Enquête Démographique et de Santé du Gabon 2012

Publication date: 2013

Gabon Enquête Démographique et de Santé 2012 G abon 2012 Enquête D ém ographique et de Santé RÉPUBLIQUE GABONAISE - Union - Travail - Justice - ------- Ministère de l’Économie, de l’Emploi et du Développement Durable Ministère de la Santé ------------------- ENQUÊTE DÉMOGRAPHIQUE ET DE SANTÉ 2012 Direction Générale de la Statistique, Libreville ICF International, Calverton, Maryland, USA Avril 2013 Les personnes suivantes ont participé à l’analyse des données de l’EDSG-II et à la rédaction du rapport : Jean Pierre Zima Méfé, Jean-Noël Biyogo Obame Daniel Edjo Mvé Serges R. Maganga Dieu-donné Paul Moudjigui Hélène Bengobsame Arnaud Engozogho Flavien Bé Aba’a Nina Emeline Mboumba Roland Bakita Wilfried Mendame Mvé Patricia Ghislaine Etome Thomas Daquin Bivéghé Dr Diarra Aïchata Sako Pélagie Koubi Rosine Angue Ella Nicole Ntsame Ondo Jeannine Laure Bakenda Noël Moussavou Florence Bikoma Dr. Armel Mintsa Ndong Olga Zang Toung Jean Martin Ndong Missang Bernard Barrère Monique Barrère Ce rapport présente les principaux résultats de la deuxième Enquête Démographique et de Santé du Gabon (EDSG-II). L’EDSG-II a été réalisée au Gabon de janvier à mai 2012 par la Direction Générale de la Statistique (DGS), Ministère de l’Économie, de l’Emploi et du Développement Durable, en collaboration avec le Ministère de la Santé. L’EDSG-II a été financée par le Gouvernement du Gabon, avec l’appui financier du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), du Fonds Mondial pour la lutte contre la tuberculose, le VIH/SIDA et le paludisme (GFATM), du Programme Commun des Nations Unies pour le VIH/sida (ONUSIDA) et de la Banque Africaine de Développement. D’autres institutions ont également apporté leur expertise à l’exécution de cette opération, en particulier le Laboratoire National de Santé Publique pour la réalisation des tests du VIH. En outre, l’enquête a bénéficié de l’assistance technique d’ICF International par le biais du programme DHS dont l’objectif est de fournir un support et une assistance technique à des pays du monde entier pour la réalisation d’enquêtes sur la population et la santé. Pour tous renseignements concernant l’EDSG-II, contacter la Direction Générale de la Statistique (DGS), BP 2119, Libreville, Gabon. Tel: (241) 01 72 04 55. Fax: (241) 01 72 04 57, Internet: www.stat-gabon.ga Pour obtenir des informations sur le programme DHS, contactez ICF International, 11785 Beltsville Drive, Suite 300, Calverton, MD 20705, USA; Téléphone: 301-572-0200, Fax: 301-572-0999, E-mail: reports@measuredhs.com, Internet: http://www.measuredhs.com. Citation recommandée : Direction Générale de la Statistique (DGS) et ICF International. 2013. Enquête Démographique et de Santé du Gabon 2012. Calverton, Maryland, et Libreville, Gabon : DGS et ICF International. Table des Matières • iii TABLE DES MATIÈRES Page Liste des tableaux et des graphiques . ix Remerciements. xvii Préface . xix Sigles et Abréviations . xxi Indicateurs des objectifs du millénaire pour le développement . xxiii Carte du Gabon . xxiv CHAPITRE 1 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS ET PRÉSENTATION DE L’ENQUÊTE 1.1 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS . 1 1.1.1 Situation politico-administrative . 1 1.1.2 Situation géographique . 2 1.1.3 Situation démographique . 2 1.1.4 Situation socio-économique . 2 1.1.5 Politiques et stratégies de développement . 3 1.2 MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE . 5 1.2.1 Cadre institutionnel . 5 1.2.2 Objectifs de l’EDSG-II . 5 1.2.3 Échantillonnage de l’enquête . 6 1.2.4 Questionnaires de l’enquête . 7 1.2.5 Test d’hémoglobine et du VIH . 8 1.2.6 Formation des personnels de collecte . 9 1.2.7 Collecte des données de l’enquête et couverture de l’échantillon . 10 1.2.8 Traitement des données de l’enquête . 11 CHAPITRE 2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES 2.1 CONDITIONS DE VIE . 13 2.2 CARACTÉRISTIQUES DE LA POPULATION DES MÉNAGES . 19 2.3 NIVEAU D'INSTRUCTION ET FRÉQUENTATION SCOLAIRE . 21 CHAPITRE 3 CARACTÉRISTIQUES DES FEMMES ET DES HOMMES ENQUÊTÉS 3.1 CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES DES ENQUÊTÉS . 27 3.2 NIVEAU D’INSTRUCTION PAR CARACTÉRISTIQUE SOCIODÉMOGRAPHIQUE . 30 3.3 ALPHABÉTISATION . 33 3.4 CARACTÉRISTIQUES DIFFÉRENTIELLES DES COUPLES . 35 3.5 EXPOSITION AUX MÉDIA . 36 3.6 ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE . 38 3.7 COUVERTURE MÉDICALE . 44 iv • Table des Matières 3.8 CONSOMMATION DE TABAC . 44 3.9 CIRCONCISION . 47 CHAPITRE 4 ÉTAT MATRIMONIAL ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE 4.1 ÉTAT MATRIMONIAL . 49 4.2 POLYGAMIE . 51 4.3 ÂGE À LA PREMIÈRE UNION . 54 4.4 ÂGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS . 56 4.5 ACTIVITÉ SEXUELLE RÉCENTE . 58 CHAPITRE 5 FÉCONDITÉ 5.1 NIVEAUX DE LA FÉCONDITÉ . 64 5.2 TENDANCES DE LA FÉCONDITÉ . 67 5.3 ENFANTS VIVANTS ET ENFANTS SURVIVANTS . 69 5.4 INTERVALLE INTERGÉNÉSIQUE . 70 5.5 EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE . 72 5.6 ÂGE À LA PREMIÈRE NAISSANCE . 75 5.7 FÈCONDITÉ DES ADOLESCENTES . 76 CHAPITRE 6 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ 6.1 DÉSIR D’ENFANTS SUPPLÉMENTAIRES . 79 6.2 NOMBRE IDÉAL D'ENFANTS . 82 6.3 PLANIFICATION DE LA FÉCONDITÉ . 85 CHAPITRE 7 PLANIFICATION FAMILIALE 7.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPTION . 90 7.2 UTILISATION ACTUELLE DE LA CONTRACEPTION . 92 7.3 SOURCES D’APPROVISIONNEMENT EN MÉTHODES CONTRACEPTIVES MODERNES . 95 7.4 CHOIX DE LA MÉTHODE ET INFORMATION . 96 7.5 CONNAISSANCE DE LA PÉRIODE FÉCONDE . 97 7.6 BESOINS EN MATIÈRE DE PLANIFICATION FAMILIALE DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION . 98 7.7 UTILISATION FUTURE . 100 7.8 EXPOSITION AUX MESSAGES SUR LA PLANIFICATION FAMILIALE . 101 Table des Matières • v 7.9 CONTACT DES NON UTILISATRICES DE LA CONTRACEPTION AVEC DES AGENTS DE PLANIFICATION FAMILIALE . 102 CHAPITRE 8 AVORTEMENT 8.1 NOMBRE D’AVORTEMENTS SUR LA DURÉE DE VIE . 103 8.2 ÂGE AU PREMIER AVORTEMENT . 105 8.3 STADE DE LA GROSSESSE AU MOMENT DE L’AVORTEMENT . 107 8.4 DÉCISION DE L’AVORTEMENT . 108 8.5 RAISON DE L’AVORTEMENT . 109 8.6 PROCÉDURE D’AVORTEMENT . 111 8.7 LIEU OÙ A ÉTÉ EFFECTUÉ L’AVORTEMENT . 112 8.8 ASSISTANCE À L’AVORTEMENT . 113 8.9 COMPLICATIONS APRÈS L’AVORTEMENT . 114 8.10 COÛT DE L’AVORTEMENT . 114 CHAPITRE 9 SANTÉ DE LA REPRODUCTION 9.1 SOINS PRÉNATALS ET VACCINATION ANTITÉTANIQUE . 117 9.1.1 Soins prénatals . 117 9.1.2 Vaccination antitétanique . 123 9.2 ACCOUCHEMENT . 124 9.3 SOINS POSTNATALS . 129 9.4 PROBLÈMES D’ACCÈS DES FEMMES AUX SOINS DE SANTÉ . 135 CHAPITRE 10 SANTÉ DE L’ENFANT 10.1 POIDS À LA NAISSANCE . 137 10.2 VACCINATION DES ENFANTS . 139 10.3 MALADIES DES ENFANTS . 146 10.4 CONNAISSANCE DES SACHETS DE SRO . 155 CHAPITRE 11 ÉTAT NUTRITIONNEL DES FEMMES ET DES ENFANTS 11.1. ÉTAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS . 158 11.2. ALLAITEMENT MATERNEL ET ALIMENTATION DE COMPLÉMENT . 164 11.3 TYPE D’ALIMENTS CONSOMMÉS PAR LES JEUNES ENFANTS . 169 11.4 PRÉVALENCE DE L’ANÉMIE CHEZ LES ENFANTS . 171 11.5 CONSOMMATION DE MICRONUTRIMENTS PAR LES ENFANTS . 172 vi • Table des Matières 11.6 ÉTAT NUTRITIONNEL DES FEMMES . 176 11.7 ANÉMIE CHEZ LES ADULTES . 178 11.8 CONSOMMATION DE MICRONUTRIMENTS PAR LES MÈRES . 180 CHAPITRE 12 PALUDISME 12.1 SITUATION ET STRATÉGIE DE LUTTE CONTRE LE PALUDISME AU GABON . 184 12.2 LUTTE ANTIVECTORIELLE . 184 12.2.1. Utilisation de moustiquaires par les femmes enceintes . 192 12.3 TRAITEMENT PRÉVENTIF ANTIPALUDÉEN AU COURS DE LA GROSSESSE . 193 12.4 FIÈVRE ET TRAITEMENT ANTIPALUDÉEN DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS . 195 12.5 NIVEAU D’HÉMOGLOBINE . 198 CHAPITRE 13 MORTALITÉ DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS 13.1 MÉTHODOLOGIE ET QUALITÉ DES DONNÉES . 199 13.1.1 Méthodologie . 199 13.1.2 Évaluation de la qualité des données . 200 13.2 NIVEAUX ET TENDANCES . 201 13.3 MORTALITÉ DIFFÉRENTIELLE ET GROUPES À HAUTS RISQUES . 204 CHAPITRE 14 MORTALITÉ ADULTE ET MORTALITÉ MATERNELLE 14.1 ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES . 213 14.2 ESTIMATION DE LA MORTALITÉ ADULTE . 215 14.3 ESTIMATION DE LA MORTALITÉ MATERNELLE . 216 CHAPITRE 15 CONNAISSANCE, ATTITUDES ET COMPORTEMENTS VIS-À-VIS DU VIH/SIDA ET DES IST 15.1 CONNAISSANCE DU VIH/SIDA, DES MOYENS DE PRÉVENTION ET DE TRANSMISSION . 220 15.2 STIGMATISATION ENVERS LES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH . 227 15.3 OPINIONS CONCERNANT LA PRÉVENTION DES IST ET DU VIH . 230 15.4 RAPPORTS SEXUELS MULTIPLES ET UTILISATION DU CONDOM . 232 15.5 TEST ANTÉRIEUR DU VIH . 239 15.6. INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES . 243 15.7 PRÉVALENCE DES INJECTIONS MÉDICALES . 245 15.8 LES JEUNES DE 15-24 ANS ET LE VIH/SIDA. 247 Table des Matières • vii CHAPITRE 16 PRÉVALENCE DU VIH ET FACTEURS ASSOCIÉS 16.1 PROTOCOLE DE TEST DU VIH . 256 16.1.1 Collecte . 256 16.1.2 Procédures de laboratoire . 257 16.2 TAUX DE COUVERTURE DU TEST DE VIH . 259 16.3 PRÉVALENCE DU VIH . 261 16.3.1 Prévalence du VIH selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 261 16.3.2 Prévalence du VIH selon certaines caractéristiques démographiques . 265 16.3.3 Prévalence du VIH et facteurs de risque . 266 16.3.4 Prévalence du VIH parmi les jeunes . 268 16.3.5 Prévalence du VIH et autres facteurs à risque . 270 16.3.6 Prévalence du VIH parmi les couples . 271 CHAPITRE 17 STATUT DE LA FEMME 17.1 EMPLOI ET RÉMUNÉRATION . 275 17.2 DÉCISION CONCERNANT L’UTILISATION DES GAINS . 276 17.3 POSSESSION DE BIENS . 280 17.4 PARTICIPATION DANS LA PRISE DE CERTAINES DÉCISIONS . 281 17.5 OPINION SUR LA VIOLENCE CONJUGALE . 282 17.6 INDICATEURS DU POUVOIR D’ACTION DES FEMMES . 285 CHAPITRE 18 VIOLENCE DOMESTIQUE 18.1 MÉTHODOLOGIE . 287 18.2 VIOLENCE PHYSIQUE . 288 18.3 VIOLENCE SEXUELLE . 291 18.4 EXPÉRIENCE DE DIVERSES FORMES DE VIOLENCES . 293 18.5 VIOLENCE PENDANT LA GROSSESSE . 293 18.6 CONTRÔLE EXERCÉ PAR LE MARI/PARTENAIRE . 295 18.7 VIOLENCE CONJUGALE . 296 18.8 VIOLENCE DES FEMMES CONTRE LEUR CONJOINT . 306 CHAPITRE 19 SITUATION DES ENFANTS 19.1. ENREGISTREMENT DES NAISSANCES À L’ÉTAT CIVIL . 309 19.2. ÉTAT DE SURVIE DES PARENTS ET RÉSIDENCE AVEC LES PARENTS . 310 19.3. FRÉQUENTATION SCOLAIRE PAR ÉTAT DE SURVIE DES PARENTS . 312 19.4. TRAVAIL DES ENFANTS . 313 viii • Table des Matières 19.5. TRAVAIL DES ENFANTS ET FRÉQUENTATION SCOLAIRE . 315 RÉFÉRENCES . 317 ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION . 319 A.2 BASE DE SONDAGE . 319 A.3 ÉCHANTILLONNAGE . 320 A.4 POIDS DE SONDAGE . 322 A.5 RÉSULTATS DES INTERVIEWS . 324 ANNEXE B ERREURS DE SONDAGE . 331 ANNEXE C TABLEAU POUR L’ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES . 351 ANNEXE D PERSONNEL DE L’EDSG-II 2012 . 359 ANNEXE E QUESTIONNAIRES . 365 Liste des tableaux et des graphiques • ix LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES Page CHAPITRE 1 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS ET PRÉSENTATION DE L’ENQUÊTE Tableau 1.1 Résultats des interviews ménages et individuelles . 10 CHAPITRE 2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES Tableau 2.1 Eau utilisée par les ménages pour boire . 14 Tableau 2.2 Type de toilettes utilisées par les ménages . 15 Tableau 2.3 Caractéristiques du logement . 16 Tableau 2.4 Biens possédés par les ménages . 18 Tableau 2.5 Quintiles de bien-être économique . 19 Tableau 2.6 Population des ménages par âge, selon le sexe et le milieu de résidence . 20 Tableau 2.7 Composition des ménages . 21 Tableau 2.8.1 Niveau d'instruction de la population des ménages: Femmes . 22 Tableau 2.8.2 Niveau d'instruction de la population des ménages: Hommes . 23 Tableau 2.9 Taux de fréquentation scolaire . 25 Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population . 20 Graphique 2.2 Taux de fréquentation scolaire par âge . 24 CHAPITRE 3 CARACTÉRISTIQUES DES FEMMES ET DES HOMMES ENQUÊTÉS Tableau 3.1 Caractéristiques sociodémographiques des enquêtés . 28 Tableau 3.2.1 Niveau d'instruction: Femmes . 30 Tableau 3.2.2 Niveau d'instruction: Hommes . 31 Tableau 3.3.1 Alphabétisation: Femmes . 33 Tableau 3.3.2 Alphabétisation: Hommes . 34 Tableau 3.4 Caractéristiques différentielles des couples . 35 Tableau 3.5.1 Exposition aux média: Femmes . 36 Tableau 3.5.2 Exposition aux média: Hommes . 37 Tableau 3.6.1 Emploi: Femmes . 39 Tableau 3.6.2 Emploi: Hommes . 40 Tableau 3.7.1 Occupation: Femmes . 41 Tableau 3.7.2 Occupation: Hommes . 42 Tableau 3.8 Type d'emploi: Femmes . 43 Tableau 3.9.1 Consommation de tabac: Femmes . 45 Tableau 3.9.2 Consommation de tabac: Hommes . 46 Tableau 3.10 Circoncision . 47 Graphique 3.1 Répartition des femmes et des hommes de 15-49 ans par niveau d'instruction, EDSG-I 2000 et EDSG-II 2012 . 32 Graphique 3.2 Répartition des couples par différence d'âges entre conjoints . 35 Graphique 3.3 Pourcentage de femmes et d'hommes de 15-49 ans disposant d'une assurance médicale . 44 Graphique 3.4 Pratique de la circoncision . 48 x • Liste des tableaux et des graphiques CHAPITRE 4 ÉTAT MATRIMONIAL ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Tableau 4.1 État matrimonial actuel . 50 Tableau 4.2.1 Nombre de coépouses . 52 Tableau 4.2.2 Nombre d'épouses . 53 Tableau 4.3 Âge à la première union . 54 Tableau 4.4 Âge médian à la première union selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 55 Tableau 4.5 Âge aux premiers rapports sexuels . 56 Tableau 4.6 Âge médian aux premiers rapports sexuels certaines caractéristiques sociodémographiques . 58 Tableau 4.7.1 Activité sexuelle récente des femmes . 59 Tableau 4.7.2 Activité sexuelle récente des hommes . 60 Graphique 4.1 Proportion de femmes célibataires par âge, EDSG-I 2000 et EDSG-II 2012 . 51 Graphique 4.2 Âge médian à la première union (femmes de 25-49 ans et hommes de 30-59 ans). 55 Graphique 4.3 Âges médians des femmes de 25-49 ans à la première union et aux premiers rapports sexuels . 57 CHAPITRE 5 FÉCONDITÉ Tableau 5.1 Fécondité actuelle . 65 Tableau 5.2 Fécondité selon certaines caractéristiques . 66 Tableau 5.3.1 Tendance de la fécondité par âge selon différentes enquêtes . 67 Tableau 5.3.2 Tendance de la fécondité par âge . 68 Tableau 5.4 Enfants nés vivants et enfants survivants des femmes . 69 Tableau 5.5 Intervalle intergénésique . 71 Tableau 5.6 Aménorrhée, abstinence et insusceptibilité post-partum . 73 Tableau 5.7 Durée médiane de l'aménorrhée, de l'abstinence post-partum et de l'insusceptibilité post-partum . 74 Tableau 5.8 Ménopause . 74 Tableau 5.9 Âge à la première naissance . 75 Tableau 5.10 Âge médian à la première naissance . 76 Tableau 5.11 Fécondité des adolescentes . 77 Graphique 5.1 Fécondité par âge selon le milieu de résidence . 65 Graphique 5.2 Tendance de la fécondité par âge . 68 Graphique 5.3 Taux de fécondité par âge par période de 5 ans ayant précedé l'EDSG-II 2012 . 69 Graphique 5.4 Adolescentes de 15-19 ans ayant commencé leur vie féconde . 78 CHAPITRE 6 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ Tableau 6.1 Préférences en matière de fécondité par nombre d'enfants vivants. 80 Tableau 6.2.1 Désir de limiter les naissances: Femmes . 81 Tableau 6.2.2 Désir de limiter les naissances: Hommes . 82 Tableau 6.3 Nombre idéal d'enfants par nombre d'enfants vivants . 83 Tableau 6.4 Nombre idéal d'enfants par caractéristique sociodémographique . 84 Tableau 6.5 Planification de la fécondité . 85 Tableau 6.6 Taux de fécondité désirée . 86 Graphique 6.1 Désir d'enfant supplémentaire des femmes en union selon le nombre d'enfants vivants . 80 Liste des tableaux et des graphiques • xi CHAPITRE 7 PLANIFICATION FAMILIALE Tableau 7.1 Connaissance des méthodes contraceptives . 91 Tableau 7.2 Connaissance des méthodes contraceptives par caractéristiques sociodémographiques . 92 Tableau 7.3 Utilisation actuelle de la contraception selon l’âge . 93 Tableau 7.4 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques sociodémographiques . 95 Tableau 7.5 Source d'approvisionnement des méthodes modernes . 96 Tableau 7.6 Choix informé de la méthode . 97 Tableau 7.7 Connaissance de la période féconde . 97 Tableau 7.8.1 Besoins en matière de planification familiale des femmes actuellement en union . 99 Tableau 7.8.2 Besoins en matière de planification familiale de l'ensemble des femmes . 100 Tableau 7.9 Utilisation future de la contraception . 101 Tableau 7.10 Exposition aux messages sur la planification familiale . 101 Tableau 7.11 Contact des non-utilisatrices de la contraception avec des prestataires de planification familiale . 102 Graphique 7.1 Prévalence contraceptive (femmes en union), EDSG-I 2000 et EDSG-II 2012 . 94 CHAPITRE 8 AVORTEMENT Tableau 8.1 Nombre d'avortements . 105 Tableau 8.2 Âge au premier avortement . 106 Tableau 8.3 Stade de la grossesse au moment de l'avortement . 107 Tableau 8.4 Décision de l'avortement . 109 Tableau 8.5 Raisons de l'avortement . 110 Tableau 8.6 Procédure d'avortement . 111 Tableau 8.7 Lieu de l'avortement . 112 Tableau 8.8 Assistance à l'avortement . 113 Tableau 8.9 Complications après l'avortement . 114 Tableau 8.10 Coût de l'avortement . 115 Graphique 8.1 Proportion de femmes ayant déclaré avoir avorté au cours de leur vie, EDSG-I 2000 et EDSG-II 2012 . 104 CHAPITRE 9 SANTÉ DE LA REPRODUCTION Tableau 9.1 Soins prénatals . 118 Tableau 9.2 Nombre de visites prénatales et stade de la grossesse à la première visite . 120 Tableau 9.3 Composants des visites prénatales . 122 Tableau 9.4 Vaccination antitétanique . 123 Tableau 9.5 Lieu de l'accouchement . 125 Tableau 9.6 Satisfaction des services d'accouchement . 126 Tableau 9.7 Raison de ne pas accoucher en établissement sanitaire . 127 Tableau 9.8 Assistance durant l'accouchement . 128 Tableau 9.9 Moment où les premiers soins postnatals ont été dispensés à la mère . 130 Tableau 9.10 Type de prestataire de santé qui a dispensé les premiers soins postnatals à la mère . 132 Tableau 9.11 Moment où les premiers soins postnatals ont été dispensés au nouveau-né . 133 Tableau 9.12 Type de prestataire qui a dispensé les premiers soins postnatals au nouveau-né . 135 Tableau 9.13 Problèmes d'accès aux soins de santé . 136 Graphique 9.1 Soins prénatals par du personnel formé, EDSG-I 2000 et EDSG-II 2012 . 119 Graphique 9.2 Nombre de visites prénatales, EDSG-I 2000 et EDSG-II 2012 . 121 xii • Liste des tableaux et des graphiques Graphique 9.3 Assistance à l'accouchement par du personnel formé, EDSG-I 2000 et EDSG-II 2012 . 129 Graphique 9.4 Durée écoulée entre l'accouchement et les premiers soins postnatals de la mère . 131 Graphique 9.5 Durée écoulée entre l'accouchement et les premiers soins postnatals du nouveau-né . 134 CHAPITRE 10 SANTÉ DE L’ENFANT Tableau 10.1 Taille et poids de l'enfant à la naissance . 138 Tableau 10.2 Vaccinations par sources d'information . 140 Tableau 10.3 Vaccinations selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 142 Tableau 10.4 Vaccinations au cours de la première année . 145 Tableau 10.5 Prévalence et traitement des symptômes d'Infection Respiratoire Aiguë (IRA) . 147 Tableau 10.6 Prévalence et traitement de la fièvre . 149 Tableau 10.7 Prévalence de la diarrhée . 151 Tableau 10.8 Traitement de la diarrhée . 153 Tableau 10.9 Pratiques alimentaires durant la diarrhée . 154 Tableau 10.10 Connaissance des sachets de SRO . 155 Graphique 10.1 Couverture vaccinale (enfants de 12-23 mois), EDSG-I 2000 et EDSG-II 2012 . 144 Graphique 10.2 Prévalence des IRA, de la fièvre et de la diarrhée chez les enfants de moins de 5 ans selon l'âge . 148 CHAPITRE 11 ÉTAT NUTRITIONNEL DES FEMMES ET DES ENFANTS Tableau 11.1 État nutritionnel des enfants . 160 Tableau 11.2 Allaitement initial . 165 Tableau 11.3 Type d'allaitement selon l'âge de l'enfant . 167 Tableau 11.4 Durée médiane de l'allaitement . 169 Tableau 11.5 Aliments et liquides reçus par les enfants le jour ou la nuit ayant précédé l'interview . 170 Tableau 11.6 Prévalence de l'anémie chez les enfants. 172 Tableau 11.7 Présence de sel iodé dans le ménage. 173 Tableau 11.8 Consommation de micronutriments par les enfants . 174 Tableau 11.9 État nutritionnel des femmes . 177 Tableau 11.10 Prévalence de l'anémie chez les femmes . 179 Tableau 11.11 Prévalence de l'anémie chez les hommes. 180 Tableau 11.12 Consommation de micronutriments par les mères . 182 Graphique 11.1 État nutritionnel des enfants de moins de 5 ans . 162 Graphique 11.2 État nutritionnel des enfants de moins de 5 ans selon, EDSG-I 2000 et EDSG-II 2012 . 164 Graphique 11.3 Allaitement selon l'âge de l'enfant . 167 CHAPITRE 12 PALUDISME Tableau 12.1 Possession de moustiquaires par les ménages . 185 Tableau 12.2 Pulvérisation intradomiciliaire d'insecticide résiduel (PID) contre les moustiques . 187 Tableau 12.3 Accès à une moustiquaire préimprégnée d'insecticide (MII) . 188 Tableau 12.4 Utilisation des moustiquaires par la population des ménages . 189 Tableau 12.5 Utilisation des moustiquaires par les enfants . 191 Tableau 12.6 Utilisation des moustiquaires par les femmes enceintes . 193 Tableau 12.7 Utilisation d'antipaludiques à titre préventif et du traitement préventif intermittent (TPIg) . 194 Tableau 12.8 Prévalence, diagnostic et traitement précoce de la fièvre chez les enfants . 196 Liste des tableaux et des graphiques • xiii Tableau 12.9 Type d'antipaludiques et moment de leur prise par les enfants ayant eu de la fièvre . 197 Tableau 12.10 Hémoglobine < 8,0 g/dl . 198 Graphique 12.1 Possession de moustiquaires par les ménages . 186 Graphique 12.2 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans ayant dormi sous une moustiquaire la nuit avant l'enquête . 192 CHAPITRE 13 MORTALITÉ DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS Tableau 13.1 Quotients de mortalité des enfants de moins de 5 ans . 202 Tableau 13.2 Quotients de mortalité des enfants selon certaines caractéristiques socio-économiques . 204 Tableau 13.3 Quotients de mortalité des enfants selon certaines caractéristiques démographiques . 207 Tableau 13.4 Comportement procréateur à hauts risques . 210 Graphique 13.1 Tendances de la mortalité infantile, juvénile et infanto-juvénile . 203 Graphique 13.2 Mortalité infanto-juvénile selon le milieu de résidence et la province . 205 Graphique 13.3 Mortalité infantile et caractéristiques des naissances . 208 CHAPITRE 14 MORTALITÉ ADULTE ET MORTALITÉ MATERNELLE Tableau 14.1 Taux de mortalité des adultes, EDSG-I 2000 et EDSG-II 2012 . 215 Tableau 14.2 Quotient de mortalité adulte . 215 Tableau 14.3 Mortalité maternelle . 216 Graphique 14.1 Rapport de mortalité maternelle avec intervalles de confiance pour la période 0-6 ans avant . 217 CHAPITRE 15 CONNAISSANCE, ATTITUDES ET COMPORTEMENTS VIS-À-VIS DU VIH/SIDA ET DES IST Tableau 15.1 Connaissance du SIDA . 220 Tableau 15.2 Connaissance des moyens de prévention du VIH . 222 Tableau 15.3.1 Connaissance « approfondie » du sida : Femmes . 223 Tableau 15.3.2 Connaissance « approfondie » du sida : Hommes . 225 Tableau 15.4 Connaissance de la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant . 226 Tableau 15.5.1 Attitudes de tolérance à l'égard des personnes vivant avec le VIH/sida : Femmes . 228 Tableau 15.5.2 Attitudes de tolérance à l'égard des personnes vivant avec le VIH/sida: Hommes . 229 Tableau 15.6 Opinion sur la négociation de rapports sexuels protégés avec le conjoint . 230 Tableau 15.7 Adultes favorables à l'enseignement de l'utilisation du condom en tant que moyen de prévention du sida . 232 Tableau 15.8.1 Partenaires sexuels multiples : Femmes . 233 Tableau 15.8.2 Partenaires sexuelles multiples : Hommes . 234 Tableau 15.9 Prévalence ponctuelle et prévalence cumulée des partenaires sexuels concomitants . 236 Tableau 15.10 Rapports sexuels payants et utilisation du condom au cours des derniers rapports sexuels payants . 238 Tableau 15.11.1 Couverture du test du VIH antérieur à l'enquête : Femmes . 240 Tableau 15.11.2 Couverture du test du VIH antérieur à l'enquête : Hommes . 241 Tableau 15.12 Femmes enceintes conseillées et ayant effectué un test du VIH . 242 Tableau 15.13 Prévalence déclarée des infections sexuellement transmissibles (IST) et symptômes déclarés d'IST . 244 Tableau 15.14 Prévalence des injections médicales . 246 xiv • Liste des tableaux et des graphiques Tableau 15.15 Connaissance « approfondie » du VIH/sida et connaissance d'un endroit où se procurer des condoms parmi les jeunes . 247 Tableau 15.16 Age aux premiers rapports sexuels parmi les jeunes . 249 Tableau 15.17 Rapports sexuels prénuptiaux et utilisation du condom au cours des rapports sexuels prénuptiaux parmi les jeunes . 250 Tableau 15.18.1 Partenaires sexuels multiples au cours des 12 derniers mois parmi les jeunes : Femmes . 251 Tableau 15.18.2 Partenaires sexuelles multiples au cours des 12 derniers mois parmi les jeunes : Hommes . 252 Tableau 15.19 Disparité d'âges entre partenaires sexuels parmi les femmes et les hommes de 15-19 ans . 253 Tableau 15.20 Test du VIH récent parmi les jeunes . 254 Graphique 15.1 Recherche de conseils ou de traitement pour les IST . 245 CHAPITRE 16 PRÉVALENCE DU VIH ET FACTEURS ASSOCIÉS Tableau 16.1 Couverture du test du VIH selon le milieu et la région de résidence . 260 Tableau 16.2 Couverture du test du VIH selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 261 Tableau 16.3 Prévalence du VIH selon l'âge . 262 Tableau 16.4 Prévalence du VIH selon certaines caractéristiques socio-économiques . 263 Tableau 16.5 Prévalence du VIH selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 266 Tableau 16.6 Prévalence du VIH selon certaines caractéristiques du comportement sexuel . 267 Tableau 16.7 Prévalence du VIH parmi les jeunes de 15-24 ans selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 269 Tableau 16.8 Prévalence du VIH parmi les jeunes de 15-24 ans selon certaines caractéristiques du comportement sexuel . 270 Tableau 16.9 Prévalence du VIH selon d'autres caractéristiques . 271 Tableau 16.10 Test du VIH antérieur à l'enquête et prévalence du VIH . 271 Tableau 16.11 Prévalence du VIH parmi les couples . 272 Figure 16.1 Algorithme VIH Adulte . 258 Graphique 16.1 Prévalence du VIH par sexe et âge . 262 Graphique 16.2 Prévalence du VIH par sexe et département . 264 Carte 16.1 Prévalence du VIH par province (femmes et hommes de 15-49 ans) . 264 CHAPITRE 17 STATUT DE LA FEMME Tableau 17.1 Emploi et type de rémunération des femmes et des hommes actuellement en union . 276 Tableau 17.2.1 Contrôle de l'utilisation de l'argent gagné par les femmes et importance de l'argent gagné par les femmes par rapport à celui gagné par le conjoint . 277 Tableau 17.2.2 Contrôle de l'utilisation de l'argent gagné par les hommes . 278 Tableau 17.3 Contrôle par les femmes de l'utilisation de leurs propres gains et contrôle de l'utilisation des gains du conjoint . 279 Table 17.4 Possession de biens par la femme . 280 Tableau 17.5 Participation dans la prise de décision . 281 Tableau 17.6 Participation des femmes dans la prise de décision selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 282 Tableau 17.7.1 Opinion des femmes concernant le fait qu'un mari batte sa femme . 283 Tableau 17.7.2 Opinion des hommes concernant le fait qu'un mari batte sa femme: Hommes . 284 Tableau 17.8 Indicateurs du pouvoir d'action des femmes . 285 Liste des tableaux et des graphiques • xv CHAPITRE 18 VIOLENCE DOMESTIQUE Tableau 18.1 Violence physique contre les femmes. 289 Tableau 18.2 Auteurs des violences physiques contre les femmes . 290 Tableau 18.3 Violence sexuelle . 291 Tableau 18.4 Auteurs des actes de violence sexuelle contre les femmes . 292 Tableau 18.5 Âge au moment de la première expérience de violence sexuelle . 293 Tableau 18.6 Expérience de diverses formes de violence . 293 Tableau 18.7 Violence pendant la grossesse . 294 Tableau 18.8 Contrôle exercé par le mari/partenaire . 295 Tableau 18.9 Formes de violence conjugale . 297 Tableau 18.10 Violence conjugale selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 299 Tableau 18.11 Violence conjugale selon les caractéristiques sociodémographiques du mari/partenaire et les indicateurs du pouvoir d'action des femmes . 300 Tableau 18.12 Fréquence de la violence conjugale . 302 Tableau 18.13 Premier épisode de violence conjugale . 303 Tableau 18.14 Blessures dues à la violence conjugale . 304 Tableau 18.15 Recherche d'aide . 305 Tableau 18.16 Sources/personnes auprès desquelles l'aide a été recherchée . 306 Tableau 18.17 Violence des femmes contre leur conjoint . 307 Graphique 18.1 Pourcentage de femmes en union ou en rupture d'union qui ont subi des actes de violence physique ou sexuelle, commis par leur mari/partenaire . 298 CHAPITRE 19 SITUATION DES ENFANTS Tableau 19.1 Enregistrement des naissances d'enfants de moins de 5 ans . 310 Tableau 19.2 Enfants orphelins et résidence avec les parents . 311 Tableau 19.3 Fréquentation scolaire par état de survie des parents . 312 Tableau 19.4 Travail des enfants . 314 Tableau 19.5 Travail des enfants et fréquentation scolaire . 315 ANNEXE A PLAN DE SONDAGE Tableau A.1 Nombre de SD et taille moyenne des SD par domaine et par type de résidence . 320 Tableau A.2 Répartition de ménages par domaine et par le milieu de résidence . 320 Tableau A.3 Répartition de l’échantillon des SD et de l’échantillon de ménages par domaine et par milieu de résidence . 321 Tableau A.4 Nombre attendu de femmes et d'hommes enquêtés avec succès par domaine et par type de résidence . 322 Tableau A.5 Nombre de femmes et d'hommes éligibles pour le test du VIH et nombre testés par domaine et par sexe . 322 Tableau A.6 Résultats de l'enquête . 325 Tableau A.7 Résultats de l'enquête: Hommes . 326 Tableau A.8 Couverture du test du VIH selon certaines caractéristiques sociodémographiques : Femmes . 327 Tableau A.9 Couverture du test du VIH selon certaines caractéristiques sociodémographiques : Hommes . 328 Tableau A.10 Couverture du test du VIH selon certaines caractéristiques du comportement sexuel: Femmes . 329 Tableau A.11 Couverture du test du VIH selon certaines caractéristiques du comportement sexuel: Hommes . 330 xvi • Liste des tableaux et des graphiques ANNEXE B ERREURS DE SONDAGE Tableau B.1 Liste des variables sélectionnées pour le calcul des erreurs de sondage . 333 Tableau B.2 Echantillon total . 334 Tableau B.3 Echantillon Libreville et Port-Gentil . 335 Tableau B.4 Echantillon autres villes . 336 Tableau B.5 Echantillon ensemble urbain . 337 Tableau B.6 Echantillon rural . 338 Tableau B.7 Echantillon Libreville et Port-Gentil . 339 Tableau B.8 Echantillon Estuaire (sans Libreville) . 340 Tableau B.9 Echantillon Haut-Ogooué . 341 Tableau B.10 Echantillon Moyen-Ogooué . 342 Tableau B.11 Echantillon Ngounié . 343 Tableau B.12 Echantillon Nyanga . 344 Tableau B.13 Echantillon Ogooué maritime (sans Port-Gentil) . 345 Tableau B.14 Echantillon Ogooué-Ivindo. 346 Tableau B.15 Echantillon Ogooué-Lolo . 347 Tableau B.16 Echantillon Woleu-N’tem . 348 Tableau B.17 Erreurs de sondage pour les taux de mortalité adulte et les taux de mortalité maternelle . 349 ANNEXE C TABLEAU POUR L’ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES Tableau C.1 Répartition par âge de la population des ménages . 351 Tableau C.2.1 Répartition par âge des femmes éligibles et enquêtées . 352 Tableau C.2.2 Répartition par âge des hommes éligibles et enquêtés . 352 Tableau C.3 Complétude de l'enregistrement. 353 Tableau C.4 Naissances par année de naissance . 354 Tableau C.5 Enregistrement de l'âge au décès en jours. 354 Tableau C.6 Enregistrement de l'âge au décès en mois . 355 Tableau C.7 État nutritionnel des enfants . 356 Tableau C.8 Complétude de l'information sur les frères et sœurs . 358 Tableau C.9 Taille de la fratrie et rapport de masculinité des frères et sœurs . 358 Tableau C.10 Complétude de l’information sur les sœurs décédées . 358 Remerciements • xvii REMERCIEMENTS a deuxième Enquête Démographique et de Santé du Gabon (EDSG-II) a été réalisée par la Direction Générale de la Statistique (DGS) en étroite collaboration avec le Ministère de la Santé et plus particulièment avec la Direction Générale de la Prévention du SIDA (DGPS), le Programme de lutte contre les Infections Sexuellement Transmissibles et le VIH/SIDA (PLIST/VIH/SIDA), le Laboratoire National du Ministère de la Santé, le Laboratoire de Référence de la Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé et la Direction de la Santé Maternelle et Infantile (DSMI) et a bénéficié de l’appui technique du programme international DHS d’ICF Macro. L’EDSG-II est une opération de couverture nationale qui vise à fournir des données fiables et détaillées sur les facteurs démographiques, socio-économiques et sanitaires du pays et en particulier, sur le VIH par rapport à la population générale. Cette opération est le résultat de l’engagement du gouvernement gabonais, de la collaboration d’institutions diverses et de l’implication dévouée de l’encadrement technique. Elle a mobilisé d’importantes ressources humaines, matérielles et financières. Je voudrais exprimer ma gratitude à toutes les institutions et à toutes les personnes impliquées dans la réalisation de cet important projet qui permettra à l’ensemble des utilisateurs de disposer d’une base de données fiables et actualisées permettant de servir à l’élaboration, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des politiques et programmes de développement de notre pays. Je voudrais remercier particulièrement : • Le Président de la République Gabonaise et son épouse qui se sont personnellement impliqués pour la réalisation de ce projet ; • Le Gouvernement gabonais et particulièrement les Ministres Magloire Ngambia et Luc Oyoubi qui ont efficacement œuvré à la réussite du projet ; • L’encadrement technique de l’EDSG-II : le Directeur Technique, les chefs de divisions et leurs adjoints, le personnel d’appuis technique et administratif, les superviseurs, les chefs d’équipe, les contrôleuses, les cartographes, les enquêteurs et enquêtrices, les personnels d’exploitation, les laborantins et les chauffeurs pour l’esprit de responsabilité et de sacrifice dont ils ont fait montre malgré les difficultés financières souvent récurrentes tout au long de l’exécution de ce projet ; • Les Experts et Consultants de ICF Macro notamment Messieurs Bernard Barrère, responsable technique pour le Gabon, Paul Roger Libité pour la formation et l’appui à la collecte des données ; Ruilin Ren pour les volets Sondage et Echantillonnage, Harouna Koche pour les aspects liés à l’exploitation des données et Dr. Michel Toukam pour le volet prélèvement de l’enquête ; • Les institutions nationales, le Comité National d’Ethique, les institutions des Ministères de la Santé, de l’Enseignement Supérieur et les ONG ; la DGPS, le PLIST/VIH/SIDA, la DSMI, le laboratoire national du Ministère de la Santé, le Laboratoire de Référence de la FMSS, le PEV, les SMI, le LUTO, le MGBEF, « Agir pour le genre » qui ont apporté un appui technique important dans la formation du personnel de terrain de l’enquête ; • La Direction Générale du Budget dont la réactivité a permis une meilleure exécution du projet ; L xviii • Remerciements • Les autorités administratives, politiques, militaires et religieuses pour les facilités apportées aux équipes pendant les phases de cartographie, du pré-test et du dénombrement principal ; • Toutes les populations des localités visitées pour l’accueil, la disponibilité et surtout d’avoir brisé les tabous en acceptant de se soumettre aux prélèvements de sang après plusieurs minutes de réponse aux questions très intimes de l’enquête ; • Nos partenaires financiers : le FNUAP, l’UNICEF, Le Fonds Mondial, l’ONUSIDA et la BAD pour leur précieuse contribution à la réussite de ce projet. Nos chaleureuses félicitations à tous les analystes du présent rapport principal :Jean Pierre Zima Méfé, Jean-Noël Biyogo Obame, Daniel Edjo Mvé, Serges R. Maganga, Dieu-donné Paul Moudjigui, Hélène Bengobsame, Arnaud Engozogho, Flavien Bé Aba’a, Nina Emeline Mboumba, Roland Bakita, Wilfried Mendame Mvé, Patricia Ghislaine Etome, Thomas Daquin Bivéghé, Dr Diarra Aïchata Sako, Pélagie Koubi, Rosine Angue Ella, Nicole Ntsame Ondo, Jeannine Laure Bakenda, Noël Moussavou, Florence Bikoma, Dr Armel Mintsa Ndong, Olga Zang Toung et Jean Martin Ndong Missang. . Le directeur général de la DGS Francis Thiérry TIWINOT Préface • xix PRÉFACE e Gabon a organisé en 2012 sa deuxième Enquête Démographique et de Santé (EDSG-II). Ce projet s’inscrit dans le cadre de l’élaboration et du pilotage de sa politique économique et sociale visant à le hisser au rang des pays émergents à l’horizon 2025. Il constitue l’un des axes majeurs de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) qui vise à fournir des indicateurs actuels et fiables pour le suivi et l’évaluation au double plan national et international des objectifs définis dans le cadre du Plan Stratégique Gabon Émergent (PSGE) ainsi que ceux du Millénaire pour le Développement (OMD). En 2000, le Gabon a réalisé sa première Enquête Démographique et de Santé qui a permis d’obtenir de nombreux indicateurs dans le domaine du développement et plus particulièrement ceux de la population et de la santé. Depuis cette enquête, aucune opération de collecte des données de grande envergure n’a été réalisée pour actualiser ces informations. C’est dire que l’organisation de l’EDSG-II a été incontournable pour notre pays pour évaluer les politiques et programmes mis en place et développer de nouvelles actions. Outre, l’actualisation des indicateurs démographiques et sanitaires, l’EDSG-II a permis d’obtenir, pour la première fois, des données de séroprévalence dans la population générale concernant le VIH/SIDA. Il en est de même des informations relatives à la prévalence de l’anémie, au travail des enfants et à la violence domestique. Cette enquête a été réalisée par la Direction Générale de la Statistique (DGS) avec l’assistance technique de ICF Macro. Des structures des ministères de la Santé et de l’Enseignement Supérieur : la Direction Générale de la Prévention du SIDA (DGPS), le Programme de Lutte contre les Infections Sexuellement Transmissibles et le SIDA (PLIST/SIDA), la Direction de la Santé Maternelle et Infantile (DSMI), l’Institut d’Epidémiologie, les laboratoires National, de la Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé et du Centre International de Recherches Médicales de Franceville (CIRMF) ont également participé à l’éxécution de ce projet. La Direction Générale de la Statistique a publié, en août 2012, un rapport préliminaire qui a permis une première utilisation des données de cette enquête. Le présent rapport principal met à la disposition de tous les utilisateurs, les informations dont ils ont certainement besoin pour leurs interventions. J’encourage vivement les planificateurs et chercheurs à valoriser cette importante base de données par des études plus approfondies pouvant aider à l’élaboration des stratégies efficaces pour le bien-être de nos populations. Aussi, je tiens à saluer la collaboration fructueuse entre experts nationaux et ceux de ICF Macro pour la réussite de ce travail. Au nom du Gouvernement gabonais, je saisis cette occasion pour adresser nos sincères remerciements au Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP), au Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), au Fonds Mondial, à l’ONUSIDA et à la Banque Africaine pour le Développement (BAD) pour leur contribution décisive au bon aboutissement de cette enquête. L Sigles et Abréviations • xxi SIGLES ET ABRÉVIATIONS ACT Artemisinin-based Combination Therapy (Combinaisons à base d'Artémisinine) BAD Banque Africaine de Développement BCG Bacille de Calmette et Guérin CDC Centers for Disease Control and Prevention CSPro Census and Survey Processing System DGS Direction Générale de la Statistique DHS Demographic and Health Survey DIU Dispositif Intra Utérin DTCoq Vaccin contre la Diphtérie, le Tétanos et la Coqueluche EDS Enquête Démographique et de Santé EDSG-II Deuxième Enquête Démographique et de Santé du Gabon ENEC Enquête Nationale sur l’Emploi et le Chômage ET Écart Type FCFA Franc de la Communauté Financière d’Afrique FDR Feuille De Route GFATM Fonds Mondial pour la lutte contre la tuberculose, le VIH/Sida et le paludisme IDH Indice du Développement Humain IEC Information, Éducation et Communication IMC Indice de Masse Corporelle INFASS Institut National de Formation et d’Action Sanitaire et Social IRA Infection Respiratoire Aiguë ISF Indice Synthétique de Fécondité ISFD Indice Synthétique de Fécondité Désiré IST Infections Sexuellement Transmissibles MII Moustiquaires Imprégnées d’Insecticides MIILDA Moustiquaire Imprégnée d’Insecticide à Longue Durée d’Action NN Néonatal OMD Objectifs du Millénaire pour le Développement OMS Organisation Mondiale de la Santé ONE Office National de l’Emploi ONG Organisation Non Gouvernementale ONU Organisation des Nations Unies ONUSIDA Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA PEV Programme Élargi de Vaccination PF Planification Familiale PIB Produit Intérieur Brut PID Pulvérisation Intra Domiciliaire PLIS/VIH/SIDA Programme de Lutte contre les Infections Sexuellement Transmissibles et le VIH/SIDA PNLP Programme National de Lutte contre le Paludisme PNLS Programme National de Lutte contre le SIDA PND Plan National de Développement PNDS Programme National de Développement Sanitaire PNN Post néonatal PNP Politique Nationale de Population PNS Politique Nationale de Santé PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement PPTE Pays Pauvres Très Endettés PSGE Plan Stratégique Gabon Émergent PTME Prévention de la Transmission Mère-Enfant RDV Risque sur la Durée de Vie REPS Racine carrée de l'effet du plan de sondage xxii • Sigles et Abréviations RGPH Recensement Général de la Population et de l’Habitat SD Secteurs de Dénombrement SIDA Syndrome de l’Immunodéficience Acquise SNEEG Stratégie nationale d’égalité, d’équité et de genre SP Sulfadoxine Pyriméthamine SRO Sels de Réhydratation par voie Orale TBFS Taux Brut de Fréquentation Scolaire TBN Taux Brut de Natalité TBS Taux Brut de Scolarisation TGFG Taux Global de Fécondité générale TMM Taux de Mortalité maternelle TNS Taux Net de Scolarisation TPI Traitement Préventif Intermittent TRO Thérapie de Réhydratation par voie Orale UNFPA Fonds des Nations Unies pour la Population UNICEF Fond des Nations Unies pour l’Enfance VIH Virus de l’Immunodéficience Humaine Indicateurs des objectifs du millénaire pour le développement • xxiii INDICATEURS DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT – GABON 2012 Indicateur Sexe Ensemble Masculin Féminin 1. Éliminer l’extrême pauvreté et la faim 1.8 Prévalence de l’insuffisance pondérale parmi les enfants de moins de 5 ans 7,6 % 4,4 % 6,0 % 2. Assurer l’éducation primaire pour tous 2.1 Taux net de fréquentation scolaire au niveau primaire1 95,5 % 97,2 % 96,4 % 2.3 Taux d’alphabétisation dans la population des 15-24 ans2 84,4 %a 92,4 % 88,4 %b 3. Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes 3.1a Ratio filles/garçons dans l’enseignement primaire 3 na na 1,0 3.1b Ratio filles/garçons dans l’enseignement secondaire 3 na na 1,1 4. Réduire la mortalité des enfants de moins de 5 ans 4.1 Taux de mortalité infanto-juvénile4 71 ‰ 56 ‰ 65 ‰ 4.2 Taux de mortalité infantile4 46 ‰ 40 ‰ 43 ‰ 4.3 Pourcentage d’enfants d’un an vaccinés contre la rougeole 76,2 % 72,3 % 74,3 % 5. Améliorer la santé maternelle 5.1 Rapport de mortalité maternelle5 na 316 na 5.2 Pourcentage de naissances dont l’accouchement a été assisté par un prestataire de santé formé6 na na 90,0 % 5.3 Taux de prévalence contraceptive7 na 31,1 % na 5.4 Taux de fécondité des adolescentes8 na 114 ‰ na 5.5 Couverture en soins prénatals par du personnel formé 5.5a Au moins une visite prénatale na 94,7 % na 5.5b Quatre visites prénatales ou plus na 77,6 % na 5.6 Besoins non satisfaits en matière de planification familiale (femmes en union) na 26,5 % na 6. Combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies 6.1 Prévalence du VIH parmi les jeunes de 15-24 ans 0,4 % 2,4 % 1,5 % 6.2 Utilisation du condom au cours des derniers rapports sexuels à risques9 : jeunes de 15-24 ans 78,1 % a 60,2 % 69,2 %b 6.3 Proportion de la population de 15-24 ans ayant une connaissance « approfondie » du VIH/sida10 36,1 % a 29,8 % 32,9 %b 6.7 Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans dormant sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide (MII) 36,9 % 40,8 % 38,8 % 6.8 Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans dont la fièvre a été traitée de manière appropriée avec des antipaludéens11 30,0 % 20,9 % 25,9 % Urbain Rural Ensemble 7. Assurer un environnement durable 7.8 Proportion de la population utilisant une source d’eau améliorée12 96,4 % 49,8 % 89,0 % 7.9 Proportion de la population utilisant des installations sanitaires améliorées13 42,5 % 12,9 % 37,8 % na = Non applicable. 1 Le taux est basé sur la fréquentation déclarée, non l’inscription, au niveau primaire parmi les enfants d'âge de fréquentation du niveau primaire (6-11 ans). Le taux comprend aussi les enfants d'âge officiel de fréquentation du niveau primaire qui fréquentent le niveau secondaire. Il s’agit d’une mesure indirecte de l’indicateur 2.1 des OMD : Taux net total de scolarisation dans le primaire. 2 Correspond aux enquêtés qui ont fréquenté l’école secondaire ou le supérieur, ou qui peuvent lire une phrase ou une partie de phrase. 3 Basé sur la fréquentation nette déclaré, non l’inscription, parmi les 6-11 ans pour le primaire, 12-18 ans pour le secondaire. 4 Exprimé en termes de décès pour 1 000 naissances vivantes. La mortalité par sexe fait référence à la période de 10 ans précédant l’enquête. La mortalité pour les deux sexes ensemble fait référence à la période de 5 ans précédant l’enquête. 5 Exprimé en termes de décès maternels pour 100 000 naissances au cours des 7 ans ayant précédé l’enquête. 6 Parmi les naissances des 5 années ayant eu lieu au cours des 5 années ayant précédé l’enquête. 7 Pourcentage de femmes actuellement en union qui utilisent une méthode contraceptive quelconque. 8 Équivaut au taux de fécondité par âge pour les femmes de 15-19 ans pour la période de 3 ans précédant l’enquête, exprimé en termes de naissances pour 1 000 femmes de 15-19 ans. 9 Des rapports sexuels à hauts risques sont des rapports sexuels avec un partenaire extra conjugal et non cohabitant. Exprimé en pourcentage de femmes et d’hommes de 15-24 ans qui ont eu des rapports sexuels à hauts risques au cours des 12 derniers mois. 10 Sont considérées comme ayant une connaissance "approfondie", les personnes qui savent que l'utilisation régulière du condom au cours de chaque rapport sexuel et la limitation des rapports sexuels à un seul partenaire fidèle et non infecté permettent de réduire les risques de contracter le virus du sida, celles qui savent qu'une personne en bonne santé peut néanmoins avoir contracté le virus du sida et celles qui rejettent les deux idées locales erronées les plus courantes concernant la transmission ou la prévention du sida. 11 Pourcentage d’enfants de 0-59 mois ayant eu de la fièvre au cours des deux semaines ayant précédé l’interview et qui ont reçu n’importe quel médicament antipaludéen. 12 Pourcentage de la population de droit dont la source principale d’eau de boisson est un robinet dans le logement/cours/concession, un robinet public/borne fontaine, un puits à pompe/forage, un puits creusé protégé, la collecte d’eau de pluie, ou l’eau en bouteille. 13 Pourcentage de la population de droit dont le ménage a une chasse d’eau, fosse d’aisances améliorée auto-aérée, ou une fausse d’aisances avec dalle et qui ne partage pas cette installation avec d’autres ménages. a Limité aux hommes dans le sous-échantillon de ménages sélectionnés pour l’enquête auprès des hommes. b Le total est calculé comme une simple moyenne arithmétique des pourcentages des colonnes des hommes et des femmes. xxiv • Carte du Gabon Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête • 1 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS ET PRÉSENTATION DE L’ENQUÊTE 1 Jean-Pierre ZIMA MEFE e chapitre introductif est consacré aux caractéristiques du Gabon et à la méthodologie de la deuxième Enquête Démographique et de Santé (EDSG-II) réalisée en 2012. Il présente le contexte environnemental de l’enquête et les procédures techniques mises en œuvre pour sa réalisation. 1.1 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS Les caractéristiques du Gabon sont présentées en cinq points suivants : • situation politico-administrative ; • situation géographique ; • situation démographique ; • situation socioéconomique ; • politiques et stratégies de développement. 1.1.1 Situation politico-administrative Sur le plan politique, ancienne colonie française, le Gabon est indépendant depuis le 17 août 1960. C’est un État caractérisé par un régime politique présidentiel et dirigé par trois pouvoirs : • Le pouvoir exécutif est dirigé par le Président de la République élu au suffrage universel direct à la majorité simple (scrutin à un tour depuis l’élection présidentielle de 2005) pour un mandat de sept ans renouvelable. • Le pouvoir législatif est représenté par un Parlement composé de deux chambres : l'Assemblée Nationale et le Sénat. Les chambres du Parlement se renouvellent intégralement au terme de leur mandat. Le Parlement vote la loi, consent l'impôt et contrôle l'action du Gouvernement dans les conditions prévues par la Constitution. Les membres de l'Assemblée Nationale portent le titre de Député. Ils sont élus à la majorité simple pour une durée de cinq ans au suffrage universel direct à un tour. L’Assemblée Nationale compte 120 députés. Les membres du Sénat portent le titre de Sénateur. Ils sont élus pour une durée de six ans au suffrage universel indirect. Ils doivent être âgés de 40 ans au moins. Le Sénat assure la représentation des collectivités locales. Il compte 91 membres. • Le pouvoir judiciaire est le pouvoir rendu par les tribunaux. Il comprend la Cour Constitutionnelle, la Cour Judiciaire, la Cour Administrative, le Conseil d’État, les autres juridictions. C 2 • Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête Sur le plan administratif, le Gabon est découpé en différentes entités administratives et territoriales. L’organisation administrative, dans son ensemble, a légèrement varié depuis 2005. Le territoire national est ainsi divisé en neuf provinces, 49 départements, 52 communes ou villes, 27 districts ou sous-préfectures, 165 cantons, 3304 villages et regroupements de villages. Le village étant la plus petite entité administrative dans un canton au même titre que le quartier dans la commune. 1.1.2 Situation géographique Logé dans le Golfe de Guinée et à cheval sur l’Équateur, le Gabon est situé, d’une part entre 2°15" nord et 4° sud de latitude et, d’autre part, entre 8°30" et 14°30" est de longitude. D’une superficie de 267 667 km², il est limité, au nord, par le Cameroun, au nord-ouest, par la Guinée Équatoriale, à l’est et au sud par le Congo et, à l’ouest, par l’Océan Atlantique qui baigne ses côtes sur plus de 800 km de long. La longueur des frontières est de 2 551 km, dont 350 km avec la Guinée Équatoriale, 298 km avec le Cameroun et 1 903 km avec le Congo. • Sur le plan climatique, le Gabon a un climat équatorial chaud et humide, caractérisé par une température toujours élevée variant entre 21-28°Celsius (moyenne annuelle de 26° Celsius), une forte humidité et des précipitations abondantes et fréquentes. La pluviométrie varie de 1500 à 3000 mm d’eau par an. La combinaison d'éléments climatiques divise les temps au Gabon en deux saisons sèches et deux saisons des pluies. Le cycle climatique alterne ainsi les quatre saisons suivantes : une petite saison sèche et une grande saison sèche, une petite saison des pluies et une grande saison des pluies. • Sur le plan de l’hydrologie, le pays est drainé par de nombreux cours d’eau navigables sur 3 000 km environ appartenant à deux grands bassins : le bassin de l’Ogooué (drainant 75 % du territoire national) et le bassin côtier. • Sur le plan de la flore, le Gabon est le pays de la grande forêt équatoriale (dont 80 % de la superficie est couverte par la forêt équatoriale avec plus de 400 essences) où, à certains endroits, forêt et savane s’interpénètrent. 1.1.3 Situation démographique En 2010, la population était estimée à environ 1,5 millions d’habitants. L’analyse des différentes sources de données démographiques révèle qu’au cours des 30 dernières années, la population était très inégalement répartie entre ses entités territoriales et selon le milieu de résidence. Les provinces du sud et du nord se sont progressivement dépeuplées au profit de celles de l’Ogooué Maritime, du Haut-Ogooué et surtout celles du Moyen-Ogooué et de l’Estuaire. La moitié de la population (50 %) vit dans la seule province de l’Estuaire qui comprend Libreville, la capitale avec plus de 40 % de la population gabonaise. Par ailleurs, huit habitants sur dix vivent en milieu urbain. À l’EDSG-2000, l’Indice Synthétique de Fécondité était de 4,3 enfants par femme. Le rapport de mortalité maternelle et le taux de mortalité infanto-juvénile étaient estimés à, respectivement, 519 décès pour 100 000 naissances vivantes et 91 décès pour 1000 naissances vivantes. 1.1.4 Situation socio-économique Le Gabon est un pays aux ressources naturelles abondantes. Il exporte du manganèse, du pétrole, du gaz, du bois et bien d’autres produits du sol et du sous-sol depuis plusieurs décennies. Avec une bonne performance macro-économique et un PIB par habitant estimé à 12 249 dollars US en 2011, le Gabon est classé par les institutions internationales parmi les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure et occupe le 3è rang dans le classement africain. Malgré ces atouts, l’incidence de la pauvreté est de 33 % au Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête • 3 niveau national (EGEP, 2005). L’Indice de Développement Humain (IDH) situait le pays à la 106ème place sur 187 pays (Rapport sur le développement humain 2011). L’économie gabonaise constitue donc un cas atypique d’économie de rente pétrolière peu diversifiée. Le poids du pétrole dans le PIB atteint 48 % et représente 83 % des recettes d’exportation. En ce qui concerne l’emploi, l’Enquête Nationale sur l’Emploi et le Chômage (ENEC) de 2010 a révélé un taux d’activité de 48 % et un taux de chômage de 20 %. Le chômage touche quasiment deux fois plus les femmes que les hommes (20 % contre 11 %). Le taux de chômage des jeunes de moins de 30 ans est de 31 %. Ces jeunes chômeurs ont souvent un faible niveau d’instruction et/ou sont sans qualification professionnelle. De plus, sur les 50 000 demandeurs d’emploi enregistrés par l’Office National de l’Emploi (ONE) en 2010, 18 % n’avaient aucun diplôme, près de 35 % étaient issus de l’enseignement professionnel, 48 % venaient de l’enseignement général et près de 25 % n’avaient pas dépassé le niveau de l’école primaire. Pour tenter de redresser ces résultats sur le plan social, le Gabon vient de mettre en place, depuis 2009, un nouveau plan de développement : le Plan Stratégique Gabon Emergent (PSGE). 1.1.5 Politiques et stratégies de développement Les politiques et les stratégies de développement s’appuient sur le PSGE de 2009. C’est une vision à long terme qui a pour ambition de faire du Gabon un pays émergent à l’horizon 2025. Ce plan repose sur trois piliers essentiels : le Gabon Vert, le Gabon Industriel et le Gabon des Services. Dans ce cadre, les actions prioritaires qui sous-tendent les programmes de développement du pays au cours du septennat de 2009-2016 se recoupent en plusieurs axes stratégiques à savoir : • Impulser une croissance forte, durable et diversifiée ; • Doter le pays d’infrastructures de qualité ; • Améliorer la gouvernance économique ; • Consolider la gouvernance démocratique ; • Promouvoir le développement décentralisé ; • Promouvoir le développement humain et social. Politique Nationale de Développement Sanitaire (PNDS) La Constitution de la République Gabonaise consacre en son article premier, dans le huitième point, le droit à la santé et à la protection sociale des Gabonais garanti par l’État. La loi 12/95 du 14 janvier 1995 portant orientation de la politique de santé en République Gabonaise confirme le droit à la santé et à la protection sociale des Gabonais, notamment pour ce qui est de la protection des plus démunis. Les principes qui sous-tendent les orientations stratégiques mettent l’Homme au centre des préoccupations et reposent sur la redynamisation des Soins de Santé Primaires. Ces stratégies visent avant tout le renforcement du système de santé à travers les cinq axes stratégiques ci-après : • Renforcer la gouvernance du système de santé et le leadership du ministère de la Santé, y compris la collaboration inter sectorielle ; • Assurer les prestations de services de santé de qualité et accessibles aux populations; • Développer les ressources humaines ; • Développer des mécanismes de financement de la santé et de protection sociale fiables et durables. 4 • Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête • Mettre en place un système national d’information sanitaire y compris de surveillance en santé publique opérationnel et performant et développer la recherche en santé, notamment la recherche opérationnelle. Politique Nationale de l’Éducation Elle est régie par la Loi d’Orientation N° 021/2011 portant Orientation Générale de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche. Cette loi est une amorce de la mise en œuvre conceptuelle des conclusions des États Généraux de l’Éducation et du forum adéquation formation-emploi, qui ont repensé l’école gabonaise ; la priorité du Gouvernement en matière d’éducation étant ici de renforcer les ressources humaines, pédagogiques et institutionnelles. Politique Nationale du Logement Conformément à la nouvelle vision politique des hautes autorités en matière d’accès à la propriété privée, l’ordonnance n°0005/PR du 13 février 2012 fixant le nouveau régime de la propriété foncière au Gabon vient d’être adoptée. Ce texte répond à un souci d’actualisation et de création d’un cadre juridique nécessaire à la mise en œuvre de la politique du logement. Politique Nationale de l’Agriculture Elle est présentée par la loi n° 023/2008 portant élaboration de la politique de développement agricole durable ainsi que le plan stratégique de développement du secteur agricole au Gabon élaboré depuis 2009 et en cours de mise en œuvre. Politique Nationale de la Jeunesse Depuis quelques années, le Gabon dispose d’une politique en matière de jeunesse. Toutefois, même si le forum de 2011 sur la jeunesse a été une occasion pour affiner ladite politique, certains textes d’application ne sont pas encore promulgués, ce qui explique l’opération de plaidoyer de différentes organisations de jeunesse auprès du Gouvernement et du Président de la République. Stratégie Nationale d’Égalité, d’Équité et de Genre (SNEEG) La SNEEG est articulée autour de six axes fondamentaux constituants des enjeux pour l’équité et l’égalité entre les hommes et les femmes dans une perspective de développement. Ces axes sont : • L’adhésion de tous les acteurs à la vision et aux objectifs d’égalité et d’équité de genre ; • L’autonomisation par l’amélioration de la productivité dans les principaux secteurs dans lesquels se trouvent les femmes, pour un accroissement de leurs revenus ; • L’amélioration de l’accès aux services d’appui à la production ; • L’amélioration de l’accès aux services sociaux ; • La promotion de la participation équitable à la gestion du pouvoir, du respect des droits et la suppression des violences ; • La redéfinition du nouveau rôle du ministère chargé de l’intégration du genre au regard des enjeux de la stratégie. Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête • 5 Politique Nationale de la Population Suite au Séminaire d’Oyem sur la population et le développement de 1989, une politique nationale de la population a été élaborée. Elle avait, entre autres, pour objectifs d’augmenter la population et de promouvoir le planning familial. 1.2 MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE 1.2.1 Cadre institutionnel La deuxième Enquête Démographique et de Santé au Gabon (EDSG-II) a été réalisée par la Direction Générale de la Statistique (DGS), du Ministère de l’Économie, de l’Emploi et du Développement Durable, en collaboration avec le Ministère de la Santé. L’EDSG-II 2012, initiée par le Gouvernement Gabonais, a bénéficié de l’assistance technique du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys- DHS) d’ICF International, dont l’objectif est de collecter, analyser et diffuser des données démographiques et de santé portant, en particulier, sur la fécondité, la planification familiale, la santé et la nutrition de la mère et de l’enfant, et le VIH/SIDA. L’EDSG-II a été financée par le Gouvernement du Gabon, avec l’appui financier du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), du Fonds Mondial pour la lutte contre la tuberculose, le VIH/SIDA et le paludisme (GFATM), de l’ONUSIDA et de la Banque Africaine de Développement (BAD). Deux organes ont dirigé l’ensemble des activités de l’EDSG-II : • 1a Direction Nationale qui était l’organe de coordination et d’orientation générale de l’enquête ; • la Direction Technique qui était l’organe technique et qui était placée sous la responsabilité d’un directeur. Elle se compose des divisions « Cartographie », « Collecte » et « Traitement et Analyse ». 1.2.2 Objectifs de l’EDSG-II L’EDSG-II a été conçue pour fournir des données de suivi et d’évaluation dans les domaines de la population et de la santé. Les données collectées sur le terrain de janvier à mai 2012 fournissent des estimations actualisées des indicateurs démographiques et sanitaires de base. L’EDSG-II avait pour objectifs de : • recueillir des données permettant de calculer des taux démographiques essentiels, plus particulièrement les taux de fécondité et de mortalité infantile et infanto-juvénile ; • recueillir des données permettant d’analyser les facteurs directs et indirects qui déterminent le niveau et la tendance de la fécondité et de la mortalité infanto-juvénile ; • mesurer les niveaux de connaissance et de pratique contraceptive des femmes ; • recueillir des données sur la santé maternelle, en particulier les soins prénatals et postnatals et les conditions d’accouchement ; • recueillir des données sur la santé de l’enfant : vaccination, prévalence et traitement de la diarrhée, de la fièvre et des Infections Respiratoires Aiguës (IRA) chez les enfants de moins de cinq ans ; 6 • Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête • recueillir des données sur les pratiques nutritionnelles des enfants, y compris l’allaitement ; • évaluer l’état nutritionnel des femmes et des enfants en mesurant leur poids et taille ; • estimer la prévalence de l’anémie chez les femmes, les hommes et les enfants par le biais d’un test d’hémoglobine ; • déterminer la teneur en iode du sel utilisé pour la cuisine ; • recueillir des données sur la prévention et le traitement du paludisme ; • recueillir des données sur la connaissance et les attitudes des femmes et des hommes au sujet des IST et du SIDA et évaluer les modifications récentes de comportement du point de vue des comportements sexuels et de l’utilisation du condom ; • recueillir des données permettant d’estimer, à l’échelle nationale, le niveau de la mortalité adulte et de la mortalité maternelle ; • recueillir des données sur la violence domestique ; • recueillir des données sur le travail des enfants ; • estimer la prévalence du VIH dans la population adulte en effectuant des prélèvements de sang pour le dépistage volontaire et anonyme du VIH auprès des femmes de 15-49 ans et des hommes de 15-59 ans. 1.2.3 Échantillonnage de l’enquête L’EDSG-II 2012 vise la population des individus qui résident dans les ménages ordinaires de l’ensemble du pays. Un échantillon national d’environ 10 000 ménages a été sélectionné. L’échantillon est stratifié de façon à fournir une représentation adéquate des milieux urbain et rural ainsi que des dix domaines d’étude correspondant aux neuf provinces (dont l’Estuaire sans Libreville et l’Ogooué Maritime sans Port-Gentil) et aux villes regroupées de Libreville et Port-Gentil, pour lesquelles on dispose d’une estimation pour tous les indicateurs clés. L’échantillon de l’EDSG-II est un échantillon aréolaire stratifié et tiré à deux degrés. Au premier degré, des grappes ou Secteurs de Dénombrement (SD) ont été tirées sur l’ensemble du territoire national à partir de la liste des SD établie pour le Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 2003 (RGPH 2003). Globalement, 336 grappes, dont 183 en milieu urbain et 153 en milieu rural, ont été sélectionnées en procédant à un tirage systématique avec probabilité proportionnelle à la taille, la taille du SD étant le nombre de ménages. Un dénombrement des ménages dans chacune de ces grappes a fourni une liste des ménages à partir de laquelle a été tiré au second degré un échantillon de ménages avec un tirage systématique à probabilités égales. Toutes les femmes âgées de 15-49 ans vivant habituellement dans les ménages sélectionnés, ou ayant passé la nuit précédant l’enquête, étaient éligibles pour être enquêtées. De plus, dans un sous- échantillon de deux ménages sur trois, 5880 hommes de 15-59 ans ont également été enquêtés. Dans ce sous-échantillon, toutes les femmes et tous les hommes éligibles pour l’enquête individuelle l’étaient aussi pour le test du VIH. Par ailleurs, dans ce même sous-échantillon de ménages, on a réalisé un test d’hémoglobine pour estimer la prévalence de l’anémie auprès des hommes et des femmes et des enfants de 6-59 mois identifiés dans les ménages. De plus, dans ce même sous-échantillon, toutes les femmes ainsi que tous les enfants de moins de cinq ans étaient éligibles pour être mesurés et pesés afin d’évaluer leur état nutritionnel. Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête • 7 Pour le module sur la violence domestique, une seule femme par ménage devait être sélectionnée (après l’enquête ménage) pour répondre à ces questions. 1.2.4 Questionnaires de l’enquête Trois questionnaires ont été utilisés au cours de l’EDSG-II : le questionnaire ménage, le questionnaire femme et le questionnaire homme. Le contenu de ces documents est basé sur les questionnaires modèles développés par le programme DHS. Des réunions regroupant des techniciens représentant le gouvernement et les partenaires au développement ont été organisées pour définir les objectifs spécifiques de l’enquête. À l’issue de ces réunions, les questionnaires de base ont été adaptés pour tenir compte des besoins des utilisateurs et pour refléter les problèmes pertinents qui se posaient en termes de population, de santé, de planification familiale, de VIH/sida et dans d’autres domaines de santé spécifiques, comme le paludisme. Le questionnaire ménage permet d’enregistrer tous les membres du ménage avec certaines de leurs caractéristiques : lien de parenté avec le chef de ménage, sexe, âge, situation de résidence, niveau d’instruction, etc. Le but premier du questionnaire ménage est de fournir les informations permettant de déterminer les populations de référence pour le calcul des taux démographiques (mortalité, natalité, fécondité), et d’identifier les femmes et les hommes éligibles pour être interviewés individuellement. Le questionnaire ménage contient également des informations relatives aux conditions de vie du ménage, à la possession et à l’utilisation des moustiquaires et au travail des enfants. Enfin, le questionnaire ménage a également été utilisé pour enregistrer les résultats des mesures anthropométriques (poids et taille), des tests d’hémoglobine et des prélèvements sanguins effectués pour le test du VIH. Le questionnaire individuel femme est utilisé pour enregistrer les informations concernant les femmes éligibles, c’est-à-dire les femmes âgées de 15-49 ans. Il comprend les sections suivantes : • Caractéristiques sociodémographiques de l’enquêtée ; • Historique des naissances (fécondité et mortalité des enfants) et avortement ; • Connaissance et utilisation des méthodes contraceptives ; • Préférences en matière de fécondité ; • Santé maternelle ; • Santé des enfants, allaitement et pratiques nutritionnelles ; • Mariage et activité sexuelle ; • Caractéristiques du conjoint et activité économique de la femme ; • Connaissances et attitudes vis-à-vis du VIH/sida et autres infections sexuellement transmissibles ; • Autres problèmes de santé ; • Mortalité maternelle ; • Violence domestique. Le questionnaire individuel homme est complètement indépendant du questionnaire femme, mais la plupart des questions posées aux hommes âgés de 15-59 ans sont identiques à celles posées aux femmes de 15-49 ans. Le questionnaire comprend les sections suivantes : • Caractéristiques sociodémographiques de l’enquêté ; • Reproduction ; • Contraception ; • Mariage et activité sexuelle ; • Préférences en matière de fécondité ; 8 • Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête • Activité économique ; • Connaissances et attitudes vis-à-vis du VIH/sida et autres infections sexuellement transmissibles ; et • Autres problèmes de santé. 1.2.5 Test d’hémoglobine et du VIH Dans deux ménages sur trois, les femmes de 15-49 ans et les hommes de 15-59 ans étaient éligibles pour le test du VIH et les femmes et les enfants de 6-59 mois étaient éligibles pour le test d’hémoglobine. Les protocoles pour les tests d’anémie et du VIH ont été approuvés par le Comité National d’Éthique pour la Recherche au Gabon et par le Comité d’Éthique (Institutional Review Board) d’ICF International. Test d’hémoglobine Le test d’hémoglobine est la principale méthode pour diagnostiquer l’anémie. Ce test est effectué en utilisant le système HemoCue. Après obtention du consentement éclairé, l’enquêteur piquait le bout du doigt de l’enquêté(e) avec une lancette rétractable, stérile et non réutilisable. Une goutte de sang était récupérée dans une microcuvette et ensuite introduite dans le photomètre HemoCue qui indiquait le niveau d’hémoglobine. Ce résultat, enregistré dans le questionnaire ménage, était communiqué à la personne testée, ou au parent/adulte responsable dans le cas d’un enfant mineur, en lui expliquant la signification du résultat. Si la personne présentait une anémie sévère (un niveau d’hémoglobine <7 g/dl), l’enquêteur lui fournissait une fiche de référence pour rechercher des soins auprès d’un service de santé. Test du VIH Le test du VIH a été effectué dans le sous-échantillon de ménages sélectionnés pour l’enquête homme. Les prélèvements de sang ont été réalisés auprès de tous les hommes et de toutes les femmes éligibles de ces ménages qui acceptaient volontairement de se soumettre au test. Le protocole pour dépister le VIH est basé sur le protocole anonyme-lié développé par le projet DHS. Selon ce protocole, aucun nom ou autre caractéristique individuelle ou géographique permettant d’identifier un individu ne peut être lié à l’échantillon de sang. Étant donné que les tests du VIH sont strictement anonymes, il n’a pas été possible d’informer les enquêtés des résultats de leur test. Par contre, au moment de la collecte, on a remis aux personnes éligibles, qu’elles aient accepté ou non d’être testées pour le VIH, une carte de conseils/dépistage pour obtenir, si elles le souhaitaient, des conseils et un test gratuit auprès des établissements de santé offrant ces services. Après obtention du consentement éclairé, l’enquêteur prélevait des gouttes de sang capillaire sur un papier filtre. Une étiquette contenant un code à barres était alors collée sur le papier filtre. On a ensuite collé une deuxième étiquette avec le même code à barres sur le questionnaire ménage, sur la ligne correspondant à la personne éligible. Les gouttes de sang sur papier filtre étaient séchées pendant 24 heures dans une boîte de séchage contenant un dessicatif pour absorber l’humidité. Le lendemain, chaque échantillon séché était placé dans un petit sac en plastique imperméable et à fermeture hermétique. Les sacs en plastique individuels ont été ainsi conservés jusqu’à leur acheminement à la coordination de l’enquête à la Direction Générale de la Statistique (DGS) à Libreville pour enregistrement, vérification et transfert au Laboratoire National de Santé Publique. Le Laboratoire National enregistrait à son tour les prélèvements avant de les stocker à basse température. Lorsque la saisie des questionnaires a été terminée à la DGS, le fichier des données de l’enquête a été vérifié, apuré, et les coefficients de pondération ont été appliqués. Après avoir vérifié que le fichier de données était dans son format final, les résultats ont été générés et tous les identifiants permettant de retrouver un individu (plus précisément les numéros de ménage et de grappe) ont été brouillés et remplacés Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête • 9 par des numéros générés aléatoirement. Tous les identifiants originaux ont été détruits du fichier de données. Par ailleurs, les couvertures des questionnaires contenant ces identifiants ont également été détruites. Ce n’est qu’à ce stade que le Laboratoire National a commencé l’analyse des prélèvements de sang. 1.2.6 Formation des personnels de collecte Toutes les procédures de collecte de l’EDSG-II ont été prétestées. Près de cinquante agents ont été recrutés et formés pendant environ quatre semaines sur le remplissage des questionnaires et les procédures de tests. La formation a comporté une phase théorique et une phase pratique en salle. Les activités de terrain du prétest se sont déroulées dans quatre zones de Libreville et deux zones rurales en dehors de l’échantillon. Le taux élevé d’acceptation des prélèvements sanguins au cours du prétest a montré que la réalisation des tests pendant l’enquête proprement dite était possible. Les leçons tirées de ce prétest ont été valorisées dans la finalisation des instruments et de la logistique de l’enquête. Trois types de formation ont eu lieu : • La première formation s’est déroulée du 15 novembre au 13 décembre 2011 et concernait les enquêtrices, les enquêteurs, les contrôleuses et les superviseurs ; • La deuxième formation du 26 au 31 décembre était organisée pour le complément d’effectif des enquêteurs et de certaines enquêtrices qui n’avaient pas bien assimilé la première formation ; • La troisième formation du 4 au 9 janvier 2012 était une remise à niveau de tous les personnels de terrain. Pour l’enquête principale, la DGS a recruté 112 candidats qui ont tous reçu une formation complète sur tous les volets de l’enquête du 15 novembre au 13 décembre 2011. Tous les agents ont bénéficié de la formation sur le remplissage des questionnaires et les prélèvements sanguins. La formation des enquêteurs a comporté également une phase pratique dans les formations sanitaires, puis dans des quartiers hors échantillon de Libreville. À l’issue d’un test pratique, les meilleurs agents ont été retenus pour constituer 15 équipes de six personnes. La formation s’est déroulée dans la salle de l’INFASS (Institut National de Formation et d’Action Sanitaire et Social). Les principaux intervenants étaient les cadres de la Direction technique (10) dont la Direction Générale de la Statistique (6), la Direction Générale de la Prévention du Sida (1), le Programme de Lutte contre les Infections Sexuellement Transmissibles (1); les experts d’ICF International (2) et des spécialistes des questions de santé auprès des organismes partenaires dont l’UNFPA (1) et l’UNICEF (1), les Organisations Non Gouvernementales dont le Mouvement Gabonais pour le Bien-Être Familial (1) et « Agir pour le Genre » (1), les cadres du Laboratoire National de Santé Publique (2) et du Laboratoire de Référence de la Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé (1), de l’Institut d’Épidémiologie et de Lutte contre les Endémies (1), du Ministère de la Santé (1) et du Laboratoire Universitaire de Tradition Orale (1). La formation a duré 29 jours dont 12 jours de formation sur les questionnaires ; 5 jours de pratique (3 en biomarqueurs et 2 jours dans les formations sanitaires) ; 5 jours de collecte des données sur le terrain et 1 jour de débriefing après le terrain ; 2 jours pour l’examen et la correction des questionnaires remplis. Chaque équipe était composée d’un chef d’équipe, d’une contrôleuse, de trois enquêtrices et d’un enquêteur. Chacune des 15 équipes a été placée sous la responsabilité d’un superviseur ayant une expérience en matière de collecte de données. Les contrôleuses et les chefs d’équipes ont reçu une 10 • Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête formation complémentaire axée sur le contrôle technique, l’organisation et la logistique, le contact avec les autorités et les populations. 1.2.7 Collecte des données de l’enquête et couverture de l’échantillon La collecte des données a démarré le 10 janvier 2012 à Libreville et dans la province de l’Estuaire qui ont été totalement couvertes avant le déploiement des équipes dans les autres provinces. Cette approche a permis d’assurer un suivi rapproché des équipes. La collecte s’est achevée le 16 mai 2012. La complexité de l’enquête, due à l’introduction du test de VIH, a amené la Direction Technique de l’EDSG-II a intensifié les missions de contrôle pour garantir la qualité des données collectées au cours de cette enquête. Ainsi, en dehors de la composition des équipes de terrain, une équipe de suivi des activités de collecte constituée de six agents de vérification a été mise en place à la DGS pour réceptionner toutes les grappes complétées et les échantillons de prélèvements sanguins. Ce travail de vérification se faisait à deux niveaux : le respect de la couverture des échantillons de l’enquête (30 ménages par grappes, femmes et hommes éligibles, mesures anthropométriques et test d’anémie chez les enfants ; test du VIH chez les adultes) par le remplissage du tableau de suivi qui intègre des indicateurs de couverture permettant d’accepter le travail de l’équipe ou de le retourner pour insuffisance. Le second niveau de contrôle concernait les prélèvements sanguins où il fallait vérifier la conformité des codes-barres collés sur les feuilles de transmission, les questionnaires et les papiers filtres avant leur décharge au Laboratoire National. Une fois les deux niveaux de contrôle atteints, une copie des feuilles de transmission de sang était faite pour l’atelier de saisie qui procédait à une autre vérification des échantillons de sang. Concernant la couverture des échantillons, lors du démarrage de la collecte dans l’Estuaire, on a décelé des insuffisances pendant les missions de supervision ; des réunions de mise au point ont donc été régulièrement organisées pour améliorer le travail des équipes. Quelques directives techniques leur ont été données pour le calcul et le suivi du taux de couverture des échantillons de grappes, de femmes et d’hommes éligibles pour l’interview et les prélèvements de sang. Pour améliorer la couverture qui paraissait faible au démarrage de la collecte, des retours ont donc été organisés dans les ménages. Ces retours ont amélioré les rendements de l’ensemble des équipes de collecte. Toutefois, la collecte a été quelque peu perturbée par la Coupe d’Afrique des Nations de janvier à février 2012 à cause de l’absence de certains ménages sélectionnés et de leurs membres lors du passage des enquêteurs. Par ailleurs, le réaménagement des voies à Libreville qui a entraîné le déguerpissement des populations et la dispersion des ménages au cours d’un incendie à Owendo ont affecté l’échantillon. Par ailleurs, la fermeture de chantiers forestiers dans les provinces de l’Ogooué-Ivindo et de l’Ogooué-Lolo ont réduit la taille de certaines grappes et ont conduit à réviser l’échantillon tiré par des remplacements de grappes dans ces zones. Enfin, suite à des erreurs constatées sur certains carnets de dénombrement, les travaux d’énumération des ménages ont été repris dans certaines grappes dans la province de l’Estuaire. Malgré ces problèmes, au cours de l’EDSG-II, la totalité des 336 grappes sélectionnées ont pu être effectivement Tableau 1.1 Résultats des interviews ménages et individuelles Effectif de ménages, nombre d'interviews et taux de réponse par milieu de résidence (non pondéré), Gabon 2012 Résultat Résidence EnsembleUrbain Rural Interviews Ménages Ménages sélectionnés 5 490 4 559 10 049 Ménages occupés 5 383 4 439 9 822 Ménages interviewés 5 349 4 406 9 755 Taux de réponse des ménages1 99,4 99,3 99,3 Interviews des femmes de 15-49 ans Effectif de femmes éligibles 5 833 2 744 8 577 Effectif de femmes éligibles interviewées 5 736 2 686 8 422 Taux de réponse des femmes éligibles2 98,3 97,9 98,2 Interviews des hommes de 15-59 Effectif d'hommes éligibles 3 764 2 116 5 880 Effectif d'hommes éligibles interviewés 3 609 2 045 5 654 Taux de réponse des hommes éligibles2 95,9 96,6 96,2 1 Ménages enquêtés/ménages identifiés. 2 Enquêtés interviewés/enquêtés éligibles. Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête • 11 enquêtées. Au total, 10 049 ménages ont été sélectionnés (Tableau 1.1) et, parmi eux, 9 822 ménages occupés ont été identifiés au moment de l’enquête. Parmi ces 9 822 ménages, 9 755 ont pu être enquêtés avec succès, soit un taux de réponse de 99 %. Les taux de réponses sont pratiquement identiques en milieu rural et en milieu urbain (99 % dans les deux cas). Dans les 9 755 ménages enquêtés, 8 577 femmes âgées de 15-49 ans ont été identifiées comme étant éligibles pour l’enquête individuelle et pour 8 422 d’entre elles, l’interview a été menée avec succès, soit un taux de réponse de 98 %. L’enquête homme a été réalisée dans deux ménages sur trois : 5 880 hommes étaient éligibles, soit nettement moins que prévu par le plan de sondage, et 5 654 ont été interviewés, soit un taux de réponses de 96 %. Les taux de réponse enregistrés chez les femmes en milieu urbain sont sensiblement les mêmes que ceux obtenus en milieu rural (98 %) ; chez les hommes, ils sont très peu différents (96 % en milieu urbain et 97 % en milieu rural). 1.2.8 Traitement des données de l’enquête Les données de l’enquête ont été saisies au moyen du logiciel CSPro au fur et à mesure que la collecte avançait. Un programme de contrôle de qualité a permis de détecter pour chaque équipe et même, le cas échéant, pour chaque enquêtrice, les principales erreurs de collecte. Des tableaux de qualité étaient édités toutes les deux semaines pour le suivi de la qualité du remplissage des questionnaires et le suivi de la couverture des échantillons. Tous les manquements décelés étaient communiqués aux équipes de terrain lors des missions de supervision afin d'améliorer la qualité des données. L’édition et la vérification finale de la cohérence interne des données saisies ont été réalisées en juillet 2012. Caractéristiques des ménages • 13 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES 2 Jean-Noël BIYOGO OBAME et Daniel EDJO MVE objectif de ce chapitre est de présenter les conditions environnementales dans lesquelles vivent les ménages ciblés par l’EDSG-II, ainsi qu’un profil démographique et socio-économique de la population de ces ménages. La première partie de ce chapitre est consacrée à la présentation de certaines caractéristiques des logements comme le type d’approvisionnement en eau de boisson, le type de toilettes, les matériaux de revêtement du sol, la disponibilité de l’électricité et la possession de biens durables. La deuxième partie est consacrée à la présentation de certaines caractéristiques sociodémographiques de la population des ménages telles que la structure par âge et sexe et la taille et composition des ménages. La troisième partie présente les données sur le niveau d’instruction des femmes et des hommes des ménages enquêtés. 2.1 CONDITIONS DE VIE Les données collectées sur certaines caractéristiques du logement sont présentées pour les ménages et pour l’ensemble de la population de droit des ménages selon le milieu de résidence. Provenance de l’eau de boisson Le Sommet Mondial pour l’Enfance a adopté une définition standardisée de l’eau salubre qui a été retenue dans l’EDSG II. L’eau est considérée comme salubre lorsqu’elle provient de : • Robinets installés à l’intérieur ou à l’extérieur du logement; • Bornes fontaines ou robinets publics; • Puits/forages équipés de pompes; • Puits creusés protégés ; • Sources protégées. L’ Principaux résultats • Par rapport à l’EDSG-I, la proportion de ménages qui consomment de l’eau provenant d’une source améliorée a augmenté : elle est passée de 77 % en 2000 à 89 % en 2012. • Plus d’un tiers des ménages utilisent des toilettes non améliorées (36 %). Cette proportion est nettement plus élevée en milieu rural qu’en milieu urbain (82 % contre 26 %). • La population gabonaise est une population jeune, dans laquelle les femmes sont plus nombreuses que les hommes. En outre, plus de quatre personnes sur cinq vivent en milieu urbain (84 %). • Le taux de fréquentation scolaire est plus élevé chez les filles que chez les garçons. Au niveau primaire et au niveau secondaire, l’indice de parité de genre est très proche ou supérieur à 1. 14 • Caractéristiques des ménages Les données sur la provenance de l’eau consommée par les ménages sont présentées au tableau 2.1. Au niveau national, 89 % des ménages utilisent, pour boire, de l’eau provenant d’une source d’approvisionnement améliorée. Près de deux ménages sur cinq (38 %) consomment de l’eau provenant de robinets dans la cour ou concession, un quart des ménages dispose d’un robinet dans le logement et, dans 20 % des cas, l’eau consommée provient de robinets publics ou de bornes fontaines, de robinets du voisin ou bien il s’agit d’eau de robinet achetée. Bien que des efforts restent à fournir, on constate une nette augmentation de la proportion de ménages qui consomment de l’eau de bonne qualité, cette proportion étant passée de 77 % en 2000 à 89 % en 2012. À l’opposé, dans 10 % des cas, l’eau consommée ne provient pas d’une source d’approvisionnement améliorée. La proportion de ménages qui consomment de l’eau provenant d’une source améliorée est plus élevée en milieu urbain que rural (98 % contre 49 %). En milieu urbain, dans 74 % des cas, les ménages disposent d’un robinet à l’intérieur ou à l’extérieur du logement, c’est à-dire dans la cour/concession, et 22 % s’approvisionnent à un robinet public ou à une borne fontaine. Par contre, en milieu rural, ces proportions ne sont respectivement que de 12 % et 13 %. La moitié des ménages du milieu rural (51 %) boivent une eau impropre à la consommation provenant d’une source d’approvisionnement non améliorée. Pour plus du quart des ménages du milieu rural, il s’agit d’eau de surface (27%). Tableau 2.1 Eau utilisée par les ménages pour boire Répartition (en %) des ménages et de la population de droit par la provenance de l'eau pour boire, le temps pour s'approvisionner en eau et par le moyen utilisé pour traiter l'eau, selon le milieu de résidence, Gabon 2012 Caractéristique Ménages Enquêtés Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Source d'approvisionnement en eau de boisson Source améliorée 97,5 48,5 89,4 96,4 49,8 89,0 Robinet dans logement 29,6 4,1 25,4 30,8 5,5 26,8 Robinet dans cour/concession 44,4 7,8 38,4 41,1 8,2 35,9 Robinet public/borne fontaine/Robinet du voisin/Eau robinet achetée 21,6 13,0 20,2 23,0 15,6 21,8 Puits protégé dans la cours 0,2 0,9 0,3 0,3 1,0 0,4 Hydraulique villageoise/Autre puits protégé 0,2 16,2 2,8 0,3 15,2 2,6 Eau de pluie 0,3 5,8 1,2 0,5 4,0 1,0 Eau en bouteille 1,2 0,8 1,1 0,5 0,3 0,4 Source non améliorée 1,8 50,5 9,8 2,5 49,1 9,8 Puits ouvert 0,7 5,7 1,5 1,0 6,1 1,8 Eau de source 0,7 18,3 3,6 0,9 17,8 3,6 Eau de surface 0,4 26,5 4,7 0,6 25,2 4,4 Autre 0,6 0,6 0,6 1,0 0,7 0,9 Manquant 0,2 0,4 0,2 0,2 0,4 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Pourcentage utilisant pour boire l'eau d'une source améliorée 97,5 48,5 89,4 96,4 49,8 89,0 Temps de trajet pour s'approvisionner en eau de boisson Eau sur place 74,6 19,9 65,6 72,8 20,3 64,5 Moins de 30 minutes 13,3 37,6 17,3 12,8 37,1 16,6 30 minutes ou plus 10,7 40,8 15,6 13,6 41,3 18,0 NSP/manquant 1,4 1,7 1,4 0,8 1,4 0,9 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Moyen de traitement de l'eau1 Ébullition 1,5 1,9 1,6 1,3 1,8 1,4 Ajout d'eau de Javel/chlore 0,6 1,2 0,7 0,5 1,1 0,6 Passée à travers un linge 0,8 2,0 1,0 0,9 1,8 1,0 Céramique, sable ou autre filtre 1,4 0,4 1,2 1,3 0,5 1,2 Autre 0,8 1,2 0,9 0,6 1,0 0,7 Aucun traitement 94,8 93,9 94,6 95,5 94,5 95,3 Pourcentage utilisant une méthode de traitement approprié2 4,0 4,9 4,2 3,8 4,6 3,9 Effectif 8 143 1 612 9 755 33 624 6 285 39 908 1 Les enquêtés pouvant déclarer plusieurs types de traitement, la somme des pourcentages peut excéder 100 %. 2 Les méthodes appropriées pour le traitement de l'eau comprennent l'ébullition, l'ajout de chlore, l'utilisation d'un linge pour passer l'eau et le filtrage. Caractéristiques des ménages • 15 Le tableau 2.1 présente également les résultats selon le temps de trajet pour s’approvisionner en eau. Globalement, dans 66 % des cas, les ménages disposent d’eau sur place et, dans 16 % des cas, il faut 30 minutes ou plus pour aller chercher l’eau de boisson. On constate des disparités en fonction du milieu de résidence, les trois quarts des ménages urbains (75 %) disposant d’eau sur place contre un cinquième des ménages du milieu rural (20 %). En outre, pour 41 % des ménages du milieu rural, le temps de trajet est évalué à 30 minutes ou plus ; en milieu urbain, cette proportion n’est que de 11 %. Au cours de l’enquête, on a demandé aux ménages s’ils faisaient quelque chose pour rendre l’eau plus saine à boire. Les résultats montrent que, dans seulement 4 % des cas, les ménages utilisent un moyen approprié pour traiter l’eau. Types de toilettes L’amélioration de l’approvisionnement en eau, l’accès à des installations sanitaires adéquates et la promotion de pratiques hygiéniques constituent des objectifs importants pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Les résultats présentés au tableau 2.2 montrent que, dans l’ensemble, 36 % des ménages utilisent des toilettes non améliorées. Dans 27 % des cas, il s’agit de fosses d’aisance sans dalle ou d’un trou ouvert. L’utilisation de toilettes non améliorées est plus fréquente en milieu rural qu’en milieu urbain (82 % contre 26 %). À l’opposé, environ un tiers des ménages (34 %) ont accès à des toilettes améliorées qu’ils ne partagent pas, essentiellement des toilettes avec chasse d’eau (27 %). L’utilisation de ce type de toilettes est plus importante en milieu urbain (31 %) qu’en milieu rural (5 %). En outre, 31 % des ménages utilisent des installations sanitaires améliorées mais partagées et cette proportion est beaucoup plus élevée en milieu urbain qu’en milieu rural (35 % contre 6 %). Tableau 2.2 Type de toilettes utilisées par les ménages Répartition (en %) des ménages et de la population de droit par type de toilettes/latrines, selon le milieu de résidence, Gabon 2012 Type de toilettes/latrines Ménages Enquêtés Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Toilettes améliorées, non partagées Chasse d'eau 30,8 5,4 26,6 32,4 6,8 28,4 Fosse d'aisances améliorée auto- aérée 1,6 0,8 1,4 1,8 1,0 1,7 Fosses d'aisances avec dalle 5,8 5,1 5,7 8,2 5,0 7,7 Total 38,2 11,3 33,7 42,5 12,9 37,8 Toilettes partagées1 Chasse d'eau 7,6 0,6 6,4 4,9 0,4 4,1 Fosse d'aisances améliorée auto- aérée 5,2 1,4 4,6 4,4 1,3 3,9 Fosse d'aisances avec dalle 22,6 4,5 19,6 18,6 4,1 16,3 Total 35,4 6,4 30,6 27,8 5,7 24,4 Toilettes non améliorées Fosse d'aisances sans dalle/trou ouvert 19,6 62,1 26,6 22,4 62,3 28,7 Toilettes/latrines suspendues 3,6 14,8 5,5 4,0 14,0 5,6 Pas de toilettes/nature 1,7 5,2 2,3 1,9 4,8 2,4 Autre 1,1 0,1 1,0 1,1 0,1 0,9 Manquant 0,3 0,1 0,3 0,3 0,2 0,3 Total 26,4 82,3 35,7 29,7 81,4 37,8 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 8 143 1 612 9 755 33 624 6 285 39 908 1 Toilettes partagées qui seraient considérées comme "améliorées" si elles n'étaient pas partagées par deux ménages ou plus. 16 • Caractéristiques des ménages Caractéristiques du logement Le tableau 2.3 présente certaines caractéristiques du logement. On constate tout d’abord que 89 % des ménages disposent de l’électricité. En 2000, cette proportion était de 74 %. Cependant, malgré les efforts accomplis, on constate toujours des disparités entre milieux de résidence. En effet, en milieu rural, seulement 45 % des ménages disposent de l’électricité contre 98 % en milieu urbain. Le type de matériaux de construction (sol, murs, toit) est aussi révélateur des conditions de vie du ménage. Il constitue un élément très important dans la mesure où il peut être un facteur de propagation de certains parasites ou germes vecteurs de maladies. Au niveau global, on note que 77 % des ménages gabonais vivent dans un logement dont le sol est recouvert de ciment/carrelage contre 69 % en 2000. Dans 7 % des cas, le sol du logement est recouvert de bandes de vinyle/Gerflex/ parquet. À l’opposé, 12 % (contre 22 % en 2000) vivent dans un logement dont le sol est en terre/sable. En ce qui concerne les murs du logement, on constate que, dans plus de la moitié des cas (56 %), ils sont en parpaing/ciment ou sont en matériaux semi durs. Près de deux ménages sur cinq (37 %) vivent dans un logement dont les murs sont en planches. Ces proportions étaient respectivement de 44 % et 41 % en 2000. Par ailleurs, en ce qui concerne le revêtement du toit, on note que pour 42 % des ménages (contre 53 % en 2000), le toit du logement est en tôles seules ; pour 55 % des ménages (contre 43 % en 2000), le toit est en tôles et plafond et pour 3 % (contre 2 % en 2000), il est recouvert de tuiles/ardoise/béton. Dans l’ensemble, on note une amélioration des conditions de logements des ménages au Gabon. Cependant, comme pour l’accès à l’électricité, on constate d’importantes disparités entre milieux urbain et rural. En effet, si en milieu urbain, 91 % des ménages vivent dans un logement dont le sol est soit Tableau 2.3 Caractéristiques du logement Répartition (en %) des ménages en fonction de certaines caractéristiques du logement et pourcentage utilisant du combustible solide pour cuisiner; répartition (en%)des ménages en fonction de la fréquence à laquelle on fume dans le logement, selon le milieu de résidence, Gabon 2012 Caractéristique du logement Résidence Ensemble Urbain Rural Électricité Oui 98,1 44,9 89,3 Non 1,9 55,0 10,7 Total1 100,0 100,0 100,0 Matériau de revêtement du sol Terre, sable 4,7 47,4 11,8 Planches en bois 1,6 1,9 1,6 Bandes de vinyle/Gerflex/parquet 8,0 3,2 7,2 Carrelage 30,1 6,7 26,2 Ciment 52,7 40,6 50,7 Moquette 2,8 0,0 2,3 Autre/Manquant 0,2 0,2 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 Matériau des murs Matériau de récupération/naturel 0,4 2,9 0,8 terre battue 1,1 10,8 2,7 Brique de terre 2,6 2,2 2,6 Tôle 0,8 4,0 1,3 Planches 31,8 61,2 36,6 Semi dur 12,0 4,8 10,8 Parpaing/ciment 51,2 13,8 45,0 Autre/Manquant 0,0 0,3 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 Matériau du toit Matériau rudimentaire 0,3 2,9 0,7 Tôle seule 34,5 77,8 41,7 Tôle et plafond 61,8 18,9 54,7 Tuiles/ardoise/béton 3,4 0,3 2,9 Autre/Manquant 0,0 0,1 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 Pièces utilisées pour dormir Une 45,0 33,9 43,2 Deux 23,9 26,8 24,4 Trois ou plus 30,6 39,0 32,0 Total1 100,0 100,0 100,0 Endroit pour cuisiner Dans la maison 83,0 33,8 74,8 Dans un bâtiment séparé 5,4 34,5 10,2 Â l'extérieur 5,6 30,5 9,7 Pas de repas préparé dans le ménage 5,8 1,1 5,0 Autre/Manquant 0,2 0,1 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 Combustible utilisé pour cuisiner Électricité 0,4 0,1 0,3 Gaz butane 87,7 35,3 79,0 Pétrole 0,9 0,7 0,9 Charbon de bois 0,8 4,6 1,4 Bois 4,3 57,8 13,1 Autre combustible 0,1 0,2 0,1 Pas de repas préparé dans le ménage 5,8 1,1 5,0 Total1 100,0 100,0 100,0 Pourcentage utilisant un combustible solide pour cuisiner2 5,1 62,6 14,6 Fréquence à laquelle on fume dans le logement Tous les jours 17,1 35,9 20,2 Une fois par semaine 3,3 2,9 3,2 Une fois par mois 0,6 0,5 0,6 Moins d'une fois par mois 1,2 0,5 1,1 Jamais 77,5 60,0 74,6 Total1 100,0 100,0 100,0 Effectif 8 143 1 612 9 755 1 Y compris les manquants. 2 Inclut charbon de bois et bois de chauffe. Caractéristiques des ménages • 17 recouvert de ciment ou carrelage ou de bandes de vinyle/Gerflex/parquet et 99 % dans un logement dont le toit est en tôles, en tôles et plafonds ou en tuiles/ardoise/béton, en milieu rural, près de la moitié (49 %) des ménages vivent encore dans un logement dont le sol est en terre/sable ou planches en bois et 81 % dans un logement dont le toit est recouvert de tôle seule ou de matériau rudimentaire. Le tableau 2.3 présente aussi la répartition des ménages selon le nombre de pièces utilisées pour dormir. Dans 43 % des cas, les ménages utilisent une pièce pour dormir et dans 32 % des cas, trois pièces ou plus. On constate également que les trois quarts (75 %) des ménages cuisinent à l’intérieur de la maison, alors que, dans 20 % des cas, la cuisine se fait dans un bâtiment séparé ou à l’extérieur. La proportion de ménages qui font la cuisine dans la maison est plus élevée en milieu urbain qu’en milieu rural (83 % contre 34 %). Pour évaluer le niveau de pollution à l’intérieur du logement, on a demandé quel était le combustible utilisé par le ménage pour cuisiner. On constate, au niveau global, que plus des trois quarts des ménages (79 %) utilisent du gaz butane. Cette proportion varie de manière importante entre les deux milieux de résidence, de 88 % en urbain à 35 % en rural. Les ménages du milieu rural utilisent plus fréquemment du bois pour cuisiner (58 % contre 4 % en milieu urbain). Le tableau 2.3 présente enfin une dernière information qui peut être utilisée pour évaluer la qualité de l’air à l’intérieur du logement et l’exposition passive au tabac. On constate que dans les trois quarts des cas (75 %), on ne fume jamais dans le logement. Cette proportion est plus élevée en milieu urbain qu’en milieu rural (78 % contre 60 %). Biens possédés par le ménage Le niveau de vie des ménages a été évalué par la possession de certains biens de consommation. Globalement, le tableau 2.4 montre que la proportion élevée de ménages ayant accès à l’électricité a un effet induit sur la possession de biens dont l’utilisation en dépend. Ainsi, on constate que 83 % des ménages possèdent une télévision, 72 % un ventilateur, 68 % un lecteur DVD/VCD et, dans une même proportion, un fer à repasser, 56 % ont un congélateur et 53 % une radio. En outre, dans la quasi-totalité des cas, les ménages possèdent un téléphone portable (92 %). On note que, dans l’ensemble, les ménages du milieu urbain sont mieux équipés que ceux du milieu rural : en particulier, 96 % des ménages urbains contre 70 % en milieu rural possèdent un téléphone portable, 92 % contre 40 % en milieu rural possèdent une télévision et 61 % contre 28 % en rural un congélateur. Concernant le moyen de locomotion, on constate que c’est la voiture/camionnette qui est le plus répandu (15 %). Le tableau 2.4 montre également que 30 % des ménages possèdent des terres agricoles et 12 % des animaux de ferme. Ces proportions sont nettement plus élevées en milieu rural qu’en milieu urbain. 18 • Caractéristiques des ménages Tableau 2.4 Biens possédés par les ménages Pourcentage de ménages possédant certains équipements, des moyens de transport, de la terre agricole et du bétail/animaux de ferme selon le milieu de résidence, Gabon 2012 Possession Résidence Ensemble Urbain Rural Biens possédés par le ménage Montre 68,0 41,6 63,6 Tronçonneuse 1,5 5,5 2,2 Radio 54,1 45,2 52,7 Fer à repasser 74,4 37,3 68,2 Groupe électrogène/générateur 1,1 15,4 3,5 Télévision 92,0 39,8 83,4 Chaîne HIFI 24,9 8,8 22,3 Magnétoscope 7,7 1,0 6,6 Lecteur DVD/VCD 75,5 32,7 68,4 Réfrigérateur 43,3 7,5 37,4 Congélateur 61,3 28,1 55,8 Fusil de chasse 5,2 21,5 7,9 Filet de pêche 2,8 12,1 4,3 Cuisinière (à gaz, électrique) 47,7 17,1 42,6 Réchaud à gaz 45,9 34,5 44,0 Ventilateur 81,9 21,0 71,8 Débrousailleuse 2,4 3,5 2,6 Machine à coudre 5,4 3,0 5,0 Téléphone fixe 2,2 0,8 2,0 Téléphone portable 96,3 69,7 91,9 Ordinateur 17,5 2,1 15,0 Climatiseur 13,7 2,1 11,8 Machine à laver 7,3 1,0 6,3 Antenne/décodeur 43,7 16,0 39,1 Torche indigène 3,7 12,0 5,1 Lampe à pétrole 25,5 78,8 34,3 Lampe à gaz 1,2 0,6 1,1 Moyens de transport Bicyclette 4,4 1,1 3,8 Motocyclette/scooter 1,5 0,5 1,3 Voiture/camionnette 17,0 4,8 15,0 Pirogue sans moteur 0,8 5,4 1,5 Pirogue à moteur 0,9 1,4 1,0 Possession de terres agricoles 21,5 74,6 30,3 Possession d'animaux de ferme1 6,7 39,7 12,2 Effectif 8 143 1 612 9 755 1 Vaches, chèvres, moutons, porcs, poulets, canards, ou lapins. Indice de bien-être économique Le tableau 2.5 présente la répartition de la population de droit par quintile de bien-être économique selon le milieu de résidence et la province. L’indice de bien-être économique est construit à partir des données sur les biens des ménages et en utilisant l’analyse en composante principale. Les informations sur les biens des ménages proviennent du questionnaire ménage de l’EDSG-II sur la possession par les ménages de certains biens de consommation et sur certaines caractéristiques du logement comme la disponibilité de l’électricité, le type d’approvisionnement en eau, le type de toilettes, le matériau de revêtement du sol, le nombre de personnes par pièce pour dormir et le combustible utilisé pour cuisiner. On a affecté à chacun de ces biens et caractéristiques un poids (score ou coefficient) généré à partir d’une analyse en composante principale. Les scores des biens qui en résultent sont standardisés selon une distribution normale standard de moyenne 0 et d’écart type 1 (Gwatkin, Rutstein, Johnson, Pande et Wagstaff, 2000). On attribue ensuite à chaque ménage un score pour chaque bien et on fait la somme de tous les scores par ménage ; les individus sont classés en fonction du score total du ménage dans lequel ils résident. L’échantillon est ensuite divisé en quintile de population, chaque quintile correspondant à un niveau allant de 1 (le plus bas) à 5 (le plus élevé). Caractéristiques des ménages • 19 Les résultats montrent qu’en milieu urbain. 46 % de la population appartiennent aux deux quintiles les plus élevés (23 % dans le quatrième quintile et 23 % dans le plus élevé). En milieu rural, seulement 8 % de la population sont classés dans ces deux quintiles et, à l’opposé, 71 % sont classés dans le quintile le plus bas. Dans les provinces, on constate qu’à Libreville/Port-Gentil, plus de la moitié de la population fait partie des deux quintiles les plus élevés (57 %) et seulement 2 % du quintile le plus bas. En revanche, dans la Ngounié, 58 % de la population appartiennent au quintile le plus bas et seulement 12 % aux deux plus élevés. Tableau 2.5 Quintiles de bien-être économique Répartition (en %) de la population de droit par quintile de bien-être économique et coefficient de Gini, selon le milieu de résidence et la région, Gabon 2012 Milieu de résidence/région Quintiles de bien-être économique Total Effectif d'enquêtés Coefficient de Gini Le plus bas Second Moyen Quatrième Le plus élevé Résidence Urbain 10,5 21,2 22,4 22,9 23,0 100,0 33 624 18,1 Rural 70,6 13,7 7,3 4,4 4,0 100,0 6 285 39,0 Province Libreville/Port-Gentil 1,7 16,0 25,4 28,1 28,8 100,0 21 427 12,8 Estuaire (sans Libreville) 22,0 26,8 18,8 12,7 19,7 100,0 4 219 22,4 Haut-Ogooué 31,4 30,2 11,8 15,2 11,5 100,0 3 739 26,0 Moyen-Ogooué 42,8 26,9 12,8 11,5 6,0 100,0 1 316 28,5 Ngounié 58,3 20,3 9,0 6,9 5,4 100,0 2 488 36,5 Nyanga 54,0 24,1 8,6 7,9 5,4 100,0 1 087 31,2 Ogooué Maritime (sans Port- Gentil) 29,7 23,1 19,6 15,2 12,5 100,0 479 22,1 Ogooué-Ivindo 73,0 12,9 7,9 4,0 2,2 100,0 1 452 44,2 Ogooué-Lolo 52,3 25,7 11,1 5,6 5,3 100,0 1 452 30,6 Woleu-N’tem 42,1 22,4 19,6 10,3 5,6 100,0 2 250 23,4 Ensemble 20,0 20,0 20,0 20,0 20,0 100,0 39 908 21,9 2.2 CARACTÉRISTIQUES DE LA POPULATION DES MÉNAGES Au cours de l’enquête ménage, des informations démographiques et socio-économiques ont été recueillies sur tous les résidents habituels des ménages qui constituent la population de droit ainsi que sur la population de fait composée des résidents habituels et des visiteurs qui ont passé la nuit ayant précédé l’enquête dans le ménage. Les différences entre ces deux populations sont minimes et comme les enquêtes passées et les recensements sont basés sur les populations de fait, les tableaux concernant les ménages présentés dans ce chapitre sont basés sur la population de fait, sauf indication contraire. Structure par âge et sexe de la population Le tableau 2.6 présente la répartition de la population de fait des ménages par sexe et milieu de résidence et selon le groupe d’âges. La répartition par âge met en évidence la jeunesse de la population puisque la moitié de la population a moins de 20 ans (50 %). Les 65 ans et plus ne représentent que 4 % de la population. En outre, les résultats du tableau 2.6 montrent que plus de quatre personnes sur cinq vivent en milieu urbain (84 %). Parmi les 39 955 personnes membres des ménages, 19 318 sont des hommes et 20 636 sont des femmes, soit un rapport de masculinité de 94 hommes pour 100 femmes. Les hommes sont donc légèrement sous-représentés dans la population par rapport aux femmes. Par rapport à l’enquête précédente, on constate que ce rapport de masculinité a diminué puisqu’il s’établissait à 97 hommes pour 100 femmes en 2000. Cette diminution du rapport de masculinité est assez surprenante puisque, de façon générale, il n’y a pas eu récemment ni de surmortalité ni d’émigration importante de la population masculine, ni d’immigration de population féminine. De plus, avec un taux de masculinité de 93 hommes pour 100 femmes en rural et 94 en urbain, on constate que le léger déséquilibre de la structure par sexe en faveur des femmes touche de manière identique les deux milieux de résidence. 20 • Caractéristiques des ménages Tableau 2.6 Population des ménages par âge, selon le sexe et le milieu de résidence Répartition (en %) de la population de fait des ménages par groupe d'âges quinquennal, selon le sexe et le milieu de résidence Gabon 2012 Groupe d'âges Urbain Rural Ensemble Homme Femme Ensemble Homme Femme Ensemble Homme Femme Ensemble <5 16,1 14,2 15,1 15,7 15,3 15,5 16,0 14,3 15,1 5-9 12,0 12,4 12,2 14,1 12,5 13,3 12,4 12,4 12,4 10-14 12,1 12,8 12,4 12,0 10,8 11,4 12,0 12,5 12,3 15-19 10,0 10,5 10,2 7,3 6,7 7,0 9,6 9,9 9,7 20-24 8,0 10,3 9,2 5,7 6,3 6,0 7,6 9,6 8,7 25-29 8,0 9,1 8,5 4,9 4,7 4,8 7,5 8,4 8,0 30-34 8,3 7,5 7,9 5,3 4,7 5,0 7,8 7,0 7,4 35-39 6,9 5,6 6,2 5,0 3,9 4,4 6,6 5,4 5,9 40-44 5,4 4,4 4,9 5,1 4,3 4,7 5,4 4,4 4,9 45-49 4,1 3,2 3,6 4,2 4,0 4,1 4,1 3,3 3,7 50-54 3,3 3,9 3,6 4,0 5,7 4,9 3,4 4,2 3,8 55-59 1,8 1,9 1,9 2,6 4,2 3,4 2,0 2,3 2,1 60-64 2,4 1,2 1,8 3,6 3,9 3,7 2,6 1,7 2,1 65-69 0,7 0,9 0,8 3,0 3,7 3,3 1,1 1,4 1,2 70-74 0,4 0,8 0,6 3,3 3,8 3,6 0,9 1,3 1,1 75-79 0,3 0,3 0,3 2,2 2,5 2,4 0,6 0,7 0,6 80 + 0,3 1,0 0,6 2,0 3,1 2,6 0,5 1,3 0,9 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 16 308 17 383 33 690 3 011 3 254 6 264 19 318 20 636 39 955 La répartition par âge de la population à un moment donné est représentée par la pyramide des âges. (Graphique 2.1). La pyramide du Gabon qui présente une base élargie qui se rétrécit rapidement au fur et à mesure que l’on avance vers les âges élevés est caractéristique des populations à fécondité et à mortalité élevées. Par ailleurs, la pyramide présente certaines irrégularités au niveau des sexes, en particulier chez les hommes. Chez les hommes, on constate un déficit important par rapport aux femmes aux âges 15-29 ans. Ce déficit pourrait s’expliquer par certains problèmes de collecte mentionnés dans le chapitre 1, en particulier la disparition de certains chantiers forestiers composés essentiellement d’hommes, et le fait que certains hommes absents au moment de l’enquête n’auraient pas été enregistrés comme membres des ménages. Chez les femmes, on observe un rétrécissement prononcé des effectifs au groupe d’âges 45-49 ans et, à l’opposé, un gonflement à 50-54 ans. Ces irrégularités que l’on rencontre souvent dans les enquêtes EDS sont dues, certainement, en partie, à un mauvais enregistrement de l’âge par les enquêtrices qui pour alléger le nombre d’interviews « vieillissent » les femmes de 45-49 ans en les faisant passer dans le groupe d’âges 50-54 ans, âges auxquels elles ne sont plus éligibles pour être enquêtées. Chez les hommes, on remarque le même phénomène entre les groupes d’âges 55-59 et 60-64 ans. Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0-4 5-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 65-69 70-74 75-79 80 + Pourcentage Âge Homme Femme 9 8 7 6 5 4 3 2 1 EDSG-II 2012 Caractéristiques des ménages • 21 Taille et composition des ménages Le tableau 2.7 présente la répartition des ménages par sexe du chef de ménage et selon le nombre de membres habituels. Au niveau global, les résultats indiquent que 70 % des ménages sont dirigés par un homme et on ne constate que peu de variation en fonction du milieu de résidence. À l’opposé, dans 30 % des cas, c’est une femme qui est chef de ménage. À l’EDSG I, cette proportion était de 26 %. Dans l’ensemble, plus d’un ménage sur cinq est composé d’une seule personne (22 %), près des deux tiers des ménages (63 %) comprennent entre 1 et 4 personnes et moins d’un ménage sur dix compte neuf personnes ou plus (8 %). Cette proportion de ménages de grande taille a nettement diminué depuis l’EDSG-I, passant de 16 % à 8 %, au profit de ménages de tailles plus réduites. Par conséquent, la taille moyenne des ménages, estimée à 5,0 personnes en 2000 est passée à 4,1 en 2012. Bien qu’un sous-enregistrement de certains hommes comme membres des ménages puisse expliquer, en partie, cette baisse, il est probable qu’elle résulte surtout d’une diminution réelle du nombre de ménages de grande taille. Comme en 2000, la taille moyenne des ménages est légèrement plus élevée en milieu urbain (4,1) qu’en milieu rural (3,9). Le tableau 2.7 présente également les proportions de ménages qui comprennent des enfants de moins de 18 ans orphelins ou vivant sans leurs parents. Parmi les ménages, un quart (25 %) compte des enfants orphelins ou vivant sans leurs parents et cette proportion est légèrement plus élevée en milieu urbain qu’en milieu rural (26 % contre 23 %). Dans 22 % des cas, les ménages comprennent des enfants vivant sans leurs parents et ce nombre est proportionnellement plus élevé en milieu urbain qu’en milieu rural (23 % contre 21 %). La proportion de ménages qui comptent des orphelins simples (un seul parent décédé) s’élève à 8 % en milieu urbain et à 6 % en milieu rural. Enfin, 1 % des ménages abritent des orphelins doubles (les deux parents décédés) et cette proportion varie peu selon le milieu de résidence. 2.3 NIVEAU D'INSTRUCTION ET FRÉQUENTATION SCOLAIRE De par son influence positive sur les comportements en matière de santé, telles que la recherche de soins médicaux et la vaccination des enfants ou encore l’utilisation de méthodes contraceptives ainsi que les habitudes en matière d’hygiène et de nutrition, le niveau d’instruction des membres d’un ménage compte parmi les caractéristiques les plus importantes qui contribuent à l’amélioration des conditions de vie. Tableau 2.7 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage et par taille du ménage; taille moyenne du ménage; pourcentage de ménages avec des orphelins et des enfants de moins de 18 ans vivant sans leurs parents, selon le milieu de résidence, Gabon 2012 Caractéristique Résidence Ensemble Urbain Rural Chef de ménage Homme 70,3 68,7 70,0 Femme 29,7 31,3 30,0 Total 100,0 100,0 100,0 Nombre de membres habituels 1 21,9 24,9 22,4 2 14,8 20,3 15,7 3 13,0 11,3 12,7 4 12,9 9,5 12,3 5 10,5 8,5 10,1 6 8,0 6,2 7,7 7 6,4 6,2 6,4 8 4,1 3,6 4,0 9+ 8,3 9,1 8,4 Total 100,0 100,0 100,0 Taille moyenne du ménage 4,1 3,9 4,1 Pourcentage de ménages avec des orphelins et des enfants de moins de 18 ans vivant sans leurs parents Enfants vivant sans leurs parents1 22,5 20,9 22,3 Orphelin double 1,1 0,7 1,0 Orphelin simple2 7,9 6,3 7,6 Enfant orphelin et/ou vivant sans leurs parents 25,5 23,3 25,2 Effectif de ménages 8 143 1 612 9 755 Note: Le tableau est basé sur la population de droit des ménages, c'est-à-dire les résidents habituels. 1 Les enfants vivant sans leurs parents sont les enfants de moins de 18 ans qui vivent dans un ménage dans lequel il n'y a ni leur père ni leur mère. 2 Comprend les enfants dont l’un des parents est décédé et dont l’état de survie de l’autre est inconnu. 22 • Caractéristiques des ménages Dans le cadre de l’enquête ménage, des données ont été collectées sur le niveau d’instruction atteint et la dernière classe achevée à ce niveau par chaque membre du ménage âgé de trois ans ou plus ; trois niveaux d’instruction ont été pris en considération : le primaire, le secondaire premier cycle et le secondaire second cycle ou plus. Les résultats sur le niveau d’instruction sont présentés aux tableaux 2.8.1 et 2.8.2.pour les femmes et les hommes de 6 ans ou plus. Tableau 2.8.1 Niveau d'instruction de la population des ménages: Femmes Répartition (en %) de la population de fait des femmes des ménages âgées de six ans et plus, en fonction du plus haut niveau d'instruction atteint ou achevé et nombre médian d'années complétées, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Gabon 2012 Caractéristique sociodémographique Aucun Primaire incomplet Primaire complet1 Secondaire incomplet Secondaire complet2 Supérieur Ne sait pas/ manquant Total Effectif Nombre médian d'années complétées Groupe d'âges 6-9 13,0 86,5 0,0 0,2 0,0 0,0 0,3 100,0 2 072 0,5 10-14 0,7 64,2 6,6 28,3 0,0 0,0 0,1 100,0 2 570 4,3 15-19 1,3 13,0 5,9 77,7 0,5 0,8 0,8 100,0 2 037 7,3 20-24 3,4 9,4 4,2 69,4 3,2 9,9 0,4 100,0 1 990 8,6 25-29 6,4 13,2 4,5 52,6 4,8 17,6 1,0 100,0 1 735 8,6 30-34 6,5 14,3 6,4 55,4 2,1 14,0 1,3 100,0 1 450 7,9 35-39 5,5 20,9 8,6 52,0 4,1 8,4 0,5 100,0 1 106 7,6 40-44 5,4 18,9 8,3 53,4 3,1 8,7 2,3 100,0 907 7,3 45-49 6,0 27,8 11,8 43,3 2,5 6,4 2,3 100,0 678 6,3 50-54 11,6 28,0 9,3 40,6 2,3 5,4 2,9 100,0 871 5,8 55-59 19,6 33,7 11,5 18,9 3,5 8,4 4,4 100,0 468 4,6 60-64 40,4 35,2 9,7 9,6 0,5 1,9 2,7 100,0 341 2,0 65+ 77,6 13,1 3,9 1,4 0,0 1,6 2,4 100,0 959 0,0 Résidence Urbain 8,5 29,8 5,6 45,8 2,1 7,0 1,1 100,0 14 505 6,2 Rural 21,4 46,4 7,2 22,6 0,4 1,0 0,9 100,0 2 681 3,2 Province Libreville/Port- Gentil 7,4 26,1 5,0 48,4 2,3 9,6 1,2 100,0 9 310 6,9 Estuaire (sans Libreville) 8,4 32,0 6,1 44,1 2,4 4,8 2,3 100,0 1 775 5,8 Haut-Ogooué 12,3 35,2 11,2 37,3 1,8 1,4 0,7 100,0 1 575 5,1 Moyen-Ogooué 16,9 39,5 4,6 36,2 0,7 1,3 0,8 100,0 572 4,4 Ngounié 21,2 44,7 6,0 26,3 0,3 1,3 0,2 100,0 1 098 3,5 Nyanga 23,2 40,0 5,7 29,1 0,9 0,7 0,5 100,0 470 3,7 Ogooué Maritime (sans Port-Gentil) 17,3 48,1 6,5 27,0 0,3 0,6 0,3 100,0 195 4,0 Ogooué-Ivindo 12,3 53,4 8,4 24,3 0,3 0,8 0,5 100,0 602 3,5 Ogooué-Lolo 15,2 54,0 1,2 27,7 0,1 1,2 0,5 100,0 614 3,4 Woleu-N’tem 14,9 38,0 5,9 38,8 1,3 0,6 0,5 100,0 975 4,7 Quintiles de bien- être économique Le plus bas 23,3 47,3 7,4 20,7 0,3 0,1 0,9 100,0 3 426 2,8 Second 10,3 37,5 7,6 41,3 0,8 1,1 1,3 100,0 3 217 5,1 Moyen 7,6 34,2 5,3 47,6 1,7 2,7 0,8 100,0 3 414 5,8 Quatrième 7,7 25,6 4,7 51,3 2,8 6,7 1,3 100,0 3 448 6,9 Le plus élevé 4,3 18,8 4,3 49,6 3,4 18,6 1,1 100,0 3 680 8,5 Ensemble3 10,6 32,4 5,8 42,2 1,8 6,1 1,1 100,0 17 186 5,7 1 A achevé avec succès 6 classes du niveau primaire. 2 A achevé avec succès 7 classes du niveau secondaire. 3 Y compris 2 femmes dont l’âge est manquant. De façon globale, on constate que 11 % des femmes et 8 % des hommes n’ont aucun niveau d’instruction et le nombre médian d’années scolaires achevées est estimé à 5,7 pour les femmes et à 6,4 pour les hommes. À l’EDSG-I en 2000, les proportions de femmes et d’hommes sans instruction étaient respectivement de 17 % et de 12 %. On observe des écarts importants selon le milieu de résidence : aussi bien chez les femmes ou chez les hommes, c’est en milieu rural que la proportion de ceux qui n’ont aucun niveau d’instruction est la plus élevée (respectivement 21 % et 11 % contre 9 % et 8 % en milieu urbain). Quel que soit le sexe, c’est dans les provinces de la Nyanga, de la Ngounié, du Moyen-Ogooué et de l’Ogooué-Maritime sans Port-Gentil que les proportions de personnes sans instruction sont les plus élevées. À l’opposé, c’est dans les villes de Libreville/Port-Gentil (7 % pour les femmes et 8 % pour les hommes) et dans la province de l’Estuaire sans Libreville avec 8 % pour les femmes et 7 % pour les hommes que l’on enregistre les proportions les plus faibles d’enquêtés sans niveau d’instruction. Enfin, les Caractéristiques des ménages • 23 résultats selon le quintile de bien-être montrent que les proportions de femmes et d’hommes sans niveau d’instruction diminuent du quintile le plus bas au quintile le plus élevé passant respectivement de de 23 % à 4 % et de 12 % à 3 %. Tableau 2.8.2 Niveau d'instruction de la population des ménages: Hommes Répartition (en %) de la population de fait des hommes des ménages âgés de six ans et plus, en fonction du plus haut niveau d'instruction atteint ou achevé et nombre médian d'années complétées, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Gabon 2012 Caractéristique sociodémographique Aucun Primaire incomplet Primaire complet1 Secondaire incomplet Secondaire complet2 Supérieur Ne sait pas/ manquant Total Effectif Nombre médian d'années complétées Groupe d'âges 6-9 13,4 85,9 0,0 0,1 0,0 0,0 0,5 100,0 1 952 0,5 10-14 1,0 69,6 4,6 24,7 0,0 0,0 0,2 100,0 2 326 3,9 15-19 2,4 18,9 4,9 72,5 0,1 0,3 0,9 100,0 1 847 7,0 20-24 4,1 8,4 3,2 69,4 1,7 11,5 1,7 100,0 1 472 8,9 25-29 7,5 8,8 4,7 54,3 5,2 17,2 2,2 100,0 1 446 9,0 30-34 9,7 7,9 4,2 50,1 5,1 20,7 2,3 100,0 1 507 9,2 35-39 7,9 10,2 4,4 51,4 5,1 17,6 3,4 100,0 1 270 8,6 40-44 8,3 10,0 3,9 48,8 6,2 19,9 2,9 100,0 1 038 9,4 45-49 9,3 10,7 7,2 50,4 6,0 13,4 3,0 100,0 799 8,7 50-54 9,7 11,4 7,6 48,6 2,1 18,4 2,2 100,0 654 8,9 55-59 6,2 15,6 11,7 43,0 0,6 21,0 1,9 100,0 378 8,1 60-64 14,2 21,8 12,5 32,1 3,9 13,2 2,2 100,0 493 5,9 65+ 37,1 29,6 12,6 11,2 0,2 5,3 3,9 100,0 600 2,4 Résidence Urbain 7,5 27,1 4,5 45,0 2,7 11,2 1,9 100,0 13 332 6,9 Rural 11,4 46,3 6,3 30,5 1,3 3,3 0,9 100,0 2 458 4,3 Province Libreville/Port- Gentil 7,6 23,0 4,0 46,2 3,1 13,9 2,2 100,0 8 612 7,7 Estuaire (sans Libreville) 6,5 30,8 4,8 43,8 2,1 9,6 2,4 100,0 1 750 6,4 Haut-Ogooué 8,2 38,7 7,9 35,7 3,0 5,4 1,2 100,0 1 374 5,2 Moyen-Ogooué 10,4 36,4 4,1 41,9 1,3 3,9 2,0 100,0 517 5,2 Ngounié 12,3 42,8 5,7 34,7 1,0 3,4 0,1 100,0 936 4,5 Nyanga 11,3 40,7 4,3 35,8 1,5 3,9 2,5 100,0 408 4,7 Ogooué Maritime (sans Port-Gentil) 11,5 42,2 5,6 36,6 1,6 2,1 0,5 100,0 196 4,7 Ogooué-Ivindo 7,0 49,9 9,6 30,1 0,8 1,8 0,8 100,0 542 4,3 Ogooué-Lolo 9,8 52,2 1,2 32,8 0,2 2,9 0,8 100,0 580 4,1 Woleu-N’tem 8,2 33,4 6,8 45,1 2,3 3,5 0,6 100,0 876 5,8 Quintiles de bien- être économique Le plus bas 12,4 48,3 6,7 29,5 0,8 1,0 1,2 100,0 3 002 4,0 Second 7,8 33,9 5,9 45,0 1,9 2,9 2,6 100,0 3 132 5,8 Moyen 9,9 26,1 4,6 47,0 3,3 7,1 2,1 100,0 3 142 6,7 Quatrième 8,3 22,9 4,7 47,3 3,3 11,3 2,1 100,0 3 226 7,5 Le plus élevé 2,7 20,7 2,4 44,0 3,1 26,1 0,9 100,0 3 288 9,2 Ensemble3 8,1 30,1 4,8 42,7 2,5 9,9 1,8 100,0 15 790 6,4 1 A achevé avec succès 6 classes du niveau primaire. 2 A achevé avec succès 7 classes du niveau secondaire. 3 Y compris 7 hommes dont l’âge est manquant. Les résultats selon le niveau d’instruction atteint montrent que 6 % des femmes et 5 % des hommes ont atteint un niveau primaire ; dans 2 % des cas, les femmes ont un niveau secondaire complet ; chez les hommes, cette proportion est de 3 %. En ce qui concerne le niveau supérieur, on constate que 6 % des femmes et une proportion nettement plus élevée d’hommes (10 %) ont atteint un niveau supérieur. Les résultats selon l’âge mettent en évidence une amélioration de la scolarisation des plus âgés aux plus jeunes. C’est ainsi que, chez les femmes, la proportion de celles sans niveau d’instruction est passée de 78 % pour les 65 ans et plus à 13 % pour les filles dont l’âge varie entre 6 et 9 ans. Chez les hommes, ces proportions sont passées de 37 % à 13 % pour les mêmes groupes d’âges. 24 • Caractéristiques des ménages Taux de fréquentation scolaire Le principal indicateur du niveau d’accès de la population au système éducatif est le niveau de fréquentation scolaire des personnes en âge d’aller à l’école. Au cours de l’EDSG-II, des questions relatives à la fréquentation scolaire ont été posées pour toutes les personnes âgées de 5 à 24 ans. Le graphique 2.2 qui présente les taux de fréquentation scolaire par âge détaillé et par sexe, montre que le taux de scolarisation des filles et des garçons augmente globalement jusqu’à l’âge de 13 ans. En outre, jusqu’à l’âge de 18 ans, les taux de fréquentation scolaire des garçons et des filles ne sont pas très différents. Ce n’est qu’à partir de l’âge de 18 ans que les écarts se creusent au détriment des filles. En effet, à 20 ans par exemple, 46 % des jeunes filles fréquentent encore l’école contre 68 % des garçons. Graphique 2.2 Taux de fréquentation scolaire par âge 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Pourcentage Âge Homme Femme EDSG-II 2012 Le tableau 2.9 présente deux indicateurs de la fréquentation scolaire : le taux net et le taux brut de fréquentation scolaire. Plus précisément, ces deux indicateurs ont pour objectif de mesurer le niveau général de participation à un niveau donné d’études. Ces taux sont présentés pour le niveau primaire et le niveau secondaire, par sexe, selon le milieu et la province de résidence et selon l’indice de bien-être économique. Le taux net de fréquentation scolaire mesure la fréquentation scolaire parmi les enfants d’âges scolaires officiels fixés, au Gabon, à 6-11 ans pour le niveau primaire et à 12-18 ans pour le niveau secondaire. Le taux brut mesure la fréquentation scolaire des jeunes de n’importe quel âge dans la population d’âge officiel d’un niveau d’études donné. Un écart important entre les taux brut et net signifie qu’une proportion importante d’enfants fréquentant un niveau d’études donné ont un âge qui ne correspond pas à l’âge officiel. Caractéristiques des ménages • 25 Tableau 2.9 Taux de fréquentation scolaire Taux net de fréquentation scolaire (TNF) et taux brut de fréquentation scolaire (TBF) de la population de fait des ménages, par sexe et niveau d'études, et indice de parité entre les genres selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Gabon 2012 Caractéristique sociodémographique Taux net de fréquentation scolaire1 Taux brut de fréquentation scolaire2 Hommes Femmes Ensemble Indice de parité entre les genres3 Hommes Femmes Ensemble Indice de parité entre les genres3 NIVEAU PRIMAIRE Résidence Urbain 86,4 87,0 86,7 1,01 129,1 123,5 126,2 0,96 Rural 88,7 89,2 89,0 1,01 151,7 148,0 149,9 0,98 Province Libreville/Port-Gentil 87,6 87,5 87,5 1,00 124,0 118,9 121,3 0,96 Estuaire (sans Libreville) 84,5 87,4 85,9 1,03 127,5 121,4 124,5 0,95 Haut-Ogooué 88,1 89,4 88,8 1,01 145,3 133,7 139,5 0,92 Moyen-Ogooué 81,6 86,8 84,2 1,06 138,1 133,1 135,6 0,96 Ngounié 85,4 84,4 84,9 0,99 148,4 151,9 150,1 1,02 Nyanga 85,9 85,9 85,9 1,00 151,3 134,4 142,6 0,89 Ogooué Maritime (sans Port-Gentil) 85,3 85,6 85,5 1,00 147,0 126,7 136,4 0,86 Ogooué-Ivindo 82,1 83,7 82,9 1,02 143,6 150,8 147,1 1,05 Ogooué-Lolo 85,8 84,5 85,2 0,99 150,0 140,5 145,3 0,94 Woleu-N’tem 91,9 91,6 91,8 1,00 136,3 140,5 138,5 1,03 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 83,9 85,1 84,5 1,01 146,4 146,8 146,6 1,00 Second 88,5 84,9 86,6 0,96 145,6 128,0 136,5 0,88 Moyen 88,6 89,0 88,8 1,00 128,0 127,5 127,7 1,00 Quatrième 89,7 89,5 89,6 1,00 130,7 122,5 126,3 0,94 Le plus élevé 84,2 88,3 86,3 1,05 111,9 111,1 111,5 0,99 Ensemble 86,8 87,3 87,1 1,01 133,1 127,3 130,1 0,96 NIVEAU SECONDAIRE Résidence Urbain 54,9 62,6 59,1 1,14 90,4 94,5 92,6 1,05 Rural 18,0 22,7 20,4 1,26 32,6 35,4 34,0 1,09 Province Libreville/Port-Gentil 59,4 68,9 64,8 1,16 93,5 99,3 96,8 1,06 Estuaire (sans Libreville) 52,5 62,7 57,4 1,20 85,9 98,8 92,1 1,15 Haut-Ogooué 38,9 48,0 43,4 1,23 70,2 75,3 72,7 1,07 Moyen-Ogooué 42,4 45,0 43,6 1,06 71,9 65,5 68,9 0,91 Ngounié 39,5 34,5 37,0 0,87 67,7 63,4 65,5 0,94 Nyanga 35,1 39,0 37,0 1,11 70,1 64,5 67,4 0,92 Ogooué Maritime (sans Port-Gentil) 41,1 35,5 38,7 0,86 56,9 50,3 54,1 0,88 Ogooué-Ivindo 25,7 24,9 25,3 0,97 47,1 52,5 49,8 1,12 Ogooué-Lolo 34,0 32,3 33,2 0,95 64,8 65,6 65,2 1,01 Woleu-N’tem 44,4 39,2 41,5 0,88 87,4 62,4 73,7 0,71 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 20,8 20,9 20,8 1,00 40,6 34,4 37,6 0,85 Second 39,9 47,6 43,8 1,19 69,0 75,6 72,3 1,10 Moyen 52,2 56,1 54,5 1,08 89,9 87,4 88,4 0,97 Quatrième 60,2 71,1 66,3 1,18 100,4 108,9 105,2 1,09 Le plus élevé 71,8 80,8 76,5 1,13 108,4 113,6 111,1 1,05 Ensemble 49,7 57,9 54,1 1,16 82,3 87,4 85,1 1,06 1 Le taux net de fréquentation scolaire (TNF) pour le niveau primaire est le pourcentage de la population d'âge de fréquentation du niveau primaire (6-11 ans) qui fréquente l'école primaire. Le taux net de fréquentation scolaire pour le niveau secondaire est le pourcentage de la population d'âge de fréquentation du niveau secondaire (12-18 ans) qui fréquente l'école secondaire. Par définition le taux net de fréquentation ne peut excéder 100 %. 2 Le taux brut de fréquentation scolaire (TBF) au niveau primaire est le nombre total d'élèves du niveau primaire, exprimé en pourcentage de la population d'âge officiel de fréquentation du niveau primaire. Le taux brut de fréquentation scolaire au niveau secondaire est le nombre total d'élèves du niveau secondaire, exprimé en pourcentage de la population d'âge officiel de fréquentation du niveau secondaire. S'il y a, pour un niveau donné, un nombre important d'élèves plus âgés ou plus jeunes que l'âge officiel pour ce niveau, le TBF peut excéder 100 %. 3 L'indice de parité entre les genres pour le primaire est le ratio du TNF (TBF) au niveau primaire des filles sur le TNF (TBF) des garçons. L'indice de parité entre les genres pour le secondaire est le ratio du TNF (TBF) au niveau secondaire des filles sur le TNF (TBF) des garçons. 26 • Caractéristiques des ménages Le taux brut de fréquentation scolaire pour le niveau primaire s’établit à 130 %. Ce taux varie légèrement entre les filles et les garçons (127 % contre 133 %) et de manière plus importante entre le milieu rural et le milieu urbain (150 % contre 126 %). C’est à Libreville/Port-Gentil qu’il est le plus faible (121 %). Dans les autres provinces, les écarts sont importants, les taux bruts variant d’un minimum de 125 % dans l’Estuaire sans Libreville à un maximum de 150 % dans la Ngounié. Les résultats selon les quintiles de bien-être économique montrent que ce taux décroit du quintile le plus bas au quintile le plus élevé, passant de 147 % à 112 %. Le taux brut de fréquentation scolaire pour le niveau secondaire s’établit à 85 %. Il varie légèrement entre les sexes (82 % pour les hommes contre 87 % pour les femmes). Par contre, l’écart entre les milieux de résidence est important : 34 % en milieu rural contre 93 % en milieu urbain. De même, dans les provinces, les écarts sont importants, ce taux variant d’un maximum de 97 % dans celle de Libreville/Port-Gentil à un minimum de 50 % dans l’Ogooué–Ivindo. Le taux net est « une mesure plus précise de l’étendue de la participation à un niveau scolaire des enfants appartenant au groupe officiellement en âge de fréquenter ce niveau » (UNESCO). Le tableau 2.9 montre que le taux net de fréquentation scolaire est de 87 % pour le primaire et 54 % pour le secondaire. Il n’y a quasiment pas d’écart entre le taux des garçons et celui des filles pour le niveau primaire, ce qui n’est pas tout à fait le cas pour le niveau secondaire où ce taux est plus élevé chez les filles que chez les garçons (58 % contre 50 %). En milieu rural, on constate que ce taux net de fréquentation primaire est légèrement plus élevé qu’en milieu urbain (89 % contre 87 %) alors que pour le niveau secondaire, on observe la tendance inverse (20 % contre 59 %). C’est la province du Woleu-N’tem qui enregistre le taux net pour le primaire le plus élevé du pays (92 %) et c’est dans les villes de Libreville/Port-Gentil que l’on note le taux net pour le niveau secondaire le plus élevé (65 %). Les résultats selon les quintiles de bien-être économique ne mettent pas en évidence de variations importantes pour le niveau primaire. Par contre, au niveau secondaire, les résultats montrent que le taux net de fréquentation scolaire au niveau secondaire augmente du quintile le plus bas au plus élevé, variant de 21 % à 77 %. Le tableau 2.9 présente également l’indice de parité de genre qui est le rapport entre le taux de fréquentation scolaire des filles et celui des garçons. Plus l’indice de parité est proche de 1, moins l’écart de fréquentation scolaire entre les genres est important. Un indice égal à 1 indique l’égalité totale. Au Gabon, aussi bien pour le primaire et surtout pour le secondaire, l’indice de parité est très proche ou supérieur à 1, ce qui signifie que plus de filles que de garçons fréquentent l’école. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 27 CARACTÉRISTIQUES DES FEMMES ET DES HOMMES ENQUÊTÉS 3 Serges R. MAGANGA et Dieudonné Paul MOUDJIGUI e chapitre porte sur les caractéristiques sociodémographiques des femmes et des hommes enquêtés individuellement. Tout comme le questionnaire ménage, le questionnaire individuel a permis de recueillir des informations sur l’âge, l’état matrimonial, le milieu de résidence et le niveau d’instruction des enquêtés. Ces variables seront utilisées comme variables d'analyse dans la suite de ce rapport. En outre, dans ce chapitre, sont également analysés les résultats sur l’alphabétisation, l’exposition aux médias, l’activité économique, la couverture médicale, la consommation de tabac et la pratique de circoncision. Précisons que si les hommes de 15-59 ans ont été interrogés, pour des raisons de comparabilité avec les femmes, tous les tableaux de ce chapitre et des chapitres suivants portent sur les hommes de 15-49 ans. Les résultats pour les hommes de 50-59 ans et pour le total des hommes de 15-59 ans figurent au bas des tableaux. 3.1 CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES DES ENQUÊTÉS Les informations sur l’âge sont particulièrement importantes pour toute analyse démographique. Un intérêt particulier a donc été accordé à son enregistrement pendant la collecte des données. On a demandé aux enquêtés leur date de naissance et leur âge. Si l’enquêté ne connaissait ni sa date de naissance, ni son âge, l’enquêteur essayait d’obtenir un document officiel (carte d’identité, acte de naissance ou jugement supplétif, par exemple) où figure la date de naissance. En l’absence de document officiel, l’enquêteur procédait à un recoupement avec des événements ayant marqué la vie de l’interviewé (âge au mariage, âge du premier enfant, etc.) ou avec des événements ayant marqué la vie nationale ou régionale, ou encore, l’enquêteur comparait l’âge de l’enquêté avec celui des autres membres du ménage. Les résultats présentés au tableau 3.1 montrent que la répartition des femmes de 15-49 ans par groupes d’âges quinquennaux ne présente pas de disparités particulières : elle suit une allure classique, décroissant régulièrement avec l’âge, caractéristique d’une population jeune. On note, en effet, que 41 % des femmes sont âgées de 15-24 ans. Les femmes âgées de moins de 30 ans (âges de fécondité maximale) représentent la part la plus importante des femmes enquêtées (58 %). C Principaux résultats • Près de six Gabonais sur dix (59 %) vivent à Libreville et Port-Gentil. • Globalement les femmes sont plus instruites que les hommes. Cependant à partir du niveau secondaire 2nd cycle, la tendance s’inverse et la proportion d’hommes ayant atteint un niveau secondaire 2nd cycle (20 % contre 16 %) et supérieur (15 % contre 10 %) est plus élevée que celle des femmes. • La majorité des femmes et des hommes de 15-49 ans ont déclaré ne pas avoir d’assurance médicale (respectivement 57 % et 63 %). • La presque totalité des hommes gabonais sont circoncis (99 %). 28 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Tableau 3.1 Caractéristiques sociodémographiques des enquêtés Répartition (en %) des femmes et des hommes de 15-49 ans selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Gabon 2012 Caractéristique sociodémographique Femmes Hommes Pourcentage pondéré Effectif pondéré Effectif non pondéré Pourcentage pondéré Effectif pondéré Effectif non pondéré Groupe d'âges 15-19 21,2 1 784 1 834 19,8 1 012 1 192 20-24 19,4 1 637 1 573 15,8 805 770 25-29 17,6 1 485 1 294 15,9 813 654 30-34 14,4 1 211 1 102 15,2 776 651 35-39 11,7 986 1 008 14,0 715 654 40-44 8,9 746 866 10,4 534 548 45-49 6,8 574 745 8,9 453 526 Religion Catholique 41,9 3 528 3 275 42,9 2 192 2 026 Protestant 13,7 1 153 1 097 10,0 509 544 Autres chrétiens 32,4 2 732 2 901 19,1 976 990 Musulman 6,4 543 373 15,4 785 496 Animiste 0,3 23 53 1,1 57 58 Autre 0,3 26 50 0,8 39 34 Aucune/Manquant 5,0 418 673 10,7 549 847 Nationalité/Ethnie Gabonaise de naissance 82,9 6 980 7 489 75,6 3 861 4 195 Fang 24,2 2 038 1 566 21,6 1 101 898 Kota-Kele 5,2 434 821 4,6 234 450 Mbede-Teke 7,0 588 561 6,8 347 325 Myene 5,6 473 302 3,9 197 152 Nzabi-Duma 11,7 982 1 052 10,7 547 605 Okande-Tsogho 2,2 185 302 2,0 104 143 Shira-Punu/Vili 19,3 1 625 1 856 18,2 931 1 023 Pygmée 0,4 33 80 0,2 10 30 Autre/Manquant 7,4 622 949 7,6 390 569 Gabonaise d'acquisition 1,6 135 116 1,7 87 64 Camerounaise 4,6 388 206 4,5 230 133 Congolaise (Brazzaville) 1,1 93 123 0,8 40 59 Congolaise (Kinshasa) 0,7 58 27 0,6 28 21 Équato-Guinéenne 0,5 43 53 0,3 14 21 Béninoise 2,0 169 83 2,1 109 58 Malienne 1,6 134 99 3,8 194 120 Nigériane 0,4 30 26 1,6 81 51 Sénégalaise 0,5 40 25 2,2 111 70 Togolaise 2,0 165 78 1,0 53 34 Autre Africain 1,3 110 49 3,8 195 110 Autre / manquant 0,9 75 48 2,0 104 59 État matrimonial Célibataire 36,2 3 047 2 765 45,7 2 336 2 270 Mariée 19,0 1 597 1 501 20,9 1 067 858 Vivant ensemble 34,2 2 878 3 248 26,6 1 358 1 548 Divorcé(e)/séparé(e) 9,1 769 786 6,6 335 293 Veuf/veuve 1,6 131 122 0,2 11 26 Milieu de résidence Libreville/Port-Gentil 59,1 4 974 1 557 59,1 3 019 900 Autres villes 29,6 2 491 4 179 28,5 1 458 2 377 Ensemble urbain 88,6 7 465 5 736 87,7 4 477 3 277 Rural 11,4 957 2 686 12,3 631 1 718 Province Libreville/Port-Gentil 59,1 4 974 1 557 59,1 3 019 900 Estuaire (sans Libreville) 10,4 876 844 11,5 586 536 Haut-Ogooué 8,7 729 875 7,6 390 468 Moyen-Ogooué 2,7 229 681 2,6 134 383 Ngounié 5,5 467 871 5,2 264 500 Nyanga 2,2 182 672 2,2 110 405 Ogooué Maritime (sans Port-Gentil) 1,0 82 560 1,1 57 382 Ogooué-Ivindo 3,0 249 984 2,6 132 527 Ogooué-Lolo 2,9 248 741 3,3 168 501 Woleu-N’tem 4,6 386 637 4,8 247 393 Région Nord 7,5 635 1 621 7,4 379 920 Est 11,6 977 1 616 10,9 558 969 Ouest 14,1 1 187 2 085 15,2 777 1 301 Sud 7,7 650 1 543 7,3 374 905 Libreville/Port-Gentil 59,1 4 974 1 557 59,1 3 019 900 Niveau d'instruction Aucun 4,4 373 383 6,5 333 252 Primaire 21,2 1 786 2 870 14,7 752 1 179 Secondaire 1er cycle 48,6 4 094 3 880 43,6 2 227 2 304 Secondaire 2nd cycle 15,9 1 341 938 20,2 1 033 836 Supérieur 9,8 828 351 14,9 762 424 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 14,5 1 222 3 076 14,0 716 1 772 Second 19,3 1 621 1 906 21,8 1 111 1 160 Moyen 21,2 1 784 1 302 22,3 1 139 794 Quatrième 22,3 1 879 1 141 20,8 1 064 675 Le plus élevé 22,7 1 915 997 21,1 1 077 594 Ensemble 15-49 100,0 8 422 8 422 100,0 5 108 4 995 50-59 na na na na 546 659 Ensemble 15-59 na na na na 5 654 5 654 Note: Le niveau d'instruction correspond au plus haut niveau d'instruction atteint, qu'il ait été achevé ou non. na = Non applicable Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 29 Par contre, la répartition des hommes de 15-49 ans par âge est beaucoup moins régulière : de 20 % à 15-19 ans, la proportion chute à 16 % à 20-24 ans, se maintient à 16 % à 25-29 ans et ne baisse que très légèrement à 25-29 ans (15 %). Ces irrégularités reflètent celles qui avaient déjà été signalées au chapitre 2 dans le commentaire de la pyramide des âges, à savoir qu’il semble que certains hommes des groupes d’âges 15-29 ans et surtout 20-29 ans aient été sous-enregistrés. Les résultats selon la religion montrent, que, dans l’ensemble, les Gabonais sont chrétiens : 88 % des femmes et 72 % des hommes ont déclaré pratiquer soit la religion catholique, soit la religion protestante ou d’autres religions chrétiennes. Les autres religions sont marginales. Le tableau 3.1 présente également la répartition des hommes et des femmes selon la nationalité et l’ethnie (pour les Gabonais). Tout comme à l’EDSG-I, on note que plus de quatre femmes sur cinq (83 %) et plus des trois quarts des hommes (76 %) sont des Gabonais de naissance. La répartition selon l’ethnie met en évidence la prédominance de deux grands groupes ethniques : Fang (24 % des femmes et 22 % des hommes) et Shira-Punu/Vili (19 % des femmes et 18 % des hommes). Viennent ensuite les groupes Nzabi- Duma (12 % des femmes et 11 % des hommes) et Mbede-Teke (7 % des femmes et des hommes). Les non Gabonais représentent 16 % des femmes et 23 % des hommes, avec une prédominance des Camerounais (5 % quel que soit le sexe), des Béninois, des Togolais et Maliens (2 % dans les trois cas). Bien qu’on note un recul du nombre des Équato-Guinéens par rapport à 2000 (3 % des femmes et 3 % des hommes), on constate, globalement, les mêmes tendances. Le tableau 3.1 présente également les résultats sur l’état matrimonial. À l’EDSG-II, ont été considérés comme étant en union toutes les femmes et tous les hommes éligibles, mariés officiellement ou non, ainsi que toutes celles ou tous ceux vivant en union consensuelle. Selon cette définition, on constate que 53 % des femmes étaient en union : 19 % étaient mariées et 34 % vivaient en union consensuelle. Chez les hommes, 48 % vivaient en union : 21 % étaient mariés et 27 % vivaient en union consensuelle. En outre, étant donné que les hommes ont tendance à se marier plus tard que les femmes, la proportion de célibataires est plus élevée chez les hommes que chez les femmes : 36 % des femmes (33 % lors de l’EDSG-I) étaient célibataires au moment de l’enquête, contre 46 % chez les hommes (39 % en 2000). À l’inverse, la proportion de femmes en rupture d’union (veuve, divorcée, séparée) est beaucoup plus élevée que celle des hommes : 11 % contre 7 %. À l’EDSG-I, ces proportions étaient identiques (13 % pour les deux sexes). Les résultats selon le milieu de résidence montrent que la population du Gabon vit essentiellement en milieu urbain (89 % des femmes et 88 % des hommes). Ainsi, près de six Gabonais sur dix, quel que soit le sexe, vivent à Libreville et Port-Gentil (59 %). Les provinces de l’Estuaire sans Libreville (10 % des femmes et 12 % des hommes) et du Haut-Ogooué (9 % des femmes et 8 % des hommes) sont les plus peuplées, alors que celle de l’Ogooué Maritime (1 % des femmes et des hommes) est la moins peuplée. Lors de l’EDSG-I de 2000, la taille réduite de l’échantillon n’avait pas permis de fournir des résultats pour chaque province. On avait alors regroupé des provinces et créé les « régions » suivantes : • Nord : Ogooué-Ivindo et Woleu-N’tem ; • Est : Ogooué-Lolo et Haut-Ogooué ; • Ouest : Estuaire, Moyen-Ogooué et Ogooué-Maritime sans Libreville et Port-Gentil ; • Sud : Ngounié et Nyanga ; • Libreville et Port-Gentil. De façon à pouvoir comparer les résultats de l’EDSG-II à ceux de l’EDSG-I, on a créé les mêmes « régions » en 2012. Cette variable « région » sera utilisée dans le reste du rapport pour les indicateurs qui peuvent être directement comparés à ceux de 2000. Les résultats selon le niveau d’instruction montrent qu’une proportion plus faible de femmes (4 %) que d’hommes (7 %) n’a aucun niveau d’instruction. Cet écart en faveur des femmes avait déjà été noté 30 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés dans la précédente enquête puisque les proportions étaient respectivement de 6 % et 8 %. En outre, 21 % des femmes contre 15 % des hommes ont un niveau d’instruction primaire. De même, on compte plus de femmes que d’hommes à avoir atteint un niveau secondaire 1er cycle (49 % contre 44 %). Par contre, aux niveaux secondaire 2nd cycle (16 % des femmes contre 20 % des hommes) et supérieur (10 % et 15 %), les hommes sont proportionnellement plus nombreux que les femmes. Le tableau 3.1 présente également la répartition des hommes et des femmes selon l’indice de bien- être économique du ménage. Ces résultats ne font pas apparaitre de différences importantes entre les femmes et les hommes. On constate que 15 % des femmes contre 14 % des hommes vivent dans un ménage classé dans le quintile le plus bas. À l’opposé, 23 % des femmes contre 21 % des hommes vivent dans un ménage du quintile le plus élevé. 3.2 NIVEAU D’INSTRUCTION PAR CARACTÉRISTIQUE SOCIODÉMOGRAPHIQUE Les tableaux 3.2.1 et 3.2.2 présentent la répartition des femmes et des hommes selon le plus haut niveau d’instruction atteint, en fonction de certaines caractéristiques sociodémographiques. Tableau 3.2.1 Niveau d'instruction: Femmes Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans en fonction du plus haut niveau d'instruction atteint ou achevé et nombre médian d'années d'instruction achevées, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Gabon 2012 Caractéristique sociodémographique Plus haut niveau d'instruction atteint Total Nombre médian d'années complétées Effectif de femmes Sans instruction Primaire incomplet Primaire complet1 Secondaire incomplet Secondaire complet2 Supérieur Groupe d'âges 15-24 2,2 10,2 4,2 74,3 2,8 6,3 100,0 8,0 3 421 15-19 1,3 10,6 4,8 80,4 1,5 1,3 100,0 7,5 1 784 20-24 3,2 9,9 3,5 67,6 4,2 11,7 100,0 8,6 1 637 25-29 5,9 14,1 4,3 52,6 5,0 18,1 100,0 8,4 1 485 30-34 7,0 15,2 5,9 55,2 2,4 14,3 100,0 7,8 1 211 35-39 5,5 21,5 8,6 52,7 3,5 8,1 100,0 7,5 986 40-44 4,7 19,2 9,1 54,7 3,9 8,3 100,0 7,0 746 45-49 6,3 30,1 14,6 42,3 1,7 5,0 100,0 5,9 574 Milieu de résidence Libreville/Port-Gentil 5,1 9,3 4,6 63,0 3,7 14,3 100,0 8,4 4 974 Autres villes 3,1 18,5 7,6 63,5 3,2 4,1 100,0 7,3 2 491 Ensemble urbain 4,4 12,4 5,6 63,2 3,5 10,9 100,0 8,1 7 465 Rural 4,6 36,4 9,8 46,6 1,2 1,5 100,0 5,6 957 Province Libreville/Port-Gentil 5,1 9,3 4,6 63,0 3,7 14,3 100,0 8,4 4 974 Estuaire (sans Libreville) 2,0 14,2 6,5 65,5 4,1 7,7 100,0 8,0 876 Haut-Ogooué 3,5 16,6 12,9 60,5 4,2 2,3 100,0 7,2 729 Moyen-Ogooué 2,8 23,8 7,0 62,5 1,8 2,1 100,0 6,7 229 Ngounié 5,0 34,5 9,3 48,0 0,7 2,4 100,0 5,7 467 Nyanga 3,3 26,6 11,1 55,7 1,7 1,6 100,0 6,0 182 Ogooué Maritime (sans Port-Gentil) 5,8 34,6 8,4 49,5 0,6 1,0 100,0 5,9 82 Ogooué-Ivindo 4,3 39,2 10,5 43,7 1,0 1,2 100,0 5,4 249 Ogooué-Lolo 3,0 38,5 3,1 52,3 0,6 2,5 100,0 5,6 248 Woleu-N’tem 5,0 20,2 3,3 68,5 2,2 0,9 100,0 7,0 386 Région Nord 4,7 27,6 6,1 58,8 1,7 1,0 100,0 6,3 635 Est 3,4 22,2 10,4 58,4 3,3 2,3 100,0 6,8 977 Ouest 2,4 17,5 6,7 63,8 3,4 6,1 100,0 7,7 1 187 Sud 4,6 32,3 9,8 50,2 1,0 2,2 100,0 5,8 650 Libreville/Port-Gentil 5,1 9,3 4,6 63,0 3,7 14,3 100,0 8,4 4 974 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 5,3 39,4 11,6 42,7 0,7 0,3 100,0 5,3 1 222 Second 5,6 20,1 8,8 61,9 1,6 1,9 100,0 6,7 1 621 Moyen 5,3 13,5 6,2 67,9 2,4 4,7 100,0 7,7 1 784 Quatrième 4,4 9,2 3,9 67,9 4,8 9,9 100,0 8,4 1 879 Le plus élevé 2,2 2,5 2,4 60,0 5,5 27,4 100,0 9,8 1 915 Ensemble 4,4 15,1 6,1 61,3 3,2 9,8 100,0 7,8 8 422 1 A achevé avec succès 6 classes du niveau primaire. 2 A achevé avec succès 7 classes du niveau secondaire. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 31 Tableau 3.2.2 Niveau d'instruction: Hommes Répartition (en %) des hommes de 15-49 ans en fonction du plus haut niveau d'instruction atteint ou achevé et nombre médian d'années d'instruction achevées, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Gabon 2012 Caractéristique sociodémographique Plus haut niveau d'instruction atteint Total Nombre médian d'années complétées Effectif d'hommes Sans instruction Primaire incomplet Primaire complet1 Secondaire incomplet Secondaire complet2 Supérieur Groupe d'âges 15-24 2,7 13,2 3,7 71,5 3,6 5,2 100,0 8,0 1 817 15-19 1,0 18,1 3,5 75,9 1,5 0,0 100,0 7,2 1 012 20-24 4,8 7,1 4,0 66,0 6,2 11,8 100,0 9,2 805 25-29 6,4 6,9 3,9 54,8 6,5 21,4 100,0 9,2 813 30-34 9,8 6,9 5,1 50,7 4,5 22,9 100,0 9,0 776 35-39 7,6 9,2 5,3 53,8 5,2 18,8 100,0 8,9 715 40-44 7,7 10,0 4,6 49,6 6,3 21,8 100,0 9,0 534 45-49 13,3 9,7 8,0 51,8 3,1 14,1 100,0 8,5 453 Milieu de résidence Libreville/Port-Gentil 7,6 6,8 3,7 57,6 5,3 19,1 100,0 9,1 3 019 Autres villes 4,7 10,7 5,1 65,3 4,1 10,1 100,0 8,1 1 458 Ensemble urbain 6,6 8,1 4,1 60,1 4,9 16,2 100,0 8,7 4 477 Rural 5,6 24,3 8,4 52,6 3,0 6,2 100,0 6,9 631 Province Libreville/Port-Gentil 7,6 6,8 3,7 57,6 5,3 19,1 100,0 9,1 3 019 Estuaire (sans Libreville) 6,8 9,7 4,1 60,8 3,8 14,7 100,0 8,3 586 Haut-Ogooué 2,7 13,9 8,0 59,6 4,9 10,8 100,0 8,1 390 Moyen-Ogooué 3,9 13,8 5,7 69,7 2,1 4,8 100,0 7,5 134 Ngounié 4,4 20,3 5,0 61,5 3,5 5,3 100,0 7,5 264 Nyanga 2,6 15,6 4,0 69,5 2,5 5,8 100,0 7,7 110 Ogooué Maritime (sans Port-Gentil) 5,5 21,8 4,0 62,3 2,9 3,4 100,0 6,9 57 Ogooué-Ivindo 2,7 19,8 16,6 52,9 4,8 3,3 100,0 6,8 132 Ogooué-Lolo 4,6 31,6 1,3 56,1 0,5 5,9 100,0 5,9 168 Woleu-N’tem 7,8 7,0 8,3 65,8 5,3 5,9 100,0 8,1 247 Région Nord 6,0 11,5 11,2 61,3 5,1 5,0 100,0 7,7 379 Est 3,3 19,3 6,0 58,5 3,6 9,3 100,0 7,5 558 Ouest 6,2 11,3 4,4 62,5 3,5 12,1 100,0 8,1 777 Sud 3,9 18,9 4,7 63,9 3,2 5,4 100,0 7,5 374 Libreville/Port-Gentil 7,6 6,8 3,7 57,6 5,3 19,1 100,0 9,1 3 019 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 3,7 25,1 8,2 58,3 3,3 1,4 100,0 6,6 716 Second 6,8 13,0 7,0 66,1 2,4 4,7 100,0 7,7 1 111 Moyen 11,2 9,6 4,6 58,6 4,0 12,0 100,0 8,2 1 139 Quatrième 8,0 4,2 4,2 62,4 7,0 14,2 100,0 8,9 1 064 Le plus élevé 1,6 3,3 0,3 50,1 6,3 38,3 100,0 11,5 1 077 Ensemble 15-49 6,5 10,1 4,7 59,2 4,7 14,9 100,0 8,5 5 108 50-59 8,3 11,9 8,6 52,2 1,4 17,7 100,0 8,5 546 Ensemble 15-59 6,7 10,2 5,0 58,5 4,3 15,2 100,0 8,5 5 654 1 A achevé avec succès 6 classes du niveau primaire. 2 A achevé avec succès 7 classes du niveau secondaire. Dans l’ensemble, on constate que la proportion de femmes sans niveau d’instruction est plus faible que celle des hommes (4 % contre 7 %). De même, la proportion de femmes ayant atteint un niveau primaire complet est de 6 % contre 5 % chez les hommes. Cependant, pour 15 % des femmes et 10 % des hommes, le niveau primaire n’a pas été complété. De même, en ce qui concerne le niveau secondaire, les résultats montrent que, dans la majorité des cas, les femmes et les hommes n’ont pas achevé ce niveau. (respectivement 61 % et 59 %). Seulement 3 % des femmes et 5 % des hommes ont atteint un niveau secondaire, c’est–à-dire qu’ils ont achevé avec succès les 7 classes de ce niveau. Cela dénote une forte rétention des élèves dans le système éducatif dont les conséquences sont les redoublements et les abandons. En ce qui concerne le niveau supérieur, on constate que la proportion d’hommes ayant atteint ce niveau est plus élevée que celle des femmes (15 % contre 10 %). Globalement, le nombre médian d’années achevées par les femmes est estimé à 7,8 ans et celui des hommes à 8,5 ans, soit près d’une année de plus pour les hommes. 32 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Le graphique 3.1 qui présente l’évolution entre 2000 et 2012 des proportions de femmes et d’hommes ayant atteint certains niveaux d’instruction permet de constater, pour les deux sexes, une amélioration du niveau d’instruction : en effet, les proportions de ceux sans instruction ont diminué et les proportions de personnes ayant, au moins, le niveau secondaire ont augmenté. Graphique 3.1 Répartition des femmes et des hommes de 15-49 ans par niveau d'instruction, EDSG-I 2000 et EDSG-II 2012 6 36 42 12 4 8 24 38 20 10 4 21 49 16 10 7 15 44 20 15 Aucun Primaire Second 1er cycle Second 2nd cycle Supérieur Aucun Primaire Second 1er cycle Second 2nd cycle Supérieur Pourcentage EDSG-I 2000 EDSG-II 2012 En effet, chez les femmes, en 2000, 59 % avaient, au minimum, le niveau secondaire 1er cycle. En 2012, cette proportion est de 74 %. De plus, la proportion de femmes ayant atteint le niveau supérieur a plus que doublé, passant de 4 % en 2000 à 10 % en 2012. Chez les hommes, en 2000, 68 % avaient, au minimum, un niveau d’instruction secondaire 1er cycle contre 79 % en 2012. Comme chez les femmes, la proportion de ceux qui ont atteint un niveau supérieur a augmenté, variant de 10 % à 15 %. Les résultats selon les groupes d’âges montrent que, quel que soit le sexe, le niveau d’instruction augmente des générations les plus anciennes aux plus récentes. En effet, la proportion de femmes sans niveau d’instruction varie de 6 % parmi celles de 45-49 ans à 1 % parmi celles de 15-19 ans ; Chez les hommes, ces proportions sont de 13 % à 45-49 ans et de 1 % à 15-19 ans. Il faut noter que cette amélioration du niveau d’instruction a autant bénéficié aux filles qu’aux garçons. Il n’y a qu’au niveau supérieur que les hommes sont encore un peu plus nombreux que les femmes. Les résultats selon la province montrent que c’est dans l’Ogooué-Maritime sans Port-Gentil (6 %), Libreville/Port-Gentil, la Ngounié et le Woleu-N’tem (5 % dans tous les cas) que l’on note les proportions les plus élevées de femmes sans instruction. Chez les hommes, c’est essentiellement à Libreville/Port- Gentil, dans le Woleu-N’tem (8 %), dans l’Estuaire sans Libreville (7 %) et dans l’Ogooué-Maritime sans Port-Gentil (6 %). Les résultats par rapport aux régions reflètent les tendances observées dans les provinces. Les résultats selon les quintiles de bien-être économique montrent chez les femmes un écart important entre celles vivant dans un ménage du quintile le plus élevé et les autres : en effet, la proportion de femmes sans niveau d’instruction est deux fois moins importante dans les ménages classés dans le quintile le plus élevé que dans les autres (2 % contre 5 % dans le quintile le plus bas et dans le quintile moyen et 4 % dans le quatrième quintile) De même, dans les ménages du quintile le plus élevé, 6 % des femmes contre 2 % dans les ménages du second quintile ont un niveau secondaire complet et respectivement 27 % contre 2 % ont un niveau supérieur. Chez les hommes, les résultats mettent en évidence les mêmes variations : par exemple, on remarque que dans les ménages du quintile le plus bas, Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 33 4 % n’ont pas d’instruction contre 2 % dans les ménages classés dans le quintile le plus élevé. De même, dans les ménages du quintile le plus bas, 3 % des hommes ont un niveau secondaire complet contre 6 % dans le quintile le plus élevé. Concernant le niveau supérieur, ces proportions sont respectivement de 1 % et 38 %. 3.3 ALPHABÉTISATION Au cours de l’EDSG-II, on a demandé aux enquêtés qui n’avaient aucun niveau d’instruction et à ceux qui n’avaient atteint que le niveau primaire de lire une phrase simple, les enquêtés ayant atteint le niveau secondaire ou plus étant considérés d’office comme étant alphabétisés. Trois modalités ont été retenues : « Peut lire toute la phrase », «Peut lire une partie de la phrase », ou «Ne peut pas lire ». Les tableaux 3.3.1 et 3.3.2 présentent la répartition des femmes et des hommes par niveau d’instruction atteint et niveau d’alphabétisation selon certaines caractéristiques sociodémographiques. On constate que 10 % des femmes et 8 % des hommes de 15-49 ans ne savent pas lire. Chez les femmes, 5 % peuvent lire partiellement une phrase et 9 % peuvent lire la phrase entière. Chez les hommes, ces proportions sont de 6 % dans chacun des cas. En ajoutant à ces proportions celles des femmes et des hommes de niveau secondaire ou plus, qui sont considérés comme étant alphabétisés, la proportion de femmes alphabétisées passe à 89 % et celle des hommes à 91 %. En 2000, ces proportions étaient respectivement de 77 % et 83 %. Tableau 3.3.1 Alphabétisation: Femmes Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans par niveau d'instruction atteint et niveau d'alphabétisation et pourcentage de femmes alphabétisées selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Gabon 2012 Caractéristique sociodémographique Secondaire ou supérieur Pas d'instruction ou niveau primaire Total Pourcentage de femmes alphabétisées1 Effectif de femmes Peut lire une phrase entière Peut lire une partie de la phrase Ne peut pas lire Pas de carte dans la langue de l'enquêté/ Aveugle/ malvoyant/ Manquant Groupe d'âges 15-24 83,4 6,0 3,7 5,9 1,1 100,0 93,0 3 421 15-19 83,3 6,6 3,7 5,2 1,3 100,0 93,5 1 784 20-24 83,5 5,3 3,7 6,6 0,9 100,0 92,4 1 637 25-29 75,7 7,0 3,1 11,9 2,3 100,0 85,9 1 485 30-34 72,0 9,6 4,4 11,9 2,2 100,0 86,0 1 211 35-39 64,4 13,9 8,1 12,9 0,7 100,0 86,4 986 40-44 66,9 12,4 8,1 11,2 1,5 100,0 87,4 746 45-49 49,0 23,4 9,5 14,7 3,4 100,0 81,9 574 Milieu de résidence Libreville/Port-Gentil 81,0 6,3 3,5 7,5 1,7 100,0 90,8 4 974 Autres villes 70,7 12,0 5,9 9,8 1,6 100,0 88,6 2 491 Ensemble urbain 77,6 8,2 4,3 8,3 1,7 100,0 90,1 7 465 Rural 49,3 18,5 10,2 20,9 1,1 100,0 78,0 957 Province Libreville/Port-Gentil 81,0 6,3 3,5 7,5 1,7 100,0 90,8 4 974 Estuaire (sans Libreville) 77,3 10,0 5,6 5,1 1,9 100,0 92,9 876 Haut-Ogooué 67,0 13,1 6,8 11,2 2,0 100,0 86,9 729 Moyen-Ogooué 66,4 10,9 6,4 14,3 2,1 100,0 83,7 229 Ngounié 51,1 18,1 12,7 17,8 0,3 100,0 81,9 467 Nyanga 59,0 15,9 8,2 15,4 1,4 100,0 83,1 182 Ogooué Maritime (sans Port-Gentil) 51,2 28,6 8,8 11,0 0,4 100,0 88,6 82 Ogooué-Ivindo 46,0 13,3 6,4 33,0 1,4 100,0 65,6 249 Ogooué-Lolo 55,4 19,7 6,8 17,3 0,7 100,0 81,9 248 Woleu-N’tem 71,6 12,5 4,1 10,5 1,4 100,0 88,1 386 Région Nord 61,5 12,8 5,0 19,3 1,3 100,0 79,3 635 Est 64,0 14,8 6,8 12,7 1,7 100,0 85,6 977 Ouest 73,4 11,5 6,0 7,3 1,9 100,0 90,9 1 187 Sud 53,3 17,5 11,4 17,1 0,6 100,0 82,3 650 Libreville/Port-Gentil 81,0 6,3 3,5 7,5 1,7 100,0 90,8 4 974 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 43,7 20,2 11,0 24,0 1,1 100,0 74,9 1 222 Second 65,4 12,9 6,2 12,5 2,9 100,0 84,6 1 621 Moyen 75,0 9,3 6,3 8,2 1,2 100,0 90,6 1 784 Quatrième 82,5 5,9 3,4 6,6 1,5 100,0 91,9 1 879 Le plus élevé 92,9 2,9 0,5 2,5 1,3 100,0 96,2 1 915 Ensemble 74,4 9,4 5,0 9,7 1,6 100,0 88,7 8 422 1 C'est-à-dire les femmes qui ont, au moins, fréquenté l'école secondaire et celles qui peuvent lire une phrase entière ou une partie de phrase. 34 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Tableau 3.3.2 Alphabétisation: Hommes Répartition (en %) des hommes de 15-49 ans par niveau d'instruction atteint et niveau d'alphabétisation et pourcentage d'hommes alphabétisés selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Gabon 2012 Caractéristique sociodémographique Secondaire ou supérieur Pas d'instruction ou niveau primaire Total Pourcentage d’hommes alphabétisés1 Effectif d'hommes Peut lire une phrase entière Peut lire une partie de la phrase Ne peut pas lire Pas de carte dans la langue de l'enquêté/ Aveugle/ malvoyant/ Manquant Groupe d'âges 15-24 80,3 6,8 5,9 6,0 0,8 100,0 93,1 1 817 15-19 77,4 9,3 6,1 6,0 1,2 100,0 92,8 1 012 20-24 84,1 3,7 5,6 6,1 0,5 100,0 93,4 805 25-29 82,8 2,9 4,0 9,7 0,6 100,0 89,7 813 30-34 78,2 6,6 6,3 8,1 0,7 100,0 91,1 776 35-39 77,9 6,3 8,1 7,6 0,1 100,0 92,3 715 40-44 77,6 6,6 6,4 7,4 2,0 100,0 90,7 534 45-49 68,9 10,0 7,5 11,2 2,3 100,0 86,5 453 Milieu de résidence Libreville/Port-Gentil 82,0 5,3 5,4 6,5 0,8 100,0 92,6 3 019 Autres villes 79,4 6,3 5,5 7,6 1,3 100,0 91,2 1 458 Ensemble urbain 81,2 5,6 5,4 6,9 1,0 100,0 92,2 4 477 Rural 61,7 11,7 11,7 13,8 1,1 100,0 85,1 631 Province Libreville/Port-Gentil 82,0 5,3 5,4 6,5 0,8 100,0 92,6 3 019 Estuaire (sans Libreville) 79,3 6,2 6,4 6,2 1,8 100,0 92,0 586 Haut-Ogooué 75,3 8,9 7,2 6,9 1,7 100,0 91,4 390 Moyen-Ogooué 76,6 7,2 6,6 8,1 1,4 100,0 90,5 134 Ngounié 70,3 5,1 13,4 11,2 0,0 100,0 88,8 264 Nyanga 77,7 8,5 6,9 6,3 0,6 100,0 93,2 110 Ogooué Maritime (sans Port- Gentil) 68,6 15,4 8,3 6,2 1,5 100,0 92,3 57 Ogooué-Ivindo 61,0 10,9 15,4 12,8 0,1 100,0 87,2 132 Ogooué-Lolo 62,4 19,3 5,8 12,0 0,5 100,0 87,5 168 Woleu-N’tem 76,9 2,6 0,6 19,2 0,8 100,0 80,0 247 Région Nord 71,4 5,4 5,7 16,9 0,5 100,0 82,5 379 Est 71,4 12,0 6,7 8,5 1,3 100,0 90,2 558 Ouest 78,1 7,1 6,6 6,5 1,8 100,0 91,7 777 Sud 72,5 6,1 11,5 9,7 0,2 100,0 90,1 374 Libreville/Port-Gentil 82,0 5,3 5,4 6,5 0,8 100,0 92,6 3 019 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 63,0 10,9 11,5 13,9 0,7 100,0 85,3 716 Second 73,2 9,2 7,9 8,3 1,4 100,0 90,3 1 111 Moyen 74,5 7,2 6,2 10,7 1,4 100,0 88,0 1 139 Quatrième 83,6 4,9 5,1 5,9 0,6 100,0 93,5 1 064 Le plus élevé 94,7 1,0 2,0 1,7 0,5 100,0 97,7 1 077 Ensemble 15-49 78,8 6,4 6,2 7,7 1,0 100,0 91,3 5 108 50-59 71,3 10,0 8,8 8,9 0,9 100,0 90,1 546 Ensemble 15-59 78,0 6,7 6,4 7,9 1,0 100,0 91,2 5 654 1 C'est-à-dire les hommes qui ont, au moins, fréquenté l'école secondaire et qui peuvent lire une phrase entière ou une partie de phrase. Le taux d’alphabétisation des femmes augmente des générations les plus anciennes aux plus récentes, passant de 82 % parmi celles de 45-49 ans à 94 % parmi les plus jeunes de 15-19 ans. En outre, on constate que ce taux d’alphabétisation des femmes est plus élevé en milieu urbain qu’en milieu rural (90 % contre 78 %) et à l’Estuaire sans Libreville que dans les autres provinces (93 % contre un minimum de 66 % dans l’Ogooué-Ivindo). Les résultats selon les quintiles de bien-être économique montrent que ce taux augmente avec l’amélioration du statut économique du ménage, variant d’un minimum de 75 % dans les ménages du quintile le plus bas à un maximum de 96 % dans ceux du quintile le plus élevé. Chez les hommes, on note également que la proportion d’hommes alphabétisés augmente des générations anciennes aux plus récentes : 87 % chez ceux âgés de 45-49 ans à 93 % chez ceux de moins de 25 ans. En outre, comme chez les femmes, la proportion d’hommes alphabétisés est plus élevée en milieu urbain (92 %) qu’en milieu rural (85 %), à Libreville/Port-Gentil (93 %) que dans le Woleu-N’tem (80 %) et dans les ménages du quintile le plus élevé (98 %) que dans ceux du quintile le plus bas (85 %). Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 35 3.4 CARACTÉRISTIQUES DIFFÉRENTIELLES DES COUPLES Les données collectées au cours de l’EDSG-II ont également permis d’étudier les différences d’âges et de niveaux d’instruction entre conjoints. Les résultats sont présentés au tableau 3.4. Tableau 3.4 Caractéristiques différentielles des couples Répartition (en %) des couples par différence d'âges entre conjoints et différence de niveaux d'instruction, Gabon 2012 Différence Pourcentage Effectif de couples Écart d'âges entre conjoints Femme plus âgée 9,2 173 Même âge/homme plus âgé de 0-4 ans 30,4 573 Homme plus âgé de 5-9 ans 30,9 584 Homme plus âgé de 10-14 ans 17,3 326 Homme plus âgé de 15 ans ou plus 12,2 231 Niveau d'instruction du couple Homme et femme, aucun 3,5 67 Femme instruite, homme non 2,7 51 Homme instruit, femme non 4,2 80 Homme et femme instruits 89,5 1 689 Total 100,0 1 887 Les résultats selon l’écart d’âges montrent que dans seulement 9 % des couples, la femme est plus âgée que son conjoint (Graphique 3.2) et par conséquent, dans la majorité des couples, c’est l’homme qui est plus âgé que sa femme ou partenaire : dans 12 % des cas, la différence d’âge est de 15 ans ou plus ; dans 17 % des cas l’homme a 10 à 14 ans de plus que la femme ; dans 31 % des cas, il a 5 à 9 ans de plus et dans 30 % des cas, les deux conjoints ont le même âge ou l’homme a entre 0 et 4 ans de plus que sa femme/partenaire. Graphique 3.2 Répartition des couples par différence d'âges entre conjoints Femme plus âgée 9% Homme plus âgé de 0-4 ans 31% Homme plus âgé de 5-9 ans 31% Homme plus âgé de 10-14 ans 17% Homme plus âgé de 15 ans ou plus 12% EDSG-II 2012 La répartition des couples par niveaux d’instruction entre conjoints permet de constater que pour neuf couples sur dix (90 %), les deux conjoints sont instruits. Ce qui confirme l’accès équitable à l’instruction évoqué précédemment. On note également que dans 3 % des couples, l’homme n’est pas instruit. Globalement, ces résultats sont peu différents de ceux de la précédente enquête. 36 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés 3.5 EXPOSITION AUX MÉDIA Les tableaux 3.5.1 et 3.5.2 présentent les données sur l’exposition des femmes et des hommes aux média (la presse audiovisuelle ou écrite), au moins une fois par semaine. Ces données sont particulièrement importantes pour la mise en place de programmes d’éducation et de diffusion d’informations dans tous les domaines, notamment dans ceux de la santé et de la planification familiale. Les résultats permettent de constater que 8 % des femmes et 4 % des hommes ne sont exposés à aucun média (journal, radio ou télévision). Si l’on considère le milieu de résidence, on note un écart important entre l’urbain et le rural : 5 % des femmes urbaines ne sont exposées à aucun média contre 28 % de celles du milieu rural. Chez les hommes du milieu urbain, cette proportion est de 2 % contre 19 % en milieu rural. Tableau 3.5.1 Exposition aux média: Femmes Pourcentage de femmes de 15-49 ans qui, habituellement, lisent un journal, regardent la télévision et/ou écoutent la radio, au moins, une fois par semaine, selon certaines caractéristiques sociodémographiques Gabon 2012 Caractéristique sociodémographique Lit un journal, au moins, une fois par semaine Regarde la télévision, au mois, une fois par semaine Écoute la radio, au moins, une fois par semaine Les trois média, au moins, une fois par semaine Aucun média, au moins, une fois par semaine Effectif de femmes Groupe d'âges 15-19 33,9 91,4 34,3 15,5 5,8 1 784 20-24 40,7 89,6 37,4 19,4 6,4 1 637 25-29 39,7 92,1 37,0 20,4 5,3 1 485 30-34 40,7 89,8 39,2 21,9 8,4 1 211 35-39 35,2 87,8 41,1 19,2 9,0 986 40-44 40,4 84,3 44,6 22,0 10,2 746 45-49 30,2 77,5 46,1 18,3 13,8 574 Milieu de résidence Libreville/Port-Gentil 44,1 94,0 40,1 22,9 3,6 4 974 Autres villes 31,2 89,8 36,8 15,2 7,4 2 491 Ensemble urbain 39,8 92,6 39,0 20,4 4,9 7 465 Rural 21,3 60,2 35,7 10,5 28,0 957 Province Libreville/Port-Gentil 44,1 94,0 40,1 22,9 3,6 4 974 Estuaire (sans Libreville) 44,5 90,7 41,2 23,0 6,1 876 Haut-Ogooué 23,7 84,3 39,3 12,1 11,0 729 Moyen-Ogooué 20,6 73,0 23,7 8,3 19,8 229 Ngounié 39,3 80,1 32,3 15,0 12,8 467 Nyanga 21,2 73,4 31,2 9,0 21,2 182 Ogooué Maritime (sans Port-Gentil) 31,9 87,1 41,7 15,1 7,2 82 Ogooué-Ivindo 9,0 62,7 21,4 3,9 31,7 249 Ogooué-Lolo 14,6 80,1 33,7 8,6 17,1 248 Woleu-N’tem 16,9 78,7 45,9 10,8 12,3 386 Niveau d'instruction Aucun 4,7 76,1 18,9 0,3 20,3 373 Primaire 14,8 78,1 30,4 7,2 16,9 1 786 Secondaire 1er cycle 38,9 92,3 40,4 20,5 4,7 4 094 Secondaire 2nd cycle ou plus 60,1 93,8 45,5 30,1 2,9 2 168 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 15,7 55,5 26,3 5,1 32,8 1 222 Second 26,8 91,0 29,9 11,3 6,4 1 621 Moyen 37,4 95,5 44,0 22,0 3,0 1 784 Quatrième 42,3 96,2 41,4 21,4 1,6 1 879 Le plus élevé 56,7 95,3 46,1 30,4 2,3 1 915 Ensemble 37,7 88,9 38,6 19,2 7,5 8 422 Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 37 Tableau 3.5.2 Exposition aux média: Hommes Pourcentage d'hommes de 15-49 ans qui, habituellement, lisent un journal, regardent la télévision et/ou écoutent la radio, au moins, une fois par semaine, selon certaines caractéristiques sociodémographiques Gabon 2012 Caractéristique sociodémographique Lit un journal, au moins, une fois par semaine Regarde la télévision, au mois, une fois par semaine Écoute la radio, au moins, une fois par semaine Les trois média, au moins, une fois par semaine Aucun média, au moins, une fois par semaine Effectif d'hommes Groupe d'âges 15-19 26,6 90,9 42,0 14,2 5,2 1 012 20-24 47,7 92,1 53,7 31,9 5,0 805 25-29 50,6 92,2 57,5 32,4 3,5 813 30-34 54,9 93,4 68,6 39,2 2,8 776 35-39 53,6 91,0 65,6 36,7 3,1 715 40-44 57,3 90,4 72,4 44,2 3,7 534 45-49 52,4 88,3 73,8 41,6 5,2 453 Milieu de résidence Libreville/Port-Gentil 58,3 97,5 65,1 41,5 0,9 3 019 Autres villes 33,8 91,2 53,3 21,8 4,2 1 458 Ensemble urbain 50,3 95,4 61,2 35,0 2,0 4 477 Rural 26,1 62,7 48,5 13,7 19,3 631 Province Libreville/Port-Gentil 58,3 97,5 65,1 41,5 0,9 3 019 Estuaire (sans Libreville) 43,3 90,7 52,3 26,5 3,5 586 Haut-Ogooué 27,6 85,3 52,4 17,3 8,2 390 Moyen-Ogooué 26,1 79,3 36,2 11,9 12,1 134 Ngounié 16,4 76,1 48,7 9,8 12,3 264 Nyanga 33,3 79,1 44,3 17,5 12,8 110 Ogooué Maritime (sans Port-Gentil) 26,8 87,0 43,8 17,0 8,5 57 Ogooué-Ivindo 38,7 71,4 65,7 28,2 13,4 132 Ogooué-Lolo 27,8 84,1 58,0 17,1 8,0 168 Woleu-N’tem 27,9 73,5 55,6 17,6 12,6 247 Niveau d'instruction Aucun 4,4 86,5 68,2 3,0 8,9 333 Primaire 15,8 81,5 48,1 9,5 10,1 752 Secondaire 1er cycle 43,8 92,4 59,0 30,8 3,4 2 227 Secondaire 2nd cycle ou plus 72,8 95,3 63,8 49,5 1,5 1 795 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 24,8 64,0 49,5 11,2 18,0 716 Second 36,0 93,5 55,7 25,2 3,1 1 111 Moyen 45,7 94,5 64,3 33,6 2,8 1 139 Quatrième 55,6 96,7 62,4 37,9 1,1 1 064 Le plus élevé 67,5 98,9 63,0 47,3 0,2 1 077 Ensemble 15-49 47,3 91,4 59,7 32,4 4,1 5 108 50-59 49,6 85,6 74,4 39,9 6,1 546 Ensemble 15-59 47,5 90,8 61,1 33,1 4,3 5 654 Les résultats selon les différents média montrent que, 89 % des femmes et 91 % des hommes de 15-49 ans regardent, au moins une fois par semaine, la télévision ; près de deux femmes sur cinq (39 %) et 60 % des hommes écoutent la radio et 38 % des femmes et 47 % des hommes lisent un journal. Globalement, 19 % des femmes et 32 % des hommes sont exposés aux trois média, au moins, une fois par semaine. Ces proportions étaient respectivement de 20 % et 36 % en 2000. Les résultats selon l’âge montrent globalement, que les proportions d’hommes et de femmes exposés aux trois média augmentent avec l’âge. Cette tendance est cependant plus nette chez les hommes que chez les femmes (14 % pour les 15-19 ans à 42 % à 45-49 ans chez les hommes) ; chez les femmes, la proportion passe de 16 % à 15-19 ans à 22 % à 40-44 ans. Les résultats selon les provinces mettent en évidence des disparités : c’est dans les villes de Libreville et Port-Gentil, dans l’Estuaire sans Libreville (23 % dans les deux cas) et dans la Ngounié et l’Ogooué-Maritime sans Port-Gentil (15 % dans les deux cas) que les femmes sont les plus exposées aux trois média. À l’opposé, c’est dans l’Ogooué-Ivindo (4 %) que la proportion est la plus faible. Chez les hommes, ce sont les villes de Libreville et Port-Gentil (42 %), l’Ogooué-Ivindo (28 %) et l’Estuaire sans Libreville (27 %) qui se caractérisent par les proportions les plus élevées d’hommes exposés aux trois média. À l’opposé, c’est dans la Ngounié que la proportion est la plus faible (10 %). 38 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés L’utilisation des média est fortement influencée par le niveau d’instruction ; que ce soit chez les femmes ou chez les hommes, la proportion de ceux qui sont exposés aux trois média augmente avec le niveau d’instruction : seulement 0,3 % des femmes et 3 % des hommes sans instruction sont exposés aux trois médias, contre respectivement 30 % et 50 % pour le niveau secondaire 2nd cycle ou plus. On constate le même type de relation en fonction des quintiles de bien-être, puisque, du quintile le plus bas au plus élevé, les proportions de femmes et d’hommes exposés aux trois média augmentent, variant pour les femmes de 5 % à 30 % et pour les hommes de 11 % à 47 %. 3.6 ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE Lors de l’enquête, des questions relatives à l’emploi ont été posées. Ces questions ont permis d’identifier les hommes et les femmes qui travaillaient au moment de l’enquête ainsi que ceux qui ne travaillaient pas au moment de l’enquête mais qui avaient travaillé au cours des 12 mois qui avaient précédé l’enquête. Aux femmes et aux hommes qui travaillaient au moment de l’enquête ou qui avaient effectué un travail au cours des 12 mois précédant l’enquête, on a posé une série de questions sur le type d’emploi et, pour les femmes, sur la régularité de l’emploi et sur le type de rémunération. Les résultats du tableau 3.6.1 montrent que, dans l’ensemble, 49 % des femmes de 15-49 ans avaient effectué un travail quelconque au cours des 12 mois ayant précédé l’enquête, Dans 44 % des cas, les femmes travaillaient au moment de l’enquête, c’est-à-dire au cours des sept jours avant l’interview et 6 % ne travaillaient pas au moment de l’enquête. À l’opposé, 51 % n’avaient pas travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l’enquête. Les résultats selon l’âge permettent de constater que la proportion de femmes qui avaient travaillé récemment augmente régulièrement avec l’âge, passant d’un minimum de 11 % à 15-19 ans à un maximum de 76 % à 45-49 ans. Du point de vue de l’état matrimonial, les résultats montrent que ce sont les femmes en rupture d’union (65 %) qui étaient proportionnellement les plus nombreuses à avoir travaillé au cours des sept jours ayant précédé l’enquête, contre 53 % de celles en union et 24 % des célibataires. Le niveau d’activité varie également en fonction du nombre d’enfants vivants par femme : la proportion de femmes actives augmente avec le nombre d’enfants, passant de 22 % à la parité 0 à 67 % à la parité cinq ou plus. Les données selon le milieu de résidence ne font pas apparaître de différences importantes : 45 % en milieu rural et 44 % en milieu urbain, où, par rapport aux autres villes (39 %), Libreville et Port-Gentil présentent une proportion plus élevée de femmes actives (46 %). S’agissant des provinces, c’est dans la Ngounié qu’on enregistre la proportion la plus forte de femmes ayant eu une activité au cours des sept jours ayant précédé l’enquête (54 %) et à l’opposé; c’est dans le Moyen-Ogooué qu’elle est la plus faible (30 %). On constate, en outre, que les proportions de femmes actives diminuent avec l’augmentation du niveau d’instruction, passant d’un maximum de 59 % parmi celles sans instruction à un minimum de 45 % parmi celles ayant un niveau secondaire 2nd cycle ou plus. Enfin, les résultats selon les quintiles de bien- être ne montrent pas d’écarts significatifs. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 39 Tableau 3.6.1 Emploi: Femmes Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans en fonction du fait qu'elles travaillent ou non, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Gabon 2012 Caractéristique sociodémographique A travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête N'a pas travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête Total2 Effectif de femmes Travaille actuellement1 Ne travaille pas actuellement Groupe d'âges 15-19 10,7 4,5 84,8 100,0 1 784 20-24 25,5 9,7 64,6 100,0 1 637 25-29 45,8 7,1 47,0 100,0 1 485 30-34 59,5 4,1 36,4 100,0 1 211 35-39 69,1 4,0 26,9 100,0 986 40-44 74,5 3,7 21,8 100,0 746 45-49 75,6 2,8 21,6 100,0 574 État matrimonial Célibataire 24,0 6,3 69,7 100,0 3 047 En union 52,8 4,7 42,4 100,0 4 475 En rupture d'union 65,1 8,3 26,6 100,0 900 Nombre d'enfants vivants 0 22,4 5,9 71,6 100,0 2 556 1-2 44,7 6,8 48,4 100,0 3 077 3-4 58,8 5,1 36,0 100,0 1 594 5+ 66,6 2,9 30,5 100,0 1 194 Milieu de résidence Libreville/Port-Gentil 46,0 5,7 48,3 100,0 4 974 Autres villes 38,7 5,9 55,3 100,0 2 491 Ensemble urbain 43,5 5,8 50,6 100,0 7 465 Rural 44,9 4,8 50,3 100,0 957 Province Libreville/Port-Gentil 46,0 5,7 48,3 100,0 4 974 Estuaire (sans Libreville) 40,0 8,3 51,6 100,0 876 Haut-Ogooué 33,7 3,3 63,0 100,0 729 Moyen-Ogooué 29,8 1,7 68,5 100,0 229 Ngounié 54,2 11,3 34,4 100,0 467 Nyanga 33,8 7,2 59,0 100,0 182 Ogooué Maritime (sans Port-Gentil) 47,7 2,6 49,7 100,0 82 Ogooué-Ivindo 36,6 3,6 59,8 100,0 249 Ogooué-Lolo 44,0 5,4 50,6 100,0 248 Woleu-N’tem 45,4 0,7 53,9 100,0 386 Région Nord 42,0 1,9 56,2 100,0 635 Est 36,3 3,8 59,8 100,0 977 Ouest 38,6 6,6 54,8 100,0 1 187 Sud 48,5 10,2 41,3 100,0 650 Libreville/Port-Gentil 46,0 5,7 48,3 100,0 4 974 Niveau d'instruction Aucun 58,7 3,1 38,2 100,0 373 Primaire 52,7 3,5 43,8 100,0 1 786 Secondaire 1er cycle 37,9 5,8 56,3 100,0 4 094 Secondaire 2nd cycle ou plus 44,5 7,6 47,6 100,0 2 168 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 44,9 5,1 50,0 100,0 1 222 Second 39,3 7,2 53,5 100,0 1 621 Moyen 44,3 5,3 50,1 100,0 1 784 Quatrième 44,5 6,3 49,1 100,0 1 879 Le plus élevé 45,3 4,4 50,3 100,0 1 915 Ensemble 43,7 5,7 50,6 100,0 8 422 1 "Travaille actuellement" concerne les femmes qui ont travaillé au cours des sept derniers jours, y compris celles qui n'ont pas travaillé au cours des sept derniers jours mais qui ont un emploi régulier et qui étaient absentes parce qu'elles étaient en congé, malades ou en vacances ou pour d'autres raisons. 2 Y compris les manquants. Du tableau 3.6.2 concernant les hommes de 15-49 ans, il ressort que 75 % d’entre eux avaient effectué un travail quelconque au cours des 12 mois ayant précédé l’enquête (contre 49 % chez les femmes) : la majorité (68 %) avait travaillé au cours des sept derniers jours avant l’enquête. À l’opposé, 24 % des hommes n’avaient pas travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l’enquête. On constate, comme chez les femmes, que le pourcentage d’hommes qui avaient travaillé récemment augmente avec 40 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés l’âge : de 22 % à 15-19 ans, la proportion passe à 92 % à 45-49 ans. Du point de vue de l’état matrimonial, les résultats montrent que, comme chez les femmes, les hommes en union et ceux en rupture d’union étaient proportionnellement les plus nombreux à travailler au moment de l’enquête (respectivement, 90 % et 92 % contre 42 % chez les célibataires). Par ailleurs, les données selon le milieu de résidence, montrent que la proportion d’hommes qui travaillaient au moment de l’enquête est légèrement plus élevée en milieu rural qu’en milieu urbain (71 % contre 68 %). Par rapport au niveau d’instruction, on remarque (comme chez les femmes) que les hommes sans niveau d’instruction travaillaient un peu plus fréquemment que les autres au moment de l’enquête : 91 % exerçaient une activité, contre 69 % pour le niveau primaire et seulement 64 % pour le niveau secondaire 1er cycle. Enfin, on constate que les variations selon les quintiles de bien-être économique ne sont pas très importantes. Tableau 3.6.2 Emploi: Hommes Répartition (en %) des hommes de 15-49 ans en fonction du fait qu'ils travaillent ou non, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Gabon 2012 Caractéristique sociodémographique A travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête N'a pas travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête Total2 Effectif d'hommes Travaille actuellement1 Ne travaille pas actuellement Groupe d'âges 15-19 22,0 11,8 64,5 100,0 1 012 20-24 47,7 11,1 39,2 100,0 805 25-29 79,8 6,2 14,0 100,0 813 30-34 86,0 4,4 9,6 100,0 776 35-39 92,7 1,5 5,8 100,0 715 40-44 90,0 5,6 4,4 100,0 534 45-49 92,4 2,2 5,5 100,0 453 État matrimonial Célibataire 41,7 10,5 46,4 100,0 2 336 En union 90,4 3,6 6,0 100,0 2 425 En rupture d'union 92,0 3,4 4,6 100,0 347 Nombre d'enfants vivants 0 43,6 9,7 45,4 100,0 2 265 1-2 84,2 5,2 10,4 100,0 1 399 3-4 91,8 3,8 4,4 100,0 824 5+ 90,9 3,1 6,1 100,0 619 Milieu de résidence Libreville/Port-Gentil 71,5 6,9 20,5 100,0 3 019 Autres villes 60,3 5,9 33,8 100,0 1 458 Ensemble urbain 67,9 6,6 24,8 100,0 4 477 Rural 70,7 7,8 21,4 100,0 631 Province Libreville/Port-Gentil 71,5 6,9 20,5 100,0 3 019 Estuaire (sans Libreville) 68,8 5,5 25,7 100,0 586 Haut-Ogooué 60,7 6,3 33,0 100,0 390 Moyen-Ogooué 62,1 9,7 27,7 100,0 134 Ngounié 63,1 5,3 31,7 100,0 264 Nyanga 53,7 10,2 36,1 100,0 110 Ogooué Maritime (sans Port-Gentil) 64,7 13,1 22,1 100,0 57 Ogooué-Ivindo 51,2 6,1 42,7 100,0 132 Ogooué-Lolo 70,8 8,3 20,9 100,0 168 Woleu-N’tem 61,5 4,4 34,1 100,0 247 Région Nord 57,9 5,0 37,1 100,0 379 Est 63,8 6,9 29,4 100,0 558 Ouest 67,4 6,8 25,8 100,0 777 Sud 60,3 6,7 33,0 100,0 374 Libreville/Port-Gentil 71,5 6,9 20,5 100,0 3 019 Niveau d'instruction Aucun 90,9 3,8 5,3 100,0 333 Primaire 68,8 6,5 24,8 100,0 752 Secondaire 1er cycle 63,7 7,0 28,5 100,0 2 227 Secondaire 2nd cycle ou plus 69,4 7,0 22,7 100,0 1 795 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 64,3 8,3 27,3 100,0 716 Second 71,3 4,8 23,8 100,0 1 111 Moyen 71,3 9,4 19,3 100,0 1 139 Quatrième 72,4 8,0 19,3 100,0 1 064 Le plus élevé 60,1 3,6 33,5 100,0 1 077 Ensemble 15-49 68,2 6,7 24,4 100,0 5 108 50-59 77,2 3,1 19,7 100,0 546 Ensemble 15-59 69,1 6,4 23,9 100,0 5 654 1 "Travaille actuellement" concerne les hommes qui ont travaillé au cours des sept derniers jours, y compris ceux qui n'ont pas travaillé au cours des sept derniers jours mais qui ont un emploi régulier et qui étaient absents parce qu'ils étaient en congé, malades ou en vacances ou pour d'autres raisons. 2 Y compris les manquants. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 41 Les tableaux 3.7.1 et 3.7.2 présentent les résultats concernant le type d’occupation des femmes et des hommes de 15-49 ans au cours des 12 mois qui précédaient l’enquête. Un peu plus d’une femme sur deux exerçait, au moment de l’enquête, une activité dans les ventes et services (52 %) ; près d’une femme sur cinq (19 %) travaillait en tant que cadre ou technicienne ; une sur dix (10 %) a déclaré être employée de maison et seulement 9 % avaient une activité agricole. Quel que soit le groupe d’âges, c’est dans les ventes et services que les femmes sont proportionnellement les plus nombreuses. On remarque cependant que la proportion de femmes travaillant comme employée de maison est plus élevée entre 15 et 29 ans qu’au-delà. Tableau 3.7.1 Occupation: Femmes Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans ayant eu un emploi au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête par type d'occupation, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Gabon 2012 Caractéristique sociodémographique Cadre/ technicien/ direction Employé Ventes et services Manuel qualifié Manuel non qualifié Employée de maison Agriculture Manquant Total Effectif de femmes Groupe d'âges 15-19 0,1 0,0 60,7 0,2 1,4 13,7 15,5 8,5 100,0 272 20-24 3,8 0,0 61,6 2,4 3,7 13,9 6,8 7,9 100,0 576 25-29 16,8 0,0 57,4 3,4 1,3 11,7 5,2 4,1 100,0 786 30-34 29,6 0,0 48,0 4,3 1,6 8,7 5,3 2,4 100,0 770 35-39 25,9 0,0 49,0 4,2 3,2 7,3 8,0 2,3 100,0 721 40-44 23,9 0,3 43,6 5,3 1,4 9,5 10,9 5,2 100,0 583 45-49 18,5 0,1 46,5 5,5 0,2 8,8 17,0 3,5 100,0 450 État matrimonial Célibataire 12,8 0,0 55,8 3,1 3,2 10,1 7,2 7,9 100,0 923 En union 20,3 0,1 52,1 3,3 1,7 9,6 9,4 3,5 100,0 2 573 En rupture d'union 22,7 0,1 45,4 7,0 1,2 12,7 8,1 2,8 100,0 661 Nombre d'enfants vivants 0 14,7 0,0 53,3 2,1 2,8 13,1 6,8 7,2 100,0 725 1-2 22,8 0,0 52,7 4,5 1,6 9,6 4,9 3,9 100,0 1 583 3-4 22,7 0,2 49,2 3,7 2,9 9,4 7,8 4,1 100,0 1 020 5+ 11,2 0,1 52,4 4,3 0,5 9,9 18,6 3,1 100,0 829 Milieu de résidence Libreville/Port-Gentil 21,2 0,0 53,3 4,7 2,0 12,0 0,8 6,1 100,0 2 569 Autres villes 18,8 0,0 50,9 3,1 1,7 9,1 14,7 1,7 100,0 1 113 Ensemble urbain 20,4 0,0 52,6 4,2 1,9 11,1 5,0 4,8 100,0 3 682 Rural 8,3 0,4 46,6 1,1 2,0 3,4 36,9 1,2 100,0 476 Province Libreville/Port-Gentil 21,2 0,0 53,3 4,7 2,0 12,0 0,8 6,1 100,0 2 569 Estuaire (sans Libreville) 22,5 0,3 50,1 3,5 3,0 9,9 8,0 2,8 100,0 423 Haut-Ogooué 17,4 0,0 51,3 3,0 1,0 11,5 13,0 2,9 100,0 270 Moyen-Ogooué 21,6 0,0 56,9 2,2 2,3 6,7 9,9 0,3 100,0 72 Ngounié 9,3 0,1 34,9 0,6 1,2 5,1 48,2 0,6 100,0 307 Nyanga 15,4 0,0 59,1 3,2 0,0 2,0 18,5 1,6 100,0 75 Ogooué Maritime (sans Port- Gentil) 18,0 0,2 58,8 3,6 0,9 10,3 7,8 0,5 100,0 41 Ogooué-Ivindo 7,7 0,0 60,1 2,5 0,3 4,6 24,2 0,5 100,0 100 Ogooué-Lolo 13,0 0,4 31,2 1,8 1,4 5,5 46,1 0,7 100,0 123 Woleu-N’tem 11,0 0,0 69,0 2,5 3,4 3,7 9,9 0,5 100,0 178 Niveau d'instruction Aucun 0,0 0,0 73,4 0,0 0,0 11,5 10,4 4,7 100,0 231 Primaire 2,0 0,0 55,9 2,1 1,6 14,6 21,9 1,9 100,0 1 004 Secondaire 1er cycle 15,0 0,1 58,5 3,5 1,7 11,6 5,6 4,0 100,0 1 791 Secondaire 2nd cycle ou plus 44,4 0,0 33,4 6,8 3,0 4,0 1,4 7,1 100,0 1 131 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 2,9 0,1 44,8 1,1 1,2 8,9 40,3 0,6 100,0 611 Second 7,2 0,0 61,4 1,8 2,5 17,2 8,5 1,5 100,0 754 Moyen 11,3 0,0 63,2 3,7 0,5 13,8 3,1 4,5 100,0 886 Quatrième 24,0 0,0 55,2 4,5 2,1 7,1 1,5 5,6 100,0 956 Le plus élevé 41,0 0,1 35,0 6,8 3,0 5,3 0,9 7,8 100,0 951 Ensemble 19,0 0,1 51,9 3,9 1,9 10,2 8,7 4,4 100,0 4 157 42 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Comme les femmes, c’est dans les ventes et services que la majorité des hommes de 15-49 ans en activité travaillaient (59 %) ; en outre, environ un homme sur six était cadre ou technicien (15 %). Les données selon l’âge montrent que quel que soit le groupe d’âges, c’est dans les ventes et services que les hommes sont proportionnellement les plus nombreux à travailler. On constate par ailleurs que les proportions d’hommes cadres ou techniciens augmentent avec l’âge. Selon le milieu de résidence, la proportions d’hommes ayant une activité dans les ventes et services est nettement plus élevée en ville (62 %) qu’en milieu rural (38 %). Par contre, comme on pouvait s’y attendre, en milieu rural, la proportion d’hommes travaillant dans l’agriculture (30 %) est nettement plus importante que celle observée en milieu urbain (3 %). Les résultats selon le niveau de bien-être économique montrent que 29 % des hommes vivant dans les ménages classés dans le quintile le plus bas travaillent dans l’agriculture et qu’à l’opposé, c’est dans les ménages du quintile le plus élevé que l’on observe les proportions les plus importantes d’hommes exerçant une activité de cadre ou de technicien (36 %). Tableau 3.7.2 Occupation: Hommes Répartition (en %) des hommes de 15-49 ans ayant eu un emploi au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête par type d'occupation, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Gabon 2012 Caractéristique sociodémographique Cadre/ technicien/ direction Employé Ventes et services Manuel qualifié Manuel non qualifié Employé de maison Agriculture Manquant Total Effectif d'hommes Groupe d'âges 15-19 5,0 0,0 61,8 5,6 10,1 0,5 11,6 5,4 100,0 342 20-24 4,5 0,0 65,1 4,3 11,6 0,9 5,9 7,6 100,0 474 25-29 12,0 0,0 64,3 4,8 7,0 0,6 4,1 7,2 100,0 699 30-34 17,3 0,2 56,5 6,6 8,8 1,8 4,1 4,7 100,0 701 35-39 17,4 0,0 61,9 6,1 4,4 0,4 4,8 5,0 100,0 673 40-44 25,3 0,1 49,9 5,1 4,6 0,0 7,4 7,5 100,0 510 45-49 20,0 0,8 50,6 6,3 6,2 1,4 7,9 6,8 100,0 429 État matrimonial Célibataire 7,9 0,0 65,1 5,0 8,3 0,4 7,2 6,0 100,0 1 219 En union 18,7 0,2 55,3 5,9 6,7 1,0 5,5 6,6 100,0 2 279 En rupture d'union 15,7 0,0 60,4 5,5 8,2 0,9 5,0 4,3 100,0 331 Nombre d'enfants vivants 0 9,2 0,0 64,5 4,4 9,2 0,9 7,0 4,7 100,0 1 208 1-2 15,8 0,0 61,4 4,0 6,3 0,7 4,2 7,5 100,0 1 251 3-4 15,8 0,3 58,8 8,6 6,8 0,9 4,8 4,0 100,0 787 5+ 24,5 0,4 41,7 7,3 6,2 0,9 9,2 9,7 100,0 582 Milieu de résidence Libreville/Port-Gentil 16,1 0,0 65,6 3,5 5,2 1,0 0,8 7,7 100,0 2 368 Autres villes 15,8 0,4 53,0 9,2 9,8 0,7 6,5 4,5 100,0 965 Ensemble urbain 16,0 0,1 62,0 5,2 6,5 0,9 2,5 6,8 100,0 3 333 Rural 8,3 0,4 38,0 8,5 12,4 0,2 29,6 2,6 100,0 495 Province Libreville/Port-Gentil 16,1 0,0 65,6 3,5 5,2 1,0 0,8 7,7 100,0 2 368 Estuaire (sans Libreville) 11,2 0,8 50,0 9,5 10,7 1,0 12,0 4,8 100,0 436 Haut-Ogooué 16,1 0,5 52,5 12,6 10,4 0,4 3,8 3,8 100,0 261 Moyen-Ogooué 9,5 0,0 43,9 9,2 14,1 0,6 18,1 4,6 100,0 96 Ngounié 15,6 0,0 39,2 3,8 10,0 0,0 27,8 3,6 100,0 180 Nyanga 15,9 0,6 47,8 9,2 7,4 0,6 13,8 4,7 100,0 70 Ogooué Maritime (sans Port- Gentil) 11,9 0,6 43,2 7,1 12,1 0,8 19,8 4,5 100,0 44 Ogooué-Ivindo 13,4 0,0 45,2 5,6 10,9 0,0 19,5 5,4 100,0 76 Ogooué-Lolo 10,3 0,2 43,9 10,4 14,1 0,0 17,9 3,1 100,0 133 Woleu-N’tem 15,7 0,0 53,0 8,2 8,0 0,6 13,7 0,9 100,0 163 Niveau d'instruction Aucun 0,1 0,0 87,5 0,9 2,4 0,4 6,3 2,5 100,0 315 Primaire 0,8 0,2 67,7 5,6 7,6 0,9 15,9 1,4 100,0 566 Secondaire 1er cycle 6,1 0,2 64,2 7,0 8,6 1,1 6,1 6,7 100,0 1 576 Secondaire 2nd cycle ou plus 34,7 0,1 42,6 5,1 6,8 0,6 1,6 8,5 100,0 1 372 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 5,2 0,0 42,6 6,9 12,6 0,7 29,3 2,8 100,0 520 Second 7,5 0,0 68,5 8,2 7,6 1,2 4,4 2,6 100,0 846 Moyen 9,9 0,1 67,6 6,1 7,8 0,3 2,9 5,4 100,0 919 Quatrième 16,9 0,1 63,7 3,9 5,3 1,6 0,7 7,8 100,0 856 Le plus élevé 36,4 0,5 41,7 2,8 4,8 0,3 0,9 12,5 100,0 687 Ensemble 15-49 15,0 0,1 58,9 5,6 7,3 0,8 6,0 6,2 100,0 3 828 50-59 16,4 0,0 47,8 8,7 5,2 0,2 16,1 5,6 100,0 439 Ensemble 15-59 15,2 0,1 57,7 5,9 7,1 0,8 7,0 6,2 100,0 4 267 Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 43 Le tableau 3.8 présente la répartition des femmes ayant eu un emploi au cours des 12 derniers mois par type d’emploi agricole ou non agricole, selon certaines caractéristiques de l’emploi. Dans l’ensemble, 83 % des femmes ont été payées en argent seulement pour le travail effectué. Dans 13 % des cas, les femmes ont exercé un travail qui n’a pas été rémunéré. Un peu plus d’une femme sur deux (53 %) travaillait à son propre compte et 69 % travaillaient toute l’année. La comparaison des résultats entre le travail agricole et non agricole montre que les conditions de travail entre les deux secteurs sont différentes. Tout d’abord, 56 % des femmes qui travaillaient dans le domaine agricole n’ont pas été payées contre 8 % quand le travail effectué n’était pas dans l’agriculture. En outre, 90 % des femmes travaillant ailleurs que dans l’agriculture ont été payées en argent seulement contre 22 % quand le travail est dans le secteur agricole. Les résultats selon le type d’employeur font également apparaître des différences entre les femmes travaillant dans les domaines agricole et non agricole. Ainsi, dans le secteur agricole, 78 % des femmes travaillaient à leur propre compte et 17 % pour un membre de la famille. Parmi les femmes ne travaillant pas dans le domaine agricole, ces proportions sont respectivement de 51 % et de 4 % ; par contre, 45 % travaillaient pour une personne qui n’est pas un membre de la famille. En outre, parmi les femmes ayant un emploi non agricole, 70 % occupaient un emploi à l’année contre 63 % parmi celles qui travaillaient dans le domaine agricole. Dans 24 % des cas, dans le secteur agricole, le travail était occasionnel contre 16 % dans le secteur autre qu’agricole. Tableau 3.8 Type d'emploi: Femmes Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans ayant eu un emploi au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête en fonction du type de rémunération, du type d'employeur et de la régularité de l'emploi, selon le secteur agricole et non-agricole, Gabon 2012 Caractéristique de l'emploi Travail agricole Travail non agricole Ensemble Type de revenu Argent seulement 22,0 89,7 82,9 Argent et en nature 17,2 1,7 3,1 En nature seulement 4,4 0,3 0,6 Pas rémunéré 56,4 8,2 13,0 Manquant 0,0 0,1 0,3 Total 100,0 100,0 100,0 Type d'employeur Employé par un membre de la famille 17,1 3,9 5,1 Employé par quelqu'un qui n'est pas membre de la famille 5,2 44,9 41,6 Travaille à son propre compte 77,6 51,2 53,0 Manquant 0,1 0,1 0,3 Total 100,0 100,0 100,0 Régularité de l'emploi Toute l'année 62,8 69,5 68,7 Saisonnier 12,9 15,0 15,0 Occasionnel 24,2 15,5 16,0 Manquant 0,1 0,1 0,3 Total 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 361 3 615 4 157 Note: L'ensemble comprend les femmes dont l'information sur le type d'emploi est manquante et qui ne sont pas présentées séparément. 44 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés 3.7 COUVERTURE MÉDICALE Au cours de l’enquête, des questions ont été posées pour savoir si les enquêtés étaient couverts ou non par une assurance médicale. Les résultats sont présentés au graphique 3.3. Graphique 3.3 Pourcentage de femmes et d'hommes de 15-49 ans disposant d'une assurance médicale 43 37 Femme Homme Pourcentage EDSG-II 2012 La majorité des femmes et des hommes de 15-49 ans ont déclaré ne pas avoir d’assurance médicale (respectivement 57 % et 63 %). La proportion de femmes disposant d’une couverture médicale est donc plus importante que celle des hommes (43 % contre 37 %). Cette situation plus favorable aux femmes pourrait s’expliquer par le fait que plus de femmes que d’hommes ont dû être enrôlées comme « personnes économiquement faibles » par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et de Garantie Sociale (CNAMGS). 3.8 CONSOMMATION DE TABAC Au cours de l’enquête, on a demandé aux femmes et aux hommes s’ils fumaient des cigarettes ou s’ils consommaient du tabac sous une autre forme. Le tableau 3.9.1 présente les résultats pour les femmes. La quasi-totalité des femmes ne consomme pas de tabac (97 %) et cette proportion est très élevée, quelle que soit la caractéristique sociodémographique. les résultats selon l’âge ne font apparaître pratiquement aucune variation. Tout au plus peut-on souligner que la consommation de tabac est légèrement plus fréquente en milieu rural (5 %) qu’en milieu urbain (3 %). Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 45 Tableau 3.9.1 Consommation de tabac: Femmes Pourcentage de femmes de 15-49 ans qui fument des cigarettes, la pipe ou qui consomment du tabac sous d'autres formes, selon certaines caractéristiques sociodémographiques et selon qu'elles sont enceintes et qu'elles allaitent, Gabon 2012 Caractéristique sociodémographique Consommation de tabac Ne consomme pas de tabac Effectif de femmes Cigarettes Autre tabac Groupe d'âges 15-19 3,0 0,7 96,7 1 784 20-24 2,7 0,6 96,9 1 637 25-29 3,6 0,7 95,5 1 485 30-34 2,4 0,0 97,4 1 211 35-39 2,4 0,6 97,6 986 40-44 3,1 0,6 96,5 746 45-49 3,4 3,0 94,9 574 Maternité, Allaitement Enceinte 2,3 0,8 97,6 814 Allaite (non enceinte) 1,6 0,4 98,2 1 071 Ni l'un, ni l'autre 3,2 0,8 96,2 6 536 Milieu de résidence Libreville/Port-Gentil 3,3 0,8 96,1 4 974 Autres villes 1,8 0,2 98,1 2 491 Ensemble urbain 2,8 0,6 96,8 7 465 Rural 3,8 1,6 95,1 957 Province Libreville/Port-Gentil 3,3 0,8 96,1 4 974 Estuaire (sans Libreville) 3,7 0,3 95,9 876 Haut-Ogooué 1,1 0,6 98,7 729 Moyen-Ogooué 2,5 0,5 97,0 229 Ngounié 2,4 0,7 97,3 467 Nyanga 1,5 1,0 97,7 182 Ogooué Maritime (sans Port-Gentil) 1,8 0,4 98,2 82 Ogooué-Ivindo 1,6 0,5 97,8 249 Ogooué-Lolo 4,2 1,6 94,9 248 Woleu-N’tem 1,2 0,5 98,5 386 Niveau d'instruction Aucun 3,0 1,0 96,6 373 Primaire 4,4 1,6 94,5 1 786 Secondaire 1er cycle 2,5 0,6 97,1 4 094 Secondaire 2nd cycle ou plus 2,5 0,3 97,2 2 168 Quintiles de bien-être économique Le plus bas 3,5 1,4 95,7 1 222 Second 2,4 0,5 97,4 1 621 Moyen 2,0 0,9 97,6 1 784 Quatrième 2,4 0,1 97,1 1 879 Le plus élevé 4,2 0,8 94,9 1 915 Ensemble 2,9 0,7 96,6 8 422 Les données du tableau 3.9.2 sur la consommation de tabac chez les hommes montrent que 78 % ne consommaient pas de tabac, contre 97 % chez les femmes. Parmi les 23 % d’hommes de 15-49 ans qui ont déclaré fumé des cigarettes, près de trois sur dix (29 %) ont déclaré en avoir fumé dix ou plus dans les dernières vingt-quatre heures. 46 • C ar ac té ris tiq ue s de s fe m m es e t d es h om m es e nq uê té s Ta bl ea u 3. 9. 2 C on so m m at io n de ta ba c: H om m es Po ur ce nt ag e d' ho m m es d e 15 -4 9 an s qu i f um en t d es c ig ar et te s, la p ip e ou q ui c on so m m en t d u ta ba c so us d 'a ut re s fo rm es , e t r ép ar tit io n (e n % ) d es fu m eu rs d e ci ga re tte s pa r n om br e de c ig ar et te s fu m ée s au c ou rs d es 2 4 he ur es a ya nt p ré cé dé l' en qu êt e, s el on c er ta in es c ar ac té ris tiq ue s so ci od ém og ra ph iq ue s, G ab on 2 01 2 C ar ac té ris tiq ue so ci od ém og ra ph iq ue C on so m m at io n de ta ba c N e co ns om m e pa s de ta ba c Ef fe ct if d' ho m m es R ép ar tit io n (e n % ) d es h om m es q ui fu m en t d es c ig ar et te s pa r n om br e de ci ga re tte s fu m ée s da ns le s de rn iè re s 24 h eu re s To ta l N om br e de fu m eu rs d e ci ga re tte s C ig ar et te s Au tre ta ba c 0 1- 2 3- 5 6- 9 10 + N e sa it pa s/ M an qu an t G ro up e d' âg es 15 -1 9 8, 8 0, 4 91 ,1 1 01 2 1, 9 43 ,4 28 ,6 16 ,1 5, 0 5, 0 10 0, 0 89 20 -2 4 22 ,0 0, 6 78 ,0 80 5 13 ,6 15 ,5 43 ,2 11 ,0 14 ,7 2, 1 10 0, 0 17 7 25 -2 9 30 ,2 3, 9 69 ,4 81 3 2, 5 22 ,5 32 ,6 14 ,9 25 ,6 1, 8 10 0, 0 24 6 30 -3 4 28 ,3 2, 1 71 ,6 77 6 2, 2 16 ,6 24 ,9 19 ,1 36 ,0 1, 1 10 0, 0 21 9 35 -3 9 24 ,6 0, 5 75 ,3 71 5 1, 2 14 ,2 27 ,8 18 ,6 32 ,1 6, 1 10 0, 0 17 6 40 -4 4 28 ,0 2, 7 71 ,8 53 4 1, 8 7, 5 22 ,4 17 ,6 43 ,3 7, 4 10 0, 0 15 0 45 -4 9 22 ,6 1, 7 77 ,4 45 3 0, 0 5, 2 37 ,8 11 ,9 44 ,0 1, 1 10 0, 0 10 2 M ili eu d e ré si de nc e Li br ev ill e/ P or t-G en til 21 ,9 1, 5 78 ,0 3 01 9 3, 8 19 ,3 30 ,3 15 ,1 27 ,1 4, 4 10 0, 0 66 0 A ut re s vi lle s 19 ,5 1, 2 80 ,3 1 45 8 4, 1 16 ,3 33 ,7 17 ,0 27 ,6 1, 4 10 0, 0 28 4 En se m bl e ur ba in 21 ,1 1, 4 78 ,8 4 47 7 3, 9 18 ,4 31 ,3 15 ,7 27 ,3 3, 5 10 0, 0 94 4 R ur al 33 ,9 3, 1 65 ,9 63 1 2, 4 12 ,0 28 ,8 16 ,5 37 ,8 2, 4 10 0, 0 21 4 Pr ov in ce Li br ev ill e/ P or t-G en til 21 ,9 1, 5 78 ,0 3 01 9 3, 8 19 ,3 30 ,3 15 ,1 27 ,1 4, 4 10 0, 0 66 0 E st ua ire (s an s Li br ev ill e) 23 ,7 1, 3 76 ,3 58 6 5, 0 16 ,9 25 ,4 12 ,0 39 ,7 1, 0 10 0, 0 13 9 H au t-O go ou é 17 ,7 1, 6 81 ,9 39 0 4, 2 11 ,4 42 ,2 19 ,6 17 ,1 5, 6 10 0, 0 69 M oy en -O go ou é 29 ,2 2, 6 70 ,8 13 4 0, 0 15 ,9 32 ,3 14 ,5 34 ,5 2, 8 10 0, 0 39 N go un ié 18 ,6 1, 4 81 ,1 26 4 1, 3 18 ,2 33 ,5 15 ,9 31 ,1 0, 0 10 0, 0 49 N ya ng a 19 ,9 2, 6 79 ,3 11 0 10 ,3 11 ,6 30 ,4 14 ,0 32 ,2 1, 5 10 0, 0 22 O go ou é M ar iti m e (s an s Po rt- G en til ) 21 ,0 1, 0 7

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.