme - Tensift . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 Erreurs de sondage: Echantillon l~mme - Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 Erreurs de sondage: Echantillon homme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186 Répartition par âge de la population des mènagcs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193 Répartition par âge des femmes 61igibles et des femmes enq~tées . . . . . . . . . . . . . . . 194 Complétude de l'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195 Naissances par annèc du calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196 Enregistrement de l'âge au décès ch jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197 Enregistrement de l'âge au décès cil mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198 xvi Graphique 1.1 Graphique 2.1 Graphic ue 2.2 Graphic ae 2.3 Graphic ae 2.4 Graphic ae 2.5 Graphiç ac 3.1 Graphiç ae 3.2 Graphic ae 3.3 Graphiq Je 3.4 Graphique 3.5 Graphique 4.1 Graphique 4.2 Graphique 4.3 Graphique 4.4 Graphique 5.1 Graphique 5.2 Graphique 6. l Graphique 6.2 Graphique 7.1 Graphique 7.2 Graphique 7.3 LISTE DES GRAPHIQUES Page Evolution des activités de planification familiale au Maroc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Pyramide des åges de la population Maroc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Taux de fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Etat matrimonial des enquStées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Taux de fécondité générale par âge scion le milieu de résidcnce . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . . . . . . . . . 33 Taux de fécondité générale par åge selon trois sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Tendances de I ' ISF pour les femmes de 15-34 ans, selon quatre sources . . . . . . . . . 36 Proportions d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Utilisation actuelle des mgthodes contraceptives par les femmes mari~es . . . . . . . . 47 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes mafiges de 15-49 ans . . . . . 49 Sources des méthodes contraceptives modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Intention de pratiquer la contraception par les femmes actuellement mari~es . . . . . . 58 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Proportions de célibataires scion deux groupes d'figes à différentes dates . . . . . . . . 65 Désir d'enfants suppldmentaircs des Icmmcs mariées selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de féconditd ddsirée . . . . . . . . 75 Lieu d'accouchement et assistance pendant l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Visites prénatales et durée de grossesse à la première visite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Vaccination des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin et la source d' information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 xvii Graphique Graphique Graphique Graphique Graphique Graphique Graphique Graphique Graphique Graphique Graphique Graphique Page 7.4 Allaitement et quantit6 de liquides donnés aux enfants ayant la diarrhée . . . . . . . . 103 8.1 Allaitement exclusif des enfants de 0-3 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 8.2 Utilisation du biberon chez les enfants de 0-3 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 8.3 Sous-nutrition par âge chez les enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 9.1 Tendances de la mortalité des enfants selon quatre sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 9.2 Mortalité infantile et infanto-juvénile selon les caractéristiques de la mère . . . . . . 124 9.3 Mortalité infantile (lq0) et comportement procréateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 10.1 Répartition des soeurs déc6dées selon le nombre d'ann6es écoulées . . . . . . . . . . . . 132 11.1 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142 11.2 Utilisation de la contraception moderne par les matis et les femmes mari6es . . . . . 146 11.3 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 11.4 Préférences en matière de fécondit6 (couples) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 xviii SIGLES ET ABREVIATIONS BCG CDC DHS DTCoq ENDPR ENFPF ENPC ENPS-I ENPS-II EOM ET IPPF ISF ISSA MSP NCHS OMS PIB SElS SRO SSB TBN TGFG TRO USAID VDMS WHO Bacille Bilié de Calmette et Guérin (vaccin antituberculeux) Centers for Disease Control, Etats-Unis Demographic and Health Surveys Diphtérie, Tétanos, Coqueluche (vaccin) Enquête Nationale Démographique à Passages Répétés 1986-88 Enquête Nationale sur la Fécondité et la Planification Familiale au Maroc, 1979-80 Enquête Nationale sur la Prévalence Contraceptive au Maroc, 1983-84 Enquête Nationale sur la Planification Familiale, la Fécondité et la Santé de la Population au Maroc, 1987 Enquête Nationale sur la Population et la Santé, 1992 Enquéte ~ Objectifs Multiples, 1962 Ecart-type International Planned Parenthood Federation, Angleterre Indice Synthétique de Fécondité Integrated Systems for Survey Analysis Ministère de la Santé Publique National Center for Health Statistics, Etats-Unis Organisation Mondiale de la Santé Produit Intérieur Brut Service des Etudes et de l'Information Sanitaire Sels de Réhydratation Orale Soins de santé de base Taux Brut de Natalité Taux Global de Fécondité Générale Thérapie de Réhydratation par voie Orale United States Agency for International Development Visites à Domicile de Motivations Systématiques en Santé World Health Organization xix PREFACE Depuis quelques années, la réalisation périodique d'enquêtes nationales sur la population et la santé (ENPS) qui s'inscrivent dans le cadre du programme mondial "Demographic and Health Surveys," a permis au Ministère de la Santé Publique de suivre l'évolution d'un certain nornbre d'indicateurs relatifs à la fécondité, à la mortalité, ~_ la santé de la mère et de l'enfant, et å la planification familiale. Les résultats de I'ENPS-II de 1992 laissent apparahre une certaine amélioration au niveau de la réduction de la fécondité, et de la mortalité infantile et infanto-juv6nile ainsi que de l'accroissement rclatif de la couverture par les services de planification familiale et de santé matcrnelle et infantile. Ces performances ne sont certainement pas à la hauteur de nos ambitions, néanmoins ils nous permettent, à chaque fois, d'apprécier l'effort qui reste à faire pour affronter les principaux problèmes dt santé touchant la mère et l'enfant. L'ENPS-II présente aussi une innovation par rapport aux enquêtes précédentes, puisque pour la première fois au Maroc nous disposons d'une appréciation sur le taux de mortalité maternelle. Cet indicateur est indispensable pour suivre l'impact des interventions menêes dans le cadre des activités de surveillance de la grossesse et d'assistance à l'accouchement qui constituent une des principales priorités de la déecnnie 80-90. Je saisis cette occasion pour féliciter l'équipe qui a mcné ce travail à son terme, et je remercie I'USAID et DHS-Macro International Inc. pour leur appui à la réalisation dc cctte enquête. Le Ministre de la Santé Publique Pr Abderrahim HAROUCHI xxi REMERCIEMENTS La deuxième Enquéte Nationale sur la Population et la Santé (ENPS-II) réalisée en 1992 par le Service des Etudes et de l'Information Sanitaire permet de mettre à la disposition des responsables centraux et périphériques des outils permettant d'évaluer les programmes de la Santé maternelle et infantile. L'ENPS-II a été, encore une fois, l'occasion d'une collaboration étroite entre un grand nombre de personnes et d'institutions nationales et internationales que je tiens à remercier vivement. Mes remerciements s'adressent: aux membres du bureau technique de l'enquête en particulier Messieurs EI Arbi Housni, Abdeljabbar Gandassi et M'Hamed A1 Jem, qui ont su par leur expérience accomplir efficacement leur mission; aux enquétrices, aux contréleurs, aux chefs d'équipes et aux supcrviseurs, qui ont harmonieusement associé la rigueur et le sens de responsabilité pour mener à terme le travail sur le terrain. aux agents de dénombrement, pour avoir travaille avec efficacité à la réalisation du sondage; au personnel du centre de calcul du SEIS: ingénieur analyste, programmeur, agents de saisie et secrétariat, au personnel du bureau de chiffrement qui ont contribuE, chacun, selon son domaine, au succès de l'étude; aux chauffeurs qui se sont acquittés de leur tache, parfois dans des conditions extrêmement difficiles. à la population marocaine qui s'est prêtée avec patience et courage à nos longues interviews. Sans leur contribution cette enquête n'aurait pas vu le jour. Je remercie I'USAID de son appui financier et Macro International Inc. de son appui technique. Mes remerciements s'adressent également: au Ministère de l'Intérieur et de l'Information à travers les autorités locales qui ont facilité la t~tche aux êquipes de terrain; à la chefferie des provinces et ptéfectures médicales, aux infirmiers itinérants qui n'ont pas cessé d'aider les équipes de terrain; Je remercie tous les experts de Macro International Inc. Leur contribution est inestimable. Mes remerciements vont particulièrement au Dr Christopher Scott et à Mademoi selle Thanh Le pour 1'élaboration du plan de sondage et la préparation des erreurs de sondage; à Messieurs Noureddine Abderrahim, Trevor Croft et Jim Otto pour leur assistance en ce qui conceme l'exploitation informatique; au Dr Jeremiah Sullivan xxiii pour l'analyse du chapitre sur la mortalité maternelle; au Dr Sidney Moore, à Madame Kaye Mitchell et à Messieurs Jonathan Dammons et Robert Wolf pour leur contribution à la mise en forme finale du rapport. Aussi, je tiens å remercier le Dr Mohamed Ayad, coordonnateur du projet qui a activement panicipé • ~ toutes les phases de I'ENPS-II avec intelligence et eflïcacit6. Le Directeur Technique de l'Enquête Mustapha Azelmat xxiv RESUME L'Enquête Nationale sur la Population et la Santé au Marée (ENPS-II) a ~té conduite de janvier à avril 1992 par le Ministère de la Sanlé Publique avec lai cotlatxmltion de Macm International Inc. Cette enquête nationale représentative par sondage a permis d'inlerviewer 9 256 Iî:mmes âgées de 15 à 49 ans et 1 336 hommes âgés de 20 à 70 ans. L'ENPS-II pennet d'actualiser la connaissance de cmlains phénomênes dêmographiques d'une part et de fournir aux décideurs et aux responsables de programmes de population et de santé des informations détaillées sur la fécondité, la planification familiale, Ici monalilé inlimlo-juvénile et maternelle, et la santé de la mère et de l'enfant. Ces informations sont significatives au niveau national, au niveau du milieu de résidence (urbain et rural) et au niveau des sept régions êconomiques. Les conclusions principales qui se dégagent de ce rapport ci qui nécessitcnl d'être mentionnées sont présentées dans ce qui suit: Au niveau des caractéristiques de la population enquêlec: Ici majorité des femmes marocaines âgées de 15-49 ans n'ont aucune instruction (63 pour cent) et un homme sur cieux (51 pour cent) de 20-70 ans n'a jamais fréquenté l'~célé. Concernant le taux de fréquentation scnlaire chez les jeunes de 6- 15 ans, il est de 47 pour cent pour l'ensemble des enfanls, c1 il est plus dlcvd pour les garçons (55 pour cent) que pour les filles (40 pour cent). En outre, presque un ménage sur deux (49 pour cent) possedc l'électricité, et plus d'un ménage sur deux (55 pour cent) a accès à une eau à boire contrôlée (robinet dans le logement ou borne fontaine). Les ménages disposant de toilctles adéquatcs (chasse d'eau privée ou collective) représentent 53 pour cent. Les résultats de I'ENPS-I1 concernant la fécondité, montrant que pour la pdriode des trois années précédant l'enquête, lus R:mmes marocaines donneront naissance en moyenne à 4,0 enfants durant leur vie reproductive. La fécondité est passée de 7,0 enfants en 1962 à 4,5 enfants en 1986-88 et à 4,0 en 1992, snit une baisse de 43 pour cent au cours de trois décennics et de 11 pour cent au cours {les cinq demières années. En outre, les données de l'enquête indiqucnl que la fécondil6 varie Iortement scion le milieu de résidence: elle est presque deux Ibis plus élevée chez les femmes rurales (5,5 en fanls) que chez les IEmmes urbaines (2,5 enfants). Plusieurs facteurs sont responsables de la baisse dc bi fécond]té au Marée, dont un des plus importants est l'áge au premier mariage: à 15- 19 ans, presque neuf IEmmes sur dix sont encore célibataires, et aux âgés de lorte fécondité (3{)-34 ans), tel proportion de célibalaircs ési de 14 pour cent. En fin de vie féconde (45-49 ans), le mariage est quasi universel, avec ulle proporlion de célibatahcs de moins de 1 pour cent. En ce qui concerne l'âge médian au prcm ier m ariagc pour les Ii:mmes de 25-49 ans, il est passé de 17,2 ans en 1979-80 (Enquête Nalionale sur la Fécnndité et la Plani ficalion Familiale: ENFPF) å 18,5 ans en 1987 (Enquête Nationale surla Planilicatkm Familiale, la Fécondité et la Santé de la Pnpulation: ENPS-I), et à 18,8 en 1992 (ENPS-II). Par ailleurs, l'âge rnédian au premier mariage varie Ionement selon le niveau d'instruction de la lemme: les femmes ayant fait des études secondaires ou plus contractent leur premier mariage beaucoup plus tardivement que celles n'ayanl pas dépassé le niveau des études primaims ou celles résides analphabètes. L'âge médian au premier mariage atteint 23 ans chez les li:mmes ayant une instruction secondaire ou plus contre 18 ans chez les femmes sans insh'uclion, soit un écart de 5 ans. XXV La baisse de la fécondité reflète le changement de comportement des couples vis-à-vis de la taille de la famille. Parmi les femmes mariées, une sur deux souhaite ne plus avoir d'enfants, et une sur cinq désire les espacer. Seulement moins de deux femmes sur dix (18 pour cent) désirent avoir des enfants tout de suite. De même, d'après l'enquête homme, plus de quatre matis sur dix souhaitent limiter leur descendance. La pratique contraceptive de plus en plus importante - constitue un autre facteur important, responsable de la baisse de la fécondité au Maroc. L'expérience marocaine en matière de planification familiale a débuté en 1966, et la stratégie adoptée de "Visites à Domicile de Motivations Systématiques" (VDMS) au début des années 80 a consolidé cette expérience. L'ENPS-II montre que la connaissance de la contraception par les femmes actuellement mariées est quasi générale (99 pour cent), et que le pourcentage d'utilisation au moment de l'enquête ou taux de prévalence contraceptive est de 41,5 pour cent. Entre 1983 et 1992, l'augmentation est de 23 pour cent. L'analyse de l'utilisation actuelle de la contraception selon les variables socio-démographiques fait apparaître des variations importantes par milieu de vésidence, région et niveau d'instruction. En milieu urbain, la pratique touche plus d'une femme sur deux, contre une femme sur trois en milieu rural. Au niveau des régions, l'Oriental a le taux d'utilisation le plus élevé, suivi du Centre et du Centre-Sud. Les taux intermédiaires sont enregistrés au Nord-Ouest et au Tensifl, et les taux les plus faibles se rencontrent au Centre et au Sud. Selon le niveau d'instruction le taux de prévalence contraceptive passe de 36 pour cent chez les femmes sans instruction, à 57 pour cent chez celles ayant une instruction primaire et à 65 pour cent chez les femmes avec une instruction secondaire ou plus. La planification familiale au Maroc est orientée vers l'utilisation de la contraception moderne, avec la pilule qui reste, de loin, la méthode la plus utilisée (28 pour cent) alors que la prévalence contraceptive des autres méthodes modernes confondues n'est que de 8 pour cent. Concernant les méthodes traditionnelles, leur part représente seulement 6 pour cent. D'après les résultats de I'ENPS-II, presque deux femmes sur trois (63 pour cent) recourent au secteur public. Les centres de santé et surtout les dispensaires sont les principales sources d'approvisionnement des méthodes contraceptives. Le r61e du programme de VDMS du Ministère de la Santé Publique semble jouer un r•le moins important dans l'approvisionnement des méthodes contraceptives en 1992 (11 pour cent) qu'en 1987 (au moins 21 pour cent). La part du secteur médical privé a augmenté d'une façon relativement importante de 1987 à 1992 passant ainsi de 21 å 36 pour cent. C'est le réle de la pharmacie qui s'est consolidée avec 31 pour cent, tandis que la part du médecin n'est plus que 3 pour cent. Près d'une femme sur deux qui n'utilise pas la contraception (46 pour cent) explique son comportement par le fait qu'elle veut avoir des enfants. Cependant le désir de limiter la descendance est relativement élevé: 49 pour cent des enquêtées ont déclaré ne plus vouloir d'enfants. En fait, si les femmes avaient la fécondité qu'elles désirent, l'indice synthétique de fécondité désirée (ISFD) serait de 2,7 enfants, soit 34 pour cent inférieur à la fécondité observée (4,0). Il existe donc une demande potentielle en contraception: 20 pour cent des non-utilisattices ont des besoins non satisfaits en matière de contraception. Ainsi, la demande totale pour les services de planification familiale conceme 69 pour cent des femmes (42 pour cent d'utilisatrices, 20 exprimant des besoins et 3 pour cent ayant utilisé la contraception sans succès), L'examen des données sur les soins prénatals et les conditions d'accouchement montre que pour les deux tiers (67 pour cent) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête, les mères n'ont consulté personne au cours de leur grossesse. Pour une naissance sur trois (32 pour cent), la mère est allée en consultation prénatale soit auprès d'un médecin (21 pour cent), soit auprès d'une infirmière ou sage-femme (11 pour cent). En comparant les données de 1987 (ENPS-I) à celles de 1992 (ENPS-II), on constate que les consultations prénatales auprès du personnel de santé sont passées de 25 à 32 pour cent, soit xxvi une augmentation de 28 pour cent. En outre, au cours des cinq dernières années, plus d'une femme enceinte sur deux a reçu au moins une injection antitétanique. L'accouchement a eu lieu å domicile dans 72 pour cent des cas et la qabla ou accoucheuse traditionnelle a assisté à 48 pour cent des accouchements; il y a 31 pour cent des naissances seulement qui ont été assistées par un professionnel de la santé lors de l'accouchement: 6 pour cent par un médecin et 25 pour cent par une sage-femme ou une infirmière. En 1987, la proportion d'accouchements avec l'aide du personnel de santé était de 26 pour cent, soit une augmentation de 19 pour cent pour la période 1987-1992. L'ENPS-II montre également que pour l'ensemble du Maroc, presque huit enfants sur dix (76 pour cent) de 12-23 mois ont été protégés contre les six principales maladies de l'enfance, et plus de six enfants sur dix (63 pour ccnt) ont ~té vaccinés avant l'~ge de un an. Presque la quasi totalité (93 pour cent) des enfants de 12-23 mois ont reçu le BCG contre la tuberculose quel que soit l'åge à la vaccination, et 92 pour cent l'ont reçu avant l'âge de un an. Pour les trois doses de polio/DTCoq, les pourcentages sont respectivement de 79 et de 74 pour cent. Huit enfants sur dix (79 pour cent) ont ét~ vaccinés contre la rougeole, et les deux tiers (67 pour cent) l'ont été avant l'åge de 12 mois. Parmi les enfants de moins de cinq ans, 13 pour cent ont eu des épisodcs diarrhéiques pendant les deux derni6res semaines ayant précédé l'enquête. L'utilisation de la thérapie par réhydratation orale (TRO) est recommandée pour le traitement de la déshydratation. Quatorze pour cent des enfants ont reçu les sels de rébydratation orale vendus commercialement, et 3 pour cent ont reçu une solution préparée à la maison. En outre, 47 pour cent ont reçu davantage de liquides. La quasi totalité des enfants marocains nés au cours des cinq années ayant précédé I'ENPS-II ont été allait~s. L'OMS recommande que des aliments solides soientintroduitsdansl'alimentation des enfants entre 4 et 6 mois, figes à partir desquels le lait maternel n'est plus suffisant pour assurer la meilleure croissance des cnlants. Cependant, au Maroc, moins d'un enfant sur deux (49 pour cent) de 6-9 mois est nourri conformément aux pratiques recommandées. En outre, l'alimentation au biberon, qui est fortement déconseillée, est relativement répanduedanslepays: 18pourcentchezlesenfantsde0-1 mois, 23 pourcent chez ceux de 2-3 mois et 34 pour cent chez les enfants de 4-5 mois. Presque un enfant sur quatre (23 pour cent) souffre de sous-nutrition chronique c'est-à-dire qu'ils sont trop petits pour leur åge, et près d'un enfant sur dix présente une insuffisance pondérale, c'cst-à-dire un poids insuffisant pour son âge. En 1987, ces deux formes de sous-nutrition représentaient respectivement 29 et 15 pour cent. La mortalité des enlhnts a accusé une baisse non négligeable au cours des quinze demièms années. Pour la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête), sur 1000 naissances, 57 enfants décèdent avant leur premier anniversaire; pour cette même période, sur 1000 enfants ågés d'un an, 20 meurent avant leur cinquième anniversaire, et sur 1000 naissances, 76 enfants décèdent avant leur cinquième anniversaire. Entre la période la plus ancienne ( 10-14 ans avant l'enquête) et la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête), la mortalité infantile a connu une baisse de 35 pour cent, la mortalité juvénile a baissé de moitié, et la mortalité infanto-juvénile de 40 pour cent. L'ENPS-11 a enfin apporté des informations sur la mortalité maternelle. Ainsi, pour la période des sept années précédant l'enquête, c'est-à-dire entre 1985 et 1991, pour 100 000 naissances, il y a 332 décès maternels (284 en milieu urbain et 362 en milieu rural). Pour la période de 1978-84, le taux est estimé à 359 décès pour 10/) 000 naissances pour l'ensemble du Maroc. xxvii MAROC MER MEDITERRANNEE NORD | • ' • P"ES ~ OU#G4 OCEAN ATLANTIQUE I TENSIFT 14RRAKECH • » AGADIR CENTRE SUD LAAYOUNE SUD ALGERIE MAURITANIE xxviii CHAPITRE 1 PRESENTATION DU PAYS 1.1 MIL IEU NATUREL 1.1.1 Relief Le Mamc est situé entre la M6ditcrrandc et l'Atlantique. Pays du soleil couchant, "EI-Maghrib al aqça," avec une superficie de 710 850 km 2, constitue une zone dc passage Nord-Sud par le détroit de Gibraltar; il appartient à la fois au monde méditerranden et au monde saharien. Son littoral de plus de 3 000 km est bordé de plaines basses nu de plateaux, alors que sa façade méditerranéenne longue de plus de 450 km, est plus dlroile ci conslitue une zone borddc de montagnes difficilement franehissables. Selon leur relief et leur situation géographique, on peut distinguer les six rdgions principales suivantes: Laplaine de la côte atlantique: C'est la rdgion la plus [crlilc et la mieux arrosée du pays. LaMeseta: Située au Centre-Ouest, cette rdgion aunc altitudc de 300 m environ au dessus du niveau de la mer. La bordure Nord-Ouest est bicn arrosdc ce qui pcnnct de bonnes productions de cdrdalcs, de vignes ct de cultures très variées. Les chaînes de l'Atlas: Elles Ionnent le HauI-A[las ci l'Anli-Allas, sdparanl Ic Nord-Ouest du Sud-Est, caractérisée par deux climats (humide et ddscrliquc). Lc vcrsanl ouest, gdndralcmenl bien arrosd, est boisé: on peut y cultiver céréales, olives, fruits. L'autre vcrsant esl sec et nu ct Ics parlies les plus dlevdcs sont couver(es de neige en hiver. Le Moyen-Athls offre des pâluragcs de bonne qualité. I.e Rif au Nnrd est parallèle à la cSte méditerranéenne, et quoique moins arrosd quc le Moyen-Atlas. il est boisd mais moins propice å une agriculture de grande étendue. Le Sud-Est et le Sud désertique: C'est une rdginn essenliellemcnt constiludc d'oasis e| tic palmeraies d'une part, et en grande partie du Sahara, jusqu'à la fronlière avcc la Mauritanic d'aulre pari. Leplateau oriental: 11 est situé entre le Haut ci le Moyen-Atlas ci entre la valide de hl Moulouya ,1 l 'Ouest, et la frontière algérienne à l'Est. Ce plateau est riche Ch mines. Lesplaines et les collines: Elles couvrent les zones du Souss au Sud-Ouesl, du Gharb au Nord ci de la valide de la Moulouya au Nord-Est, et constituent les meilleures terres cullivablcs du pays. 1.1.2 Climat Le Maroc possède un climat méditerrandcn lempérd par l 'Allamique, à la Ibis cnntrasld et nuancd. La présence, à la fois, de la mer, du Sahara et de haules monlagncs, d(;iment au Maroc ull climat très diversifié. C'est ainsi que l 'on peut d istinguerlrois ×nnes c limaliquc~;: La zone at lanliquc, la zone (les nlon|agncs et la zone orientale. 1.2 APERCU H ISTORIQUE La position géographique privilégiée du Maroc lui donne une importance stratégique, économique et politique particulière qui a de tout temps influencé son histoire. Le Maroc a été convoité depuis l'Antiquité: les Byzantins et les Phéniciens ont installé des comptoirs sur son littoral atlantique puis, pour un temps, les Romains ont occupé également l'intérieur du pays. Avec Oqba Ibn Nafa, le Maroc est devenu pays musulman, et avec le choix par les tribus du Zcrhoun de Moulay Idriss, la première organisation étatique a été crée. A partir du Vlllè siècle, le pays est devenu une monarchie formée de tribus qui gardaient leur organisation et leurs alliances internes. Jusqu'au XVè siècle se sont succédées les grandes dynasties des Idrisides, des Almoravides, des Almohades, des Mérinides, des Saadiens; mais l'indépendance du pays a commencé à être menacée par l'installation des Portugais dans quelques villes de la céte atlantique. Jusqu'au XIXè siècle, le Maroc va traverser des périodes de turbulences entrecoupées de moments de prosp6rité et de stabilité sous la dynastie Alaouite, mais il doit faire face à une Europe de plus en plus agressive cherchant à étendre sa puissance sur les autres continents et particulièrement l'Afrique. C'est ainsi qu'au début du XXè siècle, les grandes puissances européennes imposent au Maroc des traités limitant sa souveraineté et en faisant un Protectorat. La conférence d'Algésiras en 1912 place le Maroc sous la domination des puissances coloniales, laissant à la France une influence prépondérante. Le pays est divisé alors en trois parties administrées différemment. Le Rif au Nord et le Sahara au Sud sont confiés à l'Espagne, tandis que le reste du pays est placé sous protectorat français, à l'exception de la ville de Tanger placée sous contrôle international. L'installation du système colonial au Maroc a ctée de graves déséquilibres 6connmiques qui ont affecté l'organisation sociale du pays. La population qui n'a jamais accepté le Protcctorat, a continué la lutte dans les montagnes et les campagnes alors que des mouvements politiques nationalistes s'organisaient dans les villes. Dès la fin de la deuxième guerre mondiale, et particulièrement à partir de 1944, la question de l'Indépendance a ét~ posée aux autorités du Protectorat. C'est le Roi Mohammed V, monté sur le tr6ne en 1927, qui a conduit le pays à l'Indépendance. La crise politique qui a éclaté en 1945 a abouti, en 1953, à l'exil du Roi et de sa famille à l'île de Madagascar. Cet exil provoqua un soulèvement populaire qui aboutit deux ans plus tard au retour du Roi. En mars 1956, le Roi Mohammed V signe les accords de la Celle-Saint-Cloud qui font à nouveau du Maroc un état indépendant. Le 7 avril 1956, l'Espagne signe à son tour de pareils accords qui permettent au Maroc de recouvrer sa partie nord. Le Maroc est alors admis comme membre de I'O.N.U. le 22 avril 1956, et deux ans plus tard, le statut de" ville internationale" donné à Tanger est abmgé, unifiant ainsi la ville au reste du pays. En février 1961, le Roi Mohammed V décède. Son fils Hassan II qui lui succèdc fait du Maroc quelques temps après (décembre 1962) une monarchie constitutionnelle et parachève l'unit~ territoriale du pays par la récupération de la partie Sud du Mamc encore entre les mains des autorités espagnoles. 2 1.3 MILIEU HUMAIN La population du Maroc est constituée des grands groupes humains suivants: Les Berbères, qui constituent le groupe le plus important; ils vivent en majorité dans les régions montagneuses du Rif (les Rifains), du Moyen et Haut Atlas (Les Amazighenes) et de l'Anti-Atlas (les Tachelhites ou Souassas); Les Arabes qui sont installés, en général, dans les plaines intérieures ct côtières; Les Draouas qui habitent la région de l'Ouest Draa; Les Sahraouis qui vivent au Sahara marocain. Avec une population de plus de 26 000 000 habitants en 1992, le Maroc est le pays le plus peuplé du Magbreb. La répartition spatiale est très inégale: les deux régions économiques du Nord-Ouest et du Centre abritent la moitié de la population. Les enquêtes menées par le Ministère de la Santé Publique et par le Ministère du Plan, ont permis une meilleure connaissance de notre situation démographique actuelle. Natalité: Il ressort du Tableau 1.1 qu'il y a une diminution assez nette du taux de natalité au Maroc: de 53 pour mille en 1960, le taux de natalité a baissé à 32 pour mille pour la période 1986-88, soit une diminution de 40 pour cent au cours d'une période de 27 ans. Le taux d'accroissement démographique qui était de 2,8 pour cent durant la période 1971- 1982 a connu une baisse relativement importante au cours des dix demières années: en 1991-1992, ce taux est passé à 2,1 pour cent (Tableau 1.2). Tableau 1.1 Evolution du taux de natalité Evolution de 1955 à 19811 du taux de natalité (0/00) du Maroc selon [es sources d'information, Maroc Sources Taux de d'information natalité et année (pour mille) Recensement, 1960 - période 1955-60 52-53 Enquête à Objectifs multiples, 1962 46,1 Enquéte Nationale de Fécondité et de Planification Familiale, 1979-1980 41.0 Enquête Démographique à Passages Rép&és, 1986-88 31,6 Tableau 1.2 Evolution du taux d'accrolssernent dérno8raphiq ue [iw>lutitm de l'accroissement démographique de 1925 à 1992, Maroc Taux d'accroissement d6mographique annuel moyen Période intercensitaire d'accroissement en % 1925-1952 1,8 1952-1960 3,5 1960-1971 2,6 197]-1982 2,76 1982-1987 2,53 1987-1988 2,34 1988-1989 2,28 1989-1990 2,22 1990 1991 2,15 1991-1992 2,08 Source: Centre d'Etudes et de Recherches Démographiques, Direction de la Statistique, 1992, Tendances dérnographiques. Mortalité: S'il est vrai que la mesure du niveau de mortalité reste encore un problème pour les pays en développement, les études menées ces dcroièrcs années par le Ministèrc dc la Santé Publique et le Ministère du Plan, ont néanmoins permis d'avoir une connaissance assez claire sur la mortalité en général et de la mortalité infanto-juvénile en particulier. Les données suivantes permettent de conclure à une baisse notable de la morlalitd gêndrale: 30 à 40 pour mille pour la p6riodc 1930-1940; 19 pour mille en 1962; 15 pour mille pour la période 1971-1982; 8 pour mille en 1992. Pour ce qui est de la mortalité infanto-juvénile, les données fournies par l'Enquête Nationale sur la Fécondité et la Planification Familiale (ENFPF) de 1979-1980, par le Recensement de la Population de 1982, et par l'Enquête Nationale sur la Planification Familiale, la Fécondité et la Santé de la Population au Maroc (ENPS-I) de 1987, permettent d'affirmer que la mortalité infantile a baissé: en effet, le quotient de mortalité infantile est passé de 130 pour mille durant la période 1955-59 à 91 pour mille durant la période 1975-1979, et å 73 pour mille en 1982-86, alors que la mortalité chez les enfants de 1 à 4 ans a baissé encore plus, passant de 112 pour mille en 1955-59 à 52 pour mille en 1975-79 et à 31 pour mille pour la période 1982-86. Structure par âge: Selon les résultats du recensement de 1982, la population marocaine est une population jeune. La population de moins de 15 ans représente 42 pour cent de la population totale, et la population ågée de 60 ans ou plus ne représente que 6,4 pour cent. Education: Les résultats fournis par les deux recensements 1971 et 1982, montrent une amélioration du niveau d'instruction de la population, grâce aux efforts déployds en matière d'infrastructure matérielle et humaine dans ce domaine. Le taux d'analphabétisme qui était de 87 en 1960 pour cent et de 75 pour cent en 1971 est de 65 pour cent cn 1982. Les données réccntcs révèlent qu'en 1991 plus de 45 pour cent de la population ågée de 10 ans et plus savait lire et écrire contre 35 pour cent en 1982. Milieu de résidence: La répartition de la population scion le milieu dc résidence (urbain ou rural) permet de constater qu'il y a un accroissement important durant les dix dcrnièrcs annécs du taux d'urbanisafion important: la proportion des citadins est passéc de 35 pour cent en 1971 à 42 pour cent en 1982, soit un accroissement annuel moyen dc 2 pour ccnt. En 1992, la population urbaine est cstiméc à 46 pour cent. 1.4 STRUCTURE ECONOMIQUE Les caract6ristiques æconomiques, qui fcront l'objet de cette section, constituent un complément utile en vue d'une meilleure connaissance du Maroc. 1.4.1 Secteur primaire De par ses caractéristiques économiques ci climatiques, le Maroc est un pays "agricole." Le secteur agricole emploie environ la moitié de la population active et représente 15 pour cent du Produit Intérieur Brut (PIB). De plus, les exportations de ce secteur représentent le tiers de l'ensemble des exportations. C'est pourquoi, conscient de son importance, le gouvernement essaie de rentabiliser au maximum l'agriculture par l'introduction de nouvelles méthodes de cultures et d'élevage et par la construction de barrages, dont les plus grands sont au nombre de 34. Ces barrages assurcnt la régulation inter- annuelle de plus de 6 400 millions de m 3 d'eau. 4 Pour ce qui est de la pêche, le Maroc avec ses 3 500 km de c6tes, dispose d'atouts naturels exceptionnels qui lui permettent avec le développement actuel de ce secteur, d'exploiter d'~normes ressources estimées à plus de 1,5 millions de tonnes par an. 1.4.2 Secteur secondaire Mise à part la production des phosphates, dont le Maroc est le premier exportateur et détient les plus grosses réserves mondiales et le troisième producteur, l'industrie marocaine a connu un essor très important depuis l'Indépendance du pays. Ainsi, l'indice de la production des mines (base 100 en 1978) est passé à 114 en 1982. L'indice de la production des induslries de transformation est possé å 120 en 1982. Quant à l'énergie, elle a augmente d'une fuçon ti'~s ncttc, puisque son indice est passé à 154 en 1982. 1.4.3 Secteur tertiaire C'est le scctcur qui rapt~sente une des plus grandcs parts des emplois au Mamc. Il constitue plus de 50 pour cent du PIB en particulicr dans les sccleurs (lu commcrce, du tourisme, ainsi quc l'administration publique. 1.5 ORGANISAT ION ADMINISTRAT IVE ET SANITA IRE DU MAROC 1.5.1 Organisation administrative du pays Scion le découpage administratif, le Maroc est divisé, en 49 provinces ou prélectures. Ces demièms sont regroupées en Wilaya. Le wali ou gouvernera" qui est à la tétc d'une wilaya ou d'une province et préfecture, est le représentant de S.M. le Roi. Chaque province est divisée en municipalités, arrondissements, cercles, communes. Ainsi, il y a 76 municipalités, 256 communes urbaines, 1 298 communes rurales et 80 centres autonomes. Les municipalités sont adminislrées par un Khalifitt et les communes par un Caïd. Des conseils communaux, municipaux, provinciaux ou prélcctoraux sont élus par la population pour gérer les affaires dont ils ont la charge. 1.5.2 Organisatinn du système de Santé Publique La responsabilité de l'exécution de la politique sanitaire du gouveroement incombe au Ministère de la Santé Publique. Les délimitations des aircs gdographiques des provinces et préfectures médicales sont calquées sur le découpage administratif. Le médecin-chef, représentant du Ministœe de la Santé Publique, assure l'exécution de la politique sanitaire au niveau de sa province ou prdfeclure. Le système de santé est subdivis6 cil deux calégories de réseaux d'action sanitaire celui de l'action ambulatoire et celui de l'action hospitaliére. Réseau d'action ambulatoire: C'est le réseau des soins de santé de base (SSB); il a pour principal champ d'action la prévention sanitaire. Pour ce faire, chaque province ou préfecture est divisée en circonscriptions sanitaires, urbaines ou rurales, qui sont aires géographiques délimitdes par la taille de la population (en moyenne 45 000 habitants). Un découpage est en cours d'exécution pour aussi tenir compte aussi de la distribution de la population, par rapport au chef lieu de la circonscription sanitaire, qui est le centre de santé. Le médecin-chef de la circonscription est chargé de la supervision, du contréle et de l'évaluation des différents programmes. Enfin, chacun des secteurs est subdivisé en zones géographiques appel~es les sous-secteurs. L'infirmier est chargé, selon un circuit mensuel, des activités de son sous-secteur. Réseau d'action hospitalière: Il est composé de quatre catégories d'h6pitaux: l'h6pital de zone d'une capacité optimale de 200 à 250 lits. Il dessert une population moyenne de 250 000 habitants (4 à 5 centres de santé). Il est doté d'un ensemble de quatre services de base: médecine, chirurgie, pédiatrie et gynécologic. l'hépital provincial d'une capacité de 400 à 500 lits, est situé au che f-lieu de la province ou de la préfccture. Il dessert la population de toute lu province surtout pour les services de spécialité faisant défaut dans les h6pitaux de zone. Disposant de g spécialités en plus de celles de l'hôpital provincial, et d'une capacité de 800 à 1 000 lits, l'hôpital régional desserl Ici population de toute la zone (en général 4 à 6 provinces). L'h6pital national (ou universitaire) dispose de 1 6/)0 à 2 O0fl lits, et dessert toute la population. Il a égalemenl toutes les spécialités. Par ailleurs, il y a lieu de noter l'existence du réseau de laboratoires et de centres spécialisés (centres de référence pour la planification familiale, centres de lutte contre la tuberculose et centres de diagnostic). 1.6 POL IT IQUE DE POPULAT ION ET PLANIF ICAT ION FAMIL IALE Depuis 1966, année où a été institué le Programme National de Planification Familiale, la population est considérée comme une variable a intégrer dans le processus de développement économique et social. Les rapports de mission des différenls organismes internationaux (Banque Mondiale, FAO, etc.), ont mis en évidencc l'influence de la croissance démographique sur le développemcnt économique du pays. En conséquence, la politique de population au Maroc, a pris posilion en faveur dE la planification familiale. Parmi les discours de S.M. le Roi Hassan 11, on note dans le M~morandum Royal du 20 avril 1965 soumis aux partis politiques et aux organisations nationales, un Prograrmne d'Action Gén6rale, qui met l'accent sur le contrõle des naissances. D'autre part, S.M. le Roi HASSAN 11, a été parmi les premiers signataires de Ici Déclaration sur la Population de I'O.N.U. du 11 décembre 1967. Dans ce cadre, le gouveroement, par le biais du Ministère de lai Santé Publique, a pris contact avec différents organismes non-gouvernementaux en vue de mettre en pratique cette politique. (Fondation Ford, Population Council et IPPF). La création en 1966 de la Commission Supérieure de la Population et des Commissions Locales de la Population, ainsi que le décmt royal du ler juillet 1967 qui abroge la loi interdisant la propagande anticonceptionnelle et qui libéralise l'avortement thémpeutique, ne sont que deux aspects pari'ni d'autres qui ont eu un impact assez net sur la croissance démographique au Maroc. La création en 1976, au sein du Ministère de la Santé Publique, d'une Division de Population et d'un Service Central de la Plani fication Familiale, ont permis de mettre en oeuvre la politique de population. C'est ainsi que les activités de planification familiale ont connu un développement très rapide gråce à la stratégie adoptée de "Visite à Domicile de Motivation Systématique en Santé" (VDMS) et aux structures déjà existantes au Ministère de la Santé Publique. Le Graphique 1.1 donne une idée de l'évolution des activités du programme. Graphique 1,1 Evolution des activités de planification familiale au Maroc 10000 Elleclif (milliers) 1000 Premiêres visites ~ s . . . . . . . . . . . . . . . 100 " " Acceptrices de pilule 10 0 i E t t ~ t t ~ r t i i i t t ; ~ i i ] i i i i i 1966 68 70 72 74 76 78 80 82 84 86 88 90 1992 Année ENPS-II 1992 1.7 OBJECT IFS ET CADRE INST ITUT IONNEL DE L 'ENPS- I I 1.7.1 Objectifs L'Enquête Nationale sur la Population et la Santé au Maroc de 1992 (ENPS-II) avait six objectifs généraux qui sont les suivants: a, Recueillir des données à l'échelle nationale, par milieu de résidence et par région, permettant de calculer certains taux démographiques, en particulier les taux de fécondité et les taux de mortalité maternelle et infanto-juvénile; b. Analyser les facteurs qui déterminent les niveaux et les tendances de la fécondité et de la mortalité infantile et juvénile; C. Mesurer le taux d'utilisation de la contraception, par méthode, selon le milieu de résidence et certaines caractéristiques socio-économiques; 7 d. Mesurer l'efficacité de la contraception en estimant les taux d'échec et les niveaux de la fécondité non désirée; e. Recueillir des données de qualité sur la santé familiale: vaccinations, prévalence et traitement de la diarrhée, de la fièvre et de la toux, visites prénatales et assistance à l'accouchement, allaitement maternel, et état nutritionnel des enfants de moins de cinq ans et de leurs mères par le biais des mesures du poids et de la taille; f. Foumir aux responsables et administrateurs des programmes de population du Maroc des données de base actualisées et de qualité sur la fécondité, la mortalité, la planification familiale et la santé. De telles données ne sont pas seulement utiles pour évaluer l'impact de leurs activités, mais elles sont également importantes pour planifier de nouvelles stratégies pour l'amélioration de la santé et le bien-être de la population. Enfin, I'ENPS-I1 faisant partie d'un programme international, ses résultats lont partie d'une base de données utifisables, au niveau mondial, par les organismes et les chercheurs qui s'intéressent aux problèmes de population et de santé. 1.7.2 Cadre institutinnnel et financement (le l'enquête Dans le cadre de la coopération entre le Royaume du Mamc et les Etats-Unis d'Am6rique, une convention a été signée entre le Ministère de la Santé Publique et Macm International Inc., en vue de la réalisation de I'ENPS-II. Cette enquête entre dans le cadre du programme intemational des Enquêtes Démographiques et de Santé (DHS). Le financement a été pris en charge par I'USAID. L'Enquête Nationale sur la Population et la Santê au Mamc de 1992 (ENPS-II) a ~té entreprise par le Service des Etudes et de l'Information Sanitaire (SEIS) du Ministère de la Santê Publique (MSP). Le Comité Technique était composé des membres suiwmts: Mr. M. Laaziri Chef de la Division de la Planification, de la Statistique et de l'Informatique Dr. M. Zarouf Chef de la Division de la Population (jusqu'à janvier 1993) Dr. N. Hajji Chef de la Division de la Santé de la Mère et de l'Enfant Mme M. Ben Ammar Chef du Service de la Protection de la Santé de la Mère Dr. A. Zirari Chef du Programme de Lutte contre les Maladies Diarrhéiques Mr. M. Azehnat Chef de Service des Etudes et de l'Inlormation Sanitaire Mr. E. Housni Démographe en [bnction à la Division de la Population Monsieur Mustapha Azelmat, chef du SELS, a æté chargé de la direction technique de l'enquête. Il a été aidê dans sa tâche par les cadres suiwmts: 8 Au niveau du SEIS: Mr. A. EI Gandassi Mr. M. Al Jem Mr. A. Lamrani Mr. M. Archach Au niveau de Macro International Inc.: Mr. M. Ayad Mr. C. Scott Mr. T. Croft Mr. N. Abderrahim Le personnel ayant directement participé å la réalisation de I'ENPS-II se répartit de la manière suivante: Au niveau du bureau de l'enquête: 1 directeur technique 1 démographe 2 coordinatcurs I analyste-programmeur Au niveau de l'administration: 1 rêgisseur comptable 1 dactylographe Au niveau de l'échantillonnagc: 1 superviseur 4 contrôleurs 8 agents Au niveau de l'enquête sur le tcrrain: 3 superviseurs 7 chefs d'équipe 7 contrêleuses 28 enquêtriccs 11 chauffeurs Au niveau de l'exploitation informatique: 1 programmeur 8 agents de saisie 1 archivistc 3 chiffrcurs 9 1.8 QUEST IONNAIRES Dans le cadre de I'ENPS-II, trois questionnaires différents ont été utilisés: le questionnaire ménage; le questionnaire individuel femme; le questionnaire individuel homme. Les questionnaires ménage et individuels sont adaptés å partir du questionnaire modèle pour les pays å pr6valence contraceptive élevée du programme DHS. 1.8.1 Questionnaire ménage Le questionnaire ménage permet d'enregistrer tous les membres du ménage avec certaines de leurs caractéristiques: nom, lien de parenté avec le chef de ménage, sexe, åge, situation de résidence, niveau d'instruction. Il contient également des informations sur les caractéristiques du logement et sur les caractéristiques relatives aux conditions de vie du ménage. En dehors de ces caractéristiques, ce questionnai re comporte une page de couverture pour l'identification du ménage, et le résultat de l'interview. Le but premier du questionnaire ménage est de fournir les informations permettant d'établir les dénominateurs pour le calcul des taux démographiques (mortalité, natalité, fécondité), et d'identifier les femmes et les hommes êligibles pour être interviewés individuellement. 1.8.2 Questionnaire individuel Le questionnaire individuel femme est utilisé pour enregistrer les informations concernant les femmes éligibles, c'est-à-dire les lemmes âgées de 15-49 ans, ayant passé la nuit précédant I'interview dans le ménage sélectionné, quel que soit leur statut de résidence. En dehors de la page de couverture similaire à celle du questionnaire ménage, il comprend neuf sections qui traitent des sujets suivants: Caractéristiques socio-démographiques de l' enquêtée: Cette section comprend 26 questions qui portent sur le lieu de résidence, l'/tge, la scolarisation et l'alphabétisation, l'accès aux média et les conditions d'habitat (limités aux femmes visiteuses). Nuptialité: La deuxième section comporte 12 questions portant sur l'état matrimonial de la femme, l'âge au mariage, le régime de mariage (monogamie ou polygamie) et le lien de parenté avec le mari. Reproduction: Trente sept questions composent cette section. Les informations recueillies portent sur l'historique des naissances (enfants vivants ou décédés), l'état de grossesse au moment de 1'enquête et le désir d'avoir ou de ne pas avoir cette grossesse. Une question relative aux date ct durée des menstruations et deux questions se rapportant à la connaissance et à l'aptitude de la femme à déterminer sa période féconde ont également été posées. Contraception: Cette section comprend 53 questions. Elles s'intéressent â la connaissance spontanée ou non des méthodes contraceptives, à leur utilisation et aux sources d'approvisionnement. La section comporte également des questions sur les marques et prix des pilules, sur la non utilisation et la discontinuation des méthodes contraceptives et sur l'utilisation future de la contraception. La deuxième partie de la section s'intéresse à la planification familiale dans les média (radio et télévision) et à l'activité sexuelle du couple. Santé et Allaitement: Cette section de 49 questions permet d'obtenir des renseignements sur les visites et l'immunisation prénatales, sur le lieu d'accouchement et la qualification de la personne ayant assisté à 10 l 'accouchement, sur les conditions cliniques d'accouchement et les caractéristiques physiques des nouveaux- nés. Des questions portant sur le retour des couches et la reprise des relations sexuelles après la naissance du nouveau-n~ ont également été posées. La section comporte également des questions sur l'allaitement (fréquence et durée, type d'allaitement et utilisation des différents compléments nutritionnels). Vaccination et santé: Cette section de 48 questions traite de la vaccination et de la santé des enfants de moins de 5 ans (fréquence et traitement de la fièvre, de la toux et de la diarrhée). Mortalité maternelle: La section comporte 21 questions consacrées à la mortalité maternelle. Pour chacune des soeurs des enquêtées, on a collecté des renseignements concernant l'åge et l'état de survie; des questions supplémentaires ont été posées à propos des soeurs décédées, pour déterminer si le décès était en rapport avec la matemité. Préférences en matière defécondité: Dans cette section, 13 questions ont ét~ posées pour saisir les intentions des femmes enquêtées en matière de fécondité, comme le désir d'avoir des enfants, le nombre d'enfants supplémentaires désirés et la taille idéale de la famille. Caractéristiques du conjoint, résidence et activité professionnelle de la femme: Cette section comporte 26 questions consacrées aux caractéristiques socio-professionnelles du conjoint des femmes mari~es, à l'activité professionnelle de la femme, aux changements de résidence de l'enquêtée et à la garde des enfants. Taille etpoids: Cette section est consacrée aux mesures anthropométriques des enfants de 0-4 ans des femmes interview~es et aux mesures anthropométriques des mères enquêtées ayant des enfants de moins de cinq ans. Calendrier des événements: Le calendrier composé de huit colonnes permet de reconstituer les événements des cinq années ayant précédé l'enquête. Les deux premiéres colonnes permettent de dater les naissances, les grossesses, l'utilisation et la discontinuation de la contraception; les colonnes trois, quatre et cinq concernent les informations sur l'aménorrhée post-partum, l'abstinence post-partum et l'allaitement. Les trois demières colonnes enregistrent les renseignements relatifs ~. l'historique du mariage, les changcments de résidence et le type d'emploi. 1.8.3 Questionnaire homme Le questionnaire individuel homme a également une page de couverture, semblable å celle du questionnaire femme. Il est complètement indépendant de ce dernier, mais la plupart des questions posées b. l 'homme sont identiques à celles posées à la femme. Le questionnaire comporte les sections suivantes: caractéristiques socio-démographiques des enquêtés, contraception, et préférences en matière de fécondité. Les deux demières sections ont pour objet de mesurer les connaissances, les opinions et les pratiques en matière de planification familiale. 1.9 ECHANTILLONNAGE L'échantillon de cette enquête d'environ 7 000 ménages est conforme aux recommandations du programme DHS; il est auto-pond~r~ et représentatif de tout le Royaume. L'échantillon est stratifié par région au niveau national et par type d'habitat en milieu urbain. Les unités aréolaires finales sont tirées avec probabilité proportionnelle à la taille, et les unités ménages avec probabilité inverse, afin d'obtenir un échantillon auto-pond~r~. 11 En ce qui concerne I'ENPS-II, compte tenuede la non disponibilité d'une base de sondage actualisée, les 212 grappes échantillons de I'ENPS-1 de 1987 (137 en milieu urbain et 75 en milieu mral) ont Et~ ré- utilisées après une mise å jour qui consistait à dénombrer les mênagcs qui y résidcnt actuellement et à dresser une liste des chefs de ménages par unité arêolai re. L'échantillon de I'ENPS-I de 1987 lu i-m ême est un sous-échantillon de 1' Enquête à Passages Répétés (EPR). Il a pour base de sondage l'échantillon-maître élaboré par la Dh'ection de Ici Statistique du Ministère du Plan, en vue d'effectuer les diverses enquêtes post-censitai res. Dans le cadre de cette enquête, 7 012 ménages ont été sélectionnes dont 6 635 ont ~té trouvés. Parmi les ménages trouvés, 6 577 ont été enquêtés avec succès, soit une taux de réponse de 99,1 pour cent. Au niveau des entrevues individuelles, 9 587 ont été tentécs dont 9256 ont êt• conduites cntièrement, ce qui donne un taux de réponse de 96,5 pour cent. Une description plus détaillée de l'échantillon et des taux de réponse est présentée dans l'Annexe B. Les erreurs de sondage sont présent6es dans l'Annexe C. 1.10 FORMATION ET COLLECTE DES DONNEES 1.1.10 Pré-enquête Pour effectuer le travail sur le terrain, la [brmation pour Ici pré-enquête ci duré deux semaines avec la participation de 12 agents de sclnté diplôm6s d'élcll du Ministère de bi Scinté Publique. Le travciil sur le terrain pour la pré-enquête s'est dêroulé dans cinq zones: trois urbaines (Rabat) et deux rurales (Skhirat). Au total, 350 femmes ont été interview~es au cours de cette pré-enquêle. 1.10.2 Recrulement et formation du persnnnel (le terrain Environ 55 agents ont été recrutés panni le personnel régional du Ministère de Iii Santé Publique ayant au moins trois années d'expérience, pour eJfoctuer l'en( utile sur le terrain. La formation a dur~ trois semaines du 22 décembre au 10janvier 1992. Tous les candidats aux différents ix)stes ont participé un programme de Ik)nnalion consacré aux différents aspects de l'enquête: description détaîllée des méthodes contraceptives, étude des sujets liés à la démographie, å la santé familiale et à la nutrition et techniques d'interview. Des spécialistes ()ni amélioré la compréhension des candidats par le biais d'exposés portant sur tous les cispects que recouvre le questionnaire. Par ailleurs, des interviews simulées et réelles sui" le terrain ont élé conduites durant le stage de formation. La formation sur les mesures anthmpométriques (poids et taille) ci duré quatre jours et ci été centrée sur les séances pratiques. Elle a été assurêc par quatre médecins dans deux maternités de Rabat. Les enquêtrices ont été formées pour être mesureurs et les conlr61euses ont Et~ ferre~es pour être cissistantes ou mesureurs de réserve. 1.10.3 Collecte des données A la fin de la formation, sept équipes ont êté sélectionnées pour participer à la phase du terrain. Chacune des équipes comprenait un chef d'équipe, une contrôleuse (responsable du conlréle du travail des enquêtrices), quatre enquêtrices et un chau['[k2ur. La colleclc (les donnécs a commencé le 16janvier 1992 et a dur~ trois mois. 12 La supervision était assurée, en plus du dirccteur technique, par trois cadres qui ont été désignés comme coordormateurs sur le terrain. 1.11 TRAITEMENT INFORMATIQUE Cette phase de l'enquête qui a duré trois mois (22 janvier-15 mai 1992) a comporté les trois étapes suivantes: 1. Réception et classement des drain~es: Les questionnaircs remplis et contrélés étaient envoyés au Bureau Central (SEIS) de Rabat où, après contrôle d'exhaustivité, ils étaient classés dans l'ordre des ménagcs par grappe et province. 2. Saisie des données: Elle a 6t6 effectuée par une équipe de 5 agents sur un micro-ordinateur multiposte fourni à l'enquête pat' le programme DHS. Le logiciel ISSA (lntegrated System for Survey Analysis) développé par Macro International Inc. pour les besoins de DHS a êté utilisé pour cette tâche. Les agents de saisie ont, en même temps, codifié la seule question non précodifiée sur la profession du mari. 3. Apurement des données: Celle opération, utilisant toujours le logiciel ISSA awfit lieu en même temps que la saisic. Les questionnaircs de chaque grappe êtaient soumis ',t un programme de vérification bat«h (ensemble de gmppes) plus exhaustif. Déjà, pendant la saisie, les vérifications des champs de validité des codes et des cohérences des filtres avaient été effectuées. Après l'apurement des données, les dates des événements ont ~té imputées, dans les cas où ces informations n'avaient pas ét~ em'cgistrées dans le queslionnaire (date de naissance de la IEmme, date du premier mariage de la Ikzmme, date de naissance des enfants et âge au décès des enfimts décédés). Après cette version du fichier, des recodificalions (autres réponses) et une série de vdrifications supplémentaires ont élé appliquées pour donner lieu en septembre 1992 à un fichier de données devant servir à l'obtention des résultats définitif s. La dernière action dans le processus d'exploitation consistait à passer les programmes de tabulation. La tabulation des résultats préliminaires a eu lieu courant juin 1992 et celle des résultats définitifs en octobre 1992. 13 CHAPITRE 2 CARACTERISTIQUES DES MENAGES ET DES ENQUETEES L'ENPS-II (1992) a touché une population de fait de 38 770 personnes, membres de 6 577 ménages (3 193 urbains et 3 384 ruraux) dans lesquels des interviews ont été menées avec succès. Certaines de ces personnes recensêes dans le cadre de l'enquête ménage ont ét~ identifiées pour être interrogées individuellement. Ce chapitre concerne essentiellement l'analyse de quelques caractéristiques des personnes enregistrées dans le questionnaire ménage et des ménages eux-mêmes ainsi que des femmes ayant ~tE enquêtées individuellement. 2.1 ENQUETE MENAGE L'enquête ménage a permis de dêgager des données sur la structure de la population, la composition des ménages, ainsi que sur certaines caractéristiques de l'habitat et sur quelques éléments de confort existants dans les ménages. 2.1.1 Caractéristiques dela population des ménages Répartition par sexe La répartition par sexe de la population de l'échantillon montrc que le nombre de femmes est sensiblement supêrieur au nombre d'hommes. Le Tableau 2.1 indique que parmi les 38 770 personnes dénombrées lors de I'ENPS-II, 18 914 sont des hommes soit 49 pour cent et 19 856 sont des femmes soit 51 pour cent. L'indice global d'appréciation de I'équilibre numérique entre les hommes et les femmes est évalué à 95 hommes pour l(/0 femmes. Tableau 2.1 Population des ménages par åge et sexe Répartition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'åges quinquennal, selon le milieu de résidence et le sexe, ENPS-II Maroc 1992 Urbain Rural Total Grouped'~ges nommes Femmes F.nsemble llommes Femmes Ensemble Itommes Femmes Ensemble 0-4 10,5 9,8 10,2 15,9 14,2 15,0 13,5 12,3 12,9 5-9 12,2 10,5 11,3 16,0 14,9 15,4 14,3 13,0 13,6 10 14 12,8 11,8 12,3 14,7 13,4 14,0 13,9 12,7 13,3 15-19 11,8 11,5 11,7 10,0 11,1 10,6 10,8 11,3 11,1 211-24 9,6 10,4 10,0 6,7 7,9 7,3 8,0 9,0 8,5 25-29 8,2 9,1 8,7 5,9 6,4 6,1 6,9 7,6 7,3 30-34 7.8 8,4 8,1 5,5 6,0 5,8 6,5 7,1 6,8 35-39 6,3 6,9 6,6 4,5 5,4 5,0 5,3 6,1 5,7 40-44 4,8 4,1 4,4 3,7 3,6 3,6 4,2 3,8 4,0 45 49 3,5 3,6 3,6 2,7 3,3 3,0 3,0 3,5 3,3 50-54 2,9 3,8 3,3 3,0 3,4 3,2 2,9 3,6 3,3 55-59 2,7 2,7 2,7 3,0 3,3 3,1 2,9 3,0 3,0 60-64 2,7 2.9 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8 2,9 2,8 65 69 1,8 1,6 1,7 2,0 1,6 1,8 1,9 1,6 1,7 70-74 1,3 1,3 1,3 1,8 1,5 1,6 1,6 1,4 1,5 75-79 0.5 0.5 0,5 0,7 0,5 0,6 0,6 0,5 0,6 80 ou plus 0,6 0,9 0,8 1,2 0,8 1,il 0,9 0,8 0,9 Non déterminé/NSP 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 101/,0 100,0 100,0 I (l(/,0 100,0 100,0 Effectif 8476 8767 17243 11/438 11089 21527 18914 19856 38770 15 Parmi la population dénombrée, environ 45 pour cent résidaient en milieu urbain au moment de l'enquête. Le rapport de masculinité en zone urbaine est de 97 hommes pour 100 femmes, contre 94 hommes pour 100 femmes en milieu rural; cette sous-représentation des hommes en zone rurale est, probablement, la conséquence de l'exode rural et de l'~migration. Répartition par åge La structure par groupe d'åges quinquennal de la population enquêtée est caractéristique d'une population relativement jeune dont la pyramide, large à la base, se rétrécit au fur et à mesure que l'on monte vers le sommet, comme l'indique le Graphique 2.1. Le Tableau 2.1 donne également la répartition de la population par tranche d'åges et par milieu. Il en ressort que la population de moins de 15 ans représente 40 pour cent, avec une différence notable entre les milieux urbain et rural qui enregistrent respectivement 34 pour cent et 44 pour cent de moins de 15 ans. Cette différence est nettement accentuée dans les tranches d'åges 0-4 ans (10 pour cent en milieu urbain et 15 pour cent en milieu rural) et 5-9 ans (11 pour cent en milieu urbain et 15 pour cent en milieu rural). Age 8O+ 75-79 70 74 65-69 60-64 55-59 50-54 45-49 40 44 35 39 99 34 25-29 20 24 15 19 10-14 5-9 0-4 8 Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population du Maroc 6 4 2 0 2 4 6 8 Pourcenlage ENPS II 1992 16 Par ailleurs, il apparaît au Tableau 2.2 que la proportion des moins de 15 ans a diminué de 1979-80 à 1992, passant de 44 b. 40 pour cent. Cette tendance au vieillissement de la population est à mettre en relation avec la baisse du niveau de la fécondité observée durant ces deruières années. Tableau 2.2 Population par åge selon différentes sources Répartition (en %) de la population par åge, ENFPF 1979-80, Recensement 1982 et ENPS-11 1992, Maroç Recense- Groupe ENFPF ment ENPS-II d'åges 1979-811 1982 1992 < 15 ans 43,6 42,1 39,7 15-64 52,7 53,6 55,6 65 ou plus 3,7 4,3 4,6 Total 100,0 100,0 100,0 Note: Pour des besoins de comparaison avec les autres sources, ce tableau est basé sur la population "de droit." Sources: ENFPF (MSP et EMF, 1984); Recensement Général (I)S. 19831 Répartition de la population par niveau d' instruction Au cours de l'enquête mênage, des données sur le niveau d'instruction atteint et la dernière classe achevée par chaque membre du ménage ont été recueillies. Trois niveaux d'instruction ont été distingués: le primaire, le secondaire et le supérieur. Au Maroc, l'åge d'entrêe dans le primaire est de sept ans et les études durent cinq années pourl'enseignement primat re et sept années pour 1'enseignement secondaire qui débouche sur le baccalauréat. Le Tableau 2.3.1 donne, pour la population masculine, le niveau d'instruction atteint selon l'åge, le milieu de résidence et la région. Selon les résultats figurant dans ce Tableau il apparaR que, tous åges confondus, 42 pour cent des hommes n'ont aucune instruction, 35 pour cent ont bénéficié d'un enseignement primaire, 20 pour cent d'un enseignement secondaire et 3 pour cent d'un enseignement supérieur. Les pourcentages d'hommes sans instruction sont relativement faibles en milieu urbain (23 pour cent) ainsi que dans les régions du Centre-Sud (32 pour cent) et de l'Oriental (33 pour cent). Pour ce qui est du niveau primaire, le milieu urbain atteint 39 pour cent et certaines régions enregistrent des pourcentages élevés par rapport à la moyenne nationale: 45 pour cent dans l'Oriental et 43 pour cent dans le Centre-Sud. Concernant le niveau secondaire, les proportions atteignent 32 pour cent en milieu urbain contre seulement 9 pour cent pour le rural, avec des difliSrences au niveau régional, variant de 23 pour cent dans le Centre à 15 pour cent dans le Tensift. Lc pourcentage d'hommes avec un niveau d'enseignement sup6rieur atteint 6 pour cent en milieu urbain et moins de 1 pour cent en milieu rural. 17 Tableau 2.3.1 Niveau d'instruction de la population des hommes Répartition (en %) de la population masculine (de fait) des ménages, ågée de cinq ans et plus. par niveau d'instruction atteint, et nombre médian d'années d'érodes accomplies seh)n l'åge, le milieu et la région de résidence. ENPS-I1 Maroc 1992 Caractéristique Niveau d'irLstruction Nombre médian Aucun Primaire Secondaire Supérieur NI) Total Effectif d'années Groupe d'figes 5-9 27,7 71,4 0,3 0,0 0,6 1/10,11 1655 0,9 10-14 24,6 61,4 13,7 0,11 (/,3 100,0 2623 3,7 15-19 20,4 34,8 44,3 0,3 O, I 100,1) 2041 5,7 20-24 25,7 33,9 34,7 5,7 0,0 100,0 1511 5,5 25-29 38,3 24,4 27,0 10,2 0,2 100,0 1308 5,1 30-34 39,8 31,0 21,6 7,2 0,5 100,0 1234 4,4 35-39 43,3 28,2 23,1 5,2 0.2 100,0 1002 4,0 40-44 51,6 22,3 20,6 4,3 1,1 100,0 790 0,0 45-49 63,9 13,9 17,6 3,8 0.7 100,0 574 0,0 50-54 79,9 9,0 9,2 1,4 1),4 100,0 553 0,0 55-59 87,6 6,8 4,0 1,1 0,5 100,0 547 0,0 60-64 91,4 5,0 2,3 0,2 1,l 100,0 523 0,0 65 ou plus 95,7 2,0 0,7 0,3 1,3 100,0 944 0,0 NDfNSP 100,0 0,0 0,0 0,0 (1,0 100,0 10 0,0 Milieu de résidence Urbain 23.3 38.8 31.9 5,5 0.5 10/I.0 7168 5,2 Rural 58,3 32.0 8.8 0,5 0.4 100.0 8147 0.0 Région Nord-Ouest 40,1 34,5 20,6 4,1 0,6 100,0 3350 2,7 Centre-Nord 44,1 37,4 16,3 1,8 0,4 100,0 1971 1,5 Centre 40,3 33,3 22,7 3,2 0,6 100,0 4593 2,7 Oriental 32,6 45,4 19,6 1,3 1,l 100,0 925 2,9 Centre-Sud 31,5 43,3 21,8 3,4 0,1 100,0 12118 3,8 Tensift 56,2 27,3 14,6 L9 0,0 100.0 17711 0,8 Sud 45,3 36,0 16,2 2,3 0.1 100,0 1498 1,0 Ensemble 41,9 35,2 19.6 2,9 0,4 Il)(),() 15315 2,1 Quant à la population féminine, selon les résultats figurant dans le Tableau 2.3.2 il apparaIl que, tous ãges confondus, 64 pour cent de la population enquêtée n'a aucune instruction, 22 pour cent ont bénéficié d'un enseignement primaire, 12 pour cent d'un enseignement secondaire et 1 pour cent d'un enseignement supérieur. Les pourcentages de femmes ayant de l'instruction sont nettement plus importants en milieu urbain où 58 pour cent des femmes ont fréquenté l'école contre seulement 13 pour cent en milieu rural. Au niveau de la région, des différences notables sont également enregistrés. Les régions du Centre-Sud, du Nord-Ouest, du Centre et de l'Oriental semblent être parmi les plus "performantes." 18 Tableau 2.3.2 Niveau d'instruction de la population des femmes Répartition (en %) de la population féminine (de fait) des ménages, ågée de cinq ans et plus, par niveau d'instruction atteint, et nombre médian d'années dëtudes accomplies selon l'åge, le milieu et la région de résidence, ENPS-[I Maroc 1992 Caractéristique Niveau d'instruction Nombre médian Aucun Primaire Secondaire Supérieur ND Total Effectif d'années Groupe d'•ges 5-9 43,8 54,8 0,3 0.0 1,0 100,0 1526 0,8 10-14 45,7 44,0 9,8 0,0 0,4 100,0 2519 1,9 15-19 45,8 22,9 30,5 0,4 0,4 100,0 2245 2,5 20-24 54,4 20,0 21,5 3,9 0,2 100,0 1785 0,0 25-29 63,2 15,1 17,5 3,8 0,5 100,0 1505 0.0 30-34 69,3 15,2 11,9 3,4 0,2 100,0 1405 0,0 35-39 72,7 14,8 10,6 1,7 0,2 1110.0 121/3 0,0 40-44 79,1 12,7 6,7 1,5 0,0 100,0 757 0,0 45-49 87,9 7,4 3,8 0,3 0,6 100,0 687 0,0 50-54 94,1 3,1 1,7 0,1 1,0 100,0 712 0,0 55-59 96,5 2,5 0,0 0,2 11,8 100,0 605 0,0 60-64 97,9 0,4 0,5 0,0 1,2 100,0 568 0,0 65 ou plus 96,9 0,1 0,4 0,0 2,6 100,0 848 0,0 ND/NSP 100,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 5 0,0 Milieu de résidence Urbain 42,1 31,3 23,2 2,7 0,6 100.0 7547 2,3 Rural 82,5 14,3 2,5 0,1 0,6 100,0 8823 0,0 Région Nord-Ouest 58,9 24,4 13,6 2,1 1,0 100,0 3237 0,0 Centre-Nord 68,0 21,4 9,5 0,7 0,4 100,0 2156 0,0 Centre 59,3 22,1 15,7 2,0 0,9 1011,0 4875 0,0 Oriental 60,4 28,0 10,3 0,8 0,6 100,0 1051 0,0 Centre-Sud 54,1 28,9 15,5 1,2 0,3 1110,0 1362 0,0 Tensift 73,7 17,4 8,4 0,4 0,1 100,11 1824 0,7 Sud 79,0 15,4 4,9 0,3 0,3 100,0 1865 0,6 Ensemble 63,9 22,1 12,1 1,3 0,6 100,0 16370 0,8 L'analyse du niveau d'instruction par ~ge fait ressortir pour la tranche d'âges 15 à 34 ans, l'un des maillons le plus sensible dans le programme de planification familiale des pourcentages de "sans instruction" variant entre 46 pour cent et 69 pour cent. Par contre, pour la tranche d'âges allant de 35 à 49 ans, ces pourcentages sont plus élevés et oscillent entre 73 pour cent et 88 pour cent. D'une manière générale, près d'un homme sur deux (42 pour cent) et presque deux femmes sur trois (64 pour cent) sont "sans instruction," et le nombre médian d'années achevées dans le système scolaire est de 2,1 pour les hommes et de 0,8 pour les femmes. On peut donc conclure que les proportions de population "sans instruction" restent encore élevées, et le temps passé dans le système éducatif demeure faible. 19 Scolarisation Les taux de fréquentation scolaire par åge, sexe et milieu de résidence figurent au Tableau 2.4. Le taux à 6-10 ans, åges correspondant g6néralement au niveau primaire est de 49 pour cent. Il atteint 46 pour cent pour les enfants de 11-15 ans, åges qui concernent å la fois une partie du primaire et une partie du secondaire. Cumulé, le taux pour les enfants de 6 à 15 ans s'élève à 47 pour cent. Pour la tranche d'åges 16- 20 ans, ~ges de scolarisation dans le secondaire, le taux de fréquentation est beaucoup plus faible (25 pour cent), et diminue de plus de la moitié à 21-24 ans (9 pour cent), ãges de scolarisation au niveau supérieur. Comme pour le niveau d'instruction atteint, les taux de fréquentation scolaire varient fortement par sexe, les écarts sont d'autant plus importants que l'åge est élevé et que le niveau d'étude augmente: à 6-15 ans, 55 pour cent des garçons fréquentent un établissement scolaire contre 40 pour cent seulement pour les filles. A 16-20 ans, ce taux n'est que de 30 pour cent pour les hommes et de 20 pour cent pour tes femmes. Enfin à 21-24 ans, la proportion d'hommes fréquentant un établissement scolai re est beaucoup plus élevée que la proportion des femmes (12 pour cent contre 7 pour cent). Tableau 2.4 Taux de fréquentation scolaire Proportion de la population (de fait) des ménages, ãgée de 6 à 24 ans, fréquentant un élablissement scolaire, par åge, selon le sexe et le milieu de résidence, ENPS-II Maroc 1992 Groupe d'åges Hommes Fcrnmcs Ensclnblc Urbain Rural Enscmble Urbain Rural Enscmble Urbain Rural Ensemble 6-10 72,8 44,6 55.3 72.6 24.3 42,1 72,7 34,7 48,9 11-15 78,7 36,4 54,3 66,0 15.4 36,9 72,5 26.1 45,8 6-15 75,8 40.8 54,8 69,1 21/,1 39,5 72,6 30.7 47,4 16-20 46,6 12,9 29,9 39,1 3,6 19,8 42,8 7,7 24,5 21-24 18,2 4,7 12,1 12,7 11,9 7,0 15,3 2,6 9,3 Selon le milieu de résidence, on observe un déséquilibre plus important que celui observé par sexe. Le taux de fréquentation scolaire est beaucoup plus élevé en milieu urbain: 73 pour cent à 6-15 ans, 43 pour cent å 16-20 ans et 15 pour cent à 21-24 ans contre respectivement, 31 pour cent à 6-15 ans, 8 pour cent å 16- 20 ans et 3 pour cent à 21-24 ans en milieu rural (Graphique 2.2). 20 80 Pourcentage Graphique 2.2 Taux de fréquentation scolaire 60 40 20 6-15 ans 16-20 ans 21-24 ans Tranche dáges ENPS II 1992 2.1.2 Structure, taille et composition des ménages Selon les résultats du Tableau 2.5, il apparaît que les chefs de ménages sont, en grande majorité, des hommes (84 pour cent), et cela, quel quc soit le milieu de résidence; il faut, cependant, noter quc les ménages, ayant à leur tête une femme, sont sensiblemcnt plus nombreux en milieu urbain qu'en milieu rural (20 pour cent contre 13,3 pour cent). La répartition selon la taille fait apparaRre qu'un nombre relativement élevé de ménages comptent 9 personnes et plus (19 pour cent). Dans l'ensemble, les ménages comprenant quatre, cinq, six et sept personnes sont les plus fréquents et représentent près de 50 pour cent. La taillc moyenne du ménage (6,0 au niveau national) varie de 5,5 en milieu urbain à 6,5 en milieu rural. Le Tableau 2.5 présente également des résultats sur la composition des ménages. Ces résultaLs appellent les commentaires suivants: le type de ménage le plus fréquent est celui composé d'au moins trois adultes apparentés (58 pour cent); dans 28 pour cent dcs cas, le ménage est composé de deux adultes de sexes opposds; enfin, dans 7 pour cent des cas, un seul adulte constitue un ménage, et dans 3 pour cent des cas, ce sont deux adultes de même sexe qui forment un ménage. 21 Tableau 2.5 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, taille de ménage, lien de parenté avec le chef de ménage, selon le milieu de résidence. ENPS Il Maroc 1992 Caractéristique Urbain Rural Ensemble Chef de ménage Homme 8(/.4 86,7 83,7 Femme 19,6 13,3 16.3 Nombre de membres habituel~ <l 0.2 O,I O,2 1 5,5 4,8 5,2 2 9,6 7,4 8.5 3 1(I,5 6.9 8.6 4 13,4 9,9 11,6 5 14,2 11,7 12.9 6 13,4 12,5 12.9 7 11,8 12,(1 11.9 8 7,7 1(/,9 9.4 9 ou plus 13,7 23.7 18,9 "Faille moyenne 5,5 6.5 6,O Lien de parenté (membres halfilllels) Un aduhe 7,3 6,7 7,0 l)eux aduhcs apparcntds - de sexe opposé 28,5 28,2 28,3 - de m6mc sexe 3,5 2,3 2,9 Trois aduhes apparentés ou plus 55,0 59,9 57,5 Autres 5.5 2,8 4.1 Pourcentage de ménages avec des enfants sans leurs parents 9,8 7.7 8,7 Du point de vue du milieu de résidence, les proportions sont sensiblement identiques. Il faut, cependant, noter que c'est en milieu rural que les ménages formés d'au moins trois adultes apparentds sont les plus nombreux (60 pour cent en milieu rural contre 55 pour cent en milieu urbain). Les m6nages constitues de deux adultes de sexes opposés sont aussi fréquents en milieu urbain qu'en milieu rural (28 pour cent). Les ménages constitués d'un seul adulte sont légèrement plus numbrcux en milieu urbain qu'en milieu rural (7,3 pour cent contre 6,7 pour cent). 11 en est de même pour les ménages formés de deux adultes du mCme sexe (3 pour cent en milieu urbain et 2 pour cent en milieu rural). 22 2.1.3 Caractéristiques de l'habitat et des biens possédés par les ménages Lors de l'enquête ménage, quelques caractéristiques relatives au logement et susceptibles de jouer un rõle dans l'état de santé des membres du ménage, ont été recueillies (exist- ence de l'électricité, source d'appro- visionnement en eau, type de toil- eues, type de sol et nombre de pièces utilisées pour dormir). De même des données sur l'existence d'un certain nombre d'équipements modernes (poste de radio, téléviseur, réfrig- érateur, bicyclette, motocyclette et voiture) ont été collectées, pour avoir une idée du niveau socio-économi- que des ménages. C arac téristiques de l'habitat On peut noter au Tableau 2.6 que presque la moitié des ménages (49 pour cent) disposent de l'élec- tricité. Ce pourcentage varie de façon très importante selon le milieu de résidence: 85 pour cent en milieu urbain et 16 pour cent seulement en milieu rural. L'accès à l'eau de boisson varie énormément selon le milieu de résidence. En ce qui concerne l'accès à une eau contrélée, le pourcentage de ménages urbains avec un robinet dans le logement est de 76 pour cent (9 pour cent seulement en milieu rural) et celui des ménages s'appro- visionnant dans une fontaine pub- lique s'élève à 18 pour cent (8 pour cent dans le rural). Pour ce qui est de l'accès à une source d'approvisi- Onnement non contrélée, moins de 2 pour cent des ménages urbains sont concemés; il s'agit particulièrement de puits publics. D'une manière générale, on relève que 83 pour cent de la population rurale n'a pas accès Tableau 2.6 Caractéristiques des logements Répartition (en %) des ménages, par caractéristique des IogemenLs, selon le milieu de résidence, ENPS-II Maroc 1992 Caractéristique des logements Urbain Rural Ensemble Electrlelté Oui 84,7 15,6 49,2 Non 15,3 84,4 50,8 Approvisionnement en eau à boire Robinet dans le logement 76.4 9,1 41,8 Borne fontaine 17,7 8,4 12,9 Puit dans la cour 1,0 10,8 6,1 Puit public 1,1 34,3 18,2 Source 0,5 24,8 13,0 Rivière, cours d'eau 0,0 4,1 2,1 Mare, lac 0,0 0,4 0,2 Barrage ILO 0,1 0.1 Eau de pluie 0,0 5,1 2,6 Camion à citerne 1,7 0,3 1,0 Eau en bouteille 0,3 0,1 0,2 Autre 1,3 2,5 1,9 ND/NSP 0,1 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 Type de toilettes Chasse d'eau à l'intérieur privée 76,6 16,8 45,9 Chasse d'eau à l'intérieur collective 10,6 0,7 5,5 Chasse d'eau à l'extérieur privée 1,4 0,7 1,0 Chasse d'eau à l'extérieur collective 1,7 0,1 0,9 Latrine sommaire 3,6 10,5 7,2 Latrine aménagée 1,8 3,3 2,6 Pas de WC, ciel ouvert 4,2 67,6 36,8 Autre 0,0 0,1 0,0 ND/NSP 0,2 0,1 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 Sol Terre, sable 3,3 48,4 26,5 Fumier 0,0 4,6 2,4 Planches en bois 0.0 0,1 0,1 Palmier, bambou 0,3 0,4 0,3 Parquet, bois poli 0,1 0,1 0,1 Vinyle ou asphalte 0,0 0,0 0,0 Carrelages céramiques 63,5 6,7 34,3 Ciment 31,4 39,1 35,4 Moquette 0,3 0,2 0,2 ND/NSP 1,1 0,4 0,8 Total 100,0 100,0 100,0 Nombre de personnes par pièce uti l ise pour dormir 1-2 58,7 51,9 55,2 3-4 32,5 35,4 34,0 5-6 6,3 9,4 7,9 7 ou plus 2,4 3,3 2,8 ND/NSP 0,1 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 Moyenne 2,7 2,9 2,8 Effectif de ménages 3193 3384 6577 23 å une source contrél6e d'approvisionncmcnt en eau: 11 pour cent de la population s'approvisionnent par des puits se trouvant dans la maison, 34 pour cent par des puits publics, 29 pour cent par des sources ou rivières, et 5 pour cent par les eaux de pluies. Les ménages disposant de toilettes adéquates représentent 53 pour cent. Ce pourcentage atteint 90 pour cent en milieu urbain et seulement 19 pour cent en milieu rural. Les ménages disposant de toilettes avec chasse d'eau privée représentent 46 pour cent au niveau du pays avec un pourcentage de 77 pour cent en milieu urbain et moins de 17 pour cent en milieu mral (Graphique 2.3). Electricité Eau de robinet Toilettes ° Sol autre que terre Personne/pièce: 1 2 34 5 ou plus *Avec chasse d'eau Graphique 2.3 Caractéristiques des logements Z 0 20 40 60 80 100 Pourcentage ENPS If 1992 S'agissant du type de sols du logement, on note que dans 27 pour cent des cas, les ménages vivent å méme la terre; le sol des autres logements est essentiellement en ciment (35 pour cent) et en carrelage (34 pour cent). Une fois encore, les différcnces par milieu sont frappantcs: en zone rurale, pour le sol en terre le pourcentage est de 48 pour cent, celui en ciment 39 pour cent et celui en carrelage ou mosaïque 7 pour cent. Quant au nombre de personnes par pièce utiliséc pour dormir, on relève que dans 55 pour cent des ménages, une ou deux pe~onncs dorment par pièce, que dans 34 pour cent des cas trois et quatre personnes partagent la même pièce, et dans 11 pour cent des cas cinq personnes ou plus dorment dans la méme pièce. En moyenne, 2,9 personnes dorment par pièce. On relève une légère différence entre le milieu urbain (2,7) et le milieu mral (2,9). Ces données fournissent une indication sur le dcgré d'entassement des membres constituant le ménage. 24 Les biens possédds Les résultats qui sont portés au Tableau 2.7 font apparaître que 85 pour cent des ménages possèdent un poste de radio, 59 pour cent un téléviseur, 30 pour cent un réfrigérateur, 10 pour cent une bicyclette, 12 pour cent une motocyclette, et 10 pour cent une voiture. Le poste de radio est le bien le plus répandu, quel que soit le milieu de résidence. Pour ce qui de la télévision, les ménages du milieu urbain (86 pour cent) disposent près de trois fois plus de postes qu'en milieu rural (33 pour cent). Quant aux réfrigérateurs, les ménages du milieu urbain en disposent dix fois plus (57 pour cent) qu'en milieu rural (5 pour cent). En ce qui concerne les moyens de transport, la différence est assez significative au niveau des voitures privées, puisque les ménages urbains disposent de trois fois plus de voitures (16 pour cent) que ceux des ménages ruraux (5 pour cent). Tableau 2.7 Biens durables possédés par le ménage Pourcentage de ménages possédant certains biens de consommation durables, selon le milieu de résidence, ENPS-II Maroc 1992 Biens durables Urbain Rural Ensemble Radio 89.2 80, I 84,5 Télévision 85,6 32,9 58,5 Réfrigérateur 56,9 5,2 3(/,3 Bicyclette 9,5 10,3 9,9 Mobylene/motocyclette 14,8 9,0 l 1,8 Voiture personnelle 15,7 5,0 10.2 Effectif de ménages 3193 3384 6577 2.2 ENQUETE INDIV IDUELLE 2.2.1 Caractéristiques des femmes enquêtées Caractéristiques socio-démographiques Cette section traite des caractéristiques socio-démographiques des femmes enqu6tées individuellement, caractéristiques qui sont utilisées comme variables de classification ou variables explicatives de la plupart des ph6nomènes 6tudiés. Il s'agit notamment de l'âge de la femme, de l'6tat matrimonial, du niveau d'instruction, du milieu et de la région de résidence. La distribution de l'ensemble des femmes de l'échantillon selon chacune de ces variables est présentée au Tablcau 2.8. L'åge est une variable fondamentale dans l'analyse des événements ddmographiques, mais c'est, en même temps, l 'une des informations qu'on déterminé avec la plus de di fliculté lorsqu'il y a absence de livret d'état civil, particulièrement en milieu rural. De ce fait, un soin particulier a ét~ accordé à son estimation au moment de l'enquéte. La répartition de toutes femmes de 15-49 ans par tranche d'âges quinquennale présente une allure dégressive allant de 23 pour cent pour les 15-19 ans à 7 pour cent pour les 45-49 ans. Cette répartition semble légèrement différente de celle observée au cours de I'ENPS-I de 1987. En effet, les proportions des trois groupes d'âges les plus jeunes ont accusé une baisse de 1987 à 1992; et les proportions des deux groupes d'âges 30-34 ans et 35-39 ans ont connu, par contre, une augmentation entre les deux enquêaes. 25 Tableau 2.8 Caractéristiques s~x:io dCmo~raphiq~les des femmes enquétées Rdpartidon (en %) des [Emmes enquatécs par åge, état matrimonial, niveau d'instruction, milieu ci legion de r6sidencc. ENPS-I 1987 et I'.'NPS 11 1992 çemnleS Caractéristique I:.NPS- 1 ENPS-II socio-démographique 1987 1992 I'ffecti[ Groupe d'l ires 15-19 24,6 23,2 2145 20 24 19,6 18,2 1686 25 29 17,5 15.9 1468 30-34 13+1 14,8 1372 35 39 I(/,1 12,7 1173 40-44 7,3 8,0 744 45 49 7,8 7,2 668 Fiat malrinmnial Célibataire 33.6 39.1 31»17 Mariée 55.6 55.3 5118 Veuve 2,4 2, I 198 I)ivolvdc 3,2 3,5 323 Niveau d +inslrlle[ion Aucun 73,6 (»3,4 5806 Primaire 13,4 I 0ff 156 ] Sccondail'c ou plus 12,8 19,8 ] 829 Milieu de résidence Urbain 47.9 49.2 4551/ Rural 52.1 5/),8 47116 Région Nord-O uesl 20, I ] 9.3 1783 Cvntre Nord 12,7 12,8 1185 Centre 29,5 30,7 2845 Oriental 6,8 6,6 613 Ccntic Sud 8,1 8,9 824 'l'enaill I 1,0 10,4 959 Sud I 1,8 I 1.3 1047 Total ] 00,0 l(}fL0 9256 En ce qui concerne l'élat matrimonial, un peu plus de la moitié des femmes enquCA6es de 15-49 ans sont mari~es (55 pour cent). Les I~ztnmes célibalaire8 représenlenl 39 pour cenh les femmes veuves 2 pour cent et celles divorcées moins de 4 pour cent (Graphique 2.4). Comparativement à I'ENPS-I de 1987, les proportions sont sensiblelnenl identiques pour toutes les situaiinns matrimoniales. Du point de vue du milieu de rdsidence, 49 pour cent des femmes inlerrogées vivent en milieu urbain contre 51 pour cent en milieu rural. On con8late que par rapport à I'ENPS-I, la part du milieu urbain a augmenté de 3 pour cenl. Ceci est lié au phénon/ène de l'urbanisation relativement modér6 de la population marocaine. 26 Graphique 2,4 Etat matrimonial des enquêtées C~libataire 39% Veuve 2% Divorcée 4% Mariee 55% ENPS II 1992 Au niveau r6gional, on a distingué sept régions eontiguës et regroupant un ensemble de provinces, Le Tableau 2.8 montre une prépondérance des régions du Centre (31 pour ccnt) et du Nord-Ouest (19 pour cent). La région du Centre-Nord occupe la troisième position (13 pour cent), suivie par les régions du Sud (11 pour cent) et du Tensi ft (10 pour cent). Le Centre-Sud et l'Oriental viennent en demières positions avec, respectivement, 9 et 7 pour cent. Par rapport å I'ENPS-I de 1987, les pourcentages sont sensiblement identiques, surtout pour les régions du Centre-Nord et de l'Oriental. On observe, cependant une légère augmentation des populations du Centre et du Centre-Sud, et un recul de celles du Nord-Ouest, du Tcnsift et du Sud. Niveau d'instruction et caractéristiques socio-démographiques La majorité des femmes ågées de 15-49 ans enquêtées n'ont jamais fréqucnte l'école (63 pour cent); une femme sur six a poursuivi des études primaires (17 pour cent) ci une fcmme sur cinq (20 pour cent) a atteint le niveau secondaire ou supérieur. Par rapport à I'ENPS-I, la proportion de femmes ayant fait des études a favorablement évolué sous l'effet évident de la scolarisation. Entre 1987 et 1992, la proportion de femmes scolarisdes, quel que soit le niveau, est passée de 26 pour cent à 37 pour cent. Les niveaux d'instruction atteints varient dc façon très importante selon l'åge, le milieu de résidence et la région. 27 Le Tableau 2.9 fait ressortir que la proportion des femmes sans instruction augmente avec l'ãge, passant de 46 pour cent chez les femmes de 15-19 ans à 89 pour cent chez celles de 45-49 ans. Un écart important est également observé entre les milieux urbain (40 pour cent) et rural (86 pour cen0. Pour ce qui est des femmes enquêtées ayant un niveau d'instruction primaire ou secondaire, les pourcentages les plus élevés sont enregistrés chez les femmes les plus jeunes. Pour les milieux urbain et rural, les écarts sont encore plus importants en ce qui concerne les niveaux d'instruction, puisque pour le primaire, les proportions sont respectivement de 24 pour cent et de 10 pour cent et, pour le secondaire elles sont de 36 pour cent et de 4 pour cent. Au niveau régional, les écans sont également assez significatif s: on constate le pourcentage le plus bas enregistré pour les femmes sans instruction dans la région du Centre-Sud (56 pour cent) et le pourcentage le plus élevé dans la région du Sud (81 pour cent). Pour les femmes enquêlées avec un niveau d'instruction primaire, le pourcentage le plus élevé a 6té enregistré, dans la région de l'Oriental (20 pour cent) et le plus bas dans celle du Sud (11 pour cent). En ce qui concerne le niveau du secondaire, la région du Centre enregistre le pourcentage le plus élevé (26 pour cent) et celle du Sud le plus bas (8 pour cent). Tableau 2.9 N'veau d 'nstr ct" n (les femmes enquetées Répartition (en %) des femmes par niveau d'instruction atteint, sehm le groupe d'åges quinquennal, le milieu et la région de résidence, ENPS-II Maroc 1992 Niveau d'instruction Secondaire Caractéristique Aucun Primaire et plus Total Effectif Groupe d'åges 15-19 46,2 22,7 31,1 100.0 2145 20-24 54,7 2(7,2 25,(7 1017,0 1686 25-29 63.7 15.2 21,1 100,0 1468 30-34 71,17 14,4 14,6 1017,0 1372 35-39 73,1 14,7 12.2 100,0 1173 40 44 79,6 12,1 8.3 1110,0 744 45-49 88,9 7,5 3,6 HX),0 668 Milieu de résidence Urbain 40.1 23,8 36,2 100,0 45511 Rural 85,9 10,2 3,9 100,0 47116 Région Nord-Ouest 60,3 18,5 21,1 100,0 1783 Centre-Nord 68,0 16,6 15,4 100.0 1185 Centre 55,8 18,0 26,2 100,0 2845 Oriental 63.0 20,4 16,6 100.0 613 Centre-Sud 55,7 19.4 24,9 100,0 824 Tensi ft 73,1 12.8 14.1 1 (7(7,(7 959 Sud 81,2 117.8 8.0 100,0 1047 Total 63,4 16,9 19,8 100.0 9256 28 2.2.2 Accès aux média Le Tableau 2.10 donne les résultats relatifs à l'accès aux masse-médias par les femmes interview~es. Ces résultats sont particulièrement importants pour la mise en place de programmes d'éducation et dc diffusion d'informations dans les domaines de la santé et de la planification familialc. Dans l'cnsemble, 22 pour cent des femmes enqu~tées lisent un journal, 65 pour cent regardent la télévision et 76 pour cent écoutent la radio au moins une fois par semaine. Mais, ces proportions varient largement selon l'fige, le niveau d'instruction, le milieu de résidence et la région (Graphique 2.5). Tableau 2.10 Accès des femmes aux média Pourcentage de femmes qui, habituellement, regardent la télévision, ou écoutent la radio au moins une fois par semaine, par åge, niveau d'instruction et par milieu et région de résidence, ENPS-II Maroc 1992 Lisent le Regardent Ecoutent journal une la tél~ la radio Fffectif fois par une fois/ une fois de Caractéristique semaine semaine par semaine femmes Groupe d'ãges 15-19 32,4 65,6 75,3 2145 20-24 29,1 68,1 78,5 1686 25-29 24,1 66,8 77,8 1468 30-34 17,3 65,0 75,9 1372 35-39 15,1 62,9 73,0 1173 40-44 12,4 61,6 75,1 744 45-49 4,9 59,0 72,9 668 Milieu de résidence Urbain 39,2 91,4 85,8 4550 Rural 6,2 39,5 66,3 4706 Région Nord-Ouest 27,7 72,9 78,2 1783 Centre-Nord 20,5 49,7 65,1 1185 Centre 25,4 69,7 77,0 2845 Oriental 22,5 65,4 67,9 613 Centre-Sud 25,2 69,1 73,8 82,1 Tensift 15,5 56,9 82,7 959 Sud 11,8 60,4 81,3 1047 Niveau d'lnstrucnun Aucun 0,4 49,8 67,6 5866 Primaire 36,8 86,2 87,4 1561 Secondaire ou plus 80,8 95,9 92,6 1829 Ensemble des femmes 22,4 65,0 75,9 9256 En général, du point de vue de l'âge, c'est chez les femmes les plus jeunes quc la proportion dc celles qui lisent les journaux est la plus élevée: une femme sur trois (32 pour cent) parmi celles âgées de 15-19 ans. Ce pourcentage diminue des femmes les plus jeunes aux plus âgécs. Les femmcs regardent la télévision et écoutent la radio, pratiquement, dans les mêmes proportions pour toutes les tranches d'âgés. Selon le niveau d'instruction, environ deux femmes sur cinq ayant une instruction primaire et quatre femmes sur cinq ayant une instruction secondaire ou supérieure lisent un journal. Quant à la radio et la télévision, elles sont vues et écoutées avcc la même importance sauf pour les femmes sans instruction qui écoutent davantage la radio (68 pour cent) qu'elles ne rcgardent la télévision (50 pour écrit). 29 Pourcentage Graphique 2,5 Accès aux média 1 O0 80 60 40 20 0 91 39 Lire le journal 65 / Regarder la TV TYPE DE MEDIA [ ] Urbain r-] Rural [ ]Tota l / 85 Ecouter la radio ENPS II 1992 Selon les résultats de l'enquête, il apparaît que la radio et la télévision sont moins fréquemment ~cour~es en milieu rural qu'en milieu urbain. On constate la même différence pour la lecture des journaux, on lit davantage en milieu urbain qu'en milieu rural: la proportion de femmes lisant des journaux en milieu urbain est plus de deux fois plus élevée qu'en milieu rural. Pour la radio, la proportion est d'environ 50 pour cent plus élevée en milieu urbain qu'en milieu rural. Selon ces résultats, il semble donc que, quel que soit le milieu de résidence, la radio est la source d'information la plus accessible à la population. 30 CHAPITRE 3 FECONDITE L'ENPS-II constitue une source de première importance permettant d'estimer les niveaux et tendances de la fécondité. Au cours de l'interview, on a demandé à chaque femme non-célibataire de l'échantillon le nombre de garçons et de filles qu'elle avait eu en distinguant ceux habitant avec leur mère de ceux vivant ailleurs et, éventuellement, de ceux déjà décédés. Puis, on a reconstitué l'historique complet de toutes ces naissances dans leur ordre d'arrivée en enregistrant: nom, gémellité éventuelle, sexe, date de naissance et état de survie. Pour les survivants, on a enregistré l'~ge, en distinguant ceux vivant avec leur mère de ceux vivant avec quelqu'un d'autre; enfin si l'enfant était décêdé, on demandait son ãge au décès. Pour cette partie du questionnaire, on devait vérifier, dans la mesure du possible, l'information obtenue à partir de tout document disponible. Quand l'historique des naissances était terminêe, on devait procéder au contr61e du nombre total d'enfants avec celui déclar6 auparavant dans chacune des catégories: enfants vivants avec leur mère, enfants décédés . Malgré le soin apporté aux différents types de v6rifications, les données sur les naissances sont sujettes aux différents types d'erreurs inhérentes aux enquêtes rétrospectives; on peut citer entre autres: Le sous-enregistrement des naissances par omission des enfants qui meurent juste après leur naissance (quelques heures voire quelques jours) induisant des sous-estimations des niveaux de fécondité; La datation imprécise des événements (date de naissances / åge) entraînant des sous- estimations ou des surestimations de la fécondité à certains ãges et/ou à certaines époques. Ces deux types d'errcurs (sous-enregistrement et imprécision des dates des évênements) sont, généralement, d'autant plus imponantcs que les naissances sont anciennes. On observe, en outre, lors des enquêtes DH S, certains d6placements de dates de naissance d'enfants nés au cours de la période quinquennale précédant l'enquête vers les années précédentes. Ces "déplacements" sont souvent effectués de "façon volontaire" par les enquêtrices afin d'êviter de poser les questions sur la santé (Section 5 du Questionnaire) et de prendre les mesures anthropométriques qui concernent les seules naissances des cinq années avant l'enquête. Ce type de dêplacement est d'autant plus facile que la mère ne connaît pas avec exactitude la date de naissance de son enfant. Dans le cas marocain, ces déplacements, principalement de naissances de 1986 vers 1985, sont minimes, et ne peuvent, par conséquent, induire une sous-estimation signifcative de la fécondité des cinq années précédant l'enquête} 3.1 N IVEAU DE LA FECONDITE ET FECONDITE D IFFERENTIELLE Pour la période de trois ans précédant l'enquête, le Tableau 3.1 et le Graphique 3.1 présentent les taux de fécondité générale par groupe d'âgcs selon le milieu de résidence. Cette pêriode de trois années a été choisie dans le but de fournir des indicateurs de fécondité assez récents. A l'annexe D, le tableau D.4 foumit la distribution des naissances par année de naissance. Le "rapport de naissances annuelles" (rapport des naissances d'année x, soit N~, à la demi-somme des années de naissance encadrant, soit [(N x + N x + 1)/2] rend compte des déplacements d'années de naissance. Le rapport ne semble pas indiquer d'excédent de naissances en 1985 (rapport = 101). Pour les années 1986 et 1987, les rapports sont respectivement de 100 et de 101. 31 Tableau 3.1 Fécondité actuelle Taux de fécondité par åge, indice synthétique de fécondité (ISF), taux brut de natalité (TBN) et taux global de fécondité générale (TGFG) pour la période des trois années précédant l'enqu&e, selon le milieu de résidence, ENPS-II Maroc 1992 Résidence Groupe d'åges Urbain Rural Ensemble 15-19 27 51 40 20-24 90 191 139 25-29 124 249 183 30-34 131 235 182 35-39 83 193 138 40-44 44 122 86 45-49 9 66 39 ISF 15-49 (pour 1 femme) 2,54 5,54 4,04 ISF 15-44 (pour 1 femme) 2,49 5,21 3,84 TGFG (pour 1 (300) 85 169 127 TBN (pour 1 000) 21,5 33,7 28,4 Note: Les taux sout calculés pour la p6riode de 1-36 mois avant l'enqufite. Les taux à 45-49 ans peuvent &tre Iégènement biaisés du fait de données incomplètes pour ce groupe d'åges. 300 Graphique 3,1 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence Taux (pour mille) 250 200 150 100 50 0 i ' '~.% 15 20 25 30 35 40 45 Age de la femme (ans) 50 ENPS-II 1992 32 L'indice synthétique de fécondité (ISF) ou somme des naissances réduites, mesure le nombre moyen d'enfants qu'aurait une femme à l'issue de sa vie féconde. Au niveau national, ce nombre atteint 4 enfants par femme et se trouve exactement à mi- chemin entre le niveau du milieu rural (5,5 enfants) et celui du milieu urbain (2,5 enfants). Le taux global de fécondité générale (TGFG), ou nombre annuel moyen de naissances dans la population féminine ågée de 15 à 49 ans, s'élève à 127 pour mille. Le taux brut de natalité (TBN), ou nombre annuel moyen de naissances dans la population totale, atteint 28 pour mille. Comme on l'a déjà constatd, les différences par milieu sont importantes. L'ISF en milieu rural est plus de deux fois plus élevé que I'ISF en milieu urbain et la différence est de 3 enfants (Tableaux 3.1 et 3.2 et Graphique 3.2). Au niveau des régions économiques, le Tensift vient en tête avec 5,1 enfants par femme. Dans trois régions, ce niveau est en deç~ de 4 enfants: Nord-Ouest (3,8) Centre et Centre-Sud (3,4 chacun). Tableau 3'.2 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques Indice synthétique de fécondité pour la période des trois années précédant l'enqu&te et nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans, par caractéristiques socio-démographiques, ENPS -II Maroc 1992 Nombre moyen Indice d'enfants nés synthétique vivants pour les Caractéristique de fécondité I femmes de 40-49 ans Milieu de résidence Urbain 2,54 5,46 Rural 5,54 7,47 R~glon Nord-Ouest 3,82 6,72 Centre-Nord 4,69 7,60 Centre 3,39 6,03 Oriental 4,12 6,74 Centre-Sud 3,38 6,26 Tensift 5,14 6,85 Sud 5,01 6,25 Niveau d'instruction Aucun 4,86 6,89 Primaire 2,36 5,35 Secondaire ou plus 2,03 3,57 Ensemble 4,04 6,53 1Indice synthétique de fécondité pour les femmes ågées de 15-49 ans Graphique 3,2 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans RESIDENCE Urbain Rural REGION Nord-Ouest Centre NorQ Cenlre Orienta, Centre-SuQ Tensifl Suc, INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire/Sup il . . . . . . . . . . . ' l ' I" i i l l i i r . . . . . . . . . . . . . . ~ . . . . . i i i ' . . . . . . . . . . . . . I ; ; ; I I 2 4 Nombre d'enfants par •emme I I lSF R Descendance ENPS II 1992 33 On constate une relation entre l'indice synthétique de fécondité et le niveau d'instruction; plus le niveau d'instruction est bas, plus I'ISF est élevé: de 4,9 enfants par femme non-instruite, l'indice passe à 2,0 enfants par femme ayant fait des études secondaires ou supérieurcs. Le Tableau 3.2 présente aussi les nombres moyens d'enfants nés viwlnts par tcmme en lin de vie féconde (40-49 ans) qui sont assimilables à des descendanccs. L'ISF mesure la f6condité du moment; 1«1 descendance, au contraire, est le résultat de toute la fécondité passée des tcmmes ayant atteint 40-49 ans à l'enquête. En ce qui concerne le Maroc, que ce soit au niveau du milieu de résidence, de la région économique ou du niveau d'instruction, l'indice du moment est toujours inférieur à la descendance, ce qui semble indiquer une baisse de la fécondité. 3.2 TENDANCE DE LA FECONDITE Deux méthodes permettent de dégager les tendances de la fécondité: d'une part la confrontation des données de l'enquête à d'autres sources et, d'autre part, l'utilisation des données de l'enquête sur l'historique des naissances pour reconstituer la fécondité de diflërcntcs périodes pass6es. Le Tableau 3.3 et le Graphique 3.3 présentent les données de l'Enquête à Objectifs Multiples (EOM), relativement ancienne (datant d'une trentainc d'années) pour présenter les changements de la fécondité sur le long terme, et les données de l'Enquête Nationale D6mographique à Passages Répdtés (ENDPR) de 1986- 88 pour présenter ceux intervenus sur le court terme par rapport aux données de I'ENPS-II sur les trois années précédentes, soient des taux centrés sur l'année 1990. La baisse de la fécondité n'est plus à démontrer: entre 1962 et 1990 elle a baissé de quelque 42 pour cent sous l'effet conjugué de la hausse de l'âge au premier mariage et de Tableau 3.3 J:dcondite par å~e scion trois sources Taux de féconditd par âge et indice synthdlique du fécondite scloll I 'EOM 11962), Ic ENI)PR 11986-87) et I'I!NPS-I1 11992), Marçx: IiOM ENI)PR ENPS-II Groupe d'ågcs 1962 1986-88 1992 15-19 96 61 40 2/) 24 3115 161 139 25 29 311 215 183 30 34 293 190 182 35-39 186 158 138 40 44 1(17 77 86 45-49 93 31 39 ISF 15 49 6,96 4,47 4,1)4 Note: Taux de Idcondild par grou W d'ågcs pour 1000 l'emn~¢s, Sources: Enqu~,te à Objectits Muhiples (I)S, 119631); I;nqu~te Nationale I)dnl~»graphique å Passages Rdpdt6s (DS, 119891) la pratique contraceptive. Plus récemment, c'est à dire entre 1987 et 1990, bien que les deux courbes de fécondité gardent une allure assez voisine, les taux de 1990 sont presquc tous en-dessous de ceux de 1987, marquant une chute de quelque 10 pour cent au niveau de l'indicc synthdlique de fécondité. La variation de la fécondité pour les femmes de 15-25 ans est due principalemenl à la hausse de la pratique contraceptivc; au delà, pour celles de 25-40 ans, la variation est duc, à la fois, à la hausse de lu pralique contraceptive ct à l'élévation des proportions de célibataires. Cette baisse de la fécondité peut aussi être étudiée à partir d'une seule observation à condition d'avoir pris soin de retracer l'histoire génésique de chaque femme enquêtée. Avec les données du Tableau 3.4, il est possible de calculer I'ISF des femmes de 15-34 ans sur plusieurs pdriodes de 4 années précédant l'cnqu&e. Cette tendance est compl6tée perdes données calculécs de la même maniéré mais provenant d'autres sources: I'ENPS-I (1987) et I'ENFPF (1979-80). Toutes ces données sont représentées au Graphique 3.4, on constate nettement la baisse de la fécondité sur presque deux décades. Aux données de I'ENPS-I de 1987, on a ajouté I'ISF des femmes à 15-34 ans de I'ENDPR (Enquête Nationale Ddmogrupbiquc à Pas8ages Rép~tés). On constate une cohérence entre les informations, ce qui confïrme, une liais de plus, la qualilé des données de I'ENPS-II. 34 0 Graphique 3,3 Taux de fécondité générale par âge selon trois sources Taux (pour mille) 35O ~00~ " ~00 ~~ 1 O0 5o i i i i i i 15 20 25 30 35 40 45 Age de la femme (ans) 50 ENPSql 1992 Tableau 3.4 Tendances de la fécondité par åge Taux de fécondité par ãge par périodes de quatre ans précédant l'enquéte, et selon l'åge de la mère, ENPS-II Maroc 1992 Périodes précédantl'enquéte (en années) Groupe d'åges 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 15-19 43 51 74 84 106 20-24 141 178 235 265 301 25-29 187 238 266 304 337 30-34 185 212 250 270 [291] 35-39 143 167 182 [238] 40-44 87 104 [119] 45-49 [38] [35] Note:Taux de fécondité par groupe d'åges pour 1000 femmes. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplètes. 35 Graphique 3,4 Tendances de I'ISF pour les femmes de 15-34 ans, selon quatre sources Nombre d'enfants 6,0 5,5 5,0 ~ 4,5 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 i i i ~ i i i i i p i i i i i i i i i i i i r i i i , i i i i 1962 1967 1972 1977 1982 1987 1992 Année ENSP-PI 1992 Le Tableau 3.5 présente le même type d'information que le Tableau 3.4, mais les taux sont calculés selon la durée de mariage. Sur la vingtaine d'années prise en compte, on constate que la fécondité a peu diminué en début d'union. Aux durées de mariage plus élevées (5 à 20 ans) la baisse des taux est presque d'un tiers en moyenne. Au delà, soit environ 20 ann6es depuis la première union, la baisse est encore plus importante, elle peut être évaluée à deux tiers. Cependant, cette baisse au sein des promotions de mariage n'est pas régulière; elle s'est accélérée à un moment ou à un autre, et cette accélération est d'autant plus récente que la durée écoulée depuis le premier mariage est courte. Tableau 3.5 Tendances de la fécondité par durée de mariage Taux de fécondité par périodes de quatre ans précédant l'enqufite, selon la durée écoulée depuis le premier mariage, ENPS-II Maroc 1992 Nombre d'années Périodes précédant l'enqufite (en ann6es) depuis le premier mariage 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 0-4 316 328 358 350 369 5-9 254 287 325 347 365 10-14 213 244 278 315 327 15-19 173 201 223 244 273 20-24 120 146 [1541 191 [315] 25-29 54 [69] [72] [180] Note: Taux de fécondité pour 1000 femmes non-célibataires. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de moins de 500 cas (exposition). 36 3.3 PARITE ET STERIL ITE Comme on l'a signalé au début de ce chapitre, on a posé aux femmes enquêtées des questions sur l'ensemble des enfants qu'elles ont eus au cours de leur vie: enfants survivants (vivants dans le ménage ou ailleurs) et décédés. A l'aide de ces informations, on a calculé des parités moyennes par groupe d'åges pour l'ensemble des femmes (quel que soit l'~rat matrimonial) et pour celles actuellement mari~es (Tableau 3.6). Le nombre moyen d'enfants par femme augmente régulièrement et rapidement avec l'åge: il passe de 0,06 enfant à 15-19 ans à 7,1 enfants en fin de vie féconde. Pour l'ensemble des femmes, 5 pour cent d'entre elles ont donné naissance à au moins un enfant à l'åge de 15-19 ans. Mais vers 45-49 ans, une femme sur quatre a mis au monde 10 enfants ou plus. D'après les résultats du Tableau 3.6, on constate, à tous les åges, des différences importantes entre le nombre moyen d'enfants nés vivants dans l'ensemble des femmes et chez les femmes mari~es. Jusqu'à un åge avancé, ces différences sont certainement dues aux proportions importantes de femmes célibataircs; au- delà, les ruptures d'union expliquent les écarts que l'on constate. Enfin, au-delà de 35 ans, où l'arrivée d'un enfant de rang 1 est peu probable, la proportion des femmes mari~es nullipares peut être prise comme un indicateur de la stérilité primaire: cette proportion est inférieure à 4 pour cent dans le groupe d'figes 35-49 ans et peut être considérée comme une proportion de stérilité relativement faible. Tableau 3.6 Enfants ngs vivants et enfants survivants Rrpmtition (en %) de toutes les femmes et des femmes aClucllemcnI marires par nombre d'enfants nés vivanlS, nombre moyen d'enfants nds vivants et nomme moyen d enfants survivants, selon l'åge des femmes, ENI S-Il Marne 1992 TOIJ'['ES 13!S Iq~.MMES Effectif Nombre Nombre Nombre d'en[imts nçs vivants de moyen moyen Groupe fera- d'enfants d'enfants d'figes 0 I 2 3 4 5 6 7 8 9 10 + Total mes nés vivants survivants 15-19 95,1 3,5 1,3 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 2145 0,06 0,06 20-24 66,1 16,5 11,7 3,9 1,5 0,3 0,0 0,0 1),0 0,0 0,0 IOO,O 1686 0,59 0,55 25-29 43,0 12,9 13,8 12,1 10,O 5,7 1,4 0,7 0,3 0,1 0,O I00,O 1468 1,62 1,48 30-34 20,3 7,9 11,7 13,8 13,3 14,1 9,6 5,4 2,2 1,1 0,7 I00,0 1372 3,26 2,92 35-39 12,1 7,4 6,9 9,0 12,2 I 1,2 I 1,7 13,2 7,2 4,4 4,7 I00,0 I 173 464 4,08 40-44 5,0 5,0 4,7 6,5 9,7 11,1) 11,8 13,2 10,2 9,9 13,0 I00,0 744 6,04 5,21 45-49 4,2 3,9 3,9 4,2 6,4 7,9 10,3 10,2 ]1,7 12,1 25,1 11)0,0 (~'18 7,08 5,88 Total 46,1 8,7 7,9 6,7 6,6 5,9 4,8 4,4 2.9 2,4 3,6 100,0 9256 2,45 2,14 FEMMf!S A('JFUELI.EMEN'[" MARIEES Effectif Nnmbre N(m~bre N(:~nbre d'enfants nés vivants de moyen moyen Groupe lem d'en fanLç d'enfants d'ågcs 0 I 2 3 4 5 6 7 8 9 I0 + Total mes nés vivants survivants 15-19 60,5 28.1 IO.7 0,8 0,0 0,0 0,0 O,0 0,0 O,0 O,0 IO0,0 253 0,52 0,46 20-24 21,3 36,2 28.5 9,5 3,8 0,7 0,0 0,0 0,O O,0 0,0 IO0,O 677 1,41 1,30 25-29 11,3 17.4 21.5 19,6 16,5 9,4 2,4 I,I 0,6 O,I 0,0 I00,0 883 2,611 2,38 30-34 6,5 7,2 13,2 16,4 16,0 17,3 I 1,7 6,7 2,7 1,4 0,8 IO0,0 1098 3,94 3,53 35-39 5,2 6.3 7,0 9,6 13,0 12,5 13,1 14.8 8,0 5,1 5,5 100,0 1009 5,15 4,53 40-44 1,4 3,6 3,6 6,0 9,3 [ 1,2 13,0 14,6 l 1,3 I 1,0 15,0 100,0 645 6,56 5,65 45-49 2,7 2,9 3,4 4,0 5,4 7,1 10,3 11/,5 12,5 13,0 28,2 100,0 553 7,48 6,24 Total 10,6 12,7 13,1 11,3 11,1 10,1 8,3 7,5 5,0 4,1 6,2 100,0 5118 4,15 3,64 37 3.4 INTERVALLE INTERGENESIQUE Plusieurs études ont montré que la longueur des intervalles entre naissances ont une influence sur l'état de santé de l'enfant et celui de sa mère et en particulier, il est reconnu que les intervalles inférieurs à 2 ans augmentent les risques de mortalité de la mère et de l'enfant. Le Tableau 3.7 présente la répartition des naissances survenues au cours des cinq années précédant l'enquête selon la dur6e (en mois) écoulée depuis la naissance précédente en fonction de plusieurs caract6ristiques. On constate que 10 pour cent des naissances sont arrivées moins de 18 mois après la naissance pr6cédente et 15 pour cent sont arriv6es entre 18 mois et 2 ans: soit un quart des naissances (25 pour cent) avec un intervalle intergén6sique de durée inférieure à deux ans. Un peu plus de la moitié des naissances (54 pour cent) se produisent entre 24 et 48 mois après la naissance pI'6cédente; le reste, soit un cinquième des naissances (20 pour cent) sont arrivés après une durée de quatre ans ou plus après la naissance de l'enfant pr6cédent. Dans l'ensemble on retiendra une durée médiane de l'intervalle inter-génésique d'environ deux années et demie (31,2 mois). Tableau 3.7 Intervalle intergénésique Répartition (en %) des naissances des cinq années précédant l'enqu~.te par nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, ENPS Maroc-II 1992 Nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente Caractéristique 7-17 18-23 24-36 36-47 48 + Total Nombre m&lian de mois depuis Effectif la naissance de précédente naissances Groupe d'~tges 15-19 33,3 40,0 23,3 3,3 0,0 100,0 20,0 30 20-29 14,8 20,6 39,8 14,2 10,7 100,0 27,4 1355 30-39 9,0 13,3 39,0 16,1 22,6 100,0 32,6 2192 40 ou plus 4,8 8,5 35,6 15,9 35,1 100,0 37,5 609 Rang de naissance 2-3 13,6 17,9 35,l 15,0 18,4 100,0 29,8 1510 4-6 8,3 12,9 39,6 16,7 22,5 100,0 32,9 1585 7 ou plus 9,2 14,5 42,2 14,0 20,2 100,0 30,5 1091 Sexe de l'enfant précédent Masculin 10,1 14,0 39,7 14,9 21,3 100,0 31,8 2109 Féminin 10,8 16,3 37,6 15,8 19,5 1 (X),O 30,7 2077 Survie de l'enfant précédent Toujours vivant 8,2 14,6 39,8 16,2 21,2 100,0 32,1 3823 Déc&l~ 34,2 20,4 26,7 7,2 11,6 100,0 22,8 363 Milieu de résidence Urbain 10,3 13,7 29,5 16,2 30,3 100,0 35,5 1317 Rural 10,5 15,8 42,9 15,0 15,9 100,0 29,8 2869 Région Nord-Ouest 14,3 14,2 37,4 17,2 16,9 100,0 30,2 859 Centre-Nord 13,0 18,7 36,6 16,4 15,3 100,0 28,7 621 Centre 7,9 14,6 36,9 15,0 25,5 100,0 32,8 1018 Oriental 11,1 14,0 40,4 11,7 22,8 100,0 32,1 307 Centre-Sud 7,9 10,8 38,0 17,2 26,2 100,0 33,4 279 Tensift 9,3 13,9 39,7 15,0 22,1 100,0 32,6 526 Sud 8,2 17,5 44,3 13,5 16,5 100,0 30,2 576 Niveau d'instruction Aucun 10,3 15,2 40,4 15,4 18,6 100,0 30,8 3601 Primaire 9,4 14,5 31,3 15,9 29,0 100,0 35,1 352 Secondaire ou plus 13,3 15,0 23,2 13,7 34,8 100,0 36,1 233 Ensemble 10,4 15,1 38,7 15,4 20,4 100,0 31,2 4186 Note : Les naissances de rang 1 sont exclues. L'intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois écoulés depuis la grossesse précédente qui a abouti à une naissance vivante. 38 Chez les jeunes femmes de 20-29 ans, l'intervalle intergénésique médian est de 27,4 mois. Cet intervalle augmente de 5 mois quand on passe au groupe décennal d'~lge suivant (30-39 ans) et de 10 mois chez les femmes les plus ågées (40-49 ans). Concemant le sexe de l'enfant, il n'y a pas de différence. Par contre, les naissances qui viennent après des enfants décédés se produisent beaucoup plus rapidement que lorsque l'enfant précédent vit toujours: plus de la moitié (55 pour cent) des naissances ont lieu moins de deux ans après la naissance de l'enfant pr6oEdent lorsque celui-ci est décédé, contre un peu moins du quart (23 pour cent) lorsqu'il est toujours en vie. Pour le milieu de résidence, l'intervalle intergénésique médian en milieu urbain est plus long de 5,7 mois par rapport à celui du milieu rural. Le Centre-Nord, dont la fécondité est la plus élevée de toutes les régions marocaines, enregistre l'intervalle le plus court avec 28,7 mois; à l'opposé, le Centre-Sud enregistre l'intervalle le plus long avec 33,4 mois. Enfin, on constate une relation entre le niveau d'instruction de la mère et la longueur de l'intervalle: celui-ci est d'autant plus long que le niveau d'instruction est élevé. 3.5 AGE A LA PREMIERE NAISSANCE L'entrée dans la vie féconde définie par l'åge des femmes à la première naissance est un indicateur démographique important. Il influence généralement la descendance finale, en particulier quand le recours à la contraception est peu important; en outre, un åge trop tardif ou trop précoce peut avoir des conséquences sur l'état de santé de la mère et de l'enfant et il peut accroître le risque de mortalité (voir Chapitre 9 sur la mortalité des enfants de moins de cinq ans). Le Tableau 3.8 donne la répartition de toutes les femmes par åge à la première naissance et par åge médian à la première naissance, selon l'åge actuel par groupes quinquennaux. Tableau 3.8 Age à la première naissance Répartition (en %) des femmes par åge à la première naissance, et åge médian å la première naissance selon l'åge actuel, ENPS-II Maroc 1992 Age médian Femmes Age à la première naissance Effectif à la Age sans de première actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ Total femmes naissance 15-19 95,1 0,3 3,1 1,5 a a a 100,0 2145 b 20-24 66,1 0,6 6,7 11,9 10,6 4,2 a 100,0 1686 b 25-29 43,0 0,5 9,7 13,2 12.7 14,0 6,8 100,0 1468 24,9 30-34 20,3 1,9 11,9 16,3 18,3 15,7 15,6 100,0 1372 22,2 35-39 12,1 2,2 14,2 18,1 18,3 16,7 18,4 100,0 1173 21,7 40-44 5,0 3,6 16,8 18,8 19.6 20,0 16,1 100,0 744 21,0 45-49 4,2 6,9 21,4 17,2 19,6 15,6 15,1 100,0 668 20,4 aSans objet bNon applicable: moins de 50% de femmes ont eu un enfant On constate un vieillissement de l'åge å la première naissance; ce vieillissement est similaire à celui observé pour l'~lge au premier mariage. L'~ge à la première maternité est passé de 20,4 ans à 24,9 ans des générations nées vers 1945 à celles nées vers 1965 (respectivement groupes d'~tges 40-49 et 25-29 ans). La proportion des naissances chez les adolescentes les plus jeunes (avant 18 ans) est d'autant plus importante qu'il s'agit de générations anciennes: dans le groupe 20-24 ans, la proportion des femmes ayant eu leur 39 première naissance avant 18 ans est de 7 pour cent contre 14 pour cent á 30-34 ans et 28 pour cent à 45-49 ans. La tendance à la hausse constatée à I'ENPS-I (1987) se confirme avec les données de 1992 avec une certaine accélération du phénomène dans les générations les plus jeunes. Pour l'ensemble des femmes de 25- 49 ans, l'/lge médian à la première naissance a connu une augmentation de presque un an entre les deux enquêtes passant ainsi de 21,2 ans en 1987 à 22,1 ans en 1992. Comme on peut le constater au Tableau 3.9, l'âge médian à la première naissance varie selon les caractéristiques socio-démographiques, comme cela a déjà été observé pour l'åge au premier mariage. En prenant en considération l'ensemble des femmes ~tgées de 25-49 ans, il y a une différence de 2 années dans l'åge å la première matemité entre les femmes urbaines (23,3 ans) et les femmes du milieu rural (21,2 ans). Dans les générations les plus anciennes (femmes ~lgées de 45-49 ans) la différence entre les milieux urbain et rural était peu importante. Par niveau d'instruction, les femmes ayant reçu une éducation secondaire ont, quel que soit l'åge au moment de l'enquête, l'åge à la première matemité le plus tardif. Au niveau rêgional, la différence est de 1,7 an entre le Centre (23,0 ans) où les femmes rentrent le plus tardivement dans la vie féconde et le Tensift (21,3 ans) où les femmes ont leur premier enfant le plus têt. Tableau 3.9 Age médian à la première naissance Age médian ì la première naissance (femmes de 25-49 ans) par åge actuel et par caractéristiques socio-démographiques, ENPS-II Maroc 1992 Age actuel Age Caractéristique 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 25-49 x Milieu de résidence Urbain - 24,2 22,6 21,1 20,0 23,3 Rural 22.3 21,0 21.1 20,9 20,6 21,2 Région Nord-Ouest 22,1 21,3 21,0 19,8 21,7 Centre-Nord 23,2 21,2 21,4 20,7 19,5 21,4 Centre - - 23.6 22,3 21,5 21,0 23,0 Oriental 23,4 22,4 22.8 21,2 19,4 22,1 Centre-Sud 21,8 21,5 19,9 20,3 21,8 Tensift 22,8 21,1 20.7 21,2 21,1 21,3 Sud 23,3 21,7 22,0 21,1 21,7 21,9 Niveau d'instruction Aucun 22,2 21,0 21,0 20,8 20,4 21,1 Primaire 23,8 22,6 20,7 20,0 23,8 Secondaire ou plus 28,7 27,3 23,6 23,0 Ensemble 24,9 22,2 21,7 21,0 20,4 22,1 lL'åge médian est limité au groupe d'åges 25-49 ans. 3.6 FECONDITE DES ADOLESCENTES La dernière section de ce chapitre présente des données sur la fécondité des femmes de 15 à 19 ans. La fécondité précoce a souvent des effets néfastes sur la santé des mères et des enfants. La fécondité des adolescentes contribue pour seulement 5 pour cent à la fécondité totale des femmes. Le Tableau 3.10 donne, par åge d6taillé pour le groupe d'âges 15 à 19 ans, les proportions d'adolescentes qui ont eu un ou plusieurs 40 Tableau 3.10 Fécondité des adolescentes Pourcentage d'adolescentes de 15 à 19 ans ayant déjà eu un enfant ou étant enceintes d'un premier enfant par caractéristiques socio-démographiques, ENPS Maroc-ll 1992 Adolescentes (%) qui sont: Adolescentes (%) ayant déjà Enceintes d'un commencé leur Caractéristique Mères premier enfant vie féconde Effectif Age 15 0,2 0,5 0,7 409 16 2,8 1,4 4,2 502 17 3,6 2,7 6,3 415 18 6,5 2,8 9,3 432 19 12,1 3,9 16,0 387 Milieu de r~sidence Urbain 2,6 1,5 4,1 958 Rural 6,7 2,8 9,5 1187 Réglon Nord-Ouest 3,4 2,6 6,0 382 Centre-Nord 4,9 1,0 5,9 288 Centre 6,1 2,6 8,7 657 Oriental 2,0 3,4 5,4 147 Centre-Sud 5,8 1,5 7,3 206 Tensift 6,6 2,5 9,1 241 Sud 3,1 1,3 4,5 224 Niveau d'instruction Aucun 7,1 3,4 10,5 991 Primaire 4,9 2,1 7,0 486 Secondaire ou plus 1,6 0,4 2. l 668 Ensemble 4,9 2,2 7,1 2145 enfants et de celles qui sont enceintes du premier enfant. La somme de ces deux proportions correspond aux femmes ayant commencé leur vie féconde. Les proportions sont peu élevées jusqu'à 18 ans et même jusqu'à 19 ans. A cet åge, 16 pour cent des femmes ont déjà commence leur vie fécondc avec 12 pour cent qui ont déjà eu un enfant ou plus et 4 pour cent qui sont tombées enceintes pour la premi6re fois. Au niveau de l'ensemble des adolescentes enquêtées de 15-19 ans, on constate donc que la fécondité est relativement peu précoce puisque 5 pour cent seulement des femmes ont déjà eu, au moins, un enfant et 2 pour cent étaient enceintes de leur premier enfant au moment de l'enquête. Par ailleurs, on constate des différences selon les caractéristiques socio-démograpbiques. Par milieu de résidence, la fécondité des adolescentes est beaucoup plus élevée en milieu rural (10 pour cent) qu'en milieu urbain (4 pour cent) (Graphique 3.5). Au niveau régional, le Tensift vient en tête avec 9 pour cent des femmes qui ont déjà commencé leur vie féconde; à l'opposé vient le Sud avec une proportion de moins de 5 pour cent. Selon le niveau d'instruction, les adolescentes qui n'ont pas fréquenté l'école sont beaucoup plus nombreuses à avoir une fécondité précoce (11 pour cent) que celles de niveau d'instruction primaire (7 pour cent). Parmi celles ayant atteint un niveau secondaire ou supérieur, cette proportion n'est que 2 pour cent. 41 RESFD E NC E L,,,,,,~ Urbair Rura REGIQN I Nord-Quesl Cenlre-Norc. Centre Odental Centre Sud Tensilt : Sud INSTRUCTION L Aucune Pr ima i re~ Secondaire/Sup Graphique 3,5 Proportions d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde - - / i l h h I - - - - i l - f I 2 4 6 8 Pourcen lage 10 12 ENPS-H 1992 Le Tableau 3.11 fournit la répartition des femmes ågées de 15-19 ans selon leur nombre d'enfants. On constate que parmi les femmes qui ont déjà eu un enfant (5 pour cent des 15 - 19 ans), un peu plus du quart (29 pour cent) en ont déjà eu deux ou plus. Mais il s'agit surtout des adolescentes les plus ågées (18 et spécialement 19 ans). L'avant-dernière colonne du tableau donne le nombre moyen d'enfants. Ce nombre augmente régulièrement avec l'âge mais reste très faible puisque à 19 ans, âge auquel celles-ci n'ont eu en moyenne que 0,17 enfants. Tableau 3.11 Enfants nés de mères adolescentes Répartition (en %) des adolescentes âgées de 15 à 19 ans par nombre d'enfants nés vivants, et nombre moyen d'enfants nés vivants selon l'âge, ENPS-II Maro¢ 1992 Nombre d'enfants n6s vivants Age 0 1 2+ Nombre moyen d'enfants nés Effectif Total vivants d'adolescentes 15 99,8 0,2 0,0 100,0 0,00 469 16 97,2 2,0 0,8 100,0 0,04 502 17 96,4 3,1 0,5 100,0 0,04 415 18 93,5 4,9 1,6 100,0 0,08 432 19 87,9 8,0 4,1 100,0 0,17 387 Total 95,1 3,5 1,4 100,0 0,06 2145 42 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE L'expérience marocaine en matière de planification familiale a débuté en 1966; mais, elle ne s'est consolidée que vers le début des années 80 en connaissant un accroissement rapide gråce, en particulier, à la stratégie adoptée de "Visites à Domicile de Motivations Systématiques" (VDMS). On constate que le recours à la planification familiale est de plus en plus important. Cependant, les efforts pour accroître, en milieu rural, la demande concernant les méthodes dites cliniques (dispositif intra- utérin, Norplant, contraception chirurgicale.), qui restent d'utili sation relativement limitée, doivent être plus importants; il faut aussi prendre des dispositions afin d'inciter le secteur privé à prendre une part plus large dans les services de planification familiale. 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION La connaissance de la contracep- tion a êté abordée de la même manière I'ENPS-II qu'aux différentes enquEtes menées par le passé. Il y a cinq années, les résultats de l'enquête avaient déjà mis en évidence que la connaissance d'une méthode contraceptive quelconque était quasi générale (98 pour cent). Malgré ce niveau de connaissance générale, on a maintenu cette partie du questionnaire afin de suivre l'évolution des méthodes moins connues ou non mentionnées par les enquêtées et de pouvoir en parler, au besoin, à toute femme sur une base uniforme évitant toute ambiguïté. On a justifiê, d'autre part, le maintien de ces questions par le fait que cette partie du questionnaire allait être posêe aux femmes célibataires contraire- ment à l'enquête précédente qui n'a pris en considération que les femmes mari~es, veuves ou divorcées. Les résultats présentés dans le Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes Pourcentage de femmes et de femmes actuellement mariées qui connaissent une méthode contraceptive spécifique et pourcentage de celles mari~es qui connaissent une source (pour informations ou services), par méthode spécifique, ENPF-U Maroc 1992 Cormah Connalt Connalt méthode source méthode femmes femmes Méthode toutes actuelle, actuelle. contraceptive femmes mariées mari~es Toutes méthodes 97,3 99,0 93,9 Méthodes modernes 97,3 98,9 93,8 Pilule 97,0 98,8 92,4 DIU 83,9 87,3 73,8 Injection 54,8 62,3 39,2 Méthodes vaginales 28,1 31,4 23,8 Condom 64,5 71,8 58,8 Stérilisation îéminine 79,8 84,8 69,9 Stérilisation masculine 7,6 6,8 3,3 Méthodestradltlonnelles 63,9 73,1 30,5 Absonence périodique 55,3 61,1 30,5 Retr~t 41,1 53,5 0,0 Autre 9,1 12,4 0,0 Effectif 9256 5118 5118 Tableau 4.1 indiquent que 97 pour cent des femmes (tous états matrimoniaux confondus) connaissent au moins une méthode. Comme on l'avait constaté dans l'enquEte précédente, la connaissance des femmes actuellement mari~es est quasi générale (99 pour cent). On obtient les mêmes résultats pour les seules méthodes modernes. On trouvera aussi au Tableau 4.1 les proportions de femmes connaissant chaque méthode spécifique pour chacune des catégories de femmes. Pour les femmes mariées, la pilule vient en tête avec 99 pour cent (97 pour cent pour l'ensemble des femmes) suivie du DIU et de la stérilisation féminine avec respectivement 87 pour cent et 85 pour cent (pour l'ensemble des femmes, ces proportions sont de 84 pour cent et 80 pour cent). 43 En ce qui concerne les méthodes traditionnelles, trois femmes mari~es sur cinq (61 pour cent) connai- ssent l'abstinence périodique et une femme sur deux (54 pour cent) le retrait. Pour l'ensemble des femmes, ces proportions sont respectivement de 55 pour cent et 41 pour cent. La comparaison de ces résultats à ceux de I'ENPS-I de 1987, fait apparaître des changements pour toutes les méthodes modernes. Ainsi, mis à part la pilule, pour laquelle la connaissance dtait déjà quasi générale, la connaissance du DIU est passée de 80 à 87 pour cent, l'injection de 56 à 62 pour cent, les méthodes vaginales de 24 à 31 pour cent, le condom de 60 à 72 pour cent, la ligature tubaire de 77 à 85 pour cent. On peut noter que la connaissance du condom s'est nettement améliorée. En ce qui concerne la connaissance par les femmes mariées des sources d'approvisionnement des méthodes contraceptives, on ne constate pas d'éléments nouveaux par rapport à l'enquête de 1987. Ainsi que l'ont montre les résultats de la pr6cédente enqugte, 94 pour cent des femmes mariées conna- issent une source d'approvision- nement. Les résultats sont différents quand on prend en compte les céli- bataires: la proportion de celles connaissant une source passe à 57 pour cent. Les écarts sont énormes; ainsi, si presque toutes les femmes (tous états matrimoniaux confondus) connaissent un moyen contraceptif, un peu moins de la moitié des femmes (43 pour cent) ne savent pas où se le procurer. Le Tableau 4.2 considère les seules femmes mariées ayant déclaré connai'tre une méthode moderne contraceptive quelconque et l'endroit où l'obtenir selon certaines caractér- istiques socio-démographiques. Quel que soit l'ãge, le milieu de r6sidence, le niveau d'instruction et la région économique (à l'exception du Sud), la connaissance de la contraception, qu'il s'agisse de toutes les méthodes ou des méthodes modernes, dépasse 98 pour cent. Tableau 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives modernes et des sources des méthodes par caractéristiques socio-démographiques Pourcentage de femmes actuellement maxiées connaissant au moins une méthode moderne et pourcentage de celles connaissant une source (pour informations ou services), par caractéristiques socio-démographiques, ENPS-II Maroc 1992 Caratéristique Connah Connalt une Connaît une source pour Effectif une méthode méthode de méthode moderne I moderne femmes Groupe d',qges 15-19 98,8 98,8 90,5 253 20-24 99,0 99,0 95.1 677 25-29 98,9 98.8 93.4 883 30-34 99,3 99,3 94,1 1098 35-39 99,1 99,1 94,4 1009 40-44 98,9 98,9 94,4 645 45-49 98.4 98.2 92.4 553 Milieu de résidence Urbain 99,8 99,8 98,2 2222 Rural 98,3 98,2 90,5 2896 Région Nord-Ouest 99,7 99,5 94,6 1052 Centre-Nord 99,7 99,7 91,4 640 Centre 99,5 99,5 94,6 1463 Oriental 100,0 100,0 95,9 320 Centre-Sud 99,0 99,0 94,0 417 Tensift 99.8 99,8 96.4 578 Sud 94,4 94,4 90,0 648 Niveau d'Instruction Aucun 98,7 98,6 92,2 3932 Primaire 100,0 100,0 99,1 644 Secondaire ou plus 100,0 I00,0 99,3 542 Ensemble 99.0 98.9 93.8 511 S 1C'est-à-dire: pilule, DIU, injection, méthodes vaginales (spermicides, diaphragmes.), condom et stérilisations féminine et masculine. 44 Pour ce qui est des sources d'approvisionnement, quelle que soit la caractéristique, au moins neuf femmes sur dix (entre 90 et 99 pour cent) savent où se procurer une méthode modeme de contraception. Par rapport b. 1987, il est int6ressant de noter que la connaissance, par les femmes mari6es de 15-19 ans, de la contraception et des sources d'approvisionnement des mdthodes s'est améliorée; les proportions sont pass6es, respectivement, de 93 å 99 pour cent et de 86 à 91 pour cent. Les données concernant l'utilisation antérieure de la contraception figurent au Tableau 4.3.11 donne les pourcentages des femmes mariées å l'enquête ayant utilisê au moins une méthode contraceptive selon l'âge de la femme. Parmi les femmes actuellement mariées, 66 pour cent ont déjà utilis6 au moins une méthode contraceptive à un moment quelconque de leur vie féconde. Cette proportion a subi une variation à la hausse de 7 points par rapport à la dernière enquête (ENPS-I de 1987). La contraception moderne occupe une place privilégiée avec 63 pour cent des lemmes marides (soit 9 points de plus qu'en 1987). La pilule occupe toujours une place importante avec 60 pour cent (soit aussi 9 points de plus qu'en 1987). Vient ensuite mais très loin: le DIU avec 9 pour cent et le condom avec 6 pour cent. Pour les autres méthodcs modernes, les pourcentages ne dépassent pas 3 pour cent. Concernant les mdlhodes mlditionnelles, l'utilisation passée a 6l,.5 de 17 pour cent: retrait et abstinence périodique (9 pour cent chacun). Par groupe d'åges, les niveaux d'utilisation les plus élevés s'observent au delà de 20 ans: 60 pour cent au minimum par groupe &figes quinquennal. En 1987, une telle proportion ne se rencontrait que dans le groupe d'âgcs 25-39 ans. De plus, la pratique, chez les tizmmcs du groupe d'âges 15-19 ans, atteint actuellement 43 pour cent au lieu des 29 pour cent observ6s en 1987. Tableau 4.3 Uflisalion de la contraception à un momenl quelconque Pourcentage de femmes actuellement nlariécs ayant 116ilh ulilis6 une mdthodc contraceptive, par méthode SlZéci[ique , selon råge, IiNPS Il Marcx: 1992 N'ira M61h~~des modernes N'im- porle pc¢te quelle Mdth. Groupe quelle mêthlxle Pli- Inje~- vagi- (:o1» d'ågcs mt~th~xle m ixterne uie I31U lion hales dc~m Mdthndcs N'ira traditionnelles porte quelle Ctmtin Effectif Stéril Steril, rnéthtxIc péri~~- de témin, mascul tradit dique Rclrait Autres femmes 15 19 43,1 39,9 39.1 2,0 0,0 11,o Il,8 U,0 0,0 4,3 2.4 1,6 0,4 253 20-24 611,9 58, l 55,7 3,8 11.4 (I.7 4,6 0,0 U,0 I 1,4 6,1 5,5 0.7 677 25-29 65,9 62,7 6X1.9 6.5 ().l~ 1.8 6,2 11,2 0,1 15,5 8,8 8,2 0,8 883 30 34 71,9 67,8 65.1 11.7 2.1 2,6 7.7 L.4 0,0 20,8 12,1 10,7 1,6 1(198 35 39 70,5 67,2 64.0 12,1 2.5 3,0 5,1 4.2 0,1 20,5 11,8 10,5 2,9 1009 40-44 70,9 67.8 62,8 12,9 2,3 2,9 6.5 7,8 0,2 20,(I 1(I.7 10,4 2,8 645 45-49 59,1 55.2 48,3 10,8 2,4 1,8 3.8 7,6 0,0 15,6 6,7 7,2 3,6 553 Tous åges 66,2 62,8 59,5 9,4 1,6 2.1 5,6 3,0 0,1 17,1 9,4 8,7 1,9 5118 45 4.2 UTIL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPT ION Bien que 66 pour cent des femmes mari~es ont déclaré avoir utilisé une méthode contraceptive à un moment donné de leur vie féconde, seulement 41,5 pour cent ont déclaré qu'elles utilisaient, au moment de l'enquête, une méthode. Ce pourcentage d'utilisation au moment de l'enquête s'appelle l'utilisation actuelle ou le taux de prévalence contraceptive. Il est calculé en divisant l'effectif des utilisatrices actuelles (numérateur) par l'effectif des femmes, actuellement mari~es, en âge de reproduction de 15-49 ans (dénominateur). La planification familiale au Maroc est orientée vers l'utilisation de la contraception moderne qui représente 35,5 pour cent. La pilule reste la méthode la plus utilisée (28,1 pour cent). Le recours aux autres méthodes modemes ne représente que 7,4 pour cent: DIU (3,2 pour cent), ligature tubaire (3 pour cent), et pour les autres trois méthodes modernes (1,2 pour cent) dont le condom, les méthodes vaginales et l'injection. Pour ce qui est de l'utilisation des méthodcs traditionnelles, elle ne dépasse pas 6 pour cent; l'abstinence périodique vient en tête avec (3,0 pour cent) suivi du retrait (2,6 pour cent) et des autres méthodes (0,3 pour cent). L'analyse des données selon l'âge de la femme montre que la prévalence contraceptive augmente avec l'åge jusqu'à 35-39 ans, se stabilise, pour diminuer ensuite à l'âge de 45-49 ans. Ce schéma par åge est aussi valable pour l'utilisation des méthodes modernes, comme le montre le Tableau 4.4. Tableau 4.4 Utilisation actueUe de la contraception Répar~.ition (en %) des femmes actueUement mari~es par méthode contraceptive acluellement utilisée, selcal l'åge, ENPS-n Maroc 1992 M6thodes N'ira M6thtldes m~xlernes N'ira traditionnelles N'ira- porte porte porte quelle Méth. quelle (21)ntin Effecti[ Groupe quelle méthode Pli- [njcc- vagi- Con- S05ril, méth~~.le pério Aucune de d'åges méthodera<lderne uie D]I.~ tion hales dom Idmin. trndit, dique Retrait Autres mdthl~le Total femmes 15-19 23,3 22,1 20,6 1,6 0,0 11,0 0,0 0,0 1,2 0,8 0,4 0,0 76,7 100,0 253 20-24 35,2 32,1 29,0 1,8 0,3 0,1 11,9 0,0 3,1 1,8 1,0 0,3 64,8 100,0 677 25-29 39,5 35,3 31,6 2,6 0,1 0,1 0,7 0,2 4,2 2,4 1,8 0,0 60,5 100,0 883 30-34 45,4 38,8 32,2 3,9 0,1 0,1 L,1 1,4 6,6 3,4 3,2 0,1 54,6 100,0 1098 35-39 47,8 39,4 29,6 4,5 0,1 0,5 0,6 4,2 8,3 4.9 3,2 0,3 52,2 100,0 1009 40-44 47,0 39,2 24.7 4,2 0,2 0~6 1,9 7,8 7,8 3,3 4,0 0,5 53,0 100,0 645 45-49 35,1 28,4 17,9 2,0 0,2 0.0 0,7 7,6 6,7 2,2 3,3 1,3 64.9 100,0 553 Tous åges 41,5 35,5 28,1 3,2 0,1 0,2 0,9 3,0 6,0 3,0 2,6 0,3 58,5 100,0 5118 Dans I'ENFPF de 1979-80 et I'ENPS-I de 1987, les taux de prévalence contraceptive étaient respectivement de 19,4 et 35,9 pour cent. Ainsi par rapport à I'ENFPF, l'utilisation de la contraception a progressé de 114 pour cent pour toutes les méthodes et de 116 pour cent pour les méthodes modernes, et par rapport à I'ENPS-I, elle a augmenté de 16 pour cent pour toutes les méthodes et de 23 pour cent pour les métbodes modernes, comme le montre le tableau ci-dessous et le Graphique 4.1. 46 Evolution du taux de prévalence contraceptive au Maroc entre 1980 et 1992 Toutes Méthodes méthodes modernes ENFPF (1979-80) A% 19,4 16,4 ENPS-I (1987) B% 35,9 28,9 ENPS-II (1992) C% 41,5 35,5 Rapport C/A 2,14 2,16 Rapport C/B 1,16 1,23 Graphique 4,1 Utilisation actuelle des méthodes contraceptives par les femmes mariées Pourcemage 5O t 4O 3O 2o ~I ~~_ 10 i i 0 ENFPF 1979 80 ENPS-I 1987 ENPS II 1992 ENPS-II 1992 L'analyse de la pratique contraceptive selon certaines caractéristiques socio-démographiques (Tableau 4.5, Graphique 4.2) fait apparaître des variations importantes aussi bien par milieu de résidence, région ou selon le niveau d'instruction. Ainsi, en milieu urbain, la pratique touche un peu plus d'une femme sur deux (55 pour cent) contre une femme sur trois en milieu rural (32 pour cent). Au niveau des régions, la pratique varie du simple au double: une femme sur quatre dans la région Sud (26 pour cent) pratiquait au moment de l'enquête contre une femme sur deux dans l'Oriental et le Centre (47 pour cent chacun). Pour la variable éducation, la pratique est relativement faible chez les femmes sans instruction (36 pour cent), soit une femme sur trois. Elle est presque deux fois plus élevée chez les femmes de niveau secondaire ou supérieur (65 pour cent), soit presque deux femmes sur trois. 47 Tableau 4.5 UtiEsauon actuelle de la contraception par caract6risfiques socio-dérno.~raphiques R6pardtion (en %) des femmes actuellement mariEes par mEthode contraceptive actuellement utilisée, selon certaines caractéristiques socio- démographiques. ENPS-/] Maroc 1992 Car~t&istique N'im- Méthodes N'ira- porte Méthodes m~~emes N'ira- traditionnelles p(xte quelle porte quelle mE- Meth. quelle Contin. Effectif m& thode Pli- Injec- vagi- Con- Stéril. mEthcîcle pêrio- Aucune de thode moderne uie DIU tion hales dom fémin, tradit, dique Retrait Autres méthode Total femmes Milieu de r~sldence Urbain 54,5 45.8 33.7 5,7 0.0 0,5 1,6 4,3 8.7 5.3 3.1 0.4 45.5 100,0 2222 Rural 31,6 27.7 23,8 1.3 0,2 0,0 0,4 1,9 3.9 1,3 2.3 I).3 68.4 100.0 2896 R~glon Nord-Ouest 43.6 31.7 23.0 3.9 0.1 0,3 1.2 3,1 12.0 5,1 6,4 0.5 56.4 100.0 1052 Centre-Nord 33.6 27,2 22.3 2.5 0,3 0.0 0,3 1,7 6,4 4,1 2,0 0.3 66,4 100.0 640 Centre 47.0 42,6 33.6 3.5 0.1 0,4 1.0 4.1 4,4 2.7 1,4 0.3 53,0 100,0 1463 Oriental 48.4 44,1 37.2 2.5 0.3 0.6 1,9 1,6 4,4 3,8 0.3 0.3 51,6 100.0 320 Centre-Sud 46.0 42,4 35,5 3.1 0.2 0.2 0.7 2.6 3,6 2.2 1,0 0.5 54,(I 100.0 417 Tensifi 43.1 40,1 32,7 4.0 0.2 0,0 0,7 2,6 2,9 0,9 2,1 0.0 56,9 100.0 578 Sud 25.8 21.5 16.4 2.0 ll.O 0,0 0,6 2,5 4,3 1,4 2,8 0.2 74.2 100,0 648 ~lveau d' instruction Aucun 35.7 31.4 25,5 2.2 (I,2 0,1 0,6 2,8 4.3 1,5 2,4 0.4 64.3 100,0 3932 Primaire 57.0 47,5 36,0 5,0 0.0 (I,6 1,2 4,7 9,5 5,6 3,9 0,0 43.0 100,0 644 Secondaire ou plus 64.9 51.3 37,8 8,3 0,0 0,7 2.6 1,8 13,7 10,9 2,8 0,0 35.1 100,0 542 Nombre d'enfants v lvanU Aucun 5.6 3.6 3.2 0,2 0,0 0,0 0,2 0,0 2.0 1.7 ().3 0.0 94.4 100.0 591 I 39,1 34.5 30.7 2.3 0,1 0,3 1,0 0,0 4.6 3,3 1.2 0,1 6(}.9 I00.0 693 2 46.9 42,2 36.5 3.8 0,3 0,4 0.8 0,4 4,7 3.1 1.5 0.1 53,1 100.0 716 3 49.9 42,6 34.3 4,4 0,0 0,1 2,1 1,6 7,2 4.3 2,5 0.4 50,1 I00.0 676 4ou plus 47.0 39,7 29.2 3.7 0,2 0,2 0,7 5.6 7,3 2.9 4.0 0.5 53,0 100.0 2442 Total 41.5 35,5 28.1 3.2 (1.1 0,2 0,9 3.0 6,0 3.1) 2.6 0.3 58.5 100.0 5118 Selon la parité, la prévalence contraceptive augmente avec le nombre d'enfants. Parmi les femmes mari~es ayant trois enfants, la moitié d'entre elles n'utilisent aucune méthode et une sur trois utilise la pilule comme moyen contraceptif, ce qui représente 80 pour cent des méthodcs modernes utilisées. La proportion de celles ayant opté pour la ligature tubaire s'61èvc à 5,6 pour cent chez les femmcs ayant quatre enfants ou plus, contre 3,9 pour cent en 1987, soit une augmentation de plus de 40 pour cent. 48 Graphique 4,2 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes mariées de 15-49 ans Iî ~ Aucune Primaire Secondaire/Sup 0 10 20 30 40 50 60 70 Pourcentage ENPS-II 1992 4.3 NOMBRE D 'ENFANTS A LA PREMIERE UT IL ISAT ION Selon le nombre d'enfants atteints, le recours, pour la première fois å la contraception peut répondre à des objectifs différents: utilisation de la contraception pour retarder une première naissance, ce qui permet d'analyser les changements de comportements entre générations, limitation de la descendance lorsque la pratique contraceptive débute à des parités élevées, ou espacement des naissances lorsque la contraception débute alors que le nombre d'enfants n'est pas encore élevé. Le Tableau 4.6 présente la répartition des femmes non-célibataires selon le nombre d'enfants vivants au moment de la première utilisation de la contraception et l'åge des femmes au moment de l'enq@te. Il apparaît clairement que la proportion des femmes qui pratiquent la contraception alors qu'elles étaient encore nullipares, augmente des générations les plus anciennes, 0,5 pour cent chez les femmes/tgées de 45-49 ans (celles nées vers 1945), aux plus récentes, 21 pour cent chez les femmes ågées de 15-19 ans (nées vers 1975). Il y a donc, tout lieu de penser qu'à travers le temps, les générations ont de plus en plus tendance à retarder la venue du premier enfant. Pour les femmes ayant commencé la contraception après la naissance du premier enfant, on note également une croissance des proportions d'utilisatrices passant de 4 pour cent chez les femmes ~lgées de 45 à 49 ans A 31 pour cent ~ 20-24 ans. Ceci semble indiquer une volonté d'espacement des naissances parmi les femmes les plus jeunes. 49 Tableau 4.6 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes non-célibataires par nombre d'enfants viwmts lors de la première utilisation de la contraception, selon l'ãge actuel, ENPS-I1 Maroc 1992 Jamais Nombre d'enfants à la première utilisé utilisation de la contraception Effectif Age la contra Non de actuel ception 0 1 2 3 4 + déclaré Total femmes 15-19 58,0 21,2 19,0 1,9 0,l) 0,0 ll.0 100,l) 269 20-24 40,8 17,5 30,8 8,6 1,5 0.5 0,3 100,0 741 25-29 35.1 13,5 29,5 11,4 6,5 4,0 //,O 100,Il 964 30-34 29,3 10.2 23,8 13,8 9,2 13,5 0,1 100.0 1181 35-39 32,1 4,6 17,0 1 1,9 10,4 23,9 O. I 1 llO,O 1094 40-44 32,6 2,8 9,9 8.3 9,1 37,1 0,3 1(10,0 725 45-49 46,2 0,5 3,6 3,3 4.4 42.1 Il.Il 1110,0 665 Ensemble 36,1 9,1 20,l} 9,8 7,0 18,0 Il,1 100,0 5639 4.4 PROBLEMES AVEC LES METHODES UTILISEES La perception des problèmes li6s à la ntêthodc actuellement ulilis6e a I~:lit l'objet d'une question. Le Tableau 4.7 présente la répartition des lkzmmes mariêcs utilisant actuellemenl la contraception selon les problèmes causés pari'utilisation de la méthode. Concernant la pilule (la méthodc la plus pratiquée) la grande majorité des femmes (79 pour cent) ont déclaré ne pas avoir eu de problèmes en utilisant ce moyen contraceptif; pour les autres mêthodes, la proportion de celles ne rencontrant aucun problème varie entre 91 et 100 pour cent. Parmi les femmes ayant dêclar6 avoir eu des problèmes, 15 pour cent des utilisatrices de la pilule parlent des effets secondaires et 7 pour cent des utilisalrices du DIU évoquent le même problème. Quatre pour cent parmi celles ayant recouru à la ligature tubaire parlent de problèmes de sanie et, enfin, celles pratiquant la continence ou le retrait, évoquent la dêsapprobation du mari, mais dans des proportions extrêmement faibles (respectivement 2 et 4 pour cent). Tableau 4.7 Problèmes avec la méthode actuelle Répartition (en %) des utilisatrices actuelles par le principal problème en utilisant Ici méthode, selon la méthode spécifique. ENPS-II Maroc 1992 Stéril. Abstin. Problème Pilule I)IU Condom fera. period. Retrait Aucun 79.1 911,9 (100,0) 94,7 95,5 96,3 Mari désapprouve 0,1 l),0 (l),0) 0,0 1,9 3,7 Effets secondaires 14,7 6,7 (0,0) 1,3 I),O O,(I Problèmes de santé 6,0 2,4 (0,0) 4,0 0,6 0.l) Inconvénient 0,0 0,0 (0,0) 11,0 0,6 0,0 NSP O, 1 0,0 (I),O) I/,(I 0,0 0,0 Non déclaré 0,1 Il,0 (0,0) 0,0 1,3 0,0 Total 100,0 100,0 (100,01 100,0 I00,0 10(/,ll Effectif 1438 165 46 151 154 135 Note: Les données relatives aux injections (7 cas), aux méthodes wtgînales (12 cas), et aux 'autres' méthodes (16 cas) ne fîgurent pas dans ce tableau, vu la faiblesse de leur effectif, ( ) Basé sur moins de 50 cas 50 4.5 CONNAISSANCE DE LA PERIODE FECONDE L'efficacité de l'utilisation de certaines méthodes anticonceptionnelles, spdcialement la continence périodique, dépend de la connaissance que l 'on a de la pdriode de fertilité au cours du cycle menstruel. Le • * i U Tableau 4.8 donne les réponses des femmes auxquelles on a demandé s~ elles pensaient qu au cours d cycle ovulaire il y avait une pdriode pendant laquelle elles avaient plus de chances de tomber enceintes et, dans l'affirmative, à quel moment du cycle se situe cette période. Parmi les femmes non-cdlibataires, seules 22 pour cent connaissent la pdriode de fécondabilitd de façon prdcise et 24 pour cent ont une connaissance douteuse, c'est à dire si la rdponse est "juste après la fin des régles," ou "juste avant le début des régles." Une femme sur deux (50 pour cent), cependant, pense qu'il n y a pas une pdriode spécifique d'ovulation au cours du cycle menstruel (24 pour cent) ou a rdpondu par "ne sait pas" (23 pour cent). Mais, la difficulté d'une telle question nécessite une analyse plus approfondie. Si on se limite aux seules femmes ayant ou ayant eu recours à la continence périodique, on constate que leur connaissance de la période d'ovulation est bonne (66 pour cent); cependant 18 pour cent ont une connaissance douteuse, et surtout 15 pour cent ignorent complètement le moment où la femme a le plus de chances de tomber enceinte. L'utilisation de la continence périodique par ce dernier groupe de femmes est donc vouée à l'échec. Tableau 4.8 Connaissance de la période féconde Répartition (en %) de toutes les femmes et de celles ayant déjà pratiqué la continence périodique selon leur cormaissance de la période féconde au cours du cycle menstruel. ENPS-II Maroc 1992 Femmes ayant Connaissance Toutes déjà utilisé de la période les la continence féconde femmes pérodique Connaissance Au milieu du cycle 22,4 65,6 Connaissance douteuse Juste après les règles 23,1 16,7 Juste avant les règles 1,2 1,0 Ne eonnait pas Pendant les règles 0,4 0,4 A n'importe quel moment 24,1 8,8 Autre 3,3 0,6 Ne sait pas 25,4 6.9 Non déterminé 0,2 0,0 Total 100,0 100,0 Effectif de femmes 5639 509 51 4.6 AGE A LA STER1LISATION Selon le Tableau 4.9, on constate que, parmi l'effectif des 151 femmes en âge de reproduction ayant recouru à la ligature tubaire, 44 pour cent ont adopté la méthode au cours des trois demières années précédant l'enquEte. Cette proportion était de 50 pour cent il y a cinq ans (en 1987). Tableau 4.9 Age à la stérilisation Répartition (en %) des femmes stérilisées par ['åge à la stérilisation, scion la durée depuis l'l»péralion, ENPS-II Maroc 1992 Age à la stdrilisation Durée depuis Age l'opération <25 25-29 30-34 35-39 4(1 44 45 49 T~mll Effectif médian <2 ans 0,0 2.6 21.1 34,2 28,9 13,2 100,0 38 36,0 2-3 ans 0,0 10,7 28,6 21,4 28,6 10,7 100,0 28 32,7 4-5 ans 5,0 10,0 30,0 253) 25,0 5,0 100,0 20 33,0 6-7 ans 0,0 9,1 40,9 36,4 13,6 0.0 100,0 22 34,2 8-9 ans 0,0 25,0 31,3 43,8 0,0 0,11 100,0 16 33,5 l 0 ou plus ans 11, I 22,2 51.9 14,8 0,0 0,0 100,0 27 Total 2,6 11,9 33.1 28,5 17,9 6,0 100,0 151 33,4 On note aussi qu'une femme sur deux (52 pour cent) a adopté la méthode à l'fige de 35 ans ou plus; 1'åge médian à l'adoption de cette méthode se situe à 33,4 ans, soit Ul'L rajeunissement d'une année par rapport à I'ENPS-I de 1987 (34,4 ans). 4.7 SOURCES D 'APPROVIS IONNEMENT DE LA CONTRACEPT ION Afin d'évaluer 1'impact des secteurs public et pri vé par rapport aux mdthodes contraceptives utilisdes, on a demandé aux utilisatrices actuelles de la contraception d'identifier le lieu où elles obtiennent (ou ont obtenu) leur méthode. Le Tableau 4.10 et Ic Graphique 4.3 indiquent à ce sujel que presque deux femmes sur trois (63 pour cent) s'adressent au secteur public. Pour Ics méthodes cliniques (D1U, sldrilisation) et pour les méthodes d'approvisionnement (pilule spécialcmen0, respectivement huit femmes sur dix (81 pour cent) et six femmes sur dix (60 pour cent) se sont adrcssées aux services publics. Le réle du programme de VDMS du Ministère de la Santé Publique semble jouer un n3]e moins important dans l'appmvisionncmcnt dcs méthodes conlraccpiives Ch 1992 (11 »our ccnl) qu'cn 1987 (au moins 20 pour cent). La part du secteur médical privé a augmenté d'une façon relativement importante de 1987 å 1992 passant ainsi dc 21 à 36 pour cent. C'est Ic réle de la pharmacie qui s'est consolidée avcc 31 pour ccnt, tandis que la part du médecin ou de la clinique privée n'est que de 3 pour cent. Bien que sa contribution reste toujours très faible, l'Association marocaine de plani fication familiale (AMPH) a pris une part plus importante dans le développement dcs serviccs dc contraception (1 pour ccnl en 1987 cnntrc 3 pour cent Ch 1992). 52 Tableau 4.10 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de méthodes contraceptives modernes par source d'approvisionnement ou d'informations la plus récente, selon les méthodes spécifiques, ENPS-IX Maroc 1992 Stéril. Toutes Source fémi- méthodes d'approvisionnement Pilule DIU Condom nines modernes Secteur public 59,9 80,0 (37,0) 82,8 62,6 HTpital 0,8 17,0 (0,0) 6t,6 7,3 Maternité 0,1 8,5 (0,0) 21.2 2,6 Centre de santé 20,4 38,2 (17,4) 0,0 20,1 Dispensaire 24,8 15,8 (17,4) 0,0 21,5 Visite à domicile 9,6 0,0 (0,0) 0,0 7,6 Equipe mobile 4,3 0,6 (2,2) 0,0 3,5 Secteur médical privé 38,9 19,4 (63,0) 16,6 36,3 AMPF 1 2,9 6,7 (4,3) 0,0 3,0 Clinique 0,I 5,5 (0,0) 16,6 1,9 Pharmacie 36,0 0,0 (58,7) 0,0 30,6 Médecin/sage femme 0,1 7,3 (0,0) 0,0 0,8 Autre privé 0,8 0,0 (0,0) 0,0 0,7 Parents/Amie 0,8 0,0 (0,0) 0,0 0,7 Autre 0,1 0,6 (0,0) 0,7 0,3 Non déclaré 0,1 0,0 (0,0) 0,0 0,1 Total 99,9 100,0 100,0 100,0 99,9 Effectif de femmes 1438 165 46 15] 1819 Note: Les don~es relatives aux injectiurkg (7 cas), et aux méthodes vaginales (12 cas) ne figurent pas dans ce tableau vu la faiblesse de leur effectif Association marocaine de planification familiale ( )Basé sur moins de 50 cas Graphique 4.3 Sources des méthodes contraceptives modernes Centre santé/ Dispensaire 42% VDMS*/Equipe mobile 1 1 % ~ AMPP** 3% Pharmacie 31% Hôpital/Maternité 10% Autre médical privé 3% *visites å domicile **Association marocaine de planification familiale ENPS-II 1992 53 Le Tableau 4.11 fournit par ailleurs des informations sur le temps qu'il faut aux femmes utilisatrices pour se rendre au lieu d'approvisionnement en produits contracepti fs. Au niveau national, une femme sur trois (y compris celles servies à la maison) met moins de 15 minutes pour aller se procurer la méthode qu'elle utilise. Pour plus d'un autre tiers des utilisatrices, le temps nécessaire se situe entre 15 minutes et une heure. Enfin moins du tiers restant met plus d'une heure pour atteindre le lieu d'approvisionnement. Le temps médian se situe à 21 minutes. Celui-ci est de 16 minutes en milieu urbain, et il est quatre fois plus êlevé (61 minutes) en milieu rural. Pour les femmes non-utilisatrices de méthodes modernes, le temps médian est de 31 minutes, alors que pour les femmes non-célibataires connaissant au moins une méthode moderne, le temps médian pour atteindre le lieu d'approvisionnement est pratiquement le même (30 minutes) que le temps passé par les non-utilisatrices. Tableau 4.11 Temps nécessaire pour atteindre la source d'approvisionnement en contraceptifs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de méthodes modernes, des non-utlisatrices de méthodes modernes, et des femmes non-célibataires connaissant au moins une méthodes moderne par le temps nécessaire pour atteindre la source d'approvosionnement, selon le milieu de résidence, ENPS-II Maroc 1992 Temps pour Utilisatrices actuelles Non-utilisatrices Femmes connaissant atteindre la de méthodes modernes des méthodes modernes une méthode SOUffce (en minutes) Urbain Rural Total Urbain Rural Total Urbain Rural Total 0-14 37,3 28,1 33,2 30,7 10,2 18,4 33,4 15,0 23,4 15-29 29,3 6,2 19,1 30,2 5,9 15,6 29,8 5,9 16,8 30-59 19,7 10.3 15,6 18,8 8,1 12,3 19,1 8,8 13,5 60 ou plus 12,6 52,9 30,3 9,9 56,1 37,7 11,0 56,2 35,7 Ne cormah pas temps (1,9 2,2 1,5 0,7 0,8 0,7 0,8 1,2 1,0 Ne connah pas source 0,0 0,0 0,0 8,0 14,7 12,0 4.7 9,7 7,4 Non déclaré 0,3 0.2 0,3 1,7 4,2 3,2 1,1 3,2 2,3 Total 100,0 100,0 100.0 100,0 100,0 100.0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 1017 802 1819 1522 2298 3820 2533 3047 5580 Temps médian 15,5 60,5 20,8 15,6 61,0 30,7 15,5 60,8 30,4 4.8 DISCONTINUATION DES METHODES CONTRACEPT IVES Les taux de discontinuation des méthodes contraceptives et les raisons de cette discontinuation sont des sujets d'intérêt pour les responsables des programmes nationaux de planification familiale. Pour répondre à ce besoin d'information, un calendrier d'événements sur cinq années, recueillant des données détaillées sur les grossesses, les naissances, les durées de pratique contraceptive, les raisons d'arrêt., a ~té utilise lors de l'enquête. Les taux de discontinuation par méthode, tirés de ce calendrier, sont présentés au Tableau 4.12. Ces taux ont ét~ calculés en se basant sur l'utilisation durant les douze prcmiers mois, suivant la date de commencement, de la méthode utilisée. Les raisons de discontinuation ont été classées, après examen, en trois catégories principales: échec de la méthode, désir de tomber enceinte, et autres raisons incluant les problèmes liés à l'utilisation d'une méthode spécifique, la désapprobation du mari, et l'absence de besoin d'utiliser une méthode contraceptive. 54 Tableau 4.12 Taux de discontinuation Taux de discontinuation des méthodes contraceptives dans la première année en raison de l'échec de la méthode, du désir de tomber enceinte, de santé, ou d'autres problèmes, selon la méthode, ENPS-I/Maroc 1992 Méthode Raison de la discontinuation Toutes Echec Pour Problémes raisons de la tomber de Autres confon- méthode enceinte santé raisons dues Pilule 5,8 9,0 11,2 11,4 37,4 DIU 2,1 1,3 9,8 5,7 18,8 Abstinence périodique 23,9 10,3 0,6 15,6 50,4 Retrait 11,1 5,5 0,8 28,4 45,8 Ensemble 7,8 8,0 9,2 13,6 38,7 Pour l'ensemble des quatre méthodes (pilule, DIU, continence périodique et retrait), on constate que 8 pour cent des utilisatrices ont renoncé à leur méthode avant la fin de la première année pour raison d'échec de la méthode (femmes tombées enceintes pendant l'utilisation); 8 pour cent ont répondu avoir cessé l'utilisation de la contraception parce qu'elles voulaient tomber enceintes, et 14 pour cent ont cessé pour d'autres raisons telles que la stérilité et la ménopause. Presqu'une femme sur dix (9 pour cent) a arrêté pour des raisons de santé et d'effets secondaires. Comme on pouvait s 'y attendre, les méthodes traditionnelles (abstinence périodique et retrait), présentent les taux de discontinuation les plus élevés au cours de la première année. Une femme sur quatre (24 pour cent) et une femme sur dix (11 pour cent) respectivement sont tombées enceintes parce que leur méthode a échoué. Ainsi, en tenant compte de toutes les raisons d'arrêt, les taux de continuation atteignent 50 pour cent pour l'abstinence périodique et 54 pour cent pour le retrait. Pour les deux méthodes modernes, les taux sont plus élevés: 63 pour cent pour la pilule et 81 pour cent pour le DIU. 4.9 RAISONS DE D ISCONTINUATION DES METHODES CONTRACEPT IVES Le Tableau 4.13 présente les données sur la raison principale de discontinuation parmi les femmes qui ont arrêté d'utiliser (une ou plusieurs fois) la contraception au cours des cinq dernières armées. Pour l'ensemble des méthodes, les donnés montrent que la raison d'abandon la plus constamment évoquée est le désir de tomber enceinte (28 pour cent). La deuxième raison citée conceme les effets secondaires et les problèmes de santé (24 pour cent). Le DIU semble être la mêthode qui pose principalement ce type de problèmes (50 pour cent), suivi de l'injection (38 pour cent), des méthodes vaginales (28 pour cent) et de la pilule (27 pour cent). L'échec de la méthode vient en troisième position avec 21 pour cent; par ordre d'importance, l'abstinence périodique (47 pour cent) et le retrait (33 pour cent) sont jug6s comme les méthodes les moins efficaces. Au niveau des méthodes modemes, c'est le condom ( 19 pour cent), l'injection (19 pour cent) et la pilule (18 pour cent) qui sont considérés comme les moins efficaces. 55 La quatrième raison évoquée, mais bien loin derrière, concerne les rapports sexuels peu ftéquents ou l'absence du mari (8 pour cent). En ce qui concerne la désapprobation du mari comme raison de discontinuation, elle a 8té citée par seulement 4 pour cent des femmes pour l'ensemble des méthodes; mais si l'on considère le condom et le retrait, les proportions sont respectivement de 38 et de 21 pour cent. Tableau 4.13 Raisons de discontinuation Répartition (en %) des femmes qui ont discontinué une méthode contraceptive dans les cinq dernières années par la raison principale de discontinuation, selon la méthode spécifique, ENPS Maroc 1992 Méthodes Abstin. Raison de Injec- vagi- pédo- disconfinuation Pilule DIU tion nales Condom dique Retrait Autre Total Tomber enceint~ en ulilisant 17,9 5,6 (18,8) (16,7) 19,1 46,6 32,7 (56,3) 21,3 Voul, tomber enceinte 31,3 16,9 (12,5) (2,8) 10,6 25,0 19,8 (6,3) 27,7 Mari d6sapprouve 0,9 1,0 (0,0) (5,6) 38,3 4,1 20,7 (3,1) 3,6 Effets secondaires 19,6 34,9 (31,3) (16,7) 1,1 0,9 0,9 (0,0) 16,8 Problèmes de santé 7,8 14,9 (6,3) (11,1) 1,1 0,3 0,5 (0,0) 6,7 Accès/Disponibilité 0,3 0,5 (0,0) (0,0) 1,1 0,0 0,0 (0,0) 0,3 Voulait une m6thode plus 1,2 6,2 (9,4) (8,3) 10,6 11,6 9,7 (3,1) 3,5 efficace Mal commode à utiliser 0,3 1,5 (0,0) (11,1) 6,4 1,9 0,5 (0,0) 0,9 Rapports sexuels peu 19,8 2,1 (9,4) (13,9) 4,3 1,9 6,0 (0,0) 8.1 fréq,/Mari absent Probl~n'~ de cofit 0,0 0,0 (3,1) (5,6) 0,0 0,0 0,0 (0,0) 0,1 Fataliste 0,1 0,0 (0,0) (0,0) 0,0 0,3 0,0 (0,0) 0,1 M6nopause 0,3 0,5 (3,1) (0,0) 0,0 0,0 1,4 (6,3) 0,4 Mariage rompu/sépar6e 1,5 0,5 (0,0) (0,0) 0,0 0,9 1,4 (0,0) 1,3 Autre 1,2 4,1 (0,0) (0,0) 1,1 1,3 0,9 (0,0) 1,3 Non déclaré 7,9 11,3 (6,3) (8,3) 6,4 5,3 5,5 (25,0) 7,8 Total 100,0 100,0 (100,0) (100,0) 100,0 100,0 100,0 (100,0) 100,0 Effectif de femmes 1852 195 32 36 94 320 217 32 3278 ( ) Basé sur moins de 50 cas 4.10 UT IL ISAT ION FUTURE ET METHODES CONTRACEPT IVES PREFEREES On a posé aux femmes actuellement mari~es et ne pratiquant aucune méthode contraceptive au moment de l'enquête, une question concernant leur intention à l'égard de l'utilisation future des moyens contraceptifs. Le Tableau 4.14 donne la répartition des femmes ayant l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir selon le nombre d'enfants vivants. On a distingué les femmes ayant déjà utilisé une méthode par le passé de celles n'en ayant jamais utilisé. Il apparaR que la moitié des femmes mari~es (51 pour cent) n'ont pas l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir. A l'opposé, 44 pour cent ont l'intention d'utiliser la contraception dans le futur (Graphique 4.4). Parmi celles-ci, 61 pour cent (27 pour cent par rapport à 44 pour cent) ont déjà eu recours à la contraception et 39 pour cent seront de nouvelles acceptrices (17 pour cent par rapport à 44 pour cent). Concemant le délai qui s'écoulera avant de commencer à pratiquer l'une ou l'autre méthode dans l'avenir, 56 Tableau 4.14 Utilisation future de la contraception Répartition (en %) des femmes actuellement mari~es n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive, par intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, selon le nombre d'enfants vivants et selon l'expérience passée en matière de contraception, ENPS-II Maroc 1992 Intention d'utiliser dans lefutur Nombre d'enfants vivants ~ 0 1 2 3 4 + Ensemble N'a jamais utllls£, la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 8,4 22,1 15,6 12,2 12,1 13,5 Intention d'utiliser plus tard 13,2 4,1 2,0 2,1 1,7 3,7 N'est pas sflre quand 1,4 0,5 Õ,3 1,0 0,2 0,5 N'a pas sflre d'utiliser 2,2 3,4 1,5 2,1 2,1 2.2 N'a pas l'intention d'utiliser 58,4 40,9 33,0 29,7 34,0 37,7 Non déclaré 0,0 0,2 0,0 0,0 0,1 0,1 A d6.1~ utilis~ la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 4,3 14,0 30,0 34,6 26,3 23,0 Intention d'utiliser plus tard 4,3 3.7 4,8 4.2 3,5 3.9 N'es pas sflre quand 0,2 1,4 0,5 0,3 0,3 0.5 N'est pas sfire d'utiliser 0,5 0,7 1,0 0,3 0,8 0,7 N'a pas l'intention d'utiliser 6,9 8,5 10,6 12,t) 18.8 13,7 Non déclaré 0,2 0,5 0.8 1,6 0.2 0,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Toutes les femmes actuellement mari~es et non-utilisatrices Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 12,7 36,1 45,6 46,9 38,4 36,5 Intention d'utiliser plus tard 17,5 7,8 6,8 6,3 5,1 7,6 N'est pas s~re quand 1,7 1 ~8 0.8 1.3 0.5 l.O N'est pas sfire d'utiliser 2,6 4,1 2,5 2,3 2,9 2,9 N'a pas l'intention d'utiliser 65,3 49,4 43,6 41,7 52,7 51,4 Non déclaré 0,2 0.7 0,8 1,6 0.3 0,6 Total 100,õ 100,0 100,0 100,0 100,0 100.0 Effectif de femmes 418 435 397 384 1360 2994 ~Y compris la grossesse actuelle. le même tableau permet de constater que huit femmes sur dix parmi les utilisatrices potentielles (37 pour cent par rapport à 44 pour cent) pensent recourir i la contraception dans les douze prochains mois. La prise en considération du nombre d'enfants vivants permet de constater que la proportion de futures utilisatrices augmente avec le nombre d'enfants, passant de trois femmes sur dix (30 pour cent) chez les nullipares à plus d'une femme sur deux (53 pour cent) chez celles ayant 3 enfants. On remarquera que la plupart de ces utilisatrices ont l'intention de pratiquer la contraception dans l'année. 57 Graphique 4.4 Intention de pratiquer la contraception par les femmes actuellement mariées N'a pas l'intention 51% Autres 5% Jtilisera plus tard 8% Utilisera bient6t 37% ENPS-II 1992 Concernant les femmes n'ayant pas l'intention de recourir à la contraception, le Tableau 4.15 donne la raison principale de cette non-utilisation. Il en ressort que la principale raison évoquée est le désir d'avoir des enfants et cela, pour plus de quatre femmes sur dix (46 pour cent), quel que soit leur åge. Les plus jeunes (moins de 30) ont avancé cette raison plus fréquemment que les femmes âgées (30 ans ou plus): 71 pour cent contre 37 pour cent. On note cependant, qu'en dehors de cette raison, les femmes ont évoqué (dernière colonne du tableau) principalement, la ménopause et la stérilité (particulièrement les femmes âgées) dans 10 pour cent des cas, les problèmes de santé dans 10 pour cent également, la d6sapprobation du mari et les effets secondaires (7 pour cent pour chacune de ces deux raisons) et la difficulté de tomber enceintes dans 6 pour cent. On relèvera, par ailleurs, une proportion de 3 pour cent de femmes qui est évoqué le manque d'information comme raison de non-utilisation. 58 Tableau 4.15 Raisons de non-utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive et n'ayant pas l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, selon la principale raison pour laquelle elles n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception, selon l'âge, ENPS-II Mæoc 1992 Raison de Age Tous non-utilisation les de la contraception <30 30 + åges Veut des enfants 70,8 36,5 46,2 Manque d'information 2,8 3,1 3,0 Mari désapprouve 6,9 7,2 7,2 Coét trop élevé 0,2 0,2 0,2 Effets secondaires 5,6 7,6 7,0 Problèmes de santé 5,1 11,5 9,7 Difficile à obtenir 0,0 0,3 0,2 Religion 1,4 3, I 2,6 Opposé au PF 0,9 0,5 (I,6 Fataliste 0,5 0,2 0,3 Autre pers. désap. 0,5 0,2 0,3 Rap. sex. peu fréq, 2,1 6,1 4,9 Difficile à tomber enceinte 1,4 7,4 5,7 Ménopause/stérilisée 0,2 14,2 10,3 Pas commode 0,0 0,4 0,3 Pas mariée 1,4 1,5 1,5 NSP 0,2 0,1 0,1 Non déclaré 0,0 O, 1 O, 1 Total 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 432 1106 1538 D'autre part, concernant la demande potentielle en matière de méthodes anticonceptionnelles, il ressort du Tableau 4.16 que les femmes opteront dans la quasi totalité pour les méthodes modernes. La méthode préférée reste comme par le passé la pilule: 68 pour cent. Le DIU et la stérilisation féminine viennent en seconde position avec presque la même proportion de femmes (respectivement 12 pour cent et 11 pour cent). Quatre-vingt dix pour cent de la population ayant l'intention de recourir à la contraception dans l'avenir opteraient pour l'une de ces trois méthodes. Il faut noter que par rapport à 1987, les proportions de femmes ayant opté pour la ligature tubaire et le DIU sont restées inchangées alors que la pilule a augmenté de presque 8 points par rapport aux autres méthodes (60 pour cent en 1987 contre 68 pour cent en 1992). 59 Tableau 4.16 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future Répartition (en %) des femmes actuellement mariées n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive mais ayant l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, par méthode préférée, selon l'intention de l'utiliser dans les 12 prochains mois ou plus tard, ENPS-II Maroc 1992 Intention d'utiliser Méthode Dans Pas sfire contraceptive les 12 Après txmr préférée mois 12 mois quand Ensemble I Pilule 66,7 71,5 83.3 67.7 DIU 11,9 10,5 3,3 11,5 Injections 3,8 2,2 3,3 3,5 Diaph,/Mousse/Gelée 0,5 0,0 0,0 0,4 Condom 0,8 0,1) 3,3 0,7 Stérilisation féru, 11,6 8,8 3,3 10,9 Abstinence périod, 2,9 2,2 3,3 2,8 Retrait 0,9 1,8 0,0 1,0 Autre 0,4 11,9 0,0 0,4 Non déclaré 0,5 2,2 0,1) 1,0 Total 100,0 100,0 100,0 lO0,0 Effectif de femmes 1093 228 30 1355 1Quatre femmes qui n'ont pas déchtré leur intention fcmt partie de l'ensemble. 4.11 PLANIFICATION FAMILIALE ET MOYENS D'INFORMATION A toutes les femmes de l'échantillon (célibataircs comprises), on a posé la question suivante : "Au cours du mois dernier, avez-vous entendu un message sur la planification familiale à la radio ou à la télévision?" Le Tableau 4.17 montre que la majorité des femmes (81 pour cent) n'ont pas été exposées aux messages concernant des masse-médias sur la planification familiale. Seulement 7 pour cent en avaient entendu parler à la radio, 6 pour cent à la t616vision et 7 pour cent par Ic biais des deux sources (radio et télévision). L'analyse de la fréquence d'écoute des messages radio-télévisées selon les variables socio- démographiques montre que, malgré le faible niveau d'information, les femmes du milieu urbain (25 pour cent) et celles ayant une instruction secondai re ou plus (33 pour cent) sont les plus nombreuses à recevoir des émissions sur la contraception. Par ailleurs, les femmes du Tensift (27 pour cent), du Centre-Sud (25 pour cent) et du Nord-Ouest (22 pour cent) ont étd plus exposées aux messages sur la contraception que les femmes des autres régions; mais les différences entre les niveaux sont relativement faibles. Si l'on se r6fère aux femmes non-cé[ibataires, on constate que les niveaux d'écoute restent toujours faibles, et sont pratiquement identiques pour toutes les I~mmcs. 60 Tableau 4.17 Messages sur la planification familiale diffusés par les média Répartition (en %) de toutes les femmes et des femmes non-célibataires ayant entendu un message diffusé par la radio ou la télévision sur la planification familiale dans le mois précédant l'enquéte, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, ENPS-II Maroc 1992 Caractéristique Aucun Message sur le planification familiale Effectif Radio Télé. Les Non de seulement seulement deux déclaré Total femmes TOUTES LES FEMMES Milieu de résidence Urbain 74,8 6,0 8,9 10,2 0,1 100,0 4550 Rural 86,9 7,5 2,2 3,3 0,0 100,0 4706 Région Nord Ouest 77,9 6,7 8,4 6,9 0,1 100,0 1783 Centre-Nord 81,9 6,2 2,4 9,5 0,0 100,0 1185 Centre 86,4 4,4 4,6 4,5 0,1 100,0 2845 Oriental 84,0 4,1 5,5 6,2 0,2 1011,0 613 Centre-Sud 75,1 8,3 5,5 11,2 0,0 100,0 824 Tensi ft 73,1 12,1 8,1 6,7 0,0 100,0 959 Sud 80,5 9,7 4,2 5,5 0,0 100,0 1047 Niveau d'instruction Aucun 86,7 6,2 3,2 3,8 0,1 100,0 5866 Primaire 76,1 6,4 8,5 9,0 0,0 100,0 1561 Secondaire ou plus 66,6 8,9 10,4 13,9 0,1 100,0 1829 Ensemble 81,0 6,8 5,5 6,7 0,1 100,0 9256 FEMMES NON CELIBATA1RES Milieu de résidence Urbain 76,0 5,2 7,8 I l ,0 0.0 100,0 2539 Rural 88,5 6

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.