Ghana - Demographic and Health Survey - 1994

Publication date: 1994

Côte d'Ivoire Enquête Démographique et de Santé 1994 Institut National de la Statistique Ministère Délégué Auprès du Premier Ministre, Chargé de l'Economie, des Finances et du Plan ®DHS Demographic and Health Surveys Macro International Inc. INDICATEURS DU SOMMET MONDIAL POUR LES ENFANTS INDICATEURS DE BASE Mortalité infantile Mortalité maternel le Malnutrit ion des enfants Accès à une eau potable salubre Accès à des installations sanitaires d'évacuation des excréments Education de base Enfants en situation particul ièrement difficile - Quotient de mortalité infantile (pour 1 000 naissances vivantes) . . . . . . . . . . . 89 - Quotient de mortalité infanto-juvénile (pour 1 000 naîssances vivantes) . . . . . 150 - Taux de mortalité maternelle (pour 100 000 naissances vivantes) . . . . . . . . . 597 - Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans accusant un retard de croissance . . . . 24 - Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans présentant une insuff isance pondérale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 - Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans émaciés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 - Pourcentage de ménages disposant d 'eau potable salubre I à moins de 15 minutes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 - Pourcentage de ménages disposant de chasse d'eau ou de latrines aménagées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 - Pourcentage de femmes de 15-49 ans ayant achevé l 'école primaire . . . . . . . . 20 - Pourcentage d 'hommes de 15-49 ans ayant achevé l 'école primaire . . . . . . . . . 41 - Pourcentage de filles de 6-12 ans fréquentant l 'école . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 - Pourcentage de garçons de 6-12 ans fréquentant l 'école . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 - Pourcentage de femmes de 15-49 ans alphabétisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 - Pourcentage d'enfants de moins de 15 ans qui sont orphelîns . . . . . . . . . . . . 0,4 - Pourcentage d'enfants de moins de 15 ans qui ne vivent pas avec leur mère biologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 - Pourcentage d'enfants de moins de 15 ans qui vivent dans un ménage comptant un seul adulte de 15 ans ou plus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 INDICATEURS DE SUPPORT S a n t é des f e m m e s Espacement des naissances Maternité sans risque Planif ication familiale Nut r i t ion Nutrit ion des mères Al laitement S a n t é de l 'en fant Vaccinations Contrôle de la diarrhée Infections respiratoires aiguës - Pourcentage de naissances à moins de 24"mois de la naissance précédente . . . . 20 - Pourcentage de naissances dont la mère a bénéficîé de consultation prénatale auprès de personnel médical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 - Pourcentage de naissances dont la mère a bénéficié de consultation prénatale au cours du premier trimestre de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 - Pourcentage de naissances dont la mère a ~té assistée par du personnel médical au cours de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 - Pourcentage de naissances ayant lieu en établissement sanitaire . . . . . . . . . . . 45 - Pourcentage de naissances à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 - Taux de prévalence contraceptive ( femmes en union, en pour cent) . . . . . . . . . 11 - Pourcentage de femmes en union ayant des besoins non-satisfaits en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 - Pourcentage de mères avec un faible Indice de Masse Corporelle . . . . . . . . . . 8 - Pourcentage d'enfants de moins de 4 mois qui sont exclusivement allaités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 - Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans dont la mère a reçu une vaccination antitétanique pendant la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 - Pourcentage d'enfants de 12-23 mois ayant été vaccin6s contre la rougeole . . . 53 - Pourcentage d'enfants de 12-23 mois ayant été complètement vaccinés . . . . . . 41 - Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans ayant eu la diarrhée durant les 2 dernières semaines et qui ont bénéficié d 'une Thérapie de Réhydratat ion par voie Orale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 - Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans ayant eu une infection respiratoire aiguë durant les 2 dernières semaines et qui ont été vus par du personnel médical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 t Provenant de « robinet dans le logement », « robinet public », « puits public », « camion citerne » ou « eau en bouteil le ». République de Côte d'Ivoire Enquête Démographique et de Santé Côte d'Ivoire 1994 N'Cho Sombo Lucien Kouassi Albert Kouamé Koffi Juan Schoemaker Monique Barrère Bernard Barrère Prosper Poukouta Institut National de la Statistique Ministère Délégué Auprès du Premier Ministre, Chargé de l'Economie, des Finances et du Plan Abidjan, Côte d'Ivoire Macro International Inc. Calverton, Maryland USA Décembre 1995 Ce rapport présente les principaux résultats de l'Enquête Démographique et de Santé (EDSCI) réalisée en Côte d'Ivoire en 1994 par l'Institut National de la Statistique. L'EDSCI, financée par l'Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID), a bénéficié de l'assistance technique de Macro International Inc. L'EDSCI fait partie du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys-DHS) dont l'objectif est de collecter, analyser et diffuser des données démographiques portant en particulier sur la fécondité, la planification familiale et la santé de la mère et de l'enfant. Des informations complémentaires sur I'EDSCI peuvent être obtenues auprès de l'Institut National de la Statistique, B.P. V 55, Abidjan 01, Côte d'Ivoire (Téléphone (225) 21 42 04; Fax (225) 21 44 01. Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent être obtenus auprès de Macro International Inc., 11785 Beltsville Drive, Calverton, MD 20705, USA (Téléphone 301-572-0200; Fax 301-572-0999). Citation recommandée : Sombo, N'Cho, Lucien Kouassi, Albert Kouamé Koffi, Juan Schoemaker, Monique Barrère, Bernard Barrère, et Prosper Poukouta. 1995. Enquête Démographique et de Santé, Côte d'Ivoire 1994. Calverton, Maryland, U.S.A. : Institut National de la Statistique et Macro International Inc. TABLE DES MATIÈRES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vii Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xiii Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Sigles et abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix Carte de Côte d'Ivoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxii CHAPITRE 1 1.1 1.2 1.3 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS ET MÉTHODOLOGIE DE L'ENQUÊTE N'Cho Sombo CARACTÉRISTIQUES DU PAYS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Géographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.3 Économie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.1.4 Population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.1.5 Situation Sanitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 POLITIQUES DE SANTÉ ET DE POPULATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 MÉTHODOLOGIE DE L 'ENQUÊTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 1.3.1 Cadre institutionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 1.3.2 Objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 1.3,3 Questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 1.3.4 Échantillonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 1.3.5 Recrutement, formation et collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 1.3.6 Exploitation des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 CHAPITRE 2 2.1 2.2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES ENQUÊTÉS Albert Kouamé Kofft ENQUÊTEMÉNAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 2.1,1 Structure par sexe et âge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . 15 2.1.2 Taille et composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 2.1.3 Niveau d'instruction de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 2.1.4 Caractéristiques des logements et biens possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 ENQUÊTE INDIVIDUELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 2.2.t Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 iii 2.2.2 2.2.3 Page Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 CHAPITRE 3 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 3.6 FÉCONDITÉ Lucien Kouassi NIVEAU DE LA FÉCONDITÉ ET FÉCONDITÉ DIFFÉRENTIELLE . . . . . . . . . 34 TENDANCES DE LA FÉCONDITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 PARITÉ ET STÉRIL ITÉ PRIMAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 INTERVALLE INTERGÉNÉSIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 ÂGE À LA PREMIÈRE NAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 FÉCONDITÉ DES ADOLESCENTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 CHAPITRE 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 4.7 4.8 4.9 4.10 PLANIFICATION FAMILIALE A lbert Kouamé KoÆt CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 PRAT IQUE DE LA CONTRACEPT ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 UT IL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPT ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 NOMBRE D 'ENFANTS À LA PREMIÈRE UT IL ISAT ION . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 CONNAISSANCE DE LA PÉRIODE FÉCONDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 SOURCE D 'APPROVIS IONNEMENT DE LA CONTRACEPT ION . . . . . . . . . . . 63 UT IL ISAT ION FUTURE DE LA CONTRACEPT ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 SOURCES D ' INFORMATION SUR LA CONTRACEPT ION . . . . . . . . . . . . . . . . 68 OP IN IONS ET ATT ITUDES VIS-À-VIS DE LA PLANIF ICAT ION FAMIL IALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 CHAPITRE 5 5.1 5.2 5.3 5.4 5.5 NUPTIALITÉ ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Monique Barrère et Juan Schoemaker ÉTAT MATRIMONIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 POLYGAMIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 ÂGE À LA PREMIÈRE UNION ET ÂGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 5.3.1 Âge à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 5.3.2 Âge aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 ACT IV ITÉ SEXUELLE RÉCENTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 EXPOSIT ION AU RISQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 iv CHAPITRE 6 6.1 6.2 6.3 6.4 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ Lucien Kouassi Page DÉSIR D 'AVOIR DES ENFANTS (SUPPLÉMENTAIRES) . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 BESOINS EN MATIÈRE DE PLANIF ICAT ION FAMIL IALE . . . . . . . . . . . . . . . 93 NOMBRE TOTAL D 'ENFANTS DÉSIRÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 PLANIF ICAT ION DE LA FÉCONDITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 CHAPITRE 7 7.1 7.2 7.3 7.4 SANTÉ DE LA MÈRE ET DE L'ENFANT N'Cho Sombo SOINS PRÉNATALS ET ACCOUCHEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 7.1.2 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 VACCINAT ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 MALADIES DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 7.3.1 Infections respiratoires et fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 7.3.2 Diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 EXCIS ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 CHAPITRE 8 8.1 8.2 8.3 ALLAITEMENT ET ÉTAT NUTRITIONNEL Monique Barrère et Juan Schoemaker ALLA ITEMENT ET AL IMENTATION DE COMPLÉMENT . . . . . . . . . . . . . . . 127 ÉTAT NUTRIT IONNEL DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 8.2.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 8.2.2 Résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 ÉTAT NUTRIT IONNEL DES MÈRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 CHAPITRE 9 9.1 9.2 9.3 MORTALITÉ DES ENFANTS Monique Barrère et Prosper Poukouta MÉTHODOLOGIE ET QUAL ITÉ DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 N IVEAUX ET TENDANCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 MORTAL ITÉ DIFFÉRENTIELLE ET GROUPES À HAUTS RISQUES . . . . . . 147 V CHAPITRE 10 10.1 12.2 10.3 10.4 10.5 10.6 10.7 MORTALITÉ MATERNELLE Bernard Barrère et Monique Barrère Page INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 COLLECTE DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 ESTIMATION DIRECTE DE LA MORTALITÉ ADULTE . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 ESTIMATION DIRECTE DE LA MORTALITÉ MATERNELLE . . . . . . . . . . . . 161 ESTIMATION INDIRECTE DE LA MORTALITÉ MATERNELLE . . . . . . . . . . 163 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 CHAPITRE 11 SIDA A lbert Kouamé Koffi 11.1 11.2 11.3 11.4 11.5 11.6 COMPORTEMENT SEXUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 CONNAISSANCE DU SIDA ET SOURCES D' INFORMATION . . . . . . . . . . . . 171 CONNAISSANCE DES MODES DE TRANSMISSION ET OPINION VIS-À-VIS DU SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 CONNAISSANCE DES MOYENS DE PRÉVENTION DU SIDA . . . . . . . . . . . . 178 UTILISATION DES CONDOMS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 CONNAISSANCE DE PERSONNES ATTEINTES DU SIDA ET ATTITUDE ENVERS LES SIDÉENS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 REFERENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 ANNEXE A PERSONNEL DE L'EDSCI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195 ANNEXEB PLAN DESONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201 B.l B.2 B.3 B.4 B.5 B.6 B.7 OBJECTIFS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203 BASE DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203 RÉPARTITION DE L 'ÉCHANTILLON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203 CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DE L 'ÉCHANTILLON . . . . . . . . . . . . . . 205 STRATIFICATION ET TIRAGE D'UNITÉS ARÉOLAIRES . . . . . . . . . . . . . . . 205 SEGMENTATION DES GRANDS DR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206 PROBABILITÉS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207 B.7.1 Abidjan, Forêt Rural et Savane Rurale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207 B.7.2 Forêt Urbaine et Savane Urbaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208 B.8 RÉSULTATS DES ENQUÊTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208 ANNEXE C ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211 ANNEXE D TABLEAUX POUR L'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233 ANNEXE E QUESTIONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243 vi LISTE DES TABLEAUX Tableau 1.1 Tableau 2.1 Tableau 2.2 Tableau 2.3 Tableau 2A Tableau 2.5.1 Tableau 2.5.2 Tableau 2.6 Tableau 2.7 Tableau 2.8 Tableau 2.9 Tableau 2.10 Tableau 2.11 Tableau 2.12 Tableau 3.1 Tableau 3.2 Tableau 3.3 Tableau 3.4 Tableau 3.5 Tableau 3.6 Tableau 3.7 Tableau 3.8 Tableau 3.9 Tableau 3.10 Tableau 3.11 Tableau 4.1 Tableau 4.2 Tableau 4.3 Tableau 4A Tableau 45 Page Taille et couverture de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Population des ménages par âge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Population par âge selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Enfants orphelins et résidence des enfanfs avec les parents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Niveau d'instruction de la population des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Niveau d'instruction de la population des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Biens durables possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Niveau d'instruction des femmes et des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Caractéristiques différentielles des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Fécondité par âge selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Tendances de la fécondité par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Tendances de la fécondité par durée de l'union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Enfants nés vivants et enfants survivants des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Âge à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Âge médian à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Enfants nés de mères adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Connaissance des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Connaissance des méthodes contraceptives mot'crues par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 vii Tableau 4.6 Tableau 4.7 Tableau 4.8 Tableau 4.9 Tableau 4.10 Tableau 4.11 Tableau 4.12 Tableau 4.13 Tableau 4.14 Tableau 4.15 Tableau 4.16 Tableau 5.1 Tableau 5.2 Tableau 5.3 Tableau 5A Tableau 5.5 Tableau 5.6 Tableau 5.7 Tableau 5.8 Tableau 5.9 Tableau 5.10 Tableau 5.11 Tableau 6.1 Tableau 6.2 Tableau 6.3 Tableau 6.4 Tableau 6.5 Tableau 6.6 Tableau 6.7 Tableau 6.8 Tableau 7.1 Page Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Raison de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Messages sur la planification familiale diffusés à la radio et à la télévision . . . . . . . 69 Approbation de l'utilisation de la radio et de la télévision dars la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Discussion de la planification familiale avec le conjoint . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Opinion des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 État matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Nombre d'épouses et de co-épouses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Âge à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Âge médian à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Âge des femmes aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 Âge médian aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Activité sexuelle récente des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Aménorrhée, abstinence et insusceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Durée médiane de l'insusceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Fin d'exposit ion au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . 90 Préférences en matière de fécondité selon l 'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Désir de limiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . 97 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Taux de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 vi i i Tableau 7.2 Tableau 7.3 Tableau 7.4 Tableau 7.5 Tableau 7.6 Tableau 7.7 Tableau 7.8 Tableau 7.9 Tableau 7.10 Tableau 7.11 Tableau 7.12 Tableau 7.13 Tableau 7.14 Tableau 8.1 Tableau 8.2 Tableau 8.3 Tableau 8.4 Tableau 8.5 Tableau 8.6 Tableau 9.1 Tableau 9.2 Tableau 9.3 Tableau 9.4 Tableau 9.5 Tableau 10.1 Tableau 10.2 Tableau 10.3 Tableau 10.4 Tableau 10.5 Tableau 11.1.1 Page Nombre de visites prénatales et stade de la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Lieu de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Assistance lors de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Caractéristiques de 1' accouchement : césarienne, prématurité, poids et grosseur à la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Vaccinations selon les sources d' information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Vaccinations selon les caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Prévalence et traitement des infections respiratoires aiguës et de la f ièvre . . . . . . . 116 Prévalence de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Connaissance et utilisation des SRO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Alimentation pendant la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Excision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Type d'al iments selon l 'âge de l 'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 Durée médiane et fréquence de l'allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 État nutritionnel des enfants par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . 134 Indicateurs anthropométfiques de l'état nutritionnel des mères . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Indicateurs anthropométriques des mères par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 Indices pour évaluer le sous-enregistrement des décès d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . 144 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Mortalité des enfants par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Comportement procréateur à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 Complétude de l' information sur les frères et soeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 Indicateurs de la qualité des données sur les frères et soeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 Estimation de la mortalité adulte par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 Estimation directe de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 Estimation indirecte de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 Nombre de partenaires sexuels pour les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 ix Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau 1.4.2 Tableau 1.5.1 Tableau 1.5.2 Tableau 1.6.1 Tableau 1.6.2 Tableau 1.7 Tableau 1.8 Tableau B.1 Tableau B 2 Tableau B .3 Tableau B.4 Tableau B.5 l.1.2 1.2.1 1.2.2 1.3.1 1 ~3.2 l~4.1 Tableau C. 1.1 Tableau C.1.2 Tableau C.2.1 Tableau C.2.2 Tableau C.3.1 Tableau C.3.2 Tableau C.4.1 Tableau C.4.2 Tableau C.5. l Tableau C.5.2 Tableau C.6.1 Tableau C.6.2 Tableau C.7.1 Page Nombre de partenaires sexuelles pour les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Connaissance du sida par les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Connaissance du sida par les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Connaissance par les femmes des modes de transmission du sida . . . . . . . . . . . . . . 174 Connaissance par les hommes des modes de transmission du sida . . . . . . . . . . . . . . 175 Opinon des femmes sur le sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 Opinon des hommes sur le sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 Connaissance par les femmes des moyens d'éviter de contracter le sida . . . . . . . . . 179 Connaissance par les hommes des moyens d'éviter de contracter le sida . . . . . . . . . 18 I Utilisation du condom par les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 Utilisation du condom par les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 Connaissance d'une personne atteinte du sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 Attitudes vis-à-vis des malades atteints du sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186 Répartition de l'échantillon de femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204 Répartition des ménages et nombre de grappes à tirer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204 Nombre de grappes tirées et taux de sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des hommes par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage : femmes . . . . . . . . . . . . . 215 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage : hommes . . . . . . . . . . . . . 216 Erreurs de sondage - Échantillon national : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217 Erreurs de sondage - Échantillon national : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218 Erreurs de sondage - Échantillon urbain : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219 Erreurs de sondage - Échantillon urbain : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220 Erreurs de sondage - Échantillon rural : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221 Erreurs de sondage - Échantillon rural : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222 Erreurs de sondage - Abidjan : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223 Erreurs de sondage - Abidjan : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224 Erreurs de sondage - Forêt Urbaine : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225 Erreurs de sondage - Forêt Urbaine : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226 Erreurs de sondage - Forêt Rurale : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227 X Tableau C.7.2 Tableau C.8.1 Tableau C.82 Tableau C.9.1 Tableau C.9.2 Tableau D. 1 Tableau D.2 Tableau D.3 Tableau D.4 Tableau D.5 Tableau D.6 Tableau D.7 Page Erreurs de sondage - Forêt Rurale : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228 Erreurs de sondage - Savane Urbaine : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229 Erreurs de sondage - Savane Urbaine : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230 Erreurs de sondage - Savane Rurale : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231 Erreurs de sondage - Savane Rurale : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232 Répartition par âge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235 Répartition par âge des femmes éligibles et des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . 236 Répartition par âge des hommes éligibles et des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . 237 Complétude de l'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238 Naissances par année de calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239 Enregistrement de l'âge au décès en jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240 Enregistrement de l'âge an décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241 xi Graphique 1.1 Graphique 2.1 Graphique 2.2 Graphique 2.3 Graphique 2.4 Graphique 3. I Graphique 3.2 Graphique 3.3 Graphique 3.4 Graphique 3.5 Graphique 3.6 Graphique 4.1 Graphique 4.2 Graphique 4.3 Graphique 4.4 Graphique 4.5 Graphique 4.6 Graphique 5.1 Graphique 5.2 Graphique 5.3 Graphique 5.4 Graphique 6.1 Graphique 6.2 Graphique 6.3 LISTE DES GRAPHIQUES Page Évolution de la population Côte d'Ivoire 1920-2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 Pyramide des âges de la population - Côte d'Ivoire, 1994 . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Taux de fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Taux de fécondité générale par âge, selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . 35 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . . . . . 37 Taux de fécondité générale par âge, selon I'EIF 1980-81, le RGPH 1988 et I'EDSCI 1994 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Tendances de la fécondité par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Tendances de I'ISF pour les femmes de 15-34 ans, selon I'EIF, le RGPH et I'EDSCI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Adolescentes de 15-19 ans ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . 48 Connaissance des méthodes contraceptives par les femmes et les hommes . . . . 51 Prévalence de la contraception pour l'ensemble des femmes et des hommes, selon la méthode utilisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Utilisation de la contraception par les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes et les hommes en union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Intention d'utiliser la contraception par les femmes et les hommes actuellement en union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Proportion de femmes célibataires, selon l'âge, EIF 1980-81 et EDSCI 1994 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Proportion de femmes en union polygame parmi les femmes de 15-49 ans en union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Âge médian à la première union des hommes et des femmes . . . . . . . . . . . . . . 80 Âges médians à la première union et aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . 83 Désir d'enfants supplémentaires des femmes en union, selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Nombre idéal d'enfants pour les hommes et les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée . . . 101 xiii Graphique 7.1 Graphique 7.2 Graphique 7.3 Graphique 7.4 Graphique 7.5 Graphique 7.6 Graphique 7.7 Graphique 8.1 Graphique 8.2 Graphique 8.3 Graphique 8.4 Graphique 9.1 Graphique 9.2 Graphique 9.3 Graphique 10.1 Graphique 11.1 Graphique 11.2 Graphique 11.3 Page Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans pour lesquels la mère a bénéficié de soins prénatals pendant la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans nés avec l'assistance d'un professionnel de la santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Vaccinations des enfants de 12-23 mois, selon le type de vaccin et la source d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Pourcentage d'enfants de 12-23 mois avec tous les vaccins du PEV et sans vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 Prévalence des infections respiratoires aiguës chez les enfants de moins de 3 ans, selon l'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 Prévalence de la diarrhée chez les enfants de moins de 3 ans, selon l'âge . . . . 120 Pourcentage de femmes excisées, selon les caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de 3 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 État nutritionnel des enfants de moins de 3 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans présentant un retard de croissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans atteints d'émaciation . . . . . . . . . . . 138 Tendances de la mortalité des enfants de moins de 5 ans, selon I'EIF 1980-81, le RGPH 1988 et I'EDSCI 199,4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Mortalité infantile et juvénile selon les caractéristiques de la mère . . . . . . . . . 149 Mortalité infantile et comportement en matière de procréation . . . . . . . . . . . . 151 Distribution (en pourcentage) des décès des soeurs des enquêtées selon le nombre d'années précédant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Connaissance des principaux modes de transmission du sida . . . . . . . . . . . . . 176 Connaissance des principaux moyens d'éviter le sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 Attitude des hommes et des femmes vis-à-vis des malades atteints du s ida. . . 187 xiv PRÉFACE L'Enquête Démographique et de Santé en Côte d'Ivoire (EDSCI) s'inscrit dans le cadre de la troisième phase du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Heath Surveys-DHS). Ces enquêtes, menées depuis le milieu des années 1980 dans les pays en développement, font suite à celles menées dans le cadre du projet de 1' Enquête Mondiale sur la Fécondité, auquel la Côte d' Ivoire a participé en 1980-1981. Réalisée de Juin à Novembre 1994 par l'Institut National de la Statistique (INS) du Ministère Délégué Auprès du Premier Ministre, Chargé de l'Économie, des Finances et du Plan, l'Enquête Démographique et de Santé en Côte d'Ivoire est la première du genre. Elle a permis d'obtenir et de disposer des données nationales riches et fines sur la santé de la mère et de l'enfant, la mortalité maternelle, infantile et juvénile, la planification familiale, la nutrition, le sida, etc. Elle vient ainsi complèter, après les recensements généraux de la population de 1975 et 1988, et les enquêtes démographiques nationales de 1977 à 1993 (EPR, EIF, EIMU), la série des données démographiques fiables pour une meilleure connaissance de la population de la Côte d'Ivoire. L'Institut National de la Statistique est disposé à tenir compte de toutes critiques et suggestions qui pourraient permettre d' améliorer le présent document ainsi que d'autres études qui seraient issues des données de cette enquête. Enfin, I'EDSCI n'aurait pu se réaliser sans le concours financier de l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID), et sans l'assistance technique de Macro International Inc. Je leur adresse mes sincères remerciements. GUESSAN BI KOUASSI Directeur de I'INS Directeur National de I'EDSCI XV REMERCIEMENTS De la conception à la diffusion des résultats en passant par la collecte, l'exploitation, etc. , la réalisation d'une enquête d'envergure nationale est toujours une oeuvre collective. L'Enquête Démographique et de Santé en Côte d'Ivoire (EDSCI) n'a pas failli à cette tradition. Sa réussite est le résultat des efforts d'une équipe compétente et dévouée, impliquant de nombreuses personnes et institutions. À toutes ces personnes et institutions, je voudrais adresser mes remerciements les plus sincères. Je voudrais tout d'abord remercier les populations des zones enquêtées pour leur disponibilité constante, et particulièrement les femmes qui n'ont pas hésité un seul instant à abandonner leur occupation pour se prêter aux nombreuses questions relatives à leur vie privée et intime. Ensuite, je voudrais exprimer ma gratitude aux autorités administratives locales, aux chefs de village et de campement, aux responsables régionaux de l'Institut National de la Statistique pour leur sollicitude et leur assistance aux équipes sur le terrain. Mes remerciements s'adressent également : - au personnel de terrain à savoir les Superviseurs, les Agents Cartographes, les enquêtrices, les Chefs d'équipe, les Contrôleurs pour leur courage, leur endurance et leur dévouement qui leur ont permis de vaincre les conditions de travail parfois difficiles; - aux chercheurs de 1' Institut de Linguistique Appliquée pour la traduction des questionnaires et la formation des agents en langues nationales; - aux responsables de l'Association Ivoirienne pour le Bien-Être Familial pour avoir facilité le transport des agents en mettant des chauffeurs et des véhicules à la disposition du projet; - aux différents Instituts et Directions du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales, et aux chercheurs nationaux (sociologues, épidémiologistes, démographes.) membres du comité technique chargé de la conception des questionnaires; - à la Direction de la Formation et des Stages du Ministère de l'Emploi et de la Fonction Publique, pour l'attribution de salles pour la formation des agents; - au personnel de la Direction Nationale du Projet (Directeur Technique, Superviseurs, Informaticiens, Agents de vérification et de saisie, Comptables, Secrétaires, Cartographes, Agents de Reprographie, etc.) pour son efficacité et sa disponibilité pendant toute la durée du projet; - à l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID) pour le financement du Projet; xvii - à Macro International Inc, pour l'assistance technique apportée à toutes les phases de l'enquête, de la conception à la rédaction du rapport final en passant par la formation et l'encadrement du personnel de terrain et de saisie ainsi que par l'exploitation informatique des données. Enfin, je ne saurais terminer sans exprimer ma gratitude envers toutes les personnes ou toutes les Institutions qui ont contribué à la réussite de l'enquête. GUESSAN BI KOUASSI Directeur de I'INS Directeur National de I'EDSCI xviii SIGLES ET ABRÉVIATIONS AIBEF AIDS BCG CDC CNLS DHS (EDS) DIU DR DTCoq EDSCI EDS (DHS) EIF EIMU EPR ET FIT FNUAP GPS IEC ILA INS IMC ISF ISFD ISSA MST NCHS ONG OMS PEV PNLS PNUD PROVIFA Association Ivoirienne pour le Bien-être Familial Acquired Immunodeficiency Syndrome bacille Bilié de Calmette et Guérin (vaccin antituberculeux) Centers for Disease Control (centre de contrôle des maladies, États-Unis) Comité National de Lutte contre le Sida. Demographic and Health Surveys (Enquêtes Démographiques et de Santé) Dispositif Intra-Utérin District de Recensement Diphtérie, Tétanos, Coqueluche (vaccin) Enquête Démographique et de Santé en Côte d'Ivoire Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys) Enquête Ivoirienne sur la Fécondité Enquête Ivoirienne sur les Migrations et l'Urbanisation Enquête à Passages Répétés Écart Type Front Inter-Tropical Fonds des Nations Unies pour la Population Geography Position System Information, Éducation, Communication Institut de Linguistique Appliquée Institut National de la Statistique Indice de Masse Corporelle Indice Synthétique de Fécondité Indice Synthétique de Fécondité Désirée lntegrated System for Survey Analysis Maladie Sexuellement Transmissible National Center for Health Statistics (Centre national des statistiques sanitaires, États-Unis) Organisation Non-Gouvernementale Organisation Mondiale de la Santé Programme Élargi de Vaccination Plan National de Lutte contre le Sida Programme des Nations Unies pour le Développement Promotion de la Vie Familiale xix RDV RGP RGPH SIDA SRO TBN TGFG TMM TRO UNICEF UPS USAID VIH World Bank Risque de mortalité matemeUe sur la Durée de Vie Recensement Général de la Population Recensement Général de la Population et de l'Habitat Syndrôme de 1' Immuno-Dépression Acquise Sels de Réhydratation par voie Orale Taux Brut de Natalité Taux Global de Fécondité Générale Taux de Mortalité Maternelle Thérapie de Réhydratation par voie Orale Fonds des Nations Unies pour l'Enfance Unité Primaire de Sondage United States Agency for International Development (Agence des États-Unis pour le Développement International Virus de l'Immunodéficience Humaine Banque Mondiale XX >4 [_] SAVANE FORÊT GUINÊE LIBÉRIA MALI NORD-OUEST CÔTE D'IVOIRE BURKINA-FASO NORD CENTRE-NORD NORD-EST CENTRE " YAMOUSSOU~O GHANA CENTRE-EST OCÉAN ATLANTIQUE CHAPITRE 1 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS ET MÉTHODOLOGIE DE L'ENQUÊTE N'Cho Sombo 1.1 CARACTÉRIST IQUES DU PAYS 1.1.1 Géographie La Côte d'Ivoire est située en Afrique de l'Ouest, entre les 4 ° 30' et 10 ° 30' de latitude Nord. Elle couvre une superficie de 322 600 km 2 et fait frontière avec le Golfe de Guinée au Sud, le Ghana à l'Est, le Libéria et la Guinée à l'Ouest, le Mali et le Burkina Faso au Nord. La Côte d'Ivoire est un pays au relief relativement peu accidenté. Il se caractérise, au sud, par des plaines qui descendent progressivement jusqu'à l 'Océan Atlantique, au centre, par des plateaux étagés, à l'Ouest et au Nord, par des montagnes dont le plus haut sommet est le Mont Nimba (1 753 mètres). En ce qui concerne le climat, on note que le pays est traversé par les mouvements de deux masses d'air importantes : une masse d'air venant du Nord, caractérisée par un vent sec et chaud et chargé, de décembre à janvier, des fines poussières de l'harmattan; une masse d'air venant du Sud-Ouest, de l 'Océan Atlantique, constituée d'un air humide. Le contact de ces deux masses d'air forme le Front Inter-Tropical (FIT) qui provoque des précipitations de type mousson. Les mouvements saisonniers du FIT au-dessus du territoire national permettent de distinguer quatre principales zones climatiques caractérisées par un rythme et un volume de précipitations variables. Ce sont : le Sud, avec quatre saisons dont une grande saison des pluies d'avril à juillet, une petite saison sèche de juillet à septembre, une petite saison des pluies de septembre à novembre et une grande saison sèche de décembre à mars; le Centre, caractérisé par une saison sèche de novembre à mars et par une saison des pluies marquée par deux pluviométries maxima : l 'une au mois de juin et l'autre au mois de septembre; le Nord avec deux saisons très opposées : une saison sèche très longue et une saison des pluies assez courte (juin - septembre). le Centre-Ouest, au relief montagneux, se distingue par une saison des pluies très longue et une saison sèche de courte durée. Les pluviométries annuelles moyennes de ces différentes zones climatiques varient de 900 mm (au Nord) à 2 300 mm (au Sud). En matière de température, on constate que les amplitudes diurnes les plus importantes se situent au mois de janvier. Elles sont inférieures à 10 ° C dans le Sud forestier, avoisinent 15 ° C dans le Centre et atteignent parfois 20 ° C dans le Nord. La diversité des zones climatiques et l'inégale répartition des précipitations entre le nord et le sud déterminent la végétation du pays. En effet, on distingue généralement deux grandes zones de végétation, la forêt et la savane, séparées par une ligne qui suit, approximativement, l'isohyète 1 300 mm. La zone de forêt couvre environ deux cinquièmes du territoire national. Elle est située au Sud du pays et se caractérise parun climat de type guinéen où se développe une forêt dense, ombrophile et mésophile. À l'opposé, le climat de type soudanais du nord du pays favorise le développement d'une végétation de forêts clairsemées, de savanes soudanaises et de savanes pré-forestières. Dans le domaine de l'hydrographie, on relève que la Côte d'Ivoire est arrosée par quatre grands fleuves qui coulent du nord au sud avant de se jeter dans la mer. Il s'agit du Cavally et du Sassandra, à l'ouest, du Bandama au centre et du Comoé à l'Est. Les deux premiers fleuves sont les moins longs avec 700 km (Cavally) et 600 km (Sassandra). Quant au Bandama et au Comoé, ils sont les fleuves les plus longs et mesurent respectivement 1 050 km et 1 160 km. Sur le plan administratif, le pays est divisé en 10 régions économiques, 50 départements, 187 sous- préfectures, 135 communes et en plus de 8 000 villages. La région est dirigée par le préfet du département du chef-lieu de région, le département par un préfet, la sous-Préfecture par un sous-préfet, la commune par un maire élu et le village par un chef de village. 1.1.2 Histoire Le peuplement ancien de la Côte d'Ivoire est peu ou pas connu. Il semble qu'aurait existé un peuple ancien proche des Gagou. Ce peuplement ancien concerne également les Ehotilé, les Agoua et les Sénoufo. L'installation des populations actuelles est récente et se caractérise par des vagues successives qui se sont étalées du XIF au XIX ° siècle, suite à la décadence ou à l'éclatement des empires voisins. Ces migrations peuvent être regroupées en deux grandes vagues. La première vague de migration concerne les Mandés. Ceux-ci, partis de l'éclatement de l'empire du Mali et à la recherche de nouvelles opportunités commerciales, vont repousser les Sénoufo vers le Sud. Ils se répandront et créeront plusieurs royaumes. Ils créeront également, en 1705, l'empire de Kong et au XIX ~, un nouvel empire qui s'étendrait sur tout le Nord du pays refoulant vers le Sud les Yacouba et les Gouro installés entre le XVF et XVIF siècle. La deuxième vague de migration remonte au XVIIF siècle. Elle est la conséquence des bouleversements des royaumes de l'Est (Ghana). Elle va provoquer les migrations des Agni et des Baoulé vers la Côte d'Ivoire. D'autres vagues de migration Akan, comme celles des Attié, des Abbey, etc. suivront. Ces différentes vagues de migration mettront en présence, au XIX" siècle, environ 70 ethnies sur le territoire national. Ces ethnies peuvent être regroupées en quatre grandes aires ethno-culturelles comprenant à la fois les pays limitrophes et d'autres pays de l'Afrique de l'Ouest comme la Sierre-Léone, la Guinée- Bissau et le Togo. Il s'agit des aires ethno-culturelles Mandé, Krou, Gur ou Voltffique et Akan. Les différents royaumes des groupes de peuplement de la Côte d'Ivoire vont opposer une résistance à l'implantation française qui, malgré l'arrivée des missionnaires français à partir de 1687, ne commence officiellement qu'en 1838 avec la signature de traités avec les tribus Côtières jusqu'à la création, en 1893, de la Colonie de Côte d'Ivoire. Mais les conquérants français exerceront une pression sur ces royaumes qu'ils feront disparaître progressivement. La période dite de pacification s'achèvera en 1915. Par la suite, la Côte d'Ivoire passera par des phases d'évolution dont les plus importantes se situent entre 1946 et 1960. En effet, la Côte d'Ivoire devient Territoire d'Outre-Mer et fait partie de la République au sein de l'Union Française en 1946. Un conseil de gouvernement dont les membres sont désignés par l'Assemblée Territoriale est mis en place. En 1958, la Côte d'Ivoire devient une République au sein de la 2 Communauté Française, regroupant les Territoires et les Départements d' Outre-Mer. Le 7 Aoflt 1960, la Côte d'Ivoire acquiert son indépendance. 1.1 .3 Économie La Côte d'Ivoire, comme la plupart des pays d'Afrique au Sud du Sahara, a une économie essentiellement basée sur l'agriculture. Celle-ci occupe, en effet, 60 à 65 % de la population active. La production agricole est, en grande partie, destinée à l'exportation. Elle concerne principalement le café et le cacao qui ont contribué en 1990 pour environ 40 % des recettes d'exportation (Gnebehi, 1992). Ces deux produits, auxquels il faut ajouter le bois, ont longtemps été les pivots de l'économie ivoirienne. La production de cacao est passée de 412 000 tonnes en 1980 à plus de 700 000 tonnes en 1994, plaçant ainsi la Côte d' Ivoire au premier rang des pays producteurs, au cours de la période. De même, le pays est au septième rang des producteurs mondiaux pour le café (148 000 tonnes en 1994), après avoir été au troisième rang en 1980 (367 000 tonnes). Afin de rendre le pays moins dépendant de ces deux cultures, le gouvernement a initié des programmes de diversification des cultures pérennes et industrielles tels que le palmier à huile, l'hévéa, le coton, l'ananas, le cocotier, etc. Ces cultures sont généralement pratiquées sur des exploitations villageoises dont les produits sont commercialisés au sein de coopératives ainsi que sur des plantations industrielles appartenant à l'état et au secteur privé. Parallèlement aux cultures d'exportation, un accent est également mis par le gouvernement sur le développement des cultures vivrières afin d'assurer l'autosuffisance alimentaire. 11 s'agit des cultures : - de la banane plantain en zone de forêt Centre-Ouest et Sud; - de manioc en zone Sud lagunaire; - de mil, de sorgho et du maïs dans les zones de savane; - d'igname dans le sud de la savane et dans le nord de la forêt; - du riz dans l'ouest de la forêt et dans les bas-fonds. En matière de productions de l'élevage et de la pêche, le pays couvre à peine 44 % de ses besoins ~. Un effort est cependant fait depuis 1987 pour développer le secteur, et porter le taux de couverture de la consommation en protéines animales à 54 % d'ici l 'an 2000. En attendant, le pays importe la viande sur pied des pays du Sahel (Burkina Faso, Mali, Niger, Mauritanie, etc.) ainsi que la viande congelée d'Afrique du Sud, d'Europe, d'Argentine, etc. Les deux tiers du cheptel, composé de races locales comme le Ndama, Baoulé et de Zébus provenant des pays de la sous-région, sont concentrés dans la région Nord (Bouna - Korhogo - Odienné). Quant à la pêche, elle est, à la fois, artisanale et industrielle. La pêche industrielle est particulièrement dominée par le thon. L'économie de la Côte d'Ivoire est caractérisée par le développement du secteur industriel, rendu possible grâce à son ouverture aux capitaux étrangers. Ce développement a été profitable à l'industrie agro- alimentaire et à l'industrie textile. t La consommation annuelle moyenne par habitant est estimée à 10 kg pour la viande et à 20 kg pour le poisson. L'industrie agro-alimentaire est, à la fois, tournée vers le marché local et sous-régional et vers l'exportation. Il s'agit, entre autres, des huileries, des conserveries, des complexes sucriers, des usines de fabrique de boissons, des usines de café, de cacao, d'ananas. L'industrie textile couvre toutes les phases de production, de la culture du coton à la confection. Il existe également d'autres industries de transformation qui contribuent au développement du pays : industries du bois, de l'énergie, industries chimiques, etc. La prospection du sous-sol du pays n'a pas encore atteint sa vitesse de croisière. Cependant, les quelques résultats disponibles montrent que les ressources minières sont variées : fer, nickel, bauxite, manganèse, pétrole, etc. De même, des prospections ont révélé qu'il existe un important gisement de gaz naturel dans la région de Jacqueville. L'exploitation de ce gaz permettra de produire et d'exporter de l'électricité vers les pays voisins. L'ensemble des activités économiques est soutenu par d'excellents réseaux de communication (routes, aéroports, ports et télécommunications). La Côte d'Ivoire dispose de 73 300 km de routes (dont 5 300 km de routes bitumées) qui permettent de désenclaver les principales localités du pays 2. Notons qu'après une croissance économique soutenue entre 1960 et 1980, l'économie ivoirienne est entrée dans une crise prolongée due à la chute des cours mondiaux des matières premières exportées- principalement ceux du café et du cacao- et au poids de la dette. Mais grâce aux différentes mesures d'ajustement structurel, à celles mises en place après la dévaluation du F CFA par le Gouvernement et aux perspectives favorables dans le secteur minier, l'économie ivoirienne pourra renouer rapidement avec la croissance. 1.1.4 Population La population de la Côte d'Ivoire connaît une évolution soutenue, caractérisée principalement par un accroissement naturel élevé, un apport migratoire important, une inégale répartition sur le territoire national et une forte propension à l'urbanisation. Historiquement, les données démographiques disponibles remontent à 1920, année pour laquelle la population était estimée à I 540 000 habitants. Cette population sera multipliée par 1,6 en trente cinq an s pour atteindre 2 540 000 habitants en 1955, ce qui correspond à un rythme d'accroissement annuel moyen de 1,4 pour cent, soit un doublement de la population tous les 50 ans 3. Mais la croissance démographique s'accentuera davantage par la suite, surtout après l'indépendance, sous l'effet combiné de la baisse de la mortalité, du maintien du niveau élevé de la fécondité et de l'immigration internationale en provenance, principalement, des pays limitrophes, et liée aux possibilités d'emplois qu'offrait le pays. Ainsi, la population de la Côte d'Ivoire sera-t-elle multipliée par 2,6 en l'espace de vingt ans pour s'établir à 6 709 600 habitants au Recensement Général de la Population (RGP) de 1975 (Direction de la Statistique, 1978) (graphique 1.1). Le rythme d' accroissement annuel moyen, estimé à 1,4 % pour la période 1920-1955, passe donc à 5 % par an pour la période 1955-1975, dont environ 3,5 % sont imputables à l'accroissement naturel et 1,5 % relèvent de la migration internationale. 2 Évaluation de 1994. 3 Pour l'époque précédant l'indépendance, les données sur la population sont des évaluations bas~es sur des recensements administratifs. Voir à ce propos Ahonzo, 1984. Graphique 1.1 Evolution de la population Côte d'Ivoire 1920-2007 Population (en million) 25 20 15 10 5 1920 o 192o I I I 1930 1940 1950 19~B 1975 1965 1 I I ) I I 1960 1970 1980 1990 2000 2010 Annde Sources: 1~20 et 1955: estimations bas~es sur des recensements administratifs. 1965: estimation (Roussel, lg67) 1975: RGP 1975 1988: RGPH 1988 2007: Projection (INS, 1992) Au deuxième Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH), réalisé en 1988, la Côte d'Ivoire comptait 10 815 694 habitants, soit 1,6 fois plus que l'effectif de 1975 (Adjé K.,1992). Bien que le rythme d'accroissement annuel moyen se soit ralenti au cours de la période 1975-1988 par rapport à la période précédente, il n'en demeure pas moins qu'avec 3,8 % par an, il reste parmi les plus élevés d'Aîrique. À ce rythme, la population du pays doublerait vers 1' an 2007 où elle avoisinerait 22 000 000 habitants. ~ cette date, les naissances annuelles atteindraient 858 000 contre 539 000 en 1988. En conséquence, la population d'âge scolaire (6 à 11 ans) passerait de 1 873 000 en 1988 à 3 704 000 en l'an 2007 (Abbas S. et Bamssié R., 1992). L'évolution favorable de la mortalité combinée à une fécondité élevée est l'un des éléments explicatifs du dynamisme de la population de Côte d'Ivoire. En effet, alors que le taux brut de natalité restait à un niveau relativement constant entre 1978 (49 naissances vivantes pour mille habitants) et 1988 (48 pour mille), le taux brut de mortalité passait lui de 17 à 13 décès pour mille habitants au cours de la même période. L'esp6rance de vie à la naissance a également progressé, passant de 35/40 ans en 1965 (Roussel, 1967), à 48,5 ans en 19784, pour atteindre 55 ans en 1988, soit un gain d'espérance de vie de 20 ans en 23 ans ( 1965-1988) et de 6,5 ans en 10 ans (1978-1988). La résultante de la fécondité élevée (6,8 enfants en moyenne par femme en 1988) est l'extrême jeunesse de la population : 47 % de la population a moins de 15 ans en 1988, alors que les personnes âgées de 60 ans et plus atteignem, à peine, 4 % de la population totale. En matière de structure de la population, on peut également relever, à partir des données du RGPH de 1988, que la population tend vers un rééquilibrage de la répartition par sexe avec respectivement 51% 4 D'après l'Enquête Démographique à Passages Répétés (EPR) de 1978-1979 (Antoine et al., 1982). d'hommes et 49 % de femmes (dont près de 21% en âge de procréer), contre 52 % d'hommes et 48 % de femmes en 1975. Par ailleurs, de par son peuplement, la Côte d'Ivoire est un carrefour d'ethnies et un brassage de nationalités. Les ethnies sont regroupées en cinq grands groupes. Il s'agit des Akan (42 %), des Krou ( 15 %), des Mandé du Nord ( 16 %), des Mandé du Sud (11%) et des Voltaïques (16 %) de 1' ensemble de la population en 1988. Quant aux étrangers, ils sont passés de 22 % en 1975 à 28 % de la population totale en 1988, faisant de la Côte d'Ivoire l'un des principaux pays d'immigration internationale d'Afrique subsaharienne. Au niveau de la répartition spatiale, on note une augmentation de la densité de population : elle est passée de 21 habitants au km 2 en 1975 à 34 habitants au km 2 en 1988. Cette densité globale cache une très grande variation entre les départements. En effet, les plus fortes densités varient de 291 habitants au km 2 (département d'Abidjan, au sud) à 72 habitants au km 2 (département de Sinfra, au centre-ouest), alors que les plus faibles densités évoluent de 6 habitants au km 2 (département de Bouna, au nord-est) à 9 habitants au km 2 (département de Dabakala, au centre-nord). De même, la zone forestière, qui couvre environ 48 % de la superficie du pays, abrite à elle seule plus de 72 % de la population, en raison des activités économiques liées aux cultures pérennes, en particulier le café et le cacao, pratiquées dans cette zone. Bien que la population tende de plus en plus à s'urbaniser, la majorité demeure encore rurale. En effet, on a noté en 1988 que 61% de la population vivait en zone rurale contre 68 % en 1975. Pour l'urbanisation, cinq villes de plus de 100 000 habitants regroupent 24 % de la population totale du pays et 62 % de la population urbaine. La ville d'Abidjan est la plus importante de ces villes : en 1988, elle représentait à elle seule 18 % de la population totale et 46 % de la population urbaine, contre, respectivement, 14 % et44 % en 1975. Enfin, en ce qui concerne le niveau d'instruction, on relève un recul du taux d'analphabétisme qui passe de 75 % en 1975 à 58 % en 1988. D'après le RGPH de 1988, environ 16 % de la population était constituée d'élèves et des étudiants, parmi lesquels 71% étaient dans le primaire, 22 % dans le secondaire général, technique ou professionnel, 1% dans le supérieur et 6 % dans l'enseignement coranique. 1.1.5 Situation Sanitaire Dans le domaine de la santé, le pays consacre annuellement environ 7 à 8 % de son budget à ce secteur, hormis la contribution des organismes de la coopération bilatérale ou multilatérale, des Organisations Non Gouvernementales (ONG), le secteur privé, les municipalités, etc. Le pays disposait, au mois de juillet 1995, de 1 124 établissements sanitaires 5 dont 7 % d'hôpitaux (Centres Hospitaliers Universitaires, Centres Hospitaliers Régionaux, Centres Hospitaliers Spécialisés, Hôpitaux Généraux). Les autres établissements sanitaires (formations sanitaires, centres de santé, dispensaires, maternités et Protection Maternelle et Infantile) représentent près de 80 % de 1' ensemble (60 % en milieu rural et 20 % en milieu urbain). La répartition régionale de ces établissements sanitaires est inégale. En effet, on note une forte concentration des établissements dans la région du Sud (25 % dans la région d'Abidjan) et, dans une moindre mesure, dans les régions du Centre-Ouest (12 % dans la région de Daloa) et du Nord(10 % dans la région de Korhogo). A l'inverse, les proportions sont relativement faibles dans les autres régions (3 à 9 %). Au niveau du personnel médical 6, on estime qu'il existait, en milieu d'année 1995, environ un médecin pour 17 000 habitants, un infirmier pour 3 000 habitants et une sage-femme pour 1 700 femmes en âge de procréer. Le taux de couverture de la population, en médecin, est deux fois inférieur à la s Direction de l'Informatique et de la Planification Sanitaire (DIPS), juillet 1995. 6 Non compris le secteur privé. moyenne d'un médecin pour 8 300 habitants (1988-1992), estimée pour l'ensemble des pays d'Afrique au sud du Sahara (Banque Mondiale, 1993) 7. Au niveau de la morbidité, les maladies infectieuses et parasitaires sont les plus fréquentes et, parmi les personnes souffrant de ces maladies, la majorité est âgée de moins de 15 ans; Parmi ces enfants, ceux de moins de 5 ans sont les plus touchés. Enfin, il faut mentionner l'épidémie de sida qui touche la Côte d'Ivoire depuis le milieu des années 1980. En particulier en Abidjan, qui serait l'une des villes les plus touchées au monde, le sida et ses maladies opportunistes auraient été la cause de près de 25 000 décès entre 1986 et 1992, les sept premières années de l'épidémie (Garenne et al., 1995). Quant à la mortalité maternelle, en l'absence d'étude de portée nationale avant 1' enquête actuelle, son niveau était mal connu. Toutefois, selon les données disponibles, elle était estimée à 594 décès maternels pour mille naissances vivantes (Dogoré et al., 1993). 1.2 POL IT IQUES DE SANTÉ ET DE POPULAT ION En ce qui concerne la population, la Côte d'Ivoire n 'a pas encore adopté de politique explicite en ce domaine. Cependant, le gouvernement demeure conscient du fait que, même si l'extrême jeunesse de la population contient en germe des éléments positifs pour le développement du pays en termes de ressources humaines abondantes, elle n'en impose pas moins de lourdes charges en infrastructures socio-économiques et environnementales auxquelles il faut faire face (éducation, santé, eau et assainissement, logement, transport, etc.). Aussi, devant la nécessité de prendre en compte les phénomènes démographiques comme paramètres essentiels de la politique de valorisation des ressources humaines et en vue de réaliser un développement durable, le gouvernement a-t-il fait faire un diagnostic relatif aux questions de population. Ce diagnostic a abouti à l'élaboration d'une déclaration de politique de développement des ressources humaines adoptée par le gouvernement le 31 Juillet 1991. Dans ses grandes lignes, la politique de développement des ressources humaines vise à renforcer les capacités d'analyse des administrations concemées par les problèmes de population, à mettre en oeuvre des activités de santé maternelle et infantile incluant la planification familiale. Ce cadre devra, à terme, déboucher sur une politique nationale de population et sur l'intégration des variables démographiques dans la planification du développement. Il s'agit, en fait, de mettre en adéquation l'offre et la demande de services sociaux afin d'assurer le bien-être des populations, de façon durable et équitable. Dans cette perspective, des programmes sectoriels sont mis en place. Les éléments de ces programmes concernent, entre autres, la santé, la femme, la population, le développement, et la population et l'éducation. Santé Il s'agit d'intégrer les programmes de santé dans une stratégie de santé primaire, par l'intégration progressive de toutes les activités socio-sanitaires préventives et curatives dans les centres de santé et par une couverture territoriale la plus large possible. 7 L'estimation de la Banque Mondiale, pour la période 1988-1992, est de : - 0,12 médecin pour 1 000 habitants pour l'ensemble des pays d'Afrique au Sud du Sahara, soit un médecin pour 8 333 habitants; - 0,06 médecin pour 1 000 habitants pour la Côte d'Ivoire, soit un médecin pour 16 667 habitants. Le programme « Santé Maternelle et Infantile et Planification Familiale », qui est l 'une des principales composantes des programmes de santé, vise trois objectifs essentiels, à savoir : réduire la morbidité et la mortalité maternelle et infantile; dimirmer l'incidence de la séropositivité chez les femmes et tes enfants en réduisant les risques de contamination du VIH; passer d'une fécondité naturelle à une fécondité réfléchie. Les objectifs de ce programme sont soutenus par des sous- programmes verticaux qui sont, entre autres, la lutte contre le sida et les maladies diarrhéiques, la maternité sans risque et la planification familiale. Femme, population et développement Les activités de ce secteur consistent à consolider les acquis des projets déjà exécutés en faveur de la femme. Il s'agit particulièrement de : l'amélioration de la santé de la mère et de la famille; l'intensification de la scolarisation des filles et des programmes d'alphabétisation; la revalorisation du travail de la femme; l'amélioration du cadre de vie. Population et éducation La forte pression démographique mentionnée précédemment influe, au premier chef sur, les besoins d'éducation. Pour corriger les déséquilibres dans ce secteur, trois programmes ont été mis en place : le volet Éducation du programme de valorisation des ressources humaines; le plan d'Action National d'Éducation pour tous en l'an 2000; l'éducation à la vie Familiale et en matière de population. Ce programme consiste à : intégrer l'éducation à la vie familiale et l'éducation en matière de population au système d'éducation formelle, ce qui permettra aux jeunes d' acquérir les connaissances, attitudes et aptitudes nécessaires à une bonne gestion de la cellule familiale; réduire le taux de déperdition scolaire chez les filles et accroître l'égalité des chances entre les filles et les garçons en matière d'éducation afin de promouvoir la femme ivoirienne. 1.3 MÉTHODOLOGIE DE L 'ENQUÊTE 1.3.1 Cadre institutionnel L'Enquête Démographique et de Santé en Côte d'Ivoire (EDSCI) a ~té exécutée par l'Institut National de la Statistique (INS) du Ministère Délégué Auprès du Premier Ministre, Chargé de l'Économie, des Finances et du Plan, avec l'assistance technique de Macro International Inc. Cette enquête entre dans le cadre du programme international des Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS ou Demographic and Health Surveys, DHS). Elle a bénéficié du financement de l 'Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID). L'Association Ivoirienne pour le Bien-Étre Familial (AIBEF) a fourni les véhicules et les chauffeurs pour la réalisation des travaux sur le terrain. 8 1.3.2 Objectifs L' un des principaux objectifs de I'EDSCI était de recueillir, à l'échelle nationale, des données de qualité permettant de : connaître les niveaux et tendances de la fécondité et de la mortalité infantile et juvénile; analyser les facteurs associés aux niveaux et aux tendances de la fécondité et de la mortalité des enfants; mesurer le degré d'utilisation et de connaissance de la contraception et obtenir des informations sur le nombre idéal d'enfants et les attitudes vis-à-vis de la planification familiale chez les hommes et les femmes en âge de procréer; évaluer l'état de santé des mères et des enfants : soins prénatals et assistance à l'accouchement, couverture vaccinale, prévalence et traitement de la fièvre, des maladies respiratoires et de la diarrhée, allaitement et état nutritionnel des enfants et de leur mère; évaluer la connaissance, les attitudes et les pratiques vis-à-vis du sida; évaluer la disponibilité des services de santé et de planification familiale. Enfin, I'EDSCI doit également permettre de développer les capacités et ressources nécessaires à la réalisation périodique d'enquêtes démographiques et de santé. 1.3.3 Questionnaires L'EDSCI a utilisé quatre types de questionnaires 8 : le questionnaire ménage; le questionnaire individuel femme; le questionnaire individuel homme; le questionnaire communautaire sur la disponibilité des services. La version française des questionnaires ménage et individuels ont été traduits en diolla et en baoulé, les deux langues les plus courantes du pays. Après traduction, les questionnaires ont fait 1' objet d'une contre- traduction en français pour tester la fidélité des traductions. Questionnaire ménage Il permet d'enregistrer les membres du ménage et les visiteurs selon certaines de leurs caractéristiques socio-démographiques : nom, lien de parenté avec le chef de ménage, situation de résidence, sexe, fîge, niveau d'instruction, etc. Il comporte également quelques questions sur les caractéristiques de l'habitat afin d'évaluer les conditions socio-économiques et environnementales dans lesquelles vivent les femmes et les hommes qui seront soumis aux questionnaires individuels. Il fournit aussi les informations permettant d'établir le dénominateur pour le calcul des taux démographiques (natalité, fécondité). Enfin, il permet d'identifier les femmes et les hommes éligibles pour l'enquête individuelle. s La version française de ces questionnaires figure en Annexe E, sauf le questionnaire communautaire dont les résultats ne sont pas analysés ici. Ce questionnaire comprend, en page de garde, la localisation du ménage, le nombre de visites effectuées par l'enquêtrice, le résultat de l'interview, et une partie réservée pour le contrôle sur le terrain et au bureau. Questionnaire individuel femme Il est rempli pour toutes les femmes éligibles enregistrées dans le ménage, c'est-à-dire toutes les femmes âgées de 15-49 ans, résidant de façon permanente ou ayant passé la nuit précédant l'interview dans le ménage sélectionné, quel que soit leur statut de résidence. Ce questionnaire a une page de garde similaire à celle du questionnaire ménage. Il comprend, en outre, dix sections qui portent sur les thèmes suivants : Caractéristiques socio-démographiques des enquêtées : cette section porte sur le lieu de résidence, l'âge, la scolarisation et l'alphabétisation, l'accès aux média, et les conditions d'habitat pour les femmes en visite. Reproduction : dans cette section, on recueille des informations sur l'historique des naissances vivantes que la femme a eues au cours de sa vie, l'état de grossesse au moment de l'enquête et le désir d'avoir ou de ne pas avoir cette grossesse, les dates et durées des menstruations, l'âge de la femme aux premières règles et la connaissance de la période féconde dans le cycle menstruel. Trois questions relatives à l'excision ont également ét~ posées. Contraception : cette section a trait à la connaissance spontanée ou non des diverses méthodes contraceptives existant dans le pays, à leur utilisation et aux sources d'approvisionnement, à la marque et au prix des pilules contraceptives. Elle porte également sur la non-utilisation et l'interruption des méthodes contraceptives et sur l'utilisation future de la contraception, ainsi que sur la diffusion d'informations sur la planification familiale à la radio et à la télévision. Grossesse et Allaitement - Vaccination et Santé des enfants : la section comporte deux sous-sections. La première s'intéresse à la période de grossesse, aux soins prénatals, au lieu d'accouchement et à la qualification de la personne ayant assisté la femme, au retour des règles et à la reprise des rapports sexuels après la naissance de l'enfant. Au niveau de l'allaitement, cette sous-section concerne la fréquence, la durée, le type d'allaitement et l'utilisation des compléments nutritionnels. La deuxième sous-section traite de la vaccination et de la santé des enfants âgés de moins de trois ans (prévalence et traitement de la fièvre, de la toux et de la diarrhée). Mariage : cette section permet de recueillir des informations sur l'état matrimonial, le régime de mariage (monogamie ou polygamie), l'âge au premier mariage et l'activité sexuelle de la femme. Préférences en matière de fécondité : cette section fournit des informations sur le désir d'enfants supplémentaires, l'intervalle préféré entre les naissances et la taille idéale de la famille. Elle donne également des informations sur les interruptions de grossesses. Caractéristiques du conjoint et activité professionnelle de la femme : les questions de cette section permettent de saisir des informations relatives aux caractéristiques socio-économiques du conjoint des femmes en union, à l'activité professionnelle de ces femmes et enfin, à la garde des enfants. Mortalité maternelle : cette section sert à enregistrer des renseignements sur l'âge et l'état de survie des frères et soeurs des femmes enquêtées. Pour les soeurs décédées, des questions supplémentaires permettent de déterminer si le décès est en rapport avec la maternité et s'il a eu lieu dans un établissement sanitaire; elles permettent également d'enregistrer le nombre d'enfant mis au monde par la défunte. 10 Connaissance et attitudes vis-à-vis du sida : la présente section fournit des informations sur la connaissance des femmes sur la maladie ainsi que sur ses modes de transmission et de prévention. Elle donne également des renseignements sur les attitudes des enquêtées vis-à-vis des sidéens. Taille et poids : cette dernière section permet d'enregistrer les mesures anthropologiques des femmes enquêtées ainsi que celles de leurs enfants âgés de moins de trois ans. Questionnaire individuel homme Le questionnaire individuel homme est une forme simplifiée du questionnaire individuel femme. Il possède une page de garde similaire à ce dernier. De plus, il permet de collecter des informations sur les caractéristiques socio-démographiques des enquêtés, sur la connaissance et l'utilisation de la contraception, les préférences en matière de fécondité. Enfin, le questionnaire individuel homme fournit des renseignements sur la connaissance des hommes ainsi que leurs attitudes vis-à-vis du sida. Questionnaire sur la disponibilité des services Le questionnaire sur la disponibilité des services ou questionnaire communautaire, permet d'enregistrer des informations sur les infrastructures socio-économiques et sanitaires (écoles, marchés . hôpitaux, cliniques, etc.) disponibles à proximité de chacune des grappes sélectionnées. 1.3.4 Echantillonnage L'échantillon-cible de I'EDSCI était de 7 000 femmes âgées de 15 à 49 ans et de 2 500 hommes âgés de 15 à 59 ans. La base de sondage est constituée des 10 333 Districts de Recensement (DR) du RGPH de 1988. L'échantillon, pondéré et représentatif au niveau national, est basé sur un sondage aréolaire stratifié et tiré à deux ou trois degrés. Les strates sont au nombre de cinq : Abidjan, Forêt Urbaine, Forêt Rurale, Savane Urbaine et Savane Rurale. L'échantillon est auto- pondéré à l'intérieur de chaque strate. En Abidjan, en Forêt Rurale et en Savane Rurale, on a tiré, au premier degré, de façon systématique, des Unités Primaires de Sondage (UPS) ou grappes à partir de l'ensemble des DR de chaque strate. Chacune de ces grappes a donné lieu à une opération de cartographie et de dénombrement des ménages. Ensuite, au deuxième degré, on a tiré un échantillon de ménages à partir de la liste de ménages établie lors du dénombrement. En milieu urbain 9 de savane et de forêt, l'échantillon a été tiré à trois degrés : on a tiré un certain nombre de villes, au premier degré, ensuite des DR, au deuxième degré, et, enfin, les ménages, au troisième degré. La procédure de tirage des ménages s'est déroulée de la même façon que celle utilisée pour Abidjan et pour le milieu rural de forêt et de savane, après les opérations de cartographie et de dénombrement. En définitive, 246 grappes, dont 146 en milieu urbain ~° et 100 en milieu rural, ont été sélectionnées. Toutes ces grappes ont été entièrement enquêtées. On y a ainsi sélectionné 6 348 ménages, 8 271 femmes éligibles et 2 728 hommes éligibles. Sur ces effectifs, 5 935 ménages, 8 099 femmes et 2 552 hommes 9 Tous les chefs-lieux de départements et les agglomérations de plus de 10 000 habitants, ainsi que celles ayant entre 4 000 et 10 000 habitants, mais comprenant plus de 50 pour cent de chefs de ménage ayant une activité non agricole. io 52 grappes pour la ville d'Abidjan et 94 grappes pour les autres villes. 11 éligibles ont été entièrement interviewés, soit des taux de réponse respectifs de 97 %, 98 % et de 94 % (tableau 1.1 ). Il y a lieu de noter que le nombre de femmes identifiées dépasse de 6 % le nombre prévu dans le plan de sondage ; cela provient du fait que le taux de réponse des ménages et le nombre moyen de femmes par ménage ont été plus élevés que prévu. En effet, le plan de sondage supposait un taux de réponse des ménages de 90 % et 1,35 femmes par ménage, alors que le taux de réponse effectif a ~té de 98 % pour les ménages et le nombre moyen de femmes par ménage a été de 1,39. Tableau l. l Taille et couverture de l'échantillon Effectifs des ménages, des lk:mmes et des hommes sélectionnés, identifiés et enquêtés, et taux de réponse selon le milieu de résidence, EDS C6te d'Ivoire 1994 Résidence Enquéte Urbain Rural Ensemble Enquête ménage Nombre de logements sélectionnés 2 982 3 366 6 348 Nombre de ménages identifiés 2 849 3 260 ó 109 Nombre de ménages enquêtés 2 745 3 190 5 935 Taux dc réponse des ménages 96,3 97,9 97,2 Enquête individuelle femme Nombre de femmes éligibles 3 965 4 306 8 271 Nombre de [k'mmes enquêtées 3 852 4 247 8 099 Taux de réponse des femmes Ménages pour l'enquête homme Nombre de logements sélectionnés pour l'enquête homme Nombre de ménages identifiés Nombre de ménages enquêtés Taux de réponse des ménages pour l'enquête homme Enquête individuelle homme Nombre d'hommes éligibles Nombre d'hommes enquêtés Taux de réponse des hommes 97,2 98,6 97,9 952 117 915 086 886 061 2 069 2 001 I 947 96,8 97,7 97,3 1 269 459 1 161 391 2 728 2 552 91,5 95,3 93,5 1.3.5 Recrutement, formation et collecte des données L'Enquête Démographique et de Santé en Côte d'Ivoire s'est déroulée en trois étapes : le pré-test, le dénombrement des ménages des grappes échantillon et l'enquête principale. Pré-test Le pré-test s'est déroulé du 14 au 18 décembre 1993. Il avait pour objectifs, d'une part, de tester les différents questionnaires en français et en langues nationales (baoulé et diolla) et, d'autre part, d'évaluer le travail des enquêtrices. Pour la réalisation du pré-test, on a fait appel à 16 enquêtrices qui, toutes, avaient déjà 12 participé à des enquêtes de I'INS. Elles ont été formées pendant deux semaines. À l'issue de cette formation, 12 enquêtrices ont été définitivement retenues pour les travaux de terrain. La formation en langues nationales a été assurée par les chercheurs de l'Institut de Linguistique Appliquée (ILA) de l'Université Nationale de Côte d'Ivoire, institut ayant procédé à la traduction des différents questionnaires en diolla et en baoulé. Le pré-test a eu lieu dans quatre Districts de Recensement (DR) de la commune de Koumassi, l'une des dix communes de la ville d'Abidjan. Le choix de ce quartier est dicté par trois motifs : facilité de l'accès, habitat de type « cour commune » à forte densité de ménages, quartier cosmopolite où les trois versions (français, diolla et baoulé) des différents questionnaires pouvaient aisément être test~es. Le pré-test a permis d'identifier quelques problèmes de formulation de certaines questions, en particulier, les traductions en langues nationales des questions relatives à la sexualité et à la contraception. Cartographie et dénombrement En ce qui concerne les opérations de cartographie et de dénombrement des ménages des grappes sélectionnées pour l'enquête, 18 agents cartographes ayant déjà travaillé pour le compte de I'INS lors du Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH) de 1988 et de la Révision des Listes Électorales de 1990, ont été sélectionnés, puis formés pendant une semaine. La formation a consisté en des exposés théoriques concernant l'identification des structures et des ménages, le dénombrement des membres des ménages, les relevés des coordonnées géographiques des grappes à l'aide de GPS (Geography Position System). La formation a également été complétée par des travaux pratiques sur le terrain. Les opérations de terrain ont été exécutées par six équipes de trois agents chacune. Chaque équipe disposait d'un véhicule et d'un chauffeur. Les travaux sur terrain ont eu lieu du 2 janvier au 8 juin 1994. Enquête principale Pour les travaux de l'enquête principale, 80 personnes ayant déjà une expérience aux différents postes ouverts, ont été pré-sélectionnées et formées. Elles se répartissaient de la manière suivante : 12 pour les postes de chefs d'équipe, 10 pour les postes d'opérateurs de saisie et 58 pour les postes d'enquêtrices et de contrôleuses. À l'issue de la formation, 8 chefs d'équipe et 8 contrôleuses, 6 agents de saisie, 2 agents de vérification, et 32 enquêtrices ont été sélectionnés d'après les résultats de plusieurs tests d'aptitude. La formation a duré trois semaines. Elle a consisté en des exposés théoriques en salle sur la méthodologie de l'enquête, les techniques d'enquête et en des exercices pratiques d'interview et de remplissage des questionnaires. La formation a d'abord été assurée en français, puis les candidats ont été répartis en deux groupes selon les langues nationales d'enquête (diolla et baoulé). Ces groupes ont reçu des compléments de formation dans ces deux langues nationales, formation dispensée par les spécialistes de I'ILA. En outre, des cadres de la Direction de la Santé Communautaire et de 1' AIBEF ont activement participé à la formation en donnant des infornaations sur la santé de la mère et de l'enfant, sur le planning familial, etc. Enfin, une formation sur le terrain pour la pratique des mesures anthropométriques a eu lieu, sous la supervision d'un médecin dans une pouponnière d'Abidjan. Pour le travail de collecte, chacune des huit équipes formées était composée d'un chef d'équipe, chargé également de l'enquête individuelle auprès des hommes, d'une contrôleuse, de quatre enquêtrices et d'un chauffeur. Les travaux de terrain se sont déroulés du 9 juin au 26 novembre 1994. 13 1.3.6 Exploitation des données L'exploitation des données englobe quatre principales activités : la vérification, la sais je et l'édition des données, l'apurement et la tabulation. La vérification des données a démarré un mois après le début de l'enquête sur le terrain. Elle a consisté en un contrôle d'exhaustivité de l'échantillon par rapport aux fiches de terrain et en un contrôle sommaire de la cohérence des données. Cette activité a été altemativement menée sous la responsabilité des deux superviseurs. Elle a permis d'améliorer la qualité des données issues de la collecte. Concernant la saisie, elle a été réalisée par six opératrices de saisie qui ont préalablement été formées et sélectionnées en même temps que les enquêtrices. En outre, ces opératrices ont suivi leur propre formation sur micro-ordinateurs. Afin de réduire les taux d'erreurs et d'améliorer la qualité des données, une opératrice a procédé à une double saisie. Celle-ci a été faite pour un dixième des ménages H. En outre, des tableaux fournissant des résultats bruts sur certaines variables de base étaient produits régulièrement de façon à contrôler la qualité des données collectées. Ces tableaux étaient analysés et les problèmes détectés étaient signalés aux enquêtrices de façon à ce qu'elles améliorent la qualité de leurs questionnaires. L'édition des données a été réalisée par les informaticiens de l'équipe technique en vue de vérifier la cohérence interne des réponses enregistrées dans le questionnaire et corriger les éventuelles erreurs. Pour l'apurement, on a utilisé un programme de contrôle pour vérifier, grappe par grappe, après saisie et édition, la cohérence interne des réponses. Quant à la tabulation, elle à consisté à développer et à exploiter les programmes de sortie des tableaux de base destinés à 1' élaboration du rapport préliminaire et du rapport final. La tabulation a été entièrement réalisée au siège de Macro International Inc. à Calverton, Maryland. Notons enfin que les opérations de saisie, d'édition, d'apurement et de tabulation ont été réalisées avec le logiciel ISSA (Integrated System for Survey Analysis) développé par Macro International Inc. t l Pour 595 ménages (soit un ménage sur dix), tous les questionnaires de l'enquête (ménage, femme et homme) ont entièrement été ressaisis. 14 CHAPITRE 2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES ENQUÊTÉS Albert Kouamé Koffi Au cours de I'EDSCI dont l'objectif principal était de fournir des renseignements sur la fécondité, la planification familiale et la santé en Côte d'Ivoire, on a recueilli également des informations sur les caractéristiques des ménages (structure et composition) et des logements à travers l'un des trois questionnaires : le questionnaire ménage. Ce questionnaire a permis d'identifier par la suite les femmes et les hommes éligibles pour l'interview individuelle. Ce chapitre traite des principales caractéristiques des ménages et des logements ainsi que de certaines caractéristiques socio-démographiques de la population (structure par sexe et par âge, état matrimonial, niveau d'instruction, etc.). Une deuxième partie, qui porte sur les résultats de l'enquête individuelle, est consacrée notamment aux caractéristiques démographiques et socio-culturelles des femmes et des hommes enquêtés : il s'agit principalement de l'âge, de l'état matrimonial, du niveau d'instruction, du milieu de résidence et de la religion. 2.1 ENQUÊTE MÉNAGE Dans les 5 935 ménages enquêtés avec succès, on a recensé 36 926 personnes résidentes de fait, c'est- à-dire des personnes ayant passé la nuit précédant l'enquête dans le ménage sélectionné, même si celui-ci n'est pas leur résidence habituelle. Cette population se répartit comme suit : 18 616 femmes (50,4 %) contre 18 309 hommes (49,6 %), soit un rapport de masculinité de 98,4 hommes pour cent femmes. Ce rapport est de 95,7 hommes pour 100 femmes en milieu urbain et de 99,9 pour 100 en milieu rural. Le rapport de masculinité trouvé ici est légèrement plus faible que celui trouvé au RGP de 1975 (107 hommes pour 100 femmes) et celui du RGPH de 1988 (105 hommes pour 100 femmes). Ceci est peut-être dé à un ralentissement récent de la migration masculine ou à un rééquilibrage de la migration entre les sexes. On peut également envisagé une légère sous-estimation des hommes lors de I'EDSCI qui peut-être due, en partie, au fait que les ménages collectifs, comprenant essentiellement des hommes (pensionnats, casernes, etc.) ont été exclus de l'échantillon. 2.1.1 Structure par sexe et âge de la population des ménages La pyramide des âges présente une allure régulière à base large (tableau 2.1 et graphique 2.1), caractéristique d'une population jeune, avec une répartition par sexe assez équilibrée. On remarque sur la pyramide des âges, un rétrécissement de la base (population de 0-5 ans), surtout pour la population féminine pour laquelle la proportion des filles de 5-9 ans (16,7 % ) est légèrement plus importante que celle des 0-4 ans (16,3 %). Par rapport aux données du RGPH de 1988 (tableau 2.2), on constate que la proportion de la population de 0-5 ans serait passée de 19,6 % à 16,5 %. Cette diminution de la part relative des jeunes enfants dans la population résulte certainement, en partie, de la baisse de fécondité survenue au cours de ces demières années (voir Chapitre 3 - Fécondité). Contrairement à ce qui a été constaté au cours d'opérations de collecte précédentes, la structure de la population présente peu d'irrégularités au niveau de chaque sexe. Toutefois, pour la population féminine, on peut noter un gonflement des effectifs à 50-54 ans. Il s'agit très certainement d'une anomalie, pouvant être attribuée aux enquêtrices qui, pour éviter un surplus de travail au niveau de l'enquête individuelle, ont tendance à « déplacer » certaines femmes du groupe d'âges 45-49 ans vers le groupe 50-54 ans, âges auxquels les femmes ne sont plus éligibles pour l'enquête individuelle. 15 Tableau 2.1 Population des ménages par âge et sexe Répartition (en %) de la population (de Ihit) des ménages par groupe d'âges quinquennal selon le milieu de résidence et le sexe. EDS Côle d'Ivoire 1994 Urbain Rural Total Groupe d'âges Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble 0-4 15,4 14,5 15,0 18,1 17,4 17,8 17,1 16,3 16,7 5-9 14,8 15,1 14,9 18.0 17,7 17,9 16,9 16.7 16,8 10-14 12,1 15,2 13,7 13.7 12,1 12,9 13,1 13,3 13,2 15-19 I 1,5 13,4 12,4 8.8 9,1 9,0 9,8 1(I.7 10,2 20-24 10,4 10,6 10,5 6.8 7,4 7,1 8,1 8,6 8.4 25-29 8,6 8,5 8,5 6,8 7,7 7,2 7,5 8,0 7,7 30-34 7,0 7,3 7,2 5,6 6,3 6,0 6,2 6,7 6,4 35-39 6,3 4,4 5,3 4,5 4,4 4,5 5,2 4,4 4,8 40-44 5,0 3,5 4,2 3.5 3,3 3,4 4, I 3,4 3,7 45-49 2,9 2,0 2,4 2,9 3,0 3,0 2,9 2,6 2,8 50-54 2.2 1,9 2,1 2,7 3,7 3,2 2,5 3,1 2,8 55-59 1,4 1,5 1,4 2,3 2,5 2,4 2.0 2,1 2,1 60«64 1,2 1,0 I, I 2,4 2, I 2,3 2,0 1,7 1,8 65-69 0.5 0,5 0,5 1,5 1,3 1,4 1,2 1,0 I,I 7(I-74 0,3 0,3 0,3 1,2 1,(1 I,I 0,9 (1,7 0,8 75-79 0,2 0, I 0,2 0,4 (1,4 0,4 0,3 0,3 0,3 811 ou plus 0.2 0,2 0,2 (1,5 0,6 0,6 0,4 11,5 0,4 Non déterminé/NSP 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 I (X),0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Eflcctif 6 709 7 009 13 718 l I 6(X) I 1 607 23 207 18 309 18 616 36 926 Åges 8o+ 75-79 70-74 65-69 60*64 55-59 50-54 45-49 40-44 35-39 30-34 25-29 20-24 15-19 10-14 5-9 0-4 12 10 8 6 Note: Population de fait Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population Côte d'Ivoire, 1994 Sexe ~ Sexe Masculin ~ Féminin 4 2 0 2 Pourcentage 4 6 8 10 12 EDSCI1994 16 La structure de la population par grands groupes d' âges se caractérise par une proportion importante de jeunes de moins de 15 ans, qui représentent près de la moitié de la population (47 %) (tableau 2.2). Les adultes âgés de 15-64 ans représentent un peu plus de la moitié de la population totale (51%), alors que les personnes âgées de 65 ans et plus ne représentent qu'une proportion assez faible (3 %). On constate que malgré la baisse de la proportion des personnes âgées de 0-4 ans, la structure par grands groupes d'âges est identique à celle du RGPH de 1988. Cette structure est caractéristique des populations connaissant une fécondité et une mortalité élevées. 2.1.2 Taille et composition des ménages Le tableau 2.3 porte sur la composition des ménages, plus précisément, il fournit la répartition des ménages selon le sexe du chef de ménage et selon leur taille. Tableau 2.2 Population par âge selon difI~rentes sources Répartition (en %) de la population (de droit) par âge d'après le RGPH (19881 et I'EDSCI (19941, EDS Côte d'Ivoire 1994 RGPH EDSCI Groupe d'åges 1988 1994 0-4 ans 19,6 16.5 5-9 ans 15,9 16.9 <15 ans 46,8 46,6 15-64 51,1 5(I,7 65 ou plus 2,1 2,7 Total 100,0 100,0 Tableau 2.3 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, taille du ménage, et pourcentage de ménages comprenant des enfants sans leurs parents, selon le milieu de résidence, EDS Côte d'lvoire 1994 Caractéristique Urbain Rural Ensemble Chef de ménage Homme 82,1 86,8 84,9 Femme 17,9 13,2 15,1 Nombre de membres habituels 1 15,3 12,9 13,9 2 12,1 8,5 9,9 3 I 1,3 8,5 9,6 4 10,5 9,9 10,1 5 9,6 9,8 9,7 6 7,8 9,8 9,0 7 7,1 7,8 7,5 8 5,7 6,9 6,4 9 ou plus 20,7 25,8 23,8 Taille moyenne 5,7 6,6 6,2 Pourcentage de ménages avec des enfants sans leurs parents 25,7 26,4 26,1 Dans leur majorité (85 %), les chefs de ménage sont des hommes. Cependant, les ménages qui ont des femmes comme chef et qui sont souvent des ménages de niveau socio-économique plus défavorisé que lorsqu'un homme en est le chef, représentent une part non négligeable avec un cas sur sept (15 %). En outre, on notera que les femmes, chefs de ménage, sont légèrement plus représentées en milieu urbain ( 18 %) qu'en milieu rural (13 %). 17 Du point de vue de la taille, on constate que les ménages ne comprenant qu'une seule personne sont assez fréquents (14 %), ainsi que ceux composés de deux seuls membres (10 %). Près de trois ménages sur dix (29 %) sont composés de trois à cinq personnes et les ménages de grande taille (six personnes et plus) représentent près de la moitié de l'ensemble (47 %). Les ménages de très grande taille (9 personnes et plus) correspondent, à eux seuls, à près d'un quart des ménages ivoiriens (24 %). La taille moyenne s'établit à 6,2 personnes par ménage et varie légèrement selon le milieu de résidence, passant de 5,7 personnes par ménage en milieu urbain à 6,6 en milieu rural. Par ailleurs, on peut noter que la taille moyenne des ménages a augmenté au cours des deux dernières décennies, passant de 5,4 d'après le RGP de 1975, à 6,0 d'après le RGPH de 1988 pour atteindre 6,2 en 1994. Cette modification résulte peut-être, en partie, de légères variations dans la façon d'appliquer, sur le terrain, la définition du ménage qui, dans le contexte ivoirien, est souvent difficile à isoler de la cour ou de la concession. Cependant, cette modification pourrait également résulter d'un plus grand regroupement de la population au sein de ménages existants pour faire face, ensemble, aux problèmes posés par la crise économique. Le tableau 2.3 fournit également la proportion de ménages comptant un ou plusieurs enfants de moins de 15 ans dont les parents biologiques ne vivent pas dans le ménage, soit parce qu'ils sont décédés, soit parce qu'ils vivent ailleurs. Un ménage sur quatre (26 %) compte ainsi comme membre un (ou plusieurs) enfants qui ne vivent pas avec leurs parents, et cette proportion est quasiment identique en milieu urbain et en milieu rural. Seulement un enfant de moins de 15 ans sur deux (55 %) vit avec ses deux parents biologiques; dans 21% des cas, les enfants vivent seulement avec leur mère, que leur père soit vivant ou décédé et, dans 7 % des cas, les enfants vivent avec seulement leur père biologique, que lu mère soit vivante ou non (tableau 2.4). Tableau 2.4 Enfants orphelins et résidence des enfants avec les parents Répartition (en %) de la population (de fait) des enfants de moins de quinze *;ris, par état de survie des parents et résidence avec les parents, selon l'fige, le sexe et le milieu de résidence de l'enfant, EDS Côte d'lw~ire 1994 Vivant Vivant avec Vivant avec la mère le père Vivant avec aucun avec les Père Père Mère Mère Les 2 Père Mère Les 2 Caractéristique 2 parents en vie déc~dé en vie décédéc en vie en vie Ch vie décedés NI) Tt~tal Effeclif Åge 0-2 61,7 32,4 1,5 1,3 0,1 2,2 0,0 0,1 0,1 0,6 I oo,t) 3 700 3-5 60,7 21,0 1,7 4,3 0.4 10,1 0,6 0.8 0,1 11,2 100,0 3 780 6-8 56,6 14,4 2,8 7,7 1,0 13,7 0,9 1,6 0,3 0,9 100,0 3 900 9-11 51,1 12.1 3,3 9.4 1,3 [7,7 L.0 2,5 0.6 1,0 100.0 31/52 12 ou plus 41,9 8,4 4, I 10,7 1.8 24,5 I, I 3,6 1,0 3,0 100,0 2 813 Sexe Masculin 56,5 18,3 2,5 7,4 L,t) 10.8 0,5 1,4 0,4 1,1 1 (X),0 8 622 Féminin 53.9 18,3 2,6 5,4 0.7 15,1 0,9 1,7 0,4 1,0 100,0 8 625 Milieu de résidence Abicüan 54,5 16,1 2,3 6,9 1,0 15.0 0,6 2, I 0,5 1,0 • 00,0 2 S 19 Foret Urbaine 54,8 17,9 3,1 6,7 0,7 12,6 0,7 2,2 0,5 0,8 100~0 I 762 Savane Urbaine 57,1 16,5 2.4 7,0 0,4 13,0 0,9 1,5 0,3 1,0 100,0 I 399 Ensemble urbain 55,2 16,7 2,5 6,9 0,8 13.8 0,7 2,0 0,5 0,9 100,0 5 980 Forêt Rurale 56,1 19,0 2,4 6,2 0,7 12,3 0,7 1,3 0,3 I,I 100,0 7426 Savane Rurale 53,7 19,6 3.0 6,0 1,5 12,7 0,7 1,4 0,3 1,3 100,0 3 841 Ensemble rural 55,2 19,2 2,6 6.1 0,9 12,5 0,7 1,3 0,3 1,1 I(X),O 11 267 Ensemble 55,2 18,3 2,6 6,4 0,9 L2,9 0,7 1,6 0,4 1,1 I1111,/I 17247 18 Au niveau national, un enfant de moins de 15 ans sur six (16 %) ne vit ni avec sa mère, ni avec son père. Il apparaît que les proportions d'enfants vivant dans cette situation difficile augmentent rapidement avec l'âge, passant de 2 % chez les enfants de 0-2 ans à 30 % chez les enfants de 12 ou plus. De même on trouve une proportion plus importante de filles que de garçons vivant sans leurs parents (18 contre 13 %). Du point de vue de la résidence, 17 % des enfants vivant en milieu urbain vivent sans leurs parents contre 15 % en milieu rural. Ces fortes proportions d'enfants vivant sans leurs parents s'expliquent certainement, en grande partie, par la scolarisation. En effet, l'insuffisance des centres d'enseignement secondaire oblige les enfants admis en classe de sixième (première classe du secondaire premier cycle), à aller poursuivre leurs études dans des collèges éloignés de leur domicile familial, et ainsi à être confiés à d'autres parents ou amis de la famille. Cependant ces proportions s'expliquent également par le décès des parents : au niveau national, 0,4 % des enfants sont orphelins de mère et de père, 1% n'ont plus leur mère, 3 % n'ont plus leur père et, globalement, 7 % des enfants ivoiriens de moins de 15 ans sont orphelins d' au moins un des deux parents. Comme il fallait s'y attendre, ces proportions augmentent avec l'âge de l'enfant : 2 % des enfants de 0-2 ans ont, au moins, l'un des deux parents décédé, contre 7 % des enfants de 12 ans ou plus. Les proportions d'enfants orphelins de père et/ou de mère ne diffèrent pas selon le milieu de résidence (4 %). 2.1.3 Niveau d'instruction de la population Dans le cadre de l'enquête ménage, on a collecté des données sur le niveau d'instruction atteint et sur la dernière classe achevée à ce niveau, pour chaque membre du ménage âgé de 6 ans et plus. On a distingué quatre niveaux d'instruction : le primaire, le secondaire I e' cycle, le secondaire 2 "d cycle ~ et le supérieur. En Côte d'Ivoire, comme dans la plupart des pays de l'Afrique de l'Ouest, l'âge d'entrée à l'école primaire se situe, en principe, entre 6 et 7 ans. Les tableaux 2.5.1 et 2.5.2 donnent, pour chaque sexe et par âge, la répartition des membres des ménages selon le niveau d'instruction atteint. Le niveau d'instruction de la population ivoirienne est très moyen et les différences entre les hommes et les femmes sont nettes. Globalement, tous âges confondus à partir de 6 ans, plus d'un homme sur deux (55 %) et près de deux femmes sur cinq (38 %) ont fréquenté l'école. Cependant, le niveau d'instruction a augmenté considérablement des générations les plus anciennes aux générations les plus récentes, en effet la proportion de personnes sans instruction passe de 90 % chez les hommes âgés de 60 ou plus à 52 % chez ceux âgés de 40-44 ans et à seulement 28 % chez ceux de 15-19 ans; à l'inverse, la proportion d'hommes ayant fait des études passe de 10 % chez les hommes les plus âgés à 72 % chez ceux de 15-19 ans. En outre, on notera qu'à 15-24 ans, plus de deux hommes sur trois ont, au moins, une instruction primaire, dont la moitié environ ont même une instruction supérieure au primaire. Tout en restant à un niveau largement inférieur à celui observé pour les hommes, il n'en reste pas moins que l'on constate une nette tendance à l'amélioration du niveau d'instruction des femmes, celles sans instruction passant de 98 % à 60 ans ou plus à 47 % chez celles de 15-19 ans. Néanmoins, pour les femmes, 1' accès à l'instruction supérieure au primaire reste beaucoup plus limitée que pour les hommes. Ainsi, à 15-19 ans, 38 % des hommes ont une instruction supérieure au primaire, contre 18 % des femmes. I Dans les tableaux qui suivent, on a regroupé le secondaire 1 ~'~ cycle et le secondaire 2'~d cycle, 19 Tableau 2.5.1 Niveau d'instruction de la population des femmes Répartition (en %) de la population féminine (de fait) des ménages, âgée de six ans et plus. par niveau d'instruction atteint et nombre médian d'années d'étude accomplies selon lãge et le milieu de résidence, EDS Côte d'Ivoire 1994 Niveau d'instruction Nombre Secon- NSP/ médian Caractéristique Aucun Primaire daire Supérieur ND Total Effectif d'années Groupe d'~ges 6-9 56,6 42.9 0,0 0,0 0,5 1130,0 2 484 0,0 10-14 46,7 47,9 5,2 0,0 0,2 100,0 2 473 1,9 15-19 46,5 35,6 17,8 0,1 0,0 100,0 1 987 2,2 20-24 51,7 31,9 15,4 0,9 0,2 100,0 I 603 0,0 25-29 61,7 22,6 15,0 0,5 0,1 100,0 I 486 0,0 30-34 66,7 20,1 12,1 1,0 0,1 100,0 I 239 0,I) 35-39 67,9 21,4 9,6 0,9 0,2 100,0 816 0,I1 40-44 80,9 13,2 5,0 0,9 0,0 100,0 633 11,0 45-49 88,2 7,9 3,1 0,3 0,5 100,0 488 0,0 50-54 96,4 2,0 1,2 0,0 0,3 I OO,0 570 /).0 55-59 96,3 3,0 0,3 0,0 0,4 100.0 395 0,0 60-64 98,0 1,9 0,2 I),0 0.0 100,I) 315 Il,I) 65 ou plus 98,3 0,6 0,6 0,0 0.6 100,0 460 0,0 ND 45,4 0,0 0,0 0,0 54,6 100,0 2 0,5 Milieu de résidence Abidjan 43,4 37,4 17,9 1,3 0,0 100,0 2 968 2,0 Forét Urbaine 54,0 32,7 12,9 0.3 0,2 100,0 I 566 I1,0 Savane Urbaine 53,8 32,5 12,9 0.5 0,3 10(I,0 I 257 0,0 Ensemble urbain 48,5 35,1 15,4 0,8 0,1 10Il,I) 5 792 1,0 For& Rurale 65,6 29,9 4,3 0,0 0,3 100,0 6 009 0,0 Savane Rurale 79,2 17,7 2,8 0,I 0,3 100,0 3 147 0,(1 Ensemble rural 70,3 25,7 3,8 0,0 0,3 100,0 9 156 0,0 Ensemble 61,8 29,3 8,3 0,3 0,2 100,0 14 948 0,0 Comme on pouvait s'y attendre, le niveau d'instruction atteint varie de façon très importante selon le milieu de résidence. En milieu rural, 54 % des hommes et 70 % des femmes n'ont jamais fréquenté l'école contre, respectivement, 31% et 49 % en milieu urbain. " . . . . A 1 oppose, les proportions de personnes ayant attemt un niveau supérieur au primaire atteignent 34 % pour les hommes et 16 % pour les femmes du milieu urbain contre, respectivement, 11% et 4 % en milieu rural. En outre, Abidjan se caractérise par les proportions les plus élevées d'hommes et de femmes ayant fréquenté l'école : 36 % des hommes et 37 % des femmes d'Abidjan ont un niveau d'instruction primaire et 40 % des hommes et 19 % des femmes ont un niveau secondaire ou supérieur. 20 Tableau 2.5.2 Niveau d'instruction de la population des hommes Répartition (en %) de la population masculine (de fait) des ménages, âgée de six ans et plus, par niveau d'instruction atteint et nombre médian d'années d'étude accomplies selon l'âge et le milieu de résidence, EDS C•te d'Ivoire 1994 Niveau d'instruction Nombre Secon- NSP/ médian Caractéristique Aucun Primaire daire Supérieur ND Total Effectif d'années Groupe d'âges 6-9 46,5 53,0 0,1 0,0 0.4 100,0 2 411 0,9 10-14 30,2 62,8 6,8 0,0 0,1 100,0 2 399 3,6 15-19 27,9 34,3 37,6 0,2 0,1 100,0 1 796 5,6 20-24 32,8 29,7 33,1 4,3 0,1 100,0 I 485 5,7 25-29 41.9 23.3 29,2 5,4 0,1 100,0 I 365 5,0 30-34 45.9 22,6 27,4 4,1 0,1 100,0 1 127 3,4 35-39 47.8 21,9 23.1 7.1 0.1 100.0 949 2.0 40 44 52,1 22, I 20,8 4,8 0,1 100.0 744 0,0 45-49 65.1 19.5 12,4 3,0 0,0 100.0 528 0,0 50-54 78.7 I 0.0 6.4 4,5 0,3 100,0 459 0,0 55-59 86,2 10.3 2,1 1.5 0,0 100,0 364 0.0 60-64 89,9 8,4 1,3 0,2 0,3 100,0 365 0,0 65 ou plus 90,0 8,1 1,1 0,1 0,6 100.0 497 0.0 ND 55,4 13,2 18,2 0,0 13,2 100,0 7 0,0 Milieu de résidence Abidjan 24.6 35.6 33.0 6,8 0,0 100,0 2 875 5,6 Forêt Urbaine 37,8 34,4 25,6 2.0 0.2 100.0 1 496 3.0 Savane Urbaine 38,4 34,7 23,5 3,3 0,1 100,0 I 100 3,2 Ensemble urbain 31.0 35.1 29.1 4.8 0.1 100.0 5 471 4.7 For& Rurale 48.9 38.5 I 1.6 0,9 0.1 100.0 6 034 1,0 Sawme Rurale 64,0 26,8 8,1 0,5 0,5 100.0 2 992 0,0 Ensemble rural 53.9 34,6 10,4 0,8 0,2 100,0 9 026 0,0 Ensemble 45.3 34,8 17,5 2,3 0,2 100,0 14 497 1,6 Le taux de fréquentation scolaire qui est le rapport du nombre de personnes scolarisées d'un groupe d'âges à la population totale de ce groupe d'âges, donne une indication sur l'accès actuel de la population au système éducatif. Les questions relatives à la fréquentation scolaire ont été posées pour toutes les personnes âgées de 6 à 24 ans. Les résultats, par groupe d'âges, sexe et milieu de résidence, qui figurent au tableau 2.6 et au graphique 2.2, montrent qu'à 6-10 ans 48 % des enfants sont scolarisés. Ce taux atteint un maximum de 49 % à 11 - 15 ans, âges qui correspondent à la scolarisation, à la fois, en primaire et en secondaire; le fait Tableau 2.6 Taux de scolarisation Proportion de la population (de fait) des ménages, âgée de 6 à 24 ans, fréquentant un établissement scolaire, par åge, selon le sexe et le milieu de résidence. EDS Côte d'Ivoire 1994 Hommes Femmes Ensemble Grouped'ãges Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble 6-10 66.9 46.1 52,8 55,3 35.2 42.3 60.8 40,7 47,5 I 1-15 73,3 51.4 59.0 45.8 33.0 38,7 57,5 42.7 48,6 6-15 69.7 48.3 55,4 50,7 34,4 40,8 59.3 41.5 48,0 16 20 46,6 23,0 33,5 20,2 6.6 13.0 32,4 14.6 22,7 21-24 26.2 I 1.6 18.6 7.1 2.0 4,4 16,5 6,6 11.3 21 que ce taux soit légèrement supérieur å celui des 6-10 ans est certainement la conséquence d'une entrée à l'école tardive (à plus de 10 ans) pour un nombre important d'enfants. A 16-20 ans, âges d'étude au niveau secondaire, le taux passe à 23 % et diminue de moitié (11%) à 21-24 ans, âges de scolarisation dans le supérieur. Comme pour le niveau d'instruction atteint, le taux de scolarisation varie de façon très importante entre les sexes : à 6-15, âges de scolarisation principalement dans le primaire, 55 % des garçons sont scolarises contre 41% de filles. Cet écart se creuse au fur et à mesure que l'âge et que le niveau d'étude augmentent : à 16-20 ans, 34 % des hommes sont scolarisés contre 13 % des femmes et, à 21-24 ans, le taux de scolarisation qui se situe à 19 % chez les hommes n'est plus que de 4 % chez les femmes. Ces résultats prouvent qu'en Côte d'Ivoire, bien que des efforts importants aient été accomplis dans le domaine de l'instmction, les différences entre les sexes sont encore énormes. Un effort particulier devra être fait en ce qui concerne la scolarisation des jeunes filles. En effet, toutes les études socio-économiques ont prouvé que l'accès à l'éducation pour tous et, plus particulièrement pour les femmes, est la meilleure garantie d'amélioration des conditions de vie des familles. Selon le milieu de résidence (graphique 2.2), on observe que la fréquentation scolaire est beaucoup plus forte en milieu urbain qu'en milieu rural et que l'écart tend à augmenter avec l'âge et donc avec le niveau d'étude. A 6-15 ans, 59 % des enfants urbains sont scolarisés, contre 42 % des enfants du milieu rural; à 16- 20 ans, 32 % des enfants urbains sont scolarisés, contre 15 % des enfants du milieu rural et, à 21-24 ans, les taux de scolarisation en milieu urbain sont deux fois et demi plus élevés qu'en milieu mral (17 % contre 7 %). Cette augmentation de l'écart entre les taux des deux milieux de résidence s'explique essentiellement par le fait que l'accès aux établissements d'enseignement secondaire et supérieur est beaucoup plus restreint en milieu rural qu'en milieu urbain. Pourcentage 7O 60 5O 4O 3O 20 t0 0 6-10 Graphique 2.2 Taux de fréquentation scolaire 11-15 1620 21-24 Groupe d'&ges EDSCI1994 22 2.1.4 Caractéristiques des logements et biens possédés par le ménage Lors de l'enquête, certaines questions ont été posées en vue de saisir les caractéristiques socio- économiques du ménage et le niveau de confort du logement qui peut être évalué, d'une part, par la nature des matériaux de construction et, d'autre part , par les équ ipements , notamment le lieu d'aisance, le type d'approvisionnement en eau, la possession de certains biens de consommation et de moyens de transport. Ces caractéristiques, qui servent d'indicateurs de la situation socio-économique du ménage, ont éga lement une in f luence déterminante sur l'état de santé des membres du ménage. L'examen des données du tableau 2.7, illustrées par le graphique 2.3 montre que, dans l'ensemble du pays, l'électricité est disponible dans plus du tiers des ménages (37 %). Alors qu'en milieu urbain, plus des deux tiers des ménages (70 %) disposent de cet équipement, l 'électricité n'est disponible que pour 14% des ménages du milieu rural. Dans l'ensemble, près du quart des ménages (23 %) ont l'eau courante à domicile, la même proportion de ménages (23 %) consomment de l'eau en provenance d'un robinet public et 25 % utilisent l'eau en provenance des puits publics. Si l 'on estime que ce type d'eau est une eau potable salubre, on peut dire qu'en Côte d'Ivoire, plus de la moitié des ménages (72 %) ont accès à l'eau potable salubre à moins Tableau 2.7 Caract~fistiques des logements Répartition (en %) des ménages, par caractéristiques des logements, selon le milieu de résidence, EDS Côte d'Ivoire 1994 Caractéristique des logements Urbain Rural Ensemble électricité Oui 69,7 13,7 36,5 Non 30,2 86,0 63,3 Total I00,0 100,0 100,0 Approvisionnement en eau à bolre Robinet dans le logement 50.8 4,1 23,2 Robinet public 27.3 20.6 23.3 Puits privé 14.3 18,3 16,7 Puits public 6,7 37,6 25,0 Source 0,1 6,3 3,8 Rivib.re/Fleuve 0,1 8,2 4,9 Lac/Mare/Barrage 0,0 4,5 2.7 Autre 0,4 0,0 0,4 Total 100,0 100,0 100,0 Type de toilettes Chasse d'eau personnelle 19,7 1,4 8,8 Chasse d'eau commune 9,6 0,9 4,5 Tinette 4,6 0,9 2,4 Fosse sommaire 24,0 16.4 19,5 Fosse am61iorée/latrines 34.7 12.7 21,7 Pas de toilettes 7.2 67.6 43.0 Autre 0.1 0,0 0.0 Total 100,0 100,0 100,0 Type de sol Terre/Sable/Bouse 1,6 42,4 25,8 CarrelagelGerflexllAnoIParquet 18,0 1,7 8,2 Ciment 80,2 55,4 65,5 Autre 0, I 0,1 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 Nombre de personnes par pièce utilisée pour dormir <3 55,6 64,5 60,9 3-4 34,3 28,0 30,6 5-6 7,8 6,1 6,8 7 ou plus 1,9 1,1 1,4 Total I00,0 100,0 100,0 Moyenne 2,7 2,5 2,6 Effectif de ménages I 2 418 3 517 5 935 I y compris les "non-déterminés" de 15 mn. Par ailleurs, 28 % des ménages utilisent l'eau des puits privés, des sources, des rivières, etc. Le type d'approvisionnement en eau varie fortement selon que l'on se trouve en ville ou dans le milieu mral. En milieu urbain, plus des trois quarts des ménages (85 %) ont accès à l'eau potable salubre, tandis qu'en milieu rural, ils sont 62 % à y avoir accès. 23 Pourcentage Graphique 2.3 Caractéristiques des logements 60 40 20 0 ~~~ ~~~ ~ ~Z~; ¢ ~ . ~ ~ « ORIGINE DE L'EAU TYPE DE TOILETTES TYPE DE SOL EDSCI1994 Concernant le type de toilettes, 14 % de l'ensemble des ménages ont accès à une chasse d'eau, soit privée (9 %), soit collective (5 %), et 22 % des ménages utilisent des latrines aménagées. Au total, 36 % des ménages ont donc accès à des chasse d'eau ou à des latrines aménagées qui peuvent être considérées comme des installations sanitaires adéquates d'évacuation des excréments. À l'opposé, 22 % des ménages ne disposent que d'installations sanitaires très sommaires, soit des fosses (20 %), soit des tinettes (2 %), ou encore d'aucun type de toilettes (43 %). En milieu urbain, plus des deux tiers des ménages (64 %) ont accès à des installations sanitaires adéquates, alors qu'en milieu rural, seulement 15 % des ménages disposent de ces installations. Par ailleurs, on note que 68 % des ménages du milieu rural ne disposent d'aucun type de toilettes. Le type de sol du logement est souvent utilisé comme un indicateur des conditions matérielles de vie du ménage. On note que le quart des ménages (26 %) vivent dans des logements dont le sol est en terre/sable, les deux tiers (66 %) ont un sol en ciment et, dans 8 % des cas, le sol du logement est en matériau plus élaboré comme en carrelage, moquette, plancher, etc. Comme il fallait s'y attendre, les sols en ciment et en matériaux élaborés dominent très largement en milieu urbain (98 %), alors que 42 % des logements ruraux ont un sol en terre/sable. Le nombre de personnes qui dorment dans la même pièce fournit une indication du degré d' entassement du ménage. Cet indicateur, qui est étroitement lié à la situation socio-économique du ménage, est important du point de vue sanitaire dans la mesure où, moins les membres du ménage disposent d'espace pour vivre, plus le risque de transmission des maladies infectieuses et parasitaires est important. Le tableau 2.7 montre que, dans 61% des ménages de Côte d'Ivoire, une ou deux personnes occupent une seule pièce pour dormir, dans 31% des ménages, les membres sont modérément entassés (3 à 4 personnes par pièce) et, dans 8 % des ménages, les membres sont très entassés (5 personnes ou plus par pièce). En moyenne, au niveau national, 2,6 personnes dorment dans la même pièce et on constate que la différence par milieu de 24 résidence est faible mais à l'avantage du milieu rural où, en moyenne, les membres des ménages sont moins entassées (2,5 contre 2,7 en milieu urbain). Concernant les biens de consommation durables et les moyens de transport possédés (tableau 2.8), on constate que 33 % des ménage ont déclaré ne rien posséder. Plus de la moitié des ménages (52 %) ont un poste de radio qui constitue ainsi, et de loin, le moyen d'information le plus répandu en Côte d'Ivoire, que ce soit en milieu urbain (64 %) qu'en milieu rural (44 %). Un ménage sur cinq (20 %) possède un poste téléviseur (20 %) et la proportion de ménages urbains qui en possèdent un (39 %) est près de cinq fois supérieure à celle du milieu rural (8 %). Il en est de même pour ceux possédant un réfrigérateur (21% en milieu urbain contre 4 % seulement en milieu rural). En ce qui concerne la possession de bicyclettes et de motocyclettes (respectivement, Tableau 2.8 Biens durables possédés par le m6nage Pourcentage de ménages possédant certains biens de consommation durables, selon le milieu de résidence. EDS C6te d'Ivoire 1994 Biens durables Urbain Rural Ensemble Radio 63.8 44.4 52,3 T616vision 38.5 7.8 20.3 Réfrigérateur 21.3 3.9 II .0 Bicyclette 9.5 37.8 26.2 Motocyclette 7.6 I 1.3 9.8 Voiture 6.9 1.4 3.6 Aucun 28.1 36,9 33.3 Effectif de m6nages 2 418 3 517 5 935 26 et I 0 % au niveau national), elle est beaucoup plus répandue en milieu rural (respectivement, 38 et 1 1%) qu'en milieu urbain (respectivement, 10 et 8 %). Par contre, la possession d'une voiture, qui est le fait de quelques privilégiés (4 %), est beaucoup plus fréquente en ville (7 %) qu'en milieu rural (1% en milieu rural). 2.2 ENQUÊTE INDIV IDUELLE Les caractéristiques individuelles des personnes enquêtées sont essentielles pour comprendre et expliquer les comportements en matière de fécondité, de contraception, d'hygiène, de nutrition et d'utilisation des services. Le questionnaire individuel a permis de recueillir quelques caractéristiques socio- démographiques des enquêtés tels que l'âge, le milieu de résidence, le niveau d'instruction et la religion. Cette partie se propose de présenter les caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés, caractéristiques qui, dans la suite de l'analyse, seront utilisées comme variables de classification de la plupart des phénomènes étudiés. 2.2.1 Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés L'âge, variable fondamentale dans l'analyse des phénomènes démographiques, est l'une des informations les plus difficiles à obtenir de façon précise, lorsque l'enregistrement écrit des événements n'est pas encore entré dans les habitudes des populations, comme c'est le cas en Côte d'Ivoire. De ce fait, un soin particulier a été accordé à son estimation au moment de l'enquête individuelle. On demandait d'abord aux femmes et aux hommes leur date de naissance, puis leur âge. Lorsque la date de naissance et l'âge étaient obtenus, l'enquêtrice contrôlait la cohérence entre les deux informations. Dans le cas où l'enquêté ne connaissait pas sa date de naissance ou son âge, l'enquêtrice essayait d'obtenir un document officiel (carte d'identité, acte de naissance, etc.) où figure la date de naissance. Lorsqu'aucun document n'était disponible, l'enquêtrice devait estimer l'âge de la femme ou de l'homme, soit par comparaison avec l'âge d'autres membres du ménage, soit par déduction à partir de l'histoire de l'enquêtée, ou encore en utilisant des références historiques. 25 La distribution des femmes de 15-49 ans par groupe d'âges quinquennal (tableau 2.9) présente une allure régulière, les proportions de femmes de chaque groupe d'âges diminuant régulièrement au fur et à mesure que l'on avance vers les âges élevés, passant de 24 % à 15-19 ans à 15 % à 30-34 ans et à 6 % à 45-49 ans. Les femmes aux âges de fécond'té max'male, c est-à-dire celles de moins de 30 ans, représentent la part la plus importante des femmes enquêtées, soit 62 %. Pour être sélectionnés en vue de l'enquête individuelle, les hommes devaient être âgés de 15 à 59 ans. Le tableau 2.9 indique que plus de la moitié des hommes sélectionnés (54 %) ont moins de 30 ans. Comme chez les femmes, les proportions de chaque groupe d'âges diminuent régulièrement avec 1' avancement en âge, passant de 21% à 15-19 ans à 14 % à 30-34 ans et à 4 % à 55-59 ans. Tableau 2.9 Caractéristiques socio-démographiques des enqu6tés Répartition (en %) des femmes et des hommes enqufités par fige, état matrimonial, milieu de rfisidence, niveau d'instruction, et religion, EDS Côte d'Ivoire 1994 Femmes Hommes Effectif Effectif Caractéristique Pourcentage Pourcentage socio-démographique p~mdéré Pondéré Non pondéré pondérée Pondéré Non pondéré Groupe d'åges 15-19 24,2 I 961 1 993 21,3 543 558 20-24 19,4 I 571 1 598 16,4 420 414 25-29 18,0 I 454 1 420 16,1 411 403 30-34 14,7 I 189 1 187 14,2 362 358 35 39 9,9 806 800 10,4 266 264 40-44 7,7 621 614 7,7 195 201 45 49 6,1 496 487 5,7 145 148 50-54 4,7 120 120 55 59 3,5 89 86 État matrimonial Jamais en union 26,4 2 135 2 180 46,9 1 196 I 200 En union 65,1 5 271 5 248 50,1 1 278 I 277 Veu(f)ve 2,3 190 195 0,2 5 6 Divorcé(e)/Séparé(e) 6,3 504 476 2,8 72 69 Milieu de résidence Abidjan 22,2 I 796 I 264 23,3 594 426 Forét Urbaine 11,1 903 I 333 9,7 248 367 Savane Urbaine 8,8 711 1 255 8,0 204 368 Ensemble urbain 42,1 3 410 3 852 41,0 1 046 I 161 Forét Rurale 39,7 3 219 2 751 41,1 1 050 912 Savane Rurale 18,2 1 470 1 496 17,9 456 479 Ensemble rural 57,9 4 689 4 247 59,0 1 506 1 391 Niveau d'instruction Aucun 60,4 4 894 4 909 42,2 1 076 1 094 Primaire 25,6 2 071 2 032 26,0 664 652 Secondaire 1 ° cycle 11,0 891 916 18,4 469 475 Secondaire 2 ° cycle 2,4 195 196 9,7 248 245 Supérieur 0,6 49 46 3,7 94 86 Religion Catholique 24,1 I 952 I 867 22,4 572 555 Protestante 18,4 I 493 I 428 14,6 373 353 Musulmane 32,6 2 639 2 836 37,2 950 998 Sans religion 19,2 1 557 1 534 17,5 447 435 Traditionnelle 5,7 458 434 8,2 210 211 Ensemble 100,0 8 099 8 099 100,0 2 552 2 552 26 En ce qui concerne l'état matrimonial, précisons que, dans le cadre de I'EDSCI, ont été considérés en union toutes les femmes et tous les hommes ayant déclaré être en union, qu'il s'agisse d'une union formelle ou non, légale ou non (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse). Selon cette définition, on constate que deux tiers des femmes de 15-49 ans (65 %) étaient en union au moment de l'enquête et 9 % étaient en rupture d'union, soit veuves (2 %), soit divorcées ou séparées (6 %). Les célibataires quant à elles représentent plus du quart des femmes de 15-49 ans (26 %). Les hommes enquêtés sont également, en majorité, en union (50 %), cependant les célibataires sont beaucoup plus représentés que chez les femmes puisqu'ils correspondent à plus des deux cinquième des hommes enquêtés (47 %). Enfin, les hommes en rupture d'union ne sont que très faiblement représentés (3 %). Les cinq domaines constituant le milieu de résidence retenus pour l'analyse des résultats de l'enquête sont issus d'un découpage écologique utilisé en vue de comparaisons avec d'autres opérations antérieures. En outre, le classement urbain-rural est basé sur la définition officielle adoptée pour le RGPH de 19882. D'après te tableau 2.9, on note que 42 % des femmes et 41% des hommes appartiennent au milieu urbain : les hommes sont légèrement plus représentés que les femmes dans la ville d'Abidjan (23 % contre 22 %), par contre, dans les autres villes, les femmes sont légèrement plus représentées que les hommes (20 % contre 18 %). En milieu rural, où se concentrent 59 % des hommes et 58 % des femmes, la population est inégalement répartie entre la Savane (18 % de la population de chaque sexe) et la Forêt (40 % des femmes et 41% des hommes). En ce qui concerne la religion, parmi les femmes enquêtées, 33 % sont musulmanes, 43 % de religion chrétienne (24 % de catholiques et 19 % de protestantes), 19 autres % ont déclaré n'avoir aucune religion et 6 % se sont déclarées de religion traditionnelle. On retrouve une distribution assez voisine chez les hommes dont 37 % sont musulmans et 37 % de religion chrétienne (22 % catholiques et 15 % protestants). Les hommes se déclarant sans religion représentent 18 % de la population masculine et 8 % se sont déclarés de religion traditionnelle. Il apparaît au tableau 2.9 que, d'après leur déclaration, près des deux tiers des femmes de 15-49 ans (60 %) n'ont jamais fréquenté l'école, contre 42 % des hommes. La proportion de femmes et d'hommes ayant un niveau d'instruction primaire est identique (26 %), par contre une proportion beaucoup plus importante d'hommes que de femmes ont atteint un niveau secondaire (28 % contre 13 %) ou un niveau supérieur (4 % contre moins de 1%)3. En outre, le niveau d'instruction atteint varie de façon importante selon certaines caractéristiques socio-démographiques (tableau 2.10). Ainsi, et comme on l'avait remarqué pour la population des ménages, la proportion de femmes ayant de l'instruction augmente régulièrement des générations les plus anciennes aux générations les plus récentes : 10 % seulement des femmes de 45-49 ans ont un niveau d'instruction, au moins, primaire, contre 54 % des femmes de 15-19 ans. Corrélativement, c'est chez les femmes les plus jeunes que les proportions de celles sans niveau d'instruction sont les plus faibles. En ce qui concerne les hommes, comme chez les femmes, la proportion de ceux ayant un niveau d'instruction est plus élevée dans les générations récentes (75 % chez les 15-19 ans) que dans les générations anciennes (34 % chez les 45-49 ans et 12 % chez les 55-59 ans). Comme on l'a mentionné en ce qui concerne la population des ménages, malgré les progrès réalisés, les différences de niveau d'instruction entre les sexes restent importantes : ainsi, 2 Pour la définition du milieu urbain, voir, au Chapitre 1, la Section 1.3.3 - échantillonnage. 3 Compte tenu de la faible proportion de femmes ayant un niveau d'instruction secondaire 2 "« cycle (2 pour cent) et de la faible proportion de femmes et d'hommes ayant un niveau d'études supérieures (respectivement, 4 et moins de 1 pour cent), dans la suite des analyses, on a regroupé les niveaux secondaire 1 ~r cycle, secondaire 2 "« cycle et supérieur. 27 Tableau 2.10 Niveau d'instruction des femmes et des hommes enqu&és Répartition (en %) des femmes et des hommes par niveau d'instruction atteint, selon le groupe d'åges, le milieu de résidence et la religion, EDS C6te d'Ivoire 1994 Niveau d'instruction des femmes Niveau d'instruction des hommes Secon- Secon- daire daire Caractéristique Aucun Primaire ou + Total Effectif Aucun Primaire ou + Total Effectif Groupe d'åges 15-19 46.5 34.9 18.6 100.0 1 961 24.5 34.1 41,4 100.0 543 20-24 50.4 33.0 16,6 100,0 I 571 31,5 31,4 37,1 100.0 420 25-29 61.4 23.4 15.2 100.0 I 454 40.2 28,5 31,3 100.0 411 311-34 67,5 19.5 13.0 100.0 1 189 44.6 22,2 33.2 100.0 362 35 39 67,3 22,8 9,9 100,0 806 39,7 23,2 37.1 100,0 266 41)-44 81,3 12,6 6,1 109,0 621 58,5 19,4 22,1 100,0 195 45 49 90.4 6,5 3,2 100,0 496 65,5 17,3 17,2 100,0 145 511-54 76,0 12,7 11,3 100,0 120 55-59 87,6 10,8 1,6 100,0 89 Milieu de résidence Abidjan 42,8 30,1 27,1 100.0 1 796 26.1 22.1 51.9 10O.0 594 Forêt Urbainc 53.0 26.4 20,6 100.0 903 36.0 25.6 38.4 100,0 248 Sawme Urbaine 54.6 24.9 20.6 100.0 711 41.8 19.0 39.1 100.0 204 Ensemble urbain 47.9 28,1 24.0 100,0 3410 31.5 22.3 46,2 100,0 I 046 Forêt Rurale 64,7 28.0 7.3 100,0 3 219 45,9 30.7 23,4 100,0 I 050 Savane Rurale 811,0 14.6 5.4 100.0 I 470 58,0 23.8 18,2 100.0 456 Ensemble rural 69.5 23.8 6,7 100.0 4 689 49.6 28,6 21.8 100.0 I 506 Religion Catholique 36.8 36,9 26.3 100.0 I 952 23,2 31.4 45.4 100,0 572 PIotestante 41.3 39.6 19.2 100,0 I 493 15.5 37,1 47,4 100.0 373 Musuhnane 79,9 I 1,8 8,3 100,0 2 639 64,8 15,6 19,6 100,0 950 Sans religion 68,7 25,0 6,3 100,0 I 557 37,7 30,9 31,4 100,0 447 Tladitionnelle 83,6 12,7 3,7 100,0 458 48,3 28,4 23,3 I (X),O 210 Ensemble 60,4 25.6 14,0 100,0 8 099 42.2 26.0 31.8 100,0 2 552 . . . . . 3 à 15-19 ans, bien que les femmes de mveau d nstruct on primaire (. 5 %) soient aussi bien représentées que les hommes (34 %), celles de niveau secondaire ou supérieur ne représentent que 19 % contre 41% des hommes. Par ailleurs, on constate que les femmes qui n'ont reçu aucune instruction sont surtout celles du milieu rural (70 %), principalement celles de Savane Rurale (80 %), et celles qui pratiquent les religions traditionnelles (84 %) et musulmane (80 %). Chez les hommes, les proportions sont plus faibles que celles des femmes mais la tendance est la même : 50 % d'hommes sans instruction en milieu rural, 58 % en Savane Rurale et 65 % parmi les musulmans. À l'opposé, c'est en milieu urbain que se rencontrent les plus fortes proportions de femmes et d'hommes de niveau primaire (respectivement, 28 et 22 %) et de niveau secondaire ou supérieur (respectivement, 24 et 46 %). De même, du point de vue de la religion, les proportions les plus élevées de femmes et d'hommes ayant fréquenté l'école se rencontrent chez les catholiques (respectivement, 63 et 77 %) et tes protestants (respectivement, 59 et 85 %). 2.2.2 Caractéristiques des couples Parmi les hommes interviewés, 1 278 étaient en union au moment de l'enquête et, parmi ces derniers, un certain nombre ont eu leur femme qui a également été enquêtée, n est alors possible d'associer l'homme à sa femme et de reconstituer ainsi des couples qui, par la suite, seront étudiés du point de vue de leurs 28 convergences ou divergences d'idées en matière de planification familiale et de taille idéale de la famille. Il faut préciser que dans les cas où plusieurs femmes d'un même homme était interrogée, cet homme a été associé à chacune de ses femmes pour former autant de différents couples. Pour cette raison, au niveau du couple, on ne compare l'homme qu'avec l'une de ses femmes. On se propose de présenter ici quelques unes des caractéristiques des 1 033 couples qui ont ainsi été reconstitués (tableau 2.11 et graphique 2.4). Dans la très grande majorité des couples (95 %), l'homme est plus âgé que sa femme, soit il a 0-4 ans de plus qu'elle (21%), soit 5-9 ans de plus (31%), soit encore 10-14 ans de plus (25 %); dans près d'un couple sur cinq ( 18 %), l'homme est beaucoup plus âgé que sa femme ( 15 ans ou plus). Par contre, dans 5 % des cas, la femme est plus âgée que l'homme. Du point de vue du niveau d'instruction, près Tableau 2.11 Caractéristiques différentielles des couples Répartition (en %) des couples par différence d'âges entre conjoints et dift~rence de niveau d'instruction, EDS Côte d'Ivoire 1994 Différence Pourcentage Efl~ctif Åge Femme plus âgée 4,6 47 Homme + âgé de: 0-4 ans 20,7 213 5-9 ans 31,2 322 10-14 ans 25,3 261 15 ans ou plus 18,3 189 Niveau d'instruction Homme et femme : aucun 49,1 507 Femme instruite, homme non 6,2 64 Homme instruit, femme non 20,2 209 Homme et femme instruits 24,5 253 Total 100,0 1 033 d'un couple sur deux (49 %) est composé d'un homme et d'une femme sans instruction. À l'opposé, dans un couple sur quatre (25 %), les deux partenaires ont fréquenté l'école. Lorsqu'un seul des partenaires a de I 'nstruct'on, c'est le plus souvent l'homme (20 %). Cependant, dans 6 % des cas, une femme instruite vit avec un homme sans instruction. Graphique 2.4 Caractéristiques des couples DIFFI~RENCE D'ÅGES Femme plus &gée Msri + 0-4 ans Mari + 5-9 ans Mari + 10-14 ans Mari 15 et + INSTRUCTION /es deux sans Mari sans Femme sans Les deux instruits I I ] I I F I 10 20 30 40 Pourcentage I 5O 60 EDSCI1994 29 2.2.3 Accès aux média Les données relatives à 1' accès des femmes aux média sont particulièrement importantes pour la mise en place des programmes d'éducation et de diffusion d'informations dans tous les domaines, notamment dans ceux de la santé et de la planification familiale. Le tableau 2.12 présente les données sur 1' accès des femmes aux média (la presse audiovisuelle ou écrite). Le type de média le plus utilisé est la télévision que 48 % des femmes regardent habituellement, au moins, une fois par semaine, suivi de la radio (40 %) et des journaux (18 %). On constate surtout que 42 % des femmes enquêtées n'ont accès à aucun des média, c'est-à-dire qu'elles ne lisent pas de journal, ne regardent pas la télévision et n'écoutent pas la radio, au moins, une fois par semaine. Par contre, 13 % des femmes ont accès aux trois types de média, au moins, une fois par semaine. Du point de vue des caractéristiques socio-démographiques, on note que l'accès aux média décroît avec l'augmentation de l'âge. Les femmes les plus jeunes sont donc celles qui sont les plus « exposées » à l'information. Ainsi, à 15-19 ans, 63 % des femmes regardent la télévision, 44 % écoutent la radio et 23 % lisent un journal, au moins, une fois par semaine, alors que 67 % des femmes de 45-49 ans n'ont accès à aucun des média. L'accès aux média est beaucoup plus important en milieu urbain et plus particulièrement en Abidjan qu'en milieu rural. Ainsi, en Abidjan, 81% des femmes regardent la télévision, 65 % écoutent la radio et 38 % lisent des journaux, alors que 59 % des femmes rurales n'ont accès à aucun des média. De même, 1' accès aux média est beaucoup plus important pour les femmes ayant fréquenté l'école que pour celles sans instruction. Ainsi, parmi les femmes de niveau secondaire ou supérieur, 85 % des femmes regardent la télévision, 77 % écoutent la radio et 70 % lisent des journaux, alors que 57 % des femmes sans instruction n'ont accès à aucun des média. 30 Tableau 2.12 Accès aux média Pourcentage de femmes qui, habituellement, lisent un journal, regardent la têl6vision, ou écoutent la radio au moins une fois par semaine, selon certaines caract6ristiques socio-démographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Lit un Ecoute journal Regarde la la radio au moins TV au moins au moins Les Aucun une fois/ une fois/ une fois/ trois Caractéristique média semaine semaine semaine média Effectif Groupe d'åges 15-19 29,6 23.1 63.0 43,8 20-24 34,7 22,9 54,7 45,9 25-29 41,7 17,7 47,4 43.0 30-34 47.1 16,5 41,0 39.3 35-39 52,9 13,8 37,8 31,7 40-44 57,6 8,2 33,0 27.8 45-49 67,3 5,3 23,9 22,0 Milieu de résidence Abidjan 12,1 38,1 80.8 65,1 Forêt Urbaine 26,6 22.2 65,8 44,0 Savane Urbaine 24,6 23,5 67,6 48,4 Ensemble urbain 18,5 30.8 74,1 56.0 Forêt Rurale 56,2 9,5 30,9 29,9 Savane Rurale 65,8 6,6 25,9 23,0 Ensemble rural 59.2 8,6 29,3 27.7 Niveau d'instruction Aucun 57.2 0,5 34,3 25,8 Primaire 26,7 30,6 60,9 51.7 Secondaire ou plus 5,1 70,3 84,7 77,2 Religion Catholique 26,3 33,6 64,2 53.8 Protestante 36,2 25.1 51,6 43,9 Musulmane 43,4 9,4 46,8 36,9 Sans religion 56,8 10,0 34,7 27.9 Traditionnelle 71,3 4,4 22,1 21,1 16,9 961 16,7 571 13.6 454 12,2 189 9.5 806 6,0 621 4,0 496 31.2 796 15,2 903 17,4 711 24.1 3 410 5,7 3 219 4,5 1 470 5.3 4 689 0,3 4 894 20,3 2 071 55,9 134 26,4 952 16,5 493 7,1 2639 6,6 I 557 4,1 458 Ensemble des femmes 42.1 18,0 48,2 39.6 13,2 8 099 31 CHAPITRE 3 FÉCONDITÉ Lucien Kouassi L 'EDSCI fournit des informations sur l'histoire génésique des femmes qui permettent d'estimer les niveaux et tendances de la fécondité au niveau national et selon le milieu de résidence, le niveau d'instruction et la religion. Durant l'interview, l'enquêtrice posait, tout d'abord, une série de questions sur le nombre total d'enfants que la femme avait eus, en distinguant les garçons des filles, ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs, et ceux encore en vie de ceux décédés. L'enquêtrice reconstituait ensuite avec la femme interrogée, 1' historique complet de ses naissances, de la plus ancienne à la plus récente, en enregistrant, pour chacune d'entre elles : le type de naissance (simple ou multiple), le sexe, la date de naissance, l'état de survie; pour les enfants encore en vie, elle enregistrait leur âge et distinguait ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs; pour les enfants décédés, elle enregistrait l 'âge au décès. Lors de l'interview, l'enquêtrice devait s'assurer que le nombre total d'enfants déclaré par la mère (chaque catégorie : vivants, décédés, .) était cohérent avec le nombre d'enfants obtenu à partir de l'historique des naissances. Malgré les multiples contrôles effectués lors de la collecte, les données sur les naissances sont su jettes aux différents types d'erreurs inhérentes aux enquêtes rétrospectives. Il s'agit notamment : du sous-enregistrement des naissances, en particulier l'omission d'enfants qui meurent très jeunes, quelques heures ou quelques jours seulement après la naissance, ce qui peut entraîner une sous- estimation des niveaux de fécondité; de l'imprécision des déclarations de date de naissance et/ou d' âge, en particulier 1' attraction pour des années de naissance ou pour des fîges ronds, ce qui peut entraîner des sous-estimations ou des surestimations de la fécondité à certains âges et à certaines périodes. L'analyse des tendances de la fécondité ainsi que le rapprochement des données de I'EDSC1 avec les données provenant d'autres sources (voir Section 3.2) ne mettent en évidence aucune sous-estimation manifeste des enregistrements. Par ailleurs, lors des enquêtes EDS, on a parfois observé certains déplacements de dates de naissance d'enfants nés durant les trois années ayant précédé l'enquête vers les années précédentes. Ces déplacements d'années de naissance sont souvent effectués volontairement par les euquêtrices pour éviter de poser les questions sur la santé des enfants (Section 4 du questionnaire) qui ne portent que sur les naissances des trois demières années (1991-1994) et pour éviter de prendre les mesures anthropométriques pour évaluer l'état nutritionnel de ces mêmes enfants. Ces déplacements sont généralement plus fréquents lorsque la mère ne connaît pas avec exactitude le mois et l'année de naissance ou l 'âge de ses enfants. Dans le cas de I'EDSCI, il semble y avoir eu des transferts de naissances de 1990 vers 1991, mais ces déplacements~ ne devraient pas affecter la mesure de la fécondité actuelle. i A l'Annexe D, le tableau D.4 fournit la distribution des naissances par année de naissance. Le « rapport de naissances annuelles » (rapport des naissances d'année x à la demi-somme des naissances des années précédentes et suivantes, soit N/[(N, I+N,+t)/2]), rend compte des déplacements d'années de naissance. Le rapport semble indiquer un manque de naissances en 1991 (rapport = 80,4 < 100) et un excédent en 1990 (rapport = 119,4 > 100). 33 3.1 N IVEAU DE LA FÉCONDITÉ ET FÉCONDITÉ D IFFÉRENTIELLE Le niveau actuel de la fécondité ainsi que ses variations différentielles sont mesurés par les taux de fécondité générale par âge et l'Indice Synthétique de Fécondité (ISF) ou somme des naissances réduites. Les taux de fécondité par âge sont calculés en rapportant les naissances issues de chaque groupe d'âges à l'effectif des femmes de ce groupe. Ils constituent des mesures fiables et courantes de la fécondité. Quant à I'ISF, qui est un indice de fécondité du moment, il est calculé à partir du cumul des taux de fécondité par âge. Il correspond au nombre moyen d'enfants qu'aurait une femme à la fin de sa vie féconde si elle avait, à chaque âge, la fécondité par âge d'une période considérée, ici la période de cinq ans ayant précédé l'enquête. Cette période de cinq ans a ~té choisie comme compromis entre trois critères : fournir des indicateurs de fécondité les plus récents possibles, minimiser les erreurs de sondage et éviter les problèmes, signalés précédemment, de transfert de dates de certaines naissances. Au niveau national, le tableau 3.1 et le graphique 3.1 indiquent que les taux de fécondité générale par groupe d'âges suivent le schéma classique observé en général dans les pays à forte fécondité : une fécondité précoce élevée ( 151 naissances pour mille femmes de 15-19 ans) qui atteint son maximum à 20-24 ans (245 %o) et se maintient longtemps à des niveaux importants ( 172 °/,,o à 35-39 ans), avant de décroître de façon significative. La fécondité totale reste élevée en Côte d'Ivoire puisqu'en arrivant en fin de vie féconde, une femme aurait, en moyenne, 5,7 enfants. Ce niveau de fécondité est néanmoins l'un des plus faibles des pays d'Afrique de l'Ouest pour lesquels on dispose de données récentes comparables 2. Tableau 3.1 Fécondité actuelle Taux de fécondité par âge, Indice Synthétique de Fécondité (ISF), Taux Brut de Natalité (TBN) et Taux Global de Fécondité Générale (TGFG) pour la période des cinq années précédant l'enquéte, selon le milieu de résidence, EDS Côte d'Ivoire 1994 Résidence Groupe d'âges Urbain Rural Ensemble 15-19 117 181 151 20-24 195 284 245 25-29 206 263 240 30-34 186 254 227 35-39 142 191 172 40-44 67 89 82 45-49 33 23 26 ISF 15-49 (pour 1 femme) 4,7 6,4 5,7 ISF 15-44 (pour 1 femme) 4,6 6,3 5,6 TGFG (pour I 000) 161 224 198 TBN (pour 1 000) 38,8 42,5 41,3 Note: Les taux sont calculés pour la période de 1-59 mois avant l'enquête. Les taux à 45-49 ans peuvent être légèrement biais6s du fait de données incomplètes pour ce groupe d'âges. 2 Dans les pays d'Afrique de l'Ouest qui ont récemment réalisé des enquêtes EDS, I' ISF estimé à : 7,4 au Niger en 1992 (Kourguéni et al., 1993), 6,9 au Burkina Faso en 1993 (Konaté et al., 1994), 6,0 au Nigéria en 1990 (FOS et IRD, 1992), 6,0 au Sénégal en 1992/93 (Ndiaye et al., 1994), 5,7 en Guinée en 1992 (Keita et al., 1994) et 5,5 au Ghana en 1993 (GSS et MI, 1994). 34 Graphique 3.1 Taux de fécondité générale par âge, selon le milieu de résidence Pour mille 3O0 250 t - - ,, // \~ / \ 200 ~ 100 5O 0 i i i i i i 15 20 25 30 35 40 45 Åge de la femme 50 -~ Urbain - "Rura l EOSCI1994 Il apparaît au tableau 3.1 et au graphique 3.1 que les différences de fécondité selon le milieu de résidence sont très importantes. L' ISF qui est de 5,7 enfants par femme pour l'ensemble du pays, varie de 4,7 en milieu urbain à 6,4 en milieu rural. Cela signifie que, si les niveaux actuels de fécondité se maintenaient invariables, les femmes résidant en milieu rural auraient, en fin de vie féconde, 1,7 enfants de plus que celles résidant en milieu urbain. Ces différences de fécondité s' observent pratiquement à tous les âges, mais l'écart relatif entre les taux est particulièrement important aux jeunes âges : ainsi, à 15-19 ans, le taux vaut I 17 °/o,, en milieu urbain et 181 °/oo en milieu rural, soit 55 % de plus; à 20-24 ans, le taux du milieu rural (284 '70°) est supérieur de 46 % à celui du milieu urbain (195 °/oo). Les femmes du milieu rural ont donc une fécondité plus précoce et qui, après avoir atteint son maximum à 20-24 ans, décline beaucoup plus rapidement que celle des femmes urbaines. À l'opposé, chez les femmes du milieu urbain, le maximum n'est atteint qu'à 25-29 ans avec un taux de 206 %o. Après ce maximum, le niveau de fécondité ne diminue que très légèrement puisque les taux valent encore 186 %° à 30-34 ans, soit un niveau presque identique à celui de 20-24 ans, et 142 °/oo à 35-39 ans. Au niveau national, le Taux Global de Fécondité Générale (TGFG), c'est-à-dire le nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population des femmes en âge de procréer, atteint 198 °/oo. Le Taux Brut de Natalité (TBN), c'est-à-dire le nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population totale, est de 41 °/oo pour l'ensemble du pays. Le niveau de la fécondité présente des variations importantes selon le milieu de résidence des femmes et selon certaines de leurs caractéristiques socio-démographiques. Le tableau 3.2, illustré par le graphique 3.2, montre que, quelle que soit la zone écologique, les ISF du milieu rural sont nettement plus élevés que ceux du milieu urbain. Les femmes de la Savane Rurale ont la fécondité la plus élevée du pays (6,6 enfants, contre 6,4 en Forêt Rurale); de même, 1' ISF des femmes de Savane Urbaine (5,6) est légèrement plus élevé que celui 35 Tableau 3.2 F6condité par caractéristiques socio-démographiques Indice Synthétique de Fécondité pour les cinq années précédant l'enquête, proportion de femmes actuellement enceintes et nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans, par caractéristiques socio-démographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Pourcentage Nombre moyen Indice de femmes d'enfants nés synthétique actuellement vivants pour les Caractéristique de fécondit61 enceintes femmes de 40-49 ans Milieu de résidence Abidjan 4,1 5,0 5,8 Forêt Urbaine 5,4 9,2 6,3 Savane Urbaine 5,6 9,4 6,6 Ensemble urbain 4,7 7,0 6,1 Forêt Rurale 6,4 12,8 7,(1 Savane Rurale 6,6 10,9 7,0 Ensemble rural 6,4 12,2 7,0 Niveau d'instruction Aucun 6,2 10,6 6,8 Primaire 5,3 10,2 6,1 Secondaire ou plus 3,8 7,1 5,3 Religion Catholique 4,7 8,2 6,4 Protestante 5,2 9.7 6,5 Musulmane 6,0 10,7 7,0 Sans religion 6,5 11,7 6.6 Traditionnelle 6,5 9,1 6,9 Ensemble 5,7 10,0 Indice synthétique de f6condité pour les femmes âgées de 15-49 ans 6,7 des femmes de Forêt Urbaine (5,4). Abidjan, la capitale économique, se caractérise par I'ISF le plus faible : avec 4,1 enfants par femme, Abidjan a une fécondité d'un tiers plus faible que celle du milieu rural. Comme pour le milieu de résidence, le niveau de I'ISF présente de très fortes variations selon le niveau d'instruction des femmes qui constitue probablement l'un des plus importants facteurs de différentiation. On constate ainsi que le niveau de fécondité est d'autant plus faible que le niveau d'instruction est élevé. Cela apparaît très nettement dans les valeurs de I'ISF qui varient de 6,2 enfants pour les femmes sans instruction, à 5,3 pour les femmes d'instruction primaire et à 3,8 enfants pour les femmes ayant un niveau secondaire ou plus. Ainsi, c'est surtout à partir du niveau secondaire que l'influence du niveau d'instruction sur la fécondité est la plus sensible : cela s'explique par le fait que les femmes ayant un niveau d'instruction secondaire sont aussi celles qui entrent en union le plus tard et qui pratiquent le plus fréquemment la contraception modeme (voir Chapitres 4 et 5). Si on considère l'appartenance religieuse, les femmes de religion traditionnelle (ou animiste) et celles qui sont sans religion se distinguent par un ISF de 6,5 enfants, supérieur à celui des femmes musulmanes (6,0) et surtout à celui des femmes protestantes (5,2) et catholiques (4,7). L'écart absolu de fécondité entre les femmes catholiques et celles de religion traditionnelle est de 1,8 enfants. Au tableau 3.2 et au graphique 3.2 figure également le nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans. Contrairement à I'ISF qui mesure la fécondité actuelle ou du moment, ce nombre moyen, qui peut être assimilé à une descendance, est le résultat de la fécondité passée des femmes enquêtées qui atteignent 40-49 ans. Dans une population où la fécondité reste invariable, cette descendance tend à se 36 Graphique 3.2 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans C(3TE D'iVOIRE RÉSIDENCE Abidjan For6t Urbaine Savane Urbaine For~t Rurale Savane Rurale INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + ~J',JS, J S J ~ ~ J . ~ Y J J J J J J J J J J J J f J f f A ~ f f f J f J J f f J J J f f J f f f f . . ~ ~ I ~ H f f f J f J ~ f f f H J J H J f J H ~ 0 1 2 3 4 5 6 7 8 Nombre d'enfants par femme EDSCI1994 rapprocher de I'ISF; par contre, si I ' ISF est inférieur au nombre moyen d'enfants par femme en fin de vie féconde, cela indique une tendance à la baisse de la fécondité. Dans l'ensemble, la descendance, estimée à 6,7, est nettement supérieure à I'ISF (5,7) ce qui, en l'absence de sous-estimation des naissances survenues au cours de la période précédant l'enquête, suggère une baisse importante de la fécondité au cours des dernières années. L'inégalité entre les deux indicateurs de fécondité se vérifie quel que soit le milieu de résidence, le niveau d'instruction et la religion des femmes enquêtées. En outre, l'écart semble être d'autant plus important que I' ISF est faible, comme dans le cas de la ville d'Abidjan où I'ISF, estimé à 4,1, est inférieur de 30 % à la descendance (5,8 enfants) et dans le cas des femmes de niveau secondaire ou plus dont I ' ISF (3,8) est intërieur de 29 % à la descendance (5,3 enfants). Le tableau 3.2 fournit également le pourcentage de femmes qui se sont déclarées enceintes au moment de l'enquête. Il faut préciser qu'il ne s'agit pas de la proportion exacte de femmes qui sont enceintes dans la mesure où les enquêtées qui sont en début de grossesse et ne se savent pas enceintes n'ont pas déclaré leur état. Cependant, on peut noter que cette proportion, estimée à 10 % au niveau national, varie dans le même sens que 1' ISF, ce qui atteste la cohérence de ces résultats. Par ailleurs, on verra plus loin (Section 3.2 - Tendances de la fécondité) que la comparaison de I' ISF trouvé à I 'EDSCI et de celui calculé à I 'EIF de 1980- 1981 met en évidence une baisse importante de la fécondité entre les deux enquêtes; de même, on peut noter que la proportion de femmes qui se sont déclarées enceintes est passée de 13 % en 1980-1981 (EIF) à 10 % en 1994. Cette baisse est tout à fait cohérente avec la baisse de la fécondité observée. 37 3.2 TENDANCES DE LA FÉCONDITÉ La Côte d' Ivoire a réalisé plusieurs opérations de collecte d'envergure nationale au cours desquelles l 'estimation du niveau de fécondité a figuré au premier plan des objectifs. Parmi ces différentes sources de données, on peut citer : l 'Enquête Ivoirienne sur la Fécondité (EIF) de 1980-1981, réalisée dans le cadre de l 'Enquête Mondiale sur la Fécondité, et le Recensement Général de la Population et de l 'Habitat (RGPH) de 1988. Contrairement à I 'EDSCI et à I 'EIF où les données sur la fécondité sont obtenues à partir de l'historique des naissances des femmes, lors du RGPH de 1988, la fécondité a été estimée à partir de questions portant sur les naissances des douze mois ayant précédé le recensement. Les niveaux de fécondité estimés par le RGPH correspondent donc à la fécondité de l 'année 1987-1988, année qui précède le recensement. En outre, pour le RGPH, on dispose des données observées ainsi que de valeurs corrigées en utilisant des méthodes d'ajustement. Dans le cas de I 'EIF, les niveaux de fécondité, non ajustés, et qui portent sur la période de trois ans ayant précédé r enquête, correspondent à la fécondité des années 1978-1981. Dans le cas de I 'EDSCI, les niveaux de fécondité, mesurés directement à partir d'observations qui se rapportent à la période de cinq ans ayant précédé l'enquête, correspondent à la fécondité des années 1989-1994. Le tableau 3.3 et le graphique 3.3 présentent ainsi les taux de fécondité par âge selon I 'EIF de 1980-1981, le RGPH de 1988 et I 'EDSCI de 1994. Tableau 3.3 Fécondité par åge selon différentes sources Taux de fécondité par âge et Indice Synthétique de Fécondité selon I'EIF (1980-81), le RGPH (1988) et I'EDSCI (1994) RGPH b EIF a EDSCI c Groupe d'åges 1980-81 Observé Ajusté 1994 15-19 207 155 193 151 20-24 310 266 289 245 25-29 298 270 289 240 30-34 245 239 252 227 35-39 189 186 193 172 40-44 126 99 98 82 45-49 57 43 38 26 ISF 15-49 7,2 6,3 6.8 5,7 ISF 15-44 6,9 6,1 6,6 5,6 Note : Taux de fécondité par groupe d'âges pour 1 000 l~mmes. a Taux pour la période de trois années avant l'enquête. b Taux calculés sur les naissances des 12 derniers mois c Taux pour la l~riode de cinq années avant l'enquête. Source: EIF 1980-81 : Direction de la Statistique, 1984. RGPH 1988 : Résultats du Recensement publiés par l'Institut National de la Statistique, 1992. 38 Graphique 3.3 Taux de fécondité générale par âge, selon I'EIF 1980-81, le RGPH 1988 et I'EDSCI 1994 Pour mille i ~°°~ 25O 200 150 100 50 0 i i r i i i 15 20 25 30 35 40 45 Åge de la femme 50 Note : Taux pour les 3 ann6es avant l'enqu6te pour I'EIF. Taux pour les 5 années avant renqu~te pour I'EDSCI. Tout en présentent des allures assez similaires, les courbes de fêconditê de 1994, de 1988 et de 1980- 1981 se superposent, ce qui indique une diminution des taux de fécondité par âge au fur et à mesure que r on avance dans le temps. Ainsi, I'ISF, estimé à 7,2 enfants par femme en 1980-1981 serait passé à 6,8 au RGPH de 1988 (données ajustées), pour atteindre 5,7 enfants par femme en 1994. De 1980-1981 à aujourd'hui, la fécondité aurait donc baissé de façon importante à tous les âgés et, en particulier, aux âges les plus jeunes, qui correspondent également aux âges de fécondité maximale. En outre, il apparaît que l'essentiel de cette baisse se serait produite au cours des années les plus rêcentes, c'est-à-dire depuis le RGPH. Les données collectées lors de I'EDSCI de 1994 permettent également, en tant que telles, de retracer les tendances passées de la fécondité. Pour cela, on a calculé les taux de fécondité par âge de la mère à la naissance de ses enfants, par période de cinq ans précédant l'enquête (tableau 3.4). Le graphique 3.4 qui visualise ces données permet de constater que les taux de fécondité n'ont que peu varié durant les trois périodes les plus anciennes (de 5 à 19 ans avant l'enquête) avant de baisser de façon importante pour la période 0-4 ans avant l'enquête. Ces résultats confirmeraient donc que l'essentiel de la baisse de fécondité se serait produite au cours des années les plus récentes, c'est-à-dire au cours des cinq dernières années. Tableau 3.4 Tendances de la fécondité par åge Taux de fécondité par âge par période de cinq ans précédant l'enquête, selon råge de la mêre, EDS Côte d'Ivoire 1994 Périodes préc&lant l'enquête (en années) Groupe d'âges 0-4 5-9 10-14 15-19 15-19 151 188 193 183 20-24 245 296 298 305 25-29 240 309 315 297 30-34 227 267 273 [2781 35-39 172 229 [236] 40-44 82 [159] 45-49 [26] Note : Taux de fécondit6 par groupe d'âgés pour 1 000 femmes, Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplêtes. 39 Graphique 3.4 Tendances de la fécondité par âge Pour mille 350 300 250 200 150 100 50 i i I I I I E I 20 25 30 35 40 45 Åge de la femme 0 15 50 Périodes avant I'EDSCI 0-4 ans ~" - 5-9 ans - "10-14 ans - - 15-19 ans EDSCI 1994 À partir des taux par âge de I'EDSCI, on a calculé, pour chaque période quinquennale, I'ISF des femmes de 15-34 ans. Ces ISF sont représentés au graphique 3.5 sur lequel on a également porté des données similaires obtenues à partir de 1' EIF de 1980-1981 et du RGPH de 1988. De l' examen de ce graphique, deux conclusions importantes peuvent être tirées. D'une part, il y a cohérence entre les résultats des trois opérations : en particulier, on constate que les ISF calculés par I'EDSCI pour les périodes les plus anciennes, centrées sur les années 1977 et 1982, sont très proches de I'ISF le plus récent de I'EIF, centré sur l'année 1979. De même, les ISF calculés par I'EDSCI pour les périodes centrées sur les années 1987 et 1992, sont cohérents avec I'ISF déduit du RGPH de 1988. Ceci confirme, à nouveau, la bonne qualité des données rétrospectives sur la fécondité collectées lors de I'EDSCI. Par ailleurs, il apparaît clairement que de 1977 à 1987, le niveau de la fécondité est resté pratiquement inchangé; de 1987 à aujourd'hui, la fécondité a fortement baissé, le nombre d'enfants par femme passant de 5,2 à 4,3. Cette comparaison semble confirmer, une fois de plus, la baisse importante de la fécondité et le caractère récent de cette baisse. Le tableau 3.5 présente le même type de données que le tableau précédant, mais les taux de fécondité sont calculés par durée de mariage, pour les différentes périodes de cinq années avant l'enquête. Au cours de la période la plus récente, et quelle que soit la durée de mariage, on observe ici une baisse des taux de même ampleur que celle observée pour les taux de fécondité par âge. Ainsi, la baisse de fécondité observée précédemment aurait affecté toutes les femmes, quel que soit leur âge et quel le que soit la durée de leur union. L'analyse des tendances de la fécondité, basée sur les résultats de I'EIF, du RGPH et de I'EDSCI, a mis en évidence une baisse importante et récente des niveaux de la fécondité en Côte d'Ivoire. Les sections et chapitres suivants permettront d'identifier certains facteurs qui ont pu jouer un rôle important dans cette baisse. Il s'agit essentiellement de la proportion de plus en plus importante des célibataires dans la population des femmes, d'un léger retard de l'âge d'entrée en première union (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse) et du recours de plus en plus important à la contraception moderne, en particulier chez les femmes qui ne sont pas en union (voir Chapitre 4 - Planification familiale). 40 Graphique 3.5 Tendances de I'ISF pour les femmes de 15-34 ans, selon I'EIF, le RGPH et I'EDSCI Enfants/Femme 6.0 5.5 -------'--7C 5.0 4.5 4,0 3.5 1977 1979 1982 1987 1992 Annde 1994 Tableau 3.5 Tendances de la fécondité par durée de l'union Taux de fécondité des femmes non-c61ibataires par période de cinq ans précédant l'enquête, selon la durée écoulée depuis la première union, EDS Côte d'Ivoire 1994 Nombre d'années depuis la première union Périodes précédant l'enquête (en années) 0-4 5-9 10-14 15-19 0-4 290 328 340 334 5-9 263 323 318 323 10-14 237 296 315 296 15-19 192 259 255 [282] 20-24 150 210 [235] 25-29 51 [129] Note : Taux de fécondité pour 1 000 femmes non-célibataires. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplêtes. 3.3 PARITÉ ET STÉRIL ITÉ PR IMAIRE À partir du nombre total d'enfants que les femmes ont eus au cours de leur vie, on a calculé les parités moyennes par groupe d' âges, pour l'ensemble des femmes et pour les femmes actuellement en union (tableau 3.6). On constate tout d'abord une augmentation régulière et rapide des parités avec l 'âge de la femme : ainsi de 0,4 enfant en moyenne à moins de 20 ans, la parité atteint 1,5 enfants à moins de 25 ans et, à la fin de sa vie féconde, une femme a donné naissance à 6,9 enfants en moyenne. Par ailleurs, la répartition de toutes les 41 Tableau 3.6 Enfants nés vivants et enfants survivants des femmes Répartition (en %) de toutes les femmes et des femmes actuellement en union par nombre d'enfants nés vivants, nombre moyen d'enfants nés vivants et nombre moyen d'enfants survivants, selon l'âge des femmes, EDS Côte d'Ivoire 1994 Nombre Nolrtbre Nmnbre d'enfants nés vivants Effectif moyen moyen Groupe de d'enfants d'enfants d'åges 0 1 2 3 4 5 6 7 S 9 10 ou + Total femmes nes vivants survivants TOUTES LES FEMMES 15-19 71,5 22,4 5,4 0,5 0,2 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1 961 0,36 0,31 20-24 22,8 31,7 23,8 14,1 6,0 1,4 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 1(30,0 1 871 1,54 1,31 25 29 6,9 12,1 19,2 21,4 20,7 12,0 5,1 1,9 0,6 t),l 0,0 I(X),0 I 454 3,07 2,62 30-34 3,2 7, L 8,9 12,2 16,8 20,5 15.3 9,6 3,8 1,9 0,7 100,0 1 189 4,45 3,77 35 39 1,9 5,6 5,8 8,1 10,6 12,6 11,8 14,7 12,3 8,1 8,5 I (X),t) 806 5,82 4,84 40-44 3,4 5,2 4,8 6,2 7,0 8,3 10,1 12,8 12,8 11,4 18,2 100,0 621 6,54 5,28 45-49 3,4 4,4 3,9 4,8 7,1 8,7 10.1 12,2 12.7 11,3 21,4 100,0 496 6,87 5,35 Ensernble 24,1 16,0 11,8 10,L 9,4 7,9 5,7 4,9 3,6 2,7 3,6 100,0 8099 3,09 2,57 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15 19 41,0 42,1 14,7 1,2 0,9 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 517 0,79 0,66 2024 11,1 30.2 28,3 19,8 8,5 2,0 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 100,0 1008 1,92 1,63 25-29 5,0 9,7 17,2 23,1 23,3 13,0 5,9 2,1 0,7 n,l 0,0 100,0 1 178 3,28 2,81 30-34 2,0 4,7 7,5 11,9 16,8 22,4 16,4 10,9 4,5 2,0 0,8 100,0 993 4,72 4,00 35-39 1,7 4,5 5,1 6,7 [0,4 13,0 12,1 15,6 13,2 8,5 9,2 100,0 676 6,04 5,03 40 44 2,0 5,2 4,6 5,5 62 8,3 9,8 12,2 13,6 12,4 20,1 In0,0 503 6,80 5,49 45-49 3.3 3,6 3,7 4,5 5,6 8,1 9,1 [2,4 14,6 11,9 23,1 100,0 395 7,13 5,58 Ensemble 8,3 14,3 13,5 13,0 12,4 111,6 7,6 6,6 5,1 3.6 5,0 100,0 5 271 4,02 3,35 femmes selon le nombre de naissances met en évidence une fécondité précoce élevée puisque plus d'un quart des jeunes femmes de moins de 20 ans (29 %) ont déjà donné naissance à au moins un enfant, et un peu plus d'une femmes de 20-24 ans sur cinq (22 %) a déjà eu 3 enfants ou plus. En fin de vie féconde (40-49 ans), 44 % des femmes ont donné naissance à 8 enfants ou plus. Les résultats concernant les femmes actuellement en union diffèrent peu de ceux concernant toutes les femmes, sauf aux âges les plus jeunes où la proportion de femmes non mariées et à très faible fécondité est encore importante. Ainsi, 59 % des femmes en union de 15-19 ans ont déjà eu au, moins, un enfant contre 28 % pour l 'ensemble des femmes. Cependant, dès 20-24 ans où la proportion de femmes non mariées est déjà faible (voir Chapitre 5 - Nuptialité), l'écart entre la proportion de femmes en union ayant déjà eu, au moins, un enfant (89 %) et celle de l 'ensemble des femmes dans la même situation (77 %) est déjà peu important. D'une manière générale, les femmes qui restent volontairement sans enfant sont relativement rares en Afrique et en particulier en Côte d'Ivoire, par conséquent la parité zéro des femmes actuellement en union les plus âgées permet d'estimer le niveau de la stérilité totale ou primaire : 2 % seulement des femmes en union de 35-49 ans, âges auxquels l'arrivée d'un premier enfant est peu probable, n'ont jamais eu d'enfants et peuvent être considérées comme stériles. Ce faible niveau de stérilité primaire est très voisin de celui observé lors des enquêtes EDS dans d'autres pays d'Afrique (Arnold et Blanc, 1990). 42 3.4 INTERVALLE INTERGÉNÉSIQUE La durée de l'intervalle qui sépare la naissance d'un enfant de la naissance précédente a une influence sur l'état de santé de la mère et de l'enfant. De nombreuses recherches ont montré que les intervalles intergénésiques courts (inférieurs à 24 mois) sont nuisibles à la santé et à l'état nutritionnel des enfants et augmentent leur risque de décéder (voir Chapitre 9 - Mortalité des enfants). Le tableau 3.7 présente la répartition des naissances des cinq années ayant précédé l'enquête selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, en fonction des caractéristiques socio-démographiques. Tableau 3.7 Intervalle intergénésique Répartition (en %) des naissances des cinq années précédant l'enqu~te par nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS C6te d'Ivoire 1994 Nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente Caractéristique 7-17 18-23 24-35 36-47 48 ou + Nombre médian de mois depuis Effectif la naissance de Total précédente naissances Groupe d'âges 15-19 10,1 16,0 40,2 28,0 5,7 100,0 30,4 134 20 29 6,8 13,2 42,0 21,0 17,0 100,0 32,6 2 652 30-39 7,2 12,9 35,7 21,5 22,7 100,0 33,8 2 150 40 ou plus 9,2 12,4 31,3 24,0 23,1 100,0 35,0 517 Rang de naissance 2-3 6,2 I 1,4 37,5 21,8 23,2 100,0 34,4 2 134 4-6 7,2 14,0 39,2 21,9 17,6 100,0 32,8 2 141 7 ou plus 9,2 14,3 39,0 21,0 16,5 100,0 31,9 I 178 Sexe de l'enfant précédent Masculin 6,8 14,1 38,2 22,0 18,9 100,0 33,0 2 753 Féminin 7,7 12,0 38,8 21,3 20,2 100,0 33,4 2 700 Survie de l'enfant précédent Toujours vivant 19,7 21,0 32,0 14,4 12,9 100,0 26,7 843 Déc~d~ 5,0 11,6 39,7 23,0 20,8 100,0 34,1 4 610 Milieu de résidence Abidjan 6,0 10,1 33,3 21,4 29,2 100,0 36,2 798 For& Urbaine 5,7 11,5 42,4 21,6 18,8 100,0 33,0 536 Savane Urbaine 5,2 14,0 39,4 21,2 20,2 100,0 33,0 425 Ensemble urbain 5,7 11,5 37,5 21,4 23,9 100,0 34,2 1 759 For,~t Rurale 8,0 15,0 39,1 20,8 17,0 100,0 32,3 2 493 Savane Rurale 7,9 11,2 38,5 23,9 18,5 100,0 33,7 1 201 Ensemble rural 8,0 13,8 38,9 21,8 17,5 100,0 32,8 3 694 Niveau d'instruction Aucun 7,5 13,3 38,8 21,9 18,4 100,0 33,0 3 844 Primaire 7,0 13,2 38,7 20,6 20,5 100,0 33,2 1 185 Secondaire ou plus 5,6 10,1 34,5 22,3 27,6 100,0 36,0 423 Religion Catholique 5,2 10,8 36,7 21,9 25,5 100,0 35,3 996 Protestante 8,1 13,6 38,8 19,9 19,5 100,0 32,4 922 Musulmane 7,5 13,2 39,0 23,2 17,1 100,0 32,9 1 946 Sans religion 7,6 14,4 39,3 20,3 18,5 100,0 32,4 1 216 Traditionnelle 8,4 12,7 36,9 21,7 20,3 100,0 33,7 373 Ensemble 7,2 13,0 38,5 21,7 19,6 100,0 33,2 5 453 Note ; Les naissances de rang I sont exelues. L'intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois écoul6s depuis la grossesse précédente qui a abouti à une naissance vivante. 43 On note que 7 % des naissances sont arrivées moins de 18 mois après la naissance précédente et 13 % des enfants sont nés entre 18 et 24 mois après leur aîné : au total donc, dans un cas sur cinq (20 %), l'intervalle intergénésique est inférieur à deux ans. Une proportion importante des naissances (39 %) se produisent entre 24 et 36 mois après la naissance précédente, et deux enfants sur cinq (41%) sont mis au monde trois ans et plus après leur aîné. La durée médiane de l'intervalle intergénésique est légèrement inlërieure à trois ans (33,2 mois); en d'autres termes, la moitié des naissances interviennent dans un intervalle inférieur à 33 mois. Du point de vue de l'âge, on constate une assez forte proportion de naissances précédées par un intervalle de moins de deux ans chez les femmes de 15-19 ans (26 %, et médiane de 30,4 mois); cependant, cela ne reflète pas le comportement réel de ces femmes car les naissances de rang un qui constituent l'essentiel de leur fécondité ne peuvent être prises en considération dans le calcul. Pour les femmes de 20 ans et plus, les intervalles intergénésiques diffèrent peu. De même, du point de vue du rang de naissance et du sexe de l'enfant, on ne note que très peu d'écart entre les intervalles. Par contre, les naissances qui suivent des enfants décédés se produisent plus rapidement que lorsque l'enfant précédent est toujours en vie : 41% des naissances ont lieu moins de deux ans après la naissance de l'enfant précédent lorsque celui-ci est déc~dé, contre 17 % lorsqu'il est toujours en vie. Ce résultat pourrait s'expliquer par un effet de remplacement de l'enfant déc~dé. Le milieu de résidence n'a que peu d'effet sur l'intervalle intergénésique : l'intervalle médian, tout comme la répartition des enfants selon la durée de l'intervalle, sont presque identiques quel que soit le milieu de résidence. Toutefois, au niveau de la ville d'Abidjan, l'intervalle médian (36,2 mois) est supérieur de deux à trois mois à ceux des autres villes (33,0 mois) et du milieu rural (32,8 mois). En ce qui concerne le niveau d'instruction de la mère, on ne constate aucun écart entre les femmes sans instruction et celles ayant un niveau primaire (respectivement, médiane 33,0 mois et 33,2 mois). Par contre, le fait d'avoir fait, au moins, des études secondaires prolonge cet intervalle médian d'environ trois mois (médiane de 36,0 mois). Du point de vue de la religion, c'est chez les femmes de religion catholique que l'on observe l'intervalle médian le plus long (35,3 mois), supérieur de deux à trois mois aux intervalles intergénésiques correspondant aux femmes de toutes les autres religions. Chez les catholiques, 16 % des naissances ont lieu moins de deux ans après la naissance de l'enfant précédent contre 22 % environ chez les femmes des autres confessions religieuses. 3.5 ÂGE À LA PREMIÈRE NAISSANCE L' âge auquel les femmes ont leur première naissance influence généralement leur descendance finale, en particulier, lorsque l'utilisation de la contraception est faible; il a également des conséquences sur l'état de santé de la mère et de l'enfant, et il peut être un facteur de risque de mortalité. Le tableau 3.8 donne la répartition des femmes par âge à leur première naissance et leur âge médian à la première naissance, selon le groupe d'âges au moment de l'enquête. Les résultats présentés au tableau 3.8 montrent, une fois de plus, que la fécondité des femmes de Côte d' Ivoire est précoce. Parmi les femmes âgées de 20 à 29 ans à l'enquête, un peu plus de deux sur cinq (43 %) ont eu leur premier enfant avant 18 ans, et 65 % ont eu leur premier enfant avant 20 ans. Lorsqu'on se réfère aux âges médians, il apparaît que des générations les plus anciennes, âgées de 45-49 ans aujourd'hui, aux générations les plus récentes, aujourd'hui âgées de 25-29 ans, l'âge à la première naissance n'a pas connu de grande variation, la valeur médiane avoisinant 18,8 ans. Cependant, une très légère tendance au rajeunissement semblerait se dessiner, I' âge médian passant de 19,1 ans chez les femmes âgées de 45-49 ans, à 18,6 ans chez celles de 20-24 ans à l'enquête. 44 Tableau 3.8 Åge à la première naissance Répartition (en %) des femmes par åge à la première naissance, et åge médian à la première naissance selon l'âge actuel, EDS Côte d'Ivoire 1994 Âge médian Femmes Âge à la première naissance Effec0f à la Åge sans de première actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25 ou + Total femmes naissance 15 I9 71,5 6,4 18.0 4,2 a a a 100,0 I 961 b 20-24 22,8 9,7 33,9 19,6 10,8 3,1 a 100,0 [ 571 18,6 25-29 6,9 ll,I 31,8 23,9 14,5 9,3 2,4 100,0 I 454 18,6 30 34 3,2 8,7 32,1 22,9 16,2 10,7 6,3 109,0 I 189 18,7 35-39 1,9 10,5 29,9 20,2 18,3 10,6 8,6 100,0 8(16 18,8 40-44 3,4 10,9 27,8 18,3 14,4 13,6 I 1,7 100,0 621 19,2 45-49 3,4 9,6 28,1 16,8 14,5 14,8 12,7 100,0 496 19,1 a Sans objet b Non applicable : moins de 50% de femmes ont eu un enfant. Si l'on compare l'âge à la première naissance (médiane de 18,8 ans pour les femmes de 25-49 ans) à l'âge médian à la première union ( 18,1 ans) et celui aux premiers rapports sexuels ( 15,8 ans (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse), deux remarques importantes s'imposent. Tout d'abord, on constate qu'il existe un très long intervalle entre le début des rapports sexuels et la venue du premier entant. Cet intervalle s'explique en grande partie par l'utilisation importante de la contraception par les femmes qui ne sont pas en union mais qui sont sexuellement actives (prévalence de 49 %. Voir Chapitre 4 - Planification familiale). Par ailleurs, on constate que de nombreuses femmes débutent leur vie féconde avant d'entrer en union. L'âge médian à la première naissance, qui s'établit à 18,8 ans pour l'ensemble des femmes de 25-49 ans (tableau 3.9), ne présente que peu de variations selon les caractéristiques socio-démographiques. Ainsi par rapport au milieu de résidence, l'âge médian ne varie que de 0,5 année, passant d'un minimum de 18,7 ans en milieu rural à un maximum de 19,2 ans en Abidjan. Selon la religion de la femme, les écarts sont également très faibles : minimum de 18,4 ans pour les protestantes et maximum de 19,1 pour les musulmanes. Par contre, on observe une relation positive entre le niveau d'instruction et l'âge médian à la première naissance, les femmes du niveau secondaire ou plus ayant leur premier enfant 1,4 ans plus tard que celles qui sont sans instruction (I 8,8 ans) et 2,t ans plus tard que celles de niveau primaire (18,1 ans). En outre, on peut noter que I' âge médian à la première naissance des femmes sans instruction est plus élevé de 0,7 an que celui des femmes de niveau primaire. 45 Tableau 3.9 Åge médian à la première naissance Âge médian ~ la première naissance (femmes de 25-49 ans) selon l'âge actuel et les caractèristiques socio- démographiques, EDS Cète d'Ivoire 1994 Âge actuel Åge caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 25-49 Milieu de résidence Abidjan 20,4 19,0 19,5 19,4 19,3 19,1 19,2 Forêt Urbaine 18,8 18,8 18,5 18,6 19,3 18,6 18,7 Savane Urbaine 19,2 19,2 18,7 19,9 19~4 20,6 19,2 Ensemble urbain 19,6 19,0 18,9 19,2 19,3 19,1 19,0 For~t Rurale 17,9 18,3 18,4 18,5 19,2 19,1 18,6 Savane Rurale 17,8 18,6 19,0 19,2 18,9 19,3 18,9 Ensemble rural 17,9 18,4 18,6 18,7 19,2 19,1 18,7 Niveau d'instruction Aucun 18,1 18,5 18,6 19,1 19,2 19,3 18,8 Primaire 18,5 18,1 18,2 17,7 18,9 18,1 18,1 Secondaire ou plus 19,9 20,6 20,2 20,3 20,1 20,2 Religion Catholique 19,5 18,9 19,1 18,9 19,0 18,1 18,9 Protestante 18,2 18,5 18,4 17,8 18,7 18,7 18,4 Musulmane 18,8 19,0 18,9 19,3 19,6 19,5 19,1 Sans religion 17,6 18,0 18,5 18,8 19,6 20,7 18,6 Traditionnelle 17,2 18,0 18,6 18,9 18,3 18,9 18,5 Ensemble 18,6 18,6 18,7 18,8 19,2 19,1 18,8 Note: L' åge médian pour la cohorte 15-19 ne peut ètre déterminé car de nombreuses femmes peuvent encore avoir une naissance avant d'atteindre 20 ans. 3.6 FÉCONDITÉ DES ADOLESCENTES La fécondité précoce a souvent un effet négatif sur la santé des mères et des enfants, et le risque de décéder des enfants est plus élevé Iorsqu'ils naissent de femmes très jeunes (voir Chapitre 9- Mortalité des enfants). De même les accouchements précoces augmentent le risque de décéder chez les adolescentes. On a souligné précédemment le haut niveau de fécondité des adolescentes ( 15-19 ans) qui contribuent pour 13 % à la fécondit6 totale des femmes; par ailleurs, l'âge médian à la première naissance ( 18,8 ans pour les femmes de 25-49 ans) se situe dans cette tranche d'âges. Le tableau 3.10 et le graphique 3.6 donnent, par âge détaillé entre 15 et 19 ans, les proportions d'adolescentes qui ont déjà eu un ou plusieurs enfants et de celles qui sont enceintes pour la première fois : la somme de ces deux pourcentages fournit la proportion de femmes ayant commencé leur vie féconde. On remarque que 35 % des femmes de 15-19 ans ont déjà commencé leur vie féconde : 29 % ont déjà, au moins, un enfant et 6 % sont enceintes pour la première fois. Dès 15 ans, 13 % des femmes ont déjà commencé leur vie féconde et cette proportion augmente régulièrement et rapidement avec l'âge : à 17 ans 36 % des femmes ont déjà, au moins, un enfant ou sont enceintes et, à 19 ans, trois femmes sur cinq (59 %) ont déjà commencé leur vie féconde, la grande majorité (53 %) ayant déjà, au moins un enfant. 46 Tableau 3.10 Fécondité des adolescentes Pourcentage d'adolescentes de 15 à 19 ans ayant déjh eu un enfant ou étant enceintes d'un premier enfant par caractéristiques socio-démograpbiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Adolescentes (%) qui sont: Adolescentes (%) ayant déjà Enceintes d'un commencé leur Caractéristique M~res premier enfant vie féconde Effectif Âge 15 7,5 5,0 12,5 448 16 15,7 5,5 21,2 365 17 27,6 8,0 35,6 382 18 42,8 7,5 50,3 424 19 53,0 6,2 59,2 342 Milieu de résidence Abidjan 18,0 3,2 21,2 482 Foret Urbaine 24,4 4,7 29,2 244 Savane Urbaine 19,2 4,4 23,6 207 Ensemble urbain 19,9 3,9 23,8 932 Forêt Rurale 36,5 10,0 46,5 725 Savane Rurale 35,9 5,8 41,7 304 Ensemble rural 36,3 8,8 45,1 1 029 Niveau d'instruction Aucun 33,5 6,9 40,4 91 I Primaire 29,9 7,8 37,6 686 Secondaire ou plus 13,5 2,8 16,4 365 Religion Catholique 23,0 7,1 30,1 552 Protestante 30,1 5,6 35,6 414 Musulmane 24,3 7,1 31,5 572 Sans religion 39,6 5,5 45,1 352 Traditionnelle 41,6 5,4 47,0 71 Ensemble 28,5 6,4 35,0 I 961 La précocité de la fécondité est beaucoup plus accentuée en milieu rural où 45 % des adolescentes ont commencé leur vie féconde, contre 24 % pour le milieu urbain. On constate aussi que les adolescentes qui vivent en zone de Forêt commencent légèrement plus tôt leur vie féconde que celles vivant en Savane; les proportions sont de 47 % en Forêt Rurale et 29 % en Forêt Urbaine contre 42 % en Savane Rurale et 24 % en Savane Urbaine. Au niveau de la ville d'Abidjan, 21% des adolescentes ont commencé leur vie féconde : 18 % ont déjà eu un enfant et 3 % sont enceintes de leur premier enfant. De manière générale, le niveau d'instruction est associé négativement à la précocité de la fécondité : les plus fortes proportions d' adolescentes qui sont déj à mères ou en première grossesse se trouvent chez celles qui sont sans instruction (40 %) et chez celles ayant un niveau primaire (38 %). Par contre, 16 % seulement des adolescentes de niveau secondaire ont déjà eu un enfant ou sont enceintes, soit deux fois moins que les adolescentes ayant un niveau d'instruction plus faible. Par rapport à la religion, on observe que les adolescentes de religion traditionnelle (47 %) et celles n'ayant déclaré aucune religion (45 %) débutent plus précocement leur vie féconde que les adolescentes protestantes (36 %), musulmanes (32 %) et catholiques (30 %). 47 Graphique 3.6 Adolescentes de 15-19 ans ayant commencé leur vie féconde COTE D'IVOIRE RCSlDENCE Abidjan For6t Urbaine Savane Urbaine Forêt Rurale Savane Rurale INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + I 10 20 30 40 Pourcentage 50 EDSCl 1994 Le tableau 3.1 I fournit enfin la répartition des adolescentes par âge détaillé, selon leur nombre d'enfants. On constate que parmi les adolescentes qui ont déjà eu, au moins, un enfant (29 % des femmes de 15-19 ans), près d'une sur cinq en a déjà eu deux ou plus (6 % par rapport à 29 %). Il s 'agit surtout des adolescentes les plus âgées, puisque I 1% des femmes de 18 ans et 17 % de celles de 19 ans ont déjà deux enfants ou plus. La parité moyenne augmente très rapidement avec l 'âge : elle atteint 0,3 enfants par femme dès 17 ans et une adolescente de 19 ans a déjà eu, en moyenne, 0,7 enfant. Tableau 3.1 ] Enfants nés de mères adolescentes ¢. Répartition (en ~) des adolescentes âgées de 15 à 19 ans par nombre d'enfants nés viwmts et nombre nmyen d'enfants nés vivants selon l'åge, EDS C6te d'lvoîre 1994 Nombre d'enlants nés vivants Nombre moyen d'entîmts nés Effectif Åge o I 2 ou + Total vivants d'adolescentes 15 92,5 7,5 0,0 100,0 0,07 448 16 84,3 14, I 1,6 100,0 O, 17 365 17 72,4 24.3 3,2 100,0 0,31 382 [ 8 57,2 32, I 10,7 100,0 0,56 424 19 47,0 36,4 16,6 100,0 0,72 342 Ensemble 71,5 22,4 6, I 100,0 0,36 I 961 48 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE Albert Kouamé Koffi La croissance de la population actuelle et les problèmes qui lui sont liés sont considérés comme un frein au développement socio-économique des pays sous-développés. Cette situation attire de plus en plus l'attention des pouvoirs publics. La maîtrise du mouvement naturel de la population constitue, depuis quelques années, un enjeu pour la majorité des gouvernants des pays en développement. On observe donc ces dernières années des changements de comportement en matière d'utilisation des méthodes modernes de contraception, et cela grâce aux actions en faveur de la planification familiale. Avant 1979, la planification familiale en Côte d'Ivoire était le fait de quelques personnes isolées. En 1979, a été créé l'Association Ivoirienne pour le Bien-IÊtre Familial (AIBEF) qui s'est donnée comme but de contribuer à l'amélioration de la santé maternelle et infantile par le biais de l'espacement des naissances. Jusqu'en 1990, la Côte d'Ivoire semblait ne pas s'intéresser aux problèmes posés par la croissance de sa population, faisant ainsi croire qu'elle plaidait implicitement en faveur d'une augmentation de la population. Bien que le Ministère chargé de la Santé reconnaissait l'espacement des naissances comme moyen efficace pour réduire la morbidité et la mortalité maternelle et infantile, rien n'avait été entrepris en faveur de l'intégration de la planification familiale dans les programmes de santé. L'argument de la faiblesse de la densité de la population et celui de la disponibilité de terres cultivables sur le territoire national ont été souvent évoqués pour justifier la réticence des gouvernants à l'adoption d'une politique nationale en matière de population et singulièrement dans le domaine de la planification familiale. Malgré cette attitude, les activités de planification familiale ont été tolérées et ont pu être initiées lentement, mais sûrement, surtout par les Organisations Non Gouvernementales (ONG). Il n'en reste pas moins que, comme nous le verrons dans ce chapitre, les femmes en Côte d'Ivoire pratiquent peu la contraception. C'est à partir de 1990, avec la crise économique et financière qui perdure, que le pays décide de mettre en oeuvre un programme d'ajustement des secteurs constitutifs des ressources humaines qui vise à améliorer l'efficacité des services rendus à la population et optimiser 1' allocation des ressources de 1' État. Ce programme est défini à travers la « déclaration de politique de développement des ressources humaines » qui constitue, pour l'instant, le seul cadre global officiel de référence pour l'examen des questions de population. L'EDSCI est une des rares enquêtes qui se soient intéressées au problème de la planification familiale en Cête d'Ivoire. Hormis l'Enquête lvoirienne sur la Fécondité (EIF), réalisée en 1980-1981 dans le cadre de l'Enquête Mondiale sur la Fécondité, aucune autre étude d'envergure nationale n' avait abordé jusqu' alors ce sujet. Lors de I'EDSCI 1992, les enquêtrices demandaient aux femmes interviewées quelles méthodes de contraception elles connaissaient, puis elles décrivaient les mêthodes non citées spontanément et demandaient aux femmes interrogées si elles en avaient entendu parler; enfin, si l'enquêtée connaissait une méthode, on lui demandait si elle 1' avait déjà utilisée. Par ailleurs, des questions du même type ont été posées aux hommes. L'utilisation passée et/ou actuelle de la contraception, l'intention de l'utiliser dans I' avenir et la connaissance d'un lieu où se procurer une méthode ont ainsi fait 1' objet de questions permettant de disposer d' un ensemble complet d'informations dans le domaine de la planification familiale en Côte d'Ivoire. 49 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION La pratique de la contraception suppose, au préalable, la connaissance, d'au moins, une méthode contraceptive, ainsi que d'un lieu où se la procurer. Par ailleurs, l'efficacité de la contraception dépend de la méthode utilisée. Les différentes méthodes retenues dans le questionnaire sont classées en trois catégories : les méthodes modernes, comprenant la pilule, le stérilet ou DIU, les injections, les méthodes vaginales (spermicides, diaphragme, mousses et gelées), le condom, la stérilisation masculine, la stérilisation féminine, ainsi que les implants (Norplant); les méthodes traditionnelles, incluant la continence périodique et le retrait; et les méthodes dites « populaires », comme les herbes, les racines, etc. Le tableau 4.1, illustré par le graphique 4.1, indique que plus des trois quarts des femmes (78 %) et neuf hommes sur dix ont déclaré connaître, au moins, une méthode et, à peu près la même proportion, une méthode moderne (76 % pour les femmes et 88 % pour les hommes). Ainsi la connaissance de la contraception et, en particulier, celle de la contraception moderne s'est beaucoup développée au cours des Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives Pourcentages de femmes et d'hommes, de femmes et d'hommes actuellement en union et de femmes qui ne sont pas en union et qui sont sexuellement actives, qui connaissent une méthode contraceptive selon les méthodes spécifiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Femmes Hommes Pas en union ci sexuel- Méthode En lement contraceptive Ensemble union actives Ensemble En union N'importe quelle méthode 78,4 74,2 94,1 89,6 86,9 Méthode moderne 76,2 71,5 93,2 88, I 84,6 Pilule 61,8 57,9 80,7 57,6 56,1 DIU 25,3 22,6 36,8 27,9 25,6 Injection 55,4 53,3 71.5 49,0 51,5 Méthodes vaginales 18, I 14,6 33,2 27,5 24,3 Condom 68,4 61,1 92,3 86,1 81,5 Stérilisation f6minine 39,9 36,7 55,4 47,6 48,4 Stérilisation masculine 1 1,3 9,7 15,8 21,4 20,2 lmplant/Norplant 2,6 2,3 3,0 5,6 5,9 Méthode traditionnelle 49,2 43,7 75,0 67,4 65,8 Continence périodique 45,8 40,4 70,5 62,4 60,7 Retrait 26,4 21,7 48,5 49,2 46,4 Méthode populaire 24,0 24,0 29,8 12,8 12,4 Méthode traditionnelle ou populaire 55,0 50.1 78,7 68,3 Nombre moyen de méthodes connues 67,3 Effectif 3,8 3,4 5,4 4,5 4,3 8 099 5 271 834 2 552 I 278 50 Graphique 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives par les femmes et les hommes Au = 1 mdth, moderNe~P- / / / / / / / / / / / . - - / / / / / / / / . - - / / / / / / / / / / / / / / / / / / / /~ DIU~~II~I I~~ InjectionL-JJJ~»»-JJJJJJ~»yJJz///jA i M6thodes vaginales Condom Stêrilisation fdminine Stérilisation masculine Norplant Au - 1 m~th. tradition./populaires Continence pdriodique Retrait ~J J~f J~ J J~ J J J J T JT J J J J T J~~~~~~~~~~ [ 11 Femme i 20 40 60 80 10O Pourcentage EDSCI 1994 dernières années : en effet, en 1980-1981 selon I'ETF, seulement 20 % des femmes avaient entendu parler d'une méthode contraceptive moderne (Direction de la Statistique, 1984). Si l'on considère uniquement les hommes et les femmes en union, on constate que leur niveau de connaissance est légèrement plus faible que celui de l'ensemble des hommes et des femmes, et cela quelle que soit la méthode : 78 % de l'ensemble des femmes connaissent, au moins, une méthode contre 74 % des femmes en union (ces proportions sont, respectivement, de 76 et 72 % pour les méthodes modernes); de même, 90 % de l'ensemble des hommes connaissent une méthode contre 87 % des hommes en union (pour les méthodes modernes, ces proportions sont, respectivement, de 88 et 85 %). Ce sont les femmes qui ne sont pas en union mais qui sont sexuellement actives ~ qui connaissent le plus les méthodes contraceptives (94 % pour une méthode quelconque et 93 % pour, au moins, une méthode moderne). Ce sont également les femmes de cette catégorie qui connaissent le plus de méthodes (5,4 femmes, en moyenne, contre 3,4 pour les femmes en union). Parmi les méthodes modernes, le condom est la plus connue par les deux sexes (68 % de l'ensemble des femmes et 86 % de l'ensemble des hommes). Le degré de connaissance des autres méthodes est très variable. Quel que soit le sexe, la pilule est la deuxième méthode la mieux connue (62 % des femmes et 58 % des hommes), suivie des injections (55 % des femmes et 49 % des hommes) et de la stérilisation féminine (40 % des femmes et 48 % des hommes). Par contre, la stérilisation masculine et le Norplant sont peu connus parce que les organisations non gouvernementales (ONG) qui sont responsables de la quasi-totalité de la vulgarisation des méthodes de planification familiale, n'ont pas encore introduit ces méthodes dans leurs programmes. Quelle que soit la méthode, on constate que le niveau de connaissance de la contraception moderne est plus élevé chez les hommes que chez les femmes et, parmi ces dernières, il est plus élevé chez les femmes qui ne sont pas en union mais qui sont actives sexuellement que chez celles qui sont en union. ] Sont considérées comme sexuellement actives les femmes qui ont eu des rapports sexuels dans les quatre semaines précédant l'enquête. Pour cette définition, voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse. 51 En ce qui concerne les méthodes traditionnelles, 44 % des femmes en union et 49 % de l'ensemble des femmes en connaissent, au moins, une contre respectivement 67 et 66 % des hommes. La continence périodique est, de loin, la méthode traditionnelle la plus connue : 46 % de l'ensemble des femmes et 62 % de l'ensemble des hommes l'ont citée. Le tableau 4.2 présente, pour les hommes et les femmes en union, le niveau de connaissance des méthodes contraceptives selon différentes caractéristiques socio-démographiques. En ce qui concerne l'âge, on constate que, chez les femmes, le niveau de connaissance le plus élevé correspond au groupe d' âges 20-29 ans (79 % pour l'ensemble des méthodes et 77 % pour les méthodes modernes). Chez les hommes, ce sont ceux de 15-24 ans qui connaissent le plus les méthodes contraceptives (99 %) et, en particulier, les méthodes modernes (97 %). Du point de vue du milieu de résidence, ce sont les femmes du milieu urbain (89 % contre, 66 % en milieu rural), et particulièrement celles qui résident en Abidjan (92 %), qui connaissent le mieux les méthodes. Il en est de même pour les hommes dont 95 % de ceux d'Abidjan connaissent, au moins, une méthode. Selon le niveau d'instruction, on constate que pratiquement toutes les femmes qui ont fréquenté l'école (99 % de celles de niveau secondaire et 95 % de celles qui ont le niveau primaire) connaissent, au Tableau 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives modernes par caractéristiques socio-démographiques Pourcentage de femmes et d'hommes actuellement en union qui connaissent au moins une méthode de contraception moderne, par caractéristiques socio-démographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Femmes Hommes Connaît Connaît Connaît Connaît une méthode une méthode Caractéristique méthode moderne Effectif méthode moderne Effectif Groupe d'îges 15-19 73,0 71,2 517 100,0 100,0 Il) 20-24 81,2 79,3 1 008 99,1 96,2 78 25-29 78,2 75,3 1 178 93,9 92,2 192 30-34 76,5 73,4 993 92,2 90,7 279 35-39 70,6 67,8 676 93,0 91,2 218 40-44 64,6 61,3 503 84,7 81,0 178 45-49 58,6 54,5 395 84,0 81,2 127 50-59 64,0 61,2 196 Milieu de résidence Abidjan 91,7 90,8 960 94,6 93,5 257 Foret Urbaine 85,7 83,4 540 92,2 92,2 112 Savane Urbaine 85,9 84,5 414 92,6 91,5 98 Ensemble urbain 88,8 87,4 1 914 93,6 92,7 466 Forêt Rurale 72,7 69,3 2 277 86,9 84,2 561 Savane Rurale 51,7 47,9 I 080 74,6 70,5 251 Ensemble rural 65,9 62,4 3 357 83,1 79,9 812 Niveau d'instruction Aucun 64,9 61,2 3 685 76,9 73,2 676 Primaire 94,5 93,7 1 100 96,9 95,4 283 Secondaire ou plus 98,8 98,6 486 99,3 99,3 319 Religion Catholique 85,9 83,4 1 029 93,7 93,3 272 Protestante 88,6 86,2 820 96,0 96,0 175 Musulmane 69,1 65,9 2 002 82,2 79,8 498 Sans religion 66,0 63,9 I 074 85,1 79,8 214 Traditionnelle 60,4 56,3 347 81,1 77,0 119 Ensemble des femmes 74,2 71,5 5 271 86,9 84,6 1 278 52 moins, une méthode; parmi les femmes n'ayant aucun niveau d'instruction, 65 % seulement connaissent une méthode et 61%, une méthode moderne. Chez les hommes sans instruction, le niveau de connaissance est plus élevé que chez les femmes, mais 77 % seulement connaissent une méthode et 73 % une méthode moderne. Selon la religion, ce sont les protestantes et les catholiques qui sont les mieux informées (respectivement, 89 et 86 % pour l'ensemble des méthodes). Dans la majorité des couples 2, les deux conjoints connaissent, au moins, une méthode (69 %) et une méthode moderne (65 %) (tableau 4.3). Les méthodes les mieux connues sont, par ordre d'importance : le condom (57 %), la pilule (42 %) et les injections (37 %). Tableau 4.3 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples Répartition (en %) des couples par connaissance de la contraception, selon les m6thodes contraceptives spécifiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 L'homme La femme L'homme et connaît, connaît, Aucun des la femme la femme l'homme deux ne Méthode connaissent non non connaît Total N'importe quelle méthode 68,6 18,8 4,5 8,1 100,0 Méthode moderne 65,4 19,6 5,6 9,4 100,0 Pilule 42,4 13,8 16,1 27,8 100,0 D1U 12,5 13,6 10,4 63,4 100,0 Injection 37,2 16,6 17,0 29,2 100,0 Méthodes vaginales 7,3 16,8 6,4 69,5 100,0 Condom 56,6 25,0 4,8 13,7 100,0 Stérilisation féminine 23,9 24,8 12,4 39,0 100,0 Stérilisation masculine 2,1 17,2 6,5 74,2 100,0 Implant/Norplant 0,3 5,0 2,5 92,2 100,0 Méthode traditionnelle 35,5 29,0 6,5 29,0 100,0 Continence périodique 32,0 26,7 6,8 34,5 100,0 Retrait 17,1 27,9 5,4 49,7 100,0 Méthode populaire 3,8 9,5 18,4 68,3 100,0 Méthode traditionnelle ou populaire 40,5 26,1 7,8 25,6 100,0 Note : Ce tableau porte sur les I 033 couples identifiés Dans près d'un cas sur dix (9 %), le mari et la femme sont ignorants vis-à-vis de la contraception moderne, notamment du Norplant (92 %), de la stérilisation masculine (74 %), des méthodes vaginales (70 %) et du DIU que 63 % des couples ignorent. En outre, quand la connaissance diffère à l'intérieur du couple, on peut noter que c'est presque toujours le mari qui connaît la contraception et non sa femme (19 %), alors que l'opposé - la femme connaît et pas son mari - n'est vrai que dans seulement 5 % des cas. 2 Voir Chapitre 2, Section 2.2.2 - Caractéristiques des couples - sur la façon dont ont été recomposés les couples à partir des informations collectées au niveau de Penquête femme et de l'enquête homme. 53 4.2 PRAT IQUE DE LA CONTRACEPT ION Aux femmes et aux hommes qui avaient déclaré connaître une méthode contraceptive, l'enquêteur a demandé s'ils l'avaient déjà utilisée, afin de mesurer le niveau de pratique de la contraception à un moment quelconque de leur vie selon la méthode spécifique. Les pourcentages des femmes et des hommes ayant utilisé une méthode contraceptive au cours de leur vie sont présentés au tableau 4.4. Sur l'ensemble des femmes, 35 % ont déjà utilisé, au moins, une méthode contraceptive à un moment quelconque de leur vie. En outre, on ne constate que peu d'écart de pratique selon les différentes catégories de méthodes, qu'elles soient modernes (24 %) ou traditionnelles/ Tableau 4.4 Utilisation de la contraception à un moment quelconque Pourcentages de femmes et d'hommes, de femmes et d'hommes actuellement en union et de femmes qui ne sont pas en union et qui sont sexuellement actives, qui ont déjh utilisé une méthode contraceptive, par méthode spécifique, selon råge (pour les femmes), EDS Céte d'Ivoire 1994 N'im- Méthodes N'ira- M~thodes modernes porte traditionnelles N'ira- porte quelle porte quelle Méth. méthode Contin. Groupe quelle m~thode Pi- Injec* vagi- Con- Autres trad/ p~rio- d'åges m~th. moderne lule tion hales dom modernes pop. dique Retrail Autres Effectif TOUTES LES FEMMES 15-19 33,3 20,6 3,8 0,8 1,4 18,6 0,2 26,1 22,2 8,6 3,9 I 961 20-24 47,7 31,0 12,9 2,9 2,8 21,8 0,8 39,6 32,1 14,6 8,8 I 571 25-29 39,9 28,1 19,5 3,5 3,7 15,3 0,8 30,9 24,2 9,8 7,1 I 454 30-34 36,1 24,3 17,3 4,8 2,4 10,7 1,1 27,7 20,8 8,6 6,9 I 189 35-39 31,6 22,2 14,7 5,2 2,0 8,3 L4 21,7 16,2 7,7 6,8 806 40-44 21,0 15,5 10,9 3,4 1,1 4,1 1,9 12,6 8,0 3,5 5,0 621 45-49 13,7 7,5 5,3 1,3 0,3 2,4 2,4 10,0 7,5 2,2 2,9 496 Ensemble 35,4 23,5 12,1 2,9 2,2 14,3 0,9 27,4 21,7 9,1 6,2 8 099 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 28,8 16,1 4,6 0,9 1,3 12,9 0,0 21,2 16,8 5,9 5,0 517 20-24 37,9 23,2 11,0 2,2 2,1 14,7 0,7 31,1 24,7 10,8 7,9 I 008 25-29 33,7 22,9 15,7 3,0 2,6 12,0 0,9 25,5 19,7 7,5 5,8 I 178 30-34 32,8 20,8 14,2 4,5 1,9 8,5 0,9 25,5 19,0 7,1 5,8 993 35 -39 28,7 20,0 13,7 5,1 2,0 6,4 L, 3 19,5 14,5 6,5 6,0 676 40-44 19,3 14,5 10,0 3.9 1,3 3,0 2,1 10,8 7,2 3,4 3,6 503 45-49 13,1 6.3 4,5 1,4 0,4 1,7 2,3 9,8 7,2 2,1 3,1 395 Ensemble 30,3 19.5 11,8 3,2 1,9 9,6 1,0 22,8 17,4 7,1) 5,7 5 271 FEMMES PAS EN UNION ET SEXUELLEMENT ACTIVES 15-19 66,0 47,7 7,9 1,3 3,7 44,2 0,8 50,9 43,5 18,6 6,8 382 20-24 81,7 61,7 19,9 4,6 4,7 52,4 1,0 68,6 58,6 30,9 15,3 209 25-29 74,1 58,9 43,2 9,9 10,6 41,7 1,7 61,7 48,6 26,8 15,0 106 30-34 64,6 56,6 43,7 7,0 9,6 34,2 4,4 42,5 34,0 17,4 16,9 69 35-39 70,8 58,0 24,0 6,2 6,1 43,1 3,4 53,1 41,6 27,0 16,3 35 40-44 30,7 27,8 16,7 5,0 0,0 I 1,1 0,0 17,1 0,0 5,0 17,1 23 45-49 28,4 11,4 0,0 0,0 0,0 I 1,4 0,0 28,4 17,0 0,0 11,4 I0 Ensemble 69,6 52,8 19, I 4,0 5,3 43,7 1,3 54,9 45,5 22,4 11,5 834 HOMMES Ensemble 55,4 42,0 9,7 2,6 4,7 38,9 1,2 43,6 37,5 18,6 4,0 2 552 En union 53,1 35,4 10,0 3,0 4,2 31,2 1,4 43,3 37,1 18,2 3,6 I 278 54 populaires (27 %). Parmi les méthodes modernes, le condom et la pilule sont les méthodes qui sont, de loin, les plus utilisées (respectivement, 14 % et 12 %) tandis que, parmi les méthodes traditionnelles, c'est la continence périodique qui est la plus utilisée (22 %). Il faut noter que l'utilisation du stérilet et du Norplant, ainsi que la pratique de la stérilisation (masculine et féminine) sont totalement négligeables (moins de 1% au total). L'analyse des données selon l'âge met en évidence des différences dans le niveau de pratique de la contraception. C'est à 20-29 ans que la proportion de femmes ayant déjà utilisé une méthode est la plus élevée (44 %) et cette proportion diminue fortement aux âges suivants pour ne concerner que 14 % de femmes de 45-49 ans. En outre, on constate que le niveau d'utilisation de la contraception à un moment quelconque est plus faible chez les femmes en union (30 %) que parmi l'ensemble des femmes (35 %). Ce résultat peut surprendre dans la mesure où, généralement, ce sont les femmes en union qui se caractérisent par les plus hauts niveaux de pratique contraceptive. Il s'explique ici par une pratique de la contraception très élevée chez les femmes qui ne sont pas en union et qui sont sexuellement actives (70 %). Parmi ces femmes, l'utilisation des méthodes modernes est très élevée (53 %), en particulier, celle du condom (44 %). Par ailleurs, 46 % d'entre elles ont déclaré avoir déjà utilisé la continence périodique. Les résultats du tableau 4.4 montrent également que plus de la moitié des hommes (55 % de l'ensemble et 53 % de ceux en union) ont utilisé une méthode à un moment quelconque. Comme chez les femmes, la pratique des méthodes modernes (42 %) est aussi importante que celle des méthodes traditionneUes/populaires (44 %), et les méthodes les plus utilisées sont le condom (39 %) et la continence périodique (38 %). 4.3 UTIL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPT ION La prévalence contraceptive correspond au pourcentage des femmes qui utilisent une méthode de contraception au moment de l'enquête. Elle permet d'évaluer l'impact des programmes de planification familiale dans le pays. Le tableau 4.5 fournit le niveau de prévalence par âge pour l'ensemble des femmes, pour celles en union et celles qui ne sont pas en union mais sexuellement actives. Si 35 % des femmes interrogées ont déclaré avoir pratiqué une méthode quelconque de contraception au cours de leur vie, seulement 17 % d'entre elles en utilisaient une au moment de l'enquête : 11% utilisaient une méthode traditionnelle ou populaire, presque exclusivement la continence périodique (10 %), et seulement 6 % utilisaient une méthode moderne, essentiellement la pilule (3 %) et le condom (2 %) (graphique 4.2). Comme on l'a déjà souligné, contrairement à ce que l'on observe dans de nombreux autres pays, en Côte d'Ivoire, la prévalence de la contraception est plus importante parmi l'ensemble des femmes que parmi les femmes en union (graphique 4.3). Chez les femmes en union, seulement 11% utilisaient une méthode quelconque au moment de l'enquête : 4 % utilisaient une méthode moderne et 7 % une méthode traditionnelle ou populaire. La méthode moderne la plus utilisée est, de loin, la pilule (2 %). Parmi les méthodes traditionnelles, les femmes en union utilisent surtout la continence périodique (6 %). L'écart de prévalence contraceptive entre l'ensemble des femmes et les femmes en union s'explique ici par une prévalence de la contraception très élevée chez les femmes qui ne sont pas en union et qui sont sexuellement actives. En effet, parmi les femmes qui ne sont pas union mais sexuellement actives, près de la moitié (49 %) pratiquent la contraception, contre seulement 11% des femmes en union. Comme les femmes en union, les femmes qui ne sont pas en union utilisent surtout les méthodes traditionnelles (31%) et, essentiellement la continence périodique (28 %); 18 % utilisent les méthodes modernes, mais, contrairement aux femmes en union, elles utilisent davantage le condom (11%) que la pilule (6 %). 55 Tableau 4.5 Utilisation actuelle de la contraception Pourcentages de femmes et d'hommes, de femmes et d'hommes actuellement en union et de femmes et d'hommes qui ne sont pas en union et qui sont sexuellement actives, qui utilisent actuellement une méthode contraceptive, par méthode spécifique, selon I åge (pour les femmes), EDS C6te d Ivoire 1994 N'ira- M~thodes N'ira- M~thodes modernes porte traditionnelles N'ira- porte quelle N'utilise porte quelle m~thode Contin. pas Groupe quelle mæthode Pi- lnjec- Con- Autres trad./ pério- actuelle- d'åges m6th, moderne lule tion dom modernes pop, dique Autres ment Total Effectif TOUTES LES FEMMES 15-19 18,6 5,2 1,1 0,2 3,8 0,0 13,4 12,5 1,0 81,4 I/X),0 1 961 20-24 22,9 6,3 2,9 0,5 2,8 0,2 16,6 15,2 1,4 77,1 1 t~0,0 I 571 25-29 16,8 7,4 5,1 0,4 1,5 0,4 9,4 8,1 1,3 83,2 1 (Y0,0 1 454 30-34 15,8 6,1 3,2 1,2 0,8 0,9 9,6 8,3 1,3 84,2 ICX},(I l 189 35-39 13,0 5,2 1,8 1,5 0,8 1,1 7,7 5,8 2,0 87,0 100,0 806 40-44 8,1 4,1 1,7 1,1 0,0 1.4 4,1 2,9 1,2 91,9 100,0 621 45-49 5,3 2,4 0,6 0,7 0,2 0,9 2,9 2,2 0,7 94,7 100,0 496 Ensemble 16,5 5,7 2,5 0,7 1,9 0,6 10,8 9,6 1,3 83,5 100,0 8099 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 8,7 2,4 1,1 0,0 1,3 0,0 6,3 5,6 0,7 91,3 100,0 517 20-24 13,7 3,8 2,0 0,2 1,2 0,4 9,8 8,7 1,2 86,3 100.0 I 008 25-29 I 1,8 5,2 3,6 0,5 0,7 0,5 6,6 5,6 1,0 88,2 100,0 1 178 30-34 13,6 5,3 2,6 1,4 0,4 0,8 8,3 7,4 0,9 86,4 100,0 993 35-39 I 1,6 4,6 1,7 1,5 015 1,0 7,0 5,0 2,0 88.4 ll~},t) 676 40-44 9,1 4,6 1,8 1,3 0,0 1,4 4,5 3,2 1,3 90,9 100,0 503 45-49 5,3 2,1 0,5 0,7 0~I1 1,0 3,1 2,3 0,8 94,7 100,0 395 Ensemble 11,4 4,3 2,2 0,8 0,7 0,7 7,1 6,0 1,1 88,6 100,0 5 27 [ FEMMES PAS EN UNION ET SEXUELLEMENT ACTIVES 15-19 47,2 15,5 3,2 0,3 11,6 0,4 31,7 29,4 2.4 52,8 100,0 382 20-24 58,2 21,5 6,6 1,6 13,0 0,3 36,7 35,4 1,4 41,8 I(X),0 208 25-29 52,0 24,5 14,5 0,5 8,4 1,1 27,6 23,6 4,0 48,0 I/X),0 106 30-34 45,9 21,4 11,8 0,0 6,2 3,4 24,5 17,6 6,9 54,1 100,I) 69 35-39 52,4 21,1 6,1 3,4 8,2 3,4 31,3 27,2 4,1 47,6 100,0 34 40-44 7,9 5,0 5,0 0,0 0,0 0,0 2,9 0,0 2,9 92,1 100,0 23 45-49 5,5 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 5,5 5,5 0,0 94,5 100,0 10 Ensemble 49,1 18,4 6,3 0,7 10,5 0,8 30,7 28,0 2,7 50,9 1 th0,0 833 HOMMES Ensemble 26,2 13,7 2,1 0,6 10,5 0,6 12,4 10,7 1,8 73,8 1130,0 2552 En union 19,8 7,1 2,5 0,9 3,2 0,5 12,7 10,6 2,1 80,2 100,0 1 278 56 Graphique 4.2 Prévalence de la contraception pour l'ensemble des femmes et des hommes, selon la méthode utilisée Pourcentage EDSCI1994 Graphique 4.3 Utilisation de la contraception par les femmes Ensemble des femmes Femmes e~ un ion Fem mes non en un ion I i I 10 20 30 40 50 Pourcentage 60 EDSCI1994 57 Les données selon l'âge (tableau 4.5) font apparaître que, quelle que soit la catégorie de femmes, le niveau maximum de prévalence se situe à 20-24 ans (23 % pour l'ensemble des femmes), âges de fécondité maximale; il diminue ensuite avec l'âge pour passer à 13 % à 35-39 ans et atteint son minimum à 45-49 ans puisque 5 % seulement de l'ensemble des femmes de ce groupe d'âges utilisent une méthode contraceptive. Concernant les méthodes modernes utilisées, on constate que le condom est surtout utilisé par les femmes les plus jeunes (moins de 25 ans), alors que les femmes plus âgées utilisent plus fréquemment la pilule ou les injections. Les résultats de I'EDSCI mettent en évidence un niveau d'utilisation relativement faible de la contraception et surtout de la contraception moderne, ce qui explique, en grande partie, que la fécondité reste encore à un niveau élevé. Cette situation est assez semblable à celle des autres pays d'Afrique de l'Ouest où des enquêtes ont été réalisées récemment 3. Cependant, il faut noter que la prévalence contraceptive a connu une augmentation très importante au cours des demières années, augmentation qui explique, en partie, la baisse de la fécondité observée récemment. En effet, de 1980-1981, d'après I'EIF (Direction de la Statistique, 1984), à 1994, la prévalence contraceptive est passée de 3 % à 11% parmi les femmes en union, et de moins de 1% à 4 % pour les seules méthodes modernes. La prévalence contraceptive chez les hommes est beaucoup plus élevée que chez les femmes (26 % contre 17 %) du fait, essentiellement, d'une utilisation beaucoup plus importante du condom (11% contre 2 %) (tableau 4.5). Comme chez les femmes, l'utilisation de la contraception au moment de l'enquête était plus élevée parmi l'ensemble des hommes (26 %) que parmi les hommes en union (20 %). En ce qui concerne la prévalence contraceptive moderne, l'écart est plus important : 14 % de l'ensemble des hommes utilisaient une méthode moderne contre 7 % de ceux qui sont en union. Le condom est la méthode moderne la plus fréquemment utilisée, mais on constate un écart important selon la catégorie matrimoniale : en effet, les hommes, toutes catégories matrimoniales confondues, utilisent le condom près de trois fois plus fréquemment que les hommes en union (11% contre 3 %). En ce qui concerne les méthodes traditionnelles, elles sont utilisées par 12 % de l'ensemble des hommes et 13 % de ceux qui sont en union, essentiellement il s'agit de la continence périodique (11%) (graphique 4.2). Les renseignements recueillis permettent l'analyse de la prévalence contraceptive selon certaines caractéristiques socio-démographiques telles que le milieu de résidence, le niveau d'instruction, la religion et le nombre d' enfants vivants. Le tableau 4.6 présente ces résultats pour les femmes et les hommes en union. Chez les femmes, les différences de prévalence contraceptive sont très importantes lorsqu'on considère le milieu de résidence : en milieu rural, seulement 7 % des femmes en union utilisent une méthode contre 19 % en milieu urbain. On retrouve des écarts aussi importants en ce qui concerne les méthodes modernes, la prévalence variant de 2 % en milieu rural à 8 % en milieu urbain. Abidjan se distingue par les proportions d'utilisatrices les plus élevées : 23 % pour l'ensemble des méthodes et 10 % pour les méthodes modernes (graphique 4.4). La pilule est, partout, la méthode moderne la plus utilisée et son taux d'utilisation atteint 5 % en milieu urbain. 3 L'Indice Synthétique de Fécondité et la prévalence de la contraception moderne parmi les femmes en union sont, respectivement, les suivants dans quelques pays d'Afrique de 1' Ouest : 7,4 et 2 pour cent au Niger en 1992 (Kourguéni et al., 1993), 6,9 et 4 pour cent au Burkina Faso en 1993 (Konaté et al., 1994), 6,0 et 4 pour cent au Nigéria en 1990 (FOS et IRD, 1992) et 6,0 et 5 pour cent au Sénégal en 1992/93 (Ndiaye et al., 1994). 58 Tableau 4.6 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques Repartition (en %) des lbmmes et des hommes actuellement en union par méthode actuellement utilisée, selon certaines earactéristiques, socio-démographiques, EDS C6te d'Ivoire 1994 N'im- M¢thodes N'im- Méthodes modernes porte traditionnelles N'iris- porte quelle N'utilise porte quelle méthode Contin. pas Groupe quelle méthode Pi- Injec- Con- Autres trad./ p6rio- acluelle- d'åges In6th moderne lule tion dom modernes pop. dique Antres ment Total Effec0f FEMMES Milieu de résidence Abidjan 23,4 9,6 5,3 [,6 0,7 [,9 13,7 12,1 I+6 76,6 100,0 960 For~t Urbaine 14.2 5,0 3,0 I,I 0,4 0,6 9,1 7,2 2,0 85,8 100,0 540 Savane Urbaine 16,4 7.9 5,2 1,4 (1,5 0,8 8,5 7,1 1,4 83,6 I00,0 414 Ensemble urbain 19,3 8,0 4,6 1,4 0,6 1,3 I 1,3 9,6 1,7 80,7 100,0 1 914 For~t Rurale 8, I 2,5 0,9 0,4 0,9 0,4 5,6 4,6 1,0 91,9 100,0 2 277 Savane Rurale 4,4 1,6 0,8 0,5 0,2 0,2 2,8 2,4 0,4 95,6 100,0 I 080 Ensemble rural 6,9 2,2 0,9 0,4 0,7 0,3 4,6 3,9 (1,8 93,1 100,0 3 357 Niveau d' ins- truct ion Aucun 5,2 2,2 1,0 0,5 0,2 0,4 3,1 2,4 0,7 94,8 100,0 3685 Primaire 20,0 7,6 3,9 1,0 1,4 1,4 12,4 9,9 2,5 80,0 100,0 1 100 Secoodaire ou plus 38,7 13.2 7,8 2.3 2,1 1,0 25,5 24,2 1,3 61,3 100,0 486 Religion Catholique 22,6 8,2 4,2 1,7 1,2 I,I 14,4 13,2 I,I 77,4 100,0 I 029 Proleslante 15,1 4,7 2,3 0,5 1,3 0,6 10,4 8,2 2,2 84,9 100,0 820 Musulmane 6,8 3,1 1,7 0,6 0,4 0,4 3,7 3,2 0,5 93,2 100,0 2 002 Sans religion 8,2 3,2 1,7 0,6 0,3 0,7 4,9 3,8 1,2 91,8 100,O 1 074 Tradifonnelie 6,0 2,3 1,2 0,0 0,3 0,8 3,8 1,9 1,9 94,0 100,0 347 Nhre. d'enfants vivanLs Aucun 9,9 2,7 1,5 0,0 1,0 0,2 7,1 6,9 0,2 90,1 100,0 565 1 11,9 3,7 2,0 0,1 1,3 0,3 8,3 7,4 0,9 88,1 100,0 857 2 12,1 4,0 2,2 0,4 1,0 0,4 8,1 6,7 1,4 87,9 100,0 834 3 13,2 5,8 3,7 1,0 0,4 0,7 7,5 6,4 1,1 86,8 100,0 786 4 (lu plus 10,7 4,6 2,0 1,3 0,3 1,0 6,1 4,8 1,4 89,3 100,0 2 229 Ensemble I 1,4 4,3 2~2 0,8 0,7 0,7 7,1 6,0 1,1 88,6 100,0 5 271 HOMMES Mi l ieu de résidence Abidjan 26,6 12,5 3,8 I,I 6,0 1,6 14,1 10,9 3,2 73,4 100,0 257 For~3t Uibaine 24,1 9,0 4,2 1,8 2,4 0,6 15,1 13,9 1,2 75,9 100,0 112 Savane Urbaine 26,1 13,6 6,8 1,7 5,1 0,0 12,5 9,1 3,4 73,9 1{30,0 98 Ensemble urbain 25,9 I 1,9 4,5 1,4 4,9 1,0 14,0 I 1,2 2,8 74,1 100,0 466 For~t Rurale 17,7 4,1 1,4 0,2 2,3 0,2 13,5 I 1,3 2,2 82,3 100,0 561 Savane Rurale 13,3 4,9 I, I 1,5 2,3 0,0 8,4 8,0 0,4 86,7 100,0 25 I Ensemble rural 16,3 4,4 1,3 0,6 2,3 0,1 12,0 10,3 1,7 83,7 100,0 812 Niveau d' ins- truct ion Aucun 9,7 2,3 0,5 0,6 I,I 0,1 7,3 6,1 1,2 90,3 100,0 676 Primaire 23,6 8,8 2,3 0,g 4,2 1,5 14,8 12,1 2,7 76,4 Içg),O 283 Secl)ndaire ou plus 37,9 15,8 6,9 I,ó 6,9 0,4 22,2 18,9 3,3 62,1 1130,0 319 Rel igion Catholique 27,0 8,0 4,0 1,0 2,9 0,0 19,1 15,9 3,2 73,0 100,0 272 Protestante 28,3 9.7 2,3 1,7 5,7 0,0 18,7 15,4 3,3 71,7 100,0 175 Musuhnane 16,0 6,3 2,4 0,9 2,6 0,4 9,7 8,0 1,6 84,0 100,0 498 Sans religton 17,1 5,4 1.7 0,0 2,5 1,2 I 1,8 10,0 1,7 82,9 100,0 214 Traditionnelle I 1,6 7,8 1,3 1,0 4,4 1,2 3,9 3,4 0,5 88,4 100,0 119 Ensemble 19,8 7,1 2,5 0,9 3,2 0,5 12,7 10,6 2,1 80,2 100,0 1 278 59 COTE D'IVOIRE ~ RÉSIDENCE Abidjan For~t Urbaine Savane Urbaine For~t Rurale Savane Rurale INSTRUCTION Aucune Primaire ~ Secondaire ou + i Graphique 4.4 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union I I ) 10 20 I 30 40 50 Pourcentage EDSCI1994 La prévalence de la contraception, qu'elle soit moderne ou traditionnelle, augmente de façon très importante avec le niveau d'instruction : 5 % des femmes sans instruction utilisent une méthode quelconque et 2 % seulement une méthode moderne. Chez les femmes ayant un niveau d'instruction primaire, la prévalence est quatre fois plus élevée et atteint 20 %, dont 8 % pour les méthodes modernes, essentiellement la pilule (4 %). C'est chez les femmes les plus instrnites que la prévalence contraceptive est la plus élevée, avec près de deux femmes sur cinq qui utilisent une méthode (39 %) : 13 % utilisent une méthode moderne (8 % pour la pilule) et 26 % une méthode traditionnelle, presque exclusivement la continence périodique (24 %). Quel que soit le niveau d'instruction, l'utilisation des méthodes traditionnelles est plus élevée que celle des méthodes modernes. Cependant, on observe que, curieusement, parmi les utilisatrices, la proportion de celles qui utilisent des méthodes modernes semble d'autant moins importante que le niveau d'instruction est élevé. Du point de vue de la religion, on constate enfin que l'utilisation de la contraception, tant moderne que traditionnelle, est plus importante chez les femmes catholiques (23 %) et protestantes (15 %) que chez les autres. Contrairement à ce que l'on s'attend à trouver, l'utilisation de la contraception est élevée parmi les femmes en union sans enfant (10 %) et ne varie que très peu avec la parité. Elle augmente très légèrement jusqu'à trois enfants (de 10 % à 13 %), puis décroît pour les femmes qui ont 4 enfants et plus (11%). Lorsqu'on se limite aux seules méthodes modernes, les variations de la prévalence suivent la même tendance. Comme chez les femmes, 1' utilisation de la contraception est beaucoup plus élevée chez les hommes en union vivant en milieu urbain (26 %) que chez ceux vivant en milieu rural (16 %), mais les écarts enregistrés entre les différents milieux de résidence sont moins importants que ceux enregistrés pour les femmes (graphique 4.5). En outre, on peut noter qu'en milieu rural, l'utilisation des méthodes traditionnelles (12 %) est trois fois plus élevée que celle des méthodes modernes (4 %), alors qu'en milieu urbain, les méthodes modernes sont presque autant utilisées que les méthodes traditionnelles (12 % contre 14 %). De 60 Graphique 4.5 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes et les hommes en union Pourcentage 40 30 20 10 0 COTE Urbain Rural Aucune Primaire Secondaire D'IVOIRE RÉSIDENCE INSTRUCTION ou + H=Homme F Femme EDSCI 1994 même que chez les femmes, le niveau d'instruction joue de façon sensible sur le niveau de prévalence contraceptive : alors que 10 % des hommes sans instruction utilisent la contraception, parmi ceux de niveau secondaire ou plus, pratiquement deux hommes sur cinq utilisent une méthode (38 %), dont un peu moins de la moitié une méthode moderne (16 %). Parmi ces méthodes, le condom et la pilule sont les plus utilisées (7 % pour chaque méthode). 4.4 NOMBRE D'ENFANTS A LA PREMIERE UTIL ISAT ION L' utilisation de la contraception pour la première fois peut, en fonction de la parité atteinte, répondre à des objectifs différents : retard de la première naissance si l'utilisation commence lorsque la femme n'a pas encore d'enfant, espacement des naissances si la contraception débute à des parités faibles, ou encore limitation de la descendance lorsque la contraception commence à des parités élevées, c'est-à-dire lorsque le nombre d'enfants désiré est déjà atteint. Le tableau 4.7 présente par groupe d'âges, la répartition des femmes en union selon le nombre d'enfants qu'elles avaient au moment où elles ont utilisé la contraception pour la première fois. Parmi les femmes en union ayant déjà utilisé la contraception (32 %), une sur trois (11%) a commencé à 1' utiliser alors qu'elle n' avait pas d'enfant, c'est-à-dire pour retarder la venue du premier enfant, 14 % ont commencé alors qu'elles étaient à des parités relativement faibles ( 1 à 3) et 7 % ont commencé à des parités élevées (4 et plus), certainement pour limiter leur descendance. La proportion de femmes ayant utilisé la contraception alors qu'elles étaient nullipares augmente fortement des générations les plus anciennes (2 % à 45-49 ans) aux générations les plus jeunes (21% à 20-24 ans et 22 % à 15-19 ans). On note la même tendance pour les femmes qui ont commencé à pratiquer la contraception après la naissance du premier enfant : en effet, les proportions passent de 2 % à 45-49 ans à 61 Tableau 4.7 Nombre d'enfants ~ la premi~:re utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes non-célibataires par nombre d'enfants vivants lors de la première utilisation de la contraception et nombre médian d'enfants ~t la premibre utilisation, selon Fige actuel, EDS Côte d'Ivoire 1994 Jamais Nombre d'enfants à la première utilisé utilisation de la contraception Effectif Groupe la contra- de d'âges ception 0 1 2 3 4+ ND Total femmes Médiane 15-19 71,2 22,4 4,6 1,5 0,0 0,0 0,2 100,0 543 0,6 20-24 60,1 20,6 12,0 4,8 2,0 0,6 0,0 100,0 1 093 1,0 25-29 63,2 12,4 9,1 6,9 4,5 3,8 0,1 100,0 1 320 1,7 30-34 64,2 9,1 5,8 5,8 4,7 10,1 0,3 IOO,0 1 117 2,5 35-39 69,0 6,2 4,6 3,8 2,3 14,0 0,1 100,0 788 3,4 40-44 78,8 2,2 1,9 2,5 1,7 12.7 0,2 100,0 611 4,7 45-49 86,6 1,6 1,6 1,2 1,6 7,4 0,0 100,0 492 4,7 Ensemble 67,8 11,4 6,6 4,5 2,9 6,6 0,1 100,0 5 964 1,7 12 % à 20-24 ans. De même, on remarque que le nombre médian d'enfants à la première utilisation passe de 4,7 pour les femmes les plus âgées à 1,0 pour celles de 20-24 ans et 0,6 pour celles de 15-19 ans. Ces résultats suggèrent qu'un changement de comportement se dessine, les jeunes générations ayant plus tendance que les anciennes à retarder la venue du premier enfant et/ou à commencer à espacer leurs naissances dès que des parités très faibles sont atteintes. 4.5 CONNAISSANCE DE LA PÉRIODE FÉCONDE L'efficacité de l'utilisation de certaines méthodes de contraception, en particulier de la continence périodique, dépend de la connaissance exacte de la période de fécondabilité au cours du cycle menstruel. Pour mesurer le niveau de connaissance des femmes, on leur a demandé si elles pensaient, qu'au cours du cycle, il existait une période pendant laquelle elles avaient plus de chance de tomber enceinte et, si oui, à quel moment du cycle se situait cette période. Compte tenu des très nombreuses nuances que peuvent comporter les réponses à cette dernière question, on a essayé de regrouper les réponses en trois grandes catégories (tableau 4.8) : connaissance « milieu du cycle »; connaissance douteuse « juste après la fin des règles », « juste avant le début des règles ». Ces réponses sont trop vagues pour pouvoir être considérées comme exactes mais, selon l'idée que se font les femmes du «juste après » et du «juste avant», elles peuvent correspondre à la période de fécondabilité; méconnaissance « pendant les règles », « n'importe quand », « autre » ou « ne sait pas ». Près de trois femmes sur cinq (58 %) n'ont aucune idée de l'existence d'une période particulière ou ne savent pas situer correctement cette période, 10 % ont une connaissance douteuse et seulement près du tiers des enquêtées (30 %) ont une connaissance précise de la période pendant laquelle la femme a le plus de chance de tomber enceinte 4. Par contre, la connaissance des femmes ayant déjà utilisé la continence 4 Ce chiffre est relativement élevé par rapport aux résultats d'autres opérations de ce type réalisées en Afrique. Par exemple, la proportion de femmes connaissant la période de fécondabilité était de 11 pour cent au Niger en 1992 (Kourguéni et al., 1993), 9 pour cent au Burkina Faso en 1993 (Konaté et al., 1994), 20 pour cent au Nigeria en 1990 (FOS et IRD, 1992) et 10 pour cent au Sénégal en 1992/93 (Ndiaye et al., 1994). 62 Tableau 4.8 Connaissance de la période féconde Répartition (en %) des femmes selon leur connaissance de la période t~conde au cours du cycle menstruel, pour toutes les femmes et pour celles pratiquant la continence périodique selon la méthode utilisée pour déterminer la période pendant laquelle s'abstenir, EDS Céte d'Ivoire 1994 Utilisatrices Connaissance de la Ensemble de la pæriode continence des féconde pérodique femmes Connaissance Au milieu du cycle 81,9 30,3 Connaissance douteuse Juste après les règles 9,2 10,3 Juste avant les r~gles 0,7 1,0 Ne connait pas Pendant les règles 0,3 0,2 A n'importe quel moment 2,2 14,8 Autre 0,8 0,3 Ne sait pas 4,9 43,1 Total 100,0 100,0 Effectif de femmes 775 8 099 périodique comme méthode de contraception est nettement meilleure puisque 82 % d'entre elles ont su situercorrectement la période de fécondabilité. Néanmoins, on constate que 10 % de ces femmes n'en ont qu'une connaissance douteuse et 8 % ne savent pas situer la période au cours de laquelle elles doivent s'abstenir de rapports sexuels pour éviter de tomber enceinte. Pour ces femmes, la pratique de la continence périodique est vouée à l'échec. Ce résultat mérite d'être souligné dans la mesure où la continence périodique a ét~ largement utilisée en Côte d'Ivoire (17 % des femmes en union) et correspondait encore, au moment de l'enquête, à la première méthode de contraception utilisée, avec un taux de prévalence de 6 % chez les femmes en union. Une éducation des femmes pour améliorer la connaissance de leur cycle améliorerait donc très nettement l'efficacité de cette méthode. 4.6 SOURCE D'APPROVISIONNEMENT DE LA CONTRACEPTION Pour évaluer la contribution des secteurs public et privé dans la distribution ou la vente des différentes méthodes de contraception, on a demandé aux utilisatrices d'indiquer 1' endroit où elles obtiennent leur méthode. Le tableau 4.9 indique que la majorité des femmes utilisatrices de la contraception s'approvisionnent auprès du secteur médical privé (53 %), essentiellement dans les pharmacies (34 %) et dans les centres de planification familiale (15 %); le secteur public, avec environ un quart d'utilisatrices (26 %), se situe en deuxième position. Parmi les utilisatrices de la pilule, 73 % des femmes s' adressent au secteur médical privé, dont 43 % dans les pharmacies et 26 % dans les centres de planification familiale, ayant pour chef de file I'AIBEF. Le secteur public ne contribue que pour 24 % à l'approvisionnement en pilule. Pour le DIU, les injections et la 63 Tableau 4.9 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de méthodes contraceptives modernes par source d'approvisionnement la plus récente, selon les méthodes spécifiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Stérilisa- Source lnjec- tion d'approvisionnement Pilule Condom tions Dru Iëminine Ensemble a Secteur public 24,0 5,6 58,3 65,9 83,8 25,5 H6pital 12,8 3,3 43,5 46,3 83,8 17,1 Centre de santé 10,4 0,9 13,7 13,1 0,0 7,2 Dispensaire 0,8 0,6 1,1 6,5 0,0 1,0 Poste médical 0.0 0,7 0.0 0,0 0.0 0,3 Secteur médical privé 73.4 36,9 41,7 34,1 10,4 53,0 Cabinet de médecin 1,4 0,0 2,2 0,0 0,0 0,9 Clinique 3,0 0,0 5,4 5,4 10,4 2,8 Pharmacie 42,9 34,5 21,4 8,5 0,0 34.0 Centre de PF 26,1 2,4 12,6 20,2 0,0 15,4 Autre secteur privé 2,7 46,8 0,0 0,0 0,0 17.7 Boutique 0,0 32,9 0,0 0,0 0,0 11,2 Parents/voisins 0,0 6,6 0,0 0,0 0,0 2,7 Autre privé 2,7 7,2 0,0 0,0 0,0 3,8 NSP/ND 0,0 10,7 0,0 0,0 0,0 3,8 Tt~tal 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effi~cti f de femmes 206 157 53 22 17 460 a y compris 6 femmes qui utilisent les méthodes vaginales stérilisation féminine qui nécessitent la présence d'un personnel médical, les femmes préfèrent s'approvisionner dans le secteur public (respectivement, 66, 58 et 83 %). Dans le cas du DIU, les centres de planification familiale occupent également une place non négligeable (20 %). Près de la moitié des femmes se procurent les condoms dans le secteur privé autre que médical (47 %) et, en particulier, dans les boutiques (33 %). Le secteur médical privé sert à l'approvisionnement en condom de 37 % des utilisatrices : il s'agit essentiellement des pharmacies (35 %). Le secteur public n'intervient que très peu dans l'approvisionnement en condoms (6 %). La faible contribution des structures publiques dans l'approvisionnement en méthodes de planification familiale s'explique par le fait que la politique favorisant la vulgarisation des méthodes de contraception est très récente. Il faut noter surtout la part prépondérante que commence à prendre certaines ONG (AIBEF, PROVIFA, etc.) dans la planification familiale. L'AIBEF, pionnier de la planification familiale en C6te d'Ivoire, a ouvert ses premières cliniques en 1986. Elle fournit des services dans ses propres cliniques qui ont vu leur nombre multiplier par sept de 1986 à 1992 et s'est vue confier l'assistance et la gestion techniques des centres de planification familiale du Ministère de la Santé. Elle reste la principale structure de diffusion et de vulgarisation des méthodes de planification familiale. 64 4.7 UTIL ISATION FUTURE DE LA CONTRACEPTION On a demandé aux femmes et aux hommes qui n'utilisaient pas la contraception au moment de l'enquête, s'ils avaient l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir. Le tableau 4.10, illustré par le graphique 4.6, fournit la distribution des femmes et des hommes en union selon l'intention d'utiliser une méthode de contraception dans le futur. On a distingué, en outre, ceux qui n'ont jamais utilisé la contraception de ceux qui l'ont déjà utilisée mais ne l'utilisaient pas au moment de l'enquête. Tableau 4.10 Utilisation future de la contraception Répartition (en %) des femmes et des hommes actuellement en union n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive, par intention d'utiliser une m6thode dans l'avenir, selon le nombre d'enfants vivants (pour les lemmes) et selon l'exp6rience pass6e en matière de contraception, EDS Côte d'Ivoire 1994 Intention d'utiliser dans le futur Femmes Nombre d'enfants vivants I Ensemble des 0 1 2 3 4 ou + Ensemble hommes N'a jamais utilisé la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 1,4 Intention d'utiliser plus tard 6,6 Intention NSP quand 0,5 N'est pas sfir(e) d'utiliser 7,9 N'a pas l'intention d'utiliser 62,3 A déjà utilisé la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 3,2 Intention d'utiliser plus tard 8,7 Intention NSP quand 0,4 N'est pas sfir(e) d'utiliser 3,8 N'a pas l'intention d'utiliser 5,3 Total 100,0 Toutes les femmes/tous les hommes actuellement en union et non-utilisatrices (eurs) Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 4,6 Intention d'utiliser plus tard 15,3 Intention NSP quand 0,9 N'est pas s6r(e) d'utiliser I 1,6 N'a pas l'intention d'utiliser 67,6 Total 100,0 Effectif 388 7,7 6,7 11,0 15,7 11,1 8,3 11,4 10,4 8,6 9,1 1,2 1,3 1,4 2,1 1,6 8,7 7,7 7,0 6,4 7,5 7,3 49,6 48,3 49,0 47,7 49,5 49,3 5,6 8,7 9,0 8,7 7,8 8,9 6,8 5,6 3,4 5,6 0,8 1,3 0,7 0,6 0,8 2,1 1,6 1,6 1,0 1,6 8,0 6,7 4,8 4,6 5,6 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 13,3 15,4 20,0 24,4 18,9 17,3 18,2 16,0 12,0 14,7 2,0 2,6 2,1 2,7 2,4 9,8 8,6 8,0 8,5 8,9 57,6 55,0 53,9 52,3 55,1 100,0 100,0 100,0 100,0 1 (30,0 728 761 713 2 080 4 670 17,6 24,4 100,0 26,3 73,7 100,0 I 025 Y compris la grossesse actuelle. 65 Graphique 4.6 Intention d'utiliser la contraception par les femmes et les hommes actuellement en union N'a pas l'intention d'utiliser 55% NSP/ND A l'intention d'utiliser 36% 9% N'a pas l'intention d'utiliser 74% ~ A l'intention d'utiliser 26% FEMMES HOMMES EDSCI1994 Plus de la moitié des femmes (55 %) en union qui n'utilisaient pas une méthode contraceptive au moment de l'enquête, n'ont pas l'intention de le faire dans l'avenir. Par contre, plus d'une femme sur trois (36 %) a l'intention de l'utiliser dans le futur, dont 19 % dans un avenir très proche (dans les 12 mois suivant l'interview). Parmi les 36 % de femmes ayant l'intention d'utiliser la contraception dans 1' avenir, 22 % n'ont jamais pratiqué la contraception, mais pour 14 % d'entre elles, il s'agira d'une réutilisation. Par ailleurs, on constate que la proportion des femmes qui déclarent avoir I' intention d'utiliser une méthode de planification familiale augmente avec la parité : de 21% chez les nullipares à 33 % chez celles ayant un enfant et à 39 % chez celles ayant 4 enfants ou plus. Parmi les hommes qui n'utilisent pas la contraception, une forte majorité (74 %) n'ont pas 1' intention de le faire à l'avenir. Un peu plus d'un quart des hommes (26 %) ont manifesté leur intention de pratiquer une méthode, dans la plupart des cas (18 %), il s'agira d'une réutilisation. Pour évaluer la demande potentielle des diflërents types de méthodes contraceptives, on a demandé aux femmes en union ayant l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir, de spécifier la méthode de leur choix. Il ressort des données du tableau 4.11 que les méthodes modernes (83 %) sont les plus fréquemment citées, avec notamment 40 % pour les injections et 36 % pour la pilule; le DIU, la stérilisation féminine, et le Norplant (2 % pour chaque méthode) ne sont que très peu cités. Il est intéressant de noter que les méthodes traditionnelles, qui sont aujourd'hui utilisées par 62 % des utilisatrices, ne représentent que 9 % des méthodes citées pour une utilisation future. De même, parmi les méthodes modernes, les injections viennent en tête pour l'utilisation future alors qu'au moment de l'enquête, la pilule était la méthode moderne la plus largement utilisée. 66 Tableau 4.11 Méthode contraceptive pr~férée pour une utilisation future Répartition (en %) des femmes actuellement en union n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive mais ayant l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, par méthode préférée, selon l'intention de l'utiliser dans les 12 prochains mois ou plus tard, EDS Côte d'Ivoire 1994 Intention d'utiliser Dans Méthode les 12 contraceptive prochains Après NSP préférée mois 12 mois quand Ensemble Pilule 38,0 35,8 23,1 36,1 DIU 2,3 1,2 2,5 1,9 Injection 37,8 40,4 50,6 39,7 Méthodes vaginales 0,5 0,6 1,3 0,6 Condom 1,3 1,6 0,6 1,4 Stérilisation f6minine 2,3 1,4 0,0 1,8 lmplant/Norplant 1,8 2,4 0,0 1,9 Continence périodique 5,3 5,1 5,2 5,2 Méthode populaire 3,6 4,0 2,1 3,7 ND 7,0 7,5 14,6 7,7 Total 100,0 100,0 1130,0 100,0 Effectif de femmes 882 688 110 I 681 Aux femmes et aux hommes non utilisateurs de la contraception et qui ont déclaré ne pas avoir l'intention de l'utiliser dans l'avenir, on a demandé quelle en était la raison. Les données du tableau 4.12 indiquent que le désir d'avoir des enfants est la raison la plus fréquemment évoquée par les femmes (55 % des femmes), suivie de raisons relatives à des convictions personnelles (opposition à la planification familiale, religion) ou aux convictions du partenaire (13 %) et de raisons relatives à la stérilité, à la ménopause ou à la fréquence des rapports sexuels (13 %). Le manque d'information est également une raison invoquée par 8 % des femmes. Les raisons invoquées par les jeunes femmes et celles de 30 ans et plus diffèrent assez peu sauf, bien entendu, dans le cas des raisons relatives à la stérilité, à la ménopause ou à la fréquence des rapports sexuels qui sont citées par 24 % des femmes de 30 ans et plus, contre 2 % des femmes de moins de 30 ans. Corrélativement, le désir d'avoir des enfants est cité beaucoup plus fréquemment par les jeunes femmes que par les femmes plus âgées (69 % contre 44 %). Chez les hommes, comme chez les femmes, le désir d'enfants est la raison de non utilisation de la contraception la plus fréquemment citée (50 %). Par ailleurs, 16 % d'hommes ont cité la religion, alors que 7 % seulement des femmes l'avaient mentionnée. En outre, on constate que la religion est mentionnée deux fois plus fréquemment par les hommes de 30 ans et plus que par les hommes plus jeunes (18 % contre 9 %). Enfin, le manque d'information est une raison évoquée par 6 % des hommes. 67 Tableau 4.12 Raison de non-utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes et des hommes en union n'utilisant pas actuellement une m6thode contraceptive et n'ayant pas l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, selon la principale raison pour laquelle elles/ils n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception, selon l'âge, EDS C6te d'Ivoire 1994 Femmes Hommes Raison de Åge Tous Åge Tous non-utilisation les les de la contraception 15-29 30-49 figes 15-29 30-59 âges Veut des enfants 68,6 44.3 55,0 58.5 48,6 50.4 Effets secondaires 1,8 1,6 1,7 4,1 1,2 1,7 Probl~:mes pour la santé 1.2 1,8 1,5 1,5 0,4 0,6 Manque d'information 7,2 8,4 7,8 5.2 5.6 5,5 Prix 1.0 1,9 1,5 1.5 0,9 1,0 Religion 6,9 7,0 7,0 9.0 17.9 16.2 Fataliste 0,1 2,0 1,1 0.7 1,5 1.3 Oppos6e au planning familial 1,7 1.9 1.8 0.7 0.9 0.9 Partenaire s'y oppose 2,9 2,4 2,6 0.0 0.7 11.6 Rapports sexuels peu fréquents 0,4 2,3 1.5 1,6 1,9 1,9 Difficultés à tomber enceinte 1.8 8,4 5,5 0.0 1.0 0.8 Ménopause/Hyst~rectomie 0.1 13,5 7.6 0.0 2.3 1.9 Utilisation peu pratique 2,8 2.3 2,5 4,6 3,5 3,7 Autres raisons 1,1 0,9 0.9 0,0 0,6 0,5 Ne sait pas 2,5 1,1 1,7 0.0 0.2 0.2 Total 100,0 100,0 100,0 87.3 87.1 87.2 Effectif 1 134 1 439 2 572 142 613 755 4.8 SOURCES D'INFORMATION SUR LA CONTRACEPTION Les média peuvent se révéler très utiles en tant que support pour la diffusion d'informations sur la planification familiale en général et sur les différentes méthodes de contraception. Pour cette raison, on a demandé à l'ensemble des femmes si elles avaient entendu un message quelconque sur la planification familiale à la radio ou à la télévision durant le mois ayant précédé l'enquête. Les résultats du tableau 4.13 permettent de constater que, durant le mois précédant l'enquête, près de neuf femmes sur dix (86 %) n'ont entendu aucun message, ni à la radio, ni à la télévision. Seulement 4 % des femmes ont déclaré avoir entendu un message sur la planification familiale à la télévision au cours du mois précédant l'enquête, 4 % ont entendu un message à la radio et 7 % ont entendu un message à la radio et à la télévision. Pourtant, rappelons ici que 48 % des femmes interrogées ont déclaré regarder la télévision et que 40 % ont déclaré écouter la radio, au moins, une fois par semaine (voir Chapitre 2 - Section 2.2.3 - Accès aux média). Comme on pouvait s'y attendre, les résultats mettent en évidence des disparités importantes selon les caractéristiques des femmes : les femmes du milieu urbain, notamment celles de la ville d'Abidjan, et les femmes les plus instruites sont celles qui ont le plus accès à l'information, surtout par le canal de la télévision. Néanmoins, même parmi les femmes d'Abidjan et celles de niveau secondaire, une forte proportion n'avait entendu aucun message (respectivement, 75 et 65 %). 68 Tableau 4.13 Messages sur la planification familiale diffusés ~ la radio et å la télévision Répartition (en %) des femmes selon qu'elles ont entendu ou non un message diffusé par la radio ou la télévision sur la planification familiale dans le mois précédant l'enquête, selon certaines caractéristiques socio-d6mographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Message sur la planification familiale À la radio À la radio À la télé. et à la Caractéristique Aucun seulement seulement t61ê. Total Effectif Milieu de résidence Abidjan 74,8 5,6 5,9 13,8 100,0 1 796 Forêt Urbaine 81,6 4,7 5,4 8,3 100,0 903 Savane Urbaine 81,0 3,5 6,1 9,4 100,0 711 Ensemble urbain 77,9 4,9 5,8 I 1,4 100,0 3 410 Forêt Rurale 91,1 3,4 2,6 2,9 100,0 3 219 Savane Rurale 94,0 1,5 1,2 3,3 100,0 1 470 Ensemble rural 92,0 2,8 2,1 3,0 100,0 4 689 Niveau d'instruction Aucun 92,7 2,4 2,2 2,7 100,0 4 894 Primaire 82,1 5,4 4,6 8,0 100,0 2 071 Secondaire ou plus 64,6 6,5 8,6 20,3 100,0 1 134 Religion Catholique 77,8 5,6 6,0 10,6 100,0 1 952 Protestante 84,5 4,0 3,3 8,2 100,0 1 493 Musulmane 88,5 2,8 3,4 5,2 100,0 2 639 Sans religion 91,2 3,0 2,7 3,1 100,0 1 557 Traditionnelle 94,5 2,3 0,3 2,7 100,0 458 Ensemble des femmes 86,1 3,7 3,7 6,5 100,0 8 099 4.9 OPINIONS ET ATTITUDES VIS-À-VIS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE Les opinions et attitudes des femmes vis-à-vis de la planification familiale constituent un élément décisif pour la pratique de la contraception. L'EDSCI s'est donc penchée sur les opinions et les attitudes des femmes concernant la planification familiale, ainsi que sur celles de leur conjoint, tant il est vrai qu'en la matière, le rôle joué par l'époux peut influencer grandement la décision de la femme. Pour cela, on s'est intéressé aux sujets suivants : l'opinion des femmes et des hommes sur la diffusion d'informations relatives à la contraception; la discussion éventuelle sur la contraception avec le conjoint; l'opinion des couples face à la planification familiale. Plus des trois quarts des femmes (77 %) sont favorables à l'utilisation des média pour la diffusion d'informations relatives à la contraception, 17 % la désapprouvent et 6 % n'ont pas d'opinion sur le problème (tableau 4.14). Quant aux hommes, 82 % l'approuvent contre 15 % qui y sont défavorables. On constate que les proportions de femmes qui désapprouvent l'utilisation des média, assez faibles avant 30 ans (15 %), augmentent ensuite légèrement, passant de 17 % à 30-34 ans à 31% à 45-49 ans. Selon le milieu de résidence, les citadines marquent plus d'approbation (84 % ) que les femmes du milieu rural (72 %). Le niveau le plus bas d' approbation se situe dans le milieu rural de Savane (60 %). Enfin, les femmes 69 Tableau 4.14 Approbation de l'utilisation de la radio et de la tél~.vision dans la diffusion de messages sur la planification familiale Répartition (en %) des femmes et des hommes selon qu'ils approuvent ou non la diffusion de messages sur la planification familiale ~ la radio ou å la tél~vision, selon lãge et certaines caractéristiques socio-dæmographiques (pour les femmes), EDS Côte d'Ivoire 1994 Appro- Désappro- Caractéristique bation bation NSP/ND Total Effectif Groupe d'figes 15-19 78.3 14,7 7,0 100,0 1 961 20-24 81,5 14,6 3,8 100,0 I 571 25-29 80,8 14,3 4,8 100,0 1 454 30-34 78,4 16,7 4,9 100,0 I 189 35-39 74,2 19,4 6,5 100,0 806 40-44 68.1 24,3 7,7 100,0 621 45-49 57,3 31,2 I 1,5 100,0 496 Milieu de résidence Abidjan 84,5 9,9 5,6 100,0 1 796 Forêt Urbaine 83,6 12,7 3,8 100,0 903 Savane Urbaine 83,3 12,3 4,5 100,0 711 Ensemble urbain 84,0 11,1 4,8 100,0 3 410 Foret Rurale 77,0 18,4 4,6 100,0 3 219 Savane Rurale 60,2 28,3 11,5 100,0 1 470 Ensemble rural 71,7 21,5 6,8 100,0 4 689 Niveau d'instruction Aucun 68,6 23,2 8,2 100,0 4 894 Primaire 85,7 10,9 3,4 100,0 2 071 Secondaire ou plus 96,8 2.2 1,0 100,0 I 134 Religion Catholique 85,5 11,1 3,4 100,0 1 952 Protestante 84,1 12.7 3,1 100,0 I 493 Musulmane 72,1 20.3 7,6 100.0 2 639 Sans religion 72,9 20,5 6,7 100,0 I 557 Traditionnelle 57,7 27,2 15,1 100,0 458 Ensemble des femmes 76,9 17,1 6.0 100,0 8 099 Ensemble des hommes 82.2 15.0 2,8 100.0 2 552 les plus instruites (97 %) et les femmes de religion chrétienne (86 % pour les catholiques et 84 % pour les protestantes) approuvent plus fréquemment que les autres la diffusion des informations sur la planification familiale. Par ailleurs, il ressort des résultats présentés au tableau 4.15 qu'au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête, 62 % des femmes en union et connaissant une méthode contraceptive, n'ont jamais discuté de planification familiale avec leur conjoint. Un peu plus d'une femme sur trois (38 %) a déclaré avoir abordé le sujet avec son conjoint : 19 % d'entre elles en ont discuté une ou deux fois seulement tandis que 19 autres % en ont souvent parlé (plus de deux fois) au cours des douze derniers mois avant l'enquête. Les femmes qui ont discuté, au moins, une fois de planification familiale avec leur partenaire sont celles de 25-34 ans (42 %). A partir de 35 ans, la proportion baisse progressivement pour ne concerner que 19 % des femmes à 45-49 ans. 70 Tableau 4.15 Discussion de la planification familiale avec le conioint R6partition (en %) des femmes actuellement en union et non stérilisées connaissant une mêthode contraceptive par nombre de fois qu'elles ont discuté de la planification familiale avec leur conjoint au cours de l'annêe ayant préc6dé l'enquête, selon råge actuel, EDS C6te d'Ivoire 1994 Nombre de discussions sur la planification familiale Effectif Groupe Une ou Trois fois de d'âges Jamais deux fois ou plus Total femmes 15-19 65,3 18,4 16,0 100,0 376 20-24 58,8 21,2 20,0 100,0 816 25-29 57,6 19,4 22,8 100,0 917 30-34 59,5 19,1 21,4 100,0 755 35-39 63,3 22,0 14,7 100,0 473 40-44 69,8 15,8 14,4 100,0 321 45-49 80,8 10,8 7,8 100,0 227 Ensemble I 62,0 19,1 18,7 100,0 3 886 i y compris les "non-dêterminæs" Ainsi, les femmes et les hommes qui semblent avoir des attitudes et comportements assez diffêrents en matière de planification familiale abordent assez peu souvent cette question au cours de leurs discussions. Lors de l'enquête, on a posé la question suivante aux femmes et aux hommes : « En général, est-ce que vous approuvez ou désapprouvez les couples qui utilisent une méthode pour éviter de tomber enceinte ? » Cette question a permis de d&erminer l'opinion des couples en matière de planification familiale (tableau 4.16). Dans la grande majorité des couples (60 %), les deux conjoints partagent la même opinion (quelle qu'elle soit) sur la planification familiale : le plus souvent, les deux conjoints sont d'accord et approuvent la planification familiale (38 %), alors que 22 % des couples la désapprouvent. Les couples dans lesquels le mari et la femme ont, tous les deux, de l'instruction sont ceux qui sont le plus fréquemment en accord pour approuver la planification familiale (60 %). De même, les couples dans lesquels la femme est plus âgée que le mari et les couples dans lesquels le mari a moins de 10 ans de plus que sa femme sont ceux qui sont le plus fréquemment en accord pour approuver la planification familiale (43 % en moyenne). Près de deux couples sur cinq (37 %) ont une opinion différente en matière de planification familiale : dans la majorité des cas (23 %) la femme l'approuve mais le mari est contre, et dans seulement un cas sur trois (14 %), le mari est pour et sa femme contre. En outre, on notera que, quelles que soient les caractéristiques des couples, lorsque les opinions des conjoints divergent, les cas dans lesquels la femme approuve la planification familiale et le mari est contre sont toujours nettement plus fréquents que les cas contraires. 71 Tableau 4.16 Opinion des couples face i~ la planification familiale R6partition (en %) des couples selon qu'ils approuvent ou désapprouvent la planification familiale, selon les caractéristiques différentielles du couple, EDS C6te d'Ivoire 1994 La femme L'homme Pourcentage L'homme L'homme approuve approuveet decouples Caractéristique et la et la femme et l'homme l'homme ayant la Effectif différentielle femme désap- dæsap- désap- Non même de du couple approuvent prouvent prouve prouve déterminé Total opinion couples  g e de l 'homme - Age de la femme Femme plus ågée 43,6 19.1 21,3 11.0 5,0 100,0 62.7 47 Homme plus ågé de: 0-4 ans 44,3 15,6 21,5 16.3 2,3 100,0 59.9 213 5-9 ans 42,6 22,4 18,3 13,3 3,4 100,0 65,0 322 10-14 ans 31,9 22.0 27,0 16.2 2.8 100,0 54,0 261 15 ans ou plus 29.0 30,2 27.1 9,8 4.0 100.0 59.2 189 Niveau d'instruction Homme et femme: aucun 22,8 32.4 25.5 16,5 2.8 100,0 55,2 507 Femme instruite, homme non 40,4 22.6 24,6 5.8 6,6 100,0 63.0 64 Homme instruit, femme non 46,5 14,0 24,5 13.2 1,9 100,0 60.4 209 Homme et femme instruits 60.1 8.4 15.8 I 1.3 4.4 100.0 68,5 253 Ensemble 37.8 22,2 22,9 13.9 3,2 100.0 60.0 1 033 4.10 CONCLUSION En conclusion, à travers ces résultats, on constate que la population est encore réticente à l'utilisation des méthodes de contraception, et ce malgré les efforts déployés dans ce domaine par les ONG et par le gouvernement. Pour accroître la prévalence contraceptive, il serait indispensable d'initier et de soutenir des programmes visant à encourager les couples à changer de comportement en matière de procréation. Les changements devraient se traduire par des idéaux de fécondité orientés vers une descendance moins nombreuse. Dans cette optique, plusieurs projets nationaux d'Information-Éducation-Communication (IEC) en matière de population ou d'éducation à la vie familiale, financés par le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP), sont implantés dans différents services techniques des Ministère de la Santé Publique et des Affaires sociales, de l'Éducation Nationale et de la Promotion de la Femme. Le programme de planification familiale en cours d'exécution dans le département d' Aboisso (sud-est de la Côte d' Ivoire), sous l'égide du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales et avec l'appui du FNUAP, entre dans ce cadre; ce programme a démarré en 1992. Au total, le FNUAP a financé la création de services de planification familiale (IEC/ECHANGES, 1995) dans 16 centres de santé. Néanmoins, la fréquentation de ces centres par les populations demeure encore timide malgré les efforts de sensibilisation déployés par les différents partenaires du programme. 72 CHAPITRE 5 NUPTIALITÉ ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Monique Barrère et Juan Schoemaker Le comportement procréateur des femmes est affecté par plusieurs facteurs appelés déterminants proches de la fécondité. Ce chapitre porte sur ces facteurs qui, en dehors de la contraception, jouent un rôle déterminant sur l'exposition au risque de grossesse et donc sur le niveau de la fécondité : il s'agit de la nuptialité, de l'activité sexuelle, de l'aménorrhée et de l'abstinence post-partum. 5.1 ÉTAT MATRIMONIAL Dans la plupart des sociétés africaines, le mariage, bien qu'il ne soit pas le cadre exclusif des rapports sexuels, constitue le cadre privilégié de la procréation. Les normes qui le régissent varient, toutefois, d'une population, voire d'un groupe, à un autre. Les diversités culturelles, économiques et structurelles dans une société déterminent les variations de l'âge auquel débute la formation des unions; elles définissent notamment l'intensité de la nuptialité. Le tableau 5.1 présente la répartition des femmes et des hommes selon leur état matri- monial au moment de l'enquête. Rappelons que dans le cadre de I'EDSCI, on a considéré comme étant marié, ou plus exactement en union, toutes les femmes et tous les hommes cohabitant régulièrement, que l'union soit légale ou non, formelle ou non. Entrent donc dans cette catégorie, aussi bien les mariages civils, religieux et coutumiers que les unions de fait. Ainsi, dans le cadre de ce rapport, le terme union désigne l'ensemble des femmes et des hommes qui se sont déclarés mariés ou vivant avec un(e) partenaire. Les deux tiers des femmes interrogées étaient en union au moment de l'enquête (65 %). Le célibat concerne environ une femme sur quatre (26 %) et les femmes en rupture d'union représentent une part relativement Tableau 5.1 État matrimonial Répartition (en %) des femmes et des hommes par état matrimonial actuel, selon l'âge, EDS Côte d'Ivoire 1994 Groupe Céliba- Veuve/ Séparé(e)/ d'âges taire En union Veuf Divorcée Total Effectif FEMMES 15-19 72,3 26,4 0,3 1,0 100,0 1 961 20-24 30,4 64,2 0,5 4,8 100,0 1 571 25-29 9,2 81,0 1,6 8,2 100,0 1 454 30-34 6,1 83,5 2,4 8,0 100,0 1 189 35-39 2,2 83,9 3,8 10,1 100,0 806 40-44 1,6 80,9 6,9 10,6 100,0 621 45-49 0,7 79,7 10,2 9,3 100,0 496 Tous âges 26,4 65,1 2,3 6,2 10O,0 8 099 HOMMES 15-19 98,0 1,8 0,0 0,2 100,0 543 20-24 80,8 18,6 0,0 0,6 100,0 420 25-29 50,6 46,8 0,2 2,4 100,0 411 30-34 20,3 77,1 0,0 2,6 100,0 362 35-39 13,0 81,8 0,7 4,5 100,0 266 40-44 3,1 91,2 0,0 5,7 100,0 195 45-49 1,6 87,5 0,0 10,9 100,0 145 50-54 0,8 92,1 1,4 5,8 100,0 120 55-59 0,0 95,4 1,1 3,6 100,0 89 Tous âges 46,9 50,1 0,2 2,8 100,0 2 552 73 importante de la population (9 %), essentiellement du fait d'une proportion non négligeable de divorcées ou séparées (6 %). Les résultats du tableau 5.1 mettent en évidence une diminution rapide des proportions de femmes célibataires avec l'âge. De 72 % à 15-19 ans, la proportion passe à 30 % à 20-24 ans. À partir de 30 ans, cette proportion devient très faible : 6 % dans le groupe d'âges 30-34 ans, et moins de 2 % des femmes restent célibataires à partir de 40 ans. Corrélativement, on constate que la proportion de femmes en union augmente avec l'âge jusqu'à 35-39 ans (84 %), puis diminue légèrement du fait de l'augmentation de la proportion des femmes en rupture d'union qui atteint 20 % à 45-49 ans. Au graphique 5.1 figurent les proportions de femmes célibataires par âge, selon I'EIF de 1980-1981 et I'EDSCI de 1994. Si, aux deux dates, la quasi-totalité des femmes finissent par entrer en union, on peut cependant constater que les proportions de célibataires déclinent beaucoup moins rapidement en 1994 qu'en 1980-1981 : à 15-19 ans, 72 % des femmes sont encore célibataires en 1994, contre 44 % en 1980-1981 ; à 20-24 ans, 30 % des femmes ne se sont jamais mariées d'après I'EDSCI, contre 10 % seulement d'après I'EIF. Conséquence de cette augmentation de femmes célibataires, les proportions de femmes en union sont, à tous les âges, plus faibles à I'EDSCI qu'à I'EIF. Cette diminution de la part des femmes en union est un facteur important qui explique très certainement, en partie, la baisse de la fécondité observée ces deruières années en Côte d'Ivoire. Graphique 5.1 Proportion de femmes célibataires, selon l'âge, EIF 1980-81 et EDSCI 1994 Pourcentage 80 60 40 20 ¸ 0 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Groupe d'åges Parmi les hommes de 15-59 ans (tableau 5.1 ), on compte 47 % de célibataires. A 1' opposé, 50 % des hommes sont en union et 3 % sont en rupture d'union. Les proportions d'hommes célibataires décroissent beaucoup moins rapidement avec l'âge que chez les femmes : de 98 % à 15-19 ans, elles tombent seulement à 81% dans le groupe d'âges 20-24 ans et à 51% dans le groupe 25-29 ans. Le célibat n'est pas rare à 30-34 ans, ot~ un homme sur cinq ne s'est encore jamais marié, alors qu'à cet âge seulement 6 % des femmes n'ont jamais été en union. 74 5.2 POLYGAMIE Parmi les femmes en union, on a distingué celles qui vivent en union monogame de celles qui ont déclaré que leur mari ou conjoint avait une ou plusieurs épouses. Le tableau 5.2 présente la proportion de femmes en union polygame selon r âge et par certaines caractéristiques socio-démographiques. La polygamie est une pratique très répandue en Côte d'Ivoire puisqu'elle concerne 37 % des femmes. Cette proportion augmente régulièrement avec l'âge pour atteindre plus de la moiti~ des femmes de 45-49 ans (52 %). Il faut souligner que dès 1' âge de 15-19 ans, pratiquement une femme sur quatre vit en union polygame (23 %). Par ailleurs, on constate que la polygamie est une pratique beaucoup plus répandue en milieu rural (39 %) et surtout en Savane Rurale (48 %) qu'en milieu urbain (32 %) (graphique 5.2). Abidjan se caractérise par la proportion la plus faible de femmes en union polygame (27 %). Le niveau d'instruction des femmes semble jouer un rôle déterminant sur le type d'union : les femmes sans instruction sont beaucoup plus impliquées dans les unions polygames (42 %) que celles de niveau d'instruction primaire (24 %) et secondaire ou plus (21%). Comme il fallait s'y attendre, ce sont les femmes de religion traditionnelle (47 %) et musulmane (44 %) qui sont le plus fréquemment en union polygame. Tableau 5.2 Polygamie Parmi les femmes et les hommes actuellement en union, pourcentage de celles/ceux en union polygame par caractéristiques socio-démographiques, selon l'âge actuel (pour les femmes) EDS Côte d'Ivoire 1994 Caractéristique Groupe d'åges Ensemble Ensemble des des 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45 ou + femmes hommes Milieu de résidence Abidjan 18,8 22,8 24,6 24,5 32,9 40,3 42,9 27,4 14,1 Forêt Urbaine 29,0 26,0 35,8 39,7 46,7 66,2 41,5 37,8 18,7 Savane Urbaine 18,5 19,9 29,3 37,6 45,7 50,7 63,0 34,1 18,2 Ensemble urbain 21,4 23,2 28,4 31,4 39,7 48,6 47,6 31,8 16,1 Forêt Rurale 20,7 24,1 34,1 37,8 44,5 50,3 46,4 35,3 16,2 Savane Rurale 30,8 42,9 45,9 46,6 52,0 55,5 66,7 47,7 26,1 Ensemble rural 23,8 29,9 37,5 40,9 47,0 52,1 53,2 39,3 19,3 Niveau d'instruction Aucun 28,7 32,3 39,7 43,5 49,2 53,0 53,1 42,3 24,4 Primaire 13,9 18,3 26,6 22,9 35,7 45,0 40,3 24,1 10,8 Secondaire ou plus 6,4 24,9 17,5 20,8 26,3 29,6 27,6 21,2 11,2 Religion Catholique 20,2 15,8 20,3 25,4 31,9 36,4 42,4 24,7 16,5 Protestante 13,9 17,6 31,0 24,1 29,2 38,2 31,1 25,4 12,1 Musulmane 25,1 34,3 41,5 48,6 52,8 61,4 61,6 44,5 20,6 Sans religion 25,0 30,0 34,3 35,3 50,5 50,8 55,0 38,2 17,6 Traditionnelle 36,3 49,6 35,6 46,1 53,2 56,1 50,6 47,2 21,1 Ensemble de femmes 23,0 27,3 34,2 37,3 44,4 50,8 51,7 36,6 Ensemble d'hommes 11,7 2,7 8,9 9,2 19,1 25,5 30,6 18,1 75 Graphique 5.2 Proportion de femmes en union polygame parmi les femmes de 15-49 ans en union COTE D'IVOIRE R~:SIDENCE Abidjan For6t Urbaine Savane Urbaine For6t Rurale Savane Rurale INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + ] I ] J I I I I 0 10 L~O 30 40 50 Pourcentage EDSCI 1994 Chez les hommes (tableau 5.2), le taux de polygamie ~ atteint 18 % et, comme chez les femmes, il augmente régulièrement avec l'âge à partir de 25 ans. On constate également que, chez les hommes, ce type d'union est plus fréquent en milieu rural (19 %) qu'en milieu urbain (16 %) et chez les hommes sans instruction (24 %) que chez ceux ayant fréquenté l'école (11%). Comme pour les femmes, les hommes de religion traditionnelle et musulmane (21% dans les deux cas) sont plus fréquernment polygames que les autres. Parmi les femmes en union polygame, la grande majorité (70 %, soit 26 % de l'ensemble des femmes en union) n'a qu'une seule co-épouse (tableau 5.3). En outre, il apparaît que les femmes qui sont le plus fréquemment en union polygame sont aussi celles qui ont le plus fréquemment plus d'une co-épouse. Ainsi, 41% des femmes de 45-49 ans en union polygame ont plus d'une co-épouse contre 16 % de celles de 15-19 ans. De même, 31% des femmes sans instruction en union polygame ont plus d'une co-épouse contre 14 % de celles ayant une instruction secondaire ou supérieure. Parmi les hommes polygames, seulement 17 % (soit 3 % de l'ensemble des hommes en union) ont trois épouses ou plus (tableau 5.3). Tout comme chez les femmes, chez les hommes, le nombre d'épouses tend à augmenter avec l'âge, et c'est à partir de 35-39 ans que plus de 3 % des hommes en union ont trois épouses ou plus. 1 Le taux de polygamie correspond à la proportion d'hommes en union polygame dans la population des hommes en union. 76 Tableau 5.3 Nombre d'épouses et de co-épouses Répartition (en %) des femmes et des hommes actuellement en union par nombre d'épouses ou de co-épouses, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS C6te d'Ivoire 1994 Femmes Hommes Nombre de co-épouses Effectif Nombre de femmes Pas de de Effectif Caractéristique co-épouse 1 2 ou+ ND Total femmes I 2 3 ou + Total d'hommes Groupe d'âges 15-19 77,0 19,1 3,7 0,2 100,0 517 88,3 I 1,7 0,0 100,0 10 20-24 72,7 21,5 5,9 0,0 100,0 1 008 97,3 2,7 0,0 10t3,0 78 25-29 65,8 25,5 8,4 0,3 100,0 1 178 91,1 8,2 0,7 100,0 192 30-34 62,7 24,8 12,2 0,2 100,0 993 90,8 8,8 0,3 100,0 279 35-39 55,6 30,6 13,8 0,0 100,0 676 80,9 15,9 3,2 100,0 218 40 44 49,2 31,1 19,4 0,2 100,0 503 74,5 19,6 5,9 100,0 178 45-49 48,3 30,4 20,9 0,4 100,0 395 77,7 18,6 3,7 100,0 127 Milieu de résidence Abidjan 72,6 18,3 8,7 0,3 100,0 960 85,9 12,0 2,2 100,0 257 Forél Urbaine 62,2 27,9 9,9 0,0 100,0 540 81,3 15,7 3,0 100,0 112 Savane Urbaine 65,9 23,8 10,3 0,0 100,0 414 81,8 15,9 2,3 100,0 98 Ensemble urbain 68,2 22,2 9,4 0,1 100,0 1 914 83,9 13,7 2,4 100,0 466 Forêt Rurale 64,7 24,9 10,3 0,1 100,0 2 277 83,8 13,3 2,9 100,0 561 Savane Rurale 52,3 32,8 14,6 0,4 100,0 1 080 73,9 21,2 4,9 100,0 251 Ensemble rural 60,7 27,4 11,7 0,2 100,0 3 357 80,7 15,8 3,5 100,0 812 Niveau d'instruction Aucun 57,7 28,9 13,2 0,1 100,0 3 685 75,6 19,7 4,7 100,0 676 Primaire 75,9 17,3 6,5 0,3 100,0 I 100 89,2 8,7 2,1 100,Il 283 Secondaire ou plus 78,8 18,2 2,9 0,2 100,0 486 88,8 10,7 0,6 1I)//,0 319 Religion Catholique 75,3 17,8 6,7 0,2 100,0 1 029 83,5 13,9 2,6 100,0 272 Protestante 74,6 18,1 7,2 0, I 100,0 820 87,9 10,4 1,7 100,0 175 Musulmane 55,5 30,3 14,1 0,1 100,0 2002 79,4 17,5 3,1 I00,0 498 Sans religion 61,8 27,7 10,1 0,4 100,0 1 074 82,4 12,8 4,8 100,0 214 Traditionnelle 52,8 31,8 15,4 0,0 100,0 347 78,9 17,9 3,2 100,0 119 Ensemble 63,4 25,5 10,9 0,2 100,0 5 271 81,9 15,0 3,1 100,0 I 278 5.3 ÂGE À LA PREMIÈRE UNION ET ÂGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS 5.3.1 Âge à la première union Compte tenu de la relation généralement observée entre l'âge à la première union et le début de la vie féconde, il est important d'étudier le calendrier de la primo-nuptialité. Le tableau 5.4 présente les proportions de femmes et d'hommes déjà entrés en union à différents âges, ainsi que les âges médians à la première union en fonction de l'âge actuel des enquêtés. Les femmes ivoiriennes se marient jeunes. Le tableau 5.4 indique que, parmi les femmes âgées de 25-49 ans, une sur deux était déjà mariée à l'âge de 18,1 ans (âge médian). Le pourcentage des femmes qui sont déjà en union à 15 ans exacts (15 %) est assez élevé et, à 22 ans exacts, 78 % des femmes actuellement âgées de 25-49 ans étaient déjà en union. À 25 ans exacts, la quasi totalité des femmes ivoiriennes (87 %) ont 77 Tableau 5.4 Åge à la première union Pourcentage de femmes qui 6taient d6jà en première union aux âges exacts 15, 18, 20, 22 et 25 ans, pourcentage d'hommes qui étaient d6j~ en première union aux åges 20, 22, 25, 28 et 30 ans, et åge m6dian ~t la première union, par âge actuel, EDS C6te d'Ivoire 1994 Groupe d'ãges Pourcentage déjå en première union Pour- Ãge à l'âge exact de : centage médian jamais ~ la I ere 15 18 20 22 25 en union Effectif union FEMMES 15-19 8,8 NA NA NA NA 72,3 1 961 a 20-24 13,1 43,5 58,3 NA NA 30,4 1 571 18,8 25-29 16,2 47,9 66,4 77,3 86,8 9,2 I 454 18,2 30-34 13,7 48,9 65,6 77,7 85,9 6,1 I 189 18,1 35-39 15,1 50,0 65,3 78,6 87,4 2,2 806 18,0 40-44 13,1 48,6 62,6 75,9 86,6 1,6 621 18,2 45-49 17,0 50,6 67,4 77,7 87,3 0,7 496 17,9 20-49 14,5 47,5 63,7 74,8 82,3 11,7 6 138 18,3 25-49 15,0 48,9 65,6 77,5 86,7 5,2 4 566 18,1 HOMMES 20-24 10,5 NA NA NA NA 80,8 420 a 25-29 11,6 20,7 36,6 47,8 49,4 50,6 411 a 30-34 12,1 22,0 41,4 59,4 71,5 20,3 362 26,2 35-39 10,5 21,6 34,3 51,5 63,0 13,0 266 27,7 40-44 15,1 24,8 40,1 58,1 71,4 3,1 195 26,4 45-49 8,1 16,2 32,5 52,8 59,5 1,6 145 27,4 50-54 12,6 21,1 34,7 57,9 66,9 0,8 120 27,2 55-59 8,7 24,3 34,2 55,3 68,0 0,0 89 27,4 30-59 I 1,5 21,8 37,3 56,1 67,3 lO,0 I 178 26,9 NA = Non applicable a Non calculé parce que moins de 50 pour cent des femmes du groupe d'åges x, x+4 sont en union à l'âge x. déjà contracté une union. Par ailleurs, il semble que le calendrier de la primo-nuptialité se soit légèrement modifié selon les générations : l'âge médian à la première union passe de 17,9 ans pour les femmes des générations anciennes (âgées de 45-49 ans à l'enquête) à 18,2 ans pour les femmes des générations récentes (âgées de 25-29 ans à l'enquête). Récemment, l'âge à la première union semble avoir augmenté plus nettement, passant à 18,8 ans chez les femmes de 20-24 ans à l'enquête. Cette modification semble résulter essentiellement d'une diminution récente des mariages très précoces : 17 % des femmes de 45-49 ans étaient déjà mariées à 15 ans exacts, contre 13 % des femmes de 20-24 ans et moins de 10 % des femmes de 15-19 ans à l'enquête; de même, alors que les deux tiers des femmes de 25-49 ans étaient déjà en union à l'âge de 20 ans, cette proportion est passée à 58 % chez les femmes de 20-24 ans. Contrairement aux femmes, les hommes se marient relativement tard en Côte d'Ivoire (tableau 5.4). À 20 ans exacts, seulement un homme de 30-59 ans sur dix (12 %) a déjà été marié et à 22 ans, un peu plus d'un homme sur deux (56 %) a déjà contracté une union. Parmi les hommes de 30-59 ans, l'âge médian au premier mariage s'établit à 26,9 ans, c'est-à-dire environ 9 ans plus vieux que pour les femmes (18,1 ans). 78 Rappelons à ce propos qu'au niveau des 1 033 couples qui ont pu être « recomposés » à partir des informations collectées au niveau de l'enquête femme et de l'enquête homme 2, dans 44 % des cas, l 'homme a, au moins, 10 ans de plus que sa femme (voir Chapitre 2 - Caractéristiques des ménages et des enquêtés), ce qui est cohérent avec le résultat trouvé ici. Chez les femmes et les hommes, l'âge au premier mariage varie de façon sensible en fonction du milieu de résidence et des autres caractéristiques socio-démographiques. Le tableau 5.5 et le graphique 5.3 indiquent que, chez les femmes vivant en milieu rural, l'âge médian au premier mariage (17,8 ans) est peu différent de celui des femmes de Forêt Urbaine (18,0 ans), par contre il est inférieur de près d'un an à celui des femmes de Savane Urbaine (18,7 ans), et d'un an et demi à celui des femmes d'Abidjan (19,4 ans). De plus, la tendance au vieillissement de l'âge d'entrée en première union est particulièrement nette chez les femmes urbaines : dans les générations anciennes âgées de 45-49 ans à l'enquête, l'âge médian à la première union est de 18,1 ans, peu différent de celui des femmes rurales du même âge (17,9 ans), alors qu'il est de 19,1 ans pour les femmes urbaines des générations les plus récentes âgées de 25-29 ans à l'enquête; par contre, pour les femmes rurales de 25-29 ans, l'âge d'entrée en union reste toujours précoce (I 7,7 ans). Le niveau d'instruction atteint par les femmes est certainement le facteur qui influence le plus directement le calendrier de la primo-nuptialité : plus le niveau d'instruction est élevé, plus l'âge d' entrée en union est tardif. Tableau 5.5 Âge médian h la première union Åge médian à la première union des femmes de 25-49 ans et des hommes de 30-59 ans, par âge actuel, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS C6te d'Ivoire 1994 Caractéristique 20-24 Femmes Hommes Groupe d'åges de de 25-49 30-59 25-29 30-34 35-39 40-44 45+ ans ans Milieu de résidence Abidjan - 19,5 19,1 19,6 19,8 18,6 19,4 28,2 Foret Urbaine 18,8 18,4 17,8 18,0 17,7 17,1 18,0 26,8 Savane Urbaine 19,7 19,1 18,3 18,9 18,8 18,0 18,7 28,3 Ensemble urbain -- 19,1 18,5 19,0 18,8 18,1 18,8 27,9 Foret Rurale 17,8 17,6 17,8 17,5 17,9 18,0 17,7 26,0 Savane Rurale 17,4 18,0 18,0 17,6 17,9 17,6 17,9 26,4 Ensemble rural 17,7 17,7 17,9 17,5 17,9 17,9 17,8 26,2 Niveau d'instruction Aucun 17,7 17,6 17,6 17,7 17,9 17,8 17,7 27,3 Primaire 19,3 18,5 18,5 17,7 18,7 18,3 18,4 26,1 Secondaire ou plus 21,4 22,0 20,9 21,0 20,1 21,4 26,5 Religion Catholique - 19,2 19,7 18,2 19,6 17,8 19,0 25,9 Protestante 19,7 18,5 18,4 18,2 18,4 17,7 18,3 26,3 Musulmane 18,0 17,7 17,5 17,8 17,5 17,6 17,6 27,5 Sans religion 17,5 17,8 17,9 18,2 18,9 [ 8,5 18, I 26,5 Traditionnelle 17,3 18,3 17,9 18,1 17,2 17,9 17,9 26,6 Ensemble de femmes 18,8 18,2 18,1 18,0 18,2 17,9 18,1 Ensemble d'hommes 26,2 27,7 26,4 27,3 26,9 Note : L'âge médian n'est pas calculé pour les femmes et les hommes de 15-19 ans parce que certains d'entre eux peuvent encore entrer en union avant d'atteindre 25 ans. 2 Au Chapitre 2 (Caractéristiques des ménages et des enquêtés), on explique comment ont été « recomposés » ces 1 033 couples. 79 Graphique 5.3 ^ Age médian à la première union des hommes et des femmes C~TE D'IVOIRE RÉSIDENCE Abidjan Forêt Urbaine Savane Urbaine Forêt Rurale Savane Rurale INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + 13 15 17 19 21 23 Âge (année) Note: Femmes de 25-49 ans et hommes de 30-59 ans 25 27 29 Åge médian I1 I nFemmes l EDSCI 1994 C'est ainsi que les femmes ayant une instruction secondaire ou plus (âge médian de 21,4 ans) se marient trois ans plus tard que les femmes ayant une instruction primaire (18,4 ans) et près de 4 ans plus tard que les femmes sans instruction (17,7 ans). En ce qui concerne les hommes (tableau 5.5 et graphique 5.3), l'âge à la première union est toujours nettement supérieur à celui des femmes, mais suit des variations légèrement différentes selon certaines caractéristiques socio-démographiques. Du point de vue du milieu de résidence, comme pour les femmes, ce sont les hommes d'Abidjan (médiane de 28,2 ans) et de Savane Urbaine (28,3 ans) qui se marient le plus tardivement. Par contre, à la différence des femmes, les hommes sans instruction (médiane de 27,3 ans) se marient légèrement plus tard que ceux ayant une instruction primaire (26,1 ans) ou secondaire ou plus (26,5 ans). Du point de vue de la religion, alors que, chez les femmes, ce sont les catholiques qui se marient le plus tardivement ( 19,0 ans) et les musulmanes le plus précocement ( 17,6 ans), chez les hommes, on constate que ce sont les musutmans qui se marient le plus tardivement (27,5 ans) et les catholiques le plus tôt (25,9 ans). 5.3.2 Âge aux premiers rapports sexuels En tant que déterminant de la fécondité, l'âge aux premiers rapports sexuels est tout aussi important que l'âge à la première union, les rapports sexuels n'ayant pas toujours lieu dans le cadre de l'union. Pour cette raison, on a demandé aux femmes l'åge auquel elles ont eu, pour la première fois, des rapports sexuels. Au tableau 5.6, figurent les proportions de femmes ayant déjà eu des rapports sexuels à différents figes et l'âge médian aux premiers rapports sexuels. En atteignant 15 ans, environ un tiers des femmes de 25-49 ans (31%) ont déjà eu des rapports sexuels. Cette proportion passe à 81% à 18 ans, et la quasi-totalité des femmes de 25-49 ans (97 %) ont eu leurs premiers rapports sexuels avant l'âge de 22 ans. L'âge médian aux premiers rapports sexuels, estimé à 15,8 ans chez les femmes de 25-49 ans, est très précoce : il est inlërieur d'un peu plus de deux ans (18,1 ans) à l'âge médian à la première union. En outre, on ne constate que très 80 Tableau 5,6 Âge des femmes aux premiers rapports sexuels Pourcentage de femmes ayant eu leurs premiers rapports sexuels aux âges exacts 15, 18, 20, 22 et 25 ans et âge médian aux premiers rapports sexuels, par åge actuel, EDS Côte d'Ivoire 1994 Pourcentage de femmes ayant déjà Åge eu des rapports sexuels médian à l'åge exact aux 1 ets Groupe rapports d' âges 15 18 20 22 25 Effectif sexuels 15-19 31,9 NA NA NA NA 1 961 a 20-24 31,4 81,7 94,0 NA NA 1 571 15,8 25-29 32,7 83,3 94,7 98,1 98,8 1 454 15,7 30-34 30,4 80,4 92,9 97,3 98,1 I 189 15,8 35-39 31,5 83,1 93,4 96,5 98,2 806 15,7 40-44 27,0 77,7 90,1 94,9 96,0 621 15,9 45-49 29,5 77,1 88,8 93,7 96,7 496 16,0 20-49 30,9 81,3 93,0 96,6 97,5 6 138 15,8 25-49 30,8 81,1 92,7 96,7 97,9 4 566 15,8 NA = Non applicable aNon calculé parce que moins de 50 pour cent des femmes du groupe d'åges x, x+4 ont eu des rapports sexaels à l'åge x. peu de modifications de 1' âge aux premiers rapports sexuels dans les générations mais, contrairement à 1' âge à la première union, ces modifications sembleraient plutôt aller dans le sens d'un très léger rajeunissement : l'âge médian est estimé à 16,0 ans pour les femmes des générations les plus anciennes (45-49 ans) et à 15,8 ans pour celles des générations les plus jeunes (20-24 ans). Selon les différentes caractéristiques socio-démographiques, les données du tableau 5.7 font apparaître les mêmes différences entre les âges aux premiers rapports sexuels que celles observées pour les âges à la première union (graphique 5.4); cependant les écarts restent ici très faibles entre les différents groupes de femmes. Les femmes du milieu rural (15,6 ans contre 16,2 ans en milieu urbain), celles sans instruction et celles ayant un niveau d'instruction primaire (15,7 ans contre 16,8 ans chez celles ayant un niveau secondaire ou plus) ont les rapports sexuels les plus précoces. Contrairement à l'âge à la première union pour lequel une tendance assez nette au vieillissement se dessinait pour certains groupes de femmes (en particulier, les femmes urbaines et celles les plus instruites), aucune modification de même type n' apparaît ici; au contraire, pour certains groupes de femmes (celles du milieu rural et celles de niveau secondaire ou plus) il semblerait que les premiers rapports sexuels aient lieu légèrement plus tôt. 81 Tableau 5.7 Âge m~dian aux premiers rapports sexuels Âge médian aux premiers rapports sexuels des femmes de 25-49 ans, par åge actuel, selon certaines caractédstiques socio-démographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Groupe d'âges Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Femmes de 25-49 ans Milieu de résidence Abidjan 16,8 16,4 16,5 16,4 16,8 16,9 16,6 Forêt Urbaine 15,8 15,8 15,6 15,9 15,8 15,9 15,8 Savane Urbaine 16,2 16,0 16,2 16,1 15,9 16,5 16,1 Ensemble urbain 16,4 16,1 16,1 16,2 16,3 16,5 16,2 For~t Rurale 15,5 15,5 15,6 15,5 15,9 16,1 15,6 Savane Rurale 15,3 15,7 15,7 15,5 15,6 15,5 15,6 Ensemble rural 15,5 15,5 15,6 15,5 15,8 15,9 15,6 Niveau d'instruction Aucun 15,5 15,6 15,8 15,7 15,9 15,9 15,7 Primaire 15,8 15,5 15,5 15,4 15,7 16,3 15,7 Secondaire ou plus 16,8 16,7 16,6 16,8 17,4 17,4 16,8 Religion Catholique 16,1 16,0 15,9 15,8 16,2 15,7 16,0 Protestante 15,8 15,5 15,6 15,5 15,8 15,9 15.7 Musulmane 16,1 16,1 16,0 16,0 16,6 16,5 16,1 Sans religion 15,3 15,1 15,6 15,5 15,3 15,7 15,4 Traditionnelle 14,9 15,6 15,7 15,6 15,7 16,5 15,6 Ensemble des femmes 15,8 15,7 15,8 15,7 15,9 16,0 15,8 Note : L'åge médian n'est pas calcul6 pour les femmes de 15-19 ans parce que certaines d'entre elles peuvent encore avoir leurs premiers rapports avant d'atteindre 20 ans. 82 Graphique 5.4 Âges médians à la première union et aux premiers rapports sexuels CÕTE D'IVOIRE RÊSIDENCE Abidjan Foret Urbaine Savane Urbaine Foret Rurale Savane Rurale INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + 13 i i i i 15 17 19 21 Åge (année) Note: Femmes de 25-49 ans Åges m~tdians ~1~ I = le re uni°n 1 EDSCI1994 5.4 ACT IV ITÉ SEXUELLE RÉCENTE La fréquence des rapports sexuels est un facteur déterminant de l'exposition au risque de grossesse, surtout dans une société où la prévalence de la contraception moderne reste faible, comme c'est le cas en Côte d'Ivoire. A I'EDSCI, on a posé la question suivante à toutes les femmes, sans tenir compte de leur état matrimonial : « Combien de temps y a-t-il depuis que vous avez eu des relations sexuelles pour la dernière fois ? » Parmi les femmes ayant déjà eu des rapports sexuels (à savoir 93 % des femmes enquêtées), un peu moins de la moitié (49 %) sont considérées comme sexuellement actives au moment de l'enquête, car elles ont déclaré avoir eu, au moins une fois, des rapports sexuels durant les quatre semaines ayant précédé l'interview (tableau 5.8). Les femmes sexuellement inactives sont considérées comme étant en abstinence, soit à la suite d'une naissance (abstinence post-partum : 21%) soit pour d'autres raisons (abstinence prolongée : 30 %). Quelle que soit la raison de l'abstinence, elle dure depuis moins de deux ans pour la majorité des femmes. La proportion des femmes sexuellement actives varie assez peu selon l'âge (autour de 50 %) jusqu'à l'âge de 40 ans. À 40-44 ans, cette proportion passe à 42 %, puis à 38 % chez les femmes de 45-49 ans qui sont, en majorité, en abstinence non post-partum (58 %). Parmi les femmes en union, on constate une baisse régulière de l'activité sexuelle au fur et à mesure que la durée de l'union augmente : les proportions de femmes sexuellement actives passent de 58 % après 0-4 ans de mariage à 32 % à 30 ans et plus de mariage. Il faut aussi souligner que parmi les femmes qui ne se sont pas déclarées en union, 41% ont déclaré avoir eu des rapports sexuels dans les quatre semaines ayant précédé l'enquête. Ces résultats confirment l'hypothèse avancée précédemment que l'union n'est pas le cadre exclusif de l'activité sexuelle. Le milieu de résidence fait apparaître des écarts importants entre les proportions de femmes sexuellement actives : en Savane Rurale, les femmes sont nettement moins actives sexuellement (43 %) que dans les autres zones et, en particulier, en Savane Urbaine (53 %). La proportion de femmes en abstinence post-partum est beaucoup plus importante 83 Tableau 5.8 Activité sexuelle récente des femmes Répartition (en %) des femmes ayant déjà eu des rapports sexuels par activité sexuelle dans les quatre semaines précédant renqu~te et par durée d'abstinence (post-partum ou non), selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Non sexuellement actives dans les 4 demi~res semaines Sexuellement actives En abstinence En abstinence dans les 4 (post-partum) (non-post-partum) Effectif demiæres de Caractéristique semaines 0-1 an 2 ans ou + 0-1 an 2 ans ou + ND Total femmes Groupe d'figes 15-19 48,8 17,1 0,8 32,0 1,1 0,2 100,0 1 425 20-24 51,0 23,2 1,8 22,6 1,1 0,2 100,0 1 531 25-29 52,2 23,8 1,9 20,7 1,3 0,0 100,0 1 453 30-34 49,8 23,2 2,6 21,4 2,4 0,6 100,0 1 189 35-39 49,6 18,2 3,1 24,0 4,6 0,6 100,0 806 40-44 41,7 11,9 2,3 31,8 11,1 1,2 100,0 621 45-49 37,5 3,6 0,1 41,4 16,9 0,5 100,0 496 Durée de mariage (en années) Jamais mariée 40,5 13,1 1,9 41,4 3,1 0,0 100,0 1 557 0-4 57,6 23,8 1,0 17,1 0,2 0,3 1(30,0 I 273 5-9 53,7 25,5 1,5 18,1 0,8 0,3 100,0 1 280 10-14 52,0 25,0 1,7 19,1 2,0 0,2 100,0 1 203 15-19 50,2 19,6 3,8 21,6 4,2 0,7 100,0 891 20-24 44,3 17,3 2,3 28,9 6,3 1,0 100,0 648 25-29 43,0 8,1 1,4 35,4 11,2 1,0 100,0 412 30+ 32,3 2,1 0,4 41,1 23,6 0,6 100,0 257 Milieu de résidence Abidjan 48,2 13,1 1,8 32,4 4,2 0,4 100,0 I 594 Forêt Urbaine 50,0 18,0 1,0 28,0 2,8 0,2 100,0 819 Savane Urbaine 52,5 15,6 1,1 27,3 2,9 0,6 100,0 638 Ensemble urbain 49,6 15,0 1,4 30,1 3,6 0,4 100,0 3 051 Forêt Rurale 50,8 20,8 1,7 23,3 3,1 0,3 100,0 3 084 Savane Rurale 42,8 26,2 3,0 22,8 4,6 0,5 100,0 1 386 Ensemble rural 48,3 22,5 2,1 23,2 3,6 0,4 100,0 4 470 Niveau d'instruction Aucun 46,6 22,4 2,4 24,1 4,0 0,5 100,0 4 628 Primaire 52,1 17,8 1,1 26,0 2,9 0,1 1 (X),0 1 880 Secondaire ou plus 52,9 9,0 0,6 34,4 2,9 0,2 100,0 1 012 Religion Catholique 48,5 15,4 1,5 31,6 2,9 0,1 100,0 I 786 Protestante 50,4 17,3 1,4 26,3 4,5 0,2 100,0 1 390 Musulmane 49,2 21,7 1,9 23,3 3,1 0,8 100,0 2415 Sans religion 48,7 22,0 2,3 23,0 3,8 0,2 100,0 1 484 Traditionnelle 44,0 20,9 2,8 26,8 5,3 0,2 100,0 445 Méthode contraceptive utilisée Aucune 45,6 23,2 2,1 24,4 4,2 0,4 100,0 6 188 Méthode moderne 71,9 0,6 0,0 26,7 0,5 0,3 100,0 460 Autres méthodes 59,5 2,4 0,8 36,5 0,7 0,1 100,0 873 Ensemble des femmes 48,8 19,4 1,8 26,0 3,6 0,4 100,0 7 521 84 en milieu rural (25 %) qu'en milieu urbain (16 %) ce qui s'explique en grande partie par les différences importantes de fécondité entre ces deux milieux de résidence. Les résultats selon le niveau d'instruction mettent en évidence des proportions de femmes sexuellement actives légèrement plus élevées chez les femmes instruites (52 % pour le primaire et 53 % pour le secondaire ou plus) que chez celles sans instruction (47 %). Enfin, on constate que l'activité sexuelle est associée à l'utilisation de la contraception. Les femmes utilisatrices de la contraception moderne sont, proportionnellement, beaucoup plus nombreuses à avoir eu des rapports sexuels dans les quatre semaines ayant précédé l'enquête (72 %) que celles utilisatrices de méthodes traditionnelles (60 %) et surtout que celles qui n'utilisent pas la contraception (46 %). A l'inverse, chez les femmes utilisatrices de la contraception, une très faible proportion se trouve en abstinence post-partum : 3 % des utilisatrices de méthodes traditionnelles et 1% des utilisatrices de la contraception moderne. 5.5 EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Après la naissance d'un enfant, l'exposition au risque de grossesse dépend, entre autres facteurs, du retour de l'ovulation et de l'abstinence sexuelle, ou abstinence post-partum. Le temps écoulé entre l'accouchement et le retour de l'ovulation est appelé aménorrhée post-partum, qui est estimée ici par la longueur de l'intervalle qui sépare la naissance d'un enfant et le retour des règles. Par ailleurs, sa durée peut être influencée par la durée, l'intensité et la fréquence de l'allaitement au sein. La combinaison de ces facteurs, examinés successivement dans cette section, permet d'identifier les femmes non-susceptibles d'être exposées au risque de grossesse et d'évaluer la durée de la non-susceptibilité. Une femme est considérée comme non-susceptible d'être exposée au risque de grossesse quand elle n'a pas repris les rapports sexuels depuis la dernière naissance (elle ne peut pas tomber enceinte), ou quand elle est en aménorrhée post-partum, ce qui signifie que ses risques de tomber enceinte sont minimes si elle reprend ses relations sexuelles sans cou verture contraceptive. La non-susceptibilité se définit comme la période pendant laquelle une femme n'est pratiquement pas soumise au risque de grossesse par suite d'aménorrhée et/ou d'abstinence post-partum. Les données du tableau 5.9 se rapportent aux naissances des 3 dernières années dont les mères sont encore en aménorrhée, en abstinence post-partum et donc non-susceptibles d'être exposées au risque de grossesse, selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance. Cette distribution de la proportion de naissances selon le mois écoulé depuis la naissance est analogue à la série des survivants (Sx) d'une table de mortalité. Figurent également au tableau 5.9 les durées médiane et moyenne de 1' aménorrhée, de 1' abstinence et de la non-susceptibilité, ainsi que la moyenne « prévalence/incidence »3. En Côte d'Ivoire, près de trois femmes sur quatre (73 %) restent en aménorrhée pour, au moins, 9 mois, et deux femmes sur cinq (40 %) pour, au moins, 15 mois. Au-delà de 19 mois, la proportion de femmes dont les règles n'ont pas encore repris est inférieure à 20 %, et au-delà de 25 mois, cette proportion est inférieure à 5 %. La moitié des femmes qui ont accouché ont leur retour de règles après 12,3 mois et, en moyenne l'aménorrhée dure 13,6 mois. Cette longue durée d'aménorrhée est certainement fonction de la durée, de l'intensité et de la fréquence de l'allaitement qui agissent sur le retour de l'ovulation. L' abstinence post-partum est largement pratiquée en Côte d'Ivoire et pour une période relativement longue. En effet, un peu plus d'une femme sur deux (52 %) s'abstient de rapports sexuels pour, au moins, 13 mois, une femme sur trois (35 %) pour, au moins, 19 mois, et 17 % des femmes restent en abstinence post- partum pour, au moins, 25 mois. La durée médiane de l'abstinence post-partum est tout juste inférieure à 1 ans (11,8 mois), ce qui est légèrement inférieur à la valeur moyenne (14,8 mois). 3 La moyenne « prévalence/incidence » est calcul~c, pour l'aménorrhée par exemple, en divisant le nombre d'enfants dont les mères sont encore en aménorrhée au moment de l'enquête (prévalence) par le nombre moyen de naissances par mois (incidence), estimé à partir des naissances d'une période de 36 mois pour éviter les problèmes de saisonnalit6 et d'erreurs possibles de période de référence. 85 Tableau 5.9 Aménorrhée~ abstinence et insusceptibilité post-partum Pourcentage de naissances dont les mères sont en aménorrbée, en abstinence et en insusceptibilité post-partum, par nombre de mois écoulés depuis la naissance, et durées médianes et moyennes, EDS C6te d'Ivoire 1994 Pourcentage de naissances dont les mères sont en: Nombre de Effectif mois depuis Aménorrhée Abstinence lnsusceptibilité de la naissance post-partum post-partum post-partum naissances < 2 98,4 98,2 100,0 203 2-3 89,9 91,3 97,4 242 4-5 84,2 80,9 94,9 249 6-7 74,8 74,4 86,5 236 8-9 72,5 63,4 85,9 219 10-11 60,6 47,3 71,1 197 12-13 45,8 51,6 68,2 192 14-15 40,1 44,6 61,4 208 16-17 29,3 36,7 49,3 229 18-19 22,4 34,8 41,2 205 20-21 16,5 26,8 33,4 197 22-23 13,5 27,0 30,9 204 24-25 8,7 17,1 22,7 228 26-27 4,4 7,6 10,7 224 28-29 3,2 8,6 1 h0 249 30-31 3,9 9,9 11,1 248 32-33 1,1 3,3 3,3 223 34-35 0,0 4,5 4,5 165 Ensemble 37,7 40,9 49,5 Médiane 12,3 11,8 16,6 Moyenne 13,6 14,8 17,9 Prévalence/incidence 13,4 14,5 17,6 3 921 La période de non-susceptibilité dure, en moyenne, 17,9 mois et la moitié des femmes qui viennent d'accoucher ne courent pratiquement pas de risque de tomber enceinte pendant 16,6 mois. Cette longue période de plus de 1 an résulte de la combinaison d'une longue durée d'aménorrhée et d'une longue durée d'abstinence post-partum. Le tableau 5.10 présente les durées médianes d'aménorrhée, d'abstinence post-partum et de non- susceptibilité selon certaines caractéristiques socio-culturelles et démographiques des femmes. On constate tout d'abord que les durées d'aménorrhée, d'abstinence et de non-susceptibilité varient légèrement en fonction de l'âge : les femmes les plus jeunes (moins de 30 ans), présentent des durées d'environ 2 mois plus courtes que leurs aînées (femmes de plus de 30 ans). Le milieu de résidence influe aussi sur toutes les durées; l'aménorrhée et l'abstinence post-partum durent plus longtemps chez les femmes du milieu rural (respectivement 12,9 mois et 12,2 mois) que chez celles du milieu urbain (respectivement 10,6 mois et 9,6 mois). De plus, Abidjan se caractérise par des durées d'aménorrhée (8,3 mois) et d'abstinence post-partum (8,5 mois) plus courtes que dans les autres zones, et la Savane Rurale par les durées les plus longues (respectivement, 14,6 mois et 14,4 mois). Bien entendu, la durée de non-susceptibilité présente les mêmes caractéristiques. S'agissant du niveau d'instruction, les durées d'aménorrhée et d'abstinence et, par conséquent, celle de non-susceptibilité (11,4 mois pour le niveau secondaire ou plus et 14,5 mois pour le niveau primaire contre 18,4 mois pour les femmes sans instruction) sont d'autant plus courtes que le niveau d'instruction est élevé. 86 Tableau 5.10 Durée médiane de l'insusceptibilité post-partum Durées médianes (en mois) d'aménorrhée, d'abstinence, et d'insusceptibilité post-partum, par caractéristiques socio-démographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Effectif Aménorrh6e Abstinence lnsusceptibilité de Caractéristique post-partum post-partum post-partum naissances Groupe d'âges < 30 11,5 11,1 16,0 2 565 30ou plus 13,7 13,1 18,2 1 356 Milieu de résidence Abidjan 8,3 8,5 15,0 612 For~t Urbaine 12,5 9,9 17,7 410 Savane Urbaine 12,5 10,3 14,8 307 Ensemble urbain 10,6 9,3 16,0 1 329 Foret Rurale 12,2 11,5 16,0 1 767 Savane Rurale 14,6 14,4 20,9 825 En semble ru rai 12,9 12,2 17,2 2 591 Niveau d'instruction Aucun 13,0 14,7 18,4 2 595 Primaire 11,5 10,1 14,5 980 Secondaire ou plus 9,1 6,9 11,4 345 Religion Catholique 11,4 11,5 14,0 762 Protestante 12,7 9,9 15,8 694 Musulmane 12,9 12,8 17,9 1 369 Sans religion 12,7 11,9 17,6 852 Traditionnelle 12,2 13,1 17,2 244 Ensemble des femmes 12,3 11,8 16,6 3 921 Le tableau 5.11 présente trois indicateurs rendant compte de la fin d'exposition au risque de grossesse pour les femmes de 30 ans et plus. Le premier indicateur est la proportion de femmes en ménopause, à savoir la proportion de femmes actuellement en union qui ne sont ni enceintes ni en aménorrhée post-partum, mais qui n'ont pas eu de règles pendant au moins six mois avant l'enquête ou qui se sont déclarées en ménopause. Sur l'ensemble des femmes de 30-49 ans, 13 % sont considérées comme étant en ménopause. Comme il fallait s'y attendre, cette proportion augmente rapidement avec l'âge : elle est de 2 % à 30-34 ans puis, entre 44 et 45 ans, elle est de 28 %; à 48-49 ans, 55 % des femmes sont en ménopause. Le second indicateur présenté concerne l'infécondabilité définitive : une femme en union de façon permanente pendant les cinq ans ayant précédé l'enquête, qui n'a pas utilisé la contraception, qui n'a pas eu de naissance pendant les cinq demi&es années et qui n'est pas enceinte, est classée dans cette catégorie. L'infécondabilité définitive concerne une forte proportion de femmes de 30-49 ans (34 %) : comme pour la ménopause, les proportions augmentent rapidement avec l'âge, passant de 15 % à 30-34 ans à 52 % à 42-43 ans et à 82 % à 48-49 ans. Le dernier indicateur concerne l'abstinence prolongée : il s'agit simplement de la proportion de femmes actuellement en union qui n'ont pas eu de rapports sexuels pendant les trois années ayant précédé l'enquête. Ces proportions sont très faibles puisque seulement 3 % de l'ensemble des femmes de 30-49 ans sont concemées. 87 Tableau 5.11 Fin d'exposition au risque de grossesse Pourcentage de femmes de 30-49 ans actuellement en union qui sont en ménopause, en inl~condabilité définitive et en abstinence de longue durée par âge, EDS Côte d'Ivoire 1994 Ménopause t lnl~condabilité définitive 2 Abstinence prolongée 3 Groupe d'åges Pourcentage Effectif Pourcentage Effectif Pourcentage Effectif 30-34 1,8 591 14,6 400 0,8 993 35-39 2,7 464 20,1 326 1,8 676 40-41 5,8 209 30,2 127 3,3 251 42-43 16,8 122 51,7 75 6,3 147 44-45 28,1 188 56,6 119 3,3 211 46-47 38,2 137 76,2 85 7,1 147 48-49 54,8 136 gl,8 98 12,1 142 Femmes de 30-49 ans 12,8 I 847 33,6 1 230 2,8 2 568 1 Pourcentage de femmes actuellement en union, ni enceintes, ni en aménorrhée post-partum et dont les dernièrcs règles ont eu lieu 6 mois ou plus avant l'enquête ou qui se sont déclarées en ménopause; 2 Pourcentage de femmes continuellement en union, qui n ont pas utilisé la contraception, qui n' rot pas eu de naissance durant les cinq années précédant l'enqu&e et qui ne sont pas enceintes; 3 Pourcentage de femmes actuellement en union qui n'ont pas eu de rapports sexuels durant les trois années précédant l'enquête. 88 CHAPITRE 6 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ Lucien Kouassi L'EDSCI a abordé le sujet des préférences en matière de fécondité par le biais de questions concernant le désir d'avoir ou non des enfants supplémentaires, le délai d'attente avant d'avoir le prochain enfant et le nombre total d'enfants désir~s. Ces questions ont pour objectif, d'une part, l'évaluation du degré de réussite des couples dans le contrôle de leur fécondité et, d'autre part, la mesure des besoins futurs en matière de contraception, aussi bien pour espacer que pour limiter les naissances. Un autre objectif est de mieux connaître l'opinion des femmes et des hommes vis-à-vis de la taille idéale de la famille. Il faut préciser que les données sur les attitudes et opinions vis-à-vis de la procréation ont toujours été l'objet de controverses. En effet, certains chercheurs pensent que, d'une part, les réponses aux questions sur les préférences en matière de fécondité reflètent des points de vue éphémères qui sont exprimés sans beaucoup de conviction et que, d'autre part, elles ne tiennent pas compte de l'effet des pressions socio- culturelles et de l'attitude des autres membres de la famille, en particulier de celle du mari, qui peuvent avoir une grande influence sur les décisions en matière de fécondité. De plus, ces données sont obtenues à partir d'un échantillon de femmes de différents figes et vivant des moments différents de leur histoire génésique. Pour les femmes en début d'union, les réponses sont certainement liées à des objectifs à moyen ou long terme dont la stabilité et la valeur prédictive sont incertaines. Pour les femmes en fin de vie féconde, les réponses sont inévitablement influencées par leur passé. Malgré les problèmes d'interprétation concernant l'analyse de ces données sur les préférences en matière de fécondité, les résultats présentés dans ce chapitre peuvent aider à expliquer les forces qui affectent la fécondité dans un pays comme la Côte d'Ivoire où la prévalence contraceptive est encore faible et où la fécondité et la natalité restent élevées. 6.1 DÉSIR D'AVOIR DES ENFANTS (SUPPLÉMENTAIRES) Le désir d' avoir ou non des enfants (supplémentaires) dans l'avenir dépend généralement du nombre d' enfants actuellement en vie et de l'âge de la femme. Il ressort des Tableaux 6.1 et 6.2 que ces deux variables sont déterminantes dans l'analyse du désir d'enfants. D'après le tableau 6.1 et le graphique 6.1 qui concernent les seules femmes en union, il apparaît que plus d'une femme sur cinq (21%) a déclaré qu'elle ne désirait plus d'enfants tandis que près de sept femmes sur dix (69 %) ont répondu vouloir des (d'autres) enfants. Il est à noter que parmi les femmes qui ont déclaré qu'elles désiraient avoir des enfants (supplémentaires), dans l'avenir, la majorité ( 39 %) voulait espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus, alors qu'une assez faible proportion (7 %) voulaient avoir un enfant rapidement. Au total, 60 % des femmes en union---celles ne voulant plus d'enfants (21%) et celles désirant espacer la naissance pour une période, d'au moins, deux ans (39 %)--peuvent être considérées comme candidates potentielles à la planification familiale. Comme il fallait s'y attendre, les proportions de femmes qui ne veulent plus d'enfant augmentent selon le nombre d'enfants survivants (graphique 6.1) : il passe de 2 % chez les femmes qui ont un enfant à 12 % chez celles qui ont trois enfants et atteint 57 % chez celles qui en ont six ou plus. Ces femmes ne désirant plus d' enfants ont, en principe, atteint leur descendance souhaitée. Les nullipares se distinguent par 89 Tableau 6.1 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants Répartition (en %) des femmes actuellement en union par désir d'enfants supplémentaires, selon le nombre d'enfants vivants, EDS Côte d'Ivoire 1994 Nombre d'enfants vivants I Désir d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 ou + Ensemble Veut un autre Veut un autre bientôt 2 9,4 9,6 7,9 8,2 7,3 5,4 2,5 6,9 Veut un autre plus tard 3 8,4 50,3 56,1 51,7 44,7 35,4 17, I 38,8 Veut un autre, NSP quand 73,2 32,1 23,0 20,5 15,7 11,2 8,7 23,2 Indécise 1,2 2,0 2,2 5,3 6,9 9,3 6,5 4,8 Ne veut plus d'enfants 0,0 1,8 7,2 11,5 20,6 35,7 56,7 21,4 Stérilisée 0,0 0,2 0,0 0,3 0,2 0,5 0,4 0,2 S'est déclarée stérile 7,4 3,9 3,4 2,5 4,6 2,6 8,I 4,7 Non déterminé 0,4 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 I00,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 444 831 862 817 666 557 1 095 5 271 I y compris la grossesse actuelle 2 Veut un autre dans les deux ans 3 Veut espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus Graphique 6.1 Désir d'enfants supplémentaires des femmes en union, selon le nombre d'enfants vivants Pourcentage 100 75 50 25 0 O 1 1 [ ]Veut NSP quand [ ] I ~-~Veut dans les 2 ans [ ]Veut après 2 ans [ ] Ne veut +/Stérilisée 2 S 4 Nombre d'enfants vivants 6+ EDSC11994 90 leur très forte proportion (91%) à souhaiter avoir un enfant, mais elles ne le souhaitent pas dans l ' immédiat : 9 % d'entre elles désirent un enfant dans les deux années à venir, 8 % le souhaitent après deux ans, et 73 % désirent en avoir un sans savoir à quel moment précis. Chez les femmes ayant déjà un enfant, le désir d'en avoir un autre est aussi très élevé (92 %), mais, contrairement aux nullipares, la majorité de ces femmes (50 %) souhaitent avoir cet enfant à un intervalle de plus de deux ans. Au fur et à mesure que la parité augmente, les proportions de femmes désirant un autre enfant diminuent. Néanmoins, chez les femmes atteignant une parité élevée, le désir d'avoir un enfant supplémentaire reste relativement élevé puisque plus d'une femme sur quatre (28 %) exprime le désir d'avoir un enfant plus tard. On notera que quelle que soit la parité, sauf pour les femmes sans enfant, celles qui désirent un autre enfant souhaitent, en majorité, avoir cet enfant dans plus de deux ans, ce qui correspond à ce qui a été observé du point de vue de l'intervalle intergénésique (médiane de 33,2 mois (voir Chapitre 3 - Fécondité). Par ailleurs les proportions de femmes indécises quant au désir d'avoir ou non des enfants supplémentaires sont faibles : seulement 5 % de J'ensemble des femmes en union n'ont pas su se prononcer. On observe au tableau 6.2 qu'il existe une forte relation entre les préférences en matière de fécondité et l 'âge actuel des femmes. Tout comme pour la parité, la proportion de femmes actuellement en union voulant un autre enfant diminue avec 1' âge : elle passe de 95 % à 15-19 ans à 15 % à 45-49 ans. Inversement, le désir de ne plus avoir d'enfants augmente selon l'âge : la proportion passe de 1% chez les femmes de 15- ^ 19 ans actuellement en union à 49 % chez celles âgées de 45-49 ans. A tous les ages, la majorité des femmes qui souhaitent un autre enfant le veulent dans plus de deux ans, ce qui est en accord avec les intervalles intergénésiques observés (voir Chapitre 3 - Fécondité). Tableau 6.2 Préférences en matière de fécondité) selon l'âge Répartition (en %) des femmes actuellement en union par désir d'enfants suppl6mentaires, selon l'åge. EDS Céte d'Ivoire 1994 Åge de la femme Ensemble Désir des d'enlants 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 femmes Veut un autre Veut un autre bientôt I 9.9 9.1 8.9 7,1 4.6 2.5 0.2 6.9 Vent un autre plus tard 2 55.0 59.7 50, I 37,3 22.0 8.7 1.4 38.8 Veut tin autre. NSP quand 30.4 24.0 24,5 23,1 22.6 19.4 13.2 23.2 Indécise 3,1 2,5 4.4 7.0 7.2 4.9 4.0 4.8 Ne veut p lus d'enfants 1,4 4.5 I 1.4 23.5 38,7 49.9 49.3 21.4 Stérilisée 0.0 0.0 0,0 0.2 0.4 0.6 1.0 0.2 S'est déclarée stérile 0,2 0.2 0.6 1,7 4,4 14,0 30.7 4.7 Non déterminé 0,0 0.1 0,1 0.0 0,0 0.0 0.3 0.1 Total 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 Effectif de femmes 517 1 008 1 178 993 676 503 395 5 271 Veut un autre enfant dans les deux ans 2 Veut espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus Le tableau 6.3 fournit la répartition des femmes et des hommes en union qui ne veulent plus d'enfants (y compris les femmes stérilisées), selon le nombre d'enfants vivants et selon certaines caractéristiques socio- démographiques. 91 Globalement, plus d'une femme sur cinq (22 %) ne veut plus d'enfant et, dans l'ensemble, on ne constate qu'assez peu de différences entre les caractéristiques socio-démographiques. Du point de vue du milieu de résidence, 24 % des femmes du milieu urbain souhaitent limiter leur descendance, contre 20 % en milieu rural; en outre, en Abidjan, 25 % des femmes ne veulent plus d'enfant. Cependant, on notera qu'à parité égale, la proportion de femmes voulant limiter leur descendance est toujours plus élevée en milieu urbain qu'en milieu rural : parmi les femmes ayant 5 enfants, par exemple, 42 % de celles du milieu urbain ne veulent plus d'enfants contre 33 % de celles du milieu rural. De même, on n'observe que très peu d'écarts entre les femmes sans instruction et celles ayant fréquenté l'école. Dans l'ensemble, 22 % des femmes sans instruction ne veulent plus d'enfant contre 20 % de celles de niveau d'instruction primaire et 23 % de celles ayant un niveau plus élevé. Comme pour le milieu de résidence et le niveau d'instruction, on n'observe que peu d'écarts en ce qui concerne la religion: les femmes catholiques sont celles qui désirent le plus fréquemment ne plus avoir d'enfant (26 %) et, à l'opposé, les musulmanes sont celles qui expriment ce désir le moins fréquemment (18 %). Tableau 6.3 Désir de limiter les naissances Pourcentage de femmes et d'hommes actuellement en union ne voulant plus d'enfants par nombre d'enfants vivants (pour les femmes) et selon certaines caract6ristiques socio-démographiques, EDS C6te d'Ivoire 1994 Nombre d'enfants vivants I Ensemble Ensemble des des Caractéristique 1 2 3 4 5 6 ou + femmes hommes Milieu de résidence Abidjan 2,6 13,2 21,9 33,8 43,5 70,1 25,3 14,1 Forêt Urbaine 3,1 10,4 18,1 22,6 37,2 66,0 24,2 15,7 Savane Urbaine 0,8 8,4 14,0 16,5 47,1 54,2 21,5 14,2 Ensemble urbain 2,4 11,5 19,0 26,6 42,4 64,8 24,2 14,5 Forét Rurale 1,6 5,0 8,3 19,4 35,2 57,5 21,3 7,4 Savane Rurale 2,1 3,7 7,1 14,7 28,5 45,6 17,7 5,7 Ensemble rural 1,7 4,6 7,9 17,8 32,8 53,6 20,2 6,9 Niveau d'instruction Aucun 2,5 6,6 9,5 17,7 34,8 54,1 22.0 5,6 Primaire 1,1 6,2 11,7 27,6 34,7 66,3 19,7 12,1 Secondaire ou plus 1,3 13,3 27,3 31,1 57,0 77,1 23,2 16,2 Religion Catholique 1,6 10,7 22,0 34,9 41,4 68,7 25,9 19,3 Protestante 0,0 9,4 6,4 17,9 42,2 65,5 22,3 13,6 Musulmane 1,6 4,7 10,1 15,9 33,7 49,9 18,3 5,0 Sans religion 5,0 6,0 11,0 21,6 35,0 57,1 22,8 6,1 Traditionnelle 0,0 7,7 7,5 20,1 29,4 49,4 23,1 7,5 Ensemble 2,0 7,2 11,8 20,8 36,2 57,1 21,6 9,7 Note : Les femmes/hommes stérilisés sont considérés comme ne voulant plus d'enfant. i y compris la grossesse actuelle Les hommes en union qui ne désirent plus d'enfant sont, proportionnellement, beaucoup moins nombreux que les femmes. En effet, 10 % des hommes seulement ont exprimé le désir de ne plus avoir d'enfant contre 22 % des femmes. En outre, il faut remarquer que chez les hommes, si les différences selon les caractéristiques socio-démographiques suivent les mêmes tendances que chez les femmes, les écarts observés sont néanmoins beaucoup plus importants que chez ces demières. Ainsi, seulement 7 % des hommes vivant en milieu rural ont exprimé le désir de ne plus avoir d'enfant, contre 15 % de ceux vivant en milieu urbain; de même, 6 % des hommes sans instruction ont exprimé ce désir, contre 16 % de ceux ayant un niveau secondaire ou supérieur. 92 6.2 BESOINS EN MATIÈRE DE PLANIF ICAT ION FAMIL IALE Les femmes actuellement en union non utilisatrices de la contraception et qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfants (elles souhaitent limiter leurs naissances) ou qui ont déclaré vouloir attendre deux ans ou plus avant la naissance de l'enfant suivant (elles souhaitent espacer leurs naissances), sont considérées comme ayant des besoins non-satisfaits en matière de contraception ~. Les femmes ayant des besoins insatisfaits et celles utilisant actuellement la contraception constituent la demande potentielle totale en planification familiale. Le tableau 6.4 donne des estimations des besoins non-satisfaits et satisfaits en matière de contraception selon certaines caractéristiques socio-démographiques. Alors que le niveau d'utilisation actuelle de la contraception n'est pas très élevé chez les femmes en union (11%, voir Chapitre 4 - Planification familiale), les besoins non-satîsfaits en matière de planification familiale sont importants puisqu'ils concernent plus de deux femmes sur cinq (43 %). Parmi ces femmes, la très grande majorité (34 %) aurait besoin d'utiliser la contraception comme moyen d'espacement des naissances. Si les femmes en union ayant des besoins non-satisfaits en matière de contraception satisfaisaient ces besoins, c'est-à-dire si elles utilisaient effectivement la contraception, la prévalence contraceptive pourrait atteindre 55 %. Cette demande potentielle totale en planification familiale aurait pour objectif principal l'espacement des naissances (42 %). À l'heure actuelle, chez les femmes en union, seulement 21% de la demande potentielle totale en planification familiale se trouve satisfaite en Côte d'Ivoire. L'analyse différentielle des besoins en matière de planification familiale montre des variations assez importantes des besoins selon l'âge des femmes. C'est à 15-19 ans que les besoins non-satisfaits sont les plus élevés (54 %); entre 20 et 39 ans, âges auxquels la fécondité et la prévalence contraceptive sont les plus élevées, les besoins non-satisfaits sont encore très importants (entre 45 et 49 %) ainsi que la demande potentielle totale (entre 58 et 60 %). Au-delà de 39 ans, les besoins non-satisfaits et la demande totale diminuent de façon très importante. En outre, on peut noter que jusqu'à 39 ans, les besoins non-satisfaits et la demande potentielle totale en matière de planification familiale sont essentiellement orientés vers l'espacement des naissances. Par contre, entre 40 et 49 ans, les femmes ont beaucoup plus de besoins pour limiter que pour espacer leurs naissances. S'agissant du milieu de résidence, les résultats obtenus montrent que les besoins non-satisfaits, l'utilisation et donc la demande potentielle totale sont beaucoup plus élevés en milieu urbain qu'en milieu rural. Les proportions de besoins non-satisfaits sont de 43 % en milieu rural contre 45 % en milieu urbain, et la demande totale varie de 49 % en milieu rural à 64 % dans les villes. En milîeu urbain, pour 30 % des femmes, les besoins en matière de planification familiale se trouvent satisfaits, contre seulement 14 % en milieu rural. Les proportions des femmes susceptibles d'utiliser la contraception sont beaucoup plus élevées en Abidjan (70 %) que dans toutes les autres zones mais, quelle que soit la région, les besoins pour l'espacement sont toujours nettement plus importants que les besoins pour la limitation des naissances. En ce qui concerne le niveau d'instruction, on constate que la demande totale concerne 77 % des femmes ayant un niveau secondaire ou supérieur contre 67 % des femmes de niveau d'instruction primaire et 48 % des femmes sans instruction. De plus, dans 50 % des cas, cette demande est satisfaite pour les femmes ayant un niveau d'instruction secondaire ou plus, alors qu'elle n'est satisfaite que dans 30 % des cas pour les femmes de niveau primaire et dans l 1% des cas pour les femmes sans instruction. t Le calcul exact des besoins non-satisfaits est expliqué en note du tableau 6.4. 93 Tableau 6.4 Besoins en matière de planification familiale Pourcentage de femmes actuellement en union ayant des besoins non-satisfaits en matière de planification familiale, pourcentage de celles dont les besoins sont satisfaits et pourcentage de demande potentielle totale de services de planification familiale par caractéristiques socio-démographiques. EDS C6te d'Ivoire 1994 Caractéristique Besoins en Besoins en planification planification familiale familiale satisfaits non-satisfaits I pour: (utilisation actuelle) 2 pour: Espacer Limiter Total Espacer Limiter Total Demande potentielle totale en planifica- Pourcentage tion familiale3pour: de demande Espacer Limiter Total satisfaite Efl%ctif Groupe d'âges 15-19 52,8 0,6 53,5 8,7 0.0 8,7 61,5 0,6 62.1 14,0 517 20-24 43.3 1.5 44.7 13.1 0,6 13.7 56.3 2,1 58,4 23,5 1 008 25-29 40,7 5,9 46,6 10,0 1.8 11,8 50,7 7,7 58,4 20.2 I 178 3(I-34 31,2 11.5 42.6 8,9 4,7 13.6 40,0 16,2 56,2 24,1 993 35-39 28,4 20,3 48,7 4.4 7,2 11,6 32.8 27,5 6(/,3 19,2 676 40-44 15,0 23,0 38,0 1,5 7,6 9,1 16,5 30,6 47,1 19,3 503 45-49 6.9 10,8 17,6 I,I 4,2 5,3 8,0 14.9 22,9 22.9 395 Milieu de résidence Abidjan 35,1 I1.1 46,2 16,3 7.1 23,4 51,3 18,2 69.5 33,6 960 Forêt Urbaine 32,7 10.5 43.3 9,0 5,1 14.2 41,8 15,7 57.5 24,7 540 Savane Urbaine 36,8 8,1 44,9 11,6 4,8 16,4 48,5 12.9 61,4 26,8 414 Ensemble urbain 34,8 10,3 45,1 13,2 6,1 19,3 48,0 16,3 64,4 30,0 I 914 Fort3t Rurale 33.6 9,6 43.2 6,1 2,1 8,1 39,7 11,7 51.3 15.8 2277 Savane Rurale 33.6 7,5 41.0 3,0 1,4 4,4 36,6 8,8 45,4 9,6 I 080 Ensemble rural 33,6 8,9 42.5 5.1 1.8 6,9 38.7 10,8 49.4 14.0 3 357 Niveau d'instruction Aucun 33,1 9.9 43.0 3~2 2,0 5,2 36,3 12.0 48,3 10.8 3 685 Primaire 37,8 9,3 47,1 14,7 5,3 20,0 52,5 14,6 67,1 29,8 1 100 Secondaire ou plus 32,6 5,9 38,5 29,8 8,9 38.7 62,4 14.8 77,2 50,1 486 Religion Catholique 32,1 9,9 42.0 16,1 6,5 22,6 48,2 16,4 64,6 35,0 I 029 Protestante 34,7 10,0 44,7 10,9 4.2 15,1 45,6 14,2 59,8 25,3 820 Musulmane 36.1 8,0 44,0 4,6 2,2 6,8 40.7 10.1 50.8 13.4 2002 Sans religion 32.4 10.3 42.8 5,6 2,5 8,2 38.1 12.9 50,9 16.0 1 074 Traditionnelle 31.4 12.0 43.4 4,5 1,5 6,0 35.9 13,5 49.4 12.2 347 Ensemble des femmes en union 34,0 9,4 43,4 8,0 3.4 I 1,4 42,1 12,8 54,9 20,8 5 271 Ensemble des femmes qui ne sont pas en union 1,3 0,4 1,6 25,9 0,2 26,0 27,1 0,5 27,7 94,1 2 828 Ensemble des femmes 22,6 6,3 28,9 14.3 2,2 16,5 36,9 8,5 45,4 36,4 8 099 Les besoins non-sati.~faits pour espacer concernent les femmes enceintes dont la grossesse ne s'est pas produite au moment voulu, les femmes en aménorrhée dont la dernière naissance ne s'est pas produite au moment voulu, et les femmes qui ne sont ni enceintes ni en aménorrhée, qui n'utilisent pas de méthode contraceptive et qui ont déclaré vouloir attendre deux ans ou plus avant leur prochaine naissance Les besoins non-sati~~faits pour limiter concernent les femmes enceintes dont la grossesse n'était pas voulue, les l~mmes en aménorrhée dont la dernière naissance n'était pas voulue, et les femmes qui ne sont ni enceintes ni en aménorrhée, qui n'utilisent pas de méthode contraceptive et qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfants. Sont également exclues les femmes qui sont en ménopause ou en période d'infécondabilité, selon les définitions données au Tableau 5.12. 2 L 'utilisation pour espacer concerne les femmes qui utilisent actuellement une méthode contraceptive et qui ont déclaré vouloir attendre deux ans ou plus avant leur prochaine naissance. L'utilisation pour limiter concerne les femmes qui utilisent actuellement une méthode contraceptive et qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfants. Besoins non sa lsla s eut 1 sa on ac uelle 94 Du point de vue de la religion, si les besoins non-satisfaits ne varient qu'assez peu (de 42 % chez les catholiques à 45 % chez les protestantes), l'utilisation actuelle de la contraception présente des écarts très importants (23 % chez les catholiques contre 6 % seulement chez les femmes de religion traditionnelle) : de ce fait, la demande potentielle totale varie fortement (de 49 % chez les femmes de religion traditionnelle à 65 % chez les catholiques). De même, 35 % des catholiques ont leur demande en matière de planification familiale satisfaite contre 12 % seulement des femmes de religion traditionnelle. Pour les femmes qui ne sont pas en union, 94 % de leur demande en planification familiale est déjà satisfaite. Ainsi, leur demande potentielle totale (28 %) est peu différente du niveau de leur utilisation actuelle (26 %). Compte tenu du fait que la situation des femmes en union diffère totalement de celle des femmes qui ne sont pas en union, les résultats concernant l'ensemble des femmes présentent leurs propres particularités. Alors que 17 % des ivoiriennes utilisent actuellement la contraception, 29 % ont des besoins non-satisfaits : au total, la demande potentielle totale en matière de planification familiale pourrait atteindre 45 % si toutes les femmes arrivaient à satisfaire leurs besoins. A l'heure actuelle, 36 % seulement de la demande en planification familiale est satisfaite. En outre, en ce qui concerne l'ensemble des femmes, qu'il s'agisse de l'utilisation actuelle ou des besoins non-satisfaits et, donc, de la demande potentielle totale, il faut noter qu'avant tout, la contraception est orientée vers l'espacement des naissances. Ainsi, parmi les 45 % de femmes susceptibles d'utiliser la contraception, 37 % le feraient en vue d'espacer leurs naissances contre seulement 9 % pour les limiter. 6.3 NOMBRE TOTAL D'ENFANTS DESIRES Le comportement reproductif d'une femme peut être influencé par ce qui est, pour elle ou pour son mari, le nombre idéal d'enfants. Pour essayer de savoir quel est ce nombre idéal pour les femmes et les hommes ivoiriens, lors de l'enquête, on a posé à tous les enquêtés l'une des deux questions suivantes, selon leur situation au moment de l'enquête : Aux femmes et aux hommes sans enfant : « Si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants à avoir dans toute votre vie, combien voudriez-vous en avoir en tout ? » Aux femmes et aux hommes ayant des enfants : « Si vous pouviez recommencer à partir de l'époque où vous n'aviez pas d'enfants, et si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants à avoir dans toute votre vie, combien auriez-vous voulu en avoir au total ? » Ces questions, simples en apparence, peuvent être embarrassantes, en particulier pour les femmes et les hommes ayant déjà des enfants, parce qu'ils doivent se prononcer sur le nombre d'enfants qu'ils souhaiteraient avoir, dans l'absolu, indépendamment du nombre d'enfants qu'ils ont déjà. Or il peut être difficile pour une femme ou un homme de déclarer un nombre idéal d'enfants inférieur à la taille actuelle de sa famille. Il ressort du tableau 6.5 que les femmes ivoiriennes restent très attachées à une descendance nombreuse : en moyenne, le nombre idéal d'enfants est de 5,5 et il atteint 6,0 si on se limite aux seules femmes en union. Le nombre idéal pour les hommes est légèrement supérieur à celui donné par les femmes : pour l'ensemble des hommes, 6,0 enfants représentent la taille idéale; pour les hommes en union, le nombre idéal est de 6,9 enfants. Quoiqu'en très forte diminution (8,4 chez les femmes en union à I'EIF de 1980- 1981 ), le nombre idéal moyen d'enfant par femme demeure assez proche de 1' Indice Synthétique de Fécondité (ISF) obtenu au niveau national (5,7 enfants). 95 Tableau 6.5 Nombre idéal d'enfants Répartition (en %) des femmes par nombre id6al d'enfants et nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des li~mmes et l'ensemble des hommes et pour celles/ceux actuellement en union selon le nombre d'enfants vivants (pour les lemmes), EDS Côte d'Ivoire 1994 Nombre Nombre d'enfants vivants I Ensemble Ensemble idéal des des d'enfimts 0 1 2 3 4 5 6 ou + femmes hommes 0 0,1 0,2 0,1 0,2 0,0 0,0 0,2 0, I 0,3 1 0,8 0,7 0,2 0,2 1,0 0,1 0,2 0,5 0,9 2 9,0 5,8 4,4 1,5 4,1 2,7 2,0 4,9 5,4 3 16,1 17,9 8,8 8,2 3,7 5,0 3,6 10,5 13,2 4 32,4 28,5 28,2 17,6 18,0 I 1,4 13,0 23,4 20,0 5 19,1 19,6 23,3 25,4 19,7 19,5 12,6 19,6 20,0 6 ou plus 20,7 25,6 33,1 45,0 51,1 57,1 64,2 38,5 37,5 Réponses non-numériques 1,8 1,7 1,8 1,9 2,5 4,1 4,2 2,4 2,6 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,(• Ellcctif de lemmes I 945 1 455 1 107 962 778 635 I 218 8 099 2 552 Nombre id6al moyen 2 Ensemble des femmes/hommes 4,6 4,8 5,3 5,8 6,l) 6,5 7,1 5,5 6,0 Eflectif I 910 1 430 I 087 943 759 609 1 167 7 904 2 485 Femmes/Hommes en union 5,3 5,1 5,4 5,9 6,0 6,5 7,1 6,0 6,9 Effectif 428 812 844 798 648 53(1 1 046 5 107 1 223 I y compris la grossesse actuelle 2 Les moyennes sont calcul~es en excluant les femmes et les hommes ayant donné des réponses non-numériques. Si l'on examine la distribution des tailles déclarées, il apparaît que pour près de deux femmes sur cinq (39 %) le nombre idéal est de 6 enfants et plus. Il en est de même chez les hommes (38 % souhaitent 6 enfants ou plus). Ces résultats confirment l'attachement des ivoiriens à une descendance nombreuse, ce qui explique que, malgré la baisse observée à I'EDSCI, la fécondité reste encore élevée. Par ailleurs, on peut noter une relation entre le nombre actuel d'enfants et la taille idéale qui passe de 4,6 chez les femmes sans enfant à 6,5 chez celles qui ont déjà 5 enfants. Ce désir est plus élevé chez les femmes en union. C'est ainsi que celles qui n'ont pas d'enfants souhaitent en avoir 5,3 tandis que celles qui ont déjà 5 enfants survivants désirent en avoir 6,5. Il est difficile de savoir si ces variations résultent d'une modification réelle de l'idéal allant dans le sens d'une famille de taille plus réduite chez les femmes des générations les plus récentes (et à parité faible), ou s'il s'agit, au contraire, d'une évolution de l'idéal de la femme dans le sens de la hausse au fur et à mesure qu'elle vieillit et que se constitue sa descendance. Quelles que soient les caractéristiques étudiées, la taille idéale de la famille tend à augmenter selon l'âge (tableau 6.6), de la même manière qu'elle augmente avec la parité : elle passe de 4,7 enfants pour les femmes de 15-19 ans à 7,3 pour les femmes de 45-49 ans. Là encore, il est difficile de conclure que ces variations résultent d'une modification réelle de l'idéal allant dans le sens d'une famille de taille plus réduite chez les femmes des générations les plus récentes ou, au contraire, d'une évolution de l'idéal de la femme dans le sens de la hausse au fur et à mesure qu'elle vieillit. On constate la même tendance chez les hommes, le nombre idéal passant de 5,2 à 15-19 ans à 7,4 et plus au-delà de 40 ans, mais, à tous les figes, le nombre idéal d'enfants des hommes reste nettement supérieur à celui des femmes. 96 Tableau 6.6 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiques Nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des femmes et l'ensemble des hommes, par åge et selon certaines caractéristiques socio.démographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Age actuel des femmes Caractéristique 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45 et + Ensemble FEMMES Milieu de résidence Ahidjan 4,0 4,1 4,5 4,9 5,1 5,7 6,5 4,5 Forêt Urbaine 4,4 4,6 4,8 5,6 6,1 5,8 0,8 5,0 Savane Urbaine 4,3 4,5 4,9 5,4 5,7 5,9 7,2 4,9 Ensemble urbain 4,2 4,3 4,6 5,2 5,5 5,7 6,7 4,7 Forêt Rurale 4,9 5,3 5,8 6,3 6,6 7,4 7,4 5,9 Savane Rurale 5,5 5,6 6,4 6,7 7,3 8,2 7,7 6,5 Ensemble rural 5,1 5,4 6,0 6,4 6,8 7,7 7,5 6,1 Niveau d'instruction Aucun 5,2 5,4 6,0 6,3 6,7 7,2 7,5 6,1 Primaire 4,3 4,7 5,0 5,6 5,9 6,5 6,5 4,9 Secondaire ou plus 3,9 3,9 4,0 4,4 4,9 4,5 4,1 4,1 Religion Catholique 4,1 4,2 4,7 5,1 5,4 6,2 6,3 4,7 Protestante 4,5 4,6 5,2 5,8 6,4 7,0 7,4 5,3 Musulmane 5,0 5,3 5,7 6,2 6,1 6,9 7,4 5,8 Sans religion 4,8 5,2 5,9 6,4 6,9 7,5 7,5 6,0 Traditionnelle 6,0 6,2 6,1 6,7 7,9 8,0 7,9 6,9 Ensemble des femmes 4,7 4,9 5,4 5,9 6,3 7,0 7.3 5,5 HOMMES Milieu de résidence Abidjan 4,5 4,0 3,9 5,5 4,4 5,6 5,7 4,7 Forêt Urbaine 5,3 4,7 5,1 5,8 5,7 7,6 8,0 5,8 Savane Urbaine 4,8 4,5 4,7 5,5 5,9 6,1 7,9 5,5 Forêt Rurale 5,4 4,7 5,5 6,1 6,6 7,5 9,6 6,3 Savane Rurale 5,6 6,0 6,2 7,7 8,4 10,0 10,3 7,3 Niveau d'instruction Aucun 6,0 5,3 6,1 7,4 6,9 8,2 9,7 7,3 Primaire 5,6 4,9 5,0 5,5 5,8 7,5 7,3 5,6 Secondaire ou plus 4,3 4,1 4,3 4,8 5,3 5,4 5,4 4,6 Religion Catholique 4,4 4,1 4,2 5,2 4,3 6,4 7,4 5,0 Protestante 5,0 4,3 4,7 5,0 6,1 5,9 8,4 5,3 Musulmane 5,4 4,8 5,6 6,5 6,4 8,2 9,1 6,4 Sans religion 5,2 5,0 5,5 7,1 7,7 8,1 9,1 6,3 Traditionnelle 6,4 6,1 6,3 6,6 7,1 9,5 10, I 7,4 Ensemble des femmes 5,2 4,7 5,2 6,1 6,1 7,4 8,8 6,0 L 'analyse différentielle de la taille idéale de la famille fait apparaître une tendance similaire d'augmentation selon l 'âge, quelles que soient les caractéristiques étudiées (tableau 6.6). Par contre, pour l 'ensemble des femmes et 1' ensemble des hommes, le nombre idéal moyen d'enfants présente des variations assez importantes selon le milieu de résidence et selon le niveau d'instruction (graphique 6.2). Les femmes et les hommes du milieu urbain ont pour idéal une famille moins nombreuse que celles du milieu rural. C'est en Abidjan que le nombre idéal d'enfants est le plus faible (4,5 pour les femmes et 4,7 pour les hommes) et 97 Graphique 6.2 Nombre idéal d'enfants pour les hommes et les femmes C~TE D'IVOIRE ::::::::::::::::::::::::::::::: RÊSIDENCE Abidjan ForiH Urbaine Savane Urbaine For~t Rurale Savane Rurale INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + m I i 2 4 6 8 Nombre d'enfants EDSCI 1994 c'est en Savane Rurale qu'il est le plus élevé (6,5 pour les femmes et 7,3 pour les hommes), l'écart absolu observé est de 2 enfants et plus entre ces deux milieux. On constate également que le nombre idéal d'enfants est d'autant moins important que le niveau d'éducation est élevé : il passe, par exemple, de 6, I enfants chez les femmes sans instruction à 4,9 chez les femmes ayant un niveau primaire et à 4,1 chez celles de niveau secondaire ou plus. La même tendance s'observe chez les hommes. La dimension idéale de la famille varie également beaucoup selon la religion de la femme et celle de l 'homme : le nombre idéal moyen d'enfants des femmes chrétiennes (4,7 pour les catholiques et 5,3 pour les protestantes) est nettement inférieur à celui des femmes des autres religions (5,8 pour les musulmanes, 6,0 pour les sans religion et 6,9 pour les femmes de religion traditionnelle). Là encore, la même tendance s'observe chez les hommes. Finalement, on peut noter que, quelles que soient les caractéristiques étudiées, les variations du nombre idéal d'enfants sont assez similaires à celles observées pour les niveaux de fécondité (voir Chapitre 3 - Fécondité). 6.4 PLANIF ICAT ION DE LA FÉCONDITÉ Lors de I'EDSCI, on a posé aux femmes des questions relatives à chaque enfant né au cours des trois demières années et à la grossesse actuelle (s'il y en a une) : ces questions avaient pour objectif de déterminer si, lorsque la femme s'est trouvée enceinte, elle souhaitait être enceinte à ce moment-là, plus tard, ou s'il s'agissait d'une grossesse non désirée. Les réponses à ces questions permettent de mesurer le degré de réussite des couples dans le contrôle de leur fécondité. De telles questions exigent de la femme un effort de concentration pour se souvenir avec exactitude de ses désirs à un ou plusieurs moments précis des trois demières années. En outre, il existe un risque de 98 rationalisation dans la mesure où, souvent, une grossesse non désirée peut devenir par la suite un enfant auquel on s'est attaché. Il apparaît, d'après le tableau 6.7, que la majorité des naissances des trois dernières années (85 %) étaient désir~es : la plupart de ces naissances (65 %) se sont produites au moment voulu et, dans 20 % des cas, les femmes auraient souhaité qu'elles se produisent plus tard. Les grossesses non désirées représentent 8 %. Quel que soit le rang, la grande majorité des naissances sont voulues et arrivent au moment voulu. Cependant, on peut noter que les naissances de rang élevé (4 et plus) sont moins bien planifiées que les naissances de rangs inférieurs : en effet, 13 % des naissances de rang 4 ou plus n'étaient pas désirées contre 3 % des naissances de rang 1 à 3. Par ailleurs, si les naissances de rang 1 sont autant désirées que celles de rangs 2 et 3, elles se produisent moins fréquemment au moment voulu. Ainsi, 26 % des naissances de rang 1 étaient souhaitées plus tard, contre 21% des naissances de rang 2 et 19 % de celles de rang 3. On peut également constater au tableau 6.7 que la proportion de naissances non désirées augmente fortement avec l'âge de la mère, passant de 3 % dans les groupes d'âges les plus jeunes à 23 % à 35-39 ans et à 42 % chez les femmes de 45-49 ans. C'est dans le groupe d'âges à très forte fécondité (20 à 34 ans) que les naissances sont les mieux planifiées (68 à 70 % de ces naissances étaient désirées et se sont produites au moment voulu). Ce résultat n'est guère surprenant dans la mesure où c'est aussi dans ce groupe d'âges que la proportion de femmes ayant des besoins satisfaits en matière de planification familiale est la plus importante. Enfin, il faut noter que près d'un tiers des naissances issues de mères de moins de 20 ans (30 %) étaient désirées, mais qu'elles auraient été souhaitées plus tard. Tableau 6.7 Planification de la I~condité Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête par type de planification, selon le rang de naissance et l'åge de la mère h la naissance. EDS C6te d'Ivoire 1994 Statut de la naissance: Rang de Effectif naissance et Voulue Voulue Non Pas de âge de la mère au moment plus tard désirée s6re Total naissances Rang de naissance 1 61,4 26,1 3,3 0,6 91,5 975 2 71,3 20,5 1,7 1,0 94,5 797 3 70,1 19,4 3,4 0,8 93,7 724 4 ou plus 62,8 17,7 13,3 0,8 94,5 2 304 Âge de la mère < 20 57,7 29,6 3,4 0,6 91.2 985 20-24 70,2 21,1 2,8 0,9 95,1 I 273 25-29 67,5 18,2 6.0 1,0 92,6 I 190 30-34 68.7 15.1 11,8 0,9 96,5 781 35-39 57.5 13,7 23,3 0.1 94.6 394 40-44 55.7 11,3 26,8 0.0 93,8 145 45-49 40,4 2,0 41.8 3,0 87,2 33 Ensemble 65,0 20.1 7,8 0.8 93,8 4 800 Note : Le rang de naissance inclut la grossesse actuelle. 99 Le tableau 6.8 et le graphique 6.3 présentent une comparaison entre 1' Indice Synthétique de Fécondité Désirée (ISFD) et 1' Indice Synthétique de Fécondité actuelle (ISF). Le calcul de I'ISFD est analogue au calcul de I'ISF, mis à part que les naissances considérées comme non désirées sont éliminées du numérateur. Si toutes les naissances non désirées étaient ~vit~es, I'ISF des femmes ivoiriennes serait de 4,7 enfants au lieu de 5,7 enfants, soit un enfant de moins. Ce niveau de fécondité désirée, inférieur d'un enfant à la fécondité réelle, met en évidence l'importance des besoins en matière de planification familiale qu'il reste à satisfaire• Quelles que soient les caractéristiques socio-démographiques des femmes, I'ISFD est toujours inférieur à I'ISF. Les écarts les plus importants entre la fécondité réelle et la fécondité désirée s'observent en Savane Urbaine (4,2 contre 5,6 enfants par femme), et chez les femmes de niveau primaire (4,2 contre 5,3) et n'ayant aucune instruction (5,2 contre 6,2). De même, l'écart est relativement important chez les femmes sans rehgton (5,4 contre 6,5). A 1 opposé, les ecarts les plus fatbles s observent chez les femmes d Ab djan (3,2 contre 4,1 enfants par femme) et chez celles ayant un niveau d'instruction secondaire ou supérieur (3,1 contre 3,8 enfants par femme). Ce résultat n'est guère surprenant dans la mesure où c'est pour ces deux catégories de femmes que les besoins en matière de planification familiale sont les mieux satisfaits (à 34 % pour les femmes d'Abidjan et à 50 % pour celles de niveau secondaire). Tableau 6.8 Taux de fécondit6 désirée Indice Synthétique de Féconditê D6sirêe (ISFD) et Indice Synthétique de Fécondit6 (ISF) pour les cinq années ayant pr6cédé l'enquête, par caractéristiques socio-démographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Caractéristique ISFD ISF Milieu de résidence Abidjan 3,2 4,1 Forét Urbaine 4,3 5,4 Savane Urbaine 4,2 5,6 Ensemble urbain 3,7 4,7 Forét Rurale 5,4 6,4 Savane Rurale 5,6 6,6 Ensemble rural 5,4 6,4 Niveau d'instruction Aucun 5,2 6,2 Primaire 4,2 5,3 Secondaire ou plus 3,1 3,8 Religion Catholique 3,8 4,7 Protestante 4,3 5,2 Musulmane 5,0 6,0 Sans religion 5,4 6,5 Traditionnelle 5,5 6,5 Ensemble des femmes 4,7 5,7 Note: Les indices sont basés sur les naissances des femmes de 15-49 ans durant la période 1-59 mois précédant l'enquête. L' ISF est le même que celui présenté au Tableau 3.2. 100 Graphique 6.3 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée COTE D'IVOIRE RE~SIDENCE Abidjan For6t Urbaine Savane Urbaine Foret Rurale Savane Rurale INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + 0 i , i r 1 2 3 4 5 6 Nombre d'enfants/femme EDSCI 1994 lOI CHAPITRE 7 SANTÉ DE LA MÈRE ET DE L'ENFANT N'Cho Sombo Au cours de I'EDSCI, on a collecté des informations sur la santé des mères et sur celle de leurs enfants nés au cours des trois dernières années qui ont précédé l'enquête. Ce chapitre présente les résultats concernant les soins prénatals, les conditions d'accouchement et les caractéristiques des nouveau-nés, la couverture vaccinale et, enfin, la prévalence et le traitement des principales maladies des enfants, en particulier les infections respiratoires, la fièvre et la diarrhée. Ces résultats permettent d'identifier les problèmes les plus importants en matière de santé matemelle et infantile; ils contribuent ainsi à l'évaluation et à la planification des politiques et des programmes de santé. L'alimentation des enfants et leur état nutritionnel, évalué à partir des mesures anthropométriques, seront présentés au Chapitre 8 (Allaitement et état nutritionnel). 7.1 SOINS PRÉNATALS ET ACCOUCHEMENT 7.1.1 Soins prénatals Pendant l'enquête, on a demandé aux femmes, pour chaque naissance survenue depuis janvier 1991, si au cours de la grossesse, elles avaient été en consultation prénatale. On a aussi enregistré le nombre de visites prénatales effectuées et la durée de grossesse au moment de la première visite, ainsi que le nombre d'injections antitétaniques qu'elles avaient reçues. Le tableau 7.1 présente les résultats concernant les soins prénatals. Lors de l'enquête, toutes les catégories de personnes consultées par la mère pendant la grossesse ont été enregistrées mais, dans le tableau 7.1, seule la personne la plus qualifiée a ét~ retenue lorsque plusieurs personnes avaient ~té consultées. On constate que sur 100 naissances vivantes survenues au cours des trois années ayant précédé l'enquête, 83 ont fait l'objet de consultations prénatales auprès de professionnels de la santé (médecins, infirmières et sages- femmes). Ces consultations ont ~té principalement effectuées par les infirmières ou sages-femmes (79 %) et, dans très peu de cas, elles ont été dispensées par des médecins (4 %). Il est à noter que, pour une proportion non négligeable de naissances vivantes (16 %), les mères n'ont fait aucune consultation prénatale. Il apparaît que, quelles que soient les caractéristiques des femmes, le suivi de la grossesse par un professionnel de la santé est une pratique assez généralisée en Céte d'Ivoire. Que ce soit du point de vue de l'âge de la mère, du rang de naissance, du milieu de résidence ou encore du niveau d'instruction de l'enquêtée, 71 à 97 % des naissances ont donné lieu à des consultations pténatales. On peut remarquer, toutefois, que les mères sont légèrement plus nombreuses à s'être rendues en consultation prénatale pour les naissances de rang 1 (87 %) que pour les naissances de rang supérieur, en particulier celles de rang 6 et plus (79 %). Les écarts les plus importants apparaissent selon le niveau d'instruction, puisque 78 % des naissances de femmes sans instruction ont bénéficié de soins prénatals dispensés par un professionnel de la santé, contre 91% lorsque les naissances sont issues de femmes ayant un niveau primaire (graphique 7.1). Pratiquement toutes les naissances de femmes ayant un niveau secondaire ont bénéficié de soins prénatals (98 %). De plus, on note que les mères ayant un niveau secondaire ou plus ont plus tendance à s'adresser au médecin pour le suivi prénatal (18 % des naissances) que celles qui ont un niveau d'instruction inférieur. 103 Tableau 7,1 Soins prénatals Répartition (en %) des naissances survenues au cours des trois années ayant précédé l'enquête, par type de personne consultée par la mère durant la grossesse, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS Céte d'Ivoire 1994 Effectif Infirmière/ Accoucheuse de Caractéristique Médecin Sage-femme traditionnelle Personne Total naissances Åge de la mère à la n~ssanee < 20 4,6 78,1 0,7 16.5 100.0 818 20-34 4,2 79,8 1,5 14,5 1130,1) 2 687 35 ou plus 2,9 77,1 0,7 19,3 100,0 484 Rang de naissance 1 6,2 81,0 0.8 12.1 100,0 2-3 5,8 77.5 1,2 15,5 100,0 4-5 2,2 81,7 1.7 14.4 100.0 6 ou plus 2,2 77.0 1.3 19,5 100,0 Milieu de résidence Abidjan 14,3 83,0 0,9 1,8 100,0 For& Urbaine 3,9 91,6 11.2 4,4 100,0 Savane Urbaine 5,6 89,9 0,2 4,3 100,0 Ensemble urbain 9,0 87,3 0,5 3,2 100,0 Forêt Rurale 1,9 77,3 1,9 18,8 100,0 Savane Rurale 1,1 69,7 11,9 28,3 100,0 Ensemble rural 1,6 74,9 1,6 21,8 100,0 802 254 968 965 618 419 313 350 802 837 2 639 Niveau d'instruction Aucun 2.0 76,4 1,5 20.2 100,0 2 646 Primaire 4.9 86,2 0,9 8,0 100,0 994 Secondaire ou plus 18,3 79,5 0,4 1,8 100,0 349 Religion Catholique 8,1 84, I 0,6 7,2 100,0 775 Protestante 5,4 85,4 1,3 8,0 100,0 703 Musulmane 2.9 77,7 1,2 18.2 100,0 1 395 Sans religion 2,4 72,8 1.7 23,1 100,0 870 Traditionnelle 1.2 75,2 2,2 21,4 100,0 246 Ensemble des femmes 4.1 79.1 1,3 15,5 100,0 3 989 Note : Les données concernent les naissances de la période 0-35 mois précédant l'enquéte. Si différentes personnes ont été consultées, seule la plus qualifiée a été prise en compte dans ce tableau 104 Graphique 7.1 Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans pour lesquels la mère a bénéficié de soins prénatals pendant la grossesse COTE D'IVOIRE RÊSIDENCE Abidjan For6t Urbaine Savane Urbaine For~t Rurale Savane Rurale INSTRUCTION Aucune Pr ima i re~ Secondaire ou + B I ] i i ' ! , ; . . . . . . . . . 1 ] 20 40 60 80 100 Pourcentage Note : Soins prénatals par un médecin, une infirmière ou une sage-femme. EDSCI 1994 La fréquence des soins prénatals diffère selon le milieu de résidence de la mère. En effet, la forte concentration des professionnels de la santé et des établissements sanitaires dans les villes a pour conséquence un meilleur suivi des naissances en milieu urbain. Ainsi, on remarque que les femmes du milieu rural sont proportionnellement moins nombreuses à se rendre à des visites prénatales que celles du milieu urbain (76 % contre 96 %). De plus, il faut noter, qu'en Forêt Rurale, une naissance sur cinq (19 %) n'a donné lieu à aucune consultation prénatale et qu'en Savane Rurale cette proportion est de trois naissances sur dix (28 %). Seulement 4 % des naissances survenues en Forêt et Savane Urbaines n'ont donné lieu à aucun suivi. En outre, on note que, dans l'ensemble, les médecins sont très peu consultés pour les soins prénatals (4 %) : ce sont les femmes vivant en Abidjan (14 %), ayant un niveau secondaire (18 %) et de religion catholique (8 % ) qui ont le plus fréquemment recours au médecin. Pour être efficaces, les soins prénatals doivent être effectués à un stade précoce de la grossesse et, surtout, ils doivent se poursuivre avec une certaine régularité jusqu'à l'accouchement. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande, au moins, quatre visites prénatales, à intervalles réguliers tout au long de la grossesse. Au tableau 7.2 figurent les données sur le nombre de visites prénatales effectuées et le stade de la grossesse à la première visite. Moins de 30 % des naissances ont fait l'objet de 4 visites prénatales ou plus, ce qui est en accord avec les recommandations de l'OMS. Par ailleurs, on note que 41% des naissances ont été précédées de 2 à 3 visites et que pour 14 % des naissances, les mères n'ont effectué qu'une seule visite. Le nombre médian de visites est de 3, ce qui est donc nettement en-deça des recommandations de l'OMS. 105 Par ailleurs, toujours selon les données du tableau 7.2, on constate que, pour une naissance sur deux (52 %), la première visite prénatale s'est effectuée à un stade précoce de la grossesse, c'est-à- dire à moins de 6 mois; par contre, pour 32 % des naissances, la première visite ne s'effectue qu'à partir de 6 mois de grossesse, compromettant ainsi le nombre et l'espacement régulier des visites prénatales préconisées par l'OMS. Dans seulement 5 % des cas, les femmes ont attendu le huitième mois pour effectuer la première visite. La durée médiane de grossesse à la première visite s'établit à 5,4 mois. Le tableau 7.3 présente les résultats concernant la vaccination antitétanique des mères pour toutes les naissances survenues durant les trois années ayant précédé l'enquête. Le tétanos néonatal est l 'une des principales causes de décès des nouveau-nés dans la plupart des pays en développement. L'injection antitétanique faite à la mère pendant la grossesse, permet de la protéger et, surtout, de protéger l'enfant contre cette maladie. Pour une protection complète, une femme enceinte devrait recevoir deux doses de vaccin pendant la grossesse; cependant, si elle a déjà été vaccinée, par exemple lors d'une grossesse précédente, une seule dose est nécessaire. Environ trois naissances sur quatre (75 %) ont été protégées par, au moins, une dose de vaccin reçue par les mères durant la grossesse et, dans 47 % des cas, les femmes ont reçu deux doses de vaccin ou plus. Malgré ce niveau de vaccination relativement bon, on relève que 25 % des naissances n'ont pas été protégées du tout contre le tétanos néonatal. On notera également que la proportion de naissances couvertes par, au moins, une vaccination (75 %) est inférieure à la proportion de naissances pour lesquelles la mère s'est rendue en consultation prénatale (83 %), ce qui pourrait signifier que certaines femmes qui se rendent en Tableau 7.2 Nombre de visites prénatales et stade de la grossesse Répartition (en %) des naissances survenues au cours des trois annêes ayant précédé l'enquête, par nombre de visites prénatales durant la grossesse et par stade de la grossesse au moment de la première visite, EDS COe d'Ivoire 1994 Ensemble Visite des prénatale naissances Nombre de visites 0 15,5 1 13,7 2-3 41,4 4 ou plus 28,7 NSP/ND 0,7 Total 100,0 Nombre médian de visites I 3,3 Stade de la grossesse à la première visite Pas de visite 15,5 Moins de 6 mois 51,9 6-7 mois 27,1 8 mois ou plus 4,7 NSP/ND 0,7 Total 100,0 Nombre médian de mois de grossesse à la première visite ! 5,4 Effectif de naissances 3 989 Note : Les données concernent les naissances de la période 0-35 mois ~récédant l'enquête. Les médianes sont calcul~es pour les naissances ayant donné lieu h des visites prénatales. consultation prénatale n'ont pas bénéficié de la vaccination antitétanique. Selon les caractéristiques socio-démographiques, on constate des disparités dans la couverture antitétanique des mères pendant la grossesse. Les naissances les mieux protégées sont les naissances de rang 1 (82 %), celles des femmes de moins de 20 ans (78 %), qui vivent en milieu urbain (88 %), et particulièrement en Abidjan (90 %), qui ont un niveau d'instruction secondaire (95 %) et qui sont de religion catholique (86 %). À l'opposé, c'est en milieu rural (68 %) et plus particulièrement en Savane (62 %) et parmi les femmes sans instruction (69 %) que l'on trouve les proportions les plus faibles de naissances ayant été protégées par un vaccin antitétanique. 106 Tableau 7.3 Vaccination antit6tanique Répartition (en %) des naissances survenues au cours des trois annèes ayant prècèdé l'enquète, par nombre d'injections antitètaniques reçues par la mère pendant la grossesse, selon certaines caractèristiques socio-démographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Nombre d'injections antit6taniques Effectif NSP/ de Caractéristique 0 1 2 ou + ND Total naissances Åge de la mère à la naissance < 20 22,2 20,9 56,6 0,3 100,0 818 20-34 25,0 29,1 45,6 0,4 100,0 2 687 35 ou plus 27,8 29,9 41,4 1,0 100,0 484 Rang de naissance I 17,7 17,6 64,3 0,4 100,0 802 2-3 22,3 28,9 48,5 0,3 100,0 I 254 4-5 27,7 32,3 39,8 0,1 100,0 968 6 ou plus 30,8 29,1 39,2 0,9 lO0,0 965 Milieu de résidence Abidjan 9,7 29,7 60,2 0,5 100,0 618 Forèt Urbaine 12,1 33,3 54,0 0,6 100,0 419 Savane Urbaine 15,8 31,5 52,2 0,5 100,0 313 Ensemble urbain 11,8 31,2 56,4 0,5 100,0 1 350 Forêt Rurale 28,5 25,1 46,0 0,4 100,0 1 802 Savane Rurale 37,4 26,6 35,6 0,4 100,0 837 Ensemble rural 31,3 25,6 42,7 0,4 100,0 2 639 Niveau d'instruction Aucun 30,8 26,9 41,7 0,5 100,0 2 646 Primaire 15,3 29,1 55,1 0,4 100,0 994 Secondaire ou plus 5,3 27,2 67,5 0,0 100,0 349 Religion Catholique 13,6 27,2 58,9 0,3 100,0 775 Protestante 17,8 28,8 53,4 0,1 100,0 703 Musulmane 27,8 29,2 42,6 0,4 100,0 1 395 Sans religion 33,8 24,5 40,9 0,7 100,0 870 Traditionnelle 30,6 25,8 42,8 0,9 100,0 246 Ensemble des naissances 24,7 27,5 47,3 0,4 100,0 3 989 Note : Les données concernent les naissances de la pèriode 0-35 mois pr6cèdant l'enquète. 7.1.2 Accouchement Au cours des trois années qui ont précédé l'enquête, 55 % des naissances ont eu lieu à la maison contre 45 % dans les établissements sanitaires (tableau 7.4). En outre, le lieu d'accouchement varie de façon importante selon les caractéristiques socio-démographiques des femmes. On constate que les femmes les plus jeunes accouchent plus fréquemment en formation sanitaire que leurs aînées : 47 % pour les naissances de femmes de moins de 20 ans contre 41% pour celles de mères de 35 ans ou plus. De même, la fréquentation des services de santé pour l'accouchement diminue avec le rang de naissance de l'enfant : d'un maximum de 56 % pour le rang un, elle diminue au fur et à mesure que le rang augmente pour atteindre 39 % des naissances de rang 6 et plus. 107 Tableau 7,4 Lieu de l'accouchement Répartition (en %) des naissances survenues au cours des trois années ayant précédé l'enquête par lieu d'accouchement, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS Céte d'Ivoire 1994 l~tablis- Effectif sement À la de Caractéristique sanitaire maison ND Total naissances Åge de la mère à la naissance < 20 47,2 52,3 0,5 100,0 20-34 44,9 54,7 0,5 100,0 35 ou plus 40,5 59,5 0,0 100,0 Rang de naissance 1 55,6 44,1 0,3 100,0 2-3 45,1 54,2 0,6 100,0 4-5 41,4 58,1 0,5 100,0 6 ou plus 38,9 61,0 0,1 100,0 Milieu de résidence Abidjan 81,4 18,4 0,2 100,0 Forêt Urbaine 68,3 31,2 0,5 100,0 Savane Urbaine 73,9 25,9 0,2 1Ö0,0 Ensemble urbain 75,6 24,1 0,3 100,0 Forêt Rurale 30,0 69,4 0,6 100,0 Savane Rurale 27,1 72,7 0,2 100,0 Ensemble rural 29,1 70,4 0,5 100,0 Niveau d'instruction Aucun 36,6 63,1 0,4 100,0 Primaire 54,0 45,5 0,5 100,0 Secondaire ou plus 81,4 18,2 0,4 100,0 Religion Catholîque 58,7 40,8 0,5 100,0 Protestante 43,3 56,4 0,3 100,0 Musulmane 48,7 51,1 0,1 100,0 Sans religion 33,8 65,5 0,8 100,0 Traditionnelle 22,6 76,7 0,8 100,0 Visites prénatales Aucune 5,0 94,5 0,6 100,0 I à 3 43,3 56,5 0,2 100,0 4 ou plus 69,8 29,7 0,5 100,0 NSP/ND 22,4 66,8 10,8 100,0 Ensemble des naissances 818 2 687 484 802 254 968 965 618 419 313 350 802 837 2 639 2 646 994 349 775 703 I 395 870 246 619 2 199 1 143 28 44,8 54,8 0,4 100,0 3 989 Note : Les données concernent les naissances de la période 0-35 mois précédant l'enquête. Par milieu de résidence de la mère, on constate que les naissances ont lieu beaucoup plus fréquemment dans des services de santé lorsqu'elles sont issues de mères du milieu urbain (76 %), et surtout d'Abidjan (81%), que lorsqu'elles sont issues de mères du milieu rural (29 %). De même, 81% des naissances de femmes ayant un niveau secondaire ou plus se produisent dans un établissement sanitaire, contre 54 % des naissances de mères de niveau primaire et 37 % de celles dont la mère n'a pas d'instruction. En outre, on constate que les naissances pour lesquelles la mère n'a effectué aucune visite prénatale se déroulent beaucoup moins fréquemment en établissement sanitaire (5 %) que lorsqu'il y a eu des consultations prénatales, en particulier lorsqu'il y en a eu 4 ou plus (70 %). 108 La concentration des infrastructures sanitaires en milieu urbain, où résident la plupart des femmes ayant fréquenté l'école, expliquent très certainement, en grande partie, les disparités constatées selon la résidence et le niveau d'instruction. Le tableau 7.5 présente la répartition des naissances par type d'assistance à l'accouchement, selon certaines caractéristiques socio-démographiques des mères. On constate tout d'abord que 45 % des naissances des trois demières années ont été assistées par un professionnel de la santé : dans la majorité des cas (43 %) ce sont des infirmières ou des sages-femmes qui ont aidé à l'accouchement, les médecins n'intervenant que Tableau 7.5 Assistance lors de l'accouchement Répartition (cn %) des naissances survenues au cours des trois années ayant précédé l'enquSle par type d'assistance lors de l'accouchement, selon certaines caractéristiques socio-démographiques. EDS Céte d'Ivoire 1994 Effectif Infirmière/ Accoucheuse Parents/ de Caractéristique Médecin Sage femme traditionnelle Autres Personne Total naissances Åge de la mère à la naissance < 20 1.4 47,3 22,3 27,6 1,4 100,0 818 20-34 2,4 42,6 21.7 28,4 4,8 100.0 2 687 35 ou plus 1,6 40, I 23,6 29,1 5,6 100,0 484 Rang de naissance I 3,5 52,9 18,8 24,0 0,9 100,0 802 2-3 2,0 44,1 22,5 28,0 3,4 100,0 I 254 4 5 1,9 39,8 21,8 30,1 6.4 IIX),II 968 6 ou plus 1,4 37,8 24,4 30,6 5,8 100,0 965 Milieu de résidence Abidjan 8,0 73,6 6,7 9,2 2,5 100,0 618 Forêt Urbaine 1,9 67,5 7,8 20,4 2,4 100,0 419 Savane Urbaine 3,3 71,6 6,2 14,9 4,2 100,0 313 Ensemble urbain 5,0 71,2 6,9 14,0 2,9 100,0 1 350 Forêt Rurale 0,5 30,3 31,4 34,2 3,6 100,0 I 802 Savane Rurale 0,8 26,3 26,5 38,8 7,5 100,0 837 Ensemble rural 0,6 29,0 29,8 35,7 4,9 100,0 2 639 Niveau d'instruction Aucun 0,7 36,3 24,8 33,2 5,1 100.0 2 646 Primaire 2,6 52,8 19,5 22,5 2,7 100,0 994 Secondaire ou plus I 1,9 69,5 8,6 8,3 1,7 100,0 349 Religion Catholique 4,1 55,6 18,6 19,7 2,0 I(g),0 775 Protestante 1,8 42,7 25,4 27,4 2,7 I (X/,0 703 Musulmane 2,4 46,4 16,6 29,0 5,6 100,0 1 395 Sans religîon 0,7 33,8 28,1 33,1 4,3 100,0 870 Traditionnelle 0,0 22,6 32,7 37,7 7,0 100,0 246 Visites prénatales Aucune 0,0 5,1 35,6 50,6 8,7 100,0 619 1 à 3 I,I 43,0 22,9 28,5 4,5 100,0 2 199 4 ou plus 5,3 65,2 12,5 15,7 1,3 100,0 I 143 NSP/ND 0,0 19,9 46,0 34,0 0,0 100,0 28 Ensemble des naissances I 2,1 43,3 22,1 28,3 4,2 100,0 3 989 Note : Les données concernent les naissances de la période 0-35 mois précédant l'enquête. Si différentes personnes ont assisté L' accouchement, seule la plus qualifiée a été prise en compte dans ce tableau. 109 pour une part négligeable (2 %). Par ailleurs, un peu plus d'une naissance sur cinq (22 %) a bénéficié de l'assistance d'accoucheuses traditionnelles, qu'elles aient reçu ou non une formation. Cependant, près d'une naissance sur trois (28 %) s'est déroulée simplement avec l'aide de parents ou amies et, dans 4 % des cas, sans aucune aide. L'examen des données par caractéristiques socio-démographiques de la mère met en évidence le même type de variations que celles observées à propos du lieu d'accouchement (graphique 7.2). Les naissances qui ont été le plus fréquemment assistées par du personnel de santé sont celles de mères de moins de 20 ans (49 %), celles de rang 1 (56 %), celles issues de mères ayant un niveau d'instruction secondaire ou plus (81%), celles dont la mère est de religion catholique (60 %) et celles dont la mère a effectué au moins 4 visites prénatales (71%). Par ailleurs, les naissances de mères résidant en milieu urbain sont assistées, en grande majorité, par un professionnel de la santé (76 %), la Savane Urbaine et Abidjan se caractérisant par les proportions les plus élevées (respectivement 75 et 82 %). Graphique 7.2 Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans nés avec l'assistance d'un professionnel de la santé COTE D'IVOIRE RI~SIDENCE Abidjan For6t Urbaine Savane Urbaine For6t Rurale Savane Rurale INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire OU + I I 20 40 60 80 Pourcentage Note : Assistance d'un mêdecin, une infirmi/~re ou une sage-femme. 100 EDSCI1994 Les naissances assistées par des accoucheuses traditionnelles sont peu fréquentes en milieu urbain (7 %) et chez les femmes de niveau secondaire ou plus (9 %) alors qu'elles représentent 30 % des naissances du milieu rural et 25 % des naissances de mères sans instruction. Les parents et amis jouent un rôle non négligeable puisque près de trois accouchements sur dix se déroulent avec leur assistance : ce sont surtout les femmes qui n'ont effectué aucune visite prénatale (51%) et celles qui vivent en milieu rural (36 %) qui ont le plus fréquemment recours aux parents et amis. Enfin, on constate qu'assez peu d'accouchements ont lieu sans aucune assistance (4 %); néanmoins, 9 % des naissances de femmes qui n'ont fait aucune visite prénatale, 8 % des naissances de Savane Rurale et 7 % de celles de mères sans religion se déroulent dans ces conditions. 110 Parmi les naissances des cinq années ayant précédé l'enquête, moins de 2 % ont eu lieu par césarienne (tableau 7.6). Cette faible proportion n'est pas surprenante, puisque seulement 2 % des accouchements sont assistés par des médecins qui sont les seuls à pouvoir pratiquer ce genre d'intervention. Comme il fallait s'y attendre, les césariennes, qui nécessitent un environnement hospitalier, sont plus fréquentes en Abidjan (4 %) et chez les femmes de niveau secondaire (4 %), qu'en milieu rural (1%). Tableau 7.6 Caractéristiques de l'accouchement ; césarienne T prématurité~ poids et grosseur à la naissance Parmi les naissances survenues au cours des trois années ayant précédé l'enquête, pourcentage de césariennes, répartition (en %) des naissances par poids et par grosseur (estimée par la mère) de l'enfant à la naissance, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Poids à la naissance Pour- Grosseur î~ la naissance centage Plus Effectif de petit Moyen de césa- 2,5 kg NSP/ Très que la ou NSP/ nais- Caractéristique riennes <2,5 kg ou + ND Total petit moyenne gros ND Total sances Âge de la mère à la naissance Moins de 20 2.0 12,3 40,5 47,3 100,0 6,0 15,1 78,5 0,3 100,0 818 20-34 1.7 6.3 45,8 47,9 100,0 6,2 11,0 82,7 0,1 100,0 2687 35 ou plus 1,8 4.1 43,3 52,6 100,0 7,3 9,4 83,1 0,2 100,0 484 Rang de naissance 1 3,1 13,6 47,2 39,1 100,0 7.4 15,3 77,0 0.3 100,0 802 2-3 0,8 6,9 45.7 47.4 100,0 5,9 11,4 82,5 0,2 100,0 1 254 4-5 1,7 4,7 44,9 50,4 100,0 5,1 10,5 84,3 0,1 100.0 968 6 ou plus 2,0 5, I 39,9 55,0 100,0 7,0 10,2 82,7 0,1 100.0 965 Milieu de résidence Abidjan 3,9 8,7 81,8 9,4 100,0 4,1 10,3 85,1 0,5 100,0 618 Forêt Urbaine 2,3 10,0 67,7 22,3 100,0 6,9 12,9 80,1 0,0 100,0 419 Savane Urbaine 3.3 10,0 72,3 17,8 100,0 4,9 12,3 82,4 0,4 100,0 313 Ensemble urbain 3,2 9,4 75,2 15,4 100,0 5,2 11,6 82,9 0.3 100,0 I 350 ForEt Rurale 0,6 6,2 28,6 65,1 100,0 6,5 12,3 81,0 0,1 100,0 I 802 Savane Rurale 1,9 6,1 28,6 65,3 100,0 7,5 10.3 82,0 0,1 100,0 837 Ensemble rural 1,0 6,2 28.6 65,2 100,0 6,8 11.7 81.4 0,1 100.0 2639 Niveau d'instruction Aucun 1,2 6.0 36,2 57,8 100.0 6,5 11,9 81.3 0,2 100,0 2 646 Primaire 2,6 10,4 54,1 35.5 100,0 6,3 11,4 82,3 0,0 100,0 994 Secondaire ou plus 3,8 8,0 79,2 12.8 100,0 4,5 10,3 84,7 0,4 100,0 349 Religion Catholique 2,3 10,0 56.0 34,0 100,0 6,9 12,8 80,1 0,2 100,0 775 Protestante 1,3 8,2 42,8 48,9 100,0 6,2 11.6 82,1 0,2 100.0 703 Musulmane 2,0 7,4 47,4 45,2 100.0 5,6 11.7 82.4 0,3 100,0 1 395 Sans religion 1,3 5,0 35,9 59.1 100.0 7,1 9,7 83,1 0,1 100,0 870 Traditionnelle 1,7 3,8 25,6 70.6 100,0 5,3 15,2 79,5 0.0 100,0 246 Ensemble 1,8 7,3 44.4 48,3 100,0 6,3 11,7 81,9 0.2 100,0 3 989 Note : Les données concernent les naissances de la période 0-35 mois précédant l'enquéte. D'après les carnets de santé ou les déclarations de la mère, on ne connaît le poids à la naissance des enfants que dans 52 % des cas (tableau 7.6) : parmi ces derniers, 44 % avaient un poids égal ou supérieur à 2 500 grammes alors que 7 % étaient de faible poids (moins de 2 500 grammes). À la question, très subjective, concernant la grosseur de leur bébé à la naissance, 82 % des mères ont déclaré qu'il était moyen 111 ou gros, dans 12 % des cas, elles ont déclaré qu'il était plus petit que la moyenne et, dans 6 % des cas, elles ont déclaré qu'il était très petit. Pour 52 % d'enfants, on dispose à la fois du poids à la naissance et de l'opinion de leur mère sur leur grosseur. En combinant ces deux types d'informations pour les 52 % d'enfants, il est possible de déterminer quel est le pourcentage de chaque catégorie (moyen ou gros, plus petit que la moyenne et très petit) qui correspond à des faibles poids à la naissance (moins de 2 500 grammes). En appliquant cette classification à l'ensemble des enfants nés durant les 3 dernières années et pour lesquels on connaît la grosseur d' après leur mère, on estimerait à 14 % la proportion d'enfants de faible poids à ta naissance (moins de 2 500 grammes). Bien qu'il ne s'agisse ici que d'une estimation très approximative qui est, peut-être, excessive et demanderait des investigations supplémentaires, ce résultat est moins biaisé que celui (7 %) concernant les seuls enfants qui ont été pesés. 7.2 VACCINAT ION Au cours de l'enquête, on a enregistré, pour tous les enfants nés au cours des trois dernières années ayant précédé l'enquête, les informations pouvant permettre une évaluation de la couverture vaccinale du Programme Élargi de Vaccination (PEV). Conformément aux recommandations de l'OMS, un enfant est complètement vacciné lorsqu'il a reçu le BCG (protection contre la tuberculose), le vaccin contre la rougeole et trois doses de vaccin contre la polio et le DTCoq (diphtérie, tétanos et coqueluche). D'après le calendrier de vaccination, ces vaccins doivent tous être administrés avant l'âge d'un an. Selon les recommandations de 1' OMS (OMS, 1991 ), la collecte des données sur la vaccination a été faite de deux manières différentes. Les informations ont ~té, soit recopiées à partir du carnet de vaccination, soit enregistrées selon les déclarations de la mère. Ainsi, lorsque le carnet de vaccination n'était pas disponible, l'enquêtrice demandait à la mère si l'enfant avait reçu le BCG (caractérisé par la cicatrice que laisse généralement la vaccination), le vaccin contre la polio (y compris le nombre de doses), et celui contre la rougeole. La question sur le DTCoq n'a pas été posée mais cette vaccination étant généralement faite en même temps que celle de la polio, on suppose que sa couverture est la même. Le tableau 7.7 et le graphique 7.3 présentent les résultats sur la couverture vaccinale des enfants de 12-23 mois selon les différentes sources d'information : le camet de vaccination, les déclarations de la mère et les deux sources combinées. Seul le groupe d'âges 12-23 mois a été retenu puisque, selon les recommandations de l'OMS, les enfants de ce groupe d'âges devraient déjà être complètement vaccinés. On notera que, dans 72 % des cas, la mère a présenté un carnet de vaccination à partir desquels les informations ont été enregistrées. Seulement deux enfants de 12-23 mois sur cinq (41%) avaient reçu toutes les vaccinations du PEV au moment de l'enquête. Par ailleurs, on constate que le taux de couverture varie selon le type de vaccin : 74 % des enfants ont reçu le BCG (donné en principe à la naissance), 77 % ont reçu la première dose de polio ainsi que celle du Dtcoq; cette proportion diminue ensuite avec les doses et seulement un enfant de 12-23 mois sur deux (51%) a reçu les trois doses de polio et de DTCoq. Le taux de déperdition ~ entre la première et la troisième dose est donc très important (33 %). Enfin, un peu plus de la moitié des enfants (53 %) sont vaccinés contre la rougeole : ce taux de vaccination est à peu près identique à celui correspondant à la troisième dose de polio et de DTCoq, ce qui n'est guère surprenant dans la mesure où ces demières doses sont données à peu près au même moment que le vaccin contre la rougeole. i Le taux de déperdition pour la polio, par exemple, est la proportion d'enfants qui, ayant reçu la première dose du vaccin, ne reçoivent pas la troisième. 112 Tableau 7.7 Vaccinations selon les sources d' information Pourcentage d'enfants de 12-23 mois ayant reçu chaque vaccination spécifique, quel que soit l 'âge it la vaccination. selon que l ' information provienne du carnet de vaccination ou de la déclaration de la mère, et pourcentage de ceux qui ont été vaccinés avant l 'âge de 12 mois. EDS Céte d' Ivoire 1994 DTCoq Polio Source d'information BCG I 2 3 1 2 3 Pourcentage avec carnet vacci- Effectif Rougeole Toutes t Aucune nation d'enfants Vaccin~s à n'importe quel âge avant l'enquête Selon le carnet de vaccînation 60,9 65,8 57,0 46,8 65,8 57,0 46,8 46,6 37,4 3,3 72,3 1 145 Selon la d~claration de la m~re 12.9 11.1 8.8 4,6 11,1 8.8 4,6 6.5 3,1 14.0 27.7 1 145 Selon les deux sources 73.8 77.0 65,8 51.4 77.0 65.8 51.4 53,1 40.5 17.3 100.0 I 145 Vaccinæs avant lãge de 12 mois 72.8 72,4 60.5 45,1 72,4 60.5 45,1 37.7 30.3 21,2 1 145 Note : On suppose que le taux de couverture du DTCoq pour les enfants sans carnet de vaccination est le même que celui de la polio quand la m~re a déclaré que l'enfant avait été vaccine contre la polio. Chez les enfants pour lesquels l'information est bas~e sur la déclaration de la mère, on a supposé que la proportion de vaecins reçus durant leur première année de vie 6tait la m6me que chez ceux ayant une carte de vaccination. t Enfants complètement vaccinês (c'est-à-dire ceux qui ont reçu le RCG, la rougeole, les trois doses de DTCoq et de polio). 100 80 60 40 2O 0 Graphique 7.3 Vaccinations des enfants de 12-23 mois, selon le type de vaccin et la source d'information Pourcentage BCG 1 2 3 Rougeole Toutes Aucune DTCoq/Polio du PEV EDSCI1994 113 Parmi les 41% d'enfants qui ont reçu toutes les vaccinations, les trois quarts ont été vaccinés selon le calendrier recommandé, c'est-à-dire avant l'âge de 12 mois. A l'inverse, 17 % de l'ensemble des enfants de 12-23 mois n'ont reçu aucune des vaccinations du PEV. La couverture vaccinale présente de fortes disparités selon les caractéristiques socio-démographiques des enfants et de leur mère (tableau 7.8). Au niveau du sexe, on n'observe que très peu de différence, même si les garçons semblent légèrement mieux vaccinés que les filles (42 % de couverture complète contre 39 %). Par ailleurs, on constate une diminution régulière des taux de couverture vaccinale avec l'augmentation du rang de naissance, la proportion d'enfants complètement vaccinés passant de 54 % pour les enfants de rang un à 33 % pour ceux de rang six et plus. Les naissances de rang un au cours des trois années précédant l'enquête étant essentiellement issues de jeunes femmes, on peut supposer que ces demières sont plus sensibilisées que leurs aînées à la vaccination des enfants. Tableau 7.8 Vaccinations selon les caractéristiques socio-démographiques Pourcentage d'enfants de 12-23 mois ayant reçu chaque vaccination spécifique (selon le carnet de vaccination ou les déclarations de la mère) et pourcentage de ceux pour lesquels un carnet de vaccinations a ~té présenté à l'enquétrice, par caractéristiques socio-démographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 DTCoq/Polio Source d'information BCG I 2 3 Rougeole Toutes I Aucune Pourcentage avec carnet vacci Effectif nation d'enfants Sexe M~sculin 76.9 78,8 68.4 53.1 54.0 42.0 16,4 73.5 564 Féminin 70.8 75,2 63,3 49,7 52,2 39,1 18,2 71.1 581 Rang de naissance I 84,5 83,9 76,3 61,3 64,3 53,6 13.1 72.2 244 2-3 74.5 76,1 66.6 52,4 51,3 39.4 16,5 70,2 352 4-5 73.4 79.4 65.8 48.9 53.9 37.8 16.6 76.5 260 6 ou plus 64.5 69,9 55,9 44.0 45,0 33.3 22.6 71.1 289 Milieu de résidence Abidjan 93.7 91,7 86,8 75.7 70,8 62.5 3.5 86.1 205 Forêt Urbaine 86,8 84,3 76,1 67,0 60,4 54.8 10.2 8[,2 133 Savane Urbaine 90.7 87.0 79.8 68.4 62.7 54.9 7.3 79.3 109 Ensemble urbain 90,9 88,3 81,9 71.3 65,7 58,4 6,4 83,1) 447 For~t Rurale 64,8 71,2 57,1 38,7 43,6 27,6 22,7 62.1 475 Savane Rurale 58,8 66,4 51,8 38,5 47,8 32,3 27,9 72,6 222 Ensemble rural 62.9 69.6 55.4 38.6 44.9 29.1 24.3 65,4 697 Niveau d'instruction Aucun 67,3 70,6 58,7 43,9 45,8 32,7 22,6 70,2 750 Primaire 82,9 85,9 75,4 59,1 61,9 49,9 8,8 75,0 291 Secondaire ou plus 96,0 97,5 89.9 84,2 80,5 71,1 2,5 79,5 103 Religion Catholique 85,7 89,6 83,8 65,8 65,4 54,3 8,(1 80,5 222 Protestante 78,4 82,5 68,0 53,8 60,2 46,5 10.3 76.1 213 Musulmane 71,0 72,9 62,3 49,5 49,5 37,9 20.5 70,9 437 Sans religion 68.6 71.9 58.1 43. I 47,6 31.9 21.9 64.4 207 Traditionnelle 54,4 59,2 45,1 33,7 29,0 19,4 35,8 66,0 66 Ensemble des enfants 73.8 77,0 65,8 51,4 53.1 40,5 17,3 72,3 1 145 Note : On suppose que le taux de couverture du DTCoq pour les enfants sans carte de vaccination est le m~me zque celui de la polio quand la m~re a ddclard que l'enfant avait dté vacciné contre la polio. Enfants complètement vaccinds (c'est-à-dire ceux qui ont reçu le BCG. la rougeole, les trois doses de DTCoq et de polio). 114 Par milieu de résidence (graphique 7.4), on constate, comme on pouvait s'y attendre, que la couverture vaccinale des enfants du milieu rural est nettement inférieure à celle des enfants du milieu urbain : 29 % seulement des enfants du milieu rural sont complètement vaccinés, contre 58 % en milieu urbain. A l'inverse, un quart des enfants du milieu rural (24 %) n'ont reçu aucune vaccination du PEV, contre 6 % en milieu urbain. En outre, il faut noter la très forte déperdition entre vaccination qui caractérise le milieu rural (45 %). La Forêt Rurale est la zone où la couverture vaccinale est la plus faible (28 % d'enfants complètement vaccinés), mais c'est en Savane Rurale que l'on observe la proportion la plus élevée d'enfants n'ayant reçu aucun vaccin (28 %). En milieu urbain, où la couverture vaccinal atteint 58 %, c'est en Abidjan qu'elle est la plus élevée (63 %) et que la proportion d'enfants n'ayant reçu aucun vaccin est la plus faible (4 %). Graphique 7.4 Pourcentage d'enfants de 12-23 mois avec tous les vaccins du PEV et sans vaccination C()TE D'IVOIRE RÊSIDENCE Abidjan Foret Urbaine Savane Urbaine For6t Rurale Savane Rurale INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + 8O Z r T T 60 40 20 20 Pourcentage 40 60 80 Note: Informations selon le carnet de vaccination ou les dêclarations de la m~re. EDSCI 1994 Le niveau d'instruction de la mère joue également un grand rôle dans la couverture vaccinale des enfants. En effet, le niveau de couverture vaccinale est nettement plus élevé chez les enfants dont la mère a un niveau secondaire ou plus (71%) que chez ceux dont la mère a un niveau primaire (50 %) ou, surtout, chez ceux dont la mère n'a pas d'instruction (33 %). Enfin, on peut noter que ce sont les enfants de mères de religion catholique qui ont le taux de couverture vaccinale le plus élevé (54 %). 7.3 MALADIES DES ENFANTS 7.3.1 Infections respiratoires et fièvre Les infections respiratoires aiguës et, en particulier, la pneumonie constituent l'une des principales causes de décès d'enfants dans les pays en développement. Pour évaluer la prévalence de ces maladies, on a demandé aux mères si leurs enfants, nés dans les trois demières années, avaient souffert de toux et de respiration courte et rapide pendant les deux semaines ayant précédé l'enquête. Bien qu'insuffisante pour établir un véritable diagnostic, la présence de ces deux symptômes n'en demeure pas moins, dans de 115 nombreux cas, révélatrice d'infections respiratoires alguës et même de pneumonie. Les soins précoces pouvant éviter des complications des infections respiratoires et même le décès, on a également demandé aux mères si l'enfant malade avait été conduit en consultation dans un établissement sanitaire. On constate que 14 % des enfants âgés de moins de trois ans ont souffert de toux, accompagnée de respiration courte et rapide, au cours des deux semaines qui ont précédé l'enquête (tableau 7.9). C'est chez les enfants de moins de deux ans (15 % en moyenne) et, en particulier, chez ceux de 6-11 mois (18 %) que les infections respiratoires sont les plus fréquentes (graphique 7.5). Par contre, le sexe et le rang de naissance des enfants ne font pas apparaître d'écarts significatifs de prévalence. Tableau 7.9 Pr6valence et traitement des infections respiratoires aiguës et de la fi~vre Pourcentage d'enfants de moins de trois ans qui ont eu de la fiævre et pourcentage de ceux qui ont souffert de toux et de respiration courte et rapide au cours des deux semaines ayant précêdé l'enquête, selon certaines caractêristiques socio-démograpbiques, EDS CSte d'Ivoire 1994 Infections respiratoires aiguës (IRA) Pourcentage d'enfants Parmi avec toux les enfants Pourcentage et respira- avec IRA, d'enfants tion courte % menês en ayant eu Effectif Caractêristique et rapide consultation la ri~rte d'enfants Åge de l'enfant < 6 mois 12,6 32,6 29,7 675 6-11 mois 17,7 43,1 55,0 616 12-23 mois 14,6 38,2 48,6 I 145 24-35 mois 11,0 39,3 40,4 I 210 Sexe Masculin 14,3 42,4 43,2 1 840 Féminin 12,8 34,3 43,7 1 805 Rang de naissance 1 12,9 43,6 39,7 706 2-3 14,1 38,3 42,0 1 160 4-5 14,5 35,6 45,9 900 6 ou plus 12,4 38,6 45,9 879 Milieu de résidence Abidjan 20,2 55,0 37,9 563 For& Urbaine 12,1 63,8 41,3 387 Savane Urbaine 10,3 34,0 37,2 291 Ensemble urbain 15,3 53,8 38,8 I 241 Forêt Rurale 12,5 27,3 45,2 1 644 Savane Rurale 12,9 33,0 47,3 761 Ensemble rural 12,7 29,1 45,9 2 405 Niveau d'instruction Aucun 13,0 33,2 43,6 2 420 Primaire 14,3 43,1 42,8 910 Secondaire ou plus 15,7 61,4 44,3 316 Religion Catholique 16,5 54,0 46,7 723 Protestante 14,1 33,4 45,2 641 Musulmane 12,2 34,7 40,1 1 280 Sans religion 14,1 34,1 44,5 780 Traditionnelle 8,8 26,3 43,2 220 Ensemble des enfants 13,6 38,6 43,5 3 645 Note : Les données concernent les naissances de la période 0-35 mois prêcêdant l'enquéte. 116 Graphique 7.5 Prévalence des infections respiratoires aiguës chez les enfants de moins de 3 ans, selon l'âge COTE D'IVOIRE GROUPE D'ÅGES Moins de 6 mois 6-11 mois 12-23 mois 24-35 mois i 5 10 15 20 Pourcentage EDSCI 1994 Du point de vue de la résidence, les enfants vivant en Abidjan sont nettement plus atteints d'infections respiratoires (20 %) que ceux du milieu rural ( 13 %) et que ceux des autres villes (11%). Le fait que certaines couches de la population de la capitale vivent dans des conditions économiques, sanitaires et d'hygiène particulièrement difficiles explique, peut-être, en partie, cette situation. Selon le niveau d'instruction des mères, on constate que les enfants de mères ayant un niveau d'instruction secondaire (16 %) sont légèrement plus touchés par ces infections que ceux dont la mère a un niveau primaire (14 %) et que ceux dont la mère n'a aucune instruction (13 %). Il est possible que ces diflërences proviennent du fait que les femmes les plus instruites, étant mieux informées que les autres, sont, peut-être, aussi plus consciente de la gravité des symptômes des infections respiratoires et les déclarent plus facilement. La fièvre pouvant être un des principaux symptômes de nombreuses maladies, dont le paludisme et la rougeole qui provoquent de nombreux décès en Afrique, on a demandé aux mères si leurs enfants avaient eu de la fièvre durant les deux semaines ayant précédé 1 interv'ew. D'après le tableau 7.9, on constate qu'au niveau national, une forte proportion d'enfants de moins de trois ans (44 %, soit plus de deux enfants sur cinq) ont eu de la fièvre durant les deux semaines ayant précédé l'interview. En outre, la prévalence de la fièvre présente des écarts importants selon l'âge de l'enfant. Comme pour les infections respiratoires aiguës, ce sont les enfants de 6 à 23 mois qui sont les plus touchés : 55 % des enfants de 6-11 mois et 49 % de ceux de 12-23 mois. La fièvre a touché les filles et les garçons dans des proportions identiques (43 % et 44 %). Selon le milieu d'habitat, on constate que, contrairement aux infections respiratoires, ce sont les enfant des zones rurales qui ont été les plus touchés par la fièvre (46 % contre 39 % en milieu urbain). La 117 Savane Rurale et la Forêt Rurale se distinguent par les prévalences très élevées (respectivement, 47 et 45 %). Par contre, on ne constate aucune différence significative de la prévalence de la fièvre selon le niveau d'instruction de la mère. Parmi les enfants ayant présenté des symptômes de la fièvre et de la toux, moins de deux sur cinq (39 %) ont été conduits dans un établissement sanitaire ou auprès de personnel médical pour traitement ou conseil, et la fréquence des consultations diffère selon les caractéristiques socio-démographiques de l'enfant et de la mère (tableau 7.9). Les enfants de 6-11 mois, qui sont les plus atteints par les infections respiratoires, sont ceux qui sont conduits le plus fréquemment dans un établissement sanitaire (43 %). Les garçons sont proportionnellement plus nombreux à être conduits en consultation que les filles (42 % contre 34 %). De même, les enfants de rang un sont plus fréquemment menés en consultation (44 %) que ceux de rangs supérieurs (38 % en moyenne). La fréquentation des établissements sanitaires est plus importante en milieu urbain (54 %) qu'en milieu rural (29 %), en particulier en Forêt Urbaine (64 %), du fait, certainement, de la plus grande disponibilité et accessibilité des infrastructures sanitaires en ville. Remarquons néanmoins ici qu'en Abidjan, où l 'on enregistre près de deux fois plus d'enfants atteints d'infections respiratoires qu'en Forêt Urbaine, la proportion d'enfants conduits en consultation (55 %) est plus faible que celle enregistrée en Forêt Urbaine (64 %). En outre, on constate également que les enfants des mères les plus instruites sont ceux qui sont conduits le plus fréquemment dans un établissement sanitaire : 61%, contre 33 % pour ceux dont la mère n'a pas d'instruction. Enfin, en ce qui concerne la religion, on remarque que les enfants de mères catholiques qui sont les plus nombreux à souffrir d'infections respiratoires sont aussi les plus nombreux à être conduits en consultation (54 % contre 34 %, en moyenne, pour les autres religions). 7.3.2 Diarrhée De par leurs conséquences, notamment la déshydratation et la sous-nutrition, les maladies diarrhéiques constituent, directement ou indirectement, une des principales causes de décès des jeunes enfants dans les pays en développement. Suivant les recommandations de l'OMS pour lutter contre les effets de la désbydratation, la Côte d'Ivoire s'est engagée dans un programme de Traitement de Réhydratation par voie Orale (TRO), en conseillant l'utilisation soit d'une solution préparée à partir du contenu de sachets de Sels de Réhydratation par voie Orale (SRO), soit d'une solution préparée à la maison avec de l'eau, du sucre et du sel. Au cours de I'EDSCI, afin de mesurer la prévalence des maladies diarrhéiques chez les enfants de moins de trois ans, on a demandé aux mères si leurs enfants avaient eu la diarrhée au cours des deux semaines précédant l'interview. En ce qui concerne le traitement de la diarrhée, on a demandé aux mères si elles connaissaient les SRO et si, durant les épisodes diarrhéiques, elles avaient utilisé soit les SRO, soit une solution d'eau sucrée et salée. Selon les données du tableau 7.10, un enfant sur cinq (21%) a eu un ou plusieurs épisodes diarrhéiques durant les deux semaines ayant précédé l'enquête. De plus, on constate que parmi les 21% d'enfants qui ont eu la diarrhée, environ un sur vingt cinq (4 %) avait du sang dans les selles, ce qui est un symptôme de la dysenterie. 118 Tableau 7.10 Pr6vaience de la diarrhêe Pourcentage d'enfants de moins de trois ans ayant eu la diarrhêe et pourcentage de ceux ayant eu la diarrhêe avec prêsence de sang dans les selles durant les deux semaines ayant prêcêdê l'enquête, selon certaines caractéristiques socio.d6mographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Diarrhêe durant les 2 semaines pr&êdant l'enquête Avec sang Toute dans Effectif Caractéristique diarrhêe selles d'enfants Âge de l'enfant (mois) < 6 11,1 1,1 675 6-11 23,8 2,9 616 12-23 25,3 4,2 1 145 24-35 19,9 5,7 I 210 Sexe Masculin 21,6 3,7 1 840 Fêminin 19,7 4,1 1 805 Rang de naissance 1 20.0 3,7 706 2-3 19,5 3,8 1 160 4-5 20,5 3,7 900 6 ou plus 22.7 4,5 879 Milieu de rêsidence Abidjan 28,5 4,3 563 Forêt Urbaine 18,4 3,5 387 Savane Urbaine 18,7 3,5 291 Ensemble urbain 23,1 3,9 1 241 Forêt Rurale 18,1 3,3 1 644 Savane Rurale 22,0 5,2 761 Ensemble rural 19,4 3,9 2 405 Niveau d'instruction Aucun 20,8 4,2 2 420 Primaire 20,6 3,5 910 Secondaire ou plus 19,3 3,0 316 Religion Catholique 22,7 3,7 723 Protestante 18,4 3,9 641 Musulmane 19,3 3,8 1 280 Sans religion 23,0 4,2 780 Traditionnelle 19,5 4,1 220 Ensemble des enfants 20,6 3,9 3 645 Note : Les donn6es concernent les naissances de la période 0-35 mois pr6cédant l'enquête. 119 Comme on peut le constater au graphique 7.6, la prévalence de la diarrhée est particulièrement importante chez les jeunes enfants de 6-11 mois (24 %) et de 12-23 mois (25 %). Ces âges de forte prévalence sont aussi les âges auxquels les enfants commencent à recevoir des aliments autres que le lait maternel et à être sevrés. Ils correspondent aussi aux âges auxquels les enfants commencent à explorer leur environnement et sont, de ce fait, davantage exposés à la contamination par des agents pathogènes. Graphique 7.6 Prévalence de la diarrhée chez les enfants de moins de 3 ans, selon l'âge COTE D'IVOIRE GROUPE D'ÅGES Moins de 6 mois 6-11 mois 12-23 mois 24-35 mois 5 10 15 20 25 30 Pourcentage EDSCI 1994 Du point de vue du sexe de l'enfant et de son rang de naissance, on n'observe que peu de différences de prévalence de la diarrhée. Du point de vue de la résidence, comme pour les infections respiratoires aiguës, on constate que les enfants vivant en Abidjan sont nettement plus atteints de diarrhées (29 %) que ceux du milieu rural (19 %) et que ceux des autres villes (19 %). Là encore, le fait que certaines couches de la population de la capitale économique vivent dans des conditions économiques, sanitaires et d'hygiène particulièrement difficiles explique, peut-être, en partie, cette situation. Par rapport aux femmes sans instruction, les femmes les plus instruites ont, généralement, une meilleure connaissance des pratiques alimentaires et des mesures d'hygiène appropriées. On s'attend donc à ce que la prévalence de la diarrhée chez les enfants diminue avec l'augmentation du niveau d'instruction de la mère. Ce n'est pas le cas en Côte d'Ivoire puisque le niveau de prévalence de la diarrhée n'est que très peu différent entre les enfants de mères de niveau secondaire (19 %) et ceux dont la mère a un niveau primaire ou pas d'instruction (21%). Parmi les femmes ayant eu des enfants dans les trois années précédant l'enquête, 45 % ont déclaré connaître les sachets de SRO et seulement une femme sur quatre (25 %) a déclaré en avoir déjà utilisé (tableau 7.11). Ces résultats montrent que la connaissance des SRO et leur utilisation ne sont pas très répandues en Côte d'Ivoire. 120 Tableau 7.11 Connaissance et utilisation des SRO Pourcentage de mères ayant eu des naissances au cours des trois années ayant prècèd6 l'enqu&e qui connaissent et qui ont dèjtt utilis6 les sachets de Sels de Réhydratation par voie Orale (SRO), selon les caractæristiques socio-dèmographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Connait A dèja les utilisè Effectif sachets sachets de Caractéristique de SRO de SRO mères Âge de la mère 15-19 39,6 14,2 507 20-24 44,4 22,5 883 25-29 50,1 31,1 920 30-34 46,8 28,8 674 35+ 39,7 24,4 571 Milieu de résidence Abidjan 60,5 33,0 568 For& Urbaine 53,4 29,7 369 Savane Urbaine 53,3 30,7 279 Ensemble urbain 56,7 31,5 1 216 Forêt Rurale 41,7 23,0 1 585 Savane Rurale 32,6 18,9 754 Ensemble rural 38,8 21,7 2 339 Niveau d'instruction Aucun 35,4 20,0 2 358 Primaire 59,7 33,3 878 Secondaire ou plus 74,0 39,9 320 Religion Catholique 56,1 33,9 706 Protestante 53,9 27,7 618 Musulmane 39,6 21,9 1 245 Sans religion 41,5 23,0 762 Traditionnelle 26,1 14,3 226 Ensemble des mères 44,9 25,0 3 556 Le niveau de connaissance et d'utilisation des SRO présente des écarts assez importants selon les différentes caractéristiques socio-démographiques des mères. On constate que les femmes de 25-29 ans connaissent davantage les SRO (50 %) et les utilisent plus (31%) que les femmes plus jeunes et que celles plus âgées. Du point de vue de la résidence, les femmes vivant en Abidjan connaissent et utilisent plus les SRO (respectivement 61 et 33 %) que les femmes des autres villes (respectivement, 53 et 30 %) et, surtout, que les femmes du milieu rural (39 % de connaissance et 22 % d'utilisation). De même, les femmes ayant un niveau d'instruction secondaire, mais dont les enfants ont une forte prévalence de diarrhée, sont, proportionnellement, deux fois plus nombreuses à connaître les SRO (74 %) et à les utiliser (40 %) que les femmes sans instruction (respectivement 35 et 20 %). 121 Parmi les enfants de moins de trois ans ayant eu la diarrhée au cours des deux semaines avant l'enquête, moins d'un sur quatre (24 %) a été conduit dans un établissement sanitaire ou auprès de personnel médical pour traitement ou conseil (tableau 7.12). Les enfants qui bénéficient le plus fréquemment de consultations sont ceux de moins de 6 mois (29 %), ceux du milieu urbain (32 %), en particulier ceux vivant en Abidjan (36 %) et surtout ceux dont la mère a un niveau d'instruction secondaire (55 %). Tableau 7.12 Traitement de la diarrhée Pourcentage d'enfants de moins de trois ans ayant eu la diarrhée au cours des deux semaines précédant l'enquête pour lesquels la m~re a consulté un établissement sanitaire ou du personnel de santé, pourcentage de ceux ayant suivi une thérapie de réhydratation par voie orale (TRO), pourcentage de ceux qui ont reçu davantage de liquides, pourcentage de ceux qui n'ont reçu ni TRO ni davantage de liquides, et pourcentage de ceux ayant reçu d'antres traitements, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS Céte d'Ivoire 1994 Caractéristique R~hydratation orale N'ayant Autres traitements reçus Pourcentage Ayant reçu Effectif pour Solution reçu ni TRO, Autres d'en- lequel Sachets préparée SROou davan- nidavan- Pilule médica~ fants latn~re de hla solution rage de tagede ou ments Remèdes Rien/ avec acousult~ SRO maison maison liquides liquides sirop modernes nadit. NSP/ND diarîhæe Åge de l'enfmU < 6 mois 28,9 4,8 3,8 8,6 37,8 62,2 18,6 0,0 34,3 29,3 75 6- I l mois 25,5 9,4 5,9 I 1,7 42,7 54,6 24,7 0,0 39,3 25,2 147 12-23 mois 23,9 10,6 10,5 19,5 49,2 45,0 30,4 0,0 42,0 13,9 290 24-35 mois 21,3 14,8 9,7 21,8 45,5 44,2 25,9 l,l 42,4 14,0 240 Sexe Masculin 24,5 10,8 8,3 17,8 49,5 44,7 27,0 0,7 40,3 16,7 397 Féminin 23,2 I 1,5 9,1 17,5 41,4 52,4 26,4 0,0 41,4 18,7 355 Rang de naissance 1 25,9 13,6 11,6 23,0 50,0 41,0 24,4 0,0 44,6 15,7 141 2-3 26,1 9,6 6,3 14,6 43,3 52,0 28,5 0,0 39,8 20,0 226 4-5 23,1 10,6 8,6 17,1 42,0 52,7 25,2 0,8 33,4 23,7 185 6 ou plus 20,7 11,6 9,3 17,7 48~6 45,4 27,7 0,6 46,1 10,8 200 Milieu de résidence Abidjan 36,3 19,5 17,7 33,6 58,4 32,7 33,6 0,9 32,7 14,2 161 For~t Urbaine 28,6 11,4 8,6 15,2 46,7 48,6 36,2 0,0 41,0 16,2 71 Savane Urbaine 24,0 6,2 4,2 9,4 55,2 42,7 27, I 0,0 41,7 8,3 54 Ensemble urbain 32,0 15,0 12,9 24,4 54,9 38,6 33,0 0,5 36,5 13,6 286 Forêt Rurale 19,6 7, I 5,9 11,8 39,6 56,1 22,7 0,4 47,1 19,6 298 Savane Rurale 17,6 11,8 6,5 16,5 40,6 51,2 22,9 0,0 37,1 21,2 167 Ensemble rural 18,9 8,7 6,1 13,5 40,0 54,3 22,8 0,3 43,5 20,2 465 Niveau d'instruction Aucun 18,4 8,5 7,6 14,5 42,0 51,0 25,1 0,5 40,6 19,6 503 Primaire 28,8 17,4 8,2 23,1 51,1 43,8 26,9 0,0 44,0 13,1 187 Secondaire ou plus 54,6 13,3 18,9 26,9 58,9 40,2 39,3 0,0 32,8 16,1 61 Religion Catholique 32,9 17,4 8,1 23,8 42,1 49,3 27,7 0,0 33,7 24,1 164 Protestante 27,2 13,4 9,2 21,0 51,9 42,8 27,3 0,0 40,9 14,5 118 Musulmane 21,3 9,8 9,4 15,6 47,6 47,6 32,8 0,6 38,4 14,5 247 Sans religion 18,4 7,7 6,4 12,6 43,6 51,0 18,1 0,0 47,2 18,3 179 Traditionnelle 18,2 2,3 15,2 17,4 39,2 52,9 21,9 2,7 54,5 17,0 43 Ensemble des enfants avec diarrhée 23,9 11,1 8,7 17,6 45,6 48,3 26,7 0,3 40,8 17,7 752 Note : La TRO comprend la solution préparée å partir des sachets de SRO et/ou le liquide recommandé et préparé h la maison. Les données concernent les naissances de la période 0-35 mois précédant l'enquête. 122 Au cours des épisodes diarrhéiques, pratiquement un enfant sur deux (48 %) n'a bénéficié d'aucun type de réhydratation. Par contre, un peu plus d'un enfant sur dix (11%) a reçu des sachets de SRO, 9 % des enfants ont reçu une solution d'eau, de sel et de sucre préparée à la maison et, globalement, 18 % des enfants ont reçu l'une et/ou l'autre forme de TRO. Compte tenu du fait que 45 % des femmes ont déclaré connaître les SRO, ces résultats démontrent que de nombreuses femmes ne mettent pas en pratique cette connaissance. Dans 46 % des cas, les enfants ont reçu un supplément de liquides pendant leur épisode diarrhéique; par contre, 34 % des enfants ont reçu la même quantité de liquides et 19 % en ont reçu moins qu'en période normale (tableau 7.13). Par ailleurs, 40 % des enfants qui ont eu la diarrhée ont continué d'être nourri de la même façon pendant les épisodes diarrhéiques; dans 16 % des cas seulement la quantité de nourriture a été augmenté et pour 39 % des enfants l'alimentation a été réduite ou stoppée. Ces résultats démontrent que les mères devraient être beaucoup mieux informées sur la nécessité d'augmenter la quantité de liquides et d'aliments à donner aux enfants durant les épisodes diarrhéiques de façon à éviter les risques de déshydratation et d'affaiblissement et, ainsi, de réduire la mortalité qui peut en résulter. Tableau 7.13 Alimentation pendant la diarrhée Alimentation des enfants de moins de trois ans qui ont eu la diarrhêe au cours des deux semaines ayant précédé l'enquête, EDS Côte d'Ivoire 1994 Pourcentage Quantité de nourriture donnée Même que d'habitude 39,5 Augmente 15,9 Diminue 38,7 NSP/ND 5,9 Quantité de liquides donnés Même que d'habitude 33,9 Plus 45,6 Moins 19,0 NSP 1,4 Total 100,0 Effectif d'enfants avec diarrhée 752 Note : Les donn6es concernent les naissances de la pêriode 0-35 mois précédant l'enquête D'autre part, on constate au tableau 7.12 que, dans un cas sur quatre (27 %), les mères ont utilisé des comprimés ou sirop pour traiter leurs enfants malades. Cependant, ce sont les remèdes traditionnels qui sont le plus utilisés pour traiter la diarrhée (41%) et, dans 18 % des cas, l'enfant atteint de diarrhée n' a reçu aucun type de traitement (moderne, solution maison et autres liquides). 7.4 EXCIS ION De par les risques qu'elle fait courir aux femmes, en particulier les risques d'infection et d'hémorragie au moment où elle est pratiquée et au moment des accouchements, l'excision est une pratique qui peut se révéler dangereuse pour la santé de la femme et de l'enfant. Au cours de I'EDSCI, on s'est donc intéressé à cette pratique en demandant aux femmes si elles avaient été excisées, à quel âge et qui avait procédé à l'excision. Le tableau 7.14 indique que l'excision est largement pratiquée en Côte d'Ivoire, puisqu'un peu plus de deux femmes sur cinq (43 %) ont déclaré avoir été excisées. De plus, dans la presque totalité des cas (94 %), ce sont des non-professionnels de la santé (accoucheuses traditionnelles, vieilles femmes, exciseuses) qui ont procédé à l'intervention. Quelles que soient les caractéristiques des femmes, le personnel médical n'intervient que très rarement (moins de 1%). 123 Tableau 7.14 Excision Proportion de femmes excisées, répartition (en %) des femmes excis6es par type de personne ayant pratiqué l'excision et ãge médian à •'excision selon l'åge actuel et les caractéristiques socio-démographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Ensemble des femmes Personne ayant pratiqué ]'excision Accou- Pourcentage Person- cbeuse Effectif Âge ayant été nel tradilon- Femme NSP/ de femmes médian à Caractéristique excis6es Effectif medical nelle åg6e Exciseuse Autre ND Total excis6es l'excision Groupe d'~ges 15-19 35.3 I 961 I.I 45,2 33,5 9,6 4,7 5,9 100,0 692 8,5 20-24 42,2 1 571 0,8 48,0 29,7 11,8 4,4 5,3 100,0 663 8,7 25-29 47.7 1 454 0,7 48,6 28,7 14,7 2,9 4.4 100,0 694 9,2 30-34 47,1 1 189 1,4 43,5 33,1 13,7 4,6 3,7 100,0 560 10,4 35 39 43,7 806 0,9 48,3 30,3 I 1,9 4,2 4,5 I00,0 352 10,1 411-44 44,8 621 0,6 51,6 30,0 11,4 1,9 4,5 1130,0 278 10,0 45 49 44,3 496 0,3 48,0 35,2 10,9 3,2 2,4 I00,0 220 10,8 Milieu de résidence Abidian 30,5 1 796 1,0 48,7 31,1 7,5 2.6 9,0 10O,0 548 10,0 Foret Urbaine 46.1 903 1,1 54,0 25,4 11,9 4,1 3,6 100,0 417 10.0 Savane Urbaine 53,8 711 1,6 42.4 39,3 7.0 4,9 4.9 100,0 383 8.3 Ensemble urbain 39,5 3410 1.2 48,5 31.6 8,7 3,7 6,2 100,0 1 348 9,5 Forêt Rurale 39,5 3219 0,8 47,0 30,8 17,0 2,2 2.1 1011,0 1 271 9,9 Savane Rurale 57,2 I 470 0,5 45,1 31,2 10,4 6,8 6,0 100,0 840 9,4 Ensemble rural 45,0 4 689 0,7 46,2 31,0 14.4 4,0 3,7 100,0 2 111 9,7 Niveau d'instruction Aucun 54,8 4 894 0,8 47, I 31,5 12.0 4.1 4.5 100,0 2 680 9,3 Plimaire 25,3 21171 0,8 48,0 29,9 14,9 3,2 3,1 100,0 524 10,9 Secondaire ou plus 22,5 1 134 2,2 45,9 31,6 8,7 2,7 8,9 100,0 255 8,9 Religion Catholique 16,9 I 952 1,2 47,1 26,8 16,0 3,8 5,2 100,0 329 9,9 Protestanle 15,0 I 493 1,3 44,3 29,7 18,8 3,0 2,8 100,0 224 11,2 Musulmane 811,1 2639 1.0 49,4 33,6 8,1 3.5 4,5 100,0 2 115 8,6 Sans religion 39,8 1 557 0,5 42,4 25.3 20,8 6.0 4,9 100,0 620 10,5 Tr~~ditionnelle 37,1 458 0.0 40.2 34,9 15,0 2,9 7,0 10O,0 170 10,6 Ensemble 42,7 8099 0,9 47.1 31,2 [2,2 3.9 4,7 1013.0 3459 9.7 Sur le p lan nat ional , on constate que l 'exc is ion est prat iquée à un âge re la t ivement jeune puisque 1' âge medlan s etabl t a 9,7 ans, c est-a-d re que 50 % des femmes exc sees 1 ont ete avant I age de 10 ans, A part ir de 25-29 ans, on constate peu de var iat ions de la proport ion de femmes excisées selon 1' âge. Par contre, cette proport ion augmente de 15-19 ans à 25-29 ans, passant de 35 % à 48 %. On peut env isager que cette faible proport ion de femmes exc isées dans le groupe d 'âges 15-19 ans résulte du fait que toutes les femmes de ce groupe d 'âges qui do ivent être excisées ne le sont pas encore. Cependant , compte tenu de l 'écar t trop important constaté entre ce groupe d 'âges et les âges les plus é levés, on peut penser que cette var iat ion peut être le s igne d 'une tendance à l 'abandon de l 'exc is ion parmi les générat ions les plus jeunes. Il apparaî t au graphique 7.7 que les proport ions de femmes excisées var ient for tement en fonct ion des d i f férentes caractér is t iques soc io -démographiques. 124 Du point de vue du milieu de résidence, c'est en zone de Savane que la proportion de femmes excisées est la plus importante : en Savane Rurale, environ trois femmes sur cinq (57 %) ont ~té excisées et, en Savane Urbaine, 54 % des femmes l'ont été. L'importance de la proportion de femmes excisées en Savane semble être liée au fait que cette zone est une zone socio-culturelle fortement islamisée. Concernant l'instruction, on constate de fortes disparités. En effet, plus de la moitié des femmes n'ayant pas d'instruction ont déclaré avoir été excisées (55 %) contre un quart environ de celles ayant un niveau primaire (25 %) et de celles ayant un niveau secondaire ou plus (23 %). Enfin, selon la religion, on observe des disparités très importantes. Les proportions de femmes excisées varient de 16 % chez les catholiques et protestantes à 39 % chez les femmes sans religion ou de religion traditionnelle et atteint 80 % chez les femmes de religion musulmane. Graphique 7.7 Pourcentage de femmes excisées, selon les caractéristiques socio-démographiques COTE D'IVOIRE R~SIDENCE Abidjan For6t Urbaine Savane Urbaine For6t Rurale Savane Rurale INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + RELIGION Catholique Protestante Musulmane Traditionnerle Sans religion ~~~-- j j j j j j j j j j j j j j j j j j~ -~ ~J J~ J J J J J J J J J J J J J J J J J J J~ l ~ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ ' ~ ~ ~&-&NN\ \N '~\ \ \ \ \ \ 'S I 20 40 60 80 Pourcentage EDSCI1994 125 CHAPITRE 8 ALLAITEMENT ET ÉTAT NUTRITIONNEL Monique Barrère et Juan Schoemaker L'alimentation et l'état nutritionnel des enfants nés dans les trois années ayant précédé l'enquête constituent l'objet de ce chapitre. Les résultats de l'enquête concernant les pratiques d'allaitement et d'alimentation de complément en constituent la première partie; la deuxième partie est consacrée aux résultats concernant les mesures anthropométriques des enfants (taille et poids), à partir desquelles a été évalué leur état nutritionnel. Enfin, la dernière partie est consacrée à l'état nutritionnel des mères. 8.1 ALLA ITEMENT ET AL IMENTATION DE COMPLÉMENT Les pratiques d'alimentation et la morbidité constituent les facteurs déterminants de l'état nutritionnel des enfants qui affecte, à son tour, la morbidité et la mortalité de ces enfants. De par ses propriétés particulières (il est stérile et il transmet les anticorps de la mère et tous les éléments nutritifs nécessaires aux enfants dans les premiers mois d'existence), le lait maternel évite les déficiences nutritionnelles et limite la prévalence de la diarrhée et d'autres maladies. D'autre part, comme cela a été signalé au Chapitre 5 (Nuptialité et exposition au risque de grossesse), par son intensité et par sa fréquence, 1' allaitement prolonge l'infécondité post-partum et affecte, par conséquent, 1' intervalle intergénésique, ce qui influe sur le niveau de la fécondité et, donc, sur l'état de santé des mères et des enfants. Compte tenu de l'importance des pratiques d'allaitement, au cours de I'EDSCI, on a demandé aux mères si elles avaient allaité leurs enfants nés dans les trois années ayant précédé l'enquête et, plus précisément, quel âge ils avaient au moment où elles ont commencé à allaiter, pendant combien de temps elles les ont allaités, quelle était la fréquence de l'allaitement, à quel âge ont été introduits des aliments de complément et de quel type d' aliments il s'agissait. On a également demandé aux mères si elles avaient utilisé un biberon. On constate que la presque totalité des enfants nés dans les trois années ayant précédé l'enquête (98 %), ont été allaités pendant un certain temps (tableau 8.1), et que cette pratique est presque uniforme quelles que soient les caractéristiques de la mère, les enfants les moins allaités étant ceux de mères ayant une instruction secondaire ou supérieure (94 %). En ce qui concerne les enfants derniers-nés au cours des trois dernières années, on constate que 38 % d'entre eux n'ont pas été mis au sein pour la première fois au cours des vingt-quatre heures suivant la naissance : ainsi, bien que l'allaitement soit quasi-général en Côte d'Ivoire, une proportion importante d'enfants ne sont pas allaités durant leur premier jour d'existence. Sur le plan nutritionnel, ce comportement peut se révéler néfaste pour l'enfant. En effet, c'est lors des premiers allaitements, dans les vingt-quatre heures qui suivent la naissance que l'enfant reçoit le colostrum qui contient les anticorps de la mère et qui sont essentiels pour lui éviter de nombreuses maladies. De plus, si le nouveau- né n'est pas allaité dans les vingt-quatre heures qui suivent la naissance, il reçoit, à la place du lait maternel, divers liquides pouvant le mettre en contact avec des agents pathogènes. Bien que 1' allaitement soit largement pratiqué par toutes les catégories de femmes, le moment de la mise au sein de l'enfant varie selon les caractéristiques socio-démographiques des mères. Concernant le milieu de résidence, c'est en Savane Urbaine que la proportion d'enfants allaités durant les premières vingt- quatre heures est la plus importante (71%), contre 59 % en Forêt Rurale. Le niveau d'instruction des mères ne semble pas avoir une influence positive sur le début de l'allaitement. En effet, 64 % des enfants de mère 127 Tableau 8.1 Allaitement initial Pourcentage d'enfants nés au cours des trois années précédant l'enquête et ayant été allaités et pourcentage d'enfants derniers-nés ayant commencé à ~tre allaités dans l'heure ou dans le jour suivant leur naissance, par caractéristiques socio-démographiques, EDS C6te d' Ivoire 1994 Caractéristique Ensemble des enfants Derniers nés Pourcentage Pourcentage allaité dans allaîté durant Pourcentage Pourcentage l'heure lejour Effectif ayant été ayant ét~ suivant la suivant la d'enfants allaité Effectif allaité naissance naissance derniers-nés Sexe de l'enfant Masculin 97.3 2 024 97,9 42,2 60.2 Féminin 98.1 1 966 98,5 44.6 64.4 Milieu de résidence Abidjan 96, I 618 96.3 45,0 63.2 Forêt Urbaine 96,4 419 97,6 47,7 67,7 Savane Urbaine 96,9 313 97.8 48,4 70.5 Ensemble urbain 96,4 I 350 97,0 46,6 66,3 Forêt Rurale 98,3 I 802 98,8 39.0 58,5 Savane Rurale 98,5 837 98,8 47,2 63,8 Ensemble rural 98,4 2 639 98,8 41,7 60,2 Niveau d'instruction de la mère Aucun 98.2 2 646 98,6 45,6 63.6 Primaire 97,6 994 98,4 38.3 59,9 Secondaire ou plus 94.0 349 94.3 40,6 59.5 Religion Catholique 97,4 775 98.1 37,6 54,6 Protestante 97.4 703 97,5 43,0 64.6 Musulmane 97,5 I 395 98,0 41,8 64.6 Sans religion 98,6 870 99.1 50,7 62,9 Traditionnelle 97,2 246 98,4 46,2 64,8 Assistance à l'accouchement Personnel formé médicalement 96.8 I 811 97.5 45,0 65,3 Accoucheuse traditionnelle 98.4 880 99,1 46,3 62.7 Parents/Autres 98,2 1 131 98,4 40,1 57.7 Personne 100.0 167 I(XU) 33,4 59.0 788 767 568 369 279 216 585 754 2 339 2 358 878 320 706 618 245 762 226 623 770 009 154 Lieu de l'accouchement Établissement sanitaire 96,8 I 788 97,4 45.1 65,5 1 600 À la maison 98,4 2 185 98,8 42,1 59,9 1 944 ND 100.0 17 100,0 8,8 19,2 11 Ensemble des enfants 97,7 3 989 98.2 43,4 62.3 3 556 Note : Le tableau est basé sur tous les enfants nés dans les 3 années ayant précédé l'enquête, qu'ils soient vivants ou décédés au moment de l'enqu~te. 128 sans instruction ont été allaités durant le premier jour contre 60 % de ceux dont la mère a un niveau primaire ou secondaire. Lorsque la mère a accouché avec l'assistance de personnel médical, on constate que, dans 65 % des cas, l'enfant a été mis au sein dans les vingt-quatre heures qui ont suivi la naissance; cette proportion est de 63 % lorsque la mère a été assistée d'une accoucheuse traditionnelle et de 58 % quand elle a été assistée d'une autre personne ou quand elle n'a reçu aucune aide. De même, quand les femmes accouchent dans un établissement sanitaire, 66 % de leurs enfants sont allaités durant le jour qui suit la naissance, contre 60 % de ceux qui sont nés à la maison. Ces résultats mettent en évidence la méconnaissance par les mères des avantages de la mise au sein de leurs enfants dès la naissance. Le graphique 8.1 présente les données sur la pratique de l'allaitement des enfants de moins de 36 mois au moment de l'enquête. Dès leur naissance, presque tous les enfants sont allaités et cette pratique est largement suivie pendant les 20 premiers mois d'existence puisque, à 18-19 mois, près des trois quarts des enfants (72 %) sont encore allaités. Cette proportion décroît ensuite sensiblement puisque au-delà de 25 mois, seulement 13 % des enfants sont encore allaités. 1-- Pourcentage Graphique 8,1 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de 3 ans mNon allaites r--iAl, + compl6ments ~;~Allaitement et eau BB Allaitement seul 0 5 10 15 20 25 30 35 Åge en mois Note: Moyenne mobile sur trois mois EDSCI1994 En Côte d'Ivoire, la pratique de l'allaitement exclusif est quasiment inexistante. Dès les premiers jours qui suivent la naissance, il est très fréquent de donner à l'enfant autre chose que le lait maternel : à 0-1 mois, les trois-quarts des enfants reçoivent de l'eau en plus du lait et, un enfant sur cinq reçoit des compléments au lait maternel (liquides autres que l'eau ou aliments solides ou en bouillie), alors que l'OMS et l'Unicef recommandent ~ que jusqu'à 4-6 mois, les enfants soient uniquement nourris au sein. i D'après la déclaration d'Innocenti, formulée par l'OMS et I'UNICEF au cours de la réunion L'allaitement dans les anndes 1990 : une initiative globale, in lnnocenti, Florence, août 1990. 129 Les résultats du tableau 8.2 concernent uniquement les enfants allaités de moins de 36 mois, selon le type d'aliments qu'ils reçoivent en complément du lait maternel (plusieurs types de complément pouvant être donné, la somme des pourcentages peut excéder 100 %). L'OMS recommande qu'à partir de 6 mois, âge auquel le lait maternel n'est plus suffisant pour assurer la meilleure croissance possible des enfants, des aliments solides de complément soient introduits dans l'alimentation. En Côte d'Ivoire, il apparaît qu'à 7-9 mois, une proportion importante d'enfants (39 %) ne reçoivent pas encore d'aliments solides de complément. À 12-13 mois, 19 % des enfants ne sont toujours pas nourris de façon adéquate. Tableau 8.2 Type d'aliments selon l 'âge de l'enfant Pourcentage d'enfants allaités de moins de 36 mois par type d'aliments reçus au cours des vingt-quatre heures ayant pr6cédé l'interview, et pourcentage de derniers-nés recevant le biberon, selon l'âge en mois, EDS Côte d'Ivoire 1994 Parmi les enfants allait6s, pourcentage recevant : Pourcentage d'enfants Lait Autre Bouillies/ derniers-n6s Effectif maternel genre de Autres Aliments Effectif recevant d'enlants Ågeen mois seul lait liquides solides d'enfants le biberon derniers-nés Mois écoulés depuis naissance 0-1 3,5 2,6 96,5 2,6 195 3,1 196 2-3 3,4 11,0 95,8 19,5 224 5,8 226 4-5 2,3 12,0 96,9 39,8 239 6,3 242 6-7 0,4 10,2 98,9 60,9 221 1,7 22 I 8-9 0,8 8,0 98,9 72,1 204 0,9 204 10-11 0,5 9,9 97,7 79,4 180 1,3 18 I 12-13 2,3 6,4 93,4 80,7 175 2,4 175 14-15 0,7 10,6 93,5 81,9 190 2,4 191 16-17 0,3 7,7 82,5 75,3 213 2,8 213 18-23 0,4 4,6 56,6 52,5 521 0,0 525 24-29 0,3 1,0 19,7 18,3 539 0,5 540 30-35 0,0 0,8 12,1 11,5 417 0,7 419 Moins de 4 mois 3,4 7,0 96,1 11,6 419 4,6 423 4 à 6 mois 1,6 I 1,2 97,8 43,2 342 4,4 345 7 ~ 9 mois 0,8 9,1 98,5 71,1 322 i,7 322 Ensemble 1,0 5,8 66,3 43,6 3 318 1,9 3 335 Note : Le statut d'allaitement fait r6férence aux dernières vingt-quatre heures. Le total peut excéder 100 % car les enfants peuvent recevoir différents types de complément. Les mères ivoiriennes n'utilisent le biberon que rarement : seulement 2 % des enfants de moins de trois ans avaient pris le biberon la veille de l'enquête (tableau 8.2). Le recours au biberon est plus fréquent chez les enfants très jeunes (5 % à 0-3 mois et 4 % à 4-6 mois) que chez leurs aînés. La durée médiane de l'allaitement, estimée à 20,3 mois au niveau national (tableau 8.3), présente de légers écarts selon les caractéristiques socio-démographiques. En premier lieu, on observe des différences selon le milieu de résidence : estimée à 17,9 mois à Abidjan, où elle est la plus courte, elle atteint son maximum en Savane Rurale avec 22,3 mois. Globalement, la durée de l'allaitement est légèrement plus longue en milieu rural (21,3 mois) qu'en milieu urbain (18,7 mois). Du point de vue de l'instruction de la 130 Tableau 8.3 Durée médiane et fr~xluence de l'allaitement Durée médiane de l'allaitement pour les enfants de moins de trois ans, et pourcentage d'enfants de moins de six mois ayant ét~ allaités six fois ou plus au cours des vingt-quatre heures ayant précédé l'enquéte, par caractéristiques socio- démographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Enfants de moins de 6 mois Durée m~diane en mois Pourcentage allaité Effectif 6 fois ou + dans Ensemble de Allaitement Allaitement d'enfants les demi~res Effectif Caractéristique l'aUaitement exclusif et eau de <3 ans 24 heures d'enfants Sexe de l'enfant Masculin 20,2 0,4 4,0 2 024 92,7 351 Feminin 20,5 0,4 3,5 1 966 91,3 324 Milieu de résidence Abidjan 17,9 0,4 1,8 618 88,2 97 Forêt Urbaine 19,6 0,4 2,7 419 92,1 60 Savane Urbaine 18,7 0,4 2,6 313 90,3 53 Ensemble urbain 18,7 0,4 2,2 I 350 89,9 210 For~t Rurale 20,8 0,4 4,6 1 802 94,0 329 Savane Rurale 22,3 0,4 4,1 837 90,6 137 Ensemble rural 21,3 0,4 4,4 2 639 93,0 465 Niveau d'instruction de la mère Aucun 21,4 0,4 4,3 2 646 93,1 453 Primaire 19,2 0,4 3,5 994 91,8 163 Secondaire ou plus 16,6 0,4 1,4 349 84,3 60 Religion Catholique 19,6 0,4 2,5 775 92,8 130 Protestante 18,6 0,4 3,7 703 88,4 127 Musulmane 21,3 0,4 4,5 I 395 92,7 232 Sans religion 20,7 0,4 3,9 870 92,6 151 Traditionnelle 22,6 0,4 3,4 246 95,6 35 Assistance à l'accouchement Personnel formé médicalement 19,0 0,4 2,7 I 811 91,2 300 Accoucheuse traditionnelle 21,5 0,4 3,7 880 88,8 143 Parents/Autres 21,5 0,4 4,8 1 131 94,2 201 Personne 21,4 0,4 5,9 167 100,0 32 Ensemble des enfants 20,3 0,4 3,7 3 989 Moyenne 20,4 1,0 6,1 Moyenne prévalenceJincidence 20,0 0,3 5,7 92,0 675 Note : Les m6dianes et moyennes sont bas~es sur le statut actuel. mère, on constate que plus la femme est instruite et plus la durée d'al laitement est courte (médiane de 16,6 mois pour les femmes ayant un niveau secondaire ou supérieur contre 21,4 mois pour les femmes sans instruction). Enfin les enfants dont les mères ont accouché avec l 'assistance de personnel médical ont une durée d'al laitement légèrement plus courte (19,0 mois) que celles qui ont accouché avec l 'aide d'une accoucheuse traditionnelle ou sans aucune assistance (21,5 mois). 131 Au tableau 8.3, figure également la « Prévalence/Incidence » de l'allaitement qui est une durée moyenne calculée selon une méthode empruntée à l'épidémiologie z. La valeur ainsi obtenue pour la Côte d' Ivoire est de 20,0 mois. Comparativement aux pays d'Afrique subsaharienne pour lesquels les durées moyennes d'allaitement ont été calculées selon le même procédé (voir le tableau ci-dessous), on peut constater que la durée moyenne d'allaitement en Côte d'Ivoire ne se différencie pas particulièrement des durées trouvées dans les autres pays africains. Durée moyenne Date de d'allaitement Pays l'enquête (en mois) Cameroun 1991 18,2 Zambie 1992 18,3 Nigéria 1990 20,1 Niger 1992 20,4 Sénégal 1992-1993 20,4 Tanzanie 1991-1992 21,1 Ghana 1993 21,6 Togo 1988 22,6 Burundi 1987 23,4 Burkina Faso 1993 25,0 Rwanda 1992 25,9 Toujours selon les résultats présentés au tableau 8.3, on constate que 92 % des enfants de moins de six mois ont été allaité six fois ou plus au cours des demières vingt-quatre heures. De plus, la proportion d'enfants allaités aussi fréquemment varie assez peu en fonction des caractéristiques des mères : ce sont les mères vivant en Abidjan (88 %), ayant une instruction secondaire (84 %), de religion protestante (88 %) et dont l 'accouchement a été assisté par une accoucheuse traditionnelle (89 %) qui présentent les proportions les plus faibles d'enfants allaités fréquemment. Les différents résultats qui viennent de mettre en évidence des pratiques d'introduction précoce de liquides et autres aliments au détriment de l'allaitement exclusif ont des implications particulièrement importantes sur l'état de santé et l'état nutritionnel des enfants. En effet, ces pratiques ont pour conséquence d'exposer les nouveau-nés aux agents pathogènes, facteurs de maladies infectieuses et, en particulier, les maladies diarrhéiques. En outre, en recevant autre chose que le lait maternel, les enfants, étant en partie rassasiés, ont tendance à moins téter, ce qui les prive du lait maternel et ce qui en réduit la production. Par là-même, l'enfant devient de plus en plus dépendant de l'alimentation de complément. Par ailleurs, l'introduction précoce de compléments nutritionnels entraîne une réduction de 1' intensité et de la fréquence de l'allaitement maternel qui, à son tour, réduit la durée de l 'aménorrhée post-partum et finalement de l'intervalle intergénésique. 2 En épidémiologie, on estime la durée moyenne d'un événement en divisant sa prévalence par son incidence. Ici, l'évènement est l'allaitement, la prévalence est le nombre d'enfants que les mères sont encore en train d'allaiter au moment de l'enqu6te, et l'incidence est le nombre moyen de naissances par mois. Ce nombre moyen est estimé à partir des naissances d'une période de 36 mois pour éviter les problèmes de saisonnalité et les erreurs possibles de période de référence. En divisant le nombre de mères qui allaitent au moment de l'enquête par le nombre mensuel moyen de naissances, on obtient une estimation de la durée moyenne d'allaitement en mois. 132 8.2 ÉTAT NUTRIT IONNEL DES ENFANTS 8.2.1 Méthodologie L'évaluation de l'état nutritionnel des jeunes enfants est un des objectifs de I'EDSCI. L'état nutritionnel résulte à la fois, de l'histoire nutritionnelle (ancienne et récente) de l'enfant et des maladies ou infections qu'il a pu avoir; par ailleurs, cet état influe sur la probabilité qu'a l'enfant de contracter des maladies. En effet, un enfant mal nourri est en situation de faiblesse physique qui favorise les infections qui, à leur tour, influent sur ses risques de décéder. L'état nutritionnel est évalué au moyen d'indicateurs anthropométriques calculés à partir de l 'âge et des mesures de la taille 3 et du poids de l'enfant prises au cours de l'enquête. Le poids et la taille permettent de calculer les trois indicateurs suivants : la taille par rapport à I' âge (taille-pour-âge), le poids par rapport à la taille (poids-pour-taille) et le poids par rapport à l 'âge (poids- pour-âge). Au cours de l'enquête, tous les enfants de moins de trois ans des femmes de 15-49 ans interviewées devaient être pesés et mesurés : les données devraient donc porter sur les 3645 enfants répondant à ces critères. Cependant, les résultats présentés ci-dessous ne concernent que 3341 enfants, soit 91,6 % des enfants éligibles. Sont exclus des résultats : 3,8 % d'enfants pour lesquels le poids et/ou la taille ne sont pas connus (l'enfant n'a pas été mesuré parce qu' il était malade ou absent au moment de l'enquête, ou encore parce qu'il a refusé), 2,7 % d'enfants pour lesquels le poids et/ou la taille sont manifestement improbables (du fait d'erreurs de report, ou encore d'erreurs de mesure, particulièrement délicates chez les enfants les plus jeunes), et enfin 1,8 % d'enfants pour lesquels l 'âge en mois est inconnu ou incomplet, les indicateurs taille-pour-âge et poids-pour-âge n'ayant de sens que calculés à partir d'informations très précises sur l 'âge. Selon les recommandations de l'OMS, l'état nutritionnel des enfants observés pendant l'enquête est comparé à celui d'une population de référence internationale, connu sous le nom de standard NCHSICDC/OMS 4. Cette référence internationale a été établie à partir de 1' observation d'enfants américains de moins de cinq ans en bonne santé et elle est utilisable pour tous les enfants de cet âge dans la mesure où, quel que soit le groupe de population, ils suivent un modèle de croissance similaire. Les données de la population de référence internationale ont été normalisées pour suivre une distribution normale où la médiane et la moyenne sont identiques. Pour les différents indicateurs étudiés, on compare la situation des enfants dans l'enquête avec le standard de référence internationale, en calculant la proportion d'enfants observés qui se situent à moins de deux et à moins de trois écarts type en-dessous de la médiane de la population de référence. 8.2.2 Résultats Le tableau 8.4 présente les pourcentages d'enfants souffrant de sous-nutrition selon trois indicateurs anthropométriques et selon certaines caractéristiques socio-démographiques. Les enfants de moins de 24 mois ont été mesurés en position couchée, alors que ceux de 24 mois et plus ont ~té mesurés en position debout. Cependant, pour faciliter la compréhension du texte, le même terme taille sera utilisé ici pour tous les enfants, quelle que soit la façon dont ils ont é16 mesurés. 4 NCHS : National Center for Health Statistics (Centre national des statistiques sanitaires, des États-Unis); CDC : Ccntcrs for Disease Control (Centres de contréle des maladies, des États-Unis); OMS : Organisation Mondiale de la Santé. 133 Tableau 8.4 État nutritionnel des enfants par caract~ristiques socio-d~mograpbiques Pourcentage d'enfants de moins de trois ans consid~r6s comme atteints de sous-nutrition par caractéristiques socio-d6mographiques selon les trois indicateurs anthropométriques de l'état nutritionnel: taille-pour-âge, poids-pour-taille et poids-pour-âge, EDS COte d'Ivoire 1994 Taille-pour-åge Poids-pour-taille Poids-pour-âge Inférieur Inférieur Inférieur Inférieur Inféfieur Inférieur Caractéristique â -3ET à -2 ET ~ à -3 ET å -2 ET 1 â -3 ET à -2 ET t Effectif Âge de l'enfant (mois) < 6 1,7 6,0 0,2 3,5 0,9 4,6 615 6-11 1,9 13,4 2,4 9,5 5,4 22,8 596 12-23 10,0 30,9 1,3 13,2 8,1 31,1 1 079 24-35 14,2 34,9 0,9 5,2 8,1 28,1 1 051 Sexe de l'enfant Masculin 8,7 25,2 1,4 9,7 7,1 26,4 1 705 Féminin 8,0 23,6 0,9 6,7 5,5 21,1 1 636 Rang de naissance 1 9,1 27,6 1,5 8,7 6,5 25,0 630 2-3 9,3 23,7 0,9 7,2 5,9 22,5 1 072 4-5 7,1 22,0 1,0 8,7 5,5 23,9 828 6 ou plus 7,9 25,4 1,3 8,9 7,4 24,6 811 Intervalle entre naissances Première naissance 9,0 27,6 1,5 8,6 6,5 24,9 633 <24 mois 10,9 27,7 1,4 5,3 6,5 24,4 353 24-47 mois 8,6 24,9 1,0 8,8 6,8 25,2 1 742 48 mois ou plus 5,5 17,9 1,1 8,1 4,5 18,4 613 Milieu de résidence Abidjan 1,7 10,9 0,6 9,5 1,7 14,2 510 Forêt Urbaine 6,4 21,3 0,9 6,2 4,3 18,6 360 Savane Urbaine 4,1 15,6 1,5 7,3 4,3 16,9 265 Ensemble urbain 3,7 15,3 0,9 7,9 3,1 16,2 1 134 Forêt Rurale 11,2 28,9 0,9 6,6 7,2 25,8 1 499 Savane Rurale 9,7 29,7 2,1 12,4 9,4 31,8 708 Ensemble rural 10,8 29,2 1,3 8,4 7,9 27,7 2 206 Niveau d'instruction de la lnère Aucun 9,1 26,7 1,5 9,2 7,3 25,9 2 228 Primaire 7,7 22,3 0,6 6,9 5,0 22.6 825 Secondaire ou plus 4,3 13,0 0,0 4,9 2,1 I 1,6 288 Religion Catholique 8,6 22,8 I,I 7,7 5,9 23,8 654 Protestante 7,5 22,6 0,8 5,5 4,4 20,5 589 Musulmane 7,5 22,7 0,9 8,9 5,1 22,1 I 180 Sans religion 10,0 28,4 1,5 8,5 8,6 27,7 713 Traditionnel le 9,8 31,4 2,4 13,1 11,7 29,9 204 Ensemble des enfants 8,4 24,4 1,2 8,3 6,3 23,8 3 341 Note : Chaque indicateur est exprimé en terme de nombre d'unités d'écart type (ET) par rapport h la médiane de la Population de Référence Internationale du NCHS/CDC/OMS. Les enfants sont atteints de sous-nutrition s'ils se trouvent à moins de -2 ET (-2 ET et -3 ET) de la médiane de la population de réf6rence. I Les enfants qui se situent en-dessous de -3 ET sont inclus dans cette catégorie. 134 Retard de croissance Selon les résultats du tableau 8.4, concernant l'indice taille-pour-âge, on constate que près d'un quart des enfants ivoiriens (24 %) souffrent de sous-nutrition chronique (la taille-pour-âge se situe à moins de 2 écarts type en-dessous de la médiane de la population de référence) et 8 % souffrent de sous-nutrition chronique sévère (la taille-pour-âge se situe à moins de 3 écarts type de la médiane de la population de référence). Ces proportions sont beaucoup plus élevées que celles que l'on s'attend à trouver dans une population en bonne santé et bien nourrie, à savoir 2,3 % (à -2 écarts type) et 0,1% (à -3 écarts type). L'indice taille-pour-âge rend compte de la taille d'un enfant par rapport à son âge : la sous-nutrition chronique qui se manifeste par une taille trop petite pour l'âge traduit un retard de croissance. Cette situation est généralement la conséquence d'une alimentation inadéquate et/ou de maladies survenues pendant une période relativement longue ou qui se sont manifestées à plusieurs reprises. La taille-pour-âge est donc une mesure des effets à long terme de la sous-nutrition et elle ne varie que très peu en fonction de la saison au cours de laquelle les enfants sont mesurés. De plus, on considère qu'après l'âge de deux ans, « .il y a peu de chance pour qu'une intervention quelle qu'elle soit puisse améliorer la croissance. » (Delpeuch, 1991). Ainsi, le retard de croissance staturale acquis dès les plus jeunes âges n'est pratiquement plus rattrapable. La taille-pour-âge est révélatrice de la qualité de l'environnement, mais aussi des autres risques associés à cet environnement et, d'une manière générale, du niveau de développement socio-économique d'une population. L'enfant qui a une taille insuffisante pour son âge peut, cependant, avoir un poids en correspondance avec sa taille réelle; pour cette raison, cette forme de sous-nutrition n'est pas toujours visible dans une population. Selon l'âge, on observe des variations importantes de la prévalence de la sous-nutrition chronique, quelle soit modérée ou sévère (tableau 8.4 et graphique 8.2). Les enfants de moins de six mois sont relativement peu touchés (6 %). Ensuite, la proportion d'enfants atteints augmente très régulièrement et très rapidement entre les premiers mois et l'âge de 14 mois environ : de 6 % à moins de 6 mois, le niveau de prévalence de la sous-nutrition chronique double pour atteindre 13 % à 6-11 mois; à partir de 14 mois, il se stabilise et touche environ un enfant sur trois. La forme sévère de ce type de sous-nutrition qui touche environ 2 % des enfants de moins de 1 an concerne, ensuite, 10 % des enfants à 12-23 mois et 14 % de ceux de 24-36 mois. Comme on l'a précisé précédemment, c'est avant deux ans que la plupart des enfants accumulent un retard de croissance staturale et, après cet âge, le retard n'est plus rattrapable. En Côte d'Ivoire, on ne constate pas de différence de niveau de sous-nutrition chronique entre les sexes. Le niveau est pratiquement le même chez les garçons et chez les filles (respectivement, 25 % et 24 %). Il en est de même pour les niveaux de la sous-nutrition sévère. Du point de vue du rang de naissance, on ne constate pas, non plus, d'écarts significatifs, bien que les enfants de Rang 1 (28 %) soit légèrement plus atteints que ceux de rangs plus élevés. L'intervalle entre naissances semble influencer davantage les niveaux de sous-nutrition chronique, puisque les enfants qui suivent leur aîné de 4 ans et plus sont beaucoup moins touchés (18 %) que ceux pour lesquels l'intervalle intergénésique est court (28 % pour un intervalle inférieur à 24 mois). Du point de vue des caractéristiques socio-démographiques de la mère, la prévalence de la sous- nutrition chronique présente des écarts très importants (tableau 8.4 et graphique 8.3). En milieu rural, près d'un enfant sur trois (29 %) est atteint de sous-nutrition chronique contre 15 % en milieu urbain; sous sa forme sévère, il y a près de trois fois plus d'enfants atteints d'un retard de croissance en milieu rural qu'en milieu urbain (de 4 %, en milieu urbain, la proportion passe à 11% en milieu rural). De plus, la ville d'Abidjan et, dans une moindre mesure, la Savane Urbaine ont les proportions d'enfants atteints de sous- nutrition chronique les plus faibles, à savoir, respectivement 11% et 16 %, alors que 21% des enfants de la Forêt Urbaine sont touchés par la sous-nutrition chronique. 135 50 Pourcentage Graphique 8.2 Etat nutritionnel des enfants de moins de 3 ans 40 30 20 tO 0 Retard de Insu f f i sance~ / ~ croissance i i i i , i i L i i i I 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 24 26 28 30 32 34 Åge en mois Note: Moyenne mobile sur trois mois EDSCI1994 Graphique 8.3 Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans présentant un retard de croissance CÕTE D'IVOIRE RÉSIDENCE Abidjan For~t Urbaine Savane Urbaine For~t Rurale Savane Rurale LNSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + 0 ] I ] J [ 5 10 15 20 25 30 Pourcentage 35 EDSCI 1994 136 Le niveau d'instruction de la mère est la variable en fonction de laquelle l'état nutritionnel des enfants présente le plus de variations : les enfants dont la mère n'a pas d'instruction sont deux fois plus affectés par un retard de croissance que ceux dont la mère a une instruction secondaire ou supérieure (27 % contre 13 %). Concernant la sous-nutrition chronique sous sa forme sévère, les écarts sont aussi importants puisque les enfants de mère sans instruction sont plus de deux fois plus atteints que ceux dont les mères sont les plus instruites (9 % contre 4 %). Avec l'acquisition d'une certaine instruction, les femmes acquièrent certainement une meilleure connaissance de la composition équilibrée des aliments et des règles d'hygiène; mais aussi et surtout, les femmes non instruites sont souvent celles qui vivent dans les conditions économiques les plus précaires, caractérisées par une quantité de nourriture disponible parfois limitée et par des conditions de logement souvent insalubres. C'est cette conjonction de facteurs, et non le seul niveau d'instruction, qui explique la forte prévalence de la sous-nutrition chronique parmi les enfants des femmes sans instruction. Émaciation Au tableau 8.4 figurent également les résultats concernant les proportions d'enfants atteints de sous- nutrition aiguë, exprimée par l'indice poids-pour-taille. Cet indice qui donne une mesure de la masse du corps en relation avec sa taille reflète la situation nutritionnelle actuelle (au moment de l'enquête), et il peut donc être fortement influencé par la saison pendant laquelle s'est effectuée la collecte des données. En effet, la plupart des facteurs susceptibles de causer un déséquilibre entre le poids et la taille de l'enfant, que ce soient des maladies (rougeole, diarrhée.) ou des déficits alimentaires (sécheresses, périodes de soudures) sont très sensibles à la saison. Ce type de sous-nutrition est la conséquence d'une alimentation insuffisante durant la période ayant précédé l'observation ou d'une perte de poids consécutive à une maladie (diarrhée sévère ou anorexie, par exemple). Un enfant souffrant de cette forme de sous-nutrition est maigre ou émacié. Les enfants dont le poids-pour-taille se situe à moins de deux écarts type en-dessous de la médiane de la population de référence sont considérés comme étant atteints de sous-nutrition aiguë modérée, ceux se situant à moins de trois écarts type sont considérés comme souffrant de sous-nutrition aiguë sévère. En Côte d'Ivoire, on constate une proportion importante d'enfants souffrant de sous-nutrition aiguë ou émaciés (8 %); parmi eux, seule une très faible proportion sont atteints de la forme sévère (1,2 %); ces proportions sont supérieures à celles que l'on s'attend à trouver dans une population en bonne santé et bien nourrie (respectivement, 2,3 % et 0,1%). Du point de vue de l'âge (tableau 8.4 et graphique 8.2), ce sont les enfants du groupe d'âges 12-23 mois qui sont les plus atteints d'émaciation ( 13 %). Ce résultat n'est guère surprenant dans la mesure où c'est dans ce groupe d'âges que la majorité des enfants sont sevrés : rappelons que la durée médiane de l'allaitement est estimée à 20,3 mois en Côte d'Ivoire. L'alimentation des enfants sevrés n'est généralement pas suffisante pour couvrir les besoins de la croissance å ces âges, ce qui provoque des carences, une plus grande fragilité aux infections et des états de sous-nutrition. Rappelons également que les données sur la santé mettent en évidence, pour ce groupe d'âges, des proportions élevées d'enfants ayant eu la diarrhée. Selon le sexe, on remarque que la proportion d'enfants émaciés est légèrement plus élevée pour le sexe masculin (10 %) que pour le sexe féminin (7 %). De même, le rang de naissance ne semble pas influencer fortement le niveau de sous-nutrition aiguë (les proportions variant de 7 % pour les rangs 2-3 à 9 % pour les rangs 6 et plus). Enfin, il apparaît que chez les enfants suivant leur aîné de moins de 24 mois, la prévalence de la sous-nutrition aiguë est légèrement plus faible (5 %) que chez les enfants pour lesquels l'intervalle intergénésique est supérieur à 2 ans (8 %). Du point de vue du milieu de résidence de la mère (graphique 8.4), la ville d'Abidjan, où la sous- nutrition chronique est la moins répandue, se caractérise, par contre, par une prévalence de sous-nutrition aiguë supérieure à celle observée partout ailleurs (10 % contre 7 % et moins), sauf en Savane Rurale (12 %). 137 Graphique 8.4 Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans atteints d'émaciation COTE D'IVOIRE R~SIDENCE Abidjan For~t Urbaine Savane Urbaine For~t Rurale Savane Rurale INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + ] ] I ] I I I 2 4 6 8 10 12 14 Pourcentage EDSCI1994 Rappelons que la Savane Rurale est aussi la zone la plus touchée par la sous-nutrition chronique (30 %). La forte prévalence d'émaciation trouvée en Abidjan s'explique peut-être par le fait que certaines couches de la population de la capitale économique vivent dans des conditions économiques, sanitaires et d'hygiène particulièrement difficiles. Rappelons à ce propos que, selon les données sur la santé (Chapitre 7), Abidjan se caractérise également par une proportion très élevée d'enfants ayant eu la diarrhée (30 %). Or, comme on l 'a précisé précédemment, la diarrhée est un facteur susceptible de causer un déséquilibre entre le poids et la taille. Concernant le niveau d'instruction des mères, la tendance est identique à celle observée pour la sous- nutrition chronique : les enfants dont la mère n'a pas d'instruction sont beaucoup plus fréquemment émaciés (9 %) que ceux dont la mère a une instruction primaire (7 %) et surtout que ceux dont la mère a un niveau secondaire ou supérieur (5 %). Insuffisance pondérale Le tableau 8.4 présente enfin l'état nutritionnel des enfants mesuré au moyen de l'indice poids-pour- âge. Cet indice est un indice combiné, un faible poids-pour-âge pouvant être provoqué par la maigreur comme par le retard de croissance. Il traduit une insuffisance pond~raie. Cet indice est celui qui est le plus souvent utilisé par les services de santé pour suivre les progrès nutritionnels et la croissance des enfants. Son utilisation reste limitée car il ne permet pas de distinguer entre les déficiences alimentaires de longue durée (retard de croissance ) et celles qui sont récentes (émaciation). Comme le poids-pour-taille, cet indice est sensible aux variations saisonnières et sa valeur est limitée quand il n'en existe qu'une seule mesure dans le temps. Il est présenté ici essentiellement pour permettre des comparaisons avec les résultats des études ou des suivis nutritionnels des enfants qui utilisent cette mesure. Les enfants dont le poids-pour-âge se situe à moins 138 de 2 écarts type en-dessous de la médiane de la population de référence sont considérés comme souffrant d'insuffisance pondérale, ceux se situant à moins de trois écarts type sont considérés comme souffrant d'insuffisance pondérale sévère. Près d'un quart des enfants ivoiriens (24 %) souffrent d'insuffisance pondérale et six % d'in suffisance pondérale sévère. Une fois encore, ces proportions sont nettement supérieures à celles que l'on s'attend à trouver dans une population en bonne santé et bien nourrie (respectivement, 2,3 % et 0,1%). Comme pour les deux autres indices, cette forme de sous-nutrition peu fréquente aux jeunes âges (5 % à moins de six mois) augmente très rapidement pour toucher 23 % des enfants de 6-11 mois, et environ un enfant sur trois à partir de 12 mois (graphique 8.2). Du point de vue des caractéristiques des enfants et des mères, les variations observées pour la sous- nutrition chronique se retrouvent dans le cas de l'insuffisance pondérale. Les enfants les plus touchés sont ceux de sexe masculin (26 %), ceux de rang 1 et de rang 6 et plus (25 %) et ceux dont l'intervalle intergénésique est inférieur à 48 mois (environ 25 %). Les enfants du milieu rural (28 %) sont beaucoup plus atteints que ceux du milieu urbain (16 %). Plus précisément, ce sont encore les enfants vivant en Savane Rurale (32 %) et en Forêt Rurale (26 %) qui présentent le plus fréquemment une insuffisance pond~raie, alors que ceux vivant en Abidjan sont les moins touchés (14 %). Comme pour les autres indices de l'état nutritionnel, le niveau d'instruction de la mère est la variable en fonction de laquelle on constate le plus de variations. Lorsque la mère a atteint un niveau d'instruction supérieur au primaire, 12 % des enfants présentent une insuffisance pondérale : ce niveau est deux fois plus élevée lorsque la mère n'a que le niveau d'instruction primaire (23 %), ou lorsqu'elle n 'a pas d'instruction (26 %). 8.3 ÉTAT NUTRIT IONNEL DES MÈRES L'état nutritionnel des mères est un des déterminants de la mortalité maternelle, du bon déroulement des grossesses ainsi que de leur issue. Il influence aussi la morbidité et la mortalité des jeunes enfants. L'état nutritionnel des mères est conditionné, à la fois, par sa balance énergétique, son état de santé et le temps écoulé depuis la dernière naissance. Il existe donc une relation étroite entre les niveaux de fécondité et de mortalité et l'état nutritionnel des mères. Pour ces raisons, l'évaluation de l'état nutritionnel des mères est particulièrement utile puisqu'il permet d'identifier des groupes à hauts risques. Dans le cadre de I'EDSCI, pour déterminer l'état nutritionnel, on a pris les mesures du poids et de la taille de toutes les femmes ayant eu une naissance vivante durant les trois années ayant précédé l'enquête. Les résultats ne sont donc pas totalement représentatifs de la population des femmes de 15-49 ans. Le tableau 8.5 fournit la moyenne, l'écart type et la distribution de la taille et du poids ainsi que l'Indice de Masse Corporelle (IMC) calculé à partir de la taille et du poids. Les distributions concernant la taille portent sur l'ensemble des femmes; par contre, dans les distributions du poids et de I'IMC, pour éviter d'introduire un biais, les femmes enceintes ainsi que celles ayant eu une naissance le mois de l'interview ou le mois précédant sont exclues. Bien que la taille puisse varier dans les populations à cause de facteurs génétiques, elle est néanmoins un indicateur indirect du statut socio-économique de la mère dans la mesure où une petite taille peut résulter d'une sous-nutrition chronique durant l'enfance. En outre, d'un point de vue anatomique, la taille des mères étant associée à la largeur du bassin, les femmes de petite taille sont plus susceptibles d'avoir des complications pendant la grossesse et surtout pendant l'accouchement. Elles sont aussi plus suseeptibles de concevoir des enfants de faible poids. Bien que la taille critique en-deçà de laquelle une femme peut être considérée à risque varie selon les populations, on admet généralement que cette taille se situe entre 140 et 150 centimètres. 139 À partir des résultats du tableau 8.5, on constate que la taille moyenne des femmes ayant eu une naissance dans les trois demières années se situe nettement au-dessus de l'intervalle mentionné : elle est de 159 centimètres environ (écart type de 6 centimètres). On constate également que seulement 0,8 % des femmes ont une taille inférieure à 145 centimètres, considérée ici comme taille limite critique. Au tableau 8.6 figurent, selon diverses caractéristiques socio-démographiques, les tailles moyennes et les proportions de femmes dont la taille est inférieure à 145 centimètres. Les proportions de femmes en-deçà de la taille critique varient très peu et ne dépassent jamais 1% sauf pour les femmes de religion traditionnelle. De même, la taille moyenne ne présente que peu de variations, passant d'un minimum de 158,2 centimètres à 159,9 centimètres. Le faible poids des femmes avant une grossesse est un facteur de risque important pour le déroulement et l'issue de la grossesse. Le poids moyen des femmes ivoiriennes (tableau 8.5) est d'environ 56 kilos (écart type de 10 kilos), près de 26 % d'entre elles ont un poids inférieur à 50 kilos et 7 % dépassent les 70 kilos. Cependant, le poids étant très variable selon la taille, il est préférable de s'intéresser à un indicateur tenant compte de cette relation. L'Indice de Masse Corporelle (IMC), ou encore Indice de Quételet, est le plus souvent utilisé pour exprimer la relation poids/taille 5 : il permet de mettre en évidence le manque ou l'excès de poids en contrôlant la taille et, en outre, il présente l'avantage de ne pas nécessiter l'utilisation de tables de référence comme c'est le cas pour le poids-pour-taille. Pour indiquer une sous-nutrition aiguë, on utilise généralement comme seuil la valeur 18,5 kg/m 2, à 1' opposé, pour indiquer un surpoids, il n'existe pas de seuil unanimement admis. En Côte d'Ivoire, environ 8 % des femmes se situent en-deçà du seuil critique de 18,5 kg/m 2 et présentent dont une sous-nutrition aiguë. La valeur moyenne de I'IMC est de 22,1 kg/m 2 et une proportion importante de femmes (I 3 %) ont un indice élevé (25 kg/m 2 ou plus) et entrent sans équivoque dans la catégorie des surpoids. La proportion de femmes qui se situent en-deçà du seuil critique de 18,5 kg/m 2 varie de façon importante selon les caractéristiques socio- démographiques des femmes (tableau 8.6). Les écarts les plus manifestes sont ceux qui concernent le milieu de résidence. En effet, 4 % seulement des femmes d'Abidjan contre 10 % de celles de la Savane Rurale se situent en-deçà de 18,5 kg/m 2 sont donc atteintes de sous-nutrition aiguë. On observe également de fortes variations selon l'âge, la proportion de femmes atteintes de sous-nutrition passant de 6 % chez les plus jeunes 115-19 ans) à 10 % chez les femmes les plus âgées (35-49 ans). Du point de vue du niveau d'instruction, les écarts sont moins importants : près de 9 % de femmes sans instruction se situent en-dessous de 18,5 k/m 2, contre 6 % des femmes ayant de l'instruction. On notera enfin, que les femmes de religion traditionnelle et sans religion (respectivement I 1 et 10 %) sont beaucoup plus fréquemment en-dessous du seuil critique que les femmes des autres religions, en particulier que celles de religion protestante (4 %). Tableau 8.5 Indicateurs anthro- pométriques de l'état nutritionnel des mères Distribution (en %), moyenne et écart type de la taille, du poids et de l'Indice de masse Corporelle (IMC) pour les femmes ayant eu, au moins, une naissance durant les trois années ayant précédé l'enquête, EDS Céte d'Ivoire 1994 Indicateur Total Taille des femmes (cm) 130.0 134,9 0.0 135,0 139,9 0,1 140,0-144,9 0,6 145,0-149,9 5,0 150,0-154,9 17,8 155,0-159,9 33,5 160,0-164,9 26,5 165,0-169,9 11,9 170.0 174,9 2,6 175,0-179,9 0,5 >= 180,0 0.1 NI) 1,3 Total 100,0 Effectif de femmes 3 556 'raille moyenne 158,9 Ecal t type 5,9 Poids des femmes (kg} 35,0 39,9 0,9 40,0-49,9 25,5 50,0-59,9 48,2 60,0 69,9 17,3 >= 70,0 6,8 ND 1,3 Total 100,0 Effi~ctif de femmes 2 983 Poids moyen 55.9 écart type 10,0 IMC des femmes tkg/m 2) 12,0-15,9 (Sévère) 0,3 16,0 16,9 (Modéré) 1,4 17,0 18,4 (Léger), 6,0 18,5-20,4 (Normal) 24.6 20,5-22,9 (Normal) 37,9 23,0-24,9 (Normal) 14,8 25,0 26,9 (Surpoids) 6,3 27,0 28,9 (Surpoids) 3,1 29,0 29,9 (Surpoids) 1,2 >= 30,0 (Obèse) 2,9 ND 1,5 Total 100,0 Effec6f de femmes 2 983 1MC moyen 22,1 écart type 3,4 L IMC est calculé en divisant le poids (en kilos) par le carré de la taille (en mètres) : il s'exprime donc en kg/m 2. 140 Tableau 8.6 Indicateurs anthropom6triques des mères par caract6ristiques socio-démographiques Pour les mères d'enfants de moins de trois ans, taille moyenne et pourcentages de celles dont la taille est inf6rieure h 145 centimètres, Indice de Masse Corporelle (IMC) moyen et pourcentages de celles dont I'IMC est inférieur ~ 18,5 kg/m 2, selon certaines caractéristiques socio-d6mographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Caract6ristique Taille Poids-pour-taille J Pour- IMC Pour- Effectif eentage Effectif moyen centage de Moyenne <145 cm de m~res (kg/m 2) <18,5 m~res Åge de la femme 15-19 158,2 0,9 499 21,6 6,4 20 24 159,1 0,8 872 21,7 7,2 25-29 159,1 0,9 909 22,3 7,5 30-34 159,3 0,6 667 22,3 8,3 35-49 158,6 0,6 562 22,4 10,1 Milieu de r~sidenee Abidjan 159,5 0,3 553 23,8 4,1 For~t Urbaine 159,2 0,4 365 22,6 5,6 Savane Urbaine 159,4 0,8 275 22,7 8,6 Ensemble urbain 159,4 0,4 1 193 23,2 5,6 For~t Rurale 158,7 0,9 1 568 21,6 8,6 Savane Rurale 158,5 1,0 749 21,2 10,2 Ensemble rural 158,7 0,9 2 317 21,5 9,1 Niveau d'instruction Aucun 159,0 0,9 2 329 21,9 8,7 Primaire 158,6 0,6 868 22,3 6,4 Secondaire ou plus 159,5 0,0 313 23,2 6,1 Religion Catholique 158,4 0,5 692 22,3 8,4 Protestante 158,3 0,7 613 22,3 3,6 Musulmane 159,9 0,6 1 228 22,3 7,6 Sans religion 158,5 0,9 757 21,6 10,3 Traditionnelle 158,2 2,5 220 21,2 I 1,2 422 710 742 549 517 486 314 230 030 285 625 910 950 728 262 592 501 040 618 189 Ensemble 158,9 0,8 3 510 22,1 7,9 2 939 i Sont exclues les femmes enceintes et celles ayant eu un enfant dans les deux mois ayant pr6cédé l'enquête. 141 CHAPITRE 9 MORTALITÉ DES ENFANTS Monique Barrère et Prosper Poukouta Les niveaux, tendances et caractéristiques de la mortalité des enfants sont fonctions des conditions sanitaires, environnementales, socio-économiques et culturelles qui prévalent dans une population et dans les diverses couches sociales de cette population. C'est pourquoi, le niveau de mortalité des enfants est souvent considéré comme un des meilleurs indicateurs du niveau de développement d'un pays. La connaissance de la mortalité des enfants est donc indispensable, non seulement, aux spécialistes des questions de population, mais aussi aux responsables de mise en place des programmes de santé et de développement socio-économique. C'est dans cette perspective que s'inscrit l 'un des principaux objectifs de I'EDSCI : collecter des informations sur la mortalité des enfants selon les caractéristiques socio- économiques et démographiques de la mère. 9.1 MÉTHODOLOGIE ET QUAL ITÉ DES DONNÉES Les indicateurs de mortalité présentés dans ce chapitre sont calculés à partir d'informations sur l'historique des naissances recueillies dans le questionnaire femme. Dans la Section 2 du questionnaire, l'enquêtrice enregistre toutes les naissances de la femme, en précisant le sexe, l 'âge et l'état de survie. Pour les enfants décédés, l'enquêtrice enregistre également l'âge au décès. L'estimation de la mortalité à partir de l'historique des naissances présente, à la fois, des limites d'ordre méthodologique et des risques d'erreurs d'enregistrement. En premier lieu, dans ce type d'approche rétrospective, on collecte des informations sur le passé (ici, la mortalité des enfants) auprès de personnes vivantes au moment de l'enquête (ici, les femmes de 15-49 ans). On n'a donc aucune information sur la survie ou le décès d'enfants dont la mère est actuellement décédée : dans le cas où ces enfants, « orphelins de mère », seraient en nombre important ~ et où leur mortalité serait différente des enfants dont la mère survit (ce qui est certainement le cas), les niveaux de mortalité s'en trouveraient affectés. En outre, en limitant la collecte des données aux seules femmes de 15-49 ans, les informations découlant de l'historique des naissances ne sont pas complètement représentatives des différents intervalles de la période passée. Si, pour les cinq années précédant l'enquête, la presque totalité des naissances (et de la mortalité infanto-juvénile qui peut s'ensuivre) sont issues de femmes de 15-49 ans à l'enquête, il n'en est pas de même pour les intervalles plus anciens : pour la période 10-14 ans avant l'enquête, par exemple, nous ne disposons d'aucune information sur les naissances issues de femmes de 40-49 ans à cette époque. Du point de vue de la collecte proprement dite, comme cela a été précisé au Chapitre 3 (Fécondité), la validité des données peut être affectée par : 1) le sous-enregistrement des évènements, en particulier l'omission d'enfants qui meurent très jeunes, quelques heures ou jours après la naissance, peut induire une sous-estimation de la mortalité; en outre, si ce sous-enregistrement était d'autant plus important que la période de Selon les résultats de l'enquête ménage, 1 pour cent des enfants de moins de 5 ans survivants et identifîés dans les ménages étaient orphelins de mère. 143 référence est éloignée de la date de l'enquête, les tendances observées des niveaux de mortalité s'en trouveraient affectées. Une technique d'évaluation succincte du sous-enregistrement des décès des très jeunes enfants consiste à calculer la proportion d'enfants décédés entre 0 et 6 jours par rapport aux décès survenus au cours du premier mois. Comme, généralement, la mortalité diminue rapidement au cours de l'enfance, on s'attend à ce que cette proportion augmente avec une diminution de la mortalité d'ensemble des enfants et une proportion inférieure à 60 % indiquerait un sous-enregistrement important des décès précoces. Dans le cas de I'EDSCI, les proportions varient d'un minimum de 63 %, 15-19 ans avant l'enquête, à un maximum de 75 % pour la période la plus récente (tableau 9.1), ce qui semble indiquer qu'il n'y a pas eu de sous- enregistrement important des décès précoces. Une faible proportion de mortalité néonatale par rapport à la mortalité infantile est également utilisée pour estimer l'importance de la sous- déclaration des décès de jeunes enfants. Comme on peut le constater au tableau 9.1, selon la période quinquennale considérée, les proportions se situent à un niveau acceptable, variant de 50 à 57 %, et ne mettent en évidence aucune sous-estimation importante des décès. Tableau 9.1 Indices pour évaluer le sous-enregistrement des décès d'enfants Pourcentage de décès néonatals survenus aux figes 0-6 jours et pourcentage de décès de moins d'un an survenus durant le premier mois, par période quinquennale précédant l'enqu&e, EDS Côte d'Ivoire 1994 Nombre d'années précédant l'enqu&e Pourcentage de décès 0-4 5-9 10-14 15-19 0-19 Pourcentage de décès néonatals survenus à 0-6 jours (mortalité néonatale précoce) Pourcentage de décès d'enfants de moins de 1 an survenus avant l'åge d'un mois (mortalité néonatale) 74,6 68,2 69,0 63,0 69,2 49,6 57,3 53,4 48,7 52,8 2) les déplacements différentiels de dates de naissance des enfants, selon qu'ils sont vivants ou décédés. Ces déplacements qui n'affectent pas les niveaux de mortalité de l'ensemble de la période rétrospective considérée, peuvent entraîner une sous-estimation de la mortalité d'un intervalle (par exemple, 0-4 ans avant l'enquête), et par conséquent une surestimation de la mortalité de l'intervalle précédant (par exemple, 5-9 ans avant l'enquête). À l'Annexe D, le tableau D.4 fournit la distribution des naissances, selon leur état de survie, par année de naissance. Comme on l'a précisé au Chapitre 3 (Fécondité), le « rapport de naissances annuelles » semble indiquer un manque de naissances en 1991, et un surplus en 1990. Ces déplacements semblent plus prononcés pour les enfants décédés, nés en sous-nombre en 1991 (rapport = 52,1 < 100) et en surnombre en 1990 (rapport = 173,5 < 100) mais aussi en 1992 (rapport = 136,8 > 100). Cependant, les niveaux de mortalité étant calculés par période quinquennale, soit 1989-1994 pour la plus récente, ils ne devraient pas être affectés de façon significative par ces transferts, qui se produisent à l'intérieur de l'intervalle de référence. 144 3) l'imprécision des déclarations d'âge au décès, en particulier, l'attraction de 12 mois comme âge au décès 2, en transformant une partie des décès de jeunes enfants (moins de 12 mois) en décès d'enfants plus âgés (12 à 59 mois), peut engendrer une sous-estimation de la mortalité infantile et, par contre-coup, une surestimation de la mortalité juvénile, la mortalité globale des moins de cinq ans n'étant que très peu affectée. À l'Annexe D, les Tableaux D.5 et D.6 fournissent la distribution des décès par âge au décès (jours, mois et années). On remarquera que, pour l'ensemble de la période 0-19 ans avant l'enquête, à peu près le même nombre d'enfants seraient morts à 12 mois (91 décès) qu'aux âges 11 et 13 mois encadrants (106 décès): l'attraction pour l'âge au décès 12 mois est nette, mais trop négligeable pour affecter réellement les niveaux de mortalité infantile et de mortalité juvénile 3. Finalement, les limites méthodologiques, inhérentes à l'historique des naissances et, comme nous venons de le voir, les risques d'erreurs ou d'imprécisions de collecte n'induisent généralement qu'une très faible marge d'erreur dans les mesures des événements récents (Sullivan et al., 1990) : dans le cadre de cette analyse, on n'a donc procédé à aucun ajustement des données. 9.2 NIVEAUX ET TENDANCES À partir des informations recueillies dans l'historique des naissances, on calcule les indicateurs suivants : quotient de mortalité néonatale (NN) : probabilité de décéder avant d'atteindre un mois; quotient de mortalité post-néonatale (PNN) : probabilité de décéder après la période néonatale, mais avant le premier anniversaire; quotient de mortalité infantile ( lqo) : probabilité de décéder avant le premier anniversaire; quotient de mortalité juvénile (4ql) : probabilité de décéder après le premier et avant le cinquième anniversaire; quotient de mortalité infanto-juvénile (sqo) : probabilité de décéder avant le cinquième anniversaire. Le tableau 9.2 présente ces différents quotients de mortalité pour les vingt dernières années, divisées en quatre périodes quinquennales. Durant la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête, soit 1989-1994), près d'un enfant sur 7 (150 °/oo) est décédé avant d'atteindre son cinquième anniversaire : sur 1 000 naissances, 89 sont décédées avant l'âge d'un an, et sur 1 000 enfants atteignant leur premier anniversaire, 67 sont décédés avant d'atteindre cinq ans. Avant l'âge d'un an, la probabilité de décéder durant le premier mois d'existence (42 °/o,,) est légèrement inférieure à celle de mourir entre le premier et le douzième mois exacts (47 °/oo). 2 Pour essayer de minimiser I' attraction de certains âges (en particulier, un an) les enqu&rices devaient enregistrer en jours, les décès de moins d'un mois, en mois, les décès de moins de deux ans, et en années les décès survenus à deux ans et plus. 3 A titre indicatif, un ajustement des données par le transfert d'une partie des décès déclarés à 12 mois à ceux déclarés à moins de 1 an conduirait, pour la période 0-19 ans avant l'enquête, à une mortalité infantile supérieure d'environ 2 %. 145 Tableau 9.2 Mortalité. des enfants de moins de cinq ans Quotients de mortalité nronatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infanto-juvénile par périodes de 5 ans précédant l'enqurte, EDS Côte d'Ivoire 1994 Nombre Mortalité Mortalité d'années Mortalité post- Mortalité Mortalité infanto- précédant néonatale néonatale infantile juvénile juvénile l'enquête (NN) (PNN) (iq0) («ql) (sq0) 0-4 42,0 46,5 88,5 66,9 149,5 5-9 53,4 40,5 93,9 62,0 150,1 10-14 55,7 49,1 104,8 57,7 156,5 15-19 54,6 58,2 112,8 76,7 180,8 Les données du tableau 9.2, représentées au graphique 9.1 permettent de retracer l'évolution de la mortalité infantile et juvénile au cours des vingt dernières années. Les résultats de I'EDSCI pour la période rétrospective la plus ancienne (15-19 ans avant l'enquête, soit autour de l'année 1976) sont très voisins des résultats de I'EIF pour sa période rétrospective la plus récente (autour de l'année 1977) : le quotient de mortalité infanto-juvénile est estimé par I'EDSCI à 181%o autour de 1976, contre 176 °/oo autour de 1977 selon I'EIF. De même pour la période 5-9 ans avant l'enquête ( centrée sur l'année 1987), les probabilités de décéder avant un an et avant cinq ans, estimées par I'EDSCI sont proches de celles du RGPH 88 (pour la période 1981-1988). En effet, les quotients de mortalité infantile et infanto-juvénile Graphique 9.1 Tendances de la mortalité des enfants de moins de 5 ans, selon I'EIF 1980-81, le RGPH 1988 et I'EDSCI 1994 Décès pour 1 000 200 180 160 140 120 100 80 60 40 74 ~ ~ ~ ~ 5q0 . . . . - - - - . . . . . . . . EDSCI X lq0 EDSCI EDSCI i i 79 84 8g Année 94 146 sont respectivement de 100 °/oo et de 150 °/oo( pour l'ensemble du pays) à I'EDSCI contre 97 O/oo et 150 0/oo au RGPH 88. Il semble donc que, quelle que soit la période rétrospective, les omissions de décès aient ét~ peu nombreuses au cours de I'EDSCI et que les quotients de mortalité calculés reflètent bien les niveaux de mortalité des enfants ivoiriens. Entre 1976 et 1991 (années centrales des périodes 15-19 ans et 0-4 ans avant l'enquête), la mortalité infantile a sensiblement diminué, passant de 113 °/oo à 89 °/o,,. Au cours de la même période, la mortalité juvénile a connu, tout d'abord, une baisse, passant de 77 °/oo autour de l'année 1976 à 58 °/oo autour de 1981, pour, ensuite, augmenter légèrement et atteindre récemment 67 °/oo. Cette tendance observée à travers les données rétrospectives de I'EDSCI est corroborée par les données estimées à partir de I'EIF et du RGPH 88 : la mortalité infanto-juvénile a baissé de l'ordre de 15 %, passant de 176 décès pour 1000 naissances en 1975-1979 (EIF) à 150 décès pour 1000 naissances en 1981-1988 (RGPH). La baisse a été beaucoup plus sensible chez les enfants de moins d'un an (18 %) que chez les enfants de 1 à 4 ans (9 %). Par ailleurs, la baisse de la mortalité au cours de la période 1984-1994 (EDSCI) s'est poursuivie chez les enfants de moins d'un an à un rythme ralenti (6 %). À l'opposé, la tendance s'est inversée chez les enfants âgés de 1 à 4 ans : la mortalité a augmenté d'environ 10 % au cours des dix dernières années ayant précédé I'EDSCI. Conséquence de cette augmentation de la mortalité entre 1 et 5 ans, la mortalité infanto-juvénile n'a que très peu baissé au cours des 15 deruières années et s'est maintenue au même niveau (150 %o) au cours des dix dernières années. L'augmentation de la mortalité juvénile observée au cours des années récentes peut, en partie, s'expliquer par la dégradation de la situation économique du pays qui touche, en premier lieu, les populations les plus vulnérables. Dès qu'ils ne sont plus allaités, les jeunes enfants sont particulièrement exposés aux risques de sous-nutrition et d'infection (voir Chapitre 8 - Allaitement, nutrition et état nutritionnel) directement liés aux conditions économiques, sanitaires et environnementales. Par ailleurs, il est probable que le développement de l'épidémie du sida ait eu pour effet une augmentation du niveau de la mortalité des enfants : directement, parce que certains enfants sont morts de cette maladie et, indirectement, parce que, au niveau familial, certains enfants ont connu une dégradation de leur condition de vie (maladie des parents avec toutes ses conséquences sociales et économiques) et parce que, au niveau national, ils sont aussi victimes de la détérioration de la situation sanitaire résultant de la dégradation de la situation économique. 9.3 MORTAL ITÉ D IFFÉRENTIELLE ET GROUPES À HAUTS R ISQUES Le tableau 9.3 présente les différents quotients de mortalité des enfants selon certaines caractéristiques socio-démographiques de la mère, pour la période de dix ans précédant l'enquête (1984- 1994). La référence à une période de dix ans est utilisée ici pour pouvoir disposer, pour chaque sous- groupe de population, d'un nombre d'événements statistiquement suffisants au calcul des différentes probabilités. Le graphique 9.2 illustre les niveaux de mortalité infanto-juvénile selon le milieu de résidence et le niveau d'instruction de la mère. La mortalité infantile est relativement plus faible en Abidjan (72 °/oo) et en milieu urbain (74 °/oo en Forêt Urbaine et 82 °/oo en Savane Urbaine) qu'en milieu rural (100 %o). Après le premier anniversaire, les écarts de mortalité selon le milieu de résidence sont plus prononcés : sur 1 000 naissances survivantes au premier anniversaire, 49 décèdent avant le cinquième anniversaire en milieu urbain contre 73 en milieu rural. Dans l'ensemble, la mortalité infanto-juvénile est près de 40 % plus élevée en milieu rural (165 0/0o) qu'en milieu urbain (115 0/oo en Abidjan, 127 °/oo en Forêt Urbaine et 122 °/oo en Savane Urbaine). 147 Tableau 9.3 Mortalit6 des enfants par caractêristiques de la m~:re Quotients de mortalit6 n6onatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infanto-juvênile pour la période de 10 ans précédant l'enquête, par caractéristiques socio-dêmogra- phiques de la mère. EDS Côte d'Ivoire 1994 Caract6ristique Mortalit~ Mortalité Mortalité post- Mortalité Mortalité infanto- n6onatale n6onatale infantile juv6nile juvénile (NN) (PNN) (tq0) (4q,) (~q0) Milieu de résidence Abidjan 42,2 29.8 72.1 46.5 115,2 Forêt Urbaine 40,1 33,4 73.5 57.8 127,1 Savane Urbaine 45.6 36,2 81.8 43,4 121.6 Ensemble urbain 42.4 32,4 74.7 49,1 120.2 Forêt Rurale 45,1 51,6 96,6 74,7 164,1 Savane Rurale 61,4 44,7 106,2 68,6 167,5 Ensemble rural 50,4 49,3 99,7 72,7 165,2 Niveau d'instruction de la mère Aucun 52,3 46,5 98,8 68,9 160,9 Primaire 35,9 42,2 78,1 61,3 134,6 Secondaire ou plus 39,2 21,8 61.0 33.7 92.6 Religion Catholique 40. I 31,3 71,4 55,2 122.7 Protestante 40.4 48,0 88,5 69.1 151,5 Musulmane 53,1 38.7 91,8 65,0 150.8 Sans religion 47,0 55.9 103,0 68,7 164,6 Traditionnelle 60.6 53.3 113,8 64,0 170,5 Soins prénatals et assistance à l'accouchement 1 Ni l'un ni l'autre (45,4) (82,3) (127,8) * * L'un ou l'autre 25,6 44,1 69,8 * * Les deux 31,2 37,3 68,5 * * Ensemble 47.7 43,6 91.3 64,5 149.9 Note : Les quotients calculés sur 250-499 cas (personnes exposêes) figurent entre parenthèses. * Pas d'information disponible 1 Quotients pour la pêriode de trois ans précédant l'enquête Malgré ces différences de mortalité observées selon le milieu de résidence, il semblerait que, au cours des 15 dernières années, la mortalité ait baissé en milieu rural (iq0 passant de 121%0 en 1975-1979, d'après I'EIF, à 108 °/oo en 1981-1988, d'après le RGPH 88 et à 100 °/oo en 1984-1994 d'après I'EDSCI, et 5q0 passant de 182 O/oo, à 171 °/oo et à 165 °/oo pendant les mêmes périodes) alors que la mortalité des enfants d'Abidjan se situerait pour la période la plus récente (1984-1994) au même niveau qu'il y a 15 ans (~q0 passant de 70 °/oo en 1975-1979, d'après I'EIF, à 64 °/oo en 1981-1988, d'après le RGPH 88 et à 72 °/oo en 1984-1994 d'après I'EDSCI, et 5q0 passant de 117 O/oo, à 90 °/oo et à 115 °/oo pendant les mêmes périodes). Bien que des analyses plus approfondies soient nécessaires pour le confirmer, il semblerait même que la mortalité des enfants de la capitale économique de Côte d'Ivoire ait augmenté au cours des cinq dernières années, et que ce changement de tendance de mortalité en Abidjan soit la cause principale 148 Graphique 9.2 Mortalité infantile et juvénile, selon les caractéristiques de la mère R~SIDENCE Abidjan For~t Urba ine Savane Urbaine For6t Rurale Savane Rurale , I I I INSTRUCTION Aucune . . . . . Primaire ~ I Seconda i re ou + [ i i 0 20 40 60 80 D~cès pour 1 000 i 100 ~20 Mortalit6 i r-] Infantile I EDSCI 1994 de l'augmentation récente de la mortalité juvénile observée précédemment au niveau national. Si cela se confirmait, les hypothèses avancées plus haut pour expliquer cette augmentation de la mortalité s'en trouveraient renforcées, dans la mesure où la dégradation de la situation économique et la propagation de l'épidémie du sida ont, très certainement, touché plus directement la population d'Abidjan que celle du reste du pays. Les enfants dont la mère est sans instruction ont une probabilité de mourir avant un an (99 °/oo) une fois et demie plus élevée que celle des enfants dont la mère a un niveau d'instruction secondaire ou supérieur (61 °/oo). Cette différence de mortalité est encore plus nette pour les enfants survivants à un an, puisque leur probabilité de mourir avant cinq ans est plus de deux fois plus élevée quand leur mère n'a aucun niveau d'instruction (69 °/oo) que lorsqu'elle a atteint le secondaire (34 °/oo). Le niveau de mortalité des enfants dont la mère a atteint le niveau d'instruction primaire (135 '7°° pour 5q0) se situe à mi-chemin entre le niveau de mortalité des enfants de femmes sans instruction (161 °/oo entre 0 et 5 ans) et celui des enfants des mères les plus instruites (93 °/oo). Les meilleures conditions de vie, d'hygiène et d'alimentation, mais surtout le recours plus important aux services de santé des femmes instruites (voir Chapitre 7 - Santé de la mère et de l'enfant) expliquent l'essentiel de ces différences de mortalité. La dernière caractéristique présentée au tableau 9.3 concerne les soins prénatals et l'assistance à l'accouchement. Lorsque la mère n'a fait aucune visite prénatale pendant sa grossesse et n'a pas été assistée par du personnel médical lors de r accouchement, son enfant court un risque de décéder de 128 °/oo avant d'atteindre son premier anniversaire, contre 69 °/oo pour un enfant dont la mère a été en consultation prénatale et a été assistée lors de l'accouchement par un professionnel de la santé. 149 Le tableau 9.4 et le graphique 9.3 présentent les quotients de mortalité pour la période de dix ans précédant l 'enquête selon certaines caractéristiques biologiques des mères et des enfants. Entre la naissance et le cinquième anniversaire, la mortalité des enfants de sexe masculin est, comme dans la majorité des populations, légèrement plus élevée que celle des enfants de sexe féminin : sur 1 000 garçons, 163 n'atteignent pas le cinquième anniversaire, alors que ce rapport est de 137 pour 1 000 filles à la naissance. Cette différence de mortalité entre les sexes se produit lors du premier mois d'existence (mortalité néonatale) et entre 1 et 5 ans (mortalité juvénile) alors que la mortalité post-néonatale diffère peu (46 °,1oo pour les garçons contre 42 O/oo pour les filles). Tableau 9.4 Mortalité des enfants par caractéristiques démographiques de la m~re et des enfants Quotients de mortalité n¢onatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infanto-juvénile pour la période de 10 ans précédant l'enquéte, par caractéristiques démographiques de la m~re et des enfants, EDS Côte d'Ivoire 1994 Mortalité Mortalité Mortalité post- Mortalité Mortalité infanto- Caractéristique néonatale néonatale infantile juvénile juvénile démographique (NN) (PNN) (iq0) (4q0 (sq0) Sexe Masculin 53,6 45,6 99,2 70,9 163,0 Féminin 41,6 41,5 83,2 58,2 136,5 Åge de la mère à la naissance Moins de 20 ans 59,8 59,5 119,4 72,2 182,9 20-29 ans 37,1 39,6 76,7 63,7 135,5 30-39 ans 56,6 36,8 93,5 59,9 147,8 40-49 ans (66,2) (46,6) (112,8) (63,2) (168,9) Rang de naissance 1 61,5 51,4 112,9 70,1 175,1 2-3 35,7 40,3 76,0 66,4 137,4 4-6 38,3 41,3 79,6 58,6 133,5 7 ou plus 71,2 44,5 115,8 65,6 173,7 Intervalle avec la naissance précédente Moins de 2 ans 72,9 68,0 140,9 77,7 207,6 2-3 ans 34,6 32,3 66,9 62,2 124,9 4 ans ou plus 28,7 29,8 58,6 39,2 95,4 Grosseur à la naissance 1 Très petit (65,9) (71,9) (137,8) * * Petit (38,0) (57,0) (95,0) * * Moyen ou gros 26,3 43,7 70,0 * * Note : Les quotients calcul~es sur 250-499 cas (personnes exposées) figurent entre parentbèses. * Pas d'information disponible 1 Quotients pour la période de trois ans précédant l'enqu8te Par ailleurs, il ressort de ce même tableau que les bébés très petits (y compris les prématurés) ont une mortalité beaucoup plus élevée que les bébés petits, moyens ou gros. Sur 1 000 enfants de très petite taille à la naissance, 66 n'atteignent pas la fin du premier mois d'existence, et 138 n'atteignent pas leur 150 Graphique 9.3 Mortalité infantile et comportement en matière de procréation ÅGE DE LA MiRE Moins de 20 ans 20-29 ans 30-39 ans 40-49 ans ~ RANG DE NAISSANCE 1 2-3 4-6 INT. INTERG I ] 0 20 40 60 00 100 120 140 160 D6CêS pour 1 000 ( lq0) EDSCI1994 premier anniversaire. Pour ces enfants, les probabilités de mourir durant le premier mois et au cours de la première année d'existence sont deux fois supérieures à celle des enfants moyens ou gros à la naissance (respectivement 66 °/oo contre 26 °/oo et 138 °/oo contre 70 °/oo). Les trois autres caractéristiques décrivant les niveaux de mortalité et présentées au tableau 9.4 et au graphique 9.3 concernent le comportement procréateur, à savoir l'âge de la mère à la naissance de l'enfant, le rang de naissance et l'intervalle par rapport à la naissance précédente. En ce qui concerne l'âge de la mère, les risques de décéder les plus élevés sont observés chez les enfants nés de mères en début de vie reproductive (moins de 20 ans) : en particulier, le risque de décéder avant l'âge d'un an est plus d'une fois et demie plus élevé pour un enfant né d'une mère âgée de moins de 20 ans (119 %°) que pour un enfant né d'une mère appartenant au groupe d'âges 20-29 ans (77 °/oo). Selon le rang de naissance, les quotients de mortalité infanto-juvénile sont, comme il fallait s'y attendre, élevés pour le rang un (175 °/oo), ils baissent nettement pour les rangs suivants (137 et 134 °/oo pour les rangs 2 à 6), pour remonter ensuite pour les enfants de rangs les plus élevés (174 °/oo pour les rangs 7 et plus). La durée de l'intervalle intergénésique appara~ comme étant le facteur qui influe le plus nettement sur les niveaux de mortalité des enfants. Les intervalles de moins de deux ans, qui réduisent chez la femme le degré de récupération de ses capacités physiologiques, entraînent une mortalité néonatale (73 %°) plus de deux fois plus élevée que celle estimée pour les naissances qui suivent leur aîné de 2-3 ans (35 °/oo) et près de trois fois plus élevée que celle estimée pour les naissances qui suivent leur aîné de 4 ans ou plus (29 %o). La mortalité post-néonatale est également réduite de plus de moitié lorsqu'une naissance suit la précédente de 2-3 ans ou de 4 ans ou plus (respectivement, 32 et 30 %o) par rapport à 151 la naissance dont l'intervalle intergénésique précédent est inférieur à 24 mois (68 %o). Globalement, la mortalité infantile est réduite de plus de moitié lorsque les naissances surviennent plus de quatre ans après la naissance précédente (59 °/oo) par rapport aux naissances dont les intervalles sont inférieurs à 24 mois (141 °/oo). La mortalité différentielle selon ces trois caractéristiques met en évidence les risques importants que fait courir aux enfants une fécondité élevée, caractérisée par des naissances précoces, de rangs élevés et par des intervalles intergénésiques très courts. Le tableau 9.5 présente une classification des naissances des cinq demières années selon les catégories à hauts risques auxquelles elles correspondent : les naissances de rang 1 qui présentent un risque élevé de mortalité, mais qui sont inévitables sauf lorsqu'elles sont issues de jeunes mères (âgées de moins de 18 ans). On a donc isolé les naissances de rang 1 et de mères de 18 ans ou plus; les naissances issues de mères appartenant à une seule catégorie à haut risque : âge de procréation précoce (moins de 18 ans) ou tardif (35 ans ou plus), intervalle intergénésique court (moins de 24 mois) et rang élevé de naissance (supérieur à 4); les naissances correspondant à une combinaison de catégories de risque selon l'âge de la mère à la naissance, l'intervalle intergénésique et le rang de naissance; et, enfin, les naissances ne correspondant à aucune catégorie à hauts risques définie ci-dessus. Au regard du tableau 9.5, il ressort que 34 % des naissances des cinq années ayant précédé l'enquête ne correspondent à aucune catégorie à hauts risques identifiés, 11% correspondent à des risques élevés parce qu'elles sont de rang un, mais elles sont inévitables, 37 % correspondent à des catégories à haut risque unique et 18 % correspondent à des catégories à hauts risques multiples. Pour évaluer le risque supplémentaire de décéder que font courir aux enfants certains comportements procréateurs des mères, des « rapports de risques » ont été calculés, en prenant comme référence les naissances n'appartenant à aucune catégorie à hauts risques. Le rapport de risque est donc le rapport de la proportion d'enfants décédés dans chaque catégorie à hauts risques, à la proportion d'enfants décédés dans la catégorie sans risque. Les naissances de rang l ne sont pas évitables mais, même lorsqu'elles n'interviennent pas à un âge trop précoce, c'est-à-dire avant 18 ans, elles apparaissent ici comme étant des naissances à risque puisque le risque de décéder pour un enfant de rang 1 et dont la mère a 18 ans ou plus est supérieur de 71% à la catégorie de référence. Un enfant appartenant à une catégorie quelconque à hauts risques unique (non compris les enfants de rang 1 et de mère de 18 ans et plus) court un risque de décéder 1,61 fois supérieur à un enfant n'appartenant à aucune catégorie à hauts risques. La fécondité précoce apparaît ici comme étant un facteur important de risque puisque les enfants issus de ces jeunes femmes courent un risque 1,97 fois plus important de décéder que les enfants de la catégorie de référence. De même, un enfant né rapidement après son aîné (moins de 24 mois après) court un risque de décéder plus de 2 fois plus important (2,06) que la catégorie de référence. Mais ce sont les enfants appartenant à la catégorie de hauts risques multiples qui sont les plus exposés, puisque leur mortalité est de 1,78 fois plus élevée que celle des enfants n'appartenant à aucune catégorie à risque; les enfants de rang supérieur à 4 et avec un intervalle intergénésique court sont particulièrement exposés. 152 Tableau 9.5 Comportement procréateur à hauts risques Répartition (en %) des enfants n6s au cours des cinq annres ayant précrd6 l'enquête, rapport de risque, et répartition (en %) des femmes actuellement en union, h risque de concevoir un enfant å hauts risques de mortalité, selon les catrgories à hauts risques de mortalitr, EDS C6te d'Ivoire 1994 Catrgories à hauts risques Naissances dans les 5 dernières années Pourcentage de femmes Pourcentage Rapport actuellement de naissances de risques en union a Dans aucune catégorie à hauts risques Haut risque inévitable Rang (RG) 1 et âge >=18 ans Un seul haut risque A ge < 18 ans Age > 34 ans Intervalle intergrn~sique (IN) < 24 mois RG>4 Ensemble des hauts risques simples H^auts risques multiples Age< 18 et IN < 24 A ge> 34 et IN < 24 Age> 34 et RG >4 IN < 24 et RG >4 Age > 34 et IN < 24 et RG > 4 Ensemble des hauts risques multiples Ensemble des catégories à risques Total Effectif 34,1 1,00 24,1 b 10,6 1,71 6,3 10,7 1,97 1,6 0,8 - 5,5 7,4 2,06 I 0,9 18,1 1,25 14,2 37,0 1,61 32,2 0,8 * 0,6 0,1 * 0,3 9,3 1,06 22,2 5,8 2,40 10,0 2,3 (3,02) 4,4 18,2 1,78 37,4 55,2 1,67 69,6 100,0 100,0 6 759 5 271 Note : Le rapport de risques est le rapport de la proportion d'enfants drcédés dans les 5 dernières annres dans chaque catrgorie b. risques, ~ la proportion d'enfants décédrs dans aucune catégorie à hauts risques. * Les ratios sont basés sur trop peu de cas et ont 6t6 supprimés. ( ) Bas6s sur moins de 200 cas. a Les femmes sont classées dans les catégories à hauts risques selon le statut qu'elles auraient ~ la naissance de l'enfant, si l'enfant 6tait conçu au moment de l'enqu&e: âge infrrieur h 17 ans et 3 mois ou plus âg6 que 34 ans et 2 mois, la dernière naissance est nre dans les 15 derniers mois, et la dernière naissance était de rang 6 ou plus. b y compris les femmes stérilisées Ces résultats démontrent qu'un meilleur espacement des naissances n'a pas pour seule conséquence une réduction des niveaux de la fécondité, mais aussi une amélioration des chances de survie des enfants. À partir de cette analyse du comportement procréateur à hauts risques, on a essayé de déterminer la proportion de femmes actuellement en union qui, potentiellement, pourraient avoir un tel comportement. Pour cela, à partir de l'âge actuel des femmes, de l'intervalle écoulé depuis leur dernière naissance et du rang de leur dernière naissance, on détermine dans quelle catégorie se situerait la prochaine naissance, si chaque femme concevait un enfant au moment de l'enquête. Il s'agit donc d'une simulation ayant pour objectif de déterminer quelles proportions des futures naissances entreraient dans les catégories à risques, en l'absence de tout comportement régulateur de la fécondité. Il apparaît (tableau 9.5) que 24 % des enfants à naître seraient alors des enfants n'appartenant à aucune catégorie à hauts risques et que 70 % des enfants appartiendraient à une quelconque catégorie à hauts risques (simples ou multiples). Cette dernière proportion est supérieure à celle observée chez les enfants déjà nés (55 %). Cette simulation démontre une fois de plus la nécessité de mettre en place des mécanismes régulateurs de la fécondité dans le but de réduire les hauts risques de mortalité encourus par les jeunes enfants. 153 CHAPITRE 10 MORTALITÉ MATERNELLE Bernard Barrère et Monique Barrère 10.1 INTRODUCTION On estime qu'à l'heure actuelle, 99 % des décès dus à des causes maternelles se produisent dans les pays en voie de développement et, selon l'OMS, le taux de mortalité maternelle en Afrique de l'Ouest s'élèverait à 700 pour 100 000 ~. Étant donné l'importance de ce phénomène, au cours de I'EDSCI, on a collecté des informations sur la survie des soeurs; en utilisant des mêthodes d'estimation directe et indirecte (Graham et al., 1989; Rutenberg et al., 1990), ces informations permettent d'estimer le niveau de la mortalité maternelle en Côte d'Ivoire. Pour utiliser la méthode directe d'estimation de la mortalité maternelle, il faut disposer de données sur l'âge des soeurs survivantes et, pour les soeurs décédées, sur l'âge au décès et le nombre d'années écoulées depuis le décès. Pour des périodes de référence bien définies, les données sont agtégées pour déterminer le nombre de personnes-années d'exposition à la mortalité et le nombre de décès maternels survenus dans chaque période de référence. Les taux de mortalité maternelle sont alors directement estimés en divisant le nombre de décès dus à des causes maternelles par le nombre de personnes-années soumises à l'exposition. Le résultat de ce calcul donne la proportion de soeurs, parmi toutes les soeurs de l'enquêtée, qui sont décédées de causes dues à la maternité. Cette proportion peut alors être convertie en une mesure du risque de mortalité maternelle, comme cela sera expliqué plus loin. C'est une estimation non biais6e de la probabilité de décéder de cause maternelle, pourvu que le risque de décès soit identique pour toutes les soeurs (Trussell et Rodriguez, 1990). La méthode indirecte d'estimation de la mortalité maternelle ne nécessite aucune information sur l'âge au décès maternel et sur le nombre d'années écoulées depuis le décès maternel de la soeur. Cette méthode estime le risque, pour toutes les soeurs, de décéder pour causes matemelles sur la durée de la période de procréation. Étant donné que les estimations se réfèrent à la durée de vie des soeurs des enquêtées, elles ne s'appliquent pas à une période de temps bien délimitée, mais elles sont le reflet des conditions de mortalité qui correspondent à une période dont le milieu se situerait, approximativement, 12 ans avant l'enquête. 12.2 COLLECTE DES DONNÉES Le questionnaire utilisé pour la collecte des données sur la mortalité maternelle est présenté en Annexe (Section 8 du Questionnaire Femme). En premier lieu, on a demandé à chaque femme enquêtée la liste de tous ses frères et soeurs, c'est-à-dire tous les enfants que sa mère a mis au monde, en commençant par le premier-n~. On a demandé ensuite à l'enquêtée l'état de survie de ses frères et soeurs et, pour ceux qui étaient encore en vie, on lui a demandé leur âge. Pour ceux qui étaient décédés, on s'est informé sur le nombre d'années écoulées depuis le décès et sur l'âge au décès. Dans le cas où des réponses précises sur l'âge ou sur le nombre d'années écoulées depuis le décès ne pouvaient être obtenues, les enquêtrices étaient autorisées à accepter des réponses approximatives. Organisation Mondiale de la Santé, 1986. 155 Pour les soeurs décédées on a posé trois questions pour déterminer si le décès était en rapport avec la maternité : « Est-ce que [NOM DE LA SOEUR] est décédée pendant un accouchement ? » Dans le cas d'une réponse négative, on demandait alors : « Est-ce que [NOM DE LA SOEUR] est décédée dans les deux mois suivant la.fin d'une grossesse ou un accouchement ? » Dans le cas d'une réponse négative à cette deuxième question, on demandait alors : • « Est-ce que [NOM DE LA SOEUR] était enceinte quand elle est décédée ? » L'ensemble de ces décès sont considérés comme des décès maternels. Les questions ont été libellées pour encourager l'enquêtée à déclarer tout décès ayant suivi une grossesse, quelle qu'en soit l'issue et, en particulier, une grossesse ayant donné lieu à un avortement provoqué, alors qu'on ne posait aucune question directe à propos de ce type d'événement. 10.3 ÉVALUATION DE LA QUAL ITÉ DES DONNÉES Que l'on utilise la méthode d'estimation directe ou indirecte, l'estimation du niveau de mortalité maternelle nécessite des données exactes sur le nombre de soeurs de l'enquêtée, le nombre de celles qui sont décédées et le nombre de celles dont le décès est lié à la matemité. Il n'existe pas de procédure clairement définie pour établir la complétude des données recueinies par une enquéte rétrospective sur la survie des soeurs. L'estimation directe nécessite, en plus des données exactes sur la survie des soeurs, des données sur l'âge et sur le nombre d'années écoulées depuis le décès des soeurs, informations qui demandent des précisions que les enquêtées peuvent ne pas connaître. Le nombre de frères et soeurs déclaré par l'enqu~tée, et la complétude des données déclarées sur l'âge, l'âge au décès et le nombre d'années écoulées depuis le décès sont présentés au tableau 10.1. L'information concernant l'état de survie n'est manquante que pour 6 frères ou soeurs (0,01%). Par ailleurs, des données complètes ont été obtenues pour presque toute la fratrie: de la femme enquêtée, quel que soit l'état de survie. Pour la quasi totalité des frères et soeurs survivants (99,9 %), un âge a été déclaré et les informations apparaissent aussi complètes pour les frères que pour les soeurs. Pour les membres décédés de la fratrie, dans la très grande majorité des cas (97 %), on dispose d'informations, à la fois, sur l'âge au décès ainsi que sur le nombre d'années écoulées depuis le décès; le nombre de cas pour lesquels des informations sont manquantes (âge au décès et/ou année écoulée depuis le décès) ne varie qu'assez peu entre les frères et les soeurs (3,5 % contre 2 %). Plutôt que d'exclure des analyses suivantes les frères et soeurs pour lesquels certaines données sont manquantes, on a utilisé les informations concernant le rang de naissance des 2 Le termefratrie utilisé ici fait référence à l'ensemble des frères et soeurs de la femme enquêtée, issus de la même mère. 156 Tableau 10.1 Complétude de l'information sur les frères et soeurs Nombre de frère et soeurs déclarés par les enquétées et complétude des données déclarées concernant l'état de survie, l'âge, l'âge au décès et le nombre d'années écoulées depuis le décès, EDS C6te d'Ivoire 1994 Soeurs Frères Ensemble Frères et soeurs selon différentes variables Effectif % Effectif % Effectif % État de survie Survivants 18 272 Décédés 3 604 ND/Manquant 3 Total des frères et soeurs 21 879 Ålge des survivants Age déclaré lg 254 ND/Manquant 18 Total des survivants 18 272 Âge au décès et nombre d'années depuis le décès Age et nombre d'années déclarés Age au décès manquant Nombre d'années manquant Åge et nombre d'années manquant Total des décédés 83,5 18 257 81,1 36 530 82,3 16,5 4249 18,9 7852 17,7 0,0 3 0,0 6 0,0 I00,0 22 509 100,0 44 388 100,0 99,9 18 234 99,9 36 489 99,9 0,1 23 0,1 41 0,1 100,0 18 257 100,0 36 530 10o,0 3 533 98,0 4 100 96,5 7 632 97,2 7 0,2 12 0,3 19 0,2 38 1,1 57 1,3 95 1,2 26 0,7 80 1,9 106 1,3 3 604 100,0 4 249 100,0 7 852 100,0 freres et soeurs en conjonction avec d autres informations pour imputer une valeur aux données manquantes. Les données sur la survie des frères et soeurs, y compris les cas avec des valeurs imputées, ont ét~ utilisées dans le calcul direct des taux de mortalité des adultes et des taux de mortalité pour cause maternelle. Le nombre d'informations manquantes en ce qui concerne les dates n'est qu'un indicateur de la qualité d'ensemble des données. La complétude des informations de base, à savoir l 'omission possible de frères ou de soeurs, est beaucoup plus importante. Le tableau 10.2 présente différents tests permettant d'évaluer cette complétude. Tout d'abord, on s'attend à ce que, en moyenne, la date de naissance des enquêtées se situe au milieu des dates de naissance de sa fratrie. Si l 'année de naissance médiane des frères et soeurs est beaucoup plus tardive que celle des enquêtées, cela signifierait que les enquêtées ont systématiquement omis des frères et soeurs plus âgés, peut-être parce que certains d'entre eux sont décédés avant qu'el les ne soient nées. Dans le cas de la Côte d'Ivoire, l 'année médiane de naissance des frères et L'imputation est basée sur l'hypothèse selon laquelle l'ordre des frères et soeurs est correct. Premièrement, on a calculé une date de naissance pour chaque frère et soeur survivant dont on connaît l'âge et, pour chaque frère et soeur décédé pour lesquels on avait des informations complètes sur l'âge au décès et sur le nombre d'années écoulées depuis le décès. Pour les frères et soeurs pour lesquels ces données sont manquantes, on a imputé une date de naissance à l'intérieur de l'intervalle délimité par les dates de naissance des frères et soeurs "encadrants". Pour les frères et soeurs survivants, on a calculé un âge à partir de la date de naissance imputée. Dans le cas de frères et de soeurs décédés, si l'on disposait soit de 1' âge au décès, soit du nombre d'années écoulées depuis le décès, cette information a été combinée avec la date de naissance attribuée pour fournir l'information manquante. Si aucune des deux informations n'~tait disponible, la distribution de l'âge au décès des frères et soeurs dont on connaissait seulement l'âge au décès mais pas le nombre d'années écoulées depuis le décès a été utilisée comme base pour l'imputation de l'âge au décès. 157 soeurs est supérieure d'un an à celle des enquêtées (1969 contre 1968) 4 ce qui dénote une très légère sous- déclaration des frères et soeurs les plus âgés. Ces derniers étant plus susceptibles d'être décédés que les plus jeunes, cela pourrait entraîner une très légère sous- estimation de la mortalité d'ensemble. Cependant, du point de vue de la mesure de la mortalité maternelle, que tous les frères et soeurs soient déclarés n'est pas le plus important, par contre, il est crucial que les données soient aussi complètes que possible sur les sujets soumis au risque de mortalité maternelle, à savoir les soeurs en âge de procréation. Deux autres tests permettant d'évaluer la complétude de l'enregistrement des frères et soeurs figurent au tableau 10.2: il s'agit du rapport de masculinité à la naissance et de la taille moyenne de la fratrie. Pour l 'ensemble des frères et soeurs, le rapport de masculinité à la naissance est de 103 hommes pour 100 femmes, ce qui est cohérent avec les données internationales. La taille moyenne de la fratrie (y compris l'enquêtée) est de 6,5 ce qui paraît assez proche de ce que l'on sait de la parité finale passée des femmes ivoiriennes. Le rapport de masculinité à la naissance varie relativement peu (de 99 à 108) compte tenu de la variabilité bien connue du rapport de masculinité dans les petits échantillons; cette évolution ne fait apparaître aucune tendance à l 'omission de l'un ou l'autre sexe. Par contre, l'évolution de la taille de la fratrie, qui diminue avec 1' année de naissance, en particulier à partir des années de naissance précédant 1960, semblerait indiquer qu'il y ait eu certaines omissions de frères et soeurs d'enquêtées nées 35 ans et plus avant l'enquête. Ceci en supposant, bien entendu, que la fécondité n'a pas augmenté au cours du temps. Ce résultat confirme ce qui a été noté précédemment concernant de possibles omissions des frères et soeurs les plus âgés et, comme conséquence, une possible légère sous-estimation de la mortalité passée. Tableau 10.2 Indicateurs de la qualité des données sur les frères et soeurs Répartition (en %) des enquètées et des frères et soeurs selon l'année de naissance, année de naissance médian, rapport de masculinité ~ la naissance, et évolution de la taille moyenne de la fratrie selon l'année de naissance de l'enquêtée, EDS Côte d'Ivoire 1994 Répartition en % Ann6e de Frères/ naissance Enquétées Soeurs Avant 1949 6,3 3,7 1950-54 7,8 6,I 1955-59 10,0 10,0 1960-64 15,1 13,1 1965-69 18,0 16,1 1970-74 19,8 15,3 1975 ou plustard 22,9 32,5 Total 100,0 100,0 Intervalle 1944-1979 1918-1994 Médiane 1 968 1 969 Effectif 8 099 44 371 Évolution Taille Rapport de Année de moyenne masculinité naissance de la à la de l'enquêtée fratrie naissance Années 1940 5,4 107,6 1950-54 6,0 105,3 1955-59 6,1 98,9 1960-64 6,4 102,6 1965-69 6,7 105, I 1970-74 6.8 102.4 1975-79 6,7 101,6 Ensemble 6,5 102,9 Avec ce type de données, peut se poser un autre problème, celui de l'attraction pour certaines valeurs préférentielles, utilisées par les enquêtées qui ne connaissent pas avec précision l 'âge exact au décès et/ou le nombre exact d' années écoulées depuis le décès, mais qui peuvent en fournir une estimation. La distribution des décès survenus à l 'âge de 15 ans et plus, pour toutes les soeurs et pour celles qui sont décédées de causes maternelles, est présentée au graphique 10.1 selon le nombre d'années écoulées depuis que le décès s'est produit. 4 On notera que la distribution des années de naissance des frères et soeurs ne suit pas celle des enquêtées : alors que les années de naissance des enquêtées se répartissent sur 36 ans ( 1944-1979), celles des frères et soeurs portent sur 77 ans. 158 L' allure générale de ce graphique semble indiquer tout d'abord une concentration des décès de soeurs (décès maternels ou non) dans la période la plus récente. Comme cela a déjà été envisagé, ce résultat pourrait être la conséquence d'une sous-estimation des décès au fur et à mesure que l 'on s'éloigne dans le temps; cependant, cette sous-estimation ne peut, à elle seule, expliquer l'importance de cette concentration, qui pourrait être également le signe d'une augmentation réelle de la mortalité adulte au cours des années les plus récentes. Des analyses plus approfondies devraient être entreprises pour rechercher les causes de cette augmentation; néanmoins on peut avancer l'hypothèse que l'importance de l'épidémie de sida en Côte d'Ivoire soit l'une des principales raisons de cette augmentation de la mortalité adulte 5. Par ailleurs, pour les décès de cause maternelle, le graphique 10.1 met en évidence une attraction pour des décès qui se seraient produits 2 ans, 5 ans, 8 ans, 10 ans et 12 ans avant l'enquête; en particulier, 8 ans et 10 ans avant l'enquête, le nombre d'évènements est ~gai à 3 ou 4 fois environ les nombres de décès trouvés pour les années encadrantes. Pour limiter les effets de ce phénomène d'attraction, on a procédé à des estimations de mortalité pour une période dont les limites ont été fixées de façon à minimiser les transferts d'événements entre années. En outre, la période de référence doit être suffisamment longue pour pouvoir disposer d'un nombre de cas de décès maternels (qui restent, malgré tout, relativement rares) suffisant pour une estimation fiable du niveau de la mortalité maternelle; à l'inverse, la période de référence doit être suffisamment courte pour rendre compte de l'augmentation récente de la mortalité qui a été mentionnée précédemment. Pour respecter ces différentes contraintes, une période de 7 années (c'est-à-dire 0-6 années avant 1' enquête) a été retenue pour les estimations de mortalité générale et de mortalité maternelle. Graphique 10.1 Distribution (en pourcentage) des décès des soeurs des enquêtées selon le nombre d'années précédant l'enquête Pourcentage 14 12 //'11 t0 «/ t 6 ~, ~ l I ~\ I ~ 4 2 ~ 0 . . . . . . "~" r i = 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 Nombre d'années pr&c~dant l 'enquête EDSCI1994 s Voir à ce propos : De Cock et al., 1990; De Cock et al., 1991; Garenne et al., 1995. 159 10.4 EST IMATION D IRECTE DE LA MORTAL ITÉ ADULTE Les estimations de la mortalité masculine et féminine par âge pour la période de 0-6 ans avant l'enquête, calculées directement d'après les déclarations sur la survie des frères et des soeurs, sont présentées au tableau 10.3. Le nombre de décès de frères et soeurs survenus pendant la période de référence aux âges de 15 à 49 ans n'est pas très important (400 femmes et 478 hommes), de sorte que les taux par âge sont basés sur des évènements relativement peu nombreux qui sont donc sujets aux variations d'échantillonnage. Tableau 10.3 Estimation de la mortalit6 adulte par âge Estimation directe de la mortalité par åge à partir des données concernant l'6tat de survie des frères et soeurs des femmes enqu6t6es, par sexe, Côte d'Ivoire 1988-1994 et taux des tables-types de mortalit6, EDS Côte d'Ivoire 1994 SEXE FEMININ Taux estimés pour1988-1994 Tables-types de mortalité a Groupe d'figes Nord Ouest Est Sud Années Taux Niveau 15 Niveau 15 Niveau 16 Niveau 17 Décès d'exposition (o/oo) e 0 = 55,0 e o = 55,0 e o = 57,5 e 0 = 60,0 15-19 40,1 20 248 1,98 3,56 3,51 2,30 1,93 20-24 76,1 20 902 3,64 4,31 4,59 3,08 2,55 25-29 82,5 18444 4,47 4,99 5,25 3,62 2,92 30-34 77,8 13 2911 5,86 5,73 5,97 4,14 3,16 35-39 52,8 8 677 6,09 6,58 6.79 4,85 3,61 40-44 52,6 4 743 I1,10 7,68 7.79 5,69 4,35 45-49 17,8 2445 7,29 8,67 9,36 7,20 5,33 15-49 400 4,75 b SEXE MASCULIN Taux estimés pour 1988-1994 Tables-types de mortalité a Groupe d'åges Nord Ouest Est Sud Années Taux Niveau 15 Niveau 15 Niveau 16 Niveau 17 Décès d'exposîtion (o/oo) e 0 -- 51,5 e o = 51,8 e o = 53,7 e o = 56,3 15-19 50,9 20 435 2,49 4,16 3,56 2,75 2,L7 20-24 71,6 21 362 3,35 5,96 5,07 4,00 3,28 25-29 92,7 17 486 5,30 6,24 5,51 4,06 3,31 30-34 120,6 13 303 9,07 6,67 6,30 4,50 3,9 I 35-39 68,1 8 682 7,84 7,54 7,59 5,56 4,50 40-44 52,4 4 756 11,02 9,12 9,64 7,34 6,00 45 -49 21,6 2 540 8,50 I 1,19 12.45 10,19 8,02 15-49 478 5,68 b a Coale et Demeny, 1966 b Taux standardisés par åge Les résultats du tableau 10.3 font apparaître un niveau de mortalité relativement élevé entre 15 et 49 ans, estimé à 4,8 '70o pour l'ensemble des femmes et à 5,7 °/oo pour l'ensemble des hommes. Comme les décès à ces âges restent, néanmoins, relativement rares et comme les données sont celles d'un échantillon, les taux ne varient pas de façon régulière selon l'âge. En particulier, la mortalité à 40-44 ans semble manifestement surestimée pour les hommes comme pour les femmes et, à l'inverse, la mortalité à 35-39 ans et surtout à 45- 160 49 ans semble légèrement sous-estimée. Il s'agit très certainement ici de mauvaises déclarations d'âge au décès, certains décès de 45-49 ans et, dans une moindre mesure, de 35-39 ans ayant été déplacés à 40-44 ans. Néanmoins, la tendance générale de la mortalité par âge semble plausible. Avec une augmentation régulière par âge, les taux à 40-49 ans (autour de 10 °/oo pour les hommes et les femmes) sont 4 fois plus élevés que ceux à 15-24 ans (autour de 2,5 °/oo). Par ailleurs, et comme il fallait s'y attendre, les taux de mortalité des hommes sont supérieurs à ceux des femmes. Il est important d'évaluer la fiabilité des estimations directes des niveaux de mortalité puisque les données sur la mortalité des soeurs constituent la base de calcul de la mortalité maternelle. Si 1' estimation de la mortalité adulte n'est pas fiable, l'estimation de la mortalité maternelle ne le sera pas davantage. L'évaluation de la mortalité est faite en comparant les taux calculés à partir de l'enquête aux taux estimés à partir de tables-types de mortalité. Le niveau de mortalité par âge obtenu à partir de différents jeux de tables types 6 est présenté au tableau 10.3. Les tables ont été sélectionnées à un niveau de mortalité approximativement égal au quotient de mortalité infanto-juvénile (sq0) estimé pour la période de cinq ans précédant I 'EDSCI 7. Les taux les plus proches de ceux calculés sont ceux de la table-type du Modèle Ouest, niveau 15, avec une espèrance de vie à la naissance de 55 ans pour les femmes et de 51 ans pour les hommes. Les taux observés sont légèrement plus faibles que ceux de la table-type aux premiers âges ( 15-29 ans pour les femmes et 15-24 ans pour les hommes) puis, à partir de 30 ans, les taux sont assez voisins ou parfois légèrement supérieurs à ceux de la table. Néanmoins, quel que soit le sexe, la tendance générale des deux séries de taux est suffisamment proche pour confirmer la qualité des données collectées sur la survie des frères et soeurs des enquêtées, et les estimations de mortalité basées sur ces données semblent tout à fait plausibles. À titre de comparaison, on a calculé les taux de mortalité à 15-49 ans pour une période antérieure, à savoir 7-13 ans avant l'enquête (données non présentées au tableau 10.3). Pour les hommes, la mortalité à 15-49 ans est estimée à 3,5 °/oo, contre 5,7 °/oo au cours de la période la plus récente; pour les femmes, 7-13 ans avant l'enquête, le taux de mortalité est estimé à 3,6 °/oo, contre 4,8 %o au cours des 0-6 années avant I'EDSCI. Ces écarts très importants de niveau de mortalité sont manifestement, comme cela a déjà été avancé précédemment, le résultat d'une augmentation de la mortalité adulte au cours des années récentes 8. Cette augmentation est certainement à mettre en relation avec l'épidémie de sida. En effet, on estime qu'en Abidj an, «à partir de 1986, le nombre de décès attribuables au sida augmente rapidement, quasi exponentiellement.Ce nombre passant de 451 décès en 1986 à 4 773 en 1992, soit une multiplication par dix du nombre de décès par sida en 6 ans. » (Garenne et al., 1995). 10.5 EST IMATION D IRECTE DE LA MORTAL ITÉ MATERNELLE L'estimation directe de la mortalité maternelle, obtenue à partir des déclarations sur la survie des soeurs, est présentée au tableau 10.4. Les décès maternels sont au nombre de 100 pour la période 1988-1994. La tendance des taux par âge est assez irrégulière. On constate en particulier, comme pour la mortalité générale, une surestimation de la mortalité à 40-44 ans et, à l'inverse, une sous-estimation de la mortalité à 35-39 ans et, peut-être, également à 45-49 ans. Étant donné le nombre peu important d'évènements et, de ce 6 Il s'agit ici des tables de Coale et Demeny (Coale et Demeny, 1966). 7 Pour la période de cinq ans précédant l'enquête, le quotient de mortalité entre la naissance et le cinquième anniversaire (~qo) est de 160 "/.,, pour le sexe masculin et de 138 '7o. pour le sexe féminin. Rappelons que le même phénomène semble s'être produit en ce qui concerne la mortalité des enfants (voir Chapitre 9 - Mortalité des enfants). 161 Tableau 10.4 Estimation directe de la mortalité maternelle Estimation directe de la mortalité maternelle à partir des donn6es concernant l'état de survie des soeurs des femmes enquétées pour la période 0-6 ans avant l'enquête, EDS Céte d'Ivoire 1994 Proportion des décès maternels Groupe Décès Années Taux Ensemble dãges maternels d'exposition (%) des décès 15-19 8,8 20 248 0,44 0,22 20-24 15,9 20 902 0,76 0,21 25-29 28,0 18 444 1,52 0,34 30-34 19,9 13 290 1,50 0,26 35-39 9,7 8 677 1,21 0,18 40-44 12,6 4 743 2,66 0,24 45-49 4,7 2 445 1,91 0,26 15-49 100 88 747 1,18 a 0,25 Taux global de fécondité générale (TGFG %) 197 a Taux de mortalité maternelle (TMM) b 597 Risque de mortalité maternelle sur la durée de vie (RDV) c 0,036 a Taux standardisés par åge b Pour 100 000 naissances. Calculé comme suit : (Taux de mortalité maternelle 15-49 ans)/TGFG. c Par Iemme. Calculé à partir de la formule suivante : (1 -RDV) = ( 1 - TMM/100 000) ISF, où ISF est l'Indice Synthétique de Fécondité de la période 0-6 ans avant l'enquête, estimé à 6,1 enfanls par lî:mme. fait, les variations aléatoires des taux par âge, la méthode retenue est l'estimation d'un taux unique de mortalité pour cause maternelle correspondant aux âges de procréation. L'estimation d'ensemble de la mortalité pour cause maternelle, exprimée pour 1 000 femmes-années d'exposition, est égale à 1,18 pour la période 1988-1994. Les taux de mortalité pour cause maternelle peuvent être convertis en taux de mortalité maternelle, exprimés pour 100 000 naissances vivantes, en les divisant par le taux global de fécondité pour la période donnée (tableau 10.4). Exprimé de cette manière, on met davantage en relief le risque obstétrical de la grossesse et de la maternité. Le taux de mortalité maternelle est de 597 décès maternels pour 100 000 naissances pour la période 1988-1994. À partir des taux de mortalité maternelle, on a calculé, au tableau 10.4, le risque de mortalité maternelle sur la durée de vie 9 qui exprime la probabilité pour une femme de décéder par cause maternelle durant les âges de procréation. Le risque est de 0,036 pour la période 1988-1994, en d'autres termes, une femme sur 28 court le risque de décéder pour cause maternelle pendant les åges de procréation. s La formule de calcul de cette probabilité figure en note du tableau 10.4. 162 Au tableau 10.4 figurent enfin les proportions de décès imputables aux causes maternelles, par groupe d' âges, pour la période 1988-1994. Alors que les différentes mesures de la mortalité présentées précédemment peuvent être affectées par des sous-déclarations, il est permis de penser que ces proportions ne le sont pas dans la mesure où l'on peut supposer que les sous-déclarations éventuelles n'affectent pas davantage les décès par cause maternelle que les autres décès. On constate de fortes variations de ces proportions qui atteignent leur maximum à 25-34 ans, âges de forte fécondité, où 1 décès de femme sur 3 serait dû à des causes maternelles. Pour l'ensemble des décès de femmes en âge de procréation (15-49 ans), 1 décès sur 4 serait dû à des causes maternelles. Comme pour la mortalité générale, à titre de comparaison, on a calculé le taux de mortalité maternelle pour une période antérieure, à savoir 7-13 ans avant l'enquête (données non présentées au tableau 10.4). Pour cette période, la mortalité maternelle, estimée à 330 pour 100 000, est très nettement inférieure à ce qu'elle serait aujourd'hui (597 pour 100 000). Même si l'on suppose que la mortalité maternelle est sous-estimée pour les périodes éloignées de l'enquête, parce qu'il est plus difficile de se souvenir, et de déclarer, une cause de décès spécifique lorsque le décès s'est produit il y a longtemps, il semble néanmoins que la mortalité maternelle ait connu, comme la mortalité générale, une augmentation au cours des années les plus récentes. 10.6 EST IMATION INDIRECTE DE LA MORTAL ITÉ MATERNELLE Les données sur la survie des soeurs peuvent aussi être utilisées pour estimer la mortalité maternelle par la méthode indirecte (Graham et al., 1989). Dans ce cas, les données sont agrégées par groupes d'âges de 5 ans des enquêtées. Pour chaque groupe d'âges, les informations sur le nombre de décès maternels parmi toutes les soeurs des enquêtées et sur le nombre de soeurs/unités d'exposition au risque sont utilisées pour estimer le risque de décéder sur la durée de vie par cause maternelle. L' approche indirecte fournit également une estimation d'ensemble de la mortalité maternelle pour les soeurs de l'ensemble des enquêtées qui se rapporte à une période de temps centrée apprnximativement sur 12 ans avant l'enquête. Quand on travaille sur des petits échantillons, il est préférable d'utiliser l'estimation d'ensemble, qui est moins sensible aux variations d'échantillonnage. Les estimations indirectes de la mortalité maternelle sont présentées au tableau 10.5. Les estimations du risque de décéder sur la durée de vie pour cause maternelle, par groupe d'âges, varient de 0,026 à 0,059. Quand on considère l'ensemble des enquêtées, le risque de décéder sur la durée de vie pour cause maternelle est égal à 0,033 soit, en d'autres termes, un risque de 1 sur 30. Cette valeur peut être transformée en une estimation du taux de mortalité maternelle (décès maternels pour 100 000 naissances). L'estimation, centrée à environ 12 ans avant l'enquête, soit 1982, est de 442 pour 100 000. 163 Tableau 10.5 Estimation indirecte de la mortalité maternelle Estimation de la mortalit6 maternelle par la méthode indirecte, EDS Côte d'Ivoire 1994 Risque de mortalité Proportion Facteurs Soeurs/ maternelle de décès Groupe Nombre Nombre Décès d'ajustement unité sur la matemels/ d'åges des Nombre de soeurs de soeurs maternels pour d'exposition durée de vie Ensemble enqu~tées d'enqu~tées de 15 ans a d6cédées ajustées l'exposition au risque (RDV) desdécès 15-19 1 961 3 991 a 71 17,2 0,10700 427,1 0,040 0,24 20-24 1 571 3 198 a 120 39,2 0,20600 658,7 0,059 0,33 25-29 1 454 2 960 a 136 30,2 0,34300 I 015,2 0,030 0,22 30-34 1 189 2 557 126 33,7 0,50300 1 286,4 0,026 0,27 35-39 806 1 734 124 33,1 0,66400 I 151,7 0,029 0,27 40-44 621 I 286 126 33,0 0,80200 I 031,1 0,032 (/,26 45-49 496 893 96 22,2 0,90000 803,3 0,028 0,23 15-49 ans 8 099 16 619 799 208,3 6 373,5 0,033 0,26 Taux de mortalité maternelle (TMM) b = 442 a Obtenu en multipliant le nombre d'enquêtées par le nombre moyen de soeurs de 15 ans et plus par enquêtée, déclarées par ~es enquêtées de 30-49 ans. TMM = (1 -[I - RDV] lnsF) x (100 000), où ISF est l'Indice Synthétique de Fécondité de la période 10-14 ans avant l'enquéte, estimé h 7,5 enfants par femme. Le taux est exprimé pour 100 000 naissances. 10.7 CONCLUSION L'estimation directe du taux de mortalité maternelle en Côte d'Ivoire pour la période 1988-1994 (centrée sur l 'année 1990) est, selon I'EDSCI, de 597 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes. L'estimation indirecte fournit un taux de 442 qui représente une moyenne couvrant une longue période, centrée approximativement sur 12 ans avant l'enquête, soit 1982. Malgré le degré d' erreur de sondage associé à ces estimations de mortalité, il semblerait donc, comme cela a déjà ~té envisagé, que la mortalité maternelle ait connu une augmentation au cours des années les plus récentes. Les taux de mortalité maternelle estimés selon la même méthodologie lors d'enquêtes EDS menées récemment dans d'autres pays africains I° figurent ci-après : Pays et année Période d'enquête de référence Taux de mortalité maternelle pour 100 000 (estimation directe) Niger(1992) 1979-1992 652 Malawi(1992) 1986-1992 620 Madagascar(1992) 1979-1992 596 Sénégal(1992-1993) 1979-1992 510 Soudan(1989-1990) 1976-1989 456 Maroc(1992) 1978-1991 348 Namibie (1992) 1983-1992 225 io Source : Kourguéni et al., 1993, pour le Niger; NSO et MI, 1994, pour le Malawi; Refeno et al., 1994, pour Madagascar; Ndiaye et al., 1994, pour le Sénégal; DOS et IRD, 1991, pour le Soudan; Azelmat et al., 1993, pour le Maroc; Katjiuanjo et al., 1993, pour la Namibie. 164 Il apparaît que la mortalité maternelle est très élevée en Côte d'Ivoire : elle est près de 20 % plus élevée qu'au Sénégal, 30 % plus élevée qu'au Soudan, 1,7 fois plus élevée qu'au Maroc et près de trois fois plus élevée qu'en Namibie; surtout, elle est plus de 20 fois plus élevée que dans les pays développés. Ce résultat met en évidence les progrès considérables qui doivent être accomplis pour améliorer la santé et la survie des mères ivoiriennes. 165 CHAPITRE 11 SIDA Albert Kouamé Koffi À l'heure actuelle, on estime que près des deux tiers des cas de sida (Syndrome de l'Immuno- Dépression Acquise) déclarés dans le monde sont concentrés en Afrique et que c'est dans ce continent que l'expansion de la maladie est l'une des plus importantes. On estime par ailleurs qu'en 1994, la Côte d'Ivoire occupait le sixième rang des pays africains affectés par l'épidémie, et le premier rang des pays d'Afrique de l'Ouest (41% des cas de sida de 1' Afrique de 1' Ouest). Les personnes atteintes du sida appartiennent aux deux sexes et à tous les âges, mais le constat le plus inquiétant est que la plupart des victimes sont dans la force de l'âge (18 à 40 ans) et qu'il n'existe aucun médicament efficace contre la maladie. Aussi, avec l'appui des institutions internationales (OMS, FNUAP, etc.), en 1987, la Côte d'Ivoire met en place une structure spécialisée en vue de la prévention, de la prise en charge psychosociaie et du dépistage volontaire des personnes atteintes, le Comité National de Lutte Contre le sida (CNLS). En Côte d'Ivoire, comme partout sur le continent africain, la transmission du sida se fait essentiellement par voie sexuelle. Les femmes et les hommes interrogés au cours de I'EDSCI sont, ou seront très prochainement, sexuellement actifs et sont donc concernés au premier plan par les campagnes d'information lancées dans le pays. Dans le but d'évaluer au niveau national, l ' impact du programme ivoirien, des questions sur la connaissance de la maladie et ses modes de transmission, sur les moyens de prévention et sur l'attitude face aux malades séropositifs, ainsi que des questions relatives au comportement sexuel (nombre de partenaires, utilisation des préservatifs), ont été posées aux personnes interrogées. 11.1 COMPORTEMENT SEXUEL En Côte d'Ivoire, la transmission du sida se faisant principalement par voie sexuelle, on a pose aux femmes et aux hommes qui avaient eu des relations sexuelles durant les 2 mois ayant précédé l'enquête la question suivante : « Avec combien de partenaires avez-vous eu des relations sexuelles ces deux derniers mois ? » 2k la lecture du tableau 11.1.1 on constate tout d'abord que plus d'une femme en union sur trois (35 %) n'a pas eu de rapports sexuels au cours des deux mois précédant l'enquête. Les proportions de femmes qui ont eu des rapports sexuels au cours de cette période (65 %) varient assez peu selon les différentes caractéristiques. Cependant, les femmes de 15-19 ans (69 %), celles en union depuis moins de 5 ans (68 %), celles du milieu urbain (67 %), celles ayant un niveau d'instruction secondaire (77 %) et celles de religion chrétienne (70 %) ont eu des rapports sexuels au cours des deux derniers mois un peu plus fr6quemment que les autres catégories de femmes. Parmi les femmes en union ayant eu des rapports sexuels, la quasi-totalité (98 %) n'ont eu qu'un seul partenaire sexuel et 1% seulement ont eu 2 partenaires sexuels ou plus au cours des deux derniers mois. Cette dernière proportion ne varie que très peu et, quelle que soit la catégorie de femmes, le nombre moyen de partenaires égale 1,0. Cependant, les femmes qui ont déclaré le plus fréquemment avoir eu plus d'un partenaire sont les femmes de 15-19 ans, celles en union depuis moins de 5 ans, celles ayant un niveau secondaire et celles de religion catholique (2 % en moyenne). En ce qui concerne les femmes qui ne sont pas en union, c'est-à-dire les célibataires mais aussi les veuves, les divorcées et les séparées, on constate que 45 % d'entre elles ont eu, au moins, un partenaire sexuel au cours des deux derniers mois (tableau 11.1.1). Les femmes de 20-29 ans (56 %) ont eu des rapports sexuels 167 Tableau 11.1.1 Nombre de partenaires sexuels pour les femmes Proportion de femmes qui n'ont pas eu de partenaire sexuel au cours des deux mois précêdant l'enquête et répartition (en %) des femmes qui ont eu des partenaires sexuels au cours des deux mois précédant l'enquête selon le nombre de personnes avec qui elles ont eu des rapports sexuels par caractéristiques socio-démographiques. EDS C6te d'Ivoire 1994 Femmes en union Femmes qui ne sont pas en union Femmes en union ayant eu un/des partenaires Femmes qui ne sont pas en union ayant eu Pas de au cours des deux derniers mois Pas de un/des partenaires au cours des deux derniers mois partenaire Eflectif partenaire Effectif au cours de Nombre au cours de Nombre des deux femmes Nombre de partenaires moyen des deux femmes Nombre de partenaires moyen derniers en de par- derniers non en de par Caractéristique mois % union 1 2-3 4 ou + Total Effectif tenaires mois % union 1 2-3 4 ou + Total Effectif tenaires Groupe d'åges 15-19 20-24 25-29 30-39 4049 Durée de l'union (en années) Célibataire 04 5-9 10-14 15ou+ Milieu de résidence Abidjan Foret Urbaine Savane Urbaine Ensemble urbain Foff:t Rurale Savane Rurale Ensemble raral Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Religion Catholique Protestante Musulmane Sans religion Traditionnelle Ensemble des femmes I 31,2 517 96.9 2.5 0,0 100,0 356 1,0 59.5 1 444 86,9 12,5 0,5 100,0 585 1.2 34,6 1 0t)8 98,4 1.4 0,2 100.0 660 1,0 44,1 563 86.7 10.7 1,6 100.0 314 1,2 34,6 I 178 98,1 1,0 0,2 100,0 77l 1.0 42,7 277 87,3 9.4 2,4 100,0 158 1,1 36.2 1 670 98.5 0,6 0,3 loe,0 1 065 1.0 53.6 325 84.7 11.9 2,5 100.0 151 1,5 37,7 898 98.8 0,2 0,0 100,0 559 1,0 73,1 219 90.4 8,6 0,0 100,0 59 1.1 . . . . . . . 54,8 2 135 87,2 11,4 0,9 100,0 964 1,2 31,8 1 200 96,9 2,3 0,3 100,0 819 1,0 47,8 73 80,4 16,5 3,1 100,0 38 1,3 34,3 1 147 98,6 1,0 0,2 100,0 753 1,0 47,4 133 93,7 6,3 0,0 100,0 70 1,1 37,6 1 062 98.8 0.5 0.1 100,0 663 1,0 46.9 141 84,0 13.2 2,8 I00,0 75 1,3 36,9 1 862 98,7 0.4 0.1 100,0 I 175 1,0 65.3 345 83,7 11,5 3,1 100,0 120 1,5 33,7 960 98,4 0,9 0,4 100,0 636 1.0 56,5 835 87,9 9,4 1.2 100,0 364 1,2 32,6 540 98,1 0,7 0,2 100,0 364 1,0 53,5 363 84,3 13,7 1,6 100,0 169 1,2 30,8 414 99,0 0,2 0,4 100,0 286 1,0 53,3 298 90,6 8,6 0,4 100,0 139 1,1 32,8 I 914 98,5 0,7 0,4 100.0 1 286 1,0 55.1 1 496 87,6 10,3 1.1 100,0 671 1,2 33,7 2 277 98,0 1.5 0,1 100,0 I 509 1.0 50,8 942 85,4 13,1 1.5 100,0 463 1,3 43,1 1 080 98,4 0,5 0,2 100,0 614 1,0 66,0 390 88,1 11,1 0,7 I00,0 133 1,2 36,7 3 357 98,1 1,2 0,1 100,0 2 124 1,0 55,3 1 332 86,0 12,7 1,3 100,0 596 1,3 38.8 3 685 98,5 0.6 0,1 100.0 2 255 1.0 62,8 1 210 84.5 13.8 1,6 100,0 450 1,2 29,3 1 loe 98,0 1,2 0,5 100,0 778 1.0 50,4 970 88,7 10.3 0,7 100,0 481 1,2 22,5 486 96,9 2,8 0,0 100,0 377 1,0 48,1 648 87,3 9,9 1.4 100,0 336 1,2 31,2 1 029 96.8 2,1 0.5 I00,0 708 1,0 51,8 924 86,4 11,5 1,7 100.0 445 1.3 29,1 820 97.7 1.4 0.4 100.0 581 1,0 54~3 673 86,7 12,1 0,8 100.0 307 1.2 37.5 2 002 99,3 0.4 0,0 100,0 I 252 1.0 66~0 637 85.5 13,0 1,5 100.0 216 1,2 38.4 1 074 98,5 0.6 0.1 100,0 661 1,0 46,7 483 88.7 9,1 0,9 100,0 258 1,1 40,2 347 97,7 1,2 0,0 1130,0 207 1,0 63,3 111 87,9 12.1 0,0 100,0 41 1,1 35,3 5 271 98.2 1,0 0.2 100,0 3 410 1,0 55,2 2 828 86.8 11.4 1,2 100.0 1 267 1,2 i y compris les "non détermines" plus fréquemment que les femmes plus jeunes (40 %) et que les plus âgées. De même les femmes en rupture d'union et dont la première union date de moins de 15 ans ont des rapports sexuels plus fréquemment que les célibataires (45 % contre 55 %). Du point de vue du milieu de résidence, on ne constate aucune différence entre le milieu urbain et le milieu rural, mais on peut remarquer que les femmes de la Forêt Rurale sont proportionnellement plus nombreuses à avoir eu des rapports sexuels que les femmes de la Savane Rurale (34 % contre 43 %). Concemant le niveau d'instmction, ce sont les femmes de niveau secondaire qui ont eu le plus fréquemment des rapports sexuels (52 %, contre 37 % pour les femmes sans instruction). Enfin, on constate que les femmes de religion musulmane (34 %) et de religion traditionnelle (37 %) sont celles qui ont eu le moins fréquemment des rapports sexuels. Parmi les femmes qui ne sont pas en union et qui ont eu des rapports sexuels, la grande majorité (87 %) n'ont eu qu'un seul partenaire au cours des deux derniers mois, un peu plus d'une femme sur dix (11%) a eu deux ou trois partenaires et 1% des femmes ont eu 4 partenaires ou plus; en moyenne, ces femmes ont eu 1,2 partenaires. Du point de vue des caractéristiques socio- démographiques, le nombre moyen de partenaires varie d'un minimum de 1,1 à un maximum de 1,5. Les femmes ayant eu le plus fréquemment plus d'un seul partenaire sont celles de 30-39 ans (14 %), celles en rupture d'union et dont l'union remonte à moins de 5 ans (20 %), les femmes de la zone de Forêt (15 %), celles sans instruction (15 %) et celles de religion musulmane (15 %). En ce qui concerne les hommes en union (tableau 11.1.2), la proportion de ceux n'ayant pas eu des rapports sexuels au cours des deux derniers mois (31%) est très proche de la proportion correspondante de femmes (35 %). Parmi ceux ayant eu des rapports sexuels, 82 % n'ont eu qu'une seule partenaire, 16 % ont eu deux ou trois partenaires et 2 % ont eu quatre partenaires ou plus au cours des deux derniers mois. En moyenne, les hommes en union ont eu 1,3 partenaires au cours de la période considérée. Ce résultat ne signifie pas nécessairement que le vagabondage sexuel est répandu parmi les hommes en union, dans la mesure où il faut tenir compte du fait que 18 % d'entre eux sont polygames et peuvent donc avoir des rapports sexuels avec plusieurs épouses. Néanmoins, on constate que dans certains cas, ce sont les hommes les « moins » polygames qui ont le plus de partenaires. Ainsi, parmi les hommes en union qui ont eu plus d'une partenaire sexuelle, 12 % sont des monogames contre 6 % de polygames. On note également que 23 % des hommes en union de niveau secondaire, dont 11% seulement sont polygames, ont eu plus d'une partenaire sexuelle au cours des deux derniers mois, contre 14 % seulement des hommes sans instruction dont 23 % sont polygames. De même, 26 % des hommes catholiques en union, dont 17 % seulement sont polygames, ont eu plus d'une partenaire sexuelle au cours des deux derniers mois, contre 16 % des hommes musulmans dont 21% sont polygames. Ainsi, la polygamie n'est pas le seul facteur expliquant que les hommes en union ont, en moyenne, plus d'une partenaire sexuelle; le vagabondage sexuel des hommes en union explique aussi, en partie, ce résultat. En ce qui concerne les hommes qui ne sont pas en union, on constate que 40 % d'entre eux ont eu, au moins, une partenaire sexuelle au cours des deux derniers mois (tableau 11.1.2). Comme chez les femmes, les hommes qui ont eu le plus fréquemment des rapports sexuels sont ceux de 20-29 ans (54 %), ceux en rupture d'union et dont la première union date de moins de 5 ans (59 %), ceux de la zone de Forêt (42 %) et ceux de niveau secondaire (48 %). Parmi les hommes qui ne sont pas en union et qui ont eu des rapports sexuels, la majorité (62 %) n'ont eu qu'une seule partenaire au cours des deux derniers mois, près d'un tiers (30 %) ont eu deux ou trois partenaires et 7 % des hommes ont eu 4 partenaires ou plus; en moyenne, ces hommes ont eu 1,6 partenaires au cours de la période considérée. Du point de vue des caractéristiques socio- démographiques, le nombre moyen de partenaires varie d'un minimum de 1,0 à un maximum de 1,9. Les hommes ayant eu le plus fréquemment plus d'une seule partenaire sont ceux de 30-39 ans (46 %) et de 15-19 ans (41%), ceux de la Forêt Urbaine (51%), ceux d'instruction primaire (42 %), ceux sans religion (44 %) et les hommes de religion traditionnelle (41%). 169 O Tableau 11.1.2 Nombre de partenaires sexuelles pour les hommes Proportion d'hommes qui n'ont pas eu de partenaire sexuelle au cours des deux mois précédant l'enquête et distribution (en %) des hommes qui ont eu des partenaires sexuelles au cours des deux mois précédant l'enquête selon le nombre de personnes avec qui ils ont eu des rapports sexuels par caracténstiques socio-démographiques, EDS Cõte d'Ivoire 1994 Caractéristique Hommes en union Hommes qui ne sont pas en union Hommes en union ayant eu un/des partenaires Hommes qui ne sont pas en union ayant eu Pas de au cours des deux derniers mois Pas de un/des partenaires au cours des deux derniers mois partenaire partenaire au cours Effectif Nombre au cours Effectif Nombre des deux d'hom Nombre de partenaires moyen des deux d'hom- Nombre de partenaires moyen derniers mes en de par- derniers mes non de par- mois % union 1 2-3 4 ou + Total Effectif tenaires mois % en union 1 2-3 4 ou + Total Effectif tenaires Groupe d'åges 15-19 53,2 10 50,0 50,0 0,0 100,0 5 1,8 75,4 533 59,4 34,9 5,7 100,0 131 1,6 20-24 30,4 78 88,4 11,6 0,0 100,0 54 lA 47,3 342 67,1 25,6 7,3 100,0 180 1,6 25-29 31,0 192 83,2 14,0 2,8 100,0 133 1,2 45,7 219 62,2 32,2 4,9 100,0 119 1,6 30-39 28,3 497 79,5 18,6 1,7 100,0 356 1,3 51,2 I32 49,1 33,1 12,4 100,0 64 1,7 40~19 30A 305 84,6 12,7 2,3 100,0 212 1,2 73,7 35 84,9 0,0 15,1 100,0 9 1,6 50-59 40,0 196 79,0 17,5 3,5 100,0 117 1,3 73,5 14 100,0 0,0 0,0 100,0 4 1,0 État matrimonial Pas en union . . . . - 60,2 1 274 62,3 29,8 7,0 100,0 507 1,6 Monogame 33,5 1 047 84,0 13,5 2,2 100,0 697 1,2 Polygame 21,7 230 72,2 25,8 2,1 100,0 181 1,4 Durée de l'union (en années) C61ibataire . . . . . . . . 59,8 1 196 61,5 30,6 6,9 100,0 480 1,6 0-4 30,9 299 82,4 16,4 1,2 100,0 206 1,2 41,1 12 83,4 16,6 0,0 100,0 7 1.2 5-9 28,8 296 80,4 16,1 3,0 100,0 211 1,3 52,9 13 32,9 48,7 18,4 100,0 6 2,2 10-14 35,4 239 81,5 15,6 2,9 100,0 154 1,3 69,1 21 100,0 0,0 0,0 100,0 6 1,0 15ou+ 31,1 445 81,9 15,9 1,9 100,0 306 1,3 76,8 31 80,7 0,0 19,3 1130,0 7 1,0 Milieu de résidence Abidjan 36,4 257 78,6 19,7 1,7 100,0 163 1,3 59,5 338 68,4 24,5 7,1 i00,0 137 1,4 For6t Urbaîne 27,1 112 83,5 13,2 3,3 100,0 82 1,3 56,7 136 49,4 41,4 9,2 100,0 59 1,9 Savane Urbaine 24,4 98 78,9 20,3 0,8 100,0 74 L3 63,0 107 70,4 21,1 8,5 100,0 39 1,5 Ensemble urbain 31,7 466 79,9 18,2 1,9 100,0 319 1.3 59,5 580 64,0 28,1 7,9 I00,0 235 1,6 Forêt Rurale 30,0 561 82,4 15,5 2,1 100,0 392 1,3 58,1 489 59,0 33,7 5,6 100,0 205 1,6 Savane Rurale 33.7 251 82,9 13,1 2,9 100,0 167 1,2 67,0 205 66,2 23,9 8,5 100,0 68 1.6 Ensemble rural 31,1 812 82,5 14,8 2,3 100,0 559 1.3 60,7 694 60,8 31,3 6,3 100,0 272 1,6 Niveau d'instruction Aucun 39.3 676 85.1 11.8 2,6 100,0 410 ],2 66,7 400 62,1 26,5 9,7 100,0 133 1,6 Primaire 28,2 283 80,2 17,8 1,9 100.0 203 1.3 63,4 381 58,5 36,6 5,0 100,0 139 1,6 Secondaire ou plus 17.1 319 77,2 21.2 1,6 100.0 264 1,3 52,4 493 64,6 27,7 6,8 100,0 235 1,6 Religion Catholique 25,5 272 73,6 22,4 4,0 100,0 203 1,4 54.9 300 67,4 25.2 6,5 100.0 135 1,6 Protestante 22,4 175 86,4 11,4 1,5 100.0 136 1,2 75,0 198 69.3 25,1 5,6 100,0 49 1,4 Musulmane 36,8 498 84,2 14.5 1,0 100,0 314 1.2 62,3 452 61,8 27.5 10,0 100,0 170 1,6 Sans religion 32,7 214 82,3 15,2 2,5 100,0 144 1,3 52.6 233 54,6 38,7 4,8 100,0 111 1,7 Traditionnelle 32,3 119 82,4 15,3 2,4 100,0 81 1,2 54,3 91 59,3 36,6 4,1 100,0 41 1,5 Ensemble des hommes I 31,3 1 278 81.6 16,0 2.1 100,0 878 1,3 60,2 1 274 62,3 29,8 7,0 100,0 507 1,6 i y comprisles"non-détemain6s" 11.2 CONNAISSANCE DU SIDA ET SOURCES D ' INFORMATION La population ivoirienne connaît assez bien l'existence du sida. En effet, 93 % des femmes et 96 % des hommes ont déclaré connaître ou avoir entendu parler de cette maladie (Tableaux 11.2.1 et 112.2). Tout en restant à un niveau très élevé, ce niveau de connaissance présente quelques variations selon les caractéristiques socio-démographiques des enqu~tés. On constate ainsi que les femmes de 40-49 ans (88 %) et les hommes de 50-59 ans (92 %) ont moins souvent entendu parler de la maladie que les générations plus jeunes. Par ailleurs, les personnes les moins bien informées sont les femmes et les hommes de Savane Rurale (respectivement, 83 et 90 %), les femmes et les hommes sans instruction (respectivement, 90 et 92 %), les femmes de religion traditionnelle (86 %) et les hommes sans religion (94 %). À l'opposé, les personnes les mieux informées sont les femmes et les hommes de milieu urbain, en particulier ceux d'Abidjan (98 % des femmes et 99 % des hommes), ceux de niveau d'instruction secondaire (près de 100 % pour les deux sexes) et ceux de religion protestante (98 % pour les deux sexes). Tableau 11.2.1 Connaissance du sida par les I~mmes P~mrcentage de femmes qui connaissent le sida et pourcentage de celles qui ont entendu parler du sida selon les principales sources d'information et selon certaines caractéristiques socio-d6mographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Sources d'information sur le sida Connait Agent le Radio/ de Amis Caracldristique sida TV Journaux Affiches santé Êcole parents Autres Effeclif Groupe d'åges 15 19 94,5 63,4 8,5 6,2 5,8 6,9 61,6 1,8 1 961 20-24 95,5 61,8 10,0 7,0 8,2 2,5 63,3 3,1 1 571 25-29 93,5 57,7 8,8 6,9 9,4 0,3 61,8 4,0 1 454 30-39 92,6 53,5 6,6 7,7 9,9 0,2 62,8 3,1 I 995 40-49 88,3 40,4 3,1 5,2 7,1 0,0 64,7 3,1 I 117 État matrimonial Jamais en union 96,4 70,2 12,9 7,6 6,6 7,4 57,4 1,5 2 135 Actuellement en union 91,7 50,4 5,7 6,2 8,2 0,4 64,6 3,7 5 271 Union r~»nlpue 94,8 60,2 5,8 7,8 12,1 0,5 64,9 2,1 693 Milieu de résidence Abidlan 97,9 80,6 15,7 9,5 12,1 3,2 46,9 5,1 1 796 Forêt Urbaine 96,6 69,1 10,2 6,5 9,0 4,7 63,9 2,3 903 Savane Urbaine 96,5 68,0 10,4 7,7 7,3 3,9 60,6 2,9 711 Ensemble urbain 97,3 74,9 13,2 8,3 10,3 3,7 54,3 3,9 3 410 Foret Rurale 93,6 47,2 4,1 6,3 7,3 1,5 73,1 2,8 3 219 Savane Rurale 82,9 33,9 2,5 3,8 4,7 0,6 59,5 1,2 1 470 Ensemble rural 90,2 43,0 3,6 5,5 6,5 1,2 68,8 2,3 4 689 Niveau d'instruction Aucun 89,5 42,5 0,7 4,1 4,6 0,0 66,8 2,8 4 894 Primaire 98,5 71,2 8,9 7,7 12,0 1,2 62,8 2,8 2 071 Secondaire ou plus 99,7 89,8 35,2 16,2 16,1 14,0 44,8 4,1 1 134 Religion Catholique 96,5 71,6 14,0 9,3 12,3 4,8 56,2 3,0 1 952 Protestante 97,7 67,1 11,3 8,8 10,0 2,9 62,2 2,7 I 493 Musulmane 91.9 49,5 3,7 5,1 6,0 0,9 67,9 3,3 2 639 Sans religion 88,9 45.9 4,1 4,9 5.5 1,2 61,6 2,7 I 557 Traditionnelle 86,4 33,1 3,0 4,7 4,9 1,0 65,9 2,1 458 Ensemble des femmes 93,2 56,5 7,6 6,7 8,1 2,3 62,7 3,0 8 099 171 Tableau 11.2.2 Connaissance du sida par les hommes Pourcentage d'hommes qui connaissent le sida et pourcentage de ceux qui ont entendu parler du sida selon les principales sources d'information et selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS C6te d'Ivoire 1994 Sources d'information sur le sida Connaa Agents le Radio/ de Amis Caract6ristique sida TV Journaux Affiches santé École parents Autres Effectif Groupe dãges 15-19 95.5 69.5 19.2 7,1 9.9 19.1 42,2 3.0 543 20-24 97.5 84.7 27.9 9.3 14,1 9,7 34,4 3,7 420 25-29 97.0 83.6 22,9 8,3 14.9 2.2 38.6 2.0 411 30-39 96.0 81,4 26.2 12.0 16.5 0,7 37,0 5.1 629 40-49 95.7 75,5 16,3 9,2 15.4 0.3 37.8 3.1 340 50-59 91.2 64.1 6,0 7,8 10.8 0.0 42.4 2.0 209 I~tat matrimonial Jamais en union 96,8 78.8 24,1 9.5 12,8 12.3 38.8 3.0 1 196 Actuellement en union 95.4 76,6 19.3 8.7 14,7 1,0 38,4 4.0 I 278 Union rompue 91.1 74.0 18.5 12,9 14,8 0,0 34,4 0.0 77 Milieu de résidence Abidjan 99.3 84.5 37.3 12.2 12.7 7.7 29,6 4.7 594 Forêt Urbaine 97.5 84,7 24.5 13.9 14.4 11.7 42.0 1.6 248 Savane Urbaine 98.1 85,9 25.8 9.2 16,6 8,4 42,4 4.3 204 Ensemble urbain 98,6 84.8 32.0 12,0 13,9 8.8 35.0 3.9 I 046 For~t Rurale 95.9 75.5 15.4 8.3 13.7 4.8 42.5 2.2 1 050 Savane Rurale 89.6 65.6 11.5 4,8 14,0 3.5 37.2 5,0 456 Ensemble rural 94.0 72.5 14.2 7,3 13,8 4.4 40.9 3,0 1 506 Niveau d'instruction Aucun 92.3 70,7 5.0 4,1 9,0 0.1 43.4 2.3 1 076 Primaire 97.0 77.6 20.2 8.6 14,8 3.5 39.1 3.9 664 Secondaire ou plus 99,8 86.7 44.5 16.5 19.4 16,6 31,4 4,4 811 Religion Catholique 96.6 82,7 29.3 12,6 16,9 8.5 33.0 3.3 572 Protestante 98,0 79,6 30.8 13,8 15.8 9.6 32.2 4.7 373 Musulmane 95.8 78,1 16,1 6.3 I 1.1 4.3 42.3 3.3 950 Sans religion 93.6 74,3 18.2 8,1 12.5 5,7 39,0 2~5 447 Traditionnelle 95,5 64,4 15.1 7.6 17.3 3.9 46.4 3.9 210 Ensemble des hommes 95,9 77.6 21.5 9,2 13.8 6,2 38.5 3.4 2 552 Pour les femmes, les principales sources d'information sur le sida sont, par ordre d'importance, les amis et parents (63 %) et la radio/télévision (57 %). Les journaux (8 %) et les affiches ou les campagnes de publicité (7 %) restent des sources d'information assez limitées. Il convient de souligner que les agents de santé n' ont été cités que dans 8 % des cas. Par ailleurs, parmi les jeunes de 15-19 ans et les femmes de niveau secondaire, l'école apparaît comme une source d'information non négligeable (respectivement, 7 et 14 %). Les trois principales sources d'information des hommes sont, par ordre d'importance, la radio/télévision (78 %), les amis et parents (39 %) et les journaux (22 %). Les affiches n'ont été citées que par 9 % des hommes. En outre, les agents de santé semblent être une source d'information plus importante pour les hommes que pour les femmes (14 % contre 8 %). ~ noter également que, comme pour les femmes, parmi les jeunes de 15-19 ans et les hommes de niveau secondaire ou plus, l'école est une source importante d'information (respectivement, 19 et 17 %). 172 11.3 CONNAISSANCE DES MODES DE TRANSMISS ION ET OP IN ION V IS -k -V IS DU SIDA Pour que la population adopte les comportements sécuritaires adéquats pour éviter le développement du sida, il faut que, non seulement, elle ait entendu parler de cette maladie, mais aussi qu'elle connaisse ses modes de transmission. Pour cette raison, au cours de I'EDSCI, on a demandé aux personnes interview~es qui avaient entendu parler du sida, comment on pouvait contracter cette maladie. À la question « À votre avis, comment peut-on attraper le sida ? » la grande majorité des femmes connaissant la maladie (80 %) ont cité le mode de transmission par voie sexuelle (tableau 11.3.1 et graphique 11.1). Les femmes qui connaissent le moins bien le mode de transmission sexuelle sont, comme pour la connaissance du sida, les femmes les plus âgées (73 % à 40-49 ans), celles en union (78 %), celles de Savane Rurale (67 %), les femmes sans instruction (73 %) et celles sans religion (77 %) et de religion musulmane ou traditionnelle (73 % dans les deux cas). À la question concernant le type de relations sexuelles au cours desquelles on peut contracter le sida, les « relations occasionnelles » et les « relations avec des prostituées » sont les réponses les plus fréquentes (respectivement, 55 et 32 %) quelles que soient les caractéristiques des femmes. Par ailleurs, les « relations avec le conjoint » ont été citées par 14 % des femmes. Enfin, 4 % des femmes seulement ont cité les « relations homosexuelles » ce qui dénote une certaine ignorance de ce type de relations et/ou le fait que ces relations sont peu fréquentes. Mis à part les modes de transmission sexuelle, 15 % des femmes ont cité les « transfusions de sang » et 16 % les « injections avec des aiguilles non stérilisées ». Ces modes de transmission ont été surtout cités par les femmes du milieu urbain (22 % pour chaque cas), par les femmes de niveau secondaire ou plus (respectivement 47 % et 45 %) et par les catholiques (respectivement 24 % et 23 %). En outre, 2 % des femmes ont mentionné l'utilisation de « lames souillées et le contact avec du sang contaminé ». Enfin, il convient de mentionner qu'une proportion faible mais non négligeable de femmes ont cité des modes de transmission totalement incorrects comme « manger dans la même vaisselle qu'un sidéen » (3 %), « porter les vêtements d'un sidéen » (1%), ou encore les « piqûres d'insectes ou de moustiques » (1%). Sur l'ensemble des femmes connaissant le sida, près de 5 % n'ont ainsi cité que des modes de transmission « incorrects ». Comme les femmes, la grande majorité des hommes connaissant le sida ont cité les relations sexuelles comme mode de transmission de la maladie (92 %)(tablean l 1.3.2 et graphique I l. 1). Là encore, les hommes les moins bien informés à ce sujet sont les hommes les plus âgés (83 % à 50-59 ans), ceux de Savane Rurale (89 %), ceux sans instruction (86 %) et ceux de religion traditionnelle (85 %). Comme chez les femmes, les « relations occasionnelles » constituent le type de relations sexuelles le plus fréquemment mentionné comme mode de transmission du sida (52), mais les hommes ont cité beaucoup plus fréquemment que les femme les « relations avec des prostituées » (51%, contre 32 % chez les femmes). En outre, il faut signaler que ce sont les hommes d'Abidjan qui ont cité le plus souvent ce mode de transmission (60 %). Les « relations avec le conjoint » sont citées un peu moins fréquemment par les hommes que par les femmes (l 2 % contre 14 %). Par contre, les hommes ont mentionné les « relations homosexuelles » plus souvent que les femmes (9 %, contre 4 %). Mis à part les modes de transmission sexuelle, 21% des hommes ont cité les « transfusions sanguines » et 23 % les « injections avec des aiguilles non stérilisées ». Comme chez les femmes, ces modes de transmission ont été surtout cités par les hommes du milieu urbain, ceux de niveau secondaire ou supérieur et par ceux de religion chrétienne. En outre, 5 % des hommes ont mentionné l'utilisation de « lames souillées et le contact avec du sang contaminé ». Enfin, il convient de souligner que, comme les femmes, une faible proportion d'hommes ont cité des modes de transmission incorrects : « manger dans la même vaisselle qu'un sidéen » (3 %), « porter les vêtements d'un sidéen » (1%) ou les « piqûres d'insectes ou de moustiques » (1%). Sur l'ensemble des hommes connaissant le sida, 4 % n'ont ainsi cité que des modes de transmission « incorrects ». 173 4~ Tableau 11.3.1 Connaissance par les femmes des modes de transmission du sida Parrm les femmes qui connaissent le sida, pourcentage de celles qui connaissent diflërents modes de transmission selon les caractérîstiques socio-démographiques, EDS C6te d'Ivoire 1994 Mode de transmission sexuelle Autres types de transmission Ensemble Type de relations sexuelles des % ayant femmes Avec Rela- Lames/ M~me Porter Piqures des qui con- Toutes Avec des lions Relations Trans- Seringues contact vaisselle v6te- d'insec- infor- naissent relations le prosti- homo- occasion- Autres fusion non- avec que ments tes/mous- mations le Caractéristique sexuelles conjoint tuées sexuelles ne[les relations ND sanguine sténies sang sidéen sidéen tiques Autre ND erron6es sida Groupe d'åges 15-19 79,6 12,3 32,6 3.8 52,9 1,3 2,1 17.8 17,6 2,5 3,4 1,1 0,7 1,2 16,1 4,6 1 853 20-24 84,9 13,4 33,2 5,2 59,6 1,2 2,1 16,2 17,0 2,7 3,3 1,1 1,1 2,0 12,0 4,7 1 501 25-29 83,0 16,7 32,9 4,7 56,8 0,8 1,9 14,6 16,7 1,2 3,7 l,O 1,1 1,7 13,9 5,2 1 360 30-39 79,7 14~6 29,7 4,8 55,8 1,2 1,2 13,6 15,0 1,8 4.0 0.6 0,5 1,0 17,5 4,6 1 848 40-19 72,7 11,3 28,1 2,8 50,4 0,3 1,5 8.1 9,3 1,0 2,0 0,4 0,7 0,8 24,1 2,9 987 État matrimonial Jamais en union 83,9 13,2 33,1 5,4 56.2 1,6 2,9 22,5 22,0 3,2 2,8 1,0 1, l 1,0 12,0 4,3 2 059 Actuellement en union 78,4 13,4 30,6 4,0 54,9 0,8 1,4 11,3 12,8 1,4 3,6 0,8 0,6 1,4 18,5 4,4 4833 Union rompue 84,0 18,0 33,1 3,8 55,7 0,9 1,0 13.8 16,0 2,2 3,7 0,8 1.6 2,1 13.4 5,7 657 Milieu de résidence Abidjan 79,5 17,6 35,6 8,0 43,2 2,8 4,7 25,8 22,5 3,2 2,7 0,7 1.0 2,2 16,2 4,0 1 759 For&Urbaine 87,0 15,7 35,2 4,3 64,2 0,3 0,7 16.5 20,3 0.9 3,2 0,9 0,9 1,2 10,8 4,3 872 Savane Urbaine 82,7 9,7 26,5 5,4 64.2 0,9 1,0 I7.6 24,0 3,1 3~2 0,7 0,5 1,6 14,1 3,9 686 Ensemble urbain 82.1 15,5 33,6 6.5 53.1 1,8 2,9 21,7 22,2 2,6 2,9 0,7 0,8 1,8 14,3 4,1 3 318 For~t Rurale 83,8 14,6 35,3 3,0 60,4 0.5 0,5 10,4 12,1 1,6 4,4 1,1 1,0 0,9 12,9 5,7 3013 Savane Rurale 67,3 7,0 16,2 2,0 49,0 0,3 1,9 5.6 6,1 l,l 2,3 0,5 0,2 1,2 29,9 2,7 1 219 Ensemble rural 79,0 12,4 29,8 2,7 57,1 0,5 0,9 9,0 10,4 1,4 3~8 0,9 0,8 1,0 17,8 4,9 4 232 Niveau d'instruction Aucun 73,3 10,1 27,7 1,5 51,3 0,4 1,5 6,2 7,0 1,0 3,1 0,5 0,5 1.0 23,3 3,8 4379 Primaire 87,0 17,7 34,7 4,3 60,5 1,1 2,2 14,9 17,5 2,3 4,6 1.5 1,0 1,9 9,3 6,0 2039 Secondaire ou plus 95,9 20,9 40,3 15,4 61,6 3,2 2,0 46,5 45,2 5,1 2,3 1,0 1.6 1,6 1,9 4,6 I 131 Religion Catholique 86,8 17,8 35.7 6,7 56,2 2.0 2,4 23,6 23,4 2,2 2,7 0,8 0.9 1,6 9,7 4,0 I 885 Protestante 89,7 18,3 35,2 6,0 63,3 0,9 1,5 19,5 21,0 3,1 4,1 1,4 1,1 1,0 7,9 5,7 1 458 Musulmane 73,2 9,8 29,3 2,4 51,9 0.5 1,3 10,1 12,0 1,5 3,9 0,7 0,8 1,8 22,9 4,8 2426 Sans religion 76,7 10,5 27,1 3,2 52,9 0,9 2,0 8,0 8,6 1,4 2,5 0,7 0,6 0,9 20,3 3,4 1 384 Traditionnelle 72,6 13,0 26.5 3,0 51,5 0,5 1,6 4,2 5,1 1,3 4,3 0,6 0,0 0,6 24,0 4,3 396 Ensemble des femmes 80,4 13,7 31,5 4,4 55,3 1,0 1,8 14,6 15,6 1,9 3,4 0,9 0,8 1,3 16,3 4,5 7 549 Tableau 11.3.2 Connaissance par les hommes des modes de transmission du sida Parma les hommes qui connaissent le sida, pourcentage de ceux qui connaissent différents modes de transmission selon les caractéristiques socio-démographiques, EDS C6te d'Ivoire 1994 Mode de transmission sexuelle Autres types de transmission Ensemble Type de relations sexuelles des % ayant hornmes Avec Rein- Lames/ M~me Porter Pîqures des qui con- Toutes Avec des tions Relations Trans- Senngues contact vaisselle v~te- d'insec- infor- naissent relations le prosti- homo- occasion- Autres fusion non- avec que ments tes/mous- mations le Caractéristique sexuelles conjoint tuées sexuelles nelles relations ND sanguine stérîles sang sidéen sidéen tiques Autre ND erronées sida Groupe d'åges 15-19 92,5 12,7 51,1 7,1 45~6 4,6 2,6 23,0 28,1 5,5 2,1 0,4 1,2 1,9 5,7 3,5 518 20-24 95,1 13,0 55,4 12,3 52,2 4,2 2,8 24,7 30,1 8,6 2,5 1,8 1,2 2,1 3,9 4,4 409 25-29 93,9 14,9 52,8 11,6 54,6 2,4 0,7 22,8 26,4 3,7 3,8 1,7 1,0 3,5 4,1 5,9 399 30 39 93,2 12,5 52,4 9,4 55,8 3,6 1,7 23,9 19,9 4,3 2,9 0,6 1,2 3,9 5,8 4,5 603 4049 89,0 10,3 41,7 6,8 54,5 2,0 4,3 13,7 13,4 2,7 3,2 1,1 0,4 3,5 10,1 4,2 326 50-59 82,6 8,6 47,2 6,5 47,2 1,9 1,3 10,8 11,7 1,5 2~5 0,0 0,4 2,9 15,9 2,8 192 État matrimonial Jamais en union 93,9 14,5 51,7 10,8 50,1 3,9 2,6 24,6 28,8 6,2 2,3 0,9 1,1 2,1 4,9 4,0 l 158 Actuellement en union 90,4 10,5 50,5 7,9 53,7 3,0 2,0 17,7 17,9 3,5 3,2 1,0 0,9 3,9 8,2 4,5 1220 Union rompue 92,0 13,3 44,2 3,6 54,6 0,8 0,0 27,8 12,6 3,0 5,4 0,0 1,9 1,6 5,0 7,3 70 Milieu de ré~idenee Abidjan 91,7 16,1 60,0 18,7 44,0 3,5 3,1 30,0 28,8 5,0 1,9 0,7 0,7 3,1 6,6 3,1 590 Forfit Urbaine 94,1 17,3 53,6 10,I 53,4 1,4 3,9 29,9 32,4 5,6 2,5 1,7 2,8 2,5 4,2 6,7 241 Savane Urbaine 93,4 16,6 46,5 8,0 55,4 6,1 0,8 32,4 29,9 10,2 4,4 1,4 1,4 5,0 4,2 6,4 200 Ensemble urbain 92,6 16,5 55,9 14,6 48,4 3,5 2,8 30,5 29,9 6~1 2,5 1,1 1,3 3,3 5,6 4,6 1 032 Foret Rurale 92,9 11,0 49,0 5,5 55,1 3,4 1,3 15,5 19,4 3,8 3,1 1,3 0,8 2,6 5,8 4,3 1 007 Savane Rurale 88,8 5,8 42,7 4,7 53,6 2,8 3,0 12,1 13,8 3,7 3,0 0,0 0,7 3,0 10,7 3,7 408 Ensemble rural 91,7 9,5 47,2 5,2 54,7 3,2 1,8 14,6 17,8 3,8 3,1 0,9 0,8 2,7 7,2 4,2 1 416 Niveau d'instruction Aucun 86,1 8,4 45,6 4,0 49,7 1,7 2,7 6,0 8,6 2,0 3,2 0,9 1,0 3,5 12,5 4,7 994 Primaire 93,4 11,9 53,2 6,1 49,2 3,3 1,9 13,9 17,8 4,8 3,2 1,4 0,9 3,0 4,4 4,6 644 Secondaire ou plus 98,5 17,7 55,5 18,1 57,1 5,5 1,9 45,9 44,5 8,2 2,1 0,7 1,1 2,3 0,9 3,7 810 Religion Catholique 94,8 14,1 53,5 10,5 54,8 4,4 2,0 28,5 26,6 5,0 2,2 0~6 1,0 3,4 3,7 3,7 553 Protestante 96,0 10,8 54,5 11.8 57,1 3,2 1,9 30,2 37,6 6,7 1,8 1,1 0,8 2,5 2,9 3,3 365 Musulmane 89,3 t 1,2 51,5 8,5 50,2 2,4 1,8 15,2 19,1 3,9 3,4 1,4 1,4 2,6 8,9 5,6 910 Sans religion 94,6 16.3 46,8 6,8 51,6 4,4 0,8 19,6 18,8 4,8 1,6 0,4 0,3 4,1 4,6 2,1 419 Traditionnelle 85.0 8,3 42,4 9,3 44,1 2,8 8,2 16,0 11,5 4,4 6,7 0,6 0,9 2,4 14,4 7,1 201 Ensemble des hommes 92,1 12,4 50,9 9,2 52,0 3.4 2,2 21,3 22,9 4,8 2,8 1,0 1,0 3,0 6,5 4,3 2 448 Graphique 11.1 Connaissance des principaux modes de transmission du sida Pourcentage 1 O0 80 60 40 20 O Relations Transfusion Utilisation Contact NSP sexuelles Sanguine Seringues avec sang EDSCI 1994 Après avoir demandé aux femmes et aux hommes connaissant le sida quels étaient, d'après eux, les modes de transmission de la maladie, on a leur posé plusieurs questions spécifiques dans le but de mieux cerner leurs connaissances de la maladie. Ces types de questions permettent aussi de savoir si, au niveau national, les efforts de sensibilisation ont atteint leurs objectifs. Près de trois femmes sur quatre (71%) ont répondu par l'affirmative quand on leur a demandé si, à leur avis, « une femme atteinte du sida pouvait donner naissance à un bébé atteint du sida ? » (tableau 11.4.1 ). En d'autres termes, 29 % des ivoiriennes ne savent pas qu'une femme atteinte du sida et qui tombe enceinte fait courir des risques importants à son futur enfant. Comme pour toutes les questions relatives à la connaissance du sida, les femmes les moins informées sur la transmission mère-enfant sont les femmes de 40-49 ans (35 % ont répondu « Non » ou n'ont pas su répondre), les femmes de Savane Rurale (37 %), celles sans instruction (36 %) et celles de religion musulmane (37 %). À la question concernant 1' apparence des personnes atteintes du sida (tableau 11.4.1 ), 27 % seulement des femmes ont déclaré qu' une personne qui semblait en bonne santé pouvait être infectée par le virus du sida. Là encore, les personnes les moins bien informées sont les femmes de 40-49 ans (19 % seulement ont répondu « Oui »), les femmes en union (24 %), celles du milieu rural (23 %), celles sans instruction (19 %) et celles sans religion (20 %). Par contre, quelle que soit la catégorie de femmes connaissant le sida, dans leur très grande majorité elles savent que cette maladie est actuellement incurable (89 %) (tableau 11.4.1 ). Néanmoins, concernant cette question, on constate certaines variations très particulières selon les caractéristiques socio-démograpbiques. Ainsi, les proportions « les plus faibles » de femmes qui déclarent que le sida est incurable se trouvent en Savane Rurale, mais aussi en Abidjan (85 % dans les deux cas) et parmi les femmes sans instruction (88 %), mais aussi parmi les femmes les plus instruites (89 %). 176 Tableau 11.4.10pinon des femmes sur le sida Répartition (en %) des femmes qui connaissent le sida selon leur connaissance de la transmission du sida mère/enfant, selon leur opinion sur l'apparence des malades et selon leur opinion sur la possibilité de guérison du sida, par caraetéristiques socio-démographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Effectif Personne avec le sida de femmes peut être guêrie connais- sant Caractéristique Non Oui NSP Total Non Oui NSP Total Non Oui NSP Total le sida Transmission m~re/enfant Personne qui paraît en bonne santê peut avoir le sida Groupe d'âges 15-19 14,8 71,1 14,1 100,0 63,7 28,9 7,4 100,0 92,3 3,7 4,1 100,0 1 853 20-24 14,2 70,6 15,2 100,0 62,5 28,9 8,6 100,0 90,7 4,4 4,9 100,0 1 501 25-29 I1,1 72,6 16,3 100,0 61,3 27,5 11,1 100,0 89,1 4,7 6,2 100,0 1 360 30-39 10,8 71,1 18,1 100,0 60,7 26,7 12,6 100,0 87,1 4,4 8,5 100,0 I 848 40-49 9,9 65,3 24,7 100,0 63,1 18,8 18,2 100,0 84,5 4,1 11,4 100,0 987 État matrimonial Jamais en union 14,0 74,0 12,0 100,0 61,4 32,6 6,0 100,0 91,7 4,7 3,6 100,0 2 059 Actuellement en union 11,8 68,8 19,4 100,0 63,2 23,5 13,2 100,0 88,6 3,5 7,9 100,0 4 833 Union rompue I 1,6 72,4 16,0 100,0 57,2 32,4 10,3 100,0 84,7 8,0 7,3 100,0 657 Milieu de résidence Abidjan 11,5 73,0 15,5 100,0 58,3 33,0 8,7 100,0 84,7 7,9 7,4 100,0 1 759 Foret Urbaine 10,5 73,3 16,2 100,0 59,2 32,3 8,5 100,0 91,6 3,8 4,6 100,0 872 Savane Urbaine I 1,0 74,3 14,7 100,0 60,0 30,4 9,6 100,0 91,3 4,0 4,6 100,0 686 Ensemble urbain I1,1 73,4 15,5 100,0 58,9 32,3 8,9 100,0 87,9 6,0 6,1 100,0 3 318 Forêt Rurale 13,8 70,4 15,8 100,0 64,0 25,6 10,4 1130,0 92,0 2,7 5,3 100,0 3 013 Savane Rurale 12,5 63,0 24,5 100,0 66,9 14,8 18,3 100,0 85,2 3,1 11,7 10O,0 I 219 Ensemble rural 13,4 68,3 18,3 100,0 64,8 22,5 12,7 100,0 90,1 2,8 7,1 100,0 4232 Niveau d'instruction Aucun 12,4 63,5 24,0 100,0 65,0 18,7 16,3 100,0 87,5 3,1 9,4 100,0 4379 Primaire 13,0 77,7 9,2 100,0 67,3 28,2 4,5 100,0 92,4 4,5 3,1 1150,0 2039 Secondaire ou plus 11,1 84,7 4,2 100,0 42,2 55,5 2,3 100,0 89,3 8,2 2,5 100,0 I 131 Religion Catholique 12,5 77,2 10,3 100,0 60,1 34,4 5,5 100,0 91,4 4,9 3,7 100,0 1 885 Protestante 11,6 78,9 9,5 100,0 63,5 31,2 5,3 100,0 90,3 6,0 3,7 100,0 1 458 Musulmane 12,9 63,1 24,0 100,0 61,9 22,5 15,6 100,0 87,9 3,2 9,0 100,0 2426 Sans religion 13,1 67,0 19,9 100,0 66,3 20,2 13,5 100,0 88,5 3,3 8,3 100,0 I 384 Traditionnelle 9,4 65,3 25,4 100,0 55,2 23,9 21,0 100,0 83,1 4,7 12,3 100,0 396 Ensemble des l~:mmes 12,4 70,5 17,1 100,0 62,2 26,8 I 1,0 100,0 89,1 4,2 6,7 100,0 7 549 Concernant la transmission mère-enfant, on constate au tableau 11.4.2 que les hommes ont à peu près le même niveau de connaissance que les femmes (71% pour les deux sexes) et que les variations selon les différentes caractéristiques socio-démographiques sont très similaires. Les hommes les « moins informés » sur la transmission mère-enfant sont les hommes de 50-59 ans (38 % ont répondu « Non » ou n'ont pas su répondre), ceux en union (31%), les hommes de Savane Urbaine (31%) et de Forêt Urbaine (29 %), ceux sans instruction (37 %) et ceux de religion musulmane (38 %). 177 Tableau 11.4.20pinon des hommes sur le sida R6partition (en %) des hommes qui connaissent le sida selon leur connaissance de la transmission du sida m~re/enfant, selon leur opinion sur l'apparence des malades et selon leur opinion sur la possibilité de guérison du sida, par caractéristiques socio-démographiques, EDS C6te d'Ivoire 1994 Caractéristique Effectif Personne qui paraît en bonne Personne avec le sida d'hommes Transmission mére/enfant santé peut avoir le sida peut être guérie connais- sant Non Oui NSP Total Non Oui NSP Total Non Oui NSP Total le sida Groupe d'åges 15-19 22,5 70,6 6,9 1170,0 55,4 40,1 4,5 100,0 84,5 9,9 5,6 100.0 518 20-24 17,9 71,4 10,7 100,0 47,3 48,0 4,7 100,0 83,3 10,9 5,9 100.0 41)9 25-29 13,5 74,1 12,4 100,0 52,7 41,2 6,1 1130,0 80,8 12,8 6,4 100.0 399 30-39 11,6 76,4 12,1 100,0 55,5 38,9 5,6 100,0 81,3 12,3 6,4 100,0 603 40-49 16,3 63,5 20,3 100,0 62,2 29,1 8,7 1130,0 79,9 8,9 11,2 100,0 326 50-59 13,8 61,0 25,2 100,0 60,6 20,9 18,5 100,0 79,7 9,3 11,1 100,0 192 État matrimonial Jamais en union 18,9 72,0 9,1 100,0 51,6 44,0 4,4 10o,0 82,3 11,8 5,9 100,0 I 158 Actuellement enunion 13,8 69,4 16,9 100,0 57,3 33,6 9,0 100,0 81,6 10,2 8,3 100,0 I 220 Union rompue 8,7 83,5 7,8 100,0 68,7 25,8 5,4 100,0 81,8 9,9 8,4 100,0 70 Milieu de résidence Abidjan 16.5 70,2 13,2 100,0 42,1 51,1 6,9 100,0 71,2 19,9 9,0 100,0 590 For& Urbaine 17,0 70,9 12,0 100,0 53,4 41,3 5,3 100.0 79,3 11.2 9,5 100,0 241 Savane Urbaine 18,6 69,3 12,2 1130,0 47,6 44,6 7,8 100,0 79,2 12,7 8,0 100.0 200 Ensemble urbain 17,1 70,2 12,7 I00,0 45,8 47,5 6,7 100,0 74,6 16,4 8,9 IOE),0 1 1)32 Foret Rurale 14,6 73,7 11,7 100,0 63,4 31,2 5,4 100,0 87,9 7,2 4,9 100,0 1 I)07 Savane Rurale 17,0 66,4 16.6 100,0 57,1 32,6 10,3 100,0 85,5 6,3 8,2 IOEL0 408 Ensemble rural 15,3 71,6 13,1 100.0 61,6 31.6 6,8 100,0 87,2 6,9 5,9 10031 1 416 Niveau d'instruction Aucun 15,1 62,9 22,1 100,0 66,7 21,1 12.2 100,0 82,3 6,9 10,8 100,t) 994 Primaire 18,2 71.1 10,7 100,0 61,9 33,7 4,4 100,0 83,2 II,0 5,8 100,0 644 Secondaire ou plus 15,5 81,0 3,5 100,0 34,9 63,2 1,9 100,0 80,4 15,9 3,7 100,0 810 Religion Catholique 14.7 76,8 8,5 100,0 48,3 48,5 3,2 100,0 81,9 13.0 5,1 100,0 553 Protestante 15,0 79,9 5,1 100,0 52,5 43,3 4,2 100,0 80.9 14.2 4.8 100,0 365 Musulmane 18,8 62,3 18.9 100,0 60,9 29,7 9,4 100,0 81,7 9,2 9,1 100,0 910 Sans religion 13,0 77,8 9,2 100,0 56,8 37,7 5,4 100,0 85,3 8,9 5,8 100,0 419 Traditionnelle 15,5 64.3 20,2 I(X),0 46,6 41.6 11.7 100,0 77,9 11,5 10,6 100,0 2(11 Ensemble des hommes 16,0 71,0 12,9 100,0 54,9 38,3 6,7 100,0 81,9 10,9 7,1 100,0 2448 11.4 CONNAISSANCE DES MOYENS DE PRÉVENTION DU S IDA En l'absence de tout traitement efficace, la prévention reste le meilleur moyen de lutte contre la propagation de l'épidémie de sida. Afin d'évaluer le niveau de connaissance de la population en matière de moyens de protection, on a demandé aux enquêtés qu'est-ce qu'il fallait faire, selon eux, « pour éviter de contracter le sida ». Bien qu'une forte proportion de femmes ayant entendu parler du sida connaissent, au moins, un mode de transmission de cette maladie, une femme sur six ( 16 %) ne connaît aucun moyen pour éviter de contracter la maladie (tableau 11.5.1). Ce niveau varie fortement selon les caractéristiques socio-démographiques et les 178 Tableau 11.5.1 Connaissance par les femmes des moyens d'~virer de contracterle sida Parmi les femmes qui connaissent le sida, pourcentage de celles qui connaissent différents moyens d'éviter de contracter le sida selon les caractéristiques socio-démographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 l~viter S'abstenir Ne pas Éviter Êviter Effectif Utiliser Avoir les de rap- utiliser contact contact de femmes les un seul prosti- ports seringues/ avecles avec sang connaissant Caractéristique condom partenaire tituees sexuels aiguilles sidéens contamine Autres NSP le sida Groupe d'åges 15-19 42,2 54,1 13,1 5,4 10,3 4,9 3,5 1,0 17,5 1 853 20-24 42,0 63,3 12,5 6,3 10,2 4,3 2,9 1,8 11,7 1 501 25-29 32,2 66,7 13,5 3,5 I1,0 5,1 3,1 2,4 13,0 1 360 30-39 27,1 66,4 13,4 4,1 9,5 5,3 2,9 1,8 15,5 1 848 40-49 12,8 63,7 12,4 5,0 5,8 4,3 2,4 1,7 23,4 987 État matrimonial Jamais en union 49,8 53.1 12,4 7,5 13,2 4,3 3,8 1,6 13,5 2 059 Actuellement en union 24,7 66,1 13,2 3,5 8,2 5,0 2,7 1,7 17,4 4 833 Union rompue 39,4 65,2 13,6 6,4 8,6 5,8 3,0 2,8 11,4 657 Milieu de résidence Abidjan 49,2 51,7 12,2 8,6 11,5 2,7 4,3 3,6 13,4 1 759 For~t Urbaine 40,6 66,8 16,9 4,2 13,1 4,7 3,0 2,3 11,6 872 Savane Urbaine 41,0 61,6 9,7 3,8 15,1 4,5 5,2 1,3 15,2 686 Ensemble urbain 45,2 57,7 12,9 6,5 12,7 3,6 4,1 2,8 13,3 3 318 Forêt Rurale 26,0 70,3 16,1 3,4 8,5 6,6 2,3 0,9 13,0 3 013 Savane Rurale 15,9 56,2 5,8 4,0 4,0 3,9 1,5 0,9 29,6 1 219 Ensemble rural 23,1 66,2 13,1 3,5 7,2 5,8 2,1 0,9 17,8 4232 Niveau d'instruction Aucun 15,6 63,1 12,8 4,4 4,8 4,9 2,1 1,3 21,9 4379 Primaire 48,3 62,6 12,4 3,2 10,8 5,6 3,2 1,6 8,6 2 039 Secondaire ou plus 71,6 59,7 15,2 9,6 26,1 3,2 6,1 3,5 5,1 1 131 Religion Catholique 49,6 59,3 15,4 6,2 14,3 4,1 4,5 2,3 9,1 1 885 Protestante 40,2 67,7 13,3 5,8 13,0 4,9 3,3 2,1 8,3 1 458 Musulmane 21,5 61,9 13,2 3,6 7,9 6,0 2,8 1,5 21,8 2426 Sans religion 25,9 62,1 9,3 4,3 4,5 4,0 1,6 0,9 20,2 I 384 Traditionnelle 19,0 63,3 12,5 4,2 3,6 4,3 0,9 2,3 23,4 396 Ensemble des femmes 32,8 62,5 13,0 4,8 9,6 4,8 3,0 1,7 15,8 7 549 femmes les moins informées sont, encore une fois, celles de 40-49 ans (23 %), celles en union (17 %), celles de Savane Rurale (30 %), celles sans instruction (22 %) et celles de religion traditionnelle (23 %), de religion musulmane (22 %) et celles sans religion (20 %). Par contre, pour près des deux tiers des femmes (63 %), avoir un seul partenaire est le meilleur moyen de protection contre le sida (graphique 11.2). En outre, l'utilisation du condom comme moyen de prévention a ét~ citée par 33 % des femmes. Une femme sur huit ( 13 %) a déclaré qu'i l fallait éviter les prostituées et 5 % des femmes ont cité l'abstinence sexuelle comme moyen de prévention. Enfin, 10 % des femmes ont déclaré qu'i l fallait éviter d'util iser des aiguilles non stérilisées, 5 % ont déclaré qu'i l fallait éviter les contacts avec les sidéens et 3 % ont mentionné le contact avec du sang contaminé. 179 Graphique 11.2 Connaissance des principaux moyens d'éviter le sida Utiliser condoms Un seul partenaire ÊvLter prostituées Pas de rap. sexue ls~ Éviter seringues |mm NSP 0 10 20 30 40 50 60 70 Pourcentage ED8CI1994 On constate que chez les hommes ayant entendu parler du sida, la proportion de ceux qui ne connaissent aucun moyen de prévention (5 %) est beaucoup plus faible que chez les femmes ( 16 %) (tableau 11.5.2). Par contre, ce niveau présente de forte variations selon les différentes caractéristiques socio- démographiques et, comme chez les femmes, les hommes les moins informés sont les hommes les plus âgés ( 14 % à 50-59 ans), ceux en union (6 %), ceux de Savane Rurale (8 %), ceux sans instruction (11%) et ceux de religion traditionnelle (11%) et de religion musulmane (8 %). Près d'un homme sur trois (61%) a déclaré que le fait d'avoir un seul partenaire permettait d'éviter le sida (graphique 11.2), en outre plus de la moitié des hommes (56 %) ont mentionné le condom comme moyen de prévention (contre 33 % des femmes). Il faut préciser que les hommes qui ont mentionné le plus fréquemment l'utilisation du coudom sont les hommes de moins de 25 ans (72 %), les célibataires (70 %) et ceux de niveau secondaire (75 %). Comme moyen de prévention du sida, le fait d'éviter les prostituées a été mentionné un peu plus fréquemment par les hommes que par les femmes (16 % contre 13 %), ainsi que l'abstinence sexuelle (10 % contre 5 %). Mis à part les moyens de prévention relatifs aux rapports sexuels, 10 % des hommes ont déclaré qu'il fallait éviter d'utiliser des seringues non stérilisées, 4 % ont mentionné le contact avec du sang contaminé et 4 % ont dit qu'il fallait éviter les contacts avec des sidéens. 180 Tableau 11.5.2 Connaissance par les hommes des moyens d'éviter de contracter le sida Parmi les hommes qui connaissent le sida, pourcentage de ceux qui connaissent différents moyens d'6viter de contracter le sida selon les caractéristiques socio-d6mographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Éviter S'abstenir Ne pas Éviter Éviter Effectif Utiliser Avoir les de rap- utiliser contact contact d'hommes les un seul prosti- ports seringues/ avecles avec sang connaissant Caract&istique condom partenaire tituées sexuels aiguilles sidéens contaminé Autres NSP le sida Groupe d'figes 15-19 72,9 47,9 15,2 10,0 13,3 2,1 4,4 1,5 3,6 518 20-24 71.1 56,7 17,3 11,6 14,1 4,7 6,3 2,1 3,7 409 25-29 59,5 62,5 14,8 9,4 10,7 3,4 3,6 3,1 4,8 399 30-39 52,4 65,6 17,1 8,4 9,9 3,9 3,5 2,2 4,6 603 40-49 31,1 71,3 15,5 10,6 4,5 4,7 3,0 4,0 5,6 326 50-59 18,2 72,6 17,1 7,3 3,7 1,6 0,0 2,1 13,5 192 État matrimonial Jamais en union 70,3 52,5 15,8 12,2 12,4 2,7 4,4 1,9 3,9 Actuellement en union 42,0 69,0 16,6 7,5 8,1 4,2 3,4 2,8 6,3 Union rompue 46,6 67,1 13,6 4,5 10,9 4,9 3,0 3,6 3,4 Milieu de résidence Abidjan 64,1 52,0 15,4 13,7 11,1 1,4 4,3 2,4 4.7 Forêt Urbaine 64,0 65,1 20,9 13,1 12,0 3,6 3,9 3,9 4,5 Savane Urbaine 61,2 62,9 15,2 13,0 18,3 4,7 6,9 3,3 3,9 Ensemble urbain 63,5 57,2 16,6 13,4 12,7 2,6 4,7 2,9 4,5 For&Rurale 51,1 64,2 17,5 6,6 10,5 4,5 3,9 1,5 4,5 Savane Rurale 46,4 63,6 I 1,7 7,5 3,3 3,5 1,6 3,5 8.2 Ensemble rural 49,7 64,1 15,8 6,9 8,4 4,2 3,2 2,1 5,5 158 220 70 590 241 200 032 007 408 416 Niveau d'instruction Aucun 35,4 61,9 16,6 6,5 3,4 3,7 1,5 2,5 10,5 994 Primaire 62,7 57,4 14,6 6,6 7,5 3,4 3,8 2,3 2,2 644 Secondaire ou plus 74,5 63,2 16,9 16,0 20,8 3,3 6,7 2,5 0,7 810 Religion Catholique 65.4 59,0 17,0 10,3 12,0 3,7 4,1 2,3 2,0 553 Protestante 58,5 68,4 18,6 12,0 15,6 2,5 5,2 1,8 2,0 365 Musulmane 48,5 59,1 17,6 8,1 9,2 3,4 3,2 2,2 8,0 910 Sans religion 58,8 63,3 10,4 12,0 7,6 2,9 3,3 2,3 2,7 419 Traditionnelle 47,9 58,8 14,8 5,7 5,8 6,6 4,9 5,1 11,2 201 Ensemble des hommes 55,5 61,2 16,2 9,6 10,2 3,5 3,9 2,4 5,1 2 448 11.5 UTILISATION DES CONDOMS Bien qu'une forte proportion de femmes aient cité le condom comme moyen de prévention du sida (33 %), les résultats des Tableaux 11.6.1 mettent en évidence un assez faible niveau d'utilisation. En effet, parmi les femmes ayant eu des rapports sexuels au cours des deux mois précédant l'enquête, 7 % seulement ont déclaré avoir utilisé un condom. Les femmes ayant utilisé le plus fréquemment des condoms sont celles de moins de 20 ans (14 %), les célibataires (19 %), celles du milieu urbain (9 %), les femmes de niveau secondaire ( 18 %) et celles de religion catholique (11%). Une assez faible proportion de femmes ont déclaré utiliser le condom au cours de chaque rapport (moins de 3 %); la plupart des femmes n'ont utilisé le condom que pour certains rapports (4 %), soit « parfois », soit « rarement » (2 % dans chaque cas). Par ailleurs, on constate que, chez les femmes, le condom est utilisé plus fréquemment pour éviter la grossesse (5 %) que pour éviter les maladies sexuellement transmissibles (MST) (2 %) ou pour éviter le sida (3 %). 181 Tableau 11.6.1 Utilisation du condom par les femmes Répartition (en %) des femmes qui ont eu des rapports sexuels les deux mois avant l'enquête selon l'utilisation du condom et raison de l'utilisation par caractêristiques socio-démographiques. EDS Côte d'Ivoire, 1994 Effectif Utilisation du condom Raison d'utilisation du condom de femmes ayant eu des N'a A rapports sexuels pas chaque l~viter I~viter l~viter Autres au cours des deux Caractêristique utilis6 fois Parfois Rarement Total grossesse MST sida raisons derniers mois Groupe d'åges 15-19 86,1 5,3 5.4 3,2 100,0 11,6 3,9 5,2 0,3 940 20-24 91,3 2.9 3.4 2.2 100,0 7,1 2,9 3,0 0,4 974 25-29 95,6 2.1 1.0 1.2 100,0 3.2 1.6 1,9 0,1 929 30-39 96,5 1,6 0.9 1,0 100,0 2.0 1,5 1.4 0,0 1 215 40-49 98,7 0,4 0,4 0,4 100,0 0.8 0,4 0.4 0,0 618 État matrimonial Jamais en union 80.8 7,7 6,9 4.6 100.0 16,0 6,5 8,4 0,2 964 Actuellement en union 97.5 0,7 0,9 0,8 100,0 1,8 0,6 0,5 0,2 3 410 Union rompue 88,4 6,6 2,6 2,3 100,0 6,7 6,3 6,2 0,0 303 Milieu de résidence Abidjan 90,9 4.3 2,1 2.7 100,0 6,8 2.7 4.0 0,2 1 000 Forêt Urbaine 91,1 3.3 3.4 2,0 100,0 6.5 4.5 4.1 0,1 532 Savane Urbaine 91,2 3.3 3.1 2,4 100,0 7.5 2,9 2.1 0,2 425 Ensemble urbain 91,0 3.8 2,7 2,5 100.0 6.9 3,2 3,6 0.2 1 958 Forêt Rurale 94,8 2,0 2.0 1,1 100.0 4,1 1,5 2,0 0.2 I 973 Savane Rurale 96.3 0,7 2,0 1,1 100.0 3.0 1,1 0,9 0.0 747 Ensemble rural 95,2 1,6 2,0 1,1 100.0 3,8 1,4 1,7 0,1 2 720 Niveau d'instruction Aucun 97.3 1,1 1,1 0,5 loe,0 2,0 0,9 1,2 0,2 2 705 Primaire 91,7 2,7 3,2 2.4 100,0 6,2 2,6 2,9 0,2 1 259 Secondaire ou plus 82,0 7,9 5,2 4.8 100,0 14,8 6,2 6,7 0,2 713 Religion Catholique 89,4 4,6 3,4 2.6 100,0 8,0 3.8 4,2 0,0 1 153 Protestante 92,2 2.7 2.5 2.6 100,0 6,1 2.3 2,0 0,2 889 Musulmane 95,5 2.0 1.6 0.8 100,0 3,7 1.4 2.1 0,2 1 468 Sans religion 95,2 1.4 1.9 1,4 100,0 3,6 1.5 1.8 0,4 919 Traditionnelle 97,8 0.0 1.8 0,4 100,0 1,8 0.9 0.5 0,0 248 Ensemble des femmes I 93,5 2.5 2.3 1,7 100,0 5.1 2.2 2.5 0,1 4 677 I y compris les "non-déterminés" L'utilisation du condom est beaucoup plus fréquente chez les hommes ayant eu des rapports sexuels au cours des deux derniers mois que chez les femmes (23 % contre 6 %) (tableau 11.6.2). En outre, une proportion assez importante d'hommes (11%) ont déclaré avoir utilisé le condom au cours de chaque rapport, alors que 8 % des hommes n'ont utilisé le condom que « parfois » et 4 % l'ont utilisé « rarement ». Les hommes ayant utilisé le condom le plus fréquemment sont, comme chez les femmes, ceux de moins de 20 ans (44 %), les célibataires (42 %), ceux du milieu urbain (29 %), les hommes de niveau secondaire (37 %) et ceux de religion catholique (30 %). Pour les hommes, les raisons d'utilisation du condom diffèrent fortement des raisons invoquées par les femmes. Alors que les femmes ont déclaré avoir utilisé principalement le condom pour éviter une grossesse (5 %), les hommes ont, avant tout, utilisé le condom pour éviter le sida (14 %), ils ont également déclaré avoir utilisé le condom pour éviter les MST dans 11% des 182 Tableau 11.6.2 Utilisation du condom par les hommes R6partition (en %) des hommes qui ont eu des rapports sexuels les deux mois avant l'enquête selon l'utilisation du condom et raison de l'utilisation par caractéristiques socio-d6mogt'aphiques, EDS C6te d'Ivoire, 1994 Caract6ristique Utilisation du condom Raison d'utilisation du condom Effectif d'hommes ayant eu des N'a A rapports sexuels pas chaque I~viter l~viter l~viter Autres au cours des deux utilisé fois Parfois Rarement Total grossesse MST sida raisons derniers mois Groupe d'âges 15-19 56,3 21,5 15,6 6,7 100,0 30,6 20,6 26,2 1,2 136 20-24 60,5 21,0 13,2 5,3 100,0 19,1 17,9 24,8 0,2 234 25-29 73,1 11,1 9,8 6,1 100,0 11,7 14,1 16,7 0,4 252 30.39 81,1 8,7 6,9 3,4 100,0 6,8 9,3 11,6 0,0 420 40-49 81,0 4,9 2,2 1,8 100,0 2,4 4,3 5,2 0,0 222 50-59 95,7 1,4 2,0 1,0 100,0 2,5 2,4 2,8 0,0 121 État matrimonial Jamais en union 58,3 22,1 13,5 6,1 100,0 21,9 20,6 26,7 0,5 480 Actuellement en union 86,7 5,3 5,0 3,1 100,0 5,4 5,9 7,7 0,1 878 Union rompue 72,1 10,8 17,1 0,0 100,0 0,0 23,6 13,7 0,0 27 Milieu de résidence Abidjan 70,2 16,3 8,4 5,1 100,0 14,9 10,7 16,3 0,0 300 Forêt Urbaine 72,6 14,4 9,1 3,8 100,0 14,9 14,4 18,8 0,5 140 Savane Urbaine 70,1 16,2 9,3 4,4 100,0 11,3 14,7 16,2 0,5 113 Ensemble urbain 70,8 15,8 8,8 4,7 100,0 14,2 12,5 16,9 0,2 554 Forêt Rurale 79,6 8,7 7,9 3,9 100,0 9,1 11,4 14,3 0,0 597 Savane Rurale 82,5 6,9 7,3 3,3 100,0 8,5 8,5 8,9 0,8 234 Ensemble rural 80,4 8,2 7,7 3,7 100,0 8,9 10,6 12,8 0,2 832 Niveau d'instruction Aucun 87,5 7,5 3,2 1,8 100,0 4,5 4,4 8,2 0,2 543 Primaire 78,5 8,5 8,3 4,6 100,0 7,7 11,1 12,1 0,5 343 Secondaire ou plus 63,3 17,1 13,5 6,1 100,0 20,3 19,0 22,8 0,1 499 Religion Catholique 70,2 12,8 11,8 5,1 100,0 12,2 17,6 19,5 0,0 338 Protestante 79,8 6,7 8,2 5,3 100,0 8,8 6,7 10,5 0,4 185 Musulmane 78,3 14,0 4,8 2,9 100,0 10,6 9,3 14,8 0,1 485 Safts religion 77,1 9,8 8,9 4,1 100,0 11,5 13,1 12,4 0,0 255 Traditionnelle 81,3 5,4 9,4 3,9 100,0 11,4 5,5 8,9 1,6 122 Ensemble des hommes I 76,6 11,2 8,1 4,1 100,0 11,0 11,3 14,4 0,2 I 385 i y compris les "non-déterminés" cas et, dans 11% des cas, pour éviter une grossesse. Il convient de souligner que l'utilisation du condom pour éviter le sida a été mentionnée par plus de 25 % des hommes de moins de 25 ans et des célibataires et par 23 % des hommes de niveau secondaire ou supérieur. 11.6 CONNAISSANCE DE PERSONNES ATTE INTES DU S IDA ET ATT ITUDE ENVERS LES S IDÉENS Le fait qu'une certaine fraction de la population connaisse des individus atteints d'une certaine maladie donne une idée, à la fois, du niveau de connaissance de cette maladie par la population et de la 183 « prévalence » de la maladie dans cette population. Cependant, ce type d'information doit être interprété avec prudence dans la mesure où, par amalgame, certains individus peuvent être identifiés comme atteints de la maladie en question, ce qui entraîne une surestimation de l'importance de cette maladie (par exemple, dans les pays où le paludisme est très fréquent, tous les accès de fièvre sont très souvent, mais parfois à tort, "denttf'és au paludisme) et dans la mesure où, à I inverse, certaines personnes vraiment atteintes de la ma adie en question ne sont pas identifiées comme telles parce que les symptômes de la maladie sont peu ou mal connus. Au cours de I'EDSCI, on a demandé aux enquêtés s'ils connaissaient quelqu'un atteint du sida. Comme on l'a signalé, les résultats obtenus doivent donc être interprétés avec prudence dans la mesure où, selon le cas, ils peuvent surestimer ou sous-estimer l'importance de cette maladie. Selon les résultats présentés au tableau 11.7, un peu plus d'une femme interrogée sur cinq (21%) connaît, au moins, quelqu'un atteint du sida. De même, près d' un homme sur quatre (24 % ) connaît quelqu'un qui a cette maladie. Cependant, il faut souligner le fait qu'en Abidjan, où la prévalence du sida est supposée être beaucoup plus élevée que partout ailleurs en Côte d'Ivoire, le pourcentage de femmes et d'hommes connaissant quelqu'un atteint de cette maladie (22 % chaque sexe) n'est pas plus élevé, et m~me inférieur, Tableau 11.7 Connaissance d'une personne atteinte du sida Répartition (en %) des femmes et des hommes qui connaissent le sida selon qu'ils connaissent ou non une personne atteinte du sida, par caractéristiques socio-démographîques, EDS C6te d'Ivoire 1994 Caractéristique Connait quelqu'un avec le sida : Femmes Connaît quelqu'un avec le sida : Hommes Non Oui NSP Total Effectif Non Oui NSP Total Eflectif Groupe d'åges 15-19 80,9 18,6 20-24 80,5 18,8 25-29 76,1 22,9 311-39 74,7 24,5 40-49 77,4 20,8 50-59 État matrimonial Jamais en union 81,3 18,2 Actuellement en union 77,6 21,4 Union rompue 70,1 28,8 Milieu de résidence Abidjan 77,1 22,1 For6t Urbaine 76,3 23,1 Savane Urbaine 79,4 19,8 Ensemble urbain 77,3 21,9 Forêt Rurale 78,9 20,3 Savane Rurale 77,4 21,1 Ensemble rural 78,5 20,6 Niveau d'instruction Aucun 8L6 17,1 Primaire 73,8 25,9 Secondaire ou plus 71,4 28,4 Religion Catholique 75,7 23,9 Protestante 72,6 27,0 Musulmane 82,0 16,6 Sans religion 78,3 20,8 Traditionnelle 82,7 15,8 Ensemble 78,0 21,2 0,5 100,0 1 853 82,6 16,6 0,8 100,0 0,7 100,0 1 501 73,9 25,5 0,6 100,0 1,0 100,0 I 360 76,7 22,1 1.2 100,0 0,8 100,0 I 848 71,7 27,0 1,3 100,0 1,7 100,0 987 7/I,3 28,2 1,4 100,0 75,1 24,1 0,9 100.0 0,5 100,0 2 059 77,7 21,3 1,0 100.0 1,0 100,0 4 833 73,3 25,6 1,1 100,0 1,1 100,0 657 69.6 29,7 0,8 100,0 0,8 100,0 I 759 76,6 22,0 1,4 100,0 0,5 100,0 872 76,0 23,2 0,8 100,0 0,8 100,0 686 75,1 24,4 0,6 100,0 0.7 1130,0 3 318 76,2 22,7 1,1 100.0 0,7 100,0 3 013 74,3 24,9 0,8 100,0 1,5 100.0 I 219 75,5 23,1 1,4 100,0 0,9 I 0(I,0 4 232 74,6 24,4 1,0 100,0 518 409 399 603 326 192 158 220 70 590 241 200 032 007 408 416 1,3 100,0 4 379 82,3 16,4 1,3 100,0 994 0,3 100,0 2 039 74,2 25,0 0,8 100,0 644 0,2 100,0 1 131 67,5 31,5 0,9 100,0 810 0,4 100,0 1 885 69,6 28,7 1,7 100,0 553 0,4 100,0 1 458 68,9 30,9 0,3 100,0 365 1,3 100,0 2426 81,2 18,2 0,6 100,0 910 1,0 100,0 1 384 75,7 22,7 1,6 100,0 419 1,5 100,0 396 74,9 23,6 1,5 109,0 201 0,9 100,0 7 549 75,3 23,7 1,0 100,0 2 448 184 que dans les autres milieux de résidence. Par contre, les personnes de niveau d'instruction secondaire ou supérieur sont celles qui ont déclaré le plus fréquemment connaître quelqu'un atteint du sida (28 % des femmes et 32 % des hommes) : ces pourcentages particulièrement élevés signifient, peut-être, que les personnes les plus éduquées sont celles qui connaissent le mieux la maladie et sont donc les plus aptes à reconnaître quelqu'un qui en est atteint. En plus de la connaissance du sida en tant que tel, au cours de I'EDSCI, on a essayé de savoir quelle était l'opinion de la population vis-à-vis des personnes atteintes de cette maladie. Ce type d'information est essentiel pour la mise en place de programmes d'IEC et de campagnes de sensibilisation. Ainsi, à la question : « À votre avis, que doit-on faire des malades atteints du sida ? », 64 % des femmes et 60 % des hommes ont déclaré qu'il fallait les envoyer à l'hôpital (tableau 11.8). Une proportion non négligeable d' hommes (24 %) et de femmes ( 18 %) se sont prononcés en faveur de l'isolement des malades. Cette attitude favorable à l'isolement révèle un sentiment de peur qu'éprouvent les enquêtés face aux malades atteints du sida. Cette peur, qui est le signe d'une certaine méconnaissance de la maladie et de ses modes de transmission, est exprimée de façon encore plus directe par 5 % des hommes (et seulement des hommes) qui n'ont pas hésité à évoquer la solution extrême de « l'extermination » des sidéens. À l'opposé, près de 6 % des femmes et 3 % des hommes sont favorables au fait que les sidéens restent à la maison. L'attitude à adopter face aux malades atteints du sida differe assez fortement selon les différentes caractéristiques des hommes et des femmes (graphique 11.3). On notera en particulier que les positions radicales comme l'isolement des malades sont les plus fréquentes chez les femmes et les hommes de niveau secondaire (respectivement, 25 et 29 %) que chez les personnes sans instruction (respectivement, 17 et 18 %). En outre, les hommes les plus favorables à l'extermination des malades sont ceux d'instruction primaire (7 %); les hommes sans instruction (4 %) et ceux de niveau secondaire (3 %) ont évoqué légèrement moins fréquemment cette solution extrême. À l'opposé, ce sont les femmes et les hommes du milieu rural (respectivement, 7 et 4 %) et ceux sans instruction (respectivement, 7 et 4 %) qui ont le plus fréquemment déclaré qu'il fallait garder les malades du sida à la maison. 185 õo Tableau 11.8 Attitudes vis-à-vis des malades atteints du sida Répartition (en %) des femmes et des hommes selon leur attitude vis-à-vis des malades atteints du sala, par caractéristiques socio-démographiques, EDS C6te d'Ivoire 1994 Caractéristique Que faire des malades atteints du sida : Femmes Que faire des malades atteints du sida : Hommes Les Les Les Les envoyer à garder à Les NSP/ envoyer à garder à Les Les NSP/ Phôpital maison isoler Autre ND Total Effectif l'h~pital maison isoler tuer Autre ND Total Effectif Groupe d'âges 15-19 63,7 20 24 61,1 25-29 65,6 30-39 65,5 40~19 65,4 50-59 État matrimonial Jamais en union 65,3 Actuellement en union 63,7 Union rompue 64.3 Milieu de résidence Abidjan 71,7 Forêt Urbaine 63,6 Savane Urbaine 63,1 Ensemble urbain 67.8 Forêt Rurale 64,7 Savane Rurale 53.1 Ensemble rural 61,4 Niveau d'instruction Aucun 62,9 Primaire 68,4 Secondaire ou plus 61,6 Religion Catholique 67,1 Protestante 63,2 Musulmane 66,2 Sans religion 61,2 Traditionnelle 52,1 4,3 19,7 5,9 6.3 100,0 1 853 54,9 2,3 26,3 6,2 6.0 4,3 1(30,0 6,4 19,2 7,8 5,5 100,0 1 501 56,1 3,7 29,4 3,3 4,3 3~2 100,0 6,5 16,2 6,4 5,4 100,0 I 360 58.2 3,4 24.5 7,4 4.9 1,7 100,0 5,1 18,4 5,1 5,9 100,0 1 848 61,3 2,1 24,0 4,1 5,6 2.9 100,0 5,7 16.9 2,1 9,8 100,0 987 63,7 2~2 19,0 2,1 7,9 5,2 100,0 69,3 5,4 14,4 2,3 2,7 6,0 100,0 4,2 19,2 6,3 5,0 100,0 2 059 56,4 3,0 26,5 4,9 5,7 3,5 100,0 6,1 17,9 5,4 6,9 100,0 4 833 62,5 2,9 21,7 4,1 5,3 3,6 100,0 5,0 18,1 5,8 6,8 100,0 657 59,5 0,0 25.6 5,9 2,9 6,0 100,0 2,5 14,0 6,1 5,7 100.0 l 759 59,1 1.7 24.1 1,9 9,5 3,8 100.0 5.4 20,4 6,1 4,5 100,0 872 60,6 2,5 19,6 5,3 7,8 4,2 100,0 6,7 21,2 4,6 4.4 1130,0 686 54,3 2,2 30,7 3,9 7,2 1.7 100,0 4,1 17,2 5,8 5,1 100,0 3 318 58,5 2,0 24.3 3,1 8.6 3,5 100,0 5.5 20,0 4,9 4,8 100,0 3 013 62,6 3,3 23,8 4.6 2.5 3,2 100,0 9,0 17,0 7,4 13,4 100,0 1 219 54,3 4,2 24,0 8,2 4,4 4,9 100,0 6,5 19,2 5,6 7,3 100,0 4 232 60.2 3,6 23,8 5,6 3,1 3,7 100,0 518 409 399 603 326 192 158 220 70 590 241 200 032 007 408 416 Ensemble des femmes 64.2 5,5 18,3 5,7 6,4 100.0 7 549 59.5 2,9 24,0 4,5 5.4 3,6 100,0 2 448 6,5 17,1 4,4 9,0 100,0 4 379 65,5 3,6 18,2 4,4 1.9 6,4 100,0 994 3,9 17.0 7.2 3,5 100,0 2 039 58,3 1,9 27,4 6,7 3,8 1,9 100,0 644 4,2 25,3 7,8 1,1 100,0 1 131 53,1 2.8 28,6 3,0 11,0 1,4 100,0 810 4,3 18.6 6,1 4,0 100,0 1 885 56,3 2,0 27,5 5,7 6.3 2,2 100,0 553 5.4 21,3 7,4 2,7 100,0 1 458 57,6 2,1 25,8 2,9 8,8 2,8 100,0 365 5,6 16,8 3.4 7,9 100,0 2426 62,9 4,0 20,5 3,3 4,7 4,6 100,0 910 6,7 15,8 7,2 9,1 100,0 1 384 62,2 2,8 23.2 5,8 3,4 2,5 100,0 419 5,9 23.9 6,4 11,7 100,0 396 51,0 2, I 29,2 7.1 4,2 6,5 100,0 201 Graphique 11.3 Attitude des femmes et des hommes vis-à-vis des malades atteints du sida Les garder å la maisor ~ r Les isolel Les tuel A~ 0 10 20 30 40 Pourcentage 50 60 70 EDSC[1994 187 REFERENCES Abbas, Sanoussi. 1992. Fécondité. In Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH 1988) - Analyse des résultats définitifs. Volume 3, Tome 1. Abidjan : Institut National de la Statistique. Abbas, Sanoussi et Roger Bamssié. 1992. Perspectives démographiques de la Côte d'Ivoire 1988-2028. In Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH 1988) - Analyse des résultats définitifs. Volume 3, Tome 5. Abidjan : Institut National de la Statistique. Adje Koman, Georges. 1992. Structure de la Population par sexe et âge. In Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH 1988) - Analyse des résultats définitifs. Volume 3, Tome 1. Abidjan : Institut National de la Statistique. Agounké Akoua, Mensan Assogba, et Kodjo Anipah. 1989. Enquête Démographique et de Santé au Togo- 1988. Columbia, Maryland : Unité de Recherche Démographique, Direction de la Statistique, Direction Générale de la Santé [Togo] et Institute for Research Development, Macro Systems Inc. Ahonzo, Etienne, Bernard Ban'ère et Pierre Kopilov. 1984. Population de la Côte d'Ivoire. Analyse des données démographiques disponibles. Abidjan : Ministère de l'Economie et des Finances. Direction de la Statistique. Ainsworth, Martha. 1994. Les déterminants socio-économiques de la fécondité en Afrique subsaharienne. Sommaire des résultats d'un projet de recherche de la Banque Mondiale. Antoine, Philippe, Claude Herry, Koffi N'Guessan et Pierre Kopilov. 1982. Enquête Démographique à Passages Répétés 1978-79. Résultats définitifs. Abidjan : Ministère du Plan et de l'Industrie. Direction de la Statistique. Arnold, Fred et Ann K.B lanc. 1990. Fertility levels and trends. DHS Comparative Studies No.2. Columbia, Maryland : Institute for Resource Development. Azelmat, Mustapha, Mohamed Ayad, EI Arbi Housni, et Mohamed Zarouf. 1993. Enquête nationale sur la population et la santé 1992. Columbia, Maryland : Ministère de la Santé Publique [Maroc] et Macro International Inc. Banque Mondiale. 1993. Rapport sur le développement dans le monde 1993 - Investir dans la santé. Washington D.C. : Banque Mondiale. Barrère, Bernard, Juan Schoemaker, Monique Barrère, Tite Habiyakare, Athanasie Kabagwira, et Mathias Ngendakumana. 1994. Enquête Démographique et de Santé au Rwanda - 1992. Calverton, Maryland : Office National de la Population [Rwanda] et Macro International Inc. Comité National de Lutte Contre le SIDA (CNLS) : PNLS/MST/TUB. 1995. Surveillance epidémiologique de l'infection à VIH : Rapport de notification des cas de SIDA pour la période «le décembre 1993 à décembre 1994. Abidjan. Coale, A. J. et P. Demeny. 1966. Regional model life tables and stable populations. Princeton, New Jersey : Princeton University Press. 189 De Cock, Kevin M., Bernard Ban'ère, Marie-France Lafontaine, Lacina Diaby, Emmanuel Gnaore, Daniel Pantobe, et Koudou Odehouri. 1991. Mortality trends in Abidjan, Côte d'Ivoire, 1983-1988. AIDS 5 : 393-398. De Cock, Kevin M., Bernard Barrère, Lacina Diaby, Marie-France Lafontaine, Emmanuel Gnaore, Arme Porter, Daniel Pantobe, Georges C. Lafontant, Augustin Dago-Akribi, Marcel Ette, Koudou Odehouri et William L. Heyward. 1990. AIDS - The leading cause of adult death in the West African city of Abidjan. Science 249 : 793-796. Delpeuch, Francis. 1991. Indices et indicateurs anthropométriques : choix, interprétation, présentation et utilisation. In Atelier sur la surveillance nutritionnelle en Afrique de l'Ouest : méthodologie des enquêtes nutritionnelles. Document de travail. Dakar, Sénégal : ORANA, ORSTOM et OMS. Department of Statistics (DOS) [Soudan] et Institute for Resource Development]IVlacro International Inc. (IRD). 1991. Sudan Demographic and Health Survey 1989/1990. Columbia, Maryland : DOS et IRD. Direction de l'Informatique et de la Planification Sanitaire (DIPS). 1995. Statistiques diverses. Abidjan : DIPS, Ministère de la Santé Publique et des Affaires Sociales. Direction de la Population et du Développement Social. 1995. Bulletin trimestriel d'information et de communication~Population. IEC/ECHANGES, 1995. No. 001. Abidjan : Ministère de la Santé Publique et des Affaires Sociales. Direction de la Statistique, Ministère de l'Economie, des Finances et du Plan. 1978. Principaux résultats du Recensement de 1975 - Côte d'Ivoire entière. Abidjan : Direction de la Statistique. Direction de la Statistique, Ministère de l'Economie et des Finances. 1984. Enquête Ivoirienne sur la Fécondité 1980-81. Rapport Principal. Volume 1. Analyse des principaux résultats. Abidjan : Direction de la Statistique et World Fertility Surveys. Djedjed, Onéné et Ail Sissoko. 1992. Mortalité. In Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH 1988) - Analyse des résultats définitff~'. Volume 3, Tome 1. Abidjan : Institut National de la Statistique. Djedjed, Onéné et Eugène Yapo. 1992. Mortalité et morbidité. Séminaire National sur les Perspectives Démographiques de la Côte d'Ivoire 1988-2028. Abidjan, 18-20 novembre 1992. Dogoré R., V. Sangaré, I. Ouattara, K. Kale et al. 1993. Etude de la mortalité maternelle et inJantile. AnaLyse de la situation en milieu communautaire de Côte d'lvoire - Base de Santé Rurale de Bouaflé. Abidjan. Federal Office of Statistics (FOS) [Nigeria] et IRD/Macro International Inc. (IRD). 1992. Nigeria Demographic and Health Survey 1990. Columbia, Maryland : FOS et IRD. FNUAP. 1992. Les problèmes démographiques. Dossier d'information. New York : FNUAP. Garenne, Michel, Maria Madison, Daniel Tarantola, Benjamin Zanou, Joseph Aka et Raymond Dogoré. 1995. Conséquences démographiques du SIDA en Abidjan 1986-1992. Les Etudes du CEPED No. 10. Paris : CEPED. 190 Ghana Statistical Service (GSS) et Macro International Inc. (MI). 1994. Ghana Demographic and Health Survey 1993. Calverton, Maryland : GSS et MI. Gnebehi, Laurent. 1992. Population et développement. Séminaire national sur les Perspectives Démographiques de la Côte d'Ivoire 1988-2028. Abidjan, 18-20 novembre 1992. Graham, Wendy, William Brass, et Robert W. Snow. 1989. Estimating maternal mortality : The sisterhood method. Studies in Family Planning 20(3) : 125-135. Institut National de la Santé Publique, Ministère de la Santé Publique et de la Population. 1990. Evaluation de la couverture vaccinale dans la Direction Régionale de la Santé du Sud-Est. Abidjan, mai 1990. Institut National de la Santé Publique, Département d'Epidémiologie, Ministère de la Santé et des Affaires Sociales. 1991. Évaluation de la couverture vaccinale en Côte d'Ivoire. Abidjan : Institut National de la Santé Publique. Katjiuanjo, Puumue, Stephen Titus, Maazuu Zauana, et Ties Boerma. 1993. Namibia Demographic and Health Survey 1992. Columbia, Maryland : Ministry of Health and Social Services [Namibie] et Macro International Inc. Kaudjhis Offoumou, F. 1994. Mariage en Côte d'Ivoire : De la polygamie à la monogamie. Essai, suivi de réflexion sur l'excision. Abidjan : KOF Editions. Keita, Mohamed Lamine, Mamadou Chérif Bah, Mamadou Badian Diallo, et Bernard Barrère. 1994. Enquête Démographique et de Santé, Guinée - 1992. Calverton, Maryland : Direction Nationale de la Statistique et de l'Informatisation, USAID, et FNUAP. Koffi N'guessan, Pauline M. Kouye, et Pierre G. Sika. 1994. La planification Jàmiliale dans le département d'Aboisso (Sud-Est de la Côte d'Ivoire). Rapport de synthèse. Abidjan : école Nationale Supérieure de la Statistique et d'Economie Appliquée. Koffi Benefo et Paul T. Schultz. 1994. Les déterminants de la fécondité et de la mortalité juvénile en Côte d'Ivoire et Ghana. Konaté, Désiré Lohé, Tinga Sinaré, et Michka Seroussi. 1994. Enquête Démographique et de Santé au Burkina Faso 1993. Calverton, Maryland : Institut National de la Statistique et de la Démographie [Burkina Faso] et Macro International Inc. Kouamé K., Albert et Kacou Assoukpé. 1992. Caractéristiques des ménages et de l'habitat. In Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH 1988 - Analyse des résultats d~ftnitifç. Volume 3, Tome 4. Abidjan : Institut National de la Statistique. Kouassi, Lucien et Pauline M. Kouye. 1992. Caractéristiques socio-économiques de la population. In Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH 1988) - Analyse des résultats d~~[init~[E~'. Volume 3, Tome 3. Abidjan : Institut National de la Statistique. Kourguéni, Idrissa Alichina, Bassirou Garba, et Bernard Barrère. 1993. Enquête Démographique et de Santé au Niger 1992. Columbia, Maryland : Direction de la Statistique et des Compte Nationaux [Niger] et Macro International Inc. 191 Ministère Délégué Auprès du Premier Ministre, Chargé de l'Economie, des Finances et du Plan. 1994. C6te d'Ivoire ." Rapport National sur la Population. Conférence Internationale sur la Population et le Développement. Le Caire. 5-13 septembre 1994. National Statistical Office (NSO) et Macro International Inc. (MI). 1994. Malawi Demographic and Health Survey 1992. Calverton, Maryland : NSO et MI. Nations Unies. 1982. Model life tables for developing countries. Population Studies No. 77. New York : Nations Unies, Département des affaires économiques et sociales internationales. Nations Unies, CEA. Séminaire National sur la Population. Abidjan, 13-18 décembre 1982. Ndiaye Salif, Papa Demba Diouf, et Mohamed Ayad. 1994. Enquête Démographique et de Santé au Sénégal 1992/93. Calverton, Maryland : Ministère de l'Economie, des Finances et du Plan [Sénégal] et Macro International Inc. Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 1986. Maternal mortality rates: A tabulation of available information, Deuxième édition, Genève : Organisation Mondiale de la Santé, Division de Santé Familiale. Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Expanded Programme on Immunization, Training for mid level managers. 1991. The EPI Coverage Survey. Genève : OMS. Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et UNICEF. 1990. L'allaitement dans les années 1990 : une initiative globale. Innocenti, Florence, août 1990. Refeno, Germain, Victor Rabeza, Gora Mboup, et Juan Schoemaker. 1994. Enquête Démographique et de Santé à Madagascar 1992. Calverton, Maryland : Centre National de Recherches sur l'Environnement [Madagascar] et Macro International Inc. , ) " Rougerie, Gabriel. 1977. La Côte d lv«tre. Que sais-je. No. 1137. Paris : PUF. Roussel, Louis. 1967. Côte d'Ivoire 1965. Population. Abidjan : Ministère du Plan. Rutenberg, Naomi, Ties Boerma, Jeremiah Sullivan, et Trevor Croft. 1990. Direct and indirect estimates of maternal mortality with data on survivorship of sisters: Results from the Bolivia DHS. Paper presented at the anuual meeting of the Population Association of America, Toronto, Ontario, 3 mai, 1990. Souleymane Yeo. 1995. Le contexte de la migration et de l'urbanisation en Côte d'Ivoire. In Enquête lvoirienne sur les Migrations et l'Urbanisation. Rapport National Descriptif Abidjan (à paraître). Sullivan, Jeremiah M., George T. Bicego, et Shea Oscar Rutstein. 1990. Assessment of the quality of data used for the direct estimation of infant and child mortality in the demographic and health surveys. In An assessment of DHS-I data qualit~ 113-137. DHS Methodological Reports No. 1. Columbia, Maryland : Institute for Resource DevelopmentJMacro Systems Inc. Traoré, Baba, Mamadou Konaté, et Cynthia Stanton. 1989. Enquête Démographique et de Santé au Mali 1987. Columbia, Maryland : Centre d'Etudes et de Recherches sur la Population pour le Développement, Instîtut du Sahel et Institute for Resource Development/Westinghouse. 192 Trussell, James et German Rodriguez. 1990. A note on the sisterhood estimate of maternal mortality. Studies in Family Planning 21(6) : 344-346. Yapo, Eugène. 1992. État matrimonial. In Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH 1988) - Analyse des résultats définitifs. Volume 3, Tome 1. Abidjan : Institut National de la Statistique. Zanou C. Benjamin, Fatoumata Dosso, et Salia Keita. 1992. Répartition spatiale de la population et migrations. In Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH 1988) - Analyse des résultats définitifs. Volume 3, Tome 2. Abidjan : Institut National de la Statistique. Abidjan. 193 ANNEXE A PERSONNEL DE L'EDSCI PERSONNEL DE L'EDSCI PERSONNEL NATIONAL Directeur National GUESSAN BI KOUASSI Directeur de 1' Institut National de la Statistique Direction Technique N'CHO SOMBO, Statisticien Démographe Directeur Technique KOUAME KOFFI ALBERT, Démographe Superviseur KOUASSI LUCIEN, Démographe Superviseur Secrétariat NIANKE APPOLINE TRAORE MARIAM Finances et Personnel YAO BEDIAKON, Sous-Directeur N'DA ANGBENI, Chef de service BAI SRA DJENEBA KEITA KOUAO AUGUSTIN KOFFI PATRICE NAI DAINE ANTOINEITE Cartographie AHONZO ETIENNE, Chef de service ESSE ESSE JEAN-BAPTISTE BILE JEAN Reprographie DJAMA PIERRE, Chef de service DJENEBA COULIBALY KOUA Chefs d'équipe et Agents cartographes ACHY AHOTY FRANÇOIS BIEKOUA KOKO BOUADOU KOUADIO MARCELLIN DEGUI LAGO HONORE GBOBOUO SERVAIS GNANHI FELIX GOLI BI HUE GONHI JEAN KANGAH BONA JULIEN KOFFI KOUAKOU KONAN BROU KONE BAKARY KPAZAI THEODULE MEITE INZA SOULEYMANE OUATrARA TEH SIETO PATRICE TRAZIE BI BLI JOSEPH YAPI MAMBO FELIX 197 Traduction et formation Institut de Linguistique Appliqée ABI SANGARE AFFOUE JULIETI'E COULIBALY MOUSSA KOFFI ANDRE KOUAME REINE TERA KALILOU Direction de la Santé Communautaire Dr SHAW ESTELLE Association lvoirienne pour le Bien-Ætre Familial SAWADOGO UNICEF Dr KASSY MARIUS Chefs d'équipe (enquête principale) ABOU ANON MAURICE BOTTI BI VANIE MICHEL IRIE BI TRA ERNEST ISSOUFE KOUYATE N'CHO N'CHO PAUL YAO KOUAKOU ZEKOU GBAGBET EMMANUEL SILUE KODIANGAHIGUE Contrôleuses (enquête principale) ATIEMENE A. YVE'ITP5 EPOKOU ANGELE FAYE N'DEYE HLI KONAN AMENAN ELISABETH KOUAKOU AHOU THEODULE KOUASSI AKISSI SIMONE KOUASSI LOU BOUZIE ANTOINETI'P2 LIALY OHIRI NATHALIE Enquêtrices (enquête principale) AGNINEME HORTENSE AKA AHIBRA JOSEPHINE ANDO CHAYE CATHERINE ASSI CHIA VALERIE NICAISE BAKAYOKO OUABOSSO BOUKPEI PEHEDE LEONIE L. COULIBALY YELE ASSETOU GUEYE GNOHAROU PAULINE HAWA KEITA KANGA AKISSI KEITA SIRACONDE KOFFI ADELE MARLEYNE KOFFI ANIBREHONON KOUABENAN ADJA CATHERINE KOUAKOU ADJOUA CHANTAL KOUAKOU AD JOUA EMILIENNE KOUAKOU AMOIN JACQUELINE KOUAME N'DA AMOIN NICOLE KOUMA YAWA SEMA CELINE LOUCOU TONGA AMOIN ELISABETH MAHIE SOLANGE NADAUD ROSE NANGUY BODJATIN EMILIENNE N'CHO APIE HONORINE N'DE ATSE CELESTINE N'GUESSAN N'GUESSAN GENEVIEVE OUTTARA FOUKOLI SIAO CAMARA TAYE LOU TINAN TOURE KHADIJA TRAORE MARIAM LINE TROH MAHAN LEONTINE Chauffeurs AIZAN PAUL ANON SEKA BAMBA MOUSSA E'I'I1EN ABO GERMAIN N'GUESSAN AKA ASSEMIAN OUATTARA ABOU SANGARET BAKARY SANOGO ISSA SOUMAHORO ADAMA TOURE MORIFERE (Déeédé à latin de I'enquête) 198 LEGNON ALPHONSE COULIBALY CHEICK TIDIANI DOUKOUATH BERTINE EDOUKOU ADJOUA LUCIE KONAN N'DRI MARIE Vérification et codification MAMADOU DIABATE Traitement des données NIANGORAN MARIE-FRANCE Saisie des données MANOUAN ELISABERTH OUSSOU, née YOBOUE AMNA ALBERTINE ZAKRA SABINE MACRO INTERNATIONAL INC. Mohamed AYAD Bernard BARRÈRE Juan SCHOEMAKER Thanh LE Michka SÉROUSSI Cynthia STANTON Marc SOULIÉ Jim OTI'O Monique BARRÈRE Préparation du Contrat Préparation du Contrat Coordination Technique Sondage Formation Pré-test Formation Enquête Principale Traitement des données Traitement des données Analyse 199 ANNEXE B PLAN DE SONDAGE ANNEXE B PLAN DESONDAGE B.1 OBJECT IFS L' Enquête Démographique et de Santé en Côte d'Ivoire (EDSCI) a envisagé un échantillon national de 7 000 femmes âgées de 15 à 49 ans. L'EDSCI a aussi interrogé un échantillon d'hommes de 15 à 59 ans dans un tiers des ménages tirés pour l'enquête des femmes. Cinq principaux domaines d'étude ont été identifiés pour I'EDSCI. Un domaine d'étude correspond à une sous-population pour laquelle on désirera des analyses basées sur les informations recueillies par l'enquête. En Côte d'Ivoire, ces cinq domaines d'étude sont : la ville d'Abidjan, les milieux urbain et rural de la zone forêt et les milieux urbain et rural de la zone savane. On parlera donc, dans ce rapport, de (1) Abidjan, (2) Forêt Urbaine, (3) Forêt Rurale, (4) Savane Urbaine et (5) Savane Rurale. Une première allocation proportionnelle de l'échantillon des 7 000 femmes aux cinq domaines d'étude a montré que Savane Urbaine avait un échantillon assez faible (moins de 1 000 femmes) alors que Forêt Rurale avait un échantillon beaucoup plus important (presque 2 500 femmes). Effectivement, on a estimé qu'en 1993 Savane Urbaine représentait seulement 12,3 % de la population alors que Forêt Rurale représentait 34,7 %. Dans le premier cas, la faible taille de l'échantillon ne permettait pas les analyses approfondies que l'on désirait effectuer dans ce domaine. On a alors affecté un taux de sondage plus élevé à Savane Urbaine par rapport à celui de Forêt Rurale. Cependant, un taux de sondage homogène a été appliqué à l'intérieur de chaque domaine afin que le sous-échantillon du domaine soit auto-pondéré. B.2 BASE DE SONDAGE La Côte d'Ivoire est divisée en 10 régions et 50 départements et comptait 10 815 694 habitants en 1988, date du dernier recensement général. La ville d'Abidjan est constituée de 10 communes. Le milieu urbain, en dehors de la ville d'Abidjan, est constitué de 66 villes qui sont des agglomérations de plus de 10 000 habitants, ainsi que les agglomérations ayant entre 4 000 et 10 000 habitants et comprenant plus de 50 % de chefs de ménage ayant une activité non agricole. Le milieu rural est composé de sous-préfectures à l'intérieur de chaque département. L'Institut National de la Statistique (INS) dispose d'un fichier informatique de 10 345 districts de recensement (DR) qui ont été créés en 1987-1988 pour les besoins du recensement. Ce fichier de DR a servi de base de sondage pour I'EDSCI. B.3 RÉPARTIT ION DE L 'ÉCHANTILLON Une allocation proportionnelle de l'échantillon de 7 000 femmes aux cinq domaines a donné un échantillon de 860 femmes pour Savane Urbaine, un peu trop faible pour obtenir des résultats fiables sur la fécondité, la mortalité et sur certains indicateurs de santé. On a donc sur-échantillonné Savane Urbaine. Les tableaux suivants donnent la répartition de l'échantillon final ainsi que le nombre d'unités aréolaires que l'on devrait tirer : 203 Tableau B. 1 Répartition de l'échantillon de femmes Population projetée en 1993 a Nombre Pourcentage de femmes de femmes C6te d'Ivoire 13 175 000 100.00 7 000 7 000 Abidjan 2 240000 17.00 1 190 1 190 Forêt Urbaine 2 149 840 16.32 I 142 1 142 Forét Rurale 4 567 229 34.67 2 427 2 287 Savane Urbaine 1 618 160 12.28 860 1 000 Savane Rurale 2 599 771 19.73 1 381 1 381 Note : Dans le reste de ce rapport, on parle de femmes ågées de 15 à 49 ans. a Abbas et Bamssié, 1992 Tableau B.2 Répartition des ménages et nombre de grappes ~ tirer Échantillon Échantillon proportionnel de femmes de femmes affecté Nombre Nombre de Nombre de Nombre de Nombre de Nombre de de femmes femmes å femmes par ménages ménages grappes affecté enquêter t ménage z trouvés 3 à tirer 4 à tirer s Cõte d'Ivoire 7 oe0 7 777 5 779 6 421 245 Abidjan 1 190 1 322 1,4 944 1 049 52 Forêt Urbaine 1 142 I 269 1,4 906 1 007 50 Forêt Rurale 2 287 2 541 1,3 1 955 2 172 62 Savane Urbaine 1 000 I I 11 1,4 794 882 44 Savane Rurale I 381 1 534 1,3 I 180 I 311 37 I En supposant un taux de réponse de 90% pour les femmes : Nombre de femmes à enquêter = Nombre de l~mmes affecté / 0,9. 2 D'après les résultats du recensement de 1988. 3 Nombre de ménages trouvés = Nombre de femmes ~ enquêter / nombre de femmes par ménage. 4 On suppose également un taux de déperdition de 10% pour les ménages : Nombre de ménages a tirer = Nombre de ménages trouvés / 0,9. 5 Nombre de grappes ~ tirer = Nombre de ménages à tirer / Nombre moyen de ménages par grappe (avec un nombre moyen de 20 ménages par grappe urbaine et 35 mênages par grappe rurale). Le nombre de grappes à tirer dépend du nombre de femmes à enquêter dans chaque grappe. On entend par grappe l'unité de sondage aréolaire finale retenue pour l'enquête. Ainsi, dans le cadre de I'EDSCI, la grappe correspond généralement au DR. Les analyses menées au cours d'autres enquêtes analogues indiquent que le nombre optimal de femmes à enquêter par grappe est de l'ordre de 30-35 femmes dans le milieu rural et de 20-25 femmes dans le milieu urbain. Si l'on décide un tirage de 35 ménages en moyenne dans chaque grappe rurale et de 20 ménages en moyenne à Abidjan et dans le reste du milieu urbain (ce qui reviendrait à enquêter respectivement 37 et 23 femmes en moyenne, en tenant compte du nombre de femmes par ménage et du taux de réponse), on aboutirait à un nombre total de 245 grappes. Le tableau B.3 présente le nombre de grappes tirées et les taux de sondage qui en résultent. En Savane Rurale, on a augmenté le nombre de grappes tirées à 38, uniquement pour avoir un nombre pair de grappes, ce qui facilite le calcul des erreurs de sondage dont la procédure consiste, dans un premier lieu, à la construction des paires de grappes. 204 Tableau B.3 Nombre de grappes tir~es et taux de sondage Nombre Nombre de Nombre de Nombre de Population Taux de grappes ménages ménages femmes de femmes de tirées h tirer I répondant 2 attendues 3 en 19934 sondage 5 Céte d'Ivoire 246 6 420 5 778 7 774 2 953 897 0,002632 Abidjan 52 1 040 936 1 310 568 960 0,002302 Foret Urbaine 50 1 000 900 1 260 481 564 0,002616 For& Rurale 62 2 170 I 953 2 539 981 954 0,002586 Savane Urbaine 44 880 792 1 109 362 468 0,003060 Savane Rurale 38 1 330 I 197 1 556 558 951 0,002784 I Nombre de ménages h tirer = Nombre de grappes * Nombre moyen de ménages par grappe (20 ménages à Abidjan et en milieu urbain et 35 ménages en milieu rural). 2 Nombre de ménages répondant = Nombre de ménages tirés * 0,9. 3 Nombre de femmes attendues = Nombre de ménages répondant * Nombre de femmes par ménage. 4 Population de femmes en 1993 = Population projetée en 1993 * Proportion de femmes (selon les résultats du recensement de 1988, les proportions de femmes âgées de 15 à 49 ans par rapport à la population totale sont respectivement 25,4 pour cent, 22,4 pour cent et 21,5 pour cent pour Abidjan, le milieu urbain et le milieu rural s Taux de sondage = Nombre de femmes attendues / Population de femmes en 1993. B.4 CARACTÉRIST IQUES GÉNÉRALES DE L 'ÉCHANTILLON L'échantil lon de I 'EDSCI est basé sur un sondage aréolaire stratifié et tiré à deux ou trois degrés. En Abidjan et dans les milieux ruraux, on a tiré, au premier degré, le nombre voulu d'unités aréolaires à partir de l 'ensemble des DR. Un dénombrement des ménages dans chacune de ces unités a fourni une liste de ménages à partir de laquelle on a tiré, au deuxième degré, un échantillon de ménages. Tous les membres de ces ménages ont été dénombrés à l 'aide d'un questionnaire ménage et chaque femme âgée de 15 à 49 ans identifiée a été enquêtée avec un questionnaire femme plus détaillé. Pour les milieux urbains, l'échantillon a été tiré à trois degrés : on a tiré un certain nombre de villes au premier degré, les DR au deuxième degré et les ménages au troisième degré. Le tirage des ménages a été fait de la même manière que pour Abidjan et les milieux ruraux. L'enquête homme a porté sur un tiers des ménages sélectionnés pour l'enquête principale. Le tirage des ménages pour l'enquête homme a été effectué au même moment que le tirage des ménages pour l'enquête femme, de façon systématique et avec une probabilité égale à un ménage sur trois. B.5 STRAT IF ICAT ION ET T IRAGE D 'UNITÉS ARÉOLAIRES Le tirage systématique des DR s'est fait à l'intérieur de chaque domaine avec des probabilités proportionnelles à la taille du DR, la taille étant l 'effectif de population recensée d'après la base de sondage. Le tirage s'est fait à partir du fichier des DR suite à une stratification explicite ou implicite. En Abidjan et dans le milieu rural, on a adopté une stratification géographique par région, département, commune ou sous-prefecture. A l 'mtérteur de chaque commune (cas d'Abidjan) et sous-préfecture, les DR ont été classés séquentiellement par code de DR; ce classement implique en même temps un ordre géographique des DR. Cette stratification est dite implicite car le tirage ne se fait pas indépendamment dans chaque strate, mais il se fait de façon systématique sur la totalité de la liste des DR. Cependant le tirage était indépendant dans chaque domaine (Abidjan, Forêt Rurale et Savane Rurale). 205 Quant aux milieux urbains, une stratification différente était désirable. Dans chaque domaine, Forêt Urbaine et Savane Urbaine, on a construit deux grandes strates : (1) Grandes Villes (villes sélectionnées avec certitude) et (2) Petites Villes (toutes autres villes). Le nombre de DR à tirer dans chaque strate était proportionnel à la taille de la strate. La limite de taille au dessus de laquelle une ville devait être tirée avec certitude est égale à l' intervalle de tirage des DR dans l 'ensemble du domaine, Forêt Urbaine ou Savane Urbaine. Ainsi, pour Forêt Urbaine, on a : 481564 I -- - - " 9631 femmes 15-49 ou 50 481564 (50).(0,224) - 43000 habitants où 0,224 est la proportion de femmes de 15 à 49 ans en milieu urbain. De la même façon, pour Savane Urbaine, on a : 1 = m 362468 • , 8238 femmes 15-49 ou 44 362468 1 - ,, 36800 habitants (44).(0,224) On a ainsi identifié 14 villes en Forêt Urbaine et 10 villes en Savane Urbaine dont les effectifs de population estimés en 1993 dépassent les limites de taille calculées ci-dessus. Dans chaque grande ville, le nombre de DR à tirer est proportionnel à l 'effectif de la ville en 1993. Quant aux petites villes, on a tiré d'abord le nombre de villes, qui correspond au nombre de DR à tirer dans la strate des petites villes, et à l'intérieur de chaque petite ville ainsi sélectionnée, on a tiré un seul DR. Tout tirage était fait de façon systématique et avec des probabilités proportionnelles à la taille. B.6 SEGMENTATION DES GRANDS DR L'évaluation de la base de sondage a montré que le plus grand DR a 9 195 habitants (ou presque 1 500 ménages) en 1988. Si par hasard ce grand DR était sélectionné, il exigerait un travail énorme de dénombrement. On a donc imposé une limite supérieure de 300 ménages à la taille des DR. Ainsi, les DR tirés qui dépassaient cette taille étaient scindés en plusieurs segments, parmi lesquels un seul est retenu pour l'enquête. Les règles de segmentation sont les suivantes : taille 301 - 400 ménages . segmenter en 2 taille 401 - 600 ménages . segmenter en 3 taille 601 - 800 ménages . segmenter en 4 taille 801 - 1000 ménages . segmenter en 5 etc. 206 La procédure de segmentation était faite au bureau avant l'op~ration de cartographie et de dénombrement de ménages. Pour chaque grand DR identifié, on a obtenu la liste des îlots ou des localités qui le constituaient, ainsi que leurs effectifs. On a formé ensuite le nombre de segments voulus qui sont des groupes d'îlots ou de localités. On a tiré ensuite un segment avec une probabilité proportionnelle à la taille du segment. B.7 PROBABILITÉS DE SONDAGE B.7.1 Abidjan, Forêt Rurale et Savane Rurale Les probabilités de sondage ont été calculées séparément pour les deux degrés de sondage. On a utilisé les notations suivantes : P , : probabilité de sondage au 1 er degré de la i ~m~ grappe P2~ : probabilité de sondage au 2 e degré de la i ~~ grappe On discute d'abord le cas de DR simple, c'est à dire de DR qui n'a pas été segmenté. Soient a le nombre de DR à tirer dans un domaine donné, M~ l'effectif de population du i ~m~ DR dans le domaine, et F_,M~ l'effectif total du domaine. La probabilité d'inclusion de ce DR dans l'échantillon a ~té calculée de la manière suivante : aM~ Pn = EM« Au deuxième degré, on a tir~ un nombre b~ de ménages à partir des Ml ménages dénombrés par les équipes EDSCI dans le DR. On a donc : bi P2~ = - M,' Afin que l'échantillon soit auto-pondéré à l'intérieur du domaine d'étude, la probabilité globale P~ = P~«P2~ doit être la même pour chaque ménage à l'intérieur du domaine. Cela implique que : aM i b~ el,.e2, -- ~M, V,, -- I oùfes t le taux de sondage dans le domaine. Le tirage des ménages s'est fait avec des probabilités égaies et l'intervalle de tirage était calculé de la manière suivante : 1 Pli i, v2, f. 207 Dans le cas des DR segment~es, on a introduit un degré intermédiaire entre le premier et le deuxième degrés. Soit t,j la taille estimée en proportion du segment j choisi pour le DR i. On note que Zt,j = 1. Les probabilités de sondage sont : aMi t~bi = f Pu.P21 = y~M i. ot~ M,/est le nombre de ménages dénombrés par les équipes EDSCI dans le j~m~ segment du i ~m~ DR. B.7.2 Forêt Urbaine et Savane Urbaine Les probabilités de sondage ont été calculées séparément pour les trois degrés de sondage. On utilise les notations suivantes : P, : probabilité de sondage au 1 *r degré de la i «m~ grappe P2~ : probabilité de sondage au 2 ° degré de la i ~'~ grappe P3, : probabilité de sondage au 3 e degré de la i ~m~ grappe La probabilité de sondage au premier degré est la probabilité de sondage de la ville. Dans le cas des grandes villes, cette probabilité est égale à 1 comme ces villes sont tirées avec certitude. Dans le cas des petites villes, P , est calculée de la manière suivante : av, P l i - EV i i où A est le nombre de petites villes à tirer, V, est l'effectif de la ville et ZV~ est l'effectif total de la strate des petites villes. Les calculs de P2, et P3~ sont respectivement les mêmes que ceux des probabilités des premier et deuxième degrés dans les cas d'Abidjan et des milieux ruraux. B.8 RÉSULTATS DES ENQUÊTES Les tableaux B.4 et B.5 donnent les résultats détaillés des enquêtes ménage, femme et homme selon le milieu de résidence. À la suite du classement des ménages selon les différents codes résultat, le taux de réponse pour l'enquête ménage est calculé de la façon suivante : (1) (1)+(2)+(3)+(4)+(5)+(8) De la même manière, le taux de réponse des femmes et celui des hommes sont calculés de la manière suivante : (a) (a) +(b) +(c) +(d) +(e) +(,0 +(g) Le taux de réponse global des femmes est le produit du taux de réponse des enquêtes ménage et du taux de réponse des femmes. Le taux de réponse global des hommes est le produit du taux de réponse des ménages sélectionnés pour l'enquête homme et du taux de réponse des hommes. 208 Tableau B.4 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par milieu de résidence Répartition (en %) des ménages et des femmes éligibles dans l'échantillon de I'EDS par résultat de l'enquête, taux de réponse des ménages et des femmes, et taux de réponse global selon le milieu de résidence, EDS C6te d'Ivoire 1994 Résultat Forêt Savane Ensemble Forêt Savane Ensemble des interviews Abidjan Urbaine Urbaine urbain Rurale Rurale rural Total Ménages sélectionnés Rempli (1) 88,6 93,9 94,1 92,1 94,3 95,5 94,8 93,5 Ménage présent mais pas d'enquêté disponible (2) 0,3 0,1 0,1 0,2 0,0 0,0 0,0 0,1 Ménage absent (3) 2,4 2,1 2,3 2,3 1,9 1,9 1,9 2,1 Différé (4) 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 Refus de répondre (5) 1,9 0,3 0,4 0,9 0,1 0,0 0,1 0,5 Logement vide/Pas de logement (6) 5,8 3,2 2,9 4,0 2,8 1,9 2,4 3,2 Logement détruit (7) 0,4 0,3 0,1 0,3 0,7 0,5 0,6 0,5 Logement non trouvé (8) 0,4 0,0 0,0 0,1 0,0 0,1 0,1 0,1 Autre (9) 0,3 0,2 0,0 0,2 0,2 0,0 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 IOE},0 Effectif de ménages 1 070 1 014 898 2 982 2 069 1 297 3 366 6 348 Taux de réponse 94,7 97,4 97,0 96,3 97,8 97,9 97,9 97,2 Femmes éligibles Entièrement rempli (a) 93,7 98,7 99,2 97,2 99,0 98,0 98,6 97,9 Pas à la maison (b) 3,0 0,8 0,5 1,4 0,4 0,9 0,6 1,0 Différé (c) 0,1 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 Refus de répondre (d) 2,2 0,3 0,1 0,9 0,1 0,2 0,2 0,5 Partiellement rempli (e) 0,5 0,0 0,0 0,2 0,0 0,1 0,0 0,1 Incapacité (f) 0,4 0,1 0,2 0,3 0,4 0,9 0,5 0,4 Autre (g) 0,1 0,1 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 1 349 1 351 I 265 3 965 2 780 1 526 4 306 8 271 Taux de réponse des femmes 93,7 98,7 99,2 97,2 99,0 98,0 98,6 97,9 Taux de réponse global des femmes 88,7 96,1 96,2 93,6 96,8 95,9 96,5 95,1 209 Tableau B.5 R6sultats des enquêtes auprès des ménages et des hommes par milieu de r6sidence Répartition (en %) des mtnages sélectionnés pour l'enquéte homme et des hommes éligibles dans l'échantillon de I'EDS par résultat de l'enquête, taux de réponse des ménages et des hommes, et taux de réponse global selon le milieu de résidence, EDS Côte d'Ivoire 1994 Résultat Foret Savane Ensemble Forêt Savane Ensemble des interviews Abidjan Urbaine Urbaine urbain Rurale Rurale rural Total Ménages sélectionnés Rempli (I) 91,6 93,9 93,9 93,1 94,5 95,8 95,0 94,1 Ménage présent mais pas d'enquété disponible (2) 0,0 0.0 0,3 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 Ménage absent (3) 1,8 3,1 2,7 2,5 2,0 2,1 2,1 2,3 Refus de répondre (5) 0,9 0,3 0,0 0,4 0,1 0,0 0,1 0,2 Logement vide/Pas de logement (6) 5.4 2,1 3,1 3,6 2,2 1,4 1,9 2,7 Logement détruit (7) 0,0 0,6 0.0 0,2 1,0 0,5 0,8 0,5 Logement non trouvé (8) 0,0 0,0 0.0 0,0 0,0 0,2 0,1 0,0 Autre (9) 0,3 0,0 0,0 0,1 0,1 0,0 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de ménages 333 326 293 952 686 431 I 117 2 069 Taux de réponse 99,0 99,7 99,6 99,4 99,8 99,8 99,8 99,6 Hommes éligibles Entièrement rempli (a) 87,3 93,9 94,4 91,5 95,4 95,2 95,3 93,5 Pas à la maison (b) 8,6 4.9 4,6 6,2 4,1 4,0 4.0 5,1 Différé (c) 0,4 0.0 0,0 0,2 0,0 0,0 0.0 0,1 Refus de répondre (d) 3,3 0,3 0,5 1,5 0,1 0,0 0,1 0.7 Partiellement rempli (e) 0,2 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 Incapacité (f) 0.0 0,8 0,0 0,2 0,2 0,8 0,4 0.3 Autre (g) 0,2 0,3 0,5 11,3 0,2 0,0 0,1 0,2 Total 1 (30,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100.0 100,0 100,0 Effectif des hommes 488 391 390 I 269 956 503 I 459 2 728 Taux de réponse des hommes 87,3 93,9 94,4 9L5 95,4 95,2 95,3 93,5 Taux de réponse global des hommes 86,4 93,6 94,0 91,0 95,3 95,11 95,2 93,2 210 ANNEXE C ERREURS DE SONDAGE ANNEXE C ERREURS DE SONDAGE Les estimations obtenues à partir d'une enquête par sondage sont sujettes à deux types d'erreurs : erreurs de mesure et erreurs de sondage. On appelle erreurs de mesure les biais imputables à la mise en oeuvre de la collecte et de l'exploitation des données telles que l'omission de ménages sélectionnés, la mauvaise interprétation des questions, soit de la part de l'enquêtrice, soit de la part de l'enquêtée, ou encore les erreurs de saisie des données. Quoique tout le possible ait été fait pour minimiser ce type d'erreur pendant la mise en oeuvre de I'EDSCI, il est difficile d'éviter et d'évaluer toutes les erreurs de mesure. Par contre, les erreurs de sondage peuvent être évaluées statistiquement. Les estimations qui figurent dans ce rapport ont été obtenues à partir d'un échantillon de 8 099 femmes âgées de 15 à 49 ans et de 3 410 hommes âgés de 15 à 59 ans. Si l'enquête avait été effectuée auprès d' autres enquêtés, on a tout lieu de penser que les fréquences des réponses auraient été très peu différentes de celles que l'on a présentées. C'est l'incertitude de cette assomption que reflète l'erreur de sondage; celle-ci permet donc de mesurer le degré de variation des réponses suivant l'échantillon. L'erreur-type (ET) est un indice particulièrement utile pour mesurer l'erreur de sondage d'un paramètre (moyenne ou proportion). On l'estime à partir de la variance des réponses dans l'échantillon même : l'erreur-type est la racine carrée de la variance. Cet indice a pour propriété que dans 95 % des échantillons de taille et de caractéristique identiques, la valeur vraie d'un paramètre pour l'ensemble d'une population se trouve à l'intérieur de l'intervalle de +- 2 ET. Si l'échantillon des femmes ou d'hommes avait été tiré d'après un plan de sondage aléatoire simple, il aurait été possible d'utiliser des formules simples pour calculer les erreurs de sondage. Cependant, l'échantillon de 1' EDSCI est un échantillon stratifié à plusieurs degrés. Par conséquent, on a besoin d'utiliser des formules plus complexes. Le module erreurs de sondage du logiciel ISSA a été utilisé pour calculer les erreurs de sondage suivant la méthodologie statistique appropriée. Ce module utilise la méthode de linéarisation (Taylor) pour les estimations qui sont des moyennes ou proportions. La méthode du Jackknife a été utilisée pour les estimations plus complexes telles que l'indice synthétique de fécondité et les quotients de mortalité. La méthode de linéarisation traite chaque proportion ou moyenne comme étant une estimation de ratio, r=y/x, dans lequel y représente la valeur du paramètre y pour l'échantillon total, et x représente le nombre total de cas dans l'ensemble (ou sous-ensemble) de l'échantillon. La variance de r est estimée par : ET2(r) var(r) 1 - f mn mb 2 Zh = = Zh i - _ _ x 2 mh- I h=l i=l mb dans laquelle Zhi = Yhi-r.Xhi et Z h = Yh-r .xh où h m h Yhi Xh~ f représente la strate qui va de 1 à H, est le nombre total d'unités primaires de sondage (UPS) tirées dans la h «'« strate, est la somme des valeurs du paramètre y dans I'UPS i dans la h «'« strate, est la somme des nombres de cas (femmes) dans I'UPS i dans la h cm« strate, et est le taux global de sondage qui est tellement faible qu'il n'a pas été tenu compte. 213 La méthode de Jackknife dérive les estimations des taux complexes à partir de chacun de plusieurs sous- échantillons de l'échantillon principal, et calcule les variances de ces estimations avec des formules simples. Chaque sous-échantillon exclut une grappe dans les calculs des estimations. Ainsi, des sous-échantillons pseudo-indépendants ont été créés. Dans I'EDSCI, il y avait 246 grappes non-vides. Par conséquent, 246 sous-échantillons ont été créés. La variance d'un taux r est calculé de la façon suivante : k ET2(r ) = var(r) - k( l l )~~(r , - r ) 2 dans laquelle r~ = kr - (k-1)r~o où r est l'estimation calculée à partir de l'échantillon principal de 246 grappes, r~~~ est l'estimation calculée à partir de l'échantillon réduit de 245 grappes (i ~me grappe exclue), k est le nombre total de grappes. Il existe un deuxième indice très utile qui est la racine carrée de l'effet du plan de sondage (REPS) ou effet de grappe : c'est le rapport de l'erreur-type observée sur l'erreur-type qu'on aurait obtenue si on avait eu recours à un sondage aléatoire simple. Cet indice révèle dans quelle mesure le plan de sondage qui a été choisi se rapproche d'un échantillon aléatoire simple de même taille : la valeur 1 de la REPS indique que le plan de sondage est aussi efficace qu'un échantillon aléatoire simple, alors qu'une valeur supérieure à 1 indique un accroissement de l'erreur de sondage dû à un plan de sondage plus complexe et moins efficace au point de vue statistique. Le logiciel calcule aussi l'erreur relative et l'intervalle de confiance pour chaque estimation. Les erreurs de sondage pour I'EDSCI ont été calculées pour certaines des variables les plus intéressantes. Les résultats sont présentés dans cet annexe pour l'ensemble du pays, le milieu urbain et le milieu rural, la capitale Abidjan et 4 autres domaines d'études (les milieux urbains et ruraux de la région savane et les milieux urbains et ruraux de la région forêt). Pour chaque variable, le type de statistique (moyenne, proportion ou taux) et la population de base sont présentés dans le tableau C.I. Les tableaux C.2 à C.8 présentent la valeur de la statistique (M), l'erreur-type (ET), le nombre de cas non-pondérés (N) et pondérés (N'), la racine carrée de l'effet du plan de sondage (REPS), l'erreur relative (ET/M), et l'intervalle de confiance à 95% (M-+2ET) pour chaque variable. On considère que la REPS est non-définie quand l'écart- type sous l'échantillon aléatoire simple est zéro (quand l'estimation est proche de 0 ou 1). Dans le cas de l'indice synthétique de fécondité, le nombre de cas non-pondérés n'est pas pertinent, car la valeur non- pondérée de femmes-années d'exposition au risque de grossesse n'est pas connue. En général, les erreurs relatives de la plupart des estimations pour l'ensemble du pays sont faibles, sauf dans le cas de très faibles proportions. On remarque certaines différences dans les erreurs relatives au niveau des sous-échantillons : par exemple, pour la variable Enfants nés vivants des femmes âgées de 15 à 49 ans, 1' erreur relative en tant qu'un pourcentage de la moyenne estimée est, respectivement, de 1,3 %, 2,6% et 4,5% pour l'ensemble des femmes du pays, pour le milieu urbain et pour la capitale Abidjan. Pour la même variable, I'EDSCI a donné un nombre moyen d'enfants nés vivants de 3,09 pour l'ensemble des femmes, auquel correspond une erreur-type de 0,041 enfant. La fourchette dans laquelle se place la moyenne - 2 ET est donc 3,007 et 3,173. La probabilité que la vraie valeur du nombre moyen d'enfants nés vivants des femmes âgées de 15 à 49 ans soit à l'intérieur de cet intervalle est de 95%. 214 Tableau C.1. l Varîables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage : femmes~ EDS Côte d'Ivoire 1994 Variable Estimation Population de base Résidence urbaine Proportion Sans instruction Proportion Instruction post-primaire ou plus Proportion Jamais mariée (en union) Proportion Actuellement mariée (en union) Proportion Mariée (en union) avant 20 ans Proportion Premiers rapports sexuels avant 18 ans Proportion Enfants nés vivants Moyenne Enfants nés vivants des femmes 40-49 Moyenne Enfants survivants Moyenne Connaît une méthode contraceptive Proportion Connaît une méthode moderne Proportion A utilisé une méthode Proportion Utilise actuellement une méthode Proportion Utilise actuellement une méthode moderne Proportion Utilise la pilule Proportion Utilise le DIU Proportion Utilise les injections Proportion Utilise le condom Proportion Utilise la continence périodique Proportion Utilise le retrait Proportion Utilise source publique Proportion Ne veut plus d'enfants Proportion Veut retarder d'au moins 2 ans Proportion Taille de famille idéale Moyenne Naissances pour lesquelles la m&e a reçu une injection antitétanique Proportion Assistance médicale ~ l'accouchement Proportion Diarrhée dans les 2 derni~res semaines Proportion A reçu traitement SRO Proportion A consulté du personnel médical Ayant une carte de santé A reçu vaccination BCG A reçu vaccination DTC (3 doses) A reçu vaccination polio (3 doses) A reçu vaccination rougeole Vacciné contre toutes les maladies Poids-pour-taille Taille-pour-fige Poids-pour-âge Indice synthétique de/~condité (5 ans) Quotient de mortalité néonatale Quotient de mortalité post-néonatale Quotient de mortalité infantile Quotient de mortalité juvénile Quotient de mortalité infanto-juvénile Proportion Proponion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Taux Taux Taux Taux Taux Taux Toutes les femmes 15-49 Toutes les femmes 15-49 Toutes les femmes 15-49 Toutes les femmes 15-49 Toutes les femmes 15-49 Femmes 20-49 Femmes 20-49 Toutes les femmes 15-49 Femmes 40-49 Toutes les femmes 15-49 Femmes actuellement en union 15-49 Femmes actuellement en union 15-49 Femmes actuellement en union 15-49 Femmes actuellement en union 15-49 Femmes actuellement en union 15-49 Femmes actuellement en union 15-49 Femmes actuellement en union 15-49 Femmes actuellement en union 15-49 Femmes actuellement en union 15-49 Femmes actuellement en union 15-49 Femmes actuellement en union 15-49 Utilisatrices de méthodes modernes Femmes actuellement en union 15-49 Femmes actuellement en union 15-49 Toutes les femmes 15-49 Naissances, 3 demi&es années Naissances, 3 demières années Enfants ågés 1-35 mois Enfants ågés 1-35 mois, avec diarrhée les 2 dernières semaines Enfants âgés 1-35 mois, avec diarrhée les 2 derniéres semaines Enfants âgés 12-23 mois Enfants âgés 12-23 mois Enfants ågés 12-23 mois Enfants ågés 12-23 mois Enfants ågés 12-23 mois Enfants ågés 12-23 mois Enfants ågés 1-35 mois Enfants ågés 1-35 mois Enfants ågés 1-35 mois Femmes-années d'exposition au risque de grossesse Nombre de naissances Nombre de naissances Nombre de naissances Nombre de naissances Nombre de naissances 215 Tableau C. 1.2 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage : hommes~ EDS Côte d'Ivoire 1994 Variable Estimation Population de base Résidence urbaine Sans instruction Instruction post-primaîre ou plus Jamais marié (en union) Actuellement marié (en union) Connaît une méthode contraceptive Connai't une méthode moderne A utilisé une méthode Utilise actuellement une méthode Utilise actuellement une méthode moderne Utilise la pilule Utilise le DIU Utilise les injections Utilise le condom Utîlise la continence périodique Utilise le retrait Taille de famille idéale Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Moyenne Tous les hommes 15-59 Tous les hommes 15-59 Tous les hommes 15-59 Tous les hommes 15-59 Tous les hommes 15-59 Hommes actuellement en union 15-59 Hommes actuellement en union 15-59 Hommes actuellement en union 15-59 Hommes actuellement en union 15-59 Hommes actuellement en union 15-59 Hommes actuellement en union 15-59 Hommes actuellement en union 15-59 Hommes actuellement en union 15-59 Hommes actuellement en union 15-59 Hommes actuellement en union 15-59 Hommes actuellement en union 15-59 Tous les hommes 15-59 216 Tableau C.2.1 Erreurs de sondage - échantillon national : femmes r EDS C6te d'Ivoire 1994 Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance Valeur type pondérée rée grappe relative Variable (MI (ET) (NI (N') (REPS) (ET/MI M-2ET M+2ET Résidence urbaine 0,421 0,011 8099 8099 2,036 0,027 0,399 0,443 Sans instruction 0,604 0,013 8099 8099 2,340 0,021 0,579 0,630 Instruction post-pfimaire ou plus 0,140 0,008 8099 8099 1,967 0,054 0,125 0,155 Jamais mariée (en union) 0,264 0,008 8099 8099 1,677 0,031 0,247 (I,280 Actuellement mariée (en union) 0,651 0,010 8099 8099 1,866 0,015 0,631 0.671 Mariée (en union) avant 20 ans 0,637 0,008 6106 6138 1,265 0,012 0,621 0,653 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,813 0,006 6106 6138 1,130 0,007 0,801 0.824 Enfants nés vivants 3,090 0,041 8099 8099 1,252 0,013 3,007 3,173 Enfants nés vivants des femmes 40-49 6,686 0,112 1101 I 117 1,156 0,017 6,461 6,910 Enfants survivants 2,565 0,034 8099 8099 1,249 0,013 2,496 2,634 Connaît une méthode contraceptive 0,742 0,011 5248 5271 1,899 0,015 0,719 0,765 Connaît une méthode moderne 0,715 0,012 5248 5271 1,903 0,017 0,691 0.738 A utilisé une méthode 0,303 0,010 5248 5271 1,603 0,034 0,283 0,324 Utilise actuellement une méthode 0,114 0,005 5248 5271 1,236 0,048 0,103 0,125 Utilise actuellement une méthode moderne 0,043 0,003 5248 5271 1,040 0,068 0,037 0,049 Utilise la pilule 0,022 0,002 5248 5271 I,I 11 0,101 0,018 0,027 Utilise le DIU 0,003 0,000 5248 5271 ND 0,000 0,003 0,003 Utilise les injections 0,008 0,001 5248 5271 1,096 0,172 0,005 0,010 Utilise le condom 0,007 0,001 5248 5271 1,060 0,180 0,004 0,009 Utilise la continence périodique 0,060 0,004 5248 5271 1,226 0,067 0,052 0,068 Utilise le retrait 0,001 0,000 5248 5271 ND 0,000 0,001 0,001 Utilise source publique 0,255 0,022 467 460 1,080 0,086 0,211 0.299 Ne veut plus d'enfants 0,214 0,007 5248 5271 1,313 0,035 0,199 0,229 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,388 0,008 5248 5271 1,182 0,021 0.372 t1,404 Taille de famille idéale 5,523 0,055 7907 7904 1,965 0,01(I 5,412 5,633 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,748 0,016 3998 3989 2,173 0,021 0,717 0,780 Assistance médicale à l'accouchement 0,454 0,015 3998 3989 1,811 0,034 0,423 (I,485 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 0,206 0,008 3660 3645 1,174 0,039 0,190 11.222 A reçu traitement SRO 0,031 0,008 739 752 1,304 0,268 0,014 0,047 A consulté du personnel médical 0,239 0,018 739 752 1,115 0,074 0,204 0,274 Ayant une carte de santé 0,723 0,018 1166 1145 1,335 0,025 0,687 0.758 A reçu vaccination BCG 0,738 0,017 1166 1145 1,315 0,024 0,704 0,773 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,514 0,016 1166 1145 1,076 0,031 0,482 0,546 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,514 0,016 1166 1145 1,076 0,031 0,482 11.546 A reçu vaccination rougeole 0,531 0,018 1166 1145 1,228 0,035 0,494 (I.567 Vacciné contre toutes les maladies 0,405 0,017 1166 1145 1,160 0,042 0,371 0,440 Poids-pour taille (inférieur à -2 ET) 0,083 0,005 3358 3341 0,990 0,058 0,073 0,092 Taille-pour-åge (inférieur à -2 ET) 0,244 0,008 3358 3341 1,103 0,034 0,228 0,261 Poids-pour-åge (inférieur à -2 ET) 0,238 0,009 3358 3341 1,152 0,036 0,221 0,255 Indice synthétique de fécondité (5 ans) 5,718 0,117 NA 35396 1,440 0,020 5,483 5,952 Quotient de mortalité néonatale a 41,984 2,545 6992 6999 0,994 0,06I 36,893 47.074 Quotient de mortalité post-néonatale 46,547 3,232 7017 7024 1,239 0,069 40,084 53,011 Quotient de mortalité infantile 88,531 4,225 7019 7025 1,172 0,048 80,082 96,980 Quotient de mortalité juvénile 66,934 4,001 7156 7168 1,245 0,060 58,931 74,937 Quotient de mortalité infanto-juvénile 149,539 6,115 7185 7195 1,375 0,041 137,310 161.769 NA = Non-applicable ND = Non-défini a Les quotients de mortalité ont été calculés pour la période 0 4 ans précédant l'enquête. 217 Tableau C.2.2 Erreurs de sondage - EchantiUon national : hommes~ EDS Côte d'Ivoire 1994 Population debase Effet Intervalle Erreur Non Pond& - de Erreur de confiance Valeur type pond&ée rée grappe relative Variable (M) (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET Résidence urbaine 0,410 0,015 2552 Sans instruction 0,422 0,015 2552 Instruction post-primaire ou plus 0,318 0,015 2552 Jamais mari6 (en union) 0,469 0,013 2552 Actuellement marié (en union) 0,501 0,013 2552 Connaît une méthode contraceptive 0,869 0,010 1277 Connait une m6thode moderne 0,846 0.011 1277 A utilis6 une m~thode 0,531 0,017 1277 Utilise actuellement une m~thode 0,198 0,015 1277 Utilise actuellement une méthode moderne 0,071 0,008 1277 Utilise la pilule 0,025 0,003 1277 Utilise le DIU 0,004 0,002 1277 Utilise les injections 0,009 0,003 1277 Utilise le condom 0,032 0,006 1277 Utilise la continence périodique 0,106 0,011 1277 Utilise le retrait 0,oe9 0,003 1277 Taille de famille idéale 5,975 0,106 2485 2552 1,563 0,037 0,380 0,440 2552 1,521 0,035 0,392 0,452 2552 1,586 0,046 0,289 0,347 2552 1,275 0,027 0,444 0,494 2552 1,329 0,026 0,475 0,527 1278 1,076 0,012 0,849 0,889 1278 1,103 0,013 0,824 0,868 1278 1,218 0,032 0,497 0,565 1278 1,335 0,075 0,168 0,228 1278 1,101 0,111 0,055 0,087 1278 0,786 0,137 0,018 0,032 1278 1,104 0,513 0,000 0,007 1278 0,992 0,292 0,004 0,014 1278 1,133 0,173 0,021 0,044 1278 1,296 0,105 0,084 0,128 1278 1,079 0,314 0,003 0,015 2485 1,320 0,018 5,764 6,187 218 Tableau C.3.1 Erreurs de sondage - Echantillon urbain : femmes~ EDS Céte d'Ivoire 1994 Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pond~- de Erreur de confiance Valeur type pondêrée r6e grappe relative Variable (MI (ET) (NI (N') (REPS) (ET/MI M-2ET M+2ET Résidence urbaine 1,000 0,000 3852 3410 ND 0,000 1,000 1,000 Sans instruction 0,479 0,018 3852 3410 2,266 0,038 0,443 0,516 Instruction post-primaire ou plus 0,240 0,015 3852 3410 2,142 0,061 0,211 0,269 Jamais mariée (en union) 0,344 0,014 3852 3410 1,848 0,041 0,316 0,372 Actuellement mariée (en union) 0,561 0,016 3852 3410 1,957 0,028 0,530 0,593 Mariée (en union) avant 20 ans 0,554 0,012 2788 2478 1,222 0,021 0,531 0,577 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,755 0,010 2788 2478 1,274 0,014 0,734 0,776 Enfants nés vivants 2,472 0,064 3852 3410 1,450 0,026 2,345 2,600 Enfants nés vivants des femmes 40-49 6,096 0,205 429 378 1,281 0,034 5,686 6,506 Enfants survivants 2,124 0,052 3852 3410 1,363 0,025 2,020 2,228 Connaît une méthode contraceptive 0,888 0,009 2203 1914 1,399 0,011 0,869 0,906 Connait une méthode moderne 0,874 0,010 2203 1914 1,390 0,011 0,854 0,893 A utilisé une méthode 0,463 0,016 2203 1914 1,464 0,034 0,432 0,494 Utilise actuellement une méthode 0,193 0,011 2203 1914 1,342 0,059 0,170 0,215 Utilise actuellement une méthode moderne 0,080 0,006 2203 1914 1,120 0,081 0,067 0,092 Utilise la pilule 0,046 0,005 2203 1914 1,118 0,108 0,036 0,056 Utilise le DIU 0,008 0,003 2203 1914 1,343 0,313 0,003 0,013 Utilise les injections 0,014 0,003 2203 1914 1,169 0,207 0,008 0,020 Utilise le condom 0,006 0,002 2203 1914 1,300 0,358 0,002 0,010 Utilise la continence p6riodique 0,096 0,008 2203 1914 1,314 0,086 0,080 0,113 Utilise le retrait 0,002 0,000 2203 1914 ND 0,000 0,002 0,002 Utilise source publique 0,283 0,027 324 299 1,090 0,096 0,229 0,338 Ne veut plus d'enfants 0,238 0,012 2203 1914 1,350 0,051 0,214 0,263 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,360 0,012 2203 1914 1,197 0,034 0,336 0,385 Taille de famille idéale 4,748 0,060 3763 3326 1,812 0,013 4,629 4,868 Naissances pour lesquelles la mêre a reçu une injection antitétanique 0,876 0,010 1606 1350 1,155 0,0Il 0,856 0,896 Assistance médicale ~ l'accouchement 0,763 0,015 1606 1350 1,271 0,019 0,734 0,792 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 0,231 0,014 1481 1241 1,213 0,060 0,203 0,258 A reçu traitement SRO 0,051 0,018 314 286 1,450 0,347 0,016 0,087 A consulté du personnel médical 0,320 0,028 314 286 1,068 0,088 0,264 0,377 Ayant une carte de santé 0,830 0,018 534 447 1,041 0,021 0,794 0,865 A reçu wlccination BCG 0,909 0,013 534 447 0,995 0,014 0,883 0,935 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,713 0,019 534 447 0,917 0,026 0,675 0,751 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,713 0,019 534 447 0,917 0,026 0,675 0,751 A reçu vaccination rougeole 0,657 0,025 534 447 1,132 0,037 0,608 0,707 Vaccin~ contre toutes les maladies 0,584 0,023 534 447 1,034 0,040 0,537 0,630 Poids-pour taille (inférieur à -2 ET) 0,079 0,008 1357 1134 1,051 0,102 0,063 0,095 Taille-pour-âge (inférieur A -2 ET) 0,153 0,012 1357 1134 1,204 0,080 0,128 0,177 Poids pour fige (inférieur à 2 ET) 0,162 0,014 1357 1134 1,295 0,084 0,135 0.190 Indice synthétique de fécondité (5 ans) 4,735 0,148 NA 14617 1,278 0,031 4,440 5,030 Quotient de mortalité néonatale a 42,358 3,287 5507 4670 1,091 0,078 35,785 48,932 Quotient de mortalité post néonatale 32,377 2,600 5515 4677 1,028 0,080 27,176 37,578 Quotient de mortalité infantile 74,736 4,078 5516 4678 1,043 0,055 66,579 82,893 Quotient de mortalité juvénile 49,144 3,690 5539 4698 1,113 0,075 41,763 56,525 Quotient de mortalité infanto-juv6nile 120,207 5,061 5549 4707 1,025 0,042 110,084 130,329 ND = Non-défini a Les quotients de mortalité ont ét~ calcul6s pour la pêriode 0-9 ans prêcêdant l'enquête. 219 Tableau C.3,2 Erreurs de sondage - Echantillon urbain : hommes r EDS Côte d'Ivoire 1994 Valeur Variable (M) Population de base Effet Intervalle Erreur Non Fondé- de Erreur de confiance type pondérée rée grappe relative (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET Résidence urbaine 1,000 0.000 1161 Sans instruction 0,315 0.022 1161 Instruction post-primaire ou plus 0,462 0.027 1161 Jamais marié (en union) 0,527 0.024 1161 Actuellement marié (en union) 0,446 0.024 1161 Connaît une m&hode contraceptive 0.936 0,012 526 Conna'it une méthode moderne 0,927 0.012 526 A utilisé une méthode 0.619 0.026 526 Utilise actuellement une méthode 0,259 0.027 526 Utilise actuellement une méthode moderne 0.119 0,018 526 Utilise la pilule 0.045 0,007 526 Utilise le D[U 0,007 0,004 526 Utilise les injections 0.014 0,005 526 Utilise le condom 0,049 0,012 526 Utilise la continence périodique 0,112 0,016 526 Utilise le retrait 0,013 0,006 526 Taille de famille id6ale 5,092 0,125 1137 1046 ND 0.000 1,000 1,000 1046 1.600 0.069 0.271 0.359 1046 1.818 0,058 0,409 0,515 1046 1.609 0.045 0,480 0.575 1046 1.635 0.054 0.398 0.494 466 1.092 0,012 0.912 0.959 466 1,087 0,013 0.903 0,952 466 1,227 0,042 0,567 0,67 I 466 1,429 0,105 0.205 0.314 466 1,297 0,154 0.082 0.156 466 0,811 0,162 0,031 0.060 466 1,184 0,597 0,000 0.016 466 1,033 0,380 0.003 0,024 466 1,246 0,239 0,026 0,073 466 1,192 0,146 0,079 0,145 466 1,159 0,444 0,001 0,024 1023 1,291 0,024 4,843 5,341 ND = Non-défini 220 Tableau C,4.1 Erreurs de sondage -Echantillon rural : femmes, EDS Côte d'Ivoire 1994 Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pond~- de Erreur de confiance Valeur type pondérée rée grappe relative Variable (M) (ET) IN) IN') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET Résidence urbaine 0,000 0,000 4247 4689 ND ND 0,000 0,000 Sans instruction 0,695 0,016 4247 4689 2,326 0,024 0,662 0.728 Instruction post-primaire ou plus 0,067 0,007 4247 4689 1,760 0,100 0,054 0.081 Jamais mariée (en union) 0,205 0,009 4247 4689 1,493 0,045 0,187 0,224 Actuellement mariée (en union) 0,716 0,012 4247 4689 1,735 0,017 0,692 0,740 Mariée (en union) avant 20 ans 0,693 0,011 3318 3660 1,318 0,015 0,672 0,715 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,851 0,007 3318 3660 1,063 0,008 0,838 0,864 Enfants nés vivants 3,539 0,050 4247 4689 1,071 0,014 3,438 3,640 Enfants nés vivants des femmes 40-49 6,988 0,127 672 738 1,055 0,018 6,733 7.242 Enfants survivants 2,886 0,043 4247 4689 1,124 0,015 2,799 2,973 Connaît une méthode contraceptive 0,659 0,016 3045 3357 1,886 0,025 0,627 0,692 Connaît une méthode moderne 0,624 0,017 3045 3357 1,902 0,027 0,590 0,657 A utilisé une méthode 0,212 0,012 3045 3357 1,658 0,058 0,187 0,236 Utilise actuellement une méthode 0,069 0,005 3045 3357 1,187 0,079 0,058 0,080 Utilise actuellement une méthode moderne 0,022 0,003 3045 3357 0,993 0,119 0,017 0,028 Utilise la pilule 0,009 0,002 3045 3357 1,166 0,227 0,005 0,012 Utilise le DIU 0,001 0,000 3045 3357 ND 0,000 0,001 0,001 Utilise les injections 0,004 0,001 3045 3357 1,062 0,308 0,002 0,006 Utilise le condom 0,007 0,001 3045 3357 0,932 0,203 0,004 0,010 Utilise la continence périodique 0,039 0,004 3045 3357 1,166 0,105 0,030 0,047 Utilise le retrait 0,001 0,000 3045 3357 ND 0,000 0,~01 0,00l Utilise source publique 0,202 0,036 143 161 1,062 0,177 0,130 0,274 Ne veut plus d'enfants 0,200 0,009 3045 3357 1,286 0,047 0,181 0,219 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,403 0,010 3045 3357 1,176 0,026 0,383 0,424 Taille de famille idéale 6,085 0,079 4144 4578 1,921 0,013 5,927 6,243 Naissances pour lesquelles la m~re a reçu une injection antitétanique 0,683 0,023 2392 2639 2,292 0,034 0,637 0,729 Assistance médicale à l'accouchement 0,296 0,018 2392 2639 1,833 0,062 0,260 0,333 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 0,194 0,010 2179 2405 1,120 0,050 0,174 0,213 A reçu traitement SRO 0,018 0,007 425 465 1,060 0,385 0,0f14 0,031 A consulté du personnel médical 0,189 0,021 425 465 1,094 0,113 0,146 0,232 Ayant une carte de santé 0,654 0,028 632 697 1,448 0,042 0,599 0,709 A reçu vaccination B IG 0,629 0,026 632 697 1,341 0,042 0,577 0,681 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,386 0,022 632 697 1,140 0,058 0,341 0,431 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,386 0,022 632 697 1,140 0,058 0,341 0,431 A reçu vaccination rougeole 0,449 0,024 632 697 1,207 0,054 0,401 0,498 Vacciné contre toutes les maladies 0,291 0,022 632 697 1,174 0,074 0,248 0,334 Poids pour-taille (inférieur ~t -2 ET) 0,084 0,006 2001 2206 0,942 0,070 0,072 0,096 Taille-pour-âge (inférieur h -2 ET) 0,292 0,01 I 2001 2206 1,050 0,037 0,270 0,313 Poids pour-âge (inférieur å -2 ET) 0,277 0,01 I 2001 2206 1300 0,040 0,255 0,299 Indice synthétique de fécondité (5 ans) 6,426 0,130 NA 20779 1,318 0,020 6,167 6,685 Quotient de mortalité néonatale a 50,407 3,020 8315 9162 1,081 0,060 44,366 56,448 Quotient de mortalité post-néonatale 49,326 3,500 8334 9183 1,361 0,071 42,327 56,326 Quotient de mortalité infantile 99,733 4,791 8335 9184 1,273 0,048 90,152 109,314 Quotient de mortalité juvénile 72,726 4,177 8399 9255 1,257 0,057 64,372 81,081 Quotient de mortalité infanto-juvénile 165,206 6,693 8420 9278 1,460 0,041 151,821 178,592 NA = Non-applicable ND = Non-défini a Les quotients de mortalité ont été calculés pour la période 0-9 ans précédant l'enquête. 221 Tableau C.4.2 Erreurs de sondage - Echantillon rural : hommes~ EDS Côte d'Ivoire 1994 Variable Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance Valeur type pondérée rée grappe relative (M) (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET Résidence urbaine 0,000 0,000 1391 1506 ND ND 0,000 0,000 Sans instruction 0,496 0,019 1391 1506 1,434 0,039 0,458 0,535 Instruction post-primaire ou plus 0,218 0,015 1391 1506 1.368 0,070 0,188 0,248 Jamais marié (en union) 0,428 0,014 1391 1506 1,017 0,032 0,401 0,455 Actuellement marié (en union) 0,539 0,015 1391 1506 1,112 0,028 0,509 0,569 Connaît une méthode contraceptive 0,831 0,014 751 812 1,027 0,017 0,803 0,859 Connaît une méthode moderne 0,799 0,015 751 812 1,058 0,019 0,768 0,830 A utilisé une méthode 0,481 0,022 751 812 1,202 0,046 0,437 0,525 Utilise actuellement une méthode 0,163 0,018 751 812 1,317 0,109 0,127 0,198 Utilise actuellement une méthode moderne 0,044 0,007 751 812 0,876 0,150 0,031 0,057 Utilise la pilule 0,013 0,003 751 812 0,832 0,260 0,006 0,020 Utilise le DIU 0,001 0,001 751 812 1,028 0,997 0,000 0,004 Utilise les injections 0,006 0,003 751 812 0,972 0,453 0,001 0,012 Utilise le condom 0,023 0,006 751 812 1,042 0,250 0,011 0,034 Utilise la continence périodique 0,103 0,015 751 812 1,344 0.145 0,073 0,132 Utilise le retrait 0,007 0,003 751 812 1,031 0,446 0,001 0,013 Taille de famille idéale 6,593 0,152 1348 1462 1,284 0,023 6,290 6,896 ND = Non-défini 222 Tableau C.5.1 Erreurs de sondage - Abidian : femmes r EDS Côte d'Ivoire 1994 Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pond~- de Erreur de confiance Valeur type pondærée rée grappe relative Variable (Ml (ET) IN) IN') (REPS) (ET/Ml M-2ET M+2ET Résidence urbaine 1,000 0,000 1264 1796 ND 0,000 1,000 1,000 Sans instruction 0,428 0,029 1264 1796 2,074 0,067 0,370 0,486 Instruction post-primaire ou plus 0,271 0,025 1264 1796 1,984 0,092 0,221 0,320 Jamais mariée (en union) 0,356 0,024 1264 1796 1,779 0,067 0,308 0,404 Actuellement mariée (en union) 0,535 0,026 1264 1796 1,855 0,049 0,483 0,587 Mariée (en union) avant 20 ans 0,497 0,020 925 1314 1,186 0,039 0,458 0,536 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,709 0,018 925 1314 1,199 0,025 0,673 0,745 Enfants nés vivants 2,294 0,104 1264 1795 1,403 0,045 2,086 2,502 Enfants nés vivants des femmes 40~.9 5,807 0,352 140 199 1,197 0,061 5,103 6,511 Enfants survivants 1,978 0,084 1264 1796 1,300 0,043 1,809 2,146 Connaît une méthode contraceptive 0,917 0,012 676 960 1A42 0,013 0,893 0,941 Connaît une méthode moderne 0,908 0,013 676 960 1,192 0,015 0,882 0,935 A utilisé une méthode 0,536 0,026 676 960 1,330 0,048 0,484 0,587 Utilise actuellement une méthode 0,234 0,021 676 960 1,265 0,088 0,193 0,275 Utilise actuellement une méthode moderne 0,096 0,011 676 960 0,992 0,117 0,074 0,119 Utilise la pilule 0,053 0,009 676 960 0,985 0,160 0,036 0,070 Utilise le D1U 0,013 0,005 676 960 1,138 0,377 0,003 0,023 Utilise les injections 0,016 0,005 676 960 1,071 0,321 0,006 0,027 Utilise le condom 0,007 0,004 676 960 1,193 0,532 0,000 0,015 Utilise la continence périodique 0,121 0,015 676 960 1,206 0,125 0,091 0,152 Utilise le retrait 0,000 0,000 676 960 ND ND 0,000 0,000 Utilise source publique 0,339 0,041 124 176 0,957 0,121 0,257 0,420 Ne veut plus d'enfants 0,247 0,022 676 960 1,333 0,090 0,203 0,291 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,336 0,020 676 960 1,075 0,058 0,297 0,375 Taille de famille idéale 4,529 0,096 1231 1749 1,725 0,021 4,338 4,720 Naissances pour lesquelles la mitre a reçu une injection antitétanique 0,899 0,017 435 618 1,157 0,019 0,865 0,933 Assistance médicale å l'accouchement 0,816 0,023 435 618 1,174 0,028 0,770 0,862 Diarrhée dans les 2 demi~res semaines 0,285 0,025 396 563 1,090 0,089 0,235 0,336 A reçu traitement SRO 0,080 0,030 113 160 1,165 0,374 0,020 0,139 A consulté du personnel médical 0,363 0,041 113 160 0,893 0,113 0,281 0,445 Ayant une carte de santé 0,861 0,030 144 205 1,047 0,035 0,801 0,922 A reçu vaccination BCG 0,938 0,015 144 205 0,744 0,016 0,907 0,968 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,757 0,029 144 205 0,807 0,038 0,699 0,815 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,757 0,029 144 205 0,807 0,038 0,699 0,815 A reçu vaccination rougeole 0,708 0,038 144 205 0,974 0,053 0,633 0,784 Vaccin~ contre toutes les maladies 0,625 0,038 144 205 0,920 0,060 0,550 0,700 Poids-pour-taille (inférieur ~ -2 ET) 0,095 0,014 359 510 0,906 0,152 0,066 0,123 Taille-pour-âge (inférieur à -2 ET) 0,109 0,018 359 510 1,088 0,164 0,073 0,144 Poids-pour-åge (inférieur à -2 ET) 0,142 0,024 359 510 1,252 0,168 0,094 0,190 Indice synthétique de fécondité (5 ans) 4,059 0,218 NA 7745 1,238 0,054 3,623 4,495 Quotient de mortalité néonatale a 42,212 5,257 1545 2195 1,029 0,125 31,698 52,726 Quotient de mortalité post-néonatale 29,838 4,427 1548 2199 0,958 0,148 20,983 38,693 Quotient de mortalité infantile 72,050 6,235 1548 2199 0,910 0,087 59,581 84,520 Quotient de mortalité juvénile 46,540 6,308 1555 2209 1,060 0,136 33,924 59,156 Quotient de mortalité infanto-juvénile 115,237 7,851 1558 2213 0,893 0,068 99,534 130,940 NA = Non-applicable ND = Non-défini a Les quotients de mortalité ont été calculés pour la période 0-9 ans précédant l'enquéte. 223 Tableau C.5.2 Erreurs de sondage - Abidian : hommes r EDS COte d'Ivoire 1994 Valeur Variable (M) Population de base Effet Intervalle Erreur Non PondO- de Erreur de confiance type pondérée rée grappe relative (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET Résidence urbaine 1,000 0,000 426 594 ND 0,000 1,000 1,000 Sans instruction 0,261 0,031 426 594 1,455 0,119 0,199 0,323 Instruction post-primaire ou plus 0,519 0,042 426 594 1,751 0,082 0,434 0,604 Jamais marié (en union) 0,540 0,037 426 594 1,541 0,069 0,465 0,614 Actuellement mari6 (en union) 0,432 0,038 426 594 1,588 0,088 0,356 0,508 Connaît une méthode contraceptive 0,946 0,017 184 257 1,011 0,018 0,912 0,980 Connalt une méthode moderne 0,935 0,018 184 257 0,993 0,019 0,899 0,971 A utilisé une méthode 0,636 0,042 184 257 1,169 0,065 (I,553 0,719 Utilise actuellement une méthode 0,266 0,045 184 257 1,383 0,170 0,176 0,357 Utilise actuellement une méthode moderne 0,125 0,030 184 257 1,233 0,241 0,065 0,185 Utilise la pilule 0,038 0,010 184 257 0,674 0,251 0,019 0,057 Utilise le DIU 0,01 I 0,008 184 257 0,992 0,699 0,000 0,026 Utilise les injections 0,011 0,008 184 257 0,986 0,695 0,000 0,026 Utilise le condom 0,060 0,020 184 257 1,118 0,328 0,021 0,099 Utilise la continence périodique 0,109 0,023 184 257 1,018 0,215 0,062 0,156 Utilise le retrait 0,016 0,010 184 257 1,022 0,587 0,000 0,035 Taille de famille idéale 4,652 0,168 414 578 1,248 0,036 4,316 4,988 ND = Non-défini 224 Tableau C.6.1 Erreurs de sondage - Forêt Urbaine : femmes r EDS Côte d'Ivoire 1994 Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance Valeur type pondérée rée grappe relative Variable (MI (ET) (NI (N') (REPS) (ET/MI M-2ET M+2ET Résidence urbaine 1,000 0,000 1333 903 ND 0,000 1,000 1,000 Sans instruction 0,530 0,027 1333 903 1,968 0,051 0,476 0,583 instruction post-primaire ou plus 0,206 0,022 1333 903 1,956 0,105 0,163 0.250 Jamais mariée (en union) 0,316 0,018 1333 903 1,406 0,057 0,280 0,352 Actuellement mari6e (en union) 0,598 0,020 1333 903 1,468 0,033 0,558 0,637 Mariée (en union) avant 20 ans 0,656 0,012 973 659 0,802 0,019 0,631 0,680 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,822 0,013 973 659 1,092 0,016 0,795 0,849 Enfants nés vivants 2,708 0,095 1333 903 1,240 0,035 2,517 2,899 Enfants nés vivants des femmes 40-49 6.280 0,212 143 97 0,811 0,034 5.856 6,703 Enfants survivants 2,306 0,084 1333 903 1.270 0,036 2.138 2,474 Connait une méthode contraceptive 0,857 0,021 797 540 1,653 0,024 0,816 0,898 Connait une méthode moderne 0,834 0,022 797 540 1,642 0,026 0,791 0,878 A utilisé une méthode 0,374 0,023 797 540 1,355 0,062 0,327 0,420 Utilise actuellement une m&hode 0,142 0,012 797 540 0,963 0,084 0.118 0.166 Utilise actuellement une méthode moderne 0,050 0,007 797 540 0,888 0,137 0.036 0,064 Utilise la pilule 0,030 0,006 797 540 0,952 0,192 0,019 0,042 Utilise le DIU 0,003 0,002 797 540 0,983 0,695 0,000 0,006 Utilise les injections 0,011 0,004 797 540 0,956 0,317 0,004 0.018 Utilise le condom 0.004 0,002 797 540 0,948 0,547 0,000 0.008 Utilise la continence périodique 0,072 0,009 797 540 0,992 0,127 0,053 0,090 Utilise le retrait 0,004 0,002 797 540 1,006 0,580 0,000 0,008 Utilise source publique 0,200 0,044 90 61 1,039 0,220 0,112 0,288 Ne veut plus d'enfants 0,242 0.014 797 540 0,940 0,059 0,214 0,271 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,366 0,022 797 540 1,264 0,059 0,323 0,410 Taille de famille idéale 5,030 0,095 1288 872 1,624 0,019 4,840 5,221 Naissances pour lesquelles la m~re a reçu une injection antitétanique 0,872 0,017 619 419 1,215 0,019 0,838 0,906 Assistance médicale å l'accouchement 0,695 0,025 619 419 1,267 0.036 0,645 0.744 Diarrhée dans les 2 derniêres semaines 0,184 0,018 571 387 1,I04 0,100 0,147 0,221 A reçu traitement SRO 0,019 0,013 105 71 1,001 0,702 0.000 0,046 A consulté du personnel médical 0,286 0,055 105 71 1,200 0,191 0,177 0,395 Ayant une carte de santé 0,812 0,030 197 133 1,028 0,037 0,752 0,872 A reçu vaccination BCG 0,868 0,032 197 133 1,261 0,037 0,803 0,933 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,670 0,032 197 133 0,909 0,047 0,607 0,733 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,670 0,032 197 133 0,909 0,047 0,607 0,733 A reçu vaccination rougeole 0,604 0,038 197 133 1,059 0,064 0,527 0,681 Vacciné contre toutes les maladies 0,548 0,035 197 133 0,961 0,064 0.478 0,619 Poids-pour-taille (inf6rieur å -2 ET) 0,062 0,012 531 360 1,158 0,196 0,038 0,087 Taille-pour-âge (inférieur à -2 ET) 0,213 0,020 531 360 1,090 0,092 0,174 0,252 Poids-pour-åge (inf6rieur à -2 ET) 0,186 0,018 531 360 1,068 0,098 0,150 0,223 Indice synthétique de fécondité (5 ans) 5,350 0,228 NA 3848 1,094 0,043 4,895 5,805 Quotient de mortalité néonatale a 40,097 5,495 2075 1405 1,128 0,137 29.107 51,088 Quotient de mortalité post-néonatale 33,447 4,188 2079 1408 1,058 0,125 25,071 41,824 Quotient de mortalité infantile 73,545 7,636 2079 1408 1,213 0,104 58,272 88,817 Quotient de mortalité juvénile 57,844 6,357 2090 1416 1,067 0,110 45,131 70,558 Quotient de mortalité infanto-juvénile 127,135 9,590 2094 1418 1,160 0,075 107,956 146.314 NA = Non-applicable ND = Non-défini a Les quotients de mortalité ont été calculés pour la période 0-9 ans précédant l'enquête. 225 Tableau C.6.2 Erreurs de sondage - Forêt Urbaine : hommes, EDS Côte d'Ivoire 1994 Valeur Variable (MI Population de base Effet Intervalle E~eur Non Pond~- de Erreur de confiance type pondôrée rée grappe relative (ET) (NI (N') (REPS) (ET/MI M-2ET M+2ET Résidence urbaine 1,000 0,000 367 Sans instruction 0,360 0,041 367 Instruction post-primaire ou plus 0,384 0,041 367 Jamais marié (en union) 0,518 0,034 367 Actuellement marié (en union) 0,452 0,031 367 Connaît une méthode contraceptive 0,922 0,027 166 Connaît une méthode moderne 0,922 0,027 166 A utilisé une méthode 0,614 0,039 166 Utilise actuellement une méthode 0,241 0,042 166 Utilise actuellement une méthode moderne 0,090 0,025 166 Utilise la pilule 0,042 0~016 166 Utilise le DIU 0,006 0,006 166 Utilise les injections 0,018 0,010 166 Utilise le condom 0,024 0,014 166 Utilise la continence pæriodique 0,139 0,039 166 Utilise le retrait 0,006 0,006 166 Taille de famille idéale 5,833 0,272 366 248 ND 0,000 1,000 1,000 248 1,636 0,114 0,278 0,442 248 1,600 0,106 0,303 11,466 248 1.283 0,065 0,451 0,585 248 1,190 0,068 0,390 0,514 112 1,299 0,029 0,867 0,976 112 1,299 0,029 0,867 0,976 112 1,020 0,063 0,537 0,692 112 1,257 0,174 0,157 0,325 112 1,111 0,274 0,041 0,140 112 1,025 0,380 0,010 0,074 112 1,006 1,006 0,000 0,018 I 12 0,996 0,572 0,000 0,039 112 1,205 0,597 0,000 0,053 112 1,456 0,283 0,060 0,217 I 12 1,006 1,006 0,000 0.018 247 1,277 0~047 5,288 6,378 ND = Non-défini 226 Tableau C.7.1 Erreurs de sondage - For~t Rurale : femmes~ EDS COte d'Ivoire 1994 Variable Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pond~- de Erreur de confiance Valeur type pondérée tée grappe relative (M) (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET Résidence urbaine 0,0O0 0,000 2751 3219 ND ND 0,000 0,00O Sans instruction 0,647 0,022 2751 3219 2,374 0,033 0,604 1/,690 Instruction post-primaire ou plus 0,073 0,009 2751 3219 1,711 0,116 0,056 0,090 Jamais mariée (en union) 0,207 0,011 2751 3219 1,451 0,054 0,185 0,230 Actuellement mariée (en union) 0,707 0,015 2751 3219 1,781 0,022 0,676 0,738 Mariée (en union) avant 20 ans 0,700 0,013 2131 2493 1,313 0,019 0,674 0,726 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,858 0,008 2131 2493 1,027 0,009 0,842 0,873 Enfants nés vivants 3,466 0,060 2751 3219 1,027 0,017 3,347 3,586 Enfants nés vivants des femmes 40-49 7,010 0,149 417 488 0,982 0,021 6,711 7,308 Enfants survivants 2,837 0,053 2751 3219 1,106 0,019 2,731 2,943 Connait une méthode contraceptive 0,727 0,020 1946 2277 1,997 0,028 0,686 0,767 Connait une méthode moderne 0,693 0,020 1946 2277 1,865 0,028 0,654 0,732 A utilisé une méthode 0,250 0,016 1946 2277 1,669 0,065 0,217 0,283 Utilise actuellement une méthode 0,081 0,007 1946 2277 1,090 0,083 0,068 0,095 Utilise actuellement une méthode moderne 0,025 0,003 1946 2277 0,855 0,121 0,019 0,031 Utilise la pilule 0,009 0,002 1946 2277 1,050 0,254 0,004 0,013 Utilise les injections 0,001 0,0O0 1946 2277 ND 0,090 0,001 0,001 Utilise le DIU 0,004 0,001 1946 2277 1,008 0,380 0,001 0,096 Utilise le condom 0,009 0,002 1946 2277 0,905 0,212 0,005 0,013 Utilise la continence p~riodique 0,046 0,005 1946 2277 1,057 0,109 0,036 0,056 Utilise le retrait 0,001 0,000 1946 2277 ND 0,000 0,001 0,001 Utilise source publique 0,148 0,030 108 126 0,876 0,203 0,088 0,208 Ne veut plus d'enfants 0,211 0,011 1946 2277 1,171 0,051 0,19(I 0,233 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,413 0,013 1946 2277 1,140 0,031 0,388 0,439 Taille de famille idéale 5,914 0,083 2698 3157 1,704 0,014 5,747 6,080 Naîssances pour lesquelles la m~re a reçu une injection antitétanique 0,711 0,024 1540 1802 1,922 0,033 0,664 0,758 Assistance médicale ~ l'accouchement 0,308 0,020 1540 1802 1,594 0,065 0,268 0,348 Diarrhée dans les 2 demi~res semaines 0,181 0,013 1405 1644 1,213 0,070 0,156 0,207 A reçu traitement SRO 0,008 0,005 255 298 0,983 0,693 0,000 0,019 A consulté du personnel médical 0,196 0,029 255 298 1,121 0,147 0,138 0,254 Ayant une carte de santé 0,621 0,034 406 475 1,401 0,055 0,553 0,689 A reçu vaccination BCG 0,648 0,030 406 475 1,258 0,047 0,587 0,709 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,387 0,027 406 475 1,092 0,070 0,333 0,441 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,387 0,027 406 475 1,092 0,070 0,333 0,441 A reçu vaccination rougeole 0,436 0,032 406 475 1,288 0,074 0,371 0,501 Vaccin~ contre toutes les maladies 0,276 0,025 406 475 1,122 0,092 0,225 0,327 Poids-pour-taille (inférieur ~ -2 ET) 0,066 0,007 1281 1499 0,976 0,103 0,052 0,079 Taille-pour-âge (inférieur ~ -2 ET) 0,289 0,012 1281 1499 0,952 0,042 0,265 0,313 Poids-pour-âge (inférieur ~t -2 ET) 0,258 0,013 1281 1499 1,022 0,049 0,232 0,283 Indice synthétique de fécondité (5 ans) 6,354 0,173 NA 14214 1,354 0,027 6,008 6,700 Quotient de mortalité néonatale a 45,085 3,135 5286 6184 0,975 0,070 38,815 51,356 Quotient de mortalité post-néonatale 51,558 4,681 5300 6201 1,409 0,091 42,197 60,919 Quotient de mortalité infantile 96,643 5,732 5300 6201 1,264 0,059 85,180 108,107 Quotient de mortalité juvénile 74,702 5,413 5344 6252 1,278 0,072 63,877 85,528 Quotient de mortalité inîanto-juvénile 164,126 8,722 5358 6269 1,527 0,053 146,682 181,570 NA = Non-applicable ND = Non-défini a Les quotients de mortalité ont été calculés pour la période 0-9 ans précédant l'enquête. 227 Tableau C.7.2 Erreurs de sondage - Forêt Rurale : hommes T EDS Céte d'Ivoire 1994 Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance Valeur type pondérée rée grappe relative Variable (MI (ET) (NI (N') (REPS) (ET/MI M-2ET M+2ET Résidence urbaine 0,000 0.000 912 1050 ND ND 0,000 0,000 Sans instruction 0,459 0,025 912 1050 1.518 0,055 0.409 0,510 Instruction post-primaire ou plus 0,234 0.019 912 1050 1,377 0,083 0.195 0,272 Jamais marié (en union) 0,431 0,017 912 1050 1,053 0,040 0.396 0,465 Actuellement marié (en union) 0,534 0,019 912 1050 1,177 0,036 0.495 0,573 Conna]t une méthode contraceptive 0,869 0,013 487 560 0,845 0,015 0,843 0.894 Connait une méthode moderne 0,842 0.016 487 560 0,942 0,019 0.811 0,873 A utilisé une méthode 0,522 0,024 487 560 1,060 0,046 0,474 0,570 Utilise acluellement une méthode 0,177 0.021 487 560 1,212 0.119 0.135 0,219 Utilise actuellement une méthode moderne 0,041 0,008 487 560 0,901 0,198 0,025 0,057 Utilise la pilule 0,014 0,004 487 560 0,817 0,307 0,006 0,023 Utilise le DIU 0,002 0,002 487 560 0.995 0,995 0.000 0.006 Utilise les injections 0,002 0,002 487 560 1,003 1,003 0,000 0.006 Utilise le condom 0,023 0,008 487 560 I,I17 0,333 0,008 0.038 Utilise la continence pæriodique 0,113 0.019 487 560 1,296 0.165 0,076 0.150 Utilise le retrait 0.010 0,005 487 560 0,999 0.445 0,001 0,019 Taille de famille idéale 6,293 0,163 897 1032 1,186 0,026 5.967 6.620 ND = Non défini 228 Tableau C.8.1 Erreurs de sondage - Savane Urbaine : femmes T EDS Côte d'Ivoire 1994 Variable Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pond~- de Erreur de confiance Valeur type pondérée rée grappe relative (Ml (ET) (NI IN') (REPS) (ET/Ml M-2ET M+2ET Rêsidence urbaine 1,000 0,000 1255 711 ND 0,000 1,000 1,000 Sans instruction 0,546 0,028 1255 711 1,962 0,051 0,491 0,601 Instruction post-primaire ou plus 0,206 0,018 1255 711 1,606 0,089 0,169 0,242 Jamais mariée (en union) 0,350 0,020 1255 711 1,496 0,058 0,310 0,390 Actuellement mariée (en union) 0,582 0,023 1255 711 1,672 0,040 0,535 0,628 Mariée (en union) avant 20 ans 0,567 0,020 890 504 1,196 0,035 0,528 0,607 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,788 0,016 890 504 1,195 0,021 0,755 0,820 Enfants nés vivants 2,623 0,089 1255 711 1,123 0,034 2,444 2,802 Enfants nés vivants des femmes 40-49 6,575 0,261 146 83 1,031 0,040 6,053 7,098 Enfants survivants 2,263 0,066 1255 711 0,950 0,029 2,131 2,395 Connait une méthode contraceptive 0,859 0,019 730 414 1,464 0,022 0,821 0,897 Connaît une méthode moderne 0,845 0,018 730 414 1.352 0,021 0,809 0,881 A utilisé une méthode 0,412 0,029 730 414 1.611 0,071 0,354 0,471 Utilise actuellement une méthode 0,164 0,018 730 414 1,279 0,107 0,129 0,200 Utilise actuellement une méthode moderne 0,079 0,012 730 414 1,183 0,149 0,056 0,103 Utilise la pilule 0,052 0,009 730 414 1,103 0,174 0.034 0,070 Utilise le DIU 0,004 0,002 730 414 1,028 0,592 0,000 0,009 Utilise les injections 0,014 0,004 730 414 0,992 0.312 0,005 0,022 Utilise le condom 0,005 0,003 730 414 0,999 0,498 0,000 0,011 Utilise la continence périodique 0,071 0,011 730 414 1.172 0,157 0,049 0,094 Utilise le retrait 0,004 0,003 730 414 1,078 0,622 0,000 0,009 Utilise source publique 0,209 0,045 110 62 1,148 0,214 0.120 0,299 Ne veut plus d'enfants 0,214 0.015 730 414 1,018 0,072 0,183 0,245 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,408 0.022 730 414 1,187 0,053 0,365 0,451 Taille de famille idéale 4,945 0,076 1244 705 1,303 0,015 4,792 5,097 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,837 0,018 552 313 1,074 0,021 0,801 0,872 Assistance médicale ~1 l'accouchement 0,748 0,030 552 313 1,535 0,040 0,688 0,808 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 0,187 0,021 514 291 1,206 0,111 0,145 0,228 A reçu traitement SRO 0,010 0,010 96 54 0,938 0,933 0,000 0,030 A consulte du personnel médical 0,240 0,045 96 54 1,039 0,190 0,149 0,330 Ayant une carte de santê 0,793 0,031 193 109 1,070 0,040 0,730 0,856 A reçu vaccination BCG 0,907 0,023 193 109 I,I 19 0.026 0,860 0.954 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,684 0,042 193 109 1,228 0,061 0,600 0,768 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,684 0,042 193 109 1,228 0,061 0,600 0,768 A reçu vaccination rougeole 0,627 0,048 193 109 1,331 0,076 0,532 0,722 Vacciné contre toutes les maladies 0,549 0,044 193 109 1,186 0,079 0,462 0,636 Poids pour4aille (inférieur å -2 ET) 0,073 0,013 467 265 1,053 0,173 0,048 0,098 Taille pour-åge (inférieur à -2 ET) 0,156 0,023 467 265 1,356 0,150 0,109 0,203 Poids-pour-âge (infErieur à -2 ET) 0,169 0,024 467 265 1,355 0,140 0,122 0,216 Indice synthétique de fécondité (5 ans) 5,637 0,237 NA 3023 1,084 0,042 5.163 6,111 Quotient de mortalité nêonatale a 45,624 6,581 1887 1070 1,152 0,144 32.463 58,786 Quotient de mortalité post-néonatale 36,194 4,461 1888 1070 1,012 0,123 27,272 45,117 Quotient de mortalité infantile 81.818 7,971 1889 1071 1,116 0,097 65,877 97,760 Quotient de mortalité juvénile 43,376 4,502 1894 1074 0,900 0,104 34,371 52.380 Quotient de mortalité infanto-juvénile 121,645 9,040 1897 1075 1,086 0,074 103,565 139,725 NA = Non-applicable ND = Non-défini a Les quotients de mortalité ont été calcules pour la période 0 9 ans précédant l'enquête. 229 Tableau C.8.2 Erreurs de sondage - Savane Urbaine : hommes~ EDS Côte d'Ivoire 1994 Valeur Variable (M) Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pond6- de E~eur deconfiance type pondér~e rée grappe relative (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET Résidence urbaine 1,000 0,000 368 Sans instruction 0,418 0,042 368 Instruction post-primaire ou plus 0,391 0,039 368 Jamais marié (en union) 0,503 0,035 368 Actuellement mari6 (en union) 0,478 0,034 368 Connai't une m6thode contraceptive 0,926 0,014 176 Connaît une m~thode moderne 0,915 0,016 176 A utilisé une methode 0,580 0,043 176 Utilise actuellement une m6thode 0,261 0,029 176 Utilise actuellement une m6thode moderne 0,136 0,025 176 Utilise la pilule 0,068 0,016 176 Utilise le DIU 0,000 0,000 176 Utilise les injections 0,017 0,010 176 Utilise le condom 0,051 0,017 176 Utilise la continence p6riodique 0,091 0,016 176 Utilise le retrait 0,011 0,008 176 Taille de famille id6aie 5,451 0,223 357 204 ND 0,000 1,000 1,000 204 1,627 0,100 0,335 0,502 204 1,514 0,099 0,314 0,468 204 1,324 0,069 0,434 0,572 204 1,321 0,072 0,409 0,547 98 0,721 0,015 0,898 0,955 98 0,740 0,017 0,884 0,946 98 1,155 0,074 0,493 0,666 98 0,868 0,110 0,204 0,319 98 0,960 0,183 0,087 0,186 98 0,823 0,230 0,037 0,100 98 ND ND 0,000 0,000 98 1,028 0,590 0,000 0,037 98 1,022 0,333 0,017 0,085 98 0,715 0,171 0,060 0,122 98 0,993 0,700 0,000 0,027 198 1,286 0,041 5,004 5,898 ND = Non-défini 230 Tableau C.9.1 Erreurs de sondage - Savane Rurale : femmes r EDS C6te d'Ivoire 1994 Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pond~- de Erreur de confiance Valeur type pondérée rêe grappe relative Variable (M) (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET Résidence urbaine 0,000 0,000 1496 1470 ND ND 0,000 0,000 Sans instruction 0.800 0,022 1496 1470 2,161 0,028 0,755 0,845 Instruction post-primaire ou plus 0,054 0,011 1496 1470 1.842 0,199 0,033 0,076 Jamais mariée (en union) 0,201 0,016 1496 1470 1,579 0,082 0.168 0,233 Actuellement mariée (en union) 0,735 0.018 1496 1470 1,585 0,025 0.698 0,771 Mariée (en union) avant 20 ans 0,679 0,018 1187 1167 1,317 0,026 0.643 0,715 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,837 0,012 1187 1167 1,134 0,015 0,813 0.862 Enfants nés vivants 3,698 0,093 1496 1470 1,167 0,025 3,512 3,884 Enfants nés vivants des femmes 40-49 6,945 0,237 255 251 1,193 0,034 6,470 7,420 Enfants survivants 2,993 0,075 1496 1470 1,150 0,025 2,842 3,143 Connaît une méthode contraceptive 0,517 0,027 1099 1080 1,804 0,053 0,462 0,571 Connaît une méthode moderne 0,479 0,030 1099 1080 2,016 0,063 0,418 0,539 A utilisé une méthode 0,131 0,017 1099 1080 1,660 0.129 0,097 0,165 Utilise actuellement une méthode 0,044 0,009 1099 1080 1,531 0,216 0,025 0,063 Utilise actuellement une méthode moderne 0,016 0.005 1099 1080 1,369 0,320 0,006 0,027 Utilise la pilule 0,008 0.004 1099 1080 1,412 0,469 0,001 0,016 Utilise le DIU 0,000 0,000 1099 1080 ND ND 0,000 0,000 Utilise les injections 0,005 0,002 1099 1080 1,161 0,518 0.000 0.009 Utilise le condom 0,002 0,001 1099 1080 0,988 0,698 0,000 0,004 Utilise la continence périodique 0,024 0,007 1099 1080 1,545 0,300 0,009 0,038 Utilise le retrait 0,000 0,000 1099 1080 ND ND 0,000 0,000 Utilise source publique 0,400 0,107 35 34 1,276 0,268 0,186 0.614 Ne veut plus d'enfants 0377 0,018 1099 1080 1,577 0,103 0,140 0.213 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,383 0,019 1099 1080 1,264 0,048 0,346 0,420 Taille de famille idêale 6,465 0,174 1446 1421 2,323 0,027 6,118 6,813 Naissances pour lesquelles la mére a reçu une injection antitétanique 0,622 0,053 852 837 3,041 0,085 0,516 0,728 Assistance médicale à l'accouchement 0.271 0,038 852 837 2.359 0.141 0,194 0,348 Diarrhée dans les 2 demi~res semaines 0.220 0,013 774 761 0,846 0,058 0,194 0,245 A reçu traitement SRO 0,035 0,016 170 167 1,144 0,459 0,003 0,068 A consulté du personnel médical 0,176 0,030 170 167 1,024 0.170 03 I6 0.237 Ayant une carte de santé 0,726 0,045 226 222 1,493 0,062 0,636 0,815 A reçu vaccination BCG 0,588 0,052 226 222 1,587 0,089 0,484 0,693 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0.385 0,040 226 222 1,244 0,105 0,304 0,466 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,385 0,040 226 222 1,244 0,105 0,304 0,466 A reçu vaccination rougeole 0,478 0,031 226 222 0,923 0,064 0,416 0,539 Vaccin~ contre toutes les maladies 0,323 0,039 226 222 1,246 0,120 0,245 0,401 Poids-pour taille (inférieur à -2 ET) 0,124 0,012 720 708 0,961 0,097 0.100 0,148 Taille-pour-âge (inférieur h -2 ET) 0,297 0,022 720 708 1,256 0,073 0.254 0,340 Poids-pour-âge (inférieur ~ -2 ET) 0.318 0,024 720 708 1,326 0,074 0,271 0,365 Indice synthétique de fécondité (5 ans) 6,566 0,181 NA 6565 1,264 0,028 6,204 6,927 Quotient de mortalité néonatale a 61,449 6,380 3029 2977 1,204 0,104 48,689 74,209 Quotient de mortalité post-nêonatale 44,727 4,711 3034 2982 1,188 0.105 35,305 54,149 Quotient de mortalité infantile 106,176 8.964 3035 2983 1,338 0,084 88,247 124,104 Quotient de mortalit6 juvénile 68.573 6.275 3055 3003 1.197 0.092 56,023 81.123 Quotient de mortalité infanto-juvénile 167,468 10,298 3062 3010 1,350 0,061 146,872 188,l~'»4 NA = Non-applicable ND = Non-défini a Les quotients de mortalité ont été calculés pour la période 0-9 ans précédant l'enquête. 231 Tableau C.9.2 Erreurs de sondage Savane Rurale : hommes, EDS C6te d'Ivoire 1994 Valeur Variable CM) Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance type pondérée rée grappe relative CET) (NI (N') (REPS) CET/MI M-2ET M+2ET Résidence urbaine 0.000 0.000 479 456 ND ND 0.000 0./XI0 Sans instruction 0.580 0.026 479 456 1.159 0.045 0.528 0.633 Instruction post-primaire ou plus 0.182 0.024 479 456 1.353 0.131 0.134 0.229 Jamais marié (en union) 0.422 0.020 479 456 0.888 0.048 0.382 0.462 Actuellement marié (en union) 0.551 0.020 479 456 0.881 0.036 0.511 0.591 Connaît une méthode contraceptive 0.746 0.031 264 251 1.145 0.041 0.685 0.808 Connaît une méthode moderne 0.705 0.033 264 251 1.160 0.046 0.639 0.770 A utilisé une méthode 0.390 0.043 264 251 1.429 0.110 0.304 0.476 Utilise actuellement une méthode 0.133 0.032 264 251 1.536 1,).242 0.1,168 0.197 Utilise actuellement une méthode moderne 0.049 0.011 264 251 0.816 0.221 0.027 0.071 Utilise la pilule 0.011 0.005 264 251 0.841 0.484 0.000 0.022 Utilise le DIU 0,000 0,000 264 251 ND ND 0,000 0,000 Utilise les injections 0,015 0,008 264 251 1,026 0,510 0,000 0,031 Utilise le condom 0,023 0,007 264 251 0,788 0,319 0,008 0,037 Utilise la continence périodique 0,080 0,023 264 251 1,400 0,294 0,033 0,126 Utilise le retrait 0,000 0,000 264 251 ND ND 0,000 0,000 Taille de famille idéale 7,315 0.329 451 429 1,475 0,045 6,658 7,972 ND = Non-défini 232 ANNEXE D P TABLEAUX POUR L'EVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES Tableau D.1 Répartition par âge de la population des ménages Répartition de la population (de fait) des ménages par année d'åge, selon le sexe (pond~ré), EDS Céte d'Ivoire 1994 Hommes Femmes Hommes Femmes Åge Effectif % Effectif % Åge Effectif % Effectif % <1 665 3,6 648 3,5 37 182 1,0 171 0,9 1 578 3,2 554 3,0 38 176 1,0 145 0,8 2 627 3,4 628 3,4 39 138 0,8 127 0,7 3 585 3,2 566 3,0 40 236 1,3 195 1,0 4 683 3,7 642 3,4 41 129 0,7 112 0,6 5 675 3,7 630 3,4 42 150 0,8 123 0,7 6 625 3,4 705 3,8 43 97 0,5 73 0,4 7 657 3,6 647 3,5 44 132 0,7 129 0,7 8 621 3,4 645 3,5 45 149 0,8 136 0,7 9 508 2,8 486 2,6 46 91 0,5 99 0,5 l0 595 3,2 612 3,3 47 104 0,6 79 0,4 11 425 2,3 426 2,3 48 96 0,5 91 0,5 12 500 2,7 571 3,1 49 89 0,5 83 0,4 13 466 2,5 466 2,5 50 117 0,6 102 0,5 14 413 2,3 398 2,1 51 68 0,4 99 0,5 15 379 2,1 435 2,3 52 81 0,4 154 0,8 16 346 1,9 369 2,0 53 65 0,4 84 0,5 17 365 2,0 393 2,1 54 128 0,7 130 0,7 18 358 2,0 428 2,3 55 82 0,4 94 0,5 19 349 1,9 361 1,9 56 62 0,3 88 0,5 20 345 1,9 407 2,2 57 80 0,4 74 0,4 21 284 1,6 270 1,5 58 67 0,4 74 0,4 22 308 1,7 341 1,8 59 75 0,4 65 0,3 23 266 1,5 278 1,5 60 93 0,5 114 0,6 24 283 1,5 307 1,6 61 56 0,3 47 0,3 25 330 1,8 365 2,0 62 77 0,4 58 0,3 26 277 1,5 291 1,6 63 56 0,3 21 0,1 27 290 1,6 266 1,4 64 82 0,4 75 0,4 28 255 1,4 287 1,5 65 67 0,4 58 0,3 29 213 1,2 277 1,5 66 45 0,2 33 0,2 30 329 1,8 388 2,1 67 39 0,2 30 0,2 31 178 1,0 230 1,2 68 37 0,2 38 0,2 32 259 1,4 247 1,3 69 23 0,1 29 0,2 33 174 0,9 172 0,9 70+ 286 1,6 273 1,5 34 187 1,0 202 1,1 NSP/ND 7 0,0 2 0,0 35 253 1,4 220 1,2 36 199 1,1 151 0,8 Total 18 309 100,0 616 100,0 235 Tableau D.2 Répartition par âge des femmes éligibles et des femmes enquêt6es Répartition (en %) par groupe d'åges quinquennal de la population (de lait) des femmes de 10-54 ans dans l'enquête ménage et des femmes de 15-49 ans enquêtêes, et pourcentage de femmes éligibles qui ont été enquêtêes (pondéré), EDS C6te d'Ivoire 1994 Femmes dans l'enquête ménage Femmes enquêtées Pourcentage Groupe enquêtées d'ãges Effectif % Effectif % (pondéré) 10-14 2473 - 15-19 I 987 24,1 1 945 24,1 97,9 20-24 1 603 19,4 1 565 19,4 97,7 25-29 1 486 18,0 1 457 18,1 98,1 30-34 1 239 15,0 1 202 14,9 97~0 35-39 816 9,9 794 9,9 97,3 40-44 633 7,7 614 7,6 97,1 45-49 488 5,9 477 5,9 97,9 50-54 570 15-49 8 250 8 055 97,6 Note : La population de lait comprend tous les résidents et les non-résidents qui ont dormi dans le ménage la nuit ayant précédé l'enquête. Dans ce tableau, les pondérations utilisées sont celles de l'enquête mênage. 236 Tableau D.3 Repartition par âge des hommes éligibles et des hommes enquêtes Répartition (en %) par groupe d'âges quinquennal de la population (de fait) des hommes de 10-64 ans dans l'enquête menage et des hommes de 15-59 ans enquêtés, et pourcentage d'hommes éligibles qui ont été enquêtes (pondéré), EDS C6te d'Ivoire 1994 Hommes dans l'enquête ménage Hommes enquêtés Pourcentage Groupe enqu8tés d'åges Effectif % Effectif % (pondéré) 10-14 890 15-19 656 20,9 615 21,0 93,8 20-24 518 16,5 477 16,3 92,0 25-29 521 16,6 486 16,6 93,4 30-34 442 14,1 411 14,0 93,0 35-39 318 10,1 304 10,4 95,5 40-44 247 7,8 224 7,7 91,0 45-49 171 5,4 161 5,5 94,2 50-54 161 5,1 150 5,1 93,1 55-59 110 3,5 103 3,5 93,5 60-64 158 15-59 3 143 2 930 93,2 Note: La population de fait comprend tous les résidents et les non-résidents qui ont dormi dans le ménage la nuit ayant précédé l'enquête. Dans ce tableau, les pond~rations utilisées sont celles de l'enquête ménage. 237 Tableau D.4 Complétude de l'enregistrement Pourcentage d'informations manquantes pour certaines questions démographiques et de santé, EDS Céte d'Ivoire 1994 Pourcentages d'informations Type d'information Groupe de référence manquantes Effectif Date de naissance Naissances des 15 dernières années Mois seulement 14,2 18 791 Mois et année 0.0 18 791 Åge au décés 0,1 2 807 Âge/Date de la I ere union I 0,1 5 964 Niveau d'instruction 0.0 8 099 Taille à la naissance 4,9 2 169 Anthropométrie z Taille 3.8 3 645 Poids 3,8 3 645 Taille et poids 3,8 3 645 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 1.5 3 645 Naissances des 15 demi~res années Femmes non-célibataires Toutes les femmes Naissances des 1-35 derniers mois Enfants vivants de 0-35 mois Enfants vivants de 0-35 mois t Sans information pour l'âge et l'année 2 Enfant non mesuré 238 Tableau D.5 Naissances par année de calendrier Répartition des naissances par année de calendrier pour les enfants survivants (S), décédés (D) et l'ensemble des enfants (E), pourcentage de ceux ayant une date de naissance complète, rapport de masculinité à la naissance et rapport de naissances annuelles (pondéré), EDS Côte d'Ivoire 1994 Pourcentage avec Rapport de Rapport de Effectifs une date de masculinité naissances de naissances naissance complète I à la naissance 2 annuelles s Années S D E S D E S D E S D E 94 1 021 58 1 080 99,7 96,6 99,6 101,5 115,6 102,2 93 l 121 108 1 229 99,1 95,5 98,8 100,4 89,6 99,4 98,5 99,8 98,6 92 1 254 158 1 412 96,2 87,9 95,3 100,8 126,3 103,3 113,3 136,8 115,5 91 I 094 123 1 217 94,5 80,1 93,0 108,1 137,1 110,7 85,7 52,1 80,4 90 I 300 315 I 614 92,5 78,7 89,8 109,6 116,9 111,0 111,0 173,5 119,4 89 1 248 239 1 488 88,2 71,8 85,5 101,8 103,5 102,1 98,8 90.5 97,4 88 1 226 214 1 440 83,3 70,9 81,5 92,1 172,5 100,9 97,1 97,2 97,1 87 1 277 201 1 479 85,2 66,5 82,7 92,9 117,9 95,9 106,6 87,0 103,4 86 1 171 249 1 419 84,4 67,6 81,4 99,8 110,6 101,6 105,8 128,9 109,2 85 935 184 1 120 82,7 71,7 80,8 95,2 125,5 99,7 90-94 5 791 762 6 553 96,2 84,6 94,9 104,1 117,2 105,5 85-89 5 857 I 088 6 946 84,9 69,7 82,5 96,3 122,7 100,0 80-84 4 184 935 5 119 82,0 67,7 79,4 100,2 123,1 104,0 75-79 2 688 618 3 307 78,7 66,8 76,5 90,8 105,5 93,4 <75 2 255 846 3 lOI 75,7 60,2 71,5 100,5 104,7 101,7 Ensemble 20 776 4 250 25 025 85,7 69,6 82,9 98,9 115,4 101,5 i Mois et année de naissance déclarés 2 N jN0x l00 ' où N.~ est le nombre de naissances masculines et N~ le nombre de naissances féminines 312Nj(N x ~+N~÷~)]xl00, où N~ est le nombre de naissances de l'année x 239 Tableau D.6 Enregistrement de l 'âge au décès en iours Répartition des décès survenus, d'après les déclarations, ~t moins de 1 mois, selon l 'åge au décès en jours, et pourcentage de décès néonatals survenus, d'après les déclarations, aux åges de 0-6 jours, par période de cinq ans précédant l 'enquête (pond~re), EDS C6te d'Ivoire 1994 Années précédant l'enquète Åge au décès Total en jours 0-4 5-9 10-14 15-19 0-19 <1 56 50 39 33 177 I 65 71 56 27 219 2 33 59 27 21 140 3 28 26 36 14 104 4 14 19 13 5 51 5 6 16 15 8 45 6 9 7 I1 1 28 7 17 59 41 37 154 8 7 9 9 3 29 9 0 1 1 0 2 10 3 2 1 5 I1 11 0 I 2 1 4 12 4 3 1 0 9 13 1 3 1 0 4 14 15 10 12 8 45 15 8 I1 7 4 30 16 1 1 1 0 3 17 I 2 0 0 3 18 I 0 I 1 2 19 0 0 2 1 3 20 2 4 2 2 11 21 6 5 4 1 16 22 1 1 1 0 2 23 1 0 0 0 1 24 1 I 0 0 2 25 1 1 1 0 3 26 0 0 1 0 1 27 1 1 0 0 2 28 0 0 0 1 1 29 0 0 I 0 1 30 I 0 0 0 1 ND 0 2 0 0 2 Ensemble 0-30 282 364 285 173 1 104 % néonatal précoce I 74,6 68,2 69,0 I 0-6 jours/0-30 jours 63,0 69,2 240 Tableau D.7 Enregistrement de l'âge au décès en mois Répartition des décès survenus, d'après les déclarations, à moins de deux ans. selon l'fige au dêcès en mois, et pourcentage de décès survenus, d'après les déclarations, å moins de 1 mois, par période de cinq ans précêdant l'enquête (pondéré), EDS Côte d'Ivoire 1994 Années précédant l'enquête Âge au décès Total en mois 0-4 5-9 10-14 15-19 0-19 <1 mois t 282 366 285 173 1107 1 45 54 37 24 161 2 30 35 36 21 121 3 35 39 30 26 131 4 25 20 33 18 95 5 17 16 I1 10 55 6 30 30 32 17 108 7 27 21 19 15 82 8 25 21 20 23 89 9 34 12 13 12 72 10 12 I1 10 6 39 Il 8 13 8 10 39 12 19 42 18 13 91 13 21 14 22 9 67 14 20 25 17 19 82 15 12 15 10 9 47 16 14 3 6 6 30 17 8 7 4 4 23 18 13 18 11 7 50 19 2 9 2 2 16 20 8 7 3 1 18 21 2 0 1 0 3 22 1 I 0 0 2 23 1 0 0 0 I Ensemble 0-11 569 639 534 356 2 098 % néonatal z 49,6 57,3 53,4 48,7 52,8 i y compris les dêcès survenus ~1 moins de I mois, déclarés en jours 2 (Moins de 1 mois/moins de I an) x 100 241 ANNEXE E QUESTIONNAIRES COTE D ' IVOIRE INST ITUT NAT IONAL DE LA STAT IST IQUE MINISTERE DELEGUE AUPRES DU PREMIER MIN ISTRE, CHARGE DE L 'ECONOMIE , DES F INANCES ET DU PLAN ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE QUEST IONNAIRE MENAGE IDENTIF ICAT ION NOM DU DEPARTEMENT ' ' ' NOM DE LA SOUS-PREFECTURE I l DISTRICT DE RECENSEMENT F ~ I N* DE LA GRAPPE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . N* DE LA STRUCTURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . N ° DU MENAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . URBAIN/RURAL (urba in=l , rura l=2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LE MENAGE A ETE [ ] GRANDE V ILLE = 1 SELECT IONNE FOUR PET ITE V ILLE 2 UNE ENQUETE NO~E C~PAGNE o 3 VIS ITES D 'ENQUETRICE 1 2 3 V IS ITE F INALE DATE NOM DE L 'ENQUETRICE RESULTAT** PROCHAINE DATE V IS ITE : HEURE ::::::::::::::::::::::::::: ii!iii!!iiiiil[~~~~i~iiiiii * *CODES RESULTAT: 1 REMPL I 2 MENAGE PRESENT MAIS PAS D'ENQ. COMPET. A LA MAISON 3 MENAGE ABSENT 4 D IFFERE 5 REFUSE 6 LOGEMENT V IDE OU PAS DE LOGEMENT A L 'ADRESSE 7 LOGEMENT DETRUIT 8 LOGEMENT NON TROUVE 9 AUTRE (PRECISER) JOUR ~9- - MOIS ANNEE 4 NOM RESULTAT NOMBRE TOTAL DE V IS ITES TOTAL DANS LE MENAGE TOTAL DE FEMMES EL IG IELES TOTAL D 'HOMMES EL IG IBLES LANGUE DE L ' INTERVIEW UN INTERPRETE A ETE UT IL ISE POUR L ' INTERVIEW oui I I NON I I 245 4~ O~ TABLENJ OE ~EI~~ Maintenwlt r~4s voudr lon l d=~ rer~e ig~~ents sur [es ~rs~~r~s qui v ivent habîtueLLel~'nt d~ns vot re ~,r~ge o,J qui h~î tent chez vous actueLLement. I |1 '° ++T'++'F++I +°~+~ I+'~l '+t ++ - '++++°" -+ • ET VIS[TELIIS CHEF DE I ELIGIBILITE NENAGE e $] AGE I)E 6 ANS; OU PtUS SI AGE DE MOINS DE 15 ANS S ' i l ~ p ( l~t , ~~e( eSt Le I (1104) (ki~A) (k~q) Ouel (NON) ~oe( est SI Es t -c• ~ ~I EN VIE Est -ce que "SE EN VIE ENTOURER ENTOtJ~ER donnez-æi L• =- - L ien* I v i t ' i l l ' t - i [ es t - ~ • • ' t - i L L Ip [u l AGE - La mère , - - , Le p~re LE LE de= persore~s qui parent~ d~ I /eLLe /eL le il d~e (I¢(]M)? /e lLe ha*Jt n i - OE b îo log îque Est-ce b loLogiqu( Est-ce î(tf4ERO MUNE~O vivent h~i tueL[e - (W(~I) ave~ I i c i dormi sexe fr~- vel~J d 'ê tu - ROIWS de (IK~q) ~e La de (1~1~) que Le DE L[C.~E OIE L[GI~E I ~ent dans votre te chef d~ d 'ha- i c i La Ms- ~.e, ntê d¢~s @Je DE est m~re b io- est p~re b io- DES DES m~nage et des mef~a~e? )itL~ie? nu i t eu( in L'eco- (WOI4) a 25 tc<Jjours Lc~ique tou jours log ique FEî~E$ ~Gq~$ {n~it~s ~ i ont oer- ~ te? a t te in t? ANS en v ie? l ae (~<Y4) en v ie? de (liON) EL)GI- ELIGI- Fiss~ (• nu i t der- n i t re? fé~î - t v i t v i t 6LES BLES nin? ~PJ~L est ! c i ln l ce ~ ¢ . POLi FI~UI I l derniê- I ~n~g~? lê~ge? L'ENgUE- L'Eî~UE* :1) l 01 O2 O3 04 Lu O7 t -; - - ; 10 n i t re i c i , en col~~n~ant per" Le chef de re(nage. (2) (3) ] (4) i ~ m t ( 5 ) (6) (7) (8) UI ~ l)Jl ~ Pi F EN AILS. 3J] i t ,+ +E ,2 ~.12 i ~ . 1 2 I I Z l Z . ~ . 2 i 12 • 12 ~ . 1 2 Ç ~ 1 2 l I 12 12 i12 ~ 'z . 1 2 j 1 Z re cL•sse (W(3q) i SI OUI: I que (NON) va ' t - i L ~ueL est I • ¢¢he~ /e l le SOllrl(]m? I è ce n i - ~ore KOTER LE veau? *e å [ ~ MUNERO D| ~cote? LIGNE DE I LA NER( ! (11) (8) (9) ; (10) l m : nlvIE/~J CLAS. I OUi UOM i 0Ul ~~4 WSP J I l E 1[~] ,~ Ç~ I I F ,2 : ç~ ,E I, I $I OUt: l~ul[ ¢,$t son MOTEm LE LIGNE D~J PER[ (12) (13) (14) I OUI ~ NSP 2 8 ~ : I 2 8 ~ I t E 8 ~ I I 1 2 8 IÇ~ 1 2 8 I r~ I TE TE IWOIVI- IWOIVI- DUELLE OUELLE (15) (16) U 01 01 02 02 03 03 04 04 05 OS 06 06 07 07 08 08 09 09 10 10 INSCRIRE ICI LE DE LA PEIIS~NME INTERNE î~~ SUITE DU TABLEAU DE NENAGE )UI ~ ~I N~ H F EN ANS. ~] NON NIVEAU CLAS. 11 [~~~ 12 1 I Z • ~ 1 2• ~ ~ ~ ,2 ~ ,2 , ,~~.12 ~VV ~ 1 i l 1 l - -m • ~ m • , __1'. . ~ . ,2 . ,2 . ,2 ~,E . . ,I~1-~1 - -m • • ~ m • • n n - - . • • ~ m • • * n 19 ~ 12 , Ç ~ 1 2 Ç ~ ~ 1 ] " J ~ J } J S S I I I N I I I I COCHER ICI 51 UNE AUTRE FEUILLE EST UT]L%$EE [ ] JUSte pour l i re s~re ~e j 'a î une Liste c0mp(ête: 1) Y a - t ' î L d'mutres personr~s te l les Que des pet i t s enfants OU des nourrissor6 qu l r~us n ' l vor~ Pas portês sur La Liste? Z) De pL~as, y 'a ' t - i L d'autres persistes c~Ji #~ SOnt ~oeut-ltre pas membres de vot re fæîtLe te l s @Je des domes'cî~~es, des iOcat l î res OU des M is quî v îvent h~bit~a~l[e~~rlt î c î ? 3) Avez-vous des î~it~ ~ des vfsît~rs t~ra î r~ ~î smt chez vc~s, o~J d'mu'ores personnes qui ro t dormi ic i (a n~f t demi*re? • CODES POUR Q.3 L]EB DE PARENTE AVEC LE CHEF DE flEIAGE 01= CHEF DE NENAGIE (3b ~ PERE OU RIERE 11 = IiEVE/gJ OU NIECE 02= EPI~J~E OU EPOJX 07= BEAU-PIEIE OU ~LLE-~RE 12= C~U$Ik OU COUSINE 03~ FILS OU F%LLE 0~= FRERE OU ~U~ 13= AUTRE PAREBT 0~= GENDRE OU BELLE-FILLE ~ ENFANT ~TE/EN ~~E 14= ~S LIEt DE PARENTE 0~= PETIT ENFAJ~T 10= ENFAMT DU C~JOINT ç~= ME SAIT PAS I (10) 1 (11) I (1Z) I (13) I (14) n • . r , 1 8 ~ 1 8 1 8 1 8 i • n i i 1 8 1 8 n n n n i n 1 8 EOqBRE IOTAL DE PER~NES ELIG]BLES (14) (15) (16) 12 12 13 13 L 14 14 • 15 • 15 [ ~ 16 16 I 17 17 18 18 19 i ,9 i I OUI ~ ~iNSCR]RE CHA~(E) DANS LE TABLEAU tION [ ] (lUI ~ r[NSCRIRE CItAC'~(E) DA!eS LE TABLEAU lION OU[ ~ ~IN5CRIRE CHACUïd(E} DANS LE TABLEAU I1~ [ ] I *• CC~ES POUR Q. 8 ET Q. 9 NIVEAU CLAS$~ : I = PRII~IRE ~ CP1 • 01, CPZ = 0Z, CEI = 03, OE2 = 04~ C~I = 05, (342 = 06; 2= SECONOAIRE I ~ 64~ie = 01, 5~me = 02, &~me • 03, ~ • 04; 3= 5ECONOARIE I I~ 2nd = 01, te r = 02. Termîna[ = 03; 4= ~~aERIEUR ~ 01. OZ. 0}, 04. etc. 8= NSP ~ Q~ N* QUESTIONS ET çlLTRES 17 ~)~ofJ ~ov l l f l t ~*e~(J ~ vot re ~ utL [ I l l e I~¢~r se L ie r [es me iy I t p~r ta rer k I Va J l l l t t l ? COOES A EAU DU R~INET R~INET DANS LE L~~NT/¢~/PARCELLE,,,.11~19 ROe]NET FIJBL[C . . . . . . . . . . . . . . . 12 EAU DE PUITS PUITS DANS LE LOGEM~NT/C(X~R/pARCELLE . . . . .21~19 PUITS F~JOLIC . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 EAU DE ~U~tFACE SOURCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 RIVIERE/RUISSEAU . . . . . . . . . . . . . 3~ NARE/LAC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 BARRAG~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 EAU DE PLUIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41~19 CAMION CITERNE . . . . . . . . . . . . . . . . . ~1 AUTRE 61 (PRÉCISER) 18 Cælm' l de tel~Oll f l~ J t - l l I x~r aLLer L t - î~IS , p rendre de [=~~~J e t r~ven i r? MINUTES . . . . . . . . . . . . . . . . ~11 SUR PkACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 996 I~ A cælen de m/!tre~ de vot re nmlson se t r ie r ~ l ,LA $O~CE D'EAU)? .ETRE!; . . . . . . . . . . . . . . | [ , , , I SUR PLACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Pour bo i re , vot re m#nsge ut i L i se - t - i l t * I laU de La ~ OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1~21 Or lg l~? NO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 D~O(J p rovtent t~e lu ~ b~tvent tes ~~'mbre~ de vot re EAU DU ROBINET ROB[NET DANS LE LOGEMENT~COUR~PARCELLE.11 ROIB]#ET PURL]C . . . . . . . . . . . . . . . 12 EAU DE PUITS P~ITS D&NS LE LOGEMENT/COUR/PARCELLE.21 PULTS PUBLIC . . . . . . . . . . . . . . . . . E2 E~U DE SURFACE $CAJRCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 RIVIERE/RU]SSçAU . . . . . . . . . . . . . 32 MARE/LAC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 BARRAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3& EAU DE PLUIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 CAN[~q C]TERME . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 EAU EN GOUTEILL~ . . . . . . . . . . . . . . . 61 AUTRE 71 (PRECISER) 21 O~Jel genr~ de to i le t tes y l ' t ' l l ~qzr~ vot re I~~age? CHASSE D'EAU CHASSE D'EAU PER$OOgNELLE.11 CHASSE D'EAU çN COMk~JN . . . . . . . 12 FO$SE/LATR[NE$ T[NETTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 FOSSE SO(4MAiRE . . . . . . . . . . . . . . . 22 FOSSE AMEL]OREE ET VENTiLEE/LATRINES . . . . . . . . . . Z3 PAS DE TOILETTES/NATURE . . . . . . . . 31 AUTRE 4~ (PREC) SER) 22 DI~~~ vot re mLz~~ge, avez-vous? OUI NON ~*6tect t ' î c i t~? ELECTR)CTTE . . . . . . . . . . . . . . . . I 2 Ut~D rRdî o? RADIO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 Une t6L~v i | l on? TELEVi SION . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 U~I rGf r igeræteur? RE FR I GERATEUR . . . . . . . . . . . . . . 1 2 O IN vot re m~~nlge, ~ombLen de p l l ca t u t l t l sez -vous POur P[ECES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . J ~ ~ dormi r? 23 24 Z5 PRINCIPAL MATERIAU bU PLANCHER. ENREGISTRER L*OISçRVAT I~. y -a - t - i L quet¢~J,un de vot re MW~nage ~Y~JI p~sn~de: Une bLcyctet te? Une mOt~let te ou motocyctet te? U f~vo i ture? PLANCHER NATURE• TERRE/SABLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 g(~USE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 PLANCHER SOP~AAIRE PLANCHES EN BOIS . . . . . . . . . . . . . Z1 PkLMES/6AJ~R(~JS . . . . . . . . . . . . . . . 22 PLANCHER FINI PARi~JET OU gOIS CIRE . . . . . . . . . ~1 BANDE DE GERFLEX OU A$PHALTE.32 CARRELAGE/MOQUETTE . . . . . . . . . . . 33 CIMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 AUTRE 61 (PRECI$ER) OUi NON BICYCLETTE . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Z HOBYLEITE/î'K)TOCYCLETTE.1 Z VOILURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 248 COTE D ' IVOIRE INST ITUT NAT IONAL DE MIN ISTERE DELEGUE AUPRES DU PREMIER I~ STAT IST IQUE MIN ISTRE, CHARGE DE L 'ECONOMIE , DES F INANCES ET DU PLAN ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE QUEST IONNAIRE FEMME IDENTIF ICAT ION NOM DU DEFARTEMENT NOM DE LA SOUS-PREFECTURE D ISTR ICT DE RECENSEMENT N ° DE LA GRAPPE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . N ° DE LA STRUCTURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . N ° DU MENAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . URBAIN/RURAL (urba in=l , rura l=2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GRANDE V ILLE = I PET ITE V ILLE = 2 CA24PAGNE = 3 NOM DU CHEF DE MENAGE NOM ET NUMERO DE L IGNE DE LA FEMME V IS ITES D 'ENQUETRICE i 2 3 V IS ITE F INALE DATE NOM DE L IENQUETRICE RESULTAT* PROCHAINE V IS ITE : i DATE HEURE *CODES RESULTAT: 1 ENT IEREMENT REMPL I 2 PAS A LA MAISON 3 D IFFERE 4 REFUSE iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii JOUR ~ - - MOIS ANNEE 4 NOM RESULTAT NOMBRE TOTAL DE V IS ITES 5 PART IELLEMENT REMPL I 6 ~NCAPABLE DE REPONDRE 7 AUTRE (PRECISER) LANGUE DE L ' INTERVIEW UN INTEBPRETE A ETE UT IL ISE FOUR L ' INTERIV IEW oui i NOM DATE CONTROLE TERRAIN CONTROLE BUREAU SA IS I PAR 7~ I NON I I SAIS I PAR 249 SECTION 1. CARACTE#ISTIGUES SOCIU-°EMOGRAPHIQUES DES ENQUETEES PASSER I I ~-V~L~ . 1 102 Pour connecter, je voudrais vo~ poser quetques ques- t io r~ sur vous -~s et vot re ~oe. L I p lus grande PETITE VILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 par t ie des 12 premières années de votre v ie , avez-vous v tcu dans une ¢rmnde v i t re , der~ une pet i te v i t re ou CAMPAGNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 k i8 campagne ? I 10] I Depuis combien de temps heb i tez -vo~ de façon cont inue (NOM DU LIEU ACTUEL DE MESIDEMCE)? I .EES . l--~J TV'TTTRIIIIIIIIIIIIIIII»IIIIII'~~~'O' I I ~-vLLE . t 104 Juste avant de VOUS îns tBt ter i c i , avez*vous v~cu dans une grande v i l l e , dans ur~ pet i te v î t te ou h le PETITE VILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z C~tpagne? CAMPAGNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] 105 En q~Jel mois et queLle ar~~e &tes-vous n~e? NOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~-~ MSP HO1S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 ANMEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MSP ANMEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 I 106 guet &ge avîez-vous ~ votre dern ier œenniversaîre? I AGE EN ANNEES REVOLUES . . . . . I ] 1 I COMPARER ET CORRIGER 105 ET/OU 106 SI IMCOI4PATIBLES 107 Avez-vous fréque~t& t '&cote? I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 .111 108 Ouet est ~e p lus haut n iveau d,&tudes cL~Je vous avez PRIMAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 a t te in t : p r imî re , secondaire 1er cycte, secor~claire 2ame cyc le ou s~&~rieur ? SECONDAIRE 1ER CYCLE . . . . . . . . . . . . 2 SECONDAIRE 2EME CYCLE . . . . . . . . . . . 3 SUPERIEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 109 ~ Quel le est le dern ière classe que vo~s mvez CLASSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ç ~ I achevée ~ ce nîveau? * I I I SECONDAIRE OU SUPERXEUR 1-~ Pouvez-vous L i re et comprendre une |e t t re ou Un journat fac i lement , avec d l f f î cuLt& ou pes du tout? I.,,2 t I I FACILEMEMT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I AVEC DIFF1CULTE . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 PAS DU TOUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] «113 * CODES POUR Q. 109 MIVEAU CLASSE : I - P l t l I4A IRE ~ CP1 = 01, CP2 " 02, CE1 = 03, CEZ = 04, CM1 = 05, CM2 = 06; 2= SECONDAIRE [ ~ 6ème = 01 t 5~ = OZ, 4~n~ = 03, 3Lime : 04; 3= SELON°AElE I l ~ 2ad = 01, 1er = 02; Terminal = 03; 4= SUPERIEUR ~ 01, 02, 03, 04, etc, 250 N° t O~EST]G~S ET F%LTRES æ 112 J Avez-vous l 'hab i tude de t i re un J~n i t ou un mgaz i~, I lU æins une fOt l por l i e ra? PASSER I c®" I . Iou" . 11 fo i l par smine? NOll . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z 114 | AVæZ-VOUS t+hllbitude de reglrder* [ l t i LEv ls i~ I i~ i~l ir~ I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 m I ur~ fo i s pair i lmlJrle? I NO N . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I 115 G~me[Le est votre rêligio¢~? CAINOLI~JE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 PROTESTANT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ISLAM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] TRADIT%OUNELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 SANS RELIGION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 AUTRE 6 (PRECISER) 116 I QueLle est votre ethnîe? I 118 I Muintenant je vo'-adraii vocJs po le r quetques questiorls I sur t lendro i t c~ vous v ivez hebitueL(mneflt. Vivez-vous hlbituetLe¢~~nt denl ur4 9rlnde v iL te j dsni une pet î te v iL te ou ~ La camparH~e ? L'ENOUETEE EST EESIDENIE [TI GRANDE V ILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I PET ITE VXLLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 A LA CAMPAGNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 111 D~s quek département habit~ voui? (NOM DU DEPARTEMENK) 120 Naintenant je voudrais vous poser quetq~s questions lu r te ménaQe oeni I~L voul v ivez habitueLLement. D IoÙprov ient L'eau quevotremërmge ut i t i sepour se [mver (es mains et pour rayer r i vmilseL[e? EAU DU AOBINET I I ROBINET DANS LE LOGENENT/COUR/PARCELLE . . . . . 11~122 | RO~BINET PUBLIC . . . . . . . . . . . . . . . 12 I I EAU DE PUITS PUITS DANS LE LOGEMENT/COUR/PARCELLE . . . . . 21~122 PUITS PUBLIC . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 EAU DE SURFACE SOURCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 RIVIERE/RUISSEAU . . . . . . . . . . . . . 32 MARE/LAC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 BARRAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 EAU DE PLUIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 - - -~122 I CAMION CITERNE . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 I ! EAU EN BOUTEILLE . . . . . . . . . . . . . . . 61 r122 AUTRE 71 I (PRECIEER) 121 Dæien de t~ lp l faut - i t pour a |k t r L | -b ls , prendre de ~ I L'ellU et revenir? NINUTES . . . . . . . . . . . . . . . . I I I I I SUR PLACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 996 ['-~~-.~.o*~.-',~.-'-o'* ~] ou VOUS vous procurez L leau? METRES . . . . . . . . . . . . . . SUR PLACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9996 251 N I I QUESTIONS ET FILTRES I m 122 I POUr bo i re , vot re m¢k~e9e ut J t l se - t - l t L'eou de La m~e I or ig ine? PASSER I :®ES I ' I Ou' . ' l "'2~ 123 O'~ prov ient I I I I lU que botvtnt te l ~rH de vot re ~ge? EAU DU ROBINET ROBINET DANS LE LOGEMENT/COUR/PARCELLE . . . . . 11 ROII%NET PUBLIC . . . . . . . . . . . . . . . 12 EAU DE PUITS DANS LE LOGEMENT/COUR/PARCELLE . . . . . 21 EAU DE PUIT PUBLIC . . . . . . . . . . . . . 22 EAU DE SURFACE SOURCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 RlVlERE/RUISSEAU . . . . . . . . . . . . . 32 NA~E2LAC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 BARRAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 EAU DE PLUIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 CAMION CITERNE . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 EAU EN BOUTEILLE . . . . . . . . . . . . . . . 61 AUTRE 71 (PRECISER) 124 Ou~L genre de to i le t tes y a - t -U ~ vot re m~nage? CRASSE D~EAU CHASSE D'EAU PERSONNELLE . . . . . 11 CHASSE D'EAU EN COMMUN . . . . . . . 12 FOSSE/LATRINES TINETTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 FOSSE SOI4NA[RE . . . . . . . . . . . . . . . 2Z TOSSE ANELTOREE ET VENTILEE LATRINES . . . . . . . . . . 23 PAS DE TOILETTES/NATURE . . . . . . . . 31 AUTRE 41 (PRECISER) 125 OBng vot re ml~.r~ge« avez-vous? L t~tect r i c i tê? Une redio? Une t~L~v is îom? U~ r~f r i9ereteur? OUI NON ELECTRICITE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Z RAO[O . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 TELEV[SION . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 REFRIGERATEUR . . . . . . . . . . . . . . 1 2 I 126 Omns vot re mL, nage, combtem de pi~ces u tU{sez -vous pour PIECES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I l | dormir? I 127 PomMez-vous d~cr i re Le plancher de vot re Logement? Est -ce d~: Terre ou sebte~ Bouse? P[B/~:h~s s bois? Pal mee ou bal~iboUs? Parquet ou bois c i re? gende de gerfLex ou asphalte? CmrreL~ge? Nc¢~Jette? PLANCHER NATUREL TERRE/SABLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 BOUSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 PLANCHER åOMMAIRE PLANCHES EN BOTS . . . . . . . . . . . . . 21 PALNES/BAMBOCJS . . . . . . . . . . . . . . . Z2 PLANCHER FINI PARQUET OU BOIS CIRE . . . . . . . . . 31 BANDE DE GERFLEX OU ASPHALTE.32 CARRELAGE/MOQUETTE . . . . . . . . . . . 33 CIMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 AUTRE ~1 (PREC]SER) Y+a- t - i t q~etqu'un de vot re n~ge cHI possêde: Ut~e b icyc le t te? U~ mobylet te ¢~J motocyc let te? Une vo i tu re? OUI NO~ BICYCLETTE . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 NOBYLETTE/M~TOCYCLETTE . . . . . 1 2 VOITURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 252 SECTION Z. REPRCOUCT]ON N • 201 OUESTIOUS ET FILTRES I MllnterN~t je vo¢Klrl$s V~ poser d l l ¢Fîeltlor~ sur l toutes tes naissances que vou~ IVeZ Ms durant votre I V|e. Avez -v~ d~jt EU une f~|sslnce? PASSER CODES I ' OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I l I MON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1+206 I 202 Avez-vous don~ naissance k des f i l s ou des f i l l es qui OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 | hld)ttent actt~eLlement avec vous? I NOR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 t, 20,t+ +1 ++V°*++*+V+ ~*+~+ . ~1 Et combien de vos f i l l es habitent mVK voue? FILLES A LA MAISON . . . . . . . . . SI AUCUN(E) NOTER 100% +l++v+--,-,,,,~-+ L~, . ,l e~¢ore en vie et qui n~habitent pas ictueLL¢q.ent avec L206 vous? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I 205 combien de vos f i l s sont en vie mais n'habitent pas t FILS AILLEURS . I~~ avec VOUS? I [ ] Et combien de vos f i l l es sont en vîe mais n'habitent FILLES AILLEURS . . . . . . . . . . . . pas avec VOUS? Sl AUCUN(E) NOTER '00'. I 206 Avez-vous dorm~ ra i t•ente îb un f i ls ou une I f i l l e , r~(e) vîva~t(e) msis d~c~A~(e) par I l suite? OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I SI NO~, INSISTER: Aucun(e) f i l s caJ f i l l e qui • NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 u208 pleur6 ou quî • do¢'r~ un signe de vie moîs qui n'a I murv6cu que q~JeL¢F~es heures ou quelo~es jours? I 207 En tout, combien de vos f i l s sont d~ckd~s? Et combien de vos f i l l es sont dec&d~es? SE AUCUN(E) NOTER '00'. 209 1 210 FAIRE LA SOMME OES REPONSES A 203, 205, ET 207, ET INSCRIRE LE TOTAL. SI AUCUN(E) NOTER '00'. VERIF%ER 208: Je Vo¢ldrais ~tre s•re dUavolr bîen c01flprls: vous avez eu Bu total _ _ naîssances durant votre vie, I Est-ce bien exact? I I INSISTER ET OUI ? NON ~~ CORRIGER 201-209 SI NECESSAIRE V VER[FIER 208: UNE OU PLUSIEURS ~î ~ / NAISSANCES v AUCUNE NAISSANCE [~ TOTAl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | , 2231 253 I I I 211 M| lnten l f l t , je voudr l l l vous perler da vol ~ lS | l~C~l , qu ' | t te l so i~t encore vivantes oe r~n, en ¢o~l~nçmnt par I l premiEre f~llIBIIIIf~¢e OFR VOUS IVeZ elle, (INSCRIRE A 212 LE N{)I DE TOUTES LES NAISSANCES. INSCRIRE LES JUMEAUX ET TRIPLES SUR DES LIGNES SEPANEES) I I I 212 213 214 215 216 En que( æi l (NOM)ait- et quel le I l /e l le I~n l~e l t M¢OpI r~(e) (NON)? im V~l? Qu~l ~ I ~t~ Est-ce ck ) r f~| votre q~Je v¢~ll (premier. SUi" avez eu vmlt) e~fsrtt? des ces I~J~- tipLes? Si "OUI u Les- ET ENCER' CLEZ "2 ~ (WOM) (NOM) (NOM) ~J (WON) % (NOM) à (NO4) Ä (NOM) (NOM) (NUM) l i t -¢! n g6rç~ O~ une fîkLe? INSISTER: Que(le est a l date da r'~is- $¥-,¢e? OU: En quel le s l l~on es t ' i l e l le n~(e)? 217 SI VIVANT: O~.~L Age iv l l t - i ( / eL(e A aon dernier mniversaire? INSCRIRE L'AC,£ EN ANNEES NEVOLUES Z18 219 SI VIVANT: S% OECEDE(E): (NOf4)vit - i t / Q~l Age ava î t - î t / e l le avec e l le qu~md i l /e l le vota~? est mort(e)? INSCRIRE EN JOURS SI MOINS D+UN MOIS, EN NOIS SI MOINS DE 2 ANS, OU EN ANNEE5. SI »1 AN"+ PASSEZ 220 Que( 6ge exact en i i mis Ivoelt (N~) q~nd i l /e l le est mort(e)? AGE EN ANNEES AGE EN ANNEES AGE EN ANMEES AGE EN ANMEES AGE EN ANNEES AGE EN ANNEES OUI . . . . . 11 i JOURS" . *1 NON . . . . . 2- POIS. . .2 ~Åî:S::] A" ::N:EISAN: + . . . . . ~iJ++ NON 2 P40 IS . . . .2 ::::SE+: : :NE,:SA: ' OU] . . . . . 1 JOURS.1 MOIS.Z NOtJ.:.æ ANNEES.3 PASSER A lAIS.SU]V.)< SI "1 AN*' OUI . . . . . 1 JOURS.1 MON . . . . . 2 ) MOIS.2 ANNEE5.3 PASSER A )AIS.SU]V.) < $] "1 AN" OUI . . . . . 1 JOURS.1 NON . . . . . 2 ~ MqlS. . . .Z ANXEES.3 ',PASSER A IAIS.SUIV.)< S[ "1 AN »' Noe . . . . . 2 ~]S , . . .2 (:::~~'~,v' ::N:EISAN: AG E EXACT EN MOtS . . . . . . EN MOIS EN k'GiS EN MOIS EN MOiS AGE EN ANNEES AGE EN ANNEES CUl . . . . . 1 JOURS,. ,1 NON . . . . . 2~ MOTS.Z )1 ANNEES.3 ( PASSER A qA[S.SUIV. SI "1 AN « OUI . I JOURS.I NON . . . . . 2 ~ MOIS.Z ANNEES. ,3 (PASSER A MAIS.SUIV.)< Si "I AN" AGE EXACT EN MOIS AGE EXACT EN î~OIS 254 t12 213 ~¢V~lE votre e~J4¥OMI enfant s~ lv l~t l avez l~ n i lee~° Ces ~L o t~ptel? Si ~~JI « Les- ET EMCER- CLEZ u2" N (.o~1 'À N N (NOM) (Noe) (MOI4) 214 i s t -ce |ærçoe ¢~ ur~t fiLLe? 215 Zl~ En ~L 'mois (NON)eet- et o~LL i I L /e lLe I I I encore n i (c ) (;~ON)? en vie? INSISTER: OUlILLe l l t I I da te ~It ra I~- s I~ce? OU: En, i i i IaLIO~ e I t ' i L / e l le r~( i ) ? 217 i l VIVANT: OulL |Or eveLt-tL/ eLLe i so~ dernier i r r l Lv l r l l i Pe? INSCRIRE L+AGJE EN AMMEES REVOLUES 218 I 219 Sl VIVANT: I l DECEDE(E): (NOî4)vit-lLJ Quel i i i ev l i t -{L / ette avec etteu~Jand IL/eLle vo~~? est mort(e)? 'il EN +, , , , . , . , INSCRIRE EM JOUR| $1 MOINS D'LVA NOIR, I OE 2 AMS~ OU EH ANNEES. SI "1 AN", PASSEZ A LA OU(|TION 220 ~ , ~,,, ~ - - ~IS . . . AGE EN JCURi,.1 SIMP. . I GARç.I OUI,.1 i QUI . . . . . 1 AMNEE$ - - - - • JLT.Z FILL. .2 AMNEE,, N~4.2 [(015,.++2 I I I .~ . . . . .2 v ANNEES.] 219 (PASSER A L-- NALS+SUIV.)< $1 "1 AN" S I I t * . . . l GARÇ.1 MOIS . . . L~ OUI.1 MULT.2 FILL,,2 ANNEE., ~ M4~.2 I v 21ç i AGE EN aOURS.1 AN#EES oel . . . . . 1~ I ~(¢1S.2 NON.,,,2 i - - - PASSER A I AIlNEEs.J IAIS.SUIV.)¢ $1 °1 AM I* SlMP. .11GARç,.1 MOIS. ~ ~J l . . . l AGE EN ANNEES 14ULT.Z F]LL,.2 ANNEE,. N~, , .2 21ç A"NEES MULT.,2 FILE.2 ANNEE. I ~ . . .2 I v 219 $1î4P.1 GARÇ.,I ælS - . .~ ~J I , - .1 ANNEEsAGE EN ~LT . . .Z FILL.2 A~MNE E. NOM.2 V 219 SINP. . . I GARÇ.1 NOIS . . . I L l OI J l . . . I VAJLT.2 FILL.2 ANNEE. [~~ NON.2 I v 219 220 O~aeL ~e exect IIOII I v l I t L L/let I I I I I I ær t ( I}? AC4E EXACT EN MOIS iLS]il'2 '~RL+L] ]'2 AT'::]][~ AGE EXACT EN MOIS M -7 OU[ . . . . , I JOURS. , . I AGE EXACT 14015,,. ,Z NON. Z - - - - AN~EES, ,3 PASSER A - - - IA[S,~JIV.)'c SI I~1 AN- QUI , , . . ,1 JOURS.1 AGE EXACT _. - - EN k~l l ~ MOIS. . . .2 NON,., 2 - - ANMEES. ,3 [PASSER A - - __ IAIS,SUIV.)< SL «1 AN" OUI . . . . . 1- JOURS, , . 1 AGE EXACT NetS. . . .2 . oe . _ . .2 I ANNEES.,3 PASSER A ! iAIS.SU]V.)<J SI "1 AN" ANNEEsAGE EN OUi . . . . . 17! , JOUR$''' I ~~ - - ;4OIE.2 ~~ NON_. . .2 ANNEES.,3 (PASSER A qA]S,SU[V,)< SI «I AND* CAJI. 1 AGE EN OUI . . . . . 1 JOURS,,. 1 AN.E. ~1 ,~,.2 ,ois._.2 [ ~ NON, , , , , 2 ! i I I ANNEES, .3 / 219 (PASSER A 1 - .MAIS.SU]V,)(J . S] "1 AN « AGE EXACT EN )lOIS - - i - - ~ "AGE EXACT C~4PARER 208 AVEC LE NOMBRE DE NAISSANCES E#REGISYREES DANS LE TABLEAU CI-DESSUS ET MOTER: ES EÇ~ LES NON|RE S ~1 LES ~EMIES S(IMI DIFFERENTS [~ • [VERIFIER ET CORRIGER) q VERIFIER: le NAISSANCE: L'AMNEE DE NAISSANCE EST ENREGISTREE POUR C~AGUE ENFANT VIVANT: L~AGE ACTUEL EST ENREGISTRE OE ENFANT DECEDE: LtAG4E AU DECES EST ENREGISTRE pOUR LtAGIE AU DECES 1 Ail OU 12 æl$ : pOUR OEIERMINER LE NOMBRE EXACI DE WMS VIERIF[ER 21S ET EMTmER LE ~QWrlIRE DE NAISSANCES VIVANTES DEPUIS JANVIER 1991 St[L NJy EN A PASf NOTER fO*, D 255 N" I QUESTIONS ET FILTRES 223 I Et~'vO~m enceinte ~ ce moment? B I PASSER CODES I & OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 i ! ~~;iiiiiiiiiiiilliiiiiiliiii:Z2,, I 22& De combien de mois 8tes-roue enceintE? J ROIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . J I J i I A CE I~NT 'LA . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 225 Au l lm~nt ~tvotîe ttee tc*lE~e Ml¢elnte, v~tLfez-vo4Ja devenir enceinte & Ce l~mMIt-tE« ~| le l -vou l PLUS TARD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 i t tendre plus tard+ vout lez -vo~ ne pu tomber Im¢efnte~ mJ v¢~îe n '~t lez pal=e sure si roui vmJIle| t~Ja4~er enceinte NE VOULAIT PAS . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 ~pes? PAS SURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 226 I l y I combien de tmque vol dernt6rel r~gles ont JOURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 J l J SEMAINES . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 î4OIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 ANNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 EN MENOPAUSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 994 AVANT LA DERNIERE NAlSSANCE.99~ JAMAIS EU DE REGLES . . . . . . . . . . . 996 I I 2Z7 Entre Le premîer jeJr des rî~gte= d~une fm~ et Le I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 premier" jour ¢k~ set rêRle= suivamtes» y -a - t - I l certDins I I d«lutres?l=at~¢~t$ ob e l le • plus de chances de t¢qlJ~r enceinte que NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z=~Z29 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 228 A quel moment du cycLe me~truet une femme a Le pLus de chln¢es de tomber enceinte? PENOANT SES REGLES . . . . . . . . . . . . . . I JUSTE APRES CA FIN OE SES REGLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 AU MIL[EU OU CYCLE . . . . . . . . . . . . . . 3 JUSTE AVANT LE DEBUT DE SES REGLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . & AUTRE (PRECI$ER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Z29 I E i t -ce que vous ovez ~t6 excLeêe ? OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 J ;,',:~i~~~~iiiiiiiiiiiiiiiiiiii:ç.~0~ I 230 ~ i vous a fa i t t ,exc ia ion ? M£DECIH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I tMFtRMIERE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 SAGE FEMME fORHEE . . . . . . . . . . . . . . . SAGE FEîe4E TRADIT[ONEILE . . . . . . . . 6 AUTRE 5 (PRECISER) ~SP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 231 Quel &ge evlez-vous quand v~zs avez Rt~ excisée ? L AGE A L'EXCI$10N . . . . . . . . . . . MOINS D'UN AN . . . . . . . . . . . . . . . . . . O0 N$P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 256 IECTIOI I ] : CONTftACEPTION ut l t l l l P pour P l t l rd i lp 0;+ iv l t l r une 9ro l s l ss l . B I ~t Je l l l lOy l~ l ou dth0de l IN I I 'V~I I ~ t ~ I~ l rLer ? ENCERCLER LE CO0( I OMIS 302 POU~ CHAULE 14ETI~OIE NEî4TIONNEE D'UNE NANIERE ~#alTMIEE . PUIS C~TI I IUER LA COLONNE EN LISANT LE klG4 ET t~ DE|CIt lPT]ON OE CttAIXJE ~T I4~E ~ î4ENTIONNEE SPONTANENENT. ENCERCLER LE CODE Z $1 LA HEIE(]OE EST RECONIAIE, ET LE C~E 3 S I 14014 ItECONNUE. PUIS , POt~ CNAgUE NETH~OE AYANT LE COOE I QU 2 ENCERCLE OANI ~02, POSER ~0] '~04. AVANT OE PASSER A LA NETI~OE SUIVANTE. 01 PILULE La i fmmee peuvent 011 pre f~ i re~nep l lu te tO~ll te l j ours . 30Z Avaz -vouBd4 j i ln tendu p i r te r de ( f4ET~E) ? LIRE LA DESCRIPTION OE CHAQUE ~ÆTK~IE. OUI/$PONTAME . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI /9E$CRIPT ION . . . . . . . . . . . . . NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 303 A~Z'~ d l j î l 30& SaWlZ'VO~;S ~ |'o~1 peut ut l t i l i (NETh~IDE) ? aUer(NETHOeE )P°ur ?se procurer OUI . . . . . . . . . . . . . . . I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I Noe . . . . . . . • . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 002] DIU Les fmi p~~v~'~t avolr : i t4 rUet~ ( l~ec in~ L ' In f i rmière l lmr p lace dsns Uut l rus . O• INJECTIONS L~ f ins peuvent r , cevo l r u r~ ln j l c t lo~~ per un mk~ecln ou uw4 In f i rmière pa i r ~v l te r de t~~lber ~e in te pen- dant p tus leur l ml l . 11014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3~ ll4PLAMT Cer ta ines femmes se fo~t I r i s+r i t ~e l pet i t s beton- net l ckml i l b r l l~ sous | s peau qui tea ~chent d 'avo i r des grossas le~ plmdant p [~ leurs I f l '~es . 0•1DIAPHRRGNE, î~USSE, GELEE Le l fms I :~~ve~t se r~et t re t ' ln t~r î~uruhe~~o~ge, un luppos i to i re , un d iaphragme, de l e geL~eo~de l a cr~T~ I vSnt d 'avo lç de l rappor ts saxue[s . CCi)ON Las h~~mes pe~ent sa fMt t re~¢ondom(une capote I~ l l t s î se ) pend,mt les rappor ts se l la i s . 0• STERILISATION FENIMINE Les f ins peuvent sub i r une o~r~t ionpo~r r~p lus avo i r d 'e~fants _•J STERILISATIOI~ îqRICULINE LeS h~mes pe~e~t sub i r ue'~e op~rat to~ pour e~ p lus svo l r d*~mfant l , COtlTINENC E PERlODI~IE Les ¢o~Aoles peuvent 4v J te r d 'a¥o l r des rappor ts lexu l l s cer ta ins jmr l du cyete ~ n t Lesquels I l f l l~ l~ es t p lu l s~cept lb ta de to~~er e f~ l ln te . RETRAIT Las hem~eipeuvent fa i re s t teet lo~l t se re t i re r - - ¥ OU I/S,~O~TANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 QUI . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OJI/DESCR IPT [oe . . . . . . . . . . . . . 2 MON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~;1 NON . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ! - - v OUI/$PONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 lION . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 OUt . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 MON . . . . . . . . . . . . . . Z HON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 OUI . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . 2 NQ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 O01/SPONTAXE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 ~ON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3] V OUI/SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 V OU [/5pO~TANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 QUI/DESCRI PTIOd . . . . . . . . . . . . . 2 MON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] . NON . . . . . . . . . . . . . . . ? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . v OUI/SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Avez-vous eu Line OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 op6rat ion ~r ~v l - OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 te r d 'avo i r d ' lu t res NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 en fsnt ~ ? lION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~- (XII . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . 2 OUI/SPO~TAME . . . . . . . . . . . . . . . . 1 oe l . . . . . . . . . . . . . . . I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 NOta . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 MON . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 OUI/$pOqTANE . . . . . . . . . . . . , , . .1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . 1 Savez-vous où I .~ peut obten i r des conse i l s sur l a fsÇo~ OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . 2 de pra t iquer la cont inence I~r i odl que ? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 OU I/$PON TANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . 1 ~E~~~~]~]~] I~!1T ~ mFHli~m~~~ ~ m ~ qq i~~qlq!~!~!q~~q ~E~~; ~~~]H HIF rie F~EE~] ~1~1 IH FH FFFF~U W uggggu mg~lgl~ ]J]i;J H J]Jl~ avant t '~ jack.Il | t ton . OUI/DESCR IPT ION . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] 11 AVez-vous entendu i~r le r d ' lu - OIJI/SP(~TANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1~ t res moyer~ OU m~thodes que tes f l lq~eS OU te l hoE~~e$ peuvent NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 ut i l i se r pour I v f te r la gros~easa ? 1 (PRECISER) (PRECI5| m~mml,llm+mmmmmllm!~r~~~~llnmlRmrahmmlmm~~ mmlmmmmmmammmmll»mmmmmmmmmm:~mm ~~~~~~~~~m!HimHm!:mm!i~~H~~~ mm~~mmmmmlmm~~~mm i!] i ii!!iii~!iiiiiii~iiiili i~ i~ iiiMiiiiiii~ mmH~m!mm~~~m!H~~~~r~~~~r~mmlml~mlmmlHF~mmm~~~~m~ i[t!!ii;!iiiiii1!lll]llt I ! +liiii111!11!1111L!l!!l!!ltt~t111M!iii+iiiii!;! OUI . . . . . . . . . , • , . , . 1 ~i~ili~iiiii~~l~~~~i~~~~;~~l~~l~ll ~~~t~i~~~!!Ei~!l+l~~111~l~~l11111~~~l!H~~~ll, imlmHmmmmmmmmm~mH;m~~m~lmmmmmHml; . oN . . . . . . . . . . . . . . . z !it!H!i[!!ii~~Mi~~1~11~1i1!!!!!~!!!~!i~1!31i~i~~~i~t~![~!![[!!![!!!~i~~~!i!![!!! 257 N" I]UESTION$ ET FILTRES 306 AVel-~~)Ue J l l l u t l L l l4 OU elllæyll ~ moyen quetcon=~Je I~ J r re tarder ou lv l te rdetmi=er e~ce ln t t ? PASSER I A oe] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E] O . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . [~] I • 327 307 308 309 310 311 1 31Z Mi In temmt Je voudra is rou i per le r ~J waw~t oh , pour 11 p¢emlitre fOIS, voua i rez f l l l t CF.le[qL, e choie o~J u t l L I t t ue~e nUlthode pour Iv i te r dlt tm~ber enceinte , Ca~131len d 'm~f l ln t | V lvMI ts mvlez-vou~ i Ce ~t ' l î l ? KOM~NE D~ENFANTS . . . . . . . . . . . I I I 111 AUCUN. æTEIt '00 ' VIER l FI ER 223: ouPAtPAsENCEINTEsuRE ~ ENCEINTE ~ ,327 VERIFIER 303: FENNE NON ~~] F EttqE STERILISEE STERILI$EE Ç~ ,]16, / v En c i marnant, f s l t t s -vo~l ~ Je t~ choee OU ~t f~ lsez -vous J OUt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ~316 une mtthode pour ev i te r de tomber cm¢etnte I MON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VERIFIER 303 E1 306 LA FEî4kE N~A I LA FEI4~ A OEJA ~ JAMAIS UTILISE UTILISE ~4E î4(TN~E Lr--J UqE METNODE I I ~3Z? (AU NIOINS UN nOUI") I (AUCUN "OUI") VEUT OES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . 01 - GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 02 COUT TROP ELEVE . . . . . . . . . . . . . . . . 04 EFFETS SECOI4DRIRES . . . . . . . . . . . . . 05 pROgLENES DE SANTE . . . . . . . . . . . . . 06 DIFFIC]çE A O~TENIR . . . . . . . . . . . . 07 RELIGION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 08 NAUVAIS SERVICE . . . . . . . . . . . . . . . . 09 ,3Z? fATALISTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 RAPPORTS SEX. PEU FREOAJENT$.12 DIFFICULTE A TOMBER ENCEINTE.1] î~NOPRUSE/STERILISEE . . . . . . . . . . . 14 LA NETHOOE PAS COMMODE . . . . . . . . . 15 KON MANIEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 AUTRE 17 (P«EC[SER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9~ 3~3 • ueLle e t t ta p r l r~ lpeLe re i s r~ pOUr Laquelte vous ByeZ i r re t~ d 'u t l t i se r ur~ Mthodwe pour ev i te r de tcm/~er e¢~etnte ? 316 314A QuelLe ml)thode ut i l i sez -vous ? ENCERCLER '07 ' POUR LA STERILISATIOIFEMIMINE PILULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 OlU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 02 - - INJECTIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 II~LRNI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 04 01APffRACA4E/MOUSSE / GEL EE . . . . . . . . 05 COND(74 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 06 STERI LISAT ION FEMINiNE . . . . . . . . . 07 STEA[LISATION MASCULINE . . . . . . . . 08- CONTINENCE PER]iX)[QUE . . . . . . . . . . 09 - - RETRAIT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 AUTRE 11- - {PRECISER) .321 ~324 258 N* QUESTIONS ET FILTllES 315 AU ~ t O~ vous I rez com~~~¢i i u t l~ l le r ( i p i lu le GUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 pm~r la premfî)r• fo l l~ lV lZ-VO~I conduit& un ~~d•¢In, une If l f lr l~i~r@. ou Ur~ t lge f ro ? ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 N~liP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 ]16 /~1 ~ t o~ vou~ vo*J= t re• pr~cur l du p l tu |u La gUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 der/~l~r• fo i s , •vez -v~comutt~un~ln , une fn f l r~ i~re o~une l lg¢ l fm? MOU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 317 31B Puçs- je vo i r La bo l te de pttuLe= quo vous u t i l i sez et~ ce iiio~~~nf; ? (NOTER LE NOM OE LA ~ lE) BOTTE VUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 - - r~~ OE LA NARQ4JE I I I IIOITE 1#014 VUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I Conn61s=ez-vou= t . nom de tu Nrque des p t tu tcs ~ vcu l I u t i l i sez en ce~.awr~t ? I t l l NON DE LA NARGUE (NOTER LE NOM DE LA NAROUE) N5P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 ~ 7 319 COmbien vous coQte ure bo i te de p i tu |e= ? PRIX . . . . . . . . . . . . . . . . . I J l l j GmAIUIT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9Ç~8 320 COmbien de cycles y m- t - I l dans cet te bo i te ? NI~BRE DE CYCLES . . . . . . . . . . . . Ç N$P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 B 3Zl VERIFIER 314: ELLE/IL ~ UTILISE UNE EST $TERILISE(E) AUTRE METHODE O(J • eu l i eu Où •v•z*vc~ obtenu [• s t~r iL i sa t lo r t ? (METNOOE) la dern ière fo i s? (MON DE L'ENOROIT) SECTEUR PUBLIC HOP IIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 CENTRE DE SANTE . . . . . . . . . . . . . . 12 DISPENSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 POSTE MEO]CALE . . . . . . . . . . . . . . . 1~ ~ECTEUR NED[CAI PRIVE DOCTEUR PRIVE . . . . . . . . . . . . . . . . 21 CLINIG4JE/ROPITAL PRIVE . . . . . . . Z2 PNARMAçIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z3 CENTRE DE PF . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 ~SSER ~319 AUTRE SECTEUR PRIVE BOUTIOUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 EGLISE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . )2 AUTRECONNAI$SANCE$/PARENTE$~ER~~~ . . . . . . . 413!~ 3Z4 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 I 322 E~tz l ) l~de tempm fz~t - l L pour I I Ler de ehez vous k I I I MINUTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 cet endro i t ? HEURES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 $100M[NUTE$~ROIH$, NOIER LA REP(~4$E EN MINUTES. AUTRENEN1, NOTER EN HEURES. N5P , , . , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~8 323 Est-ce fac i le ou d i f f i c i l e de s t r•~¢lre I&-bas ? FACILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 DIFFICILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ELLE/IL UNE AUTRE EST STERiLI$E(E) METBODE L I ~326 325 En q~'l mois et qu@lle ~e le | t l r i l lmxt l~ e - t -e l le Ç~-~~ xo ls . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ 3 3 2 wJ t~e~? ANNEE.*. , , . . . . . . . . . . . . . . . 326 O¢pl l ls ¢ombilm dt mois u t l l t sez -vo~= (METNOOE ACTUELLE) de fa¢or~ co f~t i~ ? $[ EO]N$ OE 1 î~015, NOTER IOOI. I NO]S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ 3 3 2 8 ANS OU PLUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9~ I 259 N" OUESTIONS ET F [LTRE I 327 Ave l -vou l t , tn teet lan d 'u t f t l l e r , d lne t 'aven i r , une I~- ~h~p@~lr r l~ l r l~rUn l l l ro l~ l l t l l l l oMpo l~r~/ l~ l rde tomo ~l l r41~e{n[ ! ? 3E8 O¢ le ( le es t ( I p r l f~ lp4[e r l f son pour { l l~ Je lLe vous n ' | r i z p i s t ' in tent ion d 'u t i l{ le r une I t thocb ? PASSER =ES I A ~% . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1~329 I IK~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I I l iD4ECISE/NE SRIT PAS . . . . . . . . . . . . 8 ~333 VEUT DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . 01 - - MAI~D' [NFOg~TIO I I . . . . . . . . . . . 02 PART(~AIRE DESAPPROUVE . . . . . . . . . O~ COUT TROeELEVE . . . . . . . . . . . . . . . . 04 ECFET$ SECONDRIRE$ . . . . . . . . . . . . . 05 PROeLEMES DE SANTE . . . . . . . . . . . . . 06 O IFF IC[LE A OeTEMIR . . . . . . . . . . . . 07 RELIGION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 08 OPPOSEE A LA PLAN[F , FAMIL IALE .09 FATALISTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 AUTRE PERS(?A4ME$ DESAPpROUVENT.11 RAPPORTS SEX, PEU FREQUENTS. . , ,12 O[FFICUETE A TOMBER ENCEINTE, , .13 MEN~~AUSEISTER]LISEE . . . . . . . . . . . 16 pAS C(lqlqCOE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 PAS DE NARI OU PARTENAIRE . . . . . . 16 AUTRE 17 (PREC]SER) MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9B~ »333 329 AVeZ-V¢ JS I ' i n te t l t ]on d 'u t i l i se r une I~thode dans les {~JI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 12 prccha lns mois ? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 RSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B 330 ~ vous u t l L l serez u~, f~thO(~, que l le ~thode ~I f l re r lez -v~ ut i l i se r ? PILULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 D]U . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . OZ [MJECTION$ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 [MPIAN1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 04 DIAPHRAC44E/~OUSSE/GELEE . . . . . . . . O~ CONOOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 06 •TER[L[SA I ]ON FEN[N]NE . . . . . . . . . OT STER[L ISA I ]C~MRSCUL INE . . . . . . . . 08 C(~qTINENCE PERIOD](~dJE . . . . . . . . . . 09 RETRAITAuTRE ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111~ 333 PAS SURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Q 331 (~ POUvez 'vous v~ procurer (METHODE CITER A 330) ? SECTEUR PUBLIC H(~~TAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 CENTRE DE SANTE . . . . . . . . . . . . . . 1Z DISPENSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1~ POSTE MED]CALE . . . . . . . . . . . . . . . 16 SECTELmMEO]CAL PRIVE DOCTEUR PRIVE . . . . . . . . . . . . . . . . Z1 CL IX IOUE/NOPlTAL PRIVE . . . . . . . ZZ PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z3 CENTRE DE PF . . . . . . . . . . . . . . . . . 2G AUTRE SECTEUR PRIVE B(]UTI~JE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 - - EGL[SE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 - - CONNRISSANCE$/PARENTE$ . . . . . . . 33 AUTRE 41- - (PREC[SER) MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 ~-335 ,337 260 333 QLÆSTIURE ET FILTAES V1ERIFIER 314: UTILISE LA CONTINENCE PER]OO~~JE, r LE RETRAIT OU URE AUTRE L METHOOE TRADITIONNELLE Con~Hssez-vous un endroi t où on ~~tt |e procurer une ~l)thode de pLanif lcattor~ fmî [h l |e ? PASSER CODES | A UT IL [N URE METI~OE ~1 MGOERNE ~337 I OU[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 R I NO1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~337 334 O(leEt-ce ? (NCI4 DE L'ENDROIT) SECTEUR PUEr IC NOPI TAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A CENTRE DE SANTE . . . . . . . . . . . . . . B DiSPENSAiRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . C POSTE ~D;CALE . . . . . . . . . . . . . . . 0 SECTEUR MEOICAL PRIVE DOCTEUR PRIVE . . . . . . . . . . . . . . . . E CL ] NI OUE/HOPI TAL PRIVE . . . . . . . F PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G CENTRE OE PF . . . . . . . . . . . . . . . . . H AUTRE SECTEUR PRIVE BOUT I QUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I EGLISE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . J CONNAISSANCES/PARENTES . . . . . . . K ~337 AUTRE L NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M I MINUTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ~ J 335 C0mbJ~ de temps fnut - î l pour a i re r de chez vous cet endroi t ? HEURES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 S[ 90 MINUTES OU ~INS, NOTER SA REP~qSE EN MINUTES* AUTREMENT, NOTER EN HEURES. NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 998 336 I Est*ce fac i te OU d i f f i c i te de se rendre LE-bas ? I FACILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I I I DIFFICILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 337 OurJnt Le moîs dernîer , avez-vous enter~~ par ie r de OUI NON i La p lan i f i ca t ion fami l ia le : I Le radio ? RADIO . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 h La t~[ iv i s ion ? TELEVI•ION . . . . . . . . . . . 1 2 338 Etel -vous pour Ou contre lE d l f f~~or l d~lnfor l~t iOr l sur POUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I la p t~ î f î ca t i~ fmiL iaLe ~ la radio ou ~ la t6LE- CO~4TRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I VisJorl ? NER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 « 339 O*.zcLle est votre source d inforr~tic~~ sur la p lmni f i - catio~~ fami l ia le ? MARI/PATERNAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . A AUTRES PARENTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . S AMIS/VOISINS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E RADIO/TELEVI$1ON . . . . . . . . . . . . . . . . D JOURNAUX/REV~SES . . . . . . . . . . . . . . . . . E BROCHURES/LiVRETS . . . . . . . . . . . . . . . F AFICHES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G ~ORI4ATION SANITAIRE . . . . . . . . . . . . . H AUTRE I (PRECISER) 261 ~02 I NOTER CE lION, LE N* DE LIGNE ET L'ETAT DE SIJItVIE DE CHAOU[ NAISSANCE OEPUI$ JN4V[ER 1991 DANS LE TABLEAU, I POSER LES OU~$TIONS A PROPOS OE TOUTES CES ~AI$$ANCE$, C~NCER PAR LA DERNIERE NAISSANCE. (S ' I L Y A PLUS OE TROIS NAISSANCES, UT]L[$EE LIN ~JESTIONNAIRE SUPPLENENTA[RE), M l (n te~•r l t , Je vo~dr l l l v0 (~ po l i r ~AJ~[(~ml q l~~t lon~ î i Io¢'opml de (B l l • l t~ ~ I~f ln ts ~ VOUII avez M d I J r ln t [zrs c l r~ dern l le re l ~ s , (NO~ psr te rorm d 'un er~f~nt il f s fo i s ) / / 403 I N" DE L]G~E DE LA Q. 21E SELON 9 . 212 ET Q. 216 AU moment o~ vo~e Etes tombée ~e ln tede (M~M), vou~iez-vo~J~ t ~ r e~~•(nt l i °emo~~t- l l V0UIJeZ VOUI I t t~Pe p[L~ t l rd , vou~iez VO~in~ p lus Ivo~r d 'en fant 0u~' i t iez ,~ l l lu te s i vo~l vou l iez ~ But re en f ln t o~ p l i ? m DERN IERE MA I SSANCE VIVANT E~ DECEDE E~ I v l l y A CE NCI4EN]'LA . . . . . . . . . . I (PASSER A &O~)( / PLUS TARO . . . . . . . . . . . . . . . i m I NO N AVANT-OERN[EllE NAISS. VIVANT [~ OECEDE E~ I V ~ 1 1 ~ v A CE î41~NT-LA . . . . . . . . . . 1 (PASSER A 4O~î)( | PLUS TARD . . . . . . . . . . . . . . . 2 m AV. AVANT-DERNTERE NAISS. kK74 VIVANT E~ DECEOE~ v I 1 ~ v I I A CE î4(~~NT-LA . . . . . . . . . . 1 (PASSER A &O~)( / PLUS TARD . . . . . . . . . . . . . . . E I NE VOULAIT PLUS . . . . . . . . . ]~L NE VOULAIT PLUS . . . . . . . . . ]~1 NE VOULAIT PLUS . . . . . . . . . ~ i ,A, "? ,~~iWi ' i~ ; ; ' " '11 PAs sï~~~~~«~.~;;;;.~~ / PAS su~:~«~wi.~a~;;., 1 KOIS . . . . . . . . . . . . . . 1 MOIS . . . . . . . . . . . . . . 1 ælS . . . . . . . . . . . . . . 1 vou lu | t t ef~clre? AI~NEES . . . . . . . . . . . . E ANNEES . . . . . . . . . . . . E ANNEES . . . . . . . . . . . . E NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 998 NSp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~B NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~~98 &05 Ou~nd vo~~ t t lez ~e in te de (NON), I v~z-vou i w ~ue[qu 'u~ pour U~~ C~~lu( t l t (on co~ce~- ~ l~t cet t l I~Ol l l l l l ? SI OUI , ~UI IV l I -VO~I VU? Que( CN« un d ' lu t re? ENCERCLER TOUTES LES PERSONNES V1JES. PROFESS(C~NEL DE SAMTE MEDECIN . . . . . . . . . . . . . . . . A IMF IRMIERE . . . . . . . . . . . . . 0 SAGE-FEMNE . . . . . . . . . . . . . C AUTRE PERSONNE ACCOUCHEUSE TRAO[- TIONNELLE FOIINIEE . . . . . . D ACCOUCNEUSE TRR~)I- TIONNEtLE . . . . . . . . . . . . . E AUTRE F (PRECISER) PERSONNE . . . . . . . . . . . . . . . . . G (PASSER A 409)< PROFESSIONNEL DE $ANTE HEDEC[N . . . . . . . . . . . . . . . . A INFIRMIERE . . . . . . . . . . . . . 0 SAGE-FEUE . . . . . . . . . . . . . C AUTRE PERS~ME ACCOUCOEUSE TRAO]- T I I~MELLE FOIIHEE . . . . . . D ACCOUCNEUSE TRADI - T [ONNELLE . . . . . . . . . . . . . E AUTRE F (PREC[SER) PERSONNE . . . . . . . . . . . . . . . . . G (PASSER A ~091( - - - - ~] 40SA Avez -vou~un¢ l r rNet de sant~ OU[~ WJ . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 O~ te l so l r~ pr /~4t8ts que PAS DE CARNET . . . . . . . . . . . 3 VM Ivez r•çu l pendant que OUI , NON VU . . . . . . . . . . . . . 2 vou le t lez~e lntede (NOM) e t l u 10~nl ~ (NO N) • reçu Lu l -m4meso~t In lc r i t s ? SI OUI : Pu l l ' j • te vo i r , s ' i L vou~ ~[e l t? 1 &06 SI ~'~J I , VIJ" (COOE I ) ENREGISTREZ L~INFO~NATION DU CARNET OAN$ LES QUESTIONS 407-& lT . pOSEZ DES OUESTI0¢4$ SEULEMENT POUR L*INFORMAIlON OUI MANQU~ DANS LE CARNET l l~e ln te~~xlndvc~î l i vez vu ~lOIS . . . . . . . . . . . . . . . ~ES . . . . . . . . . . . . . . . ~L¢~, I *~ pour I l p remière fo [s po~runecormu[ t l t ioncc~cer - I i I P41nt cet te I ro l l l l l e? i NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Q6 I NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Q8 PROFESSI(~INEL DE SANTE HEDEC[N . . . . . . . . . . . . . . . . A INF[RMIERE . . . . . . . . . . . . . O SAGE-FENME . . . . . . . . . . . . . C AUTRE PERSONNE ACCOUCHEUSE TRAD I - T I OiINELLE FORMEE . . . . . . D ACCOUCHEUSE TRAOI - TIONNELLE . . . . . . . . . . . . . E AUTRE T (pREC[SER) PERSONNE . . . . . . . . . . . . . . . . . (PASSER A &09)~ OUI , VU . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI, VU . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ~ J [ , ~ VU . . . . . . . . . . . . . 2 OU[, NON VU . . . . . . . . . . . . . 2 PAS DE CARNE~ . . . . . . . . . . . ] PAS DE CRRNET . . . . . . . . . . . 3 SI LA REPONSE EST "OUI" MAIS VOUS N'AVEZ PAS VU LE CARNET« OU SI LA FEMK4£ N'A PAS DE CARNET, POSEZ LES OUESTIONS COW4E ELLES SONT ECRITES DANS LE OUESTIOI~NA]RE ~s . . . . . . . . . . . . . . . I " MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . O~ • • ivez .vou l l f i l • pel~dllnt ce t te MORE. DE V IS ITES . . . MORE* DE V IS ITES . , , NBRE. DE V[S ITES . . . • gposl•Bse? • NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 • 409 • Ou lnd rou i 6 t le l e t~e in te de • • (MON) vc~l i - t -~ f l J t ~ OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OU[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OU] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 • in jec t ion pour Iv l te r I_ • . _ 0 . , , _ , , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1 , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 , NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ,1 • t l tM lo I , c '~t - l -d ] re tes con- NSp (PASSER A &11)< BI (PASSER A 411) ( 8J {PASSER A 411) ( • VUt l lOn I W~ te r~~msl r~e? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4» • • c .~, .o . , o , . . . . . . . . . r7 ~ ~ : 0. . . ,o~«. . , «DE . . . . . . . . . . . . . . . . , , N .RE . . . . . . . . . . . . . . . . , , . .RE . . . . . . . . . . . . . . . . L J L J • MSp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 HSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 • æ MAIS~ MAISON MAISON • 411 OÛ l l vez -vo~l i Kcc~cht PROPRE MAISON . . . . . . . . . 11 pROPRE MAISON . . . . . . . . . 11 PROPRE HAIf~SN . . . . . . . . . 11 • • de (NOq)? AUTRE ~NI~DN . . . . . . . . . . l e SECTEUR PL~LC NOPITAL PUBLIC . . . . . . . . Z l î~~TERNITE . . . . . . . . . . . . . 2 ] CENTRE DE SANTE/Ft I I . . .EZ SECTEUR PRZVE It~PiTAL PRIVE/ CLtNtOUE. , , ,31 AUTRE 41 (PRECISER) AUIRE MAIS(Xq . . . . . . . . . . 12 SECTEUR PU6LC HO~ITAL PUBLIC . . . . . . . . 21 î4ATERNITE . . . . . . . . . . . . . Z ] CENTRE DE SANTE/F*AI.EE SECTEUR PRIVE HOPITAL PRIVE/ CL IN I¢~E. . . .31 AUTRE 41 (PREC[SER) AUTRE NAISON . . . . . . . . . . 12 • SECTEUR PUOLC • HOPlTAL PUIIL[C . . . . . . . . 21 • NATERNITE . . . . . . . . . . . . . Z3 • CENTRE OE $ANTE/PîqI . . .EE • SECTEUR PRIV1E • I~OPITAL PRIVE/ • CL IN I{A JE . . .31 • AUTRE 41 • (PREC]SER) • 262 41Z l lu i VO~Sl I i l ( I t lpo~r • ( 'acco~hemm~t de (NON)? • OUet~~l 'Un d ' l lu t re? • IMS]STER U LE GENRE • DE PERSONNE ET ENCERCLER • TOUTES LES PERS(~NES C[TEES OERMIERE NAISSANCE •CI4 PROFESSIONNEL OE SANTE ~OECIN . . . . . . . . . . . . . . . . A INFIRNIERE . . . . . . . . . . . . . | SAGE'FEMME . . . . . . . . . . . . . C AUTRE PERSONNE ACCOUCHEUSE (TN~( - T IONSELLE) FC~MEE . . . . .D ACCOUCNEUSE TR~DZ - TIONNELLE . . . . . . . . . . . . . E PARENT . . . . . . . . . . . . . . . . . F AUTRE G (PRECISER) PERSONNE . . . . . . . . . . . . . . . . . N RVANT'OERNIERE NAISS. NON PROFESSIO(4N(L I~ SAUTE MEOECIN . . . . . . . . . . . . . . . . A INF[RNIE~E . . . . . . . . . . . . . 6 SAGE-FENME . . . . . . . . . . . . . C AUTRE PI~R~~OIIII~ ACCOUCSEUSE (TRADI - TIONNELLE) FORNEE. , + .D ACCOUCNEUSE TR~I" TIOtIMELLE . . . . . . . . . . . . . E PARENT . . . . . . . . . . . . . . . . . F AUTRE G (PREC%SER) PERSONNE . . . . . . . . . . . . . . . . . H PROFESS[O;4NEL DE ~~ANTE • NEDECIN . . . . . . . . . . . . . . . . A • INFIRNIERE . . . . . . . . . . . . . 0 • SAGE*FEUE . . . . . . . . . . . . . C • AUTRE PERSONNE ACCOUCHEUSE (TRAD%- T 1ONNELLE ) FO~MEE. . . . .D • ACCOUCHEUSE TRAD I - • TIONNELLE . . . . . . . . . . . . . E • PARENT . . . . . . . . . . . . . . . . . F • AUTRE G • (PRECISER) • pERSONNE . . . . . . . . . . . . . . . . . H • ~13 • (M(]~t) es t -~( /e ( te ~ ~ ter l~~ A TERNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 A TERNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 A TERME . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 • I o~pr~lwtur~ment? • • PREHATURENENT . . . . . . . . . . . . 2 PRENATUREMENT . . . . . . . . . . . . 2 PRE~ATURENENT . . . . . . . . . . . . 2 • • N$p . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 • i~41r c4sar lm? &l& • AVeZ-VO~ l¢CO~¢h~ de (N(]4) 415 416 ~uand (NON) est n~t(e ) , ~ta( t - i l / s i La: t r ie g ros (se) , p lus g ros (~a) que te moyerme, moytn( r~) , p t~ pe( la (e ) ~~e la moyer~, C~J '~rbs pet i t (e )? (NOM) a- t - l t l t t te +t+ pes+& la r~ Issar~e? ,17 • Comb(en pess l t - i t /eLLe~ ~18 I VOS r~gLen sont - i l (es reven~~s I depu îs te rmlssance de (NOM)? OUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NI~I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 TRES GROS . . . . . . . . . . . . . . . . 1 PLUS GROS¢I(J~ LA MOTEMNE . . . . . . . . . . . . . . E MOYEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 PLUS PETIT QUE LA k~)YENNE . . . . . . . . . . . . . . 4 TRES PETIT . . . . . . . . . . . . . . . S NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 (PASSER A 4181 • NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 OUI . . . . . 1 (PASSER A &20)< (PASSER A &21 ) ( (X I I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 TRES GROS . . . . . . . . . . . . . . . . 1 PLUS GROS LA MOYENNE . . . . . . . . . . . . . . 2 æYEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 pLUS PET IT Ct lE LA MOYENNE . . . . . . . . . . . . . . TRES PETIT . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B CUl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 (PASSER A &191 • K [ LOGRAIe4ES . . . . . . ~ . [ ~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 ~~~~; ~~m~H mmm~;mammmmmimi ~E m Iili!i i i! i !il!il !Hi!!i!JiiJ!Miiilllililil]U iii!Iii!i!! I M OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I • NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 • TRES GROS . . . . . . . . . . . . . . . . 1 PLUS GROS gUE LA KOYENNE . . . . . . . . . . . . . . 2 ROyEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PLUS PETIT GUE LA I4OyENNE . . . . . . . . . . . . . . & TRES PETIT . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 • (PASSER A 419) ~~• NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 • mm~mm~mm~~~mirtm~mmiiiiiimmmmmmmHii~m~~ ILLliiii!li!i!!ililll!llll[li!l!!lm!!M!l!!!J!llllll!II[ILl!lilil!!!iiiii mmm~mcm~~~mHmmm~mcmmmmmimmm:m~i / .19 I Vo l r~g[es e~t -e l [es rever~JeS fliilill]l~~~lH]ll~~~~e;e~~%'~RlS;Th";~mfimflmfflfll!!;mi OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I ent re ( s n l i l IM~e de (NON) e t a]~~ 141fl!l!H!l! ff!i[Fffffffffffi!ffEmffl!lllml]ff~!ff!l~ff~l]l! vo t re grossesse su ivante? mJ!~~i~!]!!!ll!HIl!!HiHF!ffii=ffff !lllll!ffl!fflli!!~!~l]ZlZ~l]]] ~0~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 M]]I'!]] !![HiliUi![:lililll!!lii!iMiM!!q!Mil!ii!iii!!i] ii]i (PRSSER A 4Z3)< (PASSER A 423)< ] ,20 I P'~'~t c~l ' * ' l " . p r + ' . . i . . .= . d. (~.) Mo~s . . . . . . . . . . . . . . . [ - ~ Mo,s . . . . . . . . . . . . . . . ~Ç~ n 'ævez vou~ pa l eu d i t r~gtee? NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 1421 ] vOIR 22:s: PRSE~ ~ I . • .cE I •TE Ifl!I[H]H : !HHIIL!L[[!!Ii[![m!iM M!lliii]li]li]!l[!lM[[! [ ii!i:~! ENCEINTE FS•ME E"CE I NTE? IL~I,I,,[H [ lE,bru ,m ,.,h!M]I]]I~II~/,[LU[[!~,[[J,I~~ :, h]] PASSEI A ~*Z3 ES i l lW' l l ~~ir~r~lll ~" i i l i v I OUI I ~E~~~m ~m mme~~~ "!ml~~:~tNffmmmmmlmml!lm~m &22 AVeZ'¥OUg rF~04"ll (eU rappor ts =e«=+,,,:m+,,,~!,~]lLl,l~hl=!~.m,,,!,,,!, ~,,,, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ~ p[~ff ffff;fiFffff~~lgl]fl ] Il F~ = fl;iHlfl r ~~Z] I IqffHff l ex~is d~t l i l r~Bîssence iffff~z ~!Ei]l]]lf11]!ll111111n}ffEfffflffl~i~qlll]l]~]1]]TTHl!lff[!ffl de (NOM)? NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 mFrm.mHmFimErmmmml mmmrPmm !l~!ii!;i;ii!!:l!l!!:]:ih!i[i!i:jIl!l,!!Hm~~h!i~!~~iii~l!~l I I i i . i i i ittE. i IF~EFffff~~]~~]~l]llllFIIIF~[FffK~~ilfl~]]]]l]lJrHlUffFEffffffffffffffFF M[iMM]]]]IIII]tlIMIIli!M]!MII~]I~~H~Imm!IMmlMI!r[ ,~, alto m m liil ffreefflffle~ m m ,11~ in~omeeFmlml.ml[ff~ mmmmmmmmmmmmmmm~m~mmmmm~mmm 'rY"%l . J!hi,hiii~~Li~iiLiiigiiM,,iihii~~_.,., dlll~iihiiiiiM ]ll~l]ff~lFffffE!i~l!lllJI11T!ffffR!iJiH~ilill~lfl]]mlINIr!~iil111111 I]iiilHHff[!ffffff!~~~ilH!r!!i!ffffff!fffffffflll~l]l!lllllLlllHHiiiilH] } ii U H ~i[l[~!~ii!~il U Iii~~~uir i~ijil iii "Iii 1 I] I I !~i!!!!l!!!t ! 4Z3 I pt.~d*nt c~len de ,mi t spr;,s MOIS . . . . . . . . . . . . . . . FF ] FT~ r~7 t . , - . , . , . , . . ,~ . . (No=, . ( s . . . . . . . . . . . . . . . , , , Mo.s . . . . . . . . . . . . . . . , , , I n« ivaz -vm.m pas I I I I I I I I I de rappor ts maxue(s? NSp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 263 424 625 Avez*v~u~ I l l l l t l (NON)T DENNIERE NA[SSANCE AVANT*DERîI[ERE MAISS. MON KON OUI . . : . : : : : . . : . : : : :~ . . . , . I~ OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 INOI I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LV . . . L . . . . . J ' - - , I PASSERA.33< ] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 AV, AVANT-DERMIERE MA(SS. N~ OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1 {PASSER A 433)« / NOI4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 P~r@l n~lv tz -vo~s ~* s ( ta l tR (~CN)? NERE NALAbEIFAI |LE . . . . . . 01 ENfANIMALADE/FA I |LE . . . .02 ENFANT DECEDE . . . . . . . . . . . Q3 pROBLEN~~E SE IN / DE BOUT DE SEIN . . . . . . . . OL PAS DE LAI1 . . . . . . . . . . . . . TRAVAILLE . . . . . . . . . . . . . . . 06 ENFANT A REYU~E . . . . . . . . . 07 AUTRE CPRECISER) (PASSER A 63~)* - - NERE MALADE/FkIBLE . . . . . . 01 ENFANTNAL~E/FA IBLE . . . ,02 ENFANT DECEDE . . . . . . . . . . . O~ pROBLE~Æ DE SE(N/ DE 8OUT OE SEIN . . . . . . . . 04 PAS DE LAIT . . . . . . . . . . . . . 05 TRAVAILLE . . . . . . . . . . . . . . . 06 ENFANT A REFUSE . . . . . . . . . 07 AUTRE 08 (PREC[SER) (PASSER A 633)~ ~RE MALADE/FAIBLE . . . . . . 01- ENFANT 14ALAOE/FA%OLE,, . .02 ENTANT DECEDE . . . . . . . . . . . 03 PRO~LEî~E DE ~EIN/ DE ~OUT ~E ~E[N . . . . . . . . 04 PAS OE LAIT . . . . . . . . . . . . . 05 TRAVAILLE . . . . . . . . . . . . . . . 06 ENFANT A REFUSE . . . . . . . . . 07 AUTRE 0& CPRECISER) (PASSER A ~]5)a 426 I c~ l . de { .de ,~** , . I ~s~sslmce I vez -vou~ mis ( I~M) [N4EDIATEMENT . . . . . . . . . . 0~0 lU se in pour r i ppee l l6 re fD IS? HEURES . . . . . . . . . . . . . 11 ~111 432 SI ~!OINS DE 1 HEURE. NOTER '0~' HEURE SI k~ lNS DE 2& i~[UI~ES, INSCRIRE DES NEU~ES. AUTRENENT. INSCR1NE OES JOU~S. JOUqS . . . . . . . . . . . . . . ; DECEOE I ? (PRSSER A 6 ] ] ) 42B A( l l i tez -v~ encore (NON)? OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (PASSER A . ; 3 3 ) ~ /*29 çomBl~ de fO IS ~~ z I v~ NOI4BRE mCla J t6 Ca nu i t dernt î ! re ent re D'ALLAITEî4ENTS I I I l e coucher e t lever du so le i l ? OE MUET SI REPOMSE ~ klU~ERI~JE, IN" SISTER pOUR EVALU(R t.E NOîeBRE 43Q C~I~ ~ fO~S IVeZ 'VOt î~ NOMBRE r ~ I I L l i t~ h (er , ! c~md~t tes D'ALLATTENENTS I i i heure~ de jour? DE JOUR SE REPOI4¢Æ 11014 MUI4ERI~~JE, IN* S]$TER POUî~ [VALUER LE N~I4~RE 631 A n~l~q~ortr~ que l mo~~~t h ie r c~ CI nu i t dern i~re denn4 k (NON) ur~e d~s choses su Jv~tes : Eau? E lu de r~z? JuS? In f~ ion? La i t I~ b~l te pour b~? Le l t f r l l e? L l l t In b41te ou on poudre Aut r~ C l¢pJld~m AL I~t lO l lde ou en bc~JILtle? VOIR 631 : NOUIRITUIE OU LIQUIDE D¢IeN( H IEE oel NO~ EAU 1 Z EAU SUCREE,. 1 2 EAU DE R IZ . . . . . . . . . . . 1 2 JUS . . . . . . . 1 2 iiiiiiiii!iiiiiiiiliiliii]ii[ I [iiiiilliiiiiiiiiiiiiljiiiuuiiliiiiiiiii : ~~~ ;~~~~:qii~:, ¸ ~ ~~~;I~i~L~~~L~:~~I~I~~ IUiiiiii!iii![i!l!ilili!!i~i!ilii]]iNiii]iliiii!!!ii!i!!i!i!iliiHi!iiiilil INFUSION . . . . . . . . . . . . 1 2 LAIT EN BOITE . . . . . . . . 1 2 LAIT FRAIS . . . . . . . . . . . ¶ 2 LAIT EN P~UDRE . . . . . . . I 2 AUTRES L I~UIDES . . . . . . 1 2 AL I k~:NT SOLIDE/ EN BOUI I.L %E . . . . . . . . . . 1 *OUI" POUR RIEN OU TOUT u.o ? PLUS V (PASSER A ~36' (PASSER A 637) ~~~IiI~IIII!ILI~~Er~L~I~ I ,~~~ ,~r ::II~I:~II:H~ ihiii~~~~«i]il]ilUilUiil;lii!ii#~i~i~~,ii~qi~]iiiil]iiiii~iiiiii:ili;i~ Uiiii~i~~H~~!H!!IMiii!ii!iMiill]iiiiililF!!i!!llii~li~M]i!!i!iJ . . . . !!! iii!l!i!li!!i H~ ] .H!iL .!i,i!!!i!~iiii!lJ~~ iiiL~~iiii~iiiiiii!iii!]]jiiiiii[iiil!iiiiiiiiiii]iiiiijiiiii[i[i!~~ii!!iii Id iiiiiiii~~ii~iiiiiiii!iii!iii!ii[ii!iiiiiiii111111111~~llililliiiiiii!iiiiili li!ii!i!~~i!~!i!iLii~!iiiiiil iii!i!i!!}i~l~i!!i!iiiiiii!!iiii~i!ii!iii!!! !!i!i!L;i!!ii[i~iii!iiiii~i]i~ ]!~!!!!!i[[ILliiiiiiiiiiii!i!Hiiiiiiiii!~!l Z , ' " II]h"~[1i1~ i',!i!iiiiiid~ I~l h 'b i i~ ' I' ~~p, ! I!i 'i: : il 1~ i i ~ F~[ E :l~~ 411tl ~ii~ii~~~~i~~iii!i~i~~i~i I i i ~ ï I~~~~ U!ll!ff,",i+ii',;i i ii i',]i ]i[B~ !illliil~iill!ïiii!iiii:+i! iUil!+ ~111 i1 i~! IIIHll iPil! i ~ :lit Il 1i l] l : i i : l ! l l Illl!l!ll!fl I!ItlI!!ttI[IF iEFFI IIIIIIlll!ll!1111~lllllll!ll !i 'll!lll t!iliiiiii!il!iil+lliltl[i!! a!ll!!i!H!iiiiiil+!il[!ili! ;liiiiiil;l+ilfiiiilWl[[E;tliiilllllilliillli+lllil!li+y+]l]+ll+~~ ~~;II]+~]11iHIHrlllUI[E!I!I!IUllllmlIIIlII]I~IIltHïHHI~!i!!!!i!IF l+iJ!lll!illi[l!ill!ilil!!l!lli i ~ ~J+@li!IMilIi+!!+;I ] H~I u:lilli:il~Ell ~ ]~]l ~ I i!ll'H HîilWlllFIlI[IF~llF[I [1~~ I l M lill!lilPilll!ti!i!il]ll]%i]L~] ~tlllll!!lli,~!!!lill!!ll!li!l!!lll I![E~~~~!~~iI~!]!I!J!HM!I~ IIIlll]]ll~l~lFlllill!lH !ff~++I+++~~;++H!IlIHIFFEFFFE FIlII!II!I!!II!IlIt!I!!!!II!!ll]]!rl!![FHLi iiiiiiiiiiiiiiiiii!ii[[il[lii~~l!!lllil~l~l~ ~ ~11~iiii!iii!i!iiii~ !~p~l]~lllj~~l] I I I~~tEm[FHm I ~1 ~LF~~iEliili I I I ~ } ' iHIl]]]ili!~ H!i!ii~!l'i ! HL~!!I!IHI ~'jilïi~~~i!!!ii'.iiliiil! mil ii J!ltr HIH ~F[E f ml l l l l l ! l l l l t l l~t~ NIIIIIl]lllill ~! ii!!ili!!!lifiliilL~~~~~~H ~ll~l't!![!!!iiiiii!l HI I mlllmlH!ie~E F:FIFIn ,,.!,dill ~1~ilI ]' 'H! i ~ u ma!wEhl~mm i,lm,mi1,IJ,L, Mriim,i~i~,,,~ H ~lllllqlll ii]]i!i111H Ui!iili!!i!ti!! ~~i i !~ l ~]II! 111 ill H li!ill ~a~IIHI)]IIH ~ ~p1~lllilllllU I~fllIHIIIIIIII~IFFE[I~ h 2~ 433 434 436 437 438 439 pendent c~1~ de wo is |vez -v~~ I I t l l t~ (NOM)? DERNIERE NAIS~J~îICE I NOI$ . . . . . . . . . . . . . . . [ - -~ JUSOe'A SON DE(ES . . . . . . I (PASSERA")< 9~ AVANT-DERNIERE MAISS. MON JUSI~JUASO~DECES . . . . . . 9ai (PASSER A &~6) • / AV. AVANT+DERNIERE NAISS, M~4 JUSOU~A ~ON°ECES . . . . . . 9~ (PASSER A 6" ) • / Pourquoi Ov l l -v~Js a r rê t6 d* l l La l te r (N~4)? VOIR ~16: ENFANT VIVANT? Avez-vous de j ldonn~k (M~(4) de t 'e~, ou queLc~~aechose d~lutre I t~~I rooe~manger ( lutre ~ le Llit mterneL)? NEREMALADE/FAIBLE . . . . . . 01 ENFANT MALADE/FAIBLE.,.02 ENFANT OEEEOE . . . . . . . . . . . 03 PROIILENE OE SEIN/ OE BOUT DE SEIN . . . . . . . . 04 PAS DE LA%T . . . . . . . . . . . . . 05 TRAVAILLE . . . . . . . . . . . . . . . 06 ENFANT A REFUSE . . . . . . . . . 07 AGE DU SEVRAGE . . . . . . . . . . O~ TOMBE ENCEINTE . . . . . . . . . . 09 A COMMENCE D~UTILI+ER LA CONTRACEPTION . . . . . . . 10 AUTRE 11 (PRECISER) V IVANT? DECEOE ~ LIASSER A 437) ! , u ~ y - - OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PASSER A 440 < MERE K~LkOE/çAI |LE . . . . . . 01 ENFANT MALN~E/FAlgLE . . . .02 ENFANT OECEDE . . . . . . . . . . . 03 PROIILENE DE IMEIN/ OE BOeT DE SEIN . . . . . . . . 04 PAS DE LAIT . . . . . . . . . . . . . 03 IRAVAILIE . . . . . . . . . . . . . . . 06 ENFANT A REFUSE . . . . . . . . . 0"~ AGE DU SEVRAGE . . . . . . . . . . 08 TOMBE ENCEINTE . . . . . . . . . . 139 A COUIMENCE DUUTILISER LA CONTRACEPT ] ON . . . . . . . 10 AUTRE 11 (pI~EE [ ~;ER ) +,vA.T ? OECEOE ç (PASSER A 4371 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (PASSER A 460),c "~ NERE NALADE/FAI BLE . . . . . . 01 ENFANT MALADE/FAIBLE.++ ,02 ENFANT DECEOE . . . . . . . . . . . 03 PROBLEME DE SEIN/ DE BOUT DE SEIN . . . . . . . . 04 PAS DE LAIT . . . . . . . . . . . . . 05 TRAVAILLE . . . . . . . . . . . . . . . 06 ENFANT A REFUSE . . . . . . . . . 07 AGE OU SEVRAGE . . . . . . . . . . 08 10I4BE ENCEINTE . . . . . . . . . . 09 A COI#~4ENCE DIUTILISER LA CONTRACEPI ION . . . . . . . 10 AUTRE 11 (PRECIS~R) v,vAN, ç~ OECEOE ? (PASSER A 4371 V ~ OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (PASSER A 4401< ~~~] Combien de mois eve l t (N(Y4) e~.m+,d vo+~ avez Co l~~ I lU I G~)P*'ler tes i choses su ivantes de f sÇ~ , r+gutl+re?: I Lt l t en bo i te ou tm~t aut re 4:FJe te la i t materneL? Emu? ~uldes? ALiment soL ide ou enb<~, /+ l l le? +I MOINS DE 1 14OlS+ NOTE# '~«+ VI:~IR 216: ENFANT VIVANT? (NOM) m-t - l L /eLLo bu <? Je l~ chose eu b iberon+ h ie r o~ La r~ J î t der+ni+re? AGE EN MOIS . . . . . . . . . I i i JAMAIS DONNE . . . . . . . . . . . . . 96 AGE EN MOIS . . . . . . . . . I I I JAMAIS DONNE . . . . . . . . . . . . . 9~ AGE EN t4OtS . . . . . . . . . I I I JAMAIS DONNE . . . . . . . . . . . . . 9( AGE EN V&)I$ . . . . . . . . . i i i JAMAIS DONNE . . . . . . . . . . . . . 96 AGE EN MOIS . . . . . . . . . I I I JAMAIS DONNE . . . . . . . . . . . . . 96 AGE EN MOIS . . . . . . . . . ; JAMAIS DONNE . . . . . . . . . . . . . 9E AGE EN MOIS . . . . . . . . . ~ ] ~ JAMAIS DONNE . . . . . . . . . . . . . 9~ RGE EN NO,S . . . . . . . . . I ~ ~ JAMAIS DONNE . . . . . . . . . . . . . 94 (PASSER A 440) VIVANT ? OECEOE ~ +UiHttLL+[[+iMr+++:+MHMI+til]h~~t~MM;M++++M]+++t]] ERtt t +!FPt t PE+tE E E Est Et++;+t+i++fl++fl++l!+mlr+ml+ttt Ht+t++!9 N111 mt+EEt+Rt+ E++i+t;+t+++++ +]l+]++;++]iff~ H "ItE++Et;i;;E~t;+;+]i;+ ~ v tt+++++t++tMMMttMMt++t+tMMt~~P~++tttltMtttMttt+H+++~ Ç~AS~E~I A 4~tO) I +++++++t++++++++++++++++;++]]141+~"+T+tEtEK+EE++i++fl+]++111tt~++iE I I .lllm+H mm. i ltmtmllM +m++++;++]+m]~ + U [[tr WE++t qtlHlm m H2t+P~TLmttm H+mi+t. I~++++i+Ht P+~l~,~[+mtMltlti+lm +lflt L,'~;P, ïliltltlltt MIMES N~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ ~+l~~ltE EtEEEEtliliHilIEIfllH~~ ~ [mEtEIP~~illi]l~~ ]Lt~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 AGE EN MOIS . . . . . . . . . I I I JAMAIS DONNE . . . . . . . . . . . . . 96 AGE EN MOIS . . . . . . . . . [ ~ JAMAIS DONNE . . . . . . . . . . . . . 96 AGE EN MOIS . . . . . . . . . [ ~ ] JAMAIS DONNE . . . . . . . . . . . . . 96 AGE EN MOiS . . . . . . . . . [~ JRI4A] S DONNE . . . . . . . . . . . . . 9~ (PASSER A 440) I mmmmmmmllmmmmll.ll.m.e~mmlllm~ma [l[]iMiIMIMt[iI[t[MHM]!l]i~~NN~ll~k~lll!!mi[[i ililIl~ mmmmmmlmmmmm~ ~~t~mm ~IE~E ~ a~~ER[LI IIilMII4~ ilM![Ji!!ilil!lii414~~tt HI~IIIIIIIIIIH fliM!i!]!i!!ili~i m~nEmm.tmrm.Ul mm!rmmm iN m imm~ ml I I - - . . mlm~mmr~ P+.,.,,{,,~.,, .,.~l,.,~~«++mmm ~ ~ . Ilti!ililUiiiill!!lL[Im[llllUlmUl~~ J!W{JM:MiM[ ii!lllfl]]]l t!~[ [m[fiiifli]~]]]l~ r n[[PmliiflMiil]~ ifi !iii] ~ ~iifi [ lUm~lll]~Lb~k~Ht!+~3.11111]mFWFF !IH! I];I]] ] ]g]~ ~rE[[I ~[Ih 111 III I I IpII N~ I rr[*,.[[';,,, J,iii[iL i+ll, ~ ~ ~lllLl.,I,ll,l~l ++ ,[IIMI,I HIMI]~II[I!IIMIi!IiMII~~ M m ul lm ~IMiI!MIM!IIII m~!!! ~[[i[m!mHHlill!111H mm![J[l[m fll]fl~]ll~~~!! r [[K[fl fil JH] H !r~wHl[mHiin~~f~~~r VlilHIIlii!fliil~~~41] !Hier LILHIJ 265 461 442 SECTION 4§, VACCINATTOU ET SANTE NOTER LE NO(4 ET LE N ~ DE LIG#E DE CNAG4JE #AiSIUU4CE DEPUIS JANVIER 19910ANS LE TABLEAU. POSER LES CARSTIONS A PR(X~~$ DE TOUTES CES NAISSANCES. CORÆNCER PAR LA DERN[ERE NAISSANCE. (S ' I L Y A PLUS DE TROIS 46] i Ave, -vo~ jm l . ~ de I cornet de vl)cci~tion ~r {N~)? NAISSANCES, UTILISEZ UN GKJESTIOMNAIRE SUPPLEI~NTA]RE). N* OE LIGNE OE LA Q. 212 iJJ I DERNI ERE liA ] SSANCE MON Avez-vous un carnet où Les OUI, ~~J . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 vscc lnat ionæ de (NOM) sont (PASSER A 444.)( / i nsc r i te•? OUt, MON VU . . . . . . . . . . . . . 2 ] SI OUI: Pu is - je te vo î r , I (PASSER A OE)< • *iL vous p ta l t ? I PAS DE CARNET . . . . . . . . . . . ]~ V OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ] NON (PASSER A ~)*" .2 M AVANT "DERII] ERE NAlSS. NON OUI, 'AJ . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 (PASSER A 444)< I oeI, NON ~ . . . . . . . . . . . . ,Z 1 (PASSER A 446)« - - - - PAS DE CARNET . . . . . . . . . . . v OUi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 m I (PASSER A 4~4~)( MON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 V~ AV. AVANT-DERNIERE NAISS, NOM OUI, VU . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 (PASSER A 4&&)~ / OUI, NON VU . . . . . . . . . . . . . 2 l (PASSER A 446)« I PAS DE CARNET . v OUi . I (PASSER A 446)( NON 2 444 (1)COPIER LES DATES DE VACCINATIONS P~]JR CHAQUE VACCIN A PART]R DU CARNET, (2)INSCRIRE «44 t OANS LA COLONNE *JOUR'~ SI LA CARTE [ND[DUE ~IDUNE VACC]NATIOM A ETE FAITE, MAIS LA DATE N~A PAS ETE REP(~qTEE, gCG DT COOPOLIO 1 DT COGPOL[O 2 DT COQ POLIO 3 F[EVRE JAUNE ROeGEOLE JOUR W3IS ANNEE BCG~- r)TCP1 DTCp2 ~ DTCP3 FJ ROU JOUR îe~)]S ANNEE )TCP1 I )TCP2J )TCP3I FJ ) R°ui LL-- JOUR MOtS ANNEE 'c011 i 1 °TC'[[ 1 I D':P2il i l OTCP'II I I ' J ] l I I ROUL[ f I__ 66S (NGq) O- ( - (L /c i te reçu des OU[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 1 pas inscr i te• sur ce carr'~t? VACCIN ET INSCRIRE '~d5' ] VACCIN ET ]MSCRIRE I~q J VACCIN ET INSCRIRE '66 ' 1 OANS LA CO4.C4dME CORRES- DANS LA COL(X4#E CO~RES- OANS LA COLONNE CORRES- ENREGISTRER 'OUI ' SEULEMENT PONDANT AU JOUR EN 444)( PONDANT AU JOUR EN 444)« PONOANT AU JOUR EN 664)< SI LtEM~ETEE MENTIONNE LE(St VACCIN(St DU BCG, NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ : :~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . OTCoq 1-3, POLIO 1-~ ET/OU ROUGEOLE. (pASSER A 648)< (PASSER A 668)< (pASSER A 448)( 446 (NOM) a - t - i L /eLLe jem~(s OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 reçu devscc i ru l t ion pour NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ,Dt .~,,e~ o,s , , . ,~~ ,PASSERA " . ' , .~ (PASSERA " . ,~~ (P"S" A ")':~ des met Bdies? NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 447 S»îL VOUS pt l l t , d i tes -mo i s i (NON) • reçu une des vs¢¢ inat ions |u iventes : Une vacc immt ionduBCG cont re LB tubercu lose , ¢=est -&-d l re u~e in jec t ion dons [ 'avmnt bras ou L+~te gauche qui • la i sgêut~ c ica t r i ce? Une ra tA(nat ion contre I ! paL io , c~est b d i re des gout tes dens t J bo~:he? SI OUI: CoMbie~de fo îg7 Une î n j~t lm cont re f s r ougeo I e? VOIR 216: OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I MON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 N$P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 NOMBRE DE FOIS . . . . . . . . Ç~ i OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 448 ENFANT VIVANT? (PASSERVIVANTA [~v6so)DECEDE I v 6&9 | RETOURNER A 642 pOlIR LA NAISSANCE SUIVANTE; OU~ SI IL N*Y A I OUi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NOH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 NOM8RE DE FOIS . . . . . . . . OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 • JI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 NOMERE DE FOiS . . . . . . . . OUt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E V'VANT ~ DE«OE ? V'VA"T @~ "CEDE ~l (PASSER A 450) I(PASSER A 450) ¥ PLUS OE NAISSANCE, PASSER A 480. 266 I 450 a (NON) m- t - I l /e l Le eu de Im i fi#vre t un ~~~~.nt queLco~~opJe dens les 2 dern i~res senv~{rles? MON DERNIERE MAISIANCE NON AVANE-DERN]EItE MAISS. OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ! OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NG~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 RSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 AV. AVANT'OERN]ERE NA[ES. HOM OUI . ( SON . 2 MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 451 (NOM) a - t - l ( / I t l e sou f fe r t de OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 (XI I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 te toux E un i lmmnt queLco~e~~e diras tes 2 dern i~res semeines? ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 RSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 452 (moN) a - t - i L /e ( te souf fe r t OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , I de la toux ~ les dern i~res NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 I 24 heures? NO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B I ~'°~~~'--o- °o 00 . ~- . ~- . ~1 4»4 I ~ .~d (NO.) . t , i t .~ ,de .v ,c ®i . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I l a toux , re lp t ra i t -{ I /e [ (e p tu~ rap îdement ¢Ned~hsb i tude NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 svec un souf f le cour t e t r sp îde? NEP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 m I 456 I Est -cet ;Ne {~J, eL(TJe chose m I I rE dor~~ pour t ra i te r lE f î~vre / toux? ~:::LER A 460) OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NO# . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (PASSER A 458)« NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . S »OU[ » DANS 450 OU 451 AUTRE ! ~(PASSER m l A 4601 C3d[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NON . 2 (PASSER A 458)< NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 "OUI" DANS f~SO OU 451 ~:EssER: A 460) v ~ OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 457 Ou 'es t*ce qu i • E t~ donr~ pour t ra i te r |B f i~vçe / toux?* Que lque chose d 'eucre? NOTER TOUT CE OUI EST CITE INJECTION . . . . . . . . . . . . . . . . A COIAPRINE . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 ANTI-PALUOEEN . . . . . . . . . . . . C SIROP CONTRE LA TOUX. . . . .D RE/JÆDE-MAISON/ PLANTES MEOlC INALE$. . . . .E AUTRE (PRECISER) TNJECT]Oq . . . . . . . . . . . . . . . . A COf4PRINE . . . . . . . . . . . . . . . . . B ANTI-PALUOEEN . . . . . . . . . . . . C SIROP CONTRE LA TOUX. . . . .D REMEDE-NAISON/ PLANTES NEDIC INALES. . . . .E F AUTRE (PRECISER) INJECTION . . . . . . . . . . . . . . . . A COHPRTNE . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 ANTI-PALUOEEN . . . . . . . . . . . . C SIROP CONTRE LA TOUX. . . . ,D RENEDE-MA]SON/ PLANTES NEDIC INALES. . . . .E F AUTRE F {PRECISER) 458 ouftEvre/toux?Un t rs l temef l t pour la (PASSER A 460)< ] 3 I Avez -vous dewand~~ des conse l t s OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z] NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (PASSER A 460)< (PASSER A 460)< " «59 des conse i [ s ou un t ra i tement? A mJe lqu 'un d ' su( re? NOTER TOUT CE aUI EST CITE SECTEUR PUBLIC HOPITAL . . . . . . . . . . . . . . . R CENTRE DE SANTE/PMI . . .S POSTE DE SANTE . . . . . . . . C CL IN IOU( ROB]LE . . . . . . . D PERSO~NEk DE SANTE, . . .E SECTEURHED]CAL PRIVE CLIN]OUE/HOPlTAL . . . . . . F PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . G DEPOT DE PHARMAC[E. . . .H AUTRE SECTEUR PRIVE GUER[SSEUR TRADITIONNEL . . . . . . I AUTRE J (PRECISER) SECTEUR PUBLIC NOPlTAL . . . . . . . . . . . . . . . A CENTRE DE SANTE/PMI , . .B POSTE DE SANTE . . . . . . . . C CLINIGUE NO6ILE . . . . . . . 0 PERSONNEL DE SAMTE. . . ,E SECTEUR NEDICAL PRIVE CLINIQUE/HOPITAL . . . . . . F PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . G OEPOT DE PNARNACIE , . . ,H AUTRE SECTEUR PRIVÉE OUERISSEUR TRADIT[OgINEE . . . . . . I AUTRE J (PRECISER) SECTEUR PUBLIC NOPlTAL . . . . . . . . . . . . . . . A CENTRE DE SANTE/PMI . . .B POSTE DE SAMTE . . . . . . . . C CLINIOUE MO61LE . . . . . . . D PERSONNEL DE $ANTE, . . .E SECTEUR MEDICAL PRIVE CLINI~dE/HOP[TAL . . . . . . F PHARNAC]E . . . . . . . . . . . . . G OEPOT DE PHARHACIE. . . ,H AUTRE SECTEUR PRIVE GUERISSEUR TRADITIONNEL . . . . . . [ AUTRE J (PRECISER) 267 I ,~ m ( .~) a - t - i L / lU i I~/ I l I d( i rPh~ ~~l~~Int te l de,,.ix demi +r l l Im l l ( f~ l? OERN[ERE U l l I ,UOE ~ AVANT*OERNIERE NAISS, IK~ v . AVANT-9ERNIERE NAI$S. I:::!!!!!!!:!:~!!:::::::~I::!!!!~!:!:~!!:::::::II-:!!!!!!!:!:~)!:::::::I NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 i461 I RETOURNER & &&2 POUR LA NAISSANCE SUIVANTE; CU, S ' i L N~Y A PLUS DE NAISSANCE, PASSER A 480 I 662 m (o ) m- t - I l /e l Le eu La OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 oel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I dlœerrh(~e d I J r l~ l t l es demeures 2& heures? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 H(~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~$P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B ~SP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B M•P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B .~~63 I Si o . ~62 : MOi Combien de . . . . « ,~ .« .~r~, .? - - , . . . . . . . . . . . . . . , , , .RS . . . . . . . . . . . . . . ' I ' +RS . . . . . . . . . . . . . . , , , [ SI O. 662 ~aUI Depuis combien de Jour dure la d ia r rhée ? SI MOINS OE I JOUR, NOTER I00~ +1 Y lV l l t ' i [ d l J S i l f lg OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 E I l I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I l~ i ~e l S l l t~ le$? N~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 (PASSER A /*68) (PASSER A OE) m m~mEmmmm m!q mmmmmmm!mmTrffmL m~mmmm.m.m. f l l~_~ m ~~~~ [ll!!~/Jl i il] ]i [[iil .m 'r'rmi.i+m~il eH ~ ' sE Er ~~ ~ m m ~e!~em mmHmmmmmlmmmmm merr ~~ !il ~)i iE[)ELiH]HIH' ] ~ L,mmmm~i l! q ]~,., :,!! h,ll,, ! ]1119 !U U jiir, ii!;ii:4iiUT! U~))!!l!llllhlllll!m r~llMi~J:;Mi I:I!Mll (PASSER A ~TA)• ] i D [EmFImlllnl~llllflll~l&li~tlql~ldlflliflllifl]~~fï~B)~~~[~l~ m . IIHl~''''-"~----~""""""~flm~llllmill x~~lq~~Wl~~m(i; d I i i i ~ 0 j ~( I t~ l f l{ I t ? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ ] ) ))~ ))Fii);))]lli)i)i))FFFF ~)F )L)FFF F6 Hü): )~ë)NilllllllllüFh~=ür=[ lh~,i).:)FFF ))))ü))! ARRETE COMPLETEI4[MT . . . . . . ) )) J )): J))) ))))J)))))) ) ))))[):))))) ) ) )())l))))))))) )L) ) ) )) )))[ )t:iil)i))))) )))))))))))F ) )))F )J))i ;il !i(li))()) ) ) ) ) )) . ~) ;,~ ) )))- i ~~ ~F ~~i]Nl) ! :)))l)))D!)i!i)!Wflpifi~i I~F ~! A67A (En dehors du ts i t ml te rne[ ) MEKE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NEME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 MEME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 LUi Ilvlez-v¢~Jl~ ~.~~.~ & mllnger PLUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 PLUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 PLUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 d~ I r rh l~o ,~ l ~ ~4&Jll¢~t ~ t I~p I tm. ~(~1' ev.ntmoins? LS )tOI NSNsP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 æ[NSN!;p . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 k~)[ NSIsp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . :% (En dehor l ~ ~ l ] t im ' (e rne[ ) 66(5 LUi IVeZ-VM ,~,~,~.~ I~ bo i re NEVÆ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 MENE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 MEME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 la ~ q l Jant l t t c~J'avent La d le r rh~e, pLu~, Ou moîns? PLUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ PLUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 PLUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~401NS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] MOINS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ ælNS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B /,69 Es t -ce que que lque chose • N~d . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NOi4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . t . doIl ld} p~J r t r .$ t er &. K I~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ d l s r rh~t? (PASSER A &71)* (pASSER A /+71)• (PASSER A 471)• NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4?0 Ou 'es t ce qui • 4tO don~ pour t ra i te r t * d~~rrh~e? Q~,~[l:~t:e chOl ! d~lut re? NOTER TOUT CE OUI EST CITE LIGIU]DE DE SRO . . . . . . . . . . . A LiqUIDE MAISON . . . . . . . . . . . 8 COMPRIME OU SIROP . . . . . . . . C INJECTION . . . . . . . . . . . . . . . . 0 PERFUSION . . . . . . . . . . . . . . . . E SOklOE WA$OsGASTRI~ilE**.*.F RENEOE ~lSC l l / PLANTES HEO[CINALES, , . . .G AUTRE H (PRECISER) LIQUIDE DE SRO . . . . . . . . . . . A LIQU[OE MAISON . . . . . . . . . . . B COMPRIME OU SIROP . . . . . . . . C INJECTION . . . . . . . . . . . . . . . . D pERfUSION . . . . . . . . . . . . . . . . E SOMOE NASO-GASTR]OUE. . .F REMEDE î~AISONI PLANTES MEDICINALES. . . . .G AUTRE H (PRECISER) LIQUIDE OE SRO . . . . . . . . . . . A LIQUIDE MAISON . . . . . . . . . . . œe COMPRIME OU SIROP . . . . . . . . C INJECTION . . . . . . . . . . . . . . . . O PERFU$10N . . . . . . . . . . . . . . . . E SONOE NA$O-~*ASTRIOUIE*,,.,F REMEDE 14AI SON/ PLANTES MEOICINALES. . . . .G AUTRE H (PRECI$ER) &?1 Avez-vl: .~n M des ¢on l le ( [ ! OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I | 2] OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 oe l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OU Un t r l l t l l~t pour 111 I d( i r rh~? NON NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PASSER A 4;'3 • (PASSER A &T~) • 1 (PASSER A 4T~) • ] 268 472 ~ avez-vo~îl dumndE des consei ls ou un t ra i tement? A qJJeLqu~undnautre9 NOTER TOUT CE QUI EST CITE 474 i (MON) 8+t - i L /e lLe reçu I SRO quand i l /e l le ava î t la dt l r rhEe? DERNIERE NAISSANCE SECTEUR PUIILIC HOPITAL PUILIC . . . . . . . . A CENTRE DE SANTE/PMI.R POSTE DE SANTE . . . . . . . . C CLINIQUE I~elLE . . . . . . . O PERSOMNEL OR SANTE.E SECTEURMED]CAL PRIVE CL[NIOUE/I~P. PRIVE.F PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . G DEPOT DE PRAR~C]E. .R AUTRE SECTEUR PRIVE GUERISSEUR TRADITIONNEL . . . . . . I AUTRE J (PREC[SER) AVANT'OERNIERE NAISS. NON SECTEUR PUIIEIC NOPITAL PUBLIC . . . . . . . . A CENTRE DE ~ANTE/PM[.B POSTE GE SANTE . . . . . . . . C CLINIQUE MOiILE . . . . . . . 0 PERSONNEL DE SANTE.E EEETEURRIEO]CAL PRIVE CL[M%QUE/R~, PRIVE.F PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . G OEI~DT DE PNARMACIE.H AUTRE SECTEUR PRIVE GUERISSEUR TRADITIONNEL . . . . . . 1 AUTRE J (PRECISER) OUI, vL~ J CITE OUI f[~_] )UIOE LIQUIDE SRO NON, LIQUIDE LIQUIDE SRO CITE.__ SRO PAS CITE (PASSER A &~n~ (PASSER A 67~) OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (PASSER A 476)" 8] (PASSER A 476)" :NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AV. AVANT-DERN[ERE NAISS. NON SECTEUR PUBLIC HOPl TAL PUBLIC . . . . . . . . A CENTRE DE SANTE/PMI.B POSTE DE SANTE . . . . . . . . C CLINIQUE I~~ I LE . . . . . . . D PERSONNEL DE SANTE.E SECTEUR NEOICAL PRIVE CLINIQUE/HOP. PRIVE.F PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . G DEPOT DE PHARMACIE.H AUTRE SECTEUR PRIVE GUER(SSEUR TRRD I T [ONNEE . . . . . . I AUTRE J (PRECISER) OUI, NOM, LIQUIDE LIQUIDE SR( SRO PAS CITE CITE v[ ~ ? (PASSER A 475) OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . «18 J I (PASSER A 4761< J NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4Pi J Pendant combien de jours I (R(~l) • - t - i l /e l le reçu le SRO ? $I MOINS OR I JOUR, NOTER =00 ~ &77 (NOIA) a - t - i l /e l le reçu un l i - c~ide prEl~r~ b la maison avec de l'eu,J, sucre et set quand i l /e l le ava i t La dierrh6e? ~OURS . . . . . . . . . . . . . . ~ JOURS . . . . . . . . . . . . . . FN NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . N S P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . OS OUI, LI~JIDE OUI, LIQUIDE )E MAISON NON. LIQUIDE" MAISOH CITE MAISON PAS CITE © RITE © (PASSER A 478) (PASSER A 4781 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 N (PASSER A 4~I , / (PASSER A 6719)< MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8J JOdRS . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 OUI, L IGUIOE NOT4, L IOUIDE MAISON MAISON PAS CITE CITE v[ ~ (PASSER A 478) OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 °l (PASSER A 4~~9)< j NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 478 Pe+~~~ant combJ en de j ours Ç~~ (Me/4) a - t - î l /e l le reçu JOURS . . . . . . . . . . . . . . . JOURS . . . . . . . . . . . . . . . I leau sucrêe /bå,~ltîon~~e SI MOINS DE I J~~ NOTER tOOu se[? NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9B RETOURNER A A62 POUR L~ENFANT SUIVANT; OU, S•IL N~Y A PLUS DtENFANT« PASSER A AEO. JOURS . . . . . . . . . . . . . . . [ ~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9E 269 I1" QUESTIONS ET FILTRES COOES 48o I VO)Rs4oIOuT(I:TsER: LES C ~ ET 474: - - - - CITEE SOi.UTiOId SRO XON ~ÙTEE I 4~1 ET 474 11014 POIRE PASSER A I 481 | Avez-vous d~jA mtendu pmrter d , tm produ i t •pi¢lmt I appel~ SRO cNe vous pouvez obten i r pour te t re t t~t de In d iarrhée? I ; OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1---~~483 - I . v - . J - - u c - - i ~, . i (MONTRER LE SACHET) ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2~501 soechets pour t ra i te r ta d iar rhEe pour VOUg-m~~ ou que|- I qu'un d=lut re? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2~~85 I (MONTRER LE SACHET) 484 Combien d'eau •vez-vous u t i [ î s~ pour prCperer te sachet SRO &m dern iê re fo i s que vous &'avez fa i t ? 1\2 LITRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 1 LITRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 02 1 1\2 LITRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 2 LITRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 04 SELON INSTRUCTIONS DU SACHET.OS AUTRE 06 (PRECISER) HSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 485 Oh pouvez-vous obten i r ke sechet de SRO ? INSISTER: Nu l le pert ai•teurs? NOTER TOUS LES LIEUX CITES SECTEUR PUBLIC HOPITAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A CENTRE DE SAMTE/PMI . . . . . . . . . B POSTE DE SAMTE . . . . . . . . . . . . . . C CLINIQUE MOBILE . . . . . . . . . . . . . D PERSONNEL DE SAXTE . . . . . . . . . . E SECTEUR MEDICAL PRIVE CLINIG~JE/HOPlTAL PRIVE . . . . . . F PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G DEPOT DE PHARNACIE . . . . . . . . . . H AUTRE SECTEUR PRIVE GUERISSEUR TRAOITIONNEL . . . . . I AUTRE J (PRECISER) RSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . K 270 IHECltON 5. 14ARIAG~ PASSER N" QUESTIONS ET , ILT, , , I CODES I A æ i 501 Actlâettlment el l t -c l l que vou l - t te l mi r ik 0~1 ~ unioPi OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 .504 f ib re Ivec Ut~ h~ ? Nq~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 50E Av .z -v~s+t+ ~r l Je ~ .~z-vou~v~u ~ ~î~ .vec ~ I ~Z . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 =511 503 ALors, oc t~L l~t es t -¢equevmal -6 tes ~ , I ~UVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 ~ divorcée ou s~r~? J DIVORCEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43508 ~PAREE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 5~ E . t -¢ . ~qJe voth . , t . . i l teurs? . . . . I /¢~jo in t v i t i v . voua ~ J vit AWC ELtE HA.| TE AI LLEU,S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . zl J +1 ~o* - - -7 . . . . ++o* .+* ' o .o t~- - . -+- ~ i =, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ' l N~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 L508 +1 +~++*--+'~~ I - . ~1 N$P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 ~5~ +'1 E,--v+*,+-+e.+-+-.+,+-_, . I -o . ~1 509 En e~Jet ~ ls et queLle Bnn~e avez-v~s COmment+ i v iv re ~ lS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ l~ Bve¢ votre (p r~ ier ) ~r i / c~ jo ln t? I I I NSP ~[S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 ANMEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~T~ ~513 q I I I NSP ANNEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98~ J I , ,o l« . , , , , .++e, -+~+®.« . . . . . . ,oo~le~,,v,vre IAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . [~Ç~ 1513 512 5~3 Avez-vo~Js d~j~ eu bes rapports S~X~[S? ELLE A DEJA EU O~ENFANT [~ J OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~515 Ri interlant noël avorls besoin de I~~lelqueB renseignements |ur votre ac t iv i t6 =exuet[e a f in de mieux comprendre [m ptnn l f l ce t ion f~mfl l la le et La fê¢ondlt~, C(~lbien de tt, mps y a - t - t t depule ~Je votll avez eu de~ reLnttons «exuetleR pour La dernl6re fois? JOURS. . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I i i SEMAINES . . . . . . . . . . . . . . . . . MOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 ANNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AVANT OE~N[ERE NAISSANCE . . . . . . ç96 514 ::'r:r:,î:::*;:,Z,~,:,~ * '+e 'o ' ' " + ' 'v ' ' '~ J 'oE . Fç ] pREMIERE FOIS AU MARIAGE.~96 L OU I HO¢l AUTRES PE~SOMNE$ PRE$E#TES A CE î~ENT ENFANTS NOINS DE 10 ANS.,. .1 2 MAR,I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 AUTRES HOI4ME S . . . . . . . . . . . . . . 1 2 AUTRES FEV~E S . . . . . . . . . . . . . . 1 2 271 N* $IECTION 6. PREFERENCE$ EN î4ATIERE DE FECOMOITE ~UESTIONS Et FILTRES J VOIR 314: |LL[ /LUI NON LUI OU ELLE |T |A IL ISE(E) [~ STEAILISE(E) COeES PASSER 603 604 1 605 606 VOIR 501 ACTUEL LEKIENT MON MAR [EEI MARIEE OU I~ PAS EN VIV~NT EN U~IO# ' ' Ui loe VOIR 22]: PAl E~CEINTE OU PAS SURE D / Ni In t l¢ ln t j~ | l quelques ~i~ltlO¢~l SU su jet de (~ lv ln i r . voudrlez-vous ovolr (un/ lu ( r i ) enf&nt ou pr@- f4rerfez-vou~ ne p~o Ivo f r d~(sutres) e~fonts ~ EMCEIMTE Nl inter4mt j ' a i CFJelques ¢pJettl~ls ou su jet de ~'ovenlr . VOIR 223: Après U~nfent c~e vous attendez, voudriez-vous avoir un lu t re enfont ~J prêfêrer lez-vous ne ~S avoir d'autres ~fant~? ,61« I PAS ENCEINTE OU PAS SURE ~ ENCEINTE ~~] C~sSbien de te~o~ voudrîez- Combien de temps voudrîez- vol~ attendre 6 par t i r de VOUI attendre aprês la maintenant eve~t ta ~81S- ne)sg(k'l¢e d~ [ :enfent que SRP~e dt (un /aut re ) enfant? vouB attendez et 8v8nt ~R na îSBat~ce d'un autre enfant? AVOIR ~ (AUTRE) ENFAHT . . . . . . . . 1 PAS D«AUTRE/AUCUN . . . . . . . . . . . . . . 2 OIT OU*ELLE ME PEUT PAS TONBER ENCEINTE . . . . . . . . . . . . ~ 3 610 PAS DECIDEE OU NSp . . . . . . . . . . . . . ~-610 }eoIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 J l I - ANNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 BIENTOT/NA)MTENANT . . . . . . . . . . . . . Ç~94 DIT OU°ELLE NE PEUT PAS TONBER ENCEINTE . . . . . . . . . . . . 99S AUTRE 996 I (PREC]SER) MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 998 VOIR 216 ET 223: A N/DES EMFAMT($) VIVAHT(S) OU ENCEINTE? OUI MO~ ~-610 VOIR 223: PAS ENCEINTE CO PA, SURE ~Ç~ ENCEINTE ~2n V Q~'l ige voudriez-vous que O~el &ge voudriez-vous votre plus je~~e e~fnnt a i t que t ' tmfont que vou~ at te in t quend votre prochein otte~]ez a i t e t te in t enfant nai t ra? qtmnd votre prochsir~ enf Rnt rm~t re? AGE DU PLUS JEUNE i A R . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . tTP ~610 ,0,10 . . . . , r . , , , . , , . . , , . , . . , _ .v , . , . . I " . '1 re f l l i re , pensez-vo~îs ¢F~e (vous/votre Mmri /conjo înt) prendrîez La re&me d~eis ion d '6t re s t6rH is6(e )? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • ~-i . - . , , . , - - ~ ~- . , - , , , . . , . _ . _ , . . , . . . . . . , . , , - , , , o~,_ , , i =, . , i N~.~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z ,614 609 I P°Ur¢FJ°î le regretteZ-vous? ENOUETEE VEUT UN AUTRE ENFANT.1 CONJOINT Vl[UT UN AUTRE ENFANT.2 EFFETS SECONDAIRE$ . . . . . . . . . . . . . . 3 614 AUTRE RAISON 6 (PRECISER) | 272 " I OUESTIONS ET FILTRES 610 I P . .e=vous ¢pJe votremari /conjo|nt apprmtve ou I d~lapprouve tes coupLeo c~JI u t | t | l tn t uni m~thode p(~Jr êvlter de tomber e~¢einte? PASSER CODES I A AF'PROUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I DESAPPROUV~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 '~'1 c'~~°~-'r'''p'''~ I -~ . l mvec votre mari/co~joint mu cours de ['l¢ln¢Le dernJï~re? lIME OU DEUX FOIS . . . . . . . . . . . . . . . . 2 PLUS SDUVE MT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] ,~l - - .~ , ,0 , - -~- -~, ~ - . , « . o . _ _ .o , I ='- . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ I 613 Pensez-vous que votre mari/conjoint souhaite te =r~k.e I MENE ~SRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 rmmbre d'enfants que vous, en veut devl~tege I PLUS D'ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ou iloirts que vous? KOINS DIENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 614 Après La naissance d'un enfant, combie~ de temps un coupte devra i t - î l attendre avant de reprendre Les reta- tions sexuel t es? ROIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I i i XNNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 AUTRE . . . . 996 (PRECISER) 615 | Une ~rd~re devrsit -et(e attendre qutelte a i t Cc,~lptêt~nt I ATTENDRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I err6tê d 'a l la i te r svant de reprendre tes relations I I sexuel[es ou tels n 'a - t - i l pas d'importance? PAS D'IMPORTANCE . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I 616 | En gAn6ral, est-ce (7~Je vous 8f:JçJrouvez C&J~SS~0ç)rouvez I tes couples qui ut i l i sent une m~thode peur êviter la grossesse? 617 VOIR 21A: A UM/DE$ ENFANT(S) NgA PAS DgEgFANT(S)Ç~ VIVANT(S) ~ VIVANT(S) I I v v $1 VOUS pouviez recot~teneer Si VOUS pOUViez ChOiSir i par t i r de LrApo¢FJe ou vous exacte¢r~nt le nont~re n'aviez pas d'enfants, et sî dtenFants ~ avoir dans VOUS pouviez choisîr exacte- toute votre vie, com- ment te nombre d'enfants ~ bi oe voudriez-vous en Jvoir dans toute votre vie, avoir? co~r~bien voudriez-vous en avoir? ENREGISTRER UN SIMPLE NO~4BRE O(J AUTRE REPC~NSE. I APPROUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I DESAPPROUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NOMBRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ ~ AUTRE REPONSE 96 (PRECISER) 618 I D'après vou« q~et est te me i l leur înterva[Le en mois ou I MOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I J I en armAes entre La naissance dqun enfant et la naissance I de L'enfant suivant? ANNEE5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 AUTRE . . . . 996 (PRECISER) °101,v , . . . . 0~~, .o_~ . . . . . . . . . . . ~ , r . , , i ~, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~701 N(3NSRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273 702 SECTION 7. CARACTER%ST[QUES OU CONJOINT ET ACT[VTTE PROF~~~I~N~ÇLÇE OE LA FEHI4E PASSER FILTRES m COOES I A VOIS $01 ET $OZ A ETE EN JANAIS ENPIJ4RIEEu~%0~ OU ~ MARIEE/JN4AIS r~~ ~708 v EN .ioN I I POSER LES ~JE$TION$ SU~ LE I4ARI/CONJOINT ACTUEL OU LE PLUS RECENT E l t - ce que vot re (dern ie r ) mmrilcOnJolnt • Fre¢gJentE I oel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I l+eco[e? I I Noe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~705 703 Quel eat le ptu~ haut niveau d+6tz~des OLl'll a a t te în t : p r ioe i re , secondaire 1er cycle, secondaire 21~e cycle sLqp4~r i sur PR[IiL~]gE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 $ECOIIOA[RE 1ER CYCLE . . . . . . . . . . . . Z SECONDAIRE 2EME CYCLE . . . . . . . . . . . 3 $UPERIEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 • 705 705 guet est (ê ta i t ) te genre de t rava i l p r inc ipe[ de vot re (dern ie r ) mar i / con jo in t? 1 706 707 VOIR 705: TRAVA]LLE (TRAVAILLAIT) DANS LIAGRICULTURE~ v NE TRAVAILLE (TRAVAILLAIT) PAS E~ DANS L:AGglCULTURE E i t - ce que vot re mar î /eon jo in t ( t rava i l (e / t rava i t la î t ) pr inc ipalement sur sa propre te r re ou ce l le de sa fa- mi l le , ou es t -ce*qu ' i l ( Ioue / [o~s i t ) I l te r re , ou est- ce-o/ J ' i [ ( t rava i~[e / t ravo i l l a i t ) sur la te r re de q~le l~ 'un d:autre? =708 I I CHAMP PER$ONHEL/FAM[L]AL . . . . . . . . 1 I I CHAMP LOUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 CHAMP DE QUELOU=UN O'AUtRE . . . . . . 3 I 708 En dehors de votre propre t rava î l do~st ique , OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 =710 t rava i~tez-¥ous actuellement? I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 709 710 C~ VoMs le savez» certair~4~s f~B ~t =Jn t rava i l p~r l eq~l e l [ea so~t p4my~e$ eqt argent ou en nsture. D'=utres vel~dent des choses, ont une pet î te a f f s î re ou t rava i l l ent dans les champs de I l feu i l l e ou dans L 'a f fa i re de la fami l le . F=ites-vous actuelleg~¢flt q~lelqu~e chose de ce genre ou un q~Jelcor~q~e aut re t rava i l ? Quelle est votre occupation« c«est 6 dire« cpJel genre de t rava i l fa i tes-vous? I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2--= ~801 I Fç-~ L * CODES POUR Q. 704 NIVEAU CLASSE : 1= PRIMAIRE ~ CP1 = 01, CPZ = 02, CE1 = 03, CEZ = 04, CM1 = 05, CMZ = 06; Z= SECONDAIRE I ~ 6~me = 01, SEme = 02, 4L=me = 03, 3c~me = 04; 3= $ECO~DARIE I l ~ 2nd = 01, 1er = 02; Terminal = 03; 4 = SUPER[EUR ~ 01, 02, 03, 04, etc. B= gSP ~-~ 98 274 N" I {gJESTION$ ET F ILTRES PASSER I ~®" I ' "~ I :=ï=::::r:.=,:=::,-.,,~ I ~' . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~1 713 I FIttes'v°USv°us? ce trevait t I l maison ou e~ dehors de chez I NAISON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 A I L L E U R S " 2 713AJ saisonnierESt-ce que ~u e permanent?tr=vnit que vous f l i te l ett temporBire, 715 J P.ANENT . . . 3 s'IS~"'ER N~ I "~°~ I • I I~1 716 Qui s'occupe habituettement de NON DU PLUS ,JEUNE ENFANT A LA MAISON) pendent que vous trnveiLLez? NAR I/CONJOINT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 ENFANT(S) PLUS AGE(S) . . . . . . . . . . ,OZ AUTRES PARENTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 VOISINS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 04 AMI S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .05 OCIME ST I OU~' /A l l ) ç . . . . . . . . . . . . . . . . . 06 ENFANT A I'EEOLE . . . . . . . . . . . . . . . . 07 NATERNELtE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 08 AUTRE 09 (PREClSER) 275 SECTION 8 . HORTALITE RATERNELLE 801 Na l în ten ln t je voudr l ] l vous poser ~FJe(¢~es ~~les t lo~l R propos de vos f rE res e t soeurs , c 'es t -A -d i re les en fents de vot re propre ~r l . S ' I l vrais p [a l t , donnez -moi le r~~ de tous vos f rAres e t soeurs qu i v ivent avec vous , qu i v ivenq a i l l eurs ou cpJi sont dêc6dAs . EMREGtSTREZ LE ~ DE TOUS LES FERRES ET SOEURS 802 QueL nom • E t~ dorv~ A vo - t re E r~re ou soeur ~ (e premier ( r~ aprEs NOM)? $I AUCUN FRERE OU SOEUR S 803 (NON)est - i l MASCUL IN . . .T NASCUL IN . . ,1 NASCUL IN . . . I i~SOULtN. . . I HASCULIH.1 de ~exe m,B$cu- t in O~J f~min in? FENIN IN . , , ,2 FENIN IN . . . .2 FENIR]N . . . .2 FEHIN]N. . . .2 FEHIN IN . , , .~ I I I I I 804 Es t -ce que i OUI . . . . . . . . 1 CUl . . . . . . . . 1 OU[ . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . 1 (NOM) es t enco- re .ov ,e , :::::::::~_.~__ N . . . . . . . . . ,~ . . . . . . . . . ~~ NoN . . . . . . . 2 ] PASSER A SO?<~ PASSER A 807< PASSER A 807< ~ NSP . . . . . . . . 8 NSP . ] PASS; ; . ; . . ;~~o o . - - NSP . . . . . . . . 8 NSP PASSER A S <1PASSE I 'Å ' ' ; "<~ PASSER A 2 i t J 805 ~ueL ~ge PASSERA 2 ~P,SSER A ~ il ~ (NOM) es t ~c~(e)7 808 Quel &ge avmi t (NOM) quand i L /e tLe es t d~c~d6(e)? SI 'NOMME' OU SI 'NOIAME* OU SI 'HOW4E' OU DECEDE AVANT DECEDE AVANT 3ECEDE AVANT 18 ANS 10 ANS 10 ANS PASSER A 2 I PASSER A 3 PASSER A 4 i PASSER A 5 i PASSER A 6 B B OU1 . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . 1 i Oui . . . . . . . . 1 Oui . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . 2 A 813 <- NO~ . . . . . . . Z 809 Es t -ce que (NOM) • RtE n~r i6e? 2 6 NSP . . . . . . . . 8] PASSER A ] < PASSER A 3 PASSER A A PASSER A S i -4 I I SI ~NO~4E ~ OU :SI *~E ' OU OECEOE AVANT ,IOECEDE AVANT 10 ANS :10 ANS I OUI . . . . . . . . 1 I NOM . . . . . . . . 2 NOM . . . . . . . . 2 J NON . . . . . . . . 2 i i OUIpAsSER 1 A 813 x ] CAJIPÅsSEI~"I NON . . . . . . . 2 NON . . . . . . . 2 N~4 . . . . . . . 2 810 Es t -ce que (NOM) es t d~c~- d~e pendant un acco~J¢hemeRt? OU'~Å~~~~"~ A 813 <- NON . . . . . . . 2 • PASSER A 901 6 7 MASCULIN, , .1 NASC1JL IN . . .1 FEMIN]N. . . .Z FEN[N%N, . . ,2 I OUI . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . 2. 1 PASSER A 807«J PASSER A 807< NSP . . . . . . . . NSP & PASSER A 7 <J PASSER A 8 <. I PASSER A 7 PASSER A 8 I SI 'NOMME' OU Sl ~HONNE' OU DECEDE AVANT OECEDE AVANT 10 ANS 10 ANS PASSER A 7 j PASSER A 8 OUI . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . 2 NOt~ . . . . . . . . 2 . . . . . . . . OU% . . . . . . . . 1 OUIpAsSER 1 PASSER A 813 <- A 813 c - NON . . . . . . . 2 NON . . . . . . . 2 Bl l Es t -ce q~e (NOM) es t d~c~- d te dens les deux mois su i - v in t le f in d ' lune grossesse A 813 <- MON . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . 8 A 813 < ' I NON . . . . . . . . Z MSP . . . . . . . . 8 CUl . . . . . . . . I PASSER ~] I A 813 • i NON . . . . . . . . ~i NSP . . . . . . . . 8 A813<] NON . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . 8 A 813 ~-- NON . . . . . . . . 2 N~P . OUi . . . . . . . . 1 PASSER A 813 < NON . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . 8 OUI . . . . . . . . 1 PASSER A 813 c - NON . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . 8 512 Es t -ce que (NON) [ ta i t en - ce in te (~J l~d e l le es t dLl~6 - B13 Est -ce que (NON) est d¢~c~- ;~e dens un ~e smntE~ A le ~,,elîson ou mi l le~J rs ? R16 A combten d=enfnnts (NON) l ' t ' e [Le~ ~JSso~e? OUI . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . 8 HOPITAL OU CENTRE DE SANTE . . . . . . 1 NAISON . . . . . 2 AUTRE . . . . . . 3 NSP . . . . . . . . 8 rT~ OUI . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . 8 HOP[TAL OU CENTRE DE SANTE . . . . . . 1 MAISON . . . . . 2 AUTRE . . . . . . 3 I NSP . . . . . . . . B : OUI . . . . . . . . 1 : OUI . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . 2 NON . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . 8 NSP . . . . . . . . 8 HOPITAL oe HOeITAL OU CENTRE DE CENTRE DE SANTE . . . . . . 1 SANTE . . . . . . 1 MAISON . . . . . 2 14AISON . . . . . 2 AUTRE . . . . . . 3 AUTRE . . . . . . 3 NSP . . . . . . . . 8 NSP . . . . . . . . 8 FV~ ~ OUI . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . Z NSP . . . . . . . . 8 NO~ITAL OU CENTRE OE SANTE . . . . . . 1 MA[S(~A . . . . . 2 AUTRE . . . . . . 3 NSP . . . . . . . . 8 OUI . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . 8 HOPITAL OU CENTRE OR SANTE . . . . . . 1 MAISON . . . . . 2 AUTRE . . . . . . 3 NSP . . . . . . . . B OUt . . . . . . . . I NON . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . S HOP ITAL CENTRE DE SANTE . . . . . . 1 MAISON . . . . . 2 AUTRE . . . . . . 3 NSP . . . . . . . . E 7çq 276 B02 8se l nom • 8 9 10 11 i 12 13 14 Et& dor~~ ~ vo- i ' t re f rE re ou ær~~ (NOM)? 803 (MOM)est - i t MASCUL IN . . .1 MASCULIN. . .1 I MASCULIN. . .1 NAEOUL IN . , . I MASCUL IN . . . | MASCUL IN . . .1 MASCUL IN . . .1 s~xe i¢~ se U - I l i n o~J f~ in in? FEMIN IN . . . .2 FEMIN%N. . . ,2 FE î4 [N%N. . . .2 ! FE#IN IN . , . .2 FENIMIN . . , .2 FEMIN IN . , . .2 FENIN%N. , . .2 804 E•t -ce o/Je (NON) es t entE* re en v ie? 805 Que l Ege • (NON)? OUI . . . . . . . . L PASSER A ~7~] NSP . . . . . . . . PASSER A 9~ PASSER A 9 OUI . . . . . . . . 1 . . . . . . . . 2 :ASSER A 807<] N$P . . . . . . . . >ASSER A 10 <J PASSER A 10 OUI . . . . . . . . 1 ~OU . . . . . . . . 2 ?ASSEE A 807«] NSP . . . . . . . . eh PASSER A 11 «J PASSER A 11 OUI . . . . . . . . 1 PASSER A 807 <] Oe$P . . . . . . . . PASSER A 12 <J PASSER A 12 OU[ . . . . . . . . 1 Noe . . . . . . . . z] PASSER A ~07< NSP . . . . . . . . PASSER A 13 xJ PASSER A 13 OUI . . . . . . . . 1 . . . . . . . . 2 PASSER A 807< ] MSP . . . . . . . . 8n PASSER A 14 <J PASSER A 1L~ OUI . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . 2 PASSER A 807<] M~P . . . . . . . . PASSER A 81~~ PASSER A 815 807 Ce~ibi en i l ~Je (NOI4) est dêc~(e)? SI 'NOq4E' OU DECEDE AVANT 10 ANS PASSER A 11 SI ~HOI414E' OU DECEDE AVANT 10 ANS PASSER A 13 SI 'NO(~~ OU DECEDE AVANT 10 ANS PASSER A 10 808 Que l &ge Iv• i t (~14) ~~J~nd i l /eLLe es t ~~(e)? SI ~HGqME' OU I DECEDE AVANT 10 ANS PASSER A 14 809 Es t -ce que LNOM) • ~t& mer ~~e? Sl 'HOI44E~ OU )ECEDE AVANT 10 ANS PASSER A 9 OUI . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . 2 OUI . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . 2 Et ~HOMME* OU DECEDE AVANT 10 ANS PASSER A 12 OUI . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . 2 OUI . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . 2 OUI . L NON . . . . . . . . 2 OUI . . . . . . . . 1 NOM . . . . . . . . 2 51 'HOI44E« OU )ECEDE AVN4T 10 ANS PASSER A B15 OUI . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . 2 B10 Es t*ce que . . . . . . . . . . . . . . . . ~"'" '« ' .8,~J OU'PAS.' A.,,.1 OU,~~.;L OU'~~~iii:~ OU'PASSE.' pendent un A 813 « - ~ccoucher~nt ? NOM . . . . . . . 2 NON . . . . . . . 2 NON . . . . . . . 2 NON . . . . . . . 2 NON . . . . . . . Z NON . . . . . . . 2 NO~ . . . . . . . 2 A 813 '~- NON . . . . . . . . NSP . . . . . . . . 8 A 813 <~ MON . . . . . . . . Z NSP . . . . . . . . 8 i OUI . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . 1 A 813 <~ NON . . . . . . . . 2 NSp . . . . . . . . E OUI . . . . . . . . I 811 Es t -ce que i f l oq) es t d6c~- ~~e dans tes ~"JX wx)îs •u l - v•nt I• f in d ' J~ gros le#~e ~J t~ •ccouche- ment? A 813 ,'] OU,~~; ; ;~ . .L NO~ . . . . . . . . 2 .o~ . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . ~ NSp . . . . . . . . B OUI . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . 1 NON . 2 NON . . . . . . . 2 NOM . . . . . . . 2 A Bl3 • NON . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . B OUI . . . . . . . . 1 A 813 <- NCq . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . a NON . . . . . . . 2 NON . . . . . . . 2 B12 E•t -ce~Je (NOM) 6 ta i t en - ce in t• quand • l l e es t d~cE- d~e? E13 Es t -caque (NOM) eut d~.c6- d~e dar~ un h~l to l , cent re de mantE, J Ln m8 J |ot~ OU • tLLeurs ? NSP . . . . . . . . B HOPITAL OU CENTRE DE SANTE . . . . . . 1 MAISON . . . . . 2 AUTRE . . . . . . 3 MSP . . . . . . . . 8 NON . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . 8 HOPITAL OU CENTRE DE SANTE . . . . . . L MAISON. . . . .2 AUTRE . . . . . . 3 NSP . . . . . . . . 8 OUL . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . 8 NSP . . . . . . . . 8 N(~~ITAL OIJ CENTRE OE SAMTE . . . . . . 1 ~ lSOî¢ . . . . ,Z AUTRE . . . . . . 3 NSP . . . . . . . . E NSP . . . . . . . . 8 NOPITAL OU CENTRE OE SANTE . . . . . . 1 MAISON . . . . . 2 AUTRE . . . . . . 3 NSP . . . . . . . . 8 NSP . . . . . . . . B H~ITAL OU CENTRE DE SANTE . . . . . . 1 MAISO~ . . . . . 2 AUTRE . . . . . . ] NSP . . . . . . . . 8 NSP . . . . . . . . | HOP[TAL OU CENTRE DE SANTE . . . . . . 1 MA[S{ I~. , . . .2 AUTRE . . . . . . 3 NSP . . . . . . . . 8 81/* A combien d ' ~-~f ~t s (NOM) e - t -eLLe d~nE f~ll ~ ssmn¢ e? HOPITAL OU CENTRE DE SANTE . . . . . . 1 MAISQ(4 . . . . . 2 AUTRE . . . . . . 3 NSP . . . . . . . . 8 F~ 277 815 816 Je voudrais ~tre more dlsvotr bten caq~' l l . En t~t votre proprl m6re • donr~ ~l$seen¢e ~ - - 1infants y c~r l s V~? OUI [~ MON~~---> VERIF[ER ET CORRIGER / V P l~ i vos frères, - - sont d~¢~d~lI? oe l [~ Hoe[~--~" VERZFIER ET CORelGEII ,,/ I I OUI N IC(4~> VERIFIER ET CORRIGER 278 SECTION 9, CONNAISSANCE ET ATT[TUOES VIS A VIS DU SIDA ~l quES,,OR.E,.L.ES I =ES IÄ SSER 901 gLî4tltlOnlJ l u t un su je t t rès Important . Avez-vou= entendu per ter dqune ~tK l le =ppetdte $1DA ? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2~915 902 PEr qui en avez-vous entendu per le r ? ENCERCLEZ TOUT CE OUI EST CITE EPOUSE/PARTEMAIRE . . . . . . . . . . . . . . . A AGENT DE SANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . B RAD]O/TELEVIEION . . . . . . . . . . . . . . . . C J(XJRNAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0 AMI(E)/PARENT(E)/VO]SIN(E) . . . . . . E AFFICHES/CAMPAGNES.PUBLIC[T . . . . . F AUTRE G (PRECISER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . H 903 | Avez-vouu d~j~ ass i$t~ S des conf~re~¢H ou /I des OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I ce~er ies concernent le $1DA ? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 9O4 A vot re sv îs , ¢oml~nt peut-on e t t rsper te SIDA ? ENCERCLEZ TOUT CE OUI EST CITE I 90~AI VOIR 904 : 905 PBr ~ts types de re te t ions sexueL~es peut-on a t t rsper Le SIDA ? ENCERCLEZ TOUT CE QUI EST CITE RELATIONS SEXUELLEE . . . . . . . . . . . . . . A TRANSFUSIOIIS DE SANG . . . . . . . . . . . . . B UTILISATION OE SERINGES ET A]GUiLLES NON-STER[LISEES.E DE LA MERE A L'ENFANT . . . . . . . . . . . . D MANGER DANS LA MEME VAISSELLE QU'UN S[OEEN . . . . . . . . E PORTER LES VETE•ENTS D'UN SIDEEM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F HOUSTIOUES/P]OURES O'INSECTES.G AUTRE H (PRECISER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L RELATIONS SEXUELLES N'ONT PAS ETE NENTIONNEE I l AVEC LE CONJOINT . . . . . . . . . . . . . . . . . A AVEC DES PROSTITUEES . . . . . . . . . . . . . B RELATIONS NONOSEXUELLES . . . . . . . . . . C RELATIONS OCCASS[ONELEE$ . . . . . . . . . 0 AUTRE E (PRECISER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F ~l ' °~V~~~-- -~~°~-° - ~~ ~ i ~ . . . I N$P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B 908 I A votre av is , est -ce qu'une personne qui est a t te in te I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I qu SIDA peut ~tre guér ie ? I MON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 I~906 I 279 9O9 A vot re ev ls , que fæut ' l t fe i re p mat e~vlter d ' l t t r l f fe r te EIDR ? ENCERCLEZ TOUT CE OUI EST CITE UTILISER DES PRESERVATIçS . . . . . . . . A AVOIR IN SEUL PARTENAIRE . . . . . . . . . E NE PAS ALLER AVEC PROSTITUEES.C S'ABSTENIR DE REL. $EXUELLES.D NE PAS UTILISER SERINGUES OU AIGUILLES BON STERILISEES.E EVITER TOUT CONTACT AVEC LES SisEENE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F NE PAS TOUCHER DU SANG CONTN4]HE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G AUTRE N (PREGISER} NSp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 910 A ~~îel reconr~i t -0n un mml~le a t te in t du ElOA ? ENCERCLEZ TOUT CE OUI EST CITE N4AIGRI$$EI4iENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A DIARRHEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G V~ISSE~ENT$ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C FRISSONS ET FIEVRE . . . . . . . . . . . . . . . 9 ANALYSE DE SANG . . . . . . . . . . . . . . . . . . E TACHES SUR LA PEAU, BOUTONS . . . . . . F TOUX pERSISTANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . G AUTRE H (PRECISER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 911 A vot re 0v is , que i;k>it-on fa i re des emllK~lel mtLe{nts du SlDA ? LES ENVOYER A L'HOP ITAL . . . . . . . . . . 1 LES GARDER A LA HAI$OH . . . . . . . . . . . 2 LES ISOLER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 AUTRE 6 (PREC[SER) HSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 " - - - - ° I . . . . I 913 OU e l t -q~~on peut obten i r des inçor~t io~~e But tes moyems de preven i r Le SIDA ? ENCERCLEZ TOUT CE aUI EST CITE SECTEUR PUbLiC HOP I IAL PUBLIC . . . . . . . . . . . . . . . . A CENTRE DE SANTE/PNI . . . . . . . . . . . G SECTEUR MEO[CAL PRIVE CLINIQUE/INFERKERIE PRIVE . . . . . C PHARNACIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D AUTRE SECTEUR PRIVE RI~) IO ITELEV IS IO#~/dOdRMAUX . . . . . . E ANIS/PARENTS/PARTENAIRES . . . . . . F AUTRE G (PRECISER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . H 91A (XI e l t - (~ J 'on peut se fml re des test0 pour Savoir gt on • le STOA T ENCERCLEZ TOUT CE QUI EST CITE SECTEUR PUBLIC HOPlTAL PUBLIC . . . . . . . . . . . . . . . . . A CENTRE DE SANTE/PN% . . . . . . . . . . . . B SECTEUR NEDICAL PRIVE CLIHIOUE/IGFERMERIE PRIVE . . . . . . C PHARNACIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D AUTRE E (PRECISER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F 280 N8 J QUESTIONS ET FILTRES | CODES PASSER 915 VERIF]ER : A EU DES RELAT](~S SEXUELLE$ N«A PAS EU DE RELATIONS SEXUELLES I 513 DEPUIS 2 ~IS DEPUIS 2 | 916 to r t des reL J t iong sexue| les ~ vOUS eVtZ ~ Cet 2 I Oui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I dern fers mois , avez -vous u t t l i s~ de l © o ~ ? I I NCq . 2 r921 917 Les avez -vous u t i l i s6s E chaque fo i | , par fo i s ou A CHN~JE FOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 | ra ree~nt ? ] PARFOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 RARENEMT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 918 Pourvo i avez*vous u t îHsE ces c m ? ENCERCLEZ TOUT CE QUI EST CITE EV]TER UNE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . A EVITER I~~LADIES SEXUELLES . . . . . . . . B EVITER SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C AUTRE D (PRECTSER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E 919 O~J vo~ Etes -vous , OU vot re mar i /~r ter~J re , procur6 l es condo~ ? SECTEUR PURLIC HOPITAL PUBLKC . . . . . . . . . . . . . . . . 11 CENTRE DE SANTE/PNI . . . . . . . . . . . 12 SECTEUR NED[CAL PRIVE CL]NIQUE/INFERNER]E PRIVE . . . . . 21 PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 AUTRE SECTEUR PRIVE BOUTII=t~E/TAELIER/SUPERNARCNE.31 HOTEL/;4AQUIS/EAR/OAMC[NG . . . . . . 32 M41S/PARENTS/PARTENA]RES . . . . . . 33 AUTRE 41 (PRECISER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 920 | guerre est l a ~rqoe des condoms que votre eeril L con jo in t ou per tene l re u t i l i se ? I PRUOENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 SULTAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 AUTRES 3 (PRECISER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 921 I Av°c combien de par tena i res avez -vous eu des re la t ions I I sexueL les ces 2 dern ie rs eeoig ? I 922 | INSCRIRE L'HEURE DE FIN D'ENTRETIEN I MOHSRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AVEC FIARI/CONJOINT OU PARTENAIRE UNIG4JEMENT . . . . . . . . . 9S PLUSIEURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 N.E*~RoET:;IIIIIII:IIIIII:I~:~:II~ 281 SECTION 10. TAILLE ET POIDS ENG4~ETR%CE: EN lOOE(COLONES 2 -4) ENREGISTRER LE N" OE LIGNE DE CHA(Z¢IE ENFANT NE DEPUIS JANVIER 19'91 ET ENCORE EN VIE. EN 1003 ET 1004 ENREGISTRER LE E4J4 ET LA DATE DE NAISAMCE DE L'ENOUETEE ET DE CHAQUE ENFANT ENFANT EN VIE, ME DEPUIS JANVIER 1991. EN 1006 ET 1000 NOTER LA TAILLE ET LE POIDS DE L'ENQUETEE ET DES ENFANTS VIVANTS. (NOTE: TOUTES LES ENQUETEE$ AVECUNE NAISSANCE OU PlUS DEPUIS JANVIER 1991 DOIVENT ETRE PE$EE$ ET MESUREES K~EME SI TOUS LES ENFANTE EONT DECEDEE). (S ' I L Y A PLUS DE ] ENFANTS VIVANTS NE$ OEPUIS JANVIER 1991, UTILISEZ UN q4JESTIONNA[RE SUPPLEMENTAIRE). JL•J EN'TEL ~ AVANT*AVANT- DERNIER ENFANT EN VIE 1002 N o DE LIGNE i i i DE LA Q.E1Z i i i (NOM) (NOM) 1003 NOM, DE LA 0,212 POUR LES ENFANTS 1004 DATE OE NAISSANCE DE Q. lO5 POUR L'ENQUETEE DE 0.215 POUR LES ENFANTE ET DEMANDEZ LE JOUR DE NAISSANCE 1005 CICATRICE DU BCG SUR I+AVANT*DRAS GAUCHE JOUR . . . . . MOI S . . . . . ANNEE . . . . CICAT, V13E . . . . . 1 PAS DE C ICAT. . .2 I0~ TAILLE ~ ~ (en c~t l~t res ) 100T LES ENFANTS ONT-ILS ETE MESURES COUCHES DU DEBOUT? 1008 POIDS (en k i logrms) 1009 DATE OE PESEE ET DE MESt3RE çrç~D JOUR . . . . . W!OIS . . . . . ANNEE . . . . MESURE . . . . . . . . . 1 ABSENTE . . . . . . . . 3 REFUSE . . . . . . . . . R AUTRE . . . . . . . . . . 6 (PRECISER) DERNIER ~ AV~T-DERNIER ENFANT EN VIE ENF~T EN VIE J~R . . . . . ~ ANNEE . . . . CICAT, ~E . . . . . 1 PAS DE CICAT.,.2 Fç~.ç; COUCHE . . . . . . . . . 1 DEBOUT . . . . . . . . . ~ DEBOUT . . . . . . . . . 2 JOUR . . . . . ~ NO[SJOeR . . . . . . . . . . NOIE . . . . . ANMEE . . . . AMNEE . . . . ENFANT MESURE.1 ENFANT MESURE.1 ENFANT MALADE. ,2 ENFANT MALADE.2 ENFANT ABSENT.3 ENFANT ABSENT.3 ENFANT REFUSE. l. ENFANT REFUSE./. MERE REFUSE. . .5 NERE REFUSE. . .5 AUTRE . . . . . . . . . . 6 AUTRE . . . . . . . . . . 6 i (PRECISER) (PRECISERI NOM DE L'ASSISTANT*: 1010 RESULTAT 1011 NOr~DE ç'OPERATEUR: COUCHE . . . . . . . . . I DEBOUT . . . . . . . . . 2 Iõç~D JOUR . . . . . k~]lS . . . . . AMMEE . . . . ENFANT MESURE.1 ENFANT MALADE.2 ENFANT ABSENT.] ENFANT REFUSE.6 MERE REFUSE. . . .5 AUTRE . . . . . . . . . . 6 (PRECISER) * Codes: Mî~re: 90; Autres membres du m~-~ge: 91; Autres personoes: 92, 282 OBSERVATIONS DE L'ENQUETRICE (A remplir après l 'ach~vement de l'interview) Commentaires sur l'enquétée: Commentaires sur des questions particuliéres: Autres commentaires: OBSERVATIONS DU CHEF D'EQUIPE Nom du chef d'équipe: Date: OBSERVATIONS DU CONTROLEUR(SE) 283 INST ITUT NAT IONAL DE LA STAT IST IQUE COTE D ' IVOIRE MIN ISTERE DELEGUE AUPRES DU PREMIER MINISTRE, CHARGE DE L 'ECONOMIE , DES F INANCES ET DU PLAN ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE QUEST IONNAIRE HOMMES IDENTIF ICAT ION NOM DU DEPARTEMENT NOM DE LA SOUS-PREFECTUNE D ISTR ICT DE RECENSEMENT N ° DE LA GRAPPE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . N ° DE LA STRUCTURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . N « DU MENAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . URBAIN/RURAL (urbain=l, rura l=2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GRANDE V ILLE = i PET ITE V ILLE = 2 CAMPAGNE = 3 NOM DU CHEF DE MENAGE NOM ET NUNERO DE L IGNE DE L 'HOMME ENQUETE V IS ITES DE L 'ENQUETEUR 1 2 3 I V IS ITE F INALE DATE NOM DE L 'ENQUETEUR RESULTAT* PROCHAINE DATE I V IS ITE: HEURE :::::::~::::::::: . ::::::::::::::::::::::::::: ::::::::::::::::::::::::::: JOUR MOIS ANNEE NOM RESULTAT NOMBRE TOTAL DE V IS ITES *CODES RESULTAT: 1 ENT IEREMENT REMPLI 2 PAS A LA MAISON 3 D IFFERE 4 REFUSE 5 PART IELLEMENT REMPL I 6 INCAPABLE DE REPONDRE 7 AUTRE (PRECISER) LANGUE DE L ' INTERVIEW UN INTERPRETE A ETE UT IL ISE POUR L ' INTERIV IEW OUI I I NON [ I NOM DATE :CONTROLE TERRAIN CONTROLE BUREAU SAISI PAR . [ 285 SAIS I~pAR[ $ECTIC~ 1. CARACTERISTI~JES SOCIO-OENOGRAPH]~UES DES EI~UETES PASSER M" | QUESTIONS ET F ILTIES | COOES I A ENREGISTRER L'HEURE 102 I En ~L mois e t cNelLe |n r~e t tes -v¢~m r~ ? :',~',~~I:IIIIIIIIIIIIIIIIII~ MSP MOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9B ANNEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP AMNEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 '°3 I ' " ' v~ '* v - ' v°* r "*°"* - 'v ' * "*" ~1 ACtE EN ANNEES REVOLUES . . . . . C(]NPARER ET CORRIGER 102 ET/OU 103 SI IN~MPATIBLES 104 I Avez -vous f r~ue~t , t ' /~cote ? OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2- -» 108 PR]NAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 10~ guet es t le p lus haut n iveau sco l , i re que vo~ svez i t te în t : p r imn l re , post p r i~ i re , seconda l re Ou SECONDAIRE 1ER CYCLE . . . . . . . . . . . . 2 supl! r i eur ? SECONDAIRE 2ENE CYCLE . . . . . . . . . . . 3 ~UPER l EUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~, 106 ~l le est ta dern iè re (CLASSE, ANNEE) qAJe vOUS avez I - -~ i chev~e avec $~c~s & ce r~ivesu ? • CLASS E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L~ I qUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 107 AVeZ-vous te rmi r~ te n iveau (pr i~v~i re , post p r lmBi re , seconda i re , supér ieur ) ? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 108 O~[ es t vot re t reva i t p r i r~ ipat ? rF~ 109 Oue l le es t vot re re l ig ion CATHOLIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 pROTESTANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ISLAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 TRADIT]ONMELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 SANS RELIGION . . . . . . . . . . . . . . . . . . S AUTRE 6 (PRECISER) 110 O~ælle e~t vot re e thn ie? (PREEISER) 111 Nminter~nt je voudra îs vous po le r des ¢~est lons ~ propo~ du ~r iege: OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Etes -vous act~â~llement mar i~ ou v lvez -vous ac tue l - lement e~ un iæ mvec une fe~~ ? Noe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~t l& 112 C¢411bî(.n d,6p0uses/femmes avez-vo~m 8¢t~[L~t ? "--RE . i~ [ • CODES pOUR O. 106 NIVEAU CLASSE : 1• PRINAIRE ~ CP1 = 01~ CP2 • OZ. CE1 = 03. CE2 = 0~., £N1 = 0% CN2 = 06: 2 - SECONDAIRE [ ~ 6¢,me • 01~ 5~ue . 02, 4~11e = 03, 3#,rae = O&; 3 • $ECOqDAR]E 11 ~ 2nd • 01, 1er • 02; Terminer = 03; &= S~PERIEUR ~ 01, OZ* 0 ] , 04, e tC . B• NSp ~ 98 F l16 286 N" I QU£STIOKS ET FILTIttS 114 | Avez*vc, JS ~t~ 114rll~ ? I PASSER CflO£S I A OUI. . . . . . . . . . .1 I I 115 Etel-vous veuf r dlvor¢l~ ou e~oorl ? VEUF. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l S E P A R E ' 3 0 1 V O I ~ C L .2 I v 118 I [ ou des partenaîreCe ~nt,tout ? avez'v°USocceslonnet tes OU pas de parter, mlre une I°4rt~ire rîguLl~re, tJr~ PAS çARTENAIREOCCkSIONIIELLE$'DE UNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PARTENAIREsREGULIERE. .1.3 I)Es 119 J Avez -vous d ' tmfants ? NON, . , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , . 4 , . . . . . . . , . . i . . I . . . . . . oe l 21 ~ 201 287 SECTION Z: COIITRACEPTION 011 N l Jn ten i~nt ' Je voudra is voua perk~lr d~ la pL le l f l c i t lon fæ•L i l l l - Les d~f f~re~ts moyens ou i I~thodes qu+~ co~pte I~ut u t î l i se r pour re tarder ou i~y( ter ~ gPo~laqSl l , De g t~ l t l l l oy f l ~ m~th(~es avez-vou~ enterld~J par le r? ENCERCLER LE CC~E I DANS 202 P~ CNAOUIE METN(X)E NEMTIOMNEE D'tPdE MANIERE SPONTAMEE. PUiS CONTINUER LA COLONNE EN LISANT LE NO~ ET LA OE$CR%PT]ON DE CNAOUE MIîTNOOE II011 Iq£NTIO(4NEE SPONTANEM~NT, ENCERCLER LE ~E 2 SI LA METHOOE EST ~ECONMU(, ET LE CODE I l SI NON RECOMNUt~, PUIS~ POUR CHACKJE METNOOE AYAN] tlE CODE 1 OU Z ENCERCLE DANS 202, ~EM 203 AVANT DE PASSER A LA NETNOOE SUIVANTE+ 01J PILULE La i f~s peuv¢,nt pret'~lre une p i tu te to~î~ te l j ours . 02• DIU Cer t l lne= femmes ont un s t l r f (e t ou un d i spos i t î f in t raut6r in q~e Le m~decln ou t~ in fer lml&re Leur p lace danm t 'u têr~. O• IN JECT I~$ Cer ta l r~.s fms reÇofvent u~e in jec t ion per un m~de¢in OU une în f i rmi~re pour ~v i te r de tomber ence in te pendant p lus ieurs mois . O• INPLANT çer t l i r~s fmB l e fo~t î~s~Per I~IS I~t l t s I~ton~ttes I~lns le b rss , a~ l a peau, Le~~FJelLe9 les mp~chent d l svo~r des grossesseB pend~nt p tus ieur l~es O•J DIAPHRAGI4E/M(XJSSE/GELEE Cer ta iP~s femmes se met tent + [« in t+P ieur disphrsgme+ des compriml~s e f fe rvesce~ts , de la ge lée ivant d~Bvo î r d~$ ra~rts sexu~[~ CONDO~ Cer ta ins hommes ~t t~t un Cond~ (capote ang la î se ) pendant tes ropp~rts sexuets . 071 STERILISATIO# FENIN[NE Certnlr~e~ femmes - - I sub issent une op~rat ionpour r~ptus avo i r d«enfa~t~ •J STERILISATIOMMASCULINE Ceeta ins ho~a sub issent ~~e opérat ion pour r~e p lus avo i r d+enfants . •l CONTINENCE PçRIOOIGUIE Cer ta lns coup les ~v i tent d«avo i r de~ rappor t~ aexIJ4~ts cer ta~n l joura du cyc lependant tesq~JeL~ 18 femme est p lua sumcept ib [e de deven i r eoEo ln te , 101 RETRAIT Cer ta îns hommes font a t tent ion et se re t t rent avant ( '~ jacuLat lon . 1• AUTRES îqETIK~OES? Avez-votm entendu par le r d taut re l l l eyen l OU ld thodeml lR îedes fmi ou des hom~t peuvent u t i l i se r pour ~v i te r ta g rosses le? 202 Awz-v~;s d4 j& ~tendu per le r de (NETH~E) ? LIRE LA DESCRIPT%ONDE CNA~JE NETNOOE. O01/St~TANE . . . . . . . . . . . . . . . 1 GUI/OESCRIPTIOM . . . . . . . . . . . . 2 I(Oq . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 OUT/SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI/DESCRIpTION . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3] OUI/SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI/DESCRIPT IOt~ . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3] v OUI/SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OU I/DESCR I PT ] ON . . . . . . . . . . . . . î~ NO, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . : . . .~] OUI/SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . 1 QUI/9ESCRIPI lON . . . . . . . . . . . . 2 NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 I . . . . . . . . . . . . v OUI /SPONIANE . . . . . . . . . . . . . . . 1 QUI/DESCRIPTIO~ . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3~ v - - OU]/SPONTAME . . . . . . . . . . . . . . . I OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 OUI /SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . I v OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3~ OUI/$PONTANE . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . MON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 OUI/SpoNTANE . . . . . . . . . . . . . . . 1 QUI/DESCR [ pT EON . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 . . . . . . . . . . . . . v OUI/SPONTAN[ . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 203 Avez-vous d~jk u t i l l s l (k~ETflOOE) Vot re (~os) fm( t ) a - t -e lLe (o~t -e l le$) d~j& ut i l l l~ tm ~iLuLe ? OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 k~fl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z v vot re (vos ) fm(s ) =- t -eL te (ont -e lLes ) d~j l u t l l l s l * te s t~r J Let OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Vot re (vos ) femme(s) l e t *e l le (ont -e r res ) d+j+ ut i l i se t ' in jec t ion ? OUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Vot re (vos ) femme(s) l - t -e l le (ont -e lLes ) ~j+ ut tL i s t [ ' impt ant ? oe l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Vot re (vos ) fm(s l a - t -eL le (ont eLLes) déj& ut i L i s6 ~e d iphrsgmen OU I l r~~ssl* ? OUi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 OU] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Vot re (vos ) fem~( I ) i - t -e t le (ont -a tLas ) eu une op~rat io~ p~J¢ rie p lus avo i r d 'en fants ? OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 MC#4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Avez vc~J$ sub i une op~'rat i¢~ pour ne p tus avo i r d+er l f l ln t$ ? OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ¢ OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 AVeZ-VO~ mJ vot re (vo l ) femme(s) d4+j+ ut i l i s l (NETHOOE) (PRECISER) 2 (PR£CISER) AU NO%MS UN «OUI" - - (A UT IL ISE) OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 N~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 N~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 • PASSER A 207 288 PASSER N e CAJESTIONS ET FILTRES COOES I A 2C15 Avez -vous j~ in u t î [ i s~ ou çss lyé un æ'~~ Q~ue~co~ OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I pour re tarder ou tv t te r une grossesse ? I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z I I~!l[l![i!!![ Il 206 Ou 'ævez-vous fa i t oe u t î l i s / - ~ 7 . I = : , , , . . . . . . . . . . . ~:=.:, ~ , , , , [H C(~~IIIGEE 203 , ~0/% ~0~ (ET ~0~ $1 MECE$~uk]RE) m!!! !!!~ i m:mmmll!it!li ! ! ! m!! !!!!!!Et!lE! m~~:~ "l~mN mmm~~~~m~~ ~iwmmmmm i mm[t t~ mmm ~ r~ ze 207 En ce ~~ll~nt, vomis ou vot re (vos ) 4@4X3B~NI(=)/fI~I~le(S) OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 J f l i tm~-vous que(ques~ cho~e ou u t i~ i |ez -vou= une I I~thc~e pour ~v i te r u r~ grossesse ? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~ 209 208 Qol tLe ~thode ut i L i sez -vo~s ? P [ tULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 - - D IU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 02 IN JECT I~$ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 INPLAMI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 04 D[APHRAGNE/K(3tJSSE/GEL~E . . . . . . . 05 CO~~DON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 06 STERILISATIO~d FEMIM[NE . . . . . . . . 07 5T~RIL [SAT]~ MASCULINE . . . . . . . 08 CONTINENCE PER[OOIOUE . . . . . . . . . 09 RE~RA]T . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 AUTRE 11--- (PRECISER) * 212 I 209 Avez -vous , vous ou vot re (VOS) ( *po4 Jsee(s ) / fm(s ) , J C(JI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 t * in tent lon d 'u t i t i se r t~e ~thode pour / *v i re r ~e I grossesse dan~ ~Javen î r ? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~ 21~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 ~ Z12 ï~lO Que l le ~thode pr /~f~rer iez vous u t i l i se r ? 211 O~((e es t la p r i r~ ipa[e ra i son pour [~ue l le vou~ n~avez pas I~ in tent i~n d*ut i ' i se r u¢~ I~th¢~e ? PILULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 - - O[U . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 02 INJECT[ONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 INpLANI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 04 D [ APHRAGT4E/MOUSSE/GE LEE . . . . . . . 05 CONDO~4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 06 SIER] L ISAT EON FEN] t4 [ NE . . . . . . . . 07 STER[L[SATION MASCULINE . . . . . . . 08 CONTINENCE PER [001PA)E . . . . . . . . . 09 RETRAIT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 AUTRE 1~ {PREC[SER) PAS SURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 - -~ VEUT DES ENFANIS . . . . . . . . . . . . . . O1 MANQUE DI I NFORMAT [ ON . . . . . . . . . . OZ PARTENAIRE DESAPpROUVE . . . . . . . . 03 COUT TROP ELEVE . . . . . . . . . . . . . . . 04 EFFETS SE CC~II~A I RE $ . . . . . . . . . . . . 05 PROBLEMES DE SANIE . . . . . . . . . . . . 06 DIFF[E[LE A ~tEN[R . . . . . . . . . . . 07 RELIGION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . OB O~POSEE A LA PLAN[F , FM4IL[ALE 09 FATAL IST[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 AUTRES pERSONNES DESAPPROUVENT ~1 gAPpoeTS SEX, PEU FREOUENTS. 12 D[FFICULTE A TONRER ENCEINTE. . 13 MENOPAUSE/SIER I L [ SEE . . . . . . . . . . 14 PAS C Oie100 E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 NON MAR[EE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 AUTRE - - 17 (PREC[SER) NSp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 212 J E te l -vous pour Ou c~tre I~ d i f fus io~ d* in fo rnmt ion sur L te p lan i f i ca t ion femi l iB (e ~1 la reedio ou ~k La té [ê - v i s ,on ? POUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 CONTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 • 212 289 |ECT ION3: PREFERENEE| EN IIAT]EIE OE FECONOITE PASSER 302 VOtJdr(ez-vous ivo l r un (d=autres) ~f l~t (s ) ou pr~f~r l re lez voü~ ne pae avo i r d ' ( lu t re l ) I~ fa~t (s ) ? AVOIR UH (AUTRE) EHFAHT . . . . . . . . 1 PAS D'AUTRE/AUCUN . . . . . . . . . . . . . . Z DIT QUE SA FEI4~ NE PEUT PAS TOMBER ENCEIHTE . . . . . . . . . . . . 3 OIT ~U' IL NE PEUT PAS/PLUS AVOIR D«ENFANT . . . . . . . . . . . . . PAS DEC]DEE OU MSP . . . . . . . . . . . . . ,0, , - - des, ° , . co , , .v~ vo , r . (~ . , - , . ) , i ~ . , _ , . ) qu n - - . ° - - s ~ vu - - . . . vo , ? .ON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ '1 30/' Cælen de fo i s Dvez-vous par(l~ I re : vot re(vos) JAHA[S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 J ~oouee(e)/ ferme(s) de ce su je t lu cours de I lannêe I dern ière ? UNE OU DEUX FO[S . . . . . . . . . . . . . . . . 2 PLUS SOUVEKT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 305 Pl~~lez-vous ~ vot re (vos ) ~ 'pouse( l ) / fm(s ) MEME NONBRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 souha i te (n t ) avoir te m~ nombre d~enf ln ts ¢~e VOUS, en veut (veu lent ) daventllge o~ æins que PLUS D'ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 vou l ? NOTNS O~ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . ] NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 306 Pensez-vous que vot re (vos ) ( *po , J se (s ) / fm(s ) OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I~oç~~ve(nt) [es coqP[es qui u t i l i sent un~ ~thode pour ~vi ter ur~ r*aissa~e? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 30? I Aprh t 'accouchement , combien de t m un couptedevrn i t | NOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I J - i l i t tendre evant de reprendre le~ rapports I SOXtRIs? ANNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z AUTRE . . . . ~6 (PREC]SER) 308 | U~~ II~pe devra i t -e l le atter ldre (~*e l le I lS compL~temer~t | ATTENDRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I er r4t6 d~ot (a i te r ev~t de reprer~dre Les rapports I sexueLs ou cela n 'a pas d' i~¢ort lm¢e? PAS D'[MPC~~TANCE . . . . . . . . . . . . . . . . 2 309 I En ~~r~rnL, a l :~rouvez-vous tes coup les ~ î u t i L i sent OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I une m~thode pour ~v l te r te grossesse? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 310 VERIFIER 119")20 ET COCHER LA CASE: pAS O~ENFANTS VIVANTS [~ SI VM pouvte¢ cho îs i r exacte~~t¢lt le l~re d~enfants î I vo J r dLJrant t¢~Jte vot re v ie , combll¢~ voudriez+vous 1fl I¥oJp en Cour? A DES ENFANTS VIVAHTS Si VU !>~JVieZ recomq'~~~cer b par t i r de tl~poque ou vous n 'av iez pas d ,enfants et si vou~ pouviez cho is î r exacte- ~t te P~re d,e~fents & avo i r ~r l ln t t cure Votre Vie, combi~ voudpiez-vous en avo i r en tout? ENREGISTRER UN SEUL NONgRE OU AUTRE IEPONSE. NOMBRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AUTRE REPONSE (PRECISER) 290 SECTION &. CONNAISSANCE ET ATTITUDES VIS A ViS OU SIDA I N i In t lml~t , je vo~dr i i s vous po la r quetqu*a 40~ ¢ lunt{oc . l sur un su je t t rEs Impor ter , Avez -vo~ entendu p I r te r d'um~ w41Mle ~ lde SIOA ? [ OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 40Z Par qu i ~ avez-vou~ ent¢t ldu f )~rter ? INSCRIRE TOUT CE QUI EST CITE EPOUSE/PARTENAIRE . . . . . . . . . . . . . . . A AGENT DE SANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . R RADIO/TELEVISION . . . . . . . . . . . . . . . . C JOURNAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0 N41(E)/PARERT(E)/VOISIN(E) . . . . . . AEFIC#ES/CAî~PAGNES.PUBLICIT . . . . . AUTRE (PRECISER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . /.03 AVtZ-VOU6 ~jR mgalst~ ~ des confEr lmces Ou ~ des = OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . car.maries cc«er rmnt te SIDA ? I NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 404 A vot re av is , c0ml~nt pe~Jt*On a t t raper le SIOA ? INSCRIRE TOUT CE OUI EST C]TE 140'A I VOIR 40& : [~ RELATIONS SEXt~ELLES ONT ETE MENTIONNEE 405 Par l~JeLs types de re~st ions sexue•Les pe~Jt-On a t t r l~>er le S]OA ? INSCRIRE TOUT CE QUI EST CITE RELATIONS SEXUELLES . . . . . . . . . . . . . . A TRANSFUSIONS DE SANG . . . . . . . . . . . . . g UTILISATION DE SERINGES ET AIGUILLES NON-STERIL[SEES,. , . ,C DE LA MERE A tqENFANT . . . . . . . . . . . . 0 MANGER DANS LA NENE VR[SSELLE OUIUN SIOEEN . . . . . . . . E PORTER LES VETEMENTS D~UN $]DEEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F NOUST]G4JES/PIQURES D*[NSECTES., .G AUTRE H (PREC[SER) N$P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l RELATIONS SEXUELLES N~ONT PAS ETE NENT[ONNEE ~/ AVEC LE CONJOINT . . . . . . . . . . . . . . . . . A AVEC DES PRO$TITUEES . . . . . . . . . . . . . C RELATIONS HOMOSEXUELLES . . . . . . . . . . D RELATIONS OCCA5SIONELLES . . . . . . . . . E AUTRE F (PRECTSER) N$P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G /*06 | A vot re av i ' l , es t -ce cN~une femme at te~r l te du SIDA OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 | I pe~Jt donner naissasr¢e R Un b~b~ at te in t du S]DA ? I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 407 A vot re av is , es t -ce q~tur~ persor~~ qui il l e microbe OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I du SIDA dans Le corps peut pere l t re de bor¢m santE I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] 40e A vot re av is , es t -ce qu 'une personPR qAJ~ es t a t te in te OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 du SlOA peut ~t re guér ie ? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ;~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 '1 ~,406 I 291 1.09 A vot re av i s . (:FJe f l l u t - i L fa i re pour Jv t te r d=attrœelPer te $1DA ? INSCRIRE TOUT CE oe l EST C ITE UT IL ISER DES PRESERVAT[F$ . . . . . . . . A AVOIR UN SEUL PARTENAIRE . . . . . . . . . B NE PAS ALLER AVEC PROST[TUEES. , , .C S 'ABSTENIR DE REL. SEXUELLES. . . . ,D NE PAS UT IL ISER SERINGUES OU A IGU[LLES NON STERIL I$EES , . , ,E EVITER TOUT CONTACT AVEC LES SIDEEW$ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F NE PAS TOUCHER OU SANG CI3NTANINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G AUTRE H (PREC]SER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 410 411 A c luo i reçonnmi t - (x~ un maLade a t te in t du SIOA ? INSCRIRE TOUT CE gU I EST CITE A vot re av i s , que do i t -o r~ faire ~S ml l lades a t te in ts du$1DA ? &12 | E$t -ceque vous conr~issez ou v~J$ Bvez ¢or~œJe /qu '~ I ~i • O~ a~Ji ava î t Le S]DA ? 413 O(J ~~l t -~ 'on peut obten i r d ' in fo rmmt ion sur [es moye~ d~. prevenir te S]DA ? IeSCt lME TOUT CE OUI EST CITE 1,14 O~ es t* ( ; , J ' onpeut se f s i re des tes ts pour savo i r s i on e le S IDA ? INSCRIRE TOUT CE QUI EST CITE A~Æ[GR]BSEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A D I~RRHEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B V(]I4]SSEMENTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C çRISSONB ET FIEVRE . . . . . . . . . . . . . . . D ANALYSE DE SANG . . . . . . . . . . . . . . . . . . E 1ACHES SUR LA pEAU, BOUTONS . . . . . . r TOUX PERSISTANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . G AUTRE H (PRECISER) WSp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] LES ENVOYER A LqHOPlTAL . . . . . . . . . . 1 LES GARDER A LA MAISON . . . . . . . . . . . 2 LES ISOLER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 AUTRE (PRECISER) NBp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . SECTEUR PUBLIC HOPITAL PUBL[C . . . . . . . . . . . . . . . . A CENTRE DE SANTE/PM[ . . . . . . . . . . . B SECTEUR MED]CAL PRIVE CL IN[OUE/ I~FERNERIE PR]VE . . . . .C PHARNAC[E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D AUTRE SECIEUR PRIVE RAO[O/ IELEVIS ION/ JOURNAUX . . . . . . E ANIS /PARFNTS/PARTFNA]gES . . . . . . F AUTRE G (PREC]SER) N~p . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . H SEEIEUR PUBL]C HOP[TAL PUBL[C . . . . . . . . . . . . . . . . . A CENTRE DE SANTE/PN[ . . . . . . . . . . . . B SECTEUR NEDICAL PRIVE CLIWIQUE/]NFERMERIE PRIVE . . . . . . C PHARMAC[E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . O AUTRE E (PRECISER) NSp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F 292 4SiAv v~° ' r ~ . o r . . . - - - -2 I ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ,422 416 I L° r ' des reL ' t ' °n ' "x~lL" que v°ue 'v ' z eu ces 2 d e r n i e r . mois, . v . z -v~Js u t i L , s , de l cJd¢lnJ ? J oUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1621 617 Lx avez-vous u t l t i sAs i chllqLJe fo i s . per fo I s OU A CNAOUE FOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I t i re t ? I PARFOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 RARENENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 418 Pourquoi 8vez-vous u t i l i sa ces c ~ ? INSCRIRE TOUT CE OUI EST CITE EVITER UNE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . A EVITER #ALADIES SEXUELLES . . . . . . . . R EVITER $]OA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C AUTRE D (PRECISER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E 619 où vous 6tes-vous prc~curE tes condoms ? SECTEUR PUBLIC HOPITAL PUBLIC . . . . . . . . . . . . . . . . 11 CENTRE DE SANTE/PNI . . . . . . . . . . . lZ SECTEUR NEOICAL PRIVE CLINIQUE/INFERNERIE PRIVE . . . . . 21 PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 AUTRE SECTEUR PRIVE ROUTIOUE/TABLIER/SUPERNARCNE.31 HOTEL/NAOU[S/BAR/OANC]NG . . . . . . 32 ANIS/PARENTS/PARTENAIRES . . . . . . 33 AUTRE «1 (PREC[SER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 420 auetLe est Le marque des condoms que vous u t i l i sez ? J PRUOEHCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I SULTAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 AUTRES 3 (PRECISER) 421 Avec combien de psr tena i res evez-vo~e~ eu des reLet ions sexue( les ces 2 dernîePs mois ? INSCRIRE LIHEURE DE FIN D'ENTRETIEN .--RE . Fç]l AVEC MARI/CONJOINT OU PARTENAIRE UNIQUEMENT . . . . . . . . . 95 PLUSIEURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 293 Personne enquét~: OBSERVATIONS DE L 'ENQUETEUR (A remplir après achèvement de l ' interview) Quest ions sp6cif iques: Autres aspects: Nom de l 'enquétrice: Date: OBSERVATIONS DU CHEF D'EOUIPE Nom du chef d'équipe: Date: QBSERVATIONS DU CONTROLEUR{SE) Nom du contr61eur(se) : Date: 294 Pages préliminaires Indicateurs du sommet mondial pour les enfants Títre Citation recommandée Table des matières Liste des tableaux Liste des graphiques Préface Remerciements Sigles et abréviations Carte de Côte d'Ivoire Chapitre 01 - Caractéristiques du pays et méthodologie de L'enquête Chapitre 02 - Caractéristiques des ménages et des enquêtés Chapitre 03 - Fécondité Chapitre 04 - Planification Familiale Chapitre 05 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse Chapitre 06 - Préférences en matière de fécondité Chapitre 07 - Santé de la mère et de l'enfant Chapitre 08 - Allaitement et état nutritionnel Chapitre 09 - Mortalité des enfants Chapitre 10 - Mortalité maternelle Chapitre 11 - SIDA Références Annexe A - Personnel de L'EDSCI Annexe B - Plan de sondage Annexe C - Erreurs de sondage Annexe D - Tableaux pour l'évaluation de la qualité Annexe E - Questionnaires Questionnaire - ménage Questionnaire - femme Questionnaire - hommes Questionnaire - sur la disponibilité des services

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.