Haiti - Demographic and Health Survey - 1995

Publication date: 1995

Haïti Enquête Mortalité, Morbidité et Utilisation des Services EMMUS-II 1994/95 Institut Haïtien de l'Enfance ®DHS Demographic and Health Surveys Macro Ihternational Inc. INDICATEURS DU SOMMET MONDIAL POUR LES ENFANTS INDICATEURS DE BASE Mortalité infantile Malnutntlon des enfants Accès à une eau potable salubre Accès à des installations sanitaires d'évacuation des excréments Educatton de base Enfants en situation particulièrement difficile - Quotient de mortalité mfantde (pour I 000 naissances vivantes) . . . . . . . . . . 74 - Quotient de mortalité mfanto-juvénile (pour 1 000 naissances vwantes) . . . 131 - Pourcentage d'enfants de motos de 5 ans accusant un retard de croissance . . . . 32 - Pourcentage d'enfants de motos de 5 ans présentant une insuffisance pondérale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 - Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans émactés . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 - Pourcentage de ménages dxsposant d'eau potable salubre I à motos de 15 minutes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 - Pourcentage de ménages disposant de chasse d'eau ou de latrines améhorées personnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 - Pourcentage de ti:mmes de 15-49 ans ayant achevé l'école primmre . . . . . . . . 28 - Pourcentage d'hommes de 15-49 ans ayant achevé l'école primaire . . . . . . . . . 35 - Pourcentage de filles de 6-12 ans fréquentant l'école . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 - Pourcentage de garçons de 6-12 ans fréquentant l'école . . . . . . . . . . . . . . . 71 - Pourcentage de femmes de 15-49 ans alphabéusées . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 - Pourcentage d'enfants de motos de 15 ans qui sont orphelins . . . . . . . . . . I - Pourcentage d'enfants de motos de 15 ans qui ne vivent pas avec leur mère biologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 - Pourcentage d'enfants de moins de 15 ans qui vîvent dans un ménage comptant un seul adulte de 15 ans ou plus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 INDICATEURS DE SUPPORT Santé des femmes Espacement des naissances Matermté sans tqsque Planification familiale Nutr i t ion Nutrition des mères Allaitement Santé de l 'enfant Vaccinations Contrôle de la diarrhée Infections resplratoJres aJguës - Pourcentage de naissances à motos de 24 mois de la naissance précédente . . . . 25 - Pourcentage de naissances dont la mère a bénéficié de consultation prénatale auprès de personnel médical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 - Pourcentage de naissances dont la mère a bénéficié de consultation prénatale au cours du premier trimestre de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 - Pourcet~tage de nmssattces dont la mère a été asststée par du personnel médical au cours de l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 - Pourcentage de naissances ayant lieu en établissement samtalre . . . . . . . . 20 - Pourcentage de naissances à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 - Taux de prévalence contraceptive (l~mmes en union, en pour cent) . . . . . . . . . 18 - Pourcentage de /~mmes en unîon ayant des besoins non-satisfaits en matière de planification l'amdlale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 - Pourcentage de mères avec un faible Indice de Masse Corporelle . . . . . 19 - Pourcentage d'enfants de motos de 4 moxs qui sont exclusivement allaltés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 - Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans dont la mère a reçu une vaccmation antitétanique pendant la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 - Pourcentage d'enfants de 12-23 mms ayant ~té vaccmé contre la rougeole . . . . 48 - Pourcentage d'enfants de 12-23 mois ayant ~té complètement vaccinés . . . . . . 30 - Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans ayant eu la diarrhée durant les 2 dernières semaines et qm ont bénéf i c ié d'une Thérapie de Réhydratation par voie Orale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 - Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans ayant eu une infection respiratoire aigue durant les 2 dermères semaines et qm ont été vus par du personnel médical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 I Provenant de robinet dans le logement, fontaine publique, pmts privé, puits pubhc ou eau en bouteille. Enquête Mortalité, Morbidité et Utilisation des Services (EMMUS-II) Haïti 1994/95 Michel Cayemittes Antonio Rival Bernard Barrère Gérald Lerebours Michaèle Amédée Gédéon Institut Haïtien de l'Enfance Pétionville, Haïti Macro International Inc. Calverton, Maryland USA D~cembre 1995 Ce rapport présente les principaux résultats de l'Enquête Mortalité, Morbidité et Utilisation des Services (EMMUS-II) réalisée en Haïti en 1994/1995 par l'Institut Hai'tien de l'Enfance. L'EMMUS-II, financée par l'Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID), a bénéficié de l'assistance techmque de Macro International Inc. L'EMMUS-II fait partie du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys-DHS) dont l'objectif est de collecter, analyser et diffuser des données démograpbiques portant en particulier sur la fécondité, la planification familiale et la santé de la mère et de l'enfant. Des informations complémentaires sur I'EMMUS-II peuvent être obtenues auprès de l'Institut Haïtien de l'Enfance, 41 Rue Borno, Pétionville, Haïti, P.O. Box 15606 (Téléphone (509) 57-1508; 57-2139; Fax (509) 57- 2269). Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent être obtenus auprès de Macro International Inc., 11785 Beltsville Drive, Calverton, MD 20705, USA (Téléphone 301-572-0200; Fax 301-572-0999). Citation recommandée : Cayemittes, Michel, Antonio Rival, Bernard Barrère, Gérald Lerebours, et Michaèle Amédée Gédéon. 1995. Enquête Mortalité, Morbidité et Utilisation des Services (EMMUS-II), Hai~i 1994/95. Calverton, Maryland USA : Institut H~tien de l'Enfance et Macro International Inc. TABLE DES MATIERES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ix Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix Sigles et abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxi Carte de Haïti . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxii CHAP ITRE 1 1.1 1.2 CARACTERIST IQUES DU PAYS ET PRESENTATION DE L 'ENQUETE . 1 BREVE PRESENTATION D'HAITI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Situation géographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Situation démographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.3 Situation économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.4 Situation politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.5 Situation sanitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 OBJECTIFS ET METHODOLOGIE DE L 'ENQUETE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.2.1 Cadre institutionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.2.2 Objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.2.3 Questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2.4 Plan de sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2.5 Formation et collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.2.6 Traitement des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 CHAPITRE 2 2.1 2.2 CARACTERISTIQUES DES MENAGES ET DES ENQUETES . . . . . . . . . . . . 9 ENQUETEMENAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 2.1.1 Répartition par sexe et âge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . 9 2.1.2 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.1.3 Niveau d'instruction et fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 2.1.4 Caractéristiques des logements et biens possédés par les ménages . . . . . . . . 16 ENQUETE INDIVIDUELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 2.2.1 Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 2.2.2 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 2.2.3 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 2.2.4 Emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 2.2.5 Garde des enfants en bas âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 iii CHAPITRE 3 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 3.6 3.7 3.8 3.9 Page FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 NIVEAU DE LA FECONDITE ET FECONDITE DIFFERENTIELLE . . . . . . . . . 31 TENDANCES DE LA FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 PARITE ET STERILITE PRIMAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 GROSSESSES IMPRODUCTIVES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 INTERVALLE INTERGENESIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 AGE A LA PREMIERE NAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 FECONDITE DES ADOLESCENTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 FECONDITE DES HOMMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 CHAPITRE 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 4.7 4.8 4.9 PLANIF ICATION FAMIL IALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 CONNAISSANCE DES METHODES CONTRACEPTIVES . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 CONNAISSANCE DE LA PERIODE FECONDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 UTILISATION DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 4.3.1 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . 54 4.3.2 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 NOMBRE D'ENFANTS A LA PREMIERE UTILISATION DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 SOURCES D'APPROVISIONNEMENT DES METHODES CONTRACEPTIVES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 UTILISATION FUTURE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 SOURCES D' INFORMATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 COMMUNICATION SUR LA PLANIFICATION FAMILIALE AU SEIN DU COUPLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 CHAPITRE 5 5.1 5.2 5.3 5.4 5.5 NUPTIALITE ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . 75 ETAT MATRIMONIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 AGE A LA PREMIERE UNION ET AGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 5,2,1 Age à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 5.2.2 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 ACTIVITE SEXUELLE RECENTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 iv CHAPITRE 6 6.1 6.2 6.3 6.4 6.5 Page PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 DESIR D 'ENFANTS (SUPPLEMENTAIRES) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 BESOINS EN MATIERE DE PLANIF ICATION FAMIL IALE . . . . . . . . . . . . . . . 96 NOMBRE TOTAL D 'ENFANTS DESIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 PLANIF ICATION DE LA FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 CHAPITRE 7 7.1 7.2 7.3 7.4 7.5 SANTE DE LA MERE ET DE L'ENFANT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 SOINS PRENATALS ET ACCOUCHEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 7.1.2 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 7.1.3 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 VACCINATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 VITAMINE A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 MALADIES DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 7.4.1 Infections respiratoires aiguës et fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 7.4.2 Diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 7.4.3 Rougeole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 7.4.4 Hospitalisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 CHAPITRE 8 8.1 8.2 8.3 8.4 ALLAITEMENT, NUTRITION ET ETAT NUTRITIONNEL . . . . . . . . . . . . 131 ALLA ITEMENT ET AL IMENTATION DE COMPLEMENT . . . . . . . . . . . . . . . 131 ETAT NUTRIT IONNEL DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS . . . . . . . . 136 8.2.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 8.2.2 Résultats d'ensemble et tendances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 8.2.3 Etat nutritionnel selon les caractéristiques socio-démographiques des enfants et de leur mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 ETAT NUTRIT IONNEL DES MERES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 CHAPITRE 9 9.1 9.2 MORTALITE DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 METHODOLOGIE ET QUALITE DES DONNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 N IVEAUX ET TENDANCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 9.3 9.4 Page MORTALITE DiI~I~tSRENTIELLE ET GROUPES A HAUTS RISQUES . . . . . . 153 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 CHAPITRE 10 10.1 10.2 10.3 10.4 10.5 10.6 10.7 CAUSES DE DECES DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 CAUSES DES DECES DECLAREES PAR LA MERE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 PREVALENCE DES SYMPTOMES AVANT LE DECES . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 DIAGNOSTIC POSSIBLE SUR LA BASE DES SYMPTOMES . . . . . . . . . . . . . 164 RAPPROCHEMENT DES CAUSES DECLAREES PAR LA MERE ETDU DIAGNOSTIC DEDUIT DES SYMPTOMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 CAUSES PROBABLES DE DECES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 10.5.1 Causes probables des décès néonatals et des décès à 1-59 mois . . . . . . . . 167 10.5.2 Causes probables des décès selon certaines caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 CONSULTATION AVANT LE DECES ET LIEU DE DECES . . . . . . . . . . . . . . 171 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 CHAPITRE 11 11.1 11.2 11.3 11.4 MST et SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 COMPORTEMENT SEXUEL DES HOMMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 11.1.1 Nombre de partenaires sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 11.1.2 Rapports sexuels et gratifications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 11.1.3 Rapports sexuels avec des partenaires occasionnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 11.2.1 Connaissance des MST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 11.2.2 Episodes déclarés de MST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 11.2.3 Comportement face aux MST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 CONNAISSANCE, PERCEPTION DU RISQUE ET PREVENTION DU SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 11.3.1 Connaissance de l'existence du SIDA et sources d'information . . . . . . . . . 185 11.3.2 Connaissance des modes de transmission du SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187 11.3.3 Perception du risque de contracter le SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190 11.3.4 Raisons de la perception des risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192 11.3.5 Comportement pour éviter de contracter le SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194 CONNAISSANCE ET UTILISATION DU CONDOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198 11.4.1 Connaissance du condom et de ses sources d'approvisionnement . . . . . . . 198 11.4.2 Utilisation du condom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201 vi 11.5 Page CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204 CHAPITRE 12 12.1 12.2 12.3 12.4 DISPONIBILITE DES SERVICES COMMUNAUTAIRES . . . . . . . . . . . . . . . 205 CARACTERIST IQUES DES COMMUNAUTES RURALES . . . . . . . . . . . . . . . . 205 SERVICES SOCIO-ECONOMIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207 ETABL ISSEMENTS SANITAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211 PROBLEMES DE SANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214 CHAPITRE 13 CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217 REFERENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221 ANNEXE A ANNEXE B B.I B.2 B.3 B.4 B.5 B.6 B.7 ANNEXE C ANNEXE D ANNEXE E ANNEXEF PARTICIPANTS A L'EMMUS-II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223 PLAN DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229 OBJECTIFS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231 BASE DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231 REPARTIT ION DE L 'ECHANTILLON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232 CARACTERIST IQUES GENERALES DE L 'ECHANTILLON . . . . . . . . . . . . . . 233 T IRAGE DES UNITES AREOLAIRES ET DES MENAGES . . . . . . . . . . . . . . . . 234 B.5.1 Port-au-Prince Métropolitaine et Cap H~fftien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234 B.5.2 Autre milieu urbain et milieu rural . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235 PROBABIL ITES DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235 B.6.1 Port-au-Prince Métropolitaine et Cap Hffftien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235 B.6.2 Les autres villes et le milieu rural . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236 RESULTATS DES ENQUETES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237 ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241 TABLEAUX POUR L'EVALUATION DE LA QUALITE DES DONNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257 QUESTIONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267 TRADUCTION DES QUESTIONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 335 vil Tableau 1.1 Tableau 1.2 Tableau 2.1 Tableau 2.2 Tableau 2.3 Tableau 2.4 Tableau 2.5.1 Tableau 2.5.2 Tableau 2.6 Tableau 2.7 Tableau 2.8 Tableau 2.9 Tableau 2.10 Tableau 2.11 Tableau 2.12 Tableau 2.13 Tableau 2.14 Tableau 2.15 Tableau 2.16 Tableau 2.17 Tableau 3.1 Tableau 3.2 Tableau 3.3 Tableau 3.4 Tableau 3.5 Tableau 3.6 Tableau 3.7 Tableau 3.8 Tableau 3.9 Tableau 3.10 LISTE DES TABLEAUX Page Indicateurs démographiques de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Taille et couverture de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 Population des ménages par âge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Population par âge selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Enfants orphelins et résidence des enfants avec les parents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Niveau d'instruction de la population des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Niveau d'instruction de la population des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Biens durables possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Niveau d'instruction des femmes et des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Caractéristiques différentielles des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Emploi, employeur et type de revenus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Occupation des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Emploi des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Occupation des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Garde des enfants et travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Fécondité par âge selon quatre sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Tendances de la fécondité par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Tendances de la fécondité par durée de l'union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Enfants nés vivants et enfants survivants des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Grossesses improductives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Issue des grossesses improductives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 ix Tableau 3.11 Tableau 3.12 Tableau 3.13 Tableau 3.14 Tableau 4.1 Tableau 4.2 Tableau 4.3 Tableau 4.4 Tableau 4.5 Tableau 4.6 Tableau 4.7 Tableau 4.8 Tableau 4.9 Tableau 4.10 Tableau 4.11 Tableau 4.12 Tableau 4.13 Tableau 4.14 Tableau 4.15 Tableau 4.16 Tableau 5.1 Tableau 5.2 Tableau 5.3 Tableau 5A Tableau 5.5 Tableau 5.6 Tableau 5.7 Tableau 5.8 Tableau 5.9 Tableau 5.10 Tableau 5.11 Page Age médian à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Enfanfs nés de mères adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Enfan(s nés vivants et enfants survivants des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Connaissance des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Utilisation actuelle de la contraceplion par caractéristiques socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Raison de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Messages sur la planification familiale diffusés à la radio et à la télévision . . . . . . . 69 Messages par écrit sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Apprcbation de l'utilisation de la radio et de la télevision dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Discussion de la planification familiale avec le conjoint . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Opinion des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Age des femmes à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Age des hommes à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Age médian à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Age des femmes aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Age des hommes aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 Age médian aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Activité sexuelle récente des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Activité sexuelle récente des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Aménorrhée, abstinence ~t insusceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Durée médiane de l'insusceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Tableau 5.12 Tableau 6.1 Tableau 6.2 Tableau 6.3 Tableau 6.4 Tableau 6.5 Tableau 6.6 Tableau 6.7 Tableau 6.8 Tableau 6.9 Tableau 7.1 Tableau 7.2 Tableau 7.3 Tableau 7.4 Tableau 7.5 Tableau 7.6 Tableau 7.7 Tableau 7.8 Tableau 7.9 Tableau 7.10 Tableau 7.11 Tableau 7.12 Tableau 7.13 Tableau 7.14 Tableau 7.15 Tableau 7.16 Tableau 7.17 Tableau 8.1 Tableau 8.2 Tableau 8.3 Tableau 8.4 Tableau 8.5 Page Fin d'exposition au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . 92 Préférences en matière de fécondité selon l 'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Préférences des couples en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 Désir de limiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . 100 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Taux de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Nombre de visites prénatales et stade de la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Lieu de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Assistance lors de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Caractéristiques de l 'accouchement : césarienne, prématurité, poids et taille à la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Vaccinations selon les sources d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Vaccinations selon les caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . 115 Vaccinations avant l 'âge de 12 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 Vitamine A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Prévalence et traitement des infections respiratoires aiguës et de la fièvre . . . . . . . 121 Prévalence de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Connaissance et utilisation des SRO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Alimentation pendant la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Rougeole au cours des 6 demiers mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 Hospitalisation des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 Type d'allaitement selon l 'âge de l'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Type d'aliments selon l 'âge de l'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Durée médiane et fréquence de ral laitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Etat nutritionnel des enfants par caractéristiques démographiques . . . . . . . . . . . . . 139 xi Tableau 8.6 Tableau 8.7 Tableau 8.8 Tableau 9.1 Tableau 9.2 Tableau 9.3 Tableau 9.4 Tableau 10.1 Tableau 10.2 Tableau 10.3 Tableau 10.4 Tableau 10.5 Tableau 10.6 Tableau 10.7 Tableau 10.8 Tableau 10.9 Tableau 11.1 Tableau 11.2 Tableau 11.3 Tableau 11.4 Tableau 11.5 Tableau 11.6 Tableau 11.7 Tableau 11.8 Tableau 11.9 Tableau 11.10 Tableau 11.11 Tableau 11.12 Tableau 11.13 Page Tendance de la sous-nutrition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 Indicateurs anthropométriques de l'état nutritionnel des mères . . . . . . . . . . . . . . . . 145 Indicateurs anthropométriques des mères par caractéristiques socio- démograph iques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 Mortalité des enfants par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Comportement procréateur à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 Causes de décès déclarées par la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 Symptômes au cours de la période ayant précédé le décès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Diagnostic possible établi à partir des symptômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 Diagnostics multiples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Cause de décès déclarée par la mère et diagnostic possible déduit des symptômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Cause probable de décès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 Cause probable de décès selon le sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Cause probable de décès selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Consultation avant le décès et lieu du décès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Nombre de partenaires sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 Paiement pour rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 Partenaires occasionels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 Connaissance des Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) . . . . . . . . . . . . . . 180 Maladies Sexuellement Transmisibles (MST) au cours des 12 derniers mois . . . . . 182 Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) et comportement . . . . . . . . . . . . . . . 184 Connaissance du SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186 Connaissance des modes de transmission du SIDA par les femmes . . . . . . . . . . . . . 188 Connaissance des modes de transmission du SIDA par les hommes . . . . . . . . . . . . 189 Perception du risque de contracter le SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191 Perception du risque de contracter le SIDA par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192 Raisons pour lesquelles les risques de contracter le SIDA sont perçus comme nuls/minimes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193 Raisons pour lesquelles les risques de contracter le S IDA sont perçus comme modérés/importants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194 xii Tableau 11.14 Tableau 11.15 Tableau 11.16 Tableau 11.17 Tableau 11.18 Tableau 11.19 Tableau 12.1 Tableau 12.2 Tableau 12.3 Tableau 12.4 Tableau 12.5 Tableau 12.6 Tableau 12.7 Tableau 12.8 Tableau 12.9 Tableau B.1 Tableau B.2 Tableau B.3 Tableau B.4 Tableau C. 1.1 Tableau C. 1.2 Tableau C.2.1 Tableau C.2.2 Tableau C.3.1 Tableau C.3.2 Tableau C.4.1 Tableau C.4.2 Tableau C.5.1 Tableau C.5.2 Tableau C.6.1 Page Comportement des femmes pour éviter de contracter le SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . 195 Comportement des hommes pour éviter de contracter le SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . 197 Connaissance du condom par les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199 Connaissance du condom par les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200 Utilisation du condom par les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201 Utilisation du condom par les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203 Caractéristiques des communautés rurales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206 Distance par rapport aux services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208 Principal moyen de transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209 Temps de trajet pour atteindre les services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . 210 Distance par rapport aux formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211 Temps de trajet pour atteindre les formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212 Distance par rapport au service de santé matemelle et infantile le plus proche, soins prénatals et couverture vaccinale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213 Principaux problèmes pour se soigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 Principaux problèmes pour se soigner par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . 216 Estimation de la population de Haïti à différentes dates . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232 Répartition de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des hommes par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage : femmes . . . . . . . . . . . . . 245 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage : hommes . . . . . . . . . . . . . 246 Erreurs de sondage - Echantillon national : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247 Erreurs de sondage - Echantillon national : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 248 Erreurs de sondage - Echantillon urbain : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249 Erreurs de sondage - Echantillon urbain : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250 Erreurs de sondage - Echantillon rural : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251 Erreurs de sondage - Echantillon rural : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252 Erreurs de sondage - Aire Métropolitaine : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253 Erreurs de sondage - Aire Métropolitaine : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254 Erreurs de sondage - Autres villes : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255 xiii Tableau C.6.2 Tableau D. 1 Tableau D.2 Tableau D.3 Tableau D.4 Tableau D.5 Tableau D.6 Tableau D.7 Page Erreurs de sondage - Autres villes: hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 256 Répartition par âge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259 Répartition par âge des femmes éligibles et des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . 260 Répartition par âge des hommes éligibles et des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . 261 Complétude de l'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262 Naissances par année de calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 263 Enregistrement de l'âge au décès en jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 264 Enregistrement de l'âge au décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265 xiv Graphique 2.1 Graphique 2.2 Graphique 2.3 Graphique 2.4 Graphique 2.5 Graphique 2.6 Graphique 3.1 Graphique 3.2 Graphique 3.3 Graphique 3.4 Graphique 3.5 Graphique 3.6 Graphique 4.1 Graphique 4.2 Graphique 4.3 Graphique 4.4 Graphique 4.5 Graphique 4.6 Graphique 5.1 Graphique 5.2 Graphique 5.3 Graphique 6.1 Graphique 6.2 Graphique 6.3 LISTE DES GRAPHIQUES Page Pyramide des âges de la population - Haïti, 1994 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l0 Survie des parents des enfants de moins de 15 ans et résidence des enfants avec les parents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Emploi et occupation des femmes de 15-49 ans et des hommes de 15-59 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . 33 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . . . . . 34 Taux de fécondité générale par âge selon I'EHF 1977, I'EHPC 1983, I'EMMUS-I 1987 et I'EMMUS-II 1994/95 . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Tendances de la fécondité par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Proportion de femmes ayant déclaré avoir eu, au moins, un avortement, une mortinaissance et/ou une fausse couche, selon l'âge . . . . . . . . 42 Adolescentes de 15-19 ans ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . 46 Connaissance des méthodes contraceptives par les femmes et les hommes . . . 51 Connaissance de la contraception moderne par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Prévalence de la contraception parmi l'ensemble des femmes et des hommes selon la méthode utilisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes et les hommes en union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Prévalence de la contraception moderne parmi les femmes de 15-49 ans en union, 1983-1994 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Intention d'utiliser la contraception par les femmes et les hommes actuellement en union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans et des hommes de 15-59 ans . . . . . 77 Ages médians à la première union et aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . 82 Age médian des femmes et des hommes aux premiers rapports sexuels . . . . . . 83 Désir d'enfants supplémentaires des femmes en union, selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Proportion de femmes et d'hommes en union ne voulant plus d'enfants, selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Nombre idéal d'enfants pour les hommes et les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 XV Graphique 6.4 Graphique 7.1 Graphique 7.2 Graphique 7.3 Graphique 7.4 Graphique 7.5 Graphique 7.6 Graphique 7.7 Graphique 7.8 Graphique 8.1 Graphique 8.2 Graphique 8.3 Graphique 8.4 Graphique 8.5 Graphique 9.1 Graphique 9.2 Graphique 9.3 Graphique 10.1 Graphique 10.2 Graphique 11.1 Graphique 11.2 Graphique 11.3 Graphique 12.1 Page Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans pour lesquels la mère a bénéficié de soins prénatals pendant la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans nés avec l'assistance d'un professionnel de la santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Vaccinations des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin et la source d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Pourcentage d'enfants 12-23 mois avec tous les vaccins du PEV et sans vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Couverture vaccinale des enfants avant l'âge de 12 mois de 1990-91 à 1993-94 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Pourcentage d'enfants de 1-4 ans ayant reçu de la Vitamine A au cours des 12 mois avant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Prévalence des infections respiratoires aiguës (IRA) et de la fièvre chez les enfants de moins de 5 ans selon l'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Prévalence de la diarrhée chez les enfants de moins de 5 ans et utilisation de la TRO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de 3 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Distribution des indicateurs de l'état nutritionnel pour les enfants de 0-59 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Etat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans présentant un retard de croissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans atteints d'émaciation . . . . . . . . . . . . 144 Tendances de la mortalité des enfants de moins de 5 ans selon I'EHF 1977, I'EMMUS-I 1987 et I'EMMUS-II 1994 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Mortalité infanto-juvénile selon les caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . 154 Mortalité infantile selon certaines caractéristiques en rapport avec la procréation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 Causes probables de décès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 Type de consultation pendant la maladie ayant précédé le décès et lieu du décès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Principaux modes de transmission du SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190 Moyens de protection contre le SIDA adoptés par les enquêtés connaissant le SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196 Utilisation du condom à un moment quelconque comme contraceptif ou pour se protéger des MST/SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202 Principaux problèmes pour se soigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 xvi PREFACE Ce rapport présente les résultats de l'Enquête Mortalité, Morbidité et Utilisation des Services (EMMUS-II), menée en Haiti en 1994-1995. Cette enquête nationale a été réalisée par l'Institut Haïtien de l'Enfance (IHE), avec l'autorisation du Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) et avec l'appui technique du programme Demographic and Health Surveys (DHS) de Macro International Inc. La réalisation de ce projet n 'a été possible que grâce au financement du Bureau de Santé, de Population et de Nutrition (HPN) de l'Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID/Haïti). Ont également apporté leur appui à cette étude : I'OPS/OMS, I'UNICEF, le FNUAP, le PNUD, I'AIDSCAP et l'Institut Haftien de Statistique et d'Informatique (IHSI). L'EMMUS-II a des objectifs similaires à ceux des enquêtes DHS menées dans de nombreux pays à travers le monde. Elle permet de disposer d'informations récentes sur les principaux indicateurs portant sur la fécondité, la planification familiale, la santé de la mère et de l'enfant, la mortalité infanto-juvénile, l'utilisation des services de santé, les MST et le SIDA et la disponibilité des services communautaires. Vu leur richesse et leur diversité, ces données seront très utiles pour le gouvernement haïtien et, en particulier, pour le Ministère de la Santé Publique et de la Population et toutes les organisations qui travaillent dans le domaine de la santé. Il ne fait aucun doute que les informations recueillies permettront de mieux définir les stratégies à mettre en place pour le développement de programmes de santé adaptés aux besoins réels de la population ha/tienne. Directeur Général de I'IHE xvii Antonio Rival Au moment de mettre ce document sous presse, nous apprenons avec tristesse le décès d'Antonio Rival, travailleur infatigable, qui a été emporté par une maladie supportée avec courage. Nous lui dédions ce rapport. xviii REMERCIEMENTS La réalisation de cette enquête a été rendue possible grâce à la participation et à la collaboration de plusieurs Institutions. Nous remercions tout d'abord le Ministère de la Santé Publique et de la Population qui a autorisé et facilité la réalisation de cette étude. Nous remercions le Bureau de Santé, de Population et de Nutrition de I'USAID/Haili, non seulement pour le financement du projet, mais aussi pour le soutien sans faille accordê à I'IHE tout au cours de l'exécution de ce travail. Des remerciements spéciaux s'adressent à : MM. David Eckerson et John Burdick, Mmes Betsy Brown, Lynn Gorton et Shelagh O'Rourke pour la confiance accordée à l'Institut H~fftien de l'Enfance et leur soutien jusqu'à la publication du rapport final; Dr. Michaèle Amédée Gédéon, pour son appui technique, sa participation à la formation des enquêteurs et à la rédaction du rapport; M. Bradley Barker, pour son assistance technique et son support continu dans la gestion du projet au cours d'une période particulièrement difficile. Nous remercions pour leurs conseils et leur soutien logistique : I'OPS/OMS, en particulier Dr Marie Andrée Diouf; le PNUD et le FNUAP, en particulier Mmes Heidi Swindells et Edith Lataillade; I'UNICEF, en particulier Mmes Elisabeth Gibbons et Flora Sibanda Mulder et M. Roberto Lanrenti. Nous remercions également : I'IPPF/PAPFO, en particulier Dr Adeline Verly et Mme Laura Wedeen pour leurs conseils; I'AIDSCAP, en particulier Dr Génécé pour sa participation au Comité Technique Elargi et Mme Viviane Cayemittes pour sa participation à la révision du rapport. Nous remercions I'IHSI qui a fourni les informations sur la population recensée, a mis à notre disposition le personnel qui a réalisé la cartographie pour les grappes sélectionnées et participé à la formation des ~numérateurs. Nos remerciements vont en particulier à MM. Jean Claude Darang, Daniel Milbin et Jacques Hendry Rousseau. Nos sincères remerciements s'adressent au personnel du programme DHS de Macro International Inc. et en particulier à : M. Noureddine Abderrahim pour le traitement et l'analyse des données, Mme Thanh Lê pour l'êlaboration du plan de sondage, Mlle Michka Seroussi pour sa participation à la formation, Mmes Kaye Mitchell et Sidney Moore et M. Jonathan Dammons pour la composition finale du rapport, M. George Bicego pour l'établissement des contacts avec I'IHE. xix Un remerciement très spécial est adressé à M. Bernard Barrère pour son rôle clé dans la conception, la formation, la supervision du travail, et la rédaction du rapport. Son dynamisme et sa compétence ont été déterminants pour la réussite de ce projet. Nos remerciements chaleureux s'adressent aux Drs Antoine Augustin, Yves Marie Bernard, et Aristobule Deverson pour leurs conseils judicieux dans la conception et l'éxécution du projet. Nos remerciements s'adressent également à Mme Josiane R. Marcelin pour son aide dans la recherche de documents sur la cartographie de Port-au-Prince. Ce travail n'aurait pas été possible sans la participation active et le dévouement du personnel de I'IHE, en particulier : M. Antonio Rival, pour la coordination, la supervision du projet et sa participation à la r&iaction du rapport. Grâce à son dynamisme et à son sens professionnel, il a pu mener à bien l'étude dans un contexte difficile; Dr Gérald Lerebours, pour sa participation à toutes les phases du projet, en particulier la conception, la planification de l'étude et la rédaction du rapport; M. Jacques Target pour son dévouement et sa persévérance, particulièrement dans le domaine de la supervision; Mmes OIga Médor et Carole Pierre-Paul Jacob qui ont assuré la supervision des activités de terrain; Mme Marie Paule Bastien, Mlle Macia Cenatus pour leur rôle efficace dans la gestion du projet et M. Jean-Claude Jean-Pierre pour la coordination logistique; Drs. Arsène Ferrus, Colette Vilgrain Charles, et Florence Placide, M. Bernateau Desmangles pour leur participation à la rédaction et à la révision du rapport; Drs. Marie Dalberg Lafontant, Wilner Léveillé, Mme Fema Victor, Mr. Alexandre Canez pour leur apport à la formation du personnel de terrain; M. Paul Bréa et Melle Marie José Célestin pour le bon travail fourni par l'Unité Informatique; Mme Viviane Ligondé et Melles Sovely Forestal et Betty Cadet pour leur support secrétarial; MM. Benito Joseph et Phanol Renatus Valcinor qui ont assuré la comptabilité du projet; M. Guiteau Valès pour son apport à la supervision. Nous remercions tout particulièrement : le personnel de terrain : superviseurs, contrôleuses, enquêteurs, enquêtrices, chauffeurs et guides locaux qui ont rendu possible la collecte des données. le personnel de saisie : opérateurs et contrôleurs. Enfin, nous ne saurions terminer sans remercier de façon spéciale ces milliers d'hommes et de femmes qui ont accepté de participer à l'enquête. Nous adressons nos sincères remerciements à tous ceux qui, d'une façon ou d'une autre, ont contribué à la réalisation du projet. Directeur National de I'EMMUS-II XX SIGLES ET ABREVIATIONS AIDSCAP BCG CDC DHS (EDS) DIU DTPer EDS (DHS) EHF EHPC EMF EMMUS ENHAC ET FNUAP IEC IHE IHS IHSI IMC IPPF/PAPFO IRA ISF ISFD ISSA MSPP MST NCHS ONG OPS/OMS PEV PMA PNB PNUD RGPL SDE SIDA SRO TBN TGFG TRO UNICEF USAID VIH Acquired Immunodeficiency Syndrome Control and Prevention bacille Bilié de Calmette et Guérin (vaccin antituberculeux) Centers for Disease Control (centres de contrôle des maladies, Etats-Unis) Demographic and Health Surveys (Enquêtes Démographiques et de Santé) Dispositif Intra-Utérin Diphtérie, Tétanos, Pertusis (vaccin) Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys) Enquête H~fitienne sur la Fécondité Enquête Haïtienne sur la Prévalence de la Contraception Enquête Mondiale sur la Fécondité Enquête Mortalité, Morbidité et Utilisation des Services Enquête Nationale H~ütienne sur la Contraception Ecart Type Fonds des Nations Unies pour la Population Information, Education, Communication Institut Haïtien de l'Enfance Institut Haïtien de Statistique Institut Ha'ftien de Statistique et d'Informatique Indice de Masse Corporelle International Planned Parenthood Federation/Port-au-Prince Field Office Infections Respiratoires Aiguës Indice Synthétique de Fécondité Indice Synthétique de Fécondité Désirée Integrated System for Survey Analysis Ministère de la Santé Publique et de la Population Maladie Sexuellement Transmissible National Center for Healtb Statistics (Centre national des statistiques sanitaires, Etats-Unis) Organisation Non Gouvernementale Organisation Panaméricaine de la Santé/Organisation Mondiale de la Santé Programme Elargi de Vaccination Pays les Moins Avancés Produit National Brut Programme des Nations Unies pour le Développement Recensement Général de la Population et du Logement Section d'Enumération Syndrome d'Immuno Déficience Acquise Sels de Réhydratation par voie Orale Taux Brut de Natalité Taux Global de Fécondité Générale Thêrapie de Réhydratation Orale Fonds des Nations Unies pour l'Enfance United States Agency for International Development (Agence des Etats-Unis pour le Développement International Virus d'Immuno-déficience Humaine xxi HA'I'TI OCEAN ATLANTIQUE NORD-OUEST NORD MER DES CARAiBES ARTIBONITE OUEST CENTRE SUD-EST REPUBLIQUE DOMINICAINE CHAPITRE 1 CARACTERISTIQUES DU PAYS ET PRESENTATION DE L'ENQUETE Ce premier chapitre a pour but de présenter les principales caractéristiques d'Haïti ainsi que la mêthodologie de l'Enquête Mortalité, Morbidité et Utilisation des Services (EMMUS-II). Ces informations permettront sans doute de mieux saisir le contexte dans lequel s'est déroulée I'EMMUS-II et, ainsi, de mieux situer les résultats obtenus. 1.1 BREVE PRESENTATION D'HAITI 1.1.1 Situation géographique H~ffti, située dans le bassin des Caraibes, constitue, avec la Rêpublique Dominicaine, la deuxième île des Grandes Antilles. Elle est baignée au nord par l'Océan Atlantique et au sud par la Mer des Carai'oes. Pays essentiellement montagneux, Haïti est bordée de plaines côtières qui représentent environ 20 pour cent du territoire. Sa superficie totale est de 27 250 km 2. Deux langues officielles sont reconnues par la constitution de 1987 : le français et le créole. Cependant, une faible proportion de la population parle effectivement le français, 11 est généralement admis que le taux d'analphabétisme est élevé en Haïti. Au cours de l'enquête, parmi les personnes âgées de 6 ans et plus, 39 pour cent des femmes et 28 pour cent des hommes avaient déclaré n'avoir jamais été à l'école. Ha'fti est divisée en neuf départements et a pour capitale Port-au-Prince, située dans le département de l'Ouest. Près des deux tiers de la population vit en milieu rural et environ un tiers en milieu urbain. La population de Port-au-Prince, sans cesse croissante, avoisinerait actuellement 2 000 000 d'habitants. 1.1.2 Situation démographique Plusieurs enquêtes démographiques ont ~té menées en Haïti au cours des 15 demières années. ~ Elles fournissent essentiellement des informations sur la féeondité, la planification familiale et sur la santé des enfants. Cependant, du fait que le dernier recensement date de 1982 (Recensement Général de la Population et du Logement - RGPL), les données sur la taille de la population et sa structure, et sur les mouvements de population (natalité, mortalité et migrations) font cruellement défaut? Tableau 1.1 Indicateurs d6mographiques de base Indicateurs Superficie (km 2) 27 250 Population totale I 7 200 000 Rapport de maseulinité 2 (hommes/100 femmes) 92 Densit~ (habitants/km z) 264 Population de moins de 5 ans 2 (p. 100) 15 Population de moins de 15 ans 2 (p. 100) 46 Taux d'accroissement annuel 3 (p. 100) 2 Taux brut de natalité 2 (13. 1 000) 34 Taux de mortalit~ infantile 2 !~p. 1 0001 74 Taux de mortaht6 maternelle (p. 100 000) 460 ~ources: ' Estimation pour 1995 2 EMMUS-11, 1994-1995 3 Estimation de l'Institut Ha)tien de la Statistique et de l'Informatique 4 Maternal Mortality in H~ffti, 1993 L'Enquête Haïtienne sur la Fécondit6 (EHF) en 1977 (IHS et EMF, 1981 ); l'Enquête Haftienne sur la Prévalence de la Contraception (EHPC) en 1983 (Ayad et al., 1985); Enquête Mortalité, Morbidité et Utilisation des Services (EMMUS-I) en 1987 (Cayemittes et al., 1989); l'Enquête Nationale Haïtienne sur la Contraception (ENHAC) en 1989 (Cayemittes et al., 1991). 2 IHSI, 1984 La population d'Haïti est estimée actuellement à 7 200 000 habitants (voir Tableau 1.1). La densité est donc ~levée, puisqu' elle atteint 267 habitants au km 2 . Il est à noter qu' il s' agit d'une population très jeune dont 15 pour cent a moins de 5 ans et 46 pour cent moins de 15 ans. Les personnes de 65 ans et plus ne ~-~présentent que 3 pour cent. Le rapport de masculinit6 qui s'établit à 92 hommes pour 100 femmes met en évidence un déséquilibre entre les sexes au profit des femmes. Le rythme d'urbanisation ne cesse de s'acc61erer au niveau de tous les départements et près de 60 pour cent de cette population migrante d'origine mrale va habiter dans les bidonvilles des centres urbains. L'émigration qui a débuté dans les années 50 s'est accentuée à partir des années 60 pour devenir très importante au cours de la décennie 90, suite aux troubles socio-politiques de ces dix deruières années. A la fin de 1989, on estimait à plus d'un million le nombre d'haïtiens vivant à l'étranger, la majorité se trouvant aux Etats-Unis (Guengant, 1993). 1.1.3 Situation économique Pays originellement à vocation agricole où l'industrie est peu développée, Haïti se caractérise par un secteur économique informel important. Environ trois quarts de la population auraient un revenu se situant au-dessous du seuil de pauvreté absolue. Le taux de chômage global était estimé, en 1991, à plus de 50 pour cent de la population active (UNDP, 1991). Certainement, la situation s'est agravée depuis cette époque. "Depuis 1980, la situation économique n'a cessé de se dégrader, avec un produit intérieur brut par tête en constante réduction; si on donne à celui-ci l'indice 100 en 1980, et qu'on l'estime en prix réel c'est-à-dire après avoir exclu l'impact de l'inflation, il est passé de 83 en 1989, à 80 en 1990, à 78 en 1991 et à 70 en 1992. H~üti se situe donc parmi les Pays les Moins Avancés (PMA) et est considéré comme le pays le plus pauvre de l'hémisphère avec un Produit National Brut (PNB) par tête estimé à 370 dollars américains en 1990." (OPS/OMS, 1993). D'après certaines estimations, ce chiffre serait tombé à moins de 300 dollars américains en 1994. Au cours des deux dernières décennies, on a assisté à une dégradation de 1' agriculture en relation avec une déforestation accélérée, l'absence de modernisation des techniques agricoles, une pression sans cesse croissante sur les terres, l'éclatement des structures sociales et la détérioration des termes de l'échange. Parallèlement, l'industrie naissante, essentiellement de sous-traitance, qui était en expansion à la fin des années 70 a subi une nette régression avec la crise du pétrole, l'inflation galopante avec la décôte de la gourde (chute de plus de 300 pour cent de sa valeur au cours des quatre demières années) et l'instabilité politique avec la succession de gouvernements éphémères. Conséquence de cette dégradation économique, le coût de la vie ne cesse d'augmenter comme en témoigne par exemple l'indice des prix de produits alimentaires de base (riz, ma/s, haricot). Il n 'a cessé d'augmenter au cours des 3 dernières années, passant de 100 (indice de référence) en janvier 1992 à 161 pour la période mai-juin 95 (USAID, 1995). 1.1.4 Situation politique Une instabilité politique chronique et le caractère anti-démocratique de la quasi-totalité des gouvernements constituent les deux traits essentiels du régime politique haïtien depuis l'indépendance du pays en 1804. Avec la chute du règne dictatorial des Duvalier en 1986, une perspective de changement est apparue, surtout avec l'avènement en 1990 du premier gouvemement ~lu démocratiquement. Malheureusement, un coup d'état sanglant est venu mettre fin à cette expérience. La résistance du peuple haïtien, l'intervention de la communauté internationale et l'embargo économique imposé à Hafti en 1994 ont permis le retour à l'ordre d6mocratique en octobre 1994. Depuis cette date, il germe à nouveau une lueur d'espoir mais la complexité de la situation et les énormes difficultés à surmonter montrent que le chemin à parcourir est encore long. 1.1.5 Situation sanitaire La population vit dans un environnement sanitaire très malsain comme en témoigne ces indicateurs : 31 pour cent seulement de la population a accès à une eau potable salubre, située à moins de 15 minutes du domicile; 25 pour cent seulement de la population a accès à des installations sanitaires d'évacuation des excréments. En ce qui concerne les affections les plus courantes qui touchent les adultes, on trouve la malaria, la tuberculose, le SIDA et la sous-nutrition. Alors que chez les enfants, ce sont surtout les diarrhées, la sous- nutrition et les infections respiratoires aiguës. Le pays dispose de 652 établissements sanitaires dont plus d'un tiers est concentré dans le département de l'Ouest et surtout à Port-au-Prince (OPS/OMS, 1994). Ces structures disposent d'un total de 6 473 lits, soit 9 lits pour 10 000 habitants. En terme de personnel, on estime qu'il y a 1,1 médecins, 1,2 infirmières, 2,7 auxiliaires et 0,4 dentiste pour 10 000 habitants (MSPP, 1995). D'une manière générale, à peine 70 pour cent de la population a réellement accès aux soins de santé même si on se limite aux soins de santé primaires. "La dépense de l'état par habitant reste faible : environ 23 gourdes en 1992" (MSPP, 1995 ). Avec les troubles politiques des années 1991-1994, nous avons assisté à un véritable bouleversement au niveau des prestations des services de santé. D'un côté, désagrégation de plus en plus importante du secteur public et, parallèlement, renforcement et élargissement du secteur privé à but non lucratif. En effet, les Organisations Non Gouvernementales (ONG) travaillant dans le domaine des soins de santé primaires ont pu augmenter la couverture des services offerts à la population h~(itienne, touchant près de 3 000 000 d'habitants, 3 grâce à une augmentation de leurs ressources financières provenant de l'aide humanitaire instituée au cours de la période d'embargo, à une meilleure gestion et au dévouement de la plupart des travailleurs de santé. Sur le plan de la politique sanitaire, le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) donne la priorité à la promotion des soins de santé primaires. 1.2 OBJECT IFS ET METHODOLOGIE DE L 'ENQUETE 1.2.1 Cadre institutionnel L'Enquête Mortalité, Morbidité et Utilisation des Services (EMMUS-II) a été réalisée de juillet 1994 à janvier 1995 par l'Institut Haïtien de l'Enfance (IHE) avec l'assistance technique du programme Demographic and Health Surveys (DHS) de Macro International Inc. Elle a bénéficié du financement de 1' Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID) et du soutien logistique du Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP), de l'Organisation Pan Americaine de la Santé/Organisation Mondiale de la Santé (OPS/OMS) et du Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF). Il faut signaler que cette enquête a démarré en juillet 1994, au cours d'une période particulièrement troublée sur le plan socio-politique (embargo international, régime inconstitutionnel en place) et en pleine crise économique. Même si nous avons assisté au retour du régime constitutionnel en octobre 1994, la situation socio-économique qui a prévalu tout au long de la collecte des données était toujours très critique. 3 Estimation de I'IHE pour 1995. 1.2.2 Object i fs L'EMMUS-II a pour objectifs d'estimer sur le plan national et selon le milieu de résidence (Aire Métropolitaine de Port-au-Prince, Autres Villes et milieu rural) les indicateurs suivants : Pour les enfants de moins de 5 ans : la prévalence de la diarrhée, des infections respiratoires aiguës et de la fièvre au cours des deux dernières semaines précédant l'enquête; le taux d'utilisation de la Thérapie de Réhydratation Orale (TRO) chez les enfants atteints de diarrhée; la couverture vaccinale contre la tuberculose, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la poliomyélite et la rougeole; le taux de supplémentation en vitamine A au cours de l'année précédant l'enquête et l'état nutritionnel par mesures anthropométriques (poids et taille); le niveau de mortalité; les principaux déterminants des niveaux et tendances de la mortalité; les principales causes de décès. Pour les femmes de 15 à 49 ans : les niveaux de fécondité; les principaux déterminants des niveaux et tendances de la fécondité; le niveau de connaissance de la contraception, la prévalence contraceptive, les différentes méthodes utilisées et leurs sources d'approvisionnement; les principaux déterminants des niveaux d'utilisation de la contraception; le niveau d'utilisation des services de soins prénatals; la couverture vaccinale contre le tétanos des femmes en âge de procréer; l'état nutritionnel des mères par mesures anthropométriques (poids et taille); le niveau de connaissances des modes de transmission et de prévention des Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) et du SIDA, la perception du risque de contracter le SIDA et les moyens de prévention utilisés. Pour les hommes de 15 à 59 ans : la prévalence de la contraception ainsi que les différentes méthodes utilisées; les principaux déterminants des niveaux d'utilisation de la contraception; le niveau de connaissances des modes de transmission et de prévention des Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) du SIDA, la perception du risque de contracter le SIDA et les moyens de prévention utilisés. 1.2.3 Questionnaires Afin d'atteindre les objectifs fixés, quatre séries de questionnaires ont Et~ utilisés : 1) Questionnaire communantaire, portant sur les infrastructures socio-économiques et sanitaires des 172 grappes visitées. 2) Questionnaire ménage, permettant de collecter des informations démographiques sur le ménage, tel que le nombre de personnes vivant sous le toit, leur sexe, leur âge, leur état matrimonial, leur niveau d'instruction, ainsi que quelques informations sur les caractéfistiques du logement. Ce questionnaire permet d'établir l'éligibilité des personnes à interviewer individuellement et il fournit également les informations permettant d'établir le dénominateur pour le calcul des taux démographiques (natalité et fécondité). 3) Questionnaire femme : il s'agit d'un questionnaire individuel comprenant dix sections et portant sur les indicateurs mentionnés plus haut pour les femmes de 15 à 49 ans. 4) Questionnaire homme : il s'agit également d'un questionnaire individuel comprenant six sections et portant sur les indicateurs mentionnés plus haut pour les hommes de 15 à 59 ans. Ces instruments ont été développés à partir des questionnaires de base du programme Demographic and Health Survey (DHS), préalablement adaptés au contexte haïtien et en tenant compte des objectifs de l'enquête. Ces questionnaires ont été traduits en créole et, après contre-traduction de la version créole en vue de vérification, ils ont été pré-testés avant leur utilisation. Ces questionnaires, dans leur version créole, figurent intégralement à l'Annexe E et ils sont suivis de leur traduction en français. 1.2.4 Plan de sondage Pour les besoins de I'EMMUS-II, l'échantillon-cible était de 5 000 femmes en âge de procréer (15 à 49 ans) et 1 600 hommes de 15 à 59 ans. L'échantillon est représentatif au niveau national et au niveau des milieux de résidence (Aire Métropolitaine de Port-au-Prince, Autres Villes et milieu rural). L'échantillon de I'EMMUS-II est bas~ sur un sondage aréolaire stmtifié et tir6 à deux degrés. Au premier degré, 172 grappes ont été tir~es au hasard, soit à partir d'une carte, dans le cas de l'Aire Métropolitaine et du Cap-H~fftien, soit à partir de la liste des Sections d'Enumération (SDE) établie au cours du recensement de 1982 par l'Institut Haitien de Statistique et d'Informatique (IHSI), dans le cas des autres centres urbains et du milieu rural. Toutes les grappes sélectionnées ont fait 1' objet d'une cartographie et d'une énumération exhanstive des ménages. Au deuxième degré, un échantillon de ménages a été tiré à partir de la liste de l'ensemble des ménages de chacune de ces grappes. Toutes les femmes de 15 à 49 ans appartenant aux ménages sélectionnés ont été interview~es. Par ailleurs, dans un sous-échantillon de ménages (un sur trois), tous les hommes de 15 à 59 ans ont été interviewés. Compte tenu de la taille variable de chaque strate (Aire Métropolitaine de Port-au-Prince, Autres Villes et milieu rural) et pour garantir des résultats suffisamment précis pour chacune d'entre elles, différents taux de sondage ont été appliqués à chaque strate et, par conséquent, les résultats ont été pondérés au niveau national. Toutes les 172 grappes sélectionnées ont pu être enquêtées au cours de I'EMMUS-II. Au total, 5 433 ménages ont été sélectionnés, parmi lesquels 4 944 ont été identifiés, et 4 818 ont été effectivement enquêtés, soit un taux de réponse de 97,5 pour cent (Tableau 1.2). Parmi les 5 709 femmes éligibles, 5 356 ont été effectivement interview~es avec succès, soit un taux de réponse de 93,8 pour cent. Parmi les 1 767 hommes éligibles, 1 610 ont été interviewés avec succès, soit un taux de réponse de 91,1 pour cent. Tableau 1.2 Taille et couverture de l'échantillon Effectifs des ménages, des femmes et des hommes sélectionnés, identifiés et enquêtês, et taux de réponse selon le mdleu de résidence, EMMUS-II Halti 1994/95 Rêsidence Aire Autres Ensemble Enquête métmpolitaine villes urbain Rural Ensemble Enquête ménage Nombre de logements sêlectionnés 1 411 Nombre de ménages identifiés 1 296 Nombre de ménages enquêtes 1 210 Taux de réponse des ménages 1 024 2 435 2 998 5 433 908 2 204 2 740 4 944 892 2 102 2 716 4 818 93,4 98,2 95,4 99,1 97,5 Enquête individuelle femme Nombre de femmes éligibles 1 75l Nombre de femmes enquêtées 1 555 1092 2 843 2 866 5 709 1049 2 604 2 752 5 356 Taux de rêponse des femmes 88,8 96,1 91,6 96 93,8 Ménages pour l'enquête homme Nombre de logements sélectionnés pour l'enquéte homme 470 Nombre de ménages identlfiés 436 Nombre de ménages enquêtés 407 Taux de rêponse des ménages pour l'enquête homme 337 807 992 1 799 289 725 917 1 642 285 692 906 1 598 Taux de réponse des hommes Enquête individuelle homme Nombre d'hommes éligibles Nombre d'hommes enquétés 93,3 98,6 95,4 98,8 97,3 451 315 766 1 001 1 767 384 291 675 935 1 610 85,1 92,4 88,1 93,4 91,1 En Annexe B figure le plan de sondage complet ainsi que les résultats détaillés concernant la taille et la couverture de l'échantillon. 1.2.5 Formation et collecte des données Le personnel de terrain, sélectionné sur concours, a été formé sur une période de quatre semaines. La formation, menée en français et en créole, était théorique et pratique. Elle a comporté une présentation du questionnaire et des techniques d'interview et d'enregistrement des informations, et elle a été complétée par des discussions sur les principaux thèmes abordés par l'enquête. Cette formation théorique a été complétée par des exercices pratiques sur la façon de remplir le questionnaire, des jeux de rôles entre enquêteurs et superviseurs et une pratique de terrain. La formation a été assurée par le personnel de I'IHE et les consultants de DHS. Une formation de même type avait été menée plusieurs mois plus tôt avant de réaliser le pré-test. L'enquête débuta tout de suite après cette formation, avec sept équipes composées de trois enquêtrices, un enquêteur, une contrôleuse, un chef d'équipe et un chauffeur. La collecte des données s'est étalée de juillet 1994 à janvier 1995, avec plusieurs courtes périodes d'arrêt dues aux troubles socio-politiques. La contrôleuse devait vérifier sur place tous les questionnaires avant de les envoyer à Port-au-Prince pour traitement informatique. De plus, des superviseurs visitaient fréquemment les équipes et participaient également au contrôle des questionnalres sur le terrain. 1.2.6 Traitement des données La saisie des données sur micro-ordinateur débuta deux semaines après le démarrage de l'enquête sur le terrain, en utilisant le logiciel ISSA (Integrated System for Survey Analysis), développé par DHS. Cette saisie a été réalisée par quatre opérateurs, assistés de deux contrôleurs et supervisés par un programmeur. A signaler que ces opérateurs et superviseurs avaient aussi participé à la formation donnée aux enquêteurs - à l'exception du pré-test. Le programmeur avait également assisté à cette formation. Avant de démarrer la saisie, les questionnalres étaient une seconde fois contrôlés par des agents de vérification. Tout au long de cette phase de saisie, un programme de contrôle de qualité permettait de détecter les erreurs de collecte et le personnel de terrain en était avisé immédiatement. De même, le programme d'entrée des données était conçu de manière à détecter les erreurs au cours de la saisie. Et tout au long du travail, le contrôleur s'assurait de la qualité de la saisie. A la suite de la saisie, les données ont été ~dit~es en vue de vérifier la cohérence interne des questions. La vérification finale a été réalisée par le programmeur de r lHE, puis par celui de DHS, utilisant une technique éprouvée au cours de dizaines d'enquêtes similaires. 7 CHAPITRE 2 CARACTERISTIQUES DES MENAGES ET DES ENQUETES Le questionnaire ménage de I'EMMUS-II fournit un ensemble de données relatives à la structure de la population, à la composition des ménages, à certaines caractéristiques socio-démographiques de la population, ainsi que des informations sur l'habitat et sur certains biens possédés par les ménages. Au cours des travaux de collecte des données sur le terrain, des interviews ont été menées avec succès auprès de 4 818 ménages, dans lesquels on a dénombré un total de 23 904 personnes : parmi ces dernières, 5 709 femmes en âge de reproduction et 1 767 hommes âgés de 15-59 ans ont été identifiés et, par la suite, sélectionnés pour être enquêtés individuellement. Ce chapitre présente une description de certaines des caractéristiques des ménages recensés et de la population qui les compose, ainsi qu'une description des caractéristiques de base des femmes et des hommes ayant été enquêtés individuellement. L'objectif de ce chapitre est donc de présenter le contexte dans lequel vivent les hommes, les femmes et leurs enfants qui font l'objet des analyses ultérieures. Une telle description est essentielle dans la mesure où le comportement procréateur des femmes aussi bien que l'état de santé et l'état nutritionnel des enfants, sont conditionnés par l'environnement physique et socio-culturel ainsi que par la situation économique. 2.1 ENQUETE MENAGE 2.1.1 Répartition par sexe et âge de la population des ménages Le Tableau 2.1 donne la répartition par sexe et åge de la population dans les ménages enquêtés. Cette répartition est illustrée par la pyramide des âges au Graphique 2.1. La structure de la population par groupe d'âges quinquennal est assez régulière et caractéristique d'une population jeune, dont la pyramide se rétrécit rapidement au fur et à mesure que l 'on évolue vers les âges élevés. Les pyramides de cette forme sont propres aux pays à forte fécondité et à mortalit6 élevée. Cependant, on peut noter que les proportions correspondant aux trois premiers groupes d'âges (0 à 15 ans) sont pratiquement identiques et que, pour le sexe féminin, la proportion des 0-4 ans est légèrement moins importante que celle des 5-9 ans. Le fait que la pyramide ait ainsi une base tronquée est certainement la conséquence de la baisse de la fécondité qui s'est produite récemment en H~fiti (voir Chapitre 3 - Fécondité). La répartition de la population selon le milieu de résidence indique que la population haïtienne est essentiellement rurale : 64 pour cent des personnes recensées vivent en milieu rural, contre 36 pour cent en milieu urbain. La répartition des effectifs par sexe indique une prédominance de la population féminine dans la population totale (52 pour cent), et la même tendance s'observe en milieu urbain où le rapport de masculinité ~ est de 81 hommes pour 100 femmes. Par contre, en milieu rural, les deux sexes sont à peu près équilibrés (rapport de masculinité de 99 hommes pour 100 femmes). La migration de femmes rurales vers le milieu urbain et l'émigration des hommes des villes vers l'étranger expliquent, en partie, la sous- représentation des hommes en milieu urbain; de même, l'émigration internationale des hommes est très certainement à l'origine du déséquilibre entre les sexes trouvé au niveau national. On notera également que la proportion de population de moins de 15 ans est beaucoup plus élevée en milieu rural qu'en milieu urbain (45 pour cent contre 38 pour cent) ce qui résulte, en particulier, d'une fécondité plus élevée des femmes rurales. Rapport de la population de sexe masculin à la population de sexe féminin. Tableau 2.1 Population des ménages par åge et sexe Répartition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'âges quinquennal, selon le milieu de résidence et le sexe. EMMUS-II Haiti 1994/95 Urbain Rural Total Groupe d'âges Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble 0-4 13,9 10,4 12,0 16,3 15,6 16,0 15,5 13,7 14,5 5-9 12,7 11,8 12.2 15,2 15,1 15,2 14,4 13,8 14.1 10-14 13,3 13,8 13,6 14,6 12,9 13,7 14,2 13,2 13,7 15-19 11,4 13,1 12.4 9,7 9,3 9,5 10,3 10,8 10,5 20-24 11,7 11,3 11,5 7,1 7,7 7.4 8,7 9,1 8,9 25-29 9.4 8,8 9,1 5,3 5,6 5,5 6,7 6,8 6,8 30-34 6,8 7.0 6,9 4,8 5,5 5,1 5,5 6,1 5,8 35-39 5.5 5,4 5,5 5.1 5,4 5,3 5,3 5,4 5,3 40-44 3,6 3.8 3,7 4,1 4,0 4.1 4,0 3,9 4,0 45-49 2,7 2.7 2,7 3,3 3.5 3,4 3,1 3,2 3,2 50-54 2,3 3,5 3,0 3,4 3,1 3,2 3,0 3,2 3,1 55-59 1.4 2,2 1,8 2,5 2,9 2,7 2.1 2,6 2,4 60-64 1,8 1,7 1,8 2,6 2,8 2,7 2,3 2,4 2.4 65-69 1,1 1,4 1,3 1,9 2,0 2,0 1,6 1,8 1.7 70-74 1,0 1,1 1,0 1,8 1.6 1,7 1,5 1,4 1,5 75-79 0,5 0.5 0,5 0,8 1,0 0,9 0,7 0,8 0,7 80 ou plus 0,5 1,2 0,9 1,3 2,0 1.6 1,0 1,7 1,4 Non déterminE/NSP 0,1 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 Total 1(30,0 100,0 100,0 100.0 100,0 100,0 1(30,0 100.0 100,0 Effectif 3 848 4 743 8 591 7 600 7 713 15 313 11 447 12 457 23 904 Ages 80+ 75-79 70-74 65-69 6O-64 55-59 50-54 45-49 4O'44 35-39 30-34 25-29 20-24 15-19 10-14 5-9 0-4 12 10 0 6 Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population Haïti, 1994 4 2 0 2 Pourcentage 4 6 8 10 12 EMMUS-I I 1094/95 10 Au Tableau 2.2 figure la répartition de la population en grands groupes d'âges à deux dates différentes, à savoir en 1987 d'après I'EMMUS-I et en 1994/95 selon I'EMMUS-II. Il ressort de ces données que la structure de la population s'est légèrement modifiée dans le sens du vieillissement, la proportion de jeunes de moins de 15 ans passant de 46 pour cent en 1987 à 42 pour cent aujourd'hui. Cette modification pourrait résulter de la baisse de fécondité déjà mentionnée. 2.1.2 Composition des ménages Le Tableau 2.3 porte sur la composition des ménages; plus précisément, il fournit la répartition des ménages selon le sexe du chef de ménage et selon leur taille. Tableau 2.2 Population par âge selon diff6rentes sources R6partition (en %) de la population par åge d'après I'EMMUS-1 (1987) et I'EMMUS-II (1994/95), H«fti 1994/95 EMMUS-I EMMUS-I1 Groupe d'âges 1987 1994/95 <15 ans 45,8 42,3 15-64 51,0 52,3 65 ou plus 3,2 5,3 Total 100,0 100,0 Age médian 18,5 Dans leur majorité (61 pour cent), les chefs de ménage sont des hommes. Cependant, les ménages qui ont des femmes comme chef et qui sont souvent des ménages de niveau socio-6conomique plus défavorisé que lorsqu'un homme en est le chef, représentent une part non négligeable avec plus d'un cas sur trois (39 pour cent). En outre, on notera que les femmes, chefs de ménage, sont nettement plus représentées en milieu urbain (48 pour cent) qu'en milieu mral (33 pour cent). Ce résultat, comme la sous-représentation des hommes en milieu urbain, s'explique probablement par une forte émigration masculine. Tableau 2.3 Composition des ménages Réparhtion (en %) des m6nages par sexe du chef de m6nage, taille du ménage, et pourcentage de ménages comprenant des enfants sans leurs parents, selon le milieu de r6sidence, EMMUS-II Haïti 1994/95 Aire Autres Ensemble Caract6ristique Métropolitaine villes urbain Rural Ensemble Chef de ménage Homme 53,5 49,2 51,9 67,1 61,4 Femme 46,5 50,8 48,1 32,9 38,6 Nombre de membres habituels 1 7,5 10,0 8,5 8,0 8,2 2 12,3 13,1 12,6 10,2 11,1 3 15,8 12,7 14,6 12,5 13,3 4 15,3 13,2 14,5 13,4 13,8 5 15,0 14,3 14,7 14,7 14,7 6 11,6 11,3 11,5 12,2 11,9 7 8,3 8,1 8,2 10,5 9,6 8 5,2 6,4 5,7 7,4 6,8 9 ou plus 9,0 10,5 9,6 11,0 10,5 Taille moyenne 4,8 4,9 4,8 5,1 5,0 PoureenLage de ménages avec des enfants sans leurs parents 26,2 29,9 27,6 23,5 25,1 11 Du point de vue de la taille, on constate que les ménages de 3, 4, 5 et 6 personnes sont les plus fréquents (12 à 15 pour cent) et, en particulier, ceux de 5 personnes (15 pour cent) : au total, les ménages de 3 à 6 personnes représentent 54 pour cent des ménages haïtiens. Dans un cas sur quatre (27 pour cent), les ménages ont une taille élevée et comptent 7 membres ou plus, alors que ceux de petite taille (1 ou 2 personnes) ne représentent que 19 pour cent. La taille moyenne s'établit à 5,0 personnes par ménage et varie légèrement selon le milieu de résidence, passant de 4,8 personnes par ménage en milieu urbain à 5,1 en milieu rural. Le Tableau 2.3 fournit également la proportion de ménages comptant un ou plusieurs enfants de moins de 15 ans dont les parents biologiques ne vivent pas dans le ménage, soit parce qu'ils sont décédés, soit parce qu'ils vivent ailleurs. Un ménage sur quatre (25 pour cent) compte ainsi comme membre un ou plusieurs enfant(s) qui ne vivent pas avec leurs parents, et cette proportion est nettement plus élevée en milieu urbain (28 pour cent) qu'en milieu rural (24 pour cent). Seulement un enfant de moins de 15 ans sur deux (50 pour cent) vit avec ses deux parents biologiques; dans 25 pour cent des cas, les enfants vivent seulement avec leur mère, que leur père soit vivant ou décédé et, dans 6 pour cent des cas, les enfants vivent avec seulement leur père biologique, que la mère soit vivante ou non (Tableau 2.4 et Graphique 2.2). Au niveau national, près d'un enfant de moins de 15 ans sur cinq (19 pour cent) vit sans sa mère, ni son père. Il apparaît que les proportions d'enfants vivant dans cette situation difficile augmentent rapidement avec l'âge, passant de 5 pour cent chez les enfants de 0-2 ans à 28 pour cent chez les enfants de 10-14 ans. De même on trouve une proportion plus importante de filles que de garçons vivant sans leurs parents (21 contre 17 pour cent). Du point de vue de la résidence, 23 pour cent des enfants vivant en milieu urbain sont sans leurs parents contre seulement 17 pour cent en milieu rural. Ce dernier résultat s'explique certainement par le fait que des enfants du milieu rural sont envoyés en ville, pour vivre dans la famille ou chez d'autres personnes, essentiellement pour aller à l'école et, parfois, pour travailler. Tableau 2.4 Enfants orphehns et résidence des enfants avec les parents Répartition (en %) de la population (de fait) des enfants de moins de quinze ans, par état de survxe des parents et résidence avec les parents, selon råge, le sexe et le milieu de r6sldence de l'enfant, EMMUS-II Haîti 1994/95 Vivant avec Vivant avec la m~re le p~re Vivant avec aucun Vivant avec les P~re P~re M~re Mère Les 2 P~re Mêre Les 2 CaractênsOque 2 parents en vie d6céd6 en vie d6cédée en vie en vin en vie d~cêd~s ND Total Effecuf Age 0-2 62,1 27,8 2,8 1,7 0,2 4,4 0,2 0,5 0,1 0,2 100,0 2010 3-5 56,1 22,0 3,4 3,5 0,8 11,1 1,3 1,1 0,5 0,2 100,0 2 103 6-9 50,8 19,4 4,9 4,2 2,0 13,0 1,8 1,8 1,3 0,8 100,0 2735 10-14 39,7 16,8 5,7 5,5 2,3 18,4 3,2 3,6 2,7 2,1 100,0 3 269 Sexe Masculin 5 i,8 20,5 4,3 4,7 1,7 11,0 1,5 2,2 1,3 l,l 100,0 5 043 F~mmm 49,3 21,1 4.6 3,3 1.3 14,3 2,1 1,8 1,4 0,9 100,0 5 074 Milieu de résidence Aire Métropolitaine 40,5 24,1 7,1 3,9 1,3 15,5 1,8 2,3 2,0 1,3 100,0 1 893 Autres villes 35,9 29,1 5,7 4,2 0,7 16,2 2,1 2,6 2,6 0,9 100,0 1 353 Ensemble urbain 38,6 26,2 6,5 4,0 1,1 15,8 1,9 2,4 2,2 1,1 100,0 3 245 Rural 56,2 18,2 3,5 4,0 1,7 11,2 1,8 1,7 0,9 0,9 100,0 6 872 Ensemble 50,5 20,8 4,5 4,0 1,5 12,7 1,8 2,0 1,4 1,0 100,0 10 117 12 Graphique 2.2 Survie des parents des enfants de moins de 15 ans et résidence des enfants avec les parents Père/mire vivants 88% Mire \~ ~,'~,~ /[/ d~cêd~e 3% ~'~~ ~ J ~'~/ Pire ~ dd¢id6 7% Pire/mire dêcidês 1% Survie des parents Vit avec ptre/mêre 50% p~re 6% aucun 19% Résidence des enfants EMMUS-[I 1994/95 Cependant les fortes proportions d'enfants vivant sans leur parents s'expliquent également par le décès des parents : au niveau national, un peu plus de 1 pour cent des enfants sont orphelins de mère et de père, 3 pour cent n'ont plus leur mère, 7 pour cent n'ont plus leur père et, globalement, 11 pour cent des enfants haftiens de moins de 15 ans sont orphelins d'au moins un des deux parents. Comme attendu, ces proportions augmentent avec l'âge de l'enfant : 4 pour cent des enfants de 0-2 ans ont, au moins, l 'un des deux parents décédé, contre 18 pour cent des enfants de 10-14 ans. De même, les proportions d'enfants orphelins de père et/ou de mère sont plus élevées en milieu urbain (14 pour cent) qu'en milieu rural (10 pour cent). 2.1.3 Niveau d'instruction et fréquentation scolaire Le niveau d'instruction des membres des ménages est une caractéristique très importante car il a une influence considérable sur le comportement procréateur, l'utilisation de la contraception, le comportement en matière de santé ainsi que sur les habitudes en matière d'hygiène et de nutrition. En outre, le niveau d'instruction étant étroitement lié à la situation socio-économique de la famille, il constitue un indicateur de la position du ménage dans le contexte social et économique global. Dans le cadre de I'EMMUS-II, on a collecté des données sur le niveau d'instruction atteint et, pour chaque niveau, sur la dernière classe achevée par chaque membre du ménage âgé de 6 ans ou plus. Les Tableaux 2.5.1 et 2.5.2 donnent, pour chaque sexe et par âge, la répartition des membres des ménages selon le niveau d'instruction atteint. Précisons également que, dans ces tableaux, les cours d'alphabétisation ont été considérés comme un "niveau d'instruction" spécifique; dans la suite du rapport, les personnes ayant suivi ce genre de formation seront regroupées avec le niveau d'instruction primaire. 13 Tableau 2.5.1 Niveau d'instruction de la population des femmes Répartition (en %) de la population féminine (de fait) des ménages, âg6e de six ans et plus, par niveau d'instruction atteint selon l'åge et le mlheu de résidence, EMMUS-II Haiti 1994/95 Niveau d'instruction Secon- Caracténstlque Aucun Alphabét. Primaire daire Supérieur ND Total Effectif Médiane Groupe d'åges 6-9 29,6 1,7 67,8 0,0 0,0 /1,9 100,0 I 406 1,0 10-14 16,8 0,8 77,7 3,5 0,0 1,1 100,0 1 648 2,2 15-19 14,3 1,0 57,2 26,3 0,1 1,0 100,0 1 341 4,4 20-24 21,2 2,3 39,1 33,5 2,0 1,9 1130.0 1 132 4,9 25-29 31,0 2,3 36,4 27,1 1,5 1,7 100.0 850 3,3 30-34 45,2 4,4 28,9 17,6 1,2 2,7 100,0 755 1,2 35-39 55,2 4,5 25,9 10,7 1,6 2,0 100,0 674 0,0 40-44 58,4 8,3 26,2 4,2 0,5 2,4 100,0 492 0,0 45-49 67.9 5,2 20,3 4,8 0,9 0,8 100.0 401 0.0 50-54 67,0 4,0 20,3 5,9 0,2 2,6 100,0 403 0,0 55-59 76,9 3,0 15,0 3,4 0,6 I,I 100,0 329 0,0 60-64 80.7 2,4 11,3 3,0 0,6 2,0 100,0 297 0,0 65 ou plus 83.7 2,3 7,9 2,2 0,4 3,5 100,0 710 0,0 ND 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 100,0 1 Milieu de résidence Aire Métropohtame 21,2 2,3 46,0 26,0 2,5 2,1 100,0 2 591 3,6 Autres villes 25,3 2,0 50,7 20,1 0,3 1,6 100,0 1 561 2,7 Ensemble urbain 22,7 2,2 47,8 23,8 1,7 1,9 100,0 4 152 3,2 Rural 48,9 2,9 41,2 5,4 0,0 1,5 100,0 6 284 0,9 Ensemble 38,5 2,6 43,8 12,7 0,7 1,7 100,0 10 436 1,4 Tableau 2.5.2 Niveau d'instruction de la population des hommes Répartition (en %) de la population mascuhne (de fait) des ménages, âg6e de six ans et plus, par mveau d'instruction atteint selon l'âge et le milieu de résidence, EMMUS-II Hafti 1994/95 Niveau d'instruction Secon- Caractéristique Aucun Alphabét. Primaire dalre Supérieur ND Total Effectif Médiane Groupe d'âges 6-9 29.8 1,8 67,0 0,0 0,0 1,5 100,0 1 329 1,0 10-14 16,4 1,0 79,9 1,9 0,0 0,8 100,0 1 621 2,0 15-19 10,0 1,0 61,3 25,9 0,0 1,8 100,0 I 181 4,5 20-24 13,2 2,4 37,7 40,0 2,5 4,3 100,0 994 6,2 25-29 18,8 2.1 33,0 34,5 4,8 6,8 100.0 769 5,7 30-34 25,7 3,0 36,1 25.0 4,1 6,2 1130,0 626 3,8 35-39 38.9 4,6 32,7 11,6 3,9 8,4 100,0 604 1,5 40-44 41,2 5,8 30,9 12,5 2.2 7,3 100,0 454 1,3 45-49 44,8 5,1 33,8 9,0 0.7 6,6 100,0 357 1,0 50-54 50,2 5,6 27,3 10,3 0,8 5,9 100,0 348 0,0 55-59 55,5 5,5 27,9 3,0 0.4 7,8 100,0 242 0,0 60-64 57,5 5,1 22,3 9,1 1.4 4,6 100,0 266 0,0 65 ou plus 66,1 4,4 18,8 4,0 1,5 5,3 100,0 559 0,0 ND 0,0 0.0 0,0 26,1 14,3 59,7 100,0 7 12,6 Milieu de résidence Aire Métropolitaine 8,4 2,0 44,0 35,0 5,8 4,8 100,0 1 976 5,8 Autres villes 14,2 1,1 52.6 26,3 1,6 4,3 100,0 1 245 4,0 Ensemble urbain 10,7 1,6 47,3 31,6 4,2 4,6 100,0 3 221 5,1 Rural 37,2 3,3 49,3 6,3 0,1 3,7 100,0 6 134 1,3 Ensemble 28,1 2.7 48,6 15,0 1,5 4,0 100.0 9 354 2,0 14 Globalement, tous âges confondus à partir de 6 ans, près de trois hommes haïtiens sur quatre (72 pour cent) et près de deux femmes sur trois (62 pour cent) ont fréquenté l'école (y compris l'alphabétisation), et le nombre médian d'années achevées dans le système scolaire est de 2,0 ans pour les hommes contre 1,4 ans pour les femmes. Le niveau d'instruction a augmenté considérablement des générations les plus anciennes aux générations les plus récentes, en effet la proportion de personnes sans instruction passe de 66 pour cent chez les hommes âgés de 65 ou plus à 41 pour cent chez ceux âgés de 40-44 ans et à seulement 10 pour cent chez ceux de 15-19 ans; à l'inverse, la proportion d'hommes ayant fait des études passe de 34 pour cent chez les hommes les plus âgés à 90 pour cent chez ceux de 15-19 ans. En outre, on notera qu'à 20-24 ans, 87 pour cent des hommes ont, au moins, une instruction primaire, dont une part non négligeable (43 pour cent) ont même une instruction supérieure au primaire. La tendance à l'amélioration du niveau d'instruction est encore plus nette chez les femmes, celles sans instruction passant de 84 pour cent à 65 ans ou plus à 14 pour cent chez celles de 15-19 ans. Ce résultat indique qu'au fur et à mesure que l'accès au système éducatif s'améliorait, se produisait également un processus d'égalisation des sexes en matière d'éducation. Cependant, pour les femmes, 1' accès à l'instruction supérieure au primaire reste plus limitée que pour les hommes. Ainsi, à 20-24 ans, 43 pour cent des hommes ont une instruction supérieure au primaire, contre 36 pour cent des femmes. Comme on pouvait s'y attendre, le niveau d'instruction atteint varie de façon très importante selon le milieu de résidence. En milieu rural, 37 pour cent des hommes et 49 pour cent des femmes n'ont jamais fréquenté l'école contre, respectivement, 11 pour cent et 23 pour cent en milieu urbain. A l'opposé, les proportions de personnes ayant atteint un niveau supérieur au primaire atteignent 36 pour cent pour les hommes et 26 pour cent pour les femmes du milieu urbain contre, respectivement, 6 pour cent et 5 pour cent en milieu rural. Le taux de scolarisation qui est le rapport du nombre de personnes scolarisées d'un groupe d'âges à la population totale de ce groupe d'âges, donne une indication sur l'accès actuel de la population au système éducatif, Les questions relatives à la fréquentation scolaire ont été posées pour toutes les personnes âgées de 6 à 24 ans. Les résultats, par groupe d'âges, sexe et milieu de résidence, qui figurent au Tableau 2.6 et au Graphique 2.3, montrent qu'à 6-10 ans 68 pour cent des enfants sont scolarisés. Ce tanx atteint un maximum Tableau 2.6 Taux de scolarisatlon Proportion de la population (de fait) des ménages, ågde de 6 å 24 ans, fréquentant un étabhssement scolaire, par âge, selon le sexe et le milieu de résidence, EMMUS-II Haït11994/95 Hommes Femmes Ensemble Groupe d'åges Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble 6-10 87,0 59,6 67,7 84,4 60,9 68,8 85,6 60,2 68,2 11-15 91,0 75,5 80,7 82,6 76,1 78,7 86,2 75,8 79,7 6-15 89,0 66,6 73,6 83,5 67,6 73,5 85,9 67,1 73,6 16»20 81,9 61,3 69,0 64,7 47,1 55,3 71,8 54,2 61,6 21-24 48,3 22,8 34,8 35,3 16,8 25,9 41,4 19,7 30,1 15 de 80 pour cent à 11-15 ans, âges qui correspondent à la scolarisation, à la fois, en primaire et en secondaire; le fait que ce taux soit supérieur à celui des 6-10 ans est certainement la conséquence d'une entrée à l'école tardive (à plus de 10 ans) pour un nombre important d'enfants. A 16-20 ans, âges d'étude au niveau secondaire, le taux passe à 62 pour cent et diminue de plus de moitié (30 pour cent) à 21-24 ans, âges de scolarisation dans le supérieur. Avant 16 ans, les taux de fréquentation scolaire ne varient pas de façon significative selon le sexe. Par contre, à 16 ans et plus, âges de scolarisation post-primaire, les taux sont beaucoup plus élevés pour les hommes que pour les femmes : 69 pour cent contre 55 pour cent à 16-20 et 35 pour cent contre 26 pour cent à 21-24 ans. 100 Pourcentage Graphique 2.3 Taux de scolarisation 80 60 40 20 6-10 11-15 16-20 21-24 Groupe d'&ges EMMUS-II 1994/95 Selon le milieu de résidence, on observe que la fréquentation scolaire est beaucoup plus forte en milieu urbain qu'en milieu rural et que l'écart tend à augmenter avec l'âge et donc avec le niveau d'étude. A 6-15 ans, 86 pour cent des enfants urbains sont scolarisés, contre 67 pour cent des enfants du milieu rural; à 16-20 ans, 72 pour cent des enfants urbains sont scolarisés, contre 54 pour cent des enfants du milieu rural et, à 21-24 ans, les taux de scolarisation en milieu urbain sont deux fois plus élevés qu'en milieu rural (41 pour cent contre 20 pour cent). Cette augmentation de l'écart entre les taux des deux milieux de résidence s'explique essentiellement par le fait que l'accès aux établissements d'enseignement secondaire et supérieur est beaucoup plus restreint en milieu rural qu'en milieu urbain. 2.1.4 Caractéristiques des logements et biens possédés par les ménages Lors de r enquête ménage, on a recueilli des informations sur certaines caractéristiques du logement, à savoir la disponibilité de l'électricité, le type d'approvisionnement en eau, le type de toilettes, le matériau 16 du sol du logement et le nombre de pièces utilisées pour dormir. Ces caractéristiques, qui servent d'indicateurs de la situation socio-économique du ménage, ont également une influence déterminante sur l'état de santé des membres du ménage. Par ailleurs, on a collecté des informations sur la possession par les ménages de certains biens de consommation et moyens de transport. n ressort du Tableau 2.7 et du Graphique 2.4 qu'au niveau national, seulement un ménage sur trois (31 pour cent) possède l'électricité. Comme on pouvait s'y attendre, la disponibilité de l'électricité varie énormément selon le milieu de résidence : 92 pour cent des ménages de l'Aire Métropolitaine disposent de l'électricité, mais cette proportion n'est plus que de 51 pour cent dans les Autres Villes et chute à 4 pour cent en milieu rural. Pour boire, un tiers des ménages consomment l'eau de source (33 pour cent), alors que seulement 12 pour cent des ménages disposent de l'eau courante à la maison et qu'un ménage sur quatre (25 pour cent) s'approvisionne à des robinets publics. En outre, une part non négligeable des ménages (10 pour cent) achètent l'eau auprès de vendeurs d'eau. En milieu urbain, les sources d'approvisionnement les plus importantes sont, par ordre d'importance, les robinets à domicile (29 pour cent), les vendeurs d'eau (26 pour cent) et les robinets publics (21 pour cent), tandis qu'en milieu rural la majorité des ménages (52 pour cent) consomment de l'eau de source et, dans un cas sur quatre (27 pour cent), l'eau de robinets publics. Il faut souligner que plus d'un tiers des ménages de Port-au-Prince (38 pour cent) s'approvisionnent auprès de vendeurs d'eau; cela résulte des carences du réseau de distribution d'eau dans la capitale. Très peu de ménages disposent de toilettes modernes puisque seulement 4 pour cent des logements sont équipés de WC, alors que 21 pour cent des ménages utilisent des latrines améliorées personnelles et 23 pour cent des latrines améliorées collectives qui, du point de vue de l'accessibilité et de 1' hygiène, ne peuvent être considérées comme des installations sanitaires adéquates. Près d'un ménage sur dix (9 pour cent) utilise des latrines sommaires et 42 pour cent des ménages n'ont à leur disposition aucun équipement sanitaire. Par rapport au milieu rural, où seulement 17 pour cent des ménages disposent de WC ou de latrines aménagées privées, la situation est nettement meilleurs en milieu urbain où ces types d'équipement sanitaire se rencontrent dans 39 pour cent des cas, bien que même en ville l'existence de WC reste marginale (12 pour cent). En ce qui concerne le matériau utilisé comme sol du logement, on constate que près de la moitié des ménages vivent dans des logements dont le sol est en terre ou en sable (47 pour cent) et qu'un peu plus d'un ménage sur deux (52 pour cent) vit dans un logement ayant un plancher recouvert de ciment, de mosaïque ou de parquet. En zone rurale, le sol des deux tiers des logements (68 pour cent) est en terre ou en sable, alors qu'en milieu urbain, 76 pour cent des ménages disposent d'un revêtement quelconque (béton, mos~f/que ou autre) sur le sol de leur logement. Le nombre de personnes dormant par pièce fournit une indication du degré d'entassement du ménage. Au niveau national, dans 51 pour cent des cas, 1 à 2 personnes dorment par pièce et, dans 33 pour cent des cas, ce sont 3 à 4 personnes qui dorment dans la même pièce. Le nombre moyen de personnes par pièce s'établit à 3,0. Le degré d'entassement est légèrement plus important dans la capitale (moyenne de 3,2 personnes par pièce) qu'en milieu rural (moyenne de 3,0) et que dans les Autres Villes (moyenne de 2,9). 17 Tableau 2.7 Caractéristiques des logements Répartition (en %) des ménages, par caractéristlques des EMMUS-II Haïtl 1994/95 logements, selon le milieu de résldence, Caractéristique Aire Autres Ensemble des logements Métropolitaine villes urbain Rural Ensemble Electricité Oui 92,3 50,7 76,5 3,9 31,3 Non 7,4 49,3 23,3 96,0 68,6 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Approvisionnement en eau à boire Robinet dans le logement 31,9 23,4 28,7 1,8 12,0 Fontaine publique 14.9 31,4 21,1 26,5 24,5 Puits dans de logement 1,6 8,2 4,] 2,9 3,3 Puits public 1,0 13,0 5,5 6,9 6,4 Source 3,9 2,9 3,5 51,6 33,4 Rivière/Lac 0,2 4,8 2,0 8,7 6,1 Camion oterne 5,0 0.0 3,1 0,0 1,2 Vendeur d'eau 38,3 5,9 26,0 0,3 10,0 Autre 3,4 10,3 6,1 1,3 3,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Temps nécessaire pour s'approvisionner en eau Moins de 15 minutes (en %) 90,1 74,8 84,3 40,0 56,7 Temps médian 0,6 5,4 0,8 20,2 10,5 Type de toilettes W.C. 16,9 2,7 11,5 0,0 4,4 Latnnes aménagées - personnelles 26,0 29,3 27,3 16,9 20,8 - collectives 48,3 34,3 43,0 I 1,1 23,1 Latnnes sommalres 3,9 7,0 5,1 I 1,6 9,2 Pas de toilettes 4.8 25,4 12,6 60,0 42,1 Autre 0,2 1,2 0,6 0,3 0,3 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Type de sol Terre/pierre 6,0 22, I 12,1 67,9 46,8 Planches 0,7 1,5 1,0 0,5 0,7 Béton/maçonnerie 74,0 71,4 73,0 30,9 46,8 Mosafque/c6ramique 19,2 5,0 13,8 0,5 5,6 Autre 0,2 0,0 0,1 0,2 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Nombre de personnes par pièce utilisée pour dormir <3 47,6 52,5 49,4 51,2 50,5 3-4 31,3 32,4 31,7 34,2 33,3 5-6 14,6 12,0 13,6 10,1 11,4 7 ou plus 6,0 3,1 4,9 4,2 4,5 ND 0,5 0,0 0,3 0,3 0,3 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Moyenne 3,2 2,9 3,1 3,0 3,0 Effectif de ménages 1 130 689 1 820 2 998 4 818 18 60 50 40 30 Pourcentage Graphique 2.4 Caractéristiques des logements f 20 10 o o, ~ "7 + oo » +,~ c+xo" 5.°. + +oO +. e~ 5" ~~:~'«4' ~~,~" ~~ ,'~~.%#" -.o ~ o.'~~ ,®,,J +~oe,~ o+° +° ,°+' .ç+~ +° « ++.~.+'=' ~+,,+ ~+eo +o ORIGINE DE L'EAU TYPE DE TOILETTES TYPE DE SOL EMMUS-II 1994/95 Le Tableau 2.8 indique que 40 pour cent des ménages possèdent un poste de radio qui constitue ainsi, et de loin, le moyen d'information le plus répandu en Haïti. La proportion des ménages urbains qui possèdent un poste de radio (65 pour cent) est près de trois fois supérieure à celle du milieu rural (24 pour cent). Pourtant la radio est le principal, sinon l'unique, moyen moderne d'information en milieu rural. En effet, moins de 2 pour cent des ménages du milieu rural disposent de la télévision, alors que 19 pour cent des ménages des Autres Villes et 56 pour cent des ménages de l'Aire Métropolitaine disposent de ce moyen de communication. Tableau 2.8 Biens durables possédés par le ménage Pourcentage de ménages possédant certains biens de consommation durables, selon le milieu de résidence, EMMUS-II Hai'tl 1994/95 Aire Autres Ensemble Biens durab les M6tropolitaine vdles urbain Rural Ensemble Radio 72,8 53,0 65,3 24,2 39,7 Télévision 56,4 19,2 42,3 1,6 17,0 Réfrîg6rateur 27,0 10,9 20,9 0,7 8,3 Bicyclette 6,0 22,8 12,4 7,3 9,2 Motocyclette 0,7 2,4 1,4 0,8 1,0 Voiture 11,3 3,4 8,3 0,3 3,3 Cheval/Mule 0,1 12,1 4,6 25,0 17,3 Aucun 22,5 38,0 28,4 58,3 47,0 Effectif de ménages 1 130 689 1 820 2 998 4 818 19 Très peu de ménages disposent d'un moyen de transport moderne. La bicyclette est le moyen de transport le plus répandu (9 pour cent). La mobylette/motocyclette (1 pour cent) et la voiture (3 pour cent) sont plus rares. Ce dernier moyen de transport est le privilège du milieu urbain où environ 8 pour cent des ménages possèdent une voiture. Par ailleurs, 17 pour cent des ménages possèdent un cheval ou une mule, uniquement en milieu rural (25 pour cent) et dans les Autres Villes (12 pour cent). Globalement, 47 pour cent des ménages ha/tiens ne possèdent aucun des biens ni moyens de transport cités précédemment, et ces ménages particulièrement défavorisés sont beaucoup plus représentés en milieu rural (58 pour cent) que dans les Autres Villes (38 pour cent) et que dans la capitale (23 pour cent). 2.2 ENQUETE INDIV IDUELLE Cette section traite des caractéristiques socio-démographiques des femmes et des hommes enquêtés individuellement. Dans la suite de l'analyse, ces caractéristiques, à savoir l'âge, l'état matrimonial, le niveau d'instruction et le milieu de résidence, seront utilisées comme variables de classification de la plupart des phénomènes étudiés. 2.2.1 Caractéristiques socio-démographiques des enquêté(e)s L'âge, variable fondamentale dans l'analyse des phénomènes démographiques, est l'une des informations les plus difficiles à obtenir de façon fiable lorsque les enregistrements écrits des événements n'existent pas toujours. De ce fait, un soin particulier a été accordé à son estimation au moment de l'enquête. On demandait d'abord aux femmes et aux hommes leur date de naissance, puis leur âge. Lorsque la date de naissance et l 'âge étaient obtenus, l'enquêtrice contrôlait la cohérence entre les deux informations. Dans le cas où l'enquêté(e) ne connaissait pas sa date de naissance ou son âge, l'enquêtrice essayait d'obtenir un document officiel, tel qu'une pièce d'identité, où figure la date de naissance. Dans des cas assez rares, lorsqu'ancun document n'était disponible, l'enquêtrice devait estimer 1' âge de la femme ou de l'homme, soit par comparaison à 1' âge d' autres membres du ménage, soit par déduction à partir de 1' histoire de l'enquêté(e), ou encore en utilisant des références historiques. La distribution des femmes de 15-49 ans par groupe d'âges quinquennal (Tableau 2.9) présente une allure régulière, les proportions de femmes de chaque groupe d'âges diminuant régulièrement au fur et à mesure que l'on avance vers les âges élevés, passant de 24 pour cent à 15-19 ans à 13 pour cent à 30-34 ans et à 8 pour cent à 45-49 ans. Les femmes aux âges de fécondité maximale, c'est-à-dire celles de moins de 30 ans, représentent la part la plus importante des femmes enquêtées, soit 59 pour cent. Pour être sélectionné en vue de l'enquête individuelle, les hommes devaient être âgés de 15 à 59 ans. Le Tableau 2.9 indique que plus de la moitié des hommes sélectionnés (54 pour cent) ont moins de 30 ans. Comme chez les femmes, les proportions de chaque groupe d'âges diminuent régulièrement avec l'avancement en âge, passant de 22 pour cent à 15-19 ans à 12 pour cent à 35-39 ans et à 4 pour cent à 55-59 ans. Il semble néanmoins qu'il y ait un léger déficit d'hommes vers 25-34 ans, peut-être dû à l'émigration. En ce qui concerne l'état matrimonial, précisons que, dans le cadre de I'EMMUS-II, ont ét~ considérés en union toutes les femmes et tous les hommes ayant déclaré avoir un partenaire régulier, quel que soit l'état matrimonial déclaré; 2 de même, quel que soit l'état matrimonial déclaré, tous les enquêtés ayant déclaré ne pas avoir eu de partenaire régulier ont été considérés comme célibataires. Cette définition, qui ne correspond pas strictement aux variantes culturelles de l'union en Haïti, est beaucoup plus opérationnelle du 2 Pour plus de précisions sur l'état matrimonial des enquêtés, voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse. 20 Tableau 2.9 Caracténstiques socio-démographiques des enquêtés Répartition (en %) des femmes et des hommes enquêtés par åge, état matrimomal, mdieu de résidence, niveau d'instrucUon, et religion, EMMUS-11 Haîti 1994/95 Femmes Hommes Effectif Effectif Caractéristique Pourcentage Pourcentage soclo-démographique pondéré Pondéré Non pondéré pondérée Pondér6 Non pondéré Groupe d'îges 15-19 24,1 1 290 1 299 21,7 350 352 20-24 19,9 1 063 1 065 18,3 295 298 25-29 15,1 807 814 13,9 224 226 30-34 13,1 700 697 10,9 175 177 35-39 12,0 645 638 11,8 190 189 40-44 8,4 452 448 7,9 127 124 45-49 7,5 400 395 6.5 104 102 50-54 5,0 81 80 55-59 4,0 64 62 Etat matrimonial Jamais en union 31,8 1 702 1 726 43,4 698 704 Union sans cohabitation 12,5 669 672 6,7 107 108 Union avec cohabitation 45,6 2 444 2 404 43,6 702 695 Union rompue i 0,1 541 554 6,4 102 103 Milieu de r~sldence Aire Métropolitaine 29,0 1 552 1 555 23,8 383 384 Autres villes 15,0 801 1 049 13,7 220 291 Ensemble urbain 43,9 2 353 2 604 37,5 603 675 Rural 56,1 3 003 2 752 62,5 1 007 935 Niveau d'instruction Aucun 35,6 1 906 1 836 25,4 409 393 Alphab6usation/Primaire 41,6 2 230 2 242 47,6 766 757 Secondaire ou plus 22,8 1 221 1 278 27,0 435 460 Religion Catholique 57,3 3 070 3 076 59,5 958 961 Protestant 36,6 1 961 1 958 32,4 522 519 Vaudouisant 0,6 34 34 1,4 23 23 Pas de rehgion 5~3 281 279 6,6 106 106 Autre 0,0 2 2 0,1 I 1 Ensemble 100,0 5 356 5 356 100,0 1 610 1 610 point de vue de l'exposition au risque de grossesse. Selon cette définition, près d'un tiers des femmes sont considérées comme célibataires (32 pour cent), 58 pour cent sont en union, soit en union avec cohabitation (46 pour cent, à savoir les mariées ou placées), soit sans cohabitation (12 pour cent, à savoir les vivavek, les renmen et lesfiancées) et 10 pour cent sont en rupture d'union (veuvage, divorce ou séparation). Chez les hommes, comme on pouvait s'y attendre du fait d'une entrée en union plus tardive que chez les femmes, la proportion des unions est nettement plus faible que chez les femmes (50 pour cent contre 58 pour cent). Du point de vue du milieu de résidence, parmi les femmes enquêtées, 29 pour cent résident dans l'Aire Métropolitaine, 15 pour cent dans les Autres Villes et 56 pour cent en milieu rural. Les hommes sont moins représentés que les femmes en milieu urbain (38 pour cent contre 44 pour cent) et, en particulier, dans la capitale (24 pour cent contre 29 pour cent). Comme cela a déjà été mentionné précédemment, ce 21 phénomène s'explique certainement par une migration rural/urbain plus importante chez les femmes que chez les hommes, combinée à une émigration importante des hommes des villes vers l'étranger. En ce qui concerne la religion, quel que soit le sexe, les catholiques sont majoritaires (57 pour cent des femmes et 60 pour cent des hommes), et environ un tiers des femmes (37 pour cent) et un tiers des hommes (32 pour cent) se sont déclarés protestants (Tableau 2.9). Une très faible proportion d'enquêtés se sont déclarés vandouisant (1 pour cent), et 5 pour cent des femmes et 7 pour cent des hommes ont dit ne pas avoir de religion. Il apparaît au Tableau 2.9 que, d'après leur déclaration, un peu plus d'un tiers des femmes (36 pour cent) n'ont jamais fréquenté l'école ou un centre d'alphabétisation, contre 25 pour cent des hommes. A l'opposé, 23 pour cent des femmes et 27 pour cent des hommes ont un niveau d'instruction secondaire ou supérieur. En outre, le niveau d'instruction atteint varie de façon importante selon certaines caractéristiques socio-démographiques (Tableau 2.10). Ainsi, et comme on 1' avait remarqué pour la population des ménages, la proportion de femmes ayant de l'instruction augmente régulièrement des générations les plus anciennes aux générations les plus récentes : 32 pour cent seulement des femmes de 45-49 ans ont un niveau d'instruction quelconque, contre 87 pour cent des femmes de 15-19 ans. Corrélativement, c'est chez les femmes les plus jeunes que les proportions de celles sans niveau d'instruction sont les plus faibles. En ce qui concerne les hommes, comme chez les femmes, la proportion de ceux ayant un niveau d'instruction est plus élevée dans les générations récentes (86 pour cent chez les 15-19 ans) que dans les générations anciennes (55 pour cent chez les 45-49 ans). Comme on l'a mentionné en ce qui conceme la population des ménages, les différences de niveau d'instruction entre les sexes tendent à disparaître : ainsi, à 15-19 ans, les proportions de femmes et d' hommes sans aucune instmction sont pratiquement identiques (respectivement, 13 et 14 pour cent); de même, à 15-19 ans, les femmes et les hommes de niveau secondaire ou plus sont presque également représentés (respectivement, 28 et 29 pour cent). Tableau 2.10 Niveau d'instruction des femmes et des hommes enqu6tés Répartition (en %) des femmes et des hommes par mveau d'instruction atteint, selon le groupe d'åges et le miheu de résidence, EMMUS-II Haai 1994/95 N~veau d'mstructam des femmes Ntveau d'instructmn des hommes Secon- Secon- Alphab / dalre Alphab./ daire CaracténstJque Aucun Primaire ou + Total Effecuf Aucun Primaire ou + Total Effectif Groupe d'åges 15-19 13,1 59,4 27.5 100,0 1 290 13,6 57,6 28,8 100.0 350 20-24 21,4 40.8 37,8 100,0 1 063 12,6 39.9 47,5 100,0 295 25-29 32,0 40,8 27,2 100,0 807 14,7 44.1 41,2 100,0 224 30-34 46,5 34,5 19,1 100,0 700 17,8 56,1 26.0 100,0 175 35-39 57.1 32,7 10,2 100,0 645 43,2 44,5 12.3 100,0 190 40-44 63,3 32.1 4,7 100,0 452 46,7 39,0 14,3 100,0 127 45-49 68,1 26,0 5.9 100,0 400 45,2 48,0 6.8 100,0 104 50-54 48,6 44,5 6.9 100,0 81 55-59 51,1 46,2 2.7 100,0 64 Milieu de résidence Aire M~tropolitame 18,8 4t. l 40,1 100,0 1552 9,4 37,0 53,6 100,0 383 Autres villes 20,5 45,8 33,7 100,0 801 12,0 40,5 47,4 100,0 220 Ensemble urbain 19,4 42,7 38,0 100,0 2 353 10,3 38,3 51,4 100,0 603 Rural 48,3 40,8 10,9 100,0 3 003 34,4 53,2 12,4 100,0 1 007 Ensemble 35,6 41,6 22,8 100,0 5 356 25,4 47,6 27.0 100,0 1 610 22 Du point de vue du milieu de résidence, on observe de fortes disparités en ce qui concerne le niveau d'instruction. Alors que 81 pour cent des femmes vivant en milieu urbain ont, au moins, un niveau d'instruction primaire, cette proportion chute à 52 pour cent en milieu rural. On observe une situation du même type chez les hommes : 90 pour cent des hommes urbains ont, au moins, une instruction primaire, contre 66 pour cent seulement en milieu rural. En milieu rural près d'une femme sur deux (48 pour cent) et environ un homme sur trois (34 pour cent) n'ont jamais fréquenté l'école ou un centre d'alphabétisation. 2.2.2 Caractéristiques des couples Parmi les hommes interviewés, 695 étaient en union et cohabitaient avec leur conjoint au moment de l'enquête : parmi ces derniers, 557 avaient leur femme vivant dans le même ménage et qui a été enquêtée. Il est alors possible d'associer l'homme à sa femme et de reconstituer ainsi des couples qui, par la suite, seront étudiés du point de vue de leurs convergences ou divergences d'idées en matière de planification familiale, de taille idéale de la famille, ou encore du point de vue de leur comportement différentiel face au SIDA. On se propose de présenter ici quelques unes des caractéristiques de ces 557 couples (Tableau 2.11 et Graphique 2.5). Dans la très grande majorité des couples (87 pour cent), l'homme est plus âgé que sa femme, soit il a 0-4 ans de plus qu'elle (33 pour cent), soit 5-9 ans de plus (31 pour cent); dans près d'un couple sur quatre (23 Tableau 2.11 Caractéristiques différentielles des couples Répartition (en %) des couples par diff6rence d'âges entre conjoints et dlfférence de niveau d'instruction, EMMUS-I1 Haïti 1994/95 Différence Pourcentage Effectif Åge Femme plus ågée 12,8 71 Homme + åg6 de : 0-4 ans 33,4 186 5 -9 ans 31,3 174 10-14 ans 14,9 83 15 ans ou plus 7,7 43 Differenee d'figes moyenne 6,5 557 Niveau d'instruction 6,5 557 Homme et femme : aucun 26,8 149 Femme instruite, homme non 7,4 41 Homme instrua, femme non 28,0 156 Homme et femme instruits 37,8 210 Total 100,0 557 Graphique 2.5 Caractéristiques des couples DIFFERENCE D'AGES [ Femme plus Agde r Mari + 0-4 ans~ r Mari + 5-9 ans Marî + 10-14 ans Mari 15 et + INSTRUCTION Les 2 sans Mari sans Femme sans Les 2 instruits I I 10 20 30 Pourcentage 40 50 EMMUS-II 1994/95 23 pour cent), l'homme est beaucoup plus âgé que sa femme (10 ans ou plus). Par contre, dans 13 pour cent des cas, la femme est plus âgée que l'homme. En moyenne, pour l'ensemble des couples, l'homme a 6,5 ans de plus que sa femme. Du point de vue du niveau d'instruction, un peu plus d'un couple sur trois (38 pour cent) est composé d'un homme et d'une femme ayant fréquenté l'école. A l'opposé, dans un peu plus d'un couple sur quatre (27 pour cent), les deux partenaires sont sans instruction. Lorsqu'un seul des partenaires a de l'instruction, c'est le plus souvent l'homme (28 pour cent). Cependant, dans 7 pour cent des cas, une femme instruite vit avec un homme sans instruction. 2.2.3 Accès aux média Afin de pouvoir développer des programmes d'éducation et d'information en matière de santé et de planification familiale, il est essentiel de savoir si la population a accès aux moyens modernes d'information, en particulier la radio, la télévision et les journaux. Rappelons que 40 pour cent des ménages enquêtés possèdent un poste de radio et seulement 17 pour cent un poste de télévision (voir Section 2.1.4 - Caractéristiques des logements et biens possédés par les ménages). Précisons cependant qu'il n'est pas nécessaire de posséder ces équipements pour avoir accès à l'information, de nombreuses personnes écoutant la radio ou regardant la télévision régulièrement chez des amis, dans des lieux publics, etc. Parmi les femmes enquêtées, près de deux sur trois (60 pour cent) ont déclaré avoir I' habitude d'écouter la radio, au moins une fois par semaine, et 16 pour cent ont déclaré regarder la télévision, au moins une fois par semaine (Tableau 2.12). Pour les hommes, les proportions ne sont pas très différentes : 67 pour cent en ce qui concerne la radio et 21 pour cent pour la télévision. Par contre, alors que 43 pour cent des hommes ont l'habitude de lire un journal ou un magazine au moins une fois par semaine, seulement 27 pour cent des femmes font de même. Globalement, 16 pour cent des femmes et 21 pour cent des hommes lisent un journal, écoutent la radio et regardent la télévision, au moins une fois par semaine. A l'inverse, 35 pour cent des femmes et 27 pour cent des hommes n'ont un accès régulier à aucun des principaux moyens d'informations. On constate également au Tableau 2.12 que, pour les femmes, l'accès aux médias varie de façon très importante selon les caractéristiques socio-démographiques. Tout d'abord, il apparaît que plus les femmes sont jeunes plus elles ont de contacts avec les média : 22 pour cent des femmes de 15-19 ans lisent un joumal, écoutent la radio et regardent la télévision, au moins une fois par semaine, contre seulement 6 pour cent des femmes de 45-49 ans; à l'inverse, 26 pour cent des femmes de 15-19 ans ne sont régulièrement en contact ni avec les joumanx ni avec la radio ni avec la télévision contre 51 pour cent des femmes de 45-49 ans. De même les femmes du milieu urbain ont un accès beaucoup plus important aux média (39 pour cent pour les trois média) que celles du milieu rural dont 53 pour cent n'ont un accès régulier à aucun des moyens d'information : ainsi, en milieu rural, seulement 15 pour cent des femmes lisent un journal, 7 pour cent regardent la télévision et 42 pour cent écoutent la radio. Enfin, et comme attendu, les femmes les plus instruites sont beaucoup plus en contact avec l'information (49 pour cent pour les trois média) que les femmes sans niveau d'instructîon dont 62 pour cent n'ont de contact régulier avec aucun des moyens d'information moderne. 24 Tableau 2.12 Acc~:s aux m6dm Pourcentage de femmes et d'hommes qui, habituellement, hsent un journal, regardent la télévision et/ou ~coutent la radio au moins une fois par semaine selon certaines caract6rlstlques socio-dEmographiques (pour les femmes), EMMUS-1I Haïti 1994/95 L~t un Ecoute journal Regarde la la radio au moins TV au moins au moins Les Aucun une fois/ une fois/ une fois/ trois Caract6ristique média semaine semaine semaine m6dia Effectif Groupe d'figes 15-19 25,5 38,9 39,1 66,5 22,0 1 290 20-24 25,7 37,7 37,3 67,3 20,9 I 063 25-29 35,1 27,3 32,2 60,3 16,9 807 30-34 37,7 23,4 30,6 58,6 16,1 700 35-39 45,4 12,9 22,0 52,2 8,4 645 40-44 51,4 7,9 16,4 46,6 3,7 452 45 -49 51,0 9,1 19,5 47,0 6,4 400 Milieu de résidence Aire Métropolitame 6,9 44,1 77,8 88,6 39,2 1 552 Autre villes 22,5 37,8 33,2 70,5 18,5 801 Ensemble urbain 12,2 41,9 62,6 82,5 32,1 2 353 Rural 53,0 15,2 6,5 42,1 3,2 3 003 Niveau d'instruction Aucun 62,2 0,1 10,9 37,1 0,1 1 906 Alphab6tlsation/Pnmaire 28,7 25,5 29,7 64,3 11,2 2 230 Secondaire ou plus 4,3 71,6 65,4 87,3 49,1 1 221 Ensemble des femmes 35,1 26,9 31,2 59,8 15,9 5 356 Ensemble des hommes 26,5 43,4 29,5 67,3 21,3 1 610 2.2.4 Emploi Le terme "emploi" utilisé ici a une définition très large. Toute personne ayant déclaré avoir une activité, qu'elle soit régulière ou non, dans le secteur formel ou le secteur informel, avec contrepartie financière ou non, est considérée comme ayant un emploi. Le Tableau 2.13 fournit la proportion de femmes enquêtées ayant un emploi, et leur répartition selon le type d'employeur et le revenu. Près de deux des femmes de 15-49 ans sur cinq (38 pour cent) avaient un emploi au moment de l'enquête. Parmi ces femmes, 92 pour cent gagnaient de l'argent et 8 pour cent travaillaient sans contrepartie financière. Par ailleurs, 84 pour cent des femmes travaillaient à leur compte, 4 pour cent travaillaient pour un membre de la famille et 12 pour cent travaillaient pour quelqu'un d'autre (une personne, une société, le gouvernement, etc.). Comme attendu, la proportion de femmes qui travaillent est beaucoup plus importante chez les femmes adultes que chez les jeunes, la proportion passant de 13 pour cent à 15-19 ans à 44 pour cent à 25-29 ans; à 30 ans et plus, plus d'une femme sur deux travaille et cette proportion atteint 64 pour cent à 45-49 ans. Selon le milieu de résidence, on constate qu'une plus forte proportion de femmes travaillent en milieu rural (41 pour cent) qu'en milieu urbain (33 pour cent) : en outre, si la presque totalité des femmes rurales travaillent à leur compte (91 pour cent), une part importante des femmes urbaines travaillent pour un employeur autre que la famille (25 pour cent). On observe la même tendance selon le niveau d'instruction : 51 pour cent des femmes sans instruction travaillent et, essentiellement, à leur compte (91 pour cent), alors que 23 pour cent seulement des femmes de niveau secondaire ou supérieur travaillent et, assez souvent, pour un employeur extérieur à la famille (40 pour cent). 25 Tableau 2.13 Emploi~ employeur et type de revenus Pourcentage de femmes ayant un emploi et répartmon (en %) des femmes ayant un emploi par type d'employeur et par type de revenus, selon les caractéristiques socio-d~mographiques, EMMUS-II Haïti 1994/95 Caract6rist~que Pourcentage de femmes Effectif ayant un de emploi femmes Employeur et revenus Employ~ par une personne Employ6e A son compte non-apparent6e par un parent Effectif de Gagne Ne gagne Gagne Ne gagne Gagne Ne gagne femmes de pas de pas de pas ayant un l'argent d'argent l'argent d'argent l'argent d'argent Total emploi Age 15~19 12,6 I 290 65,6 1,3 16,9 1,1 4,4 10,6 100,0 163 20-24 27,3 I 063 75,6 3,3 16,0 0,7 2,1 2,2 100,0 290 25-29 43,5 807 75,5 4,7 17,5 0,0 1,4 0,9 100,0 351 30-34 51,1 700 76,9 7,8 12,8 0,0 0,8 1,7 100,0 357 35-39 54,7 645 83,5 5,8 8,3 0,3 1,4 0,6 100,0 353 40-44 55,6 452 81,7 8,3 7,0 0,0 0,8 1,7 100,0 251 45-49 63,7 400 83,5 8,2 6,7 0,0 0,8 0,7 100,0 255 Milieu de résidence Aire Métropobtame 31,8 1 552 61,6 4,8 31,3 0,2 1,4 0,6 100,0 494 Autres villes 35,9 801 81,2 2,1 14,6 0,3 1,3 0,5 100,0 288 Ensemble urbain 33,2 2 353 68,8 3,8 25,2 0,2 1,4 0,6 100,0 782 Rural 41,2 3 003 84,0 7,1 3,9 0,3 1,6 3,0 100,0 1 237 Niveau d'instruction Aucun 50,8 1 906 83,6 7,5 5,9 0,0 1,3 1,8 100,0 969 Alphabétisation/Pnma~re 34,7 2 230 79,9 5,2 10,3 0,5 1,6 2,3 loe,0 775 Secondaire ou plus 22,6 1 221 54,2 2,1 39,1 0,4 2,0 2,2 100,0 276 Ensemble des femmes ] 37,7 5 356 78,1 5,9 12,1 0,2 1,5 2,1 100,0 2 019 i y compris les "non-d6termm6s" La majorité des femmes qui travaillent sont dans le commerce ou les services (71 pour cent) et près d'une femme sur cinq ( 19 pour cent) travaille dans l'agriculture (Tableau 2.14 et Graphique 2.6); seulement 4 pour cent des femmes qui travaillent occupent des professions lib6rales ou techniques ou des postes de cadre ou de direction. Quelles que soient les caractéristiques envisagées, le commerce et les services constituent l'occupation largement majoritaire des femmes haïtiennes (de 67 à 82 pour cent). Les emplois dans 1' agriculture, qui arrivent en seconde position, sont plus particulièrement représentés chez les femmes les plus âgées (plus de 20 pour cent à 35-49 ans), chez les femmes du milieu rural (30 pour cent) et chez les femmes sans instruction (28 pour cent). Par contre, ce sont les femmes du milieu urbain (9 pour cent) et surtout celles qui sont le plus instruites (31 pour cent) qui occupent le plus d'emplois d'encadrement et de direction. 26 Tableau 2.14 Occupation des femmes R6partition (en %) des femmes ayant un emploi par type d'occupation actuelle selon les caract6ristiques socio- d6mographiques, EMMUS-II H~fiti 1994/95 Cadres techniques Ventes Emploi Agn- et de et Emploi non- Caract6ristique culture direction services qualifie qualifi6 Autre Total Effectif Age 15-19 15,4 2,5 77,9 O,O 1,1 3,1 100,O 163 20-24 14,3 3,0 76,9 0,3 0.3 4,8 100.0 290 25 -29 13,8 8.4 69,2 1.8 1.5 5,4 100,0 351 30-34 18.2 5,8 70,8 0,3 0.6 4,3 100,0 357 35-39 21.5 3,1 70,1 0,9 0,8 3,6 100,0 353 40-44 25.7 2,7 68.3 1,3 0,4 1,6 100,0 251 45 -49 26,1 3.1 67,7 0,O 0,0 3.2 100.0 255 Milieu de r~sldence Aire M6tropolitaine 0.0 8,9 77,2 0,8 1,8 11,1 100,0 494 Autres villes 5,8 9,8 80,1 0.3 0,5 3.4 100,0 288 Ensemble urbain 2,1 9,2 78,3 0,6 1,3 8,3 100,0 782 Rural 29,9 1,3 66,7 0,8 0,3 1,1 100,0 1 237 Niveau d'instruction Aucun 28,4 0,0 69,0 0,9 0,3 1,4 100,O 969 Alphabetisatlon/Pnmaire 13.8 0.5 82,3 0,5 1,0 1,7 100,0 775 Secondaire ou plus 1,5 30.8 47.4 0,7 1.1 18,6 100,O 276 Ensemble des femmes = 19,1 4.4 71,2 0,7 0,7 3,9 100,O 2 019 ] Y compris les"non-determm6s" Graphique 2.6 Emploi et occupation des femmes de 15-49 ans et des hommes de 15-59 ans Sans emplo~ 62% Agriculture 7% J Autres 2% Cadres 2% Ventes/services 27% Femmes Sans emploi 36% Agriculture 43% Ventes/services 5% Hommes EMMUS-I I 1 g4/g5 27 Parmi les hommes interrogés, 64 pour cent ont déclaré avoir une activité quelconque au moment de l'enquête, 14 pour cent étaient sans emploi ou ch~meurs et 20 pour cent étaient élèves ou étudiants (Tableau 2.15). Comme pour les femmes, les proportions d'hommes ayant un emploi augmente avec l'âge, passant de 23 pour cent à 15-19 ans à 78 pour cent à 30-34 ans; à partir de 35 ans, au moins 86 pour cent des hommes ont déclaré avoir un emploi. Bien entendu, entre 15 et 25 ans, la proportion d'élèves et étudiants est élevée : 64 pour cent à 15-19 ans et 30 pour cent à 20-24 ans. Par ailleurs, c'est entre 25 et 35 ans que les hommes sans emploi sont, proportionnellement, les plus nombreux (20 pour cent). Alors que trois hommes sur quatre ont un emploi en milieu rural, seulement 46 pour cent des hommes travaillent en milieu urbain : la proportion d'élèves et étudiants beaucoup plus importante en ville qu'en milieu rural (29 pour cent contre 16 pour cent) explique, en partie, cet écart; cependant, il faut également noter la forte proportion de chômeurs en milieu urbain (24 pour cent). On peut faire la même remarque en fonction du niveau d'instruction, puisque 17 pour cent des hommes de niveau secondaire ou supérieur sont au chômage contre 10 pour cent des hommes sans instruction. Tableau 2.15 Emploi des hommes Répartition (en %) des hommes selon quqls ont ou non un emploi selon les caractrristiques socio-ddmographiques, EMMUS-II Hafti 1994/95 Sans A un emploi/ El~ve/ Retraltê/ Caractdnstique emploi ch6meur Etudiant Autre Total Effectif Age 15-19 22,9 10,3 64,3 2,4 100,0 350 20-24 51,4 16,7 30,1 1,8 100,0 295 25-29 72,4 20,2 5,6 1,7 100,0 224 30-34 77,6 20,6 I, I 0,6 100,0 175 35-39 90,0 8,4 0,0 1,6 100,0 190 40-44 85,7 12,8 0,0 1,6 100,0 127 45-49 87,9 12, I 0,0 0,0 100,0 104 50-54 86,8 10,6 0,0 2,6 100,0 81 55-59 92,5 6,0 0,0 1,6 100,0 64 Milieu de résidence Aire Mdtropolitame 40,9 29,7 27,3 2,1 100,0 383 Autres villes 55,7 13,4 30,6 0,3 100,0 220 Ensemble urbain 46,3 23,7 28,5 1,4 100,0 603 Rural 74,7 8,0 15,5 1,8 100,0 1 007 Niveau d'instruction Aucun 88,9 9,5 0,3 1,3 100,0 409 Alphab6tisation/Pnmaire 64,4 14,4 19,3 1,9 100,0 766 Secondaire ou plus 40,0 17,2 41,2 1,6 100,0 435 Ensemble des hommes 64,0 13,9 20,4 1,7 100,0 1 610 Alors que la grande majorité des femmes qui travaillent sont dans le commerce ou les services (71 pour cent), la majorité des hommes (67 pour cent) travaillent dans l'agriculture (Tableau 2.16 et Graphique 2.6); les autres ont des emplois manuels sans qualification (10 pour cent), ou ils occupent des professions libérales ou des postes d'encadrements ou de direction (9 pour cent), ou encore ils sont dans le commerce et les services (8 pour cent). Quelles que soient les caractéristiques envisagées, l'agriculture constitue l'occupation largement majoritaire des hommes haïtiens, sauf pour les hommes de l'Aire Métropolitaine, où dominent le commerce et les services (34 pour cent), et pour les hommes de niveau secondaire ou supérieur qui occupent, avant tout, des professions libérales ou des postes d'encadrement ou de direction (44 pour cent). 28 Tableau 2.16 Occupation des hommes Répartition (en %) des hommes ayant un emploi par type d'occupation actuelle selon les caractéristiques socio- démographiques, EMMUS-II Halti 1994/95 Cadres techniques Ventes Emploi Agri- et de et Emploi non- Caractéristique culture direction services qualifié qualifié Autre Total Effectif Age 15-19 78,8 7,1 1,2 3,8 7,8 0,0 100,0 80 20-24 53,6 14,0 13,4 2,1 14,7 1,5 100,0 152 25-29 48,8 13,4 14,3 2,7 16,6 4,2 100,0 162 30-34 63,7 13,6 8,1 0,8 10,1 3,7 100,0 136 35-39 69,3 5,7 10,8 4,3 8,3 1,6 100,0 17l 40-44 75,4 4,5 4,2 3,5 8,7 3,7 100,0 109 45-49 81,6 5,8 4,1 2,3 6,2 0,0 100,0 9l 50-54 79,2 8,4 4,0 0,0 7,0 1,4 100,0 70 55-59 90,7 1,3 1,8 4,9 0,0 1,3 100,0 59 Milieu de résidence Aire Métropolitaine 0,6 28,7 33,8 5,7 19,7 11,5 100,0 156 Autres villes 41,4 21,6 14,2 3,1 16,0 3,7 100,0 123 Ensemble urbain 18,5 25,6 25,2 4,6 18,1 8,1 100,0 279 Rural 85,5 3,0 2,1 2,0 7,0 0,0 100,0 752 Niveau d'instruction Aucun 87,2 0,6 3,9 2,8 5,0 0,3 100,0 364 Alphabétisation/Primaire 71,9 3,1 8,9 2,8 12,5 0,6 100,0 493 Secondaire ou plus 13,1 44,0 16,5 2,2 13,4 10,8 100,0 174 Ensemble des hommes t 67,4 9,1 8,4 2,7 10,0 2,2 100,0 1 031 i y compris les"non-d6termlnés" 2.2.5 Garde des enfants en bas âge Le fait que la mère travaille et que, pendant ce temps, quelqu'un d'autre s' occupe des jeunes enfants peut avoir un effet négatif sur l'état de santé, l'état nutritionnel et le développement psycho-affectif des enfants de moins de 5 ans. Pour cette raison, on a demandé aux mères ayant un emploi et un ou plusieurs enfants de moins de cinq ans, qui s'occupait des enfants pendant qu'elle travaillait. On constate au Tableau 2.17 que, parmi les femmes ayant un emploi, 46 pour cent avaient au moins un enfant de moins de 5 ans au moment de l'enquête. Dans un cas sur six (16 pour cent), l'enquêtée a déclaré qu'elle s'occupait elle-même de ses jeunes enfants lorsqu'elle travaillait. Cependant, dans la plupart des cas (71 pour cent), un membre de la famille a la garde des enfants pendant que la femme travaille : il s'agit soit du partenaire (10 pour cent), soit d'autres enfants plus âgés (25 pour cent), soit d'autres parents (38 pour cent). Les voisins ou amis s'occupent des enfants dans 7 pour cent des cas, les domestiques dans 4 pour cent des cas, et moins d'un pour cent des femmes qui travaillent mettent leurs jeunes enfants dans des jardins d'enfants ou garderie. 29 C'est en milieu urbain, où la majorité des femmes sont dans le commerce ou les services, que les enfants restent le plus fréquemment avec leur mère pendant qu'elles travaillent (27 pour cent), à l'opposé seulement 3 pour cent des femmes travaillant dans l'agriculture prennent leurs enfants sur le lieu de travail, alors que dans 43 pour cent des cas, ce sont les autres enfants qui s'occupent de leurs cadets. De même, quand la mère n'a aucune instruction, les jeunes enfants restent très fréquemment sous la garde de leurs aînés (35 pour cent). Les domestiques s' occupent très peu des enfants, sauf dans 1' Aire Métropolitaine ( 16 pour cent), lorsque la mère a un niveau d'instruction élevé (16 pour cent) ou qu'elle travaille pour un employeur qui n'est pas de sa famille (15 pour cent). Les garderies et jardins d'enfants sont très peu utilisées, même par les femmes de la capitale (3 pour cent) et les femmes les plus éduquées (7 pour cent). Tableau 2.17 Garde des enfants et travail Répartition (en %) des femmes ayant un emploi selon qu'elles ont, ou non, un enfant de moxns de 5 ans, et répartition (en %) des mæres ayant un emploi et un enfant de moins de 5 ans, par genre de personne qui prend soin de l'enfant pendant qu'elles travaillent, selon les caractéristlques socio-d6mographiques, EMMUS-I1 Hafti 1994/95 Femmes ayant un emplot Personne qui prend soin de l'enfant Pas d'enfant Un Enqu~- Nombre <5 ans enfant tée Enfant de m~res Caractéristique å la ou elle- plus Autres Voisin/ Domes- Jardin ayant démographique maison plus même Conjoint âgd parents Ami t:que d'enfants Total un emploi Milieu de résidence Aire Métropolitaine 69,1 30,9 27,5 5,2 9,8 34,0 4,6 15,7 3,3 100,0 494 Autres vdles 61,5 38,5 26,9 7,6 18,6 37,9 3,4 4,8 0,7 100,0 288 Ensemble urbain 66,3 33,7 27,2 6,2 13,5 35,6 4,1 11,1 2,1 100,0 782 Rural 46,9 53,1 11,5 11,3 29,2 38,5 8,5 0,5 0,2 100,0 I 237 Niveau d'instruction Aucun 50,4 49,6 13,8 10,4 34,5 30,9 9,4 0,6 0,0 100,0 969 Alphabdusataon/Primaire 55,8 44,2 17,9 10,6 16,7 45,0 5,7 4,2 0,0 100,0 775 Secondaire ou plus 64,8 35,2 19,7 4,5 5,1 45,5 2,1 16,0 7,1 100,0 276 Type d'emploi A son compte 64,8 35,2 0,0 7,3 21,5 43,0 24,1 0,0 3,9 100,0 72 Affaire de famille 75,9 24,1 12,5 11,0 10,8 36,8 7,3 14,9 6,8 100,0 250 Autre 50,9 49,1 16,7 9,8 25,7 37,7 6,7 2,8 0.2 100,0 1 696 Occupation Agriculture 45,6 54,4 3,1 4,2 43,3 37,6 I 1,7 0,0 0.0 100,0 387 Non-agricole 56,4 43,6 19,8 11,5 19,2 37,7 5,9 4,6 0,9 100,0 1 628 Ensemble de femmes t 54,4 45,6 16,0 9,8 24,7 37,7 7,3 3,5 0,7 100,0 2 019 I y compris les "non-ddtermmés" 30 CHAPITRE 3 FECONDITE Un des principaux objectifs de I'EMMUS-II était de recueillir des données permettant d'estimer les niveaux de la fécondité, d'en dégager les tendances et de mettre en lumière certains aspects de la fécondité différentielle. Pour obtenir ces données, les enquêtrices ont reconstitué, à partir des réponses des femmes interviewées, l'historique complet des naissances, en ordre chronologique, et en enregistrant, pour chacune d'entre elles, le type de naissance (simple ou multiple), le sexe, la date de naissance et l'état de survie (l'enfant est toujours vivant ou décédé). En outre, pour les enfants décédés, on enregistrait l'âge au décès. Comme il s'agit d'une enquête rétrospective, les informations obtenues permettent, non seulement, d'estimer le niveau actuel de la fécondité, mais aussi d'estimer les tendances de la fécondité au cours des 15 à 20 dernières années. Cependant, le fait qu'il s'agisse d'une enquête rétrospective peut être à l'origine de certaines erreurs ou imprécisions des données obtenues. Il s'agit notamment : du sous-enregistrement des naissances, en particulier l' omission d'enfants en bas âge, ce qui peut entraîner une sous-estimation des niveaux de fécondité; de l'imprécision des déclarations de date de naissance et/ou d'âge, en particulier 1' attraction pour des années de naissance ou pour des âges ronds, qui peut entraîner des sous-estimations ou des surestimations de la fécondité à certains âges et/ou pour certaines époques. L'analyse de la distribution des naissances par année (voir Tableau D.5 en Annexe D), l'analyse des tendances de la fécondité ainsi que le rapprochement des données de I'EMMUS-II avec d'autres sources ne mettent en évidence aucune sous-estimation sérieuse des enregistrements. Lors des enquêtes EDS, on a parfois observé certains déplacements de dates de naissance d'enfants nés durant les cinq années ayant précédé l'enquête vers les années précédentes. Ces déplacements d'année de naissance sont souvent effectués volontairement par les enquêtrices pour éviter de poser les questions sur la santé des enfants (Section 4 du questionnaire) lesquelles ne portent que sur les naissances des cinq dernières années (1989-1994) et pour éviter de prendre les mesures anthropométriques de ces mêmes enfants. Ces déplacements sont plus fréquents lorsque la mère ne connaît pas avec exactitude le mois et l'année de naissance de ses enfants. Dans le cas de I'EMMUS-II, ces déplacements, en particulier ceux des naissances de 1989 vers 1988 ne sont pas très importants. 3.1 N IVEAU DE LA FECONDITE ET FECONDITE D IFFERENTIELLE Gén6ralement, la fécondité des femmes se mesure au moyen des taux de fécondité générale par groupe d'âges quinquennal et au moyen de 1' Indice Synthétique de Fécondité (ISF) ou somme des naissances réduites, qui correspond à un cumul des taux de fécondité par âge. L'ISF mesure le nombre moyen d'enfants nés vivants qu'aurait une femme à l'issue de sa vie féconde, en supposant que les taux de fécondité actuels i A l'Annexe D, le Tableau D.5 fournit la distribution des naissances par année de naissance. Le "rapport des naissances annuelles" (rapport des naissances d'année x à la demi-somme des naissances des années précédente et suivante, soit N/[(N»I+N«+y2]), rend compte des déplacements d'années de naissance. Le rapport semble indiquer un léger manque de naissances en 1989 (rapport = 80,8 < 100) et un excédent en 1988 (rapport = 119,1 > 100) mais aussi en 1990 (rapport = 107,4 > 100). 31 restent invariables. Dans le cas actuel, les taux de fécondité et rlSF sont calculés pour la période des trois années ayant précédé l'enquête : cette période de référence a été retenue afin de pouvoir calculer les indicateurs de fécondité les plus récents possibles, tout en disposant d'un nombre suffisant de cas pour réduire au maximum les erreurs d'observation et afin d'éviter au maximum les problèmes signalés précédemment sur le transfert de dates de certaines naissances. Les taux de fécondité par groupe d'âges et I'ISF, selon le milieu de résidence, sont présentés au Tableau 3.1 qu'illustre le Graphique 3.1. Tableau 3.1 Fécondit6 actuelle Taux de fécondité par âge, indice synthétique de fécondité (ISF), taux brut de natalité (TBN) et taux global de fécondité générale (TGFG) pour la pêriode des trois annêes précédant l'enquête, selon le milieu de résidence, EMMUS-II Haai 1994/95 Résidence A~re Autres Ensemble Groupe d'åges Métropolitaine villes urbain Rural Ensemble 15-19 57 61 58 92 76 20-24 118 149 128 228 179 25-29 169 227 189 272 233 30-34 134 182 149 247 206 35-39 96 108 101 203 166 40-44 9 55 30 102 78 45-49 6 0 4 28 19 ISF 15-49 (pour 1 femme) 3,0 3,9 3,3 5,9 4,8 ISF 15-44 (pour I femme) 2,9 3,9 3,3 5,7 4,7 TGFG (pour 1 000) 104 129 113 189 155 TBN (pour 1 000) 31 31 31 35 34 Note: Les taux sont calculés pour la pénode de 1-36 mois avant l'enquête. Les taux à 45-49 ans peuvent être lêgærement biaisês du fait de données incomplêtes pour ce groupe d'åges. La fécondité reste élevée en Haïti puisque, en arrivant en fin de vie féconde, une femme aurait, en moyenne, 4,8 enfants. Les taux de fécondité par groupe d'âges suivent le schéma classique observé généralement dans les pays à forte fécondité : une fécondité précoce (15-19 ans) assez élevée (76 pour mille) qui atteint son maximum à 25-29 ans (233 pour mille) et qui se maintient longtemps à des niveaux élevés puisqu'à 35-39 ans le taux vaut encore 166 pour mille et que la fécondité des femmes de 40 ans et plus contribue pour 10 pour cent à la fécondité totale. Il apparaît au Tableau 3.1 et au Graphique 3.1 que les différences de fécondité selon le milieu de résidence sont très importantes. L'ISF qui est de 4,8 enfants par femme pour l'ensemble du pays, varie de 3,0 pour l'Aire Métropolitaine à 3,9 pour les Autres Villes et à 5,9 en milieu rural. Cela signifie que, si les niveaux actuels de fécondité se maintenaient invariables, les femmes résidant en milieu rural auraient, en fin de vie féconde, deux enfants de plus que celles résidant dans les Autres Villes et près de trois enfants de plus que celles résidant dans la capitale. La courbe des taux de fécondité par âge du milieu urbain présente une allure plus "aplatie" qu'en milieu rural, même si la fécondité maximale est atteinte au même âge. Les différences de fécondité s'observent à tous les âgés, mais l'écart relatif entre les taux est particulièrement important aux âges élevée (30 ans et plus) : ainsi, à 30-34 ans, la fécondité des femmes rurales (247 pour mille) est 1,7 fois plus élevée que celles du milieu urbain (149 pour mille), à 35-39 ans, le rapport entre les deux niveaux de fécondité est de 1 à 2 et il est de plus de 1 à 3 à 40-44 ans. Les femmes du milieu rural ont donc une fécondité plus précoce et qui se maintient plus élevée aux âges avancés que les femmes urbaines. 32 3OO 250 200 150 100 50 Graphique 3.1 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence Pour mille 0 15 Rural « ,- "~ Ensemblè ~ I1,. I l ~11 \ 20 25 30 35 40 45 Age de la femme 50 EMMUS-II 1994/95 Au niveau national, le Taux Global de Fécondité Générale (TGFG), c'est-à-dire le nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population des femmes en âge de procréer, atteint 155 pour mille. Le Taux Brut de Natalité (TBN), c'est-à-dire le nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population totale, est de 34 pour mille pour l'ensemble du pays. Les écarts les plus importants entre niveaux de fécondité s'observent en fonction du niveau d'instruction des femmes, le nombre d'enfants étant d'autant plus faible que le niveau d'instruction est élevé (Tableau 3.2). Les femmes sans instruction ont en moyenne 6,1 enfants, contre 4,8 chez les femmes ayant un niveau d'instruction primaire, quant à celles ayant dépassé le niveau primaire, elles ont, en moyenne, près de 4 enfants de moins que celles qui n'ont jamais fréquenté l'école (2,5 contre 6,1 enfants). Au Tableau 3.2 et au Graphique 3.2 figure également le nombremoyen d'enfants nés vivants par femme de 40-49 ans, c'est-à-dire à la fin de leur vie féconde. Contrairement à I'ISF qui mesure la fécondité actuelle ou du moment, ce nombre moyen, qui peut être assimilé à une descendance, est le résultat de la fécondité passée des femmes enquêtées qui atteignent 40-49 ans. Dans une population où la fécondité reste invariable, cette descendance tend à se rapprocher de r ISF; par contre, si I'ISF est inférieur au nombre moyen d'enfants par femme en fin de vie féconde, cela indique une tendance à la baisse de la fécondité. En Haïti, r lSF (4,8) est nettement inférieur à la descendance (5,4) ce qui suggère une baisse importante de la fécondité au cours des demières années. Sauf pour/es femmes sans instruction pour lesquelles I ' ISF est légèrement supérieur à la descendance (6,1 contre 5,7 enfants par femme) et les femmes du milieu rural et celles de niveau d'instruction primaire dont I'ISF n'est que légèrement inférieur à la descendance (respectivement, 5,9 contre 6,1 et 4,8 contre 4,9 enfants par femme), un écart important entre les deux indicateurs s'observe pour toutes les autres catégories de femmes. L'écart entre les deux indicateurs, et donc la baisse de fécondité qu'il suggère, est particulièrement important chez les femmes des Autres Villes (3,9 contre 4,9 enfants par femme), et chez celles ayant une instruction supérieure au primaire (2,5 contre 3,1), cette dernière catégorie de femmes étant celle ayant, aujourd'hui, la fécondité la plus faible. 33 Tableau 3.2 Fêcondité par caractéristiques soclo-d6mographiques Indice synthétique de fécondité pour les trois années pr6c6dant l'enquête, proportion de femmes actuellement enceintes et nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans, par caractéristiques socio-démographiques, EMMUS-II Haiti 1994/95 Pourcentage Nombre moyen Indice de femmes d'enfants nés synthêtique actuellement vivants pour les Caractéristique de fêcondité I enceintes femmes de 40-49 ans Milieu de résidence Aire M~tropolitame 3,0 6,4 3,4 Autres villes 3,9 6,9 4,9 Ensemble urbain 3,3 6,5 4,0 Rural 5,9 11,5 6,1 Niveau d'instruction Aucun 6,1 I 1,8 5,7 Alphab6tisation/Primaire 4,8 8,9 4,9 Secondaire ou plus 2,5 6,2 3,1 Ensemble 4,8 9,3 5,4 I Indice synth6tlque de f6condit6 pour les femmes ågées de 15-49 ans HAITI RESIDENCE Aire Métro, Autres villes Rural Graphique 3.2 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans INSTRUCTION Aucune Alphab./Primaire Secondaire ou + 1 2 3 4 5 6 Nombre d'enfants par femme ~ISF BBDescendance i EMMUS-II 1994/95 34 Le Tableau 3.2 fournit également le pourcentage de femmes qui se sont déclarées enceintes au moment de l'enquête. Il faut préciser qu'il ne s'agit pas de la proportion exacte de femmes qui sont enceintes dans la mesure où les enquêtées qui sont en début de grossesses et ne se savent pas enceintes n'ont pas déclaré leur état. Cependant, on peut noter que cette proportion, estimée à 9 pour cent au niveau national, varie dans le même sens que I'ISF, ce qui atteste la cohérence de ces résultats. Par ailleurs, on verra plus loin (Section 3.2 - Tendances de la fécondité) que la comparaison de I'ISF trouvé dans I'EMMUS-II et de celui calculé par I'EMMUS-I met en évidence une baisse importante de la fécondité entre les deux enquêtes; de même, on peut noter que la proportion de femmes qui se sont déclarées enceintes est passé de 13 pour cent en 1987 (EMMUS-I) à 9 pour cent en 1994/95 (EMMUS-II). Cette baisse est tout à fait cohérente avec la baisse de la fécondité. 3.2 TENDANCES DE LA FECONDITE Une première façon de dégager les tendances de la fécondité est de comparer les résultats de I'EMMUS-II avec les résultats provenant d'autres sources. Le Tableau 3.3 et le Graphique 3.3 présentent ainsi les taux de fécondité par âge selon I'EHF de 1977, I'EHPC de 1983, I'EMMUS-I de 1987 et I'EMMUS-II de 1994/95. 2 On constate tout d'abord que les niveaux de fécondité calculés à partir des trois enquêtes précédant I'EMMUS-II ne différent pas fondamentalement (les courbes de fécondité sont assez proches), même si l'on observe une légère augmentation de rlSF de 1977 à 19873 : globalement, jusqu'en 1987, I'ISF était estimé à environ 6 enfants par femme. Tableau 3.3 Fécondit6 par âge selon quatre sources Taux de fécondit6 par âge et indice synthétique de fécondit6 selon I'EHF (1977), I'EHPC (1983), I'EMMUS-I (1987), et I'EMMUS-11 (1994/95), Haït~ 1994195 EHF EHPC EMMUS-I EMMUS-II Groupe d'åges 1977 1983 1987 1994 15-J9 67 90 96 76 20-24 217 212 260 179 25-29 311 290 300 233 30-34 270 285 274 206 35-39 176 222 198 166 40-44 89 133 115 78 45-49 62 10 22 19 ISF 15-49 6,0 6,2 6,3 4,8 Note : Taux de fécondité par groupe d'åges pour I 000 femmes. Sources : EHF (IHS et EMF, 1981); EHPC (Ayad et al., 1985); EMMUS-I (Cayemittes et al., 1989) 2 Pour I 'EHF de 1977, les niveaux de fécondité retenus sont ceux calculés pour la période 1976-77; pour I 'EHPC de 1983, il s'agit de données ajustées pour les 12 mois précêdant l'enquête; pour I 'EMMUS- I de 1987, la fécondité est celle de la période 1982-87 et, pour I 'EMMUS-I I , celle de la période 1992-94. 3 Nous ne reviendrons pas ici sur cette "hausse" de la fécondité qui a été longuement commentée ailleurs (voir, en particulier, Cayemittes et al., 1989 et Chahnazarian, 1992). 35 Graphique 3.3 Taux de fécondité générale par âge selon I'EHF 1977, I'EHPC 1983, I'EMMUS-I 1987 et I'EMMUS-II 1994 Pour mille 350 300 " 25O 2OO 150 ~ l e0 50 i i i i i i 15 20 25 30 35 40 45 Age de la femme Note : Pour I 'EHPC, il s'agit de donn6es ajust6es I +EHF 1977 50 Par rapport aux résultats des enquêtes précédentes, ceux de I'EMMUS-II mettent en évidence une chute importante de la fécondité (Tableau 3.3 et Graphique 3.3). L'ISF, estimé à 6,3 enfants par femme pour la période 1982-87 d'après I'EMMUS-I, est passé à 4,8 enfants par femme en 1992-94 d'après I'EMMUS-II, soit une baisse de 24 pour cent en moins de 10 ans. L'examen des taux par âge permet de constater que la baisse de fécondité s'est produite à tous les fîges, chaque taux de fécondité de 1994/95 étant inférieur au taux correspondant de 1987; en valeur relative, selon le groupe d'âges, les taux de 1994/95 sont inférieurs de 14 å 32 pour cent par rapport à ceux de 1987. Cependant, c'est aux âges de fécondité maximale (20-34 ans) que la baisse semble avoir été la plus importante. Tableau 3.4 Tendances de la fêcondité par âge Taux de fêcondité par âge par période de cinq ans prêc&lant l'enquête, selon l'åge de la mære, EMMUS-II Haiïti 1994/95 Prdodes précédant l'enquête (en années) Groupe d'fîges 0-4 5-9 10-14 15-19 15-19 79 92 92 89 20-24 191 212 235 230 25-29 237 267 271 263 30-34 219 246 247 [227] 35-39 175 186 [201] 40-44 79 [92] 45-49 [23] Note : Taux de féconditê par groupe d'åges pour 1 000 femmes. Les taux entre crochets sont calculês sur la base de dorures iucompli~tes. Les données collectées lors de I'EMMUS-II permettent également, en tant que telles, de retracer les tendances passées de la fécondité. Pour cela, on a calculé les taux de fécondité par âge de la mère à la naissance de ses enfants, par période de cinq ans précédant l'enquête (Tableau 3.4). Au Graphique 3.4 qui visualise ces données, on a également porté les taux de f6condité de I'EMMUS-I pour la période 1982-87 qui peuvent être directement comparés aux taux de la période 5-14 ans précédant I'EMMUS-II. On constate tout d'abord que, quelle que soit la période et quelle que soit l'enquête, les courbes présentent la même allure, avec une fécondité relativement élevée chez les jeunes femmes (15-19 ans) et un maximum atteint à 25-29 36 Pour mille Graphique 3.4 Tendances de la fécondité par âge 350 300 250 2O0 150 100 50 0 15 // %% h!ll I/I i 111 \~\ X \ \ ~ \ \ \ \\\ ~\ i i r I i i 20 25 30 35 40 45 50 Age de la femme P6riodes avant "~ I'EMMUS-II I == 0-4 ans -- 5-9 ans -X- 10-14 ans 4-15-_~19 ans EMMUS-II 1994/95 ans. Au cours des trois périodes les plus anciennes (de 5 à 19 ans avant I'EMMUS-II), les taux semblent n'avoir que peu varié, alors que le niveau de fécondité pour la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête) est toujours nettement plus faible. Ainsi, la baisse de la fécondité mentionnée précédemment ne serait qu'un phénomène très récent en Haïti. Par ailleurs, on constate que les taux de fécondité des périodes anciennes, en particulier 5-14 ans avant l'enquête, sont plus faibles que ceux qui avaient été estimés lors de I'EMMUS-I. Globalement, la fécondité estimée pour les périodes 5-9 ans et 10-14 ans avant l'enquête actuelle est inférieure d'environ 10 pour cent à celle de I'EMMUS-I. Si l 'on admet comme valables les résultats de cette première enquête, cela signifierait que la fécondité passée a été légèrement sous-estimée par I'EMMUS-II. En admettant une possible sous-estimation de la fécondité passée, cela ne signifierait en aucun cas une sous-estimation des niveaux de fécondité pour la période la plus récente. En effet, il est généralement admis que, lors des enquêtes rétrospectives, les risques de sous-estimation des événements sont d'autant plus importants que la période de référence est éloignée de la date d'observation. Néanmoins, même si l 'on supposait une légère sous- estimation des taux les plus récents, la baisse de fécondité qui a été mise en évidence est trop importante pour être remise en cause;seule l'amplitude de cette baisse s'en trouverait légèrement réduite. Le Tableau 3.5 présente le même type de données que le tableau précédant, mais les taux de fécondité sont calculés par durée d'union, pour les différentes périodes de cinq années avant l'enquête. Comme pour la fécondité générale, on observe ici une baisse des taux. Cependant, la baisse semble plus ancienne puisque les taux de la période 5-9 ans avant l'enquête sont déjà inférieurs à ceux de la période 10-14 ans avant l'enquête. En outre, on peut noter que si la baisse affecte toutes les durées d'union, les taux de fécondité pour les durées d'union les plus courtes (0-4 ans) restent à un niveau très élevé. Il semble donc que, dans le cadre de l'union, les femmes continuent à avoir rapidement leurs enfants mais que, le nombre souhaité d'enfants étant rapidement atteint, elles limitent très vite leur fécondité. 37 Tableau 3.5 Tendances de la fécondité par durée de l'union Taux de féconditê des femmes non-célibatalres par période de cxnq ans précédant l'enquête, selon la durêe écoulêe depuis la premxère umon, EMMUS-II HaïtJ 1994/95 Périodes précédant Nombre d'années l'enquête (en annêes) depuis le premier mariage 0-4 5-9 10-14 15-19 0-4 322 353 369 368 5-9 257 280 317 294 10-14 212 248 255 244 15-19 155 193 189 [230] 20-24 98 92 1102] 25-29 28 [691 Note. Taux de fécondité pour 1 000 femmes non-céhbatalres. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données mcomplètes. L'analyse des tendances de la fécondité, basée sur les résultats des différentes enquêtes, a mis en évidence une baisse importante et récente des niveaux de la fécondité en Haïti. Les sections et chapitres suivants permettront d'identifier certains facteurs qui ont pu jouer un rôle important dans cette baisse. Il s' agit essentiellement du recours de plus en plus important à la contraception moderne (voir Chapitre 4 - Planification familiale) et des durées importantes d'abstinence sexuelle (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse). 3.3 PARITE ET STERILITE PRIMAIRE A partir du nombre total d' enfants que les femmes ont eu au cours de leur vie, on a calculé les parités moyennes par groupe d'âges, pour I' ensemble des femmes et pour les femmes actuellement en union (Tableau 3.6). On constate tout d'abord une augmentation régulière et rapide des parités avec l 'âge de la femme : ainsi de 0,1 enfant en moyenne à moins de 20 ans, la parité atteint 0,9 enfants à moins de 25 ans, 3,4 enfants à moins de 35 ans et, à la fin de sa vie féconde, une femme a donné naissance à 5,4 enfants en moyenne. Par ailleurs, la répartition de toutes les femmes selon le nombre de naissances met en évidence une fécondité précoce assez élevée puisque I 1 pour cent des jeunes femmes de moins de 20 ans ont déjà donné naissance à au moins un enfant, et un quart des femmes de moins de 25 ans ont déjà eu 2 enfants ou plus. En fin de vie féconde (40-49 ans), 37 pour cent des femmes ont donné naissance à 7 enfants ou plus. Les résultats concernant les femmes actuellement en union diffèrent peu de ceux concernant toutes les femmes, sauf aux åges les plus jeunes où la proportion de femmes qui ne sont pas encore en union est encore importante. Ainsi, 63 pour cent des femmes en union de 15-19 ans ont déjà eu au moins un enfant contre 11 pour cent pour toutes les femmes; de même, à 20-24 ans, 81 pour cent des femmes en union ont déjà eu au moins un enfant contre 49 pour cent pour toutes les femmes. Cependant, dès 25-29 ans où la proportion de femmes qui ne sont pas en union est déjà faible (voir Chapitre 5 - Nuptialité), l 'écart entre la proportion de femmes en union ayant déjà eu au moins un enfant (89 pour cent) et celle de l 'ensemble des femmes dans la même situation (77 pour cent) est déjà peu important. D'une manière générale, les femmes en union qui restent volontairement sans enfant sont relativement rares en Hafti, par conséquent la parité zéro des femmes les plus âgées et actuellement en union permet d'estimer le niveau de la stérilité totale ou primaire. Parmi les femmes de 35-49 ans, âges auxquels l 'arrivée d'un premier enfant est peu probable, 3 pour cent n'ont jamais eu d'enfants et peuvent être considérées comme stériles. 38 Tableau 3.6 Enfants n6s vivants et enfants survivants des femmes Ræpartition (en %) de toutes les femmes et des femmes actuellement en union par nombre d'enfants nés vivants, nombre moyen d'enfants n6s vivants et nombre moyen d'enfants survivants, selon l'âge des femmes, EMMUS-11 Haïtl 1994/95 Nombre Nombre Nombre d'enfants nés vivants Effectif moyen moyen Groupe de d'enfants d'enfants d'åges 0 I 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ou + Total femmes nés vtvants survivants TOUTES LES FEMMES 15-19 89,2 8,7 1,8 0,2 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1 290 0,13 0,11 20-24 51,3 24,1 15,6 7,3 1,3 0,4 0,2 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1 063 0,85 0,73 25-29 23,2 18,3 16,8 18,5 12,6 7,4 2,5 0,8 0,0 0,0 0,0 100,0 807 2,15 1,83 30-34 10,2 11,8 16,4 15,6 16,0 13,8 8,5 4,5 1,8 1,3 0,1 100,0 700 3,35 2,86 35-39 5,4 7,3 10,0 11,2 14,5 12,7 12,0 10,2 7,9 5,7 3,0 100,0 645 4,73 3,92 40-44 5,7 7,5 7,4 9,2 I 1,8 I 1,0 10,2 13,1 7,8 7,0 9,4 100,0 452 5,32 4,34 45-49 6,5 5,8 10,1 8,6 10,4 11,9 9,1 8,7 9,4 7,6 12,0 100,0 400 5,39 4,13 Ensemble 38,1 13,1 10,8 9,1 7,8 6,3 4,5 3,7 2,5 2,0 2,1 100,0 5 356 2,38 1,97 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 37,3 48,9 12,1 1,7 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 192 0,78 0.68 20-24 18,7 38,7 26,6 12,7 2,3 0,7 0,4 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 541 1,45 1,24 25-29 10,6 19,4 19,6 22,4 14,9 9,0 3,1 1,0 0,0 0,0 0,0 100,0 614 2,56 2,18 30-34 5,0 9,9 16,9 15,3 18,4 16,0 9,5 5,2 2,2 1,5 0,2 100,0 577 3,69 3,17 35-39 3,7 5,4 9,2 10,9 14,5 13,2 13,5 10,7 9,4 6,5 3,0 100,0 535 5,02 4,17 40-44 2,4 6,1 6,8 9,8 10,8 10,8 11,6 13,8 8,8 7,8 11,3 100.0 363 5,76 4,73 45-49 3,9 5,0 7,4 8,8 8,1 12,1 10,1 9,5 11,7 9,0 14,3 10~,0 291 5,95 4,52 Ensemble 9,8 17,5 15,4 13,4 11,3 9,5 7,1 5,5 4,1 3,1 3,2 100,0 3 113 3,58 2,97 3.4 GROSSESSES IMPRODUCTIVES Au cours de I'EMMUS-II, on a demandé aux femmes si elles avaient eu des grossesses qui s'étaient terminées par un avortement spontané ou fausse couche, par un avortement provoqué ou par une mortinaissance. En cas de réponse positive, on demandait aux enquêtées combien elles avaient eu de fausse couche, d' avortement provoqué et de mort-né. Le Tableau 3.7 présente la répartition des femmes ayant déjà eu des rapports sexuels selon le nombre de grossesses improductives qu'elles ont eu au cours de leur vie. On peut penser que ces données sont sous-estimées du fait d'oublis, en particulier pour des mortinaissances et des fausses couches anciennes, et du fait de sous-déclarations, en particulier pour les avortements provoqués. De plus, il est fort probable que de nombreuses femmes ayant eu des avortements provoqués les aient déclarés comme des fausses couches ou des mortinaissances. De ce fait, le niveau de grossesses improductives totales pr6senté ici et, surtout, le pourcentage d'avortements provoqués doivent être considérés comme sous-estimés et constituent simplement des valeurs minimales. D' après le Tableau 3.7, parmi les femmes ayant déjà eu des rapports sexuels, plus d'une sur cinq (21 pour cent) a eu, au moins, une grossesse improductive et, parmi ces femmes, une sur trois (7 pour cent) a eu, au moins, deux grossesses de ce genre. Comme attendu, on constate une augmentation régulière avec l'âge de la proportion de femmes ayant eu des grossesses improductives, passant de 4 pour cent à 15-19 ans, à 24 pour cent å 30-34 ans et atteignant environ 36 pour cent à 40-49 ans. De même, le nombre de grossesses de ce type augmente régulièrement avec l'âge et, à partir de 35 ans, 14 pour cent des femmes ont 2 grossesses de ce type ou plus. Les grossesses improductives s'observent dans tous les milieux de résidence, mais la proportion de femmes conceruées est légèrement plus importante en milieu rural (23 pour cent) que dans les Autres Villes (21 pour cent) et que dans l'Aire Métropolitaine (19 pour cent). On remarque enfin l'existence 39 Tableau 3.7 Grossesses ~mproductives Répartmon (en %) des [~mmes ayant déj~ eu des rapports sexuels par nombre de grossesses improductives, et nombre moyen de grossesses lmproductlves, selon les caractéristiques socio- démographiques. EMMUS-II Halti 1994/95 Nombre de grossesses improductives Caractéristtque 0 1 2 3 ou + Effectif de Total femmes Groupe d'âges 15-19 96.4 3.1 0.6 0,0 100.0 374 20-24 90.6 8.4 0.7 0.2 100.0 791 25-29 82.9 13.2 2.8 1.1 100.0 738 30-34 75.5 16.2 6.3 1.9 100.0 670 35-39 71.0 15,3 8,6 5.1 100.0 638 40-44 62.9 22.7 7.9 6.3 100.0 443 45-49 65,1 20,9 9.0 5.0 100.0 396 Milieu de résidence Aire Métropolitaine 81,4 12.1 4.7 1.6 100.0 1 150 Autres villes 79,1 15,3 3,0 2,6 100,0 586 Rural 77.1 14.6 5.4 3.0 100.0 2 314 Niveau d'instruction Aucun 73.1 16.7 6,4 3.7 100.0 1 732 Alphabétisation/Pn maire 80.6 13.4 4,0 2.1 100.0 1 548 Secondaire ou plus 87.2 8.8 3.0 0.8 100.0 722 Ensemble des femmes I 78.6 14.0 4.8 2,5 100,0 4 050 i y compris les "non-déterminés" d'une relation entre le niveau d'instruction et les grossesses improductives : plus le niveau augmente, plus la proportion de femmes touchées par le phénomène est faible et plus le nombre moyen de ce type de grossesses diminue. Ainsi, 13 pour cent seulement des femmes ayant un niveau d'instruction supérieur au primaire ont eu au moins une grossesse improductive, contre 27 pour cent des femmes sans instruction. Le Tableau 3.8 fournit la proportion de femmes ayant déjà eu des rapports sexuels et n'ayant jamais eu de grossesse improductive, la proportion de celles ayant eu, au moins, une fausse couche, la proportion de celles ayant eu, au moins, une mortinaissance et la proportion de celles ayant eu, au moins, un avortement provoqué. Une même femme ayant pu avoir plusieurs grossesses improductives avec des issues différentes, la somme des avortements, fausses couches et mortinaissances (24 pour cent) est supérieure à la proportion de femmes ayant eu, au moins, une grossesse improductive (21 pour cent). Il appara~ que 15 pour cent des h~/ftiennes ont eu, au moins, une fausse couche, 6 pour cent ont eu, au moins, une mortinaissance et 3 pour cent ont eu, au moins, un avortement provoqué. Cette dernière proportion est nettement plus faible que celle estimé en 1989 par I'ENHAC selon laquelle 6 pour cent des femmes avaient eu un avortement provoqué. Il faut préciser que, lors de I'ENHAC, la proportion d'avortement a ~té calculée par rapport aux femmes ayant déjà ét~ enceintes alors que, pour I'EMMUS-II, il s'agit de la proportion d'avortement par rapport aux femmes ayant déjà eu des rapports sexuels. Le mode de calcul utilisé par I'EMMUS-II conduit donc nécessairement à une proportion inférieure à celle résultant du calcul utilisé par I'ENHAC. Néanmoins, cette différence de mode de calcul ne peut expliquer qu'en partie la différence trouvée entre les deux enquêtes. Par ailleurs, s'agissant de la proportion de femmes ayant eu un avortement au cours de leur vie, une diminution 40 Tableau 3.8 Issue des grossesses improductives Pourcentages de femmes ayant déjà eu des rapports sexuels et ayant déclaré avoir eu, au moins, un avortement provoqu6, au moins, une fausse-couche et, au moins, un mort-n~, par caractéristiques socio-démographiques, EMMUS-II H~fai 1994/95 Caractéristique Pourcentage n'ayant eu Pourcentage Pourcentage Pourcentage aucune ayant eu, ayant eu, ayant eu, Effectif grossesse au moins, au moins, une au moins, de improductive un avortement fausse-couche un mort-né femmes Groupe d'åges 15-19 96,4 0,7 1,3 1,9 374 20-24 90,6 2,2 5,6 2,1 791 25-29 82,9 2,6 12,2 3,4 738 30-34 75,5 4,1 16,0 7,6 670 35-39 71,0 3,8 21,3 9,4 638 40-44 62,9 3,1 27,7 9,8 443 45-49 65,1 3,4 26,3 9,7 396 Milieu de résidence Aire Métropolitaine 81,4 5,7 11,1 3,9 1 150 Autres villes 79,1 3,3 14,9 5,1 586 Rural 77,1 1,5 17,0 7,2 2 314 Niveau d'instruction Aucun 73,1 1,5 20,2 8,7 1 732 Alphabétisation/Primaire 80,6 3,2 13,2 4,9 1 548 Secondaire ou plus 87,2 5,6 6,9 1,8 722 Ensemble des femmes I 78,6 2,9 15,0 5,9 4 050 I y compris les "non-déterminés" récente de la pratique de l'avortement ne pourrait entraîner une telle baisse des proportions. Par contre, on peut supposer que, lors de I'EMMUS-II, certaines femmes ayant eu recours à l'avortement provoqué ont déclaré avoir eu un avortement spontané ou fausse couche ou même une mortinaissance (questions non posées lors de I'ENHAC) : ainsi, dans I'EMMUS-II, la proportion d'avortements provoqués serait sous-estimée au profit des fausses couches et des mortinaissances. Qu'il s'agisse de fausse couche, de mortinaissance ou d'avortement provoqué, on observe une nette augmentation des proportions avec l'âge (Graphique 3.5) : de 15-19 ans à 45-49 ans, la proportion de femmes ayant eu, au moins, une fausse couche et/ou une mortinaissance et/ou un avortement provoqué passe de 1 pour cent à 40 pour cent. Du point de vue du milieu de résidence, on constate que les fausses couches sont beaucoup plus fréquentes en milieu mral que dans la capitale (13 pour cent contre 8 pour cent) de même que les mortinaissances (6 pour cent contre 3 pour cent); par contre, les avortements semblent être plus fréquents à Port-au-Prince qu'à la campagne (4 pour cent contre I pour cent). Les Autres Villes occupent toujours une place intermédiaire. Concernant le niveau d'instruction, c'est parmi les femmes qui n'ont pas fréquenté l'école que les proportions de fausses couches et de mortinaissances sont les plus importantes (respectivement 18 et 8 pour cent). A l'opposé, les femmes les plus éduquées pratiqueraient plus l'avortement (4 pour cent) que celles sans instruction (1 pour cent). 41 Graphique 3.5 Proportion de femmes ayant déclaré avoir eu, au moins, un avortement, une mortinaissance et/ou une fausse couche, selon l'âge Pourcentage 30 25 2O 15 10 5 0 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Age de la femme Note : Femmes de 15-49 ans ayant déjà eu des rapports sexuels EMMUS-tl 1994/95 3.5 INTERVALLE INTERGENESIQUE La longueur de l'intervalle qui sépare la naissance d'un enfant de la naissance précédente a une influence sur son état de santé et sur celui de la mère. En particulier, de nombreuses recherches ont montr6 que les intervalles intergénésiques courts (inférieurs à 24 mois) sont nuisibles à la santé de la mère et à celle des enfants, ainsi qu'à leur état nutritionnel et augmentent ainsi leur risque de décéder (voir Chapitre 9 - Mortalité des enfants). Le Tableau 3.9 présente la répartition des naissances des cinq années ayant précédé l'enquête selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, en fonction de diverses caractéristiques démographiques et socio-économiques de la mère de l'enfant. On constate que 10 pour cent des naissances sont arrivées moins de dix-huit mois après la naissance précédente et que 15 pour cent des enfants sont nés entre dix-huit mois et deux ans après leur aîné : au total donc, dans un cas sur quatre (25 pour cent), l'intervalle intergénésique est inférieur à deux ans. La majorité des naissances (39 pour cent) se produisent entre 24 et 35 mois après la naissance précédente, et 36 pour cent des enfants sont nés trois ans et plus après leur aîné. La durée médiane de l'intervalle intergénésique est d'environ deux ans et demi (30,4 mois). Du point de vue de l'âge, il apparaît que les intervalles intergénésiques sont légèrement plus courts chez les jeunes femmes (médiane de 27,9 mois à 20-29 ans) que chez les femmes plus âgées, en particulier celles de 40 ans et plus (médiane de 35,0 mois). Du point de vue du rang de naissance et du sexe de l'enfant, on ne note que très peu d'écart entre les intervalles, bien que les naissances de premiers rangs (2 et 3) soient légèrement plus rapprochées des naissances précédentes (médiane de 29,4 mois) que les naissances de rangs supérieurs (médiane d'environ 31 mois). Par contre, les naissances qui suivent des enfants décédés se produisent beaucoup plus rapidement que lorsque l'enfant précédent est toujours en vie : 37 pour cent des naissances ont lieu moins de deux ans après la naissance de l'enfant précédent lorsque celui-ci est décédé, contre 23 pour cent lorsqu'il est toujours en vie. 42 Tableau 3.9 Intervalle intergénêsique Répartition (en %) des naissances des cinq années précédant l'enquête par nombre de mois êcoulrs depuis la naissance précédente, selon certaines caractrristiques socio-démographiques, EMMUS-II Haïti 1994/95 Nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente Caractéristique 7-17 18-23 24-35 36-47 48 ou + Nombre médian de mois depuis Effectif la naissance de Total précédente naissances Groupe d'åges 15-19 13,2 12,5 67,6 6,6 0,0 100,0 27,1 32 20-29 12,5 17,9 43,5 15,1 11,0 100,0 27,9 1 077 30-39 8,7 14,3 36,5 19,3 21,2 100,0 32,0 1 302 40 ou plus 9,3 10,4 33,0 23,8 23,5 100,0 35,0 385 Rang de naissance 2-3 11,2 16,7 38,7 15,4 18,1 100,0 29,4 1 182 4-6 9,2 13,3 40,0 19,9 17,5 100,0 31,2 1 039 7 ou plus 10,2 15,1 38,1 20,7 15,8 100,0 30,9 574 Sexe de l'enfant précédent Masculin 10,5 14,7 39,6 18,7 16,5 100,0 30,4 1 368 Féminin 10,0 15,5 38,6 17,6 18,3 100,0 30,5 1 427 Survie de l'enfant précédent Toujours vivant 19,8 17,3 32,4 15,8 14,7 100,0 26,6 393 Décédé 8,7 14,7 40,2 18,5 17,8 100,0 30,9 2 402 Milieu de résidence Aire Mêtropolitaine 12,0 14,3 32,4 16,6 24,8 100,0 32,6 475 Autres vdles 12,2 13,0 38,2 15,6 21,1 100,0 31,0 358 Ensemble urbain 12,1 13,7 34,9 16,2 23,2 100,0 31,6 833 Rural 9,5 15,7 40,9 19,0 14,9 100,0 30,0 1 962 Niveau d'instruction Aucun 8,7 15,1 39,4 20,1 16,7 100,0 30,9 1 510 AIphab6tisation/Primalre 11,7 14,9 40,2 15,7 17,5 100,0 29,7 1 054 Secondaire ou plus 14,4 16,0 32,6 16,9 20,2 100,0 29,7 225 Ensemble I 10,3 15,1 39,1 18,2 17,4 100,0 30,4 2 795 Note : Les naissances de rang 1 sont exclues. L'intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois écoulés depuis la grosse,se précédente qui a about1 à une naissance vivante. I y compris ]es non<16terminds" En ce qui concerne le milieu de résidence, les intervalles intergénêsiques ne présentent que peu de variations. L'intervalle médian varie de 30,0 mois en milieu rural à 32,6 mois dans l 'Aire Métropolitaine. Enfin, selon le niveau d'instruction de la mère, on constate, là encore, que les intervalles entre naissances varient de façon non-significative : 30,9 mois de médiane chez les femmes sans instruction, contre 29,7 mois chez celles ayant atteint un niveau supérieur au primaire. 3.6 AGE A LA PREMIERE NAISSANCE L' âge à la première naissance est un indicateur démographique important dans la mesure oU cet âge influe sur la descendance finale des femmes, en particulier lorsque l'utilisation de la contraception est faible. Le Tableau 3.10 donne la répartition des femmes par âge à leur première naissance et leur âge médian à la première naissance, selon le groupe dãges au moment de l'enquête. 43 Tableau 3.10 Age à la première naissance Répartition (en %) des femmes par âge â la première naissance, et åge médian à la première naissance selon l'âge actuel, EMMUS-II Haftl 1994/95 Age médian Femmes Age â la première naissance Effectif å la Age sans de première actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25 ou + Total femmes naissance 15-19 89,2 1,0 7,5 2,3 a a a 100,0 1 290 b 20-24 51,3 1,9 13,1 16,5 12,7 4.5 a 100,0 1 063 b 25-29 23,2 2,1 16,2 17,2 15.1 16,7 9,5 100,0 807 21.9 30-34 10,2 2,7 13,6 16,9 16,5 19,8 20.3 100,0 700 22,0 35-39 5,4 3,6 17.2 13.9 17,0 18,9 24,0 100,0 645 21,8 40-44 5.7 3,2 10,7 15,9 16,3 19,9 28,4 100,0 452 22,6 45-49 6,5 3.3 15.7 11,2 17.9 17,4 28,1 100,0 400 22,3 a Sans objet b Non apphcable : moins de 50% de femmes ont eu un enfant. Parmi les femmes de 15-19 ans, la très grande majorité (89 pour cent) sont encore sans enfant et, parmi celles actuellement âgées de 20-24 ans, un peu plus d'une sur deux (51 pour cent) n'ont pas d'enfant, mais une sur trois (32 pour cent) a eu son premier enfant avant d'atteindre son 20 « anniversaire. Parmi les femmes actuellement âgées de 25-29 ans, plus de la moitié ont eu leur premier enfant avant l 'âge de 21,9 ans. En outre, quel que soit le groupe d'âges, l 'âge médian à la première naissance s'établit autour de 22 ans. Ainsi, des générations les plus anciennes, aujourd'hui âgées de 45-49 ans, aux générations les plus récentes, aujourd'hui âgées de 20-24 ans, l 'âge à la première naissance n'a pas varié de façon significative, et aucune tendance de rajeunissement ou de vieillissement de la fécondité n'apparaît. L' âge médian à la première naissance, qui s'établit à 22,1 ans pour l 'ensemble des femmes de 25-49 ans (Tableau 3.11 ), présente des variations assez importantes selon les caractéristiques socio-démographiques. Du point de vue du milieu de résidence, l 'âge médian est nettement plus élevé à Port-au-Prince (23,9 ans), Tableau 3,11 Age médtan à la première naissance Age médlan à la première naissance (femmes de 25-49 ans) selon l'åge actuel et les caractéristiques socio-démographlques, EMMUS-II Haltl 1994/95 Age actuel Age Caractéristique 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 25-49 Milieu de résidence Aire Métropolitaine 24,4 23,3 23,1 24,5 25,1 23,9 Autres villes 21,9 20,9 22,3 21,5 22,8 21,9 Ensemble urbain 23,7 22,5 22,7 23,3 24,2 23,1 Rural 20,9 21,7 21,3 22,1 21,4 21,4 Niveau d'instruction Aucun 19,9 21,1 21,0 21,9 21,8 21,1 Alphab~tisation/Primatre 21,3 21,5 22,7 23,0 22,9 22,0 Secondaire ou plus 25,2 25,9 24,2 24,3 Ensemble ~ 21,9 22.0 21,8 22,6 22,3 22,1 Note: L'âge médian pour la cohorte 15-19 ne peut être détermmé car de nombreuses femmes ~euvent encore avoir une naiss,aïe avant d'atteindre 20 ans. Y compns les non déterminés' 44 où la fécondité est la plus faible, que dans les Autres Villes (21,9 ans) et qu'en milieu rural (21,4 ans). De même, on constate que r âge à la première naissance augmente avec le niveau d'instruction. Ainsi, pour les femmes de 25-49 ans, l 'âge médian passe de 21,1 ans parmi celles sans instmction, à 22,0 ans parmi les femmes ayant un niveau d'instruction primaire. Parmi les femmes ayant un niveau supérieur au primaire, moins de 50 pour cent ont eu un premier enfant avant d'atteindre 25 ans et, de ce fait, leur âge médian à la première naissance ne peut être présenté ici. 3.7 FECONDITE DES ADOLESCENTES Bien que les adolescentes (15-19 ans) ait une fécondité assez élevée, elles ne contribuent que pour 8 pour cent à la fécondité totale des femmes; par ailleurs, 1' âge médian à la première naissance (22,1 ans) se situe nettement au-delà de cette tranche d'âges. Le Tableau 3.12 fournit, par âge détaillé entre 15 et 19 ans, les proportions d'adolescentes qui ont déjà eu un ou plusieurs enfants et de celles qui sont enceintes pour la première fois : la somme de ces deux valeurs donne la proportion de femmes ayant commencé leur vie féconde. On remarque que 15 pour cent des femmes de 15-19 ans entrent dans cette catégorie, 11 pour cent ayant déjà, au moins, un enfant et 4 pour cent étant enceintes pour la première fois. Pour peu d'adolescentes, la maternité commence avant l 'åge de 18 ans : 2 pour cent à 15 ans, 6 pour cent à 16 ans et 15 pour cent à 17 ans. Par contre, parmi les femmes de 18 ans, 12 pour cent sont déjà mères et 7 pour cent ont leur première grossesse et, à 19 ans, plus d'une adolescente sur trois (36 pour cent) a déjà eu, au moins, un enfant (31 pour cent), ou est enceinte pour la première fois (5 pour cent). Tableau 3.12 Frcondité des adolescentes Pourcentage d'adolescentes de 15 a 19 ans ayant déj~ eu un enfant ou étant enceintes d'un premier enfant par caractéristiques socio-démographiques, EMMUS-II 1994/95 Adolescentes (%) qui sont: Adolescentes (%) ayant déjh Enceintes d'un commencé leur Caractéristique M&es premier enfant vie féconde Effectif Age 15 1,5 0,8 2,3 268 16 4,0 1,9 5,9 308 17 10,9 3,8 14,7 248 18 12,3 7,2 19,6 254 19 30,7 5,3 36,0 211 Milieu de résidence Aire Mrtropohtame 8,5 4,0 12,5 400 Autres villes 8,7 3,3 12,0 211 Ensemble urbain 8,6 3,7 12,3 611 Rural 12,9 3,5 16,4 679 Niveau d'instruction Aucun 19,9 5,7 25,6 169 Alphabrtisation/Primaire 11,5 3,6 15,1 766 Secondaire ou plus 5,1 2,7 7,8 354 Ensemble t 10,8 3,6 14,5 1 290 i y compris les "non-déterminés" 45 La précocité de la fécondité est plus accentuée en milieu rural où 16 pour cent d'adolescentes ont commencé leur vie féconde entre 15 et 19 ans contre 12 pour cent en milieu urbain (Graphique 3.6). En outre, si on se limite aux seules adolescentes ayant déjà, au moins, un enfant, les écarts sont encore plus importants : 9 pour cent en milieu urbain, contre 13 pour cent en milieu mral. En ce qui concerne l'instruction, on constate, une fois encore, que la fécondité est d'autant moins précoce que le niveau de scolarisation est élevé : ainsi, une adolescente sans instmction sur quatre a commencé sa vie féconde avant le 20 « anniversaire, alors que seulement 15 pour cent de celles ayant un niveau primaire et 8 pour cent de celles ayant un niveau supérieur au primaire sont dans la même situation. Graphique 3.6 Adolescentes de 15-19 ans ayant commencé leur vie féconde HAITI~~;=~=;~ RESIDENCEL~ Aire Métro.~ t Autres ville¢~ Rurai~ INSTRUCTION Aucune Alphab./Primaire Secondaire ou + I I 5 10 15 20 25 Pourcentage 30 EMMUS-II 1994/95 Le Tableau 3.13 fournit la répartition des adolescentes par âge détaillé, selon leur nombre d'enfants. On constate que parmi les adolescentes qui ont déjà eu au moins un enfant ( 11 pour cent des femmes de 15-19 ans), la très grande majorité (9 pour cent par rapport à 11 pour cent) ne sont mères que d'un seul enfant. Par contre, à 19 ans, où 31 pour cent des adolescentes ont déjà procréé, près d'un tiers d'entre elles (9 pour cent par rapport à 31 pour cent) ont eu plus d'un enfant. Si, de 15 à 19 ans, la parité augmente avec l'âge, elle reste, néanmoins, à un niveau très faible puisqu'à 18 ans, le nombre moyen d'enfants par femme n'atteint que 0,14. Par contre, on observe une augmentation très importante de cette parité entre 18 et 19 ans, le nombre moyen d'enfants passant de 0,14 à 0,42. 46 Tableau 3.13 Enfants nés de m~res adolescentes Répartition (en %) des adolescentes âgées de 15 à 19 ans par nombre d'enfants n~s vivants et nombre moyen d'enfants nés vivants selon l'âge, EMMUS-ll Haïti 1994/95 Nombre d'enfants nés vivants Age 0 I 2 ou + Nombre moyen d'enfants nés Effectif Total v~vants d'adolescentes 15 98,5 1,5 0,0 100,0 0,02 268 16 96,0 4,0 0,0 100,0 0,04 308 17 89, l 9,6 1.2 1 oe,0 0,12 248 18 87.7 10,3 2,0 100,0 0,14 254 19 69,3 21,6 9,1 100,0 0,42 211 Ensemble 89,2 8,7 2,1 100,0 0,13 1 290 3.8 FECONDITE DES HOMMES Comme pour les femmes, on a recueilli des informations sur la fécondité totale des hommes, en leur posant une série de questions sur le nombre total d'enfants qu'ils ont eus, en distinguant les garçons des filles, ceux vivant avec leur père de ceux vivant ailleurs, et ceux encore en vie de ceux qui sont décédés. A partir du nombre total d'enfants que les hommes ont eu au cours de leur vie, on a calculé les nombres moyens d'enfants par groupe d'âges, pour l'ensemble des hommes et pour les hommes actuellement en union (Tableau 3.14). On constate tout d'abord une augmentation régulière et rapide des nombres moyens avec l'âge de l'homme : ainsi de 0,3 enfant en moyenne à 20-24 ans, ce nombre moyen atteint 2,5 enfants à moins de 35 ans et, en atteignant 55 ans, un homme a déjà eu 6,7 enfants en moyenne. Pour les âges de 55 ans et plus, la diminution du nombre de naissances observées résulte très certainement d'omissions dans les déclarations des hommes les plus âgés. Les résultats concernant les hommes actuellement en union diffèrent peu de ceux concernant l'ensemble des hommes, si ce n'est que les valeurs moyennes augmentent plus rapidement pour atteindre un maximum de 7,1 enfants à 55 ans. Si l'on compare les parités des femmes et des hommes à chaque âge, on constate que, chez les femmes, le nombre moyen d'enfants augmente beaucoup plus rapidement que chez les hommes mais que, finalement, aux âges élevés, ces derniers atteignent des nombres d'enfants supérieurs à ceux des femmes (6,3 enfants en atteignant 50 ans contre 5,4 pour les femmes). L'augmentation des parités beaucoup plus rapide chez les femmes par rapport aux hommes s'explique en grande partie par le fait que les femmes entrent en union beaucoup plus tôt que les hommes : l'âge médian d'entrée en première union est de 20,8 ans pour les femmes de 25-49 ans, contre 26,9 ans pour les hommes de 30-59 ans (voir Chapitre 5 - Nuptialité). Par contre, chez les hommes, la multiplicité des unions, successives et/ou simultanées (38 pour cent des hommes non-célibataires ont déclaré avoir eu plusieurs unions au cours de leur vie et 13 pour cent ont déclaré avoir une -ou plusieurs- femme(s) d'à coté) explique très certainement le fait qu'an même âge, ils finissent par avoir plus d'enfants que les femmes. 47 Tableau 3,14 Enfants n6s vivants et enfants survivants des hommes Répartition (en %) de tous les hommes et des hommes actuellement en union par nombre d'enfants nés vivants, nombre moyen d'enfants nés vivants et nombre moyen d'enfants survivants, selon l'åge des hommes, EMMUS-II Halti 1994/95 Nombre Nombre Nombre d'enfants n~s vivants Effectif moyen moyen Groupe des d'enfants d'enfants d'àges 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10+ Total hommes nés vivants survivants TOUS LES HOMMES 15-19 99,7 0,3 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 350 0,00 0,00 20-24 79,6 13,1 4,8 1,1 0,7 0,7 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 295 0,32 0,25 25-29 51,3 18,4 14A 7,9 5,0 2,6 0,5 0,0 0,0 0,0 0,0 10~,0 224 1,07 0,92 30-34 25,4 15,8 9,1 19,5 9,9 12,1 5,2 1,8 0,6 0,0 0,6 100,0 175 2,47 2,01 35-39 12,4 11,0 7,8 15,3 16,0 9,7 3,2 10,3 3,7 3,9 6,7 100,0 190 4,21 3,46 40-44 7,1 9,8 5,4 8,1 10,7 13,9 14,3 4,8 11,8 3,4 10,7 100,0 127 5,25 4,07 45-49 4,9 3,7 7,9 7,2 8,8 6,5 11,7 11,3 10,1 11,2 16,8 100,0 104 6,34 4,92 50-54 6,3 2,2 6,5 7,5 6,2 9,2 8,0 16,7 8,4 11,5 17,6 %00,0 81 6,69 5,11 55-59 3,4 0,0 5,1 16,1 11,7 15,2 6,9 8,4 10,3 5,1 18,0 100,0 64 6,30 4,45 Ensemble 49,0 9,2 6,3 7,3 6,0 5,5 3,6 3,7 2,9 2,2 4,4 100,0 I 610 2,38 1,87 HOMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 86,6 13,4 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 7 0,13 0,13 20-24 32,1 41,8 17,1 4,6 1,4 3,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 71 1,11 0,90 25-29 17,6 28,2 24,0 15,1 9,4 4,9 0,9 0,0 0,0 0,0 0,0 ~00,0 I lS 1,89 1,65 30-34 11,0 13,9 10,2 26,1 13,2 15,5 6,9 1,6 0,8 0,0 0,8 100,0 131 3,10 2,52 35-39 5,3 8,8 8,1 15,3 18,6 11,7 3,2 12,4 3,8 4,7 8,1 100,0 158 4,80 4,00 40-44 2,7 4,4 5,5 7,6 11,8 15,5 17,0 5,7 14,1 3,0 12,7 100,0 106 5,92 4,61 45-49 0,9 2,3 7.0 7,4 8,4 7,8 11,9 13.6 10,8 12,2 17,7 100,0 87 6,83 5,47 50-54 2.9 1,3 5,6 8,1 6,7 10,0 8,7 17,1 8,1 12,5 19,0 100,0 75 7,06 5,41 55-59 3.8 0,0 1,9 16,3 11,3 13,4 7,8 9,5 11,7 5,7 18,5 100,0 56 6,51 4,57 Ensemble 10,0 12,8 10,3 13,5 11,1 10,5 6,7 7,1 5,5 4,2 8,3 100,0 809 4,42 3,52 3.9 CONCLUSION Malgré une baisse importante de la fécondité au cours des neuf dernières années et, plus particulièrement, au cours de la période la plus récente, la fécondité reste assez élevée en H~fRi avec un nombre moyen de 4,8 enfants par femme. Les écarts entre milieux de résidence sont très importants et les femmes du milieu rural ont près de deux fois plus d'enfants que celles de la capitale. De même, les femmes sans instruction ont près de deux fois et demi plus d'enfants que celles ayant atteint un niveau secondaire. L' âge médian å la première naissance, qui ne semble pas avoir connu de modifications importantes dans les générations, s'établit à 22,1 ans pour les femmes de 25-49 ans. Cependant, en atteignant 20 ans, 15 pour cent des femmes ont déjà un ou plusieurs enfants ou sont enceintes pour la première fois. Les intervalles intergénésiques sont relativement longs (médiane de 30,4 mois), néanmoins 25 pour cent des naissances récentes ont eu lieu moins de 2 ans après la naissance précédente. En outre, parmi les femmes ayant déjà eu des rapports sexuels, une proportion importante (21 pour cent) ont eu, au cours de leur vie, une ou plusieurs grossesses qui n'ont pas abouti à une naissance vivante. La baisse de fécondité observée ne se poursuivra que si les femmes rurales et les femmes sans instruction limitent leur descendance comme l'ont déjà fait les femmes urbaines et les femmes ayant de r instruction. 48 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE La planification familiale représente depuis quelques années l'un des programmes prioritaires en santé publique en Haïti. En effet, avec une densité de population d'environ 267 habitants au km 2, un taux d'accroissement démographique de 2 pour cent par an et un produit national brut probablement inférieur à 370 dollars des Etats-Unis par habitant, il ne fait aucun doute que le contrôle de la croissance de la population constitue un impératif majeur du développement. Les services de planification familiale sont offerts depuis une vingtaine d'année tant au niveau du secteur public qu'au niveau du secteur privé. Cependant, 1' ENHAC, réalisée en septembre 1989, avait révélé, non seulement, le faible degré d'utilisation des méthodes contraceptives, mais aussi l'insuffisance d'informations relatives à leur existence et à leurs sources d'approvisionnement. Les résultats suivants portent, non seulement, sur le niveau de connaissance de la population concernant les méthodes contraceptives, mais aussi sur leur niveau d'utilisation, les sources d' approvision- nement, le désir d'utilisation future, les sources d'information, ainsi que sur la communication sur la planifi- cation familiale au niveau du couple. Ces informations sont importantes pour évaluer les actions en cours et surtout pour permettre d'ajuster les stratégies à mettre en place en vue de mieux atteindre les objectifs fixés. 4.1 CONNAISSANCE DES METHODES CONTRACEPT IVES Le niveau de connaissance des méthodes contraceptives est un facteur déterminant dans le choix et l'adoption de la contraception. Bien que des enquêtes antérieures menées en H~/fti aient montré que la population était assez bien informée sur les méthodes de planification familiale, il nous a paru intéressant de déterminer le degré de connaissance des femmes, des hommes et des couples selon certaines caractéristiques socio-démographiques. Les différentes méthodes retenues dans le questionnaire ont été classées en trois catégories les méthodes modernes, comprenant la pilule, le stérilet ou DIU, les injections, les implants (Norplant),les méthodes vaginales (spermicides, diaphragme, mousses et gel~es), le condom, la stérilisation féminine et la stérilisation masculine; • les méthodes traditionnelles, comprenant la continence périodique et le retrait; • les méthodes dites populaires comme les herbes, tisanes, etc. La connaissance d'une méthode contraceptive par l'enquêté(e) est établie lorsqu'il/elle cite spontanément la méthode en question ou si, après description de la méthode par l'enquêtrice, il/elle déclare la connaître. 49 La majorité des femmes (98 pour cent) connaissent au moins une méthode moderne de contraception (Tableau 4.1 et Graphique 4.1). Les trois méthodes les mieux connues sont par ordre d'importance : le condom (95 pour cent), la pilule (90 pour cent) et les injections (85 pour cent). Les méthodes les moins bien connues par les femmes sont la continence périodique (41 pour cent), la stérilisation masculine (38 pour cent) et les méthodes vaginales (23 pour cent). Deux femmes sur trois (65 pour cent) ont cité une méthode populaire et/ou traditionnelle, en particulier le retrait (58 pour cent). Tableau 4.1 Connaissance des m6thodes contraceptives Pourcentages de femmes et d'hommes, de femmes et d'hommes actuellement en union, de femmes et d'hommes qui ne sont pas en union et qui sont sexuellement actifs, et de femmes qm n'ont jamais eu de rapports sexuels, qui connaissent une méthode contraceptive selon les m6thodes sp6cifiques, EMMUS-II Ha~ti 1994/95 Femmes Hommes Pas en N'ayant Pas en union et jamais union et sexuel- eu de sexuel- M6thode En lement rapports En lement contraceptive Ensemble union actives sexuels Ensemble unnon actifs N'importe quelle méthode 97,8 98,9 100,0 94,1 98,2 99,5 98,7 Méthode moderne 97,8 98,8 100,0 94,1 98,1 99,3 98,7 Pilule 90,3 94,6 95,6 77,7 88,8 92,9 91,7 DIU 34,4 40,5 26,3 18,7 30,1 36,8 30,4 Injection 84,9 91,2 88,9 68.9 84,2 90.4 86,0 M6thodes vaglnales 23,2 26,7 24,6 13,7 16,9 18,1 22,6 Condom 94,6 95,7 98,8 89,8 94,9 96,2 96.0 Stérilisation f6minme 69,3 76,6 65.8 51,6 77,6 82,9 80,6 Stérilisation masculine 37,5 43,2 38,9 23,6 41.3 48,8 41.0 lmplant/Nonplant 50,3 59,5 42,4 29,0 41,4 50,2 36,5 Méthode traditionnelle 64,1 73,0 74,2 37,7 87,1 92,4 93,1 Continence périodique 40,9 46,3 50,9 25,4 68,2 75,6 75,0 Retraxt 58,4 67,6 69,8 30,8 85,0 91,1 92,2 Méthode populaire 7,6 8,1 10,4 3,5 7,7 6,6 14,3 Méthode traditionnelle ou populaire 65,1 73,8 74,7 38,9 87,3 92,4 93,9 Nombre moyen de méthodes connues 5,9 6,5 6,1 4,3 6,4 6,9 6,7 5 356 3 113 153 1 306 1 610 809 245 Effectif Par rapport aux femmes sexuellement actives ~ qui ne sont pas en union, signalons que les femmes en union ont une meilleure connaissance des méthodes de protection de longue durée, en particulier, le stérilet, la stérilisation féminine ou masculine et le Norplant. En outre, trois femmes en union sur quatre (74 pour cent) ont rapporté connaRre une méthode populaire et/ou traditionnelle. Quant aux femmes n'ayant jamais eu de rapport sexuel, la plupart d'entre elles (94 pour cent) connaissent au moins une méthode moderne, mais seulement deux femmes sur cinq (39 pour cent) ont fait allusion à une méthode populaire et/ou traditionnelle. k Sont considérées comme sexuellement actives les femmes qui ont eu des rapports sexuels dans les quatre semaines précédant l 'enquête. 50 Graphique 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives par les femmes et les hommes AU - 1 METH. MODERNE[ Pilule DIU [~" Injection L M6thodes vagJnele$;- - Condom~ === St6rilis. fémlnine~ Stérilis. masculineï~ Norplan~., AU -1 METH. TRAD./POF.~_ Continence pérlodiqu«~" ,,, - Retral;,, : Autre populeir6~ I I I I I I I , , I I I i . . . . i , , I , , , ,, , ,I .--.J 20 40 60 80 Pourcentage 100 Ira Femme EMMUS-II 1994/95 Les hommes ont également un niveau de connaissance élevé des méthodes contraceptives (Tableau 4.1 et Graphique 4.1). En effet, 98 pour cent des hommes ont cité au moins une méthode moderne. Parmi les méthodes les mieux connues, nous retrouvons le condom (95 pour cent) et la pilule (89 pour cent). Par opposition, les méthodes les moins citées sont : la stérilisation masculine (41 pour cent), le stérilet (30 pour cent) et les méthodes vaginales (17 pour cent). Plus de quatre hommes sur cinq (87 pour cent) ont cité une méthode traditionnelle et/ou populaire, en premier le retrait (85 pour cent), puis la continence périodique (68 pour cent). Les hommes en union sont mieux informés que ceux qui ne sont pas en union, notamment en ce qui concerne le stérilet, les injections, la stérilisation masculine et le norplant. Quant à cette dernière méthode, la différence de niveau de connaissance est nette entre les hommes qui sont en union (50 pour cent) et ceux qui ne le sont pas (37 pour cent). n est important de noter que quel que soit le sexe, il n'y a pratiquement pas de différence selon 1' âge, le milieu de résidence et le niveau d'instruction quant au niveau de connaissance d'au moins une méthode moderne. La proportion de femmes ou d'hommes en union qui connaissent au moins une méthode moderne varie entre 98 et 100 pour cent (données non publiées). totalité des couples, les deux conjoints connaissent au moins une méthode moderne Dans la quasi 2 (98 pour cent) (Tableau 4.2). Les méthod

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.