Burundi - Demographic and Health Survey - 1988

Publication date: 1988

Burundi Enquête Démographique et de Santé au Burundi 1987 Ministère de l'Intérieur Département de la Population ®DHS Demographic and Health Surveys tnstitute for Resour¢e Development/Westinghouse REPUBLIQUE DU BURUNDI Enquête Démographique et de Santé au Burundi 1987 Léonce Segamba Vincent Ndikumasabo Carolyn Makinson Mohamed Ayad Ministère de l'Intérieur Département de la Population Gitega, Burundi et Institute for Resource Development/Westinghouse Columbia, Maryland USA Octobre 1988 Ce document prêsente les résultats de l'Enquête Démographique et de Santé au Burundi, entreprise par le Dêpartement de la Population du Ministère de l'Intérieur en 1987. Cette enquête fait partie du projet mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé Familiale qui a pour but la collecte des données sur la fécondité, la planification familiale et la santé maternelle et infantile. Pour avoir plus de renseignements sur cette enquête, s'adresser au Département de la Population, Ministère de l'Intérieur, B.P.174, Gitega, Burundi. L'Enquête Dêmographique et de Santê au Burundi a été exécutée avec l'assistance de l'Institute for Resource Development (IRD), une division de Westinghouse Electric Corporation, situé à Columbia, Maryland. L'enquête était financ6e par un contrat avec l'Agence des Etats-Unis pour le Développement International (Contrat No. DPE-3023-C- 00-4083-00). Pour avoir plus de renseignements sur le projet EDS, s'adresser par écrit à: DHS, IRD/Westinghouse, P.O. Box 866, Columbia, MD, 21044, U.S.A. (Télex 87775). TABLE DES MATIERES TABLE DES MATIERES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L ISTE DES TABLEAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Page i L ISTE DES GRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xi i i PREFACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv REMERCIEMENTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvü CARTE DE LA REPUBL IQUE DU BURUNDI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . x ix SOMMAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxi CHAP ITRE I CADRE DE L 'ENQUETE ET CARACTERIST IQUES DES ECHANTILLONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1 Présentation du pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.2 Démographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.3 Politique en matière de population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.4 Objectifs de I 'EDS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.5 Organisation de l 'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.6 Caractéristiques de l 'échantil lon femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 1.7 Caractéristiques de l'dchantillon mati . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 PREMIERE PARTIE: RAPPORT FEMME CHAPITRE II 2.1 2.2 2.3 2.4 NUPT IAL ITE ET EXPOSIT ION AU R ISQUE DE GROSSESSE . . . 17 Nuptialité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Age au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Al laitemem, aménorrhée et abstinence post-pa_r~m . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 CHAP ITRE I I I FECOND1TE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 3.1 Niveaux et facteurs différentiels de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 3.2 Tendances de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 3.3 3.4 Page F6condité cumulée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 L'entr6e dans la vie f6conde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 CHAPITRE IV 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 4.7 4.8 CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Perception des problèmes de contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Pratique de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Source des m6thodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Attitude à l'égard de la grossesse et raisons de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Intentions concernant l'utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . 46 Attitudes vis-à-vis de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 CHAPITRE V 5.1 5.2 5.3 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE . . . . . . . . . . . . . 51 Désir de ne plus avoir d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Nombre moyen idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Fécondité non désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 CHAPITRE VI 6.1 6.2 6.3 MORTALITE ET SANrE DE LA MERE ET DE L'ENFANT . . . . . 59 Mortalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Sant6 de la mèoe et de l'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Indices amhropométdques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 DEUXIEME PARTIE: RAPPORT MARI CHAPITRE Vil NUPTIALITE ET FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 7.1 Nuptialité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 7.2 F6cnndité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 il CHAPITRE VIII 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 Page CONNAISSANCE, ATT ITUDES ET PRAT IQUE DE LA CONTRACEPT ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Connaissance et utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Source d'information sur la contraception et connaissance des sources des méthodes connues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Perception des problèmes de contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Utilisation future ct méthodc préféréc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Attitudcs vis-à-vis de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Discussion entre conjoints sur la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 CHAPITRE IX AVIS DES MARIS ET DE LEURS FEMMES SUR LES INTERVALLES DE NAISSANCE ET L'ABSTINENCE POST-PARTUM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 9.1 L'intervalle entre deux naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 9.2 La p6riode d'abstinence post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 CHAPITRE X 10.1 10.2 NOMBRE D'ENFANTS DESIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Nombre d'enfants désirés par les matis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Préférences des maris et leurs femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 APPENDICE A: A1 A2 A3 A4 PLAN DE L'ENQUETE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 Echamillonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 Organigramme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Personnel de I'EDS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 APPENDICE B: B1 B2 B3 ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Formules et procédés d'estimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Construction des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 APPENDICE C: QUESTIONNAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 iii LISTE DES TABLEAUX TABLEAU 1.1 TABLEAU 1.2 TABLEAU 1.3 TABLEAU 1.4 TABLEAU 1.5 TABLEAU 1.6 TABLEAU 1.7 TABLEAU 2.1 TABLEAU 2.2 TABLEAU 2.3 TABLEAU 2.4 TABLEAU 2.5 TABLEAU 2.6 TABLEAU 3.1 TABLEAU 3.2 Page Répartition (en %) des femmes de l'enquête individuelle, selon l'âge actuel dans le cadre de I'EDS (1987) et du recensement (1979) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Répartition (en %) des femmes enquêtées selon les variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Répartition (en %) de toutes les femmes selon l'éducation et les variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Répartition (en %) des matis enquêtés selon les variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Niveau d'éducation: répartition (en %) des matis selon répartition (en %) de leurs femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Alphabétisation: répartition (en %) des matis selon répartition (en %) de leurs femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Ages des conjoints: répartition (en %) des matis par âge actuel selon répartition (en %) des femmes par âge actuel . . . . . . . . . . . . 15 Répartition (en %) de toutes les femmes selon l'état matrimonial et l'âge actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Pourcentage des femmes actuellement en union qui sont en union polygame selon l'âge actuel et les variables socio- économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Répartition (en %) de toutes les femmes selon l'ãge à la première union, l'âge médian à la première union et l'âge actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Age médian à la première union des femmes âgées de 25 à 49 ans selon l'âge actuel et les variables socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Proportion de femmes qui sont encore aUaitantes, en aménorrhée, en abstinence post-partum et non-susceptibles selon les mois depuis la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Estimation de l'état actuel du nombre moyen de mois d'aUaitement, d'aménorrhée post-partum, d'abstinence post- partum et de non-susceptibilité post-partum parmi toutes les femmes selon les variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Indice synthétique de fécondité parmi les femmes 15-44 ans et descendance atteinte à 40-49 ans parmi toutes les femmes selon les variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Pourcentage des femmes qui sont enceintes selon l'âge actuel . . . . . . . . . . 29 V TABLEAU 3.3 TABLEAU 3.4 TABLEAU 3.5 TABLEAU 3.6 TABLEAU 3.7 TABLEAU 4.1 TABLEAU 4.2 TABLEAU 4.3 TABLEAU 4.4 TABLEAU 4.5 TABLEAU 4.6 TABLEAU 4.7 TABLEAU 4.8 TABLEAU 4.9 TABLEAU 4.10 Page Taux de fécondité générale par âge selon l'åge de la mère à la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Répartition (en %) des enfants nés vivants parmi toutes les femmes et les femmes actuellement en union selon l'âge actuel de la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Nombre moyen d'enfants nés vivants parmi les femmes non c61ibataires selon l'âge au premier mariage et la durée depuis le premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Répartition (en %) de toutes les femmes selon l'âge à la première naissance (y compris la catégorie "pas de naissance") et l'âge actuel de la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Age médian à la première naissance des femmes a ågées de 25 à 49 ans selon les variables socio-démographiques et l'âge actuel de la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Pourcentage des femmes connaissant une méthode spécifique selon l'âge actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Pourcentage des femmes ayant déclar6 connaître une méthode spécifique selon la nature de la connaissance et l'âge actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Pourcentage des femmes actuellement en union connaissant au moins une méthode contraceptive et au moins une méthode moderne selon le nombre d'enfants vivants et les variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Répartition (en %) des femmes connaissant une méthode contraceptive selon la source à laquelle elles iraient en cas de besoin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Répartition (en %) des femmes selon le principal problème perçu en utilisant des méthodes spécifiques et la méthode connue par la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Pourcentage des femmes ayant utilisé une méthode contraceptive spécifique selon l'âge actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Répartition (en %) de toutes les femmes selon leur connaissance de la période de fertilité au cours du cycle ovulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Répartition (en %) de toutes les femmes et des femmes en union utilisant actuellement la contraception selon la méthode spécifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Pourcentage des femmes en union utilisant actuellement une méthode contraceptive quelconque selon les variables socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Pourcentage des femmes actuellement mari~es utilisant certaines méthodes contraceptives par méthode spécifique et par pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 vi TABLEAU 4.11 TABLEAU 4.12 TABLEAU 4.13 TABLEAU 4.14 TABLEAU 4.15 TABLEAU 4.16 TABLEAU 4.17 TABLEAU 4.18 TABLEAU 4.19 TABLEAU 5.1 TABLEAU 5.2 TABLEAU 5.3 Page Répartition (en %) des utilisatrices actuelles des méthodes contraceptives modernes selon la source oil elles ont obtenu la méthode . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Répartition (en %) des femmes exposé, es au risque de grossesse selon le nombre d'enfants vivants et leur attitude à l'égard de se trouver enceinte dans les prochaines semaines . . . . . . . . . . . 45 Répartition (en %) des femmes exposées au risque de grossesse et qui ne seraient pas heureuses de se trouver enceinte selon la raison de non utilisation de la contraception et l'åge actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Répartition (en %) des femmes actuellement en union qui n'utilisent pas la contraception selon l'intention de l'utiliser dans l'avenir et le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Répartition (en %) des femmes actuellement en union n'utilisant pas actuellement la contraception mais ayant l'intention de l'utiliser dans l'avenir selon la m6thode pr6férée et l'intention d'utiliser la contraception dans les 12 mois à venir ou plus tard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Pourcentage de toutes les femmes qui approuvent les informations sur le planning familial à travers la radio et la télévision selon l'åge actuel et les variables socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Répartition (en %) des femmes actuellement en union connaissant au moins une méthode selon l'attitude du mari et de la femme à l'égard de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Pourcentage des femmes actuellement en union connaissant au moins une méthode qui approuvent la planification familiale et qui déclarent que leurs matis l'approuvent selon les variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Répartition (en %) des femmes actuellement en union connaissant au moins une méthode contraceptive selon le nombre de fois qu'elles ont discut6 la contraception avec leurs matis au cours de l'année dernière selon l'•ge actuel . . . . . . . . . . . . 49 Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon le désir d'avoir ou de ne plus avoir d'autres enfants dans l'avenir et le nombre d'enfants vivants (y compris la grossesse actuelle) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon le désir d'avoir ou de ne pas avoir d'autres enfants et l 'age actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Pourcentage des femmes actuellement en union qui ne veulent plus d'enfants selon le nombre d'enfants vivants (y compris la grossesse actuelle) et les variables socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 vil TABLEAU 5.4 TABLEAU 5.5 TABLEAU 5.6 TABLEAU 5.7 TABLEAU 6.1 TABLEAU 6.2 TABLEAU 6.3 TABLEAU 6.4 TABLEAU 6.5 TABLEAU 6.6 TABLEAU 6.7 TABLEAU 6.8 Page Parmi les femmes actuellement en union, le pourcentage de celles qui ont besoin de pratiquer la planification familiale dans l'avenir et le pourcentage de celles qui sont dans le besoin d'utiliser la contraception et qui ont l'intention de pratiquer une méthode dans l'avenir, selon les variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Répartition (en %) de toutes les femmes selon le nombre idéal d'enfants et le nombre d'enfants vivants (y compris la grossesse actuelle) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Nombre idéal moyen d'enfants parmi toutes les femmes selon l'âge actuel et les va_fiables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Répartition (en %) des femmes qui ont eu une naissance au cours des 12 derniers mois selon l'attitude de la femme à l'égard de la naissance et l'ordre de naissance de l'enfant . . . . . . . . . . . . 58 Répartition des décès selon les périodes de naissance, le sexe et l'âge au décès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Nombre moyen d'enfants nés vivants, survivants et décddés et proportion d'enfants décédés selon l'âge actuel de la mère . . . . . . . . . . 61 Quotients de mortalité infantile et juvénile selon le sexe et la période . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Quotients de mortalité infantile et de l'enfance selon la période et les caractéristiques socio-économiques des mères . . . . . . . . . . 63 Quotients de mortalité infantile et de l'enfance selon la période et les caractéristiques démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Répartition (en %) des naissances au cours des cinq demières années selon le type de consultations prénatales et le pourcentage des naissances dont les mères avaient reçu une injection contre le tétanos selon les variables socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Répartition (en %) des naissances au cours des cinq demières années selon le type d'assistance lors de l'accouchement et les variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . 69 Parmi les enfants vivants âgés de moins de cinq ans, pourcentage ayant des carnets de santé, pourcentage des enfants vaccinés d'après les carnets de santé, ou d'après les réponses des mères, et parmi les enfants ayant des carnets de santé, pourcentage de ceux qui sont vaccinés contre le BCG, la DTCoq, la polio, la rougeole et la fièvre jaune selon l'åge de l'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 viii TABLEAU 6.9 TABLEAU 6.10 TABLEAU 6.11 TABLEAU 6.12 TABLEAU 6.13 TABLEAU 6.14 TABLEAU 6.15 TABLEAU 6.16 TABLEAU 6.17 TABLEAU 7.1 TABLEAU 7.2 Page Parmi les enfants vivants âgés 12-23 mois, pourcentage des enfants vaccinés d'après les carnets de santé, ou d'après les réponses des mères, et parmi les enfants ayant des carnets de santé, pourcentage de ceux qui sont vaccinés contre le BCG, la DTCoq, la polio, la rougeole et la fièvre selon les variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Pourcentage des enfants vivants ågés de moins de cinq ans qui ont eu la diarrhée dans les 24 demières heures et dans les deux dernières semaines selon les variables socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Parmi les enfants vivants âgés de moins de cinq ans qui ont eu la diarrhée dans les deux dernières semaines, pourcentage de ceux qui ont reçu différents traitements selon les variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Parmi les femmes qui ont eu une naissance vivante au cours des cinq demières années, pourcentage de celles qui connaissent la réhydratation par voie orale selon l'éducation et les variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Pourcentage des enfants vivants âgés de moins de cinq ans qui ont eu la fièvre dans les quatre demières semaines, et parmi ceux qui ont eu la fièvre, pourcentage de ceux qui ont reçu différents traitements selon les variables socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Pourcentage des enfants vivants âgés de moins de cinq ans qui ont souffert d'une toux sévère dans les quatre demières semaines, et parmi ceux qui ont souffert d'une toux, pourcentage de ceux qui ont reçu différents traitements selon les variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Répartition (en %) des indices poids-pour-taille des enfants ågés de 6 à 36 mois en utilisant l'écart-type de la médiane de référence de NCHS/CDC/OMS, selon les variables so¢io- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Répartition (en %) des indices taille-pour-âge des enfants ågés de 6 à 36 mois en utilisant l'écart-type de la médiane de référence de NCHS/CDC/OMS, selon les variables socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 Répartition (en %) des indices poids-pour-âge des enfants ågés de 3 à 36 mois en utilisant l'écart-type de la médiane de référence de NCHS/CDC/OMS, selon les variables so¢io- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Pourcentage des maris en union polygame selon les variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 Répartition (en %) des maris selon les enfants vivants et nombre moyen d'enfants vivants par variables socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 ix TABLEAU 7.3 TABLEAU 8.1 TABLEAU 8.2 TABLEAU 8.3 TABLEAU 8.4 TABLEAU 8.5 TABLEAU 8.6 TABLEAU 8.7 TABLEAU 8.8 TABLEAU 8.9 TABLEAU 8.10 TABLEAU 8.11 TABLEAU 8.12 TABLEAU 8.13 Page Répartition (en %) des matis et de leurs femmes selon le nombre d'enfants vivants et le type de mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Pourcentage des maris, de leurs femmes et des deux conjoints qui connaissent et ont utilisé une méthode contraceptive sp6cifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Pourcentage des matis connaissant une méthode spécifique selon le niveau de connaissance et les variables socio- d6mographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Pourcentage des matis ayant utilise une méthode contraceptive spécifique selon les variables socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Répartition (en %) des maris connaissant au moins une méthode selon la première source d'information sur la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Répartition (en %) des maris connaissant une méthode contraceptive selon la source à laquelle ils iraient en cas de besoin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Répartition (en %) des matis et des femmes selon le principal problème perçu en utilisant des méthodes spécifiques parmi les maris et les femmes qui connaissent la méthode . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 Répartition (en %) des maris connaissant une méthode selon l'utilisation de la contraception dans le passé et l'intention de l'utiliser dans l'avenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Répartition (en %) des matis connaissant une méthode contraceptive selon l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir et les variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Intentions concernant l'utilisation future de la contraception: répartition (en %) des maris selon répartition (en %) de leurs femmes parmi les couples qui connaissent une méthode . . . . . . . . . . . . 98 Répartition (en %) des maris et des femmes connaissant au moins une méthode contraceptive selon l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir et la méthode préférée . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Pourcentage des matis et des femmes connaissant une méthode contraceptive qui approuvent la planification familiale, selon les variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . 100 Répartition (en %) des couples connaissant une méthode contraceptive selon l'approbation du mari et de la femme de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 Répartition (en %) des avis des matis et des femmes sur l'attitude de leur conjoint à l'égard de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 X TABLEAU 8.14 TABLEAU 8.15 TABLEAU 9.1 TABLEAU 9.2 TABLEAU 9.3 TABLEAU 9.4 TABLEAU 9.5 TABLEAU 9.6 TABLEAU 10.1 TABLEAU 10.2 TABLEAU 10.3 TABLEAU 10.4 TABLEAU 10.5 Page Répartition (en %) des matis connaissant au moins une méthode contraceptive selon le nombre de fois qu'ils ont discuté la contraception avec leurs femmes au cours de l'année dernière par variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . 101 Répartition (en %) des couples selon les réponses du mari et de la femme concernant la discussion de la contraception au cours de l'année dernière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Meilleur intervalle moyen entre deux naissances selon les maris et les femmes par variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . 104 Meilleur intervalle entre deux naissances: répartition (en %) des maris selon tépartition (en %) de leurs femmes . . . . . . . . . . . . . . . 104 Pourcentage des maris, des femmes et des deux conjoints qui ont donné une raison spécifique pour le choix d'un meilleur intervalle entre deux naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Période moyenne d'abstinence post-partum considérée convenable selon les maris et les femmes par variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Période d'abstinence post-partum convenable: répartition (en %) des matis selon répartition (en %) des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Période moyenne d'abstinence post-partum considérée convenable par les maris et les femmes selon la durée d'abstinence pendant le dernier intervalle de naissance . . . . . . . . . . . . . 107 Répartition (en %) des matis selon le nombre d'enfants vivants et le nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Répartition (en %) des matis selon le nombre idéal d'enfants et le nombre conseillé aux jeunes couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Nombre idéal moyen d'enfants des matis et des femmes selon le sexe des enfants et les variables socio- d6mographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Répartition (en %) des couples selon lequel des deux conjoints désire le plus grand nombre d'enfants par variables socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Relation entre le nombre d'enfants vivants et le nombre idéal: répartition (en %) des matis selon répartition (en %) de leurs femmes parmi les couples âgés 30 ans ou plus . . . . . . . . . . . . . 113 APPENDICE A TABLEAU A1 Données sur l'&ablissement de l'échantillon et taux de réponse (en %) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 xi APPENDICE B TABLEAU B1 TABLEAU B2 TABLEAU B3 Page Erreurs de sondage pour l'ensemble de l'(échantillon-femme et chantiUon-mari) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Erreurs de sondage pour l'échantillon-femme selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Erreurs de sondage pour l'échantillon-femme selon l'âge actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 xii GRAPHIQUE 1.1 GRAPHIQUE 2.1 GRAPHIQUE 2.2 GRAPHIQUE 3.1 GRAPHIQUE 4.1 GRAPHIQUE 5.1 GRAPHIQUE 5.2 GRAPHIQUE 5.3 GRAPHIQUE 6.1 GRAPHIQUE 6.2 GRAPHIQUE 6.3 GRAPHIQUE 6.4 GRAPHIQUE 8.1 GRAPHIQUE 8.2 GRAPHIQUE 8.3 GRAPHIQUE 10.1 LISTE DES GRAPHIQUES Répartition des femmes de l'échantillon selon l'âge actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Etat matrimonial selon l'åge actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Durée d'allaitement, d'aménorrhée et d'abstinence Page 9 18 post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Connaissance et utilisation des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Préférences en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Besoin et intention de pratiquer la planification familiale dans l'avenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Quotients de mortalité infantile et juvénile . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Variations dffférentielles de la mortalité infantile dans la période 1977-1986 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Répartition des naissances au cours des 5 demières années . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Mesures anthropométriques par rapport à la médiane de référence NCHS/CDC/OMS des enfants âgés de 3 à 36 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Connaissance et utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Matis ayant l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Intentions des matis et des femmes à l 'égard de l'utilisation de la contraception dans l'avenir . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Nombre idéal moyen d'enfants des maris et des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 xi'fi PREFACE L'Enquête Démographique et de Santé (EDS) au Burnndi fait partie du projet mondial Demographic and Health Surveys (DHS). Ce projet a pour but la collecte de données sur la fécondité, la planification familiale, la mortalité et la santé maternelle et infantile dans les pays de l'Afrique, de l'Asie, et de l'Amêrique du Sud. L'enquête a été réaiisêe par le personnel du Département de la Population, Ministère de l'Intérieur du Gouvernement de la République du Burundi, avec l'assistance technique de l'Institute for Resource Development 0RD) de Westinghouse et des experts internationaux de l'Organisation des Nations-Unies (ONU), oeuvrant dans le Département de la Population, et avec l'appui financier de l'Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID). Cette enquête répondait bien au souhait du Gouvernement du Burundi qui en ce moment essaie de collecter des données appropriêes pour mieux connaître la situation démographique du pays. Les résultats permettront de mieux définir et orienter les activités du Gouvernement du Burundi, dans le développement socio-économique du pays et dans les programmes de santé et de planification familiale. L'exécution de l'enquête aura donné en plus une base solide pour permettre au Bunmdi d'institutionaliser sa capacité à mener de telles enquêtes dans l'avenir, afin d'avoir des données démographiques fiables et diversifiées. A l'occasion de la ptésente publication, le Gouvemment de la République du Bumndi remercie les institutions internationales et nationales ainsi que toutes les personnes qui ont contribué à la réussite de cette enquête. LE MINISTRE DE L'INTERIEUR Aloys KADOYI LIEUTENANT-COLONEL XV REMERCIEMENTS L'Enquête Démographique et de Santé qui vient d'être réalisée au Burundi constitue la première étude d'envergure nationale, avec un échantillon représentatif, sur les caractéristiques démographiques et sanitaires. Un travail de ce genre mobilise beaucoup de moyens matériels et humains que seul le Département de la Population ne pouvait pas avoir. Le Département de la Pop.ulation tient à remercier le personnel permanent et temporaire qui a passé quatre mois à travailler dans des conditions dures pour fournir des données de qualité. Nos remerciements vont principalement à Damien Mugabo, Vincent Ndikumasabo et Gervais Barampanze qui ont assuré la formation des contrôleurs, enquêtrices et enquêteurs ainsi que la supervision du terrain en usant de leur savoir-faire pédagogique. Le Ministre de l'Intérieur, le Directeur Général de l'Administration du Territoire, les Gouverneurs de Province, les Administrateurs Communaux et les Chefs de Collines nous ont témoignés d'un appui soutenu dans des circonstances parfois difficiles. Qu'ils trouvent ici l'expression de toute notre gratitude. Nous adressons nos remerciements au personnel du Ministère de la Santé Publique qui a contribué à la réussite de notre projet en usant de leurs techniques pour former nos enquêtrices et enquêteurs, principalement: Dr. Séverin Sinkiyajako et Dr. Déo Nshimirimana pour les méthodes contraceptives; Dr. Didace Seruzingo et Dr. Janvier Rwamwejo pour le programme de Santé Maternelle et Infantile; avec Dr. Patrice Nahayo pour la formation en mesures anthropométriques. Nos remerciements vont également à l'équipe de l'Institute for Resource Development (IRD) de Westinghouse, notamment: Mohamed Ayad pour sa contribution dans la formulation du projet et sa participation à la rédaction du rapport; Ann Way pour sa participation à la formation pour le pré-test; Carolyn Makinson pour sa coordination du projet dans tous ses aspects techniques depuis la conception du questionnaire jusqu'à la rédaction du rapport; et Trevor Croft pour l'exploitation informatique, sur micro-ordinateur de l'enquête dans des délais relativement courts. A ce titre, que Chris Scott trouve notre sincère gratitude, car c'est grâce à son plan de sondage que nous avons pu réaliser notre enquête. Nous remercions particulièrement Messieurs Carel Van Mels et Furio de Tomassi, experts des Nations Unies oeuvrant au Département de la Population, pour leur contribution technique à la réussite du projet E.D.S. au Burundi. Nous nous en voudrions de terminer sans remercier, hommes et les femmes enquêtés qui ont bien voulu répondre malgté la délicatesse de certaines d'entre elles. de tout notre coeur, les aux questions leur posées Enfin, que toutes les personnes, qui ont contribué de près ou de loin à la réussite de ce projet E.D.S. au Burundi, trouvent ici l'expression de notre profonde gratitude. Le Directeur du Département de la Population Léonce SEGAMBA xvii RWANDA DEPRESSIONS Ville de BUJUMBURA PLATEAUX CENTRAUX ZAIRE ET TANZANIE DEPRESSIONS N Echelle 111250000 Burundi LES 4 GRANDS GROUPES DE REGIONS NATURELLES xix SOMMAIRE L'Enquête Démographique et de Santé a ~tf r6alisée dans l'année 1987 par le Département de la Population, Ministère de l'Intérieur, avec la collaboration de l'Institute for Resource Development de Westinghouse. Cette étude nationale permet d'estimer certains paramètres démographiques d'une part et de fournir des informations sur les attitudes et pratiques de la planification familiale chez les femmes burundaises et leurs maris, et sur la santé de la mère et de l'enfant. Les conclusions principales sont présentées ci-après: La fécondité au Bunmdi est très élevée et, au niveau national, elle ne semble pas être en baisse: la somme des naissances r6duites est de 6,8 enfants chez les femmes de 15-44 ans, et la descendance atteinte par les femmes 40-49 ans est de 6,9 enfants. Une baisse de la fécondité s'est amorcée seulement chez deux groupes de femmes qui constituent de très faibles proportions des femmes aux âges féconds: les femmes urbaines et les femmes qui ont atteint le niveau d'éducation secondaire. Le mariage quasi-universel contribue au haut niveau de la fécondité: 92 pour cent des femmes s'étaient mari~es avant l'âge de 25 ans, et 83 pour cent des femmes de 25-49 ans étaient en union au moment de l'enquête. Pourtant, l'âge au premier mariage (médiane 19,5 ans) n'est pas pr6coce par rapport à d'autres pays en Afrique au sud du Sahara. L'âge au premier mariage semble, aussi, être en hausse chez les jeunes générations (femmes de 15-24 ans). La durée très longue de l'allaitement (médiane de 24 mois) et la longue durée d'aménorrhée qui en résulte (médiane de 18 mois), constituent le seul 61ément qui tend à contenir la fécondité maritale. La période d'abstinence post-partum est très courte (médiane de 1 mois) et l'utilisation de la contraception est pratiquement inexistante (taux de prévaience pour les méthodes modemes de 1 pour cent). Néanmoins, il y a des indications que la population bumndaise pourrait être bien disposée à la planification familiale, aussi bien pour la limitation que pour l'espacement des naissances. La connaissance des méthodes contraceptives est assez répandue: 70 pour cent de l'ensemble des femmes et 92 pour cent des matis connaissent au moins une méthode. Parmi ceux qui connaissent au moins une méthode, la quasi- totalité des femmes et des matis (94 pour cent) approuvent les couples qui utilisent la planification familiale. Les intentions des burundais en ce qui concerne l'utilisation future de la planification familiale est une autre indication d'une attitude favorable vis-à-vis de la contraception: un tiers des femmes en union qui n'utilisent pas actuellement la contraception ont l'intention de l'utiliser dans l'avenir; chez l'ensemble des maris cette proportion est même plus élevée (56 pour cent). L'utilisation future de la contraception sera influencée par le nombre d'enfants que les couples burundais désirent avotr et par leurs attitudes envers l'espacement des naissances. Le nombre idéal d'enfants est le même chez les maris et chez leurs femmes (5,5 enfants en moyenne). Cette taille de famille idéale, bien qu'61evée, n'est pas très grande par rapport à d'autres pays au sud du Sahara, ni par rapport à la fécondité réelle au Bumndi. En effet, un quart des femmes en union au moment de l'enquête ont déclaré qu'elles ne voulaient plus avoir d'enfants. Les burtmdais sont, de même, sensibles aux avantages de l'espacement des naissances: l'intervalle entre deux naissances considéré le meilleur par les matis et par leurs femmes était de 3 ans en moyenne, et plus de la moitié (53 pour cent) des femmes en union au moment de xxi l'enquête ont déclar6 vouloir attendre au moins deux ans avant d'avoir leur prochaine naissance. En ce qui concerne la mortalité des enfants, le quotient 5q0 durant la période de 1982-86 était de 152 pour mille. La mortalité infantile (75 pour mille) est relativement faible par rapport à la mortalité de 1 à 4 ans (83 pour mille). La mortalité des enfants semble être en baisse: le quotient 5q0 6tait de plus de 200 pour mille pour les périodes plus éloignêes de l'enquête (1972-76:224 pour mille; 1977-81: 234 pour mille). Concernant la santé de la mère, l'enquête a montr6 que la grande majorité des femmes (79 pour cent) ont bénéficié d'une visite pr6natale å un service sanitaire pour les naissances des cinq demières années, mais que très peu d'accouchements (19 pour cent) se sont faits avec l'aide d'un médecin ou d'un autre personnel médical qualifié. L'enquête a collect6 également des données sur la couverture vaccinale au Burundi. Les deux tiers des enfants de 12-23 mois ont des camets de santé que l'enquêtrice a vus; plus de la moitié (58 pour cent) de ces enfants ayant des carnets ont été vaccinés contre toutes les maladies: BCG, Polio, DTCoq et Rougeole. Enfin, I'EDS a permis l'analyse des mesures anthropométriques pour les enfants de 3 à 36 mois des femmes enquêtées. Les indices étudiés sont: le poids-pour-taille, la taille-pour-âge et le poids-pour-âge. La dénutrition chronique modérée å sévèm est très pr6valente: presque la moitié des enfants de 3 à 36 mois sont concemés par ce type de malnutrition. Par contre, la dénutrition aigüe modér6e à sévère est peu prévalente. xxii CHAPITRE I CADRE DE L'ENQUETE ET CARACTERISTIQUES DES ECHANTILLONS 1.1 PRESENTATION DU PAYS Situation géographique Situé au centre de l'Afrique, le Burundi fait partie de l'Afrique Centrale par son histoire et se rattache à l'Afrique Orientale par son relief et son climat. Il est situé à 3.800 km de la Méditerranée, 3.500 km du Cap, 2.200 km de l'Océan Atlantique et 1.200 km de l'Océan Indien. Le Burundi se trouve entre 2°45 ' et 4°26 ' de latitude sud, 28050 , et 30053 ' de longitude est et a une superificie de 27.834 km 2 dont 1.725 km 2 sont occupés par les eaux du lac Tanganyika. Frontalier avec le Zaïre à l'ouest, la Tanzanie à l'est et le Rwanda au nord, ce dernier lui sert de transition entre les savanes de l'Afrique Orientale anglophone et la forêt équatoriale de rAfrique francophone. C'est un pays sans accès à la mer, et il est de ce fait enclavé. Relief La majeure partie du pays est comprise entre 1.500 m et 2.000 m d'altitude. L'altitude des plus hautes crêtes étant de 2.670 m, la plus basse altitude étant de 774 m, celle du lac Tanganyika. La zone basse correspond à la région naturelle de l'Imbo (altitude inférieure à 1.000 m) et est située à l'ouest du pays, au bord du lac Tanganyika et de la rivière Rusizi. Une grande partie de la population de l'Imbo est urbaine, étant donné que la capitale Bujumbura est située dans cette région, de même que certains centres à caractère urbain comme les plaines de Rumonge et Nyanza-Lac. Les régions naturelles de Mumirwa et de Mugamba constituent en réalité une seule région naturelle en ce sens que les caractéristiques des deux r6gions sont communes. En effet, la première est constituée par les "contreforts" ou les "Mirwa" qui sont l'appellation de la retombée occidentale de la crête Zaïre-Nil, un immense abrupt au relief très accidenté avec une altitude allant de 1.000 à 1.750 ru. Le Mugamba est dominé par la crête Zaïre-Nil qui partage les eaux du fleuve Nil et du fleuve Zaïre. C'est sur cette même crête qu'on trouve les plus hauts sommets du pays: Heha (2.670 m), Teza (2.655 m) et Twinyoni (2.652 m). Le regroupement de ces 2 régions en une seule rend aussi les effectifs plus intéressants pour l'interprétation des différences régionales. Les plateaux centraux qui regroupent les régions naturelles de Kirimiro, une grande partie de Buyogoma, Bututsi, Bweru et Buyenzi se trouvent entre 1.500 et 1.800 m d'altitude. Enfin, les dépressions qui correspondent aux régions naturelles du Kumoso ~ l'est, du Bugesera au nord et du Buragane au sud sont entre 1.000 et 1.200 m d'altitude. Le pays est donc fait de 11 régions naturelles qui peuvent être regroupées en 4 grands groupes régionaux compte tenu du relief, du climat, de l'hydrographie, et des cultures de ces régions. Cela constitue un élément important pour l'Enquête Démographique et de Santé puisque c'est sur ces différences régionales que l'on a basé l'échantillonnage, dans l'hypothèse que le comportement socio-démographique et les problèmes de santé sont plus homogènes à l'intérieur d'une même région. L'utilisation de ces régions dans l'échantillonnage correspond donc à une stratification. Hydrographie L'hydrographie du pays s'explique par le rSle joué par la crête Zaïre-Nil dans le partage des bassins des deux fleuves. Le bassin du fleuve Zaïre est formé par tous les cours d'eau situés à l'ouest de la crête et ceux situés dans la dépression de l'est vers le sud. Le bassin du Nil est constitué par les affluents des deux grandes rivières Ruvubu et Kanyaru qui se rejoignent au nord-est pour constituer la Kagera, déversant ainsi ses eaux dans le lac Victoria. Climat Malgré sa latitude (2 °45' S et 4°46 ' S), le pays a un climat tropical "tempéré" à cause de son altitude. Il se caractérise par l'alternance de deux grandes saisons: saison sèche (durée de trois mois) et saison des pluies (durée de neuf mois) qui constituent un des critères importants dans la différenciation régionale des climats: O Le climat de montagne à tendance équatoriale (spécialement sur la crête) et sa retombée occidentale; O Le climat tropical à courte saison sèche (partie est de la crête et les plateaux centraux); o Le climat tropical à longue saison sèche (1'ouest, le nord et l'est du pays). Cette division géographique naturelle est commode mais pas absolue. Elle a néanmoins conditionné l'Enquête dont nous faisons état ici, et nous y reviendrons dans la partie réservée à l'échantillonnage et aux difficultés rencontrées. Il est aussi évident que la prévalence de certaines maladies épidémiologiques, par exemple le paludisme, se trouve plus accentuée dans les milieux à basse altitude que dans les régions à haute altitude comme la crête. Economie Le Bumndi est un pays essentiellement agricole. Les données du recensement de 1979 montraient que 93 pour cent de la population active constituaient le secteur primaire (agriculture et pêche). Le secondaire (industrie) en occupait 2 pour cent et le tertiaire (services) 5 pour cent. En 1983, le secteur primaire a rapporté 58 pour cent du PIB, le secondaire 16 pour cent et le tertiaire 26 pour cent. Le café constitue la principale source de devises pour le pays, mais il reste soumis aux conditions climatiques et aux cours internationaux du prix de ce produit. Le thé et le coton constituent aussi des sources de devises du pays. Les secteurs secondaire et tertiaire ne sont pas très développes, mais les efforts du gouvemement font que le peu de ressources qu'on a dans ce domaine contribuent d'une certaine façon au développement socio-économique du pays. Administration L'administration territoriale est assez efficace sur le plan organisationnel, ce qui facilite la plupart des travaux de recherche. Le pays est subdivisé en 15 provinces et 114 communes. A un échelon encore plus bas, la commune est subdivisée en zones, celles-ci en collines, puis en unités encore plus petites qui sont les sous-collines. Calculée à partir de la population estimée au 1/1/87, la moyenne d'une commune rurale est environ de 40.000 habitants, 2.000 habitants pour la colline et 600 habitants pour la sous-colline. La province de Bujumbura fait exception, étant donné qu'elle abrite la capitale. En effet, il y a 9 communes à caractère rural et qui sont administré.es selon la structure et les échelons ci-haut mentionnés. Mais pour la partie urbaine, on parle de la mairie de Bujumbura qui est subdivisée en 9 zones urbaines. 1.2 DEMOGRAPHIE Le Burundi, comme beaucoup de pays africains, manque des données de base lui permettant d'apprécier sa situation démographique, tant sur le plan quantitatif que qualitatif, et a fortiori les paramètres de sa croissance future prévisible. En dehors de quelques enquêtes partielles et souvent anciennes, la seule source récente de données au niveau national est le recensement de 1979, complété par l'enquête post-censitaire de contrôle. La population résidente recensée en 1979 s'élevait à 4.028.420 habitants et au 1/1/87, la population burundaise est estimée à 4.922.083 habitants. Le recensement de 1979 était basé sur un questionnaire léger. Il ne comportait aucune question permettant de mesurer les niveaux de la mortalité et de la fécondité. L'enquête post- censitaire a seulement recueilli quelques données rétrospectives sur les naissances et les décès des 12 derniers mois en plus du volet de l'estimation de la couverture du recensement. Elle n'a donc pas permis d'aboutir à des estimations satisfaisantes des paramètres du mouvement démographique. L'Enquête Démographique et de Santé représente donc la première source de données qui vont permettre une étude approfondie de la situation démographique et sanitaire au Bumndi. Avant d'aborder l'Enquête Démographique et de Santé proprement dite, nous présentons quelques données de référence relatant les principaux indicateurs démographiques. Ces données viennent du recensement de 19791 et de l'enquête post-censitaire de novembre 1979 (in6dit). Population résidente totale Rapport de masculinité Population résidante selon les tranches d'âge Age moyen de la population Hommes 1.946.145 Femmes 2.082.275 4.028.420 93 hommes pour 100 femmes 0-14 ans 42,5% 15-64 ans 53,2% 65 ans et plus 4,3% M: 22,5 ans F: 23,5 ans ISottrce: Rçnçcnsement Général de la Pooulation 16 août 1979. Méthodologie Générale, Tome IV, pp. 10-11. Département de la Population, Bujumbura, mai 1985. Taux de natalité Taux de mortalité Taux de croissance annuelle Taux brut de reproduction Taux net de reproduction Somme des naissances réduites Age moyen au premier mariage Taux de mortalité infantile Espérance de vie à la naissance Densité Population urbaine 47 pour mille 21 pour mille 2,64% 3,17 2,13 6,44 M: 23,8 ans F: 20,9 ans 127 pour mille 43 ans pour les hommes 46 ans pour les femmes 154 habitants/km 2 (Superficie de 26.109 km 2 sans Tanganyika et les lacs du nord) les eaux du lac Ville de Bujumbura 162.322 soit 4% de la population du pays Agriculteurs, éleveurs, pêcheurs et chasseurs (% de la popula- tion âg6e de 10 ans ou plus) Nombre moyen de ménages par rugo 2 Nombre moyen de personnes par ménage Nombre moyen de personnes par rugo 95% 1,39 ménages 4,55 personnes 6,32 personnes Puisque le pourcentage de la population urbaine selon I'EDS (4 pour cent) reste le même que celui du recensement de 1979 (4 pour cent), il semble que la migration rurale-urbaine est moins importante que dans beaucoup de pays en développement. Les mouvements de population à l'int6rieur du pays sont liés à la vie agricole et varient selon les régions et les périodes de l'année. Il faut dire que l'importance quantitative de ces deux types de mouvement (rural-urbain, rural-rural) n'a pas 6té étudiée et il n'existe donc pas de données précises et fiables sur les migrations au Burundi. 1.3 POLITIQUE EN MATIERE DE POPULATION Avec un taux de croissance estimé en 1979 à 2,6% (temps de doublement de 26 ans), la population du Burundi atteindrait presque 10 millions d'habitants d'ici l'an 2010. La première prise de position par le gouvemement exprimant la n6cessité d'une politique de contrôle démographique face à une croissance d6mographique trop élevée date de 1983, lors de la XIVe session du Comité Central du Parti. Auparavant, des mesures concernant l'élevation de l'âge au mariage, et la lutte contre la polygamie avaient 6t6 prises non pas dans le cadre d'une politique de contrôle démographique, mais dans le cadre du code des personnes et de la famille au Burundi. 2Rugo: Ensemble de 1 ou plusieurs ménages; le rugo est g6néralement dans un enclos. 4 Actuellement, un programme englobant la planification familiale et la protection matemelle et infantile s'est déjà étendu sur tout le pays. Il a démarré en 1982, avec l'assistance du Fonds des Nations-Unies pour les Activités en matière de Population (FNUAP). 1.4 OBJECTIFS DE L'EDS a) b) c) d) e) Les objectifs de l'enquête sont les suivants: Etudier les niveaux et les déterminants de la fécondité; Etudier la connaissance et l'utilisation des méthodes contraceptives et les attitudes envers la planification familiale chez les femmes et leurs ma_ris; Etudier les niveaux et les causes de la mortalité infantile dont la connaissance est vitale pour une meilleure action sanitaire dans ce domaine; Etudier les différents aspects liés à la santé des enfants dont l'étude de la prévaience et du traitement de la diarrhée ainsi que l'~rat nutritionnel des enfants tigés de moins de trois ans par le biais des mesures anthropométriques; Fournir aux responsables et administrateurs des programmes de population et de santé au Burundi des données de base actualisées et de qualité sur la fécondité, la mortalité, la planification familiale et la santé. 1.5 ORGANISAT ION DE L 'ENQUETE Echantillonnage L'échantillon de cette enquête a été planifié pour atteindre environ 5.000 femmes en âge de procréer et dont les chefs de rugo étaient de nationalité burundaise. Compte tenu du faible pourcentage de la population urbaine au Burundi (moins de 5 pour cent) et étant donné son importance comme groupe-cible, nous avons décidé de surreprésenter ce milieu (5 fois) dans l'échantillon. Cela a donné un taux de sondage de 1/240 en milieu rural et 1/48 en milieu urbain. Dans chaque milieu on a tiré un échantillon stratifié à probabilité proportionnelle à la taille. Comme l'enquête devait traiter le volet "santé maternelle et infantile," le sous-échantillon des enfants ågés de 3 à 36 mois a ~tE retenu en vue de prendre leur poids et taille. Il s'agissait de tous les enfants dont les mères étaient enquêtées. Aussi, pour mieux saisir l'aspect de la planification familiale, nous avons administré un questionnaire individuel à un certain nombre de matis des femmes enquêtées. Un échantillon de 750 maris nous a semblé suffisant pour étudier les attitudes des hommes face à ce phénomène. A partir de la composition par âge, sexe et état matrimonial, nous avons effectué des calculs qui nous ont amenés à retenir un mari sur 4. En milieu rural nous avons choisi 1 mgo sur 4, tandis qu'en milieu urbain 1 ménage sur 4 était choisi. Il fallait par la suite enquêter tous les maris des femmes 6ligibles présents dans le mgo ou le ménage tiré. Un rapport détaillé sur l'échantillonnage est présenté dans l'Appendice A. Questionnaire Le questionnaire de l'enquête a été préparé à partir du questionnaire de base du programme EDS en tenant compte des réalités socio-culturelles et démographiques du Burundi. Trois volets 5 principaux composent le questionnaire de l'enquête: le questionnaire collectif, le questionnaire individuel femme et le questionnaire individuel mari. Les questionnaires de l'enquête ont d'abord été prèparés en français. Par la suite on a préparé une version en Kirundi, puis la version en Kirundi a été re-traduite en français pour vérifier que la version en Kirundi correspondait exactement au questionnaire de base en français. U était prévu que la plupart des femmes et des matis seraient interviewés en Kirundi. On a mis à la disposition de chaque enquêteur et chaque enquêtrice quelques questinnnaioes en français pour qu'ils soient utilisés en cas de besoin, par exemple si une femme ou un mari était un ressortissant d'un pays limitrophe et ne parlait pas le Kirundi. Le questionnake collectif comprend un groupe de questions relativement simples qui sont demandé, es à chaque membre du rugo et à chaque visiteur ayant passé la nuit précédant le jour de l'interview dans ce rugo: nom, et prénoms, lien de parenté avec le chef du rugo, état de résidence, sexe, âge et état matrimonial. Le questionnaire individuel femme comprend huit sections qui traitent de trois thèmes principaux: a) Nuptialité, fécondité et mortalité infantile et juvénile, y compris l'historique des naissances de tous les enfants de chactme des femmes enquêtées; Régulation de la fécondité, y compris la connaissance, la pratique, et les raisons de la non- utilisation de la planification familiale; c) Santé de la mère et de l'enfant, y compris les visites prénatales, l'assistance à l'accouchement, l'allaitement au sein, la prévalence et le traitement de la diarrhêe, les vaccinations et les mesures anthropométriques des enfants âgés de moins de trois ans. Le questionnaire individuel mari traite surtout de la connaissance et de la pratique des méthodes contraceptives et des attitudes vis-à-vis de la planification familiale. Formation des agents Le personnel de l'enquête a reçu une formation donnée par les cadres du Département de la Population en collaboration avec les experts internationaux des Nations Unies qui travaillaient au Département et des spécialistes nationaux de la planification familiale et la santé maternelle et infantile, ainsi que des consultants de IRD/Westinghouse. La formation pour l'enquête proprement dite a dulée 4 semaines, y compris une semaine de formation pour les enquêtrices et enquêteurs qui étaient chargés des mesures anthropométriques. Les enquêteurs et les enquêtrices avaient été sêlectionnés sur la base d'un test d'aptitude et le niveau minimum de formation pour être candidat était de 6 ans post-primaires. Les contr61eurs et contrêleuses d'équipe étaient recmtés parmi les employès du Dêpartement de la Population et avaient tous participé à la formation et au terrain du prê-test. La formation consistait en des exposés théoriques (en français) pour expliquer le questionnaire et pour informer les agents des aspects de la planification familiale et de la santé maternelle et infantile touchés par le questionnaire, des interviews simulées (en kirnndi) et des séances pratiques sur le terrain. La formation 'poids et taille' a durée une semaine et s'est concentrée sur les séances pratiques. Seize agents ont été formés pour prendre les mesures anthropométriques, 4 agents par équipe. Les enquêteurs et les contr61euses ont ~tê formés pour être métreurs, les contr61eurs et quatre enquêtrices ont été formês pour être assistants ou métreurs de rêserve. 6 Collecte des données Les travaux de terrain ont duré 3 mois et demi. Un retard d'un demi mois a ~té enregistré sur la durée des travaux qui avait été estimée à 3 mois, à cause de quelques difficultés liées aux véhicules qui pour l'une ou l'autre raison n'étaient pas disponibles. Le personnel chargé de la collecte était divisé en quatre équipes. Chacune des équipes comprenait un contrôleur, une contréleuse, cinq enquêtrices, un enquêteur et un chauffeur. Les contréleuses et les enquêteurs étaient chargés des mesures anthropométriques, le contrôleur et une enquêwice par équipe ayant été formés comme réserves. Le travail de terrain a démarré à Bujumbura, ce qui a permis un contrôle rigoureux et à temps du travail des quatre équipes pendant les trois premières semaines de la collecte des données. Par la suite, des missions de l'encadrement supérieur étaient souvent effectuées sur le terrain pour attirer l'attention des équipes sur les erreurs détectées au cours des contrôles des questionnaires au Département. Vers la f'm du terrain, une revisite dans certains rugos a ét~ retenue afin d'examiner les raisons pour lesquelles les femmes éligibles identifiées pendant l'enquête étaient moins nombreuses que celles prévues par le plan de sondage (voir ci-après: chapitre 1.6 Caractéristiques de l'échantillon femme). Les sections A.2, A.3, et A.4 de l'Appendice A donnent respectivement l'organigramme, le calendrier et le personnel de terrain de l'enquête. Exploitation des données Cette étape a comporté les quatre phases suivantes: 1. Réception et classement des dossiers Les questionnaires remplis et contrélés sur le terrain étaient envoyés au bureau central où, après contréle d'exhaustivité, ils étaient classés selon l'ordre du rugo par chaque segment de l'échantillon. 2. Vérification manuelle et codification Avant la saisie, les questionnaires ont été soumis à un contrôle rigoureux de tous les aspects de la qualité de la collecte: sondage des éligibles, vraisemblance et cohérence des résultats, filtres, exhaustivité des réponses. La codification concernait une seule question (Profession du mari: Q707). Les agents de vérification ont en même temps listé les réponses qui ne correspondaient pas aux codes prévus dans le questionnaire, c'est-à-dire les réponses "autres" que les enquêtrices ont enregistrées par écrit. 3. Saisie des données La saisie des données s'est faite sur trois micro-ordinateurs IBM avec le logiciel ISSA (Integrated System for Survey Analysis), qui a ét~ créé exprès pour les besoins des enquêtes EDS. 4. Epuration des données De même que la saisie, l'épuration des données s'est faite avec le L'épuration s'est faite à trois étapes: logiciel ISSA. a) Le logiciel de la saisie comprend des éléments de vérification afin de détecter les erreurs enregistrées dans le questionnaire (incohérences, suite des filtres, etc.) et les erreurs de frappe. b) Après la saisie, les questionnaires de chaque segment ont été soumis à un programme de vérification batch plus exhaustif. c) Après l'épuration des données, les dates des évènements ont été imputées, dans le cas ou ces informations n'ont pas ~té enrcgistrdes dans le questionnaire (date de naissance de la femme, date du premier mariage de la femme, date de naissance des enfants, âge au décès des enfants décédés, date de naissance du mari dans le questionnaire mari). Par rapport à d'autres pays en développement, ces informations manquaient rarement dans les questionnaires de I'EDS au Burundi, sauf pour le mois de naissance des adultes. Les proportions (non-ponddrées) des réponses imputées sont présent~es comme suit: (i) Date de naissance de la femme (imputée à partir de l'année de naissance et/ou l'âge actuel) Mois et année imputés 0,7% Mois imputé 61,0% (ü) Date du premier mariage de la femme Mois et année imputés 1,9% Mois imputé 28,0% (iii) Date de naissance des enfants (imputés l'åge actuel) Mois et année imputés Mois imputé à partir de l'année de naissance et/ou 0,3% 20,0% (iv) Age au décès des enfants décédés 1,2% (v) Date de naissance du mari (imputée à partir de l'année de naissance et/ou l'âge actuel) Mois et année imputés 0,2% Mois imputé 85,3% 1.6 CARACTERISTIQUES DE L'ECHANTILLON FEMME Taille Au total, 3.970 femmes de 15-49 ans ont été interviewées avec succès, contrairement à l'effectif de 5.000 prdvu par le sondage. 98 pour cent des femmes éligibles identifiées dans le tableau du questionnaire collectif ont ~té interviewées. La perte est donc survenue au niveau de l'identification des femmes éligibles. Il peut y avoir plusieurs raisons. L'une des grappes rurales de rlmbo était vide. Tous les habitants de cette grappe ont déménagé à cause d'inondations graves et frdquentes. Il se peut que: 1) la liste des chefs de mgo des sous-collines, établie pendant la phase cartographique, ne soit pas exhaustive; 2) les listes établies par les enquêtrices, lors de la visite dans le rugo, ne soient pas complètes; 3) les femmes qui étaient résidentes absentes à cause des migrations saisonnières n'ont pas été récupérées comme visiteuses; 8 4) les enquêtrices aient volontairement rajeuni des femmes de 15, 16, ou 17 ans à 14 ans ou moins, ou codé rêsidentes absentes des femmes qui étalent prêsentes ou visiteuses, pour avoir moins de femmes à interviewer. Dans l'analyse des donné, es, le nombre de femmes a 6t6 ramen6 à 3.970, après avoir effectu6 la pondêration des résultats obtenus en milieu urbain qui a 6t6 surreprésent6 5 fois par rapport au milieu rural. Les détails sur les taux de rêponse et les erreurs de sondage sont présentês respectivement dans les Appendices A et B. Structure par Age Le tableau 1.1 et le graphique 1.1 donnent la rêpartition par âge des femmes interviewêes pour l'enquête individuelle. Par rapport à la distribution du recensement de 1979 (tableau 1.1), on constate une sous-reprêsentation des femmes jeunes, en particulier pour les groupes d'âges 15-19 et 20-24 ans. Etant donné les effets de la mortalité et du taux de croissance de la population burundaise, on s'attendait à une dêcmissance régulière de la proportion de femmes avec l'âge, comparable à la distribution du recensement. L'insuffisance de l'effectif de femmes jeunes dans l'enquête EDS est probablement due au rajeunissement des femmes par les enquêtrices pour avoir moins de femmes à interviewer, et à un vieillissement volontaire des femmes mariêes pour faire correspondre leur âge au premier mariage aux limites légales de 18 ans. 6%r G r a p h i q u e 1.1 R~part i t ion des Femmes de l'Echantil lon :Selon l 'Age Actuel 5 °1~ f . 4O/o . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~3~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0%1 t i i i i i i t J i i i i . . . . . . . . . . : , , , : . . . . 15 20 25 30 35 40 48 50 Age Actue l Burund l ED8 1987 Milieu de Résidence Le milieu urbain est constitu6 uniquement par les villes de Bujumbura et Gitega. Après pondêration, 4 pour cent des femmes interview~es dans l'enquête résident dans le milieu urbain (voir tableau 1.2). TABLEAU I.i REPARTITION (EN %) DES FEMMES DE L'ENQUETE INDIVIDUELLE, SELON L'AGE ACTUEL DANS LE CADRE DE L'EDS (1987) ET DU RECENSEMENT (1979) EDS 1987 Recensement 1979' Age % Effectif Effectif % Effectif actuel Pondéré Non-pond~r~ 15-19 18,4 731,1 740 25,1 244.516 20-24 19,6 779,1 785 21,9 213.348 25-29 20,2 803,4 818 15,5 150.392 30-34 15,7 622,1 608 11,5 112.404 35-39 12,2 486,1 469 9,6 93.627 40-44 6,8 269,1 273 9,0 87.437 45-49 7,0 279,1 277 7,4 71.807 Total i00,0 3970,0 3970 i00,0 973.531 *Source: Recensement Général de la Population 16 aoOt 1979. Résultats Définit ifs au niveau national, Tome I, Annexe 4.2. Tableaux Bruts. Département de la Population, BuJumbura, ao0t 1982. TABLEAU 1.2 REPARTITION (EN %) DES FE}~MES ENQUETEES SELON LES VARIABL£S SOCIO-DEMOGRAPHIQUES % Effectif Effectif 9 Effectif Effectif Bond~r~ Non-pond~r6 Pondér~ Non-pond6r~ Mi l ieu Education Urbain 3,9 155,8 650 Aucune Rural 96,1 3814,2 3320 Primaire Secondaire + R6gion Non d&clar6e Imbu 7,7 306,9 757 Alphabétisatlon Mumlrwa/Mugamba 21,5 852,4 742 Plateaux Centraux 56,7 2251«i 1964 Lit facilement D6presslons 14,1 559,5 497 Lit avec difficulté Ne sait pas llre Natlonalitê Non d~clar~e Burundaise 97,5 3672,5 3731 Total Rwandalse 1,6 63,2 146 Za~rolse 0,6 25,6 99 Tanzanlenne 0,2 8,1 II Autre Africaine 0,0 0,2 i Autre 0, O 0,5 2 80,2 3165,6 2924 17,6 697,9 814 2,2 86,3 233 0,0 0,2 I 16,6 660,7 913 19,5 772,3 734 63,9 2535,6 2321 0,0 1,4 2 I00,0 3970,0 3970 Note: Les pourcentages sont arrondis; leur total n«est pas nécessalrement égal â I00. Région Pour les besoins de l'analyse, on a distingué quaU:e zones ~ologiques: l'Imbo, le Mumirwa et le Mugamba, les Plateaux Centraux, et les Dépressions (voir section 1.1 consacrée à la présentation du pays). Le tableau 1.2 donne la répartition des femmes enquêtées selon la région de résidence. Les Plateaux Centraux abritent 57 pour cent des femmes, suivis de la zone de la Crête (Mumirwa et Mugamba) avec 22 pour cent, des Dépressions avec 14 pour cent et enfin de l'Imbo avec 8 pour cent. I0 La région de l'Imbo se distingue surtout par son caractère nettement différent des autres régions, en ce qui concerne le niveau d'éducation, la fécondité, la contraception, et les soins médicaux pour la mère. Ceci est dû, sans doute, à son caractère urbain, étant donné que Bujumbura est situé dans cette région. Les femmes de la région des D6pressinns semblent, par contre, être les moins favoris~es sur le plan social (éducation, contraception, soins sanitaires pour la mère et l'enfant). Les détails sur ces variables sont donnés dans l'analyse qui suit. Religion Un aspect non moins important qui malheureusement, pour des raisons indépendantes des réalisateurs de l'enquête, n'a pas ét~ étudié concerne la religion. Cette variable peut avoir une influence considérable sur le comportement socio-démographique, comme la polygamie, l'âge au premier mariage, et l'attitude face à la planification familiale. D'après le recensement de 1979, la religion prédominante au Burundi est le catholicisme, plus de deux tiers de la population burundaise (68 pour cent) se déclarant être catholiques. Les protestants comptent 8 pour cent et les mnsulmans 1 pour cent. Le reste de la population burundaise se déclarent être traditionnels (8 pour cent) ou sans religion (14 pour cent). Malgré la faible proportion de musulmans au Burundi (1 pour cent), il faut noter qu'il y a une forte concentration de musulmans à Bujumbura (18 pour cent), ce qui peut influencer sur les différentiels urbains-ruraux, en ce qui concerne le comportement socio-démographique. Nationalité Comme on pouvait s'y attendre (tableau 1.2), la presque totalité (98 pour cent) des femmes enquêtées sont de nationalité burundaise. Les deux autres nationalités representées de façon tangible sont les nationalités rwandaise (1,6 pour cent) et zatroise (0,6 pour cent). Education et Alphabétisatinn Au Burundi, comme dans beaucoup de pays en développement, la pleine scolarisation surtout pour le sexe féminin est loin d'être atteinte. Le tableau 1.2 montre que plus de 80 pour cent des femmes enquêtées n'ont jamais fréquenté l'école. Quant à l'alphabétisation, seulement 36 pour cent savent lire. Le tableau 1.3 montre qu'il y a une corrélation entre l'éducation de la femme d'une part, son âge et son lieu de résidence d'autre part. La proportion de femmes sans instruction diminue légèrement avec l'âge de la femme: la différence est observée surtout au niveau de l'éducation primaire. La proportion des femmes ågées de 15-19 ans qui ont atteint le niveau primaire (25 pour cent) est le double de celle des femmes âgées de 45-49 ans (12 pour cent). Les différences selon le lieu de résidence sont plus accentuées que celles selon l'âge de la femme. La grande majorité des femmes urbaines ont reçu au moins l'éducation primaire (71 pour cent), contre 18 pour cent des femmes rurales. Selon la région, les femmes de l'Imbo sont les plus instmites (43 pour cent) et les femmes des Dépressions les moins instmites (14 pour cent). Les différences les plus significatives selon le lieu de résidence sont enregistrées au niveau de l'éducation secondaire ou pins. Ainsi, la proportion des femmes ayant atteint au moins le secondaire est 30 fois plus élevée en milieu urbain qu'en milieu rural, et 15 fois plus élevée dans la région de l'Imbo que dans les autres régions. 11 TABLEAU 1.3 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'EDUCATION ET LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Niveau d'~ducation Aucune Primaire Secondaire Total Effectif ou plus Age actuel 15-19 73,3 25,4 1,2 100,0 731,1 20-24 78,5 18,6 2,8 100,0 779,1 25-29 79,2 17,9 2,9 100,0 803,4 30-34 83,5 13,6 2,9 I00,0 622,1 35-39 84,6 14,3 I,i 100,0 486,1 40-44 85,0 12,6 2,4 i00,0 269,1 45-49 86,7 12,4 0,9 100,0 279,1 Milieu Urbain 29,4 40,2 30,3 100,0 155,8 Rural 82,3 16,7 1,0 i00,0 3814,2 R~gion Imbo 56,7 27, 9 15, 3 100,0 306,9 Mumirwa/Mugamba 79,9 19,8 0,3 i00,0 852,4 Plateaux Centraux 82,1 16,4 1,5 i00,0 2251,1 Dépressions 86,0 13,3 0,6 i00,0 559,5 Total 80,2 17,6 2,2 i00,0 3970,0 1.7 CARACTERIST IQUES DE L 'ECHANTILLON MARI L'enquête mari a ~té conçue parallèlement à l'enquête femme, dans le but de mieux apprécier les attitudes et comportements des maris burundais vis-à-vis de la planification familiale, et de pouvoir comparer leurs attitudes et comportements à ceux de leurs femmes. Taille 542 matis ont été enquêtés, au lieu de l'effectif de 750 prévu par le sondage. La perte a été due, pour la plupart, au fait que le nombre de femmes interviewées était moins que prévu (voir section 1.6). Il y a eu donc moins de matis éligibles pour l'enquête. Caractéristiques socio-démographiques des maris Les maris enquêtés sont concentrés (70 pour cent) entre les ~lges de 25 et 44 ans (tableau 1.4). Après pondération, 3 pour cent des maris résident en milieu urbain. La réparútion régionale des matis enquêtés suit de près celle des femmes enquêtées, y compris les femmes non-mari~es: les Plateaux Centraux abntent plus de la moitié des matis (55 pour cent), la région de Mumirwa et Mugamba 20 pour cent, les Dépressions 17 pour cent et l'Imbo 8 pour cent. Presque la totalité des matis sont de nationalité burundalse (98 pour cent) et la grande majorité sont des agriculteurs (85 pour cent). 12 Plus de la moitié des maris (52 pour cent) savent lire et un tiers ont fiéquenté l'école. La proportion des matis qui ont le niveau secondaire ou plus est très faible (3 pour cent). TABLEAU 1.4 REPARTITION (EN %) DES MARIS ENQUETES SELON LES VARIABLE5 SOCIO-D£MOGRAPHIQUE$ % Effectif Effsctif % Effectif Effectif Pondéré Non-pond6r~ Pond~r6 Non-pond6ré Age actuel Educatlon* 20-24 7,6 41,0 38 Aucune 58,3 315«8 292 25-29 22,1 120,0 122 Primaire 29«9 361,9 167 30-34 21,7 I17«5 119 Secondaire + 2,6 14,0 32 35-39 14,9 80«8 81 Ne sait pas 9,3 50,2 51 40-44 i0,8 58,6 57 45-49 5,1 43,6 45 Alphab~tlsatlon* 50+ 14,9 80,5 80 Lit facilement 35,7 182,9 210 Milieu Lit avec dlff icultê 17,0 96,4 89 Ne sait pas llre 44,0 238,5 221 Urbain 3,0 16,3 65 Ne sait pas si mari llt 4,3 23,1 21 Rural 97,0 525,7 477 Non d~clar6 0,2 i,i 1 R~glon Profession* Imbo 8,2 44,2 88 Agriculteur 84,8 459,7 421 Mumirwa/Mugamba 19,7 106,9 97 Professionnel, adml- Plateaux Centraux 55,0 298,3 273 nlstratif, clêrl¢al 2,4 1218 24 D~presslons 17,1 92,6 84 Commerce, services, main d'oeuvre 12,5 62,6 90 Nationallt~ Autre, NSP 1,3 6,9 7 Burundals 98,4 533,6 522 Total 100,0 542,0 542 Rwandals 1,0 5,7 9 Za~rols 0,5 2,8 Ii Note: Les pourcentages sont arrondis; leur total n'est pas nêcessalrement êgal A i00. «Les données pour ces variables viennent du questionnaire rem/ne, Comparaison des caractéristiques des maris et ceux de leurs femmes Les tableaux 1.5 et 1.6 montrent que les femmes sont très d6favorisées par rapport à leurs matis en ce qui concerne l'éducation. 58 pour cent des matis sont sans éducation, alors que cette proportion atteint 84 pour cent chez leurs femmes. Seulement 44 pour cent des matis ne savent pas lire, alors que les trois quarts de leurs femmes sont analphabètes (72 pour cent). On constate une forte corrélation entre l'éducation et l'alphabétisation du mari et celles de sa femme. Parmi les maris qui ont atteint le niveau primaire, 27 pour cent de leurs femmes ont atteint ce même niveau, contre 14 pour cent chez l'ensemble des femmes. La proportion de femmes qui savent lire facilement est de 23 pour cent chez les femmes des matis qui savent lire facilement, mais n'est que de 11 pour cent chez l'ensemble des femmes. Le tableau 1.7 donne la répartition des maris selon leur åge et celui de leurs femmes. Les femmes ont tendance à épouser des hommes plus åg6s qu'elles. A chaque groupe d'âges, la proportion de femmes mari~es à des hommes d'un groupe d'âges plus jeune est inférieur à 15 pour cent. Par contre, au moins la moitié des femmes à tous les âges sont mari~es à des hommes d'un groupe d'âges supérieur. 13 TABLEAU 1.5 NIVEAU D'EDUCATION: REPARTITION (EN %) DES MARIS SELON ÆPARTITION (EN %) DE LEURS FEM~MES Niveau d'~ducation des femmes Non Niveau d'éduca- Aucune Primaire Secondaire + d~cla~~e Total Effectif tion des marie Aucune 92,2 7,8 0,i 0,O i00,0 315,8 64,1 32,0 2,2 * 58,3 Primaire 70,3 27,3 2,3 0,6 i08,0 161, 9 25,1 57,6 33,2 * 29,9 secondaire + 33,3 15,1 51,6 0,0 100,0 14,0 1,0 2,8 64,6 * 2,6 Ne sait pas 88,2 11,8 8,0 0,0 1O0,0 50,2 9,8 7,7 0,0 * 9,3 Total 83,8 14,1 2,1 O,l 100,0 542,0 100,0 i00,0 i00,0 * 100,O Effectif 453,9 76,7 11,2 0,3 542,0 • Effectif non-pond~r~ moins de 20 TABLEAU 1.6 ALPHABETISATION: REPARTITION (EN %) DES MARIS SELON REPARTITION (EN %) DE LEURS FEÆES Alphab~tisatlon des femmes Alphab@tisation Lit Lit avec Ne sait des marls facilement difficult~ pas lire Total Effectif Lit facilement 23,4 23,0 53,7 i00,0 182,9 70,5 46,3 25,1 33,8 Lit avec 5,7 20,8 73,4 100,0 96,4 difficulté 9,1 22,1 18,1 17,8 Ne sait 5,2 10,2 84,6 i00,0 238,5 pas liro 20,4 26,7 51,7 44,0 Ne sait pas sl mari lit/ 0,0 18,2 81,8 i00,0 24,2 non d~clar~ 0,0 4,9 5,1 4,5 Total 11,2 16,8 72,1 I00,0 542,0 i00,0 1O0,O i00,0 i00,0 Effectif 60,6 90,8 390,6 542,0 14 TABLEAU 1.7 AGES DES CONJOINTS: BEPARTITION (EN 9) DES MARIS PAR AGE ACTUEL SELON REPABTITION (EN %) DES FEP~4ES PAR AGE ACTUEL Age actuel de8 femmes Age actuel des maria 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Effectlf 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50+ Tot~l EffeoEtif I0,7 4,1 1,9 0,3 0,0 0,0 0,0 2,2 I00,0 11,8 81,2 8,1 0,0 O,0 0,0 0,0 I00,0 41,0 35,1 2,3 0,0 0,0 0,0 0,0 7,6 34,7 58,5 2,8 0,0 0,O 0,O I00,0 120,0 43,8 48,7 3,2 0,0 0,0 0,0 22,1 11,2 45,3 34,0 7,7 0,0 0,0 100,0 117,5 13,8 36,9 38,7 8,9 0,0 0,0 21,7 5,8 12,2 35,1 40,9 5,5 0,3 i00,0 90,8 4,9 6,8 27,5 32,3 I0,i 0,6 14,9 1,9 2,7 10,9 53,1 22,6 9,4 I00,0 58,6 1,2 I,I 5,8 30,4 30,2 13,1 10,8 0,0 2,5 16,9 30,3 29,9 2614 100,0 43,6 0,0 0,8 7,2 12,9 23,8 27,4 B,1 1,4 6,1 22,5 19,8 19,5 39,7 100,0 80,5 1,2 3,4 17,6 15,6 35,9 58,9 14,9 17,5 26,6 19,0 18,9 8,1 7,8 100,0 542,0 i00,0 I00,0 I00,0 100,0 i00,0 I00,0 i00,0 94,9 144,1 I03,0 102,4 43,7 42,0 542,0 *Effectlf non-pond&r& moins de 20 15 PREMIERE PARTIE: RAPPORT FEMME CHAPITRE II NUPTIALITE ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Bien que le mariage au Burundi soit considér6 comme un devoir social confirmant la maturité des individus, il n'est pas pour autant précoce par rapport à d'autres pays africains du sud du Sahara. En effet, d'après le recensement de 1979, l'âge moyen au premier mariage (estimé par la méthode Hajnal) était de 20,8 ans pour le sexe féminin et de 23,7 ans pour le sexe masculin. Le mariage qui sanctionne le début de l'exposition au n,'sque de grossesse n'explique pas pour autant toutes les tendances de la fécondité au Burundi. D autres facteurs influent sur la fécondité, notamment les ruptures d'union, l'aUaitement--déterminant principal de la longueur de l'aménorrhée post-partum--la contraception et l'abstinence post-partum. 2.1 NUPTIAL ITE La nuptialité sera étudiée en abordant les principaux éléments qui portent sur l'exposition au risque de grossesse: l'ampleur du phénomène (état matrimonial, stabilité des unions, polygamie), son évolution dans le temps, et enfin les facteurs différentiels de la unptialité. Dans la société burundaise, les personnes qui se déclarent marié.es étaient dans la plupart des cas liées à leur conjoint par une union sanctionnée par la loi, la religion ou la cofitume. Les cas de concubinage sont rarement déclarés comme étant des mariages. Etat matrimonial et stabilité des unions Comme l'indiquent le tableau 2.1 et le graphique 2.1, le mariage au Burundi est l'affaire d'une large majorité des femmes. En effet, au moment de l'enquête, 67 pour cent des femmes enquêtées étaient mariées et 74 pour cent des femmes ont été mari~es ou vécu en union au moins une fois. Les femmes en situation de mpture d'union (veuves, divorcées, séparées) au moment de l'enquête représentent un pourcentage assez faible (6 pour cent), ce qui laisse croire à une stabilité relative des unions au Bumndi. Il faut noter, néanmoins, l'importance du remariage, puisque 13 pour cent des femmes enquêtées non célibataires ont déclaré qu'elles étaient mari~es plus d'une seule fois. Seulement 4 pour cent des femmes étaient divorcées ou séparées, pourcentage qui varie peu avec l'âge. Le même tableau fait ressortir un veuvage assez prévalent, même aux åges relativement jeunes, dû à la sur-mortalité masculine et à l'écart d'âge entre les conjoints (6 ans entre le mari et la femme enquêtés). La proportion des femmes c61ibataires n'est pas négligeable (26 pour cent). A 15-19 ans, presque la totalité des femmes (93 pour cent) étaient célibataires et à 20-24 ans le tiers des femmes avaient le même statut. A partir de 25-29 ans, les pourcentages de célibataires décroissent rapidement. En comparant la proportion des célibataires dans I'EDS à celle du recensement de 1979, on constate une évolution de l'åge au mariage, entre les deux périndes. La proportion des célibataires chez les femmes âgées de moins de 25 ans est plus élevée dans I'EDS que dans le recensement, conformément à l'augmentation de l'âge moyen au premier mariage qui est passé de 20,8 en 1979 à 21,9 ans en 1987. 17 TABLEAU 2.1 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FB~MES SELON L'ETAT MATRIMONIAL ET L'AGE ACTUEL Propo~tlon Etat matrimonial, EDS 1987 dos c~llbatalres Age Recensement, C~liba- Marl~e/ Veuve Divorcée S~par~e Total Effectif actuel 1979' taire en union 15-19 82,3 93,2 5,9 0,0 0,2 0,6 i00,0 731,1 20-24 26,9 33,3 62,1 0,5 i,I 3,0 100,0 779,1 25-29 8,2 8,3 86,0 0,9 1,8 3,8 10O,0 803,4 30-34 3,6 3,9 90,4 2,7 0,9 2,1 10O,0 622,1 35-39 2,6 1,7 88,1 5,3 1,4 3,4 100,0 486,1 40-44 2,2 0,9 84,9 8,2 3,5 2,6 i00,0 269,1 45-49 2,0 1,2 83,1 12,0 2,2 1,4 100,0 279,1 Total 28,8 26,4 67,2 2,7 1,3 2,3 i00,0 3970,0 *Source: Recensement G&n~ral de la Population 16 ao~t 1979. R~sultats Déflnltlfs. Population r~sldante par ~tat matrimonial selon le groupe quinquennal d'~ge. Tableaux In~dits. D~partement de la Population - Gltega. 100% 715% 60% 25% 0% Graphique 2.1 Etat Matrimonial Selon l 'Age Actuel 15-1g 20-24 . . . . . . . x . \ \ \ \ ' ,~ . . . . . . . . . . . . / / / / . / . . - . ~ , / ' /Æ/Æ 25-29 30-34 35-39 40-44 Age Actue l 45-49 1 C~llbatRIre I I Veuve D lvoro~e la6par6e M~r l6e len union Burund l ED8 1987 Polygamie La polygamie est interdite au Burundi depuis la promulgation du Code des Personnes et de la Famille en 1980. La question de savoir si la femme vivait en union polygame a ~té pourtant posée puisque, d'une part, les couples polygames constitués avant 1980 n'ont pas ~té dissouts et, d'autre part, malgré l'interdiction d'avoir plus d'une femme, certains matis continuent à épouser une deuxième ou une troisième, principalement dans les milieux musulmans. 18 Le tableau 2.2 montre qu'en général la population burundaise est relativemem monogame. Seulement 12 pour cent des femmes en union au moment de l'enquête étaient en union polygame. Tous les.groupes d'âges sont concemés par le phénomène, spécialement les groupes dåges 40-44 et 45-49, ou les pourcentages atteignent respectivement 20 et 19 pour cent. Entre 15 et 39 ans, les pourcentages augmentent avec l'âge, ce qui paraît assez logique puisque les hommes préfèrent prendre leur première épouse parmi les femmes jeunes. TABLEAU 2.2 POURCENTAGE DES FEb~MES ACTUELLEMENT EN UNION QUI SONT EN UNION POLYGAME SELON L'AGE ACTUEL ET LES VARIABLES SOCIO-ECONOMIQUES Age actuel de la femme 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Milieu Urbain * 10,5 17,2 20,0 14,7 18,5 20,6 16,2 Rural 0,0 6,2 8,5 12,8 12,8 20,2 18,0 11,5 R~gion Imbo * 19,2 27,4 18,9 26,9 24,8 43,4 24,3 Mumirwa/Mugamba * 1,3 5,6 14,6 6,3 18,4 20,8 9,7 Plateaux Centraux 0,0 5,3 4,2 8,4 Ii, i 16,5 13,8 8,1 D~pressions * 9,4 20,5 24,7 21,1 32,4 26,3 20,7 Education Aucune 0,7 5,7 9,2 13,6 13,1 20,6 17,9 11,8 Primaire * 8,1 7,0 11,7 11,9 16,8 26,8 10,8 Secondaire + * 14,0 10,3 9,9 * * * 11,8 Total i,I 6,3 ff,0 13,1 12,9 20,2 18,8 11,6 • Effectif non-pond~r~ moins de 20 On observe de fortes disparités régionales. En effet, la polygamie est plus accentuée dans l'Imbo (24 pour cent) et les Dépressions (21 pour cent) que dans les deux autres régions. Ce phénomène dans les Dépressions s'explique peut-être par les attitudes traditionnelles qui caractérisent cette région. La grande prévalence des couples polygames dans l'Imbo, et notamment parmi les femmes jeunes, peut trouver son explication dans la forte concentration de musulmans dans cette région, surtout dans la capitale de Bujumbura et dans les plaines qui longent le lac Tanganyika. Cette même explication peut élucider le fait que la proportion d'unions polygames est plus élevée en milieu urbain (16 pour cent) qu'en milieu rural (12 pour cent), et que la polygamie en ville est de caractère très précoce: 11 pour cent des femmes âgées de 20-24 ans sont déjà en union polygame. Il y a peu de liaison entre la prévalence de la polygamie et le niveau d'éducation de la femme. 2.2 AGE AU PREMIER MARIAGE L'indice utilisé ici pour caractériser lãge d'entrée en union est sa valeur médiane. Le tableau 2.3 donne la répartition de toutes les femmes selon l'âge à la première union, et les ãges 19 médians au premier mariage, par groupes d'âges actuels? Nous constatons que, pour les femmes âgées actuellement de 25 ans ou plus, il n'y a pratiquement pas de différences selon les groupes d'âges. En effet, la moitié des femmes dans chaque groupe d'âges s'étaient mari~es entre 19 et 20 ans. Il n'y a pratiquement pas de différences selon les groupes d'åges. TABLEAU 2.3 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FE~~4ES SELON L'AGE A LA PREMIERE UNION, L'AGE MEDIAN A LA PREMIEKE UNION ET L'AGE ACTUEL Age A la preml~re union Ago Jamais <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ Total Age Effectif actuol mari~e M~dlan 15-19 93,2 0,2 3,8 2,8 - - - i00,0 * 731,1 20-24 33,3 2,1 15,2 27,0 18,4 4,0 0,0 i00,0 * 779,1 25-29 8,3 2,4 25,8 28,4 19,0 12,3 3,7 100,0 19,5 803,4 30-34 3,9 4,1 25,0 28,5 20,4 12,9 5,2 100,0 19,5 622,] 35-39 1,7 4,3 27,3 22,7 19,8 14,4 9,8 100,0 19,6 486,1 40-44 0,9 5,9 24,8 27,0 19,6 12,4 10,4 100,0 19,4 269,1 45-49 1,2 3,9 25,1 24,7 21,9 12,3 10,9 I00,0 19,7 279,1 Total 26,4 2,8 19,6 22,4 15,9 8,8 4,2 100,0 3970,0 • Pas de m~dlane On observe une tendance très récente à la hausse de l'âge au mariage, puisqu'il y a une diminution des proportions de femmes mari~es parmi les cohortes les plus jeunes (15-19 et 20-24 ans). En effet, chez les femmes âgées de 15-19 ans au moment de l'enquête, seulement 0,2 pour cent s'étaient mariées avant l'âge de 15 ans, alors que chez celles âgées de 20 ans et plus les pourcentages vont en croissant. La même constatation peut être faite pour les unions qui ont eu lieu à 15-17 ans où seulement 15 pour cent des femmes âgées de 20-24 ans au moment de l'enquête ont contracté un mariage à cet âge, alors que pour les générations suivantes les proportions sont de loin supérieures. La tendance à la diminution des premiers mariages avant 18 ans serait peut-être due à la nouvelle réglementation de l'âge au mariage depuis 1980, qui le fixe à 18 ans pour les femmes et 21 ans pour les hommes. Les variables socio-économiques jouent un r61e important dans le calendrier de la nuptialité. Ces variables sont notamment le milieu de résidence, la région et l'éducation. Le tableau 2.4 donne l'âge médian au premier mariage des femmes âgées de 25-49 ans ~ selon ces variables socio- économiques. Pour l'ensemble des femmes l'âge médian est de 19,5 ans. Comme l'indique le tableau 2.4, chez les femmes de 25 à 49 ans, le premier mariage a été plus précoce en ville (âge médian 18,9 ans) qu'à la campagne (19,5 ans), et dans les régions de l'Imbo (19,1 ans) et des Dépressions (18,8 ans) que dans les autres régions. On a déjà remarqué que la polygamie était plus répandue en milieu urbain et dans les régions de l'Imbo et des Dépressions que dans les autres lieux de résidence. Nous pensons que les mêmes influences, à savoir le grand attachement aux valeurs traditionnelles dans les Dépressions et la forte 'Dans quelques pays en développement les femmes ont des difficultés â donner la date exacte de la première union. Au Burnndi, les femmes semblent avoir une connaissance assez précise: la grande majorité (58 pour cent) ont donné le mois et l'année du mariage, 40 pour cent ont donné l'année seulement, et il n'y a que 3 pour cent qui ont donné l'âge au mariage plutõt que la date. 211 s'agit des femmes de 25 ans ou plus, puisque dans les groupes d'âge inférieurs il y a toujours des femmes qui n'ont pas encore atteint l'âge médian. 20 concentration des musulmans à Bujumbura et dans l'Imbo, expliquent la précocité du mariage et la forte concentration de polygamie dans ces régions. En ce qui concerne l'influence de la religion sur l'âge au mariage au Bumndi, une étude réalisée en 1974~ concorde avec l'explication donnée ici. Les résultats de cette étude avaient montré que les jeunes filles non-chrétiennes se mariaient à un âge sensiblement inférieur à celui des autres. TABLEAU 2.4 AGE MEDIAN A LA PREMIERE UNION DES FEF~4ES AGEES DE 25 A 49 ANS SELON L'AGE ACTUEL ET LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Age actuel 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Mllieu Urbain 19,9 19,4 17,5 18,1 18,5 18,9 Rural 19,5 19,5 19,7 19,4 19,7 19,5 R6glon Imbo 19,0 19,8 19,1 18,6 19,4 19,1 Mumlrwa/Mugamba 19,7 19,4 19,3 19,7 18,6 19,5 Plateaux Centraux 19,8 19,7 20,1 19,8 19,9 19,8 D~pressions 18,5 19,0 18,8 18,4 19,9 18,8 Education Aucune 19,3 19,4 19,6 19,4 19,7 19,4 Primaire 20,0 19,9 19,6 19,2 20,0 19,8 Secondaire + 22,6 22,4 " * * 22,3 Total 19,5 19,5 19,6 19,4 19,7 19,5 *Effectif non-pond6r~ moins de 20 Les auteurs de cette étude ont toutefois mentionné que le niveau d'instruction était en général plus bas ,chez les non-chrétiennes que chez les, chrétiennes, ce qui rappelle l'importance du r61e du niveau d instruction dans la détermination de 1 âge au mariage. En effet, le tableau 2.4 fait ressortir la forte corrélation entre l'éducation et l'âge au mariage, surtout chez les femmes qui ont atteint le niveau secondaire ou plus. L'âge médian au premier mariage chez ces femmes est de 22,3 ans. Chez les femmes âgées de 25-49 ans, on observe une tendance à la hausse de l'âge au premier mariage seulement chez les femmes urbaines. Ainsi, l'âge médian s'est élevé de 18,5 ans chez les femmes d'âges 45-49 ans ~t 19,9 ans chez celles du groupe 25-29 ans. Pour conclure, on peut dire que l'âge au premier mariage a très peu changé, comme l'indique les résultats du tableau 2.3. Toutefois, l'information obtenue auprès des femmes âgées de 15 à 24 ans au moment de l'enquête semble indiquer que la tendance à la hausse de l'âge au premier mariage s'est amorcée. 2.3 ALLA ITEMENT, AMENORRHEE ET ABST INENCE POST-PARTUM L'intervalle entre deux naissances peut se décomposer en trois segments exclusifs: la période d'infécondité post-partum, la période d'exposition au risque de grossesse, et la gestation. 'Famille et Fécondité au Burundi. Approche sociologique. Centre de Recherches Socio- religieuses de l'Episcopat du Burnndi et la Faculté des Sciences Economiques et Administratives de l'Université du Burundi. Bujumbura 1977. p.18. 21 La durée de la gestation est considérée comme étant de 9 mois. Par contre le deuxième segment peut être de longueur très variable, de zéro mois à la fin de la vie féconde. Cette période dépend de la fécondabilité, l'usage de la contraception, la fréquence des rapports sexuels etc. La première période--le temps mort--est celle pendant laquelle la conception n'est pas possible faute d'ovulation. La durée de cette p6riode dépend essentiellement de la durée, de la fréquence et de l'intensité de l'allaitement au sein. Elle peut varier de 1 mois à plus de 2 ans selon que la femme n'allaite pas du tout ou allaite de façon prolongée, fréquente, et intense. La durée de l'aménorrhée post-partum est fortement liée à celle de l'absence d'ovulation, bien que la reprise de l'ovulation puisse précéder la reprise des règles, et qu'une femme en aménorrhée puisse donc être exposée au risque de grossesse. Dans l'analyse qui suit, la durée de l'aménorrhée post-partum servira comme indice de la durée de l'absence d'ovulation, puisque cette dernière ne peut pas être observée par la femme. L'analyse portera aussi sur la durée de l'abstinence post-partum, qui ne peut jouer un r•le important que si elle est plus longue que celle de l'am6norrhée post-partum. La femme est dite non susceptible au risque de grossesse si elle est soit en aménorrhée soit en abstinence post-partum. La période de la non-susceptibilité chez une femme sera donc égale à la période qui est la plus longue (de l'aménorrhée ou de l'abstinence). Le tableau 2.5 donne les proportions des femmes qui allaitent encore, ainsi que celles en aménorrhée et en abstinence post-partum, selon les mois depuis la naissance des enfants. Les résultats portent sur la demière naissance vivante dans l'intervalle ouvert au cours des 36 demiers mois avant l'enquête. Les durées moyennes d'allaitement, d'aménorrhée, d'abstinence et de non- susceptibilité ont ét~ calculées en divisant la prévalence de ces quatre phénomènes pris séparément (effectifs de toutes les femmes allaitantes, en aménorrhée, en abstinence et non-susceptibles au moment de l'enquête) par le nombre moyen de naissances par mois sur une période de 36 mois. TABLEAU 8.5 PROPORTION DE FE~MES QUI SONT ENCORE ALLAITANTES, EN AMENORRHEE, EN ABSTINENCE POST-PARTOM ET NON-SOSCEPTIBLES SELON LES MOIS DEPUIS LA NAISSANCE Proportion encore Mois depuis la naissance Allaltantes En En Non-suscep- Nombre de am~norrhée abstinence tlbles naissances* 0-I 97,2 95,0 57,2 95,9 123,6 2-3 95,8 89,5 27,3 92,3 143,1 4-5 93,2 90,1 12,9 90,9 152,1 6-7 91,9 79,9 II, i 81,7 138,8 8-9 95,1 81,1 8,0 81,7 137,4 i0-ii 91,5 85,6 6,4 86,3 162,1 12-13 91,3 76,2 5,1 77,7 166,6 14-15 89,5 71,3 1,7 71,3 131,8 16-17 82,9 56,0 2,9 57,0 119,8 18-19 68,8 44,7 8,3 46,0 85,9 20-21 71,2 38,1 2,7 40,8 94,6 22-23 61,7 38,8 4,1 40,0 118,5 24-25 ~8,8 24,8 3,4 26,2 171,1 26-27 31,6 19,0 3,4 21,1 176,2 28-29 84,0 13,8 2,5 15,5 136,2 30-31 19,8 11,2 2,4 12,4 94,2 32-33 10,3 5,5 3,7 7,3 125,4 34-35 13,9 I0,0 3,9 11,6 149,0 Total 65,9 52,7 9,0 54,1 2426,5 M~diane 24,3 17,6 1,2 17,8 Moyenne 23,4 18,7 3,2 19,2 *Il s'agit des naissances de 0 A 35 mois. 22 Les résultats montrent que l'allaitement au sein est une pratique quasi universelle et prolongée au Burundi: plus de 90 pour cent des femmes allaitent encore leurs enfants après 12 mois de la naissance, et presque la moitié des femmes (49 pour cent) après 24 mois. La durée moyenne d'allaitement et la médiane sont respectivement de 23 mois et de 24 mois, ce qui indique que l'allaitement est très prolongé au Burundi, même par rapport à d'autres pays africains au sud du Sahara. ~ Les effets de l'aUaitement sur la durée de l'aménorrhée prolongée peuvent &re constatés dans le tableau 2.5. Douze mois après la naissance, les trois quarts des femmes (76 pour cent) sont toujours en aménorrh6e, et à 24 mois après la naissance un quart des femmes (25 pour cent) ont déclaré que leurs règles n'ont pas encore repris. La médiane et la moyenne sont de 18 mois et 19 mois respectivement, durée très longue par rapport aux autres pays africains au sud du Sahara. ~ Par contre, la durée d'abstinence post-partum au Burundi est très courte: la médiane et la moyenne sont de 1,2 mois et 3,2 mois respectivement. Presque la moitié des femmes burundaises (43 pour cent) ont repris les relations sexuelles moins de 2 mois après la naissance de leur dernier enfant. Les proportions des femmes qui s'abstiennent au delà de 2 mois après la naissance baissent très rapidement. Ainsi, l'abstinence post-partum au Burundi contribue très peu à éviter des grossesses. L'analyse des mêmes données selon les variables socio-démographiques fait ressortir l'influence du lieu de résidence et de l'éducation, surtout en ce qui concerne l'allaitement et l'aménorrhée. Le tableau 2.6 et le graphique 2.2 montrent qu'il y a très peu de différence selon l'åge de la femme, aussi bien pour l'allaitement que pour l'aménorrhée. Par contre, les différences selon le milieu de résidence sont importantes. Les femmes rurales allaitent en moyenne une fois et demi plus longtemps que les femmes urbaines (24 mois et 17 mois respectivement) et la durée moyenne de l'aménorrhée des femmes en milieu rural est deux fois supérieure à celle des femmes en milieu urbain (20 mois et 10 mois respectivement). Au niveau régional, les différences sont beaucoup moins prononcées, sauf pour l'Imbo, la région la plus urbanisée, qui accuse des durées moyennes d'allaitement (19 mois) et d'aménorrhée (14 mois) nettement inférieures à celles des autres régions. Il y a une forte cortélation négative entre les durées moyennes d'allaitement et d'aménorrhée et le niveau d'éducation de la femme. Les différences sont du même ordre que celles déjà observées en ce qui concerne le milieu de résidence. En moyenne, les femmes non instruites allaitent 6 mois plus longtemps et sont en aménorrhée pendant 10 mois de plus que les femmes qui ont un niveau secondaire. partum suit: ~A titre comparatif, les durées moyennes d'allaitement, d'aménorrhée et d'abstinence post- pour le Bumndi et certains autres pays africains du sud du Sahara sont présentées comme BURUNDI: 23,4, 18,7 et 3,2 mois (EDS, 1987) Cameroun: 19,3, 10,1 et 13,4 mois (EMF, 1978, Vol.I: 123-124), Sénégal: 18,8, 16,2 et 7,9 mois (EDS, 1986: 23), Libéria: 17,0, 11,2 et 13,2 mois (EDS, 1986: 24), Nigéria: 16,6, 10,4 et 14,1 mois (EMF, 1981-82, Vol.I: 127-129), Côte d'Ivoire: 16,2, 7,9 et 10,5 mois (EMF, 1980-81, Vol.I: 132-136). Le calcul des durées moyennnes utilisées dans I'EDS est différent de celui utilisé dans l'Enquête Mondiale sur la Fécondité (EMF) oi~ les duré, es moyennes sont bas~es sur le dernier intervalle fermé (femmes non-célibataires ayant eu au moins deux naissances vivantes, grossesse actuelle comprise, dont l'avant-dernière naissance vivante a survécu au moins 12 mois). 23 TABLEAU 2.6 ESTIMATION DE L'ETAT ACTUEL DU NOMBRE MOYEN DE MOIS D'ALLAITEMENT, D'AMENORRHEE POST-PARTUM, D'ABSTINENCE POST-PARTUM ET DE NON- SUSCEPTIBILITE POST-PARTUM PARMI TOUTES LES FE~MES SELON LES VARIABLES SUCIO-DEMOGRAPHIQUES Nombre moyen de mois Allaitement Am~norrh~e Abstinence Non-susceptlbilit~ post-parfum post-partum post-partum Age <30 23,1 18,5 3,5 19,2 30+ 24,5 19,8 3,5 20,6 Milieu Urbain 17,4 9,5 3,5 10,6 Rural 24,0 19,5 3,5 20,2 R~gion Imbo 18,5 13,5 5,1 14,8 Mumlrwa/Mugamba 22,7 19,0 2,5 19,4 Plateaux Centraux 25,0 20,0 3,8 20,8 D~presslons 23,7 19,2 2,8 19,9 Education Aucune 24,1 19,8 3,6 20,6 Primalre 22,9 17,1 3,0 17,6 secondaire + 18,2 9,7 2,6 11,6 Total 23,8 19,1 3,5 19,9 Graphique 2.2 Durée d'Ailaitement, d'Aménorrhée et d'Abstinence Post-Partum AGE ,30 80- MIL IEU Urbain Rural I=DUCATION Auouhe Pr imaire 8eoonds l re * , . , . , , .~ ; 5 10 15 20 25 Dur~,e Moyenne en MOL8 I I A l la l tement ~ Am~norrh6e ~ Ab l t lnence 80 Burundl ED8 1987 24 La durée de l'abstinence post-partum semble peu influencée par les variables socio- démographiques. 2.4 CONCLUSION La nuptialité au Burundi est caractérisée par sa forte intensité (presque toutes les femmes se marient, 92 pour cent avant l'åge de 25 ans) et sa pr6cocité (50 pour cent des femmes sont mariées avant 20 ans). L'exposition au risque de grossesse est assez élevée du fait que la durée d'abstinence post- partum est très courte et que l'utilisation de la contraception, comme on le verra dans le chapitre IV, est tr6s faible. L'aUaitement prolongé, qui a un impact sur l'allongement de l'aménorrhde post- parmm, pourrait empêcher les femmes de tomber enceintes. Seul le niveau d'instmcUon a un impact palpable sur la nuptialité; les femmes instruites se marient plus tard que l'ensemble des femmes. La liaison négative entre la durée de l'aUaitement et le niveau d'éducation de la femme suggère, cependant, que, dans l'absence de l'utilisation des moyens contraceptifs, la fécondité des femmes instmites pourra rester aussi élev6e que celle des femmes sans instruction. 25 CHAPITRE III FECONDITE Dans I'EDS la collecte des données sur la fécondité a ét6 abordée en posant deux séries de questions. Pour commencer, on a demandé à chaque femme le nombre de fils et de filles qui habitent avec elle, le nombre de fils et de filles qui habitent ailleurs, et le nombre de fils et de filles qui sont décédés. Par la suite on a posé des questions sur chaque enfant n~ vivant: la date de naissance, le nom, le sexe, l'état de survie, l'âge au décès si l'enfant était décédé et, pour les enfants survivants, l'âge actuel et s'il (elle) vit à la maison ou non. L'exploitation de ces informations a permis de dégager les niveaux et facteurs différentiels de la fécondité, les tendances de celle-ci, son aspect rétrospectif, ainsi que l'entrée des femmes burundaises dans la vie féconde. Les données sur les naissances et les décès souffrent souvent de certains biais. Les questions relatives à l'âge (des femmes et de leurs enfants) et aux décès sont toujours susceptibles d'erreurs dans les pays en développemment, d'une part parce que ces questions font appel à la mémoire des gens, et d'autre part parce que l'évocation d'un décès dans la plupart des sociétés n'est pas bien acceptée quelle que soit la raison. En analysant les naissances durant la période de 10 ans précédant l'enquête, on a observé un déplacement des naissances de l'année 1982 aux deux années précédantes. Ceci a été probablement dû à un déplacement volontaire par les enquêtrices pour avoir moins d'enfants àgés de moins de 5 ans et de ce fait moins de femmes à qui poser les questions sur la santé maternelle et infantile. Ce déplacement a pour effet de sousestimer le taux de fécondité des cinq années précédant l'enquête et de surestimer le taux de fécondité de la période de 5-10 ans avant l'enquête, suggérant une hausse de la fécondité suivie d'une baisse subite dans le passé récent. Pour étudier la fécondité actuelle (tableau 3.1), on a donc choisi la période des 7 demières années (0-6 ans) au lieu des 5 demières années, afin d'inclure les naissances déplacées. Le déplacement ne gêne en rien la comparaison des deux périodes de 3 ans, étant donné que les naissances déplacées de 1982 à 1981 font partie de la même période (1981-1983). 3.1 N IVEAUX ET FACTEURS D IFFERENTIELS DE LA FECONDITE L'indice synthétique de fécondité (ISF) est un indice transversal. Il est égal à la somme (pondérée par l'intervalle de classe d'âges) des naissances réduites (taux de fécondité générale par âge). Il correspond à la descendance moyenne à 40-49 ans 1, au cours d'une période donnée, d'une cohone fictive de femmes dont les taux de fécondité par âge sont ceux observés pendant cette période. Si les données sont fiables et la fécondité plus ou moins stable dans le temps, cet indice peut être considéré comme une évaluation à peu près exacte du comportement des cohortes réelles. Le tableau 3.1 montre que I'ISF, au cours des 7 années precédant l'enquête est de 6,8 enfants par femme. L'ISF, indice de la fécondité actuelle, en le comparant à la descendance atteinte à 40-49 ans (6,9 enfants)--résultat d'une fécondité passée--suggère que la fécondité n'a pratiquement pas changé au Burundi pendant ces demières années. Selon les variables socio- 1Le calcul des indices de fécondité a ét~ limité aux femmes âgées de 15-44 ans, parce que l'information sur les femmes âgées 45-49 ans pendant la période 0-4 ans précédant l'enquête est incomplète. A titre d'exemple, on n'a pas enquêté une femme qui avait 49 ans deux ans avant l'enquête, puisqu'au moment de l'enquête elle avait 51 ans. 27 démographiques, le graphique 3.1 montre que la baisse de fécondité s'est amorcée chez les femmes urbaines (ISF 5,3 et descendance à 40-49 ans 6,0), et chez les femmes qui ont reçu au moins l'&lucation secondaire (ISF 5,5 et descendance à 40-49 ans 6,6). Chez les femmes urbaines, la hausse de l'âge au premier mariage pendant les 20 demières années (voir tableau 2.4) pourrait être une des principales causes de la baisse de la fécondité. Chez les femmes les plus instruites les effectifs du tableau 2.4 sont trop petits pour déterminer s'i l y a eu ou non une évolution de l'âge au mariage. TABLEAU 3.1 INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE PARMI LES FEb~4ES 15-44 ANS ET DESCENDANCE ATTEINTE A 40-49 ANS PARMI TOUTES LES FEÆES SELON LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Indice synth~thlque de f~condlt~ Descendance à 40-49 ans 1984-1986' 1981-1983 0-6 ans avant l 'enqu~te Mi l ieu Urbain 5,2 5,3 5,3 6,0 Rural 6,6 7,3 6,9 7,0 R~glon Imbo 6,2 6,2 6,3 6,6 Mumirwa/Mugamba 7,0 7,6 7,2 7,4 Plateaux Centraux 6,3 7,1 6,6 6,7 D~pressions 7,4 7,7 7,4 7,1 Educat lon Aucune 6,6 7,2 6,8 6,8 Pr imaire 6,9 7,7 7,2 7,7 Secondaire + 5,5 5,8 5,5 6,6 Total 6,6 7,2 6,8 6,9 *On a inclus 1987, l 'année de l 'enqu~te. Bien que la tendance générale à la baisse ne soit pas confirmée, les différences du niveau de ce phénomène selon les variables socio-démographiques sont très nettes, aussi bien pour la fécondité actuelle (ISF) que pour la fécondité au cours des 20 demières années (descendance à 40- 49 ans). Les femmes urbaines et celles qui ont au moins l'éducation secondaire ont des niveaux plus faibles que les groupes opposés correspondants. Toutefois, il est assez surprenant de constater que les femmes ayant le niveau primaire ont une fécondité plus élevée que les femmes qui n'ont aucune &lucation, alors qu'on s'attend à une liaison négative entre la fécondité et l'éducation de la femme. Cette incohérence peut trouver son explication dans le fait que, à l'égard des comportements qui tendent â la baisse de la fécondité (décalage de l'âge au mariage, utilisation de la contraception moderne) les femmes ayant le niveau primaire diffèrent peu des femmes sans instruction. Par contre, les femmes du niveau primaire ont une durée d'aménorrhée un peu plus courte que celle des femmes sans éducation (voir tableau 2.6), ce qui contribue à la hausse de la fécondité. Chez les femmes du niveau secondaire, il est probable que l'âge au mariage élevé et l'utilisation plus grande de la contraception modeme compensent la courte durée de l'aménorrhée. Les différences régionales sont moins nettes. En effet, les femmes des régions de l'Imbo et des Plateaux Centraux ont des ISF (6,3 et 6,6 respectivement) légèrement moins élevés que ceux des femmes vivant dans les régions de Mumirwa-Mugamba et des Dépressions (7,2 et 7,4 respectivement). 28 GraDhlque 3.1 Indice Synthétique de Fécondité, et Descendance Atteinte à 40-49 ans MILIEU Urbain Rural REGION Imbo Mumlrwa/Mugambs Plateaux Centraux D6preoelona EDUCATION Aucune Pr imaire Secondaire ÷ (Toutes les femmes) F6( ( ( / / /H /~( ' 'HH ' I / / / / / / / / / / / / / i / / /A ~f / /12 / / / / /}w/ f / />/ / f / J ~~/ / /~/ / / / z ) / / / / /~ / I I 0 2 4 6 Nombre O'Enfants 10 Y//A Descendance I I.S.F. Burundl EDS 1987 3.2 TENDANCES DE LA FECONDITE Une estimation du niveau actuel de la fécondité, et du calendrier de la fécondité, est donnée par la proportion de femmes enceintes selon l'âge au moment de l'enquête (tableau 3.2). Selon les déclarations des femmes enquêtées, 11 pour cent des femmes étaient enceintes au moment de l'enquête. Aux âges 20 à 34 ans les proportions de femmes enceintes sont plus élev6es: presque une femme sur six s'est déclarée enceinte. A partir de 35 ans les proportions de femmes enceintes baissent subitement et régulièrement. Les jeunes femmes 15-19 ans se déclarant enceintes sont peu nombreuses (3 pour cent) dû, sans doute, au fait que peu de femmes sont mari~es à ces âges. TABLEAU 3.2 POURCENTAGE DES FE5~4ES QUI SONT ENCEINTES, SELON L'AGE ACTUEL Age % Ef fect i f actuel 15-19 3,0 731,1 20-24 15,1 779,1 25-29 16,6 803,4 30-34 14,9 622,1 35-39 10,6 486,1 40-44 5,6 269,1 45-49 0,4 279,1 Total 10,9 3970,0 Les taux de fécondité générale par âge sont présentés dans le tableau 3.3. Les données indiquent que le calendrier de la fécondité au Burtmdi n'est pas précoce en le comparant à d'autres pays en développement en raison, probablement, de l'âge au premier mariage qui est relativement élev6 (médiane 19,5 ans). La fécondité la plus élevée durant les 10 demières années se trouve aux groupes d'âges 25-29 ans et 30-34 ans. A ces âges, la fécondit6 est extrêmement élevée - chaque année presque une femme sur trois a eu une naissance. 29 TABLEAU 3.3 TAUX DE £ECONDITE GENERALE PAR AGE SELON L'AGE DE LA MERE A LA NAISSANCE P~rlode avant l'enq~~te en années Age de la m~re à la naissance 0-4 5-9 10-19 15-19 20-24 25-29 30-34 15-19 0,052 0,093 0,090 0,I00 0,102 0,i00 (0,079) 20-24 0,271 0,282 0,278 0,256 0,275 (0,288) 25-29 0,324 0,336 0,325 0,308 (0,329) 30-34 0,292 0,320 0,310 (0,328) 35-39 0,230 0,261 (0,271) 40-44 0,131 (0,200) 45-49 (0,082) Note: Les chlffres ent~e parenth~ses représentent des cohortes incompl~tes. Le déplacement des naissances cité plus haut donne l'apparence d'une fécondité plus élevée dans la période 5-9 ans que dans la période 10-14 ans, suivie d'une baisse très subite dans la période récente (0-4 ans avant l'enquête). Une telle tendance est peu vraisemblable. Dans l'ensemble, les données du tableau 3.3 suggèrent une fécondité qui a très peu changé au Burundi dans le passé récent, sauf dans le cas de la fécondité précoce (âge de la mère à la naissance 15-19 ans) qui semble être en baisse. Cette tendance rejoint celle déjà observée dans le tableau 2.3, relative à la baisse récente des proportions de femmes qui se marient avant l'âge de 20 ai ls , 3.3 FECONDITE CUMULEE La fécondité cumulée (ou parité moyenne) est une mesure rétrospective de la fécondité basée sur le nombre d'enfants nés vivants par femme. Le tableau 3.4 montre une parité moyenne très élevée au Burundi. Une femme burundaise a eu, en moyenne, 7,3 enfants à la fin de sa vie féconde (45-49 ans), et la parité médiane (50 pour cent des femmes) pour ce même groupe est de 8 enfants. La parité des jeunes femmes est très faible: dans le groupe "toutes femmes", les femmes âgées de 15-19 ans n'ont pas d'enfant et les femmes âgées de 20-24 ans ont moins d'un enfant (0,9 enfants). A partir du groupe d'âges 25-29 ans, la parité moyenne augmente très vite, par presque deux enfants entre les groupes d'âges 20-24 et 25-29 ans, ces dernières ayant une parité de 2,7 enfants. Par ailleurs, le pourcentage de femmes qui ont 5 enfants ou plus passe de 10,4 pour cent chez les femmes âgées de 25-29 ans à 87,1 pour cent chez les femmes âg6es de 45-49 ans. La stérilité primaire au Burundi semble très faible puisque, à 45-49 ans, seulement 2 pour cent des femmes n'ont jamais eu d'enfants nés vivants. Ce pourcentage diffère peu entre le groupe "toutes femmes" (2,1 pour cent) et le groupe "femmes actuellement en union" (1,6 pour cent). A part les femmes âgées de moins de 25 ans, parmi lesquelles le pourcentage des célibataires est considérable, les écarts entre la parité des femmes en union et celle de l'ensemble des femmes sont faibles. Pour tous les groupes d'âges de 25 ans ou plus, la différence n'est que de 0,2 enfants, ce qui laisse croire que, dès son entrée en union, la fécondité de la femme burundaise est peu perturbée par les ruptures d'union. Pour l'ensemble des deux populations, la fécondité cumulée est de 3,0 enfants chez toutes les femmes et de 4,1 enfants chez les femmes en union. 30 t~ TABLEAU 3.4 REPARTITION (EN %) DES ENFANTS NEs VIVANTS PARMI TOUTES LES FEMMES ET LES FEMmeS ACTUEL~NT EN UNION SELON L'AGE ACTUEL DE LA F ~ Enfants n~s vivants Age de Parit6 la femme 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 I0+ Total Effectif moyenne Toutes les femmes 15-19 96,8 2,8 0,4 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 i00,0 731,1 0,0 20-24 44,8 30,4 18,6 4,7 0,9 0,4 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 779,1 0,9 25-29 11,5 11,4 21,8 24,5 20,2 7,4 2,8 0,I 0,1 0,0 0,0 100,0 803,4 2,7 30-34 5,5 5,2 7,7 12,2 22,4 22,0 15,4 5,9 2,4 0,7 0,6 100,0 622,1 4,2 35-39 2,8 2,2 3,5 8,7 11,3 17,0 19,3 16,] 10,2 5,5 3,4 100,0 486,1 5,6 40-44 1,7 2,8 4,9 1,7 8,2 14,9 10,3 18,6 13,4 12,2 11,2 100,0 269,1 6,6 45-49 2,1 2,9 1,3 2,7 3,9 7,8 15,1 14,0 13,2 16,4 20,6 100,0 279,1 7,3 Tous les åges 30,4 10,3 10,2 9,2 i0,0 8,7 7,1 5,2 3,5 2,8 2,7 I00,0 3970,0 3,9 Enfants n~s vivants Age de Parit@ la femme 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10+ Total Effectif moyenne Femmes actuellement en union TOUS les åges 6,7 12,3 13,8 12,7 13,8 11,8 9,8 6,8 4,8 3,7 3,8 i00,0 2669,0 4,1 15-19 66,3 27,7 5,4 0,6 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 ]PO,O 43,4 0,4 20-24 19,9 42,1 28,3 7,3 1,4 0,7 0,2 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 483,5 1,3 25-29 3,7 10,8 23,5 27,4 22,7 8,4 3,1 0,2 0,2 0,0 0,0 100,0 690,7 2,9 30-34 2,6 4,1 7,2 ]2,8 23,2 23,9 15,9 6,5 2,4 0,8 0,7 100,0 562,5 4,4 35-39 1,9 0,9 3,1 8,1 11,8 16,2 20,6 16,6 11,5 5,6 3,5 i00,0 428,6 5,9 40-44 1,0 2,8 4,6 1,7 6,8 14,1 10,8 17,2 14,1 13,9 ]2,9 i00,0 228,2 6,8 45-49 1,6 1,8 1,0 2,1 3,5 7,3 15,7 14,3 14,0 16,2 22,7 100,0 232,1 7,5 La parité moyenne, selon l'âge au premier mariage et la durée écoulée depuis le début de celui-ci (voir tableau 3.5), fait ressortir les effets de l'âge au mariage sur l'intensité de la fé, condit6 et la descendance finale. Pour l'ensemble des femmes non cèlibataires, comme il fallait s'y attendre, la parité augmente avec la durée depuis le premier mariage. Le nombre moyen d'enfants nés vivants, qui est de un enfant pour la durée de 0-4 ans, passe à 8,2 enfants pour la durée de 30 ans ou plus. TABLEAU 3.5 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS NES VIVANTS PARMI LES FEMMES NON CELIBATAIRES SELON L'AGE AU PREMIER MARIAGE ET LA DDREE DEPUIS LE PREMIER MARIAGE Age au premier mariage Durée depuis le Tous premier mariage <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ les ~ges 0-4 ans * I,i 1,0 1,0 i,I 0,9 1,0 5-9 * 2,8 2,9 3,1 2,7 3,2 2,9 10-14 3,8 4,4 4,5 4,4 4,4 4,2 4,4 15-19 4,9 5,8 5,9 5,9 6,1 5,6 5,8 20-24 7,2 6,9 6,6 6,9 6,2 6,7 25-29 7,7 7,6 6,9 7,4 7,4 30 OU plus * 8,4 * 8,2 Toutes durées 5,7 4,8 3,9 3,7 3,4 3,4 4,1 • Effectif non-pond@r~ moins de 20 Aux durées moyennes depuis le mariage (10-14 et 15-19 ans), on constate que les femmes qui se sont mariées très jeunes (à moins de 15 ans) semblent avoir une descendance moins élevée que les femmes mariées plus tard. Cela est dû, probablement, au fait que l'intervalle protogénésique est plus long chez les femmes très jeunes. Ces demières rattrapent les autres après 20 ans depuis le mariage, sans doute parce que mariées jeunes elles ont une plus longue durèe d'exposition, ce qui leur confère une parité moyenne au moins aussi importante à la fin de leur vie féconde. 3.4 L 'ENTREE DANS LA V IE FECONDE Cette section est consacrée à l'analyse de l'âge d'entrée dans la vie féconde, en utilisant comme mesure l'âge des femmes à leur première naissance. Le tableau 3.6 donne, pour chaque groupe d'åge actuel, la rèpartition des femmes selon l'âge å la première naissance vivante. Ces donnèes confirment que la fécondité au Burundi n'est pas précoce. En effet, l'âge médian à la première naissance est de 21 ans. Les femmes burundaises ont rarement une naissance avant l'âge de 15 ans (1 pour cent de l'ensemble des femmes) et la proportion des femmes ayant une naissance à moins de 18 ans est inférieur à 20 pour cent, quel que soit le groupe d'âges. Il y a eu une dècroissance régulière dans les g6nèrations les plus jeunes de la proportion des naissances pendant la jeune adolescence (avant 18 ans). Ainsi, la proportion des femmes, pour le groupe 20-24 ans, ayant eu la première naissance avant l'âge de 18 ans est de 7,5 pour cent, alors que pour les groupes 30-34 ans et 40-44 ans les proportions sont de 14,1 et 19,7 pour cent respectivement. 32 TABLEAU 3.6 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FE~~4ES SELON L'AGE A LA PREMIERE NAISSANCE (Y CO~RIS LA CATEGORIE "PAS DE NAISSANCE") ET L'AGE ACTUEL DE LA FEM~4E Age â la première naissance Ago actuel Pas de de la première femme naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ Total Effectif M~dlane 15-19 96,8 O,l * * * * * 100,0 731,1 * 20-24 44,8 0,8 6,7 19,8 * * * 10O,0 779,1 * 25-29 11,5 0,8 11,8 24,1 24,8 21,7 * I00,0 803,4 20,9 30-34 5,5 1,4 12,7 22,0 24,5 28,7 13,1 i00,0 622,1 21,1 35-39 2,8 1,0 16,0 28,6 19,8 23,3 16,4 i00,0 486,1 21,1 40-44 1,7 2,1 17,6 18,8 20,9 19,2 19,7 10O,0 269,1 21,2 45-49 2,1 2,0 14,7 19,9 20,5 22,6 18,2 100,0 279,1 21,1 Tous 30,4 1,0 10,2 17,6 18,0 15,1 7,7 10O,0 3970,0 * les ~ges * Pas de m~dlane Comme l'indique le tableau 3.7, l'âge médian à la première naissance varie, selon les caractéristiques socio-démographiques, de la même façon que l'âge au premier mariage (voir tableau 2.4). Pour l'ensemble des femmes âgées de 25-49 ans 2, on peut noter une différence de 1 an dans l'âge à la première matemité entre les femmes urbaines et les femmes rurales (20 ans et 21 ans respectivement). Suite à une hausse r6cente de l'âge médian à la première naissance des femmes urbaines, les jeunes femmes (25-29 ans et 30-34 ans) dans les deux milieux ont eu leur premier enfant au même âge médian (21 ans). Les femmes ayant reçu une éducation secondaire sont les plus tardives à commencer leur vie féconde. L'âge médian à la première naissance de celles-ci est de 24 ans, de loin supérieur à celui des femmes moins instruites, la différence étant de 3 ans. Au niveau régional, les variations sont moins prononcéees. Les deux régions des Dépressions (âge médian de 20,4 ans) et de l'Imbo (âge médian de 20,8 ans) connaissent la fécondité la plus précoce. 211 s'agit des femmes agées à partir de 25 ans, puisque dans les groupes d'âge inférieurs il y a toujours des femmes qui n'ont pas encore atteint l'âge médian. 33 TABLEAU 3.7 AGE MEDIAN A LA PREMIERE NAISSANCE DES FE~MES AGEES DE 25 A 49 ANS SELON LES VABIABLES SOCIO-DEMOGBAPHIQUES ET L'AGE ACTUEL DE LA FE~~4E Age actuel 25-29 30-34 35-39 40-44 Tous les 45-49 ~ges Milieu Urbain 20,9 21,4 19,5 19,2 19,8 20,3 Rural 20,9 21,1 21,2 21,3 21,2 21,1 R~gion Imbo 20,4 21,4 20,6 19,7 21,3 20,8 Mumirwa/Mugamba 21,3 21,1 20,6 21,2 20,4 21,0 Plateaux Centraux 21,1 21,2 21,6 21,6 21,3 21,3 D~pressions 20,0 20,7 20,4 20,2 21,7 20,4 Educatlon Aucune 20,8 21,0 21,1 21,2 21,0 21,0 Primaire 21,3 21,2 21,0 20,2 22,2 21,2 Secondaire + 24,5 22,9 * * * 23,9 Total 20,9 21,1 21,1 21,2 21,1 21,0 • Effectif non-pond6r~ moins de 20 34 CHAPITRE IV CONTRACEPTION L'EDS est la première étude d'envergure nationale qui traite de la connaissance, de l'utilisation et des attitudes vis-à-vis des moyens contraceptifs. Les données qui existent jusqu'ici proviennent d'études régionales limitées. La plus récente a été réalisée par le Département de la Population en 1985 dans le milieu rural auprès d'un échantillon de 292 hommes et de 308 femmes ågés de 15 ans et plus. Le manque de données sur la contraception s'explique par le fait que l'exposition des burundais aux méthodes modernes de planification familiale est récente. En effet, après l'adoption d'une politique officielle de planification familiale en 1983,1es méthodes contraceptives sont devenues de plus en plus disponibles. La distribution est faite principalement dans les centres de protection maternelle et infantile. L'EDS permettra d'évaluer l'effort de l'action du Burundi en matière de contraception et de foumir les informations nécessaires pour étendre et consolider cette action. Dans ce chapitre, huit sections seront d6veloppées. Lapremière traitera des niveaux de la connaissance et des facteurs différentiels et la seconde et la troisième de la perception des problèmes de contraception et de l'utilisation passée. La quatrième sera consacrée à l'utilisation actuelle et la cinquième à l'identification des sources des méthodes. Dans les sections six et sept, on étudiera respectivement les raisons de la non-utilisation des moyens contraceptifs et l'utilisation future. Enfin, la section huit abordera les attitudes vis-à-vis de la planification familiale. 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION La connaissance des méthodes contraceptives peut être considérée comme une pré-condition pour l'utilisation. Dans cette enquête, la connaissance est définie tout simp.lement comme ayant entendu d'une méthode spécifique de contraception. Elle a été saasle à deux niveaux. Premièrement, l'enquêtrice demandait à la femme de citer toutes les méthodes qu'un couple peut utiliser pour retarder ou éviter une grossesse. Chaque méthode citée ainsi était classée comme connaissance spontanée. Pour chaque méthode qui n'était pas mentionnée par la femme, l'enquêtrice intervenait pour la lui décrire. Si l'interviewée répondait par la positive après la description, la connaissance était considérée comme non spontanée, ou anrès descriotion. Les questions sur les moyens contraceptifs sont bas~es sur une liste de treize méthodes se répartissant selon les critères d'efficacité en deux groupes: 0 Le premier comprend les méthodes modernes ou efficaces: pilule, stérilet ou DIU, condom, méthodes vaginales, injection, stérilisation féminine et stérilisation masculine; Le second comprend les méthodes traditionnelles et naturelles: continence périodique, retrait, abstinence prolongée, plantes médicinales, amulette ou gris-gris, et "autres méthodes populaires." Les résultats de rEDS montrent que sur l'ensemble des femmes toutes situations matrimoniales confondues, 70 pour cent ont déclaré connaître au moins une méthode contraceptive et que 79 pour cent des femmes en union ont donné la même réponse (tableau 4.1). Des méthodes modernes, l'injection est la méthode la plus connue par l'ensemble des femmes (52 pour cent), suivie de la pilule (37 pour cent), du DIU (20 pour cent), de la stérilisation féminine (13 pour cent) 35 t~ C~ TABLEAU 4.1 POURCENTAGE DES FFî~4ES CONNAISSANT UNE METHODE SPECIFIQUE SELON UAGE ACTUEL Pourcentage Pourcenta9e connaissant connaissant au moins Age au moins une m~thode actuel une méthode moderne M6thode Pil. DIU Inj. M.vag Cond St.f St.m C.pér Ret. Abst. Pl.m Toutes les fe~es Gris Autres Effectif 15-19 67,1 59,2 30,0 12,9 58,i 9,6 12,4 19,2 5,8 33,6 18,2 25,1 16,0 6,5 O,O 43,4 20-24 78,3 62,4 39,0 22,7 55,7 5,9 14,3 13,4 3,3 43,9 24,8 37,5 8,3 9,4 0,3 483,5 25-29 84,3 71,3 51,6 30,8 64,2 7,8 16,9 16,6 3,7 53,6 27,5 45,8 8,8 7,5 0,8 690,7 30-34 78,4 63,6 40,8 21,6 58,5 6,8 15,1 14,3 3,4 47,2 24,8 44,6 8,3 4,5 8,9 562,5 35-39 77,6 64,0 43,4 23,2 57,8 7,8 16,8 13,6 4,5 46,9 28,1 48,7 10,6 9,6 1,2 428,6 40-44 74,6 56,8 34,5 21,8 48,7 7,6 1O,l 15,1 2,2 45,3 20,1 36,0 14,7 9,6 0, O 228,2 45-49 69,7 51,8 35,3 15,8 46,9 5,2 10,7 12,4 4,1 37,0 22,8 44,5 ll,O 9,5 0,5 232,1 Total 78,5 63,8 42,4 23,8 57,4 6,9 14,9 14,6 3,6 46,9 25,3 41,7 9,7 7,9 8,7 2669,0 Fenmes actuellement en union 15-19 43,1 40,1 19,8 7,4 34,4 1,9 2,8 7,8 0,9 11,1 4,0 6,3 5,4 3,5 0,I 731,1 20-24 70,9 58,0 35,1 18,6 51,0 4,8 12,5 13,6 3,I 35,7 18,5 30,8 7,1 7,2 0,4 779,1 25-29 82,5 69,4 48,9 28,7 62,4 7,3 16,4 16,2 3,6 51,2 26,3 41,7 8,9 7,4 0,7 803,4 30-34 77,3 62,9 41,7 22,3 57,4 7,0 15,4 14,9 312 46,9 24,0 43,1 8,3 4,7 0,8 622,1 35-39 77,9 64,6 43,8 23,6 58,4 7,0 16,1 14,4 4,6 46,0 27,7 41,3 10,3 9,4 1,1 486,1 90-44 72,9 56,3 34,3 20,9 47,6 6,9 9,9 14,9 2,1 43,0 19,9 35,0 13,2 9,8 0,3 269,1 45-49 67,5 50,8 35,3 17,2 44,9 5,3 12,1 13,1 4,2 35,7 24,2 43,2 11,1 9,5 0,4 279,1 Total 69,9 58,0 37,1 19,8 51,5 5,5 12,2 13,4 3,0 37,7 19,9 32,8 8,4 6,8 0,5 3970,0 et du condom (12 pour cent). Les méthodes les moins connues sont les méthodes vaginales (6 pour cent) et la stérilisation masculine (3 pour cent). Quelle que soit la méthode, les femmes en union connaissent la contraception moderne plus que l'ensemble des femmes. Des méthodes traditionnelles et naturelles, la continence périodique arrive en tête (38 pour cent). Viennent ensuite l'abstinence prolongée (33 pour cent) et le retrait (20 pour cent). Les plantes médicinales (8 pour cent) et le gris-gris (7 pour cent) sont les moins connus. Ici encore, la connaissance des méthodes traditionnelles est plus élevée chez les femmes en union que chez toutes les femmes. Par åges quinquennaux, les niveaux de connaissance les plus élevés se situent dans les groupes d'îges intermédiaires 25-39 ans et les niveaux les plus faibles dans le groupe le plus jeune 15-19 ans. Le tableau 4.2 montre que la connaissance spontanée des méthodes est extrêmement faible. S'il n'y avait pas eu description, la connaissance aurait été au moins deux fois moins importante. Pour ne citer que les méthodes modernes les plus populaires, la connaissance spontanée de l'injection et de la pilule sont respectivement de 17 et 12 pour cent contre 34 et 25 pour cent pour la connaisance non spontanée. TABLEAU 4.2 pOURCENTAGE DES FEHMES AYANT DECLARE CONNAITRE UNE METHODE SBECIFIQUE SELON LA NATURE DE LA CONNAISSANCE ET L*AGE ACTUEL M6thode Pilule DIU In~e~tlon M6th. vaç* Condom St. Fe~. St. Ma$c. Effectif Age Actuel Spont DeSC Spont Deec Spont Desc Spont Oe~c Spont Desc ~pon~ De~o $pont Desc 15-19 4,4 15,4 0,4 7,0 9,7 24,3 0,0 1,9 20-24 i0~i 25f0 4,6 14«0 15q6 35a4 0,4 4«4 25-29 19,4 2ç«5 7,3 21,4 24,8 33,5 0,7 6,5 30-34 L4,3 27,0 6,6 15,7 19~3 38,1 1,3 5»7 35-39 14,9 29,0 5,6 18,I 20,5 37,9 1,0 6,0 40-44 10,0 24,3 3f5 17,3 1519 31,7 0F2 6,7 45-49 9,5 25,8 3~2 13,9 10,6 3413 011 512 Total 12,2 25,0 4,6 15,2 17,2 34,3 0,6 5,0 0«4 2«4 0~2 7,5 0,0 0,9 731,1 2,4 10«2 0«6 13,0 0,1 3»0 779,1 4w3 12al 2«0 14«2 0,3 3f3 803»4 5,2 10,2 lw3 13,7 Of 2 3,0 (ï22, 1 4,5 l l f6 2»0 12,4 0~7 3,8 486,1 0,4 9*4 1,6 13f2 0,1 2,0 269«1 0«9 ii«2 0~8 12,3 0»0 4,2 279, i 2,9 9,3 1,2 12,2 0,2 2,8 3970,0 Les résultats indiquent que les pourcentages de femmes en union connaissant une méthode contraceptive sont au niveau le plus bas chez les femmes qui ont 0 enfant et au niveau le plus élevé chez celles qui ont deux enfants (tableau 4.3). Par milieu de résidence, quel que soit le nombre d'enfants vivants, les femmes urbaines ont une meilleure connaissance de la contraception aussi bien des méthodes modernes que de toutes les méthodes confondues. De même, il y a des différences dans la connaissance selon la région. Les femmes qui vivent dans l'Imbo sont plus informées des moyens contraceptifs que celles des autres r¢gions, l'Imbo étant la région la plus urbanisée du pays. Les femmes des D6pressions ont la plus mauvaise connaissance de la contraception. Les interview~es vivant à Mumirwa/Mugamba et dans les Plateaux Centraux ont des niveaux de connaissance intermédiaires. Le niveau d'instruction semble un facteur favorable à la connaissance des méthodes contraceptives. En effet, le niveau de connaissance de la contraception moderne passe de 61 pour cent chez les femmes sans aucune instruction à 75 pour cent chez celles ayant le niveau primaire et à 94 pour cent chez les femmes ayant le niveau secondaire ou plus. Les données sur la connaissance des sources auxquelles les femmes iraient en cas de besoin parmi celles connaissant une méthode contraceptive spécifique sont présentées dans le tableau 4.4. 37 TABLEAU 4.3 : POURCENTAGE DES FEb~4ES ACTUELLEMENT EN UNION CONNAISSANT AU MOINS UNE METBODE CONTRACEPTIVE ET AU MOINS UNE METHOD£ MODERNE SELON LE NOMBRE D, ENFANTS VIVANTS ET LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQOES NoMbre dtenfants vivants Toutes les 0 1 2 3 4 5 6+ parl~~s Milieu Urbain Moderne Toute Rural Moderne Toute R6glon Imbo Moderne Toute Mumirwa/Mugamba Moderne Toute Plateaux Centraux Moderne Toute D~presslons Moderne Toute Educatlon Aucune Moderne Toute PrÆmalre Moderne Toute Secondaire + Moderne Toute Total Moderne Toute 89,2 86,4 96,0 93,1 97,8 93,8 92,2 92,6 91,9 89,4 97,3 96,6 97,8 93,8 94,1 94,5 51,8 63,6 67,0 64,2 59,0 64,4 64,8 62,8 65,4 78,5 84,5 78,7 74,2 80,2 78,9 78,0 73,0 83,5 72,0 71,5 60,3 97,0 79,2 75,4 85,3 88,3 82,4 78,5 68,9 97,0 93,0 83,7 53,1 60,0 69,7 57,1 57,3 58,7 48,0 57,6 56,2 78,5 84,2 76,6 76,0 76,2 65,3 74,3 52,3 68,2 72,1 69,0 65,0 69,4 73,5 67,8 67,9 82,8 88,4 81,1 78,2 83,3 85,4 81,7 42,9 46,4 49,1 57,1 49,3 48,7 63,8 52,0 57,1 60,7 74,5 76,2 66,7 71,8 77,6 70,3 50,8 60,7 64,6 61,7 57,5 64,7 62,7 60,9 65,4 77,9 82,2 76,8 73,5 79,8 77,9 76,8 65,7 77,3 79,3 80,6 67,7 67,4 78,3 75,3 70,0 80,6 94,2 91,2 78,5 87,0 85,0 85,2 * I00,0 92,2 I00,0 i00,0 * * 93,6 * 100,0 I00,0 I00,0 i00,0 * * 98,0 53,3 64,5 68,2 65,0 60,0 65,2 65,6 63,8 66,5 78,9 85,0 79,2 74,8 80,6 79,4 78,5 *Effectif non-pondêrê moins de 20 D'une manière générale, si une méthode est connue, sa source l'est aussi. Les niveaux de connaissance de sources des méthodes spécifiques varient entre 88 et 93 pour cent, sauf pour le condom où le pourcentage des femmes qui connaissent une source pour obtenir cette méthode est inférieur à 80 pour cent. La quasi totalité des femmes auraient recours aux sources du secteur public si elles voulaient obtenir une méthode moderne. L'hôpital et la maternité viennent en tête, suivis du centre de santé et du dispensaire public. Le secteur privé, par contre, occupe une place marginale. Les pourcentages ne dépassent pas 5 pour cent, à l'exception du condom où 14 pour cent des femmes ont mentionné la pharmacie comme source pour l'obtention de ce moyen contraceptif. La catégorie "autres" (parente, amie, féticheur) est mentionnée par très peu de femn~s. En effet, 2 pour cent au plus des interview~es s'adresseraient à "autres", sauf pour la continence périodique où plus de 21 pour cent ont cité une parente ou une amie comme source pour obtenir des informations sur l'utilisation de cette méthode. 38 TABLEAU 4.4 REPARTITION (EN 8) DES FEMmeS CONNAISSANT UNE METEODE CONTRACEPTIVE SELON LA SOURCE A LAQUELLE ELLES IRAIENT EN CAS DE BESOIN M6thode Source Pil. DID InJ. M.vag Cond St.f St.m C.p6r Secteur publle 84,3 87,8 87,1 81,7 62,3 91,7 86,5 61,0 H6pltal/Maternit~ 40,2 50,2 43, 0 41,4 32,0 74,6 74,3 21,8 Centre de sant6 22,9 20,7 20,6 22,0 16,7 8,0 2,5 26,7 Dispensai re public 21,2 16,9 23,5 18,3 13,6 9,1 9,7 12,5 Secteur priv6 2,5 1,7 1,2 5,0 13,7 8,3 0,2 0,6 Dispensai re agr~6 0,7 0,6 1,0 0,0 0,8 0,2 0,0 0,5 Cabinet priv~ 0,I 0,4 0, i 0,3 0,3 0,1 0,2 0,0 Pharmacie 1,7 0,7 0,i 4,7 12,6 0,O 0,0 0,i Autre 2,3 2,3 1,6 2,0 2,3 0,8 l,O 25,9 Ne sait pas ii,0 7,9 9,9 11,0 21,1 7,0 12,0 10,8 Non d~clar6e 0,I 0,3 0,2 O,l 0,6 0,I 0,2 1,6 Total i00,0 100,O 10O,0 i00,0 1OO,0 i00,0 I00,0 i00,0 Ef fect l f 1474,2 787,3 2044,0 220,0 484,1 532,2 118,4 1497,8 4.2 PERCEPT ION DES PROBLEMES DE CONTRACEPT ION L'enquête burundaise prdsente la question suivante: "Quel est le problème majeur, s'il y en a, en utilisant cette méthode?" Cette question était posée à toute femme et pour tout moyen contraceptif spécifique déclaré connu. Le tableau 4.5 montre que pour les mêthodes modemes, la majoritd des femmes (entre 46 et 76 pour ccnO ont déclard ne pas savoir le problème que pose l'usage de ces contraceptifs. Pour les mêthodcs traditionnelles, la réponse "ne sait pas" est beaucoup moins fréquente (entre 29 et 42 pour cent). TABLEAU 4.5 REpARTITION (EN %) DES FEMMES SELON LE PRINCIPAL PROBLEME PERCU EN UTILI$ANT DES ÆTHODES SPECIFIQL~S ET LA METHODE CONNDE pAR LA PE~LME M6thode Prlnc~pal probl6me perç~ Pli. DIU lh~. M.w69 Cond St,f S~.m C,p6T Ret. AbJt. Pl.m Grll Aucun 19,0 20,3 25,6 15,8 30,2 36,9 44,0 47,0 36,0 50,6 21,3 15,1 [ f le t» Jeeondalres 13,3 18,3 9,5 3,9 4,4 9,5 2,2 1,2 1,7 0,4 8,2 6,5 Opposition du mari 0,2 0,3 0,3 0,5 3,0 0,6 3,3 10,5 14,8 17,5 0,1 0,6 Methode ineff icace 3,3 2,3 1,7 2,4 1,3 0.3 0,2 11,1 £,0 1,7 29,3 33,0 Accos/Di |ponib i l i t6 0,0 0,1 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,4 Co~t 0,1 0,0 0,1 0,1 0,2 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,9 G6nant 0,3 0,5 0,1 0, G 1,7 0«0 0,0 0,2 2,0 0,6 0,0 0,2 Autre 0,3 0,2 0,6 0,1 0,5 3,5 3,5 0,1 0,5 0,4 0,& 0,6 Ne mait p«s 63,1 57, G 62,7 75,8 5J,5 49,0 45,8 29,6 39,0 2e,0 40,G 42,3 Non d6clar6e 0,4 0,4 0,3 0,6 0,1 0,1 0,2 0,3 0,0 0,1 0,0 0,4 Total 100,0 100,0 100,0 IO0,Q 100,0 100,0 100«0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Bf fec t i f 1474,2 707,3 2044,0 220«0 484,1 532,2 118,4 1497,0 789,7 1303,9 333, t 269,? 39 Un nombre important de femmes ont répondu qu'il n'y a aucun problème qui se pose dans l'utilisation des méthodes. Dans cette catégorie, l'abstinence pmlongée vient en tête (51 pour cent), suivie de la continence périodique (47 pour cent), de la stérilisation masculine (45 pour cent) et de la stérilisation féminine (37 pour cent). Le gris-gris, les méthodes vaginales, la pilule et le DIU sont les méthodes les moins citées dans cette catégorie. Les effets secondaires constituent le problème majeur dans l'utilisation du DIU (18 pour cent), de la pilule (13 pour cent), et de la stérilisation féminine (10 pour cent). Pour les autres méthodes, ce problème est cité par un nombre limité de femmes (entre 0,4 et 9 pour cent). Comme il fallait s'y attendre, l'opposition du mari est un autre problème majeur pour l'utilisation de l'abstinence prolongée (18 pour cent), le retrait (15 pour cent) et la continence périodique (11 pour cent). Pour ce qui est de l'inefficacité des méthodes, le gris-gris (33 pour cent), les plantes médicinales (29 pour cent) et la continence périodique (11 pour cent) ont été les plus jugées inefficaces. Par contre, la stérilisation masculine (0,2 pour cent) et la stérilisation féminine (0,3 pour cent) ont été les moins mises en doute. Pour les autres problèmes tels que l'accès ou la disponibilité et le coût, il y a très peu de femmes qui les ont mentionnés (entre 0 et 2 pour cent). 4.3 PRATIQUE DE LA CONTRACEPT ION La pratique de la contraception chez les femmes enquêtées est définie comme l'utilisation d'au moins une méthode contraceptive ì un moment quelconque de leur vie féconde. Il s'agit donc de l'utilisation passée ou présente. Le tableau 4.6 indique que 22 pour cent de l'ensemble des femmes ont pratiqué au moins une méthode quelconque et que le niveau de pratique des méthodes modernes est extrêmement faible ne dépassant pas 2 pour cent. Pour les contraceptifs traditionnels, le pourcentage des femmes qui ont adopté au moins un de ces moyens est dans l'ordre de 20 pour cent. La continence périodique (14 pour cent) et l'abstinence prolongée (10 pour cent) ont ét~ les plus utilisées. Pour les autres méthodes, le niveau de pratique varie entre 0,1 pour cent (gris-gris) et 6 pour cent (retrait). En ce qui concerne la pratique par les femmes en union (30 pour cent), elle est plus importante que celle par toutes les femmes. En effet, les femmes en union ont plus adopté la continence périodique et l'abstinence prolongée. Pour les méthodes modemes, les différences d'utilisation entre les deux groupes sont minimes. Si l'on étudie la pratique selon l'åge, on remarque que le niveau d'utilisation augmente généralement avec l'[tge jusqu'au groupe de 30 à 34 ans, puis diminue au delà. Les plus faibles pourcentages sont observés à 15-19 ans. Ces constatations sont valables aussi bien pour l'ensemble des femmes que pour les femmes en union. La méthode à laquelle les femmes ont le plus fait recours est la continence périodique. Mais, l'efficacité d'utilisation de cette méthode dépend de la connaissance exacte de la période de fertilité du cycle menstruel. Il ressort du tableau 4.7 que 35 pour cent des femmes qui ont utilisé la continence périodique ont pu identifier d'une manière exacte la période fécondable qui est le milieu du cycle et que 30 pour cent ont répondu "après les règles". Cette dernière réponse et la réponse "avant les régles" (1 pour cent) peuvent être classées dans la catégorie d'une connaissance douteuse. Plus de 34 pour cent des femmes qui ont adopté cette méthode ignorent totalement la période d'ovulation. 40 4~ TABLEAU 4.6 POURCENTAGE DES FE~MES AYANT UTILISE UNE METHODE CONTRACEPTIVE SPECIFIQUE SELON L'AGE ACTUEL Pourcentage Pourcentage ayant utl- ayant uti- lisé au lisé au moins une Age moins une méthode actuel méthode moderne M~thode Pil. DIU InJ. M.vag Cond St.f C.pér Ret. Abst. Pl.m Gris Autres 15-19 1,8 20-24 18,0 25-29 90,4 30-34 92,4 35-39 28,0 40-44 25,4 45-49 25,2 Total 22,0 Toutes les ferm~es Effectif 15-19 14,5 20-24 26,3 25-29 32,9 30-34 33,6 35-39 29,8 40-44 27,I 45-49 27,2 To%al 30,1 Fe~mnes actuellamenç en union 3,8 3,8 O,0 0,0 0,0 0,6 0,O 8,1 4,3 3,8 0,6 g,O 0,0 43,4 1,6 0,3 0,4 0,5 0,0 0,5 0,0 16,1 8,0 13,7 0,3 0,0 0,O 483,5 2,8 1,9 0,7 1,2 0, i 0,3 0,2 21,8 9,6 15,1 0,3 0,2 0,0 690,7 2,5 0,5 0,9 i,i 0,2 0,I 0, i 20,9 7,8 16,2 0,6 0,0 0,4 562,5 1,5 0,9 0,5 0,9 0,0 0,3 O,0 19,9 8,2 14,1 0,9 0,3 0,4 428,6 1,7 0,9 0,6 0,2 0,0 0,0 0,2 15, 0 7,0 12,5 1,1 0, 5 0,0 228,2 2,7 1,6 0,5 l,I 0,0 0,0 0,1 14,6 7,6 16,0 0,6 0,5 0,O 292,1 2,3 0,8 0,6 0,9 0,1 0,3 0,1 18,8 8,2 14,6 0,5 0,2 6,2 2669,0 0,5 0,3 0,0 0,2 0,0 0,1 0,0 1,1 0,4 0,3 0,0 0,0 0,0 731,1 1,3 0,4 0,2 0,4 0,0 0,3 0,0 ii,I 5,0 8,7 0,5 0,0 0,0 779,1 2,9 1,2 0,7 1,3 0, i 0,3 0,2 20,2 8,5 13,6 0,3 0,2 0,0 803,4 2,9 0,8 0,9 1,4 0,2 0,2 0,1 20,1 7,3 15,4 0,7 O,O 0,4 622,1 1,6 0,5 0,6 1,0 0,0 0,3 0,0 18,2 7,8 13,0 0,8 0,3 0,3 486,1 2,2 1,1 0,9 0,4 0,0 0,0 0,3 14,4 6,6 11,3 0,9 0,4 0,0 269,1 2,6 1,4 0,5 1,0 0,0 0,1 0,i 12,6 7,3 14,9 0,4 0,4 0,0 279,1 1,9 0,7 0,5 0,8 0,0 0,2 0,i 13,7 5,8 10,3 0,5 0,1 0, I 3970,0 Chez l 'ensemble des femmes, il y a moins de deux interview~es sur dix qui connaissent d'une façon exacte la période fécondable et presque deux autres sur dix qui ont une connaissance douteuse. Mais, la majorité de ces femmes (63 pour cent) n'ont aucune id6e de quand la femme a le plus de chance de tomber enceinte. 4.4 UT IL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPTION L'utilisation actuelle de la contraception est définie dans cette enquête comme l'utilisation d'une méthode contraceptive quelconque au moment de l'interview par les femmes de l'échantillon, âgées de 15 à 49 ans. Le pourcentage des utilisatrices actuelles est le taux de pr6valence contraceptive. TABLEAU 4.7 REPART IT ION (EN %) DE TOUTES LES FE~94ES SELON LEUR CONNAISSANCE DE LA PERIODE DE FERT IL ITE AU COURS DU CYCLE OVULAIRE Femmes ayant ut i l i sé la Toutes les cont inence Conna issaNce fer~nes pér lod lque Connalt M i l i eu du cyc le 17,8 35,3 Conna issance douteuse Juste aprés 18,6 30,4 Juste avant 1,0 1,4 Ne connalt pas Pendant les r~gles 1,9 2,4 N ' impor te quand 2,0 1,8 Aut re r~ponse 1,0 0,8 Ne sait pas 57,6 27,9 NON dêc larêe 0,I 0,0 Tota l 100,0 I00,0 E f fect i f 3970,0 544,3 Le tableau 4.8 montre que 8,7 pour cent des femmes en union utilisent actuellement une méthode contraceptive quelconque et 1,2 pour cent seulement d'entre elles recourent à des méthodes modernes. Pour les méthodes traditionnelles, le niveau d'utilisation est de 7,5 pour cent. La continence périodique vient largement en tête des méthodes employées (4,8 pour cent), suivie de l'abstinence prolongée (2 pour cent) et du retrait (0,7 pour cent). Si l 'on ne tient pas compte de l'abstinence prolongée dont la définition reste vague, le pourcentage de femmes en union qui utilisent actuellement les méthodes traditionnelles sera de 5,5 pour cent et le taux de prévalence contraceptive de 6,7 pour cent. Le niveau d'utilisation actuelle des femmes toutes situations matrimoniales confondues est encore plus faible que celui des femmes en union: 5 pour cent contre 6,7 pour cent (en ne tenant pas compte de l'abstinence prolongée). Si le taux d'utilisation des méthodes modernes est à peu près le même chez les deux groupes de femmes, le niveau d'usage des moyens traditionnels est légèrement en faveur des femmes en union. Le tableau 4.9 donne les niveaux d'utilisation actuelle chez les femmes en union selon certaines variables socio- démographiques. Comme pour la pratique passée, le taux de prévalence contraceptive augmente avec l'ãge jusqu'à 30-34 ans, puis diminue de nouveau. Pour les méthodes modernes, la tendance est la même, sauf à 45-49 ans où le niveau d'utilisation est le plus élevé. TABLEAU 4.8 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES ET DES FEMMES EN UNION UTILISANT ACTUELLEMENT LA CONTRACEPTION SELON LA METHODE SPECIFIQUE Toutes les Ferames Méthode femmes en union Taux de pr~valence contraceptive 6¢4 8,7 Méthodes modernes 1,0 i«2 Pilule 0,2 012 DIU 0,2 0~3 In jec t ion 0¢5 0,5 Condom 0«I 0»I Stérili=atlon f6minine 0,i 0,i M&thodes tradit io~el len 5,4 7,5 Co~tlnence pêriodlqu@ 3~5 4~8 Abstinence prolon@ée 1,4 210 Retrait 0,5 0,7 Aucune méthode 93,6 91r3 Total I00,0 I00,0 Effœectif 3970,0 2669«0 42 Selon le milieu de résidence, le pourcentage des utilisatrices est plus de trois fois supérieur en milieu urbain qu'en milieu rural. Pour les méthodes modernes, on constate que leur usage est pratiquement limité aux femmes urbaines. Par région, l'Imbo a le niveau d'utilisation le plus élevé (17,3 pour cent) et les Dépressions ont le niveau le plus bas (5,2 pour cent). Dans cette dernière rdgion, le taux de prévalence des méthodes modernes est nul. La prévalence dans chacune des deux autres rdgions est de 8,4 pour cent à Mumirwa/Mugamba et de 8,7 pour cent dans les Plateaux Centraux. Les pourcentages d'utilisation des méthodes modernes dans ces rdgions sont respectivement de 1,6 et de 0,8 pour cent. Selon l'éducation, l'utilisation actuelle augmente avec le niveau d'instruction passant ainsi de 7,7 pour cent chez les femmes sans instruction, à 11,1 pour cent chez celles qui ont le niveau primaire et à 29,6 pour cent chez celles qui ont le niveau secondaire ou plus. Pour les méthodes modernes, les différences sont encore plus prononcées allant de 0,6 pour cent à 16,9 pour cent. TABLEAU 4.9 POURCENTAGE DES FEMMES EN UNION UTILISANT ACTUELLEMENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE QUELCONQUE SELON LES VARIABLE$ $OCIO- DEMOGRA~EIQUES Toute mêthode Méthode moderne Ag~ actue l 15~19 4,3 0,6 20-24 ç,l 0,7 25-29 9,6 1,4 30-34 10,2 1,5 35-39 7,1 1,3 40-44 8,0 1,0 45-49 6,1 1,6 Milieu Urbain 25,5 14,0 Rural B,1 0,8 Rê~ion Imbo 17,3 6,1 Mumirwa/Mugamba 8,4 1,6 Plateaux Centraux 8«7 Or8 Dêpresslons 5,2 0,0 Educatlon Aucune 7,7 0,6 Primaire 11,1 2,2 Secondaire + 29,6 16,9 Enfants vivants 0 0,5 0,0 1 6, B 0,8 2 11,3 0,9 3 9,0 1,6 4~ 9,9 1,6 TOtal 8,7 1,2 Effectif 2669,0 2669«0 En ce qui concerne l'utilisation actuelle selon les enfants vivants, on remarque un taux de prévalence qui augmente avec le nombre d'enfants vivants jusqu'à 2, puis diminue à 3 et 4 enfants ou plus. Pour les méthodes modernes, l'utilisation augmente avec le nombre d'enfants. Elle est nulle parmi les femmes qui ont 0 enfant et atteint 1,6 pour cent parmi celles qui ont 3 ou 4 enfants et plus. Enfin, en comparant l'utilisation de trois méthodes contraceptives (pilule, DIU et stérilisation) au Burundi à celle dans 28 pays en développement (tableau 4.10), on constate que notre pays se classe en bas du tableau avec les pays africains qui viennent récemment d'être exposés à la contraception moderne. 4.5 SOURCE DES METHODES CONTRACEPTIVES On a demandé aux femmes qui utilisent actuellement la contraception d'identifier les sources de leurs méthodes. Le secteur public est le plus gros fournisseur (tableau 4.11). Ainsi, pour les contraceptifs modernes, presque neuf femmes sur dix se sont adressées à une source publique. L'h6pital et la maternité approvisionnent 44 pour cent, le centre de santé 22 pour cent et le dispensaire public 21 pour cent. Pour les méthodes cliniques (DIU, injection et stérilisation), la part du secteur public est encore plus importante (95 pour cent). 43 TABLEAU 4.10 POURCENTAGE DES FE~~4ES ACTUELLEMENT MARIEES UTILISANT CERTAINES METEODES CONTRACEPTIVES PAR METEODE SPECIFIQUE ET PAR PAYS Ann6e de stêrlll- Total Rang Pays l'Enqu~te source Pilule DIU satlon Brazll 1986 EDS 25,2 1,0 26,9 53,1 1 Thailande 1981 EPC 19,0 4,2 22,6 45,8 2 Colombie 1986 EDS 16,4 ii,0 18,3 45,7 3 R6publlque Domlnicaine 1986 EDS 8,8 3,0 32,9 44,7 4 E1 Salvador 1985 EDS 6,6 3,3 31,8 41,7 5 Cor~e du Sud 1979 EPC 7,2 9,6 20,4 37,2 6 Tunisie 1983 EPC 5,3 13,2 12,5 31,0 7 Egypte 1980 EMF 19,0 5,0 0,3 24,3 8 Malaisle 1974 EMF 19,0 0,6 4,6 24,2 9 Maroc 1983-4 EPC 16,8 2,0 1,7 20,5 10 Jordanle 1976 E~ 15,1 2,7 2,4 20,3 11 Sri Lanka 1982 EPC 2,6 4,7 9,9 17,2 12 Syrle 1978 EMF 15,0 0,6 0,5 16,1 13 Phlllpplnes 1978 EMF 6,0 3,0 6,0 15,0 14 P~rou 1981 EPC 5,0 4,0 4,0 13,0 15 N~pal 1981 EPC i,I 0,1 5,2 6,4 16 Lib~ria 1986 EUS 4,7 0,7 1,0 6,4 17 Bangladesh 1981 EPC 2,7 0,2 3,4 6,3 18 Soudan (Nord) 1979 E~ 3,5 0, I 0,2 3,8 19 Paklstan 1975 EMF I, 3 0, 9 i, 4 3, 6 20 Kenya 1978 EMF 2,0 0,7 0,9 3,6 21 HaoEti 1983 EPC 2,2 0,2 0,7 3,1 22 S~n~gal 1986 EDS 1,2 0,7 0,2 2,1 23 Mall 1987 EDS 0,8 0,1 0,1 1,0 24 BURUNDI 1987 EDS 0,2 0,3 0,1 0,6 25 C6te d'Ivoire 1980 EMF 0,4 0,1 0,0 0,5 26 B~nln 1982 EMF 0,2 0,2 0,0 0,4 27 Cameroun 1978 EMF 0,2 0, 2 0,0 0,4 28 Maurltanie 1981 EMF 0,0 0,0 0,2 0,2 29 EDS = EnqUêtes D~mographlques et de Sant~ EPC = Enquêtes de Pr~valence Contraceptive EMF = Enquête Mondiale sur la Fécondlt~ Source: Mohamed Ayad et Youn~s Zoughlami, F~condlt~ et Planification Familiale en Tunlsle, 1983, Rapport sur les Rêsultats de l'Enqu~te de Pr~valence de la Contraception, p.91, Office National de la Famille et de la Population, Tunls, Juillet 1985. TABLEAU 4.11 REPABTITIUN (EN %) DES UTILISATRICES ACTUELLES DES METHODES CONTRACEPTIVES MODERNES SELON LA SOURCE OU ELLES ONT OBTENU LA METHODE M~thodes M~thodes Total des Continence d'approvislon- cliniques m~thodes P~riodique Source nement modernes Secteur public 67,5 94,9 86,7 58,3 H6pital/Maternlt~ 15,3 55,7 43,6 7,1 Centre de sant~ 34,9 16,6 22,1 41,0 Dispensaire public 17,3 22,6 21,0 10,2 secteur prlv~ 2,0 1,7 1,8 2,1 Dispensaire agr~~ 0,0 0,0 0,0 1,7 Cabinet priv~ 0,0 1,7 1,2 0,4 Pharmacie 2,0 0,0 0,6 0,0 Connaissance 21,2 3,4 8,7 25,3 Autre 9,4 0,0 2,8 13,5 Ne sait pas 0,0 0,0 0,0 0,8 Total 100,0 100,0 i00,0 100,0 Effectif pond6r6 12,2 28,5 40,8 137,0 Effectif non-pond6r~ 32 66 98 158 44 En ce qui concerne la continence périodique, la majorité (58 pour cent) des utilisatrices de ce moyen anti-conceptionnel ont recouru également aux services publics pour demander des conseils sur la manière de pratiquer la méthode et 39 pour cent ont obtenu l'information auprès des autres sources constituées principalement par les réseaux de personne à personne. Par contre, la part du secteur privé en tant que source pour les utilisatrices actuelles est pratiquement nulle (2 pour cent). Ceci est vrai aussi bien pour les méthodes modernes que pour la continence périodique. 4.6 ATTITUDE A L'EGARD DE LA GROSSESSE ET RAISONS DE NON-UTILISATION DE LA CONTRACEPTION On a demandé aux femmes enquêtées la question suivante: "Si vous deveniez enceinte dans les prochaines semaines, vous sentiriez-vous heureuse, malheureuse ou indifférente?" Le tableau 4.12 donne la répartition des femmes selon leur attitude à l'égard de la grossesse. Il s'agit des femmes qui ne sont pas actuellement enceintes ou qui ne sont pas sUzes si elles le sont ou non, qui sont sexuellement actives (qui ont eu des relations sexuelles au cours de l'année précédant l'enquête, ou depuis la naissance si elles ont enfanté pendant l'année préc6dente) et qui n'utilisent pas actuellement la contraception. TABLEAU 4.12 REPARTITION (EN %) DES FES~4ES EXPOSEES AU RISQUE DE GROSSESSE* SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS ET LEUR ATTITUDE A L 'EGARD DE SE TROUVER ENCEINTE DANS LES PROCHAINES SEMAINES Att i tude Enfants v ivants Heureuse Malhsureuso Indlf fHrente Total E f fect i f 0 86,7 7,7 3,7 i00,0 154,3 1 34,4 61,3 4,3 i00,0 292,3 2 27,8 66,9 5,3 100,0 291,7 3 22,0 72,1 5,9 100,0 318,5 4+ 22,1 69,4 8,5 100,0 845,6 Total 30,2 63,2 6,5 i00,0 1907,6 *Les femmes qui ne sont pas actuel lement enceintes, OU qui ne sont pas sBres qu'e l les le sont ou non, qui n'ut i l isent pas actuel lement la coDtraceptlon, et qul ont eH des relat ions ssxuel les au cours de l 'année pr~cHdant l 'enqu~te, ou depuis la naissance si el les ont enfantH pendant l 'annHe précédente Au total, la majorité des femmes (63%) ont répondu qu'elles seraient malheureuses si elles devenaient enceintes dans les prochaines semaines. Cependant, le pourcentage des enquêtées qui ne seraient pas heureuses augmente avec le nombre d'enfants survivants jusqu'à trois enfants passant de 8 pour cent seulement chez les femmes ayant 0 enfant à 72 pour cent chez celles ayant 3 enfants et à 69 pour cent chez les femmes ayant 4 enfants ou plus. Parmi ces femmes qui ont déclaré qu'elles seraient malheureuses, presque une femme sur deux a cité l'allaitement au sein comme principale raison de la non-utilisation des méthodes contraceptives (tableau 4.13). La deuxième raison invoquée est le manque d'information, le coût ou le problème de disponibilité des méthodes (18 pour cent). L'autre raison est le problème des effets secondaires ou l'inconvénient des méthodes (2 pour cent). Il y a, enfin, presque 28 pour cent des femmes qui ont cité différentes raisons (opposition à la planification familiale, rapports sexuels peu fr6quents, religion, stérilité ou ménopause et autres raisons non précises). 45 Les deux grands groupes d'âges (moins de 30 ans et 30 ans ou plus) ne semblent pas différer selon les raisons de la non- utilisation sauf pour la ménopause qui, comme il fallait s'y attendre, n'a pas été mentionnée du tout par les femmes les moins âgées. 4 .7 I N T E N T I O N S CONCERNANT L 'UT IL ISAT ION FUTURE DE LA CONTRACEPT ION Le tableau 4.14 donne la répartition des femmes en union et n'utilisant pas actuellement la contraception selon le nombre d'enfants vivants et leur intention d 'u t i l i se r des méthodes contraceptives dans l'avenir. Plus de trois femmes sur dix (32 pour cent) ont l'intention d'utiliser la contraception et 12 pour cent seulement ont déclar6 qu'elles comptent l'utiliser au cours des 12 prochains mois. A l'exception des femmes sans enfant (les moins nombreuses à vouloir utiliser la contraception), les pourcentages de l'utilisation dans les 12 mois à venir varient peu selon le nombre d'enfants vivants. TABLEAU 4.13 REPARTITION (EN %) DES EE~~4ES EXPOSEES AU RISQUE DE GROSSESSE* ET QUI NE SERAIENT PAS HEUREUSES DE SE TROUVER ENCEINTE SELON LA RAISON DE NON UTILISATION DE LA CONTRACEPTION ET L'AGE ACTUEL Age actuel Raison <30 30+ Total Allaite encore 54,6 43,3 48,6 Manque d'information 17,7 14,5 16,0 CoSt ~lev~ 0,9 1,0 0,9 M~thode pas disponslble 1,9 0,7 1,3 Probl~mes de sant~ 0,9 2,3 1,7 M~thodes contraceptives prêsentent Inconvénients 0,7 0,7 0,7 Opposêe â la planification familiale 1,2 1,4 1,3 Mari d~sapprouve 1,6 1,8 1,7 Famille d~sapprouve 0,2 0,0 0,1 Rapports sexuels peu fr6quents 6,7 4,2 5,4 Fataliste I,I 1,4 1,3 Religion 0, i 0,6 0,4 St6ril it~/m~nopause 0,0 II,2 6,0 Autre 9,1 13,3 11,4 Ne sait pas 3,2 3,4 3,3 Non d~clar~e 0,0 0,2 0,1 Total 100,0 i00,0 100,Q Effectif 561,2 645,5 1206,7 *Les femmes qui ne sont pas actuellement enceintes, ou qui ne sont pas s0res qu'elles le sont ou non, qui n'util isent pas actuellement la contraception, et qui ont eu des rela~ions sexuelles au cours de l'annêe pr~cédaDt l'enq~~te, ou depuis la naissance si elles ont enfanç~ pendant l'annêe préc@dençe TABLEAU 4.14 REPARTITION (EN %) DES FE~ES ACTUELLEMENT EN UNION QUI N'UTILISENT PAS LA CONTRACEPTION SELON L'INTENTION DE L'UTILISER DANS L'AVENIR ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS Nombre d'~nfants vivants (y compris la grossesse actuelle) Intention d'util iser 0 1 2 3 4 ou + Total A l' intentlon d'util iser dans les 12 prochains mois 5,9 12,5 12,2 9,9 12,7 11,5 A l' intention d'util iser plus tard 19, i 22,4 19,9 16,2 13,3 16,8 A l'intention d'utll iser - ne sait pas quand 2,6 3,8 4,8 6,2 3,5 4,1 Pas sOre 18,8 11,8 13,0 Ii,I 9,9 11,6 N'a pas l' intentlon d'uti l iser 53,6 49,5 50,7 56,6 60,4 55,9 Non d~clar@e 0,0 0,0 0,4 0,0 0,2 0,2 Total i00,0 i00,0 1OO,O I00,0 10O,0 100,0 Effectif 227,2 373,5 383,8 414,9 1037,0 2436,4 46 La majorité (67 pour cent) des femmes ayant l'intention d'utiliser des moyens contraceptifs dans l'avenir préfèrent les méthodes modernes (tableau 4.15). L'injection semble être le premier choix (38 pour cent), suivie de la pilule (22 pour cent), alors que le choix des autres méthodes modernes est très limité (6 pour cent). En ce qui conceme les méthodes traditionnelles, la continence périodique intervient pour 19 pour cent et l'abstinence prolongée pour 9 pour cent, L 'u t i l i sa t ion des méthodes modemes dans les 12 prochains mois représente 58 pour cent contre 75 pour cent pour l'utilisation au delà d'un an. Dans les deux cas, la préférence des méthodes est la même que pour l'ensemble des femmes: pour les moyens modemes, l'injection et la pilule sont les plus en demande et TABLEAU 4.15 REPARTITION (EN 8) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION N'UTILISANT PAS ACTUELLEMENT LA CONTRACEPTION MAIS AYANT L'INTENTION DE L'UTILISER DANS L'AVENIR SELON LA METHODE PREFEREE ET L'INTENTION D'UTILISER LA CONTRACEPTION DANS LES 12 MOIS A VENIR OH PLUS TARD MSthode pr~f~r~e Intention d'utiliser Dans les Plus Pas 12 mois tard sOre venir quand Total M~thodes modernes Pilule 21,6 23,6 18,6 22,2 DIU 2,9 2,8 3,4 3,0 Injections 30,2 46,5 26,8 38,2 M~thodes vaglnales 0,6 0,0 0,0 0,2 Condom O,B 0,6 i,I 0,7 St~rili~ation f~minine 2,2 1,6 4,8 2,2 M~thodes traditionnelles Continence périodique 29,8 13,1 11,5 18,8 Retrait 0,9 1,4 i,i 1,2 Abstinence prolongée 8,7 8,8 8,0 8,7 Plantes mSdicinales 0,4 0,3 0,0 0,3 Gris-gris O,i 0,0 i,i 0,2 Autres 1,8 1,4 2,3 1,7 N8P quelle m~thode* 0,O 0,0 21,1 2,7 Total 100,0 i00,0 I00,0 100,0 Effectif 279,7 408,5 100,2 788,4 *La question concernant la date de l'utilisation future n'a pas ~t~ pos~e aux femmes qui n'~taient pas s0re de la m~çhode qu'elles cholsiraient. pour les moyens traditionnels, la continence p6riodique et l'abstinence prolongée sont les deux méthodes de choix. Il y a lieu de noter que ces quatre méthodes que les femmes préfèrent le plus sont celles qui sont les mieux connues par les enquêtées. 4.8 ATT ITUDES V IS -A -V IS DE LA CONTRACEPT ION L'analyse de cette section portera sur trois aspects. Le premier sera consacré à l'approbation de l'usage de la radio ou de la télévision pour diffuser des informations sur la planification familiale, le deuxième à l'approbation des couples qui utilisent la planification familiale et le dernier à la discussion entre conjoints sur la planification familiale. Approbation de l'usage des mass média Concemant le premier aspect, il ressort du tableau 4.16 que presque neuf femmes sur dix pensent qu'il est acceptable d'avoir des informations sur la planification familiale à travers la radio ou la télévision. Selon l'âge de la femme, il y a peu de différence dans l'attitude vis-à-vis des mass média. Toutefois, les femmes des âges extrêmes sont celles qui approuvent le moins l'usage de la radio ou de la télévision pour parler de la contraception (79 pour cent chez les femmes de 15-19 ans et 86 pour cent chez les femmes de 45-49 ans). Par variables socio-démographiques, quel que soit l'âge, les niveaux d'approbation les plus élevés sont enregistrés chez les femmes qui vivent en milieu urbain, celles qui viennent de la région d'Imbo et celles qui ont fr6quenté l'école. 47 TABLEAU 4.16 POURCENTAGE DE TOUTES LES FEMMES QUI APPROUVENT LES INFORMATIONS SUE LE PLANNING FAMILIAL A TRAVERS LA RADIO ET LA TELEVISION SELON L'AGE ACTUEL ET LES VARIABLE9 SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Age actuel 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Mil ieu Urbain 94,7 97,0 96,0 94,0 94,8 89~8 86,0 94,5 Rural 78,3 91,2 91,8 90,1 89,5 87,1 85,5 87,9 R~glon Imbo 87,8 96,6 95,4 94,4 90, i 88,7 89,5 92,8 Mumlrwa/Mugamba 82,0 90,0 93,3 90,0 94,0 90,4 78,2 88,5 Plateaux Centraux 76,6 92,4 91,3 90,6 90,9 84,8 88,1 88,1 D6presslons 78,8 88,0 90,1 87,5 79,0 89«7 85,4 85,2 Educatlon Aucune 76,7 90,5 90,4 89,3 89,3 86«4 84,7 87,1 Primaire 85,4 94,1 97,9 94,0 9~,4 83,8 90,0 91,9 Secondaire + 84,7 100,0 99,0 97,3 97,6 Total 79,0 91,5 92,0 90,2 89,7 87,2 85,5 88,1 *Effectif non-pondér~ moins de 20 Approbation de la contraception par les conjoints Si la connaissance est une pré-condition à l'utilisation, l'approbation de la contraception est une nécessité à la pratique. Au Bunmdi, la quasi totalité (94 pour cent) des femmes en union qui connaissent au moins une méthode contraceptive approuvent la planification familiale. Il y a seulement 3 pour cent qui désapprouvent et 3 pour cent qui ne sont pas sûres si elles sont pour ou contoe (tableau 4.17). TABLEAU 4.17 REPARTITION (EN 9) DES FEF~4ES ACTU6LLEMENT EN UNION CONNAISSANT AU MOINS UNE METNODE SELON L'ATTITUDE DU MARI ET DE LA FEMME A L'EGARD DE LA PLANIFICATION FAMILIALE Attitude du mari ~ i'avls de sa femme Attitude Non de la femme D~sapprouve Approuve Ne sait pas U6clar6e Total Effectif D6sapprouve 0,9 0,7 1,0 0,0 2,6 54,2 Approuve 3,5 68,5 22,2 0,4 94,4 1978,0 Ne sait pas 0,2 0,7 2,1 D,I 3,0 63,2 Total 4,6 69,8 25,2 0,4 I00,0 2095,5 Effectif 95,9 1463,7 527,2 8,8 2095,5 Le même tableau montre que sept femmes sur dix pensent que leurs maris sont favorables à l'utilisation de la contraception par les couples et que 25 pour cent n'ont aucune idée sur l'opinion de leurs conjoints. Le pourcentage des femmes qui pensent que leurs matis sont contre représente moins de 5 pour cent. Il y a lieu de noter, cependant, que 69 pour cent des couples burundais approuvent la pratique de la contraception, selon les réponses des femmes et de ce qu'elles pensent des attitudes de leurs maris. 48 Les variables socio- démographiques ne semblent pas in f luencer les n iveaux d'approbation de la planification familiale par les femmes. Par cont re , les pourcentages d'approbation des matis telle qu'elle est perçue par leurs femmes diffèrent selon l'âge, le milieu, la iégion et le niveau d'instruction. En effet, les femmes d'âges intermédiaires, les femmes vivant en milieu urbain, les femmes appartenant à la région d'Imbo et les femmes instru i tes sont les plus nombreuses à penser que leurs matis approuvent l'usage de la contraception (tableau 4.18). Discussion entre conjoints sur la contraception Les discussions entre conjoints sur le sujet de la contraception sont relativement f-r6quentes. Il ressort du tableau 4.19 que parmi les femmes en union qui connaissent au moins TABLEAU 4.18 POURCENTAGE DES FE~BS ACTUELLEMENT EN UNION CONNAISSANT AU MOINE UNE METHODE QUI APPROUVENT LA PLANIFICATION FAMILIALE ET QUI DECLARENT QUE LEURS MARIS L'A9PROUVENT SELON LES VARIARLES 8OCIO-DEMOGRAPNIQUES La femme Le mari Approuve Approuve Effectif Age actuel 15-19 94,4 57,9 29,1 20-24 96,4 72,1 378,7 25-29 96,2 73,6 582,0 30-34 92,5 72,0 440,9 35-39 95,7 72,5 332,8 40-44 93,9 59,3 170,3 45-49 86,1 52,9 161,7 Milieu Urbain 91,3 75fi 82,7 Rural 94,5 69,6 2012,8 Région Imbo 94,4 76,1 166,6 Mumirwa/Muqamba 95,8 69,3 414,7 Plateaux Centraux 94,7 69,6 1217,7 Dépressions 91,1 68,2 296,4 Educatlon Aucune 93,9 68,2 1691,5 Primaire 96,4 76,6 347,5 Secondaire + 97,0 77,6 56,3 94,4 69,8 2095,5 Total une méthode contraceptive, presque six femmes sur dix ont abordé avec leurs matis la question de planification familiale au moins une fois au cours de l'armée pr6cédente. Le pourcentage de celles qui ont discuté de ce sujet une ou deux fois est de 29 pour cent et le pourcentage des femmes qui ont discuté plus de deux fois est également de 29 pour cent. Les femmes qui ont abordé plus souvent cette question sont celles âgées entre 20 et 39 ans. TABLEAU 4.19 REPARTITION (EN 6) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION CONNAISSANT AU MOINS UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LE NOMBRE DE FOIS QU'ELLES ONT DISCUTE LA CONTRACEPTION AVEC LEURS MARIS AU COURS DE L'ANNEE DERNIERE SELON L'AGE ACTUEL Nombre de fois discuté Age Jamais Une ou Plus de En union Non Total Effectif actuel deux fois deux fois < 1 an Déclarée 15-19 36,5 28,4 8,1 25,3 1,8 lOO,O 29,1 20-24 33,5 28,4 28,2 9,6 0,3 100,0 378,7 25-29 35,8 31,3 32,1 0,7 0,i 100,0 582,0 30-34 38,9 32,3 27,6 0,6 0,5 I00,0 440,9 35-39 37,5 31,4 30,8 0,I 0,3 i00,0 332,8 40-44 53,8 18,5 27,0 0,0 0,7 iOO,O 370,3 45-49 58,8 17,5 23,7 O,O 0,8 100,0 161,7 Total 39,5 28,8 28,9 2,4 0,3 100,0 2095,5 49 Conclusion Le graphique 4.1 donne un résumé des informations sur la connaissance et l'utilisation de la contraception. Bien que la connaissance de la contraception soit relativement élevée--70 pour cent des femmes de l'échantillon (79 pour cent des femmes en union) connaissent au moins une méthode--le niveau de l'utilisation est encore très bas. Pour toutes les méthodes, la pratique passée n'a touché que 22 pour cent des femmes et pour les méthodes modernes, elle est de 2 pour cent seulememt. Le taux de prévalence contraceptive chez les femmes en union ne dépasse pas 7 pour cent (en ne tenant pas comptede l'abstinence prolongée: 2 pour cent). Pour les méthodes modernes, le taux est de 1 pour cent. Graphique 4.1 Connaissance et Utilisation des Méthodes Contraceptives (Femmes actuellement en union) 100% , I 75% . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I 50% . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I . . . . 25% . . . . . . . . . . . 0% ~ Connatt A utlll$6 Utlllae Actuellement WIW Une M6thode Moderne ~ Une M6thod.ç I~ Auoune M6thode /tradit ionnelle t • Mer8 p88 UNe m~lhode moOsrfle Burundl ED8 1987 Malgré cette faible performance, la contraception semble 6tre acceptée par la majorité des femmes enquêtées. En effet, 63 pour cent ont répondu qu'elles seraient malheureuses si elles devenaient enceintes dans les prochaines semaines, et la quasi-totalité (94 pour cent) des femmes en union connaissant une méthode contraceptive approuvent les couples qui utilisent la contraception. Par ailleurs, sept femmes sur dix pensent que leurs maris approuvent également l'utilisation de la contraception. En plus de l'allaitement au sein, le manque d'information et la non disponibilité des méthodes contraceptives sont les raisons principales invoquées par les femmes non utilisatrices, ce qui montre qu'un important programme de formation et de disponibilité reste à faire par les responsables du planning familial au Burundi. 50 CHAPITRE V PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE Nous avons étudié dans le chapitre III les niveaux, les tendances et les facteurs différentiels de la fécondité vécue des femmes bumndalses. Le présent chapitre portera sur les préférences des enquêtées en matière de fécondité, ce qui peut différer de la situation réelle. Dans le questionnaire de l'enquête, on a abordé plusieurs thèmes consacrés aux préférences en matière de fécondité; il s'agit: - du désir de ne plus avoir d'enfants dans l'avenir; - du délai d'attente avant d'avoir le prochain enfant; - du nombre idéal d'enfants; - de la prévalence de la fécondité non désirée. Le succès d'un programme de planification familiale dépend de la volonté de la population de limiter sa fécondité. Actuellement, la disponibilité de la contraception modeme est assez limitée au Bunmdi, et même son existence n'est pas connue par plus d'un tiers des femmes mari~es (voir tableau 4.1). Malgré ces insuffisances, on a essayé, dans les analyses qui suivent, d'estimer les besoins futurs des femmes burundaises relatifs à la planification familiale, à partir des préférences en matière de fécondité. 5.1 DESIR DE NE PLUS AVOIR D'ENFANTS Le désir d'avoir ou de ne pas avoir des enfants dans l'avenir dépendra essentiellement du nombre d'enfants actuellement en vie. Le tableau 5.1 montre que presque une femme en union sur quatre (24 pour cent) ne désire plus d'enfants; mais, comme il fallait s'y attendre, ce pourcentage augmente avec le nombre d'enfants: de 1 pour cent chez les femmes qui n'ont pas d'enfant à 63 pour cent chez les femmes qui en ont 6 au moins. TABLEAU 5.1 ÆPARTIT ION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION SELON LE DESIR D'AVOIR OU DE NE PLUS AVOIR D'AUTRES ENFANTS DANS L'AVENIR ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) Nombre d'enfants vivants (y compris la grossesse actuelle) Préf~rence en matl~re de f~condlté 0 1 2 3 4 5 6+ Total Ne d~slre plus d'autres enfants 1,2 2,2 5,6 14,9 25,2 40,0 62,5 23,6 Veut un enfant en moins de 2 ans 61,4 21,6 16,1 12,2 15,4 11,0 6,6 16,3 Veut attendre 2 ans ou plus 21,3 70,8 73,9 66,3 52,6 3g,5 22,7 52,9 Veut ~~ enfant, NSP quand 11,9 3,4 1,9 3,2 2,1 2,8 2,3 3,1 Pas s~re/ne sait pas si veut d'autres 1,0 0,6 1,0 2,4 2,7 4,4 2,5 2,1 Croit qu'elle ne peut plus avoir 3,3 1,5 1,5 1,0 2,1 2,2 3,4 2,0 Total I00,0 100,0 100,0 I00,0 i00,0 100,0 100,0 I00,0 Effectif 139,5 410,1 447,4 452,1 439,6 322,9 457,3 2669,0 51 L'analyse des données selon l'âge (tableau 5.2) montre que le désir de ne plus avoir d'enfants augmente avec lãge de la femme, passant de 1 pour cent chez les femmes âgées de 15-19 ans à 61 pour cent chez les femmes à la f'm de leur vie féconde. TAHLEAU 5.2 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION SELON LE DESIR D'AVOIR OU DE NE PAS AVOIR D'AUTRES ENFANTS ET L'AGE ACTUEL Age actuoel Pré ference eR matiêre ds f~condite 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Ne désire plus d'autres enfants i,i 2,8 10,8 23,2 38,4 46,6 60,7 23,6 Veut un e~fant en moins de 2 ans 24,9 16,4 15,2 17,0 17,2 16,7 14,0 16,3 Veut attendre 2 ans ou plus 69,1 76,1 69,9 52,0 38,4 22,5 10,2 52,9 Veut un enfant, NSP quand 3,8 3,4 2,4 4,3 2,4 4,1 1,5 3,1 Pas sOre/ne sait pas si veut d'autres I,I 1,7 1,7 2,9 1,9 3,5 1,5 2,1 Crolt qu'el le ne peut plus avuir 0,0 0,0 0,0 0,6 1,7 6,5 12,2 2,0 Total i00,0 i00,0 I00,0 100,0 i00,0 100,0 i00,0 100,0 Effect i f 43,4 483,5 690,7 562,5 428,6 228,2 232,1 2669,0 La planification familiale pourrait jouer un r61e considérable si l'on tient compte du désir des femmes d'espacer les naissances (graphique 5.1). Plus de la moitié des femmes actuellement en union (53 pour cent) veulent attendre 2 ans ou plus avant d'avoir la prochaine naissance, et le désir d'espacer les naissances est considérable chez les femmes qui ont déjà entre 1 et 3 enfants, comme le montrent le tableau 5.1 et le graphique 5.2. Selon l'âge de la femme (tableau 5.2), le désir d'espacer les naissances se fait voir surtout chez les femmes jeunes (15-29 ans); presque les trois quarts de ces femmes veulent attendre au moins 2 ans avant d'avoir la prochaine naissance (69 pour cent, 76 pour cent et 70 pour cent pour les groupes d'âges 15-19, 20-24, 25-29 ans respectivement). Graph ique 5.1 Pr (~férences en Mat i (~re de Fécond i t (~ (Femmes actue l lement en union) Veut b lentOt (mo lnm de 2 =nm) 10% Veut a t tendre 2 ana OU p lue 53% Cro i t qu 'e l le ne peut paa avo i r 2% Ne dee l re p lue d 'en fant== 24~b Veut un en fent Pa l e0re 2% (NSP quand) 3% Burund! ED8 1987 52 100% 80% 60% 40% 20% 0% 0 Graphique 5.2 Préférences en Matière de Fécondité Selon le Nombre d'Enfants Vivants (Femmes actuellement en union) 1 2 3 4 Nombre d'Enfants Vivants ml Ne d6slre plus ~ Ne peut plus avoir ~ Veut attendre Veut blent6t ~ Pas sOre 5 6* Burundi EDS 1987 Pour étudier les besoins de planification farnillale selon les variables socio-démographiques on a choisi comme indice la proportion de femmes actuellement en union qui ne veulent plus d'enfants (tableau 5.3). Les analyses sont présentées selon le nombre d'enfants vivants de la femme, pour ne pas confondre l'effet de cette variable et celui des autres variables socio- démographiques. Il ressort du tableau 5.3 que l'âge de la femme a une influence sur son désir d'avoir d'autres enfants indépendemment du nombre de ses enfants vivants. A chaque parité, les femmes âgées d'an moins 30 ans désirent limiter leurs naissances plus que leurs concitoyennes plus jeunes. Parmi celles qui ont déjà au moins 4 enfants, presque la moitié des femmes âgées de 30 ans ou plus ne veulent plus d'enfants (46 pour cent), contre seulement un quart parmi les femmes jeunes. Le désir de limiter les naissances augmente avec l'urbanisation et l'éducation de la femme. Chez les femmes urbaines, la différence ressort même parmi celles dont les enfants vivants sont peu nombreux. Parmi les femmes qui ont moins de 3 enfants vivants, 11 pour cent des femmes urbaines ne veulent plus d'enfants, contre 4 pour cent pour l'ensemble des femmes. Les différences selon l'éducation, par contre, sont plus nettes pour les femmes qui ont au moins quatre enfants vivants. Selon la région, le désir de limiter les naissances est nettement plus bas chez les femmes qui habitent les Plateaux Centraux et les Dépressions. Même quand elles ont déjà au moins quatre enfants, moins de la moitié de ces femmes (40 pour cent et 35 pour cent dans les Plateaux Centraux et les Dépressions respectivement) ne veulent plus d'enfants, par rapport à la majorité des femmes dans les régions de l'Imbo (54 pour cent) et Mumirwa-Mugamba (53 pour cent). 53 TABLEAU 5.3 POURCENTAGE DES FE~ES ACTUELLEMENT EN UNION QUI NE VEULENT PLUS D'ENFANTS SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS {Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) ET LES VARIA8LE$ SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Nombre d'enfants vivants (y compris la grossesse actuelle) 0 1 2 3 4+ Total Age actuel <30 0,0 0,8 3¢8 11,2 24,6 7,1 30+ 4,2 11«6 10,9 19,4 46,3 37,4 Mil ieu Urbaln 7,7 6«0 17,6 38,3 72,5 38«9 Rural 0,9 2,0 5,1 14,2 42«3 23,1 Rêgion Imbo 4,3 6,4 7,2 21,6 54,0 27,2 M~mirwa/Mugamba 0,0 1,5 7,8 22,9 52,6 31,9 P la teaux Centraux 1,2 I«0 5,1 13«I 40,3 20,9 Dêpressions * 5,7 3,5 8,6 35«I 20,4 Education Aucune Primaire Secondaire ÷ Total 1,3 2,4 5,9 15,2 40,9 22,9 * 0,4 4,9 7,8 52,4 25,3 5,4 1,4 58,2 69,3 36,4 1«2 2,2 5,6 14,9 43,1 23,6 Parmi les femmes en union, on a sélectionne dans le tableau 5.4 deux groupes de femmes qui peuvent être consid6rees comme des populations cibles pour l'action du programme de planification familiale au Burundi. Le premier groupe comprend toutes les femmes qui ont besoin d'être protégées par cette action. Il s'agit des femmes fertiles et en union qui ne veulent plus de naissances, ou qui veulent retarder la prochaine naissance pour une période de deux ans ou plus, mais qui n'utilisent pas une méthode contraceptive au moment de l'enquête. Le deuxième groupe comprend les femmes du premier groupe qui ont déclaré avoir l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir. Il ressort du tableau 5.4 que la grande majorité des femmes burundaises (74 pour cent) ont besoin d'~tre protégees par les services de planification familiale - 53 pour cent pour espacer les naissances, et 21 pour cent pour ne plus avoir d'enfants. Néanmoins, moins d'un tiers de ces femmes (23 pour cent de l'ensemble des femmes) ont déclaré avoir l'intention d'utiliser la contraception. Les femmes les plus dispos~es à utiliser la contraception (graphique 5.3) sont les jeunes (29 pour cent des femmes ågées de moins de 30 ans, contre 18 pour cent des femmes plus âgées), les femmes urbaines (29 pour cent, contre 23 pour cent des femmes rurales), et les femmes instruites (29 à 30 pour cent des femmes instruites, contre 22 pour cent des femmes sans instruction). Selon la région, les différences sont négligeables. L'impact du programme de planification familiale reste donc très limité au Burundi, malgré les campagnes de sensibilisation pour la planification familiale et la protection maternelle et infantile. 5.2 NOMBRE MOYEN IDEAL D'ENFANTS Une question sur le nombre idéal d'enfants que la femme souhaite avoir a été posœeee à toutes les femmes de l'échantillon, quel que soit leur état matrimonial. 54 TABLEAU 5.4 PARMI LES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION, LE POURCENTAGE DE CELLES QUI ONT BESOIN DE PRATIQUER LA PLANIFICATION FAMILIALE DANS L'AVENIR ET LE POURCENTAGE DE CELLES QUI SONT DANS LE BESOIN D'UTILISER LA CONTRACEPTION ET QUI ONT L'INTENTION DE PRATIQUER UNE METHODE DANS L'AVENIR, SELON LES VABIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES D#slr d'avoir d'autres enfants Dans le besoin* Dans le besoin et ont l' intention d'uti l iser la contraceptlon 2 Ne veut Ne veut plus Veut plus Veut d'enfants espacer Total d'enfants e~pacer Total Effectif Age actuel <30 6,4 68,9 75,3 3,9 25,1 29,0 1217,6 30+ 32,7 39,3 71,9 9,5 8,4 17,9 1451,4 Milieu Urbain 24,4 36,7 61,1 9,9 18,6 28,5 87,5 Rural 20,6 53,3 73,9 6,9 15,9 22,8 2581,5 R~glon Imbo 20, i 47,2 67,2 7, 0 18,2 25,2 199, 0 Mumlrwa/Mugamba 28,4 47,5 75,9 9,7 15,8 25,5 558,3 Plateaux Centraux 18,3 53,3 71,6 6,5 16,2 22,7 1490,0 D~pressions 19,1 60,5 79,6 4,9 14,7 19,6 421,6 Education Aucune 20,7 52,7 73,4 6,8 14,6 21,5 2203,3 Primaire 21,1 54,4 75,5 7,1 23,2 30,4 407,9 Secondaire + 18,8 43,8 62,5 11,4 17,5 28,9 57,4 Total 20,7 52,8 73,5 7,0 16,0 23,0 2669,0 *Pour les trois premières colonnes le dénominateur est l'effectlf des femmes actuellement en union. Le numérateur comprend les femmes qui sont fertlles, n'util i~ant pas la contraception au moment de l'enqu~te, et qui ne veulent plus d'enfants ou bien veulent retarder la prochaine naissance deu× ans ou plus. 'Pour les trois derni~res colonnes, le dênominateur est l 'effectlf des femmes actuellement en union et le numérateur comprend les femmes qui sont fertiles, qui n'util isent pas la contraception au moment de l'enqu~te, qui veulent limiter ou retarder et qui ont l ' intention d'uti l iser la contraception. Pour les femmes qui n'ont pas d'enfants vivants, on a demandé: "Si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants que vous désirez, combien voudriez-vous avoir en total?" Pour les femmes qui ont des enfants, la question a ~té posée comme ceci: "Si vous pouviez recommencer à partir du temps où vous n'aviez pas d'enfants et pouviez choisir exactement le nombre d'enfants que vous désirez, combien voudriez-vous avoir en total?" 55 Graphique 5.3 Besoin et Intention de Pratiquer la Planification Familiale dans l'Avenir* AGE «30 30+ MILIEU Urbain Rural REGION Imbo Mumlrwa/Mugambe Plateaux Centraux D6preeslone EDUCATION Aucune Primaire Secondaire + * DOflnltlone: Voir Tableau Femmes actuellement en union) / / / / / / / / / / / / i . . . . . ' / / / / / ) / / / / / ~ / / j . . . . . . . / i / / i / / / , . . . . . . / / / / ~ / / / / / ' / / / f l / / / / / / / / / / / i . . . . . . . / / / } / / / / / / / / / 4 . . . . . ]. H / /~/ / / / / / / / , . . . . . / / / / / / / / / / / / / / / / . I . . . . . . / / /« / / / /« / J ' / , / , , I 0 20 40 60 80 Pourcentage 5.4 100 i A l'Intentlon Dans le besoin Burundi EDS 1987 Le tableau 5.5 montre que les femmes burundaises en général souhaitent une grande progénimre (5,3 enfants) ~ qui est à peu près égale au nombre d'enfants survivants qu'ont les femmes âgées de 45-49 ans qui sont à la fin de leur vie féconde (5,4 enfants) (voir tableau 6.2). Il n'y a qu'une légère différence entre les femmes en union qui désirent en moyenne 5,5 enfants et l'ensemble de toutes les femmes. Plus de la moitié des femmes burundaises (54 pour cent) désirent avoir au moins 5 enfants. Les femmes qui ne désirent qu'un ou deux enfants sont rares (3 pour cent) et aucune femme ne veut rester sans enfants. Sauf pour les femmes qui n'ont pas d'enfant, le lA titre comparatif, le nombre moyen d'enfants désiré par toutes les femmes âgées 15-49 ans au Burundi, et dans d'autres pays africains au sud du Sahara, est présenté comme suit: BURUNDI: 5,3 (EDS, 1987) Lesotho: 6,0 (EMF, 1977) Libéria: 6,0 (EDS, 1986) Sénégal: 6,8 (EDS, 1986) Kenya: 7,2 (EMF, 1978) Bénin: 7,3 (EMF, 1982) Cameroun: 8,0 (EMF, 1978) Nigéria: 8,3 (EMF, 1982) Cote d'Ivoire: 8,4 (EMF, 1980) (Femmes en union) (Femmes non célibataires) (Femmes non célibataires) EDS -- Enquêtes Démographiques et de Santé EMF = Enquêtes Mondiales sur la Fécondité 56 nombre idéal augmente régulièrement de 4,8 pour les femmes qui n'ont qu'un seul enfant survivant, à 6,2 pour les femmes qui en ont 6 ou plus. Le tableau 5.5 permet de faire ressortir aussi la proportion de femmes, à chaque parité, qui ont plus d'enfants qu'elles n'en veulent, c'est-à-dke la fécondité non désirée. La proportion de ces femmes augmente de 2 pour cent parmi les femmes qui ont trois enfants, à 39 pour cent parmi les femmes qui ont six enfants ou plus. TABLEAU 5.5 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON LE NOMBRE IDEAL D'ENFANTS ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) Nombre d'en~ants vivants (y compris la grossesse actuello) Nombre Idéal d'enfants 0 1 2 3 4 5 6+ Total 1 0,2 1,0 0,0 0,7 0,5 0,0 0,3 0,4 2 2,9 2,2 4,0 1,5 2,1 2,3 1,8 2,5 3 11,9 14,9 9,0 7,6 5,9 5,8 8,0 9,7 4 26,2 28,2 29,8 22,2 22,0 13,0 15,8 23,4 5 21,5 24,9 24,2 26,1 13,2 21,5 13,4 20,8 6÷ 24,9 19,5 24,1 34,1 46,6 45,7 52,8 33,2 R6ponse non num6rlque 12,5 9,4 9,0 7,7 9,7 11,6 7, 9 1O,l Total I00,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 I00,0 100,0 Effectif 1167,4 504,0 492,0 487,8 462,3 351,8 504,6 3970,0 Nombre moyen id6al d'enfants (toutes les fer~mes)* 5,1 4,8 5,0 5,4 5,6 5,8 6,2 5,3 Nombre moyen idéal d'enfants (femmes en union)* 5,3 4,9 5,1 5,5 5,7 5,9 6,2 5,5 *Les moyennes sont calcul~es sur les femmes qui ont donn6 une r~ponse num6riquo. Le nombre idéal d'enfants varie selon les caractéristiques socio-démographiques (tableau 5.6). Selon le lieu de résidence, les femmes du milieu urbain désirent un enfant de moins que l'ensemble des femmes (4,2 contre 5,3) et les femmes des Dépressions un enfant de plus (6,0). L'influence de l'éducation est également évidente; les femmes non instruites désirent plus de 5 enfants (5,5) et les femmes avec un niveau secondaire désirent seulement 4. Il semble qu'il y a une évolution du nombre d'enfants désirés selon l'âge de la femme: les femmes âgées de 30 ans ou plus désirent entre 5,5 et 5,9 enfants et certes de moins de 30 ans désirent à peu près 5 enfants. On a déjà remarqué, cependant, la liaison entre le nombre d'enfants désirés et le nombre d'enfants survivants (tableau 5.5). Il se peut qu'une femme ait tendance à dire que son idéal n'est pas moins que la parité réelle, et que le nombre idéal des jeunes femmes augmente pendant leur vie féconde. 5.3 FECONDITE NON DESIREE La fécondité non désirée a déjà été abordée dans les commentaires sur le tableau 5.5. Le tableau 5.7 montre clairement cet aspect pour les femmes qui ont eu une naissance dans les 12 derniers mois. On a demandé à chacune de ces femmes si, quand elle s'est trouvée enceinte de cet enfant, elle voulait l'avoir à ce moment là, plus tard, ou si elle aurait préféré ne pas avoir un autre enfant. Très peu de femmes (6 pour cent) n'ont pas voulu avoir l'enfant. La proportion de celles qui l'auraient voulu plus tard, cependant, est assez élevée (22 pour cent). Ces pourcentages donnent une idée générale sur la proportion des femmes qui, peut-être, auraient voulu utiliser la planification familiale, soit pour espacer les naissances, soit pour arrêter déf'mitivement d'en avoir. 57 TABLEAU 5.6 NOMBRE IDEAL MOYEN D'ENFANTS PARMI TOUTES LES FEMMES SELON L' AGE ACTUEL ET LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Age actuel 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Milieu Urbain 4,1 3,8 4,1 4,5 4,3 4,2 5,2 4,2 Rural 5,2 5,1 5,2 5,5 6,0 5,8 5,6 5,4 R~gion Imbo 4,6 4,8 4,8 5,0 5,6 4,9 5,8 5,0 Mumlrwa/Mugamba 4,6 4,9 5,1 5,2 5,8 5,I 5,5 5,1 Plateaux Centraux 5,2 5,0 5,1 5,6 5,9 5,8 5,6 5,3 DSpressions 6,1 5,5 6,2 5,9 6,4 6,5 5,6 6,0 Education Aucune 5,3 5,1 5,4 5,6 6,0 5,8 5,7 5,5 Primaire 4,6 4,8 4,5 5,3 5,6 5,2 4,7 4,9 Secondaire + 4,5 3,9 3,8 4,4 * * 4,1 Total 5,1 5,0 5,2 5,5 5,9 5,7 5,5 5,3 Note: Les moyennes sont calculêes sur les femmes qui ont donn~ une r~ponse numerique. TABLEAU 5.7 REPARTITION (EN %) DES FE~MES QUI ONT EU UNE NAISSANCE AU COURS DES 12 DERNIERS MOIS SELON L'ATTITUDE DE LA FE~ A L'EGARD DE LA NAISSANCE ET L'ORDRE DE NAISSANCE DE L'ENFANT Attitude de la femme å l'~gard de la naissance Ordre de naissance 1-2 3+ Total Voulait l'enfant ce moment-lå Voulait l'enfant plus tard Ne voulait plus avoir d'enfants Non d~clar~e Total Effectif 77,8 70,4 72,7 18,0 23,2 21,6 3,3 6,4 5,5 0,9 0,0 0,3 i00,0 100,O I00,0 261,1 588,8 850,0 58 CHAPITRE VI MORTALITE ET SANTE DE LA MERE ET DE L'ENFANT Ce chapitre aborde l'étude de la mortalité infantile et juvénile et d'autres indicateurs importants de la santé de la mère et de l'enfant. La première partie du chapitre est consacrée à l'analyse de la mortalité des enfants par les méthodes directes et la deuxième partie à des informations de première importance ayant trait à la santé familiale. Parmi les indicateurs étudiés, nous citons les soins prénatals, les vaccinations infantiles, la prévalence et le traitement de certaines maladies telles que la diarrhée, la fièvre et les maladies respiratoires. La troisième et dernière partie se propose d'analyser les indices anthropométriques (poids et taille) des enfants âgés de 3 à 36 mois. 6.1 MORTALITE Le but de cette section est d'analyser les différents aspects de la mortalité infantile et juvénile à partir des données de I'EDS en deux parties successives: la première est consacrée à l'examen de la qualité des données et la présentation de la méthodologie pour les estimations directes de la mortalité, et la seconde à l'étude des niveaux, tendances et variations différentielles de la mortalité. Mortalité adulte L'enquête a, d'autre part, recueilli des données sur l'état de survie des parents et du premier mari de la femme qui permettent d'estimer les niveaux et tendances de la mortalité adulte par les méthodes indirectes. Ces renseignements seront présentés dans une publication séparée. Méthodologie et qualité des données I Les quotiems de mortalité sont présentés pour trois groupes d'âges: la mortalité infantile (de 0 à 1 an exact), la mortalité des enfants en bas âge (de 1 à 5 ans exacts) et la mortalité des enfants de moins de 5 ans (de 0 à 5 ans exacts). Les quotients de mortalité selon la période qui sont présentés dans ce chapitre sont préférables aux quotients selon la génération pour deux raisons. Premièrement, les quotients selon la période sont plus utiles pour l'analyse démographique et l'évaluation des programmes de santé et deuxièmement, l'approche selon la période permet de calculer les quotients pour tous les groupes d'âges dans la période précédant immédiatement l'enquête, ce qui n'est pas le cas avec l'approche selon la génération (pour les générations nées au cours des cinq années précédant l'enquête, les données nécessaires pour le calcul des quotients de mortalité infantile et juvénile ne sont disponibles que partiellement). Les données sur les estimations de la mortalité infantile et juvénile proviennent de la section sur la reproduction du questionnaire individuel de la femme. La section commence par cinq questions pour déterminer le nombre de naissances vivantes des enquêtées (le nombre de garçons et de filles vivant à la maison, vivant ailleurs et décédés). Ces questions sont un prélude à l'histoire génésique de toutes les naissances qui est la source des données pour les estimations de la mortalité. Dans le tableau des naissances, l'information est donnée sur chacun des enfants nés vivants: sexe, date de naissance, état de survie, âge actuel et âge au décès. ~Cette sous-section est rédigée avec la collaboration de J. SuUivan. 59 L'approche de l'histoire génésique des naissances pour la collecte des données pose elle aussi des problèmes. Elle a des limitations structurales et peut engendrer des erreurs de collecte. Pour ce qui est des limitations structurales, nous pouvons dire que l'information qui est fondée uniquement sur les femmes âgées de 15 à 49 ans en 1986 ne pourrait, en aucun cas, être considérée comme représentative de la période couvrant l'histoire génésique des naissances (les 35 années précédant l'enquête) et représentative des différents intervalles de cette période (par exemple, pour la période de 10 à 15 ans précédant l'enquête, il n'y a aucune information sur les naissances issues des femmes âgées de 40 à 49 ans). Mais ce problème ne peut pas être considéré comme sérieux, étant donné que les périodes étudiées sont proches de la date de l'enquête. Les imperfections dans la collecte des données sont dues au sous-enregistrement des évènements (omission des enfants qui meurent très jeunes, quelques heures ou jours après la naissance) et aux erreurs de déclaration de la date de naissance et de l'âge au décès (effet d'attraction par l'âge de 12 mois). La validité des enregistrements de l'âge au décès est évaluée ici afin de détecter ces deux types d'imperfection. Notons que cette vérification de validité ne peut que déceler les erreurs majeures dans les données, mais ne peut pas détecter celles qui sont minimes ou établir la qualité de l'ensemble des données d'une manière définitive. Dans I'EDS au Burundi, l'information sur l'âge au décès est recueillie de la manière suivante: en jours pour les décès de moins d'un mois, en mois pour les décès de moins de deux ans et en ans pour les décès de deux ans ou plus. Cette manière de recueillir les données permet de déterminer le sous-enregistrement des évènements en classant le nombre de décès en trois groupes: les décès qui sont survenus dans les premiers jours de la vie (la première semaine), dans la période néo-natale (le premier mois de la vie) et dans l'enfance (la première année de la vie). Le panneau A du tableau 6.1 montre que la première semaine de la vie compte pour la grande partie de la monalité néo-natale (rapport a/b) avec 60 pour cent ou plus de décès de moins d'un mois, à l'exception des filles de la période 1972-76. La mortalité néo-natale compte pour presque la moitié des décès de l'enfance (rapport b/c). Ainsi, on peut dire que, d'une manière générale, les données n'indiquent pas une sous-déclaration importante des décès des enfants. Le panneau B du même tableau qui donne l'âge au décès par mois de 5 à 23 mois indique qu'il y a une attraction pour les chiffres multiples de 3 mois, surtout dans le cas de 12 mois, et qu'il y a un déficit de décès dans les mois qui précèdent et qui viennent après 6, 12 et 18 mois ~. Une solution à ce problème serait de réajuster les données par le transfert de la moitié des décès déclax6s à 12 mois à ceux déclarés à moins d'un an par le calcul des niveaux de la mortalité. Un tel réajustement augmenterait les quotients de mortalité infantile d'à peu près 13 pour cent pour les deux sexes pour les trois périodes (de 10, 11 et 16 pour cent pour les garçons et de 14, 16 et 12 pour cent pour les filles, pour les périodes 1982-86, 1977-81 et 1972-76 respectivement). Incidence des décès des enfants L'impact des décès des enfants parmi les femmes enquêtées est analysé à partir de la différence entre la fécondité cumulée qui est le nombre moyen d'enfants nés vivants par femme et la taille actuelle de la famille définie par le nombre moyen d'enfants survivants au moment de l'enquête. Le tableau 6.2 donne le nombre moyen d'enfants nés vivants, survivants et déc6dés et la proportion des décédés au moment de l'enquête selon l'âge de la mère. Les données de ce tableau portent sur toutes les femmes de l'enquête individuelle. 2L'âge au décès a été enregistré dans le questionnaire en années révolues à partir de 24 mois. 60 TABLEAU 6.1 REPARTITION DES DECES SELON LES PERIODES DE NAISSANCE, LE SEXE ET L'AGE AU DECES 1982-86' 1977-81 1972-76 A@e au d~c~s SM SF SM SF SM SE Panneau A 0-6 Jours (a) 53 46 58 41 31 21 <1 mois (b) 79 68 93 53 50 43 <i an(c) 177 145 196 135 105 91 Rapport a/b 0,68 0,68 0,62 0,77 0,62 0,49 Rapport b/c 0,44 0,47 0,47 0,39 0,48 0,47 Panneau B 5 mois 7 Ii 9 6 6 7 6 mois 9 5 8 5 8 4 7 mois 7 6 8 8 2 7 8 mois 6 9 II 5 6 3 9 mois i0 4 4 5 7 6 i0 mois 1 2 6 i 0 0 il mois 1 1 2 2 3 0 12 mois 36 41 42 42 34 22 13 mois 1 0 2 0 0 0 14 mois 0 3 2 4 0 1 15 mois 5 i 2 3 1 0 16 mois 2 I 0 0 1 0 17 mois 2 1 1 3 1 0 18 mois 3 2 i 4 5 3 19 mois 2 1 O 2 1 0 20 mois 1 5 3 i 2 0 21 mois 0 0 1 0 1 1 22 mois 0 0 0 0 0 0 23 mois 0 2 0 I O 0 * On a inclus 1987, l 'année de l 'onqu~te. TABLEAU 6.2 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS NES VIVANTS, SURVIVANTS ET DECEDES ET PROPORTION D'ENFANTS DECEDES SELON L'AGE ACTUEL DE LA MERE Nombre moyen dtenfants N~s vivants Survivants D~c~dés Proportion Effectif de d~c~dês Age actuel 15-19 0,04 0,03 0,00 0,13 731,1 20-24 0,89 0,78 0, ii 0,12 779,1 25-29 2,66 2,22 0,44 0,16 803,4 30-34 4f22 3,48 0,74 0,17 622,1 35-39 5,61 4,54 1,06 0,19 486,1 40-44 6,57 4,98 1,60 0,24 269,1 45-49 7,27 5,39 1,88 0,26 279,1 Total 3,02 2,43 0,60 0,20 3970,0 Les femmes âgées de 45 à 49 ans ont en moyenne 7,3 enfants nés vivants dont 5,4 sont encore en vie au moment de l'enquête. Les femmes de ce groupe d'âges ont donc perdu un enfant sur quatre. La proportion d'enfants décédés augmente avec l'âge actuel de la mère, passant de 12 pour cent chez les femmes de 20-24 ans à 26 pour cent chez celles de 45-49 ans. L'accroissement de la proportion des décédés avec l'âge de la femme est dû à l'exposition plus longue au risque de mourir des enfants nés dans les périodes plus loins de la date de l'enquête et, peut-être, à une baisse de la mortalité pendant les périodes plus récentes. 61 Le tableau 6.2 qui est purement une présentation descriptive des décès des enfants montre cependant des niveaux relativement élevés de la mortalité infantile et juvénile au Burundi. La sous-section suivante sera consacrée à l'étude détaillée de ces niveaux de mortalité. Niveaux et tendances de la mortalité infantile et juvénile Les quotients de mortalité des enfants selon le sexe et la période qui sont présentés dans le tableau 6.3 sont estimés par des méthodes directes à partir de l'histoire génésique des naissances. TABLEAU 6.3 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE SELON LE SEXE ET LA PERIODE P~rlode 1982-86" 1977-81 1972-76 Baisse relative (en %) 1972-76 & 1982-86 Sexe masculin lq0 79,5 123,4 106,1 25 4ql 78,4 137,3 124,2 37 5q0 151,6 243,7 217,2 30 Sexe f~mlnin lq0 70,5 82,3 94,3 25 4ql 87,4 154,8 (154,3) 43 5q0 151,7 224,3 (234,0) 35 Total lq0 75,0 102,9 100,2 25 4ql 82,9 146,2 137,7 40 5q0 151,8 234,1 224,1 32 • On a inclus 1987, l'année de l'enqu~te. ( ) quotiests caleulês sur moins de 500 enfants expos@s Durant la période la plus récente: 1982-86, le quotient de mortalité infantile (lq0) au Burundi est estimé à 75 pour mille. Chez les enfants ayant atteint leur premier anniversaire, la probabilité de décéder avant d'atteindre le cinquième (4ql) est de 83 pour mille, un niveau assez éi~v~ par rapport au niveau de la mortalité infantile. Dans l'ensemble, la probabilité de décéder entre la naissance et le cinquième anniversaire (5q0) est de 152 pour mille. L'analyse des données par période montre qu'il y a eu une baisse subite de la mortalité pendant les 15 demières années, surtout entre 1977-81 et 1982-86 (graphique 6.1). Entre 1972-76 et 1982-86, la baisse relative de la mortalité juvénile (40 pour cent) a ét~ plus subite que celle de la mortalité infantile (25 pour cent). Selon le sexe de l'enfant, il ressort du tableau 6.3 que la mortalité infantile est plus élevée chez les garçons que chez les filles, mais que les garçons ont l'avantage sur les filles aux âges de 1 à 4 ans. La baisse relative du quotient de mortalité infantile (lq0) pendant les 15 demières années a été à peu près la même pour les deux sexes, et la baisse relative pour l'ensemble de la mortalité juvénile (5q0) est de 30 pour cent chez les garçons et de 35 pour cent chez les filles. Variations différentielles de la mortalité des enfants Les tableaux 6.4 et 6.5 donnent les quotients de mortalité infantile et juvénile dans la période de dix ans qui précèdent l'enquête selon certaines variables socio-démographiques de la mère ou de l'enfant. Les variations différientielles de la mortalité infantile sont également présent~es dans le graphique 6.2. 62 300 250 200 180 100 80 0 Graphique 6.1 Quotients de Morta l i té Infantile et Juvénile Selon la P6rlode Quotlenta (01oo) Infantile (lqO) 1 & 5 an,, (4ql) Nal=sanoe & 5 (SqO) I 1972-76 ~ 1977-81 m~11982-86 Burundl ED8 1987 TABLEAU 6.4 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE OET DE L'ENFANCE SELON LA FERIODE ET LES CARACTERISTIQUES SOCIO-ECONOMIQUES DES MERES Mortalit~ Mortalitê Les deux infantile juvénile lq0 4ql 5q0 1977-86" 1977-86 1977-86 Milieu Urbain 84,6 85,7 163,0 Rural 87,5 I08,2 186,3 R~gion ~mbo 116,4 146,5 245,8 Mumirwa/Mugamba 72,5 99, 5 164,8 Plateaux Centraux 84,4 103,3 179,0 Dêpresslons 103,8 114,4 206,3 Instruction Aucuns 89,8 113,8 193,4 Primaire 91,9 79,8 155,2 Secondaire ou plus (32,3) (52,2) (82,8) Total 87,4 107,5 185,5 * On a inclus 1987, l'année de l'enqu~te. ( ) quotients calcul~s sur moins de 500 enfants exposes 63 L'examen de la mortalité des enfants selon les variables socio-économiques, présentée dans le tableau 6.4, montre que la mortalité infantile et juvénile est plus élevée en milieu rural qu'en milieu urbain, la différence étant très nette pour la mortalité juvénile (4ql). Au niveau de la région, la mortalité des enfants la plus élevée se trouve dans l'Imbo, suivie par les Dépressions. Dans les régions de Mumirwa-Mugamba et des Plateaux Centraux, le niveau de la mortalité est intermédiaire. Le haut niveau de la mortalité des enfants dans la région de l'Imbo est surprenant, étant donné qu'une grande partie de cette région est formée de la ville de Bujumbura, centre urbain où le niveau de la mortalité est bas (tableau 6.4) par rapport au niveau national. Le haut niveau de la mortalité des enfants pour la région de l'Imbo globalement suggère, donc, qu'il existe un niveau de la mortalité extrêmement élevé dans la partie rurale de cette région. La liaison négative entre l'éducation maternelle et la mortalité juvénile ressort clairement du même tableau. Le tableau 6.5 indique qu'il y a une liaison entre la mortalité des enfants et les variables démographiques. La mortalité infantile est plus élevée chez les garçons que chez les filles, mais cet avantage se trouve inversé aux âges de 1 à 4 ans où le niveau de la mortalité est légèoement plus élevé chez les filles que chez les garçons. TABLEAU 6.5 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET DE L'ENFANCE SELON LA PERIODE ET LES CARACTERISTIQUES DEMOGEAPHIQUES Morçal lt~ Mortal lt~ Les deux infanti le Juvénile lq0 4ql 5q0 1977-86" 1977-86 1977-86 Sexe de l 'enfant Mascul in 98,8 101,O 189,9 Féminin 75,7 113,8 180,9 Ordre de naissance de l 'enfant 99,3 105,0 193,9 2-3 84,6 113,4 188,4 4-6 81,4 103,3 176,2 7+ 93,0 105,9 189,1 Intervalle pr~cédant <24 mois 129,2 126,2 238,2 24-47 mois 69,8 i07,0 169,3 48+ mois 30,3 (63,4) (91,8) Age de la m~rs å la na lssa~c8 de I 'enfant <20 137,9 128,9 249,0 20-29 86,8 108,0 188,4 30-34 81,4 99,1 172,4 35+ 69,1 103,4 165,3 Total 87,4 ]07,5 185,5 « On a inclus 1987, l 'année de l'enqu6te. ( ) quo, lents calcul~s sur moins de 500 enfants e~pos~s 64 Concernant le rang de naissance de l'enfant, la mortalité infantile baisse lorsque le rang de naissance augmente, puis reprend légèrement après le sixième enfant. La longueur de l'intervalle précédant la naissance a un effet négatif apparent sur la mortalité des enfants. Ainsi, pour l'intervalle de moins de 24 mois, la mortalité infantile est deux fois supérieure à celle des enfants qui sont nés 24-47 mois après la naissance précédente, et quatre fois supérieure à celle des enfants qui sont nés après un intervalle de 48 mois ou plus (graphique 6.2). Les quotients de mortalité baissent également lorsque l'åge de la mère augmente; ainsi, le quotient de mortalité infantile des enfants nés des femmes de moins de 20 ans est presque deux fois supérieur à celui des enfants nés des mères plus ågées (graphique 6.2). Graphique 6

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.