Madagascar - Demographic and Health Survey - 1994

Publication date: 1994

Madagascar Enquête Nationale Démographique et Sanitaire 1992 Centre National de Recherches sur l'Environnement Ministère de la Recherche Appliquée au Développement @DHS Demographic and Health Surveys Macro International Inc. REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DE MADAGASCAR Enquête Nationale Démographique et Sanitaire 1992 Germain Refeno Victor Rabeza GoraMboup Juan Schoemaker Centre National de Recherches sur l'Environnement Antananarivo, Madagascar et Demographic and Health Surveys Macro International Inc. Calverton, Maryland USA Février 1994 Ce rapport pr6sente les principaux résultats de l'Enquête Nationale Dêmographique et Sanitaire (ENDS) r~.alis~/t Madagascar en 1992 par le Centre National de Recherches sur l'Environnement. Financêe par l'Agence Amdricaine pour le Dêveloppement International (USAID), l'ENDS a bénéficlé de l'Assistance technique de Macro International Inc. L'ENDS fait partie du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Hea1~ Surveys-DHS) dont l'objectif est de collecter, d'analyser et de diffuser des donnêes dêmographiques portant, en particulier, sur la fêconditê, la planification familiale et la santé de la mère et de l'enfant. Des informations complêmentaires sur l'ENDS peu vent être obtenues auprès du Centre National de Rec herc hes sur l'Environnement, BP 1739 Fiadanana, Antananarivo (Madagascar), Têléphone (2612) 239-62. Concernant le Programme DHS, des renseignements peuvent être obtenus auprès de Macro International Inc., 11785 Beltsville Drive, Suite 300, Calverton, MD 20705, USA (Téléphone 301-572-0200; Fax 301-572-0999). TABLE DES MATIERES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vii Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xi Sigles et abr6viations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xiii Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix Carte de Madagascar . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxii CHAPITRE 1 CARACTERISTIQUES DU PAYS ET ORGANISAT ION DE L 'ENQUETE par Germain R ef eno 1.1 Contextes historique, géographique et économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Aperçu historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Milieu naturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.3 Contexte socio-économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.2 Caractéristiques démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.3 Politiques de population et programmes de planification familiale et de santé . . . . . . . . . . 3 1.3.1 Programmes de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.3.2 Programmes et priorités en matière de santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.4 Cadre institutionnel et objectifs de l'enquEte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.4.1 Cadre institutionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.4.2 Objectifs de l'enqudte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.4.3 Questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.4.4 Echantillonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 CHAPITRE 2.1 2 CARACTERISTIQUES DES MENAGES ET DES FEMMES ENQUETEES par Victor Rabeza Caractéristiques des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 2.1.1 2.1.2 2.1.3 2.1.4 Structure par ~ige de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Taille et composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Niveau d'instruction de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Caractéristiques de l'habitat et des biens possédés par le ménage . . . . . . . . . . 14 2.2 Caractéristiques des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 2.2.1 Structure par åge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 iii 2.2.2 2.2.3 2.2.4 2.2.5 2.2.6 2.2.7 Page Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Province de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Religion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Niveau d'instruction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 CHAPITRE 3 FECONDITE par Gora Mboup 3.1 Niveau de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 3.2 Tendances de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 3.3 Parité et stérilité primaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 3.4 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 3.5 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 3.6 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE par Gora Mboup 4.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 4.2 Pratique de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 4.3 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 4.4 Nombre d'enfants à la première utilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 4.5 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 4.6 Sources d'approvisionnement de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 4.7 Intention d'util iser la contraception dans le futur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 4.8 Information sur la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 4.9 Opinions et attitudes vis-à-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 CHAPITRE 5 NUPTIALITE ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE par Gora Mboup 5.1 Erat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 5.2 Age à la première union et åge aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 5.2.1 5.2.2 Age à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 5.3 Activité sexuelle récente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 5.4 Exposition au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 iv CHAPITRE 6 6.1 6.2 6.3 6.4 Page PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE par Gora Mboup Désir d'enfants supplémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Besoins en matière de planit~cation familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Nombre total d'enfants désirés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 CHAPITRE 7 MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS par Gora Mboup 7.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 7.2 Niveaux et tendances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 7.3 Variations de la mortalité et groupes å hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 CHAPITRE 8 MORTALITE MATERNELLE par Victor Rabeza 8.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 8.2 Collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 8.3 Evaluation de la qualité des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 8.4 Estimation directe de la mortalité adulte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 8.5 Estimation directe de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 8.6 Estimation indirecte de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 CHAPITRE 9 SANTE DE LA MERE ET DE L'ENFANT par Domin ique Walt isperger 9.1 Soins prénatals et accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 9.1.1 9.1.2 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 9.2 Vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 9.3 Maladies des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 9.3.1 9.3.2 9.3.3 Infections respiratoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 CHAPITRE 10 ALLAITEMENT ET ETAT NUTRITIONNEL par Gora Mboup 10,1 Allaitement et alimentation de complément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 10.2 Page Etat nutritionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 10.2.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 10.2.2 R6sultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 CHAPITRE 11 D ISPONIB IL ITE DES SERVICES COMMUNAUTAIRES par Germain Refeno 11.1 Disponibilité des services de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 11.2 Disponibilité des services de santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137 BIBL IOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 ANNEXE A ANNEXEB ANNEXEC ANNEXE D ANNEXEE ANNEXEF ORGANIGRAMME ET PERSONNEL DE L 'ENQUETE . . . . . . . . . . . . . . . . 143 CALENDRIER DES OPERATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 PLAN DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 TABLEAUX POUR L 'EVALUATION DE LA QUAL ITE DES DONNEES . 175 QUEST IONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 vi Tableau 1. I Tableau 2.1 Tableau 2.2 Tableau 2.3 Tableau 2.4.1 Tableau 2.4.2 Tableau 2.5 Tableau 2.6 Tableau 2.7 Tableau 2.8 Tableau 2.9 Tableau 2.10 Tableau 3.1 Tableau 3.2 Tableau 3.3 Tableau 3.4 Tableau 3.5 Tableau 3.6 Tableau 3.7 Tableau 3.8 Tableau 3.9 Tableau 3.10 Tableau 4.1 Tableau 4.2 Tableau 4.3 Tableau 4.4 Tableau 4.5 Tableau 4.6 Tableau 4.7 Tableau 4.8 LISTE DES TABLEAUX Page Taille et couverture de l'éehantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Population des ménages par åge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Population par d 'åge selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Niveau d'instruction de la population des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Niveau d'instruction de la population des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Taux de fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Biens durables possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Caractéristiques socio-démographiques des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Niveau d'instruction des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Accès des femmes aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Tendances de la fécondité par åge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Tendances de la fécondité par durée de mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Enfants nés vivants et enfants survivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Age médian å la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Enfants nés de mères adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes . . . . . . . . . . . 36 Connaissance ('es méthodes contraceptives modernes et des sources des méthodes . . 27 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Source d'approvisionnement en contraceptifs modemes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 vii Tableau 4.9 Tableau 4.10 Tableau 4.11 Tableau 4.12 Tableau 4.13 Tableau 4.14 Tableau 4.15 Tableau 4.16 Tableau 5.1 Tableau 5.2 Tableau 5.3 Tableau 5.4 Tableau 5.5 Tableau 5.6 Tableau 5.7 Tableau 5.8 Tableau 5.9 Tableau 5.10 Tableau 6.1 Tableau 6.2 Tableau 6.3 Tableau 6.4 Tableau 6.5 Tableau 6.6 Tableau 6.7 Tableau 6.8 Tableau 7.1 Tableau 7.2 Tableau 7.3 Tableau 7.4 Page Temps nécessaire pour atteindre la source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Raison de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Méthode contraceptive préfér~e pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Messages sur la planification familiale diffusés par les média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Approt ation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Discussion sur la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Opinions des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Age à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Age médian à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Age médian aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Activité sexuelle récente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Am6norrhée, abstinence et non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Durée médiane de la non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Fin d'exposition au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . 68 Préférences en matière de fécondité selon l 'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Désir de limiter les n~ issances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . 74 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Taux de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Mortalité des enfants per caractéristiques démographiques de la mère et des enfaots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Fécondité à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 viii Tableau 8.1 Tableau 8.2 Tableau 8.3 Tableau 8.4 Tableau 9.1 Tableau 9.2 Tableau 9.3 Tableau 9.4 Tableau 9.5 Tableau 9.6 Tableau 9.7 Tableau 9.8 Tableau 9.9 Tableau 9.10 Tableau 9.11 Tableau 9.12 Tableau 9.13 Tableau 9.14 Tableau 9.15 Tableau 10.1 Tableau 10.2 Tableau 10.3 Tableau 10.4 Tableau 10.5 Tableau 11.1 Tableau 11.2 Tableau 11.3 Tableau 11.4 Tableau 11.5 Page Et~t de survie des frères et des soeurs enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Estimation de la monalité par åge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Estimation directe de la mortalité matemeUe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Estimation indirecte de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 Nombre de visites prénatales et durée de la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Lieu de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Assistance lors de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 Caractéristiques de l 'accouchement : césarienne, prématurité, poids et taille à ta naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Vaccinations par sources d' information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Vaccinations par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Vaccinations avant l 'åge de 12 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Prévalence et traitement des infections respiratoires aiguës . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Prévalence et traitement de la fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Pr6valence de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Connaissance et utilisation des sachets de SRO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 Alimentation pendant la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Allaitement et alimentation de complément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Alimentation de complément et type d'aliment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 Durée médiane et fréquence de l'allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Etat nutritionnel des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Distance pour atteindre les services de panif ication familiale selon le milieu et la province de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 Distance pour atteindre les services de planification familiale selon la méthode contraceptive utilisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 Distance pour atteindre ks service de planification familiale selon le type d'établissement sanitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 Distance pour atteindre les service de planification familiale selon la méthode utilisée et le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Distance pour atteindre les services de planification familia'e selcn les besoins en matière de planification familale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 ix Tableau 11.6 Tableau 11.7 Tableau 11.8 Tableau 11.9 Tableau 11.10 Tableau 11.11 Tableau C.I Tableau D. 1 Tableau D.2 Tableau D.3 Tableau D.4 Tableau D.5 Tableau D.6 Tableau D.7 Tableau D.8 Tableau D.9 Tableau D. 10 Tableau D.11 Tableau E. 1 Tableau E.2 Tableau E.3 Tableau E.4 Tableau E.5 Tableau E.6 Page Temps de trajet pour atteindre les services de planification familiale selon le type d'établissement sanitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Temps de trajet pour atteindre les services de planification familiale selon la méthode de contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Distance pour atteindre les services de santé maternelle et infantile selon le milieu et la province de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137 Distance pour atteindre les services de santé maternelle et infantile selon les soins prénatals et assistance a l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Distance pour atteindre les services de santé matemelle et infantile selon le type d'établissement sanitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Temps de trajet pour atteindre les services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . 140 Résultats des enquEtes auprès des ménages et des femmes par région et milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Erreurs de sondage : Echantillon national . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 Erreurs de sondage : Capitale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 Erreurs de sondage : Autres villes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Erreurs de sondage : Ensemble urbain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 Erreurs de sondage : Milieu rural . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 Erreurs de sondage : Antananarivo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 Erreurs de sondage : Fianarantsoa . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Erreurs de sondage : Toamasina . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Erreurs de sondage : Toliary . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Erreurs de sondage : Mahajanga/Antsiranana . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 Répartition par åge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 Répartition par âge des femmes éligibles et des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . . 178 Comptétude de l 'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 Naissances par année du calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 Enregistrement de l 'åge au décès en jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 Enregistrement de l'~ge au décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 Graphique 2.1 Graphique 2.2 Graphique 2.3 Graphique 2.4 Graphique 3.1 Graphique 3.2 Graphique 3.3 Graphique 3.4 Graphique 4.1 Graphique 4.2 Graphique 4.3 Graphique 4.4 Graphique 4.5 Graphique 5.1 Graphique 6.1 Graphique 6.2 Graphique 7.1 Graphique 7.2 Graphique 7.3 Graphique 9.1 Graphique 9.2 Graphique 9.3 Graphique 9.4 Graphique 9.5 Graphique 9.6 Graphique 10.1 LISTE DES GRAPHIQUES Page Pyramide des åges de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Taux de fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Etat matrimonial des enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Taux de fécondité générale par åge selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte å 40-49 ans . . . . . . . . . . . . . . 26 Tendances de I'ISF des femmes (15-34 ans) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Pourcentage d'adolescentes (15-19 ans) ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . 33 Connaissance de la contraception par les femmes de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Proportions de femmes ayant déjà utilisé la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union . . . . . . 42 Sources d'approvisionnement de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Intention d'utiliser la contraception par les femmes actuellement en union . . . . . . . . . 48 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Désir d'enfants supplémentaires des femmes en union, selon l'âge . . . . . . . . . . . . . . . 69 Indice synthétique de fécondité actuelle et indice synthétique de fécondité désirée. . . 76 Tendances de la mortalité infantile et juvénile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Mortalité infantile et juvénile selon les caractéfistiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . 81 Mortalité infantile et comportement en matière de procréation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Soins prénatals et vaccination antitdtanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Lieu d'accouchement et assistance à l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 Vaccination des enfants de 12-23 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Enfants de 12-23 mois ayant eu tous les vaccins du PEV et enfants n'ayant eu aucun vaccin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Couverture vaccinale des enfants avant l'âge de 12 mois de 1987-88 à 1991-92 . . . . 108 Prévalence des infections respiratoires, de la fièvre et de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . 110 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de trois ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Graphique 10.2 Etat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Graphique 10.3 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans présentant un retard de croissance . . . . . . . 127 xi BCG CDC CNRE DHS (EDS) DTCoq EDS (DHS) ENDS ET FISA FNUAP INSRE ISF 1SFD ISSA MPCSJS NCHS OMS (WHO) PEV PMI RGP RDV SRO TBN TGFG TMM TRO USA1D WHO (OMS) ZD SIGLES ET ABREVIATIONS bacille Bilié de Calmette et Guérin (Vaccin antituberculeux) Centers for Disease Control, Etats-Unis Centre National de Recherches sur l'Environnement Demographic and Health Surveys Diphtérie, Tétanos, Coqueluche (Vaccin) Enquête Démographique et de Santé Enquête Nationale D6mographique et Sanitaire Ecart-type Fiana kaviana sambatra Fonds des Nations Unies pour la Population Institut National de la Statistique et de la Recherche Economique Indice Synthétique de Fécondité Indice Synthétique de Fécondité Désirée Integrated Systems for Survey Analysis Ministère de la Population, de la Condition Sociale, de la Jeunesse et du Sport National Center for Health Statistics, Etats-Unis Organisation Mondiale de la Santé Programme Elargi de Vaccination Protection Maternelle et Infantile Recensement Général de la Population Risque de Mortalité Maternelle sur la Durée de Vie Sels de Réhydratation par voie Orale Taux Brut de Natalité Taux Global de Fécondité Générale Taux de Mortalité Matemelle Th6rapie de Réhydratation par voie Orale United States Agency for International Development World Health Organisation Zone de Dénombrement xiii PREFACE L'Enquête Nationale Démographique et Sanitaire (ENDS) réalisée ~t Madagascar en 1992 s'inscrit dans le cadre de la deuxième phase du Programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys - DHS). Ces enquêtes sont réalisées dans de nombreux pays d'Afrique, d'Asie, d'Amêrique Latine et des Cara'tbes avec l'assistance de MACRO International Inc., sur financement de l 'Agence Am6ricaine pour le Développement International (USAID). Le programme DHS a pour but de : • mettre à la disposition des pays participant à l'enquête les données utiles à l'identification de programmes efficaces de population et de santé; développer une base de donn6es internationales sur la population et sur la santé ; • améliorer la m6thodologie des enquêtes; développer, dans les pays organisateurs, les compétences techniques et les moyens nécessaires pour mener à bien des enquêtes démograpbiques et de santé. Ces objectifs répondent à la préoccupation du gouvernement malgache de disposer de données de base et d'indicateurs fiables sur la dynamique de la population ainsi que sur la santé maternelle et infantile. Cette enquête a pu ~tre réalisée gråce à l'appui financier de I'USAID et du FNUAP et gråce l'assistance technique de MACRO International Inc., auxquels j'adresse mes remerciements. Je tiens/t feliciter et å remercier 6galement tous ceux qui ont contribué au succès de sa r6alisation, notamment : le Fonds des Nations Unies pour la Protection de l'Enfance (UNICEF) ; • le Ministère de la Santé et le Ministère de la Population ; • la Banque des Données de l'Etat ; tous les personnels de l'ENDS de terrain et de bureau recrutés dans le cadre de ce projet ; • et toute la population malagasy que les enqu~trices importunaient par l'ind61icatesse des questions. Le Ministre de la Recherche Appliquée ~ p e m e n t XV REMERCIEMENTS Le projet "Enquête Nationale Démographique et Sanitaire (ENDS)" a parfaitement donné les résultats escomptés, puisque tous les ménages sélectionnés ont été enqu~tés et que les données contenues dans les questionnaires ont été saisies et analysées. Ainsi dispose-t-on aujourd'hui non seulement d'informations concernant la santé matemelle et infantile (prévalence des maladies, couverture de la vaccination, état nutritionnel des enfants de moins de cinq ans), le niveau de la fécondité, la prévalence contraceptive, les maladies infanto-juvéniles, mais aussi la disponibilité des services de santé et de planification familiale à Madagascar. La réussite de cette opération de grande envergure, n'a été possible que gr~tce aux efforts louables d'un très grand nombre de personnes et d'institutions que je tiens à remercier vivement. Mes remerciements s'adressent : à l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID) ; • et au Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) pour leur aide financière ; /t MACRO International Inc., pour l'assistance technique apportée dans toutes les phases de l'enquête, de la conception jusqu'å la rédaction du rapport national en passant par la formation des agents, et également pour la conception du logiciel ISSA, qui a permis de saisir sur micro-ordinateur les données de l'enquête dans un délai très court ; aux différents départements ministériels qui font partie du comité technique chargé de la préparation et du suivi du projet (Ministère de la Recherche Appliquée au Développement, Ministère de la Santé, Ministère de la Population, Ministère du Plan et de l'Economie.) ; å la Banque des Données de l'Etat pour avoir fourni assistance technique et cartographie; au personnel de la Direction Nationale du projet (Directeur technique, collaborateur, superviseur analyste, programmeur, agents de vérification et de saisie, comptable, secrétaire, coursier, gardiens) qui, avec une cohésion exemplaire et une grande efficacité, a supervisé la collecte et analysé les données; aux équipes de terrain (enquêtrices, enquêteurs, contr61euses et chefs d'équipe) qui n'ont pas ménagé leur effort pour faire aboutir cette enquête, malgré les conditions écologiques et matérielles très difficiles qui prévalaient en 1992; aux chauffeurs qui ont accompli leur tãche avec ferveur malgré le nombre de kilomètres qu'ils ont parcouru dans des conditions souvent pénibles; å la population qui a participé, de loin ou de près, à la réalisation de cette enquête. Germain Refeno Directeur National ENDS-Madagascar xvii RESUME L'ENDS est une enquête par sondage, réalisée au niveau national, dont l'objectif est de fournir des informations détaillées sur la fécondité, la planification familiale, la mortalité des enfants et la santé de la mère et de l'enfant. Au cours de sa réalisation, de mai à novembre 1992, 5944 ménages et 6260 femmes en ~lge de procréer (15-49 ans) ont êté enquêtés avec succès. Les résultats de l'ENDS montrent, qu'au niveau national, la fécondité est forte : à la fin de sa vie féconde, une femme malgache aura en moyenne 6,1 enfants. Les femmes les plus fécondes résident dans les zones mrales ou sont sans instruction. Les femmes de la capitale (3,2 enfants par femme) ont près de deux fois moins d'enfants que celles du milieu rural (6,7 enfants), il en est de même pour les femmes de niveau d'instruction secondaire II ou plus (3,2 enfants) en comparaison des femmes sans niveau d'instruction (6,5 enfants). L'une des principales caractéristiques de cette fécondité élevée est sa prêcocité. Plus d'une femme sur six a son premier enfant avant l'åge de 19 ans. Le mariage est quasi universel et l'entrée en union est très précoce : l 'âge médian à la première union est estimé à 18,3 ans. Les générations les plus récentes semblent, toutefois, entrer en union moins précocement que les plus anciennes : l'åge médian à la première union est de 19,5 ans pour les femmes de 20-24 ans contre 17, I pour celles de 45-49 ans. Malgré ce recul de 1'åge d'entr6e en première union, l'activité sexuelle débute toujours très t6t : plus d'une femme sur deux a eu ses premiers rapports sexuels avant l'ãge de 17 ans, Presque les deux tiers des femmes connaissent des méthodes contraceptives (62 pour cent) et, en particulier des méthodes modernes (57 pour cent). Mais le nombre d'utilisatrices est encore faible dans le pays; si 24 pour cent des enquêtées ont déclaré avoir déjà utilisé une méthode de contraception, seulement 13 pour cent en utilisaient au moment de l'enquête, dont 4 pour cent une méthode modeme. Il faut toutefois souligner qu'à Madagascar, peu d'informations sont diffusées sur la planification familiale : en effet, 93 pour cent des femmes ont déclaré n'avoir rien entendu à la radio ou à la télévision, ni rien lu dans des journaux ou affiches å propos de la planification familiale, durant le mois qui a précédé l'enquête. La prêvalence contraceptive est plus élevée chez les femmes résidant en milieu urbain ou ayant un niveau d'instruction : 51 pour cent des femmes en union résidant dans la capitale et 57 pour cent de celles ayant un niveau d'instruction secondaire 1I ou plus utilisaient des mêthodes rnodemes de contraception au moment de l'enquête, contre 12 pour cent en milieu rural et 3 pour cent seulement parmi les femmes sans niveau d'instruction. Toutefois, les besoins non satisfaits en matière de planification familiale sont relativement importants. En effet 35 pour cent des femmes en union non-utilisatrices de la contraception, désirent espacer ou limiter les naissances (respectivement 16 pour cent et 19 pour cent). La demande potentielle est, enfin, estimée à 51 pour cent (22 pour cent pour l'espacement des naissances et 29 pour cent pour la limitation des naissances). Parmi les femmes non-utilisatrices de la contraception au moment de l'enquête, 42 pour cent ont l'intention de l'utiliser dans le futur, dont 36 pour cent dans un avenir très proche (dans les 12 mois suivant l'interview). La majorité de ces femmes utiliseraient les méthodes modemes de contraception (59 pour cent), notamment les injections (26 pour cent) et la pilule (21 pour cent). En fait 40 pour cent des femmes malgaches ne désirent plus avoir d'enfants. Si les femmes malgaches avaient le nombre d'enfants qu'elles désimient, elles auraient, en moyenne, 5,2 enfants à la fin de leur vie féconde, au lieu de 6,1 enfants comme cela a ~tE estimé au moment de l'enquête. xix La mortalité des enfants demeure toujours élevée : sur 1000 naissances, 93 décèdent avant d'atteindre l'Age d'un an, et sur 1000 atteignant leur premier anniversaire, 77 décèdent avant l'ãge de cinq ans. La mortalité infantile est plus faible en milieu urbain qu'en milieu rural (75 pour mille contre 107 pour mille). Mais, après le premier anniversaire, les différences de mortalité sont considérablement réduites (73 pour mille contre 86 pour mille). L'amélioration des conditions sanitaires et l'accessibilité aux services de santé dans les milieux urbains expliqueraient ces différences de mortalité. Pour plus de la majorité des naissances (56 pour cent), la mère a effectue la première visite prénatale avant le sixième mois de grossesse, et pour plus de 30 pour cent, après le sixième mois. Moins de 43 pour cent des femmes suivent les recommandations de l'OMS qui considèrent qu'une femme devrait effectuer au moins quatre visites prénatales, espacées régulièrement tout au long de sa grossesse. Pour 41 pour cent des naissances, la mère n'a reçu aucune injection antitétanique. En milieu urbain, pour pratiquement les trois qu arts des naissances, les mères ont Et~ vaccin~es contre le tétanos (70 pour cent) alors qu'en milieu rural, cette proportion n'atteint que 57 pour cent. Selon le niveau d'instruction de la mère, les différences observées sont encore plus importantes : 75 pour cent des mères ayant au moins un niveau d'instruction secondaire ont reçu au moins une dose de vaccin antitétanique contre 46 pour cent des mères sans instruction. La majorité des accouchements (54 pour cent) ont eu lieu à la maison contre seulement 45 pour cent dans des établissements sanitaires. L'assistance médicale lors de l'accouchement n'est assurée par les infirmières et sage-femmes que pour 49 pour cent des naissances. L' utilisation des services de santé pour les accouchements n'est pas uniforme dans le pays : dans la capitale, pour 59 pour cent des naissances, l'accouchement a eu lieu dans une formation sanitaire, contre 44 pour cent en milieu rural. Les trois quarts des enfants ont reçu une injection de BCG et la moitié des enfants (54 pour cent) sont complètement vaccinés contre la polio. La vaccination contre la rougeole est moins fréquente que celle contre le BCG : elle ne concerne que 54 pour cent des enfants. Globalement, moins d'un tiers des enfants (32 pour cent) ont reçu tous les vaccins avant le premier anniversaire et près d'un enfant sur quatre n'en a reçu aucun avant cet åge. La couverture vaccinale demeure plus importante en milieu urbain (58 pour cent des enfants ont reçu toutes les vaccinations) qu'en milieu rural (41 pour cent). Les différences sont encore plus prononcées selon le niveau d'instruction de la mère : 69 pour cent des enfants dont la mère a au moins un niveau d'instruction secondaire II ont reçu tous les vaccins contre seulement 29 pour cent de ceux dont la mère n'a aucun niveau d'instruction. Dans l'ensemble, 16 pour cent des enfants auraient souffert simultanément de toux et de problèmes respiratoires durant les deux demières semaines ayant précédé l'interview. Ces symptOmes sont particulièrement fréquents chez les enfants dc moins d'un an, en particulier chez les 6-11 mois (24 pour cent). La fièvre a touché 27 pour cent des enfants de moins de 5 ans et plus fréquemment les 6-23 mois (34 pour cent). Plus d'un enfant sur I0 de moins de 5 ans (12 pour cent) avait eu, au moins, un épisode diarrhéique au cours des deux demières semaines. Durant les Episodes diarrh6iques, seulement 55 pour cent des enfants ont reçu un supplément liquide, 15 pour cent une solution d'eau, de sel et de sucre préparEe à la maison, et 14 pour cent ont eu un sachet SRO. D'une manière générale, scion les résultats de l'enquête, les enfants dont la mère est sans instruction et/ou réside en milieu rural sont plus fréqucmment atteints de maladies infantiles et bénéficient le moins de soins médicaux. La presque totalité des enfants malgaches (97 pour cent) ont 6té allait~s. Malgré cette pratique quasi- universelle de l'allaitement, dans leur majorité, les mères ne dorment pas le sein le premier jour. Concernant XX les seuls enfants derniers-ri~s, seulement 45 pour cent ont été mis au sein pour la première fois durant leur premier jour d'existence, dont 6 pour cent durant la première heure suivant la naissance. La majorité des enfants (51 pour cent) souffrent d'un retard de croissance, dont presque la moitié (24 pour cent) sous une forme sévère. Ces niveaux sont respectivement 22 et 24 fois plus élevés que ceux que l 'on s'attend à trouver dans une population où les enfants sont en bonne santé. Dans l'ensemble 5 pour cent des enfants sont émaciés, dont 0,3 pour cent sous une forme sévère : ces proportions sont respectivement 2 fois et 3 fois plus élevées que celles attendues dans une population en bonne santé et bien nourrie. Il apparai't ici que 39 pour cent des enfants malgaches de moins de cinq ans souffrent d'insuffisance pond~raie, dont 9 pour cent sous une forme sévère. xxi MADAGASCAR ANTSIRANANA CANAL DU MOZAMBIQUE MAHAJANGA rOAMASINA OCEAN INDIEN TOLIARY xxii CHAPITRE 1 CARACTERISTIQUES DU PAYS ET ORGANISATION DE L'ENQUETE Ce premier chapitre est consacré à la présentation succincte des principales caractéristiques historiques, géographiques, économiques et notamment démographiques de Madagascar. 1.1 CONTEXTES H ISTORIQUE, GEOGRAPHIQUE ET ECONOMIQUE 1.1.1 Aperçu historique Malgré son appartenance au continent africain, la population malgache est majoritaioement d'origine indonésienne; sa langue,malgré des mots d'origine bantou, a également des racines indonésiennes. L'évidence arch6ologique suggère que l'fie a fit~ peuplée aux environs du 10 ~ siècle. A partir du 142 siècle, quelques groupes d'origine arabe, probablement provenant de l'Afrique de l'Est, se sont établis au nord du pays, fondant des villages commerciaux, Il existe aujourd'hui dix huit ethnies, identifiées comme telles, réparties sur des territoires de taille très variable. Madagascar est mentionné dans les écrits de Marco Polo, mais le premier Européen a s'y ~tre installé est Diego Dias, en 1500. Au cours du 162 siècle, les Portugais assiégeaient fréquemment les agglomérations arabes, s'efforçant de les détruire. D'autres Européens sont arrivés plus tard et, au 172 siècle, les Français ont fondé leur première ville, Fort Dauphin. Au 182 siècle les Français ont colonisé avec succès les ~les Mascareignes, à l'est de Madagascar, au moment où leurs villes commerciales, en particulier Tamatave (aujourd'hui Toamasina), sur la cote ouest de l'île, prospéraient. Parallèlement à la nouvelle arrivée des Européens, à Madagascar, comme dans la plupart des pays africains, plusieurs royaumes se sont formés entre le 16 * et 19 « siècle. Un de ces royaumes était le merina, implanté dans la partie centrale de l'île, dont la capitale était Antananarivo. Ce royaume est devenu dominant au début du 19 ~ siècle, mais sa prédominance n'a dur6 que jusqu'à la fin du siècle, moment où la France réussit å consolider sa dominance coloniale et annexer officiellement l'île. La période coloniale française a duré jusqu'en 1958, année où Madagascar s'est proclamée république souveraine. L'fie est actuellement divisée en six provinces ou faritany : Antananarivo, Toamasina, Antsiranana, Mahajanga, Fianarantsoa, et Toliary, e/les-mêmes divis6es en préfectures et sous-préfectures (Fivondronampokontany) puis en Firaisampokontany et enfin en Fokontany (la plus petite division administrative). 1.1.2 Milieu naturel Madagascar est considéré comme un mini-continent, d'une part par sa taille, avec ses 587.041 km 2 de superficie (il est la quatrième île du monde après le Groenland, la Nouvelle-Guinée et Bornéo), et d'autre part par sa très grande diversité de paysages et de climats, permettant d'ailleurs tous les types d'agricultures. L'fie s'étend sur une longueur de mille six cent kilomètres entre le Cap Sainte-Marie au Sud et le Cap d'Ambre à l'extrême Nord, et sur huit cent kilomètres dans sa plus grande largeur. Elle possède cinq mille kilomètres de cétes baignées à l'Ouest par le canal du Mozambique et à l'est par l 'Océan Indien avec de nombreuses petites îles (Nosy). 1.1.3 Contexte soeio-éeonomique L'économie de Madagascar repose essentiellement sur la production et 1'exportation agricole. En fait, 70 à 80 pour cent des malgaches travaillent dans le secteur agricole. Ils cultivent notamment : du riz, qui est l'aliment de base. Un malgache consomme en moyenne 500 grammes de riz par jour. A l'exception de l'extrême-sud, où le climat ne le permet pas, la culture du riz est pratiquée partout dans l'île mais de façon traditionnelle et avec des moyens très rodimentaires. En dépit de la surface des rizières, le pays n'arrive pas totalement à l'auto- suffisance en riz et chaque année, le gouvernement doit importer du riz d'Asie du Sud-Est. des cultures vivrières comme le manioc, les patates douces, les pommes de terre (sur les hauts plateaux), le maïs, l'arachide, toutes sortes d'épices, de légumes et de fruits. des cultures d'exportation comme la vanille. Madagascar est de loin le premier producteur mondial de la vanille devant la Réunion, les Comores et l'Indonésie. Sont aussi cultives le café, première ressource de devises de Madagascar; le pays exporte surtout du café Robusta mais, l'exportation du café Arabica devient également importante; le pays vient au deuxième rang mondial, aprês la Tanzanie, pour l'exportation de girofle; le poivre et les plantes å parfum telles l 'Ylang Ylang, ainsi que le litchi, sont aussi de plus en plus exportés. La carme h sucre est également cultivée surtout pour la fabrication de sucre et de rhum, ainsi que le coco, le cacao et la vigne pour la production de vin. A cõt6 de ces produits agricoles, Madagascar exporte aussi des produits de la pêche, tels que les poissons, langoustes, crabes, mérous, thons, etc., et de la viande. 1.2 CARACTERIST IQUES DEMOGRAPHIQUES Madagascar dispose des données statistiques recueillies au cours de : l'enquête démographique de 1966, Institut National de la Statistique et de la Recherche Economique (INSRE) ; Recensement Général de la Population et de l'Habitat I975 (INSRE) ; l'évaluation administrative de 1900 å 1965 ; l'enquête budget-ménage de 1978 et 1980 (INSRE) ; l'enquête socio-ddmographique du Ministère de la Population, de la Condition Sociale, de la Jeunesse et du Sport (MPCSJS) de 1984. D'autres enquêtes partielles ont été également effectuées par divers ddpartements ministériels. L'information disponible montre que la population de Madagascar se caractérise par sa jeunesse : 43 pour cent des Malgaches ont moins de 15 ans, 55 pour cent moins de 20 ans, alors que 6 pour cent seulement ont plus de 60 ans. Cette structure est typique d'un régime ou la fécondité et la mortalité sont élevées. 2 Conséquence de cette structure de la population, à Madagascar, I00 adultes d'âge actif doivent assurer, en moyenne, le soutien de 80 individus. Parmi ces personnes à charge figurent 7 pour cent de vieillards et 93 pour cent d'enfants de moins de 15 ans. Ce rapport de dépendance indique que la plus grande partie des ressources du pays est consacrée à la préservation du niveau de vie de la population. Il reste donc très peu de moyens à investir pour d'éventuelles améliorations. Le nombre de femmes est supérieur à celui des hommes puisque le rapport de masculinité est de 97 hommes pour 100 femmes. La densité globale de la population est de l'ordre de 17 habitants au kilomètre carré. Mais la population se répartit inégalement à travers le territoire, laissant apparaître des ~rendues faiblement peupiées (le Sud-Ouest et le Moyen-Ouest) à cété des zones surpeuplées (le Centre et les Côtes Orientales) : plus de la moitié (52 pour cent) de la population malgache se trouve concentrée sur un peu plus d'un dixième (13 pour cent) de la superficie totale. Madagascar demeure un pays peu urbanisé, et le processus d'urbanisation se produit à un rythme plutét lent. Selon les statistiques du recensement de 1975, 13 pour cent de la population était urbaine, tandis que l 'ENDS a trouvé une proportion de population urbaine de 16 pour cent. Cela suggère qu'au cours des 17 demières années, le taux de croissance du milieu urbain était d'un rythme à peine supdrieur à celui de l'ensemble de la population. La fécondité est encore élevée. Au niveau national, une femme malgache met au monde, en moyenne, près de 6 enfants au cours de sa vie féconde. On distingue toutefois une différcncc très marquée entre le milieu urbain (4 enfants environ par femme) et le milieu rural (6 enfants par femme). Une baisse de la mortalité est observée entre 1950 et 1970, faisant passer l'espérance de vie à la naissance de 30 å 45 ans environ. A partir de cette période, une décélération sensible a été enregistrée. L'espérance de vie de la population malgache est estimée å 50,4 ans en 1984. Les demières enquêtes réalisées ont montré une tendance à la hausse de la mortalité depuis 1980. L'enquête démographique de 1966 a foumi un taux de mortalité infantile de 102 pour millc, au recenscment de 1975, ce taux est de 80 pour mille et à l'enquête socio-démographique de 1984, le taux de mortalité infantile est estimé à 120 pour mille. En raison de son caractère insulaire et de sa position géographique éloignée de grands courants migratoires mondiaux, Madagascar a très peu d'échanges de population avec l'extérieur. Les migrations intemationales sont de faible intensité avec un caractère symétrique : en 1984 le solde migratoire net annuel est estimé à -2 500 personnes pour une population totale estimée à 9,6 m filions d'habitants. En 1984, le taux d'accroissement naturel de la population est estimé à 2,7 pour cent. Ce taux correspond à un tcmps de doublement de 26 ans. 1.3 POL IT IQUES DE POPULAT ION ET PROGRAMMES DE PLANIF ICAT ION FAMIL IALE ET DE SANTE Madagascar a instauré sa politique en matière de population par la Loi n ° 90-030 relative à la Politique nationale de population pour le développement économique et social, promulguée le 19 Décembre 1990. Cette politique a pour objectif d'amé[iorer la qualité de la vie et de favoriser l'restauration d'un bien- être pour toutes les eatdgories de la population. 1.3.1 Programmes de planification familiale La stratégie globale de la politique de population consiste à : mettre en place un programme coordonné de planification familiale définie comme étant l'accès à la ma~rise de la fonction de reproduction et le droit de tout individu d'avoir le nombre d'enfants qu'il juge idéal ; axer le programme de planification familiale sur la protection de la santé maternelle et infantile ; donner aux programmes de planification familiale un caractère éducatif, persuasif et non contraignant de manière à ce que la participation de la population soit intégralement assurée, et sensibiliser la population à tous les niveaux sur les avantages socio-éconnmiques de la planification familiale ; lancer une grande campagne d'information, afin de sensibiliser la population sur les effets néfastes de la précocité ou du retardement de l'ãge à la grossesse, de l'intervalle trop court entre les naissances, de la répétition excessive des grossesses et des grossesses non désirées sur la santé de La mère et de l'enfant, etc. 1.3.2 Programmes et priorités en matière de santé Pour préserver et améliorer la santé de l'ensemble de la population, le gouvernement à adopté la stratégie d'actions qui consiste à : renforcer la mise en oeuvre de la "Santé pour tous d'ici l 'an 2000 et tous pour la santé" plaçant la population comme étant un moyen et un objectif; actualiser les textes réglementant la préservation de 1'hygiène du milieu et veiller ~ leur mise en application ; renforcer l'éducation sanitaire basée sur la planification, l'hygiène du milieu et des maladies transmissibles; renforcer la mobilisation sociale, la participation de la population aux activités communautaires en matière d'approvisionnement en médicaments, de récupération nutritionnelle et de préservation de l'hygiène du milieu ; adapterles programmes de formation du personnel socio-sanitaire aux besoins de la politique de population, plus spécifiquement dans la prestation des services de planification familiale. ^ 1.4 CADRE INST ITUT IONNEL ET OBJECT IFS DE L 'ENQUETE 1.4.1 Cadre institutionnel L'Enquete Nationale D~mographique et Sanitaire (ENDS), à Madagascar s'est déroulée sous La responsabilité du Ministère de la Recherche Appliquée au Développement. Le Centre National de Recherches sur l'Environnement (CNRE) a été l'organe d'exécution des travaux sur le terrain. Plusieurs organismes ont participé à la réalisation de l'ENDS à savoir la Banque des Données de l'Etat, le MinistCre dc la Santé, ainsi que le Ministère du Plan. Deux échelons hiérarchiques ont été prévus entre les responsables du bureau central de l 'ENDS et les enqu~trices : "chefd'équipe" et "contrôleuse". Cette hiérarchie a ét~ å la fois technique et administrative. Chefs d'équipe et contréleuses devaient participer aux deux tåches, bien que dans des proportions différentes. Le travail sur le terrain a été effectué entre mai et novembre 1992. 1.4.2 Objectifs de l'enquête L'ENDS répond à l'aspiration du programme de la Politique Nationale de Population peur le développement économique, social et sanitaire du pays. L'objectif de l'ENDS est de : recueillir les données au niveau national permettant de calculer les taux de fécondité et de mortalité infantile et juvénile. analyser les facteurs associés aux niveaux et tendances de la fécondité et de la mortalité infantile etjuvénile. Les indicateurs obtenus aideront les planificateurs et autres responsables à élaborer des plans et une stratêgie de développement économique et social. 6valuer les niveaux de connaissance et d'utilisation des moyens contraceptifs et estimer la pratique potentielle future, ainsi que les attitudes vis-å-vis de la planification familiale. évaluer la santé de la mère et de l'enfant : couverture vaccinale, prévalence et traitement de la fièvre, des maladies respiratoires et de la diarrhée, soins prénatals et assistance à l'accouchement, allaitement et état nutritionnel des enfants. recueillir des données sur les services sanitaires ainsi que leur prestation. contribuer au développement des capacités et ressources nécessaires à la réalisation périodique d'enquêtes démographiques et de santé. Par la suite faisant partie d'un vaste programme international, les données seront insérées dans une base de données utilisables par les organismes et les chercheurs qui s'intéressent aux problèmes de population et de santé dans le monde entier. 1.4.3 Questionnaires L'ENDS comporte trois types de questionnaires : un questionnaire-ménage un questionnaire individuel un questionnaire sur la disponibilité des services. Le questionnaire-re~nage comporte en page de garde la localisation du ménage, le nombre de visites effectuées par l'agent enquêtrice, le résultat de l'interview, et une partie pour le contréle sur le terrain et au bureau. Sur les autres pages, doivent être portés les renseignements sur les personnes composant le ménage et toute autre personne ayant passé la nuit précédant l'enquête dans ce ménage ; lien de parenté, situation de résidence, sexe, ~ge. D'autres questions sont posêes sur les personnes de cinq ans et plus telles que la fréquentation scolaire, le niveau d'instruction. Et enfin des questions sur la survie des parents pour les personnes de moins de 15 ans. Ce questionnairc permet également d'identifier les femmes éligibles pour l'enquête individuelle. 5 Le questionnaire individuel doit être rempli peur toutes les femmes ågées de 15-49 ans, recensées dans le ménage, quel que soit leu r statut de résidence et leur état matrimonial. Ce questionnaire comporte neuf (9) sections. Il permet de recueillir les informations sur : les caractéristiques socio-démographiques de la femme telles que l'fige, la situation matrimoniale, la religion, l'éducation, le lieu de résidence ; la reproduction : plusieurs questions sont posées sur le nombre d'enfants nés-vivants de la femme, les caract6ristiques de chaque naissance vivante (date de naissance, âge de la mère, sexe de l'enfant,.) ; la connaissance et l'utilisation de la contraception : les questions relatives à cette section permettent de mesurer le degré de connaissance et le taux de prévalence sur les méthodes contraceptives ; la grossesse, l'allaitement, la vaccination et la santé. Les différentes questions reposent sur les soins prénatals, la vaccination et les maladies récentes des jeunes enfants (diarrhée, toux,.) ; la nuptialité : en plus des questions sur l'état matrimonial, d'autres renseignements pourront être recueillis sur l'activité sexuelle de la femme ; la préfércnce en matière de fécondité ; les caractéristiques du conjoint et des femmes enquêtées; la mortalité matemelle ; la taille et le poids des enlants de moins de cinq ans. Le questionnaire sur la disponibilité de services a été rempli pour chaque grappe sélectionnée dans l'échantillon. Avec ce questionnaire on a recueilli des informations concernant la disponibilité de services scolaires, de santé et de planification familiale dans ces grappes. 1.4.4 Echantillonnage Le plan de sondage de l'ENDS a été conforme aux recommandations du programme DHS. L'échantillon est stratifié, auto-ponddré et représentatif au niveau national. La base de sondage est constituée parles fokontany (villages ou localités en milieu rural, et districts ou secteurs en milieu urbain), la plus petite unité administrative. Pour les besoins de l'enquête, 215 grappes ont ét~ sélectionnées, dont 130 en milieu rural et 85 en milieu urbain (Plan de sondage en Annexe). Au total, sur les 6 500 ménages sélectionnes, 6 252 ont dt~ identifiés, dont 5 944 ont été enquêtés entièrement, donnant un taux de réponse de 95 pour cent. L'enquête ménage a permis d'identifier 6 520 femmes éligibles dont 6 260 ont ~té interviewées avec succès pendant l'enquête individuelle, soit un taux de réponse de 96 pour cent (Tablcau 1.1). 6 Tableau 1.1 Taille et couverture de l'échantillon Effectifs des ménages, des femmes sélectionnés, ident~fiés et enquétés, et taux de réponse selon le milieu de résidence. ENDS MadagÆcar 1992 Résidence Enqu~:te Urbain Rural Ensemble Enquête ménage Nombre de logements sélectlonnés 1961 4539 6500 Nombre de ménages identifiés 1911 4341 6252 Nombre de ménages enquétés 1842 4102 5944 Taux de réponse 96,4 94,5 95,1 Enquéte Individuelle femme Nombre de femmes éligibles 2384 4136 6520 Nombre de femmes enqu&ées 2282 3978 6260 Taux de réponse 95,7 96,2 96,0 7 CHAPITRE 2 CARACTERISTIQUES DES MENAGES ET DES FEMMES ENQUETEES Le questionnaire de l'ENDS a permis de recueillir des informations sur les caractéristiques des ménages (structure et composition) et d'identifier par la suite les femmes éligibles pour l'interview individuelle. Ce chapitre traite des principales caractéristiques des ménages ainsi que de certaines caractéristiques socio-démographiques des femmes (structures par age, etat matrimonial, niveau d'instruction, etc.). 2.1 CARACTERISTIQUES DES MENAGES Dans les 5 944 ménages enquStés avec succès, on a recensé 28 711 personnes résidentes de fait, c'est- à-dire, des personnes ayant passé la nuit précédant l'enqu8te dans le ménage sélectionné, m~me si celui-ci n'était pas leur résidence habituelle. 2.1.1 Structure par åge dela population des ménages La pyramide des figes présente une allure régulière (Tableau 2.1 et Graphique 2.1) avec une répartition par sexe de la population équilibrée. La structure féminine présente, toutefois, quelques irrégularités, se traduisant par un gonflement des effecti fs de 10-14 ans et surtout de ceux de 50-54 ans. Cette Tableau 2.1 Population des ménages pa~ åge et sexe R¢partition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'åges quinquennal, selon le milieu de r~idence et le sexe, ENDS Madagascar 1992 Urbain Rural Total Groupe d'llges Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble 0-4 14,5 13,0 13,7 18,8 18,0 18,4 18,2 17,1 17,7 5-9 13.5 12,2 12.8 16,2 15,0 15,6 15,7 14,5 15,1 10-14 13,6 13,5 13,6 14,4 14,3 14,4 14,3 14,2 14,2 15-19 12,3 11,8 12,0 10,5 9,5 10,0 10,8 9,9 10,3 20-24 9,4 10,5 10,0 7,7 8,5 8,1 8,0 8,9 8,4 25-29 7,9 8,4 8,2 5,8 6,8 6,3 6,2 7,1 6,6 30-34 6,8 7,6 7,2 5,6 6,1 5,9 5,8 6,4 6,1 35-39 6,3 6,2 6,2 4.9 4,9 4,9 5,1 5,2 5,1 40.44 4,4 4,4 4,4 3,3 3,6 3,5 3,5 3,8 3,6 45-49 2,5 2,6 2,6 2,2 2,4 2,3 2,3 2,4 2,4 50-54 2,2 3,1 2,6 2,6 3,3 2,9 2,5 3,2 2,9 55-59 1,6 2,2 1,9 1,8 2,1 2,0 1,8 2,1 1,9 60-64 1,6 1,9 1,8 1,9 2,2 2,1 1,8 2,2 2,0 65-69 1,1 0,7 0,9 1,1 1,0 1,l 1,1 1,0 1,1 70-74 0,7 1,1 0,9 1,0 1,1 1,1 1,0 1,1 1,0 75-79 0,5 0,4 0,5 0,5 0,3 0,4 0,5 0,3 0,4 80 ou plus 0,2 0,3 0,3 0,8 0,6 0,7 0,7 0,6 0,6 Non déterminé/NSP 0,8 0, i 0,4 0,8 0,2 0,5 0,8 0,2 0,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 2273 2432 4707 12013 11982 24004 14286 14414 28711 Age 80+ 75-79 70-74 65-69 60-64 55-59 50-54 45-49 40-44 35-3£ 30-34 20"24 l 15-19 10-14 5*9 0-4 10 Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population Masculin ~ Féminin 8 6 4 2 0 2 4 Pourcentage 6 8 10 ENDS 1992 anomalie pourrait être attribuêe aux enquêtrices qui, pour r6duioe le nombre des femmes éligibles à enquêter, déplacent les femmes de 15-19 ans vers le groupe d'åges 113-14 ans, et celles de 45-49 ans vers le groupe d'åges 50-54 ans. Ce phénom~ne a ~té observé dans plusieurs enquêtes de ce type (Rutstein, S. et G. Bicego, 1990). La population rurale a une structure plus jeune que celle des villes, elle compte 58 pour cent de personnes ågées de moins de 20 ans, 6 pour cent de plus qu'en milieu urbain. Ceci s'explique par la fécondité plus élevée en milieu rural. La structure par åge de la population se caractérise par un nombre important de jeunes (Tableau 2.2). 11 ressort de ce tableau que les enfants de moins de 15 ans constituent presque la moitié (47 pour cent) de l'effectif. Les personnes ågées de 15-64 ans en représentent aussi la moitié Tableau 2.2 Population par åge selon dlfférentes sources Distribution en pourcentage de la population par groupe d'åges scion différentes sources, ENDS Madagascar 1992 Groupe dãges Enqu~m démo- Recense~ graphique ment ENDS 1966 1975 1992 <15 ans 46,5 44,4 47,0 15-64 49,8 52,0 49,5 65 ou plus 3,7 3,7 3,1 ND 0,5 Total lO0,0 100,0 lO0,O Sources: 1966 : Enqu&e démographique de 1966, Institut National de la Statistique et de la Recherche Economique (INSRE) 1975 : Recensement général de la population de 1975, INSRE et on distingue une proportion assez faible des personnes ågées de 65 ans et plus (3 pour cent). Cette structure est caractéristique des populations connaissant une fécondité et une mortalité élevées; en comparaison avec les données d'autres sources, cette structure semble être restée pratiquement invariable depuis 1966. 10 2.1.2 Taille et composition des m~nages La composition et la taille des ménages sont données dans le Tableau 2.3. Les ménages comptent en moyenne 5,2 personnes et cette taille est peu différente selon le milieu (5,0 en milieu urbain contre 5,2 en milieu rural). Dans plus de trois quart des ménages ruraux, le chef de ménage est un homme (79 pour cent), fréquence qui s'infléchit légèrement en milieu urbain (74 pour cent). Le tableau fait apparaître également que 7 pour cent des ménages sont composés d'une seule personne, 10 pour cent de deux personnes. Un peu moins de la moitié des ménages (43 pour cent) sont formés de trois à cinq personnes, et les ménages de grande taille (six personnes et plus) représentent 40 pour cent de l'ensemble. Le Tableau 2.3 indique également la répartition des ménages selon leur structure définie à partir du nombre, du sexe et des liens de parenté; toute personne âgée de 15 ans ou plus est considérée comme adulte. Les ménages comportant 2 adultes de sexes opposés sont légèrement plus fréquents que ceux qui en comptent trois adultes ou plus (40 pour cent contre 36 pour cent). Contrairement à ce que l 'on pouvait supposer, c'est en milieu rural que ce type de ménage est le plus fréquent (42 pour cent contoe 31 pour cent en ville). Un ménage composé de deux adultes de m~me sexe est rare (3 pour cent). Dans 13 pour cent des cas, les ménages sont composés d'un seul adulte. Tableau 2.3 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, taille de ménage, lien de parenté avec le chef de ménage, selon le milieu de résidence, ENDS Madagascar 1992 Caractéristique Urbain Rural Ensemble Chef de ménage Homme 73,5 79.2 78.3 Femme 26.5 20.8 21.7 Nombre de membres habltuels 0 0.4 0.2 0.2 1 8.8 6.3 6.7 2 9.8 10.1 10.1 3 14.0 14.1 14.1 4 15.1 I5.1 15.1 5 13.5 14.2 14.1 6 12.4 11.4 11.6 7 8.8 9.6 9.4 8 6.0 6.6 6.5 9 ou plus 11.1 12.3 12.1 Taille moyenne 5.0 5.2 5.2 Membres habltuels du ménage Un adulte 13.4 12.8 12.9 Deux adultes de sexe opposé 30.8 41.5 39.8 Deux adultes de m~,me sexe 3.8 3.2 3.3 Trois adultes ou plus 38.5 35.7 36.2 Autres 12.9 6.7 7.7 Pourcentage de ménages avec des enfants sans leurs parents 17,4 19,6 19,2 11 On note aussi, une proportion non négligeable de ménages (19 pour cent) comportant un ou plusieurs enfants de moins de 15 ans ne cohabitant pas avec ses parents biologiques, ce qui pourrait avoir des conséquences sur la santé et l 'état nutritionnel de ces enfants. 2.1.3 Niveau d'instruction de la population des ménages Des données sur le niveau d'instruction atteint et la demière classe achevée par chaque membre du ménage ont été collectées dans le cadre de l'enquête ménage. Trois niveaux d'instruction ont été distingués : le primaire, le secondaire I et le secondaire II ou plus. Ces données sont présent~es dans les Tableaux 2.4.1 et 2.4.2. Tableau 2.4.1 Niveau d'instruction de la population des hommes Répartition (en %) de la population masculine (de fait) des ménages, ågée de cinq ans ou plus, par niveau d'instruction atteint, et nombre médian d'man~es d'études aecomplies selon l'åge, le milieu et la région de résidence, ENDS Madagasear 1992 Niveau d'instruction Seoell- Secon- daire H ou Caractéristique Aucun Primaire daire I supérieur ND Total Effectif Médian Groupe d'lges 5-9 56,6 43,0 0,0 0,0 0,4 100,0 2247 0,0 10-14 17,9 75,1 6,1 0,1 0,8 100,0 2045 2,7 15-19 16,0 57,6 20,1 3,5 2,8 100,0 1538 4,2 20-24 13,0 52,2 20,2 10,8 3,8 100,0 1140 4,7 25-29 13,9 39,3 22,0 18,6 6,2 100,0 881 5,8 30-34 16,2 47,3 12,2 17,5 6,9 100,0 830 4,6 35-39 17,2 47,7 12,2 12,3 10,7 100,0 733 4,5 40-44 18,9 49,5 12,0 8,6 11,0 100,0 500 4,2 45-49 23,1 49,3 12,2 7,2 8,2 100,0 326 4,2 50-54 27,0 46,8 5,7 4,1 16,4 100,0 357 3,7 55-59 29,4 49,6 4,4 3,8 12,8 100,0 255 3,3 60-64 40,2 38,0 7,3 1,1 13,5 100,0 264 3,5 65 ou plus 46,6 35,6 4,0 1,2 12,6 100,0 464 3,5 ND/NSP 40,3 19,1 4,2 2,6 33,7 100,0 112 3,2 Milieu de r£~sldence Capitale 18,0 30,5 18,5 26,6 6,4 100,0 824 7,8 Autres villes 26,9 36,4 18,3 13,0 5,4 100,0 1449 5,1 Urbain 23,7 34,3 18,3 17,9 5,8 100,0 2273 5,7 Rural 43,1 44,0 6,7 2,3 3,9 100,0 12013 3,2 Province Antananarivo 28,4 47,4 10,4 7,7 6,1 100,0 4553 4,0 Fimaarantsoa 43,9 45,8 6,6 2,2 1,5 100,0 3277 2,8 Toamasina 35,6 44,6 11,2 5,3 3,3 100,0 1718 3,6 Mahajanga 48,4 39,7 5,5 3,0 3,4 100,0 1814 3,2 Toliary 58,3 26,0 7,9 4,2 3,6 100,0 1769 0,0 Antsiranana 39,9 39,2 9,0 3,5 8,4 100,0 1156 3,4 Ensemble 40,0 42,4 8,6 4,8 4,2 100,0 14286 3,6 12 Tableau 2.4.2 Niveau d'instruction de la population des femmes Répartition (en %) de la population féminine (de fait) des ménages, ågée de cinq ans ou plus, par niveau d'instruction atteint, et nombre médian d'armées d'~rudes accomplies selon l'åge, le milieu et la région de résidence, ENDS Madagascar 1992 Niveau d'instruction Secon- Secon- daim Il ou Caractéristique Aucun Primaire daire I supérieur ND Total Effectif Médian Groupe d'gges 5-9 55,1 44.8 0,1 0,0 0,1 100,0 2088 0,0 10-14 18,0 73,9 7,3 0.1 0,6 100.0 2043 3,0 15-19 14,5 57,6 22,4 4,8 0.7 100,0 1420 4,4 20-24 13.9 52,2 22,2 10,5 1,1 100,0 1276 4,7 25-29 17.6 45,9 20,7 14,9 0,9 100.0 1021 4,8 30-34 23.0 52,4 12,7 10,8 0,9 100.0 921 4,3 35-39 22.6 57,9 11,0 7,6 1,0 100,0 742 3,9 40-44 30.0 52,9 10,0 3,7 3,4 100.0 541 3,8 45-49 41,0 48,2 7,2 1,4 2,2 100.0 349 3,3 50-54 51,7 40.4 3,8 1,4 2.7 100,0 466 0,0 55-59 54,2 36.6 2.6 0,9 5,7 100.0 304 0,0 60-64 61,3 32,4 2,0 0,3 4.0 100,0 316 0,0 65 ou plus 65.9 27,4 2,3 0,1 4,3 100.0 434 0,0 ND/NSP 77,0 12,6 0,0 0,0 10,4 100,0 23 0,0 Milieu de résidence Capitale 18,2 33.2 20,8 22,9 "5.0 100.0 919 6,7 Autres villes 28,5 39,4 20,7 10.2 1,2 100,0 1513 4.8 Urbain 24,6 37,1 20,7 15.0 2,6 100,0 2432 5,3 Rural 46,2 45,0 6,5 1,5 0,7 100,0 11982 3.2 Province Antananarivo 31,1 48.3 11.4 7,1 2,1 loe,0 4463 4,1 Fianarantsoa 47,4 44,6 6,2 1,4 0,3 100,0 3449 2,9 Toamasina 39.5 45.0 10.7 4.0 0,8 100.0 1798 3,7 Mahajanga 53,2 39,5 5,2 1.9 0,3 100,0 1793 0,0 Toliaty 54,4 32,7 9.7 2.8 0,3 100.0 1734 0.0 Anlsiranana 43,0 43,5 9,1 2.7 1,7 100,0 1176 3,5 Ensemble 42,6 43,6 8.9 3,8 1,1 100.0 14414 3,6 Quarante pour cent des hommes et 43 pour cent des femmes de 5 ans et plus n'ont reçu aucune instruction et, pour les deux sexes le nombre médian d'années passées dans le système scolaire est de 3,6 ans seulement. La population urbaine est plus favorisée en ce domaine puisque, quel que soit le sexe, la proportion des non-instruits est inférieure au quart des effectifs. Les niveaux de scolarisation plus faibles s'observent dans les provinces de Mahajanga et de Toliary, où à peu près la moitié des personnes n'ont jamais fréquent~ l'école. Le Tableau 2.5 (illustré par le Graphique 2.2) présente les taux de fréquentation scolaire selon le milieu de résidence, le sexe et l'åge des personnes ãgées de 6 à 24 ans. Dans l'ensemble, plus de la moitié des enfants de 6-15 ans fréquentaient un établissement scolaire au moment de l'enquête alors que, chez les personnes ågées de 16ansou plus, moinsde 15 pourcentétaient àl'école. Lestaux de fréquentationscolaire les plus élevés sont obersés en milieu urbain où, chez les enfants de moins de 15 ans, plus des trois quarts fréquentaient un établissement scolaire alors qu'en milieu rural, ils constituent à peine la majorité. Le Tableau 2.5 montre également que le taux de fr6quentation varie d'une façon irrégulière selon le sexe. 13 Tableau 2.5 Taux de fréquentation scolaire Proportion de la population (de fait) des ménages, ågée de 6 à 24 ans, fréquentant un établissement scolaire, par åge, selon le sexe et le milieu de résidence, ENDS Madagascar 1992 Hommes Femmes Ensemble Groupe d'åges Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble 6-10 78,4 49,4 53,5 77,6 52,4 56,1 78,1 50,8 54,7 11-15 79,4 50,3 54,8 76,7 46,8 51.7 78,0 48.6 53,3 6-15 78,9 49,8 54,1 77,1 49,8 54,1 78,1 49,8 54,1 16-20 46,2 9,2 16,1 39,5 6,5 13,1 42.7 7,9 14,6 21-24 29,8 2,2 7,6 18,7 2,5 5,9 23,7 2,4 6,7 Graphique 2.2 Taux de fréquentation scolaire Pourcentage 100 80 60 40 20 0 6-15 ans 16-20 ans 21-24 ans Groupe d'åges ENDS 1992 • • ~ t 0 0 , 2.1.4 Caractérlst]ques de I habitat et des b~ens possédes par le ménage Les résultats présentés ici concernent certaines caractéristiques du logement et le niveau socio- économique du ménage. 14 L'examen du Tableau 2.6 (illustré par le Graphique 2.3) montre que dans l'ensemble du pays la disponibilité d'électricité dans les ménages reste faible : 9 pour cent de l'ensemble des ménages ont de l'6lectricit6, mais il s'agit essentiellement de ceux du milieu urbain. En effet, presque la moitié (47 pour cent) des ménages urbains ont l'électricité, contre à peine 2 pour cent des ruraux. Tableau 2.6 Caractéristiques des logements Répartition (en %) des ménages, par caractéristique des logements, selon le milieu de résidence, ENDS Madagascar 1992 Caractéristique des logements Urbain Rural Ensemble Electrlclté Oui 46.9 1.9 9.2 Non 53.1 98,1 90,8 Approvisionnement en eau å boire Robinet dans le logement 29,7 0,7 5,5 Robinet public 47.2 4,5 11,4 Puits a domicile 10,4 6,9 7.5 Puits public 4,1 10.1 9,1 Source 5.5 34,5 29,8 RivièreÆuisseau 1.2 34.2 28,8 Etang/Lac 1.1 5.3 4,6 Barrage 0.7 1.1 1,0 Eau en bouteille 0.1 1.4 1,2 Autre 0,1 1.1 1,0 Ensemble 100.0 100.0 100.0 Type de toilettes Chasse d'eau privée 8,6 0,1 1,5 Chasse d'eau partagée 8,0 0,1 1.4 Fosse sommaire 3,4 0,3 0.8 Latrines 49,5 25,5 29.4 Pas équipé/Brousse 22.1 70,3 62,5 Autre 0,1 0,0 0.0 ND/NSP 8,3 3,7 4.4 Ensemble 100.0 10O,0 100,0 Sol Plancher. terre/Sable 17.8 58,1 51.6 Bouse 0,8 1.4 1.3 Plancher de bois 35.2 12,5 16.2 Palmier/Bambou 8,8 21,3 19,2 Parquet ciré 1,4 0,1 0.3 Vinyle/Bitumé 35.5 6.5 11,3 Carrelage 0.4 0.0 0,1 Autre 0,0 0,1 0,1 ND/NSP 0,1 0,0 0.0 Ensemble 100.0 100.0 100,0 Nombre de personnes par pl~ce uti l ise pour dormir 1-2 43,4 29,5 31,8 3-4 35.8 36,7 36,6 5-6 13,0 20,8 19,5 7 ou plus 7,5 12.8 11.9 ND/NSP 0.3 O. 1 0.2 Total 100,0 100.0 100,0 Moyenne 3,3 4.0 3.9 Ensemble 969 4975 5944 15 Graphique 2.3 Caractéristiques des logements ELECTRICITE EAU: Robinet TOILETTES* SOL: Autre que terre PERSONNES/PIECE: 1-2 3-4 5-6 J ] =nf i m I F 20 40 60 80 100 Pourcentage I m lUrbain r-'lRural / * Avec chasse d'eau ou latrines aménag6es ENDS 1992 L'approvisionnement en eau varie très fortement selon le milieu de résidence. Dans l'ensemble, 6 pour cent des ménages ont l'eau courante dans le logement, proportion inégalement répartie entre le milieu rural (1 pour cent) et le milieu urbain (30 pour cent). La grande majorité des ménages consomment soit l'eau de source (30 pour cent), l 'eau des rivières et des ruisseaux (29 pour cent), soit l'eau de robinet public (11 pour cent) et de puits public (9 pour cent). Huit pour cent des ménages s'approvisionnent en eau de puits à domicile, 5 pour cent dans des étangs. Au total, 69 pour cent des ménages ruraux consomment l'eau de sources, de rivières ou de ruisseaux, qui peut favoriser la transmission de plusieurs maladies, principalement le chol6ra, la fièvre typhoïde et les maladies diarrhéiques. Concernant les types de toilettes, 2 pour cent de l'ensemble des ménages ont une chasse d'eau privée (9 pour cent en milieu urbain et 0,1 pour cent en milieu rural). Plus de 1 pour cent des ménages partagent les mSmes toilettes. Les latrines sont utilisées par plus du quart des ménages (50 pour cent des ménages urbains et 26 pour cent des ruraux). La majorité de ménages (63 pour cent) ne disposent d'aucune installation, mais en milieu rural la situation est plus grave, puisque 7 ménages sur 10 n'ont aucune installation. Le type de plancher du logement est souvent utilisé comme indication des conditions matérielles de vie du ménage. On note que plus de la moitié des ménages (52 pour cent) vivent à même la terre, 19 pour cent sur un plancher en palmier ou en bambou et 16 pour cent sur un plancher en bois. On remarque aussi que dans 11 pour cent des cas, les gens vivent sur un plancher Ch vinyle ou bitumé. 16 La connaissance du nombre de personnes qui dorment dans une même pièce foumit une indication sur le degr~ d'entassement, lequel est lié à la situation socio-économique et sanitaire du ménage. En effet, plus un ménage est pauvre, moins il dispose d'espace pour vivre, et le risque de contagion est plus important dans un ménage ou les membres sont très entasses. Le Tableau 2.6 montre que dans 32 pour cent des ménages, 1 å 2 personnes occupent une pièce pour dormir; dans 37 pour cent des ménages, les membres sont modétément entassés (3 à 4 personnes dans une pièce), et dans 31 pour cent des ménages, les membres sont très entassés (5 personnes ou plus dans une pièce). On constate au Tableau 2.7 que 36 pour cent des ménages possèdent un poste radio; on constate cependant une répartition inégale entre le milieu urbain (66 pour cent) et le milieu rural (30 pour cent). Moins d'un quart des ménages ont une machine à coudre, et 4 pour cent seulement possædent un poste de télévision dont 20 pour cent en milieu urbain et moins de 1 pour cent en milieu rural. Moins de 2 pour cent des ménages ont une voiture. 2.2 CARACTERIST IQUES DES FEMMES ENQUÊTEES Dans les 5944 ménages enquêtés, 6520 femmes æligibles ont été identifiées dont 6260 ont été interview~es avec succès. Le Tab!eau 2.7 Biens durables possédés par le ménage Pourcentage de ménages possédant certains biens de consommation durables, selon le milieu de résidence. ENDS M adagascar 1992 Biens durables Urbain Rural Ensemble Machine à coudre 36,4 17.5 20,6 Radio 66,0 30.4 36,2 Télévision 19,9 0,8 3,9 Réfrigérateur 8,3 0,4 1,7 Bicyclette 6,7 2,9 3,5 Motocyclette 2.4 0.7 1,0 Voiture 6,0 0,5 1,4 Charrette 2,0 11.6 10.0 Effectif de ménages 969 4975 5944 questionnaire femme a permis de recueillir quelques caractéristiques socio-démographiques essentielles de l'enquêtée telles que l'âge, le milieu de résidence, le niveau d'instruction et la religion. 2.2.1 Structure par âge L'âge, variable fondamentale dans l'analyse des phénomènes démographiques, est une information difficile à obtenir de façon fiable dans une population illettrée où les enregistrements écrits des événements sont rares, comme c'est le cas dans une grande partie du milieu rural à Madagascar. De ce fait, un soin particulier a Et~ accordé à sa détermination au moment de l'enquête. On demandait d'abord aux femmes leur mois et année de naissance, puis leur ãge. Lorsque la date de naissance et l 'âge étaient obtenus, l'enquêtrice contrOlait la cohérence entre les deux informations. Dans le cas où l'enquêtée ne connaissait pas sa date de naissance ou son âge, l'enquêtrice essayait d'obtenir un document officiel tel qu'une carte d'identité où la date de naissance figure. Lorsqu'aucun document n'était disponible, l'enquêtrice devait estimer l'âge de la femme soit par comparaison à l'âge d'autres membres du ménage, soit par déduction à partir de l'histoire de la femme, ou encore, le plus souvent, en utilisant un calendrier d'événements historiques comme référence de base. La distribution des femmes de 15-49 ans par groupe d'åges quinquennal est présentée au Tableau 2.8. D'après ce tableau, la distribution des femmes enquêtées selon les groupes d'åges décroît constamment avec l'âge. A part les irrégularités citées précédemment aux åges extrêmes, elle présente une allure régulière. 2.2.2 Etat matrimonial En ce qui conceme l'état matrimonial, toutes les formes de mariage ou d'union consensuelles, qu'elles soient légales ou non ont Et~ prises en compte. Plus de la moitié des femmes de 15-49 ans sont en 17 union : soit elles sont mariSes (50 pour cent), soit elles vivent avec quelqu'un (10 pour cent). Les célibataires représentent 27 pour cent des femmes et les unions rompues (veuvage, divorce, séparation) concement 14 pour cent des femmes (Graphique 2.4). Graphique 2.4 Etat matrimonial des enquêtées Mari6e 50% Union consensuel[e 10% Cdlibatair, ve 2% D=vorc6e/S~par~e 11% ENDS 1992 2.2.3 Milieu de r~sidence Le classement urbain-rural est basé sur la définition officielle adoptée pour le Recensement Général de la Population et de l'Habitat de 1975 (INSRE, 1975). Le milieu urbain est constitué par la capitale, les 6 chefs-lieux de province (faritany) et la ville d'Antsirabe (les Grands Centres Urbains), plus les 40 centres urbains secondaires; le reste du territoire constitue le milieu rural. D'après les résultats du Tableau 2.8, 80 pour cent des femmes enquêtées résident en milieu ru rai et 20 pour cent habitent le milieu urbain dont un peu moins de la moitié (8 pour cent) dans la Capitale. 2.2.4 Province de résidence Pour les besoins de l'analyse et afin de permettre des comparaisons avec les résultats des autres enquStes, nous avons retenu comme divisions administratives les six Provinces ou faritany. Ces provinces ont leurs caractéristiques et leurs spécificités, et groupent chacune, au moins, neuf Fivondronana (anciennes préfectures et sous-préfectures). La population se répartit inégalement å travers le territoire, avec des étendues faiblement peuplées (le Sud-Ouest et le Moyen-Ouest) et des zones surpeuplées (le Centre et les Cétes orientales). 18 Le Tableau 2.8 montre la répartition par province de la population de l'échantillon de l'ENDS. La distribution spatiale des femmes enquêtées dans l'ENDS montre une répartition géographique qui suit celle de la population totale. La province d'Antananarivo, avec moins de 10 pour cent de la superficie totale de Madagascar, contient 32 pour cent des femmes interview~es. D'autre part, les provinces de Mahajanga et de Toliary, qui couvrent plus de la moitié du territoire (60 pour cent) ne comptent que 25 pour cent des femmes criquet~es. Les provinces de Fianarantsoa, Toamasina et Antsiranana abritent respectivement 22, 13 et 8 pour cent des femmes criquet~es. Compte tenu de son effectif statistiquement faible (largement inférieur à 800 femmes) pour le calcul d'indicateurs agrégés de fécondité ou de mortalité, la province d'Antsiranana sera regroupée à celle de Mahajanga (toutes les deux situées au Nord du pays) dans les chapitres qui suivent. Tableau 2.8 Caractéfistiques socio-démographiques des femmes enqu8t~es Ré.partition (en %) des femmes enqu~tées par âge, 6tat matrimonial, niveau d'instruction, milieu et région de résidence, religion, nationahté ci ethnie, ENDS Madagascar 1992 Effectif Caractéristique Pourcentage . socio-démographique pondér6 Pondéré Non pondéré Groupe d'~iges 15-19 22,7 1420 1432 20-24 20,2 1266 1262 25-29 16,4 1027 1021 30-34 14,5 907 915 35-39 12,0 753 753 40 44 8,8 549 547 45-49 5,4 339 330 Etat matrimonial Jamaas en union 26,8 1679 1805 Mariée 50,0 3131 3083 Umon consensuelle 9,7 605 547 Veuve 2,4 ] 50 ] 52 Divorcée 10,5 656 637 Séparée 0,6 38 36 Niveau d'instruction Sans instnaction 19,6 1227 1053 Primaire 53,8 3368 3076 Secondaire I 17,7 1106 1318 Secondaire II ou supérieur 8,9 557 811 Non déclaré 0,0 2 2 Milieu de r~sidence Capitale 8,1 505 920 Autres villes 12,0 748 1362 Urbain 20,0 1253 2282 Rural 80,0 5007 3978 Province Antananasivo 32,4 2029 2228 Fianaran tsoa 22,5 1407 1286 Toamasina 12,8 804 780 Mahajanga 12,7 793 726 Tohary 11,8 740 687 Antsiranana 7,8 487 553 Religion Catholique 37,8 2363 2450 Protestante 40,1 2507 2592 Islam 0,9 59 88 Traditionnelle 2,5 156 129 Aucune 18,3 1143 963 Autre 0,4 26 33 NSP 0,1 5 5 Ensemble des femmes 100,0 6260 6260 19 2.2.5 Rel igion Concernant la religion, il apparat't que près de 79 pour cent des femmes sont chrétiennes, dont 38 pour cent de catholiques et 41 pour cent de protestantes. Les religions musulmane et traditionnelle concernent très peu de femmes (3 pour cent); environ 18 pour cent déclarent ne pratiquer aucune religion. 2.2.6 Niveau d' instruction L 'ENDS a permis de recueillir des données sur le niveau d'instruction des femmes enquêtées. Le Tableau 2.9 montre que 20 pour cent des femmes interview~es n'ont reçu aucune instruction, plus de la moitié (54 pour cent) ont le niveau primaire et 27 pour cent ont atteint le niveau secondaire et supérieur. Le Tableau 2.9 présente la répartition en pourcentage des femmes selon certaines caractéristiques socio-démographiques. Les résultats de ce tableau permettent d'étudier les interrelations qui existent entre certaines variables telles que le niveau d'instruction, l 'ãge, le milieu de résidence et la région de résidence. D'après ce tableau, la proportion des femmes qui n'ont reçu aucune instruction varie avec l 'åge. Elle est seulement de 14 pour cent chez les femmes de 15-19 ans, et de 41 pour cent chez celles de 45-49 ans. La proportion des femmes, tous/lges confondus, qui ont atteint le niveau primaire est å peu près semblable. Au niveau du secondaire, cette proportion est élevée chez les femmes de moins de 30 ans, pour diminuer ensuite régulièrement jusqu'à 45 ans. Ces résultats montrent qu'une proportion de plus en plus importante de femmes des jeunes gén6rations ont suivi un enseignement secondaire, voire supérieur. Tableau 2.9 Niveau d'instruction des femmes enqu~tées Répartition (en %) des femmes par niveau d'instruction atteint, selon le groupe d'åges quinquennal, le milieu et la région de résidence, ENDS Madagascar 1992 Niveau d hr~~truction SecoFl- Secon daire II ou Caractéristique Aucun Primaire dairc 1 supérieur NSP Total Effectif Groupe d'•ges 15-19 14.2 56,8 23,3 5,7 0,0 100.0 1420 20-24 12,6 54,1 22,6 10,6 0.1 100,0 1266 25-29 17,2 47,1 21,2 14,5 0.0 100,0 1027 30-34 22,4 53.9 12,2 11.5 0.0 100.0 907 35-39 23,4 58,1 10,9 7.6 0.0 100,0 753 40.44 31,2 54.6 9.6 4,6 0,0 100,0 549 45-49 41.1 49,7 7,4 1,6 0,2 100,0 339 Milieu de résidence Capitale 2,2 25,3 31,5 41,0 0,0 100.0 505 Autres villes 8,7 35,0 35,9 20,3 0,1 100.0 748 Urbain 6.1 31.1 34,1 28,6 0,0 100,0 1253 Rural 23.0 59,5 13,5 4,0 0,0 100,0 5007 Province Antananarivo 6.8 56,6 20,9 15,6 0.0 100,0 2029 Fianarantsoa 21.7 61,1 13,8 3,5 0.0 100,0 1407 Toamasina 20,0 50,7 19,6 9,6 0.2 100,0 804 Mahajanga 33,1 51.8 10,8 4,3 0.0 100,0 793 Toliary 37,5 36,4 19,4 6.7 0.0 100.0 740 Antsiranana 16,9 55.9 20, 8 6,2 0,1 100,0 487 Ensemble 19,6 53.8 17.7 8,9 0,0 100,0 6260 20 Selon le milieu de résidence, la proportion des femmes sans instruction est de 23 pour cent dans le milieu rural. Elle est de 6 pour cent en milieu urbain. Selon les provinces de résidence, les proportions des femmes qui n'ont reçu aucune instruction sont plus élevées b. Toliary et Mahajanga, avec respectivement 38 et 33 pour cent. Elles sont de l'ordre de 7 pour cent dans la province d'Antananarivo et de 2 pour cent dans la Capitale. 2.2.7 Accès aux média Les données relatives à l'accès des femmes aux média sont particu- lièrement importantes pour la mise en place de programmes d'éducation et de diffusion d'informations dans tous les domaines, notamment dans ceux de la santé et de la planification familiale qui nous intéressent. Le Tableau 2.10 indique que dans l'ensemble, 39 pour cent des femmes écoutent la radio, 15 pour cent lisent un journal et 12 pour cent regardent la télévision au moins une fois par semaine. Ces proportions varient toutefois selon le niveau d'instruction de la femme, le milieu et la province de résidence. L'rage n'a pas tellement d'influence sur ces proportions. Les femmes qui n'ont reçu aucune instruction ont très peu accès aux media : 19 pour cent écoutent la radio et 2 pour cent regardent la télévision. Parmi celles qui ont le niveau primaire, 31 pour cent écoutent la radio, 11 pour cent lisent un journal et 5 pour cent regardent la télévision au moins une fois par semaine. Les proportions de femmes qui écoutent la radio augmentent avec l'élévation du niveau d'instruction : 61 pour cent pour le Tableau 2.10 Accès des femmes aux media pourcentage de femmes qui. habituellement, lisent un journal, regardent la télévision, ou écoutent la radio au moins une foEs par semaine, par fige. niveau d'instruction et par milieu et région de r6sidence. ENDS Madagascat 1992 Caractéristique Lit un Ecoute journal Regarde la la radio au moins TV au moins au motos Effectif une fois/ une fois/ une fois/ de semaine semaine semaine femmes Groupe d'~ges 15-19 15,4 14,4 39,7 1420 20-24 15,7 11,0 39,3 1266 25-29 17,0 11.9 40,6 1027 30-34 17,1 12.5 39,5 907 35-39 14,3 10.3 39,1 753 40-44 13.7 9.8 39,9 549 45-49 10.7 8.2 34,3 339 Niveau d'instruction Sans instrucuon 0.6 1,7 18,5 1227 Primaire 11,2 4,9 31.4 3368 Secondaire I -- 24.8 23,0 61,2 1106 Secondaire 11 ou supérieur 55,3 53,5 90.3 557 Non déclaré 0,0 0.0 30.4 2 Milieu de résidence Capitale 57,9 60.4 88,8 505 Autres villes 28.7 40.5 62.4 748 Urbain 40.5 48.5 73,0 1253 Rural 9.2 2.6 31,0 5007 Province Antananarivo 22,9 20.4 57.0 2029 Fianarantsoa 10.9 4.0 22.2 1407 Toamasma 18.5 10.1 40.8 804 Mahajanga 11.4 7.3 36.0 793 Toliary 7.6 7.6 29.5 740 Antsiranana 11.0 14.7 33.9 487 Ensemble des femmes 15,4 11,8 39.4 6260 niveau secondaire I, et 90 pour cent pour le secondaire II ou plus. Il en est de même journal (respectivement 25 et 55 pour cent), et pour la tél6vision (23 et 54 pour cent). pour la lecture d'un La proportion des femmes qui ont accès au média est plus élevée dans la Capitale que dans les autres villes. Très peu de femmes (3 pour cent) regarde la télévision dans le milieu rural. Par contre le pourcentage est de 41 pour cent dans le milieu urbain et, 61 pour cent dans la Capitale. Plus de la moitié des femmes lisent le journal dans la Capitale (58 pour cent), et à peu pr~s le tiers dans les autres villes et moins de 10 pour cent dans le milieu rural. 21 Plus de la moitié des femmes (57 pour cent) écoutent la radio dans la province d'Antananarivo. Les auditrices sont moins nombreuses dans la province de Fianarantsoa (22 pour cent). Dans les autres provinces, la proportion représente en moyenne le tiers des femmes. Dans l'ensemble, très peu de femmes regardent la télévision régulièrement. Moins d'un quart des femmes la regardent dans la province d'Antananarivo (20 pour cent), et très peu dans la province de Fianarantsoa (4 pour cent). C'est dans les province d'Antananarivo et de Toamasina que les femmes lisent beaucoup plus le journal, respectivement avec 23 et 19 pour cent des cas. La proportion est de 11 pour cent dans les autres provinces, et 8 pour cent seulement dans la province de Toliary. 22 CHAPITRE 3 FECONDITE L'ENDS fournit des informations sur l'histoire génésique des femmes qui permettent d'estimer les niveaux et tendances de la fécondité au niveau national et selon le milieu ou la province de résidence et le niveau d'instruction des femmes. Durant l'interview, l'enquêtrice posait tout d'abord une série de questions sur le nombre total d'enfants que la femme avait eu, en distinguant les garçons des filles, ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs, et ceux encore en vie de ceux décédés. L'enquêtrice reconstituait ensuite avec la femme interrogée l'historique complet de ses naissances, de la plus ancienne à la plus récente, en enregistrant, pour chacune d'entre elles : le type de naissance (simple ou multiple), le sexe, la date de naissance, l'~rat de survie; pour les enfants encore en vie, elle enregistrait leur åge et distinguait ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs; pour les enfants décédés, elle enregistrait l 'ãge au décès. Lors de l'interview, l'enqu~trice devait s'assurer que le nombre total d'enfants déclaré par la mère (dans chaque catégorie : vivants, décédés, .) était cohérent avec le nombre d'enfants obtenu à partir de l'historique des naissances. 3.1 N IVEAUX DE LA FECONDITE Le Tableau 3.1 (iUustr6 par le Graphique 3.1) présente, selon le milieu de résidence, les taux de fécondité générale (ensemble des femmes) par groupe d'åges. A partir de ces taux, nous avons calculé l'indice synthétique de fécondité (ISF) ou la somme des naissances réduites. L'ISF, calculé b. partir du cumul des taux de fécondité par åge, est un indicateur résumé de la fécondité actuelle. Il représente le nombre moyen d'enfants nés vivants que les femmes de 15- 49 ans auraient à la fin de leur période féconde, sous l'hypothèse que le niveau de fécondité actuel reste invariable. Les taux sont calculés ici pour la période de trois ans ayant précédé l'enquête. Cette période a ét~ choisie, d'une part, pour fournir les indicateurs de fécondité les plus récents et, d'autre part, pour réduire les erreurs de sondage et le transfert des dates de naissance. En effet, un phénomène qui a été souvent observé dans les enquêtes de ce type, est que certaines enqu~trices, pour réduire leur Tableau 3.1 Fécondité actuelle Taux de fécondité par fige et indice synthétique de fécondité (ISF) peur la période des trois années précédant l'enquête, selon le milieu de résidence, ENDS Madagascar 1992 Résidence Groupe d'åges Urbain Rural Ensemble 15-19 75 178 157 20-24 180 293 270 25-29 215 285 272 30-34 171 242 226 35-39 96 215 192 40-44 31 104 89 45-49 0 23 19 ISF 15-49 (peur 1 femme) 3,84 6,69 6,13 ISF 15-44 (peur 1 femme) 3,84 6,58 6,03 TFG 135 231 212 TNB 34,2 45,1 43,3 Note: Les taux sont calculés peur la période de 1-36 mois avant l'enquète. Les taux à 45-49 ans peuvent ~tre légèrement biaisés du fait de données incomplètes peur ce groupe d'åees. charge de travail et éviter de poser des questions sur la santé des enfants de moins de cinq ans, parfois transfèrent les naissances survenues cinq ans avant l'enquête vers la pé, riode de six ans ou plus (Rustein et Bicego, 1990). Dans le cas particulier de l'ENDS, les déplacements d'enfants qui se sont produits ont été faits principalement de l'année 1987, début de la période quinquennale précédant l'enquête, vers l'année 1986. Ce transfert entrafne une sous-estimation des naissances, donc du taux de fécondité pour cette période. Le 23 Graphique 3.1 Taux de fécondité générale par åge selon le milieu de résidence (femmes de 15-49 ans) Pour mille 35O 25O 200 150 ' . 100 X 5o "-~. ,ç'~ °1~ ~o ~5 åo ~ 4o 4s Age de la femme 50 ENDS 1992 choix d'une l~riode de trois ans permet, toute chose restant égale par ailleurs, d'éliminer ce type de sous- estimation car les deux années concernées se trouveront regroupées dans une même période. Au niveau national, le Tableau 3.1 indique que le taux de fécondité générale par groupe d'tiges suit le schéma classique,'observé en général dans les pays à forte fécondité : la fécondité débute précocement (le taux est estimé à 157 pour mille à 15-19 ans), atteint son maximum à 25-29 ans (272 pour mille) et se maintient longtemps à des niveaux importants jusqu'à 35-39 ans où le taux est estimé à 192 pour mille. Ce n'est qu'à partir de 40 ans qu'on enregistre une nette réduction (le taux passe de 89 pour mille à 40-44 ans à 19 pour mille à 45-49 ans). En milieu rural, la fécondité débute plus précocement, le taux pour le groupe de 15-19 ans étant de 178 pour mille, contre 75 pour mille en milieu urbain. La fécondité reste plus élevée en milieu rural quel que soit le groupe d'tiges des femmes, et d'une manière plus prononcée chez les femmes plus tigées. Ainsi, dans le groupe 40-44 ans, le taux de fécondité des femmes rurales est trois fois plus élevé que celui des femmes urbaines. Les femmes urbaines terminent en effet leur vie féconde avant les femmes rurales; à 45 ans leur fécondité est presque nulle. Par conséquent, I'ISF, estimé à 6,1 enfants par femme au niveau national, est de près de deux fois plus élevé en milieu rural qu'en milieu urbain (6,7 contre 3,8). Le Tableau 3.2 (illustré par le Graphique 3.2) présente I'ISF selon le milieu et la province de r~sidence et le niveau d'instruction de la femme. Il montre qu'en milieu urbain, I'ISF calculé à partir des femmes de la capitale est de plus d'un enfant inférieur à celui estimé dans les autres villes (3,2 contre 4,3). Quant å la province de résidence, on peut observer que I'ISF est plus faible dans les provinces d'Antananarivo et de Toamasina (5,7 dans les deux), et plus élevé à Fianarantsoa (6,8). 24 Tableau 3.2 Fécondité par caractéristiques socio- démographiques Indice synthétique de fécondité pour la période des trois années précédant l'enquéte et nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans. par caractéristiques socio-démo- graphiques. ENDS Madagasear 1992 Nombre moyen Indice d'enfants nés synthétique vivants pour les Caractéristique de fécondité I femmes de 40-49 ans Milieu de r~sldence Capitale 3.19 4.89 Autres villes 4.30 5.91 Urbain 3.84 5.52 Rural 6.69 7.03 Province Antananarivo 5.69 7.07 Fianarantsoa 6.75 6.57 Toamasina 5.69 7.08 M ahajanga/Antsiranana 6.36 6.76 Toliary 6.09 5.78 Niveau d'Instruction Sans instruction 6.54 6.56 Primaire 6.75 7.25 Secondaire I 5.08 5.67 Secondaire I1 ou supérieur 3.15 3.74 Non déclaré 2.39 3.76 Ensemble 6.13 6.75 1Indice synthétique de fécondité pour les femmes ågées de 15-49 ans Les variations de I'ISF sont plus importantes lorsqu'on considère le niveau d'instruction de la femme. La fécondité des femmes ayant un niveau d'instruction primaire (6,8) est légèrement supérieure à celle des femmes sans instruction (6,5). Les femmes ayant un niveau d'instruction primaire auraient tendance à abandonner certaines pratiques traditionnelles d'espacement des naissances, en particulier l'allaitement et l'abstinence post-partum, sans pour autant utiliser les méthodes modernes de planification familiale. Par contre,/t partir du niveau secondaire, on observe une réduction de I'ISF, de près d'un enfant et demi. L'ISF atteint son niveau le plus faible chez les femmes ayant un niveau d'instruction secondaire ll ou supérieur (3,2), qui est inférieur à la moitié du niveau de fécondité estimé chez les femmes n'ayant pas atteint le niveau secondaire. Les femmes ayant au moins le niveau d'instruction secondaire sont, en effet, celles, qui, d'une part, entrent en union plus tardivement et, d'autre part, pratiquent les méthodes modernes de contraception (voir les Chapitres IV et V). Au Tableau 3.2 figure également le nombre moyen d'enfants nés vivants chez les femmes de 40-49 ans; celles-ci sont supposéès être à la fin de leur vie féconde. Contrairement à I'ISF qui est une mesure de la fécondité récente, le nombre moyen d'enfants nés vivants ou descendance atteinte est le résultat de la fécondité passée des générations des femmes de 40-49 ans. Dans l'ensemble, son niveau estimé à 6,8 est supérieur à celui de I'ISF (6,1). L'inégalité entre ces deux indicateurs de fécondité se vérifie quels que soient le milieu de résidence et le niveau d'instruction des femmes enquêtées; l'écart est d'autant plus important que I'ISF est faible, comme dans le cas de la capitale où I'ISF est estimé à 3,2 et le nombre moyen d'enfants nés 25 9 vivants à 4,9. Le fait que I'ISF est inférieur au nombre moyen d'enfants nés vivants pourrait, en l'absence d'une sous-estimation des naissances survenues sur la période quadriennale précédant l'enquête, indiquer une baisse récente de la fécondité à Madagascar, en particulier dans la capitale. Toutefois, à Fianarantsoa où résident les femmes les plus fécondes et à Toliary, I'ISF est supérieur au nombre moyen d'enfants nés vivants (respectivement 6,8 contre 6,6 et 6,1 contre 5,8). On ne peut exclure a priori une légère tendance à la hausse de la féconditê dans ces régions. Cependant, d'autres facteurs peuvent intervenir notamment, le fait que le nombre moyen d'enfants nés vivants se rapporte à des femmes de 40-49 ans, donc en moyenne plus jeunes que celles auxquelles a trait I'ISF (50 ans exact). Graphique 3.2 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans RESInENCE Capi ta le Autres vil les Rura PROVINCE Antananar iv¢ F ianarantsoa Toamas ina Maha langa/Ants l ranana . . m - - - - - - - - m - m m m r . « - - - - - - . . ' H : ' : ' H C ¸ . H:------>>--H.----'H''+::,:+r:.r,:,:.r. l l S Q r 3 . o 2 4 Nombre d'enfants par femme ENDS 1992 3.2 TENDANCES DE LA FECONDITE Le nombre d'enfants nés vivants que les femmes déclarent au moment de l'enquéte constitue le résultat de leur expérience passée. Il comprend les naissances qu'elles ont eues depuis le début de leur vie féconde jusqu'au moment de l'interview. A partir des informations sur la date de naissance des mères et de leurs enfants, nous avons pu estimer, pour la période des vingt demières années, des taux de fécondit6 par période de quatre ans (Tableau 3.3). Tableau 3.3 Tendances de la fécondité par åge Taux de fécondité par åge par période de quatre ans précédant l'enquête, selon l'åge de la mère, ENDS Madagascar 1992 Périodes précédant /'enquête (en années) Groupe dãges 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 15-19 156 141 169 192 198 20-24 270 290 297 318 308 25-29 268 288 299 319 I318] 30-34 230 258 261 [265] [282] 35-39 181 184 [207] [313] 40-44 88 [103] [101] 45-49 [19] [55] Note: Taux de fécondité par groupe d'åges pour 1000 femmes. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplètes. 26 Le Tableau 3.3 indiquent que durant les vingt demiêres années, le cumul des taux de fécondité de 15 å 34 ans a connu une baisse modérée mais téguliêre, passant de 5,5 pour la période de 16-19 ans avant l'enquête, à 4,6 pour les quatre demières années (0-3 ans avant l'enquête). De plus, cette baisse tend à s'accentuer ~t mesure que l 'on se rapproche de la date de l'enqugte (voir Graphique 3.3). Si tous les groupes d'/lge sont concernés par le déclin de la fécondité, c'est surtout parmi les 15-19 ans que la diminution du taux est la plus forte (22 pour cent entre les deux pêriodes extr~mes). ISF (15-34) Graphique 3.3 Tendances de I'ISF des femmes (cumul des taux de 15 à 34 ans) _ . + - - _ . . . . . . _ 0-3 i I i I i i 4-7 8-11 12-15 Période avant l'enquête en années 16-19 ENDS 1992 Le Tableau 3.4 présente les taux de fécondité calculés par durée de mariage. La fécondité de début de mariage (des cinq premières années) a connu également une baisse, passant de 393 pour mille 12-15 ans avant l'enquête, à 356 pour mille pour les quatre demières annêes (0-3 ans avant l'enqugte). Quelle que soit la durée de mariage, les niveaux de fécondité ont connu une réduction relativement importante durant cette dernière période quadriennale. Ainsi, on assiste non seulement à une réduction de la fécondité générale, mais aussi à celle de la fécondité des unions. Tableau 3.4 Tendances de la fécondité par durée de mariage Taux de fécondité par période de quatre ans préc6dant l'enqu&e, selon la durée écoulée depuis le premier mariage, "ENDS Madagascar 1992 Nombre d'années depuis le premier mariage Périodes précédant l'enquête (en années) 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 0-4 356 358 380 393 387 5-9 294 325 319 358 336 10-14 254 275 296 319 299 15-19 223 234 239 262 [279] 20-24 146 173 [225] [290] 25-29 75 [103] [1301 Note: Taux de fécondité pour 1000 femmes non-célibataires. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incompl&es. 27 3.3 PARITE ET STERIL ITE PR IMAIRE Les informations sur le nombre total d'enfants que les femmes ont eu au cours de leur vie féconde ont permis le calcul des parités moyennes par groupe d'åges, pour l'ensemble des femmes et pour les femmes actuellement en union (Tableau 3.5). On observe une augmentation rapide et régulière de la parité avec lqlge de la femme, de 0,3 chez les femmes de 15-19 ans à 1,52 chez celles de 20-24 ans, 4,6 chez celles de 30-34 ans et, enfin, 7,2 enfants chez celles de 45-49 ans. La répartition de toutes les femmes selon le nombre de naissances met en évidence une fécondité précoce : le quart des femmes ågées de moins de 20 ans (25 pour cent) ont déjà donné naissance à au moins un enfant. Lorsqu'on considère la population féminine en union, on trouve qu'à 15-19 ans la majorité (60 pour cent) a déjà eu au moins un enfant, et cette proportion est de 91 pour cent à 20-24 ans. Par ailleurs, en fin de vie féconde (45-49 ans), le tiers des femmes (33 pour cent) ont donné naissance à 10 enfants ou plus. Tableau 3.5 Enfsnts n6s vivants et enfants survxv~ts R~4)arUtiort (en %) de toutes les femmes et des femmes actuellement eaa union par nombre d'enfants r~s vlvmat s. nombre moyen d'enfants n6s vivants et noralxe moyen d'enfams survivants, selon l'~ge des femmes, ENDS Ma4agascæ 1992 TOUTES LES I~TEMMES Effectif No~n ~e Nombre Norabre d'enfants n6s vivemts de moyen moyen Groupe fcm- d'enfants d'enfanu~ d ' lges 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ou + Total mes n~s vivants survwants 15-19 75,4 18,2 5,2 0,9 0.2 0,2 0,(30 0,0 0,0 0,0 0,0 100.0 1420 0,33 0.28 20-24 28,2 25,6 23,7 14,0 6,0 1,8 0,50 0,I 0,0 0,0 0.0 I00,0 1266 1,52 1,29 25-29 14,5 12,7 14,9 19,3 16,0 12,1 6,70 2,4 0,6 0,4 0,3 100,0 1027 2,94 2,41 30-34 6,5 7,7 9,4 9,3 14,5 14.0 14,40 10,3 7,2 4,0 2,6 100,0 907 4.62 3,76 35-39 6,6 4,9 5,5 9,6 9,6 8,3 9,20 11.1 11,7 9,5 14,1 1(30,0 753 5,91 4,82 4044 5,5 5.5 5,9 7,3 7,6 6.6 9,80 8,6 9,1 10,6 23,4 100,0 549 6.49 5,17 45-49 10,1 4,5 3,6 4,3 4,4 7,1 3,90 8,2 l l ,0 9,7 33.2 100,0 339 7,16 5,65 ~~~'~b[e 28.0 13.8 I1,1 9.6 8.0 6.4 5.50 4.4 3.9 3.2 6.0 10(3,0 6260 3.20 2.60 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION Effectif Nombre Nombre Nombre d'enfants nés vivants de moyen moyen Groupe fem- d'enfants d'enfants d'ltges 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ou + Total mes nés vivants survivants 15-19 39,6 39,5 16,1 3,1 0.8 0,8 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 304 0,88 0,74 20-24 9.5 26,8 30,3 20,9 9,2 2,5 0,8 0,0 0,0 0,0 0.0 100,0 716 2,04 1,77 25-29 8,3 11,5 14,8 19,9 18,4 14,0 8,6 3,3 0,5 0,5 0,2 100.0 764 3.30 2,73 30-34 3,5 6,7 8.5 9.3 13,3 14,7 16.9 11.0 8,6 4,3 3,1 100.0 716 4,97 4,09 35-39 5,1 4,2 4,9 8.3 8,9 7.3 8.9 12,3 12.1 11,1 16,9 100,0 584 6,32 5.20 40-44 4,4 5,1 4,3 6.6 7.5 5,9 8,1 9.2 I0,4 12.4 26,2 I00,0 408 6,92 5,60 45-49 8,4 2,3 3,9 3,8 3,5 6,3 4.0 8.2 11,1 9,9 38,7 100,0 245 7,73 6,tY) Ensemble 9,2 13,4 13,3 12,4 10,6 8,4 7,7 6,2 5,5 4.7 8,7 100,0 3736 4,34 3,56 Les femmes mari~es qui restent volontairement sans enfant sont rares en Afrique. Par conséquent, la proportion de femmes de 45-49 ans actuellement en union qui n'ont pas encore eu d'enfant, peut être un indicateur du niveau de la stérilité primaire; celle-ci est estimée ~ 8 pour cent. Ce niveau de stérilité primaire est relativement élevé par rapport à celui observé lors des enquêtes EDS dans d'autres pays d'Afrique, où il atteint très rarement 4 pour cent. Les données semblent toutefois montrer une réduction de la stérilité primaire 28 dans les jeunes générations. Chez les femmes de 30-34 ans, la quasi-totalité ont déjå eu leur premier enfant, et seulement 3,5 pour cent sont encore infécondes. Aux/lges élevés, deux phénomènes peuvent fausser l'estimation du taux de stérilité primaires : une mortalité plus précoce des femmes fécondes ainsi qu'une tendance plus ou moins volontaire des femmes ayant eu un enfant décédé en bas /lge à omettre cette naissance. 3.4 INTERVALLE INTERGENESIQUE De nombreuses recherches ont montré que la longueur de l'intervalle qui sépare la naissance d'un enfant de la naissance précédente a une influence sur son état de santé et sur celui de la m~re. En particulier, les intervalles courts (inférieurs à 24 mois) sont nuisibles à la santé des enfants et augmentent leur risque de --.- al~céder (voir Chapitre 7 - Mortalité des enfants). Le Tableau 3.6 présente la répartition des naissances des Tableau 3.6 Intervalle intergénésique Répartition (en %) des naissances des cinq années précédant l'enqu8te par nombre de mois écoulés depuis la naissance préc&lente, selon certaines caractéristiques soeio-démographiques, ENDS Madagascar 1992 Nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente Caractéristique 7-17 18-23 24-35 36-47 48 ou + Nombre m&lima Effectif de mois depuis de la naissance Total naissances précédente Groupe d'~tges 15-19 21,1 34,2 35,0 7,4 2,3 100,0 110 22,9 20-29 13,2 21,8 42,7 12,2 10,0 100,0 2066 27.0 30-39 9,6 16,3 41,7 15,1 17,4 100,0 1940 30,2 40 ou plus 9,4 10,5 34,6 17,5 28,0 100,0 431 35,6 Rang de naissance 2-3 13,0 21,0 39,4 12,5 14,2 100,0 1656 27,8 4-6 9,5 17,7 43,8 13,1 15,9 100,0 1572 29,3 7 ou plus 12,0 17,0 40,8 16,4 13,9 1(30.0 1320 29,6 Sexe de l'enfant pr~eédent Masculin 11,4 18,1 41,3 14,3 14,9 1(30,0 2315 29,0 Féminin 11,6 19.3 41,3 13,3 14,5 100,0 2232 28,8 Survie de l'enfant préeédent Toujours vivant 8,2 18,5 43,6 14,6 15,1 100,0 3700 29,5 Déc&lé 25,9 19,6 31,2 10,6 12,8 100,0 847 25,0 Milieu de résidence Capitale 13,9 16.5 31.7 15,8 22,1 100,0 166 31,4 Autzes villes 10,3 19.0 40,0 16,0 14,7 100,0 373 29,2 Urbain 11,4 18,2 37,4 16,0 17,0 100,0 540 29,5 Rural 11,5 18,7 41,8 13,5 14,4 100,0 4008 28,9 Province Antenanarivo 9,9 18,7 40,3 13,5 17,6 100,0 1279 29,8 Fianarantsoa 12,7 17,1 42,9 14,4 12,9 1(30,0 1185 28,7 Toamasina 10,6 20.0 38,6 14,7 16,2 100,0 546 30,0 M ahajanga/Antsiranana 11,6 17.9 43,9 13,5 13,0 100,0 999 28,4 Toliaty 13.3 22,2 38,0 13,1 13.4 100,0 538 26,7 Niveau d'Instruction Sans insta"ucfion 11,8 17,8 39.8 14,7 16,0 100,0 1015 29,2 Primaire 11,3 18,5 42.4 13,8 14.0 100,0 2718 29,0 Secondaire I 12,1 20,5 41,5 11,6 14,3 100.0 607 27,8 Secondaire 1I ou supérieur 10,4 20,6 37,1 15,9 16,0 100,0 174 28,7 Non déclaré 12,5 19,3 20,5 18.1 29,6 100,0 32 34,6 Ensemble 11,5 18.7 41,3 13,8 14,7 100,0 4548 28,9 Note : Les naissances de rang 1 sont exclues. L'intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois écoulés depuis la grossesse précédente qui a abouti à une naissance vivante. 29 cinq années ayant précédê l'enquête selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, en fonction de diverses caractéristiques socio-démographiques. Près de 12 pour cent des naissances sont arrivées moins de dix-huit mois après la naissance précédente et près de 19 pour cent des enfants sont nés entre dix- huit mois et 23 mois après leur aîné : au total, pour environ un tiers des naissances (31 pour cent), l'intervalle intergénêsique est inférieur à deux ans. Une importante proportion des naissances (41 pour cent) se produisent entre deux et trois ans après la naissance précédente; 14 pour cent entre trois et quatoe ans et seulement 15 pour cent des enfants sont nés quatre ans ou plus après leur aîné. La durée médiane de l'intervalle intergénésique est de 28,9 mois. Les intervalles intergénésiques sont légèrement plus courts chez les jeunes femmes de 20-29 ans (27,0 mois) que chez les femmes plus ,qgées, en particulier celles de 40 ans et plus (35,6 mois). L'intervalle médian passe de 27,8 mois pour les naissances de rang 2-3, à 29,6 mois pour les naissances de rang supérieur à 6. Les naissances qui suivent des enfants décédés se produisent beaucoup plus rapidement que lorsque l'enfant précédent est toujours en vie : 46 pour cent des naissances ont lieu moins de deux ans après la naissance de l'enfant précédent lorsque celui-ci est décédé (l'intervalle médian est estimé à 25 mois), contre 27 pour cent lorsqu'il est toujours en vie (l'intervalle médian est de 29,5 mois) L'intervalle entre naissances varie peu selon le milieu de résidence des femmes : 29,5 en milieu urbain et 28,9 mois en milieu rural. Il est, toutefois, légèrement plus long dans la capitale (31,4 mois) que dans les autres villes (29,2 mois), et plus court à Toliary (26,7 mois) que dans les autres régions. Les variations de l'intervalle intergénésique selon le niveau d'instruction de la femme sont très faibles. Seules les femmes ayant un niveau de secondaire I semblent présenter un intervalle plus court (27,8 mois) que celui estimé chez les autres (29 mois en moyenne). 3.5 AGE A LA PREMIERE NAISSANCE L'åge auquel les femmes ont leur première naissance influence généralement leur descendance finale, en particulier lorsque l'utilisation de la contraception est faible; il a également des conséquences sur l'état de santé de la mère et de l'enfant et peut être un facteur de risque de mortalité (voir Chapitre 7 - Mortalité des enfants). Le Tableau 3.7 présente la répartition des femmes par åge à la première naissance selon leur groupe d'~ges au moment de l'enquête : cinquante pour cent des femmes ont eu leur premier enfant avant d'atteindre Tableau 3.7 Age à la prermère naissance Répartition (en %) des ferranes par âge à la première naissance, et âge médian à la première naassance selon l'åge actuel. ENDS Madagascar 1992 Age médian Femmes Age à la première naissance Effectif à la Age sans de premi~oe actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25 ou + Total femmes naissance 15-19 75.4 3,4 16,2 5,1 a a a 100.0 1420 b 20-24 28.2 6.1 25.0 21,8 14,1 4.8 a 100.0 1266 19,7 25-29 14.5 6.3 26,8 20,2 14.6 12.9 4.7 100.0 1027 19,6 30-34 6.5 9,2 30.9 19.9 13.6 11.2 8.7 100.0 907 18.9 35-39 6,6 5.2 31,8 20.3 13,3 11.5 11.4 100.0 753 19,0 40-44 5.5 7,2 30.2 22.6 14.6 12,0 7.9 100.0 549 19,2 45-49 10,1 8,9 33.1 19.1 10.7 8,4 9,7 100.0 339 18,8 aSans objet bNon applicable: moins de 50% de femmes ont eu un enfant 30 l'/lge de 20 ans. D'une génération à l'autre, l',~ge médian à la premiære naissance n'a connu qu'une hausse modérée, passant de 18,8 dans le groupe des 45-49 ans, à 19,0 chez les femmes de 35-39 ans, et 19,7 ans chez celles de 20-24 ans. Au niveau des provinces de résidence, la fécondité est moins précoce à Antananarivo (20,0 ans) et Toamasina (19,4) que dans les autres provinces où l'~.ge médian å la première naissance n'atteint pas 19 ans (Tableau 3.8). L' fige médian a connu un recul chez les femmes urbaines et d'une manière plus prononcée chez les générations de 25-29 ans où il est estimé à 23,3 ans contre 19,1 ans en milieu rural. Dans l'ensemble, l'écart est de 2,2 ans (21,0 contre 18,8). Dans la capitale, on observe chez les femmes de 30-34 ans un åge à la première matemité de 23,5 ans, ~ge plus élevé que celui observé dans les autres villes chez les femmes de 25-29 ans (21,2 ans). Le recul de l'åge à la première matemité est également associé au niveau d'instruction des femmes. A 30-34 ans, chez les femmes sans instruction la précocité est nette : presque cinquante pour cent ont eu leur première naissance avant d'atteindre l'åge de 17 ans, alors que la majorité de celles ayant au moins un niveau d'instruction secondaire ont eu leur premier enfant après l'åge de 20 ans. Ta.bleau 3.8 Age médian à la première naissance Age médian à la première naissance (femmes de 20-49 ans) par åge actuel et par caractéristiques socio-démo- graphiques, ENDS Madagascar 1992 Age actuel Age Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 25-49 Milieu de r6sldence Capitale a a 23,5 20,5 21,6 20,2 22,8 Auta'es villes a 21,2 19,6 19,7 19,7 19,6 20,0 Urbain a 23,3 20,9 20,0 20,5 19,8 21,0 Rural 19,2 19,1 18,5 18,8 18,9 18,6 18,8 Province Antananarivo a 21,2 20,5 19,6 19,3 18,5 20,0 Fimaaramsoa 19,6 18,7 18,7 18,8 19,5 I8,6 18,8 Toamasina 19,9 20,2 19,0 19,5 18,5 20,1 19,4 Mahajanga/Amsiranana 18,3 18,5 17,7 18,3 19,1 18,2 18,3 Toliary 18,3 19,0 16,8 18,2 19,3 19,0 18,2 Niveau d'instruction Sans instruction 17,7 17,9 17,2 18,3 19,4 18,6 18,2 Primaire 19,1 18,8 18,4 18,6 18,5 18,7 18,6 Secondaire I a 20,3 20,3 20,1 21,5 20,4 20,4 Secondaire 1I ou supérieur a a 22,9 24,7 23,4 25,5 24,1 Non déclaré a a 28,6 27,7 23,2 24,5 Ensemble 19,7 19,6 18,9 19,0 19,2 18,8 19,2 Note: L'åge médian pour la eohorte 15-19 ne peut ~tre déterminé car plus de 50 pour cent des femmes de ce ~roupo d'iges n'ont pas encore eu d'enfants. Non applicable: moins de 50 pour cent de femmes ont eu un enfant. 3.6 FECONDITE DES ADOLESCENTES Comme nous l'avons déjà signalé, la fécondité précoce a souvent un effet négatif sur la santé des m~.res et des enfants, et le risque de décéder des enfants est plus 61evé lorsqu'ils naissent de femmes trés jeunes (voir Chapitre 7 - Mortalité des enfants). Dans le cadre de notre étude, les femmes ågées de 15-19 ans constituent la population des adolescentes. Elles contribuent pour 13 pour cent à la fécondité totale de l'ensemble des femmes ågées de 15-49 ans. Le Tableau 3.9 fournit les proportions, par ãge détaillé entre 15 31 Tableau 3.9 Fécondité des adolescentes Pourcentage d'adolescentes de 15 à 19 ans ayant déjà eu un enfant ou étant enceintes d'un premier enfant par caractéristiques socio-démographiques. ENDS Madagascar 1992 Adolescentes (%) qui sont: Adolescentes (%) ayant déjà Enceintes d'un commencé leur Caractéristique Mères premier enfant vie féconde Effectif Age 15 3.1 4,0 7,2 280 16 10,2 4,4 14,6 287 17 22,3 4,6 26,9 284 18 39,8 5,3 45,1 305 19 48,0 3.4 51,3 264 Milieu de résidence Capitale 8,6 3,0 11,6 109 Autres villes 15.0 2,3 17,3 187 Urbain 12.6 2,6 15,2 296 Rural 27,8 4,8 32,6 1124 Province Antananarivo 14,1 3,0 17.2 439 Fianarantsoa 25.7 3,6 29,3 316 Toamasina 20,2 2, l 22.4 196 M ahajanga/Antsir anana 34,4 6,5 40,9 278 Toliary 37,1 7.8 44,9 191 Niveau d'Instruction Sans instruction 36,7 5,0 41.8 201 Primaire 25.6 4,9 30,5 806 Secondaire I 19,6 3,1 22,7 332 Secondaire I1 ou supérieur 5,2 2,3 7,4 80 Ensemble 24.6 4,4 29,0 1420 et 19 ans, des adolescentes qui ont déjà eu un ou plusieurs enfants et de celles qui sont enceintes d' un premier enfant : la somme de ces deux pourcentages fournit la proportion des adolescentes ayant commencé leur vie féconde. Le quart des adolescentes ont déjà eu au moins un enfant et 4 pour cent étaient enceintes d'un premier enfant au moment de l'enquête. Chez celles agées de 16 ans, 15 pour cent ont déjà commencé leur vie féconde, et 10 pour cent ont déjà eu un ou plusieurs enfants. Chez les adolescentes de 19 ans, la majorité d'entre elles ont eu un enfant ou sont enceintes au moment de l'enquête (48 pour cent et 3 pour cent respectivement). La précocité de la fécondité est beaucoup plus accentuée en milieu rural où un tiers des adolescentes ont commencé leur vie féconde, contre 17 pour cent dans les autres villes et 12 pour cent dans la capitale (Graphique 3.4). Les adolescentes de Toliary comme celles de Mahajanga débutent plus précocement leur vie féconde (respectivement 45 et 41 pour cent) que celles des autres provinces, en particulier de celles d'Antananarivo (17 pour cent). 32 Graphique 3.4 Pourcentage d'adolescentes (15-19 ans) ayant commencé leur vie féconde RESIDENCE L~_.__ Capitale ~ Autres villes Rural PROVINCE Antananarivo Fianarantsoa Toarnaslna ~ Mahajanga/Antsiranana Toliary ~ INSTRUCTION / Prirnaire ~ Seconda i re I ~ Sec, Il ou supdrieur~ I I I 10 20 30 40 Pourcentage 50 ENDS 1992 D'une manière générale, le niveau d'instruction est négativement associé à la précocité des unions. Chez les adolescentes sans instruction, 42 pour cent ont déjà débuté leur vie féconde, alors que chez celles ayant un niveau de secondaire II ou plus, ce pourcentage est estimé ~ 7 pour cent. Le Tableau 3.10 foumit la répartition des adolescentes par ãge détaillé, selon leur nombre d'enfants. Parmi les adolescentes qui ont d6jà eu au moins un enfant (25 pour cent), un peu plus d'un quart en ont déjà eu deux ou plus (7 pour cent par rapport à 25 pour cent). Chez les mères âgées de 18 ans (40 pour cent des femmes de 18 ans), 27 pour cent ont déjà eu 2 enfants ou plus; cette proportion passe à 39 pour cent chez celles de 19 ans (19 pour cent par rapport à 48 pour cent). Tableau 3.10 Enfants nés de mères adolescentes Répartitaon (en %) des adolescentes âgées de 15 à 19 ans par nombre d'enfants nés vivants et nombre moyen d'enfants nés vivants selon l'âge. ENDS Madagascar 1992 Nombre d'enfants nés vivants Age 0 1 2 ou + Nombre moyen d'enfants n6s Effectif Total vivants d'adolescentes 15 96,9 3.1 0,0 100.0 0,03 280 16 89,8 10,0 0.2 100.0 0,10 287 17 77,7 19,2 3.1 100.0 0,26 284 lg 60.2 29.0 10,8 100.0 0.53 305 19 52.0 29,3 18,7 100,0 0,73 264 Ensemble 75,4 18,2 6,5 100.0 0,33 1420 33 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE Un des objectifs de la politique nationale de population du gouvernement malagasy est de réduire le nombre moyen d'enfants par femme de 6 à 4 d'ici l 'an 2000. Afin d'atteindre ces objectifs, il est indispensable que les services de planification familiale soient disponibles pour faciliter 1' accessibilité aux méthodes modernes de contraception. A cet effet, il s'avère important d'évaluer le comportement et les attitudes des couples en matière de planification familiale. L'ENDS a collecte des informations sur les thèmes suivants qui feront l'objet de ce chapitre : connaissance et pratique de la contraception; nombre d'enfants à la première utilisation; connaissance de la période féconde; sources d'approvisionnement de la contraception; intention d'utiliser la contraception dans le futur; information sur la contraception; opinions et attitudes vis-à-vis de la planification familiale. 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION La connaissance des méthodes de contraception, ainsi que du lieu où se les procurer sont les conditions préalables à toute utilisation de la contraception. La connaissance des méthodes a été abordée de deux façons différentes. Premièrement, après avoir informé l'enquOtée de l'existence de méthodes ou moyens qu'un couple pouvait utiliser pour retarder ou prévenir une grossesse, l'enquêtrice lui posait la question suivante : "De quels moyens ou méthodes avez-vous entendu parler?. Chaque méthode ou moyen cité ainsi, était noté et considéré comme connaissance "spontanée." Deuxièmement, pour les méthodes non mentionnées, l'enquStrice devait les décrire et enregistrer si oui ou non l'interviewée en avait entendu parler. Toute méthode mentionnée, dans ce cas, est considérée comme connaissance "après description." Une femme connatt une méthode si elle l 'a citée "spontanément" ou "après description." Pour chaque méthode reconnue par l'enquetée, soit spontanément, soit après description, l'enquêtrice demandait à la femme si elle savait où se la procurer. Pour les besoins de l'analyse, on distinguera deux catégories de méthodes : Méthodes modernes : pilule, DIU ou stérilet, injection, spermicides (diaphragme, mousse, gelée), condom ou préservatif masculin, stérilisation féminine (généralement ligature des trompes), stérilisation masculine (vasectomie); Méthodes traditionnelles : continence périodique, retrait, etc. Le Tableau 4.1 (illustré par le Graphique 4.1) indique que près de deux-tiers des femmes (62 pour cent) ont déclaré connaître au moins une méthode, et plus de la moitié une méthode moderne (57 pour cent). Chez les femmes actuellement en union, ces proportions sont plus importantes : respectivement 67 et 62 pour cent (Tableau 4.1). Il importe de souligner que ce niveau de connaissance de la contraception est le niveau le plus faible trouvé dans les pays africains ayant particip6 au Programme des Enquêtes d6mographiques et de santé (voir Rutenberg et al., 1991). Ceci s'explique par le fait que les efforts consentis dans le domaine de l'information et de l'éducation des populations en matière de planification familiale n'ont démarré que très récemment. 35 Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes Pourcentage de l'ensemble des femmes et de femmes actuellement en union qui connaissent une méthode contraceptive et pourcentage de celles qui connaissent une source (pooe informations ou services) par méthode spécifique, ENDS Madagascar 1992 Connalt une méthode Connait une source Toutes Femmes Toutes Femmes Méthode les actuellement les actuellement contraceptive femmes en union femmes en union N'Importe quelle m~thode 61,7 66,6 44,9 49,6 M~thode moderne 56,9 61,7 40,8 45,4 Pilule 36,7 41,0 25,2 29,0 DIU 14,2 17,3 9,5 12,2 Injection 42,1 48,3 27,9 33,4 Méthodes vaginaies 7,0 8,1 4,6 5,6 Condom 28,0 29,1 18,5 19,6 Stérilisation féminine 37,2 41,1 25,5 28,8 Stérilisation masculine 6,1 6,8 3,7 4,4 M~thode traditionnelle 45,0 48,5 26,0 28,9 Continence périodique 41,2 44,5 26,0 28,9 Retrait 22,1 25,3 0,0 0,0 Auges méthodes 8,4 9,3 0,0 0,0 Effectif de femmes 6260 3736 6260 3736 Graphique 4.1 Connaissance de la contraception par les femmes de 15-49 ans M6thode quelconque M6thode moderne Injection Pilule Condom DIU Continence p6nod. Retrait I ,,, ,, ,, I I I I 20 40 60 Pourcentage 80 ENDS 1992 36 L'injection (42 pour cent), la stérilisation féminine et la pilule (37 pour cent chacune) sont les méthodes modernes les plus connues par l'ensemble des femmes suivies du condom (28 pour cent) et du DIU (14 pour cent). En ce qui concerne les méthodes traditionnelles, la continence périodique (41 pour cent) est la plus connue, suivie du retrait (22 pour cent). La majorité des femmes en union connaissent une source d'approvisionnement de la contraception. Toutefois, près du quart de celles connaissant un moyen contraceptif ne savent pas où se le procurer (Tableau 4.1). Le Tableau 4.2 présente les proportions de femmes en union ayant déclar6 conna~e une méthode contraceptive et un endroit où se la procurer selon différentes caractéristiques socio-démographiques. Les méthodes contraceptives sont plus connues des femmes du groupe d'åges 25-39 ans (71 pour cent en moyenne), suivies de celles des groupes 20-24 ans et 40-44 ans (65 pour cent chacun). Elles sont enfin Tableau 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives modernes et des sources des méthodes Pourcentage de femmes actuellement en union connaissant au moins une méthode moderne et pourcentage de celles connaissant une source (pour informations ou services), par caractéristiques socio-démographiques, ENDS Madagascar 1992 Cormalt une Connalt source pour Effectif Cormalt une méthode méthode de Caractéristique une méthode modeme I moderne femmes Groupe d'åges 15-19 52,1 44,7 30,2 304 20-24 64,8 58.8 42,7 716 25-29 71,8 67,0 48,1 764 30-34 71,1 65,9 50,5 716 35-39 69.9 65,7 49,3 584 40-44 65,4 61.9 47,0 408 45-49 55,0 52,2 36,6 245 Milieu de résidence Capitale 97,7 96.4 86,7 260 Autres villes 88,0 85,3 76,4 384 Urbain 91,9 89,8 80,6 644 Rural 61.4 55,8 38.0 3092 Province Antananarivo 80,3 75,6 57,3 1191 Fianarantsoa 47,3 41,8 28,1 795 To ama.sina 75,0 69,3 49,1 451 M ahaj ang a/Antsiranana 69,7 64,2 48,8 823 Toliary 51.5 48,6 35,0 476 Niveau d'Instruction Sans instruction 41,6 37,5 22,5 816 Primaire 64,6 58,4 39.6 2038 Secondaire I 92,3 89,0 73,6 594 Secondaire II ou supérieur 99,4 97,5 93,3 286 Ensemble 66,6 61.7 45,4 3736 IC'est-à-dire: pilule, DIU, injection, méthodes vaginales (spermicides, diaphragmes.). condom et stérilisations féminine et masculine. 37 moins connues des femmes de 15-19 ans (52 pour cent) et de 45-49 ans (55 pour cent). Les méthodes modernes sont également connues de plus des deux tiers des femmes de 25-39 ans contre 52 pour cent des femmes de 45-49 ans et 45 pour cent des femmes de 15-19 ans. La connaissance d'un endroit où se procurer une méthode moderne de contraception suit les mêmes tendances que la connaissance des méthodes : ce sont les femmes des ãges intermédiaires (25-39 ans) qui connaissent le mieux les sources d'approvisionnement (49 pour cent en moyenne) que celles de 45-49 ans (37 pour cent) et celles de 15-19 ans (30 pour cent). Les méthodes de contraception et leurs sources d'approvisionnement sont plus connues dans les milieux urbains que dans les zones rurales (respectivement 92 et 81 pour cent contre 61 et 38 pour cent). Presque toutes les femmes de la capitale connaissent au moins une méthode moderne de contraception (96 pour cent) et un endroit oò se la procurer (87 pour cent). Selon la province de résidence, on constate que les femmes d'Antananarivo connaissent plus les méthodes de contraception modernes et leurs sources d'approvisionnement (respectivement 76 et 57 pour cent) que les femmes de Fianarantsoa (42 et 28 pour cent) et de Toliary (49 et 35 pour cent). La connaissance de la contraception est également associée au niveau d'instruction de la femme : moins d'une femme sur deux sans niveau d'instruction (42 pour cent) connaît une méthode de contraception, tandis que plus des deux tiers (65 pour cent) de celles ayant un niveau primaire et pratiquement toutes les femmes ayant un niveau secondaire II ou supérieur (99 pour cent) connaissent au moins une méthode de contraception. De la méme manière, la quasi-totalité (93 pour cent) des femmes ayant un niveau d'instruction secondaire 1I ou plus connaissent au moins une source d'approvisionnement, tandis que parmi celles n'ayant pas d'instruction, seulement 23 pour cent savent où se la procurer. Parmi les femmes sans aucune instruction et connaissant une méthode de contraception, seulement 60 pour cent savent où se la procurer. 4.2 PRATIQUE DE LA CONTRACEPT ION Aux femmes qui avaient déclaré connaître une méthode contraceptive, l'enquêtrice a demandé si elles avaient déjà utilisé cette méthode. Ces informations permettent de mesurer le niveau de pratique de la contraception b. un moment quelconque de la vie féconde des femmes (Tableau 4.3 et Graphique 4.2). Sur l'ensemble des femmes, 24 pour cent ont déjà utilise au moins une méthode contraceptive à un moment quelconque de leur vie, les méthodes modemes (8 pour cent) étant moins utilisées que les méthodes traditionnelles (21 pour cent). Parmi ces demières, la continence périodique est la plus pratiquée (18 pour cent), suivie du retrait (8 pour cent). Parmi les méthodes modernes, la pilule (4 pour cent), l'injection (3 pour cent) et le condom (3 pour cent) sont les plus utilisés. Chez les femmes de 15-19 ans qui n'utilisent pratiquement pas de méthodes modemes de contraception (2 pour cent), une proportion non-négligeable utilise la contraception traditionnelle (10 pour cent), en particulier la continence périodique (8 pour cent). Quel que soit l 'åge de la femme, les méthodes traditionnelles sont plus pratiqu6es que les méthodes modernes. Toutefois, on note une augmentation de l'utilisation de la contraception moderne avec l'åge, qui atteint son maximum, 16 pour cent, chez les femmes de 35-39 ans. Si on se limite aux femmes en union, on constate que la proportion de femmes ayant déj~t utilisé la contraception est plus forte que celle relative å l'ensemble des femmes. Chez celles-ci, 25 pour cent utilisent des méthodes traditiopaaelles et I 1 pour cent des méthodes modernes, tandis que dans l'ensemble ces proportions sont respectivement 21 pour cent et 8 pour cent. 38 Tableau 4.3 Utilisation de la contraception/t un moment quelconque Pourcentage de l'ensemble des femme« et de femmes actuellement en uniota ayant dEji utilise une m~thode contraceptive, par m[thode spécifique, selon lãge, ENDS Mada8ascar 1992 N~im - N'ira- porte porte quelle Groupe quelle mO.hode Pil- d'iges m6thode moderne uie DIU M6thodes modernes N']m- M6thodes tradilaonne[les porte Mélh. quelle Contra. Effectif lnjec- rugi- Con St~fil. m6thode p~no- de tion hales dom f6mm. tradtt, diqo¢ Retrait Autres femmes TOUTES LES FEMMES 15-19 10,0 1,6 0,4 0,0 0,2 0,i 1,0 0,0 9.6 8,3 3,0 1.2 1420 20-24 24,2 5,3 2,3 0,1 1,5 0,3 2,3 0,0 22,7 18,7 8,6 2,4 1266 25-29 32,4 9,0 4,7 0,6 3,0 0,5 3,8 0,1 29,9 25.5 11,4 3,1 1027 30-34 31,5 13,3 5,9 1,5 5,6 0,8 4,9 1,0 25,9 22,2 12,0 1,9 907 35-39 30,3 15,5 8,3 1,6 7,5 1,5 5,0 1,3 25,4 21,9 11,0 2,1 753 40-44 26,3 13,0 5,9 1,0 6.5 0,5 3,3 2,5 20,8 17,8 8.6 2.2 549 45-49 16,9 8,8 5.6 1.2 3,9 0.0 1,0 1,6 13.5 I0,2 4,6 1,4 339 Ensemble 23,9 8,3 4,0 0,7 3,3 0,5 3,0 0,6 21,1 17,8 8,3 2,1 6260 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 14,4 3,2 0,5 0.0 0,6 0.4 1,4 0,0 13,8 11.0 5,2 2,2 304 20-24 25,7 6,1 2,9 0,2 1,8 0,6 2,5 0.0 23,8 19,2 9,1 2,7 716 25-29 32,6 9,2 4,8 0,7 3,3 0,4 4,1 0.1 30,0 24,8 12,3 3,5 764 30-34 33,0 14,9 6,4 1,9 6,6 1,0 5,5 1,3 26.8 23,0 13,0 1,9 716 35-39 32.7 17,5 10,0 2,0 8,3 1.6 5,5 1,5 27,1 23,3 12,9 2,1 584 40-44 28,3 14,5 7.2 1,2 7.6 0,7 3,4 3,1 22.0 19,2 9,6 2,6 408 45-49 18,5 9,1 5,9 1,4 4,2 0,0 0,9 1,3 15,5 11,9 4,9 1,7 245 Ensemble 28,5 11,1 5,5 1,1 4,7 0,7 3,8 0,9 24,6 20,6 10,6 2.5 3736 Graphique 4.2 Proportions de femmes ayant déjà utilisé la contraception Méthode quelconque Méthode moderne Pilule Injection Condom DIU Méthode traditionnelle Continence p6riod. Retrait I m I I I 20 40 Pourcentage 60 80 ENDS 1992 39 4.3 UT IL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPT ION La prévalence contraceptive est mesurée par le pourcentage de femmes qui utilisent une méthode de contraception au moment de l'enquête. Cette prévalence est présentée dans le Tableau 4.4. Si 24 pour cent de l'ensemble des femmes interrogées ont déclaré avoir déjà pratiqué une méthode quelconque de contraception à un moment de leur vie, seulement 13 pour cent en utilisaient une au moment de l'enquête. Chez les femmes en union, la prévalence contraceptive est estimée à 17 pour cent. Les méthodes modernes ne sont pratiquées que par une très faible minorité de femmes, 4 pour cent de l'ensemble des femmes et 5 pour cent de celles en union; l'injection et la pilule sont les plus utilisées (respectivement 2 et 1 pour cent). En ce qui concerne les méthodes traditionnelles, la prévalence atteint 10 pour cent chez l'ensemble des femmes et 12 pour cent chez les femmes en union, la méthode la plus utilisée était la continence périodique, 8 pour cent de l'ensemble des femmes et 9 pour cent des femmes en union. Tableau 4.4 Utilisation actuelle de la contraception R(~l~rtition (en %) de toutes les femmes et des femmes actuellement en umon, par méthode contraceptave actuellement uUlts~e, selon 1'~,8 e, ENDS Madagsscar 1992 N'ira- N'im- porte po¢te quelle quelle Groupe ta~- m(Khode Pd- d'8ges thode moderne uie Methodes modernes N'LIn- M~thodes traditionnelles porte M6th. quelle Contra. Effectif lnjec- vagt C~,n- St&il. méthode p~r~o- Aucune Ens- de DIU tion naIes dom fém]n txadlL d]que Reuatt Autres méthode emble femmes TOUTES LES FEMMES 15-19 5,8 0,4 0,2 0.0 0.0 0.0 0,2 0,0 5,4 4.6 0,6 0,2 94,2 100,0 1420 20-24 12,2 2,0 0,9 0,] 0.6 0,0 0,4 0,0 10,2 8,4 1,6 O,l 87,8 100,0 1266 25-29 17,3 3,0 1,5 0,2 0,6 0,1 0,6 0,1 14,3 11,4 2,1 0,8 82,7 1(30,0 1027 30-34 19,5 6,8 1.6 0,9 2.3 0,1 1,0 1,0 12,7 10,0 2.4 0,3 80,5 1(30,0 907 35-39 17,8 7,0 1,4 1,0 2,6 0.1 0,5 1,3 10.8 8,5 1,9 0,4 82,2 100,0 753 40-44 14,6 5,5 0.7 0,3 1,5 0,1 0,3 2,5 9.0 8.3 0.6 0,2 85,4 100,0 549 45-49 8,9 3,2 1,1 0,2 0,4 0,0 0,0 1,6 5,7 4.0 1,1 0,5 91,1 100,0 339 Ensemble 13,3 3,5 1,0 0,3 1,0 0,1 0.5 0,6 9,9 8,0 1,5 0,3 86.7 100.0 6260 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 6,4 0,5 0,2 0.0 0,0 0,0 0,4 0,0 5,9 4,0 1,2 0,6 93.6 100,0 304 20-24 13,3 2,9 1,4 0.2 0.8 0,0 0,5 0.0 10,4 8,0 2,1 0.3 86,7 100,0 716 25-29 17,5 3,1 1,5 0.2 0,9 0.0 0,5 0,1 14,4 10,8 2,6 1.0 82,5 100,0 764 30-34 21,6 8,1 1.8 1,1 2.7 0,2 1,0 1,3 13,5 10,4 2,8 0.3 78.4 100,0 716 35-39 21,0 8,7 1,8 1,2 3,3 0.2 0,6 1,5 12.4 9,7 2.1 0,5 79,0 100,0 584 40-44 17,6 6,9 0.9 0,4 1,8 0.1 0,4 3,1 10,7 9,7 0.8 0,3 82,4 100,0 408 45-49 10,9 3,6 1.5 0,2 0,5 0,0 0,0 1,3 7,4 5.1 1,5 0,7 89,1 100,0 245 Ensemble 16,7 5,1 1.4 0,5 1,6 0,1 0,5 0,9 11,6 9,0 2,1 0,5 83,3 100,0 3736 Pour l'ensemble des femmes, la prévalence contraceptive augmente fortement avec l'~ge jusqu'à 35 ans en passant de 6 pour cent chez les femmes de 15-19 ans à 20 pour cent chez celles de 30-34 ans, puis diminue lêgèrement chez les femmes plus ~gées, pour atteindre 15 pour cent chez celles de 40-44 ans; chez les femmes de 45-49 ans, l'utilisation de la contraception n'est plus que de 9 pour cent. Le recours à la contraception est encore le fait des générations les plus jeunes. Cette pratique devrait s'étendre progressivement à toutes les classes d'åge et permettre la poursuite de la baisse de la fécondité. 40 Les résultats des tableaux qui viennent d'Stre examinés ont permis de note r I'important d6c alage entre connaissance des m6thodes et utilisation pass6e, et entre utilisation pass6e et utilisation au moment de l'enquête. Pour le sous-groupe des femmes en union, rappelons que 67 pour cent connaissent une m6thode quelconque; parmi celles-ci, moins de la moitié ont ét6 utilisatrices à un moment quelconque (43 pour cent) et parmi ces dernières un peu plus de la moitié sont utilisatrices au moment de l'enquête (59 pour cent). La pr6valence contraceptive varie selon le milieu de r~sidence et le niveau d'instruction (Tableau 4.5 et Graphique 4.3). En milieu rural, seulement 12 pour cent des femmes en union utilisent une m6thode de contraception contre 40 pour cent en milieu urbain (51 pour cent dans la capitale et 32 pour cent dans les autres villes). En milieu urbain, plus d'un tiers des femmes utilisant la contraception ont recours aux méthodes modernes (16 pour cent par rapport à une pr6valence totale de 40 pour cent ), et surtout å la pilule (4 pour cent). En milieu rural, par contre, les femmes utilisent surtout les méthodes traditionnelles (9 pour cent par rapport à une prévalence totale de 12 pour cent), en particulier la continence p6riodique (7 pour cent). Tableau 4.5 UUllsation actuelle de la contraception par caract~ris6ques socio-d6mo8raphiques R~'par tidon (en %) des femmes actuellement en union, par m/thode contracep6ve actuellement utilis6e, selon certaines caract6fistiques socio-d6mo- graçhiques, ENDS Madagascar 1992 N~im - po¢1c M6thodes moderne N'ira- M61hodes tradldonnelles N'ira- quelle porte porte m6thode M6OE quelle Corain. Effectif Groupe quelle mod- pil- Injec- vagi- Con- Sgtril. m6thode p6fio- Aucune En- des d'liges m6thode erne uie DIU tion hales dom f6xalrL tradiL diquc Retrait Auttca m6thode uanble femmes Mlll~u de r~Idence CapiUde 51,I 20,9 5,5 3,0 2,1 0,8 3,8 5,5 30,2 25,5 3,2 1.5 48.9 I00.0 260 Autres vill~ 32,0 12.4 3,7 1,6 3,0 0,1 1,7 2,3 19,6 16.7 2,1 0.7 68.0 100,0 384 Urbain 39,7 15,8 4.4 2.1 2,6 0.4 2,6 3,6 23,9 20,3 2.6 1,0 60,8 100,0 644 Rund 11,9 2,9 0,8 0,2 1.4 0,0 0,1 0,4 9,0 6,6 2,0 0,4 88,1 100,0 3092 Province Antammarivo 28,7 9,4 2,8 1,3 2,1 0,2 1,1 2,0 19,2 14,0 4,1 1,1 71,3 100,0 1191 Fianarantsoa I0,3 1,5 0,3 0,0 0,8 0.0 0.I 0,3 8,8 6,7 1,8 0,2 89,7 100,0 795 Toamuina 18.0 6,6 2,2 0,6 2,5 0,0 0.9 0.5 11,4 9,6 1,2 0.5 82,0 I00,0 451 Mahajan8a/ Antsiranarm 10.0 3,1 0,6 0.2 1,7 0,0 0.1 0.6 6,9 6,1 0,8 0,0 90,0 100.0 823 Toliar/ 7,8 2.3 0,8 0,1 0,8 0,1 0,1 0,4 5,5 4,6 0,5 0,4 92,2 100,0 476 Niveau d'Instruction Sans instrucaon 2.9 1,0 0,4 0,0 0.5 0.0 0,0 0,2 1,9 1.6 0,2 0,2 97.1 I00.0 816 Primaire 11,8 3,6 0,8 0.2 1,7 0,0 0,I 0.7 8,2 5,5 2,3 0,3 88.2 I00,0 2038 Seeondalr¢ I 33,4 9.6 3,7 0,7 2,1 0,3 1,2 1,7 23,8 19,6 3,3 0.8 66,6 100,0 594 Secondair~ R ou sul~rieur 56,8 18,6 4,4 3,9 3,0 0,4 3,8 3,0 38,2 32,7 3,2 2,3 43,2 I00,0 286 Nombre d'enfants vivants Auom 7,0 0,8 0,1 0,0 0,0 0.0 0,5 0,1 6,3 5,6 0,6 0,1 93,0 100,0 439 1 13,4 3,0 1,2 0,4 0,5 0.1 0,8 0,0 10,4 9,2 1,2 0,1 86,6 100,0 556 2 19,6 4,6 2,0 0.6 0,9 0,0 0,6 0,4 15,0 11,2 2,8 1,1 80,4 100,0 570 3 20.6 5,4 1.8 1.2 0.7 0,2 0,4 1,0 15,2 10.9 3,6 0,7 79.4 I00.0 521 4 ou plus 18.2 7,1 1,5 0,5 2,9 0,I 0,5 1,6 I I,I 8.5 2,1 0,5 •l.S 100.0 1649 Ensemble 16,7 5,1 1,4 0,5 1,6 0,1 0,5 0,9 11,6 9,0 2,1 0,5 83,3 100,0 3736 41 ¢1 Graphique 4.3 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union RESIDENCE Rural Autres villes Capitale PROVINCE Antananarivo Fianarantsoal Toamasina Mahajanga/Antsiranana Toliar INSTRUOTIOr Aucune -n Primaire I Secondaîre I . Sec. Il ou sup6rieur m m m m 20 40 60 Pourcentage 80 ENDS 1992 La prévalence contraceptive est plus élevée à Antananarivo (29 pour cent dont 9 pour cent de m6thodes modernes), et à Toamasina (18 pour cent dont 7 pour cent de m6thodes modernes) : il s'agit des deux provinces où résident les femmes les moins fécondes comme l'indique le Chapitre I11 sur la f6condit6. La prévalence la plus faible est observée å Toliary, Mahajanga/Antsiranana et Fianarantsoa (respectivement 8, 10 et 10 pour cent). Dans ces provinces, la prévalence de la contraception modeme est inférieure à 3 pour cent. La prévalence de la contraception augmente avec le niveau d'instruction : très faible chez les femmes sans instruction (3 pour cent), elle est quatre fois plus élevée chez celles de niveau primaire (12 pour cent), et atteint le tiers chez celles ayant un niveau secondaire I, et plus de la moitié chez celles ayant un niveau secondaire II ou supérieur (57 pour cent, dont 19 pour cent de méthodes modernes). L'utilisation de la contraception augmente avec la parité, passant de 13 pour cent chez les femmes de parité 1, å 20 pour cent chez celles ayant 2 enfants vivants. A partir du deuxième enfant, les variations de l'utilisation de la contraception deviennent très faibles. Lorsqu'on se limite aux seules métbodes modernes, la prévalence, bien qu 'elle demeure faible, croît régulièrement, en passant de 3 pour cent chez les femmes ayant un seul enfant à 7 pour cent chez celles ayant 4 enfants ou plus. 4.4 NOMBRE D'ENFANTS A LA PREMIERE UTILISATION L'utilisation de la contraception pour la première fois peut, en fonction de la parité atteinte, répondre à des objectifs différents : retard de la première naissance si l'utilisation commence lorsque la femme n'a pas encore d'enfant, espacement des naissances si la contraception débute à des parités faibles, ou encore limitation de la descendance lorsque la contraception commence à des parités élevées, c'est-b.-dire lorsque le nombre d'enfants désirés est déjà atteint. 42 Le Tableau 4.6 pr6sente, par groupe d'ãges, la répartition des femmes en union selon le nombre d'enfants vivants qu'elles avaient au moment où elles ont utilisé la contraception pour la première fois. La proportion de femmes ayant utilisé la contraception pour la première fois alors qu'elles étaient nullipares augmente des générations les plus anciennes (1 pour cent b. 45-49 ans) aux générations récentes (10 pour cent à 20-24 ans). Les jeunes générations ont, en effet, plus tendance que les anciennes à retarder la venue du premier enfant. Pour les femmes commençant la pratique de la contraception après la naissance du poemier enfant, on note également une augmentation des proportions, passant de 1 pour cent pour les générations les plus anciennes (45-49 ans) à 9 pour cent chez les générations récentes (20-24 ans)) Tableau 4.6 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes non-célibataires par nombre d'enfants vivants lors de la première utilisation de la contraception, selon l'åge actuel, ENDS Madagascar 1992 Jamais Nombre d'enfants à la première utilisé utilisation de la contraception Effectif Age la contra- de actuel ¢eption 0 1 2 3 4+ ND Total femmes 15-19 86,5 9,2 3,0 1,3 0,0 0,0 0,0 100,0 380 20-24 75,9 10,1 8,6 4,0 0,8 0,5 0,1 100,0 865 25-29 68,3 10,3 6,7 6,3 3,5 4,8 0,1 100.0 893 30-34 68,4 5,2 6,3 5,6 3,8 10,5 0,2 100,0 858 35-39 69.3 2,7 4,2 4,3 4,3 15,1 0,0 100,0 724 40-44 73,6 1,7 3,2 3,0 3,4 I5,2 0,0 100,0 532 45-49 82,8 0,7 1,3 1,3 2,3 11,5 0,0 100,0 329 Ensemble 73,1 6,3 5,5 4,3 2,8 8,0 0,1 100,0 4581 4.5 CONNAISSANCE DE LA PERIODE FECONDE L'efficacité de l'utilisation de certaines méthodes de contraception, en particulier de la continence périodique, dépend de la connaissance exacte de la période de fécondabilité au cours du cycle menstruel. Pour cette raison on a demandé aux femmes si, au cours du cycle, il y avait une période pendant laquelle elles avaient plus de chance de tomber enceinte et, si oui, à quel moment du cycle se situait cette période. Au Tableau 4.7, on a regroupé les réponses en trois grandes catégories : connaissance exacte : "milieu du cycle"; connaissance douteuse : "juste après la fin des règles", "juste avant le début des règles". Ces réponses sont trop vagues pour pouvoir Etre considérées comme exactes mais, selon l'idée que se font les femmes du "juste avant" et du "juste après", elles peuvent correspondre à la période de fécondabilité; méconnaissance : "pendant les règles", "autre", "n'importe quand", "ne sait pas". Le Tableau 4.7 indique que deux tiers des femmes (64 pour cent) n'ont aucune idée de l'existence d'une période particulière ou ne savent pas situer correctement cette période, 8 pour cent en ont une connaissance douteuse et seulement un peu plus d'un quart des femmes (28 pour cent) ont une connaissance tOn n'a pas pris en compte les femmes de 15-19 ans dans la mesure où la majorité d'entre elles (70 pour cent) n'ont pas encore de premier enfant. 43 Tableau 4.7 Connaissance de la période féconde Répartition (en %) de toutes les femmes et de celles ayant déjà pratiqué la continence périodique selon leur connaissance de la période féconde au cours du cycle menstruel, ENDS Madagascar 1992 Femmes ayant Connaissance Toutes déjà utilisé de la période les la continence féconde femmes pérodique Connaissance Au milieu du cycle 28,1 76,3 Connaissance douteuse Juste après les règles 6,0 6,9 Juste avant les règles 2,1 2,3 Ne connalt pas Pendant les règles 0,2 0,2 A n'importe quel moment 13,5 3,3 Autre 0.3 0,5 Ne sait pas 49,7 10,4 Non déclaré 0,1 0,2 Total 100,0 100,0 Effectif de femmes 6260 1114 précise de la période où une femme a le plus de chance de tomber enceinte. Si on se limite aux seules femmes utilisatrices de la continence périodique, leur connaissance de la période de fécondabilité au cours du cycle est nettement meilleure : 76 pour cent ont une connaissance précise, 9 pour cent une connaissance douteuse et 15 pour cent l'ignorent complètement. Ce résultat montre, toutefois, que le quart des femmes utilisent la continence périodique sans pour autant connaître exactement la période durant laquelle elles sont plus exposées au risque de grossesse. 4.6 SOURCES D'APPROVISIONNEMENT DE LA CONTRACEPTION Pour évaluer la contribution des secteurs public et privé dans la distribution ou la vente des différentes m6thodes modernes de contraception, on a dem andé aux utilisatrices actuelles d'indiquer l'endroit où elles obtiennent leur méthode. Le Tableau 4.8 et le Graphique 4.4 indiquent que la majorité des utilisatrices actuelles de la contraception s'approvisionnent auprès du secteur médical privé (58 pour cent), le secteur public n'intervient que pour 39 pour cent, et d'autres sources privées à caractère non-médical représentent 2 pour cent. Parmi les utilisatrices de la pilule, 70 pour cent s'adressent au secteur médical privé, dont 38 pour cent dans les centres de planification familiale ou å la FISA (Fianakaviana Sambatra), une association du bien ~tre familial et 23 pour cent chez les médecins ; seulement un peu plus d'un quart des femmes (30 pour cent) ont recours au secteur public, en particulier aux hõpitaux publics (15 pour cent). La faible participation de l'état dans l'approvisionnement des méthodes de planification familiale s'explique par le fait que la politique de population favorisant la réduction de la fécondité est très récente, elle a été adoptée en décembre 1990. 44 Tableau 4.8 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes Répatdtinn (en %) des utilisatrices actuelles de méthodes contraceptives modernes par source d'approv~,sionnemem la plus récente, selou les mé~odes spécifiques. ENDS Madagascar 1992 Source Injec- Méthodes St&il. d'approvisionnement Pilule DIU tion vaginales Condom féminine Ensemble Secteur public 30,2 24,8 34,8 0,0 19,4 84,2 38,8 H6pital 14,9 16,8 14,0 0,0 1,9 84,2 25.3 Centre de santé familiale 6,6 0,0 6,5 0,0 3,8 0,0 4.3 Poste-médical 8,7 8,0 12,3 0,0 5,6 0,0 7,6 Dispensaire 0,0 0,0 2,0 0,0 8.1 0,0 1,7 Secteur m~dlcal prlv(~ 69,8 75,2 65,2 100,0 57,5 15,8 58,1 Docteur 22,7 19,5 12,3 0,0 1,9 0,0 12,0 Clinique/H6pital 2,7 10,7 4,8 16.7 3,8 15.8 7,0 Pharmacie 6,3 0,0 0,0 33,3 35,0 0.0 6,9 Cenlze PF/FISA 38,1 45,1 48,1 50,0 16,9 0,0 32.1 Autre secteur prlv~ 0,0 0,0 0,0 0,0 13.2 0,0 1,8 Boutique 0,0 0,0 0,0 0,0 9,4 0,0 1,3 Cortnaiss/Parentes 0,0 0,0 0,0 0,0 3,8 0,0 0,5 NSP 0,0 0,0 0,0 0,0 6,2 0.0 0,8 ND 0,0 0,0 0.0 0,0 3,8 0,0 0,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 61 21 64 3 29 39 218 Graphique 4.4 Sources d'approvisionnement de la contraception Secteur médical privé 58% Autre secteur priv6/ND 3% Secteur public 39% ENDS 1992 45 Dans leur grande majorité (58 pour cent) les femmes se procurent les condoms dans le secteur privé, et en particulier dans les pharmacies (35 pour cent), le secteur public n'intervient que dans 19 pour cent des cas, notamment par le biais des dispensaires (8 pour cent). La stérilisation féminine est pratiquée dans les hépitaux publics qui y contribuent à 84 pour cent; le recours aux cliniques est peu fréquent (16 pour cent). Pour les autres méthodes modemes (le DIU et l'injection), le secteur privé reste toujours dominant pour respectivement 75 pour cent et 65 pour cent, dont 45 pour cent et 48 pour cent dans les centres de planification familiale ou de la FISA. Le Tableau 4.9 foumit des informations sur le temps nécessai re aux femmes utilisatrices de méthodes modernes pour se rendre au lieu d'approvisionnement. Au niveau national, 27 pour cent des femmes mettent moins d'une demi-heure pour aller se procurer la méthode qu'el les utilisent, 27 pour cent mettent entre une demi-beure et une heure, et plus d 'un tiers des femmes (40 pour cent), plus d'une heure; le temps médian est d 'environ une demi-heure (31 minutes). Si l 'on s'intéresse aux données par milieu de résidence, on constate qu' i l faut beaucoup plus de temps aux femmes du milieu rural qu'~ celles du milieu urbain pour aller à l 'endroit où elles obtiennent leur méthode, le temps médian étant, respectivement, d'envi ron une heure et une demi-heure. Si le temps nécessaire à l 'approvisionnement est un frein à l'utilisation d'une méthode, l ' ignorance des lieux d'approvisionnement l 'est bien davantage. Or, parmi les femmes ayant déclaré connaître une méthode, plus de 43 pour cent ne savent pas où se la procurer et cette proportion reste importante en ville (32 pour cent). Tableau 4.9 Temps nécessaire pour atteindre la source d'approvisionnement en contraceptifs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de méthodes contraceptives modernes, des non-utilisatrices de méthodes modernes, et des femmes connaissant une méthode, par temps nécessaire pour atteindre la source d'approvlstonnement, selon le milieu de résidence, ENDS Madagascar 1992 Temps pour Utilisatrices actuelles de Non-utilisatrices Femmes cormaissant atteindre la methodes modernes de méthodes modernes une méthode source (en minutes) Urbain Rural Total Urbain Rural Total Urbain Rural Total <1 2,2 1,3 1,8 5,3 8,2 7,6 5,0 9,0 7,9 <1-14 15,1 8,0 12,0 7,8 1,0 2,3 9,7 1,7 4,0 15-29 18,2 6,7 13,2 11,2 1,2 3,0 13,7 2,1 5,4 30-59 31,6 20,0 26,5 16,0 2,8 5,2 20,0 4,9 9,1 60 ou plus 25,8 57,3 39,4 14,3 19,7 18,7 17,0 31,5 27,4 Connait pas de source 0.0 0,0 0.0 43,0 65,2 61,1 31,5 47,7 43,2 Non déterminé 7,1 6,7 6,9 2,5 1,9 2,0 3,1 3,0 3,1 Pourcentage total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 124 94 218 1129 4913 6042 1084 2777 3861 Médian 30,4 60,6 30,9 30,4 60,8 30,4 60,6 46 4.7 INTENTION D'UTILISER LA CONTRACEPTION DANS LE FUTUR On a demand6 aux femmes, qui n'étaient pas enceintes et qui n'utilisaient pas la contraception au moment de l'enqu8te, si elles avaient l'intention d'utiliser une m6thode dans l'avenir. Le Tableau 4.10 (illustr6 par le Graphique 4.5) fournit la distribution des femmes en union selon l'intention d'utiliser une méthode de contraception dans le futur; il distingue, en outre, celles qui n'ont jamais utilisé la contraception de celles qui l 'ont déjà utilisée mais ne l'utilisaient pas au moment de l'enquête. Parmi les femmes non-utilisatrices de la contraception au moment de l'enquête, 41 pour cent ont l'intention de l'utiliser dans le futur, dont 36 pour cent dans un avenir très proche (dans les 12 mois suivant l'interview). Parmi ces demières, 75 pour cent n'ont jamais utilisé une méthode de contraception. La proportion des femmes qui déclarent avoir l'intention d'utiliser une méthode de planification familiale augmente avec la parité : de 6 pour cent chez les nullipares à 22 pour cent chez celles ayant un enfant et à 47 pour cent chez celles ayant 4 enfants ou plus. Tableau 4.10 Utilisation future de la contraception Répartition (en %) des femmes actuellement en union n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive, par intention d'utiliser une méthode dans l'avenlr, selon le nombre d'enfants vivants et selon l'expérience passée en matière de contraception, ENDS Madagascar 1992 Intention d'utiliser dans le futur Nombre d'enfants vivants ~ 0 1 2 3 4 ou + Ensemble N'a jamais utllls6 la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 2,8 14.2 24,9 27,0 37,5 27,0 Intention d'utiliser plus tard 6,3 6,7 4,3 5,9 1,6 3,9 Intention NSP quand 0,0 0,4 1,3 1,2 0,9 0,8 N'est pas shre d'utiliser 2,5 4,8 4,5 5,2 5,7 5,0 N'a pas l'intention d'utiliser 80,6 59,3 48,3 42,5 40,6 49.1 A déJà utllls~ la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 2,7 7.3 10,3 12,3 9,6 9,0 Intention d'utiliser plus tard 0.7 1.1 0.4 0,3 0,l 0,4 Intention NSP quand 0.2 0.1 0,3 0,1 0,1 0,1 N'est pas sùre d'utiliser 0.0 0.6 0,1 0,4 0,2 0,3 N'a pas l'intention d'utiliser 4,2 5,5 5,5 5,0 3.3 4,3 Total 100.0 100.0 100,0 100,0 100.0 100,0 Toutes les femmes actuellement en union et non-utilisatrices Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 5,5 21,5 35,3 39,3 47,1 36,0 Intention d'utiliser plus tard 7,1 7,8 4,7 6,2 1,7 4.3 Intention NSP quand 0,2 0,5 1,6 1,3 0,9 0,9 N'est pas sflre d'utiliser 2,5 5,4 4,7 5,6 5,9 5,2 N'a pas l'intention d'utiliser 84,8 64,8 53,7 47,6 43,9 53,4 Total 100,0 I00,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 320 484 468 431 1409 3111 iy compris la grossesse actuelle. 47 Graphique 4.5 Intention d'utiliser la contraception par les femmes actuellement en union N'a pas l'intention 53% Intention plus tard 5% Intention NSP quand 1% Pas sQre d'intention 5% Intention dans 12 mois 36% ENDS 1992 On s'est également intéressé aux raisons pour lesquelles certaines femmes n'ont pas l'intention d'utiliser une méthode de contraception. Le Tableau 4.11 indique que le désir d'avoir des enfants est la principale raison évoquée (55 pour cent); cette proportion est nettement plus élevée chez les femmes les plus jeunes (72 pour cent) que chez les plus ågées (40 pour cent). Cependant, il faut noter qu'en dehors du désir d'avoir des enfants, ces femmes évoquent également le manque d'information (16 pour cent), laquelle constitue la deuxième raison. Ainsi, pour accroître la pr6valence contraceptive, il serait indispensable d'informer les populations sur les méthodes de planification familiale, leurs avantages et inconvénients. Chez les femmes de 30 ans ou plus, la ménopause et l'hystérectomie constituent également une raison de non- utilisation de la contraception (14 pour cent). Pour évaluer la demande potentielle des di fférents types de méthodes contraceptives, on a demandé aux femmes en union ayant l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir, de spécifier la méthode de leur choix, n ressort des données du Tableau 4.12 que les mêthodes modernes (59 pour cent) sont les plus fréquemment citées, avec notamment 21 pour cent pour la pilule et 26 pour cent pour les injections. Les méthodes traditionnelles ont ét~ sélectionnées par 37 pour cent des femmes et en particulier la continence périodique (31 pour cent). 11 est intéressant de noter que les femmes ayant l'intention d'utiliser la contraception dans le futur, désirent utiliser les méthodes modernes dans des proportions plus importantes qu'au moment de l'enquête. 48 Tableau 4.11 Raison de non-utilisatinn de la contraception R6partitinn (en %) des femmes n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive et n'ayant pas l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, selon la principale raison pour laquelle elles n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception, selon lãge, ENDS Madagascar 1992 Raison de Age Tous non-utilisation les de la contraception 15-29 30-49 åges Veut des enfants 72,1 39,9 54,6 Effets secondaires 1,2 2,2 1,8 Problèmes peur la santé 1,6 2,3 2,0 Manque d'information 15,6 16,5 16,1 Partenaire désapprouvent 0,9 1,3 1,1 Cofit trop élevé 0,7 1,2 0,9 Aecés/Dispenibilité 0,5 0,8 0,6 Religion 0,0 1,2 0,6 Oppesé au planning familial 1,1 1,5 1,3 Fataliste 0,6 1,3 1.0 Autres personnes désapprouvent 0,3 0,5 0,4 Rapports sexuels peu fréquents 0,5 1,2 0,9 Difficultés h tomber enceinte 1,I 8,9 5,4 Ménopause/Hystérectomie 0,0 13,6 7,4 Pas commode 1,7 4,1 3,0 Non mariée 0,2 0,0 0,1 NSP 1,4 0,8 1,1 ND 0,6 2,7 1,8 Total 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 755 905 1660 Tableau 4.12 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future Répartition (en %) des femmes actuellement en union n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive mais ayant l'intention d'en utiliser une dans 1 avenir, par méthode préférée, selon l'intention de 1 utiliser dans les 12 prochains mois ou plus tard, ENDS Madagascar 1992 Intention d'utiliser Dans Méthode les 12 contraceptive prochains Après NSP préférée mois 12 mois quand Ensemble I Pilule 20,8 23,2 29,4 21,2 DIU 3,8 3,1 12,8 4,0 Injection 26,1 24,9 14,7 25,6 Méthodes vaginales 1,6 1,9 0,0 1,6 Condom 2,9 1,4 0,0 2,7 Stérilisation féminine 4,0 2,1 1,9 3,7 Continence périodique 30,9 33,9 28,9 31,0 Retrait 3.4 0,9 8,6 3,3 Autres 2,8 3,7 1,9 2,9 ND 3,6 5,0 1,9 4,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 1119 133 29 Iy compris les non déterminés 1288 49 4.8 INFORMATION SUR LA CONTRACEPT ION L'utilisation des média peut être un moyen de diffusion de la pratique contraceptive. Aussi a-t-on posé aux femmes la question suivante : "Au cours du mois dernier, avez-vous entendu ou lu un message sur la planification familiale : à la radio, à la télévision, dans un journal ou revue ou sur une affiche?" Le Tableau 4.13 montre que la grande majorité des femmes (93 pour cent) n'avaient ni entendu, ni lu un message au sujet de la planification familiale au cours du mois précédant l'enquête. Seulement 6 pour cent en avaient entendu parler ~ la radio, 1 pour cent à la télévision. Malgré le faible niveau d'information en matière de planification familiale, la distinction par milieu de résidence dénote des écarts assez importants : 96 pour cent des femmes rurales n'ont reçu aucune information surla contraception à travers les média au cours du mois précédant l'interview; cette proportion est de 82 pour cent en milieu urbain (73 pour cent dans la capitale et 88 pour cent dans les autres villes). Les femmes les moins informées résident à Fianarantsoa (98 pour cent) où la prévalence contraceptive est la plus faible et les plus informées, à Antananarivo. La distinction par niveau d'instruction montre que m6me chez les femmes ayant le niveau le plus élevé (secondaire II ou plus), seulement 18 pour cent ont reçu des informations sur la contraception par le biais de la radio et 6 pour cent, par le biais de la télévision. Tableau 4.13 Messages sur la planification familiale diffusés par les média Répartition (en %) de toutes les femmes selon qu'elles ont entendu ou lu un message diffusé par la radio ou la télévision sur la planification familiale dans le mois précéd~mt l'enquête, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, ENDS Madagascar 1992 Message sur la planification familiale Ni Effectif l'une ni A la radio A la tél~. Aux Non des Caractéristique l'autre seulement seulement deux déclaré Ensemble femmes Milieu de résldence Capitale 72,6 16,1 5,5 5,8 0,0 100,0 505 Autres villes 88,3 7,9 2,1 1,5 0,1 100,0 748 Urbain 82,0 l 1,2 3,5 3,2 0.0 100,0 1253 Rural 95,9 3,9 0,1 0,1 0,1 100,0 5007 Province Antananarivo 87,5 9,3 1.6 1,6 0,0 100,0 2029 Fianarantsoa 97.5 1,9 0,3 0.1 0,2 100,0 1407 Toarn~ina 92,6 6,5 0,2 0.7 0.1 100,0 804 M ahajanga/Ant siranana 96,3 2,7 0,6 0,4 0,1 100,0 1281 Toliary 95,0 4,7 0.2 0.1 0,0 100,0 740 Niveau d'Instruction Sans instruction 97,9 1,8 0,0 0,1 0,1 100,0 1227 Primaire 95,9 3,9 0,1 0,1 0,1 100,0 3368 Secondaire I 90,7 7,5 1,1 0,7 0,0 100,0 1106 Secondaire II ou supérieur 70,3 18,2 5,6 5,9 0,0 100,0 557 Ensemble 93,1 5,4 0,7 0.7 0,1 100~0 6260 50 4.9 OPINIONS ET ATTITUDES VIS-A-VIS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE Les opinions et attitudes des femmes vis-à-vis de la planification familiale constituent un élément décisifpour la pratique de la contraception. Dans le contexte socio-culturel malgache, le pouvoir de décision en ce qui concerne la famille est souvent influencé par les maris et parfois par les autres membres de la famille. Pour appr6hender l'idée que se font les femmes et leur conjoint de la planification familiale, on s'est intéressé aux th~mes suivants: l'opinion des femmes sur la diffusion d'informations au sujet de la contraception à la radio et à la télévision; la discussion éventuelle avec le conjoint à propos de la contraception; l'opinion des femmes sur l'utilisation de la contraception et l'idée qu'elles se font de l'opinion de leur mari en la matière. Le Tableau 4.14 indique que les trois quarts des femmes (76 pour cent) sont favorables à la diffusion d'informations relatives à la planification familiale sur les antennes de la radio et de la télévision. L'approbation de la diffusion de messages sur la contraception est plus importante chez les femmes de 25-29 ans (84 pour cent) que chez celles de 15-19 ans (67 pour cent) ou 45-49 ans (70 pour cent). Les femmes de la capitale approuvent plus la diffusion de messages sur la contraception (95 pour cent) que les femmes des Tableau 4.14 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale Répartition (en %) de toutes les femmes selon qu'elles approuvent ou non la diff~asion de messages sur la planification familiale à la radio ou à la télévision, par åge et par caractéristiques socio-démographiques, ENDS Madagascar 1992 Appro- Désappro- Non Effectif Caractéristique bation bation déclaré Total de femmes Age 15-19 66,7 13,6 19,7 t00,0 1420 20-24 78.3 10,7 11,0 100,0 1266 25-29 83,7 9,0 7,3 100,0 1027 30-34 79,8 9,5 10.7 100,0 907 35-39 80.3 9,2 10,5 100,0 753 40-44 71,5 12,9 15,6 100,0 549 45-49 69,6 16,5 13,9 100,0 339 Milieu de r6sldenee Capitale 94,9 2,7 2,4 100,0 505 Autres villes 85,1 8,6 6,3 100,0 748 Urbain 89,0 6,2 4,7 100,0 1253 Rural 72,6 12,5 14,9 100,0 5007 Province Antananarivn 87,8 3,2 9,0 100,0 2029 Fianarantsoa 68,6 11,7 19,8 100,0 1407 Toamasina 77,4 8,3 14,3 100,0 804 M ahajanga/Antsiranana 73,6 15,8 10,6 100,0 1281 Toliary 59,8 27,8 12,5 100,0 740 Niveau d'Instruction Sans instruction 53,3 24,0 22,7 100,0 1227 Primaire 75,9 10,4 13,7 100,0 3368 Secondaire I 90,4 4,1 5,5 100.0 1106 Secondaire II ou supérieur 97,1 2,3 0,6 100,0 557 Ensemble 75,9 11,2 12,8 100,0 6260 51 autres villes (85 pour cent) ou du milieu rural (73 pour cent). Au niveau des provinces de résidence, le taux d'approbation le plus élevé est observé å Antananarivo (88 pour cent), et le plus faible à Toliary (60 pour cent). Les femmes ayant le niveau d'instruction secondaire II approuvent, à 97 pour cent, la diffusion de messages sur la contraception; ce pourcentage est réduit presque de moitié chez les femmes sans instruction (53 pour cent). Le Tableau 4.15 indique que 41 pour cent des femmes mari~es n'ontj am ais discuté avec leur conjoint des probl~,mes de contraception. Parmi celles qui en ont discuté avec leur conjoint (59 pour cent), plus de la moitié l 'ont fait plus de deux fois (37 pour cent). C'est chez les femmes les plus jeunes que les proportions de celles ayant discuté de la contraception avec le conjoint sont les moins élevées (39 pour cent ~ 15-19 ans); le niveau le plus élevé est observé chez les femmes de 35-39 ans (69 pour cent). La prise de conscience de la nécessité d'espacer ou de limiter les naissances semble se développer à mesure que la parité des femmes augmente. Cependant, elle ne conceme que les générations jeunes. Chez les femmes de 40 ans et plus, la contraception fait partie des thèmes que l 'on n'aborde pas avec le mari et sur lesquels on désapprouve la diffusion d'informations. Tableau 4.15 Discussion sur la planification familiale pro" le couple R~partition (en %) des femmes actuellement en union connaissant une méthode contraceptive par nombre de fois qu'elles ont discuté de la planification famdlale avec leur mari au cours de l'~aanée ayant p~écéd.é l'enquête, selon Pige actuel, ENDS Madagascar 1992 Nombre de discussions sur la planification familiale Effectif Groupe Une ou Trois fois Non de d'åges Jamais deux fois ou plus déterrera~ Ensemble femmes 15-19 60.6 17,2 22,2 0,0 100,0 158 20-24 42,7 25,4 31,4 0,5 100,0 464 25-29 36,1 22,6 41,0 0,3 100,0 548 30-34 41.0 20,6 38,4 0,0 100,0 500 35-39 30,8 25,6 43,6 0,0 100,0 399 40-44 46,8 19,7 33,4 0,0 100,0 254 45-49 50,9 16,8 31,4 1,0 100,0 131 Ensemble 41,0 22,2 36,6 0,2 100,0 2454 Parmi les femmes en union qui connaissent au moins une méthode contraceptive, 80 pour cent approuvent l'utilisation de la contraception (Tableau 4.16). Pour ces femmes, on a essayé de rapprocher leur point de vue sur la contraception de celui de leur mati. Il apparaît que la majorité des femmes qui approuvent la contraception pensent que leur mari est du même avis (56 pour cent par rapport à 80 pour cent) : si les femmes ont une idée exacte de l'opinion de leur mari, cela signifierait que 70 pour cent seulement des couples approuvent l'utilisation de la contraception. Dans 11 pour cent des cas, la femme approuve la contraception mais elle pense que son mari est contre. Enfin, 13 pour cent des femmes favorables à la diffusion d'informations sur la contraception n'ont aucune idée de ce qu'en pense leur mari. Les femmes qui déclarent que leur mari approuve l'utilisation de la contraception alors qu'elles sont contre n'est que de 2 pour cent. 52 L'approbation mutuelle traduit d'abord une évolution des mentalités dans les générations les plus jeunes, évolution plus rapide en milieu urbain (66 pour cent contre 52 pour cent en milieu rural) et directement li6e au niveau d'instruction (34 pour cent lorsque la femme est sans instruction; 76 pour cent lorsqu'elle a atteint un niveau secondaire II ou plus). Tableau 4,16 Opiniota des couples face ~t la planification familiale Réçartition (en %) des femmes actuellement en uniota connaissant une méthode contraceptive selon leur opinion et leur perception de l'opinion de leur mari. par caractéristiques soejo-d6mograp~lques. ENDS Madagascar 1992 L'enqu~tée~pprouvea: L'enqu~Lée dêsapprouve et : Pense que Pense que NSP Pense que NSP Pense que son mari Son mari l'opinon de son man l'opinion de son m~l No~ Effe~:tif Car~teristiquc approuve d~sapprouv¢ sonm~] app~'ouve sonmari d~s,approuve d6cl~~ Ensemble defemmes Age de l'enqu~t~e 15-19 43.6 10.9 18.4 0.0 8,8 16.5 1,9 1(30,0 158 20-24 54.9 10.1 15.9 1.6 5.0 10.5 2.0 100.0 464 25-29 57.9 13.3 11.2 I. 1 4.1 10.2 2. I 100.0 548 30-34 55,5 12,3 12,0 2,0 4.9 12. I 1.2 100.0 500 35-39 63,2 9,5 13,3 2,3 2.9 7.6 1.2 100.0 399 dO~14 52,0 11,5 11,7 4.1 5,4 14.2 1.1 100.0 254 45 -49 45,9 8,7 15.6 3,2 13,8 10.8 1,9 I oe,0 131 Milieu de r~ldence Capitale 73.6 9.4 5.3 2.5 0.9 7,8 0.5 100.0 239 Autres villes 61,0 13.3 7.8 2,3 2,0 10,8 2.7 100.0 329 Urbain 66.3 11,7 6,8 2,4 1.5 9,6 1.7 100.0 569 Rural 52,3 I1.1 15.4 1.8 6,3 11.5 1.6 100.0 1886 Province Antananarivo 66.7 10.5 13,3 1.2 1.4 5.6 1,4 100.0 932 Fimaanmtsoa 50.9 8.4 18.8 2.8 6,2 9,8 3,0 100,0 374 Toarflssina 57,5 11.7 10.3 4.4 3.4 11.4 1.3 100.0 336 Mahajanga/Antsiranana 46,9 13.4 12.9 1.5 9.2 14.8 1.4 100.0 569 Toliaï~ 37,4 13.1 10.5 1.0 11.3 25,2 1.6 100.0 243 Niveau d'Instruction Sans instruction 34.3 11.3 15.7 3.3 14,6 19,5 1,3 100,0 338 Primaire 53.1 11.3 16.4 1.9 4.6 I 1,0 1.6 100.0 1302 Secondaire I 63.8 11.3 10.1 1.4 2.7 8.4 2.2 100.0 538 Secondaiœe 1I ou sup~neur 76.4 11.2 2.7 1,4 0,9 6,6 0.9 100.0 276 Ensemble 55.5 11,3 13.4 1.9 5.2 I1.1 1,6 100,0 2454 53 CHAPITRE 5 NUPTIALITE ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Ce chapitre porte sur les différents facteurs qui, en dehors de la contraception, affectent le comportement procréateur des femmes et jouent ainsi un r61e déterminant sur le niveau de la fécondité : il s'agit de la nuptialit6, de l'activité sexuelle, de l'am6norrhée et de l'abstinence post-partum. 5.1 ETAT MATRIMONIAL Dans la plupart des sociétés africaines, le mariage, bien qu'il ne soit pas le cadre exclusif des rapports sexuels, constitue le cadre privilégié de la procréation. Les normes qui le régissent varient, toutefois, d'une population, voire d'un groupe, à l'autre. Les diversités culturelles déterminent les variations de l'åge auquel débute la formation des unions; elles définissent notamment l'intensité de la nuptialité. Le Tableau 5.1 présente une distribution des femmes malgaches selon leur état matrimonial au moment de l'enquête. Il indique que la majorité des femmes étaient mari~es (50 pour cent) ou en union consensuelle (10 pour cent) au moment de l'enquête, 27 pour cent des femmes étaient encore célibataires, 2 pour cent veuves et 11 pour cent divorcées. \ Tableau 5.1 Etat matrimonial Répartition (en %) des femmes par état matrimonial actuel, selon l'åge. ENDS Madagascaz 1992 Etat maU5 monial Effectif Groupe Cétiba- Union de d'åges taire Mariée consens. Veuve Divorcée Séparée Total femmes 15-19 73.3 t6,1 5.2 0.0 4.9 0.4 t00.0 1420 20-24 31.7 45.7 10.8 0.4 10.5 0.9 100,0 1266 25-29 13.1 61.0 13.4 1.4 10.7 0.3 100.0 1027 30-34 5.4 67.6 11.4 2.7 12.1 0.8 100.0 907 35-39 3.8 68.6 8.9 3.3 14.7 0.6 100.0 753 40-44 3.1 64.5 9.8 7.3 14.6 0.8 100.0 549 45-49 2.9 63.1 9.2 11.9 12,6 0.3 100.0 339 Tous âgés 26.8 50.0 9.7 2.4 10.5 0.6 100.0 6260 La proportion de c61ibataires diminue très rapidement avec l'åge, passant de 73 pour cent chez les femmes de 15-19 ans à 13 pour cent seulement chez celles de 25-29 ans et à 4 pour cent chez celles de 35-39 ans (Graphique 5.1). La proportion de femmes en union augmente, en effet, avec l 'ågejusqu'à 35-39 ans, puis diminue légèrement du fait de l'augmentation de la proportion des femmes divorc6es ou veuves. Parmi les femmes en union, on a distingué celles qui vivent en union monogame de celles qui ont déclaré que leur mari ou conjoint avait une ou plusieurs autres épouses (union polygame). Le Tableau 5.2 présente la proportion de femmes en union polygame selon l'åge et certaines caract6ristiques socio- démographiques. La polygamie est très peu répandue dans le pays, elle ne concerne que 4 pour cent des femmes. Même chez les femmes sans instruction ou résidant en milieu rural, le pourcentage des unions polygames est très faible (respectivement 6 pour cent et 4 pour cent). Les données semblent toute fois montrer une augmentation de la polygamie chez les générations plus jeunes (5 pour cent à 15-19 ans contre 3 pour cent h 40-44 ans). Avec l'åge, les proportions de veuves et de divorcées augmentent, pouvant entrai'ner une réduction du nombre de ménages polygames. 55 100 75 50 2=5 Graphique 5.1 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans Pourcentage 0 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 Age de la femme 40-44 45-49 [~] Divor c6es/S6 p a r 6 e s • Veuves / [ ] Union consensuelle Mari~es • C61ibataires ENDSI~2 Tableau 5.2 Polygamie Parmi les femmes actuellement en union, pourcentage de celles socio-démographiques selon l'åge actuel, ENDS Madagascar 1992 en union polygame par caractéristiques Caractéristique Age de la femme Tous 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45 49 åges Milieu de résidence Capitale 5,0 3,6 Autres villes 3,0 3,1 Urbain 3,8 3,3 Rural 5,0 4,4 Province Antananarivo 2,6 i ,9 Fianaramsoa 2,4 4,2 Toam~ina 0,0 3,9 M ahajanga/Antsiranana 3,8 7,0 Toliary 10,1 4.3 Niveau d'instruction Sans instruction 8,2 4,6 Primaire 4.4 3,4 Secondaire I 3.5 6,5 Secondaire II ou supérieur 0,0 2,9 Ensemble 4,9 4,2 4,7 1,7 0,0 3,3 0,0 2,5 4,3 5,9 5,6 3,6 2,4 4,4 4,5 4,1 3,3 3,5 1,6 3,7 4,7 3,8 4,0 2,3 4,2 4,1 3,1 2,7 1,8 1,6 0,0 2,2 2,9 2,6 3,8 1,6 2,7 3,1 1,3 1,3 5,6 0,0 i1,3 3,0 9,0 2,4 1,6 3,7 2,8 4,7 9,3 10,7 10,3 8,8 10,4 8,9 6,3 5,1 7,8 4,8 3,9 5.7 5,0 4,0 3,1 1,0 4,5 3,6 4,1 3,2 0,9 4,3 0,0 4,1 1,8 1,4 2,6 2,4 0,0 2,0 4,7 3,8 3,9 2,5 3,8 4,0 56 5.2 AGE A LA PREMIERE UNION ET AGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS 5.2.1 Age à la première union Compte tenu de la relation gén6ralement observée entre l'åge à la première union (primo-nuptialité) et le début de la vie féconde, il est important d'étudier le calendrier de la primo-nuptialité. Le Tableau 5.3 fournit les proportions de femmes déjå entrées en union à différents åges, ainsi que les åges médians ~ la première union en fonction de l'åge actuel des enquêtées. L'åge médian à la première union, estimé à 18,2 ans, rend compte de la précocité du mariage, qui semble néanmoins légèrement diminuerchez les générations récentes. Il passe de 17,1 ans chez les femmes du groupe d'åges 45~.9 ans à 19,5 ans chez celles de 20-24 ans. Tableau 5,3 Age à la première union Pourcentage de femmes ayant déjà eu leur première union aux åges exacts 15, 18.20, 22 et 25 ans, pourcentage de femmes n'ayant jamais été en union et åge médian à la première union, par åge actuel, ENDS Madagascar 1992 Pourcentage de femmes ayant déjà eu leur Age première union à l'åge exact: Pourcentage médian Groupe jamais à la I ¢re d'åges 15 18 20 22 25 en union Effectif union 15-19 7,9 NA NA NA NA 73,3 1420 a 20-24 8,6 36,9 54.1 NA NA 31,7 1266 19,5 25-29 10,1 41,8 58,2 71,5 82.1 13,1 1027 18,9 30-34 14,7 48,6 65,1 75,9 85.6 5,4 907 18,1 35-39 12,7 49,9 65,1 76,6 85,2 3,8 753 18,0 40-44 10,2 50,1 70,2 82,1 90,4 3,1 549 18,0 4549 17,2 56,9 70,8 83,7 89,6 2,9 339 17,1 20-49 11,5 45,0 61,8 73,5 81,1 13,2 4840 18,5 25-49 12,5 47,9 64,5 76,5 85,6 6,7 3574 18,2 NA = Non applicable aNon calculé parce que moire de 50 peur cent des femmes du groupe d'åges 15-19 sont en union ì lãge de 15 ans. Le calendrier de la primo-nuptialité présente de fortes variations selon le milieu de résidence, les provinces et le niveau d'instruction. Comme l'indique le Tableau 5.4, l'åge médian å la première union pour les femmes de 25-49 ans est beaucoup plus élevé dans la capitale (21,9 ans), que dans les autres villes (19,6 ans) et les zones rurales (17,8 ans). Toutefois, quel que soit le milieu de résidence, on note un vieillissement de l'age d'entr6e en première union : dans la capitale, l'åge médian passe de 19,5 ans chez les femmes de 45- 49 ans ~ 24,8 ans chez celles de 25-29 ans et la majorité de celles de 20-24 ans ne sont pas encore entrées en union; en milieu rural, l 'åge médian passe de 16,9 ans chez celles de 45-49 ans à 18,9 ans chez celles de 20- 24 ans. Plus le niveau d'instruction est faible, plus l'åge d'entrée en première union est précoce. C'est ainsi que parmi les femmes de 25-49 ans sans instruction, la majorité sont entrées en union avant l'fige de 16,6 ans, soit d'une année plus jeunes que celles de niveau d'instruction primaire, et 6 ans plus t6t que celles ayant un niveau secondaire II ou plus. 57 Tableau 5.4 Age médian à la première union Age médian à la première union des femmes de 20-49 ans par caractéristiques socio-démographiques selon l'åge actuel, ENDS Madagascar 1992 Groupe d'åges Femmes Femmes Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 20-49 25-49 Milieu de r~sldence Capitale a 24.8 22.6 20.3 20,1 19.5 a 21.9 Autres villes a 21,4 19,4 18,5 19,0 18,3 a 19.6 Urbain a 22,8 20,5 18,9 19,6 18.7 a 20.4 Rural 18.9 18.3 17.7 17.8 17.6 16.9 18,1 17.8 Province Antananarivo a 19,9 19,6 18.9 18.3 17,5 19,5 19.0 Fianarantsoa 19,2 18,5 17,7 17,6 18,3 17,1 18,3 18,0 Toaraasina a 20.2 18.9 20.0 18.1 19.5 19.4 19,0 M ahaj anga/Antsiranana 17.4 17.0 16.6 17.0 16.9 16.6 16,9 16.8 Toliary 18.3 18,5 16,1 16.2 17,1 16.5 17,2 16.9 Niveau d'Instruction Sans instruction 16.8 16.6 16.4 16.6 16,9 16.7 16.7 16.6 Priraaire 18.7 17.9 17,5 17.7 17.7 17.2 17.9 17.7 Secondaire I a 20.3 19,8 19.5 20.8 19.1 a 20.1 Secondaire I1 ou supérieur a 24.6 24.3 24,9 22.8 26.0 a 24.4 Ensemble des femmes 19.5 18.9 18.1 18,0 18.0 17.1 18.5 18.2 Note: L'åge médian n'est pas calculé pour les femmes de 15-19 ans parce que certaines femmes peuvent encore entrer en union avant d'atteindre 20 ans. aNon calculé parce que moins de 50 pour cent des femmes du groupe d'åges 20-24 sont mari~es à rãge 20. 5.2.2 Age aux premiers rapports sexuels La procréation n'a pas toujours lieu dans le cadre de l'union, et, en tant que déterminant de la fécondité, l 'åge aux premiers rapports sexuels est tout aussi important que l 'åge ~ la première union. On a donc demandé aux femmes l'åge auquel elles ont eu, pour la première fois, des rapports sexuels. Au Tableau 5.5, figurent les proportions de femmes ayant déjå eu des rapports sexuels à différents åges. En atteignant 15 ans, plus d'une femme de 25-49 ans sur cinq (23 pour cent) a déjà eu des rapports sexuels, cette proportion passe ~ 65 pour cent à 18 ans, et la quasi-totalité des femmes de 25-49 ans (96 pour cent) ont eu leurs premiers rapports sexuels avant l'åge de 25 ans. Chez les femmes de 25-49 ans, l'[tge médian aux premiers rapports sexuels, estimé à 16,7 ans, est inférieur de 1,5 année à råge médian à la première union. Ce qui signifie que certaines femmes ont eu leurs premiers rapports sexuels durant le célibat. Si l 'åge médian aux premiers rapports sexuels tend à augmenter des générations anciennes au plus jeunes (16 ans pour les 45-49 ans; 17 ans pour les 20-24 ans), il augmente cependant plus lentement que l'ãge moyen à la première union de sorte que la période d'exposition au risque de conception hors union passe de 1,1 an (femmes de 45-49 ans) ~ 2,5 ans (femmes de 20-24 ans). 58 Tableau 5.5 Age aux premiers rapports sexuels Pourcentage de femmes ayant eu leurs premiers rapports sexuels aux figes exacts 15, 18, 20, 22 et 25 ans. pourcentage de femmes n'ayant jamais eu de rapports sexuels, et fige médian aux premiers rapports sexuels, par ~ge actuel. ENDS Madag~cæ 1992 Pourcentage de femmes ayant déjà Pourcentage Age eu des rapports sexuels n'ayant médian à l'åge exact jamais eu aux 1" Groupe de rapports rapports d'åges 15 18 20 22 25 sexuels Effectif sexuels 15-19 17,7 NA NA NA NA 46,9 1420 a 20-24 19,8 60,8 80,3 NA NA 10.5 1266 17,0 25-29 20,4 61,7 80,1 90,8 94,5 3,3 1027 17,0 30-34 25,9 65,7 81,0 88,6 94,7 1,1 907 16,6 35-39 21,1 65,1 81,0 91,1 95,8 0,9 753 16,6 40-44 21,2 66,6 86,2 93,8 97,1 0,3 549 16,6 45-49 26,8 71,9 86,4 93,4 96,9 1,3 339 16,0 20-49 21,9 64,0 81,6 90,1 93,8 3.9 4840 16,8 25-49 22,7 65,2 82,0 91,0 95,5 1,6 3574 16,7 NA = Non applicable "Non calcul6 parce que moins de 50 pour cent des femmes du groupe d'åges 15-19 ont eu des rapports sexuels h l'åge de 15 ans, Le Tableau 5.6 indique que les femmes ayant les rapports sexuels les plus précoces sont celles du milieu rural (fige médian de 16,4 ans pour les femmes de 25-49 ans à l'enquête), suivies de celles des autres villes (17,3 ans) et, enfin, de la capitale (19,6 ans). Les femmes sans instruction ont également eu les premiers rapports sexuels plus précocement que celles qui sont instruites 0'fige médian est estimé à 15,5 ans chez les femmes sans instruction contre 20,4 ans chez celles ayant le niveau d'instruction secondaire II ou plus). Les variations de l'fige aux premiers rapports sexuels sont, toutefois, moins importantes que celles de l'åge au premier mariage. En d'autres termes, l'augmentation de l'fige au premier mariage n'est pas nécessairement suivie par une hausse aussi importante de l'åge aux premiers rapports sexuels. Par conséquent, le risque d'exposition à une grossesse prénuptiale augmente chez les adolescentes, surtout chez les plus scolarisées ou résidant en milieu urbain, qui entrent en union moins précocement. En l'absence d'utilisation des métbodes de contraception, on pourrait assister à une augmentation de la fécondité des adolescentes célibataires qui atteint déjà un niveau important au moment de l'enquête. 59 Tableau 5.6 Age médian aux premiers rapports sexuels Age médian aux premiers rapports sexuels des femmes de 20-49 ans, par caractéristiques socio-démographiques selon l'åge actuel, ENDS Madagascar 1992 Groupe d'åges Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Femmes Femmes de de 20-49 25~.9 Milieu de résidence Capitale 19,7 20,3 19,7 18,6 19,2 18,8 19,6 ¤9,6 Autres villes 17,8 17,7 17,2 16,9 18,0 16,5 17,5 17,3 Urbain 18,6 18,7 18,2 17,5 18,4 17,3 18,3 18,2 Rural 16,7 16,6 16,3 16,4 16,3 15,9 16,5 16,4 Province Antananarivo 18,9 18,6 18,5 17,8 17,5 16,6 18,3 18,1 Fianarantsoa 16,3 16,5 16,3 16,4 16.4 16.1 16.3 16.3 Toama.sina I6,9 17,0 16,6 17,0 16,3 18,1 I6,9 16.9 M ahajangaJAntsiranana 16,2 16,0 15,4 16,1 16.1 15.7 15.9 15,8 Toliary 16.0 15.7 14.8 15.3 15.5 15.5 15,5 15.4 Niveau d'instruction Sar~ instruction 15,4 15,4 15,3 15,6 15.7 15.5 15,5 15,5 Primaire 16,7 16,5 16,2 16,4 16,5 16.3 16.5 16.4 Secondaire I 17.7 17,7 18,4 18.4 19.2 18.4 18,0 18,2 Secondaire II ou supérieur a 20,0 20,7 20.8 21,3 24.0 a 20,4 Ensemble des femmes 17,0 17,0 16,6 16,6 16,6 16,0 16.8 16.7 Note: Lãge médian n'est pas calculé pour les femmes de 15-19 ans parce que certaines femmes peuvent encore avoir leurs premiers rapports avant d'atteindre 20 arts. aNon calculé pro'ce que moire de 50 pour cent des femmes du groupe d'åges 20-24 sont mariées à läge de 20 ans. 5.3 ACTIV ITE SEXUELLE RECENTE En l'absence de l'utilisation de la contraception, la fréquence des rapports sexuels joue un rOle déterminant sur l'exposition au risque de grossesse. Le Tableau 5.7 porte sur l'activité sexuelle des femmes ayant d6jà eu des rapports sexuels avant l'enquête (92 pour cent des enquêtées). Parmi ces femmes, un peu plus des deux tiers (69 pour cent) sont considérêes comme sexuellement actives au moment de l'enquête : elles ont déclare avoir eu au moins une fois des rapports sexuels durant les quatre semaines ayant prêcédé l'interview. Les femmes sexuellement inactives sont considérêes comme étant en abstinence, soit à la suite d'une naissance - abstinence post-parfum - (13 pour cent), soit pour d'autres raisons ( 19 pour cent). Quelle que soit la raison de l'abstinence, elle dure depuis moins de 2 ans pour la majorité des femmes. La proportion des femmes en union sexuellement actives augmente avec l'åge de la femme, en passant de 64 pour cent à 15-19 ans à 73 pour cent ~ 25-29 ans. A partir de 30 ans, on observe toutefois une baisse de l'activité sexuelle qui passe à 64 pour cent à 45-49 ans. Les caractéristiques socio-économiques ne semblent pas influencer l'activité sexuelle des femmes mari~es. Chez les femmes instruites comme chez celles n'ayant aucune instruction, la proportion de celles sexuellement actives est supérieure aux deux tiers. 60 Tableau 5.7 Activité sexuelle récente Répartition (en %) des femmes ayant d~jà eu des rapports sexuels par activité sexuelle dans les quatre semaines pré~édant l'enqu2:te et par durée d'abstinence (post-partum ou non), selon certaines caractéristiques socio-démographiques, ENDS Madagascar 1992 Non sexuellement active dans les 4 demières semaines Sexuellement active En abstinence En abstinence dans les 4 (post-par tum) (non post-partum) Effectif demièrcs de Caraetéristique semaines 0-1 an 2 ans ou + 0-I an 2 ans ou + ND Totai femmes Groupe d'•ges 15-19 63,8 14,9 0,9 19,3 0,9 0,2 100,0 754 20-24 66.5 15,0 1,9 16,1 0,4 0,0 100,0 1133 25-29 72,7 11,6 2,3 11,5 1,9 0,0 100.0 993 30-34 71,0 9,7 2,6 13,3 3.2 0,1 100,0 897 35-39 69,9 9,6 2,4 12,9 5.1 0,2 100,0 746 40-44 69,1 3,3 1,9 14,2 11,5 0,0 100,0 547 45-49 64,4 0.2 0,9 15,1 18,9 0,5 100,0 334 Durée de mariage (en mn~es) 0-4 71,5 14,9 0,5 12,6 0,4 0,1 100.0 1020 5-9 74,5 11,0 1,5 11,5 1.5 0,0 100,0 928 10-14 75,0 10.1 2,9 9,8 2,2 0,0 100,0 803 15-19 72.3 9,0 1,0 13.3 4,4 0,0 100,0 685 20-24 71,0 7,3 2,2 12,3 7,1 0,0 100,0 628 25 ou + 68,3 1,4 1,1 15,2 13,3 0,6 100,0 517 Jamais marié.es 47,5 15,1 4,6 27,3 5,2 0,3 100,0 824 Milieu de r~sldence Capitale 69,4 4,5 1,4 19,6 5,1 0,0 100,0 389 Autres villes 67,7 8,0 1,4 17,6 5,0 0,3 100,0 631 Urbain 68,3 6,7 1,4 18,4 5,0 0,2 100,0 1019 Rural 68,7 11,6 2.1 13,7 3,9 0.1 100,0 4386 Province Antananarivo 72,5 7,1 2,1 12,4 5,9 0,0 100,0 1599 Fianarantsoa 65,4 13,3 3,8 12,2 5,2 0,0 100,0 1229 Toamasina 62,9 14.5 1,8 17,6 3,1 0,2 I00,0 694 M ahajanga/Antsiranana 69,5 11,9 0,8 14,9 2,4 0,4 100,0 741 Toliary 71,0 8,9 0,7 16,7 2.7 0,1 100,0 699 Niveau d'instruction Sans instruction 66,9 11,4 1.8 13,4 6,2 0,2 100,0 1157 Primaire 68,6 11,7 2,3 13,4 4,0 0,1 100,0 2920 Secondaire I 70,4 9,4 1,6 16,5 2,1 0,1 100,0 878 Secondaire II ou supérieur 69,9 4,6 0,8 21,2 3,6 0,0 100,0 450 Méthode contraceptive utilise Aucune 65,9 12,3 2,3 14,7 4,8 0,1 100,0 4572 Pilule 89,5 0,9 0,0 9,6 0,0 0,0 100,0 61 DIU 94,7 0,0 0,0 5,3 0,0 0,0 100,0 21 Stérilisation 91,7 0,0 0,0 2,8 5,5 0,0 100,0 40 Continence périodique 78,8 2,2 0.3 18,2 0,2 0,3 100,0 500 Autres 91,4 1,4 0,0 7,2 0,0 0,0 100,0 212 Ensemble des femmes 68,6 10,6 2,0 14,5 4,1 0,1 100.0 5405 Il est int6ressant de souligner que le mariage ne demeure pas le cadre exclusif de l'activité sexuelle. Parmi les femmes non mari~es au moment de l'enquête, près de la moitié (48 pour cent) ont eu, en effet, des rapports sexuels dans les quatre semaines ayant précédé l'enquête. 61 L'activité sexuelle est associée å l'utilisation actuelle de la contraception : les femmes utilisatrices, en particulier celles pratiquant des méthodes modernes, sont celles qui ont ~te les plus sexuellement actives dans les quatre semaines ayant précédé l'enquête. Si seulement 66 pour cent de celles n'utilisant aucune méthode étaient sexuellement actives au moment de l'enquête, cette proportion atteint 90 pour cent chez les utilisatrices de la pilule et 95 pour cent chez les utilisatrices du DIU. 5.4 EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Après la naissance d'un enfant, l'exposition au risque de grossesse dépend de différents facteurs tels que la longueur de l'intervalle séparant la naissance de l'enfant et le retour de l'ovulation (aménorrhée post- parrain), et la longueur de 1'intervalle pendant lequel la femme s'abstient de rapports sexuels (abstinence post- partum). La durée de l'aménorrhée post-partum peut elle-même varier en fonction de la fréquence et de l'intensitæ de l'allaltement au sein. La combinaison de ces facteurs permet d'identifier les femmes non- susceptibles d'~tre exposées au risque de grossesse et d'évaluer la durée de non-susceptibilité qui se définit comme la période pendant laquelle une femme n'est pratiquement pas soumise au risque de grossesse par suite d'aménorrhée et/ou d'abstinence post-partum. Une femme est, en effet, considérée comme non- susceptible d'dire exposée au risque de grossesse quand elle n'a pas repris les rapports sexuels depuis la dernière naissance, ou quand elle est en aménorrhée post-panum. Les données du Tableau 5.8 concement les naissances des trois dernièœes années dont les mères sont encore en aménorrhée ou en abstinence post-partum et donc non-susceptibles d'être exposées au risque de grossesse, selon le nombre de mois ~coulEs depuis la naissance. Cette distribution de la proportion de naissances selon le mois écoule depuis la naissance est analogue à la série des survivants (S x) d'une table de Tableau 5.8 Aménorrhé% abstinence et non-susceptibilité post-partum Pourcentage de naissances dont les mères sont en aménorrhée, en abstinence et en période de non-susceptibilité post-partum, pat nombre de mois écoulés depuis la naissance, et durées médiane et moyenne, ENDS Madagascar 1992 Nombre de Effectif mois depuis Aménorrbée Abstinence Non-suscepttbili•é de la naissance post partum post -partum post -par tum naissances < 2 99,4 91.6 100.0 170 2-3 87,7 66,3 93,0 198 4-5 77,0 36.9 79,3 243 6-7 72,7 22,1 76.2 222 8-9 63,5 15,8 65.3 176 10-II 56,9 12,7 61.0 181 12-13 51,3 14,9 54.2 214 14-15 42,2 14,0 47.9 210 16-17 28,6 7,6 31,7 204 18-19 22,8 5,7 26.6 196 20-21 13,5 8.3 16.7 195 22-23 12.0 5,4 16.6 150 24-25 3.7 4,5 7.6 221 26-27 5.5 7.9 10,9 206 28-29 2,4 4,8 6.1 201 30-31 3.8 4,5 7.3 180 32-33 1,8 6,7 8.6 139 34-35 1.4 3,6 5.0 177 Ensemble 37,0 18.6 40,7 M&:liane 12,5 3.6 13,4 Moyenne 13,2 7.0 14,5 Prévalence/lncidence 13,1 6.6 14.5 3482 62 mortalité. Figurent également au Tableau 5.8 les du rées médiane et moyenne de l'anlénorrhde, de l'abstinence et de la non-susceptibilité, ainsi que la moyenne "prdvalence/incidence. "~ Presque les trois quarts des femmes (73 pour cent) restent en anaénorrhée pendant, au moins, 5 mois. Au-delå de 19 mois, la proportion de femmes dont les règles n'ont pas encore repris, est estimée å 13 pour cent. La durée médiane de l'aménorrhée post-partum est de 12,5 mois, et sa valeur moyenne se situe à 13,2 mois. La durde, l'intensité et la fréquence de l'aUaitement qui agissent sur le retour de l'ovulation expliquent, en partie, ces durées relativement longues. Traditionnellement, l'abstinence post-partum est largement pratiquée à Madagascar mais sur une courte durée. Presque les deux tiers des femmes (63 pour cent) reprennent les rapports sexuels durant les 5 mois qui suivent la naissance de l'enfant. La durée moyenne d'abstinence post-partum est estimée à 7 mois. Parconsdquent l'am6norrhée post-partum qui est liée à l'allaitement explique l'essentiel de l'infécondité post- partum. Le Tableau 5.8 foumit également la proportion de naissances dont les m~res sont considérées comme non-susceptibles d'Stre exposées au risque de grossesse selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance du dernierenfant. En l'absence d'allaitement et/ou d'abstinence post-partum, la pdriode de non-susceptibilité peut varier d'un mois å plus de deux ans. Près de deux femmes sur trois (65 pour cen0 sont en période de non-susceptibilité pendant, au moins, 9 mois après la naissance d'un enfant, et ce n'est qu'après une pdriode de 13 mois que cette proportion passe en-dessous de 50 pour cent. La dut'de médiane de la pdriode de non- susceptibilité est de 13,4 mois et sa moyenne s'établit à 14,5 mois. La durée médiane d'aménorrhée post-partum est beaucoup plus courte chez les femmes urbaines (7,9 mois) que chez celles du milieu rural (13,1 mois) : les écarts importants dans les durdes d'allaitement (voir Chapitre 8 - Allaitement, nutrition et état nutritionnel) en sont certainement la cause. Du point de vue de l'abstinence post-partum, la durée médiane passe de 2,9 mois dans la capitale à 4,5 mois dans les Autres villes et 3,6 mois en milieu rural. La durée de non-susceptibilité varie de 6,3 mois dans la capitale à 10,1 dans les autres villes et 14,0 en milieu rural. Ces différences reflètent uniquement les variations de l'aménorrhée post- partum (Tableau 5.9). S'agissant du niveau d'instruction des femmes, la durde d'aménorrhée post-partum est d'autant plus courte que le niveau d'instruction est élevé (5,2 mois chez les femmes ayant le niveau d'instruction secondaire II ou plus contre 15,1 mois chez celles n'ayant aucun niveau d'instruction), de mEme que pour la durée de l'aUaitement (voir Chapitre 8 - Allaitement, nutrition et état nutritionnel). Les femmes sans instruction présentent une du rée de non-susceptibilité plus importante ( 16,5 mois) que celles qui ont un niveau d'instruction primaire (13,9 mois), secondaire I (12,5 mois), ou secondaire II ou plus (5,6 mois). ~La moyenne "pr6valence/incidence" est calculée, pour l'am6norrhée par exemple, en divisant le nombre d'enfants dont les mères sont encore en aménorrhée au moment de l'enquête (prévalence) par le nombre moyen de naissances par mois (incidence), estimé å partir des naissances d'une période de 36 mois pour éviter les problêmes de saisonnalit6 et d'erreurs possibles de période de rdférence. 63 Tableau 5.9 Durée médi~tne de la non-susceptibilité post-partum Durées médianes (en mois) d'aménorrb6e, d'abstinence, et de non-susceptibilité post-partum, par caractérisdques so¢io-démographiques, ENDS Madagascar 1992 Effectif Aménorrhée Abstinence Non-susceptibilité de Caractéristique post-partum post-partum post-partum naissances Groupe d'Ages < 30 ans 11,3 3,7 12,3 2148 30 ans ou + 14,4 3,5 14,6 1334 Milieu de r~ldence Ca

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.