Maroc - Demographic and Health Survey - 1993

Publication date: 1993

Maroc ! Enquête Nationale sur la Population et la Santé (ENPS-II) 1992 ! ! Ministère de la Santé Publique Secrétariat Général - DPSI Service des Etudes et de l'Information Sanitaire :~DHS Demographic and Health Surveys Macro International Inc. ROYAUME DU MAROC Enquête Nationale sur la Population et la Santé (ENPS-II) 1992 Mustapha Azelmat Mohamed Ayad EI Arbi Housni Ministère de la Santé Publique Secrétariat Général - DPSI Service des Etudes et de l'Information Sanitaire Rabat, Maroc et Macro International Inc. Columbia, Maryland USA Août 1993 Ce rapport présente les principaux résultats de l'Enquête Nationale sur la Population et la Santé (ENPS-II) réalisée au Maroc en 1992 par le Ministère de la Sanu~ Publique (Service des Etudes et de l'Information Sanitaire-SElS). L'ENPS -II, financée par l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID), a bénéficié de l'assistance technique de Macro International Inc. L'ENPS-II fait partie du programme mondial des Enquétes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys-DHS) dont l'objectif est de collecter, d'analyser et de diffuser des données démographiques portant en particulier sur la fécondité, la planification familiale et la santé de la mère et de l'enfant. Des informations complémentaires sur I'ENPS-II peuvent ~tre obtenues auprès du Service des Etudes et de l'Information Sanitaire (SELS), Ministère de la Sant~ Publique, Avenue de Mohamed V, Téléphone (212) 7-76-27-81; Fax (212) 769-480. Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent erre obtenus auprès de Macro International Inc., 8850 Stanford Boulevard, Suite 4000, Columbia, MD 21045, USA (Téléphone 410-290-2800; Fax 410-290-2999; Télex 198116). A la mémoire du Docteur Othmane Akalay iii TABLE DES MATIERES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xi Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Sigles et abr6viations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxi Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxiii Résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxv Carte du Maroc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxviii CHAP ITRE 1 PRESENTATION DU PAYS par Mustapha Azelmat 1.1 Milieu naturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1,1 Relief . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1,2 Climat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.2 Aperçu historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.3 Milieu humain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.4 Structure économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.4.1 Secteur primaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1,4.2 Secteur secondaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.4,3 Secteur tertiaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.5 Organisation administrative et sanitaire du Mamc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.5,1 Organisation administrative du pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.5,2 Organisation du système de Santé Publique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.6 Politique de population et planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1.7 Objectifs et cadre institutionnel de I'ENPS-II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.7.1 Objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.7.2 Cadre institutionnel et financement de l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 1.8 Questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 1.8.1 Questionnaire ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 1.8.2 Questionnaire individuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I0 1.8.3 Questionnaire homme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 1.9 Echantillonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Page 1.10 Formation et collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 1.10.1 Pré-enquEte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 1.10.2 Recrutement et formation du personnel de terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 1.10.3 Collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 1.11 Traitement informatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 CHAPITRE 2 2.1 2.2 CARACTERIST IQUES DES MENAGES ET DES ENQUETEES par Mohamed Laziri Enquete ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 2.1.1 Caractéristiqucs de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 2.1.2 Structure, taille et composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 2.1.3 Caractéristiques de l'habitat et des biens pesséd6s par les ménages . . . . . . . . . . . . 23 Enquete individuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 2.2.1 Caractéristiques des femmes enquêt6es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 2.2.2 Accès aux massc-médias . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 CHAPITRE 3 FECONDITE par El Arbi Housni 3.1 Niveau de la fécondité et fécondité différentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 3.2 Tendance de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 3.3 Parité et stérilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 3.4 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 3.5 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 3.6 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 CHAPITRE 4 PLANIF ICAT ION FAMIL IALE par Mohamed Zarouf 4.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 4.2 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 4.3 Nombre d'enfants å la première utilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 vi Page 4.4 Problèmes avec les méthodes utilisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 4.5 Connaissance de la p6riode féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 4.6 Age à la stérilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 4.7 Sources d'approvisionnement de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 4.8 Discontinuation des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 4.9 Raisons de discontinuation des m6thodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 4.10 Utilisation future et m6thodes contraceptives pr6fér6es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 4.11 Planification familiale et moyens d' information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 CHAPITRE5 NUPT IAL ITE ET EXPOSIT ION AU R ISQUE DE GROSSESSE par EI Arbi Housni 5.1 Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 5.2 Exposition å l'6tat d'union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 5.3 Age au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 5.4 Exposition au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 CHAP ITRE 6 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE par Mohamed Ayad 6.1 Désir d 'avoir des enfants (supplémentaires) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 6.2 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 6.3 Nombre total d'enfants désirés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 6.4 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 CHAP ITRE 7 7.1 SANTE DE LA MERE ET DE L 'ENFANT par Abdelwahab Zerrari et Moumna Ben Ammar Soins prénatals et accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 7.1.2 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 vil 7.2 7.3 Page 7.1.3 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Maladies des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 7.3.1 Infections respiratoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 7.3.2 Fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 7.3.3 Diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 CHAPITRE 8 ALLA ITEMENT ET ETAT NUTRIT IONNEL DES ENFANTS par Najia Hajji 8.1 Allaitement et alimentatinn de complément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 8.2 Etat nutritionnel des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 8.2.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 8.2.2 Résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 8.3 Etat nutritionnel des m~:res . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 CHAPITRE 9 MORTAL ITE DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS par Mustapha Azehnat 9.1 Méthodologic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 9.2 Niveaux et tendances de la mortalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 9.3 Variations différentielles de la mortalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 9.4 Comportement procréateur à haut risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 CHAPITRE 10 MORTAL ITE MATERNELLE par Jeremiah Sullivan, Mohamed Ayad et El Arbi Housni 10.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 10.2 Collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 10.3 Evaluation de la qualité des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 10.4 Estimations directes de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 10.5 Estimations indirectes de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 viii Page 10.6 Discussion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 CHAPITRE 11 11.1 ENQUETE HOMME par EI Arbi Housni Caractéristiques socio-démographiqucs des cnquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137 11.1,1 Caract6ristiques des raaris enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137 11.1.2 Caract6ristiqucs des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 11.2 Planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142 11.2.1 Connaissancc de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142 l 1,2.2 Pratique de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 11.2.3 Utilisation future et m6thndes contraceptives prél~récs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 11,2.4 Opinions et attitudes vis-à-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 11.3 Préf6rcnces en malièrc de fécondil6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 REFERENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 ANNEXE A ANNEXE B ANNEXE C ANNEXE D ANNEXE E ORGANIGRAMME ET PERSONNEL DE L 'ENQUETE NAT IONALE SUR LA POPULAT ION ET LA SANTE (ENPS-II) 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 PLAN DE SONDA(;E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 TABLEAUX POUR L 'EVALUATION DE LA QUAL ITE DES DONNEES . . . 191 QUEST IONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199 TRADUCTION DU QUEST IONNAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 263 ix Tableau 1. t Tableau 1.2 Tableau 2.1 Tableau 2.2 Tableau 2.3.1 Tableau 2.32 Tableau 2.4 Tableau 2.5 Tableau 2.6 Tableau 2.7 Tableau 2.8 Tableau 2.9 Tableau 2.10 Tableau 3.1 Tableau 3.2 Tableau 3.3 Tableau 3.4 Tableau 3.5 Tableau 3.6 Tableau 3.7 TaNeau 3.8 Tableau 3.9 LISTE DES TABLEAUX Page Evolution du taux de natcdité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Evolution de l 'accroissement démographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Population des ménages par åge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Population par âge scion différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Niveau d ïnstruction de la population des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Niveau dïnstruction de la population des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Taux de fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Caractéristiqucs des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Biens durables possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Caractéristiques socio-démographiques des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Niveau d'instruction des [emmcs enquétées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Accès des lemmcs aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Fécondité par caractéristiqucs socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Fécondité par âge selon trois sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Tendances de la fécondité par ågc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Tendances de la I~condité par durée de mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Enl~mts nés vivants et enfants survivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Intervalle intergdnésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Age médian à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 xi Tableau 3.10 Tableau 3.11 Tableau 4. l Tableau 4.2 Tableau 4.3 Tableau 4.4 Tableau 4.5 Tableau 4.6 Tableau 4.7 Tableau 4.8 Tableau 4.9 Tableau 4.10 Tableau 4.11 Tableau 4.12 Tableau 4.13 Tableau 4.14 Tableau 4.15 Tableau 4.16 Tableau 4.17 Tableau 4.18 Tableau 5.1 Tableau 5.2 Page Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Enfants nés de mères adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Connaissance des méthodes contraceptives et de sources des m6thodes . . . . . . . . . . . . 43 Connaissance des méthodes contraceptives modernes et des sources des méthodes par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Utilisation de la contraception å un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Problèmes avec la méthode actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Age à la stérilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Temps nécessaire pour atteindre la source d'approvisionnement en contraccpti fs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Taux de discontinuation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Raisons de discontinuation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Raisons de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation futurc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Messages sur la planification familiale diffusés par les média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Approbation de l'util isation des média dans la diffusion sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Femmes célibataires par âge scion différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 xii Tableau 5.3 Tableau 5.4 Tableau 5.5 Tableau 5.6 Tableau 5.7 Tableau 5.8 Tableau 5.9 Tableau 6.1 Tableau 6.2 Tableau 6.3 Tableau 6.4 Tableau 6.5 Tableau 6.6 Tableau 6.7 Tableau 6.8 Tableau 7.1 Tableau 7.2 Tableau 7.3 Tableau 7.4 Tableau 7.5 Tableau 7.6 Tableau 7.7 Tableau 7.8 Tableau 7.9 Page Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Exposition ~ l'état d'union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Age au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Age médian au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Aménorrhée, abstinence et non-susceptibilité post-panum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Durée médiane de la non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Fin d'exposition au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . 74 Préfémnces en matière de fécondité selon l 'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Désir de limiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiqucs . . . . . . . . . . . . . . . 81 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Taux de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Lieu de l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Assistance lors de l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Caractéristiques de l'accouchement: césarienne, prématurité, poids et taille b. la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Vaccinations par sources d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Vaccinations par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 Vaccinations avant l 'âge de 12 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Pr6valence et traitement des infections respiratoires aiguës . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 xiii Tableau 7.10 Tableau 7.11 Tableau 7.12 Tableau 7.13 Tableau 8.1 Tableau 8.2 Tableau 8.3 Tableau 8.4 Tableau 8.5 Tableau 8.6 Tableau 8.7 Tableau 9. I Tableau 9.2 Tableau 9.3 Tableau 9.4 Tableau 10.1 Tableau 10.2 Tableau 10.3 Tableau 11.1 Tableau 11.2 Tableau 11.3 Tableau 11.4 Tableau 11.5 Page Prévalence et traitement de la fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Prévalence de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10(l Connaissance et utilisation des sachets de SRO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Type d'allaltement par âge de l'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 AUaitement et alimentation de complément par âge de l'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Durée médiane et fréquence de l'allaltement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11(/ Etat nutritionnel des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Indicateurs anthropométriques de l'état nutritionnel des mères . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Indicateurs andlropométfiques des mères par camctéristiqucs socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 17 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Mortalité des enfants par caractéristiques socio-démographiques de la mère . . . . . . . 123 Mortalité des enlants par caractéfistiques bio-démographiques des mères et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Fécondité à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Etat de survie des frères et soeurs des enquetécs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 Estimation directe de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Estimation indirecte de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Caractéristiques socio-démographiques des hommes enquêlés . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Niveau d'instruction des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Différence d'åges entre l 'homme et la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 Caractéristiques différentielles des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 xiv Tableau 11.6 Tableau 11.7 Tableau 11.8 Tableau 11.9 Tableau 11.10 Tableau 11.11 Tableau 11.12 Tableau 11.13 Tableau 11.14 Tableau 11.15 Tableau 11.16 Tableau 11.17 Tableau 11.18 Tableau 11.19 Tableau 11.20 Tableau B. 1 Tableau B.2 Tableau C. 1 Tableau C.2 Tableau C.3 Tableau C.4 Tableau C.5 Page Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des m6thodes . . . . . . . . . . 143 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 Utilisation actuelle de la contraception par earactéristiques socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 Méthode préférée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 Raison de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 Attitudes des maris face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Préférences des matis en matièrc de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 Préférences des couples en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 Nombre idéal d'enfants pour les hommes par caractéristiques socio- d6mographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 Nombre idéal d'enfants pour les couples par caractétistiqucs différentielles . . . . . . . 155 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par région et milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 Résultats des enquêtes auprès hommes par région et milieu de résidence . . . . . . . . . 169 Variables utilisécs pour le calcul des erreurs de sondage, ENPS-II Marne 1992 . . . . 175 Erreurs de sondage: Echantillon Iizmme - National . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 Erreurs de sondage: Echantillon femme - Milieu urbain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 Erreurs de sondage: Echantillon femme - Milieu rural . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 Erreurs de sondage: Echantillon femme - Nord-Ouest . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 XV Tableau C.6 Tableau C.7 Tableau C.8 Tableau C.9 Tableau C. 10 Tableau C.11 Tableau C. 12 Tableau D. 1 Tableau D.2 Tableau D.3 Tableau D.4 Tableau D.5 Tableau D.6 Page Erreurs de sondage: Echantillon femme - Centre-Nord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 Erreurs de sondage: Echantillon l~zmme - Centre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 Erreurs de sondage: Echantillon femme - Oriental . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 Erreurs de sondage: Echantillon Icmme - Centre-Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 Erreurs de sondage: Echantillon I~zmme - Tensift . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 Erreurs de sondage: Echantillon l~mme - Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 Erreurs de sondage: Echantillon homme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186 Répartition par âge de la population des mènagcs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193 Répartition par âge des femmes 61igibles et des femmes enq~tées . . . . . . . . . . . . . . . 194 Complétude de l'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195 Naissances par annèc du calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196 Enregistrement de l'âge au décès ch jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197 Enregistrement de l'âge au décès cil mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198 xvi Graphique 1.1 Graphique 2.1 Graphic ue 2.2 Graphic ae 2.3 Graphic ae 2.4 Graphic ae 2.5 Graphiç ac 3.1 Graphiç ae 3.2 Graphic ae 3.3 Graphiq Je 3.4 Graphique 3.5 Graphique 4.1 Graphique 4.2 Graphique 4.3 Graphique 4.4 Graphique 5.1 Graphique 5.2 Graphique 6. l Graphique 6.2 Graphique 7.1 Graphique 7.2 Graphique 7.3 LISTE DES GRAPHIQUES Page Evolution des activités de planification familiale au Maroc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Pyramide des åges de la population Maroc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Taux de fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Etat matrimonial des enquStées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Taux de fécondité générale par âge scion le milieu de résidcnce . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . . . . . . . . . 33 Taux de fécondité générale par åge selon trois sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Tendances de I ' ISF pour les femmes de 15-34 ans, selon quatre sources . . . . . . . . . 36 Proportions d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Utilisation actuelle des mgthodes contraceptives par les femmes mari~es . . . . . . . . 47 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes mafiges de 15-49 ans . . . . . 49 Sources des méthodes contraceptives modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Intention de pratiquer la contraception par les femmes actuellement mari~es . . . . . . 58 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Proportions de célibataires scion deux groupes d'figes à différentes dates . . . . . . . . 65 Désir d'enfants suppldmentaircs des Icmmcs mariées selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de féconditd ddsirée . . . . . . . . 75 Lieu d'accouchement et assistance pendant l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Visites prénatales et durée de grossesse à la première visite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Vaccination des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin et la source d' information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 xvii Graphique Graphique Graphique Graphique Graphique Graphique Graphique Graphique Graphique Graphique Graphique Graphique Page 7.4 Allaitement et quantit6 de liquides donnés aux enfants ayant la diarrhée . . . . . . . . 103 8.1 Allaitement exclusif des enfants de 0-3 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 8.2 Utilisation du biberon chez les enfants de 0-3 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 8.3 Sous-nutrition par âge chez les enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 9.1 Tendances de la mortalité des enfants selon quatre sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 9.2 Mortalité infantile et infanto-juvénile selon les caractéristiques de la mère . . . . . . 124 9.3 Mortalité infantile (lq0) et comportement procréateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 10.1 Répartition des soeurs déc6dées selon le nombre d'ann6es écoulées . . . . . . . . . . . . 132 11.1 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142 11.2 Utilisation de la contraception moderne par les matis et les femmes mari6es . . . . . 146 11.3 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 11.4 Préférences en matière de fécondit6 (couples) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 xviii SIGLES ET ABREVIATIONS BCG CDC DHS DTCoq ENDPR ENFPF ENPC ENPS-I ENPS-II EOM ET IPPF ISF ISSA MSP NCHS OMS PIB SElS SRO SSB TBN TGFG TRO USAID VDMS WHO Bacille Bilié de Calmette et Guérin (vaccin antituberculeux) Centers for Disease Control, Etats-Unis Demographic and Health Surveys Diphtérie, Tétanos, Coqueluche (vaccin) Enquête Nationale Démographique à Passages Répétés 1986-88 Enquête Nationale sur la Fécondité et la Planification Familiale au Maroc, 1979-80 Enquête Nationale sur la Prévalence Contraceptive au Maroc, 1983-84 Enquête Nationale sur la Planification Familiale, la Fécondité et la Santé de la Population au Maroc, 1987 Enquête Nationale sur la Population et la Santé, 1992 Enquéte ~ Objectifs Multiples, 1962 Ecart-type International Planned Parenthood Federation, Angleterre Indice Synthétique de Fécondité Integrated Systems for Survey Analysis Ministère de la Santé Publique National Center for Health Statistics, Etats-Unis Organisation Mondiale de la Santé Produit Intérieur Brut Service des Etudes et de l'Information Sanitaire Sels de Réhydratation Orale Soins de santé de base Taux Brut de Natalité Taux Global de Fécondité Générale Thérapie de Réhydratation par voie Orale United States Agency for International Development Visites à Domicile de Motivations Systématiques en Santé World Health Organization xix PREFACE Depuis quelques années, la réalisation périodique d'enquêtes nationales sur la population et la santé (ENPS) qui s'inscrivent dans le cadre du programme mondial "Demographic and Health Surveys," a permis au Ministère de la Santé Publique de suivre l'évolution d'un certain nornbre d'indicateurs relatifs à la fécondité, à la mortalité, ~_ la santé de la mère et de l'enfant, et å la planification familiale. Les résultats de I'ENPS-II de 1992 laissent apparahre une certaine amélioration au niveau de la réduction de la fécondité, et de la mortalité infantile et infanto-juv6nile ainsi que de l'accroissement rclatif de la couverture par les services de planification familiale et de santé matcrnelle et infantile. Ces performances ne sont certainement pas à la hauteur de nos ambitions, néanmoins ils nous permettent, à chaque fois, d'apprécier l'effort qui reste à faire pour affronter les principaux problèmes dt santé touchant la mère et l'enfant. L'ENPS-II présente aussi une innovation par rapport aux enquêtes précédentes, puisque pour la première fois au Maroc nous disposons d'une appréciation sur le taux de mortalité maternelle. Cet indicateur est indispensable pour suivre l'impact des interventions menêes dans le cadre des activités de surveillance de la grossesse et d'assistance à l'accouchement qui constituent une des principales priorités de la déecnnie 80-90. Je saisis cette occasion pour féliciter l'équipe qui a mcné ce travail à son terme, et je remercie I'USAID et DHS-Macro International Inc. pour leur appui à la réalisation dc cctte enquête. Le Ministre de la Santé Publique Pr Abderrahim HAROUCHI xxi REMERCIEMENTS La deuxième Enquéte Nationale sur la Population et la Santé (ENPS-II) réalisée en 1992 par le Service des Etudes et de l'Information Sanitaire permet de mettre à la disposition des responsables centraux et périphériques des outils permettant d'évaluer les programmes de la Santé maternelle et infantile. L'ENPS-II a été, encore une fois, l'occasion d'une collaboration étroite entre un grand nombre de personnes et d'institutions nationales et internationales que je tiens à remercier vivement. Mes remerciements s'adressent: aux membres du bureau technique de l'enquête en particulier Messieurs EI Arbi Housni, Abdeljabbar Gandassi et M'Hamed A1 Jem, qui ont su par leur expérience accomplir efficacement leur mission; aux enquétrices, aux contréleurs, aux chefs d'équipes et aux supcrviseurs, qui ont harmonieusement associé la rigueur et le sens de responsabilité pour mener à terme le travail sur le terrain. aux agents de dénombrement, pour avoir travaille avec efficacité à la réalisation du sondage; au personnel du centre de calcul du SEIS: ingénieur analyste, programmeur, agents de saisie et secrétariat, au personnel du bureau de chiffrement qui ont contribuE, chacun, selon son domaine, au succès de l'étude; aux chauffeurs qui se sont acquittés de leur tache, parfois dans des conditions extrêmement difficiles. à la population marocaine qui s'est prêtée avec patience et courage à nos longues interviews. Sans leur contribution cette enquête n'aurait pas vu le jour. Je remercie I'USAID de son appui financier et Macro International Inc. de son appui technique. Mes remerciements s'adressent également: au Ministère de l'Intérieur et de l'Information à travers les autorités locales qui ont facilité la t~tche aux êquipes de terrain; à la chefferie des provinces et ptéfectures médicales, aux infirmiers itinérants qui n'ont pas cessé d'aider les équipes de terrain; Je remercie tous les experts de Macro International Inc. Leur contribution est inestimable. Mes remerciements vont particulièrement au Dr Christopher Scott et à Mademoi selle Thanh Le pour 1'élaboration du plan de sondage et la préparation des erreurs de sondage; à Messieurs Noureddine Abderrahim, Trevor Croft et Jim Otto pour leur assistance en ce qui conceme l'exploitation informatique; au Dr Jeremiah Sullivan xxiii pour l'analyse du chapitre sur la mortalité maternelle; au Dr Sidney Moore, à Madame Kaye Mitchell et à Messieurs Jonathan Dammons et Robert Wolf pour leur contribution à la mise en forme finale du rapport. Aussi, je tiens å remercier le Dr Mohamed Ayad, coordonnateur du projet qui a activement panicipé • ~ toutes les phases de I'ENPS-II avec intelligence et eflïcacit6. Le Directeur Technique de l'Enquête Mustapha Azelmat xxiv RESUME L'Enquête Nationale sur la Population et la Santé au Marée (ENPS-II) a ~té conduite de janvier à avril 1992 par le Ministère de la Sanlé Publique avec lai cotlatxmltion de Macm International Inc. Cette enquête nationale représentative par sondage a permis d'inlerviewer 9 256 Iî:mmes âgées de 15 à 49 ans et 1 336 hommes âgés de 20 à 70 ans. L'ENPS-II pennet d'actualiser la connaissance de cmlains phénomênes dêmographiques d'une part et de fournir aux décideurs et aux responsables de programmes de population et de santé des informations détaillées sur la fécondité, la planification familiale, Ici monalilé inlimlo-juvénile et maternelle, et la santé de la mère et de l'enfant. Ces informations sont significatives au niveau national, au niveau du milieu de résidence (urbain et rural) et au niveau des sept régions êconomiques. Les conclusions principales qui se dégagent de ce rapport ci qui nécessitcnl d'être mentionnées sont présentées dans ce qui suit: Au niveau des caractéristiques de la population enquêlec: Ici majorité des femmes marocaines âgées de 15-49 ans n'ont aucune instruction (63 pour cent) et un homme sur cieux (51 pour cent) de 20-70 ans n'a jamais fréquenté l'~célé. Concernant le taux de fréquentation scnlaire chez les jeunes de 6- 15 ans, il est de 47 pour cent pour l'ensemble des enfanls, c1 il est plus dlcvd pour les garçons (55 pour cent) que pour les filles (40 pour cent). En outre, presque un ménage sur deux (49 pour cent) possedc l'électricité, et plus d'un ménage sur deux (55 pour cent) a accès à une eau à boire contrôlée (robinet dans le logement ou borne fontaine). Les ménages disposant de toilctles adéquatcs (chasse d'eau privée ou collective) représentent 53 pour cent. Les résultats de I'ENPS-I1 concernant la fécondité, montrant que pour la pdriode des trois années précédant l'enquête, lus R:mmes marocaines donneront naissance en moyenne à 4,0 enfants durant leur vie reproductive. La fécondité est passée de 7,0 enfants en 1962 à 4,5 enfants en 1986-88 et à 4,0 en 1992, snit une baisse de 43 pour cent au cours de trois décennics et de 11 pour cent au cours {les cinq demières années. En outre, les données de l'enquête indiqucnl que la fécondil6 varie Iortement scion le milieu de résidence: elle est presque deux Ibis plus élevée chez les femmes rurales (5,5 en fanls) que chez les IEmmes urbaines (2,5 enfants). Plusieurs facteurs sont responsables de la baisse dc bi fécond]té au Marée, dont un des plus importants est l'áge au premier mariage: à 15- 19 ans, presque neuf IEmmes sur dix sont encore célibataires, et aux âgés de lorte fécondité (3{)-34 ans), tel proportion de célibalaircs ési de 14 pour cent. En fin de vie féconde (45-49 ans), le mariage est quasi universel, avec ulle proporlion de célibatahcs de moins de 1 pour cent. En ce qui concerne l'âge médian au prcm ier m ariagc pour les Ii:mmes de 25-49 ans, il est passé de 17,2 ans en 1979-80 (Enquête Nalionale sur la Fécnndité et la Plani ficalion Familiale: ENFPF) å 18,5 ans en 1987 (Enquête Nationale surla Planilicatkm Familiale, la Fécondité et la Santé de la Pnpulation: ENPS-I), et à 18,8 en 1992 (ENPS-II). Par ailleurs, l'âge rnédian au premier mariage varie Ionement selon le niveau d'instruction de la lemme: les femmes ayant fait des études secondaires ou plus contractent leur premier mariage beaucoup plus tardivement que celles n'ayanl pas dépassé le niveau des études primaims ou celles résides analphabètes. L'âge médian au premier mariage atteint 23 ans chez les li:mmes ayant une instruction secondaire ou plus contre 18 ans chez les femmes sans insh'uclion, soit un écart de 5 ans. XXV La baisse de la fécondité reflète le changement de comportement des couples vis-à-vis de la taille de la famille. Parmi les femmes mariées, une sur deux souhaite ne plus avoir d'enfants, et une sur cinq désire les espacer. Seulement moins de deux femmes sur dix (18 pour cent) désirent avoir des enfants tout de suite. De même, d'après l'enquête homme, plus de quatre matis sur dix souhaitent limiter leur descendance. La pratique contraceptive de plus en plus importante - constitue un autre facteur important, responsable de la baisse de la fécondité au Maroc. L'expérience marocaine en matière de planification familiale a débuté en 1966, et la stratégie adoptée de "Visites à Domicile de Motivations Systématiques" (VDMS) au début des années 80 a consolidé cette expérience. L'ENPS-II montre que la connaissance de la contraception par les femmes actuellement mariées est quasi générale (99 pour cent), et que le pourcentage d'utilisation au moment de l'enquête ou taux de prévalence contraceptive est de 41,5 pour cent. Entre 1983 et 1992, l'augmentation est de 23 pour cent. L'analyse de l'utilisation actuelle de la contraception selon les variables socio-démographiques fait apparaître des variations importantes par milieu de vésidence, région et niveau d'instruction. En milieu urbain, la pratique touche plus d'une femme sur deux, contre une femme sur trois en milieu rural. Au niveau des régions, l'Oriental a le taux d'utilisation le plus élevé, suivi du Centre et du Centre-Sud. Les taux intermédiaires sont enregistrés au Nord-Ouest et au Tensifl, et les taux les plus faibles se rencontrent au Centre et au Sud. Selon le niveau d'instruction le taux de prévalence contraceptive passe de 36 pour cent chez les femmes sans instruction, à 57 pour cent chez celles ayant une instruction primaire et à 65 pour cent chez les femmes avec une instruction secondaire ou plus. La planification familiale au Maroc est orientée vers l'utilisation de la contraception moderne, avec la pilule qui reste, de loin, la méthode la plus utilisée (28 pour cent) alors que la prévalence contraceptive des autres méthodes modernes confondues n'est que de 8 pour cent. Concernant les méthodes traditionnelles, leur part représente seulement 6 pour cent. D'après les résultats de I'ENPS-II, presque deux femmes sur trois (63 pour cent) recourent au secteur public. Les centres de santé et surtout les dispensaires sont les principales sources d'approvisionnement des méthodes contraceptives. Le r61e du programme de VDMS du Ministère de la Santé Publique semble jouer un r•le moins important dans l'approvisionnement des méthodes contraceptives en 1992 (11 pour cent) qu'en 1987 (au moins 21 pour cent). La part du secteur médical privé a augmenté d'une façon relativement importante de 1987 à 1992 passant ainsi de 21 å 36 pour cent. C'est le réle de la pharmacie qui s'est consolidée avec 31 pour cent, tandis que la part du médecin n'est plus que 3 pour cent. Près d'une femme sur deux qui n'utilise pas la contraception (46 pour cent) explique son comportement par le fait qu'elle veut avoir des enfants. Cependant le désir de limiter la descendance est relativement élevé: 49 pour cent des enquêtées ont déclaré ne plus vouloir d'enfants. En fait, si les femmes avaient la fécondité qu'elles désirent, l'indice synthétique de fécondité désirée (ISFD) serait de 2,7 enfants, soit 34 pour cent inférieur à la fécondité observée (4,0). Il existe donc une demande potentielle en contraception: 20 pour cent des non-utilisattices ont des besoins non satisfaits en matière de contraception. Ainsi, la demande totale pour les services de planification familiale conceme 69 pour cent des femmes (42 pour cent d'utilisatrices, 20 exprimant des besoins et 3 pour cent ayant utilisé la contraception sans succès), L'examen des données sur les soins prénatals et les conditions d'accouchement montre que pour les deux tiers (67 pour cent) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête, les mères n'ont consulté personne au cours de leur grossesse. Pour une naissance sur trois (32 pour cent), la mère est allée en consultation prénatale soit auprès d'un médecin (21 pour cent), soit auprès d'une infirmière ou sage-femme (11 pour cent). En comparant les données de 1987 (ENPS-I) à celles de 1992 (ENPS-II), on constate que les consultations prénatales auprès du personnel de santé sont passées de 25 à 32 pour cent, soit xxvi une augmentation de 28 pour cent. En outre, au cours des cinq dernières années, plus d'une femme enceinte sur deux a reçu au moins une injection antitétanique. L'accouchement a eu lieu å domicile dans 72 pour cent des cas et la qabla ou accoucheuse traditionnelle a assisté à 48 pour cent des accouchements; il y a 31 pour cent des naissances seulement qui ont été assistées par un professionnel de la santé lors de l'accouchement: 6 pour cent par un médecin et 25 pour cent par une sage-femme ou une infirmière. En 1987, la proportion d'accouchements avec l'aide du personnel de santé était de 26 pour cent, soit une augmentation de 19 pour cent pour la période 1987-1992. L'ENPS-II montre également que pour l'ensemble du Maroc, presque huit enfants sur dix (76 pour cent) de 12-23 mois ont été protégés contre les six principales maladies de l'enfance, et plus de six enfants sur dix (63 pour ccnt) ont ~té vaccinés avant l'~ge de un an. Presque la quasi totalité (93 pour cent) des enfants de 12-23 mois ont reçu le BCG contre la tuberculose quel que soit l'åge à la vaccination, et 92 pour cent l'ont reçu avant l'âge de un an. Pour les trois doses de polio/DTCoq, les pourcentages sont respectivement de 79 et de 74 pour cent. Huit enfants sur dix (79 pour cent) ont ét~ vaccinés contre la rougeole, et les deux tiers (67 pour cent) l'ont été avant l'åge de 12 mois. Parmi les enfants de moins de cinq ans, 13 pour cent ont eu des épisodcs diarrhéiques pendant les deux derni6res semaines ayant précédé l'enquête. L'utilisation de la thérapie par réhydratation orale (TRO) est recommandée pour le traitement de la déshydratation. Quatorze pour cent des enfants ont reçu les sels de rébydratation orale vendus commercialement, et 3 pour cent ont reçu une solution préparée à la maison. En outre, 47 pour cent ont reçu davantage de liquides. La quasi totalité des enfants marocains nés au cours des cinq années ayant précédé I'ENPS-II ont été allait~s. L'OMS recommande que des aliments solides soientintroduitsdansl'alimentation des enfants entre 4 et 6 mois, figes à partir desquels le lait maternel n'est plus suffisant pour assurer la meilleure croissance des cnlants. Cependant, au Maroc, moins d'un enfant sur deux (49 pour cent) de 6-9 mois est nourri conformément aux pratiques recommandées. En outre, l'alimentation au biberon, qui est fortement déconseillée, est relativement répanduedanslepays: 18pourcentchezlesenfantsde0-1 mois, 23 pourcent chez ceux de 2-3 mois et 34 pour cent chez les enfants de 4-5 mois. Presque un enfant sur quatre (23 pour cent) souffre de sous-nutrition chronique c'est-à-dire qu'ils sont trop petits pour leur åge, et près d'un enfant sur dix présente une insuffisance pondérale, c'cst-à-dire un poids insuffisant pour son âge. En 1987, ces deux formes de sous-nutrition représentaient respectivement 29 et 15 pour cent. La mortalité des enlhnts a accusé une baisse non négligeable au cours des quinze demièms années. Pour la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête), sur 1000 naissances, 57 enfants décèdent avant leur premier anniversaire; pour cette même période, sur 1000 enfants ågés d'un an, 20 meurent avant leur cinquième anniversaire, et sur 1000 naissances, 76 enfants décèdent avant leur cinquième anniversaire. Entre la période la plus ancienne ( 10-14 ans avant l'enquête) et la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête), la mortalité infantile a connu une baisse de 35 pour cent, la mortalité juvénile a baissé de moitié, et la mortalité infanto-juvénile de 40 pour cent. L'ENPS-11 a enfin apporté des informations sur la mortalité maternelle. Ainsi, pour la période des sept années précédant l'enquête, c'est-à-dire entre 1985 et 1991, pour 100 000 naissances, il y a 332 décès maternels (284 en milieu urbain et 362 en milieu rural). Pour la période de 1978-84, le taux est estimé à 359 décès pour 10/) 000 naissances pour l'ensemble du Maroc. xxvii MAROC MER MEDITERRANNEE NORD | • ' • P"ES ~ OU#G4 OCEAN ATLANTIQUE I TENSIFT 14RRAKECH • » AGADIR CENTRE SUD LAAYOUNE SUD ALGERIE MAURITANIE xxviii CHAPITRE 1 PRESENTATION DU PAYS 1.1 MIL IEU NATUREL 1.1.1 Relief Le Mamc est situé entre la M6ditcrrandc et l'Atlantique. Pays du soleil couchant, "EI-Maghrib al aqça," avec une superficie de 710 850 km 2, constitue une zone dc passage Nord-Sud par le détroit de Gibraltar; il appartient à la fois au monde méditerranden et au monde saharien. Son littoral de plus de 3 000 km est bordé de plaines basses nu de plateaux, alors que sa façade méditerranéenne longue de plus de 450 km, est plus dlroile ci conslitue une zone borddc de montagnes difficilement franehissables. Selon leur relief et leur situation géographique, on peut distinguer les six rdgions principales suivantes: Laplaine de la côte atlantique: C'est la rdgion la plus [crlilc et la mieux arrosée du pays. LaMeseta: Située au Centre-Ouest, cette rdgion aunc altitudc de 300 m environ au dessus du niveau de la mer. La bordure Nord-Ouest est bicn arrosdc ce qui pcnnct de bonnes productions de cdrdalcs, de vignes ct de cultures très variées. Les chaînes de l'Atlas: Elles Ionnent le HauI-A[las ci l'Anli-Allas, sdparanl Ic Nord-Ouest du Sud-Est, caractérisée par deux climats (humide et ddscrliquc). Lc vcrsanl ouest, gdndralcmenl bien arrosd, est boisé: on peut y cultiver céréales, olives, fruits. L'autre vcrsant esl sec et nu ct Ics parlies les plus dlevdcs sont couver(es de neige en hiver. Le Moyen-Athls offre des pâluragcs de bonne qualité. I.e Rif au Nnrd est parallèle à la cSte méditerranéenne, et quoique moins arrosd quc le Moyen-Atlas. il est boisd mais moins propice å une agriculture de grande étendue. Le Sud-Est et le Sud désertique: C'est une rdginn essenliellemcnt constiludc d'oasis e| tic palmeraies d'une part, et en grande partie du Sahara, jusqu'à la fronlière avcc la Mauritanic d'aulre pari. Leplateau oriental: 11 est situé entre le Haut ci le Moyen-Atlas ci entre la valide de hl Moulouya ,1 l 'Ouest, et la frontière algérienne à l'Est. Ce plateau est riche Ch mines. Lesplaines et les collines: Elles couvrent les zones du Souss au Sud-Ouesl, du Gharb au Nord ci de la valide de la Moulouya au Nord-Est, et constituent les meilleures terres cullivablcs du pays. 1.1.2 Climat Le Maroc possède un climat méditerrandcn lempérd par l 'Allamique, à la Ibis cnntrasld et nuancd. La présence, à la fois, de la mer, du Sahara et de haules monlagncs, d(;iment au Maroc ull climat très diversifié. C'est ainsi que l 'on peut d istinguerlrois ×nnes c limaliquc~;: La zone at lanliquc, la zone (les nlon|agncs et la zone orientale. 1.2 APERCU H ISTORIQUE La position géographique privilégiée du Maroc lui donne une importance stratégique, économique et politique particulière qui a de tout temps influencé son histoire. Le Maroc a été convoité depuis l'Antiquité: les Byzantins et les Phéniciens ont installé des comptoirs sur son littoral atlantique puis, pour un temps, les Romains ont occupé également l'intérieur du pays. Avec Oqba Ibn Nafa, le Maroc est devenu pays musulman, et avec le choix par les tribus du Zcrhoun de Moulay Idriss, la première organisation étatique a été crée. A partir du Vlllè siècle, le pays est devenu une monarchie formée de tribus qui gardaient leur organisation et leurs alliances internes. Jusqu'au XVè siècle se sont succédées les grandes dynasties des Idrisides, des Almoravides, des Almohades, des Mérinides, des Saadiens; mais l'indépendance du pays a commencé à être menacée par l'installation des Portugais dans quelques villes de la céte atlantique. Jusqu'au XIXè siècle, le Maroc va traverser des périodes de turbulences entrecoupées de moments de prosp6rité et de stabilité sous la dynastie Alaouite, mais il doit faire face à une Europe de plus en plus agressive cherchant à étendre sa puissance sur les autres continents et particulièrement l'Afrique. C'est ainsi qu'au début du XXè siècle, les grandes puissances européennes imposent au Maroc des traités limitant sa souveraineté et en faisant un Protectorat. La conférence d'Algésiras en 1912 place le Maroc sous la domination des puissances coloniales, laissant à la France une influence prépondérante. Le pays est divisé alors en trois parties administrées différemment. Le Rif au Nord et le Sahara au Sud sont confiés à l'Espagne, tandis que le reste du pays est placé sous protectorat français, à l'exception de la ville de Tanger placée sous contrôle international. L'installation du système colonial au Maroc a ctée de graves déséquilibres 6connmiques qui ont affecté l'organisation sociale du pays. La population qui n'a jamais accepté le Protcctorat, a continué la lutte dans les montagnes et les campagnes alors que des mouvements politiques nationalistes s'organisaient dans les villes. Dès la fin de la deuxième guerre mondiale, et particulièrement à partir de 1944, la question de l'Indépendance a ét~ posée aux autorités du Protectorat. C'est le Roi Mohammed V, monté sur le tr6ne en 1927, qui a conduit le pays à l'Indépendance. La crise politique qui a éclaté en 1945 a abouti, en 1953, à l'exil du Roi et de sa famille à l'île de Madagascar. Cet exil provoqua un soulèvement populaire qui aboutit deux ans plus tard au retour du Roi. En mars 1956, le Roi Mohammed V signe les accords de la Celle-Saint-Cloud qui font à nouveau du Maroc un état indépendant. Le 7 avril 1956, l'Espagne signe à son tour de pareils accords qui permettent au Maroc de recouvrer sa partie nord. Le Maroc est alors admis comme membre de I'O.N.U. le 22 avril 1956, et deux ans plus tard, le statut de" ville internationale" donné à Tanger est abmgé, unifiant ainsi la ville au reste du pays. En février 1961, le Roi Mohammed V décède. Son fils Hassan II qui lui succèdc fait du Maroc quelques temps après (décembre 1962) une monarchie constitutionnelle et parachève l'unit~ territoriale du pays par la récupération de la partie Sud du Mamc encore entre les mains des autorités espagnoles. 2 1.3 MILIEU HUMAIN La population du Maroc est constituée des grands groupes humains suivants: Les Berbères, qui constituent le groupe le plus important; ils vivent en majorité dans les régions montagneuses du Rif (les Rifains), du Moyen et Haut Atlas (Les Amazighenes) et de l'Anti-Atlas (les Tachelhites ou Souassas); Les Arabes qui sont installés, en général, dans les plaines intérieures ct côtières; Les Draouas qui habitent la région de l'Ouest Draa; Les Sahraouis qui vivent au Sahara marocain. Avec une population de plus de 26 000 000 habitants en 1992, le Maroc est le pays le plus peuplé du Magbreb. La répartition spatiale est très inégale: les deux régions économiques du Nord-Ouest et du Centre abritent la moitié de la population. Les enquêtes menées par le Ministère de la Santé Publique et par le Ministère du Plan, ont permis une meilleure connaissance de notre situation démographique actuelle. Natalité: Il ressort du Tableau 1.1 qu'il y a une diminution assez nette du taux de natalité au Maroc: de 53 pour mille en 1960, le taux de natalité a baissé à 32 pour mille pour la période 1986-88, soit une diminution de 40 pour cent au cours d'une période de 27 ans. Le taux d'accroissement démographique qui était de 2,8 pour cent durant la période 1971- 1982 a connu une baisse relativement importante au cours des dix demières années: en 1991-1992, ce taux est passé à 2,1 pour cent (Tableau 1.2). Tableau 1.1 Evolution du taux de natalité Evolution de 1955 à 19811 du taux de natalité (0/00) du Maroc selon [es sources d'information, Maroc Sources Taux de d'information natalité et année (pour mille) Recensement, 1960 - période 1955-60 52-53 Enquête à Objectifs multiples, 1962 46,1 Enquéte Nationale de Fécondité et de Planification Familiale, 1979-1980 41.0 Enquête Démographique à Passages Rép&és, 1986-88 31,6 Tableau 1.2 Evolution du taux d'accrolssernent dérno8raphiq ue [iw>lutitm de l'accroissement démographique de 1925 à 1992, Maroc Taux d'accroissement d6mographique annuel moyen Période intercensitaire d'accroissement en % 1925-1952 1,8 1952-1960 3,5 1960-1971 2,6 197]-1982 2,76 1982-1987 2,53 1987-1988 2,34 1988-1989 2,28 1989-1990 2,22 1990 1991 2,15 1991-1992 2,08 Source: Centre d'Etudes et de Recherches Démographiques, Direction de la Statistique, 1992, Tendances dérnographiques. Mortalité: S'il est vrai que la mesure du niveau de mortalité reste encore un problème pour les pays en développement, les études menées ces dcroièrcs années par le Ministèrc dc la Santé Publique et le Ministère du Plan, ont néanmoins permis d'avoir une connaissance assez claire sur la mortalité en général et de la mortalité infanto-juvénile en particulier. Les données suivantes permettent de conclure à une baisse notable de la morlalitd gêndrale: 30 à 40 pour mille pour la p6riodc 1930-1940; 19 pour mille en 1962; 15 pour mille pour la période 1971-1982; 8 pour mille en 1992. Pour ce qui est de la mortalité infanto-juvénile, les données fournies par l'Enquête Nationale sur la Fécondité et la Planification Familiale (ENFPF) de 1979-1980, par le Recensement de la Population de 1982, et par l'Enquête Nationale sur la Planification Familiale, la Fécondité et la Santé de la Population au Maroc (ENPS-I) de 1987, permettent d'affirmer que la mortalité infantile a baissé: en effet, le quotient de mortalité infantile est passé de 130 pour mille durant la période 1955-59 à 91 pour mille durant la période 1975-1979, et å 73 pour mille en 1982-86, alors que la mortalité chez les enfants de 1 à 4 ans a baissé encore plus, passant de 112 pour mille en 1955-59 à 52 pour mille en 1975-79 et à 31 pour mille pour la période 1982-86. Structure par âge: Selon les résultats du recensement de 1982, la population marocaine est une population jeune. La population de moins de 15 ans représente 42 pour cent de la population totale, et la population ågée de 60 ans ou plus ne représente que 6,4 pour cent. Education: Les résultats fournis par les deux recensements 1971 et 1982, montrent une amélioration du niveau d'instruction de la population, grâce aux efforts déployds en matière d'infrastructure matérielle et humaine dans ce domaine. Le taux d'analphabétisme qui était de 87 en 1960 pour cent et de 75 pour cent en 1971 est de 65 pour cent cn 1982. Les données réccntcs révèlent qu'en 1991 plus de 45 pour cent de la population ågée de 10 ans et plus savait lire et écrire contre 35 pour cent en 1982. Milieu de résidence: La répartition de la population scion le milieu dc résidence (urbain ou rural) permet de constater qu'il y a un accroissement important durant les dix dcrnièrcs annécs du taux d'urbanisafion important: la proportion des citadins est passéc de 35 pour cent en 1971 à 42 pour cent en 1982, soit un accroissement annuel moyen dc 2 pour ccnt. En 1992, la population urbaine est cstiméc à 46 pour cent. 1.4 STRUCTURE ECONOMIQUE Les caract6ristiques æconomiques, qui fcront l'objet de cette section, constituent un complément utile en vue d'une meilleure connaissance du Maroc. 1.4.1 Secteur primaire De par ses caractéristiques économiques ci climatiques, le Maroc est un pays "agricole." Le secteur agricole emploie environ la moitié de la population active et représente 15 pour cent du Produit Intérieur Brut (PIB). De plus, les exportations de ce secteur représentent le tiers de l'ensemble des exportations. C'est pourquoi, conscient de son importance, le gouvernement essaie de rentabiliser au maximum l'agriculture par l'introduction de nouvelles méthodes de cultures et d'élevage et par la construction de barrages, dont les plus grands sont au nombre de 34. Ces barrages assurcnt la régulation inter- annuelle de plus de 6 400 millions de m 3 d'eau. 4 Pour ce qui est de la pêche, le Maroc avec ses 3 500 km de c6tes, dispose d'atouts naturels exceptionnels qui lui permettent avec le développement actuel de ce secteur, d'exploiter d'~normes ressources estimées à plus de 1,5 millions de tonnes par an. 1.4.2 Secteur secondaire Mise à part la production des phosphates, dont le Maroc est le premier exportateur et détient les plus grosses réserves mondiales et le troisième producteur, l'industrie marocaine a connu un essor très important depuis l'Indépendance du pays. Ainsi, l'indice de la production des mines (base 100 en 1978) est passé à 114 en 1982. L'indice de la production des induslries de transformation est possé å 120 en 1982. Quant à l'énergie, elle a augmente d'une fuçon ti'~s ncttc, puisque son indice est passé à 154 en 1982. 1.4.3 Secteur tertiaire C'est le scctcur qui rapt~sente une des plus grandcs parts des emplois au Mamc. Il constitue plus de 50 pour cent du PIB en particulicr dans les sccleurs (lu commcrce, du tourisme, ainsi quc l'administration publique. 1.5 ORGANISAT ION ADMINISTRAT IVE ET SANITA IRE DU MAROC 1.5.1 Organisation administrative du pays Scion le découpage administratif, le Maroc est divisé, en 49 provinces ou prélectures. Ces demièms sont regroupées en Wilaya. Le wali ou gouvernera" qui est à la tétc d'une wilaya ou d'une province et préfecture, est le représentant de S.M. le Roi. Chaque province est divisée en municipalités, arrondissements, cercles, communes. Ainsi, il y a 76 municipalités, 256 communes urbaines, 1 298 communes rurales et 80 centres autonomes. Les municipalités sont adminislrées par un Khalifitt et les communes par un Caïd. Des conseils communaux, municipaux, provinciaux ou prélcctoraux sont élus par la population pour gérer les affaires dont ils ont la charge. 1.5.2 Organisatinn du système de Santé Publique La responsabilité de l'exécution de la politique sanitaire du gouveroement incombe au Ministère de la Santé Publique. Les délimitations des aircs gdographiques des provinces et préfectures médicales sont calquées sur le découpage administratif. Le médecin-chef, représentant du Ministœe de la Santé Publique, assure l'exécution de la politique sanitaire au niveau de sa province ou prdfeclure. Le système de santé est subdivis6 cil deux calégories de réseaux d'action sanitaire celui de l'action ambulatoire et celui de l'action hospitaliére. Réseau d'action ambulatoire: C'est le réseau des soins de santé de base (SSB); il a pour principal champ d'action la prévention sanitaire. Pour ce faire, chaque province ou préfecture est divisée en circonscriptions sanitaires, urbaines ou rurales, qui sont aires géographiques délimitdes par la taille de la population (en moyenne 45 000 habitants). Un découpage est en cours d'exécution pour aussi tenir compte aussi de la distribution de la population, par rapport au chef lieu de la circonscription sanitaire, qui est le centre de santé. Le médecin-chef de la circonscription est chargé de la supervision, du contréle et de l'évaluation des différents programmes. Enfin, chacun des secteurs est subdivisé en zones géographiques appel~es les sous-secteurs. L'infirmier est chargé, selon un circuit mensuel, des activités de son sous-secteur. Réseau d'action hospitalière: Il est composé de quatre catégories d'h6pitaux: l'h6pital de zone d'une capacité optimale de 200 à 250 lits. Il dessert une population moyenne de 250 000 habitants (4 à 5 centres de santé). Il est doté d'un ensemble de quatre services de base: médecine, chirurgie, pédiatrie et gynécologic. l'hépital provincial d'une capacité de 400 à 500 lits, est situé au che f-lieu de la province ou de la préfccture. Il dessert la population de toute lu province surtout pour les services de spécialité faisant défaut dans les h6pitaux de zone. Disposant de g spécialités en plus de celles de l'hôpital provincial, et d'une capacité de 800 à 1 000 lits, l'hôpital régional desserl Ici population de toute la zone (en général 4 à 6 provinces). L'h6pital national (ou universitaire) dispose de 1 6/)0 à 2 O0fl lits, et dessert toute la population. Il a égalemenl toutes les spécialités. Par ailleurs, il y a lieu de noter l'existence du réseau de laboratoires et de centres spécialisés (centres de référence pour la planification familiale, centres de lutte contre la tuberculose et centres de diagnostic). 1.6 POL IT IQUE DE POPULAT ION ET PLANIF ICAT ION FAMIL IALE Depuis 1966, année où a été institué le Programme National de Planification Familiale, la population est considérée comme une variable a intégrer dans le processus de développement économique et social. Les rapports de mission des différenls organismes internationaux (Banque Mondiale, FAO, etc.), ont mis en évidencc l'influence de la croissance démographique sur le développemcnt économique du pays. En conséquence, la politique de population au Maroc, a pris posilion en faveur dE la planification familiale. Parmi les discours de S.M. le Roi Hassan 11, on note dans le M~morandum Royal du 20 avril 1965 soumis aux partis politiques et aux organisations nationales, un Prograrmne d'Action Gén6rale, qui met l'accent sur le contrõle des naissances. D'autre part, S.M. le Roi HASSAN 11, a été parmi les premiers signataires de Ici Déclaration sur la Population de I'O.N.U. du 11 décembre 1967. Dans ce cadre, le gouveroement, par le biais du Ministère de lai Santé Publique, a pris contact avec différents organismes non-gouvernementaux en vue de mettre en pratique cette politique. (Fondation Ford, Population Council et IPPF). La création en 1966 de la Commission Supérieure de la Population et des Commissions Locales de la Population, ainsi que le décmt royal du ler juillet 1967 qui abroge la loi interdisant la propagande anticonceptionnelle et qui libéralise l'avortement thémpeutique, ne sont que deux aspects pari'ni d'autres qui ont eu un impact assez net sur la croissance démographique au Maroc. La création en 1976, au sein du Ministère de la Santé Publique, d'une Division de Population et d'un Service Central de la Plani fication Familiale, ont permis de mettre en oeuvre la politique de population. C'est ainsi que les activités de planification familiale ont connu un développement très rapide gråce à la stratégie adoptée de "Visite à Domicile de Motivation Systématique en Santé" (VDMS) et aux structures déjà existantes au Ministère de la Santé Publique. Le Graphique 1.1 donne une idée de l'évolution des activités du programme. Graphique 1,1 Evolution des activités de planification familiale au Maroc 10000 Elleclif (milliers) 1000 Premiêres visites ~ s . . . . . . . . . . . . . . . 100 " " Acceptrices de pilule 10 0 i E t t ~ t t ~ r t i i i t t ; ~ i i ] i i i i i 1966 68 70 72 74 76 78 80 82 84 86 88 90 1992 Année ENPS-II 1992 1.7 OBJECT IFS ET CADRE INST ITUT IONNEL DE L 'ENPS- I I 1.7.1 Objectifs L'Enquête Nationale sur la Population et la Santé au Maroc de 1992 (ENPS-II) avait six objectifs généraux qui sont les suivants: a, Recueillir des données à l'échelle nationale, par milieu de résidence et par région, permettant de calculer certains taux démographiques, en particulier les taux de fécondité et les taux de mortalité maternelle et infanto-juvénile; b. Analyser les facteurs qui déterminent les niveaux et les tendances de la fécondité et de la mortalité infantile et juvénile; C. Mesurer le taux d'utilisation de la contraception, par méthode, selon le milieu de résidence et certaines caractéristiques socio-économiques; 7 d. Mesurer l'efficacité de la contraception en estimant les taux d'échec et les niveaux de la fécondité non désirée; e. Recueillir des données de qualité sur la santé familiale: vaccinations, prévalence et traitement de la diarrhée, de la fièvre et de la toux, visites prénatales et assistance à l'accouchement, allaitement maternel, et état nutritionnel des enfants de moins de cinq ans et de leurs mères par le biais des mesures du poids et de la taille; f. Foumir aux responsables et administrateurs des programmes de population du Maroc des données de base actualisées et de qualité sur la fécondité, la mortalité, la planification familiale et la santé. De telles données ne sont pas seulement utiles pour évaluer l'impact de leurs activités, mais elles sont également importantes pour planifier de nouvelles stratégies pour l'amélioration de la santé et le bien-être de la population. Enfin, I'ENPS-I1 faisant partie d'un programme international, ses résultats lont partie d'une base de données utifisables, au niveau mondial, par les organismes et les chercheurs qui s'intéressent aux problèmes de population et de santé. 1.7.2 Cadre institutinnnel et financement (le l'enquête Dans le cadre de la coopération entre le Royaume du Mamc et les Etats-Unis d'Am6rique, une convention a été signée entre le Ministère de la Santé Publique et Macm International Inc., en vue de la réalisation de I'ENPS-II. Cette enquête entre dans le cadre du programme intemational des Enquêtes Démographiques et de Santé (DHS). Le financement a été pris en charge par I'USAID. L'Enquête Nationale sur la Population et la Santê au Mamc de 1992 (ENPS-II) a ~té entreprise par le Service des Etudes et de l'Information Sanitaire (SEIS) du Ministère de la Santê Publique (MSP). Le Comité Technique était composé des membres suiwmts: Mr. M. Laaziri Chef de la Division de la Planification, de la Statistique et de l'Informatique Dr. M. Zarouf Chef de la Division de la Population (jusqu'à janvier 1993) Dr. N. Hajji Chef de la Division de la Santé de la Mère et de l'Enfant Mme M. Ben Ammar Chef du Service de la Protection de la Santé de la Mère Dr. A. Zirari Chef du Programme de Lutte contre les Maladies Diarrhéiques Mr. M. Azehnat Chef de Service des Etudes et de l'Inlormation Sanitaire Mr. E. Housni Démographe en [bnction à la Division de la Population Monsieur Mustapha Azelmat, chef du SELS, a æté chargé de la direction technique de l'enquête. Il a été aidê dans sa tâche par les cadres suiwmts: 8 Au niveau du SEIS: Mr. A. EI Gandassi Mr. M. Al Jem Mr. A. Lamrani Mr. M. Archach Au niveau de Macro International Inc.: Mr. M. Ayad Mr. C. Scott Mr. T. Croft Mr. N. Abderrahim Le personnel ayant directement participé å la réalisation de I'ENPS-II se répartit de la manière suivante: Au niveau du bureau de l'enquête: 1 directeur technique 1 démographe 2 coordinatcurs I analyste-programmeur Au niveau de l'administration: 1 rêgisseur comptable 1 dactylographe Au niveau de l'échantillonnagc: 1 superviseur 4 contrôleurs 8 agents Au niveau de l'enquête sur le tcrrain: 3 superviseurs 7 chefs d'équipe 7 contrêleuses 28 enquêtriccs 11 chauffeurs Au niveau de l'exploitation informatique: 1 programmeur 8 agents de saisie 1 archivistc 3 chiffrcurs 9 1.8 QUEST IONNAIRES Dans le cadre de I'ENPS-II, trois questionnaires différents ont été utilisés: le questionnaire ménage; le questionnaire individuel femme; le questionnaire individuel homme. Les questionnaires ménage et individuels sont adaptés å partir du questionnaire modèle pour les pays å pr6valence contraceptive élevée du programme DHS. 1.8.1 Questionnaire ménage Le questionnaire ménage permet d'enregistrer tous les membres du ménage avec certaines de leurs caractéristiques: nom, lien de parenté avec le chef de ménage, sexe, åge, situation de résidence, niveau d'instruction. Il contient également des informations sur les caractéristiques du logement et sur les caractéristiques relatives aux conditions de vie du ménage. En dehors de ces caractéristiques, ce questionnai re comporte une page de couverture pour l'identification du ménage, et le résultat de l'interview. Le but premier du questionnaire ménage est de fournir les informations permettant d'établir les dénominateurs pour le calcul des taux démographiques (mortalité, natalité, fécondité), et d'identifier les femmes et les hommes êligibles pour être interviewés individuellement. 1.8.2 Questionnaire individuel Le questionnaire individuel femme est utilisé pour enregistrer les informations concernant les femmes éligibles, c'est-à-dire les lemmes âgées de 15-49 ans, ayant passé la nuit précédant I'interview dans le ménage sélectionné, quel que soit leur statut de résidence. En dehors de la page de couverture similaire à celle du questionnaire ménage, il comprend neuf sections qui traitent des sujets suivants: Caractéristiques socio-démographiques de l' enquêtée: Cette section comprend 26 questions qui portent sur le lieu de résidence, l'/tge, la scolarisation et l'alphabétisation, l'accès aux média et les conditions d'habitat (limités aux femmes visiteuses). Nuptialité: La deuxième section comporte 12 questions portant sur l'état matrimonial de la femme, l'âge au mariage, le régime de mariage (monogamie ou polygamie) et le lien de parenté avec le mari. Reproduction: Trente sept questions composent cette section. Les informations recueillies portent sur l'historique des naissances (enfants vivants ou décédés), l'état de grossesse au moment de 1'enquête et le désir d'avoir ou de ne pas avoir cette grossesse. Une question relative aux date ct durée des menstruations et deux questions se rapportant à la connaissance et à l'aptitude de la femme à déterminer sa période féconde ont également été posées. Contraception: Cette section comprend 53 questions. Elles s'intéressent â la connaissance spontanée ou non des méthodes contraceptives, à leur utilisation et aux sources d'approvisionnement. La section comporte également des questions sur les marques et prix des pilules, sur la non utilisation et la discontinuation des méthodes contraceptives et sur l'utilisation future de la contraception. La deuxième partie de la section s'intéresse à la planification familiale dans les média (radio et télévision) et à l'activité sexuelle du couple. Santé et Allaitement: Cette section de 49 questions permet d'obtenir des renseignements sur les visites et l'immunisation prénatales, sur le lieu d'accouchement et la qualification de la personne ayant assisté à 10 l 'accouchement, sur les conditions cliniques d'accouchement et les caractéristiques physiques des nouveaux- nés. Des questions portant sur le retour des couches et la reprise des relations sexuelles après la naissance du nouveau-n~ ont également été posées. La section comporte également des questions sur l'allaitement (fréquence et durée, type d'allaitement et utilisation des différents compléments nutritionnels). Vaccination et santé: Cette section de 48 questions traite de la vaccination et de la santé des enfants de moins de 5 ans (fréquence et traitement de la fièvre, de la toux et de la diarrhée). Mortalité maternelle: La section comporte 21 questions consacrées à la mortalité maternelle. Pour chacune des soeurs des enquêtées, on a collecté des renseignements concernant l'åge et l'état de survie; des questions supplémentaires ont été posées à propos des soeurs décédées, pour déterminer si le décès était en rapport avec la matemité. Préférences en matière defécondité: Dans cette section, 13 questions ont ét~ posées pour saisir les intentions des femmes enquêtées en matière de fécondité, comme le désir d'avoir des enfants, le nombre d'enfants supplémentaires désirés et la taille idéale de la famille. Caractéristiques du conjoint, résidence et activité professionnelle de la femme: Cette section comporte 26 questions consacrées aux caractéristiques socio-professionnelles du conjoint des femmes mari~es, à l'activité professionnelle de la femme, aux changements de résidence de l'enquêtée et à la garde des enfants. Taille etpoids: Cette section est consacrée aux mesures anthropométriques des enfants de 0-4 ans des femmes interview~es et aux mesures anthropométriques des mères enquêtées ayant des enfants de moins de cinq ans. Calendrier des événements: Le calendrier composé de huit colonnes permet de reconstituer les événements des cinq années ayant précédé l'enquête. Les deux premiéres colonnes permettent de dater les naissances, les grossesses, l'utilisation et la discontinuation de la contraception; les colonnes trois, quatre et cinq concernent les informations sur l'aménorrhée post-partum, l'abstinence post-partum et l'allaitement. Les trois demières colonnes enregistrent les renseignements relatifs ~. l'historique du mariage, les changcments de résidence et le type d'emploi. 1.8.3 Questionnaire homme Le questionnaire individuel homme a également une page de couverture, semblable å celle du questionnaire femme. Il est complètement indépendant de ce dernier, mais la plupart des questions posées b. l 'homme sont identiques à celles posées à la femme. Le questionnaire comporte les sections suivantes: caractéristiques socio-démographiques des enquêtés, contraception, et préférences en matière de fécondité. Les deux demières sections ont pour objet de mesurer les connaissances, les opinions et les pratiques en matière de planification familiale. 1.9 ECHANTILLONNAGE L'échantillon de cette enquête d'environ 7 000 ménages est conforme aux recommandations du programme DHS; il est auto-pond~r~ et représentatif de tout le Royaume. L'échantillon est stratifié par région au niveau national et par type d'habitat en milieu urbain. Les unités aréolaires finales sont tirées avec probabilité proportionnelle à la taille, et les unités ménages avec probabilité inverse, afin d'obtenir un échantillon auto-pond~r~. 11 En ce qui concerne I'ENPS-II, compte tenuede la non disponibilité d'une base de sondage actualisée, les 212 grappes échantillons de I'ENPS-1 de 1987 (137 en milieu urbain et 75 en milieu mral) ont Et~ ré- utilisées après une mise å jour qui consistait à dénombrer les mênagcs qui y résidcnt actuellement et à dresser une liste des chefs de ménages par unité arêolai re. L'échantillon de I'ENPS-I de 1987 lu i-m ême est un sous-échantillon de 1' Enquête à Passages Répétés (EPR). Il a pour base de sondage l'échantillon-maître élaboré par la Dh'ection de Ici Statistique du Ministère du Plan, en vue d'effectuer les diverses enquêtes post-censitai res. Dans le cadre de cette enquête, 7 012 ménages ont été sélectionnes dont 6 635 ont ~té trouvés. Parmi les ménages trouvés, 6 577 ont été enquêtés avec succès, soit une taux de réponse de 99,1 pour cent. Au niveau des entrevues individuelles, 9 587 ont été tentécs dont 9256 ont êt• conduites cntièrement, ce qui donne un taux de réponse de 96,5 pour cent. Une description plus détaillée de l'échantillon et des taux de réponse est présentée dans l'Annexe B. Les erreurs de sondage sont présent6es dans l'Annexe C. 1.10 FORMATION ET COLLECTE DES DONNEES 1.1.10 Pré-enquête Pour effectuer le travail sur le terrain, la [brmation pour Ici pré-enquête ci duré deux semaines avec la participation de 12 agents de sclnté diplôm6s d'élcll du Ministère de bi Scinté Publique. Le travciil sur le terrain pour la pré-enquête s'est dêroulé dans cinq zones: trois urbaines (Rabat) et deux rurales (Skhirat). Au total, 350 femmes ont été interview~es au cours de cette pré-enquêle. 1.10.2 Recrulement et formation du persnnnel (le terrain Environ 55 agents ont été recrutés panni le personnel régional du Ministère de Iii Santé Publique ayant au moins trois années d'expérience, pour eJfoctuer l'en( utile sur le terrain. La formation a dur~ trois semaines du 22 décembre au 10janvier 1992. Tous les candidats aux différents ix)stes ont participé un programme de Ik)nnalion consacré aux différents aspects de l'enquête: description détaîllée des méthodes contraceptives, étude des sujets liés à la démographie, å la santé familiale et à la nutrition et techniques d'interview. Des spécialistes ()ni amélioré la compréhension des candidats par le biais d'exposés portant sur tous les cispects que recouvre le questionnaire. Par ailleurs, des interviews simulées et réelles sui" le terrain ont élé conduites durant le stage de formation. La formation sur les mesures anthmpométriques (poids et taille) ci duré quatre jours et ci été centrée sur les séances pratiques. Elle a été assurêc par quatre médecins dans deux maternités de Rabat. Les enquêtrices ont été formées pour être mesureurs et les conlr61euses ont Et~ ferre~es pour être cissistantes ou mesureurs de réserve. 1.10.3 Collecte des données A la fin de la formation, sept équipes ont êté sélectionnées pour participer à la phase du terrain. Chacune des équipes comprenait un chef d'équipe, une contrôleuse (responsable du conlréle du travail des enquêtrices), quatre enquêtrices et un chau['[k2ur. La colleclc (les donnécs a commencé le 16janvier 1992 et a dur~ trois mois. 12 La supervision était assurée, en plus du dirccteur technique, par trois cadres qui ont été désignés comme coordormateurs sur le terrain. 1.11 TRAITEMENT INFORMATIQUE Cette phase de l'enquête qui a duré trois mois (22 janvier-15 mai 1992) a comporté les trois étapes suivantes: 1. Réception et classement des drain~es: Les questionnaircs remplis et contrélés étaient envoyés au Bureau Central (SEIS) de Rabat où, après contrôle d'exhaustivité, ils étaient classés dans l'ordre des ménagcs par grappe et province. 2. Saisie des données: Elle a 6t6 effectuée par une équipe de 5 agents sur un micro-ordinateur multiposte fourni à l'enquête pat' le programme DHS. Le logiciel ISSA (lntegrated System for Survey Analysis) développé par Macro International Inc. pour les besoins de DHS a êté utilisé pour cette tâche. Les agents de saisie ont, en même temps, codifié la seule question non précodifiée sur la profession du mari. 3. Apurement des données: Celle opération, utilisant toujours le logiciel ISSA awfit lieu en même temps que la saisic. Les questionnaircs de chaque grappe êtaient soumis ',t un programme de vérification bat«h (ensemble de gmppes) plus exhaustif. Déjà, pendant la saisie, les vérifications des champs de validité des codes et des cohérences des filtres avaient été effectuées. Après l'apurement des données, les dates des événements ont ~té imputées, dans les cas où ces informations n'avaient pas ét~ em'cgistrées dans le queslionnaire (date de naissance de la IEmme, date du premier mariage de la Ikzmme, date de naissance des enfants et âge au décès des enfimts décédés). Après cette version du fichier, des recodificalions (autres réponses) et une série de vdrifications supplémentaires ont élé appliquées pour donner lieu en septembre 1992 à un fichier de données devant servir à l'obtention des résultats définitif s. La dernière action dans le processus d'exploitation consistait à passer les programmes de tabulation. La tabulation des résultats préliminaires a eu lieu courant juin 1992 et celle des résultats définitifs en octobre 1992. 13 CHAPITRE 2 CARACTERISTIQUES DES MENAGES ET DES ENQUETEES L'ENPS-II (1992) a touché une population de fait de 38 770 personnes, membres de 6 577 ménages (3 193 urbains et 3 384 ruraux) dans lesquels des interviews ont été menées avec succès. Certaines de ces personnes recensêes dans le cadre de l'enquête ménage ont ét~ identifiées pour être interrogées individuellement. Ce chapitre concerne essentiellement l'analyse de quelques caractéristiques des personnes enregistrées dans le questionnaire ménage et des ménages eux-mêmes ainsi que des femmes ayant ~tE enquêtées individuellement. 2.1 ENQUETE MENAGE L'enquête ménage a permis de dêgager des données sur la structure de la population, la composition des ménages, ainsi que sur certaines caractéristiques de l'habitat et sur quelques éléments de confort existants dans les ménages. 2.1.1 Caractéristiques dela population des ménages Répartition par sexe La répartition par sexe de la population de l'échantillon montrc que le nombre de femmes est sensiblement supêrieur au nombre d'hommes. Le Tableau 2.1 indique que parmi les 38 770 personnes dénombrées lors de I'ENPS-II, 18 914 sont des hommes soit 49 pour cent et 19 856 sont des femmes soit 51 pour cent. L'indice global d'appréciation de I'équilibre numérique entre les hommes et les femmes est évalué à 95 hommes pour l(/0 femmes. Tableau 2.1 Population des ménages par åge et sexe Répartition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'åges quinquennal, selon le milieu de résidence et le sexe, ENPS-II Maroc 1992 Urbain Rural Total Grouped'~ges nommes Femmes F.nsemble llommes Femmes Ensemble Itommes Femmes Ensemble 0-4 10,5 9,8 10,2 15,9 14,2 15,0 13,5 12,3 12,9 5-9 12,2 10,5 11,3 16,0 14,9 15,4 14,3 13,0 13,6 10 14 12,8 11,8 12,3 14,7 13,4 14,0 13,9 12,7 13,3 15-19 11,8 11,5 11,7 10,0 11,1 10,6 10,8 11,3 11,1 211-24 9,6 10,4 10,0 6,7 7,9 7,3 8,0 9,0 8,5 25-29 8,2 9,1 8,7 5,9 6,4 6,1 6,9 7,6 7,3 30-34 7.8 8,4 8,1 5,5 6,0 5,8 6,5 7,1 6,8 35-39 6,3 6,9 6,6 4,5 5,4 5,0 5,3 6,1 5,7 40-44 4,8 4,1 4,4 3,7 3,6 3,6 4,2 3,8 4,0 45 49 3,5 3,6 3,6 2,7 3,3 3,0 3,0 3,5 3,3 50-54 2,9 3,8 3,3 3,0 3,4 3,2 2,9 3,6 3,3 55-59 2,7 2,7 2,7 3,0 3,3 3,1 2,9 3,0 3,0 60-64 2,7 2.9 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8 2,9 2,8 65 69 1,8 1,6 1,7 2,0 1,6 1,8 1,9 1,6 1,7 70-74 1,3 1,3 1,3 1,8 1,5 1,6 1,6 1,4 1,5 75-79 0.5 0.5 0,5 0,7 0,5 0,6 0,6 0,5 0,6 80 ou plus 0,6 0,9 0,8 1,2 0,8 1,il 0,9 0,8 0,9 Non déterminé/NSP 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 101/,0 100,0 100,0 I (l(/,0 100,0 100,0 Effectif 8476 8767 17243 11/438 11089 21527 18914 19856 38770 15 Parmi la population dénombrée, environ 45 pour cent résidaient en milieu urbain au moment de l'enquête. Le rapport de masculinité en zone urbaine est de 97 hommes pour 100 femmes, contre 94 hommes pour 100 femmes en milieu rural; cette sous-représentation des hommes en zone rurale est, probablement, la conséquence de l'exode rural et de l'~migration. Répartition par åge La structure par groupe d'åges quinquennal de la population enquêtée est caractéristique d'une population relativement jeune dont la pyramide, large à la base, se rétrécit au fur et à mesure que l'on monte vers le sommet, comme l'indique le Graphique 2.1. Le Tableau 2.1 donne également la répartition de la population par tranche d'åges et par milieu. Il en ressort que la population de moins de 15 ans représente 40 pour cent, avec une différence notable entre les milieux urbain et rural qui enregistrent respectivement 34 pour cent et 44 pour cent de moins de 15 ans. Cette différence est nettement accentuée dans les tranches d'åges 0-4 ans (10 pour cent en milieu urbain et 15 pour cent en milieu rural) et 5-9 ans (11 pour cent en milieu urbain et 15 pour cent en milieu rural). Age 8O+ 75-79 70 74 65-69 60-64 55-59 50-54 45-49 40 44 35 39 99 34 25-29 20 24 15 19 10-14 5-9 0-4 8 Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population du Maroc 6 4 2 0 2 4 6 8 Pourcenlage ENPS II 1992 16 Par ailleurs, il apparaît au Tableau 2.2 que la proportion des moins de 15 ans a diminué de 1979-80 à 1992, passant de 44 b. 40 pour cent. Cette tendance au vieillissement de la population est à mettre en relation avec la baisse du niveau de la fécondité observée durant ces deruières années. Tableau 2.2 Population par åge selon différentes sources Répartition (en %) de la population par åge, ENFPF 1979-80, Recensement 1982 et ENPS-11 1992, Maroç Recense- Groupe ENFPF ment ENPS-II d'åges 1979-811 1982 1992 < 15 ans 43,6 42,1 39,7 15-64 52,7 53,6 55,6 65 ou plus 3,7 4,3 4,6 Total 100,0 100,0 100,0 Note: Pour des besoins de comparaison avec les autres sources, ce tableau est basé sur la population "de droit." Sources: ENFPF (MSP et EMF, 1984); Recensement Général (I)S. 19831 Répartition de la population par niveau d' instruction Au cours de l'enquête mênage, des données sur le niveau d'instruction atteint et la dernière classe achevée par chaque membre du ménage ont été recueillies. Trois niveaux d'instruction ont été distingués: le primaire, le secondaire et le supérieur. Au Maroc, l'åge d'entrêe dans le primaire est de sept ans et les études durent cinq années pourl'enseignement primat re et sept années pour 1'enseignement secondaire qui débouche sur le baccalauréat. Le Tableau 2.3.1 donne, pour la population masculine, le niveau d'instruction atteint selon l'åge, le milieu de résidence et la région. Selon les résultats figurant dans ce Tableau il apparaR que, tous åges confondus, 42 pour cent des hommes n'ont aucune instruction, 35 pour cent ont bénéficié d'un enseignement primaire, 20 pour cent d'un enseignement secondaire et 3 pour cent d'un enseignement supérieur. Les pourcentages d'hommes sans instruction sont relativement faibles en milieu urbain (23 pour cent) ainsi que dans les régions du Centre-Sud (32 pour cent) et de l'Oriental (33 pour cent). Pour ce qui est du niveau primaire, le milieu urbain atteint 39 pour cent et certaines régions enregistrent des pourcentages élevés par rapport à la moyenne nationale: 45 pour cent dans l'Oriental et 43 pour cent dans le Centre-Sud. Concernant le niveau secondaire, les proportions atteignent 32 pour cent en milieu urbain contre seulement 9 pour cent pour le rural, avec des difliSrences au niveau régional, variant de 23 pour cent dans le Centre à 15 pour cent dans le Tensift. Lc pourcentage d'hommes avec un niveau d'enseignement sup6rieur atteint 6 pour cent en milieu urbain et moins de 1 pour cent en milieu rural. 17 Tableau 2.3.1 Niveau d'instruction de la population des hommes Répartition (en %) de la population masculine (de fait) des ménages, ågée de cinq ans et plus. par niveau d'instruction atteint, et nombre médian d'années d'érodes accomplies seh)n l'åge, le milieu et la région de résidence. ENPS-I1 Maroc 1992 Caractéristique Niveau d'irLstruction Nombre médian Aucun Primaire Secondaire Supérieur NI) Total Effectif d'années Groupe d'figes 5-9 27,7 71,4 0,3 0,0 0,6 1/10,11 1655 0,9 10-14 24,6 61,4 13,7 0,11 (/,3 100,0 2623 3,7 15-19 20,4 34,8 44,3 0,3 O, I 100,1) 2041 5,7 20-24 25,7 33,9 34,7 5,7 0,0 100,0 1511 5,5 25-29 38,3 24,4 27,0 10,2 0,2 100,0 1308 5,1 30-34 39,8 31,0 21,6 7,2 0,5 100,0 1234 4,4 35-39 43,3 28,2 23,1 5,2 0.2 100,0 1002 4,0 40-44 51,6 22,3 20,6 4,3 1,1 100,0 790 0,0 45-49 63,9 13,9 17,6 3,8 0.7 100,0 574 0,0 50-54 79,9 9,0 9,2 1,4 1),4 100,0 553 0,0 55-59 87,6 6,8 4,0 1,1 0,5 100,0 547 0,0 60-64 91,4 5,0 2,3 0,2 1,l 100,0 523 0,0 65 ou plus 95,7 2,0 0,7 0,3 1,3 100,0 944 0,0 NDfNSP 100,0 0,0 0,0 0,0 (1,0 100,0 10 0,0 Milieu de résidence Urbain 23.3 38.8 31.9 5,5 0.5 10/I.0 7168 5,2 Rural 58,3 32.0 8.8 0,5 0.4 100.0 8147 0.0 Région Nord-Ouest 40,1 34,5 20,6 4,1 0,6 100,0 3350 2,7 Centre-Nord 44,1 37,4 16,3 1,8 0,4 100,0 1971 1,5 Centre 40,3 33,3 22,7 3,2 0,6 100,0 4593 2,7 Oriental 32,6 45,4 19,6 1,3 1,l 100,0 925 2,9 Centre-Sud 31,5 43,3 21,8 3,4 0,1 100,0 12118 3,8 Tensift 56,2 27,3 14,6 L9 0,0 100.0 17711 0,8 Sud 45,3 36,0 16,2 2,3 0.1 100,0 1498 1,0 Ensemble 41,9 35,2 19.6 2,9 0,4 Il)(),() 15315 2,1 Quant à la population féminine, selon les résultats figurant dans le Tableau 2.3.2 il apparaIl que, tous ãges confondus, 64 pour cent de la population enquêtée n'a aucune instruction, 22 pour cent ont bénéficié d'un enseignement primaire, 12 pour cent d'un enseignement secondaire et 1 pour cent d'un enseignement supérieur. Les pourcentages de femmes ayant de l'instruction sont nettement plus importants en milieu urbain où 58 pour cent des femmes ont fréquenté l'école contre seulement 13 pour cent en milieu rural. Au niveau de la région, des différences notables sont également enregistrés. Les régions du Centre-Sud, du Nord-Ouest, du Centre et de l'Oriental semblent être parmi les plus "performantes." 18 Tableau 2.3.2 Niveau d'instruction de la population des femmes Répartition (en %) de la population féminine (de fait) des ménages, ågée de cinq ans et plus, par niveau d'instruction atteint, et nombre médian d'années dëtudes accomplies selon l'åge, le milieu et la région de résidence, ENPS-[I Maroc 1992 Caractéristique Niveau d'instruction Nombre médian Aucun Primaire Secondaire Supérieur ND Total Effectif d'années Groupe d'•ges 5-9 43,8 54,8 0,3 0.0 1,0 100,0 1526 0,8 10-14 45,7 44,0 9,8 0,0 0,4 100,0 2519 1,9 15-19 45,8 22,9 30,5 0,4 0,4 100,0 2245 2,5 20-24 54,4 20,0 21,5 3,9 0,2 100,0 1785 0,0 25-29 63,2 15,1 17,5 3,8 0,5 100,0 1505 0.0 30-34 69,3 15,2 11,9 3,4 0,2 100,0 1405 0,0 35-39 72,7 14,8 10,6 1,7 0,2 1110.0 121/3 0,0 40-44 79,1 12,7 6,7 1,5 0,0 100,0 757 0,0 45-49 87,9 7,4 3,8 0,3 0,6 100,0 687 0,0 50-54 94,1 3,1 1,7 0,1 1,0 100,0 712 0,0 55-59 96,5 2,5 0,0 0,2 11,8 100,0 605 0,0 60-64 97,9 0,4 0,5 0,0 1,2 100,0 568 0,0 65 ou plus 96,9 0,1 0,4 0,0 2,6 100,0 848 0,0 ND/NSP 100,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 5 0,0 Milieu de résidence Urbain 42,1 31,3 23,2 2,7 0,6 100.0 7547 2,3 Rural 82,5 14,3 2,5 0,1 0,6 100,0 8823 0,0 Région Nord-Ouest 58,9 24,4 13,6 2,1 1,0 100,0 3237 0,0 Centre-Nord 68,0 21,4 9,5 0,7 0,4 100,0 2156 0,0 Centre 59,3 22,1 15,7 2,0 0,9 1011,0 4875 0,0 Oriental 60,4 28,0 10,3 0,8 0,6 100,0 1051 0,0 Centre-Sud 54,1 28,9 15,5 1,2 0,3 1110,0 1362 0,0 Tensift 73,7 17,4 8,4 0,4 0,1 100,11 1824 0,7 Sud 79,0 15,4 4,9 0,3 0,3 100,0 1865 0,6 Ensemble 63,9 22,1 12,1 1,3 0,6 100,0 16370 0,8 L'analyse du niveau d'instruction par ~ge fait ressortir pour la tranche d'âges 15 à 34 ans, l'un des maillons le plus sensible dans le programme de planification familiale des pourcentages de "sans instruction" variant entre 46 pour cent et 69 pour cent. Par contre, pour la tranche d'âges allant de 35 à 49 ans, ces pourcentages sont plus élevés et oscillent entre 73 pour cent et 88 pour cent. D'une manière générale, près d'un homme sur deux (42 pour cent) et presque deux femmes sur trois (64 pour cent) sont "sans instruction," et le nombre médian d'années achevées dans le système scolaire est de 2,1 pour les hommes et de 0,8 pour les femmes. On peut donc conclure que les proportions de population "sans instruction" restent encore élevées, et le temps passé dans le système éducatif demeure faible. 19 Scolarisation Les taux de fréquentation scolaire par åge, sexe et milieu de résidence figurent au Tableau 2.4. Le taux à 6-10 ans, åges correspondant g6néralement au niveau primaire est de 49 pour cent. Il atteint 46 pour cent pour les enfants de 11-15 ans, åges qui concernent å la fois une partie du primaire et une partie du secondaire. Cumulé, le taux pour les enfants de 6 à 15 ans s'élève à 47 pour cent. Pour la tranche d'åges 16- 20 ans, ~ges de scolarisation dans le secondaire, le taux de fréquentation est beaucoup plus faible (25 pour cent), et diminue de plus de la moitié à 21-24 ans (9 pour cent), ãges de scolarisation au niveau supérieur. Comme pour le niveau d'instruction atteint, les taux de fréquentation scolaire varient fortement par sexe, les écarts sont d'autant plus importants que l'åge est élevé et que le niveau d'étude augmente: à 6-15 ans, 55 pour cent des garçons fréquentent un établissement scolaire contre 40 pour cent seulement pour les filles. A 16-20 ans, ce taux n'est que de 30 pour cent pour les hommes et de 20 pour cent pour tes femmes. Enfin à 21-24 ans, la proportion d'hommes fréquentant un établissement scolai re est beaucoup plus élevée que la proportion des femmes (12 pour cent contre 7 pour cent). Tableau 2.4 Taux de fréquentation scolaire Proportion de la population (de fait) des ménages, ãgée de 6 à 24 ans, fréquentant un élablissement scolaire, par åge, selon le sexe et le milieu de résidence, ENPS-II Maroc 1992 Groupe d'åges Hommes Fcrnmcs Ensclnblc Urbain Rural Enscmble Urbain Rural Enscmble Urbain Rural Ensemble 6-10 72,8 44,6 55.3 72.6 24.3 42,1 72,7 34,7 48,9 11-15 78,7 36,4 54,3 66,0 15.4 36,9 72,5 26.1 45,8 6-15 75,8 40.8 54,8 69,1 21/,1 39,5 72,6 30.7 47,4 16-20 46,6 12,9 29,9 39,1 3,6 19,8 42,8 7,7 24,5 21-24 18,2 4,7 12,1 12,7 11,9 7,0 15,3 2,6 9,3 Selon le milieu de résidence, on observe un déséquilibre plus important que celui observé par sexe. Le taux de fréquentation scolaire est beaucoup plus élevé en milieu urbain: 73 pour cent à 6-15 ans, 43 pour cent å 16-20 ans et 15 pour cent à 21-24 ans contre respectivement, 31 pour cent à 6-15 ans, 8 pour cent å 16- 20 ans et 3 pour cent à 21-24 ans en milieu rural (Graphique 2.2). 20 80 Pourcentage Graphique 2.2 Taux de fréquentation scolaire 60 40 20 6-15 ans 16-20 ans 21-24 ans Tranche dáges ENPS II 1992 2.1.2 Structure, taille et composition des ménages Selon les résultats du Tableau 2.5, il apparaît que les chefs de ménages sont, en grande majorité, des hommes (84 pour cent), et cela, quel quc soit le milieu de résidence; il faut, cependant, noter quc les ménages, ayant à leur tête une femme, sont sensiblemcnt plus nombreux en milieu urbain qu'en milieu rural (20 pour cent contre 13,3 pour cent). La répartition selon la taille fait apparaRre qu'un nombre relativement élevé de ménages comptent 9 personnes et plus (19 pour cent). Dans l'ensemble, les ménages comprenant quatre, cinq, six et sept personnes sont les plus fréquents et représentent près de 50 pour cent. La taillc moyenne du ménage (6,0 au niveau national) varie de 5,5 en milieu urbain à 6,5 en milieu rural. Le Tableau 2.5 présente également des résultats sur la composition des ménages. Ces résultaLs appellent les commentaires suivants: le type de ménage le plus fréquent est celui composé d'au moins trois adultes apparentés (58 pour cent); dans 28 pour cent dcs cas, le ménage est composé de deux adultes de sexes opposds; enfin, dans 7 pour cent des cas, un seul adulte constitue un ménage, et dans 3 pour cent des cas, ce sont deux adultes de même sexe qui forment un ménage. 21 Tableau 2.5 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, taille de ménage, lien de parenté avec le chef de ménage, selon le milieu de résidence. ENPS Il Maroc 1992 Caractéristique Urbain Rural Ensemble Chef de ménage Homme 8(/.4 86,7 83,7 Femme 19,6 13,3 16.3 Nombre de membres habituel~ <l 0.2 O,I O,2 1 5,5 4,8 5,2 2 9,6 7,4 8.5 3 1(I,5 6.9 8.6 4 13,4 9,9 11,6 5 14,2 11,7 12.9 6 13,4 12,5 12.9 7 11,8 12,(1 11.9 8 7,7 1(/,9 9.4 9 ou plus 13,7 23.7 18,9 "Faille moyenne 5,5 6.5 6,O Lien de parenté (membres halfilllels) Un aduhe 7,3 6,7 7,0 l)eux aduhcs apparcntds - de sexe opposé 28,5 28,2 28,3 - de m6mc sexe 3,5 2,3 2,9 Trois aduhes apparentés ou plus 55,0 59,9 57,5 Autres 5.5 2,8 4.1 Pourcentage de ménages avec des enfants sans leurs parents 9,8 7.7 8,7 Du point de vue du milieu de résidence, les proportions sont sensiblement identiques. Il faut, cependant, noter que c'est en milieu rural que les ménages formés d'au moins trois adultes apparentds sont les plus nombreux (60 pour cent en milieu rural contre 55 pour cent en milieu urbain). Les m6nages constitues de deux adultes de sexes opposés sont aussi fréquents en milieu urbain qu'en milieu rural (28 pour cent). Les ménages constitués d'un seul adulte sont légèrement plus numbrcux en milieu urbain qu'en milieu rural (7,3 pour cent contre 6,7 pour cent). 11 en est de même pour les ménages formés de deux adultes du mCme sexe (3 pour cent en milieu urbain et 2 pour cent en milieu rural). 22 2.1.3 Caractéristiques de l'habitat et des biens possédés par les ménages Lors de l'enquête ménage, quelques caractéristiques relatives au logement et susceptibles de jouer un rõle dans l'état de santé des membres du ménage, ont été recueillies (exist- ence de l'électricité, source d'appro- visionnement en eau, type de toil- eues, type de sol et nombre de pièces utilisées pour dormir). De même des données sur l'existence d'un certain nombre d'équipements modernes (poste de radio, téléviseur, réfrig- érateur, bicyclette, motocyclette et voiture) ont été collectées, pour avoir une idée du niveau socio-économi- que des ménages. C arac téristiques de l'habitat On peut noter au Tableau 2.6 que presque la moitié des ménages (49 pour cent) disposent de l'élec- tricité. Ce pourcentage varie de façon très importante selon le milieu de résidence: 85 pour cent en milieu urbain et 16 pour cent seulement en milieu rural. L'accès à l'eau de boisson varie énormément selon le milieu de résidence. En ce qui concerne l'accès à une eau contrélée, le pourcentage de ménages urbains avec un robinet dans le logement est de 76 pour cent (9 pour cent seulement en milieu rural) et celui des ménages s'appro- visionnant dans une fontaine pub- lique s'élève à 18 pour cent (8 pour cent dans le rural). Pour ce qui est de l'accès à une source d'approvisi- Onnement non contrélée, moins de 2 pour cent des ménages urbains sont concemés; il s'agit particulièrement de puits publics. D'une manière générale, on relève que 83 pour cent de la population rurale n'a pas accès Tableau 2.6 Caractéristiques des logements Répartition (en %) des ménages, par caractéristique des IogemenLs, selon le milieu de résidence, ENPS-II Maroc 1992 Caractéristique des logements Urbain Rural Ensemble Electrlelté Oui 84,7 15,6 49,2 Non 15,3 84,4 50,8 Approvisionnement en eau à boire Robinet dans le logement 76.4 9,1 41,8 Borne fontaine 17,7 8,4 12,9 Puit dans la cour 1,0 10,8 6,1 Puit public 1,1 34,3 18,2 Source 0,5 24,8 13,0 Rivière, cours d'eau 0,0 4,1 2,1 Mare, lac 0,0 0,4 0,2 Barrage ILO 0,1 0.1 Eau de pluie 0,0 5,1 2,6 Camion à citerne 1,7 0,3 1,0 Eau en bouteille 0,3 0,1 0,2 Autre 1,3 2,5 1,9 ND/NSP 0,1 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 Type de toilettes Chasse d'eau à l'intérieur privée 76,6 16,8 45,9 Chasse d'eau à l'intérieur collective 10,6 0,7 5,5 Chasse d'eau à l'extérieur privée 1,4 0,7 1,0 Chasse d'eau à l'extérieur collective 1,7 0,1 0,9 Latrine sommaire 3,6 10,5 7,2 Latrine aménagée 1,8 3,3 2,6 Pas de WC, ciel ouvert 4,2 67,6 36,8 Autre 0,0 0,1 0,0 ND/NSP 0,2 0,1 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 Sol Terre, sable 3,3 48,4 26,5 Fumier 0,0 4,6 2,4 Planches en bois 0.0 0,1 0,1 Palmier, bambou 0,3 0,4 0,3 Parquet, bois poli 0,1 0,1 0,1 Vinyle ou asphalte 0,0 0,0 0,0 Carrelages céramiques 63,5 6,7 34,3 Ciment 31,4 39,1 35,4 Moquette 0,3 0,2 0,2 ND/NSP 1,1 0,4 0,8 Total 100,0 100,0 100,0 Nombre de personnes par pièce uti l ise pour dormir 1-2 58,7 51,9 55,2 3-4 32,5 35,4 34,0 5-6 6,3 9,4 7,9 7 ou plus 2,4 3,3 2,8 ND/NSP 0,1 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 Moyenne 2,7 2,9 2,8 Effectif de ménages 3193 3384 6577 23 å une source contrél6e d'approvisionncmcnt en eau: 11 pour cent de la population s'approvisionnent par des puits se trouvant dans la maison, 34 pour cent par des puits publics, 29 pour cent par des sources ou rivières, et 5 pour cent par les eaux de pluies. Les ménages disposant de toilettes adéquates représentent 53 pour cent. Ce pourcentage atteint 90 pour cent en milieu urbain et seulement 19 pour cent en milieu rural. Les ménages disposant de toilettes avec chasse d'eau privée représentent 46 pour cent au niveau du pays avec un pourcentage de 77 pour cent en milieu urbain et moins de 17 pour cent en milieu mral (Graphique 2.3). Electricité Eau de robinet Toilettes ° Sol autre que terre Personne/pièce: 1 2 34 5 ou plus *Avec chasse d'eau Graphique 2.3 Caractéristiques des logements Z 0 20 40 60 80 100 Pourcentage ENPS If 1992 S'agissant du type de sols du logement, on note que dans 27 pour cent des cas, les ménages vivent å méme la terre; le sol des autres logements est essentiellement en ciment (35 pour cent) et en carrelage (34 pour cent). Une fois encore, les différcnces par milieu sont frappantcs: en zone rurale, pour le sol en terre le pourcentage est de 48 pour cent, celui en ciment 39 pour cent et celui en carrelage ou mosaïque 7 pour cent. Quant au nombre de personnes par pièce utiliséc pour dormir, on relève que dans 55 pour cent des ménages, une ou deux pe~onncs dorment par pièce, que dans 34 pour cent des cas trois et quatre personnes partagent la même pièce, et dans 11 pour cent des cas cinq personnes ou plus dorment dans la méme pièce. En moyenne, 2,9 personnes dorment par pièce. On relève une légère différence entre le milieu urbain (2,7) et le milieu mral (2,9). Ces données fournissent une indication sur le dcgré d'entassement des membres constituant le ménage. 24 Les biens possédds Les résultats qui sont portés au Tableau 2.7 font apparaître que 85 pour cent des ménages possèdent un poste de radio, 59 pour cent un téléviseur, 30 pour cent un réfrigérateur, 10 pour cent une bicyclette, 12 pour cent une motocyclette, et 10 pour cent une voiture. Le poste de radio est le bien le plus répandu, quel que soit le milieu de résidence. Pour ce qui de la télévision, les ménages du milieu urbain (86 pour cent) disposent près de trois fois plus de postes qu'en milieu rural (33 pour cent). Quant aux réfrigérateurs, les ménages du milieu urbain en disposent dix fois plus (57 pour cent) qu'en milieu rural (5 pour cent). En ce qui concerne les moyens de transport, la différence est assez significative au niveau des voitures privées, puisque les ménages urbains disposent de trois fois plus de voitures (16 pour cent) que ceux des ménages ruraux (5 pour cent). Tableau 2.7 Biens durables possédés par le ménage Pourcentage de ménages possédant certains biens de consommation durables, selon le milieu de résidence, ENPS-II Maroc 1992 Biens durables Urbain Rural Ensemble Radio 89.2 80, I 84,5 Télévision 85,6 32,9 58,5 Réfrigérateur 56,9 5,2 3(/,3 Bicyclette 9,5 10,3 9,9 Mobylene/motocyclette 14,8 9,0 l 1,8 Voiture personnelle 15,7 5,0 10.2 Effectif de ménages 3193 3384 6577 2.2 ENQUETE INDIV IDUELLE 2.2.1 Caractéristiques des femmes enquêtées Caractéristiques socio-démographiques Cette section traite des caractéristiques socio-démographiques des femmes enqu6tées individuellement, caractéristiques qui sont utilisées comme variables de classification ou variables explicatives de la plupart des ph6nomènes 6tudiés. Il s'agit notamment de l'âge de la femme, de l'6tat matrimonial, du niveau d'instruction, du milieu et de la région de résidence. La distribution de l'ensemble des femmes de l'échantillon selon chacune de ces variables est présentée au Tablcau 2.8. L'åge est une variable fondamentale dans l'analyse des événements ddmographiques, mais c'est, en même temps, l 'une des informations qu'on déterminé avec la plus de di fliculté lorsqu'il y a absence de livret d'état civil, particulièrement en milieu rural. De ce fait, un soin particulier a ét~ accordé à son estimation au moment de l'enquéte. La répartition de toutes femmes de 15-49 ans par tranche d'âges quinquennale présente une allure dégressive allant de 23 pour cent pour les 15-19 ans à 7 pour cent pour les 45-49 ans. Cette répartition semble légèrement différente de celle observée au cours de I'ENPS-I de 1987. En effet, les proportions des trois groupes d'âges les plus jeunes ont accusé une baisse de 1987 à 1992; et les proportions des deux groupes d'âges 30-34 ans et 35-39 ans ont connu, par contre, une augmentation entre les deux enquêaes. 25 Tableau 2.8 Caractéristiques s~x:io dCmo~raphiq~les des femmes enquétées Rdpartidon (en %) des [Emmes enquatécs par åge, état matrimonial, niveau d'instruction, milieu ci legion de r6sidencc. ENPS-I 1987 et I'.'NPS 11 1992 çemnleS Caractéristique I:.NPS- 1 ENPS-II socio-démographique 1987 1992 I'ffecti[ Groupe d'l ires 15-19 24,6 23,2 2145 20 24 19,6 18,2 1686 25 29 17,5 15.9 1468 30-34 13+1 14,8 1372 35 39 I(/,1 12,7 1173 40-44 7,3 8,0 744 45 49 7,8 7,2 668 Fiat malrinmnial Célibataire 33.6 39.1 31»17 Mariée 55.6 55.3 5118 Veuve 2,4 2, I 198 I)ivolvdc 3,2 3,5 323 Niveau d +inslrlle[ion Aucun 73,6 (»3,4 5806 Primaire 13,4 I 0ff 156 ] Sccondail'c ou plus 12,8 19,8 ] 829 Milieu de résidence Urbain 47.9 49.2 4551/ Rural 52.1 5/),8 47116 Région Nord-O uesl 20, I ] 9.3 1783 Cvntre Nord 12,7 12,8 1185 Centre 29,5 30,7 2845 Oriental 6,8 6,6 613 Ccntic Sud 8,1 8,9 824 'l'enaill I 1,0 10,4 959 Sud I 1,8 I 1.3 1047 Total ] 00,0 l(}fL0 9256 En ce qui concerne l'élat matrimonial, un peu plus de la moitié des femmes enquCA6es de 15-49 ans sont mari~es (55 pour cent). Les I~ztnmes célibalaire8 représenlenl 39 pour cenh les femmes veuves 2 pour cent et celles divorcées moins de 4 pour cent (Graphique 2.4). Comparativement à I'ENPS-I de 1987, les proportions sont sensiblelnenl identiques pour toutes les situaiinns matrimoniales. Du point de vue du milieu de rdsidence, 49 pour cent des femmes inlerrogées vivent en milieu urbain contre 51 pour cent en milieu rural. On con8late que par rapport à I'ENPS-I, la part du milieu urbain a augmenté de 3 pour cenl. Ceci est lié au phénon/ène de l'urbanisation relativement modér6 de la population marocaine. 26 Graphique 2,4 Etat matrimonial des enquêtées C~libataire 39% Veuve 2% Divorcée 4% Mariee 55% ENPS II 1992 Au niveau r6gional, on a distingué sept régions eontiguës et regroupant un ensemble de provinces, Le Tableau 2.8 montre une prépondérance des régions du Centre (31 pour ccnt) et du Nord-Ouest (19 pour cent). La région du Centre-Nord occupe la troisième position (13 pour cent), suivie par les régions du Sud (11 pour cent) et du Tensi ft (10 pour cent). Le Centre-Sud et l'Oriental viennent en demières positions avec, respectivement, 9 et 7 pour cent. Par rapport å I'ENPS-I de 1987, les pourcentages sont sensiblement identiques, surtout pour les régions du Centre-Nord et de l'Oriental. On observe, cependant une légère augmentation des populations du Centre et du Centre-Sud, et un recul de celles du Nord-Ouest, du Tcnsift et du Sud. Niveau d'instruction et caractéristiques socio-démographiques La majorité des femmes ågées de 15-49 ans enquêtées n'ont jamais fréqucnte l'école (63 pour cent); une femme sur six a poursuivi des études primaires (17 pour cent) ci une fcmme sur cinq (20 pour cent) a atteint le niveau secondaire ou supérieur. Par rapport à I'ENPS-I, la proportion de femmes ayant fait des études a favorablement évolué sous l'effet évident de la scolarisation. Entre 1987 et 1992, la proportion de femmes scolarisdes, quel que soit le niveau, est passée de 26 pour cent à 37 pour cent. Les niveaux d'instruction atteints varient dc façon très importante selon l'åge, le milieu de résidence et la région. 27 Le Tableau 2.9 fait ressortir que la proportion des femmes sans instruction augmente avec l'ãge, passant de 46 pour cent chez les femmes de 15-19 ans à 89 pour cent chez celles de 45-49 ans. Un écart important est également observé entre les milieux urbain (40 pour cent) et rural (86 pour cen0. Pour ce qui est des femmes enquêtées ayant un niveau d'instruction primaire ou secondaire, les pourcentages les plus élevés sont enregistrés chez les femmes les plus jeunes. Pour les milieux urbain et rural, les écarts sont encore plus importants en ce qui concerne les niveaux d'instruction, puisque pour le primaire, les proportions sont respectivement de 24 pour cent et de 10 pour cent et, pour le secondaire elles sont de 36 pour cent et de 4 pour cent. Au niveau régional, les écans sont également assez significatif s: on constate le pourcentage le plus bas enregistré pour les femmes sans instruction dans la région du Centre-Sud (56 pour cent) et le pourcentage le plus élevé dans la région du Sud (81 pour cent). Pour les femmes enquêlées avec un niveau d'instruction primaire, le pourcentage le plus élevé a 6té enregistré, dans la région de l'Oriental (20 pour cent) et le plus bas dans celle du Sud (11 pour cent). En ce qui concerne le niveau du secondaire, la région du Centre enregistre le pourcentage le plus élevé (26 pour cent) et celle du Sud le plus bas (8 pour cent). Tableau 2.9 N'veau d 'nstr ct" n (les femmes enquetées Répartition (en %) des femmes par niveau d'instruction atteint, sehm le groupe d'åges quinquennal, le milieu et la région de résidence, ENPS-II Maroc 1992 Niveau d'instruction Secondaire Caractéristique Aucun Primaire et plus Total Effectif Groupe d'åges 15-19 46,2 22,7 31,1 100.0 2145 20-24 54,7 2(7,2 25,(7 1017,0 1686 25-29 63.7 15.2 21,1 100,0 1468 30-34 71,17 14,4 14,6 1017,0 1372 35-39 73,1 14,7 12.2 100,0 1173 40 44 79,6 12,1 8.3 1110,0 744 45-49 88,9 7,5 3,6 HX),0 668 Milieu de résidence Urbain 40.1 23,8 36,2 100,0 45511 Rural 85,9 10,2 3,9 100,0 47116 Région Nord-Ouest 60,3 18,5 21,1 100,0 1783 Centre-Nord 68,0 16,6 15,4 100.0 1185 Centre 55,8 18,0 26,2 100,0 2845 Oriental 63.0 20,4 16,6 100.0 613 Centre-Sud 55,7 19.4 24,9 100,0 824 Tensi ft 73,1 12.8 14.1 1 (7(7,(7 959 Sud 81,2 117.8 8.0 100,0 1047 Total 63,4 16,9 19,8 100.0 9256 28 2.2.2 Accès aux média Le Tableau 2.10 donne les résultats relatifs à l'accès aux masse-médias par les femmes interview~es. Ces résultats sont particulièrement importants pour la mise en place de programmes d'éducation et dc diffusion d'informations dans les domaines de la santé et de la planification familialc. Dans l'cnsemble, 22 pour cent des femmes enqu~tées lisent un journal, 65 pour cent regardent la télévision et 76 pour cent écoutent la radio au moins une fois par semaine. Mais, ces proportions varient largement selon l'fige, le niveau d'instruction, le milieu de résidence et la région (Graphique 2.5). Tableau 2.10 Accès des femmes aux média Pourcentage de femmes qui, habituellement, regardent la télévision, ou écoutent la radio au moins une fois par semaine, par åge, niveau d'instruction et par milieu et région de résidence, ENPS-II Maroc 1992 Lisent le Regardent Ecoutent journal une la tél~ la radio Fffectif fois par une fois/ une fois de Caractéristique semaine semaine par semaine femmes Groupe d'ãges 15-19 32,4 65,6 75,3 2145 20-24 29,1 68,1 78,5 1686 25-29 24,1 66,8 77,8 1468 30-34 17,3 65,0 75,9 1372 35-39 15,1 62,9 73,0 1173 40-44 12,4 61,6 75,1 744 45-49 4,9 59,0 72,9 668 Milieu de résidence Urbain 39,2 91,4 85,8 4550 Rural 6,2 39,5 66,3 4706 Région Nord-Ouest 27,7 72,9 78,2 1783 Centre-Nord 20,5 49,7 65,1 1185 Centre 25,4 69,7 77,0 2845 Oriental 22,5 65,4 67,9 613 Centre-Sud 25,2 69,1 73,8 82,1 Tensift 15,5 56,9 82,7 959 Sud 11,8 60,4 81,3 1047 Niveau d'lnstrucnun Aucun 0,4 49,8 67,6 5866 Primaire 36,8 86,2 87,4 1561 Secondaire ou plus 80,8 95,9 92,6 1829 Ensemble des femmes 22,4 65,0 75,9 9256 En général, du point de vue de l'âge, c'est chez les femmes les plus jeunes quc la proportion dc celles qui lisent les journaux est la plus élevée: une femme sur trois (32 pour cent) parmi celles âgées de 15-19 ans. Ce pourcentage diminue des femmes les plus jeunes aux plus âgécs. Les femmcs regardent la télévision et écoutent la radio, pratiquement, dans les mêmes proportions pour toutes les tranches d'âgés. Selon le niveau d'instruction, environ deux femmes sur cinq ayant une instruction primaire et quatre femmes sur cinq ayant une instruction secondaire ou supérieure lisent un journal. Quant à la radio et la télévision, elles sont vues et écoutées avcc la même importance sauf pour les femmes sans instruction qui écoutent davantage la radio (68 pour cent) qu'elles ne rcgardent la télévision (50 pour écrit). 29 Pourcentage Graphique 2,5 Accès aux média 1 O0 80 60 40 20 0 91 39 Lire le journal 65 / Regarder la TV TYPE DE MEDIA [ ] Urbain r-] Rural [ ]Tota l / 85 Ecouter la radio ENPS II 1992 Selon les résultats de l'enquête, il apparaît que la radio et la télévision sont moins fréquemment ~cour~es en milieu rural qu'en milieu urbain. On constate la même différence pour la lecture des journaux, on lit davantage en milieu urbain qu'en milieu rural: la proportion de femmes lisant des journaux en milieu urbain est plus de deux fois plus élevée qu'en milieu rural. Pour la radio, la proportion est d'environ 50 pour cent plus élevée en milieu urbain qu'en milieu rural. Selon ces résultats, il semble donc que, quel que soit le milieu de résidence, la radio est la source d'information la plus accessible à la population. 30 CHAPITRE 3 FECONDITE L'ENPS-II constitue une source de première importance permettant d'estimer les niveaux et tendances de la fécondité. Au cours de l'interview, on a demandé à chaque femme non-célibataire de l'échantillon le nombre de garçons et de filles qu'elle avait eu en distinguant ceux habitant avec leur mère de ceux vivant ailleurs et, éventuellement, de ceux déjà décédés. Puis, on a reconstitué l'historique complet de toutes ces naissances dans leur ordre d'arrivée en enregistrant: nom, gémellité éventuelle, sexe, date de naissance et état de survie. Pour les survivants, on a enregistré l'~ge, en distinguant ceux vivant avec leur mère de ceux vivant avec quelqu'un d'autre; enfin si l'enfant était décêdé, on demandait son ãge au décès. Pour cette partie du questionnaire, on devait vérifier, dans la mesure du possible, l'information obtenue à partir de tout document disponible. Quand l'historique des naissances était terminêe, on devait procéder au contr61e du nombre total d'enfants avec celui déclar6 auparavant dans chacune des catégories: enfants vivants avec leur mère, enfants décédés . Malgré le soin apporté aux différents types de v6rifications, les données sur les naissances sont sujettes aux différents types d'erreurs inhérentes aux enquêtes rétrospectives; on peut citer entre autres: Le sous-enregistrement des naissances par omission des enfants qui meurent juste après leur naissance (quelques heures voire quelques jours) induisant des sous-estimations des niveaux de fécondité; La datation imprécise des événements (date de naissances / åge) entraînant des sous- estimations ou des surestimations de la fécondité à certains ãges et/ou à certaines époques. Ces deux types d'errcurs (sous-enregistrement et imprécision des dates des évênements) sont, généralement, d'autant plus imponantcs que les naissances sont anciennes. On observe, en outre, lors des enquêtes DH S, certains d6placements de dates de naissance d'enfants nés au cours de la période quinquennale précédant l'enquête vers les années précédentes. Ces "déplacements" sont souvent effectués de "façon volontaire" par les enquêtrices afin d'êviter de poser les questions sur la santé (Section 5 du Questionnaire) et de prendre les mesures anthropométriques qui concernent les seules naissances des cinq années avant l'enquête. Ce type de dêplacement est d'autant plus facile que la mère ne connaît pas avec exactitude la date de naissance de son enfant. Dans le cas marocain, ces déplacements, principalement de naissances de 1986 vers 1985, sont minimes, et ne peuvent, par conséquent, induire une sous-estimation signifcative de la fécondité des cinq années précédant l'enquête} 3.1 N IVEAU DE LA FECONDITE ET FECONDITE D IFFERENTIELLE Pour la période de trois ans précédant l'enquête, le Tableau 3.1 et le Graphique 3.1 présentent les taux de fécondité générale par groupe d'âgcs selon le milieu de résidence. Cette pêriode de trois années a été choisie dans le but de fournir des indicateurs de fécondité assez récents. A l'annexe D, le tableau D.4 foumit la distribution des naissances par année de naissance. Le "rapport de naissances annuelles" (rapport des naissances d'année x, soit N~, à la demi-somme des années de naissance encadrant, soit [(N x + N x + 1)/2] rend compte des déplacements d'années de naissance. Le rapport ne semble pas indiquer d'excédent de naissances en 1985 (rapport = 101). Pour les années 1986 et 1987, les rapports sont respectivement de 100 et de 101. 31 Tableau 3.1 Fécondité actuelle Taux de fécondité par åge, indice synthétique de fécondité (ISF), taux brut de natalité (TBN) et taux global de fécondité générale (TGFG) pour la période des trois années précédant l'enqu&e, selon le milieu de résidence, ENPS-II Maroc 1992 Résidence Groupe d'åges Urbain Rural Ensemble 15-19 27 51 40 20-24 90 191 139 25-29 124 249 183 30-34 131 235 182 35-39 83 193 138 40-44 44 122 86 45-49 9 66 39 ISF 15-49 (pour 1 femme) 2,54 5,54 4,04 ISF 15-44 (pour 1 femme) 2,49 5,21 3,84 TGFG (pour 1 (300) 85 169 127 TBN (pour 1 000) 21,5 33,7 28,4 Note: Les taux sout calculés pour la p6riode de 1-36 mois avant l'enqufite. Les taux à 45-49 ans peuvent &tre Iégènement biaisés du fait de données incomplètes pour ce groupe d'åges. 300 Graphique 3,1 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence Taux (pour mille) 250 200 150 100 50 0 i ' '~.% 15 20 25 30 35 40 45 Age de la femme (ans) 50 ENPS-II 1992 32 L'indice synthétique de fécondité (ISF) ou somme des naissances réduites, mesure le nombre moyen d'enfants qu'aurait une femme à l'issue de sa vie féconde. Au niveau national, ce nombre atteint 4 enfants par femme et se trouve exactement à mi- chemin entre le niveau du milieu rural (5,5 enfants) et celui du milieu urbain (2,5 enfants). Le taux global de fécondité générale (TGFG), ou nombre annuel moyen de naissances dans la population féminine ågée de 15 à 49 ans, s'élève à 127 pour mille. Le taux brut de natalité (TBN), ou nombre annuel moyen de naissances dans la population totale, atteint 28 pour mille. Comme on l'a déjà constatd, les différences par milieu sont importantes. L'ISF en milieu rural est plus de deux fois plus élevé que I'ISF en milieu urbain et la différence est de 3 enfants (Tableaux 3.1 et 3.2 et Graphique 3.2). Au niveau des régions économiques, le Tensift vient en tête avec 5,1 enfants par femme. Dans trois régions, ce niveau est en deç~ de 4 enfants: Nord-Ouest (3,8) Centre et Centre-Sud (3,4 chacun). Tableau 3'.2 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques Indice synthétique de fécondité pour la période des trois années précédant l'enqu&te et nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans, par caractéristiques socio-démographiques, ENPS -II Maroc 1992 Nombre moyen Indice d'enfants nés synthétique vivants pour les Caractéristique de fécondité I femmes de 40-49 ans Milieu de résidence Urbain 2,54 5,46 Rural 5,54 7,47 R~glon Nord-Ouest 3,82 6,72 Centre-Nord 4,69 7,60 Centre 3,39 6,03 Oriental 4,12 6,74 Centre-Sud 3,38 6,26 Tensift 5,14 6,85 Sud 5,01 6,25 Niveau d'instruction Aucun 4,86 6,89 Primaire 2,36 5,35 Secondaire ou plus 2,03 3,57 Ensemble 4,04 6,53 1Indice synthétique de fécondité pour les femmes ågées de 15-49 ans Graphique 3,2 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans RESIDENCE Urbain Rural REGION Nord-Ouest Centre NorQ Cenlre Orienta, Centre-SuQ Tensifl Suc, INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire/Sup il . . . . . . . . . . . ' l ' I" i i l l i i r . . . . . . . . . . . . . . ~ . . . . . i i i ' . . . . . . . . . . . . . I ; ; ; I I 2 4 Nombre d'enfants par •emme I I lSF R Descendance ENPS II 1992 33 On constate une relation entre l'indice synthétique de fécondité et le niveau d'instruction; plus le niveau d'instruction est bas, plus I'ISF est élevé: de 4,9 enfants par femme non-instruite, l'indice passe à 2,0 enfants par femme ayant fait des études secondaires ou supérieurcs. Le Tableau 3.2 présente aussi les nombres moyens d'enfants nés viwlnts par tcmme en lin de vie féconde (40-49 ans) qui sont assimilables à des descendanccs. L'ISF mesure la f6condité du moment; 1«1 descendance, au contraire, est le résultat de toute la fécondité passée des tcmmes ayant atteint 40-49 ans à l'enquête. En ce qui concerne le Maroc, que ce soit au niveau du milieu de résidence, de la région économique ou du niveau d'instruction, l'indice du moment est toujours inférieur à la descendance, ce qui semble indiquer une baisse de la fécondité. 3.2 TENDANCE DE LA FECONDITE Deux méthodes permettent de dégager les tendances de la fécondité: d'une part la confrontation des données de l'enquête à d'autres sources et, d'autre part, l'utilisation des données de l'enquête sur l'historique des naissances pour reconstituer la fécondité de diflërcntcs périodes pass6es. Le Tableau 3.3 et le Graphique 3.3 présentent les données de l'Enquête à Objectifs Multiples (EOM), relativement ancienne (datant d'une trentainc d'années) pour présenter les changements de la fécondité sur le long terme, et les données de l'Enquête Nationale D6mographique à Passages Répdtés (ENDPR) de 1986- 88 pour présenter ceux intervenus sur le court terme par rapport aux données de I'ENPS-II sur les trois années précédentes, soient des taux centrés sur l'année 1990. La baisse de la fécondité n'est plus à démontrer: entre 1962 et 1990 elle a baissé de quelque 42 pour cent sous l'effet conjugué de la hausse de l'âge au premier mariage et de Tableau 3.3 J:dcondite par å~e scion trois sources Taux de féconditd par âge et indice synthdlique du fécondite scloll I 'EOM 11962), Ic ENI)PR 11986-87) et I'I!NPS-I1 11992), Marçx: IiOM ENI)PR ENPS-II Groupe d'ågcs 1962 1986-88 1992 15-19 96 61 40 2/) 24 3115 161 139 25 29 311 215 183 30 34 293 190 182 35-39 186 158 138 40 44 1(17 77 86 45-49 93 31 39 ISF 15 49 6,96 4,47 4,1)4 Note: Taux de Idcondild par grou W d'ågcs pour 1000 l'emn~¢s, Sources: Enqu~,te à Objectits Muhiples (I)S, 119631); I;nqu~te Nationale I)dnl~»graphique å Passages Rdpdt6s (DS, 119891) la pratique contraceptive. Plus récemment, c'est à dire entre 1987 et 1990, bien que les deux courbes de fécondité gardent une allure assez voisine, les taux de 1990 sont presquc tous en-dessous de ceux de 1987, marquant une chute de quelque 10 pour cent au niveau de l'indicc synthdlique de fécondité. La variation de la fécondité pour les femmes de 15-25 ans est due principalemenl à la hausse de la pratique contraceptivc; au delà, pour celles de 25-40 ans, la variation est duc, à la fois, à la hausse de lu pralique contraceptive ct à l'élévation des proportions de célibataires. Cette baisse de la fécondité peut aussi être étudiée à partir d'une seule observation à condition d'avoir pris soin de retracer l'histoire génésique de chaque femme enquêtée. Avec les données du Tableau 3.4, il est possible de calculer I'ISF des femmes de 15-34 ans sur plusieurs pdriodes de 4 années précédant l'cnqu&e. Cette tendance est compl6tée perdes données calculécs de la même maniéré mais provenant d'autres sources: I'ENPS-I (1987) et I'ENFPF (1979-80). Toutes ces données sont représentées au Graphique 3.4, on constate nettement la baisse de la fécondité sur presque deux décades. Aux données de I'ENPS-I de 1987, on a ajouté I'ISF des femmes à 15-34 ans de I'ENDPR (Enquête Nationale Ddmogrupbiquc à Pas8ages Rép~tés). On constate une cohérence entre les informations, ce qui confïrme, une liais de plus, la qualilé des données de I'ENPS-II. 34 0 Graphique 3,3 Taux de fécondité générale par âge selon trois sources Taux (pour mille) 35O ~00~ " ~00 ~~ 1 O0 5o i i i i i i 15 20 25 30 35 40 45 Age de la femme (ans) 50 ENPSql 1992 Tableau 3.4 Tendances de la fécondité par åge Taux de fécondité par ãge par périodes de quatre ans précédant l'enquéte, et selon l'åge de la mère, ENPS-II Maroc 1992 Périodes précédantl'enquéte (en années) Groupe d'åges 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 15-19 43 51 74 84 106 20-24 141 178 235 265 301 25-29 187 238 266 304 337 30-34 185 212 250 270 [291] 35-39 143 167 182 [238] 40-44 87 104 [119] 45-49 [38] [35] Note:Taux de fécondité par groupe d'åges pour 1000 femmes. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplètes. 35 Graphique 3,4 Tendances de I'ISF pour les femmes de 15-34 ans, selon quatre sources Nombre d'enfants 6,0 5,5 5,0 ~ 4,5 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 i i i ~ i i i i i p i i i i i i i i i i i i r i i i , i i i i 1962 1967 1972 1977 1982 1987 1992 Année ENSP-PI 1992 Le Tableau 3.5 présente le même type d'information que le Tableau 3.4, mais les taux sont calculés selon la durée de mariage. Sur la vingtaine d'années prise en compte, on constate que la fécondité a peu diminué en début d'union. Aux durées de mariage plus élevées (5 à 20 ans) la baisse des taux est presque d'un tiers en moyenne. Au delà, soit environ 20 ann6es depuis la première union, la baisse est encore plus importante, elle peut être évaluée à deux tiers. Cependant, cette baisse au sein des promotions de mariage n'est pas régulière; elle s'est accélérée à un moment ou à un autre, et cette accélération est d'autant plus récente que la durée écoulée depuis le premier mariage est courte. Tableau 3.5 Tendances de la fécondité par durée de mariage Taux de fécondité par périodes de quatre ans précédant l'enqufite, selon la durée écoulée depuis le premier mariage, ENPS-II Maroc 1992 Nombre d'années Périodes précédant l'enqufite (en ann6es) depuis le premier mariage 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 0-4 316 328 358 350 369 5-9 254 287 325 347 365 10-14 213 244 278 315 327 15-19 173 201 223 244 273 20-24 120 146 [1541 191 [315] 25-29 54 [69] [72] [180] Note: Taux de fécondité pour 1000 femmes non-célibataires. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de moins de 500 cas (exposition). 36 3.3 PARITE ET STERIL ITE Comme on l'a signalé au début de ce chapitre, on a posé aux femmes enquêtées des questions sur l'ensemble des enfants qu'elles ont eus au cours de leur vie: enfants survivants (vivants dans le ménage ou ailleurs) et décédés. A l'aide de ces informations, on a calculé des parités moyennes par groupe d'åges pour l'ensemble des femmes (quel que soit l'~rat matrimonial) et pour celles actuellement mari~es (Tableau 3.6). Le nombre moyen d'enfants par femme augmente régulièrement et rapidement avec l'åge: il passe de 0,06 enfant à 15-19 ans à 7,1 enfants en fin de vie féconde. Pour l'ensemble des femmes, 5 pour cent d'entre elles ont donné naissance à au moins un enfant à l'åge de 15-19 ans. Mais vers 45-49 ans, une femme sur quatre a mis au monde 10 enfants ou plus. D'après les résultats du Tableau 3.6, on constate, à tous les åges, des différences importantes entre le nombre moyen d'enfants nés vivants dans l'ensemble des femmes et chez les femmes mari~es. Jusqu'à un åge avancé, ces différences sont certainement dues aux proportions importantes de femmes célibataircs; au- delà, les ruptures d'union expliquent les écarts que l'on constate. Enfin, au-delà de 35 ans, où l'arrivée d'un enfant de rang 1 est peu probable, la proportion des femmes mari~es nullipares peut être prise comme un indicateur de la stérilité primaire: cette proportion est inférieure à 4 pour cent dans le groupe d'figes 35-49 ans et peut être considérée comme une proportion de stérilité relativement faible. Tableau 3.6 Enfants ngs vivants et enfants survivants Rrpmtition (en %) de toutes les femmes et des femmes aClucllemcnI marires par nombre d'enfants nés vivanlS, nombre moyen d'enfants nds vivants et nomme moyen d enfants survivants, selon l'åge des femmes, ENI S-Il Marne 1992 TOIJ'['ES 13!S Iq~.MMES Effectif Nombre Nombre Nombre d'en[imts nçs vivants de moyen moyen Groupe fera- d'enfants d'enfants d'figes 0 I 2 3 4 5 6 7 8 9 10 + Total mes nés vivants survivants 15-19 95,1 3,5 1,3 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 2145 0,06 0,06 20-24 66,1 16,5 11,7 3,9 1,5 0,3 0,0 0,0 1),0 0,0 0,0 IOO,O 1686 0,59 0,55 25-29 43,0 12,9 13,8 12,1 10,O 5,7 1,4 0,7 0,3 0,1 0,O I00,O 1468 1,62 1,48 30-34 20,3 7,9 11,7 13,8 13,3 14,1 9,6 5,4 2,2 1,1 0,7 I00,0 1372 3,26 2,92 35-39 12,1 7,4 6,9 9,0 12,2 I 1,2 I 1,7 13,2 7,2 4,4 4,7 I00,0 I 173 464 4,08 40-44 5,0 5,0 4,7 6,5 9,7 11,1) 11,8 13,2 10,2 9,9 13,0 I00,0 744 6,04 5,21 45-49 4,2 3,9 3,9 4,2 6,4 7,9 10,3 10,2 ]1,7 12,1 25,1 11)0,0 (~'18 7,08 5,88 Total 46,1 8,7 7,9 6,7 6,6 5,9 4,8 4,4 2.9 2,4 3,6 100,0 9256 2,45 2,14 FEMMf!S A('JFUELI.EMEN'[" MARIEES Effectif Nnmbre N(m~bre N(:~nbre d'enfants nés vivants de moyen moyen Groupe lem d'en fanLç d'enfants d'ågcs 0 I 2 3 4 5 6 7 8 9 I0 + Total mes nés vivants survivants 15-19 60,5 28.1 IO.7 0,8 0,0 0,0 0,0 O,0 0,0 O,0 O,0 IO0,0 253 0,52 0,46 20-24 21,3 36,2 28.5 9,5 3,8 0,7 0,0 0,0 0,O O,0 0,0 IO0,O 677 1,41 1,30 25-29 11,3 17.4 21.5 19,6 16,5 9,4 2,4 I,I 0,6 O,I 0,0 I00,0 883 2,611 2,38 30-34 6,5 7,2 13,2 16,4 16,0 17,3 I 1,7 6,7 2,7 1,4 0,8 IO0,0 1098 3,94 3,53 35-39 5,2 6.3 7,0 9,6 13,0 12,5 13,1 14.8 8,0 5,1 5,5 100,0 1009 5,15 4,53 40-44 1,4 3,6 3,6 6,0 9,3 [ 1,2 13,0 14,6 l 1,3 I 1,0 15,0 100,0 645 6,56 5,65 45-49 2,7 2,9 3,4 4,0 5,4 7,1 10,3 11/,5 12,5 13,0 28,2 100,0 553 7,48 6,24 Total 10,6 12,7 13,1 11,3 11,1 10,1 8,3 7,5 5,0 4,1 6,2 100,0 5118 4,15 3,64 37 3.4 INTERVALLE INTERGENESIQUE Plusieurs études ont montré que la longueur des intervalles entre naissances ont une influence sur l'état de santé de l'enfant et celui de sa mère et en particulier, il est reconnu que les intervalles inférieurs à 2 ans augmentent les risques de mortalité de la mère et de l'enfant. Le Tableau 3.7 présente la répartition des naissances survenues au cours des cinq années précédant l'enquête selon la dur6e (en mois) écoulée depuis la naissance précédente en fonction de plusieurs caract6ristiques. On constate que 10 pour cent des naissances sont arrivées moins de 18 mois après la naissance pr6cédente et 15 pour cent sont arriv6es entre 18 mois et 2 ans: soit un quart des naissances (25 pour cent) avec un intervalle intergén6sique de durée inférieure à deux ans. Un peu plus de la moitié des naissances (54 pour cent) se produisent entre 24 et 48 mois après la naissance pI'6cédente; le reste, soit un cinquième des naissances (20 pour cent) sont arrivés après une durée de quatre ans ou plus après la naissance de l'enfant pr6cédent. Dans l'ensemble on retiendra une durée médiane de l'intervalle inter-génésique d'environ deux années et demie (31,2 mois). Tableau 3.7 Intervalle intergénésique Répartition (en %) des naissances des cinq années précédant l'enqu~.te par nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, ENPS Maroc-II 1992 Nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente Caractéristique 7-17 18-23 24-36 36-47 48 + Total Nombre m&lian de mois depuis Effectif la naissance de précédente naissances Groupe d'~tges 15-19 33,3 40,0 23,3 3,3 0,0 100,0 20,0 30 20-29 14,8 20,6 39,8 14,2 10,7 100,0 27,4 1355 30-39 9,0 13,3 39,0 16,1 22,6 100,0 32,6 2192 40 ou plus 4,8 8,5 35,6 15,9 35,1 100,0 37,5 609 Rang de naissance 2-3 13,6 17,9 35,l 15,0 18,4 100,0 29,8 1510 4-6 8,3 12,9 39,6 16,7 22,5 100,0 32,9 1585 7 ou plus 9,2 14,5 42,2 14,0 20,2 100,0 30,5 1091 Sexe de l'enfant précédent Masculin 10,1 14,0 39,7 14,9 21,3 100,0 31,8 2109 Féminin 10,8 16,3 37,6 15,8 19,5 1 (X),O 30,7 2077 Survie de l'enfant précédent Toujours vivant 8,2 14,6 39,8 16,2 21,2 100,0 32,1 3823 Déc&l~ 34,2 20,4 26,7 7,2 11,6 100,0 22,8 363 Milieu de résidence Urbain 10,3 13,7 29,5 16,2 30,3 100,0 35,5 1317 Rural 10,5 15,8 42,9 15,0 15,9 100,0 29,8 2869 Région Nord-Ouest 14,3 14,2 37,4 17,2 16,9 100,0 30,2 859 Centre-Nord 13,0 18,7 36,6 16,4 15,3 100,0 28,7 621 Centre 7,9 14,6 36,9 15,0 25,5 100,0 32,8 1018 Oriental 11,1 14,0 40,4 11,7 22,8 100,0 32,1 307 Centre-Sud 7,9 10,8 38,0 17,2 26,2 100,0 33,4 279 Tensift 9,3 13,9 39,7 15,0 22,1 100,0 32,6 526 Sud 8,2 17,5 44,3 13,5 16,5 100,0 30,2 576 Niveau d'instruction Aucun 10,3 15,2 40,4 15,4 18,6 100,0 30,8 3601 Primaire 9,4 14,5 31,3 15,9 29,0 100,0 35,1 352 Secondaire ou plus 13,3 15,0 23,2 13,7 34,8 100,0 36,1 233 Ensemble 10,4 15,1 38,7 15,4 20,4 100,0 31,2 4186 Note : Les naissances de rang 1 sont exclues. L'intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois écoulés depuis la grossesse précédente qui a abouti à une naissance vivante. 38 Chez les jeunes femmes de 20-29 ans, l'intervalle intergénésique médian est de 27,4 mois. Cet intervalle augmente de 5 mois quand on passe au groupe décennal d'~lge suivant (30-39 ans) et de 10 mois chez les femmes les plus ågées (40-49 ans). Concemant le sexe de l'enfant, il n'y a pas de différence. Par contre, les naissances qui viennent après des enfants décédés se produisent beaucoup plus rapidement que lorsque l'enfant précédent vit toujours: plus de la moitié (55 pour cent) des naissances ont lieu moins de deux ans après la naissance de l'enfant pr6oEdent lorsque celui-ci est décédé, contre un peu moins du quart (23 pour cent) lorsqu'il est toujours en vie. Pour le milieu de résidence, l'intervalle intergénésique médian en milieu urbain est plus long de 5,7 mois par rapport à celui du milieu rural. Le Centre-Nord, dont la fécondité est la plus élevée de toutes les régions marocaines, enregistre l'intervalle le plus court avec 28,7 mois; à l'opposé, le Centre-Sud enregistre l'intervalle le plus long avec 33,4 mois. Enfin, on constate une relation entre le niveau d'instruction de la mère et la longueur de l'intervalle: celui-ci est d'autant plus long que le niveau d'instruction est élevé. 3.5 AGE A LA PREMIERE NAISSANCE L'entrée dans la vie féconde définie par l'åge des femmes à la première naissance est un indicateur démographique important. Il influence généralement la descendance finale, en particulier quand le recours à la contraception est peu important; en outre, un åge trop tardif ou trop précoce peut avoir des conséquences sur l'état de santé de la mère et de l'enfant et il peut accroître le risque de mortalité (voir Chapitre 9 sur la mortalité des enfants de moins de cinq ans). Le Tableau 3.8 donne la répartition de toutes les femmes par åge à la première naissance et par åge médian à la première naissance, selon l'åge actuel par groupes quinquennaux. Tableau 3.8 Age à la première naissance Répartition (en %) des femmes par åge à la première naissance, et åge médian å la première naissance selon l'åge actuel, ENPS-II Maroc 1992 Age médian Femmes Age à la première naissance Effectif à la Age sans de première actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ Total femmes naissance 15-19 95,1 0,3 3,1 1,5 a a a 100,0 2145 b 20-24 66,1 0,6 6,7 11,9 10,6 4,2 a 100,0 1686 b 25-29 43,0 0,5 9,7 13,2 12.7 14,0 6,8 100,0 1468 24,9 30-34 20,3 1,9 11,9 16,3 18,3 15,7 15,6 100,0 1372 22,2 35-39 12,1 2,2 14,2 18,1 18,3 16,7 18,4 100,0 1173 21,7 40-44 5,0 3,6 16,8 18,8 19.6 20,0 16,1 100,0 744 21,0 45-49 4,2 6,9 21,4 17,2 19,6 15,6 15,1 100,0 668 20,4 aSans objet bNon applicable: moins de 50% de femmes ont eu un enfant On constate un vieillissement de l'åge å la première naissance; ce vieillissement est similaire à celui observé pour l'~lge au premier mariage. L'~ge à la première maternité est passé de 20,4 ans à 24,9 ans des générations nées vers 1945 à celles nées vers 1965 (respectivement groupes d'~tges 40-49 et 25-29 ans). La proportion des naissances chez les adolescentes les plus jeunes (avant 18 ans) est d'autant plus importante qu'il s'agit de générations anciennes: dans le groupe 20-24 ans, la proportion des femmes ayant eu leur 39 première naissance avant 18 ans est de 7 pour cent contre 14 pour cent á 30-34 ans et 28 pour cent à 45-49 ans. La tendance à la hausse constatée à I'ENPS-I (1987) se confirme avec les données de 1992 avec une certaine accélération du phénomène dans les générations les plus jeunes. Pour l'ensemble des femmes de 25- 49 ans, l'/lge médian à la première naissance a connu une augmentation de presque un an entre les deux enquêtes passant ainsi de 21,2 ans en 1987 à 22,1 ans en 1992. Comme on peut le constater au Tableau 3.9, l'âge médian à la première naissance varie selon les caractéristiques socio-démographiques, comme cela a déjà été observé pour l'åge au premier mariage. En prenant en considération l'ensemble des femmes ~tgées de 25-49 ans, il y a une différence de 2 années dans l'åge å la première matemité entre les femmes urbaines (23,3 ans) et les femmes du milieu rural (21,2 ans). Dans les générations les plus anciennes (femmes ~lgées de 45-49 ans) la différence entre les milieux urbain et rural était peu importante. Par niveau d'instruction, les femmes ayant reçu une éducation secondaire ont, quel que soit l'åge au moment de l'enquête, l'åge à la première matemité le plus tardif. Au niveau rêgional, la différence est de 1,7 an entre le Centre (23,0 ans) où les femmes rentrent le plus tardivement dans la vie féconde et le Tensift (21,3 ans) où les femmes ont leur premier enfant le plus têt. Tableau 3.9 Age médian à la première naissance Age médian ì la première naissance (femmes de 25-49 ans) par åge actuel et par caractéristiques socio-démographiques, ENPS-II Maroc 1992 Age actuel Age Caractéristique 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 25-49 x Milieu de résidence Urbain - 24,2 22,6 21,1 20,0 23,3 Rural 22.3 21,0 21.1 20,9 20,6 21,2 Région Nord-Ouest 22,1 21,3 21,0 19,8 21,7 Centre-Nord 23,2 21,2 21,4 20,7 19,5 21,4 Centre - - 23.6 22,3 21,5 21,0 23,0 Oriental 23,4 22,4 22.8 21,2 19,4 22,1 Centre-Sud 21,8 21,5 19,9 20,3 21,8 Tensift 22,8 21,1 20.7 21,2 21,1 21,3 Sud 23,3 21,7 22,0 21,1 21,7 21,9 Niveau d'instruction Aucun 22,2 21,0 21,0 20,8 20,4 21,1 Primaire 23,8 22,6 20,7 20,0 23,8 Secondaire ou plus 28,7 27,3 23,6 23,0 Ensemble 24,9 22,2 21,7 21,0 20,4 22,1 lL'åge médian est limité au groupe d'åges 25-49 ans. 3.6 FECONDITE DES ADOLESCENTES La dernière section de ce chapitre présente des données sur la fécondité des femmes de 15 à 19 ans. La fécondité précoce a souvent des effets néfastes sur la santé des mères et des enfants. La fécondité des adolescentes contribue pour seulement 5 pour cent à la fécondité totale des femmes. Le Tableau 3.10 donne, par åge d6taillé pour le groupe d'âges 15 à 19 ans, les proportions d'adolescentes qui ont eu un ou plusieurs 40 Tableau 3.10 Fécondité des adolescentes Pourcentage d'adolescentes de 15 à 19 ans ayant déjà eu un enfant ou étant enceintes d'un premier enfant par caractéristiques socio-démographiques, ENPS Maroc-ll 1992 Adolescentes (%) qui sont: Adolescentes (%) ayant déjà Enceintes d'un commencé leur Caractéristique Mères premier enfant vie féconde Effectif Age 15 0,2 0,5 0,7 409 16 2,8 1,4 4,2 502 17 3,6 2,7 6,3 415 18 6,5 2,8 9,3 432 19 12,1 3,9 16,0 387 Milieu de r~sidence Urbain 2,6 1,5 4,1 958 Rural 6,7 2,8 9,5 1187 Réglon Nord-Ouest 3,4 2,6 6,0 382 Centre-Nord 4,9 1,0 5,9 288 Centre 6,1 2,6 8,7 657 Oriental 2,0 3,4 5,4 147 Centre-Sud 5,8 1,5 7,3 206 Tensift 6,6 2,5 9,1 241 Sud 3,1 1,3 4,5 224 Niveau d'instruction Aucun 7,1 3,4 10,5 991 Primaire 4,9 2,1 7,0 486 Secondaire ou plus 1,6 0,4 2. l 668 Ensemble 4,9 2,2 7,1 2145 enfants et de celles qui sont enceintes du premier enfant. La somme de ces deux proportions correspond aux femmes ayant commencé leur vie féconde. Les proportions sont peu élevées jusqu'à 18 ans et même jusqu'à 19 ans. A cet åge, 16 pour cent des femmes ont déjà commence leur vie fécondc avec 12 pour cent qui ont déjà eu un enfant ou plus et 4 pour cent qui sont tombées enceintes pour la premi6re fois. Au niveau de l'ensemble des adolescentes enquêtées de 15-19 ans, on constate donc que la fécondité est relativement peu précoce puisque 5 pour cent seulement des femmes ont déjà eu, au moins, un enfant et 2 pour cent étaient enceintes de leur premier enfant au moment de l'enquête. Par ailleurs, on constate des différences selon les caractéristiques socio-démograpbiques. Par milieu de résidence, la fécondité des adolescentes est beaucoup plus élevée en milieu rural (10 pour cent) qu'en milieu urbain (4 pour cent) (Graphique 3.5). Au niveau régional, le Tensift vient en tête avec 9 pour cent des femmes qui ont déjà commencé leur vie féconde; à l'opposé vient le Sud avec une proportion de moins de 5 pour cent. Selon le niveau d'instruction, les adolescentes qui n'ont pas fréquenté l'école sont beaucoup plus nombreuses à avoir une fécondité précoce (11 pour cent) que celles de niveau d'instruction primaire (7 pour cent). Parmi celles ayant atteint un niveau secondaire ou supérieur, cette proportion n'est que 2 pour cent. 41 RESFD E NC E L,,,,,,~ Urbair Rura REGIQN I Nord-Quesl Cenlre-Norc. Centre Odental Centre Sud Tensilt : Sud INSTRUCTION L Aucune Pr ima i re~ Secondaire/Sup Graphique 3,5 Proportions d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde - - / i l h h I - - - - i l - f I 2 4 6 8 Pourcen lage 10 12 ENPS-H 1992 Le Tableau 3.11 fournit la répartition des femmes ågées de 15-19 ans selon leur nombre d'enfants. On constate que parmi les femmes qui ont déjà eu un enfant (5 pour cent des 15 - 19 ans), un peu plus du quart (29 pour cent) en ont déjà eu deux ou plus. Mais il s'agit surtout des adolescentes les plus ågées (18 et spécialement 19 ans). L'avant-dernière colonne du tableau donne le nombre moyen d'enfants. Ce nombre augmente régulièrement avec l'âge mais reste très faible puisque à 19 ans, âge auquel celles-ci n'ont eu en moyenne que 0,17 enfants. Tableau 3.11 Enfants nés de mères adolescentes Répartition (en %) des adolescentes âgées de 15 à 19 ans par nombre d'enfants nés vivants, et nombre moyen d'enfants nés vivants selon l'âge, ENPS-II Maro¢ 1992 Nombre d'enfants n6s vivants Age 0 1 2+ Nombre moyen d'enfants nés Effectif Total vivants d'adolescentes 15 99,8 0,2 0,0 100,0 0,00 469 16 97,2 2,0 0,8 100,0 0,04 502 17 96,4 3,1 0,5 100,0 0,04 415 18 93,5 4,9 1,6 100,0 0,08 432 19 87,9 8,0 4,1 100,0 0,17 387 Total 95,1 3,5 1,4 100,0 0,06 2145 42 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE L'expérience marocaine en matière de planification familiale a débuté en 1966; mais, elle ne s'est consolidée que vers le début des années 80 en connaissant un accroissement rapide gråce, en particulier, à la stratégie adoptée de "Visites à Domicile de Motivations Systématiques" (VDMS). On constate que le recours à la planification familiale est de plus en plus important. Cependant, les efforts pour accroître, en milieu rural, la demande concernant les méthodes dites cliniques (dispositif intra- utérin, Norplant, contraception chirurgicale.), qui restent d'utili sation relativement limitée, doivent être plus importants; il faut aussi prendre des dispositions afin d'inciter le secteur privé à prendre une part plus large dans les services de planification familiale. 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION La connaissance de la contracep- tion a êté abordée de la même manière I'ENPS-II qu'aux différentes enquEtes menées par le passé. Il y a cinq années, les résultats de l'enquête avaient déjà mis en évidence que la connaissance d'une méthode contraceptive quelconque était quasi générale (98 pour cent). Malgré ce niveau de connaissance générale, on a maintenu cette partie du questionnaire afin de suivre l'évolution des méthodes moins connues ou non mentionnées par les enquêtées et de pouvoir en parler, au besoin, à toute femme sur une base uniforme évitant toute ambiguïté. On a justifiê, d'autre part, le maintien de ces questions par le fait que cette partie du questionnaire allait être posêe aux femmes célibataires contraire- ment à l'enquête précédente qui n'a pris en considération que les femmes mari~es, veuves ou divorcées. Les résultats présentés dans le Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes Pourcentage de femmes et de femmes actuellement mariées qui connaissent une méthode contraceptive spécifique et pourcentage de celles mari~es qui connaissent une source (pour informations ou services), par méthode spécifique, ENPF-U Maroc 1992 Cormah Connalt Connalt méthode source méthode femmes femmes Méthode toutes actuelle, actuelle. contraceptive femmes mariées mari~es Toutes méthodes 97,3 99,0 93,9 Méthodes modernes 97,3 98,9 93,8 Pilule 97,0 98,8 92,4 DIU 83,9 87,3 73,8 Injection 54,8 62,3 39,2 Méthodes vaginales 28,1 31,4 23,8 Condom 64,5 71,8 58,8 Stérilisation îéminine 79,8 84,8 69,9 Stérilisation masculine 7,6 6,8 3,3 Méthodestradltlonnelles 63,9 73,1 30,5 Absonence périodique 55,3 61,1 30,5 Retr~t 41,1 53,5 0,0 Autre 9,1 12,4 0,0 Effectif 9256 5118 5118 Tableau 4.1 indiquent que 97 pour cent des femmes (tous états matrimoniaux confondus) connaissent au moins une méthode. Comme on l'avait constaté dans l'enquEte précédente, la connaissance des femmes actuellement mari~es est quasi générale (99 pour cent). On obtient les mêmes résultats pour les seules méthodes modernes. On trouvera aussi au Tableau 4.1 les proportions de femmes connaissant chaque méthode spécifique pour chacune des catégories de femmes. Pour les femmes mariées, la pilule vient en tête avec 99 pour cent (97 pour cent pour l'ensemble des femmes) suivie du DIU et de la stérilisation féminine avec respectivement 87 pour cent et 85 pour cent (pour l'ensemble des femmes, ces proportions sont de 84 pour cent et 80 pour cent). 43 En ce qui concerne les méthodes traditionnelles, trois femmes mari~es sur cinq (61 pour cent) connai- ssent l'abstinence périodique et une femme sur deux (54 pour cent) le retrait. Pour l'ensemble des femmes, ces proportions sont respectivement de 55 pour cent et 41 pour cent. La comparaison de ces résultats à ceux de I'ENPS-I de 1987, fait apparaître des changements pour toutes les méthodes modernes. Ainsi, mis à part la pilule, pour laquelle la connaissance dtait déjà quasi générale, la connaissance du DIU est passée de 80 à 87 pour cent, l'injection de 56 à 62 pour cent, les méthodes vaginales de 24 à 31 pour cent, le condom de 60 à 72 pour cent, la ligature tubaire de 77 à 85 pour cent. On peut noter que la connaissance du condom s'est nettement améliorée. En ce qui concerne la connaissance par les femmes mariées des sources d'approvisionnement des méthodes contraceptives, on ne constate pas d'éléments nouveaux par rapport à l'enquête de 1987. Ainsi que l'ont montre les résultats de la pr6cédente enqugte, 94 pour cent des femmes mariées conna- issent une source d'approvision- nement. Les résultats sont différents quand on prend en compte les céli- bataires: la proportion de celles connaissant une source passe à 57 pour cent. Les écarts sont énormes; ainsi, si presque toutes les femmes (tous états matrimoniaux confondus) connaissent un moyen contraceptif, un peu moins de la moitié des femmes (43 pour cent) ne savent pas où se le procurer. Le Tableau 4.2 considère les seules femmes mariées ayant déclaré connai'tre une méthode moderne contraceptive quelconque et l'endroit où l'obtenir selon certaines caractér- istiques socio-démographiques. Quel que soit l'ãge, le milieu de r6sidence, le niveau d'instruction et la région économique (à l'exception du Sud), la connaissance de la contraception, qu'il s'agisse de toutes les méthodes ou des méthodes modernes, dépasse 98 pour cent. Tableau 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives modernes et des sources des méthodes par caractéristiques socio-démographiques Pourcentage de femmes actuellement maxiées connaissant au moins une méthode moderne et pourcentage de celles connaissant une source (pour informations ou services), par caractéristiques socio-démographiques, ENPS-II Maroc 1992 Caratéristique Connah Connalt une Connaît une source pour Effectif une méthode méthode de méthode moderne I moderne femmes Groupe d',qges 15-19 98,8 98,8 90,5 253 20-24 99,0 99,0 95.1 677 25-29 98,9 98.8 93.4 883 30-34 99,3 99,3 94,1 1098 35-39 99,1 99,1 94,4 1009 40-44 98,9 98,9 94,4 645 45-49 98.4 98.2 92.4 553 Milieu de résidence Urbain 99,8 99,8 98,2 2222 Rural 98,3 98,2 90,5 2896 Région Nord-Ouest 99,7 99,5 94,6 1052 Centre-Nord 99,7 99,7 91,4 640 Centre 99,5 99,5 94,6 1463 Oriental 100,0 100,0 95,9 320 Centre-Sud 99,0 99,0 94,0 417 Tensift 99.8 99,8 96.4 578 Sud 94,4 94,4 90,0 648 Niveau d'Instruction Aucun 98,7 98,6 92,2 3932 Primaire 100,0 100,0 99,1 644 Secondaire ou plus 100,0 I00,0 99,3 542 Ensemble 99.0 98.9 93.8 511 S 1C'est-à-dire: pilule, DIU, injection, méthodes vaginales (spermicides, diaphragmes.), condom et stérilisations féminine et masculine. 44 Pour ce qui est des sources d'approvisionnement, quelle que soit la caractéristique, au moins neuf femmes sur dix (entre 90 et 99 pour cent) savent où se procurer une méthode modeme de contraception. Par rapport b. 1987, il est int6ressant de noter que la connaissance, par les femmes mari6es de 15-19 ans, de la contraception et des sources d'approvisionnement des mdthodes s'est améliorée; les proportions sont pass6es, respectivement, de 93 å 99 pour cent et de 86 à 91 pour cent. Les données concernant l'utilisation antérieure de la contraception figurent au Tableau 4.3.11 donne les pourcentages des femmes mariées å l'enquête ayant utilisê au moins une méthode contraceptive selon l'âge de la femme. Parmi les femmes actuellement mariées, 66 pour cent ont déjà utilis6 au moins une méthode contraceptive à un moment quelconque de leur vie féconde. Cette proportion a subi une variation à la hausse de 7 points par rapport à la dernière enquête (ENPS-I de 1987). La contraception moderne occupe une place privilégiée avec 63 pour cent des lemmes marides (soit 9 points de plus qu'en 1987). La pilule occupe toujours une place importante avec 60 pour cent (soit aussi 9 points de plus qu'en 1987). Vient ensuite mais très loin: le DIU avec 9 pour cent et le condom avec 6 pour cent. Pour les autres méthodcs modernes, les pourcentages ne dépassent pas 3 pour cent. Concernant les mdlhodes mlditionnelles, l'utilisation passée a 6l,.5 de 17 pour cent: retrait et abstinence périodique (9 pour cent chacun). Par groupe d'åges, les niveaux d'utilisation les plus élevés s'observent au delà de 20 ans: 60 pour cent au minimum par groupe &figes quinquennal. En 1987, une telle proportion ne se rencontrait que dans le groupe d'âgcs 25-39 ans. De plus, la pratique, chez les tizmmcs du groupe d'âges 15-19 ans, atteint actuellement 43 pour cent au lieu des 29 pour cent observ6s en 1987. Tableau 4.3 Uflisalion de la contraception à un momenl quelconque Pourcentage de femmes actuellement nlariécs ayant 116ilh ulilis6 une mdthodc contraceptive, par méthode SlZéci[ique , selon råge, IiNPS Il Marcx: 1992 N'ira M61h~~des modernes N'im- porle pc¢te quelle Mdth. Groupe quelle mêthlxle Pli- Inje~- vagi- (:o1» d'ågcs mt~th~xle m ixterne uie I31U lion hales dc~m Mdthndcs N'ira traditionnelles porte quelle Ctmtin Effectif Stéril Steril, rnéthtxIc péri~~- de témin, mascul tradit dique Rclrait Autres femmes 15 19 43,1 39,9 39.1 2,0 0,0 11,o Il,8 U,0 0,0 4,3 2.4 1,6 0,4 253 20-24 611,9 58, l 55,7 3,8 11.4 (I.7 4,6 0,0 U,0 I 1,4 6,1 5,5 0.7 677 25-29 65,9 62,7 6X1.9 6.5 ().l~ 1.8 6,2 11,2 0,1 15,5 8,8 8,2 0,8 883 30 34 71,9 67,8 65.1 11.7 2.1 2,6 7.7 L.4 0,0 20,8 12,1 10,7 1,6 1(198 35 39 70,5 67,2 64.0 12,1 2.5 3,0 5,1 4.2 0,1 20,5 11,8 10,5 2,9 1009 40-44 70,9 67.8 62,8 12,9 2,3 2,9 6.5 7,8 0,2 20,(I 1(I.7 10,4 2,8 645 45-49 59,1 55.2 48,3 10,8 2,4 1,8 3.8 7,6 0,0 15,6 6,7 7,2 3,6 553 Tous åges 66,2 62,8 59,5 9,4 1,6 2.1 5,6 3,0 0,1 17,1 9,4 8,7 1,9 5118 45 4.2 UTIL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPT ION Bien que 66 pour cent des femmes mari~es ont déclaré avoir utilisé une méthode contraceptive à un moment donné de leur vie féconde, seulement 41,5 pour cent ont déclaré qu'elles utilisaient, au moment de l'enquête, une méthode. Ce pourcentage d'utilisation au moment de l'enquête s'appelle l'utilisation actuelle ou le taux de prévalence contraceptive. Il est calculé en divisant l'effectif des utilisatrices actuelles (numérateur) par l'effectif des femmes, actuellement mari~es, en âge de reproduction de 15-49 ans (dénominateur). La planification familiale au Maroc est orientée vers l'utilisation de la contraception moderne qui représente 35,5 pour cent. La pilule reste la méthode la plus utilisée (28,1 pour cent). Le recours aux autres méthodes modemes ne représente que 7,4 pour cent: DIU (3,2 pour cent), ligature tubaire (3 pour cent), et pour les autres trois méthodes modernes (1,2 pour cent) dont le condom, les méthodes vaginales et l'injection. Pour ce qui est de l'utilisation des méthodcs traditionnelles, elle ne dépasse pas 6 pour cent; l'abstinence périodique vient en tête avec (3,0 pour cent) suivi du retrait (2,6 pour cent) et des autres méthodes (0,3 pour cent). L'analyse des données selon l'âge de la femme montre que la prévalence contraceptive augmente avec l'åge jusqu'à 35-39 ans, se stabilise, pour diminuer ensuite à l'âge de 45-49 ans. Ce schéma par åge est aussi valable pour l'utilisation des méthodes modernes, comme le montre le Tableau 4.4. Tableau 4.4 Utilisation actueUe de la contraception Répar~.ition (en %) des femmes actueUement mari~es par méthode contraceptive acluellement utilisée, selcal l'åge, ENPS-n Maroc 1992 M6thodes N'ira M6thtldes m~xlernes N'ira traditionnelles N'ira- porte porte porte quelle Méth. quelle (21)ntin Effecti[ Groupe quelle méthode Pli- [njcc- vagi- Con- S05ril, méth~~.le pério Aucune de d'åges méthodera<lderne uie D]I.~ tion hales dom Idmin. trndit, dique Retrait Autres mdthl~le Total femmes 15-19 23,3 22,1 20,6 1,6 0,0 11,0 0,0 0,0 1,2 0,8 0,4 0,0 76,7 100,0 253 20-24 35,2 32,1 29,0 1,8 0,3 0,1 11,9 0,0 3,1 1,8 1,0 0,3 64,8 100,0 677 25-29 39,5 35,3 31,6 2,6 0,1 0,1 0,7 0,2 4,2 2,4 1,8 0,0 60,5 100,0 883 30-34 45,4 38,8 32,2 3,9 0,1 0,1 L,1 1,4 6,6 3,4 3,2 0,1 54,6 100,0 1098 35-39 47,8 39,4 29,6 4,5 0,1 0,5 0,6 4,2 8,3 4.9 3,2 0,3 52,2 100,0 1009 40-44 47,0 39,2 24.7 4,2 0,2 0~6 1,9 7,8 7,8 3,3 4,0 0,5 53,0 100,0 645 45-49 35,1 28,4 17,9 2,0 0,2 0.0 0,7 7,6 6,7 2,2 3,3 1,3 64.9 100,0 553 Tous åges 41,5 35,5 28,1 3,2 0,1 0,2 0,9 3,0 6,0 3,0 2,6 0,3 58,5 100,0 5118 Dans I'ENFPF de 1979-80 et I'ENPS-I de 1987, les taux de prévalence contraceptive étaient respectivement de 19,4 et 35,9 pour cent. Ainsi par rapport à I'ENFPF, l'utilisation de la contraception a progressé de 114 pour cent pour toutes les méthodes et de 116 pour cent pour les méthodes modernes, et par rapport à I'ENPS-I, elle a augmenté de 16 pour cent pour toutes les méthodes et de 23 pour cent pour les métbodes modernes, comme le montre le tableau ci-dessous et le Graphique 4.1. 46 Evolution du taux de prévalence contraceptive au Maroc entre 1980 et 1992 Toutes Méthodes méthodes modernes ENFPF (1979-80) A% 19,4 16,4 ENPS-I (1987) B% 35,9 28,9 ENPS-II (1992) C% 41,5 35,5 Rapport C/A 2,14 2,16 Rapport C/B 1,16 1,23 Graphique 4,1 Utilisation actuelle des méthodes contraceptives par les femmes mariées Pourcemage 5O t 4O 3O 2o ~I ~~_ 10 i i 0 ENFPF 1979 80 ENPS-I 1987 ENPS II 1992 ENPS-II 1992 L'analyse de la pratique contraceptive selon certaines caractéristiques socio-démographiques (Tableau 4.5, Graphique 4.2) fait apparaître des variations importantes aussi bien par milieu de résidence, région ou selon le niveau d'instruction. Ainsi, en milieu urbain, la pratique touche un peu plus d'une femme sur deux (55 pour cent) contre une femme sur trois en milieu rural (32 pour cent). Au niveau des régions, la pratique varie du simple au double: une femme sur quatre dans la région Sud (26 pour cent) pratiquait au moment de l'enquête contre une femme sur deux dans l'Oriental et le Centre (47 pour cent chacun). Pour la variable éducation, la pratique est relativement faible chez les femmes sans instruction (36 pour cent), soit une femme sur trois. Elle est presque deux fois plus élevée chez les femmes de niveau secondaire ou supérieur (65 pour cent), soit presque deux femmes sur trois. 47 Tableau 4.5 UtiEsauon actuelle de la contraception par caract6risfiques socio-dérno.~raphiques R6pardtion (en %) des femmes actuellement mariEes par mEthode contraceptive actuellement utilisée, selon certaines caractéristiques socio- démographiques. ENPS-/] Maroc 1992 Car~t&istique N'im- Méthodes N'ira- porte Méthodes m~~emes N'ira- traditionnelles p(xte quelle porte quelle mE- Meth. quelle Contin. Effectif m& thode Pli- Injec- vagi- Con- Stéril. mEthcîcle pêrio- Aucune de thode moderne uie DIU tion hales dom fémin, tradit, dique Retrait Autres méthode Total femmes Milieu de r~sldence Urbain 54,5 45.8 33.7 5,7 0.0 0,5 1,6 4,3 8.7 5.3 3.1 0.4 45.5 100,0 2222 Rural 31,6 27.7 23,8 1.3 0,2 0,0 0,4 1,9 3.9 1,3 2.3 I).3 68.4 100.0 2896 R~glon Nord-Ouest 43.6 31.7 23.0 3.9 0.1 0,3 1.2 3,1 12.0 5,1 6,4 0.5 56.4 100.0 1052 Centre-Nord 33.6 27,2 22.3 2.5 0,3 0.0 0,3 1,7 6,4 4,1 2,0 0.3 66,4 100.0 640 Centre 47.0 42,6 33.6 3.5 0.1 0,4 1.0 4.1 4,4 2.7 1,4 0.3 53,0 100,0 1463 Oriental 48.4 44,1 37.2 2.5 0.3 0.6 1,9 1,6 4,4 3,8 0.3 0.3 51,6 100.0 320 Centre-Sud 46.0 42,4 35,5 3.1 0.2 0.2 0.7 2.6 3,6 2.2 1,0 0.5 54,(I 100.0 417 Tensifi 43.1 40,1 32,7 4.0 0.2 0,0 0,7 2,6 2,9 0,9 2,1 0.0 56,9 100.0 578 Sud 25.8 21.5 16.4 2.0 ll.O 0,0 0,6 2,5 4,3 1,4 2,8 0.2 74.2 100,0 648 ~lveau d' instruction Aucun 35.7 31.4 25,5 2.2 (I,2 0,1 0,6 2,8 4.3 1,5 2,4 0.4 64.3 100,0 3932 Primaire 57.0 47,5 36,0 5,0 0.0 (I,6 1,2 4,7 9,5 5,6 3,9 0,0 43.0 100,0 644 Secondaire ou plus 64.9 51.3 37,8 8,3 0,0 0,7 2.6 1,8 13,7 10,9 2,8 0,0 35.1 100,0 542 Nombre d'enfants v lvanU Aucun 5.6 3.6 3.2 0,2 0,0 0,0 0,2 0,0 2.0 1.7 ().3 0.0 94.4 100.0 591 I 39,1 34.5 30.7 2.3 0,1 0,3 1,0 0,0 4.6 3,3 1.2 0,1 6(}.9 I00.0 693 2 46.9 42,2 36.5 3.8 0,3 0,4 0.8 0,4 4,7 3.1 1.5 0.1 53,1 100.0 716 3 49.9 42,6 34.3 4,4 0,0 0,1 2,1 1,6 7,2 4.3 2,5 0.4 50,1 I00.0 676 4ou plus 47.0 39,7 29.2 3.7 0,2 0,2 0,7 5.6 7,3 2.9 4.0 0.5 53,0 100.0 2442 Total 41.5 35,5 28.1 3.2 (1.1 0,2 0,9 3.0 6,0 3.1) 2.6 0.3 58.5 100.0 5118 Selon la parité, la prévalence contraceptive augmente avec le nombre d'enfants. Parmi les femmes mari~es ayant trois enfants, la moitié d'entre elles n'utilisent aucune méthode et une sur trois utilise la pilule comme moyen contraceptif, ce qui représente 80 pour cent des méthodcs modernes utilisées. La proportion de celles ayant opté pour la ligature tubaire s'61èvc à 5,6 pour cent chez les femmcs ayant quatre enfants ou plus, contre 3,9 pour cent en 1987, soit une augmentation de plus de 40 pour cent. 48 Graphique 4,2 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes mariées de 15-49 ans Iî ~ Aucune Primaire Secondaire/Sup 0 10 20 30 40 50 60 70 Pourcentage ENPS-II 1992 4.3 NOMBRE D 'ENFANTS A LA PREMIERE UT IL ISAT ION Selon le nombre d'enfants atteints, le recours, pour la première fois å la contraception peut répondre à des objectifs différents: utilisation de la contraception pour retarder une première naissance, ce qui permet d'analyser les changements de comportements entre générations, limitation de la descendance lorsque la pratique contraceptive débute à des parités élevées, ou espacement des naissances lorsque la contraception débute alors que le nombre d'enfants n'est pas encore élevé. Le Tableau 4.6 présente la répartition des femmes non-célibataires selon le nombre d'enfants vivants au moment de la première utilisation de la contraception et l'åge des femmes au moment de l'enq@te. Il apparaît clairement que la proportion des femmes qui pratiquent la contraception alors qu'elles étaient encore nullipares, augmente des générations les plus anciennes, 0,5 pour cent chez les femmes/tgées de 45-49 ans (celles nées vers 1945), aux plus récentes, 21 pour cent chez les femmes ågées de 15-19 ans (nées vers 1975). Il y a donc, tout lieu de penser qu'à travers le temps, les générations ont de plus en plus tendance à retarder la venue du premier enfant. Pour les femmes ayant commencé la contraception après la naissance du premier enfant, on note également une croissance des proportions d'utilisatrices passant de 4 pour cent chez les femmes ~lgées de 45 à 49 ans A 31 pour cent ~ 20-24 ans. Ceci semble indiquer une volonté d'espacement des naissances parmi les femmes les plus jeunes. 49 Tableau 4.6 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes non-célibataires par nombre d'enfants viwmts lors de la première utilisation de la contraception, selon l'ãge actuel, ENPS-I1 Maroc 1992 Jamais Nombre d'enfants à la première utilisé utilisation de la contraception Effectif Age la contra Non de actuel ception 0 1 2 3 4 + déclaré Total femmes 15-19 58,0 21,2 19,0 1,9 0,l) 0,0 ll.0 100,l) 269 20-24 40,8 17,5 30,8 8,6 1,5 0.5 0,3 100,0 741 25-29 35.1 13,5 29,5 11,4 6,5 4,0 //,O 100,Il 964 30-34 29,3 10.2 23,8 13,8 9,2 13,5 0,1 100.0 1181 35-39 32,1 4,6 17,0 1 1,9 10,4 23,9 O. I 1 llO,O 1094 40-44 32,6 2,8 9,9 8.3 9,1 37,1 0,3 1(10,0 725 45-49 46,2 0,5 3,6 3,3 4.4 42.1 Il.Il 1110,0 665 Ensemble 36,1 9,1 20,l} 9,8 7,0 18,0 Il,1 100,0 5639 4.4 PROBLEMES AVEC LES METHODES UTILISEES La perception des problèmes li6s à la ntêthodc actuellement ulilis6e a I~:lit l'objet d'une question. Le Tableau 4.7 présente la répartition des lkzmmes mariêcs utilisant actuellemenl la contraception selon les problèmes causés pari'utilisation de la méthode. Concernant la pilule (la méthodc la plus pratiquée) la grande majorité des femmes (79 pour cent) ont déclaré ne pas avoir eu de problèmes en utilisant ce moyen contraceptif; pour les autres mêthodes, la proportion de celles ne rencontrant aucun problème varie entre 91 et 100 pour cent. Parmi les femmes ayant dêclar6 avoir eu des problèmes, 15 pour cent des utilisatrices de la pilule parlent des effets secondaires et 7 pour cent des utilisalrices du DIU évoquent le même problème. Quatre pour cent parmi celles ayant recouru à la ligature tubaire parlent de problèmes de sanie et, enfin, celles pratiquant la continence ou le retrait, évoquent la dêsapprobation du mari, mais dans des proportions extrêmement faibles (respectivement 2 et 4 pour cent). Tableau 4.7 Problèmes avec la méthode actuelle Répartition (en %) des utilisatrices actuelles par le principal problème en utilisant Ici méthode, selon la méthode spécifique. ENPS-II Maroc 1992 Stéril. Abstin. Problème Pilule I)IU Condom fera. period. Retrait Aucun 79.1 911,9 (100,0) 94,7 95,5 96,3 Mari désapprouve 0,1 l),0 (l),0) 0,0 1,9 3,7 Effets secondaires 14,7 6,7 (0,0) 1,3 I),O O,(I Problèmes de santé 6,0 2,4 (0,0) 4,0 0,6 0.l) Inconvénient 0,0 0,0 (0,0) 11,0 0,6 0,0 NSP O, 1 0,0 (I),O) I/,(I 0,0 0,0 Non déclaré 0,1 Il,0 (0,0) 0,0 1,3 0,0 Total 100,0 100,0 (100,01 100,0 I00,0 10(/,ll Effectif 1438 165 46 151 154 135 Note: Les données relatives aux injections (7 cas), aux méthodes wtgînales (12 cas), et aux 'autres' méthodes (16 cas) ne fîgurent pas dans ce tableau, vu la faiblesse de leur effectif, ( ) Basé sur moins de 50 cas 50 4.5 CONNAISSANCE DE LA PERIODE FECONDE L'efficacité de l'utilisation de certaines méthodes anticonceptionnelles, spdcialement la continence périodique, dépend de la connaissance que l 'on a de la pdriode de fertilité au cours du cycle menstruel. Le • * i U Tableau 4.8 donne les réponses des femmes auxquelles on a demandé s~ elles pensaient qu au cours d cycle ovulaire il y avait une pdriode pendant laquelle elles avaient plus de chances de tomber enceintes et, dans l'affirmative, à quel moment du cycle se situe cette période. Parmi les femmes non-cdlibataires, seules 22 pour cent connaissent la pdriode de fécondabilitd de façon prdcise et 24 pour cent ont une connaissance douteuse, c'est à dire si la rdponse est "juste après la fin des régles," ou "juste avant le début des régles." Une femme sur deux (50 pour cent), cependant, pense qu'il n y a pas une pdriode spécifique d'ovulation au cours du cycle menstruel (24 pour cent) ou a rdpondu par "ne sait pas" (23 pour cent). Mais, la difficulté d'une telle question nécessite une analyse plus approfondie. Si on se limite aux seules femmes ayant ou ayant eu recours à la continence périodique, on constate que leur connaissance de la période d'ovulation est bonne (66 pour cent); cependant 18 pour cent ont une connaissance douteuse, et surtout 15 pour cent ignorent complètement le moment où la femme a le plus de chances de tomber enceinte. L'utilisation de la continence périodique par ce dernier groupe de femmes est donc vouée à l'échec. Tableau 4.8 Connaissance de la période féconde Répartition (en %) de toutes les femmes et de celles ayant déjà pratiqué la continence périodique selon leur cormaissance de la période féconde au cours du cycle menstruel. ENPS-II Maroc 1992 Femmes ayant Connaissance Toutes déjà utilisé de la période les la continence féconde femmes pérodique Connaissance Au milieu du cycle 22,4 65,6 Connaissance douteuse Juste après les règles 23,1 16,7 Juste avant les règles 1,2 1,0 Ne eonnait pas Pendant les règles 0,4 0,4 A n'importe quel moment 24,1 8,8 Autre 3,3 0,6 Ne sait pas 25,4 6.9 Non déterminé 0,2 0,0 Total 100,0 100,0 Effectif de femmes 5639 509 51 4.6 AGE A LA STER1LISATION Selon le Tableau 4.9, on constate que, parmi l'effectif des 151 femmes en âge de reproduction ayant recouru à la ligature tubaire, 44 pour cent ont adopté la méthode au cours des trois demières années précédant l'enquEte. Cette proportion était de 50 pour cent il y a cinq ans (en 1987). Tableau 4.9 Age à la stérilisation Répartition (en %) des femmes stérilisées par ['åge à la stérilisation, scion la durée depuis l'l»péralion, ENPS-II Maroc 1992 Age à la stdrilisation Durée depuis Age l'opération <25 25-29 30-34 35-39 4(1 44 45 49 T~mll Effectif médian <2 ans 0,0 2.6 21.1 34,2 28,9 13,2 100,0 38 36,0 2-3 ans 0,0 10,7 28,6 21,4 28,6 10,7 100,0 28 32,7 4-5 ans 5,0 10,0 30,0 253) 25,0 5,0 100,0 20 33,0 6-7 ans 0,0 9,1 40,9 36,4 13,6 0.0 100,0 22 34,2 8-9 ans 0,0 25,0 31,3 43,8 0,0 0,11 100,0 16 33,5 l 0 ou plus ans 11, I 22,2 51.9 14,8 0,0 0,0 100,0 27 Total 2,6 11,9 33.1 28,5 17,9 6,0 100,0 151 33,4 On note aussi qu'une femme sur deux (52 pour cent) a adopté la méthode à l'fige de 35 ans ou plus; 1'åge médian à l'adoption de cette méthode se situe à 33,4 ans, soit Ul'L rajeunissement d'une année par rapport à I'ENPS-I de 1987 (34,4 ans). 4.7 SOURCES D 'APPROVIS IONNEMENT DE LA CONTRACEPT ION Afin d'évaluer 1'impact des secteurs public et pri vé par rapport aux mdthodes contraceptives utilisdes, on a demandé aux utilisatrices actuelles de la contraception d'identifier le lieu où elles obtiennent (ou ont obtenu) leur méthode. Le Tableau 4.10 et Ic Graphique 4.3 indiquent à ce sujel que presque deux femmes sur trois (63 pour cent) s'adressent au secteur public. Pour Ics méthodes cliniques (D1U, sldrilisation) et pour les méthodes d'approvisionnement (pilule spécialcmen0, respectivement huit femmes sur dix (81 pour cent) et six femmes sur dix (60 pour cent) se sont adrcssées aux services publics. Le réle du programme de VDMS du Ministère de la Santé Publique semble jouer un n3]e moins important dans l'appmvisionncmcnt dcs méthodes conlraccpiives Ch 1992 (11 »our ccnl) qu'cn 1987 (au moins 20 pour cent). La part du secteur médical privé a augmenté d'une façon relativement importante de 1987 å 1992 passant ainsi dc 21 à 36 pour cent. C'est Ic réle de la pharmacie qui s'est consolidée avcc 31 pour ccnt, tandis que la part du médecin ou de la clinique privée n'est que de 3 pour cent. Bien que sa contribution reste toujours très faible, l'Association marocaine de plani fication familiale (AMPH) a pris une part plus importante dans le développement dcs serviccs dc contraception (1 pour ccnl en 1987 cnntrc 3 pour cent Ch 1992). 52 Tableau 4.10 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de méthodes contraceptives modernes par source d'approvisionnement ou d'informations la plus récente, selon les méthodes spécifiques, ENPS-IX Maroc 1992 Stéril. Toutes Source fémi- méthodes d'approvisionnement Pilule DIU Condom nines modernes Secteur public 59,9 80,0 (37,0) 82,8 62,6 HTpital 0,8 17,0 (0,0) 6t,6 7,3 Maternité 0,1 8,5 (0,0) 21.2 2,6 Centre de santé 20,4 38,2 (17,4) 0,0 20,1 Dispensaire 24,8 15,8 (17,4) 0,0 21,5 Visite à domicile 9,6 0,0 (0,0) 0,0 7,6 Equipe mobile 4,3 0,6 (2,2) 0,0 3,5 Secteur médical privé 38,9 19,4 (63,0) 16,6 36,3 AMPF 1 2,9 6,7 (4,3) 0,0 3,0 Clinique 0,I 5,5 (0,0) 16,6 1,9 Pharmacie 36,0 0,0 (58,7) 0,0 30,6 Médecin/sage femme 0,1 7,3 (0,0) 0,0 0,8 Autre privé 0,8 0,0 (0,0) 0,0 0,7 Parents/Amie 0,8 0,0 (0,0) 0,0 0,7 Autre 0,1 0,6 (0,0) 0,7 0,3 Non déclaré 0,1 0,0 (0,0) 0,0 0,1 Total 99,9 100,0 100,0 100,0 99,9 Effectif de femmes 1438 165 46 15] 1819 Note: Les don~es relatives aux injectiurkg (7 cas), et aux méthodes vaginales (12 cas) ne figurent pas dans ce tableau vu la faiblesse de leur effectif Association marocaine de planification familiale ( )Basé sur moins de 50 cas Graphique 4.3 Sources des méthodes contraceptives modernes Centre santé/ Dispensaire 42% VDMS*/Equipe mobile 1 1 % ~ AMPP** 3% Pharmacie 31% Hôpital/Maternité 10% Autre médical privé 3% *visites å domicile **Association marocaine de planification familiale ENPS-II 1992 53 Le Tableau 4.11 fournit par ailleurs des informations sur le temps qu'il faut aux femmes utilisatrices pour se rendre au lieu d'approvisionnement en produits contracepti fs. Au niveau national, une femme sur trois (y compris celles servies à la maison) met moins de 15 minutes pour aller se procurer la méthode qu'elle utilise. Pour plus d'un autre tiers des utilisatrices, le temps nécessaire se situe entre 15 minutes et une heure. Enfin moins du tiers restant met plus d'une heure pour atteindre le lieu d'approvisionnement. Le temps médian se situe à 21 minutes. Celui-ci est de 16 minutes en milieu urbain, et il est quatre fois plus êlevé (61 minutes) en milieu rural. Pour les femmes non-utilisatrices de méthodes modernes, le temps médian est de 31 minutes, alors que pour les femmes non-célibataires connaissant au moins une méthode moderne, le temps médian pour atteindre le lieu d'approvisionnement est pratiquement le même (30 minutes) que le temps passé par les non-utilisatrices. Tableau 4.11 Temps nécessaire pour atteindre la source d'approvisionnement en contraceptifs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de méthodes modernes, des non-utlisatrices de méthodes modernes, et des femmes non-célibataires connaissant au moins une méthodes moderne par le temps nécessaire pour atteindre la source d'approvosionnement, selon le milieu de résidence, ENPS-II Maroc 1992 Temps pour Utilisatrices actuelles Non-utilisatrices Femmes connaissant atteindre la de méthodes modernes des méthodes modernes une méthode SOUffce (en minutes) Urbain Rural Total Urbain Rural Total Urbain Rural Total 0-14 37,3 28,1 33,2 30,7 10,2 18,4 33,4 15,0 23,4 15-29 29,3 6,2 19,1 30,2 5,9 15,6 29,8 5,9 16,8 30-59 19,7 10.3 15,6 18,8 8,1 12,3 19,1 8,8 13,5 60 ou plus 12,6 52,9 30,3 9,9 56,1 37,7 11,0 56,2 35,7 Ne cormah pas temps (1,9 2,2 1,5 0,7 0,8 0,7 0,8 1,2 1,0 Ne connah pas source 0,0 0,0 0,0 8,0 14,7 12,0 4.7 9,7 7,4 Non déclaré 0,3 0.2 0,3 1,7 4,2 3,2 1,1 3,2 2,3 Total 100,0 100,0 100.0 100,0 100,0 100.0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 1017 802 1819 1522 2298 3820 2533 3047 5580 Temps médian 15,5 60,5 20,8 15,6 61,0 30,7 15,5 60,8 30,4 4.8 DISCONTINUATION DES METHODES CONTRACEPT IVES Les taux de discontinuation des méthodes contraceptives et les raisons de cette discontinuation sont des sujets d'intérêt pour les responsables des programmes nationaux de planification familiale. Pour répondre à ce besoin d'information, un calendrier d'événements sur cinq années, recueillant des données détaillées sur les grossesses, les naissances, les durées de pratique contraceptive, les raisons d'arrêt., a ~té utilise lors de l'enquête. Les taux de discontinuation par méthode, tirés de ce calendrier, sont présentés au Tableau 4.12. Ces taux ont ét~ calculés en se basant sur l'utilisation durant les douze prcmiers mois, suivant la date de commencement, de la méthode utilisée. Les raisons de discontinuation ont été classées, après examen, en trois catégories principales: échec de la méthode, désir de tomber enceinte, et autres raisons incluant les problèmes liés à l'utilisation d'une méthode spécifique, la désapprobation du mari, et l'absence de besoin d'utiliser une méthode contraceptive. 54 Tableau 4.12 Taux de discontinuation Taux de discontinuation des méthodes contraceptives dans la première année en raison de l'échec de la méthode, du désir de tomber enceinte, de santé, ou d'autres problèmes, selon la méthode, ENPS-I/Maroc 1992 Méthode Raison de la discontinuation Toutes Echec Pour Problémes raisons de la tomber de Autres confon- méthode enceinte santé raisons dues Pilule 5,8 9,0 11,2 11,4 37,4 DIU 2,1 1,3 9,8 5,7 18,8 Abstinence périodique 23,9 10,3 0,6 15,6 50,4 Retrait 11,1 5,5 0,8 28,4 45,8 Ensemble 7,8 8,0 9,2 13,6 38,7 Pour l'ensemble des quatre méthodes (pilule, DIU, continence périodique et retrait), on constate que 8 pour cent des utilisatrices ont renoncé à leur méthode avant la fin de la première année pour raison d'échec de la méthode (femmes tombées enceintes pendant l'utilisation); 8 pour cent ont répondu avoir cessé l'utilisation de la contraception parce qu'elles voulaient tomber enceintes, et 14 pour cent ont cessé pour d'autres raisons telles que la stérilité et la ménopause. Presqu'une femme sur dix (9 pour cent) a arrêté pour des raisons de santé et d'effets secondaires. Comme on pouvait s 'y attendre, les méthodes traditionnelles (abstinence périodique et retrait), présentent les taux de discontinuation les plus élevés au cours de la première année. Une femme sur quatre (24 pour cent) et une femme sur dix (11 pour cent) respectivement sont tombées enceintes parce que leur méthode a échoué. Ainsi, en tenant compte de toutes les raisons d'arrêt, les taux de continuation atteignent 50 pour cent pour l'abstinence périodique et 54 pour cent pour le retrait. Pour les deux méthodes modernes, les taux sont plus élevés: 63 pour cent pour la pilule et 81 pour cent pour le DIU. 4.9 RAISONS DE D ISCONTINUATION DES METHODES CONTRACEPT IVES Le Tableau 4.13 présente les données sur la raison principale de discontinuation parmi les femmes qui ont arrêté d'utiliser (une ou plusieurs fois) la contraception au cours des cinq dernières armées. Pour l'ensemble des méthodes, les donnés montrent que la raison d'abandon la plus constamment évoquée est le désir de tomber enceinte (28 pour cent). La deuxième raison citée conceme les effets secondaires et les problèmes de santé (24 pour cent). Le DIU semble être la mêthode qui pose principalement ce type de problèmes (50 pour cent), suivi de l'injection (38 pour cent), des méthodes vaginales (28 pour cent) et de la pilule (27 pour cent). L'échec de la méthode vient en troisième position avec 21 pour cent; par ordre d'importance, l'abstinence périodique (47 pour cent) et le retrait (33 pour cent) sont jug6s comme les méthodes les moins efficaces. Au niveau des méthodes modemes, c'est le condom ( 19 pour cent), l'injection (19 pour cent) et la pilule (18 pour cent) qui sont considérés comme les moins efficaces. 55 La quatrième raison évoquée, mais bien loin derrière, concerne les rapports sexuels peu ftéquents ou l'absence du mari (8 pour cent). En ce qui concerne la désapprobation du mari comme raison de discontinuation, elle a 8té citée par seulement 4 pour cent des femmes pour l'ensemble des méthodes; mais si l'on considère le condom et le retrait, les proportions sont respectivement de 38 et de 21 pour cent. Tableau 4.13 Raisons de discontinuation Répartition (en %) des femmes qui ont discontinué une méthode contraceptive dans les cinq dernières années par la raison principale de discontinuation, selon la méthode spécifique, ENPS Maroc 1992 Méthodes Abstin. Raison de Injec- vagi- pédo- disconfinuation Pilule DIU tion nales Condom dique Retrait Autre Total Tomber enceint~ en ulilisant 17,9 5,6 (18,8) (16,7) 19,1 46,6 32,7 (56,3) 21,3 Voul, tomber enceinte 31,3 16,9 (12,5) (2,8) 10,6 25,0 19,8 (6,3) 27,7 Mari d6sapprouve 0,9 1,0 (0,0) (5,6) 38,3 4,1 20,7 (3,1) 3,6 Effets secondaires 19,6 34,9 (31,3) (16,7) 1,1 0,9 0,9 (0,0) 16,8 Problèmes de santé 7,8 14,9 (6,3) (11,1) 1,1 0,3 0,5 (0,0) 6,7 Accès/Disponibilité 0,3 0,5 (0,0) (0,0) 1,1 0,0 0,0 (0,0) 0,3 Voulait une m6thode plus 1,2 6,2 (9,4) (8,3) 10,6 11,6 9,7 (3,1) 3,5 efficace Mal commode à utiliser 0,3 1,5 (0,0) (11,1) 6,4 1,9 0,5 (0,0) 0,9 Rapports sexuels peu 19,8 2,1 (9,4) (13,9) 4,3 1,9 6,0 (0,0) 8.1 fréq,/Mari absent Probl~n'~ de cofit 0,0 0,0 (3,1) (5,6) 0,0 0,0 0,0 (0,0) 0,1 Fataliste 0,1 0,0 (0,0) (0,0) 0,0 0,3 0,0 (0,0) 0,1 M6nopause 0,3 0,5 (3,1) (0,0) 0,0 0,0 1,4 (6,3) 0,4 Mariage rompu/sépar6e 1,5 0,5 (0,0) (0,0) 0,0 0,9 1,4 (0,0) 1,3 Autre 1,2 4,1 (0,0) (0,0) 1,1 1,3 0,9 (0,0) 1,3 Non déclaré 7,9 11,3 (6,3) (8,3) 6,4 5,3 5,5 (25,0) 7,8 Total 100,0 100,0 (100,0) (100,0) 100,0 100,0 100,0 (100,0) 100,0 Effectif de femmes 1852 195 32 36 94 320 217 32 3278 ( ) Basé sur moins de 50 cas 4.10 UT IL ISAT ION FUTURE ET METHODES CONTRACEPT IVES PREFEREES On a posé aux femmes actuellement mari~es et ne pratiquant aucune méthode contraceptive au moment de l'enquête, une question concernant leur intention à l'égard de l'utilisation future des moyens contraceptifs. Le Tableau 4.14 donne la répartition des femmes ayant l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir selon le nombre d'enfants vivants. On a distingué les femmes ayant déjà utilisé une méthode par le passé de celles n'en ayant jamais utilisé. Il apparaR que la moitié des femmes mari~es (51 pour cent) n'ont pas l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir. A l'opposé, 44 pour cent ont l'intention d'utiliser la contraception dans le futur (Graphique 4.4). Parmi celles-ci, 61 pour cent (27 pour cent par rapport à 44 pour cent) ont déjà eu recours à la contraception et 39 pour cent seront de nouvelles acceptrices (17 pour cent par rapport à 44 pour cent). Concemant le délai qui s'écoulera avant de commencer à pratiquer l'une ou l'autre méthode dans l'avenir, 56 Tableau 4.14 Utilisation future de la contraception Répartition (en %) des femmes actuellement mari~es n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive, par intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, selon le nombre d'enfants vivants et selon l'expérience passée en matière de contraception, ENPS-II Maroc 1992 Intention d'utiliser dans lefutur Nombre d'enfants vivants ~ 0 1 2 3 4 + Ensemble N'a jamais utllls£, la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 8,4 22,1 15,6 12,2 12,1 13,5 Intention d'utiliser plus tard 13,2 4,1 2,0 2,1 1,7 3,7 N'est pas sflre quand 1,4 0,5 Õ,3 1,0 0,2 0,5 N'a pas sflre d'utiliser 2,2 3,4 1,5 2,1 2,1 2.2 N'a pas l'intention d'utiliser 58,4 40,9 33,0 29,7 34,0 37,7 Non déclaré 0,0 0,2 0,0 0,0 0,1 0,1 A d6.1~ utilis~ la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 4,3 14,0 30,0 34,6 26,3 23,0 Intention d'utiliser plus tard 4,3 3.7 4,8 4.2 3,5 3.9 N'es pas sflre quand 0,2 1,4 0,5 0,3 0,3 0.5 N'est pas sfire d'utiliser 0,5 0,7 1,0 0,3 0,8 0,7 N'a pas l'intention d'utiliser 6,9 8,5 10,6 12,t) 18.8 13,7 Non déclaré 0,2 0,5 0.8 1,6 0.2 0,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Toutes les femmes actuellement mari~es et non-utilisatrices Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 12,7 36,1 45,6 46,9 38,4 36,5 Intention d'utiliser plus tard 17,5 7,8 6,8 6,3 5,1 7,6 N'est pas s~re quand 1,7 1 ~8 0.8 1.3 0.5 l.O N'est pas sfire d'utiliser 2,6 4,1 2,5 2,3 2,9 2,9 N'a pas l'intention d'utiliser 65,3 49,4 43,6 41,7 52,7 51,4 Non déclaré 0,2 0.7 0,8 1,6 0.3 0,6 Total 100,õ 100,0 100,0 100,0 100,0 100.0 Effectif de femmes 418 435 397 384 1360 2994 ~Y compris la grossesse actuelle. le même tableau permet de constater que huit femmes sur dix parmi les utilisatrices potentielles (37 pour cent par rapport à 44 pour cent) pensent recourir i la contraception dans les douze prochains mois. La prise en considération du nombre d'enfants vivants permet de constater que la proportion de futures utilisatrices augmente avec le nombre d'enfants, passant de trois femmes sur dix (30 pour cent) chez les nullipares à plus d'une femme sur deux (53 pour cent) chez celles ayant 3 enfants. On remarquera que la plupart de ces utilisatrices ont l'intention de pratiquer la contraception dans l'année. 57 Graphique 4.4 Intention de pratiquer la contraception par les femmes actuellement mariées N'a pas l'intention 51% Autres 5% Jtilisera plus tard 8% Utilisera bient6t 37% ENPS-II 1992 Concernant les femmes n'ayant pas l'intention de recourir à la contraception, le Tableau 4.15 donne la raison principale de cette non-utilisation. Il en ressort que la principale raison évoquée est le désir d'avoir des enfants et cela, pour plus de quatre femmes sur dix (46 pour cent), quel que soit leur åge. Les plus jeunes (moins de 30) ont avancé cette raison plus fréquemment que les femmes âgées (30 ans ou plus): 71 pour cent contre 37 pour cent. On note cependant, qu'en dehors de cette raison, les femmes ont évoqué (dernière colonne du tableau) principalement, la ménopause et la stérilité (particulièrement les femmes âgées) dans 10 pour cent des cas, les problèmes de santé dans 10 pour cent également, la d6sapprobation du mari et les effets secondaires (7 pour cent pour chacune de ces deux raisons) et la difficulté de tomber enceintes dans 6 pour cent. On relèvera, par ailleurs, une proportion de 3 pour cent de femmes qui est évoqué le manque d'information comme raison de non-utilisation. 58 Tableau 4.15 Raisons de non-utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive et n'ayant pas l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, selon la principale raison pour laquelle elles n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception, selon l'âge, ENPS-II Mæoc 1992 Raison de Age Tous non-utilisation les de la contraception <30 30 + åges Veut des enfants 70,8 36,5 46,2 Manque d'information 2,8 3,1 3,0 Mari désapprouve 6,9 7,2 7,2 Coét trop élevé 0,2 0,2 0,2 Effets secondaires 5,6 7,6 7,0 Problèmes de santé 5,1 11,5 9,7 Difficile à obtenir 0,0 0,3 0,2 Religion 1,4 3, I 2,6 Opposé au PF 0,9 0,5 (I,6 Fataliste 0,5 0,2 0,3 Autre pers. désap. 0,5 0,2 0,3 Rap. sex. peu fréq, 2,1 6,1 4,9 Difficile à tomber enceinte 1,4 7,4 5,7 Ménopause/stérilisée 0,2 14,2 10,3 Pas commode 0,0 0,4 0,3 Pas mariée 1,4 1,5 1,5 NSP 0,2 0,1 0,1 Non déclaré 0,0 O, 1 O, 1 Total 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 432 1106 1538 D'autre part, concernant la demande potentielle en matière de méthodes anticonceptionnelles, il ressort du Tableau 4.16 que les femmes opteront dans la quasi totalité pour les méthodes modernes. La méthode préférée reste comme par le passé la pilule: 68 pour cent. Le DIU et la stérilisation féminine viennent en seconde position avec presque la même proportion de femmes (respectivement 12 pour cent et 11 pour cent). Quatre-vingt dix pour cent de la population ayant l'intention de recourir à la contraception dans l'avenir opteraient pour l'une de ces trois méthodes. Il faut noter que par rapport à 1987, les proportions de femmes ayant opté pour la ligature tubaire et le DIU sont restées inchangées alors que la pilule a augmenté de presque 8 points par rapport aux autres méthodes (60 pour cent en 1987 contre 68 pour cent en 1992). 59 Tableau 4.16 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future Répartition (en %) des femmes actuellement mariées n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive mais ayant l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, par méthode préférée, selon l'intention de l'utiliser dans les 12 prochains mois ou plus tard, ENPS-II Maroc 1992 Intention d'utiliser Méthode Dans Pas sfire contraceptive les 12 Après txmr préférée mois 12 mois quand Ensemble I Pilule 66,7 71,5 83.3 67.7 DIU 11,9 10,5 3,3 11,5 Injections 3,8 2,2 3,3 3,5 Diaph,/Mousse/Gelée 0,5 0,0 0,0 0,4 Condom 0,8 0,1) 3,3 0,7 Stérilisation féru, 11,6 8,8 3,3 10,9 Abstinence périod, 2,9 2,2 3,3 2,8 Retrait 0,9 1,8 0,0 1,0 Autre 0,4 11,9 0,0 0,4 Non déclaré 0,5 2,2 0,1) 1,0 Total 100,0 100,0 100,0 lO0,0 Effectif de femmes 1093 228 30 1355 1Quatre femmes qui n'ont pas déchtré leur intention fcmt partie de l'ensemble. 4.11 PLANIFICATION FAMILIALE ET MOYENS D'INFORMATION A toutes les femmes de l'échantillon (célibataircs comprises), on a posé la question suivante : "Au cours du mois dernier, avez-vous entendu un message sur la planification familiale à la radio ou à la télévision?" Le Tableau 4.17 montre que la majorité des femmes (81 pour cent) n'ont pas été exposées aux messages concernant des masse-médias sur la planification familiale. Seulement 7 pour cent en avaient entendu parler à la radio, 6 pour cent à la t616vision et 7 pour cent par Ic biais des deux sources (radio et télévision). L'analyse de la fréquence d'écoute des messages radio-télévisées selon les variables socio- démographiques montre que, malgré le faible niveau d'information, les femmes du milieu urbain (25 pour cent) et celles ayant une instruction secondai re ou plus (33 pour cent) sont les plus nombreuses à recevoir des émissions sur la contraception. Par ailleurs, les femmes du Tensift (27 pour cent), du Centre-Sud (25 pour cent) et du Nord-Ouest (22 pour cent) ont étd plus exposées aux messages sur la contraception que les femmes des autres régions; mais les différences entre les niveaux sont relativement faibles. Si l'on se r6fère aux femmes non-cé[ibataires, on constate que les niveaux d'écoute restent toujours faibles, et sont pratiquement identiques pour toutes les I~mmcs. 60 Tableau 4.17 Messages sur la planification familiale diffusés par les média Répartition (en %) de toutes les femmes et des femmes non-célibataires ayant entendu un message diffusé par la radio ou la télévision sur la planification familiale dans le mois précédant l'enquéte, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, ENPS-II Maroc 1992 Caractéristique Aucun Message sur le planification familiale Effectif Radio Télé. Les Non de seulement seulement deux déclaré Total femmes TOUTES LES FEMMES Milieu de résidence Urbain 74,8 6,0 8,9 10,2 0,1 100,0 4550 Rural 86,9 7,5 2,2 3,3 0,0 100,0 4706 Région Nord Ouest 77,9 6,7 8,4 6,9 0,1 100,0 1783 Centre-Nord 81,9 6,2 2,4 9,5 0,0 100,0 1185 Centre 86,4 4,4 4,6 4,5 0,1 100,0 2845 Oriental 84,0 4,1 5,5 6,2 0,2 1011,0 613 Centre-Sud 75,1 8,3 5,5 11,2 0,0 100,0 824 Tensi ft 73,1 12,1 8,1 6,7 0,0 100,0 959 Sud 80,5 9,7 4,2 5,5 0,0 100,0 1047 Niveau d'instruction Aucun 86,7 6,2 3,2 3,8 0,1 100,0 5866 Primaire 76,1 6,4 8,5 9,0 0,0 100,0 1561 Secondaire ou plus 66,6 8,9 10,4 13,9 0,1 100,0 1829 Ensemble 81,0 6,8 5,5 6,7 0,1 100,0 9256 FEMMES NON CELIBATA1RES Milieu de résidence Urbain 76,0 5,2 7,8 I l ,0 0.0 100,0 2539 Rural 88,5 6,5 2,2 2,8 0,0 100,0 3100 Réglon Nord Ouest 78,2 5,9 8,4 7,4 0,1 100,0 1143 Centre-Nord 82.0 6,4 2.7 8,9 0,0 100,0 700 Centre 90,0 3.2 2,5 4.3 0,0 100,0 1640 Oriental 83, I 4.(I 5,2 7,7 0,0 100,0 349 Centre-Sud 77,4 6,6 4.8 11,2 0,0 100.0 482 Tensift 77.6 10,4 6,6 5,3 0,11 100,0 617 Sud 82.6 8,2 4.1 5,1 0.0 100,0 708 Niveau d'instruction Aucun 86,8 5,6 3,4 4,1 0,0 100,0 4310 Primaire 75,2 5,4 8,2 11,2 0,0 100,0 734 Secondaire ou plus 63,2 8,4 9,9 18,3 0,2 100,0 595 Ensemble 82,8 5,9 4,7 6,5 0,0 100,0 5639 61 Bien que seulement 20 pour cent de femmes aient été exposées au cours du mois dernier aux messages sur la planification familiale, la quasi totalité (92 pour cent) des femmes marocaines enquêtées sont favorables à la diffusion d'informations relatives à ce sujet sur les antennes de la radio et de la télévision. En 1987, cette proportion s'~levait à 79 pour cent. Le Tableau 4.18 laisse apparaître que l'approbation de la diffusion d'informations sur la planification familiale varie légèrement selon l'åge (entre 91 et 95 pour cent). Si l 'on considère la variable "milieu de résidence," les femmes du milieu rural approuvent moins les informations sur le contr•le des naissances que celles du milieu urbain (88 pour cent contre 97 pour cent). Les proportions les moins élevées en faveur des messages sont enregistrées dans les régions du Sud (87 pour cent) et de l'Oriental (87 pour cent) et chez les femmes qui n'ont aucune instruction (89 pour cent). Il faut noter que les n iveaux d'approbation sont généralement les mêmes aussi bien chez toutes les femmes que chez les femmes non-célibataires. Tableau 4.18 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion sur la planification familiale Pourcentage de toutes les femmes et des femmes non-célibataires approuvant la diffusion d'informations sur la planification familiale à la radio ou à la télévision, par åge et par caractéristiques socio-démographiques, ENPS-1I Maroc 1992 Non Effectif Accept- accept- Non de Caractéristique able able déclaré Total femmes TOUTES LES FEMMES Age 15-19 90,6 6,4 3,0 100,0 2145 20-24 94,5 3,9 1,6 100,0 1686 25-29 93,1 4,6 2,3 100,0 1468 30-34 93,4 3,9 2,7 100,0 1372 35-39 91,3 4,8 3,9 100,0 1173 40-44 92,1 5,5 2,4 100,0 744 45-49 90,9 6,3 2,8 100,0 668 Milieu de résidence Urbain 96,7 2,1 1,2 100,0 4550 Rural 88,1 7,8 4,1 100,0 4706 R~glon Nord Ouest 93,8 4,9 1,3 100,0 1783 Centre-Nord 92,5 4,8 2,7 100,0 1185 Centre 92,4 3,9 3,7 I00,0 2845 Oriental 87,1 11,1 1,8 100,0 613 Centre-Sud 92,5 4,9 2,7 100,0 824 Tensift 98,5 11,4 1,0 100,0 959 Sud 86,8 9,2 4,0 100,0 1047 Niveau d'instruction Aucun 89,3 6,9 3,7 100,0 5866 Primaire 96,8 2,1 1,1 100,0 1561 Secondaire ou plus 98,3 1,3 0,5 100,0 1829 Ensemble 92,4 5,0 2,6 100,0 9256 FEMMES NON-CELIBATAIRES Age 15-19 92.6 20-24 93,8 25-29 91,7 30-34 93,0 35-39 91,1 40-44 92,0 45-49 91,1 Milieu de résidence Urbain 96,3 Rural 88,7 Région Nord Ouest 93,7 Centre-Nord 93,3 Centre 91,3 Oriental 90,3 Centre-Sud 91,9 Tensift 98,5 Sud 86,0 Niveau d'Instruction Aucun 90,3 Primaire 98,5 Secondaire ou plus 97,5 Ensemble 92,1 3.0 4,5 100,0 269 4,9 1,3 100,0 741 5,5 2,8 100,0 964 4,3 2,7 100,0 1181 5,0 3,8 100,0 1094 5,7 2,3 100,0 725 6,2 2,7 100,0 665 2,2 1.5 100,0 2539 7,4 3,9 100,0 3100 4,5 1,8 100,0 1143 3,7 3,0 100,0 700 4,6 4,1 100,0 1640 8,6 1,1 100,0 349 5,6 2,5 100,0 482 0,3 1,1 100,0 617 10,5 3,5 100,0 708 6,2 3.5 100,0 4310 1,0 0.5 100,0 734 1,7 0,8 100,0 595 5,1 2,8 100,0 5639 62 CHAPITRE 5 NUPTIALITE ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE L'objet de ce chapitre est de présenter un certain nombre de facteurs mesurés par l'enquête et qui jouent, en dehors de la contraception, un rõle déterminant sur la fécondit6 : il s'agit de la nuptialité, de l'aménorrhée et de l'abstinence post-partum. 5.1 ETAT MATRIMONIAL Cette partie portera sur la situation matrimoniale au moment de l'enquête. Comme l'indique le Tableau 5.1, trois femmes sur cinq (61 pour cent) déclarent avoir été mari~es au moins une fois. Celles d6clarées veuves ou divoreées constituent 6 pour cent de l'ensemble. Mais il ne s'agit ici que d'une situation de stabilité apparente. En effet, l'analyse de l'histoire matrimoniale à partir d'autres études telles que l'Enquête Nationale sur la Fécondité et la Planification Familiale (ENFPF) de 1979-80 montre que les unions sont en fait relativement instables, et les dissolutions sont suivies de remariages de telle sorte que les femmes se déclarant en situation de rupture d'union à l'enquête ne constituent qu'une proportion minime. Tableau 5.1 Etat matrimonial Répartition (en %) des femmes par état matrimonial actuel, selon l'åge, F.NPS-II Maroc 1992 Etat matrimonial Effectif Groupe Céliba Divor- de d'âges taire Mariée Veuve cée Total femmes 15-19 87,5 11,8 0,0 0,7 100,0 2145 20-24 56,0 40,2 11,2 3,6 100,1) 1686 25-29 34,3 60,1 0,3 5,2 100,0 1468 30 34 13,9 80,0 1,7 4,3 100,0 1372 35-39 6,7 86,0 3,2 4,1 100,0 1173 40-44 2,6 86,7 5,5 5,2 100,0 744 45 49 0,4 82,8 13,2 3,6 100,0 668 Tous âges 39,1 55,3 2,1 3,5 100,0 9256 La lecture du même tableau montre que la proportion des cdlibataires diminue avec l'åge. A 15-19 ans, presque 9 femmes sur 10 sont encore c61ibataims (88 pour cent); aux âgcs de forte fécondité (30-34 ans), la proportion des célibataires est de 14 pour cent; en fin de vie mpmductive 145-49 ans), cette proportion est infime avec moins de 1 pour cent (Graphique 5.1). Corrélativement, la proportion des m ariées augmente avec l'åge jusqu'à 40-44 ans, pour décliner ensuite principalement à cause des ruptures d'unions, par veuvage spécialement. En comparant les données de I'ENPS-11 à celles d'autres sources, on constate que les proportions des célibataires, qui n'ont cessé de s'accroître depuis un peu plus de deux décades, se sont stabilisées, spécialement chez les femmes âgées de 15-24 ans, comme le montrent le Tableau 5.2 et le Graphique 5.2. 63 Graphique 5,1 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans m m mDivorcé, es [~ [TVeuves I [] Marines • 25 29 30 34 35-39 40-44 45-49 Age ENPS-II 1992 Tableau 5.2 Femmes célibataires par åge selon differentes sources Pourcentage de femmes célibataires par åge scion dirfércnles sources, 1960, 1971, 1982, 1987 cl 1992, Maroc RçCCIINk~ Rç!Gk~NNC Recense Grmlpc ment ment ment ENPS I ENPS Il d'figes 196(1 1971 1982 1987 1992 15-19 41,2 70.2 81,5 87.2 87.5 20 24 6.0 20.4 4/I,4 55.3 56.11 25 2!) 2.3 6,(1 17,(1 24.8 34.3 31) 34 1.6 3.0 6.3 10.0 13.9 35 39 1.3 2.4 2,0 5.4 6.7 40 44 1.4 2.4 1.0 1.9 2.6 45-49 1.5 2,7 1).8 1.2 0.4 Sources: I)S. 119611; DS, 11973]; I)S, 1983; Azelmal ci al., 1989 64 Graphique 5.2 Proportions de célibataires selon deux groupes d'âges à différentes dates Pourcentage lo91q 8O 80 40 20 1960 1971 1982 1987 1992 Année ENPS-II 1992 Aux femmes mariées au moment de l'enquête, on a pose une question, pour dislinguer celles vivant en union monogame de celles ayant déclaré que leur mari avait une ou plusieurs autres êpnuses. Le Tableau 5.3 présente parmi les femmes mari~es celles vivant cll union polygame selon l'âge actuel et certaines caractéristiques socio-démographiques. Dans l'ensemble, la proportion de femmes vivam en union polygame s'élève à 5 pour cent, soit exactement la pmpnrtion observée il y a cinq ans de cela (Azelmat et al,, 1989). Elle est relativement faible par rapport à ce que 1'on obse rve en A frique sub-saharienne où elle peut conce mer parfois une femme mariée sur deux. Par rapport aux caractéristiques socio-démographiques, et contrairemenl à tnule attente, le milieu de résidence ne semble pas ~tre discriminant. Les proponkms d'unions polygames soin identiques aussi bien en milieu urbain qu'en milieu rural (5 pour cern). Par niveau d'instruction, il apparafl que 5,5 pour cent de femmes sans instruction sont engagées dans des unions polygames, tandis que celles (lui ont un niveau primaire représentent 4,0 pour cent et celles (lui onl un niveau secondaire nu plus représentent 3,7 pour cent. Les différences inter-régionales sont assez signi ficalives. Au niveau global, l'Orienlal ci le Centre-Nord ont les pourcentages les plus élevés (respectivement 9 et 8 pour con0. Ils sonl suivis pur le Centre, le Centre Sud, et le Sud (5 pour cent). Les femmes du Tensil) et du Nord-Ouest semblent les moins nombreuses à être polygames. 65 Tableau 5.3 Polygamie Pourcentages de femmes actuellement mariées en union lx:,lygame par caractéristiques socio-démograpbiques selon l'åge actuel. ENPS-I1 Maroc 1992 Age de la femme Tous Caractéristique 15~19 20 24 25-29 3(I-34 35 39 40-44 45-49 ãges Milieu de r~.sldence Urbain 1.7 3.3 5.2 3.7 6.0 6.2 7.7 5.1 Rural 1.0 3.2 4.1 3.6 7.6 7.6 8.2 5.2 R~gion Nord-Ouest 2.3 2.2 2.6 2.9 4.8 3.0 4.4 3.3 Centre-Nord 0.0 7.1 6.6 3.8 11.2 l 1.8 13.9 8.0 Centre 0.0 3.4 5.9 4.5 6.2 8.0 6.4 5.3 Oriental 0.0 8.8 4.8 5.7 12.3 18.4 5.6 8.8 Centre-Sud 3.6 4.0 5.2 1.3 7.8 5.8 7.3 5.0 Tensift 0.0 1.2 2.3 4.1 1.8 6.3 7.6 3.5 Sud 4.2 0.0 3.6 2.4 8.2 2.7 14.3 4.6 Niveau d'instruction Aucun 1.1 3.1 5.1 4.4 6.7 7.1 8.5 5.5 Primaire 1,9 2,7 2,1 1,5 10,0 3,9 5,1 4,0 Secondaire ou plus 0,0 4,8 3,5 1,5 4.4 10,0 0,0 3,7 Ensemble 1.2 3.2 4~5 3.6 6.8 7.0 8.0 5.1 5.2 EXPOSIT ION A L 'ETAT D 'UNION Le Tableau 5.4 présente l'exposition à l'~rat d'union au risque de grossesse, mesurée ici par le pourcentage de mois que la femme a passé en état de mariage. Etant donné que les données du tableau sont basées sur les informations collectées dans le calendrier des dvdnements (voir chapitre 1), le temps d'exposition est lira itéc aux cinq années précédant l'enquête. Il est à noter que Ic pourcentage de mois passés en mariage comprend l'effet de l'fige au premier mariage, des dissolutions d'union et du remariage. Dans l'ensemble, les femmes marocaines ont passé presque 51 pour cent des cinq années précédant l'enquête en état de mariage, c'est à dire un peu plus de 2,5 ans. Cette proportion est très proche de celle observée dans un autre pays arabe, à savoir la Jordanic (48 pour cent) d'après l'Enquête de Population et de Santé Familiale de 1990 (Zou'bi et al., 1992). Comme il fallait s'y attendre, le pourcentage de mois passds en mariage augmente avec l'âge de la femme jusqu'à 40-44 ans où il atteint 88 pour cent. Cette tendance reflète l'allure de l'entrée en mariage parmi les femmes jeunes et l'augmentation de l'incidence du veuvage parmi les femmes de 45-49 ans. Selon les caractéristiques socio-ddmographiques des l~mmcs, on constate que, gdndralcment, les femmes qui ont passé le plus de temps en mariage sont celles du milieu rural (56 pour cent), les femmes du Sud (56 pour cent) et du Nord-Ouest (55 pour cent), et les femmes qui n'ont aucune instruction (63 pour cent). 66 Tableau 5.4 Exposition à l'état d'union Pourcentage de temps, en mois, passé en état d'union dans les cinq années précédant l'enquete, par mois et par certaines caract~istlques socio-démographiques, ENPS-II Maroc 1992 Groupe d'åges Caractéristique 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Milieu de résidence Urbain 2,3 21.8 40,9 70,7 80,9 83,l 79,9 44,9 Rural 5,5 37,7 69,0 86,1 90,8 91,7 89,4 56,1 Région Nord-Ouest 3,6 33,8 52,8 83,5 87,3 90,8 85,8 54,6 Centre-Nord 3,8 31,5 59,1 78,1 83,2 89,5 87,2 49,8 Centre 4,8 24,4 47,0 71,3 82,0 85.3 84,6 46,9 Oriental 1,3 27,1 56,1 82,5 89,3 90,5 70,3 50.0 Centre-Sud 4,7 23.1 47,0 74,1 86,1 82,4 75,3 45,0 Tensift 5,3 34,6 64,1 85,5 88,0 91,1 89,0 54,7 Sud 2,9 35,9 67.7 81,2 91,3 86,3 91,2 55,7 Niveau d'instruction Aucun 6,0 39,8 67,5 83,9 89,2 88,7 85,3 62,6 Primaire 4,0 23,8 36,9 65,7 74,9 86,4 80,9 35,9 Secondaire ou plus 1,2 11,7 27,2 63,1 78,4 80,0 87,6 24,6 Total 4,1 29,5 54,3 78,2 85,8 87,7 85,1 50,6 5.3 AGE AU PREMIER MARIAGE L'åge médian caractérise l'âge auquel 50 pour cent des femmes ont déjà contracté leur premier mariage. Il est présenté au Tableau 5.5 ci-dessous (dernière colonne) selon l'âge des femmes å. l'enquête. Le mEme tableau présente, toujours selon l'åge actueL, les proportions de femmes déjà cntr•es en union à différents åges. En considérant l'ensemble des femmes âgées de 25 à 49 ans (dernièrc ligne du tableau), on Tableau 5.5 Age au premier mariage Pourcentage de femmes non-cé]ibataîrcs aux åges exacts premier mariage, par ige actuel, ENPS-II Maroc 1992 15, 18~ 20, 22 et 25 ans. et åge médian au Pourcentage de femmes déjà Age en première union ~ ['åge exact: médian Groupe au 1 er d ages 15 18 20 22 25 Effectif mariage 15-19 1,8 NA NA NA NA 2145 a 20-24 2,8 18,4 31,4 NA NA 1686 18,5 25-29 4,7 22,8 36,4 48,8 59.9 1468 19,4 30-34 8,6 31,6 50,4 63,7 75,l 1372 19,2 35-39 9,8 36,6 56,2 69,9 80,6 1173 19,0 40-44 14,5 42,9 64,1 79,0 88,7 744 18,5 45-49 23,5 53,1 73.5 84,1 93,3 668 17,6 20-49 8,6 30,7 47,5 59,7 68,6 711 l 18,8 25-49 10,5 34,5 52,6 65,6 76,3 5425 18,8 NA = Non applicable aNon calcul~ parce que moins de 50 pour cent des femmes du groupe d'åges x, x+4 sont mari~es à l'âge x. 67 constate qu'une proportion relativement importante de femmes entre tôt en union: une femme sur dix était déjà mariée en atteignant 15 ans, et une femme sur trois/'était déjà en atteignant 18 ans. Cette relative précocité de la première union se reflète à travers l'âge médian au premier mariage qui s'élève à 18,8 ans. Au fil des générations, cet åge médian est passé de 17,6 ans pour les l?mmcs du groupe d'âges 45-49 ans à l'enquête à 19,4 ans chez celles du groupe d'âges 25-29 ans. La principale caractéristique de cette modification du calendrier de la nuptialitê est la tendance importante à la baisse des mariages très précoces: en effet presque un quart des femmes de 45-49 ans (23 pour cent) étaient d~ jà mariées à l'âge de 15 ans, à 25-29 ans cette proportion devenue insignifiante, est passée moins de 5 pour cent. Enfin, en ce qui concerne le groupe 25-49 ans à l'enquête, l'âge m6dian au mariage relevé à I'ENPS-I (1987) était de 18,5 ans soit 0,3 année plus jeune que celui trnuvd ici. 11 dlait de 17,2 ans à I'ENFPF (1979- 80). En prenant en considération certaines caractdristiques socio-ddmugraphiques telles que le milieu de résidence, la région économique et le niveau d'instruction, on constate que le calendrierdcla primo-nuptialité présente de fortes variations. Comme le montre lc Tablcau 5.6 et en ce qui concerne l'ensemble des femmes de 25-49 ans à l'enquête, on constate que l'âge médian au premier mariage est plus élevé chez les résidentes en milieu urbain que chez celles du milieu rural (19,5 ans contre 18,4 ans). Au niveau régional, le Sud, le Centre et l'Oriental viennent en tête avec un åge m6di an dépassant les 19 ans. A l'opposé, on trouve la tégion Centre-Sud avec un âge de 18,2 ans et une difl'émnce de plus d'une annde par rapport aux régions ou le mariage est le plus tardif. Tableau 5.6 Age médian au premier mariage Age médian au premier mariage des femmes de 20(25)-49 ans par åge actuel et par certaines caracteristiques socio-démographiques, ENPS-II Maroc 1992 Groupe d'åges Femmes Femmes Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35 39 40 44 45-49 20-49 25 49 Milieu de résidence Urbain 18,9 20,5 20,2 19,6 18,6 17.0 19,4 19,5 Rural 18,3 18,6 18,4 18,5 18.3 18,0 18,4 18.4 Région Nord-Ouest 18,2 19.6 19,2 19.3 18,4 17,4 18,8 18,9 Centre Nord 18,5 18.6 18,6 19,0 17.9 16,2 18,4 18,3 Centre 18.5 20,1 19,6 19,2 18,5 17,4 19,0 19,1 Oriental 18.3 18,7 19.9 19,0 19,5 18,1 19,0 19,1 Centre-Sud 18,9 19,6 18,6 18,2 17,7 17,4 18,4 18,2 Tensift 18.3 18,9 18,7 18.1 18,9 18,4 18,5 18,6 Sud 18,8 20,0 19,3 19.5 18,3 19,0 19,2 19,3 Niveau d'instruction Aucun 18,2 18,7 18,5 18,5 18.2 I7,4 18,3 I8,3 Primaire 18,6 20,0 20,6 19,7 18,5 17,7 19,4 19,6 Secondaire ou plus 19,7 23,4 23,9 23,4 21,8 21,5 22,5 23,3 Ensemble des femmes 18,5 19,4 19,2 19,0 18,5 17,6 18,8 18,8 Note: L'åge médian n'est pas calculé tx)ur les femmes de 15-19 ans parce que certaines femmes peuvent encore entrer en union avant d'atteindre 20 ans. 68 Enfin, la variable éducation est encore plus discriminante: les femmes ayant fait des études secondaires ou plus contractent leur premier mariage beaucoup plus tardivement que celles n'ayant pas dépassé le niveau des études prim aires ou celles restées analphabètes: l'åge médian au premier mariage atteint 23,3 ans (niveau secondaire et plus) contre 18,3 ans chez les femmes sans instruction; soit un écart de 5 années. 5.4 EXPOSIT ION AU R ISQUE DE GROSSESSE En général, ~t la suite de la naissance d'un enfant, l'exposition de la femme au risque de grossesse dépend de facteurs tels que la durêe de l'aménorrhée post-partum (intervalle séparant le moment de la naissance de l'enfant de celui du retour de l'ovulation) elle-même variant en fonction de l'allaitement, et de la durée pendant laquelle la femme s'abstient de rapports sexuels. La combinaison de ces facteurs permet d'identifier les femmes non-susceptibles d'être exposées au risque de grossesse et d'évaluer la durée de non- susceptibilité. Celle-ci est définie comme la période pendant laquelle une femme n'est pratiquement pas soumise au risque de grossesse par suite d'aménorrhée ct / ou d'abstinence post-partum. De même, la femme est considérée non-susceptible d'être exposée au risque de grossesse quand elle n 'a pas repris les rapports sexuels depuis la dernière naissance, ou qu'elle est en aménorrhée post-partum, ce qui signi fie que ses risques de tomber enceinte sont minimcs même si elle reprend ses relations sexuelles sans couverture contraceptive. Tableau 5.7 Aménorrhée, abstinence et non-susceptibilité post-partum Pourcentages de naissances dont les mères sont en aménorrhée, en abstinence et en période de non-susceptibilité post-partum, par nombre de mois écoulés depuis la naissance, et durées médianes et moyennes, ENPS-11 Maroc 1992 Nombre de Effectif mois depuis Aménorrhée Abstinence Non-susceptibilité de la naissance post-partum post-partum post-partum naissances < 2 88,6 65,8 91,3 149 2-3 57,(I 10,1 58,2 158 4-5 39,6 4,0 41,6 149 6-7 36,0 1,2 36,6 164 8-9 36,5 3,4 37,1 178 10-11 32,0 1,7 33,7 178 12-13 28,0 1,5 29,0 200 14-15 19,0 1,3 19,6 158 16-17 16,4 2,7 18,6 183 18-19 7,0 1,7 8,7 172 20-21 3,8 1,9 5,8 156 22-23 4,5 1,7 5,6 179 24-25 2,1 0,0 2,1 190 26-27 1,1 1,6 2,6 189 28-29 1,3 1,3 2,5 160 30 31 1,4 3,4 4,1 145 32-33 0,7 1,4 2,1 142 34 35 0,0 1,2 1,2 168 Ensemble 20,4 5,4 21,8 Médiane 3,8 1,4 4,0 Moyenne 7,8 2,5 8,3 Prévalence/incidence 7,2 1,9 7,7 3018 69 Les données présent~es au Tableau 5.7 portent sur les naissances vivantes dans l'intervalle ouvert au cours des 36 demiers mois pr6cédant l'enquête, dont les mères sont encore en aménorrhée, en abstinence post-partum et non susceptibles d'être exposées au risque de grossesse. Elles sont classées selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance. On trouvera aussi dans le même tableau les durées médianes et moyennes de l'aménorrhée, de l'abstinence et de la non-susceptibilité ainsi que la moyenne "ptévalence/incidence. ''~ Les données de ce tableau montrent que deux femmes sur cinq (40 pour cent) restent en aménorrhée pour au moins 5 mois, une femme sur trois (32 pour cent) pour au moins 11 mois. Au delà d'une année et demie, la proportion des femmes dont les règles n'ont pas encore repris tombe en deçà d'une femme sur vingt. La durée médiane de l'aménorrhée est de 3,8 mois et sa moyenne est de 7,8 mois. La dernière ligne du Tableau présente la moyenne prévalence/incidence (7,2 mois) dans le but de la comparer à celle fournit à I'ENPS-I de 1987 et qui s'~levait à 8,7 mois, enregistrant par là une diminution de la durée moyenne de l'am6norrhée de 1,5 mois. Les données montrent que la durée d'abstinence post-partum est insignifiante; la très grande majorité des femmes reprennent leurs relations sexuelles quelques semaines après l'accouchement. Cette courte abstinence peut s'expliquerpar des facteurs d'ordre culturel, l'Islam ne prescrivant que 40jours d'abstinence. Cette situation n'a donc pas d'incidence majeure sur le risque de grossesse, contrairement à certains pays africains où d'après certaines coutumes, la femmc ne doit pas avoir de rapports sexuels pendant que l'enfant est allaité. Le tableau fournit enfin les proportions de naissances dc mères qui sont considérées comme non- susceptibles d'être exposées au risque de grossesse selon la durée écoulée depuis la naissance du demier enfant. Etant donné la courte durée de l'abstinence post-partum, les pourcentages de naissances au-delà des deux premiers mois et dont les mères sont en période de non-susceptibilité s'apparentent pratiquement à ceux des naissances dont les mères sont en aménorrhée. La durée mêdiane de la période de non-suceptibilité est de 4,0 mois et sa moyenne s'établit à 8,3 mois. En prenant en considération les caract6ristiques socio-démographiqucs (Tableau 5.8), on constate que les durées varient beaucoup selon l'ågc, le milieu de résidencc, la région économique et le niveau d'instruction. La durée médiane d'aménorrhéc post-panum est beaucoup plus courte chez les femmes d'âge inférieur à 30 ans (2,9 mois) que chez celles dépassant cet âge (6,4 mois), chez les citadines (2,2 mois) que chez celles résidant en milieu rural (5,4 mois), et chez celles ayant fait dcs ~rudes secondaires ou plus (1,3 mois) que chez celles de niveau primaire (2,2 mois) ou sans instmction (4,4 mois). Concernant la région économique, on constate une différence énorme entre l'Oricntal avec une durée médiane de 0,6 mois et le Sud où cette durée atteint 9,2 mois. ILa moyenne "pr6valence/incidence" est calculée, pour l'aménorrhée par exemple, en divisant le nombre d'enfants dont les mères sont encore en aménorrhée au moment de l'enquête (prévalence) par le nombre moyen de naissances par mois (incidence), estimé à partir des naissances d'une période de 36 mois pour éviter les problèmes de saisonnalité et d'erreurs possibles de période de référence. 70 Tableau 5.8 Durée médiane de la non-susceptibilité post-partum Durées médianes (en mois) d'aménorrhée, d'absunence, et de non-susceptibilité post-partum, par caractéristlques socio-démographiques, ENPS-II Maroc 1992 Nombre de Effectif mois depuis Aménorrhée Abstinence Non-susceptibilité de la naissance post-partum post-partttm post-partum naissances Groupe d'åges < 30 ans 2,9 1,4 3,2 1431 30 ans ou plus 6,4 1,5 6,4 1587 Milieu de r~ldence Urbain 2,2 1,2 2,3 993 Rural 5,4 1,5 5,6 2025 Région Nord-Ouest 3,5 0,7 3,7 568 Centre-Nord 3,1 1,3 3,5 440 Centre 3,6 1,6 3,7 797 Oriental 0,6 1,3 1,8 202 Centre-Sud 2,8 0,8 2,8 209 Tensift 5,0 2,0 5,0 370 Sud 9,2 1,8 9,2 432 Niveau d'instruction Aucun 4,4 1,5 4,6 2443 Primaire 2,2 1,1 2,3 303 Secondaire ou plus 1,3 0,5 1,3 272 Ensemble des femmes 3,8 1,4 4,0 3018 Le Tableau 5.9 prêsente trois indicateurs rendant compte de la fin d'exposition au risque de procréer pour les femmes ågêes de 30 à 49 ans. Le premier d'entre eux est la proportion des femmes en ménopause définie comme êtant la proportion des femmes mari~es qui n'ont pas eu de règles durant au moins six mois avant l'enquête ou qui ont déclaré être en ménopause tout en étant ni enceintes ni en aménorrhêe. Cette proportion subit une augmentation rapide avec l'/ige passant de presque 2 pour cent à 3o-34 ans à 13 pour cent à 44-45 ans et à 30 pour cent à 48-49 ans, soit presque une femme sur trois. Le deuxième indicateur conceme l'infécondabilité définitive: il s'agit de la proportion des femmes mari6es pendant les cinq ans précédant l'enquête, qui ne sont pas enceintes, qui n'ont pas utilisé la contraception et qui n'ont pas eu de naissance pendant les cinq demières années. Comme pour la ménopause, cet indicateur augmente avec l'åge passant de 23 pour cent chez les femmes les plus jeunes de 30-34 ans, à 51 pour cent chez celles de 42-43 ans et h 85 pour cent chez les femmes de 48-49 ans. Pour l'ensemble des femm es de 30-49, presque une femmes sur deux (47 pour cent) est classée dans cette catégorie, ce qui montre l'importance de l'infécondité définitive parmi les femmes marocaines. Le troisième indicateur est relatif à l'abstinence prolongée: il s'agit de la proportion des femmes mari~es qui n'ont pas eu de rapports sexuels durant les trois années précédant l'enquête. On constate que les proportions sont très faibles n'atteignant pas 2 pour cent, quel que soit l'åge de la femme. 71 Tableau 5.9 Fin d'exposition au risque de grossesse Pourcentages de femmes de 30-49 ans actuellement mari~es qui sont en ménopause, en inféeondabilité définitive et en abstinence de longue durée par åge, ENPS-II Maroc 1992 Groupe [nfécondabilité Abstinence d'åges Ménopause I définitive 2 prolongée 3 30-34 1,7 23,3 0,9 35-39 2,5 37,0 0,7 40-41 4,4 47,7 0,7 42-43 4,7 50,6 1,6 44 45 12,6 69,9 1,0 46-47 27,6 72,6 0,0 48 49 29,5 85,3 1,3 Femmes de 30-49 ans 7,5 47,4 0,8 IPourcentage de femmes actuellement mariées, ni enceintes, ni en aménorrhée post-partum dont les dernières règles ont eu lieu 6 mois ou plus avant l'enquête ou qui se sont déclar6es en ménopause. ZPourcentage de femmes continuellement mariées, qui n'ont pas utilisé la contraception, qui n'ont pas eu de naissance durant les cinq années précédant l'enqu5te et qui ne sont pas enceintes. ~Pourcentage de femmes actuellement mariées qui n'ont pas eu de rapports sexuels durant les trois années précédant l'enqu&e. 72 CHAPITRE 6 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE A I'ENPS-II, les femmes marocaines ont ~té interview~es sur leurs préférences en matière de fécondité. Ces questions ont pour objectif de mesurer les besoins futurs en matière de contraception ainsi que le degré de réussite des couples dans le contréle de leur fécondité. De telles informations peuvent être utiles aux responsables des programmes de planification familiale pour offrir leurs services de manière plus efficace. L'analyse des thèmes étudiés dans ce chapitre est basée sur les réponses des femmes non célibataires en åge de reproduction aux questions suivantes à savoir: 1/la femme désire-t-elle ou non avoir des enfants (supplémentaires) dans l'avenir, et dans l'affirmative, combien de temps devrait-elle attendre avant d'avoir le prochain enfant, et 2/si elle pouvait recommencer de nouveau, combien d'enfants elle aurait voulu au total. De plus, on a demandé aux femmes enceintes si elles désiraient ou non avoir des enfants supplémentaires en plus de celui qu'elles attendaient; ainsi, elles étaient considérées comme si elles avaient d~ jà atteint la parité d'ordre supérieur. Il est à noter que l'interprétation des données sur les attitudes vis-à-vis de la procréation a toujours ét~ un sujet de controverse. En fait, il y a des limitations quand on utilise les données de ce type d'investigation car de telles données sont recueillies à partir d'un échantillon de femmes qui en sont à différents moments de leur vie ïéconde. Pour les femmes en début de mariage, les réponses sont liées à des objectifs à long terme dont la stabilité et la valeur prédictive sont inconnues. Pour les femmes en fin de vie féconde, les réponses sont influencées par leur passé. Par ailleurs, certains démographes pensent que les réponses aux questions sur les préférences en matière de fécondité: 1/ reflètent des points de vue éphémères qui sont exprimées sans beaucoup de conviction, et 2/ne tiennent pas compte de l'effet des pressions sociales ou des attitudes des autres membres de la famille, particulièrement du mari, qui peuvent avoir une grande influence sur les décisions en matière de reproduction. Ces critiques ne sont probablement pas justifiées dans le cas du Maroc. La prévalence contraceptive relativement élevée (42 pour cent) peut être considérée comme un indicateur d'un désir ferme et conscient pour contrõler la fécondité. Ainsi, on peut considérer que les résultats sur les intentions vis-à-vis de la reproduction exprimées par les femmes marocaines sont généralement valables. Pour ce qui est des pressions sociales, en particulier, les pressions exercées par les maris, une comparaison des attitudes des matis et de leurs femmes sur la taille de la famille dans I'ENPS-II (voir Chapitre 11) montre que leurs réponses sont très similaires, bien que le Maroc reste un pays de tradition. Malgré les problèmes d'interprétation concernant l'analyse des données sur les préférences en matière de fécondité, les résultats de ce chapitre peuvent aider à expliquer les forces qui affectent la fécondité au Maroc. 6.1 DESIR D'AVOIR DES ENFANTS (SUPPLEMENTAIRES) Cette section est consacrée aux besoins potentiels en matière de services de contraception aussi bien pour l'espacement que pour la limitation des naissances. On a posé aux femmes, actuellement mati~es, une série de questions sur leurs attitudes quant au désir d'espacer leur prochaine naissance ou de ne plus avoir 73 d'enfants. D'après le Tableau 6.1 et le Graphique 6.1, près de la moitié des femmes (49 pour cent) ont répondu qu'elles ne désiraient plus d'enfant tandis que 42 pour cent en voulaient plus, 11 est à noter que, parmi les femmes, qui ont déclaré qu 'elles désiraicnt avoir des enfants (supplémentaires) dans l'avenir, plus de la moitié (24 pour cent) voulaient espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus. Au total donc 73 pour cent des femmes - celles ne voulant plus d'enfants (49 pour cent) et celles désirant espacer pour une période d'au moins deux ans (24 pour cent) - peuvent être considérées comme des candidates potentielles à la planification familiale. Tableau 6.1 Préférences en matière de fécondité sehm le nombre d'enfants vivants Répartition (en %) des femmes actuellement mariées par leur désir d'enfants supplémentaires, selon le nombre d'enfants vivants, ENPS-n Maroc 1992 Nombre d'enfants vivants I Ensemble Désir des d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 + femmes Veut un autre bientét z 85,8 30,2 17,1 12,6 8,3 4,8 2,1 18,1 Veut un autre plus tæd 3 7,5 57,2 49,0 28,7 17,5 10.8 4,6 24,2 Veut un autre, NSP quand 0,4 0,4 0,0 0,3 (/,0 0,5 0,2 0,2 Indécise 0,4 3,3 3.3 3,5 4,3 3,7 2,9 3,1 Ne veut plus d'enfant 1,3 6,7 28,4 50,6 64,5 74,4 80,8 49,0 Stérilisée 0,0 (1,0 0,4 1,5 2,9 4,8 7,0 3,0 S'est déclarée stérile 4,11 2,3 1,8 2,8 2,5 1,1 2,6 2,4 Non déclaré 0,4 (I,O O, ] 11,0 0,0 0,0 0,0 0,1 Total 100,0 lO0,(I 100,0 101).0 100,0 100,(1 100,0 100,O Effectif de femrnes 451 706 733 721 647 566 1294 5118 Iy compris la grossesse actuelle 2Veut un autre dans les deux ans 3Veut espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus On constate que, le pourcentage de fcmmes, ne désirant plus d'enl~tots, augmente r6gulièremcnt selon le nombre d'enfants survivants, comme l'indique le Graphique 6.2: il passe de 1 pour cent chez les lemmes qui n'ont aucun enfant à 28 pour cent chez celles qui ont 2 enfants et à 81 pour cent chez Ics femmes qui en ont 6 ou plus. A l'inverse, le pourcentage de l~mmes qui désirent d'autres enfants diminue avec la taille de la famille passant de 94 pour cent chez les nullipares à 42 pour cent chez cellcs ayant 3 enfants et à moins de 7 pour cent chez les femmes ayant ó enfants ou plus. Le Tableau 6.2 donne la répartition des lcmmes, actuellement mariées, voulant d'autres enfants par désir d'enfants supplémentaires et selon l'âge de la fcmmc. Les résultats indiquent, cnmme attendu, quc la proportion de femmes voulant un autre enf~tnt diminue avec l'âge: elle passe de 95 Ix~ur ccnt à 15-19 ans à 9 pour cent à 45-49 ans. 74 Graphique 6,1 Désir d'enfants supplémentaires des femmes mariées seIon fe nombre d'enfants vivants Pourcentage 100 80 60 4C 2C I~ Stérilisée [ ]S tèr i le ~'/J Indècise I IVeut NSP Quand [ ]Veut dans les 2 ans ~r/'/JVeut après 2 ans l ine veut plus C 0 1 2 3 4 5 6 Nombre d'enfants vivants ENPSql 1992 Graphique 6,2 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée RESIDENCE Urbain . . . . . . . . . . . i Rural . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . REGION Nord-Ouest . Centre-Nord ; ; . Centre . Oriental . Centre~Sud . Tensift . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Sud . INSTRUCTION Aucune . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Primaire . Secondaire/Sup . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 3 4 5 Nombre enfants/femme ENPS-II 1992 "/5 Tableau 6.2 Préférences en matière de fécondité selon l'åge Répartition (en %) des femmes actuellement mariées par leur désir d'enfants supplémentaires, selon lãge, ENPS I1 Maroc 1992 Agc de la femme Ensemble Désir des d'enfants 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40 44 45-49 femmes Veut un autãe bient6d 43.9 23.9 20,2 17.8 16,7 10,7 7,4 18.1 Veut un autre plus tard 2 50,2 56.3 38,7 22,5 10,6 3.9 1,4 24,2 Veut un autre, NSP quand 1,2 0,a 0.1 0,3 0.2 0,0 0,0 0,2 Indécise 1,2 3,1 4,4 4,8 2,4 2,3 0,9 3, l Ne veut plus d'enfant 3,2 15,4 35,3 52,1 63,7 72,4 72,9 49,0 Stérilisée 0,0 0,0 0,2 1,4 4,2 7,8 7,6 3,0 S'est déclarée stérile 0,4 0,7 1 ,(1 1.1 2,2 2,9 9,8 2.4 Non déclaré 0,0 0,1 0,0 0,1 0, l 0,0 0,0 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 253 677 883 1098 11109 645 553 5118 1Veut un autre enfant dans [es deux ans 2Veut espacer la prochaine naissance <le deux ans ou plus Le désir de ne plus avoir d'cnfants diffère scion certaines variables socio-démographiques. Les analyses sont présentées selon le nombre d'enfants survivanls pour ne pas confbndm l'crier de cette variable avec celui des autres variablcs socio-démographiques. 11 ressort du Tableau 6.3, qu'aussi bien en milieu urbain qu'en milieu rural, ie pourcentage de femmes ne d6simnt plus d'cnlîmts augmente régulièmmcnt avec le nombre d'enfants survivants. Cependant, pour l'ensemble des femmes actuellement marides, le pourcentage de celles ne dæsirant plus d'enfants est Idg~:rement plus dlevé en milieu urbain (56 pour cent) qu'en milieu rural (49 pour cent). Par rdgion, les femmes du Sud sont celles qui ont le moins exprimé le ddsir de limiter leurs naissances: 37 pour cent seulement contre 50 à 57 pour cent dans les autres régions. L'instruction apparaît comme un facteur favorisant le d6sir de ne plus avoir d'enfants, surtout chez les femmes qui ont deux enfants ou plus. En effet, parmi les Icmmes qui ont 3 enfants, 42 pour cent des lcmmes n'ayant pas d'instruction ne veulent plus d'enfants, contre 73 pour cent parmi celles ayant le niveau primaire et 87 pour cent des femmes ayant le niveau secondaire ou plus. 76 Tableau 6.3 Désir de limiter les naissances Pourcentages de femmes actuellement mari~es qui ne veulent pas d'enfant par le nombre d'enfants encore en vie et les earactéristiques socio-démographiques, ENPS-H Maroe 1992 Nombre d'enfants vivants I Caractéristique 0 1 2 3 4 5 Ensemble des 6 + femmes Milieu de résidence Urbain 2,0 8.1 41.4 68.1 79.0 89.0 94.0 56.3 Rural 0.8 5.2 16,1 35.9 56.8 72.6 85.1 48.6 Région Nord-Ouest 3.5 13.3 39.8 63.2 68.9 81.4 84.6 56.7 Centre-Nord 0.0 7.4 25.7 51.3 67,l 76.1 89.6 55.2 Centre 0.0 4.3 33.7 57.7 73.5 85.6 91.4 53.5 Oriental 5.0 12.1 20,4 46.0 65.4 80.0 88.2 53.4 Centre-Sud 4.3 3.3 34.3 57.9 85.4 88.9 93.1 54.7 Tensift 0.1l 2.9 15,6 38.0 60.3 72.1 91.4 50.3 Sud 0.0 5.3 16.0 36.0 48.2 64.0 73.4 36.9 Niveau d'instruction Aucun 1.6 6.9 21.6 41.9 63.5 77.3 87. I 53.3 Primaire 1.3 5.9 36.9 72.6 78.2 88.1 94.7 50.8 Secondaire ou plus 0.0 6.5 45.9 86.9 89,6 95,5 100.0 43.9 Ensemble des femmes 1.3 6.7 28.8 52.1 67.4 79.2 87.8 52.0 Note: Les femmes stéri[isées sont considér6es comme ne voulant plus d'enfants. Iy compris la grossesse actuelle 6.2 BESOINS EN MATIERE DE PLANIFICATION FAMILIALE Le Tableau 6.4 présente trois types de donn6es: 1/le pourcentage de femmes actuellement mariées qui ont des besoins non-satisfaits en matière de planification familiale, 2/le pourcentage de celles dont les besoins sont satisfaits, et 3/ les pourcentages de demande potentielle totale de services de planification familiale par caractéristiques socio-démographiques. On définit les femmes comme ayant des besoins non- satisfaits en matière de contraception, t comme toutes celles qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfants (limiter leurs naissances) ou qui ont déclaré attendre deux ans ou plus avant la prochaine naissance (espacer lcu~ naissances) et qui n'utilisent pas la contraception. Les femmes ayant des besoins insatisfaits, celles dont la contraception a échoué, et celles utilisant actuellement la contraception constituent la demande totale en matière de planification familiale. Pour l'ensemble du premier groupe, deux femmes sur dix (20 pour cent) sont dans le besoin de pratiquer la planification familiale, soit pour limiter (11 pour cent), soit pour espacer (9 pour cent). Pour ce qui est du second groupe, parmi les 42 pour cent des femmes qui pratiquent la contraception, 27 pour cent ILe calcul exact des besoins non-satisfaits est expliqué en note du tableau 6.4. 77 Tableau 6.4 Besoins en matière de planification familiale Pourcentage de femmes actuellement marié.es ayant des besoins non-satisfaits en matière de planification familiale, pour centage de celles dont les besoins sont satisfaits et pourcentages de demande potentielle totale de services de planification familiale par caractéristiques socio-démographiques, ENPS-II Maroc 1992 Besoins en planning Besoins en planning familial satisfaits Demande potentielle farullial non- (utilisation totale en l~lanning Pourcentage satisfaits I pour: actuelle) 2 pour: farniliai»pour: de Effectif demande de Caractéristique Espacer Limiter Total Espacer Limiter Total Espacer Limiter Total satisfaite femmes Groupe d'gges 15-19 15,8 0,4 16,2 22,5 0,8 23,3 41,9 1,2 43,1 61,5 253 20-24 15,8 3,8 19,6 29,4 5,8 35,2 48,6 10,3 58,9 65,4 677 25-29 11,9 7,8 19,7 23,6 16,0 39,5 38,7 25,0 63,8 68,0 883 30-34 7,9 11,1 19,0 15,2 30,2 45,4 25,0 43,4 68,5 71,9 1098 35-39 4,8 15,9 20,6 7,0 40,7 47,8 13,3 58,2 71,5 70,3 1009 40-44 1,9 20,5 22,3 2,8 44,2 47,0 6,2 66,7 72,9 68,3 645 45-49 0,9 13,6 14,5 0,4 34,7 35,1 1,4 49,0 50,5 71,0 553 Milieu de r~sldence Urbain 4,7 7,6 12,3 18,0 36.5 54,5 24,8 45,7 70,5 82,2 2222 Rural 10,3 14,4 24,7 ll,1 20,4 31,6 23,6 36,0 59,6 57,3 2896 R~gion Nord-Ouest 5,9 12,2 18,1 12,2 31,5 43,6 19,7 45,9 65,6 71,9 1052 Cenae-Nord 11,1 17,8 28,9 12,/) 21,6 33,6 25,5 40,8 66,2 55,9 640 Centre 7,0 8,8 15,8 15,2 31,7 47,0 24,1 41,6 65,8 75,7 1463 Oriental 5,6 12,8 18,4 19,7 28,7 48,4 27,5 43,4 70,9 74,4 320 Centre-Sud 6,5 11,5 18,0 16,5 29,5 46,0 26,6 42,2 68,8 72,8 417 Tensift 7,3 10,4 17,6 15,4 27,7 43,1 24,0 39,6 63,7 72,0 578 Sud 12,7 10,0 22,7 11,3 14,5 25,8 26,7 25,0 51,7 51,9 648 Niveau d'Instruction Aucun 8,5 13,7 22,2 10,8 24,9 35,7 21,3 40,0 61,3 62,8 3932 Primaire 5,4 4,8 10,2 19,7 37,3 57,0 28,3 43,6 71,9 85,3 644 Secondaire ou plus 6,6 2,8 9,4 31,2 33,8 64,9 39,3 38,0 77,3 87,8 542 Ensemble des femmes 7,9 11,4 19,3 14,1 27,4 41,5 24,1 40,2 64,3 69,2 5118 ILes besoins non-satisfaits pour espacer concernent les femmes enceintes dont la grossesse ne s'est pas produite au moment voulu, les femmes en aménorrrhée dont la dernière naissance ne s'est pas produite au moment voulu, et les femmes qui ne sont ni enceintes ni en aménorrh~e, qui n'utilisent pas de m6tbode contraceptive et qui ont déclaré vouloir attendre deux ans ou plus avant leur prochaine naissance. Les besoins non-satistfaits pour limiter concernent les femmes enceintes dont la grossesse n'était pas voulue, les femmes en aménorrhée dont la dernière naissance n'était pas voulue, et les femmes qui ne sont ni enceintes ni en am6norrhée, qui n'utilisent pas de m6thode contracepàve et qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfant. Sont également exclues les femmes qui sont en ménopause ou en période d'infécondabilité, selon les défiuitions données au Tableau 5.9. 2L'utilisation pour espacer concerne les femmes qui utilisent actuellement une méthode contraceptive et qui ont déclaré vouloir attendre deux ans ou plus avant leur prochaine naissance. L'utilisation pour limiter concerne les femmes qui utilisent actuellement une méthode contraceptive et qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfant. 3Besoins non-satisfaits et utilisation actuelle 78 l'utilisent pour limiter et 14 pour cent pour espacer. Le dernier groupe de données fournit la demande totale (64 pour cent) pour les services de planification familiale parmi les femmes actuellement mari~es. Comme on l'a signalé plus haut, ce groupe comprend les femmes ayant des besoins non-satisfaits, et celles qui utilisent actuellement la contraception. Il est à noter que la demande totale comprend également la proportion de femmes (3 pour cent) qui ont besoin de méthodes plus efficaces, étant donné que les méthodes qu'elles avaient utilisées ne leur avaient pas permis d'~virer une grossesse) La dernière colonne du tableau donne le pourcentage de la demande totale pour les services de contraception qui est satisfaite (69 pour cent): il s'agit des femmes qui utilisent actuellement la contraception et celles qui l'avaient utilisée sans succès par rapport à la demande totale. Les besoins en matière de planification lamiliale diffèrent selon les caractéristiques socio- d6mographiques. Au niveau du premier groupe, c'est chez les lemmes les plus jeunes (15-19 ans) et chez celles qui sont les plus âgées (45-49 ans) que les besoins non-satisfaits sont les moins fréquents (respectivement 17 et 15 pour cent). Chez les autres groupes d'figes, les diffémnces sont minimes. Au niveau du milieu de résidence, les pourcentages des besoins non-salisfaits sont deux fois plus importants en milicu rural (25 pour cent) qu'en rnilieu urbain (13 pour cent). Du fait que les femmes rurales utilisent beaucoup moins les méthodes contraceptives, la demande totale satisfaite pour les services de planification familiale est largement plus importante dans les zones u rbames (82 pour cent) que dans les zones rurales (57 pour cent). S'agissant de la région, les résultats obtenus montrant que les besoins non-satisfaits sont plus importants chez les femmes du Centre-Nord (29 peu r cent) et du Sud (25 pom' cent) quc chez celles des autres régions (16 à 19 pour cent). Concernant l'instruction, la di ff~ronce entre les proportions des d i ff~rentes catégories est appréciable; les femmes sans instruction ont des besoins non-satisfilils Ch matièrc de planification familiale plus élevés (23 pour cent) que celles qui ont une instruction primai re (11 pour cent) ou une éducation sccondaire ou plus (9 pour cent). Par contre, la demande potentielle totale augmente de façon importante avec le niveau d'instruction passant de 61 pour cent chez les femmes n'ayant aucune instruction à 77 pour cent chez celles ayant un niveau secondaire ou plus. 6.3 NOMBRE TOTAL D 'ENFANTS DESIRES La taille idéale de la filmille souhailée est appréhendée par l'inlemlédiaire des qucslions suivantes: Pour les femmes qui n'ont pas d'enfants, on a demandé: "Si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants à avoir dans toute votre vie, combien voudriez-vous en avoir en Iout?" Pour les lcmmes (lui ont des enlants, la question est formulée ainsi: "Si vous pouviez recommencer à partir de l'époquc ou vous n'aviez pas d'enfants, et si vous pouviez choisir exactement le nombrc d'enfants à avoir dans toute votre vie, combien auriez-vous voulu Ch avoir au total?" Dans ce chapitre, nous avons jusqu 'ici étudié les pré fércnces de la femme en matière de reproduction en tenant compte du nombrc d'enfants qu'elle a déjà eus. Dans cette section, par contre, nous intémssons à 2Les données sur l'échec de la contraception ne sont pas présentécs dans le Tableau 6.4 79 l'information sur le nombre idéal d'enfants d6sir6s, ce qui est une triche difficile pour la femme; car il s'agit de r6pondre à une question hypoth6tique, å savoir le nombre d'enfants qu'elle souhaite avoir, dans l'absolu, indépendamment de la taille actuelle de sa famille. Le Tableau 6.5 montre qu'en moyenne, le nombre idéal d'enfants est de 3,4 pour l'ensemble des femmes, de 3,8 pour les femmes non-c61ibataires, et de 3,9 pour celles actuellement mari~es. Bien que par rapport à I'ENPS-I de 1987, le nombre moyen d'enfants désir6s n'ait que très peu changé, il n'en reste pas moins que le taux de r6ponse non-num6rique a fortement baissé entre les deux enquêtes: il est passé de 27 pour cent en 1987 (ENPS-I) à 4 pour cent en 1992 (ENPS-II); ceci est une preuve, en plus de l'amélioration de la collecte, d'un d6sir conscient chez les femmes marocaines pour contrOler la fécondité et d'une attitude, vis-à-vis de la procréation, de moins en moins fataliste. Il y a une association entre la taille actuelle et la taille idéale de la famille qui passe de 2,8 chez les femmes sans enfant à 4,9 chez celles qui ont 6 enfants ou plus. Quel que soit le nombre d'enfants survivants, pr6s de 6 femmes sur 10 désirent au plus trois enfants. Tableau 6.5 Nombre idéal d'enfants Répartition (en %) de l'ensemble des ferrunes par nombre idéal d'enfants et nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des femmes, pour celles actuellement mari6es et les femmes non-célibataires selon le nombre d'enfants vivants, ENPS-II Maroc 1992 Nombre Nombre d'enfants vivants I Ensemble idéal des d'enfan~ 0 1 2 3 4 5 6 + femmes 0 1,1 0,7 0,6 0,5 0,7 1.0 0,3 0,8 1 4,3 5,0 1,5 1,3 2,0 0,8 0,8 3,0 2 46,4 37,9 31,7 18,8 15,5 13,3 9.5 32,2 3 21,2 24.0 24,5 31,6 10,3 13.0 10,3 19,7 4 19,1 22.4 31,0 29,7 42,3 22.6 27,6 24,5 5 3,1 4.7 5,2 8,7 11.5 23.4 10,9 6,9 6 ou plus 3,5 3.5 3,7 7,3 12,9 19.2 33,0 9,8 Réponses non-numériques 1.3 1.9 1,8 2,2 4.7 6.7 7,6 3.0 Total 100,0 I00,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de toutes le femmes 4196 858 788 772 697 594 1351 9256 Nombre idéal moyen 2,8 3,0 3,2 3,5 4,0 4,4 4,9 3,4 Toutes les femmes avec réponses numériques 4141 842 774 755 664 554 1248 8978 Nombre idéal moyen 3.2 3,0 3.3 3.5 4,0 4,4 4.9 3,9 Femmes mariées avec réponses numériques 443 691 722 704 615 529 1192 4896 Nombre idéal moyen 3,1 3.0 3,2 3,5 4.0 4,4 4,9 3,8 Femmes non-célibatalres avec réponses numériques 571 842 774 755 664 554 1248 5408 Note: Les moyennes sont calcal6es en excluant les femmes ayant donne des réponses non-numériques. Y compris la grossesse actuelle 80 Le Tableau 6.6 donne le nombre moyen idéal d'enfants pour l'ensemble des femmes selon l'åge actuel et selon certaines variables socio-démographiques. Par milieu de résidence, les femmes rurales semblent désirer plus d'enfants que les femmes urbaines, quel que soit le groupe d'åges. L'écart absolu entre les deux milieux est de 1 enfant (2,9 dans l'urbain contre 3,9 dans le rural). Par région, les femmes du Centre- Sud semblent désirer le moins d'enfants (3,0), alors que l'inverse s'observe dans le Sud (3,9). Le niveau d'instruction apparaft comme une variable négativement correlée avec le nombre idéal d'enfants. En moyenne l'écart absolu est de 1,4 enfant entre les femmes qui n'ont jamais été å l'école et celles qui ont un niveau secondaire ou plus. Ainsi, les écarts observés entre les milieux urbain et rural d'une part, et entre les femmes ayant fréquent~ l'école et celles sans instruction, d'autre part, donnent une indication précieuse sur les changements sociaux dont ces facteurs de moderuisme sont des indicateurs. Tableau 6.6 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiques Nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des femmes par åge et par caractéristiques socio démographiques. ENPS-I/ Maroc 1992 Age actuel Tous Caractéristique 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 åges MIIleuderésldence Urbmn 2.5 2.6 2.6 2.9 3.3 3.7 4.0 2.9 Rural 3.2 3.4 3.7 4,3 4.7 4.7 5.1 3.9 Région Nor~Ou~t 2.7 2.9 2.9 3.3 3.8 3.9 4.1 3.2 Cen~e-No~ 3.3 3.3 3.6 3.7 4.1 4.2 4.9 3.7 Cerise 2.6 2.8 2.8 3.4 3.6 4.1 4.6 3.2 OEienml 3.2 3.1 3.4 3,7 4.2 4.1 4.7 3.6 Cenge-Sud 2.5 2,6 2.9 3,2 3.6 4.0 3.7 3.0 Te~ifi 3,0 3.1 3.4 4.2 4.6 4.6 4.8 3.7 Sud 3.3 3.4 3.7 4.1 4.7 4.6 5.7 3.9 Nlveaud'ln~ructlon Auc~ 3.3 3.4 3.5 4.0 4.3 4.5 4.7 3.9 Pr~ake 2.7 2.7 2.7 2.9 3.2 3.7 3.4 2.8 Seoendmreouplus 2.4 2,4 2.4 2,5 2.8 2.8 3.5 2.5 Ensemble des femmes 2.9 3.0 3,1 3.6 4.0 4.2 4.6 3.4 6.4 PLANIFICATION DE LA FECONDITE On a posé aux femmes de I'ENPS-II une série de questions relatives à chaque naissance des cinq demières années et à la grossesse actuelle (s'il y en a une) dans le but de déterminer si, lorsque la femme s'est tmuvée enceinte, elle souhaitait ~tre enceinte à ce moment-là, plus tard, ou s'il s'agissait par contre d'une grossesse non désirée. Ces questions constituent un indicateur particulièrement important permettant de mesurer le degré de réussite des couples dans le contréle de leur fécondité. 81 Les questions sur la planification de la fécondité exigent de la femme un effort de concentration pour se souvenir avec exacåtude de ses préférences en matière de fécondité à un ou plusieurs moments précis des cinq demières années, et de les rapporter honnêtement. En outre, il existe un risque de rationalisation dans la mesure où, souvent, une grossesse non désirée peut devenir par la suite un enfant auquel on s'est attaché. Malgré ces problèmes, les résultats d'enquêtes antérieures ont indiqué que de telles questions permettent d'obtenir des informations extrêmement utiles sur le statut de la planification des naissances. Le Tableau 6.7 donne la répartition des naissances des cinq dernières années par type de planification selon le rang de naissance et l 'åge de la mère à la naissance. Parmi les 5826 naissances (y compris la grossesse actuelle) des cinq demières années, 65 pour cent étaient désirées et 15 pour cent n'étaient pas souhait~es à ce moment-là, il s'agissent, donc, de naissances mal planifiées. Par contre, presque deux grossesses sur dix (19 pour cent) n'étaient pas du tout désirées. Les naissances de rang 1 et 2 semblent mieux planifiés que les naissances de rang 3 et de rang 4 ou plus. Tableau 6.7 Planification de la fécondité Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enqu&e par type de planification selon le rang de naissance et l'åge de la mère à la naissance, ENPS-II Maroc 1992 Statut de la naissance: Rang de Effectif naissance et Voulue Voulue Non- de åge de la mère au moment plus tard désirée ND Total I naissances Rang de naissance 1 88,3 9,7 1,5 0,5 10(1,1) 1143 2 72,9 21,4 5,6 0,1 100,0 950 3 67,9 21,0 10,8 0,3 100,0 794 4 ou plus 53,0 13,7 32,9 0,3 100,0 2939 Age de la mère < 20 82,4 14,6 2,3 0,6 100,0 471 20-24 75,0 18,8 6,1 0.1 100,0 1293 25-29 69,5 17,4 12,8 11,3 100,0 1554 30-34 59,9 14,3 25,4 0,4 100,0 1338 35-39 52,7 9,8 37,2 0,4 100,0 767 40-44 41,0 9,5 49,2 0,3 100,0 327 45-49 27,6 7,9 64,5 0,0 I00,0 76 Ensemble 65,2 15,2 19,3 0,3 100,0 5826 Note: Le rang de naissance inclut la grossesse actuelle. Iy compris les non-déclarés Le Tableau 6.8 présente un autre indicateur de la fécondité non désirée au Maroc. Cet indice exprime le niveau de fécondité qui, théoriquement devrait être atteint si toutes les naissances non désirées étaient évitées. Le calcul des taux de fécondité désirée se fait de la même manière que le calcul des taux de fécondité par åge présentés dans le Chapitre 3, tout en éliminant du numérateur les naissances classées comme non désirées. Le cumul des taux de fécondité désirée par âge donne l'indice synthétique de fécondité désiréc 82 (ISFD) qui est analogue à l'indice synthétique de fécondité (ISF). La comparaison du taux de fécondité actuel avec celui de f6condité désirée met en évidence l'impact démographique potentiel de la prévention des naissances non souhait~es. Théoriquement, I'ISFD devrait ~tre un meilleur indice de la fécondité désirée que la réponse à la question sur le nombre idéal d'enfants. Cet indice est plus proche de la réalité, car les réponses des femmes enquêtées tiennent probablement compte de la répartition des enfants déjà nés selon le sexe et des considérations de survie. Les réponses à la question sur le nombre total d'enfants désires, par contre, se réfèrent probablement aux enfants encore en vie et peuvent supposer une répartition idéale des deux sexes. Une autre différence entre les deux mesuoes mérite d'être signalée; I'ISFD prend la fécondité observée comme point de départ et par conséquent, il ne peut jamais ~tre supérieur à I'ISF, contrairement au nombre idéal d'enfants désires qui peut ~tre supérieur au nombre d'enfants déjå nés. En comparant r lSFD (2,7 enfants) et I'ISF (4,0 enfants), on constate qu'un couple marocain sur trois (34 pour cent) ne réussit pas encore à planifier le nombre d'enfants qu'il désire. Pour ce qui est des caractéristiques socio- démographiques, l'indice synthétique de fécondité désirEe varie dans le m~me que l'indice Tableau 6.8 Taux de fécondité désirée Indice synthétique de fécondité désiré.e et indice synthétique de fécondité pour les trois années ayant précédé l'enquéte, par caractéristiques socio-démographiques, ENPS-I/Maroc 1992 Caractéristique Indice synthétique Indice de fécondité synthétique désirée de fécondité Milieu de résidence Urbain 1,73 2,54 Rural 3,62 5.54 Région Nord-Ouest 2,40 3,82 Centre-Nord 2,60 4,69 Centre 2,24 3,39 Oriental 2.34 4,12 Centre-Sud 2,08 3,38 Tensift 3,57 5,14 Sud 4,20 5,01 Niveau d'instruction Aucun 3,21 4,86 Primaire 1,71 2,36 Secondaire ou plus 1,62 2,03 Ensemble des femmes 2,66 4,04 Note: Les indices sont basés sur les naissances des femmes de 15 49 ans durant la période 1-36 mois précédant l'enqu&e. L'ISF est le méme que celui présenté au Tableau 3.2. synthétique de fécondité, sauf que les niveaux de I'ISFD sont plus faibles pour toutes les catégories. C'est particulièrement dans le Centre-Sud (2,1 enfants), chez les femmes du milieu urbain (1,7 enfants), et chez celles ayant un niveau d'instruction secondaire ou supérieur (1,6 enfants) que la fécondité désir6e est la plus faible. 83 CHAPITRE 7 SANTE DE LA MERE ET DE L'ENFANT Ce chapitre est consacré à l'examen de questions de première importance ayant trait å la santé de la mère et de l'enfant. 11 abordera les trois thèmes suivants: Soins prénatals et accouchement; Vaccinations des enfants; Maladies des enfants. L'analyse de ces données permet d'une part d'évaluer l'action des services de la protection de la mère et de l'enfant et, d'autre part, d'identifier les populations cibles pour les programmes de santé au Maroc. 7.1 SOINS PRENATALS ET ACCOUCHEMENT 7.1.1 Soins prénatals Le Tableau 7.1 présente la répartition en pour cent des naissances survenues au cours des cinq années précédant l'enquête, par type de visites prénatales durant la grossesse, selon certaines caractéristiques socio- économiques de l'cnquêtée. Pour plus des deux tiers des naissances (67 pour cent), les mères n'ont consulté personne au cours de leur grossesse. Pour une naissance sur trois (32 pour cent), la mère est allée en consultation prénatale soit auprès d'un médecin (21 pour cent) soit auprès d'une infirmière ou sage-femme (11 pour cent). En 1987, L'ENPS-I donnait une proportion de eonsultations prénatales de 25 pour cent. Les soins prénatals sont sensibles aux variables socio-démographiques. Selon l'åge, les consultations auprès des professionnels de santé sont plus fréquentes chez les femmes âgées de 20-34 ans (34 pour cent) que chez les femmes de moins de 20 ans (29 pour cent), ou chez celles ågées de 35 ans ou plus (28 pour cent). Pour ce qui est du milieu de résidence, on note toujours la disparité entre le milieu urbain (61 pour cent) et le milieu rural (18 pour cent). Le problème d'acccssibilité, le manque de pe~onncl de santé de sexe féminin et de personnel qualifié sont les principaux causes de ce faible niveau de consultation dans les zones rurales. L'analyse di fférentielle selon la parit6 montre que plus celle-ci augmente plus le taux de consultation diminue: 45 pour cent pour les naissances de rang 1 contre 37 pour cent pour les naissances de rangs 2-3, 33 pour cent pour les rangs 4-5 et seulement 21 pour cent pour le rang 6 ou plus. Au niveau de la région, la moitié des naissances (51 pour cent) du Centre-Sud ont été suivie en consultation prénatale; l'Oriental vient en seconde position (42 pour cent), suivi du Nord-Ouest (36 pour cent) et du Centre (33 pour cent). La proportion la plus faible est enregistrée dans la région du Tensi ft (16 pour cent). Par niveau d'instruction, 77 pour cent des naissances issues des mères sans instruction, n'ont eu aucune consultation prénatale; parcontre, 51 pour cent des naissances issues des mères de niveau secondaire ou plus ont bênéficié de consultations prénatales. Le Graphique 7.1 donne la répartition en pour cent des naissances des cinq demières années précédant l'enquête selon le nombre de visites prénatales effectuécs et la durée de la grossesse à la première visite. Sur les 32 pour cent de naissances pour lesquelles tes mères ont bénéficié de soins prénatals, 15 pour cent de mères ont effectu6 deux à trois visites, 9 pour cent ont consulté une seule fois et 8 pour cent ont effectué plus 85 Tableau 7.1 Soins pt6natals Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant préeéd~ l'enqu&e, par type de visite prénatale durant la grossesse, selon cerbaines caractéristiques socio-dérnographiques, ENPS-I/Maroc 1992 Accou- Infirmière/ cheuse Effect~ Sage- tradi de Caractéristique Médecin femme tionnele Personne ND Tolal naissances Age de la m~re t la naissance < 20 17.9 11.1 0,2 70,5 0.2 100.0 424 20-34 22.5 11.3 0,2 65,9 0,0 100.0 3690 35 ou plus 18,8 9.5 0,0 71,7 0.1 100.0 1024 Rang de nalsssance 1 33.9 11.5 0.1 54.4 0.1 100.0 993 2 3 23,9 13,1 0,4 62.6 0.0 100,0 1501 4 -5 19.4 10,5 0.2 69.9 0.0 100,0 1140 6 ou plus 12.2 8,7 0.0 79,0 0,1 100,0 1504 Milieu de résidence Urbain 42,0 18,6 0,3 39,0 0,1 100,0 1763 Ru rai 10,7 6.9 0, I 82,3 0,1 100,0 3375 Région Nord-Ouest 26,9 9,0 0,2 63.8 0,2 100,0 1016 Centre-Nord 19,0 12,1 0,1 68,8 0,0 100.0 736 Centre 26,8 5,9 0,4 66,9 0,0 100,0 1302 Oriental 33,9 7,9 0.3 57,7 0,3 100,0 369 Centre-Sud 26,1 24,4 0,0 49.6 0.0 100,0 353 Tensfft 5,0 10,8 0,0 84,2 0,0 100,0 638 Sud 12,3 16,6 0,0 71,1 0,0 100,0 724 Niveau d'instruction Aucun 13.8 9.4 0,1 76,6 0,0 100,0 4192 Primaire 38,2 21,9 1,0 38,7 0,2 100,0 511 Secondaire ou plus 75,2 12,2 0,0 12,6 0,0 100,0 435 Total 21,4 I0,9 0,2 67,4 0,1 100,0 5138 Note : Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enquête. Si différentes personnes ont ét6 consultées, seule la plus qualifiée a 6t~ prise en compte dans ce tableau. de 4 visites. Selon le mois de grossesse, on peut constater que 26 pour cent des mères ont effectué leur première consultation à moins de 5 mois de grossesse, contre 4 pour cent entre 6-7 mois et 2 pour cent à moins de 8 mois de grossesse. Pour l'ensemble du Maroc, la durée médiane de la grossesse à la première visite est de 3,6 mois. Si le niveau de couverture des soins prénatals reste faible, une amélioration se dessine puisque les mères ont recours de manière plus fréquente aux soins prénatals dès les premiers mois de grossesse. Jusqu'å ces demières années (avant 1987) les femmes consultaient assez tardivement. Cette évolution reste à exploiter pour accroître le nombre de visites ultérieures. 86 Graphique 7,1 Visites prénatales et durée de grossesse à la première visite NOMBRE DE VISITES Aucune 1 visite 2-3 visiles 4 visites ou p lusm DUREE A LA PREMIERE I L_ VISITE Aucune < å 6 mois 6-7 mois ~ 8 mois ou plusm m 10 20 30 40 50 60 Pourcentage de naissances 7a ENPS-II 1992 7.1.2 Vaccination antitétanique La vaccination antitétanique vise à immuniser les mères contre le tétanos et surtout à prévenir Ic tétanos néonatal qui menace les enfants nés à domicile sans précaution d'asepsie. Pour une protection complète, une femme enceinte devrait recevoir deux doses de vaccin; cependant, si clic a déjà été vaccinéc durant une grossesse précédente, une seule dose peut suffire pour la grossesse suivante. Le Tableau 7.2 présente la répartition en pour cent des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête selon le nombre d'injections antitétaniques rcçues par la mère pendant la grossesse et le pourcentage de naissances pour lesquelles les mères ont un carnet de vaccination, selon certaines caractéristiques socio- démographiques. Près de 54 pour cent des naissances ont été protégées contre le tdtanos. Parmi ces naissances, plus de 90 pour cent ont reçu deux doses ou plus d'anatoxine tétanique. Les naissances les mieux protégdcs sont celles issues de mères ~îgées de 35 ans ou plus (62 pour cent), de rang de naissance 4 ou plus (57 pour cent) et les naissances issues du milieu urbain (57 pour cent). La pratique de cette vaccination est à son niveau le plus élevé dans les régions du Sud (59 pour cent) et de Tensift (56 pour cent) et '~ son niveau minimum dans la région du l'Oriental (46 pour cent). En considérant le niveau d'instruction, la vaccination anti-tdtanique est plus fréquente parmi les mères ayant oeçu une instruction primaire (62 pour cent) que parmi les mères ayant atteint un niveau secondaire ou plus (54 pour cent) et celles sans aucune instruction (53 pour cent). 87 Tableau 7.2 Vaccination antitétanique Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquète, par nombre d'injections antitetanique reçues par la mère pendant la grossesse et pourcentage de naissances pour lesquelles les femmes ont un carnet prénatal, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, ENPS-H Maroc 1992 Nombre d'injections antitétainques Pourcentage aymat un Effectif NSP/ carnet de Caractéristique 0 1 2 + ND Total prénatal naissances Age de la m~'re ~t la naissance <20 57,1 11,6 31,4 0,0 100,0 15,8 424 20-34 46,9 7,9 45,1 0,l 100,0 16,6 3690 35 et plus 38,4 7,9 53,5 0,2 100,0 14,2 1024 Rang de naissance 1 55,1 9,3 35,5 0,1 100,0 22,2 993 2-3 44,8 9,5 45,6 0,1 100,0 17,9 1501 4-5 42,9 7,4 49,6 0,2 100,0 15,7 t 140 6 ou plus 43,8 6,8 49,4 0,1 100,0 10,6 1504 Milieu de r~sldence Urbain 42,9 9,8 47. I 0,1 100,0 28,6 1763 Rural 47,7 7,3 44,9 0,1 100,0 9,5 3375 Région Nord-Ouest 46,6 8,6 44,8 0,1 100,0 9,7 1016 Centre-Nord 47,1 7,3 45,5 0,0 100,0 19,4 736 Centre 46,9 10,8 42,0 0,3 100,0 13,6 1302 Oriental 54,2 8,4 37,4 0,0 100,0 9,2 369 Cenffe-Sud 45,6 8,2 46,2 0,0 100,0 34,6 353 Tensift 43,9 6,4 49,7 0,0 100,0 11,1 638 Sud 40,7 5,4 53,9 0,0 100,0 24,9 724 Niveau d'instruction Aucun 47,1 7,3 45,5 0,1 100,0 12,6 4192 Primaire 37,8 13,3 48,9 0,0 100,0 26,8 511 Secondaire ou plus 46,0 10,8 43,2 0,0 100,0 36,6 435 Ensemble 46,1 8,2 45,6 0,1 100,0 16,1 5138 Pour ce qui est de la disponibilité du camet prénatal, les mères ne possèdent ce document que pour seulement 16 pour cent des naissances. Les naissances pour lesquelles les mères possèdent le plus fr6quemment un carnet pr6natal sont celles de premier rang, ainsi que les naissances des femmes les plus instruites, et celles appartenant au milieu urbain, ou venant de la région du Centre-Sud. 88 7.1.3 Accouchement A partir du Tableau 7.3 et du Graphique 7.2 on peut relever un certain nombre d'observations relatives à l'accouchement. Sept naissances sur dix (72 pour cent) des cinq demières années ont eu lieu à domicile. Les femmes ayant consulté pour des soins pr6natals sont celles qui accouchent le plus souvent en milieu sanitaire et en particulier celles ayant effectué quatre visites prénatales ou plus (75 pour cent) comme le montre le même Tableau 7.3. Pour celles ayant eu une à trois visites prénatales 51 pour cent de leurs Tableau 7.3 Lieu de l'accouchement Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enqu6te par lieu d'accouchement, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, ENPS-ll Maroc 1992 Caractéristique Etahlissement sanitaire Effectif Services A la NSP/ de de santé maison Autres ND Total naissances Age de la m~re à la naissance < 20 33,3 66,5 0,0 11,2 100,0 424 20-34 29,8 70,1 0,1 0,1 100,0 3690 35 ou plus 21,1 78,7 0,0 0,2 100,0 1024 Rang de naissance 1 49,1 50,7 0,l 0,1 100,0 993 2-3 32,3 67,6 0,0 0,1 100,0 1501 4-5 23,3 76,4 0,1 0,2 100,0 1140 6 ou plus 14~5 85.4 0,0 0,1 100,0 1504 Milieu de résidence Urbain 58,7 41,1 0,1 0,I 100,0 1763 Rural 12,5 87,3 0,0 0,1 100,0 3375 R~glon Nord-Ouest 32,4 67,4 0,0 0,2 100,0 1016 Centre-Nord 23,4 76,6 0,0 0,0 100,0 736 Centre 30,7 68,9 0,2 0,2 100,0 1302 Oriental 42,5 57,2 0,0 0,3 100,0 369 Centre-Sud 35,4 64,6 0,0 0,0 100.0 353 Tensift 19,3 80,7 0,0 0,0 100,0 638 Sud 20,9 79,1 0,0 0,0 100,0 724 Niveau d'instruction Aucun 18,9 81,0 0,0 0A 100,0 4192 Primaire 58,1 41,3 0,2 0A 100,0 5l l Secondaire ou plus 84,4 15,2 0,2 0,2 100,0 435 Visites prénatales Aucune 14,8 85,1 0,0 0,1 100,0 3465 1 à 3 50,6 49,2 0,1 0,1 100,0 1266 4 ou plus 75,4 24,4 0,2 0,0 100.0 402 NSP, ND 0,0 40,0 0,0 60,0 100,0 5 Ensemble des naissances 28,4 71,5 0,0 0,1 100,0 5138 Note: Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enquête. 89 Graphique 7.2 Lieu d'accouchement et assistance pendant l'accouchement A la maison 72,% Service de santé 28% Lieu d'accouchement Qabla 48% Toute seule 2% M6decin 6% Infirrnière/SF 2! ,~u.~b 9ersonnes 20,% Assistance à l'accouchement ENPS II 1992 naissances ont eu lieu dans un établisscment sanitaire. L'âge de la mère semble influer sur le lieu de l'accouchement: 33 pour cent des naissances issues de mères d'åge inférieur à 20 ans, pour la plupart des primipares, sont nés dans un milieu surveillé, contre 21 pour cent pour les naissances issues de mères de 35 ans ou plus. Par milieu de résidence, plus de la moitié (59 pour cent) des naissances du milieu urbain ont eu lieu dans une formation sanitaire, contre 13 pour cent pour celles du milieu rural. Le rang de naissance semble aussi être déterminant, puisque près de la moitié (49 pour cent) des naissances de premier rang ont eu lieu dans les services de santé; cette proportion diminue avec le rang de naissance et elle n'est plus que de 15 pour cent quand la naissance est de rang supérieur à 5. Par région, les écarts sont importants: l'Oriental vient en tête avec 43 pour cent des naissances qui ont lieu dans les établissements sanitaires, suivi de loin par le Centre-Sud (35 pour cent) et le Nord-Ouest (32 pour cent), alors que dans le Tensift et le Sud, une naissance seulement sur cinq ont lieu dans les services de santé. Selon le niveau d'instruction des mères, les différcnces sont encore plus nettes: pour les mères non-scolarisés 19 pour cent des accouchements ont lieu dans un service de santé contre 58 pour cent pour les mères ayant reçu une instruction primairc et 84 pour cent pour Ics mères ayant accédé à l'enseignement secondaire ou plus. A l'instar des visites prénatales, les mères ayant des parités élevées (supérieure à 5) et les mères dont l'âge est supérieure à 35 ans accouchent en faible proportion dans un service de santé. Ceci est préoccupant puisque l'âge (> 35 ans) et la parité (> 5 enfants) sont autant de facteurs de risque pour l'accouchement. Le Tableau 7.4 et le Graphique 7.2 montrent que les mères de 31 pour cent des naissances seulement ont été assistées par un professionnel de la santé lors de l'accouchement: 6 pour cent par un médecin, et 25 pour cent par une sage-femme ou une infirmière formée. Par contre, pour 48 pour cent des naissances, les mères ont accouché avec l'aide de l'accoucheuse traditionnelle ou qabla pour 20 pour cent, elles ont été assistées par d'autres personnes (parentes, voisines, amies, .), et pour 2 pour cent des naissances, la mère 90 Tableau 7.4 Assistance tors de l'accouchement Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête par type d'assistance lors de l'accouchement, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, ENPS-n Maroc 1992 A¢cou- Inftrmi~re/ eheuse Effectif Sage- tradition- Patents/ NSP/ de Caract6ristique Médecin femme nelle Autres Personne ND Total naissances Age de la mère å la naissance < 20 5,4 30.4 47,9 16,0 0.0 0,2 100,0 424 20-34 6,4 26,2 46.5 19.6 1,2 0.0 100,0 3690 35 ou plus 4,6 18,4 51,4 21.7 3,9 0,1 100,0 1024 Rang de naissance 1 13,6 39,1 33,8 13,1 0,3 0,1 100,0 993 2-3 7,4 27,8 46.2 17.7 0,8 0.0 100.0 1501 4-5 3,2 23,3 52.6 19.6 1,2 0,0 100.0 1140 6 ou plus 1.7 14.0 54,3 26,3 3.7 0,1 100,0 1504 Milieu de résidence Urbain 13,7 50,0 28,3 7,5 0,3 0,1 100,0 1763 Rural 1,9 11.9 57,7 26,1 2,3 0,1 100,0 3375 Région Nord-Ouest 7,9 27,0 43,2 20,0 1,8 0,2 100.0 1016 Centre-Nord 3,7 21,1 50,7 233 1,5 0,0 100,0 736 Centre 8.4 24,7 47,8 18.3 0,8 0,0 I00.0 1302 Oriental 5.4 45,8 35.0 12.2 1,4 0,3 100,0 369 Centre-Sud 5.7 32.0 43.3 17,6 1,4 0,0 100.0 353 Ten si ft 2,4 18,3 67,6 11,1 0.6 0,0 100,0 638 Sud 5,0 18,2 41,2 31.2 4,4 0.0 100,0 724 Niveau d'instruction Aucun 2,6 18.0 54,4 23,0 1,9 0,0 100,0 4192 Primaîre 9,2 55,2 27,4 7,2 0.8 0,2 100,0 511 Secondaire ou plus 34,7 56,6 5,5 3.0 0,2 0,0 100,0 435 Visites prénatales Aucune 1,6 14.6 57,1 24,8 2.0 0,0 100,11 3465 1 à3 11.3 43,8 33,0 11,0 0,9 0,0 100,0 1266 4 ou plus 27,4 55,5 11,9 4,5 0,7 0.0 100,0 402 NSP, ND 0,0 0,0 40,0 0,0 0,0 60,0 100.0 5 Ensemble des naissances 6,0 25,0 47.6 19,8 1,7 0,1 100,0 5138 Note: Les donn6es coneement les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enqutte. Si di ff~rentes personnes ont assisté l'accouchement, seule la plus qualifiée a 6té prise en compte dans ce tableau. a été seule pendant l 'accouchement. Dans I 'ENPS-I de 1987, la proportion d'accouchements avec l'aide du personnel de santé était de 26 pour cent, soit une augmentation de 19 pour cent pour la ptriode 1987-1992. L' analyse en fonction des caractéristiques socio-démographiques montre que 33 pour cent des mères de moins de 35 ans ont bénéficié d'une assistance médicale pendant leurs accouchements au cours des cinq années ayant préc6dé l'enquéte; la différence avec les femmes les plus ågées est relativement importante (23 pour cent). Ces femmes de moins de 35 ans recourent plus volontiers aux sages-femmes ou infirmières (27 pour cent) et aux médecins (6 pour cent) que les femmes plus agées (respectivement 18 pour cent et 5 pour cent). 91 Comme pour les visites prénatales et pour le lieu d'accouchement, les mères de naissances de premier rang sont les plus nombreuses à accoucher avec l'assistance de pemonnel de santé (53 pour cent), et ce pourcentage diminue avec le rang de naissance pour concerner seulement 16 pour cent des naissances de rang 6 ou plus. Par milieu de résidence, plus de six mères sur dix vivant en milieu urbain (64 pour cent) ont bénéficié de cette assistance alors que deux femmes sur dix (13 pour cent) du milieu rural en ont bénéficié. En milieu rural, la qabla joue un r61e de premier plan dans l'assistance à l'accouchement avec 58 pour cent. Selon la région, l'Oriental vient en tête; plus de la moitié des accouchements (51 pour cent) ont eu lieu avec une assistancc médicale; le Centre-Sud vient en seconde position (38 pour cent), suivi du Nord-Ouest (35 pour cent) et du Centre (33 pour cent). Les régions les moins favoris~es sont le Centre-Nord (25 pour cent), le Sud (23 pour cent), et surtout le Tensift où l'assistance médicale est inférieure à 21 pour cent. Pour ce qui est du niveau d'instruction, il y a une corrélation très étroite entre cette variable et l'assistance à l'accouchement par du personnel de santé: chez les femmes sans instruction, 21 pour cent seulement des accouchements ont été assistés par un personnel médical contre 64 pour cent chez celles avec une instruction primaire, et 91 pour cent chez les femmes avec une instruction secondaire ou plus. L'assistance par un professionnel de santé augmente avec la fréquence des visites prénatales: 16 pour cent des naissances de mères n'ayant eu aucune visite ont été assistées par un professionnel de santé, contre 83 pour cent de celles issucs de mères ayant effectué plus de 4 visites prénatales. D'après le Tableau 7.5, selon les déclarations de la mère, 2 pour cent seulement des naissances des cinq années ayant précédé l'enquête ont eu lieu par césaricnne, et moins de 1 pour cent des enfants sont nés prématurés. Par ailleurs, moins de 22 pour cent des enfants ont ét~ pesées à Ici naissance, d'après les camets prénatals ou les ddclarations de la mère: moins de 2 pour cent de ces naissances ont présenté un faible poids (< 2500 g), ci près de 20 pour cent ont eu un poids à la naissance ~gai ou supérieur à 2500 g. Quant à la taille du bébé à la naissance, les mères ont signalé dans la majorité des cas que leurs enfants avaient à la naissance soit une taille "moyenne" (53 pour cent), soit une taille supérieum à la "moyenne" (21 pour ecnt). Il y a, néanmoins, plus d'un enfant sur quatre (26 pour cent) qui avait une taille petite ou très petite à la naissancc. Tableau 7.5 Caractéristiques de l'accouchement: c6sarienn% prérnaturilér poids et taille ~ la naissance Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquete, par nature de l'accouchement (césarienne, pr6maturité), poids å la naissance et taille à la naissance &après l'opinion de la mère, ENPS-I1 Maroc 1992 Caractéristique Pourcentage Accouchement par césarienne Oui 2,0 Non 97,8 NI) 0,2 Total 100,0 Prémalurité Oui 0,9 Non 99,1 NSP/NI) 0,1 Tolal 100,0 l'okls à la naissance < 2,5 kg 1,6 2,5 kg ou plus 19,9 NSP/ND 78,4 Total 100,0 Taille å la naissance Tr?:s gros 1,7 Plus gros que la moyenne 19,4 Moyen 53,0 Phls petit que la moyenne 21,6 'l'r~:s petit 4,2 NSP/NI) 0,l Total 100,0 Effectit (le naissances 5I 38 Note: [.es données concernent les naissances de lai période 1 59 mois précédant l'cnqu~3te. 7.2 VACCINAT ION Au Mamc, le Ministère de la Santé Publique enlmpœend chaque annde au mois d'octobre des campagnes de vaccination appelées "Joumées Maghrébines de Vaccination ( JMV)" et ce depuis 1987. La vaccination des enfants en bas âge contre les six principales maladies de l'enfance (tuberculose, diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite et rougeole) cmlstitue un pilier majeur de l'action entreprise dans le pays en faveur de la santé de l'enfant. 92 Pourla mesure des performances obtenues dans ce domaine, les données détaillées sur la vaccination sont obtenues à partir de la carte de vaccination des enfants vivant ågés de moins de cinq ans qui sont issus des mères interview~es. L'enquêtrice transcrit les dates de toutes les vaccinations. Ce n'est que lorsque le document n'est pas disponible, les renseigncments sont rccucillis sur les différents types de vaccin reçu sans spécifier les dates de vaccination, Le Tableau 7.6 présente les pourcentages d'enfants ayant reçu les vaccinations spéci tiques quel que soit l'âge à la vaccination selon que l'information provient d'un carnet de vaccination ou de la déclaration de la mère; il donne également les pourcentages de ceux qui ont ét6 vaccinés avant l'âge de 12 mois. Les données concernent seulement les enfants de 12-23 mois qui ont atteint l'åge où ils devraient être tous vaccin~s, car l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande que tous les enfants soient vaccinés avant d'atteindre l'~.ge de un an. Tout d'abord, il ressort de ce tableau que 65 pour cent des enfants de 12-23 mois ont un carnet de vaccination, ce qui représente une nette amélioration par rapport à la situation d'il y a cinq ans où les m~ms n'ont pu produire ce document que pour 51 pour cent des entanls de ce même groupe d'åge (Azelmat et al., 1989). Tableau 7.6 Vaccinations par sources d'information Pourcentages d'enfants de 12-23 mois ayant reçu des vaccinations spécifiques quel que soit råge ~ la vaccination selon que l'information provient d'un camct de vaccination ou de la dfic[aration de la robre, et pourcentages de ceux qui ont été vaccinés avant l'åge de 12 mois, ENPS ll Maroc 1992 Source d'infomlation I]CG I % ayant L)TCoq Illllill montrd Effectif ROtl- ItlLI- ALI lift citrll~l d'en 2 3 + I 2 3 + geole le~; I cunc de race, fanls VaccinOs ~ n' importe quel ~I~e avant l'crique.te Selon le carnet de vaccination 65,2 65,1 61,6 56,5 65,1 Selon la déclaration de la mère 28,2 26,7 24,9 22,8 26,7 Selon les deux sources 93,4 91,8 86,5 79,4 91,8 Vaccinés avant l'fige de 12 mois Selon les deux sources 92,3 89,5 81,5 73,8 89,5 Selon le carnet de vaccination 95,8 98,6 91.9 83,2 98,6 61,6 56,5 57,0 54,3 Il,0 65,4 985 24,9 22.8 22,8 21.4 6,2 34,6 985 86,5 79,4 79,8 75,7 6,2 100,0 985 81,5 73,8 66,9 63,4 7,8 985 91,9 83.2 83,7 77.5 0,2 644 Note: On supposc que le taux de couverture du I)TC(× 1 pour les enlhnts sans carnet de vaccination est le même quc ce[ai de la polio quand la mère a d6clar6 que l'enfant avait 6L~ vaccm6 contre la polio, Chez les enfants pour lesquels I'inlbm~ation est bas6e sur la déclaration de la mère, on a supposé que la proportion de vaccins reçus durant leur première anndc de vie était la méme que chez ceux ayant un carnet de vaccination, IEnfants complètement vaccinés (c'esbà~dire ceux qui ont recu le BCG, la rougeole et trois doses de D'I'C~x I et de polio). Les données sur la couverture vaccinale sont préscntées au Graphique 7.3. Cette inl~~rm ation provient de deux sources: le carnet de vaccination (65 pour cent) et les déclarations de la mère (35 pur cenl). Au total, 93 pour cent des enfants de 12-23 mois ont reçu le BCG contre la tuberculose qucl que soit l'âge à la vaccination, et 92 pour cent ont reçu cette vaccination avant l'âge de un an. 93 100 Graphique 7,3 Vaccination des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin et la source d'information 80 60 40 20 0 • Polio/DTCoq BCG 1 * 2* 3* Rougeole Tous Aucun ENPS II 1992 Les résultats sur les premières doses d'anti-poli() et de DTCoq (ces deux vaccins sont administrés de façon simultanée ou combinée) montrent que plus de neuf enfants sur dix (92 pour cent) ont reçu polio 1/DTCoql, et 90 pour cent 1'ont reçu avant l'âge de 12 mois. La couverture vaccinale diminue avec les doses: elle est de 79 pour cent pour polio3/DTCoq3, ce qui donne un taux de déperdition ~ de 14 pour cent. Concernant la rougeole, 90 pour cent ont ét~ vaccin6s contre cette maladie, et 67 pour cent l'ont ~té avant l'~.ge d'un an. Pour 1'ensemble du Maroc, 76 pour cent des enfants de 12-23 mois ont été protégés contre les six principales maladies de l'enfance, donc complètement vaccin~s, et 63 pour cent l'ont été avant l'åge de 12 mois. Il y a seulement 6 pour cent des enfants qui n'ont reçu aucune vaccination, et il s'agit uniquement de cas enregistrés d'après les déclarations des mères. En comparant le taux de couverture vaccinale com piète pour les en fants de 12-23 mois selon I'ENPS- I et celui de l'enquête actuelle, on constate que ce taux a connu une augmentation non négligeable passant de 70 pour cent en 1987 à 83 pour cent (calculé du Tableau 7.6) en 1992, soit une augmentation de 19 pour cent. Ces données concement seulement les enfants pour lesquels les mères ont présent~ un camet de vaccination ~. l'enquêtrice, car à I'ENPS-I de 1987, l'information sur la couverture vaccinale d'après les déclarations des mères n'a pas été demandée. Le Tableau 7.7 présente les pourcentages d'enfants de 12-23 mois ayant reçu des vaccinations spécifiques, selon le carnet de vaccination ou les ddclarations de la mère, par caractéristiques socio- démographiques. Le taux de couverture vaccinale diffèrc peu selon le sexe et le rang de naissance de l'enfant. Le laux de déperdition est calculé comme suit: (Poliol/DTCoql - Polio3/DTCoq3) / Poliol/DTCoql * 100% 94 Tableau 7.7 Vaccinations par caractéristiques socio-démographiques Pourcentages d'enfants de 12-23 mois ayant reçu des vaccinations spécifiques (selon le carnet de vaccination ou les déclarations de la mère) et pourcentages de ceux pour lesquels un carnet de vaccination a été présenté à l'enqu&lxice, par caractéristiques socio-démographiques, ENPS-II Maroc 1992 % ayant lYfCoq Polio montr~ Effectif Rou- 'Fou- Au- un carnet d'en- Caractéristique BCG 1 2 3 + I 2 3 + geole tes I cune de race. fants Sexe Masculin 94,4 93,4 86,9 80,5 93,4 86,9 80,5 79,7 75,5 5,0 66,0 497 Féminin 92,4 90,2 86,1 78,3 90,2 86,1 78,3 79,9 76,0 7,4 64,8 488 Rang de naissance 1 92,7 90,5 86,6 80,4 90,5 86,6 80,4 83,8 78,8 6,1 67,0 179 2-3 95,7 94,4 88,4 82,5 94,4 88,4 82,5 82,1 78,1 4,0 66,9 302 4-5 92,9 91,6 85,0 78,8 91,6 85,0 78,8 78,3 74,8 7,1 67,3 226 6 ou plus 91,7 89~9 85,6 75,9 89,9 85,6 75,9 75,9 71,9 7,9 61,2 278 Milieu de résidence Urbain 99,7 99,7 98,5 97,0 99,7 98,5 97,0 93,7 93,7 0,3 72,8 331 Rural 90,2 87,8 80,4 70,5 87,8 80,4 70,5 72,8 66,7 9,2 61,6 654 R~gion Nord-Ouest 95,7 91,8 85,9 82,6 91,8 85,9 82,6 82,1 78,3 4,3 63,6 184 Centre-Nord 95,2 94,0 88,7 82,1 94,11 88,7 82,1 82,7 78,0 4,2 64,3 168 Centre 87,1 85,1 80,4 75,7 85,1 80,4 75,7 76,5 72,2 12,2 55,3 255 Oriental 91,9 90,3 88,7 83,9 90,3 88,7 83,9 77,4 77,4 8,1 75,8 62 Centre-Sud 96,8 96,8 95,2 93,5 96,8 95,2 93,5 93,5 90,3 3,2 82,3 62 Tensift 95,6 93,8 84, I 74,3 93,8 84,1 74,3 74,3 70,8 4,4 69,0 113 Sud 97,2 97,9 92,9 74,5 97,9 92,9 74,5 78,7 73,0 2,1 72,3 141 Niveau d'instruction Aucun 91,7 89,6 83,2 74,6 89,6 83,2 74,6 76,11 71,2 7,8 64,6 779 Primaire 100,0 100,0 10(},0 98,3 100,0 100,0 98,3 94,8 93,9 0,0 69,6 115 Secondaire ou plus 100,0 100,0 97,8 96,7 100,0 97,8 96,7 93,4 91,2 0,0 67,0 91 Ensemble des enfants 93,4 91,8 86,5 79,4 91,8 86,5 79,4 79,8 75,7 6,2 65,4 985 Note: On suppose que le taux de couverture du DTCoq pour les enfants sans carnet de vaccination est le même que celui de la polio quand la mére a déclaré que l'enfant avait ~té vaccin~ contre la polin. IEnfants complètement vaccinés (c'est å dire ceux qui ont reçu le BCG, la rougeole et trois doses de DTCoq et de polio), Par milieu de résidence, l'immunisation complète est nettement supérieure en milieu urbaine (94 pour cent) qu'en milieu rural (67 pour cent). Au niveau régional, les enfants du Centre-Sud sont mieux vaccinés (90 pour cent) que ceux des autres régions (variant entre 71 et 78 pour cent). L'instruction de la mère est en étroite corrélation avec la couverture vaccinale: 93 pour cent des enfants des mères ayant une instruction primaire ou plus ont reçu toutes les vaccinations contre 71 pour cent pour ceux des mères n'ayant aucune instruction. Le demier Tableau 7.8 sur la couverture vaccinale présente les pourcentages d'enfants âgés de 1-4 ans pour lesquels un carnet de vaccination a ~té montré à l'enquêtrice, et les pourcentages de ceux qui ont reçu, avant l'åge de 12 mois, les différents types de vaccin, par åge actuel de l'enfant. Les résultats de ce tableau permettent d'analyser les tendances de la couverture vaccinale pour la période allant de 1988 à 1991. 95 Tableau 7.8 Vaccinations avant l'ãge de 12 mois Pourcentages d'enfants âgés de 1 à 4 ans pour lesquels un carnet de vaccination a été montré à l'enqu~trice, et pourcentages de ceux qui ont reçu, avant l'âge de 12 mois, le BCG, le DTCoq, les vaccins contre la polio et contre le rougeole, par åge actuel de l'enfant, ENPS-11 Maroc 1992 Age actuel de l'enfant en mois 12-23 24-35 36-47 47~59 Enfants 12-59 mois Carnet de vaccination montré à l'enquêteur Pourcentages d'enfants vacclnés avant l'åge de 12 mois 1 65,4 58,0 50,2 42,4 53,8 BCG 92,3 92,8 93,6 92,8 92,9 DTCoq 1 89,5 87,9 88,2 88,3 88,5 DTCoq 2 81,5 82,4 84,3 85,6 83,5 DTCoq 32 73,8 76,0 77,1 79,8 76,7 Polio 1 89,5 87,9 88,2 88,3 88,5 Polio 2 81,5 82,4 84,3 85,6 83,5 Polio 3 73,8 76,0 77,1 79,8 76,7 Rougeole 66,9 67,5 69,4 64,8 67,1 Toutes les vaccinations 3 63,4 66,8 67,9 64,5 65,6 Aucune vaccination 7,8 8,5 8,0 8,8 8,3 Effectif d'enfant« 985 928 967 1031 3911 IL'information a été obtenue soit à partir du carnet de vaccinations, soit h partir des déclarations de la mère quand il n'y avait pas d'enregistrement écrit. On suppose que, chez les enfants pour lesquels l'information est basée sur la déclaration de la mère, la proportion de vaccins reçus durant la première année de vie est la méme que chez ceux ayant un carnet. 2On suppose que le taux de couverture du DTCoq pour les enfants sans carnet de vaccination est le infime que celui de la polio quand la mère a déclaré que l'enfant avait été vaccin~ contre la polio. 3Enfants complètement vaccinés (c'est-à-dire ceux qui ont recu le BCG, la rougeole et trois doses de DTCoq et de polio). Toutefois, le lecteur est invité à interpréter les données avec beaucoup de précaution. L'analyse du tableau indique que le taux de couverture vaccinale n'a pratiquement pas changé du rant la période 1988-1991, et qu'il y a mEme une légère baisse pour les enfants des jeunes générations. Or, les proportions d'enfants pour lesquels les mères ont montré un carnet de vaccination ont nettement augmenté au cou~ des cinq dernièoes années passant de 42 pour cent cn 1988 à 65 pour cent en 1991. De ce fait, les taux de couverture vaccinale pour les enfants plus jeunes sembleraient plus fiables que ceux pour les enfants plus ~g6s, du fait que ces derniers taux sont basés, en grande partie, sur les déclarations dcs mércs. 7.3 MALADIES DES ENFANTS 7.3.1 Infections respiratoires Pour mesurer la prévalence des infections respiratoires et étudier les traitements administrés aux enfants souffrant de ces maladies, on a demandé aux mères si leu~ enfants avaient souffert de toux et de 96 respiration courte et rapide pendant les deux semaines ayant précédé l'enquête; dans Ic cas d'une réponse positive, on a posê les deux questions suivante: 1 ) "Avez-vous demandé des conseils ou un traitement pour la toux de (votre enfant)?" et 2) "Où avez-vous obtenu des conseils ou un traitement pour la toux de (votre enfant)?" 11 ressort du Tableau 7.9 que, selon les d6clarations de la mère, 15 pour cent des enf:tnts de moins de cinq ans ont souffert d'infections respiratoircs aiguës, La prévalence dc la maladie, selon les caractéristiques socio-démographiques, est la plus élevée chez les enfants figes de 6-11 mois (21 pour cent), Tableau 7.9 Prévalence et traitemenl des infections respiratoires ai,quës Pourcentages d'enfants de moins de cinq ails ayan[ souffert de toux avec une respiration courte et rapide 0tlrallt les deux semaines ayant précédé l'enquête, et pourcentages d'enfants m+dadcs ayant ét6 soignés avec des médicaments spécifiques, par caractéristiques socio-démographiques, ENPS II Maroc 1!192 Caract6ristique Enfants avec toux et rcsplration coutre et rapide Pourcentages menés en visite dans Pourcentage ~tablis- Pourcentages traités avec: avec toux geffl enl et respira- sanitaire Sirop Rétnedc Effectif tion courte ou chez un Anti- lnjec- contre tradl Rien d'en- et rapide médecin bioliques tions la toux tionnel Autres NSP/NI) fants Age de l 'enfant < 6 mois 17,3 20,9 9,0 ~,5 35,8 6,0 10,4 53,7 388 6-11 mois 21,1 27,6 8,6 3,8 37,1 1(I,5 23,8 41,I) 497 12-23 mois 17,8 22,3 9,1 2,3 36,6 9,7 22,3 42,9 985 24-35 mois 14,1 16,0 4,6 3,1 32,1 9,9 28,2 41,2 928 36-47 mois 14,8 14,11 4,2 1,4 25,2 14,0 25,2 44,8 967 47-59 mois 11,1 8,8 4,4 0,0 27,2 16,7 27,2 41,2 1031 Sexe Masculin 15,4 19,8 7,9 1,6 33,1 12,2 22,2 42,9 2451 Féminin 15,2 16,2 5,11 2,5 31,1 10,6 25,5 44,0 2345 Rang de naissance 1 14,8 20,4 6,6 1,5 38,0 10,2 21,9 41,6 927 2-3 13,2 19,1 9,6 2,1 36,7 9,6 23,9 41,5 1419 4~5 14,9 15, I 6,3 1,9 34,6 11.3 24,5 40,3 1066 6 ou plus 18,1 17,9 4,4 2,4 23,9 13,5 24,3 47,8 1384 Milieu de r~sidence Urbain 11,8 26,6 I l, I 1,0 53,8 5,0 36~7 23,6 1682 Rural 17,2 14,9 4~9 2,4 24,1 13,8 19,0 50,7 3114 Région Nord-Ouest 15,9 10,0 1,3 1,3 30,0 13,3 24,7 46.0 944 Centre-Nord 30,8 16,4 3,9 2,9 24,2 11,6 23,7 49,8 673 Centre 7,0 18,6 19,8 0,0 36,0 15,1 23,3 27,9 1235 Oriental 23,4 30,9 3,7 0,0 50,6 9,9 28,4 28,4 346 CenUre-Sud 18,5 29,0 4,8 1,6 38,7 8,1 29,11 45,2 335 Tensift 7,9 17,0 10,6 4,3 27.7 23,4 6A 42,6 592 Sud 15,2 16,7 9,8 3,9 31,4 2,9 24,5 51,0 671 Niveau d'instruction Aucun 16,3 15,9 5,4 2,1 27,0 12,3 2/I,5 47,5 3887 Primaire 14, I 23,5 10,3 0,0 63,2 5,9 50,0 17,6 483 Secondaire ou plus 7,7 48,5 21,2 6,1 66,7 6,1 33,3 18,2 426 Ensemble des enfants 15,3 18,1 6,5 2,0 32,1 l l ,4 23,8 43,4 4796 Note : Les données concernent les naissances de la période 1 59 mois précédanl l'enquelc, 97 chez ceux du milieu rural (17 pour cent), et chez les enfants de rang 6 ou plus (18 pour cent). Elle est également maximale chez les enfants du Centre-Nord (31 pour cent), de l'Oriental (23 pour cent) et du Centre-Sud (19 pour cent). Parmi les enfants atteints de la maladie, 18 pour cent ont ~té conduits en consultation dans un établissement sanitaire ou chez un médecin. Concemant les traitements administrés, 37 pour cent ont reçu un sirop contre la toux, 7 pour cent des antibiotiques par voie orale, et 2 pour cenl ont été soignés par des injections qui peuvent contenir également des antibiotiques. Il est important de noter qu'il est parfois difficile pour la femme de distinguer un sirop antibiotique et d'un sirop normal contrc la toux. En outre, 11 pour cent des enfants malades ont reçu des remèdes traditionnels, et 24 pour cent ont reçu d'"autres remèdes," y compris des médicaments qui sont disponibles à la maison. Par contre, plus de quatre enfants sur dix (43 pour cent) n'ont reçu aucun traitement pour les infections respiratoires, alors que le groupe des maladies des voies respiratoires est l'une des principales causes de décès post-néonatal et juvénile (MSP, [ 1989]). Il y a aussi des différences dans la fréquentation des dtablissements sanitaires selon les variables socio-démographiques. Les enfants ågés de 6-11 mois, vivant en milieu urbain, issus de mères instruites, et venant des régions de l'Oriental et du Centre-Sud sont les plus nombreux à recevoir des soins médicaux. 7.3.2 Fièvre Les mêmes types de questions posées sur les infections respiratoires ont été posées sur la fièvre aux mères des enfants åg6s de moins de cinq ans. Contrairement à d'autres pays, comme ceux d'Afrique subsaharienne où la fièvre est souvent associée au paludisme, au Maroc, la prdvalencc de cette maladie est extrêmement rare. La lièvre est présentée ici comme un syndrome lid à d'autres maladies. Le Tableau 7.10 montre que 27 pour cent des enl~mts de moins de cinq ans ont sou fli:rt de fièvre dans les deux semaines ayant précédé l'enquête, et 19 pour cent ont été prdsentés dans une formation médicale. Parmi les enfants avec la fièvre, presque la moitié n'ont reçu aucun médicamcnt; seulement 8 pour cent ont reçu des antibiotiques, 2 pour cent des injections, et 2 pour cent des anti-paludéens. Par contre, la plupart des enfants (43 pour cent) ont reçu d'autres médicaments (aspirine, autres comprimés.) et 9 pour cent ont été soignés par des remèdes traditionnels. La fièvre est particulièrement prévalente parmi les enfants âgés de 6-23 mois, et ceux des régions de l'Oriental et du Centre-Nord. Concernant la fréquentation d'un établissement sanitaire, il atteint son nivcau le plus élevé parmi les enfants ågés de moins de 6 mois, ceux de mères instruiras, et les enfants vivant en milieu urbain ou dans les régions du Centre-Sud et de l'Oriental. 98 Tableau 7.10 Prévalence et traitement de la fièvre Pourcentages d'enfants de moins de cinq ans ayant eu de la fièvre durant les deux semaines ayant pr6cédé l'enquète, et pourcentage d'enfants avec la fièvre ayant été soignés avec des médicaments spécifiques, par caractéristiques socio-d6mographiques, ENPS-II Maroc 1992 Caractéristique |~nfants avec fièvre Pourcentage menés en visite dans établis- I~ourcentage traites aveu:: Pourcentage sement ayant sanitaire Anti- Rèmedc Effectif la ou chez un palu- Anti- lnjec tradi- d'en- fièvre médecin dique hiotiques jections tionnel Autres Rien NSP/ND fants Age de l'enfant < 6 mois 23,2 28,9 3,3 8,9 1,1 8,9 45,6 43,3 0,0 388 6-11 mois 34,2 21,2 11,6 7,6 2,9 7,6 43,5 45,9 0,0 497 12-23 mois 31,9 19,7 1,6 11,1 1,3 7,6 41,1 46,5 0,1l 985 24-35 mois 27,7 17,1 1,6 6,6 2,7 7,0 44,0 44,7 0,8 928 36-47 mois 26,3 16,5 2,4 6,3 2,0 8,7 41.7 45,7 0,4 967 47-59 mois 21,5 15,3 2,7 6,8 1,4 11,7 41,9 44,6 0,0 1031 Sexe Masculin 27,6 18,3 1,9 8,4 1,9 9,6 41,7 45,1 11,4 2451 Féminin 26,9 19,0 1,9 7,5 1,9 7,3 43,5 45,7 0,0 2345 Rang de naissance 1 23,8 19,9 2,7 9,0 2,3 9,5 48,0 37,1 0,0 927 2-3 24,7 20,8 2,3 10,8 2,0 8,3 47,0 42,2 0,3 1419 4-5 27,9 15,8 2,11 7.1 1,0 7,1 44,4 45,5 0,3 1066 6 ou plus 31,6 18,3 I,I 5,7 2,3 9,1 34,9 52.1 0,2 1384 Milieu de r6sidence Urbain 25,7 28,9 2,8 15,2 2,5 6,11 62,8 24,0 0,5 1682 Rural 28,1 13,6 1,5 4,3 1,6 9,7 32,5 55,9 11,1 3114 Rêgion Nord-Ouest 35,4 12,6 1,8 3,6 0,9 8,4 43,1 48,2 0,3 944 Centre-Nord 43,8 15,6 3,7 5,8 2,4 8,8 3/),8 54,6 11,0 673 Centre 12,8 22,8 [),6 19,6 1,3 8,9 40,5 39,9 0,0 1235 Oriental 48,3 30,5 1,8 7,8 3,/) 7,8 63,5 26,9 11,6 346 Centre-Sud 32,2 31,5 11,9 7,4 1,9 8,3 47,2 42,6 0,9 335 Tensift 14,5 12,8 0,0 10,5 1,2 14,1/ 36,1/ 45,3 0,0 592 Sud 23,7 15,1 1,9 8,8 3,1 5,7 43,4 49,1 0,0 671 Niveau d'Instruction Aucun 27,8 14,5 1,6 5,2 1,7 9,3 36,5 51,6 0,1 3887 Primaire 28,6 31,9 3,6 15,2 1,4 5,8 67,4 18,1 1,4 483 Seeondaioe ou plus 20,9 48,3 3,4 311,3 5,6 3,4 77,5 12,4 0,0 426 Ensemble des enfants 27,3 18,7 1,9 8,0 1,9 8,5 42,5 45,4 0,2 4796 Note: Les données concernent les naissances de la périodc 1-59 mois précédanl l'enquête. 99 7.3.3 Diarrhée Les maladies diarrhéiques reptésentent la première cause de mortalité et de morbidité infanto- juvénile. Le Maroc a orienté son programme de lutte contre les maladies diarrhdiques depuis 1990 sur la prise en charge effective des cas de diarrhées au niveau des formations sanitaires. Pourl 'évaluation de l'ampleur du problème, deux périodes de référence sont retenues: les deux semaines et les vingt-quatre heures précédant l'enquête. Le Tableau 7.11 donne le pourcentage d'enfants de moins de 5 ans ayant eu la diarrhée pendant les deux demières semaincs et durant les vingt-quatre heures précédant l'enquête selon certaines caractéristiques socio-démograph- iques. Sur les 4 796 enfants âgés de moins de cinq ans, 13 pour cent ont eu la diarrhée pendant les deux demières semaines précédant l'enquête, et ó pour cent l'avaient toujours dans Ics demières vingt-quatre heures avant l'enquête. En outre, 1,5 pour cent ont eu la diarrhée avec présence de sang dans les selles, ce qui est un symptéme de dysenterie. Selon l'åge de l'enfant, la prévalence de la diarrhée dans les deux semaines précédant l'enquête atteint 20 pour cent chez les enfants de 6-11 mois, et 19 pour cent chez ceux de 12-23 mois. Après cet âge, les taux diminuent sensiblcment: 13 pour cent entre 24 et 35 mois, 7 pour cent entrc 36 et 47 mois, et 6 pour cent entre 47 ct 59 mois. Avant l'âge dc 6 mois, Ic taux atteint 17 pour cent. La maladie touche sans dis- crimination les garçons et les filles, mais elle est plus fréquente en milieu rural qu'en milieu urbain (rcspective- Tableau 7.11 Prévatence de la diarrhée Pourcentages d'enfants de moins de cin 9 ans ayant eu la diarrhée et potlrccIitagc de écri× ayant eu ]a diarrhée avec présence tic sang dans les selles durant les dctlx semailles ayant précédé ]'elIgLIC[e. Cl pourcciitagcs de CCLIX ayant eu la diarrhée dalls les derniércs 24 hcurcs, par caracldristiques socio-démographiques, ENPS Il Maroc 1992 Caracldristique Diarrhée dttranl les 2 semaines precddanl ['cnquéle 1 Toute Avec diarrhée sang dans les I" ffectff Toule dans dernièrcs d 'en- diarrhée selles 24 h. z fants Age de l'enfant < 6 mois 17+0 1),5 l 1,6 388 6-1 l mois 2(I,1 2,2 10,9 497 12-23 mois 19,3 1,9 9,7 985 24 35 mois 13,(I 1,5 5,(I 928 36-47 nlt+is 7,4 1,6 3,2 967 47-59 mois 5,8 0,9 1,6 1031 ~cxe Masculin 13,3 L,4 6,2 2451 I~minin 12,1 1.5 5.9 2345 Rang de n~lJ~Sall('ç 1 12,1 [),8 5,8 927 2-3 13,3 1,2 6,6 1419 4 5 13,1 1,6 5,7 1066 6 ou pltiN ] 2, l 2, I 5,9 1384 Milieu (le résidcncc LJrbain 10,5 [],5 4,6 1682 Rural 13,9 2,1] 6,8 3114 Région Nord-Ouest 14,5 l, 1 6,7 944 Centre Nord 22, I 3,9 11,6 673 Centre 7,8 0,9 3,8 1235 Oriental 13,6 2,3 4,3 346 Centre Sud 9,9 0,0 5,4 335 Tcnsift 7,4 (I,8 2,7 592 Sud 15,4 1,5 7,7 671 Niveau d'ins(rucUon Aucun 13,1 1,7 6,1 3887 Primailc 12,6 0,2 6,8 483 Secondaire ç)u plus 8,7 0,2 4,5 426 Ensemble des cnhmts 12,7 1,5 6+0 4796 Note: Les dormdcs cotlccrnerlt les naissances de la pdriodc l'cnquélc. ty compris toute diarrhée dans les dcrniércs 24 heures 2y compris diardLdc avec présence de sang dans les selles 1-59 mois precédant I O0 ment 14 pour cent et 11 pour cent). Selon la région, la prévalence de la diarrhée varie de 7 pour cent dans la région de Tensift à 22 pour cent dans le Centre-Nord. La fréquence de la maladie varie aussi en fonction du niveau d'instruction de la mère. Les enfants de mères sans instruction ou de niveau prim aire (13 pour cent) sont plus touchés que les enfants de mères ayant un niveau secondaire ou plus (9 pour cent). La déshydratation est une complication majeure de la diarrhée, et c'est la cause principale de mortalité parmi les enfants souffrant de diarrhée aiguë. La thérapic par réhydratation orale (TRO) est recommandée pour la prévention ou le traitcment de la déshydratation; la TRO représente essen- tiellement une solution qui est préparée à partir de sels de réhydratation orale (SRO) vendus commercialement. Au Maroc, l'utilisation de la TRO est encouragée par le Ministère de la Santé Publique dans son programme de lutte contre les maladies diarrhéiques. L'augmenta- tion de la quantité de liquides, quelle que soit leur nature, pendant des épisodes diarrhæiques peut être considérée comme une TRO. Dans I'ENPS-II,la majorité des mères (87 pour cent) qui ont donné naissance à des enfants dans les cinq demières années connaissent les SRO (Tableau 7.12). Le niveau de connaissance atteint son maximum chez les mères du milieu urbain, celles de la région du Centre-Sud, et les mères instruites. Concernant TablEau 7.12 Connaissance et utilisation des sachets de SRO Pourcentages de mères ayant eu des naissances au cours des cinq années précédant l'enquête connaissant et ayant déjà utilisé les sachets de SRO, par caractéristiques socio-démographiques, ENPS-II Maroc 1992 A déjà Connalt utilisé les les Effectif sachets sachels de Caractéristique de SRO dE SRO mères Age de la mère 15-19 77.1 30.5 105 20-24 84.7 54.5 556 25-29 89.9 64.6 755 30-34 88.7 69.0 870 35-49 85.0 61.9 1101 Milieu de résidence Urbain 96.0 68.6 1309 Rural 81.0 58.1 2078 Région Nord-Ouest 88.1 60.5 658 CEntre Nord 90.4 69.7 458 Centre 82.6 55.7 916 Oriental 84.0 60.5 243 Centre-Sud 94.5 72.7 253 Tensi ft 86.4 64.5 403 Sud 87.1 62.9 456 Niveau d'instruction Aucun 83.7 60.5 2661 Primaire 97.2 71.7 389 Secondaire ou plus 98.8 64.4 337 EnsEmble des enfants 86.8 62.1 3387 Note: Y compris les mères qui ont donné (les sachets de SRO contre la diarrhée pendant les deux semaines précédant l'enqu&te, bien qu'on ne leur ait pas ix)s~ de questions sur teur connaissance des sachets dc SRO. l'utilisation, 62 pour cent ont déclaré avoir déjà utilisé ce produit. Les lemmes les plus jeunes, celles du milieu rural, et les femmes de la région du Centre sont les moins nombreuses à utiliser les SRO. Le Tableau 7.13 présente les dt f[Erents types de traitement de la diarrhée selon les caractéristiques socio-démographiques. Presque 11 pour cent des enfants de moins de cinq ans ayant eu la diarrhée pendant les deux semaines avant l'enquête ont été menés en consultation dans un établissement sanitaire ou auprès de personnel de santé. Les consultations auprès des services médicaux pour traiter la diarrhée sont les plus fréquentes pour les enfants de moins de 6 mois (17 pour cent), et ceux de l'Oriental (15 pour cent), et les enfants de femmes ayant une instruction primai re (18 pour cent). En outre, seulement 14 pour cent des enfants ayant eu la diarrhée durant les deux demières semaines ont reçu des SRO, et environ 3 pour cent ont reçu une solution préparée å la maison. 101 Tableau 7.13 Traitement de la diarrhée Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant eu la diarrhée au cours des deux semaines précédant l'enquête qui ont été menés en consultation dans un établissement sanitaire ou auprès de personnel de santé, pourcentage de ceux ayant suivi une thérapie de réhydratation par voie orale (TRO), pourcentage de ceux qui ont reçu davantage de liquides, pourcentage de ceux qui n'ont reçu ni TRO ni davantage de liquides, et pourcentage de ceux ayant reçu d'autres traitements, selon certaines earactéristiques socio-démographiques, ENPS-II Maroc 1992 Carac~ristique Potltc¢,ntagcs men~s en TRO reçu: Pourcentage visite dans POur- n'ayant reçu Autres traitements reçus Effectif 6stabliss¢rnent Solution centage ni TRO, d'en sanitaire pr~pai~e ayant reçu ni davan- fants ou chez Sachets ~ la davantage rage de Anti avec m&lecin SRO maison de liquides liquides biotiques Autres Aucun ND diarrh6e Age de l'enfant < 6 mois 16,7 16,7 1,5 19,7 62,1 7,6 13,6 51,5 3,0 66 6-11 mois 10,0 12,0 2,0 39,0 54,0 12,0 15,0 40,0 2,0 100 12-23 mois 11,6 18,4 2,1 54,7 36,8 12,6 10,5 24,7 1,1 190 24-35 mois 9,1 12,4 4,1 57,0 37,2 11,6 18,2 27,3 1,7 121 36-47 mois 6,9 11,1 4,2 44,4 48,6 11,1 11,1 36,1 2,8 72 47-59 mois 8,3 6.7 0,0 51,7 46,7 6,7 18,3 38,3 0,0 60 Sexe Masculin 10,2 14,8 3,1 47,4 44,6 13,5 12,9 33,2 1,5 325 Fémiuln 10,9 13,0 1,8 47,2 45,1 8,1 15,1 33,5 1,8 284 Rang de naissance 1 11,6 15,2 1,8 42,9 48,2 15,2 13,4 35,7 •),9 112 2-3 12,7 21,2 3,2 43,9 43,4 11,1 14,3 33,3 2,1 189 4-5 8,6 7,9 1,4 47,9 47,1 9,3 15,0 34,3 1,4 140 6 ou plus 8,9 10,1 3,0 53,6 42,3 9,5 13,1 31,0 1,8 168 Milieu de résidence Urbain 12,5 15,9 2,3 45,5 45,5 16,5 23,3 30,1 1,7 176 Rural 9,7 13,2 2,5 48,0 44,6 8,8 10,2 34,6 1,6 433 Région Nord-Ouest 10,9 17,5 2,2 48,9 40,9 9,5 14,6 32,1 1,5 137 Centre-Nord 8,7 11,4 2,7 55,0 40,3 8,7 15,4 27,5 0,7 149 Centre 8,3 14,6 1,0 41,7 50,0 13,5 12,5 37,5 2.1 96 Oriental 14,9 6,4 4,3 23,4 66,0 23,4 8,5 44,7 2,1 47 Centre-Sud 12,1 12.1 9,1 63,6 30,3 15,2 12,1 21,2 3,0 33 Tensift 11,4 15,9 0,0 29,5 61,4 15,9 15,9 45,5 0,0 44 Sud 11,7 15,5 1,9 52,4 39,8 4,9 14,6 33,0 2,9 103 Niveau d'Instruction Aucun 9,8 13,1 2,0 46,6 46,4 9,2 12,3 35,2 2,0 511 Primaire 18,0 16,4 3,3 50,8 39,3 21,3 21,3 26,2 0,0 61 Secondaire ou plus 8,l 21,6 8,1 51,4 32,4 18,9 24,3 18,9 0,0 37 Ensemble des enfants avec diarrh~ 10,5 14,0 2,5 47,3 44,8 11,0 14,0 33,3 1,6 609 Note: La thérapie par r~hydratation orale (TRO) comprend la solution préparée å partir des sachets de SRO et/ou le liquide recommandé et préparé à la maison. Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois préc&lant l'enquête. 102 Bien que les SRO soient acceptées comme le traitement moderne standard de la diarrhée, un dixième (11 pour cent) des enfants avec des épisodes diarrhéiques ont reçu des antibiotiques. Dans certains cas, cette pratique peut 8tre justifiée; par exemple, pour les 2 pour cent d'enfants qui ont eu la diarrhée avec du sang dans les deux semaines précédant l'enquête, le recours aux antibiotiques est nécessaire. Les enfants du milieu urbain (17 pour cent), ceux de la région de l'Oriental (23 pour cent), et les enfants de femmes ayant une instruction (29 pour cent) ont été le plus traités au moyen d'antibiotiques. Pendant les épisodes diarrhéiques, 47 pourcent des enfants ont reçu davantage de liquides; par contre, 45 pour cent n'ont reçu ni TRO, ni une quantité de liquides plus importante qu'en période normale. Par ailleurs, un enfant malade sur trois (33 pour cent) n'a reçu aucun traitement, ce qui montre que malgré les efforts déployés dans le cadre du programme de lutte contre la diarrhée, cette maladie continue à être relativement négligée par les mères marocaines. Le maintien ou l'augmentation de l'allaitement matemel pendant les épisodes diarrhéiques est une pratique recommandée. Le Graphique 7.4 montre que, parmi les enfants allaités au moment de l'enquête et ayant la diarrhée, 75 pour cent ont reçu le sein maternel comme en période normale, 17 pour cent en ont reçu plus, et 7 pour cent ont ét~ moins allait~s. Concernant la quantité de liquides donnés aux enfants ayant la diarrhée, la grande majorité des enfants ont reçu la mSme quantité de liquides (non compris l'allaitement) ou en ont reçu plus (respectivement 45 pour cent et 46 pour cent). Il y a, cependant, 8 pour cent des enfants qui ont reçu moins de liquide qu'en période normale. Graphique 7.4 Allaitement et quantité de liquides donnés aux enfants ayant la diarrhée M~me Je dhabitude 74% NSP/ND 2% Moins 7% 17% Pratique d'allaitement (Enfants ayant la diarrhée) Méme que d'habitude 45% NSP/ND 1% Moins 8% Plus 48% Quantité de liquides (Enfants de < 5 ans et ayant la diarrhée) ENPS- I I1992 103 CHAPITRE 8 ALLAITEMENT ET ETAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS Ce chapitre présente les résultats concernant deux sujets d'importance: 1/les pratiques d'alimentation des enfants (y compris l'allaitement au sein, l'alimentation de complément et l'utilisation du biberon), et 2/ l'état nutritionnel des enfants de moins de cinq ans. Les pratiques d'allaitement affectent aussi bien la mère que l'enfant. Par sa fréquence, sa durée et son intensité, l'allaitement affecte l'état nutritionnel de l'enfant, qui influe sur les chances de survie de l'enfant. Par ailleurs, il affecte la mère ~ travers l'infécondité post- partum, qui à son tour, influe sur l'intervalle entre naissances, et par conséquent sur le niveau de fécondité et sur l'état de santé des mères. L'état nutritionnel des enfants est évalué ~ partir des mesures anthropométriques (poids et taille). De telles informations combinées à celles sur les pratiques d'allaitement permettent d'aider les responsables de programmes de santé à identifier les sous-groupes de population qui nécessitent une plus grande attention. 8.1 ALLA ITEMENT ET AL IMENTATION DE COMPLEMENT Dans I'ENPS-II, on a demandé aux femmes si elles avaient 'allaité leurs enfants nés dans les cinq années ayant précédé l'enquête et plus précis~ment, l 'åge qu'avaient ces enfants au moment où elles avaient commencé à allaiter. Par ailleurs, on a posé des questions sur la durée et la fréquence d'allaitement, l 'åge auquel des aliments de complément avaient ét~ introduits, le type d'aliments, et l'utilisation du biberon. Le Tableau 8.1 montre que l'allaitement est presque universel au Maroc, puisque 95 pour cent des enfants nês dans les cinq années ayant précédé l'enquête ont Et~ allaites pendant un certain temps. Il n 'y a pratiquement pas de variation parmi les différentes caractéristiques socio-démographiques des mères. Pour ce qui est des seuls enfants demiers-nés, la grande majorité d'entre eux (84 pour cent) ont été mis au sein pour la pœemière fois durant leur premier jour d'existence et presque un enfant sur deux (49 pour cent) durant la première heure suivant la naissance. Ce comportement concernant le moment où l'enfant commence l'allaitement au sein varie selon les caractéristiques de la mère. Les enfants qui sont allaités dès le premier jour sont plus nombreux parmi ceux du milieu rural (89 pour cent) et des régions du Tensifi et du Sud (respectivement 91 pour cent et 88 pour cent), les enfants dont la mère est sans instruction (87 pour cent), ceux dont la naissance n'a pas été assistée (89 pour cent) ou a été assistée par une sage-femme traditionnelle ou qabla (88 pour cent), et les enfants dont la naissance a eu lieu à la maison (88 pour cent). Le Tableau 8.2 présente la répartition des enfants survivants de moins de trois ans, selon le type d'aliments qu'ils reçoivent en complément du sein. On peut distinguer trois types de pratiques de l'allaitement: allaitement exclusif, allaitement et eau, et allaitement et autres types d'aliments. A 1 mois, presque tous les enfants sont allaités (99 pour cent). Cependant, dès l'åge de 4-5 mois, seulement 77 pour cent des enfants sont encore sous allaitement, et pendant la première année d'existence 70 pour cent le sont encore. L'allaitement diminue régulièrement avec l'fige, et entre 18-19 mois, deux enfants sur trois (65 pour cent) ne sont plus allaités. La part des enfants âgés de 0-3 mois sous allaitement maternel exclusif est un indicateur reconnu sur le plan international, très pertinent pour l'analyse de la pratique de l'allaitement maternel dans un pays. C'est également l'indicateur de choix pour le suivi des programmes de promotion de l'allaitement maternel: l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande que tous les enfants âgés de moins de 4 mois soient sous allaitement maternel exclusif. 105 Tableau 8.1 Allaitemant initial Pourcentages d'enfants nés au cours des cinq années précédant l'enquête et ayant été allait~s, et pourcentages d'enfants dernier-nés ayant commencé à &re allaités dans l'heure ou dans le jour suivant leur naissance, par caractéristiques socio-démographiques, ENPS-II Maroc 1992 Ensemble des enfants Derniers-nés Pourcentage Pourcentage Poureantages allaités dans allaités dans ayant été l'heure suivant le jour suivant Caractéristique allaités Effectif la naissance la naissance Effectif Sexe de l'enfant Masculin 94,9 2666 47,8 83,2 1779 Féminin 95.4 2531 51,0 84,4 1650 Milieu de résidence Urbain 92,6 1776 43,9 74,9 1324 Rural 96,5 3421 52,8 89,4 2105 Région Nord-Ouest 94,5 1033 61,5 81,4 665 Centre-Nord 94,2 743 29,5 84,3 464 Centre 95,6 1323 59.1 84,5 927 Oriental 90.1 372 28.5 67,9 249 Centre-Sud 94.4 357 38.8 84,7 255 Tensift 96,9 643 67,3 90,5 410 Sud 97,8 726 33,1 87.8 459 Niveau d'instruction de la m~re Aucun 96,1 4248 51,6 86,7 2700 Primaire 90,9 514 40,9 73,9 391 Secondaire ou plus 90,8 435 41,4 72,5 338 Assistance å l'accouchement Personnel formé médicalement 91,9 1601 38,9 Accoucheuse traditionnelle 96,4 2473 55,5 Autres personnes ou pas d'assistance 97,3 1120 54,3 ND 0,0 3 75,2 1225 88,3 1514 89,3 690 0 Lieu de l'accouchement Etablissement sanitaire 92,0 1471 38,7 75,7 1123 A la maison 96,5 3720 54,5 87.8 2303 Autre 100,0 2 50,0 50,0 2 ND 25,0 4 100,0 100.0 1 Ensemble des enfants 95,2 5197 49,3 83,8 3429 Note: Le tableau est bas~ sur tous les enfants nés dans les 5 années ayant précédé l'enquéte, qu'ils soient vivants ou décédés au moment de l'enqu&e. 106 Tableau 8.2 Type d'allaitement par åge de l'enfant Répartition (en %) des enfants vivants par type d'allaitement, selon l'åge de l'enfant en mois, ENPS-II Maroc 1992 Ensemble des enfants vivants Allaités et: Effectif Non- Uniquement Eau Supplé- d'enL Age en mois allaités allaités seulement ment Total vivants 0-1 0,7 73,3 6,2 19,9 100,0 146 2-3 7,2 57,5 7,2 28,1 100,0 153 4-5 23,3 21,2 8,2 47,3 100,0 146 6-7 18,8 11,7 9,1 60,4 lOt),o 154 8 -9 23,6 5.7 6.9 63.8 100,{1 174 10-11 29,0 3.6 3.6 63.9 100,0 169 12-13 31,7 3,2 5,4 59.7 100,0 186 14-15 43,1 2,0 2,6 52,3 1 (Xl,O 153 16-17 45,9 1,2 1,8 51,2 100,(I 171) 18-19 67,7 0,0 0,6 31,7 100,0 164 20-21 77,9 0.0 (I,7 21,4 100,0 145 22-23 83,2 1,8 0,6 14,4 100,0 167 24-25 92,8 0,0 0,6 6,7 100,0 180 26-27 97, l 0,0 0,0 2,9 100,0 172 28 -29 96,0 0,0 0,0 4,0 100,0 151 30-31 97,7 O,tl 0,0 2,3 100,0 133 32-33 98,4 0,0 0,0 1,6 100,0 129 34-35 99,4 0,0 0,0 0,6 100,0 163 La part des enfants ågés de 0-3 mois sous allaitement maternel exclusif est un indicateur reconnu sur le plan international, très pertinent pourl 'analyse de la pratique de l'allaitement maternel dans un pays. C'est également l' indicateur de choix pour le suivi des programmes de promotion de l'allaitement maternel: l 'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande que tous les enfants âgés de moins de 4 mois soient sous allaitement matemel exclusif. Les données de l'enquête montrent que l'allaitement exclusif, bien qu'il ne soit pas pratique selon les recommandations de l 'OMS, est relativement élevé au Maroc puisque 62 pour cent des enfants survivants âgés de 0-3 mois sont sous allaitement exclusif (Graphique 8.1). Cette proportion est nettement plus élev6e au Maroc que dans plusieurs autres pays ayant eflectué la même enquête. A titre d'exemple, dans un pays arabe comme la Jordanie, le pourcentage d'enfants de moins de 4 mois qui sont exclusivement allaités ne dépasse pas 33 pour cent (Zou'bi et al., 1992). Le même Graphique 8.1 montre que selon le milieu de résidence, la pratique de l'allaitement exclusif est plus élevé en milieu rural (70 pour cent) qu'en milieu urbain (36 pour cent). Par région, les pourcentages d'enfants de moins de 4 mois ayant reçu l'allaitement maternel exclusif varient de 38 pour ccnt dans la région de l'Oriental à 77 pour cent dans la région de Tensift. 107 Graphique 8,1 Allaitement exclusif des enfants de 0-3 mois RESrDENCE [ Urbain [~~:~~ Rura l REGION Nord-Ouest L Cenlre-Nord L Cent re L Or ienta l Centre-Sud L~ Tensilt [ Sud 1,~~~ INSTRUCTION| Aucune Pnmaire ~ Secondaire/Sup Ensemble du pays m m 20 40 60 80 Pourcentage 100 ENPS-II 1992 Pour ce qui est du niveau d'instruction de la mère, on constate que celui-ci influe négativement sur la pratique de l'allaitement maternel exclusif. En effet, 67 pour cent des enfants issus de mères non instruites contre seulement 12 pour cent issus des mères du niveau secondairc ou plus bénéficient de l'allaitement maternel exclusif jusqu'à l'âge de 4 mois. Il ressort du Tableau 8.3 que dès 0-1 mois les enfants marocains reçoivent différents types d'aliments de complément: 7 pour cent reçoivent du lait en boîte pour bébé, 9 pour cent reçoivent du lait frais en plus du lait maternel et 12 pour cent reçoivent d'autres liquides; mais l'introduction d'aliments de complément solides n'intervient qu'à l'åge de 4-5 mois où 22 pour cent seulement des enfants allaités reçoivent ce genre d'aliments. L'OMS recommande que des aliments solides soient introduiks dans l'alimentation des enfants entre 4 et 6 mois, åges à partir desquels le lait maternel seul n'est plus suffisant pour assurer la meilleure croissance possible des enfants. Au maroc, seulement moins d'un en fant sur deux (46 pour cent) de 6 à 9 mois est nourri conformément aux pratiques recommandêcs. L'alimentation au biberon, qui est fortement drconseillée, est relativement répandue au Maroc: le niveau d'utilisation du biberon est de 18 pour cent chez les enfants de 0-1 mois, de 23 pour cent chez ceux de 2-3 mois et de 34 pour cent chez les enfants de 4-5 mois. A partir du sixième mois, la pratique du biberon diminue avec l'~ge de l'enfant pour atteindre 4 pour cent chez les cnfimts du groupe d'âge 16-19 mois. Le Graphique 8.2 présente les données sur l'utilisation du biberon par les enfants de 0-3 mois scion les caractéristiques socio-démographiques. Par milieu de résidcncc, 39 pour cent des enfants en milieu mral reçoivent le biberon contre 15 pour cent en milieu urbain. Ceci laisse suggérer que les mères qui allaitent sont convaincues que leur lait est soit insuffisant pour couvrir les besoins de leur Ch fant, soit qu'il est de mauvaise qualité et ont recours à une alimentation supplémentaire au biberon. Par région, l'Oriental (42 pour cent) et le Sud (39 pour cent) sont les régions où le biberon est largement utilisé en même temps que l'allaitement 108 Tableau 8.3 Allaitement et alimentation de complément par åge de l'enfant Pourcentages d'enfants de moins de deux ans et allaités par åge (en mois) selon le type d'aliment de complément reçu, et pourcentage de ceux u01isant le biberon, ENPS-II Maroc 1992 Aliments de complément Utilisation Lait pour Autres Autres Solides/ du Age en mois bébé laits liquides I Bouillies biberon Effectif 0-1 6,9 9,0 12,4 0,0 17,9 145 2 3 7,7 14,8 19,0 2,1 23,2 142 4 5 8,1) 27,7 35,7 22,3 33,9 112 6-7 6,4 28,0 56,8 36,8 24,0 125 8 -9 4,5 27,8 64,7 51,1 13,5 133 10 l l 6,7 31,7 63,3 62,5 12,5 120 12-13 0,8 33,9 73,2 66,9 10,2 127 14-15 4,6 37,9 78,2 64,4 9,2 87 16-17 1,1 35,9 85,9 67,4 4,3 92 18-19 1,9 32,1 86,8 81,1 3,8 53 20-21 0,0 128,1) (84,4) 171,9) 0,0 32 22-23 0,1) (32,1) (78,6) (64,3) (10,7) 28 Note: Le statut d'alLaitement fait référence aux dernières vingt-quatre heures, La somme des pourcentages d'enfants par type de compléments peut dépasser 100% car l'enfant ~Neut recevoir différents types de compléments. on compris l'eau ( ) Basé sur moins de 50 cas Graphique 8,2 Utilisation du biberon chez les enfants de 0-3 mois RESIDENCE Urbain Rural REGION Nord-Ouest Centre Nord Cenlre Oriental Centre-Sud w Sud INSTRUCTIQN Aucune Primaire Secondaire/Sup Ensemble du pays J 10 20 3O 40 5O 60 Pourcentage 70 ENPS-II 1992 109 maternel. Ces pratiques sont préoccupantes lorsqu'on connaR la fréquence élevée des problèmes nutritionnels de ces régions, le niveau de mortalité infantile et la fréquence des maladies diarrhéiques. Les autres régions (Tensift et le Centre-Sud) ont les pourcentages les plus bas, L'utilisation du biberon est fortement corrélée au niveau scolaire de la femme: 63 pour cent des enfants de 0-3 mois dont les mères ont le niveau secondaire ou plus utilisent le biberon. Cette proportion est de 17 pour cent chez les enfants dont les mères n'ont aucun niveau d'instruction. Sans préjuger du type d'allaitement maternel, la durée médiane de l'allaitement est de 15,5 mois. En tant que comportement, l 'allaitement est très sensible aux facteurs socio-économiques et culturels, comme le montre le Tableau 8.4. Par milieu de résidence, la durée médiane en milieu rural (17,2 mois) est presque deux fois supérieure à celle en milieu urbain (9,2 mois), Selon la région, les femmes du Centre-Sud et du Sud sont celles qui allaitent le plus longtemps; ensuite viennent celles du Tensift et du Centre. Les femmes de l'Oriental sont celles qui allaitent significativement moins long temps que les autres. Tableau 8.4 Durée médiane et fréquence de l'allaitement Durées médianes de l'allaitement (enfants de moins de trois ans), et pourcentages d'enfants de moins de six mois ayant été allaités six fois ou plus au cours des vingt-quatre heures ayant précédé 1 crique.te, pat caractéristiques socio-démographiques, ENPS-I] Maroc 1992 Caxactéristique Durée médiane en mois Enfants de <6 mois % ayant reçu Ensemble Exclu- le sein 6 fois de sive Allaite- Effectif ou plus dans les Effectif allaite- ment ment de demières d'en- ment allaités et eau 1 enfants 24 heures fants Sexe de l'enfant Masculin 15,0 Féminin 16,1 Milieu de résldence Urbain 9,2 Rural 17,2 2,3 2,9 1555 77,6 228 2,0 2,6 1500 78,3 217 0,7 1,3 1006 60,3 126 3,1 3,9 2049 85,0 319 Réglon Nord-Ouest 13,5 1,7 2,1 Centre-Nord 14,4 2,1 2,9 Centre 15,4 2,4 3,2 Oriental 5,4 1,9 2,0 Centre-Sud 18,6 2,0 2,9 Tensift 16.4 4,2 4,6 Sud 17,4 1,9 2,1 Niveau d'instruction de la mère Aucun 16,8 2,7 3,5 Primaire 8,1 0,5 0,7 Secondaire ou plus 4,1 0,5 0,6 Assistance à l'accouchement Personnel formé médicalement 9,1 0,6 0,7 Accoucheuse traditionnelle 17,1 3,4 4,1 Autres personnes ou pas d'assistance 16,8 3,1 3,7 Ensemble des enfants 15,5 2,2 2,8 Moyenne 14,8 3,8 4,7 Moyenne prévalence/incidence 14,2 3,1 4,0 573 70,0 90 444 78,9 57 809 83,3 126 205 55,2 29 21I 69,6 23 377 88,7 62 436 81,0 58 2478 82,9 381 3O5 51,7 29 272 45,7 35 991 60,4 149 1391 88,7 194 673 83,3 102 3055 78,0 445 95,2 Note: Les médianes et moyennes sont basées sur le statut actuel. 1y compris les enfants exclusivement allaités l lO Le niveau d'instruction influe n6gativement sur la durée de l'allaitement: la médiane varie de 4,1 mois chez les femmes ayant une instmction secondaire ou plus à 16,8 mois chez celles n'ayant aucune instruction. L'assistance à l'accouchement influe aussi sur la durée de l'allaitement: la médiane est nettement inférieure chez les enfants dont les mères ont accouché avec l'assistance de personnel de santê (9,1 mois) par rapport à celle correspondant aux enfants dont les mères ont accouché avec l'assistance d'une qabla (17,1 mois) ou celles n'ayant reçu aucune assistance (16,8 mois). Selon le sexe de l'enfant, la durée médiane de l'allaitement est légèmment plus élevée chez les filles (16,1 mois) que chez les garçons (15,0 mois). Le Tableau 8.4 présente également la durée moyenne et la durée moyenne "prévalence/incidence" d'allaitement. La procédure pour le calcul de ce demier indicateur est empruntée à l'épidémiologie. En épidémiologie on estime la du rée moyenne d'un événement en divisant sa prévalence par son incidence. Dans notre cas, l'événement est l'allaitement; la prévalence est définie comme le nombre d'enfants que les mères sont encore en train d'allaiter au moment de l'enquête, et l'incidence est définie comme le nombre moyen de naissances par mois. Ce nombre est estimé par les naissances d'une période de 36 mois et ce pour éviter les problèmes de saisonnalité et les erreurs possibles de p6riode de référence. En divisant le nombre de mères qui allaitent au moment de l'enquête par le nombre mensuel moyen de naissances, on obtient une estimation de la durée moyenne d'allaitement en mois. Pour l'ensemble du pays, la durée moyenne d'allaitement est de 14,2 mois. Celle-ci est très proche de la moyenne enregistrée en 1987 lors de I'ENPS-I, qui était de 14,4 mois. A titre comparatif, les durées moyennes d'allaitement pour certains pays arabes ayant effectuée la même enquête sont présentés ci-dessous: Durée moyenne Date de 1' allaitement Pays de l' enquête (en mois) Egypte 1988 17,3 Jordanie 1991 12,2 Soudan 1989/90 19,5 Tunisie 1988 I5,5 La durée moyenne d'allaitement au Maroc est sensiblement plus courte que dans les autres pays arabes, à l'exception de la Jordanie. Pour ce qui est de la fréquence de l'allaitement des enfants de moins de six mois, le même Tableau 8.4 montre qu'au cours des demières vingt-quatre heures ayant précédé l'enquête, huit enfants sur dix (78 pour cent) de moins de six mois ont été allaités six fois ou plus. Les enfants les plus fréquemment allaités sont ceux du milieu rural (85 pour cent), ceux vivant dans les régions du Tensift (89 pour cent), du Centre (83 pour cent) et du Sud (81 pour cent), ceux dont les mères n'ont aucune instruction (83 pour cent), et ceux dont les mères ayant accouché avec l'assistance d'une qabla traditionnelle (89 pour cent) ou ayant accouché sans aucune assistance (83 pour cent). 8.2 ETAT NUTRIT IONNEL DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS 8.2.1 Méthndologie Un des objectifs de I'ENPS-II est l'évaluation de l'état nutritionnel des enfants ågés de moins de cinq ans. Selon les recommandations de l'OMS, cette évaluation doit se faire par comparaison des indicateurs anthropométriques: poids-pour-taille (P/T), poids-pour-âge (P/A) et taille-pour-åge (T/A) à ceux d'une 111 population de référence internationale connue sous le nom de NCHS/CDC/OMS. ~ Cette population de référence internationale a été établie à partir de l'observation d'enfants américains de moins de cinq ans en bonne santé et bien nutris. Même dans une telle population, il y a une variation dite normale des tailles et des poids parmi les enfants du même sexe et du même ãge. Cette variation suit à peu près une répartition normale où la médiane et la moyenne sont confondues. Pour les trois indicateurs 6tudiés, la comparaison de la situation dans l'enquête avec le standard international est menée en mesurant la proportion d'enfants observés qui se situent à moins de deux et à moins de trois écarts-type (ET) en dessous de la médiane de la population de référence. L'indice taille-pour-âge est un indicateur de retard de croissance (stunting) permettant de mesurer l'état nutritionnel passé chez un enfant qui a eu une déficience alimentaire et/ou qui a été malade de façon chronique pendant une période relativement longue, sa croissance peut être retardée et sa taille sera affectée: il a alors une taille inférieuœe å la moyenne de son åge. Cependant, ce type de sous-nutrition chronique s'appelle souvent la malnutrition "invisible" car elle est moins évidente ~ la simple observation que la sous- nutrition aiguë. Par exemple, un enfant de trois ans mal nutri peut passer pour un enfant de deux ans bien nutri. La taille-pour-ãge est donc une mesure des effets à long terme de la sous-nutrition, et varie très peu en fonction de la saison de la collecte des donn6es. Les enfants pour lesquels la taille-pour-âge se situe ~. moins de deux écarts-type en-dessous de la médiane taille-pour-âge de la population de référence sont consid6rés comme atteints de sous-nutrition chronique, ceux pour lesquels la taille-pour-fige se situe à moins de trois écarts-type en dessous de la médiane taille-pour-åge de la population de référence sont considér6s comme atteints de sous-nutrition chronique sévère. L'indice poids-pour-taille qui donne la masse du corps en relation avec la hauteur du corps permet d'estimer l'état nutritionnel actuel (au moment de l'enquête). Le poids d'un enfant peut changer par rapport à l'alimentation quotidienne, et par rapport å des facteurs tels que les maladies (particulièrement la diarrhée et la rougeole) et les variations saisonnières d'alimentation. Les enfants pour lesquels le poids-pour-taille de la population de r6férence sont considérrs comme atteints de sous-nutrition aiguë, ceux se situant à moins de trois écans-type souffrent de sous-nutrition aiguë sévère. L'indice poids-pour-âge est l'indicateur le plus classique et le plus simple. C'est la mesure la plus souvent utilisée par les services de santé; mais son utilité n'est réelle que si elle est prise régulièrcment chez le même enfant pour suivre ses variations. Elle permet de connahre de façon assez acceptable la prrvalence de la sous-nutrition toutes formes confondues (aiguë et chronique). Comme le poids-pour-taille, le poids- pour-åge est sensible aux variations saisonnières. Les enfants dont le poids-pour-åge se situe å moins de deux écarts-type en dessous de la mrdiane poids-pour-âge de la population de rrférence sont considérrs comme souffrant d'insuffisance pondérale, ceux se situant à moins de trois écans-type souffrent d'insuffisance pondérale sévère. Comme on l'a indiqué plus haut, les donnêes de la population de référence suivent une distribution normale avec seulement 2,3 pour cent des enfants si situant à moins de deux écarts-type, dont 0,1 pour cent à moins de trois écarts-type, en dessous de la médiane pour chacun des trois indices de nutrition. ~La population de référence est définie par le Centre National des Statistiques Sanitaires, Etats-Unis: National Center for Health Statistics (NCHS) et adoptée par les Centres de Contr61e des Maladies, Etas-Un is: Centers for Disease Control (CDC) et l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). 112 Au cours de l'enquête, tous les enfants vivants et âgés de moins de cinq ans des femmes ågées de 15- 49 ans ayant passé à domicile la nuit précédant l'enquête, devaient être pesés et mesurés. Au total 7,3 pour cent des enfants ågés de moins de cinq ans sont exclus de l'analyse sur l'évaluation de l'~rat nutritionnel et ce pour les raisons suivantes: • enfants éligibles, mais une des mensurations (poids ou taille) est manquante 3,2 % • mensurations erronées d'après les critères du programme de référence international 4,0 % åge en mois incomplet 0,1% Ainsi sur 4 853 enfants vivants et ågés de moins de cinq ans, 4 502 feront l'objet des analyses anthro- pométriques. 8.2.2 Résultats Le Tableau 8.5 présente les pourcentages d'enfants de moins de cinq ans souffrant de sous-nutrition selon les trois indicateurs taille-pour-ågc, poids-pour-âge et poids-pour-taille selon cc0.aines caractdristiques socio-démographiques. Au niveau national, presque un enfant sur quatre (23 pour cent) souffre de retard de croissance ou de sous-nutrition chronique (-2 ET pour la taille-pour-âge) dont 8 pour cent préscntent une sous-nutrition chronique aiguë (-3 ET). En 1987, cette forme de sous-nutrition était de 29 pour cent. Malgré une légère baisse de la prévalence des cas sévères de sous-nutritinn chronique, ces niveaux sont considérés élevés si on les compare au standard international. L'analyse différentielle de la sous-nutrition chronique par caractéristiques socio-démographiques montre que, selon l'âge de l'enfant, le retard de croissance commence à se manifester dès les premiers mois de vie (Graphique 8.3): 4 pour cent des enfants sont déjå atteints entre 0 et 6 mois. Les enfants âgés de 24-35 mois sont les plus touchés (29 pour cent) de sous-nutrition chronique: parmi ces enfants, deux sur cinq (12 pour cent) souffrent de sous-nutrition chronique sêvère. La prevalence du retard de croissance est nettement plus élevée parmi les enfants de rang quatre ou plus (autour de 28 pour cent) que les enfants de rang un à trois (autour de 17 pour cent) en milieu rural qu'en milieu urbain (28 pour cent contre 13 pour cent). Le risque de la sous-nutrition chronique est maximal quand l'intervalle intergén6siquc est inférieur à 48 mois (autour de 27 pour cent) et minimal quand cet intervalle est au moins égal à quatre ans (17 pour cent) ou quand il s'agit d'une première naissance (16 pour cent). Selon la région, les proportions les plus élevées d'enlants qui sont chmniquement malnutris se situent au Sud (31 pour cent), suivie du Centre-Nord (25 pour cent), du Tensili (24 pour cent) et du Centre-Sud (22 pour cent). Par contre, c'est dans l'Oriental (13 pour cent) qu'il y a le moins d'enfants souffrant de sous- nutrition chronique. Du point de vue de l'instruction de l'enquêtéc, les enfants dont les mèœes n'ont aucune instruction souffrent au moins quatre fois plus de sous-nutrition chronique que ceux dont les mères ont le niveau du secondaire ou plus (26 pour cent contre 6 pour cent). Enfin, selon le sexe de l'enfant, cette forme de sous-nutrition touche à égalité les filles et les garçons. 113 Tableau 8.5 Etat nutritionnel des enfants Pourcentages d'enfants de moins de cinq ans considdrés comme atteints de malnutritiun par caractéristiques démographiques selon les trois indicateurs anthropométriques de l'étal nutritionnel: tallle-pour-åge, poids-pour-taille, et poids-pour-åge, ENPS I1 Maroc 1992 Taille-pour -åge Poids-pour-taille Poids-pour-åge Inférieur Inférieur lnf6rieur Inférieur Inférieur Inférieur Caractéristique à -3ET à -2 ET ~ à 3 ET à -2 ET 1 ~ -3 ET à 2 ET ] Effectif Age de l'enfant <6 mois 1,6 4,3 0,8 3,2 (1,5 3,2 370 6-11 mois 3,0 9,0 0,6 4,1 2,2 6,9 465 12-23 mois 8,4 25,9 0,2 2,2 2,3 10,9 937 24-35 mois 11,8 29,0 0,8 2,1 2,7 12,6 875 36-47 mois 10,3 26.7 0,4 2,0 2,(1 8,4 9(15 48-59 mois 6,8 23,4 0,1 1,5 0,5 7,7 950 Sexe de l'enfant Masculin 8,3 22,9 0.6 2,6 1.9 9.6 2312 Féminin 7,7 22,4 0,3 2,0 1,7 8,4 2190 Rang de naissance 1 5,0 15,6 0,5 1,9 0,8 6,0 861 2-3 5,2 18,3 0,3 2,2 1,3 6,7 1334 4-5 8,1 24,1 0,4 2,5 1.2 9,1 1002 6 ou plus 12,8 30,7 0,6 2,5 3,4 13,2 1305 Intervalle entre naissances Première naissance 5,0 15,6 0,5 2,0 0,9 6,2 868 <24 mois 9,3 26.9 0,7 2,4 2,2 10,2 881 24-47 mois 9,6 25,9 0,4 2,4 2,1 10,4 1986 48 mois ou plus 5,7 17,2 0.3 2,2 1,6 7,2 767 Milieu de résidence Urbain 3,1 13,1 11,4 1,9 0,6 3,3 1559 Rural 10,6 27,7 0,5 2,4 2,4 12,0 2943 Région Nord-Ouest 6.7 20,2 0,3 2,0 1.3 6,9 861 Centre-Nord 8,0 24,7 0,3 1,7 1.1 7.4 636 Centre 7,6 20,5 0,4 3.2 2,2 9,3 1162 Oriental 1,9 12,9 1,0 1,6 0,3 3,9 311 Centre-Sud 7,5 22,1 0,3 0,9 0,9 6,5 321 Tensift 8,3 24,3 0,5 1,6 2.4 9,1 580 Sud 13,5 31,4 0.5 3.2 3,2 16,6 631 Niveau d'instruction de la mère Aucun 9,3 25.9 0,5 2,3 2,2 10.5 3677 Primaire 2,7 10,0 0,2 1,1 0,0 2+2 450 Secondaire ou plus 1,9 6,1 0,5 3,2 0.3 2,4 375 Ensemble des enfants 8,0 22,6 0,4 2.3 1,8 9,0 4502 Note: Le tableau est basé sur les enfants nés dans les 1-59 mois ayant précédé l'enqufite. Chaque indicateur est exprimé en terme de nombre d'unités d'écart-type (ET) par rapport à la médiane de la Population de Référence Internationale du NCHS/CDC/OMS, Les enfants sont atteints de sous-nutritinn s'ils se trouvent à moins de -2 ET (-2 ET et -3 ET) de la médiane de la popu a on de référence. tLes enfants qui se situent en-dessous de -3 ET sont inclus dans cette catégorie. 114 Graphique 8.3 Sous-nutrition par âge chez les enfants de moins de cinq ans Pourcentage 4O ~o~ 20 10 O ~ c , , , , ~ r , , , 0 6 12 18 24 36 42 48 3O Age en mois 54 60 ENPS II 1992 Il ressort du m8me Tableau 8.5 qu'au niveau national, les enfants marocains de moins de cinq ans ne souffrent pas de sous-nutrition aiguë (exprimée au moyen de l'indice poids-pour taille), puisque 2,3 pour cent seulement ont un P/T en dessous de moins deux écarts-type (-2 ET) dont 0,4 pour cent présentent une sous-nutrition aigu~ sévère (-3 ET). Ces proportions sont très voisines de celles enregistrées dans la population de référence (respectivement 2,2 et 0,1 pour cent). En 1987, la prévalence de la sous-nutrition aiguë parmi les enfants de moins de cinq ans était de 2,9 pour cent dont 0,6 pour cent souffraient de sous- nutrition aiguë sévère. Selon les caractéristiques socio-démographiques, on observe peu d'écarts pour cette forme de sous-nutrition. Le Tableau 8.5 mesure également les proportions d'enfants présentant une insuffisance pond~raie exprimée au moyen de l'indice poids-pour-åge. Comme nous l'avons indiqué plus haut, cet indicateur donne la sous-nutrition aiguë et chronique, mais ne distingue pas entre déficience alimentaire qui dure depuis longtemps (retard de croissance) et celle qui est récente (émaciation). Au niveau national, 9 pour cent des enfants de moins de cinq ans souffrent d'insuffisance pondérale, dont 1,8 pour cent sont exposés à la forme sévère de cette sous-nutrition. Comme l'information donnée par cet indicateur rend compte à la lois, des formes aigue et chronique de sous-nutrition, les variations de poids-pour-âge selon les différentes caractéristiques socio-démographiques suivent les mêmes tendances que celles observées pour le poids-pou r- taille et surtout que celles observées pour la taille-pour-åge, car, comme ce dernier indicateur, le poids-pour- åge est surtout dépendant de l'åge. Par ailleurs, du fait que les données de cet indicateur sont sensibles aux fluctuations saisonnières, une seule estimation du poids-pour-åge peut souvent poser des problèmes d'interprétation, surtout si on la compare à d'autres estimations obtenues à ri ff~rentes périodes. Mais, comme les indices du poids-pour-åge sont utilisés par les programmes de protection de la santé de l'enfant dans les services sanitaires, nous les avons retenus ici en tant qu'indicateurs de repère utiles pour ces programmes. 115 8.3 ETAT NUTRITIONNEL DES MERES Plusieurs indicateurs peuvent être utilis6s pour mesurer l 'état nutritionnel des femmes (Krasovec et Anderson, 1991). Dans le cadre de I 'ENPS-I I , on a collecté des données sur le poids et la taille des femmes ayant des enfants ãgés de moins de cinq ans. Il est à noter que les données anthropométriques n'ont pas été collectées pourles femmes qui n'ont pas eu d'enfants pcndant les cinq années ayant précédé l'enquête; ceci implique que plusieurs groupes de femmes sont sous-représcntés: par excmplc lcs femmes des tranches d'âges 15-19 et 45-49 ans. Le même équipement utilisé pour l 'anthropomélric des enfants a été utilis6c pour 1' anthropomdtric des lizm mes. La toise utilisée pour la mesure de la taille était équipée d'une extension capable de mesurer les adultes, tandis qu'un p~se-personne digital d 'une précision de + 100 grammes était utilisé l:xmr obtenir le poids des femmes c1 des enfants. Le Tableau 8.6 donne la répartition, la moyenne et l 'écart-type de trois indicateurs anthmpom6triqucs con- cemant les femmes: il s 'agit de la taille, du poids et de l ' indice de masse corporelle (IMC). Ce dernier indicateur est c',dculé à partir de la taille et du poids. Il y a une association entre la taille et le statut socio-économique au cours des générations, bien quc la taille puisse varier dans les populations à cause de facteurs génétiques. En outre, d 'un point de vue anatomique, la taille des mères étant associée à la grandeur du bassin , les femmes de petites tailles sont plus susceptibles d'avoir des complications pendant la grosscssc ci surtout pcndant l 'accouchement. Elles sont aussi plus susceptibles de concevoir des enfants de fifible poids. Bien que la taille critique en-deça de laquelle une llzmme peut être considérée Tableau 8.6 Indicateurs anthropomélriques de l'~rat nutritionnel (les mères Distribution (en %), moyenne et écart-type de la taille, du poids, et de l'Indice de Masse Corporelle (IMC) pour les femmes ayant eu, au moins, une naissance durant les cinq années ayant précédé l'enquéte, ENF'S-II Maroc 1992 % y compris données Indicateur % manquantes l'aille (cm) < 145 1.3 1,2 145-154 34,1 33,5 155-164 56.6 55,6 165-174 7.6 7,4 >= 175 0,4 0,4 Non déterminé 1,8 Moyenne 157,0 Ecart-type 5,7 Effcc0f de femmes 3326 3387 Poids (kg) < 40 I1,6 0,6 4(149 19,0 18,8 51/-59 40,2 39,8 60-69 22,9 22,7 >~ 70 17,1 16,9 Non déterminé 1,1 Moyenne 59,9 Ecar t-type 13,4 Effectif de femmes 2772 2803 IMC (kg/m2) < 16,0 0,1 0,1 16,0-16.9 0,5 0,5 17,(/ 18,4 3,1 3,1 18,5 20,4 15,7 15,4 211,5-22,4 23,2 22,8 22,5-23,9 15,5 15,2 24,(/-25,4 12,4 12,2 25,5 26,9 8,2 8,0 27,0-28,9 7,8 7,6 >-29,0 13,4 13,1 Non détermine 1,9 Moyenne 24,2 Ecart type 4,8 Eflectif de femmes 2751 2803 à risque varie selon les populations, on admet généralement que cette taille moyenne se situe entre 140 et 150 centimètres. Les résultats du Tableau 8.6 montre que la taille des I~mmes marocaines ayant une naissance dans les cinq demières années se situe au-dessus de l'intervalle mcntionnd: elle est de 157 centimètrcs (écart- type de 6 centimètres). Seulement 1 pour cent des meres ont une taille in férieu re à 145 centimètres, et 9 pour cent ont une taille au-dessous de 150 cenlimètres. Le faible poids des Iemmes avant une grossesse est un facteur de risque important pour le déroulement et l ' issue de la grossesse. Le poids des lemmes marocaines est d'environ 59,9 kilos; près de 20 pour cent d'entre elles ont un poids inférieur à 50 kilos et 17 pour cent ont un poids ~gai ou supérieur à 70 kilos. Cependant, le poids étant très variable selon la taille, il est préférablc de s' intéresser à un indicateur tenant compte de cette relation. L' indice de masse corporelle (IMC) ou cncorc indicc de Quételct est le plus souvent utilisé pour exprimer la relation poids/taille: il permet de mettre en évidcnce le manque ou l 'excès de poids en contrélant la taille et, en outre, il présente l 'avantage de ne pas nécessiter l'utilisation de tables de référence comme c'est le cas pour le poids-pour-taille. L ' IMC est calculé en divisant le poids (en kilos) 116 par le carré de la taille, et s'exprime donc en kg/m 2. Pour indiquer une déficience énergétique chronique, on utilise généralement comme seuil la valeur 18,5 kg/m 2, å l'opposé, pour indiquer un surpoids, le seuil récemment établi (James et al., 1988) est de 24 kg/m 2 ou plus. La valeur moyenne de I'IMC chez les femmes marocaines non enceintes est de 24,2 kg/m~; seulement une faible proportion de femmes (3 pour cent) ont un indice se situant en de@. du seuil critique et présentent donc une déficience énergétique chronique. Par contre, 41 pour cent des femmes ont un IMC moyen de 24 ou plus. Le Tableau 8.7 présente les tailles moyennes et les pourcentages de femmes dont la taille est inférieure å 145 centimètres, et les IMC moyens et les pourcentages de femmes dont I'IMC est inférieur à 18,5 kg/m 2, selon certaines caractéristiques socio-démographiques. Les femmes ayant reçu une éducation secondaire ou plus, et celles de la région de l'Oriental ont des tailles moyennes supérieures aux tailles des autres femmes du pays. En ce qui concerne l'indice de masse corporelle, les femmes de l'Oriental sont également mieux nourries que celles des autres régions: par exemple, 1 pour cent seulement des femmes de l'Oriental ont un IMC inférieur à 18,5 kg/m 2, cette proportion est nettement plus faible aux proportions enregistrées dans les autres régions qui varient entre 2 et 6 pour cent. Selon le niveau d'instruction, I'IMC moyen est plus élevé et la proportion de femmes en-dessous de 18,5 kg/m 2 est plus faible chez les femmes instruites par rapport à celles sans instruction. Les 6carts les plus manifestes sont ceux qui concernent le milieu de résidence; en effet, 3 pour cent des femmes du milieu urbain contre 5 pour cent des femmes du milieu rural ont un IMC inférieur à 18,5 et présentcnt donc une d6eficience énergétiquc chronique. Tableau 8.7 Indicateurs anthropométriques des mères par caractéristiques socio démo/~raphiques Taille moyenne et pourcentages de femmes dont la taille est inférieure å 145 centimètrcs, et Indice de Masse Corporelle ÇIMC) et pourcentages de femmes dont I'IMC est inférieur ~ 18,5 kg/m2, scion certaines caractéristiques socio démographiques, ENPS-II Maroc 1992 Taille IMC Pour Effectif l)~mr - Effectif centage de contage de Caractfiristique Moyenne <145cm femmes Moyenne <18,5 femmes Age de la femme < 20 157,3 0,0 102 23,4 1,2 85 20-34 157,2 0,9 2136 23,7 4,0 1701 >= 35 156,6 2,11 1088 25,0 3,7 965 Nombre d'enfants nés vivants 1 157»6 1,7 572 23,5 4,3 439 2-3 157,2 0,8 974 24,0 4,1 787 4-5 157,0 0,7 763 24,4 3,1 642 6 ou plus 156,5 1,9 11)17 24,4 3,9 883 Milieu de résidence Urbain 157,4 1,1 1284 25,6 2,7 1095 Rural 156,7 1.4 2042 23.2 4.5 1656 Région Nord-Ouest 157,0 1,1 645 24,8 3,8 526 Centre-Nord 157,2 0,4 451 24,3 2,2 356 Centre 157,4 0,9 897 24,0 3,4 754 Oriental 157,9 0,8 239 25,2 1,0 202 Centre-Sud 157,0 2,4 251 24,2 3,8 211 Tensift 156,4 2,0 400 23,4 6,4 328 Sud 156,0 2,0 443 23,6 5,3 374 Niveau d'instruction Aucun 156,7 1,5 2618 23,8 4,2 2139 Primaire 157,9 0,8 383 25,8 1,8 326 Secondaire ou plus 158,4 0,3 325 25,3 3,5 286 Ensemble a 157,0 1,3 3326 24,2 3,8 2751 aSont exclues les femmes pour lesquelles l'information est manquante. 117 CHAPITRE 9 MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS L'étude des niveaux de mortalité des enfants de moins de cinq ans figure parmi les principaux objectifs assignés à I'ENPS-II. Ses résultats ont permis de répondre à un certain nombre d'interrogations, concernant l' impact des Joumées nationales et maghrébines de vaccination sur le niveau de la mortalité des enfants. L'évolution de la mortalité des enfants est étroitement liée aux conditions sanitaires et sociales du pays. C'est pour cela que son niveau constitue un indicateur important du développement socio-économique. La connaissance du niveau de la mortalité permet d'identifier les populations cibles, d'évaluer l' impact des programmes actuels de santé et, en fin de compte, de définir une stratégie appropriée. Ce chapitre comprend trois parties, la première abordera la méthodologie de collecte des données sur la mortalité, la deuxième partie sera consacrée à l'étude des niveaux et des tendances de la mortalité des enfants de moins de cinq ans, et la demière partie sera réservée à l'analyse différentielle de la mortalité selon certaines caractéristiques démographiques et socio-économiques. 9.1 METHODOLOGIE Les différents indices de mortalité présentés dans ce chapitre sont calculés à partir d'informations recueillies dans l'historique des naissances du questionnaire individuel. Dans cette partie du questionnaire, on demande aux femmes de retracer leur histoire génésique en donnant la liste de leurs naissances et en précisant le sexe, la date de naissance de l'enfant, son état de survie, et en cas de décès, l 'åge au décès. Cependant, la collecte des données, par cette méthode, présente certaines limites. En effet, dans ce type d'approche rétrospective, on ne dispose d'aucune information sur la survie ou le dêcès d'enfants dont la mère est actuellement décédêe. Dans le cas où leur nombre serait important et leur mortalité différente des enfants dont la mèrc survit, les niveaux de mortalité s'en trouveraient affectés. De même, en limitant la collecte des données aux femmes de 15-49 ans, les informations recueillies ne sont pas complètement représentatives des différents intervalles de la période passée. Si pour les cinq années prêcédent l'enquête, la presque totalité des naissances (et de la mortalité infanto-juvénile) sont issues de femmes de 15- 49 ans à l'enquête, il n'en est pas de même pour les intervalles plus anciens: pour la période 10-14 ans avant l'enquête, par exemple, nous ne disposons d'aucune information sur les naissances issues de femmes de 40-49 ans à cette époque. Du point de vue de la collecte proprement dite, la validité des donnêes peut être affectée par: Le sous-enregistrement des événements, plus particulièrement l'omission d'enfants qui meurent très jeunes, quelques heures ou jours après la naissance, ce qui peut induire une sous-estimation des niveaux de mortalité; Les déplacements différentiels des dates de naissance des enfants, selon qu'ils sont vivants ou décédés, peuvent entraîner une sous-estimation de la mortalité d'un intervalle (0-4 ans avant l'enquête, par exemple) et, par conséquent, une surestimation de l'intervalle précédent (5-9 ans avant l'enquête). 119 Néanmoins, ces limites, inhércntes à la méthode de l'historique des naissances n'induisent généralement qu'une très faible marge d'erreur dans la mesure des événements récents. Il Iîmt noter que dans le cadre de ce rapport on n'a procêdé à aucun ajustement des données de l'historique des naissances. Les indices suivants ont été calculés à partir de ces informations: Quotient de mortalité néonatale (NN): Probabilité de ddcddcr avant d'atteindre un mois; Quotient de mortalité post-néonatale (PNN): Probabilité de ddcéder entre le premier et le douzième mois; Quotient de mortalité infantile (~qo): Probabilité de déc6der entre la naissance et Ic premier anniversaire; Quotient de mortalité juvénile (4ql): Probabilité de ddcéder entre le prcmicr ci Ic cinquième anniversaire; Quotient de mortalité infanto-juvênile (sqo): Probabilité de dêcdder entra la naissance et le cînquième anniversaire. 9.2 N IVEAUX ET TENDANCES DE LA MORTAL ITE Le Tableau 9.1 présente les quotients de mortalité (néonatale, post-ndonatale, infantile, juvénile et infanto-juvénile) pour les quinze demières annêes selon trois pdriodcs quinquennalcs. Durant la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête), sur 1000 naissances, 57 cnliants d6cèdent avant l 'âge de 1 an; et sur 1000 enfants atteignant leur premier anniversaire, 20 d6cèdent avant d'atteindre cinq ans. Tableau 9.1 Mortalité des enfants de moins (le cinq ans Quotients de mortalité néonatale, post-néonata]e, infantile, juvénile et infante-juvénile par lyériodes de 5 ans précédant l'enqu~te, ENPS 11 Maroc 1992 Nombre Mortalité Mortalité d'armees Mortalité Post- Mortalilé Mortalité lnfant{» précédant Néonatale Néonatale infantile Juvénile Juvénile l'enqu&e (MN) (M[:'N) (~q0) (4ql) (sqo) 0 4 ans 31,4 25,9 57,3 20,0 76,1 5-9 ans 36,5 32,4 68,9 24,4 91,6 1 O- 14 ans 39,9 48,8 88,7 4 t ,3 126,3 15 19ans 46,4 66,0 112,4 65,6 170,6 2(I-24 ans 51,3 73,1 124.4 64,2 18(/,6 120 Pour les enfants qui décèdent avant l'âge de 1 an, la probabilité de mou rir durant le premier mois est nettement supérieure à la probabilité de mourir entre le premier et le douzième mois. En effet, sur 1000 naissances, 31 enfants meurent durant le premier mois, et sur 1000 enfants âgés d'un mois, 26 enfants décèdent avant l'åge de 1 an. Sur la période des quinze dernièms années, ces quotients ont évolué à la baisse. En effet, entre les périodes 1977-198 l et 1987-1991 le quotient de mortalité infantile est passé de 89 pour mille à 57 pour mille, soit une baisse de 35 pour cent. Durant les mêmes périodes, le quotient de mortalité juvénile a baissé de moitié, passant de 41 pour mille à 20 pour mille, alors que le quotient de mortalité infante-juvénile a baissé durant les mêmes périodes de 40 pour cent passant de 126 pour mille à 76 pour mille. Quant aux quotients de mortalité néonatale et post-néonatale, ils ont connu respectivement une baisse de 21 pour cent et 47 pour cent durant la même période. Si l'on ne retient que la mortalité infantile et juvénile, on peut relever que l'essentiel de la baisse a eu lieu entre 1979 et 1984 (années centrales des deux périodes quinquennales) et spécialement pour la mortalité juvénile (Graphique 9.1). Relativement à 1'ENPS-I de 1987, et à ses deux périodes les plus récentes 1982-1986 et 1976-1981, les résultats sont très voisins et confirment la tendance générale de baisse de mortalité observée durant ces dernières années. Figurent aussi au Graphique 9.1 les niveaux de monalité par péfiodes quinquennales estimés à I'ENFPF de 1979-80. Les données de I'ENPS-II de 1992 pour la période centrée sur 1979 aussi bien pour la mortalité infantile que juvénile se mmvent proches des données de I'ENFPF l:xmr ses taux les plus récents - centrés sur 1977 - et confirment la tendance à la baisse. Ainsi, l'ensemble des données semblent être cohérent et les tendances générales de baisse de la mortalité semblent se confirmer aussi bien pour ce qui est de la mortalité infantile que juvénile. Dans cette tendance se situent aussi deux estimations pour la période 1986-1988 relatifs å l'Enquête Nationale Démographique ~ Passages Répétés. Enfin de ce rapprochement entre di ff~rentes sources, on peut retenir que même pour les périodes les plus recul~es, pour lesquelles les estimations sont relativement difficiles, 1'ENPS-I1 de 1992 n'a pas souffert d'omissions graves de décès et que l'ensemble des taux calculés reflètent lidèlement les niveaux de la mortalité marocaine. Ces tendances corroborent par ailleurs les résultats de l'enquête sur les niveaux de vie réalisée par le Ministère du Plan en 1991 et qui ont montré une amélioration sensible des conditions de vie des marocains. 9.3 VARIAT IONS D IFFERENTIELLES DE LA MORTAL ITE Le Tableau 9.2 présente les différents quotients de mortalité des enfants selon certaines carac- téristiques socio-démographiques de la mère, pour la période de dix ans préeédent l'enquête (1982-1991). La référence a une période de dix années est utilis6e dans le but d'avoir des efl~:ctifs suHisants permettant le calcul de quotients tiables pour l'étude de la mortalité différentielle parmi les sous-grnupes de la population. 121 Graphique 9.1 Tendances de la mortalité des enfants selon quatre sources D~~s~ur lOoe Mortalité infantile (lq0) 100 80 60 4O 20 0 1965 [ ] I I I I I I I r I I I [ I ] I I I I I 1970 1975 1980 1985 1990 Année Déc~s pour 1000 8O oe 4O 2O 0 , 1965 Mortalité juvénile (4ql) r i r i i ~ i i i 1970 1975 1980 1985 1990 Année ENPS-II 1992 122 Tableau 9.2 Mortalité des enfants par caractéristiques socio-démographiques de la mère Quotients de mortalité néonatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infanto-juvénile pour périodes de 10 ans précédant l'enquête, par caractéristiques socio-démograpbiques de la mère, ENPS-II Maroc 1992 Mortalité Mortalité Mortalité Post- Mortalité Mortalité Infanto- Caractéristique N6onatale Néonatale Infantile Juvénile Juvénile socio-démographique (MN) (MPN) (tq0) («qt) (~q0) Milieu de résidence Urbain 29,9 22,0 51,9 7,2 58,7 Rural 36,2 33,1 69,3 30,7 97,8 R~ghm Nord-Ouest 34,9 42,4 77,3 20,2 96,0 Centre-Nord 39,9 29,9 69,8 27,7 95,5 Centre 32,6 17,4 50,0 11,0 60,4 Oriental 29,5 28,1 57,6 15,7 72,4 Centre-Sud 27,5 21,3 48,9 24,5 72,1 Tensift 33,6 29,3 62,9 23,6 85,0 Sud 35,1 35,4 70,6 43,1 110,7 Niveau d'instruction de la mère Aucun 35,9 31,8 67,7 25,3 91,3 Primaire 31,7 21,4 53,2 7,4 60,2 Secondaire ou plus 13,8 7,0 20,9 1,6 22,4 Soins prénatals et assistance à l'accouchement Ni l'un ni l'autre 32,9 37,6 70,5 24,6 93,4 L'un ou l'autre 33,7 18,3 52,0 13,3 64,6 Les deux 25,5 7,5 33,0 3,0 35,9 Ensemble 34,0 29,2 63,1 22,1 83,9 On constate au Tableau 9.2 l'existence d'un écart toujours important dans les niveaux de mortalité, entre les milieux urbain et rural. En effet, sur 1000 naissances, 52 enfants citadins décèdent avant l 'åge d'un an, contre 69 en milieu rural. L'écart est encore plus frappant au niveau de la mortalité juvénile, quatre fois supérieure en milieu rural: 31 pour mille contre 7 pour mille en milieu urbain. Pour ce qui est de la mortalit6 infanto-juvénile, sur 1000 naissances, 59 enfants citadins décèdent avant d'at~eindrc cinq ans contre 98 en milieu rural. C'est un constat, somme toute, logique vue les disparités existantes aussi bien au niveau de 123 l'infrastructure sanitaire que socio-économique entre les deux milieux. Le Graphique 9.2 présente aussi les niveaux de mortalité infanto-juvénile selon différentes caractéristiques de la mère. Selon la région, le Nord-Ouest a le quotient de mortalité infantile le plus élevé (77 pour mille) et le Centre-Sud le quotient le plus faible (49 pour mille). Au niveau de la mortalité juvénile, le quotient le plus faible a ~té enregistré dans la région du Centre (11 pour mille) et le plus élevé dans la région du Sud (43 pour mille); c'est la même situation qu'on retrouve au niveau de la mortalité infanto-juvénile (60 pour mille contre 11 pour mille). Pour ce qui est de la mortalité néonatale et post-néonatalc, les quotients les plus élevés ont ét~ enregistrés, respectivement, dans les régions du Centre-Nord (40 pour mille) et du Nord-Ouest (42 pour mille) et les quotients les plus faibles au Centre-Sud (28 pour mille) et au Centre (17 pour mille). Graphique 9,2 Mortalité infantile et infanto-juvénire selon les caractéristiques de la mère RESIDENCE cë : ,~%°-~! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Centre Oriental Centre-Sud Tensift Sud INSTRUCTIOK Aucune Primake Secondaire/Sup i i I ) 20 40 60 80 10O D@c@s pour 1000 120 ENPS-il 1992 Par nivcau d'instruction, on relève toujours une corrélation négative entre cette variable et lcs quotients de mortalité. En crier, les enfants des femmes sans instruction ont une probabilité de décéder supérieure à celle des enfants des fcrnmes ayant un niveau primaire, secondaire ou supérieur. Pour le quotient de mortalité infantile, on constate que sur 1000 naissances issucs de tcmmes sans instruction, environ 68 enfants décèdent avant d'atteindre leur premier anniversaire; alors que seulement 53 enfants al~cèdent chez les femmes ayant un niveau primaire et seulcment 21 enfants chez cclles ayant un niveau secondaire ou supérieur. La différence est encore plus frappantc au niveau de la mortalité juvénile; ainsi, la probabilité de décéder entre le premier et le cinquième anniversaire varie de 25 pour mille chez les enfants de mères sans instruction à 7 pour mille chez ceux issus de femmes ayant un niveau primaire à 2 pour mille chez les enfants des femmes ayant un niveau secondaire ou supérieur. Toujours en ce qui concerne le niveau d'instruction, un enfant issu d'une femmc sans instruction a une probabilité de décéder avant d'atteindre cinq ans (91 pour mille) plus de quatre fois supérieure à celle d'un enfant de mère ayant un niveau secondaire ou supérieur (22 pour mille). De même, la probabilité de d6cdder entre le premier et le douzième mois est plus de quatre fois supérieure entre un enfant issu d'une R:rnlne sans aucune instruction (32 pour mille) et un autre issu d'une femme d'un niveau secondaire ou supérieur (7 pour mille). 124 La dernière caractéristique présentée au Tableau 9.2 et qui ne figurait pas à I'ENPS-I de 1987, conceme les soins prénatals et l'assistance à l'accouchement. Lorsque la mère n'a fait aucune visite prénatale pendant sa grossesse, et n'a pas été assistée par un personnel médicallors de l'accouchement, son enfant court un risque de décéder de 71 pour mille avant l 'åge d'un an et de 94 pour mille entre la naissance et le cinquième anniversaire contre, respectivement, 33 pour mille et 36 pour mille pour un enfant dont la mère a été en consultation prénatale et a été assistée lors de l'accouchement. Ce résultat montre clairement que l'environnement socio-économique des mères (alphabétisation et urbanisation) est un facteur déterminant de la mortalité des enfants. En effet, les femmes qui ont le plus grand accès aux soins prénatals et qui sont les plus nombreuses à accoucher dans les services de santé sont les femmes les plus instruites et celles du milieu urbain (voir Chapitre 7: Santé de la Mère de l'Enfant). Le Tableau 9.3 présente les quotients de mortalité pour la période de 10 ans précédant l'enquête selon certaines caractéristiques biologiques des mères et des enfants. Le Graphique 9.3 présente également les quotients de mortalité infantile selon l'âge de la mère à la naissance de l'enfant, le rang de naissance et la durée de l'intervalle intergénêsique. Tableau 9.3 Mortalité des enfants par caractéristiques bio-démographiques des m~res et des en fanks Quotients de mortalité néonatale, post-néonatale, infantile, juvénile et irdanto-juvénile pour périndes de 10 ans précédant l'enquête, par caractéristiques bio-démographiques des mères et des enfants, ENPSdl M,'troc 1992 Mortalité Mortalité Mortalité Post- Mortalité Mortalité lnfanto- Caractéristique Néonatale Néonatale Infantile Juvénile Juvénile bio-démographique (MN) (MPN) (iqo) (~ql) (sqo) Sexe Masculin 38,7 30,0 68,6 20,7 88,0 Féminin 29,1 28,3 57,4 23,6 79,6 Taille à la naissance t Très petit 112,1 26,2 138,4 31,5 165,5 Petit 39,9 39,8 79,7 16,4 94,8 Moyen ou gros 24,4 23,5 47,9 17.3 64,4 Age de la mère à la naissance Moins de 20 ans 65,2 42,1 107,3 19,8 125,0 20-29 ans 32,5 26,6 59,1 22.0 79.8 30-39 ans 29,2 29,3 58,5 22.9 80.0 40-49 ans 29,1 32,8 61,9 24,7 85,1 Rang de naissance 1 41.9 28,5 70,3 17,3 86,4 2-3 31,0 28,1 59,0 25,1 82,6 4 6 27,7 24,7 52,5 23,5 74,7 7 ou plus 41,2 38,5 79,8 19.3 97,6 Intervalle avec la naissance précédente Moins de 2 ans 56,6 47,2 103,8 31,0 131,6 2-3 ans 22,4 24,1 46,5 21,3 66,8 4 ans ou plus 19,3 12,3 31,6 14,0 45,1 1Quotients pour la période de cinq ans précédant l'enquête 125 Graphique 9,3 Mortalité infantile (lq0) et comportement procréateur AGE DE LAMERE Moins de 20 ans 20 29 ans 30-39 ans 40-49 ans RANG DE NAISSANCE 7 INT INTERGENE <: 4 ans 0 20 40 60 80 D6C6S pour 1OO0 100 120 ENPS II 1992 Selon le sexe, entre la naissance et lE premier anniversaire, la mortalité des enfants de sexe masculin est nettement plus élevée que celle des enfants de SeXE féminin (69 pour mille contre 57 pour mille), la meme remarque peut être faite au nivcau de la mortalité ndonatale (39 pour mille contre 29 pour mille), post- néonatale (30 pour mille contre 28 pour mille) et infantn-juvénile (88 pour mille contre 80 pour mille). Cependant, le phénomène contraire s'observe au niveau de la mortalité juvénile où on relève un écart de presque trois points entre les deux SEXES: 21 pour mille pour les garçons et 24 pour mille pour les filles. Au niveau de l'âge de la mère à la naissance de l'enfant, les risques de décéder des enfants issus des femmes dont l'åge å la naissance est inférieur à 20 ans sont très élevés relativement à ceux des femmes dont l'âge b. la naissance est supérieur à 20 ans. En effet, le risque de décéder en période prénatale est près de deux fois plus élevé chez un enfant né d'une femme de moins de 20 ans (65 pour mille) par rapport à celui n~ d'une femme de 20-29 ans (33 pour mille). Entre la naissance et le cinquième anniversaire, la probabilité de décéder des enfants des femmes dont l'âge à la naissance est inlEriEur à 20 ans est de 125 pour mille contre 80 pour mille pour ceux des femmes de 20-29 ans. Selon le rang de naissancE, on constate que tous les quotients de mortalité baissent lorsque le rang de naissance augmente, puis augmentent de nouveau après le septième enfant. Ainsi, au niveau de la mortalité infantile, le quotient passe, selon les modalités retenues, de 70 peur mille à 53 pour mille pour remonter à 80 pour mille. On remarque que la durée dE l'intervalle intergénésique apparaît comme étant le facteur qui influe le plus sur les niveaux de mortalité des enfants. En effet, les intervalles très courts entraînent une mortalité infantile de 104 pour mille, plus de trois fois supérieure å celle des enfants nés 48 mois ou plus après la naissance précédente. Ainsi pour un intervalle de moins de 24 mois, sur I000 naissances, 104 enfants décèdent avant d'atteindre leur premier anniversaire, alors que dans l'intervalle de 48 mois ou plus, sur 1000 126 naissances, 32 décèdent avant d'atteindre leur prcmier anniversaire. En ce qui concerne la mortalité juvénile, le quotient est de deux fois plus élevé chez lcs enfants dont l'intervalle est inférieur à 24 mois (31 pour mille) par rapport à ceux nés 48 mois ou plus après la naissance précédente (14 pour mille). Un autre constat très important à propos des résultats de cette enquête concerne l'effet de l'intervalle inter-génésique sur la mortalité néonatale. En effet, le quotient de mortalité néonatale est presque trois fois plus élevé chez les enfants dont l'intervalle est inférieur à deux ans par rapport à ceux dont l'intervalle est de 48 mois ou plus. La mortalité différentielle selon ces trois caractéristiques met en évidence les risques importants que fait courir aux enfants une fécondité élevée, caractérisée par des naissances précoces et/ou tardives, des rangs de naissance élevés et des intervalles intergênésiques courts. La dernière caractéristique du Tableau 9.3 conceme la taille de l'enfant à la naissance selon la perception de la mère. Il apparaît que les bébés petits ou très petits courent un risque de décéder beaucoup plus élevé que les bébés de taille moyenne. En effet, sur 1000 enfants de petite taille à la naissance, 138 n'atteignent pas leur prcmicr anniversaire. Pour ces enfants, la probabilité de mourir durant le premier mois est plus de quatre fois supérieure à celles des enfants de taille moyenne ou perçus comme gros (112 pour mille contre 24 pour mille). Entre la naissance et le cinquième anniversaire, sur 1000 enfants de petite taille à la naissance, 165 décèdent avant d'atteindrc cinq ans, contre 64 pour les enfants de taille moyenne ou gros. 9.4 COMPORTEMENT PROCREATEUR A HAUT R ISQUE Des études démngraphiqucs antêrieurcs ont montré qu'il y a une forte relation entre le comportement procréatcur d'unc mèrc et les chanccs dc survie de ses cnlants. Généralement, les naissances qui sont à hauts risques de déc6der sont celles issues de femmes d'âge de procréation précoce (moins de 18 ans), les naissances de lcmmcs d'âge de procréation tardif (plus de 34 ans), celles à intervalle intergénésique court (moins de 24 mois), et celles de rang élevé (4 ou plus). Pour les besoins de l'analyse, les naissances des cinq dernières années sont class6es scion les catégories à hauts risques en ordre croissant: 1/les naissances ne correspondent à aucune des catégories à hauts risques définies ci-dessus; 2/les naissances appartiennent à une seule catégorie a haut risque; 3/les naissances correspondent h une combinaison de catégorics à hauts risques. La première colonne du Tableau 9.4 montre que 64 pour cent de toutes les naissances au Maroc survenues dans les cinq années ayant précédé l'enquête appartiennent au moins à des catégories à hauts risqucs dont plus de quatre enfants sur dix (28 pour cent) correspondent à des hauts risques multiples. La deuxième colonne du tableau présente les "rapports de risque" qui permettent d'évaluer le risque supplémentaire de décéder que l'ont courir aux enfants certains comportements procréateurs des mères; on définit un rapport de risque comme le rapport de la proportion d'enfants décédés dans chaque catégorie à hauts risques, à la proportion d'enfants dêcédés dans la catégorie de référence, å savoir les enfants n'appartenant à aucune des catégorics â hauts risques. Un enfant appartenant å une catégorie d'un seul haut risque court un risque de décédcr 1,3 lbis supérieur à un enfant n'appartenant å aucune catégorie â hauts risques. La procréation tardive de la mère (naissance à 35 ou plus), et la parité de rang élevé (quatre enfants ou plus) ne sont pas gênéralemcnt corrélées à un haut risque de décéder quand elles ne sont pas combinées avec un intervalle intergénêsiquc cou rt (<24 mois). En effet, les deux facteurs qui semblent le plus augmenter le risque de décédcr sont la fécondité très précoce de la mère (rapport 2,7) et un intervalle court entre naissances (rapport 1,5). Pour ce qui est de toutes les catégories â haut risque conlondues, les enfants ont un risque de décédcr 1,8 lois supérieur à ceux n'appartenant à aucune catégorie a hauts risques et, pour certains comportements procréateurs sp6ciliques, les risques sont multipliés par plus de deux: intervalle court combiné avec un rang supérieur à trois (rapport 2,6), et maternité tardive combinée avec un intervalle court et un rang élevé (rapport de 2,3). 127 Tableau 9.4 Fécondité h hauts risques Pourcentage d'enfants nés dans les cinq années ayant proEédé l'enquête par hauts risques de mortalité, et pourcentage de férentes actuellement mariées à risque de concevoir un enfant à hauts risques de mortalité, par catégories de hauts risques croissants, ENPS-I1 Maroc 1992 Cat6gories à hauts risques Naissances dans les 5 dernières années Pourcentage de femmes Pourcentage Rapport actuellement de naissances de risque mariées t Dans aucune catégorie à hauts risques Un seul haut risque Age < 18: moins de 18 ans ~ la naissance Age > 34: plus de 34 ans h la naissance IN < 24: intervalle entre naissances inférieur à 24 mois RG > 3: Rang de naissance 4 ou plus Sous-total Hauts risques multiples Age < 18 et IN < 24 (ou RG > 3) Age > 34 et IN < 24 Age > 34 et RG > 3 Age > 34, IN < 24 et RG > 3 IN<24et RG>3 35,8 1,00 24,1 z 2,3 2,68 0,7 1.3 0.86 5,9 8,6 1,48 7,8 24,3 1,08 14,4 36,5 1,26 28,8 0,3 2,63 0,3 /I,3 1,41 0,5 15,8 1,24 30,8 2,5 2,26 6,4 8,9 2,60 9,11 Sous-total 27,7 1,79 47,0 Ensemble des eatégories/~ hauts risques 64,2 1,49 75,9 Total 100,0 100,(1 Effcctil 5138 5118 Note: Le rapport <le risque est le raptxlrt de la proportion d'enfants décédés d;ms les cinq dernières années dans chaque catégorie à risque, à la proportion d'enfants décédés dans aucune catégorie å hauts risques. Les femmes s nt classées d ns les catégories à hauts risques selon le statut qu'elles auraient à la naissance de l'enfant, si l'enfant était conçu au moment de l'enqufite: åge in ferieur h 17 ans et 3 mois, ou plus åg6 que 34 ans et 2 mois, la dernière naissance est née dans les 15 derniers mois, et la dernière naissance était de rang 3 ou plus. 2y compris les femnles stdrilisdes La demière colonne du Tableau 9.4 présente la proportion de femmes actuellement mari~es qui, potentiellement, pourraient concevoir des en[ilnts à hauts risques de mortalité. 11 s'agit donc d'une simulation ayant pour objectif de détenniner les lutures naissances à hauts risques, en l'absence de tout comportement régulateur de la fécondité. Ainsi, à partir de l'åge actuel des lemmes, de l'intervalle écoulé depuis leur demière naissance et du rang de leur dernière naissance, on détcrmine dans quelle catégorie se trouverait la prochaine naissance, si chaque l~mme concevait un en fant au moment de l'enquEte. La proportion des enfants à naître qui appartiendraient à une catégorie quelconque à hauts risques est de 76 pour cent. Elle est nettement supérieure à la proportion observée chez les enfants déjà nés (64 pour cent), et en particulier pour les enfants des catégories à hauts risques multiples (47 pour cent cnntm 28 pour cent). Ces résultats démontrent la nécessité de développer des activités de régulation de la fécondité pour les populatîons cibles, à savoir les femmes «tu comportement pmcréatcur à hauts risques. 128 CHAPITRE 10 MORTALITE MATERNELLE 10.1 INTRODUCTION L'ENPS-II a collect6 des données permettant d'estimer le niveau de la mortalité matemelle en utilisant des méthodes d'estimation directe ou indirecte (Graham et al., 1989; Rutenberg et al., 1990). Ces estimations de la mortalité se font à partir de données sur la survie des soeurs des enquêtées. Pour chacune des soeurs de l'enquêtée, on a collecté des renseignements concernant son åge actuel ou si elle est décédée, son åge au déc~s et le nombre d'années écoulées depuis le décès. A propos des soeurs décédées, des questions supplémentaires ont été posées pour déterminer si le décès est en rapport avec la maternité, c'est-à-dire si le décès est survenu pendant la grossesse, durant l'accouchement ou dans les deux mois qui ont suivi l'accouchement ou la fin de la grossesse. La méthode directe d'estimation de la mortalité maternelle nécessite des données sur 1'âge des soeurs survivantes et, pour les soeurs décédées, l'åge au décès et le nombre d'années écoulées depuis le décès. Pour obtenir des périodes de référence bien définies, les données sont agrégées pour déterminer le nombre de personnes-années d'exposition à la mortalité et le nombre de décès maternels survenus dans chaque période de référence. Les taux de mortalité maternelle sont alors directement estimes Ch divisant le nombre de décès par le nombre de personnes-années soumiscs à l'exposition. Le résultat de ce calcul donne la proportion de soeurs, parmi toutes les soeurs de l'enquêtée, qui sont décédées de causes dues à la matcrnité. C'est une estimation non biaisée de la probabilité de décéder de cause maternelle, pourvu que le risque de décès soit identique pour toutes les soeurs (Trussell et Rodriguez, 1990). La méthode directe d'estimation de la mortalité maternelle nécessite davantage de données que la méthode indirecte - les enquêtées doivent déclarer non seulement le décès de la soeur et si le décès est lié à la matemité, mais elles doivent aussi déclarer l'fige des soeurs survivantes, l'åge au décès et le nombre d'années écoulées depuis le décès. La méthode indirecte d'estimation de la mortalité maternelle ne nécessite d'informations ni sur l'åge au décès maternel, ni sur le nombre d'années écoulées depuis le décès maternel de la soeur. Cette méthode estime le risque, pour toutes les soeurs, de décéder sur la durée de vie pour causes maternelles. Etant donné que les estimations se réfèrent à la durée de vie des soeurs des enquêtées, elles ne s'appliquent pas à une période de temps bien délimitée mais elles sont le reflet des conditions de mortalité des 50 dernières années. Le problème de manque de période dc référence à laquelle s'appliquent les estimations est contourné en supposant que les changements dans la mortalité sont linéaircs. Sous cette hypothèse, il est possible de préciser à quelle époque s'applique une estimation de la mortalité maternelle. 10.2 COLLECTE DES DONNEES Le questionnaire utilise pour la collecte des données sur la mortalité maternelle est présenté en Annexe E (Section 6 du questionnaire individuel). En premier lieu, on demande à l'enquêtée la liste de tous ses frères et soeurs, c'est-à-dire tous les enfants que sa mère a mis au monde, en commençant par le premier- né. Ensuite, on demande à l'enquêtée si chacun de ses frères et soeurs est encore Ch vie, si c'est le cas, on demande leur ãge actuel. Pour ceux qui sont décédés, on s'informe sur le nombre d'années écoulées depuis le décès et sur l'âge au décès. Durant la formation des enquêtrices et malgré le caractère délicat de ce type de données, on a insisté sur les efforts à fournir pour obtenir des réponses à ces qucstions. Dans le cas où des réponses précises sur les åges ou sur le nombre d'années écoulées depuis le décès ne pouvaient être obtenues, les enquêtrices étaient autoris6es à accepter des réponses approximatives. 129 Pourles soeurs décédées qui étaient ou avaient ~té mari6es, on a posé deux questions pour déterminer si le décès était en rapport avec la matemité: "Est-ce que [NOM DE LA SOEUR] est déc6dée durant une grossesse ou un accouchement?" Dans le cas d'une r6ponse négative, on demandait alors: "Est-elle décédée dans les deux mois suivant la fin d'une grossesse ou la naissance d'un enfant?" Ces questions ont été libellées pour encourager l'enqu~tée à déclarer un décès suivant un avortement provoqué, alors qu'on ne posait pas de questions directes à propos de cet événement. Etant donné le caractère sensible des grossesses avant mariage, on n'a pas posé ce type de questions pour les soeurs décédées qui n'avaient jamais ~té mari~es. Le questionnaire n'a donc pas tenté d'appréhender la mortalité maternelle des femmes non-mari~es qui ont pu décéder à cause de mauvaises conditions lors de l'accouchement ou des suites d'un avortement pratiqué pour éviter une grossesse non désirée. 10.3 EVALUATION DE LA QUALITE DES DONNEES L'estimation de la mortalité maternelle, par la méthode d'estimation directe ou indirecte, nécessite des données exactes sur le nombre de soeurs de l'enqu~tée, le nombre de celles qui sont décédées et le nombre de celles dont le décès est li6 å la maternité. Il n'existe pas de procédure clairement définie pour établir la complétude des données recueillies par une enquête ménage rétrospective sur la survie des soeurs. L'estimation directe nécessite, en plus de données exactes sur la survie des soeurs, des données sur l'âge et sur le nombre d'années 6coulées depuis le décès des soeurs - informations qui peuvent embarrasser les enquêtées ou qui demandent des précisions que les enquêtées ne connaissent pas. Le nombre de frères et soeurs déclar6 par l'enquêtée, et la complétude des données déclarres sur l'âge, l'ågc au décès, le nombre d'années écoulées depuis le décès et le statut matrimonial sont présentés au Tableau 10.1. Tableau 10.1 Etat de survie des frères et soeurs des enquétées Nombre de frères et soeurs déclaré par les enquétées et complétitude des données déclarées sur l'ãge, l'åge au décés, le nombre d'années écoulées depuis le décés et état matrimonial, ENPS-11 Maroc 1992 Frares Soeurs Total Frères et soeurs par certaines variables Effectif Pour cent Effectif Pour cent Effectif Pourcent Tota l des frères et soeurs 31 408 100,0 29 880 100,0 61 290 100,0 Survivants 25 692 81,8 24 730 82,8 50 423 82,3 Décédés 5 687 18,1 5 129 17,2 10 817 17,6 NSP/ND 29 0,1 21 0,1 50 0,1 Frères et soeurs vivants 25 692 100,0 24 730 100,0 50 423 100,0 Age déclaré 25 656 99,9 24 689 99,8 5(1346 99,8 Age pas déclaré 36 0,1 41 0,2 77 /I,2 Frères et soeurs décéd~s 5 687 100,0 5 129 100,0 10 817 100,0 Age au décés et armé.es écoulées depuis le décés sont déclarés 5 565 97,9 5 027 98,0 10 593 97,9 Age au décés pas déclaré 6 0,l 4 0,1 10 0,1 Années depuis décés pas déclarées 56 1,0 38 0,7 94 0,9 Les deux pas déclarées 60 1,1 60 1,2 120 l, l Frères et soeurs déc6dés 15 ou p lus a b b 657 100,0 657 100,0 Non-célibataires 409 62,3 409 62,3 Célibataires 163 24,8 163 24,8 NSP/ND 85 12.9 85 12,9 aAge au décés, déclaré ou imputé bLa question sur l état matrimonial des frères n'a pas été posée 130 On ne peut pas tirer beaucoup de conclusions de la complétude des déclarations, si ce n'est que le rapport de masculinit6 des frères et soeurs déclarés (nom bre de frères par rapport au x soeurs) tel qu'il apparaît au Tableau 10.1 est de 1,05, ce qui est cohérent avec les données internationales. ~ Des données complètes ont été obtenues pour presque toutes les soeurs, quel que soit leur état de survie. Un åge a été déclaré pour plus de 99 pour cent des soeurs survivantes, et un åge au décès ainsi que le nombre d'années écoulées depuis le décès ont ét6 déclarés pour 97 pour cent des soeurs décédées. Plut6t que d'exclure des analyses suivantes les frères et soeurs pour lesquels les données sont manquantes, on a utilisé les informations sur le rang de naissance des frères et soeurs en conjonction avec d'autres informations pour imputer une valeur aux données manquantes. 2 Les données sur la survie des frères et soeurs, y compris les cas avec des valeurs imputées, ont été utilisées dans le calcul direct des taux de mortalité des adultes et des taux de mortalité par cause maternelle. Avec ce type de données, peut se poser le problème de l'attraction peur certaines valeurs préférentielles, utilis6es par les enquêtées qui ne peuvent déclarer le nombre exact d'années écoulées depuis le décès mais qui peuvent en fournir une estimation. La distribution des décès survenus ~ l 'åge de 15 ans et plus, pour toutes les soeurs et pour celles qui sont décédées de causes matemelles, est présentée au Graphique 10.1 selon le nombre d'années depuis lequel le décès s'est produit. C'est å 10 ans que les nombres sont le plus attractifs pour les décès matemels. Le recours aux nombres préférentiels est particulièrement utilisé pour la période de 10 années, pour laquelle le nombre d'événements est égal à 7 ou 8 fois le nombre trouvé pour les années adjacentes. Pour réduire les effets de ce phénomène, on procède à des estimations de mortalité pour des périodes de temps dont les limites sont fixées afin de minimiser les transferts d'événement entre les périodes. Le fait que l'attraction porte principalement sur l 'année dix permet de définir les périodes de référence suivantes: Il à 6 et 7 à 13 ans avant l'enquête. ~Le reste des discussions sur la qualité des données concerne l'enregistrement des données sur les soeurs. L'enregistrement des données sur les frères est identique. ZL'imputation est basée sur r hypothèse selon laquelle l'ordre des frères et soeurs est correct. Premièrement, on a calculé une date de naissance pour chaque frère et soeur survivant dont on connait l'åge et, pour chaque frère et soeur dé, céd6 pour lesquels on avait des informations complètes sur l'âge au décès et sur le nombre d'années écoulées depuis le décès. Pour les frères et soeurs pour lesquels ces données sont manquantes, on a imputé une date de naissance å l'intérieur de l'intervalle délimit6 par les dates de naissance des frères et soeurs "encadrants." Pour les frères et soeurs survivants, on a calcul6 un âge à partir de la date de naissance imputée. Dans le cas de frères et de soeurs décédés, si l'on dispose soit de l'åge au décès, soit du nombre d'années écoulées depuis le décès, cette information est combin6e avec la date de naissance attribuée pour fournir l'information manquante. Si les deux informations ne sont pas disponibles, la distribution de l'gtge au d6cès des frères et soeurs dont on connalt seulement l'âge au décès mais pas le nombre d'années écoulées depuis le décès est utilisée comme base pour l'imputation de l'åge au décès. 131 14 12 10 8 6 4 2 0 Graphique 10,1 Répartition des soeurs décédées selon le nombre d'années écoulées Pourcentage 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 Nombre d'ann6es pr~c~dant l'enquête ENP$-II 1992 10.4 EST IMATIONS D IRECTES DE LA MORTAL ITE MATERNELLE L'estimation directe de la mortalité matemelle, obtenue à partir des déclarations sur la survie des soeurs, sont présent~es au Tableau 10.2. Le nombre de décès maternels est peu élevé: 63 pour la période 1978-84, 57 pour la période 1985-91 et 120 pour la période 1978-91. La tendance des taux de mortalité par cause maternelle selon l'âge, estimés pour chaque période, est quelque peu irrégulière, bien que l'on constate une tendance à la hausse aux åges élevés. Etant donné le nombre relativement peu important d'événements, la méthode retenue est l'estimation d'un taux unique par cause maternelle correspondant aux âgcs dc procréation. L'estimation d'ensemble de la mortalité maternelle, exprimée pour 10IX1 fcmmes-annécs d'exposition est égale ~ 0,69 pour la période 1978-84, à 0,45 pour la période 1985-91, et à 0,55 pour l'ensemble des 14 années (1978-91). En raison d'importantes erreurs de sondage, on ne peut pas parler de tendance à partir de ces taux) Les taux de mortalité par cause maternelle peuvent être convertis en taux de mortalité maternelle et exprimés pour 100 000 naissances vivantes, en les divisant par le taux global de fécondité générale pour la période donnée (Tableau 10.2). Exprimé de cette manière, on met davantage en relief le risque obst6trical de la grossesse et de la matemité. Les taux de mortalité maternelle sont de 359 décès matemels pour 100 000 naissances vivantes pour la période 1978-84, de 332 pour la période 1985-91, et dc 348 pour l'ensemble de la période 1978-91. Il est à noter que le ratio pour la période la plus récente a enregistré une légère baisse de l'ordre de 8 pour cent. Par milieu de résidence, on observe une surmortalité maternelle rurale: elle est une fois et demi supérieure par rapport à celle du milieu urbain et ce, pour la période des 14 dernières années. 3Sous l'hypothèse d'un échantillon aléatoire simple, la variance de l'estimation peut ètre approximée par (PQ/N). Les erreurs-type sont esåmées à 0,06 pour 1000 pour le premier taux, 0,08 pour le deuxième et à 0,05 pour le troisième où le nombre de femmes-années d'exposiåon est plus important. Pour des raisons pratiques, les erreurs-type peuvent ètre considérées comme égaies à 0,1 pour 1000. 132 Tableau 10.2 Estimation directe de la mortalité maternelle Estimations directes de la mortalité maternelle à partir de la survie des soeurs des femmes intervlewées, par périodes. ENPS-II Maroc 1992 1985-91 1978-84 1978-91 Taux Taux Taux Années par cause Années par cause Années par cause Groupe Décès d'expo- maternelle Décès d'expo- maternelle Décès d'expo- maternelle d'åges maternels sition (PO0) maternels sition (000) maternels sition (000) 15-19 l l 26164 0,42 5 28704 0,17 16 54868 0,29 20-24 4 28803 0,14 18 24420 0,74 22 53223 0,41 25-29 12 26253 0,46 15 18016 0,83 27 44269 0,61 30-34 12 20624 0,58 13 10603 1,23 25 31227 0,80 35-39 11 13195 0,83 7 5956 1.76 18 19151 0,94 40-44 4 7351 0.54 5 2850 1,75 9 102111 0,88 45-49 3 3908 0,77 0 1039 O,~N 3 4946 0,61 15-49 57 126297 0,45 63 91587 0,69 120 217884 0,55 Taux de mortalité maternelle I Taux global de fécondité générale 332 359 348 0,136 0,191 0,158 Taux de rnortalité maternelle Urbain 284 249 268 Rural 362 423 392 1Pour 100 000 naissances; calculé comme suit: taux de mortalité par cause maternelle/taux global de f6condité générale x 100 10.5 ESTIMATIONS INDIRECTES DE LA MORTALITE MATERNELLE Les données sur la survie des soeurs peuvent aussi être utilisées pour estimer la mortalité maternelle par la méthode indirecte (Graham et al., 1989). Dans ce cas, les données sont agrégées par groupe d'åges de 5 ans des enquêtées. Pour chaque groupe d'âges, les informations sur le nombre de décès matemels parmi toutes les soeurs des enquêtées et sur le nombre d'unitês de soeurs å risque sont utilisées pour estimer le risque de décéder sur la durée de vie pour cause de maternité. L'approche indirecte fournit aussi une estimation d'ensemble de la mortalité maternelle pour les soeurs de l'ensemble des enquêtées qui se rapporte à une période de temps centrée approximativemcnt sur 12 ans avant l'enquête. Quand on travaille surde petits échantillons, il est préférable d'utiliser une estimation d'ensemble, qui est moins sensible aux variations d'échantillonnage. Les estimations indirectes de la mortalité maternelle sont présent~es au Tableau 10.3. Mis à part les groupes d'åges les plus jeunes pour lesquels très peu d'unités d'exposition ont été observées, les estimations du risque de décéder sur la durée de vie pour cause maternelle, par groupe d'figes, varient de 0,028 à 0,020. Dans l'ensemble, les taux estimés varient peu, bien que l'estimation concernant Ic groupe d'åges le plus jeune 133 soit un peu plus élevée (0,043). Dans la mesure où cette tendance est r6elle, elle peut être interprét6e, soit comme une augmentation récente du risque de d6céder pour cause maternelle, soit comme un enregistrement plus complet des événements récents par les enquêtées les plus jeunes. Quand on considère l'ensemble des enquêtées, le risque de décéder sur la dur6e de vie pour cause maternelle est égal à 0,024 ou, en d'autres termes, ce risque est d'environ 1 sur 41. Ces valeurs peuvent être transformées en une estimation du taux de mortalité maternelle (décès matemels pour 100 000 naissances). L'estimation, qui se rapporte å environ 12 ans avant l'enquête (1979), est de 372. Tableau 10.3 Estimation indirecte de la mortalité maternelle Estimations de la mortalité maternelle h partir de la méthode indirecte, ENPS-II Maroc 1992 Parmi les soeurs Risque décédées, Nombre Soeurs Unités de décés proportions de 15+ non- Facteurs d'exposi- maternel de celles Nombre soeurs célibn- Décés d'ndjusle- lion au durée par cause Groupe d'enqu~tées 15+ taires maternels ment risque de vie maternelle d'åges (al (b) (c) (d) (e) (f) l (g=d/f) (h) 15-19 2137 3617 40912 19 0.1/17 438 0,043 0,388 20-24 1689 3798 32342 16 0,206 666 0,024 0,302 25 -29 1476 3886 28261 27 0,343 969 0,028 0,360 30 34 1374 3619 2465 28 0,503 1240 0,023 0,289 35 39 1175 3064 2305 30 11.664 1531 0,020 0,268 40-44 731 1716 1478 25 0,802 1185 0.021 0,301 45 -49 636 1372 1249 28 0,90/) 1124 0,025 0,2119 To~l 9218 21072 Taux de mortalité maternelle 3 = 372 17647 173 7153 0,024 0,287 IPour les groupes dãges 15 19 "å 45 49 la colonne (f) = (colonne c) X (cohlnne e). 2Obtenu en muhipliant le nombre d'cnquétées par le nombre moyen de soeurs non-célibataires par enqu&ée pour les femmes ågées de 30 49 ans (1,91). 3RMM = (1 [1 - Risque de décés maternel pendant la durée de viol I/Isti X (11X).0110) en suplx)sant que I'ISF pour la période lO 14 ans avant l'enquéte était de 6.57 (le taux est exprimé pour 100,000 naissances). 10.6 D ISCUSSION Au Maroc, les données sur la mortalité maternelle sont rares, si l'on excepte, d'une part, une donnéc émanant d'un dépouillement de registres hospitaliers très limitée dans sa portée au vu du nombre d'accouchement se produisant en milieu surveillé (voir Chapitre 7 -Santê de la mère et de l'enfant) et ne pouvant, par là même, reflétée la réalité au niveau national. Elle situe la mortalité dans une fourchette allant de 200 å 600 décès matemels pour 100 000 naissances (Labid, 1991). D'autre part, une seconde estimation de ce phénomène émane de la Direction de la Statistique du Maroc. Elle situe la mortalité maternelle à 180 décès maternels pour 100 000 naissances. Il s'agit en fait d'une estimation produite indirectement. En effet, lors de l'exécutions de l'Enquête Nationale Démographique à 134 Passages Répétés (ENDPR) de 1986-1988, toute grossesse signalée å l'enquêteur était enregistrée suivie jusqu'à son terme. Cet enregistrement a permis de déceler (entre les trois passages de l'enquête lors de sa première année d'exécution) en tout 13 décès de mères (ou de femmes) enceintes, sans précision aucune sur leur cause. Tout en supposant que ces décès sont dus dans leur totalité à des causes maternelles, l'estimation ci-dessus reste inférieure à la rralité. A titre de comparaison, les décès matemels retenus à I'ENPS-II de 1992 regroupent trois catégories définissant la mortalité maternelle: a) les décès ayant pour cause directe la grossesse b) ceux ayant pour cause l'accouchement et c) les décès survenus au cours des deux mois suivant l'accouchement, selon la Classification internationale des maladies-94 (WHO, 1979). L'estimation directe du taux de mortalité maternelle pour la période 1978-84 à partir de I'ENPS-II est de 359 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes, avec des taux de 249 cn milieu urbain et de 423 en milieu rural; pour la période 1985-91 elle donne 332 décès pour 100 000 naissances vivantes, avec des taux de 284 en milieu urbain et 362 en milieu rural. L'estimation indirecte du taux de mortalité maternelle est de 372, ce qui représente une moyenne couvrant une longue période avant l'enquête, centrée sur approximativement 12 années précédant l'enquête (c'est-à-dire 1979). Les niveaux et tendances des taux de maternité matemene des vingt deroières années montrent que la mortalité maternelle au Maroc a enregistré une baisse légère à modérée. Durant la même période, la fécondité a diminué avec une acc61ération de la baisse dans la période la plus proche de l'enquête. Généralement, la baisse de la fécondité est associée à une diminution du risque de mortalité maternelle sur la durée de vie parce qu'un plus petit nombre de grossesses ou de naissances implique une réduction de l'exposition à un décès maternel. De ce fait, on pourrait s'attendre à une diminution du taux de mortalité maternelle quand la fécondité baisse. Cependant, au Maroc, le taux de mortalité maternelle bien qu'il ait baissé reste relativement élevé. Même si les femmes marocaines ont eu moins de grossesses et de naissances, ccci ne semble pas avoir provoqué une diminution importante d'exposition au risque d'un décès matemcl. Les résultats de I'ENPS-II suggèrent que le comportement procréateur constitue un risque important de la mortalité matemelle, risque qui n'est pas atténué par le passage d'une fécondité élevée à une fécondité plus faible. Les maternités précoces et tardives constitueraient "un tel facteur de risque." Des analyses différentielles de la mortalité maternelle selon la parité suggèrent qu'il existe un risque élevé de mortalit6 maternelle pour les premières naissances et pour les enfants de rangs élevés. Des efforts pour conduire å une baisse de la mortalité matemelle devront être effectués dans deux domaines: 1) la disponibilité des services de visites prénatales et d'accouchements dans les établissements sanitaires et 2) l'éducation des femmes, des familles et des agents de santé pour détectcr les grossesses à hauts risques, et en particulier les accouchements trop longs. Des programmes éducatifs devraient insister sur le fait que les femmes enceintes à risque doivent être conduites dans des établissements équipés pour traiter les cas d'accouchement avec complications. 4La définition des décès matemels retenue dans les enquêtes du programme DHS diffère légèrement de celle de l'OMS dans deux aspects: 1) tout décès ayant lieu durant la période de référence est considrré comme déc~s maternel, même si le décès avait pour cause un accident, ou une condition autre que la grossesse; 2) la période post-partum était étendue de 42 jours à deux mois. 135 CHAPITRE 11 ENQUETE HOMME A I'ENPS II, il a été décide d'interviewer, en plus de l'enquête ménage et de l'enquête individuelle- femme, un sous-échantillon d'hommes comprenant aussi bien des matis que des célibataires. Les résultats présentés dans ce chapitre concernent essentiellement les hommes mari~s, dans le but d'appréhender les attitudes et opinions en matière de planification familiale, les préférences en matière de fécondité et la connaissance et l'utilisation de la contraception. Ce sont donc des informations essentielles pour la mise sur pied de programmes de planification familiale ciblant plut6t le couple que la seule femme. Sur un échantillon de 2 122 hommes sélectionnés, 1 336 ont été identifiés et i nterviewés avec succès, soit un taux de réponse de 63 pour cent. Ce taux relativement faible s'explique en grande partie, par l'absence des hommes éligibles pendant le passage des équipes d'enquêteurs dans les grappcs de l'échantillon. Ainsi, pour obtenir des résultats représentatifs, toutes les donnécs relatives à l'enquête homme ont été pondérés au niveau des sept régions économiques du pays. Sur l'ensemble des 1 336 hommes enqu~tés, le nombre de matis s'éh~ve a 939 et le nombre de célibataires à 378. Les uns et les autres ont été enquêtés au moyen d'un questionnaire spécitique abordant certaines caractéristiques socio-démographiques, la connaissance et la pratique de la contraception, les préférences en matière de fécondité, et les attitudes vis-à-vis de la phmification familiale. 11.1 CARACTERIST IQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DES ENQUETES 11.1.1 Caractérist iques des hommes de l'échantilhm Si les femmes enquêtées avaient un âge variant entre 15 et 49 ans (femmes d'åge fécond), la sélection des hommes était moins restrictive (20 ans et plus). 1l apparaît ainsi au Tableau 11.1 quc 41 pour cent ont 40 ans et plus, parmi lesquels plus de la moitié (51 pour cent) sont ,qgés de 50 ans et plus. Les hommes dont l'åge est inférieur à 30 ans représentent 30 pour cent de l'échantillon. Contrairement à ce qui a été observé dans d'autres pays (d'Afrique sub-saharienne notamment) où ce type d'enquêtes a ~té mené, seuls 5 pour cent des maris interviewés ont déclaré vivre en union polygame. Ce pourcentage est le même que celui observé chez les femmes actuellement mari~es. Dans une proportion importante (67 pour cent), les hommes ont déclaré avoir au plus quatre enfants. Du point de vue du milieu de résidcnce, les hommcs interrogés sont à égalité dans les deux milieux urbain et rural. Dans l'enquête-femme, on a constaté que les lbmmes étaient légèrement majoritaires en milieu rural (52 pour cent). Concernant la région, le Ccntrc totalisc 28 pour cent des hommes interview~s, suivi par le Nord-Ouest (19 pour cent) et le Tensift (14 pour cent); les autres régions en comptent entre 12 et 7 pour cent. En ce qui concerne le niveau d'instruction, le même Tableau 11.1 indique que plus d'un homme enquêté sur deux (51 pour cent) n'a aucune instruction, près d'un homme sur quatre (24 pour cent) a atteint le cycle d'études primaires, un homme sur cinq (20 pour ccnt) a atteint le niveau secondaire, et seulement 5 pour cent ont accédé au supérieur. 137 Concernant l'emploi, la moitié des hommes interrogés travaillent dans le secteur agricole (33 pour cent) ou dans l'artisanat (17 pour cent). Les hommes qui travaillent dans le secteur tertiaire représentent 25 pour cent, se répartissant entre cadres ( 10 pour cent) et agents de service (15 pour cent), suivis par ceux qui travaillent comme ouvriers non agricoles (12 pour cent), Enfin, les hommes enqu8tés en cbtmage représentent 10 pour cent de l'ensemble de l'échantillon. Instruction Le Tableau I 1.2 donne la répartition de tous les hommes enquêtés selon le niveau d'instruction atteint et les variables socio- démographiques. Il permet de saisir les interactions qui existent entre l'åge et le niveau d'instruction d'une part, et entre le niveau d'instruction et le milieu de résidence et la région d'autre part. La proportion des hommes sans instruction augmentent rtgulièrement des hommes les plus jeunes aux plus ãgés: 30 pour cent des hommes de moins de 30 ans sont sans instruction, contre 87 pour cent de ceux de 50 ans ou plus. Inversement, les proportions d'hommes qui ont le niveau primaire ou plus sont élevés chez les moins de 30 ans et diminuent régulièrement avec l'åge. Au niveau du milieu de résidence, 71 pour cent des hommes des zones urbaines sont sans instruction contre 31 pour cent de ceux des zones rurales. La région du Centre-Sud comporte la plus faible proportion des "sans instruction" (32 pour cent); elle est suivie par les régions de l'Oriental (38 pour cent) et du Centre (47 pour cent). Dans les autres régions, la proportion des "sans instruction" varie 51 et 66 pour cent. Tableau 11.1 Caractéristiques soeio-démographiques des hommes enqu~tés Répartition (en %) des hommes enqu~tés par âge, nombre d'enfants, 6tat et type d'union, niveau d'instruction, milieu, région de résidence et activité, ENPS-II Maroc 1992 Effectif Caractéfisti. que . Pourcentage Non soclo-démographlque pondéré Pondéré pondéré G<r3Õ p e d'~tges 30.1 402 407 30-39 29.0 388 372 40-49 20.0 267 269 50 ou plus 20.9 280 288 Nombre d'enfants vivants 0-2 50.4 673 667 3-4 17.0 227 227 5 ou plus 32.2 430 436 ND 0.5 6 6 Etat d'union Célebataire 28.3 378 375 Marié 70.3 939 941 Veuf 0.7 10 11 Divorcé 0.7 9 9 Type d'union Pas actuellement marié 29.7 397 395 Monogame 66.8 893 895 Polygame 3.5 47 46 Niveau d'Instruction Aucun 50.8 679 700 Primaire 23.6 315 310 Secondaire 20.3 271 259 Supérieur 5.3 70 67 Milieu de résidence Urbain 50.1 669 636 Rural 49.9 667 700 Région Nord-Ouest 18.5 247 250 Centre-Nord 12.0 160 156 Centre 27.7 370 359 Oriental 7.4 99 45 Centre-Sud 9.0 121 105 Tensift 14.0 186 244 Sud 11.4 152 177 Activité Jamais travaiUé 10.3 138 133 Cadres, employés 9.6 128 124 Services, vendeurs 14.9 198 192 Agriculteurs 33.4 446 469 Artisans 16.5 220 220 Ouvriers 12.0 160 150 Etudiants 2.9 39 40 NI) 0.6 7 8 Total 100.0 1336 1336 138 Tableau 11.2 Niveau d'instruction des hommes enqu&és Répartition (en %) des hommes par niveau d'instruction atteint, selon le groupe d'åges quinquennal, le milieu et la région de résidence, ENPS-II Maroe 1992 Niveau d'instruction atteint Secon- Supé- Caractéristique Aucun Primaire daire rieur Total Effectif Groupe d'~tges < 30 30,0 27,5 32,3 10,2 100,0 402 30-39 40,7 30,5 22,3 6,5 100,0 388 40-49 59,0 23,8 16,3 0,8 100,0 267 50 ou plus 87,0 8,2 4,2 0,7 100,0 280 Milieu de résidence Urbain 30,8 29,0 30,9 9,3 100,0 669 Rural 70,9 18,1 9,8 1,2 100,0 667 Région Nord-Ouest 50,8 25,6 21,2 2,4 100,0 247 Centre-Nord 57,1 18,6 19,9 4,5 100,0 160 Centre 47,1 24,2 21,7 7,0 100,0 370 Oriental 37,8 22.2 31.1 8,9 100,0 99 Centre-Sud 32,4 36,2 24,8 6,7 100,0 121 Tensift 66,4 16,4 12,7 4,5 100,0 186 Sud 57,6 23,7 14,7 4,0 100,0 152 Total 50,8 23,6 20,3 5,3 100,0 1336 Nombre d' enfants vivants Il a été demandé ~. chaque mari le nombre d'enfants survivants qu'il avait. Il s'agit de l'ensemble des enfants biologiques du mari interviewé qu'elle qu'en soit la mère. Comme on peut le constater au niveau du Tableau 11.3, presque un mari sur dix (10 pour cent) n'a pas d'enfants, le reste des matis se partagent presque à égalité entre les familles de taille relativement petite et celles de taille relativement élevée: 46 pour cent ont entre un et quatre enfants et 45 pour cent ont au moins cinq enfants survivants. En moyenne, les matis ont 4,5 enfants, soit 0,9 enfants de plus par rapport à ce que les femmes mari6es ont déclaré (3,6 enfants). Le nombre moyen d'enfants augmente avec l'åge passant de 1,2 chez les maris d'åge inférieur à 30 ans à 6,3 chez ceux ayant dépassé la cinquantaine. La proportion de matis de cette tranche d'âges (50 ans et plus) ayant 6 enfants au moins s'~lève à 61 pour cent. Concernant le milieu de résidence, les matis habitant le milieu rural ont en moyenne 0,9 enfants de plus que les matis des zones urbaines (4,9 contre 4,0). Par niveau d'instruction, on notera que le nombre d'enfants moyen diminue quand le niveau d'instruction augmente: de 5,1 enfants parmi les maris analpbabètes, la taille passe ~ 3,0 enfants chez les matis ayant atteint le niveau secondaire ou plus. Chez ces derniers, 13 pour cent ont des familles d'au moins 6 enfants contre 44 pour cent chez les analphabètes. Selon la région, les données montrent que le nombre d'enfants moyen le plus faible est enregistré dans l'Oriental (3,7 enfants), le Centre-Sud et le Tensift (4,3 enfants chacun). Comme on devait s'y attendre, les hommes polygames ont plus d'enfants que ceux qui ne le sont pas (5,9 contre 4,4). 139 Tableau 11.3 Nombre d'enfants vivants Répartition (en %) des bonunes actuellement mariés par nombre d'enfants vivants selon l'åge, le milieu et la région de ré.sidence, le niveau d'instruction et le type d'union, ENPS-II Maroc 1992 Nombre d'enfants vivants Caractéristique 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 + Total Nombre moyen Effee- d'en- tif fants Groupe d'~ges <30 43,7 22,6 23,2 4,5 2,8 2,1 0,0 0,0 0,0 0,0 1,1 100,0 96 1,2 30-39 8,5 13,6 21,2 18,4 17,5 10,7 4,4 3,9 1,0 0,6 0,3 100,0 321 3,1 40-49 4,0 3,0 10,2 6,4 14,6 12,9 17,4 10,2 9,0 5,4 6,9 100,0 253 5.5 500uplus 3,6 1,2 4,2 5,9 12,3 12,2 11,0 14,6 11,2 11,9 11,9 100,0 269 6,3 Milieu de résidence Urbain 9,1 10,4 16,5 12,9 15,7 9,5 9,1 6.7 2,8 3,8 3.5 100,0 418 4,0 Rural 9,8 6,3 11,2 8,0 12,1 11,9 9,6 9,5 8,5 6,1 7,1 100,0 521 4,9 Région Nord-Ouest 8,8 6,6 9,4 13,3 13,8 7,7 12,7 9,4 6,6 7,7 3,9 100,0 179 4,7 Centre-Nord 10,1 7,6 14,3 5,9 12,6 11,8 5,9 7,6 6,7 5.9 11,8 100,0 122 5,0 Cenlre 9,8 9,4 14,0 10,2 13,6 12,3 7,2 9,4 6,0 3,11 5,1 100,0 242 4,3 Oriental 6,5 12,9 22,6 6,5 22,6 9,7 6,5 3,2 0,0 6,5 3,2 100,0 68 3,7 Centre Sud 15,1 4,1 12,3 8,2 9,6 12,3 15,1 8,2 5,5 8,2 1,4 100,0 84 4,3 Tensift 8,4 8,4 17,4 10,2 13,8 10,2 9,0 6,11 6,6 3,6 6,6 100,0 128 4,3 Sud 8,1 8,1 9,6 13,3 12,6 11,9 10,4 10,4 7,4 3,0 5,2 100,0 116 4,7 Niveau d'instruction Aucun 8,4 5,4 10,0 8,7 11,7 12,1 9,9 10,8 8,2 7,2 7,5 100,0 584 5,1 Primaire 10,8 10,5 17,6 8,8 17,7 11,3 10,2 5,8 2,5 2,1 2,5 100,0 195 3,7 Secondaire ou plus 11,8 15,0 21,6 17,1 16,1 5,7 6,4 1,9 2,0 0,7 1,7 ]00,0 160 3,0 Type d'union Monogame 9,6 8,3 14,0 10,0 13,9 10,9 9,3 8,3 5,5 5,2 4,9 100,0 893 4,4 Polygame 7,1 4,4 4,3 12,9 10,2 9,3 11,1 6,5 14,9 2,2 17,0 100,0 46 5,9 Ensemble des mans 9,5 8,1 13,6 10,2 13,7 111.8 9,4 8,3 6,0 5,1 5.5 100,0 939 4.5 11.1.2 Caractéristiques des couples L'ensemble des couples étudié est présent~ au Tableau 11,4 selon les différences d'åge entre maris et épouses. Dans une grande majorité (64 pour cent), les matis ont un âge dépassant celui de leur femme d'au moins cinq années, et dans 11 pour cent des cas, l'åge de l'~poux dépasse celui de la femme d'au moins 15 ans. La différence moyenne d'ãge, entre mari et femme, dépasse sept ans. 140 Tableau 11.4 Différence d'âges entre l 'homme et la femme Répartition (en %) des couples par différences d'åges entre l 'homme et la femme par rapport à Pige de l'homme, selon le groupe d'åges de la femme, ENPS-II Maroc 1992 Groupe Différence d'figes par rapport b.l'fige de l'homme Effectif d'figes de de Différence la femme Négative 0-4 ans 5-9 ans 10-14 ans 15 ans + Total couples moyenne 15-19 0,0 8,2 52,9 27.2 11.7 100.0 31 9,9 20-24 1,0 11.1 43.2 29.2 15.4 100,0 99 9,7 25-29 4.8 34.2 37.4 16.5 7,1 100,0 119 7.3 30-34 5,2 35,7 34,2 12,3 12,6 100,0 171 7.1 35-39 5,3 38,2 28,9 14.5 13.1 100.0 146 7,0 40-44 8,6 30.2 33.1 16.9 11,2 100,0 102 6,7 45-49 10.2 38.1 27.8 20.2 3,7 100,0 78 5.2 Total 5,4 31,0 34,8 17,7 11,0 100.0 747 7.3 Au delà de ces difftrences d'âge, résumées au niveau du premier panneau du Tableau 11.5, celui-ci présente les caractéristiques des couples selon le nombre d'enfants et le niveau d'instruction (Graphique 11.1). Concernant le nombre d'enfants vivants, dans la très grande majorité des cas (84 pour cent), l'~poux et l'épouse ont donné les mêmes réponses. Pour ce qui est de l'instruction, dans 70 pour cent des cas le mari et sa femme ont le même niveau d'instruction: ou bien ils sont tous les deux sans instruction (54 pour cent) ou ont alors un minimum d'instruction (16 pour cent). Dans un cas sur quatre (26 pour cent), l'homme est instruit et la femme sans instruction, et, dans une proportion très faible (4 pour cent), on trouve des couples où la femme à une certaine instruction alors que le mari n'en a aucune. Tableau 11.5 Caractéristiques différen6elles des couples Répartition (en %) des couples par différence d'åges, par différence de nombre d'enfants et par différence de niveau d'instruction, ENPS-II Maroc 1992 Di fférence Pourcentage Effectif Age de l'homme/Age de la femme Négatif 5.4 40 0-4 ans 31.0 232 5-9 ans 34.8 260 10 14 ans 17.7 132 15 ans ou plus ll,Õ 83 Type d'union Monogame 94.1 703 Polygame 1.7 13 Différent 4,2 31 Nombre d'enfants Identique 84.0 627 Différent 16.0 120 Niveau d'instruction ltomme et femme: aucun 54.2 Femme ins~uite, homme non 3,9 llomme instruit, femme non 25.8 [lomme et femme instruits 16.2 405 29 193 121 Total 100,0 747 141 Graphique 11,1 Caractéristiques des couples DIFFERENCE D'AGE L , Femme plus ågée Mari + 0 4 ans - - = Mari + 5-9 a n s ~ Mari + 10 14 a n s ~ Mari + 15 et plusl~~~~ï~ï~ NBRE D'ENFANTS V IVANTSL~ rdentique Différent INSTRUCTION L Les deux sans inslrIJc Les deux ins[ruils 20 40 60 80 Pourcentage 100 ENPS II 1992 11.2 PLANIF ICAT ION FAMIL IALE A l'instar des femmes, le questionnaire utilisé pour l'enquête des hommes comportait une section relative à la planification familiale. On y a traité de la connaissance des méthodes contraceptives, de l'utilisation passée et actuelle de la contraception, des intentions d'utilisation future des méthodes, ainsi que des attitudes et opinions relatives ~t la planification familiale. 11.2.1 Connaissance de la contraception Le Tableau 11.6 montre que la presque totalité des maris interrogés (98 pour cent) connaissent au moins une méthode contraceptive. La connaissance des méthodes modernes et traditionnelles est très différente (97 pour cent contre 69 pour cent). Pour l'ensemble des méthodes modernes, la pilule vient en tête avec 97 pour cent, suivie du condom (80 pour cent), de la stérilisation féminine (78 pour cent), du DIU (73 pour cent), et des injectables (47 pour cent). Mais, les méthodes vaginales (14 pour cent) et la st6rilisation masculine (9 pour cent) sont très peu connues. Concernant les méthodes traditionnelles, un mari sur deux connaît la continence périodique et le retrait (57 et 50 pour cent respectivement). Pour cequi est des seuls célibataires, le même tableau montre que, comme les hommes mari~s, preque tous (98 pour cent) connaissent au moins une méthode contraceptive. La connaissance des méthodes modernes et traditionnelles est aussi très différente (98 pour cent contre 63 pour cent). Pour les métbodes modernes et, mis à part la pilule connue à 97 pour cent, on relèvera que le condom est connu par plus de neuf célibataires sur dix (92 pour cent). Pour les autres méthodes modernes, la connaissance varie entre 70 pour cent pour la stérilisation féminine et 16 pour cent seulement pour la stérilisation masculine. 142 Tableau 11.6 Connaissance des méthodes contraceptives Pourcentage de matis et célibataires connaissant une méthode contraceptive spécifique, ENPS-n Maroc 1992 Cormait une méthode Méthode contraceptive Matis Célibataires N'Importe quelle méthode 97,7 97,8 Méthode moderne 97,4 97,8 Pilule 97,3 96,9 DIU 72,7 63,6 Injection 47,0 52,9 Méthodes vaginales 14,3 18,1 Condom 79,9 91,6 Stérilisation féminine 77,6 69,7 Stérilisation masculine 8,5 16,3 Méthode traditionnelle 69,4 62,7 Continence périodique 57,4 55,1 Retrait 50,4 42,9 Autres méthodes 5,1 4,9 Effectif d'hommes 939 397 Si l 'on considère cette fois-ci la connaissance des méthodes contraceptives au niveau du couple, le Tableau 11.7 permet de constater, et comme attendu, vu le niveau de connaissance dlevée chez les femmes (Chapitre 4-Planification Familiale) que 97 pour cent des couples connaissent au moins une méthode contraceptive. Cette proportion reste pratiquement la même quand on se limite aux méthodes modemes (96 pour cent). Quand on considère les mdthodes traditionnelles, cette proportion n'est plus que 57 pour cent. Tableau 11.7 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples Répartition (en %) des couples connaissant, au moins, une méthode contraceptive spécifique, ENPS.n Maroc 1992 L'homme L'homme La femme et la connah, connalt, Aucun des Effectif femme la femme l'homme deux ne de M6thode connaisscnl non non connait Total couples N'importe quelle méthode 96,5 1,4 1,9 0,1 100,0 747 Méthode moderne 96,1 1,5 2,2 0,1 100,0 747 Pilule 96,0 1,5 2,4 0,1 100,0 747 DIU 71,9 4,9 17,1 6,2 100,0 747 Injection 38,1 12,1 27,2 22,7 100,0 747 Méthodes vaginales 6,3 8,7 24,0 61,0 100,0 747 Condom 64,7 18,9 7,5 8,9 100,0 747 St6rilisation féminine 69,8 9,4 15,9 5,0 100,0 747 Stérilisation masculine 1,1 7,7 4,6 86,6 100,0 747 Méthode traditionnelle 56,8 13,8 17,8 11,5 100,0 747 Continence périodique 44,4 14,7 18,9 22,0 100,0 747 Retrait 31,1 21,0 22,3 25,6 100,0 747 Autres méthodes 1,3 3,0 12,1 83,7 100,0 747 143 11.2.2 Pratique de la contraception Aux questions sur la connaissance des méthodes spécifiques de contraception succédaient, dans l'affirmative, des questions sur la pratique éventuelle. Un peu plus de six matis sur dix (63 pour cent) ont déclaré avoir déjà utilisé une méthode de contraception (Tableau 11.8). Ce sont les méthodes modemes qui ont été le plus utilisées (59 pour cent). Les méthodes traditionnelles, quant å elles, ont été utilisées par moins d'un mari sur cinq (18 pour cent). La pratique de la contraception est légèrement moins chez les hommes que chez les femmes (63 pour cent contre 66 pour cent). Tableau 11.8 Utilisation de la contraception à un moment quelconque Pourcentage de matis et de femmes actuellement mari6es ayant d~jà utilisé une m6thode contraceptive, par m6thode spécifique, selon Fige, ENPS-II Maroc 1992 N'ira- M6thodes modernes N'ira- Méthodes traditionnelles N'ira- porte porte poEte quelle Méth. quelle Contin. Effectif Groupe quelle méthode Pil- Injec- vagi- Con- Stéril. mgthode perle- de d'åges méthode moderne uie DIU tions hales dom f6min, tradit, diquc Retrait Autres matis HOMMES ACTUELLEMENT MARIES <30 45.3 42,1 38,5 1,8 1,1 0,0 56,3 0,0 11,0 7,0 4,1 2,0 96 3~39 77,5 72,9 69,6 8,8 0,6 1,6 20,8 1,8 21,0 17.1 6,6 1,3 321 40-49 68,1 65,7 61,3 11,6 0,8 1,2 15,8 7.0 22,9 16,8 11,5 1,2 253 50 ou plus 45,6 42,0 35,7 5,9 1,6 1,1 6,2 6,2 12,8 7.8 6,2 1,6 2(»9 "Fous åges 62,5 59,0 54,5 8,0 1,0 1,2 18,9 4,3 18,1 13,3 7,5 1,4 939 FEMMES A(71"UEI.I.F.MENT MARIEES Tous hges 66,2 62,8 59.5 9,4 1.6 2,1 5,6 3,0 17.1 13,3 8,7 1,9 5188 Le Tableau 11.9 porte sur l'utilisation de la contraception au moment de l'enquête. Deux matis sur cinq (39,2 pour cent) ont déclaré utiliser une méthode contraceptive, dont la majorité (34,5 pour cent) utilise une méthode moderne: la pilule 6tant la méthode la plus utilisée (27,8 pour cent). L'ensemble des méthodcs traditionnelles ne sont utilisées que par 4,7 pour cent des hommes mariés de l'échantillon et essentiellement la continence périodique (3,0 pour cent). Il y a lieu de noter que le taux de prévalence contraceptive chez les hommes mariés est légèrement inférieur au taux enregistré chez les femmes actuellement mariées (39,2 pour cent contre 41,5 pour cent). Les femmes ont déclaré utiliser la pilule, te DIU, le condom et le retrait plus fréqucmment que les hommes; mais les différences sont g6néralement minimes. Le même tableau présente les proportions des hommes mariés utilisant actuellement une méthode contraceptive, en fonction de certains caractéristiques socio-démographiques. Au niveau du milieu de résidence, c'est chez les maris du milieu urbain qu'on observe la plus forte proportion d'utilisateurs: 51 pour cent contre 31 pour cent dans le milieu rural. Concernant le niveau d'instruction, l'utilisation actuelle de la contraception est plus intense chez les maris qui ont le niveau d'instruction le plus élevé: ils sont en effet 60 pour cent à utiliser une méthode contraceptive entre 48 pour cent chez ceux qui n'ont dépass6 le niveau primaire et 31 pour cent chcz les hommes qui n'ont pas 6t6 scolarisés. 144 Tableau 11.9 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques Répartition (en %) des hommes actuellement mariés, par méthode contraceptive actuellement utilisée, selon certaines caractéristiques socio-démograpbåques. ENPS-I/Maroc 1992 M6thodes modernes Mêthodes traditionnelles Une N'utilise Caractéristique méthode Une M6th. Une Contin, pas ac- Effectif socio- quel- m6thode Pib Injec- vagi- Con- SoEril. m6thode p6rio- Autres tuelle- de d6mographique conque modeme ule DRJ tion nales dom f6minin, tradlt, dique Retrait méthode ment Total mm'is MA~S Milieu de r~sldence Urbain 50,9 45.1 34.7 4,6 0.0 0,5 110 4,4 5,8 4,3 1,0 0.5 49,1 100,0 418 Rural 29,8 26.0 22,2 0,7 0,2 11,0 0,4 2,5 3,8 1,9 1,5 0,4 70,2 100,0 521 R~glon Nord-Ouest 30.4 26.5 19~9 0,6 0.0 0,6 1,7 3.9 3,9 2~8 1.1 0.0 69.6 100.0 179 Centre-Nord 36.1 25,2 20~2 3.4 0.0 0.0 0,8 0.8 10.9 9.2 0.8 0.8 63,9 100,0 122 Centre 48,5 45,5 36.2 3,4 0.4 0.4 0,0 5.1 3.0 1.7 0,9 0,4 51.5 100.0 242 Oriental 48,4 45.2 41.9 3.2 0,0 0.0 0,0 0,0 3.2 3,2 0.0 0,0 51,6 100,0 68 Centre-Sud 46,6 41.1 31,5 2,7 0,0 0,0 1,4 5,5 5.5 1.4 2.7 1,4 53,4 1OO,0 84 Tensift 39.5 35.9 31.1 3,0 0,0 0,0 0.0 1,8 3.6 0,6 3.0 0,0 60.5 100,0 128 Sud 25.2 20,7 15,6 0,7 0.0 0,0 0,7 3.7 4,4 3,0 0,7 0.7 74.8 100,0 116 Niveau d'instruction Aucun 30,7 28.2 22,0 1,7 0,2 0.0 0,4 3,9 2.5 1.2 0,7 0.5 69.3 100,0 584 Primaire ou plus 47.6 41.6 37,4 2,1 0.0 0,0 0.5 1.6 6,0 3.6 1,9 0.4 52.4 100,0 195 Secondaire ou plus 59.8 48.7 37.1 5,1 0.0 1,3 1,8 3.4 11 ,I 8.6 2,5 0,0 40.2 101),0 160 Nombre d'enfants vivants 0 2,3 1.1 1,1 0.0 0,0 0.0 0,0 0,0 1.2 1.2 (1.0 0,0 97.7 100.0 89 1 41,2 38,5 34,5 0,0 0,0 0.0 2.6 1.4 2.7 1,4 1.4 0,0 58.8 100.0 76 2 51,4 46.7 42.9 2.2 0.0 0,8 0.0 0,8 4.7 3.9 I),8 0,0 48.6 100.0 127 3 52.0 46.0 35.6 9,4 0.0 0.0 0.9 0.0 6,0 5,1 0.0 0.9 48.0 100.0 95 4 ou plus 39.8 34.5 26.3 1.9 0.2 0.2 0,6 5.3 5,3 2.9 1,8 0,6 60.2 100.0 551 Type d'union Monogame 39.3 Polygame 37.1 Ensemble des matis 39.2 Ensemble des femmes 41,5 34.6 27,8 2.4 0,1 0.2 0,5 3.4 4.7 3.0 1.3 0,3 60,7 100,0 893 33.0 26.2 2,2 0.0 0,0 2.5 2.2 4.0 1.8 0.0 2,2 62,9 100.0 47 34,5 27.8 2.4 0.1 0.2 0.6 3.4 4,7 3,0 1.3 0.4 60.8 100.0 939 35.5 28,1 3.2 0,1 0.2 0,9 3.0 6,0 3,0 2,6 0.3 58.5 100,0 5188 Selon la région, les hommes du Centre et de l'Oriental sont les plus nombreux à utiliser la contraception (respectivement 49 et 48 pour cent), suivis de très près par les hommes du Centre-Sud (47 pour cent). La proportion d'utilisateurs dans les autres r6gions varie entre 25 et 40 pour cent, le Sud étant la région où il y a le moins d'utilisateurs de méthodes contraceptives. En tenant compte du nombre d'enfants vivants, les hommes nullipares sont évidemment les moins nombreux (2 pour cent) à utiliser actuellement une méthode contraceptive. La proportion d'utilisateurs augmente avec la parité passant de 41 pour cent chez les hommes ayant un enfant à 52 pour cent chez ceux ayant trois enfants, puis diminue chez les hommes ayant quatre enfants ou plus (40 pour cent). 145 Le Graphique 11.2 présente les pourcentages d'utilisation actuelle de la contraception chez les hommes et les femmes mariés selon certaines caractéristiques sociales. Quel que soient le milieu de résidence et le niveau d'instruction, les niveaux d'utilisation sont légèrement plus élevés chez les femmes que chez les hommes. 60 50 40 30 20 10 0 Graphique 11.2 Utilisation de la contraception moderne par les maris et les femmes mariées Pourcenlage ~!!i!il i 7" 7" Urbain Rural Aucune Primaire Secondaire/Su RESIDENCE INSTRUCTION ENPS II 1992 11.2.3 Utilisation future et rnéthodes contraceptives préférées Aux matis ne pratiquant aucune méthode contraceptive au moment de l'enquête, une question concernant leur intention d'utilisation future leur a ét~ posée (Tableau 1 l. 10). Trois matis sur cinq (59 pour cent) ont déclar6 qu'ils n'ont pas l'intention d'utiliser une méthode contraceptive dans l'avenir. A l'opposé, 35 pour cent des matis en ont l'intention dont 21 pour cent (par rapport à 35 pour cent) ont déjà eu recours à la contraception par le passé; les autres matis (14 pour cent parmi les 35 pour cent) qui ont l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir seront de nouveaux utilisateurs potentiels de la contraception. Il est intéressant, par ailleurs, de constater qu'un mati nullipare sur trois (34 pour cent) pense pratiquer la contraception dans l'avenir; cette proportion s'élève à plus d'un mati sur deux (57 pour cent) chez ceux ayant un seul enfant, puis diminue au delà de cette parité chez les matis ayant déjà un nombre élevé d'enfants de 4 ou plus (32 pour cent). 146 Tableau 11.10 Utilisation future de la contraception Répardtion (en %) des hommes actuellement mariés n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive, par intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, selon le nombre d'enfants vivants et selon l'expérience passée en matière de contraception, ENPS-II Maroc 1992 Intention d'utiliser dans le futur Nombre d'enfants vivants 0 1 2 3 4 + Ensemble N'a jamais utllls6 la contraception Intention d'utiliser 22,6 18,3 9,2 N'est pas sfir d'utiliser 3,9 0,0 3,5 N'a pas l'intention d'utiliser 53,8 28,5 47,2 ND 0,0 0,0 1,7 A d6jà utlllsé la contraception Intention d'utiliser l l , l 38,3 20,9 N'est pas sfir d'utiliser 0,0 0,0 1,6 N'a pas l'intention d'utiliser 8,6 10,4 15,9 ND 0,0 4,6 0,0 18,6 11,4 14,0 2,2 2,6 2,7 29,8 44,6 43,9 0,0 (1,9 0,7 24,4 20,6 20,9 9,1 1,3 1,6 15,9 17,9 15,5 0,0 0,6 0,7 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,11 Tous les matis actuellement non-utilisateurs Intention d'utiliser 33,7 56,5 30,1 N'est pas sfir d'utiliser 3,9 0,0 5, I N'a pas l'intention d'utiliser 62,4 38,9 63,1 ND 0,0 4,6 1,7 43,11 32,0 34,9 11,3 3,9 4,3 45,6 62,5 59,4 0,0 1,6 1,4 Total 100,0 100,0 100,0 I00,0 100,0 100,0 Effectif de matis 87 45 62 46 332 571 D'autre part, concernant l'utilisation des méthodes contraceptives préférées dans l'avenir, il ressort du Tableau 11.11 que la quasi totalité des maris (91 pour cent) ont déclaré vouloir utiliser une méthode moderne, principalement, et par ordre d'importance, la pilule (61 pour cent), la stérilisation féminine (15 pour cent), le DIU (7 pour cent), les injectables (5 pour cent) et le condom (3 pour cent). Il faut remarquer que, mis ~ part cette dernière méthode, toutes tes méthodes citées n'impliquent pas directement le mari. On le voit aussi nettement au niveau des méthodes traditionnelles où le retrait n'a été cité que dans 1 pour cent des cas, soit la même proportion, d'ailleurs, que celle citée indépendamment par les femmes mari~es. Concernant les matis qui n'utilisaient pas la contraception au moment de l'enquête et n'avaient pas l'intention d'utiliser dans l'avenir, le Tableau 11.12 présente la raison principale de cette non-utilisation. Il en ressort que, quel que soit l 'åge du mati, la principale raison évoquée est le désir d'avoir des enfants et ce, à raison de plus d'un mari sur trois (36 pour cent): cette raison a été évoquée beaucoup plus Tableau 11.11 Méthode préférée Répartition (en %) des hommes actuellement mariés n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive mais ayant l'intention d'en utiliser une dans l'avenir par méthode préférée, ENPS-II Maroc 1992 Méthode ]ntention contraceptive d'utiliser Pilule 61,3 I)IU 6,5 Injection 4,9 Condom 3,2 Stérilisation féminine 14,6 Continence pérodique 6,0 Retrait 0,9 ND 2,5 Total 100,0 Ensemble 199 147 fréquemment par les matis les plus jeunes (89 pour cent à moins de 30 ans) que par les matis plus âgés (30 pour cent). En dehors de cette raison, les matis ont évoqué la ménopause et la stétilité dans 28 pour cent des cas. Les autres raisons cit6es sont le manque d'information (6 pour cent), les rapports sexuels peu fréquerus (6 pour cen0, la désappmbation de la pratique de la contraception (5 pour cent) et le facteur religieux (5 pour cent). Tableau 11.12 Raison de non-utilisation de la contraception Répartition (en%) des hommes mariés n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive et n'ayant pas l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, selon la principale raison pour laquelle elles n'ont p~ l'intention d'utiliser la contraception, selon l'åge, ENPS-tl Maroe 1992 Raison Age non-utilisation de la contraception < 30 30 ou plus Total Veut des enfants 88,5 30,3 35,9 Manque d'information 0,0 6,6 6.0 Femme désapprouve 0,0 6,0 5,4 Cofit trop élevée 0.0 0.3 0.3 Effets secondaires 0,0 2.7 2,4 Problèmes de santé 0,0 1,5 1,3 Difficile à obtenir 0,0 1.0 0,9 Religion 2,6 5,7 5,4 Opposé à la PF 0,0 1,1 1,0 Fataliste 3,1 1,6 1,S Autre pers. désapprouve 2,6 0,7 0,9 Rapports sex. peu ff~q. 3,1 6,1 5,8 Diff. h tomb. enceinte 0,0 2,3 2.1 Ménopause. stérilisé(e) 0.0 31,3 28,3 Pas commode 0,0 0,3 0.3 Autre 0,0 1,4 1.2 Ne sait pas 0,0 0,3 0,3 Non déclaré 0,0 0,7 0,6 Total 100,0 100,0 lO0,(I Effectif d'hommes 33 306 339 11.2.4 Opinions et attitudes vis-à-vis de la planification familiale Cette partie du chapitre abordera les opinions et attitudes des matis concernant la diffusion d'informations sur la planification familiale, l'approbation ou non de son utilisation et sa discussion éventuelle avec leur épouse. La lecture du Tableau 11.13 permet de constater que plus de neuf maris sur dix (92 pour cent) sont favorables à la diffusion d'informations sur la planification familiale à travers les média (radio et/ou télévision). C'est exactement la mEme proportion qu'on trouve chez les femmes. Si on considère la variable åge, on constate que les matis les plus jeunes sont plus favorables à ce type d'informations (98 pour cent chez les moins de 30 contre 85 pour cent chez les matis de 50 ans et plus). Mais, quels que soient l'åge, le milieu, de r~sidence, la région et le niveau d'instruction, au moins huit matis sur dix approuvent la diffusion de messages sur la planification familiale, exception faite des matis ågés de 40 ans et plus résidant dans la région du Sud et, dans une moindre mesure, ceux ågés de 50 ans et plus résidant dans le Centre-Sud. 148 Tableau 11.13 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale Pourcentage de matis approuvant la diffusion d'information sur la planification familiale à la radio ou à la télévision, par caractéristiques socio-démograpkiques, selon l'åge, ENPS-II Maroc 1992 Age de l'homme Caractéristique < 30 30-39 40-49 50 + Total Milieu de résldence Urbain 98,1 96,5 90,7 90,1 94,9 Rural 96,8 93,4 83,8 81,3 89,3 Région Nord-Ouest 97,0 92.8 87,3 83,1 90,4 Centre-Nord 98,0 95.6 100.0 90,0 96,2 Centre 95,9 93.2 85,1 85,1 91,1 Oriental 100,0 100,0 83,3 100,0 97,8 Centre-Sud 100,0 90.5 88,5 75,0 90,5 Tensift 100,0 100.0 97,6 100,0 99,6 Sud 95.3 93.6 69,8 65,9 81,4 Niveau d'Instruction Auctm 95,2 90,6 83,6 83,2 87,1 Primaire 99,1 97,3 87,4 95,5 95,8 Secondaire ou plus 98,2 99.1 97,7 100,0 98,5 Ensemble 97,5 95,1 86,9 85.0 92,.1 L'approbation ou non de la pratique de la planification familiale est saisie à l'aide de la question suivante: "Etes-vous d'accord que des couples utilisent une méthode pour retarder ou éviter une grossesse?" Il ressort du Tableau 11.14 que la quasi totalité (93 pour cent) des maris ont répondu par l'affirmative. Comme pour la diffusion des messages, les maris les plus jeunes, surtout ceux âgés de moins de 30 ans approuvent davantage le recours ~ la contraception que ceux ågés de 40 ans et plus. En deça de 50 ans et quels soient le milieu de résidence, la rtgion et le niveau d'instruction, au moins 80 pour cent des matis approuvent l'utilisation des méthodes contraceptives (exception faite des matis de 40-49 ans résidant dans le Sud dont l'approbation est légèrement inférieure à 80 pour cent). Bien que l'approbation de l'utilisation des méthodes contraceptives soit quasi générale, il n'en reste pas moins qu'un peu plus d'un mari sur quatre (28 pour cent) n'a jamais discuté de la planification familiale avec sa femme (Tableau 11.15 et Graphique 11.3), en particulier les couples dans lesquels l'époux est ågé de 50 ans et plus (48 pour cent). D'autre part, dans le cas où l 'on a soulevé ce sujet entre mari et femme, la majorité des couples en ont discuté au moins trois fois au cours de l'année ayant précédé l'enquête (47 pour cent par rapport å 70 pour cent). 149 Tableau 11.14 Attitudes des matis face à la planification familiale Pourcentage de maris connaissant une méthode contraceptive et approuvant la planification familiale, par caractéristiques socio-démographiques selon l'åge, ENPS-II Maroc 1992 Age de l'homme Caractéristique < 30 30-39 40 49 50 + Total Milieu de résidence Urbain 98,0 98,0 90,7 92,8 95,7 Rural 96,2 92,9 88,4 84,1 90,7 Région Nord-Ouest 100,0 92,8 85,5 83,1 90,8 Centre-Nord 96,0 93,3 100,0 86.7 94,2 Centre 97,5 97,1 89.6 92,5 95,0 Oriental 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Centre-Sud 89,5 90,5 84,6 75,0 85,7 Tensift 100,0 98,4 97,6 98,4 98,8 Sud 95,3 93,6 79,1 77.3 86,4 Niveau d'instruction Aucun 96,9 91,4 86,5 87,2 89,7 Primaire 96,1 97.3 92,5 91.0 95,5 Secondaire ou plus 98,0 100,0 95,3 91.5 98,1 Ensemble 97,1 95,7 89,4 87,8 93,2 Tableau 11.15 Discussion de la planification familiale par le couple Répartition (en %) des hommes connaissant une méthode contraceptive par nombre de fois qu'ils ont discuté de la planification familiale avec leur femme au cours de l'année ayant précédé l'enqu6te, selon l'åge actuel, ENPS-II Maroc 1992 Nombre de discussions sur la planification familiale Une ou Trois Groupe deux fois ou Non däges Jamais fois plus déterminé Total Effectif <30 23,6 29,0 47,4 0,0 1011,0 96 30-39 16,2 26,2 57,2 0,3 100,0 321 40-49 22,4 22,6 50,3 4,7 100,0 253 50 ou plus 47,8 18,1 30,5 3,6 100,0 269 Ensemble 27,7 23,2 46,7 2,4 100,0 939 150 Graphique 11,3 Discussion de la planification familiale par le couple Une OU deux lois I~m~is 28% Non déIerrnin~ 2% Trois fois ou plus 47% ENPSql 1992 11.3 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE La lecture du Tableau 11.16 relatif au dtsir (ou non) des hommes d'avoir des enfants en plus du nombre qu'ils avaient au moment de l'enquête permet de constater que deux maris sur cinq (40 pour cent) veulent avoir d'autres enfants. Mais, une proportion légèrement plus importante (43 pour cent) souhaite limiter sa descendance. Cette proportion atteint presque 50 pour cent si l 'on fait abstraction des maris qui pensent que l 'un des 6poux ne peut pas avoir d'enfants pour des raisons de stérilité. Comme on pouvait s'y attendre, les proportions des maris qui ne veulent plus d'enfants augmentent avec le nombre d'enfants qu'ils ont déjà. Chez les maris ayant deux enfants, un sur quatre (26 pour cent) veut limiter sa descendance; cette proportion passe à 57 pour cent chez ceux ayant dt jà quatre enfants et à 63 pour cent chez les matis ayant 6 enfants ou plus. Tableau 11.16 Préférences des maris en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants Répartition (en %) des matis par désir d'enfants supplémentaires, selon le nombre d'enfants vivants, ENPS-II Maroc 1992 Nombre d'enfants vivants Ensemble des 0 1 2 3 4 5 6 + maris Desir d'enfants Veut un autre bienttt 93,5 92,8 70,1 45,2 28,9 20,8 10,7 40,4 Indécis 0,0 0,0 1,4 4,2 4,0 4,5 2,6 2,5 Ne veut plus d'enfant 1,1 7,2 25,7 38,8 57,2 54,3 62,6 43,2 Femme/homme stérile 3,1 0,0 2,0 11,8 9,2 16,3 20,1 11,6 Non déterminé 2,3 0,0 0,8 0,0 0,8 4,1 4,0 2,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 I00,0 Effectif de matis 89 76 127 95 129 102 321 939 151 La combinaison des désirs du mari et de la femme d'avoir des enfants supplémentaires a permis de dresser le Tableau 11.17 (Graphique 11.4). n en ressort que 31 pour cent des couples veulent limiter la taille de leur famille, et presque la même proportion des couples (32 pour cent) désirent encore des enfants. On remarquera que dans 18 pour cent des cas, l'homme et la femme sont en désaccord: dans la plupart des cas (11 par rapport à 18 pour cent) le m ari souhaite plus d'enfants alors que la femme désire en limiter le nombre. Lorsque le nombre d'enfants de l'un ou de l'autre augmente, les proportions des couples voulant plus d'enfants diminuent au profit de ceux qui n'en veulent plus. Ainsi, lorsque le mari a de quatre à six enfants, seuls 10 pour cent des couples en veulent encore, 45 pour cent n'en veulent plus, mais 13 pour cent des couples sont en désaccord parce que la femme veut limiter le nombre d'enfants alors que le mari ne le souhaite pas. De même, lorsque la femme a entre quatre et six enfants, les proportions des couples qui désirent avoir d'autres enfants et ceux qui souhaitent limiter leur descendance sont respectivement de 9 et de 46 pour cent. En plus, 13 pour cent des couples sont en désaccord parce que la femme ne désire plus avoir d'enfants alors que le mari souhaite en avoir. Tableau 11.17 Préférences des couples en matière de fécondité Répartition (en %) des couples selon que l 'homme et/ou la femme veulent ou non des enfants supplémentaires, selon le nombre d'enfants vivants du mari et de la femme, ENPS-II Maroc 1992 Homme Homme Homme Femme Homme et et femme veut, veut, veut, femme ne Homme Nombre veulent femme femme homme ne veulent plus et/ou Effectif d'enfants d'autres est ne veut veut d'autres femme de vivants enfants stérile pas pas enfants NSP Autres Total couples Nombre d'enfants d l 'homme 0 91,1 1,5 1,6 0,0 1,4 0,0 4,4 100,0 70 l-3 55,0 0,4 12,2 11,3 11,6 0,3 9,2 100,0 259 4-6 10,4 0,8 12,6 7,4 45,1 0,0 23,7 100.0 258 7-9 2,2 0,8 9,7 4,7 53,6 0,7 28,2 100,0 124 10 ou plus 2,9 2,8 5,8 5,2 54,5 0,0 28,7 100,0 35 Nombre d'enfants de la femme 0 89.1 2,6 4,2 0.0 0,0 0,0 4,1 100,0 76 1-3 53,0 0,0 12,0 12,5 13,8 0,3 8,4 100.0 271 4-6 9,1 1,2 12,7 6,9 46,2 0,0 24,0 100,0 264 7 ou plus 1,3 0,8 7,4 3,0 54,4 0,6 32,5 100,0 136 Ensemble 31,8 0,8 10,6 7,5 31,2 0,2 17,9 100,0 747 Comme pour les femmes, on a posé aux hommes une question sur le nombre total d'enfants qu'ils souhaiteraient (ou auraient souhaité) avoir durant leur vie. Selon le Tableau 1 l. 18, les hommes sont pour une famille relativement peu nombreuse: le nombre d'enfants idéal est en moyenne de 4,1. Ce nombre idéal est légèrement supérieur à celui souhaité par les femmes d'après les résultaLs de l'enquéte individuelle-femme (3,9 enfants). On constate par ailleurs un lien étroit entre la taille actuelle et la taille idéale de la famille: celle- ci passe de 2,9 enfants, en moyenne, quand le mari n'a pas d'enfants à 5,2 enfants chez les matis ayant au moins 6 enfants. 152 Graphique 11,4 Préférences en matière de fécondité des couples Mari al~sire/Femme nr,n lt~~ Femme désire/Mari non 7% - ' ,ni plus d'enfanls 32% Ne désirent plus Autre 19% Mari al~sire/Femme slérile 1% ENPS II 1992 Tableau 11.18 Nombre idéal d'enfants Répartition (en %) des matis par nombre idéal d'enfants et nombre idéal moyen d'enfants selon le nombre d'enfants vivants, ENPS-1/Maroc 1992 Nombre Nombre d'enfants vivants Ensemble idéal des d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 + hommes 0 2,3 0,0 0,0 1,0 0,8 0,0 0,0 0,4 1 1,3 2,7 0,0 0,8 1,7 1,0 0,3 0,9 2 34,0 30,5 27,7 14,3 15,6 13,4 8,3 17,3 3 30,9 24,8 21,9 32,3 6,6 13,3 14,6 18,5 4 21,7 33,2 40,9 29,2 44,9 14,7 16,4 26,6 5 3,3 3,4 4,4 13,5 16,1 39,0 11,1 12,8 6 ou plus 2,8 2,5 0,6 3,6 13,5 11,2 36,0 16,3 Réponses non-numériques 3,7 2,9 4,4 5,3 0,8 7,4 13,4 7,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif d'hommes 89 76 127 95 129 102 321 939 Nombre idéal moyen 2,9 3,1 3,3 3,5 4,1 4,3 5,2 4,1 Effectif d'hommes 86 74 122 90 128 94 278 871 153 Le Tableau 11.19 présente le nombre idéal d'enfants selon les caractéristiques socio-démographiques du mari. En ce qui concerne la variable åge, il ressort de ce tableau que le nombre d'enfants idéal augmente avec l 'åge du mari, passant de 3.2 enfants en moyenne chez les matis de moins de 30 ans à 4,8 enfants chez ceux ãgés de 50 ans ou plus. Par milieu de résidence, les maris urbains semblent désirer moins d'enfants que les maris ruraux, quels que soit le groupe d'âges. L'écart absolu entre les deux milieux est de 0,8 enfant (3,6 dans l 'urbain contre 4,4 dans le rural). Les différences selon le niveau d'instruction sont encore plus prononcées. En moyenne, l'écart absolu est de 1,4 enfants entre les maris qui n'ont pas fréquenté l'école et ceux qui ont un niveau secondaire ou plus. Concernant la région, la taille moyenne varie de 3,7 enfants dans le Centre à 4,9 enfants dans le Sud. Dans les autre régions la taille idéale se situe entre 3,8 et 4,4 enfants. Tableau l 1.19 Nombre idéal d'enfants pour les hommes par caractéristiques socio- démographiques Nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des maris par caractéristiqucs socio-démograph- iques selon l'åge, ENPS-II Maroc 1992 Age de l'homme Caractéristique < 30 30-39 40-49 50 + Ensemble Effectif Milieu de résidence Urbain 2,8 3,2 3,7 4,4 3,6 399 Rural 3,3 4,1 4,8 5,2 4,4 472 Région Nord-Ouest 2,8 3,9 4.4 5,5 4,4 166 Centre-Nord 3,2 3,9 4.2 4,7 ,1,1 116 Centre 3,0 3,1 4.2 4,1 3.7 228 Oriental 3.7 4,2 6,0 4,2 64 Centre-Sud 2,7 3,1 3,7 5.2 3,8 77 Tensift 3.3 3.6 3,8 4.5 3,9 127 Sud 4,1 4,4 5,5 5,2 4,9 93 Niveau d'instruction Aucun 3.4 3,9 4,7 5,0 4,5 526 Primaire 3, l 3,8 3,9 4,2 3,8 186 Secondaire ou plus 2,8 3,0 3,4 3.5 3,1 159 Ensemble 3.2 3,6 4.3 4.8 4.1 871 Enfin, si la taille idéale moyenne calculée séparément sur les deux échantillons est légèrement supérieure chez les matis que chez les femmes, le Tableau 11.20, combinant les réponses num6tiques du mari et de l'épouse, permet de constater que dans un tiers des cas (34 pour cent), les conjoints ont donné pour réponse la même taille idéale de la famille. Pour un autre tic~ des couples (34 pour cent), le mati a pour idéal un nombre d'enfants dépassant celui rapporté par sa femme; et, pour le tiers restant (32 pour cent), le nombre idéal d'enfants pour la femme dépasse celui de son époux. Selon les caractétistiques socio-démographiques des couples, les réponses du mari et de la femme diffèrent gdnéralement peu. 154 Tableau 11.20 Nombre idéal d'enfants pour les couples par caractéristiques différentielles Répartition (en %) des couples selon que )'homme et/ou la femme ont, ou non, pour idéal le méme nombre d'enfants selon les caractéristiques différentielles du couple, ENPS-H Maroc 1992 Nombre idéal Idéal pour Idéal pour Caractérîstique identique l'homme la femme différentielle pour l'homme > idéal > idéal du couple et la femme pour la femme pour l'homme Total Effectif de couples Age du mari/Age de la femme Négatif 29,7 17,4 52,9 100,0 40 0-4 ans 32,6 39,6 27,8 100,0 2i3 5-9 ans 33,3 33,7 33,0 100,0 234 10-14 ans 41,3 31,4 27,3 100,0 124 15 ans ou plus 26,5 32,0 41,6 100,0 74 Type d'union Monogame 33,7 33,6 32,7 100,0 649 Polygame 35,1 32,8 32,2 100,0 6 Différent 30,7 41,4 27,9 1 Õ0,0 29 Nombre d'en fant~ Identique 35,5 32,6 32,0 Différent 22,6 42,1 35,3 Niveau d'instruction Homme et femme: aucun 31,6 Femme instruite, homme non 33,3 Homme instruit, femme non 33,6 Homme et femme instruits 39,7 100,0 100,0 584 100 34,7 33,7 100,0 355 28,8 37,9 100,0 28 36,4 30,0 100,0 182 29,2 31,1 100,0 120 Ensemble 33,6 34,0 32,4 100,0 684 Note: Il s'agit uniquement des couples dans lesquels l'homme et la femme ont donné une réponse numérique concernant le nombre idéal d'enfants. 155 REFERENCES Azelmat, Mustapha, Mohamed Ayad, et Houcine Belhachmi. 1989. Enquête Nationale sur la Planification Familiale, La Fécondité et la Santé de la Population au Maroc (ENPS ) 1987. Columbia, Maryland: Ministère de la Santé Publique et Institute for Resource Development/Westinghouse. Batépa, Martin, Médard Fotso, et Bemard Barrêre. 1992. Enquête Démographique et de Santé Cameroun 1991. Columbia, Maryland: Direction Nationale du Deuxième Recensement Général de la Population et de l'Habitat et Macro International Inc. Direction de la Statistique (DS). [ 1961 ]. Recensement Général de la Population et de r Habitat, 1960. Rabat Maroc. Direction de la Statistique (DS). [1963]. Enquête å Objectifç Multiples (EOM) 1962. Rabat, Maroc. Direction de la Statistiquc (DS). [ 1973]. Recensement Général de la Population et de l' Habitat, 1971. Rabat, Marne. Direction de la Statistique (DS). 1983. Recensement Général de la Population et de l'Habitat, 1982. Rabat, Maroc. Direction de la Statistique (DS). [ 1989[. Enquête Nationale Démographique à Passages Rép~tés (ENDPR) 1986-1988. Rabat, Maroc. Graham, W., W. Brass et R.W. Snow. 1989. Estimating Matemal Mortality: The Sisterhood Method. Studies in Family Planning. 20(3): 125-135. Jamcs, W.P.T., Anna Ferro-Luzzi, et J.C. Waterlow. 1988. Dclinition of Chronic Energy Deficiency in Adults. Report ofa Working Party of the International Dietary Energy Consultative Group. EuropeanJournal of Clinical Nutrition 42( 12): 969-981. Krasovec, Katherine et Mary-Ann Anderson, eds. 1991. Maternal Nutrition and Pregnancy Outcomes: Anthropometric Assessment. Pan American Health Organization (PAHO) Scicntific Publication No. 259, Washington, DC: PAHO. Labid, A. 1991. Estimation de la mortalitè maternelle au Maroc. Pr6sentation faite à la Conférence Maghrdbinc sur la Matcmitd Sans Risque. Marrakecb, October 23-16, 1991. Ministère de la S ant6 Publique (M S P) et Enquête Mondi aie sur la Fécondi t6 (EM F). 1984. Enquête Nationale sur la Fécondité et la Planification Familiale au Maroc 1979-80.4 vols. Rabat, Maroc. Ministère de la Santé Publique (MSP) et Westinghouse Public Applied Systems (WPAS). 1985. Planification Familiale, Fécondité et Santé Familiale au Maroc 1983-84. Columbia, Maryland. Ministère de la Santé Publique (MSP). [1989]. Etude Nationale sur les Causes et les Circonstances de la Mortalité lnfanto-juvénile (ECCD) 1988-1989. Rabat, Maroc. Rutenberg, Naomi, Ties Bocrma, Jcrry Sullivan, et Trevor Cmft. 1990. Direct and Indirect Estimates of Maternal Mortality with Data on the Survivorship of Sisters: Results form the Bolivia DHS. Paper presented at the Annual Meeting of the Population Association of America, Toronto, Ontario, May 3-5, 1990. 157 Rutenberg, Naomi and Jeremiah M. Sullivan. 1991. Direct and Indirect Estimates of Matemal Mortality from the Sisterhood Method. In Proceedings ofDHS World Conference. Washington, D.C. August 5-7, 1991. Vol. 3, 1669-1696. Columbia, Maryland: IRD/Macro International Inc. Sherris, J.D., R. Blackbum, S.H. Moore, et S. Mehta. 1986. Immunizing the World's Children. Population Reports Series L, No. 5, Baltimore: Johns Hopkins University, Population Information Program. Trussell, James and German Rodriguez. 1990. A Note on the Sisterhood Estimator of Matemal Mortality. Studies in Family Planning 21 (6):344-346. United Nations, Department ofTechnical Cooperation for Development and Statistical Office. 1986. How to Weigh and Mec~~ure ChiMren: Assessing the Nutritional Status of Young Children in Household Surveys. New York: United Nations, (National Household Survey Capability Programme). World Health Organization (WHO). 1979. International Classification of Diseases, Injuries and Death, 9th ed. (ICD-9). Geneva. Zou'bi, Abdallah A.A., Sri Poedjastoeti, et Mohamed Ayad. 1992. Jordan Population andFamily Health Survey 1990. Columbia, Maryhmd: Depavtment of Statistics et IRD/Macro International Inc. 158 ANNEXE A ORGANIGRAMME ET PERSONNEL DE L'ENQUETE SUR LA POPULATION ET LA SANTE ANNEXE A ORGANIGRAMME ET PERSONNEL DE L'ENQUETE SUR LA POPULATION ET LA SANTE Comité Secrétariat Technique Général I ]1 Service des Etudes et de | Experts I l'information Sanitaire I Consultants I Directeur Technique de Macro Gestion et ] secrétariat I Supervision des opérations | de collecte, d'exploitation I inlormatique et d'analyse I Opérations I de collecte et d'analyse I Collecte I sur le I terrain I 160 Directeur technique Coordonnateurs PERSONNEL DE L'ENQUETE NATIONALE SUR LA POPULATION ET LA SANTE AU MAROC (ENPS-II) Cadres et personnel nationaux Mustapha AZELMAT M'hamed ALJEM Abdeljabbar EL GANDASSI E1 Arbi HOUSNI Formateurs Démographes/Statisticiens Mustapha AZELMAT M'hamed ALJEM Abdeljjabar EL GANDASSI EI Arbi HOUSNI Formateurs cliniciens Actualisation Superviseurs Agents de dénombrement Chauffeurs Pré-enquete Contr61eurs EnquEtrices Chauffeurs Dr Mohamed ABOUAKIL Dr Mimoun AOURAGH Drissia BAYA Moumna BEN AMMAR Dr Najia HA J J1 Med Larbi ARRACH Mustapha AZELMAT Driss BESSAR Mohamed AOUJI Mohamed BORROHO Maria CHEKKOURI Mouhat CHOUKI Ismaili Driss ALAOUI Abdeslem BENHENNA Mohamed DEHBI Smaïn DIABI Houria ABSAOUI Fatima EL BACHRIOUI Fettouma EL OMRI Fatima FA1DA Bouazza AOUANE Abdeslem BENHENNA EI Arbi RJIMATI Jamal TEKN1 Dr Mohamed ZAROUF Dr Abdelwahab ZERRARI Bouchra BOUHADDOU Saadia KILAOUY Fama FADILI Abelhaq HENDI Ahmed KSIBER Mohamed MAAKOULI M'barek EZZAOUI Abdelkader MABROUKI Abdelaziz ZGUIOUAR Ghita FERZOUG Halima JOUOUAD Keltouma NAJOUA Mina SIDA Mohamed EL MIBRAK Mohamed TALBI 161 Enquête principale Chefs d'équipe Contr~leuses Enqu8trices Chauffeurs E1 Mustapha ALIOAT ben Ahmed BACHA Mohamed BOUDRIGA Smaïn DIAB1 Houria ABSAOUI Touria AMALOU Essadia BEDRANE Fatima CHNIDER Aicha ABOU EL ABBES Faouzia ABZAHD Mina ACHOURI Zohra ADERDOUR Mina ALKOUCHI Rachida BAADANI Khadija BAALLAL Rachida BADOU Naima BEN AISSA Souad BENDAHMANE Rachida BERHIL Nadia BILAL Fatima BOUAZZAOUI Mina BOUDENE Latifa BOUKHOU Sofia BOULARBAH Aicha EDDAHRI Najat EL ATFA Fatima EL BACHRIOUI Bouazza AOUANE Abdesselem BAIRHOU Aïssa BENSEDDIQ Moh. BOUGHEDDOUD Mohamed EL MIBRAK M'barek EZZAOUI Mohamed NAIM Mustapha WAKRIM Abdelaziz ZGUIOUAR Fattouma EL OMARI Keltouma NAJOUA Fatima OUAFI Mina SIDA Fatima EL GOURARI Fatima EL KHIOUKH Mina FETHI Naima FTOUHI Fatima HAMIDI Najia HASSANI Lati fa JOUARI Souad KHALLADI Saida KHEMIES Aicha KOUBAILI Aicha LAICHOUCHI Hafida LAOUINA Fatna MHIAOUI Fatiha MOUNIR Zaïna NASSOH Itto OUKEDDOU Najat RAKMI KhadÜa TAFOUGHT Abdelaziz JRHALEF Rachid LYOUSSI Abdelkader MABROUKI Abdelaziz SEMMAR M'hamed TAHIRI Informatique Programmeurs Mah~udARCHACH Slimane HAJRA 162 Saisie et chiffrement Analyse Administration Secrétariat Préparation du contrat Sondage Formation du personnel Traitement des données Coordonnateur technique Mohamed AOUJI Bouchra BELAITER Abderrahim BELHOUARI Fatima BENCHAM Khalid CHEIBY Maria CHEKKOURI Said CHNITEF Aicha EL FENNI Fama FADILI Abdelhaq HENDI Ahmed KSIBER Mohamed MAAKOULI Seddiq MIRI Latifa NEHIRA Khadija OUBELLA Nezha OUIZZA Zoubida TOK Mohamed YASSINE Abdeslem ZOUAKI Mustapha AZELMAT Moumna BEN AMMAR Najia HAJJI EI Arbi HOUSNI Mohamed LAAZIRI Mohamed ZARROUF Abdelwahab ZERRARI Abdelkader LAMRANI Souad MALIANI Consultants DHS/Macro International Inc. Mohamed AYAD Thanh LE Chris SCOTT Mohamed AYAD Nourredine ABDERRAHIM Trevor CROFT Jim OTTO Mohamed AYAD 163 ANNEXE B PLAN DE SONDAGE ANNEXE B PLAN DE SONDAGE B.1 PLAN DESONDAGE Le plan de I'ENPS-II spécifie un échantillon national stratifié d'environ 6500 femmes non célibataires de 15 à 49 ans, tir~ dans 212 grappes. En plus de l'échantillon principal de femmes non célibataires, il a ~té proposé une modifcation à porter au plan de sondage pour permettre l'étude de deux échantillons supplémentaires. Il s'agit de toutes les femmes célibataires de 15 à 49 ans trouvées dans les ménages ainsi qu'un échantillon d'environ 2000 hommes de 20 ou plus. L'échantillon aréolaire utilisé est le même que celui de I'ENPS-1. Cet échantillon provient de l'échantillon maître de la Direction de la Statistique. Les avantages offerts par l'utilisation de l'échantillon de I'ENPS-I sont les suivants: (1) la documentation sur les zones d'échantillon, y compris les matériels cartographiques, est disponible et pourrait être utilisée sans aucun coOt supplémentaire; (2) les agents de terrain connaissent déjà toutes les zones concernées comme ils ont travaillé lors de l'enquête précédente, ce qui ne pourrait que faciliter les opérations de terrain, et (3) l'utilisation du même échantillon permettrait de réduire les erreurs de sondage pour les estimations des variables qui évoluent dans le temps. Echantillon de l' ENPS-I L'échantillon aréolaire de I'ENPS-I a été tire à deux degrés å partir de l'échantillon-maître établi par la Direction de la Statistique. D'après cet échantillon-maître, une unité primaire (UP) urbaine est constituée de 3 ~ 4 districts de recensement de 1982 et a une taille de 600 ménages en moyenne. En milieu rural, une UP est une zone géographique constituée de manière å englober 1000 ménages en moyenne. Les UP urbaines ont été stratifiées par région économique, et au sein des régions selon le type d'habitat. En milieu rural, les UP ont ~tE stratifées par région agro-économique. Dans t'échantillon-maître, 536 UP urbaines et 432 UP rurales ont été tir~es avec des probabilités proportionnelles ~. la taille (nombre de ménages) de I'UP. Dans chaque UP tirée, la Direction de la Statistique a construit des unités secondaires (US) en visant une taille moyenne de 50 ménages en milieu urbain et 100 ménages en milieu rural. Pour I'ENPS-I, on a tiré un sous-échantillon d'UP et ensuite une US dans chaque UP. Au premier degré, soit p , la probabilité pour que I'UP i soit inclue dans l'échantillon. Si t, est la taille en ménages de cette UP i et si 1~ l'intervalle de tirage utilisE, on a: Pu-_ _tJ (1) 1, Au deuxième degré, comme une seule US a été retenue avec probabilité égale, on a: 1 P2s = :7, (2) N~ où N~ est le nombre d'US créées au sein de I'UP i. Le sous-échantillonnage pour I'ENPS-I a ~té effectué de manière à ce que la probabilitE globale soit constante, c'est à dire que l'échantillon est auto-pond~r~, d'où 167 Pn.PwP~ = K (3) où Ps~ était la probabilit6 appliquée pour le sous-échantillonnage des UP. La constante K a été déterminée pour donner un échantillon total de 212 unités secondaires ou grappes (137 grappes urbaines et 75 rurales). On a pu ainsi calculer la valeur de Ps~ pour chaque UP et effectuer le sous-échantillonnage avec des pmbabilités voulues. Echantillon de I" ENPS-II Selon les résultats du recensement et de l'Enquête démographique nationale, on a supposé une taille moyenne de 5,6 personnes du ménage urbain et de 6,8 personnes du ménage rural. En outre, les résultats de I'ENPS-I ont donné une moyenne de 0,9 femmes non célibataire de 15 à 49 ans par ménage. Avec ces paramètres et un échantillon de 137 grappes urbaines (50 ménages recensés en moyenne) et 75 grappes rurales (100 ménages recensés en moyenne), on a calculé qu'on pourrait tirer I ménage sur 2,2 (soit 5 sur 11 ) dans chaque grappe de l'échantillon pour obtenir l'échantillon voulu. Ainsi, on a tir~ en moyenne 24 femmes non célibataires de 15 à 49 ans dans chaque grappe urbaine et 46 femmes dans chaque grappe rurale. Echantillons supplémentaires de femmes célibataires et d'hommes En se basant sur le recensement de 1982 on a estimé le nombre de femmes célibataires de 15 à 49 ans ~. une moyenne de 0,5 par ménage. On a ainsi décidé d'enquêter toutes les femmes célibataires dans les ménages tirés pour l'enquête principale. On a en plus estimé le nombre d'hommes de 20 ou plus à une moyenne de 1,7 par ménage. Pour pouvoir obtenir un échantillon représentatif d'environ 2 000 d'hommes on a adopté la procédure d'échantillonnage suivante: parmi les ménages tirés pour l'enquête principale, on a enquêté également chaque homme de 20 ans ou plus dans 1 ménage sur 3. 168 Tableau B.1 R¢anltats des enquétes auprès des ménages et des femmes par région et milieu de résidence Répartition (en %) des ménages et des femmes éligibles dans l'échantillon de I'EDS par résultat de l'enquête, et taux de réponse des ménages et des femmes et taux de réponse global selon la région et le milieu de résidence, ENPS-II Maroe 1992 Milieu de Région de résidence résidence Résultat Nord- Centre- Centre- des interviews Ouest Nord Centre Oriental Sud Tensift Sud Urbain Rural Ensemble Méaages s~ectlonnés Rempli 93,1 95,0 94,2 92,9 94,5 97,0 89,8 93,0 94,6 93,8 Ménage pr~sent mais personne de coml~tent pour répondre 0,2 0,1 0,0 0,0 0,2 0,2 0.8 0,3 0,1 0,2 Refus de répondre 0,3 0,1 0,3 0,0 0.2 0,0 0,7 0.5 0.0 0,2 Logement non tiouvé 0.2 0,4 0,2 1,2 0.0 0,0 1,4 0.5 0,3 0,4 Ménage absent 2,7 1.1 1,0 3.8 2,4 0.1 4.1 2,4 1.5 1,9 Logement vide 2,8 3.1 3.4 1,7 2.2 2.1 3,0 2.7 3,0 2,8 Logemem détruit 0,3 0.0 0,2 0.0 0,2 Il.1 0.0 0,1 0.2 0,2 Autre 0,4 0.1 0,9 0,5 0,3 0.4 0,1 0,6 0.4 0,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100.0 100,0 100,0 100.0 EffecUf de ménages 1478 897 1974 421 585 803 854 3433 3579 7012 Taux de réponse des m~nages 99,3 99,3 99,6 98,7 99,6 99,7 96,8 98.7 99,5 99,1 Femmes ~llglbles 92,6 96.6 97,8 97,3 98,2 97.8 97,5 95.9 97,2 96,5 Enti~rement rempli 5.7 2,7 1,2 1.6 1.2 1,3 1,9 3,0 1.8 2,4 Pas å la maison 0,2 0,0 0.0 0,0 0.0 0, l 0,0 0, I 0,0 0,1 Diff¢'ré 0,3 0,0 0.2 0,6 0.1 0,1 0,0 0,3 0,1 0.2 Refus de répondre 0,1 0.0 0,2 0,0 0,0 0,0 0.2 0.1 0.0 0,1 Partiellemem rempli 1.2 0,7 0,6 0.5 0.5 0.7 0.5 0.6 0.8 0,7 Autre Total 100,0 100,0 1130,0 100,0 1(30,0 lO0,(I 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 1926 1227 2910 630 839 981 1074 4745 4842 9587 Taux de r~ponse des femmes 92,6 96.6 97,8 97,3 98,2 97.8 97,5 95.9 97.2 96,5 Taux de r~ponse global des femmes 91,9 95.9 97,3 96,1 97.9 97,5 94.4 94,7 97,2 95.7 169 Tableau B.2 Résultats des enqu&es auprès hommes par ï'égion et milieu de résidence Taux de réponse des hommes selon la région et le mil Jeu de résidence (non pond6ré), ENPS-1] Maroc 1992 R~gion de résidence Résultat Nord- Centre- Centre- des interviews Ouest Nord Centre Oriental Sud Tensifl Sud Milieu de résidence Urbain Rural Ensemble Hommes éllglbles Enti&ement rempli 63,6 61,4 61,1 28,5 54,7 82,4 Pas å la maison 18,3 17,7 25,9 51,9 17,2 12,8 Refus de répondre 1,5 0,0 0,7 0,0 0,5 0,7 Partiellement rempli 0,0 0,0 0,2 0,0 0,0 0,0 Autre 16,5 20,9 12,2 19,6 27,6 4,1 73,4 61,3 64,5 63,0 17,0 23,9 19,8 21,8 0,0 0,8 0,5 0,6 0,0 0,1 0,0 0,0 9,5 13,9 15,2 14,6 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 11)0,0 I(X),0 100,0 100,0 100,0 Effectif de hommes 393 254 588 158 192 296 241 1037 1085 2122 63,6 61,4 61,1 28,5 54,7 82,4 Taux de r~ponse des hommes 73,4 61,3 64,5 63,0 170 ANNEXE C ERREURS DE SONDAGE ANNEXE C ERREURS DE SONDAGE Les estimations obtenues å partir d'une enquête par sondage sont sujettes à deux types d'erreurs: erreurs de mesure et erreurs de sondage. On appelle erreurs de mesure les biais imputables à la misc en oeuvre de la collecte et de l'exploitation des données tels que l'omission de ménages sélectionnes, la mauvaise interprétation des questions, soit de la part de l'enquêtrice, soit de la part de l'enquêtée, ou encore tels que les erreurs de saisie des données. Quoique tout le possible ait été fait pour minimiser ce type d'crrcur pendant la mise en oeuvre de I'ENPS, il est difficile d'éviter et d'évaluer toutes les erreurs de mesure. Par contre, les erreurs de sondage peuvent être evaluees statistiquement. Les estimations qui figurent dans ce rapport ont ~té obtenues à partir d'un échantillon de 9 256 femmes ågees de 15 à 49 ans. Si l'enquête avait été effectuée auprès d'autres répondantes, on a tout lieu de penser que les fréquences des réponses auraient ét~ quelque peu différentes de celles que l'on a présentées. C'est l'incertitude de cette assomption que reflète l'erreur de sondage; celle-ci permet donc de mesurer le degré de variation des réponses suivant l'échantillon. L'erreur-type (ET) est un indice particulièrement utile pour mesurer l'erreur de sondage d'un paramètre (moyenne ou proportion). On l'estime à partir de la variance des réponscs dans l'échantillon même: l'erreur-type est la racine carrée de la variance. Cet indice a pour propriété que dans 95 pour cent des échantillons de taille et de caractéristique identique, la valeur vraie d'un paramètrc pour l'ensemble ci'une population se trouve b. l'intérieur de l'intervalle de + 2 ET. Si l'échantillon des femmes avait et~ tir~ d'après un plan de sonclagc aléatoire simple, il aurait Et~ possible d'utiliser des formules simples pour calculer les erreurs de sondage. Cependant, l'échanlillon de I'ENPS-II est un échantillon stratifié à deux degrés. Par conséqucnt, on a besoin d'utiliser des formules plus complexes. Le logiciel CLUSTERS, développé par l'International Statistical lnstitute pour l'Enquête mondiale de fécondité, a ét~ utilisé pour calculer les erreurs de sondage suivant la m6thodologie statistique appropriée. CLUSTERS traite chaque proportion ou moyenne comme 6tant une estimation de ralio, r=y/x, dans lequel y représente la valeur du paramètre y peu r l'echantillon total, et x represente le nom bre total de cas d ans l'ensemble (ou sous-ensemble) de l'échantillon. La variance de r est estimée par: ET2(r) var(r) 1 - f mb 2 Zh " -- - - 7 , , - - - x 2 h=l mb-1 \ ~~1 mb dans laquelle Zta -- y ta - r , xta , e t z h = Yh- r .xh 173 où h mb Yhi Xhi f représente la strate qui va de 1 à H, est le nombre total d'unités primaires de sondage (UPS) tir~es dans la h «"' strate, est la somme des valeurs du paramètre y dans I'UPS i dans la h ~"" strate, est la somme des nombres de cas (femmes) dans I'UPS i dans la h «"' strate, et est le taux global de sondage qui est tellement faible que CLUSTERS n'en tient pas compte. Il existe un deuxième indice très utile qui est la racine carrée de l'cirer du plan de sondage (REPS) ou effet de grappe: c'est le rapport de l'erreur-type observée sur l'erreur-type qu'on au rait obtenue si on avait eu recours å un sondage aléatoire simple. Cet indice révèle dans quelle mesure le plan de sondage qui a été choisi se rapproche d'un échantillon aléatoire simple de la même taille: la valeur 1,0 de la REPS indique que le plan de sondage est aussi efficace qu'un échantillon aléatoire simple, alors qu'une valeur supérieure à 1,0 indique un accroissement de l'erreur de sondage dû à un plan de sondage plus complexe et moins efficace au point de vue statistique. Le logiciel CLUSTERS calcule aussi l'erreur relative et l'intervalle de confiance pour chaque estimation. Les erreurs dc sondage pour I'ENPS-II ont été calculées pour certaines variables les plus intéressantes. Les résultats sont présentés dans cet annexe pour le pays cn entier, Ic milieu urbain, le milieu rural et les sept régions du pays (Nord-Oucst, Centre-Nord, Centre, Oriental, Centre-Sud, Tensift et Sud). Pour chaque variable, le type de statistique (moyenne ou proportion) et la population de basc sont présentés dans le Tableau C.l. Les Tableaux C.2 à C. l 1 présentent la valeur de la statistique (M), 1 'erreur-type (ET), le nombre de cas non-pondérés (N) ct pondérés (N'), la racine carrée de l'effet du plan de sondage (REPS), l'erreur relative (ET/M), et l'intervallc de confiance à 95% (M+2ET) pour chaque variable. Seulement les nombres de cas non-pondérés figurent pourl'échantillon de Ibmmes comme cet échantillon est auto-pondéré. En général, les erreurs relatives de la plupart des estimalions pour l'ensemble du pays sont faibles, sauf dans le cas de très faibles proportions. On remarque ce~laines différentes dans les erreurs relatives au niveau des sous-échantillons: par exemple, pour la variable "Enfants nés vivants aux [cmmcs âgées de 15 à 49 ans," l'erreur relative comme étant un pourcentage de la moyenne estimée est respectivement 1.7%, 2.7% et 3.3% pour l'ensemble des femmes du pays, pour le milieu urbain et pour la région Nord-Ouest. Pour la même variable, I'ENPS-II a donné un nombre moyen d'enfants nés vivants de 2,448 pour l'ensemble des l~mmes, auquel correspond une erreur-type de 0,041 enfant. La Iourcbetle dans laquelle se place la moyenne _+ 2 ET est donc 2,365 et 2,530. La probabilité que la vraie valeur du nombre moyen d'enfants nés vivants aux femmes ~gdes de 15 à 49 ans soit à l'intérieur de cet înlervalle est de 95%. 174 Tableau C.1 Variables utilise.es pour le calcul des erreurs de sondage~ ENPS-11 Maroc 1992 Variable Estimation Population de base FEMMES Résidence urbaine Sans instruction Instruction primaire ou plus Jamais en union Actuellement mariée Actuellement en union polygame En union avant 20 ans Enfmlts nés vivants Enfants nés vivants Enfants survivants Connaît une méthode Connaît la source pour une méthode A utilisé une mélhode Utilise actuellement une méthode Utilise actuellement une méthode moderne Utilise la pilule Utilise le DIU Utilise le condom Utilise la stérilisatinn féminine Utilise la cominence périodique Utilise source publique Ne veut plus d'enfants Veut relarder d'au moins 2 ans Taille dt famille idéale Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injeclion antilétanique Assistance médicale å l'accouchernent Diarrhée dans les dcmières 24 heures Diarrhée dans les 2 dernières semaines A reçu traitement SRf) A consulté trailement médical Ayant une carte (le santé A reçu vaccination BCG A reçu vaccinalion DTC (3 doses) A reçu vaccination polio (3 doses) A reçu vaccination rougeole Vacciné contre roules les maladies HOMMES Résidence urbaine Sans inslructi,.m Instruction priinairc ou plus Jamais en union Actuellenmnt ntarié (en union) Actuellement en union polygame Connaît une méthode A utilisé une méthode Utilise actuellement une métbcxle Utîlise actuellement troc méthode moderne Utilise la pilule Utilise le DIU Utilise le condom Utilise la stérilisadon lëlnirfine Utilise la cominence périodique Ne VCUl plus d'enfants "Faille de famille idéale Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Moyenne Moyenne Moyenne Propomon Propomon Propomon Propnmon Propomon Proportion Propomon Proportton Proportton Propomon Propnrtmn Propomon Propomon Moyenne Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Propomon Proportion Propornon Propomon Propomon Proportion Propomon Proportion Propomon Proportion Proportion Propomon Propomon Proportion Proportum Toutes les femmes Toules les femmes Toutes les femmes Toutes les femmes Toutes les femmes Femmes actuellement en union Femmes non-célibataires, 20 ans et plus Toutes les femmes Femmes 40-49 ans Toutes les femmes Femmes actuellement mariées Femmes actuellement mari6es Femmes actuellement mariées Fefrm~es actuellement mariées Femmes actuellement mari~es Femmes actuellement mariées Femmes actuellement mariées Femmes actuellement mariécs Femmes actuellement mariées Femmes actuellement mari~es Utilisatrices de méthodes modernes Femmes actuellement mariées Femmes actuellement mariées Femmcs non célibataires Naissances, 5 dernières années Naissances, 5 dcrni?~res années Enfanls ågds 1 59 mois Enfanls figes 1-59 mois Enfanls ågds 1-59 moi» avec diarrhée les 2 dernières semaines Enfanls âgés 1-59 moi., avec diarrhée les 2 dernières semaines Enfants âgés 12-23 mois Enfants âgés 12-23 mois Enfanls ågés 12-23 mois Enfants âgés 12-23 ntois Enfants âgés 12-23 mois Enfants âgés 12-23 mois Tous les hommes Tous les honunes Tous les hommes Tous les hommcs Tous les hommes Tous les mans Tous les mans Tous les nlans Tous les mans Tous les mans Tous les mans Tous lcs mans Tous lcs mans Tous les mans Tous les mar[s Tous les mar{s Tous les hommes 175 Tableau C.2 Erreurs de sondage: Echantillon femme - National r ENPS-II Maroc 1992 Population Effet Intervalle Erreur de de Erreur de confiance Valeur type base grappe relative Variable (M) (ET) (N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET Résidence urbaine 0,492 0,014 9256 2,667 0,028 0,464 0,519 Sans instruction 0,634 0,012 9256 2,432 0,019 0,609 0,658 Instruction primaire ou plus 0,366 0,012 9256 2,432 0,033 0,342 0,39l Jamais en tmion 0,391 0,007 9256 1,389 0,018 0,377 0,405 Actuellement mariée (en union) 0,553 0,007 9256 1,339 0,013 0,539 0,567 Actuellement en union polygame 0,051 0,005 5118 1,669 0,100 0,04l 0,062 En union avant 20 ans 0,475 0,009 7111 1,520 0,019 0,457 11.493 Utilise le DIU 2,448 0,041 9256 1,275 0,017 2,365 2,530 Utilise le condom 6,532 0,111 1412 1,264 0,017 6,311 6,753 Utilise la stérilisation féminine 2,141 0,033 9256 1,193 0,016 2,074 2,208 Utilise la continence pérodique 0,990 0,004 5118 3,060 0,004 0,981 0,998 Enfants nés vivants 0,939 0,009 5118 2,594 0,009 0,922 0,956 Enfants nés vivants 0,662 0,016 5118 2,447 0,024 0,630 0,694 Enfants survivants 0,415 0,013 5118 1,947 0,032 0,388 0,442 Cormalt une méthode 0,355 0,012 5118 1,826 0,034 0,331 0,380 Connait la source pour une méthode 0,281 0,010 5118 1,649 0,037 0,260 0,302 A utilisé une méthode 0,032 0,003 5118 1,158 0,089 0,027 0,038 Utilise actuellement une méthode 0,009 0,001 5118 1,0711 0,157 0,(YO6 0,012 Utilise une méthode moderne 0,030 0,003 5118 1,225 I ) .098 11,024 0,035 Utilise la pilule 0,030 0,01/3 5118 1,253 0,099 11,024 0,036 Utilise une source publique 0,626 0,018 1819 1,587 0,029 0,590 0,662 Ne veut plus d'enfants 0,490 0,009 5118 1,228 0,018 0,473 0,507 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,242 0,008 5118 1,4118 0,035 0,225 0,259 Taille de famille idéale 3,816 0,046 5408 1,789 0,012 3,725 3,908 Naissmaces pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,538 0,009 5138 1,556 0,017 0,520 0,556 Assistance médicale à l'accouchement 0,309 0,015 5138 1,915 0,048 0,279 0,339 Dinrrhée dans les dernières 24 heures 0,060 0,004 4796 1,102 0,066 0,052 0,068 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0,127 0,006 4796 1,125 0,046 0,115 0,139 A reçu traitement SRO 0,140 0,018 609 1,217 0,130 0,103 0,176 A reçu traitement médical 0,105 0,012 609 0,977 0,117 0,080 0,130 Ayant une carte de santé 0,654 0,026 985 1,714 11,040 11,602 0,706 A reçu vaccination BCG 0,934 0,016 985 2,072 0,018 0,901 0,967 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,794 0,027 985 2,073 1/,1/34 0,740 0,848 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,794 0,027 985 2,073 11,034 0,740 0,848 A reçu vaccination rougeole 0,798 0,024 985 1,853 0,030 0,750 0,846 Vacciné contre toutes les maladies 11,757 0,029 985 2,087 0,038 0,700 0,815 176 Tableau C.3 Erreurs de sondage: Echantillon femme - Milieu urbain~ ENPS-II Maroc 1992 Population Effet Intervalle Erreur de de Erreur de confiance Valeur type base grappe relative Variable (M) (ET) (N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET Résidence urbaine 1.000 Sans instruction 0.401 Instruction primaire ou plus 0.599 Jamais en union 0.442 Actuellement mariée (en union) 0.488 Actuellement en union polygame 0.051 En union avant 20 ans 0.388 Utilise le DIU 1.895 Utilise le condom 5.458 Utilise la stérilisation féminine 1.707 Utilise la continence pérodique 0.998 Enfants nés vivants 0.982 Enfants nés vivants 0.808 Enfants survivants 0.545 Cormait une méthode 0.458 Corma]t la source pour une méthode 0.337 A utilisé une méthode 0.057 Utilise actuellement une méthode 0.016 Utilise une méthode moderne 0.043 Utilise la pilule 0.053 Utilise une source publique 0.515 Ne veut plus d'enfants 0.521 Veut retarder d'au moins 2 ans 0.215 Taille de famille idéale 3.261 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0.569 Assistance médicale à l'accouchement 0.638 Diarrhée dans les demières 24 heures 0.046 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0.105 A reçu traitement SRO 0.159 A reçu traitement médical 0.125 Ayant une carte de santé 0.728 A reçu vaccination BCG 0.997 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0.970 A reçu vaccination polio (3 doses) 0.970 A reçu vaccination rougeole 0,937 Vacciné contre toutes les maladies 0.937 0.000 4550 0.000 0.000 1.000 1.000 0.015 4550 2.120 0.038 0.370 0.432 0.015 4550 2.120 0.026 0.568 0.630 0.009 4550 1.260 0.021 0.423 0.461 0.009 4550 1.238 0.019 0.470 0.507 0.006 2222 1.341 0.123 0.038 0.063 0.010 3592 1.267 0.027 0.367 0.409 0.050 4550 1.288 0.027 1.794 1.996 0.130 657 1.105 0.024 5.198 5.719 0.041 4550 1.191 0.024 1.624 1.789 0.000 2222 0.000 0,000 0.998 0.998 0.003 2222 1.213 0.003 0.976 0.989 0.012 2222 1.407 0.015 (/.784 0.831 0.014 2222 1.329 0.026 0,516 0.573 0.013 2222 1.185 0.027 0,433 0.483 0.011 2222 1.136 0.034 0.314 0.360 0.005 2222 1.023 0.089 0.047 0.067 0,003 2222 0,976 0,164 0,011 0,021 0,004 2222 0,978 0,098 0,034 0,051 0.006 2222 1.255 0.113 0.041 0.065 0.020 1017 1.26(I 0.038 0.476 0.555 0.011 2222 1.085 0.022 0.498 0.544 0,009 2222 1,085 0,044 0,196 0,234 0.040 2490 1.201 0.012 3.181 3.340 0.012 1763 1.133 0.021 0.545 0.594 0.027 1763 1.936 0.042 0,584 0.691 0.005 1682 0.969 0.109 0.036 0.056 0.009 1682 1.098 0.082 0.088 0.122 0.030 176 1.013 0.186 0.100 0.218 0.023 176 0.920 0.183 0.079 0.171 0.026 331 1.048 0.035 0.677 0.779 0.003 331 0.984 0.003 0.991 1.003 0.010 331 1.038 0.010 0.950 0.989 0.010 331 1.038 0.010 0.950 0.989 0.012 331 0.863 0.012 0.913 0.960 0.012 331 0.863 0.012 0.913 0.960 177 Tableau C.4 Erreurs de sondage: linchantillon femme - Milieu rural r ENI»S-II Maroc 1992 Variable Population Effet Intervalle Erreur de de Erreur de confiance Valeur type base grappe relative (M) (ET1 (N) (REPS) (E'ITM) M 21"1" M+2ET Résidence urbaine 0,000 0,000 4706 0,000 0,(X)0 0,(X)(1 0,(X)0 Sans instruction 0,859 0,021 4706 4,182 0,/)25 0,816 0,9(/1 Instruction primaire ou plus 0,141 0,021 4706 4,182 0,150 0,099 0,184 Jamais en union 11,341 0,010 4706 1,514 0,031 0,320 0,362 Actuellement mariée (en union) 0,615 0,010 4706 1,431 0,016 0,595 1/,636 Actuellement en union polygame 0,/)52 0,008 2896 1,880 0,149 0,036 0,067 En union avant 20 ans 0,565 /),014 3519 1,733 0,026 0,536 1t,594 Utilise le DIU 2,982 0,066 471)6 1,316 0,022 2,85t 3,l I4 Utilise le condom 7,466 0,170 755 1,448 0,023 7,126 7,807 Utilise la stérilisation féminine 2,561 0,051 4706 1,203 0,020 2,458 2,663 Utilise la continence pérodique 0,983 0,008 2896 3,160 0,008 0,968 0,998 Enfants nés vivants 0,906 0,015 2896 2,763 0,017 //,876 0,936 Enfants nés vivants 0,550 0,027 2896 2,967 0,050 0,495 0,605 Enfants survivants 0,316 0,021 2896 2,481 0,068 0,273 0,358 Connalt une méthode 0,277 0,02/) 2896 2,361 0,071 0,238 0,316 Connalt la source pour une méthode 0,238 0,016 2896 2,037 0,068 0,206 0,270 A utilisé une méthode 0,013 0,(X)3 2896 1,587 0,252 0,(X)7 0.020 Utilise actuellement une méthode 0,(X)4 0,(X)2 2896 1,356 0.408 0,(X)I I),(X)7 Utilise une méthode moderne 0,019 0,(X)4 2896 1,580 0,209 0,011 0,027 Utilise la pilule 0,013 0,(X13 2896 1,232 0,201 0,(X)8 (),018 Utilise une source publique 0,766 0,027 802 1,796 0,1135 0,712 0,819 Ne veut plus d'enfants 0,467 0,012 2896 1,323 0,026 0,442 0,491 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,262 0,013 2896 1,591 0,050 0,236 0,288 Taille de famille idéale 4,291 0,079 2918 2,194 0,018 4,133 4,448 Naissances pour lesquelles la m&e a reçu une injection antitétanique 0,522 0,012 3375 1,782 0,023 0,498 0,546 Assistance médicale à l'accouchement 0,138 0,018 3375 2,583 0,129 0,102 0,173 Diarrhée dans les demi&es 24 heures 0,068 1),(X)5 3114 1,144 0,080 0,057 0,079 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 0,139 0,008 3114 1,151 0,057 0,123 0,155 A reçu traitement SRO 0,132 (/,I)23 433 1,313 0,172 0,086 0,177 A reçu traitement médical 0,097 (1,015 433 1,012 0,152 0,068 0,126 Ayant une carte de santé 0,616 0,037 654 1,927 0,06/I 0,542 0,690 A reçu vaccination BCG 0,902 0,/)24 654 2,094 0,/)27 0,853 /),951 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,705 0,038 654 2,136 0,054 0,628 0,782 A reçu vaccination po[io (3 doses) 0,705 0,038 654 2,136 0,054 0,628 0,782 A reçu vaccination rougeole 0,728 0,1)34 654 1,938 0,047 0,660 0,796 Vaccin~ contre toutes les maladies 0,667 0,041 654 2,196 0,061 0,585 0,748 178 Tableau C.5 Erreurs de sondage: Enchantilon femme - Nord-Oues h ENPS-II Maroc 1992 Population Effet Intervalle Erreur de de Erreur de confiance Valeur type base grappe relative Variable (Ml (ET) (N) (REPS) (ET/Ml M-2ET M+2ET Résidence urbaine 0,548 0,022 1783 1,832 0,039 0,505 0,591 Sans instruction 0.603 0,023 1783 1.942 0.037 0,558 0,648 Instruction primaire ou plus 0,397 0,023 1783 1,942 0.057 0,352 0,442 Jamais en union 0,359 0,014 1783 1,251 0,040 0,331 0,387 Actuellement mariée (en union) 0,590 0,016 1783 1,374 0,027 0,558 0,622 Actuellement en union polygame 0.033 0,007 1052 1,176 0.196 0,020 0.046 En union avant 20 arts 0,495 0,018 1401 1,323 0,036 0.460 0.531 Utilise le DIU 2,716 0,090 1783 1,149 0.033 2.536 2,895 Utilise le condom 6,718 0,214 309 1.119 0,032 6,290 7.146 Utilise la stérilisation féminine 2,350 0,079 1783 1.196 0,034 2.192 2.508 Utilise la continence pérodique 0.997 0,001 1052 0,809 0.1301 0,994 0.000 Enfants nés vivants 0,947 0,008 1052 1,217 0,009 0.930 0,964 Enfants nés vivants 0,663 0,025 1052 1.733 0,038 0.612 0,713 Enfants survivants 0,436 0,026 1052 1.716 0,060 0,384 0.489 Connalt une méthode 0,317 0,019 1052 1.315 0.060 0,279 0.354 Connalt la source pour une méthode 0,230 0,016 1052 1.215 0,069 0,198 0.262 A utilisé une méthode 0,039 0,006 1052 0.0011 0,153 0,027 0.051 Utilise actuellement une méthode 0,012 0,004 1052 1.137 0,314 0,005 0.020 Utilise une méthode moderne 0,031 0,008 1052 1.505 0,258 11,015 0.048 Utilise la pilule 0.051 0.010 1052 1,489 0.197 0.031 0,072 Utilise une source publique 0.568 0.038 333 1,403 1/.067 0,491 0,644 Ne veut plus d'enfants 1/.535 0.014 11)52 0,939 0.027 0,506 0,564 Veut retarder d'au moins 2 ans 0.194 0,021 1052 1.734 0.109 0,152 0,236 Taille de famille idéale 3.584 0.077 1077 1,424 0.022 3.430 3,738 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,533 0,014 1016 1,145 0,027 0.505 0,562 Assistance médicale à l'accouchement (/,348 0,032 1016 1.741 0.093 0.284 0.413 Diarrhée dans les demières 24 heures 0,067 0.01/7 944 0,779 0,102 0.053 0,080 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0,145 0.015 944 1,194 0,105 0.115 0.176 A reçu traitement SRO (I.175 0.040 137 1,148 0,226 0.096 0,255 A reçu traitement médical 0,109 0.022 137 0,831 0,203 11.065 0.154 Ayant une carte de santé 0,636 0.050 184 1,413 0.079 0.536 0,736 A reçu vaccination BCG 0,957 0,027 184 1.775 0.028 0,903 1.010 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,826 0,071 184 2.553 0,086 0,683 0,969 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,826 0,071 184 2.553 0.086 0,683 0.969 A reçu vaccination rougeole 0,821 0.065 184 2,287 0,079 0.691 I),950 Vaccin~ contre toutes les maladies 0,783 0,078 184 2.565 0.100 0,627 0.939 179 Tableau C.6 Erreurs de sondage: Enchantillon femme - Centre-Nord t ENPS-II Maroc I992 Population Effet Intervalle Erreur de de Erreur de confiance Valeur type base grappe relative Variable (M) (ET) (N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET Résidence urbaine 0,327 0,050 1185 3,689 0,154 0,226 0,427 Sans instraction 0,680 0,053 1185 3.878 0.077 0,575 0,785 Instruction primaire ou plus 0,320 0,053 1185 3,878 0.164 0,215 0,425 Jamais etl union 0,409 0,021 1185 1,498 0,052 0,366 0,452 Actuellement mariée (en union) 0,540 0,021 1185 1,440 0,039 0,498 0,582 Actuellement en union polygame 0,080 0,021 640 1,920 0.258 0,039 0,121 En union avant 20 ans 0,511 0,023 897 1.354 0.044 0,465 0,556 Utilise le DIU 2,661 0,144 ! 185 1.467 0,054 2,372 2,950 Utilise le condom 7,599 0.407 162 1.516 0,054 6.785 8,413 Utilise la stérilisation féminine 2,309 0.103 1185 1.219 0,045 2,102 2,515 Utilise la continence pérodique 0.997 0.002 640 0,958 0,002 0,993 1,DOl Enfants nés vivants 0.917 0.017 640 1,555 0,018 0,883 0,951 Enfants nés vivants 0,609 0,043 640 2,254 0,071 0,522 0,696 Enfants survivants 0,336 0,039 640 2,068 0.115 0.259 0.413 Connalt une méthode 0,272 0,034 640 1,943 0,126 0,203 0,340 Connalt la source pour une méthode 0,223 0,028 640 1,676 0,124 0,168 0,279 A utilisé une méthode 0,025 0,009 640 1,522 0,376 0,006 0,044 Utilise actuellement une méthode 0,003 0,002 640 1,034 0,730 0,000 0,008 Utilise une méthode moderne 0,017 0,005 640 0,928 0,278 0,008 0,027 Utilise la pilule 0,041 0,007 640 0,949 0,183 0,026 0,055 Utilise une source publique 0.678 0,046 174 1,307 0,068 0,585 0,771 Ne veut plus d'enfants 0,534 0,018 640 0,887 0,033 0,499 0.569 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,225 0,024 640 1,445 0,106 0,177 0,273 Taille de famille idéale 3,993 0,143 685 1,878 0,036 3,706 4,279 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,529 0,032 736 2.171 0,060 0,465 0,592 Assistance médicale à l'accouchement 0,247 0,039 736 2,015 0,160 0,168 0,326 Diarrhée dans les dernières 24 heures 0,116 0,020 673 1,606 0,173 0,076 0,156 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0,221 0,020 673 1,144 0,090 0,182 0,261 A reçu traitement SRO 0,114 0,039 149 1,502 0,339 0,037 0,192 A reçu traitement médical 0,087 0.022 149 0,967 0,254 0,043 0,132 Ayant une carte de santé 0,643 0.076 168 2,044 0,119 0,490 0,796 A reçu vaccination BCG 0,952 0,032 168 1,949 0.1134 0.888 1.017 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,821 0,061 168 2,050 0,074 0,700 0,943 A reçu vaccination polio (3 doses) 0.821 0,061 168 2,050 0,074 0,700 0,943 A reçu vaccination rougeole 0.827 0.054 168 1,843 0,065 0,719 0,935 Vaccin~ contre toutes les maladies 0,780 0,068 168 2,116 /I,087 0,644 0,916 180 Tableau C.7 Erreurs de sondage: Enchantillon femme - Centre r ENPS-II Maroc 1992 Population Effet Intervalle Eneur de de Erreur de confiance Valeur type base grappe relative Variable (M) (ET) (N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET Résidence urbaine 0.637 0,018 2845 2,010 0,028 0,601 0,673 Sans instruction 0.558 0,017 2845 1,829 0,031 0,524 0,592 Instruction primaire ou plus 0,442 0.017 2845 1,829 0,039 0,408 0,476 Jamais en union 0,424 0.011 2845 1,173 0,026 0,402 0,445 Actuellement mariée (en union) 0,514 0,011 2845 1,169 0,021 0.492 0,536 Actuellement en union polygame 0,053 0,010 1463 1,716 0.189 0,033 0,073 En union avant 20 an« 0,419 0,015 2188 1,407 0,035 0,389 0,449 Utilise le DIU 2,124 0,065 2845 1.208 0,031 1,993 2,254 Utilise le condom 6,025 0,206 432 1,325 0,034 5,613 6,438 Utilise la stérilisation féminine 1,909 0,059 2845 1,224 0,031 1,791 2.026 Utilise la continence pérodique 0,995 0,001 1463 0,749 0.1301 0,993 0,998 Enfants nés vivants 0,946 0,019 1463 3,159 0.020 0,909 0,983 Enfants nés vivants 0.710 0,027 1463 2,310 0.039 0.655 0,764 Enfants survivants 0.470 0.024 1463 1,855 0.052 0.421 0,518 Conn~åt une méthode 0,426 0.(123 1463 1,817 0,055 0.379 0.473 Connaît la source pour une méthode 0.336 0,020 1463 1,608 0.059 0,296 0,375 A utilisé une méthode 0,035 0,006 1463 1.173 0,161 0,024 0,046 Utilise actuellement une méthode 0,010 0,003 1463 1.047 0.279 0,004 0,015 Utilise une méthode moderne 0.041 0.006 1463 1.181 0.149 0.029 0,053 Utilise la pilule (I.027 0,004 1463 1,064 0,168 0,018 0.036 Utilise une source publique 0,621 0,031 623 1,585 0,050 0.560 0,683 Ne veut plus d'enfants 0,494 0,014 1463 1,048 0,028 0.466 0,521 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,227 0,011 1463 1,024 0,049 0,204 0,249 Taille de famille idéale 3,665 0,065 1598 1.486 0,018 3,534 3,795 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,528 0,022 1302 1,850 0,042 0,483 0,572 Assistance médicale à l'accouchement 0,331 0,025 1302 1.602 0,074 0,282 0,380 Diarrhée dans les dernières 24 heures 0,038 0,006 1235 1,017 0,147 0.027 0,049 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0,078 0.009 1235 1,157 0,120 0.059 0,096 A reçu traitement SRO 0.146 0,039 96 1.018 0.269 0,067 0.224 A reçu traitement médical 0,083 0,025 96 0,892 0,301 0.033 0,134 Ayant une carte de santé 0,553 0,065 255 2,094 0,118 0,423 0,683 A reçu vaccination BCG 0.871 0,054 255 2,574 0,062 0,762 0.979 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,757 0.059 255 2,196 0,078 0,639 0,875 A reçu vaccination polio (3 doses) 0.757 0,059 255 2.196 0.078 0,639 0,875 A reçu vaccination rougeole 0,765 0,054 255 2,025 0,070 0,657 0,872 Vacciné contre toutes les maladies 0,722 0,061 255 2,163 0,084 0.600 0,843 181 Tableau C.8 Erreurs de sondage: Enchantillon femme - Oriental T ENPS-II Maroc 1992 Population Effet Intervalle Erreur de de Erreur de confiance Valeur type base grappe relative Variable (MI (ET) (NI (REPS) (ET/MI M-2ET M+2ET Résidence urbaine 0,535 0,041 613 2,057 0,077 0,452 0,618 Sans instruction 0,630 0,032 613 1,617 0,0511 0,567 0,693 lostruction primaire ou plus 0,370 0,032 613 1,617 0,085 0,307 0,433 Jamais en union 0,431 0,036 613 1,780 0,083 0,359 0,502 Actuellement mariée (en union) 0,522 0,028 613 1,398 0,054 0,466 0,578 Actuellement en union polygame 0,087 0,024 320 1,536 0,278 0,039 0,136 En union avant 20 ans 0,472 0,025 466 1,075 0,053 0,422 0,522 Utilise le D1U 2,347 0,098 613 0,806 0,042 2,152 2,543 Utilise le condom 6,735 0,332 68 0,737 0,049 6,071 7,400 Utilise la stérilisation féminine 2,096 0,091 613 0,851 0,043 1,914 2,278 Utilise la continence pérodique 1,000 0,000 320 0,000 0,(300 1,000 1,000 Enfants nés vivants 0,959 0,015 320 1,335 0,015 0,930 0,989 Enfants nés vivants 0,794 0,037 320 1,654 0,047 0,719 0,869 Enfants survivants 0,484 0,042 320 1,509 0,087 0,400 0,569 CormtUt une méthode 0,441 0,044 320 1,571 0,099 0,353 0,528 Connaît la source pour une méthode 0,372 0,040 320 1,484 Il,108 0,292 0,452 A utilisé une méthode 0,025 0,013 320 1,440 (I,5()4 0,000 0.050 Utilise actuellement une m6thode 0,019 0,01/7 320 0,963 0,390 0,004 0,033 Utilise une méthode moderne 0,016 0,008 320 1,/199 11,488 0,000 0,031 Utilise la pilule 0,038 0,013 320 1,190 0,337 0,012 0,063 Utilise une source publique 0,532 0,085 141 2,012 0,160 0,362 0,702 Ne veut plus d'enfants 0,519 0,029 320 1,034 0,056 0,461 0,577 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,234 0,025 320 1,053 0,107 0,184 0,284 Taille de famille idéale 3,912 0,194 330 1,338 0,050 3,524 4,300 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,458 0,024 369 1,047 0,053 0,410 0,506 Assistance médicale à l'accouchement 0,512 0,092 369 2,950 0,180 0,327 0,697 Diarrhée dans les demières 24 heures 0,043 0,010 346 0,866 0,228 0,024 0,063 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0,136 0,021 346 1,057 0,158 0,093 0,179 A reçu traitement SRO 0,064 0,041 47 1,139 0,642 0,000 0,146 A reçu traitement médical 0,149 0,074 47 1,427 /),497 0,001 0,297 Ayant une carte de santé 0,758 0,054 62 0,994 11,071 0,650 0,866 A reçu vaccination BCG 0,919 0,045 62 1,312 /I,049 0,829 1,010 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,839 0,057 62 1,218 0,068 0,725 0,953 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,839 0,057 62 1,218 0,068 0,725 0,953 A reçu vaccination rougeole 0,774 0,057 62 1,081 0,074 0,659 0,889 Vacciné contre toutes les maladies 0,774 0,1157 62 1,081 0,1/74 0,659 0,889 182 Tableau C.9 Erreurs de sondage: Enchantillon femme - Centre-Sud I ENPS-II Maroc 1992 Population Effet Intervalle Erreur de de Erreur de confiance Valeur type base grappe relative Variable (M) (ET) (N) (REPS) (FT/M) M 2ET M+2ET Résidence urbaine 0,558 0,049 Sans instruction 0,557 0,058 Instruction primaire ou plus 0,443 0,058 Jamais en union 0,415 0,018 Actuellement mariée (en union) 0,506 0,020 Actuellement en union polygame 0,050 0,016 En union avant 20 ans 0,482 0,025 Utilise le DIU 2,204 0,135 Utilise le condom 6,262 0,310 Utilise la stérilisation féminine 1,922 0,102 Utilise la continence pérodique 0,990 0,010 Enfants nés vivants 0,940 0,021 Enfants nés vivants 0,767 0,026 Enfants stuwivants 0,460 0,038 Cormait une méthode 0,424 0,032 Cormalt la source pour une méthode 0,355 0,026 A utilisé une méthode 0,031 0,008 Utilise actuellement une méthode 0,007 0,002 Utilise une méthode moderne 0,026 0,008 Utilise la pilule 0,022 O,(X)8 Utilise une source publique 0,706 0,073 Ne veut plus d'enfants 0,520 0,034 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,221 0,029 Taille de famille idéale 3,384 0,088 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,544 0,026 Assistance médicale à l'accouchement 0,377 0,062 Diarrhée dans les dernières 24 heures 0,054 0,010 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0,099 0,017 A reçu traitement SRO 0,121 0,046 A reçu traitement médical 0,121 0,083 Ayant une carte de santé 0,823 0,038 A reçu vaccination BCG 0,968 0,028 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,935 0,056 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,935 0,056 A reçu vaccination rougeole 0,935 0,045 Vaccin~ contre toutes les maladies 0,903 0,072 824 2,836 0,088 0,460 0,656 824 3,343 0,104 0,441 0,673 824 3,343 0,131 0,327 (/,559 824 1,053 0,044 0,379 0,451 824 1,121 0,039 0,467 0,545 417 1,516 0,323 (}.018 0.083 618 1,264 0.053 (} .431 (/,533 824 1,284 0,{161 1,934 2,474 122 1,071 0,050 5,641 6,883 824 1,129 0,053 1,718 2,127 417 2,059 0,010 0,971 1,010 417 1,790 0,022 0,898 0,982 417 1,262 0,034 0,715 0,820 417 1,568 0,083 0,384 (}.537 417 1,3{)1 0,074 0,361 0,487 417 1,127 0,075 0,302 0,408 417 0,883 {) ,241 O,016 0,046 417 0.581 {),335 O.0~}2 {),{}12 4t7 0,959 (/,286 O,(}11 (/,041 417 1,142 O.377 0.(X15 O.038 177 2,129 0,104 O.56(1 0,852 417 1,401 0,066 0,452 0,589 417 1,4(/4 (I,129 0,164 1/,278 476 1,179 0,026 3,209 3,5611 353 1,087 0,047 0,493 0,595 353 1,975 0,164 {),253 {),5/11 335 0,823 0,186 O,O34 0,O74 335 1,104 0,177 0,064 O, 133 33 0,806 0,378 0,030 0,213 33 1,454 (I,682 0,(X)O (/,287 62 (I,774 0,046 0,747 0,898 62 1,252 0,029 0,912 1,024 62 1,801 0,060 0,823 1,048 62 1,801 0,060 0,823 1,{)48 62 1,439 0,048 0,846 1 ,(125 62 1.908 0,079 {I,760 1,O47 183 Tableau C.IO Erreurs de sondage: Enchantillon femme - Tensift~ ENPS-II Maroe 1992 Population Effet Intervalle Erreur de de Erreur de confiance Valeur type base grappe relative Variable (Ml (ET) (N) (REPS) (ET/Ml M-2ET M+2ET Résidence urbaine 0,365 0,029 959 1,896 0.081 0,306 0,424 Sans instruction 0,731 0,031 959 2,171 0.043 0,669 0,793 Instruction primaire ou plus 0,269 0,031 959 2,171 0,116 0,207 0,331 Jamais en union 0,357 0,024 959 1.549 0,067 0,309 0.405 Actuellement mari~e (en union) 0,603 0,019 959 1.226 0,032 0,564 0.641 Actuellement en union polygame 0.035 0.008 578 1,049 0,231 0.019 0,051 En union avant 20 ans 0.540 0.019 718 1.022 I).035 0.502 0,578 Utilise le DIU 2,815 0.113 959 1.081 0,040 2,589 3.041 Utilise le condom 6.847 0.316 163 1,286 0.046 6.215 7,478 Utilise la stérilisation féminine 2,442 0,088 959 0,980 0,036 2,267 2,617 Utilise la continence pérodique 0,998 0,002 578 1,015 0,002 0,995 1,002 Enfants nés vivants 0.964 0,011 578 1.438 1t,012 0,941 0,986 Enfants nés vivants 0.678 0,053 578 2.715 0.078 0,573 0,784 Enfants survivants 0.431 0,039 578 1.871 0.090 0,354 0,508 Connalt une méthode 0.401 0,042 578 2.040 0,104 0,318 0,485 Connalt la source pour une méthode 0,327 0,034 578 1.754 0,105 0.258 0,395 A utilisé une méthode 0.040 0,010 578 1.181 0.241 0.021 0,059 Utilise actuellement une méthode 0.007 0.004 578 1,242 0.619 0,000 0,015 Utilise une méthode moderne 0,026 0,010 578 1,517 1/,387 11,(X16 0,046 Utilise la pilule 0,009 0,003 578 0,803 11,358 0,002 0,015 Utilise une source publique 0,703 0,031 232 1,016 0,043 11,641 0,764 Ne veut plus d'enfants 0,478 0,021 578 1,001 0,044 0,436 0,519 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,268 0,018 578 0,976 0,067 0,232 0,304 Taille de famille idéale 4,237 0,178 608 2,430 0,042 3,881 4,592 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0.561 0,021 638 1.291 0.037 0,520 0.602 Assistance médicale à l'accouchement 0,207 0,033 638 1,709 0,159 0,141 0,273 Diarrhée dans les demières 24 heures 0.027 0,010 592 1.568 0.386 0,006 0,048 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0,074 0.023 592 2,099 0,310 0.028 0,120 A reçu traitement SRO 0.159 0,081 44 1,313 0.507 0.000 0,320 A reçu traitement médical 0,I14 0,037 44 0,767 0,324 0,040 0.187 Ayant une carte de santé 0.690 0,062 113 1.370 0.090 0,566 0,814 A reçu vaccination BCG 0,956 0.009 113 0,480 0,010 0.937 0,974 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,743 0.056 113 1.316 0,075 0.632 0.855 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,743 0,056 113 1.316 0,075 0,632 0.855 A reçu vaccination rougeole 0.743 0,046 113 1.085 0.062 0,652 0,835 Vaccin~ contre toutes les maladies 0,708 0.059 113 1.354 0,084 0.589 0.827 184 Tableau C.11 Erreurs de sondage: Enchantillon femme - Sud~ ENPS-II Maroc 1992 Population Effet Intervalle Er~ur de de Erreur de confiance Valeur type base grappe relative Variable (M) (ET) (N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET Résidence urbaine 0,225 0,030 1047 2,319 0,133 0,165 0,285 Sans instruction 0,812 0,034 1047 2,785 0,041 0.745 0,879 Instruction primaire ou plus 0.188 0,034 1047 2,785 0,179 0,121 0,255 Jamais en union 0,324 0,024 1047 1,668 0,075 0,276 0,372 Actuellement mariée (en union) 0,619 0,024 1047 1,576 0,038 0,572 0,666 Actuellement en union polygame 0,046 0,013 648 1,582 0,282 0,020 0,072 En union avant 20 ans 0,493 0,044 823 2,512 0.089 0,406 0,581 Utilise le DIU 2,545 0,156 1047 1,701 0.061 2,232 2,858 Utilise le condom 6,250 0,322 156 1,392 0,052 5.606 6,894 Utilise la stérilisation féminine 2,149 0,112 1047 1,463 0,052 1,924 2,374 Utilise la continence pérodique 0.944 0,032 648 3,507 0.033 0,881 1,008 Enfants nés vivants 0,900 0,045 648 3,789 0,050 0.810 0,989 Enfants nés vivants 0,458 0.072 648 3,680 0,157 0,314 0.602 Enfants survivants 0,258 0,049 648 2,840 0,189 0,160 0,355 Cormalt une méthode 0,215 0,042 648 2,618 0,197 0,130 0,299 Connalt la source pour une méthode 0,164 0,036 648 2,459 0,219 0,092 0.235 A utilisé une méthode 0,020 0,006 648 1,008 0,277 0,009 0,031 Utilise actuellement une méthode 0,006 0,003 648 0,999 0,498 0,000 0,012 Utilise une méthode moderne 0,025 0,006 648 0,964 0,238 0,013 0,036 Utilise la pilule 0,014 0,005 648 1,109 0,367 0,004 0,024 Utilise une source publique 0,583 0,058 139 1,381 0,099 0,467 0,699 Ne veut plus d'enfants 0,344 0,035 648 1,897 0,103 0,273 0,415 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,363 0,032 648 1,683 0,088 0,299 0,426 Taille de famille idéale Naissances pour lesquelles la mère 4,274 0,207 634 2,815 0,048 3,860 4,689 a reçu une injection antitétanique 0,593 0,017 724 1,208 0,028 0,559 0,626 Assistance médicale à l'accouchement 0,232 0,038 724 2,056 0,166 0,155 0,309 Diarrhée dans les demières 24 heures 0,077 0,011 671 1,019 0,148 0,055 0,100 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0,154 0,009 671 0,602 0,060 0,135 0,172 A reçu traitement SRO 0,155 0,050 103 1,251 0.320 0,056 0,255 A reçu traitement médical 0,117 0,032 103 0,935 0.274 0,053 0,180 Ayant une carte de santé 0,723 0,045 141 1,180 0,062 0,634 0,813 A reçu vaccination BCG 0,972 0,014 141 1,035 0,015 0,943 1,001 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,745 0,079 141 2,159 0,107 0,586 0,904 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,745 0,079 141 2,159 0,107 0,586 0,904 A reçu vaccination rougeole 0,787 0,068 141 1,967 0,086 0,651 0,923 Vaceiné contre toutes les maladies 0,730 0,084 141 2,240 0,115 0,563 0,898 185 Tableau C,12 Erreurs de sondage: Echantillon homme T ENPS-II Maroc 1992 Popula6on de base Effet Intervalle Erl~ur Non Pond~- de Erreur de confiance Valeur type pond6r~ r6 grappe relative Variable (Ml (ET) (N) (N') (REPS) (ET/Ml M-2ET M+2ET ENCHANTILLON NATIONAL Résidence urbaine 0.501 0.018 1336 1336 1,323 0.036 0,464 0,537 Sans instruction 0.508 0.019 1336 1336 1.403 0,038 0.470 0.547 Instruction primaire ou plus 0.492 0,019 1336 1336 1,403 0.039 0.453 0.530 Jamais en union 0,283 0,014 1336 1336 1.118 0.049 0.255 0,311 Actuellement mariée (en union) 0.703 0.014 1336 1336 1.139 0.020 0.675 0.732 Actuellement en union ix~lygame 0,036 0,006 941 939 0.936 0.158 0.025 0,047 Connait une méthode 0.977 0.0(17 941 939 1.4(/9 0.0(17 0.963 0,991 A utilis6 une méthode 0.625 (/.025 941 939 1.587 (/.040 0,575 0,675 Utilise actuellement une méthode 0,395 0.023 941 939 1.438 0.058 0.349 (I,441 Utilise une méthode moderne (I,345 0,021 941 939 1,350 0,061 0,303 0,387 Utilise la pilule 0,278 (/,019 941 939 1,271 0,067 0,241 0,315 Utilise le DIU 0,024 0,005 941 939 1,052 0,219 0,013 0,(134 Utilise le condom 0,0(16 0,003 941 939 1,158 0,471 0,0()0 0,012 Utilise la stérilisation féminine 0,034 0,008 941 939 1,372 0,240 0,017 0,050 Utilise la continence pérodique 0,030 0,006 941 939 1,103 0,206 0,017 0,042 Ne veut plus d'enf«mts 0,432 0,019 941 939 1,179 0,044 0,394 0,470 Taille de famille idé~de 3,630 0,051 1262 1262 1,004 0,014 3,529 3,731 MILIEU URBAIN Résidence urbaine 1,0()0 0,000 636 669 Sans instruction (I,308 (I,028 636 669 Instruction prinlairc ou plus 0,692 0,028 636 669 Jamais en uninn (I,364 0,021 636 669 Actuellement mariée (en union) 0.625 0,021 636 669 Actuellement en union Ix~lygame (I,026 0,008 392 418 Connah une méthode 0,984 0,0(19 392 418 A utilisé une méthode 0,752 0,0.31 392 418 Utilise actuellement une méthode 0,514 0,031 392 418 Utilise une méthode moderne 0,451 0,028 392 418 Utilise la pilule 0,347 (I,028 392 418 Utilise le DIU 0,046 0,011 392 418 Utilise le condom 0,010 0,0(/6 392 418 Utilise la st6rilisation féminine 0,044 0,013 392 418 Utilise la continence pérodklue (/,043 0.010 392 418 Ne veut plus d'enfants (/,469 0,028 392 418 Taille de famille idéale 3,150 0,065 618 648 0,000 0,0()0 1,000 1,000 1,521 0,091 0,252 0,364 1,521 0,040 0,636 0,748 1,075 0,056 0,323 0,405 1,076 0,033 0,584 0,666 0,951 0,292 0,011 0,042 1,421 0,009 0,966 1,002 1,438 0,042 0,689 0,815 1,223 0,060 0,452 0,576 1,098 0,061 0,396 0,506 1,146 0,079 0,292 0,402 1,(/51 0,243 0,024 0,068 1,188 0,612 0,000 0,021 1,230 0.290 0.018 0,069 0,960 0,228 (/,023 0,063 1,096 0.059 0,414 0,524 1.022 0.021 3,019 3,281 MILIEU RURAl. Résidence urbaine 0,000 0,0()0 700 667 0,000 0,(X)0 0,000 0,0()0 Sans instruction 0,709 0,028 700 667 1,610 0,039 (I,654 0,765 Instruction primaire ou plus 0,291 0,028 70(1 667 1,610 0,095 0,235 0,346 Jamais en union 0,202 0,(/17 700 667 1,114 0,084 (I, 168 0,236 Actuellement mariée (en unicln) 0,782 0,018 700 667 1,155 0,023 0,745 0,818 Actuellement en union polygame (I,044 0,0()8 549 521 0,932 0,186 0,027 0,060 Connait une méthode 0,971 0,010 549 521 1,417 0,010 0,951 0,991 A utilise une méthode 0,524 0,038 549 521 11776 0,072 0,448 0,599 Utilise actue0ement une méthcx:ie 0,300 0,033 549 521 1,704 0,111 0,233 0,366 Utilise une méthode moderne 0,260 0,030 549 521 1,613 0,116 0,199 0,320 Utilise la pilule 0,222 0.025 549 521 1,430 0,I 14 0,171 0,273 Utilise le DIU 0,007 0,(X)3 549 521 0,938 0,494 0,000 0,013 Utilise le condom 0,0(/4 0,(X)3 549 521 1,031 0,707 0,000 0,009 Utilise la stérilisation féminine 0,025 0,010 549 521 1,508 0,400 0,0(15 0,(M5 Utilise la continence pérodique 0,019 0,(X18 549 521 1,357 0,418 0,003 0,035 Ne veut plus d'enfants 0,402 0,026 549 521 1,237 0,064 0,351 0,454 Taille de famille idéale 4,135 0,080 644 615 1,103 0,019 3,975 4,295 186 Tableau C.12 (å suivre) Erreurs de sondage: E¢hatuillon homme - ENPS-II Maroc 1992 Valeur Variable (M) Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pond~- de Erreur de confiance type pondér~ ré grappe relative (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET NORD-OUEST Résidence urbaine 0,456 0,028 250 247 0,902 0,062 0,399 0,513 Sans instruction 0,508 0,043 250 247 1,354 0,084 0,422 0,594 Instruction primaire ou plus 0,492 0,043 250 247 1,354 0,087 0,406 0,578 Jamais en union 0,268 0,028 250 247 1,002 0,105 0,212 0,324 Actuellement mariée (en union) 0,724 0,032 250 247 1,118 0,044 0,661 0.787 Actuellement en union polygame 0,017 0,012 181 179 1,280 0,735 0,000 0,041 Connalt une méthode 0,961 0,014 181 179 0,982 0,015 0,933 0,990 A utilisé une méthode 0,552 0,055 181 179 1,476 0,099 0,443 0,662 Utilise actuellement une méthode 0,304 0,045 181 179 1,306 0,147 0,214 0,393 Utilise une méthode moderne 0,265 0,044 181 179 1,340 0,166 0,177 0,353 Utilise la pilule 0,199 0,033 181 179 1.106 0,165 0,133 0,265 Utilise le DIU 0,006 0,006 181 179 0,996 0,996 0,000 0,017 Utilise le eondom 0,017 0,012 181 179 1,267 0,727 0,000 0,041 Utilise la stérilisation féminine 0,039 0,022 181 179 1,560 0,580 0,000 0,084 Utilise la continence pérodique 0,028 0,012 181 179 0,991 0,438 0,003 0,052 Ne veut plus d'enfants 0,591 0,031 181 179 0,845 0,052 0,529 0,653 Taille de famille idéale 3,907 0,144 237 235 1,069 0,037 3,619 4,195 CENTRE-NORD Résidence urbaine 0,314 0,043 156 160 1,166 0,138 0,227 0,401 Sans instruction 0,571 0,059 156 160 1,488 0,104 0,452 0,689 Instruction primaire ou plus 0,429 0,059 156 160 1,488 0,138 0,311 0,548 Jamais en union 0,218 0,038 156 160 1,139 0,173 0,142 0,293 Actuellement mariée (en union) 0,763 0,035 156 160 1,035 0,046 0,692 0,834 Actuellement en union polygame 0,109 0,024 119 122 0,851 0,224 0,060 0,158 Connaît une méthode 1,(300 0,000 119 122 0,000 0,000 1,000 1,000 A utilisé une méthode 0,6(/5 0,065 119 122 1,440 0,107 0,475 0,735 Utilise actuellement une méthode 0,370 0,069 119 122 1,558 0,187 0,231 0,508 Utilise une méthode moderne 0,252 0,055 119 122 1,368 0,217 0,143 0,361 Utilise la pilule 0,202 0,044 119 122 1,192 0,218 0,114 0,290 Utilise le DIU 0,034 0,016 119 122 0,937 0,462 0,003 0,065 Utilise le condom 0,008 0,009 119 122 1,024 1,024 0,000 0,026 Utilise la stérilisation féminine 0,008 0,007 119 122 0,892 0,892 0,000 0,023 Utilise la continence pérodique 0,092 0,029 119 122 1,095 0,316 0,034 0,151 Ne veut plus d'enfants 0,168 0,033 119 122 0,968 0,198 0,101 0,235 Taille de famille idéale 3,658 0,146 149 153 1,034 0,040 3,367 3,949 CENTRE Résidence urbaine 0,669 0,030 359 370 1 ,221 0,045 0,608 0,729 Sans instruction 0,471 0,033 359 370 1,257 0,070 0,404 0,537 Instruction primaire ou plus 0,529 0,033 359 370 1,257 0,063 0,463 0,596 Jamais en union 0,337 0,030 359 370 1,198 0,089 0,277 0,397 Actuellement mariée (en union) 0,655 0,029 359 370 1,164 0,045 0,596 0,713 Actuellement en union polygame 0,013 0,007 235 242 0,988 0,568 0,000 0,027 Cormalt une méthode 0,987 0,013 235 242 1,727 0,013 0,962 1,013 A utilisé une méthode 0,681 0,048 235 242 1,584 0,071 0,584 0,777 Utilise actuellement une méthode 0,494 0,049 235 242 1,508 0,100 0,395 0,592 Utilise une méthode moderne 0,455 0,049 235 242 1,499 0,107 0,358 0,553 Utilise la pilule 0,362 0,047 235 242 1,484 0,129 0,268 0,455 Utilise le DIU 0,034 0,011 235 242 0,962 0,335 0,011 0,057 Utilise le condom 0,000 0,000 235 242 0,000 0,000 0,000 0,000 Utilise la stérilisation féminine 0,051 0,018 235 242 1,257 0,354 0,015 0,087 Utilise la continence pérodique 0,017 0,006 235 242 0.718 0,357 0,005 0,029 Ne veut plus d'enfants 0,523 0,043 235 242 1,305 0,081 0,438 0,609 Taille de famille idéale 3,122 0,090 344 354 0,957 0,029 2,942 3,302 187 Tableau C.12 {å suivre) Erreurs de sondage: Echantillon homme~ ENPS-II Maroc 1992 Valeur Variable (Ml Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pond6- de Erreur de confiance type pondér6 ré grappe relative (ET) (N) (N') (REPS) (ET/Ml M-2ET M+2ET ORIENTAL Résidence urbaine 0,756 0.042 Sans instruction 0,378 0,093 Instruction primaire ou plus 0,622 0,093 Jamais en union 0,311 0.073 Actuellement mariée (en union) 0,689 0,073 Actuellement en union polygame 0,000 0,000 Cormalt une méthode 0,903 0,050 A utilisé une méthode 0,742 0,101 Utilise actuellement une méthode 0,484 0,057 Utilise une méthode moderne 0,452 0,065 Utilise la pilule 0,419 0,076 Utilise le DIU 0,032 0,036 Utilise le condom 0,(300 0,000 Utilise la stérilisation féminine 0,000 0,000 Utilise la continence pérodique 0,032 0,035 Ne veut plus d'enfants 0,355 0,075 Taille de famille idéale 3,907 0,175 CENTRE-SUD Résidence urbaine 0,648 0,053 Sans instruction 0,324 0,078 Instruction primaire ou plus 0,676 0,078 Jamais en union 0,286 0,033 Actuellement mariée (en union) 0,695 0,1/37 Actuellement en union polygame 0,123 0,031 Conna]t une méthode 1,000 0,000 A utilisé une méthode 0,699 0,073 Utilise actuellement une méthode 0,466 0,121 Utilise une méthode moderne 0,411 0,098 Utilise la pilule 0,315 0,086 Utilise le DIU 0,027 0,017 Utilise le condom 0,014 0,014 Utilise la stérilisation féminine 0,055 0,042 Utilise la continence pérodique 0,014 0,014 Ne veut plus d'enfants 0,274 0,071 Taille de famille idéale 3,459 0,177 45 99 0,654 0,056 0,671 0,840 45 99 1,276 0,247 0,191 0,564 45 99 1,276 0,150 0,436 0,809 45 99 1,044 0,234 0,165 0,457 45 99 1,044 0,106 0,543 0,835 31 68 0,oe0 0,000 0,000 0,000 31 68 0,922 0.055 0,804 1,003 31 68 1,270 I),137 0,539 0,945 31 68 0,625 0,118 0,370 0,598 31 68 0,721 0,145 0,321 0,583 31 68 0,846 0,182 0,267 0,572 31 68 1,105 1,105 0,000 0,104 31 68 0,000 0,000 0,000 0,000 31 68 0,000 0,000 0,000 0,000 31 68 1,076 1,076 0,000 0,102 31 68 0,858 0,2ll 0,205 0,505 43 95 0,770 0,045 3,556 4,258 105 121 1,133 0,082 0,541 0,754 105 121 1,691 0,240 0,I69 0,479 105 121 1,691 0,115 0,521 0,831 105 121 0,743 0,115 0,220 0,352 105 121 0,823 0.053 0,621 0,770 73 84 0.798 0.251 0.061 0,185 73 84 0,000 0,(300 1,000 1,000 73 84 1.346 0,104 0,553 0.844 73 84 2,065 0.261 0.223 0.709 73 84 1.684 I ) .238 0.216 0,606 73 84 1,580 0.275 0.142 0,488 73 84 0.904 0,635 0.000 0.062 73 84 1,046 1,046 0,000 0,042 73 84 1,578 0,773 0,000 0,139 73 84 0,993 0,993 0,000 0,041 73 84 1,355 0,260 0,132 0,416 98 113 1,010 0,051 3,105 3,813 TENSIFT Résidence urbaine 0,324 0,040 244 186 1,345 0,125 0,243 0,405 Sans instruction 0,664 0,042 244 186 1,374 0,063 0,581 0,747 Instruction primaire ou plus 0,336 0,042 244 186 1,374 0,124 0,253 0,419 Jamais en union 0,295 0,035 244 186 1,180 0,117 0,226 0.364 Actuellement mariée (en union) 0,684 0,037 244 186 1,253 0,055 0,610 0,759 Actuellement en union polygame 0,012 0,009 167 128 1,018 0,717 0,000 0,029 Corma~t une méthode 1,000 0,000 167 128 0,000 /),(X)0 1,000 1,(X)0 A utilisé une méthode 0,695 0,054 167 128 1,5116 0,078 0,587 0,802 Utilise actuellement une méthode 0,395 0,036 167 128 0,949 0,091 0,323 0,467 Utilise une méthode moderne 0,359 0,031 167 128 0,845 0,088 0,296 0,422 Utilise la pilule 0,311 0,034 167 128 0,936 0,108 0,244 0,379 Utilise le DIU 0,030 0,013 167 128 1,016 0,449 0,oe3 0,057 Utilise le condom 0,000 0,(300 167 128 0,000 0,000 0,oe0 0,000 Utilise la stérilisatinn féminine 0,018 0,012 167 128 1,116 0,640 0,000 0,041 Utilise la continence pérodique 0,006 0,006 167 128 1,019 1,019 0,oe0 0,018 Ne veut plus d'enfants 0,503 0,043 167 128 1,099 0,085 0,418 0,588 Taille de famille idéale 3,597 0,063 243 186 0.632 0,018 3,470 3,723 188 Tableau C.12 (å suivre) Erreurs de sondage: Echantillon national r ENPS-II Maroc 1992 Valeur Variable (M) Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance type pond6ré ré grappe relative (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET SUD Résidence urbaine 0,294 0,051 177 152 1,487 0,174 0,192 0,396 Sans instruction 0,576 0.059 177 152 1,571 0,102 0,459 0,693 Instruction primaire ou plus 0,424 0,059 177 152 1,571 0,138 0,307 0,541 Jamais en union 0,209 0,032 177 152 1,036 0,152 0,146 0,273 Actuellement mariée (en union) 0,763 0,036 177 152 1,134 0,048 0,690 0,835 Actuellement en union polygame 0,022 0,012 135 116 0,982 0,562 0,000 0,047 Conneåt une méthode 0,956 0.029 135 116 1,649 0,031 0,897 1,014 A utilisé une méthode 0,444 0,090 135 116 2,101 0,203 0,264 0,625 Utilise actuellement une méthode 0,252 0,056 135 116 1,493 0,222 0,140 0,364 Utilise une méthode moderne 0,207 0,053 135 116 1,506 0,254 0,102 0,313 Utilise la pilule 0,156 0,035 135 116 1,126 0,227 0,085 0,226 Utilise le DIU 0,007 0,008 135 116 1,054 1,054 0,000 0,023 Utilise le condom 0,007 0,007 135 116 0,966 0,966 0,000 0,022 Utilise la stérilisation féminine 0,037 0,021 135 116 1,270 0,559 0,000 0,078 Utilise la continence pérodique 0,030 0,013 135 116 0,898 0,444 0,003 0,056 Ne veut plus d'enfants 0,356 0,047 135 116 1,139 0,132 0,261 0,450 Taille de famille idéale 4,493 0,119 148 127 0,941 0,026 4,256 4,730 189 ANNEXE D TABLEAU POUR L'EVALUATION DE LA QUALITE DES DONNEES Tableau D.1 Répartition par åge de la population des ménages Répartition de la population (de fait) des ménages par année d'åge, selon le sexe, ENPS-I1 Maroc 1992 Hommes Femmes Hommes Femmes Age Effectif % Effectif % Age Effectif % Effectif % <1 495 2.6 472 2.4 36 242 1.3 281 1,4 1 513 2,7 490 2,5 37 185 1,0 226 1,1 2 492 2,6 466 2,3 38 203 1,1 242 1,2 3 528 2,8 482 2.4 39 148 0.8 183 0,9 4 529 2.8 525 2,6 40 240 1,3 180 0,9 5 492 2,6 567 2.9 41 175 0,9 179 0,9 6 550 2.9 484 2,4 42 153 0,8 149 0,8 7 586 3.1 485 2,4 43 113 0.6 139 0,7 8 544 2.9 542 2.7 44 109 0.6 110 0,6 9 525 2,8 499 2,5 45 123 0,7 146 0,7 10 534 2,8 534 2.7 46 120 0,6 145 0,7 11 534 2,8 510 2.6 47 107 0,6 115 0,6 12 560 3,0 543 2,7 48 111 0.6 131 0,7 13 498 2,6 494 2,5 49 113 0,6 150 0,8 14 497 2,6 438 2,2 50 131 0,7 97 0,5 15 436 2,3 434 2,2 51 117 0,6 130 0,7 16 473 2,5 528 2,7 52 115 0,6 168 0,8 17 385 2,0 438 2,2 53 96 0,5 154 0,8 18 414 2,2 450 2,3 54 94 0,5 163 0.8 19 333 1,8 395 2,0 55 111 0,6 165 0,8 20 337 1,8 386 1,9 56 140 0,7 197 1.0 21 306 1.6 333 1.7 57 106 11.6 62 0,3 22 319 1.7 364 1,8 58 108 0,6 103 0,5 23 254 1.3 340 1.7 59 82 0.4 78 0,4 24 295 1,6 362 1.8 60 178 0,9 245 1,2 25 286 1,5 339 1,7 61 108 0,6 84 0,4 26 300 1,6 313 1.6 62 96 0,5 110 0,6 27 255 1,3 311 1.6 63 70 0.4 67 0,3 28 248 1,3 280 1,4 64 71 0,4 62 0,3 29 219 1.2 262 1.3 65 132 0.7 141 0.7 30 295 1,6 322 1,6 66 85 0.4 50 0,3 31 231 1.2 300 1,5 67 49 0,3 46 0,2 32 269 1.4 294 1,5 68 54 0,3 48 0,2 33 199 1,1 255 1.3 69 37 0.2 25 0.1 34 240 1,3 234 1.2 70+ 58 3,1 53 2,7 35 224 1.2 271 1,4 NI) 10 0,1 5 0,0 Total 18914 100.0 19856 100,0 193 Tableau D.2 Répartition par å,qe des femmes éligibles et des femmes enqufitées Répartition (en %) par groupe dãges quinquennal de la population (de lait) (les femmes de 10-54 ans dans I'enqu6te ménage et (les femmes de ]5-49 ans enqu&tées, ci pourcentage de femmes dligiblcs qui ont éte enqu&ees. FNF'S II Maroc 1992 Fenunes dans l'enqufite ménage Femmes cnqut~tées Groupe F'ourcent age dãges Effectif % Effectif % enquetées 10 14 2519 15 19 2245 23,4 2145 23,2 95.5 20-24 1785 18,6 1686 18,2 94,5 25-29 1505 15,7 1468 15.9 97,5 30-34 1405 14,7 1372 14,8 97,7 35 39 1203 12,5 1173 12.7 97,5 40-44 757 7.9 744 8,(1 98.3 45-49 687 7,2 668 7.2 97.2 50-54 712 15-49 9587 9256 96.5 Note: La population {le fait comprend mus les résidents ci les nlln rdsidents qui onl domli (lans le ménage Ici nuil ayanl pr6cédé I'enqu~te, 194 Tableau D.3 Complétude de l'enregistrement Pourcentage d'informations manquantes pour certaines questions démagraphiques et de santé, ENPS-II Maroc 1992 Pourcentages d'informations Type d'information Groupe de référence manquantes Effectif Date de naissance Mois seulement 2,19 15338 Mois et année 0.01 15338 Age au décès Naissances des 15 dea'nières années 0,21 1413 Age/Date de la 1 ~re union t Femmes non-célibataires 0,00 5639 Niveau d'instruction Toutes les femmes 0,00 9256 Poids à la naissance Naissances des 0-59 derniers mois pesées à la naissance Anthropom~trle 2 Enfants vivants de 0-59 mois Taille 3,09 4853 Poids 3,01 4853 Taille et poids 3,17 4853 Naissances des 15 dernières années 0,39 1523 Diarrhée dans les 2 demières semaines Enfants vivants de 0-59 mois 0,84 4853 ISarts information pour l'åge et l'année 2Enfant non mesuré 195 Tableau D.4 Naissances par année du calendrier Réparution des naissances par armée du calendrier pour les enfants survivants (S). décédés (D) et l'ensemble des enfants (E). pourcentage de ceux ayant une date de naissance complète, rapport de masculinité à la naissance et rapport de naissances annuelles. ENPS-II Maroc 1992 Pourcentage avec Rapport de Rapport de Effectifs une date de masculinité naissances de naissances naissance compléte I à la naissance 2 annuelles 3 Sexe masculin Sexe féminin Années S D E S D E S D E S D E S D E S D E 92 213 11 224 100.0 100,0 100.0 126,6 37,5 119.6 119 3 122 94 8 102 91 965 55 1020 100.0 I00,0 100.0 107.5 103.7 107.3 160.0 125,0 157.7 500 28 528 465 27 492 90 993 77 1070 100.0 100.0 100.0 97.4 120.0 98.9 106.0 117,6 106.8 490 42 532 503 35 538 89 908 76 984 100.0 98.7 99.9 102,2 123.5 103.7 91.6 98,7 92.1 459 42 501 449 34 483 88 990 77 1067 99.9 100.0 99.9 113,4 140.6 115.1 102.5 114,9 103.3 526 45 571 464 32 496 87 1024 58 1082 99,8 I00.0 99,8 95.8 107.1 96,4 103.5 73.0 101,3 501 30 531 523 28 551 86 988 82 1070 100.0 100.0 100.0 97.2 141.2 100,0 99,3 105,8 99.8 487 48 535 501 34 535 85 966 97 1063 97.6 95.9 97,5 110.9 148.7 113,9 99.7 114,1 100,9 508 58 566 458 39 497 84 950 88 1038 97,9 95.5 97,7 109,3 91.3 107.6 98.0 90.3 97,3 496 42 538 454 46 500 83 972 98 1070 96.1 93.9 95,9 102,5 96.0 101.9 492 48 540 480 50 530 88-92 4069 296 4365 100.0 99.7 100.0 106.0 117.6 106.8 2094 160 2254 1975 136 2111 83-87 4900 423 5323 98.3 96.7 98.2 102.8 114.7 103.7 2484 226 2710 2416 197 2613 78-82 4366 605 4971 96,0 94.4 95,8 107.8 110.1 108.1 2265 317 2582 2101 288 2389 73-77 3260 628 3888 95.6 91.7 95,0 106.3 121.1 108.6 1680 344 2024 1580 284 1864 <73 3222 888 4110 93,6 90.9 93,0 102,9 97.8 101.8 1634 439 2073 1588 449 2037 Ensemble 19817 2840 22657 96,9 93.6 96,5 105.1 10%7 105.7 10157 1486 11643 9660 1354 11014 IMois et année de naissance déclarés 2(N~q~)xl00, où N m est le nombre de naissances masculines et N~ le nombre de naissances féminines 3[2N,/(N~.I+N~+I)]xI00, où N, est le nombre de naissances de l'année x 196 Tableau D.5 Enre,gistrement de l'åge au décès en jours Répartition des décès survenus, d'après les déclarations, à moins de I mois selon l 'åge au déeès en jours, et pourcentage de décès néonatals survenus, d'après les déelarations, aux åges de 0-6 jours par période de cinq ans précédant l'enqu~te, ENPS-II Maroc 1992 Années précédant l 'enquéte Age au décès Total en jours 0-4 5-9 10-14 15 19 0-19 <l 21 25 24 16 86 1 32 28 23 23 106 2 7 6 17 12 42 3 15 23 28 17 83 4 6 8 I 2 17 5 lO 7 3 2 22 6 5 5 8 10 28 7 17 25 3(I 36 1(18 8 I1 16 9 11 47 9 2 3 1 1 7 10 4 4 8 1 17 11 1 0 1 1 3 12 I 2 3 4 10 13 0 1 1 0 2 14 3 5 5 2 15 15 11 21 18 16 66 16 1 1 2 1 5 17 0 0 0 1 1 18 1 1 2 0 4 19 1 1 1 2 5 20 6 2 5 5 18 21 1 1 0 0 2 22 2 0 1 0 3 23 1 l 0 1 3 24 0 I 2 0 3 25 I 1 0 3 5 26 1 0 1) 0 1 27 1 0 0 1 2 28 o o 2 2 4 29 I 0 0 0 I 30 0 I 2 1 4 Ensemble 0-30 163 189 197 171 720 % néonatal précoce I 58,9 54,0 52,8 48,(/ 53,3 10-6 jours/0 30 jours 197 Tableau D.6 Enregistrement de l'åge au décès en mois Répartition des décès survenus, d'après les déclarations, à moins de deux ans selon l'åge au décès en mois, et pourcentage de décès survenus, d'après les déclarations. à moins de 1 mois par période de cinq ans précédant l'enqu6te. ENPS-I1 Maroc 1992 Années précédant l'enquSte Age au décès Total en mois 0-4 5-9 10-14 15 19 0-19 <lmois I 163 189 197 171 720 1 26 29 40 37 132 2 16 22 26 24 88 3 23 13 26 24 86 4 8 14 20 21 63 5 11 8 20 19 58 6 9 18 20 22 69 7 13 13 16 26 68 8 6 10 15 19 50 9 7 1(1 24 14 55 10 5 13 14 15 47 11 4 6 11 13 34 12 8 14 23 17 62 13 5 9 5 7 26 14 4 8 3 7 22 15 0 1 4 6 11 16 8 2 4 3 17 17 4 1 5 7 17 18 4 7 16 19 46 19 4 0 2 1 7 20 1 4 2 2 9 21 0 0 3 3 6 22 1 2 3 0 6 23 1 3 5 2 11 1 an 2 4 5 4 14 27 Ensemble 0-11 291 345 429 405 1470 % néonatal 3 56,0 54.8 45,9 42,2 49,0 ty compris les décès survenus à moins de 1 mois, déclarés en jours 2Age au décès déclaré est 1 an au lieu de 12 mois 3Moins de 1 mois/moins de 1 an 198 ANNEXE E QUESTIONNAIRES TRADUCTION DU QUESTIONNAIRE FEMME' QUESTIONNAIRE MENAGE Maintenant, nous voudrions des renseignements sur les personnes qui vivent habituellement dans votre ménage ou qui habitent chez vous actuellenlent. 1. Numéro 2. S'il vous plaît, donnez-moi le nom des personnes qui vivent habituellement dans votre ménage et des visiteurs ou invités qui ont passé la nuit dernière ici, en commençant par le chef de ménage. 3, Quel est le lien de parenté de (NOM) avec le chef de ménage? 4. (NOM) vit-il/elle ici d'habitude? 5. (NOM) a-t-il/elle dormi ici la nuit dernière? 6. (NOM) est-il de sexe masculin ou féminin? 7. Quel âge a (NOM)'? 8. (NOM) a-t-il/elle fréquenté l'école? 9. Quel est le plus haut niveau d'étudcs que (NOM) a atteint? Quelle est la dernière classe que (NOM) a achevé à ce niveau? 10. (NOM) va-t-il/elle encore à l'école? 11. Est-ce que la mère biologiquc de (NOM) est toujours en vie? 12. Est-ce que la mère biologique de (NOM) vit dans ce ménage? SI OUI: Quel est son nom? 13. Est-ce que le père biologique de (NOM) est toujours en vie'? 14. Est-ce que le pèœe biologique de (NOM) vit dans ce ménage? SI OUI: Quel est son nom? Juste pour être sûre quc j'ai une lisle complete: Y a-t-il d'autres personnes telles que des petits enfants ou des nourrissons quc nous n'avons pas ponds sur Ici liste'? De plus, y a-t-il d'autres personnes qui ne sont peut-être pals membres de votre famille tels que des domestiques, des lncataircs ou des amis qui vivent habituellement ici? ISeules les questkms en arabe ont été lraduitcs. 263 16. 17. 18. 19. 20. 21. 22. 24. 25. 26. Avez-vous des invitæs ou des visiteurs temporaires qui sont chez vous, ou d'autres pc~onncs qui ont dormi ici la nuit dernière? D'où provient l'eau que votre ménage utilise pour se laver les mains ci pour laver la vaisselle? Combien de temps fi~ut-il pour aller là-bas, prendre de l'eau et revenir? Pour boire, votre ménagc utilise-t-il l'eau de la m4me origine? D'où provient l'eau que boivent les membres de votre ménage? Quel genre de toilettes y a-t-il dans votre ménage? Dans votre ménage, avez-vous? L'électricité? Une radio? Une télévision? Un réfrigérateur? Dans votre ménage, combien de piæces utilisez-vnus pour dormir? Y a-t-il quelqu'un de votre ménage qui possède: Une bicyclette? Une mobylcttc ou motocyclette? Une voiture? Quelle est la nature du toit de votre logement? Quel est le statut d'occupation de votre logement? QUESTIONNAIRE INDIVIDUEL FEMME SECTION 1: CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DE LA FEMME 102 Pour commencer,je voudrais vous poser quelques questions sur vous-même et votre re~nage. La plus grande partie des 12 premières années de votre vic, avez-vous vécu à Rabat ou à Casa, dans une grande ville, une ville ou à la campagne? 103 En qucl mois et quelle année êtes-vous née? 104 Quel âge aviez-vous à w)lre dernier anniversaire? 105 Avcz-vous fréquenté l'école? 106 Quel est le plus haut niveau d'éludes que vous avez atteint primairc, sccondaire ou supérieur? 107 Quelle est la dernière (classe, année) que vous avez achevée h ce niveau? 264 109 Pouvez-vous lire et comprendre une lettre ou un journal lacilement, avec difficulté ou pas du tout? 110 Avez-vous l'habitudc de lire un journal ou un magazine, au moins unc lois par semaine? 111 Avez-vous l'habitude d'écouter la radio, au moins une fois par semaine? 112 Avez-vous l'habitude de regarder la tél~vision, au moins une fois par semaine? 114 Maintenant je voudrais vous poser quelques questions sur l'endroit où vous vivez habituellement. Vivez-vous habituelleemnt à Rabat, å Casa, dans une grande ville, une ville ou à la campagne? SI VILLE: Dans quelle ville vivez-vous? 115 Dans quelle province est-ce situé? 116 Maintenant, je voudrais vous poser quelques questions sur le ménage dans lequel vous vivez habituellement. D'où provient l'eau que votre ménage utilise pour se laver les mains et pour laver la vaisselle? 117 Combien de temps faut-il pour aller là-bas, prendre de l'eau et revenir? 118 Pour boire, votre ménage utilise-t-il l'eau de ta même origine? 119 D'où provient l'eau que boivent les mcmbrcs de votre ménage? 120 Quel genre de toilettes y a-t-il dans votre ménage? 121 Dans votre ménage, avez-vous? L'électricité? Une radio? Une télévision? Un réfiigératcur? 122 Dans votre m6nage, combien de pièces utilisez-vous pour dormir? 123 Pouvez-vous ddcrire le plancher de votre Iogemcnt? 124 Quelle est la nature du toit de votre logement? 125 Quel est le statut d'occupation de votre logement? 126 Y a-t-il quelqu'un de votre ménage qui possède: Une bicyclette? Une mobylette ou motocyclette? Une voiture? 265 SECTION2: NUPTIALITE 201 Etes-vous actuellement célibataire, mari~c, veuve ou divorcée? 202 Votre mari a-t-il d'autres I~:mmes en plus de vous? 203 Combien de femmes a-t-il en plus de vous-même? 204 Combien de fois avez-vous ét~ mariée? 206 Comment s'est terminé votre premier mariage? 207 En quel mois et quelle ann6e avez-w~us 6t6 muri6e pour la premierc Ikfis? 208 Quel âge aviez-vous quand vous vous tîtes mariêe la première fois? 212 Y a-t-il un lien de parent~ entre vous et votre premier inari? SECTION 3: REPRODUCTION 301 Maintenant, je voudrais vous poser des questions sur toutes les naissanccs que vous avez eues durant votre vie. Avez-vous déjà eu une naissance? 302 Avez-vous donné naissance à des lils ou dcs fillcs qui habitenl actuellement avec vous? 303 Combien de vos fils habitent avec vous? Et combien de vos filles habitent avec vous? 304 Avez-vous donné naissancc à des fils ou des filles cncnrc en vie ci qui n'habitent pas actuellement avec vous? 305 Combien de vos fils sont en vie mais n'habitent pas avec vous'? Et combien de vos filles sont en vic mais n'habitent pas uvcc vous'? 306 Avez-vous donné naissance à un Iils ou une fille, né(e) vivant(c) mais al~cédé(e) par la suite? SI NON, INSISTER: Aucun(e) fils ou fille qui a pleuré ou qui a donné un signe de vie mais qui n'a survécu que quelques heures ou quelques jours? 307 En tout, combien de vos fils sont décédés? Et combien de vos lillcs sont décdddcs? 309 Je voudrais être sûre d'avoir bien compris: vous avez eu au TOTAl . . . . mfissances durant votre vie. Est-ce bien exact? 266 311 Maintenant, je voudrais vous parier de vos naissances, qu'elles soient encore vivantes ou non, en commençant par la première naissance quc vous avez eue. 312 Quel nom a été donné à votre (prcmicr, suivant) chiant? 314 (NOM) est-ce un garçon ou une fillc? 315 S'il vous plaît, donnez-moi le livret de famille ou son extrait de naissance. 316 En quel mois et quelle année est né(e) (NOM)? INSISTER: Quelle est sa date de naissance? En quelle saison est-il/elle né(e)? 317 (NOM) est-il/elle encore en vie? 318 Quel age avait (NOM) à son dentier anniversaire? 319 (NOM) vit-il/elle avec vous? 320 Avec qui vit-il/elle? 321 Quel ågc avait-il/elle quand il/elle est mort(e)? SI 1 AN, INSISTER: Qucl âgc aw|it (NOM), cn mois? 326 Etes-vous enceinte en ce momcnt? 327 De combien de mois êtes-vous enceinte? 328 Au moment où vous êtes tombée enceinte, vouliez-vous devenir enceinte à ce moment-là, vouliez- vous attendre plus tard, ou vouliez-vous ne pas tomber enceinte? 329 Avez-vous d6jà eu une grossesse qui s'est terminée par un avortement, une fausse-couche ou un mort-n~? 330 En quel mois et quelle année s'est terminèe votre dernière grossesse de ce genre? 332 De combien de mois étiez-vous enceinte quand la grossesse s'est terrain~e? 333 Avez-vous jamais eu d'autrcs grossesses de ce genre? 335 I1 y a combien de temps que vos dernières règles ont commencé? 336 Entre le premier jour des règles d'une femme et le premier jour de ses règles suivantes, y a-t-il certains moments où elle a plus de chance de tomber enceinte que d'autres? 337 A quel moment du cycle menstruel une fcmmc a le plus de chance de tomber enceinte? 267 SECTION 4: CONTRACEPTION 400A Maintenant,je voudrais vous parler de l~t planification familiale - les différents moyens ou méthodes qu'un couple peut utiliser pour retarder ou éviter une grossesse. De quels moyens ou méthodes avez- vous entendu parler'? 400B Avez-vous déjà entendu parler de (METHODE)? PILULE Les femmes peuvent prcndre une pilule tous les jours. DIU Les femmes peuvent avoir un stérilet que Ic médccin ou l'infirmière leur place dans l'utérus. INJECTIONS Les femmes peuvent recevoir une injcction par médecin ou infirmière pour éviter de tomber enceinte pendant plusieurs mois. DIAPHRAGME, MOUSSE, GELEE Les femmes peuvent se mettre à l'intérieur une éponge, un suppositoire, un diaphragme, de la gelée ou de la crème avant d'avoir des rapports sexuels. CONDOM Les hommes peuvent se mettre un condom (une capote anglaise) pcndant les rapports sexuels. STERILISATION FEMININE Les fcmmcs pcuvent subir une opération pour ne plus avoir d'enfants. STERILISATION MASCULINE Les hommes peuvent subir une opération pour ne plus avoir d'enfants. RYTHME, CONTINENCE PERIODIQUE Les couples peuvent éviter d'avoir des rapports sexuels certains jours du cycle pendant lesquels la femme est plus susceptible de tomber enceinte. RETRAIT Les hommes peuvent faire attention et se retirer avant l'éjaculation. Avez-vous entendu parler d'autrcs moyens ou méthodes que les femmes ou les hommes peuvent utiliser pour éviter la grossesse? 400C Durant le mois dcmicr avez-vous entendu une annonce à propos du planning familial à: la radio'? la télévision? 400D Trouvez-vous acceptable ou non que des informations à propos du planning familial soient données à la radio ou à la télévision? 400E En général, est-ce que vous approuvez ou désapprouvez les couples qui utilisent une méthode pour éviter une grossesse? 400F Si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants à avoir, combien voudriez-vous en avoir? 268 401 Maintenant, je voudrais vous parler de la planification familiale - les différents moyens ou méthodes qu'un couple peut utiliser pour retarder ou éviter une grossesse. De quels moyens ou méthodes avez- vous entendu parler? 402 Avez-vous déjà entendu parler de (METHODE)? PILULE Les femmes peuvent prendre une pilule tous les jours. DIU Les femmes peuvent avoir un stérilet que le médecin ou l'infirmière leur place dans l'utérus. INJECTIONS Les femmes peuvent recevoir une injection par médecin ou infirmière pour éviter de tomber enceinte pendant plusieurs mois. DIAPHRAGME, MOUSSE, GELEE Les femmes peuvent se mettre à l'intérieur une éponge, un suppositoire, un diaphragme, de la gelée ou de la crème avant d'avoir des rapports sexuels. CONDOM Les hommes peuvent se mettre un condom (une capote anglaise) pendant les rapports sexuels. STERILISATION FEMININE Les femmes peuvent subir une opération pour ne plus avoir d'enfants. STERILISATION MASCULINE Les hommes peuvent subir une opération pour ne plus avoir d'enfants. RYTHME, CONTINENCE PERIODIQUE Les couples peuvent éviter d'avoir des rapports sexuels certains jours du cycle pendant lesquels la femme est plus susceptible de tomber enceinte. RETRAIT Les hommes peuvent l)ire attention et se retirer avant l'éjaculation. Avez-vous entendu parler d'autres moyens ou méthodes que les femmes ou les hommes peuvent utiliser pour éviter la grossesse? 403 Avez-vous dejà utilise (METHODE)? 404 Savez-vous où l'on peut se procurer (METHODE)? 406 Avez-vous jamais utilisé ou essayé un moyen quiconque pour retarder ou éviter de tomber enceinte? 406A Pourquoi n'avez-vous jamais utilisd un moyen quelconque pour retarder ou éviter de tomber enceinte? 408 Qu'avez-vous fait ou utilise? 409 Quelle est la première chose que vous avez faite ou la première méthode que vous avez utilisée pour éviter de tomber enceinte? 410 Où 4tes-vous allée pour obtenir cette méthode la première fois? 411 Combien d'enfants vivants aviez-vous à ce moment-là? 269 414 En ce moment, faites-vous quelque chose ou utilisez-vous une m6thode pour éviter de tomber enceinte? 415 Quelle m6thodc utilisez-vous? 416 Au moment où vous avez commene6 a utiliser la pilule, pour la première fois, avez-vous consulté un médecin ou unc inlirmi~re? 417 Au moment où vous 6tes procur6 des pilules, la dernière fois, avez-vous consulté un m6decin ou une infirmière? 418 Puis-je voir la bo~te de pilulcs que vous utilisez en ce moment? 419 Connaissez-vous le nom de la marque de pilules que vous utilisez Ch ce moment? 420 Combien vous coûte unc (boîtc/cycle) de pilulcs? 421 En quel mois et quelle ann6e avez-vous (a-t-il) 6t6 st6rilis~e? 423 Où avez-vous fait la st6rilisation? Où avez-vous obtenu (METHODE) la dcrni6re lois? 424 Combien de temps faut-il pour aller de chez vous à cet endroit? 425 Est-ce facile ou difficile de se rendre là-bas? 426 Quelle est la principale raison qui vous a d6cid6e à utiliser (METHODE ACTUELLE DE 415) plut6t qu'une autre m6thodc de planning familial? 427 Avez-vous des probl6mes Ch utilisant (METHODE ACTUELLE)? 428 Quel est le principal problæme? 431 Je voudrais vous poser quclqucs questions au sujet de toutes les (autres) périodes des demières ann6es pendant lesquelles vous ou voire mari, vous avez ulilis6 unc m6thode pour 6virer une grossesse. 433 Je vois que vous utilisiez (METHODE) en Janvicr 1986. Quand aviez-vous commcnc6 h utiliser (METHODE) à ce moment-là? 434 Je vois que vous n'util isiez pas de m6thode de contraception en Janvier 1986. Avez-vous utilisé une m6lhodc avant cclle date? 436 Avez-vous utilis6 une m6thodc entre la n~fissance de (NOM DU DERNIER ENFANT NE AVANT JANVIER 1986) et Janvier 1985? 437 Quand avez-vous arrêt6 d'uti l iser une m6thode la dernière fois, avant Janvier 1986? 439 Avez-vous l'intention d'uti l iser dans l 'avenir une m6thode pour retarder une grossesse ou pour éviter de tomber enceinte? 270 440 Quelle est la principale raison pour laquelle vous n'avez pas l'intention d'utiliser une méthode? 441 Avez-vous l'intention d'utiliser une méthode dans les 12 prochains mois? 442 Quand vous utiliserez une méthode, quelle méthode préférerez-vous utiliser? 443 Où pouvez-vous vous procurer (METHODE CITEE A 442)? 444 Connaissez-vous un endroit où on peut se procurer une méthode de planification familiale? 445 Où est-ce? 446 Combien de temps taut-il pour aller de chez vous à cet endroit'? 447 Est-ce facile ou difficile de se rendre là-bas? 448 Durant le mois dernier, avez-vous entendu une annonce à propos du planning familial à: la radio? la télévision? 449 Trouvez-vous acceptable ou non que des informations à propos du planning familial soient données à la radio ou å la télévision? 451 Maintenant, nous avons besoins de quelques renseignements sur votre activité sexuelle afin de mieux comprendre la planification familiale et la fécondité. Combien de fois avez-vous eu des relations sexuelles durant les quatre demières semaines? 452 Combien de lois par mois avez-vous habituellement des relations sexuelles? 453 Combien de temps y a-t-il depuis que vous avez eu des relations sexuelles pour la dernière fois? SECTION 5A: SANTE ET ALLAITEMENT 502 Maintenant, je voudrais vous poser quelques questions à propos de la santé des enfants que vous avcz eus durant les cinq demières années. (Nous parlerons d'un enfant à la l~~is). 503 Au moment où vous etes tombée enceinte de (NOM), vouliez-vous tomber enceinte à ce moment là, vouliez-vous attendre plus tard ou vouliez-vous ne plus avoir d'enfant? 504 Combien de temps auriez-vous voulu attendre? 505 Quand vous étiez enceinle de (NOM), avez-vous vu quelqu'un pour une consultation concemant cette grossesse'? SI OUI, Qui avez-vous vu? Quelqu'un d'autre? 506 Vous a-t-on donné une carte prénatale pour cette grossesse? 271 507 De combien de mois 6tiez-vous enceinte quand vous avez vu quclqu'un pour la première fois pour une consultation concernant cette grossesse? 508 Combien de visites prénatales avez-vous fait pendant cette grossesse'? 509 Quand vous étiez enceinte de (NOM) vous a-t-on fait une injection dans le bras pour éviter au bébé d'attraper le tétanos, c'est-à-dire les convulsions après la naissancc? 510 Combien de fois avez-vous eu cette injection? 511 Où avez-vous accouché de (NOM)? 512 Qui vous a assistEc pour l'accouchement de (NOM)? Quelqu'un d'autre? 513 (NOM) est-il/elle ne(e) à terme ou prématurément? 514 Avcz-vous accouché dc (NOM) par césaricnnc? 515 Quand (NOM) cst né(e), ~tait-il/elle: très gros(sc), plus gros(sc) quc la moyenne, moyen(ne), plu petit(e) que la moyenne, ou très pctit(c)? 516 (NOM) a-t-il/elle et~ pesé à la naissance? 517 Combien pesait-il/clic? 518 Vos règles sont-elles revcnucs dcpuis la naissance dc (NOM)? 520 Pendant combien de mois après la naissance de (NOM) n'avez-vous pas cu de règles': 522 Avez-vous repris les rapports sexuels dcpuis la naissance dc (NOM)'? 524 Pendant combien de mois après la naissancc de (NOM) n'avcz-vous pas eu de rapports sexuels? 525 Avez-vous allaité (NOM)? 527 Pourquoi n'avez-vous pas allait6 (NOM)? 528 Combicn de temps après sa naissancc avez-vous mis (NOM) au sein pour la première fois? 530 Allaitez-vous encore (NOM)? 532 Combien de fois avez-vous allait6 la nuit dernière entre le coucher et lever du soleil? 272 533 Combien de fois avez-vous allaité hier, pendant les heures de jour? 534 A n'importe quel moment hier ou la nuit demière avez-vous donné å (NOM) une des choses suivantes: Eau? Eau sucrec? Jus? Thé? Infusion? Lait en boîte pour bébé? Lait frais? Lait en boîte ou en poudre? Autres liquides? Aliment solide ou en bouillie? 536 Pendant combien de mois avez-vous allaite (NOM)? 537 Pourquoi avez-vous arrête d'allaiter (NOM)? 539 Avez-vous déjà donne à (NOM) de l'eau, ou quelque chose d'autre à boire ou à manger (autre que le lait matemel)? 540 Combien de mois awdt (NOM) quand vous avez commencé à lui donner les choses suivantes de façon régulière?: Lait en boîte ou lait autre que le lait maternel? Eau? Autres liquides? Aliment solide ou en bouillie? 542 (NOM) a-t-il/clic bu quelque chose au biberon, hier ou la nuit dernière? 545 Avez-vous jamais allaité (NOM) au sein? 546 Pendant combien de mois avez-vous allaité (NOM)? 547 Pendant combien de mois après la naissance de (NOM) n'avez-vous pals eu de règles? 548 Pendant combien de mois après la naissance de (NOM) n'avez-vous pas eu de relations sexuelles? SECTION 5B: VACCINATION ET SANTE 552 Avez-vous une came de wmcination de (NOM)? SI OUI: Puis-je la voir, s'il vous plaît? 553 Avez-vous jamais eu une carte de wlccinatinn pour (NOM)? 555 (NOM) a-t-il/elle reçu des vaccinations (lui ne sont pas inscrites sur cette came? 273 556 (NOM) a-t-il/elle jamais reçu de vaccination pour lui éviter d'attraper des maladies? 557 S'il vous plaît, dites-moi si (NOM) a reçu une des vaccinations suivantes: Une vaccination du BCG contre la tuberculose, c'est-à-dim une injection dans l'épaule gauche qui a laissé une cicatrice? Une vaccination contre la polio, c'est-à-dim des gouttes dans la bouche? SI OUI: Combien de fois? Une injection contre la rougeole? 560 (NOM) a-t-il/clic eu de la lièvre à un moment quelconque dans les 2 demières semaines? 561 (NOM) a-t-il/elle souffert de la toux à un moment quelconque dans les 2 demièms semaines? 562 (NOM) a-t-il/elle souffert de la toux dans les dcmièms 24 heures? 563 Combien de jours (a dur6 la toux/depuis combien de jours dure la toux)? 564 Quand (NOM) était maladc avec la toux, respirait-il/elle plus rapidement que d'habitude avec un souffle court et rapide? 566 Est-ce que quelque chose a été donné pour traiter la lièvre/toux? 567 Qu'est-ce qui a 6té donné pour traiter la fi~,vre/toux? Quelque chose d'autre? 568 Avez-vous demandé des conseils ou un traitement pour la fièvre/toux? 569 Où avez-vous demandé des conseils ou un traitement? A quelqu'un d'aulre? 570 (NOM) a-t-il/clic eu la diarrhéc durant Ics deux demiercs scmaincs? 572 (NOM) a-t-il/clic cu la diarrhéc durant les dcmièrcs 24 heures? 573 Combien de jours (a dur~ la diarrhée/depuis combien de jours dure la diarrhée)? 574 Y avait-il du sang dans les selles? 576 Quand (NOM) avait la diarrhée, avez-vnus changé le nombre d'allaitements? 577 Avez-vous augmenté ou réduit le nombre de rations, ou avez-vnus arrêté complètement? 578 (En dehors du lait maternel) lui avez-vous donné à boire lai même quantité qu'avant la diarrhée, plus, ou moins? 274 579 Est-ce que quelque chose a étd donnd pour traiter la diarrh6e? 580 Qu'est-ce qui a été donné pour traiter la diarrhée? Quelque chose d'autre? 581 Avez-vous demand6 des conseils ou un traitement pour la diarrb6e? 582 Où avez-vous demandé des conseils ou un traitement? A quelqu'un d'autre? 584 (NOM) a-t-il/elle reçu un sachet d'oralyte quand il/elle avait la diarrh6e? 585 Pendant combien de jours (NOM) a-t-il/elle reçu le sachet d'oralyte? 587 (NOM) a-t-il/elle reçu un liquide recommandé par le personnel de sant6 et prdparé à la maison avec une solution d'eau sal6e ou sucrde quand il/elle avait I«1 diarrhéc'? 588 Pendant combien de jours (NOM) a-t-il/elle reçu le liquide pr6par6 avec une solution d'eau salée ou sucr6e? 591 Avez-vous déjà entendu parler d'un produit sp6cial appelé sachet d'oralytc que vous pouvez obtenir pour le traitement de la diarrhde? 592 Avez-vous ddjà vu un sachet comme celui-ci auparavant? 593 Avez-vous déjà prdpard une solution avec un de ces sachets pour traiter la diarrhde pour vous-même ou quelqu'un d'autre? 594 La dernière [bis que vous avez pr6paré un sachet d'oralyte avez-vous préparé tout le sachet en une fois, ou seulement une partie du sachet? 595 Combien d'eau avez-vous utilisé pour préparer un sachet d'oralyte la dernière lois que vous l'avez fait? 596 Où pouvez-vous obtenir le sachet de (NOM LOCAL)? INSISTER: Nulle pa~'t ailleurs? 598 Où avez-vous appris à prdparer le liquide recommand6 et fait à la maison avec (INGRED1ENTS RECOMMANDES) que vous avez donn6 à (NOM) quand il/elle avait la diarrhée? SECTION 6: MORTALITE MATERNELLE 601 Maintenant, je voudrais vous poser quelques questions à propos de vos frères et soeurs, c'est-à-dire les enfants de votre propre mère, s'il vous plaît, donnez-moi le nom de tous vos frères et soeurs qui vivent avec vous, qui vivent ailleurs ou qui sont d6cdd6s. 602 Qucl nom a été donné à votre frère ou soeur n6 le let (né après NOM)? 275 603 604 605 606 607 608 609 610 611 612 613 615 616 614 615 616 617 (NOM) est-il/elle de sexe masculin ou fdminin? Est-ce que (NOM) est encore en vie? Qucl âgc a (NOM)'? Est-ce quc (NOM) est ou a été marié(c)? Combien d'ann6ecs y a-t-il que (NOM) est ddcddé(c)? Qucl âge avait (NOM) quand il/elle cst ride~dé(c)? Est-ce que (NOM) a élé marid(e)? Est-ce quc (NOM) était enceinte quand elle est ddcédéc? Est-cc quc (NOM) est ddcddéc pendant un accouchement? Est-ce que (NOM) est ddcddée dans les 2 mois suivant la fin d'une grossesse ou d'un accouchement? Est-ce que le décès de (NOM) était Ch rapport avec la grossesse/suite de l'accouchement? De quoi (NOM) est-clic morte? Combien de grossesses a eu (NOM) (y compris celle au cours/à bi suile de laquelle elle est décédée)? Je voudrais êtœe sûre d'avoir bien compris, En toul, votre mère a donu6 mlissallCe à __ enfants y compris vous'? Parmi vos frères, sont ddcddds? Parmi vos soeurs, sont décéddes? Y a-t-il une ou plusieurs de w)s soeurs (de votre propre mère) ayant plus de 14 ans qui vit dans ce ménage? SECTION 7: PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE 703 VOIR 326: PAS ENCEINTE OU PAS SURE: Maintenant, j'iii quelques questions au sujet de l'avenir. Voudriez-vous avoir (un/autre) enfant nu pr6féreriez-vous ne pas avoir d'(autres) enfants? ENCEINTE: Maintenant j'iii quelques questions au sujet de l'avenir. Après l'enfant que vous attendez, voudriez-vous avoir un autre en[ant ou prdli~reriez-vous ne pas avoir d'autres enfants? 704 VOIR 324: PAS ENCEINTE OU PAS SURE: Combien de temps voudriez-vous attendre à partir de maintenant avant Iii naissance d'(un/autre) enfant? 276 ENCEINTE: Combien de temps voudricz-vous attendre après la naissance de l'enfant que vous attendez et avant la naissance d'un autre enfant? 706 VOIR 326: PAS ENCEINTE OU PAS SURE: Quel âge voudriez-vous que votre plus jeune enfant ait atteint quand votre prochain enfant naître? ENCEINTE: Quel âge voudriez-vous que l'en fant que vous attendez ait atteint quand votre prochain enfant naître? 707 Dans votre situation actuelle, si vous aviez à le refaire, pensez-vous que (vous/votre mari) prendriez la même décision d'être stCrilisé(e)? 708 Regrettez-vous quc (vous/votre mari) (aycz/ait) eu l'op~ration pour ne (pas/plus) avoir d'enfant? 709 Pourquoi le regrettez-vous? 710 Avez-vous déjà discuté avec votre mari du nombre d'enfants que vous voudriez avoir? 711 Pensez-vous que votre mari souhaite le m,3me nombre d'enfants que vous, en veut davantage ou moins que vous? 712 VOIR 317: A UN/DES ENFANT(S) VIVANT(S): Si vous pouviez recommencer à partir de l'époque ou vous n'aviez pas d'enfants, et si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants à avoir dans toute votre vie, combien voudricz-vnus en avoir? N'A PAS D'ENFANT VIVANT: Si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants à avoir dans toute votre vie, combien voudricz-vous en avoir? 713 D'après vous qucl est le meilleur intervalle en mois ou en années entre la naissance d'un enfant ci la naissance de l'cnfant suivant? SECTION 8: CARACTERISTIQUES DU CONJOINT, RESIDENCE ET ACTIVITE PROFESSIONNELLE DE LA FEMME 802 803 804 805 807 808 Est-ce que votre (dernier) mari a fréquent6 l'école? Qucl est le plus haut nivc~m d'éludes qu'il a atteint: primaire, secondaire ou supérieur? Quelle est la dernière (classe/année) qu'il il achevée a ce niveau? Quel est (était) le genre de trawlil principal de votre (dernier) mari? Est-ce que votre mari (travaille/travaillait) principalement sur sa terre ou celle de sa famille, ou est-ce qu'il (loue/louait) la terre ou est-ce qu'il (trawlille/travaillait) sur la terre de quelqu'un d'autre? Depuis Janvier 1986 avez-vous vécu dans une seule ou dans plusieurs localités? 277 810 En quel mois et quelle année vous êtes-vous installée à (NOM DE LA LOCALITE DE L'INTERVIEW)? 811 Quand vous êtes-vous installée à (LIEU DE RESIDENCE EN JANVIER 1986)? 812 La localité d'où vous reniez ~tait-elle une grande ville, une ville ou ~tait-ce à la campagne? 813 Je voudrais vous poser quelques questions à propos du travail. En dehors du travail domestique, travaillez-vous actuellcmcm? 814 Comme vous le savez, certaines femmes ont un travail pour lequel elles sont payées en argent ou en nature. D'autres vendent des choses, ont une petite affaire ou travaillent dans les champs ou dans l'affaire de la famille. Faites-vous actuellement un travail de ce genre? 815 Avez-vous travaillé depuis Janvier 1986? 817 Quelle est (était) votre (plus récente) occupalion? C'est å-dirc, qucl genre de travail faites-vous (faisiez-vous)? 820 Je vois que vous travailliez en Janvier 1986. Quand aviez-vous commencé ce travail? 821 Je vois que vous ne travailliez pas en Janvier 1986. Avez-vous travaillé avant Janvier 19867 822 Quand avez-vous tcrminé votre dernier travail avant Janvier 1986? 825 Pendant que vous travaillez, avez-vous habituellement (NOM DU PLUS JEUNE ENFANT A LA MAISON) avec vous, l'avez-vous quclqueli~is avec vous ou iamais avec vous? 826 Qui s'occupe habituellement de (NOM DU PLUS JEUNE ENFANT A LA MAISON) pendant quc vous travaillez? SECTION 9: TAILLE ET POIDS QUESTIONNAIRE INDIVIDUEL ItOMME SECTION 1 : CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DES ENQUETES 102 103 104 En qucl mois et quelle année êtes-vous né'? Quel ~ge aviez-vous à votre dernier anniversaire? Avez-vous fréquenté l'êcole? 278 105 Quel est le plus haut niveau d'éludes que vous avez atteint: primaire, secondaire ou supérieur? 106 Qucllc est la dcmièrc (classe, annéc) quc vous avcz achevée à ce niveau? 107 Quel est votre travail principal? 108 Etes-vous actuellement célibatairc, marié, veuf ou divorce? 109 Combien d'épouses avez-wms actuellement? 110 Avez-vous l'intcnlion de prendre unc autre (d'autres) épouse(s)/temme(s) dans l'avenir? 111 En quel mois et quclle année avez-vous été marié pour la première fois? 112 Quel âge aviez-vous quand vous vous êtes marié la première fois? SECTION 2: CONTRACEPTION 201 Maintenant, je voudrais vous parler de la planification familiale, c'est-å-dire les difl~rents moyens ou métbodes qu'un couple peut utiliser pour retarder ou éviter une grossesse. De quels moyens ou méthodes avez-vous entendu parler? 202 Avez-vous déjà entendu parler de (METHODE)? PILULE Les femmes peuvent prendre une pilule tous les jours. D1U/STERILET Certaines lemmcs ont un stérilet ou un dispositif intra-utérin que le médecin ou l'intlrmière leur place dans l'utérus. INJECTIONS Cerlaines femmes reçoivent une piqûre par un médecin ou une infirmière pour éviter de tomber enceinte pendant plusieurs mois. SPERMICIDES: DIAPHRAGME/MOUSSE/GELEE Certaines femmes se mettent à l'iné~rieur du vagin une éponge, des comprimés c flcrvescems, un diaphragme, de la gelée ou de la cr~me avant les rapports sexuels. PRESERVATIF/CONDOM Certains hommes mettent un préservatif(une capote anglaise) pendant les rapports sexuels. STERILISATION FEMIN1NE/L1GATURE DES TROMPES Certaines femmes subissent une opération pour ne plus avoir d'enfants. STERILISATION MASCULINE/VASECTOMIE Certains hommes subissent une opération pour ne plus avoir d'enfants. CONTINENCE PERIOD1QUE/OGINO Certains couples évitent d'avoir des rapports sexuels certains jours du cycle pendant lesquels la femme est plus susceptible de tomber enceinte. RETRAIT/COIT INTERROMPU Certains hommes R)nt attention et se retirent avant l'éjaculation. 279 AUTRES METHODES Avez-vous entendu parler d'autres moyens ou méthodes que des femmes ou des bommcs peuvent utiliser pour éviter la grossesse? 203 Avez-vous déjà utilisé (METHODE)? 205 Avez-vous jamais, vous ou votre (vos) épouse(s), utilisé ou essay6 un moyen quelconque pour retarder ou évitcr une naissance? 206 Qu'avez-vous Iktit ou utilisé? 208 En ce moment, vous ou votre (vos) épouse(s), faites-vous quclque chose ou utilisez-vous une méthodc pour évitcr une naissance? 209 Quelle méthode utilisez-vous actuellement? 210 Avez-vous, vous ou votre (vos) épouse(s) l'intention d'utiliser une méthode pour éviter une naissance dans l'avenir? 211 Quelle est la principale raison pour laquelle vous n'avez pas l'intention d'utiliser une méthode? 212 Quelle métbodc préféreriez-vous utiliser? SECTION 3: PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE 301 Avez-vous des enfants? 302 Combien de garçons avez-vous? Combien de filles avez-vous? 304 Voudricz-vous avoir un (d'autres) cnfants(s) ou préliSreriez-vous ne pas avoir d'autre(s) enfant(s)? 305 Pensez-vous quc votre (vos) épousc(s) approuvc(nl)lcs couples (lui utilisent une méthode pour éviter une naissance? Combien de fois avez-vous parlé avec votre (vos) épouse(s) de cc sujet au cours de l'année demière? Avez-vous déjà discuté avec votre (vos) épousc(s) du nombre d'enfants que vous voudfiez avoir? Pensez-vous que votre (vos) épouse(s) souhaite(rit) avoir le mdme nombre d'cnfants que vous, en veut (vculcnt) davantage ou moins quc vous'? Etes-vous pour ou contre la diffusion d'inl~)rmations sur le planning familial å la radio ou ~. la télévision? En général, approuvez-vous les couples qui utilisent une méthode pour éviter la grossesse? 306 307 308 309 310 280 311 VERIFIER 108 CEL IBATAIRE ET/OU PAS D 'ENFANTS VIVANTS: Si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants à avoir durant toute votre vie, combien voudriez-vous en avoir en tout? A DES ENFANTS VIVANTS: Si vous pouviez recommencer à patlir de l'dpoque ou vous n'aviez pas d'enfants, et si vous pouviez choisir exactement le nombre d'en fants à avoir durant toute votre vie, combien voudriez-vous en avoir en tout? 281 ENQUETE NATIONALE SUR LA POPULATION ET LA SANTE (ENPS 11) FEUILLE DE MENAGE IDENTIFICATION 1 - PROVINCE OU PREFECTURE : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2- CERCLE : . 3 - MUNICIPAUTE : Centre Autonome/Commune Rurale . 4 - CENTRE : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 - NUMERO DE L'UNITE PRIMAIRE : . 6 - NUMERO DE L'UNITE SECONDAIRE : . 7 - STRATE : . 8 - RABAT-CASA/GRANDE VILLE,/VILLE/CAMPAGNE . (Rabat-Casa : 1, grande, ville : 2, ville : 3. camDagne : 4) 9 - NUMERO DU MENAGE: . 10- ADRESSE DU MENAGE: . [ VISITES D'ENQUETRICE 1 1 2 , 3 J V[SlTEFINALE 10 - DATE DE LA VISITE I - 11-NOM ENQUETRICE 12-RESULTAT" JOUR MOIS ANNEE CODE ENQ. RESULTAT 13-PROCHAINE A-DATE VISITE: B-HEURE "CODES RESULTAT: 1 REMPLI 2 MENAGE PRESENT MAIS PAS D'ENQ. COMPET. A LA MAISON 3 MENACE ABSENT 4 DIFFERE 5 REFUSE 6 LOGEMENT VIDE OU PAS DE LOGEMENT A L'ADRESSE 7 LOGEMENT DETRUIT 8 LOGEMENT NON TROUVE 9 AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (PRECISER) NOM DATE NOMBRETOTAL DE VISITES 0 TOTAL DANS LE MENAGE TOTAL DES FEMMES ELIGIBLES N°LIGNE DE L'ENQUETE[-~ POUR LA FEUILLE MENAGE CONTROL~'~E~tt!" I CO~[RO~I"~R~A~ i S~!!'"~" I CODE FF1 199 RESIOFJe~ HARmJELS ET VlEtTEUNS - ] LE CHEF SE SURVIE ET RESIOENCE DES PARENTS EUG~ MENACE RESIOEN<;E SEXE /=GE • ~ FC~JR LES PER,S~NNES DE MOIN~ DE lE ANS BlUT E SI A~ DE 7 ANS ET ~~ $1AFREQUENTEECOLE SIENVlE : SIEN'dE ENT~ • ' PERLE '.,#ad--14L.~6-, ~.,p~. ,.pl ~b ~b ~ JL.~I i~b , . ,.,~l,.~b, , ; ,=~l~b, • , NU. . " I I ~ I I MFJ~ .~LJI Jç, ,~ ~-v.,-,J~ v ~l''~'~~ ~ ,,/.JbL. ~ o~s .,~I ~ I.~~ ç ç,.~u~ ,.ab sJ~s ,.IJs. v~l ~ .~,~.a.a b Jl:~. Sioui: SiOUI : P~JR L'EN- ç f~L~ i~ .~ç I ~-~~l~*~~/I ç I~»; INSCRIRE INSCRIRE C~JETE INDIV~ æ.~ æl (i,,~) ~ME~O LE DUEU.E ! ç ~1~1 DE LtGNE NUMEÆ i DE LA OE LIGNE MERE DU PERE (i) ~ (3) {,) {si («) (~ {$) (9) {10) (11) (12) (13) {14) {~s) K~N~kl ( J l~ H F EN ANS ~~Jl~# JlVFJ~UP,,4J~ C~JI îeON ~~3tf~~~NNSF 3(JIhlONNSt= I 01 ~ '~ 1 2 1 2 ~ '~ 12 ] i ~ 12 I 2 , O E 128 r ~ 01 ° ITI , , , , rT I ,~] IT ,~ ,~, IT1 ,~, IT1 o~ o IT1 , , , , I T1 , , ] IT , , ,~ , IT1 ,E, IT1 ; _- _- _- _- _- - ,, , • , , , • - ITI , , I T I , , ] IT , I T I ,~ , IT1 ~ - FF] , , rT I , , ] IT , IT1 ITI o, ! - [-1] , , I T I , ,~r l lT , , ,~ , rç l , , , IT1 - ; ; : _- : _- : : I 1 , , , • °' tT1 , , I T I , , , r l I T , , , , , I T1 , ITl o' : : ; : : | I I I I i I I I rçl r-F1 r ie rç l ITI 04 2 l 1 2 1 08 - l -A , ~, rT ] , , r l r ç , f i l f i l - IT1 f i l DE f i l IT1 I 2 1 2 1 2 I I0 • COOESPI~JRO3 " COOESPOURQ9 LIEN DE PARENTE AVEC LE CHEF DE MEtMGE NIVEAU C'EDUCATX:3N CLASSE : 01. CHEF DE ME:NAGE ¢6 . PETIT-FILS C[J .FILLE 09. AUTRE PARENT I . PRIMAIRE 00 • MOINS O'UNE ANNEE ACHEVEE ~. FEMME OU MARI ~. PERE OU MERE 10 • ENFANT ADOPTE OU EN GARCE 2 . SECONDAIRE 98. NSP 03. FILS C~/F1LLE 07. BEAU-PERE OU BELLE-MERE 11. SANS PARENTE 3 - SUPERIEUR 04 • GENDRE OU SELLE.FILLE 08 . FRERE OU SŒUR 9e = NSP 8 = NSP C41 q~mlfaom c0ncm,nenl W plre~s bmk)Qqum æ r im4arn ~er oe si I~ pam~ r4 s0rl pu rnemMes du m4na~. 200 8tlITE DU TABLEAU DE MENAGE î*P LIEN AVE~ EDUCATION SlJRVlE ET RESIO F.NCE DES PAREhT$ RESIDENT~ LE CHEF 0E ELIGk HABmJEL~ MENAGE RESlCENCE SEXE AGE I m FOUR LES PERSONNES DE MOINS Dt lE ANS BILnrE ET ~srrsuR~ (.) SI AGE DE 7 ANS ET PLUS (.~ "~~.=1 dL.,~ ,». ~~,i.~ij ,;~.~'I ~.i ~~l ~.~. ~ ,~l ,cE .L~r aL,.= j l d l , .~ I,,~j SI A F R EQLIENTE ECOLE SI EN VIE ~. . ~,~i ~,¢lj ~~lj ~-~.i JL,-~I ,.,~lj I I . î~ l~~~ J I I ~.~L~,~.~,_ i I L .~ JLj= ~ ,,o;.Ji 2SANS ° " " ,~a--~b ai>, ~ j~~~ ~J~l ( I j~) INSCRIRE ç ~,1 ;~11 NUMERO • DE L I~E OE MERE {3) (4} (51 {SI I;3 (8) 19) 00) (*~) (~2~ (~3) SI OUI S I EN ~IE -D¢rou . RER t.E = . ~IERO EtJå~- SI OUI : ~CRIRE LE æ~I- NUMERO ~ELLE 0E LI~E DU PERE (t4) (lEt I l ; I 14 tS : t7 I I I ~Jl~~~41 ~J~P*~~ H F EN ANS IUINON 41VEAUCtJ~ OUI NON )UINONN~ C~JINC~NSt ~ ITi ITI., fllTJ i-i-I M I 212 12 2 12 128 12 B I I m , , , , .m, nrrJ , ,,, m ,,, m " ITJ Jm m 1 2 I 2 I 2 M = 1 2 M I 2 1 2 8 1 2 8 13 ~[: - IT1 lift " fil' m 12 12 z 2 12 12 1 2 8 1 2 8 14 - i L I I I I I - I rT] Fn nFFJ rTl Fil 2112 1 2 I ~ 2 1 2 ~ 2 ~ 1 2 ~ I S m ,m l-]n-J ~m 1212 I i 12 12 128 128 16 F i l . . . . . . . . , , , , , rT - l . , , r l t - I - , , ,, FF1 , , , l-r] ,, M , , , , , , r l - i , , r l r r ,, , , , F i t , , ,m , , Fi l . , , , , E.FFI.,, . . . . . . f l lT , , , , , ;I-I-1 , , , F i l " Fil , , , , , r r l , , r l l - I - , , , , I - r i , , , M - COCHER ICI $1 UNE AUTRE FEUILLE EST UTILISEE [ ] J.~.l ,~lj.,I ~ Jt.,~ ,.~L;.~t., VIII .~i ~ V.ZOE~ ,ztj OU~ [--I ,r L , . - . - -~ ¢.=1 ~', NOMBRE TOTAL 0E FEMMES EUGIBLES M • INSCRIRE CHACUN(E) DANS LE TABLEAU NON [ ] • INSCRIRE CHACUN(EI OANS LE TABLEAU NON [] • INSCRIRE CHACUN(E) DANS LE TABLEAU NON [ ] 201 10 (2=J ESTIONS ET RLTRES PASSER CODES I A EAU DU ROBINET ROBINET DANS LE LOGEMENT/COUR, PARCELLE . . . . . . 11 - ->18 FONTAINE PUBLIQUE 12 i EAU DE PUITS I I ÆŒES DANS LE LOGBMENTICOURJPARCELLE 21 - - • 18 PUITS PUBliC . . . . . 22 EAU DE SURFACE SOURCE 31 RIVIER E/RUISSEAU 32 UARE/LAC 33 BARRAGE 34 EAU DE PLUIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4, - • 18 CAMION CITERNE . 5~ I EAU EN BOUTEILLE . al - - • 18 AUTRE . 71 (PRECISER) I . i,~~ ~~ , . . » ~~, ~~= ~._~~~j. ~~ ,- ' l -~-.~~c~ . . . . . . . . . . . ,, , .~ . . _ ;« ,~ . ,~,~, .~, . . , i u, . , T .2o 1s ~ Ij.-.t.j,;. T; ~--[]1 , I , , J I L:22 T '~ ~2 ~ " EAU DU ROBINET ROBINET DANS LE LOG EM ENTICOUI~PAR C SLL S . . . . . . . . . . 11 çONTAINE PUBLK~JE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 EAU DE PUITS ÆffS DANS LE LGG EMENTICOU~PAR C ELLE . . . . . 21 FUITE PUBLIC . 22 EAU DE SURFACE SOURCE . 31 RrVIERFJRUISSEÂU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 V4~RE/LAC . . . . 33 BARRAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . EAU DE PLUIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 CAMION CITERNE . S~ EAU EN BOUTEILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B' AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 t (PREClSER} j.~. la i ,ç V--~ ~.,.~ V_Ul (~ ' <,) . t . _ , - .,:,_~. , . 't .~I, Il CHASSE D'EAU w C A L INTER~EUR PRIVE 11 W C A L INTERIEUR COLLECTIF I W C A L'EXTERIEUR PRIVE 13 W C A L'EXTER COLLECTIF 14 FOS-SFJLATR~N ES FOSSE SOMMAIRE 21 çOSSE AMELIOREE ET VENTILE E (FAV) LATRINES 22 PAS DE TOILE'FFES/NATURE . 3~ AUTRE . 4 (PRECISER} a ,~ ~.~la i OUi NON ç ,.~b_t.~,LrA I _ TELEVISION . . . . . . . . . . . . . . % E QEFRIGERATEUR I 2 202 ~ ~ N " 1 QUESTIONS ET FILTRES CODES [ - -~ 22 ¢~.,j ~,-:~~.~JI : :~ j l , tl æ ¢.~.~. ~ ~.* JI . ,:J PIECES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I ~ . t _ l l PASSER A I I ~~.C.~R.ATUREL I 23 PRINCIPAL MATERIEL DU FLANCHER TER RFJ«uABL E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I BOUSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 PLANCHER SOMMAIRE PLANCHOES EN BOIS . 21 EN R EGISTR ER UOBD ERVAT~ON PALMES~~AMBOUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 pLANCHER FINI PARQUET OU BOIS CIRE . . . . 3 I BANDE DE VINYLE OU ASPHALTE . . . . . . . 32 CARRELAGE. MC6AIQU E . . . . . . . . . . . . 33 CIMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 MOQUETTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 (RRECISER) m . i , . H i oui NC~ L ,l<ç~ ~ -- BICYCLETTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 2 J .~ . .> . . j , I . - t VO~RE . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 2 25 DALLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PLANCHE~ROSEAUX BRANCHAGES ENDUITE DE TERRE . 2 PLANCHES/R(~EAUX BRANCHAGES SANS ENDUITE OE TERRE . 3 TOEES~II)Ok~ . 4 PLANCHES/~J~.SS . 5 AUTRES . 6 (A PRECISER} PROPRIETACRE . LOEATAIRE . 2 UBAGE GRA~JIT . 3 AUTRE . 4 (A PRECIEER} 203 ENQUETE NATIONALE SUR LA POPULAT ION ET LA $ANTE (ENPS II) QUEST IONNAIRE INDIV IDUEL FEMME IDENTIFICATION 1 - PROVINCE OU PREFECTURE : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2- CERCLE : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 - MUNICIPALITE : Centre AutonomeÆommuna Rurale . 4 - CENTRE : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 - NUMERO DE L'UNITE PRIMAIRE : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6- NUMERO DE L'UNITE SECONDAIRE : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 - STRATE : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 - RABAT-CASA/GRANDE VILLF-/VILLF-JCAMPAGNE . (Rabat-Casa : t, grande, vitle : 2, ville : 3, campagne : 4) 9 - NUMERO DU MENAGE : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 - ADRESSE DU MENAGE : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 - NOM ET N ° DE LIGNE DE LA FEMME : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C ~ E VISITES D'ENQUETRICE 1 2 3 VISITE FINALE i i t0 - DATE DE LA VISITE . JOUR il. 11 - NOM DE L'ENQUETRICE 12- RESULTAT" 13 - PROCHAINE A-DATE VISITE : B-HEURE • CODES RESULTAT : 1 ENTIEREMENT REMPLI 2 PAS A LA MAISON 3 DIFFERE MOIS ANNEE COOE ENQ, RESULTAT NOMBRE TOTAL DE VISITES D 4 REFUSE 5 PARTIELLEMENT REMPLI 6 AUTRE . (PRECtSER) 205 l 101 toe SECTION 1. CARACTERtSTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DE L'ENQUETEE ENREG~STRERL~EURE . ,,jJ:,J~t~ vj ;.~. ~.~ v i vj .~ .:::,l .,L,J7 vj t-+jl æ +~ i+~~+ ~AB,I,T, CASA . I GRANDE VILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~LLE . 3 C/U~IPAGNE . 4 ETRANGER . 5 NSPM~I~ . 98 ANNEE . FF-] NSPANNEE . 98 , ~J d.~ æ j, _,11 AGEE~IANNEESREVOeUES m 104 COMPARER Er CORRIGER 03 Er~u 104 SI INCOMPATIBLES I [ I I + L - j~ l æ v:~.a ,J~.~ ~b c~~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2--->109 I - " . . . . I lœe i,~lJ , ,~d . - .~~- j ~.,. i / I j L , J ~ . . . . ,.rJ,-1 ~ .~~«1 PI:gî~AIRE . 1 ( I._~JI) I11 ./j 'L.~I'/ j .i,~.~,l I SECONDAtRE . 2 .~ . ~J ~ ~e . SL~~mEUR . 3 CLASSE . 1~ I , "i I ,o7 ç L.~IjZJI æ , .:1.< C ":~ J-~l J'~ 'P" " PR~O,A~RE [~ OUSUPEFIIEUR ~] I~ I ~ V' : ; : j1 ~ I~ ,,l.J., ,.'-.- Vj J.AL.,, ~Ij I !110 I FACILEMENT . I AVEC OlFFICUt.TE . PAS DU TOUT . 3-->111 ~(:"':'°") r_ .,,.-~~læ ;~-" ~.' CU ' : : " NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I ,,2 m ; j~ ~ ?l j &.~.~~JI . . . . . I ou, . . . . . I . (2 : . : . . ) ~_,.~.,,. V æ ~ . . . . . . 2 206 I 113 114 ouEErlONS ET FILTRES I VERIFIER Q, 4 0ANS LE ouESTIONNAIRE MENAGE ~,, R%,çE~~~ sT SI VtLLE (NOM VILLE) I L'ENQUETEE EST RESIOENTE CODES [ ] RASAT, CASA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 GRANDE VILLE . 2 VILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 CAMPAGNE 4 ETRANGER . 5 115 (PROVINCE} ç ~.,~31~JI. [" - ~i.=l ~o ~= .'l';t, ~ PÆVlNCE(NOM) . ~ 1 116 ~J" . J . . . . . . !201 I EAU DU ROBINET ROBINET DANS LE LOGE ME NT/COUg/EA RC ELLE . i l - >T18 FONTAINE PUBLI(~JE . 12 EAU DE PUITS PUITS DANS LE LOG EM ENT/C C~J P#PARC ELLE . 21- >118 PUITS PUBLIC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . EAU DE SURFACE SOURCE . 31 RIVIER~RU~SSEAU . 32 MER~LAC . 33 BARRAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 EAU DE PLUIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41--~>118 CAMION CITERNE . si EAU EN BOUTEILLE . 61--> 8 AUTRE . 71 J I (PREC~SER) ,7 v ' ;"" ~.-L. . .L_:. ,~ ,-.~,~11 J~ j j l - . ,*',1 MINUTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~~] I I I I 118 I r , . b - . . _ . : : ; = ij~.j.~_.~ w,_[ll .L,JI ~ ~ l j oui . ~-->12o L--LL~ J NON . 2 119 Iæ.,_.~ ,,r-u= .L.Ji I« :~ = C, ;: . EAU OU ROBINET ROBINET OAN~ LE LOGEMENT/COUR'PARCELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . t I FONTAINE PUBLIQUE . ~B EAU DE PUITS, PUITS 0ANS LE LQG EM ENT/COU P#PARC ELLE . . . . . . . . . . . . . . . . 21 PUITS PUBLIC . EAU DE SURFACE SOURCE . 31 RIVIERFJRUISSEAU . 32 MARE/LAC . . . . . . . . . . . 33 BARRAGE . . . . . . . . . . 34 EAU OE PLUIE . 41 CAMtON CITERNE . 51 EAU EN BOUTEILLE . 61 AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 (PRECISER) 9 207 N • 120 QUEST~(3NS ET FILTRES COOES CHASSE D 'EAU w c A L'INTERIEUR PRIV~ 11 W C A L'INTEWEUR COLLECTIF . 12 W C A L'EXTERIEUR PRIVE . . . . . . . . . . . 13 W C A L'EXTER COLLECTIF . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 FOSSF JLATRINES FOSSE S~MMAIRE . . . . . . . . . . . . . . 2t FOSSE AMEL~OREE ET VENTILEE IFAV~ L~TRINES 22 PAS DE TOILE I " rES /NATURE . 31 AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (PRECISER) ,2, ,',.;».~~L_,.,, ~U .,lu.Il æ ~.~- ,.~,Ij ou, ~o~ ~,~ . I H - - ELECTRICITE . . . . . . . . . . . . . . . I 2 ç æj I j J l - RAOIO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 TELEVIS K:)N . . . . . . . . . . . I 2 '~ Lu--'-:"J'~l - REFRIGERATEUR . . . . . . I 2 ,: ~ ,_» : , c J l - PIECES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , l . . J I c , .~. . j I I I PLANCHER NATUREL TERR~Tï~IE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 1 BOUSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 PLANCHER SOMMAIRE PLANCXES EN 8OIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 PLANCHER F IN I PARQUET OU BOiS CIRE . 31 BANDE DE VINYI. E OU ASPHALTE . 32 CARRELAGE, MG~:,Aloe E . 33 C;MENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 MOQUETTE . 35 AUTRE . 4z (PRECISER) PASSER A 124 ç ~~.~I_~ ~,t,l_i j l ,q ,]L,~J • z ; . . . I I .:UL,,. j , L , DALLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 BRANCHAGES ENDUITS DE TERRE . 2 PLANCHES~I~SAUX BRANCHAGE SANS ENOUITS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 TOE ES,~IOONS . 4 PLANC H~S/'n311ES . E AUTRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 (PRECISER) 125 "/j .I I ~~1< ,j j ,f.~l!.~.a L~ "~<--" ~.¢U al,t-Il ~.tJj ç .u-.~.L-Z ",:,=~L, ,~,~,-~ PROPRIETAIRE . I LOCATAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E US~ GRM~IT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 AUTRES . : . 4 {A PRECISER) OUI NON BICYCLETTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . t 2 ~~.ETrEOXOTCCYCLETrE . I 2 vor'0JRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 10 208 N, 2ol SECTION 2. NUPTIALITE QUESTIONS ET RLTRES ," .,.~~vj .(~.;,.,) ,~L . ~ ~., ,,,-~i ,.;,L, ~ J.e.I.-I~ ~ ,-, :,, "L, ,.~._u.l~ ,zj J.-~." ,.>, ~~-~i ,=:~. ~ .r~ 'JJ-»b ,,kb PAS.SER CODES I A CELISATAIRE . I __)400 DIVORCEE . 4 J,~>204 C~JI . 1 I NON . 2 -->204 203 2O4 ç . . .q .,Ij_~" C~ . .~ ;;_.,I C'.-, J l - ".i I N<3~BRE . r~ll~ I B I NSP . $ VOIR204: ~ 2 n~~Qes et ~~ I~ • I ~.,_,. ~_, JL~.~I NOMBRE . D I I Mer, agi [ ] '~ Jj'VI '.¢~I.0 ~ ~ç l D=VORCE . , VEUVAGE . 2 '.71 2O7 208 ç (j,.,',,i ~':,-J0 ~ «~ ~ ,.,i ._,.~, .~ MOIS . NSP ~IS . 08 ANNEE . Ç~ NSP ANNEE . « (~v~ =~l) ~ æ J~= ¢ o~j, - .'.1 ,GE . Ç~ NSP AGE . N VOiR 207 ET ~.08 : ANNEE ET AGE OUI N~N 210 VERIRER LA COHERENCE 0E 207 ET 208 : ANNEE DE NAI~3ANCE (103) ÇT- I PLUS AU MARL~GE (208) ~- ] ANNEE OE MARIAGE CALCULEE Ç~ SI NECESSAIRE, CALCULER L'ANNEE DE NAtSSANCE B : ANNEEAG~JELLE I I I MOINS AGEACTUEL(104) Ç -~ ,: ANNEE DE NAISSANCE I~ CALCULEE I i i L'ANNEE DE MARIAGE CALCULEE EST-ELLE A UNE ANNEE PRES, LA MEME QUE UAî~4EE DE MAR L~GE ENREGISTREE (207) OUI [ ] NON [~~> VERIRERETCORRIGER207ET208 >211 l ] 209 N* Q(JESTIONS ET FILTRES 21t DSTERMINER LES MOIS DE MARIAGE DEPUIS JANV 8~. INSCRIRE "X ° DANS LA COL 6 DU CALENDRIER POUR CHAQUE MOIS DE MARISGE ET INSCRIRE "O" PO~JR CHAQUE MOIS DE ~ON MARIAGE DEPUIS ,JANV 86 POUR LES FEMMES VEUVES QU DIVORCEESQU MARIEES PLUS [~L~flE FOIS INSt~TER SUR LA DATE DE DWORCE OU OE VEUVAGE, ET DU DEBUT DE TOUT AUTRE MARIAGE CODES PASSER A 2,21 ~c~,,~,., . . . . . .~~.,~~c~s,_ . '1 ~_= "4~1~ ~I j - -¢ ~ COUSINMATERNEL . 2 ç (jj~a) ,,IL »b . . I :,::< j , ~~. A~REPAGEm . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 SAPIS LIEN . 4 12 210 SECTION 3. REPRODUCTION î~" oe F~~~G~~ ET FILTRES I I • ~.~ æ ~ ~l l v_~ ~- . æ v~~-b a .~ ~-~~J ==$ I ,~. I OUi . I I I NON . 2 - ->306 I • . - , . t I aL,=, b ~.:<a ~1~ ~,,~ ,,PI a ,.,.V.,.~.b 'Ja.=,.,.4., oe~ . ' , ~ai ~ . 2-->304 I I æ OEI • F ILLESALAM.~JSON . SI AUCUN(E) INSCRIRE ~(T. ~ ~- - -~. o~' , .~ '~ ~ " -~ ' , ou' . ' I '~ L_~.,~ ,J_,,,. ,a~ "'=:' :" ~o~ . ~__> I L~ " ~- ~b" ("-~") ~"L" J " J' ""1I ~]~1 "= ~ '~ . '~ "" ~ I . . s ~u.æRS . æ .,. ,~ L~ ~ .- ce;Le. ,:.,~~. J~,~ jL._~1 I " " - ' ~ .~ '~-~1 ~~A,~~RS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . SI AUCUN{E) INSCRIRE ~. 3~ OUI . 1 307 30e 3~0 æ~ ~'- ~. ~ ~~ ~J~ vn~ ~«j ,~~ ~ 0-, 'J-d.=L~ j' - ~. &~ - : -q æ Sl AUCUN(E) INSU*" FIIRE '0~ ~, FAIRE LA æke4E OES REPONSES A 303.305, ET 307, ET li~;C RIRE LE TOTAL. SI AUCtJ~E) INSCRJRE ~, VERIRER308:~,1 .~ .-. =•; ~3,1j u~ ' ~~ ~ ~- " I jK ~.L=. æ ~,a!.-~l JçJ çrOT~.) = .~ ,.,Us INS Lç'/'E FI ET oel [~ ~ [ml CORRqGERæt-306 > SI NECESSAIRE VEmFIEA 308 : [~ At.'CUNE UNE OU PLUSIEURS NAISSANCE Ç~ NNSSA,~CES ~~~~~°~~~iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii~ TOTAL . .>308 >326 13 211 312 113 ~14 (;),.1.,'~~ ~) . , .~, ~ '~. . (;) ~,'-,J ~,~~ I,UI~E ; aM~tE 315 ~~~.J :~J ~.,).,Jç 3tB k17 318 319 (~~Jæ) oJæ dis ~- .u--- d t . ~ ("~"-)v" ç (L,,.,) ., ff, k~lST~ L ' ,~ EN î~~hlEES ~0k'~OLklE S ~:VOR315 ~1 L'ENFA,~T A i43NS DE lS ANS æe., ~j(u),çl ~ 1 S,~ : PAS,~R A LA NAISSA, NC, E æ .;,~ jt.:,t æ (u.,) ,.~ $I ] AN INS ISTER : IN8CFq[RE EN JOUm oe ki3NS 0~ la~S EN MOI8 oe kl~'4S 0E2AhS ENN4- NEE$ Sl 2AN8 ET + 14 212 ~~ r r*l ~ i r i I<.~»,. I, ~«.,I ~ I« ,.,.a., ~ ~jL,I I ~ / '/~,,='-',1 ('~'æ).'o I'."J=:'t'l I ~(~) / /'-'~ ~'' I -~- i' ('~) i' (a.,.,) I '~ / I -Ju"«~~~'l I I I "c~~-")l GENRE DE SANCE : L'~E EN m 3ail ~ll ~IVANT ç , . . . i a=O :VOIR 318 $1L'ENFAhT A ~N80E 15 ANS ; [t.,} .ç[ e" ,.,-L A LA NAI8SANC4~ SUSVANTIE m :E1 æ DECECG~ : .',~ dt.=T æ {t,.,.,.) .t,- .~ l ~t. Jr~maer : ~{"~-) L,~ INSCRIRE EN .îO~qS U kK:4i~G D~ MOtS EN î~C45 ~d MC4NS DE 2 AN8 ENAN- NEES PJ 2A~t ET+ m 213 15 31213131314 '2 ~M~E ,L,.C,~ I .a m 1 3 TM 1317 Z 31a I 3t9 ( "')1 ~u.~ IN~IC~RE L'AGE EN ANNEES ~0 VCIR 31t LI~NFANT A IL~N80E T5 ~l • . [,La e-' ,»U ~ æ~«j (u) ,ç l ~15. PASSER A ~J~ N~J$SANCE ÆIVANï~ m • OEOEOE~ æ ~,u; j6.:.l æ (u.,.) Si 1 AN? h~I$[ST ; ï~ INSCRIRE EN 0'1 M~S EN M~$ ~ M~N$ DE 2 AN8 EN AN- NEE$ ~ 2A~ E'T+ m 16 214 3~2 COMPARER 308 AVEC LE NOM8RE DE NAISSî~NCES ENREGISTREES OANS LE T~BLEAU CI-DES~¢JS ET NOTER : LES NOMBRES SONT LES MEMES ~ V VERIFIER : LES NOMBRES SONT O[FFERENTS L~- - - > (VERIRER ET CORRIGER) POUR CHAQUE NAISSANCE : L'ENNEE DE NAISSANCE EST ENREGIST~EE POJR CHAQUE ENFANT VIVANT : UAGE ACTUEL EST ENREGISTRE POUR CHAQUE ENFANT DECEDE : L'~GE AU 0ECES EST ENREGISTRE FOUR L'AGE AU DECES 12 MOIS : VERIFIER POLJR DETERMINER LE ÆMSRE EXACT DE MOIS ~a3 VERIFIER 316 ET INSCRIRE LE NOMSRE SE NAISSANCES VNANTES 0EPUIS JANV1ER ~ ~ S'IL î~Y EN A PAS, INSCRIRE I~ ET PA~ER A 325 ~24 I P~URCHA~~JENA~SSANC~~EPU~sJANV~86~~N~CR~RE~N~F~JRLEM~~S~ENAiESAN~EOAN~LAC~~~NNE~D~CALEN~R]ERST~~DAN~CHACUN DES 8 MOIS QUI PRECSOENT. ECRIRS LE NOM DE L'ENFANT A GAUCHE 0U CODE ~' EN BAS DU CALENDRIER INSCRIRE LE k~DM ET LA DATE DE NAISSANCE DU 0ERNIER ENFANT NE AVANT JANVIER 1~ $1 C'EST LE CAS, N" 027 OUEST~ONS ET FILTRES PASSER COOES I A C4J . 1 I : . 2 /~ SURE . $ --I >329 I I Mo,s . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . / ! "~ k~ -~~ "~ ~l~ .~~ .~ ~ æl ,~.~l I ,CE~.~~, . , F ~1 "~.« ~.~.'ç ".r.,.~ç'/j ,c,.~jJI I~ æll PtUSTAR0 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~ ;.,.Jt.t, ,,I .«~ L~. '~ ,.;~-~'.<t. "tjI I NE ~OULAIT PAS 3 "1" ,, ~_: t. ,/~ ,~.Jt.~. ,~. . ; .~ ~ t. ,3,b ~ .-, : . .~.,. ,r.~ ~~. , 215 QUI . I NGN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 __ >335 I 17 N" QUESTIONS lE1" RLTRES I ç ~.~ .'" - - ~ rt-~ ~ .~ ,;, cO ~,~s . ,~NEE . VERINER 330 : DI~INIER E GRO ,~~ ES,SE TERî~NEE DERNIÈRE GROSSESSE TERf~NEE OF.POtS JAIW æ AVANT ~ V ~ U LA ~ R(~ ! I S.SE S ~ STTLR~ • I E. ~ "G' PA,S~r.R CODES A ml ~1~~,~~,,,~~~.~,,~~~~~~1 ~, . ,j . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ___ >335 DEMANDER LES OATES ET LES DURF.ES DES AUTRES GRC~SESSES OE CE GENRE DEPUIS JANV. I ~ INSCRIRE "F" D/~,S LA CO. t OU CALENORIER POUR LE MOIS ~J LA GROSSESSE S'EST" TERMINEOE ET "G" FOJR LES MOIS DE GROSSESSE ,r ;,,_~.Ul .~ :.'-q ~_= .,~.Le. ~L.~. I',= J= -.~-I : JOUR . 1 SEMAINES . 2 MO4S . 3 ANNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 EN MENOPA~E . AVANT LA OERNIERE NAISSANCE JAMA~ EU DE REGLE$ . 33e J j~ l j t4 ,~ l j ,,.; ;.~.11 ~ , j L : , j , .b~l j L~ ~. I ç ;»_~] f , I ; I l (~4.JI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 • NON . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . a2~.>401 18 t .~ ,p.-.~l t--e,e.L-:,J .».:JI ~ ,.:: .~.ll ~ pENON~T SES REOEES . 1 JUSTE APRE$ LA FIN OE SES REGLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 AU MIl.lIEU DU CYCLE . 3 JIJ6TE AVANT LE DEBUT DE SES REGOES . 4 N'IMPORTE OUANC . 5 AUTRE . 8 (PREClSER) NSP . 8 216 SECTION 4. CONTRACEPT ION VOiR 201 : CELIBATAIRE [--1 RUT'RES D >401 v E~E~LER LE CODE ~ ~ 400B ~R C~E ME~OE U~~TIOi~EE I~UNE ~.~NIERE @I~NT~NEE PU~S CONTER L& COLONNE EN L k~îLNT LE NOM ET LA DESCRIPTION DE CHAQUE MERDE NON MENT)ONNEE SPONTN~EMENT ENCERCLER LE COOE 2 Sl LA METHOOE EST RECONNUE ET LE COOE 3 SI NON RECONNUE. 400R -q v': *- I ~Ij,.i* ~j~Ij (ME'r~ooE) LIRE LA OESCRtPTION De CHAOUE METHOOE j plLLULE • ,L, .,t~.~~ ,.~ (.; .~) ; .~, ~J~~ .J~.~ ;~L~~ v ~ .~~~ 021 0lU 031 INJECTIONS • .u+-:J~ J .~ 041 OlAPHRA~F., MOULE, GELEE ,.~'---?- ,.=ç =.)' .u,. v.:. .~~. CONOOM • ;1~1 j , . , ~.~l æ ,--'coL.L. 06 I $TERILkRATION FEMININE v.= ~ =c.te. æ ~s . t~ 07 I STERIL kSAT;(~~ MASCULINE .L , ,~ OUL'SPONTANE . I O~LsOE~CRIPTK)N . 2 NON . 31 V OUUSPCNTANE . I C~JIt D ESC RIPTI(~N . 2 ¥ OU ~3 FONTAN E . I OU[/OESCRIPTION . 2 NON . 31 V OUttSI:~3NTANE . I OUI/DESCRIPTION . 2 N~ . 3 V OUVSPONTANE . I OUL/O ESC RIFTION . 2 V OU b'SPONTANE . I OUbOESCRI~ . 2 NON . 31 V Oet~3PONTANE . i OU~OE$CRIPTK~ . 2 N(~ ., . 3.1 ]9 217 . • J ~ CONTINENCE PERK)OIQUE OUVI~O~NTANE . t - « l . l . . . . . < L. ,~ ,:,,. ,~ f t~ ~.~ l:,+,.t ] . . . . . .{.~~-.~~ ,,,.~.~. ~~.,) 0¢1 REtRait i OUI/SPONTAN E . I v~.~,~.~L. ~,~~~ ~. : : . - -~ : - NON . 31 æ ,~.~ .~-~.~ (.~ ~ ~L~. ] .£jL.;JI V 10 I ~ I~ lp~ ~ ~,~.=I ~1.~-~ ~,~ij OeL~SPO%'TANE . 1 p,I - - ' , « ,a.~+ -,=u ~.~ ~.+ +,,i, ll.J.t-~. I-* ~ i~ J ,@J l j I ;1j,~-II NON . 3, 1 (PflECISER) 2 (PRECISER) 3 (PRECISER) æ æl_,=,ll L ,L'-"=rl ,rit. ~K = L.>L~ ~ ~ 1 j , Ij ~U 400C ~1 J4 ,%11 æ ç j . __ . j ,n .,-]1 OUI î~:)N RADIO . 1 2 TELEV~ION . 1 2 - " ! - , ", ~.,'< L, 'Jj v,~ ,,'ç ,~b : il~rJ-ål" rl . , ,~,-~l, .~~l ~ ,.; K:':. ~ . i~-". ACCE,=TAEILE . 1 4~O0 " " " PAS ACC EPTAELE . 2 a. , , - ;~' if v~ "b .~ J I j r æ NSp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , I ~E ~ t.z.~.JI æl.,_,, j l J.>.,,JI ,.¢,1~. ,.,t,L.~~ ~ ~j ~.ZL:,. ,.~1 ,.¢'b APPROUV« . OESAPPROUVE . 2 • " "L-, ~ ,L~ J~ .=. l i .u -~. ' , ' . j , .~ . .~ . J .~ .L , « . . i NOMBRE . t~ l AUTRES . ~'~ {A PFIEC~SER) 20 218 • . ' • ENCERCLER LE CODE ~ DANS 402 Pour CHAOeE METHODE MENT~NNEE [Tk~E MANIERE S R)NT/e~NEE ET I~ER 403 ET 404 , RUeS CONTINUER LA COLONNE EN LISANT LE k~ ET LA DESCRiPTiON DE CHAQUE ML~OE NON MB~r ioNNEE SR3NTANEMENT, ENCERCLER SOE LE CODE 2 SI LA METTE EST RECONNUE ST POSER 403 ST 404 , ~r r LE CODE 3 SI LA METHOCE N'EST PAS RECONNUE. } .vs.al ,a~.>~-) a~.~~ ~~.~ 03 I INJECTIONS 04 I DtAPHRAGME, MOUSSE, GELEE ,(= ~~ j~= =~)=1~= ~,:~ .) - . ~ ~J .~ ~.~.~ ~J~ ,;L~ (æ':a • ~~,.~ ~1~~ j~.~ ~.~~ 0~ I ST ERIt.ISATION FEMININE • ] • 07 I STERIUSATION MASCULINE - ~ * * , 0a I RY~ME. CONTINENCE RERIOOIOUE MErHODE- (MET¢~OE) ~. t-~l LIRE LA DESCRIPTION DE CHAQUE OUI/SPONTANE . 1 OUL 'OESCRIP~ . 2 . 3,] OE U~ PC~NTANE . . . . . . . . . . . . 1 V OUl/OESCRIPTK)N . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~/VSP~~ANE . 1 V OUL~ESCRII~ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 . ] OUltSPOf~TANE . 1 V OUL~ESCRIPT~N . 2 NON . ,3 .t ~ (UE ' r~OE) • iJ . ~,~b a~ ~L I OUI . I C~I NON . 2 N~ OUt . t I ! NON . 2! OUi . OUI . NON . (METI"IODE) ? (~JI . 1 NON . 2 C4JI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NON . 2 OUi . I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (~/ [ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 OUVSlaO~ANE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I "g (~0[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I OUI . 1 O(JVOESCRIPTIO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . 3-m NON . 21 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 V OUVSPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OU[tO ES C RIPTO, I . 2 . ~,, i C~ItOESC RIPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 N~ . 3 V OUI/SPONTAN E . I OUI/DESCRISTK~N . 2 î~N . 3 . æj j J . I a I~1 . I ~t~ =?- - , r J . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 =j . • . . ~r ,.~ ~»L~.~.'t. I~ J I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I i OUI . I ! (~JI . 1 I I . 2 N(~ . 2 i OUI . I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 219 21 4~I 404 -I RETRAIT -,:.m vJL,a. , .,.~' ~ :.~j.~ ~' ,.:.»~.l~ t-- " t . (PRECI.SER) (PREC~SER) (PRECISER) N" ~Oe LIRE LA DESCRIPTION DE CHAOUE ME"i340 DE. OUb'SPONTANE. I C(JI/OESC RIPT:O~ . 2 N(~N . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 OUI,SI~~NTANE I . 3 OIJI NON . NON . ,2 (~d l . . . . I NON 2 C~JI . I V NON . 2 4m8 AU æINS UN 'OUI' [~ (AUTIUSE) D • PA=ERA409 V ~ OJq . OUES'TIC~S ET FIt.TR~ çd . - r i ~, . : . '~y j PXSSER A I I _ 408 .2 ç j - -« v_,,.~./j MARI 0ESAP PROLIXE . 01 EFFETS SECONDAIRES . 02 PROEILEM E DE SANTE . 03 ACCE~'O~IBL ITE . 04 CI~IT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 06 klAL ~klk40~E A UT]LJ,~ R . ~i PRO~.EME D*INFORMATI(~N . 07 DIVORCE OU VEUVAGE . O8 STERILE . 09 VEUT OES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 AUTRE I l (RRECLSER) NSP . H 22 220 4~ C~~':II:IOER 403-405 (ET 40~ SI NEC~IRE) ]1 PI,.ULE . oi DU . 02 INJECTX~~ . 03 0tAPHRAGME4~(XJS8F.~ELEE . 04 CONDOM . STERUS/A ' r~ FF.JA~INE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . O ~ IR'E RIU~M~'RON IdA~ UL IN E . 07 CONTINe~ICE PERIO 01OUE . 08 RETR~I" . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . INI AUTRE . 1o (PRECISER) PAS SURE . • -» 411 410 (NOM DE L'ENDROIT) 411 I SI &U4~JN.~I'Z"~INSCRIRE ~ ~'00".':- ~,¢.)IjJl jL~.J J,=-~. bL'çl Jz-.~l~l "+'| 412 I VERIRER201 ET326:i__.tl. VEU~ [ ] MARIEE ET ONORCEEOU PAS ENCEINTE L.~ ENCEINTE OU PAS SURE SECTEUR PUBLIC HoPrrAL P t îeL¢ . 11 MATERNITE . 12 CIE~TRE OE ~~~NTE . 13 01SPENSAIRE . 14 VISITE A DOMICILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I$ EQ~I PE ~O~lt.E . Te SECTEUR PRIVE AMPF . 21 CLINIQUE . 22 PHARMACIE . 23 MEOECIt~SAGE FEMME . 24 AUTRE PRIVE I:ARENT~',U,4m . 31 QABLA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AU'~ES . 41 (PRECISER) N~ . 98 E ~SRE G'ENFN~TS . 413 I V~IIFIER403: ioe MARI ~ MARI OU I I FEMME~ FEMME I I STERILIS E(E) STERIUSE(E~ , =,431 I ]~415A 221 7.3 PASSER I • ~ i ~ I «' ~,, ,,,- '-'~ ,.,-~ ~t - . - ,.r,.= GL, W=I . ' ç I I I ~ NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2- ->431 I 41S 4~SA 411 417 lll 4111 ENCERCLER '04" POUR LA ETERILL.~TION FEMININE oe "07" PC~JR LA ~nERILî~TK3N MASCt.X.IN E .~ : - " ;.,-, 1,1 . ,~ ~.' --~--~ ~ ~~ ~.,J~ ~t, (~,J.),.,,.,.~ . . . . . . ~. . ~ ~,=~ J.L, ( .-,.~= ,;-~. ,) ' ( ' .~~) æ~ v., C.,.#-. )v : : ~- ~- - , ' - æ:~ ~-~j (,:~=,~ (I~6CRIRE LE NOM DE LA ~ROJE) (INSCRIRE LE NOM DE LA MAR(TJE) I Plt.Ut.E . 0t I DIU . O~ INJECTIONS . 03 I - - '>423 J Dt~~RA~E~F. /GELEE . 04 COHOOM . 05 STERIUSATION FEMININE . 06 "--1 STERLIS&TICNMASCUEINE . 07 [ ' >421 C(~~ITtNB, IC E RERK~OK~JE . 08 RETFU~rr . 00 ~- ' - - ~26 AUTRE . fO (PRECISER) I ! OUI . 1 | I . 2 P*~P . 8 I OUI . , . I | I NON . 2 1ERE UTILISATION . 3 0OKE VUE . t~ NG~( DE LA KtRQUE BOITE k~N VUE . 2-- NOM DE LA Mk':IOUE NSP . 90 - ->420 « .~ : - q jl_~., ~_~ç. I_#I ~ j~ -,,1 P~xlo~) . r -~ ,423 GRATUIT . (PRIX PCUR UN CYCLE) | .:1.11 (,.~ I-.I,) ,,ll,,~) ~,å,.~ ~l,, ~,.l~j ,,~.: -~-- ~ J [ kAOlS . INSCRIRE LE CODE DE LA STERILISATION DANS LA CASE DU MOIS DE L'INTERVIEW A LA COLONNE 1 DU CALENDRPER ETA CHAQUE MOIS JUSQLr A LA DATE DE L'OPERAllON OU J~EN JANVIER 1 g~. $1L13PERAT)ON A EU UEU AVANT JANVIER 10615 24 222 423 V~~RE~ 415 : A ETE STERILISE(E) 3 ~ I~E ACT1JELL~ENT L~ E AUTRE METHOOE Vo= ~.æ ;~ .:.~i ~' - " (~. ".~) (N~ DE L'EN DPOT~ SECTEUR PUBLIC HOPlTAL PU~.IC . 11 MATERN~TE . 12 CENTgE DE SANTE . 13 DISPENSAIRE . 14 VISITE A DOMI~IOE . IS ~UI~ MOBILE . NI SECTEUR PRIVE AMPF . 2t CLINIOeE . PHARMACIE . 23 M,~O ECIN/$AGE FEMME . 24 AUTRE PRIVE PARENTE/AMIE . 31 OABLA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 AUTRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4~ (PRED$SER) NSP . ~1~ ->426 - - ,426 ç ~. ,~ ,~ I ,~ HEURES . 2 S~æ~NS 0E 0EUX .EU,~,~NSe~~~E EN a~~,~'mS *U'mE~ENT INSCRIRE LES HBJRES N$P . FACILE . t 425 ~ ~ V ''='= ~ ~L .~. ~ ~ j L ' ,:" .-- ~ j~ l j DIFFICILE . 2 4~ °1 ç «u-~l ~'- æ ~.'--~ -~ ~.~ a L~~ "h~CTHOD E AC~U]ELL ~ 41J v j (=,.~.,~) jsL , . , v_~ ~l ;~ GIj L--.~J ~j~'": ~. l l l ~e~I31ODEACTUELLE RECO MM~DAT:ON DES AGB£i'D OU PLANING FAMIL L~L . 01 RECOMM~0ATE~N ~AMIS/PAR ENTS . 02 EFFETS SECONOAIRES DES AUTRES M~DES . 03 COMMODRE . 04 A CC ES/Oi~PONIfllLITE . 06 C(~UT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 08 DEDIR ME"~CE PERMANENTE . 07 P~EFERENCE OU MARI . 09 0F.SiR ME~E PLUS EFFICACE . 10 AUTRE . 11 (FRECISER) N~P . N (~Jl . I NON . 2 - - • 429 428 MARI 0ESAPROUVE . 01 EFFETS SECONDAIRES . 02 P ROBI_Bd E DE KI, NTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 ACC E.~'OISP<~$~IBILITE . 04 COUT . 05 MALCOMM~3OE A UTILISER . 06 DTERIUSEE. VEUT DES ENFANTS . 07 AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 08 (PREC~SER) NSP . 223 25 ~~o VERIFIER 415 ET 421 : ELLF.,'IL EST STERILI$E AVANT JN'NIEA ~ 9/~ [ ] NI ~d.E NI LUI STIERILISE [~ ELLS'ILESTSTENILISEAPAESJAIWIERlgBe [ ] ~j INSCRIRE LE CODE 0E L~ aETHODE DE 415 0NîS LA C.ESE DU MOIS Ac'nJE. A LA O3U:~~E 1 OU CALENDRIER ---- I I DETERMINER ALORS QUAND ELLE A COt~ENCE A ~ISER CETrE MIE1TK)0E CETTE FOIS~I INSCRIRE LE CODE DE LA M~E 04/~~ LA CASE DE TOUS LES MOiS D~T1USATION. EXEMPLESDEOeESTIONS: T ~~UI~--= ; ; . - : ~~L~.II I ", = ~ I.':.': ~~.L~. ,.,&L-ä=j ;-.~h.~ ~ ~~ ~',, Ç --~ .~ ~:~.~. ,.;.% ~:,., J~ -.~.~ I ,448 I »431 I 43S .',~. b~., ~~ ~ ~~ æ~ oL~V= ~,< ~. ~, : .','~ ~ ,.I ,~- e.~.~ - .'.~=.~. - UTILISEZ LE CALERORtER FOUA DETERM[NER LES PERIOOES PREC EOB~'TE$ D~JTILISATiON ET 0E NON.UTILIS&TION, EN PARTANT DE L'UTILISATION LA PLOE REC~~TIE ET EN ALLANT JtisOL~EN JANVIER t~~a. UTILISEZ LE N(~~40ES DIFkqTS, LES 0ATES DE NAIS&~NCE ET LES PERIOOES DE GROSSESSE COMME PO ~ri's DE REPERE. PESJR CHAQUE MOIS A LA COLONNE 1, I~RIRE LE COOE DE LA ME'~OE OU "0" P~UR NOî~USATION A LA COtONNE 2.1N~C RIRE LE COOE DE 0(SCONnNUn'E A ~ OU DERNIER MOIS OlJT1LISATOE. LE NOMBRE DE CODES INSCRITS A LA COLONNE 2 DOIT ETRE LE MEME QUE LE NGV~R E OEINTERRUPTIONS DE L'UTlUSATICN DE LA CONTRACEPT1G~ DE LA COLONNE 1. D~MANO ER FOU~ ~ A ARRETE OlJTILISE R LA ME'~0E, SI UNE GRC~SESSE A SUNI, 0EMANDEZ 5~ ELLE EST TOMBEE ENCEINTE SANS LE VOULOIR PENONCr QU'B.LE UTIUSAff LA ME '~E. OU S; ELLE A ARRETE DELIBREMENT POUR TOMBER B~EHTE ~.~.Es 0EOeES~~O~S: ç ~«dæL. ~.'L, ~L,. v~ ;æ .».~i æ. . ~t : j j - CQU~NEI: ç L>L_~I ",. V.A ,:.~,l %L_~l J',- ~~.~.~ V-~.=. ~L:~, - 'r (La M6thode) ~e I "" ":*=~ ,.:~"2": .;.I.M o~,~L.,r. - ,~G. (LaM6thode) ,~ I.-._.m ~± .-.;: l. ,/j (LaM,thode) ~, . . ,~ .~ " ' ' - I. - , ET ~SC~RE'~" ~R CHACU~ OE CES.~S A LA COTONNE l. VERtREA LE OE~ORIER : P/~; DE k~E UTILISEE METHOOE UTUSEE AU MOIS DE JANVIER I t~ AU MOIS OE JANVIER tg~ r~] ç V I >434 I 26 224 N" 4,14 436 OUESI"IC~ ET FIL'mES I I I . .«. . , - - . ,r, ~ 1986 æt - -~. ~ .,I ",~., ~.dL;.~ :': , I 1 i .-.== ~.-,.~1 .k.,,.;JL, ,~L.:,TU ~s . ,~ L,.~J I I ' , , AM~EE . (CETTE DATE NE DOIT PAS PRECEDER LA DATE DE I~'I~S~NC E OUN ENFANT NE AVANT JANVIER 1~). VOIR o, 316, J., ".:< L, 1986 æL~. V.i 'd.,"W. ~.i=.~.=~ I oet . '~' 'ç , , :b ,~ . .~ . l~t - , ~~ Z.»' - ~ ~, "1 VERIRER 316 : A EU UNE NAISSANCE hrA PAS EU DE NAI,,~J~CE AVANT JANVIER tl l~ AVANT Jk.NVIER tl&l î~MOUDEFINIER~IFANTNEAVANT,.L~NVIERttI~) 1986æl . .~ . ,.~.'jI NON PMSER A >438 2 »438 ~437 I °1 4,1 430 44O r ie- 0." ,.;'tåu ~ Cî.," ,.,~t.i 1986 æL~.,L:4 ,/.Le. Z-z.L-- .~~ v I. -~.'~ ~~~ :;: ~ r i . . : -1 VERIRB~ 415 : î~I.rTILISE PAS UT'It.ISE AC1U ELLB~4ENT ACTUEELEM6'~IT UNE ME'VHOOE I~ LA CONTINENE E PERIOOIQUE, LE RETRAIT C*J AUTRES ME'~'~O0 ES TRAOfflONNELLES Ç'--] J := . - - " æ r i " ' ' - '= ~<="= ~-b , J . - , , ~ ~J ~ ~~, L~.~ I Lr'?lLîS E ACT;J B.LEMENT t.JNE I ME'rHOOE MOOEgNE r - - I OUI . 1 I - - : ,441 . 2 J NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B ~ >444 j .a ja_.,.,, I .:.,-= G,.ç.9~ L. ~11 ¢ . -q . . . . . q " "I '~ J :~.- ,, æ ~~~-~ VEUT 0ES ENFAN~ . 01 MANOUE OEINFORîVlATIC~ . 02 MARI OESAPROUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 cour TROP ELEVE . 04 EFFETS SEC(~NDAIRES . 05 PROEUEME5 DE SANTE . 06 OlFRC]LE A OOTENIR . 07 RELIGI(~ . 08 OPF~)$EE A LA PLANIF, FAMILIALE . 09 FATALISTE . 10 AUTRES PERSONNES O~ROUVENT I t RAPPORTS SEX. FEU mEQUENTS . 12 DIFFICULTE A T~ER ENCEINTE . 13 M[~PAUSE~TERIL~SEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 PAS COMk(OOE . 1 fi AUTRE . 16 [PREClSER) JqS~ . - »444 27 225 PP I OeEST)O~~ ET RL TRE~ t I I I NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . $ A 4~ • " *'1 pILULE . 0t DIU . 0~ INJECTIONS . 03 DIA Rd SA GM Et lU~Lç%S F.~. E LE E . 04 CONOOM . O~ STERIUSATION FEMINIINE . 06 STERIUSAT]ON MASCULINE . 07 CCNTINENCE PERIODI~E . 08 - - RETR~fT . oe AUTRE . 10 (PRECk~ER) PAS SURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ->444 (NOM DE L'ENDROIT) SECTEUR PUBL IC . '~ > 446 I-K)PITAL PUBLIC . 11~1| METE~ITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . t2 CENTRE DE SANTE . t3 DISPENSAIRE . t VISITE A DOMICILE . 15 • 448 EOG1PE M(~ILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18~~ - - SECTEUR MEDiCAL PR IVE AMPF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2t "~ CLINIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 MED[C IN~GE FEMME . 24.J AUTRE PR IVE PARFJ~TEtAMI E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31' QAS~, . 32 AUTRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 (PRECISER) NSP . N 444 ~(J( . I n >446 ->448 NON . - - >448 446 I ç ;.-~_=J IL,, v ' -" .,L.J,l (NOM DE L'ENDROT) SECTEUR PUBL IC HOP~TAL PUBLIC . 11 MATEF~NITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 CENTRE DE SANTE . 13 DISPENSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . t4 VISITE A ~~CILE . 15 EQUIPE MC61LE . 18 - - »448 SECTEUR MEDICAL PR IVE AMPF . 21 =*448 CUNIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 PHARMACIE . 23 MEOEClN~AGE FEMME . 24 AUTRE PR IVE PAR F~TFJAMIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31" GJJBLA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 AUTRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 - - • 448 (PRECISER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1~8_ 28 226 N" 446 QUEST~k~ ET FILTRES da.:= b . v "~'" ~'~. -.~u~l j%= .".-: J~ -.ç.; SI MOINS DE 0EUX HEURES. INSCRIRE EH MINUTES SINON INSCRIRE LES HEURES COOES Mlh~JTES . 1 Io111 HEURES . 2 N~P . PASSER A 447 ç t__,.:,.ll v z.'= .,.~,.~'Z~ ~ ,~b FACl OE . t DIFFICILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 v "~ v ".-.-i ,~ .~ ~b =u æl -. ,.,I p ~ j._.b~l~JI - (~J1 RAOIO . TELEVISION . I 4~51 u.k ,.~L~.~I ~! f f . . J& ; ; .~ . ,J.'Ç-~'--b~L~ I. ~î,~lj A¢CEPTABCE . PAS ACCEPTABLE ~a,.~.:a.uJ æ., æ~ijI æ J~J æ,-~J ~b:'" ~, . VOIR 201 : MARIEE VEUVE, DIVORCEE [ ] V L, L.t~l I ;, .~= ~I ,.~,, I C - , ; ' ~,L.~. ,'~--3.lj~.= ,~%J 'J'L~-b v-t:,L-II ~,~.JI r,- ~ ,~L».I» C" v ~:'`' ;.-'-" ,.>' J*-~Y ç¢~L-~l .;, .,~II ~ ~L-iJ ¢J ",-;. I I NOMBRE DE FOIS . ~ ] >454 ç ,'11 31j C-,.= ~,- - :~ J l ,',Il ,~i ;j~, ~ jI_~a,1 î~MflRE DE FOIS . Ç~ JOURS . I 464 AUTRES PER.SONNES PRESENTES A CE MOMENT SEMAINES . 2 MOiS . ANNEES . 4 AVANT DERNIERE NAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . t l~ OUI NON I ~t . 1 2 AUTRES :.~îMES . 1 2 AUTRES FEUMES . 1 2 29 227 SECTION 5A : SANTE ET ALLAITEMENT SOt VERIRER 323 : I UNEOUPLL~IEURS~~&~NCES r- - -1 AUCUNE NAISSANCE ~~2 I ~NsCR~RELEN~M~LEN*DEL~GNEETL~ETAT~ESURV~EDECHAOUENA~~SAN~E~EPU~~JANv1ER1~8eD~~~LETABLEAU POSER LES Q~JESTK~ A PROPOS 0E TOUTES CES NAISS~ES, C~MENCER pAR LA DERN~ERE NAISSANCE. (~IL Y A PLUS DE TRèS NAIES~~IC ES, UTILkREZ LIN QUESTK3NNAIRE SUPPLEME~TAIRE) 500 504 N" DE LIGNE DE LA 0.312 I I w«Q. 312 • Q. 317 DERNIERE NAIS~ANC E AVANT,SERNIERE NAISS AV AVANT.OERNIERE N/gS~ ~K)M . NOM . NOM . V V m V bK)M L, ,-,:,a~~ ,~r,. va ~ ~~,. kCEMOMERT.LA . .1 . ACEMOME~.LA . 1, ACEMOMENT.LA . (PASSER A 505) • -ml (PASSER A 505) • I (PASSER A 505) • PLUS T~qD . 2 PLUS TARD . 2 PLUS TARD . ; NE VOULAIT PLUS . . . . . . . . . . : (PASSER A 505) «__ -.~,_lJ J~. Jt,._.~l vw~s . ~ ~T'-- ,~ ¢$tL.,:, i~.'ç ! ANNEES . ~, ~ . NER . 1 NEVOUI~RPLUS . 3 (PASSER A 505) • ç ~ æi5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 A~E~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 WE VOULA~ PLUS . 3 (PASSER A 505) • ~SP . (NOM) .--e ~L-- , . ".:,--~ ,, J- . ~ SI OUI, ," , , , '~i ,~ ~, c ,~ - 'r .,-~l .~. v-,:, ~z-~, ~( , - PROFESSIONNEL DE SANTE MEOECIN . A SAGE FEMME . B INFIRMIERE . C AUTRE PERSONNE ACCOUCHEUSE (TRADk TW~NNELLE) FOPJd E E . . . . . . . . D ACCOUC½EUSE TRADI~ TIONNE3.LE . E AUTRE . ç (EREClSER) PERSONNE . . . . . . . . . . . . . . . G PROFESSIONNEL DE SANTE MEDECIN . A SAGE FEMME . B INRRMIERE . C AUTRE PERSONNE ACCOUCHEÜSE (TRADt- T1ONNELLE) FORMEE . 0 ACCOUCHEUSE TRADI- TIONNELLE . E AUTRE . (PREClSER) PERSONNE . « f t . G (PASSER A ~~09) • PROFESSIONNEL DE SANTE MEOECIN . A SAGE FEMME . 0 iNRRMiERE . C ~UTRE PERSONNE ACCGUCHEUSE (TRADI- TIONNELLE) FORMEE . D kCCOUCHEUSE TRADk TIONNELLE) . AUTRE . (PREClSER) PERSONNE . ~., ~, '~ . G ENCERCLER TOUTES LES PER~¢~3NNESWJES (PASSERA 509) • (PASSERA509) < ,.,~L., " j L . . ç l , .d j L .~ , .~~ oe ~ ou1 . 1 Oui . j . - r i 13._.= ~ NON . Z NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . 2 NSP . 8 NSP . 8 KSP . 8 ,:,t.~ æ~- ,~ .~~. , .,.t-.J I I I I 5~ , / J .~ ;.,-" C" J~ , . -~ l -~~c."~- , .~ ,~ ~.fl,,s,,~o~,,o.~~ . FF-li,-,~~0~'.,,0,T~s . . . . . . . . 1 -71 Ns,,~o.s,TES . F-I--I 30 228 5¢0 510 I',~ ~¢.~~ ;.,-. ~. Jl.,.~1 ~(u.~. ~) ~.u~ OEP, NIERE NAISSANCE NOM . OUI . 1 NON . (PASSER A 5| ~) • 2 ] NSP . NOMBRE . [ ] NSP . AVANT-I)ERNIERE MAI~, AV . AVANT-DERNIERE NAISS NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . N~M j~ 511 A DOMIC ILE PROPRE MA L~ON . 11 AUTRE MAISON . 12 SECTEUR PUBLIC I-IQPITAL PUtBLIC . 21 MATERNITE . 22 MAISON ~'ACCOUCHEMENT .Z3 AUTRES . 24 SECTEUR PRIVE CLINIQUE . 31 AUTRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 (PRECI~ER) A DOMICILE pROPRE MAtSON . 11 AUTRE MAISON . 12 SECTEUR PUBLIG HORTAL PUBLIC . 2~ MATERNITE . 22 MAL,~ D'AC CO~JCHEMENT .23 AUTRES . 24 SECTEUR PRIVE CLINIQUE . 31 AUTRES . ,41 (FREC~Eæ A DOMIC ILE P~PRE MAISON . I AUTRE M.4U,~ON . 12 SECTEUR PUBL IC I-IQRTAL PUBLIC . 21 MATERNITE . 22 MAISON ~AC COUCHEME~NT .,. 23 I~TR~S . 24 SECTEUR PRIVE CLINIQUE . 31 ~UTRES . 41 (PREClSER) 512 ~ v-.=l,:~.-.= - -,--.L, ~ ~ ~l., - • T ,»,-;,i INS~TER SUR LE GENRE DE PERSONNE ET ENCERCLBq ' TOUTES LES FER$ONNE$ CffEF.S. PERSONNEL DE SANTE MEOECIN . A SAGE FEMME . 8 INFIRMIERE . C AUTRE PERSONNE ACCOUCHEUSE ('rRAOk TIONNELLE) FORMEE . D ACCOUCHEUSE TRAD~- TIONNELLE . E PARENT . F AUTRE . « (PRECtSER) PERSONNE . H PERSONNEL DE SANTE MEDECIN . A SAGE FEMME . O ~RRMIERE . C ÅUTRE PERSONNE ACCOUCHEUSE Çn~ADI* TONNELLE) FORMEE . D ACCOUCHEUSE TRADI- TIONNELLE . E PARENT . F AUTRE . O [PREC~SER) PERSONNE . H PERSONNEL DE SANTE MEOECIN . SAGE FEMME . B INRRMIERE . C AUTRE PERSONNE ACGG(JCHEUSE (TRADI- TIONNELLE) FORMEE . 0 ACCOUCHEL~E TRADI- TIONNELLE . E PAFIE~IT . F AUTRE . G (PREC!SER) PERSONNE . H 513 A TERME . 1 PREMATUREMENT . 2 NSP . 6 A TERME . I p REMATUREM ~4T . 2 NSP . 0 ATERME . 1 PREMA'ilJREMENT . 2 NSP . O .J . . t ç ----,r,. ~ ,.kI,j oel . ~ Ou~ . T ~Jl~oN . . 21 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I~N . 2 229 31 515 516 517 OE~IERE NAI~&~~,C E NOM . TRES GROS . I PLU~ GRO$¢~4JE LA MOYEk¢'NE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 æYEN . 3 PU~S ESTIT ~ JE LA MOYENNE . 4 TRES PETIT . S NSP . S AVANT-DERNIERE HAI~; TRES G~ . t GROS QUE LA MOYENNE . 2 MOYEN . 3 PLUS pETIT G~E LA MOYENNE . 4 TRES PETIT . 5 NSP . AV AVANLOERNIERE NAI~ rRES GP~OS . ~t.US GROS QUE LA MOYENNE . ~AOYEN . ~'LLIS PETIT QUE LA MOYENNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . mES PETIT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~I~.-JB æ ~ ("~) ~1~.; ~ OUI . 1 k~N . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2] NON . . . . . . . . (PASSER A 5 8) . IPASSER A 520) _ ,r ~ (.=) c, ,< j6._~I KILOGRAMMES . [~ , [~ NSP . 98 I'(ILOeRAMME S . . . . . . . . . . . . . Ç~,[--] NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 (PA,~$ ER A 520) ~UI . I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (PA,T~ E R A 520) ,: (ILOGRAMMES . . . . . . . ~[~] ~SP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9,8 IPASSER A S20) 510 1 519 520 1 52.1 ~32 ~CRIRE "X" DAN6 LA COLONNE 3 OU CALENORrER POUR LE MOtS ~UNANT LE MOIS DE NAISSANCE, ET Pou~q CHAQUE k~OIS JUSC¢rAU î~C4S ACTUEL (oe JU~OLr A LA GRO,¢~ESSE ACTUELLE). (PASSER A 52 1 ) =,,,~.~.ft-. ~ G.-* JL=,,,-~.I .~~ .~L,,. ~ . . VOiR 326 : FEMME ENCEINTE ? I~CRIRE "X" OANS LA COL~NE 3 OU CALENDRIER POUR LE NOMBRE DE MOIS OU LES R E-GLES SONT ABSENTES EN COMMENTANT PAR LE MOIS SUIV/~~T LE MOIS DE NA~SANCE Si M(HNS D'UN MOIS, SANS REGLE$, INSCRIRE '0" DANS LA Cœ 3 POUR LE MOI5 SUNANT LE î~OIS 0E î~I.çSANC E PAS ENCEINTE ENCEINTE OU PAS SURE [~ ? (PASSER A 524) I '~ . ~~1 Y I .~L., ,.~b I ' '~"~, . . . . . '~ ' i» ,~E. , ;2 ; ;~ . ',1 I I ° . ' 523 IN~C RIRE "X ° DANS LA COe(~NNE 4 DU CALENORIER POUR LE MOiS SUWAHT LE M~~IS OE NAISSANCE ET POUR CHAQUE MOU JUSQU'AU MC4S ACTUEL (PASSER A 525) 32 230 ! 524 J INSCRIRE "X" DANS LA CŒ. 4 0u CALENDRIER PCUfl LE ~ lS SANS RB.Ai3ONS SE~1JELLES EN I • • C(~MM~ PAR LE î~OIS SUIVANT LE MOiS DE NAISSANCE. ~,~G ~ ~-- ~, J L ,~ SIMOINS0~JNMOISSANS RB_kT1ONSSEXUELLE~.INSCRIRE'0"DANSLACOL 4OUCALENORIER (NOM) . I~~JR LE MOI8 SUWANT LE î~OIS OE NA~SANCF- I I~~ [ INSCRIRE "J" DANS LA COLONNE 5 0U CALENDRIER F~3UR LE MOI~ SUNANT LE MOIS DE NALSSANC E. 527 " , .~ , .~ ,~.= ' j »L* , .~Y, . . , ( l~ .q . MERE MALAOE/FAIBLE . O* ENFANT MALADFJFAi8LE . 02 ENFANT DECEDE . 03 PRO~.EME 0E SEIW QE BOUT DE SEIN . LAIT INSUFFISANT . 0'~ TRAVAILLE . ~AhrT A REFUSE . 07 i AUTRE . O~ (PREC~ER) (PASSER A 538) < - - MERE k~LA DE, FAIBt.E . 01. ENFANT MALADE/FAIBLE . 02 ENFANT 0ECEDE . 03 P~OBLEME DE SEIN/ 0E B(3~JT 0E SEIN . 04 LAK INSUFFISANT . 05 TRAVAILLE . 06 !NFANT A REFU6E . 07 ~UTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 011 (PREClSER) (PkSSER A 538) ¢ ~ MERE MALADE/FAIBLE . 01- ENFANT MALAOFJFAIBLE . 02 ENFANT OECEOE . o3 PROBLEME DE SEIN/ DE BOUT DE SEIN . O4 LAIT iNSUFFiSANT . 05 TRAVAILLE . 08 ENFANT A REFUSE . 07 AUTRE . 08 (PRECLSER) (PASSER A 5381 < - - E E , .~. .~J J l~ ~L . IMMEOlATEMFJ4T . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 000 ~~C,_pII , : L .~ HEURES . 1 OE SI MC4NS OE t HEURE, JOURS . 2 ~~RC RIRE ~ HEURE. SI MOINS DE 24 HEURES. IIN~¢RIRE DES HBJRES, AUTREMENT, INSC RIRE DES JO~JRS, VOtR 317 : VNANT 0ECEOE (PASSER A 536 • _ ° . • INSCRIRE "X" DANS LA COLONNE 5 DU CALENDRIER FOUR LE MOIS SUIVANT LE k(Ol$ DE NAi~SA~C E. ET POUR CHAC4JE MOIS JusQU'AU ~SACTUrq. 231 33 S3~ M4 630 I SI ~ îqCN NLI/~RîI~JE. IN- 81ZTER I~OUR EV,M.UER LE ORE , ( ' - ) • .:-~.'--.~ ;.-. SI ~ NON NUMEROEE IN- SISTER POJR EW~.UER LE BRE r j L~ I (L '~I) " ; ' : , ; L .1 l,î~~ b - .»ç.,.,,Ji ~ .L . I I - .L.J~ - ~J.,.~Ju ,.,.I_~i «L,~Z - ; . ,~t yj ,d.Jl J.Lp -~L~ (t,,,-.~1 ~~. . æ , ~_,-~ v, z._.,, u~L. v.= VOIR 534 : NOURRITURE OU L IQUIDE DONNE H IER v' : ---'.a ~ ~ JL,.~.I - ' Fr-] O'ALLArTEMIE~ DE NUiT ~ . E O'/¢LArFEMB¢rs OE JOUR oui NON EAU . 1 EAU SUCREE . 1 JUS . 1 THE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ~FUS~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I LNT EN BOITE BEBE . I FRAIS . 1 LAIT EN BOITEJP~JDRE AUTRES LIOelOES . . . . . . . . . . 1 AUMENT SQLIOFJ EN BOUILL)E . I 2 "OUi" POUR RIEN OU TOUT UNOU PLUS g V v (PASSER A 53~ PASSER A 54O) INSCRIRE "X ° DANS LA COLONNE 5 DU CALENDRIER FOUR LE NOMBRE DE f~tS O'ALLAITEM ENT, COMMENCANT PAR LE MOIS SUIVANT LE MOdS OE NAI,S.SANC E SI klC4t~ D'UN MOiS D'ALL)JTE~F~ iNSCRIRE 'Ce O/~JS LA COLONNE 5 POUR LE MOIS SUIVANT LE MOIS DE ~ISSANCE MERE MALA DE/FAIBLE . Ot ENFANT îVlALA DEJ FAIBLE . oe ENFANT 0ECEDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 PROBLEME OE SEIN/ OE BOUT DE SEIN . 04 ZJUT ~NSOERSANT . . . . . . . . . . . . . . O5 TRAVAILLE . ~ : ENFANT A REFUSE . 07 AGE OU SEVRAGE . 06 TOUBEE ENC EIZ¢rlE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 09 A COMMENCE A UTLISER LA CONTRACEPTION . I0 AUTRE . 11 (PRECL~ER) MErlE MALA DFJFAIBLE . 01 ENFANT MALADE'FAIBLE . 02 ENFANT OECEOE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 PROBCEME DE SEI~ OE BOÜT DE SEIN . . . . . . . . . . O4 LAK INSUFFISANT . . . . . . . . . . . . . . . . . 0S TRAVAILLE . 06 ENFANT A REFUSE . 07 AGE OU SEVRAGE . 08 TOMBEE ENCEINTE . A COMMENCE A UTIUSER LA CONTRACEPTION . 10 AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 (PgECZSER) MERE MALA0 E,'FAIBLE . o l ENFANT MALA DFdFAIBLE . 02 ENFANT OECEOE . 03 P~O8LEME 0E SEIN/ DE BOUT DE SEJN . 04 LA(T INSUFF ISANT . 05 TRAVAILLE . ENFANT A REFUSE . 07 AGE OU SEVRAGE . 08 TOM8EE ENCEINTE . 01) A COMMENCE A LrTILIS ER LA CONTRAC EPT',(~ . 10 AUTRE . 11 (PRECLSER) 34 232 VOIR 317 : ENFANT VIVANT ? t¢.~ -~I ;et'~ v" i~ ,,t~j.~ : L~. (t,),-;'--'~ ~. , æ vj ,,d,,Jl Jç., ç .L._Il • L« ,~ k.'- ~= DERNIERE NAt~,&NC E VIVANT ~V DECEDE ? (PASSER A 540) ,.~b .Jt.j.j oe~ . (PASSER A 543) : AGEENkîOIS . ~ I I JAMAIS DONNE . AVANT.OEN41FJIE NAglS, AV AVANT DE~~IIEFIE , o , . , o , .: . : . : . V (PASSERA 540) (pASSERA 540) m v m vm NON . ~i ~ . (PASSER & 543) ~ (PASSER A 543) AGE EN ælS . ] I I I I I JAMAIS IX3¢4N E . l--r-1 AGEIå~MOk~ . ] I I dAM~ 0ONNE . g~ $1MO(N OE I MO~. IINSCRIRE "00" ENFANT VIVANT ? VlV.~rT ¢,~ c.,u~ Jç., u~l vj ~uJ v V.= (,=) . - .~ NOM ,~'l, i r ' - -T'- ' l AGE ~ I~~ . i i i JAW,!S O0'~E . 96 AGE E~ I,¢OI5 . ] I I I%1 ,,rAMAIS DONNE . AGEENUOtS . t I I JAMAIS DONNE . 96 AGE EN ælS . ~ A~E ~11dOk~ . Ç -~ JAMAIS IXJNNE . 96 JAMAIS ~NNE{pA~~ER . A 543) 0ECEOE [~ V (PASSERA 543) I (~,JI . t NON . 2 î~P . Il L.L.J JAMAIS 0CNNE . g~ - - I~GE ~1 MOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I I JAMAIS DONNE . I, GE I~~IS . ] I I r - " r -1 ~GE~IMOIS . I ] I DONNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (pASSERA 543) ~ L~~~~ ~ ili i~i~ i ~ ~ ~ ILII ~ !: i~~i:i~!~~iiii~iii~!~ i~~ ~ ~ili ~ RETOURNER A 503 POUR LA NAISSANCE SUIVANTE ; OU, S1L N'Y A PLUS DE NAISSANCE, PASSER A 544. 233 35 544 5416 VOIR 316 : Y-A-T-IL NAISSANCE EN 1983-84-85 ? OU' ~ v NOM DE LA DERNIERE NAISSANCE AVANT 1986 m NOM (NOM) ,549 . i OUI . I I NON . 2 - -> 547 5441 I-i-1 "l ,t .;:.'- Il ~ .,P, .: ~ ~ ~.~~ I._,.~. b.,, ~ b,, j~ . . J , i ~ts . I I I NE SONT PAS RETOURNEES 96 I(~ " ., ~,. 5'~ * .':? I) Y . y ; J i., 54g VOIR 501 : UNE OU PLUSIEURS NAISSANCES I I DEPUIS JANVIER 1986. J . / , # (PASSE A 551) AUCUNE NAISSANCE DEPUIS JANVIER 1986 I 36 234 SECTION 5B : VACCINATION ET SANTE m MDEL~ DELAO. 312 ~RO 312 AQ317 • «1 slou:~ ~ v.J ~ . ,.,'u .,m J.t.~. b ,'< ~ t., ,.~lj J~.~.~J~~ ~~Lç-l~ M~ {~) CO~IB~ LES DATES DE VACCINATIONS ~OUR CHAQUE VACCIN A PARTIR DE LA CARTE ('2} I~RIRE "44" DANS LA °OEDAINE ",JOUR', SI LA CARTE INOII~~JE ¢KtUNE VACCINATION A STE FAITE MAIS LA DATE N'A PAS ETE REI~DRTEE BCG PDAIO 1 POUO2 FOUO 3 OTCoq 1 DTCoq 2 DTCoq 3 ROUGEOLE NOllER LE NOM ET LE EP DE LIGNE DE CHAQUE NAî$SANCE DEPUIS JANVIER t~ DANS LE TABLEAU POSER LES OUE~I'IONS A PROPO~ DE TOUTES CES NAISSANCES COMMENCER PAR LA DERNIERE NAISSANCE (~'lt. Y A PUî6 DE TRO~ NAI~~,ANC ES, UTit,.IS F.Z UN QUESTIONNAIRE EUPPLEMI~n'AIRE), m 0ERNIERE NAISSANCE m v m v m (~11, VU . I (PASSER A 5541 • / (TdI, NON VU . 2 (PASSER A 556) <,.~.---.,.--J PAS DE CARTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 OUI . ,. 1 . (PASSER A $5B) , c ~ NON . 2 JOUR MOIS ANNEE M m AVANI'-DERNIERE NAISS AV AVANT-DERNIERE NAISS. w, oç 0ECEOE% V,V,~~ DACEDA~ i ~ V mB V V V - - (RI~J8 ER A 554) < (PASSER A 5541 • OUI, ~ON VLJ . 2 z DUI î'X3N VU . 2 (PASSER A 55B) • I (PASSER A .ç64~) • PAS DE CARTE . . . . . . . . . . . . 3 pAS OE CARTE . 3 JOUR MOIS ANNEE BCG BCG P2 P3 Dt 01 I SI TABLEAU COMPLEMENT REMPLI, PASSER A 558. OUI . 1 . (INS LSTER SUR LE TYPE DE VACCIN ET INSCRIRE "1~ DANS LA COLONNE CORRES- PONDANT AU JOUR EN 554) • NSP . 8 - ENREGISTRER "OUI" SEULB4ENT $1UERC~JETEE MENTIONNE LE(S) VACCIN(S) DU BCO, OTCoq 1-3, POUO ~.3 ET/OU ROJG EOLE (PASSER AS~)< I JOUR MOIS ANSEE BCG Pl P'2 P3 D1 02 D3 ROU (INSISTER SUR LE TYpE DE DANS LA COLONNE CORRES- PONOANT AU JOUR EN 554) < mN . 2- I~P . 8 . (PASSER A 5581 • OUI . I (INSISTER SUR LE TYPE DE VACCIN ST iNSCRIRE DANS LA COLONNE CORRES- FONOANT AU JOUR EN ~54) < NON . 2 1 NSP . B (PASSER A 558) « 37 235 I I 5~7 r~ DERNIERE NAll~~~~~C E AVANT-OERI~SSE î~~~, AV. AVN~ff-0 EI~'~I ERE ~~~S. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NOM . ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . OUI . 1 ou I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . 2 . "1 (PASSER A 558) . | (PA~ER A 5581 • SSP . 8 J NSP . 8 . ou I . ] (PASSER A SM) • SSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 ;~ L.:,JI J%,, v-' .AI, J-.Jl ~"-Z. : < l læ jl.,.~ ~j._J SI ouI : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ç VOIR 317 : ENFANT VIVANT ? ouI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 . 2 NSP . 8 ouI . . . . . . . . . . . . . . NON . P¢SP . . . . . . . . . . . NOMBRE DE FOIS . . . . . . { ' - ' ] ouI . NC~ . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 VIVANT V~ OECEDE (PASSER A 560 l v oui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . oui . NON . NOIN . 2 NSP . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 ouI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ou 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~ . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . a î~OMSRE DE FOIS . ~1 NOMBRE DE FOIS . I~ m L~J iiiiiiiiiiiii'~ ou~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 -o~ o~c~o~ l v~.~~ o~c,o~ T (PASSER A 5601 PASSER A 560 I v V m RETOURNER A 552 POUR LA NAISSANCE SUIVANTE, OU, S'IL N'Y A PLUS DE NAISSANCE. PASSER A 590. (L~ D I OUI 1 I NSP . 6 NSP . e oui . i oui . I NON . 2 NCN . 2 NON . 2 NSP . 8 I I OUI . 1 OUI . I OUI . 1 1 I I NON . (Pî~,$ER A ~5)<~2 NON . (PASSER A 565)<~12 NON . (PASSER A 51IS) < 2 38 236 r~ ,.=t, ~u ,,~~ ~t.,., z4 æ (~ :-«.) a,.gt . .~~ ç~ :«<H $IMOINS DE 1 JOUR. INSCRIRE ~. DEI~IERE NAINE AVANT,OEI~~IE N~î~. NOM . NOM . QUI . 1 . 2 îa,,Sp . 8 JOURS . ~ ~ ] , , , ,~b ' : -« ' ~~. .= , 'H OU' . ' ,.>,.,~ ;,C,j~. ~- ::.:~ ~~ NON . 2 RSP . : . . : . , QUI . N~N . ~SP . . îOURS . QUI . 1 NON . 2 h~P . 8 AV. AVANT-OER~E~E EI~J~S, OLJl . 1 NON . . 8 JOURS . ~ ' ~ QUI . 1 î~~ . ~R . VOiR 560 ET 561 : AUTRE REVRE OU TOUX ? • (RASSER A 57~ I~~. ~~" ~ -~-~.~» ~',,I OU' 'K . 5~e ~t Z , - <l l j ~~l : 11 ~ a-'.,.21d ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • (PASSER A ~68) c NSP . "OUI" D~N$ "OUP DANS ~f,0 OU 561 SS0 OU 561 AUTgE • I I V OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . t OU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 N<~ . 2 NON . 2 (pASSER A 5~8) < ] ] NSP (pASSER A 5~8) < NSp . Il . 8 ~7 ç ;r :_ <tl j ; j I : I l II~JECTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A ANTIE~OTIQUE (PILULE OU SIROP) . B ANTI.PALUOE~I (pI.LILE OU SIROI~ . C SIROP CONTRE LA TOUX . D AUTRE PLU~ OU SIROP . E PILULE OU SIROP INCONNU . F REMEDE-MAISO~ R .~ES ME01CINALES . G AUTRE . H (FREC~ER) INJECTION . A ANTIBIOTIOUE (PILULE OU SIROP) . B ANTI-PALUDE6N (PLLILE OU SlRO~ . C SIROP CONTRE LA TOUX . O AUTRE PILULE OU EIROP . E PILULE QU SIROP INCONî~ . F REMEOE, MAISOt# R J~S MEDICINALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G AUTRE . H [~ECSER) INJECTION . A ANT1BIOTIOUE pLULE OU SIROP) . 8 AN13.PALUOE~ (PCULE OU S IP~~I . C SIROP CONTRE LA TOU~ . 0 AUTRE PILULE GU SIROP . E PILLK.E OU SIROP INCG~I~U . F REMEOE-MAISO~ PLANTES MEOK~INALES . G AUTRE . H (~EC~ER) I t~RIRE TOUT CE ~J1 EST CiTE NON . ~ . 2 NON . 2 l (PA=~A 570) ~ (PA=~ A570) , 1 (PA=~ A570, < 1 ç L* . , . J t . = I INSCRIRE TC~rT CE OUI EST CITE SECTEUR PUBLIC HOPITAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CENTRE DE S /~r l 'E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . O L~°ENSAI RE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C EQUIPE MOBILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . O PERSONNEL [TINERM~T . E SECTEUR PRIVE CLINK~E . F PHARMACIE . G MEOECIN PRIVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . H AUTRE PRIVE FQIH . æUTI(~JE . J AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (PREC~SER} SECTEUR PUBLIC k~PlTAI. . A CENTRE DE SANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E DISPEN~. /gRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C ~LqPE M(~ILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0 PER~NEL mNERSNT . E SECTEUR PRIVE CLINIQUE . F PHARMACIE . G MEDECIN PRIVE . H AUTRE PRIVE R~IH . I BOOelou~ . J AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ; . . . . . . . . . . . . . . . . . K (PRECI5ER) SECTEUR PUBLIC HOPITAL . A CENTRE DE S&NTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B OISPENSAIRE . C EOUIPE MOglt.E . 0 PERSONNEL ITINE RANT . E SECTEUR PRIVE CLINIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F PrIARMACtE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G MEOECIN PRIVE . H AUTRE PRIVE FQ]H . I BOUTIQUE . J AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . K (PRECISER) 39 237 OERN~ERE ~~)S~MNCE 810 NOM ~.=, ~. , . . , ~ =,-. , . , . . .~ . .~~ ,.,.la NOM ~ J : -;':~;L,.,L~ NON. I~p . AVANT-OERNIERE NA i~~ NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I (PASS~A 572) J I p~.¢S~ A572~ • I . il NSP . 0 AV AVANT- OF.I~IIF.qE ~~1~ OUI . , . 1 (P~ER A 572) . ] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 N~ I . 8 i 871 S~ 5"~3 574 RETOURNER A 552 ~OUR LA NAISSANC b S~ VANTE ; OU. S'IL N'Y A PLUS DE NAISSANCE. PASSER A 5gO, L .~I~I I ~b.I. 24 J l ~,~ oe l . I {Xl l . , j : .-:,., ~.,t_~. [ N~a, . , iN .~ . o r j~~.~i .~ LZee~. ~ JU._=1 SI MOINS DE ~ JOUR: IN,RIRE "00" ~.~k J I æ l,,~dl ,.~L.ç ~,~lj OUI . OUI . 1 NON . 2 NSP . 8 (PASS~ A 578) OLJ I . I . 2 NSp . 8 JOURS . O~. J i . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . +. 1 NON . 2 î~~SP . 8 (PASSF.~ A 578) OEI~~E.q ENFANT ENCORE ALLAITE ? V (pASSE~ A 578) 5711 5"rt æ Jt,+.,,J= ,.:)= < out . J l~ .~1~.~11 . ~L,., '.4. æ.~ ,.~L,I ç ~t .~. j I NON . 2 "~ '1 (Px.~~ A 578) , t j ~ » :~~ ~j ~ ~J3 J . I j Au~uB¢rs . I ~li ~.~L Jt. e ~.,.»,~ ,,~~:, vj jt+.,~i ~ ,.~,<L. ~dBAE . I PLUS . 2 MOINS . 3 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 MEME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PLUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~JOINS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ME.UE . I PLUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 MOINS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 40 238 579 5ao ,,o,, ~ ' I~E~'7 ~ . . . . . . . . . . . . . J tp , J I ~~. ~ j . .~ NON . 2~ PASSER A 5~1 • I NSP . a AVANT-DERNIERE NIM~. QUI . 1 NON . (RA~ER A ~I) < NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AV. AVANT-DERNIERE NAISS. NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (~JI . 1 NON . (RAS~ER A ~.r~l ) « N~P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 .e. I- ~ • ::: L-I ~ l j Eh~ERCLER TOUT C E Q(JI EST CKE LIQUIOE DES SACHETS SRO . A LIQUIDE REC~MANOE ET FAff A LA MAL~ON . B COMPRIME OU S&BOP . C INJECTION . (I.V) INTRAVEINEUSE . RE.MEOE MAISON/ PLANTES ME01CWALES . BOUILLIE EAU DE RIZ . G SOUPE DE CAROTTES . H PLUS DE LIQUIDE . I EAU . AUTRE . (PRECISER) LK~[DE DES SACHETS SRO . A LICUtO E RECOMMANDE ET FAIT A LA MAISON . B COMPRIME QU SIROP . C INJECTION . D (IV) INTRAVEINEUSE . E REMEDE M~ISO~ PLANTES MEOfCINALES . F BOUILLIE EAU OE RIZ . G S~JPE OE CAROTTES . H PI.US DE LIQUIDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I F.~U . • AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . K (PRECISER) LIQUIDE DES SACHETS SBO . A LIQUIOE RECOMMANDE ET FAff A LA MAISO~J . B COMPRIME OU SIROP . C INJECTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0 (IV] INTRAVEINEUSE . E REMEOE MAISOW PLANTES MEDIClNALES . F BOUILLIE EAU DE RIZ . G SOUPE DE CAROITES . H PLUS OE LIQUIOE . EAU . AUTRE . K (PRECI$ER) 581 çdl ; I t J~j Ij. QUI . 1 NON . (RASSER A 583) J QUI . t NON . 2 (PASSER A 583) < QUi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . t P~ON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (RASSER A 583] ~ I 5~2 ~L. .~ I 13-= v • : IL "~ t IjJJI 13.~ .,-,z! ~ ~ "2 :IL ,.,r. b ENCERCLER TOUT CE QUI EST CZTE SECTEUR PUBLIC HORT/¢ FUBL~C . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A CENTRE DE SANTE . B OISPENSIMRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C EOUIPE MOgiLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D PERS~NN EL ITINERANT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E SECTEUR PRIVE CLINIQUE . F PHARî¢ACIE . G M~DEClN PRIVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . H AUTRE PRIVE FOlH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . BOUTIQUE . J AUTRE . ~( (PRECISER) SECTEUR PUBL IC P~PlTAL PUBLIC . A CENTRE DE SANTE . B OlSPENSAIRE . C EQUIPE MOQILE . D PERSONNEL ITIN E RANT . E SECTEUR PRIVE CLINIQUE . F PHARMACIE . G MEOECIM PRIVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . H AUTRE PRIVE F~IH . BOUT~UE . AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . K (PRECISER) SECTEUR PUBL IC HOPrTAL PUBLIC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A CENTRE DE EANTE . B DISPF.NSNRE . C EOUIPE MOBILE . 0 PE RSC~NNEL mNERANT . E SECTEUR PRIVE CUNIQUE . F PHARMACIE . G MEOECIN PRIVE . H AUTRE PR IVE FQIH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I æUTICUE . J AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . x (PRECISER) 239 41 N" ~IR ,ç~O : LIQUIDE D'UN SACHET SRO CITE LIQUIDE $I=O PAS CITE 13 OERNIERE NAISSANCE AVANT-DERNtERE NAISS . NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LIC¢IIDE SRO LIOJtDE LIQUIOE SRO CITE SRO PAS CEE v [ -~ v (PASSER A 585} (PASSER A 585) AV AVANT-OERNIERE NAINS NOM . LîOJIDE UQUIOE SRO SRO PAS CITE CITE [~ ['7 V (PASS~ A 5851 584 JL(.JJ ~ ,',L~ u,-6 ~.~lj JL,.J J6.= ~,.6JI ".~.,.I ç . L J . I (UOUIDE OIJN SACHET S~O) OUI . 1 NON . 2 - {PASSER A 586) • NSP . 8 . OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 î~ON . (PASSER A 586) < NSP . OUI . 1 NON . 2 (PASSER A 586) < NSP . B 585 .«~-~~.Ij~ ~JL~= J~~ L,-~J~ ~ .'-', Sl MOINS DE 1 JOUR, INSCRIRE "00", NSP . 98 JOURS . ~ - ~ NSP . 9,8 ~OUR~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP . 98 MG' VOqR 580 : LIQUIDE RECOMMANDE ET FAIT A LA MAISON CEE LIC~IDE LIQUIOE MAISON MAISON PAS CITE CfTE E~ (PASSER A 5881 j,; ,, ~ ~~-~ jtL.~ ;= ~ ej I L= ~.~lj OUI . 1 qr jl,.~JI ~ . l (PASSERA589) < NSP . ~, LIQUIDE LI(~IIDE MAISON MAISON PAS CITE CITE [~ ~ v (PASSER A 5881 LI~JIDE LIQUIDE MAISON MAISON PAS CKE °~ .-3 v ~ (PASSER A ~1 I V i V OUI . t OUI . 1 NON . 2 . NON . 2 ] (PASSERAS~~) • (PASSERAS~9) • NSP . 8 - NSP . B %_~~#.=I jb.~ ~. JL.~I ç ,L~II 13._A (INGREDiENTS REC.JOMMANOES) ? SI MOINS OE 1 JOUR INSCRIRE '00" NSP . 98 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 NSP . 98 1 5m ! RETOURNER A 552 ÆR L'ENFANT SUIVANT. OU. S'IL N'Y A R.US D'ENFANT PASSER A 5~ 42 240 PASSER N" I QUESTIONS ST FCTRES I COOEE , A 591 VOIR 580 ET 584 (TOUTES LES COLONNES) : SOLUTION SRO t -~ • 595 OIJN SACHET [ I S(~UTION ERO D'UN ~CHET I I DONNEE A UN DONNEE A AUCUN ENFANT ENFANT OU ~] 580 ET 584 NON POSEES ~" ~.»b .~ «: ~ "d ~_~i ex . Jy æ . ~ , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , - . ~~~ I ! « J . NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1 I NON 2 • 597 .~rrREN LE SACHET 5~ 13,J Jç J L-,.J.,.JI ~- .,-. ,r'-" « ' - " ~"-" " l ' I ~, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , • . , ; . "'Il . ~ . ~ j l~ ~. t~ , . . . : , « NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 - •596 I ~~ONT R E R LE SACHET} UESECIN . 5=JOA ~ ŒEj,--~ ~,,~I ~~.~1 INFIRMIER . . . . . . . . . . . . . . . 2 PHARMACIEN (PRECIEER) 3 Jj~J j L4 . ; I AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 5¢4 ~ l j L~~JI 13--i ~ ,~ J I ~ . j - .= ~L , ;~- , J J J I TC~*JTLESACHETENUNEFOIE I ç ~*--=~ L(-~= ~ ~j ~1< ;.,.~:.~ t ~r.~j.~ I PARTIEOUSACHET . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2"--: ,S~6 5¢6 ,/.=.,., j l - . ." . i :._~F LL, æ.,_., , rL . ;.,_.--:.i ~: ~ ,{.JI J~., 1,2 LITRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 LITRE . 02 I LITRE 1/2 . 03 2 UTRES . 04 SELON INSTRUCTIONS DU SACHET . 05 AUTRE . 06 (PRECIEER) NSP . ~B 5ge Sg7 ç L~--L=JI JL.j= ml ~.::~'1 31 • c : :T :13 b.' ; ° INSISTER INSCRIRE TOUS LES LIEUX CITES VOIR 580 ET 587 (TOUTES LES COLONNES) LIQUIDE RECOMMANOE l ET PREPARE A LA MAISON 0ONNE A UN ENFANT V SECTEUR PUBLIC I-io PITAL PUELIC . . . . . . A CENTRE DE SANTE . . . . . . . . . . . . . 13 DISPENSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C EQUIPE k(OEIL E . O PERSONNEL ITIN ERANT E SECTEUR PRIVE CLINIQUE . . . . . . . . . . . . . . F PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G MEOECIN PRIVE . H AUTRE PRNE FQIH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i BOUT;QUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . J AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . K (PRECISERI LKTJIDE RECOMMANCE ET PREPA AE A LA MAISON DONNE A AUCUN I [ ENTANT OU 580 ET 587 NON POSEES 241 1>601 I 43 I ~ ET RLTRES c i . ,~1,11 ,.,. æ ~.~,.~æl .~l ~ ~ ~~ COOES SECTEUR PUBLIC HORTAL I=U~.IC . A c~~rrRE OE I~ANTE . B DISPENSAtRE . C EOUIPE MOSLE . 0 PERSONNEL. I'rINEI:L,M~ . E SECTEUR PRIVE CLINIO~JE . F RHARMACIE . G MEDECIN PRn/E . H AUTRE PRIVE Bou'r~~UE . ,I AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . K (PRECLSER) P~R A 44 242 SECT ION 6. MORTAL ITE MATERNELLE . . y . . . • . : )~t_. ,,-ub ,~.,.~1 ~~ æ æ ~ ,.:- æ~., .'J,--. « -.:- æ) ~~.,-~ ENREGISTREZ LE NOM DE TOUS LES FRERES ET SOEURS SI AUC UN FRERE OU SC]L:UR ~ • PASSER A 701. «')"="«')~~'f I . I . I . I . I . ~(]~¢.~Jj ~j ~ ~.&rj HOMME . I k~MME . I HOMME . I HOMME . t HOMME . !HOMME . I -~ME . 1 çE f~E . 2 FEMME . 2 FEMME . . . . 2 FEMME . 2 FEMME . 2 FF .~E . 2 FEMME . E I l I I I I 1 I 804 JJ~zL, G4OMI~.~IJ OUI . I OUI . 1 OUI . 1 OUI . I OUI . I OUI . I OUi . 1 PASSERAeOT<.-. PASSERAOO7<-.- PASSERAeOT<---- PASSERAS07<---] PESSERA6OT<-.-- PASSERAeO7<---] Pr4.SSERA607< ~] m NSP . 8- NSP . 9. NSP . 8"1 NSP . . . . . . . . . . . . . . . 6"1 NSP . .8~1 NSP . e 18 NSP . ,~ pASSeR A (7) <- - J PASSER A (2 ) <----, PASSER A (3) <---- PASSER A (41 <---- prr~ER A (5) <-- ' - PASSER A (8) <- - " PASSER A (8) ( - - - I I I J I I " æ~~'" I - I -1 i ~ I - - I - I ! r - r - I I - I -1 I - - I - I r -T -1 ç ( l~J~'¢) " t~ SI< I5ANS SI< 1SANS SI< 15AN$ i SI< I5ANS SI< 15 AN~ SI< tE ANS SI< lSA~~ ~ESSER A (2) PASSER A (S) PASSER A (4) J PASSER A {5) PASSER A ~) PESSER A Ç/) PASSER A ~) i l i i i i i 1 NON . 2~ NON . 2 . 2 ()~.,Jl~.* * J t ) -~ ~~) I~« ' ;~ N °N . 2 NON . 2 NON . . . . . . . . . . . 23 NON . 2 ? PASSERA(2)<--- PESSERA(3)<---.]PASSERA(4)<---~ )~ESERA(5)<--- PASSERA(S)<--- PASSERA(?~<-.* PrtSSERA(g)<-- go 3-. I.L, Jt.,,~l , ~o)o~. ,~~ ,,, r-T- I r-T-3 F- I - ] F--r-3 I-- I- I r--r-I r--I-3 ç (~) ~ L-,, ~ ~ SI "~MME" OE SI "HOMME" OU SI '~MME" OU SI "HOMME' OU SI "I-~MME' OU SI '~MME' OU SI "HOMME" OU OECEOE AVANT OECEDE AVANT DECEDE AVANT )ECEOE AV~qT DECEOE AVANT DECEOE AVANT OECEDE AVANT 15 ANS 15 ANS 15 ANS 15 ANS 15 ANS ? 5 ANS 1 e ANS F~ESSER A (2) PESSER A(3) PASSER A {4) PASSERA(S) PASSERA(S) pkSSER A (7) PASSERA(S) C14 I (NOM) ,.~L~ ç ,:.,; I.==,) ets OUI . 1 ~1 . f NON . . . . 2 PASSER A (3) < . OUI . 1 / PASSER A 613 <--J NON . . . . . . . . . . . . 2 NON . 2 i i OU~ . I , OUI . I PASSER A 818 <--. I PAEEEN A 01C <-.] NON . 2 il NON . 2 OUI . . . . . . . . 1 OUI . 1 NON . .2] NON . 2 PESSER A 614 <-- ]~ASSER A 614 < . J I OUI . I OUI . 1 PESSER A ele <.] PASSER A ClC <---] P,~N . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . 2 NSP . 0 NSP . 6 ~t~)l . I C~e . 1 OUI . I OU I . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . 2 ~ . 2 NON . 2 ~ . 2] NON . 2 PESSERA(4)<---] oASSERA(5)<---] PASSERA(C)<---] PESSERA(7)<--- P~SSERA(e)« - - ] ~~ - C(JI . 1 ÕU i . I G(JI . f OU I . 1 "ESSERA0~3,--I SE~ïë;;:,:!] PASSERA«S,.I PASSER*S,=<-I P~,SERJ«~S,~J '~N . 2 NON . 2 ~ . 2 NON . 2 i i t i :~UI . 1 OUI . ? (~J I . 1 OUI . I F)ASSERA818<.-] PASSERA61C<--] PASSERA816<--] PASESRA$1$( - ] I ~ON . . . . . . . . . . . . . . 21NON . 2 j NON . 2 I ~ON . 2 t~ON . . . . . . . . . . . . 2] î~ON . 2 NON . 21 NON . 2 PAS$ERAe14<.--- PASSERAC141.] PESSERA8141---- PASSERASS4<-J , , J 0UI . 1« OUI . h OUI . 1« :XII . t - PESSERA6te<. - - PASSERASt6<---; PASSERA(HO<-.- =ASSERA816<-- NON . 2 t ' )ON . 2 NON . 2 ~N . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . 8 NSP . 8 NSP . S ~SP . 8 ç ~ ÆN . . . . . . 2 PASSER A (2) < . 810 OUI . . . . . . . . . . . . . 11 ~L, L J . .~ .~ ~.)~lj PESSERA813<--~ I i l 611 ~*~ O ~"~ ~ I j OUI . I | i ~1_, PASSER A 816 <--~ ( ~ lp . .~ H NON . 2 I L.,.z.~ I ' j ~ I J.Jj I., NON . 2 I p~~ L4J~[L- PASEERA814<--] i i i @13 (NOM)~~) j OUt . t ~~--¢ _~ 5L~ PESSERAe~C< --~1 • t j ~J~., J.-.,Jç NON . 2 NSP . 8 VOIR O oe7-•0e : DECES SURVENU ENTRE 18 ET 5O ANS ET 0URANT LES 20 OERN)ERES N*~NEES OUI NON T ~ PASSER AO818 OUi NCN T ~ PASSER AQCle OUI PASSER AQC16 OUt NON PASSER AQ.818 816 ;2-" C.~ JL~: . I J,,.~ ç C>.,.~ i CXJI NON OUI NON PASSES PASSER A Q.6t~l AO618 I 3(JI NON PASSER AQ.8)e l -T - ] C-[-I [-- l- I I--I-1 i F - ] I-- I-] [ - [ - I ENQUETRICE : SI C 'EST LA DERNIERE COLONNE, PASSER A 617. 45 243 e¢O ~j -. ~ ~ l j k~OMME I HOMME . . . 1 P~MME I -IOMrdE ~ HOMME 1 HOMME ~ HOMME I i • ~ FEMME . . . . 2 ' FEMME . . . . . . 2 FEMME . 2 çEMME 2 FEMME . . . . 2 FEMME . 2 FEMME . 2 ~1 i i i i i i i 604 (NOM) ~.%1.# OUI I OUI . . . . . . . I OUI . 1 3UI 1 OUI . . . . . . 1 OUI . 1 OUI . 1 NON . . . . . 2. NCN . 2 ~ . 2- ~ON . . . . . 2 NON . . . . . . 2] NON . . . . . . . 2 NON . 2] ç ( ; ) . / . . , J I .~L . PASSERAeOT<--- PASSERAS0"/<-- PASSERA607<---. PASSERA807<.] PASSERAeO7<--- Pîi.SSERAeOT<.-.] PA.SSERAeO7<-.- NSP . 8. NSP . 8 NSP . 8- ~P . . . . . . . . . . . . 8 NSP . . . . . . . 8] NSP . 8] ;NSP . 8] PASSERA(~)( - - - . PASSERA(10)<--- PASSERA{I l ) ( - - . . PASSERA(12)<---~ PASSERA(13)(--- PASSERA(14)<--- PASSERA( lS I<-- - 41 i i i i i i ~' ~, ~, .', r - r - ] i - r - i I -T - ] i - - I - I I--I--I I - - I - I '; [ - I - - I ç (I.~j.,~~) j ~ SI< I$ ANS $i ¢ 15 ANS SI< ?SANS SI < 15ANS SI< 15 ANS $;< 15 ANS SI < 15 ANS PASSER A {9) PASSER A (10) PASSEFI A tf 1) PASSER A (12) PASSER A (13) PASSER A (14) PASSER A (15) 4] i i i i i i i . OEj~, 1NO%%1~~,[ J OUI . , OU~ . 1 OUI . . . . . . . . . 1- :~~J, . I ] OUI . . . . . . . . . . . , 0~1 . t ] ~Ul . 1] NON . . . . . . . . . . . 2 NON . 2 NON . . . . . . . . . . . 2- hlON . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . 21 NON . . . . . . . . 2 ~ON . 2 ¢ ( ; )~ J~~OE'~J (g) PASSERA(9)<- - . PASSERA(10)<--- PASSEFI6(lt)<---- PASSERA(12}(. J PASSERA{13)< -,-~ PASSERA{14)<---J )ASSERA(tS)<-*- J ~, ~- '~ ' J~" ] i - - r - I i -T - I ' I - r - I ' r -~ ' r - r - ] ' I -T - I ' i - - t - I ' ç ( . )~~ ~-'~. r L.- ONOM) ~. .¢ SI 'HOMME' OU S I 'HOMME'OU SI '~OMME" Od S I 'HOMME'OU S I *HOMME'OU SI "F~MME" OU ~l "~OMME" OU ¢ (,~)*~ L., DECEOE AVANT OECEOE AVANT DECEDE AVANT DECEDE AVANT OECEDE AVANT DECEDE AVANT ~ECEDE AVANT 1SANS ~5ANS ~ 15ANS 1SANS ISANS ISANS 15ANS PASSErA(g) PASSERA(10) : PASSERA( I l ) PASSERAtI21 PASSERA03) PASSERA(14) PASSERA(15) 41 i i i i i ~ i eO~ (~OM)~.~I j OUI . 1 OUI 1 O(JI . I O~JI I OUI . . . . . . . . I ~UI . . . . . . . . . . . . I NON . 2 NC~ 21 ~ . . . . . . . 2] NON 2] N~ . . . . . . . . . . . . . 2 ~ON ç ~ .:~L.~ PASSERA(10}< ---} PASSERA(I l )<--- PASSERA(12)<--- PASSERA(13)(. . . PASSERA(14)<**] =ASSERA(15)<--.] ~I0 $11 (NOM) ~,,~1 • 614 a15 (NOM) ~)~L~ I «.~, ~,; L. ~jJJl I OUI . . . . . . . . I î~ . 2 PASSER A (9) <-.- OUI . . . . . . . . . . I i OUI . . . . . . . 1 PASSER A 613 <--Jl PASSER A e~3 <--] NON 2 NON 2 I I OUI . . . . . . . . . ç GUI . I PASSER A 61e <- ] PASSER A e16 <-.J NON . Z NON . 2 i I OUI . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . 1 NON . .2] NON . 2 PASSER A Q14 <-- PASSER A 614 < --] I i OUI . . . . . . . . I OUI . . . . . . . . . . . . . 1 PkSSER Ae le <---] PASSER A 61e <.--] NON . . . . . . . . 2 NON . 2 NSP . E NSP . 8 NSP . B NSP . 8 ou~ .= = ~j= ~J~ . . . . . . . j ou, ,= ~, . j ~ , . . . . T; PASSERA613<. PASSERA613<- PASSERA6ç3<- ] PASSERÂSI3<-- »ASSEF~Ae13<--] NO~ 2 NON . . . . . . . . . 2 NON 2 NON 2 ~ . . . . . . . 2 I I I [ OUI I OUI . . . . . . . . . . . . . . ~ OUI t ] OUt ~ DUI . . . . . . . . . . . I PASSERA61§<--] PASSERA616<--] PASSERA616<-- - PASSERA61a<-- ] PASSERA816<,- ] NON . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . 2 NON . 2 NON 2 INON . 2 [ I I I OUI . . . . . . . . . . . . . . I (~1 . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . ~ OUI . I OUI . . . . . . . . . . . . NON . 21 NON . . . . . . . . . . 21 NON . 2 NON . . . . . . . . . 2 ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 PASSERA614<---- PASSERA614<---- pASSERA814<. . J !PASSERA~14«. . ] PASSERAa14<. . ] i i i i i OUI I OUI i . OUI . 1. OUI . 1 OUI . . . . . . . . . . . . I. PASSERA816<.--] PASSERA616<. I PASSERA616( - . - PASSERA618<*--] PASSERAela<- - - NON . . 2 NON . 2 NON . 2 NON . 2 NON . 2 NSP . . . . . . . . . . . 8 NSP . 8 NSP . 8 VOIR Q QO7.(I~ : DECES SURVENU ENTRE Ifi ET 50 ANS ET DURANT LES 20 0ERNIERES ANNEES OUI î~ OUI NON OUI N~ OUI NON OUt NON ] OUI î~ PASSER PASSER PASSER PASSER PASSER ] PASSER AQ616 AQ.6t~ AQ6t6 AQ616 AQ616 AQ616 I I I I IV GUI NO~ PASSER AQ616 I l i I i I I I F- I - ] I--T-1 I -T - ] ~ I -T - I I--1-1 46 244 -- .o ' r":";1 "~-.t--:-:~Jæ xo,v~P~ ,:,.»_~ d-. I ,j.Ij ,,~; ,,. ~ 017 OUI ? N(~N [ ] • VERIFIER ET CORRIGER ! V ç )æL=~ ='L) .v.~.~. JL.:,.J NOr~mP~ ;" :~" 1118 OUI E~ N~ ~ • VERIRER ET CORRIGER / V ç b.;L.~ ,:,t~.,r=.lj~, j~. J NOMn~ ¢ : 019 OUI ? NON [~~ • VERIFIER ET CORRIGER ! r ,= æ ~ -,:,p~.~v~.L=JI 14 ,~ ~,.~i «-,,'-- .=L.i ,~. ',~:;L~ b- ,:,L,.=.j ~ ",.~~L~ ~b oe OU)[~ NON [ ] , IPASSESAS21) ç » lU V VERIFIER AVEC L ENQUETEE QUELLES FB~IM ES ELIG~SI.ES DU QtJESTI~NNAIRE MENAGE SONT SES SOEURS ET INSCRIRE L£UR NUMERO DE UGNE C~-OESSOUS VOiR 201: MAR~EE I~ VEUVE 01VORCEE {PASSER A 701) CELIBATAIRE [ ] • (PASSERASOe) 47 245 N" 7a~ SECTION 7. PREFERENCES EN MAT]ERE DE FECONDITE OUES130u~ ET FILTRES COOEE PASSER A VOiR 4t5 : NI B.LE NI LUI STERUSE V VOiR 201 : ACTUELLEMEP/r MARIEE ç ~4R 326 : V ~AS ENCEIICTE OU PAS SURE __ ç I V J L,.= J:~.~ b ~ ar.,.V i , *¢JJ LJ~,a JJYjJ l:,~-l- t ~ U Yj .,,~.] ç z.,J ç .~4.~ LUIOU ELLE STERIUSE(E) [ ] VEUVE OU OIVORCEE [] • 707 712 ENCEINTE E~ I V ,æL,.,.= b~jJ L. Vj .,:.i .¢, ~ .~.~~ AVOIR UN (AUTRE) ENFANT . 1 PAS D'AUTRE/AUCUN . 2 - DIT QU'ELLE NE PEUT PAS • TOMBER ENCEINTE . 3 PAS OECIDEE OU NSP . 8 ° 710 704 VOIR 326 : pAS ENCEINTE OU PAS SURE ç I V JL.~.,~ j I ~.q L,., I ;~OG VOIR 317 ET326 A UN/OES ENFANTS(S) OUI VNANT(S) ENCEINTE ? V 7m VOIR 326 PAS ENCEINTE OU PAS SURE ,~] T I ~~J3~ al~ j.,~.~ll j j J j ENCEINTE I V jL~.~I ,.~aa.; L.,.=~. b-- • I . . . . NON [] ENCEINTE [~] I ~: O;a,.~] i J j ~2 j ; aL¢ m__ MOIS i ANNEES . 2 | RIENTOT/MAINTENANT . 994 01T QU'ELLE NE PEUT PAS TOMBER ENCEINTE . 995_ AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9~6 (PREC~SER) ~P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 998 AGE OU R.US JEUNE r " 'T - ' - I IIF ANNEES NSP .98 • 710 >71~ I >710 48 246 N~ 707 7oB 7~~ 7,o I jI~.j I I ~." ('~.b ~) ~ ~.:~~ ~t~ ~ ~~_;~~ ~',~ v.~lou,. , ("~.~-)l I I N ON . ~ » « (r' ') v :'-'~ ~:~ ' ENIàUETEE VEUT UN AUTRE ENFANT . 1 -- CONVINT V~~UT UN AUTRE ENFANT . 2 EFFETS SECONDAIRE~ . 3 AUTRE RAISON . 4 -- (PRECISER) I jt «,'-I ~ ,,I I~I~ C'-" " .K - : »Ij.«_~ ~~,t, Ij 1oei . t I " " I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PkSSER A 712 • 712 " ' L ~b~ Jç~ ~.~Jl «~ : ~ 'J-~.b ~ ~' -'~ U~uS~~.E . , • . . . , PtUS~~IFANT~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 7~2 VOIR317: A UN/OES ENFANT(S) VIVANT(S) I~] 1. ,~J ~ ~ ~.~. ~,L.ç., ~e~l NrA PAS (?~FANT I V jL.~1 .L~ .~.L~ ~ .J~.~ ENREG$STRER UN SlM,~E i',~'~ B R E OU AUTRE REPONSE. NOMBRE . Ç ~ AUTRE REPONSE . (PREC~~ERI 7t3 ,.,., f.L., ~ ,. ~ ~ ,.,., JI_,,.~l ~.,.~ æ AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 {PRECISER) 49 247 N I 801 8~ SECTION 8. CARACTERISTIQUES DU CONJOINT, RESIDENCE ET ACTIVITE PROFESSIONNELLE DE LA FEMME FILTRES I CODES VOIR 201 MARIEE CELIBATAIRE vE~vE ~ [] DIVORCEE p•SER LES •UESTW•NS SUR LE MAR• (p•UR LES MAR•EES) •U LE •LUS RE•ENT (F•UR LES D•V•R•EES ET LES VEUVES) PASSER A 8O8 ç E_. : .=J læ b--= (.».~YI) ~JL»b ~.I., OIJI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . 2 - - • 805 I a= ~l.~','l ~b , ç J,-.-J æ= ~t,,.uç __.Jb'" ~:yj -~l,_:: .~.~yj PrimaIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ I SECONDAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~L.,J~ L~j ~:~ I SUPER,EUR . . . . . . . . . . . . . . . 3 NSP B - - • 805 804 ç qi~/J æ ~~. J.~j C " "; j~ , i ~.~ j.]--~i CLASSE NSP . 98 fw~ I I j i J ;x ".:< ~1 ~-.,-:- Il ~ ,',J-L~I~ f.l,~.~ ~t,f_i 807 F~ VOIR 805 TRAVAILLE [--1 NE TRAVAILLE F-l ffRAVAILLAI~ T (TRAVAII.LAff) J=AS OANS L'AGRICUL'RJRE DANS L'AGRICULTURE V ,~J~i.I I j l~ j y j jJL~J ~~,,~.~JI æ ?.}~~" ~J~.l j wj.~lj CHAMPPERSONNEL/FAMIL~L . 1 CHAMP DE QUELQU'tJN C'AUTRE . . . . . . . 3 • 80~ I 50 248 N* n l-i I110 I PASSER OUESnoeS ET R~TmES COOES A :<.,I ~.~,lj L t J~. l j tg~æ~~Iu"EL=~~E . , ~" +' " ' ~ +"+ " + ,.,-.+~ du.+ ,_+l:,.+. æI+LuS0,U,mLOmLrrE . +__ mo VILLE,~N~CR~RE(ALAC~L~NNE7~uCALEN~~~~R)~EC0~E~œ~ESp~N~N~T~L~L~CAL` TE^ ~~JELLE(~1~~~T~C~~~2~G~"~E'3.V1LLE "a.' CAMPAGNE). ~ I COMMENCER PAR LE MOIS DE L'INTERVIEW ET CONTINUER AVEC TOUS LES MOIS PRECEDENTS • 81 1 ~EN JANVIER 1986 (NOMDELALOCAL[TEDEL'INTERVIE'W~ . . i V;Ç ,,,'; ~ . . j~ ~1,, ~,. ~.~LJj j4~ ,~ ,~1~ INSCRIRE (A LA COLONNE 7 DU CALENDRIER) "X" POUR LE MOIS ET L'ANNEE DE L'INSTALLATION. ET POLJR LES MOIS I~TERIEURS INSCRIRE LE CODE CORRESPONDANT AU TYPE CE LOCAUTE C1 ' RABAT.CASA, "2" GRANOE VILLE, "3" VILLE, "4' CAMPAGNE, "5" ETRANGER). CONTINUER EN DETERMINANT LES LOCAL[TES PRECEOENTES ET ENREGISTRER LES OEMENAGEMENTS ET LES TYPES DE LOCALffES EN CONSEOUENCE EXEMPLES DE (2JESTIONS t L-:qJ ~e'~ ~.?, p.L+. • " • " " " - ,5-.~. J . . ; . "" ,:,~". 811 012 SE REFERER AU LIEU DE RESIOENCE EN JANVIER 1986 : ; . . . .~ I + , , v,.J ~+~ ',<.= +.~.-.I AVECULAOEPUIDLANAIS3ANCE . 96- - • 813 MOIS . NSP MOIS . 98 ANNEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NDP ANNEE . 98 I RASA¥ • CASA . T . ~~j» ~ ~,,=~_~II 13_A , - : - . ; ~ , i GRANCEVILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 VILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 _ CAMPAGNE . 4 I .OEM+rI~ ETRANGER . 5 ,', I <'~') ' - '~' ~ " : - ~ " : "~ ~ ~~1 I b.-,:-~5 j c.,: æ ,,,.,,a.~" ,~~.~ æ ~ æ.,,,z ~ I I ~ v~ ~,',. ~,, .~.~. ~ ~., ' . ~ i j .~wl ~. ~.~ i v~l ou, . , - - " • m7 I "~'"»~~I ~ . , I 51 249 N, 815 B 816 8t7 CODES OUI . . . . . . . 1 - NON 2 PASSER A 817 INSCRIRE ~" A LA COLONNE 8 OU CALE,CRIER FOUR CHAQUE MOIS DE JANV ~gS~ J USQLrAU MOIS AC~IEL . I> 8211 I m ç ~.~.~/~~~ ;.,.~.~i .~.~-~i . 81e UTiLiSER LE C~LENDRIER POUR DETERMINER TOUTES LES PERIOOES DE TRAVAIL. EN PARTANT DU TRAVA4L ACTUEL OU LE R-US REC ENT ALLER JUSQLrA JANVIER 1986 INSCRIRE LE CODE POUR SANS-TRAVAIL OU PC~R LE GENRE CE TRAVAIL A LA COLONNE 8 EXEMPLES DE QUESTIONS ,: ~t_r i +,.~., ~,.~,,~ ~,.Jlj jc_~r - ç L . . , . .~ . . I I 12.* ~ ,. ++l.:+-~ ,r, ~ç , . ; . t j - VERIFIER LA COLONNE $ DU CALENDRIER : TRAVAILLAIT EN JANV t~ NE TRAVAILLAIT PAS EN 3ANV 1986 [] i> 8211 52 250 N" 820 QUESTIONS ET FILTRES ,.,,.eJ, ~ 1986 æL.~, æ ;.I, :~ ~ , j . : ":< I.~= ,1986 .,.ILs. ~ ~,1,~ ~~.,= :<l_, ,*_ij~.:< I.,y_J. ç 1986 c lé . C~ ~ L.,,,.~ 9.~ ~rT~,~ ¢/j.,~ =ES I p''~" MOIS . NSPUOS . ~m -> 823 ANNEE . NSP ~.k~lEE . ¢8 I OUI . 1 I I N(~N . 2 - - • 823 822 L VOIR 31S/316f318 A UN ENF N,~T NE DEPUIS OUI JAN 1988 ET VIVANT L,J A LA MAISON ? VERIFiER 813/814 : TRAVAILLE ACTUELLEMENT ? v QUI 625 I V [ "" " ~ J.b ,v -. ':= æs~-~ [ (NOM DU PLUS JEUNE ENFANT A LA MAISON) ANNEE . NSP ANNEE . NON [ ] • 82; I [ ] • 82; I HABITUELLEMENT . 1 - - • 827 QUELQUES FOIS . 2 l I JAMAIS . 3 8~ : ~ ~.t_~.- ~._ul ,~ç ;, L.~,-" æ.,.x= va_.! (NOM OU PLUS JEUNE ENFANT A LA MAISON), MARI . 01 ENFANT(S) PLUS AGE(S) . O~ AUTRES PARB¢TS . 03 VOISINS . 04 îtJ~S . 01~ DOMESTIOJFJAID E . 08 ENFANT A L'ECOLE . 07 JAROIN I~F.N FAN'TS . O~ AUTRE . 09 (PRECtSER) 827 NOTERUHEURE • HEURES . . MINUTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 251 SECTION 9. TAILLE ET POIDS VERF1ER 316, 317 : UNE oe Pt.USI~JRS I~tî~&~NO ES DEPUg~ JANVIER 1 kL¢UNE~I~E DEPUBJANVIER~~ [ ] • F IN ENO~ETRICE : EN IO2 {C~C#4NES 2-4) ENREGISTRER LE N ° DE LIGNE OE CHAQUE ENFANT NE DEPUtS JANVIER IEI(~ ET I~~.O R E EN VIE. EN IO3 ET gO4 ENREGISTRER LE NOM ET LA OATE OE NNS,~-4NCE DE UENOJETEE ET DE CHAQUE ENFANT ENFANT EN VIF~ NE D EPULS ,,I&~IVlE R t 94)6 EN ~ ET ilO8 NOTER LA TAILLE ET LE ~OS DE UENOJETEE ET OES ENFANI~ VIVANI~ (NOTE L'FJ~ETEE AVEC UNE NAISSANCE OU PLUS 0EPU~S J~NVIER ~~ DOIVENT ETRE PESFES ET MESUREES MEME SI TOUS LES ENFANTS SONT DECEDES'). (S'IL Y A R.US 0E 3 ENFANTS VIV~.~TS NES 0ERJIS JANVIER 19~. UTILISEZ UN QUEST I~IRE SUPR_EMENT.M RE gQ2- N" DE LIGNE DELAQ. 312 900- NOM. DE LA Q. 312 F~IJR LES ENFANTS ¢O4- DATE DE NALESANCE DE Q 103 POUR UENOUETEE DE Q. 31S POUR LES ENFk4"i'S ET DB/ANOEZ LE JCJJR DE NAt~.%LNC E CICATRICIE OU BCG EN HAUT OE L'EPAULE GAUCHE e~- TAILLE (en cent,T4e~) 9~O7- LES ENFANTS ONT-It.S ETE MESURES COUCHE OU 0EBDUT" POIDS 9¢0- DATE DE PESEE ET 0E MESURE 910- RESULTAT U 21 DERNIER 13 I AVANT'0ERNIER J AVANT'AVANT" ~~~~.JETEE ENFANT EN VIE DERNIER ENFANT EN V1E r - l l OE (NOM) (NOM) (NOM) M~INEE . ANNEE . ANNEE . I-I--I-7.1-I l~--fq. D FFI-I. D IO'I-I-1.1-I JOUR . ~ ~îQS . ANNEE . MESURE . . . . . . . . . . . . t ENFANT MESURE . ~ ENFANT MALADE .2 ABSENTE . 3 ENFANT ABSFJ~,'T 3 REFUSE . . . . . . . . 4 MERE RETUSE 5 AUTRE . . . . . . . . . . . 6 AUTRE . 6 (PflEC~SER) ENFANT EN rtE v-r-3 JOUR . ~ MOIS . N~IEE . C~CAT. VUE . 1 C¢AT VUE . 1 PAS DE CICAT , . . , ,2 P/LS 0E CICAT ._.2 Ff- l - l . r l COUCHE . 1 COUCHE . I DEBOUT . . . . . . . . . 2 OE8OdT . . . . . . . . . . . . . . 2 N'-l--1. r-1 ,~~EE . ANNEE . ENçANT M~SU RE ~ E~A~ff ~t.ADE ,.2 ENFANT A~BCr 3 ENFANT REFUSE 4 ENFANT REFUSE 4 MERE REFUSE $ AUTRE S (PRECISER) (PRECLSER) CtCAT. VUE . I PAS O E ClCAT .,. 2 FT-'~. r l COUCHE . I FTI--i-1. I-I X)UR . I MOIS . ANNEE . ; ENFANT MESURE, t ENFANT MAU~DE .2 ENFANT ABSENT .,3 ENFANT REFUSE .4 MERE REFUSE . 5" AUT~ . S (PRECtSER) 54 252 OBSERVATION DE L'ENOUETRICE (A remplir aprbs rach~vement de l'interview) Commentaires sur l'enqu~t~e : Commentaires sur des questions particuli~res : Autres commentaires : OBSERVATIONS DE LA CONTROLEUSE Nom de la contr01euse : r'Jate: OBSERVATIONS OU CHEF D'EQUIPE Nom du chef d'6quipe Date : 55 253 CALENDRIER INSTRUCTIONS : SEOeEMENT UN CODE O¢IT APPARAITRE OANS CHAOUE C~ MAI CASE. POUR LES COEONNES I, 6, TET8TOUSLESMO~SDOIVENTETRE 1 04 AVR REMPLIS 0 O3 k~R 9 O2 FEV 2 0~ JAN î~FOR~JATIONS SUR LES CODES OE C k~,OM E COLONNE COL 1 : Na is~s , Grossesses, Ublisation de la Con¢ac~ptk~ N NAI,$SANC E S ; GI~~SESSES FIN DE GROSSESSE PAS OE MERDE PILULE 0lU thU~TK~NS DIAPHRAGME,~$SE~~LEE GONDOM ST E RILISATION FEMININE STERILISATION MJtSCULIN E CONTINENCE PERIODIOUE AETRAIT W AUTRE~L (PRECISER) COL 2 D iscont inu i t&dens l 'uS l i sat ionde laCon~acepSon t TOMBE ENCEINTE EN UTILISN~r 2 VOULAIT TOMB ER EqC E INT E 3 MARI DESAPPROUVE 4 EFFETS SECONOAIRES 5 PROGLEMES DE SAN'r E § ACC E,~OI$ PONI81LITE 7 VOULAIT UNE ME~~)E PLUS E FçlCACE 8 MALCOMMODE A UTILISE R 9 RAPPORTSSEX PEUFREQUENT,~MARIASSENT C CGUT F FATALISTE A DtFFICULTE A TOMBE R ENC EINTE~MENOPAUSE D MARtAGE ROMPL.~SEPAP, ATION W AUTRES= - - (PRECISER K NE SAIT PAS COE 3 Am~~orrh~e Post-parfum X REGLES NON REVENUES O MOINS DE ~ MOIS COL 4 Abst inence Po,~-p~~m X PAS DE RAPPORTS SEXUELS 0 k~~INS DE I MOIS COL s AHaitement X ALLAffEMENT 0 MOINS DE 1 MOIS J JAk4&lS ALLAITE COE e M, adage X EN UNION (MARIEES) 0 PAS EN UNION COL 7 D~m&~gements et genre de k~caStês CHANGEMENT OE LOCALITE RABAT CASA GRANDE VILLE V~.LE CAMPAGNE ETRANGER COL e : Type d'Emploi 0 NE TRAVAILLE PAS 1 EMPLOYEE PAYEE EN DEHORS DE LA MAISON 2 EMPt.OYEE PAYEE A L~ MA~SOe 3 A SON COMPTE EN DEHORS DE LA kl~[Sl~l 4 A SON COMPTE A LA MArSON 5 TRAVAIL NON PAYE. EN DEHORS DE LA MAISON 6 TRAVAILLE NON PAYE A LA MAISON DERNIER ENFANT NE AVANT JANVIER 198~ î'~OM : MOiS L - ~ L_]_] ANNEE IZ BEC 11 ÆV 10 O(;T 0e SEP 1 O~ AOU g 07 ~A. t G~ MAI 04 AVR 03 MAR FEV I l t~V t00CT Og SEP 1 08 AOU g 07 O C5 MAi O4 AVR O3 MAR oe FEV gt JAN 11 ÆV 3t 10 OCT 32 09 SEP 33 i 08 AOU 34 g 07 JUL 35 6 06 JUN 36 g OS MAI 37 04 AVR 38 03 MAR 3g 02 FEV 40 01 JAN 41 t2 DEC 42 11 NOV 43 10 OCT ~4 09 SEP 45 t 0~ AOü 46 g 07 JUL 47 8 0e JUN 8 05 MAI 49 04 AVR 50 03 MAR 5~ O2 FEV 52 01 JAN 53 12 DE(; 54 11 NOV 55 10 CeT 56 09 SEP 57 08 AOU 58 07 JUL Se I 06 JUN g 05 MAi 61 8 04 AVR 62 7 03 MAR O2 FEV 64 01 JAN 65 11 NOV 10 OET 09 SEP I O8 AOU g 07 JUL 6 0~ JUN 6 05 MAL 04 AVR 03 MAR 02 FEV 01 JAN 12 3 4 5 o? 10 11 12 13 14 15 le 17 - - I 6 7 8 oe AVR I ~M~ O O4 FEV 9 - - ; ~ SEP - - t0 Aoe t - - ri ~ 9 t3 MAI I - - 14 AVR - - tS MAR - - te ~V - - 17 JAN 19 æg 2O ~T 2t SEP 22 ACU t 23 JUL 8 24 JUN B 25 MAI 0 - - 26 AVR 27 MAR 26 FEV 21) JAN 30 OEC 31 ÆV 32 OCT 33 SEP 34 AC~J 1 36 ,~ 6 37 MAI g 38 AVR Sg MAR 40 FEr 41 JAN I 42 DEC 43 NO'*' 44 OCT 45 SEP 47 Joe g ' la ~ 8 40 MAI B 50 AVR 51 MAR 52 FEV 53 JAN 54 DEC 55 NOV 56 OET - - 57 SEP - - 59 AOU - - Sg JUL 60 JUN 1 01 MAI g - - (t2 AVR 8 - - 63 MAR 7 64 FEV - - 65 JAN 67 NOV 68 OCT Sg SEP 70 AOU t 71 JUL O 72 JUN 6 73 MAI 6 74 AVR 7S MAR 76 FEV 77 JAN 56 254 ENQUETE NATIONALE SUR LA POPULATION ET LA SANTE (ENPS II) QUESTIONNAIR F: HOMME IDENTIFICATION 1 - PROVINCE OU PREFECTURE : . 2 - CERCLE : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 - MUNICIPALITE : Centre Autonome/Commune Rurale . 4 - CENTRE : . 5 - NUMERO DE L'UNITE PR~MArRE : . 6 - NUMERO DE L'UN~TE SECONDAIRE : . 7 - STRATE : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 - RABAT-CASNGRANDE VILLE/VILLE/CAMPAGNE . (Rabat-Casa : 1, grande, ville : 2, viIle: 3, campagne : 4) 9 - NUMERO DU MENAGE : . 10- NOM ET N ° DE LIGNE DE L'HOMME : . "f 1 - N ° LrGNE DE LA (DES) FEMME(S) ELIGISLE(S) E! U I-T] i-I-I I-Tt ~ ~ i-I-] VISITES DE L'ENQUETEUR I 2 3 i VrSITE FINALE 10 - DATE DE LA VISITE . Ç E 11 - NOM ENQUETEUR 12- RESULTAT" 13-PROCHAINE A-DATE VISITE: 8-HEURE JOUR MOIS ANNEE CODE ENQ. RESULTAT ° NOMBRE TOTAL DE VISITES [~] • CODES RESULTAT : 1 ENTIEREMENT REMPLI 4 REFUSE 2 PAS A LA MAISON 5 PARTIELLEMENT REMPLI 3 DIFFERE 6 AUTRE. . (PRECISER) CONTROLE TERRAIN I CONTROLE BUREAU SAISI PAR CODE NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I " . 0ATE I r--!--I 255 ,v, I I HEURE MIN UTES ( .~-~~) ,~,~~ [ -~ NSP ANNEE ç8 ~o~ S t.~.~ .:J.,,_~ æ JL.~J,I AGEENANNEESREVOLUES COMPARER ET CORR~ER 102 ET~ 103 SIINC(~~PATIBLES 104 2 • OUI i ~j~l ~.~ " " ' " ~N 1o7 . ~~.~.j.i J j -~ ~, l j - - ,c6 ".l . -s æ I ç.,_iJ Ji_:,j d,Z: . ~L¢I j.,i : : .~'.i v JI , " "L, .,.=.~~l ~,., ~l.,.~.~,l , J .b .,,-.-~. ~,«,,,,,,E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , sEc~o* ,~E . . . . . . 2 s (~e,. L_>II ) SupE. ,Eu . . 3 DIVORCE . . . . . . . 4 L • 111 ç ch ;« ;~-. I ~.= j l -.,.II Ioi I 110 11t NOMBRE . . . . . . . . . . I} I ENQUETEUR VOIR FEUIl.LE 0E ME,NAGE ET INSCRIRE LE NUMERO 0E LA L~NE 0E LA (PREMIERE) FEMME DU MARI I I I I INSCRIRE =00" Sl SA FEMME ~EST PAS ~ETEE N' DE LIGNE 0E LA FEMME I I I , :~ ,1 ~~ :~ ,, . .~» ' ,~, .:, ~ . ~,~ . . . . . . I-I-11 Aî~IEE . . . . . . NSP ANNEE @8 1 I 112 ~,--">.J3'; ~ clj . , ~ ,.]L__ç ji -.'~.1 AeE PASSER A 201 256 ENCERCLER LE CODE I DA~YS 200B poua CHA~JE M ETI-IO D E MENT~ONNEE DUNE MANIE RE SPOKTANEE PUIS CON'INUE R LA COLONNE E'~ L ISANT Lç NOM ET LA DESCRIPTIOI~ DE C~QUE METHODE NON MENTIONNEE SPONT&NEMENT ENCERCLER LE CODE 2 SI LA ~Lm'HODE EST RECONNUE ET LE CODE 3 Si NON RECONNUE PUIS POUR LE CONDO~ A YANT L E CODE I OU 2 E NC E RC L E DANS 200B POSE R 200C AVANT DE PASSER A LA METXODE SU(VANTE NON . . . . 3 i DIU~STE RILET ¢,~1~,J I p¢J~¢a ;.~ij, ~,~#,~ I OUI/OESCRIPTION ;.p~Ji ~.J' JÆ .»~A-) 2 NON 3 , , 03~ INJECTIONS i OU IrSpONTANE 1 .d,~,.t~= ;yL~J I .~¥ j ,~~,.JI .~ OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . 2 I NON 3 i 041 SPERMICt9E$ DIAPHRAGM~ ] OUI/SpONTANE 1 MOUSFJGEL E E Lt,v~ J.j~*«,~L., ~¢ç ,»~~ ~.~ OUI;DESCRIPTION 2 05J PRESERVATIF/CONDOM «l~l JL~ ;,.Ul ~ .~,,.:J~,~,, NO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3"] i V OUUSPONTAN E . 1 STE RILISATION F E M~NrN E~~. IC~~ TU~E OES TROMPES , r la~'~ ~Y~,=.~ ~,.- , . _ _ ' Ctt~ OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NOt~ 3 =~L~ i 071 OU~pSpONTANE . . . . . I STERILISATION MASCUL INE VASECTOM[E OUPDESCRIPTI oe 2 081 OUI/SPONT ANE 1 CONTINENCE P~ RIODIOJS OGrNO 00 RETRA[I/COIT INTERROMPU I 10~ AUTRES METHO ~c=S "~ OU]/SPONTANE )-- (PREClSER~ 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (PREClSER: 3 OU[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 REFUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 257 • . . . . _ . _ . . . ENCERCLER LE CODE $ DANS 202 POUR CHAQUE MERDE MENTIONNEE D'UNE MAî~ERE $1~3NTANEE FUIS CONTINUE ~ LA COLONNE EN LISANT L E NOM ET LA 0E$CRIPTION OE CF:AQUE METHODE NON MENTIONNEE SPONTANEMENT ENCERCLER LE CODE 2 SI LA METFK)DE EST RECONNUE ET LE CODE 3 SI NON RECONNUE OUI/DESCRIpTION 2 OUI I ~ .»p d . . ) NSP a m OUIJSPONTANE . . . . I '.4 03~ INJECT'ONS (ix~~) ;£J-~l Iæ,~e; ~¥tp ~ OUI/OESCRIpTION 2 OUI I V I SpE RM~CI{)ES DIAPHqAGME OUt~SÆNTANE 1 K~OUSE GELEE OUI/DESC RIPTION . . . . . 2 i OUI I NON . . . . . . 3 . I NON . . . . . . . . . 2 . ~ Il NSP @ ,~L» i i V I 0~ PRESERVATIF/CONDO, M 0~~ ~J~PONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . I I j * , ,~ 4f, I I J ~,=j i~ C¢ ~ O(J~OE~CRIPTION . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . 2 ' ~,,~h (~~ .U.~) ~.~ l » 'b NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 - I I I V I 0~1 5TER¢ISATION FEMININ E/LIGA. OUI/SFONTAN E . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 T~JRE DES TROMPES C~J~OE$çRIPTI~N . . . . . . . . . . . . . . 2 OUi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ~ E~*.~ ,~~t~ ' ~K ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 L"~l vm 071 STERILISATION MASCULINE OU~P(~f1"ANE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 VASEÚTOMIE OUUDE$CRIPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ ,~~~.~îjL~~, .~ NO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . $ I J - t~ . I /~[ C4] I CONTINENCE PE R~OOlQUE OUVSPONTANE I (X~INO OUI~DE$C RIPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 OUI . . . . . . . . . . I ~I RETRAŒE/COff INTERROMPU ~J~F~~TANE . i ~L;J~~ ~ ,~~.,~ 4.,,;~~,~~' NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 7 N(3N . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 V tOI AUTRES MET~DES ~ OU ~3PONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i ~. e-«b~. ~ V~u. . , - I d»» ,.,t,5 ~b.~, , : , -, «,.,a.# -,:,Xa æ. , .~ .,.,. 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (PREClSER) 2 (PRECISER) 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (PRECISER) P, )N C~Jl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 3- - ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . fl OUI . . . . . . . t NON 2 NSP B OUi . . . . 1 NON 2 NSP . . . . . . . @ AU MOINS UN "OUI' 258 205 I ~,.~, , .~ . , ,~~,.,.~ ~, -~" I N~ I A '1 ~-- • 210 2O6 I 207 20~ CORRIGER 203(E1 202 SI NECESSAIRE) VERIFIER 108 MARE ~ VEUF, OIVORCE [ ] V • 3011 OUI . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 - ->20 I 209 210 ': ~., L, L-~ .~~ ,~ l ~ .~ i ~ .,:,_~i (.,m:.l) d.,,.,'L~ .-.:I b f'":'"~ I.~ <== ,.~b I~.-~ ~, la.,&.õ ,3,ç ~OE,~ j:=~ .,I æ PILULE . . . . . . . . . . . . . 01 . DIU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 02 INJECTIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 D~~RAGMEm~USSE'GELEE . . . . . . . . . . 0a CONDOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 05 STERILISATION FEMININE 04~ ST ERILISATION MA$CUUNE . . . . . . . 07 CONTINENCE PERIODIQUE . . . . . . . . . 08 RET~FT . 00 AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (PREClSER] .> 301 211 ,; j :ã : . . . . , .~ ~~ ~.~ I~.~.;: VEUT DES ENFANTS . . . . . . . 0~ I MANQUE [~INFORMATION . 02 I DESAPPROUVE . . . . . . . . . . 03 COU1" TROP ELEVE . 04 EçFETS SECONDAIRES . . . . O5 P4~OBLEMES DE SANTE . . . . . 06 DIPFICILE A O~ENIR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 07 RELIGIO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 08 OPPOSE E A LA FLANIF F$*MILIALE . . . . . . . 09 FATALISTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 AUTRES PERSONNES DESAPPROUVENT I1 RAPPORTS SEX PEU FREQUFJ4TS . 12 DIFFICULTE A TOMBER ENCEINTE . . . . . 13 k4 EîxO PA US FJST E RILIS EE . . . . . . . . . . . . . 14 PAS COMMODE . . . . . . . . . . . 15 AL/TRE . . . . . . . . . . 16 (PRECISER I NSP . . . . . . . . . 98._ I 301 212 ! s b,.-~.~ bL-~=~~ æl ~.~l ,=,., .a.zi I P ILULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . o l D4U . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 02 INJECTIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 D ~ pI.~RAGMFJMOUSS FJGELE E . . . . . . . . . . 04 CC~JOOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 05 STERILISATION FEMIN~NE . . . . . . . . . . . . . 06 STERILISATION MASCULINE . . . . . . . . . . . . . 07 CON'TINENCE PERIOOIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 08 RETRAIT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 09 AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . 0 (PRECISER) PAS SURE . 98 259 +1 +1 +E,T ,~S~~,L '+ I O00E' IP~ Eo ~+~~~~+I + 'I NO~, ~- • 303 302 304 R . J , - ( ,~ : , ) .~«# jy~ JL~.~~ VERIFIER 203 r.- . i i NON STERILISE LU STERILISE ! VEUF/DPVORC E Y., ~._:.ï =L.,J,I ~ .~_ j ,~! ~ ,~,b ç ;~ Jç b~j~l .,.,:-,e. ,.,~,r : " " • - ":L. NOMBQE DE GARCOî~ NOUBRE DE FILLES [ ] I >30~ AVOIR UN (AUTRES) F~N FANT(S) I PAS D~AUTRE(S~AUCUN . . . . . . . . . . . . 2 DF QUE SA FEMME NE PEUT PAS TOMBER ENCEINTE 3 DIT OLrlL NE PEUI PA.~PLUS AVOIR 0'ENFAN'TS PAS DEC~DE OU NSP 30+ e.JJl ~~n C-" E i J~ ~.,+ ~. ~ ~b lou , 3oe , - . - . + « . (.4 ":t:. l) '~~ C" . K,I o_,_. ~ . JL_~.~l (.r, ,.~ ~) "Jb-- C'-" " " K: a.,,,-= u.,.," I I æ.x~+ I j~~. I~ :;,: ~alaal JL,.a JL-~t,I JAMAIS . . . . . . . . 1 UNE OU DEUX FOIS . . . . . 2 PLUS SOUVENT 3 OUI 1 NOM . 2 307 + ~ Y~ ,,~i «j,~, ,,~ æ, ~":° J~-+l NSPMOINSD'~NFANTsPLUSD'ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B32 I CONTRE 2 ~'° " " ~ ~" °u- I 0~ . . . . l,.t~y Ya ,.,++jda:,. u.+L~ «.~OE .,r.+ L:~ . . . . ;< .~UI 311 VERIFIER 108 301 ET COCHER LA CASE APPROpI~IEE C ELIBATAIRE ~/~~J PAS D'ENFANTS VIVANTS ? ( ,~ç j1 -'Y.~ D ~.»., Z,. J L,.~ I j LT,.~ ',~. ,>.~_ j, L~ ç A DES ENFANTS VIVANTS [~ V Z~+ u" 4. ~.~j C,,-" JL-~.~I .al; :,';al '.cr, JJ ENREGISTRER UN SEUL NOMBRE OU AUTRE RE PONSE NOMBRE A~«RESREPONSES 96 (A PqEC~$ER) 312 IENREGISTRERL'HEURE ~EURE MINUT~ 260 (A remplir aprês r achbvemenl Oe l'interview) Commentaires sur ;'enqu~té : Commentaires sur (:les questions partculi~res : Autres commentaires : Nom derenqu~eur: Date : - 261 Pages préliminaires Titre Information supplémentaire A la mémoire du Docteur Othmane Akalay Table des matières Liste des tableaux Liste des graphiques Sigles et abreviations Préface Remerciements Résume Carte du Maroc Chapitre 01 - Presentation du pays Chapitre 02 - Caractéristiques des ménages et des enquêtees Chapitre 03 - Fécondité Chapitre 04 - Planification familiale Chapitre 05 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse Chapitre 06 - Préférences en matière de fécondité Chapitre 07 - Santé de la mère et de l'enfant Chapitre 08 - Allaitement et état nutritionnel des enfants Chapitre 09 - Mortalité des enfants de moins de cinq ans Chapitre 10 - Mortalité maternelle Chapitre 11 - Enquête homme References Annexe A - Organigramme Et Personnel De L'enquete Sur La Population Et La Santé Annexe B - Plan de Sondage Annexe C - Erreurs de Sondage Annexe D - Tableau Pour L'Evaluation De La Qualite Des Donnees Annexe E - Questionnaires Traduction du questionnaires Questionnaire - Ménage Questionnaire - Individuel Femme Questionnaire - Homme Questionnaire - Enquête National Sur La Disponibilite Des Services

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.