Congo - Demographic and Health Survey - 2012

Publication date: 2012

Congo C ongo 2011-2012 Enquête D ém ographique et de Santé Enquête Démographique et de Santé 2011-2012 PROGRE TRAVAIL UNITE PROGRE TRAVAIL UNITE PROGRE TRAVAIL UNITE PROGRE TRAVAIL UNITE PROGRE TRAVAIL UNITE PROGRE TRAVAIL UNITE Indicateurs des objectifs du millénaire pour le développement Congo 2011-2012 INDICATEURS DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT CONGO 2011-2012 Indicateur Sexe Ensemble Masculin Féminin 1. Éliminer l’extrême pauvreté et la faim 1.8 Prévalence de l’insuffisance pondérale parmi les enfants de moins de 5 ans 9,9 % 13,2 % 11,6 % 2. Assurer l’éducation primaire pour tous 2.1 Taux net de fréquentation scolaire au niveau primaire1 95,9 % 95,5 % 95,7 % 2.3 Taux d’alphabétisation dans la population des 15-24 ans2 84,4 %a 92,4 % 88,4 %b 3. Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes 3.1a Ratio filles/garçons dans l’enseignement primaire 3 na na 1,0 3.1b Ratio filles/garçons dans l’enseignement secondaire 3 na na 1,0 4. Réduire la mortalité des enfants de moins de 5 ans 4.1 Taux de mortalité infanto-juvénile4 86 ‰ 78 ‰ 68 ‰ 4.2 Taux de mortalité infantile4 49 ‰ 45 ‰ 39 ‰ 4.3 Pourcentage d’enfants d’un an vaccinés contre la rougeole 75,3 % 74,5 % 74,9 % 5. Améliorer la santé maternelle 5.1 Taux de mortalité maternelle5 na 426 na 5.2 Pourcentage de naissances dont l’accouchement a été assisté par un prestataire de santé formé6 na na 94 5.3 Taux de prévalence contraceptive7 na 44,7 % na 5.4 Taux de fécondité des adolescentes8 na 147 ‰ na 5.5 Couverture en soins prénatals par du personnel formé 5.5a Au moins une visite prénatale na 92,6 % na 5.5b Quatre visites prénatales ou plus na 78,9 % na 5.6 Besoins non satisfaits en matière de planification familiale na 18,2 % na 6. Combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies 6.2 Utilisation du condom au cours des derniers rapports sexuels à risques9 : jeunes de 15-24 ans 60,1 % a 44,9 % 52,5 %b 6.3 Proportion de la population de 15-24 ans ayant une connaissance « approfondie » du VIH/sida10 27,6 % a 14,4 % 21,0 %b 6.4 Ratio du pourcentage d’orphelins qui fréquentent l’école au pourcentage des non orphelins de 10-14 ans qui fréquentent l’école 1,00 0,99 1,00 6.7 Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans dormant sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide à longue durée d'action (MIILDA) 27,4 % 25,3 % 26,3 % 6.8 Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans dont la fièvre a été traitée de manière appropriée avec des antipaludéens11 24,4 % 25,5 % 25,0 % Urbain Rural Ensemble 7. Assurer un environnement durable 7.8 Proportion de la population utilisant une source d’eau améliorée12 95,8 % 41,8 % 76,4 % 7.9 Proportion de la population utilisant des installations sanitaires améliorées13 18,0 % 5,5 % 13,5 % na = Non applicable. 1 Le taux est basé sur la fréquentation déclarée, non l’inscription, au niveau primaire parmi les enfants d'âge de fréquentation du niveau primaire (6-11 ans). Le taux comprend aussi les enfants d'âge officiel de fréquentation du niveau primaire qui fréquentent le niveau secondaire. Il s’agit d’une mesure indirecte de l’indicateur 2.1 des OMD : Taux net total de scolarisation dans le primaire. 2 Correspond aux enquêtés qui ont fréquenté l’école secondaire ou le supérieur, ou qui peuvent lire une phrase ou une partie de phrase. 3 Basé sur la fréquentation nette déclaré, non l’inscription, parmi les [6-11] ans pour le primaire, [12-18] ans pour le secondaire. 4 Exprimé en termes de décès pour 1 000 naissances vivantes. La mortalité par sexe fait référence à la période de 10 ans précédant l’enquête. La mortalité pour les deux sexes ensemble fait référence à la période de 5 ans précédant l’enquête. 5 Exprimé en termes de décès maternels pour 100 000 naissances au cours des 7 ans ayant précédé l’enquête. 6 Parmi les naissances des 5 années ayant eu lieu au cours des 5 années ayant précédé l’enquête. 7 Pourcentage de femmes actuellement en union qui utilisent une méthode contraceptive quelconque. 8 Équivaut au taux de fécondité par âge pour les femmes de 15-19 ans pour la période de 3 ans précédant l’enquête, exprimé en termes de naissances pour 1 000 femmes de 15-19 ans. 9 Des rapports sexuels à hauts risques sont des rapports sexuels avec un partenaire non marital et non cohabitant. Exprimé en pourcentage de femmes et d’hommes de 15-24 ans qui ont eu des rapports sexuels à hauts risques au cours des 12 derniers mois. 10 Sont considérées comme ayant une connaissance "approfondie", les personnes qui savent que l'utilisation régulière du condom au cours des rapports sexuels et la limitation des rapports sexuels à un seul partenaire fidèle et non infecté permettent de réduire les risques de contracter le virus du sida, celles qui savent qu'une personne en bonne santé peut néanmoins avoir contracté le virus du sida et celles qui rejettent les deux idées locales erronées les plus courantes concernant la transmission ou la prévention du sida. 11 Pourcentage d’enfants de 0-59 mois ayant eu de la fièvre au cours des deux semaines ayant précédé l’interview et qui ont reçu n’importe quel médicament antipaludéen. 12 Pourcentage de la population de droit dont la source principale d’eau de boisson est un robinet dans le logement/cours, un robinet public/fontaine, un puits à pompe/forage, un puits creusé protégé, une source d’eau protégée, la collecte d’eau de pluie, ou l’eau en bouteille. 13 Pourcentage de la population de droit dont le ménage a une chasse d’eau, fosse d’aisances auto-aérée, ou une fausse d’aisances avec dalle et qui ne partage pas cette installation avec d’autres ménages. a Limité aux hommes dans le sous-échantillon de ménages sélectionnés pour l’enquête auprès des hommes. b Le total est calculé comme une simple moyenne arithmétique des pourcentages des colonnes des hommes et des femmes. RÉPUBLIQUE DU CONGO - Unité - Travail - Progrès - ------- Ministère de l’Économie, des Finances, du Plan, du Portefeuille Public et de l’Intégration ------------------- ENQUÊTE DÉMOGRAPHIQUE ET DE SANTÉ DU CONGO (EDSC-II) 2011-2012 Centre National de la Statistique et des Études Économiques (CNSEE), Brazzaville ICF International, Calverton, Maryland, U.S.A. Décembre 2012 Les personnes suivantes ont participé à l’analyse des données de l’EDSC-II et à la rédaction du rapport : Gabriel BATSANGA (CNSEE) Alfred Didier GANGA (CNSEE) Jean BILONGO (CNSEE) Stève Bertrand MBOKO IBARA (CNSEE) Eva Galina AMPALE (CNSEE) Victor MBEMBA (CNSEE) Judicael BANTSIMBA MOUNDONGO (CNSEE) Frédéric POUMBOU (CNSEE) Frédéric NKEOUA (ACBEF) Christophe GNIMI (Ministère de la Santé)) Lisile GANGA (UNICEF) Jean KASEYA (UNICEF) Jean Pierre POATY (consultant UNICEF) Judith Flore BATSANGA OKOUYA (CNSEE) Bernard BARRÈRE (ICF International) Monique BARRÈRE (ICF International) Ce rapport présente les principaux résultats de la deuxième Enquête Démographique et de Santé du Congo (EDSC-II). L’EDSC-II a été réalisée de septembre 2011 à février 2012 par le Centre National de la Statistique et des Études Économiques (CNSEE) (ministère de l’Économie, des Finances, du Plan, du Portefeuille Public et de l’Intégration), en collaboration avec le ministère de la Santé et de la Population. L’EDSC-II a été financée par le Gouvernement du Congo, le Programme de Développement des Services de Santé (PDSS) sous financement de la Banque Mondiale, le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) et le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA). En outre, ICF International a fourni l’assistance technique dans le cadre du projet DHS. Pour tout renseignement concernant l'Enquête Démographique et de Santé du Congo (EDSC-II), contacter le Centre National de la Statistique et des Études Économiques, BP 2031, Brazzaville, Congo (Téléphone/Fax (242) 81 59 09 ; email : cnsee@hotmail.fr ; Internet : www.cnsee.org). Pour obtenir des informations sur le projet DHS, contactez ICF International, 11785 Beltsville Drive, Suite 300, Calverton, MD 20705, USA ; Téléphone : 301-572-0200, Fax : 301-572-0999 ; email : reports@measuredhs.com ; Internet : www.measuredhs.com. Citation recommandée : Centre Nationale de la Statistique et des Études Économiques (CNSEE) [Congo] et ICF International. 2013 Enquête Démographique et de Santé du Congo (EDSC-II) 2011-2012. Calverton, Maryland, USA : CNSEE et ICF International. Table des Matières • iii TABLE DES MATIÈRES Page Liste des tableaux et des graphiques . ix Préface . xvii Avant-propos . xix Sigles et Abréviations . xxi Carte du Congo . xxiv CHAPITRE 1 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS ET PRÉSENTATION DE L’ENQUÊTE Gabriel BATSANGA 1.1 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS . 1 1.1.1 Aspects géographiques et climatiques . 1 1.1.2 Contexte politique et administratif . 1 1.1.3 Évolution récente de l’économie . 2 1.1.4 Situation démographique . 4 1.1.5 Politique de santé . 5 1.1.6 Politique de population . 6 1.2 MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE . 7 1.2.1 Cadre institutionnel . 7 1.2.2 Objectifs de l’enquête . 8 1.2.3 Questionnaires. 9 1.2.4 Échantillonnage . 10 1.2.5 Test d’hémoglobine . 11 1.2.6 Déroulement des activités de l’EDSC-II . 12 CHAPITRE 2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES Victor MBEMBA 2.1 CONDITIONS DE VIE DES MÉNAGES . 15 2.2 CARACTÉRISTIQUES DU LOGEMENT . 19 2.3 BIENS POSSÉDÉS PAR LES MÉNAGES . 22 2.4 CARACTÉRISTIQUES DE LA POPULATION DES MÉNAGES . 23 2.5 NIVEAU D'INSTRUCTION ET FRÉQUENTATION SCOLAIRE . 26 CHAPITRE 3 CARACTÉRISTIQUES DES FEMMES ET DES HOMMES ENQUÊTÉS Frédéric POUMBOU 3.1 CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES DES ENQUÊTÉS . 33 3.2 NIVEAU D’INSTRUCTION PAR CARACTÉRISTIQUE SOCIODÉMOGRAPHIQUE . 36 3.3 ALPHABÉTISATION . 38 3.4 CARACTÉRISTIQUES DES COUPLES . 42 3.5 EXPOSITION AUX MÉDIAS . 42 iv • Table des Matières 3.6 ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE . 45 3.7 COUVERTURE MÉDICALE . 51 3.8 CONSOMMATION DE TABAC . 52 CHAPITRE 4 NUPTIALITÉ ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Alfred-Didier GANGA 4.1 ÉTAT MATRIMONIAL . 55 4.2 POLYGAMIE . 57 4.3 ÂGE À LA PREMIERE UNION . 60 4.4 ÂGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS . 62 4.5 ACTIVITÉ SEXUELLE RÉCENTE . 63 CHAPITRE 5 FÉCONDITÉ Gabriel BATSANGA 5.1 MÉTHODOLOGIE ET QUALITÉ DES DONNÉES . 67 5.2 NIVEAU DE LA FÉCONDITÉ ET FÉCONDITÉ DIFFÉRENTIELLE . 68 5.3 TENDANCES DE LA FÉCONDITÉ . 72 5.4 PARITÉ ET STÉRILITÉ PRIMAIRE . 74 5.5 INTERVALLE INTERGÉNÉSIQUE . 75 5.6 AMENORRHÉE, ABSTINENCE ET INSUSCEPTIBILITÉ POST-PARTUM . 77 5.7 MÉNOPAUSE . 79 5.8 ÂGE À LA PREMIÈRE NAISSANCE . 79 5.9 FÉCONDITÉ DES ADOLESCENTES . 80 CHAPITRE 6 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ Stève Bertrand MBOKO IBARA 6.1 DÉSIR D'ENFANTS . 84 6.2 NOMBRE IDÉAL D’ENFANTS . 88 6.3 PLANIFICATION DE LA FÉCONDITÉ . 90 CHAPITRE 7 PLANIFICATION FAMILIALE Frédéric NKEOUA 7.1 CONNAISSANCE DES MÉTHODES CONTRACEPTIVES . 95 7.2 UTILISATION ACTUELLE DE LA CONTRACEPTION . 97 7.3 UTILISATION ACTUELLE DE LA CONTRACEPTION PAR CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES . 100 7.4 SOURCE D’APPROVISIONNEMENT DES MÉTHODES CONTRACEPTIVES MODERNES . 102 7.5 CHOIX INFORMÉ DE LA MÉTHODE . 103 7.6 CONNAISSANCE DE LA PÉRIODE FÉCONDE . 104 7.7 BESOINS EN MATIÈRE DE PLANIFICATION FAMILIALE . 105 7.8 UTILISATION FUTURE . 107 7.9 EXPOSITION AUX MESSAGES SUR LA PLANIFICATION FAMILIALE . 108 7.10 CONTACT DES NON UTILISATRICES DE LA CONTRACEPTION AVEC LES AGENTS DE PLANIFICATION FAMILIALE . 109 Table des Matières • v CHAPITRE 8 AVORTEMENT Eva Galina AMPALE 8.1 NOMBRE D’AVORTEMENTS SUR LA DURÉE DE VIE . 111 8.2 ÂGE AU PREMIER AVORTEMENT . 113 8.3 STADE DE LA GROSSESSE AU MOMENT DE L’AVORTEMENT . 114 8.4 DÉCISION DE L’AVORTEMENT . 115 8.5 RAISON DE L’AVORTEMENT . 117 8.6 PROCÉDURE D’AVORTEMENT . 118 8.7 LIEU OU A ÉTÉ EFFECTUÉ L’AVORTEMENT . 119 8.8 ASSISTANCE À L’AVORTEMENT . 121 8.9 COMPLICATIONS APRÈS L’AVORTEMENT . 123 8.10 COÛT DE L’AVORTEMENT . 123 CHAPITRE 9 SANTÉ DE LA REPRODUCTION Monique BARRÈRE 9.1 SOINS PRÉNATALS ET VACCINATION ANTITÉTANIQUE . 125 9.1.1 Soins prénatals . 125 9.1.2 Vaccination antitétanique . 131 9.2 ACCOUCHEMENT ET SOINS POSTNATALS . 133 9.2.1 Accouchement . 133 9.2.2 Soins postnatals . 136 9.3 ACCÉS AUX SOINS DE SANTÉ . 140 9.4 FISTULE OBSTÉTRICALE . 141 CHAPITRE 10 SANTÉ DE L’ENFANT Jean BILONGO 10.1 POIDS À LA NAISSANCE . 147 10.2 VACCINATION DES ENFANTS . 149 10.3 MALADIES DES ENFANTS . 154 CHAPITRE 11 ÉTAT NUTRITIONNEL DES FEMMES ET DES ENFANTS Christophe GNIMI 11.1 ÉTAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS . 166 11.2 ALLAITEMENT MATERNEL ET ALIMENTATION DE COMPLÉMENT . 171 11.3 TYPE D’ALIMENTS CONSOMMÉS PAR LES JEUNES ENFANTS . 176 11.4 PRÉVALENCE DE L’ANÉMIE CHEZ LES ENFANTS . 178 11.5 CONSOMMATION DE MICRONUTRIMENTS PAR LES ENFANTS . 180 11.6 ÉTAT NUTRITIONNEL DES FEMMES . 183 11.7 ANÉMIE CHEZ LES FEMMES . 184 11.8 CONSOMMATION DE MICRONUTRIMENTS PAR LES MÈRES . 186 vi • Table des Matières CHAPITRE 12 PALUDISME Monique BARRÈRE 12.1 SITUATION ET STRATÉGIE DE LUTTE CONTRE LE PALUDISME AU CONGO . 189 12.2 LUTTE ANTIVECTORIELLE . 190 12.3 TRAITEMENT PRÉVENTIF ANTIPALUDIQUE AU COURS DE LA GROSSESSE . 196 12.4 FIÈVRE ET TRAITEMENT ANTIPALUDIQUE DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS . 197 12.5 NIVEAU D’HÉMOGLOBINE . 201 CHAPITRE 13 MORTALITÉ DES ENFANTS Bernard BARRÈRE 13.1 MÉTHODOLOGIE ET QUALITÉ DES DONNÉES . 203 13.2 NIVEAUX ET TENDANCES . 205 13.3 MORTALITÉ DIFFÉRENTIELLE . 208 13.4 GROUPES À HAUTS RISQUES . 211 CHAPITRE 14 MORTALITÉ ADULTE ET MORTALITÉ MATERNELLE Bernard BARRÈRE 14.1 ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES . 216 14.2 ESTIMATION DE LA MORTALITÉ ADULTE . 217 14.3 ESTIMATION DE LA MORTALITÉ MATERNELLE . 218 CHAPITRE 15 CONNAISSANCE, ATTITUDES ET COMPORTEMENTS VIS-À-VIS DU VIH/SIDA ET DES IST Monique BARRÈRE 15.1 CONNAISSANCE DU VIH/SIDA, DES MOYENS DE PRÉVENTION ET DE TRANSMISSION . 222 15.2 STIGMATISATION ENVERS LES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH . 232 15.3 OPINIONS CONCERNANT LA PRÉVENTION DES IST ET DU VIH . 235 15.4 RAPPORTS SEXUELS MULTIPLES ET UTILISATION DU CONDOM . 237 15.5 DÉPISTAGE ANTÉRIEUR DU VIH . 243 15.6 INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) . 247 14.7 PRÉVALENCE DES INJECTIONS MÉDICALES . 249 15.8 LES JEUNES DE 15-24 ANS ET LE VIH/SIDA . 251 CHAPITRE 16 STATUT DE LA FEMME Monique BARRÈRE 16.1 EMPLOI ET TYPE DE RÉMUNERATION . 259 16.2 DÉCISION CONCERNANT L’UTILISATION DES GAINS . 260 16.3 POSSESSION DE BIENS . 263 16.4 PARTICIPATION DANS LA PRISE DE CERTAINES DECISIONS . 265 16.5 OPINION SUR LA VIOLENCE CONJUGALE . 267 16.6 INDICATEURS DU POUVOIR D’ACTION DES FEMMES . 270 Table des Matières • vii CHAPITRE 17 SITUATION DES ENFANTS Jean Pierre POATY 17.1 PROTECTION DES ENFANTS . 273 17.2 DÉVELOPPEMENT DU JEUNE ENFANT . 282 RÉFÉRENCES . 289 ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION . 291 A.2 BASE DE SONDAGE . 291 A.3 RÉPARTITION DE L’ÉCHANTILLON . 292 A.4 POIDS DE SONDAGE . 294 A.5 RÉSULTATS DES INTERVIEWS . 296 ANNEXE B ERREURS DE SONDAGE . 299 ANNEXE C TABLEAU POUR L’ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES . 319 ANNEXE D PERSONNEL DE L’EDSC-II 2011-2012 . 325 ANNEXE E QUESTIONNAIRES . 329 Liste des tableaux et des graphiques • ix LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES Page CHAPITRE 1 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS ET PRÉSENTATION DE L’ENQUÊTE Tableau 1.2 Résultats des interviews Ménages et Individuelles . 11 CHAPITRE 2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES Tableau 2.1 Eau utilisée par les ménages pour boire . 16 Tableau 2.2 Type de toilettes utilisées par les ménages . 18 Tableau 2.3 Lavage des mains . 19 Tableau 2.4 Caractéristiques du logement . 20 Tableau 2.5 Biens possédés par les ménages . 22 Tableau 2.6 Quintiles de bien-être économique . 23 Tableau 2.7 Population des ménages par âge, selon le sexe et le milieu de résidence . 24 Tableau 2.8 Composition des ménages . 25 Tableau 2.9.1 Niveau d'instruction de la population des ménages : Femme . 26 Tableau 2.9.2 Niveau d'instruction de la population des ménages : Homme . 27 Tableau 2.10 Taux de fréquentation scolaire . 30 Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population . 24 Graphique 2.2 Taux de fréquentation scolaire par âge . 29 CHAPITRE 3 CARACTÉRISTIQUES DES FEMMES ET DES HOMMES ENQUÊTÉS Tableau 3.1 Caractéristiques sociodémographiques des enquêtés . 34 Tableau 3.2.1 Niveau d'instruction : Femme. 36 Tableau 3.2.2 Niveau d'instruction : Homme . 37 Tableau 3.3.1 Alphabétisation : Femme . 39 Tableau 3.3.2 Alphabétisation : Homme . 40 Tableau 3.4 Caractéristiques différentielles des couples . 42 Tableau 3.4.1 Exposition aux média: Femme . 43 Tableau 3.4.2 Exposition aux médias: Homme . 44 Tableau 3.5.1 Emploi : Femme . 46 Tableau 3.5.2 Emploi : Homme . 47 Tableau 3.6.1 Occupation: Femme . 48 Tableau 3.6.2 Occupation: Homme . 49 Tableau 3.7 Type d'emploi: Femme . 50 Tableau 3.8.1 Couverture médicale : Femme . 51 Tableau 3.8.2 Couverture médicale : Homme . 51 Tableau 3.9.1 Consommation de tabac : Femme . 52 Tableau 3.9.2 Consommation de tabac : Homme . 53 Graphique 3.1 Proportion de femmes et d'hommes de 15-49 ans alphabétisés . 41 x • Liste des tableaux et des graphiques CHAPITRE 4 NUPTIALITÉ ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Tableau 4.1 État matrimonial actuel . 56 Tableau 4.2.1 Nombre de coépouses . 58 Tableau 4.2.2 Nombre d'épouses . 59 Tableau 4.3 Âge à la première union . 60 Tableau 4.4 Âge médian à la première union selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 61 Tableau 4.5 Âge aux premiers rapports sexuels . 62 Tableau 4.6 Âge médian aux premiers rapports sexuels selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 63 Tableau 4.7.1 Activité sexuelle récente des femmes . 64 Tableau 4.7.2 Activité sexuelle récente des hommes . 66 Graphique 4.1 Proportion de femmes célibataires par âge selon différentes sources . 57 CHAPITRE 5 FÉCONDITÉ Tableau 5.1 Fécondité actuelle . 69 Tableau 5.2 Fécondité par caractéristiques sociodémographiques . 71 Tableau 5.3.1 Fécondité selon différentes sources . 72 Tableau 5.3.2 Tendance de la fécondité par âge . 72 Tableau 5.4 Enfants nés vivants et enfants survivants des femmes . 74 Tableau 5.5 Intervalle intergénésique . 76 Tableau 5.6 Aménorrhée, abstinence et insusceptibilité post-partum . 77 Tableau 5.7 Durée médiane de l'aménorrhée, de l'abstinence post-partum et de l'insusceptibilité post-partum . 78 Tableau 5.8 Ménopause . 79 Tableau 5.9 Âge à la première naissance . 79 Tableau 5.10 Âge médian à la première naissance . 80 Tableau 5.11 Grossesse et fécondité des adolescentes . 81 Graphique 5.1 Taux de fécondité par âge selon le milieu de résidence . 70 Graphique 5.2 Taux de fécondité par âge et par période de 5 ans avant l'EDSC-II 2011-2012 . 73 Graphique 5.3 Tendance de l'ISF des femmes de 15-34 ans, EDSC-I 2005 et EDSC-II 2011-2012 . 73 Graphique 5.4 Proportion d'adolescentes ayant commencé leur vie procréative, EDSC-I 2005 et EDSC-II 2011-2012 . 82 CHAPITRE 6 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ Tableau 6.1 Préférences en matière de fécondité par nombre d'enfants vivants . 84 Tableau 6.2.1 Désir de limiter les naissances : Femme . 86 Tableau 6.2.2 Désir de limiter les naissances : Homme . 87 Tableau 6.3 Nombre idéal d'enfants . 89 Tableau 6.4 Nombre idéal d'enfants par caractéristique sociodémographique . 90 Tableau 6.5 Planification de la fécondité . 91 Tableau 6.6 Taux de fécondité désirée . 91 Graphique 6.1 Désir d'enfants supplémentaires des femmes en union selon le nombre d'enfants vivants . 85 Liste des tableaux et des graphiques • xi CHAPITRE 7 PLANIFICATION FAMILIALE Tableau 7.1 Connaissance des méthodes contraceptives . 95 Tableau 7.2 Connaissance des méthodes contraceptives par caractéristiques sociodémographiques . 97 Tableau 7.3 Utilisation actuelle de la contraception selon âge . 99 Tableau 7.4 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques sociodémographiques . 101 Tableau 7.5 Source d'approvisionnement des méthodes modernes . 102 Tableau 7.6 Choix informé de la méthode . 103 Tableau 7.7 Connaissance de la période féconde . 104 Tableau 7.8 Besoins en matière de planification familiale . 106 Tableau 7.9 Utilisation future . 107 Tableau 7.10 Exposition aux messages sur la planification familiale . 108 Tableau 7.11 Contact des non utilisatrices de la contraception avec des agents de planification familiale . 110 Graphique 7.1 Prévalence contraceptive parmi les femmes en union . 98 Graphique 7.2 Tendance de la prévalence contraceptive moderne parmi les femmes en union . 100 CHAPITRE 8 AVORTEMENT Tableau 8.1 Nombre d'avortements . 112 Tableau 8.2 Âge au premier avortement . 113 Tableau 8.3 Stade de la grossesse au moment de l'avortement . 115 Tableau 8.4 Décision de l'avortement . 116 Tableau 8.5 Raisons de l'avortement . 117 Tableau 8.6 Procédure d'avortement . 119 Tableau 8.7 Lieu où a été effectué l'avortement . 120 Tableau 8.8 Assistance à l'avortement . 122 Tableau 8.9 Complications après l'avortement . 123 Tableau 8.10 Coût de l'avortement . 124 CHAPITRE 9 SANTÉ DE LA REPRODUCTION Tableau 9.1 Soins prénatals . 126 Tableau 9.2 Nombre de visites prénatales et stade de la grossesse . 128 Tableau 9.3 Composants des visites prénatales . 129 Tableau 9.4 Échographie . 131 Tableau 9.5 Vaccination antitétanique . 132 Tableau 9.6 Lieu de l'accouchement . 133 Tableau 9.7 Assistance durant l'accouchement . 135 Tableau 9.8 Moment où les premiers soins postnatals ont été dispensés à la mère . 136 Tableau 9.9 Type de prestataire qui a dispensé les premiers soins postnatals à la mère . 137 Tableau 9.10 Moment où les premiers soins postnatals ont été dispensés au nouveau-né . 138 Tableau 9.11 Type de prestataire qui a dispensé les premiers soins postnatals au nouveau-né . 139 xii • Liste des tableaux et des graphiques Tableau 9.12 Problèmes d'accès aux soins de santé . 140 Tableau 9.13 Connaissance et prévalence de la fistule obstétricale . 142 Tableau 9.14.1 Connaissance de la fistule obstétricale et opinions : Femme . 143 Tableau 9.14.2 Connaissance de la fistule obstétricale et opinions : Homme . 145 Graphique 9.1 Indicateurs de santé maternelle, EDSC-I 2005 et EDSC-II 2011-2012 . 127 CHAPITRE 10 SANTÉ DE L’ENFANT Tableau 10.1 Taille et poids de l'enfant à la naissance . 148 Tableau 10.2 Vaccinations par sources d'information . 150 Tableau 10.3 Vaccinations selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 152 Tableau 10.4 Vaccinations au cours de la première année . 153 Tableau 10.5 Prévalence et traitement des symptômes d'Infection Respiratoire Aiguë (IRA) . 155 Tableau 10.6 Prévalence et traitement de la fièvre . 157 Tableau 10.7 Prévalence de la diarrhée . 159 Tableau 10.8 Traitement de la diarrhée . 161 Tableau 10.9 Pratiques alimentaires durant la diarrhée . 162 Tableau 10.10 Connaissance des sachets de SRO ou des liquides préconditionnés, . 163 Graphique 10.1 Couverture vaccinale des enfants de 12-23 mois par type de vaccin selon l'EDSC-I 2005 et l'EDSC-II 2011-2012 . 149 Graphique 10.2 Prévalence des IRA, de la fièvre et de la diarrhée chez les enfants de moins de 5 ans selon l'âge . 154 CHAPITRE 11 ÉTAT NUTRITIONNEL DES FEMMES ET DES ENFANTS Tableau 11.1 État nutritionnel des enfants . 167 Tableau 11.2 Allaitement initial . 172 Tableau 11.3 Type d'allaitement selon l'âge de l'enfant . 173 Tableau 11.4 Durée médiane de l'allaitement. 175 Tableau 11.5 Aliments et liquides reçus par les enfants le jour ou la nuit ayant précédé l'interview . 177 Tableau 11.6 Prévalence de l'anémie chez les enfants . 179 Tableau 11.7 Présence de sel iodé dans le ménage . 180 Tableau 11.8 Consommation de micronutriments par les enfants . 181 Tableau 11.9 État nutritionnel des femmes . 184 Tableau 11.10 Prévalence de l'anémie chez les femmes . 185 Tableau 11.11 Consommation de micronutriments par les mères . 186 Graphique 11.1 État nutritionnel des enfants de moins de cinq ans . 169 CHAPITRE 12 PALUDISME Tableau 12.1 Possession de moustiquaires par les ménages . 191 Tableau 12.2 Accès à une moustiquaire imprégnée d'insecticide a longue durée d'action (MIILDA) . 192 Tableau 12.3 Utilisation des moustiquaires par la population des ménages . 193 Tableau 12.4 Utilisation des moustiquaires par les enfants . 194 Tableau 12.5 Utilisation des moustiquaires par les femmes enceintes . 195 Tableau 12.6 Utilisation d'antipaludéens à titre préventif et du Traitement Préventif Intermittent (TPIg) par les femmes au cours de la grossesse . 196 Liste des tableaux et des graphiques • xiii Tableau 12.7 Prévalence, diagnostic et traitement précoce de la fièvre chez les enfants . 198 Tableau 12.8 Type d'antipaludéens et moment de leur prise par les enfants ayant eu de la fièvre . 200 Tableau 12.9 Hémoglobine < 8,0 g/dl . 201 Graphique 12.1 Pourcentage de la population des ménages qui ont accès à une MIILDA dans le ménage . 192 CHAPITRE 13 MORTALITÉ DES ENFANTS Tableau 13.1 Quotients de mortalité des enfants de moins de 5 ans . 206 Tableau 13.2 Quotients de mortalité des enfants selon certaines caractéristiques socio-économiques . 208 Tableau 13.3 Quotients de mortalité des enfants selon certaines caractéristiques démographiques de la mère et des enfants . 210 Tableau 13.4 Comportement procréateur à hauts risques . 212 Graphique 13.1 Tendance de la mortalité infantile, juvénile et infanto-juvénile . 207 Graphique 13.2 Mortalité infanto-juvénile et caractéristiques socio-économiques . 209 Graphique 13.3 Mortalité infantile et caractéristiques des naissances . 211 CHAPITRE 14 MORTALITÉ ADULTE ET MORTALITÉ MATERNELLE Tableau 14.1 Taux de mortalité des adultes . 217 Tableau 14.2 Quotient de mortalité adulte . 218 Tableau 14.3 Mortalité maternelle . 218 Graphique 14.1 Rapport de mortalité maternelle avec intervalles de confiance pour la période 0-6 ans avant l'EDSC-I 2005 et l'EDSC-II 2011-2012 . 219 CHAPITRE 15 CONNAISSANCE, ATTITUDES ET COMPORTEMENTS VIS-À-VIS DU VIH/SIDA ET DES IST Tableau 15.1 Connaissance du SIDA . 222 Tableau 15.2 Connaissance du sida et source d'information . 223 Tableau 15.3 Connaissance des moyens de prévention du VIH . 225 Tableau 15.4.1 Connaissance approfondie du SIDA : Femme . 226 Tableau 15.4.2 Connaissance approfondie du SIDA : Homme . 228 Tableau 15.5 Connaissance de la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant . 230 Tableau 15.6.1 Attitudes de tolérance à l'égard des personnes vivant avec le VIH : Femme . 232 Tableau 15.6.2 Attitudes de tolérance à l'égard des personnes vivant avec le VIH: Homme . 234 Tableau 15.7 Opinion sur la négociation de rapports sexuels protégés avec le conjoint . 235 Tableau 15.8 Adultes favorables à l'enseignement de l'utilisation du condom en tant que moyen de prévention du sida . 237 Tableau 15.9.1 Partenaires sexuels multiples : Femme . 238 Tableau 15.9.2 Partenaires sexuelles multiples : Homme . 239 Tableau 15.10 Prévalence ponctuelle et prévalence cumulée des partenaires sexuels concomitants . 241 xiv • Liste des tableaux et des graphiques Tableau 15.11 Rapports sexuels payants et utilisation du condom au cours des derniers rapports sexuels payants . 242 Tableau 15.12.1 Couverture du test du VIH antérieur à l'enquête : Femme . 244 Tableau 15.12.2 Couverture du test du VIH antérieur à l'enquête : Homme . 245 Tableau 15.13 Femmes enceintes conseillées et ayant effectué un test du VIH . 246 Tableau 15.14 Prévalence déclarée des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) et symptômes déclarés d'IST . 248 Tableau 15.15 Prévalence des injections médicales . 250 Tableau 15.16 Connaissance approfondie du VIH/sida et connaissance d'un endroit où se procurer des condoms parmi les jeunes . 251 Tableau 15.17 Âge aux premiers rapports sexuels parmi les jeunes . 253 Tableau 15.18 Rapports sexuels prénuptiaux et utilisation du condom au cours des rapports sexuels prénuptiaux parmi les jeunes . 254 Tableau 15.19.1 Partenaires sexuels multiples au cours des 12 derniers mois parmi les jeunes : Femme . 255 Tableau 15.19.2 Partenaires sexuelles multiples au cours des 12 derniers mois parmi les jeunes : Homme . 256 Tableau 15.20 Disparité d'âges entre partenaires sexuels parmi les femmes de 15-19 ans . 257 Tableau 15.21 Test du VIH récent parmi les jeunes . 258 Graphique 15.1 Recherche de traitement pour les IST . 249 CHAPITRE 16 STATUT DE LA FEMME Tableau 16.1 Emploi et type de rémunération des femmes et des hommes actuellement en union . 260 Tableau 16.2.1 Contrôle de l'utilisation de l'argent gagné par les femmes et importance de l'argent gagné par les femmes par rapport à celui gagné par le conjoint . 261 Tableau 16.2.2 Contrôle de l'utilisation de l'argent gagné par les hommes . 262 Tableau 16.3 Contrôle par les femmes de l'utilisation de leurs propres gains et contrôle de l'utilisation des gains du conjoint . 263 Tableau 16.4 Possession de biens par la femme . 264 Tableau 16.5 Participation dans la prise de décision . 265 Tableau 16.6 Participation des femmes dans la prise de décision selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 266 Tableau 16.7.1 Opinion des femmes concernant le fait qu'un mari batte sa femme . 268 Tableau 16.7.2 Opinion des hommes concernant le fait qu'un mari batte sa femme . 269 Tableau 16.8 Indicateurs du pouvoir d'action des femmes . 271 Graphique 16.1 Participation des femmes en union à la prise de décision . 267 CHAPITRE 17 SITUATION DES ENFANTS Tableau 17.1 Enregistrement des naissances d'enfants de moins de 5 ans . 274 Tableau 17.2 Enfants orphelins et résidence avec les parents . 276 Tableau 17.3 Fréquentation scolaire par état de survie des parents . 277 Tableau 17.4 Travail des enfants . 278 Tableau 17.5 Travail des enfants et fréquentation scolaire . 279 Tableau 17.6 Discipline des enfants . 281 Tableau 17.7 Éducation de la petite enfance . 282 Tableau 17.8 Soutien à l'apprentissage . 283 Liste des tableaux et des graphiques • xv Tableau 17.9 Matériel d'apprentissage . 284 Tableau 17.10 Encadrement inapproprié des enfants . 286 Tableau 17.11 Indice de développement du jeune enfant . 287 ANNEXE A PLAN DE SONDAGE Tableau A.1 Répartition de la population et du nombre de ZD selon le département et le type de résidence . 292 Tableau A.2 Répartition des ménages et taille moyenne des ZD en ménage selon le département et le type de résidence . 292 Tableau A.3 Répartition de l’échantillon des grappes et de l’échantillon des ménages selon le département et le type de résidence . 294 Tableau A.4 Répartitions des nombres attendus de femmes et d’hommes enquêtés avec succès selon le département et le type de résidence . 294 Tableau A.5 Résultats de l'enquête . 297 Tableau A.6 Résultats de l'enquête: Homme . 298 ANNEXE B ERREURS DE SONDAGE Tableau B.1 Liste des variables sélectionnées pour le calcul des erreurs de sondage, Congo 2011-2012 . 302 Tableau B.2 Erreurs de sondage : Échantillon National, Congo 2011-2012 . 303 Tableau B.3 Erreurs de sondage : Échantillon Urbain, Congo 2011-2012 . 304 Tableau B.4 Erreurs de sondage : Échantillon Rural, Congo 2011-2012 . 305 Tableau B.5 Erreurs de sondage : Échantillon Kouilou, Congo 2011-2012 . 306 Tableau B.6 Erreurs de sondage : Échantillon Niari, Congo 2011-2012 . 307 Tableau B.7 Erreurs de sondage : Échantillon Lékoumou, Congo 2011-2012 . 308 Tableau B.8 Erreurs de sondage : Échantillon Bouenza, Congo 2011-2012 . 309 Tableau B.9 Erreurs de sondage : Échantillon Pool, Congo 2011-2012 . 310 Tableau B.10 Erreurs de sondage : Échantillon Plateaux, Congo 2011-2012 . 311 Tableau B.11 Erreurs de sondage : Echantillon Cuvette, Congo 2011-2012 . 312 Tableau B.12 Erreurs de sondage : Échantillon Cuvette-Ouest, Congo 2011-2012 . 313 Tableau B.13 Erreurs de sondage : Échantillon Sangha, Congo 2011-2012 . 314 Tableau B.14 Erreurs de sondage : Échantillon Likouala, Congo 2011-2012 . 315 Tableau B.15 Erreurs de sondage : Échantillon Brazzaville, Congo 2011-2012 . 316 Tableau B.16 Erreurs de sondage : Échantillon Pointe-Noire, Congo 2011-2012 . 317 Tableau B.17 Erreurs de sondage pour les taux de mortalité adulte et les taux de mortalité maternelle, Congo 2011-2012 . 318 ANNEXE C TABLEAU POUR L’ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES Tableau C.1 Répartition par âge de la population des ménages . 319 Tableau C.2.1 Répartition par âge des femmes éligibles et enquêtées . 320 Tableau C.2.2 Répartition par âge des hommes éligibles et enquêtés . 320 Tableau C.3 Complétude de l'enregistrement . 321 Tableau C.4 Naissances par année de naissance . 321 Tableau C.5 Enregistrement de l'âge au décès en jours . 322 Tableau C.6 Enregistrement de l'âge au décès en mois . 322 Tableau C.7 État nutritionnel des enfants . 323 Tableau C.8 Complétude de l'information sur les frères et sœurs . 324 Tableau C.9 Taille de la fratrie et rapport de masculinité des frères et sœurs . 324 Tableau C.10 Complétude de l’information sur les sœurs décédées . 324 Préface • xvii PRÉFACE epuis 2004, le Gouvernement de la République du Congo s’est engagé dans la réalisation de grandes opérations de collecte et d’analyse de données statistiques auprès des ménages, pour une meilleure planification stratégique. Outre la planification, cet engagement constitue une réponse aux préoccupations suivantes : • l’adhésion et l’implication des populations au processus d’élaboration et de mise en œuvre des programmes et projets de développement visant l’amélioration de leurs conditions d’existence ; • la nécessité pour les pouvoirs publics, les institutions de recherche et différents partenaires au développement de disposer des indicateurs fiables nécessaires au suivi et à l’évaluation des actions de développement. C’est dans cette optique que le centre national de la statistique et des études économiques (CNSEE) avait réalisé en 2005, sur toute l’étendue du territoire national, la première enquête démographique et de Santé du Congo (EDSC-I). Les résultats de cette investigation avaient permis de produire ou de mettre à jour une batterie d’indicateurs dont une bonne partie a servi, notamment, à la finalisation du document de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP). Il est constant que la validité des indicateurs établis à partir des résultats d’une telle collecte reste limitée dans le temps. Ainsi, ceux de 2005 ont gardé leur pertinence pendant une période de cinq ans. En 2011, il devenait impérieux de disposer de nouvelles données. C’est ainsi qu’en septembre 2011, a été lancée la deuxième enquête démographique et de santé du Congo (EDSC-II), clôturée en février 2012. Cette opération a pu être menée grâce à l’appui technique d’ICF International et au soutien financier de la Banque Mondiale, par le biais du Programme de Développement des Services de Santé (PDSS), du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) et du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), qui s’est chargé de l’impression du questionnaire destiné aux femmes. En cela, je voudrais exprimer toute la gratitude et la reconnaissance du gouvernement de la République du Congo aux représentants de ces différents organismes, ainsi qu’à toutes les personnes œuvrant en leur sein. Je saisis cette occasion pour remercier toutes les autorités administratives locales pour leur implication et pour la mobilisation de leurs administrés. D xviii • Préface Enfin, j’adresse mes sincères félicitations aux cadres nationaux et autres agents de terrain qui, en dépit des difficultés de toute nature, ont pu achever leurs travaux dans les délais prescrits. Avant-Propos • xix AVANT-PROPOS a deuxième Enquête Démographique et de Santé du Congo (EDSC-II) a été réalisée de septembre 2011 à février 2012, après un long et fastidieux processus de préparation marqué notamment par : (i) une sensibilisation des autorités locales et de leurs administrés, (ii) la mise à jour de la base de sondage sur toute l’étendue du territoire national, la confection et l’actualisation des outils de collecte et la mise en place des financements. Cette importante opération s’est réalisée en recourant aux mêmes procédures et à la même méthodologie que celles qui avaient prévalues en 2005, lors de la première enquête du genre. Il y a cependant lieu de mentionner le fait que, contrairement à l’EDSC-I, les principaux résultats de la deuxième enquête seront disponibles au niveau de tous les départements que compte le pays. Ceci constitue une avancée majeure dans la mesure où, il sera, dès lors, possible d’envisager une planification des actions visant le bien être des populations en tenant compte des spécificités locales. De ce fait, il ne s’est pas agi seulement d’une actualisation des indicateurs, mais de la mise en place d’une base de données qui intègre les différents démembrements de l’espace national. De plus, outre les thèmes abordés en 2005, l’on s’est appesanti sur la planification familiale, la fistule obstétricale et la situation des enfants, qui ont fait l’objet de trois modules additionnels. Tout comme en 2005, l’opération n’a pu être menée à son terme que grâce à la mobilisation d’importantes ressources financières, matérielles et humaines. Aussi, voudrais-je exprimer ma gratitude et ma reconnaissance à toutes les institutions et à toutes les personnes qui ont contribué d’une manière ou d’une autre au succès de cette enquête. Il s’agit particulièrement : • du Gouvernement de la République, pour sa sollicitude constante ;G • de la Banque Mondiale (Agence Internationale de développement) et du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), pour leur soutien matériel et financier ; • du programme de développement des services de santé et du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), pour leur précieuse collaboration ; • des experts d’ICF International, pour leur appui technique ;G • des autorités politiques, administratives, militaires et religieuses ainsi que des populations des zones enquêtées, pour leur adhésion ; • de tout le personnel de l’EDSC-II pour sa disponibilité et son engouement.G Le Directeur Général du Centre National de la Statistique et des Etudes Economiques (CNSEE) L Sigles et Abréviations • xxi SIGLES ET ABRÉVIATIONS ACT Artemisinin-based Combination Therapy (Combinaisons à base d'Artémisinine) ACBF Association Congolaise pour le Bien-être Familial BCG Bacille de Calmette et Guérin BOP Budgétisation par Objectif de Programmes CEEAC Communauté Économique des États d’Afrique Centrale CDC Centers for Disease Control and Prevention CDMT Cadre des Dépenses à Moyen Terme CEMAC Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale CIPD Conférence Internationale sur la Population et le Développement CSI Centres de Santé Intégrés CMLS Comité Ministériel de Lutte contre le Sida CNSEE Centre National de la Statistique et des Études Économiques CSLP Cadre Stratégique de Réduction de la Pauvreté CSPro Census and Survey Processing System CSS Circonscriptions Socio Sanitaires CTS/PNDS Comité Technique de Suivi du PNDS DHS Demographic and Health Survey DIU Dispositif Intra Utérin DL Décilitre DSRP Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté et de l’Aménagement du Territoire DTCoq Vaccin contre la Diphtérie, le Tétanos et la Coqueluche EDS Enquête Démographique et de Santé EDSC Enquête Démographique et de Santé du Congo ECOM Enquête Congolaise auprès des Ménages pour l’évaluation de la pauvreté ENA Emergency Nutrition Assessment ET Écart Type FCFA Franc de la Communauté Financière d’Afrique FRPC Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et la croissance GARD Gestion Axée sur les Résultats de Développement IDA Agence Internationale pour le Développement IDH Indice du Développement Humain IEC Information, Éducation et Communication IMC Indice de Masse Corporelle IRA Infection Respiratoire Aiguë ISF Indice Synthétique de Fécondité ISFD Indice Synthétique de Fécondité Désiré IST Infections Sexuellement Transmissibles xxii • Sigles et Abréviations MAMA Méthode de l’Allaitement Maternel et de l’Aménorrhée MICS Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples MII Moustiquaires Imprégnées d’Insecticides MIILDA Moustiquaire Imprégnée d’Insecticide à Longue Durée d’Action NEPAD Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique NN Néonatal OMD Objectifs du Millénaire pour le Développement OHADA Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires OMS Organisation Mondiale de la Santé ONG Organisation Non Gouvernementale ONU Organisation des Nations Unies ONUSIDA Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA PAP Programme des Actions Prioritaires PDSS Programme de Développement des Services de Santé PEV Programme Élargi de Vaccination PF Planification Familiale PIB Produit Intérieur Brut PID Pulvérisation Intra Domiciliaire PNDS Programme National de Développement Sanitaire PNLP Programme National de Lutte contre le Paludisme PNLS Programme National de Lutte contre le SIDA PND Plan National de Développement PNDS Programme National de Développement Sanitaire PNN Post néonatal PNP Politique Nationale de Population PNS Politique Nationale de Santé PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement PPS Point de Prestation de service PPTE Pays Pauvres Très Endettés PTME Prévention de la Transmission Mère-Enfant RDV Risque sur la Durée de Vie REPS Racine carrée de l'effet du plan de sondage RGPH Recensement Général de la Population et de l’Habitation SIDA Syndrome de l’Immunodéficience Acquise SP Sulfadoxine Pyriméthamine SRO Sels de Réhydratation par voie Orale SRP Stratégie de Réduction de la Pauvreté SSR Santé Sexuelle de la Reproduction TBFS Taux Brut de Fréquentation Scolaire TBN Taux Brut de Natalité TBS Taux Brut de Scolarisation TGFG Taux Global de Fécondité générale TMM Taux de Mortalité maternelle TNS Taux Net de Scolarisation TPI Traitement Préventif Intermittent TRO Thérapie de Réhydratation par voie Orale Sigles et Abréviations • xxiii UA Union Africaine UNFPA Fonds des Nations Unies pour la Population UNICEF Fond des Nations Unies pour l’Enfance UPS Unité Primaire de Sondage USAID Agence des États-Unis pour le Développement International VIH Virus de l’Immunodéficience Humaine WHO World Health Organization ZD Zone de Dénombrement xxiv • Carte du Congo Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête • 1 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS ET PRÉSENTATION DE L’ENQUÊTE 1 Gabriel BATSANGA 1.1 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS 1.1.1 Aspects géographiques et climatiques ituée en Afrique centrale, la République du Congo s’étend au sud-ouest sur 11 degrés de longitude est et 5 degrés de latitude sud et au nord-est sur 18 degrés de longitude est et 4 degrés de latitude nord. Le Congo s’étale sur une superficie de 342 000 km2. Le pays est pourvu d’une façade maritime de 170 km sur l’Océan Atlantique. Il est limité au nord par la République du Cameroun et la République Centrafricaine, au sud par la République Démocratique du Congo et la République d’Angola (enclave du Cabinda), au sud-ouest par l’Océan Atlantique, à l’est par le fleuve Congo et son affluent l’Oubangui qui le séparent de la République Démocratique du Congo et à l’ouest par la République du Gabon. Le relief du Congo est essentiellement constitué du bassin sédimentaire du fleuve Congo et des roches anciennes. Le point le plus élevé est le Mont Nabemba, culminant à 1 040 m dans le département de la Sangha. Le Congo est traversé par deux types de végétation : • la forêt, qui couvre près des deux tiers du territoire national (65 %), est localisée au sud (massifs du Chaillu et du Mayombe), au nord-est (forêt inondée) et au nord-ouest (forêt exondée) ; • la savane, qui s’étend de la vallée du Niari au Plateau Central, occupe le tiers du territoire national. Située à cheval sur l’équateur, la République du Congo a un climat chaud et humide. La partie septentrionale du pays se caractérise par un climat de type équatorial avec des pluies étalées quasiment tout au long de l’année. On y distingue cependant deux saisons de pluies et deux saisons sèches : une grande saison de pluies entre septembre et décembre et une petite entre avril et mai d’une part et, d’autre part, une grande saison sèche entre juin et août et une petite entre janvier et mars. Le sud-ouest a un climat tropical humide caractérisé par une saison sèche de trois mois (juin à août) tandis que la partie centrale du pays a une position intermédiaire avec un climat subéquatorial. Le Congo est doté d’un réseau hydrographique important. On note, principalement, la présence du fleuve Congo qui prend sa source en République Démocratique du Congo et qui, avec un débit de 40 000 m3, est le plus puissant au monde après l’Amazone. En outre, le pays est arrosé par plusieurs affluents de ce grand fleuve dont les plus importants sont, dans la partie septentrionale, l’Oubangui, la Sangha, la Likouala- Mossaka, l’Alima et la Nkéni et, dans la partie méridionale, la Léfini, le Djoué et la Loufoulakari. 1.1.2 Contexte politique et administratif Après avoir appartenu, pendant environ un siècle, à l’empire colonial français, la République du Congo a accédé à la souveraineté nationale le 15 août 1960, devenant ainsi un état indépendant, avant d’adhérer à l’Organisation de l’Unité Africaine en 1963 en tant que membre fondateur. Que ce soit avant et S 2 • Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête après l’indépendance, le pays a été marqué, notamment, par plusieurs remous politico-ethniques qui ont, le plus souvent, engendré des changements de régime. Ainsi, l’on a assisté successivement : (i) à la première guerre civile en 1959, (ii) à la chute en 1963 du régime du premier Président, Fulbert YOULOU à la suite de revendications à caractère syndical et à une insurrection généralisée, (iii) à l’accession au pouvoir du Président Alphonse MASSAMBA DEBAT, qui mit fin au multipartisme et créa un parti unique dénommé Mouvement National de la Révolution, (iv) à la chute en 1968 du régime MASSAMBA DEBAT et l’arrivée au pouvoir du Président Marien NGOUABI qui, tout en renforçant le principe du parti unique, instaura un régime de type marxiste. Une dizaine d’années après son accession à la souveraineté nationale, la République du Congo a été rebaptisée « République Populaire du Congo » par le Parti Congolais du Travail (PCT), qui a dirigé le pays jusqu’à l’instauration de la démocratie pluraliste en 1992. Il convient de relever que la période allant de 1968 à 1992 a été marquée, entre autres, par (i) l’assassinat, le 18 mars 1977, du Président Marien NGOUABI qui a été suivi par l’avènement au pouvoir d’un Comité militaire du Parti dirigé par le Président Joachim YHOMBI OPANGO, (ii) l’éviction de ce dernier le 5 février 1979 et son remplacement par le Président Denis SASSOU NGUESSO qui demeura au pouvoir jusqu’en 1992, avant d’être remplacé par le Président Pascal LISSOUBA, à la suite de la première élection présidentielle générale organisée dans le pays. Le retour au multipartisme, qui a restauré le nom de «République du Congo », s’est accompagné de troubles, entre 1992 et 1999. Un conflit armé, sans précédent dans le pays a eu lieu entre le 5 juin et le 15 octobre 1997, occasionnant la perte de milliers de vies humaines, d’importants préjudices au sein de la population et la destruction d’une grande partie du tissu économique du pays. Il s’est soldé par le départ en exil du Président Pascal LISSOUBA et son remplacement par son prédécesseur SASSOU NGUESSO, dans un climat d’instabilité et d’insécurité qui s’est poursuivi jusqu’en 1999. Grâce aux efforts du Gouvernement de la République et au soutien multiforme des partenaires nationaux et internationaux, la paix et la sécurité ont été restaurées dans la quasi-totalité du territoire national. L’actuelle constitution du pays, promulguée le 20 janvier 2002, fait du Congo un état de droit à trois pouvoirs : • Le pouvoir exécutif dirigé par un Président de la République, Chef de l’État, Chef du Gouvernement, élu pour 7 ans au suffrage universel ; • Le pouvoir législatif composé de deux chambres : l’Assemblée Nationale et le Sénat ; • Le pouvoir judiciaire exercé par la Cour Suprême, la cour constitutionnelle, la Cour des Comptes et de Discipline Budgétaire, les cours d’appel et les autres juridictions nationales. Le découpage administratif du Congo subdivise le pays en 12 départements à savoir : Kouilou, Niari, Bouenza, Lékoumou, Pool, Plateaux, Cuvette, Cuvette-Ouest, Sangha, Likouala, Brazzaville et Pointe-Noire. Le pays compte six communes qui sont les principales villes du pays. Il s’agit de : Brazzaville (capitale politique), Pointe-Noire (capitale économique), Dolisie, Nkayi, Mossendjo et Ouesso. La langue officielle du Congo est le Français ; les langues nationales sont le Lingala et le Kituba. Le Congo est membre d’institutions sous-régionales, régionales et internationales telles que la CEEAC, la CEMAC, l’Union Africaine, l’ONU, AFRISTAT et l’OHADA. 1.1.3 Évolution récente de l’économie À la fin des conflits armés de la période 1997-1999, le gouvernement du Congo s’est investi dans la mise en place des bases de la relance effective de l’économie nationale en s’inscrivant dans la double Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête • 3 dynamique du sommet de Copenhague (1996), visant la réduction de moitié de la pauvreté d’ici à l’an 2015, cela conformément aux Objectifs du Millénaire pour le Développement et de l’initiative Pays Pauvres Très Endettés (PTTE). En outre, depuis le début des années 2000, le gouvernement a lancé un vaste programme de réformes structurelles et de renforcement de la gouvernance, afin de consolider la paix et impulser le développement économique et social du Congo. Dans ce cadre, il a élaboré une Stratégie de Réduction de la Pauvreté pour la période 2008-2010. Cette stratégie a été conçue dans un contexte de préparation du Point d’Achèvement de l’Initiative PPTE, qui devait soulager le Congo par l’annulation d’une part importante de sa dette extérieure. C’est dans ce contexte que le gouvernement a lancé de vastes programmes de réformes et d’investissements ainsi que des innovations importantes dans la gouvernance économique. Il s’agit, entre autres, de la signature et la mise en œuvre du programme économique et financier soutenu par la communauté internationale, au titre de l’Initiative PPTE, matérialisé par la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et la croissance et la mise en œuvre d’un DSRP pour la période 2008-2010. Ce DSRP1 a servi de cadre opérationnel pour la mise en œuvre de la vision de la « Nouvelle Espérance », et pour la formulation des stratégies économiques et sociales pour la marche du Congo vers la réalisation des OMD. La stratégie visait spécifiquement à : (i) renforcer la gouvernance et consolider la paix et la démocratie (Axe 1), (ii) diversifier l’économie pour relever et stabiliser la croissance (Axe 2) ; (iii) renforcer le secteur social et les ressources humaines en vue de soutenir la croissance et de progresser vers les OMD ; et (iv) combattre la pandémie du VIH/SIDA. La mise en œuvre satisfaisante des programmes du DSRP1 entre 2008 et 2010, y compris le programme économique du Gouvernement, a permis au Congo d’enregistrer des avancées louables : • au plan économique, avec des performances caractérisées par une croissance soutenue de l’ordre de 7,0 %, un taux d’inflation contenu dans la norme communautaire (~3 %), et des finances publiques assainies ; • au plan social, par une nette amélioration des conditions de vie des ménages, et une forte baisse du taux de chômage (de 19,4 % en 2005 à 12,3 % en 2007), selon les résultats de la première Enquête Congolaise auprès des Ménages pour l’évaluation de la pauvreté (ECOM1 2005) et du RGPH-2007. Saluées par la communauté internationale, ces performances ont permis à la République du Congo d’atteindre le Point d’Achèvement de l’Initiative PPTE en janvier 2010, ce qui s’est traduit par une forte annulation de sa dette de l’ordre de 3 000 milliards de FCFA, soit environ un tiers de son PIB. Toutefois, compte tenu du retard accumulé au sortir des violences politiques des années 90, des défis de taille demeurent. En particulier, l’économie reste très vulnérable du fait de sa forte dépendance au secteur pétrolier ; le taux de chômage demeure élevé, frappant particulièrement les jeunes ; les emplois créés par l’économie sont majoritairement précaires ou localisés dans des secteurs à faible productivité et donc peu rémunérés (secteur informel) ; les infrastructures et services sociaux de base accusent encore des insuffisances notoires, notamment l’énergie, l’eau, l’enseignement, les infrastructures de transport et les services de santé. Le gouvernement a décidé, en outre, d’élargir le cadre stratégique du DSRP en un Plan National quinquennal de Développement. Aussi, pour renforcer l’efficacité des actions et en maximiser les impacts sociaux, il a placé ce cadre dans le contexte de la GARD. 4 • Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête Cette nouvelle génération du DSRP - le DSCERP - fédère l’ensemble des politiques macroéconomiques et sectorielles pour la période 2012-2016 pour atteindre les objectifs de croissance, d’emplois, de réduction de la pauvreté et d’atteinte des OMD ainsi que de développement équilibré. Il constitue donc le cadre d’opérationnalisation du « Chemin d’avenir ». Outre le DSCERP, et dans la logique de la GARD, le Plan National de Développement comprend un ensemble de documents d’opérationnalisation, notamment : (i) le PAP 2012-2016, Livre II qui sert de cadre intégré de programmation des actions ; (ii) le CDMT 2012-2016, Livre III qui sert à la programmation budgétaire stratégique, et (iii) le SEEP, Livre IV. Ces outils ont été développés pour le PND, grâce aux efforts soutenus du Gouvernement pour le renforcement des capacités techniques de planification stratégique et de Budgétisation par Objectif de Programmes, qui ont aussi abouti à la mise en place des PAP et du CDMT au sein des ministères sectoriels ainsi qu’au niveau central – Budget et Plan. En fin 2011, la situation macroéconomique du Congo a été estimée comme suit : a) Un taux de croissance annuel du produit intérieur brut de 3,4 %, essentiellement impulsé par le secteur pétrolier. Cette croissance reste cependant inférieure à celle enregistrée en 2010 (8,7 %). Le PIB à prix courants a enregistré une hausse de 14,8 % passant de 6082,5 milliards de FCFA en 2010 à 6982,5 milliards de FCFA en 2011. b) l’amélioration des finances publiques : les recettes budgétaires ont enregistré une hausse de 29,7 %, s’établissant à 2887,5 milliards en 2011 contre 2227,1 milliards en 2010. Par ailleurs, les dépenses budgétaires ont été engagées à hauteur de 1721,3 milliards contre 1225,3 milliards en 2010, soit une progression de 40,5 %. En définitive, l’exécution du budget en 2011, s’est soldée par un excédent global, base engagement hors dons de 1137,2 milliards, contre un excédent de 1001,8 milliards en 2010. Les dépenses d’investissement ont été arrêtées à la somme de 1030,8 milliards (dont 821,3 milliards sur ressources propres) contre 546,0 milliards en 2010 ; c) le redressement des comptes extérieurs symbolisé notamment par un excédent de 979,8 milliards du solde global de la balance des paiements. 1.1.4 Situation démographique La connaissance de l’effectif et des caractéristiques de la population du Congo a déjà fait l’objet de quatre opérations d’envergure nationale, à savoir, les recensements généraux de la population et de l’habitat/habitation de 1974, 1984, 1996 et 2007. Il convient cependant de mentionner que les résultats du RGPH de 1996 avaient été invalidés par le Gouvernement de la République. Les données démographiques les plus actuelles disponibles à l’échelon national sont celles issues du Recensement Général de la Population et de l’Habitation de 2007 (RGPH-2007) (voir Tableau 1.1 ci-dessous). On constate au tableau 1.1 que le Congo comptait, au 28 avril 2007, date de référence du dernier recensement général de la population et de l’habitation, 3 697 490 habitants. Ce qui correspond à un taux d’accroissement annuel moyen, par rapport à 1984, de 3 %. Tableau 1.1 Indicateurs démographiques de base Indicateurs RGPH 15/02/1974 RGPH 31/12/1984 RGPH 28/04/2007 Population totale 1 319 790 1 909 248 3 697 490 Taux brut de natalité (p.1 000) 41,0 45,2 41,7 Indice Synthétique de Fécondité 7,0 6,3 4,9 Taux brut de mortalité (p.1 000) 17,9 11,7 13,0 Taux de mortalité infantile (p.1 000) 100,6 71,5 76,4 Espérance de vie (eo, en années) 46,7 50,9 51,6 Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête • 5 Cette population était inégalement répartie sur le territoire national : les six communes du pays abritaient 61,8 % de la population totale du pays ; en particulier, environ quatre habitants sur dix résidaient à Brazzaville. La population âgée de moins de 15 ans représentait environ 39 % de la population totale contre 57 % pour les 15-59 ans et 5 % pour les personnes âgées de plus de 60 ans. Les femmes représentaient 51 % de la population totale du pays. 1.1.5 Politique de santé Abritant le siège régional de l’OMS, la République du Congo se trouve prédisposée à souscrire aux déclarations et actes internationaux majeurs relatifs à la santé en Afrique. La loi n° 014-92 du 29 avril 1992 portant institutionnalisation du Programme National de Développement Sanitaire démontre parfaitement l’intérêt des autorités congolaises pour ce secteur vital. L’application de cette loi s’est d’abord traduite par la mise en œuvre d’un premier PNDS 1992-1996 qui a permis un certain nombre de réalisations ayant considérablement modifié le paysage sanitaire du Congo. Il s’agit essentiellement : • du découpage du territoire national en circonscriptions sociosanitaires ; • de la mise en place, par décret n°95-3 du 4 janvier 1995, du Comité Technique de Suivi du PNDS (CTS/PNDS), cadre de développement d’une approche participative et intersectorielle dans l’analyse des problèmes de santé, la définition des stratégies et le suivi de la mise en œuvre ; • de la rationalisation de l’organisation et du fonctionnement des Centres de Santé Intégrés ; • de l’implication des communautés dans la planification et la mise en œuvre des activités des zones de santé ; • de la formation des cadres, notamment des médecins. Ces acquis ont abouti à l’adoption, en mai 2000, d’une Politique Nationale de Santé dont l’objectif global est d’améliorer l’état de santé des populations afin de promouvoir leur participation au développement socio-économique du pays. La Politique Nationale de Santé (PNS) vise ainsi à : • promouvoir et protéger la santé des individus et des collectivités sur l’ensemble du territoire ; • garantir l’accessibilité des populations aux services et aux soins de santé de qualité ; • renforcer les capacités nationales de gestion du système de santé. Le second Programme National de Développement Sanitaire, qui a été exécuté dans le pays entre 2005 et 2009, fut une émanation de cette Politique Nationale de Santé. Il reposait sur quatre fondements cardinaux à savoir : • le droit de l’ensemble des Congolais à la santé ; • l’équité dans l’accès à l’offre de soins et à des prestations de qualité ; • la solidarité de l’ensemble de la nation congolaise face à la maladie et à la santé ; 6 • Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête • l’exercice démocratique du droit à la santé : l’homme doit être acteur et bénéficiaire du développement sanitaire. Les axes prioritaires d’action du PNDS 2005-2009 étaient essentiellement : • le découpage en circonscriptions socio sanitaires ; • la décentralisation du système de santé et le renforcement des Circonscriptions Sociosanitaires (CSS) ; • le renforcement des programmes de lutte contre les maladies et de promotion de la santé ; • le développement des ressources humaines par le biais des formations initiale et continue des cadres ; • la réforme de la politique du médicament en mettant en place un instrument performant pour l’approvisionnement et la distribution des médicaments essentiels génériques ainsi que pour la promotion et l’usage rationnel des médicaments ; • le développement du système national d’information sanitaire visant la production d’un annuaire des statistiques sanitaires nationales, l’élaboration de la carte sanitaire nationale et la mise en place d’un observatoire de la santé ; • le renforcement de la qualité des soins et des services dans les formations sanitaires ; • la réforme du système de financement de la santé. L’exécution du PNDS s’est cependant soldée par des résultats que l’on peut qualifier de moyens malgré les acquis obtenus. Cette politique s’est poursuivie avec la mise en œuvre du Programme national de développement des services de santé, en cours d’exécution, qui a permis non seulement la consolidation des acquis du PNDS, mais aussi l’équipement en moyens de locomotion, en médicaments et matériels divers. Ce programme bénéficie de l’appui institutionnel, matériel et financier de la Banque mondiale, par le biais de sa filiale, l’Agence internationale pour le Développement (IDA), ainsi que des efforts importants consentis par le gouvernement de la République. Pour améliorer la santé de la population congolaise, le Ministère en charge de la Santé exécute 11 programmes spécifiques dont certains, comme la santé de la reproduction, la vaccination, la lutte contre le paludisme et les maladies diarrhéiques, sont intégrés dans les activités quotidiennes des CSI, tandis que d’autres, comme le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS), développent des structures et des actions spécifiques de plus en plus décentralisées. 1.1.6 Politique de population Les questions relatives à la mise en place d’une politique nationale de population ont été abordées, pour la première fois au Congo, dès 1974, en particulier au moment des premières interventions au Congo du FNUAP, interventions qui se sont soldées notamment par l’appui de cette organisation onusienne à la réalisation du premier RGPH. L’intérêt du Gouvernement du Congo pour l’élaboration d’une Politique Nationale de Population s’est concrètement manifesté dans le second Programme de coopération (1991-1994) signé avec le FNUAP. L’un des objectifs majeurs de ce programme était, en effet, de formuler une Politique Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête • 7 Nationale de Population et de veiller à faire une place aux questions de population dans le plan national de développement. Malheureusement, le contexte national, caractérisé par la naissance de troubles sociopolitiques récurrents ayant occasionné l’abandon ou le report de certains projets prioritaires, n’a pas, jusqu’à aujourd’hui, permis de doter le pays de ce cadre de référence nécessaire à la promotion du bien-être de la population. Toutefois, dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement et conformément à la vision du Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique ainsi qu’aux recommandations émises lors de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement et de la conférence de Beijing sur les femmes, le Gouvernement du Congo œuvre à l’amélioration de la qualité de vie de la population par la réduction de la pauvreté. Les troisième et quatrième programmes pays de coopération signés avec l’UNFPA, respectivement pour les périodes 2004-2008 et 2009-2013 contribuent, en particulier, à favoriser l’accès aux services de qualité en santé de la reproduction et à promouvoir l’intégration effective des questions de population et de genre dans le processus de développement. Si le gouvernement remet à l’ordre du jour la question de la mise en place d’une politique nationale de population, il y a lieu d’espérer que les résultats des EDSC-I et EDSC-II, complétés par ceux du Recensement Général de la Population et de l’Habitation de 2007, devraient servir de socle pour alimenter les réflexions relatives à l’élaboration de ladite politique. 1.2 MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE 1.2.1 Cadre institutionnel La deuxième Enquête Démographique et de Santé du Congo (EDSC-II), tout comme la première, a été exécutée par le Centre National de la Statistique et des Études Économiques (CNSEE), conformément aux dispositions de l’arrêté ministériel n°985/MEPATI-CAB, portant institution et organisation de cette investigation. Cette enquête, faisant partie du Programme International des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys-DHS) de ICF International, Calverton, Maryland (U.S.A), a été réalisée avec l’appui technique de ICF International, grâce à l’assistance financière du Gouvernement du Congo et du Programme de Développement des Services de Santé par le biais d’un financement de l’Agence Internationale de Développement (IDA – Banque Mondiale). Le projet EDSC-II a également bénéficié d’un soutien financier et matériel du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance. Le FNUAP s’est chargé de l’impression du questionnaire destiné aux femmes éligibles vivant au sein des ménages-échantillons et de l’achat d’un photocopieur. S’agissant des organes, l’EDSC-II était régie par un comité de pilotage regroupant des représentants du ministère de la Santé et de la Population et ceux du ministère de l’Économie, des Finances, du Plan, du Portefeuille Public et de l’Intégration. Pour la gestion courante des activités relatives à l’enquête, un directeur national et un directeur national adjoint avaient été désignés ; il s’agissait, en l’occurrence, du directeur général du CNSEE et du directeur général de la Santé. Enfin, une coordination technique, placée sous l’égide du directeur des Statistiques Démographiques et Sociales et comprenant des cadres (statisticiens) évoluant au CNSEE, était chargé de l’exécution, sur le terrain, des différentes phases de l’opération, avec la participation active et indispensable des agents de collecte des données recrutés pour la circonstance. La coordination technique de l’enquête a fait appel aux linguistes de la chaîne nationale de télévision et au personnel de la santé pour traduire, en Lingala et en Kituba, les deux langues nationales du Congo, 8 • Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête environ 80 expressions et termes relatifs aux parties sensibles des questionnaires (notamment, les questions sur la reproduction, l'activité sexuelle, la contraception et les maladies) de sorte qu'au cours de l'enquête, les enquêtrices et enquêteurs pouvaient traduire les questions le plus fidèlement possible. Ces lexiques ont été testés et améliorés au cours des formations et du prétest avant leur utilisation pour l'enquête principale. 1.2.2 Objectifs de l’enquête La deuxième Enquête Démographique et de Santé du Congo (EDSC-II) a pour objectif principal de produire de nombreux indicateurs socio-économiques, démographiques, sanitaires et nutritionnels aux niveaux de l’ensemble de la population et des sous-populations des femmes de 15-49 ans, des enfants de moins de 5 ans et des hommes de 15-59 ans. En particulier, l’EDSC-II vise à identifier et/ou à estimer : Pour l’ensemble de la population : • les niveaux de scolarisation ; • les niveaux d’utilisation de sel iodé ; • certains indicateurs de bien-être des ménages. Pour les femmes de 15-49 ans et les enfants de moins de cinq ans : • divers indicateurs démographiques, en particulier les taux de fécondité, de mortalité des enfants et de mortalité maternelle ; • les facteurs directs et indirects qui déterminent les niveaux et tendances de la fécondité, tels que les comportements matrimoniaux, les comportements sexuels et l’utilisation de la contraception ; • les catégories de femmes susceptibles d’avoir plus ou moins d'enfants et susceptibles d’utiliser la contraception ; • les taux de connaissance et de pratique contraceptive par méthode, selon diverses caractéristiques sociodémographiques ; • les problèmes liés à la pratique des avortements clandestins ; • les facteurs directs et indirects qui déterminent les niveaux et tendances de la mortalité des enfants ; • les différentes composantes de la santé de la reproduction et de la santé des enfants : visites prénatales et postnatales, conditions d’accouchement, allaitement, vaccinations, prévalence et traitement de la diarrhée, de la fièvre et des Infections Respiratoires Aiguës (IRA) chez les enfants de moins de cinq ans ; • l'état nutritionnel des femmes et des enfants de moins de cinq ans au moyen des mesures anthropométriques (poids et taille) ; • la prévalence de l’anémie chez les femmes et les enfants de moins de cinq ans au moyen d’un test d’hémoglobine ; • le niveau de connaissance, les opinions et attitudes ainsi que les comportements à risque des femmes vis-à-vis des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) et du VIH/sida. Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête • 9 Pour les hommes de 15-59 ans : • les facteurs directs et indirects qui déterminent les niveaux et tendances de la fécondité, tels que les comportements matrimoniaux, les comportements sexuels et l’utilisation de la contraception ; • les catégories d’hommes susceptibles d’utiliser la contraception ; • le niveau de connaissance, les opinions et attitudes ainsi que les comportements à risque des hommes vis-à-vis des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) et du VIH/sida. L'ensemble des résultats obtenus constitue une base de données qui facilitera la mise en place et le suivi de politiques et programmes dans le domaine de la population et de la santé et, plus globalement, de politiques visant à l’amélioration des conditions de vie de la population congolaise. Par ailleurs, les données ayant été collectées selon une méthodologie similaire à celle utilisée dans de nombreux autres pays ayant participé au programme DHS, elles font partie, de ce fait, d'une base de données utilisables et comparables au niveau international. Enfin, la réalisation de cette enquête contribue à renforcer les capacités techniques, matérielles et organisationnelles du CNSEE pour entreprendre la collecte et l’analyse de données démographiques, socio- économiques et sanitaires. 1.2.3 Questionnaires Afin d'atteindre les objectifs fixés, trois types de questionnaires ont été utilisés : 1) Questionnaire ménage. Il permet de collecter des informations sur le ménage notamment les caractéristiques des membres du ménage et de leur logement. Il comprend les différentes parties suivantes : • Tableau ménage qui permet de collecter, entre autres informations, l’âge, le sexe, le niveau d'instruction des membres du ménage ; • Caractéristiques du logement (type de toilettes, eau, mur du logement, etc.) ; • Moustiquaires ; • Travail et discipline des enfants ; • Test du sel disponible pour la teneur en iode ; • Poids, taille et test d’hémoglobine des enfants de moins de 5 ans ; • Poids, taille et test d’hémoglobine des femmes. En outre, le questionnaire ménage permet d'établir l'éligibilité des personnes à interviewer individuellement. Il permet aussi de déterminer les populations de référence pour le calcul de certains taux démographiques. 2) Questionnaire femme. Il comprend les douze sections suivantes : • Caractéristiques sociodémographiques des enquêtées ; • Reproduction ; 10 • Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête • Contraception ; • Grossesse et soins postnatals ; • Vaccination des enfants, santé et nutrition; • Mariage et activité sexuelle; • Préférences en matière de fécondité ; • Caractéristiques du conjoint et travail de la femme ; • VIH/sida ; • Autres problèmes de santé ; • Mortalité maternelle ; • Développement et éveil de l’enfant. 3) Questionnaire homme. Il s'agit également d'un questionnaire individuel comprenant les huit sections suivantes : • Caractéristiques sociodémographiques de l’enquêté ; • Reproduction ; • Contraception ; • Mariage et activité sexuelle ; • Préférences en matière de fécondité ; • Emploi et rôle des sexes • VIH/sida ; • Autres problèmes de santé. Ces instruments ont été développés à partir des questionnaires de base du programme DHS, préalablement adaptés au contexte du Congo et en tenant compte des objectifs de l'enquête. 1.2.4 Échantillonnage L’échantillon de l’EDSC-II est représentatif au niveau national. Il est basé sur un sondage par grappes stratifié à deux degrés. Contrairement à l’EDSC-I qui avait découpé le pays en quatre domaines d’étude (Brazzaville, Pointe-Noire, le Sud et le Nord), l’EDSC-II a retenu comme domaine d’étude, chacun des douze départements du pays (Kouilou, Niari, Lékoumou, Bouenza, Pool, Plateaux, Cuvette, Cuvette-Ouest, Sangha, Likouala, Brazzaville et Pointe-Noire). Trois départements comportant des zones urbaines et rurales (Niari, Bouenza et Sangha) ont été subdivisés en urbain et rural pour constituer ainsi 15 strates et l’échantillon a été tiré indépendamment dans chaque strate. Compte tenu des écarts très importants de taille des différents départements, un échantillon auto- pondéré n’aurait pas permis d’obtenir suffisamment de cas dans les départements les moins peuplés. On a donc suréchantillonné les départements de faible taille et sous-échantillonné les départements les plus peuplés. Les données ont ensuite été pondérées pour redonner à chaque département son poids réel dans la population du Congo. Au premier degré, 384 grappes ont été tirées, proportionnellement à leur taille, à partir de la liste des Zones de Dénombrement (ZD) établie lors du RGPH de 2007. Toutes les grappes sélectionnées ont fait l'objet d'un dénombrement exhaustif des ménages. Au deuxième degré, des ménages ont été tirés, à probabilité égale, à partir de la liste des ménages établie lors de l'opération de dénombrement. Le nombre de ménages tirés est de 24 dans chaque grappe urbaine et de 34 dans chaque grappe rurale. Au total, 11 727 ménages ont été sélectionnés pour l'enquête ménage. Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête • 11 Tous les membres des ménages tirés ont été enregistrés dans le questionnaire ménage. Toutes les femmes âgées de 15 à 49 ans (résidentes habituelles ou visiteuses) qui se trouvaient dans ces ménages ont été enquêtées individuellement. En outre, ces femmes, de même que tous les enfants âgés de moins de cinq ans, ont été mesurés et pesés et, dans un ménage sur deux, ils ont fourni un échantillon de sang pour estimer la prévalence de l’anémie. De plus, dans un ménage échantillonné sur deux, tous les hommes de 15 à 59 ans (résidents habituels ou visiteurs) ont également été enquêtés individuellement. Toutes les 384 grappes sélectionnées dans l’échantillon ont pu être enquêtées. Par contre, sur les 11 727 ménages sélectionnés, 11 653 ont été identifiés et trouvés au moment de l’enquête. Parmi les ménages identifiés, 11 632 ont pu être enquêtés avec succès, soit un taux de réponse de 99,8 % (tableau 1.2). Ce taux de couverture a peu changé par rapport à celui obtenu en 2005 (99,2 %), lors de la réalisation de l’EDSC-I. En outre, on observe que les taux de réponse sont quasiment identiques en milieu rural (99,9 %) et en milieu urbain (99,5 %). À l’intérieur des 11 632 ménages interviewés, 11 042 femmes âgées de 15-49 ans ont été identifiées comme étant éligibles pour l’enquête individuelle et, pour 10 819 d’entre elles, l’interview a pu être menée à bien. Le taux de réponse s’établit ainsi à 98,0 % pour l’enquête auprès des femmes. Ce qui représente une amélioration par rapport au taux obtenu lors de la première EDSC, qui s’établissait à 95 %. Tout comme pour les interviews auprès des ménages, le taux de réponse en milieu rural est très légèrement supérieur à celui du milieu urbain (98,1 % contre 97,7 %). L’enquête homme a été, quant à elle, réalisée dans un ménage-échantillon sur deux : au total, 5 316 hommes de 15-59 ans ont été identifiés dans les ménages du sous échantillon. Parmi ces hommes, 5 145 ont été enquêtés avec succès, soit un taux de réponse de 96,8 %. Ici aussi, on note une amélioration de la couverture par rapport à l’enquête de 2005 au cours de laquelle ce taux se situait à 90 %. Par ailleurs, on ne relève pas de différence selon le milieu de résidence. 1.2.5 Test d’hémoglobine Dans un ménage sur deux, les femmes de 15-49 ans et les enfants de moins de cinq ans étaient éligibles pour le test d’hémoglobine en vue de diagnostiquer l’anémie. Ce test a été effectué en utilisant le système HemoCue. Un consentement éclairé a été lu à la personne éligible ou au parent/adulte responsable de l’enfant. Ce consentement expliquait l’objectif du test, informait l’individu éligible (ou le parent/personne responsable) que les résultats seraient communiqués immédiatement à l’issue du test, et sollicitait sa permission pour le test. Tableau 1.2 Résultats des interviews Ménages et Individuelles Effectif de ménages, nombre d'interviews et taux de réponse par milieu de résidence (non pondéré), Congo 2011-2012 Résultat Résidence EnsembleUrbain Rural Interviews Ménages Ménages sélectionnés 3 193 8 534 11 727 Ménages occupés 3 165 8 488 11 653 Ménages interviewés 3 150 8 482 11 632 Taux de réponse des ménages1 99,5 99,9 99,8 Interviews des femmes de 15-49 ans Effectif de femmes éligibles 3 634 7 408 11 042 Effectif de femmes éligibles interviewées 3 549 7 270 10 819 Taux de réponse des femmes éligibles2 97,7 98,1 98,0 Interviews des hommes de 15-59 Effectif d'hommes éligibles 1 769 3 547 5 316 Effectif d'hommes éligibles interviewés 1 710 3 435 5 145 Taux de réponse des hommes éligibles2 96,7 96,8 96,8 1 Ménages enquêtés/ménages identifiés 2 Enquêtés interviewés/enquêtés éligibles 12 • Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête Avant de prélever le sang, le doigt était nettoyé avec un tampon imbibé d’alcool et séché à l’air libre. Ensuite, le bout du doigt (ou du talon pour les enfants de moins d’un an et très maigres) était piqué avec une lancette rétractable, stérile et non réutilisable. Une goutte de sang était récupérée dans une microcuvette et ensuite introduite dans le photomètre HemoCue qui indiquait le niveau d’hémoglobine. Ces résultats étaient enregistrés dans le Questionnaire Ménage et communiqués à la personne testée, ou au parent/adulte responsable, en expliquant la signification des résultats. Si la personne présentait une anémie sévère (un taux d’hémoglobine inférieur à 7 g/dl pour les enfants et les femmes non enceintes, et inférieur à 9 g/dl pour les femmes enceintes), l’enquêteur lui fournissait une fiche de référence pour rechercher des soins auprès des services de santé. 1.2.6 Déroulement des activités de l’EDSC-II Cartographie L'opération de cartographie et de dénombrement des 384 grappes de l'échantillon s’est déroulée sur le terrain du 15 mai au 30 juillet 2011, soit en deux mois et demi. Trente agents cartographes et énumérateurs, préalablement formés en une semaine à Brazzaville, ont été déployés sur l’ensemble du territoire national pour : • Déterminer avec exactitude les limites des grappes ; • Établir leurs plans de situation et dresser leurs croquis respectifs ; • Indiquer les positions relatives de chaque structure occupée par les ménages et dresser la liste de ces ménages. Enquête pilote Un prétest des questionnaires a été effectué du 23 au 28 juin 2011 : trente agents ont été recrutés, formés et déployés en zone urbaine (Brazzaville) et en zone rurale (localités d’Ignié et de Goma Tsé-Tsé). Les enseignements tirés de ce prétest ont permis d’améliorer et de finaliser les questionnaires et les manuels d’instructions du personnel de collecte. Enquête principale La formation pour l'enquête principale s’est déroulée du 8 août au 8 septembre 2011. Cent cinq personnes ayant, au moins, un niveau de fin d’études secondaires ont suivi cette formation. Celle-ci comprenait non seulement des exposés théoriques concernant les techniques d’interview et d’enregistrement des informations et des exercices sur la façon de remplir les questionnaires, mais aussi de la pratique de terrain dans les zones hors échantillon et des exercices de pratique des mesures anthropométriques et du test d’anémie dans les centres de santé intégrés de Brazzaville. En outre, des spécialistes dans les domaines respectifs de la santé de la reproduction, la vaccination, la nutrition, de la protection sociale et du VIH/sida ont donné aux enquêteurs une formation complémentaire nécessaire à l’exécution de leurs futures tâches. Cette formation a été essentiellement dispensée en français, avec des compléments donnés en langues nationales (lingala et kituba), en utilisant le lexique finalisé lors du prétest. À l'issue de la formation, les 96 meilleurs candidats ont été retenus pour la collecte et répartis en seize équipes, composées chacune d'un chef d'équipe, d'une contrôleuse, de trois enquêtrices et d'un enquêteur. Les personnes sélectionnées en qualité de chefs d’équipes et contrôleuses ont suivi une formation supplémentaire de deux jours leur permettant de se familiariser avec leurs futurs rôles et les différentes tâches qui leur ont été dévolues sur le terrain. Caractéristiques du pays et présentation de l’enquête • 13 La collecte des données sur l’ensemble du territoire national a débuté le 10 septembre 2011 et s'est achevée le 10 février 2012. Des missions de supervision ont été organisées régulièrement dans le but d’évaluer les conditions de travail de chaque équipe, de contrôler la qualité du travail, de résoudre les problèmes éventuels rencontrés par les équipes, de les ravitailler en matériel, de payer les salaires et de ramener au centre de traitement, à Brazzaville, les questionnaires dûment remplis. Traitement des données La saisie des données sur micro-ordinateur a débuté le 15 septembre 2011, soit cinq jours après le démarrage de l'enquête sur le terrain, en utilisant le logiciel CSPro, développé conjointement par le Bureau du Recensement des États-Unis, le Programme DHS et le Serpro S.A. Quatre personnes ont été chargées de la vérification des questionnaires ainsi que de la codification des questions non précodées. La saisie a été réalisée par seize opérateurs, assistés de quatre contrôleurs et supervisés par deux informaticiens. Tous les questionnaires ont fait l'objet d'une double saisie ; ce qui a permis d'éliminer du fichier les erreurs dues à la saisie. Par ailleurs, un programme de contrôle de qualité permettait de détecter, pour chaque équipe, certaines des principales erreurs de collecte. Ces informations étaient immédiatement répercutées sur les équipes de terrain lors des missions de supervision afin d'améliorer la qualité de la collecte des données. À la suite de la saisie, les données ont été éditées en vue de vérifier la cohérence interne des réponses. La vérification finale a été réalisée par un informaticien et un démographe du programme DHS, utilisant une technique éprouvée au cours de dizaines d'enquêtes similaires antérieures. Il faut relever que les données anthropométriques étaient saisies quotidiennement sur le terrain dans le logiciel Nutrisurvey ou ENA (Emergency Nutrition Assessment). Cela a permis de déceler et de corriger les flags (données aberrantes ou incohérentes) au fil de la collecte. Analyse L’analyse des données de l’EDSC-II a été effectuée en collaboration avec ICF International. Sur les dix-sept chapitres du rapport principal, onze ont été rédigés par les cadres nationaux et les six autres par les experts de ICF international. Un séminaire d’harmonisation et de préfinalisation du rapport final, d’une durée de onze jours, a été organisé à Dolisie (Département du Niari). Ce séminaire, qui a regroupé les auteurs des différents chapitres (à l’exception de ceux d’ICF International) et quelques personnes ressources, émanant principalement de l’UNICEF, a permis aux participants de formuler des observations et de proposer des amendements susceptibles d’améliorer le contenu du rapport d’analyse. La finalisation du rapport principal et du rapport de synthèse de l’EDSC-II a été effectuée au siège de ICF International par trois cadres nationaux, assistés des experts d’ICF International. Caractéristiques des ménages • 15 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES 2 Victor MBEMBA ’objectif de ce chapitre est de présenter un état des lieux des conditions dans lesquelles vivent les ménages ciblés par l’EDSC-II, 2011-2012 ainsi qu’un profil démographique et socio-économique de la population de ces ménages. Ces informations permettront de mieux comprendre les résultats présentés dans les chapitres suivants ; en outre, elles peuvent se révéler très utiles pour la mise en place de politiques dans le domaine socio-économique. La première partie de ce chapitre est consacrée à la présentation de certaines caractéristiques des logements comme le type d’approvisionnement en eau de boisson, le type de toilettes, les matériaux de revêtement du sol, la disponibilité de l’électricité et la possession de biens durables. La deuxième partie est consacrée à la présentation de certaines caractéristiques démographiques de la population des ménages telles que la structure par âge et sexe ainsi que certaines caractéristiques socio- économiques comme le milieu de résidence et la composition des ménages. La troisième partie présente les données sur le niveau d’instruction des femmes et des hommes des ménages enquêtés. 2.1 CONDITIONS DE VIE DES MÉNAGES Au cours de l’EDSC-II, des données ont été collectées concernant certaines caractéristiques du logement. Ces données sont présentées pour les ménages, en fonction du milieu de résidence et pour l’ensemble des résidents présents et les visiteurs. L Principaux résultats • Environ les trois quarts des ménages (76 %) utilisent, pour boire, de l’eau provenant d’une source améliorée. Cette proportion varie de 41 % en milieu rural à 96 % en milieu urbain. Dans la quasi-totalité des cas (90 %), les ménages n’utilisent aucun moyen de traitement de l’eau. • Seulement 11 % des ménages disposent de toilettes améliorées et non partagées. L’utilisation de ce type de toilettes est trois fois plus importante en milieu urbain (15 %) qu’en milieu rural (5 %). • La population congolaise est jeune : près des deux tiers ont moins de 25 ans (62 %) et près de la moitié ont moins de 15 ans (44 %). Dans près des deux tiers des cas (64 %), les Congolais vivent en milieu urbain, essentiellement à Brazzaville et à Pointe-Noire. 16 • Caractéristiques des ménages Provenance de l’eau de boisson Le Sommet Mondial pour l’Enfance a adopté une définition standardisée de l’eau salubre qui a été retenue dans l’EDSC-II. L’eau est considérée comme salubre lorsqu’elle provient d’une source d’approvisionnement améliorée telle que : • les robinets installés à l’intérieur ou à l’extérieur du logement; • les bornes fontaines ou robinets publics; • les puits/forages équipés de pompes; • les puits couverts ou protégés ; et • l’eau en bouteille. Selon cette définition, on constate que globalement 76 % des ménages utilisent, pour boire, de l’eau provenant d’une source améliorée, principalement des robinets publics/fontaines (27 %) et des robinets dans la cour/concession (22 %) (tableau 2.1). La proportion de ménages dont l’eau de consommation provient d’une source améliorée présente de fortes disparités selon le milieu de résidence : en milieu rural, seulement 41 % des ménages ont accès à une source d’eau améliorée contre 96 % en milieu urbain; c’est en grande partie, à des robinets publics/fontaines (40 %) que les ménages urbains s’approvisionnent en eau de boisson, alors qu’en milieu rural dans 22 % des cas, l’eau consommée est de l’eau de surface. Tableau 2.1 Eau utilisée par les ménages pour boire Répartition (en %) des ménages et de la population de droit par la provenance de l'eau pour boire, le temps pour s'approvisionner en eau et par le moyen utilisé pour traiter l'eau, selon le milieu de résidence, Congo 2011-2012 Caractéristique Ménages Enquêtés Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Source d'approvisionnement en eau de boisson Source améliorée 95,7 41,3 75,7 95,8 41,8 76,4 Robinet dans logement 5,3 0,4 3,5 5,2 0,4 3,5 Robinet dans cour/concession 33,4 2,0 21,9 34,1 2,2 22,6 Robinet public/fontaine 39,7 5,1 27,0 39,8 5,2 27,4 Puits à pompe/ forage 8,7 11,9 9,9 9,0 12,6 10,3 Puits creusé protégé 3,0 7,3 4,6 3,1 8,2 4,9 Source d'eau protégée 1,7 8,5 4,2 1,7 8,3 4,1 Eau de pluie 0,0 5,8 2,1 0,0 4,8 1,7 Eau en bouteille 3,9 0,2 2,5 2,9 0,1 1,9 Source non améliorée 2,9 55,0 22,0 2,6 54,3 21,2 Puits creusé non protégé 1,8 11,1 5,2 1,7 11,6 5,3 Source d'eau non protégée 1,0 21,9 8,7 0,9 20,8 8,1 Eau de surface 0,0 22,0 8,1 0,0 21,9 7,9 Autre 1,5 3,6 2,3 1,6 3,7 2,4 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Pourcentage utilisant pour boire l'eau d'une source améliorée 95,7 41,3 75,7 95,8 41,8 76,4 Temps de trajet pour s'approvisionner en eau de boisson Eau sur place 46,2 19,3 36,3 45,9 19,8 36,5 Moins de 30 minutes 24,2 29,3 26,1 25,1 29,7 26,7 30 minutes ou plus 27,3 50,4 35,8 26,6 49,6 34,9 NSP/manquant 2,3 1,0 1,8 2,5 0,9 1,9 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Moyen de traitement de l'eau1 Ébullition 2,3 0,9 1,8 2,4 0,8 1,8 Ajout d'eau de Javel/chlore 4,2 6,2 4,9 4,5 7,0 5,4 Passée à travers un linge 0,5 0,2 0,4 0,5 0,2 0,4 Céramique, sable ou autre filtre/ Désinfection solaire 0,6 0,1 0,4 0,8 0,1 0,5 Autre 2,3 1,6 2,0 2,2 1,7 2,0 Aucun traitement 90,1 90,0 90,0 89,7 89,2 89,6 Pourcentage utilisant une méthode de traitement approprié2 7,2 7,3 7,3 7,5 8,0 7,7 Effectif 7 352 4 280 11 632 32 111 17 966 50 077 1 Les enquêtés pouvant déclarer plusieurs types de traitement, la somme des pourcentages peut excéder 100 %. 2 Les méthodes appropriées pour le traitement de l'eau comprennent l'ébullition, l’ajout de chlore, l'utilisation d'un linge pour passer l'eau, le filtrage et la désinfection solaire. Caractéristiques des ménages • 17 Les résultats sont également présentés selon le temps de trajet nécessaire pour s’approvisionner en eau. Globalement, dans 36 % des cas, les ménages disposent d’eau sur place et, dans 26 % des cas, il faut moins de 30 minutes pour aller chercher l’eau. Par contre, pour plus d’un tiers des ménages (36 %), le temps de trajet est estimé à 30 minutes ou plus. Les écarts en fonction du milieu de résidence sont importants, les ménages du milieu rural ayant moins facilement accès à de l’eau que les ménages urbains : pour 50 % des ménages ruraux, le temps de trajet est évalué à, au moins, 30 minutes contre 27 % pour les ménages du milieu urbain. L’amélioration de la qualité de l’eau au moyen de certains traitements peut contribuer à réduire les risques de contracter des maladies liées à une mauvaise qualité de l’eau. Au cours de l’EDSC- II, des questions ont été posées aux membres des ménages pour savoir si l’eau de boisson était traitée et quel traitement était utilisé pour assainir l’eau. Parmi les moyens proposés pour rendre l’eau potable, figurent l’ébullition, l’ajout de chlore ou d’eau de Javel, le filtrage à travers un linge et l’utilisation d’un filtre à eau. Dans la quasi-totalité des cas (90 %), les ménages n’utilisent aucun moyen de traitement de l’eau. Seulement 7 % utilisent une méthode de traitement appropriée de l’eau, en grande partie l’ajout d’eau de Javel/ chlore (5 %) : cette proportion varie de 6 % en milieu rural à 4 % en milieu urbain. Types de toilettes L’élimination inadéquate des excréments humains est associée à un risque accru de contracter des maladies dont les maladies diarrhéiques et la poliomyélite. Les installations sanitaires considérées comme adéquates sont les toilettes à chasse d’eau reliées à un système d’égouts ou à une fosse septique, les fosses d’aisances améliorées ventilées, les fosses d’aisances avec dalle et les toilettes à compostage. Pour être considérées comme améliorées, ces types de toilettes ne doivent être utilisées que par les membres du ménage. Les résultats du tableau 2.2 montrent que 11 % des ménages congolais utilisent des toilettes améliorées non partagées. L’utilisation de ce type de toilettes est trois fois plus importante en milieu urbain (15%) qu’en milieu rural (5 %). En outre, dans 30 % des cas, les ménages utilisent des toilettes qui seraient considérées comme améliorées si elles n’étaient pas partagées. Cette proportion varie de 44 % en milieu urbain à 8 % en milieu rural. Concernant les toilettes non améliorées, on constate qu’elles sont utilisées par 59 % des ménages, essentiellement des ménages ruraux (88 %), ce qui augmente les risques de maladie diarrhéique et ne permet pas d’en faire diminuer la prévalence, notamment chez les enfants de moins de cinq ans. Par rapport à la précédente enquête de 2005, on ne constate pratiquement aucun changement : la proportion de ménages utilisant des WC avec chasse d’eau n’a pas changé (5 % aux deux enquêtes) et celle des ménages ne disposant d’aucun type de toilettes est restée quasiment stable, passant de 10 % en 2005 à 9 % en 2011-2012. 18 • Caractéristiques des ménages Tableau 2.2 Type de toilettes utilisées par les ménages Répartition (en %) des ménages et de la population de droit par type de toilettes/latrines, selon le milieu de résidence Congo 2011-2012 Type de toilettes/latrines Ménages Enquêtés Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Toilettes améliorées, non partagées 15,2 4,7 11,3 18,0 5,5 13,5 Chasse d'eau/chasse manuelle connectée à un système d'égout 1,5 0,2 1,0 1,7 0,2 1,2 Chasse d'eau/chasse manuelle reliée à une fosse septique 5,1 0,2 3,3 5,8 0,3 3,8 Chasse d'eau/chasse manuelle reliée à une fosse d'aisances 1,1 0,1 0,7 1,3 0,1 0,9 Fosse d'aisances améliorée auto-aérée 0,5 0,1 0,4 0,6 0,1 0,4 Fosses d'aisances avec dalle 6,9 4,1 5,9 8,6 4,8 7,2 Toilettes partagées1 43,5 7,6 30,3 41,3 7,7 29,2 Chasse d'eau/chasse manuelle connectée à un système d'égout 0,9 0,1 0,6 0,8 0,1 0,5 Chasse d'eau/chasse manuelle reliée à une fosse septique 4,6 0,1 2,9 4,2 0,1 2,7 Chasse d'eau/chasse manuelle relié à une fosse d'aisances 1,5 0,0 1,0 1,3 0,0 0,9 Fosse d'aisances améliorée auto-aérée 1,5 0,1 1,0 1,4 0,1 0,9 Fosse d'aisances avec dalle 35,0 7,3 24,8 33,6 7,4 24,2 Toilettes non améliorées 41,4 87,8 58,5 40,6 86,7 57,4 Fosse d'aisances sans dalle/trou ouvert 37,8 64,6 47,6 37,0 64,1 46,8 Seau 1,6 0,9 1,4 1,8 1,1 1,6 Toilettes/latrines suspendues 0,5 1,0 0,7 0,5 0,9 0,7 Pas de toilettes/nature 1,4 21,1 8,7 1,3 20,5 8,2 Autre 0,1 0,2 0,1 0,0 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 7 352 4 280 11 632 32 111 17 966 50 077 1 Toilettes partagées qui seraient considérées comme "améliorées" si elles n'étaient pas partagées. Lavage des mains Au cours de l’enquête, on a demandé quels produits nettoyants les membres du ménage utilisaient pour se laver les mains. Le tableau 2.3 présente les résultats selon le milieu de résidence, les départements et l’indice de bien-être économique. Dans la quasi-totalité des cas, (82 %), les membres des ménages ont déclaré qu’ils trempaient les mains dans un seau ou une bassine et qu’ils utilisaient du savon ou un détergent. Cette proportion est élevée quel que soit le milieu ou le département de résidence et le niveau de bien-être du ménage. Caractéristiques des ménages • 19 Tableau 2.3 Lavage des mains Répartition (en %) des ménages selon la façon dont les membres du ménage se lavent habituellement les mains selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Congo 2011-2012 Caractéristique sociodémographique Utilise l'eau du robinet et : Verse l'eau d'un seau/bouilloire dans un seau/bassine Trempe les mains dans un seau/bassine Vont à la rivière/marigot/ Autre/Manquant Total Effectif de ménages Savon/ déter- gent1 Rien Savon/ déter- gent1 Cendre/ sable Rien Savon/ déter- gent1 Cendre/ sable Rien Savon/ déter- gent1 Cendre/ sable Rien Résidence Urbain 3,9 0,1 9,3 0,0 0,2 82,8 0,2 3,3 0,1 0,0 0,0 100,0 7 352 Rural 0,2 0,0 5,1 0,0 0,9 80,2 0,5 11,5 1,1 0,0 0,3 100,0 4 280 Département Kouilou 0,4 0,0 2,1 0,0 0,1 91,5 0,0 5,3 0,4 0,1 0,1 100,0 340 Niari 0,5 0,1 4,4 0,0 0,1 89,2 0,5 4,8 0,3 0,0 0,0 100,0 645 Lékoumou 0,7 0,0 24,7 0,0 0,4 60,7 0,1 12,1 0,7 0,0 0,7 100,0 242 Bouenza 0,2 0,0 1,0 0,0 0,0 90,0 0,2 8,2 0,2 0,0 0,0 99,9 1 201 Pool 0,2 0,0 5,5 0,0 1,8 79,3 0,6 12,1 0,7 0,0 0,0 100,0 847 Plateaux 0,0 0,1 5,4 0,0 2,4 70,3 0,4 20,7 0,6 0,0 0,1 100,0 460 Cuvette 0,5 0,2 3,6 0,0 1,0 81,2 0,2 8,8 3,5 0,0 0,9 100,0 391 Cuvette - Ouest 0,0 0,0 0,5 0,0 0,1 68,5 2,2 28,6 0,0 0,0 0,0 100,0 188 Sangha 0,5 0,0 6,0 0,0 1,0 86,9 1,2 3,4 0,5 0,4 0,2 100,0 219 Likouala 0,0 0,0 6,8 0,1 1,3 70,1 0,3 15,7 3,8 0,0 1,9 100,0 434 Brazzaville 4,3 0,2 9,9 0,0 0,4 83,1 0,3 1,9 0,0 0,0 0,1 100,0 4 092 Pointe-Noire 4,0 0,0 10,1 0,0 0,1 80,6 0,1 4,8 0,3 0,0 0,0 100,0 2 573 Quintiles de bien- être économique Le plus pauvre 0,1 0,0 4,8 0,0 1,2 75,3 0,7 15,8 1,6 0,0 0,6 100,0 2 403 Second 0,1 0,0 6,1 0,0 0,4 85,3 0,3 7,3 0,4 0,0 0,0 100,0 2 342 Moyen 0,6 0,0 8,6 0,0 0,5 87,0 0,5 2,4 0,1 0,0 0,1 100,0 2 373 Quatrième 4,2 0,1 9,7 0,0 0,1 82,7 0,0 2,9 0,2 0,0 0,0 100,0 2 317 Le plus riche 8,0 0,2 9,7 0,0 0,2 79,0 0,0 2,9 0,0 0,0 0,0 100,0 2 197 Ensemble 2,5 0,1 7,7 0,0 0,5 81,9 0,3 6,4 0,5 0,0 0,2 100,0 11 632 1 Par "savon", on entend ici le savon ou un détergent en morceau, sous forme liquide ou en poudre. 2.2 CARACTÉRISTIQUES DU LOGEMENT Au cours de l’enquête, certaines questions ont été posées en vue de déterminer certaines caractéristiques des logements. Ces questions portaient, entre autres, sur certaines caractéristiques du logement retenues dans le cadre de l’EDSC-II telles que la disponibilité de l’électricité, les matériaux de revêtement du sol, des murs et du toit, le mode d’éclairage et l’endroit et le combustible utilisé pour cuisiner. Les résultats sont présentés au tableau 2.4. Disponibilité de l’électricité Dans l’ensemble, les résultats présentés au tableau 2.4 montrent qu’au Congo, moins d’un ménage sur deux (42 %) disposent de l’électricité. Cependant, par rapport à 2005, on constate une amélioration puisque à cette date, 34 % seulement des ménages en disposaient. Malgré ces progrès, des disparités demeurent et, en milieu rural, la quasi-totalité des ménages n’ont toujours pas l’électricité (88 % contre 41 % en milieu urbain). 20 • Caractéristiques des ménages Tableau 2.4 Caractéristiques du logement Répartition (en %) des ménages en fonction de certaines caractéristiques du logement, et pourcentage utilisant du combustible solide pour cuisiner; Répartition (en%)des ménages en fonction de la fréquence à laquelle on fume dans le logement, selon le milieu de résidence, Congo 2011-2012 Caractéristique du logement Résidence Ensemble Urbain Rural Électricité Oui 58,9 11,7 41,6 Non 41,0 88,2 58,4 Total 100,0 100,0 100,0 Matériau de revêtement du sol Terre, sable 7,7 76,4 32,9 Planches en bois 0,1 0,7 0,3 Bandes de vinyle/Gerflex 7,8 1,2 5,4 Carrelage 9,0 1,0 6,1 Ciment 73,1 19,9 53,5 Moquette 2,2 0,8 1,7 Total 100,0 100,0 100,0 Matériau des murs Pas de mur 1,4 0,1 0,9 Bambou/cane/palme/tronc 0,0 3,5 1,3 Terre 0,2 6,5 2,5 Bambou avec boue 0,0 18,5 6,8 Brique en terre non cuite 1,6 8,4 4,1 Contre-plaqué 0,2 5,1 2,0 Bois de récupération 17,0 9,4 14,2 Ciment/parpaing 64,4 8,9 44,0 Pierres avec chaux/ciment 1,4 0,4 1,0 Briques cuites 8,4 27,3 15,4 Briques en terre non cuite mais recouverte 2,0 8,9 4,5 Autre 3,2 2,9 3,1 Total 100,0 100,0 100,0 Matériau du toit Chaume/palmes/feuilles 0,1 24,3 9,0 Nattes/bambou 0,0 6,7 2,9 Planches en bois 0,3 0,0 0,2 Tôle 98,1 67,0 86,7 Bois 0,8 0,2 0,6 Béton/Ciment 0,5 0,0 0,3 Tuiles 0,2 0,5 0,3 Autre 0,0 0,2 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 Mode d'éclairage Électricité 54,4 9,8 38,0 Lampe à pétrole 39,9 79,7 54,6 Lampe à gaz 0,2 0,1 0,2 Boite avec une mèche et pétrole /gasoil/huile 0,2 0,5 0,3 Bougie 1,8 1,1 1,5 Torche 2,2 7,0 4,0 Feu de bois/branche/paille 0,0 0,9 0,3 Autre 1,1 0,8 1,0 Total 100,0 100,0 100,0 Pièces utilisées pour dormir Une 48,0 45,8 47,2 Deux 33,3 34,2 33,6 Trois ou plus 17,8 19,7 18,5 Manquant 0,9 0,2 0,7 Total 100,0 100,0 100,0 Endroit pour cuisiner Dans la maison 34,1 13,4 26,5 Dans un bâtiment séparé 4,7 43,6 19,0 À l'extérieur 59,0 42,1 52,8 Pas de repas préparé dans le ménage 2,0 0,9 1,6 Autre 0,2 0,1 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 Combustible utilisé pour cuisiner Électricité 1,3 1,1 1,2 GPL/gaz naturel/biogaz 22,9 1,4 15,0 Pétrole 16,0 3,6 11,4 Charbon de bois 45,3 11,3 32,8 Bois 12,2 81,7 37,8 Sciure/copeaux de bois/autre 0,4 0,0 0,3 Pas de repas préparé dans le ménage 2,0 0,9 1,6 Total 100,0 100,0 100,0 Pourcentage utilisant un combustible solide pour cuisiner1 57,8 93,0 70,7 Fréquence à laquelle on fume dans le logement Tous les jours 12,8 21,4 15,9 Une fois par semaine 2,4 2,4 2,4 Une fois par mois ou moins 0,5 0,6 0,6 Jamais 84,2 75,5 81,0 Total 100,0 100,0 100,0 Effectif 7 352 4 280 11 632 GPL = Gaz propane liquéfié 1 Inclut Charbon de bois, bois à brûler, sciure/copeaux de bois, et résidus agricoles. Caractéristiques des ménages • 21 Matériaux des murs et type de revêtement du sol et du toit Certains types de revêtement du sol peuvent faciliter la propagation de certains germes, responsables de maladies. Pour cette raison, des questions ont été posées sur le type de revêtement du sol du logement. On observe que, globalement, 60 % des ménages vivent dans un logement dont le sol est en matériaux de construction adéquats, c’est-à-dire en ciment (54 %) et en carrelage (6 %). À l’opposé, dans 33 % des cas, les ménages vivent dans un logement dont le sol est recouvert de terre ou de sable. Le type de revêtement du sol varie de manière importante selon le milieu de résidence. En particulier, en ce qui concerne le sol en ciment, on note que la proportion varie de 73 % en milieu urbain à seulement 20 % en milieu rural où dans les trois quarts des cas (76 %), le sol des logements est recouvert de matériaux rudimentaires (terre ou sable). En ce qui concerne le matériau des murs du logement, on constate que dans 44 % des cas, les ménages vivent dans un logement dont les murs sont en ciment/parpaing, matériaux plus fréquents en milieu urbain qu’en milieu rural (64 % contre 9 %). En outre, pour 15 % des ménages, le logement possède des murs en brique cuite et cette proportion est plus élevée en milieu rural qu’urbain (27 % contre 8 %). Les bois de récupération constituent le matériau des murs de 14 % des logements ; ce matériau est plus fréquemment utilisé en milieu urbain que rural (17 % contre 9 %). Les autres matériaux représentent moins de 7 % chacun. Quant aux toits des logements, on constate que dans 87 % des cas, ils sont recouverts de tôles. En milieu urbain, ce type de matériau est présent dans la quasi-totalité des logements (98 %) contre 67 % en milieu rural où 24 % des ménages vivent dans un logement dont le toit est recouvert de chaume/palmes/feuilles. Mode d’éclairage Les résultats concernant le mode d’éclairage montrent que dans l’ensemble, 55 % des ménages s’éclairent à l’aide de lampes à pétrole. Cette proportion varie de 80 % en milieu rural à 40 % en milieu urbain où plus d’un ménage sur deux (54 %) s’éclaire à l’électricité. Globalement, 38 % des ménages utilisent l’électricité pour s’éclairer. Endroit pour cuisiner et combustible utilisé pour cuisiner Dans 53 % des cas, les cuisines sont situées à l’extérieur du logement. Cependant, en milieu urbain, environ un tiers des ménages disposent d’une pièce pour cuisiner à l’intérieur de la maison (34 %). Par comparaison, cette proportion n’est que de 13 % en milieu rural. Concernant le combustible utilisé pour cuisiner, on constate que la plupart des ménages utilisent du bois (38 %) et le charbon de bois (33 %). Les ménages du milieu urbain utilisent plus fréquemment le charbon de bois que les autres combustibles (45 %) alors qu’en milieu rural, la quasi-totalité des ménages cuisinent avec le bois (82 %). Le gaz est utilisé par 15 % des ménages, essentiellement par ceux du milieu urbain (23%). Globalement, 71 % des ménages utilisent les combustibles solides : 93 % en milieu rural et 58 % en milieu urbain. Ces résultats témoignent de la forte pression exercée par les populations sur l’environnement. Le tableau 2.4 présente aussi la répartition des ménages selon le nombre de pièces utilisées pour dormir. Dans 47 % des cas, les ménages utilisent une pièce pour dormir et dans 34 % des cas, deux pièces. En outre, seulement 19 % des ménages utilisent, au moins, trois pièces et, c’est en milieu rural, que cette proportion est la plus élevée (20 % contre 18 % en milieu urbain). Le tableau 2.4 présente enfin une dernière information qui peut être utilisée pour évaluer la qualité de l’air à l’intérieur du logement et l’exposition passive au tabac. Il s’agit de la fréquence à laquelle on fume dans 22 • Caractéristiques des ménages le logement. Dans la quasi-totalité des cas, on ne fume jamais dans le logement (81 %) et cette proportion est un peu plus faible en milieu rural qu’en milieu urbain (76 % contre 84 %). À l’opposé, dans 16 % des cas, on fume tous les jours dans le logement et cette proportion varie de 21 % en milieu rural à 13 % en milieu urbain. 2.3 BIENS POSSÉDÉS PAR LES MÉNAGES Au cours de l’enquête, pour évaluer le niveau socio-économique des ménages, on a cherché à savoir si les ménages possédaient certains biens considérés comme des indicateurs de bien-être socio-économique, s’ils possédaient des moyens de transport ainsi que des animaux de ferme et de la terre agricole. Les résultats sont présentés au tableau 2.5 On constate que la lampe à pétrole est, avec le téléphone portable, le bien le plus fréquemment possédé par les ménages (respectivement 83 % et 82 %). À l’opposé, seulement 1 % des ménages possèdent un téléphone fixe. En ce qui concerne les moyens de transport, les résultats montrent que 5 % des ménages possèdent, pour se déplacer, une bicyclette ; cette proportion est plus élevée en milieu rural qu’en milieu urbain (11 % contre 2 %). Un tiers des ménages (33 %) ont déclaré posséder de la terre agricole et, c’est en milieu rural, que cette proportion est la plus élevée (71 % contre 11 % en milieu urbain). Enfin, 20 % des ménages possèdent des animaux de ferme et, ici aussi, c’est en milieu rural que cette proportion est la plus élevée (42 % contre 8 % en urbain). Indice de bien-être économique L’indice de bien-être économique du ménage est construit à partir des données sur les biens des ménages et en utilisant l’analyse en composante principale. Les informations sur les biens des ménages comprennent des informations provenant du questionnaire Ménage de l’EDSC-II sur la possession par les ménages de certains biens de consommation tels que la télévision, la radio ou la voiture. Ces informations concernent aussi certaines caractéristiques du logement comme la disponibilité de l’électricité, le type d’approvisionnement en eau, le type de toilettes, le matériau de revêtement du sol, le nombre de personnes par pièce pour dormir et le combustible utilisé pour cuisiner. On a affecté à chacun de ces biens et caractéristiques un poids (score ou coefficient) généré à partir d’une analyse en composante principale. Les scores des biens qui en résultent sont standardisés selon une distribution normale standard de moyenne 0 et d’écart type 1 (Gwatkin, Rutstein, Johnson, Pande et Wagstaff, 2000). On attribue ensuite à chaque ménage un score pour chaque bien et on fait la somme de tous les scores par ménage. Les individus sont classés en fonction du score total du ménage dans lequel ils résident. L’échantillon est ensuite divisé en quintile de population, chaque quintile correspondant à un niveau allant de 1 (le plus pauvre) à 5 (le plus riche). Les résultats sont présentés au tableau 2.6. Tableau 2.5 Biens possédés par les ménages Pourcentage de ménages possédant certains équipements, des moyens de transport de la terre agricole et du bétail/animaux de ferme selon le milieu de résidence, Congo 2011-2012 Possession Résidence Ensemble Urbain Rural Biens possédés par le ménage Radio 58,7 41,5 52,4 Télévision 65,8 14,4 46,9 Téléphone portable 91,9 64,0 81,7 Téléphone fixe 1,6 0,2 1,1 Ordinateur fixe/mobile 8,6 1,0 5,8 Réfrigérateur 28,1 3,4 19,0 Réchaud à gaz/cuisinière 27,4 2,7 18,3 Réchaud à pétrole 45,4 14,9 34,2 Lampe à pétrole 79,9 88,6 83,1 Lampe à gaz 1,3 0,3 1,0 Montre 59,5 23,4 46,2 Moyens de transport Bicyclette 2,1 10,6 5,3 Motocyclette/scooter 3,6 6,8 4,8 Voiture/camion 6,0 0,9 4,1 Pirogue sans moteur 0,2 9,6 3,7 Pirogue 0,1 0,8 0,3 Possession de terre agricole 10,7 71,3 33,0 Possession d'animaux de ferme1 7,5 41,5 20,0 Effectif 7 352 4 280 11 632 1 Vaches, taureaux, cochons, chèvres, moutons, poulets ou autres volaille. Caractéristiques des ménages • 23 Tableau 2.6 Quintiles de bien-être économique Répartition (en %) de la population de droit par quintile de bien-être économique et coefficient de Gini, selon le milieu de résidence et la région, Congo 2011-2012 Milieu de résidence/région Quintiles de bien-être économique Total Effectif d'enquêtés Coefficient de Gini Le plus pauvre Second Moyen Quatrième Le plus riche Résidence Urbain 0,0 13,8 27,4 28,7 30,1 100,0 32 111 24,4 Rural 55,7 31,0 6,8 4,4 2,0 100,0 17 966 41,1 Département Kouilou 54,7 38,6 5,7 0,9 0,2 100,0 1 254 31,6 Niari 32,6 26,4 15,1 16,8 9,2 100,0 2 844 42,1 Lékoumou 60,0 28,0 6,8 3,5 1,7 100,0 1 048 45,6 Bouenza 30,2 34,6 11,5 17,4 6,3 100,0 5 467 37,0 Pool 55,8 35,2 6,2 2,4 0,5 100,0 3 290 34,0 Plateaux 68,1 25,6 3,7 1,6 0,9 100,0 1 839 46,5 Cuvette 43,8 28,1 9,1 9,6 9,3 100,0 1 675 48,5 Cuvette-Ouest 65,7 24,7 5,0 2,1 2,5 100,0 833 49,5 Sangha 37,9 34,0 16,5 8,6 3,0 100,0 898 43,1 Likouala 63,2 24,0 8,0 3,5 1,2 100,0 2 226 50,2 Brazzaville 0,0 9,7 27,8 30,7 31,8 100,0 17 433 23,0 Pointe-Noire 0,0 15,6 28,2 24,3 31,9 100,0 11 269 31,9 Ensemble 20,0 20,0 20,0 20,0 20,0 100,0 50 077 33,2 Les résultats montrent que c’est dans le milieu urbain et, en particulier á Brazzaville et à Pointe Noire qu’est concentrée la population la plus riche (respectivement, 59 %, 63 % et 56 %). À l’opposé, en milieu rural, seulement 6 % appartiennent aux deux quintile les plus riches. On note, en particulier, que dans les départements du Plateaux et de la Cuvette-Ouest, au moins les deux tiers de la population sont classés dans le quintile le plus pauvre (respectivement 68 % et 66 %). Cette proportion est également élevée dans les départements de la Likouala (63 %) et de la Lékoumou (60 %). 2.4 CARACTÉRISTIQUES DE LA POPULATION DES MÉNAGES Au cours de l’enquête ménage, des informations démographiques et socio-économiques ont été recueillies sur tous les résidents habituels des ménages qui constituent la population de droit ainsi que sur la population de fait composée des résidents habituels et des visiteurs qui ont passé la nuit ayant précédé l’enquête dans le ménage. Les différences entre ces deux populations sont minimes et comme les enquêtes passées et les recensements sont basés sur les populations de fait, les tableaux concernant les ménages présentés dans ce chapitre sont basés sur la population de fait, sauf indication contraire. Structure par âge et sexe de la population Le tableau 2.7 présente la répartition de la population de fait des ménages par sexe et milieu de résidence et selon le groupe d’âges. Parmi les 48 823 personnes habitant dans les ménages enquêtés au cours de l’EDSC-II, 23 630 sont des hommes et 25 193 des femmes, soit un rapport de masculinité de 93,8 hommes pour 100 femmes. Les hommes sont donc légèrement sous-représentés dans la population par rapport aux femmes. De plus, avec un taux de masculinité de 93 % en rural et de 94 % en urbain, on constate que le léger déséquilibre de la structure par sexe en faveur des femmes touche de manière identique les deux milieux de résidence. La structure par âge de la population révèle aussi que la population congolaise est jeune : en effet, près des deux tiers ont moins de 25 ans (62 %) et près de la moitié ont moins de 15 ans (44 %). Les 65 ans et plus ne représentent que 3 % de la population. En outre, les résultats montrent que, dans la majorité des cas (64 %), la population congolaise vit en milieu urbain ; seulement 36 % des personnes enquêtées vivent en milieu rural. 24 • Caractéristiques des ménages Tableau 2.7 Population des ménages par âge, selon le sexe et le milieu de résidence Répartition (en %) de la population de fait des ménages par groupe d'âges quinquennal, selon le sexe et le milieu de résidence Congo, 2011-2012 Groupe d'âges Urbain Rural Ensemble Homme Femme Ensemble Homme Femme Ensemble Homme Femme Ensemble <5 16,7 16,5 16,6 20,7 18,6 19,6 18,2 17,3 17,7 5-9 13,6 12,6 13,1 17,4 15,8 16,6 15,0 13,8 14,4 10-14 11,9 11,1 11,5 13,2 11,0 12,0 12,4 11,0 11,7 15-19 10,3 10,2 10,3 8,2 8,0 8,1 9,6 9,4 9,5 20-24 8,3 11,1 9,8 4,7 6,5 5,6 7,0 9,4 8,3 25-29 8,0 9,7 8,9 5,1 6,8 6,0 7,0 8,6 7,8 30-34 7,7 7,3 7,5 5,4 5,9 5,7 6,9 6,8 6,8 35-39 7,0 6,2 6,6 5,4 5,9 5,7 6,4 6,1 6,3 40-44 4,6 3,7 4,1 5,2 4,2 4,7 4,8 3,8 4,3 45-49 3,8 3,1 3,4 4,1 3,6 3,8 3,9 3,2 3,6 50-54 2,9 3,0 2,9 2,8 3,7 3,3 2,8 3,3 3,1 55-59 1,7 1,6 1,7 2,0 3,0 2,5 1,8 2,1 2,0 60-64 1,4 1,6 1,5 1,9 2,1 2,0 1,6 1,8 1,7 65-69 0,8 0,8 0,8 1,4 1,6 1,5 1,0 1,1 1,1 70-74 0,8 0,6 0,7 1,1 1,5 1,3 0,9 1,0 0,9 75-79 0,2 0,4 0,3 0,7 0,8 0,7 0,4 0,5 0,5 80 + 0,2 0,4 0,3 0,6 1,0 0,8 0,4 0,6 0,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 15 075 15 996 31 071 8 556 9 196 17 752 23 630 25 193 48 823 La répartition par âge de la population à un moment donné est représentée par la pyramide des âges. (graphique 2.1). La pyramide du Congo qui présente une base élargie qui se rétrécit rapidement au fur et à mesure que l’on avance vers les âges élevés est significative des populations à fécondité et à mortalité élevée. Par ailleurs, la structure par âge présente certaines irrégularités au niveau de chaque sexe. Mis à part le léger déficit d’hommes souligné précédemment, on observe, chez les femmes et les hommes, mais de manière plus nette chez les femmes, un rétrécissement prononcé des effectifs au groupe d’âges 15-19 ans. Il s’agit certainement, en partie, d’un transfert des effectifs de ce groupe d’âges vers celui de 10-14 ans, âges auxquels les femmes ne sont pas encore éligibles pour être enquêtées. Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 <5 5-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 65-69 70-74 75-79 80 + Pourcentage Âge Hommes Femmes 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1 EDSC-II 2011-2012 Caractéristiques des ménages • 25 Taille et composition des ménages Dans l’ensemble, le tableau 2.8 indique que plus des trois quarts des ménages sont dirigés par un homme (77 %). Les résultats selon le milieu de résidence montrent que les ménages dirigés par une femme sont légèrement plus fréquents en milieu rural (25 %) qu’en milieu urbain (22 %). La comparaison avec les données de l’EDSC-I ne fait apparaître aucun changement de la proportion de ménages ayant, à leur tête, une femme (23 % dans les deux enquêtes). Tableau 2.8 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage et par taille du ménage; taille moyenne du ménage; pourcentage de ménages avec des orphelins et des enfants de moins de 18 ans vivant sans leurs parents, selon le milieu de résidence, Congo 2011-2012 Caractéristique Résidence Ensemble Urbain Rural Chef de ménage Homme 77,9 75,3 77,0 Femme 22,1 24,7 23,0 Total 100,0 100,0 100,0 Nombre de membres habituels 1 11,6 15,7 13,1 2 13,5 13,8 13,6 3 17,3 14,4 16,2 4 16,3 15,1 15,9 5 13,1 13,4 13,2 6 9,9 9,8 9,9 7 7,6 7,9 7,7 8 3,8 4,4 4,0 9+ 6,9 5,4 6,4 Total 100,0 100,0 100,0 Taille moyenne du ménage 4,4 4,2 4,3 Pourcentage de ménages avec des orphelins et des enfants de moins de 18 ans vivant sans leurs parents Enfants vivants sans leurs parents1 22,2 20,3 21,5 Orphelin double 1,0 1,1 1,0 Orphelin simple2 8,9 8,7 8,8 Enfant orphelin et/ou vivant sans leurs parents 25,4 23,9 24,8 Effectif de ménages 7 352 4 280 11 632 Note: Le tableau est basé sur la population de droit des ménages, c'est-à- dire les résidents habituels. 1 Les enfants vivant sans leurs parents sont les enfants de moins de 18 ans qui vivent dans un ménage dans lequel il n'y a ni leur père, ni leur mère. 2 Comprend les enfants dont l'un des parents est décédé et dont l'état de survie de l'autre est inconnu. En moyenne, un ménage congolais compte 4,3 personnes et cette moyenne est légèrement plus faible en milieu rural (4,2) qu’en milieu urbain (4,4). Près de sept ménages sur dix comprennent entre 2 et 6 personnes (69 %). Les ménages de grande taille (9 personnes et plus) sont un peu plus fréquents en milieu urbain qu’en milieu rural (7 % contre 5 %). 26 • Caractéristiques des ménages 2.5 NIVEAU D'INSTRUCTION ET FRÉQUENTATION SCOLAIRE De par son influence positive sur les comportements en matière de santé, telles que la recherche de soins médicaux et la vaccination des enfants ou encore l’utilisation de méthodes contraceptives, le niveau d’instruction des membres d’un ménage compte parmi les caractéristiques les plus importantes qui contribuent à l’amélioration des conditions de vie. Dans le cadre de l’enquête ménage, des données ont été collectées sur le niveau d’instruction atteint et sur la dernière classe achevée à ce niveau par chaque membre du ménage; trois niveaux d’instruction ont été pris en considération : le primaire, le secondaire et le supérieur. En outre, pour chaque niveau d’instruction, on a demandé si l’enquêté avait complété, ou non, le cycle d’étude. Les résultats sur le niveau d’instruction sont présentés au tableau 2.9.1 pour les femmes et au tableau 2.9.2 pour les hommes. Tableau 2.9.1 Niveau d'instruction de la population des ménages: Femme Répartition (en %) de la population de fait des femmes des ménages âgées de six ans et plus, en fonction du plus haut niveau d'instruction atteint ou achevé et nombre médian d'années complétées, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Congo, 2011-2012 Caractéristique sociodémographique Aucun Primaire incomplet Primaire complet1 Secondaire incomplet Secondaire complet2 Supérieur Ne sait pas/ manquant Total Effectif Nombre médian d'années complétées Groupe d’âges 6-9 6,8 93,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,2 100,0 2 681 1,0 10-14 1,8 62,2 11,5 24,3 0,0 0,0 0,3 100,0 2 782 4,2 15-19 3,7 17,2 7,4 70,0 0,7 0,9 0,0 100,0 2 371 7,5 20-24 5,1 15,4 6,1 60,5 5,0 8,0 0,0 100,0 2 372 7,9 25-29 5,3 18,7 7,3 54,7 6,0 7,9 0,0 100,0 2 178 7,6 30-34 5,8 17,7 7,6 57,1 6,5 5,1 0,2 100,0 1 713 7,8 35-39 7,4 20,1 6,8 54,2 5,7 5,8 0,0 100,0 1 537 7,4 40-44 8,7 15,7 5,2 63,3 3,5 3,7 0,0 100,0 969 7,6 45-49 14,5 15,7 6,5 55,6 3,3 3,9 0,5 100,0 818 7,7 50-54 27,8 24,9 6,1 28,0 4,7 4,5 4,0 100,0 824 4,4 55-59 34,6 26,4 7,1 17,3 2,8 3,5 8,2 100,0 534 2,9 60-64 47,7 20,6 10,2 15,8 0,0 2,5 3,2 100,0 453 0,0 65+ 80,4 11,2 3,0 2,8 0,3 0,1 2,3 100,0 819 0,0 Résidence Urbain 6,9 26,8 6,7 49,6 4,2 5,2 0,6 100,0 12 858 6,9 Rural 19,0 47,1 6,0 26,2 0,5 0,5 0,8 100,0 7 193 3,1 Département Kouilou 17,7 47,4 7,9 26,6 0,2 0,1 0,0 100,0 501 3,7 Niari 17,8 40,2 7,2 32,7 1,4 0,7 0,0 100,0 1 149 4,1 Lékoumou 25,2 42,5 5,3 25,9 0,4 0,5 0,1 100,0 425 2,8 Bouenza 20,5 46,2 4,1 27,6 0,6 0,7 0,3 100,0 2 307 3,1 Pool 15,0 45,7 8,0 29,3 0,8 0,4 0,8 100,0 1 330 3,7 Plateaux 21,0 48,5 4,8 23,4 0,2 0,3 1,6 100,0 741 2,3 Cuvette 10,4 40,9 5,6 37,3 0,6 1,3 3,9 100,0 650 4,6 Cuvette-Ouest 12,7 50,0 9,0 27,3 0,5 0,3 0,1 100,0 326 3,7 Sangha 20,1 44,1 1,9 31,8 0,3 1,6 0,3 100,0 377 3,5 Likouala 13,6 47,0 9,4 28,1 1,0 0,3 0,6 100,0 843 3,6 Brazzaville 7,0 23,6 6,0 50,5 5,3 6,6 1,0 100,0 6 841 7,5 Pointe-Noire 5,4 28,6 7,7 50,4 3,5 4,1 0,1 100,0 4 562 6,7 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 24,3 49,8 6,1 18,7 0,1 0,0 1,0 100,0 4 018 2,1 Second 14,3 42,9 7,3 33,8 0,8 0,3 0,6 100,0 4 051 4,3 Moyen 7,6 32,3 6,9 48,6 2,1 1,9 0,5 100,0 3 953 6,1 Quatrième 5,9 24,5 7,0 54,0 4,0 4,0 0,4 100,0 3 976 7,2 Le plus riche 4,1 20,6 5,0 51,0 7,5 11,0 0,8 100,0 4 053 8,4 Ensemble 11,3 34,1 6,5 41,2 2,9 3,5 0,7 100,0 20 051 5,5 1 A achevé avec succès 6 classes du niveau primaire. 2 A achevé avec succès 7 classes du niveau secondaire. Caractéristiques des ménages • 27 Tableau 2.9.2 Niveau d'instruction de la population des ménages: Homme Répartition (en %) de la population de fait des hommes des ménages âgés de six ans et plus, en fonction du plus haut niveau d'instruction atteint ou achevé et nombre médian d'années complétées, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Congo, 2011-2012 Caractéristique sociodémographique Aucun Primaire incomplet Primaire complet1 Secondaire incomplet Secondaire complet2 Supérieur Ne sait pas/ manquant Total Effectif Nombre médian d'années complétées Groupe d’âges 6-9 8,5 91,3 0,0 0,0 0,0 0,0 0,2 100,0 2 827 0,8 10-14 0,8 66,1 11,0 22,1 0,0 0,0 0,0 100,0 2 921 4,1 15-19 3,0 14,6 6,5 73,2 1,6 0,7 0,4 100,0 2 260 7,7 20-24 2,4 16,1 4,4 59,4 6,3 10,6 0,8 100,0 1 656 8,5 25-29 4,9 11,9 6,2 56,4 6,5 13,7 0,3 100,0 1 651 8,5 30-34 2,8 12,5 6,5 58,6 7,9 11,3 0,5 100,0 1 631 8,8 35-39 3,6 10,6 5,0 52,6 12,2 15,6 0,4 100,0 1 519 9,3 40-44 3,2 8,5 6,3 56,4 10,4 14,4 0,7 100,0 1 143 9,0 45-49 4,1 10,1 3,7 56,0 7,4 18,1 0,6 100,0 924 9,4 50-54 4,6 9,6 6,7 47,6 7,6 23,1 0,8 100,0 671 9,8 55-59 5,5 18,5 9,5 39,9 8,5 16,1 1,9 100,0 425 8,5 60-64 11,2 29,1 11,9 26,8 4,2 12,3 4,5 100,0 372 5,6 65+ 29,3 33,6 12,0 14,0 1,3 4,7 5,1 100,0 628 2,8 Ne sait pas/manquant 80,1 0,0 0,0 19,9 0,0 0,0 0,0 100,0 5 0,0 Résidence Urbain 3,7 27,7 6,1 45,3 6,0 10,7 0,6 100,0 12 141 7,7 Rural 7,1 45,5 6,1 35,7 2,1 2,7 0,7 100,0 6 492 4,6 Département Kouilou 5,9 46,5 8,0 36,8 1,2 1,5 0,0 100,0 463 4,8 Niari 8,9 40,2 6,7 35,8 3,6 4,7 0,1 100,0 1 017 5,1 Lékoumou 9,3 50,1 6,9 28,0 1,5 3,6 0,5 100,0 384 4,0 Bouenza 5,8 44,4 4,5 39,0 1,9 4,1 0,4 100,0 2 008 5,0 Pool 5,0 47,6 8,5 33,3 2,3 2,2 1,2 100,0 1 149 4,6 Plateaux 9,0 44,2 5,7 37,5 0,8 1,9 0,8 100,0 675 4,6 Cuvette 3,5 39,9 6,0 41,9 3,4 3,3 2,0 100,0 618 5,7 Cuvette-Ouest 5,4 47,3 7,9 34,9 1,9 2,4 0,1 100,0 293 4,7 Sangha 9,4 43,6 2,3 37,5 1,3 5,2 0,5 100,0 332 4,6 Likouala 6,7 42,8 8,1 34,7 4,3 2,7 0,7 100,0 784 5,0 Brazzaville 3,8 24,8 5,8 44,1 6,6 13,8 1,0 100,0 6 570 8,1 Pointe-Noire 3,5 29,3 6,1 48,3 5,6 7,1 0,2 100,0 4 340 7,5 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 9,7 50,9 6,3 30,5 1,1 0,7 0,8 100,0 3 483 3,8 Second 5,6 43,2 6,4 40,1 2,4 2,0 0,4 100,0 3 531 5,1 Moyen 2,7 32,0 7,5 48,2 3,8 5,4 0,4 100,0 3 858 6,7 Quatrième 3,9 26,3 5,2 47,4 6,7 9,5 1,0 100,0 3 797 7,8 Le plus riche 3,1 19,9 5,2 42,2 8,5 20,4 0,6 100,0 3 964 9,1 Ensemble 4,9 33,9 6,1 41,9 4,6 7,9 0,7 100,0 18 633 6,5 1 A achevé avec succès 6 classes du niveau primaire. 2 A achevé avec succès 7 classes du niveau secondaire. 28 • Caractéristiques des ménages Globalement, les résultats mettent en évidence des variations importantes du niveau d’instruction, cela quelle que soit la catégorie sociodémographique. Tout d’abord on constate que la proportion de femmes sans niveau d’instruction est deux fois plus élevée que celle des hommes (11 % contre 5 %). Cet écart est plus important en milieu rural où pratiquement une femme sur cinq n’a aucun niveau d’instruction (19 % contre 7 % chez les hommes). On note ensuite des écarts entre les départements : c’est dans celui de la Lékoumou que les proportions de femmes et d’hommes sans instruction sont les plus élevés (respectivement 25 % et 9 %) et, à l’opposé, c’est à Pointe-Noire qu’elles sont les plus faibles (respectivement, 5 % et 4 %). On constate que le niveau d’instruction varie aussi selon le statut économique du ménage puisque du quintile le plus pauvre au plus riche les proportions de femmes et d’hommes sans instruction diminuent, passant respectivement de 24 % à 4 % et de 10 % à 3 %. On constate que, quel que soit le milieu de résidence, seulement 7 % des femmes et 6 % des hommes ont atteint un niveau primaire complet. Les proportions de celles et ceux qui ont achevé un cycle secondaire sont de 3 % et 5 % et seulement 8 % d’hommes et deux fois moins de femmes (4 %) ont atteint un niveau supérieur. Les résultats selon l’âge font apparaître une amélioration de la scolarisation des générations anciennes aux plus récentes : en effet, chez les femmes, la proportion de celles sans niveau d’instruction est passée de 80 % parmi celles de 65 ans et plus à 2 % parmi les jeunes de 10-14 ans. Chez les hommes, ces proportions sont passées de 80 % à 1 % dans les mêmes groupes d’âges. Les tableaux 2.9.1 et 2.9.2 présentent également le nombre médian d’années complétées. Celui-ci est estimé à 5,5 pour les femmes et à 6,5 pour les hommes. Dans les deux grandes villes (Brazzaville et Pointe- Noire) et dans les ménages du quintile le plus riche, il est estimé à respectivement 7,5, 6,7 et 8,4 pour les femmes et à 8,1, 7,5 et 9,1 pour les hommes. Taux de fréquentation scolaire Le principal indicateur du niveau d’accès de la population au système éducatif est le niveau de fréquentation scolaire des personnes en âge d’aller à l’école. Au cours de l’EDSC-II, des questions relatives à la fréquentation scolaire ont été posées pour toutes les personnes âgées de 5 à 24 ans. Le graphique 2.2 qui présente les taux de fréquentation scolaire par âge détaillé et par sexe, montre que le taux de scolarisation des filles et des garçons augmente globalement jusqu’à l’âge de 12 ans. Jusqu’à cet âge, les taux de fréquentation scolaire des garçons et des filles ne sont pas très différents. Au-delà de cet âge, et en particulier à partir de 16 ans, les écarts se creusent au détriment des filles. En effet, à 16 ans par exemple, 71 % des jeunes filles fréquentent encore l’école contre 84 % des garçons. À l’âge de 19 ans, ces proportions sont respectivement de 46 % et 55 %. Caractéristiques des ménages • 29 Graphique 2.2 Taux de fréquentation scolaire par âge 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Po ur ce nt ag e Âge Femmes Hommes EDSC-II 2011-2012 Le tableau 2.10 présente deux indicateurs de la fréquentation scolaire : le taux net et le taux brut de fréquentation scolaire. Plus précisément, ces deux indicateurs ont pour objectif de mesurer le niveau général de participation à un niveau d’études donné. Le taux net de fréquentation scolaire mesure la fréquentation scolaire parmi les enfants d’âges scolaires officiels fixés, au Congo, à 6-11 ans pour le niveau primaire et à 12-18 ans pour le niveau secondaire. Le taux brut mesure la fréquentation scolaire des jeunes de n’importe quel âge dans la population d’âge officiel d’un niveau d’études donné. Un écart important entre les taux brut et net signifie qu’une proportion importante d’enfants fréquentant un niveau d’études donné ont un âge qui ne correspond pas à l’âge officiel. Ces taux sont présentés pour le niveau primaire et le niveau secondaire, par sexe, selon le milieu et la région de résidence et selon l’indice de bien-être économique. Le taux brut de fréquentation scolaire pour le niveau primaire s’établit à 123 %. L’écart entre les filles et les garçons est peu important (122 % contre 124 %). Par contre, on note un écart de 11 points de pourcentage entre le milieu rural et le milieu urbain (118 % contre 129 %). Dans les deux villes, ce taux brut au niveau primaire est moins élevé à Brazzaville (112 %) qu’à Pointe-Noire (125 %). Dans les départements, les écarts sont peu importants, les taux bruts variant d’un minimum de 122 % dans le Pool à un maximum de 142 % dans la Cuvette-Ouest. Les résultats selon les quintiles de bien-être économique montrent que ce taux décroit du quintile le plus pauvre au quintile le plus riche, passant de 129 % à 117 %. Le taux brut de fréquentation scolaire pour le niveau secondaire s’établit à 78 %. Il varie peu entre les sexes. Par contre, l’écart entre les milieux de résidence est important : 50 % en milieu rural contre 93 % en milieu urbain. C’est dans les deux grandes villes du pays que ce taux de fréquentation au niveau secondaire est le plus élevé (99 % à Brazzaville et 89 % à Pointe Noire). Dans le reste du pays, il varie d’un maximum de 70 % dans la Cuvette à 30 % dans le Kouilou. 30 • Caractéristiques des ménages Tableau 2.10 Taux de fréquentation scolaire Taux net de fréquentation scolaire (TNF) et taux brut de fréquentation scolaire (TBF) de la population de fait des ménages, par sexe et niveau d'études, et indice de parité entre les genres selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Congo 2011-2012 Caractéristique sociodémographique Taux net de fréquentation scolaire1 Taux brut de fréquentation scolaire2 Homme Femme Total Indice de parité entre les genres3 Homme Femme Total Indice de parité entre les genres3 NIVEAU PRIMAIRE Résidence Urbain 91,3 91,9 91,6 1,01 118,3 118,3 118,3 1,00 Rural 92,0 91,8 91,9 1,00 131,6 127,0 129,3 0,96 Département Kouilou 88,6 88,0 88,3 0,99 133,8 131,4 132,7 0,98 Niari 90,9 91,2 91,1 1,00 130,5 125,2 127,9 0,96 Lékoumou 91,8 88,2 90,2 0,96 133,9 126,3 130,4 0,94 Bouenza 93,6 93,4 93,5 1,00 128,3 126,5 127,4 0,99 Pool 91,2 94,7 92,9 1,04 124,3 120,3 122,3 0,97 Plateaux 88,6 89,0 88,8 1,00 134,7 117,8 125,4 0,87 Cuvette 96,1 94,3 95,2 0,98 132,6 126,0 129,4 0,95 Cuvette - Ouest 94,7 94,0 94,3 0,99 147,3 136,2 141,6 0,92 Sangha 85,1 82,6 83,9 0,97 130,2 123,3 126,9 0,95 Likouala 91,7 92,9 92,3 1,01 130,0 141,1 135,2 1,09 Brazzaville 90,0 90,6 90,3 1,01 112,8 111,2 112,0 0,99 Pointe-Noire 93,2 93,1 93,2 1,00 124,0 126,0 124,9 1,02 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 89,5 90,6 90,0 1,01 132,0 126,4 129,3 0,96 Second 91,5 93,7 92,6 1,02 124,1 129,2 126,5 1,04 Moyen 92,5 91,8 92,1 0,99 126,2 119,9 123,1 0,95 Quatrième 92,6 90,6 91,6 0,98 118,1 114,1 116,1 0,97 Le plus riche 92,4 92,6 92,5 1,00 115,2 117,8 116,5 1,02 Ensemble 91,6 91,8 91,7 1,00 123,7 122,0 122,9 0,99 NIVEAU SECONDAIRE Résidence Urbain 65,6 67,8 66,8 1,03 91,7 94,4 93,1 1,03 Rural 42,8 30,8 37,1 0,72 56,8 41,9 49,7 0,74 Département Kouilou 26,5 21,4 24,0 0,81 33,1 25,9 29,5 0,78 Niari 41,5 42,7 42,1 1,03 58,2 57,5 57,9 0,99 Lékoumou 37,9 36,4 37,2 0,96 53,6 54,8 54,2 1,02 Bouenza 53,4 39,9 46,8 0,75 68,8 49,4 59,2 0,72 Pool 35,4 35,5 35,5 1,00 45,6 43,1 44,4 0,95 Plateaux 47,9 29,9 40,4 0,62 65,7 38,5 54,4 0,59 Cuvette 55,1 45,4 50,9 0,82 73,2 65,5 69,9 0,90 Cuvette - Ouest 38,8 38,5 38,7 0,99 63,9 59,2 61,6 0,93 Sangha 39,7 34,9 37,2 0,88 60,9 50,9 55,6 0,84 Likouala 47,8 28,4 37,7 0,59 69,4 42,7 55,6 0,62 Brazzaville 70,4 69,9 70,1 0,99 96,5 101,7 99,1 1,05 Pointe-Noire 60,7 67,9 64,5 1,12 86,8 90,4 88,7 1,04 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 31,8 20,6 26,5 0,65 43,7 26,2 35,4 0,60 Second 43,9 40,7 42,3 0,93 62,5 49,6 56,3 0,79 Moyen 59,5 52,8 56,2 0,89 75,3 78,5 76,9 1,04 Quatrième 70,9 71,3 71,1 1,01 98,1 105,0 101,7 1,07 Le plus riche 79,5 82,5 81,1 1,04 114,7 111,9 113,2 0,98 Ensemble 57,3 55,7 56,5 0,97 78,9 77,2 78,1 0,98 1 Le taux net de fréquentation scolaire (TNF) pour le niveau primaire est le pourcentage de la population d'âge de fréquentation du niveau primaire (6-11 ans) qui fréquente l'école primaire. Le taux net de fréquentation scolaire pour le niveau secondaire est le pourcentage de la population d'âge de fréquentation du niveau secondaire (12-18 ans) qui fréquente l'école secondaire. Par définition le taux net de fréquentation ne peut excéder 100 %. 2 Le taux brut de fréquentation scolaire (TBF) au niveau primaire est le nombre total d'élèves du niveau primaire, exprimé en pourcentage de la population d'âge officiel de fréquentation du niveau primaire. Le taux brut de fréquentation scolaire au niveau secondaire est le nombre total d'élèves du niveau secondaire, exprimé en pourcentage de la population d'âge officiel de fréquentation du niveau secondaire. S'il y a pour un niveau donné un nombre important d'élèves plus âgés ou plus jeunes que l'âge officiel pour ce niveau, le TBF peut excéder 100 %. 3 L'indice de parité entre les genres pour le primaire est le ratio du TBF au niveau primaire des filles sur le TBF des garçons. L'indice de parité entre les genres pour le secondaire est le ratio du TBF au niveau secondaire des filles sur le TBF des garçons. Caractéristiques des ménages • 31 D’après l’UNESCO, le taux net est « une mesure plus précise de l’étendue de la participation à un niveau scolaire des enfants appartenant au groupe officiellement en âge de fréquenter ce niveau ». On constate au tableau 2.10 que le taux net de fréquentation scolaire pour le niveau primaire est de 92 %, ce qui signifie que la majorité de la population de 6-10 ans, âge officiel de fréquentation du niveau primaire, fréquente l’école primaire. De plus, on ne constate pratiquement pas d’écart entre les sexes et les milieux de résidence (92 %). Dans les départements, on observe des variations, le taux net de fréquentation scolaire variant d’un minimum de 88 % dans le Kouilou et 89 % dans les Plateaux à un maximum de 95 % dans la Cuvette. L’analyse des résultats selon les quintiles de bien-être économique ne fait pas apparaître d’écart important. Pour le niveau secondaire qui concerne, rappelons-le, la population âgée de 12-18 ans, le taux net de fréquentation scolaire s’établit à 57 %. Cela signifie que plus de la moitié de la population d’âge officiel de niveau secondaire fréquente effectivement ce niveau. Ce taux est nettement plus faible en milieu rural qu’en urbain (37 % contre 67 %). Dans les départements, le taux net pour le secondaire varie d'un maximum de 51 % dans la Cuvette à un minimum de 24 % dans le Kouilou. En outre, les résultats selon les quintiles font apparaître une augmentation du taux net de fréquentation scolaire au niveau secondaire avec l’amélioration du statut économique du ménage, le taux passant de 27 % dans les ménages les plus pauvres à 81 % dans les plus riches. Le tableau 2.10 présente également l’indice de parité de genre qui est le rapport entre le taux de fréquentation scolaire des femmes et celui des hommes. Plus l’indice de parité est proche de 1, moins l’écart entre les taux de fréquentation scolaire entre les genres est important. Un indice égal à 1 indique l’égalité totale. Dans le cas du Congo, quelle que soit la catégorie de taux ou quel que soit le niveau d’études, l’indice est soit égal à 1, soit très proche, ce qui traduit une quasi-égalité entre les filles et les garçons sur le plan de la fréquentation scolaire. Avec un indice de 0,87 pour le niveau primaire et 0,59 pour le niveau secondaire, c’est dans les Plateaux que l’écart de fréquentation scolaire au détriment des filles est le plus important. Il faut aussi souligner que dans les ménages les plus pauvres, l’indice de parité entre les genres n’est que de 0,60 pour le niveau secondaire. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 33 CARACTÉRISTIQUES DES FEMMES ET DES HOMMES ENQUÊTÉS 3 Frédéric POUMBOU e chapitre porte sur les caractéristiques sociodémographiques des femmes enquêtées de 15-49 ans et des hommes de 15-59 ans. Tout comme le questionnaire ménage, les questionnaires individuels ont permis de recueillir des informations sur l’âge, l’état matrimonial, le milieu de résidence et le niveau d’instruction des enquêtés. Ces variables seront utilisées comme variables d'analyse dans la suite de ce rapport. En outre, dans ce chapitre, sont également analysés les résultats sur l’alphabétisation, l’accès aux médias, l’activité économique, la couverture médicale et la consommation de tabac. 3.1 CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES DES ENQUÊTÉS L’âge est une variable fondamentale dans l’analyse des phénomènes démographiques. Cependant, il est parfois difficile de le saisir avec précision, à cause de la défaillance de l’état civil ou de l’analphabétisme des populations. Au cours de l’enquête, un soin particulier a donc été accordé à l’estimation de l’âge. On demandait d’abord aux enquêtés leur date de naissance, puis leur âge. L’enquêteur procédait ensuite au contrôle de cohérence entre ces deux informations. Dans le cas où l’enquêté ne connaissait pas sa date de naissance, il fallait recourir à la vérification d’un document officiel (acte de naissance, carte d’identité, etc.). Lorsque aucun document n’était disponible, l’enquêteur devait procéder à une estimation de l’âge de l’enquêté, soit par comparaison avec l’âge d’autres membres du ménage, soit par déduction à partir des événements marquants de la vie de l’enquêté (mariage, décès, etc.), soit encore par l’utilisation d’un calendrier historique du pays. Les répartitions des femmes et des hommes de 15-49 ans par groupe d’âges quinquennal, présentées au tableau 3.1, montrent que les proportions de chaque groupe d’âges diminuent au fur et à mesure que l’âge augmente. Les proportions varient, chez les femmes, de 20 % dans le groupe d’âges 15-19 ans à 7 % dans le groupe 45-49 ans et de 21 % à 9 % chez les hommes des mêmes groupes d’âges. C Principaux résultats • La majorité de la population congolaise vit en milieu urbain. Brazzaville et Pointe-Noire concentrent 61 % des femmes et 64 % des hommes. • Les proportions de femmes sans niveau d’instruction sont élevées dans quatre départements : la Lékoumou (17 %), la Bouenza et la Sangha (14 % chacun) et les Plateaux (11 %). À l’opposé, à Brazzaville et à Pointe-Noire, seulement 3 % des femmes n’ont toujours aucun niveau d’instruction. • À Brazzaville et à Pointe-Noire, respectivement, 21 % et 10 % des hommes ont atteint le niveau supérieur contre seulement 2 % dans le Kouilou et la Cuvette-Ouest. 34 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Tableau 3.1 Caractéristiques sociodémographiques des enquêtés Répartition (en %) des femmes et des hommes enquêtés de 15-49 ans selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Congo 2011-2012 Caractéristique sociodémographique Femme Homme Pourcentage pondéré Effectif pondéré Effectif non pondéré Pourcentage pondéré Effectif pondéré Effectif non pondéré Groupe d’âges 15-19 20,3 2 198 2 163 21,2 999 1 005 20-24 18,8 2 029 1 800 15,3 724 609 25-29 18,7 2 019 1 964 15,5 730 635 30-34 14,4 1 558 1 524 14,6 690 712 35-39 12,6 1 358 1 441 14,0 662 673 40-44 8,4 912 1 066 10,8 512 579 45-49 6,9 746 861 8,6 405 450 Religion Catholique 31,4 3 396 2 710 33,1 1 565 1 236 Protestant 21,6 2 337 2 514 13,4 635 718 Musulman 1,2 135 102 3,5 167 122 Kimbanguiste 1,1 118 80 1,2 56 57 Armée du salut 1,9 204 250 1,3 61 71 Zéphirin/matsouaniste/ngunza 4,5 486 743 2,6 122 198 Adventiste/Jehova 0,8 84 94 1,8 85 91 Animiste 0,3 36 52 0,2 10 20 Eglise de réveil 33,4 3 618 3 686 28,3 1 335 1 385 Autre 0,7 78 87 1,2 57 56 Aucune 3,0 325 497 13,3 627 707 Manquant 0,0 2 4 0,1 5 2 Ethnie Kongo 54,2 5 862 4 403 53,9 2 547 1 864 Punu 4,7 505 513 2,8 134 157 Duma 1,0 112 164 1,0 46 66 Mbéré/Mbéti/Kélé 1,8 190 499 1,8 86 183 Téké 13,3 1 438 1 771 13,5 640 850 Mbochi 11,3 1 226 1 409 11,3 534 625 Sangha 2,8 303 684 2,6 124 188 Kota 0,4 40 62 0,7 31 42 Makaa 0,3 31 76 0,7 33 120 Oubanguiens 0,9 94 175 0,8 40 65 Pygmée 0,7 71 180 0,6 26 65 Etranger 8,4 910 854 9,6 451 422 Autre 0,3 32 24 0,6 31 16 Manquant 0,0 4 5 0,0 0 0 État matrimonial Célibataire 25,9 2 804 2 464 43,3 2 047 1 838 Marié 10,7 1 162 1 513 8,4 397 538 Vivant ensemble 47,4 5 128 5 237 40,3 1 901 1 929 Divorcé/séparé 14,1 1 525 1 378 7,7 363 339 Veuf 1,9 201 227 0,3 15 19 Résidence Urbain 68,6 7 422 3 549 70,4 3 327 1 589 Rural 31,4 3 397 7 270 29,6 1 396 3 074 Département Kouilou 2,4 263 909 2,3 108 380 Niari 5,4 587 930 5,1 239 379 Lékoumou 1,8 198 743 1,6 77 300 Bouenza 10,3 1 112 1 003 8,8 416 383 Pool 5,8 630 994 5,3 250 398 Plateaux 3,0 322 724 3,4 159 357 Cuvette 3,1 336 769 3,2 152 360 Cuvette - Ouest 1,3 144 685 1,3 61 311 Sangha 1,7 188 733 1,5 72 292 Likouala 4,0 430 914 3,6 168 369 Brazzaville 35,9 3 879 1 180 36,9 1 741 539 Pointe-Noire 25,2 2 730 1 235 27,1 1 279 595 Niveau d'instruction Aucun 5,8 624 901 2,6 123 135 Primaire 23,8 2 575 3 619 16,0 756 1 041 Secondaire 1er cycle 49,8 5 387 5 016 44,7 2 110 2 247 Secondaire 2nd cycle 15,4 1 670 1 023 24,1 1 138 886 Supérieur 5,2 563 260 12,6 595 354 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 16,7 1 810 4 046 15,2 716 1 654 Second 19,6 2 118 2 877 16,7 790 1 210 Moyen 20,7 2 235 1 422 21,6 1 020 648 Quatrième 21,7 2 349 1 301 22,1 1 044 609 Le plus riche 21,3 2 307 1 173 24,4 1 153 542 Ensemble 15-49 100,0 10 819 10 819 100,0 4 723 4 663 50-59 na na na na 422 482 Ensemble 15-59 na na na na 5 145 5 145 Note: Le niveau d'instruction correspond au plus haut niveau d'instruction atteint, qu'il ait été achevé ou non. na = non applicable Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 35 Le tableau 3.1 présente les résultats concernant certaines caractéristiques sociodémographiques des enquêtés. Concernant la religion, on constate qu’environ un tiers des enquêtés sont de religion catholique (31 % des femmes et 33 % des hommes), et 22 % de femmes contre 13 % d’hommes sont protestants. Par ailleurs, 33 % des femmes ont déclaré appartenir à des églises de réveil contre 28 % chez les hommes. On relève aussi une proportion non négligeable d’hommes sans religion (13 % contre 3 % de femmes). S’agissant de l’appartenance ethnique, les résultats indiquent que plus de la moitié des femmes et des hommes enquêtés sont du groupe Kongo (54 % dans les deux cas). Le groupe Tékés vient en seconde position (13 % des femmes et 14 % des hommes) suivi du groupe Mbochi (11 % dans les deux cas). La proportion d’étrangers parmi les personnes enquêtées est de 8 % chez les femmes et 10 % chez les hommes. Le tableau 3.1 présente également les résultats sur l’état matrimonial. À l’EDSC-II, ont été considérés comme étant en union toutes les femmes et tous les hommes éligibles, mariés officiellement ou non, ainsi que toutes celles ou tous ceux vivant en union consensuelle. Selon cette définition, on constate que 58 % des femmes étaient en union : 11 % étaient mariées et 47 % vivaient en union consensuelle. Chez les hommes, ces proportions sont respectivement de 49 %, 8 % et 40 %. À l’opposé, plus d’une femme sur quatre (26 %) était célibataire au moment de l’enquête contre 43 % chez les hommes. La proportion des femmes divorcées/séparées est environ deux fois plus élevée que celle des hommes : 14 % contre 8 %. De même, la proportion de veuves est plus élevée que celle des veufs (1,9 % contre 0,3 %). Les résultats selon le milieu de résidence montrent que plus de la moitié des enquêtés vivent en milieu urbain (69 % des femmes et 70 % des hommes) et environ un tiers vivent en milieu rural (31 % des femmes et 30 % des hommes). Sur le plan départemental, on constate que Brazzaville (36 % des femmes et 37 % des hommes) et Pointe-Noire (25 % des femmes et 27 % des hommes) concentrent 61 % des femmes et 64 % des hommes. Hormis ces deux grandes villes, c’est le département de la Bouenza qui est le plus peuplé (10 % des femmes et 9 % des hommes). À l’opposé, c’est le département de la Cuvette-Ouest qui se caractérise par la proportion la plus faible d’enquêtés (1 % dans les deux cas). Les résultats en fonction du niveau d’instruction montrent que la proportion de femmes sans aucun niveau d’instruction est deux fois plus élevée que celle des hommes (6 % contre 3 %). Les femmes ayant le niveau primaire sont proportionnellement plus nombreuses que les hommes (24 % contre 16 %). Au niveau secondaire 1er cycle, on note que la proportion de femmes ayant atteint ce niveau est légèrement plus élevée que celle des hommes (50 % contre 45 %). Par contre, cette tendance s’inverse à partir du secondaire 2nd cycle, niveau que seulement 15 % des femmes ont atteint contre 24 % pour les hommes. Au niveau supérieur, l’écart entre les sexes se creuse davantage, seulement 5 % des femmes contre 13 % des hommes ayant atteint ce niveau. Enfin, le tableau 3.1 présente la répartition des hommes et des femmes selon l’indice de bien-être économique du ménage. On ne note pas de différence entre les femmes et les hommes. En effet, parmi les femmes, 17 % vivent dans un ménage classé dans le quintile le plus pauvre et, à l’opposé, 21 % vivent dans un ménage du quintile le plus riche. Chez les hommes ces proportions représentent, respectivement, 15 % et 24 %. 36 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés 3.2 NIVEAU D’INSTRUCTION PAR CARACTÉRISTIQUE SOCIODÉMOGRAPHIQUE Les tableaux 3.2.1 et 3.2.2 présentent la répartition des femmes et des hommes selon certaines caractéristiques sociodémographiques en fonction du plus haut niveau d’instruction atteint. Tableau 3.2.1 Niveau d'instruction: Femme Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans en fonction du plus haut niveau d'instruction atteint ou achevé et nombre médian d'années d'instruction achevées, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Congo 2011-2012 Caractéristique sociodémographique Plus haut niveau d'instruction atteint Total Nombre médian d'années complétées Effectif de femmes Sans instruction Primaire incomplet Primaire complet1 Secondaire incomplet Secondaire complet2 Supérieur Groupe d’âges 15-24 3,7 16,1 6,2 66,3 3,3 4,4 100,0 7,9 4 227 15-19 3,1 16,2 6,5 71,8 1,8 0,6 100,0 7,8 2 198 20-24 4,3 15,9 5,9 60,3 5,1 8,6 100,0 8,0 2 029 25-29 5,2 17,9 7,9 53,5 7,5 7,9 100,0 7,5 2 019 30-34 5,7 18,1 7,5 55,5 7,5 5,7 100,0 7,7 1 558 35-39 6,9 18,2 7,1 57,8 4,6 5,5 100,0 7,5 1 358 40-44 7,5 16,0 5,4 63,6 3,5 4,0 100,0 7,7 912 45-49 15,1 15,9 7,7 55,4 3,6 2,3 100,0 7,3 746 Résidence Urbain 3,3 9,9 5,7 67,1 6,7 7,3 100,0 8,4 7 422 Rural 11,1 32,5 9,4 45,4 1,0 0,6 100,0 5,5 3 397 Département Kouilou 9,7 38,9 11,5 39,3 0,4 0,2 100,0 5,1 263 Niari 8,7 25,2 7,1 55,1 2,4 1,4 100,0 6,7 587 Lékoumou 16,6 29,8 5,5 46,8 0,8 0,5 100,0 5,4 198 Bouenza 14,2 33,1 6,0 44,3 1,3 1,2 100,0 5,3 1 112 Pool 5,6 30,6 11,9 49,4 1,7 0,8 100,0 6,0 630 Plateaux 11,2 36,0 5,1 46,2 0,9 0,6 100,0 5,2 322 Cuvette 3,8 21,7 7,5 64,6 0,8 1,6 100,0 6,9 336 Cuvette -Ouest 3,3 29,1 14,0 52,0 1,3 0,4 100,0 6,2 144 Sangha 14,2 25,9 5,0 51,7 1,1 2,2 100,0 6,1 188 Likouala 9,9 23,5 14,7 49,6 1,9 0,4 100,0 6,1 430 Brazzaville 3,1 7,4 4,7 66,6 8,7 9,4 100,0 8,7 3 879 Pointe-Noire 2,8 10,9 7,3 68,4 4,9 5,7 100,0 8,1 2 730 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 15,3 38,8 10,6 35,1 0,1 0,1 100,0 4,7 1 810 Second 7,9 27,6 9,0 53,6 1,4 0,4 100,0 6,2 2 118 Moyen 3,2 13,4 7,5 69,4 3,8 2,7 100,0 7,9 2 235 Quatrième 2,2 7,4 5,4 71,5 7,1 6,5 100,0 8,5 2 349 Le plus riche 2,5 3,3 2,7 66,1 10,6 14,7 100,0 9,5 2 307 Ensemble 5,8 17,0 6,8 60,3 4,9 5,2 100,0 7,7 10 819 1 A achevé avec succès 6 classes du niveau primaire. 2 A achevé avec succès 7 classes du niveau secondaire. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 37 Tableau 3.2.2 Niveau d'instruction: Homme Répartition (en %) des hommes de 15-49 ans en fonction du plus haut niveau d'instruction atteint ou achevé et nombre médian d'années d'instruction achevées, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Congo 2011-2012 Caractéristique sociodémographique Plus haut niveau d'instruction atteint Total Nombre médian d'années complétées Effectif d'hommes Sans instruction Primaire incomplet Primaire complet1 Secondaire incomplet Secondaire complet2 Supérieur Groupe d’âges 15-24 1,6 13,0 2,9 70,2 4,7 7,6 100,0 8,4 1 723 15-19 1,5 12,8 2,9 79,1 2,2 1,5 100,0 8,1 999 20-24 1,8 13,3 2,8 57,8 8,2 16,0 100,0 9,1 724 25-29 4,6 12,8 5,1 57,5 5,4 14,5 100,0 8,4 730 30-34 2,6 14,4 5,7 57,8 7,6 12,0 100,0 8,7 690 35-39 2,8 10,9 6,0 53,2 11,8 15,2 100,0 9,0 662 40-44 3,0 8,5 4,1 60,3 8,3 15,8 100,0 9,0 512 45-49 2,5 7,0 1,8 60,2 5,2 23,3 100,0 10,5 405 Résidence Urbain 2,3 8,5 3,5 61,9 8,2 15,7 100,0 9,2 3 327 Rural 3,4 20,0 5,6 62,7 3,0 5,3 100,0 7,5 1 396 Département Kouilou 1,4 20,5 12,8 61,2 2,1 1,9 100,0 7,1 108 Niari 2,6 16,7 6,5 63,3 5,5 5,4 100,0 8,2 239 Lékoumou 5,3 28,0 7,0 49,6 2,5 7,5 100,0 6,9 77 Bouenza 3,2 15,9 2,3 69,6 1,4 7,5 100,0 8,1 416 Pool 2,3 23,8 5,5 60,7 2,4 5,3 100,0 7,3 250 Plateaux 3,2 25,0 5,0 62,4 1,6 2,6 100,0 7,2 159 Cuvette 2,2 10,7 3,8 69,4 6,3 7,6 100,0 8,5 152 Cuvette -Ouest 1,7 17,7 9,6 65,8 2,9 2,1 100,0 7,8 61 Sangha 5,7 19,9 1,8 64,1 0,7 7,7 100,0 7,7 72 Likouala 3,0 13,3 6,2 65,8 6,9 4,8 100,0 7,8 168 Brazzaville 2,2 5,8 3,4 57,6 9,8 21,2 100,0 9,9 1 741 Pointe-Noire 2,7 11,5 3,6 65,0 7,0 10,2 100,0 8,7 1 279 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 4,5 26,9 6,3 59,8 1,5 1,1 100,0 6,6 716 Second 1,7 18,5 6,0 66,6 3,0 4,2 100,0 7,9 790 Moyen 0,8 11,4 4,2 67,4 7,8 8,5 100,0 8,6 1 020 Quatrième 3,0 7,1 3,7 64,1 7,5 14,6 100,0 8,9 1 044 Le plus riche 3,3 2,8 1,8 54,0 10,8 27,3 100,0 11,1 1 153 Ensemble 15-49 2,6 11,9 4,1 62,1 6,7 12,6 100,0 8,7 4 723 50-59 5,7 15,2 9,5 44,9 7,4 17,3 100,0 8,9 422 Ensemble 15-59 2,9 12,2 4,5 60,7 6,7 13,0 100,0 8,7 5 145 1 A achevé avec succès 6 classes du niveau primaire. 2 A achevé avec succès 7 classes du niveau secondaire. Quel que soit le sexe, le niveau d’instruction augmente des générations les plus anciennes aux générations les plus récentes. En effet, la proportion de femmes sans niveau d’instruction varie de 15 % parmi celles de 45-49 ans à 3 % parmi celles de 15-19 ans ; on note également que si seulement 4 % des femmes de 45-49 ans ont un niveau secondaire complet, cette proportion concerne 8 % des femmes de 25-29 ans. On constate la même évolution en ce qui concerne le niveau supérieur puisque de 2 % à 45-49 ans la proportion est passée à 8 % parmi celles de 25-29 ans. Chez les hommes, les variations sont irrégulières mais, globalement, on note une même tendance à l’amélioration du niveau d’instruction des générations anciennes aux plus récentes. Les résultats selon le milieu de résidence révèlent des disparités importantes en matière d’instruction et ces inégalités sont plus prononcées chez les femmes que chez les hommes. En effet, en milieu urbain, 3 % des femmes n’ont aucun niveau d’instruction contre 11 % en milieu rural alors que chez les hommes, l’écart est extrêmement faible (2 % en urbain contre 3 % en rural). De même, en milieu rural, 20 % des hommes et 33 % des femmes n’ont pas achevé le cycle primaire contre respectivement 9 % et 10 % en milieu urbain. Par contre, on note que les proportions de femmes et d’hommes ayant complété un niveau primaire sont légèrement plus élevées en milieu rural qu’urbain. Par contre, les proportions de femmes et d’hommes ayant atteint un niveau secondaire complet et supérieur sont nettement plus élevées en milieu urbain que rural. 38 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Par ailleurs, on constate des disparités assez importantes entre les départements de résidence. Les proportions de femmes sans niveau d’instruction sont élevées dans quatre départements : la Lékoumou (17 %), la Bouenza et la Sangha (14 % chacun) et les Plateaux (11 %). À l’opposé, à Brazzaville et à Pointe-Noire, seulement 3 % des femmes n’ont aucun niveau d’instruction et plus des deux tiers ont un niveau secondaire incomplet. En outre, à Brazzaville et à Pointe Noire, respectivement 9 % et 6 % des femmes ont atteint un niveau supérieur. Dans les autres départements ces proportions ne dépassent pas 2 %. Chez les hommes, on note également un clivage entre Brazzaville et Pointe-Noire et les autres départements, surtout en ce qui concerne le niveau supérieur : dans ces deux villes, respectivement, 21 % et 10 % des hommes ont atteint le niveau supérieur contre seulement 2 % dans le Kouilou et la Cuvette-Ouest. Les résultats selon les quintiles de bien-être économique mettent en évidence une relation positive entre le niveau de richesse du ménage et le niveau d’instruction des enquêtés. Chez les femmes, où les inégalités sont plus accentuées, la proportion de celles sans niveau d’instruction varie de 15 % parmi celles qui vivent dans un ménage classé dans le quintile le plus pauvre à environ 3 % dans les trois derniers quintiles. À l’opposé, la proportion de celles ayant un niveau supérieur augmente avec le niveau de richesse du ménage, variant de 0,1 % à 15 %. Chez les hommes, les variations de la proportion d’hommes sans instruction sont irrégulières et aucune tendance en fonction du niveau de richesse du ménage n’apparaît. Par contre, la proportion d’hommes ayant atteint le niveau supérieur augmente de manière importante au fur et à mesure que le niveau de vie du ménage s’améliore, passant de 1 % dans les ménages du quintile le plus pauvre à 27 % dans les plus riches. 3.3 ALPHABÉTISATION Au cours de l’EDSC-II, on a demandé aux enquêtés qui n’avaient aucun niveau d’instruction et à ceux qui n’avaient atteint que le niveau primaire de lire une phrase simple, les enquêtés ayant atteint le niveau secondaire ou plus étant considérés d’office comme étant alphabétisés. Trois modalités ont été retenues : « Peut lire toute la phrase », «Peut lire une partie de la phrase », ou «Ne peut pas lire du tout ». Les tableaux 3.3.1 et 3.3.2 présentent la répartition des femmes et des hommes par niveau d’instruction atteint et niveau d’alphabétisation selon certaines caractéristiques sociodémographiques. Il en ressort que 17 % de femmes et 8 % d’hommes de 15-49 ans ne savent pas lire. Chez les femmes, 8 % peuvent lire partiellement une phrase et 4 % peuvent lire la phrase entière. Chez les hommes, ces proportions sont respectivement de 6 % et de 5 %. En ajoutant à ces proportions celles des femmes et des hommes de niveau secondaire ou plus, qui sont considérés comme étant alphabétisés, la proportion de femmes alphabétisées passe à 82 % et celle des hommes à 92 %. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 39 Tableau 3.3.1 Alphabétisation: Femme Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans par niveau d'instruction atteint et niveau d'alphabétisation et pourcentage de femmes alphabétisées selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Congo 2011-2012 Caractéristique sociodémographique Secondaire ou supérieur Pas d'instruction ou niveau primaire Total Pour- centage alphabétisé1 Effectif de femmes Peut lire une phrase entière Peut lire une partie de la phrase Ne peut pas lire Aveugle/ malvoyant Pas de carte dans la langue de l'enquêtée/ Manquant Groupe d’âges 15-24 74,1 3,1 7,2 15,1 0,1 0,5 100,0 84,4 4 227 15-19 74,2 3,8 7,2 14,0 0,1 0,6 100,0 85,2 2 198 20-24 73,9 2,4 7,2 16,1 0,0 0,4 100,0 83,5 2 029 25-29 68,9 4,1 9,3 16,7 0,3 0,7 100,0 82,3 2 019 30-34 68,7 4,4 8,5 18,3 0,0 0,2 100,0 81,6 1 558 35-39 67,9 5,4 9,4 16,7 0,0 0,5 100,0 82,8 1 358 40-44 71,1 3,1 6,2 19,0 0,2 0,4 100,0 80,4 912 45-49 61,2 3,3 7,8 26,2 0,9 0,5 100,0 72,4 746 Résidence Urbain 81,1 3,3 5,9 9,2 0,1 0,4 100,0 90,2 7 422 Rural 47,1 4,9 12,7 34,4 0,3 0,6 100,0 64,7 3 397 Département Kouilou 39,9 2,4 22,8 34,5 0,1 0,2 100,0 65,1 263 Niari 59,0 5,4 9,9 25,4 0,0 0,3 100,0 74,3 587 Lékoumou 48,1 6,6 12,3 32,9 0,0 0,1 100,0 67,0 198 Bouenza 46,7 4,8 9,0 38,5 0,7 0,3 100,0 60,5 1 112 Pool 51,9 4,0 18,2 25,0 0,3 0,5 100,0 74,2 630 Plateaux 47,6 2,1 8,3 41,6 0,1 0,2 100,0 58,1 322 Cuvette 67,0 5,0 6,7 20,7 0,0 0,5 100,0 78,7 336 Cuvette -Ouest 53,7 4,3 16,5 25,1 0,1 0,5 100,0 74,4 144 Sangha 54,9 3,0 10,6 31,3 0,0 0,2 100,0 68,5 188 Likouala 51,9 4,8 12,0 28,6 0,0 2,7 100,0 68,7 430 Brazzaville 84,8 2,7 4,1 7,9 0,2 0,3 100,0 91,6 3 879 Pointe-Noire 79,0 4,2 7,6 8,7 0,0 0,5 100,0 90,8 2 730 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 35,4 4,9 14,8 44,0 0,1 0,8 100,0 55,1 1 810 Second 55,5 5,2 13,4 25,1 0,4 0,4 100,0 74,1 2 118 Moyen 75,9 3,5 7,6 12,2 0,4 0,4 100,0 87,1 2 235 Quatrième 85,1 3,8 4,0 6,9 0,0 0,2 100,0 92,8 2 349 Le plus riche 91,5 1,7 2,3 3,9 0,0 0,5 100,0 95,5 2 307 Ensemble 70,4 3,8 8,0 17,1 0,2 0,5 100,0 82,2 10 819 1 C'est-à-dire les femmes qui ont, au moins, fréquenté l'école secondaire et celles qui peuvent lire une phrase entière ou une partie de phrase. 40 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Tableau 3.3.2 Alphabétisation: Homme Répartition (en %) des hommes de 15-49 ans par niveau d'instruction atteint et niveau d'alphabétisation et pourcentage d'hommes alphabétisés selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Congo 2011-2012 Caractéristique sociodémographique Secondaire ou supérieur Pas d'instruction ou niveau primaire Total Pour- centage alphabétisé1 Effectif d'hommes Peut lire une phrase entière Peut lire une partie de la phrase Ne peut pas lire Aveugle/ malvoyant Pas de carte dans la langue de l'enquêté/ Manquant Groupe d’âges 15-24 82,5 4,5 5,4 7,4 0,0 0,2 100,0 92,4 1 723 15-19 82,8 4,7 5,3 7,0 0,0 0,3 100,0 92,7 999 20-24 82,1 4,4 5,6 8,0 0,0 0,0 100,0 92,0 724 25-29 77,5 5,5 7,2 9,4 0,0 0,4 100,0 90,2 730 30-34 77,4 5,7 6,7 9,9 0,0 0,4 100,0 89,7 690 35-39 80,3 5,6 7,0 6,9 0,0 0,2 100,0 92,8 662 40-44 84,4 3,5 5,8 5,1 0,2 1,0 100,0 93,7 512 45-49 88,7 2,6 3,0 5,0 0,3 0,5 100,0 94,3 405 Résidence Urbain 85,7 4,5 4,8 4,7 0,0 0,2 100,0 95,1 3 327 Rural 71,0 5,2 8,6 14,4 0,1 0,6 100,0 84,8 1 396 Département Kouilou 65,2 5,4 9,7 19,5 0,0 0,2 100,0 80,2 108 Niari 74,2 4,5 10,2 9,8 0,0 1,3 100,0 88,9 239 Lékoumou 59,6 4,4 15,1 20,9 0,0 0,0 100,0 79,1 77 Bouenza 78,5 3,2 6,1 11,7 0,2 0,2 100,0 87,9 416 Pool 68,4 3,3 10,8 16,6 0,2 0,6 100,0 82,5 250 Plateaux 66,7 4,7 10,6 17,5 0,5 0,0 100,0 82,1 159 Cuvette 83,3 7,1 3,3 6,0 0,0 0,3 100,0 93,7 152 Cuvette - Ouest 70,9 11,5 4,2 13,1 0,0 0,3 100,0 86,6 61 Sangha 72,5 2,4 10,1 15,0 0,0 0,0 100,0 85,0 72 Likouala 77,5 5,2 3,6 12,4 0,0 1,4 100,0 86,3 168 Brazzaville 88,5 3,7 3,4 4,1 0,0 0,3 100,0 95,7 1 741 Pointe-Noire 82,2 6,3 6,7 4,6 0,0 0,2 100,0 95,2 1 279 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 62,4 6,6 10,4 19,7 0,2 0,7 100,0 79,4 716 Second 73,8 5,8 10,5 9,2 0,1 0,6 100,0 90,1 790 Moyen 83,6 5,5 5,9 4,9 0,0 0,1 100,0 95,0 1 020 Quatrième 86,2 4,4 4,6 4,8 0,0 0,0 100,0 95,2 1 044 Le plus riche 92,1 2,3 1,3 3,8 0,0 0,4 100,0 95,8 1 153 Ensemble 15-49 81,4 4,7 5,9 7,6 0,0 0,4 100,0 92,1 4 723 50-59 69,7 13,3 5,5 8,9 2,1 0,6 100,0 88,4 422 Ensemble 15-59 80,4 5,4 5,9 7,7 0,2 0,3 100,0 91,8 5 145 1 C'est-à-dire les hommes qui ont, au moins, fréquenté l'école secondaire et qui peuvent lire une phrase entière ou une partie de phrase. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 41 On note que le taux d’alphabétisation des femmes est plus élevé dans les jeunes générations que dans les anciennes (85 % à 15-19 ans contre 72 % à 45-49 ans) et en milieu urbain qu’en milieu rural (90 % contre 65 %). Au niveau des départements, c’est dans les Plateaux (58 %) que l’on enregistre le taux d’alphabétisation le plus faible ; à l’opposé, Brazzaville et Pointe Noire détiennent les taux les plus élevés (respectivement 92 % et 91 %). Chez les hommes, par contre, on ne note pas d’écart important entre les jeunes générations et celles plus anciennes (94 % à 45-49 ans contre 93 % à 15-19 ans). Cependant, concernant le milieu de résidence, on observe les mêmes variations que chez les femmes, c'est-à-dire qu’en milieu urbain la proportion d’hommes alphabétisés est plus élevée qu’en milieu rural (95 % contre 85 %). Sur le plan départemental, c’est la Lékoumou qui détient le taux le plus faible d’hommes alphabétisés (79 %) et Brazzaville le taux le plus élevé (96 %). Enfin, les résultats, surtout ceux concernant les femmes, mettent en évidence une relation positive entre l’alphabétisation et le niveau de bien-être économique du ménage. En effet, on constate que les proportions de femmes et d’hommes alphabétisés augmentent des ménages les plus pauvres aux plus riches passant respectivement de 55 % à 96 % et de 79 % à 96 % (graphique 3.1). En outre, il faut souligner que dans le quintile le plus riche, la proportion de femmes alphabétisées est identique à celle des hommes (96 % dans les deux cas). Graphique 3.1 Proportion de femmes et d'hommes de 15-49 ans alphabétisés 96 93 87 74 55 65 90 82 96 95 95 90 79 85 95 92 Le plus riche Quatrième Moyen Second Le plus pauvre QUINTILE DE BIEN-ÊTRE Rural Urbain MILIEU DE RÉSIDENCE CONGO Pourcentage Homme Femme EDSC-II 2011-2012 42 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés 3.4 CARACTÉRISTIQUES DES COUPLES Au cours de l’enquête, 2 248 couples ont été interviewés afin d’étudier leurs caractéristiques, notamment la différence d’âge et de niveau d’instruction, susceptibles d’influencer le dialogue entre conjoints ou la participation de chacun, particulièrement de la femme, à la prise de décision. Le tableau 3.4 présente les résultats concernant les différentiels d’âge et de niveau d’instruction entre les hommes et les femmes vivant en couple. Concernant l’âge, il ressort que dans 64 % des couples, le mari est plus âgé que la femme, d’au moins 5 ans ; dans seulement 4 % des couples, la femme est plus âgée que son mari. Dans 72 % des couples, la différence d’âges est inférieure à 10 ans : 32 % des cas où l’homme a 0-4 ans de plus que sa femme et 40 % des cas où l’écart est de 5-9 ans. Dans près d’un quart des couples (23 %), la différence d’âges est d’au moins 10 ans dont 6 % dans lesquels le mari a, au moins, 15 ans de plus que sa femme. Par ailleurs, les résultats selon le niveau d’instruction montrent que dans la quasi-totalité des couples, les deux conjoints sont instruits (92 %) ; dans seulement 6 % des couples, l’homme est instruit et la femme ne l’est pas. 3.5 EXPOSITION AUX MÉDIAS Les médias (radio, télévision et presse écrite) permettent de mettre à la disposition d’un public assez vaste des messages ciblés. Ils constituent de ce fait un canal fondamental pour la mise en œuvre de stratégies d’Information, Éducation et Communication en faveur, entre autres, de la santé de la reproduction, de la planification familiale et de la lutte contre le VIH/Sida. Les tableaux 3.4.1 et 3.4.2 présentent les résultats sur l’exposition aux médias respectivement pour les femmes et les hommes enquêtés. Tableau 3.4 Caractéristiques différentielles des couples Répartition (en %) des couples par différence d'âges entre conjoints et différence de niveau d'instruction, Congo 2011-2012 Différence Pourcentage Effectif de couples Écart d'âges entre conjoints Femme plus âgée 4,2 95 Même âge/homme plus âgé de 0-4 ans 32,1 722 Homme plus âgé de 5-9 ans 40,3 906 Homme plus âgé de 10-14 ans 17,4 390 Homme plus âgé de 15 ans ou plus 6,0 134 Niveau d'instruction du couple Homme et femme, aucun 1,1 26 Femme instruite, homme non 1,2 27 Homme instruit, femme non 5,8 131 Homme et femme instruits 91,8 2 064 Total 100,0 2 248 Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 43 Tableau 3.4.1 Exposition aux médias : Femme Pourcentage de femmes de 15-49 ans qui, habituellement, lisent un journal, regardent la télévision et/ou écoutent la radio, au moins, une fois par semaine, selon certaines caractéristiques sociodémographiques Congo 2011-2012 Caractéristique sociodémographique Lit un journal, au moins, une fois par semaine Regarde la télévision, au mois, une fois par semaine Écoute la radio, au moins, une fois par semaine Les trois médias, au moins, une fois par semaine Aucun média, au moins, une fois par semaine Effectif de femmes Groupe d’âges 15-19 15,4 56,4 34,4 6,6 32,0 2 198 20-24 18,1 60,0 33,5 9,3 30,0 2 029 25-29 19,0 55,9 33,7 8,9 32,9 2 019 30-34 20,1 53,6 33,3 10,6 35,7 1 558 35-39 22,9 47,0 41,4 12,0 36,2 1 358 40-44 18,7 39,6 39,4 8,9 42,7 912 45-49 16,9 36,7 31,7 6,8 46,7 746 Résidence Urbain 22,7 67,1 38,5 11,7 23,2 7 422 Rural 9,6 20,9 27,6 3,1 60,0 3 397 Département Kouilou 3,7 16,1 23,8 1,1 67,7 263 Niari 9,6 33,2 31,9 3,7 48,9 587 Lékoumou 7,0 14,9 28,9 1,7 63,8 198 Bouenza 7,5 32,6 26,3 3,8 55,8 1 112 Pool 9,2 13,4 27,7 1,9 61,4 630 Plateaux 9,7 21,0 26,5 2,2 60,6 322 Cuvette 14,9 40,4 39,3 5,8 40,5 336 Cuvette -Ouest 7,5 23,2 29,7 1,4 57,1 144 Sangha 10,3 23,8 37,3 3,1 49,6 188 Likouala 15,4 23,5 30,2 5,7 57,2 430 Brazzaville 27,8 71,3 38,5 13,3 18,9 3 879 Pointe-Noire 19,5 67,1 39,1 11,6 24,8 2 730 Niveau d'instruction Aucun 0,1 24,5 17,6 0,0 65,7 624 Primaire 3,0 28,3 25,9 1,3 57,3 2 575 Secondaire 1er cycle 17,9 56,4 36,8 7,8 30,0 5 387 Secondaire 2nd cycle ou plus 43,3 79,4 46,5 23,4 11,6 2 233 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 5,5 8,3 19,4 0,9 74,1 1 810 Second 9,7 19,1 27,9 1,8 60,2 2 118 Moyen 18,2 46,5 38,6 7,1 34,0 2 235 Quatrième 23,2 84,2 37,8 12,5 10,9 2 349 Le plus riche 32,6 91,8 47,8 20,4 5,6 2 307 Ensemble 18,6 52,6 35,1 9,0 34,8 10 819 44 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Tableau 3.4.2 Exposition aux médias: Homme Pourcentage d'hommes de 15-49 ans qui, habituellement, lisent un journal, regardent la télévision et/ou écoutent la radio, au moins, une fois par semaine, selon certaines caractéristiques sociodémographiques Congo 2011-2012 Caractéristique sociodémographique Lit un journal, au moins, une fois par semaine Regarde la télévision, au mois, une fois par semaine Écoute la radio, au moins, une fois par semaine Les trois médias, au moins, une fois par semaine Aucun média, au moins, une fois par semaine Effectif d'hommes Groupe d’âges 15-19 5,1 45,5 19,2 1,0 44,5 999 20-24 12,3 45,1 27,5 3,0 38,8 724 25-29 7,6 47,2 32,1 3,4 39,0 730 30-34 11,2 45,0 36,1 2,4 35,4 690 35-39 16,5 47,5 43,0 8,6 31,4 662 40-44 16,5 38,1 43,5 5,4 35,4 512 45-49 20,6 36,7 48,9 8,2 35,2 405 Résidence Urbain 11,8 57,3 34,4 5,0 29,7 3 327 Rural 11,4 13,4 31,3 1,7 57,1 1 396 Département Kouilou 7,8 4,7 24,6 0,4 68,9 108 Niari 5,4 34,4 43,0 2,5 43,6 239 Lékoumou 7,3 4,0 26,3 0,7 69,9 77 Bouenza 7,5 26,1 24,6 1,4 58,2 416 Pool 24,5 10,7 45,9 1,6 38,8 250 Plateaux 3,7 5,1 19,6 0,7 76,7 159 Cuvette 7,7 33,0 37,8 3,8 43,4 152 Cuvette -Ouest 6,1 8,6 23,4 0,3 67,7 61 Sangha 11,0 17,1 36,1 1,6 50,3 72 Likouala 15,1 19,3 28,2 4,4 57,7 168 Brazzaville 14,3 66,7 39,6 6,7 19,9 1 741 Pointe-Noire 9,9 46,9 27,1 3,3 39,5 1 279 Niveau d'instruction Aucun 4,4 41,0 24,8 0,0 46,1 123 Primaire 1,1 21,9 22,8 0,4 62,0 756 Secondaire 1er cycle 6,1 38,8 29,0 1,1 43,6 2 110 Secondaire 2nd cycle ou plus 23,5 61,2 44,1 9,6 19,6 1 734 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 8,3 3,2 23,9 0,5 69,9 716 Second 10,5 17,2 31,1 1,7 55,1 790 Moyen 9,3 36,4 35,6 2,6 39,5 1 020 Quatrième 11,0 63,7 38,3 4,3 25,2 1 044 Le plus riche 17,2 78,1 34,7 9,0 16,0 1 153 Ensemble 15-49 11,7 44,3 33,4 4,1 37,8 4 723 50-59 21,9 37,0 61,0 11,2 29,0 422 Ensemble 15-59 12,5 43,7 35,7 4,6 37,1 5 145 Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 45 Il ressort des résultats que 35 % des femmes et 38 % des hommes de 15-49 ans ne sont exposés, habituellement, à aucun média, au moins, une fois par semaine. Chez les femmes, comme chez les hommes, c’est la télévision qui est le média le plus suivi : 53 % des femmes et 44 % des hommes ont déclaré regarder habituellement la télévision, au moins une fois par semaine. Par ailleurs, 19 % des femmes contre 12 % des hommes lisent un journal, et 35 % des femmes contre 33 % des hommes de 15-49 ans écoutent la radio. Globalement, très peu de femmes (9 %) et d’hommes de 15-49 ans (4 %) sont exposés, habituellement, aux trois médias (radio, télévision et journal). Les écarts selon l’âge sont peu importants. Par contre, le milieu de résidence semble influencer le niveau d’exposition aux médias, la proportion de femmes exposées à aucun média étant environ trois fois plus élevée en milieu rural qu’en milieu urbain (60 % contre 23 %). Chez les hommes cet écart est relativement plus faible (57 % contre 30 %). Au niveau des départements, on observe également des variations importantes. Trois départements se distinguent par une forte proportion de femmes et d’hommes qui n’ont été exposés à aucun média : le Kouilou (68 % des femmes et 69 % des hommes), la Lékoumou (respectivement 64 % et 70 %) et les Plateaux (respectivement 61 % et 77 %). Brazzaville se caractérise par les proportions les plus faibles de personnes n’ayant utilisé aucun média : 19 % des femmes et 20 % des hommes. L’exposition aux médias varie fortement avec le niveau d’instruction, surtout chez les femmes. En effet, la proportion de femmes qui ne sont exposées à aucun média diminue avec l’augmentation du niveau d’instruction, passant de 66 % parmi les femmes sans instruction à 12 % parmi celles ayant un niveau secondaire 2nd cycle ou plus. Chez les hommes, cette proportion diminue aussi, passant de 62 % à partir du niveau primaire à 20 % chez ceux de niveau secondaire 2nd cycle ou plus. Enfin, les résultats des tableaux 3.4.1 et 3.4.2 montrent une relation positive entre l’accès aux médias et le niveau de bien-être du ménage. Quel que soit le sexe, la proportion de personnes qui n’ont été exposées à aucun média diminue avec l’amélioration du niveau de bien-être du ménage. Elle varie, chez les femmes, de 74 % chez les plus pauvres à 6 % chez les plus riches ; chez les hommes, ces proportions sont respectivement de 70 % et 16 %. 3.6 ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE Lors de l’enquête, des questions relatives à l’emploi ont été posées aux hommes et aux femmes. Ces questions ont permis d’identifier les hommes et les femmes qui travaillaient au moment de l’enquête, c’est-à- dire au cours des sept jours qui avaient précédé l’enquête, et ceux qui avaient effectué un travail quelconque, à un certain moment, au cours des 12 mois ayant précédé l’enquête. À ceux et celles qui travaillaient au moment de l’enquête ou qui avaient effectué un travail au cours des 12 mois ayant précédé l’enquête, une série de questions ont été posées sur le travail effectué. Des questions ont été posées aux femmes sur la régularité de l’emploi et sur le type de rémunération selon le type d’emploi. Le Tableau 3.5.1 présente les données relatives au travail des femmes. Parmi les femmes enquêtées, 67 % avaient effectué un travail quelconque au cours des 12 mois ayant précédé l’enquête : la grande majorité (64 %) avait travaillé récemment, c’est-à-dire au cours des sept derniers jours avant l’enquête. Le pourcentage de femmes ayant travaillé récemment augmente avec l’âge passant d’un minimum de 30 % chez celles de 15- 19 ans à un maximum de 90 % chez celles de 45-49 ans. Selon l’état matrimonial, les résultats montrent que ce sont les femmes en rupture d’union (77 %) qui sont proportionnellement les plus nombreuses à avoir travaillé récemment contre 74 % de celles en union et 34 % des femmes célibataires. Le nombre d’enfants influence l’activité de la femme, puisque la proportion de femmes ayant récemment travaillé varie de 66 % quand elles ont 1-2 enfants à 87 % quand elles en ont cinq ou plus. 46 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Tableau 3.5.1 Emploi: Femme Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans en fonction du fait qu'elles travaillent ou non, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Congo 2011-2012 Caractéristique sociodémographique A travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête N'a pas travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête Total Effectif de femmes Travaille actuellement1 Ne travaille pas actuellement Groupe d’âges 15-19 29,9 2,0 68,1 100,0 2 198 20-24 53,1 3,1 43,8 100,0 2 029 25-29 69,4 2,1 28,5 100,0 2 019 30-34 78,6 3,1 18,3 100,0 1 558 35-39 83,1 3,5 13,5 100,0 1 358 40-44 85,8 1,8 12,4 100,0 912 45-49 89,8 0,6 9,6 100,0 746 État matrimonial Célibataire 34,4 2,6 63,0 100,0 2 804 En union 74,0 2,3 23,7 100,0 6 289 En rupture d’union 76,9 2,7 20,4 100,0 1 726 Nombre d'enfants vivants 0 34,7 2,4 62,9 100,0 2 612 1-2 65,5 2,7 31,7 100,0 4 013 3-4 77,6 2,9 19,5 100,0 2 608 5+ 87,3 1,2 11,5 100,0 1 585 Résidence Urbain 56,8 2,6 40,6 100,0 7 422 Rural 80,2 2,2 17,6 100,0 3 397 Département Kouilou 82,8 3,4 13,7 100,0 263 Niari 72,6 2,9 24,5 100,0 587 Lékoumou 76,2 0,4 23,5 100,0 198 Bouenza 75,2 1,7 23,1 100,0 1 112 Pool 82,6 1,0 16,4 100,0 630 Plateaux 81,9 0,8 17,1 100,0 322 Cuvette 73,8 3,6 22,6 100,0 336 Cuvette - Ouest 73,1 6,0 20,9 100,0 144 Sangha 59,1 6,7 34,3 100,0 188 Likouala 77,5 1,0 21,4 100,0 430 Brazzaville 57,0 3,1 40,0 100,0 3 879 Pointe-Noire 55,7 2,0 42,3 100,0 2 730 Niveau d'instruction Aucun 75,0 1,1 24,0 100,0 624 Primaire 74,3 2,0 23,7 100,0 2 575 Secondaire 1er cycle 63,1 2,0 34,9 100,0 5 387 Secondaire 2nd cycle ou plus 52,0 4,5 43,4 100,0 2 233 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 85,5 1,5 13,0 100,0 1 810 Second 69,9 2,6 27,6 100,0 2 118 Moyen 59,9 3,2 36,8 100,0 2 235 Quatrième 57,8 3,1 39,1 100,0 2 349 Le plus riche 52,8 1,7 45,5 100,0 2 307 Ensemble1 64,2 2,5 33,4 100,0 10 819 1 "Travaille actuellement" concerne les femmes qui ont travaillé au cours des sept derniers jours, y compris celles qui n'ont pas travaillé au cours des sept derniers jours mais qui ont un emploi régulier et qui étaient absentes parce qu'elles étaient en congé, malades ou en vacances ou pour d'autres raisons. 1 Y compris les manquants Les données selon le milieu de résidence font apparaître un écart important entre le milieu urbain où 57 % des femmes avaient récemment travaillé et le milieu rural où cette proportion atteint 80 %. De même, selon les départements, la proportion de femmes ayant eu une activité au cours des sept derniers jours varie fortement, d’un maximum de 83 % dans le Kouilou à un minimum de 56 % à Pointe-Noire et 57 % à Brazzaville. En outre, les proportions de femmes ayant eu une activité récente diminuent avec le niveau d’instruction, passant d’un maximum de 75 % parmi celles sans instruction à un minimum de 52 % parmi celles ayant un niveau secondaire 2nd cycle ou plus. Enfin, les résultats selon les quintiles de bien-être montrent que c’est dans le quintile le plus riche que la proportion de femmes actives au cours des sept derniers jours est la plus faible (53 %) contre un maximum de 86 % dans le quintile le plus pauvre. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 47 Les résultats du tableau 3.5.2 concernant les hommes de 15-49 ans montrent que 80 % avaient effectué un travail quelconque au cours des 12 mois ayant précédé l’enquête : la quasi-totalité (76 %) avait travaillé au cours des sept derniers jours avant l’enquête. Le pourcentage d’hommes qui avaient travaillé récemment augmente avec l’âge : de 33 % parmi ceux de 15-19 ans, la proportion atteint 87 % à 25-29 ans et, au-delà de cet âge, la quasi-totalité des hommes était récemment en activité. Selon l’état matrimonial, les résultats montrent, comme chez les femmes, que les hommes en union et ceux en rupture d’union étaient proportionnellement les plus nombreux à avoir travaillé au cours des sept jours qui précédaient l’enquête (respectivement 94 % et 91 % contre 52 % de célibataires). Tableau 3.5.2 Emploi: Homme Répartition (en %) des hommes de 15-49 ans en fonction du fait qu'ils travaillaient ou non, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Congo 2011-2012 Caractéristique sociodémographique A travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête N'a pas travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête Total Effectif d'hommes Travaille actuellement1 Ne travaille pas actuellement Groupe d’âges 15-19 33,4 5,3 61,3 100,0 999 20-24 63,4 6,0 30,7 100,0 724 25-29 86,7 5,2 8,1 100,0 730 30-34 94,0 2,9 3,1 100,0 690 35-39 96,9 2,2 0,9 100,0 662 40-44 93,5 4,6 1,9 100,0 512 45-49 94,9 2,2 2,9 100,0 405 État matrimonial Célibataire 52,2 5,9 41,9 100,0 2 047 En union 94,3 2,9 2,8 100,0 2 298 En rupture d’union 90,7 4,0 5,3 100,0 378 Nombre d'enfants vivants 0 52,1 5,7 42,2 100,0 2 001 1-2 90,2 3,7 6,1 100,0 1 329 3-4 97,2 2,0 0,7 100,0 781 5+ 94,6 3,6 1,8 100,0 612 Résidence Urbain 73,9 4,6 21,5 100,0 3 327 Rural 80,3 3,4 16,3 100,0 1 396 Département Kouilou 90,0 0,5 9,5 100,0 108 Niari 70,2 12,9 16,9 100,0 239 Lékoumou 72,9 1,9 25,1 100,0 77 Bouenza 71,3 5,1 23,6 100,0 416 Pool 85,6 0,5 13,9 100,0 250 Plateaux 78,7 4,0 17,4 100,0 159 Cuvette 87,5 6,9 5,5 100,0 152 Cuvette - Ouest 76,0 7,6 16,4 100,0 61 Sangha 74,9 4,4 20,7 100,0 72 Likouala 77,1 1,5 21,4 100,0 168 Brazzaville 73,4 6,0 20,6 100,0 1 741 Pointe-Noire 76,8 1,1 22,1 100,0 1 279 Niveau d'instruction Aucun 98,5 1,0 0,5 100,0 123 Primaire 84,5 3,1 12,3 100,0 756 Secondaire 1er cycle 72,7 3,9 23,4 100,0 2 110 Secondaire 2nd cycle ou plus 74,1 5,4 20,5 100,0 1 734 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 82,2 3,5 14,3 100,0 716 Second 77,3 3,0 19,7 100,0 790 Moyen 77,1 3,6 19,2 100,0 1 020 Quatrième 71,9 5,5 22,5 100,0 1 044 Le plus riche 73,1 5,0 21,9 100,0 1 153 Ensemble 15-49 75,8 4,3 20,0 100,0 4 723 50-59 95,4 2,6 2,0 100,0 422 Ensemble 15-59 77,4 4,1 18,5 100,0 5 145 1 "Travaille actuellement" concerne les hommes qui ont travaillé au cours des sept derniers jours, y compris ceux qui n'ont pas travaillé au cours des sept derniers jours mais qui ont un emploi régulier et qui étaient absents parce qu'ils étaient en congé, malades ou en vacances ou pour d'autres raisons. 48 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Par rapport au milieu de résidence, on note que la proportion d’hommes qui travaillaient dans les sept derniers jours avant l’enquête est légèrement plus élevée en milieu rural qu’en milieu urbain (80 % contre 74 %). Les résultats montrent également que la quasi-totalité des hommes sans niveau d’instruction (99 %) exerçaient une activité contre 85 % de ceux qui ont un niveau d’instruction primaire et 74 % de ceux ayant un niveau secondaire 2nd cycle ou plus. Enfin, comme chez les femmes, la proportion d’hommes actifs diminue des ménages du quintile le plus pauvre à ceux du plus riche passant de 82 % à 73 % Les tableaux 3.6.1 et 3.6.2 présentent les résultats concernant le type d’occupation des femmes et des hommes de 15-49 ans au cours des 12 mois qui précédaient l’enquête. Tableau 3.6.1 Occupation: Femme Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans ayant eu un emploi au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête par type d'occupation, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Congo 2011-2012 Caractéristique sociodémographique Cadre/ technicien/ direction Employée Ventes et services Manuel qualifié Manuel non qualifié Employée de maison Agriculture Manquant Total Effectif de femmes Groupe d’âges 15-19 0,1 0,8 59,4 10,2 0,1 0,0 27,3 2,1 100,0 702 20-24 3,2 0,9 59,2 11,3 0,3 0,5 22,1 2,5 100,0 1 141 25-29 7,2 1,7 55,1 8,5 0,7 1,1 23,8 1,9 100,0 1 444 30-34 9,1 1,5 52,8 5,5 1,2 1,0 27,6 1,3 100,0 1 273 35-39 6,7 2,3 51,4 2,1 1,3 3,2 32,9 0,1 100,0 1 175 40-44 7,3 1,3 46,2 2,8 0,8 1,8 39,1 0,8 100,0 799 45-49 6,4 0,4 43,0 2,7 1,0 0,8 43,8 1,9 100,0 675 État matrimonial Célibataire 6,0 3,2 57,5 10,1 0,8 0,3 17,2 4,8 100,0 1 038 En union 6,1 1,0 50,0 6,1 0,7 1,1 34,0 1,0 100,0 4 795 En rupture d’union 6,0 1,1 60,2 4,6 1,2 2,5 23,7 0,7 100,0 1 375 Nombre d'enfants vivants 0 7,3 2,8 58,1 10,9 1,1 0,5 15,5 3,9 100,0 968 1-2 6,8 1,7 59,3 8,2 0,8 0,6 20,9 1,8 100,0 2 739 3-4 6,5 0,8 52,4 4,4 1,0 2,1 32,1 0,7 100,0 2 098 5+ 3,2 0,6 38,3 2,6 0,3 1,8 52,7 0,4 100,0 1 402 Résidence Urbain 8,8 2,2 69,8 8,7 1,1 2,0 5,3 2,1 100,0 4 409 Rural 1,8 0,1 26,6 2,7 0,3 0,2 67,8 0,5 100,0 2 799 Département Kouilou 1,5 0,0 25,6 2,1 0,5 0,1 70,1 0,1 100,0 227 Niari 4,6 0,5 34,6 6,2 0,1 0,5 52,9 0,6 100,0 444 Lékoumou 2,3 0,6 15,0 2,4 0,9 0,8 77,5 0,6 100,0 151 Bouenza 2,1 0,7 24,7 6,4 0,2 0,1 65,4 0,3 100,0 855 Pool 2,2 0,0 25,9 3,4 0,4 0,0 67,9 0,2 100,0 526 Plateaux 1,5 0,0 16,5 2,7 0,1 0,0 78,6 0,6 100,0 267 Cuvette 3,7 0,2 43,8 0,7 1,1 0,8 49,0 0,7 100,0 260 Cuvette-Ouest 1,7 0,2 52,0 1,1 0,4 0,2 44,2 0,2 100,0 114 Sangha 2,3 0,5 50,6 1,7 0,3 0,4 40,1 4,1 100,0 124 Likouala 1,9 0,1 42,2 0,8 0,3 0,1 53,5 1,1 100,0 338 Brazzaville 9,8 2,9 72,0 6,3 0,5 2,2 2,9 3,5 100,0 2 328 Pointe-Noire 8,1 1,3 72,6 12,1 2,1 2,1 1,3 0,4 100,0 1 574 Niveau d'instruction Aucun 0,0 0,0 24,9 3,4 0,7 1,4 69,5 0,1 100,0 474 Primaire 0,0 0,1 38,5 6,4 0,4 1,8 52,5 0,2 100,0 1 965 Secondaire 1er cycle 2,5 1,0 64,9 7,9 0,4 1,4 20,9 1,0 100,0 3 506 Secondaire 2nd cycle ou plus 27,7 4,7 53,2 3,3 2,5 0,0 3,2 5,4 100,0 1 263 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 0,3 0,0 16,9 1,6 0,1 0,0 80,7 0,5 100,0 1 573 Second 1,9 0,0 47,7 5,4 0,2 0,9 43,3 0,6 100,0 1 535 Moyen 4,2 1,2 70,9 9,2 1,6 3,8 8,2 0,9 100,0 1 412 Quatrième 7,5 1,9 70,6 10,9 1,4 0,7 4,8 2,1 100,0 1 430 Le plus riche 18,9 4,3 64,8 5,3 0,8 0,9 1,3 3,7 100,0 1 258 Ensemble 6,1 1,4 53,0 6,4 0,8 1,3 29,6 1,5 100,0 7 208 Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 49 Tableau 3.6.2 Occupation: Homme Répartition (en %) des hommes de 15-49 ans ayant eu un emploi au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête par type d'occupation, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Congo 2011-2012 Caractéristique sociodémographique Cadre/ technicien/ direction Employé Ventes et services Manuel qualifié Manuel non qualifié Employé de maison Agriculture Manquant Total Effectif d'hommes Groupe d’âges 15-19 2,9 3,0 18,0 36,2 10,8 1,4 15,2 12,5 100,0 386 20-24 3,9 1,1 24,0 40,0 6,9 0,5 15,0 8,7 100,0 502 25-29 5,8 3,2 33,4 31,3 6,9 1,6 14,9 2,9 100,0 671 30-34 10,6 2,7 28,3 28,4 9,1 0,1 18,9 2,0 100,0 668 35-39 14,0 2,4 28,6 22,6 6,8 1,0 21,5 3,1 100,0 656 40-44 12,3 2,6 27,9 17,6 7,3 0,0 29,4 3,1 100,0 502 45-49 18,8 4,4 16,6 22,1 8,6 0,0 27,1 2,4 100,0 393 État matrimonial Célibataire 6,3 2,4 22,6 36,2 9,0 1,3 12,0 10,3 100,0 1 189 En union 11,3 2,9 28,4 23,7 7,4 0,1 24,0 2,1 100,0 2 233 En rupture d’union 11,6 2,5 25,9 29,3 7,0 1,9 21,3 0,5 100,0 358 Nombre d'enfants vivants 0 6,5 2,6 23,6 33,1 8,8 1,2 14,2 10,1 100,0 1 156 1-2 10,3 2,6 31,8 30,3 7,6 1,0 13,9 2,5 100,0 1 248 3-4 10,8 4,3 25,3 26,1 8,5 0,1 23,9 1,1 100,0 775 5+ 13,4 1,3 21,6 16,8 5,9 0,0 38,8 2,3 100,0 601 Résidence Urbain 10,9 3,4 32,8 34,1 9,3 0,9 3,2 5,4 100,0 2 612 Rural 7,0 1,2 12,0 14,8 4,8 0,2 57,4 2,6 100,0 1 169 Département Kouilou 1,8 0,7 9,3 13,1 9,3 0,0 64,8 1,1 100,0 97 Niari 6,6 3,2 27,6 23,3 5,5 0,3 32,3 1,1 100,0 199 Lékoumou 12,8 1,8 23,3 10,9 2,7 0,9 46,0 1,6 100,0 57 Bouenza 9,6 1,3 17,8 18,2 10,3 0,0 41,5 1,2 100,0 318 Pool 6,2 1,6 10,9 13,3 2,2 0,2 65,3 0,3 100,0 216 Plateaux 6,1 1,0 8,0 10,5 2,5 0,0 67,7 4,2 100,0 132 Cuvette 5,9 1,2 14,1 22,1 5,7 0,0 43,3 7,7 100,0 144 Cuvette - Ouest 4,7 0,4 12,4 19,8 7,4 0,4 53,7 1,0 100,0 51 Sangha 6,7 3,6 17,2 14,3 5,4 0,6 46,1 6,1 100,0 57 Likouala 11,9 0,4 12,3 11,2 10,8 0,7 47,9 4,8 100,0 132 Brazzaville 12,5 4,3 33,7 32,5 4,9 1,2 2,3 8,5 100,0 1 382 Pointe-Noire 9,1 2,2 31,1 38,5 13,9 0,6 3,0 1,7 100,0 996 Niveau d'instruction Aucun 3,5 2,5 50,0 7,0 9,5 0,0 25,4 2,1 100,0 123 Primaire 1,1 0,7 20,0 31,6 9,4 1,2 34,9 1,2 100,0 663 Secondaire 1er cycle 3,7 3,0 26,6 32,6 6,5 0,8 23,8 2,9 100,0 1 617 Secondaire 2nd cycle ou plus 21,5 3,4 27,0 23,1 8,7 0,3 7,9 8,2 100,0 1 378 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 2,7 0,3 6,3 8,2 2,8 0,0 77,4 2,3 100,0 614 Second 6,7 1,2 19,3 32,2 8,6 1,0 29,1 1,8 100,0 634 Moyen 6,7 1,4 29,9 41,7 10,2 0,9 7,1 2,0 100,0 824 Quatrième 10,0 4,5 35,5 31,3 10,0 0,5 3,5 4,8 100,0 809 Le plus riche 19,2 5,1 33,5 23,6 6,8 0,8 1,1 10,0 100,0 900 Ensemble 15-49 9,7 2,7 26,4 28,1 7,9 0,7 20,0 4,5 100,0 3 781 50-59 25,6 1,7 16,0 19,0 6,5 0,7 29,7 0,8 100,0 414 Ensemble 15-59 11,3 2,6 25,3 27,2 7,8 0,7 21,0 4,1 100,0 4 194 Environ une femme sur deux qui travaillait au cours des 12 derniers mois travaillait dans les ventes et services (53 %). Cette proportion est plus élevée en milieu urbain (70 %) qu’en milieu rural (27 %) où 68 % des femmes sont employées dans l’agriculture. En outre, 6 % des femmes occupaient un emploi manuel qualifié et dans une même proportion (6 %), les femmes travaillaient comme cadre ou technicien. Les résultats montrent que la majorité des femmes qui n’ont aucun niveau d’instruction travaillaient dans l’agriculture (70 %) contre seulement 3 % de celles ayant un niveau secondaire 2nd cycle ou plus. Les résultats selon les quintiles de bien-être économique montrent que, dans les ménages les plus riches, près des deux-tiers des femmes (65 %) travaillaient dans les ventes et services et 19 % occupaient un emploi de cadre. À l’opposé, dans les ménages les plus pauvres, la quasi-totalité des femmes travaillaient dans l’agriculture (81 %). 50 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Chez les hommes, on constate, qu’au cours des 12 derniers mois, un sur cinq (20 %) travaillait dans l’agriculture, 26 % dans les Ventes et services et 28 % occupaient un emploi manuel qualifié. Cette proportion est nettement plus élevée que chez les femmes (6 %). En outre, les variations selon les caractéristiques sociodémographiques sont pratiquement identiques à celles constatées chez les femmes. Le tableau 3.7 présente la répartition des femmes ayant eu un emploi au cours des 12 derniers mois selon certaines caractéristiques de l’emploi. Tableau 3.7 Type d'emploi: Femme Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans ayant eu un emploi au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête en fonction du type de rémunération, du type d'employeur et de la régularité de l'emploi, selon le secteur agricole et non-agricole, Congo 2011-2012 Caractéristique de l'emploi Travail agricole Travail non agricole Manquant Total Type de revenu Argent seulement 61,3 86,2 70,7 78,6 Argent et en nature 26,9 4,1 1,2 10,8 En nature seulement 4,2 0,3 0,0 1,5 Pas rémunérée 7,4 9,2 27,4 8,9 Manquant 0,2 0,2 0,7 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Type d'employeur Employée par un membre de la famille 5,5 4,0 1,0 4,4 Employée par quelqu'un qui n'est pas membre de la famille 0,3 18,0 52,0 13,3 Travaille à son propre compte 94,0 78,0 46,4 82,3 Manquant 0,3 0,0 0,7 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Régularité de l'emploi Toute l'année 76,3 67,5 62,9 70,0 Saisonnier 11,0 8,7 31,0 9,7 Occasionnel 12,4 23,8 5,4 20,2 Manquant 0,3 0,0 0,7 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes ayant eu un emploi au cours des 12 derniers mois 2 134 4 967 107 7 208 Note: Le total comprend les femmes dont l'information sur le type d'emploi est manquante et qui ne sont pas présentées séparément. Dans l’ensemble, 82 % des femmes travaillaient à leur propre compte, 70 % travaillaient toute l’année et dans 79 % des cas, les femmes ont été rémunérées en argent seulement pour le travail effectué. À l’opposé, 9 % n’ont pas été rémunérées. La comparaison des résultats entre le travail agricole et non agricole montre que les conditions de travail sont différentes. Tout d’abord, 61 % des femmes qui travaillaient dans le domaine agricole ont été rémunérées en argent seulement contre 86 % quand le travail effectué n’était pas dans l’agriculture. En outre, 4 % des femmes travaillant ailleurs que dans l’agriculture ont été payées en argent et en nature contre 27 % quand le travail est agricole. Les résultats selon le type d’employeur font également apparaître des différences entre les femmes travaillant dans les domaines agricole et non agricole. Ainsi, dans le domaine non agricole, 78 % des femmes travaillaient à leur propre compte contre 94 % des femmes occupées dans le domaine agricole. Parmi les femmes ayant un emploi non agricole, 68 % travaillaient toute l’année contre 76 % parmi celles qui travaillaient dans le domaine agricole. Parmi ces dernières, 11 % ont un emploi saisonnier contre 9 % parmi celles qui exerçaient un emploi ailleurs que dans l’agriculture. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 51 3.7 COUVERTURE MÉDICALE Au cours de l’enquête, des questions ont été posées pour savoir si les enquêtés avaient une assurance médicale. Dans le cas d’une réponse positive, on a cherché à connaître le type d’assurance médicale. Les résultats sont présentés aux tableaux 3.8.1 pour les femmes et 3.8.2 pour les hommes. Tableau 3.8.1 Couverture médicale: Femme Pourcentage de femmes de 15-49 ans ayant une assurance médicale, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Congo 2011-2012 Caractéristique sociodémographique Sécurité sociale Autre assurance fournie par l'employeur Mutuelle de santé/ assurance commu- nautaire Souscription individuelle à une assurance privée Autre Aucune Effectif de femmes Résidence Urbain 0,2 2,4 1,1 0,4 0,1 95,9 7 422 Rural 0,1 0,2 0,6 0,2 0,0 99,1 3 397 Niveau d'instruction Aucun 0,0 0,0 0,0 0,7 0,0 99,3 624 Primaire 0,0 0,2 0,3 0,1 0,0 99,4 2 575 Secondaire 1er cycle 0,1 1,3 0,8 0,4 0,1 97,4 5 387 Secondaire 2nd cycle ou plus 0,6 4,7 2,2 0,5 0,2 92,2 2 233 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 0,0 0,0 0,6 0,1 0,0 99,3 1 810 Second 0,0 0,1 0,3 0,1 0,0 99,5 2 118 Moyen 0,0 0,8 0,4 0,3 0,0 98,6 2 235 Quatrième 0,2 1,6 1,0 0,4 0,2 96,6 2 349 Le plus riche 0,5 5,3 2,2 0,9 0,2 91,3 2 307 Ensemble 0,2 1,7 0,9 0,4 0,1 96,9 10 819 Tableau 3.8.2 Couverture médicale: Homme Pourcentage d’hommes de 15-49 ans ayant une assurance médicale, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Congo 2011-2012 Caractéristique sociodémographique Sécurité sociale Autre assurance fournie par l'employeur Mutuelle de santé/ assurance commu- nautaire Souscription individuelle à une assurance privée Autre Aucune Effectif d'hommes Résidence Urbain 0,6 2,5 1,3 0,3 0,1 95,6 3 327 Rural 0,0 0,9 1,1 0,1 0,0 97,8 1 396 Niveau d'instruction Aucun 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 123 Primaire 0,0 0,6 0,5 0,1 0,0 98,8 756 Secondaire 1er cycle 0,4 1,2 1,5 0,0 0,0 96,9 2 110 Secondaire 2nd cycle ou plus 0,6 3,9 1,3 0,6 0,1 94,1 1 734 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 0,0 0,1 1,0 0,1 0,0 98,8 716 Second 0,0 1,2 1,3 0,1 0,0 97,6 790 Moyen 0,2 1,1 2,5 0,0 0,0 96,3 1 020 Quatrième 0,3 1,7 0,8 0,5 0,0 96,6 1 044 Le plus riche 1,2 5,1 0,6 0,5 0,2 93,4 1 153 Ensemble 15-49 0,4 2,1 1,2 0,3 0,0 96,2 4 723 50-59 0,5 1,7 1,9 0,0 0,0 96,0 422 Ensemble 15-59 0,4 2,0 1,3 0,2 0,0 96,2 5 145 52 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés La quasi-totalité des femmes et des hommes ont déclaré ne pas avoir d’assurance médicale (respectivement 97 % et 96 %) ; ce constat demeure valable, quelles que soient les caractéristiques sociodémographiques (milieu de résidence, niveau d’instruction et quintile de bien-être). Les types d’assurance les plus fréquentes sont l’assurance fournie par l’employeur (2 % chez les hommes comme chez les femmes) et la mutuelle de santé/assurance communautaire (1 % chez les hommes et chez les femmes). 3.8 CONSOMMATION DE TABAC Au cours de l’enquête, on a demandé aux femmes et aux hommes s’ils fumaient actuellement des cigarettes ou s’ils fumaient/consommaient du tabac sous d’autres formes. Les résultats sont présentés aux tableaux 3.9.1 pour les femmes et 3.9.2, pour les hommes. Tableau 3.9.1 Consommation de tabac: Femme Pourcentage de femmes de 15-49 ans qui fument des cigarettes, la pipe ou qui consomment du tabac sous d'autres formes, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Congo 2011-2012 Caractéristique sociodémographique Consommation de tabac Ne consomme pas de tabac Effectif de femmes Cigarettes Pipe Autre tabac Groupe d’âges 15-19 0,1 0,0 0,6 99,0 2 198 20-24 0,5 0,0 0,6 99,0 2 029 25-29 0,3 0,0 0,9 98,8 2 019 30-34 0,3 0,1 1,4 98,3 1 558 35-39 0,2 0,0 2,6 97,1 1 358 40-44 1,8 0,1 4,3 94,2 912 45-49 2,0 0,7 3,7 94,6 746 Résidence Urbain 0,5 0,1 0,9 98,6 7 422 Rural 0,7 0,1 3,0 96,4 3 397 Département Kouilou 1,0 0,1 2,7 96,6 263 Niari 0,8 0,0 3,3 96,2 587 Lékoumou 3,0 1,2 2,6 95,3 198 Bouenza 0,1 0,0 4,0 95,9 1 112 Pool 0,4 0,1 0,6 99,2 630 Plateaux 0,6 0,2 3,5 95,5 322 Cuvette 0,2 0,0 1,9 97,9 336 Cuvette- Ouest 0,7 0,0 0,7 98,8 144 Sangha 2,7 0,0 4,1 93,2 188 Likouala 0,4 0,0 4,6 95,1 430 Brazzaville 0,4 0,0 0,7 98,7 3 879 Pointe-Noire 0,5 0,2 0,5 99,0 2 730 Niveau d'instruction Aucun 1,6 0,2 5,5 93,2 624 Primaire 0,7 0,3 2,4 96,9 2 575 Secondaire 1er cycle 0,4 0,0 1,3 98,3 5 387 Secondaire 2nd cycle ou plus 0,2 0,0 0,1 99,6 2 233 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 1,0 0,2 4,0 95,2 1 810 Second 0,2 0,0 2,2 97,6 2 118 Moyen 0,7 0,2 1,0 98,2 2 235 Quatrième 0,3 0,0 0,8 98,8 2 349 Le plus riche 0,4 0,0 0,4 99,2 2 307 Ensemble 0,5 0,1 1,5 97,9 10 819 Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 53 Tableau 3.9.2 Consommation de tabac: Homme Pourcentage d'hommes de 15-49 ans qui fument des cigarettes, la pipe ou qui consomment du tabac sous d'autres formes, et répartition (en %) des fumeurs de cigarettes par nombre de cigarettes fumées au cours des 24 heures ayant précédé l'enquête, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Congo 2011-2012 Caractéristique sociodémographique Consommation de tabac Ne con- somme pas de tabac Effectif d'hommes Nombre de cigarettes dans les dernières 24 heures Total Nombre de fumeurs de cigarettesCigarettes Pipe Autre tabac 0 1-2 3-5 6-9 10+ Ne sait pas/ Man- quant Groupe d’âges 15-19 3,8 0,0 1,6 95,6 999 (0,0) (25,3) (10,7) (40,5) (15,6) (7,9) 100,0 38 20-24 13,3 0,0 4,7 83,7 724 2,0 13,3 30,6 21,9 32,1 0,0 100,0 96 25-29 26,7 0,4 7,0 69,4 730 0,4 12,8 39,6 17,5 29,7 0,0 100,0 195 30-34 25,6 0,3 10,9 68,4 690 0,5 7,3 26,3 23,8 41,8 0,3 100,0 177 35-39 29,4 0,3 14,6 60,2 662 0,0 17,6 25,7 13,4 42,1 1,2 100,0 195 40-44 29,7 0,2 13,7 60,4 512 2,9 16,3 24,9 20,4 35,1 0,4 100,0 152 45-49 26,4 0,6 14,7 65,2 405 0,0 12,7 34,7 29,1 22,5 1,0 100,0 107 Résidence Urbain 17,9 0,1 7,3 77,6 3 327 1,1 13,2 28,1 20,5 36,3 0,9 100,0 597 Rural 26,0 0,6 11,4 66,6 1 396 0,4 15,0 31,6 21,8 30,6 0,6 100,0 363 Département Kouilou 30,0 0,0 12,3 58,6 108 0,0 10,8 26,9 24,4 38,0 0,0 100,0 32 Niari 24,3 0,4 23,1 61,0 239 1,6 15,8 28,8 21,4 31,4 1,0 100,0 58 Lékoumou 20,2 0,0 10,1 73,2 77 0,0 12,4 42,5 24,0 21,0 0,0 100,0 15 Bouenza 20,8 1,3 18,1 65,9 416 1,0 21,8 33,6 17,5 26,1 0,0 100,0 87 Pool 27,6 0,0 9,0 67,5 250 0,0 14,0 32,2 24,3 28,8 0,7 100,0 69 Plateaux 30,3 0,7 7,2 67,6 159 1,5 11,6 34,6 19,7 32,6 0,0 100,0 48 Cuvette 20,8 0,6 6,1 75,5 152 0,0 7,0 31,6 31,1 28,5 1,8 100,0 32 Cuvette-Ouest 27,4 0,2 10,6 69,3 61 0,0 14,2 37,4 19,0 29,3 0,0 100,0 17 Sangha 35,7 0,0 6,4 61,4 72 0,0 5,9 34,0 16,5 43,6 0,0 100,0 26 Likouala 21,1 0,2 8,4 73,1 168 2,4 14,0 14,0 21,7 46,6 1,3 100,0 36 Brazzaville 18,2 0,1 7,1 78,4 1 741 1,4 14,6 21,9 18,6 41,8 1,7 100,0 317 Pointe-Noire 17,5 0,0 4,6 78,6 1 279 0,0 12,0 37,1 23,1 27,8 0,0 100,0 224 Niveau d'instruction Aucun 29,4 1,8 8,3 67,5 123 0,0 17,2 27,1 19,9 35,7 0,0 100,0 36 Primaire 33,0 0,4 9,6 62,5 756 0,2 9,5 27,1 22,4 40,6 0,2 100,0 250 Secondaire 1er cycle 20,7 0,2 9,0 73

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.