Madagascar - Multiple Indicator Cluster Survey - 2000

Publication date: 2000

Repoblikan'I Madagasikara Tanindrazana- Fahafahana - Fandrosoana MINISTERE DES FINANCES ET DE lECONOMIE SECRETARIAT GENERAL INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE DIRECTION DE LADEMOGRAPHIE ET DES STATISTIQUES SOCIALES (Y\A bf\G-A S.c A <Z CG2.: .L f\.1 G z__ ()c) y ENQUETE A INDICATEURS MULTIPLES MICS 2000 MADAGASCAR Novembre 2001 R e ,.,, el"cie 11lell ts .•. ~ . 1 Rtf!J'ltll·zt! de~; i1zdicatetii . S . 2 I. In fl"'lJdtl ctio11 . : . 4 Contexte lie l'enquete il1/C.S: . 4 Situation de Jl.-ladagascar . 5 Objecti(s de l'enquete MIC.S: . 5 II. Methodologie de l'enquete et qualiti des donnees. . 5. · par RABEZA Rafarafahy Victor Plan de sondage . .-. 6 Base de son.dage . 6 Caracteristiques de l'echalltillon-11raitre . 6 Caracteristiques gbterales de l'eclw11tillon de MICS 2000 . 7 Questionnaire.s .•.•. ; . 8 Collecte et traite111ent des donnees . 9 Formation des agents . 9 Col/ecte des donnees . 9 Exploitation et traite111ent des donnees . ~ . 9 Couverture de l'ichantillon . JO Qz-taliti des donntfes . l 0 Structure par sexe et par iige . JO · Les no/1-reponses . ll Les erreurs de so/1dage. . ~········· . ···························· . ··13 Caracteristiques des repondants . 13 Structure par iige. . l3 Etat matrimonia£ . 13 Niveau d'illstruction . 13 IlL Ri!sultats Indicateurs pour le suivi des Objecti(s du SM£ . 15 M ortaliti. . l5 Par RANDRIAMANJAKA.SOA Jean Harvel Mortaliti chez /es en(ants de moins de cinq ans . ; . 15 Methodolor:ie . 15 Qualite des don/lee.'!. . /5 Nfnubre JIIOl'ell d'en(ants par (enune . I6 Hvpotheses et procedures de ca/cul . l7 Niveaux et ten dances de Ia mortalite infantile et inf(mto-juvenile . 18 Les determinants proche.\· de Ia mortalite ill((mto-juvenile. . 20 Morta/ite 11lttternelle . 22 RecoJillltandation.x . 22 Ill Etat nutritio1111el . 23 par RAKOTONIRINA Simon Principaux programmes et activites en (aveur de Ia nutrition des e11{ants . 23 Methodologie . 24 Nh'ellliX et tendances de Ia malnutritio11 chez les en{ant\· de moins de 5 ans . 24 lVil'eaux ••••••••••••••••••••••••.•••.•••••••••••••••••••••••••••.•••.•••••••••.••.•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••• 24 Ten dances ••.•.••••••••••••.••.••.•.••.••••••••••.•••.•.•••••••••.•••.•.••••••••.•.••.•.••••••••••••.•.•.•.••••••••••••••. 2 7 Degre d'atteinte de l'objecti(du Sommet Mondial de I'En(ance . 28 R econtntandations . 29 Allaitentent utaternel . 30 Programme et politique nationaux en matiere d'allaitement maternel . .30 Methodologie . ; . 30 Resultats . 31 Niveaux ••.•.•••.•••••••••••••.•••.•••.•••••••••••••.•.•.•.•••••••••.•.•.•••.••••••••••.•.•.•.••••••••••••.•.••••.••••••••••.•• 31 Tendances ••••.••••••••••••••••••••••.••••••••••••••••••••.••.••••••.•••••••.•.•.••••••••••••••••.••••.••••••••••••••••••••••••••• 35 Degre d'atteinte des objecti(s fixes /ors du Sommet Mondial de l'En(ance . .36 R ecomn1andations ••••••••.•••••••••••••••••••••••••.••••••••••••••••••.•.•.•.••••••••••.•••••••••••••••••••.•••.••••••••••••••.•.•• 3 6 Supplententation en Vttantine A . 37 Methodologie . : . 37 Resultats ······························································.·································································37 Iodation du sel . 38 Principaux programmes et activites de lutte contre les TDCI a Madagascar . .38 Methodologie . 39 Niveaux et tendances de Ia consommation de sel iode . .39 Niveaux····························································································································39 Ten dances ••.••••••••••••.••.•••••••••.••••••••••••••.•.••.••.••••••••••••.•••.•.••••••••••••••••••.•.••••••••••••.•••.••.•••••••• 40 Degri ll'atteinte de l'objecti(du Sommet Mondia/ tie I'En(ance . .41 Reconllllandations··················································································································· 41 Fortification alintentaire . 41 Methodologie . 41 Resultats···························································································································42 Situation vis-a-vis de Ia consommation de sucre au ni1•eau des menar:es . 42 Frequence d'approvisionnement des menages en sucre . 43 Niveau de conso/11/llllfion de sucre au niveau des nuhurr:es . 44 Situation vis-a-l'is de Ia consom11uttion d'lwile au niveau des menages . 45 Frequence d'approvisionnement des menages en hui/e . 47 i\'iveau de consomnurtion d'huile au nil'eau des menages . 48 Carence en vita mine A et conso/ltiiUttion en sucTe!ftuile •••.•.•••.•.••••.•••••••.•••••.••.••••.•.•••••.••••.••••••••.•.•. 49 IV Menage- Habitat- Eau et Assainissement . 51 par RAZAFIMIARANTSOA Tovonirin lt Theodore et MAFILAZA Victor Jl1 en age . 51 Jlabitat . , . 53 /Vature du plancher . 53 Chambres cl coucher ••••••••••••.•••.•.•••••••••••••.••.•.•••.••••••.••••••.•.•.•.•.•.•.•.••••••••••••.•.••••••••••••••.•.•• 54 Eau et Assainissel1tellt. . 55 Principales sources d'approvisionnement en eau de boisson . 55 Installations sanitaires •••••••.•••••••••••••••••.•.•.••.••••••••••••••••••••.•.•.•••••••••••••••.•••.••••••••••••••••.•.•.•.• 57 Evolution de l'acces lll'eau potable et cll'assainissement . 59 Recommandations . 61 Niveau socio-econo11tique des t1lenages . 61 Education de base . 64 par RAZAFIMANDIMBY Jules Education priscolaire . 65 Education printaire . 67 Education non-f'ortnelle . 70 Alphabitisation . 70 Programme organise d'iducation non (ormel/e . 73 Tendances de /'education . 76 Education prescolaire . 76 Education primaire . 76 Alphabetisation . ; •• , 77 Education non (ormel/e . 77 Principales realisations . 78 Pour le svsteme forme! . 78 Pour le svsthue non (onuel . 78 Recontmandations . ." . 78 Education priscolaire . 78 Frequentation scolaire dans le primaire . 79 Prograntnte d'iducation non (or11telle . 79 Santi 1naternel/e et infantile . 80 par RABIALAHY Celestine Santi et nutrition des filles et des femmes enceintes/allaitantes . 80 Analvse de Ia situation . 80 Revue des politiques . 81 Autres approches utili.w!es pour Ia mise en ttlfl'l"e du Projet Nutrition . 81 £tat uutriiionuel des lilies et des nteres . 81 Auemie chez les meres, . 82 Cecite uocturne chez les femmes enceintes . 83 Priucipaux obstacles lila lutte contre les carences en micro-nutriments . 84 Conclusion . 85 v Planification (aJuiliale . 86 par t RASOLOARISON Claude Introductioll . 86 Methodologie . 87 Niveaux et tendances de Ia contraception . 87 Niveaux actuels •.••••.••.••••••••.••.•••.•.•.••••••.•.•.••.•••.•••.•••••.•.••••••.•••••.•.•.•••.•.•••• 87 Tendanc:es .•.•••••••.•.••••.••.••••••.••••••••••.••.••••••.•.••••.•.•.••.•••••.••.••.•.••••••.•.•••••.••.•••••••.••• 90 Conclusions et reco11tnzandations . 96 Soins prenatals eta Ia naissance . 97 par RAZANATSOARILALA Helene Soins prenatals . 97 Vaccination antitetanique des femmes . 99 Raope/s . . 100 A nalvse de Ia situation . : . ] 00 Couvertures vac:c:inales des 1nb·es en antitetanique . l 00 Soins prenatals et vaccination antitetanique . ] 0 I Assistance /ors de l'accouchentent . 102 Les contraintes ••.••••.•.•.••••••••••••••••.•.•.••••.•••••••.•••.•••••••••.•••••••.•.•.•.••••.•.•••••••.•.••••.•.•.•••.•.•.•. ] 02 Evolution de /'assistance tors de /'accouchement de 1992 a 2000 .•.•.••••.•.•••••••••••••••••••••••••••••.• 103 Insu(jisance ponderale a Ia naissance . 104 Po ids a Ia naissanc:e selon /'estimation de Ia mere •.•.•••••••.•.•••.•.••••••.•.•••••••.•.•••••••.•.••••••.•.••• ] 06 Conclusion •.••••.•.•.••.••.•••.••••••.•.••••••••.•.••••.•.••••••••.•.•.•••.••••••••••••••••.••••.••••••.•.••••••.••••• J 06 Couverture vaccinale des en (ants de moins d'un an . J 0 7 Prise en charge integree des maladies de l'en(ant . IIO Diarrhee .•.•.•.•.•.•.•.••••.•.••••.••.•.•.•.•••.•.••.•.••.•.••.••••••.••.••••••.•.•••.••••.•••.••.•••••••.••••••••••.•.•••••.• 111 Infections respiratoires aigues . 113 Rougeole . 114 Situation actuelle .••.•.•••••.•.•.••••••.•••.•.•.•.•.•••.•.••••.•••.•••.•.••••••••.•.••••.•.•.••••.•.•••••.••.••.• 114 Prevalence de Ia rou~:eole . . 115 Reconnaissance des si~:nes . 116 Paludisnze . 117 Prevalence de Ia tievre . 117 Prise en charge des cas . 118 Utilisation des moustiquaires . 120 Conclusions et recontntandations . 121 Sante de Ia 111ere .•.•••.••.•••••••.•.•.••••.•.•.•.•.•.••••.•.•.•.•.•.•.•.••.•.••••••.•.••••.••••••••.•.••••••• 122 Pratique des soins au niveau des menages . 122 Indicateurs supplimentaires pour /e suivi des Droits de I'Enfant. . J24 Enregistrentent des naissances . J24 par ANDRIAMIADANA Jean /ntroduction . /24 Cadre ligal et illstitutionnel de l'ellregistrement des llaissances . /24 VI Objecti(\'················ . 1'26 Resultats . 126 Couverture de l'enregistre111ent des naissances . 126 Raisons de non-enregistrement des naissances . /29 Consequences . /31 Recollll11andations . l33 Arrangements concernant Ia residence des en(ants . 134 Introduction . 134 Resu/tats-. 134 Orphelins dans les nzenages . ; . 137 Incapacites chez les en(ants . 138 par RAMBININTSOA Jose Introduction . 138 Objecti(s . 138 Definition operationnelle des termes-c/tfs . l38 Resultats-. 139 Protil du risque d'incapacite chez les en{ants de 2-9 ans-. 140 Forntes d'incapacite . l41 Situation par rapport aux objecti(s fixes . 144 Contraintes internes et externes expliquant les insu(fisances . 145 Les reponses institutionnel/es . .-. 145 Contraintes et diljicultes . 145 Structures privees . ." . ; . 14 6 Mesures d'aide aux parents pour Ia prise en charge de !'enfant ? . 146 Sommaire des conclusions et des recommandations- . 146 Travail des enfants . 148 par RAKOTONIAINA Barbara Conventions internationales et ltfgislation en matiere de travail des en(ants . 148 Convention internationale relative aux droits de /'enfant (20 novembre 1989 ). . 148 Convention internationale sur les droits fondamentaux au travai1 . 148 Legislation nationa/e . 149 Informations sur les politiques en matiere de travail des en(ants . /49 Objectifs en matiere de travail des enfants . 149 Objectif<; sectoriels . 149 Objectifs du Sommet Mondial pour /es Enfants (SMEJ : . 150 Objecti(s pour le suivi des droits de /'enfant (Article 32 de Ia convention) : . _ . 150 Resultats de l'analvse des donnees M/CS . /50 Definition des mots-des en matit?re de travail des enfants . /50 Antpleur du phenontene "travail des enfants " . 151 bnpact du travail des enfants . 155 Causes du tral'ail des en(ants . /56 Autres donnees disponibles . /58 VII L 'incidence du pflenomene . 160 Risque.\· pos£;s aux en{iutts trawtilleurs . 160 Co11traintes et recontlltandations . 161 Srsten1e de suit·i . ~ . 161 Orientations stratcgiques . 161 1ndicateurs supplementaires pour le suivi du VIHISIDA . 162 par RANAIVO Adeline Introduction . 162 Connai5,·sance des nzodes de trans11zission . 162 Connaissance des conceptions erronces sur Ia transmission du VIH . 163 Connaissance de Ia transmission du VIH de Ia mere a l'en(ant . 165 Connaissance de Ia prevention . 166 Fidelite a Ill/ partenaire sexuelnon in(ecte . 166 Utilisation des preservati(\· . 16 7 Abstinence sexuelle . 167 Comportements et attitudes vis-a-vis du VIH/S1DA . 168 Contportentent sexuel . 168 Age au prenlier rapport sexuel . 168 Partenaires sexuels reguliers . 169 Rapports sexuels occasion nels . 169 Incidence dedarie des ecoulements genitaux chez les hommes . 173 Comportement et attitude envers les personnes vivant avec le VIH SIDA . 174 Prendre soin d'un membre de Ia (amil/e qui a /e sida . 175 Droit a Ia confidentialite . 175 Droit de continuer a travail/er . 176 Droit aux soins . 177 Principales realisations . 177 Recontntandations . 178 VIII LIST£ DES TABLEAUX Tableau I :Repartition de l'echantillon de grappes se/on les strafes. Madagascm; 2000 . 7 Tableau 2: Taille et col!1'erture de Nchanti/lon, Madagascm; 2000 . . . . 10 Tableau 3: Repartition par groupe d'clges desfenunes e/igihles ct desfemmes enquetces, pro- portion defennnes enquetees. Madagascm; 2000 . . . 12 Tableau 4 : Taux de non-reponse des repondants par module. Madagascm; 2000 . . 12 Tableau 5 : Repartition dei,· repondants par caracteristiques socio-demographiques. Madagasca1; 2000 . . . . . . . . . . . . . . . 14 Tableau 6: Repartition desfemmes selon /'age et le nomhre moyen d'enfants, Madagascm; 2000 . . . . . . . . . . . . . . . 17 Tableau 7 : Mortalite des en/ants de moins de 5 ans, Madagciscw; 2000 . . . 18 Tableau 8 : Mortalite des enfant.\· selon les caracteri.<;tiques de !a mere Madagascm; 2000 . 21 Tableau 9 : Repartition de !'eta/ nutritionnel des eJ?f'ants malgaches de moins de 5 ans en fonction de quelques parametres, Madagascm; 2000 . 26 Tableau I 0 : Jndicateurs de l'etat nutritionnel des en/ants de moins de 5 ans en debut eta Ia fin de Ia decennie . . . . . . . . . . 28 Tableau II : Repartition des eJifants ages de 6-59 mois seton qu 'ils ont rep1 ou non une dose elevee de vitami1~e A, Madagasca1; 2000 . . . . . . . . . 38 Tableau 12 : Pourcen tage de menages consommant du set iode, Madagascw; 2000 . .40 "-Tableau 13 : Repartition des menages selon le type de sucre consomme, Madagascm~ 2000 .43 Tableau 14 : Repartition des menages selon Ia ji-equence d'approvisionnement en sucre, Madagascar, 2000 . . . . . . . . 44 Tableau I 5 : Repartition des menages seton !a consommation hebdomadaire de sucre, Madagasca1; 2000 . 45 Tableau 16 : Repartition des menages par province et seton le. (ype d'hui!e consommee, Madagascar; 2000 . . . . . . . . . . . . 46 Tableau 17 : Repartition des menages seton !afi·equence d'approvisionnement en hui!e, Madagascar; 2000 . 48 Tableau 18 : Repartition des menages selon Ia consommation hebdomadaire d'huite, Madagasca1: 2000 . . . . . . . . . . . . . . 49 Tableau 19: Taux d'hemeralopie et consommation mo_venne en sucre /huile . 50 Tableau 20 : Repartition (%) des menages par caracteristiques socio-demographiques, Madagascar, 2000 . , . . . . . . . 53 Tableau 2 1 : Pourcentage des menages par nature du ptancher selon te milieu de residence, Madagascar; 2000 . . . . -. . . . . . 54 Tableau 22 : Repartition (%) des menages seton le nombre de chambres a coucher et le milieu de residence, Madagascm; 2000 . , . . . 55 Tableau 2 3 : Repartition (%) des menages selon le nombre de chambres a coucher et selon Ia province, Madagascw; 2000 . . . . . . . . . . , . . . . . 55 Tableau 24 : Repartition (%) de Ia population par source d'approvisionnement en eau a boire et selon !c milieu de residence. Madagascm; 2000 . . . . . . . 57 Tableau 25: Repartition (%)de Ia population par source d'approvisionnemcnt en eau a boire et selon Ia province, Madagascm; 2000 . . . 57 Tableau 26: Repartition(%) de population par .\ysteme d'evacuation des excreta et se!on le milieu de residence, Madagascm: 2000 . . , . . . . . . 59 Tableau 2 7 : Repartition (%) de population par .\ystenze d'e1'ac1wtion des excreta et se!on Ia pm1•ince. Madagasc{//: 2000 . . . . . . . . . , . 59 Tahlcau ]8: En:lution de l'accr!s c/l'eau potable et {1/'assainissenwnt. Madagascw; 2000 . 60 IX Tahleau 29. Repartition des 111(;1/agcs scion Ia categorie socio-economique etlc milieu de residen- a, Madaga.\ cw; 2000 . . . . . 63 Tahlcau 30 : Repartition des menages selon Ia categoric socio-economique et Ia province, Madagasca1; 200() . 63 Tableau 31 : Pourcentage d'en('ants ages de 36-59 mois quifi·equentent wz programme organise d'education prescolaire. Madagasccn; 2000 . 66 Tableau 32 : Pourcentage d'el?/(mts (5 cl 12 ans) qui ji-equentent actuellement /'ecole prima ire, Madagasca1; 2000 . . 67 Tableau 33 : Pourcentage de population agee de 15 ans et plus qui est alphabetisee, Madagascar; 2000 . 71 Tableau 34 : Pourcentage d'enfants qui ant suivi u11 programme d'education 11011 formelle, Madagasca1; 2000 . 74 Tableau 35 : 1ndicateurs anthropometriques des meres par caracteristiques socio-demographiques, Madagasca1; 2000 . 82 Tableau 36 : Pourcentage de femmes agees de 15-49 ans qui ont presente des symptomes de cecile nocturne lors de leur derniere grossesse, Madagascm; 2000 . 83 Tableau 3 7 : Pourcentage de femmes mariees au en union a gees de 15-49 ans qui utilisent actuelle- ment (ou dont le partenaire utilise) une methode contraceptive par caractere socio-demographique et selon Ia methode contraceptive, Madagascm; 2000 . 88 Tableau 38: Pourcentage defemmes mariees ou en union agees de 15-49 ans qui utilisent actuel- lement (ou dont le partenaire utilise) une methode contraceptive moderne, Madagascm; 2000 . 89 Tableau 39 : Pourcentage defemmes mariees ou en union agees de 15-49 ans qui utilisent actuel- lement (ou dont le partenaire utilise) une methode contraceptive traditionnelle, Madagascm: 2000 . : . . . . 90 Tableau 40 : Evolution de !a prevalence contraceptive chez les femmes de 15-49 ans en union par province et selon le t)J7e de methode, Madagascm; 2000 . 9 1 Tableau 41 : Evolution de Ia prevalence contraceptive chez lesfemmes de 15-49 ans en union par milieu de residence et seton le ~vpe de methode, Madagasccv~ 2000 . : . 92 Tableau 42 : Evolution de Ia prevalence contraceptive chez lesfemmes de 15- 49 ans en union par groupe d'age et selon le zwe de methode, MadagaSC(IJ~ 2000 . 93 Tableau 43 : Evolution de Ia prevalence contraceptive chez lesfemmes de 15-49 ans en union selon Ie niveau d'instruction et le type de methode, Madagascm: 2000 . 94 Tableau 44 : Prevalence contraceptive de quelques pays seton les annees . 95 Tableau 45: Repartition desfemmes ligees de 15 a 49 ans ayant eu une naissance survenue au cours de l'annee ayant precede l'enquere par type de personnel dispensant des soi11s prenatals selon cer- taines caracteristiques socio-demographiques, Madagascw; 2000 . 98 Tableau 46: Calendrier de vaccination antitetanique (VAT) en vigueur et duree de protection coJ~fe- nie, Madagascar, 2000 . . . . . 100 Tableau 4 7: Evolution de !'incidence du tetanos neonatal depuis 1991, Madagascm; 2000 . 100 Tableau 48: Repartition (%) des naissances survenues au cow·s des douze demiers mois ayant pre- cede l'enquete, selon le nombre d'i1!jections antitetaniques rec;ues par Ia mere et selon certaines caracteristiques socio-denwgraphiques. Madagascm; 2000. . : . . 1 01 Tableau 49: Rr?partition (en%) des naissances survenues au cours de l'annee precedant l'enquete par f)pe d'assistance lo1·s de /'accouchement et scion certaines caracteristiques socio-demogra- phiques, Madagasc(IJ; 2000. . : . 1 03 Tahleau 50 : Rr?partition (en%) des naissances l'imntes sun•enues au cow·s des I 2 derniers mois dontlc poids ci Ia naissance est inf(;rieur c) 2500 gramme.,·. Madaga.\ccu; 2000 . 105 X Tableau 5 I : Rc;partition (en~~~) des naissances survenues au cow·s de !'an nee precedantl'enquere selon /'estimation par Ia mc;re de Ia grosseur de /'enj'ant Lila naissancc, Madagascw: 2000 . I 06 Tahlcau 52: Cou1·crturc mccinale scion lcs sources d'inj(mnation. Madagascm: 2000 . 108 Tableau 53: Pourcentage d'enj'ants ciges de I 2- 23 mois ayant rcc,·u des vaccinations contre lcs maladies de l'enf"ance que/ que soit /'cige (/\'(lilt /'enquete et les sources d'inf(mnation (carte de vaccination et declaration de Ia mere). Madagascm: 2000 . 1 09 Tableau 54: Taux de deperdition pour DTCoq 1 et DTCoq 3. et BCG- rougeo/e . /09 Tableau 55 : Repartition des enj(mts ayant eu Ia diarrhee par niveau socio-economiquc des menages. Madagasc{//: 2000 . . 112 Tableau 56 : Repartition des enf"ants par niveau socio-economique ayant eu Ia diarrhee et n'ayant re(>ll aucwz traitement, Madagasc{//: 2000 . 112 Tableau 57: Repartition (en%) des enfcmts de moins de cinq ems ayant eu Ia diarrhee au cours des deux dernieres semaines qui ont rec,·u une SROITRO, Madagascm: 2000 . 113 Tableau 58 : Repartition (%) des en/ants de moins de 5 ans ayant eu des IRA durant les 2 dernieres semaines qui ont eu recours aux services de sante, Madagascar: 2000 . 114 Tableau 59 : Repartition des enfants de moins de 5 ans ayant eu Ia rougeole au cours des trois der- niers mois, Madagascm: 2000 . . . 116 Tableau 60 : Pourcentage des personnes en chmge des en/ants de moins de cinq ans connaissant les signes evocateurs et de complications de Ia rougeole, Madagascm: 2000 . 117 Tableau 61: Pourcentage des enfants de 0-59 mois soufJi·ant dejievre qui ont ete pris en charge a domicile avant d'avoir recours au centre de Sante, Madagascm~ 2000 . 119 Tableau 62 : Pourcentage d'enfants clges de 0 a 59 mois souffi·ant de lafievre durant les deux der- nieres semaines et qui ont ete traites avec un antipaludeen, Madagascm~ 2000 . 120 Tableau 63 : Pourcentage d'enfants clges de 0-59 mois qui ont donni sous une moustiquaire impre- gnee ou non d'insecticides Ia nuit derniere, Madagascm: 2000 . 121 Tableau 64 : Repartition des enfants selon les mot!fs de non enregistrement des naissances, Madagasc{//: 2000····· · . . 131 Tableau 65 : Repartition des enf"ants clges de 0- 17 ans par cige et selon le statut vis-a-vis de !'enre- gistrement de naissance, Madagascm: 200(). . 132 Tableau 66: Repartition des enfants de 0-14 ans selon qu 'ils vi vent ou non avec un parent biolo- gique dans le me me menage, Madagascm: 2000. . . 13 7 Tableau 67: Repartition de l'incapacite chez !'enfant seton les caracteristiques socio-demogra- phiques, Madagascm: 2000· · . . 140 Tableau 68 : Repartition des enfcmts selon le statut d'activite et selon les caracteristiques socio- demographiques, Madagascm~ 2000 . . 151 Tableau 69 : Pourcentage d'enfant clges de 5 cl 14 ans qui travaillent actuel!ement, Madagascm: 2000··················································································································································152 Tableau 70 : Pourcentage d'enfants qui on! effectue des t/iches durant Ia denziere semaine selon le type d'activite, Madagascm: 200(). . 154 Tableau 71 : Prevalence d'enfants dges de 5 cl 14 ans qui ont travaille au cours des 12 derniers mois seton Ia remzmeration········ . /55 Tableau 72: Repartition des en(ants 5 a 14 ans qui travail/en! seton Ia tranche d'clge par rapport aux parents hiologiques. Madaga.1·cm; 20{)() . 157 Tableau 73: Les raisons du travail des enfcmfs . /57 Tableau 74: Proportion d'enfants 5 cl/4 ans seton le niveau socio-economique des menages, Madagascm; 20()() . 158 Tahleau 75: Connaissancc des conceptions e!TO/l(;es sur/a transmission du SIDA seton le se.re, Madagascm: 20()() . ·· ·· . · · · ·· · . · ·· ··· ·· ······· ·· . . 164 XI TCth!eau 76 : Pourcentage des personnes dg(;es de /5 cl 49 1111S amnt eu au moins l/17 rapport sexuel occasionnel autre que leur parte1iaire habitue/ au cours des 12 dernicrs mois. l'vfadagas'('(Jf; 2000 . . . 171 Tahleau 77: Utilisation de preservati{au cours du dernier rapport a1•ec w1 partenaire sex,!cl occasionnel. lvfadagascar 2000 . 172 TCthleau 78: Repartition en pourcentage des hommes enj(mction du nombre d'episodes decla- res d'uretrites. Madagascw; 2000 . . 17 3 TCibleau 79: Pourcentage des hommes ages de 15 a 49 CI/1S a_yant declare al'oir eu des episodes d'uretrite au cow·s des 12 derniers mois. Madagascw; 2000 . . 17 4 Tableau 80 : Attitudes discriminatoires vis a vis des personnes vivant avec le V1H, Madaga.Ycw;-2000 . 175 Tableau 81 : Erreurs de sondage-!es variables choisies. Mics Madagascar; 2000 . 184 Tableau 82 : Erreurs de sondage-National, Mics Madagascw; 2000 . 185 Tableau 83 : Erreurs de sondage-Province Antananarivo, Mics Madagascw; 2000 . 185 Tableau 84 : Erreurs de sondage-Province Fianarantsoa, Mics Madagascar, 2000 . 186 Tableau 85 : Erreurs de sondage-Province Toamasina, Mics Madagascw; 2000 . 186 Tableau 86 : En·eurs de sondage-Province Mahajanga, Mics Madagascar; 2000 . 187 Tableau 87: Erreurs de sondage-Province Toliary, Mics Madagascw; 2000 . 187 Tableau 88 : Erreurs de sondage-Province Antsiranana, Mics Madagascw; 2000 . 188 Tableau 89: Repartition par annee d'age de Ia population, Madagascar, 2000 . 189 XII LISTE DES FIGURES Figure 1: Repartition des grappcs de /'emjuctc M1CS. Madagascar 2000 . 8 Figure 2. Pyramidc des ages de Ia j)OjJU!ation . ll Figure 3: Proporlion d'enj{lllls dechles se/on /'age de Ia mere et /e sexe des en/ants . 16 Figure 4: Nomhre moren d'cnfcmts parfenzme . . . 17 Figure 5: Tcndances de Ia morta/ite in/anrile. Madagascw; 2000 . 19 Figure 6 : Tendan ces de Ia morta/ite jul'eni/e, Madagascw: 2000 . 20 Figure 7 : Repartition des cnj'ants en fonction de leur eta! nutritionne! selon l'indicateur Poids/Age . : . . . . 24 Figure 8 : Repartition des enf'ants en fonction de leur eta! nutritionnel selon /'indica/cur Tai!!e/Age . . . 25 Figure 9 : Repartition des enj'ants en fimction de leur etat nutritionnel selon /'indica/cur Poids/ Tai!le . . . . . . . . . . . 25 Figure 10: Repartition des enf'ants de moins de 5 ans malnutris scion !'age . . . 27 Figure 11 : Tendances de Ia malnutrition moderee et severe chez les enfant.s· de moins de 5 ans, Madagascar 2000 . . . . . . 28 Figure 12 : Evolution du taux de croissance demographiquc et du PIB entre 1990 et I 999 . 29 Figure I 3: Prevalence de !'allaitement chez les enfants de moins 6 mois. Madagascm; 2000 . 31 Figure 14: Prevalence de !'AM£ a 4 mois eta 6 mois selon les provinces, Madagascw; 2000 . . . 32 Figure 15: Prevalence de !'AM£ a 4 niois eta 6 mois seton le milieu, Madagascw; 2000 . 32 Figure 16 : Prevalence de l'AME a 4 mois et a 6 mois selon le niveau d'instruction de Ia mere, Madagasca1; 2000 . . . . . . . . . 33 Figure 17 : lndicateurs supplementaires sur fa pratique de l'a!laitement sefon les provinces. Madagasca1; 2000 . 33 Figure .18 : lndicateurs supplementaires sur fa pratique de l'allaitement selon le milieu, Madagasca1; 2000 . . . . . . . . . . . . 34 Figure 19 : lndicateurs supplementaircs sur Ia pratique de l'allaitement selon !e niveau d'instruc- tion de Ia mere, Madagascw; 2000 . 34 Figure 20 : Repartition des en(ants selon Ia pratique de l'allaitement maternel et selon !'age, Madagasca1; 2000 . 35 Figure 21 : Evolution de quelques indicateurs de Ia pratique de l'a/laitement maternel, Madagasca1; 2000 . 36 Figure 22 : Pow-centage de menages consommant du sel iode seton les provinces, Madagascw; 2000 . 39 Figure 23: Evolution du taux de consummation du sel iode. Madagascar 2000 . .40 Figure 24: RE;partition des menages par province et selon le type de sucre consomme, Madagascar 2000 . . . . . . . . . . . . 42 Figure 25: Repartition des menages par pnJl'ince et selon lafi'equence d'approvisionnement en sucre. Madagascar; 2000 . . . . . . . 44 Figure 26 : Repartition des menages par prm·ince ef scion Ia COI/S0/11/Ila/ion hebdonwdaire de sucre. Madagasca1~ 2000 . . . . . . . . . . . . . .45 Figure 27 : Repartition des menages par province ct seton !c trpc d'hui!e consommee. Madagasca1: 2000 . 46 Figure 2H : Repartition des menages par prm·ince et selon Ia fi'equence d'apprm ·isionnement en /wile. Madagascru; 2000 . 47 Figure 29: Reeartition des nu!nages parJJmvince el selon Ia conson1nwtion /whdomodairc d'hui- lc. Mru!agascw; 2000 . 49 XIII Figure 30 : Repartition des menages seton Ia faille et le milieu de residence. Madagascw: 2000 . 52 Figure 31 : Repartition des menages scion Ia categoric socio-economique, Madagascw: 2000 . 62 Figure 32: Stmcture de /'Cducation, Madagasc([!; 2000 . 64 Figure 33 : Pourcentage d'enfants de 36-59 mois ayant suivi l/11 programme d'education prescolaire seton Ia province, Madagascm; 2000 . 65 Figure 34 : Pourcentage cl'~nfants de 36-59 mois ayant suil'i l/11 progranune d'education jJrescolaire seton le niveau d'ii1struction de Ia mere. Madagascm; 2000 . 66 Figure 35: Pourcentage d'enfants de 5-12 ansji·equentant regulierement !'ecole selonle milieu de resi- dence, Madagasca1; 2000 . 68 Figure 36 : Pourcentage d'enfants de 5-12 ans fi·equentant regulierement l'ixole selon Ia province, Madagascat; 2000 . 68 Figure 3 7 : Pourcentage d'enfants de 5-!2 ans fi'equentant d:gulierement !'ecole seton /'age, Madagasca1; 2000 . 69 Figure 38 : Pourcentage d'e,~fants entrant en 1 ere anm?e et qui atteignent par Ia suite Ia 5eme an nee, Madagasca1; 2000 . 69 Figure 39 : Pourcentage de population de 15 ans et plus alphabetisee seton Ia province, Madagascm; 2000 . 72 Figure 40 : Pourcentage de population de 15 ans et plus alphabetisee seton le milieu de residence, Madagasca1; 2000 . 72 Figure 41 : Pourcentage de population de 15 ans et plus alphabetisee selon l'dge, Madagascar, 2000. . 73 Figure 42 : Pourcentage d'enfants ayant suivi un programme d'education non formelle seton !'age, Madagasca1; 2000 . 75 Figure 43 :Repartition des e~fants ayant suivi un programme d'education nonformelle selon le type de programme suivi et selon le sexe. Madagascar, 2000. . 75 Figure 44 : PoUI·centage d'e,~fants ayant sui vi un programme d'education non forme lie seton le type de programme suivi et seton le milieu, Madagascm; 200Q., . 76 Figure 45: Evolution de Ia proportion d'ei?fants de 6-10 ans qui sont inscrits en primaire, Madagascar, 2000 . : . 77 Figure 46 : Pourcentage des femmes enceintes presentant des symptomes de cecite nocturne seton les provinces. Madagasca1; 2000. . 84 Figure 47: Pourcentage des femmes enceintes presentant des symptomes de cecite nocturne selon Ia tranche d'age, Madagasca1; 2000 . 84 Figure 48 : Evolution de fa cecite nocturne de 199 7 a 2000 selon les provinces. Madagasca1; 2000 . 85 Figure 49 : Evolution de Ia prevalence contraceptive seton le type de methode, Madagascw; 2000 91 Figure 50 : Evolution de Ia prevalence contraceptive par province et seton le type de methode, Madagasca1; 2000 . 92 Figure 51 : EFolution de Ia prevalence contraceptive chez lesfemmes de 15- 49 ans en union par grou- pe d'cige et seton le type de methode. Madagascw; 2000. . 94 Figure 52 : Pourcentage d'utilisation des produits contraceptif.i· chez les femmes en union selon Ia peri ode d'enquE;te. Madagascw; 2000 . . 95 Figure 53 : Repartition (en%} des femmes par ~1'j>e de personnel dispensateur de .wins prenatals, Madagasca1; 2000 . .". 98 Figure 54 : El'(>lutirm des .wins prenatals dispense.\· par des per.wmnels qualifies et des accouclzeuses tradi tionnellcs de I 99 2 cl 2000, Madagascw; 200f/ . 99 Figure 55 : E 1'0/ut ion de /'assist a nee /on de I 'accouchenicnt. Madagascw: 201)(! . I 04 XIV Figure 56 : Pourcentage des en{ants de 12-23 mois ayant re('ll des mccins avant l'dge de 12 mois, Madagasc(u; 2000 . . . II 0 Figure 57 : Pourcentage des enlants vaccines de moins de 12 mois et 12 cl 2 3 mois selon Ia carte, !vfadaga.\·ca1; 2000 . 11 0 Figure 58 : Repartition des enlants ages de 0-59 mois par province selon le statut vis-cl-vis de /'enre- gistrement de naissance. Madagasccu; 2000 . 127 Figure 59 : Repartition des enfcmts ages de 0- 59 mois par milieu de residence selon le statut vis-cl- vis de /'enregistrement de naissance, Madagascw; 2000 . 127 Figure 60: Repartition des enfants de 0-59 mois par sexe selon le statui vis-cl-vis de !'enregistrement de naissance, Madagasca1; 2000 . 128 Figure 61 : Repartition des el!fants de 0-59 mois par tranche d'dge selon le statut vis-cl-vis de !'enre- gistrement des naissances, Madagascw; 2000 . 129 Figure 62 : Repartition des en/ants de 0-59 mois selon les motifs de non enregistrement de Ia nais- sance, Madagasca1; 2000 . 131 Figure 63 : Pow·centage des enfants de 0-17 ans dont Ia naissance n'a pas etc enregistree, Madagasca1; 2000 . 133 Figure 64 : Repartition des el!fants de 0-14 ans par le sexe et selon qu 'ils vi vent ou non avec un parent biologique dans le menage et selon le milieu de residence, Madagascar, 2000 . 136 Figure 65 : Repartition des ertfants de 0-14 ans par le sexe et selon qu 'ils vi vent ou non avec un parent biologique dans le menage et selon /'age, Madagascm; 2000 . 136 Figure 66 : Repartition des risques d'incapacite chez !'enfant selon le sexe, Madagascar, 2000 . 141 Figure 67 : Repartition des enfants selon le risque d'incapacite et selon Ia province, Madagascar, 2000 . 141 Figure 68 : Repartition des risques de l'incapacite chez !'enfant Ia forme et selon le sexe, Madagascar, 2000 . 142 Figure 69 : Repartition des risques de l'incapacite chez !'enfant Ia forme et selon le milieu de resi- dence, Madagasca1; 2000 . 143 Figure 70 : Repartition des risques positif'l d'incapacite chez !'enfant selon les formes et le niveau socio-economique, Madagascar 2000. . 144 Figure 71: Pow·centage d'ei?fants ages de 5 cl 14 ans qui travail/en! actuellement selon /'age, Madagascar, 2000 . 152 Figure 72 : Schema qui repn?sente les types d'activite des enfants qui travaillent . l53 Figure 7 3 : Proportion d'e,!fants qui travail/en! selon le niveau d'instruction par region, Madagascar, 2000 . 156 Figure 74: Connaissance de trois conceptions erronees sur Ia transmission du VJH selon le niveau d'instruction, Madagasca1; 2000 . 165 Figure 75 : Connaissance des 3 moyens de preventions de Ia transmission du VIH selon le milieu de residence, Madagasca1; 2000 . 166 Figure 76: Connaissance des 3 moyens de prevention par groupe d'ages, Madagascm; 200(L . 168 Figure 77 : Age au premier rapport sexuel selon le sexe, Madagascm; 2000 . 169 Figure 78 : Pourcentage des personnes ayant eu des parte1wires sexuels occasionnels par province, Madagasca1; 2000 . 170 Figure 79 : Utilisation des preservatif\· au cours des rapports sexuels occasionnels chez les hommes seton /'(/ge, Madagasca1; 2000 . 172 Figure 80: Comportements et attitudes des femmes vis cl vis des personnes vivant avec le VJH, seton le niveau d'instruction cl Madagascar; 2000, . 176 Figure 8 I : Comportement.\' et attitudes des hommes l'is cll'is des personnes vivant avec le V!fl suivant le ni1•eau d'in.1truction, Madaga.\'C(I/; 2000 . 177 XV XVI SIGLES ET ABREVIATIONS JIRAMA Jiro sy Rano Malagasy PNUD Programme des Nations Unics pour le Devcloppement ONG Organisme Non Gouvememental UNICEF Fonds des Nations Unies pour l'Enfance FIKRIFAMA Fikambanana Kristianina Fampandrosoana Malagasy MlCS Multiple Indicator Cluster Survey EDS Enquete Demographique et de Sante EPM Enquete Permanente aupres des Menages BCG Bilie de Calmette et Guerin (vaccin antituberculeux) DTCoq Diphterie, Tetanos, Coqueluche (vaccin) AVA Andron'ny Vakisiny PEV Programme Elargie de Vaccination SRO Sel de Rehydratation par voie Orale ODlVA Odi-Valana PC IME Prise en Charge Integree des Maladies des Enfants RGPH Recensement General de Ia Population et de !'Habitat PAEPAR Projet Pilote d'Approvisionnement en Eau Potable et Assainissement en milieu Rural · AEPSPE Assainissement, Eau Potable, Soins Primaires de l'Environnement IEC Information Education Communication INSTAT lnstitut National de Ia Statistique SME Sommet Mondial pour l'Enfance PADEPP Partenariat pour le Developpement des Ecoles Primaires Publiques IPEC International Program for Elimination Childwork VIH Virus de l'Immunodeficience Humaine XVII Remerciements L'enquete a Indicateurs Multiples (MICS) realisee en aout- septembre 2000 sur !'ensemble du terri to ire s'inscrit dans le cadre du Programme de Cooperation -Madagascar-UNICEF. Cette operation a parfaitement atteint ses objectifs dans Ia mesure ou nous sommes actuellement en possession de donnees et de principaux indicateurs necessaires au suivi des objectifs du Sommet Mondial pour les Enfants (SME). La reussite de cette operation de grande envergure et d'une importance primordiale pour le developpement social du pays n'a ete possible que grace aux efforts louables et a Ia collabora- tion fructueuse de divers protagonistes que je tiens a remercier. Mes remerciements s'adressent particulierement : a !'UNICEF pour sa contribution financiere et logistique ; a l'equipe de Ia Direction de Ia Demographic et des Statistiques Sociales pour Ia conception, Ia mise en uuvre, la coordination des activites ainsi que pour !'exploi- tation et traitement des donnees; aux divers cadres chercheurs multidisciplinaires qui ont realise !'analyse des don- nees; aux equipes de terrain ( enqueteurs, enquetrices, superviseurs, chauffeurs,) qui n'ont pas menage leurs efforts malgre les conditions physiques parfois difficiles; aux menages enquetes qui, de bonne grace ont bien voulu repondre aux nom- breuses questions parfois indiscretes. Le Directeur General de I'Institut National de la Statistique RAJAOBELINA Philippe Resume des indicateurs Sommet Mondial pour les Enfants Taux de mortalite Probabilite de deceder avant le cinquieme anniversaire 142% des moins de Sans Taux de mortalite Probabilite de deceder avant le premier anniversaire 8S% infantile Prevalence de l'insuf- Proportion d'enfants de moins de Sans qui sont trop minces pour leur age 33% fisance ponderale Prevalence du . Proportion d'enfants de moins de S ans qui sont trop petits de taille pour leur age 49% retard de croissance Prevalence de · Proportion d'enfants de moins de S ans qui sont trop minces pour leur taille 14% I' emaciation Acces a une eau de Proportion de Ia population qui s'approvisionne a partir d'une source 24,6% boisson saine d'eau de boisson saine Utilisation d'un moyen Proportion de la population qui utilise une installation adequate d'eva- 6,8% d'evacuation des excreta cuation des excreta Taux de survie Proportion des enfants entrant en premiere annee du primaire qui attei- 39,8% I scolaire gnent la demiere anriee Taux net de fre- Proportion d'enfants de S-12ans qui frequentent une ecole primaire 47,0% quentation scolaire Taux d'alphabetisa- Proportion de la population de IS ans et plus capable de lire une lettre 70,6% tion ou unjoumal Soins prenatales Proportion de femmes de IS-49ans qui ont beneficie d'au moins une consul- 71,2% tation prenatale par un personnel qualifie durant leur demiere grossesse Prevalence contra- Proportion de femmes de 1S-49ans en union qui utilisent une methode 18;8% ceptive contraceptive Soins a Ia naissance Proportion de naissances assistees par un personnel de sante qualifie 46,2% Faible poids a la Proportion de naissances vivantes ayant un poids inferieur a 2500 10,6% natssance grammes · Consommation de Proportion de menages consommant du sel adequatement iode 76,0% sel iode Taux de supplementation Proportion d'enfants de 6-S9mois qui ont re9u une supplementation en 23,S% en Vitamine A : Enfants Vitamine A au cours des six demiers mois Taux de supplementation Proportion de meres qui ont re9u une supplementation en Vitamine A 12,0% en Vitamine A : Meres au cours des deux mois ayant suivi !'accouchement Taux d'allaitement Proportion des enfants ages de 0-23mois qui sont allaites exclusivement Sl,5% exclusif Taux d'alimentation Proportion d'enfants de 6-9mois allaites et qui re9oivent une alimenta- 82,2% .complt~mentaire a temps tion de complement Taux d'allaitement Proportion d'enfants ages de 12-!Smois (respectivement 20-23mois) qui 82,6%(12-15) continu sont allaites 42,9%(20-23) Couverture en DTC3 Proportion d'enfants de 12-23mois vaccines contre Ia Diphterie, le 36,6% Tetanos et Ia Coqueluche avant I' age de I an Couverture en Proportion d'enfants de 12-23 mois vaccines contre la Rougeole avant 29,1% Antirougeoleux !'age de Ian Couverture en Proportion d'enfants de 12-23 mois vaccines contre Ia Poliomyelite 36,6% Polio3 avant !'age de I an 2 Couverture en BCG Propotiion d'enfants de 12-23 mois vaccines contre 1e Tuberculose avant 42,S% !'age de 1 an Enfants proteges contre Proportion d'enfants ages de 0-11 mois proteges contre le Tetanos 47,8% le T eta nos neonatal neonatal a travers Ia vaccination de leur mere Taux d'utilisation Propotiion d'enfants de moins deS ans ayant eu Ia dian·hec au cours des 22,2% de Ia TRO quinze derniers jours et qui ont ete traites avec du Sel de Rehydratation Orale ou avec une solution a domicile appropriee Prise en charge a Proportion d'enfants de moins de S ans ayant eu Ia diarrhee au cours des 3S,I% domicile de Ia diarrhee quinze derniers jours et qui ont re9u plus de liquide que d'habitude et ont continue a etre nourris durant !'episode diarrheique Recours aux soins Proportion d'enfants de moins de S ans ayant souffert d'IRA au cours des 30,8% pour Ies IRA quinze derniers jours et qui ont ete amenes a un prestataire de services de sante approprie Developpement Proportion d'enfants de 36-S9 mois qui suivent un programme organise S,S% prescolaire d'education du jeune enfant Indicateurs pour le suivi des Droits de )'enfant Developpement Proportion d'enfants de 36-S9 mois qui suivent un programme organise S,S% prescolaire d'education du jeune enfant Enregistrement des Proportion d'enfants de moins de Sans dont Ia naissance est enregistre 72,3% nmssances Arrangement concernant Proportion d'enfants ages de 0-14 ans ne residant pas avec un parent 7,6% Ia residence des enfants biologique Orphelins dans Ies Proportion d'enfants ages de 0-14 ans qui sont orphelins 0,4% (les deux menages parents) 6,0% (un parent) Travail des enfants Proportion d'enfants de S-14ans qui travaillent actuellement S,O% Of children aged S-14 years who are currently working lndicateurs pour le suivi de Ia PCIME et du Paludisme Prise en charge a Proportion d'enfants de moins de S ans declares malades au cours des 3S,I% domicile des quinze derniers jours qui ont re9u plus de liquide que d'habitude et qui maladies ont continue a etre nourris Connaissance du Proportion de personnes responsables d'enfants de moins de Sans qui 30,3% recours au soms connaissent au moins 2 signes necessitant un recours immediat aux soins Moustiquaires Proportion d'enfants de moins de Sans qui ont dormi sous une mousti- 30,3% quare impregnee d'insecticide Traitement du palu- Proportion d'enfants de moins de Sans ayant eu de Ia fievre au cours des S9,4% disme JS derniers jourS qui ont reyU des medicaments anti-paJudeens Indicateurs pour le suivi du VIH/SIDA Connaissance de Ia pre- Proportion de femmes (respectivement d'hommes) de IS-49ans qut 29,9%(femmes) vention du VJH/SIDA connaissent Ies 3 principaux moyens de prevenir !'infection au VIH (hommes) Connaissance des Proportion de femmes de IS-49ans qui identifient correctement 3 concep- 14,8%(femmes) conceptions erronees tions erronees sur le VJH/SIDA (hommes) sur le VlH/SIDA Connaissance de Ia Proportion de femmes de IS-49ans qui identi fient correctement les 3S, !%(femmes) transmission mere-enfant moyens de transmission mere-enfant du VIH/SIDA (hommes) Attitude vis-a-vis des Proportion de femmes de I S-49ans qui ont une attitude discriminatoire 60,7%(femmes) personnes in fee tees vis a vis des personnes infectecs par le VIH/SIDA (hommes) par 1e VIH/SIDA 3 I. Introduction Contexte de l'enquete MICS A !'issue du Sommet Mondial pour les Enfants (SME) tenu a New-York en 1990, le gouverne- ment de Madagascar s'est engage a Ia declaration du Plan d'Action pour les Enfants. Par Ia suite, un Programme National d'Action a ete developpe et mis en reuvre a travers le Programme National d'Action pour le Redressement Social (PNARS) et dont les objectifs integrent ceux du SME adaptes pour Madagascar. Les objectifs globaux du PNARS pour Ia periode 1994-2000 sont les suivants : • Reduire Ia mortalite infantile de 114%o a 66%o et Ia mortalite des enfants de moins de 5 ans de 166%o a 110%o; • Reduire le taux de mortalite maternelle de 570 pour 100.000 a 285 pour 100.000 ; • Reduire le taux de malnutrition moderee et severe chez les enfants de 0-5 ans de 40% (1993) a 20% (2000). Conformement aux dispositions du Plan d'Action relatives a Ia mise en place d'un mecanisme de suivi des progres faits sur les buts et objectifs du SME, !'UNICEF a developpe l'Enquete a Indicateurs Multiples (MICS) afin de mettre a Ia disposition des pays un outil d'enquete de mena- ge pratique et adaptable et pouvant fournir des indicateurs fiables. Une premiere enquete MICS a ete realisee a Madagascar en 1995 en vue de mesurer 1e niveau des indicateurs relatifs aux objectifs fixes pour le milieu de Ia decennie. Cette evaluation de Ia mi-decennie a permis de ren- forcer'l'experience acquise tout en assurant le suivi de !'execution du Plan d'Action, notamment sur 13 objectifs du SME touchant des domaines specifiques qui sont particu1ierement importants pour Ia survie et le developpement de !'enfant. Par Ia suite une deuxieme enquete MICS a ete mise en reuvre a Madagascar afin de fournir le niveau de ces indicateurs a Ia fin de Ia decennie ainsi que celui d'autres indicateurs supplementaires pour le suivi des Droits'de !'enfant, de Ia Prise en Charge Integree des Maladies de !'Enfant (PCIME) ainsi que du VIH/SIDA. L'enquete MICS 2000 de Madagascar a ete effectuee par Ia Direction de Ia Demographie et des Statistiques Sociales (DDSS/INSTAT), en collaboration avec les ministeres sectoriels concemes qui ont participe a diverses etapes: Ia preparation methodologique, !'identification des modules, Ia conception des questionnaires, !'analyse des donnees collectees et Ia redaction des rapports. II convient de citer notamment les Ministeres de Ia Sante, !'Education de Base et l'Enseignement Secondaire, Ia Population, l'Energie et les Mines, Ia Recherche Scientifique, !'Agriculture. Le Bureau UNICEF de Madagascar a principalement fourni le financement ainsi que !'assistan- ce technique pour Je traitement et !'analyse des donnees, conjointement avec l'USAID qui a four- ni un appui technique en matiere d'echantillonnage et contribue au renforcement de l'equipement informatique de la DOSS. Le present rapport foumit Ia mesure des principaux indicateurs issus du Sommet Mondial pour !'Enfant ainsi que les resultats essentiels de !'analyse qui a ete faite sur les differents themes cou- verts par l'enquete. Eu egard aux objectifs de l'enquete MICS, une appreciation de Ia situation est faite a travers !'analyse des themes en termes de niveaux et tendances des indicateurs, de bilan des interventions sectorielles permettant d'interpreter !'evolution des indicateurs. Des recom- mandations sont formulees pour les actions futures, sur Ia base des interpretations et des conclu- sions obtenues. 4 Situation de Madagascar Situee dans !'Ocean Indien entre les 12""'" et 24""'" paralleles, et separee du continent africain par le Canal de Mozambique, l'ile de Madagascar s'etend sur une longueur de 1600 km du nord au sud, couvrant une superficie de 587041 km~. Le territoire est subdivise en six provinces deve- nues autonomes depuis peu, en application de Ia nouvelle Constitution. Les projections demographiques issues du RGPH (1993)' fournissent une estimation de Ia popu- lation malgache a 15 085 000 habitants en 2000, avec une esperance de vie a Ia naissance de 53 ans. Cette population est inega1ement repartie aussi bien dans les six provinces autonomes que dans les milieux urbain et rural. Une region centrale constituee de plateaux predomine le relief du pays, longeant Ia falaise orien- tale. A l'origine volcanique en partie, les hautes terres s'elevent jusqu'au sommet de Maromokotro, atteignant une altitude de 2876 m. La vegetation est caracterisee par une zone de forets tropicales s'etendant sur la partie orientale et contrastant d'une part avec la savane et Ia prairie qui predomi- nent dans le bassin versant occidental, et d'autre part avec la zone aride du sud. L'isolement natu- rel de Madagascar a favorise l'epanouissement d'une faune et d'une flore uniques au monde, mais qui subissent une degradation continue a cause de !'action humaine. En liaison avec le relief, le climat varie que l'on retrouve dans les differentes parties de Madagascar rend possible la pratique de cultures differentes. La localisation geographique de Madagascar en fait une zone subissant periodiquement le passa- ge des cyclones tropicaux. Objectifs de l'enquete MICS L'enquete MICS a ete realisee en vue des principaux objectifs suivants: • Fournir des informations actualisees en vue d'evaluer la situation des enfants et des femmes a Madagascar a Ia fin de la decennie et d'envisager Ia decennie suivante; • Fournir des donnees m!cessaires au suivi des progres relatifs aux buts etablis lors du Sommet Mondial pour les Enfants et pouvant servir de base aux actions futures; • Contribuer a ameliorer les donnees ainsi que les systemes de suivi a Madagascar et a renforcer !'expertise technique dans Ia conception, Ia mise en reuvre et !'analyse de tels systemes. II. Methodologie de l'enquete et qualite des donnees RABEZA Rafaralahy Victor L'enquete a indicateurs multiples - Multiple Indicator Cluster Survey (MICS) - de Madagascar a prevu un echantillon national de 6500 menages. Cette enquete est destinee a fournir des res.ultats pour Ia mesure des indicateurs, mere-enfant, fixes par le programme national de suivi pour Ia decennie 1990-2000. La partie sur Ia "Methodologie et Qualite des donnees" presente les demarches pour Ia realisation de l'enquete et !'evaluation de Ia qualite de l'echantillon, des donnees et des resultats obtenus. I R"'""'"'"""' G•' nerul de lu l'oJllllulion el de I'Huhiwl (l>IISS/INSTATI 5 Plan de sondage L'elaboration du plan sondage de l'enquetc M ICS a tcnu compte des trois principaux points sui- vants : • Produire des resultats avec une marge d'erreur raisonnable pour atteindrc lcs objectifs fixes par l'enquete • Tenir compte des circonstances et des realites du pays • Produire des resultats au niveau national. Lcs deux enquetes MICS et EDS effectuees a Madagascar ont des objectifs assez voisins. De plus, elles ont pratiquement les memes demarches sur le plan methodologique : sondage areolai- re et stratifie a deux degres, !'utilisation des zones de denombrement issues du Recensement General de la Population et de !'Habitat. Pour ces principales raisons sus citees, le plan de son- dage utilise pour l'EDS parait plus approprie pour le MICS-2000. Neanmoins, certaines considerations ont ete apportees. Etant donne que le principal objectif de MICS est de produire des indicateurs sur la sante des enfants, les recommandations2 issues des deux demieres enquetes, EDS-97 et l'EMP-99 ont ete prises en compte. Une taille d'environ 250 enfants de 12-23 mois par domaine d'etude est necessaire pour une meilleure estimation du taux de couverture vaccinale et d'autres indicateurs y afferents. Cette modification supplementaire permet d'obtenir des donnees exploitables au niveau des provinces avec une marge d'erreur rai- sonnable. Comme le nombre de grappes tire est assez eleve, le nombre de menages echantillons tires ne doit pas depasser 24 menages par grappe quel que soit le milieu de residence. Le meme nombre de grappes que I'EDS-97 a ete done retenu pour une meilleure comparabilite des resultats issus des deux enquetes. L'enquete a indicateurs multiples a considere dix domaines d'etudes pour lesquels on peut effec- tuer des analyses issues des donnees recueillies : la Capitale, urbain-rural, les six provinces et le national. Base de sondage A Madagascar, le demier Recensement General de Ia Population et de !'Habitat de 1993 (RGPH- 93) a permis de creer un echantillon-maitre (EMY La creation de l'EM est une opportunite pour le pays. L'echantillon maitre est un echantillon national servant de base de sondage pour toutes enquetes menees aupres des menages. Caracteristiques de l'echantillon-maitre L'echantillon-maitre est un echantillon stratifie et tire a deux degres areolaires . Une stratification par categoric socio-economique et geographique est effectuee au niveau des grands centres urbains (Chefs lieu de Province et Ia ville d'Antsirabe ). Dans les centres urbains secondaires (villes moyennes) et en milieu rural, une simple stratification geographique a ete appliquee. Les unites primaires de sondage (UPS) de !'EM sont constituees par les zones de denombrement (ZD) ou segments Iars du dernier RGPH de 1993. Ces ZD peuvent etre entieres ou groupees scion le nombre de menages denombres dans lcs ZD Iars du RGPH-93 . Les ZD de grande taille ctaient segmentees pour etre facilement utilisees et eontrolccs Iars des enquetes. Les unites secondaires de sondagc (USS) correspondent a unc seule ZD ou a unc partie d'une ZD. l Raporl : Sampling l'onsidcratiuns for 2000 1\lultiplc lndil'ators (Juster Surn~· . l>a,-id J, i\lq!ill . j omuary llJ9lJ. US Hurc:.tu of Census J l)relimiJwr~· fl't'nmmcndations on ch.'signin~ the masll'r sampll' for the !\'ladaJ,:ascar Houselwld Sunc~· Prngram. lhvid ,).Mcgill. 1990, US Bu reau of Census. 6 L'EM est constitue de 760 ZD tin~es avec des probabilites proportionnelles a Ia taille des UPS ct a Ia taille des USS. L'EM est forme de quatre sous-echantillons de 190 ZD chacun. Ceci dans le but de mieux gerer et utiliser les 760 ZD. Ainsi, pour une meilleure comparabilite des resultats ct pour une standardisation methodologique, !'EM a scrvi de base de sondage pour MICS-2000, et trois SOLIS ech(lntillons "de !'EM ont ete utilises. Caracteristiques generales de l'echantillon de MICS 2000 L'echantillon de MICS 200d est base surun sondage areolaire stratifie et tire a deux degres. • Au premier degre, 270 ZD soqttirees d'mi~ maniere systematique avec des probabilites egales a partir de !'EM. ~e ~iiieu urbain est~co,nstitue de 110 ZD et le milieu rural de 160 ZD. Chaque province est constlfuee pe deux strates, (urbain-rural), la Capitale constitue une Strate a part Le tirage des;ZD ~st. fait independamfuepta Yinterieur de chaque Strate. Le tirage systematique permet d'assurer u~e bonne dispersion des grappes dans les strates. On appelle grappe, !'unite finale de sondage qui correspond soit a une ZD en entier, soit a une partie d'une ZD . • Au deuxieme degre, le denombrement des meli"ages dans chiicune .des grappes a foumi la liste des menages a partir de laquelie a ete tire un echantillorfCfe menages. La repartition des grappes selon les.~trates est presentee dans"-le tableau ci-dessous. ~ ·. /"~ '. Tableau 1 : Repartition de l'echi~~.illon de grappes s-eton .Jes: ~-trates. Madagascar, 2000 Milieu •· . Province Urbain Rural Total Capitale 50 50 Antananarivo- sans Ia Capitare 8 28 36 Fianarantsoa 8 28 36 Toamasina 12 26 38 Mahajanga 10 26 36 Toliary ··~· 12 26 38 Antsiranana · fo 26 36 Ensemble 110 160 270 7 Figure 1: Repartition des grappes de l'enquete MICS, Madagascar 2000 Questionnaires .Will* ·~nnll .~ . - Lilllei4IIIIII'IWIII ===- Lilllel411 . Les questionnaires utilises sont bases sur le standard de Multiple Indicator Cluster Survey deve- loppe par )'UNICEF en collaboration avec I'OMS, I'UNESCO et le BIT. L'utilisation de ces ques- tionnaires pennet d'effectuer une comparaison intemationale au niveau des indicateurs issus des differents pays. Cependant, quelques modifications y ont ete apportees pour repondre aux cir- constances et aux besoins patticuliers du pays et notamment sur les modules: " Travail des enfants "," Education ". D'autres modules ou questions ont ete inseres a savoir Ia connaissance sur les lST/SIDA pour les hommes, Ia fortification alimentaire, le sucre et l'huile. Les questionnaires traitent 4 grandes sections presentant chacune un certain nombre de modules et pour des cibles determinees: 8 1- Questionnaire menage: caracteristiques socio-demographiques des membres du menage, eau et assainisscment, iodation du sel, travail des enfants, education des enfants, incapacite, forti- fication alimentaire. 2- Questionnaire-femme: mortalite des enfants, vaccin-antitetanique, sante matemelle et infanti- le, planification familiale, VIH/SIDA. 3- Questionnaire-enfant: enregistrement des naissances et education prescolaire, vitamine A, allai- tement matemel, prise en charge des maladies de !'enfant, paludisme, rougeole, vaccination. 4- Questionnaire-homme: VIH/SIDA Pour une meilleure utilisation du questionnaire et dans le souci d'unifonnisation, les questions ont ete formulees dans la langue nationale. Un pre test de l'outil de collecte a ete realise aupres d'un etfectif reduit de la population a fin d'assurer !'adaptation et )'adequation du questionnaire. Collecte et traitement des donnees Formation des agents Les agents de terrain ont re<;u une formation bloquee de 15 jours en regime d'intemat. Cette option a ete prise pour une meilleure assimilation des questionnaires d'une part, et pour preparer les agents a mieux se connaltre, a comprendre !'importance du travail et a consolider !'esprit d'equipe, d'autre part. Une formation theorique sur les questionnaires, module par module, a ete dispensee par l'equipe de la Direction de la Demographic et des Statistiques Sociales (DDSS). Des seances de simulation ont cloture la formation. Les controleurs ont re<;v une formation supplementaire sur les questions administratives, la pre- paration materielle, !'organisation de l'equipe sur terrain, le controle des questionnaires remplis et la bonne marche de !'operation de collecte. Vingt equipes de 5 agents et d'un controleur chacune ont ete formees pour couvrir les 270 grappes. Une descente sur terrain reel a ete effectuee par toutes les equipes avant de rejoindre leur zone respective. Cette premiere descente a permis d'apporter les demieres recommandations techniques et administratives. Collecte des donnees Le denombrement des menages et la collecte des donnees ont ete menes parallelement. Les travaux de terrain ont debute le 4 aoilt pour se terminer le 11 octobre 2000. Au cours du denombrement des grappes echantillons, taus les menages avec et sans enfants ages de 12 a 23 mois ont ete identifies. Un nombre de menages echantillons fixe a ete tire par grappe. Taus les membres des menages echantillons sont denombres avec un questionnaire menage. -Les femmes, les hommes et les enfants eligibles identifies ont ete enquetes avec leurs questionnaires respectifs. Des missions de supervision ont ete effectuees au cours de cette periode pour controle, verification des questionnaires remplis, ramassage et acheminement des questionnaires au bureau central. Exploitation et traitement des donnees Les questionnaires remplis parvenus au bureau central etaient soumis a une demiere verification pre- cedant Ia saisie. Les donnees ont ete saisies et traitees sur PC avec le logiciel Epi Info, version 6. Afin de permettre d'effectuer les travaux de saisie parallelement a la collecte, un mecanisme d'ache- minement des questionnaires remplis a ete mis en place. Les travaux de saisie ont demarre une 9 semaine apres le debut de Ia collecte et se sont acheves le 17 octobre 2000 (une semaine apres Ia collecte) Le logiciel SPSS n'ayant ete disponible qu'aprcs l'atelier MICS organise par le Bureau Regional de !'UNICEF (Nairobi, 6-12 novembre 2000), une majeure partie des tableaux d'analyse ont etc produits avec le logiciel IMPS. La tabulation a ete ensuite faite alternativcment avec SPSS ver- sion I 0 une fois le logiciel disponible. Couverture de /'echantillon Au total 6480 menages ont ete selectionnes et enquetes. La realisation en paralle!e du denom- brement des menages et de la collecte proprement dite a beaucoup contribue a un taux de reponse eleve au niveau des menages. L'enquete menage a permis d'identifier 7589 femmes eligibles dont 7097 interviewees avec succes, soit un taux de reponse de 93,5%. Pour les hommes, 6847 ont etc identifies parmi les- quels 5984 ont presente des questionnaires completement remplis, soit un taux de reponse de 87,4%. L'enquete a pu trouver egalement 6588 enfants de moins de 5 ans dont 6562 avec des questionnaires remplis, presentant un taux de reponse de 99,6%. Tableau 2 : Taille et couverture de l'echantillon, Madagascar, 2000 Milieu Enquete Capitale Autre urbain Rural Total MENAGE Nombre de menages selectionnes 1 200 1 440 3 840 6 480 Nombre de menages identifies 1 200 1 440 3 840 6 480 Nombre de menages enquetes 1 200 1 440 3 840 6 480 Taux de reponse des menages(%) 100 100 100 100 FEMME Nombre de femmes eligibles 1 506 1 831 4 252 7 589 Nombre de femmes enquetees 1 423 1 728 3 946 7 097 Taux de reponse (%) 94,5 94,4 92,8 93,5 HOMME Nombre d'hommes eligibles 1 386 1 542 3 919 6 847 Nombre d'hommes enquetes 1 260 1 354 3 370 5 984 Taux de reponse (%) 90,9 87,8 86,0 87,4 ENFANT Nombre d'enfants eligibles 936 1 384 4 268 6 588 N/bre enfants a interview complet 932 1 376 4 254 6 562 Taux de reponse (%) 99,6 99,4 99,7 99,6 Qualite des donnees L'evaluation de la qualite des donnees est une etape necessaire et indispensable. Elle permet non seulement de verifier la fiabilite des donnees obtenues mais aussi de pn?venir ou de mettre en garde les utilisateurs potentiels dans !'utilisation eventuelle des resultats publics. Structure par sexe et par age Dans les 6480 menages enquetes avec succes, on a trouvc 33035 residents. La repartition de Ia population par sexe est equilibree, 49,2% sont constitues par des hommes et 50,8% par les femmes. La repartition est semblable a celle du RGPH de 1993 et aux autres enquetcs recentes (EDS-97, EPM-99). 10 Figure 2 : Pyramide des ages de Ia population r --- t75 + 70-74 65-89 60-64 55-59 150-54 45-49 40-44 35-39 30-34 25-29 20-24 15-19 10-14 5-9 0-4 25 MASCULIN 15 5 FE MIN IN 5 15 25 La pyramide presente une base large avec un rapport de masculinite egal a 105% a 0 an revolu. De par sa defini•ion, le rapport a cet age definit un leger surnombre du sexe masculin et se situe generalement entre 102% et 105%. Le rapport de masculinite est aussi considere comme un indicateur de qualite des donnees. La population malgache est une population jeune, les mains de 15 ans represeutent pres de la moitie de la population (48%). La pyramide presente une certaine irregularite dans les grands groupes d'ages 25-34 ans. Cette irre- gularite est attribuable cer~ainement a un transfert d'age vers le groupe d'ages superieur. La pyra- mide presente ensuite une allure decroissante au fur eta mesure que l'age avance, et les plus de 65 ans ne constituent que 3% de la population. Les tests appliques sur la repartition par age de la population issue du RGPH-93, de l'EDS-97, de l'EPM-99 et de MICS-2000 ne presentent pas de differences significatives. Ces resultats traduisent que les donnees sont de meilleure qualite. Les non-reponses Il y a deux types de non-reponses qui affectent souvent les donnees d'enqw?te: • les eligibles non atteints par l'enquete, • les informations manquantes pour une question posee, un module donne· pour un individu concern e. 11 Tableau 3 : Repartition par groupe d'ages des femmes eligibles et des femmes enquetees, proportion de femmes enquetees. Madagascar, 2000 Effect if Groupe d'ages Femmes dans l'en- quete menage 10-14 1971 15-19 1581 20-24 1515 25-29 1314 30-34 1022 35-39 864 40-44 674 45-49 487 50-54 469 Total 15-49 ans 7456 Femmes enquetees 1372 1397 1250 970 834 651 458 6933 Pourcentage des femmes enquetE~es 86,8 92,2 95,1 94,9 96,5 96,6 94,0 93,0 Pour le premier type, son importance risque de compromettre la validite des resultats obtenus. L'ampleur des informations manquantes, pour le second type, porte atteinte au degre de precision d'un indicateur donne. Le tableau 3 fait apparaitre la repartition par groupe d'ages des femmes eligibles et des femmes enquetees, ainsi que le pourcentage des femmes enquetees. D'apres ce tableau, a part -Ie groupe d'ages 15-19 ans, la proportion des femmes enquetees depasse les 90% dans les autres groupes d'iiges. Ce qui nous amene a dire que les taux de reponse par groupe d'ages sont acceptables. La taille de l'echantillon de femmes par groupe d'ages est suffisante pour servir de base dans !'analyse des phenomenes. Par contre, pour le groupe d'ages 15-19 ans, le taux de non-reponse avoisine les 12%, laissant supposer un nombre assez important de femmes eligibles non-enquetees dans ce grou- pe d'ages. Les taux de non-reponse des individus par module et pour certains indicateurs sont presentes dans le tableau ci-dessous. Les non-concemes par le module ou par les questions ne sont pas pris en compte. Tableau 4 : Taux de non-reponse des repondants par module. Madagascar, 2000. Repondants Non- Taux de non- Module eligibles reponses reponse (%) - Frequentation scolaire - Date de Ia derniere dose Vaccin TT Jour Mois An nee - Date de naissance Jour Mois - Diarrhee 5595 324 6562 6562 1 0,0 210 64,8 178 54,9 171 52,8 48 0,7 897 3,7 110 1,7 18 0,2 D'apres Jes taux de non-reponses presentes dans le tableau 4, les donnees manquantes ou les non- reponses sont minimes. Si on se refere ala date de naissance des enfants de moins de 5 ans, dans 0,7% des cas Ia date de naissance des enfants n'est pas obtenue, dans l, 7% des cas seul l'annee de naissance est declaree. Le mois et l'annee de naissance sont declares pour 86,3% des enfants. Ces resultats indi- quent que les donnees sont de bonne qualite. 12 Cependant, pour Ia date de vaccination antitetanique de Ia demiere grossesse, le taux de non- reponse est tres impot1ant, plus de 50%. Ceci pounait s'expliquer par le fait que beaucoup de femmes ne se rappellent plus de cette date ou qu'elles n'ont pas du tout effectue ce vaccin pour une raison ou une autre. Les erreurs de sondage Dans toute enquete, !'estimation des eneurs de sondage est aussi indispensable que necessaire. L'eneur de sondage pennet de mesurer le degre de variation des reponses d'un echantillon a un autre. Cette estimation a ete effectuee a !'aide de EPI INFO, version 6. Quelques indicateurs cles, surtout ceux des enfants de moins de cinq ans ont ete retenus pour !'estimation des erreurs de son- dage. Les variables utilisees ainsi que les tableaux des erreurs de sondage sont presentes en annexe de ce rapport. Caracteristiques des repondants L'enquete MICS a pu recueillir des informations sur quelques caracteristiques des repondants, notamment sur l'age, l'etat matrimonial et le niveau d'instruction. Ces variables revetent chacu- ne une extreme importance : o !'age, une variable fondamentale dans !'analyse des phenomenes demographiques, o l'etat matrimonial, le niveau d'instruction, variables souvent considerees dans toutes les enquetes comme des variables de differenciation et d'explication des phenomenes etudies. Structure par age La repartition par groupe d'ages quinquennal des repondants (femmes et hommes enquetes) pre- sente respectivement une allure reguliere (Tableau 5). La distribution decroit constamment avec !'age des repondants, passant de 20% a 15-19 ans et ne representant plus que 7% dans le groupe d'ages 45-49 ans pour les f!mmes, et 8% dans le meme groupe d'ages pour les hommes. Etat matrimonial La question sur l'etat matrimonial actuel a ete posee a toutes les femmes enquetees et a tous les hommes de 15-49 ans. Dans l'enquete MICS, Ia notion de 11mariage11 fait toujours reference aussi bien aux unions fonnelles qu'aux unions infonnelles, comme les unions consensuelles. Les resul- tats de l'enquete montrent que plus de 60% des repondants sont actuellement en union. La pro- portion des celibataires est beaucoup plus elevee chez les hommes que chez les femmes enque- tees, 32% contre 19%. Quant aux ruptures d'union (veufs, divorces et separes), Ia proportion des femmes est quatre fois plus elevee que celle des hommes, 14% contre 3%. Ceci pourrait s'expli- quer par le fait que les hommes se remarient beaucoup plus que les femmes. Ces demieres, par contre, ont tendance a ne plus se remarier et conservent de ce fait, leur statut de divorcee et de · veuve. Par ailleurs, les resultats des differentes enquetes ont revele que pres de 20% des femmes sont chef de menage (EDS-97, EPM-99), un autre element d'explication plausible de cette pro- portion elevee. Niveau d'instruction La question sur Ia frequentation scolaire a ete posee aux membres de menage. A frequente ou fre- quente encore !'ecole, toute personne inscrite dans un etablissement scolaire appliquant le pro- gramme officiel. Pour ceux qui ont repondu 11 oui 11 a Ia question, le niveau d'instruction cones- pendant a Ia demiere classe achevee a ete demande : primaire, secondaire, superieur. Les resul- tats du tableau 5 montrent que le quart des femmes enquetees n'ont aucune instruction, 25% contre 19% chez les hommes. L'enquete revele par Ia suite qu!en regie generate, les hommes ont effectue des etudes plus poussees que les femmes, 32% contre 25%. 13 Tableau 5 : Repartition des repondants par caracteristiques socio-demographiques. Madagascar, 2000 Femmes de 15-49 aris Hommes de 15-49 ans Pourcentage Effectif Effect if Pourcentage Effect if Effectif pondere pondere non- pondere · pondere non- pondere pondere Province Antananarivo 28,4 2015 2327 29,6 1769 2083 Fianarantsoa . 19,4 1377 961 19,2 1150 794 Toamasina 17,0 1203 1042 16,6 993 895 Mahajanga 11,5 816 914 11,4 685 721 Toliary 15,7 1114 939 15,5 926 741 Antsiranana 8,1 573 914 7,7 460 750 Groupe d'ages 15-19 19,8 1405 1410 19,7 1178 1154 20-24 20,1 1430 1442 17,1 1022 1023 25-29 18,0 1281 1259 15,5 930 957 30-34 14,0 992 1015 16,1 961 949 35-39 12,0 854 833 12,7 760 772 40-44 9,4 666 666 10,7 642 649 45-49 6,6 469 472 8,2 491 480 Etat matrimonial Actuellement 66,4 4709 4600 64,6 3867 3799 Marie Etait marie 14,4 1022 1018 3,2 192 191 Celibataire 19,2 1366 1479 32,1 1920 1990 Niveau d'instruction Aucun 25,1 1780 1501 19,4 1163 931 Primaire 49,7 3525 3165 48,7 2914 2616 Secondaire I 17,1 1217 1465 19,8 1187 1400 Secondaire II 6,5 463 727 9,2 552 716 Superieur 1,5 109 236 2,5 150 301 NO 3 3 0,3 18 20 Total 100 7097 7097 100 5984 5984 14 Ill. Resultats lndicateurs pour le suivi des Objectifs du SME Mortalite RANDRIAMANJAKASOA Jean Harvel Les indicateurs requis pour le suivi des objectifs du Sommet Mondial des Enfants en matiere de mortalite sont le quotient de mortalite infantile (iqo), qui mesure Ia probabilite pour un nouveau- ne de deceder avant d'atteindre le premier anniversaire, et le quotient de mortalite infanto-juve- nile ou des moins de 5 ans ( sqo ), mesurant Ia probabilite pour un nouveau-ne de deceder avant d'atteindre le 5e anniversaire. Entin le troisieme indicateur pour le sui vi des objectifs de Ia decen- nie est le taux de mortalite matemelle-qui est mesuree a partir du nombre de deces des meres lors ou autour de Ia periode de !'accouchement, rapporte a 100.000 naissances vivantes. Ces indicateurs sont directement lies au niveau de developpement economique et social d'un pays : en effet, ils peuvent a l'instar du PIB d'un pays, figurer parmi des indicateurs de performances sur le plan economique et social. Le niveau de mortalite infantile est Ia resultante d'un certain nombre de facteurs qui determinent Ia survie de l'enfant tel que l'emploi et le revenu des parents, la securite alimentaire, l'approvisionnement en eau et l'assainissement, Ia pratique des soins et Ia prevention des maladies. La valeur de ces indicateurs ainsi que leur evolution sont considerees comme une evaluation des interventions entreprises dans Ia mise en reuvre des programmes ou projets entrepris en vue d'ameliorer les conditions de vie de Ia population en general et de Ia femme et de l'enfant en particulier. Les objectifs nationaux visent a reduire Ia mortalite infantile de 96o/oo en 1997 a 72%o en 2003 et de faire passer le niveau de mortalite infanto-juvenile de 159%o en 1997 a 111 %o en 2003. Entin, le gouvemement vise a reduire de plus de la moitie, le niveau de mortalite matemelle entre cette periode (488 deces a 285 deces pour 100.000 naissances vivantes). Mortalite chez /es enfants de moins de cinq ans Methodologie Lors de l'enquete, on a collecte les donnees portant sur Ia proportion d'enfants decedes parmi le total d'enfants nes vivants. II n'y a pas eu lors de l'enquete de questions portant sur !'observation "directe"4 de la mortalite. Les donnees recueillies sont classees par groupe d'ages des femmes et permettent une estimation indirecte du niveau de Ia mortalite des enfants de moins de 5 ans. Qualite des donnees II est generalement admis que sur !'ensemble des femmes, celles plus agees ont demarre plus-tot leur fecondite que les femmes plus jeunes. De ce fait, elles ont dans le contexte de faible pratique de PF, des enfants plus ages que leurs congeneres. Or, !'exposition au risque de deceder s'accroit J avec le temps. Par consequent, Ia proportion d'enfants decedes devrait normalement augmenter au fur eta mesure que l'age de Ia femme augmente. Par ailleurs, sauf dans des conditions tres par- ticulieres, a age egal, Ia mortalite est plus elevee pour les gar9ons que pour les filles. Sur le graphique n°3 ci-apres, nous pouvons constater que Ia proportion d'enfants decedes aug- mente sensiblement avec I' age des meres sauf au demier groupe d'ages- ou l'on peut admettre que les femmes agees ont omis volontairement ou non de declarer une partie de leur naissance sur- tout si cette .a L~nhsen·atiun dirt.'t.'lc de Ia mortalite l'nn~i~Jc H relen~r les drt-es qui se sont pnNiuits durant les 12 derniers mnis prCcCdant l'enquete. 15 naissance est sui vie de deces- et que par ailleurs, pour to us groupes d'ages des fe_!1Vllf.~· 1'\P·it \\' portion de gar~ons decedes est toujours superieure a celle des filleso ~~-'f.dhlc<:: ' 0 ,\ Figure 3 : Proportion d'enfan;t~\%eif~ l~)~;trh~? d~lpJ;·~~~~t ~1~ ~~~~ ~~e~\~rJ8~\bn\ 0.250 9h\shoM \' ' \/ l ';\ -·~·lu!.:~~·drl ·.:tn1 ~·;Jd!;:·H;:;~ '_;h Jn ·J:;uup ·Ji i'~: "Y!!L;~T-· r:n~ ·~- . ~ . ~ 1:! r·~ ; .:1Y;_.,~.d_. )\) :.~ !;~;n; -r:;l :;y.JlJ ·J; 'Jff·l!t::J/i.Ji,!\ fi!J "ll!lifl :ni 0 f.l o•r : .: ;1!:;1 ]/' ,r: .!•.;.: ) ;i!., .~-'. i>;:Wi -.'JL•: '' ;'!il -1 ;:(1',15() I ·:Ji. ~ l.l l::l;j.j d<.: . ~i L) .i .ii.U/. ;/ . ~ 'll' ' t.oi ~ ~ - · .f . ! ~t •• ;J f • • • j . · .! .; ~ I ~ !J J. . ·• · . : . · ~·- /.: ., II'. ')( . : 'J d . ::!') l :; 't.· ill ' . t ' i :.-:,I H ~~i~·.)r i :.:·Jn .<JJ'),) ·;lJ .-.r r •. n · c · r' ;;: ··· · . 'll·r, IJi"i" 11( 1 ' ~ , J) • I , .; _J :.•. t. J , \j \ \I . . ' . f 1 l}• ) (~· ~q ~nul iLi'JIJ~ i' 'P-~lfUH1'J.YJ lfl~ffl"Jqqul:r1:.,b ·.,}; lJi)')·lfH UL .:~:-id !fi~iCi!':.;}'J:··id; n•1~ .<ru·_.U~jl i 0 100 • - • - - • • • . . ., . . . - - . - . - - - . . r:.- :Jfl !;rrru }·;:Jq · } ~-!U'Jh.\Jf:Jnj G~~fJ lffriLCf ·r:./HJI!i~t rt:.(Lq ftu·t,. (:j}(l ub -;rJr-•i:'j i~ !f ";.,·U:;q .~!i .1-.;:fr~; u:.:: nictJ~j:J fl J'f) :>J:rn1fu~~ii r1 f(-:·) ~.di!nl'~t(ii -j;iiDlHHn :;b IJb~;·,in ·) J .ir.)i . ,.;2 1·J ~.;up rit~Hu.r . <.i Pi.~q JJ -d.i< 0.050 . •······· · , · · ·· i ··· ~ o· • ·· ; ···· · ·· .~ -,- · . ·········· . ········· . . c.Jn•J:t;q Jb uq~y; . rJ :J! }·--; iOlqHl'_; I JUfJ i'JI JiitJH:./t :Jt.J :.d /"JU?. r;! iflf_;f1i!fn~ . LJh HJf r~ . nr'JI~.J!;! ~J!: ,.J .tdrrrnn r;i lrJ ~r;io. / '.A) ~Ju p iJc·tq c:d JnJfli~J,.:~inic~:c:r;~l i:J u r;:.) H~ JH· . rr!JfHiuir-.{·.t'itqqt/1 . :;~r L!!t~;:-:H!G ·:;;~·Iu~~~·.·;~ t;l r.~J~Jl ~bi:.:n YJ H!n~ rr oit u! o·,~, ·I,u<J) :_;up i~ . njL (.'ti iJlt'Jihnf· ,~'_>') ~-:; ·u;·.Jlt:t £;J ?')~!J~lLifJ IJb CJuiJn:;t'.;iq !H; P)w:t9f!id~_Uh~ ,-:_) }) 1.'.) 'J~; !l .:.i . 1 1JJ) r~:).-.ft l'.J! !:j ~<,,)f.~ :;J !'jL!~ ::-_:-.) :) j i .J 5~UIL:/:_; ';flU .){f;ijf(~ 'j Li 'JL j~J l;)§d~ rl'j r~-g~ ti(fO(f9;"f~lJ 'Jl\~O;~r!toi,JMf~~J hi 4~·~~ Lliu4§·~~ 1 p:,. .-nq:.nln'J ;.:;~q_o;r~ Age des meres .i'i ' iu:;iJLq t!J rn;;ln·/i ~;b l'J 'Jn:nr·;i ;•'r;}')')·iib" J {;J-~ulq ~~rnern·~b Jfl(} ;:>~~g !{ ~ niq :.<.di'JJ .lrJ:narii /:Jb ·::;idrn:;~-'ff ~/1 ld~ ';!Jp r··ind~r: Jr;~,Jfi ;lL·;~j{i'_,·~l J.)'.i ! I :m pi 11nq ·.;l d r r;'l 'Jb ::.d F;liiO'J '! l ;:n dj l no .,,Ji I:> . ! i :Il ·~· ·j :,.(j /JI"i WJ :. ;.·!J i q , :.•tfiiF; l .· ·;\ ill f, ·J t i lir•' ;·y_; t i I}'J! •i(i't ' '')P '' ·rr;'o;,.,.·).!) r,l . ) "l '[)' ''! t''i ' fl'll. J'!.-I\(i/''•'t'! '!() .-·····>:.' ' '"' •') i'l'l ' I. '·'i'tj ,: ''t'· ;.··'r• ;i j•···,r··· ,.,;, '.j!l '· 11 j,. J. a.)( •. ~-.~ __ ,.J .• · r--.1 .J ). 1. • • . , ~ _ , •. •.•• 1 • .,., •. .,.,_ ,_,, _, .1 ./ ,,.,, " , • . .1~.:;) , J 1 i . ' ' -' . _ r -"•~ ._ , 1 .,.;1" -~-~!fif.Jff ! !iUC .i n :Hu~t t; ff!"it H! Jir:·tl·,·JfJ ?;)b . ·;):)i; r.Jilf{ln"_;l, u~);r·c~q ~ .~·i'i f;! ~!f!'jJ.:p~~~·nu) u:~~ . --qr~l.:l ';I -. ~i"li. -·u;q ?.~{11 ~noi1:bnr1·) ~Jb ~ntb#tuDt: .r . ur . dfiL ·:;)<"! 'JJn~.~r rL:~:.;;~ ··.:rli!f i ';·:. t~l ".).- ;;_~;.'~ ~;11p ~f!lJ/' . .:rr; •) i'.; ·d~-~ u: . ~ ( . d!f"t ;~--J i ·uJOfJ ~;Up r".fH!~/tE.;~ .-'·)l·f!jilfJ /~.d~; ,.·tdq J:.·:~ '_\!:L~f'qfl! i.d .li~!jJ :.J:~f) L .' '):-.Jd!''ii~ --.g~:t; -<;tY)'J0b r: Jruiln:/b ;ioi1"1ofjf(lq td ¥JIJ~J - ~ ~) ~ i:J;.·no:,~ ~tfr rtfHHi >!!f.lii .~ . ~nqJl·· i'J ( r1 ')lij;idrp;:~-~ '")[ -~u~). :JUj) 'J fJi'JffihB Ju'Jq i!C/ 1 (Jo ~ ;.:·.;~!~j'L ~f1U<Yl6 ·L . iff'I'Jij Ui;.tiH.;(~. -<;"I<Jr!i ;.·;;: ',;~{;'! 'J:J.tL if!~_.i!(l'_:! di~:fi':.-' ';!f!.Jrf! -·tu;.· 'J')flJ;;.:;;ic fl 'liJ:J! ')fJ :.;il'wr; 'J!iiJ .I'IiJ;I·J·;l; :;b f! U it Ill; lWJfT/I!f;!rHtiu I ~.II ! iii lfiiJ ,•o;)<_;,f; ,·'.)ffiffi·;\ -"'.11 ')I i '.J'J l r 1! Jr J! _,,,; l'al>Wau 16' ~; !R~p~~t~r~~ki ~~~fte.l11.H~~.~rl?~ \t'~~~ ~i :!i :~;~ ilitif~ '~pY,~~~ :#·~~.~· ,~"~~~~:: ,. ~#;~J~-~ .{~~dfi Age Effectif Total Nombre moyen : ·;!;r;ri I'J iil ~. Pf%(fH~~fW'!~1 , 1 i!f(;rl d.f~~Jfti~IJ~~;i ~ 111 n ·fl.Je.lt/(lJ'I;/;,.'i )!J " 'J'I' ; ; rn.df~!JA/(l{t:ts •";;-·;d ir Jfj'(f! zu~Cl 15-19 1405 693 0,5 . . ' r• ,. ·· r· II ''' nl'll' tHI 'J' l'li . , , ,,.,,·i('(i!,? it-' ,4' :):"'/l>f ;l!fl:.it r:'ifJ ;.>->J~!t; ,r: JL fj i;;![;'!Ll/'.l'J.i : ; ;! 'Jh '.IH !::IJ!.t f;t r'L t J I I .Jd.Ll7-'fc'f '· ~~·-' . nt . .~. •:l '· l ~JU L.)"'J~ ,0 _,1r; \ ri :;n·./) .- ;zi;}_g:1ipw ;~ :;-nu r; , :u ~- : ·_. 1 ziJ'p i,'iJ ·)qu•;·l:'J 31}r''.Jffl fi t:i\ ·.;Lj;'lj; n:r~ n:;t -:rn,·n_:.;b :(;fi.Ji 1 ·.:;~·11j{)J_1~ 1 ,rh·i·;) ,·,·)nnr>L ~·;b 9~~;up 1;! '.lfJ ii '~jj~E6! -·ur:L ·'}j:'} i'I'.J! :;;'.J t; 'if''Ai l .·'J i •y / lJ'J:! i ~) ·r; ';. l ,, / ' lf•!Jf • J I L 1'20•2Jl ' i. 'L.o26·29 !, • l ,- 3().3.4~- (' :_,' as4f -'l Age des femmes -I , • , 1 • : • . : , •• - .• ;.''-r•· _. j'· t·- ·r· · i·• · ·-Jt"'ij;, ,,f-, ·.i.J . d~. l ! ~--~ f .t: :!- 'Hypothiise§ 'efptoc~d'ures de cafcf!r ;,;, . ;::-': '''': '' \'.' 'Jll.••> :.·f:·. ):: ~·.:~, ~·~· >· ;: l '· i.lji r:·-'i ~~---·; ,J, J; lf F _ •• ••• ;' ' ·'- .:-~ •!J(.i (,1:' J '. {J .1 ._1 1 ; Ill ·I . J . } ~;i•! j /.J . . ·'-' •. ,.J- ~.1 ••. I Les donnees collectees peuvent etre utilisees pour estimer le niveau de Ia mortalite des enfants de moins de 5 ans (i?JaJ.1~9;jRv~pq~) ~n ~qm! ,d,e.s ,quq~ynt_~ 9~W1QrtalitedH¥l;t~nd~Jii · Pr:~pomion tGfe~ enfant& deoe>- des panni le total des enfants nes vivants et classee par age des meres. La methode d'estimation derive de celle de ;W,)i~r~~.s, . \lt!\!~antrle )<;>giciG~ 1QfHX~- P.9u~ ·~§Ja-, _de~hypoth~&e~ doiveabetre ~ forrnulees et adoptees afin-de·ppuyoir appho:qer Ia m~th-o-ge_:- ;· -- --:-~.-~~=· .:~; - . ~-~~~~;;-:-:--t; . . :·1nf:J."Y.r· J -::-!!lbf1(~ ;tA ·£f;:it~~ ;0•'!:i 9n•tl• i· •. J i':; , -~tJ .3.7j;\ ~1 ~ c:~:i~. \/)i~ r.·,_l:-··)g\;!_ t. :;.·1~1r·j~)~~-~ "·}:')f1~~f1Sf9¥t :ar aill~urs.' ~ cha~_~e groupe d'.age de Ia' inere, l.'e~timatiori. d~ ;!,a, mort~ lit~ infan_t~};~ c(fespectivement mfanto-juvemle) est accompagnec d'une date de reference qUI, ~ri . regie generate s'elq.tgp,e de Ia date de l'enquete au fur et ft' m'esure que l'iige de falemme augmente. '-· ?~~~~-,: -: . - -~ + ·.:: '~:. Hypotheses . . , , , ~:~?P ;· Les donnees collectee~ sont uniquement 're'lativ~s au~ ~nfants doht Jes_meres sont~8itVie au cours de l'cnquete. De ce-fait: 'oi1 ne dispose-pas d'infom1ation sur le deces ou Ia survie des enfants dont les • • ; -1- \, ,. , . -,,,· ' ' I ' ' '· _.· ~ 11 meres sont decedees. On. devrait done admettre que le niveau de mortalite des enfants orphelins n'est pas sensiblement different de celui des enfants dont les meres sont en vie. Deux hypotheses supplementaires doivent etre considerees pour pouvoir appliquer Ia methode: 1- Ia qualite de Ia declaration des ages des femmes est satisfaisante; autrement dit, il n'y a pas de transfert errone de femmes d'un groupe d'ages vers un autre groupe d'ages. Cette hypo- these a ete verifiee dans !'evaluation de la qualite des donnees (cf chapitre precedent); 11- Ia probabilite de deceder pour un enfant ne depend que de son age et non de son rang de na.ssance. Procedures de calcul La procedure mise en reuvre montre qu'a une meme distribution de donnees relative a la propor- tion de decedes par age des meres correspond au niveau de chaque modele propose, des valeurs differentes du niveau de mortalite infantile, juvenile et infanta-juvenile. II y a pour la table de Coale et Demeny 4 modeles, a savoir : le modele Nord, le modele Sud, le modele Ouest et le modele Est. Une seconde table type, celle des Nations Unies est proposee dans la procedure et pro- pose 5 modeles: le modele latino-americain, le modele Chilien, le modele Asie du Sud-Ouest, le modele Extreme-Orient et le modele GeneraP. La procedure Compar du logiciel MORTPAK a deja permis de faire le choix de modele le plus adapte a Madagascar en tenant compte du profit de la mortalite globale: il s'agit du modele Nord (voir rapport au l/1 Oe du RGPH 1993, p.49). Dans tout ce qui suit, les resultats presentes sont issus du modele Nord de Coale et Demeny (voir en Annexe resultats sous QFIVE). Niveaux et tendances de Ia mortalite infantile et infanta-juvenile Niveaux La valeur mediane du quotient de mortalite infantile est de 88o/oo pour les deux sexes reunis, pour la periode de 0-4 ans avant l'enquete, 94%o pour le sexe masculin et 82%o pour le sexe feminin. Cette valeur est tout a fait coherente avec les resultats trouves lors de l' EDS 1997, ou le quotient de morta1ite infantile pour Ia periode de 0-4 ans avant l'enquete etait de 96%o pour les deux sexes reunis. La valeur du quotient de mortalite infanta-juvenile est de 142%o pour la periode de 0-4 ans avant l'enquete.L'EDS 1997 donnait une valeur de 159%o pour Ia peri ode de 0-4 annees avant l'enquete. Le tableau ci-apres montre les differentes valeurs des indicateurs par annee de reference. Tableau 7 : Mortalite des enfants de moins de 5 ans, Madagascar, 2000 Annee de Mortalite Mortallte Mortallte lnfanto· reference infantile Juvenile juvenile 1998 85 56 136 1996 91 62 148 1994 95 66 155 1992 1 02 73 168 1989 1 05 77 17 4 5 d Manuel X de!! Nations Unle!! "'"" Ia milhod• de ha'"' de W.Br•• 18 Tendances Les graphiques 4 et 5 ci-dessous permettent de comparer les tendances de Ia mortalite infantile et juvenile depuis les 15 dernieres annees en utilisant les donnees de I'EDS97 et celles de MICS 2000. Outre le fait que Ia mortalite a connu une baisse relativement lente notamment depuis les dix dernieres annees, on peut apprecier egalement Ia coherence des donnees issues des deux enquetes. En resume, les tendances passees du niveau de mortalite infantile et infanto-juvenile exprimees par les resultats de l'EDS97 et du MICS2000, montrent que le quotient de mortalite infantile passe de 96 pour 1000 a 88 pour 1000 en moins de 5 ans, so it une baisse d~environ 2 pour 1000 en moyenne tous les ans. On peut observer sur le graphique deux phases bien distinctes d'evo- lution de la courbe de representation du niveau de la mortalite infantile : la periode allant de 1984 a 1990 montre une baisse relativement plus rapide de la mortalite infantile, contrairement a la peri ode de 10 ans precedant l'enquete coi"ncidant avec la Decennie faisant l'objet de notre etude. 11 en est de meme pour la mortalite juvenile ou durant le quinquennat precedant 1984- 1989, la mortalite a connu une baisse plus marquee que Ia periode 1991-1999. Cette evolution relativement lente de la mortalite infanto-juvenile durant la decennie decoule d'un certain nombre de facteurs, eux-memes lies aux troubles socio-politiques de 1991 et 1992 et a la desorganisation des services de sante et des infrastructures sociales qui s'ensuivit. Si cette tendance se prolonge dans le futur, sans une amelioration renforcee des interventions en matiere de sante et de nutrition, on devrait s'attendre a l'horizon 2003 a un niveau de morta- lite infantile aux alentours de 80%o et de mortalite infanto-juvenile voisin de 120%o, c'est a dire a un niveau legerement plus eleve que les objectifs prevus. Figure 5 : Tendances de Ia mortalite infantile, Madagascar, 2000 1~ -----··· - ------------------------------- 118 t _ . -. -. - 110 - -· ------------- ----- -- . --- · -- ------------- -'==1 - - - - - - - - - - -•-- - - - - 16 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - . 1* 1118 1M 1180 1182 11M 1118 1118 Ann6ede~ 19 Figure 6 : Tendances de Ia mortalite juvenile, Madagascar, 2000 100 • 95 90 85 t 80 -+-EDS1997 . • -+-MICS2000 c 75 • I • :::1 70 0 • 65 • • 60 55 • 50 11J84 1988 1988 1990 1e92 1e94 1SI86 1e98 Annee de reference Les determinants proches de Ia mortalite infanta-juvenile La malnutrition est une des causes majeures de mortalite des jeunes enfants. En effet, plus de Ia moitie des deces (54%) des enfants serait imputable a Ia malnutrition6• Les autres causes "directes" de deces d'enfants sont essentiellement les maladies infectieuses comme le paludisme, Ia diarrhee, les infections respiratoires aigues (IRA), Ia rougeole. Toutefois, des causes sous- jacentes sont a Ia base de Ia mortalite des enfants dont les plus importantes sont )'utilisation des services de sante ainsi que les pratiques de soins et d'hygiene au niveau des menages, en relation avec l'acces aux medias et a )'information, a l'eau potable et a l'assainissement, le niveau d'ins- truction de Ia mere. Les causes considerees comme fondamentales etant le sous-emploi des forces productives, Ia non-securisation fonciere- done l'instabilite de !'appropriation des terres-, l'accessibilite aux services sociaux essentiels et Ia pauvrete des menages. Cette situation engendre des menages vulnerables ou malheureusement, Ia probabilite de rencontrer le plus d'en- fants a risque positif d'incapacite est le plus eleve tel que developpe dans le chapitre sur les "lncapacites chez les enfants". Par ailleurs, les catastrophes naturelles en general ont des effets non negligeables sur la survie de )'enfant aussi bien sur le court que sur le moyen/long tenne. En particulier, les depressions tropi- cales qui affectent periodiquement Madagascar accentuent Ia situation d'insecurite alimentaire des menages, d'isolement vis-a-vis des services de sante en cas de maladie, de deterioration de l'environnement- notamment l'insalubrite de l'eau. Les infrastructures hydroagricoles et les ter- roirs de culture sont detruits, compromettant Ia production de Ia campagne agricole en cours. On assiste ainsi a une accumulation de l'insuffisance de production d'une campagne agricole a !'autre eta une aggravation de l'etat d'insecurite alimentaire surtout dans les zones enclavees. Ces causes sous-jacentes et fondamentales de Ia mortalite infantile sont par ailleurs a Ia base de Ia differentiation du niveau de mortalite. Le tableau ci-apres met en evidence Ia variation de Ia mortalite des enfants selon certaines caracteristiques sociales et culturelles. ,, Nutritiun el sante de~ jcullt'S cnfants et dl' leur mhc a Madagascm·. RCsultat .\ dt.• I'CII(llll!h· 1>\-muj.!raphiqut: et de Sanh~. 1\htdaJ,!ascar 1997. us 1\gcru·~· fur lntcrnatiumtl f)cnlupmt.·nt /l\ IACRO . .la1nit.•r 1999. 20 Tableau 8 : Mortalite des enfants seton les caracteristiques de Ia mere Madagascar, 2000 Mortalite Mortalite Mortalite infanto- Caracteristique infantile . juvenil~ juvenile Milieu de residence Urbain 74 46 116 Rural 91 62 147 Sexe Masculin 94 60 135 Feminin 82 r 58 142 Province Antananarivo 63 37 98 Fianarantsoa 118 91 198 Toamasina 102 73 168 Mahajanga 84 55 133 Toliary 92 63 149 Antsiranana 71 43 111 Niveau d'instruction de Ia mere Sans instruction 111 83 185 Primaire 83 54 132 Secondaire ou plus 66 39 102 Categorie socio-economique Pauvre 95 66 155 Moyen 86 57 137 Aise 57 31 87 Ensemble 88 59 142 D'apres le tableau, un nouveau-ne dont Ia mere a atteint au moins le niveau d'instruction Secondaire a presque deux fois plus de chance de survivre qu'un nouveau-ne dont Ia mere n'a aucun niveau d'instruction. De meme un enfant dont Ia mere reside dans le faritany d'Antananarivo a deux fois plus de chan- ce d'atteindre le 5e anniversaire qu'un enfant dont Ia mere reside dans le faritany de Fianarantsoa. Le classement des faritany par niveau de mortalite est a peu de chose pres compa- rable a celui trouve lors de l'EDS 1997. Un certain nombre de criteres ont ete etablis en vue de caracteriser les menages selon Ia catego- ric socio-economique. II s'agit essentiellement de caracteristiques relatives au confort du mena- ge, particulierement l'acces a l'eau potable, l'assainissement et Ia nature du plancher. Ces divers indicateurs ont des impacts plus ou moins directs sur Ia survie de !'enfant. Ainsi, Ies menages ont ete regroupes suivant ces criteres en trois grandes categories socio-economiques a savoir Pauvres, Moyens et Aises. Les resultats montrent que Ia mortalite infantile est de 95 pour mille dans Ia categorie Pauvre alors qu'elle n'est que de 57 pour mille dans Ia categorie Aise. L'ecart entre categorie Moyenne et categorie Aisee est assez marque (86 pour mille contre 57 pour mille). Par ailleurs, pour Ia mortalite juvenile, il est a noter un ecart significatif entre menage moyen ou pauvre d'une part et menage aise d'autre part: un enfant age de 1 a 4 ans, vivant dans un menage aise a deux fois plus de chance de survivre qu'un enfant du meme groupe d'age issu declasse pauvre voire declasse moyenne (66 pour mille contre 31 pour mille). 21 Mortalite maternelle L'enquete MICS 2000 n'a pas collccte des informations permettant d'evaluer le taux de mortali- te matemelle. Mais compte tenu du fait que Ia valeur de cet indicateur n 'evolue pas trop rapide- ment, on peut toujours se referer aux resultats de l'EDS 97 ou le taux de mortalite matemelle se situait a 488 pour I 00.000 naissances vivantes pour Ia periode 1990-1997. Recommandations La participation de la communaute dans Ia prise en charge a domicile des maladies de l'enfance est une activite meritant un certain renforcement. En effet, il y a tout lieu de croire que Ia sensi- bilisation des parents en vue de Ia prise en charge a domicile des principales maladies de l'en- fance devrait contribuer a une baisse notoire de Ia morbidite et de Ia mortalite des jeunes enfants. Mais il faudra toujours raisonner en terme d'activites integrees telles que: offre d'un minimum de services de sante, facilitation de l'acces a Ia terre et de sa mise en valeur en vue d'une dispo- nibilite alimentaire et de Ia securisation de l'emploi, education des meres pour une alimentation equilibree des enfants a partir des produits qui sont disponibles et sensibilisation de Ia population pour !'amelioration des conditions d'hygiene, d'assainissement et de participation pour acceder a l'eau potable. II s'agit done d'ameliorer Ia situation des menages ou des femmes qui sont defa- vorisees. Les projets de type NAC/PCIME representent une des voies que l'on peut renforcer ou ameliorer. 22 Etat nutritionnel RAKOTONIRINA Simon L'etat nutritionnel de l'etre humain est conditionne essentiellement par ses relations avec son environnement physique, biologique et culture!. Ainsi, une nutrition adequate dans les premieres annees de Ia vie pennet aux enfants de developper au maximum leurs potentialites. A !'inverse, un mauvais etat nutritionnel se repercute sur differents aspects de Ia vie de Ia societe: Ia morbi- dite, Ia mortalite, le developpement intellectuel, Ia capacite de travail., et constitue ainsi un han- dicap majeur au developpement humain et economique de Ia nation. Principaux programmes et activites en faveur de Ia nutrition des enfants Suite a Ia souscription de Madagascar aux engagements issus des differents sommets mondiaux sur I' Alimentation et Ia Nutrition, des programmes en faveur de Ia promotion de Ia nutrition des enfants ont ete inities dans le pays des les premieres annees de cette decennie notamment dans le cadre du Plan National d'Action pour le Redressement Social (PNARS): a) Le projet Nutrition a Assise Communautaire (NAC), finance par !'UNICEF a ete mis en place en 1994, a Ia suite du passage du cyclone GERALDA. II est cogere par le Ministere de Ia Sante, le Ministere de l 'Agriculture, et le Ministere de Ia Recherche Scientifique avec Ia collaboration des ONG's. Les principales composantes du projet sont: la mise en place du processus Triple A (Appreciation - Analyse - Action), Ia Surveillance et Promotion de la Croissance a assise com- mun~mtaire, Ia promotion des soins des enfants et des femmes, et la promotion de la Securite Alimentaire au niveau des Menages. Ce projet compte actuellement 360 sites communautaires et couvre 14 Districts situes dans 4 provinces: Toamasina, Antananarivo, Fianarantsoa et Toliary. b) Finance par Ia Banque Mondiale, le pro jet Securite Alimentaire et Nutritionnelle Elargie (SECA- LINE) demarra en 1992 sous Ia tutelle de Ia Primature. Son principal objectif est Ia reduction de fac;on durable du nombre de personnes souffrant d'insecurite alimentaire et de malnutrition. Les principales composantes du projet sont : le Programme Communautaire de Nutrition (PCN), le Fonds d'Intervention pour le Developpement (FID), les Travaux a Haute Intensite de Main d'reuvre (HIMO), le volet Information-Education-Communication (IEC). Cette premiere phase du projet travaillait dans les 2 provinces les plus vulnerables, a savoir Toliary et Antananarivo. La deuxieme phase du projet, denomme Surveillance et Education des Ecoles et des Communautes en matiere d' ALimentation et de Nutrition Elargie (SEECALINE) a ete initiee en 1999. Le pro jet compte cette annee 719 sites oeuvrant dans les 6 provinces. c) D'autres organismes interviennent egalement dans le domaine de Ia nutrition communautaire : . CARE, Linkages, Catholic Relief Services (CRS), ADRA, diverses ONG's et organisations confessionnelles . d) La Prise en Charge des Enfants Severement Malnutris (PCESM) est assuree depuis 1999 par le Ministere de Ia Sante, au niveau des CRENI's de 39 Centres Hospitaliers de Districts (CHD) avec l'appui de !'UNICEF et de Ia Banque Mondiale. e) Par ailleurs, d'autres projets sectoriels, notamment dans le domaine de !'agriculture, l'elevage et Ia sante, ont un impact sur Ia nutrition infantile : Programme National de Vulgarisation Agricole (PNVA) appuye par Ia Banque Mondiale, Programme Special de Securite Alimentaire (PSSA), Programme National de Surveillance Alimentaire et Nutritionnelle (PNSAN), Prise en Charge lntegree des Maladies de I'Enfance (PCIME) . 23 Me thodologie Les donnees sur l'etat nutritionnel utilisees dans ce document proviennent de l'Enquete Prioritaire aupres des Menages 2000 (EPM). En effet, quelques mois seulement ont separe l'EPM 2000 et le MICS 2000. Aussi, a-t-onjuge pertinent de ne plus inclure des donnees anthro- pometriques lors du MICS 2000. La population de reference utilisee dans !'evaluation de l'etat nutritionnel des enfants lors de cette enquete est le standard NCHS (National Center for Health Statistics) recommande par !'OMS et !'UNICEF. Trois indicateurs de Ia malnutrition, exprimes en unites ecarts-type (Z-score), ont ete ainsi definis: • Le rapport Poids/age qui est largement utilise lors des seances de surveillance nutrition- nelle, aussi bien dans les fonnations sanitaires que dans les sites communautaires. • Le rapport Taille/age pour apprecier le retard de croissance, lequel reflete la malnutrition chronique; • Le rapport Poids/Taille pour apprecier !'emaciation ou maigreur lequel traduit une mal- nutrition recente ou malnutrition aigue; Pour chaque indicateur, selon l'ampleur de la maladie, deux degres de gravite peuvent etre dis- tingues: la forme moderee, pour les valeurs comprises entre la mediane - 2ET et la mediane - 3ET; et • la forme severe, pour les valeurs inferieures a Ia mediane - 3 ET. Niveaux et tendances de Ia malnutrition chez les enfants de moins de 5 ans Niveaux Pres de la moitie des enfants examines (49%) presentent un retard de croissance. La forme seve- re de ce type de malnutrition est egalement tres elevee: 26%. Concernant !'emaciation, 14% des enfants en souffrent dont 5% de Ia fonne severe. Quant a l'insuffisance ponderale, 33% en sont atteints dont 11% de fac;:on severe. Les graphiques nos 7, 8, 9 montrent I' etat nutritionnel des enfants ma1gaches de moins de 5 ans selon les trois indicateurs, tandis que le tableau no 9 pre- sente leurs variations en fonction de certains parametres socio-demographiques. Figure 7 : Repartition des enfants en fonction de leur etat nutritionnel seton l'indicateur Poids/Age MIII'IYlfltlon HvirtJ 11.1% 24 Sonne nutrition &6.9% Figure 8 : Repartition des eqfants en fonction de leur etat nutritionnel seton I'indicateur Taille/Age Bonnt nuttlion 6U% Figure 9 : Repartition des enfants en fonction de leur etat nutritionnel seton I'indicateur · Poids/Taille M•lnutrltlon modirH e.1% 25 Bonnt nutfilion N .3% Tableau 9 : Repartition de l'etat nutritionnel des enfants malgaches de moins de 5 ans en fonction de quelques parametres, Madagascar, 2000 Taille pour age Poids pour Taille Poids pour age Effectif inferieur a inferieur a inferieur a -3 ET -2 ET -3 ET -2 ET -3 ET -2 ET Province Antananarivo 28,3 47,9 3,8 12,6 8,2 32,8 914 Fianarantsoa 27,4 54,1 5,0 14,2 14,7 36,1 599 Toamasina 24,4 50,3 2,6 9,9 12,1 34,9 505 Mahajanga 18,8 40,6 4,0 13,2 8,7 28,7 446 Toliary 29,6 53,1 7,8 18,7 13,6 34,2 550 Antsiranana 23,0 42,1 4,4 13,6 10,0 30,5 361 Milieu de residence Capitale 22,7 44,6 4,1 11 ,9 5,6 28,6 269 GCU 26,8 45,8 4,2 12,6 7,4 29,4 310 GUS 24,5 45,7 5,6 14,4 10,5 31,9 611 Rural 26,6 50,3 4,4 13,8 12,4 34,6 2185 Groupe d'ages 3-5 mois 16,7 32,8 1,7 9,2 1 '1 10,9 174 6-11 mois 24,2 46,0 3,7 12,0 7,7 27,9 326 12-23 mois 35,1 58,6 3,4 10,7 10,3 33,7 643 24-35 mois 31 '1 49,3 4,6 14,7 17,1 39,2 737 36-47 mois 19,2 43,6 5,7 15,6 10,6 34,2 793 48-59 mois 22,9 49,6 5,6 15,0 10,1 32,9 702 Sexe Masculin 27,9 51,0 4,8 13,3 11,8 35,1 1691 Feminin 24,0 46,2 4,3 14,0 10,4 31,2 1684 Ensemble 26,0 48,6 4,6 13,7 11 '1 33,1 3375 Pour l'indicateur taille/age, la tranche d'age des 12-23 mois, avec une prevalence de 58,6%, est celle Ia plus a risque (Cffigure n°10). Cette periode correspond a celle du sevrage. Les enfants du milieu rural semblent egalement etre plus defavorises par rapport a ceux des villes. De meme une Iegere difference est observee au detriment des gan;:ons. Par ailleurs, l'etat nutritionnel des enfants des provinces de Mahajanga et d' Antsiranana est relativement meilleur par rapport a celui des autres provinces. 26 Figure 10 : Repartition des enfants de moins de 5 ans malnutris selon l'age 65 . . 60 55 50 45 40 ~35 30 25 20 15 10 • • . . . . 5 . . 0+---~--~--~--~--~--~--~--~~--~~ 0 6 12 18 . 24 30 36 42 48 Age (mole) Tendances Retard dt ctOiaunct Entre les annees 1990 et 2000, des donne~s anthropometriques representatives des enfants de moins de 5 ans ont ete recueillies 1ors des enquetes EDS 92, MICS 95 et EPM 2000. La figure n° 11 ainsi que le tabl<:au n° 10 presentent I' evolution de la malnutrition chez les enfants mal- gaches pendant cette periode. Nous n'avons pas pris en consideration les donnees de l'EDS 97 pour laquelle l'echanti :lon est compose d'enfants de moins de 35 mois. En effet, la malnutri- tion est habituellement beaucoup plus frequente pendant cette periode qu'entre 35 et 59 mois, creant ainsi un biais dam· la comparaison des donnees. Au cours de cette decennie, la prevalen- ce de Ia malnutrition chr·:mique est restee relativement stable, a un niveau tres eleve (autour de 50%). De meme, la forme severe de la malnutrition chronique a toujours ete importante, avec une prevalence de 23,7%, 26,9% et 26% respectivement en 1992, 1995 et 2000. Quant a !'emacia- tion, on a note une augmentation progress;ve de sa prevalence, laquelle a presque triple entre 1992 et 2000. 27 55.0 50.0 45.0 40.0 '--- ~Q." q,~ '!; ·:~~ r; .::~ ~~,.,L~'}\1 51 .1 39.1 30.0 T ~ ~··- ~·:)'' ; • ''t-.,.:;1_ -:";1' • i 25.0 ,., . 1'" r - 1 i , __________ -- ·----· ------ . j 20.0 15,0 49.8 34.1 • 48.6 33.1 • 13.7 ~ ·' . ,· 4 .1 •• j •• 10.0 4.8 --.;,.-~-:.-- --.-,.-· ~--- . -"'- , . .,. . - ---- . ~--------- ~ --t e.o I ;:!;.))ij l _\;-·/' . 0,0 +---. ,.--. --------. ------. 1110 1tt2 1H4 19M .,. . . _ . Ann. , , ·;u ;.~!fi:;n·_; <Jf) ,r_; lii:;~;~~J,•:.:·1q:ir ~~·.;t;i;!11:.;f!rO(!r;·Hi~f;;f 1--: .~ .JHrifJ!; .<_,!_. Jn1:"~: r, _l (lfJ~grel d'att"ijinte lCfe /!oBjflctif•ilu.Sommet·Moitldilil-de i/.!EtJfai1Cii .•t; ;.;rwlif! :i·~b'tdittfix~ 1t6t§!·aa · sciii-itli&(R1bntl!iali'aJi'tlEdr~ng~··~~tt~ ' ted~cti~~~-d~ ;~~i~i~1 i 1 ; rif;~ ,-~~~o ;~t ·2b6N; &e iW tfia1li[ihi6ri ~~~~~i·:~{fu!oJMe~ ~h~~' 1les''e~rarit5i;d~ rri~l~s.: d'J 5' iris:'t~_rktil~~-} ~ ~~­d~!i~bV,s. &qAt~i.-~{11_?6IT{p~~~i~?h 4~~,~-~it;€!.~~is' !~A~s~l~~~ ·:4f.)~ ~ nial~~t~)'tiop)~n 4~:U.!; ~k~ -~,~~ f.p ·<fe'lla decb-nnie/l~i'ss ' 'A 'anittr~ cliliretnerit' JileJl~oojechf M·~ 'as eie:attdnt'.' ' -· i " '' ' ., I ' ,! ' ·f!J(;;; ·)£(1 ;;l .~_.~lif',.l'J' . :t ·--~~·'J ~JL,. run·; ·.~f. . ; :.;~di~J~J ;tJtJ .:i~.:;;rL:b~~l~\~.1 ·.j ~r~, J .J . ,, . r·: r;l ;~nu: L;J:/<; -_;~a~f~'- · l,P, ;:r._ndj~~!~~r~,® Jl'~~~ !g,.tr,i.tipOOC.• ,il~ ~tl:(ants::de ; n,_JQin~ 'de i S : ans: en~ebu.tl :et ·a ·; :,. j·_. i, . ~-·',, 1 111 !';• r1, ~; ·., --'!iJ! n :; ;, . ~JUj.htfa;n -d~. ~; deCltnnit: i ·_.l, -~y, ~">" :. :·, '" 1 ~-l _ ·:;r:: :: . ·:·; ',. · ': r: -:; lndicateurin .:t; ,. 'i( i!:- . , -·_; ·'' - • ·• ·' fl'J 1 ' 1·.:rr!'J w·.-/;"2 • ' ':- !'.o •· . • "- ·1992 . · · -· -· ' '2ddo7" 'ii 1£nsuffiS8@-p<>nderaiEH :-PoidS'/~e~Jffletfiarie · . 2 '·ecartsLtyp~;:iY;;·:·::sg, 1% ·~i· .::, : ~. lo/o' ' · Retard de croissance: Taille/Age< mediane - 2 ecarts-type 51 '1% ' \ l{)' i4a,60X,' I Emaciation: Poidsltaille< mediane - 2 ecarts-type 4,8% 13,7% Uncertain nombre de facteurs intervenant a l'echelon national sont susceptibles d'etre a l'origi- ne de I' evolution des indicateurs: • Ia survenue, presque chaque an nee, de cataclysmes naturels : secheresse dans le Sud ( 1992 a 1994 ), cyclones dans les regions cotieres (Geralda 1994, Bonita 1996, Gretelle 1997, Eline, Gloria, et Hudah en 2000), inondations, invasion acridienne (1998, 1999) . Ces conditions climatiques defavorables ont occasionne des pertes de cultures importantes et freine les per- fonnances du sous-secteur vivrier, reduisant ainsi Ia disponibilite alimentaire de Ia popula- tion; • le contexte economique difficile qui prevaut pour Ia grande majorite de Ia population mal- gache. En effet, pendant Ia dtkennie, a !'exception des trois demieres annees, le taux de crois- sance economique a toujours ete infthieur a Ia croissance demographique. (Cf figure ci- apres). Le revenu par habitant qui etait de 430 USD en 1960 est tombe a 240 USD en 1999. Plus des deux tiers de Ia population vi vent au-dessous du seuil de pauvrete, n 'etant pas en mesure d'assurer Ia consommation de 2133 calories par jour, le minimum cense etre neces- saire pour soutcnir une vie active et normale; ? SnUIW : EI'M '1'1 i ·_,!:1~ ; P~~~<!H~~i.8nA~:~ 'i.~~Y;\m!?PeJ~1~11~ r~Y)1 r~ ; ~H ·~rY'J\; ~~P,~y,~jqn foY~i: lfl ,.p;,o}i_u;;r~.Yi~¢-Aitb. ·' par consequent sur Ia disponibilite alimentaire. Le ta~t?~-t.~J1!1H.ttL4ttJI~;q~x~.W~ip-n uf'l ~!~1 qs~ilne a _.,i , ?,~d I(e,r7iY;6.A11l'liqR~ icJ ~h~rH1~~~·~ep) ~~~; i~t !fl.Y ::~HQ~i~Mi~ ·J?1~~)SWf pe,q:;Hf!A~~PJ1i~ :.QY~l 3,8. <JL t~glj9n~ 19, ; l}eF}a~~~·-)Ll t~t~ t?Y: ·9i~R~~it~on:~npm1l rH~ rl~ :fpJ#JPA.Lgas:hFi; flr 1~t~ -Y.~ti~}~~ rY:!l~r~ I 2 ~.)·JL ~ ~ . q((o;tl~~~~~~c.~ _:: 9~-E_j; ,r . Ll .'i.!! i ; >!I; f; f<~:! ,-_j f.)"l'_ . -rd 1.1 1 iu·.;~ r;-·)I 1-J~-! :v )i j n! !Jfl -~fif )j ~-r·J,l (<Jb ~ ~ i ,.-:· j • les troubles sociaux et l'instabilite politique des prem~rN~Hf917-~11$r P,~ \~A¢f!eppi,~ qyj1, ont contribue a une nette deterioration de Ia situation economique du pays. \en-.s;h;m ln~W·\9~\'1:;\\t.\ Figure 12: Evolution du taux de croissance demographique et du PIB entre 1990 et 1999 t<;' .' ,J~_.~:·nur: Lf!!i;'J:!~ti:!,,U ,. 6/~:J!1 1 ~~·A; i!L! :~<~ fit:-r- . ·n·!_u,~;! '_.j -~~~oq i!:~,.t;i 1 ft~.Hl:il{:.; J . : . J ftJ:n~"'H-. .r~f ;ud J I t:Jt_)f( ·.! . :_.r:;;<,:il !.lilf! ~.Jif . )('.,d ''.;\ \'!~ . :r' J nJ~~'I!ra:u> !.; tr~:,rrr: . · llJL:·iL!.i!J ~:~'lH.!. . :J'.;; ·Jb -J··r:; . -;rn :I':.J !1;)_1 ,.~-p7~·~ ; :!ii r-. 1 ;L: 'Jf;r:·_,;If! i! .1::;;-d:.'iL~·J ~;t lfl'.Jrf·· . ··::.-i!!l'J!l·::_~q .1'~; . t ··.; rii~JI! -, "Itd ' . d . ~·:f!~;Jlit.~ ·:;)(! .not-c·:n ';!:,,:;! 3.0' : ·"{~~~~~~::;~~~~::::=r.~~~~~~:. • 1 .~.)~:;.~~ In· . ~J!:.,l:.- r1u '.:~!~: !~tn:· _-,~J»f"n,~;f;_,rn n•_;Hf . :.Ji·l Lf .); ~~i.PI!J r.T';lff!j~fj r"Jl 1. IE!~ U~1 /HJiiJ.-·r -1.0 .f--._._.;;.__, __ . -:-.,.--:-_,.,.---~~--:r--.-~'T;""\7,.,.-""'::r----:~ ,;) ,., 3 ,.~::'!'J /.liE •''Jfl!i··;~) i· . .rr-.-_;Jt;•r: i:r.: lib d:nit?du:-: -,nubcnq /;I• ·;r;'_.iril_n·~·.s~ ~:> ~ d.:;~ (:fAii! ,"I .; " Iff J) r~Y~ 1 LJeffetoumulwti:f:;de ees;Jdi£:ferents lfaoteutSI'<!:xpliqu.dtfa\11i; . ent.id)atitr~&;r tt rtn)h 'dtt'tH:D'reJ tleJlJobjec­ tif fixe par le Sommet Mondial de l'Enfance, concernant Ia nutrition de l'ertfutitlitflalgache. Neanmoiilspi~ ~n\?ien~ ~de· nottml:me ·ame!iotatidn!t~ s~ns-iliterde · ll:Mat ·nutritirihnkili tl~~ tmf~tS tl~ns les sites d' inter.veiitwn .c-dm:tqunaofaire~ .A!insq I i.tt\13; reduatiofl'dtdw Iiliialnutt.itiiotl! tie !JIO.:w i!5o/o a pu etre observee dans les sites NAC (Source : SNUT/MinSan). Malheureusement, la couvertu- re' ~eographique)de xres,sites: uestr en6ore~.lmi1eejpt)ut:!$lveM unrihip;a:cilteel_, s.rifJ le iS.ta:f.ut inuttiiit1emC! ooUierd~msembl~tdes!ienfantg ima'lgQthes 1 Yn iU:Ji ·:i(• n.-. ; :i wq ·JiltJ :.Hiduq -IIJ)J:>>~ 'J! .-ridJ 11 ,irl r· ' · 'I l Recommandations . . . . . . . · -'~i:J?Wr~-·;:). ' 1~w·n : '"rl ,·_.p "_;,·-' ~!b :_-~tJ· . ~·rq·:., 1-t:/ . :'i Jt~iJ({ { /~{~ ) Jl,;!~:fr~ilCi riOIH:du;.:!ifJJ 0 ~; JfiJf'H:;l J !Uf; f''Jfii:u :;l .: . 1 r-'J!Uu J .1'! e. C9mp~er,t.~p,~ji: 1 Q~~~ 1\iQn~ajnt~i #Ji ,d$1~ ,r~~uJt;ns·. <i>Ptm.YI~pl~rS! (de:. ~.~~t¢t_,d~.enw~i rqueJq~~tes ;<Iie<Jqm- mandations s' imposent: . 1 :;r. ·~·Jr!~~ flmp~e.qlj@tr J·)et_5!nQ,_.~Ji~~):L(J; rlJlalpuJ;dtiou !a-.Ma~~s~~mM!:louJeflt1de .~a!llS:eS: '£ond:ainenrales • qui ne pourront etre sensil;>J~J(ljl~nt~i a_mehor.e~~@: ~ollrt• OUJ ~ mo!)':eo-tte'fmenDes~ loisJ 1lqe;inter- vention qui s'attaque aux causes sous-jacentes, au niveau meme de la communaute, s'ave- ~·JJe_.r.a ~h~~ i ~ffi<;,~~ ~ rA·pe.t ~ffet, UOe' rn~-iJl~~~~ oor-moJlisa~ipn:des! actht.ites-.At h~l dev_eloppem~nt ) c: r ~/;lJI} ! P.~~Jil;l)fli~t l~ffl9~ Antre lt~JJS. 'l!eS li.rtt~tye~nt~;.,f)p;ti-enticlS! tdans--le!:.domaioorde.lau n'liltf}+! ,,;~ JaQ;Jilr N01lVIJl'l)nJH:J.t5ljr~b §;.a~~r¢nt njp_es~~H~S; aftn . di'~n: a.JineliDr~td~t0lltvemure geogqiphi4ftlet et . ~.:ugm~_nterJ~s· . ~ltaJ1cesj r(!J~tn~~~tr~ur ! l l}e~tl nt.Jh~iticmnel ·Jtie l H enselil'l;b1e des. :enfanis 1 mal"~ :~ gaches ; . , "" . '~"'n"r. L . f:C. d' h . . d . d I . . 9\U.O\Qt)O, .}~\~\ e noumsson sou 1re une c ute a1gue e sa crmssance urant a penoue ae sevrage pen- ;·jLdanvque 'ses,'frer.es r et i Sretiit'S'Jp:t.us:rages··aw1Vetllf. ;1f ; fn'ar~ntehit·1 1ln: r.a}jpe~ !~oitlslt~llib ~lUs ~.oul ; iJ !;lllOin& IOOfmCt i ·P.re:veni(! iCette'.chUtal d~ r.([:r0i~sattee ! diUarlfr l}if1)t'-OO!l ter'{!Jaftn£e -t-dnti'Fbtleffiiti a:J d !l~oouiie 1la malnutl'ition apr.es • telftl !per~b~cHiitiq.Ue deMa--~ie 1€)J Urifl1ou'rt-i~s~n.t ~~lfl:si·; dti'poiin 1 J·.J tk1v.uerstr.ategique;.>il 1esr prMerabh~l de <t(!)IOC~ntrel-:.teS>.actioo~ ~llftf l les d~uxneu' it~is'.J ~rerliieres :.> annees de Ia vie de !'enfant. :.<!iLj\lr! fi:J ;~·;!)!h~·-:rr!'J<: !'J ,:;lJ;lr;.- dW!f:ldf; !jl) ' Des activites de developpement communautaire sont menees deja dans diverses regions dans le domaine de !'agriculture, l'epargne-credit, l'environnement etc. Ainsi, dans le choix de !'implantation des sites de nutrition communautaire, il serait plus judicieux de rechercher Ia 8 Snun·c : Office Natiunul I)(JUr I"Etnirmuu.'mt'nt (ONE) synergie avec les autres interventions de developpement de maniere a en maximiser !'impact sur l'etat nutritionnel de Ia population ; • Devant l'ampleur de Ia prevalence de Ia malnutrition severe, il convient d'ameliorer Ia prise en charge des enfants severement malnutris par Ia mise en place de CRENI's au niveau des CSB2 des regions nutritionnellement vulnerables ainsi que des CSB2 de rattachement des sites de nutrition communautaire. Allaitement maternel Le lait maternel est !'aliment ideal pour Je nourrisson. Le Jait des meres normalement nutries est en mesure de satisfaire, qualitativement et quantitativement les besoins nutritionnels du nour- risson. Par ailleurs, Je Jait maternel, et_ particulierement Je colostrum, renferme des anticorps qui renforcent Ia resistance de !'enfant aux maladies infectieuses. Une pratique optimale de l'allaite- ment maternel s'avere ainsi etre un element majeur pour Je developpement harmonieux et Ia sur- vie de I' enfant pendant les premiers mois de Ia vie. Programme et politique nationaux en matiere d'allaitement maternel La promotion de l'allaitement maternel constitue une des priorites du Ministere de Ia Sante en matiere de nutrition. A cet etTet, un Code National sur Ia Commercialisation des Substituts du Lait Maternel9 a ete adopte en 1996. Ce code prevoit !'interdiction: i)- des publicites en faveur des produits substituts du lait maternel destines aux enfants de moins de 6 mois; ii)- de la distribution gratuite d'echantillon de lait dans les maternites et autres formations sanitaires; iii)- de la distribution de cadeaux a vi see publicitaire a 1 'en droit des agents de sante; et iv)- de la valorisation du biberon ou de l'allaitement artificiel par les medias. Des directives ont ete donnees a tous les agents de sante operant sur le territoire national, aussi bien dans le secteur public que prive, a savoir reuvrer pour Ia promotion de l'allaitement mater- net par 1 'octroi de conseils : • A toutes les femmes qui viennent en consultation prenatale (CPN) pour leur permettre de se preparer techniquement et psychologiquement a Ia pratique optimale de l'allaitement mater- net; • Aux femmes accouchees et allaitantes afin de les aider a surmonter les eventuels problemes auxquels elles ont a faire face durant J'allaitement de leur bebe. Ces directives ont ete materialisees par le demarrage en 1994 du programme « Initiative des Hopitaux Amis des Bebes » (IHAB), appuye par !'UNICEF et I'USAID. Actuellement, on comp- te 56 hopitaux Amis des bebes. Par Ia suite, cette approche a depasse le cadre des formations sanitaires et ainsi, le premier label « Lieu de travail Ami des Bebes » a ete reinis en 1998. Methodologie Le statut d'allaitement est base sur Jes declarations des femmes concernant Ia consommation des enfants dans les 24 heures precedant l'enquete. L'allaitement exclusif se refere aux enfants qui re9oivent seulement du lait matemel et des vitamines, des supplements en mineraux ou des medi- caments. Les aliments de complement se referent aux enfants qui re9oivent du Jait matemel et des aliments sol ides et semi-solides en bouillie. ~ 9 ll<t·rel n"96-.122 du 21/US/96 30 Resultats Niveaux L'allaitement maternel est encore une pratique courante chez Ia mere malgache. En effet, seuls I% des nourrissons de moins de 6 mois n'ont pas ete allaites au,sein. Cependant, comme le recommande Ia Politique Nationale de Sante a Madagascar, !'alimentation adequate du nourris- son preconise Ia pratique de l'allaitement maternel exclusifpendant les 6 premiers mois de Ia vie. Lors de cette enquete MICS 2000, Ia prevalence de l'allaitement maternel chez les enfants de moins de 4 mois est de 52%. Ainsi, pres de Ia moitie des enfants (48%) re<,:oivent deja a cet age des complements alimentaires, lesquels ont une valeur nutritionnelle nettement inferieure a celle du lait matemel. Figure 13 : Prevalence de l'allaitement chez les enfants de moins 6 mois, Madagascar, 2000 Tranche d'age l.ail mateme!l et a1imenls de ~ .Non a1laites La pratique de l'allaitcmcnt matcrncl cxclusif, chez lcs moins de 4 mois, subit des variations en fonction des provinces et selon le milieu de residence. Par contre, le niveau d'instruction de Ia mere ne semble pas avoir une influence sur le niveau de cet indicateur. En effet, avec respecti- vement un taux de 31% et 43%, Ia pratique de l'allaitement matemel exclusif chez Ies enfants de moins de 4 mois est manifestement plus faible dans Ia province de Toliary et dans le milieu urbain autre que Ia capitate. La prevalence, au niveau national, de Ia pratique de l'allaitement matemel chez Ies enfants de moins de 6 mois est de 41 ,3%. Ce taux est nettement moins eleve dans Ia province de Toliary (28%) et en milieu urbain (35%). 31 Figure 14: Prevalence de I'AME a 4 mois eta 6 mois seton les provinces, Madagascar, 2000 60.0 50.0 40.0 ::R '3o.o 20.0 10.0 0.0 Province .AMEt4mois •AMEa6mois Figure 15 : Prevalence de I' AME a 4 mois eta 6 mois selon le milieu, Madagascar, 2000 60.0 53.3 53.0 51.5 50.0 40.0 20.0 . ·I . _:_: __ :_:_:_:~ 10.0 0.0 32 Figure 16 : Prt·' all-nrc de I' AME a 4 mois eta 6 mois selon le niveau d'instruction de Ia mere. Madagascar. 2000 110.0 50.0 tO O ~0 ao.o ,Q,Q o.o Aucun 54.1 Primaire Secondaire ou plus Nlveau d'inatruc:tion de Ia !Mre 8AMEi•molt 8AMEiemols A partir du sixieme mois, )'enfant doit commencer a recevoir une alimentation de complement, facile a consommer, riche en energie, proteines, vitamine A, fer et preparee dans de bonnes conditions d'hygiene. Selon l'enquete MICS 2000, 82% des enfants ages de 6 a 9 mois ont ete nourris selon cette recommandation. La complementation correcte de l'allaitement maternel est mieux respectee dans les provinces d 'Antananarivo (90%) et de Fianarantsoa (87%) que dans celles de Mahajanga (66%) et d'Antsiranana (69%). · Figure 17 : Indicateurs supplementaires sur Ia pratique de l'allaitement selon les pro- vinces, Madagascar, 2000 100.0 930 GO.O 80.0 70.0 80.0 oo50.0 40.0 30.0 20.0 10 0 0 0 Province 8 Aiiments de compl6ment (6-9moes) 8Lait matemel (12-15mois) La Politiquc Nationale de Sante et !'OMS prcconiscnt Ia poursuite de l'allaitement maternel jusqu 'a I ' age de deux ans et au-dela. A cet effet, 83% des enfants ages de 12 - 15 mois et 43% de ceux ages de 20-23 mois etaient encore allaites au moment de l'cn- quete. Le niveau de pratique de I ' allaitcment maternel entre 12 -15 mois est relativement identique quel que soit Ia province, le milieu de residence ou le niveau d'instruction de Ia mere . Par contrc, des variations regionales ont etc observees : Ia frequence d 'enfants encore mis au scin entre 20-23 mois est plus faible dans les provinces 33 . , •lltsiranana (23%), de Toliary (32%) , et de Mahajanga (37%). De meme, uncertain contraste apparalt entre Ia capitale (49%) et les autres villes (33%). Figure 18 : lndicateurs supplementaires sur Ia pratique de l'allaitement selon le milieu, Madagascar, 2000 100.0 88.9 90.0 80.0 70.0 60.0 tf!SO.O -40.0 30.0 20.0 10.0 0.0 Capitate Autres urbains Rural Milieu de r6siden0e •Aliments de complement (6-9mois) Olait matemel (12-15mois) • Lait matemel (20-23mois) Figure 19 : lndicateurs supplementaires sur Ia pratique de l'allaitement selon le niveau d'instruction de Ia mere, Madagascar, 2000 100.0 90.0 83".9" 84:-4 85.0 82.2 82.6 80.0 ?0.0 60.0 ~50.0 48.0 39.9 40.0 30.0 20.0 10.0 0.0 A lOll Prtrmire Secamire oo ~us E1"6ellUe Niveau d'instruction de Ia mere BAiiments de complement (6-9mois) Olait maternel (12-15mois) 0 Lait maternel (20-23mois) De !' analyse du graphique n°20, qui illustrc le mode d'alimentation des enfants, ressortent les r~marques suivantes : • L' introduction prematun':e d ' aliments en complement du lait matemel , entralne une moindre consommation de Ia it matemel et expose, I 'enfant aux microbes pathogenes provoquant des maladies diarrheiques. 34 La frequence assez elevec d'enfants qui sont cxclusivement allaitcs au sein, au cours du pre- mier semestre, particulierement jusqu·a 4 mois . Cette pratique assure a !'enfant un apport nutritionnel optimal et cxpliquerait le bon statui nutritionnel observe chez les nourrissons de moins de 6 mois . L'existence Lfune proportion non negligeable (5 ,5%)) d' enfants, entre 6 et 9 mois, qui son! nourris au lait maternel , soit cxclusivement, soit en complement d'aliments a faible densite nutritionnelle. Cependant, a partir de !'age de 6 mois, le lait matemel scul n'arrive plus a cou- vrir les besoins nutritionnels. Ccs enfants sont ainsi exposes a Ia malnutrition, commc le rcflete Ia prevalence de Ia malnutrition aigue severe dans cette tranche d'agc. Figure 20 : Repartition des enfants seton Ia pratique de l'allaitement maternel et seton l'agr. Madagascar. 2000 100. ~ ~ 10% i eo% ~ ~ "- 30% 20% 1~ ~ Tendances Les donnees recueillies lors des enquetes EDS92, EDS97 et MICS2000 nous pcrmettent de suivre !'evolution de Ia pratique de l'allaitement au cours de Ia decennie (Figure n°2l ). Les courbes representant les 5 indicateurs que nous avons choisis pour apprecier !'evolution de Ia pratique de l'allaitement maternel (prevalence de l'allaitement maternel chez les moins de 4 mois et les moins de 6 mois, Ia proportion d'enfants de 6-9 mois qui re<;:oivent une alimentation solide de complementation de l'allaitement maternel, le pourcentage d'enfants de 12-15 mois puis de 20-23 mois qui sont encore mis au sein), n 'ont pas subi de variation impOiiante au cours de Ia decennie. 35 Figure 21 : Evolution de qu elques indicateurs de Ia pratique de l'allaitement maternel, 1\ tadagascar, 2000 100~-------------------------------------------------------, : t===================================~~~~ . -.1 70 : 1--===~======i •or::::::: ~ +-------------~----~~----~------------~------------~ 1992 1994 .,_AME l 4mols 1996 AnnH 1998 ---AIIIMntS d4n:ompttment • 9 mols - Allaltement l 12 mols · · - Allatt.ment l 24 mols 2000 Degre d'atteinte des objectifs fixes lors du Sommet Mondial de I'Enfance L'objectif du Sammet Mondial de l'Enfance, concernant !'alimentation infanti_ki est de« per- mettre a toutes les femmes de nourrir leurs enfants e.xclusivement au sein penpant quatre a six mois et de continuer a les allaiter tout en leur donn~mt des aliments de complemelilt jusqu'a la deuxieme annee ». ' Dans l 'ensemble, I 'obj_ectif n 'a pas ete,atteinL Neanmoins,. le degre de realisation des differents aspects de l'objectif n'est pas homogene. En effet, si l'allaitement matemel exclusif jusqu'a 6 mois n'a pu etre atteint qu'a 50%, par contre, l'allaitement matemel prolonge et Ia complemen- tation correcte de l'allaitement matemell'a ete jusqu'a 80%. ·) Etant conditionnee par le changement de comportement des meres dans Ia prise en charge des soins de leurs enfants, Ia realisation de cet objectif necessite des activites JEC intenses et ration- nelles dispensees, entre autres, par les agents de sante. Cependant, au cours de Ia decennie, Ia fre- quentation des fonnations sanitaires par les femmes enceintes et les meres allaitantes a encore ete insuffisante. En effet, Ia proportion d'accouchements assistes par un personnel qualifie a ete seulement de 46% 10, le taux d'utilisation des matemites a ete de 21% et le pourcentage de consultation post-natale par rapport aux accouchements au niveau des CSB n'ont ete que de 47%. Recommandations Devant ce constat, certaines recommandations meritent d'etre emises: La formation et le recyclage periodiques des agents de sante en matiere de Nutrition- Alimentation devraient etre faits. La connaissance des bases scientifiques et des infonnations recentes en matiere d'aiiaitement sont indispensables pour assurer des activites IEC percu- tantes et efficaces. Elle peut etre acquise, selon les circonstances, dans le cadre d'une forma- tion formelle, d'une fom1ation par Auto-Apprentissage-Assiste ou par !'amelioration du sys- teme de documentation pour les travail leurs de Ia sante. La formationfrecyclage des accoucheuses traditionnclles et des agents communautaires devraient etre realises. En effet, en 1999, 46% des accouchements ont ete effectucs par des accoucheuses Ill Annuain . · dt•s Statistiqut'.'i du i\linistion.· cit· i\ ladaj.!a.'i<'ar. 199~ 36 traditionnelles 11 • Par ailleurs, etant plus proches des meres, elles ont une meilleure chance d'etre plus ecoutees que les travailleurs de sante conventionnels. L'extension de !'approche« Amis des Bebcs » aux lieux de travail et aux collectivites, afin de couvrir le plus grand nombre de meres possible. En effet, on assiste actuellement a un developpement des entreprises. D'autre part, Ia synergic entre approche communautaire et approche« Ami des bcbcs » aurait un meilleur effet sur l'etat nutritionnel des enfants. Supplementation en Vitamine A La carence en vitamine est un facteur important de cecite. On estime que 25% des survivants d'une xerophtalmie grave restent completement aveugles, 50 a 60% conservent des lesions oculaires defi- nitives et ont une vision diminuee. Un enfant aveugle restera toute sa vie en marge de toute activi- te economique et ne pourra pas participer pleinement au developpement de !a communaute. La carence en Vitamine As 'accompagne egalement d 'une forte mortalite : bien qu 'elle occasionne rare- ment Ia mort a elle seule, sa presence y contribue fortement Des etudes recentes indiquent que, meme Iegere, Ia carence en vitamine A augmente de fac;on significative Ia morbidite et Ia mortalite infantile. En outre, Ia carence en vitamine A rend les enfants plus vulnerables aux sequelles graves de maladies comme Ia rougeole, Ia diarrhee et les infections respiratoires. L'enquete EDS97 montre que le taux d'hemeralopie chez les enfants de moins de 3 ans est supe- rieur au taux de 1% fixe par !'OMS comme indiquant !'existence d'un probleme de sante publique. Des activites de supplementation en Vitamine A ont ete entreprises dans le pays depuis 1995, dans Ies fonnations sanitaires publiques et privees. Une politique nationale en supplementation en vita- mine A a ete adoptee en 1998. La supplementation systematique en vitamine A a ete integree a la politique nationale PEV de fac;on a ameliorer la couverture de la supplementation en vitamine A dans les activites de routine des centres de sante et dans les sites de nutrition communautaire. Une cou- verture de presque l 00% des enfants ages de 6-59 mois a ete realisee lors des JNV 98 et JNV 99. Methodologie Trois questions ont ete posees a Ia mere : i)- Est-ce que !'enfant a rec;u une capsule de vitamine A comme ceci? Une capsule-modele est presentee a la mere pour !'aider a se rappeler. ii)- Depuis combien de mois !'enfant a-t-il pris la demiere dose? iii)- Ou a-t-il rec;u cette demiere dose ? Resultats Les resultats de l'enquete MICS 2000 sont presentes dans le tableau n° II. Le niveau de supple- mentation des enfants de 6-59 mois dans les 6 demiers mois, tel que le preconise le protocole actuellement en vigueur, est seulement de 23,5%. Le pourcentage des enfants qui n'ont jamais rec;u de Ia vitamine A est tres eleve : 51 ,5% Ces resultats ne concordent pas avec lcs ~atistiques sanitaires. lis seront consideres avec pru- dence. En effet, environ 20% des enfants qui ont declare n 'a voir jamais rec;u de capsule de vita- mine A ont deja participe a au moins une joumee AVA. II Suun:c : SIS(;. l\linSan 37 Tableau II : Repartition des enfants ages de 6-59 mois selon qu'ils ont rc(,:u ou non unc dose clevcc de vitamine A, Madagascar, 200 Pourcentage ayant re<;u de Ia vitamine A Effectifs Dans les 6 Avant 6 Pas sOres Pas sOres Jamais rec;u enfants derniers derniers quand s'ils ont 6-59 mois mois mois rec;u Province Antananarivo 1595 33,7 26,5 3,8 1,8 34,3 Fianarantsoa 1049 18,8 19,6 1,7 1 '1 58,8 Toamasina 1056 23,2 23,6 0,5 1 '1 51 ,7 Mahajanga 705 19,0 17,3 1,7 2,7 59,4 Toliary 979 11,3 17,9 3,8 2,2 64,8 Antsiranana 489 31,5 10,6 3,3 1,2 53,4 Milieu de residence Capitale 258 17,1 22,1 7,8 1,6 51 ,9 Autres urbains 923 17,9 27,4 2,6 2,6 49,5 Rural 4692 24,9 19,5 2,2 1,5 51,8 Groupe d'ages 6-11 mois 581 31,0 2,4 ,7 ,3 65,6 12-23 mois 1900 25,8 17,5 2,4 1,6 52,8 24-35 mois 1068 23,5 26,8 3,5 1,4 44,8 36-47 mois 1201 21,6 25,8 2,9 1,3 48,4 48-59 mois 1124 17,5 25,4 2,4 3,0 51,7 Niveau d'instruction Aucun 1528 14,5 17,0 2,4 1,3 64,9 Primaire 2831 28,5 20,8 2,6 1,2 46,8 Secondaire et + 1102 26,8 27,9 2,1 1,0 42,1 NO 413 13,1 16,9 3,1 8,2 58,6 Ensemble 5874 23 5 20 9 25 1 7 51 5 Iodation du sel La malnutrition , tout pat1iculierement les Troubles Dus a Ia Carence en lode (TDCI), entralne des consequences nefastes sur le developpement intellectuel de !'enfant. L' iode est essentiel au deve- loppement du cerveau des Ia conception de !'enfant. Les resultats de plusieurs etudes montrent qu'environ 3% des bebes des meres carencees en iode naissent cretins, 10% souffrent d'un retard mental severe et 87% presentent un deficit intellectuel. L'adjonction d'iode, sous-forme d'iodure ou d'iodate de potassium, au sel de cuisine constitue une methode de prevention tres efficace et peu couteuse dans toutes les regions dans lesquelles l 'Administration peut controler Je commerce du sel et enrichir systematiquement ce dernier. Principaux programmes et activites de lutte contre les TDCI a Madagascar. La lutte contre les TDCI a Madagascar a demarre avec la publication en 1992 du rapport de I'Enquete Nationale etablissant que les TDCI constituent un probleme de Sante Publique et mettent a risque 9.000.000 de malgaches. Le Taux de Goitre Total (TGT) au niveau des sept postes senti- nelles TDCI etait alors de 45 ,2%. Face ace tleau, Madagascar a adopte une politique nationale de lutte contre lcs TDCI dont Jcs strategies comprennent Ia supplementation en capsules iodees, comme mcsure transitoire d'urgence, et )'iodation du sel comme solution a long tenne. De 1993 a 1995, on a procedc a unc distribution de capsules iodecs aux groupes cibles (enfants de moins de 5 ans ct lcs femmes en age de procreer) vivant dans les zones cndemiques. 1.100.000 38 capsules ont etc ainsi distribuccs. Parallclcmcnt a Ia supplementation iodcc, lcs activitcs de 1111SC en place de !'iodation du sci ont etc cntrcpriscs: Scnsibilisation des saunicrs ainsi que du public sur lc bicn-fondc de !'iodation du sci; Rcgroupemcnt des petits saunicrs afin de mieux suivrc lc processus d'iodation; Formation des saunicrs sur Ia technique d'iodation ct de gcstion de !'unite d'iodation; Commandc et mise en place des materiels d'iodation ainsi que de !'iodate de potassium; Adoption de divers textcs regissant !'iodation du sci a Madagascar: arrete intcrministeriel no2413/94-MPCA/MINSAN/MRAD du 02 juin I 994 portant fixation de Ia Norme Malagasy sur lc sel alimentaire et le sci iode; decret no95-587 du 05 septembre I 995 portant adoption de Ia politique nationalc de luttc contre les TDCI et sa reglementation; arrete interministeriel no409/96 du 6 fevrier 1996 p011ant application des dispositions du decret n°95-587 ; 7 laboratoires d'analysc et de controle de sel iodc ont etC mis en place dans lcs six provinces. Le lancement de I 'iodat1on du sel a cu lieu en Avril 1995. Methodologie L'objectif du module est de connaltre si le menage consomme du sel iode. Un echantillon du sel utilise pour cuire le repas principal pris par Ia famille, le jour preccdant !'interview, a ete deman- de par les enquetcurs au niveau des 6.480 menages inclus dans cette enquete MICS 2000. 94% des menages ont pu fournir un echantillon pour etre soumis au testing-kit. II s'agit d'un test qua- litatif sur Ia presence ou non d'iode dans le sel. Niveaux et tendances de Ia consommation de sel iode Niveaux La prevalence de Ia consommation du sel iode par les menages, a Madagascar, est de 76%. Cette prevalence globale masque cependant une certaine disparite regionale. Antsiranana et Toliary sont les deux provinces productrices de sel dans le pays : le taux de consommation de sel iode est de 93% pour Ia premiere et seulement 36% pour Ia seconde (Figure 22). En effet, Ia produc- tion de sel a Antsiranana est assuree par une compagnie industrielle qui ravitaille plus de 75% du marche national. Par contre, les multiples petits producteurs operant a Toliary, qui ravitaillent les 2 regions endemiques de Fianarantsoa et Antananarivo, ont a faire face a differents problemcs d'ordre technique et commercial. - Figure 22 : Pourcentage de menages consommant du sel iode selon les provinces, Madagascar, 2000 100 f2 ,f to to 10 ·~ 10 ·40 JO 20 f~ 0 A,,.,,,.,w, ,~,.,.,,. . f•lfUIIIII . ,.,., . f.~,~ Alt;,lf•ll•ll• .~ . ., 39 Tableau 12 : Pourcentage de menages consommant du set iode, Madagascar, 2000 Effectif des Pourcentage de menage avec set teste menages interviewes Non iode lode Effectif de menage dont le set a ete teste Province Antananarivo 1844 15,3 84,6 1721 Fianarantsoa 1194 25,3 74,6 1101 Toamasina 1090 11 ,6 88,2 1048 Mahajanga 760 22,8 77,2 724 Toliary 1029 64,2 35,8 921 Antsiranana 563 7,1 92,9 553 Milieu de residence Capitale 381 3,3 96,7 369 Autres urbains 1108 20,0 80,0 1057 Rural 4992 26,7 73,3 4641 Total 6480 24,0 76,0 6067 Tendances Les proportions de menages ayant consomme du sel iode ont regulierement augmente depuis 1995, date de demarrage de !'iodation universelle du sel a Madagascar: 0% de 1990 a 1994, 0,7% en 1995, 73% en 1997 et 76% en 2000. Paradoxalement, le niveau de Ia consommation de sel iode~ au cours de Ia decennie, a toujours ete nettement inferieur a Toliary, zone productrice de sel iode, comparativement aux autres provinces (Figure no23). 0 0 Figure 23 : Evolution du taux de consommation du set iode, Madagascar 2000 100 .•. &0 •••••••.••.•••.•••. -+-Antananativo 40 . . 20 .•. 0 --------------~~----------~ 1090 1992 1~ 1996 1998 2000 Annte 40 Degre d'atteinte de l'objectif du Sommet Mondial de I'Enfance L'objectiftixe lors du Sammet Mondial de l'Enfance est !'''elimination quasi-totale de Ia caren- ce en iode". Actuellement, 17 unites d'iodation ont ete installees sur toutle territoire avec une capacite d'io- der Ia totalite de Ia production nationale, estimee a 95.000 tonnes par an. Un systt:Jne d'assuran- ce de Ia qualite du sel iode dans les zones productrices du sel et d'endemie goitreuse a ete mis en place. Ainsi, 96,2% du sel disponible sur le marche sont actuellement iodes 1'. Par ailleurs, 76% des menages consomment effectivement du sel iode (MICS 2000). Les divers indicateurs de suivi, recueillis lors des evaluations entreprises durant ces annees, temoignent d'une nette amelioration de Ia situation. Effectivement Ie Taux de Goitre Total (TGT) qui etait de 42,5% en 1992, est actuellement a 6,3%, Ia valeur mediane du taux d'excretion d'iode urinaire a accuse une progression reguliere (70,21-lg/1 en 1995 - 156,81-lg/1 en 1998) se trouvant ainsi dans Ia four- chette acceptable (I 00!-lg/1-2001-lg/1). Neanmoins, des problemes persistent encore, notamment: Ia difficulte a faire ioder le sel par certains petits sauniers le faible application de Ia legislation sur le sel iode • la grande variabilite de Ia teneur en iode trouve dans le sel disponible sur le marche. Recommandations Malgre les quelques problemes auxquels nous avons encore a faire face, les resultats obtenus par la lutte contre les TDCI sont actuellement des plus encourageants . Neanmoins, pour maintenir ces resultats, les efforts doivent etre maintenus, notamment dans le domaine de !'assurance de Ia qualite du sel iode, Ia mise en place de structure de perennisation de !'iodation du sel dans Ie pays et les activites IEC en faveur de Ia promotion de la consommation et de la conservation ade- quate du sel iode par les menages. Fortification alimentaire Outre Ia malnutrition proteino-energetique, Ies carences en micronutriments ont egalement un impact important sur Ia morbidite et la mortalite des enfants. La fortification alimentaire consti- tue l'une des strategies les plus efficaces pour Ia prevention des carences en micronutriments. A Madagascar, elle est deja appliquee pour la prevention des TDCI. Les autorites sanitaires envi- sagent actuellement de I 'utiliser dans le cadre de la lutte contre Ia carence en vitamine A. Le vehicule a utiliser a cet effet doit etre accessible et consomme regulierement par le groupe cible et etre produit ou traite en quelques endroits pour faciliter !'assurance- qualite du produit. Compte-tenu des resultats des enquetes alimentaires anterieures, deux denrees sont susceptibles d'etre enrichis en Vitamine A dans le pays : le sucre et I 'huile. Methodologie L'objectif de cette section est de conna1tre le pourcentage de menages consommant du sucre ou de I 'huile, a fin de pouvoir fortifier en vitamine Ales deux produits cites, si necessaire. A cet effet, quatre questions ont ete posees respectivement pour chacun de ces deux produits a un membre adulte du menage : i)- Avez-vous utilise du sucre (respectivement de l'huile) depuis le Uour de Ia semaine] dcrnier? 12 Soun:c: Sen ift' dt• I~ Nutri1inn. J\linisti:·n.· dt.• h1 S:mtt.; 41 ii)- Que! type de sucre (rcspectivement d'huilc) utilisez-vous d'habitude '? iii)- Frcqucnce d'achat du sucre (rcspcctivement de l'huile) '? iv)- Combien de kilos (rcspcctivement de litres) avcz-vous !'habitude d'achcter '? Scion leur originc. lcs dcnrces ant ete classccs en 3 categories : i)- lcs produits importcs; ii)- lcs produits artisanaux; et iii)- les produits locaux. Ces derniers sont ceux produits par les usines locales. Les frcquences d'achat des denrces ant ete classecs en 4 categories : i)- quotidien (taus les jours); ii)- hebdomadaire ( 1-2 fois par semaine); iii)- mensucl (1-3 fois par mois); et iv)- rare (mains d'une fois par mois). La consommation hebdomadaire a ete calculee a partir du rythme d'approvisionnement et de !'estimation donnee par le repondant pour Ia quantite de denree par achat. Diverses raisons conditionnent le rythme et le volume de l'approvisionnement ainsi que Ia quan- tite de denrees consommee par les menages. Panni ces facteurs figurent notamment Ia disponi- bilite financiere et l'accessibilite au systemc d'approvisionnement. Ce sont autant de parametres a prendre en consideration pour Ia mise en place eventuelle d'un programme national de fortifi- cation alimentaire. Resultats Situation vis-a-vis de Ia consommation de sucre au niveau des menages La majorite des menages enquetes (93%) ont consomme du sucre dans la semaine qui a precede l'enquete. C'est dans Ia province de Toliary qu'on rencontre le plus fort pourcentage de menages qui n 'ont pas consomme de sucre (27%). Figure 24 : Repartition des menages par province et seton le type de sucre consomme, Madagascar 2000 •• ., 42 Le sucre produit par les usines malgaches est le plus frequemment consomme (71 %). Les plus forts pourcentages de menages. consommant du sucre local' se rencontrent dans les provinces d' Antsiranana (89%), et d' Antananarivo (84%). Neanmoins, Ia consommation de sucre artisanal n'est pas negligeable (20%) particulierement dans les provinces de Mahajanga (40%) et Toamasina (37%). La consommation de sucre local est courante en milieu urbain (80%), parti- culierement dans Ia capitale (93%). Tableau 13 : Repartition des menages selon le type de sucre consomme, Madagascar, 2000 Total Consommation de sucre et tyQe de sucre menages QUI NON NSP/ND 1m porte Local Artisanal Province Antananarivo 1884 1,2 84,4 7,4 6,9 0,1 Fianarantsoa 1194 72,4 23,1 4,4 0,1 Toamasina 1090 62,2 37,2 0,6 Mahajanga 760 58,3 39,7 2,0 Toliary 1020 11,4 47,3 14,3 27,0 Antsiranana 563 89,2 10,3 0,5 Milieu de residence Capitale 381 2,9 93,4 2,6 0,8 0,3 Autres urbains 1108 3,2 79,8 10,7 6,3 Rural 4992 1,9 65,9 24,0 8,2 Total 6480 2,1 69,9 20,4 7,4 0,2 Frequence d'approvisionnement des menages en sucre Dans toutes les provinces, la majorite (61 %) des menages enquetes s'approvisionnent hebdoma- dairement en sucre. Cette pratique se rencontre essentiellement en milieu rural (64%). L'approvisionnement quotidien est surtout pratique par les menages urbains : 36% dans la capi- tale et 22% dans les autres villes. 43 Figure 25 : Repartition des menages par province et selon Ia frequence d'approvisionne- ment en sucre, Madagascar, 2000 Rare 2% Hebdomad1lre Quotidlen • Hebdomad~ ire 0 Meneuel 0 Rare I Tableau 14 : Repartition des menages seton Ia frequence d'approvisionnement en sucre, Madagascar, 2000 Fn3quence d'approvisionnement en sucre Total Quotidien Hebdomadaire Mensuel Rare menages Province Antananarivo 1844 26,9 60,0 12,3 0,7 Fianarantsoa 1194 27,6 57,0 13,6 1,8 Toamasina 1 090 29,5 54,0 15,4 1,0 Mahajanga 760 11,3 68,9 16,7 3,4 Toliary 1 029 22,8 63,5 10,1 3,6 Antsiranana 563 12,0 69,7 17,2 1,2 Milieu de residence Capitale 381 37,3 44,9 17,5 0,3 Autres urbains 1100 27,7 56,5 13,8 1,7 Rural 4992 21,3 63,8 13,2 1,8 Ensemble 6480 23,8 60,8 13,6 1,7 Niveau de consommation de sucre au niveau des menages Pour 84% des menages enquetes, Ia consommation hebdomadaire en sucre ne depasse pas 750 grammes. Pres du quart des families consomment moins de 250 grammes de sucre par semaine, et ce particulierement en milieu rural (28%), dans les provinces de Fianarantsoa (34%) et Toamasina (33%). 44 Figure 26 : Repartition des menages par province et seton Ia consommation hebdomadai- rc de sucre, Madagascar, 2000 40.0 36 36 35.0 30.0 25.0 '# 20.0 15.0 10.0 5.0 0.0 Antananarivo Fianarantsoa Toamasina Mahajanga Toliary Antsiranana Madagascar .<250g 1!1 250g-499g •soog-749g • 750g ou plus Tableau 15 : Repartition des menages selon Ia consommation hebdomadaire de sucre, Madagascar, 2000 Total Quantite hebdomadaire (en grammes) menages < 250 250-499 500-749 750 + Province Antananarivo 1.844 23,1 25,2 21 '1 30,3 Fianarantsoa 1.194 33,6 33,5 16,0 16,9 Toamasina 1.090 32,6 25,5 18,4 23,2 Mahajanga 760 24,2 35,7 18,5 22,0 Toliary 1.029 23,0 27,3 20,5 29,3 Antsiranana 563 21,5 26,3 24,3 27,7 Milieu de residence Capitate 381 17,4 23,2 17,2 42,5 Autres urbains 1.100 22,7 25,6 18,9 32,6 Rural 4.992 28,3 29,4 20,4 21,9 Ensemble 6.480 26,4 28,2 19,8 25,6 Situfition vis-a-vis de Ia consommation d'huile au niveau des menages Plus de 90% des menages enquctes ont consomme de l'huile dans les sept jours qui ont precede !'interview. II s'agit presque exclusivement d' huile produite dans le pays, de fa<;on artisanale ( 13%) 45 ou industrielle (78%). L'huile artisanale est consommee essentiellement par les menages ruraux ( 15%) ainsi que ceux des provinces de Mahajanga (28%) et Toliary ( 16%). Figure 27 : Repartition des menages par province et seton le type d'huile consommee, Madagascar, 2000 ~ .0 80.0 79.8 78.8 71.5 696 70.0 62.2 60.0 <ft.SOO 40.0 30.0 20.0 10.0 00 Toliary Antsiranana Madagascar lmpo~ I Tableau 16 : Repartition des menages par province et seton le type d'huile consommee, Madagascar, 2000 Total Consommation d'huile et type d'huile menages OUI NON NSP/ND Imports Local Artisanal Province Antananarivo 1844 0,5 79,8 12,1 7,6 0,0 Fianarantsoa 1194 0,8 78,8 8,2 12,2 0,0 Toamasina 1090 0,2 84,0 10,7 5,0 0,0 Mahajanga 760 0,5 69,6 27,8 2,1 0,0 Toliary 1029 0,2 62,2 16,3 21,2 0,1 Antsiranana 563 0,0 94,0 5,9 0,2 0,0 Milieu de residence Capitale 381 0,0 99,5 0,5 0,3 0,0 Autres urbains 1108 0,5 85,1 8,2 6,0 0,1 Rural 4992 0,4 74,2 15,2 10,2 0,0 Total 6480 0,4 77,5 13,1 8,9 0,0 46 Frequence d'approvisionnement des menages en huile Pres des trois-quart des menages s'approvisionnent en huile, au moins une fois par semaine. De mcme que pour le sucre, on s'approvisionne quotidiennement en huile dans Ia capitale (36%), les autres vi lies (22%) et Ia province d' Antananarivo (23%). L'approvisionnement hebdomadaire est pratique surtout en milieu rural (59%) et dans les provinces de Toamasina (60%), Fianarantsoa (60%) et Toliary (59%). Figure 28 : Repartition des menages par province et selon Ia frequence d'approvisionne- ment en huile, Madagascar, 2000 Malnutrition severe 4.6% Malnutrition moder6e 9.1% Bonne nutritiOn 86.3% 47 Tableau 17 : Repartition des menages selon Ia frequence d'approvisionnement en huile, Madagascar, 2000 Frequence d'approvisionnement en huile Total Quotidien Hebdomadaire Mensuel Rare menages Province Antananarivo 1844 22,8 51,5 24,3 1,5 Fianarantsoa 1194 12,5 57,1 26,3 0,8 Toamasina 1090 16,4 59,5 22,9 1 '1 Mahajanga 760 9,2 47,9 24,4 8,6 Toliary 1029 19,2 59,4 19,1 2,2 Antsiranana 563 9,3 56,0 32,0 3,0 Milieu de residence Capitale 381 36,1 32,2 30,6 0,8 Autres urbains 1100 22,0 51' 1 25,5 1,3 Rural 4992 12,9 59,2 25,1 2,7 Ensemble 6480 16,4 55,7 25,6 2,3 Niveau de consommation d'huile au niveau des menages La consommation hebdomadaire moyenne en huile des menages enquetes est de 366 mi. Ce sonr les menages de Ia province d'Antananarivo qui consomment le plus l'huile (438ml/semaine). Dans Ia capitale, pour Ia moitie des menages, les quantites d'huile achetees depassent le demi- litre. La quantite d'huile consommee par les menages ruraux (282 ml/semaine) equivaut a Ia moi- tie de celle des menages urbains: 684 mllsemaine pour Ia capitale et 567 mllsemaine pour Ies autres villes. Pres de Ia moitie des menages (52%) consomment moins de 250 ml d'huile par semaine et ce, particulierement en milieu rural (60%) et dans les provinces de Fianarantsoa (60%), Mahajanga (55%) et Toliary (52%). Comparativement aux autres provinces, Ia consom- mation hebdomadaire moyenne en huile est plus faible pour Toamasina (252 ml) et Fianarantsoa (295 ml). 48 Figure 29 : Repartition des menages par province et selon Ia consommation hebdomadai- re d'huile, Madagascar, 2000 70 . 0 65.7 eo.o 50.0 40.0 '# 30.0 20.0 10.0 0.0 Antananariw Flanarantsoa Toamasina Mahajanga Tollaty Antplranana M.ciegucar < 250 ml . 250-499ml . 0 500ml ou plus Tableau 18 : Repartition des menages selon Ia consommation hebdomadaire d'huile, Madagascar, 2000 Consommation hebdomadaire d'huile (en millilitres) Total Moyenne < 250 ml 250-500 ml 500 ml + menages Province Antananarivo 1844 438,1 40,6 32,1 27,3 Fianarantsoa 1194 295,4 59,9 27,2 12,9 Toamasina 1090 252,4 65,7 21,9 12,4 Mahajanga 760 402,5 55,3 . 24,4 20,3 Toliary 1029 405,8 52,2 22,6 25,2 Antsiranana 563 399,2 44,8 31,2 24 Milieu de residence Capitale 381 683,9 17,4 32,5 50,1 Autres urbains 1100 566,7 37,3 29,8 32, Rural 4992 281,9 59,6 26,1 14,3 Ensemble 64SO 365,6 52,3 27,3 20,4 Carence en vitamine A et consommation en sucre/huile Les donnees nationales sur Ia carence en vitamine A actuellement disponibles concement Ies taux d'hemeralopie chez !'enfant de 18-35 mois et chez Ia femme enceinte (EDS 97). Le tableau n°!9 montre une comparaison entre ces indicateurs et ceux relatant Ia consommation en sucre et huile dans lc pays. Les menages urbains, y compris Ia capitalc, et Ia province d' Antananarivo qui presen- tent les plus fort taux d'hemeralopie sont aussi lcs plus grands consommateurs de sucre et d'huile. 49 Cependant, on note une, grande variabilite dans Ia consommation en huile entre le milieu urbain et lc milieu rural, d'unc part et entre les provinces d'autre part. Cettc variabilite est moins accen- tuee pour le sucre. II apparait dans le tableau qu'une fortification du sucre en vitamine A profiterait a 72% des menages malgaches, particulieremcnt ceux de Ia capitale, des provinces d 'Antsiranana et d' Antananarivo dont respectivement 93%, 89% et 84% consomment du sucre produit par les usines locales. Ainsi, de par sa production industrielle centralisee dans quelques usines techni- quement bien equipees et bien administrees, son cout relativement modique, ses caracteres organoleptiques et son acceptabilite, le sucre pourrait servir efficacement de bon vehicule pour l'enrichissement en vitamine A. Tableau 19 : Taux d'hemeralopie 13 et consommation moyenne en sucre /huile Hemeralopie Hemeralopie chez Ia Consommation Consommation chez l'enfant femme enceinte (%) moyenne de moyenne en (%) sucre/semaine huile/semaine (g/personne) (ml/personne) Province Antananarivo 2,2 3,2 182,5 87,9 Fianarantsoa 1,7 0,8 138,9 56,3 Toamasina 1,6 8,6 109,9 49,9 Mahajanga 1,9 1,0 141,4 78,7 Toliary 2,4 3,3 145,1 76,5 Antsiranana 1 '1 0,0 132,7 83,5 Milieu de residence Capitale 3,0 10,0 172,1 149,0 Autres urbains 2,9 4,6 186,0 112,4 Rural 1,6 2,4 137,9 54,8 Ensemble 1,9 3,1 149,7 71,9 lJ Suun:e : EUS 50 Menage - Habitat - Eau et Assainissement RAZAFIMIARANTSOA To vonirina Theodore et MAFILAZA Victor Cette partie sera presentee en quatre sections. La premiere section porte sur quelques caracteris- tiques des menages et certains de leurs membres (lcs personnes concernees par l'enquete indivi- duelle) ; la deuxiemc aborde les questions sur 1 'habitat qui permettent d 'evaluer les conditions du logement du menage ; Ia troisieme section sera consacree a Ia source d'eau utilisee par le mena- ge et I ' assainissemcnt du milieu ; Ia derniere etquatrieme section concerne Ia mesure du niveau socio-economique des menages enquetes. Cette mesure se fait a !'aide d'un indicateur composite associant le confort de 1 'habitat, Ia qua lite de 1 'eau utili see par le menage et le niveau d' assainis- sement du milieu dans lequel vit le menage. Menage Comme les autres operations de collecte de donnees, l'enquete MICS a pennis de recueillir des informations sur le menage en plus des enquetes individuelles. Ainsi, il a ete necessaire que chaque agent enqueteur comprenne ce que l'on entend par « menage ». La definition qui a ete retenue est Ia suivante : « Un menage correspond a une personne ou groupe de personnes, avec ou sans lien de parente, qui vivent sous le meme toit et mangent habituellement ensemble. Les membres du menage reconnaissent l'autorite d'une seule personne appelee «Chef de menage»». II se degage du tableau 20 que, parmi les 6480 menages enquetes pres du tiers (29%) se trouvent dans la province d'Antananarivo et presque Ia moitie (47%) se repartissent a travers les Hautes Terres Centrales c'est-a-dire dans les provinces d'Antananarivo et de Fianarantsoa. C'est la pro- vince d 'Antsiranana qui detient Ia plus faible proportion de menages (9% ). Si 1 'on s 'en tient aux resultats de l'enquete EPM 99 avec laquelle l'on a pu egalement recueillir des informations sur les caracteristiques des menages, on constate que la repartition des menages selon la province n'a pratiquement pas change. Cette inegale repartition des menages au niveau des provinces est Ia consequence d'une inegale repartition geographique de Ia population malgache. En effet, les donnees sur l'etat de Ia popula- tion'4 (RGPH, 1993) montre que les Hautes Terres Centrales constituent des zones a forte densite de peuplement (>40 habitants/km~). Pour ce qui concerne Ia taille des menages, il ressort des donnees que l'on rencontre rarement des menages d'une seule personne a Madagascar (4%). C'est dans la capitale que cette categoric de menages est preponderante (5%). La situation matrimoniale des chefs de menages pourrait, en par- tie, expliquer ce phenomene (RGPH, 1993 ). On trouve, par exemple, beaucoup plus de chefs de menage celibataires dans Ia capitale que dans les autres regions du pays. Par contre, les menages de 4 a 5 personnes sont les plus repandus a travers le pays (35%). Les proportions des menages de cette categoric suivant le milieu de residence sont les suivantes : 40% dans Ia capitale, 37% en milieu urbain autre que Ia capitale et 34% en milieu rural. Par ailleurs, ainsi qu ' il"apparalt dans le tableau 20 eta travers le graphique, c'est en milieu rural que !'on rencontre des menages dont Ia taille est elevee (plus de 6 personnes). Quant a Ia taille moyenne des menages, elle est de 5,1 per- sonnes pour !'ensemble du pays. Comparee aux resultats de l'enquete EDS.97 (4,9 personnes), elle a legerement augmente. On constate egalement que Ia taille moyenne des menages est pratique- ment Ia meme en milieu rural et en milieu urbain autre que Ia capitale (5,2 contre 5,0). Le graphique ci-dessous illustre Ia repartition des menages enquetes par milieu de residence sui- vant leur taillc. I~ RGPII 199.1 51 Figun.' .~n : Repartition drs menages srlon Ia taille et le milieu de residence, Madagascar, 2000 45 40 35 30 25 ~ 0 20 15 10 5 0 1 Taille du menage Capitals • Autre urbain • Rural Ensemble L'enquete menage a perm is egalement de dcnombrcr lcs enfants de moins de I 5 ans, les enfants de moins de 5 ans et les femmes de Ia tranche d' ages 15 a 49 ans, 1esquels etaient concernes par I' enquete individuelle. Pour I' ensemble du pays, pres de 9 menages sur 10 (86%) ont au moins un enfant age de moins de 1 5 ans . Cette situation reflete bien la structure par age de la population malgache qui est qua- lifiee de« populationjeune ».En effet, un peu moins de la moitie de Ia population (45%) a moins de 15 ans' 5• Mise a part la capitale, le milieu urbain presente a peu pres la meme structure que le milieu rural quant au nombre d'enfants de moins de 15 ans (86% et 87%). Comme mentionne plus haut, il a ete denombre egalement les enfants de moins de 5 ans. Outre les infonnations qui ont ete recueillies sur ces enfants afin d'obtenir les indicateurs de suivi des objectifs du SME, Ia connaissance de leur nombre a permis d'examiner leur importance par rap- port a !'ensemble de Ia population. Ainsi, les resultats contenus dans le tableau 20 font apparaitre que dans 70% des menages enquetes, !'on a rencontre les enfants de cet age, ce qui traduirait un signe de fecondite eleve des femmes malgaches. Du point de vue du milieu de residence, dans les menages ruraux on a trouve plus d'enfants de Ia tranche d'age en question que dans les menages urbains (sans Ia eapitale) (69% contre 65%). Cet ecart devient encore plus important quand on fait Ia comparaison avec Ia situation des menages de Ia capitale ou Ia proportion des enfants de moins de cinq est de 56%. Quant aux femmes a gees de 15 a 49 ans, i I se degage des resultats que dans 9 menages sur I 0, !'on a pu trouver au moins une femme eligible, et cela que! que le soit le milieu de residence. 15 RGI'H 199.' 52 Tableau 20 : Repartition(%) des menages par caracteristiques socio-demographiques, Madagascar, 2000 Milieu Capitale Autre urbain Rural Ensemble Province Antananarivo 100,0 17,4 25,4 28,5 Fianarantsoa 18,0 19,9 18,4 Toamasina 21,3 17,1 16,8 Mahajanga 14,6 12,0 11 ,7 Toliary 19,6 16,3 15,9 Antsiranana 9,1 9,2 8,7 Taille des menages 1 5,0 3,2 3,7 3,7 2-3 27,6 25,6 24,1 24,6 4-5 40,4 36,8 33,7 34,6 6-7 17,6 18,9 21,7 21,0 8-9 6,0 10,6 10,9 10,5 10+ 3,4 5,0 6,0 5,6 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Moyenne 4,6 5,0 5,2 5,1 Au moins un enfant age <15 ans 78,0 85,8 87,0 86,3 Au moins un enfant age <5 ans 55,6 65,4 69,4 67,9 Au moins une femme agee de 15~49 ans 88,7 90,8 88,1 88,6 Effectif pondere 381 1.108 4.992 6.480 Effectif non pondere 1.200 1.440 3.840 6.480 Habitat Dans Ie questionnaire menage, des questions concernant !'habitat ont ete inserees. Elles portent sur les deux caracteristiques suivantes : nature du plancher et nombre de chambres a coucher. Nature du p/ancher Le tableau 21 montre les conditions de vie du menage du point de vue de Ia nature du plancher. De ce tableau, il ressort que dans Ies logements, Ies materiaux de plancher qui s'imposent largement a travers Ie pays, notam~ ment en milieu rural, sont constitues de « palme/ bambou/natte ». II est etabli que dans 63% des cas, Ie plan- cher des menages malgaches est fait a !'aide des materiaux sus-cites. C'est dans les menages ruraux que !'on trouve surtout ces types de plancher (73%). Ensuite, a !'exception du milieu rural, vient en deuxieme rang Ie plancher en ciment qui est Ie plus utilise dans les Iogements urbains: 36% dans Ia capitale et 35% dans les autres milieux urbains. Par ailleurs, tel qu'il ressort des donnees, il existe de grandes disparites entre les menages de Ia capitale et ceux des autres regions en ce qui conceme les materiaux utilises pour le sol du logement. Ainsi, Ia grande majorite des menages de Ia capitale (70%) occupent des logements dont le plancher est fait en parquet/bois eire ou carre- lage ou cimcnt ou moquctte. La proportion des menages reritrant dans Ia meme categoric est de 44% dans les autres centres urbains. C'cst dans le monde rural que Ia situation est Ia plus preoccupante dans Ia mesure ou 10% sculement des menages ont acces a des materiaux de plancher consideres comme confortables. Au regard des resultats relatifs a Ia nature du planchcr, on peut dire deja que Ia situation des menages malgaches est loin d'etre brillante. Le fait qu'une proportion assez importante des menages soit mal cquipcc en matiere de materiau de sol du logcmcnt nous amene a conclure qu'unc couche importante 53 de la population est exposce aux divers risques de propagation de maladies notamment chez les enfants en bas age. Tableau 21 : Pourcentage des menages par nature du plancher selon le milieu de residence, Madagascar, 2000 Nature du plancher Milieu de residence CaE!itale Autre urbain Rural Ensemble Sol nu/Terre/Sable 11 ,5 6,3 9,3 9,0 Planche en bois 8,1 9,8 7,0 7,5 Palme/Bambou/Natte 5,2 40,0 72,7 63,2 Parquet/Bois eire 34,6 8,1 2,6 5,5 Carrelage 2,4 0,7 0,1 0,3 Ciment 36,2 34,7 7,7 14,0 Moquette 0,5 0,1 Aut res 1,0 0,1 0,5 0,5 NO 0,2 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Effect if 381 1108 4992 6480 Chambres a coucher Comme pour la nature du plancher, la connaissance du nombre de chambres a coucher trouve son interet dans le fait qu'elle permet de mesurer, quoique de fa9on approximative, le statut socio- economique des menages enquetes. En regie generate, plus le menage est pauvre, moins il dis- pose d'assez d'espace pour abriter ses membres. Par contre, le menage de la categoric des nan- tis devrait connaitre un degre d'entassement moins important. II ressort des resultats que dans !'ensemble du pays, plus de 9 menages sur 10 (94%) occupent des logements a une ou deux chambres a coucher seulement. Avec une taille moyenne de mena- ge de 5,1 personnes, on peut dire qu'il y a une situation de promiscuite tres marquee dans les menages malgaches. Cet indicateur est a peu pres le meme quel que soit le milieu de residence : 96% en milieu rural, 90% dans !'ensemble du milieu urbain et 89% dans la capitate. Les donnees selon les provinces font apparaitre egalement que l'ampleur de la promiscuite est la meme dans toutes les provinces. Cet etat de fait suggere que la promiscuite est generalisee dans le pays et n'epargne qu'une categoric de minorite. Les resultats sur le nombre de chambres a coucher ne font que confirmer ceux sur la nature du plancher. Sans aucun doute, des efforts considerables sont a deployer afin de permettre au plus grand nombre de vivre dans des conditions adequates de logement. Par ailleurs, de par !'impor- tance des conditions d 'habitat sur la sante des enfants, ces resultats montrent 1 'amp leur des taches a accomplir en matiere de reduction de la morbidite et de la mortalite d'origine hygienique. En effet, il est peu probable que 1 'on puisse progresser en matiere de sante des enfants si ces demiers grandissent encore dans des conditions de promiscuite. En un mot, la situation sur les conditions de !'habitat nous amene a conclure que la precarite des conditions de vie des menages malgaches privent les enfants de leurs droits fondamentaux notamment ceux lies a leur developpement integral. Ces droits sont evoques dans la Convention relative aux Droits de !'Enfant adoptee par l'Assemblee Generale des Nations Unies en 1989 et a laquelle I' Etat malgache a adhere. Ainsi, il est stipule dans I' article 27 al.l de ladite convention que : « Les Etats parties reconnaissent le droit de tout enfant a un niveau de vie suffisant pour pennettre son developpement physique, mental, spirituel, moral et social ». 54 Tableau 22 : Repartition(%) des menages seton le nombre de chambres a coucher et le milieu de residence, Mad~gascar, 2000 Milieu de residence Nombre de chambres a Capitate Autre Rural Ensemble coucher urbain 66,1 61,8 75,2 72,4 2 22,8 27,8 20,5 21,9 3 7,9 6,8 2,6 3,6 4 1,6 2,6 0,8 1 '1 5 0,3 0,4 0,0 0,1 6 0,3 0,1 0,0 NO 1,0 0,5 0,9 0,9 Total 100,0 100,0 . 100,0 100,0 Effectif 381 1108 4991 6480 Tableau 23 : Repartition (%) des menages seton I.e nombre de chambres a coucher et selon Ia province, Madagascar, 2000 Nombre de Province chambres Fianarantsoa Toamasina Mahajanga Antananaril·o a coucher 1 68,5 72,7 74,8 73,4 2 25,2 21,8 20,8 20,9 3 4,6 3,5 2,7 3,6 4 1,0 1,0 1,3 0,8 5 0,1 0,3 0,1 6 0,1 NO 0,6 0,8 0,4 1,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 1'.845 1.195 ' 1.091 760 Eau et Assainissement Toliary 75,9 17,2 3,5 1,6 0,2 0,1 1,6 100,0 1.029 Antsiranana 71,7 23,0 3,0 1,1 Ensemble 72,4 21,9 3,6 1,1 0,1 0,0 1,2 0,9 100,0 100,0 562 6480 Confonnement aux objectifs 4 et 5 du S¥E, il a ete recueilli lors de l'enquete des informations sur l'eau et assainissement afin d'obtenir les indicateurs de suivi dans ce secteur. Dans cette section, il sera question d'examiner les principales sources d'eau utilisee par le mena- ge et !'evacuation des excrements. Ces elements pennettent de cemer !'alimentation en eau potable et I 'hygiene publique qui sont essentielles a Ia sa~te de Ia population et en particulier celle des enfants. Principales sources d'approvisionnement en eau de boisson L'indicateur relatif a I' eau potable et qui reflete les objectifs du SME est« I' acces universe! a I' eau a boire salubre ». Aussi, une. definition standardisee de l'eau potable a-t-il ete adoptee lors du SME. D'apres Ia definition contenue dans le manuel sur l'enquete MICS de I'Unicef, l'eau est consideree comme « potable » lorsqu'elle provient des sources d'approvisionnement suivantes : eau du robinet dans le logement ou dans la cour/parcelle, bome fontaine publique, puits tabulaire ou trou de sonde, puits protege ou source protegee, eau en bouteille et captage des ea~x de pluie. 55 Afin d'obtenir l'indicateur sur l'acces a l'eau potable, l'enquete MlCS a pose une question sur Ia principale source d'eau utilisee par le menage pourboire et preparer les repas. Au vu des resultats, il est etabli que dans !'ensemble du pays, seul le qua11 de Ia population a acces a l"eau potable a Madagascar si l'on se rcfere au critere ci-dessus. Du point de vue du milieu de residence, on peut admettre que dans Ia capitate l' acces de toute Ia population a l'eau potable est sur le point d'etre definitif. En effet, 98% de la population se trouvant dans Ia capita- te beneficient de l'eau potable. Dans les autres centres urbains 60% de Ia population utilisent des sources d'approvisionnement en eau potable. Par contre, la situation demeure preoccupante en milieu rural ou seule une minorite a acces aux sources d 'eau potable ( 12% ). La plupart des menages ruraux (70%) s'approvisionnent encore en eau de surface (lac, riviere, ruisseau, sour- ce). Ils sont de ce fait exposes aux diverses contaminations et pollutions de l'environnement. Une proportion importante de menages, soit 24%, vivant en milieu urbain autre que la capitale s'ap- provisionne egalement en eau de surface. Au niveau des provinces, on peut noter un desequilibre marque en ce qui conceme l'acces a l'eau potable. C'est la province de Fianarantsoa qui est la plus vulnerable dans la mesure ou seulement 10% de la population possede une installation en eau potable. Dans la province de Toliary, mal- gre la difficulte de trouver de l'eau a cause des conditions climatiques marquees par une faible pluviometrie (mains de 380 mm par an), un peu plus du tiers de la population (27%) a acces a l'eau potable. L'argument qui peut etre avance pour expliquer cet etat de fait conceme les diverses actions qui ont ete entreprises aussi bien par l'Etat que par les autres structures en faveur de cette partie de l'ile. En effet, compte tenu de ces conditions climatiques particulierement defa- vorables, nombreux sont les organismes, notamment prives, qui oeuvrent pour !'alimentation en eau potable dans cette province. Parmi ces initiatives, on peut citer entre autres le programme d'Alimentation en Eau dans le Sud (AES) pour !'alimentation en eau potable (AEP) par pompa- ge, !'action de la Jirama pour quelques AEP soit gravitaires, soit par pompage, les activites des ONGs (Fikrifama, Caritas, Saf-Fjkm) pour les AEP gravitaires des zones des hauts plateaux, etc. 16 La situation dans les provinces restantes est egalement preoccupante du fait que la proportion de la population qui s'approvisionne en sources d'eau potable est largement inferieure ala moyen- ne nationale : 14% pour Toamasina, 19% pour Mahajanga et 21% pour Antsiranana. En somme, on retiendra que« l'acces a l'eau a boire salubre » attendu pour l'an 2000 n'a pas ete atteint pour Madagascar. En effet, les resultats sur I' eau de bois son montrent que 1 'acces a l'eau potable reste encore un probleme crucial notamment en milieu rural. Ainsi, les actions deja entreprises en matiere d'approvisionnement de Ia population en eau potable meritent d'etre ren- forcees davantage du fait que l'inaccessibilite a l'eau potable favorise !'emergence d'environne- ments morbides, et partant !'augmentation de la mortalite infanta-juvenile en particulier lh U:akulundrainihc Heri\'t.•ln. Analyse dc Ia sitw1liun du st•t·h.•ur de l"t.·m• l'f dt• J'assainisscnu.-nl . J>Ca:cmhn· 99. 56 Tableau 24 : Repartition (%)de Ia population par source d'approvisionnernent en eau a boire et selon le milieu de residence, Madagascar, 2000 Source d'approvisionnement Milieu de residence Ensemble Capitale Autre urbain Rural Robinet dans le logement 23,1 6,6 0,3 2,6 Robinet dans Ia cour 4,7 8,5 0,1 1,7 Borne fontaine 68,9 37,0 5,7 14,3 Puits a pompe 0,7 7,9 5,7 5,8 Eau en bouteille Eau de pluie 0,3 0,3 Puits non proteges 0,4 13,5 16,8 15,3 Camion citerne 0,5 0,2 0,2 Lac/riviere/ruisseau 0,2 12,5 38,4 32,0 Source 1,7 11,7 31,5 26,6 Autre 0,2 1,9 1 '1 1,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Total avec eau a boire salubre 97,5 59,9 12,1 24,6 Effectif 1748 5544 25762 33054 Tableau 25: Re~artition {%}de Ia ~o~ulation ~ar source d'a~~rovisionnement en eau a boire et selon Ia province, Madagascar, 2000 Source Province d 'approvisionnement Antananarivo Fianarantsoa Toamasina Mahajanga Toliary Antsiranana Robinet dans le logement 5,9 0,7 2,3 1,7 0,2 1,8 Robinet dans Ia cour 1,4 0,6 0,5 2,7 3,5 3,2 Borne fontaine 26,5 8,0 5,2 12,8 12,5 10,8 Puits a pompe 9,3 0,5 6,1 2,0 8,7 5,3 Eau en bouteille Eau de pluie 1,6 Puits non proteges 2,2 12,5 12,7 30,2 27,0 28,4 Camion citerne 1,2 0,1 Lac/riviere/ruisseau 4,8 26,7 63,3 47,4 35,5 45,5 Source 49,7 51,0 9,9 2,1 4,3 3,5 Autre 0,3 1,0 5,5 1,2 NO 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Total avec eau a boire salubre 43,1 9,8 14,1 19,2 26,6 21 '1 Effect if 9302 6320 5499 3862 5389 2684 Installations sanitaires « L'utilisation des moyens sanitaires de traitement des excrements » est un des indicateurs requis pour le suivi des objectifs du SME. Elle contribue dans une large mesure a !'amelioration des conditions d'hygiene de Ia population, en particulier celles des enfants qui, s'ils n ' utilisent pas d'installations sanitaires, sont plus exposes aux differentes maladies. 57 Le menage est considere comme utilisant un systcme de traitement des excrements, qu'il soit installe dans le logement ou dans Ia cour/parcelle, s'il dispose de l'un des types de toilette sui- vants : toilette connectee au systeme d'egouts, toutes les autres toilettes a chasse d'eau, latrines ameliorees et latrines traditionnelles. Ainsi, une question sur les types de toilette a ete inseree dans le module eau et assainissement afin de pouvoir cemer le niveau d'assainissement du mena- ge, et par consequent, d'obtenir l'indicateur y afferent. Une autre question additionnelle sur le traitement des excrements des petits enfants a egalement ete posee. Le tableau des resultats indique que seulement 7% de la population a acces aux installations d'evacuation d'excreta a Madagascar. Entre milieu urbain et milieu rural, les disparites sont tres marquees. Dans la capitale, pres de la moitie de la population (47%) utilisent des latrines ade- quates contre 2% seulement dans le monde rural. Parmi les menages qui n 'utilisent pas de latrines hygieniques, 41% d' entre eux font leurs besoins dans la nature et 52% utilisent Ia fosse impro- visee ou perdue. Les menages ruraux sont toujours dominants dans cette categoric. En effet, presque la moitie (48%) des menages ruraux n'ont pas du tout de latrines et 50% utilisent la fosse improvisee ou perdue. Par ailleurs, quel que soit le milieu de residence, la fosse improvisee ou perdue est la plus utilisee par les menages qui n'ont pas d'installation sanitaire hygienique. L'examen de la situation par province montre une fois de plus la gravite du probleme de latrines a Madagascar. Outre les provinces d'Antananarivo et de Toamasina ou respectivement 13% et 18% de Ia population n'ont pas du tout de latrines, toutes les provinces connaissent un probleme de disponibilite de latrines qu'elle soit hygienique ou non. C'est la province de Toliary qui est la plus defavorisee, 79% de la population n'utilise pas de latrines. Comme pour le milieu de resi- dence, les donnees au niveau des provinces font apparaitre que la fosse perdue ou improvisee est l 'installation la plus utilisee. II se degage de ces resultats que la situation observee dans le pays en matiere de latrines est pre- occupante si tous les menages devraient faire usage de systeme hygienique de traitement des excrements. Ainsi, des actions s'averent necessaires pour que toute la population ait acces au systcme sanitaire adequat. Mais avant d'entreprendre n'importe quelle action, il faut connaitre les raisons de la non-utilisation ou de la non disponibilite des infrastructures d 'assainissement aussi bien en milieu urbain qu'en milieu rural. La raison economique est parmi Jes plus impor- tantes dans la mesure ou les menages ne peuvent pas supporter le cout d'installation de latrines hygieniques. La barriere socioculturelle, et qui n'est pas des moindres, est egalement a Ia base de la non-utilisation de latrines par certains menages. II n'est pas toujours evident de faire accepter - a certaines categories 9e population d'abandonner leur habitude d'hygiene ; d'ou, par exemple, la proportion e!evee notamment en milieu rural de menages qui font leur besoin dans la nature. 58 Tableau 26: Repartition(%) de population par systeme d'evacuation des excreta et selon le milieu de residence, Madagascar, 2000 Milieu de residence Capitale Autres urbain Rural Ensemble Fosse septique 15,9 5,4 0,5 2,2 Latrine avec dalle ventilee 1,3 Latrine avec dalle n,on ventilee 2,6 Tout a l'egout 0,6 Latrine traditionnelle 27,3 Fosse improvisee/perdue 50,7 Aucun 1,6 Total 100,0 Total avec un systeme sanitaire de traitement des excrements 47,1 Effectif 1748 0,6 0,9 1 '1 8,5 61,4 22,1 100,0 15,4 5544 0,1 1,6 50,1 47,6 100,0 2,2 25762 0,2 0,3 0,3 4,1 52,0 40,9 100,0 6,8 33054 Tableau 27 : Repartition(%) de population par systeme d'evacuation des excreta et · selon Ia province, Madagascar, 2000 Fosse septique Latrine avec dalle ventilee Latrine avec dalle non ventilee Tout a l'egout Latrine traditionnelle Fosse improvisee/perdue Aucun Total Total avec un systeme sanitaire de traitement des excreta Effect if Antananarivo 4,8 0,2 0,7 0,4 6,6 74,7 12,7 100,0 12,3 9302 Fianarantsoa 0,4 0,1 0,1 3,0 42,8 53,5 100,0 3,5 6320 Province Toamasina Mahajanga Toliary 2,8 1,0 0,3 0,3 0,1 0,2 0,4 0,1 0,1 0,9 5,8 3,5 77,9 29,1 16,9 18,2 63,7 78,7 100,0 100,0 100,0 3,9 5499 7,1 3862 4,3 5389 Evolution de l'acces a l'eau potable et a l'assainissement 17 Antslranana 1,3 0,6 0,1 1,8 3,2 46,1 46,7 100,0 5,3 2684 Les donnees issues de quatre enquetes nationales, a savoir ENDS 1992, MICS 1995, EDS 1997 et MICS 2000, permettent d 'analyser la tendance generale de l' acces a l'eau potable eta l'assai- nissement durant Ia demiere decennie. Les resultats figurant dans le Tableau 28 refletent la situa- tion generale qui est caracterisee par une faible couverture durant toute Ia periode. On constate qu'au niveau national les taux ont evolue jusqu'en 1995 pour regresser ensuite. 17 Cc point fait lar~.:ement r~t't~ re ru:c au dot·umcnf sur " La situation du scrtcur de l"cuu ct de l ' a.o,;saini."iSt'llll'llt'' tHuhure par RAKOTONDKAlNIRE Hcrivcln. dccemhrc 1999. 59 Tableau 28 : Evolution de l'acces a l'eau potable et a l'assainissement, Madagascar, 2000 Urbain Rural Ensemble An nee Eau potable Assainissement Eau potable Assainissement Eau potable Assainissement 1992 79,9 16,6 5,2 0,2 16,0 - 3,0 1995 68,0 77,0 21,0 28,0 34,0 41,0 1997 68,3 59,2 12,4 26,7 26 34,7 2000 68 9 23 0 12 1 22 24 6 68 Cette tendance trouve ses explications a divers niveaux. En matiere d'eau potable en milieu urbain, Ia plupart des installations ont ete realisees durant les annees 60 et de ce fait, sont actuel- lement tres vetustes. L'eau potable en milieu urbain est actuellement geree soit par la JIRAMA, soit par les Collectivites Decentralisees (les communes), et de nouvelles realisations ou exten- sions ont ete faites mais a un rythme inferieur a l'accroissement urbain. Par consequent les reseaux existants n 'arrivent pas a couvrir suffisamment les perimetres nouveaux des villes qui sont constamment en extension, et ou vit Ia majorite des pauvres. Le milieu rural a beneficie d'un certain nombre de projets de realisation des infrastructures d'eau et d 'assainissement dans le cadre de la decennie de I' eau potable ( 1981-1990). Par ailleurs, des actions ont ete entreprises avec l'appui du PNUD 1\ conduisant ainsi a une amelioration des taux de desserte en 1995. II convient egalement de mentionner d'autres interventions en matiere d'ap- provisionnement en eau potable. Elles sont appuyees par divers organismes bilateraux ou multi- lateraux tels que 1 'UNICEF, Ia Banque mondiale, Ia Cooperation Japonaise, certaines ONGs telles que CARE, FIKRIFAMA. Toutefois en general, les technologies .appliquees et les diverses approches adopte~s n'ont pas pu permettre de perenniser les installations qui sont devenues par Ia suite non fonctionnelles ou hors d'usage, faute de maintenance et d'entretien ou de strategie de retrait appropriee. Tout ceci a entraine Ia regression du taux de desserte en eau potable tant en milieu urbain que rural durant Ia periode. Quant a l'assainissement, Ia situation a egalement evolue de maniere similaire. De plus des rai- sons d'ordre socio-culturel sont a l'origine du faible taux d'utilisation des installations d'eva- cuation des excreta. Toutefois, il convient de noter que Ia tendance observee a travers ces enquetes est probablement liee en partie aux concepts utilises pour Ia definition des indicateurs d, acces a 1, assainissement. Diverses actions ont ete entreprises recemment en vue de developper le secteur et de lui accor- der davantage de priorite : • formulation de Ia Strategie Sectorielle et Plan d'Actions (SSPA) du secteur de l'eau et de l'assainissement ; • promulgation du Code de I' eau ; • initiation de nombreux projets : PAEPAR , AEPSPE . • augmentation du volume accorde au secteur. Malgre les efforts fournis en matiere d'investissement depuis 1995, les resultats obtenus jusqu'ici montrent que beaucoup reste encore a faire en vue de developper le secteur. En tout cas, le mon- tant des investissements alloue au secteur reste encore faible, bien qu'il soit admis que le deve- loppement du secteur est une contribution fondamentale a ('amelioration de Ia sante de Ia popu- lation. En conclusion, l'objcctif est done loin d 'ctre atteint. IH l'n•.it·t MAG/87 tHt2 : ·•(•rnnwtiun d<.-.,; UU\Tt.IJ.:t>s il fuihlc '-'uUt t·n ZHIIt' rurulc'' 60 De !'analyse de Ia situation qui a ete faite en 1999, il ressort lcs principales faiblesses du secteur de l'eau et de l 'assainissement qui peuvent etre resumees de Ia fa9on suivante : • Cadre institutionnel marque par un engagement preponderant de l'Etat et une implication insuffi- sante des autres acteurs, notamment les communautes, les secteurs prives et ONGs ; • Insuffisance des ressources financieres, humaines ; • Utilisation peu rationnelle des moyens financiers disponibles ; • Lacune au niveau de Ia mobilisation, de !'implication et de responsabilisation des communautes et des beneficiaires, entrainant des problemes de gestion, d'entretien des installations; • Absence de programme national d'approvisionnement en eau et d'assainissement ; • Capacite insuffisante de Ia structure de coordination. Recommandations A partir de ce constat, les orientations generales suivantes sont recommandees pour les interventions futures: • Allouer un budget plus consequent pour le developpement du secteur ; • Mettre en place un programme visant le developpement humain ecologiquement durable et Ia reduction de Ia pauvrete, dans lequelle secteur de l'eau potable et de l'assainissement a un role fon- damental du fait de ses impacts sur les conditions de vie, de sante et d'hygiene de Ia population ; • Developper les actions d'IEC, de mobilisation communautaire, de renforcement des capacites nationales et locales ; • Renforcer les outils et structures de suivi-evaluation du secteur de l'eau et de l'assainissement, pour pennettre d'evaluer les efforts entrepris et d'apprecier objectivement les impacts; • Entreprendre une etude statistique specifique de l'acces des populations aux structures d'evacua- tion des excreta, pour a voir une situation de reference communement adoptee, et ceci dans le cadre d'une collaboration entre l'INSTAT et les responsables techniques du secteur de l'eau et de l'assai- nissement. Niveau socio-economique des menages Comme il a ete indique auparavant, les infonnations sur !'habitat et l'eau et assainissement peuvent ser- vir a apprecier de fa9on qualitative le statut socio-economique des menages enquetes. De ce fait, il est f>Ossible, grace a un indicateur composite base sur !'habitat et l'eau et assainissement, de faire une clas- sification des menages selon leurs categories socio-economiques. Les variables qui ont ete introduites sont les suivantes : • nature du plancher; • nombre de personnes par chambre a coucher; • principale source d'approvisionnement en eau; • temps qu'il faut pour alter chercher de l'eau et revenir; • type d'aisance; et • traitement des excrements des petits enfants. Pour cela, un poids approprie a ete defini pour chacune des variables citees ci-dessus, le choix de Ia pan- deration etant dicte par I 'importance relative de la variable par rapport aux conditions de vie du menage (Ia source d'approvisionnement en eau aurait, par exemple, un poids plus important que le traitement des excrements des petits enfants). De Ia meme maniere, une note a ete definie pour chacune des modalites de ces variables. L'indicateur composite est Ia somme ponderee des notes affectees a chaque variable, definissant ainsi un score caracterisant le niveau de vie du menage, et qui va du niveau le plus bas au plus eleve de l'echelle socio-economique. La classification des menages a ete faite en fonction de ce score. 61 Sur la base des scores, il a ete constitue quatre categories de menages. Dans Ia premiere catego- ric figurent les menages les plus vulnerables. lis representent 36% des menages enquetes. Leur score varie de 0 a 1. Ensuite vient une deuxieme categoric dont le score se situe entre 2 et 3, elle correspond a la categoric socio-economique moyenne. Les menages de cette categoric represen- tent egalement 36% du total. La troisieme categoric fom1e toujours la classe moyenne, mais avec une Iegere difference avec la deuxieme categoric c'est-a-dire constituee de menages qui se situent dans Ia partie intennediaire de la classe moyenne et de Ia classe elevee. Son score vade 4 a 6 et elle represente 22% des menages. Enfin la demiere et quatrieme categoric a un score superieur a 7. Elle constitue la categoric des menages qui vivent dans de bonnes conditions de vie du point de vue confort de !'habitat, de l'acces a l'eau potable et de !'utilisation de systeme adequat de traite- ment des excrements, et represente seulement 5% de !'ensemble. Le graphique ci-dessous illustre le profit socio-economique des menages. Bien que ne permettant pas de voir les differentes categories sus-mentionnees, il perrnet d'avoir une idee sur la forme de distribution des menages. Figure 31 : Repartition des menages selon Ia categorie socio-economique, Madagascar, 2000 . .• , . . . . . . . . •• . . . - . . , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . •• -. ._, •• . · J,4 . .• . . . . . • . . ' . . . . • 1.4 S 'agissant des differences observees entre le milieu de residence et les provinces, les tableaux ci- dessous montrent le contraste frappant entre milieu rural et milieu urbain quant aux conditions de vie des menages. Avec respectivement 1% et 43% de menages vivant dans de mauvaises condi- tions, la capitate et le milieu rural presentent deux situations nettement opposees. Inversement, 1% seulement des menages ruraux sont classes dans la categoric socio-economique aisee contre 35% dans la capitate. Quant aux menages classes dans Ia categoric moyenne et intermediaire de l 'echelle socio-economique, il n 'existe pas assez de difference entre le milieu de residence. Pourtant, on trouve beaucoup plus de menages de categoric moyenne en milieu rural que dans la capitate ( 40% contre 15% ). Comme pour la repartition des menages suivant le milieu de residence, celle au niveau des pro- vinces presente egalement des disparites. Un peu plus de I menage sur I 0 (12%) vit dans de mau- vaises conditions d'habitat et d'hygiene dans Ia province d' Antananarivo. Par contre, dans les pro- vinces de Mahajanga et de Toliary Ia precarite des conditions de vie est tres marquee dans res- pectivement 55% et 56% des cas. Pourtant, on note une repartition quasi-equilibree des menages des categories moyenne et interrnediaire. La proportion de menages beneficiant de conditions ideates d ' habitat et d'assainissement, est tres minime dans toutes les provinces a !'exception d' Antananarivo ou II% des menages vi vent dans de bonnes conditions. Lcs proportions des menages de Ia categoric aisee sont 62 toutes inferieurcs a Ia moyenne nationale dans les cinq provinces: 1,4% pour Fianarantsoa, 3,31% pour Toamasina, 4,9% pour Mahajanga, 2,2% pour Toliary ct 5,2% pour Antsiranana. Somme toute, convient-il de rappeler que dans le cadre de cette enquete, il a ete etabli que Ia pre- carite des conditions de vie du menage se manifeste a travers les caracteristiques de !'habitat et du niveau d'assainissement. Cela signifie qu'il y a effectiveinent des problemes dans ces domaines mais dont l'ampleur varie suivant lcs regions et les provinces. S'agissant, par exemple de Ia disponibilite et utilisation des latrines, il y a une difference entre milieu urbain et milieu rural. Les raisons sont diverses et complexes mais les arguments generalement avances se fan- dent sur les facteurs economiques et socio-culturels. Ainsi, le cout de Ia vie eleve ne permet pas au plus grand nombre d'ameliorer ses conditions d'habitation. Malgre les efforts faits par le gou- vernement dans ce sens, il se degage des resultats de l'enquete que, pour ne citer que !'utilisation de latrines, 7% seulement de Ia population utilise des installations sanitaires adequates. Quant aux nonnes, croyances, valeurs et traditions, elles pesent de leur poids sur Ia difference du niveau de vie entre milieu rural et milieu urbain. Les ruraux sont censes etre plus proches de Ia tradition, de telle sorte qu'ils sont moins sensibles aux changements apportes par les nouvelles technologies. ll n'est done pas Surprenant que Je pourcentage de menages utiJisant des latrines soit tres faible dans certaines parties du pays malgre le risque que cela represente sur Ia vie du menage, et en particulier celle des enfants. Tableau 29 : Repartition des menages selon Ia categorie socio-economique et le milieu de residence, Madagascar, 2000 Niveau de vie Milieu de residence Ensemble des menages Capitale Autre urbain Rural Bas 1 , 1 16,2 42,9 35,9 Moyen 14,6 28,8 39,5 36,2 I ntermediai re 48,9 39,7 16,7 22,5 Eleve 35,4 15,3 0,9 5,4 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 378 1097 4962 6437 Tableau 30 : Repartition des menages selon Ia categorie socio-economique et Ia province, Madagascar, 2000 Niveau de vie Province Ensemble des menages Antananarivo Fianarantsoa Toamasina Mahajanga Toliary Antsiranana Bas 12,1 38,6 43,9 54,6 55,7 31,8 35,9 Moyen 42,4 42,5 33,7 24,5 28,8 36,3 36,2 lntermediaire 34,2 17,4 19,1 16,0 13,3 26,8 22,5 Eleve 11 ,2 1,4 3,3 4,9 2,2 5,2 5,4 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effect if 1840 1180 1087 755 1013 560 6435 63 Education de base RAZAFIMANDIMBY Jules L'education et la formation constituent un puissant levier pour le developpement. La constitution de Ia Illeme Republique de Madagascar« reconrtait a toute personne- enfant adolescent ou adul- te -le droit a !'instruction, a l'education eta Ia fonnation ».La realisation de ce grand but neces- - ~. site le concours de plusieurs secteurs. et la loi 94-033 du 13 Mars 1995 portant Orientation Generale du Systeme Educatif et de Formation y contribue avec ses objectifs concernant le pre- scolaire et l'enseignement primaire : • Prioriser I' instauration de 1 'ecole matemelle ou prescolaire dans le systeme d' education et developper toutes les possibilites de !'enfant age d'au moins 3 ans, • Universaliser I' enseignement prima ire. Le Programme National d' Amelioration de !'Education phase 2 (PNAE 2) stipule ·que les objec- tifs de 1 'universalisation de 1 'enseignement primaire sont entre autres : • Atteindre un taux net de scolarisation de 70% en l'an 2000, et • Amener 80% des eleves qui en trent en classe de 11 eme en fin de cycle primaire. La loi sus citee distingue 1 'education formelle (presco1aire, enseignement secondaire et education · de base, enseignement technique et formation professionnelle, enseignement superieur) et I' edu- cation non forme lie ( alphabetisation fonctionnelle, formation a Ia vie familiale et sociale, etc . ). La structure de !'education est presentee dans le diagramme ci-dessous. Figure 32 : Structure de l'education, Madagascar, 2000 Monde du travail I Universites I Ecoles Superieures llnstituts Superieurs I Secondaire du Second Cycle General Secondaire du Premier Cycle General Secondaire du Second Cycle Technique Secondaire du Premier Cycle Technique Prirnaire Alphabetisation Prescolaire L'education non formelle n'a pas d'organigramme bien defini. Elle comprend l'alphabetisation, !'education specialisee, l'apprentissage professionnel pour les aspects les plus importants. Elle est dispensee par le biais d'associations ou de groupements de benevoles. Faute de ressources allouees par l'Etat, ce programme est essentiellement pris en charge par les organismes non gou- vernementaux avec I 'appui de divers partcnaires financiers . 64 Education prescolaire L'enseignement prescolaire souffre d'un tnanque de texte clair dans Ia definition de l'entite res- ponsable de Ia prise en charge de sa realisation, situation dont I 'impact principal est I 'insuffisan- ce de ressources allouees, ainsi que Ia disponibilite d'un programme officiei. Les resultats de l'enquete MICS 2000 font ressortir que le pourcentage d'enfants de 36 a 59 mois ayant suivi un programme d'education prescolaire est de 5,5% au niveau national pour les deux sexes. Selon les ·donnees du Ministere de la Population, de Ia Condition Feminine et de l' Enfance, en 1998; cette proportion eta it de 8,34%. Une grande disparite existe pourtant entre les provinces. Si dans la province d'Antsiranana, pres d'un enfant de 36 a 59 mois sur onze fre- quente ou a frequente un programme d'education prescolaire, cette proportion passe a un enfant sur cinquante dans Ia province de Toliary eta pres d'un enfant sur vingt cinq dans la province de Fianarantsoa. Figure 33 : Pourcentage d'enfants de 36-59 mois ayant suivi un programme d'education prescolaire selon Ia province, Madagascar, 2000 10.0 8.9 9.0 . - . - . - . - . - . - - - . - - . . . !I'll! 8.0 . -- . - . - . - . - . -- . - . - . - . - . ------ . -- . 7.0 6.0 c.t5.0 4.0 3.0 2.0 1.0 7.0 """' . - - . . 6.1 ,. . - - . 5.6 . . - . - . . . ~ .•. ~;-4- . . . -.- -. 5.6 - . . . ,. 0.0+-~--~~~--~~~--~~~--~~~--~~~--~~~- Antananarivo Filna111ntsoa Toamasina Mahajanga Tolialy Si Ia proportion d'enfants de 36 a 59 mois qui frequentent ou qui ont frequente le prescolaire est de 29,3% dans la capitale, elle n'est plus que de 17,8% pour les autres centres urbains et seule- ment de 2,2% pour le milieu rural. Les enfants de moins de 4 ans sont moins touches par !'edu- cation prescolaire que ceux de 4 et 5 ans. Ainsi, 3% seulement des 36 a 47 mois frequentent ou ont frequente le prescolaire, contre 8,3% pour les 48 a 59 mois. Le niveau d'education de Ia mere semble etre un facteur de differenciation dans Ia decision d'en- voyer !'enfant dans un centre d'activites prescolaires. Pres de 40% des enfants dont Ia mere a au moins le niveau secondaire frequentent ou ont frequente le prescolaire. Cette proportion tombe a 3,5% pour les enfants des meres qui ont le niveau primaire et a 0,8% pour les enfants des meres qui n'ont pas d'instructiOI) . 65 Figure 34 : Pourcentage d'enfants de 36-59 mois ayant suivi un programme d'education prescolaire selon le niveau d'instruction de Ia mere, Madagascar, 2000 45.0 39.5 40 . 0 ---···----------------------- 3CJ . O . - . - - . - - - - - . - . - . - . - - - . 25 . 0 . --- . --------.-- . ---- . . # .20.0 ------ ---- . ------- . ---- . - --- 15.0 - - - - - - . - . - - - - - - . - . - - . - - - - - - - - 10 . 0 - - . - - - - - - - . - - - - - - . - - - - - - - - - - - 5.0 . - . 6.8 . - . ~-.5 . - - 4.9 0.0 -1----~--L----,.-~.----.----'.ti Aucun Primaire Secondaire ou + NSP NO I Tableau 31 : Pourcentage d'enfants ages de 36-59 mois qui frequentent un programme organise d ' education prescolaire, Madagascar, 2000 Pourcentage Effectifs Enfants frequentant d'enfants frequentant programme programme Sexe Masculin 5,5 1226 68 Feminin 5,5 1099 60 Province Antananarivo 7,0 599 42 Fianarantsoa 3,4 408 14 Toamasina 6,1 440 27 Mahajanga 5,5 275 15 Toliary 2,93 412 12 Antsiranana 8,9 191 17 Milieu de residence Capitale 29,3 82 24 Autres urbains 17,8 360 64 Rural 2,2 1883 41 Groupe d'ages 36-47 mois 3,0 1201 36 48-59 mois 8,3 1124 93 Niveau d'instruction Aucun 0,8 599 5 Primaire 3,5 1108 39 Secondaire et plus 18,5 395 73 NO 4,9 224 11 Total 5,5 2326 128 66 Education primaire Les donnees du MICS 2000 portent sur Ia frequentation reguliere de !'ecole. L'enfant frequente rcgul ierement I' ecole s' i I est encore scolarise un mois avant les exam ens ofticiels de fin d 'an nee scolaire. Cctte frequentation reguliere sera traitee selon sa repartition par province, par milieu de residence ct par age. Tableau 32 : Pourcentage d'enfants (5 a 12 ans) qui frequentent actuellement l'ecole primaire, Madagascar, 2000 Gar~ons Filles Ensemble % Effectif % Effectif % Effectif Province Antananarivo 58,5 581 60,3 610 59,4 1191 Fianarantsoa 41 ,2 301 43,3 277 42,2 578 Toamasina 49,7 303 49,1 313 49,4 617 Mahajanga 39,9 170 43 ,2 198 41,7 368 Toliary 29,3 181 32,8 190 31' 1 372 Antsiranana 49,2 150 53,2 167 51,2 317 Milieu de residence Capitate 64,1 100 63,0 85 63,6 185 Autre urbain 57,0 334 58,3 320 57,6 654 Rural 42 ,7 1254 45,7 1351 44,2 2604 Age 5 6,7 41 6,7 39 6,7 80 6 20,5 104 27,1 136 23,7 239 7 44,4 213 47,7 257 46,1 470 8 59,9 243 66,2 274 63 ,0 517 9 65,8 341 65,2 328 65,5 669 10 66,5 238 67,7 235 67,1 473 11 67,1 296 66,1 285 66,6 581 12 59,2 210 61,6 202 60,5 413 Total 45,8 1687 48,2 1755 47,0 3443 Les resultats de l'enquete MICS ont revele qu'au niveau national, environ 47% des enfants de 5 a 12 ans frequentent regulierement I' ecole. Les filles semblent plus assidues que les garc;ons avec 48 ,2% contre 45,8% . 67 Figure 35 : Pourcentage d'enfants de 5-12 ans frequentant regum~rement I'ecole seton le milieu de residence, Madagascar, 2000 10.0 63.0 60.0 50.0 40.0 '1/1. 30.0 20.0 10.0 0.0 Capltlle JuiWWblln RLnl Totll I DGarcons •Filles •ehsemble La frequentation regulierc de I 'ecole est plus importante en milieu urbain (63,6% pour Ia capita- teet 57,6% pour les autres centres urbains) qu 'en milieu rural (44,2%). Figure 36 : Pourcentage d'enfants de 5-12 ans frequentant regulierement l'ecole seton Ia province, Madagascar, 2000 10 60 50 40 '1/1. 30 20 10 0 Antananarivo Fianarantsoa Toamasina Mahajanga Toliary Antsiranana •Garcons DFilles •ensemble I La frequentation scolaire reguliere se situe au dessus de Ia moyenne nationale dans les provinces d' Antananarivo, d' Antsiranana et de Toamasina. Elle reste assez faible pour Ia province de Toliary (31,1%). La frequentation reguliere de !'ecole varie selon !'age de !'enfant. Seule une faible proportion d'en- fants de 5 et 6 ans ont unc frequentation reguliere : 6,7% pour les 5 ans et 23,7% pour les 6 ans. 68 Figure 37 : Pourcentage d'enfants de 5-12 ans frequentant regulierement l'ecole selon l'age, Madagascar, 2000 8) 10 67.1 66.6 fl) 50 «{{I) 30 2.0 10 0 Sans 6ans 7 ans 8 ans 9 ans 10 ans 12ans I•GMt:ons afillea ae.--.1 L'entree tardive dans le systeme educatif, d'une part, et le traj et scolaire difficile surtout en zone rurale d ' autre part, pourraient expliquer en partie cette situation. La survie scolaire mesuree par la proportion d'enfants qui, entrant en classe de lleme atteignent Ia fin du cycle primaire, c ' est a dire Ia classe de 7eme ou encore la cinquieme annee du primai- re integre dans son processus de production la deperdition scolaire (redoublement et abandon). L' enquete MICS 2000 ne donne pas de fa<;on directe les donnees sur la survie scolaire. La tech- nique de la cohorte reconstituee perrnet de I' estimer. Figure 38 : Pourcentage d'enfants entrant en Jere annee et qui atteignent par Ia suite Ia Seme annee, Madagascar, 2000 90.0 82.2 80.0 70.0 80.0 50.0 ~ 40.0 30.0 20.0 10.0 o.o 1•IJI 2 Ainsi, selon Ia methode de Ia cohorte reconstituee appliquee aux donnees du MICS, au niveau natio- nal, 82 ,2% des enfants qui etaient en I ere annee ont atteint Ia 2eme annee du primai_re avec ou sans redoublement. Cette proporti on diminue legerement jusqu 'au passage de Ia 3eme an nee vers Ia 69 4cme an nee en passant de 82,2% a 77, l %. La proportion d'enfants qui en trent en I ere an nee et qui atteignent Ia 5eme annee du primaire est de 39,8%. Les donnees du Ministcre de I' Enseignement Secondaire et de I' Education de Base autorisent deux redoublements pour une annee d'etude donnee. Les resultats de !'etude " Education Pour Taus, Bilan en l'an 2 000" utilisent Ia technique de !'extinction de cohorte avec un nombre de redoublement allant jusqu'a sept. L'estimation de Ia proportion d'enfants entrant en premiere annee et qui atteignent Ia cinquieme annee est de 39,8% selon !'etude Education Pour Taus de 1998. La proportion d'enfants entrant en Jere annee et qui atteignent Ia 5eme annee du primaire est res tee stationnaire de 1997 I I 998 a 1999/2000. Education non-formelle L'education non formelle regroupe un ensemble d'activites d'education et de formation genera- lement axe sur Ia pratique et dispense par le biais d'associations. La prise en charge de ces acti- vites est assuree par le Ministere de Ia Population, de 1a Condition Feminine et de l' enfance pour l'alphabetisation et diverses organisations non gouvemementales pour d'autres activites speci- fiques. Le MICS 2000 traitera de l'alphabetisation sans distinction des centres (l'adulte a pu etre alpha- betise par une scolarisation normale ou encore dans un centre d'alphabetisation), mais aussi d'autres fonnes d'education et de fonnation du secteur non fonnel comme par exemple l'educa- tion religieuse. Alphabetisation Les activites d'alphabetisation sont dispensees dans des centres d'alphabetisation, par des alpha- betiseurs formes par le Ministere de Ia Population, de Ia Condition Feminine et de l'enfance. Dans le cas de l'enquete MICS 2000, Ia question relative a l'alphabetisation a conceme taus les adultes de 15 ans et plus. Est alors considere comme alphabetise, toute personne sachant lire un texte. Cette personne n' est pas tenue de sa voir ecrire. Cette particularite pourrait expliquer en partie la difference entre les proportions donnees par les resultats de l'enquete MICS 2000 et d'autres enquetes effectuees a peu pres a Ia meme epoque. 70 Tableau 33 : Pourcentage de population agee de 15 ans et plus qui est alphabetisee, Madagascar, 2000 Hommes Femmes Ensemble Alphabetise Pas Alphabetise Pas Alphabetise Pas connu connu connu Province Antananarivo 91,9 0,1 86,9 0' 1 89,4 0,1 Fianarantsoa 72,8 0,1 56,9 0,1 64,5 0,1 Toamasina 78,5 0,2 66,9 72,4 0,1 Mahajanga 73,1 0,2 53,4 0,1 62,9 0,2 Toliary 50,5 0,3 43,0 0,1 46,5 0,2 Antsiranana 81,0 0,2 68,8 0,1 74,6 0,2 Milieu de residence Capitale 97,9 0,4 97,0 0,2 97,4 0' 3 Autres urbains 87,9 0,3 79,7 0,1 83,6 0,2 Rural 72,0 0,1 58,8 0,1 65,2 0,1 Groupe d'ages 15-24 72,4 0,3 68,1 0,1 70,1 0,2 25-34 81,3 0,1 72,3 76,6 0,1 35-44 82,1 0,1 69,0 0,1 75,5 0,1 45-54 77,3 0,2 58,2 67,8 0,1 55-64 69,4 38,3 0,4 53,6 0,2 65 et + 60,5 0,3 30,7 0.3 46,4 0,3 Total 76 4 02 65 2 0 1 70 6 0 1 Au niveau national, 70,6% de Ia population declare etre en mesure de lire un texte ou unjournal. Cette situation cache toutefois une grande disparite tant entre les sexes qu 'entre les provinces. La proportion d'hommes sachant lire est de 76,4% contre 65,2% pour les femmes. 71 Figure 39 : Pourcentage de population de 15 ans et plus alphabetisee seton Ia province, 'Madagascar, 2000 100 90 80 70 60 '#. 50 40 30 20 10 0 Antananarivo Fianarantsoa Toamasina Mahajanga Toliary Antsiranana I• Hommes a Femmes • en.tmblel Pour I' ensemble des deux sexes, les provinces d' Antananarivo, d 'Antsiranana et de Toamasina ont des proportions d'alphabetises superieures a la moyenne nationale. Cependant, pour toutes les provinces, les proportions de femmes sachant lire restent inferieures a celles des hommes. La province de Toliary enregistre la plus faible proportion avec 46,5% d'adultes sachant lire. Figure 40 : Pourcentage de population de 15 ans et plus alphabetisee selon le milieu de residence, Madagascar, 2000 100.0 90.0 80.0 70.0 60.0 '* 50.0 40.0 30.0 20.0 10.0 0.0 Capitale Autre urbain Rural Total I• HommH D FemmH • Ennmble I La disparite entre k milieu urbain ct lc milieu rural est assez importante. La capitale compte une proportion ~c 97,4% d ' individus sachant lire, contre 83,6% pour les autres centres urbains. Cette 72 proportion tombe a 65,2% dans le milieu rural. Que! que soit le milieu considere, Ia proportion des femmes restc infcrieure a cellc des hommes. L'absence d'environnement lettre (bibliotheque, presse ecrite, . ) en milieu rural serait entre autres une des causes de Ia faiblesse de cette pro- portion (les deux sexes confondus) Figure 41 : Pourcentage de population de 15 ans et plus alphabetisee selon l'age, Madagascar, 2000 80.0 70.0 60.0 50.0 ~40.0 30.0 20.0 10.0 0.0 La proportion d'individus sachant lire varie avec Ia tranche d'age. Seules les tranches d'ages des 25-34 ans et 35-44 ans ont des proportions depassant Ia moyenne nationale. Quelle que soit Ia tranche d'age consideree, Ia proportion de femmes sachant lire reste en dessous de celle des hommes. Programme organise d'education non formelle Des enfants non scolarises dans le systeme forme! (enfants qui ont abandonne !'ecole de fa<;:on precoce ou qui n'ontjamais ete scolarises pour diverses raisons) peuvent suivre des formes orga- nisees d 'education non formelle. Ces formes d 'education sont essentiellemcnt assurees par des organisations non gouvernementales avec l'appui d'organisations internationales ou onusiennes ou encore d'autres donateurs. Elles se font hors du systeme educatif forme! et ne font pas toujours appel au systeme d'evalua- tion traditionnel. Elles sont essentiellement axees sur Ia pratique et se font a travers des associa- tions ou des groupcs de benevoles. Les resultats de l'enquete MICS 2000 revelent que 13% des enfants de 5 a 17 ans ont suivi un programme d'education non formelle. Ce programme com porte entre autres I 'alphabetisation, !'education specialisee, l'apprentissage professionnel, !'education religieuse, etc . Dans ce pro- gramm

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.