Burkina Faso - Demographic and Health Survey - 2012

Publication date: 2012

Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples (EDSBF-MICS IV) Burkina Faso 2010 B urkina Faso 2010 Enquête D ém ographique et de Santé et à Indicateurs M ultiples (ED SB F-M IC S IV) BURKINA FASO Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples (EDSBF-MICS IV) 2010 Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD) Ministère de l’Économie et des Finances Ouagadougou, Burkina Faso ICF International. Calverton, Maryland, USA Avril 2012 Ce rapport présente les principaux résultats de la quatrième Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples (EDSBF-MICS IV), réalisée de mai 2010 à début janvier 2011 par l’Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD) du Ministère de l’Économie et des Finances. L’EDSBF-MICS IV, initiée par le Gouvernement du Burkina Faso, fait partie du programme mondial MEASURE DHS dont l’objectif est de collecter, d’analyser et de diffuser des données relatives à la population et à la santé de la famille, d’évaluer l’impact des programmes mis en œuvre et de planifier de nouvelles stratégies pour l’amélioration de la santé et du bien-être de la population. L’enquête a été réalisée avec l’appui technique d’ICF International. Elle a bénéficié de l’appui financier du Programme d’Appui au Développement Sanitaire (PADS) et de ses partenaires, de la Banque Mondiale par l’intermédiaire du SP/CNLS-IST, de l’Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID), du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) et du projet suédois d’appui à la statistique. Ce rapport est l’œuvre des auteurs et ne représente nécessairement pas la politique des organismes de coopération. D’autres organismes nationaux ont également apporté leur soutien à la réalisation de cette opération. Des informations complémentaires sur l’EDSBF-MICS IV peuvent être obtenues auprès de l’Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD) : 01 B.P. 374 OUAGADOUGOU 01. Téléphone (226) 50 47 80 51, Fax (226) 50 37 62 26 ou 50 37 62 04 E-mail : insd@insd.bf ou insdbf@yahoo.fr, Internet : http://www.insd.bf. Concernant le programme MEASURE DHS, des renseignements peuvent être obtenus auprès de ICF International, 11785 Beltsville Drive, Suite 300, Calverton, MD 20705, USA. Téléphone : (301) 572-0200 ; Fax : (301) 572-0999 ; E-mail : reports@measuredhs.com ; Internet : http://www.measuredhs.com. Citation recommandée : Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD) et ICF International, 2012. Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples du Burkina Faso 2010. Calverton, Maryland, USA : INSD et ICF International. Tableau des matières • iii TABLEAU DES MATIÈRES LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES. ix PRÉFACE . xvii REMERCIEMENTS . xix SIGLES ET ABRÉVIATIONS . xxi CARTE DU BURKINA FASO . xxiv CHAPITRE 1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU PAYS, OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE 1.1 Présentation du pays . 1 1.1.1 Géographie . 1 1.1.2 Économie . 1 1.1.3 Population . 2 1.1.4 Politiques en matière de santé et situation sanitaire . 3 1.2. Objectifs et méthodologie de l’enquête . 4 1.2.1 Cadre Institutionnel . 4 1.2.2 Objectifs . 4 1.2.3 Questionnaires . 5 1.2.4 Échantillonnage . 7 1.2.5 Tests d’hémoglobine, du VIH et du paludisme . 8 1.3. Personnel et activités de l’EDSBF-MICS IV. 12 1.4. Saisie et traitement des données . 13 CHAPITRE 2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES 2.1 Conditions de vie . 15 2.2 Caractéristiques du logement . 19 2.3 Biens possédés par les ménages . 21 2.4 Caractéristiques de la population des ménages . 23 2.4.1 Structure par âge et sexe de la population . 23 2.4.2 Taille et composition des ménages . 25 2.5 Niveau d’instruction et fréquentation scolaire . 26 CHAPITRE 3 CARACTÉRISTIQUES DES FEMMES ET DES HOMMES ENQUÊTÉS 3.1 Caractéristiques sociodémographiques des enquêtés . 33 3.2. Niveau d’instruction par caractéristiques sociodémographiques . 35 3.3 Alphabétisation . 37 3.4 Exposition aux média . 39 3.5. Activité économique . 41 iv • Tableau des matières 3.5.1 Emploi des femmes. 41 3.5.2 Emploi des hommes . 44 3.5.3 Occupation des femmes . 44 3.5.4 Occupation des hommes . 46 3.5.5 Type d’emploi et type de revenu des femmes . 47 3.5.6 Couverture médicale (données non présentées) . 47 3.5.7 Consommation de tabac chez les femmes . 48 3.5.8 Consommation de tabac chez les hommes . 48 CHAPITRE 4 FÉCONDITÉ 4.1 Niveaux de la fécondité et fécondité différentielle . 52 4.2 Tendances de la fécondité . 55 4.3 Enfants vivants et enfants survivants . 57 4.4 Intervalles intérgénésiques . 58 4.5 Exposition au risque de grossesse . 60 4.6 Âge à la première naissance . 62 4.7 Fécondité des adolescentes . 64 CHAPITRE 5 PLANIFICATION FAMILIALE 5.1 Connaissance de la contraception . 68 5.2 Utilisation actuelle de la contraception . 71 5.3 Sources d'approvisionnement de la contraception . 75 5.4 Informations relatives aux méthodes contraceptives . 76 5.5 Connaissance de la période féconde . 77 5.6 Besoins en matière de planification familiale . 78 5.7 Utilisation future de la contraception . 80 5.8 Exposition aux sources d’information sur la planification familiale . 81 CHAPITRE 6 NUPTIALITÉ ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE 6.1 État matrimonial . 85 6.2 Polygamie . 86 6.3 Âge à la première union . 89 6.4 Âge aux premiers rapports sexuels . 91 6.5 Activité sexuelle récente . 94 CHAPITRE 7 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ 7.1 Désir d'enfants (supplémentaires) . 99 7.2 Nombre idéal d'enfants . 103 7.3 Planification de la fécondité . 105 Tableau des matières • v CHAPITRE 8 SANTÉ DE LA REPRODUCTION 8.1 Soins prénatals . 109 8.1.1 Soins prénatals . 109 8.1.2 Vaccination antitétanique . 115 8.2 Accouchement et soins postnatals . 117 8.2.1 Accouchement . 117 8.2.2 Examens postnatals . 121 8.3 Accès aux soins se santé. 125 8.4 Fistule obstétricale . 126 CHAPITRE 9 SANTÉ DE L’ENFANT 9.1 Caractéristiques de l’accouchement . 129 9.2 Vaccination des enfants . 131 9.3 Maladies des enfants . 134 9.3.1 Infections respiratoires aiguës (IRA) . 134 9.3.2 Diarrhée . 138 9.4 Évacuation des selles des enfants . 144 CHAPITRE 10 PALUDISME 10.1 Situation et stratégies de lutte contre le paludisme au Burkina Faso . 148 10.2 Lutte anti-vectorielle : moustiquaires et pulvérisation d’insecticide . 148 10.3 Traitement préventif antipaludéen au cours de la grossesse . 155 10.4 Fièvre et traitement antipaludéen des enfants de moins de cinq ans . 156 10.5 Niveau d’hémoglobine . 160 10.6 Test de paludisme . 161 CHAPITRE 11 ALLAITEMENT ET ÉTAT NUTRITIONNEL 11.1 Allaitement et alimentation de complément . 166 11.1.1 Début de l’allaitement . 166 11.1.2 Allaitement maternel exclusif et introduction d’aliments de complément . 168 11.1.3 Durée et fréquence de l’allaitement . 170 11.1.4 Types d’aliments de complément . 171 11.1.5 Pratiques alimentaires des nourrissons et des jeunes enfants (PANJE) . 172 11.2 Consommation de micronutriments . 175 11.2.1 Consommation de sel iodé par les ménages . 175 11.2.2 Consommation de vitamine A chez les enfants . 176 11.2.3 Consommation de vitamine A et de fer chez les femmes . 179 11.3 Anémie . 180 11.3.1 Prévalence de l’anémie chez les enfants . 181 11.3.2 Prévalence de l’anémie chez les femmes . 182 11.3.3 Prévalence de l’anémie chez les hommes . 184 vi • Tableau des matières 11.4 État nutritionnel des enfants et des femmes . 185 11.4.1 État nutritionnel des enfants . 185 11.4.2 État nutritionnel des femmes . 191 CHAPITRE 12 MORTALITÉ DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS 12.1 Mortalité des enfants . 195 12.1.1 Méthodologie et qualité des données . 195 12.2 Niveaux et tendances . 197 12.3 Mortalité différentielle . 200 12.4 Groupes à hauts risques . 203 CHAPITRE 13 MORTALITÉ ADULTE ET MORTALITÉ MATERNELLE 13.1 Évaluation de la qualité des données . 208 13.2 Estimation de la mortalité adulte . 208 13.3 Estimation de la mortalité maternelle . 210 CHAPITRE 14 VIH/SIDA ET INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES 14.1 Connaissance du VIH/SIDA, des moyens de prévention et de transmission . 214 14.2 Stigmatisation envers les personnes vivant avec le VIH/sida. 222 14.3 Opinions concernant la prévention des IST et du VIH . 225 14.4 Rapports sexuels multiples et utilisation du condom . 227 14.5 Dépistage antérieur du VIH . 233 14.6 Circoncision . 238 14.7 Infections sexuellement transmissibles (IST) . 239 14.8 Prévalence des injections médicales . 240 14.9 Les jeunes de 15-24 ans et le VIH/SIDA . 242 CHAPITRE 15 PRÉVALENCE DU VIH ET FACTEURS ASSOCIÉS 15.1 Protocole de test du VIH . 251 15.1.1 Collecte . 252 15.1.2 Procédures de laboratoire . 252 15.2 Taux de couverture du test du VIH . 254 15.3 Prévalence du VIH . 258 15.3.1 Prévalence du VIH selon le sexe et l’âge . 258 15.3.2 Prévalence du VIH selon certaines caractéristiques socio-économiques et sociodémographiques . 259 15.3.3 Prévalence du VIH et facteurs de risques . 263 15.3.4 Prévalence du VIH parmi les jeunes de 15-24 ans . 264 15.3.5 Prévalence du VIH et autres facteurs de risques . 265 15.3.6 Prévalence du VIH parmi les couples . 268 Tableau des matières • vii CHAPITRE 16 STATUT DE LA FEMME 16.1 Emploi et rémunération . 271 16.2. Possession de biens . 276 16.3 Participation á la prise de décision dans le ménage . 278 16.4 Attitudes des femmes sur le rôle des sexes . 282 16.5 Indicateurs du pouvoir d'action des femmes . 285 CHAPITRE 17 EXCISION 17.1 Connaissance de l’excision chez les femmes enquêtées . 290 17.2 Pratique de l’excision chez les femmes enquêtées . 291 17.3 Opinions et croyances vis-à-vis de l’excision . 297 CHAPITRE 18 VIOLENCE DOMESTIQUE 18.1 Méthodologie . 302 18.2 Violence physique . 303 18.3 Violence conjugale . 306 18.4. Conséquences de la violence et recherche d’assistance . 312 18.5 Violence conjugale selon les caractéristiques du conjoint et les indicateurs du pouvoir d’action des femmes . 315 CHAPITRE 19 SITUATION DES ENFANTS 19.1. Enregistrement des naissances á l’état civil . 317 19.2 Enfants orphelins et résidence avec les parents . 318 19.3 Accès á l’instruction . 320 19.4 Travail des enfants . 320 RÉFÉRENCES . 323 ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 Introduction . 327 A.2 Base de sondage . 327 A.3 Échantillonnage . 328 A.4 Probabilité de sondage . 330 A.5 Résultats de l’enquêté et du test du VIH . 331 ANNEXE B ERREURS DE SONDAGE . 339 ANNEXE C TABLEAU POUR L’ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉS . 361 ANNEXE D PERSONNEL DE L’EDSBF-MICS IV, 2010 . 369 ANNEXE E QUESTIONNAIRES . 379 Tableaux et graphiques • ix LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES CHAPITRE 1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU PAYS, OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE Tableau 1.1 Résultats des interviews ménage et individuelle . 8 CHAPITRE 2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES Tableau 2.1 Eau utilisée par les ménages pour boire . 17 Tableau 2.2 Type de toilettes utilisées par les ménages . 18 Tableau 2.3 Lavage des mains . 19 Tableau 2.4 Caractéristiques des logements . 20 Tableau 2.5 Biens durables possédés par les ménages . 22 Tableau 2.6 Quintiles de bien-être économique . 23 Tableau 2.7 Population des ménages par âge, sexe et résidence . 24 Tableau 2.8 Composition des ménages . 26 Tableau 2.9.1 Niveau d'instruction de la population des ménages: Femme . 27 Tableau 2.9.2 Niveau d'instruction de la population des ménages: Homme . 28 Tableau 2.10 Taux de fréquentation scolaire . 30 Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population . 25 Graphique 2.2 Taux de fréquentation scolaire par âge . 29 CHAPITRE 3 CARACTÉRISTIQUES DES FEMMES ET DES HOMMES ENQUÊTÉS Tableau 3.1 Caractéristiques sociodémographiques des enquêtés . 34 Tableau 3.2.1 Niveau d'instruction: Femmes . 35 Tableau 3.2.2 Niveau d'instruction: Hommes . 36 Tableau 3.3.1 Alphabétisation: Femmes . 37 Tableau 3.3.2 Alphabétisation: Hommes . 38 Tableau 3.4.1 Exposition aux média: Femmes . 39 Tableau 3.4.2 Exposition aux média: Hommes . 40 Tableau 3.5.1 Emploi: Femmes . 42 Tableau 3.5.2 Emploi: Hommes . 43 Tableau 3.6.1 Occupation: Femmes. 45 Tableau 3.6.2 Occupation: Hommes . 46 Tableau 3.7 Type d'emploi: Femmes . 47 Tableau 3.8.1 Consommation de tabac: Femmes . 48 Tableau 3.8.2 Consommation de tabac: Hommes . 49 CHAPITRE 4 FÉCONDITÉ Tableau 4.1 Fécondité actuelle . 53 Tableau 4.2 Fécondité par caractéristiques sociodémographiques . 54 Tableau 4.3 Fécondité par âge selon quatre sources . 55 Tableau 4.4 Tendance de la fécondité par âge . 57 Tableau 4.5 Enfants nés vivants et enfants survivants des femmes . 58 Tableau 4.6 Intervalle intergénésique . 59 Tableau 4.7 Aménorrhée, abstinence et insusceptibilité post-partum . 60 Tableau 4.8 Durée médiane de l'aménorrhée, de l'abstinence post-partum et de l'insusceptibilité post-partum . 61 Tableau 4.9 Ménopause . 62 Tableau 4.10 Âge à la première naissance . 63 Tableau 4.11 Âge médian à la première naissance . 63 Tableau 4.12 Grossesse et fécondité des adolescentes . 64 x • Tableaux et graphiques Graphique 4.1 Taux de fécondité par âge selon le milieu de résidence . 53 Graphique 4.2 Taux de fécondité par âge selon différentes sources . 56 Graphique 4.3 Taux de fécondité par âge et par période de cinq ans avant l'EDSBF-MICS 2010 . 57 Graphique 4.4 Proportion d'adolescentes ayant commencé leur vie procréative, EDSBF-2003 et EDSBF-MICS 2010 . 65 CHAPITRE 5 PLANIFICATION FAMILIALE Tableau 5.1 Connaissance des méthodes contraceptives . 69 Tableau 5.2 Connaissance des méthodes contraceptives par caractéristiques sociodémographiques . 70 Tableau 5.3 Utilisation actuelle de la contraception selon l’âge . 72 Tableau 5.4. Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques sociodémographiques . 73 Tableau 5.5 Source d'approvisionnement des méthodes modernes . 75 Tableau 5.6 Choix informé de la méthode . 76 Tableau 5.7 Taux de discontinuation des méthodes contraceptives . 77 Tableau 5.8 Connaissance de la période féconde . 78 Tableau 5.9 Besoins en matière de planification familiale des femmes actuellement en union . 79 Tableau 5.10 Utilisation future . 80 Tableau 5.11 Exposition aux messages sur la planification familiale . 81 Tableau 5.12 Contact des non utilisatrices de la contraception avec des agents de planification familiale . 83 Graphique 5.1 Prévalence contraceptive selon la méthode (Femmes en union) . 71 Graphique 5.2 Proportion de femmes en union utilisant une méthode de contraception moderne, EDSBF 2003 et EDSBF-MICS 2010 . 75 CHAPITRE 6 NUPTIALITÉ ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Tableau 6.1 État matrimonial actuel . 86 Tableau 6.2.1 Nombre de coépouses . 87 Tableau 6.2.2 Nombre d'épouses . 88 Tableau 6.3 Âge à la première union . 89 Tableau 6.4 Âge médian à la première union . 91 Tableau 6.5 Âge aux premiers rapports sexuels . 92 Tableau 6.6 Âge médian aux premiers rapports sexuels selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 94 Tableau 6.7.1 Activité sexuelle récente: Femmes . 95 Tableau 6.7.2 Activité sexuelle récente: Hommes . 97 Graphique 6.1 Âge médian à la première union (femmes de 25-49 ans), EDSBF 2003 et EDSBF-MICS 2010 . 90 Graphique 6.2 Âge médian à la première union et aux premiers rapports sexuels (femmes de 25-49 ans) . 92 Graphique 6.3 Âge médian aux premiers rapports sexuels (femmes de 25-49 ans), EDSBF 2003 et EDSBF-MICS 2010 . 93 CHAPITRE 7 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ Tableau 7.1 Préférences en matière de fécondité par nombre d'enfants vivants . 100 Tableau 7.2.1 Désir de limiter les naissances: Femmes . 102 Tableau 7.2.2 Désir de limiter les naissances: Hommes . 102 Tableau 7.3 Nombre idéal d'enfants . 104 Tableau 7.4 Nombre idéal d'enfants par caractéristique sociodémographique. 105 Tableau 7.5 Planification de la fécondité . 106 Tableau 7.6 Taux de fécondité désirée . 107 Graphique 7.1 Préférences en matière de fécondité (femmes en union) . 100 Tableaux et graphiques • xi CHAPITRE 8 SANTÉ DE LA REPRODUCTION Tableau 8.1 Soins prénatals . 110 Tableau 8.2 Nombre de visites prénatales et stade de la grossesse . 112 Tableau 8.3 Composants des visites prénatales . 114 Tableau 8.4 Vaccination antitétanique . 116 Tableau 8.5 Lieu de l'accouchement . 118 Tableau 8.6 Assistance lors de l'accouchement . 120 Tableau 8.7 Soins postnatals . 121 Tableau 8.8 Type de prestataire de santé qui a dispensé les premiers soins postnatals . 122 Tableau 8.9 Moment où les premiers soins postnatals ont été dispensés au nouveau-né. 123 Tableau 8.10 Type de prestataire qui a dispensé les premiers soins postnatals au nouveau-né . 124 Tableau 8.11 Problèmes d'accès aux soins de santé . 125 Tableau 8.12: Connaissance et prévalence de la fistule obstétricale . 127 Graphique 8.1 Soins prénatals par du personnel formé, EDSBF 1993, EDSBF 2003 et EDSBF-MICS 2010 . 111 Graphique 8.2 Soins prénatals selon le stade de la grossesse à la première visite . 113 Graphique 8.3 Assistance à l'accouchement, EDSBF 1993, EDSBF 2003 et EDSBF-MICS 2010 . 119 CHAPITRE 9 SANTÉ DE L’ENFANT Tableau 9.1 Taille et poids à la naissance de l'enfant . 130 Tableau 9.2 Vaccinations par sources d'information . 131 Tableau 9.3 Vaccinations selon les caractéristiques sociodémographiques . 133 Tableau 9.4 Vaccinations au cours de la première année . 134 Tableau 9.5 Prévalence et traitement des symptômes d'Infections Respiratoires Aiguës (IRA) . 135 Tableau 9.6 Prévalence et traitement de la fièvre . 136 Tableau 9.7 Prévalence de la diarrhée . 138 Tableau 9.8 Traitement de la diarrhée . 141 Tableau 9.9 Pratiques alimentaires pendant la diarrhée . 142 Tableau 9.10 Connaissance des sachets de SRO ou de liquides pré conditionnés . 144 Tableau 9.11 Évacuation des selles des enfants . 145 Graphique 9.1 Proportions d'enfants complètement vaccinés, EDSBF 1993, EDSBF 2003 et EDSBF-MICS 2010 . 132 Graphique 9.2 Prévalence de la fièvre selon l'âge (enfants de moins de 5 ans) . 137 Graphique 9.3 Prévalence de la diarrhée selon l'âge (enfants de moins de 5 ans). 139 CHAPITRE 10 PALUDISME Tableau 10.1 Possession de moustiquaires par les ménages . 149 Tableau 10.2 Pulvérisation intradomiciliaire d'insecticide résiduel (PID) contre les moustiques . 150 Tableau 10.3 Utilisation des moustiquaires par la population des ménages . 151 Tableau 10.4 Utilisation des moustiquaires par les enfants . 153 Tableau 10.5 Utilisation des moustiquaires par les femmes enceintes . 154 Tableau 10.6 Utilisation d'antipaludéens à titre préventif et du Traitement Préventif Intermittent (TPIg) par les femmes au cours de la grossesse . 156 Tableau 10.7 Prévalence, diagnostic et traitement précoce de la fièvre chez les enfants . 157 Tableau 10.8 Type d'antipaludéens et moment de leur prise par les enfants ayant eu de la fièvre . 159 Tableau 10.9 Type d’antipaludéens pris par les enfants ayant été traités avec des antipaludéens . 160 Tableau 10.10 Hémoglobine < 8,0 g/dl . 161 Tableau 10.11 Prévalence du paludisme chez les enfants selon le TDR . 162 Tableau 10.12 Prévalence de la parasitémie palustre chez les enfants . 163 xii • Tableaux et graphiques Graphique 10.1 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans ayant dormi sous une MIILDA la nuit avant l'enquête, selon l'âge . 152 Graphique 10.2 Pourcentage de femmes enceintes ayant dormi sous une MIILDA la nuit avant l'enquête, selon le milieu de résidence . 155 Carte 10.1 Parasitémie palustre . 163 CHAPITRE 11 ALLAITEMENT ET ÉTAT NUTRITIONNEL Tableau 11.1 Allaitement initial . 167 Tableau 11.2 Type d'allaitement selon l'âge de l'enfant . 169 Tableau 11.3 Durée médiane de l'allaitement . 170 Tableau 11.4 Aliments et liquides reçus par les enfants le jour ou la nuit ayant précédé l'interview . 171 Tableau 11.5 Pratiques alimentaires des nourrissons et des jeunes enfants . 173 Tableau 11.6 Présence de sel iodé dans le ménage . 175 Tableau 11.7 Consommation de micronutriments par les enfants . 177 Tableau 11.8 Consommation de micronutriments par les mères . 179 Tableau 11.9 Prévalence de l'anémie chez les enfants . 181 Tableau 11.10 Prévalence de l'anémie chez les femmes . 183 Tableau 11.11 Prévalence de l'anémie chez les hommes . 184 Tableau 11.12 État nutritionnel des enfants . 186 Tableau 11.13 État nutritionnel des femmes . 192 Graphique 11.1 Allaitement selon l'âge de l'enfant . 169 Graphique 11.2 Prévalence de l'anémie chez les enfants de 6-59 mois, selon l'âge . 182 Graphique 11.3 État nutritionnel des enfants de moins de 5 ans . 188 Graphique 11.4 Tendances de l'état nutritionnel des enfants de moins de 5 ans. 190 Graphique 11.5 Tendances de l'état nutritionnel des femmes de 15-49 ans . 193 CHAPITRE 12 MORTALITÉ DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS Tableau 12.1 Quotients de mortalité des enfants de moins de 5 ans . 198 Tableau 12.2 Quotients de mortalité des enfants selon certaines caractéristiques socio- économiques . 200 Tableau 12.3 Quotients de mortalité des enfants selon certaines caractéristiques démographiques de la mère et des enfants . 202 Tableau 12.4 Comportement procréateur à hauts risques . 204 Graphique 12.1 Quotients de mortalité infantile et juvénile par période avant l'EDSBF-MICS 2010 . 199 Graphique 12.2 Taux de mortalité infantile selon l'EDSBF 2003 et l'EDSBF-MICS 2010 . 199 Graphique 12.3 Taux de mortalité infanto-juvénile selon l'EDSBF 2003 et l'EDSBF-MICS 2010 . 200 Graphique 12.4 Quotients de mortalité infanto-juvénile selon certaines caractéristiques . 201 Graphique 12.5 Quotients de mortalité infantile selon certaines caractéristiques de la mère et de l'enfant . 203 CHAPITRE 13 MORTALITÉ ADULTE ET MORTALITÉ MATERNELLE Tableau 13.1 Taux de mortalité des adultes . 209 Tableau 13.2 Quotient de mortalité adulte . 209 Tableau 13.3 Mortalité maternelle . 210 Graphique 13.1 Rapport de mortalité maternelle avec intervalles de confiance pour la période 0-6 ans avant l'EDSBF-MICS 2010 et l'EDS 1998-99 . 211 CHAPITRE 14 VIH/SIDA ET INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES Tableau 14.1 Connaissance du sida . 215 Tableau 14.2 Connaissance des moyens de prévention du VIH . 216 Tableaux et graphiques • xiii Tableau 14.3.1 Connaissance approfondie du sida: Femmes . 217 Tableau 14.3.2 Connaissance approfondie du sida: Hommes . 219 Tableau 14.3 Connaissance de la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant . 221 Tableau 14.5.1 Attitudes de tolérance à l'égard des personnes vivant avec le VIH: Femmes . 222 Tableau 14.5.2 Attitudes de tolérance à l'égard des personnes vivant avec le VIH: Hommes . 224 Tableau 14.6 Opinion sur la négociation de rapports sexuels protégés avec le conjoint. 225 Tableau 14.7 Adultes favorables à l'enseignement de l'utilisation du condom en tant que moyen de prévention du sida . 227 Tableau 14.8.1 Partenaires sexuels multiples: Femmes . 228 Tableau 14.8.2 Partenaires sexuels multiples: Hommes . 230 Tableau 14.9 Prévalence ponctuelle et prévalence cumulée des partenaires sexuelles concomitantes . 232 Table 14.10 Rapports sexuels payants et utilisation du condom au cours des derniers rapports sexuels payants . 233 Tableau 14.11.1 Couverture du test du VIH antérieur à l'enquête: Femme . 234 Tableau 14.11.2 Couverture du test du VIH antérieur à l'enquête: Homme . 235 Tableau 14.12 Femmes enceintes conseillées et ayant effectué un test du VIH . 236 Tableau 14.13 Circoncision . 238 Tableau 14.14 Prévalence déclarée des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) et symptômes déclarés d'IST . 239 Tableau 14.15 Prévalence des injections médicales . 241 Tableau 14.16 Connaissance approfondie du VIH/sida et connaissance d'un endroit où se procurer des condoms parmi les jeunes . 242 Tableau 14.17 Âge aux premiers rapports sexuels parmi les jeunes . 243 Tableau 14.18 Rapports sexuels prénuptiaux et utilisation du condom au cours des rapports sexuels prénuptiaux parmi les jeunes . 244 Tableau 14.19.1 Partenaires sexuels multiples au cours des 12 derniers mois parmi les jeunes: Femme . 245 Tableau 14.19.2 Partenaires sexuels multiples au cours des 12 derniers mois parmi les jeunes: Homme . 246 Tableau 14.20 Disparité d'âges entre partenaires sexuels parmi les femmes de 15-19 ans . 247 Tableau 14.21 Test du VIH récent parmi les jeunes . 248 CHAPITRE 15 PRÉVALENCE DU VIH ET FACTEURS ASSOCIÉS Tableau 15.1.1 Couverture du test du VIH pour l’ensemble des femmes et des hommes selon le milieu et la région de résidence . 255 Tableau 15.1.2 Couverture du test du VIH des femmes selon le milieu et la région de résidence . 256 Tableau 15.1.2 Couverture du test du VIH des hommes selon le milieu et la région de résidence . 256 Tableau 15.2.1 Couverture du test du VIH des femmes selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 257 Tableau 15.2.2 Couverture du test du VIH des hommes selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 257 Tableau 15.3 Prévalence du VIH selon l'âge. 258 Tableau 15.4 Prévalence du VIH selon certaines caractéristiques socio-économiques . 260 Tableau 15.5 Prévalence du VIH selon certaines caractéristiques démographiques . 262 Tableau 15.6 Prévalence du VIH selon certaines caractéristiques du comportement sexuel . 263 Tableau 15.7 Prévalence du VIH parmi les jeunes de 15-24 ans selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 264 Tableau 15.8 Prévalence du VIH parmi les jeunes de 15-24 ans selon certaines caractéristiques du comportement sexuel . 265 Tableau 15.9 Prévalence du VIH selon d'autres caractéristiques . 266 Tableau 15.10 Test du VIH antérieur à l'enquête et prévalence du VIH . 266 Tableau 15.11 Prévalence du VIH et circoncision . 267 Tableau 15.12 Prévalence du VIH parmi les couples . 268 xiv • Tableaux et graphiques Graphique 15.1 Prévalence du VIH par sexe et âge . 259 Carte 15.1 Prévalence du VIH selon les régions . 261 CHAPITRE 16 STATUT DE LA FEMME Tableau 16.1 Emploi et type de rémunération des femmes et des hommes actuellement en union . 272 Tableau 16.2.1 Contrôle de l'utilisation de l'argent gagné par les femmes et importance de l'argent gagné par les femmes par rapport à celui gagné par le conjoint . 273 Tableau 16.2.2 Contrôle de l'utilisation de l'argent gagné par les hommes . 275 Tableau 16.3 Contrôle par les femmes de l'utilisation de leurs propres gains et contrôle de l'utilisation des gains du conjoint . 276 Tableau 16.4.1 Possession de biens par les femmes . 277 Tableau 16.4.2 Possession de biens par les hommes . 278 Tableau 16.5 Participation dans la prise de décision . 279 Tableau 16.6.1 Participation des femmes à la prise de décision selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 280 Tableau 16.6.2 Participation des hommes dans la prise de décision selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 281 Tableau 16.7.1 Opinion des femmes concernant le fait qu'un mari batte sa femme . 282 Tableau 16.7.2 Opinion des hommes concernant le fait qu'un conjoint batte sa femme . 284 Tableau 16.8 Indicateurs du pouvoir d'action des femmes . 285 Tableau 16.9 Utilisation actuelle de la contraception selon certains indicateurs du pouvoir d'action des femmes. 286 Tableau 16.10 Pouvoir d'action des femmes, nombre idéal d'enfant et besoins non satisfaits en matière de planification familiale . 287 Tableau 16.11 Soins de santé maternelle selon les indicateurs du pouvoir d'action des femmes. 288 Graphique 16.1 Nombre de décisions auxquelles les femmes actuellement en union ont participé . 279 CHAPITRE 17 EXCISION Tableau 17,1 Connaissance de l’excision . 290 Tableau 17.2: Pratique de l’excision . 291 Tableau 17.3: Âge à l’excision . 293 Tableau 17.4: Prévalence de l’excision et âge à l’excision: Filles 0-14 ans . 294 Tableau 17.5: Excision des filles de 0-14 ans selon les caractéristiques sociodémographiques de la mère . 296 Tableau17.6 Personne qui a procédé à l’excision et type d’excision parmi les filles excisées de 0 14 ans et les femmes de 15-49 ans . 297 Tableau 17.7 Opinions des femmes et des hommes sur l’excision, en tant que nécessité religieuse . 298 Tableau 17.8 Opinions des femmes et des hommes sur le maintien ou non de cette pratique . 299 Graphique 17.1 Pourcentage de femmes excisées selon l'ethnie . 292 Graphique 17.2 Pourcentage de femmes de 15-49 ans et de filles de 0-14 ans excisées selon l'âge . 295 CHAPITRE 18 VIOLENCE DOMESTIQUE Tableau 18.1 Violence physique . 304 Tableau 18.2 Auteurs des violences physiques . 305 Tableau 18.3 Violence pendant la grossesse . 306 Tableau 18.4 Contrôle exercé par le mari/partenaire . 307 Tableau 18.5 Formes de violence conjugale . 308 Tableau 18.6 Violence conjugale selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 310 Tableaux et graphiques • xv Tableau 18.7 Fréquence de la violence conjugale parmi les femmes qui ont déclaré avoir subi des actes de violence . 311 Tableau 18.8 Premier épisode de violence conjugale . 312 Tableau 18.9 Blessures causées par des actes de violence conjugale . 313 Tableau 18.10 Recherche d’aide pour arrêter la violence . 314 Tableau 18.11 Violence conjugale selon les caractéristiques du mari partenaire et les indicateurs du pouvoir d’action des femmes . 315 Graphique 18.1 Pourcentage de femmes ayant subi différentes formes de violence conjugale . 309 CHAPITRE 19 SITUATION DES ENFANTS Tableau 19.1 Enregistrement des enfants de moins de 5 ans à l'état civil . 318 Tableau 19.2 Enfants orphelins et résidence des enfants . 319 Tableau 19.3 Fréquentation scolaire par état de survie des parents . 320 Tableau 19.4 Travail des enfants . 321 ANNEXE A PLAN DE SONDAGE Tableau A.1 Nombre de ZD et taille moyenne de ZD par région et par milieu de résidence . 328 Tableau A.2 Répartition des ménages et des résidents par région et par milieu de résidence . 328 Tableau A.3 Répartition de l’échantillon de grappes et de ménages par région et par milieu de résidence . 329 Tableau A.4 Nombre attendu d'hommes et de femmes enquêtés avec succès par région et par milieu de résidence . 329 Tableau A.3 Résultats de l'enquête : femmes . 332 Tableau A.4 Résultats de l'enquête : hommes . 333 Tableau A 7 Couverture du test du VIH parmi les femmes enquêtées selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 334 Tableau A.8 Couverture du test du VIH parmi les hommes enquêtés selon certaines caractéristiques sociodémographiques . 335 Tableau A 9 Couverture du test du VIH parmi les femmes enquêtées selon certaines caractéristiques du comportement sexuel . 336 Tableau A.10 Couverture du test du VIH parmi les hommes enquêtés selon certaines caractéristiques du comportement sexuel . 337 ANNEXE B ERREURS DE SONDAGE Tableau B.1 Liste des variables sélectionnées pour le calcul des erreurs de sondage, Burkina Faso 2009-10 . 341 Tableau B.2 Erreurs de sondage: Echantillon Total, Burkina Faso 2010 . 342 Tableau B.3 Erreurs de sondage: Echantillon Ouagadougou, Burkina Faso 2010 . 343 Tableau B.4 Erreurs de sondage: Echantillon Autres villes, Burkina Faso 2010 . 344 Tableau B.5 Erreurs de sondage: Echantillon Ensemble urbain, Burkina Faso 2010 . 345 Tableau B.6 Erreurs de sondage: Echantillon Rural, Burkina Faso 2010 . 346 Tableau B.7 Erreurs de sondage: Echantillon Boucle du Mouhoun, Burkina Faso 2010 . 347 Tableau B.8 Erreurs de sondage: Echantillon Cascades, Burkina Faso 2010 . 348 Tableau B.9 Erreurs de sondage: Echantillon Centre, Burkina Faso 2010 . 349 Tableau B.10 Erreurs de sondage: Echantillon Centre-Est, Burkina Faso 2010 . 350 Tableau B.11 Erreurs de sondage: Echantillon Centre-Nord, Burkina Faso 2010 . 351 Tableau B.12 Erreurs de sondage: Echantillon Centre-Ouest, Burkina Faso 2010 . 352 Tableau B.13 Erreurs de sondage: Echantillon Centre-Sud, Burkina Faso 2010 . 353 Tableau B.14 Erreurs de sondage: Echantillon Est, Burkina Faso 2010 . 354 Tableau B.15 Erreurs de sondage: Echantillon Hauts Bassins, Burkina Faso 2010 . 355 Tableau B.16 Erreurs de sondage: Echantillon Nord, Burkina Faso 2010 . 356 Tableau B.17 Erreurs de sondage: Echantillon Plateau Central, Burkina Faso 2010 . 357 Tableau B.18 Erreurs de sondage: Echantillon Sahel, Burkina Faso 2010 . 358 Tableau B.19 Erreurs de sondage: Echantillon Sud-Ouest, Burkina Faso 2010 . 359 xvi • Tableaux et graphiques Tableau B.20 Erreurs de sondage pour les taux de mortalité adulte et les taux de mortalité maternelle, Burkina Faso 2010 . 360 ANNEXE C TABLEAU POUR L’ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉS Tableau C.1 Répartition par âge de la population des ménages . 361 Tableau C.2.1 Répartition par âge des femmes éligibles et enquêtées . 362 Tableau C.2.2 Répartition par âge des hommes éligibles et enquêtés . 362 Tableau C.3 Complétude de l'enregistrement . 363 Tableau C.4 Naissances par année de naissance . 363 Tableau C.5 Enregistrement de l'âge au décès en jours . 364 Tableau C.6 Enregistrement de l'âge au décès en mois . 365 Tableau C.7 État nutritionnel des enfants . 366 Tableau C.8 Complétude de l'information sur les frères et sœurs . 368 Tableau C.9 Complétude de l’information sur les sœurs décédées . 368 Tableau C.10 Taille de la fratrie et rapport de masculinité des frères et sœurs . 368 Préface • xvii PRÉFACE 'Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD) a réalisé avec succès, de mai 2010 à Janvier 2011, la quatrième Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples au Burkina Faso (EDSBF-MICS IV) avec l'appui technique de ICF Macro à travers le programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (MEASURE DHS). Cette enquête intervient à la suite de celles conduites en 1993, en 1998/1999 et en 2003. Ces différentes enquêtes ont permis au Burkina Faso d'assurer une meilleure formulation et une mise en œuvré appropriée de sa politique de santé ainsi qu'un suivi des progrès réalisés au regard de ses engagements nationaux et internationaux. Comme les enquêtes précédentes, celle-ci fournit une base de données et des informations détaillées aux utilisateurs et aux décideurs sur la fécondité, la santé et l'état nutritionnel de la mère et de l'enfant, les soins pré et postnatals, les vaccinations, la mortalité infanto-juvénile, la mortalité maternelle, la situation des enfants, le paludisme, l'attitude et la pratique en matière de planification familiale, le statut de la femme, l'excision, les infections sexuellement transmissibles et le sida. Les innovations de la présente enquête portent sur la prise en compte de la parasitémie palustre, des fistules, des violences domestiques et du statut d'excision des filles de moins de 15 ans. L'enquête a, en outre, collecté des données pour estimer la mortalité maternelle à la différence de l'édition passée. La mise en œuvre réussie de cette importante enquête a bénéficié de la collaboration technique des équipes de l'Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD), de Macro ICF, du Ministère de la Santé, du Ministère de la Communication, du Ministère de l'Action Sociale et de la Solidarité Nationale, du Ministère de l'Enseignement National et de l'Aiphabetisation et du Ministère des Droits humains et de la Promotion Civique. Ses résultats sont encourageants et témoignent des efforts du Gouvernement et de ses partenaires au développement pour améliorer significativement l'accès des populations à la santé. A titre d'illustration, les résultats de cette enquête mentionnent, entre autres, une augmentation des accouchements assistés par du personnel qualifié et une baisse de la mortalité des enfants, de la mortalité maternelle et de la séroprévalence du sida par rapport à leurs niveaux antérieurs. Des analyses thématiques approfondies seront conduites pour mieux éclairer les décisions et la mise en œuvre de programmes adaptés. Je lance un appel à l'ensemble des partenaires pour une poursuite et une intensification des efforts à engager pour traduire en actions de politiques de santé les recommandations pertinentes des résultats de cette enquête d'envergure nationale. Je ne saurais terminer sans réitérer les remerciements du Gouvernement au Programme d'Appui au Développement Sanitaire (PADS) et ses partenaires financiers, à la Banque Mondiale à travers le Secrétariat Permanent de Lutte contre le Sida et les Infections Sexuellement Transmissibles (SP/CNLS- IST), a l'Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID), à ICF International, au Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), au Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF) et à la Coopération suédoise à travers le projet Statistique Suède (SCB). L xviii • Préface Mes remerciements vont également à l’endroit des ministères, institutions et des personnes ressources impliqués dans l'enquête pour la qualité de leur contribution technique. Je félicite les cadres nationaux et les enquêteurs pour leur dévouement et leur compétence, je remercie les structures déconcentrées ou décentralisées, les autorités coutumières ou religieuses pour leur franche collaboration, les organisations de la société civile ainsi que les populations pour leur adhésion à cette enquête. Tous unis, relevons ensemble le défi de l'atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement dans le domaine de la sante au Burkina Faso. Le Ministre de l’Economie et des Finances Remerciements • xix REMERCIEMENTS La quatrième édition de l'enquête démographique et de santé et à Indicateurs Multiples du Burkina Faso (EOSBF-MIC IV) a été réalisé en 2010 par l’Institut National de la statistique et de la démographie du Ministère de I‘Economie et des Finances avec l'appui technique de Macro International. La mise en œuvré de cette enquête périodique pour suivre et évaluer notamment les progrès dans les programmes de population et de santé a mobilisé d’énormes ressources humaines, matérielles et financières. L’enquête a bénéficié de la collaboration technique de personnes ressources et de structures de différents départements Ministériels : Ministère de la Santé, Ministère de la Communication, Ministère de l’Action Sociale et de la Solidarité Nationale, Ministère de l’Education Nationale et de l'Alphabétisation et du Ministère des Droits humains et de la Promotion Civique. Les analyses de sang pour évaluer la séroprévalence ont été effectuées par le Centre Régional de la Transfusion Sanguine de Ouagadougou (CRTS/O) et celles pour la parasitémie palustre par le laboratoire du Centre National de Formation et de Recherche sur le Paludisme (CNRFP). Le contrôle de qualité externe des résultats de la séroprévalence a été effectué par le Centre Muraz de Bobo Dioulasso. Nos félicitations à ces institutions et à ces personnes ressources pour la qualité de leur contribution. Nous exprimons notre reconnaissance au personnel de terrain et de saisie, à la coordination de l'enquête et aux analystes pour le dévouement et la qualité du travail. Nous adressons nos remerciements aux autorités administratives, sanitaires, coutumières et religieuses pour leur soutien aux équipes de collecte des données et à la population pour son adhésion aux objectifs de l’enquête. Nous adressons également nos remerciements a Monsieur Bamory OUATTARA ex-Directeur General de l’INSD pour sa contribution à la mise en œuvre de ce projet. Nos sincères remerciements aux partenaires techniques et financiers dont l’engagement et les appuis ont rendu possible la réalisation de cette enquête. Nous saisissons cette opportunité pour renouveler notre reconnaissance à tout le personnel de Macro International pour son appui technique aux différentes étapes de l’enquête notamment Mr Soumaila MARIKO, Mr Mohamed AYAD, Mr Ruilin REN, Mr Amadou SOW, Mr Arouna KOCHE, Mr Keith PURVIS et à l’équipe de conception et de production du rapport. Le Directeur Général de l'Institut National de la Statistique et de la Démographie Sigles et abréviations • xxi SIGLES ET ABRÉVIATIONS ACT Artemisinin-based combination therapy (Combinaisons à base d'Artémisinine) ADP Assemblée des Députés du Peuple ARV Médicaments AntiRétroviraux BCG Bacille de Calmette et Guérin BSS Behavioral Surveillance Survey (Enquête de Surveillance de Comportements) CCC Communication pour le Changement de Comportement CDC Centers for Disease Control and Prevention CDV Centre de Dépistage Volontaire CEDEF Convention sur l’Élimination de toutes les formes de Discriminations à l’Égard des Femmes CEDAW Committee on the Elimination of Discrimination against Women CFA Communauté Financière Africaine CHR Centre Hospitalier Régional CHU Centre Hospitalier Universitaire CHU-YO Centre Hospitalier Universitaire Yalgado Ouédraogo CIPD Conférence Internationale sur la Population et le Développement CMLS Comité Ministériel de Lutte contre le Sida CSLS Cadre Stratégique de Lutte contre le VIH/sida et les IST CM Centre Médical CMA Centre Médical avec Antenne chirurgicale CNRFP Centre National de Formation et de Recherches sur le Paludisme CNS Comptes Nationaux de Santé CRTS/O Centre Régional de Transfusion Sanguine de Ouagadougou CSLP Cadre Stratégique de Réduction de la Pauvreté CSPS Centre de Santé et de Promotion Sociale CSPro Census and Survey Processing System DBS Dried Blood Spots (Gouttes de Sang Séché) DEP Direction des Etudes et de la Planification DGISS Direction Générale de l’Information et des Statistiques Sanitaires DHS Demographic and Health Survey DIU Dispositif Intra Utérin DL Décilitre DNS Dépense Nationale de Santé DSRP Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté et de l’Aménagement du Territoire DTCoq Vaccin contre la Diphtérie, le Tétanos et la Coqueluche EDS Enquête Démographique et de Santé EDSBF-MICS Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples du Burkina Faso EICVM Enquête Intégrale sur les Conditions de Vie des Ménages ET Ecart Type G Gramme ICCIDD International Council for the Control of Iodine Deficiency Disorders (Conseil International pour la lutte contre les Troubles dus à la Carence en Iode) IDH Indice du Développement Humain IEC Information, Éducation et Communication IMC Indice de Masse Corporelle xxii • Sigles et abréviations INA Institut National d’Alphabétisation INSD Institut National de la Statistique et de la Démographie IRA Infection Respiratoire Aiguë ISF Indice Synthétique de Fécondité ISFD Indice Synthétique de Fécondité Désiré IST Infections Sexuellement Transmissibles KG Kilogramme LAL Lutte Anti-Larvaire MAMA Méthode de l’Allaitement Maternel et de l’Aménorrhée MGF Mutilations Génitales Féminines MII Moustiquaires Imprégnées d’Insecticides MIILDA Moustiquaire Imprégnée d’Insecticide à Longue Durée d’Action MSM Men Who Have Sex with Men NN Néonatal OGE Organes Génitaux Externes OMD Objectifs du Millénaire pour le Développement OMS Organisation Mondiale de la Santé ONG Organisation Non Gouvernementale ONUSIDA Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA PADS Programme d’Appui au Développement Sanitaire PAMAC Programme d’Appui au Monde Associatif et Communautaire PANJE Pratiques Alimentaires du Nourrisson et du Jeune Enfant PBS Phosphate Buffered Saline PEV Programme Élargi de Vaccination PF Planification Familiale PIB Produit Intérieur Brut PID Pulvérisation Intra Domiciliaire PPLS Projet Population et Lutte contre le SIDA PNDS Plan National de Développement Sanitaire PNLP Programme National de Lutte contre le Paludisme PNLS Programme National de Lutte contre le SIDA PNN Post néonatal PNP Politique Nationale de Population PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement PPTE Pays Pauvres Très Endettés PSN Politique Sanitaire Nationale PTF Partenaires Techniques et Financiers PVVIH Personnes Vivant avec le VIH RDV Risque sur la Durée de Vie REMUAO Réseau Migrations et Urbanisation en Afrique de l’Ouest RGPH Recensement Général de la Population et de l’Habitat SCADD Stratégie de Croissance Accélérée et du Développement Durable SCB Statistiska Centralbyran SE Section d’Enumération SIDA Syndrome de l’Immunodéficience Acquise SLIS Système Local d’Information Sanitaire SP Sulfadoxine Pyriméthamine SP/CNLPE Secrétariat Permanent du Comité National de Lutte contre la Pratique de l’Excision Sigles et abréviations • xxiii SP/CNLS-IST Secrétariat Permanent du Conseil National de Lutte contre le Sida et les Infections Sexuellement Transmissibles SRO Sels de Réhydratation par voie Orale SSG Sérosurveillance de Seconde Génération SSP Soins de Santé Primaire TBFS Taux Brut de Fréquentation Scolaire TBN Taux Brut de Natalité TBS Taux Brut de Scolarisation TDR Test de Diagnostic Rapide TGFG Taux Global de Fécondité générale TMM Taux de Mortalité maternelle TNS Taux Net de Scolarisation TPI Traitement Préventif Intermittent TRO Thérapie de Réhydratation par voie Orale TS Travailleuse du Sexe UEMOA Union Economique et Monétaire Ouest Africaine UNFPA Fonds des Nations Unies pour la Population UNICEF Fond des Nations Unies pour l’Enfance UNIFEM Fonds de développement des Nations Unies pour la Femme UPS Unité Primaire de Sondage USA United States of America USAID Agence des États-Unis pour le Développement International VIH Virus de l’Immunodéficience Humaine WHO World Health Organization ZD Zone de Dénombrement xxiv • Carte du Burkina Faso Présentation générale du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête • 1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU PAYS, OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE 1 Hamissou KANO et Issa ZONGO e premier chapitre est consacré à la présentation du Burkina Faso et au contexte dans lequel a été réalisée la quatrième Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples (EDSBF- MICS IV) de 2010. Il présente également les objectifs ainsi que les procédures techniques de mise en œuvre de l’enquête. 1.1 PRÉSENTATION DU PAYS 1.1.1 Géographie Situé dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est un pays sans débouché sur la mer. Il s’étend sur 272 967 km² et est limité au nord et à l'ouest par le Mali, au nord-est par le Niger, au sud-est par le Bénin et au sud par le Togo, le Ghana et la Côte d’Ivoire. Le relief y est peu marqué et les trois quarts du territoire sont occupés par une vaste pénéplaine dont l'altitude moyenne ne dépasse pas 400 m. Près de la moitié du territoire national est comprise entre 250 et 350 m. Sur les trois quarts du pays règne une topographie monotone, un vaste plateau parsemé de collines, de buttes et de vallons. Sur le plan hydrographique, trois fleuves, le Mouhoun, le Nazinon et le Nakambé, drainent le pays et le point le plus proche de l’Atlantique en est distant de 500 km. Positionné entre 9°200 et 15°540 de latitude nord, 2°200 de longitude est et 5°300 de longitude ouest, le Burkina Faso fait partie de la zone soudanienne et bénéficie d’un climat tropical sec à deux saisons : une saison sèche de novembre à juin et une saison pluvieuse de juillet à octobre. Néanmoins, une saison de transition, entre novembre et février, se situe entre les saisons principales : la température descend entre 20° et 25°. Les précipitations sont, en général, faibles et mal réparties sur l’ensemble du territoire, variant, en moyenne, entre 300 mm au nord et 1200 mm au sud. Cette faiblesse et cette variabilité de la pluviométrie influencent énormément la disponibilité alimentaire et, par conséquent, l’état nutritionnel des populations. 1.1.2 Économie Le Burkina Faso est un pays à vocation agricole et à faible revenu. Son économie se caractérise par sa forte vulnérabilité. Malgré une croissance relativement élevée au cours des 10 dernières années (5,2 % entre 2000 et 2009) (SCADD), le pays connaît une situation de pauvreté remarquable. Le PIB par habitant s’élevait en 2009 à 256 000 F CFA (Tableau de bord de la gouvernance, 2009) et 44 % de la population vivent en dessous du seuil national de pauvreté estimé à 108 454 FCFA par an (Rapport provisoire EICVM 2009). Le pourcentage de pauvres était de 46 % en 2003 avec un seuil de 82 672 FCFA (INSD, 2003). Cette situation de pauvreté est caractérisée par un accès difficile aux services sociaux de base, par le chômage, l’analphabétisme, des conditions d’habitat précaire, un statut de la femme peu avantageux et un niveau élevé de malnutrition. Il en résulte que le pays occupe le 161ième rang sur 169 pays selon l’Indice du développement humain (IDH) 2010 publié par le PNUD. La performance économique dépend fortement des conditions climatiques, des fluctuations des conditions du commerce mondial et des taux de change. En 2010, l’agriculture et l'élevage occupaient plus des trois quarts de la population active et contribuaient pour 37 % au PIB du pays. Pauvre en ressources C 2 • Présentation générale du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête naturelles, l’économie du pays est fortement tributaire des exportations de coton et vulnérable aux chocs exogènes ; cependant, au cours de ces deux dernières années, le secteur minier s’est développé et, en 2010, il représentait plus de 45 % des recettes d’exportation. Le pays dépend des ports des pays voisins pour ses exportations hors continent. À l’intérieur du continent (notamment dans la sous-région Afrique de l’Ouest) le pays exporte principalement le bétail sur pied. Pour lutter contre la pauvreté et réaliser les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), le Burkina Faso a adopté en 2000 un Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP). Ce cadre a été révisé en 2003 pour couvrir la période 2004-2006. Après une évaluation poussée des succès et des échecs rencontrés dans la mise en œuvre des Documents stratégiques de réduction de la pauvreté (DSRP), les autorités burkinabè ont récemment élaboré une stratégie de développement (troisième génération du DSRP), visant une croissance économique accélérée et la réduction de la pauvreté. Ce processus participatif impliquant les principales parties prenantes (administration centrale et locale, société civile, donateurs, parlement, etc.), a conduit à la formulation de la Stratégie de croissance accélérée et du développement durable (SCADD). La SCADD traduit l’ambition d’atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement grâce à un taux de croissance soutenu de 10 % par an afin de réduire la pauvreté à 35 % entre 2011 et 2015. 1.1.3 Population Selon les données du quatrième Recensement général de la population et de l’habitat de 2006 (RGPH), la population résidente du Burkina Faso s’élevait à 14 017 262 habitants en décembre 2006 dont 52 % de femmes et 48 % d’hommes. La densité est d’environ 51,4 habitants au kilomètre carré. En 2010, cette population était estimée à 15 730 977 habitants avec un taux d’accroissement intercensitaire de 3,1 %. À ce rythme, la population du Burkina Faso doublera en 22 ans. Cette croissance soutenue de la population minimise l’impact des initiatives (notamment dans l’éducation et la santé) pour la réduction de la pauvreté et le développement humain. Les résultats du dernier recensement ont également montré que près de huit habitants sur dix (77 %) résident en milieu rural et que le taux d’urbanisation est de 23 %. La répartition géographique de la population présente des écarts importants de peuplement des régions administratives. Avec une population de près de deux millions d’habitants, la région du Centre qui abrite la capitale administrative (Ouagadougou) est la plus peuplée ; elle représente 12 % de la population totale du pays. Elle est suivie des régions des Hauts Bassins (11 %) et de la Boucle du Mouhoun (10 %). À l’opposé, les régions des Cascades, du sud-ouest et du centre-sud sont les moins peuplées puisqu’elles représentent respectivement 3,8 %, 4,4 % et 4,6 % de la population du Burkina Faso. La population du pays se caractérise par sa jeunesse. L’âge moyen de la population était de 21,8 ans en 2006. Les moins de 15 ans représentaient 47 % de la population, la tranche d’âges 15-64 ans représentait 50 % et la population de 65 ans et plus, seulement 3 %. Les enfants de moins de 5 ans et ceux de moins de 18 ans représentaient respectivement 21 % et 54 % de la population. Quant aux femmes en âge de procréer (15-49 ans), elles constituaient 24 % de la population totale. Sur le plan migratoire, le Burkina Faso est connu depuis les années 1960 comme un pays de forte émigration notamment vers la Côte d’Ivoire. Cette situation s’est atténuée autour des années 2002 suite à la crise sociopolitique qu’a connue ce pays voisin : évènements de Tabou en 1999 et rébellion armée en 2002 entrainant une insécurité des migrants burkinabè en Côte d’Ivoire. On note cependant une augmentation progressive du nombre de personnes sortant du pays depuis 2002. En effet, le pays a enregistré en 2002 38 323 départs pour l’étranger contre 60 449 en 2006 (RGPH 2006). Par ailleurs, le niveau d’instruction de la population reste faible : les résultats du recensement de 2006 ont montré que 71 % des Burkinabè de 6 ans et plus n’ont aucun niveau d’instruction, 21 % ont un Présentation générale du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête • 3 niveau primaire et seulement 9 % ont un niveau secondaire ou plus. Le taux d’alphabétisation est également très faible. En effet, toujours selon le recensement de 2006, 67 % des hommes de 10 ans ou plus ne savaient ni lire ni écrire contre 80 % des femmes du même groupe d’âges. Sur le plan religieux, l’islam est, de loin, la religion majoritaire au Burkina Faso (61 % de la population). Ensuite viennent dans l’ordre décroissant la religion catholique (19 %), la religion traditionnelle ou l’animisme (15 %) et la religion protestante (4 %). Il y a très peu de personnes qui déclarent ne pratiquer aucune religion (0,4 %) (RGPH, 2006). 1.1.4 Politiques en matière de santé et situation sanitaire L’évolution du système de santé et de l’état de santé de la population burkinabè sont tributaires des programmes et actions mis en œuvre depuis la période des indépendances. De 1960 à 1979, le système sanitaire était caractérisé par l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan cadre qui a mis l’accent sur l’application et le renforcement des campagnes de lutte contre les maladies transmissibles. Par contre, la période 1980 à 1990 s’est distinguée par la mise en œuvre de la Programmation sanitaire nationale dont l’une des caractéristiques est le renforcement de la décentralisation des services de santé. Entre 1991 et 2000, l’administration sanitaire a été marquée par une grande décentralisation des services de santé. En effet, dans le cadre de l’Initiative de Bamako, le Gouvernement a adopté en juillet 1993, le Document national sur le renforcement des soins de santé primaires (SSP). Le territoire est divisé en treize régions sanitaires correspondant aux régions administratives. En 2008, on dénombrait 63 districts sanitaires. Les structures publiques de soins sont organisées en trois niveaux : • Le premier niveau correspond au district sanitaire qui comprend deux échelons : le premier échelon de soins est le Centre de santé et de promotion sociale (CSPS), structure sanitaire de base du système de santé et le deuxième échelon de soins est le Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA). Il sert de référence pour les formations sanitaires du district. En outre, il existe quelques Centres médicaux (CM) susceptibles d’évoluer vers des CMA. • Le deuxième niveau est représenté par le Centre hospitalier régional (CHR). Il sert de référence et de recours aux CMA. • Le troisième niveau est constitué par le Centre hospitalier universitaire. Il est le niveau de référence le plus élevé pour les soins spécialisés. Depuis septembre 2000, une Politique sanitaire nationale (PSN) a été instituée et adoptée par le gouvernement. Cette politique a été formulée à l’issue des États Généraux de la santé en juin 1999, d’un atelier de consensus en février 2000 et d’une analyse de la situation sanitaire. L’objectif général de la PSN est d’améliorer l’état de santé des populations et trois objectifs spécifiques ont été déterminés : i) Réduire la morbidité et la mortalité, ii) renforcer la lutte contre le VIH/sida, iii) réduire le contrôle des facteurs de risque. Cette nouvelle politique sanitaire accorde une place importante aux problèmes d’accessibilité financière et géographique. Pour opérationnaliser la PSN, un Plan national de développement sanitaire (PNDS) a été adopté pour la période 2001-2010. La Dépense nationale de santé (DNS) a plus que doublé de 2003 à 2009, passant de 136,27 milliards de FCFA à 296,67 milliards de FCFA, soit un accroissement de 118 % sur toute la période (CNS 2009). Ces dépenses de santé proviennent essentiellement du financement direct des ménages (37 %), des fonds publics (35 %) et des fonds des autres partenaires (26 %). Aussi, dans la mise en œuvre des Plans de développement sanitaire, des actions importantes en faveur de la santé ont porté notamment sur le renforcement du personnel, les infrastructures, la lutte contre les maladies épidémiques et l’amélioration de l’accessibilité financière des populations aux services de santé. 4 • Présentation générale du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête Malgré ces efforts du gouvernement et des autres partenaires, la situation sanitaire du Burkina Faso demeure critique. En effet, la morbidité et la mortalité générale demeurent élevées. Les facteurs liés à l’environnement (paludisme, méningites, fièvre jaune, choléra), les carences nutritionnelles spécifiques (fer, iode, vitamine A), les maladies transmissibles telles que le VIH/sida et la faiblesse en couverture sanitaire contribuent à expliquer ces niveaux encore élevés. 1.2. OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE 1.2.1 Cadre Institutionnel La quatrième Enquête Démographique et de Santé au Burkina Faso et à Indicateurs Multiples (EDSBF-MICS IV) a été exécutée par l’Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD) en collaboration avec le programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (MEASURE DHS) de ICF International, du Laboratoire du centre régional de transfusion sanguine de Ouagadougou (CRTS/O) et du Laboratoire du centre national de recherche et de formation sur le paludisme (CNRFP). L’EDSBF-MICS IV a bénéficié du financement de l’Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID), du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef), de la Banque Mondiale, de la Coopération Néerlandaise et du Budget d’État. Le caractère multisectoriel de l’enquête démographique requiert l’intervention de personnes ressources qui travaillent dans le domaine de la santé, dans le domaine social, de l’environnement, de l’éducation, etc. À cet effet, un comité de pilotage a été mis en place pour suivre l’organisation et le déroulement des activités de l’enquête et appuyer l’équipe technique de l’EDSBF-MICS IV. Ce comité était composé de représentants de différents ministères, des représentants du système des Nations Unies, des représentants des programmes sectoriels et d’ONG. 1.2.2 Objectifs L’EDSBF-MICS IV de 2010 a eu pour objectif d’estimer de nombreux indicateurs socio- économiques, démographiques et sanitaires au niveau de l’ensemble de la population et au niveau des sous-populations des femmes de 15 à 49 ans, des enfants de moins de 5 ans et des hommes de 15 à 59 ans. En particulier, l’EDSBF-MICS IV vise à identifier et/ou à estimer : Pour l’ensemble de la population : • les niveaux de scolarisation ; • les niveaux de disponibilité et d’utilisation des services de santé ; • les niveaux d’utilisation du sel iodé ; • certains indicateurs de bien-être des ménages. Pour les femmes de 15-49 ans et les enfants de moins de cinq ans : • divers indicateurs démographiques, en particulier les taux de fécondité, de mortalité des enfants et de mortalité maternelle ; • les facteurs directs et indirects qui déterminent les niveaux et les tendances de la fécondité, tels que les comportements matrimoniaux, les comportements sexuels et l’utilisation de la contraception ; Présentation générale du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête • 5 • les catégories de femmes susceptibles d’avoir plus ou moins d'enfants et susceptibles d’utiliser une méthode contraceptive ; • les taux de connaissance et de pratique contraceptive par méthode, selon diverses caractéristiques sociodémographiques ; • les facteurs directs et indirects qui déterminent les niveaux et tendances de la mortalité ; • différentes composantes de la santé de la reproduction et de la santé des enfants : visites prénatales et postnatales, conditions d’accouchement, allaitement, vaccination, prévalence et traitement de la diarrhée et d'autres maladies chez les enfants de moins de cinq ans ; • l'état nutritionnel des femmes et des enfants de moins de cinq ans au moyen des mesures anthropométriques (poids et taille) ; • la prévalence de l’anémie des femmes et des enfants de moins de cinq ans à partir d’un test sanguin ; • le niveau de connaissance, les opinions et attitudes vis-à-vis des Infections sexuellement transmissibles (IST) et du VIH/sida ; • le niveau de prévalence du VIH ; • le statut de la femme et l’activité économique ; • le niveau de connaissance, les attitudes et opinions vis-à-vis de la violence conjugale ; • Le niveau de prévalence du paludisme chez les enfants de moins de 5 ans ; Pour les hommes de 15-59 ans : • les facteurs directs et indirects qui déterminent les niveaux et tendances de la fécondité, tels que les comportements matrimoniaux, les comportements sexuels et l’utilisation de la contraception ; • les catégories d’hommes susceptibles d’avoir plus ou moins d'enfants et susceptibles d’utiliser la contraception ; • le niveau de connaissance, les opinions et attitudes vis-à-vis des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) et du VIH/sida. • la prévalence de l’anémie au moyen d’un test sanguin ; • le niveau de prévalence du VIH. L'ensemble des données collectées constitue une base de données qui facilitera la mise en place et le suivi de politiques et de programmes dans le domaine de la population et de la santé et, plus globalement, de politiques visant à l’amélioration des conditions de vie de la population du Burkina Faso. Par ailleurs, les données qui ont été collectées selon une méthodologie similaire à celle utilisée dans de nombreux autres pays ayant participé au programme DHS font partie d'une base de données utilisables et comparables au niveau international. 1.2.3 Questionnaires Trois questionnaires ont été utilisés au cours de l’EDSBF-MICS IV : le questionnaire ménage, le questionnaire femme et le questionnaire homme. Un questionnaire ménage supplémentaire pour le test du paludisme auprès des enfants 6-59 mois a été introduit plus tard au cours de l’enquête, d’octobre 2010 à janvier 2011 et a concerné le même sous-échantillon de ménages dans lesquels l’enquête homme, les 6 • Présentation générale du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête mesures anthropométriques et les prélèvements de sang avaient été effectués. Le contenu de ces documents est basé sur les questionnaires modèles développés par le Programme MEASURE DHS et adaptés aux réalités du Burkina Faso. Questionnaire Ménage. Il a été utilisé pour lister tous les membres habituels et les visiteurs des ménages sélectionnés. Un des objectifs essentiels du questionnaire ménage est d’identifier les femmes et les hommes éligibles pour des interviews individuelles et les enfants éligibles pour les mesures anthropométriques et les tests d’anémie et du paludisme. Des informations de base sur les caractéristiques de chaque membre ont été collectées, y compris le lien avec le chef de ménage, l’âge, le sexe, la survie des parents, le niveau d’instruction, le travail des enfants, et certaines caractéristiques concernant leur situation et enfin la déclaration des naissances à l’état civil. Le questionnaire ménage a également permis de collecter des informations sur les caractéristiques du ménage, comme la principale source d’approvisionnement en eau de boisson, le type de toilettes, le type de matériau du sol et du toit du logement, la possession de certains biens durables, la possession et l’utilisation de moustiquaires et le type de sel utilisé dans le ménage. Ce questionnaire a également été utilisé pour enregistrer les personnes éligibles, les résultats des mesures anthropométriques (poids et taille) et des tests d’hémoglobine. Les prélèvements de sang avec consentement éclairé et volontaire pour le test de VIH et du paludisme ont été collectés et conservés sur d’autres supports. Questionnaire Femme. Ce questionnaire a été utilisé pour collecter des informations sur toutes les femmes en âge de procréer (15-49 ans). Les questions portent sur des sujets très variés tels que : • les caractéristiques sociodémographiques des enquêtées ; • l’historique des naissances ; • la connaissance et l’utilisation des méthodes contraceptives ; • les préférences en matière de fécondité ; • les soins prénatals, pendant l’accouchement et post-partum ; • l’allaitement et les pratiques d’alimentation des enfants ; • l’état nutritionnel des enfants au moyen des mesures anthropométriques ; • la vaccination et les maladies des enfants ; • le mariage et l’activité sexuelle ; • les caractéristiques du conjoint et le travail de la femme ; • La violence domestique ; • les connaissances et les attitudes vis-à-vis du VIH/sida et des autres infections sexuellement transmissibles ; • la mortalité maternelle ; • l’excision ; • la fistule obstétricale et d’autres problèmes de santé. Présentation générale du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête • 7 Questionnaire Homme. Il s'agit également d'un questionnaire individuel structuré autour des sujets suivants : • caractéristiques sociodémographiques des enquêtés ; • reproduction ; • contraception; • mariage et activité sexuelle ; • préférence en matière de fécondité ; • emploi et rôle des sexes ; • sida et autres infections sexuellement transmissibles; • autres problèmes de santé. 1.2.4 Échantillonnage L’EDSBF-MICS IV de 2010 a concerné la population des individus qui résident dans les ménages ordinaires dans tout le pays. Un échantillon national d’environ 15 000 ménages a été sélectionné. L’échantillon est stratifié de façon à fournir une représentation adéquate des milieux urbain et rural ainsi que des 13 domaines d’étude (constitués des 13 régions administratives) pour lesquels on dispose d’une estimation pour tous les indicateurs clés. C’est un échantillon aréolaire stratifié et tiré à deux degrés. Les résultats détaillés concernant la couverture de l’échantillon figurent en Annexe A. • Au premier degré, des grappes ou zones de dénombrement (ZD) sur l’ensemble du territoire national ont été tirées à partir de la liste des ZD établie lors du Recensement général de la population et de l’habitation (RGPH) de 2006. Globalement, 574 grappes, dont 176 en milieu urbain et 398 en milieu rural, ont été sélectionnées en procédant à un tirage systématique avec probabilité proportionnelle à la taille, la taille de la ZD étant le nombre de ménages. • Un dénombrement des ménages dans chacune de ces 574 grappes a fourni une liste des ménages à partir de laquelle a été tiré au second degré un échantillon de ménages avec un tirage systématique à probabilité égale. • Toutes les femmes âgées de 15-49 ans vivant habituellement dans les ménages sélectionnés, ou présentes la nuit précédant l’enquête, étaient éligibles pour être enquêtées. De plus, dans un sous-échantillon d’un ménage sur deux, les hommes de 15-59 ans ont également été enquêtés. Dans ce même sous-échantillon de ménages, toutes les femmes éligibles pour l’enquête ainsi que tous les enfants de 6 à 59 mois devaient être mesurés et pesés afin d’évaluer leur état nutritionnel. • Les 574 grappes sélectionnées dans l’échantillon ont pu être enquêtées à l’exception d’une grappe dans la région du Sahel. Au total, 14 947 ménages ont été sélectionnés et, parmi eux, 14 536 ménages ont été identifiés et étaient occupés au moment de l’enquête. Parmi ces 14 536 ménages, 14 424 ont pu être enquêtés avec succès, soit un taux de réponse de 99 %, comme l’indique le tableau 1.1. 8 • Présentation générale du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête Tableau 1.1 Résultats des interviews ménage et individuelle Effectif de ménages, de femmes et d'hommes sélectionnés, identifiés et interviewés et taux de réponse (non pondéré) par milieu de résidence, Burkina Faso 2010 Résultats Résidence Ensemble Ouagadougou Autres villes Ensemble urbain Rural Interviews Ménages Ménages sélectionnés 999 3 608 4 607 10 340 14 947 Ménages occupés 951 3 500 4 451 10 085 14 536 Ménages interviewés 939 3 468 4 407 10 017 14 424 Taux de réponse des ménages1 98,7 99,1 99,0 99,3 99,2 Interviews des femmes de 15-49 ans Effectif de femmes éligibles 1 393 4 074 5 467 11 896 17 363 Effectif de femmes éligibles interviewées 1 333 4 035 5 368 11 719 17 087 Taux de réponse des femmes éligibles2 95,7 99,0 98,2 98,5 98,4 Interviews des hommes de 15-59 ans Effectif d'hommes éligibles 669 1 890 2 559 4 947 7 506 Effectif d'hommes éligibles interviewés 624 1 840 2 464 4 843 7 307 Taux de réponse des hommes éligibles2 93,3 97,4 96,3 97,9 97,3 1 Ménages interviewés/Ménages occupés 2 Enquêtés interviewés/Enquêtés éligibles À l’intérieur des 14 424 ménages enquêtés, 17 363 femmes âgées de 15-49 ans ont été identifiées comme étant éligibles pour l’enquête individuelle et pour 17 087 d’entre elles, l’enquête a pu être menée à bien. Le taux de réponse s’établit donc à 98 % pour les interviews auprès des femmes. L’enquête homme a été réalisée dans un ménage sur deux : au total 7 506 hommes de 15-59 ans ont été identifiés dans les ménages de l’échantillon. Parmi ces 7 506 hommes devant être interviewés individuellement, 7 307 ont été enquêtés avec succès, soit un taux de réponse de 97 %. 1.2.5 Tests d’hémoglobine, du VIH et du paludisme Dans le sous-échantillon d’un ménage sur deux, les femmes de 15-49 ans, les hommes de 15-59 ans et les enfants de moins de 5 ans étaient éligibles pour le test d’anémie. En outre, les femmes et les hommes étaient éligibles pour le test du VIH ; les enfants de 6-59 mois étaient éligibles pour le test du paludisme. Les protocoles pour les tests d’anémie, du VIH et du paludisme ont été approuvés par le Comité d’Éthique (Internal Review Board) de ICF International à Calverton et par le Comité National d’Éthique du Burkina Faso. Test d’hémoglobine Le test d’hémoglobine, effectué en utilisant le système HemoCue, a servi à diagnostiquer l’anémie. Au préalable, un consentement éclairé et volontaire a été lu à la personne éligible ou au parent/adulte responsable quand il s’agissait d’un enfant ou d’un jeune de 15-17 ans. Ce consentement expliquait l’objectif du test, informait l’individu éligible (ou le parent/personne responsable) que les résultats seraient communiqués immédiatement à l’issue du test, et sollicitait sa permission pour le test. Avant de prélever le sang, le doigt a été nettoyé avec un tampon imbibé d’alcool et séché à l’air. Ensuite, le bout du doigt (ou du talon des enfants de moins d’un an et très maigre) a été piqué avec une lancette rétractable, stérile et non réutilisable. On a ensuite récupéré une goutte de sang dans une micro cuvette que l’on a ensuite introduite dans le photomètre HemoCue qui indique le niveau d’hémoglobine. Ce résultat a été enregistré dans le questionnaire ménage et communiqué à la personne testée, ou au parent/adulte responsable, en lui expliquant la signification du niveau d’hémoglobine. Si la personne présentait une anémie sévère (un niveau d’hémoglobine <7 g/dl), l’enquêteur lui fournissait une fiche de référence pour rechercher des soins auprès d’un service de santé. Présentation générale du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête • 9 Test du VIH Le test du VIH a été effectué dans le sous-échantillon de ménages sélectionnés pour l’enquête homme et le test d’anémie. Les prélèvements de sang ont été réalisés auprès de tous les hommes de 15-59 ans et des femmes de 15-49 ans de ces ménages qui acceptaient volontairement de se soumettre au test. Le protocole pour dépister le VIH est basé sur le protocole anonyme-lié développé par le projet DHS (Demographic and Health Surveys) et approuvé par le Comité d’Éthique (Internal Review Board) de ICF International. Selon ce protocole, aucun nom ou autre caractéristique individuelle ou géographique permettant d’identifier un individu ne peut être lié à l’échantillon de sang. Le Comité National d’Éthique au Burkina Faso a, après examen et amendement, approuvé le protocole anonyme-lié spécifique pour l’EDSBF-MICS IV et la version finale de la Déclaration de Consentement Éclairé et Volontaire du test. Étant donné que les tests du VIH sont strictement anonymes, il n’a pas été possible et il ne sera pas possible d’informer les enquêtés sur les résultats de leur test. On a remis aux personnes éligibles, qu’elles aient accepté (par signature du formulaire de consentement) ou non d’être testées pour le VIH, une carte de conseils/dépistage pour obtenir, si elles le souhaitaient, des conseils et un test gratuits auprès d’un Centre de Dépistage Volontaire (CDV). Pour accomplir les prélèvements sanguins auprès des personnes éligibles, chaque équipe de terrain était constituée de deux enquêtrices-agents de prélèvement spécialement formés pour effectuer les prélèvements. En plus de la formation d’enquêteurs, ces agents chargés d’effectuer les prélèvements ont reçu une formation spéciale sur tous les aspects des protocoles des tests d’anémie et du VIH. D’abord, pour chaque personne éligible, l’agent de prélèvement devait obtenir son consentement éclairé après lui avoir expliqué les procédures de prélèvement, la confidentialité et l’anonymat du test. La carte de conseils/dépistage lui était ensuite remise pour bénéficier des conseils et d’un test gratuits auprès d’un Centre de dépistage volontaire (CDV). En respectant toutes les précautions d’hygiène et de sécurité recommandées, l’agent de prélèvement a prélevé sur les femmes et les hommes qui ont accepté d’être testés, des gouttes de sang sur un papier filtre. Une étiquette contenant un code à barres a été collée sur le papier filtre contenant du sang. On a ensuite collé une deuxième étiquette avec le même code à barres sur le questionnaire ménage, sur la ligne correspondant au consentement de la personne éligible ; une troisième étiquette, toujours avec le même code à barres, a été ensuite collée sur la fiche de transmission. Les gouttes de sang sur papier filtre ont été séchées pendant 24 heures au minimum, dans une boîte de séchage contenant un dessicatif pour absorber l’humidité. Le lendemain, chaque échantillon séché a été placé dans un petit sac en plastique imperméable et à fermeture hermétique. Pour la conservation des prélèvements, on a placé un dessicatif et un indicateur d’humidité dans le petit sac. Les sacs en plastique individuels ont été ainsi conservés secs jusqu’à leur acheminement à la coordination de l’enquête à l’INSD à Ouagadougou pour enregistrement, vérification et transfert au Laboratoire du centre régional de transfusion sanguine (CRTS/O). Le CRTS/O qui est un laboratoire de référence en matière de VIH a effectué le test des anticorps anti-VIH et la restitution des résultats. Il est régulièrement soumis à un contrôle de qualité interne et externe rigoureux. Le CRTS/O participe à différents programmes de contrôle de qualité de la sérologie VIH organisés par l’Institut national de transfusion sanguine (INTS) en France et il est audité régulièrement par des experts français sur financement du PADS. L’algorithme utilisé pour le test des échantillons est présenté en détails dans le chapitre 15 de ce rapport. Test du paludisme Le paludisme, est une maladie infectieuse due à un parasite du genre Plasmodium, transmis par la piqûre d’un moustique femelle du genre Anophèles. Cinq espèces de Plasmodium sont impliquées en pathologie humaine. La forme la plus grave du paludisme est causée par Plasmodium falciparum, responsable d'une grande majorité des décès. Plasmodium vivax, le Plasmodium ovale, Plasmodium 10 • Présentation générale du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête malariae et Plasmodium knowlesi provoquent des formes de paludisme « bénignes » qui ne sont généralement pas mortelles. Le test du paludisme a été effectué dans le même sous-échantillon de ménages sélectionnés pour l’enquête homme, le test d’anémie et le test du VIH. Les prélèvements de sang ont été effectués auprès de tous les enfants éligibles (6-59 mois) de ces ménages, pour lesquels les parents ou des adultes responsables avaient donné leur consentement informé. Le protocole pour le test du paludisme est basé sur le protocole confidentiel développé par le projet DHS (Demographic and Health Surveys) et approuvé par le Comité d’éthique (Internal Review Board) de ICF International. Selon ce protocole, aucun nom ou autre caractéristique individuelle ou géographique permettant d’identifier un individu ne peut être lié à l’échantillon du sang. Le Comité national d’éthique au Burkina Faso a approuvé le protocole confidentiel du test du paludisme pour l’EDSBF-MICS IV de 2010 et la version finale de la Déclaration de consentement éclairé et volontaire du test. Le test du paludisme comportait deux examens sanguins : un Test de diagnostic rapide (TDR) dont le résultat était immédiatement donné sur place dans le ménage au bout de 15 minutes, suivi ensuite par des prélèvements de gouttes de sang pour confectionner des gouttes épaisses sur deux lames de microscopes dont la lecture se faisait plus tard au laboratoire de parasitologie du Centre national de recherche et de formation sur le paludisme (CNRFP) afin de quantifier la parasitémie palustre dans le sang chez les enfants. Le TDR du paludisme a été lu au bout de 15 minutes et le résultat du test a été immédiatement donné au parent ou à l’adulte qui avait consenti que l’enfant participe au test. Pour le TDR du paludisme réalisé dans les ménages, le Paracheck a été utilisé. Le Paracheck permet de détecter à partir du sang capillaire prélevé au doigt ou au talon, la présence du Plasmodium falciparum responsable de la forme la plus sévère du paludisme. Pour le test de parasitémie palustre au laboratoire, les gouttes de sang épaisses confectionnées sur deux lames de laboratoire ont été séchées, puis collectées dans des boîtes de transport du terrain jusqu’à la coordination de l’enquête à l’INSD. Après enregistrement et vérification, ces lames ont été transmises au laboratoire du CNRFP pour la coloration et la lecture au microscope. Ce test du paludisme est confidentiel et anonyme. Les gouttes épaisses sur lames de microscopes ont été identifiées seulement à l’aide des codes à barres. Pour chaque enfant éligible, l’agent de prélèvement a cherché à obtenir le consentement éclairé du parent ou du tuteur de l’enfant après lui avoir expliqué les procédures de prélèvement, la confidentialité et l’anonymat du test à partir des gouttes épaisses. Après avoir effectué la piqûre au doigt avec la lancette, la première goutte de sang a été nettoyée. La deuxième goutte a été utilisée pour le Paracheck en vue du TDR. La troisième a été utilisée pour le test d’anémie à l’aide de la microcuvette ; les quatrième et cinquième gouttes ont servi pour confectionner les gouttes épaisses sur deux lames de microscope. Dans la plupart des cas, toutes les gouttes de sang nécessaires aux différents tests ont été obtenues de la même piqûre au doigt. En ce qui concerne la transmission des gouttes épaisses du terrain au laboratoire pour le test de parasitémie palustre, une étiquette de codes à barres a été collée sur le questionnaire ménage sur la ligne correspondant à l’enfant éligible pour lequel le consentement avait été obtenu. Une deuxième étiquette avec le même code à barres a été collée sur le Paracheck utilisé pour le TDR du paludisme chez l’enfant. Les troisième et quatrième étiquettes de code à barres ont été collées sur les deux lames du microscope sur lesquelles les gouttes épaisses pour l’enfant avaient été confectionnées. La cinquième étiquette, toujours avec le même code à barres, a été collée sur la fiche de transmission des lames de gouttes épaisses au laboratoire du CNRFP. Les gouttes épaisses confectionnées sur deux lames de microscope ont été séchées pendant 24 heures au minimum sur un plateau de séchage pour lames. Le lendemain, chaque échantillon de Présentation générale du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête • 11 gouttes épaisses séchées a été placé dans une boîte de transport de lames en vue de leur transmission à la coordination de l’enquête. Le test de parasitémie palustre et la restitution des résultats ont été effectués par le CNRFP à Ouagadougou. Le CNRFP est le laboratoire de référence en matière de paludisme au Burkina Faso ; il est régulièrement soumis à un contrôle de qualité interne rigoureux, ainsi qu’à un contrôle de qualité externe. Le CNRFP participe à différents programmes de qualité en matière de parasitologie avec le College of America Pathologists (CAP) et le programme de qualité externe de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de l’Institut national des maladies transmissibles d’Afrique du Sud (NICD). Pour ce qui concerne les procédures de test de parasitémie palustre au laboratoire, les gouttes de sang épaisses séchées sur lames de microscope ont été, au préalable, colorées. Les procédures de traitement et de coloration sont présentées ci-dessous. Étapes de la coloration des gouttes épaisses et de la lecture au laboratoire 1. Réception, enregistrement et stockage des lames avec les frottis de sang au laboratoire pour la coloration des frottis. 2. Dilution du colorant Giemsa pour préparer la solution de coloration à 2 % dans un bac Coplin. 3. Trempage des lames de sang pour colorer le frottis sanguin avec la solution colorante à 2 % de Giemsa modifié pendant 20 minutes. 4. Lavage de la lame avec de l'eau (pH de 7,0 à 7,2) pour enlever l'excès de colorant. La lame peut être immergée dans un bac Coplin avec de l'eau pendant 3-4 minutes. 5. Séchage de la lame à l'air pendant 10 minutes. 6. Examen des couches de sang colorées à l’aide de microscope optique sous 100.0X grossissement (objectif à immersion d'huile). 7. Reclassement des lames de sang lues au microscope dans leurs boîtes à lames pour d’autres lectures ultérieures au microscope ou pour stockage et archivage. Étapes de la tenue des données et du rapport journalier au laboratoire 1. Production et transmission d’un rapport journalier des activités d’analyses au laboratoire à ICF International et à l’INSD. 2. Scannage des codes à barres avec des scanners fournis par ICF International. 3. Saisie des résultats des tests. 4. Mise à disposition des résultats à ICF International et à l’INSD. Restitution des données de laboratoire, VIH et parasitémie Un programme en CSPro (Census and Survey Processing System) développé par ICF International, spécialement conçu selon l’algorithme retenu pour le test du VIH, a été fourni au CRTS/O pour la saisie des résultats des tests du VIH. Un autre programme similaire, mais adapté au test du paludisme a été fourni au CNRFP pour la saisie des résultats des tests de parasitémie palustre. Au fur et à mesure des entrées, ce programme procédait à un comptage automatique de toutes les entrées (nombre de 12 • Présentation générale du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête prélèvements testés, nombre de positifs et de négatifs selon les différents kits utilisés). Toutes les deux semaines environ, les responsables du CRTS/O et du CNRFP communiquaient à ICF International et à l’INSD les résultats agrégés de ces comptages de façon à ce que les responsables de l’enquête puissent suivre le déroulement des tests. Concernant la restitution des résultats, chaque prélèvement de sang transféré au CRTS/O et au CNRFP a été identifié uniquement par un code à barres, et, seul, ce code a été saisi dans le fichier Excel avec les résultats des tests. Ce fichier confidentiel est resté sous la responsabilité du CRTS/O et du CNRFP jusqu’à la fin de l’analyse des prélèvements de sang pour le VIH et pour la parasitémie palustre. En ce qui concerne les résultats du test du paludisme, il a été préparé après que le fichier de données de l’EDSBF-MICS IV de 2010 (basé à l’INSD) ait été apuré et que les facteurs de pondération aient été calculés, un fichier de données contenant uniquement les facteurs de pondération, le sexe, l’âge, la région de résidence, le milieu de résidence et le code d’identification des enquêtés. Ce fichier a été comparé au fichier des codes à barres scannés et enregistrés au niveau du CNRFP pour vérifier la cohérence des deux bases de données. Ces deux fichiers ont alors été fusionnés pour calculer les poids et sortir les résultats. 1.3. PERSONNEL ET ACTIVITÉS DE L’EDSBF-MICS IV Pour assurer une bonne exécution de l’enquête, un comité technique a été mis en place sous la responsabilité du Directeur Général de l’INSD et du Directeur de la Démographie. Par ailleurs, des cadres de l’INSD, des personnes ressources et un représentant de ICF International ont assuré l’adaptation du plan de sondage, la conception des questionnaires, la formation du personnel d’enquête, le traitement et l’analyse des données. Des traducteurs de l’Institut National d’Alphabétisation (INA) ont réalisé la traduction des questionnaires dans quatre langues du pays (moore, dioula, fulfuldé et gourmantché) pendant la formation. L’EDSBF-MICS IV s’est déroulée en trois étapes principales : le dénombrement des ménages des zones échantillonnées (d’août à octobre 2009), le pré-test (janvier 2010) et l’enquête principale (mai 2010 à janvier 2011). Pour chacune de ces étapes, une formation a été dispensée aux personnes recrutées. Vingt agents répartis en 10 équipes ont effectué les travaux de cartographie et de mise à jour de la liste des ménages des zones sélectionnées pour l’enquête. Le prétest a été réalisé par six équipes composées chacune de cinq enquêtrices/enquêteurs ayant suivi une formation de quatre semaines environ. Les travaux de terrain du prétest ont duré une semaine et ont porté sur trois zones d’enquêtes, ne faisant pas partie des zones de l’échantillon principal : deux secteurs de Ouagadougou pour le milieu urbain et un village de la commune rurale de Saaba non loin de la capitale. D’une manière générale, le prétest a permis de tester le dispositif prévu pour l’enquête et d’identifier des problèmes concernant la formulation et la traduction en langues nationales. Pour l’enquête principale, 153 agents ont été recrutés et ont tous reçu une formation complète sur tous les volets de l’enquête. Ces agents avaient une expérience en matière de collecte des données et le niveau minimum de la classe de terminale. La formation qui a duré six semaines a comporté une phase théorique et une phase pratique. Tous les agents ont bénéficié de la formation pour le prélèvement des gouttes de sang; cependant à l’issue d’un test pratique, seuls les meilleurs ont été retenus pour assurer, en priorité, les prélèvements de sang. Présentation générale du pays, objectifs et méthodologie de l’enquête • 13 Au terme de la formation, 120 agents ont été retenus : 40 agents de prélèvement/enquêtrices, 20 chefs d’équipes de sexe masculin, 20 contrôleuses, 20 enquêtrices et 20 enquêteurs ont été retenus. Les contrôleuses et les chefs d’équipes ont reçu une formation complémentaire axée sur le contrôle technique, l’organisation et la logistique, le contact avec les autorités et les populations. Vingt équipes ont été constituées pour la collecte des données. Chaque équipe était composée d’un chef d’équipe, d’une contrôleuse, de deux agents chargés des prélèvements de sang, d’une enquêtrice et d’un enquêteur. Des superviseurs ayant une expérience en matière de collecte de données ont assuré le suivi des équipes sur le terrain. La collecte des données a débuté le 20 mai 2010 à Ouagadougou avant le déploiement des équipes dans leurs zones respectives de travail. Cette approche a permis d’assurer un suivi rapproché des équipes. La collecte s’est achevée au mois de décembre 2010. Il faut noter cependant que ce n’est qu’en début janvier 2011 que les dernières grappes de l’enquête ont pu être couvertes, notamment pour l’enquête sur le paludisme. 1.4. SAISIE ET TRAITEMENT DES DONNÉES La collecte des données de l’EDSBF-MICS IV de 2010 a été effectuée au moyen de questionnaires en papier. Après vérification et correction sur le terrain, les questionnaires ont été envoyés à la coordination de l’enquête pour l’enregistrement, la codification et la vérification supplémentaire avant leur transmission à l’équipe de saisie organisée en deux groupes. Ce travail a été effectué par une équipe de 20 opérateurs de saisie de données. Ce personnel de saisie a ensuite été renforcé pour réduire les délais de traitement des données. Chaque questionnaire a été saisi deux fois par des opérateurs différents La saisie et le traitement des données ont été effectués par l’INSD au moyen du logiciel CSPRO (Census and Survey Processing System) développé par le programme DHS et le Bureau of Census des États-Unis. Un programme de contrôle de qualité a permis de détecter pour chaque équipe et même, le cas échéant, pour chaque enquêtrice/enquêteur, les principales erreurs de collecte. Ces informations étaient communiquées aux équipes de terrain lors des missions de supervision afin d'améliorer la qualité des données. À la suite de la saisie, les données ont été éditées en vue de vérifier la cohérence interne des réponses. Cette vérification finale a été réalisée par le service informatique de l’INSD avec l’appui des informaticiens de ICF International. Le traitement des données a duré de juillet 2010 à avril 2011. Caractéristiques des ménages • 15 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES 2 Jean-François KOBIANE et Moussa BOUGMA ’objectif de ce chapitre est de présenter les conditions dans lesquelles vivent les ménages ciblés par l’EDSBF-MICS IV ainsi qu’un profil démographique et socio-économique de la population de ces ménages. Ces informations permettront de mieux comprendre les résultats présentés dans les chapitres suivants ; en outre, elles peuvent se révéler très utiles pour la mise en place de politiques dans le domaine socio-économique. La première partie de ce chapitre est consacrée à la présentation de certaines caractéristiques des logements comme le type d’approvisionnement en eau de boisson, le type de toilettes, les matériaux de revêtement du sol, la disponibilité de l’électricité et la possession de biens durables. La deuxième partie est consacrée à la présentation de certaines caractéristiques démographiques de la population des ménages telles que la structure par âge et sexe ainsi que certaines caractéristiques socio-économiques comme le milieu de résidence et la composition des ménages. La troisième partie présente les données sur le niveau d’instruction des femmes et des hommes des ménages enquêtés. 2.1 CONDITIONS DE VIE Les données collectées sur certaines caractéristiques du logement sont présentées pour les ménages et pour l’ensemble de la population de droit1 des ménages, en fonction du milieu de résidence. Provenance de l’eau de boisson Des millions d’habitants dans le monde n’ont pas accès à une source d’approvisionnement en eau améliorée et à des moyens d’assainissement adéquats qui sont pourtant indispensables au maintien d’une bonne santé. Dans le cadre des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), l’UNICEF s’est engagé avec l’aide de toute la communauté internationale à réduire d’ici 2015 le pourcentage de la population qui n’a pas accès à ces services de base. 1 Population de droit = résidents présents + résidents absents L Principaux résultats : • Plus des trois quarts des ménages (77 %) utilisent de l’eau provenant d’une source améliorée. Cette proportion est de 71 % en milieu rural contre 94 % en milieu urbain. • Seulement 15 % des ménages disposent de toilettes améliorées et non partagées. Cette proportion varie de 42 % en milieu urbain à 6 % en milieu rural. • Près d’un Burkinabè sur deux a moins de 15 ans et la grande majorité de la population burkinabè vit en milieu rural (78 %). 16 • Caractéristiques des ménages Au cours de l’EDSBF-MICS IV, un certain nombre d’indicateurs ont été collectés qui ont permis d’évaluer l’environnement sanitaire de la population : • dans le domaine de l’eau : utilisation de sources d’approvisionnement en eau améliorées, utilisation d’une méthode adéquate de traitement de l’eau, temps d’approvisionnement en eau potable ; • en matière d’assainissement : utilisation d’installations sanitaires améliorées et élimination hygiénique des excréments des enfants. La population qui a accès à des sources d’approvisionnement améliorées en eau de boisson est celle qui consomme de l’eau provenant de l’un des types d’approvisionnement en eau suivants : le robinet (dans les logements, les concessions ou les parcelles), les fontaines publiques/bornes fontaines, puits tubes/forages et puits protégés, l’eau de source protégée, l’eau de pluie recueillie. L’eau embouteillée est considérée comme une source améliorée d’approvisionnement en eau de boisson seulement si le ménage utilise une source améliorée d’approvisionnement en eau pour d’autres besoins, comme la lessive et la cuisine. Utilisation de sources d’eau améliorées Les résultats présentés au tableau 2.1 indiquent que plus des trois quarts des ménages (77 %) utilisent de l’eau provenant d’une source améliorée. Dans la majorité des cas, il s’agit de puits à pompe ou forage (43 %). En outre, 16 % consomment de l’eau provenant de robinet public ou fontaine. La proportion de ménages dont l’eau de consommation provient d’une source améliorée présente de fortes disparités : en milieu rural, seulement 71 % des ménages ont accès à une source d’eau améliorée contre 95 % en milieu urbain; à Ouagadougou, cette proportion atteint 99 %. Temps pour s’approvisionner en eau Globalement, on constate que pour 62 % des ménages, le temps de trajet pour atteindre une source d’approvisionnement en eau est estimé à moins de 30 minutes. En milieu rural, cette proportion est de 66 % contre 49 % en milieu urbain. En outre, si, dans l’ensemble, 11 % des ménages disposent d’eau de consommation sur place, cette proportion ne concerne que 3 % des ménages du milieu rural. Traitement de l’eau à domicile L’amélioration de la qualité de l’eau au moyen de certains traitements peut contribuer à réduire les risques de contracter des maladies liées à une mauvaise qualité de l’eau. Au cours de l’EDSBF-MICS IV, des questions ont été posées aux membres des ménages pour savoir si l’eau de boisson était traitée et quel traitement était utilisé pour assainir l’eau. Parmi les moyens proposés pour rendre l’eau potable, figurent l’ébullition, l’ajout de chlore ou d’eau de Javel, le filtrage à travers un linge et l’utilisation d’un filtre à eau. Le tableau 2.1 présente les proportions de ménages et de la population qui utilisent des méthodes appropriées de traitement de l’eau pour la rendre potable. Caractéristiques des ménages • 17 Tableau 2.1 Eau utilisée par les ménages pour boire Répartition (en %) des ménages et de la population (de droit) selon la provenance de l'eau pour boire, le temps pour s'approvisionner en eau et par le moyen utilisé pour traiter l'eau, par milieu de résidence, Burkina Faso 2010 Caractéristiques Ménages Population Ouagadougou Autres villes Ensemble urbain Rural Ensemble Ouagadougou Autres villes Ensemble urbain Rural Ensemble Source d'approvisionnement en eau de boisson Source améliorée 98,6 91,2 94,4 71,2 77,0 99,1 90,9 94,6 71,3 76,5 Robinet dans logement/concession 46,8 19,6 31,4 0,0 7,8 48,8 19,2 32,6 0,0 7,2 Robinet public/fontaine 46,4 48,5 47,6 5,2 15,7 44,8 46,0 45,4 4,7 13,7 Puits à pompe/forage 4,2 15,6 10,6 54,0 43,2 4,2 16,9 11,1 54,2 44,7 Puits creusé protégé 0,5 7,4 4,4 11,7 9,9 0,8 8,8 5,2 12,1 10,6 Source d'eau protégée 0,0 0,0 0,0 0,2 0,1 0,0 0,1 0,0 0,2 0,2 Eau en bouteille 0,8 0,1 0,4 0,0 0,1 0,5 0,0 0,2 0,0 0,1 Source non améliorée 1,2 8,7 5,4 28,8 23,0 0,8 9,1 5,3 28,6 23,5 Puits creusé non protégé 1,0 7,8 4,9 19,7 16,0 0,7 8,0 4,7 19,5 16,2 Source d'eau non protégée 0,0 0,2 0,1 1,1 0,9 0,0 0,3 0,2 1,1 0,9 Camion citerne/charrette avec petite citerne 0,1 0,0 0,1 0,0 0,1 0,1 0,0 0,0 0,1 0,0 Eau de surface 0,0 0,7 0,4 8,0 6,1 0,0 0,7 0,4 7,9 6,3 Manquant 0,2 0,0 0,1 0,0 0,1 0,2 0,1 0,1 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Temps de trajet pour s'approvisionner en eau de boisson Eau sur place 47,3 26,2 35,3 3,4 11,4 49,4 26,4 36,8 3,4 10,8 Moins de 30 minutes 38,7 56,9 49,0 65,8 61,6 35,9 54,9 46,3 65,4 61,2 30 minutes ou plus 13,1 16,8 15,2 30,6 26,8 14,1 18,5 16,5 31,1 27,9 NSP/manquant 0,9 0,1 0,5 0,2 0,2 0,6 0,1 0,3 0,1 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Moyen de traitement de l'eau1 Ébullition 0,3 0,1 0,2 0,2 0,2 0,3 0,1 0,2 0,1 0,2 Ajout d'eau de Javel/chlore 0,3 0,6 0,5 0,4 0,4 0,2 0,7 0,5 0,3 0,3 Passée à travers un linge 1,6 4,6 3,3 5,6 5,0 1,6 5,4 3,7 5,6 5,2 Céramique, sable ou autre filtre 1,2 0,3 0,7 0,3 0,4 1,7 0,3 0,9 0,2 0,4 Autre 0,9 0,4 0,6 0,6 0,6 1,0 0,5 0,7 0,6 0,6 Aucun traitement 95,6 94,0 94,7 92,9 93,3 95,2 92,8 93,9 93,1 93,3 Pourcentage utilisant une méthode de traitement appropriée2 3,4 5,4 4,5 6,4 5,9 3,7 6,4 5,2 6,2 6,0 Effectif 1 556 2 029 3 585 10 839 14 424 8 178 9 932 18 110 63 722 81 831 1 Les enquêtés pouvant déclarer plusieurs types de traitement, la somme des pourcentages peut excéder 100 %. 2 Les méthodes appropriées pour le traitement de l'eau comprennent l'ébullition, l'ajout de chlore, l'utilisation d'un linge pour passer l'eau et le filtrage. Dans la quasi-totalité des cas, (93 %) les ménages n’utilisent aucun moyen de traitement de l’eau. Seulement 6 % utilisent une méthode de traitement appropriée de l’eau; Dans 5 % des cas, les ménages filtrent l’eau à travers un linge. Cette proportion varie de 6 % en milieu rural à 3 % en milieu urbain. Type de toilettes utilisées L’élimination inadéquate des excréments humains est associée à un risque accru de contracter des maladies dont les maladies diarrhéiques et la poliomyélite. Les installations sanitaires considérées comme adéquates sont les toilettes à chasse d’eau reliées à un système d’égouts ou à une fosse septique, les fosses d’aisances améliorées ventilées, les fosses d’aisances avec dalle et les toilettes à compostage. Pour être considérées comme améliorées, ces types de toilettes ne doivent être utilisées que par les membres du ménage. Les résultats du tableau 2.2 montrent qu’au Burkina Faso, seulement 15 % des ménages disposent de toilettes considérées comme améliorées et non partagées. Cette proportion varie de 42 % en milieu urbain à 6 % en milieu rural ; c’est à Ouagadougou que cette proportion est la plus élevée, soit 57 %. Au Burkina Faso, les ménages qui ne disposent d’aucun type de toilettes représentent 62 %. Ce pourcentage est de 79 % en milieu rural contre 13 % en milieu urbain et 3 % à Ouagadougou. 18 • Caractéristiques des ménages Tableau 2.2 Type de toilettes utilisées par les ménages Répartition (en %) des ménages et de la population (de droit) selon le type de toilettes/latrines, par milieu de résidence Burkina Faso 2010 Type de toilettes/latrines Ménages Population Ouagadougou Autres villes Ensemble urbain Rural Ensemble Ouagadougou Autres villes Ensemble urbain Rural Ensemble Toilettes améliorées, non partagées Chasse d'eau/chasse manuelle connectée à un système d'égout 2,7 1,0 1,7 0,0 0,4 2,7 1,2 1,9 0,0 0,4 Chasse d'eau/chasse manuelle reliée à une fosse septique 7,0 1,1 3,7 0,0 1,0 7,2 1,0 3,8 0,1 0,9 Chasse d'eau/chasse manuelle reliée à une fosse d'aisances 0,8 0,3 0,5 0,1 0,2 1,0 0,4 0,7 0,1 0,2 Fosse d'aisances améliorée auto-aérée 1,3 0,4 0,8 0,1 0,3 2,3 0,4 1,3 0,2 0,4 Fosse d'aisances avec dalle 45,3 27,0 35,0 6,1 13,2 55,0 30,4 41,5 6,5 14,2 Toilettes partagées1 Chasse d'eau/chasse manuelle reliée à une fosse septique 0,4 0,3 0,4 0,0 0,1 0,3 0,4 0,3 0,0 0,1 Chasse d'eau/chasse manuelle relié à une fosse d'aisances 0,9 0,2 0,5 0,0 0,2 0,5 0,2 0,3 0,0 0,1 Fosse d'aisances améliorée auto-aérée 0,5 0,5 0,5 0,1 0,2 0,4 0,6 0,5 0,1 0,2 Fosse d'aisances avec dalle 35,0 41,1 38,5 8,0 15,6 25,8 35,8 31,3 7,6 12,9 Toilettes non améliorées Fosse d'aisances sans dalle/trou ouvert 2,7 6,3 4,8 6,7 6,2 2,5 7,0 5,0 6,9 6,4 Pas de toilettes/nature 3,1 21,0 13,3 78,5 62,3 2,1 22,0 13,0 78,3 63,8 Autre/Manquant 0,3 0,6 0,4 0,3 0,3 0,4 0,6 0,5 0,3 0,3 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 1 556 2 029 3 585 10 839 14 424 8 178 9 932 18 110 63 722 81 831 1 Toilettes partagées qui seraient considérées comme "améliorées" si elles n'étaient pas partagées. Lavage des mains Au cours de l’enquête, on a demandé à voir l’endroit où les membres du ménage se lavaient les mains ainsi que les produits nettoyants utilisés. Le tableau 2.3 présente les résultats selon le milieu de résidence, les régions et l’indice de bien-être économique. Dans les trois quarts des cas (75 %), l’enquêteur a pu observer l’endroit où les membres du ménage se lavent les mains. Parmi les ménages dans lesquels l’endroit où se laver les mains a pu être observé, 46 % ne disposaient ni d’eau, ni de savon et ni d’un quelconque produit nettoyant. Cette proportion est plus faible en milieu urbain (36 %), à Ouagadougou (29 %) et dans les ménages du quintile le plus riche (33 %) qu’ailleurs. Parmi les ménages observés, 14 % disposaient de savon et d’eau. C’est en milieu urbain (27 %), à Ouagadougou (37 %) et dans les ménages les plus riches (31 %) que la proportion de ménages qui possèdent de l’eau et du savon est la plus élevée. Caractéristiques des ménages • 19 Tableau 2.3 Lavage des mains Pourcentage de ménages dans lesquels l'endroit utilisé le plus souvent pour se laver les mains a été observé et, parmi ces ménages, répartition en (%) par disponibilité de l'eau, de savon, et d'autres produits nettoyant, Burkina Faso 2010 Caractéristiques sociodémographique Pourcentage de ménages dans lesquels l'endroit pour se laver les mains a été observé Effectif de ménages Parmi les ménages dans lesquels l'endroit pour se laver les mains a été observé Effectif de ménages dans lesquels l'endroit pour se laver les mains a été observé Savon et eau1 Eau et produit nettoyant2 autre que le savon seulement Eau seulement Savon mais pas d'eau3 Produits nettoyants autres que le savon seulement2 Pas d'eau, ni savon, ni autre produit nettoyant Total4 Résidence Ouagadougou 85,9 1 556 36,9 0,1 26,3 7,8 0,0 28,6 100,0 1 337 Autres villes 82,7 2 029 19,5 0,7 31,0 6,5 0,1 42,0 100,0 1 679 Ensemble urbain 84,1 3 585 27,2 0,4 29,0 7,1 0,0 36,1 100,0 3 016 Rural 72,0 10 839 8,2 0,3 39,6 1,5 0,1 50,2 100,0 7 803 Région Centre 84,3 1 829 35,4 0,2 27,8 7,2 0,0 29,2 100,0 1 542 Boucle du Mouhoun 91,4 1 627 5,1 0,1 28,3 0,5 0,0 66,0 100,0 1 486 Cascades 99,5 563 9,8 0,8 81,0 0,2 0,0 8,2 100,0 560 Centre-Est 75,3 1 114 3,5 0,0 55,2 2,1 0,4 38,9 100,0 839 Centre-Nord 79,9 1 175 2,6 0,0 49,0 1,6 0,1 46,5 100,0 939 Centre-Ouest 44,5 989 11,7 0,1 12,4 3,9 0,2 71,7 100,0 440 Centre-Sud 47,4 679 13,4 0,0 8,8 6,7 0,0 70,8 100,0 322 Est 67,5 1 202 2,7 2,9 72,6 0,2 0,1 20,9 100,0 811 Hauts Bassins 96,5 1 710 8,8 0,3 18,7 6,3 0,2 65,6 100,0 1 650 Nord 52,2 1 033 11,8 0,0 32,9 1,2 0,0 54,1 100,0 539 Plateau Central 76,5 651 22,5 0,2 49,4 0,7 0,1 26,9 100,0 499 Sahel 47,2 1 247 24,5 0,0 20,1 2,7 0,0 52,5 100,0 589 Sud-Ouest 99,8 605 24,2 0,0 36,0 0,9 0,0 39,0 100,0 604 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 65,8 2 802 9,5 0,5 37,8 1,4 0,0 50,5 100,0 1 845 Second 69,6 2 908 7,5 0,4 36,3 0,8 0,0 54,9 100,0 2 024 Moyen 73,6 2 783 5,8 0,1 42,8 1,6 0,2 49,4 100,0 2 049 Quatrième 78,4 2 767 7,7 0,3 41,3 2,1 0,1 48,3 100,0 2 171 Le plus riche 86,3 3 164 30,9 0,5 27,8 7,5 0,1 32,9 100,0 2 730 Ensemble 75,0 14 424 13,5 0,4 36,6 3,0 0,1 46,3 100,0 10 819 1 Par "savon", on entend ici le savon ou un détergent en morceau, sous forme liquide, en poudre ou sous forme de pâte. Cette colonne inclut les ménages possédant du savon et de l'eau seulement ainsi que ceux qui possèdent du savon et de l'eau et un autre détergent. 2 Les produits nettoyants autres que le savon incluent la cendre, la boue ou du sable. 3 Y compris les ménages disposant de savon seulement ainsi que ceux qui disposent de savon et d'autres produits nettoyants. 4 Y compris les manquants. 2.2 CARACTÉRISTIQUES DU LOGEMENT Au cours de l’enquête, certaines questions ont été posées en vue de déterminer certaines caractéristiques des logements. Ces questions portaient principalement sur la disponibilité de l’électricité, les matériaux de revêtement du sol et l’endroit et le combustible utilisé pour cuisiner. Disponibilité de l’électricité Dans l’ensemble, les résultats présentés au tableau 2.4 montrent qu’au Burkina Faso, très peu de ménages (13 %) disposent de l’électricité. Cependant, par rapport à 1998-1999 et 2003, on constate une nette amélioration puisque à ces dates, respectivement 7 % et 11 % seulement des ménages en disposaient. Cependant, malgré ces progrès, des disparités demeurent et, en milieu rural, la quasi-totalité des ménages n’ont toujours pas l’électricité (99 % contre 52 % en milieu urbain). 20 • Caractéristiques des ménages Tableau 2.4 Caractéristiques des logements Répartition (en %) des ménages en fonction de certaines caractéristiques du logement, et pourcentage utilisant du combustible solide pour cuisiner; selon le milieu de résidence, Burkina Faso 2010 Caractéristiques du logement Résidence Ensemble Ouagadougou Autres villes Ensemble urbain Rural Électricité Oui 53,7 44,6 48,5 1,4 13,1 Non 46,3 55,4 51,5 98,5 86,8 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Matériau de revêtement du sol Terre, sable 9,2 15,1 12,5 65,7 52,5 Bouse 0,3 0,9 0,7 3,6 2,9 Carrelage 12,4 3,1 7,1 0,1 1,8 Ciment 77,7 80,8 79,5 30,6 42,8 Autre 0,4 0,1 0,2 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Pièces utilisées pour dormir Une 32,1 29,8 30,8 25,4 26,7 Deux 32,2 34,9 33,7 32,9 33,1 Trois ou plus 35,1 34,9 35,0 41,2 39,7 Manquant 0,6 0,4 0,5 0,5 0,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Endroit pour cuisiner Dans la maison 24,4 9,7 16,1 6,1 8,6 Dans un bâtiment séparé 18,2 26,0 22,6 22,6 22,6 A l'extérieur 52,6 60,9 57,3 69,1 66,2 Autre/Manquant 4,8 3,3 3,9 2,3 2,7 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Combustible utilisé pour cuisiner GPL/gaz naturel/biogaz 32,2 8,8 19,0 0,8 5,3 Charbon de bois 11,4 14,6 13,2 1,3 4,3 Bois 51,3 73,0 63,6 95,4 87,5 Pas de repas préparé dans le ménage 4,7 3,3 3,9 2,2 2,6 Autre/Manquant 0,4 0,2 0,3 0,1 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Pourcentage utilisant un combustible solide pour cuisiner1 63,1 87,9 77,1 97,0 92,0 Fréquence à laquelle on fume dans le logement Tous les jours 23,4 21,2 22,1 21,1 21,3 Une fois par semaine 5,9 3,3 4,4 4,6 4,5 Une fois par mois 1,1 0,6 0,8 0,6 0,6 Moins d'une fois par mois 1,9 1,3 1,5 1,2 1,3 Jamais 67,7 73,6 71,1 72,6 72,2 Manquant 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 1 556 2 029 3 585 10 839 14 424 GPL = Gaz Propane Liquéfié 1 Inclut le charbon de bois et le bois. Type de revêtement du sol Certains types de revêtement du sol peuvent faciliter la propagation de certains germes, responsables de maladies. Pour cette raison, des questions ont été posées sur le type de revêtement du sol des logements. On observe que pour l’ensemble du pays, moins de la moitié des ménages (45 %) vivent dans un logement dont le sol est en matériaux de construction adéquats, c’est-à-dire en ciment (43 %) et en carrelage (2 %). Dans 53 % des cas, les ménages vivent dans un logement dont le sol est recouvert de terre ou de sable. Le type de revêtement du sol varie de manière importante selon le milieu de résidence. En particulier, en ce qui concerne le sol en ciment, on note que la proportion varie de 80 % en milieu urbain à seulement 31 % en milieu rural où dans les deux tiers des cas (66 %), le sol des logements est recouvert de matériaux rudimentaires (terre ou sable). Caractéristiques des ménages • 21 Nombre de personnes par pièce utilisée pour dormir On constate toujours au tableau 2.4 que globalement, dans 27 % des cas, les ménages disposent d’une pièce pour dormir. Un tiers des ménage (33 %) disposent de deux pièces et près de deux ménages sur cinq (40 %) disposent d’au moins trois pièces pour dormir. Les variations selon le milieu de résidence ne sont pas très importantes. Combustible et endroit utilisé pour faire la cuisine Des millions de personnes dans le monde dépendent des combustibles solides (biomasse et charbon) pour leurs besoins en énergie de base, comme la cuisine et le chauffage. Faire la cuisine et se chauffer avec des combustibles solides entraîne des niveaux élevés de pollution de l’air à l’intérieur des logements par la production d’un mélange complexe de polluants nuisibles pour la santé. Le principal problème posé par l’utilisation de combustibles solides concerne les émanations d’une combustion incomplète, comme le monoxyde de carbone, les hydrocarbures aromatiques polycycliques, le dioxyde d’azote et autres éléments toxiques. L’utilisation de combustibles solides augmente les risques de maladies respiratoires aiguës, de pneumonie, d’obstruction pulmonaire chronique, et même de cancer. Le principal indicateur utilisé dans le cadre de cette enquête est la proportion de la population utilisant des combustibles solides comme source principale d’énergie domestique pour la cuisine. Les résultats montrent que la quasi- totalité des ménages utilisent, pour cuisiner, le bois (88 %) ; cette proportion varie de 64 % en milieu urbain à 95 % en milieu rural. Les combustibles modernes, comme le gaz, le propane liquéfié ou le méthane sont utilisés par une faible proportion de ménages (5 %) : C’est à Ouagadougou que cette proportion est la plus élevée (32 %). Le tableau 2.4 présente également les résultats concernant l’endroit où les ménages cuisinent. Globalement, on note que dans les deux tiers des cas, les ménages cuisinent à l’extérieur du logement. Cette proportion est un peu plus élevée en milieu rural qu’urbain (69 % contre 57 %). Le tableau 2.4 présente une information qui peut être utilisée pour évaluer la qualité de l’air à l’intérieur du logement et l’exposition passive au tabac. On constate que dans 72 % des cas, on ne fume jamais dans le logement. Cette proportion est un peu plus faible à Ouagadougou que dans les autres milieux de résidence (68 % contre 74 % dans les Autres Villes). 2.3 BIENS POSSÉDÉS PAR LES MÉNAGES Au cours de l’enquête pour évaluer le niveau socio-économique des ménages, on a cherché à savoir si les ménages possédaient certains biens considérés comme des indicateurs de bien-être socio- économique, s’ils possédaient des moyens de transport et s’ils avaient accès á l’électricité. Les résultats sont présentés au tableau 2.5. 22 • Caractéristiques des ménages Tableau 2.5 Biens durables possédés par les ménages Pourcentage de ménages qui possèdent certains biens de consommation, certains moyens de transport, de la terre arable, du bétail et des animaux, par milieu de résidence, Burkina Faso 2010 Biens possédés Résidence Ensemble Ouagadougou Autres villes Ensemble urbain Rural Biens possédés par le ménage Electricité 53,7 44,6 48,5 1,4 13,1 Radio 76,9 75,5 76,1 65,7 68,3 Télévision 55,5 41,5 47,6 5,8 16,2 Téléphone portable 90,4 81,1 85,1 50,6 59,2 Téléphone fixe 15,3 5,9 10,0 0,2 2,7 Réfrigérateur 21,9 9,8 15,0 0,2 3,9 Antenne TV5 21,0 12,1 16,0 0,2 4,1 Abonnement à Canal + 13,1 9,8 11,2 0,2 2,9 Machine à laver 0,9 0,4 0,6 0,0 0,2 Réchaud/Cuisinière 42,5 24,3 32,2 1,3 9,0 Foyer amélioré 27,2 21,5 24,0 2,4 7,8 Vidéo/CD/DVD 32,6 22,7 27,0 1,1 7,6 Climatiseur 4,0 0,8 2,2 0,0 0,5 Ordinateur 10,1 3,2 6,2 0,1 1,6 Internet 4,0 1,3 2,5 0,0 0,6 Moyens de transport/autres Charrue 5,4 17,6 12,3 54,7 44,2 Bicyclette 74,6 72,5 73,4 87,8 84,2 Motocyclette/scooter 64,5 51,3 57,0 28,8 35,8 Charrette tirée par un animal 6,2 19,2 13,6 42,9 35,6 Pirogue/Filet de pêche 0,2 0,1 0,2 0,6 0,5 Voiture/camion 12,7 3,4 7,4 0,3 2,0 Bateau à moteur 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 Possession de terre agricole 12,3 43,9 30,2 94,9 78,8 Possession d'animaux de ferme1 22,6 46,3 36,0 90,6 77,0 Effectif 1 556 2 029 3 585 10 839 14 424 1 Bétail, vaches, taureaux, chevaux, ânes, chèvres, moutons ou poulets. On constate que la radio est avec le téléphone portable le bien le plus fréquemment possédé par les ménages (respectivement 68 % et 59 %). À l’oppose, seulement 4 % des ménages possèdent un réfrigérateur et moins d’un pour cent un climatiseur. En outre, les résultats montrent que 84 % des ménages possèdent, pour se déplacer, une bicyclette ; cette proportion est élevée quel que soit le milieu de résidence. Près de huit ménages sur dix (79 %) ont déclaré posséder de la terre agricole et c’est en milieu rural que cette proportion est la plus élevée (95 % contre 30 % en milieu urbain). Enfin, 77 % des ménages possèdent des animaux de ferme et ici aussi c’est en milieu rural que cette proportion est la plus élevée (91 % contre 36 % en urbain). Indice de bien-être économique L’indice de bien-être économique du ménage est construit à partir des données sur les biens des ménages et en utilisant l’analyse en composante principale. Les informations sur les biens des ménages comprennent des informations provenant du questionnaire Ménage de l’EDSBF-MICS IV sur la possession par les ménages de certains biens de consommation tels que la télévision, la radio ou la voiture. Ces informations ont également porté sur certaines caractéristiques du logement comme la disponibilité de l’électricité, le type d’approvisionnement en eau, le type de toilettes, le matériau de revêtement du sol, le nombre de personnes par pièce pour dormir et le combustible utilisé pour cuisiner. On a affecté à chacun de ces biens et caractéristiques un poids (score ou coefficient) généré à partir d’une analyse en composante principale. Les scores des biens qui en résultent sont standardisés selon une distribution normale standard de moyenne 0 et d’écart type 1 (Gwatkin, Rutstein, Johnson, Pande et Wagstaff, 2000). On attribue ensuite à chaque ménage un score pour chaque bien et on fait la somme de tous les scores par ménage. Les individus sont classés en fonction du score total du ménage dans lequel ils résident. L’échantillon est ensuite divisé en quintile de population, chaque quintile correspondant à un niveau allant de 1 (le plus pauvre) à 5 (le plus riche). Les résultats sont présentés au tableau 2.6. Caractéristiques des ménages • 23 Tableau 2.6 Quintiles de bien-être économique Répartition (en %) de la population (de droit) par quintile de bien-être économique et coefficient de Gini, selon le milieu de résidence et la région, Burkina Faso 2010 Résidence/région Quintiles de bien-être économique Total Effectif d'enquêtés Coefficient de Gini Le plus pauvre Second Moyen Quatrième Le plus riche Résidence Ouagadougou 0,0 0,2 0,9 13,4 85,5 100,0 8 178 13,5 Autres villes 3,0 4,4 8,8 21,7 62,2 100 9 932 19,5 Ensemble urbain 1,6 2,5 5,2 17,9 72,7 100 18 110 17,1 Rural 25,2 25,0 24,2 20,6 5,0 100 63 722 8,1 Région Centre 2,1 2,4 5,0 16,2 74,4 100 9 733 17,7 Boucle du Mouhoun 12,7 28,3 23,0 25,4 10,5 100 9 201 8,8 Cascades 6,7 13,6 23,1 34,9 21,7 100,0 3 222 14,7 Centre-Est 14,2 14,6 32,6 27,9 10,7 100 6 324 14,7 Centre-Nord 22,1 23,4 27,1 20,5 7,0 100 6 352 12,5 Centre-Ouest 19,6 24,8 22,9 20,9 11,8 100 6 274 16,9 Centre-Sud 18,4 20,3 31,8 23,5 6,0 100,0 3 981 13,7 Est 42,4 25,2 16,9 11,1 4,4 100 7 778 11,0 Hauts Bassins 9,4 15,0 14,6 22,5 38,4 100 8 928 21,4 Nord 17,6 22,0 26,9 21,4 12,0 100,0 6 099 15,2 Plateau Central 13,8 23,4 26,7 26,9 9,1 100 3 972 12,4 Sahel 49,8 29,2 12,1 6,0 2,8 100 6 492 9,7 Sud-Ouest 44,0 24,2 12,0 10,7 9,1 100 3 476 17,5 Ensemble 20,0 20,0 20,0 20,0 20,0 100,0 81 831 20,3 Les résultats montrent que c’est dans le milieu urbain et, en particulier á Ouagadougou qu’est concentrée la population la plus riche (respectivement, 73 % et 86 %). À l’opposé, en milieu rural, seulement 5 % appartiennent au quintile le plus riche. On note, en particulier, que dans la région du Sahel, 79 % de la population sont classés dans les deux quintiles les plus pauvres. Cette proportion est également élevée dans les régions du Sud-Ouest et de l’Est (68 % dans les deux cas). 2.4 CARACTÉRISTIQUES DE LA POPULATION DES MÉNAGES Au cours de l’enquête Ménage, des informations démographiques et socio-économiques ont été recueillies sur tous les résidents habituels des ménages qui constituent la population de droit ainsi que sur la population de fait composée des résidents habituels et des visiteurs qui ont passé la nuit ayant précédé l’enquête dans le ménage. Les différences entre ces deux populations sont minimes et comme les enquêtes passées et les recensements sont basés sur les populations de fait, les tableaux concernant les ménages présentés dans ce chapitre sont basés sur la population de fait, sauf indication contraire. 2.4.1 Structure par âge et sexe de la population Les résultats présentés au tableau 2.7 montrent que parmi les 80 835 personnes enquêtées au cours de l’EDSBF-MICS IV, 39 183 sont des hommes et 41 651 sont des femmes, soit un rapport de masculinité de 94 hommes pour 100 femmes. Les hommes sont donc légèrement sous-représentés dans la population par rapport aux femmes. En outre, la structure par âge de la population révèle que la population burkinabè est jeune : 49 % ont moins de 15 ans et seulement 4 % ont plus de 65 ans. En ce qui concerne la répartition géographique, les résultats montrent que, dans la majorité des cas, la population burkinabè vit en milieu rural (78 %). Avec un taux de masculinité de 94 % en rural et de 93 % en urbain, on constate que le déséquilibre de la structure par sexe en faveur des femmes touche de manière identique les deux milieux de résidence. 24 • C ar ac té ris tiq ue s de s m én ag es Ta bl ea u 2. 7 P op ul at io n de s m én ag es p ar â ge , s ex e et ré si de nc e R ép ar tit io n (e n % ) d e la p op ul at io n (d e fa it) d es m én ag es s el on le g ro up e d' âg es q ui nq ue nn al , p ar m ilie u de ré si de nc e et p ar s ex e B ur ki na F as o 20 10 G ro up e d' âg es O ua ga do ug ou A ut re s vi lle s E ns em bl e ur ba in R ur al H om m e Fe m m e En se m bl e H om m e Fe m m e En se m bl e H om m e Fe m m e En se m bl e H om m e Fe m m e En se m bl e H om m e Fe m m e En se m bl e <5 13 ,1 12 ,1 12 ,6 16 ,2 14 ,6 15 ,4 14 ,8 13 ,5 14 ,1 20 ,0 18 ,3 19 ,2 18 ,9 17 ,3 18 ,0 5- 9 11 ,3 11 ,7 11 ,5 14 ,6 13 ,2 13 ,8 13 ,1 12 ,5 12 ,8 19 ,4 16 ,9 18 ,1 18 ,0 16 ,0 16 ,9 10 -1 4 11 ,3 11 ,5 11 ,4 13 ,1 13 ,7 13 ,4 12 ,3 12 ,7 12 ,5 15 ,4 13 ,8 14 ,6 14 ,7 13 ,6 14 ,1 15 -1 9 10 ,4 12 ,7 11 ,6 9, 8 11 ,6 10 ,7 10 ,1 12 ,1 11 ,1 8, 6 7, 0 7, 8 9, 0 8, 1 8, 5 20 -2 4 11 ,7 13 ,3 12 ,5 8, 8 9, 9 9, 4 10 ,1 11 ,4 10 ,8 4, 9 7, 2 6, 1 6, 1 8, 1 7, 1 25 -2 9 11 ,0 10 ,3 10 ,6 6, 6 7, 8 7, 2 8, 6 8, 9 8, 7 4, 6 6, 8 5, 7 5, 4 7, 3 6, 4 30 -3 4 8, 6 6, 8 7, 7 7, 0 7, 1 7, 0 7, 7 6, 9 7, 3 4, 3 6, 1 5, 3 5, 1 6, 3 5, 7 35 -3 9 6, 2 5, 0 5, 6 5, 9 4, 4 5, 1 6, 0 4, 7 5, 3 3, 8 5, 0 4, 4 4, 3 4, 9 4, 6 40 -4 4 3, 5 3, 8 3, 7 4, 6 3, 9 4, 2 4, 1 3, 9 4, 0 3, 8 4, 1 3, 9 3, 8 4, 0 3, 9 45 -4 9 3, 1 3, 1 3, 1 3, 6 3, 2 3, 4 3, 4 3, 1 3, 2 3, 3 3, 1 3, 2 3, 3 3, 1 3, 2 50 -5 4 2, 7 3, 4 3, 0 2, 5 3, 6 3, 1 2, 6 3, 5 3, 1 2, 5 4, 2 3, 4 2, 5 4, 1 3, 3 55 -5 9 1, 9 1, 9 1, 9 1, 5 2, 4 2, 0 1, 7 2, 2 1, 9 2, 2 2, 5 2, 4 2, 1 2, 4 2, 3 60 -6 4 2, 2 1, 6 1, 9 2, 2 1, 7 1, 9 2, 2 1, 6 1, 9 2, 4 1, 9 2, 1 2, 4 1, 8 2, 1 65 -6 9 1, 1 1, 0 1, 1 1, 2 1, 2 1, 2 1, 2 1, 1 1, 1 1, 7 1, 1 1, 4 1, 6 1, 1 1, 3 70 -7 4 1, 0 0, 9 1, 0 1, 1 1, 0 1, 1 1, 1 0, 9 1, 0 1, 5 1, 0 1, 2 1, 4 1, 0 1, 2 75 -7 9 0, 5 0, 3 0, 4 0, 6 0, 4 0, 5 0, 5 0, 4 0, 4 0, 8 0, 3 0, 6 0, 8 0, 3 0, 6 80 + 0, 3 0, 6 0, 4 0, 6 0, 5 0, 6 0, 5 0, 5 0, 5 0, 8 0, 6 0, 7 0, 7 0, 5 0, 6 N e sa it pa s/ m an qu an t 0, 2 0, 0 0, 1 0, 0 0, 1 0, 0 0, 1 0, 0 0, 1 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 To ta l 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 E ffe ct i f 3 91 0 4 15 7 8 06 7 4 72 4 5 09 6 9 82 0 8 63 5 9 25 3 17 8 87 30 5 48 32 3 99 62 9 48 39 1 83 41 6 51 80 8 35 N ot e : l e to ta l c om pr en d 2 pe rs on ne s po ur le sq ue lle s le s ex e es t m an qu an t. 24 • Caractéristiques des ménages Caractéristiques des ménages • 25 L’allure de la pyramide des âges (graphique 2.1) qui présente une base élargie se rétrécissant rapidement au fur et à mesure que l’on avance vers les âges élevés rend compte de la jeunesse de cette population. Cette forme de la pyramide des âges est également caractéristique des populations à forte fécondité et à mortalité élevée. Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 <5 5-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 65-69 70-74 75-79 80 + Pourcentage Âge Hommes Femmes 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1 EDSBF-MICS 2010 Par ailleurs, la structure par âge présente certaines irrégularités au niveau de chaque sexe. Mis à part le déficit d’hommes souligné précédemment, on observe, chez les femmes et les hommes, mais de manière plus nette chez les femmes, un rétrécissement prononcé des effectifs au groupe d’âges 15-19 ans. Il s’agit certainement, en partie, d’un transfert des effectifs de ce groupe d’âges vers celui de 10-14 ans, âges auxquels les femmes ne sont pas encore éligibles pour être enquêtées. 2.4.2 Taille et composition des ménages Le tableau 2.8 présente la répartition des ménages selon le chef de ménage et selon le nombre de membres habituels du ménage. Dans l’ensemble, au Burkina Faso, la plupart des ménages sont dirigés par un homme (90 %). Dans seulement un ménage sur dix (10 %), le chef de ménage est une femme. C’est en milieu rural que la proportion de ménages dirigés par une femme est la plus faible (8 %) et c’est dans les Autres Villes qu’elle est la plus élevée (16 %). En outre, on constate que les ménages burkinabè sont de grande taille, la taille moyenne étant estimée à 5,7 personnes par ménage. En 2003, cette taille moyenne était de 6,5. Plus de deux ménages sur cinq sont composés de trois à cinq personnes (41 %). Les proportions de ménages de très grande taille (neuf personnes et plus) sont davantage représentées en milieu rural (18 %) qu’en milieu urbain (11 %). Le tableau 2.8 présente également le pourcentage de ménages qui comptent des orphelins et des enfants de moins de 18 ans sans leurs parents. Dans 23 % des cas, les ménages comptent des enfants orphelins ou qui vivent sans leurs parents et cette proportion est plus élevée en milieu urbain qu’en milieu rural (30 % contre 20 %). C’est à Ouagadougou que cette proportion est la plus élevée (32 % contre 28 % dans les Autres Villes). Dans 19 % des cas, les ménages comprennent des enfants vivant sans leurs parents 26 • Caractéristiques des ménages et, ici aussi, cette proportion est plus élevée en milieu urbain que rural (26 % contre 16 %). La proportion de ménages qui abritent des orphelins simples (un seul parent décédé) s’élève à 8 % et elle varie de 8 % en milieu rural à 10 % en milieu urbain. Enfin, 1 % des ménages compte des orphelins doubles (les deux parents décédés) et cette proportion est plus élevée en milieu urbain que rural (3 % contre 1 %). Tableau 2.8 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages selon le sexe du chef de ménage et la taille du ménage; taille moyenne du ménage et pourcentage de ménages avec des orphelins et des enfants de moins de 18 ans vivant sans leurs parents, par milieu de résidence, Burkina Faso 2010 Caractéristique sociodémographique Résidence Ensemble Ouagadougou Autres villes Ensemble urbain Rural Chef de ménage Homme 87,1 83,6 85,1 91,7 90,1 Femme 12,9 16,4 14,9 8,3 9,9 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Nombre de membres habituels 1 11,8 10,7 11,2 4,8 6,4 2 9,1 8,9 9,0 8,3 8,5 3 12,6 14,7 13,8 13,1 13,3 4 14,3 15,4 15,0 13,4 13,8 5 13,0 15,4 14,3 13,8 13,9 6 11,6 10,7 11,1 11,7 11,5 7 8,3 9,2 8,8 9,6 9,4 8 6,0 5,0 5,4 6,9 6,6 9+ 13,2 9,8 11,3 18,2 16,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Taille moyenne du ménage 5,3 4,9 5,1 5,9 5,7 Pourcentage de ménages avec des orphelins et des enfants de moins de 18 ans vivant sans leurs parents Enfants vivant sans leurs parents1 28,4 24,8 26,4 16,2 18,7 Orphelin double 3,7 1,8 2,6 0,9 1,3 Orphelin simple2 10,4 9,7 10,0 7,9 8,4 Enfant orphelin et/ou vivant sans leurs parents 31,8 28,0 29,7 20,4 22,7 Effectif de ménages 1 556 2 029 3 585 10 839 14 424 Note: Le tableau est basé sur la population de droit des ménages, c'est-à-dire les résidents habituels. 1 Les enfants vivant sans leurs parents sont les enfants de moins de 18 ans qui vivent dans un ménage dans lequel il n'y a ni leur père ni leur mère. 2 Comprend les enfants dont l’un des parents est décédé et dont l’état de survie de l’autre est inconnu. 2.5 NIVEAU D’INSTRUCTION ET FRÉQUENTATION SCOLAIRE Au cours de l’enquête ménage, des informations relatives au niveau d’instruction atteint et à la dernière classe achevée à ce niveau ont été collectées pour toutes les personnes âgées de 6 ans et plus. L’instruction de la population et surtout celle des femmes est un déterminant important des conditions de vie des ménages ; elle influence le comportement procréateur, le recours à la contraception moderne, l’adoption de pratiques en matière de santé, d’hygiène et de nutrition et également elle influe sur la scolarisation des autres membres du ménage. À cet égard, malgré les efforts importants consentis par le gouvernement en matière d’éducation, on constate que le niveau d’instruction de la population de 6 ans et plus demeure encore faible, surtout chez les femmes. En effet, dans l’ensemble, sept femmes sur dix (70 %) et trois hommes sur cinq (60 %) n’ont toujours aucune instruction (tableaux 2.9.1 et 2.9.2). On note également que, quel que soit le niveau atteint, les hommes sont plus scolarisés que les femmes. Par ailleurs, les proportions d’hommes et de femmes ayant terminé un cycle est très faible : seulement 4 % des hommes et 3 % des femmes ont achevé le niveau primaire et seulement 1 % des hommes et moins de 1 % des femmes ont déclaré avoir atteint le niveau supérieur. Caractéristiques des ménages • 27 Tableau 2.9.1 Niveau d'instruction de la population des ménages: Femme Répartition (en %) de la population (de fait) des femmes des ménages, âgés de six ans et plus en fonction du plus haut niveau d'instruction atteint, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Burkina Faso 2010 Caractéristique sociodémographique Aucun Primaire incomplet Primaire complet1 Secondaire incomplet Secondaire complet2 Supérieur Total3 Effectif Groupe d’âges 6-9 60,4 39,3 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 5 435 10-14 44,5 46,8 4,8 3,8 0,0 0,0 100,0 5 655 15-19 56,5 16,0 6,5 20,7 0,1 0,0 100,0 3 385 20-24 67,5 12,4 3,7 14,4 0,8 1,0 100,0 3 387 25-29 75,0 11,3 3,2 8,4 0,7 1,3 100,0 3 027 30-34 79,4 8,7 2,6 6,8 1,0 1,3 100,0 2 631 35-39 85,5 6,4 2,0 5,1 0,0 1,0 100,0 2 039 40-44 87,1 5,4 1,6 4,8 0,3 0,7 100,0 1 675 45-49 89,6 4,9 1,7 2,4 0,0 1,3 100,0 1 299 50-54 93,5 2,7 1,5 1,5 0,2 0,4 100,0 1 690 55-59 93,9 2,7 1,4 1,0 0,3 0,4 100,0 1 006 60-64 97,8 1,4 0,1 0,4 0,0 0,2 100,0 754 65+ 97,5 1,3 0,4 0,5 0,0 0,0 100,0 1 257 Résidence Ouagadougou 35,2 29,6 5,9 23,7 1,7 3,9 100,0 3 552 Autres villes 45,7 28,8 6,8 17,1 0,7 0,7 100,0 4 233 Ensemble urbain 40,9 29,1 6,4 20,1 1,1 2,2 100,0 7 784 Rural 78,7 17,4 1,6 2,1 0,0 0,0 100,0 25 463 Région Centre 38,9 29,9 5,7 20,8 1,4 3,3 100,0 4 206 Boucle du Mouhoun 74,6 19,9 2,1 3,3 0,0 0,0 100,0 3 553 Cascades 66,6 23,7 4,1 5,1 0,2 0,0 100,0 1 316 Centre-Est 75,6 17,3 2,5 4,1 0,1 0,1 100,0 2 566 Centre-Nord 78,6 17,9 1,0 2,2 0,0 0,0 100,0 2 596 Centre-Ouest 70,5 21,1 3,0 5,0 0,2 0,1 100,0 2 658 Centre-Sud 68,1 22,6 2,8 5,7 0,1 0,0 100,0 1 615 Est 82,5 13,4 1,4 2,3 0,0 0,0 100,0 3 038 Hauts Bassins 62,8 22,6 4,2 9,3 0,5 0,5 100,0 3 637 Nord 71,6 23,0 1,9 3,3 0,0 0,1 100,0 2 546 Plateau Central 72,7 19,7 2,9 4,5 0,1 0,1 100,0 1 678 Sahel 87,5 10,3 0,6 1,4 0,0 0,0 100,0 2 443 Sud-ouest 81,1 13,7 1,5 3,6 0,0 0,0 100,0 1 397 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 86,1 12,3 0,7 0,6 0,0 0,0 100,0 6 506 Second 81,8 15,5 1,2 1,4 0,0 0,0 100,0 6 517 Moyen 77,3 19,3 1,6 1,7 0,0 0,0 100,0 6 526 Quatrième 68,8 23,9 3,0 4,1 0,0 0,0 100,0 6 603 Le plus riche 38,1 29,0 6,8 22,4 1,3 2,4 100,0 7 095 Ensemble4 69,8 20,2 2,7 6,3 0,3 0,5 100,0 33 248 1 A achevé avec succès 6 classes du niveau primaire. 2 A achevé avec succès 7 classes du niveau secondaire. 3 Y compris les non déterminés 4 Y compris 6 femmes dont l’âge est indéterminé. L’examen des résultats selon l’âge met en évidence une nette amélioration du niveau d’instruction des générations les plus récentes par rapport aux générations les plus anciennes. En effet, la proportion d’hommes sans aucune instruction est passée de 96 % chez ceux âgés de 65 ans et plus à 39 % chez ceux de 10-14 ans. Le pourcentage plus élevé de non instruits chez les garçons de 6-9 ans par rapport à ceux du groupe d’âges 10-14 ans (59 % contre 39 %) s’expliquerait par le fait que tous les garçons de 6-9 ans n’ont pas encore intégré le système scolaire. Chez les femmes, les progrès ont été moins rapides au cours de la période récente. En effet, la proportion de celles sans aucune instruction est passée de 98 % parmi celles de 65 ans et plus à 45 % à 10-14 ans et à 57 % chez celles de 15-19 ans, soit à un niveau encore nettement inférieur à celui des garçons du même âge (47 %). D’autre part, on constate, aussi bien pour les femmes que pour les hommes, que les écarts entre les villes et les campagnes sont énormes. En milieu urbain 29 % des hommes et 41 % des femmes n’ont aucune instruction contre respectivement 69 % et 79 % en milieu rural. En outre, en milieu urbain, 7 % d’hommes et 6 % de femmes ont achevé un cycle primaire contre respectivement 3 % et 2 % en milieu rural. 28 • Caractéristiques des ménages Les disparités entre les régions sont également importantes. La région du Centre qui abrite la capitale Ouagadougou se caractérise par les proportions les plus faibles de personnes sans instruction : 27 % des hommes et 39 % des femmes, suivie par celle des Hauts Bassins (qui abrite la deuxième ville du pays, Bobo-Dioulasso) dans laquelle 49 % des hommes et 63 % des femmes n’ont jamais été à l’école. À l’opposé, les régions de l’Est et du Sahel se caractérisent par les proportions les plus élevées de personnes sans aucune instruction : dans la région de l’Est, 77 % des hommes et 83 % des femmes ne sont jamais allés à l’école. Ces proportions sont respectivement de 84 % et 88 % dans la région du Sahel. Tableau 2.9.2 Niveau d'instruction de la population des ménages: Homme Répartition (en %) de la population (de fait) des hommes des ménages, âgés de six ans et plus en fonction du plus haut niveau d'instruction atteint, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Burkina Faso 2010 Caractéristique sociodémographique Aucun Primaire incomplet Primaire complet1 Secondaire incomplet Secondaire complet2 Supérieur Total3 Effectif Groupe d’âges 6-9 58,6 41,1 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 5 756 10-14 38,5 52,1 5,0 4,3 0,0 0,0 100,0 5 756 15-19 47,0 19,8 7,6 25,3 0,2 0,1 100,0 3 507 20-24 49,4 16,6 5,5 23,7 1,2 3,4 100,0 2 371 25-29 57,7 15,2 6,5 14,5 1,6 4,4 100,0 2 132 30-34 61,6 15,7 5,5 11,9 1,6 3,5 100,0 1 988 35-39 68,7 12,5 4,0 10,0 1,7 3,0 100,0 1 689 40-44 78,4 9,3 2,3 7,0 1,0 2,1 100,0 1 502 45-49 79,9 8,4 3,8 4,7 0,6 2,6 100,0 1 297 50-54 81,6 8,7 3,3 3,8 0,4 2,0 100,0 985 55-59 83,5 8,4 3,2 2,6 1,0 1,3 100,0 836 60-64 90,0 5,5 1,2 1,8 0,2 1,2 100,0 934 65+ 96,0 1,7 0,8 0,9 0,2 0,2 100,0 1 739 Résidence Ouagadougou 23,0 32,5 7,5 25,8 2,4 8,6 100,0 3 316 Autres villes 34,0 31,8 6,9 22,7 1,6 2,8 100,0 3 842 Ensemble urbain 28,9 32,2 7,2 24,2 2,0 5,5 100,0 7 158 Rural 69,3 23,5 2,8 4,0 0,1 0,1 100,0 23 344 Région Centre 27,0 33,3 6,9 23,3 2,1 7,3 100,0 3 911 Boucle du Mouhoun 64,0 26,3 3,1 6,1 0,3 0,1 100,0 3 551 Cascades 57,2 26,0 5,2 10,5 0,6 0,3 100,0 1 220 Centre-Est 67,1 23,2 2,6 6,2 0,3 0,3 100,0 2 272 Centre-Nord 69,6 24,0 2,2 3,7 0,3 0,2 100,0 2 376 Centre-Ouest 58,6 27,2 4,3 8,5 0,5 0,8 100,0 2 238 Centre-Sud 58,3 28,9 4,2 7,6 0,3 0,4 100,0 1 442 Est 77,3 16,9 1,2 4,1 0,1 0,1 100,0 2 777 Hauts Bassins 49,2 29,4 5,7 13,3 0,6 1,7 100,0 3 308 Nord 57,5 31,8 4,6 5,5 0,3 0,3 100,0 2 165 Plateau Central 62,4 26,6 4,7 5,8 0,2 0,3 100,0 1 508 Sahel 83,6 12,8 1,2 1,9 0,1 0,3 100,0 2 402 Sud-Ouest 69,6 20,8 2,8 6,1 0,3 0,3 100,0 1 332 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 80,2 17,0 1,3 1,3 0,0 0,0 100,0 6 152 Second 72,8 22,2 2,2 2,9 0,0 0,0 100,0 5 983 Moyen 66,3 26,4 3,1 4,1 0,1 0,0 100,0 5 946 Quatrième 56,8 30,5 5,1 7,4 0,0 0,0 100,0 5 992 Le plus riche 25,2 31,5 7,3 27,1 2,5 6,3 100,0 6 428 Ensemble4 59,8 25,5 3,8 8,8 0,6 1,3 100,0 30 502 1 A achevé avec succès 6 classes du niveau primaire. 2 A achevé avec succès 7 classes du niveau secondaire. 3 Y compris les non déterminés 4 Y compris 9 hommes dont l’âge est indéterminé. Les tableaux 2.9.1 et 2.9.2 présentent également la répartition du niveau d’instruction des hommes et des femmes du Burkina Faso selon l’indice de bien-être économique du ménage. Il ressort de ces résultats que plus le niveau de bien-être du ménage est élevé, plus les proportions de personnes n’ayant jamais été à l’école sont faibles. Pour les hommes, elles passent de 80 % dans le quintile le plus pauvre à 25 % dans le plus riche ; chez les femmes, ces proportions sont respectivement de 86 % et de 38 %. Caractéristiques des ménages • 29 Taux de fréquentation scolaire Le principal indicateur du niveau d’accès de la population au système éducatif est le niveau de fréquentation scolaire des personnes en âge d’aller à l’école. Au cours de l’EDSBF-MICS IV, des questions relatives à la fréquentation scolaire ont été posées pour toutes les personnes âgées de 5 à 24 ans. Le graphique 2.2 qui présente les taux de fréquentation scolaire par âge détaillé et par sexe, montre que le taux de scolarisation des filles et des garçons augmente globalement jusqu’à l’âge de 11 ans. Bien que les taux de fréquentation scolaire des garçons soient toujours plus élevés que ceux des filles, c’est surtout à partir de 17 ans que les écarts se creusent de manière importante. En effet, à cet âge, seulement 22 % des jeunes filles fréquentent encore l’école contre 33 % des garçons. Graphique 2.2 Taux de fréquentation scolaire par âge 0 10 20 30 40 50 60 70 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Po ur ce nt ag e Âge Femmes Hommes EDSBF-MICS 2010 Le tableau 2.10 présente deux indicateurs de la fréquentation scolaire : le taux net et le taux brut de fréquentation scolaire. Plus précisément, ces deux indicateurs ont pour objectif de mesurer le niveau général de participation à un niveau d’études donné. Le taux net de fréquentation scolaire mesure la fréquentation scolaire parmi les enfants d’âges scolaires officiels fixé, au Burkina Faso, à 6-11 ans pour le niveau primaire et à 12-18 ans pour le niveau secondaire. Le taux brut mesure la fréquentation scolaire des jeunes de n’importe quel âge dans la population d’âge officiel d’un niveau d’études donné. Un écart important entre les taux brut et net signifie qu’une proportion importante d’enfants fréquentant un niveau d’études donné ont un âge qui ne correspond pas à l’âge officiel. Ces taux sont présentés pour le niveau primaire et le niveau secondaire, par sexe, selon le milieu et la région de résidence et selon l’indice de bien-être économique. 30 • Caractéristiques des ménages Tableau 2.10 Taux de fréquentation scolaire Taux net de fréquentation scolaire (TNF) et taux brut de fréquentation scolaire (TBF) de la population (de fait) des ménages, par sexe et niveau d'études, et Indice de parité entre les genres selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Burkina Faso 2010 Caractéristique sociodémographique Taux net de fréquentation scolaire1 Taux brut de fréquentation scolaire2 Homme Femme Ensemble Indice de parité entre les genres3 Homme Femme Ensemble Indice de parité entre les genres3 NIVEAU PRIMAIRE Résidence Ouagadougou 85,6 80,8 83,2 0,94 120,5 118,9 119,7 0,99 Autres villes 70,9 71,0 71,0 1,00 99,1 101,0 100,0 1,02 Ensemble urbain 76,6 74,8 75,7 0,98 107,3 108,0 107,7 1,01 Rural 39,4 36,2 37,9 0,92 58,1 53,8 56,1 0,93 Région Centre 81,8 77,8 79,8 0,95 116,7 117,0 116,8 1,00 Boucle du Mouhoun 40,7 36,6 38,7 0,90 61,6 54,9 58,4 0,89 Cascades 51,2 54,8 53,0 1,07 72,0 73,0 72,5 1,01 Centre-Est 41,5 38,0 39,8 0,92 61,0 55,7 58,5 0,91 Centre-Nord 41,9 37,5 39,8 0,90 59,2 57,2 58,2 0,97 Centre-Ouest 44,2 43,7 44,0 0,99 66,5 71,1 68,7 1,07 Centre-Sud 55,3 51,5 53,4 0,93 80,4 77,4 78,9 0,96 Est 27,8 29,0 28,4 1,04 40,9 41,7 41,3 1,02 Hauts Bassins 57,3 52,0 54,7 0,91 80,8 72,3 76,6 0,89 Nord 53,5 52,7 53,1 0,99 77,2 73,9 75,6 0,96 Plateau Central 51,6 51,2 51,4 0,99 76,6 70,7 73,7 0,92 Sahel 21,4 15,6 18,7 0,73 30,7 28,2 29,5 0,92 Sud-Ouest 34,7 25,6 30,3 0,74 52,4 36,1 44,5 0,69 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 26,6 23,7 25,3 0,89 39,8 37,0 38,5 0,93 Second 37,4 32,2 34,9 0,86 55,9 48,8 52,5 0,87 Moyen 43,5 41,6 42,6 0,96 64,8 59,8 62,4 0,92 Quatrième 53,1 49,6 51,5 0,93 76,7 74,2 75,5 0,97 Le plus riche 80,1 75,9 77,9 0,95 111,1 107,8 109,4 0,97 Ensemble 45,5 43,1 44,4 0,95 66,2 63,5 64,9 0,96 NIVEAU SECONDAIRE Résidence Ouagadougou 48,4 36,6 41,9 0,76 67,9 54,0 60,3 0,80 Autres villes 40,6 33,1 36,4 0,82 67,6 48,6 57,0 0,72 Ensemble urbain 44,1 34,7 38,9 0,79 67,8 51,0 58,5 0,75 Rural 10,4 7,4 8,9 0,71 13,9 9,3 11,7 0,67 Région Centre 43,6 33,1 37,9 0,76 60,7 48,1 53,8 0,79 Boucle du Mouhoun 11,9 10,7 11,4 0,90 18,9 14,4 16,8 0,76 Cascades 23,1 14,1 18,7 0,61 34,4 18,4 26,6 0,53 Centre-Est 13,7 10,0 11,9 0,73 18,8 13,9 16,5 0,74 Centre-Nord 7,0 4,7 5,9 0,67 10,3 6,9 8,6 0,67 Centre-Ouest 18,6 14,6 16,5 0,78 29,4 20,5 24,8 0,70 Centre-Sud 19,5 17,5 18,5 0,90 24,8 24,5 24,6 0,99 Est 10,1 7,6 8,8 0,75 15,0 9,7 12,3 0,65 Hauts Bassins 22,4 20,6 21,4 0,92 36,5 29,5 32,8 0,81 Nord 14,1 10,2 12,1 0,72 18,8 14,0 16,4 0,75 Plateau Central 17,9 16,6 17,3 0,93 21,2 19,7 20,5 0,93 Sahel 4,5 3,2 3,9 0,71 6,9 4,7 5,9 0,68 Sud-Ouest 12,9 11,7 12,4 0,91 17,7 15,1 16,6 0,86 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 3,8 3,5 3,7 0,91 5,2 4,1 4,7 0,78 Second 8,0 5,3 6,7 0,66 10,7 6,6 8,7 0,61 Moyen 12,7 7,1 10,1 0,56 16,4 8,9 12,9 0,55 Quatrième 18,9 13,6 16,3 0,72 25,9 17,0 21,6 0,66 Le plus riche 45,9 36,2 40,4 0,79 70,8 53,9 61,3 0,76 Ensemble 17,6 14,7 16,2 0,84 25,5 20,6 23,0 0,81 1 Le taux net de fréquentation scolaire (TNF) pour le niveau primaire est le pourcentage de la population d’âge de fréquentation du niveau primaire (6-11 ans) qui fréquente l'école primaire. Le taux net de fréquentation scolaire pour le niveau secondaire est le pourcentage de la population d’âge de fréquentation du niveau secondaire (12-18 ans) qui fréquente l'école secondaire. Par définition le taux net de fréquentation ne peut excéder 100 %. 2 Le taux brut de fréquentation scolaire (TBF) au niveau primaire est le nombre total d'élèves du niveau primaire, exprimé en pourcentage de la population d’âge officiel de fréquentation du niveau primaire. Le taux brut de fréquentation scolaire (TBF) au niveau secondaire est le nombre total d'élèves du niveau secondaire, exprimé en pourcentage de la population d’âge officiel de fréquentation du niveau secondaire. S'il y a pour un niveau donné un nombre important d'élèves plus âgés ou plus jeunes que l’âge officiel pour ce niveau, le TBF peut excéder 100 %. 3 L'indice de parité entre les genres pour le primaire est le ratio du TNF (TBF) au niveau primaire des filles sur le TNF (TBF) des garçons. L'indice de parité entre les genres pour le secondaire est le ratio du TNF (TBF) au niveau secondaire des filles sur le TNF (TBF) des garçons. Caractéristiques des ménages • 31 On constate que le taux net de fréquentation scolaire est faible au Burkina Faso. En effet, seulement 44 % des enfants de 6-11 ans fréquentent une école primaire et 16 % de ceux âgés de 12-18 ans fréquentent une école secondaire. Quel que soit le cycle d’études, on note un léger écart entre les filles et les garçons, cela au détriment des filles. Par contre, les écarts entre les milieux de résidence sont importants ; en milieu urbain, 76 % des enfants de 6-11 ans fréquentent effectivement une école primaire contre seulement 38 % en milieu rural. Pour le niveau secondaire, ces proportions sont respectivement de 39 % et de 9 %. En outre, les résultats montrent que c’est dans la région du Sahel que les taux de fréquentation scolaire sont les plus faibles : 19 % pour le niveau primaire et 4 % pour le niveau secondaire ; á titre de comparaison, à Ouagadougou, ces taux sont, respectivement, de 83 % et 42 %. On remarque également que les taux nets de fréquentation scolaire augmentent avec l’amélioration du niveau de bien-être des ménages. Concernant le taux brut, on constate qu’il atteint 65 % pour le niveau primaire, ce qui signifie que pour 100 enfants de 6-11 ans, 65 enfants, quel que soit leur âge, fréquentent l’école primaire. Au niveau secondaire, ce taux est de 23 % et il est un peu plus élevé chez les garçons que chez les filles (26 % contre 21 %). On constate que les taux bruts sont toujours plus élevés que les taux nets, ce qui veut dire qu’une proportion importante d’enfants qui fréquentent un niveau donné ont dépassé l’âge officiel correspondant à ce niveau. Les résultats selon les milieux et les régions de résidence font apparaître les mêmes disparités que celles déjà observées pour les taux nets. C’est en milieu rural et dans la région du Sahel que les taux bruts sont les plus faibles (56 % et 30 % pour le niveau primaire). Enfin, les résultats montrent que le taux brut de fréquentation scolaire que ce soit pour le niveau primaire ou secondaire, augmente nettement avec l’amélioration du niveau de bien-être du ménage. Le tableau 2.10 présente également l’indice de parité entre les genres qui est le rapport entre le taux de fréquentation scolaire des filles et celui des garçons. Cet indice est présenté pour le taux net et le taux brut de fréquentation scolaire et pour les niveaux primaire et secondaire. Plus l’indice de parité est proche de 1, moins l’écart de fréquentation scolaire entre les sexes est important. Un indice égal à 1 indique l’égalité totale. En ce qui concerne le taux net, l’indice estimé, à 0,95 au niveau primaire montre qu’au Burkina Faso la parité n’est pas encore atteinte mais que l’écart de fréquentation scolaire entre les filles et les garçons á ce niveau d’études n’est plus très important. Cet indice varie de 0,92 en milieu rural à 0,98 en milieu urbain. On peut aussi souligner que c’est dans les régions du Sahel (0,73) et de du Sud- Ouest (0,74) que l’indice de parité entre les genres est le plus faible. Pour le taux brut, cet indice est estimé á 0,96 et c’est aussi dans la région du sud-Ouest qu’il est le plus faible (0,69). Par contre, au niveau secondaire, l’indice de parité entre les genres, pour le taux net, est égal à 0,84. On voit donc que plus le niveau d’études augmente et plus les écarts de fréquentation scolaire se creusent entre les genres, au détriment des filles. Avec un indice de parité de 0,61, c’est dans les Cascades que l’écart de fréquentation scolaire entre les filles et les garçons au niveau secondaire est le plus grand. En ce qui concerne le taux brut, l’indice de parité entre les genres est estimé á 0,81 et c’est dans les cascades qu’il est aussi le plus faible (0,53). Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 33 CARACTÉRISTIQUES DES FEMMES ET DES HOMMES ENQUÊTÉS 3 Laure BAYALA et Toubou RIPAMA e chapitre porte sur les caractéristiques sociodémographiques des femmes enquêtées de 15-49 ans et des hommes enquêtés de 15-59 ans. Tout comme le questionnaire Ménage, les questionnaires Individuels ont permis de recueillir des informations sur l’âge, l’état matrimonial, le milieu de résidence et le niveau d’instruction des enquêtés. Ces variables seront utilisées comme variables d'analyse dans la suite de ce rapport. En outre, dans cette partie du chapitre, sont également analysés les résultats sur l’alphabétisation, l’accès aux média, l’activité économique, la couverture médicale et la consommation de tabac des hommes et des femmes. 3.1 CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES DES ENQUÊTÉS Les résultats présentés au tableau 3.1 montrent que les répartitions des femmes et des hommes par groupes d’âges quinquennaux présentent une allure assez régulière, les proportions de chaque groupe d'âges diminuant régulièrement au fur et à mesure que l'on avance vers les âges élevés. Ces proportions passent de 22 % pour les hommes de 15-19 ans à 10 % pour le groupe d’âges 45-49 ans. Pour les femmes, ces proportions varient, respectivement, de 19 % à 8 %. Les questions sur l’état matrimonial ont été posées à toutes les femmes et à tous les hommes éligibles de l’échantillon. Dans le cadre de l’EDSBF-MICS IV, ont été considérés comme étant en union toutes les femmes et tous les hommes mariés légalement ainsi que tous ceux et toutes celles vivant en union consensuelle. Selon cette définition, au moment de l’enquête, environ deux femmes sur dix (18 %) étaient célibataires, alors que près de huit sur dix (79 %) étaient en union, et environ 3 % étaient en rupture d’union (divorcées, séparées ou veuves). Chez les hommes, au moment de l’enquête, près de deux hommes sur cinq était célibataire (38 %), trois hommes sur cinq (60 %) étaient en union et environ 2 % étaient en rupture d’union. C Principaux résultats : • Malgré une nette amélioration du niveau d’instruction de la population, on constate que les femmes sont toujours moins instruites que les hommes. • Seulement 23 % des femmes et 38 % des hommes sont considérés comme étant alphabétisés. • En milieu urbain, 52 % des femmes et 67 % des hommes sont alphabétisés contre respectivement 11 % et 25 % en milieu rural. 34 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Tableau 3.1 Caractéristiques sociodémographiques des enquêtés Répartition (en %) des femmes et des hommes enquêtés de 15-49 ans selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Burkina Faso 2010 Caractéristique sociodémographique Femme Homme Pourcentage pondéré Effectif pondéré Effectif non pondéré Pourcentage pondéré Effectif pondéré Effectif non pondéré Groupe d’âges 15-19 19,4 3 312 3 349 22,1 1 437 1 499 20-24 19,4 3 311 3 243 15,9 1 035 1 018 25-29 17,3 2 959 2 943 14,6 952 918 30-34 15,1 2 586 2 582 14,5 940 939 35-39 11,7 1 991 1 984 12,2 795 804 40-44 9,6 1 644 1 660 11,0 713 712 45-49 7,5 1 284 1 326 9,7 628 610 Religion Sans religion/aucune 0,9 145 128 0,2 11 8 Musulmane 61,6 10 532 10 239 61,0 3 967 3 888 Catholique 23,2 3 969 4 177 23,5 1 530 1 584 Protestante 6,7 1 144 1 074 6,0 391 370 Traditionnelle/animiste 7,3 1 255 1 421 9,2 595 644 Autre/Manquant 0,2 43 48 0,0 5 6 Ethnie Bobo 4,8 814 647 5,4 352 278 Dioula 0,8 142 155 0,7 46 64 Fulfuldé / Peul 8,4 1 433 1 352 8,5 554 520 Gourmantché 6,8 1 169 1 048 7,3 477 433 Gourounsi 4,5 773 793 5,0 322 349 Lobi 2,5 423 617 2,1 136 191 Mossi 52,5 8 964 8 948 50,8 3 301 3 329 Sénoufo 4,4 751 906 4,7 306 365 Touareg / Bella 1,9 317 255 1,9 126 101 Dagara 2,4 412 561 2,3 149 212 Bissa 3,9 670 673 3,1 199 192 Autres nationalités 0,5 83 81 0,4 31 23 Autres ethnies 6,5 1 107 1 018 7,2 468 416 NSP/manquant 0,1 28 33 0,5 33 27 État matrimonial Célibataire 17,5 2 991 3 119 38,4 2 497 2 604 Marié 75,6 12 912 12 786 53,8 3 499 3 399 Vivant ensemble 3,8 651 606 5,7 368 362 Divorcé/séparé 1,3 230 248 1,8 115 116 Veuf 1,8 301 327 0,3 20 19 Manquant 0,0 1 1 0,0 0 0 Résidence Ouagadougou 13,1 2 240 1 333 15,0 977 574 Autres villes 14,0 2 384 4 035 14,9 970 1 691 Ensemble urbain 27,1 4 624 5 368 30,0 1 947 2 265 Rural 72,9 12 463 11 719 70,0 4 553 4 235 Région Centre 15,0 2 556 1 705 17,2 1 116 738 Boucle du Mouhoun 10,3 1 766 1 350 11,8 766 586 Cascades 3,8 650 1 108 3,8 249 417 Centre-Est 7,3 1 251 1 264 6,3 408 405 Centre-Nord 7,0 1 195 1 156 6,1 396 409 Centre-Ouest 7,8 1 334 1 528 7,1 465 538 Centre-Sud 4,6 788 1 152 4,9 318 464 Est 8,6 1 469 1 358 8,8 569 531 Hauts Bassins 11,9 2 036 1 548 11,8 768 587 Nord 7,0 1 205 1 300 5,9 387 431 Plateau Central 4,7 811 1 253 4,6 302 478 Sahel 7,6 1 295 1 152 7,5 490 454 Sud-Ouest 4,3 730 1 213 4,1 268 462 Niveau d'instruction Aucun 73,9 12 633 12 469 59,3 3 851 3 725 Primaire 13,6 2 329 2 406 20,4 1 328 1 347 Secondaire 11,4 1 951 2 089 17,5 1 139 1 270 Supérieur 1,0 165 116 2,8 181 157 Manquant 0,1 9 7 0,0 1 1 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 17,5 2 996 2 832 16,3 1 057 996 Second 18,7 3 189 3 083 18,9 1 231 1 185 Moyen 19,0 3 252 3 279 18,2 1 183 1 184 Quatrième 19,9 3 395 3 597 19,1 1 241 1 316 Le plus riche 24,9 4 255 4 296 27,5 1 788 1 819 Ensemble 15-49 100,0 17 087 17 087 100,0 6 500 6 500 50-59 na na na - 807 807 Ensemble 15-59 na na na - 7 307 7 307 Note: Le niveau d'instruction correspond au plus haut niveau d'instruction atteint, qu'il ait été achevé ou non. na = Non applicable Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 35 Les résultats selon le milieu de résidence montrent qu’un peu plus de sept femmes sur dix (73 %) et sept hommes sur dix (70 %) vivent en milieu rural. En outre, la répartition de la population par région montre que c’est la région du Centre, abritant la capitale, qui compte les proportions les plus élevées de femmes (15 %) et d’hommes (17 %). Cette région est suivie par les régions des Hauts Bassins (12 % pour les femmes et les hommes) et de la Boucle du Mouhoun (10 % pour les femmes et 12 % pour les hommes). À l’opposé, c’est dans les régions des Cascades et du Sud-Ouest (4 % chacune pour les femmes et les hommes), du Centre-Sud et du Plateau Central (5 % pour chaque sexe et région) que les proportions sont les plus faibles. Enfin, dans la capitale Ouagadougou, résident 13 % de femmes et 15 % d’hommes. Le même tableau 3.1 présente également la répartition des hommes et des femmes selon le niveau de bien-être économique du ménage. On note que la proportion d’hommes vivant dans le quintile le plus riche est légèrement supérieure à celle des femmes (28 % contre 25 %) alors que dans le quintile le plus pauvre, on note l’inverse, la proportion de femmes étant légèrement supérieure à celle des hommes (18 % contre 16 %). 3.2. NIVEAU D’INSTRUCTION PAR CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES Les tableaux 3.2.1 et 3.2.2 présentent les données selon le niveau d’instruction atteint par les enquêtés. Les résultats sont présentés selon certaines caractéristiques sociodémographiques. La proportion de femmes n’ayant reçu aucune instruction est nettement plus élevée que celle des hommes (74 % contre 59 %). En outre, 5 % d’hommes contre 3 % de femmes ont achevé les 6 classes du niveau primaire. Les proportions de femmes et d’hommes qui ont dépassé le niveau primaire sont très faibles. Seulement 1 % des hommes et des femmes ont achevé un cycle secondaire et 3 % d’hommes contre 1 % de femmes ont atteint un niveau supérieur. Tableau 3.2.1 Niveau d'instruction: Femmes Répartition (en %) des femmes enquêtées en fonction du plus haut niveau d'instruction atteint, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Burkina Faso 2010 Caractéristique sociodémographique Plus haut niveau d'instruction atteint Total3 Effectif de femmes Sans instruction Primaire incomplet Primaire complet1 Secondaire incomplet Secondaire complet2 Supérieur Groupe d’âges 15-24 61,6 13,9 4,8 18,5 0,5 0,7 100,0 6 623 15-19 55,9 15,5 5,9 22,4 0,2 0,0 100,0 3 312 20-24 67,3 12,2 3,8 14,6 0,7 1,3 100,0 3 311 25-29 75,1 11,1 3,3 8,4 0,6 1,4 100,0 2 959 30-34 79,2 8,7 2,7 6,9 0,9 1,5 100,0 2 586 35-39 85,4 6,5 2,0 5,1 0,2 0,8 100,0 1 991 40-44 87,4 5,5 1,5 4,7 0,3 0,7 100,0 1 644 45-49 89,2 5,1 1,8 2,7 0,3 0,9 100,0 1 284 Résidence Ouagadougou 32,6 18,6 7,2 33,2 2,2 6,2 100,0 2 240 Autres villes 47,2 16,2 7,4 26,8 1,4 1,0 100,0 2 384 Ensemble urbain 40,1 17,4 7,3 29,9 1,8 3,5 100,0 4 624 Rural 86,5 7,6 1,9 3,9 0,0 0,0 100,0 12 463 Région Centre 37,4 18,1 6,9 30,1 1,9 5,4 100,0 2 556 Boucle du Mouhoun 80,1 10,2 3,2 6,4 0,1 0,0 100,0 1 766 Cascades 75,0 10,4 4,6 9,2 0,8 0,1 100,0 650 Centre-Est 80,5 8,7 2,7 7,6 0,3 0,1 100,0 1 251 Centre-Nord 87,1 6,8 1,4 4,5 0,1 0,0 100,0 1 195 Centre-Ouest 75,8 10,8 3,4 9,5 0,3 0,2 100,0 1 334 Centre-Sud 76,0 10,6 3,0 10,1 0,2 0,0 100,0 788 Est 89,0 4,9 1,4 4,4 0,1 0,1 100,0 1 469 Hauts Bassins 66,0 13,6 4,7 14,1 0,7 0,8 100,0 2 036 Nord 82,1 8,9 2,3 6,2 0,2 0,2 100,0 1 205 Plateau Central 82,6 6,7 2,9 7,5 0,1 0,2 100,0 811 Sahel 92,4 4,6 0,8 2,2 0,0 0,0 100,0 1 295 Sud-Ouest 83,4 7,8 1,9 6,9 0,0 0,0 100,0 730 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 92,2 5,3 1,0 1,4 0,0 0,0 100,0 2 996 Second 89,5 6,5 1,5 2,6 0,0 0,0 100,0 3 189 Moyen 86,6 8,2 1,9 3,1 0,0 0,0 100,0 3 252 Quatrième 76,8 12,2 3,5 7,2 0,1 0,0 100,0 3 395 Le plus riche 37,4 16,6 7,5 32,7 1,9 3,9 100,0 4 255 Ensemble 73,9 10,3 3,4 10,9 0,5 1,0 100,0 17 087 1 A achevé avec succès 6 classes du niveau primaire. 2 A achevé avec succès 7 classes du niveau secondaire. 3 Y compris les non déterminés. 36 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Tableau 3.2.2 Niveau d'instruction: Hommes Répartition (en %) des hommes enquêtés en fonction du plus haut niveau d'instruction atteint, selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Burkina Faso 2010 Caractéristique sociodémographique Plus haut niveau d'instruction atteint Total3 Effectif d'hommes Sans instruction Primaire incomplet Primaire complet1 Secondaire incomplet Secondaire complet2 Supérieur Groupe d’âges 15-24 45,6 18,7 5,8 26,6 0,8 2,3 100,0 2 472 15-19 45,0 19,0 6,3 29,3 0,1 0,2 100,0 1 437 20-24 46,5 18,3 5,2 22,9 1,7 5,4 100,0 1 035 25-29 57,2 15,4 7,1 13,9 1,8 4,5 100,0 952 30-34 62,4 15,6 4,8 11,3 2,0 3,9 100,0 940 35-39 66,7 14,2 4,0 11,6 1,4 2,1 100,0 795 40-44 77,5 10,7 2,6 6,7 1,0 1,6 100,0 713 45-49 81,0 8,2 3,7 4,2 0,4 2,4 100,0 628 Résidence Ouagadougou 19,9 22,2 8,3 34,4 2,7 12,5 100,0 977 Autres villes 32,4 17,4 7,1 34,3 3,6 5,3 100,0 970 Ensemble urbain 26,1 19,8 7,7 34,3 3,1 8,9 100,0 1 947 Rural 73,4 13,4 4,0 8,6 0,3 0,2 100,0 4 553 Région Centre 24,2 22,6 7,9 32,0 2,4 10,9 100,0 1 116 Boucle du Mouhoun 64,1 19,5 4,5 10,8 0,8 0,2 100,0 766 Cascades 60,2 12,1 7,1 18,4 1,5 0,8 100,0 249 Centre-Est 71,9 11,3 1,9 14,2 0,1 0,6 100,0 408 Centre-Nord 78,5 10,3 2,7 7,3 0,7 0,5 100,0 396 Centre-Ouest 53,3 19,2 6,9 17,3 1,7 1,6 100,0 465 Centre-Sud 63,7 15,1 5,4 14,1 0,9 0,8 100,0 318 Est 77,0 10,3 1,5 10,5 0,4 0,3 100,0 569 Hauts Bassins 50,9 16,1 6,3 20,9 2,0 3,7 100,0 768 Nord 62,7 14,4 6,8 14,3 0,7 0,9 100,0 387 Plateau Central 68,1 13,1 5,3 12,8 0,3 0,4 100,0 302 Sahel 85,7 8,3 1,3 3,8 0,2 0,7 100,0 490 Sud-Ouest 70,5 8,9 6,5 12,2 1,3 0,7 100,0 268 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 84,8 9,9 2,6 2,7 0,0 0,0 100,0 1 057 Second 76,9 13,8 2,6 6,6 0,1 0,0 100,0 1 231 Moyen 72,4 14,4 4,4 8,4 0,2 0,2 100,0 1 183 Quatrième 59,9 18,8 7,3 13,8 0,2 0,1 100,0 1 241 Le plus riche 22,8 17,9 7,2 38,2 4,0 9,9 100,0 1 788 Ensemble 15-49 59,3 15,3 5,1 16,3 1,2 2,8 100,0 6 500 50-59 81,1 9,2 3,2 3,6 0,8 2,0 100,0 807 Ensemble 15-59 61,7 14,7 4,9 14,9 1,1 2,7 100,0 7 307 1 A achevé avec succès 6 classes du niveau primaire. 2 A achevé avec succès 7 classes du niveau secondaire. 3 Y compris les non déterminés. Quel que soit le sexe, le niveau d’instruction augmente des générations les plus anciennes aux générations les plus récentes. En effet, la proportion de femmes sans niveau d’instruction varie avec l’âge, passant de 89 % pour celles de 45-49 ans à 56 % pour celles de 15-19 ans ; on note également que la proportion de femmes ayant un niveau d’instruction secondaire incomplet varie de 3 % chez celles de 45- 49 ans à 22 % chez celles de 15-19 ans. Chez les hommes, on note des écarts de même ampleur entre les générations puisque les proportions de ceux sans niveau d’instruction sont passées de 81 % parmi ceux de 50-59 ans à 45 % parmi ceux de 15-19 ans. En ce qui concerne le niveau secondaire ou plus, les proportions varient de 6 % parmi les hommes âgés de 50-59 ans à l’enquête à 30 % parmi les hommes de 15-19 ans. Par ailleurs, le niveau d’instruction des enquêtés varie en fonction du milieu de résidence. On constate, en effet, que les proportions d’hommes instruits sont plus élevées en milieu urbain (74 %) qu’en milieu rural (27 %). Chez les femmes, la proportion de celles qui sont instruites est de 60 % en milieu urbain contre 14 % en milieu rural. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 37 Les résultats selon les régions montrent qu’à l’exception du Centre, les proportions de femmes sans instruction sont partout élevées : d’un minimum de 66 % dans les Hauts Bassins à un maximum de 92 % dans le Sahel. Chez les hommes, c’est dans les régions du Sahel (86 %) et du Centre-Nord (79 %) que ces proportions sont les plus élevées. À l’opposé, dans le Centre (24 %) et dans une moindre mesure, dans la région du Centre-Ouest (53 %), ces proportions sont plus faibles. Les données de ces tableaux montrent que le niveau de bien-être économique du ménage influence le niveau d’instruction : en effet, les proportions de femmes et d’hommes sans instruction diminuent des ménages les plus pauvres aux plus riches, passant respectivement de 92 % à 37 % et de 85 % à 23 %. 3.3 ALPHABÉTISATION Au cours de l’enquête, en plus des questions posées sur la dernière classe achevée et le niveau d’instruction atteint par les enquêtés, on a demandé à ceux qui n’avaient aucun niveau d’instruction et à ceux qui avaient déclaré avoir atteint le niveau primaire, de lire une phrase rédigée dans une des langues officielles ou nationales et préparée par les agents enquêteurs. Quatre modalités ont été retenues : « peut lire toute la phrase », «peut lire une partie de la phrase », ou «ne peut pas lire du tout », « pas de cartes dans la langue de l’enquêté ». Les enquêtés ayant atteint le niveau secondaire ou plus ont été considérés d’office comme étant alphabétisés. Les résultats sont présentés au tableau 3.3.1 pour les femmes et au tableau 3.3.2 pour les hommes. Tableau 3.3.1 Alphabétisation: Femmes Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans par niveau d'instruction atteint et niveau d'alphabétisation et pourcentage de femmes alphabétisées selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Burkina Faso 2010 Caractéristique sociodémographique Secondaire ou supérieur Pas d'instruction ou niveau primaire Total Pourcentage de femmes alphabétisées Effectif de femmes Peut lire une phrase entière Peut lire une partie de la phrase Ne peut pas lire Pas de carte dans la langue de l'enquêtée/ Aveugle malvoyant/ Manquant Groupe d’âges 15-24 19,6 6,5 6,8 65,8 1,4 100,0 32,9 6 623 15-19 22,6 7,9 7,5 60,6 1,3 100,0 38,0 3 312 20-24 16,6 5,0 6,1 70,9 1,3 100,0 27,8 3 311 25-29 10,4 4,5 6,0 78,4 0,7 100,0 20,9 2 959 30-34 9,4 3,7 5,0 80,7 1,1 100,0 18,2 2 586 35-39 6,2 3,4 3,6 85,8 1,0 100,0 13,2 1 991 40-44 5,6 2,5 3,6 87,2 1,1 100,0 11,7 1 644 45-49 3,9 2,9 2,6 89,4 1,1 100,0 9,5 1 284 Résidence Ouagadougou 41,6 7,8 7,9 42,2 0,6 100,0 57,2 2 240 Autres villes 29,2 10,1 8,6 51,7 0,3 100,0 47,9 2 384 Ensemble urbain 35,2 9,0 8,2 47,1 0,5 100,0 52,4 4 624 Rural 3,9 3,1 4,3 87,2 1,3 100,0 11,4 12 463 Région Centre 37,5 7,4 7,9 46,7 0,4 100,0 52,8 2 556 Boucle du Mouhoun 6,4 3,7 4,7 83,3 1,8 100,0 14,8 1 766 Cascades 10,0 5,4 5,5 78,7 0,3 100,0 21,0 650 Centre-Est 8,0 3,4 4,6 82,3 1,8 100,0 16,0 1 251 Centre-Nord 4,6 3,2 5,2 86,8 0,1 100,0 13,0 1 195 Centre-Ouest 10,0 6,5 4,0 78,4 1,1 100,0 20,5 1 334 Centre-Sud 10,4 3,4 6,8 79,4 0,0 100,0 20,6 788 Est 4,6 3,0 4,7 87,4 0,4 100,0 12,3 1 469 Hauts Basins 15,6 7,7 7,1 69,6 0,1 100,0 30,4 2 036 Nord 6,6 4,6 4,9 84,0 0,0 100,0 16,0 1 205 Plateau Central 7,8 3,2 5,4 83,6 0,1 100,0 16,3 811 Sahel 2,3 1,4 2,5 87,2 6,6 100,0 6,1 1 295 Sud-Ouest 6,9 3,2 3,8 84,5 1,5 100,0 14,0 730 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 1,5 1,9 2,6 91,9 2,1 100,0 6,0 2 996 Second 2,6 2,6 3,3 90,3 1,3 100,0 8,4 3 189 Moyen 3,2 3,4 5,0 87,3 1,0 100,0 11,7 3 252 Quatrième 7,3 5,6 6,6 79,6 0,9 100,0 19,5 3 395 Le plus riche 38,5 8,6 8,3 44,1 0,6 100,0 55,3 4 255 Ensemble 12,4 4,7 5,4 76,4 1,1 100,0 22,5 17 087 38 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Les données des tableaux 3.3.1 et 3.3.2, indiquent qu’un peu plus de deux femmes sur dix (23 %) et un peu moins de quatre hommes sur dix (38 %) sont considérés comme étant alphabétisés. Tableau 3.3.2 Alphabétisation: Hommes Répartition (en %) des hommes de 15-49 ans par niveau d'instruction atteint et niveau d'alphabétisation et pourcentage d'hommes alphabétisés selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Burkina Faso 2010 Caractéristique sociodémographique Secondaire ou supérieur Pas d'instruction ou niveau primaire Total Pourcentage d’hommes alphabétisés Effectif d'hommes Peut lire une phrase entière Peut lire une partie de la phrase Ne peut pas lire Pas de carte dans la langue de l'enquêté/ Aveugle malvoyant/ Manquant Groupe d’âges 15-19 29,6 9,8 8,0 51.0 1,7 100,0 47,4 1 437 20-24 29,9 8,7 7,7 50,9 2.9 100,0 46,3 1 035 25-29 20,2 11,8 9,1 56,8 2.0 100,0 41,2 952 30-34 17,2 10,0 8,8 62,3 1.6 100,0 36,0 940 35-39 15,1 8,9 8,0 64,6 3.3 100,0 32,1 795 40-44 9,2 9,7 5,3 74,6 1.2 100,0 24,2 713 45-49 7,1 7,8 5,1 78,2 1.8 100,0 20,0 628 Résidence Ouagadougou 49,6 11,6 10,1 27,6 1.2 100,0 71,3 977 Autres villes 43,2 12,4 7,6 36,1 0.7 100,0 63,2 970 Ensemble urbain 46,4 12,0 8,8 31,9 0.8 100,0 67,2 1 947 Rural 9,1 8,6 7,1 72,5 2.5 100,0 24,9 4 553 Région Centre 45,4 11,5 10,0 32,1 0.9 100,0 66,9 1 116 Boucle du Mouhoun 11,8 9,2 8,4 68,8 1.8 100,0 29,4 766 Cascades 20,6 12,0 6,3 60,8 0.3 100,0 38,9 249 Centre-Est 15,0 6,8 8,0 69,5 0.8 100,0 29,7 408 Centre-Nord 8,5 4,5 8,1 78,6 0.3 100,0 21,1 396 Centre-Ouest 20,6 7,4 10,5 54,2 7.3 100,0 38,5 465 Centre-Sud 15,8 7,3 10,5 64,4 2.0 100,0 33,6 318 Est 11,1 12,9 4,4 70,9 0.7 100,0 28,4 569 Hauts Bassins 26,6 14,8 5,1 53,4 0.0 100,0 46,6 768 Nord 15,8 6,5 9,0 66,7 2.0 100,0 31,3 387 Plateau Central 13,5 9,0 6,3 68,1 3.1 100,0 28,8 302 Sahel 4,7 7,2 4,9 76,5 6.6 100,0 16,8 490 Sud-Ouest 14,1 7,7 6,0 68,5 3.7 100,0 27,9 268 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 2,7 6,6 5,0 82,2 3.5 100,0 14,3 1 057 Second 6,6 6,9 6,8 76,6 3.1 100,0 20,3 1 231 Moyen 8,8 8,6 7,4 73,7 1.6 100,0 24,8 1 183 Quatrième 14,0 12,8 10,6 61,2 1.4 100,0 37,5 1 241 Le plus riche 52,1 11,8 7,9 26,9 1.4 100,0 71,8 1 788 Ensemble 15-49 20,3 9,6 7,6 60,3 2.0 100,0 37,6 6 500 50-59 6,5 7,1 4,6 79,6 2.2 100,0 18,2 807 Ensemble 15-59 18,8 9,4 7,3 62,5 2.1 100,0 35,5 7 307 Les proportions de femmes et d’hommes alphabétisés varient sensiblement selon le milieu de résidence (graphique 3.1). En milieu urbain, 52 % des femmes et 67 % des hommes sont alphabétisés contre respectivement 11 % et 25 % en milieu rural. L’examen des résultats selon les régions met en évidence des disparités spatiales de l’alphabétisation, avec des écarts importants en fonction du genre. Les écarts entre régions sont particulièrement importants chez les femmes puisqu’on passe d’un minimum de 6 % d’alphabétisées dans le Sahel à un maximum de 53 % dans le Centre. Chez les hommes, les proportions d’alphabétisés varient d’un minimum de 17 % au Sahel à 67 % au Centre. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 39 Concernant les quintiles du bien-être, les proportions de femmes et d’hommes qui sont alphabétisés augmentent, comme il fallait s’y attendre, des ménages les plus pauvres aux plus riches. Par exemple, le pourcentage de femmes alphabétisées passe de 6 % parmi celles dont le ménage appartient au quintile le plus pauvre à 55 % parmi celles dont le ménage est classé dans le quintile le plus riche. Pour les hommes, le pourcentage pour ces deux catégories passe de 14 % à 72 %. 3.4 EXPOSITION AUX MÉDIA Les données relatives à l’exposition des femmes et des hommes aux média sont particulièrement importantes pour la mise en place de programmes d'éducation et de diffusion d'informations dans tous les domaines, notamment dans ceux de la santé et de la planification familiale. Lors de l’EDSBF-MICS IV, on a demandé aux enquêtés si, au moins une fois par semaine, ils écoutaient la radio et la télévision et s’ils lisaient des journaux ou magazines. Les tableaux 3.4.1 et 3.4.2 présentent ces données. Tableau 3.4.1 Exposition aux média: Femmes Pourcentage de femmes de 15-49 ans qui, habituellement, lisent un journal, regardent la télévision et/ou écoutent la radio au moins une fois par semaine, selon certaines caractéristiques sociodémographiques Burkina Faso 2010 Caractéristique sociodémographique Lit un journal, au moins, une fois par semaine Regarde la télévision, au moins, une fois par semaine Écoute la radio, au moins, une fois par semaine Les trois média, au moins, une fois par semaine Aucun média, au moins, une fois par semaine Effectif de femmes Groupe d’âges 15-19 6,7 28,9 42,5 3,6 44,9 3 312 20-24 6,1 23,4 47,4 3,6 44,9 3 311 25-29 5,0 19,5 47,7 3,6 46,8 2 959 30-34 4,2 18,3 44,0 2,4 50,3 2 586 35-39 3,2 14,4 46,2 2,2 50,8 1 991 40-44 3,9 13,9 43,0 2,8 52,8 1 644 45-49 2,5 12,6 43,8 1,8 53,5 1 284 Résidence Ouagadougou 20,5 64,4 59,1 13,6 18,4 2 240 Autres villes 10,2 50,1 53,5 6,9 30,2 2 384 Ensemble urbain 15,2 57,0 56,3 10,2 24,5 4 624 Rural 1,1 6,6 41,1 0,4 56,9 12 463 Région Centre 18,3 57,9 57,1 12,2 22,8 2 556 Ouagadougou 20,5 64,4 59,1 13,6 18,4 2 240 Centre (Sans Ouaga.) 2,7 11,7 42,6 1,9 54,2 316 Boucle du Mouhoun 2,5 17,9 27,4 1,4 66,2 1 766 Cascades 4,4 15,9 51,3 2,5 44,2 650 Centre-Est 3,3 9,9 39,2 2,2 58,2 1 251 Centre-Nord 1,6 3,6 43,7 0,8 55,5 1 195 Centre-Ouest 2,9 11,8 46,2 1,3 50,2 1 334 Centre-Sud 3,7 6,7 47,8 0,8 49,4 788 Est 1,0 5,9 51,6 0,5 46,0 1 469 Hauts Bassins 5,1 39,9 47,2 3,4 40,9 2 036 Nord 2,1 10,6 45,4 1,4 50,8 1 205 Plateau Central 2,3 5,4 50,4 0,8 48,4 811 Sahel 0,3 3,9 39,3 0,2 58,8 1 295 Sud-Ouest 1,0 8,4 34,5 0,7 63,1 730 Niveau d'instruction Aucun 0,1 9,7 41,3 0,0 55,5 12 633 Primaire 5,5 34,4 50,5 2,5 38,0 2 329 Secondaire ou plus 33,4 67,3 62,6 21,7 15,6 2 116 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 0,4 2,1 32,3 0,0 67,0 2 996 Second 0,5 2,9 37,9 0,1 61,2 3 189 Moyen 0,7 3,6 43,8 0,1 55,3 3 252 Quatrième 2,2 11,8 46,4 0,6 49,0 3 395 Le plus riche 16,8 65,4 59,8 11,5 18,9 4 255 Ensemble1 4,9 20,2 45,2 3,0 48,1 17 087 1 Y compris 9 femmes dont le niveau d’instruction est indéterminé. 40 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Tableau 3.4.2 Exposition aux média: Hommes Pourcentage d'hommes de 15-49 ans qui, habituellement, lisent un journal, regardent la télévision et/ou écoutent la radio au moins une fois par semaine, selon certaines caractéristiques sociodémographiques Burkina Faso 2010 Caractéristique sociodémographique Lit un journal, au moins, une fois par semaine Regarde la télévision, au moins, une fois par semaine Écoute la radio, au moins, une fois par semaine Les trois média, au moins, une fois par semaine Aucun média, au moins, une fois par semaine Effectif d'hommes Groupe d’âges 15-19 8,8 28,7 51,0 3,7 38,8 1 437 20-24 13,4 38,3 70,5 8,2 22,8 1 035 25-29 11,9 33,1 71,2 7,5 23,0 952 30-34 12,1 30,7 71,6 8,6 23,9 940 35-39 9,6 27,4 70,9 6,2 25,1 795 40-44 8,4 21,2 72,2 4,9 24,4 713 45-49 7,5 17,9 70,1 4,4 26,4 628 Résidence Ouagadougou 28,1 67,3 76,3 20,7 11,2 977 Autres villes 20,1 61,3 70,0 14,6 16,7 970 Ensemble urbain 24,1 64,3 73,1 17,7 14,0 1 947 Rural 4,5 14,1 63,9 1,3 33,1 4 553 Région Centre 25,3 63,4 75,5 18,6 13,2 1 116 Boucle du Mouhoun 10,4 22,5 72,7 5,0 25,6 766 Cascades 8,3 24,3 80,3 4,9 16,4 249 Centre-Est 4,5 19,1 69,2 3,0 27,6 408 Centre-Nord 3,5 8,6 67,7 2,4 32,0 396 Centre-Ouest 12,2 27,4 49,5 2,7 32,8 465 Centre-Sud 2,1 15,1 40,6 1,7 58,0 318 Est 6,8 14,3 71,0 2,4 26,4 569 Hauts Bassins 10,4 43,1 61,7 7,0 29,8 768 Nord 4,5 27,9 51,4 2,3 37,3 387 Plateau Central 5,9 14,2 77,1 1,5 21,4 302 Sahel 2,7 11,6 61,7 2,0 37,2 490 Sud-Ouest 11,5 17,2 79,1 5,4 17,7 268 Niveau d'instruction Aucun 0,7 14,5 63,6 0,1 33,4 3 851 Primaire 8,7 35,5 66,6 3,4 26,1 1 328 Secondaire ou plus 40,4 65,5 75,6 26,8 10,9 1 319 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 1,9 4,5 54,0 0,0 44,6 1 057 Second 3,6 8,7 64,8 1,0 32,7 1 231 Moyen 4,2 13,2 65,0 0,8 32,0 1 183 Quatrième 7,3 26,1 67,9 3,0 26,4 1 241 Le plus riche 26,4 70,4 75,6 19,2 11,0 1 788 Ensemble 15-491 10,4 29,1 66,6 6,2 27,3 6 500 50-59 6,2 14,3 66,7 4,4 30,9 807 Ensemble 15-591 9,9 27,5 66,6 6,0 27,7 7 307 1 Y compris 1 homme dont le niveau d’instruction est indéterminé. Il ressort des résultats que les hommes sont plus exposés que les femmes aux média. En effet, 48 % des femmes et 27 % des hommes n’ont été exposés à aucun média. Seulement 6 % des hommes et 3 % des femmes ont été exposés aux trois média au moins une fois par semaine. De tous les médias, la radio est celui qui est le plus écouté : en effet, 45 % des femmes et 67 % des hommes ont déclaré l’écouter au moins, une fois par semaine. La télévision vient en seconde position : elle est regardée, au moins, une fois par semaine par deux femmes sur dix (20 %) et par près de trois hommes sur dix (29 %). Les hommes ont déclaré plus fréquemment que les femmes qu’ils lisaient des journaux : seulement 5 % des femmes contre 10 % des hommes ont déclaré lire un journal au moins une fois par semaine. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 41 Les résultats selon le milieu de résidence font apparaître des différences importantes. En milieu rural, près de six femmes sur dix ne sont exposées à aucun média (57 %) contre un quart des femmes (25 %) en milieu urbain. Chez les hommes, l’écart est également important, la proportion variant de 33 % en milieu rural à 14 % en milieu urbain. Les résultats selon les régions mettent également en évidence des disparités : la proportion de femmes n'ayant accès à aucun média est plus faible dans les régions de Ouagadougou (18 %), du Centre (23 %), des Hauts Bassins (41 %) et des Cascades (44 %) que dans celles de la Boucle du Mouhoun (66 %), du Sud-Ouest (63 %), du Sahel (59 %), du Centre-Est (58 %) et du Centre-Nord (56 %). Chez les hommes, la proportion de ceux qui n’ont été exposés à aucun média varie de 13 % dans la région du Centre à 58 % dans celle du Centre-Sud. En outre, on observe une influence très nette de l’instruction sur le niveau d’exposition aux médias. Que ce soit chez les femmes ou chez les hommes, ceux ayant le niveau secondaire ou plus sont les plus fréquemment exposés aux trois média : 22 % des femmes et 27 % des hommes contre seulement 3 % des femmes et 3 % des hommes ayant le niveau d’instruction primaire. Parmi les femmes sans instruction, 56 % ne sont exposées à aucun média. Chez les hommes, cette proportion est de 33 %. De même que pour le niveau d’instruction, on observe une relation positive entre le niveau de bien-être du ménage et l’exposition aux média. Les hommes et les femmes vivant dans les ménages les plus riches sont les plus fréquemment exposés aux trois médias : 12 % des femmes et 19 % des hommes. Par contre dans les ménages les plus pauvres, cette proportion est insignifiante, que ce soit pour les femmes ou pour les hommes. 3.5. ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE 3.5.1 Emploi des femmes Lors de l’EDSBF-MICS IV, des questions relatives à l’emploi ont été posées aux hommes et aux femmes. Précisons que les hommes et les femmes qui ont déclaré avoir eu, au cours des douze mois ayant précédé l’enquête, une activité rémunérée ou non, indépendamment du secteur d’activité, ont été considérés comme actifs. Les résultats sont présentés aux tableaux 3.5.1 et 3.5.2. 42 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Tableau 3.5.1 Emploi: Femmes Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans en fonction du fait qu'elles travaillent ou non et selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Burkina Faso 2010 Caractéristique sociodémographique A travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête N'a pas travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête Total Effectif de femmes Travaille actuellement1 Ne travaille pas actuellement Groupe d’âges 15-19 63,9 5,6 30,5 100,0 3 312 20-24 69,6 4,1 26,3 100,0 3 311 25-29 76,9 4,3 18,8 100,0 2 959 30-34 79,8 3,8 16,4 100,0 2 586 35-39 80,4 4,2 15,4 100,0 1 991 40-44 81,9 4,2 13,9 100,0 1 644 45-49 84,0 3,7 12,3 100,0 1 284 État matrimonial Célibataire 61,8 5,9 32,3 100,0 2 991 En union 77,5 4,1 18,5 100,0 13 563 Divorcée/séparée/veuve 80,5 4,2 15,3 100,0 531 Nombre d'enfants vivants 0 62,4 5,6 32,1 100,0 3 978 1-2 74,5 3,7 21,8 100,0 4 806 3-4 80,7 4,3 15,0 100,0 4 221 5+ 81,2 4,1 14,7 100,0 4 082 Résidence Ouagadougou 59,5 5,4 35,1 100,0 2 240 Autres villes 66,7 3,3 30,0 100,0 2 384 Ensemble urbain 63,2 4,3 32,4 100,0 4 624 Rural 79,1 4,4 16,5 100,0 12 463 Région Centre 59,8 5,3 34,8 100,0 2 556 Boucle du Mouhoun 74,1 6,6 19,2 100,0 1 766 Cascades 84,5 3,2 12,2 100,0 650 Centre-Est 77,0 3,3 19,8 100,0 1 251 Centre-Nord 88,9 2,1 9,0 100,0 1 195 Centre-Ouest 87,5 2,7 9,8 100,0 1 334 Centre-Sud 87,4 5,6 7,0 100,0 788 Est 83,2 4,6 12,0 100,0 1 469 Hauts Bassins 78,7 0,9 20,5 100,0 2 036 Nord 67,9 8,9 23,2 100,0 1 205 Plateau Central 93,4 2,7 3,8 100,0 811 Sahel 33,8 8,2 58,0 100,0 1 295 Sud-Ouest 92,3 1,3 6,4 100,0 730 Niveau d'instruction Aucun 78,5 4,1 17,4 100,0 12 633 Primaire 74,1 4,8 21,1 100,0 2 329 Secondaire ou plus 53,9 5,5 40,5 100,0 2 116 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 74,4 5,0 20,7 100,0 2 996 Second 78,3 4,8 16,9 100,0 3 189 Moyen 81,2 3,9 14,8 100,0 3 252 Quatrième 80,8 4,5 14,6 100,0 3 395 Le plus riche 62,7 3,9 33,3 100,0 4 255 Ensemble 74,8 4,4 20,8 100,0 17 087 1 « Travaille actuellement » concerne les femmes qui ont travaillé au cours des sept derniers jours, y compris celles qui n’ont pas travaillé au cours des sept derniers jours mais qui ont un emploi régulier et qui étaient absentes parce qu’elles étaient en congé, malades, en vacances ou pour d’autres raisons. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 43 Tableau 3.5.2 Emploi: Hommes Répartition (en %) des hommes de 15-49 ans en fonction du fait qu'ils travaillent ou non et selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Burkina Faso 2010 Caractéristique sociodémographique A travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête N'a pas travaillé au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête Total Effectif d'hommes Travaille actuellement1 Ne travaille pas actuellement Groupe d’âges 15-19 84,9 2,9 12,2 100,0 1 437 20-24 85,7 4,3 10,0 100,0 1 035 25-29 94,7 3,0 2,3 100,0 952 30-34 98,2 1,1 0,8 100,0 940 35-39 98,8 1,2 0,0 100,0 795 40-44 98,5 1,4 0,1 100,0 713 45-49 97,2 2,3 0,5 100,0 628 État matrimonial Célibataire 84,7 3,9 11,4 100,0 2 497 En union 97,8 1,5 0,7 100,0 3 867 Divorcé/séparé/veuf 95,9 2,5 1,6 100,0 136 Résidence Ouagadougou 75,0 8,6 16,4 100,0 977 Autres villes 87,0 2,7 10,3 100,0 970 Ensemble urbain 81,0 5,6 13,4 100,0 1 947 Rural 97,8 1,1 1,1 100,0 4 553 Région Centre 76,2 7,9 15,8 100,0 1 116 Boucle du Mouhoun 98,6 1,1 0,4 100,0 766 Cascades 99,2 0,8 0,0 100,0 249 Centre-Est 94,4 1,6 4,0 100,0 408 Centre-Nord 98,2 0,2 1,5 100,0 396 Centre-Ouest 95,7 3,3 1,0 100,0 465 Centre-Sud 96,4 2,8 0,8 100,0 318 Est 97,4 1,2 1,4 100,0 569 Hauts Bassins 89,2 0,4 10,4 100,0 768 Nord 96,5 2,2 1,3 100,0 387 Plateau Central 96,3 2,4 1,2 100,0 302 Sahel 98,4 0,5 1,1 100,0 490 Sud-Ouest 99,6 0,0 0,4 100,0 268 Niveau d'instruction Aucun 98,5 1,0 0,5 100,0 3 851 Primaire 94,7 2,7 2,6 100,0 1 328 Secondaire ou plus 74,1 6,3 19,6 100,0 1 319 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 98,8 0,7 0,4 100,0 1 057 Second 98,1 1,3 0,6 100,0 1 231 Moyen 98,0 0,7 1,3 100,0 1 183 Quatrième 95,6 1,6 2,7 100,0 1 241 Le plus riche 80,0 6,0 14,0 100,0 1 788 Ensemble 15-492 92,8 2,4 4,8 100,0 6 500 50-59 96,1 1,6 2,3 100,0 807 Ensemble 15-592 93,1 2,4 4,5 100,0 7 307 1 "Travaille actuellement" concerne les hommes qui ont travaillé au cours des sept derniers jours. Y compris ceux qui n'avaient pas travaillé au cours des sept derniers jours mais qui ont un emploi régulier et qui étaient absents parce qu'ils étaient en congé, malades ou en vacances ou pour d'autres raisons. 2 Y compris 1 homme dont le niveau d’instruction est indéterminé. 44 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Parmi les femmes enquêtées, 79 % avaient effectué un travail quelconque au cours des 12 mois ayant précédé l’enquête ; la grande majorité (75 %) avait travaillé au cours des sept derniers jours avant l’enquête (tableau 3.5.1). Le pourcentage de femmes qui avaient travaillé au cours des sept derniers jours augmente régulièrement avec l’âge, passant d’un minimum de 64 % à 15-19 ans à un maximum de 84 % à 45-49 ans. Du point de vue de l’état matrimonial, les résultats montrent que les femmes en rupture d’union (81 %) et celles en union (78 %), étaient proportionnellement plus nombreuses que les célibataires (62 %) à avoir travaillé récemment. Le nombre d’enfants vivants influence également l’activité économique de la femme. Plus le nombre d’enfants vivants augmente, plus la proportion de femmes exerçant une activité augmente : de 62 % quand celles-ci n’ont pas d’enfants, la proportion passe à 81 % quand elles en ont 5 ou plus. Les proportions de femmes qui travaillaient au cours des sept jours ayant précédé l’enquête varient selon le milieu de résidence (63 % en milieu urbain, en particulier 60 % à Ouagadougou, contre 79 % en milieu rural). Les différences selon les régions sont également importantes puisque la proportion de femmes ayant travaillé au cours des sept derniers jours avant l’enquête varie d’un minimum de 34 % au Sahel à des maximums de 92 % au Sud-Ouest et 93 % dans la région du Plateau Central. L’instruction semble avoir une influence mitigée sur le niveau d’activité des femmes puisque la proportion de femmes qui travaillaient est de 79 % parmi celles sans instruction et de 74 % parmi celles ayant un niveau primaire et de seulement 54 % parmi les plus instruites. L’analyse selon les quintiles de bien-être économique indique que c’est dans les ménages classés dans le quintile le plus riche que la proportion de femmes récemment actives est la plus faible (63 % contre un maximum de 81 % dans les ménages du quintile moyen). 3.5.2 Emploi des hommes Les résultats concernant les hommes de 15-49 ans montrent qu’ils étaient proportionnellement plus nombreux que les femmes à travailler au cours des sept jours ayant précédé l’enquête (93 % contre 75 %). Comme chez les femmes, le pourcentage d’hommes qui travaillaient récemment augmente avec l’âge, passant de 85 % à 15-19 ans à un maximum de 99 % à 35-39 ans et 40-44 ans. Du point de vue de l’état matrimonial, les résultats montrent que les hommes en union et ceux en rupture d’union étaient, proportionnellement, les plus nombreux à travailler au cours des sept jours avant l’enquête (respectivement, 98 % et 96 %). Par rapport au milieu de résidence, on note que, comme chez les femmes, c’est en milieu rural que la proportion d’hommes qui travaillaient est la plus élevée (98 %) et à Ouagadougou qu’elle est la plus faible (75 %). Concernant le niveau d’instruction, les résultats montrent que les hommes sans niveau d’instruction et ceux de niveau primaire étaient proportionnellement plus nombreux à travailler (respectivement 99 % et 95 %) que ceux ayant un niveau secondaire ou plus (74 %). Enfin, les résultats selon les quintiles font apparaître une tendance similaire à celle constatée chez les femmes, à savoir que la proportion d’hommes ayant travaillé récemment diminue des ménages les plus pauvres aux plus riches variant de 99 % à 80 %. 3.5.3 Occupation des femmes Le tableau 3.6.1 présente les résultats sur le type d’occupation des femmes. Il en ressort que parmi celles qui exerçaient une activité au cours des douze derniers mois ayant précédé l'enquête, plus d’une femme sur quatre (27 %) travaillaient dans le secteur des ventes et services et près de six femmes sur 10 (57 %) dans l’agriculture. Les proportions en fonction des autres types d’occupation sont faibles, 9 % d’entre elles exerçaient un travail manuel qualifié et seulement 2 % exerçaient un emploi de cadre ou une activité professionnelle technique. Le nombre d’enfants influence peu l’occupation des femmes. Par contre, les résultats selon l’état matrimonial montrent que les veuves, séparées ou divorcées sont proportionnellement plus nombreuses à travailler en tant que cadre ou technicienne (3 %) ou dans les ventes et services (37 %) que les autres catégories matrimoniales; on note aussi que parmi ces femmes, Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 45 13 % occupaient un emploi de travailleur manuel qualifié. Parmi les femmes en union, plus de six sur dix travaillaient dans le secteur agricole (61 %). Tableau 3.6.1 Occupation: Femmes Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans ayant eu un emploi au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête par type d'occupation selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Burkina Faso 2010 Caractéristique sociodémographique Cadre/ technicienne/ direction Employée Ventes et services Manuel qualifié Manuel non qualifié Employée de maison Agriculture Autres/NSP/ Manquant Total Effectif de femmes Groupe d’âges 15-19 0,1 0,0 22,7 7,4 0,1 6,7 55,2 7,7 100,0 2 301 20-24 1,0 0,7 28,8 8,4 0,4 1,5 55,8 3,5 100,0 2 439 25-29 1,7 1,3 28,2 8,1 0,2 0,5 57,9 2,0 100,0 2 401 30-34 2,8 1,5 26,6 8,7 0,4 0,4 57,3 2,1 100,0 2 162 35-39 2,1 0,8 28,9 8,1 0,1 0,4 58,1 1,5 100,0 1 686 40-44 1,5 1,4 25,3 10,2 0,3 0,4 59,2 1,6 100,0 1 415 45-49 1,5 1,5 24,0 10,9 0,4 0,2 60,0 1,5 100,0 1 126 État matrimonial Célibataire 1,8 1,0 25,8 9,0 0,3 8,8 41,8 11,4 100,0 2 025 En union 1,4 0,8 26,3 8,3 0,2 0,4 61,0 1,6 100,0 11 055 Divorcée/séparée/ veuve 2,6 4,1 36,9 13,4 1,0 2,1 35,9 4,0 100,0 450 Nombre d'enfants vivants 0 1,7 1,4 26,3 9,3 0,3 6,9 45,2 8,8 100,0 2 703 1-2 2,6 1,4 29,4 7,7 0,3 0,6 55,7 2,4 100,0 3 756 3-4 1,4 1,0 26,7 8,1 0,3 0,3 60,8 1,4 100,0 3 589 5+ 0,3 0,2 23,5 9,6 0,3 0,3 64,8 1,2 100,0 3 482 Résidence Ouagadougou 6,5 5,8 56,4 10,1 1,8 10,5 1,8 7,1 100,0 1 455 Autres villes 4,0 1,9 51,3 11,5 0,5 3,3 21,7 5,9 100,0 1 669 Ensemble urbain 5,2 3,7 53,7 10,9 1,1 6,6 12,4 6,4 100,0 3 124 Rural 0,4 0,2 18,4 7,9 0,0 0,2 70,8 2,1 100,0 10 407 Région Centre 5,9 5,1 53,4 10,1 1,7 9,4 7,8 6,6 100,0 1 666 Boucle du Mouhoun 0,6 0,4 32,9 8,6 0,0 0,3 54,3 2,9 100,0 1 426 Cascades 0,8 0,2 25,7 3,3 0,2 0,2 67,2 2,3 100,0 570 Centre-Est 1,0 0,5 21,7 6,2 0,2 0,5 66,9 3,1 100,0 1 004 Centre-Nord 0,5 0,2 15,4 3,6 0,0 0,1 77,9 2,4 100,0 1 087 Centre-Ouest 1,2 0,2 21,1 10,0 0,1 0,5 65,8 1,0 100,0 1 203 Centre-Sud 0,8 0,4 26,2 4,1 0,0 0,5 64,7 3,3 100,0 733 Est 0,9 0,4 20,2 3,5 0,0 0,4 73,0 1,7 100,0 1 290 Hauts Bassins 1,3 0,9 28,6 6,4 0,2 2,1 59,2 1,2 100,0 1 619 Nord 1,1 0,2 12,1 3,2 0,0 0,4 80,5 2,4 100,0 925 Plateau Central 0,6 0,4 21,5 4,6 0,0 0,3 69,2 3,5 100,0 780 Sahel 0,8 0,3 17,1 18,0 0,0 0,2 51,9 11,6 100,0 543 Sud-Ouest 0,3 0,1 23,2 42,6 0,2 0,4 31,4 1,8 100,0 684 Niveau d'instruction Aucun 0,1 0,0 23,6 7,9 0,1 1,4 65,6 1,3 100,0 10 431 Primaire 0,3 0,6 38,7 12,7 0,9 3,6 39,1 4,2 100,0 1 838 Secondaire ou plus 14,7 9,3 33,8 8,2 0,6 1,6 15,4 16,5 100,0 1 258 Quintiles de bien- être économique Le plus pauvre 0,1 0,0 15,2 13,0 0,0 0,2 68,7 2,8 100,0 2 377 Second 0,0 0,1 16,4 7,8 0,0 0,2 74,2 1,4 100,0 2 650 Moyen 0,1 0,0 18,1 5,7 0,0 0,3 73,9 1,9 100,0 2 768 Quatrième 0,4 0,2 27,6 7,6 0,3 0,6 60,6 2,8 100,0 2 899 Le plus riche 6,5 4,4 52,8 9,5 1,0 6,8 12,5 6,6 100,0 2 836 Ensemble1 1,5 1,0 26,6 8,6 0,3 1,7 57,3 3,1 100,0 13 530 1 Y compris 4 femmes dont le niveau d’instruction est indéterminé. Dans les régions, on note qu’à l’exception des régions du Centre, de Ouagadougou et du Sud- Ouest, au moins la moitié des femmes sont occupées dans l’agriculture. Dans certaines régions comme le Nord et le Centre-Nord, ces proportions sont respectivement de 81 % et 78 %. En ce qui concerne le niveau d’instruction, les résultats montrent que parmi les femmes sans instruction, 66 % étaient occupées dans l’agriculture contre 39 % parmi celles de niveau primaire et 15 % parmi celles de niveau secondaire ou plus. 46 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés Les résultats selon les quintiles montrent que plus le ménage est riche, moins la femme est occupée dans des activités agricoles (69 % pour le quintile le plus pauvre contre 13 % pour le plus riche). À l’opposé, moins le ménage est riche et moins la femme est occupée dans les ventes et services (15 % pour le quintile le plus pauvre contre 53 % pour le plus riche). 3.5.4 Occupation des hommes Le tableau 3.6.2 présente les résultats sur l’occupation des hommes. Il en ressort que parmi les hommes qui exerçaient une activité au cours des 12 mois précédant l’enquête, environ un sur dix (12 %) travaillaient dans le secteur des ventes et services et plus de six hommes sur dix (63 %) dans l’agriculture. Un pourcentage assez faible d’hommes (4 %) exerçait un emploi de cadre ou une activité professionnelle technique. En outre, les résultats selon les différentes caractéristiques sociodémographiques mettent en évidence les mêmes variations que celles déjà constatées chez les femmes. Tableau 3.6.2 Occupation: Hommes Répartition (en %) des hommes de 15-49 ans ayant eu un emploi au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête par type d'occupation selon certaines caractéristiques sociodémographiques, Burkina Faso 2010 Caractéristique sociodémographique Cadre/ technicien/ direction Employé Ventes et services Manuel qualifié Manuel non qualifié Agriculture Autres/NSP/ Manquant Total Effectif d'hommes Groupe d’âges 15-19 0,1 0,4 6,8 8,7 0,3 66,4 17,2 100,0 1 262 20-24 2,3 1,8 12,4 13,7 0,7 58,1 10,9 100,0 932 25-29 5,3 2,5 17,1 14,3 2,4 52,9 5,5 100,0 930 30-34 6,8 2,8 15,7 10,6 1,1 58,9 4,0 100,0 932 35-39 6,8 2,2 10,7 13,0 0,9 63,2 3,1 100,0 795 40-44 4,6 2,6 12,4 5,3 1,0 72,1 2,0 100,0 712 45-49 4,6 1,7 7,6 5,1 0,6 77,6 2,7 100,0 625 État matrimonial Célibataire 2,3 1,4 10,2 12,8 0,9 57,4 14,9 100,0 2 213 En union 5,1 2,2 12,6 8,9 1,0 66,9 3,3 100,0 3 841 Divorcé/séparé/veuf 3,4 2,4 14,1 12,5 3,1 60,1 4,4 100,0 134 Résidence Ouagadougou 11,2 5,5 28,0 32,4 4,5 4,1 14,1 100,0 817 Autres villes 9,9 5,4 23,6 17,8 2,1 25,8 15,3 100,0 870 Ensemble urbain 10,5 5,4 25,7 24,9 3,2 15,3 14,7 100,0 1 687 Rural 1,6 0,6 6,5 4,9 0,1 81,4 4,8 100,0 4 501 Région Centre 10,1 5,2 27,0 29,6 4,0 10,8 13,1 100,0 939 Boucle du Mouhoun 2,3 0,7 4,3 1,9 0,2 86,4 4,2 100,0 764 Cascades 5,9 2,7 8,4 10,9 0,3 60,1 11,7 100,0 249 Centre-Est 3,1 0,4 8,6 9,5 0,1 74,0 4,3 100,0 392 Centre-Nord 2,5 0,6 6,2 6,6 0,1 80,2 3,8 100,0 390 Centre-Ouest 2,3 2,4 8,9 5,1 0,9 72,8 7,6 100,0 460 Centre-Sud 4,2 0,4 8,6 6,9 0,1 68,1 11,7 100,0 315 Est 1,6 0,4 6,1 3,2 0,3 80,8 7,6 100,0 561 Hauts Bassins 5,9 4,1 13,7 10,4 1,1 62,1 2,7 100,0 687 Nord 2,2 0,5 18,0 8,8 0,4 59,6 10,5 100,0 381 Plateau Central 2,2 0,4 8,7 5,4 0,5 72,1 10,6 100,0 298 Sahel 2,0 0,9 11,7 13,4 0,5 68,3 3,2 100,0 484 Sud-Ouest 1,7 1,4 5,6 3,6 0,9 76,6 10,1 100,0 267 Niveau d'instruction Aucun 0,9 0,5 10,1 7,0 0,4 79,7 1,3 100,0 3 833 Primaire 1,8 2,3 15,8 19,4 2,3 51,8 6,7 100,0 1 293 Secondaire ou plus 18,4 6,5 13,0 11,8 1,4 18,3 30,7 100,0 1 061 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 0,2 0,3 2,8 2,5 0,0 91,6 2,6 100,0 1 052 Second 0,4 0,3 4,2 3,9 0,2 86,8 4,2 100,0 1 223 Moyen 0,5 0,5 7,4 6,0 0,5 79,5 5,7 100,0 1 168 Quatrième 1,5 0,9 13,7 11,9 1,4 63,9 6,8 100,0 1 208 Le plus riche 14,4 6,3 25,7 23,0 2,4 12,7 15,3 100,0 1 537 Ensemble 15-491 4,1 1,9 11,8 10,4 1,0 63,4 7,5 100,0 6 188 50-59 3,9 1,5 5,3 6,8 0,7 80,4 1,5 100,0 788 Ensemble 15-591 4,0 1,9 11,0 10,0 1,0 65,3 6,8 100,0 6 976 1 Y compris 1 homme dont le niveau d’instruction est indéterminé. Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés • 47 3.5.5 Type d’emploi et type de revenu des femmes Le tableau 3.7 présente la répartition des femmes ayant exercé un emploi au cours des 12 mois précédant l’enquête par type de revenus, type d’employeur et selon la régularité de l’emploi. Dans l’ensemble, un peu plus du tiers (36 %) ont été payées en argent seulement, dans 10 % des cas, les femmes ont été payées en argent et en nature et, dans une proportion moindre, en nature seulement (9 %). Enfin, 45 % des femmes n’ont reçu aucune rémunération en échange de leur travail. Les femmes travaillant ou ayant travaillé dans le secteur non agricole ont été plus fréquemment payées en argent (82 %) que celles qui ont exercé une activité dans le domaine agricole (5 %). En outre, sept femmes sur dix (70 %) employées dans l’agriculture n’ont pas été payées pour leur travail contre 8 % de celles qui ont travaillé dans un autre domaine. Tableau 3.7 Type d'emploi: Femmes Répartition (en %) des femmes de 15-49 ans ayant eu un emploi au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête selon le type de rémunération, le type d'employeur et selon la régularité de l'emploi, par secteur agricole et non-agricole, Burkina Faso 2010 Caractéristique de l'emploi Travail agricole Travail non agricole Ensemble Type de revenu Argent seulement 4,5 81,6 36,1 Argent et en nature 11,3 9,3 10,3 En nature seulement 14,5 1,0 8,8 Pas rémunérée 69,6 8,0 44,7 Total 100,0 100,0 100,0 Type d'employeur Employée par un membre de la famille 69,6 8,6 43,7 Employée par quelqu'un qui n'est pas membre de la famille 2,5 11,0 6,1 Travaille à son propre compte 27,9 80,4 50,2 Total 100,0 100,0 100,0 Régularité de l'emploi Toute l'année 1,5 57,8 24,9 Saisonnier 96,8 21,5 65,6 Occasionnel 1,7 20,6 9,4 Total 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes ayant eu un emploi au cours des 12 derniers mois 7 753 5 355 13 530 De plus, dans la moitié des cas (50 %), les femmes ont déclaré travailler pour leur propre compte ; Cette proportion varie de 28 % quand le travail est effectué dans le domaine agricole à 80 % quand il est exercé dans un autre domaine. Dans le secteur agricole, les femmes ont été, en proportion, plus nombreuses à travailler pour un membre de la famille que dans le secteur non agricole (70 % contre 9 %). Enfin, les résultats montrent que dans 25 % des cas, les femmes ont travaillé toute l'année et 66 % de manière saisonnière. La quasi-totalité des femmes ayant travaillé dans l’agriculture ont travaillé saisonnièrement (97 %). 3.5.6 Couverture médicale (données non présentées) La couverture médicale des populations est une des préoccupations actuelles du ministère en charge de la Santé. Ainsi, au cours de l’EDSBF-MICS IV, des questions relatives à la couverture médicale ont été posées aux hommes et aux femmes. Les résultats montrent que seulement 0,5 % des femmes et 1,5 % des hommes ont une assurance maladie. 48 • Caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés 3.5.7 Consommation de tabac chez les femmes Au cours de l’enquête, on a demandé aux femmes et aux hommes s’ils fumaient des cigarettes ou s’ils consommaient du tabac sous une autre forme. Le tableau 3.8.1 présente les résultats pour les femmes. On note que la quasi-totalité des femmes ne consomment pas de tabac (96 %) et cette proportion reste élevée quelle que soit la caractéristique sociodémographique. Par ailleurs, 4 % des femmes ont déclaré fumer la pipe ou un autre tabac. On note que la consommation de tabac diminue des générations anciennes aux plus récentes, puisque à 45-49 ans, 86 % des femmes ne consommaient pas de tabac contre 99 % à 20- 24 ans. La consommation de tabac est aussi plus fréquente en milieu rural (5 %) qu’en milieu urbain (1 %), parmi les femmes de la région Est (14 %), parmi celles sans instruction (5 % contre 1 % parmi les autres) et parmi celles dont le ménage est classé dans le quintile le plus pauvre (8 %) que dans les autres. Tableau 3.8.1 Consommation de tabac: Femmes Pourcentage de femmes de 15-49 ans qui fument des cigarettes ou du tabac sous d'autres formes selon certaines caractéristiques sociodémographiques et selon qu'elles sont enceintes et qu'elles allaitent, Burkina Faso 2010 Caractéristiques sociodémographiques Consommation de tabac Ne consomme pas de tabac Effectif de femmes Cigarettes Pipe ou autre tabac Groupe d’âges 15-19 0,0 0,3 99,7 3 312 20-24 0,2 1,1 98,7 3 311 25-29 0,0 2,3 97,7 2 959 30-34 0,0 2,9 97,1 2 586 35-39 0,1 6,6 93,4 1 991 40-44 0,1 10,5 89,4 1 644 45-49 0,1 13,7 86,1 1 284 Maternité, Allaitement Enceinte 0,0 2,8 97,1 1 730 Allaite (non enceinte) 0,1 3,5 96,4 6 048 Ni l'un, ni l'autre 0,1 4,3 95,6 9 309 Résidence Ouagadougou 0,2 0,8 99,1 2 240 Autres villes 0,0 0,9 99,0 2 384 Ensemble urbain 0,1 0,9 99,0 4 624 Rural 0,1 5,0 94,9 12 463 Région Centre 0,2 1,3 98,6 2 556 Boucle du Mouhoun 0,2 2,4 97,4 1 766 Cascades 0,0 1,5 98,5 650 Centre-Est 0,0 1,7 98,3 1 251 Centre-Nord 0,1 6,7 93,3 1 195 Centre-Ouest 0,1 5,4 94,5 1 334 Centre-Sud 0,0 6,6 93,4 788 Est 0,1 13,8 85,9 1 469 Hauts Bassins 0,0 1,5 98,5 2 036 Nord 0,1 1,1 98,8 1 205 Plateau Central 0,0 5,9 93,9 811 Sahel 0,0 0,0 100,0 1 295 Sud-Ouest 0,1 8,2 91,7 730 Niveau d'instruction Aucun 0,1 5,1 94,8 12 633 Primaire 0,1 0,6 99,3 2 329 Secondaire ou plus 0,2 0,1 99,8 2 116 Quintiles de bien-être économique Le plus pauvre 0,1 7,9 92,0 2 996 Second 0,0 5,7 94,2 3 189 Moyen 0,1 4,0 95,9 3 252 Quatrième 0,1 2,6 97,3 3 395 Le plus riche 0,1 0,6 99,3 4 255 Ensemble 0,1 3,9 96,0 17 087 3.5.8 Consommation de tabac chez les hommes Le tableau 3.8.2 présente la consommati

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.