Burkina Faso - Demographic and Health Survey - 2000

Publication date: 2000

Burkina Faso Enquête Démographique et de Santé Burkina Faso 1998-1999 Institut National de la Statistique et de la Démographie Ministère de l’Économie et des Finances Ouagadougou, Burkina Faso Macro International Inc. Calverton, Maryland USA Mai 2000 Institut National de la Statistique et de la Démographie Macro International Inc. Ont contribué à l’analyse et la rédaction de ce rapport Youssouf Langani Bernard Dembélé Célestin L. Sagnon Mathieu Ouédraogo Pagari Ouoba Idrissa Kaboré Hubert G. Namalgué Tinga Sinaré François Ilboudo Salif Ndiaye Monique Barrère Gora Mboup Mohamed Ayad Ce rapport présente les principaux résultats de la 2ème Enquête Démographique et de Santé (EDSBF-II) réalisée au Burkina Faso en 1998-1999 par l’Institut National de la Statistique et de la Démographie (Ministère de l’Économie et des Finances). L'enquête a bénéficié de l’appui financier de l’Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID), du Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) et de la Banque Mondiale dans le cadre du Projet Population et Lutte contre le Sida (PPLS), et de l’assistance technique de Macro International Inc. L'EDSBF-II fait partie du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys-DHS) dont l'objectif est de collecter, d'analyser et diffuser des données démographiques portant en particulier sur la fécondité, la planification familiale et la santé de la mère et de l'enfant. Des informations complémentaires sur l'EDSBF-II peuvent être obtenues auprès de l’Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD), 01 BP 374 Ouagadougou 01, Burkina Faso (téléphone : (226) 30 67 97 ou 32 49 76, e-mail : insd@cenatri n.bf, fax : (226) 32 61 59. Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent être obtenus auprès de Macro International Inc., 11785 Beltsville Drive, Calverton, MD 20705, USA (téléphone : 301-572-0200; télex : 198116; fax : 301-572-0999; e-mail : reports@macroint.com; internet : http://www.macroint.com/dhs/). Citation recommandée: Institut National de la Statistique et de la Démographie, et Macro International Inc. 2000. Enquête Démographique et de Santé, Burkina Faso 1998-1999. Calverton, Maryland (USA) : Macro International Inc. iii TABLE DES MATIÈRES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ix Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .xiii Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xviii Sigles et abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix Résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxi Carte du Burkina Faso . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .xxvi CHAPITRE 1 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS ET MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE Youssouf Langani et Tinga Sinaré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Situation géographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Organisation politico-administrative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.3 Politique de population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.4 Situation socio-économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.5 Situation démographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.2 MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE DÉMOGRAPHIQUE ET DE SANTÉ AU BURKINA FASO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs de l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.2.2 Personnel et calendrier des activités de l’EDSBF-II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2.3 Questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1.2.4 Échantillonnage et couverture de l’échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.2.5 Collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 1.2.6 Exploitation des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 CHAPITRE 2 CARACTÉRISTIQUE DES MÉNAGES ET DES ENQUÊTÉS Célestin L. Sagnon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.1 ENQUÊTE MÉNAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.1.1 Structure par âge et sexe de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.1.2 Taille et composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 2.1.3 Niveau d’instruction de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 2.1.4 Fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 2.1.5 Caractéristiques des logements et des biens possédés par les ménages . . . . . . 17 2.1.6 Biens possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 2.2 ENQUÊTE INDIVIDUELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 2.2.1 Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 iv Page 2.2.2 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 2.2.3 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 CHAPITRE 3 FÉCONDITÉ Youssouf Langani et Bernard Dmbélé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 3.1 NIVEAU DE LA FÉCONDITÉ ET FÉCONDITÉ DIFFÉRENTIELLE . . . . . . . . . . . 30 3.2 TENDANCES DE LA FÉCONDITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 3.3 PARITÉ ET STÉRILITÉ PRIMAIRE DES FEMMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 3.4 PARITÉ DES HOMMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 3.5 INTERVALLE INTERGÉNÉSIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 3.6 ÂGE À LA PREMIÈRE NAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 3.7 FÉCONDITÉ DES ADOLESCENTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE Mathieu Ouedraogo et Pagari Ouoba . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 4.2 UTILISATION DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 4.2.1 Utilisation passée de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 4.2.2 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 4.3 CONNAISSANCE DE LA PÉRIODE FÉCONDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 4.4 EFFET CONTRACEPTIF DE L’ALLAITEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 4.5 SOURCE D'APPROVISIONNEMENT DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . 61 4.6 UTILISATION FUTURE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 4.7 SOURCES D'INFORMATION SUR LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 4.8 OPINIONS ET ATTITUDES VIS-À-VIS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 CHAPITRE 5 NUPTIALITÉ ET EXPOSITION AUX RISQUES DE GROSSESSE François Ilboudo et Idrissa Kaboré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 5.1 ÉTAT MATRIMONIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 5.2 POLYGAMIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 5.3 ÂGE À LA PREMIÈRE UNION ET ÂGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 5.3.1 Âge à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 5.3.2 Âge aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 5.4 ACTIVITÉ SEXUELLE RÉCENTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 5.5 EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 v Page CHAPITRE 6 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ Hubert Namalgué et Tinga Sinaré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 6.1 DÉSIR D’ENFANTS SUPPLÉMENTAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 6.2 BESOINS EN MATIÈRE DE PLANIFICATION FAMILIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 6.3 NOMBRE TOTAL D'ENFANTS DÉSIRÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 6.4 PLANIFICATION DE LA FÉCONDITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 CHAPITRE 7 SANTÉ DE LA MÈRE ET DE L'ENFANT Salif Ndiaye . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 7.1 SOINS PRÉNATALS ET ACCOUCHEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 7.1.2 Vaccination antitétanique des femmes enceintes (VAT) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 7.1.3 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 7.2 VACCINATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 7.3 MALADIES DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 7.3.1 Infections respiratoires et fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 7.3.2 Diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 CHAPITRE 8 PRATIQUES D'ALIMENTATION ET ÉTAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS ET DES MÈRES Gora Mboup . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 8.1 ALLAITEMENT ET ALIMENTATION DE COMPLÉMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 8.2 ÉTAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS . . . . . . . . . . 126 8.2.1 Indices de l'état nutritionnel des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 8.2.2 Niveaux de l'état nutritionnel des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 8.3 ÉTAT NUTRITIONNEL DES MÈRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 CHAPITRE 9 MORTALITÉ DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS Gora Mboup . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 9.1 MÉTHODOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 9.2 NIVEAUX ET TENDANCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 9.3 MORTALITÉ DIFFÉRENTIELLE ET GROUPES À HAUTS RISQUES . . . . . . . . 137 vi Page CHAPITRE 10 MORTALITÉ MATERNELLE Mohamed Ayad . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 10.1 COLLECTE DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 10.2 ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 10.3 ESTIMATION DIRECTE DE LA MORTALITÉ ADULTE . . . . . . . . . . . . . . . . 148 10.5 ESTIMATION DIRECTE DE LA MORTALITÉ MATERNELLE . . . . . . . . . . 149 CHAPITRE 11 EXCISION Monique Barrère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 11.1 CONNAISSANCE ET PRÉVALENCE DE L'EXCISION PARMI LES FEMMES ENQUÊTÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 11.2 PRATIQUE DE L'EXCISION PARMI LES FILLES DES FEMMES ENQUÊTÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 11.3 OPINION DES FEMMES CONCERNANT L'EXCISION . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 11.4 CONNAISSANCE ET OPINION DES HOMMES CONCERNANT L'EXCISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 CHAPITRE 12 MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES ET SIDA Salif Ndiaye . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 12.1 COMPORTEMENT SEXUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 12.1.1 Nombre de partenaires sexuels des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 12.1.2 Nombre de partenaires sexuelles des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 12.1.3 Rapports sexuels avec gratification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 12.1.4 Dernières partenaires sexuelles des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 12.2 MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 12.2.1 Connaissance des MST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 12.2.2 Épisodes déclarés de MST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 12.2.3 Comportement face aux MST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 12.3 CONNAISSANCE, PERCEPTION DU RISQUE ET PRÉVENTION DU SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 12.3.1 Connaissance du sida et sources d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 12.3.2 Connaissance des moyens de prévention du sida . . . . . . . . . . . . . . . 187 12.3.3 Perception du sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190 12.3.4 Raisons de la perception des risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196 12.3.5 Changement de comportement pour éviter de contracter le sida . . . 198 12.4 CONNAISSANCE ET UTILISATION DU CONDOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201 12.4.1 Connaissance du condom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201 12.4.2 Utilisation du condom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202 vii Page RÉFÉRENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207 ANNEXE A PLAN DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211 A.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213 A.2 BASE DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213 A.3 STRUCTURE DE L’ÉCHANTILLON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213 A.4 RÉPARTITION DE L’ÉCHANTILLON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214 A.5 PROBABILITÉS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 A.6 RÉSULTATS DES ENQUÊTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217 ANNEXE B ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219 ANNEXE C TABLEAUX POUR L’ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235 ANNEXE D PERSONNEL DE L’EDSBF-II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243 ANNEXE E QUESTIONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249 ix LISTE DES TABLEAUX Page Tableau 1.1 Indicateurs démographiques de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Tableau 1.2 Taille et couverture de l’échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Tableau 2.1 Population des ménages par âge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Tableau 2.2 Population par âge selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Tableau 2.3 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Tableau 2.4.1 Niveau d’instruction de la population des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Tableau 2.4.2 Niveau d’instruction de la population des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Tableau 2.5 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Tableau 2.6 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Tableau 2.7 Biens durables possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Tableau 2.8 Caractéristiques socio-démographiques des enquêté(e)s . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Tableau 2.9 Niveau d’instruction des femmes et des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Tableau 2.10 Fréquentation scolaire et raisons de l’abandon de l’école . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Tableau 2.11 Caractéristiques différentielles des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Tableau 2.12 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Tableau 3.1 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Tableau 3.2 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Tableau 3.3 Fécondité selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Tableau 3.4 Tendances de la fécondité par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Tableau 3.5 Tendances de la fécondité par durée de l’union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Tableau 3.6 Enfants nés vivants et enfants survivants des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Tableau 3.7 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Tableau 3.8 Âge à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Tableau 3.9 Âge médian à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Tableau 3.10 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Tableau 3.11 Enfants nés vivants et enfants survivants des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Tableau 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives modernes par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Tableau 4.3 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Tableau 4.4 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Tableau 4.5 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Tableau 4.6 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques (femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Tableau 4.7 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques (hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Tableau 4.8 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Tableau 4.9 Effet contraceptif de l’allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Tableau 4.10 Source d’approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Tableau 4.11 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Tableau 4.12 Raison de non utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Tableau 4.13 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Tableau 4.14 Messages sur la planification familiale diffusés à la radio et à la télévision . . . . . . . 66 Tableau 4.15 Approbation de l’utilisation de la radio et de la télévision dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 x Page Tableau 4.16 Discussion sur la planification familiale avec le conjoint . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Tableau 4.17 Opinion des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Tableau 5.1 État matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Tableau 5.2 Nombre d’épouses et de co-épouses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Tableau 5.3 Âge à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Tableau 5.4 Âge médian à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Tableau 5.5 Âge aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Tableau 5.6 Âge médian aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Tableau 5.7 Activité sexuelle récente des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Tableau 5.8 Activité sexuelle récente des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Tableau 5.9 Aménorrhée, abstinence et insusceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Tableau 5.10 Durée médiane de l’insusceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Tableau 6.1 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d’enfants vivants . . . . . . . . . . 86 Tableau 6.2 Préférences en matière de fécondité selon l’âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Tableau 6.3 Préférences des couples monogames en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Tableau 6.4 Désir de limiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Tableau 6.5 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Tableau 6.6 Nombre idéal d’enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Tableau 6.7 Nombre idéal d’enfants par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . 95 Tableau 6.8 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Tableau 6.9 Taux de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Tableau 7.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 Tableau 7.2 Nombre de visites prénatales et stade de la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Tableau 7.3 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Tableau 7.4 Lieu d’accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Tableau 7.5 Assistance à l’accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Tableau 7.6 Caractéristiques de l’accouchement : césarienne, poids et grosseur à la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Tableau 7.7 Vaccinations selon les sources d’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Tableau 7.8 Vaccinations selon les caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Tableau 7.9 Prévalence et traitement des infections respiratoires aiguës et de la fièvre . . . . . . . 113 Tableau 7.10 Prévalence de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 Tableau 7.11 Connaissance du traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Tableau 7.12 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Tableau 8.1 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Tableau 8.2 Type d’allaitement selon l’âge de l’enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Tableau 8.3 Durée médiane et fréquence de l’allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Tableau 8.4 Type d’aliments selon l’âge de l’enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Tableau 8.5 État nutritionnel par caractéristiques démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Tableau 8.6 Indicateurs anthropométriques de l’état nutritionnel des mères . . . . . . . . . . . . . . . . 132 Tableau 8.7 Indicateurs anthropométriques des mères selon les caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Tableau 9.1 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137 Tableau 9.2 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Tableau 9.3 Mortalité des enfants par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Tableau 9.4 Comportement procréateur à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 Tableau 10.1 Complétude de l’information sur les frères et soeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 xi Page Tableau 10.2 Indicateurs de la qualité des données sur les frères et soeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Tableau 10.3 Estimation de la mortalité adulte par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 Tableau 10.4 Estimation directe de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Tableau 11.1 Connaissance et pratique de l’excision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 Tableau 11.2 Âge des enquêtées à l’excision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Tableau 11.3 Femmes enquêtées selon que leur fille aînée est excisée ou non . . . . . . . . . . . . . . . 158 Tableau 11.4 Pratique de l’excision parmi les filles aînées des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . 160 Tableau 11.5 Âge des filles aînées à l’excision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 Tableau 11.6 Opinions des femmes sur la pratique de l’excision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 Tableau 11.7 Opinions des femmes sur la pratique de l’excision selon certaines caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Tableau 11.8 Raisons pour lesquelles la pratique de l’excision devrait être maintenue (selon les femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 Tableau 11.9 Raisons pour lesquelles la pratique de l’excision devrait être abandonnée (selon les femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 Tableau 11.10 Connaissance et opinions des hommes concernant la pratique de l’excision . . . . . . 168 Tableau 11.11 Raisons pour lesquelles la pratique de l’excision devrait être maintenue (selon les hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Tableau 11.12 Raisons pour lesquelles la pratique de l’excision devrait être abandonnée . . . . . . . 171 (selon les hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Tableau 12.1.1 Nombre de partenaires sexuels : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174 Tableau 12.1.2 Nombre de partenaires sexuelles : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 Tableau 12.2 Paiement pour rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 Tableau 12.3 Dernière personne avec laquelle les hommes ont eu des rapports sexuels . . . . . . . . 179 Tableau 12.4 Connaissance des Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) . . . . . . . . . . . . . . 181 Tableau 12.5 Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) au cours des 12 derniers mois . . . . 182 Tableau 12.6 Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) et comportement . . . . . . . . . . . . . . 183 Tableau 12.7.1 Connaissance du sida par les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 Tableau 12.7.2 Connaissance du sida par les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186 Tableau 12.8.1 Connaissance par les femmes des moyens d’éviter le sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188 Tableau 12.8.2 Connaissance par les hommes des moyens d’éviter le sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 Tableau 12.9.1 Perception du sida par les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191 Tableau 12.9.2 Perception du sida par les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192 Tableau 12.10 Perception du risque de contracter le sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194 Tableau 12.11 Perception du risque de contracter le sida par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196 Tableau 12.12 Raisons pour lesquelles les risques de contracter le sida sont perçus comme nuls/minimes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197 Tableau 12.13 Raisons pour lesquelles les risques de contracter le sida sont perçus comme modérés/importants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198 Tableau 12.14.1 Comportement des femmes pour éviter de contracter le sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199 Tableau 12.14.2 Comportement des hommes pour éviter de contracter le sida . . . . . . . . . . . . . . . . . 200 Tableau 12.15 Connaissance du condom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202 Tableau 12.16 Utilisation du condom par les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203 Tableau 12.17 Utilisation du condom par les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204 Tableau A.1 Répartition de la population d’après le RGPH-96 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214 Tableau A.2 Répartition initiale de l’échantillon cible de femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214 Tableau A.3 Nombre de ménages à tirer initialement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214 Tableau A.4 Nombre de grappes tirées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 xii Page Tableau A.5 Nombre final de ménages tirées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 Tableau A.6 Résultats de l’enquête auprès des ménages et des femmes par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217 Tableau A.7 Résultats de l’enquête auprès des ménages et des hommes par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218 Tableau B.1 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224 Tableau B.2 Erreurs de sondage - Échantillon National . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225 Tableau B.3 Erreurs de sondage - Urbain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226 Tableau B.4 Erreurs de sondage - Rural . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227 Tableau B.5 Erreurs de sondage - Ville de Ouagadougou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228 Tableau B.6 Erreurs de sondage - Nord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229 Tableau B.7 Erreurs de sondage - Est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230 Tableau B.8 Erreurs de sondage - Ouest . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231 Tableau B.9 Erreurs de sondage - Centre/Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232 Tableau C.1 Répartition par âge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237 Tableau C.2 Répartition par âge des femmes éligibles et des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . 238 Tableau C.3 Répartition des hommes éligibles et des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238 Tableau C.4 Complétude de l’enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239 Tableau C.5 Naissances par année du calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240 Tableau C.6 Enregistrement de l’âge au décès en jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241 Tableau C.7 Enregistrement de l’âge au décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242 xiii LISTE DES GRAPHIQUES Page Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Graphique 2.2 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Graphique 2.3 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Graphique 2.4 État matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Graphique 3.1 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Graphique 3.2 Indice Synthétique de Fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . . . . . . . . 32 Graphique 3.3 Fécondité par âge selon l'EDSBF-I 1993 et l’EDSBF- II 1998-99 . . . . . . . . . . . . . . . 34 Graphique 3.4 Taux de fécondité par âge par période de cinq ans précédant l’enquête . . . . . . . . . . 35 Graphique 3.5 Proportion d’adolescentes ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Graphique 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Graphique 4.2 Prévalence de la contraception (ensemble des femmes et des hommes) . . . . . . . . . . 52 Graphique 4.3 Tendances de la prévalence contraceptive moderne chez les femmes en union, EDSBF-I 1993 et EDSBF-II 1998-99 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Graphique 4.4 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes et les hommes en union . . . 57 Graphique 4.5 Intention d’utiliser la contraception par les femmes et les hommes actuellement en union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Graphique 5.1 Proportion de femmes célibataires selon l’âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Graphique 5.2 Proportion de femmes en union polygame parmi les femmes de 15-49 ans en union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Graphique 5.3 Âge médian des femmes et des hommes à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Graphique 5.4 Âges médians des femmes à la première union et aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Graphique 6.1 Désir d'enfants supplémentaires des femmes en union, selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Graphique 6.2 Proportion de femmes et d'hommes en union ne voulant plus d'enfants, selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Graphique 6.3 Nombre idéal d'enfants pour les femmes et les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Graphique 6.4 Indice Synthétique de Fécondité et Indice Synthétique de Fécondité Désirée . . . . . . 98 Graphique 7.1 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans pour lesquels la mère a bénéficié de soins prénatals pendant la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 Graphique 7.2 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans nés avec l’assistance d’un professionnel de la santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Graphique 7.3 Vaccinations des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin . . . . . . . . . . . . . . . 110 Graphique 7.4 Pourcentage d'enfants de 12-23 mois avec tous les vaccins du PEV et sans vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Graphique 7.5 Prévalence des infections respiratoires aiguës (IRA) et de la fièvre . . . . . . . . . . . . 114 Graphique 7.6 Prévalence de la diarrhée chez les enfants de moins de 5 ans et utilisation de la TRO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Graphique 7.7 Alimentation des enfants ayant la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Graphique 8.1 Pratique d’allaitement des enfants de moins de 3 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Graphique 8.2 État nutritionnel des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Graphique 8.3 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans présentant un retard de croissance . . . . . 130 Graphique 9.1 Tendances de la mortalité infantile et juvénile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137 Graphique 9.2 Mortalité infantile et juvénile selon les caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . 139 Graphique 9.3 Mortalité infantile et comportement en matière de procréation . . . . . . . . . . . . . . . . 141 xiv Page Graphique 10.1 Mortalité maternelle au Burkina Faso et dans d’autres pays africains, EDS 1989-1999 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 Graphique 11.1 Proportion de femmes excisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Graphique 11.2 Proportion de femmes favorables à la continuation de la pratique de l’excision . . . 166 Graphique 11.3 Raisons pour lesquelles la pratique de l’excision devrait être maintenue . . . . . . . . 166 Graphique 11.4 Raisons pour lesquelles la pratique de l’excision devrait être abandonnée . . . . . . . 169 Graphique 12.1 Moyens d’éviter le sida cités par les femmes et les hommes connaissant le sida . . 190 Graphique 12.2 Perception du risque de contracter le sida par les femmes et les hommes connaissant le sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195 Graphique 12.3 Utilisation du condom à un moment quelconque comme contraceptif et/ou comme moyen de protection contre les MST/sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205 xv PRÉFACE Sur proposition du bureau régional de l’USAID pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre (REDSO/WCA), il était prévu de réaliser au Burkina Faso avec l’assistance technique de Macro International Inc., une enquête de type CAP dans le but d’appuyer le projet régional de Santé Familiale et Prévention du Sida (SFPS). Les deux objectifs essentiels contenus dans le projet initial soumis au Burkina Faso étaient d’une part de fournir une base de données pour le projet SFPS et d’autre part d’obtenir pour le projet SFPS des indicateurs qui ne sont pas disponibles à partir du système d’enregistrement de routine. L’échantillon initialement retenu n’était pas suffisamment représentatif pour obtenir certains indicateurs comme ceux relatifs à la mortalité maternelle, à la mortalité des enfants et aux mesures anthropométriques. La partie nationale et Macro International Inc. ont alors approché la Banque Mondiale à travers le Projet Population et Lutte contre le Sida (PPLS) et le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) pour obtenir un financement complémentaire nécessaire pour utiliser un échantillon plus grand et des questionnaire plus étoffés, permettant de réaliser une enquête de type DHS (Demographic and Health Survey). C’est ainsi que la deuxième Enquête Démographique et de Santé du Burkina Faso (EDSBF) fut réalisée de novembre 1998 à mars 1999 après celle de 1993. Cette enquête a été menée par l’Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD) avec l’appui technique de Macro International Inc. Des institutions nationales du Ministère de la Santé (Direction de la Santé de la Famille (DSF), Comité National de Lutte contre le Sida (CNLS), Centre National de Nutrition (CNN)), du Ministère de l’Enseignement de Base et de l’Alphabétisation (Institut National d’Alphabétisation (INA)), et du Ministère de l’Action Sociale et de la Famille (Co mité National de Lutte contre la Pratique de l’Excision (CNLPE)) ont participé à la formation du personnel de terrain de l’enquête. Le présent rapport met à la disposition des décideurs, des chargés de programme de santé en général et de la santé de la reproduction en particulier, des enseignants, des chercheurs, des ONGs, des particuliers, des élèves et étudiants, etc., des indicateurs actualisés sur la mortalité des enfants, la fécondité, la planification familiale et les besoins potentiels en matière de contraception, la santé et l’état nutritionnel de la mère et de l’enfant, etc. Je voudrais adresser mes sincères remerciements à l’USAID, à la Banque Mondiale à travers le PPLS, au FNUAP, à Macro International Inc., et au projet Santé Familiale et Prévention du Sida pour leur appui financier et technique déterminant dans la réalisation de cette importante opération. Ces remerciements s’adressent également à toutes les institutions nationales impliquées, ainsi qu’à l’ensemble du personnel de terrain, aux agents de codification et de saisie, aux informaticiens et aux analystes qui n’ont ménagé aucun effort pour sa réussite. J’ose espérer que les résultats de cette enquête contribueront à accroître nos connaissances dans les domaines socio-démographiques et sanitaires et aideront à élaborer des stratégies et des cadres d’action au Burkina Faso. Le Ministre de l’Économie et des Finances Tertius ZONGO xvii REMERCIEMENTS Le succès d’une enquête statistique est toujours le fruit d’une œuvre commune. C’est le résultat de l’engagement et de la collaboration d’institutions diverses et d’un grand nombre de personnes à différents niveaux. L’EDSBF-II est une opération d’envergure nationale qui a mobilisé d’importantes ressources financières, matérielles et humaines. Elle a bénéficié du soutien et de l’appui efficace d’autorités et d’institutions publiques et privées, nationales et internationales. Je voudrais exprimer ma gratitude à toutes les institutions et à toutes les pers onnes impliquées dans la réalisation à quelque niveau que ce soit de cette importante opération qui met à la disposition des utilisateurs et particulièrement des responsables des programmes de santé et de population des outils indispensables de programmation et d’évaluation de leurs activités. Je voudrais remercier particulièrement : - Le comité technique de la Direction Générale de l’Institut National de la Statistique et de la Démographie pour l’esprit de responsabilité et de sacrifice dont il a fait preuve tout au long du déroulement du projet; - Les institutions nationales des Ministères de la Santé, de l’Enseignement de Base et de l’Alphabétisation, et de l’Action Sociale et de la Famille : la DSF, le CNLS, le CNN, l’INA, et le CNLPE qui ont apporté un appui technique important dans la formation du personnel de terrain de l’enquête; - Le Projet SFPS pour sa contribution dans la négociation des fonds complémentaires et la facilitation des échanges avec notre partenaire technique Macro International Inc.; - Les responsables et personnel des Directions Régionales de l’Économie et de la Planification pour l’appui appréciable qu’ils ont apporté aux équipes aussi bien au niveau administratif que logistique; - Les agents de terrain : superviseurs, chefs d’équipes, cartographes, contrôleuses, enquêtrices, chauffeurs, personnel chargé du traitement manuel et informatique des données, analystes, qui ont contribué de façon significative à la réussite de l’opération, quelquefois dans des conditions difficiles; - Les autorités administratives, locales et coutumières pour les facilités qu’elles ont apportées aux équipes sur le terrain; - Les populations des loca lités visitées pour l’accueil réservé aux personnels de terrain et la disponibilité dont elles ont fait preuve; - Le personnel de Macro International Inc. : Mohammed Ayad, Gora Mboup, Bernard Barrère, Monique Barrère, Salif Ndiaye, Mamadou Thiam, Alfredo Aliaga, Jeanne Cushing, Daniel Vadnais, Kaye Mitchell, Julie Schullian et Sidney Moore pour leur importante contribution à la réalisation, au traitement, à l’analyse des résultats de l’enquête, et à la mise en forme finale des rapport principal et de synthèse ainsi que des affiches; enfin, xviii - L’USAID, le FNUAP et la Banque Mondiale à travers le Projet Population et Lute contre le Sida pour l’appui financier sans lequel l’enquête n’aurait pas eu lieu. Le Directeur Général de l’INSD, Directeur National du Projet Hamado SAWADOGO xix SIGLES ET ABRÉVIATIONS BCG Bilié de Calmette et Guérin (vaccin anti tuberculeux) CDC Centers for Disease Control (Centre de contrôle des maladies, U.S.A) CNLPE Comité National de Lutte contre la Pratique de l’Excision CNLS Comité National de Lutte contre le Sida CNN Centre National de Nutrition CPN Consultation Prénatale DEP/MEBA Direction des Études et de la Planification du Ministère de l’Enseignement de Base et de l’Alphabétisation DHS Demographic and Health Surveys DIU Dispositif intra-utérin DTCoq Diphtérie, Tétanos, Coqueluche (vaccin) DSF Direction de la Santé de la Famille ED Enquête Démographique EDSBF-I Première Enquête Démographique et de Santé au Burkina Faso, 1993 EDSBF-II Deuxième Enquête Démographique et de Santé au Burkina Faso, 1998-99 FNUAP Fonds des Nations-Unies pour la Population IMC Indice de Masse Corporelle INA Institut National d’Alphabétisation INSD Institut National de la Statistique et de la Démographie IRA Infections Respiratoires Aiguës ISF Indice Synthétique de Fécondité ISFD Indice Synthétique de Fécondité Désirée MEF Ministère de l’Économie et des Finances MN Mortalité Néonatale ou probabilité de décéder entre la naissance et la fin du premier mois MPN Mortalité Post-Néonatale ou probabilité de décéder après la période néonatale, mais avant le premier anniversaire MST Maladies Sexuellement Transmissibles NCHS National Center for Health Statistics (Centre National des Statistiques sanitaires, U.S.A) ND Non Déclaré OMS Organisation Mondiale de la Santé ONG Organisations Non Gouvernementales PEV Programme Élargi de Vaccination PF Planification Familiale PIB Produit Intérieur Brut PNB Produit National Brut PNP Politique Nationale de Population PPLS Projet Population et Lutte contre le Sida xx RCA République Centrafricaine RGP Recensement Général de la Population RGPH Recensement Général de la Population et de l’Habitation SFPS Santé Familiale et Prévention du Sida SIDA Syndrome de l’Immuno-Déficience Acquise SMI Santé Maternelle et Infantile SRO Sels de Réhydratation par voie Orale TBN Taux Brut de Natalité TGFG Taux Global de Fécondité Générale TMM Taux de Mortalité Maternelle TRO Traitement de Réhydratation par voie Orale UNICEF Fonds des Nations-Unies pour l'Enfance USAID Agence Américaine pour le Développement International VAT Vaccination Antitétanique VIH Virus de l’Immuno-déficience Humaine ZD Zone de Dénombrement xxi RÉSUMÉ L’Enquête Démographique et de Santé du Burkina Faso (EDSBF-II) a été exécutée par l’Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD), avec l’assistance technique de Macro International Inc. Il s’agit de la deuxième enquête par sondage du genre, réalisée au niveau national après celle de 1993. Les objectifs étaient de fournir des informations détaillées sur la fécondité, la planification familiale, la santé de la mère et de l’enfant, l’état nutritionnel des enfants de moins de cinq ans, la mortalité infanto-juvénile, la mortalité maternelle, l’excision, et les maladies sexuellement transmissibles et le Sida. Ces informations donnent un éclairage de la situation démographique et sanitaire du Burkina Faso. Au cours de l’EDSBF-II, réalisée sur le terrain de novembre 1998 à mars 1999, 4 812 ménages, 6 445 femmes en âge de procréer (15-49 ans) et 2 641 hommes de 15 à 59 ans ont été enquêtés avec succès, soit des taux de couverture respectifs de 98,0 %, 95,6 % et 91,1 %. Dans les 4 812 ménages enquêtés, 31 569 personnes résidentes ont été dénombrées. Les femmes (16 423, soit 52 %) sont plus nombreuses que les hommes (15 146, soit 48 %). La répartition des ménages selon leur taille fait apparaître qu'un peu plus d'un ménage sur dix (12 %) est composé d'une seule personne et 45 % de 3 à 6 personnes. Les ménages de grande taille (neuf personnes ou plus) représentent 27 %. La pyramide des âges de la population présente une allure globalement régulière, caractéristique des pays à forte fécondité : une base large qui se rétrécit rapidement au fur et à mesure que l'on évolue vers les âges élevés. La consommation des eaux de surface (rivière, fleuve, mare, lac, barrage, eaux de pluie) pendant la saison des pluies est une pratique concernant 17 % des ménages; ils sont particulièrement localisés en milieu rural (20 %). Parmi les femmes de 15-49 ans, 80 % étaient en union au moment de l’enquête et très peu de femmes restent célibataires (moins de 1 % à partir de 30 ans). Ainsi, le mariage qui demeure le cadre pratiquement exclusif de la procréation est quasi-universel au Burkina Faso. En outre, plus d’une femme en union sur deux (55 %) vit en union polygame. L’entrée en union est précoce : 63 % des femmes de 25-45 ans étaient déjà en union à 18 ans et la moitié des femmes entre en première union dès l’âge de 17,6 ans. L’e nquête précédente avait déterminé à peu près le même âge médian (17,5 ans), ce qui signifie qu’il n’y a pas eu d’évolution dans le calendrier de la primo-nuptialité depuis 1993. Les premiers rapports sexuels se produisent également très tôt (âge médian de 17,5 ans). Les hommes contractent leur première union à un âge plus tardif que celui des femmes, leur âge médian à la première union étant estimé à 25,3 ans. Les femmes burkinabè ont une fécondité élevée. Avec les niveaux actuels, une femme donnera naissance en moyenne à 6,8 enfants durant sa vie féconde. L'une des caractéristiques de cette fécondité est sa précocité. En effet, plus d'une femme sur deux donne naissance à son premier enfant avant l'âge de 20 ans. Par ailleurs, les niveaux de fécondité présentent de fortes variations selon le milieu de résidence et le niveau d’instruction. Les femmes du milieu rural (7,3 enfants par femme) donnent naissance en moyenne à 3 enfants de plus que celles du milieu urbain (4,1 enfants par femme). De même, les femmes sans instruction ont en moyenne 4 enfants de plus que celles de niveau secondaire ou plus: 7,1 enfants par femme contre 2,9. Au cours des dernières années, la fécondité semble avoir amorcé une réelle baisse en milieu urbain : l’indice synthétique de fécondité (ISF) ou nombre moyen d’enfants par femme est passé de 5 en 1993 à 4,1 en 1998-99. L'augmentation de la prévalence contraceptive au cours de cette période est peut-être l'un des xxii principaux facteurs ayant contribué à cette baisse : la prévalence contraceptive moderne en ville est passée de 17 % en 1993 à 29 % en 1998-99). Au Burkina Faso, moins de 2 % seulement des femmes actuellement en union et âgées de 35-49 ans (âges auxquels l’arrivée d’un premier enfant est peu probable) n’ont jamais eu d’enfants et peuvent être considérées comme stériles. Bien que de plus en plus de femmes connaissent des méthodes contraceptives (78 % en 1998-99 contre 66 % en 1993), et en particulier les méthodes modernes (76 % en 1998-99 contre 62 % en 1993), peu de femmes les utilisent au Burkina Faso. En effet, la prévalence contraceptive est seulement de 12 %, pour toutes méthodes conf ondues, et 6 % pour les méthodes modernes. Parmi les femmes en union, la proportion des utilisatrices a nettement augmenté ces dernières années, passant de 8 % en 1993 à 12 % en 1998-99 pour l’ensemble des méthodes. Concernant les seules méthodes modernes, les variations sont très faibles au cours de la période (4 % en 1993 et 5 % en 1998-99). En ce qui concerne les hommes, les niveaux de c onnaissance (93 %) et d’utilisation (32 %) sont nettement plus élevés que ceux des femmes. S’agissant des méthodes modernes, l’utilisation actuelle de la contraception par les hommes en union est plus du double (13 %) de celles des femmes en union. Quel que soit le sexe, la connaissance et l’utilisation de la contraception sont plus importantes en milieu urbain qu’en milieu rural, pour les instruits que les sans instruction. Au Burkina Faso, les hommes et les femmes restent encore attachés à une descendance nombreuse puisque pour les femmes, le nombre idéal d'enfants est en moyenne de 5,7; il est de 7,0 enfants pour les hommes. Le désir d'enfants est la raison principale avancée par les hommes et les femmes pour ne pas avoir l’intention d’utiliser la contraception dans l'avenir : plus de 2 femmes sur 5 en union et non utilisatrices (45 %, contre 44 % d'hommes) n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir. Les résultats de l'enquête montrent que 26 % des femmes en union ont des besoins non-satisfaits en matière de planification familiale, soit pour la limitation (7 %), soit pour l’espacement (19 %) des naissances. La satisfaction de cette demande pourrait entraîner une augmentation de la prévalence contraceptive qui pourrait atteindre 38 %. À l’heure actuelle, 32 % de cette demande potentielle totale se trouve satisfaite chez les femmes en union au Burkina Faso. Au cours des cinq années ayant précédé l'enquête, pour près de deux naissances sur cinq (39 %), la mère n’a fait aucune consultation prénatale pendant la grossesse. Cette proportion n’a pratiquement pas changé depuis 1993 (40 %). Par ailleurs, 45 % des naissances n’ont pas été protégées contre le tétanos néonatal. Environ un quart des enfants de 12-23 mois (29 %) ont reçu toutes les vaccinations du Programme Élargi de Vaccination (PEV) (sans la fièvre jaune). À l'inverse, un peu plus d’un enfant sur dix (12 %) n'a reçu aucun de ces vaccins. En ce qui concerne le BCG, 72 % des enfants de 12-23 mois ont été vaccinés, 46 % ont été vaccinés contre la rougeole, 41 % ont reçu les trois doses de DTCoq et 42 % ont été protégés contre la polio. De plus, 36 % des enfants de 12-23 mois ont été vaccinés contre la fièvre jaune. Le niveau d’instruction de la mère joue un rôle important dans le niveau de couverture vaccinale des enfants : seulement 26 % des enfants dont la mère n’a aucun niveau d’instruction sont complètement vaccinés, contre 60 % de ceux dont la mère a un niveau d’instruction primaire et 63 % de ceux dont la mère a un niveau secondaire ou plus. Au cours des deux semaines ayant précédé l’enquête, un enfant de moins de cinq ans sur cinq (20 %) a eu, au moins, un épisode diarrhéique. Parmi ces enfants, un sur cinq présentait un symptôme de dysenterie. C’est chez les enfants de 6 à 23 mois que la prévalence de la diarrhée est la plus importante : à cet âge, plus d’un quart des enfants ont eu, au moins, un épisode diarrhéique durant les deux semaines ayant précédé xxiii l’enquête. Parmi les enfants ayant eu la diarrhée, plus de la moitié (53 %) n’a bénéficié ni d’une Thérapie de Réhydratation par voie Orale (TRO), ni d’un supplément de liquides pendant la maladie. Par ailleurs, dans seulement moins d’un cas sur cinq (19 %) les enfants malades ont été conduits en consultation dans un établissement sanitaire ou auprès de personnel médical. Environ un enfant de moins de cinq ans sur sept (14 %) a souffert de toux et de respiration courte et rapide pendant les deux semaines précédant l'enquête. Les enfants du milieu rural (14 %) ainsi que ceux des régions Nord (16 %) et Est (14 %) sont légèrement plus touchés que les autres. Parmi ces enfants malades, environ un sur cinq (22 %) a été conduit en consultation dans une formation sanitaire ou auprès de personnel médical. En outre, plus d’un enfant sur trois (36 %) a eu de la fièvre au cours des deux semaines précédant l’enquête. La quasi-totalité des enfants nés durant les cinq années ayant précédé l'enquête (99 %) ont été allaités. En moyenne, et quelles que soient les caractéristiques de la mère, les enfants sont allaités pendant environ 27,7 mois. Cependant, on constate que plus de la moitié des enfants (52 %) ne sont pas allaités durant leur premier jour d’existence. Seulement 5 % des enfants de moins de 4 mois sont exclusivement allaités. Dès le premier mois, 29 % des enfants reçoivent de l’eau en plus du lait maternel, et 65 % reçoivent d’autres liquides et des aliments alors que, selon les recommandations de l'OMS, les enfants ne devraient recevoir rien d’autre que le lait maternel jusqu’à 4-6 mois. Cette pratique peut affecter leur état nutritionnel et augmenter leur risque de contracter des maladies infectieuses. Plus du tiers des enfants de moins de cinq ans (37 %) souffrent de malnutrition chronique et 17 % présentent un retard de croissance sévère. Cet état de malnutrition s’aggrave rapidement avec l'âge : environ plus d’un enfant sur cinq est atteint à partir de l’âge de trois ans. Au total, 13 % souffrent de malnutrition aiguë, ou sont émaciés, c'est-à-dire qu’ils sont trop maigres par rapport à leur taille; parmi eux, 3 % souffrent de malnutrition aiguë sévère. Cette situation nutritionnelle des enfants, déjà très préoccupante au niveau national, est encore plus alarmante au niveau de certaines sous-populations, particulièrement parmi celles du milieu rural. Conséquence d’une situation sanitaire déficiente et d’un mauvais état nutritionnel, la mortalité des enfants au Burkina Faso est relativement élevée. Sur 1 000 enfants qui naissent, 105 décèdent avant leur premier anniversaire et sur 1 000 qui atteignent 1 an, 127 décèdent avant l’âge de 5 ans. On observe des écarts de niveau de mortalité très importants selon le milieu de résidence : la mortalité infantile varie de 67 ‰ dans le milieu urbain à 113 ‰ en milieu rural. Selon la région, il varie d’un minimum de 70 ‰ à Ouagadougou à un maximum de 119 ‰ dans la région du Centre/Sud. Le niveau d’instruction de la mère influence sensiblement la mortalité des enfants : les enfants dont la mère est sans instruction courent un risque de décéder avant un an de 110 ‰ contre 79 ‰ pour ceux dont la mère a un niveau d’instruction secondaire ou plus. La structure par âge de la mortalité des enfants, pour les cinq dernières années avant l’enquête, se caractérise par une surmortalité aux âges post-néonatals et juvéniles. Le risque de mortalité néonatale (durant le premier mois) est inférieur à celui de la tranche d’âges de 1 à 11 mois (65 ‰ contre 41 ‰). De même, la mortalité infantile (105 ‰) est inférieure à la mortalité juvénile (127 ‰). Le niveau d’instruction de la mère, son comportement procréateur lié à l’espacement des naissances, à l’âge à la procréation et au nombre d’accouchements, déterminent encore plus les risques de mortalité des enfants quelles que soient, par ailleurs, les autres conditions sociales. Ainsi le risque de mourir avant l’âge de 5 ans est 2,3 fois plus élevé pour un enfant dont la mère n’a aucun niveau d’instruction que celui dont la mère a atteint au moins le niveau secondaire. De même, les enfants issus de mère âgée de moins de 20 ans courent un plus grand risque de décéder avant leur premier anniversaire : 142 ‰ contre 105 ‰ pour l’ensemble. xxiv La mortalité maternelle est élevée au Burkina. Pour la période 1994- 1998, le taux de mortalité maternelle est estimé à 484 décès pour 100 000 naissances vivantes. Environ la moitié des femmes (52 %) et près de 9 hommes sur 10 (88 %) ont entendu parler des Maladies Sexuellement Transmissibles (MST). La grande majorité des Burkinabè (96 % des hommes et 87 % des femmes) ont entendu parler du sida. Cependant, parmi ceux qui c onnaissent le sida, 9 % des femmes et 5 % des hommes pensent que rien ne peut être fait pour éviter de contracter cette maladie. De plus, 30 % des femmes et 16 % des hommes ne connaissent aucun moyen pour éviter le sida. Au Burkina Faso, plus du tiers des femmes (36 %) et 22 % des hommes qui connaissent le sida pensent ne courir aucun risque de le contracter. À l’opposé, 9 % des femmes et 7 % des hommes estiment que leurs risques de contracter le sida sont importants. Par ailleurs, 47 % des femmes et 22 % des hommes ont déclaré ne pas avoir modifié leur comportement sexuel depuis qu’ils ont entendu parler du sida. Bien que la quasi-totalité des hommes et les trois quarts des femmes connaissent le condom, 37 % des hommes et seulement 10 % des femmes ont déclaré en avoir déjà utilisé pour éviter de contracter une MST/sida. L’excision est une pratique très fréquente au plan national : près des trois quarts des femmes de 15- 49 ans (72 %) sont excisées. Cette pratique est particulièrement fréquente chez les femmes de religion musulmane (78 %), et chez celles résidant dans les régions Ouest (86 %) et Nord (81 %). De plus, parmi les femmes enquêtées, 25 % avaient déjà fait exciser leur fille aînée mais 22 % ont déclaré, par contre, qu’elles n’avaient pas l’intention de la faire exciser. Parmi les femmes qui connaissent l’excision, près des deux tiers (65 %) ont déclaré qu’elles étaient favorables à l’abandon de cette pratique. Parmi les hommes, cette proportion est de 69 %. Les complications médicales causées par l’excision ainsi que l’interdiction par la loi constituent les deux principales raisons citées par les hommes et les femmes pour justifier leur opinion en faveur de l’abandon de cette pratique. xxvi � � �� � �������� �������� �������� �������� ������������ ��� �� ���� �� ������������ �� ������������� ��� �� ���� �� ������������ �� ������������� ��� �� ���� �� ������������ �� ������������� ��� �� ���� �� ������������ �� ������� ������ ������ ������ �������� ���� ���� ����������� � ��� ��� ���� �������������� � ��� ��� ���� �������������� � ��� ��� ���� �������������� � ��� ��� ���� ���� � � �����������G46 �������G46 ���G46�������G46���G46�������������������������� ������������ � � ����������������� ��� ���� ������������������������������� ������� �����!!"#!!$����������������G46�����������%�������������&�G46� ���G46 ���������&�� ���������������������������������&�G46������� G46���������G46 ������������������'�&���� ������ ��������(� � ���������������� �������� � �� ������� �������� � �� ������� �������� � �� ������� �������� � �� ������� � � �(�(��(�(��(�(��(�(����� ������� ���� ���� ����������� ���� ���� ����������� ���� ���� ����������� ���� ���� ����� � ��������������) �G46������*��������G46'�������+,%������-G46G46��������$��������������� ����������.����G46��&�� G46 �&��������������%�G46������/01�/22����(�3���+����������������!�/2+�����4��������������� ����������� ���������/�52+� �������4�52+����� �������� ����(�3��������������%� ���6�����&�G46�������.��7����8�������� ���������+ ����$����*��������+���$� ����9����+3& ���$����: ���$����; � �������������������(�� � -����� �� �$����G46�������������.����������������/22�������� �����,)��<�����9�����3& ��� $���!"2������� � ������;�����: ��� ������!02�������� ������= ����; � (� � 3��%�����������������.���� ��������&�G46����G46�������� ��G46�������.���� ������������������G46$���������������� ���&� �������� ������� .�����&�����������522�������� �������/22����������(����������&� �����������%��)������ �������������������+�����)��$�G46��������%����G46���� ���������������� ��)���������������������������G46 ��������� �+������������ ���������� ������ ��(�=����.��G46 ���>������G46.G46���������G46 ������$���������G46�����$���������� ��(� � �(�(/�(�(/�(�(/�(�(/���� -��������� ��� ����G46 -��������� ��� ����G46 -��������� ��� ����G46 -��������� ��� ����G46 ####������������&�������������&�������������&�������������&�� � =�� �������� ��� � ���� ��)��&���� ��� G46��G46 ��G46����� ��� ������������&��� 7� ��� G46 ����� 14� �� &��G46��$� 542� ������������$�55�G46 ��������������������G46�G46�������������"�222�&�������(� � =����.�$����6������� ��������� �����������������G46���� �$������������������������ G46��������� G46�������� ��������!!�(�3������������������������������������%%��������&�����(�������������������������������)�G46�������7� � �� ����,����)����*��� �����G46 �� ���������2��������?� �� ����� ��)����������������������G46 �� ��������&�� ��522����)���(� � =����.��������� ��$���� ����$���������������������� (������#G46�������&������ ���%�G46�����������6����������� �� )�6��������������� �& ������)��G46��������������������(� � �(�(5�(�(5�(�(5�(�(5���� @ ������������ ������ �@ ������������ ������ �@ ������������ ������ �@ ������������ ������ �� � 3��������������������������������� ������ ��G46 ����������������6�����G46 ������+�������� �(�8�������� �� < ���� ����� ���� ��.�� ��� ��&�� �������� ��� G46� �����G46�� ������� ��� ��� � ������ �� %�G46�� �� ��� �������� �� & ���� ��� ��������� �� ��� ��&���� ��� &��� ���� � ������ ��� ���� ��� G46G46������(� � �G46����� �+�������� �� ���� � ������ ��� ��� �����%�G46�� �����������)�� ����% ����������$��������������� ���� ��G46����������%%����������G46 �������� ���������� ����G46 �%����G46����%��G46���������� ���������������� ������ ������������ ��&�������� ������������ ������ ��������� <�����!!�(� � � /� � ������� ������������ ������ ����� ���������G46 ��������� ������ ���� �����$��G46 � ����������� G46�����(� ��������% �����������G46�������� �)����������G46�������� �����������7� � �� ���� ������ �����������������% ��������������������������������������������&�� �������?� � �� ��������&������������G46 ������� �&������G46��������%�A ����)���������� ���)������������������������ %������?� � �� ��������&������������G46 ������ ����� ������+���G46��� ��������+��% ����� �� )<�G46��&���������6������ � ������ ����������+������� ����G46 ����G46����&��$���G46(� � =��� )<�G46��%��������������G46������ �������������������$�������������$���7� � �� G46 ����)���� �� �+����� ���� �� ��� ��� ������ ��� ��� � ������ �� ��� �����G46������ ��� ������ ��� ��� ���� ��G46�� �?� � �� ����� ��������G46 ��������G46������� ������ �$������������&�� ������������)��?� � �� &�� ��������������G46����� ��������%���������������G46��&������������6������� ������ �(� � �(�(1�(�(1�(�(1�(�(1���� ������� ��� G46� ������� ��� G46� ������� ��� G46� ������� ��� G46� ####�G46 � ������G46 � ������G46 � ������G46 � ������ � B��+����������� �)�������.���%��G46����$��������������� �����G46 �%� �����������&�� ���������G46 � ������ ��%%�G46�����������������������G46������(�,&�G46����@*������ �)����������!!0����5�2�CD�$��������G46������������������.�� ����� �����&��G46��(�����!!1$�11$4�E�������� ������ ��&�&����������� ���������������� �����)� ���������&����� ���������1��2!!����,�����������������������3*��$��!!F (�������������� ��������&�����������&�G46��G46G466����%%�G46���� ���� ���&�G46��� � G46����� ��� )���$� G46 9����$� ����� �)������$� �)����� ���G46����$� ������� ��%������� ��� ��� %����� ��� ���������� �(� � =+�G46 � ������������������ ������������������������+����G46�����������+���&�������� G46G46����������������� ��� �������������� ������ ���G46��&�����G46 ����)�������� ���50$/�E����@3�������.������!!"��@*D�$��!!" (� � ��������� ����������+���G46��� �$��������������G46 �������� ������+��� �)������� �������������%�������������� ���������%��)����������� ��#���� �(�=�����������������G46 �������� ������������������G46 �������� �����1�E�� ����+������ �G46 �������!!0#!"������&��������+�����)��������.�(������������������%��)���G46 �G�����%�������55�E �����G46 �G����� ���A ����1"�E ����@H8��,$��!!! (�I��������+��� �)������� �������������$�� ����&������������+ ���������!�E(�=�� ���������$����� ������ �����&�� ��5�% ����������� �)���������������%�������/!�E�G46 �����!�E ��@*D�$� �(� G46��( (� � =��������� �����������������.������G46���G46�����������������&�������� �����������&�(�=��������������� &�� ���� �����G46������������������������ ������ ���������+ �)����� ������!!F�� ��������������)�������� ������������������� �4$/��$������������� ����������%�����������+ ���������20��(�������������� ������������������������������%��)��� G46 �&��������������������&�G46G46�����(�����!!0$� ��G46 ���������&�� ���������G46���� ���/!�222� �)������$���������# %������ ���/"�422�%���������J�������� G46�������������%�������� ���"�422� �)������(��������� ��� ������������� ��#���� �������� �����-8�����G46 �������� ������� ��#���� �� ������%��G46�������2�222� �)���������������G46��$�4� 222�������%������� ������#%���� (�B�G46���������������� �������������$�&��������������%%���������%%����G46�$����� ��# ��������������������������������� ��������%������G46����������������(� � �(�(4�(�(4�(�(4�(�(4���� ������� ����� ���� ����������� ����� ���� ����������� ����� ���� ����������� ����� ���� ����� � ,&����������������!!"#!!$������������!F2$��������������� ������������� �����G46�����������K:@�����!04$� � � 5� K:@�����!"4�������K:@L�����!!F ���������������������������&����������� �����7������������ ���� ��������� � ������ ��� �!F2#F�$� �������� � ��� G46���������� ��� �!0F$� �������� ��� ���� ����� ��� �!!�� ��� �������� ��� ���� ���������������������!!5(����� ������ ��� ������������ )��������������G46���������� ���� ��������� )��������%%�������������(� � ��� �����K�G46���������:�������������@ ������ ���������+L�)����� ���K:@L �����!!F$��������������� � G46 ��������2�5�/�F2!� �)��������&�G46�������������� .��������5"� �)�������������(�=����������G46� �����G46��������� � .�����������+ ��������/$1�E(�B�G46���.� ��$����� ������ ��� �)��������/!����(�� � =�������)�������� ��������G46 ���>������)������������������������F2$������������5/������4$/�������!!F(� 3����������������������������� ����������%�������������������������"/�������!F2#F�����20�������!!F(�@������� G46�������$���������)����������������������&������42�������!F2#F�����1F�������!!F ����)������(� (� � =������������� ������������� �< ���������.������������ �(�,��G46 �������������� ����!""#!/$���&�� �� F2/�222����� ����� �������� �G46 ������������������ ����������� ������ ���/05�222�������������5/!�222��������(� �����G46 �������� �6����������������������&�G46�����9�����3& �����42"�222������G46������ ��K�8D,-$��!!" (� � � � ��������� ��� �� G46���������������� �������������� ������������������������������������������������������������������������������������������������������ �� G46������� �������� ����� ��� � ����� ���!� ����� ������������������������������������������������������������������������������������������������������� "������ ���������� #�!������ � � ��!��$�! G46 � ����#��� � ��������� � � �� ���!�$����� ���%�������������� ���&����������'�� � � � #� � � � � � # ($� #!� #�(� � � �� G46��)*����� �������+�G46��� ��� ��&��,���������,����'� �($ � � �(� � � �($ � � �(! � � �(�� �(� � � ���%��������������� ���&����������'� !$ � � $# � � ��( � � ��(# � � �� � ($ � � ���%���������� ��� �,��� ���&����������'� ��$ � � ��� � � �!# � � ��#(� � � �!(� � � ��� � � � -������G46�����. ��/������ ����G46��&���������'� !� � � #$($ � � #�( � � $($ � � �� !(� � � ������������������������������������������������������������������������������������������������������� � �0���������� ����� � �0��������1������� G46 �"������ �����G46������������ � �������2�-���3���0�������� �������������������4�����5�����& 6)0(�����'� ����2�-���3��������G46��� �� ���& 6)0(�����'� ��� 2�7�G46���������8�������������"������ ��2�9���*�������������������, � � ,��& 6)0(�����'� ����2�9���*���������������������:-���3���0�������� ������������& 6)0(����!'� ���!2�-���3���0�������� ����������)��������;��< ���+����& 6)0=>�G46��(����#'� ����2�7�G46���������8�������������"������ ����������:4�� ��� ���& 6)0(�$���'� � � 1� ���������������� ���������� �� ������������ �� ������������ �� ������������ �� ������ ����� ���������� �� � ��� � ���� ����� ���������� �� � ��� � ���� ����� ���������� �� � ��� � ���� ����� ���������� �� � ��� � �������� ������� ����� �������� ����� �������� ����� �������� ����� ����� ���� �(/(��(/(��(/(��(/(����� ��������������� �������� )<�G46��%������+���������������������� �������� )<�G46��%������+���������������������� �������� )<�G46��%������+���������������������� �������� )<�G46��%������+�������� � =�������6�������������� ���� ������������������������������� �����!!"#�!!!�������#33 ������� ���������������3��������*��� ���������������������������������� ���� ����3*�� $����8�����6��������MG46 � ����������� �����G46��$��&�G46�����������G46����G46 ���������8�G46� �3�������� ����3�G46(�=���� <�����)���%�G46��������������%����G46������� ��,���G46������M����#D����� ��������&�� ��������3�������� �����D�,3� $����� �������*��� ���D������ ������ @ ������ ����*D,@ �����������������8 ������������&�������@� <���@ ������ �����=�����G46 ��������������@@=� (�=�� G46 ���G46�������� ������������������������������ ���������!�* &��)����!!"����0�������!!!(� � ����������������������������G46���������� ���������������� �������������������� ���� ������������ ���������� ���� �G46�����L���� ����&�.��#��L� (�� �% ������������� ���������������� ����������������� ��� ���� �����������������$��������#33�&�������� )<�G46��%�����&�����7� � �� ��G46������������� ���������+�G46 ��������� ����$����������������������G46������������� ���������������� G46��G46����� G46�������� ����� ��� ���� �����$� ��� �����G46������ ���� �������� %�G46 ������ ��� ���� �������� � ����������%��� #<�&�����?� � �� ����.���� ���� %�G46���������������������� ������&�������� ���� ������G46������ ��� %�G46 ������������ ��� � ����������%����������<�&�����?� � �� �����������������+��������� ��������G46 ����G46���� ��������� ������ ����������������������G46����� G46���������G46���G46������������� G46� #�G46 � ������?� � �� ��������������&���������)�� ����� �������%������������6������G46 ����G46���� ������������������&����� ������%�G46 ������� ���������?� � �� ��G46������������� ���������G46������������������%���������7�&�G46G46����� ��$����&����G46������������������� ��� ����� ��$� ��� ��� %�6&��� ��� ��� ��� � ��$� &������� ����������� ��� ��������G46�� �� �+�G46G46 �G46 �����$� ��������������������?� � �� ������������G46 ��������G46������������������������ ������������%������&��#�#&���������������� �����������������������)��������������?� � �� ������������G46 ��������G46��$������������������������������������ ������������%������&��#�#&������ ����G46��� �?� � �� ���������+������������ �����������%��������� �������G46��������������������6����������)��������� ������������ �������������������$���?� � �� % �����$���%��$��������� ���)����������������������������� ������������ ������ ������������� ��� ������ ���������)�����G46�����������������%�G46 �����$����� �������$���������%�G46��� ��%������������ ��������(������������ ������� ������������� ����������� ����&�������+����G46������������G46��&����� ������������ ��������%�������� �&������������������ ����+����� ���� ��������������������)���#����� ������� ������ �(� � � 4� ��%��$��+�����#33����������������������� ���������������� ���$���������������% �����������+����)������� � �������������)���������&����� �������������� �����������������G46 ��G46 ����������+������������������ )�6������� � ������ �������������(� � �(/(/�(/(/�(/(/�(/(/���� @��� ��������G46���������������G46��&���������@��� ��������G46���������������G46��&���������@��� ��������G46���������������G46��&���������@��� ��������G46���������������G46��&���������������������������������####33333333� � @ ����������������) ���� ��������� ����� ���������$����G46 ����� ��G46 ����������������������G46��� ��� ��� ���� ���)������ ���������G46�����*��� ���� ��� ���������G46�����;�G46 �����(� 3��� �&������ ��� G46 ����� ��� �����&��� �� ���������������������$�.�G46 �������������&������% ���������(� � @�����������$�����G46�����������3*��$�����G46 �������������� ����������������� ����� �������������������� �� ������������ �����$����G46 �G46���� ������������ �������$����% ����� ��������� ��������������$������������������ ������.�������� �����(�����G46 �������������� ����������3��������*��� ������,�� �)������� ���3*, � �������������� �����G46�� ������������ ��������������� ����������������.��7�� ��$��� �������%��%����(� � =��� �G46��&����� ��� G46 ���G46��� ��� � ��� ��� ������ ��� 5� ������� ����G46������� 7� ��� ��� �)������� ���� G ���� �����������G46 ������ �����$�������#����������������������G46�����(�@ ���G46 �G46�������G46���������$�����% ����� �������� ������������������ �������G46������(� � @ ������� ������ ������G46��� ���� ������������ �)�����������G ��������G46�� ������� ������������$��2� ������� ���������G46�������%������% �����4��������$����� ����������&��������/�G46 �%����������(��������������� ������� �������������������������������&�G46������3*��(� � �������4�< ���$�0���������G46��$����6���& ������&������% ����� ���������������$� �����������������&������� ������������������������ ��(�;� ���G ��������������� �������G ����������G46 ������ ������G46����� �������&������������� G46��G46����� 7��������G46��������� ���&��������-����� �� ����� ���&�������������)�$�� ��� ������ ���G46�������(������� ����6�����������$�������������� ��������������������%����������.��������� )�6����7������ )�6�����������G46�� ����� ����������� ������������� )�6������% ������� �����G46��������������� ��$�� ���������������� ������������������$� ����G46��� ������������(� � @ ��� ���� ���&���� ��� ���������� ����G46�����$� ���� G46������������ ����������G46��� ��� ������G����� ��� G46 �%�� ��������� ��������������G46�� ����(�3��� ������&������% ����� ������������ ���������������������������������$����� ����G46�� ����������������������"�G46 �%����������$�"�G46 ���9������$�5/���������G46������/�����������&���%�G46��� ��������� )�����������������������������������������������(� � =��% ����� �������������5����������G46 ��������$�����������$����������� ����� � �������G46 �G46����������� ��G46 ������������������������������% ����� �����$�������������$������������G46�G46������������������������������������ ������ �������(�=��% ����� �������������������%���A������$�������������$�����G46 ���������� �������� �������� � ��$��� �������%��%�������������G46 �������������� ����������3*,(���� ����$���%%������������� ��������� ��G46������� �������G46�� �������������������������������� $�����������*��� �������*������ ����** $����� �����*��� ������� =�����G46 ���������������*=� �������� �����*��� �������=�����G46 ��������@���������������G46��� ����*=@� �� ��� �����&����������������% ����� �$�� ���� �����������������G46�����������������������% ����� ������������������� %�������$��������������������������%������$����������������G46��� �(�,��6��G46�����% ����� ��� � �����$�����% ����� ������ �������������������� �������������G46���������������8�������������3�%���������83 ���-����� �� ���%����������� ��������G46��� ��������� ���������� ��� ������ ���� �������� ��� � � ���������$� � ��� ��� �����&��� �� ��� ����� ������� ������������������*��� �������*������ �(� � =�����&�������G46 ���G46���������������������!�� &��)����!!"����0�������!!!�����"��������(�� ������������ ������G46 �� ���������G46 �%���������$�������G46 ���9�����$�������������������G46�����������G46 ��%%���(�=��G46 �%���������� ����������������G46 ����������������������&������������6������ ����(� ; ���������� �������G46�����������%%��������� ������&����������������G46����������������G46������� ������� ��%%�������� ������ ������G46 ���G46��������������������3*��������������!!5$�K:@L�����!!F$���G46( (�=����������� � � F� ���� ���������������#33���������������G46 �������������� ����������������� ���������� �&�����,�������(� � �(/(5�(/(5�(/(5�(/(5���� I����� �������I����� �������I����� �������I����� �������� � ��������G46���������+�����#33$��� ����.������������� �����������%%������� ����������������7� � �� ��������� �������������?� �� ��������� �����������&������%����?� �� ��������� �����������&������ ���(� � =��������� ����������������������&������� ����������������������������� �������� �6���� ���������.���� ���&����G46��G46 ����G46����&��%��)�������� ��������L�(� � =�������� ����������������������+������������� ����������)���������������&�G46�G46������������������ G46���G46������������ 7� � �$� ����� ��� �������� �&�G46� ��� G46 �%� ���������$� ����$� J��$� ������� �� ��� �������G46�$� ��&���� �+������G46�� �$���G46(�3��G46 �����������������������% ����� ���������&�������G46 ����� ������&������������(������������ G46���G46���G46�����������$�G46�������� �������G46 �� ����������������G46 �&�������� ����+������%�G46��� �����������$������� ������������ �+�����&��N����������������G46��G46����� ��� ��������G46 �&������������������� (�=������G46����� )<�G46��%���� ������ ���������������������% ������������% ����� ��������������������������������� ������ ��������%����G46�� � ������G46��G46��������������� ���� �������� �������$�%�G46 ����� $�����+������%��������%������������� ����������)���� � �������������&��N�������&�����������(� � =�������� �����������&������%�����G46 ������������������G46���������� ���������� �������)J�������� ��������� G46 ���G46�������������#33(�3�������������������� ���������%�����������)��������������������G46�� ����(�3������������G46������ J���������4#1!�����������������������&�����������.���������������������G46�������+�����&��N���������������(���� �� ������ �����������G46 �&�������������������G46�������������� �������������$����G46 ������� �G����G46�� ������� ���������������<�������&�����7� � ����G46������������� G46� ����G46������������� G46� ����G46������������� G46� ����G46������������� G46� ####��� ���� ����������+���������7���� ���� ����������+���������7���� ���� ����������+���������7���� ���� ����������+���������7�G46�������G46�� ��� ���$�������������$�������J������ ������������������G46�$�����G46 �������� �$������ �)������� �$�������� ������$����� ���������������� �?� � K��� ��G46�� ��7�K��� ��G46�� ��7�K��� ��G46�� ��7�K��� ��G46�� ��7�G46������������������������������������)��������������G46���&�&������������%�������� ����� ����$�������������������G46�$�����������������&�������&��� ����G46��� �������������������������G46�(���� ����$����������������G46 ���G46����������% ����� ������������������� ����������� ��������������������� ������������G46������� ������$����G46 ��������G46�������������G46 �������� ������������������G46 ��������G46����� ������� ���%�G46 ������������G46.G46������������?� � � ����G46���� ��7� ����G46���� ��7� ����G46���� ��7� ����G46���� ��7�G46��� �����������������G46��������������% ����� ����������G46 ��������G46�$������������ �� �����������G46�������������G46 ����G46���� �$������ ��G46��������� &��� ��������������G46G466����G46���� ��G46��(������ ������������������� )������������% ����� ���������������� ������������� ��� �����G46 ����G46���� ������� ���&����?� ����������������������������������������������������������� ���������������� � ���� ����� �� ��� ���������� ��� ��� ����� �� ������� � � 0� :� ����������������������$�&�G46G46����� �����������7:� ����������������������$�&�G46G46����� �����������7:� ����������������������$�&�G46G46����� �����������7:� ����������������������$�&�G46G46����� �����������7����������������������������������������������%��������� ���G46 ��������4������6��������������G46�������������������%����������������<��&�����!!5 ?� � 8������� 78������� 78������� 78������� 7������G46�������G46�� �$����������� ���� ���G46 ���G46�������������������� ���������%�����$���� G46 �)����� ���&�G46����G46 �< ����� �������������������� ��������G46��&�������������������%����?� � @��%����G46����������6������%�G46 ������7�@��%����G46����������6������%�G46 ������7�@��%����G46����������6������%�G46 ������7�@��%����G46����������6������%�G46 ������7�G46�������G46�� ����G46�������������% ����� ��������������������%����� ��������������������������&��������%���������������������G46��?� � ����G46���������������G46 �< ��������G46��&������ %���� �������������%�����7����G46���������������G46 �< ��������G46��&������ %���� �������������%�����7����G46���������������G46 �< ��������G46��&������ %���� �������������%�����7����G46���������������G46 �< ��������G46��&������ %���� �������������%�����7����G46�������G46�� ��G46 �� �������� ������ ���G46 ���G46���������G46���G46������������� G46� #�� %���� �����������G46 �< ��������%������������ �� ������G46��&�����G46 � ���������� ���������%�����?� � ����� ��� �������8���������������������;���������)���� �8�; � 7����� ��� �������8���������������������;���������)���� �8�; � 7����� ��� �������8���������������������;���������)���� �8�; � 7����� ��� �������8���������������������;���������)���� �8�; � 7�G46����� ��G46�� ��&������ )���������� ��% ����� �����������8�;�������������&�G46�����G46G46���������G46�������������G46 ��������G46���������$����� � ����������������� �$������ .����������&����$������ ��G46������%����������%������� �����G46�& ������� ��% ����� �����G46����<��������������������&��#�#&����������������������?� � ��G46��� �� 7��G46��� �� 7��G46��� �� 7��G46��� �� 7� G46����� ��G46�� �� ��G46������� ���� ��% ����� ��� ��� ��<��� ��� ��� ��������� ��� ����G46��� �� ��� ��� �� ���� �������������������������&�����������������G46 �&�����������G46�������������?� � 8 �������������������78 �������������������78 �������������������78 �������������������7���������G46�� ��&�������������������������������������������J�������������������&��� ���� %�6���� ��� �'���� ���� %������ ���������(� @ ��� ���� �'���� ��G46�����$� ���� ������ ��� �������������������������������������������������G466������������� ����&�G46�������������?� � ;���������� �����������%��������� �;���������� �����������%��������� �;���������� �����������%��������� �;���������� �����������%��������� �������G46��������������������6�� �7�������G46��������������������6�� �7�������G46��������������������6�� �7�������G46��������������������6�� �7������������6�����G46�� ��������� �����G46����������������������� � � ���������������6������������������������G46�����������������%����� ���� �������4����(� � =�� ������ ������� ����&������ ���� ���� ����������� �� � ��� ���� ����� �����)���� ����� ���������� �G46 ������ ������/��G46%(�� �����������G46 ������ ���������G46 �&�������������G46 ������ � (�3��������������������������4#4!����� �������&����������.���������������������G46����������������������������������������������(� � =�������� �����������&������ ���������������G46�������� �)������������ ���� ���������%�����(�3�� G46 ��������������G46�� ��� 7�G46���G46������������� G46� #��� ���� ����������+�������$����� ��G46�� �$�G46 ����G46���� �$� �������$����%����G46����������6������%�G46 �����$������������������������������������������������)���$���� ���� ������ ����������������������������G46��� �(� � �(/(1�(/(1�(/(1�(/(1���� MG46 ������ ���������G46 �&�����������MG46 ������ ���������G46 �&�����������MG46 ������ ���������G46 �&�����������MG46 ������ ���������G46 �&����������������G46 ������ ��G46 ������ ��G46 ������ ��G46 ������ ����� � =+�G46 ������ ��G46�)�������+�����#33��������F�222�%���������J�������� G46�������4#1!���� (�=��G46 ������ ������ ������%��$�� ���������������������%������&�������� ������������&��������������������������G46��(�3������)����������� � ������������������������%����������������(�,���������������$�/�2���������G46 ���������������������������������� � �����$� �����������G46�� ���������������������� ����������������������������� ���������O ���������� �)��������O� � ���K�G46���������:������� ��� ���@ ������ �� ��� ��� ��L�)����� �� �K:@L ���� �!!F(�,�������6��������$� ���� �������� ������������������������������������������������� �)���������G46 �����������(�; ���������%����������4� �� 1!� ���� ��� G46����������� ��� ���� ���������(� =��G46 ������ �� ���� ����� �� ���� )����� �� ������� ����� � ��# �G46 ������ ����������������������������/ (� ����������������������������������������������������������� ��������� ������ �������G46�� ���� ��� ���� �� �������� � ��� ��� ������ ������ ���� ����� G46���� ��� �� ���������� � ��� ���� � ��� ������ � ���� ����� ����� �� ������� ������������� ���������� � � �!" ����������������� �#� G46��� �� � ������ ��G46��� ���� �������� ���� �� ����$�� ��� ���� �� ���� ����������� ���������� ��� ���#��%�������G46� ���� �� ��G46��� �� ��&����� �� ��������'G46 �� ���������&�� ��� ������� ���� ���� (��� ���G46� ������ � ���� ���������"$)����*++,�� � � "� � ; ���������������������G46�� ������ ������������������������G46 ��������������#33$����� �)�������������� ����G46�� ����������G46 ������������&�����������2���12(�,��; ����4�55��������� �����������G46�� ������ ���1�"0�� ��� ����������%�������� �����������������(�����G46���1�"0���������$�1�"�/� ���������������������&�G46���G46G466�$�� ������ ����������� �������!!�E����)������(/ (� � ����� G46��� 1�"�/� �������� ��������$� F�012� %������ �����)���� ��� ���� ������%����� � ��� ���������� ����&�������$� ������ � ��#�G46 ������ �����/�"!"� ����������)����� ��� ���������� ���(�@����� ���� %������ �����)���$�F�114� ������������������&�G46���G46G466�$�� ����������������� �������!F�E(�� �G46����������� ����$�/�F1�� �����������������&�G46���G46G466�$�� ����������������� �������!��E(� � �� ��������� $���� �������G46��.�����������:�G46���� ����� � -,,�G46� ,�� ���� �������(� ���� ,������ ��� ���� ������� ����G46� �����(� ���� , ��� ��� ����3���(�������%���������������������� � ��������� ���G46�(�-0);+� �;��< ���+���� �������� �������������������������������������������������������������� � ������7�� ���G46�� � ����������������������� -���3��� ������������?��� �����������7������������-�������� ��������������������������������������������������������������� �������� ����� ��6�����������������������G46� ������ ��6����������������� ���� , ��� ��6���������������������3���� � ���%������������������������ � �������� �� � ��������� �� ��6���������,�������� � ����� ��6���������,����������3����� � ���%����������������,������ � � ����������������������� �� ��6�����������������������G46� ������� ���������:����3��������� ��6����������������� ���� , ��� ��6���������������������3���� � ���%����������������������������� ���:����3��������� � �������� �� � ��������� �� ��6�������:��������� � ����� ��6�������:�����������3���� � ���%����������������������� � � ��##�� !��� � ��!!� � ��!�$� !� �� #����� � ��$��� !� ##� #���$� � ������������(���������������(���������������(�� � � � � � ��� �� #����� ���#�� � ��� �� #���#� ��## � � ������������!(��������������($������������� (�� � � � ������������$ ��������������#�� $� �$� �������������!� ���� � $�##�� ������������#�� ������ $�#��� � �� �������������(������������������(�����������(�� � � ������������ !��������������# ���� $����� ����������������������������#!� $��#�� � ������������!(��������������#(���������������(�� � � !� �(/(4�(/(4�(/(4�(/(4���� � ���G46�������� ������ ���G46�������� ������ ���G46�������� ������ ���G46�������� ������ � ������� ������������� ���������������6�����1�� ��$�����!�� &��)����!!"����0�������!!!����6������ % ����� ������� ����������������/!�������)������//� G46� )����!!" (�=��� ��������� )���&�����������%��������� % ����� ����������)���������G46 ���G46�������G46��������� ��������� ���������G46��������&��� ������������� ��������� �������� �������(� � @ ���������&���������&��������������$���������� �����������&��� �� ������� ����������������6������(����� ����� ����&������� ���)����������G46��������G46 ����� ���������&�������G46 �����������$����G46 ���9������������������ ���&���$������� ����� ������ )�6�����&�����������G46 ���������� �����������$���� ������&��������������������������� G46 ���G46�������������� ����������������������������G46 �&�����(� � �(/(F�(/(F�(/(F�(/(F���� ���� ����� ������� ��������� ����� ������� ��������� ����� ������� ��������� ����� ������� ������ � =����� ����� ������� ����������������#33�����)�������������������6�������)���������G46 ���G46��(������� � ������������� ����������������������7� � P���%�G46��� ��7P���%�G46��� ��7P���%�G46��� ��7P���%�G46��� ��7����&���%�G46��� ��G46 ���������������G46 ���9������� �����&����������G46 ������ ���������� ������� %�G46 �����������������������G46 ���9���� �������������G46 ����G46������� �����(�������&�������������G46���� �������������������&���%�G46��� ��� �������� ������������ ���)�������������(�������&���%�G46��� ����������� ������� �������������������� ��������G46��������(� � ������H����� ������� ������7�������H����� ������� ������7�������H����� ������� ������7�������H����� ������� ������7��������)������� ������ ��������������������������������� ������ ��� ������������������3*�������������������������������$����G46 ���9����������������&�����(�=������������� ������ ����������G46 ����G46���������������������������6�������)���������G46 ���G46������������� �����&��� <����+����&�����!!!(�=�����������������������&���%�������G46 ����G46��������������� �������������(�@��� ��������$����� �)����������������������������� ������������� �������(�,��6������������������� �����$� �������������� �&6�������� ��� ���� ��������$������ ��� G46��� Q� G46��� ��% ����� ������&�������������� ��������������������������� �����������������������G46��������%����$������������������������������� %����$����������������G46��������%��������J��������G466��������%���� (� � ;�)����� �� 7�;�)����� �� 7�;�)����� �� 7�;�)����� �� 7� ,��6�� ���� �������� ��$� ���� ��� ����� ��������� ��� ���� ��G46 ��%����� ��� ���� ������ ��� &���%�G46��� ������������������������������������ ����) ��������%�G46 �������� ��������%�����%(�=�����&���� �����)����� ���������G46 �&�����������!!!(�=����)����� ������������6���������������������6������8�G46� � 3�������� ����3�G46($������&��� �$�8��.����(� � =������)������� ������ ������G46 ���9������������� .�������%�G46 �������������������)����� ������� ������ ��� ���� ���������� ��� � .��� ��� � ��G46���� 3��,� �3���������� �.����� % �� ���&�.� ,���.��� � ��&�� ���� ���� 8�G46� � 3�������� ����3�G46(� 1 Pour des problèmes de collecte, les enquêteurs ont d’une part volontairement “rajeuni” les femmes de 15-19 ans et les hommes du même groupe et d’autre part “vieilli”celles du groupe d’âge 45-49 ans et ceux du groupe d’âges 55-59 ans de manière à ne pas les enquêter. 11 CHAPITRE 2 CARACTÉRISTIQUE DES MÉNAGES ET DES ENQUÊTÉS Célestin L. Sagnon Ce chapitre présente les résultats concernant les principales caractéristiques des ménages, des femmes et des hommes enquêtés individuellement. Il comprend deux grandes parties : • une première partie qui examine les résultats de l’enquête ménage, notamment les principales caractéristiques démographiques (structure de la population et composition des ménages) et socio-économiques (caractéristiques de l’habitation et des biens possédés) des population enquêtées; • une deuxième partie, qui porte sur l’enquête individuelle et qui est consacrée notamment aux caractéristiques socio-démographiques des enquêtés : il s’agit principalement de l’âge, du milieu et de la région de résidence, de l’état matrimonial et du niveau d’instruction. 2.1 ENQUÊTE MÉNAGE L’enquête ménage a porté sur un échantillon de 4 812 ménages interviewés avec succès. À partir des données recueillies, on analysera la structure de la population, la composition des ménages, les caractéristiques de leur habitation et des biens de consommation durables qu’ils possèdent. 2.1.1 Structure par âge et sexe de la population Le tableau 2.1 présente la structure de la population des ménages par âge et sexe, selon le milieu de résidence. L’enquête ménage a concerné 31 569 personnes dont 16 423 de sexe féminin, soit 52 %. Selon le milieu de résidence, il apparaît que 86 % des personnes enquêtées résident en milieu rural. L’examen de la pyramide des âges (graphique 2.1) permet d’apprécier la structure par âge et sexe de la population enquêtée. La base très large de la pyramide et la décroissance rapide des effectifs avec l’augmentation en âge sont caractéristiques d’une population à forte fécondité. On remarque une très légère prédominance du sexe masculin entre 0 et 19 ans qui s’inverse à partir de 20 ans au profit des femmes jusqu’à 59 ans. Ce déficit d’hommes entre 20 et 59 ans s’explique en grande partie par la forte migration masculine que connaît le pays. À partir de 60 ans, les proportions d’hommes deviennent à nouveau plus importantes que celles des femmes. Par ailleurs, on enregistre un net déficit de personnes enquêtées aux groupes d’âges limites des enquêtes individuelles 1 . 12 Tableau 2.1 Population des ménages par âge et sexe Répartition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'âges quinquennal, selon le milieu de résidence et le sexe, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _______________________________________________________________________________________________________ Urbain Rural Total __________________________ __________________________ __________________________ Groupe d'âges Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble _______________________________________________________________________________________________________ 0-4 5-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 65-69 70-74 75-79 80 ou plus Total Effectif 12,3 12,2 12,3 20,1 18,0 19,0 18,9 17,1 18,0 13,8 13,9 13,8 19,9 16,4 18,1 19,0 16,0 17,5 13,7 16,4 15,1 15,7 14,1 14,9 15,4 14,4 14,9 13,5 13,7 13,6 9,2 8,6 8,9 9,8 9,4 9,6 11,3 10,6 10,9 5,0 7,1 6,1 5,9 7,6 6,8 8,1 7,2 7,7 4,4 6,7 5,6 4,9 6,7 5,9 7,0 6,0 6,5 4,1 5,8 5,0 4,5 5,8 5,2 5,3 5,2 5,2 3,6 5,1 4,4 3,8 5,1 4,5 4,4 3,9 4,2 3,2 3,8 3,5 3,3 3,8 3,6 3,1 2,4 2,7 2,5 2,9 2,7 2,6 2,8 2,7 2,6 3,0 2,8 2,4 3,7 3,1 2,4 3,6 3,1 1,5 1,5 1,5 1,9 2,5 2,3 1,9 2,4 2,1 1,1 1,0 1,1 2,5 2,0 2,3 2,3 1,9 2,1 1,0 1,0 1,0 2,0 1,1 1,5 1,8 1,1 1,4 0,7 0,8 0,8 1,5 1,1 1,3 1,4 1,1 1,3 0,5 0,3 0,4 1,0 0,6 0,8 0,9 0,5 0,7 0,3 0,7 0,5 0,9 0,5 0,7 0,8 0,5 0,7 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 2 229 2 324 4 553 12 917 14 098 27 016 15 146 16 423 31 569 Le tableau 2.2 donne la répartition de la population par grand groupe d’âges à l’enquête. On peut remarquer que la population burkinabè est extrêmement jeune, puisque les moins de 15 ans représentent un peu plus de la moitié de la population totale. Seulement 4 % de la population a 65 ans ou plus et 46 % a entre 15 et 65 ans. Ces proportions ont peu varié depuis le RGP de 1985. Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population EDSBF-II 1998-99 80 75-79 70-74 65-69 60-64 55-59 50-54 45-49 40-44 35-39 30-34 25-29 20-24 15-19 10-14 5-9 0-4 Âge 0246810 0 2 4 6 8 10 Hommes Femmes Pourcentage 13 Tableau 2.2 Population (de droit) par âge selon différentes sources Répartition (en %) de la population par grand groupe d'âges d'après le RGP de 1985 et l'EDSBF de 1998-99 ______________________________________________________________ RGP EDSBF-II RGPH EDSBF-II Groupe d'âges 1985 1998-99 1996 1998-99 ______________________________________________________________ <15 ans 15-64 65 ou plus Total Âge médian 48,3 49,8 48,0 49,8 48,7 46,1 48,0 46,1 4,0 4,1 4,0 4,1 100,0 100,0 100,0 100,0 - 15,1 15,7 15,1 Tableau 2.3 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, ta ille du ménage, et pourcentage de ménages comprenant des enfants sans leurs parents, selon le milieu de résidence, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _____________________________________________________________ Caractéristique Urbain Rural Ensemble _____________________________________________________________ Chef de ménage Homme Femme Nombre de membres habituels <1 1 2 3 4 5 6 7 8 9 ou plus Total Taille moyenne 84,5 95,0 93,2 15,5 5,0 6,8 0,1 0,0 0,0 11,9 2,9 4,4 9,2 7,2 7,5 12,5 10,5 10,8 12,2 11,6 11,7 11,7 11,0 11,1 9,5 11,8 11,4 8,5 8,1 8,2 7,1 7,7 7,6 17,4 29,3 27,2 100,0 100,0 100,0 5,6 7,0 6,7 2.1.2 Taille et composition des ménages Au Burkina Faso, les chefs de ménage sont en majorité des hommes (93 %). En milieu urbain, 16 % des ménages sont dirigés par un chef de ménage de sexe féminin et en milieu rural, cette proportion n’est que de 5 % (tableau 2.3). Ces proportions sont restées sensiblement identiques à celles de l’EDS 1993 sauf au niveau du milieu urbain où on a enregistré une diminution des chefs de ménages de sexe masculin (85 % en 1999 contre 87 % en 1993) et, à l’inverse, une légère augmentation des chefs de ménage de sexe féminin (16 % en 1999 contre 13 % en 1993). Près d’un ménage sur deux (45 %) est composé de 3 à 6 personnes et plus d’un sur quatre (27 %) est de grande taille (9 personnes et plus). La taille moyenne des ménages est de 6,7 personnes et n’a pas varié par rapport à l’EDS de 1993. Cette taille moyenne est un peu plus faible en milieu urbain (5,6 qu’en milieu rural (7,0). 2 Compte tenu des très faibles effectifs de personnes ayant un niveau d’études supérieures, on a regroupé les deux dernières catégories en une seule : secondaire ou plus. Ce regroupement sera utilisé dans tous les tableaux de ce rapport. 14 Tableau 2.4.1 Niveau d'instruction de la population des femmes Répartition (en %) de la population féminine (de fait) des ménages, âgée de six ans ou plus, par niveau d'instruction atteint selon l'âge et le milieu de résidence, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _______________________________________ __________________________________ Niveau d'instruction ____________________________ Secondaire Caractéristique Aucun Primaire ou plus ND Total Effectif _________________________________________ ________________________________ Groupe d'âges 6-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 65 ou plus Milieu de résidence Ensemble urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Ensemble 1 76,9 22,2 0,0 0,9 100,0 2 132 72,4 24,5 2,5 0,6 100,0 2 373 78,0 13,3 8,4 0,3 100,0 1 537 83,0 8,6 8,1 0,3 100,0 1 241 86,2 8,3 5,3 0,1 100,0 1 107 90,5 5,2 4,0 0,3 100,0 950 90,2 5,1 4,2 0,5 100,0 838 92,8 5,3 1,6 0,3 100,0 623 96,9 2,1 1,0 0,0 100,0 467 97,0 2,3 0,6 0,1 100,0 592 99,0 0,7 0,3 0,0 100,0 392 99,2 0,0 0,2 0,6 100,0 313 98,8 0,0 0,0 1,2 100,0 532 45,3 34,2 19,9 0,6 100,0 1 986 90,8 8,4 0,4 0,5 100,0 11 117 40,4 36,4 22,3 0,9 100,0 976 86,6 11,1 1,9 0,4 100,0 1 998 89,5 8,8 1,3 0,5 100,0 3 729 84,4 11,9 3,4 0,4 100,0 2 967 88,1 10,3 1,1 0,5 100,0 3 433 83,9 12,3 3,4 0,5 100,0 13 103 _________________________________________________________________________ 1 Y compris les "non-determinés" 2.1.3 Niveau d’instruction de la population Dans le cadre de l’enquête ménage, on a également collecté des données sur le niveau d’instruction atteint et la dernière classe achevée à ce niveau, par chaque membre du ménage âgé de 6 ans ou plus. Lors de l’enquête, on a disti ngué trois niveaux d’instruction : le primaire, le sec ondaire et le supérieur 2 . Au Burkina Faso, l’âge officiel d’entrée à l’école primaire est fixé à 7 ans. Cependant, on constate qu’une proportion relativement importante d’enfants de moins de 7 ans fréquente l’école primaire notamment en milieu urbain. Le niveau d’instruction de la population et notamment l’instruction des femmes est un élément important dans l’amélioration des conditions de vie dans la société et particulièrement au sein des familles. Au Burkina Faso, le niveau d’instruction est très faible. Cette faiblesse est plus prononcée pour les femmes. Pour les 6 ans ou plus, 84 % des femmes n’ont jamais été à l’école contre 72 % pour les hommes. Entre 6 15 Tableau 2.4.2 Niveau d'instruction de la population des hommes Répartition (en %) de la population masculine (de fait) des ménages, âgée de six ans ou plus, par niveau d'instruction atteint selon l'âge et le milieu de résidence, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________ ___________________________________________ ______ Niveau d'instruction ____________________________ Secondaire Caractéristique Aucun Primaire ou plus ND Total Effectif ________________________ ______________________________ ___________________ Groupe d'âges 6-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 65 ou plus Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Ensemble 1 68,4 30,1 0,1 1,4 100,0 2 308 59,2 37,8 2,7 0,3 100,0 2 339 62,9 22,2 14,7 0,2 100,0 1 487 63,4 18,2 17,5 1,0 100,0 891 74,2 12,8 12,4 0,5 100,0 748 77,1 12,0 10,2 0,7 100,0 685 82,4 10,9 5,8 0,9 100,0 580 78,1 15,4 5,8 0,8 100,0 506 86,3 7,4 6,2 0,1 100,0 397 89,9 4,6 4,6 0,9 100,0 371 93,2 5,6 1,3 0,0 100,0 283 97,0 2,8 0,2 0,0 100,0 349 98,1 1,4 0,3 0,2 100,0 760 32,9 36,8 29,1 1,2 100,0 1 898 79,7 18,1 1,6 0,5 100,0 9 809 30,7 36,3 31,2 1,8 100,0 914 72,3 23,1 3,7 0,8 100,0 1 855 78,6 17,6 3,3 0,5 100,0 3 356 73,2 19,9 6,4 0,4 100,0 2 711 76,7 20,2 2,5 0,6 100,0 2 871 72,1 21,1 6,1 0,6 100,0 11 707 ______________________________ ___________________________________________ 1 Y compris les "non-déterminés" ans et 9 ans, plus des deux tiers des garçons (68 %) et plus des trois quarts des filles ne sont pas scolarisés. À partir de 10 ans, ces proportions concernent encore plus de la moitié des garçons (59 %) et 72 % des f illes. Les proportions des personnes sans niveau d’instruction augmentent ensuite régulièrement avec l’âge. En ce qui concerne le niveau primaire, 21 % des hommes burkinabè y ont accédé contre seulement 12 % des femmes. Chez les hommes comme chez les femmes, c’est entre 10-14 ans que se trouve la plus forte proportion de personnes ayant atteint le niveau primaire (respectivement 38 et 25 %). Au niveau national, la proportion concernant le niveau secondaire ou supérieur est très faible, 6 % d’hommes et 3 % de femmes, le maximum se situant entre 20 et 24 ans chez les hommes et entre 15 et 19 ans chez les femmes (respectivement 18 et 8 %). Même si ces résultats prouvent que des efforts sont faits aujourd’hui pour améliorer le niveau d’instruction des jeunes générations, les niveaux demeurent encore faibles et les écarts entre les deux sexes restent encore trop importants. Par ailleurs, on enregistre de très grandes disparités selon le milieu de résidence. C’est dans le milieu rural que les proportions de personnes sans niveau d’instruction sont les plus élevées (80 % pour les hommes et 91 % pour les femmes). À Ouagadougou, ces proportions diminuent pratiquement de moitié : 31 % des hommes et 40 % des femmes n’ont jamais accédé au système éducatif. Du point de vue régional, les proportions de personnes sans niveau d’instruction présentent des variations allant de 72 % dans la région 3 Rapport du nombre de personnes d’âge x fréquentant l’école au nombre total de personnes de cet âge. 16 Tableau 2.5 Taux de scolarisation Proportion de la population (de fait) des ménages, âgée de 6 à 24 ans, fréquentant un établissement scolaire, par âge, selon le sexe et le milieu de résidence, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________________________________________________________________ Hommes Femmes Ensemble ____________________________ ___________________________ __________________________ Groupe d'âges Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble ________________________________________________________________________________________________________ 6-10 11-15 6-15 16-20 21-24 72,5 23,5 28,9 67,1 13,8 20,7 69,7 18,9 25,0 67,8 19,6 26,5 56,6 11,6 19,2 61,7 15,7 22,9 70,2 21,9 27,9 61,7 12,9 20,1 65,7 17,5 24,0 44,7 4,9 13,8 28,7 1,0 7,0 36,4 2,8 10,2 21,6 1,3 7,1 13,4 0,2 2,6 17,7 0,6 4,5 Nord à 79 % dans celle de l’Est, pour les hommes, et de 84 % dans la région Ouest à 90 % dans celle de l’Est pour les femmes. 2.1.4 Fréquentation scolaire Les taux spécifiques de scolarisation par âge 3 , sexe et milieu de résidence figurent au tableau 2.5 et au graphique 2.2. Le taux à 6-10 ans, âges correspondant généralement au niveau primaire, est assez faible, puisqu’il est de 25 %. Ce taux est légèrement supérieur (23 %) à 11-15 ans, âges auxquels les enfants sont scolarisés, en partie, dans le primaire et, en partie, dans le secondaire 1 er cycle. À 16-20 ans, âges de scolarisation dans le secondaire 2 nd cycle, le taux de scolarisation est encore plus faible (10 %), et diminue de moitié à 21-24 ans (5 %), âges de scolarisation, à la fois, au niveau secondaire et au niveau supérieur. Graphique 2.2 Taux de scolarisation EDSBF-II 1998-99 29 27 14 7 21 19 7 3 6-10 11-15 16-20 21-24 Groupe d'âges 0 5 10 15 20 25 30 35 Pourcentage Hommes Femmes 17 Comme pour le niveau d’instruction atteint, le taux de scolarisation varie fortement selon le sexe : entre 6-10 ans, il est de 29 % pour les hommes contre 21 % pour les femmes. Selon le milieu de résidence, on observe un très grand déséquilibre, le taux de scolarisation à 6-10 ans étant plus de 3 fois plus élevé en milieu urbain (70 %) qu’en milieu rural (19 %). 2.1.5 Caractéristiques des logements et des biens possédés par les ménages Lors de l’enquête ménage, on s’est intéressé à certaines caractéristiques du logement (disponibilité de l’électricité, approvisionnement en eau, type de toilettes, matériau du plancher et nombre de pièces utilisées pour dormir) susceptibles de jouer un rôle déterminant dans l’état de santé des membres du ménage et, en particulier, des enfants. De même, on a collecté des données sur la possession d’un certain nombre d’équipements modernes (bicyclette, motocyclette, radio, télévision, etc.). L’analyse de ces données vont permettre de mieux cerner les conditions environnementales et socio-économiques dans lesquelles vivent les populations enquêtées. L’examen des données du tableau 2.6 et du graphique 2.3 indiquent que très peu de ménages burkinabè disposent de l’électricité : 7 % pour l’ensemble du pays. En outre, la grande majorité des ménages disposant de cet équipement se trouvent en milieu urbain (40 %); moins de 1 % des ménages en milieu rural a déclaré posséder l’électricité. L’eau de boisson est déterminante dans l’état sanitaire de la population. La consommation de l’eau non potable est à l’origine de plusieurs maladies hydriques : diarrhée, dracunculose, maladies de la peau, bilharziose, etc. Concernant la provenance de l’eau utilisée pour la consommation, on constate qu’au niveau national plus de deux ménages sur cinq (44 %) utilisent l’eau des puits (traditionnel dans le logement et traditionnel public), 36 % des ménages utilisent l’eau des forages, 10 % ont accès à des robinets publics et 4 % seulement disposent de l’eau courante. L’eau des rivières est encore utilisée par 3 % des ménages enquêtés. En milieu urbain, près de la moitié des ménages (48 %) s’approvisionnent auprès des robinets publics, 25 % ont des robinets à domicile, 13 % boivent encore l’eau des puits et 8 % des ménages prennent de l’eau dans les forages. En milieu rural, la majorité des ménages utilisent l’eau des puits traditionnels publics (46 %) et des forages (41 %). Au moment de la saison des pluies, le tableau 2.6 montre que 40 % des ménages s’approvisionnent à des puits, 29 % utilisent l’eau des forages. Durant cette période, on constate que 12 % des ménages u tilisent l’eau des rivières et fleuves contre seulement 3 % au moment de l’enquête. En milieu urbain, seulement 14 % des ménages utilisent l’eau des puits durant la saison pluvieuse, la grande majorité (72 %) s’approvisionnent à des robinets (robinet dans le logement et robinet public); 25 % disposent de l’eau courante dans le logement. En milieu rural, 45 % des ménages utilisent l’eau des puits au moment des pluies, 33 % l’eau des forages et 15 % l’eau des rivières et fleuves. En outre, l’enquête fournit aussi des données sur le temps nécessaire pour s’approvisionner en eau. Il ressort de l’examen du tableau 2.6 que 46 % des ménages mettent moins de 15 minutes pour s’approvisi onner en eau. En milieu urbain, cette pr oportion est de 66 % et en milieu rural, elle est de 42 % Tout comme la consommation de l’eau non potable, l’absence de toilettes appropriées est un facteur aggravant l’état sanitaire de la population. Elle est à l’origine de différentes maladies tels que le choléra, la dysenterie, etc. Dans leur très grande majorité (75 %), les ménages ne disposent d’aucune forme de toilettes, et un peu moins d’un quart d’entre eux (24 %) utilisent les latrines simples. Si, en milieu rural, 88 % des ménages n’ont pas de toilettes, ces proportions ne concernent plus que 11 % des ménages vivant en milieu urbain. En milieu urbain, 84 % néanmoins utilisent des latrines simples. 18 Tableau 2.6 Caractéristiques des logements Répartition (en %) des ménages par caractéristiques des logements, selon le milieu de résidence, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _______________________________ ________________________________ Caractéristique des logements Urbain Rural Ensemble ________________________________________ _______________________ Électricité Non Oui Total Approvisionnement en eau à boire pendant la saison sèche Robinet dans logement Robinet public Puits traditionnel dans cours Puits traditionnel public Forage Source/Rivière/Fleuve Mare/Lac/Barrage Vendeur d'eau Autre Total Approvisionnement en eau à boire pendant la saison des pluies Robinet dans logement Robinet public Puits traditionnel dans cours Puits traditionnel public Forage Source/Rivière/Fleuve Mare/Lac/Barrage Eau de pluie Vendeur d'eau Autre Total Temps nécessaire pour s'approvisionner en eau Moins de 15 minutes (en %) Temps médian (en minutes) Type de toilettes Chasse d'eau personnelle Chasse d'eau commune Latrines simples Latrines ventilées Pas de toilettes Autre Total Type de sol Terre/sable Terre battue Bande de vinyl Carrelage Ciment Moquette/Autre Total Nombre de personnes par pièce utilisée pour dormir <3 3-4 5-6 7 ou plus Total Moyenne Effectif de ménages 1 60,1 99,5 92,8 39,7 0,2 6,9 100,0 100,0 100,0 25,0 0,1 4,3 47,7 2,0 9,8 7,3 4,7 5,1 5,4 46,1 39,1 8,2 41,2 35,6 0,0 4,7 3,8 0,0 1,3 1,0 5,7 0,1 1,1 0,6 0,0 0,1 100,0 100,0 100,0 25,0 0,1 4,4 46,6 1,7 9,4 7,6 4,9 5,4 6,1 40,0 34,2 7,8 33,2 28,9 0,1 16,8 13,9 0,0 3,1 2,6 0,2 0,1 0,1 5,7 0,1 1,1 0,6 0,0 0,1 100,0 100,0 100,0 65,9 41,7 45,8 6,2 14,7 14,3 3,1 0,0 0,5 0,8 0,0 0,2 83,7 11,4 23,7 0,8 0,1 0,2 10,7 88,1 74,9 0,7 0,1 0,2 100,0 100,0 100,0 0,3 3,5 2,9 7,3 80,7 68,2 0,8 0,0 0,1 4,6 0,0 0,8 85,6 15,4 27,4 1,0 0,2 0,3 100,0 100,0 100,0 69,5 64,8 65,6 26,1 28,2 27,8 3,0 4,9 4,6 0,8 1,5 1,4 100,0 100,0 100,0 2,4 2,6 2,6 821 3 991 4 812 __________________________________________________ ________________ 1 Y compris les "non déterminés" 4 Cette mesure demeure très relative du fait qu’elle ne prend pas en compte les dimensions et le confort de la pièce. Elle ne permet donc pas d’apprécier le degré de promiscuité au sein des ménages. 19 Tableau 2.7 Biens durables possédés par le ménage Pourcentage de ménages possédant certains biens de consommation durables, selon le milieu de résidence, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _____________________________ _______________________ Biens durables Urbain Rural Ensemble ____________________________________________________ Radio Télévision Téléphone Réfrigérateur Réchaud/cuisinière Bicyclette Motocyclette Voiture Aucun Effectif de ménages 82,1 53,1 58,0 34,0 0,7 6,4 9,5 0,1 1,7 17,4 0,1 3,1 33,8 2,2 7,6 56,4 81,5 77,2 51,8 17,4 23,3 9,4 0,4 1,9 7,6 14,3 13,1 821 3 991 4 812 La nature du sol des pièces d’habitation peut faciliter la propagation ou l’élimination de certains germes responsables de maladies. Le sol du logement est dans la plupart des cas fait en terre battue (68 %), notamment en milieu rural (81 %). Par contre en milieu urbain, c’est le sol en ciment qui est le plus répandu (86 %). La promiscuité est un facteur de propagation de maladies contagieuses. Cette enquête a révélé que 2,6 pers onnes partagent la même pièce. Dans plus d’un quart des cas (28 %), trois à quatre pers onnes dorment dans la même pièce, et dans 5 % des ménages, cinq à six personnes dorment dans la même pièce. Il n’y a pratiquement pas de différence 4 entre les milieux urbain et rural. 2.1.6 Biens possédés par le ménage La possession des biens de consommation durables par les ménages est révélatrice de leur niveau de vie et de leur accessibilité à certains services sociaux de base. Les questions posées sur les biens de consommation durables des ménages ont porté sur la possession d’un poste radio, d’une télévision, d’un téléphone, et d’une cuisinière ainsi que sur certains moyens de transport tels qu’une bicyclette, une motocyclette et une voiture. Ces données sont présentées au tableau 2.7. On remarque que plus de la moitié des Graphique 2.3 Caractéristiques des logements EDSBF-II 1998-99 36 1 75 71 7 14 1 28 44 5 24 ÉLECTRICITÉ ORIGINE DE L'EAU (Saison Sèche) Robinet/fontaine publique Forage Puits Eau de surface Autres TYPE DE TOILETTES Chasse d'eau Latrines Pas de toilettes TYPE DE SOL Ciment/carrelage/vinyl Terre 0 20 40 60 80 Pourcentage 20 ménages burkinabè (58 %) a déclaré possédé une radio, 8 % une cuisinière, 6 % une télévision et 3 % un réfrigérateur. En milieu urbain, ces proportions sont beaucoup plus élevées qu’en milieu rural : 82 % des ménages ont une radio, 34 % une télévision contre, respectivement, 53 % et moins de 1 % en milieu rural. Ces différences d’équipement expliquent en grande partie le manque de connaissance et d’informations concernant la planification familiale (voir Chapitre 4 - Planification familiale) ou la santé des enfants (voir Chapitre 7 - Santé de la mère et de l’enfant) en milieu rural. En ce qui concerne les moyens de transport, on constate que la bicyclette (77 %) est le moyen le plus fréquemment répandu. En outre, plus d’un ménage sur cinq (23 %) a déclaré posséder une motocyclette. Par contre, seuls 2 % des ménages ont une voiture. 2.2 ENQUÊTE INDIVIDUELLE Cette partie porte sur les caractéristiques socio-démographiques des enquêtés (femmes de 15-49 ans, hommes de 15-59 ans). Ces caractéristiques individuelles sont essentielles pour comprendre et expliquer leur comportement en matière de fécondité. Elle porte également sur l’accès de ces enquêtés aux média, ce qui est d’une importance particulière pour la mise en place de programme d’informations et d’éducation dans le domaine de la planification familiale et de la santé. 2.2.1 Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés L’âge, qui est une variable fondamentale dans l’analyse des phénomènes démographiques est l’une des informations les plus difficiles à obtenir de façon précise, lorsque l’enregistrement écrit des événements est rare, comme c’est le cas au Burkina Faso. De ce fait et aussi, parce que c’est la variable permettant d’identifier la population éligible, un soin particulier a été porté à son enregistrement au moment de la collecte des données. Aux femmes par exemple, on demandait d’abord leur date de naissance et leur âge. Lorsque les deux informations étaient obtenues, l’enquêtrice contrôlait leur cohérence. Dans le cas où l’enquêtée ne connaissait pas ces informations, l’enquêtrice essayait d’obtenir la carte d’identité de la femme, sur laquelle une date de naissance (souvent approximative) est portée. Lorsque ni celle-ci, ni aucun autre document officiel n’étaient disponibles, l’enquêtrice devait estimer l’âge de la femme, en le comparant avec celui d’autres personnes du ménage, ou par déduction à partir de l’historique de ses naissances, ou encore en utilisant un calendrier historique. La distribution des femmes de 15-49 ans par groupe d’âges quinquennaux présente une allure assez régulière (tableau 2.8) avec des effectifs qui diminuent au fur et à mesure que l’âge augmente : 22 % des femmes ont 15-19 ans et 8 % ont 45-49 ans. Contrairement aux femmes qui n’étaient éligibles, que si elles étaient âgées de 15 à 49 ans, les hommes éligibles sont âgés de 15 à 59 ans. Le tableau 2.8 donne la répartition par âge de la population masculine de l’enquête et montre que , comme chez les femmes, plus on avance en âge, plus les effectifs diminuent : près des trois quarts des hommes ont entre 15 et 39 ans (73 %); ceux âgés de 50 à 59 ans ne représentant que 11 % de la population. En ce qui concerne la situation matrimoniale (graphique 2.4), précisons que dans le cadre de l’EDSBF-II, ont été considérés en union tous les hommes et femmes mariés, de façon formelle ou non, ainsi que ceux vivant en union consensuelle. Selon cette définition, on constate que la grande majorité des femmes (80 %) était mariée au moment de l’enquête. Parmi ces femmes, seulement 5 % ont déclaré vivre avec quelqu’un. Il y a peu de célibataires (17 %) et encore moins de femmes divorcées (0,4 %), les veuves représentent 2 % de la population. 21 Tableau 2.8 Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés Répartition (en %) des femmes et des hommes enquêtés par âge, état matrimonial, m ilieu de résidence, niveau d'instruction, religion, et ethnie, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________________________________________________________ Femmes Hommes ________________________________ _______________________________ Effectif Effectif Caractéristique Pourcentage ____________________ Pourcentage ___________________ socio-démographique pondéré Pondéré Non pondéré pondéré Pondéré Non pondéré ________________________________________________________________________________________________ Âge des enquêt(é)s 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 État matrimonial actuel Jamais mariée Mariée Vivant avec quelqu'un Veuve Divorcée Séparée Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouaga dougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Fréquente actuellement l'école Oui Non Religion Musulmane Catholique Protestante Traditionnelle Sans religion Autre/ND Ethnie Bobo Dioula Fulfulde/Peul Gourmantché Gourounsi Lobi Mossi Senoufo Touareg/Bella Bissa Dafing Dagara Samo Autre Burkina Autres nationalités ND Ensemble 22,4 1 444 1 474 22,7 599 596 18,0 1 159 1 183 15,0 395 411 16,4 1 055 1 045 14,2 374 383 13,2 850 849 11,7 308 310 12,9 834 816 9,5 250 248 9,4 606 600 9,0 237 229 7,7 498 478 7,2 190 189 - - - 5,5 145 142 - - - 5,4 141 133 16,9 1 087 1 211 41,1 1 085 1 128 75,3 4 853 4 694 55,5 1 466 1 410 5,1 329 340 1,5 39 48 1,8 116 129 0,6 16 15 1,0 26 27 0,6 15 14 0,6 36 44 0,8 20 26 16,9 1 086 1 651 22,0 581 798 83,1 5 359 4 794 78,0 2 060 1 843 8,4 544 963 11,1 294 452 14,0 904 847 14,4 380 355 27,3 1 761 1 588 27,6 729 661 23,1 1 489 1 453 24,5 646 626 27,1 1 748 1 594 22,5 593 547 85,8 5 531 5 240 73,5 1 942 1 823 8,4 540 643 14,1 373 398 5,8 374 562 12,4 327 420 2,6 170 242 5,0 133 163 97,4 6 275 6 203 94,7 2 500 2 469 55,7 3 593 3 601 56,6 1 495 1 502 21,2 1 365 1 474 20,4 539 578 6,1 392 397 5,5 145 152 13,0 839 740 16,6 439 385 3,9 251 226 0,9 23 23 0,1 6 7 0,0 1 1 4,7 302 295 5,2 138 137 0,5 31 39 1,2 30 39 6,5 417 392 7,2 191 184 8,2 527 460 9,8 259 228 5,3 340 324 4,4 117 112 1,3 83 80 1,1 29 28 58,8 3 787 3 847 56,0 1 479 1 502 2,3 148 146 1,9 50 52 0,4 26 24 0,4 12 11 3,5 224 258 4,0 107 122 1,6 104 111 1,9 49 45 1,2 79 81 1,2 32 29 2,2 140 142 2,4 64 62 3,1 200 197 2,7 70 72 0,5 36 48 0,4 14 18 0,0 1 1 0,0 0 0 100,0 6 445 6 445 100,0 2 641 2 641 22 Chez les hommes, on observe une répartition de même type mais avec une proportion de célibataires beaucoup plus importante que chez les femmes. En effet, les célibataires représentent 41 % de la population, soit deux fois et demi plus de célibataires que chez les femmes (16 %). Plus de la moitié des hommes étaient en union au moment de l’enquête (57 %), dont 56 % mariés monogames ou mariés polygames et seulement 2 % vivant avec quelqu’un. En ce qui concerne le milieu de résidence, les résultats montrent que plus de quatre femmes sur cinq résident en milieu rural (83 %). La plus grosse part du milieu urbain revient à la ville de Ouagadougou où on a enquêté 8 % des femmes (50 % de l’effectif total du milieu urbain). Du point de vue régional, l’Est et le Centre/Sud sont les régions où on a enquêté le plus grand nombre de femmes (27 % dans chaque région). Dans les autres régions, l’effectif se répartit de la façon suivante : 23 % à l’Ouest et 14 % au Nord. La répartition des hommes est très proche de celle des femmes; tout au plus, peut-on constater que les hommes sont proportionnellement un peu plus nombreux que les femmes à vivre en milieu urbain (22 % contre 17 %). De même que chez les femmes, la grosse part du milieu urbain revient à la ville de Ouagadougou où on a enquêté 11 % des hommes (57 % de l’effectif total du milieu urbain). Du point de vue régional, c’est dans les régions Ouest et Est que les hommes sont proportionnellement les plus nombreux (respectivement, 28 % et 25 %). Dans les autres régions, les effectif se répartissent de la façon suivante : 23 % dans la région Centre/Sud et 14 % dans celle du Nord. En ce qui concerne le milieu de résidence, plus des trois quarts des hommes (78 %) résident en milieu rural. La moitié des hommes qui vivent en zone urbaine se trouve dans la ville de Ouagadougou. Du point de vue régional, l’Est et l’Ouest sont les régions où on a enquêté le plus grand nombre d’hommes (respectivement, 28 et 25 %). Dans les autres régions, l’effectif se répartit de la façon suivante : 23 % pour le Centre/Sud et 14 % au Nord. Graphique 2.4 État matrimonial EDSBF-II 1998-99 41 56 2 1 1 17 75 5 2 1 Célibataire Marié Vivant avec quelqu'un Veuf Divorcé/séparé 0 20 40 60 80 Pourcentage Hommes Femmes 23 Tableau 2.9 Niveau d'instruction des femmes et des hommes enquêtés Répartition (en %) des femmes et des hommes par niveau d'instruction atteint, selon le groupe d'âges et le milieu de résidence, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________________________________________________________________ Niveau d'instruction des femmes Niveau d'instruction des hommes __________________________________________ _________________________________________ Secon- Secon- daire daire Caractéristique Aucun Primaire ou plus Total Effectif Aucun Primaire ou plus Total Effectif ________________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Ensemble 76,5 14,4 9,1 100,0 1 444 62,9 18,7 18,4 100,0 599 81,8 9,4 8,9 100,0 1 159 61,5 19,4 19,1 100,0 395 86,0 8,6 5,4 100,0 1 055 73,8 11,1 15,2 100,0 374 89,9 6,0 4,1 100,0 850 78,3 12,6 9,1 100,0 308 91,3 4,8 4,0 100,0 834 80,8 13,0 6,2 100,0 250 92,8 5,8 1,4 100,0 606 78,4 14,9 6,7 100,0 237 97,2 1,4 1,3 100,0 498 82,3 9,7 8,0 100,0 190 - - - - - 88,4 5,6 6,0 100,0 145 - - - - - 93,2 6,3 0,5 100,0 141 46,9 21,7 31,4 100,0 1 086 34,1 21,5 44,4 100,0 581 93,7 5,7 0,6 100,0 5 359 84,6 12,0 3,3 100,0 2 060 41,3 23,4 35,3 100,0 544 31,6 21,5 46,9 100,0 294 88,6 7,6 3,8 100,0 904 75,6 17,2 7,2 100,0 380 91,9 6,0 2,1 100,0 1 761 78,9 13,0 8,1 100,0 729 86,2 8,2 5,6 100,0 1 489 75,5 12,6 11,9 100,0 646 91,7 6,6 1,6 100,0 1 748 84,2 11,4 4,4 100,0 593 85,8 8,4 5,8 100,0 6 445 73,5 14,1 12,4 100,0 2 641 Les résultats sur la religion montrent que plus de la moitié des femmes (56 %) et des hommes enquêtés (57 %) ont déclaré être de religion musulmane; plus d’un quart des femmes (27 %) et des hommes (26 %) sont de religion chrétienne; les animistes représentent 13 % chez les femmes et 17 % chez les hommes. La répartition par ethnie est la suivante : plus de la moitié des femmes enquêtées est mossi (59 %). Les autres ethnies les plus importantes sont les Gourmantchés (8 %), les Fulfuldé/Peul (7 %) et les Bobo (5 %). La répartition des hommes est comparable à celle des femmes, en particulier, plus de la moitié des hommes appartiennent, comme chez les femmes, à l’ethnie mossi. Comme on l’a souligné précédemment, la majorité des femmes burkinabè n’a aucun niveau d’instruction (86 %), 8 % ont le niveau d’instruction du primaire et 6 % ont un niveau secondaire ou supérieur. On note que les jeunes générations sont plus fréquemment scolarisées que les anciennes (tableau 2.9) : près du quart des femmes âgées de 15-19 ans au moment de l’enquête (24 %) ont atteint, au moins, le niveau primaire, contre 10 % chez celles âgées de 30-34 ans et 3 % seulement des femmes de 45-49 ans. Si on considère le milieu de résidence, on s’aperçoit que 53 % des citadines ont fréquenté l’école, dont plus de la moitié (31 %) le secondaire, alors que l’immense majorité de celles qui résident dans les campagnes n’a aucun niveau d’instruction (94 %). Dans la région de l’Ouest, 14 % des femmes ont été scolarisées, la majorité au niveau primaire (8 %); dans les autres régions, notamment dans celles de l’Est et du Centre/Sud, moins de 10 % des femmes ont atteint le niveau primaire ou secondaire. 24 Tableau 2.10 Fréquentation scolaire et raisons de l'abandon de l'école Répartition (en %) des femmes de 15 à 24 ans par fréquentation scolaire et raisons de l'abandon de l'école, selon le niveau d'instruction atteint, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________________________________ Niveau d'instruction ___________________________________ Primaire Primaire Secondaire Fréquentation incomplet complet ou plus Ensemble ________________________________________________________________________ Fréquente actuellement Oui Non Total Raisons d'abandon scolaire Fréquente actuellement Est tombée enceinte S'est mariée S'occupe des enfants Aide sa famille au travail Ne pouvait payer école Avait besoin argent Assez scolarisée Échec à l'école N'aimait pas l'école École non accessible Emploi Autre NSP/ND Ensemble Effectif 4,6 13,9 59,8 30,4 95,4 86,1 40,2 69,6 100,0 100,0 100,0 100,0 4,6 13,9 59,8 30,4 0,0 0,0 5,2 2,2 1,6 1,9 1,5 1,7 1,0 0,0 0,5 0,5 2,8 2,5 0,0 1,5 18,8 25,1 13,7 18,3 0,3 1,0 0,8 0,7 0,0 0,8 0,8 0,5 27,7 35,6 5,6 20,3 25,9 12,5 2,6 12,6 1,6 1,7 0,3 1,1 0,6 1,5 4,8 2,6 12,8 3,0 4,0 6,6 2,3 0,4 0,3 1,0 100,0 100,0 100,0 100,0 176 140 234 550 Au Burkina Faso, le niveau de scolarisation des hommes est légèrement plus élevé que celui des femmes (74 % des hommes n’ont jamais été à l’école contre 86 % chez les femmes). Ceux qui ont atteint le niveau du primaire représentent 14 % et 12 % ont un niveau secondaire ou supérieur. Comme chez les femmes, on note que les jeunes générations sont plus fréquemment scolarisées que les anciennes (tableau 2.9) : plus du tiers des hommes âgés de 15-19 ans au moment de l’enquête (37 %) ont atteint, au moins, le niveau du primaire, contre 22 % de ceux âgés de 30-34 ans et seulement 7 % des hommes de 55-59 ans. Selon le milieu de résidence, on constate que 66 % des hommes vivant en milieu urbain ont fréquenté l’école, dont plus de la mo itié (44 %) le secondaire, alors que l’immense majorité de ceux qui résident dans les campagnes n’a aucun niveau d’instruction (85 %). Dans la région de l’Ouest, un quart des hommes a été scolarisé, avec des proportions sensiblement identiques au niveau primaire et au niveau secondaire (respectivement 13 % et 12 %). Dans la région du Centre/Sud, moins de 20 % des hommes ont atteint le niveau primaire ou secondaire. Le tableau 2.10 présente la répartition des femmes de 15-24 ans selon qu’elles fréquentaient ou non l’école au moment de l’enquête. Dans ce tableau figurent également la répartition des femmes de 15-24 ans qui ne sont plus scolarisées selon les raisons qui les ont poussées à quitter l’école. Sur l’ensemble des femmes de 15-24 ans ayant fréquenté l’école, plus de la moitié (57 %) avaient arrêté leurs études au moment de l’enquête. Les principales raisons invoquées par les femmes sont, en premier lieu, l’échec à l’examen (20 %) suivi du manque d’argent (18 %) et du manque d’intérêt pour l’école (13%). Parmi celles qui ont pu terminer le primaire et qui ont abandonné l’école par la suite, plus d’un tiers (36 %) ont avancé l’échec à l’examen comme raison d’abandon de l’école. Un quart de ces jeunes filles ont cité le manque de moyens financiers pour payer l’école et enfin, pour 13 % le manque d’intérêt a été le motif d’abandon de l’école. Les femmes qui ont atteint le secondaire et qui ont abandonné l’école ont avancé dans 14 % des cas, le manque d’argent pour payer l’école. 25 Tableau 2.11 Caractéristiques différentielles des couples Répartition (en %) des couples par différence d'âges entre conjoints et différence de niveau d'instruction, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ____________________________________________ Différence Pourcentage Effectif ____________________________________________ Âge Femme plus âgée Homme + âgé de : 0-4 ans 5-9 ans 10-14 ans 15 ans ou plus Difference d'âge moyenne 1ère femme 2e femme ou+ Ensemble des femmes Niveau d'instruction Homme et femme : aucun Femme instruite, homme non Homme instruit, femme non Homme et femme instruits Total 3,6 62 17,6 305 30,8 533 22,8 395 25,2 436 8,5 1 251 16,2 481 10,7 1 731 81,7 1 414 4,7 81 8,2 142 5,5 94 100,0 1 731 2.2.2 Caractéristiques des couples Parmi les hommes interviewés, 1 505 étaient en union au moment de l’enquête et, parmi ces derniers, un certain nombre ont eu leur femme qui a été également enquêtée. Il a, alors, été possible d’associer l’homme à sa femme et de reconstituer ainsi des couples qui, par la suite, seront étudier du point de vue de leurs con- vergences ou divergences d’idées en matière de planification familiale et de ta ille idéale de la famille. Il faut préciser que dans les cas où plusieurs épouses d’un même homme étaient interrogées, cet homme a été associé à chacune de ses épouses pour former autant de différents couples; c’est ainsi que 1 731 couples ont pu être formés. Pour cette raison, au niveau du couple, on ne compare l’homme qu’avec une seule de ses épouses. Le tableau 2.11 présente donc quelques-unes des carac- téristiques des 1 731 couples qui ont été reconstitués. Dans la quasi-totalité des couples (96 %), le mari est plus âgé que sa femme. Dans 18 % des cas, l’écart est de 0-4 ans, dans 31 % des cas, la différence d’âge est de 5-9 ans, dans 23 % des cas, cet écart est de 10-14 ans et enfin dans 25 % des couples, le mari a, au moins, 15 ans de plus que sa femme. Les caractéristiques selon le niveau d’instruction montrent que la plupart des couples (82 %) sont composés d’un homme et d’une femme sans niveau d’instruction. Dans seulement 6 % des cas, les deux partenaires sont instruits. Lorsqu’un seul partenaire est instruit, c’est le plus souvent l’homme (8 %); dans seulement 5 % des couples, la femme est instruite alors que l’homme ne l’est pas. 2.2.3 Accès aux média Pour atteindre efficacement les populations cibles, et plus particulièrement les femmes, lors de la mise en place de programmes d’information ou d’éducation sur la planification familiale ou la santé, il est important de savoir combien d’entre elles écoutent la radio, regardent la télévision ou lisent les journaux. Le tableau 2.12 présente des données sur l’accès des femmes aux média : seulement 3 % d’entre elles lisent un journal, 13 % regardent la télévision, 18 % écoutent la radio et seulement 2 % utilisent les trois média, au moins, une fois par semaine. Les femmes les plus jeunes, les plus éduquées et celles du milieu urbain, et plus particulièrement celles vivant à Ouagadougou, sont celles qui accèdent le plus fréquemment à l’information, et cela, quel que soit le type de média. Ainsi, dans la capitale, 22 % des femmes lisent un journal au moins une fois par semaine, 64 % regardent la télévision et 47 % d’entre elles écoutent la radio. En milieu rural, seule la radio est utilisée pour recevoir l’information et ce, par seulement 13 % des femmes. Du point de vue régional, l’Est et l’Ouest sont les régions où les femmes écoutent le moins fréquemment la radio (12 %), celles du Centre/Sud sont celles qui ont le moins fréquemment accès aux trois média. Le tableau 2.12 présente également les données sur l’accès des hommes aux média : on constate tout d’abord que la proportion d’hommes qui a a ccès aux média, est plus élevée que celle des femmes, cela quel que soit le média. 9 % d’entre eux lisent un journal, 22 % regardent la télévision, 40 % écoutent la radio et seulement 6 % utilisent les trois média au moins une fois par semaine. Comme chez les femmes, les hommes les plus instruits, ceux du milieu urbain et plus particulièrement ceux vivant à Ouagadougou, sont ceux ont 26 Tableau 2.12 Accès aux média Pourcentage de femmes et d'hommes qui, habituellement, lisent un journal, regardent la télévision au moins une fois par jour et/ou écoutent la radio au moins une fois par jour selon certaines caractéristiques socio-démographiques (pour les femmes), EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ______________________________________________________________________________ Lit un Écoute journal Regarde la la radio au moins TV au moins au moins Les Aucun une fois/ une fois/ une fois/ trois Caractéristique média semaine semaine jour média Effectif ______________________________________________________________________________ FEMMES ______________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des femmes 69,6 4,4 20,1 15,4 1,4 1 444 70,8 4,6 15,0 21,3 2,1 1 159 76,2 2,8 11,2 17,5 1,4 1 055 74,3 3,5 11,6 19,4 2,0 850 77,2 3,0 9,4 18,3 2,0 834 83,9 1,3 5,3 13,4 0,7 606 83,4 1,1 4,1 15,1 0,7 498 28,7 17,3 57,5 40,3 8,9 1 086 84,3 0,5 3,5 12,9 0,1 5 359 20,5 21,8 63,8 46,8 12,0 544 79,1 1,9 7,5 16,1 0,8 904 84,5 1,5 5,1 11,5 0,3 1 761 78,6 2,3 14,7 12,0 1,2 1 489 76,9 1,0 5,0 19,8 0,3 1 748 82,2 0,0 6,0 13,6 0,0 5 531 45,7 9,4 34,8 32,5 3,5 540 10,1 43,2 78,3 53,2 21,8 374 74,9 3,3 12,6 17,5 1,6 6 445 ______________________________________________________________________________ HOMMES ______________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des hommes 57,5 8,0 29,1 23,5 3,4 599 43,1 10,5 31,4 46,2 5,6 395 44,1 11,9 26,1 48,6 7,9 374 44,6 9,1 21,8 48,4 7,4 308 48,6 7,3 17,2 49,1 6,5 250 50,9 9,7 10,8 46,2 5,5 237 57,9 7,1 14,7 40,2 5,7 190 59,6 6,5 8,9 38,8 5,6 145 72,5 1,6 5,3 27,1 1,0 141 12,6 34,7 69,1 62,3 22,8 581 62,4 1,3 8,7 33,8 0,6 2 060 11,7 35,6 69,9 68,8 25,7 294 58,5 4,1 16,5 34,4 3,0 380 68,4 3,2 11,4 24,9 1,4 729 38,7 11,7 30,7 49,0 6,6 646 59,6 1,6 5,2 38,4 0,8 593 60,8 0,7 11,0 34,5 0,5 1 942 40,4 13,4 33,4 47,5 7,8 373 8,6 50,7 73,9 64,3 32,3 327 51,4 8,6 22,0 40,1 5,5 2 641 27 le plus fréquemment accès à l’information, et cela quel que soit le type de média. Ainsi, dans la capitale, 36 % des hommes lisent un journal au moins une fois par semaine, 70 % regardent la télévision et 69 % d’entre eux écoutent la radio. En milieu rural, seule la radio permet de recevoir l’information (34 %). Du point de vue régional, l’Est et le Nord sont les régions où les hommes écoutent le moins la radio (respectivement, 25 % et 34 %), ceux du Centre/Sud ont le moins accès aux journaux (2 %) et à la télévision (6 %). L’accès aux média suivant le niveau d’instruction fait apparaître les caractéristiques suivantes : la grande majorité des hommes qui ont un niveau secondaire ou plus ont accès à l’information quel que soit le type de média, ceux du niveau primaire utilisent beaucoup plus la radio et la télévision pour s’informer. La radio est utilisée par la plupart des hommes quel que soit leur niveau d’instruction. 29 CHAPITRE 3 FÉCONDITÉ Youssouf Langani et Bernard Dembélé Les informations fournies par l’EDSBF-II sur l'histoire génésique des femmes permettent d'estimer les niveaux et les tendances de la fécondité à l’échelle nationale, selon le milieu de résidence, le niveau d'instruction et la région. Toutes ces informations ont été obtenues par l’intermédiaire d'une série de questions que les enquêtrices ont posées aux femmes éligibles. Au cours de l’interview, les e nquêtrices devaient enregistrer le nombre total d'enfants que la femme avait eus, en distinguant les garçons des filles, ceux vivant avec elle de ceux vivant ailleurs, et ceux encore en vie de ceux décédés. L'enquêtrice reconstituait ensuite avec la femme interrogée, l'historique complet de ses naissances, de la plus ancienne à la plus récente, en enregistrant, pour chacune d'entre elles le type de naissance (simple ou multiple), le sexe, la date de naissance et l'état de survie; pour les enfants encore en vie, elle enregistrait leur âge et distinguait ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs; pour les enfants décédés, elle enregistrait l'âge au décès. À la fin de l'interview sur le volet reproduction, l'enquêtrice devait s'assurer que le nombre total d'enfants déclaré par la mère (chaque catégorie : vivants, décédés, .) était cohérent avec le nombre d'enfants obtenu à partir de l'historique des naissances. Malgré l'organisation mise en pl ace pour atteindre les objectifs de l'e nquête, la formation et les instructions données aux agents de terrain, ainsi qu’à ceux chargés du traitement informatique des données, malgré aussi les contrôles opérés à tous les niveaux, les données obtenues peuvent être sujettes à différents types d’erreurs. Ces erreurs sont principalement celles inhérentes aux enquêtes rétrospectives. Il s'agit notamment : • du sous-enregistrement des naissances, en particulier l'omission d'enfants qui vivent ailleurs, de ceux qui meurent très jeunes, quelques heures ou quelques jours seulement après la naissance, ce qui peut entraîner une sous-estimation des niveaux de fécondité; • de l'imprécision des déclarations de date de naissance et/ou d'âge, en particulier l'attraction pour des années de naissance ou pour des âges ronds, ce qui peut entraîner des sous- estimations ou des surestimations de la fécondité à certains âges et pour certaines périodes; • de l'effet de sélectivité : c'est-à-dire que les femmes enquêtées sont celles qui sont survivantes. Si l’on suppose que la fécondité des femmes décédées avant l'enquête est différente de celle des survivantes, les niveaux de fécondité obtenus s’en trouveraient légèrement biaisés. Par ailleurs, il est possible qu'il y ait eu certains déplacements de dates de naissance d'enfants nés depuis janvier 1993 vers les années précédentes. Ces déplacements d'année de naissance sont s ouvent effectués volontairement par les enquêtrices pour éviter de poser les questions sur la santé des enfants (Section 4 du questionnaire) qui ne portent que sur les enfants nés depuis janvier 1993 et pour éviter de prendre les mesures anthropométriques (poids et taille) de ces enfants. Ces déplacements sont généralement plus fréquents lorsque la mère ne connaît pas avec exactitude le mois et l'année de naissance ou l'âge de ses enfants. Dans le cas de l'EDSBF-II, il semble effectivement y avoir eu des transferts de naissances de 1993 1 À l'Annexe C, le tableau C.5 fournit la distribution des naissances par année de naissance. Le rapport de naissances annuelles (rapport des naissances d'année x à la demi-somme des naissances des années précédente et suivante, soit Nx/[(Nx-1+Nx+1)/2]), rend compte des déplacements d'années de naissance. Le rapport semble indiquer un manque de naissances en 1993 (rapport = 82,1< 100) et un excédent en 1992 (rapport = 120,4 > 100). 30 Tableau 3.1 Fécondité actuelle Taux de fécondité par âge, indice synthétique de fécondité (ISF), taux brut de natalité (TBN) et taux global de fécondité générale (TGFG) pour la période des cinq années pr écédant l’enquête, selon le milieu de résidence, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _____________________________________________________ Résidence ________________ Groupe d’âges Urbain Rural Ensemble _____________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 ISF 15-49 (pour 1 femme) ISF 15-44 (pour 1 femme) TGFG (pour 1 000) TBN (pour 1 000) 72 163 144 204 327 305 208 308 293 163 282 264 106 230 214 57 120 112 0 32 28 4,1 7,3 6,8 4,1 7,2 6,7 137 247 229 32,6 47,0 45,1 _____________________________________________________ Note : Les taux sont calculés pour la période de 1-59 mois avant l’enquête. Les taux à 45-49 ans peuvent être légèrement biaisés du fait de données incomplètes pour ce groupe d’âges. sur celles de 1992 1 . Cependant, ces transferts ne sont pas suffisamment importants pour affecter de façon significative les niveaux de fécondité actuels. 3.1 NIVEAU DE LA FÉCONDITÉ ET FÉCONDITÉ DIFFÉRENTIELLE Le niveau actuel de la fécondité ainsi que ses variations différentielles sont mesurés par les taux de fécondité générale par âge et l'Indice Synthétique de Fécondité (ISF) ou somme des naissances réduites. Les taux de fécondité par âge sont calculés en rapportant les naissances issues des femmes de chaque groupe d'âges à l'effectif des femmes du groupe d'âges correspondant. Quant à l'ISF, qui est un indicateur conjoncturel de fécondité, il est obtenu à partir du cumul des taux de fécondité par âge. Il correspond au nombre moyen d'enfants que mettrait au monde une femme à la fin de sa vie féconde si elle subissait les taux de fécondité par âge observés à une période considérée, ici la période de cinq ans ayant précédé l'enquête, soit approximativement, 1994-1998. Cette période de référence de cinq années a été choisie comme compromis entre trois critères : fournir des indicateurs de fécondité les plus récents possibles, minimiser les erreurs de sondage et éviter au maximum les problèmes de transfert de dates de certaines naissances signalés précédemment. Le tableau 3.1, illustré par le graphique 3.1, indique qu'au niveau national, les taux de fécondité générale par groupe d’âges suivent le schéma classique observé en général dans les pays à forte fécondité : une fécondité précoce élevée (144 ‰ à 15-19 ans) et qui augmente très rapidement pour atteindre des maxima à 20-24 ans (305 ‰) et à 25-29 ans (293 ‰) et qui se maintient longtemps à des niveaux importants (264 ‰ à 30-34 ans et 214 ‰ à 35- 39 ans), avant de décroître très rapidement. Ces taux traduisent une fécondité très élevée; les femmes burkinabè ont, en moyenne, en fin de vie féconde, 6,8 enfants. Les données du tableau 3.1 mettent en évidence des différences très nettes de fécondité selon le milieu de résidence. Les femmes du milieu urbain ont un niveau de fécondité nettement plus faible que celles qui résident dans les zones rurales (4,1 contre 7,3). Cela signifie que, si les niveaux actuels de fécondité se maintenaient invariables, une femme du milieu rural aurait, en moyenne, en fin de vie féc onde, pratiquement 3,2 enfants de plus qu’une femme vivant en milieu urbain. Cette différence de niveau de fécondité selon le milieu de résidence s’observe à tous les âges (graphique 3.1). À 25-29 ans, mille femmes du milieu urbain ont, en moyenne, 208 naissances contre 308 32 Tableau 3.2 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques Indice synthétique de fécondité pour les cinq années pr écédant l'enquête, proportion de femmes actuellement enceintes et nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans, par caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________________________ Pourcentage Nombre moyen Indice de femmes d'enfants nés synthétique actuellement vivants pour les Caractéristique de fécondité 1 enceintes femmes de 40-49 ans ___________________________________________________________________ Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble 4,1 6,0 6,3 7,3 11,6 7,6 4,1 5,4 6,5 7,0 10,9 7,6 7,3 11,2 7,4 6,7 11,8 7,4 7,1 10,7 7,6 7,1 11,0 7,5 5,4 10,9 6,6 2,9 5,6 4,5 6,8 10,7 7,4 ___________________________________________________________________ 1 Indice synthétique de fécondité pour les femmes âgées de 15-49 ans Graphique 3.2 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans EDSBF-II 1998-99 BURKINA FASO RÉSIDENCE Urbain Rural RÉGION Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire + 0 1 2 3 4 5 6 7 8 Nombre d'enfants par femme ISF Descendance 33 Tableau 3.3 Fécondité selon différentes sources Taux de fécondité par âge et Indice Synthétique de Fécondité selon l’EDSBF-I (1993) et l’EDSBF-II (1998-99) ____________________________________ EDSBF-I EDSBF-II Groupe d’âges 1993 1998-99 ____________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 ISF 15-49 154 144 296 305 292 293 258 264 220 214 111 112 50 28 6,9 6,8 ____________________________________ Note : Taux de fécondité par groupe d’âges pour 1 000 femmes. invariable, cette descendance tend à se rapprocher de l'ISF. Par contre, si l'ISF est inférieur au nombre moyen d'enfants par femme en fin de vie féconde, cela indique une tendance à la baisse de la fécondité. Dans l'ensemble, cette descendance estimée à 7,4 enfants est légèrement supérieure à l’ISF (6,8), ce qui semblerait indiquer une légère tendance à la baisse de la fécondité. Quelles que soient les caractéristiques socio-démographiques, on constate que l’ISF est partout inférieur à la descendance. Cependant, à l’exception du milieu urbain, de Ouagadougou et des femmes ayant, au moins, un niveau secondaire (ISF inférieur d’environ 2 enfants par femme), la faiblesse de l’écart ne permet pas de tirer de conclusion quant à une éventuelle modification de la fécondité des femmes burkinabè. Le tableau 3.2 fournit également le pourcentage de femmes qui se sont déclarées enceintes au moment de l'enquête. Il faut préciser qu'il ne s'agit pas de la proportion exacte de femmes qui sont enceintes dans la mesure où les enquêtées qui sont au début de leur grossesse et qui ne savent pas si elles sont enceintes n'ont pas déclaré leur état. Au niveau national, on constate que 11 % des femmes se sont déclarées enceintes. En outre, selon leur âge, leur milieu, leur culture et/ou leurs croyances, si les femmes savent ou croient qu'elles sont enceintes, elles déclarent plus ou moins facilement cet état. De ce fait les différences constatées ici entre les proportions de femmes qui se sont déclarées enceintes doivent être interprétées avec beaucoup de prudence. Cependant ces proportions sont cohérentes avec les niveaux de fécondité actuelle, en effet, c’est chez les femmes du milieu urbain, chez celles vivant à Ouagadougou et chez celles ayant un niveau d’instruction secondaire ou plus que les pr oportions de femmes enceintes sont les plus faibles (environ 6 % pour les trois catégories). C’est aussi chez ces femmes que la fécondité est la plus faible. 3.2 TENDANCES DE LA FÉCONDITÉ Les tendances de la fécondité peuvent être obtenues d'une part par comparaison des données de l'enquête à celles d'autres sources antérieures et d'autre part à partir des questions rétrospectives sur l'historique des naissances de l'EDSBF-II. La comparaison des résultats des deux enquêtes (EDSBF-I et EDSBF-II) indique que les niveaux de fécondité par âge et l’ISF sont restés pratiquement identiques (tableau 3.3) : les deux courbes du graphique 3.3 représentant les taux de fécondité ont une allure similaire : elles augmentent à partir de 15-19 ans; entre 25-29 ans, elles accusent un palier puis elles diminuent ensuite progressivement jusqu’à 45-49 ans. L’ISF, estimé à 6, 9 enfants par femme à l’EDSBF-I de 1993 se situe à l’EDSBF -II de 1998-99 à 6,8, ce qui montrerait que la fécondité au Burkina Faso est restée stable entre les deux enquêtes. Les données collectées lors de l'EDSBF -II permettent également de retracer les tendances passées de la fécondité à partir des taux de fécondité par groupes d'âges des femmes, par période quinquennale avant l'enquête (tableau 3.4 et graphique 3.4). Les taux de fécondité semblent être restés relativement stables entre la période la plus ancienne (15-19 ans avant l’enquête) jusqu’à la période 5-9 ans avant l’enquête pour diminuer ensuite légèrement dans la période la plus récente. 36 Tableau 3.6 Enfants nés vivants et enfants survivants des femmes Répartition (en %) de toutes les femmes et des femmes actuellement en union par nombre d’enfants nés vivants, nombre moyen d’enfants nés vivants et nombre moyen d’enfants survivants, selon l’âge des femmes, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _____________________________________________________________________________________________________________________ Nombre Nombre Nombre d’enfants nés vivants Effectif moyen moyen Groupe _______________________________________________________________________ de d’enfants d’enfants d’âges 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ou + Total femmes nés vivants survivants _____________________________________________________________________________________________________________________ TOUTES LES FEMMES _____________________________________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Ensemble 79,8 16,7 3,0 0,5 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1 444 0,24 0,20 16,0 32,0 33,2 14,3 3,4 1,0 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 100,0 1 159 1,61 1,30 4,3 9,1 16,5 26,8 25,8 11,7 3,9 1,7 0,2 0,0 0,0 100,0 1 055 3,21 2,55 1,8 3,1 5,7 12,1 18,7 24,3 18,9 10,2 3,6 1,6 0,1 100,0 850 4,76 3,69 1,6 1,5 3,1 5,5 7,2 13,1 19,6 22,9 14,8 6,7 4,0 100,0 834 6,17 4,81 1,2 1,7 2,8 3,3 5,3 8,7 10,7 14,9 18,4 14,4 18,5 100,0 606 7,24 5,30 1,1 1,0 2,1 3,7 4,9 5,7 9,5 15,3 15,2 17,9 23,5 100,0 498 7,66 5,31 22,1 11,8 10,9 10,0 9,1 8,2 7,4 7,2 5,3 3,8 4,1 100,0 6 445 3,57 2,71 _____________________________________________________________________________________________________________________ FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION _____________________________________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Ensemble 44,7 45,2 8,7 1,4 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 488 0,67 0,54 8,6 33,8 36,5 16,2 3,6 1,1 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 100,0 1 023 1,77 1,43 3,0 8,4 16,7 27,3 26,3 12,1 4,0 1,8 0,2 0,0 0,0 100,0 1 017 3,28 2,61 1,5 2,7 5,4 12,0 19,0 24,5 19,2 10,3 3,7 1,6 0,1 100,0 824 4,81 3,73 1,5 1,4 2,8 5,0 6,8 13,5 19,9 23,1 15,2 6,8 4,0 100,0 802 6,22 4,85 1,1 1,4 2,7 3,2 5,0 8,1 10,7 14,9 19,2 14,5 19,2 100,0 574 7,33 5,36 0,6 1,1 2,1 4,1 5,3 5,0 9,2 15,0 15,0 17,8 24,7 100,0 453 7,72 5,35 7,1 13,5 13,1 12,1 11,0 9,9 8,9 8,5 6,4 4,5 4,9 100,0 5 181 4,27 3,25 Les résultats relatifs aux femmes actuellement en union diffèrent peu de ceux concernant toutes les femmes, sauf aux jeunes âges. C'est ainsi que l'on remarque que plus de la moitié des femmes de 15-19 ans en union (55 %) ont déjà eu, au moins, un enfant contre une sur cinq (20 %) pour l'ensemble des femmes. Cet écart persiste à 20-24 ans puisque l’on constate que 84 % de l’ensemble des femmes ont, au moins, un enfant alors que cette proportion est de 91 % chez les femmes en union. Par contre, en fin de vie féconde (45- 49 ans) une femme en union a, en moyenne, le même nombre d’enfant qu’une femme, tous statut matrimoniaux confondus (7,7 enfants). D'une manière générale, les femmes qui restent volontairement sans enfant sont relativement rares en Afrique et, en particulier, au Burkina Faso où la population reste encore pro-nataliste (voir Chapitre 6 - Préférences en matière de fécondité). Par conséquent, la parité zéro des femmes actuellement en union et âgées de 35-49 ans permet d'estimer le niveau de la stérilité totale ou primaire. Au Burkina Faso, moins de 2 % seulement des femmes actuellement en union et âgées de 35-49 ans (âges auxquels l'arrivée d'un premier enfant est peu probable) n'ont jamais eu d'enfants et peuvent être considérées comme stériles. Ce faible niveau de stérilité primaire est voisin de celui observé lors d’enquêtes EDS effectuées dans d’autres pays d’Afrique comme le Mali (2 % en 1996), la Côte d’Ivoire (2 % en 1994), le Niger (3 % en 1998), le Sénégal (2 % en 1997) et le Tchad (2,5 % en 1997). 3.4 PARITÉ DES HOMMES Comme on l’a indiqué précédemment, au cours de l’enquête auprès des hommes, on a recueilli des informations sur leur fécondité totale, en leur posant une série de questions sur le nombre total d'enfants qu'ils ont eus, en distinguant les garçons des f illes, ceux vivant avec eux de ceux vivant a illeurs, et ceux encore en vie de ceux qui sont décédés. Les informations collectées sont moins précises que celles collectées auprès des femmes dans la mesure où les enquêteurs n'avaient pas à reconstituer l’historique complet des 37 Tableau 3.7 Enfants nés vivants et enfants survivants des hommes Répartition (en %) de tous les hommes et des hommes actuellement en union par nombre d’enfants nés vivants, nombre moyen d’enfants nés vivants et nombre moyen d’enfants survivants, selon l’âge des hommes, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _____________________________________________________________________________________________________________________ Nombre moyen Nombre Nombre d’enfants nés vivants d’enfants moyen Groupe _______________________________________________________________________ Effectif nés d’enfants d’âges 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ou + Total d’hommes vivants survivants _____________________________________________________________________________________________________________________ TOUS LES HOMMES _____________________________________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 Ensemble 99,4 0,6 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 599 0,01 0,01 84,9 11,1 2,7 0,9 0,0 0,3 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 395 0,21 0,18 46,8 22,1 16,4 8,6 4,5 0,9 0,3 0,0 0,3 0,0 0,0 100,0 374 1,08 0,87 12,4 19,3 18,4 19,1 11,9 8,9 4,5 3,0 0,3 0,8 1,4 100,0 308 2,78 2,22 5,1 7,7 11,0 9,9 16,4 11,3 10,4 8,3 4,5 5,0 10,3 100,0 250 5,07 3,94 1,6 3,6 4,4 6,4 11,0 13,1 14,6 8,9 11,3 6,4 18,6 100,0 237 6,87 5,44 1,0 2,6 2,8 3,9 4,6 10,0 6,8 14,1 14,4 7,0 32,8 100,0 190 8,58 6,38 0,5 0,5 2,2 2,9 2,6 4,6 9,0 8,3 9,3 6,4 53,7 100,0 145 10,64 8,01 2,0 2,2 2,5 0,8 1,4 3,1 5,2 5,8 12,8 4,5 59,7 100,0 141 11,79 8,34 44,2 8,6 6,8 5,6 5,1 4,6 4,1 3,7 3,8 2,2 11,3 100,0 2 641 3,44 2,62 _____________________________________________________________________________________________________________________ HOMMES ACTUELLEMENT EN UNION _____________________________________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 Ensemble 72,8 27,2 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 9 0,27 0,27 33,8 47,6 12,9 4,2 0,0 1,4 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 84 0,93 0,80 13,9 34,8 26,3 14,6 7,7 1,6 0,5 0,0 0,5 0,0 0,0 100,0 221 1,77 1,43 3,1 19,4 20,9 21,5 13,3 10,3 5,2 3,5 0,3 0,9 1,6 100,0 266 3,14 2,51 3,1 6,9 11,2 9,8 17,2 11,5 10,9 8,7 4,7 5,3 10,8 100,0 239 5,25 4,10 1,4 2,6 4,1 5,6 10,5 13,0 15,3 9,4 11,9 6,8 19,5 100,0 226 7,08 5,59 0,6 2,7 2,1 4,0 4,7 9,9 7,0 14,5 14,2 6,8 33,6 100,0 186 8,68 6,45 0,5 0,0 1,4 2,2 2,7 4,0 9,4 8,6 9,6 6,7 54,9 100,0 140 10,86 8,17 0,6 2,3 2,0 0,0 1,4 3,2 5,4 6,1 11,7 4,7 62,5 100,0 135 12,16 8,63 5,8 13,4 11,2 9,3 8,7 7,8 7,2 6,5 6,4 3,9 19,8 100,0 1 505 5,94 4,52 naissances des hommes. Ainsi, l’enregistrement d’enfants dont l’homme n’est pas le père biologique pourrait entraîner une surestimation des parités; à l’inverse la non déclaration d’enfants qui sont décédés en bas âge pourrait entraîner certaines sous-estimations. Le tableau 3.7 donne la répartition de l’ensemble des hommes et celle des hommes actuellement en union par nombre d'enfants nés vivants, ainsi que le nombre moyen d'enfants nés vivants et le nombre moyen d'enfants survivants selon l'âge des hommes. On constate tout d'abord une augmentation régulière et rapide du nombre moyen d’enfants nés vivants avec l'âge de l'homme : ainsi de 0,2 enfant en moyenne à 20-24 ans, ce nombre moyen atteint 2,8 enfants à 30-34 ans. Dès 35-39 ans, il passe à 5,1 enfants et, à 50 ans, un homme a déjà eu, en moyenne,10,6 enfants. Comme pour les femmes, les résultats concernant les hommes actuellement en union diffèrent peu de ceux concernant l'ensemble des hommes, sauf peut-être aux jeunes âges (20-29 ans). À ces âges, le nombre moyen d'enfants nés vivants des hommes en union est supérieur à celui de l'ensemble des hommes. Si l'on compare ces résultats avec ceux trouvés pour les femmes en union, on constate que, chez les femmes, le nombre moyen d'enfants nés vivants augmente beaucoup plus rapidement avec l’âge que chez les hommes mais que, finalement, aux âges élevés, les hommes en union ont une parité moyenne nettement supérieure à celle des femmes en union (10,8 enfants en atteignant 50 ans, contre 7,6 chez les femmes en union du même âge). L'augmentation des parités plus rapide chez les femmes vient du fait qu'elles entrent en union beaucoup plus tôt que les hommes (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grosesse). Chez les hommes, par contre, la multiplicité des unions par le biais de la polygamie, explique le fait qu'aux âges élevés, ils finissent par avoir plus d'enfants que les femmes. 38 Tableau 3.8 Intervalle intergénésique Répartition (en %) des naissances des cinq années précédant l’enquête par nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ____________________________________________________________________________________________________ Nombre Nombre de mois écoulés depuis médian de la naissance précédente Effectif mois depuis __________________________________________ de la naissance Caractéristique 7-17 18-23 24-35 36-47 48 ou + Total naissances précédente ____________________________________________________________________________________________________ Groupe d’âges 15-19 20-29 30-39 40 ou plus Rang de naissance 2-3 4-6 7 ou plus Sexe de l’enfant précédent Masculin Féminin Survie de l’enfant précédent Décédé Toujours vivant Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d’instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble 17,0 20,5 39,2 16,9 6,4 100,0 55 28,4 7,1 12,6 41,4 27,9 11,0 100,0 2 228 32,9 5,7 9,6 34,1 30,2 20,4 100,0 2 194 36,2 3,9 9,2 31,2 28,2 27,5 100,0 648 38,0 6,5 11,6 38,8 28,5 14,6 100,0 1 835 33,9 6,2 10,5 36,3 29,4 17,6 100,0 2 032 35,2 5,6 10,9 35,4 28,2 19,9 100,0 1 258 35,4 6,7 11,4 36,6 28,4 16,9 100,0 2 631 34,6 5,7 10,5 37,4 29,2 17,2 100,0 2 495 34,9 15,9 19,1 34,6 19,7 10,7 100,0 1 193 28,5 3,3 8,5 37,7 31,6 19,0 100,0 3 932 36,1 3,7 8,2 29,9 30,1 28,1 100,0 438 38,3 6,4 11,2 37,6 28,7 16,0 100,0 4 688 34,4 4,0 7,8 24,5 32,5 31,3 100,0 226 39,6 7,0 12,8 37,2 27,2 15,8 100,0 743 34,1 6,1 11,3 36,8 29,1 16,6 100,0 1 539 34,6 6,2 11,9 40,6 26,9 14,4 100,0 1 174 33,3 6,1 9,5 36,0 30,2 18,1 100,0 1 443 35,5 6,2 11,2 36,9 29,0 16,6 100,0 4 771 34,7 6,2 8,7 40,8 25,3 19,1 100,0 281 34,7 5,6 3,1 27,5 26,4 37,4 100,0 74 41,3 6,2 11,0 37,0 28,8 17,1 100,0 5 126 34,8 ____________________________________________________________________________________________________ Note : Les naissances de rang 1 sont exclues. L’intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois écoulés depuis la grossesse précédente qui a a bouti à une naissance vivante. 3.5 INTERVALLE INTERGÉNÉSIQUE La durée de l'intervalle qui sépare la naissance d'un enfant de la naissance précédente a une influence sur l'état de santé de la mère et de l'enfant. Son étude revêt une importance certaine dans l'analyse de la fécondité. Il est admis (Locoh, 1984) que les intervalles intergénésiques courts (inférieurs à 24 mois) sont nuisibles à la santé et à l'état nutritionnel des enfants et augmentent leur risque de décéder. Les connaissances acquises permettent également d'affirmer que plus ces intervalles sont courts, plus la femme a une descendance nombreuse, toute chose égale par ailleurs. Les naissances trop rapprochées amoindrissent la capacité physiologique de la femme; ce faisant, elle e xpose la mère aux complications durant et après la grossesse (fausses couches, éclampsie, .). Le tableau 3.8 présente la répartition des naissances des cinq années ayant précédé l'enquête selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, en fonction des caractéristiques socio-démographiques. 39 On constate que 6 % des naissances sont survenues à moins de 18 mois après la naissance précédente et que 11 % des enfants sont nés entre 18 et 24 mois après leur aîné : au total, dans 17 % des cas, l'intervalle intergénésique est inférieur à deux ans. Néanmoins, une forte proportion des naissances (37 %) se produisent entre 2 et 3 ans après la naissance précédente, et 46 % des enfants sont nés trois ans ou plus après leur aîné. La durée médiane de l'intervalle intergénésique est proche de 3 ans (34,8 mois), ce qui signifie que la moitié des naissances interviennent dans un intervalle supérieur à 34,8 mois après la naissance précédente. L'âge des mères influe sur la durée d'espacement des naissances. On constate que plus elles sont âgées, mieux elles échelonnent leurs naissances. Ainsi, lorsque l'on passe de la génération 15-19 ans à celle des 40 ans et plus, la durée médiane s'accroît de 28,4 mois à 38 mois, soit une différence d'environ 10 mois. La distinction entre générations est plus nette lorsqu'on considère des durées spécifiques. On remarque qu'à peine le quart (23 %) des femmes de moins de 20 ans excède la durée de 36 mois. Cette proportion est d'environ deux cinquièmes (39 %) pour la génération suivante (20-29 ans). Une fois le seuil de la trentaine franchie, c'est alors plus de la moitié (51%) qui observe au moins cette durée. Selon le sexe de l’enfant on n’observe pas de différence significative de l’intervalle intergénésique; la durée médiane de cet intervalle est de 34,6 mois lorsque l’enfant précédent est un garçon et de 34,9 mois lorsque celui-ci est une fille. Du point de vue du rang de naissance, on ne constate pas non plus d’écart significatif entre les intervalles. Par contre, la survie de l'enfant précédent explique également le comportement des femmes en matière de procréation. Après le décès d'un enfant, l'attente pour une nouvelle naissance n'atteint pas deux ans et demi (28,5 mois). Si l'enfant précédent est toujours en vie, cette attente atteint au moins 3 ans (36,1 mois). Ainsi, le décès d'un nouveau-né entraîne une réduction de l'intervalle intergénésique de 23 %. La réaction des femmes face au décès de leur enfant est d'autant plus immédiate qu'elles souhaitent aussitôt une nouvelle naissance. Ainsi la proportion des femmes dont la durée d'intervalle intergénésique est inférieure à 17 mois est de 16 %, contre seulement 3 % pour celles qui n'ont pas perdu leur avant-dernier enfant. La durée des intervalles intergénésiques diffère selon le milieu de résidence des femmes. Elle est de 34 mois pour le milieu rural et de 38 mois pour le milieu urbain, soit un écart de 4 mois en faveur de l'urbain. Les femmes citadines, à la faveur de la modernisation, de l'urbanisation, de l'accessibilité à l'information et de la disponibilité des méthodes de contraception modernes, sont plus enclines à étaler leurs naissances dans le temps que ne le font leurs consœurs du milieu rural. L'instruction des femmes entraîne un allongement de la durée d'intervalle intergénésique. Cette influence n'est perceptible qu'au-delà du primaire. Ainsi, comme pour l'âge à la première naissance, les femmes sans niveau d'instruction et celles de niveau primaire observent pratiquement la même durée d'intervalle intergénésique. Les femmes de niveau primaire ont une durée médiane de 34,7 mois. Celle des femmes de niveau secondaire et plus est de 41,3 mois, soit une différence de 7 mois avec les autres. Pour les régions de résidence, il apparaît une certaine homogénéité dans les durées observées par les femmes avant une nouvelle naissance. On passe de 33,3 mois dans l'Ouest du pays à 35,5 mois dans le Centre/Sud. Néanmoins, c'est dans le Nord que l'on observe la plus importante proportion des femmes ayant un court intervalle : le cinquième des femmes (20 %) ont une durée inférieure ou égale à deux ans. Ouagadougou, du fait de son caractère urbain se démarque du reste du pays. 3.6 ÂGE À LA PREMIÈRE NAISSANCE L'âge à la naissance du premier enfant est un indicateur démographique important dans la mesure où cet âge influence la descendance finale des femmes, en particulier lorsque l’utilisation de la contraception est faible. Le tableau 3.9 donne la répartition des femmes par âge à leur première naissance et leur âge médian à la première naissance, selon le groupe d'âges au moment de l'enquête. 40 Tableau 3.9 Âge à la première naissance Répartition (en %) des femmes par âge à la première naissance, et âge médian à la première naissance selon l’âge actuel, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________________________ _____________________________ Âge médian Femmes Âge à la première naissance Effectif à la Âge sans _______________________________________________ de première actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25 ou + Total femmes naissance ___________________ ____________________________________________________ _________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 79,8 2,2 11,6 6,3 a a a 100,0 1 444 b 16,0 5,3 27,8 28,9 18,7 3,3 a 100,0 1 159 19,1 4,3 5,2 29,1 28,1 21,1 9,1 2,9 100,0 1 055 19,1 1,8 6,8 25,6 29,2 19,5 12,9 4,3 100,0 850 19,2 1,6 4,1 23,5 28,6 21,5 13,5 7,2 100,0 834 19,5 1,2 8,1 26,6 25,4 20,7 11,2 6,9 100,0 606 19,2 1,1 4,0 22,2 26,5 20,1 14,1 12,0 100,0 498 19,8 ________________________________________ ___________________________________________ _____________ a Sans objetb Non applicable : moins de 50% de femmes ont eu un enfant. L'âge médian pour l'ensemble des femmes est de 19,3 ans. En 1993, il était de 19,1 ans (EDSBF-I, 1993). Quoique relativement faible, cette baisse s'inscrit dans la tendance générale de l'élévation de l'âge à la première naissance. Cependant, des variations existent selon certaines caractéristiques socio- démographiques. Selon l'âge actuel des femmes, il apparaît des différences majeures. Ainsi, la proportion des femmes n'ayant pas d'enfant décroît selon l'âge. Le pourcentage de nullipares passe de 80 % à 15-19 ans à seulement 1 % à 45-49 ans. Pour les femmes ayant eu au moins une naissance, quelle que soit la génération considérée, l'âge médian au est de 19,3 ans. L'analyse selon les autres caractéristiques socio-démographiques (tableau 3.10) révèle également des différences relativement importantes. Pour le milieu de résidence, on constate un écart des âges médians en faveur du milieu urbain. Cette différence est d'environ une année lorsque l'on considère la tranche d'âge 20-49 ans (20,2 contre 19,1). Mais elle se réduit de moitié quand on se restreint uniquement à la tranche 25-49 ans (19,8 contre 19,2). Considérant les groupes d'âges quinquennaux, on remarque des différences plus marquées entre les jeunes générations et les anciennes. Ainsi, pour les moins de 30 ans, l'âge médian à la première naissance des citadines est supérieur d'au moins deux ans à celui de leurs consœurs du milieu rural. Pour les tranches d'âges supérieurs, cette différence est faible (moins d'une année). L'âge médian à la première naissance selon le niveau d'instruction présente un aspect qui peut paraître paradoxal. Les femmes de 25-49 ans sans instruction ont approximativement le même âge médian que celles du primaire (19 ans et 19,2 ans). Comme on peut le remarquer, le nombre d'années d'étude de la majorité des filles de niveau primaire reste relativement faible (Chapitre 2 - Caractéristiques des ménages et des enquêtées). À 19 ans et déjà déscolarisées, elles commencent leur vie reproductive au même âge façon que leurs consœurs sans instruction. Par contre, un changement de comportement significatif s'observe plutôt entre ces dernières et celles ayant atteint le niveau secondaire. Il apparaît un niveau plus élevé de l'âge à la primogéniture des femmes du niveau secondaire (23 ans) du fait d'une part d'une scolarité prolongée et d'une plus grande réceptivité aux messages sur la planification familiale. Par ailleurs, l'écart observé entre les femmes du niveau primaire et celles du niveau secondaire s'intensifie lorsque l'on passe des générations anciennes aux plus jeunes. 41 Tableau 3.10 Âge médian à la première naissance Âge médian à la première naissance (femmes de 20-49 ans) selon l’âge actuel et les caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _________________________________________________________________________________________________ Âge actuel ______________________________________________________ Âge Âge Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 20-49 25-49 _________________________________________________________________________________________________ Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d’instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble 21,5 20,2 19,5 20,1 19,1 20,1 20,2 19,8 18,8 18,9 19,1 19,4 19,3 19,8 19,1 19,2 a 20,7 20,0 20,1 19,0 19,5 a 19,9 18,7 18,9 19,1 19,5 18,8 20,1 19,1 19,3 18,7 18,5 18,8 19,3 19,5 20,1 19,0 19,1 18,8 19,0 19,2 20,3 18,7 19,3 19,2 19,3 19,3 19,4 19,4 19,0 19,4 19,8 19,4 19,4 18,8 18,9 19,1 19,4 19,2 19,8 19,1 19,2 19,6 19,0 18,9 19,1 18,8 19,9 19,2 19,0 a 24,5 23,6 20,9 23,0 22,8 a 23,3 19,1 19,1 19,2 19,5 19,2 19,8 19,3 19,3 _________________________________________________________________________________________________ Note : L’âge médian pour la cohorte 15-19 ans ne peut être déterminé car de nombreuses femmes peuvent encore avoir une naissance avant d’atteindre 20 ans.a Moins de 50 % de femmes ont eu un enfant. Globalement, les différences entre toutes les régions sont relativement faibles (inférieures à une année), et cela quelle que soit la génération considérée. 3.7 FÉCONDITÉ DES ADOLESCENTES Les enfants nés de jeunes mères (moins de 20 ans) courent généralement un risque plus important de décéder que ceux issus de mères plus âgées (Chapitre 9 - Mortalité des enfants). De même les accouchements précoces augmentent le risque de décéder chez les adolescentes. La fécondité des adolescentes contribue pour 11 % à la fécondité totale des femmes. Le tableau 3.11 donne, par âge détaillé entre 15 et 19 ans, les proportions d'adolescentes qui ont déjà eu un ou plusieurs enfants ainsi que les proportions de celles qui sont enceintes pour la première fois. La somme de ces deux pourcentages fournit la proportion des femmes ayant commencé leur vie féconde. Au Burkina Faso, un quart des jeunes filles de 15-19 ans ont déjà commencé leur vie féconde : 20 % ont déjà, au moins, un enfant et 5 % sont enceintes pour la première fois. À l’âge de 17 ans, une jeune fille sur cinq (20 %) a déjà commencé sa vie féconde (graphique 3.5) et, à 19 ans, cette proportion est de (59 %) dont la grande majorité (50 %) a déjà, au moins, un enfant. Selon le milieu de résidence, on constate que les adolescentes résidant dans les zones rurales (28 %) sont proportionnellement, deux fois plus nombreuses que celles du milieu urbain (14 %) à avoir commencé leur vie féconde. Du point de vue de la région, on note aussi des écarts : environ un tiers des jeunes filles de 15-19 ans de la région Ouest ont déjà commencé leur vie féc onde; à l’o pposé, cette proportion n’est que de 18 % dans la région du Centre/Sud. 42 Tableau 3.11 Fécondité des adolescentes Pourcentage d’adolescentes de 15 à 19 ans ayant déjà eu un enfant ou étant enceintes d’un premier enfant par caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________________________________ Adolescentes (%) qui sont: Adolescentes (%) ______________________ ayant déjà Enceintes d’un commencé leur Caractéristique Mères premier enfant vie féconde Effectif ________________________________________________________________________ Âge 15 16 17 18 19 Milieu de résidence Urbain Rural Région Villes de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d’instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble 2,5 0,0 2,5 324 3,8 2,6 6,4 296 14,3 5,8 20,1 297 37,8 10,0 47,8 266 49,6 9,1 58,7 259 10,9 3,5 14,4 310 22,7 5,7 28,4 1 134 13,7 3,1 16,9 144 20,2 6,8 27,1 213 24,2 4,6 28,8 383 26,5 5,8 32,4 339 12,5 5,2 17,7 365 22,9 5,6 28,5 1 105 13,5 5,2 18,6 208 7,3 2,7 9,9 131 20,2 5,2 25,4 1 444 C’est selon le niveau d’instruction que l’on constate les écarts les plus importants : plus le niveau d’instruction est élevé, plus la proportion d’adolescentes ayant déjà commencé leur vie féconde est faible : par rapport aux jeunes filles de 15-19 ans qui ont au moins un niveau secondaire (10 %), celles qui ont un niveau d’instruction primaire (19 %) sont, proportionnellement, deux fois plus nombreuses à avoir commencé leur vie féconde; quant à celles qui n’ont pas d’instruction (29 %), elles sont trois fois plus nombreuses. 43 Graphique 3.5 Proportion d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde EDSBF-II 1998-99 3 6 20 48 59 15 16 17 18 19 Âge de la femme 0 10 20 30 40 50 60 70 Pourcentage Adolescentes enceintes du 1er enfant ayant eu 1 enfant ou plus 45 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE Mathieu Ouedraogo et Pagari Ouoba La croissance de la population actuelle et les problèmes qui lui sont liés sont considérés comme un frein au développement socio-économique des pays en développement. Cette situation attire de plus en plus l’attention des pouvoirs publics et la maîtrise du mouvement naturel de la population constitue, depuis quelques années, un enjeu pour la majorité des gouvernements. Au Burkina Faso, depuis 1993, date de la dernière enquête EDS, la fécondité des femmes ne semble pas avoir connu d’amélioration et demeure, à l’heure actuelle, l’une des plus élevées du monde. En réponse à cette situation, l’intégration de la variable population dans les plans et programmes de développement est devenue l’un des objectifs principaux de la Politique Nationale de Population (PNP) adoptée en Juin 1991 au Burkina Faso. Ceci suppose une maîtrise des composantes de cette variable, notamment son évolution et la connaissance des indicateurs de certains phénomènes démographiques, en particulier la fécondité et la mortalité. La politique nationale de promotion de la Planification Familiale (PF), dont le but est de permettre aux couples et, particulièrement aux femmes, de maîtriser leur fécondité, constitue une des actions concourant à terme à atteindre l’objectif de maîtrise de la croissance démographique. Cette promotion de la PF se fait à travers la diffusion et la vulgarisation des différentes méthodes contraceptives au sein de la population. L’enquête précédente avait mis en évidence des niveaux très faibles de contraception, ce qui expliquait, en partie, le niveau élevé de la fécondité. Les résultats de cette nouvelle enquête ont permis d’estimer une nouvelle prévalence contraceptive et la comparaison de ces résultats avec ceux de l’enquête précédente permettront de tirer des conclusions concernant les tendances de l’utilisation contraceptive. De même que dans l’enquête précédente, les données concernant la planification familiale portent sur : • la connaissance et la pratique de la contraception; • la connaissance de la période féconde; • les sources d'approvisionnement en contraceptifs; • l'utilisation future de la contraception; • les sources d'information sur la contraception; • les opinions et les attitudes vis-à-vis de la planification familiale. 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPTION La connaissance des méthodes contraceptives est une condition préalable à toute utilisation de la contraception. Les différentes méthodes retenues dans le questionnaire sont classées en trois catégories : C les méthodes modernes, comprenant la pilule, le stérilet ou DIU, les injections, les mét hodes vaginales (spermicides, diaphragme, mousses et gelées), le condom, la stérilisation féminine, la stérilisation masculine et les implants (Norplant); C les méthodes traditionnelles, incluant la continence périodique et le retrait; C les méthodes dites « populaires », comme les herbes, les racines, etc. 46 Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives Pourcentages de femmes et d'hommes, de femmes et d'hommes actuellement en union, de femmes et d'hommes qui ne sont pas en union et qui sont sexuellement actifs, et de femmes qui n'ont jamais eu de rapports sexuels, qui connaissent une méthode contraceptive selon les méthodes spécifiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _______________________________________________________________________________________________ Femmes Hommes ________________________________________ ____________________________ Pas en Pas en union et N'ayant union et sexuelle- jamais eu sexuelle- Méthode ment de rapports ment contraceptive Ensemble En union actives sexuels Ensemble En union actifs _______________________________________________________________________________________________ N'importe quelle méthode Méthode moderne Pilule DIU Injection Implant Méthodes vaginales Condom Stérilisation féminine Stérilisation masculine Méthode traditionnelle Continence périodique Retrait Abstinence Méthode populaire Nombre moyen de méthodes connues Effectif 77,6 79,2 93,0 59,8 90,9 93,4 100,0 75,9 77,2 92,3 59,6 90,2 92,2 100,0 62,5 64,5 78,7 39,8 65,2 72,9 78,2 31,5 32,8 46,9 13,0 31,5 35,5 42,4 54,0 56,9 67,1 28,3 58,7 68,1 69,5 5,3 5,4 10,1 1,4 1,4 1,7 2,1 19,9 20,5 38,0 7,4 24,9 26,8 37,1 67,9 68,1 87,7 56,6 88,8 90,3 99,1 28,5 29,7 37,4 14,8 37,5 41,9 47,1 14,2 14,9 21,2 6,5 17,4 19,4 22,3 40,6 42,7 56,0 17,0 60,3 72,3 66,9 36,5 38,1 53,6 16,2 55,0 65,6 60,9 12,7 12,8 30,0 5,7 27,3 30,7 42,1 3,0 3,7 0,7 0,0 4,2 6,1 0,5 1,3 1,2 3,5 0,5 1,8 2,0 3,3 3,4 3,5 4,7 1,9 4,1 4,6 5,0 6 445 5 181 168 780 2 641 1 505 221 Lors de l'EDSBF-II, les e nquêtrices ont demandé aux femmes interviewées quelles méthodes de contraception elles connaissaient, puis elles décrivaient les méthodes non citées spontanément et demandaient aux femmes interrogées si elles en avaient déjà entendu parler. Si l'enquêtée connaissait une méthode, on lui demandait si elle l'avait déjà utilisée. Des questions sur l'utilisation passée et actuelle de la contraception, l'intention de l'utiliser dans l'avenir et la connaissance d'un lieu où se procurer une méthode ont été également posées aux femmes. Par ailleurs, des questions du même type ont été posées aux hommes. Les résultats du tableau 4.1 mettent en évidence un niveau de connaissance contraceptive relativement élevé au Burkina Faso (tableau 4.1 et graphique 4.1); on constate que les hommes c onnaissent mieux les méthodes contraceptives que les femmes. En effet, 78 % de l’ensemble des femmes et 91 % de l’ensemble des hommes ont déclaré connaître, au moins, une méthode. Les méthodes modernes sont, en général, mieux connues que les méthodes traditionnelles, puisque les trois quarts des femmes (76 %) et neuf hommes sur dix (90 %) ont déclaré en connaître, au moins, une, alors que seulement 41 % des femmes et 60 % des hommes ont déclaré connaître une méthode traditionnelle. La comparaison de ces résultats avec ceux de l’enquête précédente met en évidence une amélioration du niveau de la connaissance contraceptive des femmes : en effet, en 1993, 66 % des femmes avaient déclaré connaître une méthode quelconque; en ce qui concerne les seules mét hodes modernes, la pr oportion en 1993 était de 62 %. La proportion des femmes ayant cité les injections a nettement augmenté entre les deux enquêtes : de 39 % en 1993, elle est passée à 54 % en 1998-99, soit une augmentation de 38 %. De même, la connaissance du condom s’est aussi nettement améliorée entre les deux enquêtes : 49 % des femmes avaient déclaré le connaître contre 68 % en 1998-99, soit une augmentation des proportions de 39 %. On peut 47 noter que les proportions de femmes ayant déclaré connaître la pilule n’ont pas connu de modifications entre les deux dates. Le niveau de connaissance des femmes en union ne diffère pas de celui de l’ensemble des femmes : en effet, 79 % des femmes en union contre 78 % de l’ensemble des femmes ont déclaré connaître une méthode; ces proportions sont respectivement de 77 % et 76 % pour les seules méthodes modernes. Il en est de même pour les méthodes traditionnelles (respectivement, 43 % et 41 %). Le nombre moyen de méthodes connues par femme est de 3,4 pour l'ensemble des femmes et de 3,5 pour les femmes en union. Par contre, les femmes qui ne sont pas en union mais sexuellement actives ont un niveau de connaissance de la contraception supérieur aux autres catégories de femmes : 93 % d’entre elles connaissent une méthode, 92 % une méthode moderne et 56 % une méthode traditionnelle; en moyenne, ces femmes connaissent 4,7 méthodes. Parmi les femmes qui n’ont jamais eu de rapports sexuels, 60 % connaissent ou ont entendu parler, d’au moins, une méthode moderne et, en moyenne, elles connaissent 1,9 méthodes. Les résultats concernant les hommes montrent que, dans l’ensemble, 91 % connaissent, au moins, une méthode; parmi ceux qui sont en union, cette proportion est de 93 %. En outre, comme chez les femmes, la connaissance des méthodes modernes est plus élevée que celle des méthodes traditionnelles. En effet, 90 % de l'ensemble des hommes et 92 % des hommes mariés connaissent, au moins, une mét hode moderne contre respectivement 60 % et 72 % pour les méthodes traditionnelles. Le nombre moyen de méthodes connues est de 4,1 pour l'ensemble des hommes et de 4,6 pour les hommes en union. Tout comme chez les femmes, les hommes qui ne sont pas en union mais sexuellement actifs ont un niveau de connaissance de la contraception supérieur à celui des autres catégories d’hommes : tous les hommes ont déclaré connaître une méthode, y compris une méthode moderne. Le nombre moyen de méthodes connues (5,0) est plus élevé que chez les autres catégories. Le tableau 4.1 donne également les proportions de femmes et d’hommes ayant déclaré connaître chaque méthode contraceptive spécifique. Parmi les méthodes modernes, que ce soit chez les hommes ou chez les femmes, c’est le condom qui est la méthode la plus connue, plus de deux femmes sur trois (68 %) Graphique 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives EDSBF-II 1998-99 AU - 1 MÉTH. MODERNE Pilule DIU Injection Implant Méthodes vaginales Condom Stérilis. féminine Stérilis. masculine AU - 1 MÉTH. TRADIT. Continence périodique Retrait 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 Pourcentage Femme Homme 48 Tableau 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives modernes par caractéristiques socio-démographiques Pourcentage de femmes et d'hommes actuellement en union qui connaissent au moins une méthode de contr aception moderne, par caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 __________________________________________________________________________________________________ Femmes Hommes ___________________________________ ___________________________________ Connaît Connaît Connaît Connaît une méthode une méthode Caractéristique méthode moderne Effectif méthode moderne Effectif __________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble 71,4 70,4 488 86,4 86,4 9 80,9 79,4 1 023 95,8 95,8 84 81,8 80,7 1 017 97,3 96,3 221 83,0 80,6 824 95,6 95,6 266 81,0 79,0 802 97,0 95,6 239 78,1 75,9 574 93,7 93,4 226 69,3 64,1 453 93,6 93,0 186 - - - 87,4 83,5 140 - - - 80,9 77,7 135 97,8 97,6 653 99,1 98,9 240 76,5 74,3 4 528 92,3 91,0 1 265 98,8 98,8 319 98,9 98,4 118 79,4 76,5 745 90,8 89,9 215 71,4 69,9 1 474 85,8 84,7 426 81,6 80,6 1 206 96,6 95,5 403 80,8 77,5 1 439 98,9 97,1 342 77,4 75,3 4 692 92,7 91,4 1 247 95,2 94,1 334 95,7 94,6 173 100,0 99,2 155 100,0 100,0 85 79,2 77,2 5 181 93,4 92,2 1 505 et près de neuf hommes sur dix l’ayant cité (89 %). La pilule vient en deuxième position (63 % chez les femmes et 65 % chez les hommes), les injections viennent en troisième position (54 % chez les femmes et 59 % chez les hommes). De plus, près d’une femme sur trois et d’un homme sur trois ont déclaré connaître le DIU (32 % pour les deux sexes). Il faut noter que les femmes qui ne sont pas en union et qui sont sexuellement actives ont beaucoup plus fréquemment que les autres déclaré connaître le condom (88 %), la pilule (79 %) et les injections (67 %). Le Norplant est très peu connu, quelle que soit la catégorie de femmes ou d’hommes. Le tableau 4.2 présente, pour les hommes et les femmes en union, le niveau de connaissance des méthodes contraceptives modernes selon différentes caractéristiques socio-démographiques. Chez les femmes en union âgées de 20 à 34 ans, le niveau de connaissance des méthodes modernes varie peu selon l'âge : environ, quatre femmes sur cinq ayant déclaré connaître une méthode. Par contre, à partir de 40 ans, les proportions diminuent et c’est dans le groupe d’âges 45-49 ans que l’on constate la proportion la plus faible de femmes connaissant une méthode moderne. Les hommes les plus jeunes (15-19 ans) et les plus âgés (55-59 ans) sont ceux qui connaissent le moins bien les méthodes modernes de contraception. 1 Voir le Chapitre 2 (Section 2.2.2, Caractéristiques des couples) sur la façon dont ont été recomposés les 1 731 couples à partir des informations collectées au niveau de l'enquête femme et de l'enquête homme. 49 Tableau 4.3 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples Répartition (en %) des couples par connaissance de la contr aception, selon les mét hodes contr aceptives spécifiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________ __________________________________ ____________________ L'homme La femme L'homme et connaît, connaît, Aucun des la femme la femme l'homme deux ne Méthode connaissent non non connaît Total ________________________ _______________________________________________ __________ N'importe quelle méthode Méthode moderne Pilule DIU Injection Implant Méthodes vaginales Condom Stérilisation féminine Stérilisation masculine Méthode traditionnelle Continence périodique Retrait Abstinence Méthode populaire 76,4 17,2 3,4 3,0 100,0 74,1 18,3 4,1 3,6 100,0 51,8 21,9 12,6 13,8 100,0 17,0 16,7 15,2 51,0 100,0 43,3 24,3 13,6 18,8 100,0 0,6 1,0 4,8 93,6 100,0 8,4 17,4 11,9 62,2 100,0 65,5 24,8 3,6 6,0 100,0 18,5 22,4 12,4 46,7 100,0 4,5 14,1 9,8 71,6 100,0 36,6 36,4 5,4 21,5 100,0 31,2 34,9 6,7 27,2 100,0 6,1 22,9 6,6 64,5 100,0 0,8 5,6 2,3 91,3 100,0 0,1 2,0 1,2 96,7 100,0 ___________________ __________________________________ ____________________________ Note : Ce tableau porte sur les 1 731 couples identifiés L’examen des données selon le milieu de résidence fait apparaître une différence de niveau de connaissance entre les femmes du milieu rural et celles du milieu urbain : en effet, 98 % des femmes en union du milieu urbain connaissent une méthode moderne contre seulement 74 % en milieu rural. En ce qui concerne les régions de résidence, on constate aussi des écarts, les proportions de femmes connaissant une méthode moderne variant d’un minimum de 70 % dans la région Est à un maximum de 99 % dans la ville de Ouagadougou. Par ailleurs, le niveau de connaissance de la contraception diffère selon le niveau d'instruction des femmes; ainsi pratiquement toutes les femmes ayant, au moins, un niveau d'instruction secondaire ou plus ont cité, au moins, une méthode moderne (99 %). Cette proportion est de 94 % chez les femmes ayant le niveau d’instruction primaire; par contre, elle n’est que de 75 % chez celles sans niveau d'instruction. Chez les hommes, on observe les mêmes tendances, mais les écarts ne sont pas aussi importants que chez les femmes. Pratiquement tous les hommes vivant en milieu urbain (99 %), ainsi que ceux ayant un niveau d’instruction secondaire ou plus (100 %) connaissent, au moins, une méthode moderne. De même que chez les femmes, ce sont les hommes de la région Est qui connaissent le moins fréquemment les méthodes de contraception moderne (85 %). Dans un peu plus de sept couples 1 sur dix, les deux conjoints connaissent, au moins, une méthode (76 %) et, dans 74 % des cas, ils connaissent une méthode moderne (tableau 4.3 ). Les méthodes modernes les mieux connues par les deux conjoints sont, par ordre d'importance, le c ondom (66 %), la pilule (52 %), les injections (43 %) et la stérilisation féminine (19 %). Les méthodes traditionnelles sont c onnues par 37 % des couples : la continence périodique (31 %) et le retrait (6 %) sont les plus citées par les couples. 50 Quand la connaissance diffère dans le couple, on constate que les maris connaissent une méthode contraceptive plus fréquemment que leur épouse : dans 17 % des cas, le mari connaît, au moins, une méthode alors que la femme n’en connaît aucune et, à l’opposé, dans seulement 3 % des cas, la femme connaît une méthode alors que l'époux n’en connaît aucune. Dans de nombreux couples, le norplant (94 %), la stérilisation masculine (72 %), les méthodes vaginales (62 %), le DIU (51 %) ne sont connus par aucun des conjoints. Il en est de même en ce qui concerne la connaissance de certaines méthodes populaires : dans 65 % des cas, le retrait n’est connu d’aucun des conjoints. Des écarts assez importants apparaissent au niveau de la connaissance du condom et de la continence périodique pour lesquels dans, respectivement, 25 % et 35 % des couples, le mari connaît et la femme non, alors que les couples dans lesquels la femme c onnaît et le mari non ne représentent que 4 % pour le condom et 7 % pour la continence périodique. 4.2 UTILISATION DE LA CONTRACEPTION Le niveau d'utilisation de la contraception est l'un des indicateurs du degré de succès de tout programme de planification familiale. L'EDSBF-II a permis d'estimer le niveau d'utilisation de la contraception à un moment quelconque ainsi que son niveau d'utilisation actuelle. Aux femmes et aux hommes qui avaient déclaré connaître une méthode contraceptive, l'enquêteur a demandé s'ils l'avaient déjà utilisée afin de mesurer le niveau de pratique de la contraception à un moment quelconque de leur vie selon la méthode spécifique. En outre, on a demandé aux femmes qui n’étaient pas enceintes mais qui connaissaient, au moins, une méthode, si elles en utilisaient une actuellement pour éviter de tomber enceinte. De même, on a demandé aux hommes s’ils utilisaient actuellement une méthode pour éviter à leur partenaire de tomber enceinte. Ces informations permettent de mesurer le niveau de pratique actuelle ou prévalence de la contraception. 4.2.1 Utilisation passée de la contraception Les pourcentages de femmes et d'hommes ayant utilisé une méthode contraceptive à un moment quelconque sont présentés au tableau 4.4. Parmi l'ensemble des femmes, on constate que près d'une femme sur quatre (24 %), a déjà utilisé, au moins, une méthode contraceptive à un moment quelconque de sa vie. La proportion de femmes ayant déjà utilisé une méthode moderne est beaucoup plus faible : 13 %. De plus, environ une femme sur sept (15 %) a déclaré avoir déjà utilisé une méthode traditionnelle à un moment quelconque. La pilule et le condom sont, parmi les méthodes modernes, celles qui ont été les plus fréquemment utilisées (7 % dans les deux cas). Parmi les femmes ayant déclaré avoir déjà utilisé une méthode traditionnelle, 11 % ont eu recours à la continence périodique. Les méthodes telles que le DIU, (1 %), les méthodes vaginales (moins de 1 %) et le Norplant (moins de 1 %) ont été très peu utilisées. En comparant ces résultats à ceux de l'EDSBF-I de 1993 on note une très légère amélioration de la pratique contraceptive passée des femmes. En effet, la proportion des femmes ayant déclaré avoir utilisé, au moins, une méthode est passée de 22 % en 1993 à 24 % en 1998-1999. De même, 10 % des femmes avaient déclaré avoir utilisé une méthode moderne à un moment quelconque, cette proportion est de 13 % à l’enquête actuelle. L'analyse des données selon l'âge met en évidence des différences dans le niveau de l’utilisation passée de la contraception. C’est dans les gr oupes d’âges 20-34 ans que les pr oportions de femmes ayant déclaré avoir utilisé une méthode contraceptive moderne à un moment quelconque sont les plus élevées (16 %). Les moins de 20 ans et les femmes de plus de 45-49 ans sont, proportionnellement, les moins nombreuses à avoir utilisé une méthode dans le passé. Le tableau 4.4 présente également les données pour les femmes en union. On ne constate pratiquement pas d’écart dans le niveau d'utilisation de la contr aception à un moment quelconque entre les deux catégories de femmes : 24 % pour l'ensemble des femmes contre 25 % pour les femmes en union. En 51 Tableau 4.4 Utilisation de la contraception à un moment quelconque Pourcentages de femmes et d'hommes, de femmes et d'hommes actuellement en union et de femmes et d'hommes qui ne sont pas en union et qui sont sexuellement actifs, qui ont déjà utilisé une méthode contr aceptive, par mét hode spécifique, selon l'âge (pour les femmes), EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ____________________________________________________________________________________________________________________ Méthodes N'im- Méthodes modernes N'im- traditionnelles N'im- N'im- porte __________________________________________________ porte ______________________ porte porte quelle quelle Contin. quelle Groupe quelle méthode Pi- Injec- Vagi- Con- Stéril. Nor- méthode pério- Absti- méthode Effec- d'âges méth. moderne lule DIU tion nales dom fémin. plant tradit. dique Retrait nence pop. tif ____________________________________________________________________________________________________________________ TOUTES LES FEMMES ____________________________________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Ensemble 13,8 9,9 1,3 0,0 0,1 0,4 8,6 0,0 0,1 5,7 4,9 0,9 0,4 0,1 1 444 28,5 15,9 6,4 0,5 1,4 0,5 11,0 0,0 0,0 17,8 14,1 2,0 2,7 0,1 1 159 29,1 16,2 10,2 0,7 1,3 0,8 8,2 0,0 0,2 17,3 13,1 2,6 3,7 0,3 1 055 30,6 15,4 10,1 1,5 3,3 0,8 7,0 0,0 0,6 20,2 15,0 2,6 5,0 0,3 850 26,4 13,7 9,9 2,7 3,9 1,0 3,1 0,0 0,5 17,0 13,1 1,5 3,9 0,0 834 24,3 12,3 6,8 2,5 5,1 1,0 2,3 0,5 0,4 15,6 11,8 0,8 3,8 0,4 606 16,1 5,2 2,4 0,8 2,3 0,5 0,8 0,3 0,0 12,6 8,8 0,4 3,2 0,6 498 24,0 13,1 6,5 1,1 2,1 0,7 6,8 0,1 0,2 14,6 11,2 1,6 3,0 0,2 6 445 ____________________________________________________________________________________________________________________ FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION ____________________________________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Ensemble 17,1 8,0 1,9 0,0 0,2 0,2 6,2 0,0 0,0 10,2 8,2 2,1 1,2 0,0 488 26,1 12,5 5,9 0,6 1,6 0,1 7,3 0,0 0,1 17,3 13,3 1,8 3,1 0,1 1 023 27,8 15,1 9,8 0,8 1,2 0,6 6,9 0,0 0,2 16,6 12,2 2,4 3,6 0,3 1 017 30,2 14,9 9,9 1,5 3,3 0,8 6,5 0,0 0,7 19,8 14,5 2,6 5,2 0,3 824 25,8 13,0 9,3 2,3 4,0 1,1 2,4 0,0 0,6 16,9 12,9 1,4 3,9 0,0 802 23,7 11,2 6,6 1,5 5,1 1,0 1,7 0,5 0,4 15,3 11,4 0,8 3,9 0,4 574 16,1 4,7 2,4 0,2 2,4 0,3 0,6 0,4 0,0 12,9 9,1 0,4 3,3 0,5 453 25,1 12,2 7,2 1,0 2,5 0,6 5,1 0,1 0,3 16,2 12,1 1,8 3,6 0,2 5 181 ____________________________________________________________________________________________________________________ FEMMES NON EN UNION ET SEXUELLEMENT ACTIVES ____________________________________________________________________________________________________________________ Ensemble 63,2 58,3 10,6 2,6 0,3 2,2 52,8 0,0 0,7 20,8 20,1 2,1 0,0 1,1 168 ____________________________________________________________________________________________________________________ HOMMES ____________________________________________________________________________________________________________________ Ensemble 46,3 28,8 6,1 0,8 1,4 2,0 26,5 0,3 0,3 32,5 29,8 4,9 2,3 0,3 2 641 Ensemble en union 57,0 27,5 8,3 1,1 1,9 2,3 23,9 0,5 0,4 47,9 43,8 6,4 4,0 0,5 1 505 Non en union et sexuel- lement actifs 72,2 69,8 9,4 0,6 1,5 4,7 68,2 0,0 0,0 25,6 22,9 8,3 0,0 0,3 221 ce qui concerne l’utilisation passée des méthodes modernes, les proportions sont de 13 % pour l’ensemble des femmes et de 12 % pour les femmes en union. Par contre, les résultats concernant les femmes qui ne sont pas en union mais qui sont sexuellement actives font apparaître des écarts importants. Ainsi, 63 % d’entre elles ont pratiqué la contraception à un moment quelconque : 58 % ont utilisé une méthode moderne et 21 % une méthode traditionnelle. On peut également noter que, dans ce groupe, 53 % ont utilisé le condom à un moment quelconque. Les résultats du tableau 4.4 présentent également les résultats concernant les hommes : 46 % de l’ensemble des hommes (57 % de ceux en union et 72 % de ceux qui ne sont pas en union mais sexuellement actifs) ont utilisé une méthode contraceptive à un moment quelconque. Ce niveau d'utilisation des méthodes contraceptives (46 %) est nettement plus élevé que celui des femmes (24 %). On remarque que l’utilisation passée du condom par les hommes en union est beaucoup plus élevée que par les femmes en union 52 (respectivement, 24 % contre 5 %). De même que chez les femmes, les hommes qui ne sont pas en union mais sexuellement actifs ont plus fréquemment utilisé une méthode contraceptive que les autres : près des trois quarts (72 %) ont déclaré avoir utilisé une méthode à un moment quelconque et 70 % une méthode moderne, principalement le condom (68 %). D’une manière générale, par rapport à l’enquête précédente, on observe une évolution positive de l’utilisation passée de la contraception. En effet 24 % des femmes et 46 % des hommes ont déclaré avoir déjà utilisé une méthode contraceptive en 1998 contre respectivement 22 % des femmes et 35 % des hommes en 1993. Pour les méthodes modernes on enregistre respectivement 13 % en 1998 contre 10 % en 1993 chez les femmes et respectivement 29 % contre 20 % chez les hommes Cependant cette évolution n’a pas été positive pour toutes les méthodes. Alors que les proportions d’utilisatrices de la pilule, des injectables et du condom augmentaient, celles concernant le DIU, les méthodes vaginales, la stérilisation par contre diminuaient. Dans l’ensemble, les méthodes traditionnelles ont connu une évolution négative chez les femmes; à l’opposé, chez les hommes, cette évolution est positive. 4.2.2 Utilisation actuelle de la contraception La prévalence contraceptive correspond à la proportion de femmes qui utilisent une méthode de contraception au moment de l'enquête. Le tableau 4.5 fournit le niveau de prévalence par âge pour l'ensemble des femmes et pour celles en union ainsi que la prévalence pour les femmes qui ne sont pas en union, mais sexuellement actives. Si 24 % de l'ensemble des femmes interrogées ont déclaré avoir utilisé une méthode quelconque de contraception au cours de leur vie, seulement la moitié d'entre elles (12 %) en u tilisaient une au moment de l'enquête : 6 % utilisaient une méthode traditionnelle, essentiellement la continence périodique (4 %), et 6 % utilisaient une méthode moderne, essentiellement le condom (3 %), la pilule (2 %) (graphique 4.2). Graphique 4.2 Prévalence de la contraception (ensemble des femmes et des hommes) EDSBF-II 1998-99 12 6 2 1 3 1 6 4 2 32 16 2 1 13 1 16 14 2 TOUTES MÉTHODES MÉTHODES MODERNES Pilule Injection Condom Autres MÉTHODES TRADIT. Continence périodique Autres 0 10 20 30 40 Pourcentage Femme Homme 53 La comparaison avec les résultats de l'enquête précédente de 1993 montre que la prévalence contraceptive concernant une méthode quelconque a augmenté, les proportions d’utilisatrices étant passées de 8 % en 1993 à 12 % en 1998-99. Chez les hommes, cette prévalence est passée de 15 % en 1993 à 32 % en 1998. En ce qui concerne la prévalence moderne, la variation est plus faible, les proportions étant passées, chez les femmes en union de 4 % en 1993 à 5 % en 1998-99 (graphique 4.3). L’augmentation de la prévalence moderne est surtout imputable à une augmentation du recours au condom (moins de 1 % en 1993 contre 3 % en 1998). De même, chez les hommes, l’utilisation du condom a augmenté, passant de 7 % en 1993 à 13 % en 1998. Selon les données du tableau 4.5, quelles que soient les méthodes, on ne constate pas d’écart dans la prévalence contraceptive entre l’ensemble des femmes (12 %) et les femmes en union (12 %); pour les seules méthodes modernes, la prévalence est estimée à 6 % pour l’ensemble des femmes contre 5 % pour les femmes en union. En ce qui concerne les méthodes traditionnelles, les proportions d’utilisatrices sont respectivement de 6 % et de 7 %. Ce sont les femmes qui ne sont pas en union mais sexuellement actives qui pratiquent le plus fréquemment la contraception (52 %); dans cette catégorie, plus de deux femmes sur cinq utilisent une méthode moderne (44 %), en majorité le condom (36 %) mais seulement 7 % d’entre elles ont recours à une méthode traditionnelle, essentiellement la continence périodique (7%) pour éviter une grossesse. Selon l'âge, le tableau 4.5 montre que, chez les femmes en union, c’est dans le groupe d’âges 30-34 ans que la prévalence contraceptive est la plus élevée : environ 15 % utilise une méthode contraceptive; à l’opposé, les femmes les plus jeunes (15-19 ans ) et les femmes les plus âgées (45-49 ans) sont celles qui se caractérisent par la prévalence la plus faible (respectivement, 8 % et 5 %). Concernant les méthodes modernes, les proportions sont très faibles à 15-19 ans (6 %) et à 45-49 ans (2 %); avec une prévalence de 7 %, ce sont les femmes âgées de 35-39 ans qui pratiquent le plus fréquemment la contraception moderne. Les femmes en union utilisent un peu plus fréquemment les méthodes traditionnelles que les méthodes modernes (7 % contre 5 %). La continence périodique est la méthode traditionnelle la plus fréquemment utilisée (5 %). Parmi les méthodes modernes, bien que les pr oportions d’u tilisatrices soient très faibles, on constate que la pilule est la méthode la plus utilisée (2 %). Graphique 4.3 Tendances de la prévalence contraceptive moderne chez les femmes en union, EDSBF-I (1993) et EDSBF-II (1998-99) BURKINA FASO Urbain Rural Aucune Primaire Secon- daire ou + 0 10 20 30 40 Pourcentage EDSBF-I 1993 EDSBF-II 1998-99 RÉSIDENCE INSTRUCTION 4 5 17 20 2 3 2 3 13 13 32 37 54 Tableau 4.5 Utilisation actuelle de la contraception Pourcentages de femmes et d'hommes, et de femmes et d'hommes actuellement en union et de femmes et d'hommes qui ne sont pas en union et qui sont sexuellement actifs, qui utilisent actuellement une méthode contr aceptive, par mét hode spécifique, selon l'âge (pour les femmes), EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _______________________________________________________ _________________________________________________________________ Méthodes N'im- Méthodes modernes N'im- traditionnelles N'im- N'im- porte ___________________________________ porte ______________________ porte N'utilise porte quelle quelle Contin. quelle pas Groupe quelle méthode Pi- Injec- Con- méthode pério- Absti- méthode actuelle- Effec- d'âges méth. moderne lule DIU tion dom Autre tradit. dique Retrait nence pop. ment Total tif _______________________________________________________________________ _________________________________________________ TOUTES LES FEMMES _____________________________________________________________________________________________ ___________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Ensemble 7,9 5,7 0,5 0,0 0,1 5,0 0,0 2,1 1,7 0,1 0,3 0,1 92,1 100,0 1 444 15,1 7,3 2,3 0,3 1,0 3,5 0,1 7,9 5,7 0,3 1,8 0,0 84,9 100,0 1 159 14,1 6,4 2,7 0,4 0,5 2,5 0,3 7,5 4,9 0,3 2,3 0,1 85,9 100,0 1 055 15,4 5,3 2,0 0,2 1,1 1,6 0,4 10,1 6,1 0,3 3,7 0,0 84,6 100,0 850 13,9 6,5 2,8 1,1 1,5 0,8 0,3 7,4 4,9 0,0 2,4 0,0 86,1 100,0 834 10,4 5,1 1,4 0,7 1,6 0,2 1,2 5,1 3,3 0,2 1,6 0,2 89,6 100,0 606 5,2 2,4 0,2 0,1 1,7 0,0 0,3 2,8 2,6 0,0 0,2 0,0 94,8 100,0 498 12,0 5,8 1,7 0,4 0,9 2,5 0,4 6,1 4,2 0,2 1,8 0,1 88,0 100,0 6 445 ____________________________________________________________________________________________ ____________________________ FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION __________________________________________________________________________________________________________________ ______ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Ensemble 7,8 3,5 0,9 0,0 0,2 2,4 0,0 4,3 3,1 0,2 1,0 0,0 92,2 100,0 488 12,9 4,6 1,8 0,4 1,1 1,2 0,2 8,3 5,9 0,4 2,1 0,0 87,1 100,0 1 023 12,6 5,4 2,4 0,5 0,4 1,9 0,3 7,1 4,4 0,3 2,3 0,1 87,4 100,0 1 017 15,4 5,0 2,0 0,2 1,1 1,3 0,4 10,3 6,2 0,3 3,8 0,0 84,6 100,0 824 13,6 6,2 2,8 0,9 1,5 0,6 0,4 7,4 4,9 0,0 2,5 0,0 86,4 100,0 802 10,0 4,9 1,3 0,5 1,6 0,2 1,3 4,9 3,1 0,2 1,6 0,2 90,0 100,0 574 5,1 2,6 0,2 0,1 1,9 0,0 0,4 2,5 2,2 0,0 0,3 0,0 94,9 100,0 453 11,9 4,8 1,8 0,4 1,1 1,2 0,4 7,0 4,6 0,2 2,2 0,0 88,1 100,0 5 181 _________________________________________________________________________________________________________________ _______ FEMMES NON EN UNION ET SEXUELLEMENT ACTIVES _____________ ___________________________________________________________________________________________________________ Ensemble 52,1 44,0 6,1 1,5 0,3 36,1 0,0 7,4 7,4 0,0 0,0 0,7 47,9 100,0 168 ______________________________________________ __________________________________________________________________________ HOMMES ____________________________________________________________________ ____________________________________________________ Ensemble 31,8 16,1 1,9 0,3 0,5 13,0 0,4 15,7 14,1 0,3 1,3 0,0 68,2 100,0 2 641 Ensemble en union 39,5 13,3 2,9 0,6 0,8 8,3 0,6 26,2 23,4 0,5 2,3 0,1 60,5 100,0 1 505 Non en union et sexuel- lement actifs 59,9 54,5 1,7 0,0 0,0 52,8 0,0 5,4 5,4 0,0 0,0 0,0 40,1 100,0 222 Chez les hommes, le niveau d'utilisation actuelle des méthodes contraceptives est nettement plus élevé (32 %) que chez les femmes (12 %) du fait, essentiellement, d'une utilisation beaucoup plus importante du condom (13 % contre 3 %) et, en partie, de la continence périodique (14 % contre 4 %). Cependant, ces résultats sont à interpréter avec prudence dans la mesure où le niveau d’utilisation de la continence périodique par les hommes semble anormalement élevé par rapport aux déclarations des femmes : les niveaux d'utilisation de cette méthode par les hommes et donc la prévalence contraceptive totale des hommes sont certainement surestimés. Par rapport à l’ensemble des hommes, les hommes en union utilisent plus fréquemment la contraception ( 40 % contre 32 %). Par contre, ils ont plus fréquemment recours aux méthodes traditionnelles qu’aux méthode modernes (26 % contre 13 %). De plus, par ra pport aux autres catégories, ils se caractérisent aussi par une utilisation plus faible du c ondom (8 % contre 13 % pour l’ensemble et 53 % pour les hommes non en union et sexuellement actifs). Par ailleurs, comme chez les femmes, ce sont les hommes qui ne sont 55 pas en union mais sexuellement actifs qui pratiquent le plus la contraception (60 %), les méthodes modernes (55 %) et surtout ils utilisent beaucoup plus fréquemment le condom que les autres (53 %). Les résultats du tableau 4.6 et du graphique 4.4 montrent que la prévalence contraceptive chez les femmes et les hommes en union varie selon certaines caractéristiques socio-démographiques telles que le milieu de résidence, la région, le niveau d'instruction et le nombre d'enfants vivants. Chez les femmes en union, les données mettent en évidence une prévalence contraceptive plus élevée en milieu urbain qu'en milieu rural : en milieu rural, seulement 9 % des femmes utilisent une méthode contre 29 % en milieu urbain. L’écart concernant l’utilisation des méthodes modernes est encore plus important : 20 % en urbain contre à peine 3 % en rural. La mét hode moderne la plus u tilisée par les femmes du milieu urbain est la pilule (8 %). Cependant, on remarque que 9 % des femmes ont recours à une méthode traditionnelle pour planifier leurs naissances. En milieu rural, la continence périodique est la méthode la plus fréquemment utilisée par les femmes en union (4 %). Selon la région de résidence, on constate qu’à l’exception de Ouagadougou et de la région Centre/Sud où respectivement, près d’un tiers des femmes et une femme sur six pratiquent la contraception, les proportions de femmes utilisant une méthode sont partout inférieures à 10 %. En ce qui concerne la contraception moderne, les proportions sont très faibles dans toutes les régions sauf à Ouagadougou où 23 % des femmes utilisent une méthode moderne. La région du Centre/Sud se caractérise par une utilisation relativement élevée des méthodes traditionnelles (12 %) dont 9 % d’utilisation de la continence périodique. L'utilisation de la contraception varie également selon le niveau d'instruction. En effet, qu'il s'agisse des méthodes modernes ou traditionnelles, la prévalence de la contraception augmente de façon très importante avec le niveau d'instruction : seulement 10 % des femmes sans niveau d'instruction utilisent une méthode quelconque et à peine 3 % une méthode moderne. Chez les femmes ayant un niveau d'instruction primaire, la prévalence atteint 23 % (10 % pour les méthodes traditionnelles, essentiellement la continence périodique). C’est chez les femmes ayant atteint le niveau d’instruction secondaire ou plus que le taux de prévalence contraceptive est le plus élevé (52 %) : 37 % pour les méthodes modernes (12 % pour le condom et 13 % pour la pilule); néanmoins, 16 % ont recours aux méthodes traditionnelles, exclusivement la continence périodique (16 %). Il faut enfin noter que la proportion de femmes ayant un niveau d'instruction primaire et secondaire et qui utilisent la contraception traditionnelle n’est pas négligeable (10 % chez celles de niveau primaire et 16 % chez les plus instruites). L'utilisation de la contraception ne présente pas de variation significative selon le nombre d’enfants, la prévalence oscillant entre 12 % et 13 %. 56 Ta bl ea u 4. 6 U ti li sa ti on a ct ue ll e de l a co nt ra ce pt io n pa r ca ra ct ér is ti qu es s oc io -d ém og ra ph iq ue s (fe mme s) Re pa rt it io n ( en %) de s fe mm es ac tu el le me nt e n un io n p ar m ét ho de ac tu el le me nt u ti li sé e, se lon ce rt ain es ca ra ct ér is ti qu es , so ci o- dé mo gr ap hi qu es , ED SB F- II Bu rk in a F as o 19 98 -9 9 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Mé th od es Mé th od es m od er ne s N' im - tr ad it io nn el le s N' im po rt e _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ po rt e _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ N' im po rt e N' ut il is e N' im po rt e qu el le qu el le Co nt in . qu el le pa s Ef fe ct if qu el le mé th od e mé th od e pé ri o- Ab st i- mé th od e ac tu el le - de Ca ra ct ér is ti qu e mé th od e mo de rn e Pi lu le DI U In jec tio n Co nd om Au tr e tr ad it . di qu e Re tr ai t ne nc e po p. me nt To ta l fe mm es _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ M ili eu d e ré sid en ce Ur ba in Ru ra l R ég io n Vi ll e de O ua ga do ug ou No rd Es t Ou es t Ce nt re /S ud N iv ea u d' in st ru ct io n Au cu n Pr im ai re Se co nd ai re o u pl us N o. d 'e nf an ts v iv an ts Au cu n 1 2 3 4 ou p lu s En se mb le d es f em me s 29 ,4 20 ,1 8, 3 2, 4 3, 4 3, 9 2, 1 9, 3 8, 7 0, 4 0, 2 0, 0 70 ,6 10 0, 0 65 3 9, 3 2, 6 0, 9 0, 1 0, 7 0, 8 0, 1 6, 7 4, 0 0, 2 2, 4 0, 1 90 ,7 10 0, 0 4 52 8 32 ,2 22 ,5 6, 0 2, 8 4, 1 6, 9 2, 7 9, 7 9, 4 0, 4 0, 0 0, 0 67 ,8 10 0, 0 31 9 9, 4 3, 0 1, 2 0, 0 1, 1 0, 6 0, 1 6, 4 1, 9 0, 3 4, 1 0, 0 90 ,6 10 0, 0 74 5 7, 7 2, 6 0, 7 0, 3 0, 6 0, 7 0, 3 5, 1 2, 4 0, 2 2, 5 0, 0 92 ,3 10 0, 0 1 47 4 8, 8 5, 1 2, 9 0, 3 0, 8 0, 8 0, 3 3, 5 2, 9 0, 3 0, 4 0, 2 91 ,2 10 0, 0 1 20 6 15 ,5 4, 0 1, 5 0, 2 1, 2 1, 0 0, 1 11 ,5 8, 6 0, 1 2, 8 0, 0 84 ,5 10 0, 0 1 43 9 9, 7 3, 2 1, 2 0, 2 0, 9 0, 7 0, 1 6, 5 4, 0 0, 2 2, 3 0, 0 90 ,3 10 0, 0 4 69 2 23 ,1 13 ,1 5, 2 2, 4 2, 1 2, 2 1, 2 10 ,1 7, 4 0, 9 1, 8 0, 0 76 ,9 10 0, 0 33 4 52 ,2 36 ,6 12 ,7 3, 0 5, 5 11 ,9 3, 5 15 ,6 15 ,6 0, 0 0, 0 0, 0 47 ,8 10 0, 0 15 5 4, 2 2, 0 0, 1 0, 0 0, 1 1, 6 0, 1 2, 2 2, 0 0, 2 0, 0 0, 0 95 ,8 10 0, 0 49 5 13 ,0 5, 5 2, 4 0, 1 0, 8 2, 2 0, 0 7, 4 5, 4 0, 3 1, 7 0, 1 87 ,0 10 0, 0 88 5 12 ,9 5, 1 1, 7 0, 5 1, 0 1, 6 0, 3 7, 9 5, 6 0, 1 2, 2 0, 0 87 ,1 10 0, 0 84 7 11 ,9 4, 6 1, 7 0, 7 0, 9 0, 8 0, 5 7, 3 5, 2 0, 3 1, 8 0, 0 88 ,1 10 0, 0 77 1 12 ,7 5, 2 2, 1 0, 5 1, 5 0, 6 0, 6 7, 5 4, 3 0, 2 2, 9 0, 1 87 ,3 10 0, 0 2 18 3 11 ,9 4, 8 1, 8 0, 4 1, 1 1, 2 0, 4 7, 0 4, 6 0, 2 2, 2 0, 0 88 ,1 10 0, 0 5 18 1 57 Le tableau 4.7 présente les résultats concernant la prévalence contraceptive des hommes en union selon certaines caractéristiques socio-démographiques. Comme chez les femmes, l'utilisation de la contraception est beaucoup plus élevée chez les hommes en union vivant en milieu urbain (58 %) et à Ouagadougou dans la région et du Centre/Sud (respectivement, 58 % et 54 %). Tout comme chez les femmes, la prévalence contraceptive des hommes augmente sensiblement avec le niveau d'instruction : elle est de 36 % chez ceux sans niveau d'instruction contre 47 % chez ceux ayant un niveau d’instruction primaire et elle atteint 76 % chez ceux ayant un niveau d’instruction secondaire ou plus. Par ailleurs, on constate que la prévalence contraceptive ne varie pas beaucoup avec la parité, la prévalence variant de 40 % chez ceux ayant un enfant à 43 % chez ceux en ayant 4 ou plus. Les hommes n’ayant pas d’enfants se caractérisent par la prévalence la plus faible (14 %). Graphique 4.4 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes et les hommes en union EDSBF-II 1998-99 BURKINA FASO Urbain Rural Aucune Primaire Secon- daire ou + 0 20 40 60 80 Pourcentage Méthodes Traditionnelles et populaires Modernes F = Femme H = Homme RÉSIDENCE INSTRUCTION F H F H F H H F H F F H 58 Ta bl ea u 4. 7 U ti li sa ti on a ct ue ll e de l a co nt ra ce pt io n pa r ca ra ct ér is ti qu es s oc io -d ém og ra ph iq ue s (ho mme s) Re pa rt it io n ( en %) de s ho mm es ac tu el le me nt e n un io n p ar m ét ho de ac tu el le me nt u ti li sé e, se lon ce rt ain es ca ra ct ér is ti qu es , so ci o- dé mo gr ap hi qu es , ED SB F- II Bu rk in a F as o 19 98 -9 9 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Mé th od es Mé th od es m od er ne s N' im - tr ad it io nn el le s N' im po rt e _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ po rt e _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ N' im po rt e N' ut il is e N' im po rt e qu el le qu el le Co nt in . qu el le pa s Ef fe ct if qu el le mé th od e mé th od e pé ri o- Ab st i- mé th od e ac tu el le - de Ca ra ct ér is ti qu e mé th od e mo de rn e Pi lu le DI U In jec tio n Co nd om Au tr e tr ad it . di qu e Re tr ai t ne nc e po p. me nt To ta l d' ho mm es _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ M ili eu d e ré sid en ce Ur ba in Ru ra l R ég io n Vi ll e de O ua ga do ug ou No rd Es t Ou es t Ce nt re /S ud N iv ea u d' in st ru ct io n Au cu n Pr im ai re Se co nd ai re o u pl us N o. d 'e nf an ts v iv an ts Au cu n 1 2 3 4 ou p lu s En se mb le d es h om me s 57 ,8 29 ,4 8, 5 2, 5 2, 4 13 ,7 2, 2 28 ,4 26 ,4 0, 8 1, 1 0, 0 42 ,2 10 0, 0 24 0 36 ,0 10 ,2 1, 8 0, 2 0, 5 7, 3 0, 4 25 ,8 22 ,8 0, 5 2, 5 0, 1 64 ,0 10 0, 0 1 26 5 58 ,2 34 ,6 5, 5 2, 7 1, 6 20 ,9 3, 8 23 ,6 22 ,5 0, 5 0, 5 0, 0 41 ,8 10 0, 0 11 8 47 ,2 11 ,7 1, 7 0, 0 0, 9 9, 1 0, 0 35 ,4 33 ,6 0, 0 1, 8 0, 0 52 ,8 10 0, 0 21 5 32 ,8 8, 4 0, 9 0, 0 0, 3 6, 3 1, 0 24 ,4 17 ,7 0, 9 5, 8 0, 0 67 ,2 10 0, 0 42 6 24 ,6 10 ,6 4, 5 1, 0 0, 9 4, 0 0, 3 13 ,6 12 ,6 0, 9 0, 2 0, 3 75 ,4 10 0, 0 40 3 54 ,3 16 ,0 3, 4 0, 3 1, 0 11 ,3 0, 0 38 ,3 37 ,1 0, 0 1, 2 0, 0 45 ,7 10 0, 0 34 2 36 ,0 9, 4 1, 9 0, 2 0, 5 6, 4 0, 3 26 ,5 23 ,7 0, 4 2, 3 0, 1 64 ,0 10 0, 0 1 24 7 47 ,2 24 ,5 6, 6 0, 0 1, 6 14 ,7 1, 6 22 ,7 18 ,7 1, 1 3, 0 0, 0 52 ,8 10 0, 0 17 3 75 ,7 46 ,5 10 ,0 6, 3 3, 3 24 ,0 2, 9 29 ,2 27 ,8 1, 4 0, 0 0, 0 24 ,3 10 0, 0 85 14 ,4 8, 6 0, 6 0, 0 0, 0 8, 0 0, 0 5, 8 5, 8 0, 0 0, 0 0, 0 85 ,6 10 0, 0 11 1 40 ,2 17 ,3 3, 0 0, 0 0, 7 13 ,7 0, 0 22 ,9 21 ,2 0, 0 1, 7 0, 0 59 ,8 10 0, 0 23 8 37 ,0 15 ,9 3, 0 0, 9 1, 3 10 ,7 0, 0 21 ,1 17 ,4 0, 6 3, 2 0, 0 63 ,0 10 0, 0 20 5 43 ,7 15 ,9 2, 9 1, 1 0, 0 11 ,1 0, 8 27 ,8 24 ,2 0, 6 3, 0 0, 0 56 ,3 10 0, 0 18 4 42 ,6 11 ,3 3, 2 0, 6 1, 0 5, 4 1, 1 31 ,1 28 ,1 0, 7 2, 3 0, 2 57 ,4 10 0, 0 76 6 39 ,5 13 ,3 2, 9 0, 6 0, 8 8, 3 0, 6 26 ,2 23 ,4 0, 5 2, 3 0, 1 60 ,5 10 0, 0 1 50 5 59 Tableau 4.8 Connaissance de la période féconde Répartition (en %) des femmes selon leur connaissance de la période féconde au cours du cycle menstruel, pour toutes les femmes et pour celles pratiquant la continence périodique, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________ Utilisatrices Connaissance de la Ensemble de la période continence des féconde périodique femmes ________________________________________________ Connaissance Au milieu du cycle Connaissance douteuse Juste après les règles Juste avant les règles Ne connaît pas Pendant les règles À n'importe quel moment Autre Ne sait pas Non déclaré Total Effectif de femmes 25,8 9,4 35,9 13,1 0,6 1,5 7,3 1,5 6,1 21,9 3,6 1,3 20,7 51,1 0,0 0,3 100,0 100,0 268 6 445 4.3 CONNAISSANCE DE LA PÉRIODE FÉCONDE Pour pouvoir mesurer le degré de c onnaissance des femmes de la période de fécondabilité au cours du cycle menstruel, on leur a demandé si elles pensaient qu'au cours du cycle, il existait une période pendant laquelle elles avaient plus de chance de tomber enceinte et, si oui, à quel moment du cycle se situait cette période. La connaissance de cette période est particulièrement importante pour les femmes utilisant la continence périodique comme moyen contraceptif. Compte tenu de très nombreuses nuances que peuvent comporter les réponses à cette dernière question, on a essayé de les regrouper en trois grandes catégories (tableau 4.8) : • connaissance : « milieu du cycle »; • connaissance douteuse : « juste après la fin des règles », « juste avant le début des règles ». Ces réponses sont trop vagues pour pouvoir être considérées comme exactes mais, selon l'idée que se font les femmes du « juste après » et du « juste avant », elles peuvent correspondre à la période de fécondabilité; • méconnaissance : « pendant ses règles », « n'importe quand », « autre » ou « ne sait pas ». Dans la majorité des cas, les femmes ne connaissent pas avec exactitude leur période féconde. En effet, très peu de femmes (9 %) ont pu identifier correctement la période de fécondabilité, environ 15 % en a une connaissance douteuse et les trois quarts des femmes n'ont aucune idée de l'existence d'une période particulière ou ne savent pas la situer correctement. Ces proportions étaient respectivement de 9 %, 13 % et 78 % en 1993. Parmi les utilisatrices de la continence périodique, le niveau de connaissance est nettement meilleur : environ une utilisatrice sur quatre de la continence a pu identifier correctement la période de fécondabilité de la femme (26 %), mais la proportion des utilisatrices ayant une connaissance douteuse est plus élevée que celle concernant l’ensemble des femmes (37 % contre 15 %). De plus, près de deux femmes sur cinq (38 %) utilisatrices de la continence périodique, ne savent pas situer ou ne savent même pas qu’il existe une période au cours de laquelle elles doivent s'abstenir des rapports sexuels pour éviter de tomber enceinte. 4.4 EFFET CONTRACEPTIF DE L’ALLAITEMENT La connaissance du rôle de l’allaitement sur le risque de concevoir est importante car, pratiqué correctement en durée et en fréquence, il prolonge la période d’aménorrhée et a donc un impact sur le niveau de la fécondité. Cependant, pour être efficace, l’utilisation de l’allaitement comme méthode contraceptive (Méthode de l’allaitement maternel et de l’aménorrhée) dépend de plusieurs critères : la femme doit effectivement être en aménorrhée post-partum (ses règles n’ont pas repris depuis la dernière naissance) et elle doit exclusivement, ou presque, allaiter un enfant de moins de 6 mois. Si un seul de ces critères n’est pas rempli, le risque de tomber enceinte augmente considérablement. 60 Tableau 4.9 Effet contraceptif de l'allaitement Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon leur perception du rôle de l'allaitement sur le risque de tomber enceinte, pourcentages de femmes actuellement en union qui ont déjà compté et de celles qui comptent actuellement sur l'allaitement pour éviter de tomber enceinte, et pourcentage de celles qui répondent aux critères de la méthode de l'allaitemen t maternel et de l'aménorhée selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ______________________ ______________________________________________________ ______________________________ Risque de grossesse et allaitement _______________________________________________________ Répond aux Allaite- Utilise critères ment Allaite- A déjà actuelle- de l'al- n'a pas Allaite- ment utilisé ment laitement d'effet ment aug- diminue l'allaite- l'allaite- maternel sur le mente le le risque ment pour ment pour et de Effectif risque de risque de de Cela éviter une éviter une l'amé- de Caractéristique grossesse grossesse grossesse dépend NSP Total 1 grossesse grossesse norrhée 2 femmes ________________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble 51,5 5,8 3,9 5,3 33,4 100,0 1,2 0,6 4,2 488 55,1 9,1 6,9 8,4 20,5 100,0 2,1 0,9 6,0 1 023 61,1 9,7 5,1 7,6 16,5 100,0 2,5 1,4 4,6 1 017 63,0 7,7 5,7 6,9 16,7 100,0 3,6 1,5 3,3 824 57,2 9,9 6,6 10,4 15,9 100,0 2,3 0,9 3,9 802 61,8 5,8 4,9 12,9 14,7 100,0 3,1 0,6 1,8 574 60,9 6,5 4,7 9,8 18,1 100,0 3,5 0,2 0,7 453 49,2 11,1 10,7 14,6 14,3 100,0 3,7 0,9 4,2 653 60,1 7,8 4,9 7,8 19,4 100,0 2,4 1,0 3,8 4 528 46,5 11,5 13,3 15,0 13,5 100,0 5,1 1,2 4,8 319 54,9 7,1 7,3 6,9 23,8 100,0 4,0 2,0 4,0 745 63,5 7,9 3,2 10,5 15,0 100,0 1,0 0,4 3,9 1 474 51,7 8,0 6,5 12,9 20,9 100,0 5,2 2,1 3,5 1 206 64,5 8,5 4,9 2,7 19,4 100,0 0,8 0,1 3,9 1 439 59,5 8,1 4,8 8,5 19,1 100,0 2,5 1,0 3,9 4 692 53,0 9,8 8,6 9,7 18,9 100,0 2,9 0,9 3,8 334 48,2 9,1 24,3 10,7 7,7 100,0 5,0 1,6 3,4 155 58,8 8,2 5,6 8,6 18,8 100,0 2,6 1,0 3,9 5 181 _________________________ ____________________________________________________ _____________________________ 1 Y compris les non-déterminés 2 La mère allaite exclusivement ou allaite en donnant seulement de l'eau en plus du sein; l'enfant est âgé de moins de 6 mois; l a mère est en période d'aménorrhée. Dans le cadre de l’EDSBF-II, on a demandé aux femmes si elles pensaient que l’allaitement influençait le risque de tomber enceinte. Dans le cas de réponse positive, on demandait alors aux femmes si, selon elles, l’allaitement diminuait ou augmentait le risque de grossesse et enfin on leur demandait si elles avaient déjà compté sur l’allaitement pour éviter de tomber enceinte. Selon les résultats du tableau 4.9, on constate qu’au Burkina Faso, plus de la moitié des femmes (59 %) pensent que le fait d’allaiter ne modifie pas le risque de tomber enceinte. En outre, 8 % pensent que l’allaitement accroît le risque et 6 % ont déclaré que le risque de grossesse diminuait quand une femme allaitait. Enfin, 9 % des femmes enquêtées n’ont pas su se pr ononcer. Les femmes vivant en milieu urbain, celles de la région de Ouagadougou et celles ayant un niveau d’instruction, au moins, secondaire sont celles qui connaissent le mieux le rôle de l’allaitement sur le risque de concevoir. 61 Tableau 4.10 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de méthodes contraceptives modernes par source d'approvisionnement la plus r écente, selon les mét hodes spécifiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ______________ ________________ ________________________________________ Source Injec- d'approvisionnement Pilule tion Condom Ensemble 1 _______________________________________________________ _______________ Secteur public Hôpital Centre médical CSPS SMI Dispensaire/maternité Dépôt pharmaceutique communautaire Autre Secteur médical privé Cabinet de médecin privé Clinique de PF Pharmacie Autre secteur privé Boutique/marché Bar/boîte de nuit Circuit commercial informel Amis/parents Autre Total 2 Effectif de femmes 2 5,7 16,9 0,7 6,2 6,3 9,3 0,4 5,6 9,8 10,1 0,7 5,0 24,3 15,7 0,7 12,9 36,6 40,6 1,6 20,6 0,0 0,7 0,6 1,5 2,0 2,4 2,1 8,0 5,5 12,6 9,6 0,0 1,0 0,0 0,2 1,0 3,5 0,0 1,5 7,0 1,0 12,6 8,0 5,9 0,0 79,7 36,6 1,4 0,0 40,6 17,8 0,0 0,0 0,7 0,3 0,5 0,0 1,2 0,7 1,0 0,0 33,3 14,8 3,0 0,0 3,8 3,1 100,0 100,0 100,0 100,0 113 58 161 376 ______________________________________________________________________ 1 Y compris 24 utilisatrices DIU, 5 utilisatrices de méthodes vaginales, 11 du Norplant et 5 femmes stérilisées 2 Y compris les "non déterminés" Seulement 3 % des femmes ont déjà compté sur l’allaitement pour éviter une grossesse et, au moment de l’enquête, une proportion encore plus faible, 1 % a déclaré utiliser l’allaitement comme méthode contraceptive. Au tableau 4.9 figurent une dernière information concernant la proportion de femmes répondant au critère de la mét hode de l'allaitement maternel et de l’aménorrhée : seulement 4 % des femmes en union répondaient aux critères de la méthode de l’allaitement maternel et de l’aménorrhée, c’est à dire que ces femmes étaient en aménorrhée post-partum et avaient un enfant de moins de 6 mois qu'elles allaitaient, exclusivement ou avec seulement de l’eau en complément. 4.5 SOURCE D'APPROVISIONNEMENT DE LA CONTRACEPTION Pour évaluer la contribution des secteurs public et privé dans la distribution ou la vente des différentes méthodes de contraception, on a demandé aux utilisatrices d'indiquer l'endroit où elles obtiennent leur méthode. Le tableau 4.10 montre qu'au Burkina Faso, pour obtenir des méthodes contraceptives, plus d’une femme sur deux (53 %), s’approvisionne auprès du secteur médical public. Cette proportion était de 65 % en 1993. En particulier, la grande majorité des utilisatrices ont recours au secteur public pour se procurer la pilule (85 %) et se faire faire les injections (95 %). C’est dans les dispensaires/maternités (37 %) et dans les SMI (24 %) que les femmes se procurent le plus fréquemment la pilule. Les injections sont principalement effectuées dans les dispensaires/maternités (41 %) et dans une moindre mesure à l’hôpital (17 %) et dans les SMI (16 %). Environ 10 % des femmes s’adressent au secteur privé pour se procurer des méthodes contraceptives, essentiellement le condom dans les pharmacies (13 %). En ce qui concerne le 62 Tableau 4.11 Utilisation future de la contraception Répartition (en %) des femmes et des hommes actuellement en union n'utilisant pas actuellement une mét hode contra- ceptive, par intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, selon le nombre d'enfants vivants (pour les femmes), EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________________________________________________ Femmes _____________________________________________________ Nombre d'enfants vivants 1 Ensemble Intention d'utiliser __________________________________________ des dans le futur 0 1 2 3 4 ou + Ensemble hommes ___________________________________________________________________________________________ Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois Intention d'utiliser plus tard Intention NSP quand N'est pas sûr(e) d'utiliser N'a pas l'intention d'utiliser ND Total Effectif 11,5 29,4 33,3 30,7 36,6 32,1 20,3 21,8 12,5 11,1 10,9 7,1 10,3 19,0 1,9 2,0 2,5 1,8 2,1 2,1 1,9 13,1 10,9 12,1 10,4 9,0 10,4 13,6 51,7 45,1 40,8 46,1 45,2 45,1 44,3 0,0 0,2 0,2 0,0 0,1 0,1 0,8 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 344 748 774 700 2 000 4 566 910 ___________________________________________________________________________________________ 1 Y compris la grossesse actuelle. condom, il faut remarquer que les femmes les obtiennent, en majorité, dans les boutiques/marchés ( 41 %) et auprès de parents et d’amis (33 %). 4.6 UTILISATION FUTURE DE LA CONTRACEPTION On a demandé aux femmes et aux hommes qui n'utilisaient pas la contraception au moment de l'enquête, s'ils avaient l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir. Le tableau 4.11, illustré par le graphique 4.5, fournit la distribution des femmes et des hommes en union selon l'intention d'utiliser une méthode de contraception dans le futur. Plus de deux femmes en union sur cinq (45 %) qui n'utilisaient pas une méthode contraceptive au moment de l'enquête, n'ont pas l'intention de le faire dans l'avenir. Par contre, une proportion identique (44 %) a l'intention d'utiliser la contraception dans le futur, la majorité (32 %) ayant l’intention de le faire dans un avenir très proche (dans les 12 mois suivant l'interview). La proportion des femmes qui déclarent avoir l'intention d'utiliser une méthode de planification familiale augmente avec la parité : de 35 % chez les nullipares à 44 % chez celles ayant un enfant, elle passe à 47 % pour les femmes ayant 2 enfants; ensuite, au-delà, on ne constate pas de variation significative. Parmi les hommes qui n'utilisent pas la contraception, plus de deux hommes sur cinq (44 %), une proportion identique à celle des femmes (45 %) n’ont pas l’intention d’utiliser une méthode dans l'avenir. À l’opposé, comme chez les femmes, 41% des hommes en union ont manifesté leur intention de la pratiquer, dont près de la moitié (19 %) dans un avenir proche. 63 Aux femmes et aux hommes non utilisateurs de la contraception et qui ont déclaré ne pas avoir l'intention de l'u tiliser dans l'avenir, on a demandé quelle en était la rais on. Les données du tableau 4.12 indiquent que, quel que soit l'âge, le désir d'avoir des enfants est la raison la plus fréquemment invoquée par les femmes (30 %), suivie de raisons relatives à la non connaissance d’une méthode (14 %). Pour une femme sur huit (12 %), le fait d’être en ménopause ou d’avoir subi une hystérectomie explique la décision de ne pas utiliser la contraception. Par ailleurs, dans 6 % des cas, les femmes se sont déclarées opposées à l’u tilisation d’une méthode et, dans 3 % des cas, elles ont déclaré que leur conjoint y était opposé. Les raisons invoquées par les jeunes femmes et celles de 30 ans et plus diffèrent assez peu sauf, bien entendu, dans le cas des raisons relatives à la stérilité, à la ménopause. Cependant on remarque que les jeunes femmes de moins de 30 ans (9 %) ont été trois fois plus nombreuses que celles plus âgées (3 %) à citer l’opposition à la contraception comme raison de non utilisation. Chez les hommes aussi, le désir d'enfants est la raison de non utilisation de la contraception la plus fréquemment citée (37 %). Par ailleurs, 13 % des hommes ont déclaré que leur femme était en ménopause ou avait subi une hystérectomie; dans 13 % des cas, les hommes ont déclaré qu’ils étaient opposés à la contraception. Comme chez les femmes, cette proportion est plus élevée chez les hommes de moins de 30 ans (19 %) que chez ceux plus âgés (12 %). Graphique 4.5 Intention d'utiliser la contraception par les femmes et les hommes actuellement en union EDSBF-II 1998-99 NSP 10% A l'intention 44% Pas intention 45% A l'intention 41% Pas intention 44% NSP 14% Femmes Hommes 64 Tableau 4.12 Raison de non-utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes et des hommes en union n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive et n'ayant pas l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, selon la principale raison pour laquelle elles/ils n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception, selon l'âge, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 __________________________________ __________________________________________________ Femmes Hommes _________________________ __________________________ Raison de Âge Tous Âge Tous non-utilisation _______________ les _______________ les de la contraception 15-29 30-49 âges 15-29 30-59 âges __________________________________________________________________________________ Veut des enfants Ne connaît aucune méthode Ne connaît aucune source Pas accessible/Trop loin Trop chère Non marié Rapports sexuels peu fréquents Ménopausée/hystérectomie Sous-féconde/stérile Problèmes pour la santé Peur des effets secondaires Pas pratique à utiliser Enquêté(e) opposé(e) Mari/conjoint opposé(e) Interdits religieux Taboux culturels C’est à la femme d’utiliser Autres Ne sait pas Total Effectif 40,7 22,3 29,8 48,2 35,3 37,0 14,6 13,1 13,7 8,9 8,1 8,2 6,6 5,3 5,9 4,5 4,0 4,1 2,2 1,0 1,5 0,0 0,7 0,6 1,4 2,1 1,8 0,0 0,2 0,2 0,2 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 2,0 7,8 5,4 4,5 3,3 3,5 0,0 20,0 11,9 0,0 15,1 13,1 0,5 4,6 3,0 3,7 3,4 3,5 1,5 2,9 2,4 0,0 1,4 1,2 3,7 3,0 3,3 3,7 0,9 1,3 1,0 0,5 0,7 0,0 0,2 0,2 8,6 3,4 5,5 19,4 11,7 12,7 5,0 2,0 3,2 0,0 0,3 0,3 1,4 1,0 1,2 2,2 3,7 3,5 0,1 0,4 0,3 0,0 1,1 0,9 - - - 0,0 0,9 0,8 3,5 6,8 5,5 2,2 7,2 6,6 6,9 3,7 5,0 2,6 2,6 2,6 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 836 1 222 2 058 53 351 404 Pour évaluer la demande potentielle des différents types de méthodes contraceptives, on a demandé aux femmes en union ayant l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir, de spécifier la méthode de leur choix. Il ressort des données du tableau 4.13 que les méthodes modernes sont les plus fréquemment citées (80 %), avec notamment 46 % pour la pilule et 28 % pour les injections; les autres méthodes, y compris le DIU, ne sont que très peu citées (2 % au maximum). Enfin, 12 % des femmes déclarent avoir l’intention d’utiliser une méthode populaire. 65 Tableau 4.13 Méthode contraceptive préferée pour une utilisation future Répartition (en %) des femmes actuellement en union n'u tilisant pas actuellement une méthode contr aceptive mais ayant l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, par méthode préferée, selon l'intention de l'utiliser dans les 12 prochains mois ou plus tard, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _____________________________________________________ __________ Intention d'utiliser ___________________________ Dans les 12 Méthode prochains Après NSP contraceptive mois 12 mois quand Ensemble ______________________________________________________ _________ Méthode moderne Pilule 44,9 50,0 37,5 45,8 DIU 2,9 1,4 0,0 2,4 Injection 30,3 20,3 26,2 27,7 Méthodes vaginales 0,3 0,0 1,2 0,2 Condom 2,1 1,6 1,2 2,0 Stérilisation féminine 0,8 0,4 0,0 0,7 Norplant 1,7 1,2 0,0 1,5 Méthode traditionnelle Continence périodique 2,4 3,8 0,0 2,6 Abstinence 0,6 0,2 0,0 0,5 Méthode populaire 8,8 8,6 9,8 8,8 ND 5,2 12,6 24,1 7,8 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 1 464 472 96 2 031 4.7 SOURCES D'INFORMATION SUR LA CONTRACEPTION Les média peuvent se révéler très utiles en tant que support pour la diffusion d'informations sur la planification familiale en général, ainsi que pour la connaissance des différentes méthodes de contraception. Pour cette raison, on a demandé à l'ensemble des femmes et des hommes si elles/ils avaient entendu un message quelconque sur la planification familiale à la radio ou à la télévision durant le mois ayant précédé l'enquête. Les résultats du tableau 4.14 permettent de constater que, durant le mois précédant l'enquête, plus des deux tiers des femmes (68 %) et près de deux hommes sur cinq (39 %) n'ont entendu aucun message, ni à la radio, ni à la télévision. Les hommes ont plus fréquemment entendu un message à la radio et à la télévision que les femmes (19 % contre 7 %). De même, si on considère uniquement la radio comme source d’information, on constate que les proportions d’hommes ayant entendu un message sont plus élevées que celles des femmes (23 % pour les femmes contre 40 % pour les hommes). Par contre, seulement 2 % des femmes et 3 % des hommes ont déclaré avoir ente ndu un message sur la planification fa miliale à la télévision au cours du mois précédant l'enquête. Rappelons ici que 13 % des femmes interrogées et 22 % des hommes ont déclaré regarder la télévision, au moins, une fois par semaine et que 18 % des femmes et 40 % des hommes ont déclaré écouter la radio, au moins, une fois par jour (voir Chapitre 2, Section 2.2.3 - Accès aux média). Comme on pouvait s'y attendre, les résultats mettent en évidence des disparités importantes selon les caractéristiques des femmes : les trois quarts des femmes du milieu rural n'ont entendu aucun message (75 %); il en est de même pour celles n'ayant jamais fréquenté l'école (73 %). Corrélativement, les femmes du milieu urbain, et les femmes les plus instruites sont celles qui ont le plus fréquemment accès à l'information, par la radio et la télévision (respectivement 35 % et 48 %). Néanmoins, même parmi les femmes du milieu urbain, celles vivant dans la région de Ouagadougou et parmi celles ayant un niveau secondaire, un pourcentage relativement élevé n'avait ente ndu aucun message (respectivement, 31 %, 27 % 66 Tableau 4.14 Messages sur la planification familiale diffusés à la radio et à la télévision Répartition (en %) des femmes et des hommes selon qu'ils ont ou non entendu ou vu un message sur la planification familiale à la radio et/ou à la télévision, ou au cours de réunions, au cours du mois précédant l'enquête, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _______________________________________________________________________ Message sur la planification familiale à la radio et/ou à la télévision _______________________________ À la À la À la radio radio télé. et à la seule- seule- Caractéristique télé. ment ment Aucun Total 1 Effectif ____________________________________________________ ___________________ FEMMES _______________________________________________________ ________________ Groupe d'âges < 30 ans 30 ans ou + Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des femmes 35,0 26,7 7,5 30,7 100,0 1 086 1,6 22,6 0,4 75,2 100,0 5 359 39,3 24,2 9,1 27,2 100,0 544 3,5 20,8 0,7 75,0 100,0 904 3,0 21,5 1,0 74,3 100,0 1 761 6,9 21,5 1,4 70,1 100,0 1 489 3,9 27,7 0,5 67,9 100,0 1 748 3,3 23,2 0,7 72,7 100,0 5 531 19,6 29,2 4,4 46,9 100,0 540 48,1 16,7 10,7 24,3 100,0 374 7,3 23,3 1,6 67,7 100,0 6 445 _________________ ______________________________________________________ HOMMES ____________________ ___________________________________________________ Groupe d'âges < 30 ans 30 ans ou + Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des hommes 51,4 23,9 7,3 17,4 100,0 581 10,0 43,9 1,3 44,7 100,0 2 060 48,2 24,3 8,8 18,6 100,0 294 17,1 47,5 1,7 33,6 100,0 380 8,3 36,2 3,0 52,5 100,0 729 30,6 36,4 2,0 31,0 100,0 646 6,6 49,4 0,5 43,1 100,0 593 11,8 42,8 1,2 44,1 100,0 1 942 27,5 42,1 2,6 27,8 100,0 373 52,7 17,2 11,2 18,9 100,0 327 19,1 39,5 2,7 38,7 100,0 2 641 ________________________________________________________ _______________ 1 Y compris les non déterminés et 24 %). Par comparaison à celles des femmes, les proportions d’hommes ayant entendu un message sur la planification familiale, quel qu’en soit la source, sont plus élevées (61 % contre 32 %). 4.8 OPINIONS ET ATTITUDES VIS-À-VIS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE Les opinions et attitudes des femmes vis-à-vis de la planification familiale constituent un élément décisif pour la pratique de la contraception. L'EDSBF-II s'est donc penchée sur les opinions et les a ttitudes des femmes concernant la planification familiale, ainsi que sur celles de leur conjoint, tant il est vrai qu'en 67 la matière, le rôle joué par l'époux peut influencer grandement la décision de la femme. Les questions ont donc porté sur : C l'opinion des femmes et des hommes sur la diffusion d'informations relatives à la contraception; C la discussion éventuelle sur la contraception avec le conjoint; C l'opinion des couples face à la planification familiale. Les trois quarts des femmes (76 %) sont favorables à l'utilisation des média pour la diffusion d'informations relatives à la contraception, 8 % la désapprouvent et 16 % n'ont pas d'opinion à ce sujet (tableau 4.15). Quant aux hommes, on constate que 78 % l'approuvent contre 5 % qui y sont défavorables. L’opinion sur l’utilisation des média pour la diffusion de messages sur la planification familiale varie selon les caractéristiques socio-démographiques. Tout d’abord, on remarque que quelle que soit la variable, le taux d’approbation dépasse 60 % et dépasse même 90 % chez les femmes urbaines et chez les femmes les plus instruites. Chez les hommes, on constate les mêmes variations. Par ailleurs, il ressort des résultats présentés au tableau 4.16, que 71 % des femmes en union et connaissant une méthode contraceptive n'ont jamais discuté de planification familiale avec leur conjoint au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête. Environ 15 % ont déclaré avoir abordé le sujet une ou deux fois avec son conjoint et 14% en ont parlé plus souvent au cours des douze derniers mois. Selon l’âge, on remarque que les jeunes femmes de 15-19 ans et les femmes âgées de 40-49 ans sont, proportionnellement, les plus nombreuses à n’avoir jamais discuté de la planification familiale avec leur partenaire (respectivement 76 % et 80 %). Les femmes qui en ont discuté le plus fréquemment sont celles de 20-39 ans (environ 15 % en ont discuté au moins trois fois). Ainsi, au Burkina Faso, la planification familiale ne semble pas être un sujet fréquemment évoqué par les femmes et leurs maris. Lors de l'enquête, on a posé la question suivante aux femmes et aux hommes : « En général, est-ce que vous approuvez ou désapprouvez les couples qui utilisent une méthode pour éviter une grossesse ? » 68 Tableau 4.15 Approbation de l'utilisation de la radio et de la télévision dans la diffusion de messages sur la planification familiale Répartition (en %) des femmes et des hommes selon qu'elles/ils approuvent ou non la diffusion de messages sur la planification familiale à la radio ou à la télévision, selon l'âge et certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________ _____________________ Désappro- Appro- Ne sait Caractéristique bation bation pas Total Effectif _____________________ ___________________________________________________ FEMMES ____________________________________________________ ____________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Urbain Rural Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des femmes 11,0 66,0 23,0 100,0 1 444 7,5 81,9 10,6 100,0 1 159 6,3 81,1 12,6 100,0 1 055 6,8 80,7 12,5 100,0 850 6,7 80,1 13,2 100,0 834 7,8 77,8 14,4 100,0 606 10,0 67,8 22,1 100,0 498 4,2 92,1 3,7 100,0 1 086 8,9 73,1 18,0 100,0 5 359 8,6 74,0 17,4 100,0 5 531 6,7 86,7 6,6 100,0 540 3,1 95,7 1,2 100,0 374 8,1 76,3 15,5 100,0 6 445 _____________________________ ___________________________________________ HOMMES ____________________________________________________________ ____________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 Milieu de résidence Urbain Rural Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des hommes 5,4 63,6 30,9 100,0 599 5,2 82,3 12,2 100,0 395 5,4 87,1 7,5 100,0 374 2,3 89,2 8,6 100,0 308 5,4 85,0 9,6 100,0 250 3,7 85,4 11,0 100,0 237 5,9 81,3 12,7 100,0 190 7,0 73,7 19,3 100,0 145 13,4 60,1 26,5 100,0 141 3,4 93,4 3,2 100,0 581 6,0 74,1 19,9 100,0 2 060 5,9 74,6 19,4 100,0 1 942 5,1 82,5 12,4 100,0 373 2,6 96,1 1,3 100,0 327 5,4 78,3 16,2 100,0 2 641 69 Tableau 4.16 Discussion de la planification familiale avec le conjoint Répartition (en %) des femmes actuellement en union connaissant une méthode contraceptive par nombre de fois qu'elles ont discuté de la planification familiale avec leur conjoint au cours de l'année ayant précédé l'e nquête, selon l'âge actuel, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ______________________________________________________________________ Nombre de discussions sur la planification familiale ___________________________ Effectif Une ou Trois fois de Caractéristique Jamais deux fois ou plus Total 1 femmes ______________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Ensemble 76,3 11,7 11,8 100,0 349 68,9 15,6 15,4 100,0 828 67,7 18,0 14,2 100,0 833 68,8 15,7 15,4 100,0 684 71,6 13,5 14,9 100,0 650 74,6 14,1 11,3 100,0 445 80,4 9,7 9,8 100,0 312 71,2 14,8 13,9 100,0 4 100 ______________________________________________________________________ 1 Y compris les "non-déterminés" Tableau 4.17 Opinion des couples face à la planification familiale Répartition (en %) des couples selon qu'ils approuvent ou désapprouvent la planification familiale, selon les caractéristiques différentielles du couple, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________________________________________________________ La femme L'homme Pourcentage L'homme L'homme approuve approuve et Sans de couples Caractéristique et la et la femme et l'homme la femme opinion/ ayant la Effectif différentielle femme désap- désap- désap- Non même de du couple approuvent prouvent prouve prouve déterminé Total opinion couples ___________________________________________________________________________________________________ Âge Femme plus âgée Homme plus âgé de: 0-4 ans 5-9 ans 10-14 ans 15 ans ou plus Niveau d'instruction Homme et femme: aucun Femme instruite, homme non Homme instruit, femme non Homme et femme instruits Ensemble 59,8 1,9 5,7 11,4 21,2 100,0 61,7 62 59,7 2,7 5,8 11,4 20,4 100,0 62,4 305 57,6 2,4 6,5 9,4 24,0 100,0 60,0 533 52,3 1,5 7,2 9,0 30,0 100,0 53,8 395 49,5 3,2 7,1 10,6 29,6 100,0 52,7 436 50,5 2,6 7,2 10,5 29,2 100,0 53,1 1 414 64,5 0,0 5,5 13,4 16,6 100,0 64,5 81 71,2 3,1 2,9 8,1 14,8 100,0 74,3 142 85,8 1,7 5,1 3,0 4,3 100,0 87,5 94 54,8 2,5 6,7 10,0 26,1 100,0 57,3 1 731 Cette question a permis de déterminer l'opinion des couples en matière de planification familiale (tableau 4.17). Dans plus de la moitié des c ouples (58 %), les conjoints ont la même opinion : 55 % approuvent la contr aception et 3 % la désapprouvent. Les couples dans lesquels le mari et la femme sont tous les deux instruits, sont ceux qui sont le plus fréquemment en accord pour appr ouver la planification familiale (86 %). Près d’un couple sur cinq (17 %) ont une opinion différente en matière de planification familiale. Cependant, dans la majorité des cas (10 %) c’est le mari qui approuve et c’est la femme qui y est opposée; l’inverse (la femme approuve et le mari est contre) n’est vrai que dans 7 % des cas. 71 Tableau 5.1 État matrimonial Répartition (en %) des femmes et des hommes par état matrimonial actuel, selon l'âge, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _________________________________________________________________________ Vivant Groupe Céliba- avec Veuve/ Séparé(e)/ d'âges taire Marié(e) quelqu’un Veuf Divorcée Total Effectif _________________________________________________________________________ FEMMES _________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Ensemble 65,2 31,7 2,2 0,1 0,9 100,0 1 444 9,7 81,1 7,2 0,6 1,4 100,0 1 159 2,1 90,6 5,8 0,6 0,9 100,0 1 055 0,6 90,8 6,1 1,6 0,9 100,0 850 0,4 90,6 5,6 2,6 0,8 100,0 834 0,2 89,9 4,8 4,0 1,0 100,0 606 0,2 86,0 5,1 8,2 0,6 100,0 498 16,9 75,3 5,1 1,8 1,0 100,0 6 445 _________________________________________________________________________ HOMMES _________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 Ensemble 98,6 1,3 0,1 0,0 0,0 100,0 599 77,9 19,9 1,3 0,0 0,9 100,0 395 39,0 55,7 3,2 0,2 1,9 100,0 374 10,3 84,7 1,6 0,6 2,8 100,0 308 1,5 92,4 3,3 1,2 1,6 100,0 250 1,3 93,4 1,8 2,1 1,5 100,0 237 0,3 96,6 1,0 0,0 2,1 100,0 190 0,0 95,4 0,8 0,8 2,9 100,0 145 1,4 95,5 0,0 3,1 0,0 100,0 141 41,1 55,5 1,5 0,6 1,4 100,0 2 641 CHAPITRE 5 NUPTIALITÉ ET EXPOSITION AUX RISQUES DE GROSSESSE François Ilboudo et Idrissa Kaboré En plus de la contraception, différents facteurs affectent le comportement procréateur des femmes et jouent un rôle déterminant sur le niveau de la fécondité : il s’agit de la nuptialité, de l’activité sexuelle, de l'aménorrhée et de l'abstinence post-partum qui feront l’objet de ce présent chapitre. 5.1 ÉTAT MATRIMONIAL Au Burkina Faso, les normes qui régissent la formation des unions varient d'un groupe ethnique à l'autre. Les diversités culturelles, économiques et structurelles dans une société déterminent les variations de l'âge auquel débute la formation des unions; elles définissent notamment l'intensité de la nuptialité. Dans le cadre de l’EDSBF-II, le terme union s’applique à l'ensemble des femmes et des hommes qui se sont déclarés mariés ou vivant maritalement avec un(e) partenaire. Entrent donc dans cette catégorie, aussi bien les mariages civils, religieux et coutumiers que les unions de fait. Le tableau 5.1 présente la répartition des femmes et des hommes selon leur état matrimonial au moment de l'enquête. La majorité des femmes interrogées (80 %) était en union au moment de l'enquête, dont une part non négligeable (5 %) était en union consensuelle. Par ailleurs, le célibat concernait 17 % des femmes de 15-49 ans. 72 La structure par âge de l’état matrimonial (tableau 5.1 et graphique 5.1) montre que le célibat est surtout fréquent aux jeunes âges et particulièrement à 15-19 ans (65 %). Au-delà de 30 ans, la proportion de femmes célibataire reste inférieure à 1 %. Les proportions de femmes mariées sont pratiquement stables entre 25 et 44 ans (environ 90 %). Après 45 ans, la diminution de la proportion de femmes s’accompagne d’une proportion plus importante de veuves. Entre 1993 et 1998, on constate une augmentation du célibat. En effet, la proportion de femmes célibataires est passée de 14 % à 17 %. À l’ opposé, la proportion de femmes en union passe de 84 % à 75 %. La proportion de divorcées et de séparées est restée stable (1 %). Parmi les hommes de 15-59 ans, on compte 41 % de célibataires. À l'opposé, 57 % des hommes sont en union et 2 % sont en rupture d'union. La proportion d'hommes célibataires décroît beaucoup moins rapidement avec l'âge que chez les femmes : de 99 % à 15-19 ans, elle passe à 78 % dans le groupe d'âges 20-24 ans et à 25-29 ans, 39 % des hommes sont encore célibataires. Le célibat n'est pas rare à 30-34 ans, où 10 % des hommes ne sont toujours pas en union. Cependant, comme chez les femmes, les proportions de célibataires sont très faibles : à partir de 40 ans, moins de 1 % d’hommes sont toujours célibataires. 5.2 POLYGAMIE Lors de l’EDSBF-II, on a distingué, parmi les femmes en union, celles qui vivent en union monogame de celles qui ont déclaré que leur mari ou conjoint a une ou plusieurs autres épouses. La polygamie est, en effet, largement pratiquée au Burkina Faso puisque, selon les données du tableau 5.2, plus d’une femme sur deux (55 %) vit en union polygame. Ce type d’union est répandu dès les plus jeunes âges : à 15-19 ans, près de deux femmes en union sur cinq (39 %) sont en union polygame et à 25-29 ans la polygamie concerne près d’une femme en union sur deux (49 %). Entre 45 et 49 ans, plus des deux tiers des femmes en union (69 %) ont une co-épouse. Le nombre de co-épouses augmente régulièrement Graphique 5.1 Proportion de femmes célibataires selon l'âge 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 Groupes d'âges 0 10 20 30 40 50 60 70 Pourcentage EDSBF-I 1993 EDSBF-II 1998-99 73 Tableau 5.2 Nombre d'épouses et de co-épouses Répartition (en %) des femmes et des hommes actuellement en union par nombre d'épouses ou de co-épouses, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _____________________________________________________________________________________________________ Femmes Hommes ___________________________________ ___________________________________ Nombre de co-épouses Effectif Nombre de femmes Pas de _________________ de __________________ Effectif Caractéristique co-épouse 1 2 ou+ ND Total femmes 1 2 3 ou + Total d'hommes _____________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 Milieu de résidence Urbain Rural Région Villes de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble 61,1 24,9 14,0 0,0 100,0 488 100,0 0,0 0,0 100,0 9 56,6 28,7 14,5 0,2 100,0 1 023 94,4 5,6 0,0 100,0 84 51,4 32,7 15,9 0,0 100,0 1 017 88,8 10,2 1,1 100,0 221 41,8 36,8 21,2 0,2 100,0 824 77,0 20,2 2,8 100,0 266 35,4 38,0 26,6 0,0 100,0 802 67,4 27,4 5,2 100,0 239 31,1 40,7 28,2 0,0 100,0 574 58,9 32,0 9,1 100,0 226 31,2 35,7 33,0 0,0 100,0 453 57,9 29,4 12,7 100,0 186 - - - - - - 50,1 32,6 17,3 100,0 140 - - - - - - 49,3 33,5 17,2 100,0 135 70,2 20,7 9,1 0,1 100,0 653 82,3 14,4 3,3 100,0 240 41,7 35,7 22,5 0,1 100,0 4 528 65,6 26,0 8,4 100,0 1 265 75,0 16,3 8,5 0,2 100,0 319 89,0 9,3 1,6 100,0 118 45,1 39,6 15,3 0,0 100,0 745 68,5 24,7 6,8 100,0 215 45,8 32,5 21,6 0,1 100,0 1 474 70,5 21,3 8,2 100,0 426 49,9 34,1 15,9 0,1 100,0 1 206 67,7 27,0 5,3 100,0 403 34,5 35,7 29,7 0,1 100,0 1 439 58,7 29,3 12,0 100,0 342 42,5 35,2 22,2 0,1 100,0 4 692 65,5 25,9 8,5 100,0 1 247 66,5 25,6 7,9 0,0 100,0 334 75,7 21,8 2,5 100,0 173 86,1 9,0 4,9 0,0 100,0 155 92,7 3,9 3,4 100,0 85 45,3 33,8 20,8 0,1 100,0 5 181 68,2 24,2 7,6 100,0 1 505 avec l’âge de la femme : ainsi, 14 % des jeunes femmes de 15-19 ans ont, au moins, 2 co-é pouses, et à partir de 40 ans, plus d’une femme sur quatre en union a 2 co-épouses. La pratique de la polygamie diffère selon le milieu de résidence (graphique 5.2). Elle est plus fréquente en milieu rural où 58 % des femmes en union vivent en unions polygames. En milieu urbain, cette proportion est de 30 %. De plus, en milieu rural, 23 % des femmes ont 2 co-épouses ou plus contre seulement 9 % en milieu urbain. Selon la région de résidence, avec seulement 25 % de femmes polygames, Ouagadougou se démarque du reste du pays. Dans les autres régions, les proportions de femmes polygames sont relativement équivalentes avec des niveaux oscillant entre 54 % à l’Est à 65 % au Centre/Sud. Selon le niveau d'instruction, la proportion des femmes en union polygame varie de 57 % chez celles qui n'ont aucun niveau d'instruction à 34 % chez celles ayant le niveau primaire et à 14 % chez les femmes qui ont le niveau secondaire ou supérieur. De même, la proportion de femmes qui ont, au moins, deux co- épouses décroît quand le niveau d’instruction augmente. 1 Le taux de polygamie correspond à la proportion d'hommes en union polygame dans la population des hommes en union. 74 Chez les hommes, le taux de polygamie 1 atteint 32 % : la majorité des hommes polygames (24 %) ont seulement deux épouses et, comme chez les femmes, cette pr oportion augmente régulièrement avec l'âge. Dès l’âge de 20-24 ans, 6 % des hommes sont polygames et, à 35-39 ans, cette proportion est de 33 %; à 55- 59 ans, environ la moitié des hommes en union sont polygames (51 %). Plus d’un tiers des hommes en union du milieu rural (34 %) sont polygames. Cette proportion n’est que de 18 % en milieu urbain. Tout comme chez les femmes, c’est dans la région du Centre/Sud que la polygamie est le plus fréquemment pratiquée. Par ailleurs, la proportion des hommes polygames décroît avec le niveau d'instruction variant d’un maximum de 34 % pour ceux qui n'ont jamais fréquenté l’école à un minimum de 7 % chez ceux ayant le niveau secondaire ou plus. Si l’on compare ces résultats avec ceux fournis par l’EDSBF-I, on constate que la fréquence de la polygamie n’a pas varié de manière significative entre les deux dates. En 1993, 51 % des femmes en union vivaient en union polygame, contre 55 % selon les données de l’enquête actuelle. 5.3 ÂGE À LA PREMIÈRE UNION ET ÂGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS 5.3.1 Âge à la première union Compte tenu de la relation généralement observée entre l'âge à la première union et le début de la vie féconde, il est important d'étudier le calendrier de la primo-nuptialité. Le tableau 5.3 présente les proportions de femmes et d'hommes déjà entrés en union à différents âges, ainsi que les âges médians à la première union en fonction de l'âge actuel des enquêtés. Graphique 5.2 Proportion de femmes en union polygame parmi les femmes de 15-49 ans en union EDSBF-II 1998-99 BURKINA FASO RÉSIDENCE Urbain Rural RÉGION Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou plus 0 10 20 30 40 50 60 70 Pourcentage 75 Tableau 5.3 Âge à la première union Pourcentage de femmes qui étaient déjà en première union aux âges exacts 15, 18, 20, 22 et 25 ans, pourcentage d'hommes qui étaient déjà en première union aux âges 20, 22, 25, 28 et 30 ans, et âge médian à la première union, par âge actuel, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _________________________________________________________________________________________ FEMMES _________________________________________________________________________________________ Pour- Âge Pourcentage déjà en première union à l'âge exact de : centage médian Groupe _________________________________________ jamais à la l ere d'âges 15 18 20 22 25 en union Effectif union _________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 20-49 25-49 6,3 a a a a 65,2 1 444 b 8,0 62,3 84,1 a a 9,7 1 159 17,6 7,7 60,3 81,7 91,1 96,0 2,1 1 055 17,7 8,8 64,8 84,4 91,9 96,5 0,6 850 17,6 6,1 63,5 84,1 93,2 97,2 0,4 834 17,6 10,5 64,0 87,5 95,2 97,7 0,2 606 17,6 6,9 64,5 88,7 94,9 97,4 0,2 498 17,6 8,0 62,9 84,5 91,9 95,3 2,9 5 001 17,6 7,9 63,1 84,6 92,9 96,8 0,9 3 843 17,6 _________________________________________________________________________________________ HOMMES _________________________________________________________________________________________ Pour- Âge Pourcentage déjà en première union à l'âge exact de : centage médian Groupe _________________________________________ jamais à la lere d'âges 20 22 25 28 30 en union Effectif union _________________________________________________________________________________________ 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 30-59 13,3 28,7 49,5 a a 39,0 374 b 9,6 24,2 48,1 74,1 82,9 10,3 308 25,2 21,4 31,4 54,8 73,0 82,9 1,5 250 24,4 11,5 27,3 46,8 68,5 76,6 1,3 237 25,4 10,4 23,6 41,5 66,1 77,2 0,3 190 25,7 18,3 38,8 51,7 68,2 76,5 0,0 145 24,3 11,7 27,0 38,7 64,2 69,8 1,4 141 26,0 13,6 28,1 47,6 69,9 78,7 3,2 1 273 25,3 _________________________________________________________________________________________ a Sans objetb Non calculé parce que moins de 50 % des femmes ou des hommes du groupe d'âges x, x+4 sont en union à l'âge x. Les femmes burkinabè se marient relativement tôt. À 18 ans exact, 63 % des femmes âgées de 25-49 ans avaient déjà contracté une union. Le pourcentage des femmes actuellement âgées de 25-49 ans qui étaient déjà en union à 15 ans exacts est de (8 %) mais, à 22 ans exacts, cette proportion passe à 93 %. À 25 ans exacts, la quasi-totalité des femmes (97 %) ont déjà contracté une union. Parmi les femmes âgées de 25-49 ans, une sur deux était déjà mariée à l'âge de 17,6 ans (âge médian); l’enquête précédente avait pratiquement déterminé le même âge médian (17,5 ans), ce qui signifie qu’il n’y a pas eu d’évolution dans le calendrier de la primo-nuptialité depuis 1993. De même, selon les données de l’e nquête actuelle, il ne semble pas que le calendrier de la primo nuptialité ait subi des modifications au fil des générations, l'âge médian à la première union étant estimé à 17,6 ans quelle que soit la génération. Par rapport aux femmes, les hommes se marient relativement tard (tableau 5.3). À 25 ans exacts, moins de la moitié des hommes de 30-59 ans (48 %) ont déjà été mariés; cette pr oportion est de 97 % chez les femmes. Il faut attendre 28 ans pour que la grande majorité des hommes (70 %) soient en union. Parmi 76 Tableau 5.4 Âge médian à la première union Âge médian à la première union des femmes de 25-49 ans et des hommes de 30-59 ans, par âge actuel, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 __________________________________________________________________________________________________ Femmes Hommes Groupe d'âges de de ____________________________________________________ 25-49 30-59 Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45+ ans ans __________________________________________________________________________________________________ Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des femmes a 19,6 18,6 18,2 18,1 17,8 18,6 26,6 17,4 17,6 17,5 17,6 17,6 17,6 17,6 25,0 a 20,1 18,9 18,6 18,2 17,8 18,9 27,3 17,5 17,6 17,2 17,6 17,3 17,7 17,5 25,4 17,4 17,5 17,4 17,6 17,6 17,5 17,5 25,1 17,3 17,6 17,5 17,5 17,5 17,3 17,5 23,9 17,7 17,7 17,7 17,7 17,7 17,7 17,7 25,6 17,4 17,6 17,5 17,6 17,6 17,6 17,6 25,2 18,7 18,0 17,9 17,9 18,1 19,2 18,0 24,2 a 24,1 24,5 20,3 23,2 23,2 23,2 28,0 17,6 17,7 17,6 17,6 17,6 17,6 17,6 - __________________________________________________________________________________________________ Ensemble des hommes a a 25,2 24,4 25,4 25,7 - 25,3 __________________________________________________________________________________________________ Note : L'âge médian n'est pas calculé pour les femmes et les hommes de 15-19 ans parce que certains d'entre eux peuvent encore entrer en union avant d'atteindre 20 ans. a Non calculé parce que moins de 50 % des femmes ou des hommes du groupe d'âges x, x+4 sont en union à l'âge x. les hommes de 30-59 ans, l'âge médian au premier mariage s'établit à 25,3 ans, c'est-à-dire pratiquement 8 ans plus vieux que pour les femmes (17,6 ans). Chez les femmes et les hommes, l'âge au premier mariage varie de façon sensible en fonction des caractéristiques socio-démographiques, en particulier en fonction du niveau d’instruction (tableau 5.4 et graphique 5.3). C’est en effet selon le niveau d’instruction que l’on constate les écarts les plus importants : les femmes ayant un niveau d’instruction, au moins, secondaire se marient 5,6 ans plus tard que les femmes qui n’ont aucune instruction. Dans une moindre mesure, le milieu de résidence influence aussi l’âge d’entrée en première union, l’âge médian en milieu rural étant estimé à 17,6 ans contre 18,6 ans en milieu urbain. À l’exception de la ville de Ouagadougou qui se caractérise par l’âge médian le plus tardif (18,9 ans), on ne constate aucun écart entre les autres régions. En ce qui concerne les hommes (tableau 5.4 et graphique 5.3), on constate que l'âge à la première union est toujours nettement supérieur à celui des femmes. Comme chez les femmes, ce sont les hommes du milieu urbain ( 26,6 ans), ceux de la ville de Ouagadougou (27,3 ans) et ceux ayant un niveau d’instruction, au moins, secondaire (28 ans), qui se marient le plus tard. 77 5.3.2 Âge aux premiers rapports sexuels En tant que déterminant de la fécondité, l'âge aux premiers rapports sexuels est tout aussi important que l'âge à la première union, les rapports sexuels n'ayant pas forcément lieu dans le cadre de l'union. Pour cette raison, on a demandé aux femmes l'âge auquel elles avaient eu, pour la première fois, des rapports sexuels. Au tableau 5.5, figurent les proportions de femmes ayant déjà eu des rapports sexuels à différents âges et l'âge médian aux premiers rapports sexuels. En atteignant 18 ans, plus des deux tiers des femmes de 25-49 ans (67 %) ont déjà eu des rapports sexuels. Cette proportion est de 89 % à 22 ans et, à 25 ans exacts, la quasi-totalité des femmes de 25-49 ans (91 %) ont eu leurs premiers rapports sexuels. L'âge médian aux premiers rapports sexuels, estimé à 17,5 ans chez les femmes de 25-49 ans, est identique à celui de l’âge d’entrée en union, ce qui signifie que les premiers rapports sexuels des femmes ont lieu, en général, au moment de l'union. En outre, on ne constate pas de modifications de l'âge aux premiers ra pports sexuels au fil des générations : l'âge médian est estimé à 17,6 ans pour les femmes des générations les plus anciennes (45-49 ans) et à 17,5 ans pour celles des générations les plus récentes (25-29 ans). Entre 1993 et 1998-99, l’âge médian aux premiers rapports sexuels des femmes de 25-49 ans n’a pratiquement pas varié puisqu’il est passé de 17,3 ans à 17,5 ans. En ce qui concerne les hommes (tableau 5.5), l'âge médian aux premiers rapports sexuels est beaucoup plus tardif que chez les femmes, puisque seulement 24 % des hommes de 25-59 ans avaient déjà eu leurs premiers rapports sexuels à l'âge exact de 18 ans, et il faut attendre 22 ans pour que près des deux tiers des hommes aient commencé leur vie sexuelle (65 %). Un homme de 25-59 ans sur deux a eu ses premières relations sexuelles à 20,5 ans, soit près de 3 ans plus tard que les femmes. Ainsi que chez les femmes, on ne constate pas de modification importante de l’âge aux premiers rapports sexuels au fil des générations, si ce n’est un léger rajeunissement des générations les plus anciennes aux plus récentes. Graphique 5.3 Âge médian des femmes et des hommes à la première union EDSBF-II 1998-99 17.6 18.6 17.6 17.6 18 23.2 25.3 26.6 25 25.2 24.2 28 BURKINA FASO RÉSIDENCE Urbain Rural INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou plus 15 17 19 21 23 25 27 29 Âge (en années) Femmes Hommes Note: Femmes de 25-49 ans et hommes de 30-59 ans. 78 Tableau 5.5 Âge des femmes aux premiers rapports sexuels Pourcentage de femmes et d’hommes ayant eu leurs premiers rapports sexuels aux âges exacts 15, 18, 20, 22 et 25 ans, pourcentage de femmes et d’hommes n'ayant jamais eu de rapports sexuels et âge médian aux premiers rapports sexuels, par âge actuel, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 __________________________________________________________________________________________ Pourcentage Âge Pourcentage ayant déjà n'ayant médian eu des rapports sexuels à l'âge exact de : jamais eu aux 1 ers Groupe ___________________________________________ de rapports rapports d'âges 15 18 20 22 25 sexuels Effectif sexuels __________________________________________________________________________________________ FEMMES __________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 20-49 25-49 12,0 a a a a 50,9 1 444 b 10,3 69,0 86,8 a a 3,4 1 159 b 9,4 66,6 83,8 89,1 90,7 0,3 1 055 17,5 10,0 71,8 87,3 91,4 92,8 0,0 850 17,3 6,7 68,3 83,0 88,6 90,5 0,0 834 17,5 9,1 62,5 83,0 87,0 87,7 0,2 606 17,6 7,3 64,6 86,8 90,0 91,2 0,2 498 17,6 9,0 67,6 85,2 89,5 90,7 0,9 5 001 17,4 8,6 67,2 84,7 89,3 90,7 0,1 3 843 17,5 __________________________________________________________________________________________ HOMMES __________________________________________________________________________________________ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 25-59 7,6 a a a a 71,5 599 b 7,5 31,3 50,4 a a 29,1 395 20,0 7,8 29,8 48,7 66,3 77,7 8,2 374 20,1 3,7 26,9 44,1 65,7 75,9 2,0 308 20,3 2,4 26,2 46,3 69,2 82,1 0,3 250 20,2 0,5 20,4 40,2 70,5 82,1 0,0 237 20,4 1,0 20,8 34,4 65,8 75,9 0,3 190 20,6 3,3 20,5 40,0 64,4 77,4 0,0 145 20,8 1,9 14,6 19,4 47,5 63,0 1,4 141 22,3 3,4 24,2 41,3 65,4 77,2 2,4 1 647 20,5 __________________________________________________________________________________________ a Sans objet b Non calculé parce que moins de 50 % des femmes ou des hommes du groupe d'âges x, x+4 ont eu des rapports sexuels à l'âge x. En ce qui concerne les différentes caractéristiques socio-démographiques, les données du tableau 5.6 font apparaître les mêmes différences entre les âges aux premiers rapports sexuels que celles observées pour les âges à la première union (graphique 5.4); cependant, ici, les écarts entre les différents groupes de femmes sont relativement plus faibles. Ainsi l’écart entre les milieux de résidence est insignifiant (17,4 ans en milieu rural contre 17,9 ans en milieu urbain); de même entre régions, l’âge médian varie de 18,3 ans à Ouagadougou à 17,1 ans dans la région de l’Ouest. C’est, en fonction du niveau d’instruction que les écarts sont les plus importants, l’âge médian aux premiers rapports sexuels des femmes sans instruction étant estimé à 17,4 ans contre 18,9 ans pour les femmes les plus instruites. Chez les hommes (tableau 5.6), l’âge médian aux premiers rapports sexuels ne varie pratiquement pas selon les caractéristiques socio-démographiques. 79 Tableau 5.6 Âge médian aux premiers rapports sexuels Âge médian aux premiers rapports sexuels des femmes de 25-49 ans et des hommes de 25-59 ans, par âge actuel, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________________________________________________________ Femmes Hommes Groupe d'âges de de _____________________________________________________ 25-49 25-59 Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45+ ans ans ___________________________________________________________________________________________________ Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des femmes 18,2 18,1 17,8 17,7 18,0 18,1 17,9 20,5 17,2 17,4 17,3 17,4 17,5 17,5 17,4 20,5 18,9 18,5 18,2 17,8 18,8 18,4 18,3 20,4 17,0 17,1 16,6 17,3 17,3 17,7 17,2 20,5 17,3 17,5 17,4 17,5 17,5 17,5 17,5 20,6 17,0 17,1 16,7 17,2 17,5 17,2 17,1 20,3 17,4 17,5 17,5 17,6 17,7 17,7 17,6 20,5 17,2 17,4 17,2 17,4 17,6 17,5 17,4 20,5 17,6 17,7 17,5 17,7 17,9 19,2 17,7 20,5 19,0 18,9 19,0 18,5 20,6 23,4 18,9 19,5 17,3 17,5 17,3 17,5 17,6 17,6 17,5 - ___________________________________________________________________________________________________ Ensemble des hommes a 20,1 20,3 20,2 20,4 20,6 - 20,5 ___________________________________________________________________________________________________ Note : L'âge médian n'est pas calculé pour les femmes et les hommes de 15-19 ans parce que certains d'entre eux peuvent encore avoir leurs premiers rapports avant d'atteindre 20 ans. a Non calculé parce que moins de 50 % des hommes du groupe d'âges x, x+4 ont eu des rapports sexuels à l'âge x. Graphique 5.4 Âge médian des femmes à la première union et aux premiers rapports sexuels EDSBF-II 1998-99 BURKINA FASO RÉSIDENCE Urbain Rural INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou plus 15 17 19 21 23 Âge (en années) 1ère union 1ers rapports sexuels 80 Tableau 5.7 Activité sexuelle récente des femmes Répartition (en %) des femmes par activité sexuelle dans les quatre semaines précédant l'enquête et par durée d'abstinence (post-partum ou non), selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________ _________________________________________________________ Non sexuellement active Sexuelle- dans les 4 dernières semaines ment _________________________________________ active En abstinence En abstinence N'a jamais dans les 4 (post-partum) (non-post-partum) eu de Effectif dernières ________________ _______________________ rapports de Caractéristique semaines 0-1 an 2 ans ou + 0-1 an 2 ans ou + ND sexuels Total femmes ____________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Durée de mariage (en années) Jamais mariée 0-4 5-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30+ Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Méthode contraceptive utilisée Aucune Pilule Continence périodique Ensemble des femmes 1 25,1 10,1 1,0 12,0 0,2 0,6 50,9 100,0 1 444 38,8 31,9 6,2 16,7 0,4 2,6 3,4 100,0 1 159 38,2 33,3 7,3 16,9 0,6 3,4 0,3 100,0 1 055 38,1 32,2 8,0 17,2 1,1 3,6 0,0 100,0 850 36,5 31,1 8,2 19,5 2,5 2,3 0,0 100,0 834 38,2 15,8 9,5 26,3 8,2 1,8 0,2 100,0 606 36,4 4,5 5,9 32,4 19,6 0,9 0,2 100,0 498 14,0 1,2 0,5 11,8 0,7 0,0 71,8 100,0 1 087 46,8 30,5 3,7 16,5 0,1 2,4 0,0 100,0 1 108 38,7 34,5 7,6 14,9 0,6 3,6 0,0 100,0 1 084 36,0 34,5 7,8 18,4 0,6 2,7 0,0 100,0 912 36,5 31,7 8,2 19,1 1,9 2,6 0,0 100,0 792 37,7 24,0 9,0 21,9 5,0 2,3 0,0 100,0 710 38,0 9,8 8,9 29,2 12,3 1,7 0,0 100,0 498 35,7 2,9 5,0 32,3 22,8 1,4 0,0 100,0 254 42,6 10,6 3,0 19,3 3,3 1,1 20,1 100,0 1 086 33,4 26,2 6,6 18,0 2,9 2,4 10,5 100,0 5 359 40,9 11,7 3,6 18,6 4,3 1,5 19,4 100,0 544 38,2 18,9 4,1 21,3 1,7 4,6 11,3 100,0 904 29,0 28,8 9,1 17,8 2,6 1,3 11,5 100,0 1 761 43,3 20,9 3,1 16,8 1,9 2,5 11,6 100,0 1 489 30,5 26,7 7,1 18,1 4,5 1,7 11,3 100,0 1 748 34,6 25,6 6,6 18,0 3,2 2,2 10,0 100,0 5 531 35,0 15,2 3,3 18,7 2,0 2,5 23,4 100,0 540 41,3 5,6 1,5 21,5 1,5 1,3 27,3 100,0 374 32,8 23,8 5,9 18,2 3,3 2,2 13,8 100,0 5 672 79,9 3,2 1,8 15,2 0,0 0,0 0,0 100,0 113 40,4 29,0 8,7 19,3 0,4 2,2 0,0 100,0 268 35,0 23,6 6,0 18,2 3,0 2,2 12,1 100,0 6 445 ____________________________________________________ _________________________________________________ 1 Y compris les autres méthodes contraceptives 5.4 ACTIVITÉ SEXUELLE RÉCENTE La fréquence des rapports sexuels est un facteur déterminant de l'exposition au risque de grossesse, surtout dans une société où la prévalence de la contraception moderne reste faible, comme c'est le cas au Burkina Faso. À l'EDSBF-II, la question suivante a été posée à toutes les femmes, sans tenir compte de leur état matrimonial : « Combien de temps y a-t-il depuis que vous avez eu des relations sexuelles pour la dernière fois ? » Un peu plus d’un tiers des femmes (35 %) sont considérées comme étant sexuellement actives au moment de l'enquête, car elles ont déclaré avoir eu, au moins une fois, des rapports sexuels durant les quatre semaines ayant précédé l'interview (tableau 5.7). Les femmes sexuellement inactives (65 %) sont 81 considérées comme étant en abstinence, soit à la suite d'une naissance (abstinence post-partum : 30 %), soit pour d'autres raisons (abstinence prolongée : 21 %). Quelle que soit la raison de l'abstinence, elle dure depuis moins de deux ans pour la majorité des femmes. À l’exception du groupe d’âges 15-19 ans qui se caractérise par la proportion la plus faible de femmes sexuellement actives, on ne constate pas de variation de l’activité sexuelle des femmes en fonction de l’âge. En ce qui concerne l’activité sexuelle des femmes en union, on constate que c’est après 0-4 ans de mariage que les proportions de femmes sexuellement actives sont les plus élevées; on ne constate pas, par la suite, d’évolution régulière avec la durée de l’union. Par contre, les femmes du milieu urbain sont sexuellement plus actives que celles du milieu rural (respectivement, 43 % contre 33 %). Il faut aussi remarquer que la proportion de femmes en abstinence post-partum est plus élevée en milieu rural qu’en milieu urbain (33 % contre 14 %). Au niveau régional, c’est dans les régions du Centre/Sud et de l’Est que l’on observe les proportions les plus faibles de femmes sexuellement actives (respectivement, 31 % et 29 %). Corrélativement, c’est dans ces régions que les proportions de femmes en abstinence post-partum sont les plus élevées (34 % et 38 %). Par ailleurs, l’activité sexuelle des femmes ne présente pas d’écart important selon le niveau d’instruction. Enfin, on constate que l'activité sexuelle est associée à l'utilisation de la contraception. Les femmes utilisatrices de la contraception moderne sont, proportionnellement, beaucoup plus nombreuses à avoir eu des rapports sexuels dans les quatre semaines ayant précédé l'enquête (80 % des utilisatrices de la pilule) que celles qui n'utilisent pas la contraception (33 %). À l'inverse, chez les femmes utilisatrices de la contraception, une très faible proportion se trouve en abstinence post-partum (5 % seulement des utilisatrices de la pilule). Le tableau 5.8 présente l'activité sexuelle récente des hommes selon les mêmes caractéristiques socio-démographiques. On constate ainsi, qu'au moment de l'enquête, 22 % des hommes n'avaient pas encore eu de rapports sexuels (notamment 72 % de ceux de 15-19 ans et 54 % des célibataires), environ deux hommes sur cinq (43 %) avaient eu des rapports dans les 4 semaines précédant l'enquête et 35 % ont déclaré ne pas avoir eu d’activité sexuelle durant les quatre dernières semaines. À partir de 45 ans, les deux tiers des hommes ont déclaré être toujours sexuellement actifs et ce n’est qu’à partir de 55-59 ans que la proportion tombe en-dessous de 50 %. Par ailleurs, les hommes polygames ont une activité sexuelle plus fréquente que les monogames (68 % contre 56 %) et seulement 20 % des célibataires sont sexuellement actifs. Seulement 39 % des hommes urbains ont déclaré avoir eu une activité sexuelle contre 44 % en milieu rural. D’autre part, 45 % des hommes sans instruction ont eu des rapports sexuels dans les quatre dernières semaines contre 39 % de ceux ayant un niveau primaire et 34 % de ceux ayant, au moins, un niveau secondaire. 82 Tableau 5.8 Activité sexuelle récente des hommes Répartition (en %) des hommes par activité sexuelle dans les quatre semaines pr écédant l'enquête, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ____________________________________________________________________________________ Sexuellement Non sexuelle- actif ment actif N'a jamais dans les 4 dans les 4 eu de dernières dernières rapports Effectif Caractéristique semaines semaines sexuels Total d'hommes ____________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 État matrimonial Jamais en union En union polygame En union monogame Union rompue Milieu de résidence Urbain Rural Niveau d'instruction Aucune Primaire Secondaire ou plus Ensemble des hommes 12,5 16,0 71,5 100,0 599 35,2 35,7 29,1 100,0 395 44,2 47,6 8,2 100,0 374 57,6 40,4 2,0 100,0 308 58,1 41,7 0,3 100,0 250 61,3 38,7 0,0 100,0 237 60,9 38,7 0,3 100,0 190 62,8 37,2 0,0 100,0 145 47,7 50,9 1,4 100,0 141 19,6 26,6 53,8 100,0 1 085 67,5 32,5 0,0 100,0 478 56,3 43,7 0,0 100,0 1 027 17,3 82,7 0,0 100,0 51 39,0 39,9 21,1 100,0 581 43,5 34,2 22,4 100,0 2 060 44,5 35,5 20,1 100,0 1 942 39,3 34,0 26,7 100,0 373 34,4 36,8 28,8 100,0 327 42,5 35,4 22,1 100,0 2 641 5.5 EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Après la naissance d'un enfant, l'exposition au risque de grossesse dépend, entre autres facteurs, du retour de l'ovulation et de l'abstinence sexuelle, ou abstinence post-partum. Le temps écoulé entre l'accouchement et le retour de l'ovulation qui constitue l’aménorrhée post-partum, est estimée ici par la longueur de l'intervalle qui sépare la naissance d'un enfant et le retour des règles. Par a illeurs, sa durée peut être influencée par l'intensité, la fréquence et la durée de l'allaitement au sein. La combinaison de ces facteurs, examinés successivement dans cette section, permet d'identifier les femmes non-susceptibles d'être exposées au risque de grossesse et d'évaluer la durée de la non-susceptibilité. Une femme est considérée comme non-susceptible d'être exposée au risque de grossesse quand elle n'a pas repris les rapports sexuels depuis la dernière naissance (elle ne peut pas tomber enceinte), ou quand elle est en aménorrhée post-partum, ce qui signifie que ses risques de tomber enceinte sont minimes si elle reprend ses relations sexuelles sans couverture contraceptive. La non-susceptib ilité se définit comme la période pendant laquelle une femme n'est pratiquement pas soumise au risque de grossesse par suite d'aménorrhée et/ou d'abstinence post-partum. Les données du tableau 5.9 se rapportent aux naissances des 3 dernières années dont les mères sont encore en aménorrhée, en abstinence post-partum et donc non-susceptibles d'être exposées au risque de grossesse, selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance. Cette distribution de la proportion de naissances selon le mois écoulé depuis la naissance est analogue à la série des survivants (S x ) d'une table de 2 La moyenne « prévalence/incidence » est calculée, pour l'aménorrhée par exemple, en divisant le nombre d'enfants dont les mères sont encore en aménorrhée au moment de l'enquête (prévalence) par le nombre moyen de naissances par mois (incidence), estimé à partir des naissances d'une période de 36 mois pour éviter les problèmes de saisonnalité et d'erreurs possibles de période de référence. 83 Tableau 5.9 Aménorrhée, abstinence et insusceptibilité post-partum Pourcentage de naissances dont les mères sont en aménorrhée, en abstinence et en insusceptibilité post-partum, par nombre de mois écoulés depuis la naissance, et durées médianes et moyennes, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 __________________________________________________________________________________ Pourcentage de naissances dont les mères sont en: Nombre de _____________________________________________ Effectif mois depuis Aménorrhée Abstinence Insusceptibilité de la naissance post-partum post-partum post-partum naissances _________________________________________ _________________________________________ < 2 2-3 4-5 6-7 8-9 10-11 12-13 14-15 16-17 18-19 20-21 22-23 24-25 26-27 28-29 30-31 32-33 34-35 Ensemble Médiane Moyenne Prévalence/incidence 97,4 98,0 98,0 177 88,6 89,1 95,8 255 83,7 79,4 90,5 236 82,8 77,4 92,4 193 80,8 66,1 89,2 207 77,0 62,2 86,6 190 65,6 54,9 74,7 237 53,8 56,0 69,9 200 47,9 60,7 70,5 206 40,1 48,4 57,9 180 32,4 46,4 54,5 166 31,5 42,3 55,4 169 24,0 34,9 43,1 195 13,7 28,8 32,3 223 14,0 24,2 29,2 187 11,3 15,6 21,7 159 7,8 12,7 16,0 197 9,7 10,3 14,7 183 49,6 51,7 62,2 3 561 15,9 19,2 22,6 - 17,5 18,4 22,1 - 17,6 18,4 22,1 - mortalité. Figurent également au tableau 5.10 les durées médiane et moyenne de l'aménorrhée, de l'abstinence et de la non-susceptibilité, ainsi que la moyenne « prévalence/incidence » 2 . Au Burkina Faso, plus des trois quarts des femmes (77 %) restent en aménorrhée pendant 11 mois et plus de la moitié (54 %) pour 15 mois. Il faut attendre 31 mois pour que la proportion de femmes dont le retour de l’ovulation ne s’est pas encore produit tombe au-dessous de 10 %. La moitié des femmes qui ont accouché ont leur retour de règles après 15,9 mois (durée médiane) et, en moyenne, l'aménorrhée dure 17,5 mois. Cette durée d'aménorrhée relativement longue est fonction de la durée, de l'intensité et de la fréquence de l'allaitement qui agissent sur le retour de l'ovulation (Voir Chapitre 8 - Pratiques d’alimentation et état nutritionnel des enfants et des mères). L'abstinence post-partum est largement pratiquée au Burkina Faso et cela pendant une longue période. En effet, la majorité des femmes (98 %) s'abstiennent de rapports sexuels pendant moins de 2 mois après une naissance, et plus de la moitié n’ont toujours pas repris leurs rapports sexuels 15 mois après la naissance de l’enfant. La durée médiane de l'abstinence post-partum est de 19,2 mois, et sa valeur moyenne est de 18,4 mois. 84 Tableau 5.10 Durée médiane de l'insusceptibilité post-partum Durées médianes (en mois) d'aménorrhée, d'abstinence et d'insusceptibilité post-partum, par caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________________________________________ Effectif Aménorrhée Abstinence Insusceptibilité de Caractéristique post-partum post-partum post-partum naissances ________________________________________________________________________________ Groupe d'âges < 30 30 ou plus Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des femmes 14,4 19,0 21,2 2 099 17,6 19,9 25,5 1 462 12,7 9,4 14,6 368 16,6 20,0 23,2 3 193 12,3 10,5 14,7 193 15,4 8,6 23,0 504 19,3 24,1 26,5 1 039 14,0 15,3 18,8 833 17,5 21,8 22,5 992 16,7 19,8 23,1 3 243 12,2 8,1 18,9 223 11,5 6,4 12,4 95 15,9 19,2 22,6 3 561 La période de non-susceptibilité dure, en moyenne, 22,1 mois et la moitié des femmes qui viennent d'accoucher ne courent pratiquement pas de risque de tomber enceinte pendant 22,6 mois (durée médiane). Le tableau 5.10 présente les durées médianes d'aménorrhée, d'abstinence post-partum et de non- susceptibilité selon certaines caractéristiques socio-culturelles et démographiques des femmes. On constate tout d'abord que la durée d’abstinence varie de manière sensible selon certaines caractéristiques. En effet, les résultats montrent qu’en milieu rural (20,0 mois), la durée d’abstinence est deux fois plus longue qu’en milieu urbain (9,4 mois). Le niveau d’instruction agit également sur la durée d’abstinence : plus les femmes sont instruites, plus cette durée est courte ( 19,8 mois pour les femmes sans instruction, 8,1 mois pour celles de niveau primaire et seulement 6,4 mois pour celles de niveau, au moins, secondaire). La région de résidence influe aussi sur la durée de l'abstinence : ce sont les femmes de la région Nord qui se caractérisent par la durée la plus courte (8,6 mois) et, à l’opposé celles de la région Est par la durée la plus longue (24,1 mois). En ce qui concerne la durée d’aménorrhée, on constate aussi certains écarts. Cette durée est légèrement plus longue chez les femmes du milieu rural par rapport à celles du milieu urbain ( 12,7 mois contre 16,6 mois), chez les femmes sans instruction par rapport à celles qui sont instruites (16,7 contre 12,2 pour celles de niveau primaire et 11,5 mois pour celles de niveau secondaire ou plus). En ce qui concerne la région, on constate que ce sont les femmes de la région Est qui ont la plus longue durée d’aménorrhée (19,0 mois). Bien entendu, la durée de non-susceptibilité est totalement dépendante de la durée de l'aménorrhée et, dans une moindre proportion, de l'abstinence. Elle suit donc les mêmes variations que celles décrites précédemment. 85 CHAPITRE 6 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ Hubert Namalgué et Tinga Sinaré L’objectif des questions sur les préférences en matière de fécondité posées dans l’EDSBF-II est de mesurer les besoins futurs en matière de service de contraception aussi bien pour espacer que pour limiter les naissances. Un autre objectif est de mesurer le degré de réussite des couples résidant au Burkina Faso dans le contrôle de leur fécondité. Ce chapitre s’articulera autour de quatre sujets, à savoir : 1) le désir ou non de la femme d’avoir des enfants (supplémentaires) dans l’avenir, et le délai d’attente avant d’avoir le prochain enfant, 2) les besoins en matière de planification familiale, 3) le nombre total d’enfants désirés, et 4) la planification de la fécondité. Rappelons que les données sur les attitudes et les opinions vis-à-vis de la procréation ont toujours été un sujet de controverse. En fait, il y a des limites quand on u tilise les informations de ce type d’investigation car de telles informations sont recueillies à partir d’un échantillon de femmes qui sont à différents moments de leur vie féconde. Pour les femmes en début de mariage, les réponses sont liées à des objectifs à long terme dont la stabilité et la valeur prédictive sont inconnues. Pour les femmes en fin de vie féconde, les réponses sont influencées par leur histoire génésique. Par ailleurs, certains chercheurs pensent que les réponses aux questions sur les préférences en matière de fécondité : 1) reflètent des points de vue éphémères qui sont exprimés sans beauc oup de conviction, et 2) ne tiennent pas compte de l’effet des pressions sociales ou des attitudes des autres membres de la famille, particulièrement du mari, qui peuvent avoir une grande influence sur les décisions en matière de reproduction. Malgré les problèmes d’interprétation concernant l’analyse des données sur les préférences en matière de fécondité, les résultats de ce chapitre sont utiles pour les responsables des programmes de population pour mieux comprendre ce qui affecte la fécondité dans un pays comme le Burkina Faso où la prévalence contraceptive est encore très faible et où le niveau de la fécondité est l’un des plus élevé dans le monde. 6.1 DÉSIR D’ENFANTS SUPPLÉMENTAIRES Les préférences des femmes concernant leur reproduction dans l’avenir servent d’indicateurs de la fécondité future. Une série de questions a été posée à l’EDSBF-II aux femmes et aux hommes actuellement en union pour obtenir des informations sur les attitudes quant au désir d’espacer leur prochaine naissance ou de ne plus avoir d’enfants. Les résultats sont présentés au tableau 6.1 et au graphique 6.1 selon le nombre d’enfants vivants (y compris la grossesse actuelle) au moment de l’enquête. Une femme sur cinq (20 %) a ré pondu qu‘elle ne désirait plus d’enfants tandis que près de 7 femmes sur 10 (70 %) en voulaient davantage. On peut noter que, parmi les femmes qui ont déclaré qu’elles désiraient avoir des enfants (supplémentaires) dans l’avenir, la majorité (45 %) voulait espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus. Au total donc, 65 % des femmes – celles ne voulant plus d’enfants plus celles désirant espacer pour une période d’au moins deux ans – peuvent être considérées, dans leur majorité, comme des candidates potentielles à la planification familiale. Ces niveaux sont très proches de ceux enregistrés dans le cadre de l’EDSBF-I de 1993 (soit 19 % de désir de limiter et 45 % de désir d’espacer pour une période d’au moins deux ans). 86 Tableau 6.1 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants Répartition (en %) des femmes et des hommes actuellement en union par désir d'enfants supplémentaires, selon le nombre d'enfants vivants, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________________________________________________________ Nombre d'enfants vivants 1 Désir _______________________________________________________________ d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 ou + Ensemble ___________________________________________________________________________________________________ FEMMES ___________________________________________________________________________________________________ Veut un autre Veut un autre bientôt 2 Veut un autre plus tard 3 Veut un autre, NSP quand Indécise Ne veut plus d'enfants Stérilisée S'est déclarée stérile Total Effectif de femmes 78,2 22,8 18,5 18,3 14,3 12,6 6,7 19,9 6,3 63,2 60,2 57,7 47,6 35,1 20,1 44,4 10,6 7,1 7,2 4,6 4,8 4,4 2,1 5,4 1,6 3,3 5,0 6,0 8,3 10,4 9,5 6,6 0,3 1,6 7,0 10,8 19,7 30,4 54,4 19,6 0,0 0,0 0,0 0,1 0,1 0,2 0,2 0,1 2,9 2,0 2,1 2,7 5,1 6,8 6,9 4,1 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 365 863 883 792 716 588 974 5 181 ___________________________________________________________________________________________________ HOMMES ___________________________________________________________________________________________________ Veut un autre Veut un autre bientôt 2 Veut un autre plus tard 3 Veut un autre, NSP quand Indécis Ne veut plus d'enfants Homme/femme stérilisée Homme/femme déclaré stérile Non déterminé Total Effectif d'hommes 59,0 35,0 28,7 27,9 20,3 22,7 23,9 28,9 31,4 61,3 58,0 58,0 56,3 48,8 43,8 51,0 5,8 1,7 4,3 2,8 5,0 2,2 3,1 3,3 0,0 0,5 1,5 2,7 2,0 6,2 3,9 2,6 0,0 0,3 3,9 5,7 12,0 14,0 20,6 10,3 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,6 0,2 3,9 1,2 3,6 2,9 4,3 6,1 3,8 3,5 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,2 0,1 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 111 238 205 184 154 126 486 1 505 ___________________________________________________________________________________ _________________ 1 Pour les femmes, y compris la grossesse actuelle 2 Veut un autre dans les deux ans 3 Veut espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus Seulement 10 % des hommes ont déclaré ne plus vouloir d’enfants et, à l’inverse, 83 % en souhaiteraient davantage (graphique 6.2). Les hommes sont donc, proportionnellement, plus nombreux que les femmes à souhaiter d’autres enfants. Comme chez les femmes, on observe que la proportion des hommes désirant avoir des enfants varie selon le nombre d’enfants vivants, passant de 98 % à la parité 1, à 82 % la parité 4 pour atteindre 71 % au rang 6 ou plus. Chez les hommes en union, le besoin potentiel en matière de planification familiale peut être évalué, au total, à 61 %, 10 % ne veulent plus d'enfant et 51 % désirant espacer la prochaine naissance d'au moins deux ans. 87 Graphique 6.1 Désir d'enfants supplémentaires des femmes en union, selon le nombre d'enfants vivants EDSBF-II 1998-99 0 1 2 3 4 5 6 + Nombre d'enfants vivants 0 20 40 60 80 100 Pourcentage Stérile Ne veut plus/Stérilisée Indécise Veut plus tard Veut NSP quand Veut dans les 2 ans Graphique 6.2 Proportion de femmes et d'hommes en union ne voulant plus d'enfants, selon le nombre d'enfants vivants Note : Y compris les femmes et les hommes stérilisés 0 1 2 3 4 5 6 + Nombre d'enfants vivants 0 10 20 30 40 50 60 Pourcentage Hommes Femmes EDSBF-II 1998-99 88 Tableau 6.2 Préférences en matière de fécondité selon l'âge Répartition (en %) des femmes actuellement en union par désir d'enfants supplémentaires, selon l'âge, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________________________________________________________ Âge de la femme Ensemble Désir _______________________________________________________________ des d'enfants 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 femmes ___________________________________________________________________________________________________ Veut un autre Veut un autre bientôt 1 Veut un autre plus tard 2 Veut un autre, NSP quand Indécise Ne veut plus d'enfants Stérilisée S'est déclarée stérile Total Effectif de femmes 33,1 21,0 20,0 22,2 18,0 15,8 7,6 19,9 55,2 66,2 62,0 47,8 30,3 12,5 3,1 44,4 8,1 6,5 6,1 4,8 5,0 3,4 2,8 5,4 3,0 3,7 5,3 9,2 10,9 7,6 5,5 6,6 0,6 2,5 6,5 15,6 34,3 50,9 49,1 19,6 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,5 0,4 0,1 0,0 0,1 0,0 0,4 1,4 9,2 31,4 4,1 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 488 1 023 1 017 824 802 574 453 5 181 ___________________________________________________________________________________________________ 1 Veut un autre enfant dans les deux ans 2 Veut espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus Le tableau 6.2 montre qu'il existe une forte relation entre les préférences en matière de fécondité et l'âge actuel des femmes. Tout comme pour la parité, la proportion des femmes actuellement en union voulant un autre enfant diminue avec l'âge : elle passe de 96 % pour les femmes âgées de 15-19 ans, à 88 % pour celles de 24-29 ans et atteint seulement 14 % chez les femmes de 45-49 ans. Inversement, le désir de ne plus avoir d'enfants augmente avec l'âge; seulement 3 % des femmes de 20-24 ans ne désirent plus d’enfants; à 30-34 ans, cette pr oportion passe à 16 % et à partir de 40 ans, âges a uxquels 40 % des femmes se sont déclarées stériles, environ une femme sur deux ne désire plus d’enfants. En outre, les donnés montrent que quel que soit l’âge, la majorité des femmes qui souhaitent un autre enfant veulent néanmoins espacer cette prochaine naissance d’au moins deux ans. Le tableau 6.3 présente les préférences en matière de fécondité au niveau des couples monogames selon que l'homme et/ou la femme veulent ou non des enfants supplémentaires selon le nombre d'enfants vivants de l'homme ou de la femme. Dans 71 % des couples monogames, l’homme et la femme souhaitent avoir d'autres enfants et, dans 7 % des couples, les deux conjoints n'en veulent plus. En outre, dans 11 % des couples, l'homme et la femme sont en désaccord; le plus souvent (9 %), il s'agit de couples dans lesquels l'homme veut d’autres enfants alors que la femme n’en veut plus. Lorsque l’homme et la femme ont le même nombre d’enfants vivants, il apparaît que, plus le nombre d’enfants vivants est élevé, moins les partenaires sont d'accord sur leur désir d'avoir d'autres enfants. Ainsi, 99 % des couples en union monogame qui n'ont pas d'enfant désirent en avoir un, contre 47 % de ceux qui en ont entre 4 et 6. À l'inverse, plus la parité augmente, plus le décalage entre l'avis des hommes et celui des femmes est important, le plus souvent, l'homme souhaitant d'autres enfants alors que la femme n'en veut plus : ainsi, dans 15 % des couples ayant, au moins, 4 enfants, le mari veut encore des enfants alors que sa femme n’en veut plus. Enfin, dans les couples où l'homme et la femme n'ont pas le même nombre d'enfants, les proportions de ceux dans lesquels les partenaires expriment tous les deux le désir d'avoir d'autres enfants restent très proches, que ce soit l'homme ou la femme qui ait plus d'enfants que son conjoint (respectivement, 89 Tableau 6.3 Préférences des couples monogames en matière de fécondité Répartition (en %) des couples m onogames selon que l'homme et/ou la femme veulent ou non des enfants supplémentaires, selon le nombre d'enfants vivants de l'homme et de la femme, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________________________________________________ Homme Homme Femme Homme et et femme veut, veut, femme ne Homme Nombre veulent femme homme veulent plus et/ou Un ou d'enfants d'autres ne veut ne veut d'autres femme les deux vivants enfants pas pas enfants stérile indécis/ND Total Effectif ___________________________________________________________________________________________ Même nombre 0 1-3 4-6 7 ou + Nombre différent Homme > femme Femme > homme Ensemble 98,9 0,0 0,0 0,0 1,1 0,0 100,0 72 87,3 2,4 1,3 2,0 1,7 5,3 100,0 359 47,4 15,3 4,8 14,1 7,3 11,1 100,0 158 13,9 29,1 3,8 29,8 3,8 19,6 100,0 31 59,9 13,5 5,1 8,7 6,0 6,7 100,0 159 61,1 13,4 0,0 4,2 9,2 12,1 100,0 71 70,9 8,6 2,5 6,5 4,2 7,3 100,0 851 60 % et 61 %). La proportion des couples dans lesquels l’un des deux conjoints ou les deux conjoints sont indécis sur le désir d'avoir des enfants supplémentaires représente 7 % des couples monogames. Le tableau 6.4 fournit la répartition des femmes et des hommes en union ne souhaitant plus d'enfants supplémentaires (y compris les femmes stérilisées), selon le nombre d'enfants vivants et selon certaines caractéristiques socio-démographiques. Une femme sur cinq (20 %) a déclaré vouloir limiter sa descendance. Cette proportion varie selon les caractéristiques de la femme. En milieu urbain, la proportion des femmes voulant limiter leur descendance est toujours plus élevée (26 %) qu'en milieu rural (19 %) sauf chez les femmes de parité 1 où elle est légèrement inférieure (moins de 1 % contre 2 % en rural). En ce qui concerne le niveau d'instruction, on constate de nettes différences; la proportion des femmes sans instruction désirant limiter leurs naissances (19 %) est inférieure à celle des femmes ayant un niveau primaire (22 %) et à celle des femmes ayant un niveau au moins secondaire (25 %). Les femmes de la région Est et celles du Centre/Sud sont celles qui ont le moins fréquemment déclaré vouloir limiter leur descendance (respectivement, 17 % et 19 %). Même en ayant atteint des parités élevées (6 enfants ou plus), elles ne sont que 51 % et 52 % à souhaiter limiter leurs naissances; à titre de comparaison, cette proportion est de 77 % à Ouagadougou. Les hommes en union qui ne désirent plus d'enfant sont, proportionnellement, moins nombreux que les femmes. En effet, seulement 11 % des hommes ont exprimé le désir de ne plus avoir d'enfant contre 20 % chez les femmes. Par rapport aux femmes, on remarque néanmoins, selon certaines caractéristiques, des différences; en milieu rural, la proportion d’hommes qui veulent limiter leur descendance est nettement inférieure à celle des femmes (respectivement, 7 % et 19 %). De même, seulement 8 % des hommes sans instruction ont déclaré vouloir limiter leurs naissances; la proportion correspondante chez les femmes est de 19 %. Par contre, comme chez les femmes, ce sont les hommes les plus instruits et ceux qui résident à Ouagadougou qui ont le plus fréquemment déclaré vouloir limiter leur descendance (respectivement, 34 % et 29 %). 90 Tableau 6.4 Désir de limiter les naissances Pourcentage de femmes et d'hommes actuellement en union ne voulant plus d'enfants par nombre d'enfants vivants et selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________________________________________________________ Nombre d'enfants vivants 1 _______________________________________________________________ Caractéristique 0 1 2 3 4 5 6 ou + Ensemble ___________________________________________________________________________________________________ FEMMES ___________________________________________________________________________________________________ Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des femmes 0,0 0,9 12,8 21,0 42,7 57,7 67,1 26,3 0,4 1,8 6,1 9,3 16,7 27,5 53,3 18,7 0,0 0,8 13,9 24,7 46,8 70,5 77,1 28,5 0,0 3,5 7,5 8,8 15,3 26,4 59,2 20,0 0,0 0,5 4,5 7,8 15,0 26,9 50,8 17,2 1,3 3,1 8,4 12,3 21,2 33,0 55,7 20,7 0,0 0,5 6,2 10,5 20,3 29,8 51,9 19,1 0,4 1,8 6,5 9,5 18,0 28,2 53,4 19,3 0,0 0,8 7,1 17,1 30,0 57,3 76,3 22,4 0,0 0,0 17,2 37,7 83,4 74,1 100,0 25,3 0,3 1,6 7,0 10,9 19,8 30,7 54,6 19,6 ___________________________________________________________________________________________________ HOMMES ___________________________________________________________________________________________________ Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des hommes 0,0 1,2 13,7 27,0 57,6 37,0 63,4 29,8 0,0 0,0 1,9 1,5 6,1 9,1 15,1 6,9 0,0 2,3 19,2 30,0 58,8 41,2 67,7 29,1 0,0 0,0 3,8 2,9 7,9 6,1 22,0 9,6 0,0 0,0 4,3 0,0 11,1 14,1 18,5 9,1 0,0 0,0 1,4 8,2 6,7 12,7 25,5 11,1 0,0 0,0 0,0 0,0 7,0 10,7 11,7 5,9 0,0 0,3 1,9 1,2 5,5 10,3 16,7 7,6 0,0 0,0 0,0 16,6 39,1 34,9 41,6 20,3 0,0 0,0 42,5 46,8 50,9 22,6 80,6 34,0 0,0 0,3 3,9 5,7 12,0 14,0 21,3 10,5 ___________________________________________________________________________________________________ Note: Les femmes/hommes stérilisés sont considérés comme ne voulant plus d'enfant. 1 Pour les femmes, y compris la grossesse actuelle. 1 Le calcul exact des besoins non-satisfaits est expliqué en note du tableau 6.5. 91 6.2 BESOINS EN MATIÈRE DE PLANIFICATION FAMILIALE Les femmes actuellement en union non utilisatrices de la contraception qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfants (elles s ouhaitent limiter leurs naissances) ou qui ont déclaré vouloir attendre deux ans ou plus avant la naissance de l'enfant suivant (elles souhaitent espacer leurs naissances), sont considérées comme ayant des besoins non-satisfaits en matière de contraception 1 . Les femmes ayant des besoins non- satisfaits et celles utilisant actuellement la contraception cons tituent la demande potentielle totale en planification familiale. Le tableau 6.5 donne, pour les femmes actuellement en union, des estimations des besoins non- satisfaits et des besoins satisfaits en matière de contraception selon certaines caractéristiques socio- démographiques. Ce tableau donne également l'estimation des besoins non-satisfaits et satisfaits pour les femmes non en union et pour l'ensemble des femmes. Bien que le niveau d'utilisation actuelle de la contraception reste faible chez les femmes en union (12 %), les besoins non satisfaits en matière de planification familiale concernent tout de même 26 % des femmes, parmi lesquelles 19 % auraient besoin d’utiliser la contraception comme moyen d'esp acement des naissances et 7 % dans un but de limitation des naissances. Si les besoins non satisfaits des femmes en union étaient assurés, c'est-à-dire si elles utilisaient effectivement la contraception, la prévalence contraceptive pourrait atteindre 38 %. Cette demande potentielle totale en planification familiale aurait pour objectif principal l'espacement des naissances (28 %). À l'heure actuelle, au Burkina Faso, chez les femmes en union, seulement 32 % de la demande potentielle totale en planification familiale est satisfaite. En 1993, les besoins non satisfaits étaient légèrement plus importants qu’aujourd’hui (29 % contre 26 %) alors que le niveau d’utilisation de la contraception était plus faible (8 % contre 12 %). La demande potentielle totale n’a pas varié, la proportion étant de 37 % en 1993 (elle est de 38 % à la dernière enquête) mais 32 % de cette demande est satisfaite aujourd’hui contre seulement 21 % en 1993. Les besoins en matière de planification familiale varient selon les caractéristiques socio- démographiques. Quand on considère l'âge, c'est entre 35 et 44 ans que les besoins non-satisfaits sont les plus élevés (30 % environ). Par contre, c’est entre 30-39 ans que la demande potentielle totale est la plus élevée (au moins 40 %). En outre, on peut noter que jusqu'à 39 ans, les besoins non-satisfaits en matière de planification familiale sont essentiellement orientés vers l'espacement des naissances. Par contre, à partir de 30 ans, les femmes ont beaucoup plus de besoins pour limiter que pour espacer leurs naissances. Les résultats concernant le milieu de résidence ne font pas apparaître d’écart significatif entre les proportions de femmes ayant des besoins non satisfaits (26 % en rural contre 24 % en urbain) alors que la prévalence contraceptive est beaucoup plus faible en milieu rural qu’en milieu urbain (9 % contre 29 %). De ce fait, la demande potentielle totale est beaucoup plus élevée en milieu urbain qu’en milieu rural (54 % contre 35 %). Au niveau régional, les proportions de femmes dont les besoins en matière de planification familiale sont non-satisfaits varient assez peu; seules les régions de l’Ouest et du Centre/Sud se démarquent des autres régions, l’Ouest ayant la proportion la plus élevée de femmes ayant des besoins non satisfaits (31 %) tandis que le Centre/Sud se caractérise par la proportion la plus faible (22 %). Par ailleurs, c’est dans la région de l’Est que l’on a enregistré la demande potentielle totale la plus faible (34 %); à l’opposé, c’est à Ouagadougou qu’elle est la plus élevée (57 %). 92 Tableau 6.5 Besoins en matière de planification familiale Pourcentage de femmes actuellement en union ayant des besoins non-satisfaits en matière de planification familiale, pourcentage de celles dont les besoins sont satisfaits et pourcentage de demande potentielle totale de services de planification familiale par caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _________________________________________________________________________________________________________ Besoins en Besoins en planification Demande potentielle planification familiale familiale satisfaits totale en planifica- Pourcentage non-satisfaits 1 pour: (utilisation actuelle) 2 pour: tion familiale 3 pour: de _____________________ ______________________ _____________________ demande Caractéristique Espacer Limiter Total Espacer Limiter Total Espacer Limiter Total satisfaite Effectif _________________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouaga dougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des femmes en union 18,7 0,0 18,7 7,8 0,0 7,8 26,6 0,0 26,6 29,5 488 22,9 1,0 23,9 12,6 0,3 12,9 35,6 1,3 36,9 35,1 1 023 27,4 2,3 29,7 12,2 0,4 12,6 39,6 2,7 42,3 29,8 1 017 21,0 4,8 25,8 12,7 2,7 15,4 33,6 7,5 41,1 37,4 824 18,6 12,7 31,2 7,3 6,4 13,6 25,8 19,0 44,9 30,4 802 9,2 19,9 29,0 1,8 8,2 10,0 11,0 28,0 39,0 25,6 574 1,4 14,2 15,5 0,8 4,3 5,1 2,2 18,5 20,7 24,7 453 14,9 9,2 24,1 20,2 9,3 29,4 35,1 18,5 53,5 54,9 653 19,6 6,5 26,1 7,4 1,9 9,3 27,0 8,4 35,4 26,4 4 528 15,9 9,2 25,1 20,5 11,7 32,2 36,5 20,9 57,3 56,2 319 18,5 7,7 26,1 6,7 2,7 9,4 25,2 10,3 35,5 26,5 745 20,3 5,6 25,8 6,0 1,7 7,7 26,2 7,3 33,6 23,0 1 474 22,0 9,0 31,0 6,9 1,9 8,8 28,9 10,8 39,7 22,1 1 206 16,3 5,3 21,5 12,5 2,9 15,5 28,8 8,2 37,0 41,8 1 439 19,4 6,6 26,0 7,5 2,2 9,7 26,9 8,8 35,8 27,2 4 692 17,7 9,9 27,6 17,4 5,7 23,1 35,2 15,6 50,7 45,6 334 10,0 5,6 15,6 36,3 16,0 52,2 46,3 21,6 67,9 77,0 155 19,0 6,8 25,8 9,0 2,8 11,9 28,0 9,7 37,7 31,5 5 181 _________________________________________________________________________________________________________ Ensemble des femmes qui ne sont pas en union Ensemble des femmes 4,3 0,2 4,4 11,8 0,7 12,5 16,0 0,9 16,9 73,8 1 264 16,1 5,5 21,6 9,6 2,4 12,0 25,7 7,9 33,6 35,7 6 445 _________________________________________________________________________________________________________ 1 Les besoins non-satisfaits pour espacer concernent les femmes enceintes dont la grossesse ne s'est pas produite au moment voulu, les femmes en aménorrhée dont la dernière naissance ne s'est pas produite au moment voulu, et les femmes qui ne sont ni enceintes n i en aménorrhée, qui n'utilisent pas de méthode contraceptive et qui ont déclaré vouloir attendre deux ans ou plus avant leur prochaine naissance. Sont également incluses dans les besoins non-satisfaits pour espacer, les femmes qui ne sont pas sûres de vouloir un autre enfant ou qui veulent un autre enfant mais ne savent pas à quel moment elles veulent avoir cet enfant. Les besoins non-satisfaits pour limiter concernent les femmes enceintes dont la grossesse n'était pas voulue, les femmes en aménorrhée dont la dernière naissance n'ét ait pas voulue, et les femmes qui ne sont ni enceintes ni en aménorrhée, qui n'utilisent pas de méthode contraceptive et qui ont dé claré ne plus vouloir d'enfants. Sont également exclues les femmes qui sont en ménopause ou en période d'infécondabilité. 2 L'utilisation pour espacer concerne les femmes qui utilisent actuellement une méthode contraceptive et qui ont déclaré vouloir un autre enfant ou qui ne sont pas sûres d’en vouloir un autre. L'utilisation pour limiter concerne les femmes qui utilisent actuellement une méthode contraceptive et qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfants. Il faut noter que les méthodes spécifiques u tilisées ne sont pas prises en compte ici. 3 Besoins non-satisfaits et utilisation actuelle 93 En ce qui concerne le niveau d'instruction, on constate que la demande potentielle totale concerne 68 % des femmes ayant un niveau d'instruction secondaire ou plus contre 51 % des femmes de niveau d'instruction primaire et seulement 36 % des femmes sans niveau d’instruction. De plus, dans 77 % des cas, cette demande est satisfaite pour les femmes ayant un niveau d’instruction secondaire ou plus, alors qu'elle n'est satisfaite que dans 46 % des cas pour les femmes de niveau d’instruction primaire et dans seulement 27 % des cas pour les femmes sans instruction. 6.3 NOMBRE TOTAL D'ENFANTS DÉSIRÉS Pour essayer de déterminer quel est le nombre idéal d'enfants des femmes et des hommes burkinabè, on leur a posé l'une des deux questions suivantes, selon leur situation au moment de l'enquête : • Aux femmes et aux hommes sans enfant : « Si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants à avoir dans toute votre vie, combien voudriez-vous en avoir en tout ? » • Aux femmes et aux hommes ayant des enfants : « Si vous pouviez recommencer à partir de l'époque où vous n'aviez pas d'enfants, et si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants à avoir dans toute votre vie, combien auriez-vous voulu en avoir au total ? » On constate tout d’abord que 21 % des femmes et 16 % des hommes n’ont pu fournir des réponses numériques et ont donné, à la place, des réponses approximatives telles que “Ce que Dieu me donne”, “Je ne sais pas”, ou “N’importe quel nombre”. En outre, les données du Tableau 6.6 montrent que les femmes burkinabè aspirent à une famille nombreuse. En effet, le nombre idéal d’enfants est de 5,7 pour l’ensemble des femmes et il atteint 5.9 pour les femmes en union. Par rapport à 1993, on ne constate aucun changement puisque ces nombres moyens sont exactement les mêmes que ceux qui avaient été déclarés par les femmes lors de la première enquête. Par contre, quel que soit l’état matrimonial des femmes, le nombre idéal d’enfants est inférieur à l'ISF (6,8 enfants). Si l'on examine la distribution des tailles idéales déclarées, il apparaît que pour plus d’un tiers des femmes (35 %), le nombre idéal est de 6 enfants ou plus. Cette proportion varie de 29 % chez les femmes sans enfant à 42 % chez les femmes ayant 4 enfants vivants. Chez les hommes, le nombre idéal d'enfants est beaucoup plus élevé que chez les femmes : il est de 7,0 pour l’ensemble des hommes et atteint 7,9 chez les hommes en union. Ce nombre idéal d’enfants est encore plus élevé chez les polygames (nombre idéal de 10,6 enfants, en moyenne); par comparaison, il est de 6,8 chez les monogames. Ces résultats confirment l'attachement des Burkinabe à une descendance nombreuse. De plus, les résultats mettent en évidence une corrélation entre la taille actuelle de la famille et la taille idéale qui passe de 5,2 pour l’ensemble des femmes sans enfant à 6,4 pour celles qui ont déjà 6 enfants ou plus. Chez les femmes en union, cette ta ille idéale de la famille varie, respectivement, de 5,4 à 6,4 enfants. En ce qui concerne les hommes, la taille idéale passe de 5,9 enfants chez ceux n'ayant pas d'enfants à 10,9 enfants chez ceux ayant 6 enfants ou plus. Quand on considère les hommes mariés, cette taille passe de 6,1 à 10,9 enfants. Il est difficile de savoir si ces variations résultent d'une modification réelle de l'idéal allant dans le sens d'une famille de taille plus réduite chez les femmes et les hommes des générations les plus récentes (et à parité faible) ou s'il s'agit, au contraire, d'une évolution de l'idéal de la femme et de l’homme dans le sens de la hausse au fur et à mesure qu'il vieillit et que se constitue sa descendance. 94 Tableau 6.6 Nombre idéal d'enfants Répartition (en %) des femmes et des hommes par nombre idéal d'enfants et nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des femmes et l'ensemble des hommes et pour celles/ceux actuellement en union selon le nombre d'enfants vivants, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ____________________________________________________________________________________________________ Nombre d'enfants vivants 1 _______________________________________________________________ Nombre idéal d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 ou + Ensemble ____________________________________________________________________________________________________ FEMMES ____________________________________________________________________________________________________ 0 1 2 3 4 5 6 ou plus Réponses non-numériques Total Effectif de femmes Nombre idéal moyen 2 Ensemble des femmes Femmes en union 0,1 0,0 0,0 0,0 0,3 0,0 0,0 0,1 0,4 0,6 0,0 0,1 0,2 0,2 0,7 0,3 5,2 2,8 4,6 1,8 2,1 3,1 2,4 3,3 13,4 10,1 7,4 6,0 4,2 4,6 3,1 7,6 19,3 20,7 19,1 13,1 14,5 8,7 10,1 15,7 15,2 20,6 18,8 22,3 13,8 17,3 12,0 16,9 29,0 29,0 31,6 38,3 41,6 38,3 42,6 35,0 17,4 16,1 18,6 18,5 23,2 27,8 29,1 21,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 1 415 945 910 814 733 615 1 012 6 445 5,2 5,3 5,5 5,8 6,2 6,1 6,4 5,7 5,4 5,4 5,6 5,8 6,2 6,2 6,4 5,9 ____________________________________________________________________________________________________ HOMMES ____________________________________________________________________________________________________ 0 1 2 3 4 5 6 ou plus Réponses non-numériques Total Effectif des hommes Nombre idéal moyen 2 Ensemble des hommes Hommes en union - En union monogame - En union polygame 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,1 0,2 0,4 0,4 0,0 0,0 0,2 0,2 4,7 3,0 2,1 1,7 1,3 3,0 0,4 3,0 15,5 13,4 9,7 5,5 3,3 5,3 3,7 10,7 16,0 19,6 13,5 5,6 8,2 5,8 6,3 12,6 20,3 20,8 20,3 14,7 9,1 8,7 4,7 15,8 32,9 33,2 38,7 54,7 62,1 52,8 55,5 41,9 10,5 9,8 15,2 17,4 16,0 24,5 29,0 15,8 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 1 198 263 213 189 161 128 489 2 641 5,9 5,6 6,0 7,5 7,7 8,3 10,9 7,0 6,1 5,7 6,0 7,6 7,7 8,2 10,9 7,9 6,0 5,7 5,9 7,1 7,3 7,9 8,9 6,8 * * 6,8 9,5 8,7 9,1 12,0 10,6 ____________________________________________________________________________________________________ 1 Pour les femmes, y compris la grossesse actuelle 2 Les moyennes sont calculées en excluant les femmes et les hommes ayant donné des réponses non-numériques. * Basé sur trop peu de cas Par ailleurs, l'examen des données du tableau 6.7, permet de faire les observations suivantes : on constate que des générations les plus anciennes aux plus jeunes, le nombre idéal d'enfants est moins élevé (6,6 à 45-49 ans, 5,9 à 30-34 ans et 5,2 chez les 20-24 ans). Cette tendance est également observable chez les hommes (8,6 à 45-49 ans, 6,2 à 35-39 ans et 5,7 chez les 20-24 ans), cela avec un écart très net entre les générations. On peut donc penser qu'un désir de limiter les naissances anime de plus en plus les jeunes, et qu'il pourrait en résulter, par conséquent, une baisse de la fécondité à moyen ou long terme. Pour l'ensemble des femmes et l'ensemble des hommes, le nombre idéal moyen d'enfants présente des variations assez importantes selon le milieu de résidence, le niveau d'instruction et la région (tableau 6.7 et graphique 6.3) et ces variations sont du même type que celles observées pour les niveaux de la fécondité 95 Tableau 6.7 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiques Nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des femmes et l'ensemble des hommes, par âge et selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________________________________________________________ Âge actuel Ensemble Ensemble ____________________________________________________________ des des Caractéristique 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50 + femmes hommes ___________________________________________________________________________________________________ Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des femmes 3,9 4,0 4,2 4,4 4,5 4,7 4,7 - 4,2 4,4 6,1 5,6 5,7 6,2 6,4 6,5 6,9 - 6,1 7,8 3,7 4,0 3,9 4,2 4,4 4,7 4,7 - 4,0 4,0 5,8 5,4 5,7 6,5 6,2 5,7 7,2 - 5,9 7,4 6,2 5,9 6,1 6,5 6,7 6,8 6,7 - 6,3 7,3 5,1 4,8 5,2 5,4 5,5 5,5 5,7 - 5,2 7,2 6,0 5,5 5,4 6,1 6,3 6,7 7,3 - 6,0 7,8 6,0 5,6 5,7 6,1 6,3 6,4 6,7 - 6,0 7,9 4,8 4,4 4,8 5,4 5,0 5,0 4,4 - 4,8 5,8 3,5 3,4 3,4 3,2 3,7 3,5 4,6 - 3,5 3,9 5,6 5,2 5,5 5,9 6,1 6,2 6,6 - 5,7 - ___________________________________________________________________________________________________ Ensemble des hommes 6,4 5,7 5,8 6,2 7,5 8,3 8,6 11,3 - 7,0 actuelle. Les femmes et les hommes du milieu urbain ont pour idéal une famille nettement moins nombreuse que ceux du milieu rural. L'écart absolu observé entre les deux milieux est de 1,9 enfant chez les femmes et de 3,4 enfants chez les hommes. On constate que le nombre idéal d'enfants diminue lorsque le niveau d'instruction augmente. Il passe de 6,0 enfants chez les femmes sans niveau d’instruction à 4,8 enfants chez celles ayant un niveau d'instruction primaire et à 3,5 enfants chez celles de niveau d'instruction secondaire ou plus. Chez les hommes, la variation est beaucoup plus importante, puisque le nombre idéal d'enfants passe de 7,9 chez les hommes n’ayant pas d’instruction à 5,8 chez ceux de niveau d'instruction primaire et à 3,9 chez ceux de niveau d'instruction secondaire ou plus. Entre les hommes sans instruction et ceux ayant un niveau d'instruction secondaire ou plus, l'écart absolu est de 4 enfants. Selon la région, on constate des écarts significatifs aussi bien chez les femmes que chez les hommes; les femmes de la région Est sont celles qui ont déclaré le nombre idéal d’enfants le plus élevé (6,3). Chez les hommes, ce sont ceux de la région Nord (7,4). À l’ opposé, les femmes et les hommes de Ouaga dougou sont ceux qui désirent le moins d’enfants, (4 enfants dans les deux cas). La comparaison du nombre idéal d’enfants pour les femmes et les hommes permet de dégager deux tendances majeures : • en général, le désir d’avoir des enfants est plus fort chez les hommes que chez les femmes (7,0 contre 5,7). Les écarts sont particulièrement importants en milieu rural (nombre idéal de 7,8 pour les hommes et 6,1 pour les femmes), dans la région de l’Ouest (7,2 et 5,2), du Centre/Sud (7,8 et 6,0) et parmi ceux et celles qui n’ont pas d’instruction (7,9 et 6,0); • le désir d’enfants pour les femmes et les hommes vivant en milieu urbain, à Ouagadougou ou ayant un niveau d’instruction secondaire est pratiquement identique. 96 6.4 PLANIFICATION DE LA FÉCONDITÉ Pendant l'enquête, pour chaque enfant né au cours des cinq dernières années et pour la grossesse actuelle (si l’enquêtée était enceinte), on a demandé à la mère si elle souhaitait être enceinte à ce moment-là, plus tard, ou s'il s'agissait d'une grossesse non désirée. Les réponses à ces questions permettent de mesurer le degré de réussite des couples dans le contrôle de leur fécondité. De telles questions exigent de la femme un effort de concentration pour se souvenir avec exactitude de ses désirs à un ou plusieurs moments précis des cinq dernières années. En outre, il existe un risque de rationalisation dans la mesure où, souvent, une grossesse non désirée peut aboutir à la naissance d’un enfant auquel on s'est attaché. D'après le tableau 6.8, plus de neuf naissances sur dix (96 %) étaient désirées. La plupart de ces naissances (79 %) se sont produites au moment voulu et dans 18 % des cas, les femmes auraient préféré qu'elles se produisent plus tard. Les grossesses non désirées représentent environ 3 %. Quel que soit le rang de naissance, la grande majorité des naissances sont voulues et arrivent au moment voulu. Cependant, on peut noter que les naissances des rangs 4 ou plus semblent moins bien planifiées que les autres naissances. En effet, 74 % de ces naissances étaient désirées contre 87 % de celles de rang 1 et seulement 81 % de celles de rangs 2 et 3. Par rapport à l'âge de la mère, c'est chez les femmes les plus jeunes (moins de 19 ans) que les naissances sont les mieux planifiées (tableau 6.8), les proportions de naissances non désirées étant très faibles à ces âges (moins de 1 %). À l'inverse, c'est chez les femmes de 45-49 ans qu’elles semblent les moins bien planifiées, 64 % des naissances étaient souhaitées mais 31 % n’étaient pas désirées. Graphique 6.3 Nombre idéal d'enfants pour les femmes et les hommes EDSBF-II 1998-99 BURKINA FASO RÉSIDENCE Urbain Rural INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + 0 2 4 6 8 Nombre idéal d'enfants Femmes Hommes 97 Tableau 6.8 Planification de la fécondité Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'e nquête 1 par type de planification, selon le rang de naissance et l'âge de la mère à la naissance, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _____________________________________________________________________________ Statut de la naissance: Rang de ______________________________________ Effectif naissance et Voulue Voulue Non Non des âge de la mère au moment plus tard désirée déterminé Total naissances _____________________________________________________________________________ Rang de naissance 1 2 3 4 ou plus Âge de la mère < 20 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Ensemble 87,4 11,0 0,5 1,0 100,0 1 196 81,3 17,6 0,2 0,9 100,0 1 093 81,7 17,1 0,2 1,0 100,0 967 74,4 19,8 5,4 0,4 100,0 3 650 84,9 13,7 0,5 0,9 100,0 1 048 82,1 16,6 0,3 0,9 100,0 1 902 78,1 20,7 0,6 0,6 100,0 1 514 79,4 17,8 2,4 0,5 100,0 1 197 68,5 21,6 9,4 0,4 100,0 872 70,1 10,7 19,2 0,0 100,0 326 63,8 2,6 31,1 2,6 100,0 46 78,8 17,5 3,0 0,7 100,0 6 906 _____________________________________________________________________________ 1 Y compris la grossesse actuelle Tableau 6.9 Taux de fécondité désirée Indice Synthétique de Fécondité Désirée (ISFD) et Indice Synthétique de Fécondité (ISF), par caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _____________________________________________ Caractéristique ISFD ISF _____________________________________________ Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des femmes 3,4 4,1 6,5 7,3 3,4 4,1 6,1 7,0 6,6 7,3 5,5 6,7 6,4 7,1 6,3 7,1 4,2 5,4 2,5 2,9 6,0 6,8 _____________________________________________ Note : L'ISF est le même que celui présenté au tableau 3.2. Le tableau 6.9 et le graphique 6.4 présentent une comparaison entre l'Indice Synthétique de Fécondité Désirée (ISFD) et l'Indice Synthétique de Fécondité actuelle (ISF). Le calcul de l'ISFD est analogue à celui de l'ISF; les naissances considérées comme non désirées étant éliminées du numérateur. Si toutes les naissances non désirées étaient évitées, l'ISF des femmes burkinabè serait de 6,0 enfants au lieu de 6,8 enfants. L’ISFD varie de la même façon que l’ISF selon les différentes caractéristiques socio-démogra- phiques des femmes. C’est chez les femmes du milieu rural (6,5), chez celles de la région Est ( 6,6) et chez celles n’ayant pas d’instruction (6,3) qu’il est le plus élevé. C’est aussi chez ces femmes que l’ISF est le plus élevé. En outre, l'ISFD est toujours inférieur à l'ISF et les écarts entre les deux indicateurs ne varient pratiquement pas selon les catégories de femmes (graphique 6.4). Tout au plus peut-on remarquer que c’est chez les femmes de niveau d’instruction primaire que l’on observe l’écart le plus important (1,2 enfant). 98 Graphique 6.4 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée EDSBF-II 1998-99 BURKINA FASO RÉSIDENCE Urbain Rural INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + 0 2 4 6 8 Nombre d'enfants/femme Fécondité actuelle Fécondité désirée 99 CHAPITRE 7 SANTÉ DE LA MÈRE ET DE L'ENFANT Salif Ndiaye Un des objectifs majeurs de l'EDSBF-II du Burkina Faso est de fournir des informations sur la santé des mères et de leurs enfants de moins de 5 ans. Dans ce chapitre, sont présentés les principaux résultats concernant les soins prénatals, les cond itions d'accouchement et les caractéristiques des nouveau-nés, la couverture vaccinale et, enfin, la prévalence et le traitement des principales maladies des enfants, en particulier les infections respiratoires, la fièvre et la diarrhée. Ces résultats permettent d'identifier les problèmes les plus importants en matière de santé maternelle et infantile; ils contribuent ainsi à l'évaluation et à la planification des politiques et des programmes de santé. 7.1 SOINS PRÉNATALS ET ACCOUCHEMENT 7.1.1 Soins prénatals Le tableau 7.1 présente la répartition des naissances survenues au cours des cinq années précédant l'enquête, par type de consultation prénatale (CPN) durant la grossesse, selon certaines caractéristiques socio- démographiques des femmes enquêtées. Pour l’ensemble des naissances, dans près de quatre cas sur dix (39 %), les femmes n’ont consulté personne pendant la grossesse; à l’opposé, pour 59 % des naissances, les mères ont consulté une sage-femme ou une infirmière. Les visites auprès des médecins (moins de 2 %) et des accoucheuses traditionnelles (moins de 1 %) sont plutôt rares. Par rapport à 1993, la proportion de naissances qui n’ont fait l’objet d’aucun suivi prénatal (40 % dans l'EDSBF-I) n’a pratiquement pas varié. La proportion de naissances n’ayant eu aucun suivi prénatal est légèrement plus élevée parmi celles dont la mère est âgée de 35 ans ou plus (42 %). De même, ces dernières ont été moins nombreuses à consulter les sages-femmes ou infirmières. La fréquence des consultations auprès des médecins, très faible, varie à peine selon l'âge de la mère (entre 1 % et 2 %). Selon le rang de naissance, les écarts sont, par contre, très importants. Au fur et à mesure que le rang augmente, on constate que les naissances ont moins fréquemment fait l’objet de consultations prénatales : de 33 % à la grossesse du premier enfant, la proportion de femmes passe à 35 % pour les grossesses des 2 è et 3è enfants, puis à 44 % pour les naissances de rang supérieur ou égal à 6. Corrélativement, c’est pour les naissances de rang inférieur, 1 et 2 en particulier, que les consultations auprès des professionnels de la santé (médecins, sages-femmes ou infirmières) sont les plus fréquentes. La proportion de femmes ayant été consultées par une sage-femme ou une infirmière diminue nettement avec le rang de naissance, surtout à partir du 3 è enfant : elle passe de 63 % à 64 % pour les deux premières naissances à moins de 56 % pour les naissances de rang supérieur. Les premières naissances semblent bénéficier d’une attention particulière : environ 3 % d’entre elles ont fait l’objet d’une consultation auprès d’un médecin. Comme on pouvait s’y attendre, la fréquence des consultations prénatales est très variable selon le milieu de résidence (graphique 7.1). Au niveau national, comme l’ont montré les données du tableau 7.1, 39 % des naissances des cinq dernières n’ont fait l’objet d’aucune consultation prénatale; en milieu rural, cette proportion est de 43 % contre seulement 3 % en milieu urbain. En milieu urbain, pour 89 % des 100 Tableau 7.1 Soins prénatals Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'e nquête, par type de personne consultée par la mère durant la grossesse, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________________________________________________________ Infirmière/ Accoucheuse Effectif Sage- tradition- de Caractéristique Médecin femme nelle Personne Total 1 naissances 1 ___________________________________________________________________________________________________ Âge de la mère à la naissance < 20 20-34 35 ou plus Rang de naissance 1 2-3 4-5 6 ou plus Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des naissances 1,4 60,8 0,2 37,6 100,0 955 1,9 59,4 0,8 37,8 100,0 4 156 1,4 55,6 0,6 42,4 100,0 1 107 2,6 64,3 0,3 32,8 100,0 1 090 1,6 62,9 0,7 34,7 100,0 1 838 1,8 55,7 0,9 41,6 100,0 1 446 1,3 54,4 0,7 43,5 100,0 1 844 7,0 88,8 0,9 3,1 100,0 612 1,1 55,7 0,7 42,5 100,0 5 605 9,3 88,2 0,0 2,0 100,0 317 0,7 44,3 0,8 54,1 100,0 899 1,9 63,4 1,3 33,3 100,0 1 833 2,4 53,0 0,2 44,4 100,0 1 444 0,2 61,4 0,5 37,9 100,0 1 725 1,3 56,9 0,7 41,0 100,0 5 688 2,1 81,3 0,3 16,3 100,0 388 17,8 78,9 0,0 3,3 100,0 142 1,7 59,0 0,7 38,6 100,0 6 218 ___________________________________________________________________________________________________ Note : Les données concernent les naissances de la période 0-59 mois précédant l'e nquête. Si différentes pers onnes ont été consultées, seule la plus qualifiée a été prise en compte dans ce tableau. 1 Y compris les non-déterminés naissances, les mères ont consulté une sage-femme ou une infirmière pendant leur grossesse contre 56 % en milieu rural. Naturellement, les visites auprès d’un médecin sont exceptionnelles en milieu rural (1 %, contre 7 % en milieu urbain). Ces écarts entre milieu urbain et milieu rural sont, en partie, dus au fait que les services fournis par des professionnels de la santé, les médecins en particulier, ne sont disponibles que dans les villes. Les écarts observés entre les régions sont en partie imputables à la forte corrélation entre la couverture en soins prénatals et le niveau d’urbanisation. Ainsi, à Ouagadougou, 88 % des naissances (soit le niveau observé dans l’ensemble du milieu urbain) ont bénéficié de consultations prénatales auprès d’une sage-femme ou d’une infirmière. C’est également dans la capitale que les visites auprès d’un médecin sont les plus fréquentes (9 %) et les naissances n’ayant fait l’objet d’aucune consultation les plus rares (2 %). En dehors de la capitale, les régions les plus favorisées sont celles de l’Est et du Centre/Sud. Par contre, la fréquence des CPN est plutôt faible dans la région Ouest (56 %) et surtout dans le Nord (46 %). 101 L’instruction est vraisemblablement la variable la plus déterminante dans la propension des femmes à effectuer une consultation prénatale. En effet, la proportion de naissances dont les mères n’ont bénéficié d’aucune visite décroît rapidement avec le niveau d’instruction : 41 % pour les mères non scolarisées, 16 % chez celles de niveau primaire et 3 % seulement chez celles de niveau secondaire ou plus. Par ailleurs, les naissances des femmes les plus instruites sont, proportionnellement, les plus nombreuses à avoir bénéficié de soins auprès des médecins. Ces résultats confirment l’analyse différentielle déjà faite à l’EDSBF-I : la fréquence des CPN diminue avec le rang de naissance, augmente avec le niveau d’instruction et est plus forte en milieu urbain et parmi les naissances des mères les plus instruites. Cependant, cette fréquence a sensiblement baissé dans certaines régions : les pourcentages de femmes n’ayant eu aucune CPN qui étaient 48 % et 30 % à l’EDSBF-I, dans les régions Nord et Ouest, sont passées à respectivement 54 % et 44 % en 1998-99. Pour être efficaces, les soins prénatals doivent être effectués à un stade précoce de la grossesse, et surtout, ils doivent se poursuivre avec une certaine régularité jusqu'à l'accouchement. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande au moins quatre visites prénatales à intervalles réguliers, tout au long de la grossesse. Le tableau 7.2 indique d’une part, la répartition des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l’enquête selon le nombre de visites et, d’autre part, leur répartition selon le stade de la grossesse à la première visite. Plus d’une naissance sur cinq (23 %) ont fait l'objet de 4 visites prénatales ou plus pendant toute la durée de la grossesse. Pour 32 % des naissances, les mères ont effectué 2 à 3 visites et, pour 5 % des naissances, elles n'en ont effectué qu'une seule. Il faut rappeler la forte proportion de naissances qui n’ont bénéficié d’aucune consultation prénatale (39 %, soit près de quatre naissances sur dix). En terme de nombre de visites prénatales, sans référence à leur espacement, pour moins d’une naissance sur quatre, (23 %) les femmes ont satisfait aux recommandations de l’OMS; et la moitié a eu moins de 3 visites (nombre médian de visites de 2,7). Parmi les naissances ayant bénéficié d’au moins une visite prénatale, 37 % répondent aux normes recommandées. Graphique 7.1 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans pour lesquels la mère a bénéficié de soins prénatals pendant la grossesse Note : Soins prénatals par un médecin, infirmière ou sage-femme 61 96 57 58 83 97 BURKINA FASO RÉSIDENCE Urbain Rural INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + 0 20 40 60 80 100 Pourcentage EDSBF-II 1998-99 102 Tableau 7.2 Nombre de visites prénatales et stade de la grossesse Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête, par nombre de visites prénatales durant la grossesse et par stade de la grossesse au moment de la première visite, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 __________________________________ Ensemble Visite des prénatale naissances __________________________________ Nombre de visites 0 1 2-3 4 ou plus NSP/ND Total Nombre médian de visites 1 Stade de la grossesse à la première visite Pas de visite Moins de 6 mois 6-7 mois 8 mois ou plus NSP/ND Total Nombre médian de mois de grossesse à la première visite 1 Effectif de naissances 38,6 5,2 31,7 22,7 1,8 100,0 2,7 38,6 41,3 15,6 2,1 2,5 100,0 4,9 6 218 __________________________________ Note : Les données concernent les nais- sances de la période 0-59 mois précédant l'enquête.1 Les médianes sont calculées pour les nais- sances ayant donné lieu à des visites prénatales. En plus du nombre de visites prénatales, le calendrier de ces visites constitue un deuxième élément déterminant du suivi efficace de la grossesse. Le tableau 7.2 montre que, pour plus de 40 % des naissances, la première visite prénatale s'est effectuée à un stade recommandé, c'est-à-dire à moins de 6 mois; par contre, pour 18 % des naissances, la première visite ne s'est effectuée qu'à partir de 6 mois de grossesse. Lorsque la première visite est tardive, il devient difficile, voire impossible de bénéficier d’un nombre raisonnable de consultations adéquatement espacées. En fait, la plupart des consultations qui ont lieu après 6 mois, s’effectuent à 6-7 mois (15,6 % de l’ensemble de naissances); les premières CPN à 8 mois ou plus, sont plutôt rares et 50 % des premières consultations ont lieu avant 5 mois de grossesse (la durée médiane de grossesse à la première visite est de 4,9 mois). 7.1.2 Vaccination antitétanique des femmes enceintes (VAT) Le tableau 7.3 présente les résultats sur les vaccinations antitétaniques (VAT) reçues par les mères pour toutes les naissances survenues durant les cinq années ayant pr écédé l'enquête. Ces vaccinations faites au cours de la grossesse ont pour but de prévenir le tétanos néonatal qui est l'une des principales causes de décès des nouveau-nés dans la plupart des pays en développement. Cette vaccination bénéficie également à la mère pendant la grossesse et à l’accouchement. Pour une protection complète de la mère et de l'enfant, deux injections espacées d’au moins 30 jours sont nécessaires; ou bien une seule injection, si la mère a déjà reçu les deux doses au cours de la grossesse précédente (ou avant toute grossesse). Dans l’ensemble, pour moins d’une naissance sur cinq (19 %), les mères n’ont reçu durant la grossesse qu’une dose de vaccin, mais pour plus du tiers des naissances (34 %), les femmes ont reçu deux doses de vaccin ou plus. Cependant, on relève que 45 % des naissances n'ont pas du tout été protégées contre le tétanos néonatal. Il faut noter que le fait que la proportion de naissances dont la mère a reçu, au moins, une dose pendant la grossesse (54 %) soit inférieure à la proportion de naissances pour lesquelles la mère a bénéficié d’une consultation prénatale (61,4 %) laisse à penser que ce vaccin n’a probablement pas été administré pendant les consultations prénatales. Selon les caractéristiques socio-démographiques, on observe des écarts à peine sensibles selon l’âge. À l’inverse, le niveau de protection diminue avec le rang de naissance : pour 37 % des naissances de rang 1, les femmes ont reçu deux doses ou plus, contre, respectivement, 33 % et 32 % aux rangs 4-5 et 6 ou plus. Les grossesses des naissances de rang un, deux ou trois sont relativement mieux protégées. Comme attendu, les naissances des femmes résidant en milieu urbain et dans certaines régions sont mieux protégées. En milieu urbain, 82 % des femmes ont reçu, au moins, une dose de VAT contre seulement 50 % en milieu rural. Par ailleurs, les différences entre grandes régions sont très importantes. Ouagadougou, l’Est et le Centre/Sud sont les régions dont la couverture vaccinale antitétanique est la meilleure : on y 103 Tableau 7.3 Vaccination antitétanique Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'e nquête, par nombre d'injections antitétaniques reçues par la mère pendant la grossesse, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________________________________________________ Nombre d'injections antitétaniques _____________________________________________ Effectif NSP/ de Caractéristique 0 1 2 ou + ND Total naissances ________________________________________________________________________________________ Âge de la mère à la naissance < 20 20-34 35 ou plus Rang de naissance 1 2-3 4-5 6 ou plus Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des naissances 47,3 18,6 33,6 0,6 100,0 955 44,3 19,2 35,2 1,3 100,0 4 156 47,1 19,9 31,5 1,5 100,0 1 107 43,6 17,7 37,2 1,6 100,0 1 090 43,0 19,8 36,0 1,2 100,0 1 838 47,2 18,4 33,2 1,1 100,0 1 446 46,9 20,3 31,6 1,2 100,0 1 844 14,0 26,7 55,5 3,7 100,0 612 48,6 18,4 31,9 1,0 100,0 5 605 11,8 29,1 54,4 4,8 100,0 317 57,5 16,6 25,5 0,5 100,0 899 46,3 17,7 34,4 1,6 100,0 1 833 48,6 18,9 31,7 0,8 100,0 1 444 41,0 20,8 37,2 1,0 100,0 1 725 47,2 19,1 32,8 0,9 100,0 5 688 26,8 21,0 48,0 4,3 100,0 388 15,5 19,8 57,1 7,6 100,0 142 45,2 19,2 34,3 1,3 100,0 6 218 ________________________________________________________________________________________ Note : Les données concernent les naissances de la période 0-59 mois précédant l'enquête. observe, respectivement, 54 %, 34 % et 37 % de naissances dont les mères ont reçu deux doses de VAT ou plus. Ouagadougou est particulièrement favorisée, alors qu’au contraire, la région Nord est la moins bien couverte. En ce qui concerne le niveau d'instruction, comme pour les consultations prénatales, plus le niveau de la mère est élevé, plus les naissances sont protégées par, au moins, une dose de VAT. Ainsi, 52 % des naissances de mères non scolarisées ont été protégées par au moins une injection; les proportions correspondantes pour les naissances de mères ayant le niveau primaire et le niveau secondaire ou plus sont 69 % et 77 %. Le niveau d’instruction n’introduit cependant pratiquement pas de différence en ce qui concerne la première dose de VAT (entre 19 % et 21 % quel que soit le niveau). C’est dans le suivi, que le niveau d’instruction est déterminant : 33 % des naissances de mères non scolarisées ont reçu deux doses ou plus de vaccin, ces proportions sont respectivement de 48 % pour les naissances de mères ayant le niveau primaire et de 57 % pour celles de mères ayant un niveau secondaire ou plus. La couverture vaccinale contre le tétanos s’est nettement détériorée par rapport à l’enquête précédente. Alors que pour 36 % des naissances, les mères n’avaient reçu aucune injection de VAT en 1993, ce sont 45 % (soit 9 points de pourcentage de plus) qui sont dans ce cas en 1998-99. Cependant, le 104 Tableau 7.4 Lieu de l'accouchement Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête par lieu d'accouchement, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________________________ Établis- Effectif sement À la Autre/ de Caractéristique sanitaire maison ND Total naissances ________________________________________________________________ Âge de la mère à la naissance < 20 20-34 35 ou plus Rang de naissance 1 2-3 4-5 6 ou plus Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Visites prénatales Aucune 1 à 3 4 ou plus NSP/ND Ensemble des naissances 35,6 63,7 0,7 100,0 955 32,6 67,1 0,4 100,0 4 156 27,4 72,0 0,6 100,0 1 107 43,0 56,5 0,4 100,0 1 090 34,9 64,8 0,3 100,0 1 838 27,6 71,7 0,7 100,0 1 446 26,5 73,1 0,4 100,0 1 844 90,0 9,3 0,7 100,0 612 25,8 73,8 0,4 100,0 5 605 94,5 4,5 1,1 100,0 317 28,3 71,5 0,2 100,0 899 32,6 67,0 0,4 100,0 1 833 29,2 70,5 0,3 100,0 1 444 24,6 74,7 0,7 100,0 1 725 28,8 70,7 0,4 100,0 5 688 57,2 42,2 0,6 100,0 388 94,5 4,7 0,8 100,0 142 4,4 95,3 0,2 100,0 2 399 44,7 54,9 0,4 100,0 2 298 57,2 42,1 0,7 100,0 1 411 51,7 45,8 2,6 100,0 111 32,1 67,4 0,5 100,0 6 218 ________________________________________________________________ Note : Les données concernent les naissances de la période 0-59 mois précédant l'enquête. pourcentage de mères ayant reçu une seule injection (respectivement 20 % et 19 %) n’a pratiquement pas changé; par contre, au niveau de la protection complète (2 injections ou plus), la situation s’est également détériorée (42 % en 1993, contre 34 % en 1998-99). Le milieu urbain, en particulier à Ougadougou, et les mères les plus instruites, ont été, contre toute attente, les plus affectés par cette diminution du niveau de protection complète contre le tétanos. 7.1.3 Accouchement Parmi les naissances des cinq dernières années, 67 % ont eu lieu à la maison contre seulement 32 % dans des établissements sanitaires (tableau 7.4). Le lieu d'accouchement est très variable selon les caractéristiques socio-démographiques des femmes. Les femmes les plus âgées sont, proportionnellement, plus nombreuses à accoucher à la maison : 64 % à moins de 20 ans, contre 72 % chez les femmes de 35 ans ou plus. Le rang de naissance est encore plus déterminant : la fréquence des accouchements à domicile augmente nettement avec le rang de naissance de l'enfant : d'un minimum de 57 % pour le rang 1, elle augmente pour atteindre les trois quarts des naissances de rang 6 ou plus. 105 Par milieu de résidence de la mère, on constate en milieu urbain, que pour neuf naissances sur dix, les mères ont accouché dans des services de santé; en milieu rural, la proportion correspondante est extrêmement faible : seulement une naissance sur quatre environ (26 %). Avec 95 % d’accouchements ayant eu lieu dans une structure sanitaire, Ouagadougou se démarque nettement des autres régions dont les écarts sont d’ailleurs faibles (entre 25 % au Centre/Sud et 33 % à l’Est). La concentration des infrastructures sanitaires en milieu urbain où résident la plupart des femmes ayant fréquenté l'école, explique en grande partie, les disparités constatées selon la résidence. En outre, on constate que pour les naissances dont les mères n’ont effectué aucune visite prénatale, l’accouchement a très rarement eu lieu dans un établissement sanitaire (4 %). Par contre, lorsqu'il y a eu des consultations prénatales, en particulier lorsqu'il y en a eu plusieurs, l’ accouchement a souvent lieu dans une structure sanitaire : 45 % pour 1-3 visites et 57 % quand la femme a bénéficié de 4 visites ou plus. Dans le cas des grossesses à risque qui doivent faire l’objet d’un suivi rapproché, donc de CPN fréquentes, l’accouchement dans un établissement sanitaire devient une précaution nécessaire. Les faibles proportions d’accouchements dans un établissement sanitaire, traduisent les efforts importants qui restent à déployer pour qu’un plus grand nombre de femmes bénéficient d’un environnement approprié à l’accouchement. Le tableau 7.5 présente la répartition des naissances par type d'assistance à l'accouchement, selon certaines caractéristiques socio-démographiques des mères. Dans l’ensemble, pour 31 % des naissances des cinq dernières années, les mères ont été assistées à l’accouchement par un professionnel de santé qualifié (médecin, sage-femme, infirmière). L’assistance des médecins à l’accouchement est négligeable (moins de 1 %), c’est seulement à Ouagadougou et parmi les femmes de niveau secondaire ou plus, que leur contribution dépasse 5 %. Par ailleurs, les accoucheuses trad itionnelles jouent un rôle majeur dans ce cadre : elles ont assisté 42 % des naissances. Environ, une naissance sur cinq n’a bénéficié que de l'assistance d'un parent ou d’une autre personne, alors que 7 % des accouchements se sont déroulés sans assistance aucune. En ce qui concerne le lieu d’accouchement, les données mettent en évidence une détérioration importante depuis 1993. En effet, pour 32 % de naissances, les mères ont accouché dans un établissement sanitaire; cette proportion était de 43 % en 1993. De même, le pourcentage de mères assistées à l’accouchement par du personnel de santé était de 41 % en 1993 contre 31 % à la dernière enquête. L'examen des données par caractéristiques socio-démographiques de la mère met en évidence le même type de variations que celles observées à propos du lieu d'accouchement. Toutes catégories de personnel de santé qualifié conf ondues, la proportion d’accouchements assistés diminue selon l’âge de la mère et le rang de naissance de l’enfant : les naissances qui ont été le plus fréquemment assistées sont celles des mères les moins âgées (35 % pour les moins de 20 ans et 26 % pour les 35 ans ou plus), et celles de rang 1 (42 %). De même, les mères résidant en milieu urbain, les plus instruites (93 %), et celles ayant effectué, au moins, 4 visites prénatales (55 %), ont été, proportionnellement, plus nombreuses à être assistées par un médecin, une sage-femme au une infirmière (graphique 7.2). La proportion de femmes qui accouchent sans aucune assistance (7 % dans l’ensemble), est plus élevée chez les mères âgées (8 % à 35 ans ou plus), chez les multipares (10 % pour le rang 6 ou plus), chez celles du milieu rural (8 %), chez celles vivant dans les régions Nord, et Ouest dans une moindre mesure (respectivement, 16 % et 8 %), chez les non scolarisées (8 %) et chez celles n’ayant eu aucune visite prénatale (12 %). 106 Tableau 7.5 Assistance lors de l'accouchement Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête par type d'assistance lors de l'accouchement, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _____________________________________________________ _______________________________ _________ Infirmière/ Effectif Sage- Parents/ de Caractéristique Médecin femme Matrone Autres Personne Total 1 naissances 1 ___________________________________________________________________ __________________________ Âge de la mère à la naissance < 20 20-34 35 ou plus Rang de naissance 1 2-3 4-5 6 ou plus Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Visites prénatales Aucune 1 à 3 4 ou plus NSP/ND Ensemble des naissances 1 0,8 34,5 36,7 22,4 5,5 100,0 955 0,7 30,5 41,9 19,5 7,2 100,0 4 156 0,8 25,2 47,2 18,6 8,2 100,0 1 107 1,4 40,6 35,9 18,0 4,1 100,0 1 090 0,7 32,8 39,6 20,9 6,0 100,0 1 838 0,5 26,6 44,0 21,2 7,6 100,0 1 446 0,7 24,3 46,6 18,7 9,6 100,0 1 844 4,4 85,8 4,5 3,9 1,0 100,0 612 0,4 24,1 46,2 21,5 7,8 100,0 5 605 6,2 87,9 2,0 1,8 1,2 100,0 317 1,1 23,4 42,0 18,0 15,5 100,0 899 0,2 30,9 41,4 21,7 5,7 100,0 1 833 0,5 27,2 32,4 31,9 8,0 100,0 1 444 0,4 24,9 58,2 12,0 4,6 100,0 1 725 0,6 27,1 44,0 20,7 7,6 100,0 5 688 1,9 54,6 26,9 13,5 3,1 100,0 388 5,9 87,3 4,8 1,2 0,0 100,0 142 0,0 4,4 52,4 31,1 12,0 100,0 2 399 0,9 41,8 39,7 13,4 4,2 100,0 2 298 1,7 53,5 29,1 11,6 4,0 100,0 1 411 0,5 50,4 31,9 13,0 1,7 100,0 111 0,8 30,2 42,1 19,8 7,1 100,0 6 218 _____________________________________________________________________________________________ Note : Les données concernent les naissances de la période 0-59 mois précédant l'enquête. Si différentes personnes ont assisté l'accouchement, seule la plus qualifiée a été prise en compte dans ce tableau. 1 Y compris les non-déterminés 107 Parmi les naissances des cinq années ayant précédé l'enquête, dans 1 % des cas, la mère a accouché par césarienne (tableau 7.6). Ce faible pourcentage était attendu, puisqu’une proportion à peu près égale des accouchements a été assistée par des médecins, qui sont, en général, les seuls habilités à pratiquer ce genre d'intervention. D'après les carnets de santé ou les déclarations de la mère, on ne connaît le poids à la naissance des enfants que dans 17 % des cas (tableau 7.6) : 15 % avaient un poids égal ou supérieur à 2 500 grammes et moins de 3 % étaient de faible poids (moins de 2 500 grammes). À la question, très subjective, concernant la grosseur de leur bébé à la naissance, 84 % des mères ont déclaré qu'il était moyen ou gros; dans 10 % des cas, elles ont déclaré qu'il était plus petit que la moyenne, et, seulement dans 6 % des cas, elles ont déclaré qu'il était très petit. Pour 17 % des enfants, on dispose, à la fois, du poids à la naissance et de l’opinion de leur mère sur leur grosseur. En combinant ces deux types d’information pour les 17 % d’enfants, il est possible de déterminer quel est le pourcentage de chaque catégorie (moyen ou gros, plus petit que la moyenne ou très petit) qui correspond à des faibles poids à la naissance (moins de 2 500 grammes). En appliquant cette classification à l’ensemble des enfants nés durant les cinq dernières années et pour lesquels on connaît la grosseur d’après leur mère, on estimerait à 17 % la proportion d’enfants de faible poids à la naissance (moins de 2 500 grammes). Bien qu’il ne s’agisse ici que d’une estimation très approximative, ce résultat est moins biaisé que celui concernant les seuls enfants qui ont été pesés. Graphique 7.2 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans nés avec l'assistance d'un professionnel de la santé Note : L'assistance d'un médecin, infirmière, sage-femme 31 90 25 28 57 93 BURKINA FASO RÉSIDENCE Urbain Rural INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + 0 20 40 60 80 100 Pourcentage EDSBF-II 1998-99 1 Dans certains pays, la fièvre jaune ne fait pas partie du PEV. Aussi pour garder les résultats comparables à ceux de ces pays, ils seront toujours présentés d’une part, sans la fièvre jaune et d’autre part, avec la fièvre jaune. 108 Tableau 7.6 Caractéristiques de l'accouchement : naissances multiples, césariennes, poids et grosseur à la naissance Parmi les naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'e nquête, pourcentage de naissances multiples, pourcentage de césariennes, répartition (en %) des naissances par poids et par grosseur (estimée par la mère) de l'enfant à la naissance, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _______________________________________________________ ___________________________________________________ Poids à la naissance Grosseur à la naissance Pour- _______________________________ _____________________________________ centage Plus Effectif de petit Moyen de césa- 2,5 kg NSP/ Très que la ou NSP/ nais- Caractéristique riennes <2,5 kg ou + ND Total petit moyenne gros ND Total sances __________________________________ ____________________________________________________ ____________________ Âge de la mère à la naissance Moins de 20 20-34 35 ou plus Rang de naissance 1 2-3 4-5 6 ou plus Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble 1,3 4,2 15,2 80,6 100,0 7,8 12,0 79,8 0,4 100,0 955 0,9 2,4 15,4 82,2 100,0 5,0 9,6 84,8 0,6 100,0 4 156 1,3 1,8 11,6 86,6 100,0 7,8 9,9 82,0 0,3 100,0 1 107 2,0 5,5 19,5 75,0 100,0 7,6 10,6 80,8 0,9 100,0 1 090 1,1 2,7 16,9 80,4 100,0 4,7 9,0 86,0 0,3 100,0 1 838 0,5 1,9 13,2 84,9 100,0 5,1 10,3 84,0 0,6 100,0 1 446 1,0 1,3 10,7 88,0 100,0 6,9 10,5 82,3 0,3 100,0 1 844 2,6 10,2 69,4 20,5 100,0 5,2 5,3 88,3 1,3 100,0 612 0,9 1,7 8,7 89,5 100,0 6,0 10,5 83,0 0,4 100,0 5 605 3,9 10,5 75,6 13,9 100,0 4,6 5,3 88,2 1,8 100,0 317 2,5 1,2 11,8 87,0 100,0 4,1 11,7 83,8 0,4 100,0 899 1,0 1,7 11,0 87,4 100,0 6,5 13,6 79,4 0,4 100,0 1 833 0,4 2,5 13,0 84,5 100,0 5,7 9,9 83,9 0,5 100,0 1 444 0,4 2,8 10,4 86,8 100,0 6,8 6,3 86,6 0,3 100,0 1 725 0,8 2,0 11,6 86,4 100,0 6,2 10,3 83,1 0,5 100,0 5 688 3,0 7,0 37,0 56,0 100,0 2,5 8,3 88,7 0,5 100,0 388 4,6 13,0 78,6 8,4 100,0 5,8 5,1 87,7 1,3 100,0 142 1,1 2,6 14,7 82,7 100,0 6,0 10,0 83,5 0,5 100,0 6 218 ______________________________ ____________________________________________________ ________________________ Note : Les données concernent les naissances de la période 0-59 mois précédant l'enquête. 7.2 VACCINATION Pour tous les enfants nés au cours des cinq dernières années ayant précédé l'enquête, on a enregistré les informations nécessaires à une mesure de la couverture vaccinale du Programme Élargi de Vaccination (PEV). Conformément aux recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), un enfant est complètement vacciné lorsqu'il a reçu le BCG (protection contre la tuberculose), le vaccin contre la rougeole, trois doses de vaccin contre la poliomyélite et trois doses contre le DTCoq (diphtérie, tétanos et coqueluche). D'après le calendrier des vaccinations, ces vaccins doivent tous être administrés avant l'âge d'un an. En outre, la vaccination contre la fièvre jaune 1 fait partie du PEV du Burkina Faso et doit également être administrée avant l’âge de 1 an. 2 Il s’agit du BCG, des trois doses de polio et de DTCoq et de la rougeole. 109 Tableau 7.7 Vaccinations selon les sources d'information Pourcentage d'enfants de 12-23 mois ayant reçu chaque vaccination spécifique, quelque soit l'âge à la vaccination, selon que l'information provienne d'une carte de v accination ou de la déclaration de la mère, et pourcentage de ceux qui ont été vaccinés avant l'âge de 12 mois, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _____________________________________________________________________ ______________________________________________ Toutes 1 Toutes DTCoq Polio Sans la avec la ____________ __________________ Rou- fièvre Fièvre fièvre Effectif Source d'information BCG 1 2 3 0 1 2 3 geole jaune Aucune jaune jaune d'enfants _____________ ______________________________________________________________________________________________________ Vaccinés à n'importe quel âge avant l'enquête Selon la carte de vaccination Selon la déclaration de la mère Selon les deux sources Vaccinés avant l'âge de 12 mois 52,8 47,6 40,4 32,3 49,8 50,6 43,0 33,8 36,8 25,7 0,0 35,5 25,4 582 19,5 30,8 24,1 8,7 0,0 30,8 24,1 8,7 8,9 3,6 12,3 - 0,0 459 72,3 78,3 64,5 41,0 49,8 81,3 67,1 42,4 45,8 29,3 12,3 35,5 25,4 1 041 69,9 72,5 57,4 34,8 48,7 75,5 58,9 36,0 32,1 21,6 17,0 24,1 18,4 1 041 _____________________________________________________________________________ ______________________________________ Note : On suppose que le taux de couverture du DTCoq pour les enfants sans carnet de vaccination est le même que celui de la po lio quand la mère a déclaré que l'enfant avait été vacciné contre la polio. Chez les enfants pour lesquels l'information est basée sur la déclara tion de la mère, on a supposé que la proportion de vaccins reçus durant leur première année était la même que chez ceux ayant une carte de vaccinatio n. 1 Enfants complètement vaccinés (c'est-à-dire ceux qui ont reçu le BCG, la rougeole, les trois doses de DTCoq et de polio, non c ompris polio 0). Conformément aux recommandations de l'OMS, la collecte des données sur la vaccination a été faite de deux manières différentes. Les informations ont été, soit recopiées à partir du carnet de vaccination (ou carnet de santé), soit enregistrées à partir des déclarations de la mère. Ainsi, lorsque le carnet de vaccination n'était pas disponible, l'enquêtrice demandait à la mère si l'enfant avait reçu le BCG (qui laisse généralement une cicatrice caractéristique), le vaccin contre la polio et le DTCoq (y compris le nombre de doses) et celui contre la rougeole. Le tableau 7.7 et le graphique 7.3 présentent les résultats sur la couverture vaccinale des enfants de 12-23 mois selon les deux sources d'information, à savoir, le carnet de vaccination et les déclarations de la mère. Seul le groupe d'âges 12-23 mois a été retenu puisque, selon les recommandations de l'OMS, les enfants de ce groupe d'âges devraient déjà avoir été complètement vaccinés. On notera tout d’abord, que dans 56 % des cas, la mère a présenté un carnet de vaccination à partir duquel les informations ont été enregistrées. Dans l’ensemble, 29 % des enfants âgés de 12-23 mois au moment de l'enquête, ont reçu tous les vaccins du PEV 2 . La grande majorité de ces enfants (90 %) sont ceux pour lesquels un carnet de vaccination a été présenté. Cependant, pour seulement 22 % des enfants (soit 74 % de ceux complètement vaccinés), tous les vaccins ont été administrés avant 12 mois, tel qu’il est recommandé. À l'inverse, 12 % de l'ensemble des enfants de 12-23 mois n'ont reçu aucun des vaccins du PEV selon l’une ou l’autre source. Le taux de couverture varie selon le type de vaccin : 72 % (selon le carnet ou la déclaration de la mère) des enfants ont reçu le BCG (donné en principe à la naissance); 81 % et 78 % ont reçu, respectivement, les premières doses de polio et de DTCoq. Cependant, pour ces maladies pour lesquelles l’immunisation nécessite trois doses, la déperdition est importante : en effet, la proportion d’enfants v accinés diminue d’une 3 Le taux de déperdition pour la polio, par exemple, est la proportion d'enfants qui, ayant reçu la première dose du vaccin, ne reçoivent pas la troisième. 110 dose à la suivante. Pour le DTCoq, on passe de 78 % pour la première dose à 65 % pour la seconde et seulement 41 % pour la troisième; pour la polio, les pourcentages correspondants sont respectivement de 81 %, 67 % et 42 %. Le taux de déperdition 3 entre la première et la troisième dose est donc très important (48 % dans les deux cas). Moins de la moitié des enfants (46 %) sont vaccinés contre la rougeole. En outre, selon les informations provenant du carnet de vaccination, 36 % des enfants ont reçu la vaccination antiamarile. Quel que soit le type de vaccin, la grande majorité des enfants vaccinés, l’ont été à partir du carnet, la part de la déclaration des mères étant relativement faible. En particulier, 4 % seulement des enfants ont été considérés comme complètement vaccinés à partir de la seule déclaration de la mère. Si l’on compare ces résultats avec ceux de l’EDSBF-I de 1993, on note que la couverture vaccinale totale des enfants de 12-23 mois vaccinés avant 12 mois est restée, au mieux, au même niveau (21 % en 1993, contre 22 % en 1998-99). Par contre, le pourcentage d’enfants vaccinés à n’importe quel âge, a nettement diminué (35 %, contre 29 %). Cette diminution a concerné le BCG, le DTCoq et la rougeole; la couverture vaccinale contre la poliomyélite s’est, à l’inverse, améliorée; les taux de déperdition entre la première et la troisième doses de DTCoq et polio n’ont pas varié, passant de 48 % à 49 % en 1993, de 32 % à 33 % en 1998-99. La couverture vaccinale présente de fortes disparités selon certaines caractéristiques socio- démographiques des enfants et des mères. Le tableau 7.8 présente les pourcentages d’enfants de 12-23 mois vaccinés contre chaque maladie, quel que soit l’âge d’administration du vaccin, selon le carnet de santé ou la déclaration de la mère. Graphique 7.3 Vaccinations des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin EDSBF-II 1998-99 72 78 65 41 50 81 67 42 46 29 12 BCG DTCoq 1 DTCoq 2 DTCoq3 Polio 0 Polio 1 Polio 2 Polio 3 Rougeole Toutes du PEV Aucune 0 20 40 60 80 Pourcentage 111 Tableau 7.8 Vaccinations selon les caractéristiques socio-démographiques Pourcentage d'enfants de 12-23 mois ayant reçu chaque vaccination spécifique (selon la carte de vaccination ou les déclarations de la mère) et pourcentage de ceux pour lesquels une carte de v accination a été présentée à l'enquêtrice, par caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________ _________________________________________________________ _____________________________________________ Pour- Toutes centage Toutes 1 avec avec DTCoq Polio sans la la carte de ____________ __________________ Rou- fièvre Fièvre fièvre vacci- Effectif Caractéristique BCG 1 2 3 0 1 2 3 geole jaune Aucune jaune 2 jaune nation d'enfants __________________________________________________________ ____________________________________________________________ Sexe Masculin Féminin Rang de naissance 1 2-3 4-5 6 ou plus Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des enfants 74,7 76,3 63,3 40,5 52,5 79,8 66,6 42,7 47,4 30,1 13,0 36,9 58,2 26,3 493 70,1 80,2 65,5 41,4 47,4 82,7 67,5 42,3 44,3 28,6 11,7 34,3 53,8 24,5 548 79,1 80,1 71,3 43,2 59,0 85,0 74,7 48,2 52,5 36,5 9,7 45,1 63,3 32,1 169 77,5 83,7 69,0 44,3 53,1 84,9 69,8 43,6 46,6 30,8 7,8 36,3 59,8 26,9 329 66,5 72,4 58,6 34,9 43,5 78,2 63,6 37,9 42,4 24,1 16,4 31,1 50,7 20,6 257 67,4 76,4 60,6 41,3 46,3 78,0 62,6 41,8 43,8 28,1 15,4 33,1 51,7 23,9 287 96,4 86,2 81,4 73,3 84,6 89,1 83,1 71,6 75,5 59,5 1,3 67,9 87,5 55,4 107 69,5 77,4 62,5 37,2 45,8 80,4 65,2 39,1 42,3 25,9 13,6 31,8 52,2 21,9 934 96,9 94,9 90,8 86,7 91,8 98,0 92,9 84,7 85,7 76,5 0,0 78,6 93,9 72,4 55 58,7 72,8 56,9 33,2 41,1 73,3 57,7 32,4 38,3 22,9 20,5 30,3 47,6 18,9 155 67,6 80,0 63,8 37,6 43,0 82,4 66,8 39,0 37,9 25,2 10,0 24,4 47,8 20,8 298 71,7 74,9 60,7 31,9 46,0 78,4 62,5 33,7 43,6 19,2 13,3 36,2 55,0 17,6 267 80,8 79,6 68,0 48,9 57,6 84,3 72,1 52,1 52,7 38,0 11,7 41,5 62,8 32,3 266 70,4 77,2 62,6 37,4 46,9 80,0 64,7 38,4 42,6 25,7 13,4 32,0 53,0 21,8 935 83,4 87,7 77,7 67,2 68,4 90,8 83,5 73,8 70,8 59,6 3,9 62,1 75,1 54,6 72 100,0 90,0 87,7 82,6 91,2 98,4 96,0 87,2 78,2 63,3 0,0 75,8 92,9 58,3 34 72,3 78,3 64,5 41,0 49,8 81,3 67,1 42,4 45,8 29,3 12,3 35,5 55,9 25,4 1 041 ____________________________________________________________________________________________________ _________________ Note : On suppose que le taux de couverture du DTCoq pour les enfants sans carte de vaccination est le même que celui de la polio quand la mère a déclaré que l'enfant avait été vacciné contre la polio. 1 Enfants complètement vaccinés (c'est-à-dire ceux qui ont reçu le BCG, la rougeole, les trois doses de DTCoq et de polio, non compris polio 0). 2 Fièvre jaune d'après la carte de vaccination seulement Le milieu de résidence (graphique 7.4) est déterminant dans la couverture vaccinale des enfants. Alors que 60 % des enfants du milieu urbain sont complètement vaccinés, en zone rurale, cette proportion est d’environ un enfant sur quatre (26 %). De même, en milieu rural, 14 % des enfants n'ont reçu aucun vaccin du PEV, contre seulement 1 % en milieu urbain. Par ailleurs, en dehors de Ouagadougou (77 %), les régions Centre/Sud (38 % d’enfants complètement vaccinés) et Est (25 %) sont les mieux couvertes; dans la région Ouest, le taux de couverture tombe à 19 %. À Ouagadougou, la quasi-totalité des enfants (97 %) ont reçu le BCG, environ 85 % les troisièmes doses contre le DTCoq et la poliomyélite et 86 % des enfants ont été vaccinés contre la rougeole. Dans les autres régions, les taux de couverture sont nettement plus faibles. Le niveau d'instruction de la mère joue un rôle essentiel dans la couverture vaccinale des enfants. En effet, le niveau de couverture vaccinale complète est plus de deux fois plus élevé chez les enfants dont la mère a un niveau secondaire ou plus (63 %) que pour ceux nés de mères non instruites (26 %). Inversement, alors que 13 % des enfants issus de femmes sans instruction n’ont reçu aucun vaccin, on en compte seulement 4 % chez les enfants nés de femmes ayant un niveau d’instruction primaire. 112 D’autres caractéristiques socio-démographiques n’ont, par contre, qu’un impact limité voire négligeable, sur le taux de couverture vaccinale. Le tableau 7.8 montre en effet, des taux de couverture pratiquement égaux pour les garçons et pour les filles. Des écarts sensibles sont observés entre les naissances de rangs 1 ou 2-3 et celles de rangs supérieurs qui ont un taux de couverture vaccinale plus faible. Il faut, enfin, signaler que l’enregistrement des informations à partir du carnet de vaccination (carnet présenté à l’enquêtrice), la source la plus fiable, est plus fréquent chez les garçons, les rangs de naissance les plus bas, en milieu urbain et chez les femmes les plus instruites. 7.3 MALADIES DES ENFANTS 7.3.1 Infections respiratoires et fièvre Les infections respiratoires aiguës (IRA), la pneumonie en particulier, constituent une cause importante de décès d’enfants dans les pays en développement. Pour évaluer la prévalence de ces maladies, on a demandé aux mères si leurs enfants nés dans les cinq dernières années, avaient souffert de toux, et de respiration courte et rapide pendant les deux semaines ayant précédé l'enquête. Bien qu'insuffisante pour établir un diagnostic fiable, la présence de ces deux symptômes n'en demeure pas moins, dans de nombreux cas, révélatrice d'infections respiratoires aiguës et même de pneumonie. Les soins précoces pouvant éviter des complications des infections respiratoires et même le décès, on a également demandé aux mères si l'enfant malade avait été conduit en consultation dans un établissement sanitaire. Le tableau 7.9 montre qu’au cours des deux dernières semaines, 14 % des enfants âgés de moins de cinq ans ont souffert de la toux accompagnée de respiration courte et rapide. Le niveau de la prévalence de ces infections (11 %) était légèrement plus faible en 1993 (EDSBF-I). C'est chez les enfants de 6 à 23 mois (17-19 %) que les infections respiratoires sont les plus fréquentes (graphique 7.5). La fréquence de ces infections ne varie pas selon le sexe; par contre, elle augmente légèrement avec le rang de naissance : 11 à 12 % pour les rangs inférieurs à 3, contre 16 % pour les rangs 6 ou plus. La fréquence de ces infections est plus forte en milieu rural (14 % contre 10 % en milieu urbain) et dans les régions Nord (16 %), Est (14 %) Graphique 7.4 Pourcentage d'enfants de 12-23 mois avec tous les vaccins du PEV et sans vaccination 29 60 26 26 60 63 12 1 14 13 4 0 BURKINA FASO RÉSIDENCE Urbain Rural INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + 0204060 0 20 40 60 Tous vaccins du PEV Aucune vaccination Pourcentage EDSBF-II 1998-99 113 Tableau 7.9 Prévalence et traitement des infections respiratoires aiguës et de la fièvre Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans qui ont eu de la fièvre et pourcentage de ceux qui ont souffert de toux et de respiration courte et rapide au cours des deux semaines ayant pr écédé l'enquête, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ____________________________________________________________________________________ Infections respiratoires aiguës (IRA) ___________________________ Pourcentage d'enfants Parmi avec toux les enfants Pourcentage et respira- avec IRA, d'enfants tion courte % menés en ayant eu Effectif Caractéristique et rapide consultation la fièvre d'enfants ____________________________________________________________________________________ Âge de l'enfant < 6 mois 6-11 mois 12-23 mois 24-35 mois 36-47 mois 48-59 mois Sexe Masculin Féminin Rang de naissance 1 2-3 4-5 6 ou plus Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des enfants 13,7 18,7 27,3 644 17,4 27,6 50,7 545 18,9 20,0 49,2 1 041 11,7 28,3 35,1 988 12,0 22,3 33,0 1 073 8,9 14,5 22,9 994 13,5 22,3 37,1 2 682 13,5 21,6 34,5 2 604 11,0 33,7 33,0 872 12,0 25,9 33,3 1 595 14,2 17,0 36,5 1 250 16,0 17,9 39,4 1 569 10,1 62,0 30,1 555 13,9 18,5 36,5 4 731 12,3 61,3 30,0 284 15,6 21,3 37,1 751 14,1 22,4 33,0 1 576 11,5 15,3 41,0 1 267 13,8 19,7 34,7 1 409 13,4 19,2 35,9 4 823 13,8 41,1 37,3 334 15,4 65,3 29,5 129 13,5 21,9 35,8 5 286 ____________________________________________________________________________________ Note : Les données concernent les naissances de la période 0-59 mois précédant l'enquête. et Centre/Sud (14 %) qu’ailleurs. Selon le niveau d'instruction des mères, on relève des écarts à peine significatifs. Parmi les enfants ayant présenté des symptômes d'infections respiratoires aiguës, 22 % (soit environ un cinquième) ont été conduits dans un établissement sanitaire ou auprès d’un personnel médical pour traitement ou conseil (tableau 7.9). Les enfants de 6-11 mois (28 %) et ceux de 24-35 mois (28 %) sont ceux qui ont été le plus souvent conduits dans un établissement sanitaire. De même, les enfants de rang 1 sont plus fréquemment menés en consultation (34 %) que ceux de rangs supérieurs (26 % pour les enfants de rangs 2-3 et moins de 18 % pour les rangs supérieurs). La fréquentation des établissements sanitaires est plus de trois fois plus importante en milieu urbain (62 %) qu'en milieu rural (19 %). De même, les femmes résidant à Ouagadougou, ont conduit leurs enfants 114 dans une infrastructure sanitaire beaucoup plus fréquemment que celles des autres régions. Enfin, les enfants dont les mères sont instruites, ont plus souvent que les autres bénéficié de visites médicales. La fièvre étant un des principaux symptômes de nombreuses maladies, dont le paludisme et la rougeole qui provoquent de nombreux décès en Afrique, on a demandé aux mères si leurs enfants avaient eu de la fièvre durant les deux semaines ayant précédé l'interview. D'après le tableau 7.9, au niveau national, environ un enfant sur trois de moins de 5 ans (36 %, contre 35 % en 1993) a eu la fièvre durant les deux semaines ayant pr écédé l'interview. Comme pour les infections respiratoires aiguës, les épisodes de fièvre ont été plus fréquents parmi les enfants de 6-11 mois (51 %) et ceux de 12-23 mois (49 %). Les garçons (37 %) et les filles (35 %) ont été touchés dans des proportions à peu près identiques par la fièvre. Par ailleurs, la prévalence de la fièvre a été plus importante pour les enfants de rang 4 ou plus (plus de 37 %) qu’aux rangs de naissance inférieurs (33 %). Enfin, la fréquence de ce symptôme a été plus forte en milieu rural (37 %, contre 30 % en milieu urbain), dans les régions Ouest et Nord (respectivement, 41 % et 37 %), Ougadougou étant encore la moins touchée (30 % des enfants). Par ailleurs, on observe des écarts importants selon le niveau d'instruction de la mère : 36 à 37 % des enfants dont la mère n’a pas d’instruction ou a un niveau primaire ont eu de la fièvre durant les deux dernières semaines avant l’enquête contre 30 % des enfants dont la mère a un niveau secondaire ou plus. 7.3.2 Diarrhée Les maladies diarrhéiques qui peuvent entraîner notamment la déshydratation et la malnutrition, constituent, directement ou indirectement, une des principales causes de décès des jeunes enfants. Suivant les recommandations de l'OMS pour lutter contre les effets de la déshydratation, le Burkina Faso s'est engagé dans un programme de Traitement de Réhydratation par voie Orale (TRO), en conseillant l'utilisation, soit Graphique 7.5 Prévalence des infections respiratoires aiguës (IRA) et de la fièvre chez les enfants de moins de 5 ans EDSBF-II 1998-99 14 14 17 19 12 12 9 36 27 51 49 35 33 23 BURKINA FASO GROUPE D'ÂGES Moins de 6 mois 6-11 mois 12-23 mois 24-35 mois 36-47 mois 48-59 mois 0 10 20 30 40 50 60 Pourcentage IRA Fièvre 115 Tableau 7.10 Prévalence de la diarrhée Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant eu la diarrhée et pourcentage de ceux ayant eu la diarrhée avec présence de sang dans les selles durant les deux semaines ayant précédé l'enquête, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________ Diarrhée durant les 2 semaines précédant l'enquête ___________________ Avec sang Toute dans Effectif Caractéristique diarrhée selles d'enfants ___________________________________________________ Âge de l'enfant (mois) < 6 6-11 12-23 24-35 36-47 48-59 Sexe Masculin Féminin Rang de naissance 1 2-3 4-5 6 ou plus Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des enfants 14,4 0,5 644 28,8 3,4 545 31,3 6,0 1 041 23,3 6,3 988 16,0 4,1 1 073 7,8 3,0 994 20,4 3,9 2 682 19,5 4,5 2 604 18,3 3,4 872 20,7 4,3 1 595 19,0 3,9 1 250 20,8 4,7 1 569 19,2 2,4 555 20,0 4,4 4 731 20,7 2,8 284 21,7 5,7 751 15,6 2,6 1 576 25,0 5,0 1 267 19,2 4,7 1 409 19,9 4,2 4 823 21,7 4,1 334 18,4 4,1 129 20,0 4,2 5 286 ___________________________________________________ Note : Les données concernent les naissances de la période 0-59 mois précédant l'enquête. d'une solution préparée à partir du contenu de sachets de Sels de Réhydratation par voie Orale (SRO), soit d'une solution préparée à la maison avec de l'eau, du sucre et du sel. Au cours de l'EDSBF-II, pour mesurer la prévalence des maladies diarrhéiques chez les enfants de moins de cinq ans, on a demandé aux mères si leurs enfants avaient eu la diarrhée au cours des deux dernières semaines. De plus, en ce qui concerne le traitement de la diarrhée, on a demandé aux mères si elles connaissaient la TRO et si, durant les épisodes diarrhéiques, elles avaient utilisé les sachets de SRO et/ou une solution d'eau sucrée et salée. Selon les données du tableau 7.10, on constate que la prévalence de la diarrhée est relativement élevée au Burkina Faso. Un enfant sur cinq (20 %) a eu un ou plusieurs épisodes diarrhéiques durant les deux semaines ayant précédé l'enquête. De plus, parmi les enfants qui ont eu de la diarrhée, 4 % avaient du sang dans les selles, ce qui est un symptôme de la dysenterie. En 1993, on avait observé exactement les mêmes niveaux de prévalence de la diarrhée et de diarrhée avec sang dans les selles. Comme on peut le constater au graphique 7.6, la prévalence de la diarrhée est particulièrement élevée chez les jeunes enfants de 6-11 mois (29 %) et de 12-23 mois (31 %). Ces âges de forte prévalence sont aussi les âges auxquels les enfants commencent à recevoir des aliments autres que le lait maternel et à être sevrés. Ils correspondent aussi aux âges auxquels les enfants commencent à explorer leur environnement et sont, de ce fait, davantage exposés à la contamination par des agents pathogènes. Du point de vue du sexe de l'enfant, on n'observe pas de différences significatives entre les garçons et les filles. Par contre, la prévalence de la diarrhée augmente légèrement avec le rang de l'enfant, passant de 18 % pour les enfants de rang 1, à 21 % pour ceux de rang 6 ou plus. Le milieu de résidence n’a apparemment pas d’effet sur la prévalence des épisodes diarrhéiques; par contre, la présence de sang dans les selles a été deux fois plus fréquente en milieu rural (4 %) qu’en milieu urbain (2 %). Les régions de résidence les plus affectées sont l’Ouest (25 %) et le Nord (22 %); ces régions sont en même temps celles dans lesquelles les cas de diarrhée avec sang ont été les plus fréquents. 116 Tableau 7.11 Connaissance du traitement de la diarrhée Pourcentage de mères ayant eu des naissances au cours des cinq années ayant précédé l'e nquête qui connaissent les sachets de SRO, selon les caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _________________________________________________ Entendu parler des Effectif Caractéristique sachets de SRO de mères _________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35 ou plus Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble 40,8 291 48,0 959 54,1 955 54,5 739 54,9 1 156 82,8 471 48,0 3 629 88,8 243 50,1 583 52,8 1 192 48,2 953 47,5 1 129 49,4 3 708 70,2 272 92,0 119 52,0 4 099 Par rapport aux femmes non scolarisées ou de niveau primaire, celles de niveau secondaire ou plus, ont, normalement, une meilleure connaissance des pratiques alimentaires et des mesures d'hygiène appropriées. On devrait donc s’attendre à observer une prévalence plus faible de la diarrhée chez leurs enfants. On constate effectivement que 20 à 22 % des enfants dont la mère n’a pas d’instruction ou a un niveau primaire ont eu la diarrhée, contre 18 % des enfants dont la mère a, au moins, le niveau secondaire. Dans l’ensemble, parmi les femmes ayant eu des enfants dans les cinq années précédant l'enquête, 52 %, soit une femme sur deux, ont déclaré c onnaître la TRO (tableau 7.11). Ce niveau de connaissance augmente sensiblement avec l'âge de la mère : de 41 % chez les femmes de 15-19 ans, il passe à plus de 54 % chez les mères de 25 ans ou plus. La variation du niveau de connaissance selon la résidence est importante: plus de 80 % des femmes vivant en milieu urbain (83 %) et à Ouagadougou (89 %) ont déclaré connaître la TRO, contre seulement 48 % des femmes du milieu rural, et environ 50 % dans les autres régions. D’autre part, ce niveau de connaissance est fortement corrélé au niveau d’instruction : alors que la presque totalité des femmes de niveau d'instruction secondaire ou plus (92 %) connais- Graphique 7.6 Prévalence de la diarrhée chez les enfants de moins de 5 ans et utilisation de la TRO EDSBF-II 1998-99 20 14 29 31 23 16 8 19 20 20 22 18 BURKINA FASO GROUPE D'ÂGES Moins de 6 mois 6-11 mois 12-23 mois 24-35 mois 36-47 mois 48-59 mois RÉSIDENCE Urbain Rural INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + 0 5 10 15 20 25 30 35 Pourcentage Diarrhée et TRO Diarrhée sans TRO 117 sent la TRO, on constate que cette proportion est de 70 % chez celles ayant le niveau primaire et seulement de 49 % chez celles n’ayant pas d’instruction. Parmi les enfants ayant eu la diarrhée, seulement 19 % d’entre eux ont été conduits dans un établissement de santé au cours de leur maladie (tableau 7.12); les enfants de moins de 6 mois (13 %) et ceux de plus 48 mois (12 %) ont été les moins concernés par cette mesure de précaution. Par ailleurs, cette pratique a été plus fréquente parmi les premiers nés, en particulier les rangs 1 à 3. Comme on pouvait s’y attendre, la résidence en milieu urbain et l’instruction favorisent fortement le recours à une structure de santé en cas de diarrhée. La consultation d’une structure sanitaire est ainsi plus de deux fois supérieure en milieu urbain (40 %) qu’en milieu rural (17 %). En particulier, Ouagadougou (44 %) et la région du Centre/Sud (21 %) se caractérisent par des proportions relativement élevées; à l’inverse dans la région Ouest, les enfants ayant eu la diarrhée ont été rarement conduits dans un service de santé (13 %). Par ailleurs, alors que dans plus d’un cas sur deux (51 %), les enfants dont la mère a un niveau d’instruction secondaire ou plus ont été conduits dans un service de santé, seulement 17 % de ceux dont la mère n’a pas d’instruction ont bénéficié de tels soins. Bien que 52 % des femmes aient déclaré connaître la TRO, peu d’entre elles y ont eu recours à l’occasion d’épisodes diarrhéiques : seulement 15 % ont utilisé les sachets de SRO et 7 % la solution d'eau, de sel et de sucre préparée à la maison; globalement, 18 % des enfants ont reçu l'une et/ou l'autre forme de TRO. Le recours à cette thérapie a été moins fréquent chez les enfants de moins de 6 mois (16 %), chez ceux de rangs de naissance élevés (16 %), chez ceux vivant en milieu rural (16 %) et parmi ceux dont la mère n’a pas d’instruction (16 %). Dans la majorité des cas de diarrhée (53 %), les enfants n’ont pris aucune des deux formes de TRO et 20 % d’entre eux n’ont bénéficié d’aucune forme de traitement. Ces résultats démontrent que beaucoup de femmes, malgré leur connaissance de ces méthodes de réhydratation, n’y recourent cependant pas. On constate cependant qu’un pourcentage relativement élevé d’enfants (37 %) ont reçu un supplément de liquides pendant leur épisode diarrhéique, ce qui prouve que bien que n’ayant pas accès aux traitements anti-diarrhéiques modernes, les mères savent utiliser d’autres moyens pour réhydrater leurs enfants. Néanmoins, il ne faut pas négliger le fait que ces autres liquides donnés aux enfants (généralement des décoctions d‘écorces d’arbres ou de plantes) peuvent s’avérer pathogènes et aggraver les infections qui causent les diarrhées. Dans 38 % des cas, ce sont en fait les remèdes traditionnels qui constituent les traitements anti- diarrhéiques; même les couches favorisées (urbaines et instruites) y ont s ouvent recours (29 % en urbain et 33 % parmi les enfants dont la mère a, au moins, un niveau secondaire). Par ailleurs, plus d’un enfant sur quatre a été soigné à l’aide de remèdes modernes. Deux enfants sur cinq à Ouagadougou et deux sur cinq dont la mère a un niveau d’instruction, au moins secondaire, ont été traités avec ces médicaments. 118 Tableau 7.12 Traitement de la diarrhée Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant eu la diarrhée au cours des deux semaines précédant l'enquête pour lesquels la mère a consulté un établissement sanitaire ou du personnel de santé, pourcentage de ceux ayant suivi une thérapie de réhydratation p ar voie orale (TRO), pourcentage de ceux qui ont reçu davantage de liquides, pourcentage de ceux qui n'ont reçu ni TRO ni davantage de liquides, et pourcentage de ceux ayant reçu d'autres traitements, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF- II Burkina Faso 1998-99 _________________________ ____________________________________________________ _____________________________ Réhydratation orale ________________________________________ N'ayant Pourcentage Ayant reçu Autres traitements reçus Effectif pour Solution reçu ni TRO, ________________________ d'en- lequel Sachets préparée SRO/ davan- ni davan- Autres fants la mère de à la solution tage de tage de Injec- remèdes Remèdes Rien/ avec Caractéristique a consulté SRO maison maison liquides liquides tion modernes tradit. NSP/ND diarrhée _________________________ ____________________________________________________ _____________________________ Âge de l'enfant < 6 mois 6-11 mois 12-23 mois 24-35 mois 36-47 mois 48-59 mois Sexe Masculin Féminin Rang de naissance 1 2-3 4-5 6 ou plus Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des enfants avec diarrhée 13,0 12,4 6,5 15,5 31,0 61,2 1,3 13,2 42,5 32,8 93 18,5 16,4 6,4 19,9 30,9 57,5 0,7 23,4 39,7 21,5 157 19,4 16,5 7,1 19,6 39,5 50,8 0,9 30,2 35,8 18,7 326 23,7 13,4 7,3 17,0 39,3 50,5 0,0 31,1 39,6 15,9 230 18,6 13,6 9,3 18,1 36,5 52,0 0,7 28,1 39,5 15,2 172 12,1 12,0 8,4 16,5 34,2 56,1 0,0 32,4 28,4 27,2 78 19,9 15,6 7,0 18,5 35,4 54,3 0,9 27,1 40,4 18,9 548 17,9 13,6 7,9 17,9 37,7 52,0 0,3 28,4 35,1 20,8 507 26,3 21,7 8,5 23,9 36,5 50,2 0,7 30,4 28,1 22,0 160 21,9 16,5 6,2 17,9 38,6 50,9 0,5 29,6 41,1 19,5 330 14,6 12,9 8,1 18,6 33,2 55,2 1,0 23,5 39,9 17,1 238 15,6 10,6 7,7 15,5 36,9 55,6 0,4 27,5 37,9 21,1 327 39,5 35,1 14,6 40,7 44,0 34,3 0,5 34,2 28,6 10,6 107 16,6 12,3 6,6 15,7 35,7 55,3 0,6 27,0 38,9 20,8 948 44,2 42,3 13,5 45,2 49,0 30,8 1,0 40,4 27,9 9,6 59 20,7 13,8 9,8 17,2 24,3 64,2 0,7 34,5 35,3 21,6 163 17,4 18,6 7,7 21,5 45,5 46,3 1,4 30,7 26,3 23,3 245 13,0 9,7 6,8 14,5 21,6 65,8 0,4 16,1 47,8 23,7 317 20,7 11,3 5,2 14,5 50,6 43,0 0,0 31,7 40,4 13,3 271 17,2 12,7 6,6 16,3 35,2 55,3 0,5 26,8 38,6 20,8 959 32,1 28,3 15,7 33,9 46,8 36,2 1,6 36,0 29,5 11,6 72 50,6 49,9 17,8 49,9 58,3 20,2 2,4 40,3 33,1 2,4 24 18,9 14,6 7,4 18,2 36,5 53,2 0,6 27,7 37,9 19,8 1 055 ____________________________________________________ ______________________________________________________ Note : La TRO comprend la solution préparée à partir des sachets de Sels de Réhydratation par voie orale (SRO) et/ou le liquide recommandé et préparé à la maison. Les données concernent les naissances de la période 0-59 mois précédant l'enquête. Si 37 % des enfants ont reçu un supplément de liquide pendant leur épisode diarrhéique, par contre, 43 % des enfants malades n’ont reçu que la même quantité de liquides et 10 % en ont même reçu moins que d’habitude (graphique 7.7). Ces résultats montrent l’ampleur des efforts qu’il reste à fournir pour informer et sensibiliser les mères sur la nécessité d'augmenter la quantité de liquides et d’autres aliments à donner aux enfants durant les épisodes diarrhéiques de façon à éviter les risques de déshydratation et d'affaiblissement et par conséquent, de réduire la mortalité. 119 Par rapport à 1993 (EDSBF-I), les progrès réalisés dans l’utilisation de la TRO sont plutôt faibles. dans 12 % des cas, un sachet SRO a été utilisé (contre 15 % en 1998-99), et dans 8 % des cas, la solution sucrée et salée a été utilisée (contre 7 % en 1998-99). Graphique 7.7 Alimentation des enfants ayant la diarrhée EDSBF-II 1998-99 Plus 37 % Moins 10 % NSP/ND 10 % Même que d'habitude 43 % 1 Un autre facteur qui détermine l'état nutritionnel des enfants est la morbidité. 121 CHAPITRE 8 PRATIQUES D'ALIMENTATION ET ÉTAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS ET DES MÈRES Gora Mboup L'EDSBF-II a collecté des informations relatives aux pratiques d'alimentation des enfants âgés de moins de cinq ans (allaitement au sein, alimentation de complément et utilisation du biberon). Des informations relatives à l'état nutritionnel des enfants et de leur mère ont également été collectées. Ce chapitre a pour objectif d’analyser ces données et d’évaluer l’état nutritionnel des enfants et des mères à partir des indicateurs anthropométriques. 8.1 ALLAITEMENT ET ALIMENTATION DE COMPLÉMENT Les pratiques alimentaires jouent un rôle important dans l'état nutr itionnel des enfants 1 . Le lait maternel contient tous les éléments nutritifs indispensables au bon développement et à la croissance de l'enfant durant ses premiers mois d'existence. Comme il est hygiénique et transmet les anticorps de la mère, il limite notamment la prévalence des maladies, en particulier, de la diarrhée. L'allaitement, par son intensité et sa fréquence, peut aussi prolonger l'aménorrhée post-partum et, par contrecoup, l'intervalle entre naissances. Lors de l'EDSBF-II, des questions ont été posées sur les pratiques d'alimentation des enfants nés dans les cinq années ayant précédé l'enquête. L'enquêtrice a demandé aux mères : • si les enfants étaient allaités au moment de l'enquête; • quelle était la fréquence de l'allaitement; et • quels étaient les aliments de complément qu'ils avaient reçus durant les dernières 24 heures. Le tableau 8.1 indique que la presque-totalité des enfants burkinabè nés dans les cinq années ayant précédé l'enquête (99 %) ont été allaités, et cette pratique est quasi uniforme quelles que soient les caractéristiques socio-démographiques des mères. Malgré cette pratique quasi universelle de l'allaitement, plus de la moitié des mères (52 %) ne donnent pas le sein le premier jour. Seulement 48 % des enfants ont été mis au sein pour la première fois durant leur premier jour d'existence et, seulement, 27 % l'ont été durant la première heure suivant la naissance. Le non respect de l’allaitement dès le premier jour de naissance de l’enfant concerne aussi bien les garçons que les filles : seulement 46 % des enfants de sexe masculin sont allaités dès le premier jour de naissance contre 49 % des filles. Le fait de ne pas allaiter l'enfant dès sa naissance peut avoir un effet néfaste sur sa santé car c'est lors des premiers allaitements, dans les vingt- quatre heures suivant la naissance, que l'enfant bénéficie du colostrum qui contient les anticorps de la mère et qui sont essentiels pour lui éviter de nombreuses maladies. De plus, si le nouveau-né n'est pas allaité dans les vingt-quatre heures, il reçoit, à la place, divers liquides qui risquent de le mettre en contact avec des agents pathogènes. En milieu rural, seulement 44 % des enfants ont été allaités durant les premières vingt-quatre heures, et environ le quart (26 %) l’ont été durant la première heure. La situation est, cependant, nettement meilleure en milieu urbain avec les trois quarts des enfants (75 %) qui ont été allaités durant le premier jour suivant la naissance et, dans plus du tiers des cas (36 %), dans la première heure. Ce respect de la pratique de 122 Tableau 8.1 Allaitement initial Pourcentage d'enfants derniers-nés, nés au cours des cinq années ayant précédé l'e nquête qui ont été allaités, pourcentage de ceux qui ont commencé à être allaités dans l'heure qui a suivi la naissance et pourcentage de ceux qui ont commencé à être allaités le jour de la naissance, selon les caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _______________________________________________________________________ Début de l'allaitement _______________________ Dans Durant Pourcentage l'heure le jour ayant été suivant la suivant la Effectif Caractéristique allaités naissance naissance 1 d'enfants _______________________________________________________________________ Sexe de l'enfant Masculin Féminin Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouaga dougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou + Assistance à l'accouchement Personnel de santé Accoucheuse traditionnelle Autre ou personne Lieu d'accouchement Établissement sanitaire À la maison ND Ensemble 98,6 25,5 46,4 2 070 98,8 29,0 49,3 2 029 99,1 36,4 75,0 471 98,7 26,1 44,3 3 629 99,1 45,1 82,4 243 97,6 26,9 37,1 583 99,3 30,6 43,7 1 192 98,5 17,7 51,0 953 98,8 28,1 47,6 1 129 98,7 26,9 46,5 3 708 98,6 26,7 53,4 272 97,9 40,6 78,4 119 98,0 30,2 56,7 1 326 99,0 25,0 43,4 1 679 99,1 27,2 44,1 1 094 98,2 30,6 57,5 1 375 99,0 25,7 43,1 2 708 100,0 14,1 35,4 17 98,7 27,3 47,8 4 099 _______________________________________________________________________ Note: Le tableau est basé sur tous les enfants derniers-nés, nés dans les 5 années ayant précédé l'enquête, qu'ils soient vivants ou décèdés au moment de l'enquête. 1 Y compris les enfants allaités dans l'heure qui a suivi la naissance. l’allaitement dès le premier jour de naissance est particulièrement important dans la capitale Ouagadougou (82 %). Dans les autres régions, l’allaitement dès le premier jour est peu répandu, surtout dans la région du Nord (37 %). Les femmes ayant, au moins, le niveau d’instruction secondaire ont également plus fréquemment respecté la pratique de l’allaitement dès le premier jour de naissance de l’enfant que les femmes sans instruction ou ayant le niveau d’instruction primaire (78 % contre, respectivement, 47 % et 53 %). Par ailleurs, on note que lorsque la mère a accouché avec l'assistance de personnel médical, dans 57 % des cas, l'enfant a reçu le sein durant les premières vingt-quatre heures; cette proportion est d’environ 44 % lorsque la mère a été assistée par une accoucheuse traditionnelle ou lorsqu'elle a accouché toute seule. Enfin, lorsque les femmes accouchent dans une formation sanitaire, les enfants sont plus fréquemment mis au sein le premier jour (58 %) que lorsque l'accouchement a eu lieu à la maison (43 %). 123 Tableau 8.2 Type d'allaitement selon l'âge de l'enfant Répartition (en %) des enfants survivants par type d'allaitement, selon l'âge de l'enfant en mois, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ______________________________________________________________________________ Situation face à l'allaitement __________________________________________ Allaite- Allaitement, Allaite- ment aliments et Effectif Âge Non ment et eau autres d'enfants en mois allaité seul seulement liquides Total vivants ______________________________________________________________________________ 0-1 2-3 4-5 6-7 8-9 10-11 12-13 14-15 16-17 18-19 20-21 22-23 24-25 26-27 28-29 30-31 32-33 34-35 Moins de 4 mois 4 à 6 mois 7 à 9 mois 0,5 5,5 28,6 65,4 100,0 171 0,0 5,2 29,5 65,3 100,0 245 0,0 5,8 29,0 65,2 100,0 224 0,3 3,2 26,4 70,1 100,0 179 0,0 0,3 14,9 84,8 100,0 187 0,0 0,7 14,5 84,8 100,0 170 1,5 3,0 5,9 89,7 100,0 211 2,4 2,4 6,1 89,0 100,0 178 3,0 0,7 8,8 87,4 100,0 191 5,1 1,5 8,6 84,8 100,0 156 7,5 1,3 5,6 85,6 100,0 138 17,4 1,8 4,6 76,2 100,0 145 28,2 0,0 4,9 66,9 100,0 148 39,4 1,4 0,5 58,7 100,0 173 46,1 0,0 3,2 50,7 100,0 135 67,5 0,0 0,0 32,5 100,0 116 71,1 0,0 0,0 28,9 100,0 141 61,4 0,0 0,0 38,6 100,0 117 0,2 5,3 29,2 65,3 100,0 416 0,0 5,1 29,9 65,0 100,0 317 0,2 1,1 16,6 82,0 100,0 273 ______________________________________________________________________________ Note : La situation face à l'allaitement fait référence aux dernières 24 heures. Les enfants classés dans la catégorie « Allaitement et eau seulement » ne reçoivent pas d'autres compléments. Le tableau 8.2 (illustré par le graphique 8.1) présente les données sur la pratique de l'allaitement des enfants de moins de trois ans au moment de l'enquête. À 1 mois, tous les enfants sont allaités et, dans pratiquement 95 % des cas, cette pratique continue pendant les 20 premiers mois d’existence. Ce n’est qu’après l’âge de 21 mois, que l'allaitement diminue régulièrement avec l'âge de l'enfant, mais il faut attendre 28-29 mois pour que 46 % ne soient plus allaités. Le tableau 8.2 indique également que l'allaitement exclusif (l'enfant reçoit uniquement le lait maternel) est faiblement pratiqué au Burkina Faso, puisque 5 % seulement des bébés âgés de 0-3 mois reçoivent exclusivement le sein. Malgré les recommandations de l'OMS et de l’UNICEF selon lesquelles, jusqu'à 4-6 mois, les enfants doivent uniquement être nourris au sein, on remarque que même chez les enfants de 0-1 mois, la pratique de l’allaitement exclusif est insignifiante (6 %). En fait, durant le premier mois, près des deux tiers des enfants (65 %) reçoivent une alimentation de complément (liquides autres que l’eau ou solides). 124 Le tableau 8.3 présente les durées d'allaitement selon que l'enfant est exclusivement allaité ou reçoit d'autres aliments. Si on se limite à l’allaitement exclusif, la durée médiane de l'allaitement n’est que de 0,4 mois. Par contre, si l'on considère l'allaitement tout type confondu, la durée médiane est estimée à 27,7 mois et elle varie selon les caractéristiques socio-démographiques. Son niveau, estimé à 28,8 mois en milieu rural, est supérieur à celui du milieu urbain (22,8 mois). Au niveau régional, la durée médiane de l’allaitement varie de 22,8 mois à Ouagadougou à 29,2 mois dans le Centre/Sud. L'association entre la durée d'allaitement et le niveau d'instruction de la mère semble être forte, puisque la durée médiane varie de 28,5 mois chez les femmes sans instruction à 23,2 mois chez celles ayant un niveau d’instruction primaire puis à 21,2 mois chez celles ayant, au moins, un niveau d’instruction secondaire. On note, par ailleurs, que les femmes qui reçoivent l’assistance du personnel de santé allaitent moins longuement que les autres qui accouchent avec l’assistance d’accoucheuse traditionnelle ou d’autres personnes (24 mois contre, respectivement, 29,9 mois et 28,3 mois). Le tableau 8.3 présente aussi une information sur la fréquence de l'allaitement des enfants de moins de six mois. Au cours des dernières vingt-quatre heures ayant précédé l'enquête, 94 % des enfants de moins de six mois ont été allaités six fois ou plus. Par rapport aux caractéristiques socio-démographiques, les différences sont négligeables. L'introduction précoce d'une alimentation de complément a des implications particulièrement importantes sur l'état de santé et l'état nutritionnel des enfants. En marge de l'allaitement, cette pratique expose les nouveau-nés aux agents pathogènes, surtout aux maladies diarrhéiques. Par ailleurs, en recevant autre chose que le sein, les enfants sont en partie rassasiés et, compte tenu de la capacité limitée de leur estomac, ils ont tendance à moins téter, ce qui peut réduire la production de lait maternel. Cette pratique peut donc entraîner également le ralentissement de la fréquence de l'allaitement maternel qui, en diminuant la durée de l'aménorrhée post-partum, augmente le risque pour la femme de retomber enceinte. Graphique 8.1 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de trois ans EDSBF-II 1998-99 0 5 10 15 20 25 30 35 Âge en mois 0 25 50 75 100 Pourcentage Allaitement seul Allaitement et eau Al. + Compléments Non allaités 125 Tableau 8.3 Durée médiane et fréquence de l'allaitement Durée médiane de l'allaitement, de l'allaitement exclusif et de l'allaitement et eau, et pourcentage d'enfants de moins de 6 mo is qui ont été allaités six fois ou plus au cours des vingt-quatre heures ayant précédé l'interview, selon les caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________________________________________________________ Durées médianes d'allaitement _________________________________________________ Enfants de moins de 6 mois Allaitement __________________________ seul ou Pourcentage allaité allaitement 6 fois ou + dans Ensemble de Allaitement et eau Effectif les dernières Effectif Caractéristique l'allaitement seul seulement d'enfants 24 heures d'enfants ___________________________________________________________________________________________________ Sexe de l'enfant Masculin Féminin Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou+ Assistance à l'accouchement Personnel de santé Accoucheuse traditionnelle Autre ou personne Ensemble Moyenne Moyenne prévalence/incidence 27,2 0,4 0,6 1 655 94,6 331 28,2 0,4 0,6 1 647 94,2 309 22,8 0,4 0,6 345 98,4 71 28,8 0,4 0,6 2 957 93,9 569 22,8 0,4 0,6 180 97,3 41 27,0 0,4 0,6 467 88,6 94 28,3 0,4 0,5 968 95,7 184 25,4 0,4 0,6 765 93,0 145 29,2 0,4 0,5 921 96,7 175 28,5 0,4 0,6 2 999 94,3 585 23,2 0,4 0,6 212 93,0 37 21,2 0,4 0,8 91 * 18 24,0 0,4 0,6 1 065 97,4 195 29,9 0,4 0,5 1 359 93,7 273 28,3 0,4 0,5 876 92,2 172 27,7 0,4 0,6 3 302 94,4 640 26,9 1,3 4,7 - - - 27,4 0,7 4,6 - - - ___________________________________________________________________________________________________ Note : Les médianes et les moyennes sont basées sur le statut d'allaitement au moment de l'enquête. 126 Tableau 8.4 Type d'aliments selon l'âge de l'enfant Pourcentage d'enfants derniers-nés de moins de 36 mois qui sont allaités par type d'aliments reçus au cours des vingt-quatre heures ayant précédé l'interview et pourcentage de ceux utilisant un biberon, selon l'âge en mois, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ______________________________________________________________________ Aliments de complément _________________________________________ Lait Prépara- Âge maternel tion pour Autre Autres Utilise Effectif en mois seul bébé lait liquides Autre biberon d'enfants ______________________________________________________________________ 0-1 2-3 4-5 6-7 8-9 10-11 12-13 14-15 16-17 18-23 24-29 30-35 0-3 4-6 7-9 Ensemble 5,5 1,0 0,7 63,3 1,4 0,7 170 5,2 1,0 1,9 62,6 5,0 1,3 245 5,8 1,4 2,7 52,8 20,4 0,9 224 3,2 0,7 3,6 52,0 36,1 0,3 179 0,3 0,0 1,9 45,2 63,0 0,8 187 0,7 0,8 3,6 45,3 70,9 2,0 170 3,0 0,8 6,4 46,0 81,1 0,3 208 2,5 0,0 6,7 42,2 82,2 0,0 174 0,7 1,1 2,3 32,1 85,9 0,4 185 1,7 0,8 5,5 35,2 85,7 0,1 396 0,8 0,9 7,7 23,5 93,3 0,0 284 0,0 0,0 7,9 34,0 99,1 0,0 123 5,3 1,0 1,4 62,9 3,5 1,0 415 5,1 1,2 3,0 52,0 23,2 0,7 317 1,1 0,2 2,4 48,0 56,7 0,8 273 2,5 0,8 4,3 43,6 61,3 0,5 2 545 _________________________________________________________________ _____ Note : Le statut d'allaitement fait réfèrence aux dernières 24 heures. La somme des pourcentages par type d'aliments reçus par un enfant peut dépasser 100 % car un enfant peut recevoir plusieurs types d'aliments. Le tableau 8.4 fournit des informations sur les types d'aliments reçus par les enfants derniers-nés âgés de moins de trois ans qui sont toujours allaités durant les dernières vingt quatre heures. Dès 0-1 mois, 63 % des enfants reçoivent d’autres liquides en plus du lait maternel et seulement 6 % sont exclusivement allaités. Après le troisième mois (entre 4 et 5 mois), 53 % des enfants reçoivent d’autres liquides et 20 % reçoivent des solides. À 6-7 mois, ces proportions passent respectivement à 52 % et 36 %. On note, par contre que les mères burkinabè utilisent très peu le biberon (1 %). 8.2 ÉTAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS Un des objectifs de l'EDSBF-II était d'évaluer l'état nutritionnel des jeunes enfants, état résultant, à la fois, de l'histoire nutritionnelle (ancienne et récente) de l'enfant et des maladies ou infections qu'il a pu avoir. Par ailleurs, l'état nutritionnel influe, à son tour, sur la probabilité qu'a l'enfant de contracter des maladies : un enfant atteint de malnutrition chronique ou aiguë est en situation de faiblesse physique qui favorise les infections. L'état nutritionnel est évalué au moyen d'indices anthropométriques. À partir du poids, de la taille et de l'âge de l'enfant mesurés au moment de l'enquête, trois indices sont calculés : la taille par rapport à l'âge (taille-pour-âge), le poids par rapport à la taille (poids-pour-taille) et le poids par ra pport à l'âge (poids-pour-âge). 2 La référence a été établie par NCHS/CDC/WHO à partir de l'observation d'enfants américains de moins de cinq ans en bonne santé, cette référence internationale est applicable pour tous les enfants de cet âge dans la mesure où, quel que soit le groupe de population, ils suivent un modèle de croissance similaire. Les données de la population de référence internationale ont été normalisées pour suivre une distribution normale où la médiane et la moyenne sont identiques. Pour les différents indices étudiés, la comparaison de la situation dans l'enquête avec le standard international est effectuée en mesurant la proportion d'enfants observés qui se situent à moins de deux et à moins de trois écarts-type en-dessous de la médiane de la population de référence. 127 8.2.1 Indices de l'état nutritionnel des enfants Suivant les recommandations de l'OMS, l'état nutritionnel des enfants enquêtés est comparé à celui de la population de référence internationale 2 . Dans une population en bonne santé et bien nourrie, on s'attend à ce que seulement 2,3 % des enfants se situent à moins deux écarts-type (malnutr ition modérée), dont 0,1 % à moins trois écarts-type (malnutrition sévère), en-dessous de la médiane pour chacun des trois indices de nutrition. L'indice taille-pour-âge est un indice de malnutrition chronique : une taille trop petite pour un âge donné est la manifestation d'un retard de croissance. La taille-pour-âge est, en effet, une mesure des effets à long terme de la malnutrition et ne varie que très peu en fonction de la saison de la collecte des données. Un enfant qui a reçu une alimentation inadéquate et/ou qui a été malade pendant une période longue ou encore de façon répétée, peut accuser un retard de croissance staturale. Cependant, son poids a pu rester en correspondance avec sa taille réelle, donnant ainsi un indice poids-pour-taille normal : c'est pour quoi cette forme de malnutrition n'est pas toujours visible dans une population. Un enfant de trois ans présentant cette forme de malnutrition peut ressembler à un enfant de deux ans bien nourri. Les enfants pour lesquels la taille- pour-âge se situe à moins de deux écarts-type en-dessous de la médiane taille-pour-âge de la population de référence sont considérés comme petits pour leur âge et atteints de retard de croissance, ceux pour lesquels la taille-pour-âge se situe à moins de trois écarts-type en-dessous de la médiane taille-pour-âge de la population de référence sont considérés comme atteints de retard de croissance sévère. Les enfants dont le poids-pour-taille se situe à moins deux écarts-type en-dessous de la médiane poids-pour-taille de la population de référence sont considérés comme souffrant d' émaciation, ceux se situant à moins trois écarts-type sou ffrent d'émaciation sévère. L'indice poids-pour-taille reflète, en effet, la situation nutritionnelle actuelle (au moment de l'enquête). Cette forme de malnutrition est la conséquence d'une alimentation insuffisante durant la période ayant précédé l'observation, ou peut-être le résultat de maladies provoquant une perte de poids (diarrhée sévère, anorexie associée à une maladie, par exemple) : un enfant souffrant de cette forme de malnutrition est maigre ou émacié. L'indice poids-pour-taille reflète donc une situation actuelle qui n'est pas nécessairement une situation de longue durée. Cette forme de malnutr ition aiguë peut être influencée par la saison pendant laquelle s'est effectuée la collecte des données, étant donné que la plupart des facteurs susceptibles de causer un déséquilibre entre le poids et la taille de l'enfant (épidémie, sécheresse, période de soudure, etc.) sont très sensibles à la saison. Le troisième indice, le poids-pour-âge, est la combinaison des indices taille-pour-âge et poids-pour- taille. Les enfants dont le poids-pour-âge se situe à moins de deux écarts-type en-dessous de la médiane poids-pour-âge de la population de référence sont considérés comme souffrant d' insuffisance pondérale, ceux se situant à moins trois écarts-type souffrent d' insuffisance pondérale sévère. Au cours de l'enquête, tous les enfants de moins de cinq ans des femmes éligibles, devaient être pesés et mesurés : 5 286 enfants âgés de moins cinq ans répondaient à ces critères. Cependant, les résultats présentés dans ce rapport ne concernent que 72 % de ces enfants. Sont exclus des résultats : 6 % d'enfants 128 Tableau 8.5 État nutritionnel des enfants par caractéristiques socio-démographiques Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans considérés comme atteints de malnutrition par caractéristiques socio- démographiques selon les trois indices anthropométriques de l'état nutritionnel : ta ille-pour-âge, poids-pour-taille et poids-pour-âge, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ____________________________________________________________________________________________ Taille-pour-âge Poids-pour-taille Poids-pour-âge __________________ __________________ __________________ Inférieur Inférieur Inférieur Inférieur Inférieur Inférieur Caractéristique à -3ET à -2 ET 1 à -3 ET à -2 ET 1 à -3 ET à -2 ET 1 Effectif ____________________________________________________________________________________________ Âge de l'enfant (mois) < 6 6-11 12-23 24-35 36-47 48-59 Sexe de l'enfant Masculin Féminin Rang de naissance 1 2-3 4-5 6 ou plus Intervalle entre naissances Première naissance <24 mois 24-47 mois 48 mois ou plus Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction de la mère Aucun Primaire Secondaire ou + Ensemble des enfants 1,5 5,0 1,1 6,9 0,6 4,1 544 6,1 14,8 5,4 24,5 11,0 34,5 490 19,7 45,1 5,4 25,4 20,7 51,9 805 22,7 46,4 1,7 12,5 17,3 44,9 691 24,0 50,8 0,6 5,0 9,8 33,4 681 19,7 46,0 0,4 2,8 6,3 26,7 580 17,8 38,6 3,1 14,2 12,4 33,6 1 919 15,5 34,9 1,9 12,1 11,2 35,1 1 872 19,4 41,1 2,7 12,2 14,4 36,3 645 14,5 34,6 1,9 12,5 9,9 32,7 1 176 17,4 37,6 2,0 13,2 11,8 32,8 889 16,7 36,0 3,4 14,4 12,3 36,2 1 080 19,4 41,2 2,7 12,2 14,3 36,3 647 24,4 45,9 2,5 12,6 15,0 42,0 398 15,7 35,7 2,1 12,9 10,9 33,3 2 123 12,0 30,2 3,5 15,2 10,1 31,1 623 8,4 22,7 1,4 9,6 4,5 22,3 469 17,8 38,8 2,6 13,7 12,8 36,0 3 322 6,2 20,9 0,9 10,3 4,6 20,9 246 16,3 36,7 3,3 16,6 13,8 36,8 438 14,5 35,5 2,3 12,4 10,4 32,9 896 20,6 40,0 2,5 11,7 13,5 36,2 1 038 17,1 38,4 2,6 14,3 12,1 35,7 1 172 17,3 38,0 2,6 13,5 12,5 35,6 3 399 12,8 31,7 1,9 11,0 7,7 27,4 277 5,0 12,8 0,0 6,8 1,6 14,4 115 16,6 36,8 2,5 13,2 11,8 34,3 3 791 ____________________________________________________________________________________________ Note : Chaque indice est exprimé en terme de nombre d'unités d'écart type (ET) par ra pport à la médiane de la Population de Référence Internationale du NCHS/CDC/OMS. Les enfants sont atteints de malnutrition s'ils se trouvent à moins de -2 ET (-2 ET et -3 ET) de la médiane de la population de référence. 1 Les enfants qui se situent en-dessous de -3 ET sont inclus dans cette catégorie. 130 Du point de vue du rang de naissance de l'enfant, la prévalence du retard de croissance est plus importante chez les naissances de rang 1 que chez celles de rang supérieur (41 % chez les enfants de rang 1 contre 35 % chez les enfants de rang 2-3). On note également que la malnutrition chronique touche beaucoup plus les enfants qui suivent leur aîné à moins de 24 mois (46 %) que ceux qui le suivent à 24-47 mois (36 %) ou à 48-59 mois (30 %). Plus l’intervalle intergénésique est long, moins l’enfant souffre de malnutrition. Au niveau du milieu de résidence, le retard de croissance est nettement plus important en milieu rural (39 %) qu’en milieu urbain (23 %). Du point de vue régional, le retard de croissance atteint son maximum dans la région de l’Ouest (40 %), suivi de la région du Centre/Sud (38 %). À l’exception de Ouagadougou (21 %), le retard de croissance concerne plus du tiers des enfants dans toutes les régions. L’instruction semble contribuer à une réduction du retard de croissance qui, estimé à 38 % lorsque la mère est sans instruction, passe à 32 % lorsque la mère a un niveau d'instruction primaire, et chute à 13 % lorsqu'elle a le niveau d’instruction secondaire ou plus (graphique 8.3). Émaciation Le tableau 8.5 fournit également les proportions d'enfants atteints d'émaciation ou de malnutrition aiguë, exprimée au moyen de l'indice poids- pour-taille. Dans l'ensemble, 13 % des enfants sont émaciés, dont 3 % sous une forme sévère : ces proportions sont respectivement 6 fois et 30 fois plus élevées que celles attendues dans une population en bonne santé et bien nourrie. Du point de vue de l'âge (graphique 8.2), ce sont les enfants de 6-23 mois qui sont les plus atteints (25 % contre 7 % chez les enfants de moins 6 mois et 3 % chez les enfants de 48 mois ou plus). À partir de 24 mois, on note, en effet, une baisse régulière de l’émaciation qui atteint 13 % chez les enfants de 24-35 mois, puis 5 % chez ceux de 35-47 mois et, enfin, 3 % chez ceux de 48 mois ou plus. Le niveau élevé de l’émaciation du groupe d'âges 6-23 mois peut être associé au fait que ce groupe d’âges correspond à un stade du développement où les enfants sont Graphique 8.3 Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans présentant un retard de croissance EDSBF-II 1998-99 RÉSIDENCE Urbain Rural RÉGION Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + 0 10 20 30 40 Pourcentage Note: Taille-pour-âge inférieure à -2 ET de la médiane de la population de référence 131 particulièrement e xposés aux agents pat hogènes comme l'indique la forte prévalence de la diarrhée dans ces groupes d'âges (voir Chapitre 7 - Santé de la mère et de l'enfant). Selon le sexe de l’enfant, les variations de l’émaciation sont faibles. De même, selon le rang de naissance et l’intervalle entre naissance, les variations sont peu importantes. La malnutrition aiguë est un peu moins forte en milieu urbain (10 %) qu'en milieu rural où elle atteint 14 % des enfants. Au niveau régional, la malnutrition aiguë est plus importante dans la région du Nord (17 %) que dans les autres régions, en particulier à Ouagadougou (10 %). Concernant l’instruction de la mère, on note que les enfants dont la mère a, au moins, le niveau d’instruction secondaire se tr ouvent toujours dans une me illeure situation (7 % contre 14 % lorsque la mère n’est pas instruite). De même, les enfants dont la mère a seulement le niveau d’instruction primaire sont moins touchés par la malnutrition aiguë (11 %) que ceux dont la mère n’est pas instruite. Insuffisance pondérale Le poids-pour-âge est un indice qui reflète, chez l'enfant, les effets combinés du retard de croissance et de l'émaciation. C'est la mesure la plus utilisée par les services de santé pour le suivi de la croissance pondérale, mais sa valeur en tant qu'indice est limitée quand il n'existe qu'une seule mesure dans le temps. Il est présenté ici essentiellement pour permettre des comparaisons avec les résultats des études ou des suivis nutritionnels des enfants qui utilisent cette mesure. Comme le poids-pour-taille, le poids-pour-âge est sensible aux variations saisonnières. Plus du tiers (34 %) des enfants de moins de cinq ans présentent une insuffisance pondérale, dont 12 % sous une forme sévère (tableau 8.5). Comme l'état nutriti onnel mesuré au moyen de cet indice rend compte à la fois, des formes chroniques et aiguës de la malnutrition, les variations du poids-pour-âge selon les différentes caractéristiques socio-démographiques suivent les mêmes tendances que celles observées pour le poids-pour-taille et surtout celles observées pour la ta ille-pour-âge. Es timée à 4 % chez les enfants de moins de 6 mois, l’insuffisance pondérale atteint plus du tiers des enfants de 6-11 mois (35 %) et plus de la moitié des enfants de 12-23 mois (52 %). Toutefois, à partir de 24 mois, elle baisse pour atteindre 45 % des enfants de 24-35 mois, puis le tiers de ceux de 36-47 mois et, enfin, 27 % de ceux de 48 mois ou plus. Toutefois, par rapport au sexe de l’enfant, les variations sont faibles. De même, du point de vue du rang de naissance de l'enfant, l’insuffisance pondérale semble peu varier. Par contre, l’insuffisance pondérale touche plus les enfants qui suivent leur aîné à moins de 24 mois (42 %) que ceux qui le suivent à 24-47 mois (33 %) ou à 48 mois ou plus (31 %). Le pourcentage d'enfants qui souffrent d'insuffisance pondérale atteint 36 % en milieu rural contre 22 % en milieu urbain. Du point de vue régional, à l’exception de la capitale Ouagadougou (21 %), les variations sont faibles et l’insuffisance pondérale concerne plus de 32 % des enfants dans toutes les régions. Lorsque la mère est sans instruction, l'insuffisance pondérale est estimée à 36 %; celle-ci atteint 27 % chez les enfants dont la mère a un niveau d'instruction primaire, et 14 % chez les enfants dont la mère a un niveau d'instruction secondaire ou plus. 8.3 ÉTAT NUTRITIONNEL DES MÈRES L'état nutritionnel des femmes est un des déterminants de la mortalité maternelle, du bon déroulement des grossesses ainsi que de leur issue. Il influence aussi la morbidité et la mortalité des jeunes enfants. Plusieurs indices peuvent être utilisés pour mesurer l'état nutriti onnel des mères (Krasovec et Anderson, 1991). Dans le cadre de l'EDSBF-II, on a collecté des données sur le poids et la taille des femmes ayant des enfants âgés de moins de cinq ans. Il faut préciser ici que les données anthropométriques n'ont pas 132 Tableau 8.6 Indicateurs anthropo- métriques de l'état nutritionnel des mères Distribution (en %), moyenne et écart type de la taille, du poids et de l'Indice de masse Corporelle (IMC) pour les femmes ayant eu, au moins, une naissance durant les cinq années ayant précédé l'enquête, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________ Indicateur Total ________________________________ Taille des femmes (cm) 140,0-144,9 145,0-149,9 150,0-154,9 155,0-159,9 160,0-164,9 165,0-169,9 170,0-174,9 175,0-179,9 >= 180,0 ND Total Effectif de femmes Taille moyenne Écart type Poids des femmes (kg) 35,0-39,9 40,0-49,9 50,0-59,9 60,0-69,9 >= 70,0 ND Total Effectif de femmes Poids moyen Écart type IMC des femmes (kg/m2) 12,0-15,9 (Sévère) 16,0-16,9 (Modéré) 17,0-18,4 (Léger) 18,5-20,4 (Normal) 20,5-22,9 (Normal) 23,0-24,9 (Normal) 25,0-26,9 (Surpoids) 27,0-28,9 (Surpoids) 29,0-29,9 (Surpoids) >= 30,0 (Obèse) ND Total Effectif de femmes IMC moyen Écart type 0,3 1,7 10,1 26,1 31,2 20,0 6,3 1,2 0,2 2,9 100,0 4 099 161,6 5,9 0,9 26,3 50,3 16,5 3,4 2,6 100,0 3 380 54,6 8,0 0,6 2,1 10,2 33,2 37,1 8,3 3,1 1,1 0,4 0,9 3,0 100,0 3 380 20,9 2,6 été collectées pour les femmes qui n'ont pas eu d'enfants pendant les cinq années ayant précédé l'enquête; ceci implique que les groupes les moins féconds, en particulier les femmes de 15-19 ans et de 45-49 ans, sont sous-représentés. Le tableau 8.6 donne la répartition, la moyenne et l'écart-type de trois indices anthropométriques concernant les femmes : il s'agit de la taille, du poids et de l'indice de masse corporelle (IMC). Ce dernier indice est calculé à partir de la taille et du poids. Bien que la taille puisse varier dans les populations à cause de facteurs génétiques, il existe une association entre la taille et le statut socio-économique. En outre, d'un point de vue anatomique, la largeur du bassin est fonction de la taille des femmes : les femmes de petites tailles sont donc plus susceptibles d'avoir des complications pendant la grossesse et surtout pendant l'accouchement. Elles sont aussi plus susceptibles de concevoir des enfants de faible poids. Bien que la taille critique en-deçà de laquelle une femme peut être considérée à risque varie selon les populations, on admet généralement que cette taille se situe entre 140 et 150 centimètres. Les résultats du tableau 8.6 montrent que la taille des femmes burkinabè âgées de 15-49 ans, ayant eu une naissance dans les cinq dernières années, se situe nettement au- dessus de l'intervalle mentionné : elle est, en moyenne, de 161,6 centimètres (écart-type de 5,9 centimètres). Seulement 0,3 % des mères ont une taille inférieure à 145 centimètres et 2 % ont une taille comprise entre 145 et 150; enfin, 98 % des femmes ont une taille supérieure à 150 centimètres. Le faible poids des femmes est un facteur de risque important pour le déroulement et l'issue de la grossesse. Le poids moyen des femmes burkinabé âgées de 15-49 ans ayant eu un enfant durant les cinq dernières années est de 54,6 kilos; 27 % d'entre elles ont un poids inférieur à 50 kilos et 3 % ont un poids égal ou supérieur à 70 kilos. Cependant, le poids étant très variable selon la taille, il est préférable de s'intéresser à un indice tenant compte de cette relation. L'Indice de Masse Corporelle (IMC) ou encore indice de Quételet est le plus souvent utilisé pour exprimer la relation poids/taille : il permet de mettre en évidence le manque ou l'excès de poids en contrôlant la taille et, en outre, il présente l'avantage de ne pas nécessiter l'utilisation de tables de référence comme c'est le cas pour le poids- pour-taille. L'IMC est calculé en divisant le poids (en kilos) par le carré de la taille (kg/m 2 ). Pour indiquer une déficience énergétique chronique (ou une malnutrition aiguë), on utilise généralement comme seuil la valeur 18,5. À l'opposé, pour indiquer un surpoids, le seuil récemment établi (James et al., 1988) est de 24 ou plus. La valeur moyenne de l'IMC chez les femmes burkinabé de 15-49 ans non enceintes ayant eu, au moins, un enfant au cours des cinq dernières années est de 20,9 (tableau 8.6); 13 % des femmes ont un indice se situant en-deçà du seuil critique et présentent donc une déficience énergétique chronique. Par contre, 6 % des femmes ont un indice très élevé (25 ou plus) et entre sans équivoque dans la catégorie des surpoids. 133 Tableau 8.7 Indicateurs anthropométriques des mères par caractéristiques socio-démographiques Pour les mères d'enfants de moins de cinq ans, taille moyenne et pourcentages de celles dont la taille est inférieure à 145 centimètres, Indice de Masse Corporelle (IMC) moyen et pourcentages de celles dont l'IMC est inférieur à 18,5, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _____________________________________________________________________________ Taille Poids-pour-taille 1 ___________________________ __________________________ Pour- IMC Pour- Effectif centage Effectif moyen centage de Caractéristique Moyenne <145 cm de mères (kg/m²) <18,5 mères _____________________________________________________________________________ Âge de la femme 15-19 20-24 25-29 30-34 35-49 Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouaga dougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou + Ensemble 161,3 0,0 279 20,5 11,7 225 161,5 0,5 942 20,8 11,9 742 161,3 0,5 928 20,9 13,7 756 161,8 0,3 712 21,0 14,6 599 161,8 0,1 1 118 21,0 13,6 958 162,5 0,2 451 22,6 9,0 405 161,5 0,3 3 529 20,7 13,9 2 873 162,2 0,0 230 22,7 10,6 208 162,1 0,3 569 20,9 10,8 463 161,4 0,5 1 160 20,5 16,4 948 161,4 0,0 913 21,1 10,4 751 161,5 0,4 1 108 20,7 14,2 909 161,5 0,3 3 601 20,7 13,7 2 956 161,9 0,4 266 21,9 11,3 216 164,2 0,0 112 23,7 4,6 107 161,6 0,3 3 979 20,9 13,3 3 279 _____________________________________________________________________________ 1 Sont exclues les femmes enceintes et celles ayant eu un enfant dans les deux mois ayant précédé l'enquête. Le tableau 8.7 présente les tailles moyennes et les pourcentages de femmes dont la taille est inférieure à 145 cen timètres, les IMC moyens et les pourcentages de femmes dont l'IMC est inférieur à 18,5, selon certaines caractéristiques socio-démographiques. La taille moyenne varie peu selon l’âge des femmes (161,3 cm chez les femmes de 15-19 ans contre 161,8 cm chez les femmes de 30 ans ou plus). De même, l’IMC moyen varie peu selon l’âge des femmes (20,5 chez les femmes de 15-19 ans contre 21 chez celles de 30 ans ou plus). 134 Au niveau du milieu de résidence, on note que les femmes du milieu urbain ont une taille un peu plus élevée (162,5 cm) que celle des femmes du milieu rural (161,5 cm). Elles ont également un indice IMC plus élevé (22,6 contre 20,7 en milieu rural). Au niveau régional, les femmes de Ouagadougou et du Nord ont la taille moyenne la plus élevée (respectivement, 162,2 cm et 162,1 contre 161,4 cm dans les autres régions). Ouagadougou détient également l’IMC le plus élevé (22,7 contre 20,5 à l’Est). Selon le niveau d'instruction, les femmes ayant le niveau d’instruction secondaire ou plus ont une taille plus élevée (164,2 cm) que les femmes sans instruction ou ayant uniquement le niveau d’instruction primaire (respectivement 161,5 cm et 161,9 cm). De même, leur IMC est plus élevé (23,7 contre, respectivement, 20,7 et 21,9. 135 CHAPITRE 9 MORTALITÉ DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS Gora Mboup Le niveau de mortalité des enfants est considéré comme un des meilleurs indicateurs du niveau de développement d'une population. Il est, en effet, l’une des composantes de l'indice du développement humain (IDH) élaboré par les Nations Unies. Les résultats fournis par l'EDSBF-II seront utiles pour la mise en place des programmes de santé et de développement socio-économique. Ces résultats concernent les niveaux, tendances et caractéristiques de la mortalité des enfants selon la résidence et l'instruction des mères, le suivi des grossesses et l'assistance à l'accouchement, et selon certaines caractéristiques du comportement reproductif (l'âge de la mère à la naissance de l'enfant, le rang de naissance et l'intervalle entre naissances). 9.1 MÉTHODOLOGIE Les indicateurs de mortalité présentés dans ce chapitre sont calculés à partir d'informations sur l'historique des naissances recueillies dans le questionnaire individuel femme. Comme indiqué au Chapitre 3, l'enquêtrice demandait à la femme de fournir la liste de ses naissances en précisant le sexe, l'âge, l'état de survie et, en cas de décès, l'âge au décès (au jour près pour les d écès de moins de un mois, au mois près pour ceux de moins de deux ans, et en années pour les décès survenus à deux ans ou plus). Les indicateurs suivants sont calculés à partir de ces informations : quotient de mortalité néonatale (NN) : mesure à la naissance, la probabilité de décéder avant d'atteindre un mois exact; quotient de mortalité post-néonatale (PNN) : mesure, chez les enfants âgés d'un mois exact, la probabilité de décéder avant d'atteindre le douzième mois exact; quotient de mortalité infantile (1q0) : mesure, à la naissance, la probabilité de décéder avant d'atteindre le premier anniversaire (le terme taux de mortalité infantile sera aussi utilisé pour désigner le quotient de mortalité infantile); quotient de mortalité juvénile (4q1) : mesure, chez les enfants âgés d'un an exact, la probabilité de décéder avant d'atteindre le cinquième anniversaire; quotient de mortalité infanto-juvénile (5q0) : mesure, à la naissance, la probabilité de décéder avant d'atteindre le cinquième anniversaire. L'estimation de la mortalité à partir de l'historique des naissances présente à la fois des limites d'ordre méthodologique et des risques d'erreurs d'enregistrement. La collecte des informations auprès de personnes vivantes au moment de l'enquête (ici les femmes de 15-49 ans), ne donne aucune information sur la survie ou le décès d'enfants dont la mère est actuellement décédée. Dans le cas où ces enfants, orphelins de mère, seraient en nombre important et où leur mortalité serait différente des enfants dont la mère est en vie (ce qui est certainement le cas), les niveaux de mortalité s'en trouveraient affectés. Toutefois, en limitant la collecte des données aux seules femmes de 15-49 ans, les informations découlant de l'historique des naissances ne sont pas complètement représentatives des différents intervalles de la période passée. Si, pour 136 les cinq années précédant l'enquête, la presque totalité des naissances (et de la mortalité infanto-juvénile qui peut s'ensuivre) sont issues de femmes de 15-49 ans à l'enquête, il n'en est pas de même pour les intervalles plus anciens : pour la période 10-14 ans avant l'enquête, aucune information sur les naissances issues des femmes de 40-49 ans à cette époque n'est disponible. Du point de vue de la collecte proprement dite, la validité des données peut être affectée par : - le sous-enregistrement des événements, en particulier l'omission d'enfants qui meurent très jeunes, quelques heures ou jours après la naissance; - les déplacements différentiels des dates de naissance des enfants, selon qu'ils sont vivants ou décédés; - l'imprécision des déclarations d'âge au décès, en particulier l'attraction des 12 mois comme âge au décès, en transformant une partie des décès de jeunes enfants (moins de 12 mois) en décès d'enfants plus âgés (12 à 59 mois), peut, à la fois, engendrer une sous-estimation de la mortalité infantile et une surestimation de la mortalité juvénile, sans pour autant modifier le niveau de la mortalité infanto-juvénile. Par rapport à ces problèmes de collecte, Sullivan et al. (1990) ont montré que les limites méthodologiques inhérentes à l'historique des naissances et les risques d'erreurs ou d'imprécisions de collecte n'induisent en général qu'une très faible marge d'erreur dans les mesures des événements récents. Dans le cadre de ce rapport, on n'a donc procédé à aucun ajustement qui nécessiterait, au préalable, une évaluation détaillée de la qualité des données de l'historique des naissances. Étant donné que plus la période de référence est éloignée de la date de l'enquête, plus le risque d'imprécision est important, l'interprétation des changements survenus dans les niveaux de mortalité peut donc en être affectée. Aussi, pour les périodes éloignées de la date de l'enquête, nous avons calculé les quotients de mortalité sur une base décennale. 9.2 NIVEAUX ET TENDANCES Le tableau 9.1 présente les différents quotients de mortalité (néonatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infanto-juvénile) pour les vingt-cinq dernières années, selon cinq périodes quinquennales. Durant la période quinquennale la plus récente, 1993 à 1998-99, sur 1 000 naissances, 105 décèdent avant leur premier anniversaire (41 ‰ entre 0 et 1 mois et 65 ‰ entre 1 et 12 mois); sur 1000 enfants âgés d'un an, 127 n’atteignent pas leur cinquième anniversaire. Finalement, sur 1000 naissances, 219 décèdent avant leur cinquième anniversaire. Comparé au niveau atteint par les autres pays du programme de SFPS, le niveau de mortalité infantile observé au Burkina Faso (105 ‰) est plus élevé que celui observé au Cameroun et au Togo où il est respectivement de 77 ‰ et 80 ‰. Durant la première année de vie de l’enfant, la situation du Burkina Faso est similaire à celle de la Côte d’Ivoire ( 112 ‰), mais elle est me illeure que celle du Niger où sur 1000 naissances 123 décèdent avant d'atteindre l'âge d'un an. Par ra pport à la Côte d’Ivoire, il faut noter que si les niveaux de mortalité sont similaires durant la première année de vie, après le premier anniversaire, les enfants burkinabé ont moins de chance que les enfants ivoiriens d’atteindre le cinquième anniversaire (127 ‰ contre 78 ‰). Enfin, au cours des cinq premières années de vie, les enfants burkinabè ont un risque plus élevé de décéder que les enfants ivoiriens (219 ‰ contre 181 ‰). 138 Tableau 9.2 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mère Quotients de mortalité néonatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infanto-juvénile pour la période de 10 ans précédant l'enquête, par caractéristiques socio-démographiques de la mère, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________________________________ Mortalité Mortalité Mortalité post- Mortalité Mortalité infanto- néonatale néonatale infantile juvénile juvénile Caractéristique (NN) (PNN) ( 1q 0 ) (4q 1 ) (5q 0 ) ________________________________________________________________________ Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction de la mère Aucun Primaire Secondaire ou plus Soins prénatals et assistance à l'accouchement1 Ni l'un ni l'autre L'un ou l'autre Les deux Ensemble 30,9 36,5 67,4 66,2 129,1 45,1 68,1 113,2 137,1 234,7 33,5 36,2 69,7 68,2 133,2 47,5 50,9 98,4 151,9 235,3 41,8 66,0 107,8 142,1 234,6 44,5 67,8 112,2 101,0 201,9 44,8 73,9 118,7 139,1 241,3 43,8 66,3 110,2 134,3 229,7 41,3 52,7 94,0 83,9 170,0 (43,1) (35,3) (78,5) (23,3) (100,0) 50,9 77,3 128,2 - - 31,9 60,5 92,4 - - 38,2 54,5 92,7 - - 43,7 65,0 108,6 129,5 224,1 ________________________________________________________________________ Note : Les quotients calculés sur 250-499 cas figurent entre parenthèses. 1 Quotients pour la période de 5 ans pr écédant l'enquête caractéristiques de la mère, à savoir la région et le milieu de résidence, le niveau d'instruction, ainsi que les soins prénatals et l’assistance à l'accouchement. Les risques de décéder avant l'âge de cinq ans présentent des écarts importants selon le milieu de résidence (graphique 9.2). La mortalité, surtout infantile, est nettement moins élevée en milieu urbain (67 ‰) qu'en milieu rural (113 ‰). En outre, on peut noter que la mortalité post-néonatale des enfants du milieu urbain est de 1,8 fois inférieure à celle des enfants du milieu rural (37 ‰ contre 68 ‰); en ce qui concerne la mortalité néonatale, les différences sont moins importantes (31 ‰ contre 45 ‰). Après le premier anniversaire, les différences de mortalité selon le milieu de résidence demeurent importantes : en milieu urbain, sur 1 000 naissances survivantes au premier anniversaire, 66 décèdent avant le cinquième anniversaire. En milieu rural 137 n'atteignent pas le cinquième anniversaire. Dans l'ensemble, la mortalité infanto-juvénile est moins importante en milieu urbain (129 ‰) qu'en milieu rural (234 ‰). L'amélioration des conditions sanitaires et l'accessibilité aux services de santé dans les zones urbaines expliqueraient ces différences de mortalité. 139 Au niveau régional, on note qu’à l’exception de la capitale Ouagadougou, toutes les régions se caractérisent par des niveaux de mortalité infantile et juvénile relativement élevés, généralement supérieur à 100 ‰. La mortalité infantile varie de 98 ‰ dans la région Nord à 118 ‰ dans celle du Centre/Sud. Concernant la mortalité juvénile, elle varie de 101 ‰ dans la région Ouest à 152 ‰ dans la région Nord. Selon le niveau d'instruction de la mère, on constate que la mortalité néonatale ne varie pratiquement pas. Par contre, la mortalité post-néonatale est nettement moins importante chez les enfants dont la mère a le niveau d’instruction secondaire ou plus ou a uniquement le niveau d’instruction primaire que chez ceux dont la mère est sans instruction (respectivement, 35 ‰ et 53 ‰ contre 66 ‰). En somme, un enfant dont la mère est sans instruction a une probabilité de mourir avant le premier anniversaire nettement supérieure à celle d'un enfant dont la mère a le niveau d'instruction primaire ou le niveau secondaire ou plus (110 ‰ contre 94 ‰ et 79 ‰). Cette différence de mortalité devient nettement plus importante pour la période juvénile (134 ‰ contre respectivement 84 ‰ et 23 ‰). Finalement, la probabilité de mourir avant cinq ans est de 230 ‰ pour les enfants dont la mère n'a aucun niveau d'instruction, et de 170 ‰ lorsque celle-ci a atteint le niveau primaire et 100 ‰ lorsque celle-ci a, au moins, le niveau secondaire. Les meilleures conditions de vie, d'hygiène et d'alimentation, mais surtout le recours plus important des femmes instruites aux services de santé (leurs enfants sont plus vaccinés que les enfants dont la mère est sans instruction) pourraient expliquer l'essentiel de ces différences de mortalité (voir Chapitre 7 - Santé de la mère et de l'enfant). Comme l'indique le tableau 9.2, lorsque la mère n'a fait aucune visite prénatale pendant sa grossesse et n'a pas été assistée par du personnel médical lors de l'accouchement, son enfant court un risque de décéder de 128 ‰ avant d'atteindre son premier anniversaire, contre 92 ‰ pour un enfant dont la mère a été en consultation prénatale et/ou a été assistée lors de l'accouchement. Ainsi le suivi de la grossesse et les conditions de l'accouchement sont-ils complémentaires pour jouer un rôle essentiel sur les niveaux de mortalité néonatale et post-néonatale. La mortalité post-néonatale est influencée par des causes exogènes, telles que les maladies infectieuses, les conditions d'hygiène et l'alimentation, etc. alors que la mortalité néonatale est influencée, en grande partie, par des causes endogènes (malformations et maladies congénitales, etc.). Toutefois, les femmes qui ont le meilleur suivi de grossesse et qui accouchent dans les Graphique 9.2 Mortalité infantile et juvénile selon les caractéristiques de la mère EDSBF-II 1998-99 RÉSIDENCE Urbain Rural RÉGION Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + 0 20 40 60 80 100 120 140 160 Décès pour 1 000 Mortalité Infantile (1q0) Juvénile (4q1) 140 Tableau 9.3 Mortalité des enfants par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants Quotients de mortalité néonatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infanto-juvénile pour la période de 10 ans précédant l'e nquête, par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _______________________________________________________________________ Mortalité Mortalité Mortalité post- Mortalité Mortalité infanto- Caractéristique néonatale néonatale infantile juvénile juvénile démographique (NN) (PNN) ( 1q 0 ) (4q 1 ) (5q 0 ) _______________________________________________________________________ Sexe Masculin Feminin Âge de la mère à la naissance Moins de 20 ans 20-29 ans 30-39 ans 40-49 ans Rang de naissance 1 2-3 4-6 7 ou plus Intervalle avec la naissance précédente Moins de 2 ans 2-3 ans 4 ans ou plus Taille à la naissance1 Très petit ou petit Moyen ou gros Ensemble 51,8 64,3 116,1 130,9 231,8 35,2 65,7 100,9 128,1 216,1 68,3 73,9 142,2 143,2 265,1 40,2 65,8 105,9 130,0 222,1 34,6 59,8 94,4 121,3 204,3 52,4 55,7 108,1 124,1 218,8 67,5 76,8 144,3 130,6 256,0 40,2 54,4 94,6 125,1 207,9 30,3 66,7 97,0 133,9 217,9 50,3 67,5 117,8 127,4 230,2 63,5 91,1 154,6 164,8 293,9 32,7 58,5 91,2 127,8 207,4 20,3 27,8 48,1 62,1 107,2 76,2 76,2 152,4 - - 33,6 62,6 96,2 - - 43,7 65,0 108,6 129,5 224,1 _______________________________________________________________________ Note : Les quotients calculés sur 250-499 cas figurent entre parenthèses. 1 Quotients pour la période de cinq ans pr écédant l'enquête meilleures conditions sont aussi les femmes les plus instruites ou résidant dans les zones urbaines (voir Chapitre 7 - Santé de la mère et de l'enfant). Les résultats présentés ci-dessus permettent ainsi de conclure que l'environnement socio-économique des mères apparaît comme un facteur déterminant de la mortalité des enfants. Le tableau 9.3 et le graphique 9.3 présentent également les quotients de mortalité pour la période de dix ans précédant l'enquête selon certaines caractéristiques biologiques des mères et des enfants. Entre la naissance et le cinquième anniversaire, la mortalité des enfants de sexe masculin est, comme dans la majorité des populations, légèrement plus élevée que celle des enfants de sexe féminin : à la naissance, sur 1 000 garçons, 116 n'atteignent pas le premier anniversaire contre 101 pour 1 000 filles. L'essentiel de cet écart se produit durant le premier mois d'existence où 52 garçons pour mille et 35 f illes pour 1 000 décèdent. Au niveau juvénile, les écarts sont négligeables (131 ‰ contre 128 ‰). 141 Au moment de l'enquête, on a demandé à la mère de fournir une évaluation de la grosseur de son enfant à la naissance (est-ce qu'à la naissance, l'enfant était très petit, pe tit, moyen ou gros). Ainsi, le tableau 9.3 fournit les niveaux de mortalité selon la grosseur de l'enfant à la naissance. Il apparaît que les bébés pe tits ou très petits (dont les prématurés) ont une mortalité infantile beaucoup plus élevée que les bébés moyens ou gros (152 ‰ contre 96 ‰). La probabilité de décéder durant le premier mois est pratiquement deux fois plus élevée chez les enfants très petits ou petits que parmi les enfants moyens ou gros (76 ‰ contre 34 ‰). Toutefois, après le seuil critique des 30 premiers jours, les différences de mortalité se réduisent considérablement. En effet, les probabilités de décès post-néonatals sont de 76 ‰ chez les enfants petits ou très petits, contre 63 ‰ chez les enfants moyens ou gros. Les trois autres caractéristiques présentés au tableau 9.3 et au graphique 9.3 concernent le comportement procréateur (âge de la mère à la naissance de l'enfant, rang de naissance et intervalle entre naissances). Du point de vue de l'âge de la mère, les risques de décéder les plus élevés sont observés chez les enfants nés de mères adolescentes (moins de 20 ans) : en ce qui concerne la mortalité infantile, le taux est de 142 ‰ contre 106 ‰ et 94 ‰ pour, respectivement, les enfants de mère âgée de 20-29 ans et ceux de mère âgée de 30-39 ans. En particulier, le risque de décéder en période néonatale est nettement plus élevé pour un enfant né d'une mère âgée de moins de 20 ans que pour un enfant né d'une mère appartenant au groupe d'âges 20-29 ans ou 30-39 ans (68 % contre, respectivement, 40 % et 35 ‰). Au niveau post- néonatal, les écarts sont considérablement réduits. Graphique 9.3 Mortalité infantile et comportement en matière de procréation EDSBF-II 1998-99 ÂGE DE LA MÈRE Moins de 20 ans 20-29 ans 30-39 ans 40-49 ans RANG DE NAISSANCE 1 2-3 4-6 7 ou plus INTERVALLE ENTRE NAISSANCES < 2 ans 2-3 ans 4 ans ou plus 0 20 40 60 80 100 120 140 160 Décès pour 1 000 142 Selon le rang de naissance, les quotients de mortalité infantile très élevés pour le rang 1 (144 ‰), baissent nettement pour les rangs suivants (95 ‰ et 97 % pour, respectivement, les rangs 2-3 et 4-6) pour augmenter à nouveau pour les enfants de rangs les plus élevés (118 ‰ pour les rangs 7 ou plus). La même tendance s'observe lorsqu'on considère seulement la mortalité néonatale : elle est de 68 ‰ pour le rang 1, baisse jusqu'à 40 ‰ pour les rangs 2-3 puis à 30 ‰ pour les rangs 4-6, et remonte ensuite à 50 ‰ pour les rangs 7 ou plus. Par ailleurs, la durée de l'intervalle intergénésique apparaît comme étant le facteur qui influe le plus nettement sur les niveaux de mortalité des enfants. Les intervalles très courts, qui sont supposés réduire chez la femme le degré de récupération des capacités physiologiques, entraînent une mortalité néonatale (64 ‰) de près deux fois et plus de trois fois plus élevée que celle estimée pour les naissances qui suivent leur aîné de 2-3 ans ou 4 ans ou plus (respectivement, 33 ‰ et 20 ‰). Les différences de mortalité post-néonatale sont aussi prononcées (91 ‰ lorsque l'intervalle est inférieur à 24 mois, contre 59 ‰ lorsqu'il est entre 2-3 ans et 28 ‰ lorsqu'il est supérieur ou égal à 4 ans). Globalement, la mortalité infantile, estimée à 155 pour 1 000 naissances survenues à moins de 24 mois de leur aîné, passe à 91 ‰ et à 48 ‰, lorsque les naissances surviennent, respectivement, 2-3 ans et 4 ans ou plus après leur aîné. Après le premier anniversaire, les différences de mortalité se réduisent, entre les deux premières catégories (165 ‰, contre, respectivement, 128 et 62 ‰). La mortalité différentielle selon ces trois dernières caractéristiques met en évidence les risques importants que fait courir aux enfants une fécondité élevée, caractérisée surtout par des naissances précoces et des intervalles intergénésiques courts. Le tableau 9.4 présente une classification des naissances des cinq dernières années selon les catégories à hauts risques auxquelles elles correspondent : - les naissances de rang 1, qui présentent un risque plus élevé de mortalité; - les naissances issues de mères appartenant à une autre catégorie à haut risque unique : âge de procréation précoce (moins de 18 ans) ou tardif (après 35 ans), intervalle intergénésique court (moins de 24 mois) et rang élevé de naissance (supérieur à 3); - les naissances correspondant à une combinaison de catégories de risque selon l'intervalle intergénésique, le rang de naissance, l'âge de la mère à la naissance; - et, enfin, les naissances ne correspondant à aucune catégorie à hauts risques définies ci- dessus. À la lecture du tableau 9.4, il ressort que 23 % des naissances des cinq années ayant précédé l'enquête ne correspondent à aucune catégorie à haut risque identifié, 12 % corres pondent à des risques élevés parce qu'elles sont de rang 1, 39 % correspondent à d'autres catégories à haut risque unique et 25 % correspondent à des catégories à hauts risques multiples. Dans l'ensemble, près des deux tiers des enfants courent (64 %) un risque de décéder plus élevé parce qu'ils sont nés de mère trop jeune (moins de 18 ans), ou trop âgée (35 ans ou plus), ou ils sont de rang élevé (4 ou plus) ou ils sont nés à moins de 24 mois après leur aîné. Pour évaluer le risque supplémentaire de décéder que font courir aux enfants certains comportements procréateurs des mères, on a calculé des rapports de risque , en prenant comme référence les naissances n'appartenant à aucune catégorie à hauts risques. Le rapport de risque est donc le rapport de la proportion d'enfants décédés dans chaque catégorie à hauts risques, à la proportion d'enfants décédés dans la catégorie sans haut risque. 143 Tableau 9.4 Comportement procréateur à hauts risques Répartition (en %) des enfants nés au cours des cinq années ayant précédé l'e nquête, rapport de risque, et répartition (en %) des femmes actuellement en union, à risque de concevoir un enfant à hauts risques de mortalité, selon les catégories à hauts risques de mortalité, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _________________________________________________________________________________ Naissances dans les 5 dernières années Pourcentage _______________________ de femmes Pourcentage Rapport actuellement Catégories à hauts risques de naissances de risque en union 1 _________________________________________________________________________________ Dans aucune catégorie à haut risque Haut risque inévitable Rang (RG) 1 et âge >=18 ans Un seul haut risque Âge < 18 ans Âge > 34 ans Intervalle intergénésique (IN) < 24 mois RG > 3 Ensemble des hauts risques simples Hauts risques multiples Âge < 18 et IN < 24 Âge > 34 et RG > 3 IN < 24 et RG > 3 Âge > 34 et IN < 24 et RG > 3 Ensemble des hauts risques multiples Ensemble des catégories à risques Total Effectif 23,3 1,00 15,6 a 12,4 1,53 5,8 5,8 1,71 1,0 0,3 * 1,9 4,6 1,23 9,1 28,6 0,97 17,8 39,2 1,10 29,8 0,7 (1,67) 0,4 15,5 0,99 27,9 6,8 2,00 12,9 2,0 1,83 7,5 25,1 1,35 48,8 64,3 1,20 78,6 100,0 - 100,0 6 218 - 5 181 _________________________________________________________________________________ Note : Le rapport de risque est le rapport de la proportion d'enfants d écédés dans les 5 dernières années dans chaque catégorie à risque, à la proportion d'enfants d écédés dans aucune catégorie à haut risque. * Les ratios sont basés sur trop peu de cas et ont été supprimés. ( ) Basés sur moins de 200 cas. 1 Les femmes sont classées dans les catégories à hauts risques selon le statut qu'elles auraient à la naissance de l'enfant, si l'enfant était conçu au moment de l'enquête: âge inférieur à 17 ans et 3 mois ou plus âgé que 34 ans et 2 mois, la dernière naissance a eu lieu dans les 15 derniers mois, et la dernière naissance était de rang 6 ou plus.a Y compris les femmes stérilisées Les naissances de rang 1 ne sont pas évitables mais, lorsqu'elles interviennent à un âge trop précoce, c'est-à-dire avant 18 ans, elles apparaissent ici comme étant des naissances à risque puisque le risque de décéder pour un enfant de rang 1 est 1,5 fois supérieur à celui de la catégorie de référence. Un enfant appartenant à une catégorie quelconque de haut risque unique (39 % des enfants) court un risque de décéder 1,1 fois supérieur à un enfant n'appartenant à aucune catégorie à haut risque (23 % des enfants). Considérés isolément, les intervalles intergénésiques courts (inférieurs à 24 mois) font courir aux enfants (5 % des enfants) un risque de mortalité près de 1,2 fois plus importants que pour la catégorie de référence. Les enfants appartenant à la catégorie de hauts risques multiples (25 %) sont les plus exposés, puisque leur mortalité est de 1,4 fois plus élevée que celle des enfants n'appartenant à aucune catégorie à risque. Les enfants de rang supérieur à 4 et avec un intervalle intergénésique court (7 % des enfants) sont particulièrement exposés avec un rapport de risque de 2. À partir de cette analyse relative à la santé reproductive des mères, on a procédé à l'estimation de la proportion de femmes actuellement en union qui, potentiellement, pourraient avoir une naissance à haut 144 risque. À partir de l'âge actuel des femmes, de l'intervalle écoulé depuis leur dernière naissance et du rang de celle-ci, on détermine dans quelle catégorie se trouverait la prochaine naissance, si chaque femme concevait un enfant au moment de l'enquête. Il s'agit donc d'une simulation ayant pour objectif de déterminer, en l'absence de tout comportement régulateur de la fécondité, la proportion des futures naissances qui appartiendraient aux catégories à hauts risques évitables. Au regard du tableau 9.4, cette proportion est es timée à 79 %. Elle est nettement supérieure à celle estimée chez les enfants nés durant les cinq dernières années (64 %). Ainsi, la planification familiale et les programmes de santé maternelle et infantile s’avèrent indispensables pour réduire la mortalité des enfants liée à la reproduction, en se concentrant sur les actions suivantes : un effort pour le meilleur suivi des grossesses, notamment la première naissance, une réduction de la fécondité précoce, et un meilleur espacement des naissances. 145 CHAPITRE 10 MORTALITÉ MATERNELLE Mohamed Ayad L'EDSBF-II du Burkina Faso a collecté des données permettant d'estimer le niveau de la mortalité maternelle en utilisant des méthodes d'es timation directe ou indirecte (Graham et al., 1989; Rutenberg et al., 1990). Ces estimations se font à partir de données sur la survie des sœurs des enquêtées. Pour chacune des sœurs de l'enquêtée, on a collecté des renseignements concernant son âge actuel; si elle est décédée, on a posé des questions sur l’âge au décès et le nombre d'années écoulées depuis le décès. À propos des sœurs décédées, des questions supplémentaires ont été posées pour déterminer si le décès est en rapport avec la maternité, c'est-à-dire si le décès est survenu pendant la grossesse, durant l'accouchement ou dans les deux mois qui ont suivi l'accouchement ou la fin de la grossesse. La méthode directe d'estimation de la mortalité maternelle nécessite des données sur l'âge des sœurs survivantes et, pour les sœurs décédées, l'âge au décès et le nombre d'années écoulées depuis le d écès. Pour obtenir des périodes de référence bien définies, les données sont agrégées pour déterminer le nombre de personnes-années d'exposition à la mortalité et le nombre de décès maternels survenus dans chaque période de référence. Les taux de mortalité maternelle sont alors directement estimés en divisant le nombre de décès par le nombre de personnes-années soumises à l'exposition. Le résultat de ce calcul donne la proportion de sœurs, parmi toutes les sœurs de l'enquêtée, qui sont décédées de causes dues à la maternité. C'est une estimation non biaisée de la probabilité de décéder de cause maternelle, pourvu que le risque de décès soit identique pour toutes les sœurs (Trussel et Rodriguez, 1990). La mét hode directe d'es timation de la mortalité maternelle nécessite davantage de données que la méthode indirecte. La méthode indirecte d'estimation de la mortalité maternelle ne nécessite d'informations sur l'âge au décès maternel et sur le nombre d'années écoulées depuis le décès maternel de la soeur. Cette méthode estime le risque, pour toutes les soeurs, de décéder pour causes maternelles sur la durée de la période de procréation. Etant donné que les estimations se réfèrent à la durée de vie des soeurs des enquêtées, elles ne s'appliquent pas à une période de temps bien délimitée, mais elles sont le reflet des conditions de mortalité qui correspondent à une période dont le milieu se situerait, approximativement, 12 ans avant l’enquête. Dans ce chapitre, seule l’estimation de la mortalité maternelle selon la méthode directe sera présentée du fait qu’elle se réfère à une période relativement de courte durée, alors que la méthode indirecte se rapporte à une période de longue durée. 10.1 COLLECTE DES DONNÉES Le questionnaire utilisé pour la collecte des données sur la mortalité maternelle est présenté en Annexe E (Section 10 du questionnaire individuel). En premier lieu, on a demandé à la femme enquêtée la liste de tous ses frères et soeurs, c'est-à-dire tous les enfants que sa mère a mis au monde, en commençant par le premier-né. Ensuite, on lui a demandé l'état de survie de ses frères et soeurs, et pour ceux qui sont encore en vie, on lui a demandé leur âge actuel. Pour ceux qui sont décédés, on s’est informé sur le nombre d'années écoulées depuis le décès et sur l'âge au décès. Dans le cas où des ré ponses précises sur les âges ou sur le nombre d'années écoulées depuis le décès ne pouvaient être obtenues, les enquêtrices étaient autorisées à accepter des réponses approximatives. 1 Le reste des discussions sur la qualité des données concerne l'enregistrement des données sur les soeurs. L'enregistrement des données sur les frères est identique. 146 Pour les soeurs décédées à l’âge de 12 ans ou plus, on a posé à la femme d’autres questions pour déterminer si le décès était en rapport avec la maternité : - Est-ce que (NOM) était enceinte quand elle est décédée ? Si la réponse est non ou ne sait pas, on a posé la question suivante : - Est-ce que (NOM) est décédée au cours d’un accouchement ? Dans le cas d'une réponse négative, on demandait alors : - Est-ce que (NOM) est décédée dans les deux mois suivant la fin d'une grossesse ou d'un accouchement ? Dans le cas où la soeur était décédée au cours d’une grossesse ou dans les deux mois suivant la fin d’une grossesse, on demandait à l’enquêtée : - Est-ce que le décès était dû à des complications de grossesse ou à l’accouchement ? Ces questions ont été libellées pour encourager l'enquêtée à déclarer tout décès ayant suivi une grossesse, quelle qu'en soit l'issue et, en particulier, une grossesse ayant donné lieu à un avortement provoqué, alors qu'on ne posait pas de questions directes à propos de ce type d’événement. 10.2 ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES Que l'on utilise la méthode directe ou indirecte, l'estimation de la mortalité maternelle nécessite des données exactes sur le nombre de soeurs de l'enquêtée, le nombre de celles qui sont décédées et le nombre de celles dont le décès est lié à la maternité. Il n'existe pas de procédure clairement définie pour établir la complétude des données recueillies par une enquête ménage rétrospective sur la survie des soeurs. L'estimation directe nécessite, en plus de données exactes sur la survie des soeurs, des données sur l'âge et sur le nombre d'années écoulées depuis le décès des soeurs - informations qui peuvent embarrasser les enquêtées ou qui demandent des précisions que les enquêtés ne connaissent pas. Le nombre de frères et soeurs déclaré par l'enquêtée, et la complétude des données déclarées sur l'âge, l'âge au décès et le nombre d'années écoulées depuis le décès sont présentés au tableau 10.1. On ne peut pas tirer beaucoup de conclusions de la complétude des déclarations, si ce n'est que le rapport de masculinité des frères et soeurs déclarés (nombre de frères par rapport aux soeurs) tel qu'il apparaît au tableau 10.1 est de 107 1 . Des données complètes ont été obtenues pour pratiquement la majorité des sœurs, quel que soit leur état de survie. Un âge a été déclaré pour la quasi-totalité des sœurs survivantes (99 %), et un âge au décès ainsi que le nombre d'années écoulées depuis le décès ont été déclarés pour 82 % des sœurs décédées. Ce dernier pourcentage est relativement faible si l’on compare au pourcentage observé dans d’autres pays de la région : Cameroun (97 %), République Centrafricaine (99 %) et Sénégal (99 %). Plutôt que d'exclure des analyses suivantes les frères et sœurs pour lesquels les données sont manquantes, on a utilisé les informations sur le rang de naissance des frères et sœurs en conjonction avec 2 L'imputation est basée sur l'hypothèse selon laquelle l'ordre des frères et sœurs est correct. Premièrement, on a calculé une date de naissance pour chaque frère et sœur survivant dont on connaît l'âge et, pour chaque frère et sœur décédé pour lesquels on avait des informations complètes sur l'âge au décès et sur le nombre d'années écoulées depuis le décès. Pour les frères et sœurs pour lesquels ces données sont manquantes, on a imputé une date de naissance à l'intérieur de l'intervalle délimité par les dates de naissance des frères et sœurs "encadrants". Pour les frères et sœurs survivants, on a calculé un âge à partir de la date de naissance imputée. Dans le cas de frères et de sœurs décédés, si l'on dispose soit de l'âge au décès, soit du nombre d'années écoulées depuis le décès, cette information est combinée avec la date de naissance attribuée pour fournir l'information manquante. Si les deux informations ne sont pas disponibles, la distribution de l'âge au décès des frères et soeurs dont on connaît seulement l'âge au décès mais pas le nombre d'années écoulées depuis le décès est utilisée comme base pour l'imputation de l'âge au décès. 3 Le terme fratrie utilisé ici fait référence à l’ensemble des frères et soeurs de la femme enquêtée, issus de la même mère. 147 Tableau 10.1 Complétude de l'information sur les frères et soeurs Nombre de frères et soeurs déclarés par les enquêtées et complétude des données déclarées concernant l'état de survie, l'âge, l'âge au décès et le nombre d'années écoulées depuis le décès, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 __________________________________________________________________________________________ Soeurs Frères EnsembleFrères et soeurs selon _______________ _______________ _______________ différentes variables Effectif % Effectif % Effectif % __________________________________________________________________________________________ État de survie Survivants Décédés ND/Manquant Total des frères et soeurs Âge des survivants Âge déclaré ND/Manquant Total des survivants Âge au décès et nombre d'années depuis le décès Âge et nombre d'années déclarés Âge au décès manquant Nombre d'années manquantes Âge et nombre d'années manquant Total des décédés 12 914 79,2 13 381 76,3 26 295 77,7 3 372 20,7 4 108 23,4 7 480 22,1 29 0,2 43 0,2 71 0,2 16 314 100,0 17 532 100,0 33 846 100,0 12 718 98,5 13 188 98,6 25 906 98,5 195 1,5 193 1,4 389 1,5 12 914 100,0 13 381 100,0 26 295 100,0 2 776 82,3 3 403 82,8 6 180 82,6 35 1,0 43 1,0 78 1,0 288 8,5 295 7,2 583 7,8 273 8,1 367 8,9 639 8,5 3 372 100,0 4 108 100,0 7 480 100,0 d'autres informations pour imputer une valeur aux données manquantes 2 . Les données sur la survie des frères et sœurs, y compris les cas avec des valeurs imputées, ont été utilisées dans le calcul direct des taux de mortalité des adultes et des taux de mortalité maternelle. Par ailleurs, la comparaison des résultats du Burkina Faso à ceux d’autres pays disposant de données similaires et obtenues en suivant la même méthodologie, corrobore la plausibilité des estimations. Pour l’ensemble des soeurs, 79 % sont survivantes, contre 82 % en RCA (1994-95), 79 % au Togo (1998), 78 % au Sénégal (1992-93) et 73 % au Niger (1992). Deux autres tests permettant d'évaluer la complétude de 1'enregistrement des frères et soeurs figurent au tableau 10.2 : il s'agit du rapport de masculinité à la naissance et de la taille moyenne de la fratrie 3 . 148 Tableau 10.2 Indicateurs de la qualité des données sur les frères et soeurs Répartition (en %) des enquêtées et des frères et soeurs selon l'année de naissance, rapport de masculinité à la naissance, et évolution de la taille moyenne de la fratrie selon l'année de naissance de l'enquêtée, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ____________________________________________ Répartition en % _________________________ Année de Frères/ naissance Enquêtées Soeurs ____________________________________________ Avant 1945 1945-49 1950-54 1955-59 1960-64 1965-69 1970-74 1975 ou plus tard Total Intervalle Effectif 0,0 1,6 1,5 2,6 7,5 4,6 9,9 7,2 13,3 10,2 13,4 12,8 17,0 15,4 37,4 45,7 100,0 100,0 1948-1984 1921-1998 6 445 33 836 ____________________________________________ Évolution _________________________ Taille Rapport de Année de moyenne masculinité naissance de la à la de l'enquêtée fratrie naissance ____________________________________________ Années 1940 1950-54 1955-59 1960-64 1965-69 1970-74 1975-79 Années 1980 Ensemble 5,4 122,4 5,3 117,5 5,7 108,2 6,1 110,5 6,4 105,3 6,6 103,6 6,6 106,4 6,5 107,6 6,3 107,5 Pour 1'ensemble des frères et soeurs, le rapport de masculinité à la naissance, comme nous l’avons indiqué plus haut, est de 107 hommes pour 100 femmes, ce qui est légèrement plus élevé que ce qui est généralement observé puisque le rapport de masculinité à la naissance ne varie qu'assez peu autour de 105 hommes pour 100 femmes, quelles que soient les populations. Ce résultat pourrait étre le signe de légères sous-déclarations de soeurs par les enquêtées. En outre, si l'on suppose que, parmi les naissances de soeurs "omises", celles décédées par la suite sont en plus grande proportion que celles qui ont survécu (hypothèse plus que plausible), cela signifierait que le niveau de mortalité des femmes est 1égèrement sous-estimé par rapport à celui des hommes. Par contre, le rapport de masculinité à la naissance pour les femmes nées depuis 1955 varie relativement peu selon l'année de naissance de 1'enquêtée (de 104 à 110). Compte tenu de la variabilité bien connue du rapport de masculinité dans les petits échantillons, ces variations ne font apparaître aucune tendance particulière du sous-enregistrement possible des soeurs. La taille moyenne de la fratrie (y compris 1'enquêtée) est de 6,3, ce qui paraît assez proche de ce que l'on sait de la parité finale passée des femmes burkinabè. Par contre, 1'évolution de la ta ille de la fratrie, qui diminue avec l'année de naissance des enquêtées, en particulier à partir des années de naissance précédant 1960, semblerait indiquer qu'il y ait eu certaines omissions de frères et soeurs d'enquêtées nées 39 ans et plus avant 1'enquête. Ceci en supposant, bien entendu, que la fécondité n'a pas augmenté au cours du temps. Ce résultat confirme ce qui a été noté précédemment concernant de possibles omissions des frères et soeurs les plus âgées et, comme conséquence, une possible très 1égère sous-estimation de la mortalité passée. 10.3 ESTIMATION DIRECTE DE LA MORTALITÉ ADULTE Les estimations par âge de la morta lité masculine et féminine pour la période de 0 à 4 ans avant l'enquête, calculées selon la procédure directe d'après les déclarations sur la survie, sont présentées au tableau 10.3. Le nombre de décès de frères et soeurs survenus pendant la période de référence aux âges de 15 à 49 ans n'est pas important (215 femmes et 266 hommes), de sorte que les taux individuels sont basés sur des événement relativement peu nombreux qui sont donc sujets aux variations d'échantillonnage. Le même tableau montre que les niveaux de mortalité sont relativement élevés entre 15 et 49 ans, estimés à 4,8 pour 1 000 pour l’ensemble des femmes et à 5,8 pour mille pour l’ensemble des hommes. Pour les deux sexes, les taux augmentent généralement, comme attendu, avec l’âge en passant de 4,0 pour 1000 149 Tableau 10.3 Estimation de la mortalité adulte par âge Estimation directe de la mortalité par âge à partir des données concernant l'état de survie des frères et soeurs des femmes enquêtées, par sexe, Burkina Faso 1994-98 _________________________________________________ SEXE FEMININ _________________________________________________ Taux estimés pour 1994-1998 ______________________________ Années Taux Groupe d'âges D écès d'expositio (‰) _________________________________________________ 15-19 40 10 052 4,02 20-24 52 10 135 5,11 25-29 36 9 033 4,02 30-34 32 7 100 4,58 35-39 22 4 997 4,47 40-44 22 2 995 7,43 45-49 10 1 669 5,78 15-49 215 4,80 a _________________________________________________ SEXE MASCULIN _________________________________________________ Taux estimés pour 1994-1998 ______________________________ Années Taux Groupe d'âges D écès d'expositio (‰) _________________________________________________ 15-19 41 10 014 4,08 20-24 38 10 715 3,58 25-29 43 9 288 4,59 30-34 57 7 156 7,94 35-39 47 5 331 8,85 40-44 26 3 467 7,42 45-49 15 1 879 7,75 15-49 266 5,80 a _________________________________________________ a Taux standardisés par âge chez les femmes de 15-19 ans à 7,4 pour 1 000 chez les femmes de 40-44 ans, et de 4,1 pour 1 000 chez les jeunes hommes à 7,8 pour 1 000 chez les hommes les plus âgés. La tendance générale semble plausible, avec une augmentation par un facteur de près de deux entre le taux pour le plus jeune groupe d'âges et celui de 40-44 ans. Les taux de mortalité pour les hommes présentent la même tendance que les taux pour les femmes. Il y a lieu de noter que les données du Burkina Faso montrent que les taux pour les deux sexes n’augmentent pas toujours quand l’âge augmente; cela signifie que les déclarations de l’âge au décès ne sont pas toujours bonnes, et les fluctuations des taux deviennent très apparentes surtout quand il s’agit d’événements relativement rares comme les décès des adultes. Par ailleurs, et comme il fallait s’y attendre, les taux masculins sont généralement plus élevés que les taux féminins. 10.5 ESTIMATION DIRECTE DE LA MORTALITÉ MATERNELLE L'estimation directe de la mortalité maternelle, obtenue à partir des déclarations sur la survie des soeurs, est présentée au tableau 10.4. Le nombre de décès maternels est peu élevé : seulement 47 pour la période 0-4 ans avant l’enquête (1994-1998). La tendance des taux par âge est quelque peu irrégulière. Étant donné le nombre relativement peu important d'événements, la méthode retenue est l'estimation d'un taux unique correspondant aux âges de procréation. L'estimation d'ensemble de la mortalité maternelle, exprimée pour 1000 femmes-années d'exposition est égale à 1,02. 150 Tableau 10.4 Estimation directe de la mortalité maternelle Estimation directe de la mortalité maternelle à partir des données concernant l'état de survie des soeurs des femmes enquêtées pour la période 0-4 ans avant l'enquête, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _____________________________________________________________ Proportion Taux des décès par cause maternels/ Groupe D écès Années maternelle Ensemble d'âges maternels d'exposition (‰) des décès _____________________________________________________________ 15-19 11 10 052 1,13 0,28 20-24 15 10 135 1,45 0,28 25-29 7 9 033 0,73 0,18 30-34 4 7 100 0,61 0,13 35-39 5 4 997 1,05 0,24 40-44 4 2 995 1,23 0,17 45-49 1 1 669 0,70 0,12 15-49 47 1,02 0,22 _____________________________________________________________ Taux global de fécondité générale (TGFG ‰) 210 a Taux de mortalité maternelle (TMM) b 484 Risque de mortalité maternelle sur la durée de vie (RDV) c 0,032 _____________________________________________________________ a Taux standardisés par âgeb Pour 100 000 naissances. Calculé comme suit : (Taux de mortalité cause maternelle 15-49 ans)/TGFG. c Par femme. Calculé à partir de la formule suivante : (1-RDV) = (1 - TMM/100 000) ISF , où ISF est l'Indice Synthétique de Fécondité de la période 0-4 ans avant l'enquête, estimé à 6,8 enfants par femme. Les taux de mortalité par cause maternelle peuvent être convertis en taux de mortalité maternelle, exprimés pour 100 000 naissances vivantes, en les divisant par le taux global de fécondité générale pour la période donnée (tableau 10.4). Exprimé de cette manière, on met davantage en relief le risque obstétrical de la grossesse et de la maternité. Le taux de mortalité maternelle est donc de 484 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes pour la période de 1994-1998. Par ailleurs, on a calculé, au tableau 10.4, les proportions de décès imputables aux causes maternelles, par groupes d’âges, pour la période 1994-1998 où l’on constate très peu de variations. Les proportions atteignent leur maximum à 15-24 ans, âges de la fécondité des adolescentes, où près de trois décès sur dix (28 %) seraient dus à des causes maternelles. Pour l’ensemble des décès de femmes en âge de procréation (15-49 ans), plus d’un décès sur cinq (22 %) serait dû à des causes maternelles. L'estimation directe du taux de mortalité maternelle à partir de l'EDSBF-II pour la période 1994- 1998 est de 484 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes. Les taux de morta lité maternelle estimés selon la même méthodologie lors d'enquêtes EDS menées récemment dans les pays africains figurent au graphique 10.1. Bien que le taux de mortalité maternelle au Burkina Faso soit moins élevé que ceux observés dans plusieurs pays africains, il n’en reste pas moins que ce taux est plus élevé que celui estimé dans certains pays comme le Cameroun, le Maroc, le Zimbabwe et la Namibie. 151 Les résultats de l'EDSBF-II suggèrent que le comportement procréateur cons titue un risque important de la mortalité maternelle au Burkina Faso. Pour réduire la mortalité maternelle, des efforts devront être effectués dans deux domaines : 1) la disponibilité de services de visites prénatales et d'accouchement dans les établissements sanitaires, surtout en zones rurales, et 2) l'éducation des femmes, la sensibilisation des populations et la formation des agents de santé. Des programmes éducatifs devraient insister sur l’importance de la fréquentation des formations sanitaires par les femmes enceintes et du diagnostic des grossesses à risque. Graphique 10.1 Mortalité maternelle au Burkina Faso et dans d'autres pays africains, EDS 1989-1999 Note : Les années qui suivent le nom du pays indiquent la période pour laquelle les taux de mortalité maternelle ont été calculés. 484 998 948 820 652 649 620 598 598 577 555 528 505 498 478 456 430 348 283 225 Érythrée (1985-1995) RCA (1982-1995) Tchad (1991-1997) Niger (1979-1992) Zambie (1990-1996) Malawi (1986-1992) Côte d'Ivoire (1988-1994) Madagascar (1979-1992) Mali (1990-1996) Sénégal (1986-1992) Guinée (1992-1999) Ouganda (1986-1995) Bénin (1990-1996) Burkina Faso (1994-1998) Togo (1993-1998) Soudan (1976-1989) Cameroun (1989-1998) Maroc (1978-1991) Zimbabwe (1985-1994) Namibie (1983-1992) 0 200 400 600 800 1000 Décès des mères pour 100 000 naissances 1 Bien que le terme excision corresponde à une forme d’ablation bien spécifique, dans la suite de ce rapport, ce terme sera également utilisé pour désigner, de façon générique, les différentes formes que peu prendre cette pratique. 153 CHAPITRE 11 EXCISION Monique Barrère La pratique de l’excision, qui consiste en l’ablation d’une partie des organes génitaux externes de la femme, est une coutume assez répandue en Afrique. Plusieurs formes peuvent être pratiquées : l’ablation du clitoris (clitoridectomie), l’ablation du clitoris et d’une partie des petites lèvres (excision 1 ) et l’ablation du clitoris et des grandes et petites lèvres, avec suture du sexe de la femme (infibulation). L’excision est le plus souvent pratiquée par des exciseuses traditionnelles, dans des conditions d’hygiène généralement inappropriées. Au-delà des risques d’infections, des hémorragies, des douleurs et du traumatisme psychologique au moment de la procédure, cette pratique peut avoir, à long terme, des répercussions sur la vie des femmes : problèmes pour uriner, douleurs et risques d’infection au moment des règles et des rapports sexuels, complications au cours de l’accouchement. Compte tenu du manque de données statistiques fiables sur cette pratique, l‘EDSBF-II a collecté, entre autres, des informations sur la connaissance de l'excision, sa prévalence parmi les femmes enquêtées, le type d’excision pratiquée, l’âge des femmes au moment de l'excision, etc. Des informations ont été également collectées sur l'excision de la fille aînée (si la femme en a une) pour déterminer dans quelle mesure cette pratique se perpétue d’une génération de femmes à l’autre. En outre, des questions ont aussi été posées pour déterminer si les enquêtées étaient ou non favorables à la poursuite de cette pratique. Enfin, au cours de l’enquête auprès des hommes, on a également déterminé leur niveau de connaissance de l’excision et leur opinion vis-à-vis de cette pratique. 11.1 CONNAISSANCE ET PRÉVALENCE DE L'EXCISION PARMI LES FEMMES ENQUÊTÉES L’excision est une pratique bien connue au Burkina faso puisque 86 % des femmes enquêtées ont déclaré en avoir entendu parler (tableau 11.1). Bien que le niveau de connaissance soit très élevé parmi toutes les catégories de femmes (au moins 74 %), ce sont celles de Ouagadougou (98 %) et celles ayant un niveau d’instruction secondaire ou supérieur (98 %) qui ont le plus fréquemment déclaré connaître l’excision. En outre, on constate que, selon la religion, les femmes catholiques et musulmanes ont été, proportionnellement, plus nombreuses que les autres à déclarer connaître l’excision (respectivement, 90 % et 89 % contre 83 % chez les protestantes et 74 % chez les femmes de religion traditionnelle). Selon l’ethnie, on remarque que, chez les Mossi, 89 % de femmes ont déclaré connaître l’excision. Près des trois quarts des femmes du Burkina Faso (72 %) ont déclaré avoir été excisées et cette prévalence présente des variations assez importantes selon la plupart des caractéristiques socio- démographiques (tableau 11.1). Du point de vue de l’âge des enquêtées, on ne constate qu’assez peu d’écart sauf chez les moins de 25 ans où les proportions de femmes excisées sont plus faibles qu’aux autres âges. Ceci pourrait être interprété comme le signe d’un recul de la pratique de l’excision dans les générations les plus récentes. 154 Tableau 11.1 Connaissance et pratique de l'excision Proportion de femmes connaissant l'excision, proportion de femmes excisées, et répartition (en %) des femmes excisées par type d'excision, selon certaines caractéristiques socio-démographiques des enquêtées, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ____________________________________ ________________________________________________________________ Proportion Type d'excision de femmes Propor- ____________________________________________ connais- tion de Effectif Effectif sant l'ex femmes de Clitori- Infibu- Autre/ de femmes Caractéristique cision excisées femmes dectomie Excision lation ND Total excisées __________ ____________________________________ ______________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Religion Musulmane Catholique Protestante Traditionnelle/Autre Ethnie Bobo Fulfuldé/Peul Gourmantché Gourounsi Lobi Mossi Sénoufo Bissa Dafing Dagara Samo Autres Ensemble 81,7 64,2 1 444 33,5 65,7 0,5 0,3 100,0 927 87,3 70,7 1 159 31,4 67,5 0,6 0,5 100,0 819 89,0 75,0 1 055 32,2 66,6 1,0 0,2 100,0 792 87,5 73,7 850 30,8 67,8 1,1 0,3 100,0 627 87,1 74,1 834 31,1 68,0 0,5 0,4 100,0 618 87,4 76,7 606 31,2 67,7 0,9 0,1 100,0 465 86,2 74,1 498 24,7 75,0 0,3 0,0 100,0 369 97,2 81,8 1 086 36,3 62,5 0,7 0,5 100,0 889 84,0 69,5 5 359 30,1 68,9 0,7 0,2 100,0 3 726 98,2 79,3 544 20,2 77,9 1,2 0,8 100,0 431 89,6 81,0 904 42,1 56,7 0,6 0,6 100,0 733 79,3 63,1 1 761 17,0 82,4 0,3 0,3 100,0 1 111 92,9 85,7 1 489 49,6 49,1 1,1 0,2 100,0 1 276 82,1 60,9 1 748 21,3 78,0 0,6 0,0 100,0 1 065 84,7 70,7 5 531 30,6 68,5 0,6 0,3 100,0 3 913 94,5 78,9 540 34,3 64,0 1,2 0,4 100,0 426 98,0 73,8 374 37,0 61,5 1,3 0,2 100,0 276 88,7 77,9 3 593 34,3 64,8 0,6 0,3 100,0 2 798 90,1 68,6 1 365 30,6 68,0 1,0 0,4 100,0 937 83,3 55,5 392 19,5 78,3 2,3 0,0 100,0 218 74,3 60,5 1 091 23,1 76,4 0,5 0,0 100,0 661 91,7 84,8 302 50,2 47,2 2,1 0,5 100,0 256 74,9 68,4 417 20,9 77,9 0,4 0,8 100,0 285 69,2 47,8 527 1,7 97,3 0,5 0,5 100,0 252 84,1 46,4 340 42,5 56,3 0,0 1,2 100,0 158 98,6 89,3 83 37,6 62,4 0,0 0,0 100,0 74 88,5 74,1 3 787 28,7 70,5 0,6 0,2 100,0 2 806 91,2 90,1 148 64,0 33,9 2,1 0,0 100,0 134 87,9 74,8 224 21,1 78,6 0,0 0,3 100,0 168 95,5 92,6 104 54,1 44,7 1,2 0,0 100,0 96 96,9 86,3 79 32,8 65,5 1,7 0,0 100,0 68 95,3 86,9 140 57,3 40,7 1,9 0,0 100,0 122 82,4 66,9 292 43,6 55,5 0,4 0,6 100,0 196 86,3 71,6 6 445 31,3 67,7 0,7 0,3 100,0 4 615 155 En ce qui concerne le milieu de résidence, on constate que les proportions de femmes ayant déclaré avoir été excisées sont plus élevées parmi celles résidant en milieu urbain qu’en milieu rural (82 % contre 70 %). D’autre part, les régions du Nord (81 %) et de l’Ouest (86%) se caractérisent par des proportions de femmes excisées les plus élevées (tableau 11.1 et graphique 11.1). À l’opposé, les proportions les plus faibles sont observées au Centre/Sud (61%) et à l’Est (63 %). En ce qui concerne l’instruction, les résultats montrent que c’est parmi les femmes qui n’ont pas fréquenté l’école que la pratique est la moins répandue (71%). Il existe au Burkina Faso une loi qui interdit la pratique de l’excision et des activités de sensibilisation sont menées sur le territoire national. Il est donc possible que les femmes non instruites, par crainte d’éventuelles poursuites n’aient pas voulu déclarer qu’elles avaient été excisées. Du point de vue de la religion, la pratique de l’excision est particulièrement répandue parmi les femmes musulmanes (78 %) et, dans une moindre mesure, parmi les femmes de religion catholique (69 %). Les résultats selon l’ethnie montrent que, quelle que soit l’ethnie, environ la moitié des femmes sont excisées. En particulier, on constate que les trois quarts des femmes (74 %) de l’ethnie Mossi on subi cette pratique. Au cours d’une enquête telle que l’EDSBF-II, il est très difficile d’obtenir des informations fiables permettant de différencier avec certitude les femmes ayant subi une c litoridectomie de celles ayant subi une excision proprement dite. Par contre, pour essayer d’identifier les femmes ayant subi la forme la plus radicale d’excision, à savoir une infibulation, on a posé aux enquêtées les deux questions suivantes : « Au moment ou vous avez-subi ce type de pratique, vous a-t-on fermé, totalement ou en partie, la zone du vagin par une couture? » « Au moment de vos premières règles, ou au moment de votre mariage, la zone du vagin a-t- elle dû être ouverte en faisant une incision? » Graphique 11.1 Proportion de femmes excisées 72 82 70 71 79 74 78 69 56 61 BURKINA FASO RÉSIDENCE Urbain Rural INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + RELIGION Musulmane Catholique Protestante Traditionnelle/Autre 0 20 40 60 80 100 Pourcentage EDSBF-II 1998-99 156 Tableau 11.2 Âge des enquêtées à l'excision Répart ition (en %) des femmes excisées par âge à l'excision, selon certaines caractéristiques socio-démographiques des enquêtées, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ____________________________________ ________________________________________________________________ Effectif Âge à l'excision (en années) de ____________________________________________________________ femmes Caractéristique 0-4 5-8 9-10 11-12 13-14 15 ou + NSP/ND Total excisées _____________________________________________ _______________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Religion Musulmane Catholique Protestante Traditionnelle/Autre Ethnie Bobo Fulfuldé/Peul Gourmantché Gourounsi Lobi Mossi Sénoufo Bissa Dafing Dagara Samo Autres Ensemble 26,9 24,7 8,0 2,3 2,0 1,4 34,6 100,0 927 30,1 28,0 7,9 2,1 1,3 1,1 29,3 100,0 819 24,3 29,6 11,3 1,6 1,8 2,7 28,6 100,0 792 23,9 30,6 13,2 2,3 0,8 2,3 26,0 100,0 627 19,2 33,9 13,1 3,2 1,9 2,9 25,7 100,0 618 21,0 28,3 14,7 3,3 2,4 2,6 27,7 100,0 465 18,0 30,1 16,3 4,7 2,1 3,4 25,4 100,0 369 32,2 28,2 8,1 2,9 1,9 1,7 25,1 100,0 889 22,6 29,2 12,1 2,5 1,7 2,3 29,8 100,0 3 726 25,3 30,9 9,9 4,5 2,6 3,0 23,8 100,0 431 16,7 36,0 12,1 1,3 1,0 0,4 32,7 100,0 733 19,7 30,6 11,7 2,9 2,4 3,6 29,1 100,0 1 111 38,2 17,9 6,8 1,0 0,8 0,8 34,5 100,0 1 276 17,9 35,0 16,3 4,2 2,2 3,3 21,2 100,0 1 065 23,4 28,3 12,1 2,4 1,7 2,3 29,7 100,0 3 913 25,9 35,7 8,3 2,4 1,4 2,2 24,2 100,0 426 36,2 28,5 4,8 4,3 1,9 0,6 23,7 100,0 276 29,1 26,8 9,3 2,0 1,2 1,4 30,2 100,0 2 798 19,0 33,6 11,7 2,7 2,5 2,9 27,6 100,0 937 17,1 34,0 12,6 3,7 1,9 4,6 26,1 100,0 218 14,8 29,7 18,6 4,5 2,7 3,7 26,0 100,0 661 45,5 9,4 1,4 0,2 0,0 0,5 43,1 100,0 256 46,8 15,0 1,0 0,0 0,8 0,2 36,1 100,0 285 17,6 30,9 14,0 4,8 2,3 4,2 26,1 100,0 252 26,0 35,3 10,4 3,4 4,5 4,8 15,6 100,0 158 20,9 25,3 15,9 4,1 1,6 2,6 29,6 100,0 74 18,1 34,4 13,8 2,9 1,7 1,9 27,1 100,0 2 806 24,9 19,3 14,9 2,7 3,3 4,3 30,6 100,0 134 23,4 28,8 7,2 3,8 4,3 10,8 21,6 100,0 168 50,6 11,1 2,4 2,6 1,2 0,0 32,0 100,0 96 37,1 22,1 6,2 0,0 0,0 0,0 34,7 100,0 68 33,2 16,5 3,0 0,0 0,0 1,0 46,4 100,0 122 41,0 17,0 10,9 1,4 0,8 0,0 29,0 100,0 196 24,5 29,0 11,3 2,5 1,7 2,2 28,9 100,0 4 615 157 Il apparaît au tableau 11.1 qu’une très faible proportion de femmes excisées (moins de 1 %) ont répondu par l’affirmative à l’une de ces (ou aux deux) questions et auraient donc subi une infibulation. On ne constate pas de variation importante selon les différentes caractéristiques socio-démographiques des femmes. Le tableau 11.2 présente les données sur l’âge au moment de l’excision des femmes selon leurs caractéristiques socio-démographiques. Un quart des femmes (25 %) ont déclaré avoir été excisées avant leur 5 è anniversaire ou encore “dans la petite enfance” et, au total, près des deux tiers des femmes (65 %) l’ont été au cours de leurs dix premières années. Pour seulement 6 % des femmes, l’excision a été pratiquée au moment de la puberté. Par ailleurs, les résultats montre que plus d’un quart des femmes (29%) n’ont pas été en mesure de répondre à cette question. Il est probable que ces femmes ont été excisées durant la première enfance et qu’elles ne s’en souviennent plus. Par conséquent la proportion de femmes excisées avant 5 ans est plus élevée que la proportion de femmes ayant déclaré avoir été excisées avant cet âge. La distribution des femmes selon l’âge à l’excision ne présente pas de variation très importante. Cependant, on peut noter que c’est parmi les femmes du milieu urbain (60 %), celles vivant à Ouagadougou et à l’Ouest (56 % chaque région) ainsi que celles ayant un niveau, au moins secondaire (65 %) que l’excision est plus fréquemment pratiquée aux jeunes âges (avant 9 ans). Par ailleurs, quelle que soit la religion, on constate que la mo itié des femmes excisées l’ont été avant l’âge de 9 ans. Chez les Peuls, l’excision se pratique à un âge très jeune, durant la petite enfance (près de la moitié des femmes (47 %) ont déclaré avoir été excisées avant l’âge de 4 ans. Chez les Mossi et les Gourmantché, l’excision se pratique plus tard, 14 % des femmes ayant subi cette pratique à l’âge de 9-10 ans. Dans la presque totalité des cas et quelles que soient les caractéristiques socio-démographiques des femmes, l’excision a été pratiquée par des tradi-praticiens (86 %) (données non présenté) : il s’agit soit d’une accoucheuse traditionnelle, soit d’une “exciseuse”, soit encore d’une “vieille femme”. Ce n’est que dans moins d’un pour cent des cas (0,7 %) que l’excision a été pratiquée par du personnel médical (médecin, infirmière ou sage-femme). 11.2 PRATIQUE DE L'EXCISION PARMI LES FILLES DES FEMMES ENQUÊTÉES Lors de l’interview, on a demandé aux femmes qui connaissaient l’excision et qui avaient, au moins, une fille vivante, si leur fille aînée avait été excisée. Comme certaines filles des femmes enquêtées étaient trop jeunes au moment de l’enquête pour avoir déjà été excisées, on a également demandé aux femmes dont la fille n’était pas excisée si elles avaient l’intention de la faire exciser. Parmi l’ensemble des enquêtées, 46 % ne connaissaient pas l’excision et/ou n’avaient pas de fille vivante au moment de l’enquête (tableau 11.3). Par ailleurs, 25 % des enquêtées avaient déjà fait exciser leur fille aînée, 4 % avaient l’intention de la faire exciser et, à l’opposé, 22 % n’avaient pas cette intention. Compte tenu du fait que, pour chaque sous-catégorie de femmes présentée au tableau 11.3, les différences dans les répartitions sont largement dépendantes de la proportion de femmes connaissant l’excision et/ou ayant une fille vivante, ces données sont à interpréter avec prudence. Ainsi, le fait que la proportion de femmes ayant une fille excisée augmente régulièrement avec l’âge des femmes enquêtés résulte essentiellement du fait que plus les enquêtées sont âgées, plus la proportion de celles connaissant l’excision et ayant une fille aînée est importante. 158 Tableau 11.3 Femmes enquêtées selon que leur fille aînée est excisée ou non Répartition (en %) des femmes enquêtée selon qu'elles connaissent ou non l'excision, selon qu'elles ont ou non une f ille et selon que leur fille aînée a été ou non excisée, selon certaines caractéristiques socio-démographiques des enquêtées, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________________________________________ _________________ L'enquêté n'a pas sa fille aînée excisée et : ______________________________ L'enquêtée A N'a pas n'a pas de L'enquêtée l'intention l'intention fille vivante a sa fille de la de la et/ou ne Effectif aînée faire faire NSP connaît pas de femmes Caractéristique excisée exciser exciser l'intention l'excision Total enquêtées ____________________________________________ ____________________________________ ____________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Religion Musulmane Catholique Protestante Traditionnelle/Autre Ethnie Bobo Fulfuldé/Peul Gourmantché Gourounsi Lobi Mossi Sénoufo Bissa Dafing Dagara Samo Autres Ensemble 0,7 2,4 3,8 1,4 91,8 100,0 1 444 6,3 7,4 24,3 4,6 57,3 100,0 1 159 19,6 9,2 32,9 5,2 33,1 100,0 1 055 34,5 4,3 31,6 4,7 24,8 100,0 850 46,3 1,5 28,5 3,0 20,6 100,0 834 53,4 1,1 23,2 1,9 20,4 100,0 606 60,0 0,7 16,9 2,3 20,1 100,0 498 18,9 2,3 24,1 1,9 52,7 100,0 1 086 25,9 4,7 21,5 3,7 44,3 100,0 5 359 16,2 2,9 26,3 1,2 53,4 100,0 544 31,4 6,3 15,6 4,5 42,2 100,0 904 23,4 2,9 24,9 2,8 46,0 100,0 1 761 31,7 4,9 17,6 3,4 42,4 100,0 1 489 19,2 4,5 24,5 4,0 47,7 100,0 1 748 26,9 4,6 21,8 3,6 43,0 100,0 5 531 15,5 3,4 22,7 2,5 55,8 100,0 540 4,8 0,6 23,3 0,8 70,5 100,0 374 27,5 4,7 20,1 3,7 44,1 100,0 3 593 20,8 3,0 26,1 3,3 46,7 100,0 1 365 14,6 2,8 32,7 2,1 47,7 100,0 392 24,1 5,2 18,9 2,8 48,9 100,0 1 091 39,8 3,7 11,3 2,2 43,1 100,0 302 31,0 2,9 14,0 1,5 50,6 100,0 417 19,1 4,7 25,8 1,7 48,6 100,0 527 11,0 6,0 31,3 2,5 49,2 100,0 340 33,5 2,8 19,0 1,4 43,2 100,0 83 23,9 4,3 22,6 4,4 44,9 100,0 3 787 26,8 7,2 17,7 2,7 45,7 100,0 148 22,1 2,3 33,0 1,5 41,1 100,0 224 32,3 8,7 11,1 4,8 43,1 100,0 104 25,2 3,0 29,8 0,0 42,0 100,0 79 39,1 3,8 7,3 1,3 48,4 100,0 140 25,0 4,1 20,9 1,4 48,6 100,0 292 24,7 4,3 21,9 3,4 45,7 100,0 6 445 159 Malgré ces réserves, les résultats montrent que les proportions de femmes ayant une fille excisée ou ayant l’intention de la faire exciser sont plus élevées dans les régions Nord et Ouest que dans les autres régions (respectivement, 38 % et 37 % contre environ 25 % et moins ailleurs); c’est dans la ville de Ouagadougou que cette proportion est la plus faible (19 %). De même, les résultats montrent des écarts importants selon le niveau d’instruction : près du tiers des femmes sans instruction ont déjà fait exciser leur fille aînée ou ont l’intention de le faire contre 19 % parmi celles ayant un niveau primaire; chez les femmes ayant, au moins, un niveau secondaire, la proportion est seulement de 5%. Selon la religion, on constate que ce sont les femmes musulmanes qui sont proportionnellement les plus nombreuses à avoir fait exciser leur fille ou à avoir l’intention de le faire (32 %). Selon l’ethnie, c’est chez les Bobo (44 %), les Samo (43 %), les Dafing (36 %) et les Peul (34 %) que la proportion de femmes ayant déjà fait exciser leur fille ou ayant l’intention de le faire est la plus élevée. Ces proportions sont de 24 % chez les Gourmantché et de 28 % chez les Mossi. D’après le tableau 11.3, parmi les femmes enquêtées, 54 % (soit 3 499) connaissaient l’excision et avaient, au moins, une fille vivante. On dispose donc d’information sur la pratique de l’excision pour 3 499 filles aînées (tableau 11.4) : dans 46 % des cas, la fille aînée était déjà excisée au moment de l’enquête. Dans 8 % des cas, la fille ne l’était pas mais la mère avait l’intention de la faire exciser. Seulement dans 1 % des cas, la fille n’était pas excisée et la mère n’avait pas l’intention de faire pratiquer l’excision mais pensait que du fait des pressions de l’entourage, la fille le serait effectivement. On peut donc considérer qu’au total, 55 % des filles sont ou seront excisées. Enfin, dans 39 % des cas, la fille n’était pas excisée, la mère n’avait pas l’intention de le faire et pensait qu’elle ne le serait effectivement pas. Cette “prévalence” de l’excision parmi les filles aînées est très inférieure à celle calculée pour l’ensemble des femmes e nquêtés (72 %), écart qui pourrait être interprété comme le signe d’un relâchement de cette pratique parmi les jeunes générations. Du point de vue des caractéristiques socio-démographiques des femmes, on constate que la pratique de l’excision est ou sera plus fréquente parmi les filles aînées des femmes du milieu rural (56 % sont ou seront excisées), celles des enquêtées sans instruction (57 % sont ou seront excisées), les filles aînées des femmes de la région Nord (67 %) celles de religion musulmane et traditionnelle (respectivement, 59 % et 58 % sont ou seront excisées). Les filles des femmes d’ethnie peul (71 %), bobo (78 %), samo (83 %) et sénoufo (67 %) sont plus fréquemment excisées ou le seront. Comme pour les femmes enquêtées, dans la presque totalité des cas, l’excision des filles a été pratiquée par des tradi-praticiens (97 %) (données non présentées). Parmi les femmes ayant fait exciser leur fille aînée, 93 % ont déclaré que personne n’avait fait d’objection à ce que la fille soit excisée (données non présentées). Dans seulement 2 % des cas, l’enquêtée elle-même a fait des objections à l’excision de sa fille et dans 2 % des cas également, l’enquêtée a déclaré que son mari avait fait (lui seul ou avec elle) des objections à l’excision de sa fille. 160 Tableau 11.4 Pratique de l'excision parmi les filles aînées des femme enquêtées Répartition (en %) des filles aînées des femmes enquêtées connaissant l'excision selon qu'elles sont excisées ou non selon certaines caractéristiques socio-démographiques des enquêtées, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ____________________________________ ________________________________________________________________ Fille non excisée et : _________________________________________ La mère La mère n'a pas n'a pas La mère a l'intention l'intention l'intention de la faire de la faire de la excisée excisée et La mère Effectif Fille faire mais sera ne sera pas NSP de filles Caractéristique excisée exciser excisée excisée l'intention Total aînées ____________________________________________ ____________________________________ ____________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Religion Musulmane Catholique Protestante Traditionnelle/Autre Ethnie Bobo Fulfuldé/Peul Gourmantché Gourounsi Lobi Mossi Sénoufo Bissa Dafing Dagara Samo Autres Ensemble 8,6 28,8 5,6 40,3 16,8 100,0 119 14,8 17,4 3,3 53,6 10,9 100,0 494 29,3 13,8 1,7 47,4 7,8 100,0 706 45,9 5,8 1,2 40,8 6,3 100,0 639 58,4 1,9 0,7 35,1 3,8 100,0 661 67,1 1,4 0,3 28,9 2,4 100,0 482 75,1 0,9 0,0 21,2 2,8 100,0 397 40,1 4,9 3,5 47,5 4,1 100,0 513 46,4 8,4 1,0 37,5 6,6 100,0 2 986 34,7 6,2 3,6 52,8 2,7 100,0 253 54,3 10,9 1,5 25,5 7,9 100,0 523 43,2 5,5 1,3 44,8 5,2 100,0 951 55,0 8,5 1,4 29,2 5,9 100,0 858 36,8 8,7 0,9 46,0 7,6 100,0 913 47,3 8,1 1,2 37,0 6,4 100,0 3 151 35,1 7,8 1,5 50,0 5,7 100,0 238 16,1 2,1 7,4 71,5 2,9 100,0 110 49,1 8,3 1,5 34,4 6,6 100,0 2 008 39,0 5,7 1,9 47,1 6,2 100,0 726 27,9 5,4 2,3 60,3 4,1 100,0 205 47,2 10,3 0,0 37,1 5,5 100,0 558 69,8 6,5 1,4 18,5 3,9 100,0 172 62,9 5,8 1,9 26,4 3,0 100,0 206 37,3 9,1 0,9 49,4 3,3 100,0 271 21,7 11,8 1,4 60,2 4,9 100,0 173 59,0 5,0 0,0 33,5 2,5 100,0 47 43,3 7,7 1,5 39,5 8,0 100,0 2 090 49,2 13,3 4,3 28,3 4,9 100,0 81 37,5 3,9 0,5 55,4 2,5 100,0 132 56,8 15,3 1,9 17,6 8,4 100,0 59 43,5 5,1 0,0 51,4 0,0 100,0 46 75,8 7,5 0,0 14,1 2,6 100,0 72 48,6 8,0 1,3 39,2 2,8 100,0 151 45,5 7,9 1,4 39,0 6,2 100,0 3 499 161 Tableau 11.5 Type d'excision des filles aînées des femmes enquêtées Répartition des filles aînées excisées par type d'excision, selon l'âge actuel et certaines caractéristiques socio-démographiques des femmes enquêtées EDSBF-II, Burkina Faso 1998-99 __________________________________________________ ___________ Type d'excision _________________ Effectif Clitori- aînées Caractéristique dectomie Excision Total excisées ___________________________ __________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Religion Musulmane Catholique Protestante Traditionnelle/Autre Ethnie Bobo Fulfuldé/Peul Gourmantché Gourounsi Lobi Mossi Sénoufo Bissa Dafing Dagara Samo Autres Ensemble * * * 10 45,9 54,1 100,0 73 36,8 63,2 100,0 207 33,5 66,5 100,0 293 34,4 65,6 100,0 386 32,9 67,1 100,0 324 25,2 74,8 100,0 298 38,3 61,7 100,0 206 32,3 67,7 100,0 1 386 17,9 82,1 100,0 88 44,6 55,4 100,0 284 14,7 85,3 100,0 411 53,8 46,2 100,0 472 20,6 79,4 100,0 336 32,5 67,5 100,0 1 490 40,7 59,3 100,0 84 * * * 18 37,2 62,8 100,0 987 32,9 67,1 100,0 283 14,4 85,6 100,0 57 21,3 78,7 100,0 263 54,1 45,9 100,0 120 18,5 81,5 100,0 129 1,2 98,8 100,0 101 42,7 57,3 100,0 38 29,6 70,4 100,0 28 30,3 69,7 100,0 905 76,9 23,1 100,0 40 21,5 78,5 100,0 50 58,8 41,2 100,0 34 * * * 20 72,1 27,9 100,0 55 43,6 56,4 100,0 73 33,1 66,9 100,0 1 591 ______________________________________________________ _______ * Basé sur trop peu de cas Comme nous l’avons déjà signalé, la pratique de l’excision revêt plusieurs formes. Les résultats présentés au tableau 11.5 concernent le type d’excision qui a été pratiqué parmi les filles aînées des femmes e nquêtées. Les deux tiers des filles (67 %) ont subi l’excision et un tiers d’entre elles (33 %) la clitoridectomie. Les données selon l’âge sembleraient indiquer une évolution opposée entre ces deux variantes : en effet, les proportions de filles aînées ayant subi une clitoridectomie augmen- tent des groupes d’âges les plus anciens (45-49 ans) aux plus récents (15-19 ans); par contre, les proportions de filles aînées ayant été excisées diminuent des groupes d’âges les plus anciens aux plus récents. Ces résultats pourraient traduire “une désaffection” de l’excision au profit de la clitoridectomie dans les groupes d’âges les plus récents. Les résultats du tableau 11.1 concernant la forme d’excision subie par les femmes enquêtées mettent en évidence le même type d’évolution. Par ailleurs, on constate que, quel que soit le milieu de résidence, les propor- tions de filles aînées ayant subi l’excision sont plus élevées que celles ayant subi la clitoridectomie (respectivement, 62 % contre 38 % en urbain et 68 % contre 32 % en rural). À Ouagadougou et dans la région de l’Est, plus de quatre filles aînées sur cinq ont subi l’excision (respectivement, 82 % et 85 %). Par contre, chez les musulmanes, la pratique de la clitoridectomie est légèrement plus fréquente parmi les filles aînées des femmes enquêtées. En outre, les résultats selon le groupe ethnique montrent que, chez les Fulfuldé/Peuls, plus de quatre filles aînées sur cinq (82 %) ont été excisées contre seulement 19 % qui ont subi une clitoridectomie. 162 Tableau 11.6 Âge des filles aînées à l'excision Répartition (en %) des filles aînées excisées par âge à l'excision, selon certaines caractéristiques socio-démographiques des enquêtées, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ____________________________________ ________________________________________________________________ Effectif Âge à l'excision (en années) de filles ____________________________________________________________ aînées Caractéristique 0-4 5-8 9-10 11-12 13-14 15 ou + NSP/ND Total excisées _____________________________________________ _______________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Urbain Rural Région Villes de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Religion Musulmane Catholique Protestante Traditionnelle/Autre Ethnie Bobo Fulfuldé/Peul Gourmantché Gourounsi Lobi Mossi Sénoufo Bissa Dafing Dagara Samo Autres Ensemble * * * * * * 0,0 100,0 10 96,0 4,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 73 76,1 21,1 1,1 0,0 0,0 0,0 1,6 100,0 207 58,0 34,6 4,4 0,4 0,0 0,0 2,5 100,0 293 46,0 41,2 5,3 2,2 0,2 0,3 4,7 100,0 386 43,2 41,4 7,3 2,8 0,5 0,3 4,5 100,0 324 43,8 36,5 6,3 2,5 0,8 2,9 7,2 100,0 298 58,6 31,4 4,2 1,7 0,3 0,3 3,3 100,0 206 53,1 35,1 5,0 1,6 0,3 0,7 4,2 100,0 1 386 52,5 33,9 5,8 3,2 0,0 0,0 4,5 100,0 88 38,9 48,9 4,3 0,0 0,3 0,0 7,8 100,0 284 51,8 36,3 5,1 1,7 0,7 1,4 3,0 100,0 411 76,9 17,2 1,5 0,3 0,2 0,2 3,5 100,0 472 36,8 45,1 9,8 4,5 0,0 1,0 2,9 100,0 336 52,9 35,5 4,9 1,7 0,3 0,7 4,1 100,0 1 490 66,1 23,5 4,8 0,9 0,9 0,0 3,9 100,0 84 * * * * * * 0,0 100,0 18 59,7 31,4 3,4 0,9 0,1 0,4 4,2 100,0 987 49,4 39,9 4,0 2,5 0,0 0,8 3,4 100,0 283 33,8 52,9 6,2 3,0 2,1 0,0 2,1 100,0 57 40,7 37,1 11,1 3,4 1,1 1,6 5,0 100,0 263 89,4 7,3 0,0 0,0 0,0 0,0 3,3 100,0 120 82,1 11,6 1,8 0,9 0,0 0,0 3,6 100,0 129 44,1 40,0 5,5 3,5 0,0 3,5 3,5 100,0 101 47,4 33,5 15,9 0,0 3,1 0,0 0,0 100,0 38 50,8 33,9 0,0 2,6 4,2 0,0 8,5 100,0 28 40,2 46,1 6,6 2,1 0,1 0,4 4,5 100,0 905 56,9 27,8 4,1 2,1 0,0 3,0 6,3 100,0 40 61,9 21,4 2,8 1,1 3,3 4,7 4,7 100,0 50 78,8 17,8 3,5 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 34 * * * * * * 0,0 100,0 20 78,2 17,5 0,0 0,0 0,0 0,0 4,3 100,0 55 84,8 11,2 0,0 0,8 0,0 0,0 3,2 100,0 73 53,8 34,6 4,9 1,7 0,3 0,7 4,1 100,0 1 591 __________________________________________________________________ __________________________________ * Basé sur trop peu de cas 163 Tableau 11.7 Opinions des femmes sur la pratique de l'excision Répar tition (en %) des femmes connaissant l'excision selon leur opinion concernant la continuation ou l'abandon de l'excision, selon qu'elles sont excisées ou non et selon que leur fille aînée est excisée ou non, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 __________________________________________________________________ __________ Effectif Abandon Continua- Sans de femmes de tion de opinion/ connaissant Excision l'excision l'excision NSP Total l'excision __________________________________________________________ __________________ Enquêtée Excisée Non excisée Fille aînée Pas de fille Fille aînée excisée Non excisée, mais a l'intention Non excisée, et pas l'intention ou NSP Ensemble des femmes connaissant l'excision 63,7 23,8 12,5 100,0 4 615 74,2 7,3 18,5 100,0 944 64,9 19,8 15,4 100,0 2 060 58,8 28,6 12,6 100,0 1 591 16,2 73,2 10,7 100,0 277 81,1 6,4 12,6 100,0 1 631 65,4 21,0 13,5 100,0 5 559 Au tableau 11.6, figurent les données concernant l’âge à l’excision des filles aînées des femmes enquêtées. Il faut tout d’abord préciser que ces données ne concernent que les filles qui ont déjà été excisées. Les filles qui ne sont pas encore excisées parce qu’elles sont trop jeunes n’apparaissent pas ici : la distribution est donc, en partie, biaisée. Par conséquent cette distribution ne peut être, en aucun cas, comparée à celle relative à l’âge à l’excision des enquêtées. Néanmoins, on constate que pour plus de la moitié (54 %) des filles déjà excisées, l’excision a eu lieu entre 0 et 5 ans et qu’au total, la grande majorité des filles (88 %) ont été excisées avant l’âge de 9 ans. Par ailleurs, les distributions par âge ne présentent aucune variation statistiquement significative selon les différentes caractéristiques socio-démographiques. 11.3 OPINION DES FEMMES CONCERNANT L'EXCISION On a demandé à toutes les femmes connaissant l’excisi on, leur opinion sur la poursuite ou l’abandon de cette pratique. Le tableau 11.7 montre qu’environ une femme sur cinq connaissant l’excision (21 %) pensent qu'il faut maintenir cette pratique, alors que près des deux tiers (65 %) pensent qu’il faut l’abandonner et que 14 % sont sans opinion. L’opinion des femmes enquêtées varie selon qu'elles-mêmes et que leur fille aînée est, ou non, excisée. En ce qui concerne les femmes excisées, seulement 24 % sont favorables au maintien de cette pratique tandis qu’à l’opposé 64 % pensent que cette pratique devrait être abandonnée. De même, 29 % des femmes ayant fait exciser leur fille aînée et 73 % de celles ayant l’intention de le faire sont favorables à la poursuite de cette pratique. Cependant, il faut noter que 59 % des femmes ayant fait exciser leur fille aînée et 16 % de celles ayant l’intention de le faire pensent néanmoins que cette pratique devrait être abandonnée. Ainsi, une partie non négligeable des mères burkinabè font ou ont l’intention de faire exciser leurs filles alors qu’elles n’y sont pas favorables : elles le font certainement pour répondre aux contraintes sociales et pour satisfaire aux pressions de l’entourage. 164 Comme l’on pouvait s’y attendre, près des trois quarts des femmes non excisées (74 %) pensent que l'excision est une pratique qui devrait être abandonnée et 7 % seulement pensent qu’elle devrait être maintenue. De même, les femmes qui n’ont pas fait et qui n’ont pas l’intention de faire exciser leurs filles pensent, dans leur grande majorité (81 %), qu'il faudrait arrêter cette pratique. Le tableau 11.8 fournit les proportions de femmes qui sont favorables à la poursuite de la pratique de l’excision selon les différentes caractéristiques socio-démographiques. L’âge ne fait pas apparaître de variations significatives; tout au plus, peut-on signaler que c’est dans le groupes d’âges 45-49 ans que les proportions de femmes ayant déclaré être favorables au maintien de cette pratique sont les plus élevées (25 %). C’est parmi les femmes du milieu rural (23 %), celles des régions Nord (31 %) et Ouest (24 %), celles n’ayant pas d’instruction (23 %) ainsi que parmi celles de religion musulmane (23 %) et traditi onnelle (26 %) que l’on compte, proportionnellement, le plus de femmes favorables à la poursuite de l’excision (graphique 11.2). En outre, près d’un tiers des femmes des ethnies peul, samo et sé noufo, plus d’un quart de celles de l’ethnie gourmantché ainsi que plus d’un cinquième de celles appartenant à l’ethnie mossi se sont déclarées en faveur du maintien de cette pratique. Parmi les femmes connaissant l’excision et favorables à son maintien, 71 % ont avancé comme explication le respect de la tradition et des coutumes; 10 % ont justifié leur opinion par des questions d’hygiène; 10 % pensent que le fait d’être excisée préserve la virginité de la femme et évite de ce fait les comportements immoraux. Enfin pour 4 % des femmes, l’excision est la garantie de faire un bon mariage. (tableau 11.9 et graphique 11.3). Les raisons citées pour justifier la poursuite de la pratique de l’excision varient de façon assez importantes selon les différentes caractéristiques socio-démographiques. On constate par exemple que pour les femmes du milieu rural (73 %), celles sans instruction (72 %), celles résidant dans les régions Nord (78 %) et Centre/Sud (86 %) et celles appartenant à l’ethnie Gourounsi (97 %), le maintien de la pratique de l’excision se justifie surtout par son caractère traditionnel et coutumier. Les raisons d’ordre religieux ont surtout été cités par les femmes de la région Ouest (22 %) et par celles du milieu urbain (14 %). La garantie de faire un bon mariage est la raison avancée par 12 % des femmes du milieu urbain. Enfin, ce sont surtout les femmes du milieu urbain (28 %), celles de la région de Ouagadougou (32 %) ainsi que les femmes de religion traditionnelle (15 %) qui pensent que la pratique de l’excision doit continuer car le fait d’être excisée préserve la virginité de la femme et évite, par conséquent, les comportements immoraux. 165 Tableau 11.8 Opinions des femmes sur la pratique de l'excision selon certaines caractéristiques socio-démographiques Proportion des femmes excisées, de femmes non-excisées et de l'ensemble des femmes connaissant l'excision qui pensent que la pratique de l'excision devrait être maintenue, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 __________________________________________________________________ __________________________________ Ensemble connaissant Femmes excisées Femmes non excisées l'excision _______________________ _______________________ _______________________ Proportion Proportion Proportion qui qui qui pense que pense que pense que l'excision l'excision l'excision devrait devrait devrait Caractéristique continuer Effectif continuer Effectif continuer Effectif _________________________________________________________________ ___________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Religion Musulmane Catholique Protestante Traditionnelle/Autre Ethnie Bobo Fulfuldé/Peul Gourmantché Gourounsi Lobi Mossi Sénoufo Bissa Dafing Dagara Samo Autres Ensemble 26,2 927 7,7 253 22,2 1 180 23,1 819 5,2 193 19,7 1 011 25,4 792 6,7 148 22,4 940 22,3 627 5,4 117 19,6 744 20,9 618 11,0 109 19,4 726 21,5 465 6,0 65 19,6 529 26,6 369 12,5 60 24,6 429 13,1 889 2,5 167 11,4 1 055 26,4 3 726 8,4 777 23,3 4 503 14,0 431 3,3 103 11,9 534 33,3 733 10,1 78 31,0 810 19,8 1 111 3,6 286 16,5 1 397 25,2 1 276 8,1 108 23,9 1 383 23,9 1 065 10,5 370 20,4 1 435 25,5 3 913 8,5 769 22,7 4 682 19,9 426 3,3 84 17,2 510 6,7 276 1,2 91 5,3 366 25,8 2 798 5,3 390 23,3 3 188 17,5 937 4,5 293 14,4 1 229 13,0 218 9,7 109 11,9 327 28,1 661 16,5 150 26,0 811 25,1 256 * 21 24,6 277 31,3 285 17,3 27 30,1 312 27,5 252 8,3 113 21,6 364 16,0 158 11,6 129 14,0 286 8,3 74 * 8 7,5 82 22,8 2 807 6,1 547 20,1 3 353 28,3 134 * 2 27,9 135 10,6 168 2,8 30 9,4 197 31,9 96 * 3 30,9 99 13,7 68 * 8 12,2 77 34,1 122 * 12 32,0 134 35,0 196 1,2 46 28,6 241 23,8 4 615 7,3 944 21,0 5 559 ____________________________ ____________________________________ ____________________________________ * Basé sur trop peu de cas 166 Graphique 11.2 Proportion de femmes favorables à la continuation de la pratique de l'excision 21 11 23 23 17 5 23 14 12 26 BURKINA FASO RÉSIDENCE Urbain Rural INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + RELIGION Musulmane Catholique Protestante Traditionnelle/Autre 0 5 10 15 20 25 30 35 Pourcentage EDSBF-II 1998-99 Graphique 11.3 Raisons pour lesquelles la pratique de l'excision devrait être maintenue EDSBF-II 1998-99 71 10 10 9 4 65 20 14 19 13 Coutume/tradition Hygiène Évite immoralité Religion Chances de mariage 0 20 40 60 80 Pourcentage Femmes Hommes 167 Tableau 11.9 Raisons pour lesquelles la pratique de l'excision devrait être maintenue selon les femmes Proportion des femmes ayant invoqué différentes raisons pour lesquelles la pratique de l'excision devrait être maintenue, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ______________________________________________________________ ______________________________________________ Raisons invoquées pour la continuation de la pratique de l'excision Effectif ____________________________________________________________________________ de femmes Plus favorables Meilleure Plus grand Préserve à la Coutume chance grand plaisir virginité/ continua- et tra- Nécessité de plaisir de la évite l'im- tion de Caractéristique dition religieuse Hygiène mariage du mari femme moralité Autre NSP/ND l'excision _____________________________________________________________________________________ __________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Religion Catholique Protestante Musulmane Traditionnelle/Autre Ethnie Bobo Fulfuldé/Peul Gourmantché Gourounsi Lobi Mossi Sénoufo Bissa Dafing Dagara Samo Autres Ensemble 57,7 5,6 6,8 3,6 0,4 0,2 7,6 40,2 2,3 262 70,1 6,1 10,1 6,4 1,2 0,0 5,2 23,9 2,6 199 75,1 10,1 9,0 3,3 0,6 0,9 7,0 23,5 4,0 211 69,4 12,6 8,7 5,3 0,8 0,8 7,3 19,6 2,9 146 80,7 12,4 14,0 2,5 0,8 0,0 11,8 14,7 5,0 141 79,9 12,8 16,6 5,6 1,1 1,7 19,7 11,6 7,6 104 74,5 8,1 14,7 4,0 0,8 2,6 19,2 18,8 6,7 105 55,0 14,1 13,4 11,8 0,0 1,5 27,7 20,6 4,3 121 72,5 8,5 10,1 3,5 0,9 0,6 7,6 24,7 3,9 1 048 53,1 5,3 15,9 13,3 0,0 1,8 31,9 24,8 7,1 64 78,0 5,3 1,9 2,3 0,0 0,0 5,5 24,4 0,8 252 57,9 3,1 12,4 6,3 1,9 2,5 12,1 35,3 1,5 230 63,6 21,5 12,7 5,2 0,4 0,4 3,8 27,9 3,5 330 86,2 3,8 12,5 1,5 1,2 0,0 13,2 11,5 8,3 293 71,7 9,3 10,6 4,0 0,9 0,5 9,3 23,7 4,1 1 061 65,1 5,5 9,0 7,9 0,0 3,4 8,2 30,4 2,2 88 * * * * * * * * * 20 68,8 12,7 10,3 5,3 0,9 0,7 9,3 24,2 3,7 743 67,1 2,7 9,3 5,0 0,0 0,3 7,1 25,1 1,0 177 66,8 2,1 4,5 0,0 0,0 0,0 1,5 33,2 1,5 39 81,0 2,8 13,1 1,1 1,1 1,1 14,7 22,4 7,5 211 44,3 16,5 22,5 6,9 0,0 0,0 7,5 36,2 4,1 68 65,9 16,8 16,2 6,1 2,5 1,2 10,0 18,3 2,5 94 72,1 3,0 3,0 1,5 1,5 0,0 4,5 35,3 0,0 79 97,1 1,8 0,0 0,0 0,0 1,4 0,0 5,8 0,0 40 * * * * * * * * * 6 73,3 5,9 10,0 4,6 0,5 0,4 12,2 22,4 4,8 673 74,3 14,7 10,3 4,6 3,1 3,1 1,9 34,5 1,5 38 * * * * * * * * * 19 52,1 26,8 13,3 7,6 0,0 0,0 5,5 42,4 0,0 31 * * * * * * * * * 9 66,9 17,0 2,7 1,7 0,0 0,0 1,3 32,8 2,7 43 80,8 16,5 12,1 0,0 0,0 0,0 6,3 20,8 8,0 69 70,7 9,1 10,4 4,3 0,8 0,7 9,7 24,3 3,9 1 169 ____________________________ ______________________________ _____________________________________________ * Basé sur trop peu de cas 168 Tableau 11.10 Raisons pour lesquelles la pratique de l'excision devrait être abandonnée selon les femmes Proportion des femmes ayant invoqué différentes raisons pour lesquelles la pratique de l'excision devrait être abandonnée, selo n certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________ ______________________________________________________ _________________________________ Raisons invoquées pour l'abandon de la pratique de l'excision ________________________________________________________________________________________ Empêche Empêche satisfac- Effectif Contre la satisfac- tion de femmes Mauvaise Contre Compli- Expérience dignité tion sex- sexuelle Interdit favorables à tradi- la cations doulou- de la uelle de de la par NSP/ l'abandon de Caractéristique tion religion médicales resue femme l'homme femme la loi Autre ND l'excision ___________________ ______________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Religion Musulmane Catholique Protestante Traditionnelle/Autre Ethnie Bobo Fulfuldé/Peul Gourmantché Gourounsi Lobi Mossi Sénoufo Bissa Dafing Dagara Samo Autres Ensemble 1,6 0,7 47,1 7,1 1,4 0,7 2,9 36,7 32,1 0,3 712 1,4 0,7 53,1 7,6 1,0 1,2 6,4 43,2 20,8 0,3 681 2,7 0,6 55,7 8,1 1,5 0,8 4,9 40,9 21,0 0,5 621 1,9 0,7 51,2 9,6 2,2 0,8 5,9 45,6 20,9 0,2 516 2,0 0,6 53,1 8,6 2,2 1,5 4,4 43,8 20,8 0,1 492 1,1 1,3 50,2 6,8 1,2 0,7 2,9 51,0 13,2 0,0 357 0,9 0,5 42,9 4,9 1,9 0,8 1,7 55,9 16,8 0,5 260 2,2 0,7 64,9 7,8 5,2 3,1 13,8 30,7 25,5 0,5 874 1,6 0,7 46,7 7,7 0,5 0,2 1,5 47,7 20,9 0,2 2 764 2,1 0,8 62,7 9,3 6,2 4,0 13,9 15,8 31,0 0,6 449 3,2 0,6 37,4 11,6 0,6 1,6 4,3 53,1 13,6 0,3 444 3,1 1,2 45,3 6,1 0,6 0,5 1,3 46,0 22,3 0,2 989 0,5 0,5 48,5 6,6 2,0 0,1 6,0 57,6 23,1 0,3 851 0,6 0,4 60,8 7,9 0,5 0,3 1,7 37,0 20,4 0,1 904 1,7 0,6 47,1 7,4 1,0 0,4 2,1 47,9 21,1 0,2 2 924 2,3 1,5 62,2 9,8 2,0 1,6 6,4 33,1 24,4 0,3 377 1,6 0,4 73,5 8,2 6,6 4,5 22,8 18,3 27,2 0,5 337 1,3 0,3 48,3 7,2 1,4 0,8 3,9 47,0 20,8 0,2 1 997 1,6 0,7 56,8 6,9 2,4 1,3 6,7 34,9 23,8 0,4 907 4,3 3,2 52,7 10,7 2,3 1,9 6,2 41,4 24,6 0,4 263 2,6 1,0 50,8 10,0 0,1 0,1 0,9 47,3 22,4 0,2 469 0,8 0,7 55,0 8,3 2,4 0,3 6,1 40,0 30,5 0,7 166 1,8 0,0 41,3 7,5 2,4 0,0 4,1 56,1 14,1 0,0 191 9,4 2,3 26,5 3,2 0,5 0,5 0,0 57,7 25,6 1,1 257 1,3 1,5 59,6 4,7 3,5 1,2 4,6 19,2 26,5 0,0 207 1,0 0,0 39,4 12,3 1,0 1,0 5,6 81,4 23,6 1,0 58 1,0 0,4 53,3 8,9 1,2 1,0 4,6 42,0 20,8 0,3 2 184 3,5 0,0 44,5 6,5 3,2 0,0 5,5 43,5 23,2 0,0 82 0,0 0,7 58,2 6,6 1,9 0,3 3,8 41,2 19,4 0,0 165 0,0 0,0 38,3 3,2 2,1 3,2 4,8 64,3 25,5 0,0 53 0,0 0,0 69,2 9,1 3,2 2,0 2,0 55,4 22,6 0,0 57 3,1 0,8 44,0 3,2 0,8 0,0 6,9 51,8 33,7 0,0 72 2,4 2,9 59,7 5,4 2,6 1,6 7,0 36,5 23,2 0,0 144 1,7 0,7 51,1 7,7 1,6 0,9 4,4 43,6 22,0 0,3 3 638 À l’opposé, au tableau 11.10 et au graphique 11.4 figurent les différentes raisons avancées par les femmes pour justifier leur opinion selon laquelle la pratique de l’excision devrait être abandonnée. Plus d’une femme sur deux (51 %) ont avounée les complications médicales qui peuvent résulter de l’excision. De plus, 44 % des femmes ont justifié leur opinion en déclarant qu’une loi existait qui en interdisait la pratique. Par ailleurs, on constate que pour 8 % des femmes, le caractère douloureux de cette pratique est une raison suffisante pour justifier leur opinion. Enfin, pour une faible pr oportion de femmes (4 %), le fait que l’excision empêche la satisfaction sexuelle de la femme justifie leur opinion en faveur de l’abandon de cette pratique. 169 Le tableau 11.10 présente également les résultats concernant les opinions des femmes en faveur de l’abandon de l’excision selon les différentes caractéristiques socio-démographiques. Ces raisons varient en fonction des différentes caractéristiques des femmes. En milieu urbain, près des deux tiers des femmes (65 %) pensent que la pratique de l’excision doit être abandonnée parce qu’elle est cause de complications médicales. Cette opinion est partagée par 63 % des femmes de Ouagadougou ainsi que par les trois quarts des femmes les plus instruites (74 %). Par contre, moins de la moitié des femmes musulmanes (48 %) ont avancé cette raison. D’autre part, pour près de la moitié des femmes (48 %) du milieu rural, l’existence d’une loi interdisant la pratique de l’excision est la raison qui justifié leur opinion en faveur de l’abandon. De même, cette raison est mentionnée par près d’une femme sans instruction sur deux (48 %) contre seulement 18 % des femmes de niveau secondaire ou supérieur. Dans les régions Nord et Ouest, respectivement, 53 % et 58 % des femmes ont aussi mis en avant le fait qu’il y ait une loi pour justifier leur opinion en faveur de l’abandon de l’excision. 11.4 CONNAISSANCE ET OPINION DES HOMMES CONCERNANT L'EXCISION Lors de l’enquête auprès des hommes, on leur a également demandé s’ils connaissaient la pratique de l’excision et ce qu’ils en pensaient (tableau 11.11). La grande majorité des hommes enquêtés (91 %) ont déclaré connaître cette pratique, soit une proportion un peu plus élevée que celle des femmes (86 %). Les hommes vivant en milieu urbain (97 %), ceux vivant à Ouagadougou (98 %), ceux ayant, au moins, un niveau d’instruction secondaire (98 %) et ceux de religion protestante (97 %) ont un niveau de connaissance supérieur à la moyenne. En ce qui concerne l’opinion des hommes connaissant l’excision, les résultats font apparaître que 69 % (contre 65 % des femmes) pensent qu’il faut abandonner cette pratique et, à l’opposé, 17 % (contre 21 % des femmes) considèrent que la pratique de l’excision devrait être maintenue. Comme chez les femmes, cette dernière opinion est plus particulièrement répandue chez les hommes résidant en milieu rural (18 %), chez ceux qui ne sont jamais allés à l’école (20 %), chez ceux résidant dans les régions Nord et Ouest (respectivement, 23 % et 21 %) et chez ceux de religion traditionnelle (22 %). Graphique 11.4 Raisons pour lesquelles la pratique de l'excision devrait être abandonnée EDSBF-II 1998-99 51 44 8 2 4 67 29 1 7 6 Complications médicales Interdit par la loi Expérience douloureuse Contre dignité de la femme Pas satisfaction sex. femme Pas satisfaction sex. homme 0 20 40 60 80 Pourcentage Femmes Hommes 170 Tableau 11.11 Connaissance et opinion des hommes concernant la pratique de l'excision Proportion d'hommes connaissant l'excision et proportion d'hommes connaissant l'excision selon leur opinion concernant la continuation ou l'abandon de cette pratique, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________ ____________________________________ ________________________________________ Opinion concernant la pratique de l'excision _______________________________ Effectif Proportion Continua- Sans d'hommes connaissant Effectif Abandon de tion de opinion/ connaissant Caractéristique l'excision d'hommes l'excision l'excision NSP Total l'excision _______________________________________________________________________________ _____________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-59 Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Religion Musulmane Catholique Protestante Traditionnelle/Autre Ensemble 80,9 599 60,0 15,6 24,5 100,0 484 89,2 395 71,3 15,2 13,4 100,0 353 93,9 374 78,1 15,5 6,4 100,0 351 94,2 308 69,2 17,9 13,0 100,0 290 95,6 250 76,5 13,9 9,6 100,0 239 94,4 237 73,9 16,9 9,3 100,0 224 94,1 477 62,8 22,1 15,0 100,0 449 97,1 581 80,1 13,1 6,8 100,0 564 88,7 2 060 65,5 18,2 16,4 100,0 1 826 97,8 294 78,5 13,3 8,1 100,0 287 94,5 380 59,8 22,9 17,3 100,0 359 90,9 729 70,6 16,9 12,5 100,0 663 87,4 646 71,2 20,8 7,9 100,0 564 87,3 593 65,2 10,7 24,1 100,0 518 89,0 1 942 63,6 19,6 16,8 100,0 1 728 92,2 373 75,2 15,0 9,9 100,0 344 97,5 327 90,9 4,9 4,2 100,0 319 91,7 1 495 67,0 19,1 13,9 100,0 1 371 91,6 539 79,8 9,6 10,6 100,0 494 97,0 145 86,8 7,2 6,0 100,0 140 83,4 461 55,1 22,3 22,5 100,0 385 90,5 2 641 68,9 17,0 14,1 100,0 2 390 Au tableau 11.12, figurent les raisons avancées par les hommes pour justifier leur opinion favorable au maintien de cette pratique. Les résultats ne sont pas très différents de ceux concernant les femmes (graphique 11.3) : comme chez les femmes, c’est par respect de la tradition et des coutumes que la majorité des hommes ont justifié leur opinion en faveur du maintien de l’excision (65 %); pour un homme sur cinq (20 %), l’hygiène est la raison invoquée; 19 % pensent que c’est une nécessité religieuse. Pour 13 % des hommes, l’excision est la garantie de faire un bon mariage et enfin pour 14 %, le fait d’être excisée préserve la virginité de la femme et évite les comportements immoraux. 171 Tableau 11.12 Raisons pour lesquelles la pratique de l'excision devrait être maintenue selon les hommes Proportion d'hommes ayant invoqué différentes raisons pour lesquelles la pratique de l'excision devrait être maintenue, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ____________________________________________________________________________________________________ Effectif Raisons invoquées pour la continuation de la pratique de l'excision d'hommes __________________________________________________________________________ favorables Plus Préserve à la Coutume Meilleurs grand virginité/ continua- et Nécessité chance de plaisir de évite im- NSP/ tion de Caractéristique tradition religieuse Hygiéne mariage l'homme moralité Autre ND l'excision ___________________ ____________________________________ _____________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-59 Milieu de résidence Ensemble urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Religion Musulmane Catholique Protestante Traditionnelle/Autre Ensemble 55,1 5,9 9,2 13,6 0,0 8,6 37,2 0,0 75 62,5 16,8 20,2 13,4 0,0 7,0 16,3 10,7 54 71,2 19,4 22,3 15,7 0,0 14,0 22,0 7,1 54 65,0 21,7 20,6 14,9 0,0 16,3 11,9 6,0 52 49,6 37,6 28,9 6,0 0,0 15,2 13,7 2,3 33 72,3 25,0 17,7 22,2 0,0 33,6 10,5 1,7 38 74,1 20,1 22,6 9,3 1,4 11,7 7,5 4,9 99 55,9 22,9 17,2 8,2 1,8 31,0 22,1 10,8 74 67,4 18,2 20,1 14,3 0,0 9,9 16,4 3,3 332 61,0 3,4 10,2 11,9 0,0 37,3 25,4 5,1 38 65,3 16,7 11,2 5,7 0,0 8,3 19,5 1,0 82 73,7 19,1 17,3 21,0 1,2 9,4 16,2 2,1 112 59,4 27,7 29,5 13,4 0,0 7,1 11,8 10,8 118 63,9 14,8 22,0 8,6 0,0 28,3 23,5 2,1 56 66,1 20,9 19,9 13,3 0,4 11,6 16,3 4,9 339 70,4 5,3 16,9 14,7 0,0 20,3 20,1 1,5 51 * * * * * * * * 16 62,6 23,6 20,9 7,8 0,5 13,4 18,8 6,7 262 59,0 1,7 22,7 14,0 0,0 17,2 29,6 3,3 47 * * * * * * * * 10 78,0 17,0 14,7 29,8 0,0 12,4 4,6 0,0 86 65,3 19,0 19,6 13,1 0,3 13,7 17,5 4,7 406 ____________________________________ ________________________________________________________________ * Basé sur trop peu de cas Le tableau 11.13 présente les différentes raisons avancées par les hommes pour justifier leur opinion selon laquelle la pratique de l’excision devrait être abandonnée. Là encore, les résultats sont très proches de ceux obtenus auprès des femmes (graphique 11.4); en effet, tout comme chez les femmes, les complications médicales qui peuvent résulter de l’excision et l’existence d’une loi interdisant cette pratique sont les deux principales raisons qui justifient la position des hommes. En outre, la dignité de la femme a été citée par 7 % des hommes. À titre de comparaison, moins de 2 % des femmes l’avaient mentionnée. Les hommes ont aussi cité plus fréquemment que les femmes le fait que l’excision empêche la satisfaction sexuelle de l’homme (6 % contre moins de 1 %). À l’opposé, la proportion d’hommes ayant avancé comme raison le caractère douloureux de cette pratique est beaucoup plus faible que chez les femmes (moins de 1 % contre 8 %). 172 Tableau 11.13 Raisons pour lesquelles la pratique de l'excision devrait être abandonnée selon les hommes Proportion d'hommes ayant invoqué différentes raisons pour lesquelles la pratique de l'excision devrait être abandonnée, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 __________________ ______________________________________________________________________________________ Raisons invoquées pour l'abandon de la pratique de l'excision ____________________________________________________________________________ Effectif Empêche d'hommes Expérience satis- favorables doulou- faction à la Mauvaise Contre Compli- reuse Contre la sexuelle Interdit abandon tradi- la cations de la dignité de de par NSP/ de Caractéristique tion religion médicales femme la femme l'homme la loi Autre ND l'excision ________________________________________________________________________ ________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-59 Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Religion Musulmane Catholique Protestante Traditionnelle/Autre Ensemble 0,7 0,0 58,4 0,6 3,1 2,0 23,1 36,9 0,0 290 2,2 1,2 68,3 0,0 8,6 10,9 23,3 26,4 0,7 252 1,7 0,0 69,9 2,1 7,4 8,0 27,1 24,7 0,5 274 0,3 1,0 75,7 0,0 7,7 6,8 25,7 21,1 0,0 201 0,4 0,6 70,4 0,7 5,7 4,1 35,6 22,0 0,0 183 3,1 1,6 72,1 1,1 4,7 7,3 32,5 20,8 0,4 165 0,8 1,1 60,6 1,1 10,1 3,7 39,4 20,6 0,0 282 1,9 0,9 74,3 1,2 8,5 12,8 10,5 33,0 0,6 452 1,0 0,7 64,3 0,7 6,3 3,5 36,3 22,4 0,1 1 196 2,9 1,7 63,4 1,4 9,2 19,9 8,6 32,9 0,9 225 1,7 1,5 64,0 0,4 7,6 3,3 34,8 18,9 0,6 215 0,8 0,3 58,3 1,8 8,3 3,6 43,0 24,1 0,0 468 0,9 0,6 82,5 0,0 7,5 3,0 16,3 30,0 0,2 402 1,2 0,3 65,0 0,4 2,1 5,4 35,7 20,4 0,0 338 0,9 0,5 62,8 0,9 5,7 2,8 36,0 22,4 0,0 1 100 1,0 1,2 73,1 0,0 8,4 5,9 23,6 29,3 0,0 258 2,8 1,3 77,8 1,3 10,1 18,3 8,4 32,9 1,3 290 1,3 0,5 66,8 0,7 4,5 5,2 30,4 24,1 0,3 918 1,3 0,3 68,7 0,8 7,0 8,4 25,8 28,1 0,3 394 1,5 4,1 72,9 1,5 11,4 8,7 21,4 27,3 0,0 122 0,9 0,6 61,7 1,1 14,4 3,8 34,7 24,0 0,0 212 1,3 0,7 67,0 0,8 6,9 6,0 29,2 25,3 0,2 1 647 173 CHAPITRE 12 MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES ET SIDA Salif Ndiaye À la suite de l’enregistrement des premiers cas de sida en 1986 au Burkina Faso, le Ministère de la Santé, de l’Action sociale et de la Famille, a mis en place un Comité national de Lutte contre le Sida (CNLS). Ce Comité avait pour charge la lutte contre la transmission du VIH par voie sexuelle, par le sang et de la mère à l’enfant en menant un travail d’information et de sensibilisation des populations et de promotion de la recherche en vue d’une prévention efficace. Le CNLS devait également appuyer la prise en charge hospitalière et sociale des personnes malades et la surveillance épidémiologique. Malgré les efforts enregistrés dans la collecte des données pour pouvoir mieux apprécier la situation, il demeure encore des zones d’ombre sur diverses questions relatives à la prévalence, à l’évolution de la transmission du virus, aux implications de la maladie, etc. Cependant, il ne fait pas de doute, qu’au Burkina comme dans la majorité des pays africains, la transmission du virus du sida se fait presque exclusivement par voie sexuelle. En 1993, l’EDSBF-I avait déjà collecté de nombreuses informations sur la connaissance du sida (existence, mode de transmission, moyens de prévention, etc.), mais aussi sur les comportements sexuels, qui en dernier ressort, déterminent les niveaux de prévalence. Les informations ainsi collectées ont été essentielles à l’ajustement des programmes en place, et en particulier, à l’organisation de campagnes d’information, d’éducation et de communication appropriées sur le sida. Les données de l’EDSBF-II permettent de mettre à jour et d’approfondir celles de la première enquête. Trois sujets abordés par l'enquête seront traités ici : C le comportement sexuel des enquêtés; C la connaissance, la "prévalence" et le comportement vis-à-vis des MST; C la connaissance, la perception du risque et la prévention du sida; C et la connaissance et l'utilisation du condom en tant que moyen de protection. 12.1 COMPORTEMENT SEXUEL Une bonne connaissance du comportement de la population face au sida est essentielle pour l’information et la sensibilisation de celle-ci. Des renseignements portant sur le nombre de partenaires sexuels, les rapports avec des partenaires occasionnels et ceux faisant l’objet d'une gratification permettent de mieux connaître le comportement sexuel de la population et ainsi de pouvoir mettre en place des programmes d'information et d'éducation efficaces. 12.1.1 Nombre de partenaires sexuels des femmes Le tableau 12.1.1 présente la répartition des femmes selon le nombre d’hommes avec lesquels elles ont eu des rapports sexuels au cours des douze derniers mois ayant précédé l’e nquête. Plus des trois quarts des femmes en union (78 %, soit 99 % des femmes ayant eu des rapports sexuels) n’ont eu qu’un seul partenaire (en moyenne 0,8 partenaires par femme). Quelle que soit la caractéristique socio-démographique considérée, une très faible proportion (2 % ou moins) de femmes ont déclaré avoir eu deux partenaires ou 174 Ta bl eau 12 .1 .1 No mbr e de pa rt en ai re s se xu el s : f em me s Ré pa rt it io n (en %) de s fem me s pa r no mbr e de pe rs on ne s av ec qu i el le s on t eu de s ra pp or ts se xu el s da ns le s 12 m oi s ay an t pr éc éd é l' en qu êt e, se lo n ce rt ai ne s ca ra ct ér is ti qu es so ci o- dé mo gr ap hi qu es , ED SB F- II B ur ki na Fa so 19 98 -9 9 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Fe mm es en u ni on Fe mm es en u ni on Fe mm es qu i ne s on t pa s en u ni on _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ No mbr e de pa rt en ai re s No mbr e de pa rt en ai re s Ef fe ct if Ef fe ct if (y co mp ri s le c on joi nt ) No mbr e (no n co mp ri s le c on joi nt ) No mbr e de No mbr e de pa rt en ai re s No mbr e de fe mm es _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ mo ye n _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ mo ye n fe mm es _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ mo ye n qu i ne de pa r- de pa r- en de pa r- so nt pa s Ca ra ct ér is ti qu e 0 1 2+ To ta l 1 te na ir es 0 1 2- 3 To ta l te na ir es un io n 0 1 2+ To ta l 1 te na ir es en u ni on _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ G ro u pe d' âg es 15 -1 9 20 -2 4 25 -2 9 30 -3 9 40 -4 9 D u ré e d e l'u n io n (en a nn ée s) Cé li ba ta ir e 0- 4 5- 9 10 -1 4 15 ou + M ili eu de ré sid en ce Ur ba in Ru ra l N iv ea u d' in st ru ct io n Au cu n Pr im ai re Sec on da ir e ou p lu s En se mbl e des fe mm es 8, 5 89 ,0 2, 3 10 0, 0 1, 0 97 ,7 1, 2 1, 1 10 0, 0 0, 0 48 8 80 ,1 15 ,6 3, 7 10 0, 0 0, 2 95 5 20 ,4 78 ,6 0, 4 10 0, 0 0, 8 99 ,6 0, 3 0, 1 10 0, 0 0, 0 1 02 3 51 ,1 42 ,5 6, 4 10 0, 0 0, 6 13 6 21 ,5 77 ,8 0, 6 10 0, 0 0, 8 99 ,4 0, 4 0, 2 10 0, 0 0, 0 1 01 7 47 ,6 45 ,4 4, 9 10 0, 0 0, 6 38 22 ,0 77 ,0 0, 6 10 0, 0 0, 8 99 ,3 0, 7 0, 0 10 0, 0 0, 0 1 62 6 65 ,5 33 ,6 1, 0 10 0, 0 0, 4 58 27 ,2 72 ,1 0, 2 10 0, 0 0, 7 99 ,8 0, 2 0, 0 10 0, 0 0, 0 1 02 7 85 ,7 11 ,9 0, 0 10 0, 0 0, 1 77 - - - - - - - - - - - 75 ,8 19 ,4 4, 3 10 0, 0 0, 3 1 08 7 13 ,1 85 ,2 1, 2 10 0, 0 0, 9 98 ,8 0, 6 0, 6 10 0, 0 0, 0 1 07 8 56 ,2 43 ,8 0, 0 10 0, 0 0, 4 30 22 ,8 76 ,4 0, 5 10 0, 0 0, 8 99 ,5 0, 5 0, 0 10 0, 0 0, 0 1 06 1 * * * * * 23 21 ,5 77 ,1 1, 0 10 0, 0 0, 8 99 ,0 0, 8 0, 2 10 0, 0 0, 0 89 8 * * * * * 14 24 ,7 74 ,7 0, 3 10 0, 0 0, 8 99 ,6 0, 4 0, 0 10 0, 0 0, 0 2 14 5 81 ,0 17 ,3 0, 0 10 0, 0 0, 2 11 0 10 ,1 88 ,2 1, 2 10 0, 0 0, 9 98 ,7 1, 1 0, 2 10 0, 0 0, 0 65 3 65 ,5 30 ,0 4, 2 10 0, 0 0, 4 43 3 22 ,9 76 ,1 0, 6 10 0, 0 0, 8 99 ,4 0, 4 0, 2 10 0, 0 0, 0 4 52 8 81 ,0 14 ,8 3, 4 10 0, 0 0, 2 83 1 22 ,3 76 ,9 0, 5 10 0, 0 0, 8 99 ,4 0, 4 0, 1 10 0, 0 0, 0 4 69 2 81 ,2 14 ,8 3, 2 10 0, 0 0, 2 83 9 16 ,8 80 ,5 2, 4 10 0, 0 0, 9 97 ,7 1, 6 0, 7 10 0, 0 0, 0 33 4 72 ,6 24 ,1 3, 0 10 0, 0 0, 3 20 6 2, 7 94 ,8 1, 3 10 0, 0 1, 0 98 ,7 1, 3 0, 0 10 0, 0 0, 0 15 5 57 ,4 35 ,9 6, 1 10 0, 0 0, 5 21 9 21 ,3 77 ,6 0, 6 10 0, 0 0, 8 99 ,3 0, 5 0, 2 10 0, 0 0, 0 5 18 1 75 ,7 20 ,0 3, 7 10 0, 0 0, 3 1 26 4 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ 1 Y co mp ri s le s " no n- dé te rm in és " * Ba sé su r tr op pe u de ca s 175 plus. Les femmes urbaines (89 % ayant eu, au moins, un partenaire) ont déclaré avoir eu plus fréquemment que les femmes du milieu rural un partenaire sexuel (77 %). De même, les femmes les plus instruites ont été plus nombreuses à avoir eu des partenaires : 77 % des femmes non scolarisées, 83 % de celles de niveau primaire et 96 % pour le niveau secondaire ou plus. Lorsqu’on examine ces données sans tenir compte du mari, on constate que les relations sexuelles avec des partenaires autres que les époux sont pratiquement inexistantes : moins de 1 % d’entre elles ont déclaré avoir eu des relations sexuelles avec un ou plusieurs hommes autres que leur époux. Parmi les femmes qui ne sont pas en union (célibataires, divorcées et veuves), les trois quarts (76 %) n’ont jamais eu de partenaire sexuels ou n’en ont pas eu au cours des douze derniers mois. Environ une femme sur quatre (24 %) a eu, au moins, un partenaire, seulement 4 % en ont eu deux ou plus. Parmi ces femmes, celles de 15-19 ans (19 %), celles de 40-49 ans (12 %), les célibataires (24 %), les divorcées et les veuves dont la durée de l’union remonte à plus de 15 ans (17 %), les femmes du milieu rural et celles n’ayant pas d’instruction sont, proportionnellement, les moins nombreuses à avoir eu des partenaires sexuels. En outre, parmi ces femmes non en union, les jeunes de moins de 20 ans (3,7 %), les célibataires (4,3 %), les urbaines (4,2 %) et les femmes de niveau secondaire ou plus (6,1 %), sont celles qui ont eu le plus fréquemment deux partenaires sexuels ou plus au cours des 12 derniers mois. Cependant, le nombre moyen de partenaires sexuels (0,3 par femme) reste très faible, même parmi les femmes non mariées. 12.1.2 Nombre de partenaires sexuelles des hommes Le tableau 12.1.2 présente les mêmes informations que précédemment mois, concernant, cette fois- ci, les hommes de 15-59 ans. La majorité des hommes en union (82 %) ont eu une seule partenaire et seulement 6 % en ont eu deux ou plus. Les hommes dont l’union dure moins de 10 ans et surtout, moins de 5 ans, ceux du milieu urbain et les plus instruits sont, proporti onnellement, plus nombreux à avoir eu des partenaires sexuelles. En particulier, tous les hommes de niveau secondaire ou plus, ont eu, au moins, une partenaire sexuelle au cours des douze derniers mois. Ce sont ces mêmes hommes qui ont eu le plus grand nombre de partenaires. Pour une moyenne d’une partenaire par homme dans l’ensemble, les hommes mariés au cours des cinq dernières années, les urbains et ceux du niveau secondaire ou plus, ont eu entre 1,1 et 1,3 partenaires. Cependant, si on exclut l’épouse ou les épouses, un homme en union a eu, en moyenne, seulement 0,1 partenaires; 93 % d’entre eux n’ont eu aucune partenaire autre que leur épouse. Alors que 0,7 % seulement des femmes ont déclaré avoir eu des partenaires sexuels autre que leur époux, chez les hommes, cette proportion est de 7 %. Les partenaires sexuels “extra-conjugaux” sont plus fréquents parmi les plus jeunes, les urbains et les instruits. La majorité des hommes non en union (61 %) n’ont pas eu de partenaires sexuelles. Cependant, 13 % en ont eu 2 ou 3, et 5 % en ont eu 4 ou plus. En moyenne, un homme non marié a eu 0,8 partenaires sexuelles au cours des douze derniers mois. Comme pour les femmes, la multiplicité des partenaires est plus fréquente dans les villes (25 % ont eu deux partenaires ou plus, contre 15 % en milieu rural) et parmi les hommes instruits (23 % chez les hommes de niveau secondaire ou plus, contre 16 % chez les non instruits). 176 Ta bl eau 12 .1 .2 No mbr e de pa rt en ai re s se xu el le s : h om me s Ré pa rt it io n (en % ) d es ho mme s pa r no mbr e de pe rs on ne s av ec qu i il s on t eu de s ra pp or ts se xu el s da ns le s 12 m oi s ay an t pr éc éd é l' en qu êt e, se lo n ce rt ai ne s ca ra ct ér is ti qu es so ci o- dé mo gr ap hi qu es , ED SB F- II B ur ki na Fa so 19 98 -9 9 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Ho mm es en u ni on Ho mm es en u ni on Ho mm es qu i ne s on t pa s en u ni on _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Ef fe ct if No mbr e de pa rt en ai re s No mbr e No mbr e de pa rt en ai re s No mbr eE ff ec ti f No mbr e de pa rt en ai re s No mbr e qu i ne (y co mp ri s l' (le s) ép ou se (s) ) mo ye n (no n co mp ri s l' (le s) ép ou se (s) ) mo ye n d' ho m- _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ mo ye n so nt _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ de pa r- _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ de pa r- me s en de pa r- pa s en Ca ra ct ér is ti qu e 0 1 2- 3 4+ To ta l 1 te na ir es 0 1 2+ To ta l 1 te na ir es un io n 0 1 2- 3 4+ To ta l te na ir es un io n _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ G ro u pe d' âg es 15 -1 9 20 -2 4 25 -2 9 30 -3 9 40 -4 9 50 -5 9 D u ré e d e l'u n io n (en a nn ée s) Cé li ba ta ir e 0- 4 5- 9 10 -1 4 15 ou + M ili eu de ré sid en ce Ur ba in Ru ra l N iv ea u d' in st ru ct io n Au cu n Pr im ai re Sec on da ir e ou p lu s En se mbl e des ho mm es * * * * * * * * * * * 9 76 , 8 12 , 4 8, 4 2, 4 10 0, 0 0, 4 59 0 14 ,4 73 ,9 10 ,1 1, 7 10 0, 0 1, 0 88 ,3 7, 2 4, 5 10 0, 0 0, 2 84 47 ,6 27 ,0 18 ,3 5, 4 10 0, 0 1, 0 31 1 9, 6 74 ,1 14 ,2 1, 8 10 0, 0 1, 2 83 ,5 10 ,0 6, 5 10 0, 0 0, 3 22 1 34 ,2 31 ,9 21 ,8 12 ,0 10 0, 0 1, 5 15 3 10 ,0 84 ,1 4, 3 0, 7 10 0, 0 1, 0 93 ,3 4, 3 2, 5 10 0, 0 0, 1 50 5 36 ,3 33 ,0 20 ,7 8, 7 10 0, 0 1, 5 53 8, 5 87 ,1 2, 8 0, 5 10 0, 0 1, 0 96 ,1 2, 2 1, 7 10 0, 0 0, 1 41 2 * * * * * * 16 16 ,0 79 ,9 2, 4 0, 0 10 0, 0 0, 9 97 ,6 1, 5 0, 9 10 0, 0 0, 0 27 5 * * * * * * 12 - - - - - - - - - - - - 61 , 3 20 , 2 13 , 3 4, 7 10 0, 0 0, 8 1 08 5 7, 5 81 ,9 8, 9 1, 0 10 0, 0 1, 1 88 ,8 7, 8 3, 5 10 0, 0 0, 2 26 9 * * * * * * 13 9, 2 80 ,5 8, 7 0, 8 10 0, 0 1, 0 89 ,2 6, 5 4, 2 10 0, 0 0, 2 32 8 * * * * * * 8 12 ,5 81 ,2 4, 2 1, 0 10 0, 0 1, 0 94 ,2 3, 8 2, 1 10 0, 0 0, 1 23 7 * * * * * * 12 12 ,4 83 ,4 2, 6 0, 4 10 0, 0 0, 9 96 ,5 1, 8 1, 7 10 0, 0 0, 1 67 0 * * * * * * 17 6, 3 80 ,3 8, 3 2, 6 10 0, 0 1, 1 88 ,3 7, 3 4, 4 10 0, 0 0, 2 24 0 47 ,3 26 ,6 19 ,4 5, 8 10 0, 0 1, 1 34 1 11 ,7 82 ,6 4, 7 0, 4 10 0, 0 1, 0 94 ,1 3, 6 2, 3 10 0, 0 0, 1 1 26 5 66 ,4 17 ,9 10 ,8 4, 5 10 0, 0 0, 7 79 5 11 ,9 82 ,6 4, 0 0, 6 10 0, 0 0, 9 94 ,5 3, 6 1, 9 10 0, 0 0, 1 1 24 7 64 ,4 19 ,0 11 ,1 5, 1 10 0, 0 0, 7 69 5 8, 1 80 ,0 9, 5 1, 6 10 0, 0 1, 1 88 ,9 4, 1 7, 0 10 0, 0 0, 2 17 3 58 ,4 21 ,7 15 ,6 4, 3 10 0, 0 0, 9 20 0 0, 0 81 ,0 16 ,0 1, 5 10 0, 0 1, 3 81 ,7 12 ,8 5, 5 10 0, 0 0, 3 85 52 ,0 23 ,9 18 ,0 4, 7 10 0, 0 0, 9 24 2 10 ,8 82 ,2 5, 3 0, 7 10 0, 0 1, 0 93 ,2 4, 2 2, 7 10 0, 0 0, 1 1 50 5 60 ,7 20 ,5 13 ,4 4, 9 10 0, 0 0, 8 1 13 6 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ 1 Y co mp ri s le s " no n- dé te rm in és " * Ba sé su r tr op pe u de ca s 177 Tableau 12.2 Paiement pour rapports sexuels Parmi les femmes et les hommes qui ont eu des rapports sexuels au cours des 12 derniers mois, pourcentage de ceux qui ont donné ou reçu de l'argent, des cadeaux ou des faveurs pour des rapports sexuels selon l'état matrimonial et selon certaines caractéri stiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _______________________________________________________________________________________________________________ Femmes Hommes ________________________________________ ___________________________________________ En union Pas en union Ensemble En union Pas en union Ensemble __________ __________ __________ ___________ ___________ _____________ Caractéristique % Eff. % Eff. % Eff. % Eff. % Eff. % Eff. _______________________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-39 40-49 50-59 Milieu de résidence Urbain Rural Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble 4,0 488 19,8 220 8,9 708 * 9 28,1 162 27,2 171 1,3 1 023 1,2 96 1,3 1 119 10,4 84 29,7 196 23,9 280 1,2 1 017 0,0 35 1,1 1 052 9,4 221 32,0 123 17,5 343 0,8 1 626 3,3 58 0,9 1 684 4,2 505 17,7 46 5,3 551 0,1 1 027 3,2 74 0,3 1 101 2,8 412 * 15 2,9 427 - - - - - - 0,5 275 * 10 0,5 285 1,1 653 3,3 214 1,6 867 5,6 240 16,8 218 11,0 458 1,2 4 528 15,6 269 2,0 4 797 4,0 1 265 34,7 334 10,4 1 599 1,1 4 692 13,4 287 1,8 4 979 4,0 1 247 35,5 305 10,1 1 552 2,7 334 9,3 79 4,0 413 6,3 173 23,6 100 12,6 273 0,4 155 2,7 117 1,4 272 4,4 85 14,2 148 10,6 233 1,2 5 181 10,1 483 1,9 5 665 4,3 1 505 27,6 553 10,5 2 058 _________________________________________________________________________________________________________ * Basé sur trop peu de cas 12.1.3 Rapports sexuels avec gratification On a demandé aux femmes et aux hommes ayant eu des rapports sexuels au cours des 12 derniers mois, si elles/ils avaient reçu ou donné de l’argent, des cadeaux ou des faveurs, en échange de rapports sexuels (tableau 12.2). En ce qui concerne l’ensemble des femmes, seulement 2 % ont déclaré avoir reçu quelque chose de quelque nature que ce soit en échange de relations sexuelles. Par contre, parmi les femmes qui ne sont pas en union, la proportion est cinq fois plus élevée (10 %); parmi les femmes en uni on, le pourcentage correspondant est de 1 %. Les rapports sexuels avec gratification semblent être plus fréquents chez les femmes du milieu rural, en particulier parmi celles qui sont mariées, (16 %, contre 3 % des urbaines), chez les plus jeunes (20 % chez les non mariées de 15-19 ans), et chez les femmes n’ayant jamais fréquenté l’école (plus de 13 %). Parmi l’ensemble des hommes, plus d’un sur dix (11 %) a déclaré avoir donné ou reçu de l’argent, des cadeaux ou des faveurs, en échange de rapports sexuels. Ce type de relation est beauc oup plus fréquent chez les hommes qui ne sont pas en union (28 %) que chez les hommes en union (4 %). En outre, on constate, aussi bien chez les hommes que chez les femmes qui ne sont pas en union, que les ra pports sexuels avec gratification sont beaucoup plus fréquents en milieu rural qu’en milieu urbain (35 % contre 17 % chez les hommes) et (16 % contre 3 % chez les femmes). Chez les enquêtés actuellement en uni on, au contraire, les pourcentages de femmes et d’hommes ayant eu de telles relations ne diffèrent pas selon le milieu. Pour les non mariés et quelque soit le sexe, la fréquence de ces relations décroît nettement avec le niveau d’instruction : de 13 % pour les femmes et 35 % pour les hommes chez les non instruits, elle tombe respectivement à 3 % et 14% chez celles et ceux ayant un niveau secondaire ou plus. Par contre, chez les 178 mariés, cette pratique semble plus fréquente parmi les personnes de niveau d’instruction primaire. Le pourcentage de femmes ayant reçu ou donné de l’argent, des cadeaux ou des faveurs, en échange de ra pports sexuels, relativement élevé à 15-19 ans, surtout parmi les non mariées, devient très faible, au-delà de 20 ans. À l’inverse, chez les hommes, ce pourcentage reste élevé jusqu’à 29 ans (32 % à 25-29 ans), avant d’amorcer une baisse après 30 ans. 12.1.4 Dernières partenaires sexuelles des hommes On a demandé, à chaque homme, quelle était la dernière personne avec qui il avait eu ses derniers rapports sexuels, à savoir, son épouse ou l’une de ses épouses, une partenaire régulière, une personne de rencontre ou quelqu’un qu’il avait payé (tableau 12.3). Près des trois quarts des hommes (72 %) ont déclaré avoir eu comme dernière partenaire leur épouse, 14 % une partenaire régulière et 1 % une personne de rencontre ou une femme qu’ils avaient payée. Les hommes se comportent différemment selon qu’ils sont en union ou non. Parmi les hommes en union, la grande majorité (96 %) ont déclaré avoir eu leurs derniers rapports avec une é pouse, 2 % avec une partenaire régulière et, moins de 2 % avec une personne de rencontre. Par contre, pour seulement 6 % des hommes qui ne sont pas en union, les derniers rapports sexuels ont eu lieu avec une épouse (avant la rupture de la dernière union) et pour 46 % d’entre eux, c’était avec une partenaire régulière. Les derniers rapports sexuels ont eu lieu dans 45 % des cas avec une personne de rencontre. Le même tableau montre que, dans l’ensemble, la proportion des hommes ayant eu leurs derniers rapports sexuels avec leurs épouses augmente avec l’âge entre 20 et 59 ans, cela aussi bien chez les hommes en union que chez ceux qui ne le sont pas. Chez les hommes en union, quelle que soit la caractéristique socio-démographique retenue, la majorité a eu ses derniers rapports sexuels avec son épouse. Par contre, chez les hommes qui ne sont pas en union, de nettes variations sont observées. Ainsi, parmi les hommes non en union, 52 % des non scolarisés (soit plus de la moitié), ont eu leurs derniers rapports sexuels avec des femmes autres que leurs épouses ou partenaires régulières; cette proportion est de 49 % parmi les hommes de niveau primaire et de 37 % parmi ceux de niveau secondaire ou plus. Cependant, les hommes les plus instruits sont, proportionnellement, les plus nombreux à avoir eu leur dernier rapport sexuel avec une partenaire régulière. Autrement dit, le pourcentage d’hommes ayant eu leur dernier rapport sexuel avec une partenaire régulière augmente avec le niveau d’instruction. À l’inverse, la fréquence des derniers rapports sexuels avec des femmes autres que les épouses et les partenaires régulières diminue quand le niveau d’instruction augmente. En ce qui concerne le milieu de résidence, il apparaît qu’en milieu rural, les hommes qui ne sont pas en union ont eu plus fréquemment qu’en milieu urbain leurs derniers rapports sexuels avec leur épouse (8 % contre 3 %). Par ailleurs, en milieu urbain, pour 61 % des hommes qui ne sont pas en union, la dernière personne avec qui ils ont eu leurs derniers rapports sexuels est une partenaire régulière; en milieu rural cette proportion est seulement de 37 %. Ce résultat est cohérent avec celui observé pour le niveau d’instruction, l’urbanisation et la scolarisation étant positivement corrélées. Les hommes non en union dont les dernières partenaires étaient des femmes qui ont été payées (rapport sexuel avec gratification) sont relativement plus nombreux en milieu rural et parmi les non scolarisés. Ainsi, on peut dire que, parmi les hommes en union, ceux du milieu urbain et ceux qui sont instruits ont plus fréquemment que les autres des comportements sexuels à risque alors que, parmi les hommes qui ne sont pas en union, ce sont ceux sans instruction qui ont le plus fréquemment des comportements sexuels à risque. 179 Ta bl eau 12 .3 De rn iè re pe rs on ne av ec la qu el le le s ho mme s on t eu de s ra pp or ts se xu el s Ré pa rt it io n ( en %) de s ho mme s qu i o nt dé jà eu des ra pp or ts se xu el s se lo n l e t yp e d e p er so nn e av ec qu i i ls on t eu le ur s de rn ie rs ra pp or ts se xu el s, pa r ca ra ct ér is ti qu es so ci o- dé mo gr ap hi qu es , ED SB F- II B ur ki na Fa so 19 98 -9 9 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Ho mm es en un io n Ho mm es qu i ne so nt p as en un io n En se mbl e de s ho mme s _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Pa rt e- Pa rt e- Pa rt e- na ir e Que l- Que l- na ir e Que l- Que l- na ir e Que l- Que l- ré gu - qu 'u n qu 'u n Ef fe c- ré gu - qu 'u n qu 'u n Ef fe c- ré gu - qu 'u n qu 'u n Ef fe c- Ca ra ct ér is ti qu e Épo us e(s ) li èr e pa yé d' au tr e To ta l 1 ti f Épo us e li èr e pa yé d' au tr e To ta l 1 ti f Épo us e(s ) li èr e pa yée d' au tr e To ta l 1 ti f _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ G ro u pe d' âg es 15 -1 9 20 -2 4 25 -2 9 30 -3 9 40 -4 9 50 -5 9 M ili eu de ré sid en ce Ur ba in Ru ra l N iv ea u d' in st ru ct io n Au cu n Pr im ai re Se co nd ai re ou p lu s En se mbl e de s ho mm es * * * * * 9 1, 9 47 , 5 1, 7 48 , 9 10 0, 0 16 2 6, 9 45 ,1 1, 6 46 ,4 10 0, 0 17 1 94 ,9 3, 7 0, 0 1, 4 10 0, 0 84 0, 3 48 ,1 3, 7 46 ,6 10 0, 0 19 6 28 ,6 34 ,8 2, 6 33 ,1 10 0, 0 28 0 89 ,7 4, 2 0, 5 5, 6 10 0, 0 22 1 2, 5 53 ,0 3, 1 41 ,4 10 0, 0 12 3 58 ,5 21 ,6 1, 5 18 ,4 10 0, 0 34 3 96 ,7 1, 4 0, 0 1, 9 10 0, 0 50 5 17 ,5 40 ,3 5, 4 36 ,8 10 0, 0 46 90 ,1 4, 7 0, 4 4, 8 10 0, 0 55 1 97 ,8 1, 9 0, 0 0, 2 10 0, 0 41 2 * * * * * 15 96 , 1 2, 3 0, 0 1, 4 10 0, 0 42 7 97 ,9 1, 7 0, 0 0, 4 10 0, 0 27 5 * * * * * 10 97 , 3 1, 6 0, 0 1, 1 10 0, 0 28 5 94 ,3 2, 9 0, 0 2, 6 10 0, 0 24 0 2, 6 61 ,3 1, 5 34 ,6 10 0, 0 21 8 50 ,6 30 ,7 0, 7 17 ,8 10 0, 0 45 8 96 ,4 2, 0 0, 1 1, 5 10 0, 0 1 26 5 7, 5 36 ,9 3, 9 50 ,9 10 0, 0 33 4 77 ,9 9, 3 0, 9 11 ,8 10 0, 0 1 59 9 96 ,4 2, 3 0, 1 1, 2 10 0, 0 1 24 7 8, 4 38 ,6 4, 7 47 ,5 10 0, 0 30 5 79 ,1 9, 4 1, 0 10 ,3 10 0, 0 1 55 2 95 ,5 1, 2 0, 0 3, 4 10 0, 0 17 3 1, 9 49 ,4 0, 6 48 ,0 10 0, 0 10 0 61 ,1 18 ,9 0, 2 19 ,8 10 0, 0 27 3 92 ,6 2, 3 0, 0 4, 3 10 0, 0 85 2, 2 61 ,1 1, 0 35 ,8 10 0, 0 14 8 35 ,3 39 ,6 0, 6 24 ,3 10 0, 0 23 3 96 ,1 2, 1 0, 1 1, 6 10 0, 0 1 50 5 5, 6 46 ,5 3, 0 44 ,5 10 0, 0 55 3 71 ,8 14 ,1 0, 9 13 ,1 10 0, 0 2 05 8 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ 1 Y co mp ri s le s " no n- dé te rm in és " * Ba sé su r tr op p eu d e ca s 180 12.2 MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES Dans la mesure où les maladies sexuellement transmissibles (MST) favorisent la transmission du virus du sida, la prévention de ces maladies constitue une priorité dans la lutte contre la propagation du sida en Afrique. Aussi, à l’EDSBF-II, a-t-on cherché à mesurer les niveaux de connaissance et de prévalence des MST au sein de la population. 12.2.1 Connaissance des MST Pour estimer le niveau de c onnaissance des MST des femmes et des hommes enquêtés, on leur a demandé s’ils avaient déjà entendu parler de maladies qui “peuvent se transmettre sexuellement”, et, si oui, lesquelles ils connaissaient. Parmi les femmes, le niveau de connaissance des MST est assez faible, malgré les campagnes d’information et de sensibilisation (tableau 12.4). En effet, 48 % d’entre elles ont déclaré n’avoir entendu parler d’aucune de ces maladies. Par contre, chez les hommes, le niveau de connaissance de ces maladies est relativement élevé : seulement 12 % d’entre eux n’en connaissent aucune. Chez les femmes, c’est le sida qui a été le plus souvent cité (49 %); il est suivi de loin par la gonorrhée/blennorragie (12 %) et ensuite par la syphilis (8 %). Les autres MST ont été rarement citées. Les femmes les plus jeunes (15-19 ans) et les plus âgées (45-49 ans) connaissent moins fréquemment les MST que les autres. Il en est de même des femmes sexuellement inactives et des célibataires. C’est selon le milieu de résidence et le niveau d’instruction que l’on constate les différences les plus importantes. Les femmes n’ayant jamais entendu parler des MST sont plus de trois fois plus nombreuses en milieu rural (54 %) qu’en milieu urbain (16 %). Alors que 78 % des femmes urbaines connaissent le sida, cette proportion est de seulement 43 % en milieu rural. En milieu urbain, la proportion de femmes qui ont déclaré connaître la s yphilis et la gonorrhée est de respectivement 30 % et 43 %; en milieu rural, cette proportion est très faible (moins de 7 %). Au niveau régional, la syphilis et la gonorrhée ne sont d’ailleurs connues qu’à Ouagadougou (respectivement, 35 % et 40 %) et dans une moindre mesure dans la région Ouest (20 % des femmes ont cité la gonorrhée). En ce qui concerne la connaissance du sida, bien que Ouagadougou soit encore largement en tête (79 %), suivi de la région Ouest (58 %), le niveau de connaissance est relativement élevé dans toutes les autres régions (plus de 40 %). De plus, quelle que soit la MST, le niveau de connaissance augmente nettement avec le niveau d’instruction. Si 52 % des femmes non scolarisées n’ont jamais entendu parler des MST, la proportion est de 32 % parmi celles de niveau primaire et de seulement 3 % parmi celles ayant atteint, au moins, le niveau secondaire ou plus. Moins d’une femme non instruite sur deux c onnaît le sida; on en compte près de deux sur trois (64 %) parmi les femmes de niveau primaire. La presque totalité des femmes de niveau d’instruction secondaire ou plus (95 %) connaissent le sida. Pour toutes les MST et quelle que soit la caractéristique socio-démographique considérée, les niveaux de connaissance sont nettement plus élevés chez les hommes que chez les femmes. En effet, 86 % des hommes ont cité le sida, 41 % la gonorrhée et 26 % la syphilis. Comme pour les femmes, le niveau de connaissance des MST varie selon l'âge. En général, ce sont les hommes les plus jeunes (15-19 ans) qui connaissent le moins ces maladies : à 15-19 ans, un homme sur quatre (25 %) a déclaré n’en connaître aucune. Du point de vue de l'état matrimonial, les hommes non célibataires et ceux qui sont sexuellement actifs sont les mieux informés. Par ailleurs, le milieu de résidence fait apparaître des écarts importants, mais moins importants que ceux constatés chez les femmes. Le niveau de connaissance du sida chez les hommes du milieu rural (84 %, contre 95 % chez les urbains) est plus élevé que celui des femmes urbaines (78 %). Ouagadougou mis à part, le niveau de connaissance des MST, en particulier du sida, varie peu d’une région à une autre. Il faut signaler, cependant, que la s yphilis a été moins souvent citée (17 %) dans la région Ouest que dans les autres; à l’inverse, la gonorrhée y a été plus s ouvent 181 Ta bl eau 12 .4 Co nn ai ss an ce de s Ma la di es Se xu el le me nt T ra ns mi ss ib le s (MS T) Po ur ce nt ag e de fem me s et d' ho mme s qu i co nn ai ss en t ce rt ai ne s Ma la di es Se xu el le me nt Tr an sm is ib le s (MS T), pa r MS T sp éc if iq ue et se lo n ce rt ai ne s ca ra ct ér is ti qu es so ci o- dé mo gr ap hi qu es , ED SB F- II B ur ki na Fa so 19 98 -9 9 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Fe mm es Ho mm es _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Ne Con dy- Ne Con dyl om e/ co nn aî t lom e/ co nn aî t Ble n- Tu me ur au cu ne Ble n- Tu me ur au cu ne Ca ra ct ér is ti qu e Syp hi lis no rr ag ie Si da gé ni ta le Au tr e MS T Ef fe ct if Syp hi li s no rr ag ie Si da gé ni ta le Au tr e MS T Ef fe ct if _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ G ro u pe d' âg es 15 -1 9 20 -2 4 25 -2 9 30 -3 9 40 -4 9 50 -5 9 Ét at m a tr im o n ia l Ac tu el . en un io n Un io n ro mp ue Cé li ba ta ir e - A eu des ra p. s ex ue ls - N' a jam ai s eu de ra p. s ex . M ile u de ré sid en ce Ur ba in Ru ra l R ég io n Vi ll e de Oua ga dou gou No rd Es t Oue st Cen tr e/ Sud N iv ea u d' in st ru ct io n Au cu n Pr im ai re Sec on da ir e ou p lu s En se mbl e 5, 8 7, 7 41 ,5 0, 5 2, 2 57 ,2 1 44 4 11 ,1 20 ,3 73 ,4 0, 1 4, 4 25 ,4 59 9 9, 2 14 ,5 50 ,8 1, 0 5, 3 45 ,6 1 15 9 28 ,1 45 ,4 86 ,0 1, 1 10 ,9 12 ,1 39 5 9, 1 15 ,2 53 ,5 1, 0 8, 1 42 ,8 1 05 5 38 ,0 48 ,5 91 ,3 1, 2 20 ,2 5, 7 37 4 9, 0 14 ,1 51 ,7 1, 5 6, 3 43 ,8 1 68 4 31 ,9 52 ,6 91 ,8 1, 1 15 ,7 6, 0 55 8 5, 0 9, 1 49 ,4 1, 4 5, 6 46 ,7 1 10 3 30 ,6 46 ,5 91 ,2 2, 0 19 ,0 6, 2 42 8 - - - - - - - 22 ,8 35 ,2 87 ,1 0, 0 21 ,7 11 ,3 28 7 6, 5 11 ,1 49 ,2 1, 1 5, 6 47 ,1 5 18 1 28 ,9 46 ,0 91 ,6 1, 0 18 ,6 6, 7 1 50 5 15 ,0 21 ,5 54 ,6 1, 7 9, 9 39 ,9 17 7 30 ,4 54 ,4 85 ,6 1, 5 21 ,2 11 ,6 51 12 ,2 15 ,2 47 ,9 1, 0 3, 1 50 ,4 1 08 7 22 ,5 32 ,8 78 ,5 0, 8 7, 8 19 ,0 1 08 5 25 ,3 31 ,9 70 ,9 2, 4 7, 5 25 ,4 30 6 35 ,6 47 ,4 90 ,3 1, 1 10 ,7 6, 9 50 2 7, 0 8, 6 38 ,9 0, 4 1, 4 60 ,2 78 0 11 ,3 20 ,2 68 ,4 0, 4 5, 4 29 ,4 58 3 30 ,3 42 ,7 77 ,7 2, 5 11 ,2 15 ,8 1 08 6 52 ,1 69 ,9 94 ,9 1, 9 11 ,1 2, 4 58 1 3, 1 5, 8 43 ,4 0, 8 4, 2 53 ,9 5 35 9 19 ,0 32 ,5 83 ,6 0, 6 15 ,1 14 ,5 2 06 0 35 ,4 40 ,0 78 ,8 2, 5 13 ,4 11 ,1 54 4 58 ,0 72 ,8 94 ,9 2, 0 12 ,9 2, 4 29 4 6, 6 8, 5 46 ,2 0, 3 7, 0 49 ,8 90 4 22 ,9 30 ,9 83 ,2 1, 0 10 ,6 15 ,4 38 0 3, 2 6, 3 42 ,1 1, 2 2, 1 55 ,9 1 76 1 20 ,4 24 ,0 84 ,6 0, 9 27 ,6 13 ,5 72 9 6, 3 20 ,0 58 ,1 0, 5 6, 8 40 ,1 1 48 9 16 ,9 60 ,3 84 ,9 0, 5 8, 1 14 ,5 64 6 5, 2 4, 2 40 ,9 1, 3 4, 0 55 ,3 1 74 8 30 ,4 30 ,4 86 ,7 0, 7 7, 4 9, 4 59 3 3, 8 7, 5 44 ,7 0, 8 4, 7 52 ,0 5 53 1 18 ,9 33 ,6 83 ,2 0, 4 14 ,9 14 ,7 1 94 2 13 ,2 22 ,1 63 ,7 1, 7 7, 9 31 ,6 54 0 29 ,4 47 ,3 92 ,0 0, 7 11 ,1 6, 5 37 3 57 ,2 64 ,6 94 ,9 4, 3 11 ,1 2, 8 37 4 66 ,6 75 ,7 96 ,6 4, 1 14 ,1 1, 1 32 7 7, 7 12 ,1 49 ,2 1, 1 5, 4 47 ,5 6 44 5 26 ,3 40 ,7 86 ,1 0, 9 14 ,2 11 ,9 2 64 1 182 Tableau 12.5 Maladies Sexuellement Transmisibles (MST) au cours des 12 derniers mois Pourcentage de femmes et d'hommes qui ont déclaré avoir eu une/des Maladies Sexuellement Transmisibles (MST) au cours des 12 mois ayant précédé l'e nquête selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ______________________________________________________________________ Femmes Hommes ______________________ ________________________ N'importe N'importe quelle quelle Caractéristique MST Effectif MST Effectif ______________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-39 40-49 50-59 État matrimonial Actuel. en union Union rompue Célibataire Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble 0,3 1 444 1,9 599 0,5 1 159 2,9 395 1,5 1 055 3,8 374 0,7 1 684 2,5 558 0,6 1 103 1,4 428 - - 0,9 287 0,8 5 181 1,9 1 505 0,0 177 6,6 51 0,4 1 087 2,5 1 085 2,1 1 086 4,3 581 0,4 5 359 1,7 2 060 2,8 544 6,2 294 0,7 904 1,1 380 0,3 1 761 2,6 729 0,9 1 489 2,2 646 0,2 1 748 0,5 593 0,5 5 531 2,0 1 942 1,6 540 3,7 373 1,9 374 2,2 327 0,7 6 445 2,2 2 641 ______________________________________ _________________________ Note: Basé sur les déclarations des personnes enquêtées. mentionnée (60 %). Bien que le niveau de connaissance augmente avec l’instructi on, la variation est plus faible que chez les femmes, surtout pour le sida. 12.2.2 Épisodes déclarés de MST Lors de l'EDSBF-II, on a demandé aux femmes et aux hommes s'ils avaient eu une MST au cours des 12 derniers mois et, si oui, quelle MST ils avaient eue. Cependant, étant donné que certaines personnes peuvent avoir des MST sans le savoir, ou sans en reconnaître le type, mais aussi, du fait que certaines personnes avouent difficilement, surtout à l’occasion d'une enquête de type démographique, avoir eu de telles maladies souvent considérées comme honteuses surtout chez les femmes, il faut analyser les résultats présentés ici avec précaution. Les niveaux observés ne peuvent donc pas être considérés comme des mesures de la prévalence réelle des MST. Par ailleurs, au cours de l'enquête auprès des hommes, après leur avoir demandé s'ils avaient eu une MST et, si oui, laquelle, on leur a demandé si, au cours des 12 derniers mois, ils avaient eu un écoulement urétral et/ou un ulcère génital. Ces questions supplémentaires n'ont pas été posées aux femmes du fait de la difficulté pour ces dernières à distinguer ces symptômes d'autres manifestations non associées à des MST. 183 Tableau 12.6 Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) et comportement Parmi les femmes et les hommes qui ont déclaré avoir eu une/des Maladies Sexuellement Transmisibles (MST) au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête, pourcentage de celles/ceux qui ont cherché des conseils ou un traitement, pourcentage de celles/ceux qui ont informé leur(s) partenaire(s) et pourcentage de celles/ceux ayant pris des mesures spécifiques pour éviter d'infecter leur part enaire, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _______________________________________________________________________________________________________________ % qui ont cherché conseils/traite- Mesures prises pour éviter d'infecter le(s) partenaire(s) ment auprès _________________________________________________________________ d'un service % qui ont A évité A A pris Aucune de santé ou informé les utilisé des mesure : Effectif professionnel leur(s) rapports des médica- partenaire Aucune avec Caractéristique de la santé partenaire(s) sexuels condoms ments Autres dèjà infecté mesure MST ______________________________________________________________________________________________________________ Ensemble des femmes 71,4 84,5 14,4 2,5 29,3 0,0 9,1 47,2 44 Ensemble des hommes 58,7 36,3 18,5 11,4 17,0 1,1 2,4 44,7 59 Dans le tableau 12.5 figurent les proportions de femmes et d'hommes qui ont déclaré avoir eu une MST au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête. Aussi bien chez les hommes que chez les femmes, la prévalence des MST au cours des douze derniers mois est extrêmement faible : moins de 1 % des femmes et 2 % des hommes ont déclaré avoir eu une MST au cours des douze derniers mois. 12.2.3 Comportement face aux MST Aux enquêtés ayant déclaré avoir eu une MST, on a posé d’autres questions afin de mieux cerner leur comportement et de connaître les mesures qu’ils avaient prises pour éviter d'infecter leurs partenaires. Notons cependant, que les effectifs de femmes (44) et d’hommes (59) concernés sont extrêmement réduits et ne permettent pas de tirer de conclusions, notamment au niveau différentiel. Les commentaires se limiteront donc aux effectifs globaux. Le tableau 12.6 montre que 71 % des femmes atteintes de MST ont cherché des traitements et que 85 % d’entre elles ont informé leurs partenaires de leur état. À l’opposé, plus de 47 % des femmes n’ont pris aucune mesure et seulement 14 % ont cessé les rapports sexuels pour éviter d’infecter leurs partenaires. Globalement, il semble que les femmes ont eu un meilleur comportement que les hommes face aux MST. En effet, au cours de leur maladie, si 59 % des hommes ont recherché un traitement, seulement 36 % d’entre e ux, (contre 85 % des femmes), ont informé leur partenaire de leur maladie. Environ 45 % des hommes malades n’ont rien fait et seulement 11 % ont utilisé le condom. Près de 19 % des hommes ont cessé d’avoir des rapports sexuels pour éviter d’infecter leurs partenaires. 12.3 CONNAISSANCE, PERCEPTION DU RISQUE ET PRÉVENTION DU SIDA 12.3.1 Connaissance du sida et sources d'information Dans la section 12.2.1, la connaissance des MST, y compris du sida, a été abordée. Il s’agissait là seulement de la connaissance spontanée, c’est-à-dire du pourcentage de personnes qui ont déclaré spontanément connaître une MST spécifique. Aux personnes qui n’avaient pas mentionné le sida, on a posé une question supplémentaire : “Avez- vous déjà entendu parler d’une maladie appelée sida ? ” Les personnes ayant répondu “oui” à cette question sont également prises en compte pour évaluer le niveau de connaissance du sida. Dans la section qui suit, la connaissance du sida se réfère donc à l’une ou l’autre source. 1 Selon le tableau 11.4, 49 % des femmes et 86 % des hommes avaient cité spontanément le sida comme une MST. 184 Les tableaux 12.7.1 et 12.7.2 montrent que la population burkinabè est relativement bien informée de l’existence du sida (87 % des femmes et 96 % des hommes), cela suite aux efforts conjugués d’information et de sensibilisation du Ministère de la Santé, du Comité national de Lutte contre le Sida (CNLS), d’associations et d’autres organisations non gouvernementales. Des écarts dans le niveau de connaissance du sida sont observés entre les hommes et les femmes. En effet, 96 % des hommes et 87 % des femmes ont déclaré connaître ou avoir entendu parler de cette maladie 1 . Malgré ce niveau de connaissance global relativement élevé, certains groupes demeurent sensiblement moins favorisés. Il s’agit notamment des adolescentes de 15-19 ans (80 %), des femmes célibataires (81 %), des femmes du milieu rural (85 %), des femme sans instruction (86 %) et des femmes résidant dans les régions Nord et Est (respectivement, 84 % et 83 %). Chez les hommes, quelle que soit la catégorie, plus de neuf hommes sur dix ont déclaré connaître le sida. On a également demandé aux enquêtés, les canaux par lesquels ils avaient été informés de l’existence de cette maladie. Chez les femmes, les principales sources d'information sur le sida sont, par ordre d'importance, la radio (56 %), les amis et parents (54 %), les services et agents de santé (16 %), la télévision (13 %). Les autres sources n’interviennent que dans environ 5 % des cas. En moyenne, les femmes ont cité 1,7 différentes sources d'information. Ce sont les femmes ayant un niveau secondaire ou plus et celles vivant en milieu urbain qui ont cité le plus grand nombre de sources d'information (respectivement, 2,5 et 3,1 en moyenne). À l'opposé, les femmes du milieu rural et celles sans instruction en ont citées le moins (1,6 dans chaque cas). Les sources d’information sont différentes d’un groupe à un autre. Si la radio et les personnels de santé ont joué un rôle prépondérant parmi les femmes adultes (20 à 39 ans), les non célibataires, en milieu urbain et parmi les femmes instruites, il n’en est pas de même de la télévision qui a davantage touché les femmes les plus jeunes et les non mariées. Cette dernière source a été également plus fréquemment citée par les urbaines et les femmes instruites, celles de niveau secondaire ou plus notamment, que par leurs homologues du milieu rural et que par celles n’ayant pas d’instruction. Comme on pouvait s’y attendre, les journaux et autres affiches ainsi que l’école, ont eu plus d’impact sur les femmes urbaines et sur celles qui sont scolarisées. La source d’information la plus commune à tous les groupes est la communication interpersonnelle (amis, parents et autres relations), même si chez les célibataires, souvent plus jeunes, à Ouagadougou et dans la région Nord, et parmi les femmes de niveau secondaire ou plus, ce mode de circulation de l’information a été moins fréquemment cité. Comme pour les femmes, les principales sources d’information des hommes sont : la radio (81 %), les amis et parents (69 %), les services et agents de santé (22 %), et la télévision (32 %). Les autres sources jouent un rôle mineur, mais néanmoins plus important que chez les femmes : journaux (10 %), affiches (5 %), et école (5 %). Les hommes ont, en outre, plus fréquemment accès aux différentes sources d’information (en moyenne, 2,6 sources d'information différentes, contre 1,7 chez les femmes). Par ailleurs, à ce sujet, la population masculine est plus homogène : le nombre moyen de sources différentes varie peu d’un groupe à un autre, même si les sources sont plus diverses chez les hommes du milieu urbain (plus de 3, en moyenne) et chez ceux de niveau d’instruction secondaire ou plus (plus de 4). Les sources d’information sont différentes selon certaines caractéristiques socio-démographiques. Les hommes adultes (20 à 49 ans), ceux du milieu urbain, ceux de la Ouagadougou et les plus instruits sont ceux qui ont mentionné le plus de sources d’information. Par contre, ce que nous appelons la communication interpersonnelle est plus fréquente en milieu rural, parmi les non scolarisés et, dans une moindre mesure, chez ceux n’ayant que le niveau primaire. Excepté la ville de Ouagadougou, les régions, de l’Est et du Nord sont celles où la radio, la télévision, les journaux et affiches, et la communication interpersonnelle 185 Tableau 12.7.1 Connaissance du sida par les femmes Pourcentage de femmes qui connaissent le sida et pourcentage de celles qui ont ente ndu parler du sida selon les principales sources d'information, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ______________________________________________________________________________________________________________________ Sources d'information sur le sida ______________________________________________________________________________ Nombre Connaît Journaux/ Dépli- Agent Réunion Lieu moyen le Maga- ants/ de Mosquée/ d'associ- Amis de de Caractéristique sida Radio TV zines Affiches santé Église École ation parents travail Autres Effectif sources ______________________________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-39 40-49 État matrimonial Actuel. en union Union rompue Jamais en union Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouaga dougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des femmes 80,1 46,1 17,9 2,5 0,7 7,4 0,7 4,8 1,5 49,0 0,1 5,5 1 444 1,7 89,3 61,7 15,9 2,7 0,5 16,3 0,6 2,6 1,8 54,2 0,8 4,6 1 159 1,8 90,6 60,5 13,0 2,1 1,3 21,9 0,7 0,2 2,8 54,2 0,6 5,3 1 055 1,8 90,2 60,1 10,9 2,0 0,6 19,4 0,6 0,2 2,7 55,6 0,5 5,1 1 684 1,7 86,4 51,0 6,1 0,6 0,7 15,7 0,9 0,0 3,8 55,8 0,9 6,2 1 103 1,6 88,5 57,0 9,3 1,1 0,6 17,7 0,6 0,3 2,6 55,2 0,4 5,0 5 181 1,7 85,7 58,0 21,5 4,1 0,4 16,1 1,7 0,0 2,1 48,1 2,1 7,0 177 1,9 81,1 49,7 28,5 5,7 1,2 7,6 0,9 8,4 2,1 47,5 0,9 6,6 1 087 2,0 98,7 83,1 57,2 10,2 1,8 21,4 1,3 8,0 3,1 50,9 2,1 8,5 1 086 2,5 84,9 50,2 3,9 0,3 0,5 14,8 0,6 0,3 2,3 54,2 0,2 4,7 5 359 1,6 98,9 86,7 63,6 14,4 2,8 21,9 2,1 9,0 2,9 38,0 1,8 8,0 544 2,5 84,0 55,1 6,7 1,4 0,4 11,7 0,2 1,2 1,7 43,3 0,5 4,7 904 1,5 82,6 42,5 5,4 0,8 1,0 19,0 0,8 1,0 3,8 53,8 0,6 6,1 1 761 1,6 90,5 55,6 15,8 1,2 0,5 13,1 0,5 0,9 1,1 68,1 0,1 6,3 1 489 1,8 87,0 60,0 5,4 0,3 0,2 15,6 0,6 0,7 2,6 51,5 0,4 3,2 1 748 1,6 85,5 52,0 6,5 0,2 0,4 14,9 0,5 0,0 2,2 54,3 0,3 4,7 5 531 1,6 95,5 72,5 33,5 3,1 0,6 21,8 1,6 3,7 2,5 54,9 1,4 6,8 540 2,1 99,7 86,6 76,9 27,5 5,5 22,5 2,1 22,4 6,4 43,2 2,9 12,5 374 3,1 87,2 55,8 12,9 2,0 0,7 15,9 0,7 1,6 2,5 53,7 0,5 5,3 6 445 1,7 ________________________________________________________________________________________________________________ Note : Le nombre moyen de sources est basé sur les enquêtés qui connaissent le sida. 186 Tableau 12.7.2 Connaissance du sida par les hommes Pourcentage d'hommes qui connaissent le sida et pourcentage de ceux qui ont entendu parler du sida selon les principales source s d'information, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ______________________________________________________________________________________________________________________ Sources d'information sur le sida ______________________________________________________________________________ Nombre Connaît Journaux/ Dépli- Agent Réunion Lieu moyen le Maga- ants/ de Mosquée/ d'associ- Amis de de Caractéristique sida Radio TV zines Affiches santé Église École ation parents travail Autres Effectif sources ______________________________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-39 40-49 50-59 État matrimonial Actuel. en union Union rompue Célibataire Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouaga dougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des hommes 91,2 64,6 34,6 7,6 4,1 13,2 1,6 12,0 2,8 61,4 1,0 9,1 599 2,3 96,4 82,1 42,4 12,1 4,9 18,4 3,4 10,8 4,9 68,4 2,1 13,1 395 2,7 98,3 89,5 40,9 14,4 7,9 23,1 1,5 4,5 3,5 71,3 2,5 14,4 374 2,8 97,9 89,4 31,7 10,0 5,4 24,7 2,9 0,9 6,0 72,1 3,1 13,3 558 2,7 98,8 86,3 25,7 10,5 4,0 33,0 4,9 0,8 3,9 72,7 3,9 12,5 428 2,6 96,8 74,6 13,5 4,3 2,1 21,4 3,5 0,0 6,6 72,2 1,5 13,9 287 2,2 98,2 85,9 26,0 8,0 4,2 26,8 3,4 1,0 5,5 73,1 2,8 13,6 1 505 2,6 95,4 77,6 39,9 13,0 5,3 14,6 4,6 1,3 0,0 65,2 1,5 8,4 51 2,4 93,5 73,4 40,7 12,2 5,6 15,5 2,1 11,5 3,3 63,7 1,8 11,0 1 085 2,6 99,8 92,8 77,8 35,0 15,8 20,2 4,1 15,5 6,0 57,2 9,1 24,2 581 3,6 95,3 77,2 19,5 2,8 1,7 22,4 2,5 2,5 4,0 72,5 0,5 9,1 2 060 2,3 99,8 93,6 77,9 32,5 9,7 14,6 4,0 12,6 3,3 48,2 6,0 20,1 294 3,2 96,6 82,0 30,8 5,7 0,9 20,6 4,2 3,6 8,2 58,7 1,1 9,9 380 2,3 93,7 65,7 17,1 3,8 2,0 22,8 3,0 4,2 4,6 71,2 0,9 12,9 729 2,2 97,1 83,8 41,9 14,3 10,2 19,6 3,2 6,7 3,6 77,7 5,0 17,4 646 2,9 96,4 88,1 19,0 3,9 2,3 27,8 1,0 2,6 3,4 74,1 0,2 4,2 593 2,4 95,1 77,7 20,4 1,7 1,5 20,8 2,5 0,2 3,6 72,1 1,3 9,7 1 942 2,2 98,9 87,4 49,1 14,3 6,7 24,9 4,7 4,9 6,3 68,8 5,1 15,1 373 2,9 100,0 90,3 83,7 53,3 22,0 25,3 3,1 36,0 7,4 51,7 5,6 25,6 327 4,1 96,2 80,6 32,3 9,9 4,8 21,9 2,9 5,3 4,5 69,1 2,4 12,4 2 641 2,6 ________________________________________________________________________________________________________________ Note : Le nombre moyen de sources est basé sur les enquêtés qui connaissent le sida. ont le moins servi à informer les populations de l’existence du sida. Il en est de même de la région Centre/Sud pour la télévision, les journaux et affiches. Enfin, les hommes non mariés, ont été plus souvent informés que les mariés par la télévision, les journaux et affiches, et l’école. Toutes les sources d’information inventoriées ont été plus souvent citées par les hommes que par les femmes. En particulier, les journaux et affiches sont vraisemblablement de très mauvais canaux pour atteindre les femmes. Par ailleurs, contrairement à ce qu’on pourrait penser, du fait de leur contact plus fréquent avec les services de santé (consultations prénatales et postnatales, vaccination, etc.), les femmes ont moins souvent cité les pers onnels de santé comme source d’information (16 %, contre 22 % pour les hommes). Par rapport à 1993 (EDSBF-I) qui avait déjà révélé des niveaux de connaissance élevés du sida (84 % des femmes et 94 % des hommes), les progrès sont assez faibles (respectivement, 87 et 96 % à l’EDSBF-II). Par contre, des succès significatifs sont enregistrés dans la diversification des sources d’information. Aussi bien chez les femmes que chez les hommes, la réception d’information à la radio et/ou à la télévision (respectivement, 40 % et 58 % en 1993) a nettement augmenté. Les améliorations les plus importantes ont été observées au niveau des personnels de santé, surtout pour les hommes. En effet, de 6 % 187 des femmes et 7 % des hommes qui avaient reçu des informations des personnels de santé en 1993, on est passé à, respectivement, 16 % et 21 % en 1998-99. En outre, la communication interpersonnelle sur le sida est devenue nettement plus fréquente chez les hommes (69 % contre 30 % en 1993), contrairement aux femmes parmi lesquelles l’augmentation a été bien plus lente (48 % contre 54 %). 12.3.2 Connaissance des moyens de prévention du sida On a demandé aux femmes et aux hommes connaissant le sida, si elles/ils connaissaient des moyens pour éviter de le contracter (tableaux 12.8.1 et tableaux 12.8.2). Selon les résultats présentés dans ce tableau, 9 % des femmes pensent que rien ne peut être fait pour éviter de contracter le sida et 30 % n’ont cité aucun moyen spécifique d’éviter de contracter cette maladie. On peut donc dire que, dans l’ensemble, 39 % des femmes ne savent pas comment se protéger du sida. Les moyens de protection que les femmes ont le plus fréquemment cités sont la fidélité, c’est-à-dire avoir un seul partenaire (49 %), l’utilisation du condom (24 %) et l’abstinence sexuelle (7 %). Éviter les transfusions sa nguines (3 %) et les injections (moins de 2 %) et éviter de fréquenter les pros titués (1 %) n’ont été que très rarement cités comme moyens de prévention du sida. Les femmes qui ont le plus souvent déclaré qu’il n’existe aucun moyen de prévention sont, celles du milieu rural (10 %, contre 5 % en milieu urbain), celles des régions Nord (10 %, contre 7 % à Ouagadougou) et du Centre/Sud (10 %), et les femmes non instruites ou de niveau primaire (plus de 8 %). Les moyens spécifiques de prévention ont été cités avec des fréquences très variables dans les différentes sous-populations. L’abstinence a été plus souvent citée par les femmes de 15-19 ans (12 %), les célibataires (16 %), les urbaines (12 % contre 5 % en milieu rural), les résidentes de Ouagadougou (16 %) et les femmes de niveau secondaire ou plus (20 %). Le c ondom, comme moyen de prévention, a été très peu cité par les femmes âgées de 45-49 ans (moins de 15 %), les femmes actuellement en union (21 %, contre plus de 30 % chez les non en union), celles du milieu rural (16 %, contre 59 % en milieu urbain), celles de la région Est (moins de 16 %, contre plus de 20 % dans les autres régions) et les femmes sans instruction (moins de 18 % contre 76 % chez celles de niveau secondaire ou plus). En ce qui concerne le moyen de prévention le plus cité, à savoir la fidélité ou avoir un seul partenaire, sa fréquence augmente avec l’âge. La proportion de femmes évoquant la fidélité est, en outre, plus élevée parmi celles en union, celles résidant dans les régions Est (57 %) et Ouest (53 %). D’autres moyens spécifiques de prévention rarement cités en général, (éviter les prostitués, l’injection et la transfusion) concernent surtout le milieu urbain et les femmes de niveau secondaire ou plus. Enfin, il faut signaler que les moyens de prévention associés à des modes de transmission comme les piqûres de moustique n’ont pratiquement pas été mentionnés. Par rapport aux femmes, les hommes ont été proportionnellement moins nombreux à déclarer qu’on ne pouvait éviter le sida (5 % contre 9 % chez les femmes) (tableau 12.8.2 et graphique 12.1). Par ailleurs, alors que 30 % des femmes ont été incapables de citer un moyen de prévention spécifique quelconque du sida, la proportion n’est que de 16 % chez les hommes. Contrairement aux femmes qui ont plus fréquemment cité la fidélité, les hommes ont plus fréquemment mentionné le condom, en tant que moyen de protection contre le sida (57 %). Ensuite, viennent dans l’ordre, la fidélité (53 %) et l’abstinence sexuelle (13 %). Comme pour les femmes, les autres moyens éviter les prostituées (3 %), éviter les transfusions (4 %), éviter les injections (2 %) ont été rarement cités. La connaissance du condom est surtout le fait des plus jeunes (67 % à 20-24 ans), des célibataires (62 %), de ceux vivant en milieu urbain (79 %), à Ouagadougou (77 %) et des hommes de niveau secondaire ou plus (88 %). Il faut signaler cependant, que même en milieu rural, un homme sur deux a cité le condom (contre seulement 16 % des femmes). Les écarts les plus importants entre les hommes et les femmes sont surtout observés en milieu rural et chez les non instruits. Chez les hommes également, la proportion de ceux qui ont 188 Ta bl eau 12 .8 .1 Co nn ai ss an ce pa r le s fe mm es de s mo ye ns d' év it er de co nt ra ct er le si da Pa rm i le s fe mm es qu i co nn ai ss en t le si da , po ur ce nt ag e de ce ll es qu i co nn ai ss en t di ff ér en ts mo ye ns d' év it er de co nt ra ct er le si d a se lo n le s ca ra ct ér is ti qu es so ci o- dé mo gr ap hi qu es , ED SB F- II B ur ki na Fa so 19 98 -9 9 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Évi te r Po ur ce nt ag e Ne S' ab st en ir Ut il is er Avo ir Évi te r Évi te r Évi te r les Ne ay an t de Ef fe ct if pe ut de ra p- les un s eu l les les les pi qû re s co nn aî t ma uv ai se s de fe mm es êt re po rt s co n- pa rt e- pr os ti - tr an s- in jec - de mo us - Au tr es au cu n in fo r- co nn ai ss an t Ca ra ct éri st iq ue évi té se xu els do ms na ir e tu ées fu si on s ti on s ti qu es mo yen s mo yen ma ti on s le si da _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ G ro u pe d' âg es 15 -1 9 20 -2 4 25 -2 9 30 -3 9 40 -4 9 Ét a t m a tr im o n ia l Ac tu el le me nt e n un io n Un io n ro mp ue Ja ma is e n un io n R és id en ce Ur ba in Ru ra l R ég io n Vi ll e de O ua ga do ug ou No rd Es t Ou es t Ce nt re /S ud N iv ea u d' in st ru ct io n Au cu n Pr im ai re Se co nd ai re o u pl us En se mb le d es f em me s 10 ,3 11 ,7 27 ,1 35 ,5 1, 0 2, 5 1, 5 0, 2 20 ,2 34 ,8 20 ,4 1 15 6 8, 6 5, 8 30 ,2 50 ,4 1, 4 4, 2 2, 1 0, 2 23 ,4 26 ,3 23 ,7 1 03 5 8, 0 5, 1 27 ,9 51 ,2 0, 9 4, 1 1, 0 0, 0 23 ,9 27 ,1 23 ,9 95 6 9, 6 5, 4 20 ,8 52 ,3 0, 8 3, 3 1, 6 0, 2 20 ,1 29 ,7 20 ,2 1 51 9 7, 9 5, 5 14 ,4 54 ,5 1, 0 2, 5 1, 0 0, 0 20 ,5 30 ,9 20 ,5 95 3 9, 3 4, 9 21 ,2 51 ,8 0, 9 3, 0 1, 2 0, 1 20 ,7 29 ,6 20 ,8 4 58 6 7, 6 7, 1 30 ,3 39 ,4 0, 5 2, 9 2, 1 0, 0 25 ,0 35 ,4 25 ,0 15 2 7, 9 16 ,1 36 ,9 34 ,3 1, 6 4, 6 2, 7 0, 3 24 ,7 30 ,1 24 ,9 88 2 4, 8 12 ,4 58 ,7 48 ,8 2, 5 9, 9 6, 0 0, 3 37 ,0 11 ,9 37 ,3 1 07 1 10 ,0 5, 4 15 ,8 48 ,7 0, 6 1, 7 0, 4 0, 1 17 ,8 34 ,1 17 ,9 4 54 7 6, 8 15 ,9 61 ,4 35 ,5 1, 9 6, 0 3, 8 0, 4 33 ,1 12 ,9 33 ,5 53 7 10 ,2 7, 4 23 ,6 38 ,3 0, 3 0, 5 0, 1 0, 0 13 ,1 37 ,5 13 ,1 75 9 7, 8 5, 4 15 ,8 56 ,7 0, 8 0, 4 0, 2 0, 1 14 ,1 29 ,1 14 ,1 1 45 4 8, 9 5, 7 22 ,4 53 ,4 2, 1 10 ,0 3, 9 0, 1 29 ,1 32 ,1 29 ,2 1 34 8 10 ,4 5, 3 20 ,0 46 ,7 0, 2 0, 5 0, 4 0, 2 21 ,8 30 ,8 21 ,9 1 52 0 9, 6 5, 5 17 ,5 49 ,2 0, 8 2, 4 0, 8 0, 1 18 ,6 33 ,2 18 ,7 4 73 1 8, 3 8, 6 45 ,5 44 ,4 1, 1 5, 2 3, 1 0, 0 28 ,8 17 ,5 28 ,8 51 5 2, 9 19 ,9 75 ,7 47 ,9 2, 8 12 ,5 7, 7 0, 6 47 ,5 4, 5 48 ,2 37 3 9, 0 6, 7 23 ,9 48 ,7 1, 0 3, 3 1, 5 0, 2 21 ,5 29 ,9 21 ,6 5 61 9 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ No te : Le po ur ce nt ag e av ec de " ma uv ai se s in fo rm at io ns " co mp re nd l es ca té go ri es su iv an te s: év it er d 'e mb ra ss er , év it er d e vi vr e a ve c un si dé en , ch er ch er l a pr ot ec ti on de s gu ér is se ur s tr ad it io nn el s, d e Di eu , év it er d e bo ir e/ ma ng er d an s la m êm e va is se ll e qu 'u n si dé en , et c. 189 Ta bl eau 12 .8 .2 Co nn ai ss an ce pa r le s ho mme s de s mo ye ns d' év it er de co nt ra ct er le si da Pa rm i le s ho mme s qu i co nn ai ss en t le si da , po ur ce nt ag e de ce ll es qu i co nn ai ss en t di ff ér en ts mo ye ns d' év it er de co nt ra ct er le si d a se lo n le s ca ra ct ér is ti qu es so ci o- dé mo gr ap hi qu es , ED SB F- II B ur ki na Fa so 19 98 -9 9 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Évi te r Po ur ce nt ag e Ne S' ab st en ir Ut il is er Avo ir Évi te r Évi te r Évi te r les Ne ay an t de Ef fe ct if pe ut de ra p- les un s eu l les les les pi qû re s co nn aî t ma uv ai se s d' ho mm es êt re po rt s co n- pa rt e- pr os ti - tr an s- in jec - de mo us - Au tr es au cu n in fo r- co nn ai ss an t Ca ra ct éri st iq ue évi té se xu els do ms na ir e tu ées fu si on s ti on s ti qu es mo yen s mo yen ma ti on s le si da _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ G ro u pe d' âg es 15 -1 9 20 -2 4 25 -2 9 30 -3 9 40 -4 9 50 -5 9 Ét a t m a tr im o n ia l Ac tu el le me nt e n un io n Un io n ro mp ue Ja ma is e n un io n R és id en ce Ur ba in Ru ra l R ég io n Vi ll e de O ua ga do ug ou No rd Es t Ou es t Ce nt re /S ud N iv ea u d' in st ru ct io n Au cu n Pr im ai re Se co nd ai re o u pl us En se mb le d es h om me s 5, 2 13 ,8 55 ,6 29 ,5 1, 6 2, 7 0, 8 0, 2 29 ,5 26 ,3 29 ,7 54 6 3, 9 15 ,2 66 ,7 47 ,3 4, 8 5, 4 2, 5 0, 2 43 ,4 13 ,1 43 ,7 38 1 5, 4 13 ,9 65 ,5 54 ,4 2, 2 5, 6 4, 8 0, 3 43 ,6 11 ,2 43 ,6 36 8 5, 3 10 ,8 59 ,8 65 ,7 3, 9 5, 3 2, 6 0, 2 43 ,1 10 ,6 43 ,7 54 6 4, 9 10 ,2 52 ,3 68 ,3 2, 4 4, 4 1, 9 0, 3 38 ,2 11 ,5 38 ,2 42 3 6, 1 10 ,8 32 ,9 58 ,9 4, 7 1, 3 1, 7 0, 0 33 ,4 19 ,4 33 ,4 27 8 5, 7 9, 8 52 ,9 65 ,2 3, 7 3, 8 2, 1 0, 2 38 ,6 13 ,0 38 ,9 1 47 8 9, 9 12 ,6 56 ,1 46 ,8 4, 9 5, 3 2, 7 0, 0 40 ,9 18 ,1 40 ,9 49 4, 0 16 ,3 61 ,9 36 ,0 2, 2 4, 7 2, 6 0, 2 38 ,0 19 ,1 38 ,1 1 01 5 1, 8 18 ,3 78 ,8 47 ,8 3, 0 7, 4 6, 1 0, 0 57 ,5 5, 1 57 ,7 57 9 6, 1 10 ,7 50 ,0 54 ,8 3, 2 3, 3 1, 2 0, 3 32 ,8 18 ,6 33 ,0 1 96 3 2, 0 22 ,8 77 ,4 37 ,3 3, 1 6, 9 6, 7 0, 0 51 ,0 5, 1 51 ,4 29 3 3, 9 21 ,4 49 ,9 53 ,0 2, 7 5, 9 1, 1 0, 2 32 ,3 19 ,0 32 ,3 36 7 2, 6 15 ,3 54 ,0 57 ,9 3, 3 1, 6 1, 2 0, 3 29 ,5 12 ,0 29 ,5 68 3 8, 8 4, 6 53 ,2 56 ,3 4, 7 4, 1 1, 9 0, 0 48 ,0 22 ,3 48 ,4 62 7 6, 4 6, 6 57 ,0 52 ,5 1, 5 5, 1 2, 5 0, 4 36 ,1 15 ,6 36 ,3 57 2 6, 1 9, 7 49 ,5 55 ,4 3, 4 2, 4 1, 2 0, 2 33 ,0 18 ,7 33 ,2 1 84 7 4, 3 14 ,4 63 ,8 47 ,7 2, 1 5, 2 3, 7 0, 3 43 ,8 12 ,5 44 ,1 36 8 0, 6 25 ,9 88 ,0 47 ,1 2, 9 13 ,2 6, 9 0, 0 62 ,8 1, 4 63 ,0 32 7 5, 1 12 ,5 56 ,6 53 ,2 3, 1 4, 2 2, 3 0, 2 38 ,4 15 ,5 38 ,6 2 54 2 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ No te : L e po ur ce nt ag e av ec de " ma uv ai se s in fo rm at io ns " co mp re nd l es ca té go ri es su iv an te s: év it er d 'e mb ra ss er , év it er d e vi vr e a ve c un si dé en , ch er ch er l a pr ot ec ti on de s gu ér is se ur s tr ad it io nn el s, d e Di eu , év it er d e bo ir e/ ma ng er d an s la m êm e va is se ll e qu 'u n si dé en , et c. 190 cité “ se limiter à une partenaire ” augmente avec l’âge; elle est moins élevée en milieu urbain (48 % contre 55 % en milieu rural), à Ouagadougou (37 % contre plus de 52 % ailleurs) et chez les hommes instruits (47- 48 % contre 55 % chez les non scolarisés). L’abstinence sexuelle a été plus fréquemment citée par les plus jeunes (qui comptent aussi plus de célibataires), en milieu urbain (18 % contre 11 % en milieu rural), dans la ville de Ouagadougou (23 %) et du Nord (21 %), et enfin par les hommes de niveau secondaire ou plus (26 %). La connaissance de trois moyens de prévention appropriés (utilisation du condom, fidélité, éviter les prostitués) a différemment varié entre 1993 (EDSBF-I) et 1998-99 (EDSBF-II). Des progrès très significatifs ont été enregistrés dans l’identification du condom comme moyen de prévention aussi bien chez les femmes (17 % en 1993 et 24 % en 1998-99) que chez les hommes (37 % et 57 %, respectivement, aux deux dates). Par contre, la fréquence de la fidélité a, à peine, augmenté chez les femmes (45 % et 49 %) et, elle a peut-être diminuer chez les hommes (56 % et 53 %). Enfin, le fait d’éviter les prostituées a été moins cité en 1998-99 qu’en 1993 (respectivement, 1 et 3 % chez les femmes et 3 et 12 % chez les hommes). 12.3.3 Perception du sida Des questions sur la perception du sida ont également été posées à toutes les personnes ayant déclaré connaître ou avoir entendu parler du sida. En ce qui concerne les femmes (tableau 12.9.1), on constate que seulement 49 % d’entre elles, soit près d’une femme sur deux, pensent qu’une personne apparemment en bonne santé peut être porteuse du VIH. Là encore, les femmes urbaines (78 %), celles de Ouagadougou (79 %) et celles ayant un niveau d’instruction secondaire ou plus (91 %) sont beaucoup mieux informées que leurs consoeurs du milieu rural (42 %), des autres régions (moins de 50 %), et de celles n’ayant pas d’instruction (44 %). Le pourcentage de femmes sachant qu’un porteur du virus peut paraître sain augmente nettement avec le niveau d’instruction. Il faut cependant noter que 33 % des femmes ont déclaré ne pas avoir d’opinion sur la question. Cela est surtout fréquent en milieu rural et chez les femmes sans instruction (respectivement, 38 % et 37 %). Graphique 12.1 Moyens d'éviter le sida cités par les femmes et les hommes connaissant le sida EDSBF-II 1998-99 9 30 22 1 7 24 49 2 3 5 16 39 3 13 57 53 2 4 MANQUE D'INFORMATION Impossible à éviter Ne connaît aucun moyen Mauvaises informations MOYENS D'ÉVITER Éviter les prostituées Abstinence sexuelle Utiliser condom Avoir un seul partenaire Éviter injections Éviter transfusions 0 10 20 30 40 50 60 70 Pourcentage Femmes Hommes 191 Ta bl ea u 12 .9 .1 Pe rc ep ti on d u si da p ar l es f em me s Ré pa rt it io n (en %) de s fe mm es qu i co nn ai ss en t le si da se lo n le ur o pi ni on s ur l 'a pp ar en ce de s ma la de s, su r la lé ta li té du si da , su r la po ss ib il it é d e g ué ri so n du si da et se lo n le ur c on na is sa nc e de l a tr an sm is si on d u si da m èr e/ en fa nt e t po ur ce nt ag e de f em me s co nn ai ss an t qu el qu 'u n ay an t le s id a ou m or t du si da , pa r ca ra ct ér is ti qu es s oc io - dé mo gr ap hi qu es , ED SB F- II B ur ki na F as o 19 98 -9 9 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Po ur ce nt ag e co nn ai ss an t Pe rs on ne q ui p ar aî t en b on ne Pe rs on ne a ve c le s id a un e Ef fe ct if sa nt é pe ut a vo ir l e si da Le s id a es t mo rt el pe ut ê tr e gu ér ie Tr an sm is si on m èr e/ en fa nt pe rs on ne de f em me s _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ay an t le co nn ai s- Pr es qu e Pr es qu e si da /m or te sa nt Ca ra ct ér is ti qu e No n Ou i NSP To ta l jam ais Pa rf oi s to ujo urs NSP To ta l No n Ou i NSP To ta l No n Ou i NSP To ta l du s id a le s id a _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ G ro up e d 'â ge s 15 -1 9 20 -2 4 25 -2 9 30 -3 9 40 -4 9 Ét at ma tri mo nia l Ac tu el le me nt en u ni on Un io n ro mp ue Ja ma is e n un io n M ili eu d e ré sid en ce Ur ba in Ru ra l R ég io n Vi ll e de Ou ag ad ou go u No rd Es t Ou es t Ce nt re /S ud N iv ea u d' in st ru ct io n Au cu n Pr im ai re Se co nd ai re o u pl us En se mb le d es f em me s 22 ,5 46 ,6 30 ,9 10 0, 0 0, 4 8, 6 81 ,5 9, 3 10 0, 0 86 ,5 3, 0 10 ,5 10 0, 0 14 ,6 48 ,2 37 ,0 10 0, 0 37 ,3 1 15 6 19 ,6 53 ,5 26 ,7 10 0, 0 0, 2 7, 4 83 ,5 8, 8 10 0, 0 88 ,1 2, 8 9, 0 10 0, 0 12 ,6 59 ,8 27 ,4 10 0, 0 39 ,0 1 03 5 17 ,5 50 ,5 31 ,9 10 0, 0 0, 4 8, 1 82 ,7 8, 5 10 0, 0 87 ,0 2, 6 10 ,4 10 0, 0 10 ,1 59 ,0 30 ,6 10 0, 0 39 ,3 95 6 16 ,4 49 ,1 34 ,5 10 0, 0 0, 3 7, 2 82 ,0 10 ,4 10 0, 0 85 ,9 2, 4 11 ,4 10 0, 0 9, 9 56 ,9 33 ,2 10 0, 0 37 ,8 1 51 9 16 ,8 43 ,7 39 ,5 10 0, 0 0, 2 5, 2 82 ,1 12 ,5 10 0, 0 84 ,0 1, 4 14 ,5 10 0, 0 10 ,3 52 ,4 37 ,2 10 0, 0 41 ,9 95 3 18 ,6 47 ,3 34 ,0 10 0, 0 0, 3 6, 8 82 ,5 10 ,3 10 0, 0 85 ,9 2, 3 11 ,7 10 0, 0 11 ,5 54 ,9 33 ,5 10 0, 0 38 ,3 4 58 6 11 ,3 55 ,7 33 ,0 10 0, 0 0, 0 9, 9 81 ,6 8, 5 10 0, 0 84 ,6 4, 3 10 ,6 10 0, 0 11 ,9 58 ,8 28 ,9 10 0, 0 43 ,8 15 2 19 ,4 54 ,6 26 ,0 10 0, 0 0, 6 10 ,0 81 ,2 8, 1 10 0, 0 88 ,7 3, 0 8, 3 10 0, 0 11 ,4 56 ,4 31 ,9 10 0, 0 40 ,8 88 2 9, 8 78 ,0 12 ,1 10 0, 0 0, 4 9, 3 87 ,7 2, 4 10 0, 0 94 ,2 2, 4 3, 3 10 0, 0 3, 0 86 ,8 10 ,0 10 0, 0 54 ,6 1 07 1 20 ,6 41 ,8 37 ,6 10 0, 0 0, 3 6, 9 81 ,0 11 ,7 10 0, 0 84 ,4 2, 5 13 ,0 10 0, 0 13 ,5 47 ,8 38 ,6 10 0, 0 35 ,2 4 54 7 11 ,1 78 ,5 10 ,3 10 0, 0 0, 8 12 ,0 84 ,3 2, 6 10 0, 0 91 ,8 3, 8 4, 2 10 0, 0 2, 9 88 ,9 8, 1 10 0, 0 53 ,9 53 7 20 ,8 41 ,7 37 ,6 10 0, 0 0, 9 5, 9 78 ,4 14 ,8 10 0, 0 81 ,6 2, 8 15 ,4 10 0, 0 12 ,1 46 ,4 41 ,1 10 0, 0 33 ,6 75 9 22 ,0 43 ,2 34 ,6 10 0, 0 0, 2 5, 6 86 ,2 7, 8 10 0, 0 87 ,0 2, 0 10 ,9 10 0, 0 12 ,7 51 ,1 36 ,2 10 0, 0 38 ,0 1 45 4 21 ,7 48 ,8 29 ,5 10 0, 0 0, 2 5, 3 82 ,0 12 ,5 10 0, 0 87 ,2 1, 7 10 ,9 10 0, 0 13 ,9 57 ,1 29 ,0 10 0, 0 39 ,8 1 34 8 13 ,8 46 ,9 39 ,3 10 0, 0 0, 1 10 ,0 80 ,1 9, 7 10 0, 0 85 ,2 2, 8 11 ,8 10 0, 0 10 ,9 50 ,1 38 ,8 10 0, 0 36 ,2 1 52 0 19 ,3 43 ,5 37 ,2 10 0, 0 0, 3 6, 6 81 ,9 11 ,2 10 0, 0 84 ,8 2, 4 12 ,6 10 0, 0 12 ,8 49 ,6 37 ,4 10 0, 0 35 ,6 4 73 1 19 ,7 65 ,9 14 ,3 10 0, 0 0, 6 9, 0 85 ,6 4, 8 10 0, 0 92 ,6 2, 5 4, 8 10 0, 0 6, 1 77 ,5 16 ,3 10 0, 0 55 ,0 51 5 6, 4 91 ,4 2, 2 10 0, 0 0, 6 15 ,2 83 ,2 0, 8 10 0, 0 96 ,2 2, 8 1, 0 10 0, 0 2, 2 95 ,6 2, 3 10 0, 0 57 ,3 37 3 18 ,5 48 ,7 32 ,7 10 0, 0 0, 3 7, 4 82 ,3 9, 9 10 0, 0 86 ,3 2, 5 11 ,1 10 0, 0 11 ,5 55 ,2 33 ,1 10 0, 0 38 ,9 5 61 9 192 Ta bl eau 12 .9 .2 Pe rc ep ti on d u si da pa r le s ho mme s Ré pa rt it io n (en %) de s ho mme s qu i co nn ais se nt l e si da se lo n le ur o pi ni on s ur l 'a pp ar en ce de s ma la de s, s ur l a lé ta li té du s id a, su r la po ss ib il it é d e g ué ri so n du si da et se lo n le ur c on na is sa nc e de la tr an sm is si on d u si da mèr e/ en fa nt e t po ur ce nt ag e d' ho mme s co nn ai ss an t qu el qu 'u n ay an t le si da ou m or t du s id a, pa r ca ra ct é ri st iq ue s so ci o- dé mo gr ap hi qu es , ED SB F- II B ur ki na F as o 19 98 -9 9 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Po ur ce nt ag e co nn ai ss an t Pe rs on ne q ui pa ra ît en b on ne Pe rs on ne a ve c le s id a un e Ef fe ct if sa nt é pe ut av oi r le s id a Le s id a es t mo rt el pe ut êt re g ué ri e Tr an sm is si on m èr e/ en fa nt pe rs on ne d' ho mme s _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ay an t le c on na is - Pr es qu e Pr es qu e si da /mo rt e sa nt Ca ra ct ér is ti qu e No n Ou i NSP To ta l jam ai s Pa rf oi s to ujo ur s NSP To ta l No n Oui NSP To ta l No n Oui NS P To ta l du si da le si da _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ G ro u pe d' âg es 15 -1 9 20 -2 4 25 -2 9 30 -3 9 40 -4 9 50 -5 9 Ét a t m a tr im o n ia l Ac tu el le me nt en un io n Un io n ro mp ue Ja ma is e n un io n M ili eu d e ré sid en ce Ur ba in Ru ra l R ég io n Vi ll e de Ou ag ad ou go u No rd Es t Ou es t Ce nt re /S ud N iv ea u d' in st ru ct io n Au cu n Pr im ai re Se co nd ai re o u pl us En se mb le d es h om me s 13 ,4 63 ,5 22 ,9 10 0, 0 0, 5 11 ,0 82 ,6 5, 9 10 0, 0 90 ,4 3, 0 6, 6 10 0, 0 9, 7 54 ,2 35 ,6 10 0, 0 37 ,6 54 6 10 ,7 74 ,8 14 ,1 10 0, 0 0, 0 10 ,0 86 ,1 3, 9 10 0, 0 92 ,3 2, 8 4, 4 10 0, 0 6, 0 71 ,0 21 ,5 10 0, 0 48 ,4 38 1 9, 7 78 ,5 11 ,3 10 0, 0 0, 2 13 ,6 83 ,7 2, 6 10 0, 0 94 ,7 2, 6 2, 3 10 0, 0 8, 1 68 ,0 23 ,0 10 0, 0 49 ,8 36 8 8, 6 76 ,7 14 ,7 10 0, 0 0, 7 9, 1 85 ,4 4, 7 10 0, 0 94 ,8 2, 3 2, 8 10 0, 0 4, 9 72 ,6 21 ,9 10 0, 0 56 ,8 54 6 8, 8 75 ,6 14 ,8 10 0, 0 0, 0 8, 2 89 ,0 2, 8 10 0, 0 94 ,9 1, 9 2, 9 10 0, 0 7, 9 67 ,8 23 ,6 10 0, 0 57 ,1 42 3 13 ,6 57 ,9 28 ,1 10 0, 0 0, 7 7, 4 83 ,2 8, 7 10 0, 0 91 ,0 3, 4 5, 7 10 0, 0 9, 4 52 ,3 37 ,5 10 0, 0 49 ,7 27 8 10 ,2 72 ,6 16 ,7 10 0, 0 0, 3 8, 5 86 ,5 4, 7 10 0, 0 94 ,3 2, 3 3, 3 10 0, 0 7, 2 66 ,4 25 ,6 10 0, 0 54 ,1 1 47 8 7, 5 75 ,7 16 ,7 10 0, 0 1, 6 14 ,2 82 ,8 1, 3 10 0, 0 97 ,0 3, 0 0, 0 10 0, 0 7, 7 74 ,7 16 ,2 10 0, 0 51 ,8 49 11 ,5 69 ,9 18 ,3 10 0, 0 0, 4 11 ,9 82 ,9 4, 8 10 0, 0 91 ,1 3, 1 5, 5 10 0, 0 8, 0 61 ,8 29 ,3 10 0, 0 43 ,2 1 01 5 4, 8 88 ,3 6, 4 10 0, 0 0, 7 17 ,8 79 ,0 2, 6 10 0, 0 91 ,9 4, 7 2, 7 10 0, 0 2, 6 89 ,1 7, 3 10 0, 0 54 ,8 57 9 12 ,4 66 ,7 20 ,6 10 0, 0 0, 3 7, 7 86 ,8 5, 3 10 0, 0 93 ,4 2, 0 4, 5 10 0, 0 9, 0 57 ,5 32 ,7 10 0, 0 48 ,2 1 96 3 4, 9 88 ,5 5, 8 10 0, 0 1, 1 27 ,1 69 ,0 2, 9 10 0, 0 89 ,1 7, 1 2, 9 10 0, 0 2, 2 90 ,7 5, 5 10 0, 0 56 ,1 29 3 14 ,0 56 ,0 29 ,1 10 0, 0 0, 6 8, 0 88 ,7 2, 7 10 0, 0 90 ,1 2, 2 7, 7 10 0, 0 8, 8 56 ,2 33 ,5 10 0, 0 40 ,0 36 7 13 ,7 65 ,9 20 ,5 10 0, 0 0, 1 5, 9 90 ,6 3, 4 10 0, 0 94 ,2 1, 8 3, 9 10 0, 0 5, 8 63 ,2 30 ,4 10 0, 0 47 ,4 68 3 12 ,6 73 ,3 13 ,4 10 0, 0 0, 0 2, 5 94 ,7 2, 7 10 0, 0 94 ,6 2, 5 2, 5 10 0, 0 8, 9 63 ,3 26 ,9 10 0, 0 44 ,8 62 7 5, 8 77 ,9 16 ,3 10 0, 0 0, 5 15 ,5 73 ,6 10 ,4 10 0, 0 93 ,9 1, 7 4, 4 10 0, 0 10 ,1 60 ,3 29 ,5 10 0, 0 60 ,8 57 2 12 ,2 66 ,3 21 ,2 10 0, 0 0, 3 7, 7 86 ,3 5, 7 10 0, 0 93 ,1 2, 0 4, 9 10 0, 0 9, 3 56 ,9 32 ,9 10 0, 0 46 ,0 1 84 7 9, 8 78 ,5 11 ,7 10 0, 0 0, 0 10 ,1 86 ,6 3, 3 10 0, 0 92 ,8 3, 7 3, 3 10 0, 0 5, 0 75 ,7 19 ,1 10 0, 0 59 ,2 36 8 3, 3 93 ,7 2, 0 10 0, 0 1, 0 22 ,5 76 ,0 0, 4 10 0, 0 93 ,1 5, 3 0, 6 10 0, 0 0, 8 96 ,7 1, 7 10 0, 0 59 ,9 32 7 10 ,7 71 ,6 17 ,3 10 0, 0 0, 4 10 ,0 85 ,0 4, 6 10 0, 0 93 ,0 2, 6 4, 1 10 0, 0 7, 6 64 ,7 26 ,9 10 0, 0 49 ,7 2 54 2 193 Cependant, la grande majorité des femmes (82 %) pensent que le sida est une maladie presque toujours mortelle; 7 % pensent qu’elle l’est parfois. Il est intéressant de noter ici, qu’il n’y a presque pas de variation selon les variables socio-démographiques. De même, 86 % d’entre elles ont déclaré que le sida ne se guérit pas; moins de 3 % pensent qu’il peut être soigné et 11 % n’en savent rien. Du point de vue des possibilités de guérison, on ne constate des écarts notables que selon la résidence et le niveau d’instruction : les femmes du milieu urbain (94 %, contre 84 % en milieu rural), celles de Ouagadougou (92 %) et celles qui ont, au moins, un niveau d’instruction secondaire (96 %) ont plus fréquemment déclaré que le sida ne pouvait être guéri. Plus de la moitié des femmes (55 %) ont déclaré connaître la transmission mère/enfant, 12 % ont déclaré que cela était impossible, mais un tiers d’entre elles (33 %) n’en ont aucune idée. Le niveau d’instruction et le milieu de résidence font apparaître des écarts importants dans la connaissance de ce mode de transmission. Ce sont les femmes ayant un niveau d’instruction secondaire ou plus (96 %), celles vivant à Ouagadougou (89 %) et en milieu urbain en général (87 %) qui ont le plus fréquemment déclaré connaître l’existence de ce mode de transmission. Enfin, près de quatre femmes sur dix (39 %) ont déclaré connaître ou avoir connu personnellement quelqu’un ayant eu le sida ou qui en est décédé. Cette réponse a été plus fréquente en milieu urbain (55 %, contre 35 % en milieu rural), à Ouagadougou (54 %) et parmi les femmes les plus instruites (57 %). Les hommes ont été proportionnellement plus nombreux que les femmes à déclarer qu’une personne apparemment en bonne santé pouvait être porteuse du VIH (72 % contre 49 % des femmes). Les adolescents de 15-19 ans, les hommes de 50-59 ans, les célibataires, ceux vivant en milieu rural et ceux n’ayant pas d’instruction ont moins fréquemment déclaré qu’une personne en bonne santé pouvait, en fait, être atteinte du sida. On note aussi que 85 % des hommes pensent que le sida est presque toujours mortel et 93 % pensent qu’il est incurable. Environ deux hommes sur trois (65 % des hommes contre 55 % des femmes) ont déclaré connaître la transmission du sida de la mère à l’enfant. La connaissance de ce mode de transmission est plus répandue chez les hommes ayant un niveau secondaire ou plus (97 %, contre 57 % chez les non instruits) et ceux résidant à Ouagadougou (91 %) ou, en général, en milieu urbain (89 %). Par ailleurs, les hommes ayant déclaré connaître ou avoir connu quelqu’un atteint ou décédé du sida (50 %) sont, proportionnellement, plus nombreux que les femmes (39 %). Enfin, par rapport à 1993 (EDSBF-I), le pourcentage d’enquêtés ayant déclaré qu’une personne apparemment en bonne santé pouvait être porteuse du VIH, a sensiblement augmenté, mais davantage chez les hommes (54 % en 1993, contre 72 % en 1998-99) que chez les femmes (38 % en 1993 contre 49 % en 1998-99). Par contre, le pourcentage d’e nquêtés ayant déclaré savoir que la transmission du VIH de la mère à l’enfant était possible a progressé à peu près au même rythme chez les deux sexes : de 46 % en 1993, cette proportion est passée à 55 % en 1998-99 chez les femmes; chez les hommes, 56 % avaient déclaré connaître ce moyen de transmission en 1993; cette proportion est de 65 % en 1998-99. 12.3.3 Perception du risque de contracter le sida Dans l’ensemble, la perception des hommes du risque de contracter le sida est assez différente de celle des femmes. Ainsi, 36 % des femmes et 22 % des hommes connaissant le sida estiment qu’ils ne courent aucun risque de contracter cette maladie. Par ailleurs, 45 % des femmes et 57 % des hommes pensent que leurs risques sont minimes; respectivement, 9 % et 7 % ont déclaré que leurs risques étaient importants (tableau 12.10 et graphique 12.2). 194 Tableau 12.10 Perception du risque de contracter le sida Répartition (en %) des femmes et des hommes connaissant le sida par perception du risque de contracter le sida, par caractéristiques socio-démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _______________________________________________________________________________________________________________ Femmes Hommes _____________________________________________ ______________________________________________ Risques de contracter le sida Risques de contracter le sida _____________________________ Effectif ______________________________ Impor- de Impor- Effectif Caractéristique Aucun Minime Modéré tant Total 1 femmes Aucun Minime Modéré tant Total 1 d'hommes _______________________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-39 40-49 50-59 État matrimonial Actuel. en union Union rompue Jamais en union Nombre de parte- naires dans les 12 derniers mois 0 1 2-3 4 + Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouaga dougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble 2 44,3 37,6 6,9 7,7 100,0 1 156 35,8 53,0 6,4 4,4 100,0 546 32,6 45,6 9,9 10,1 100,0 1 035 23,3 57,5 11,5 7,6 100,0 381 33,7 45,9 9,6 9,9 100,0 956 13,8 60,7 16,5 9,0 100,0 368 32,0 47,2 8,4 10,1 100,0 1 519 13,0 57,3 17,3 12,3 100,0 546 37,8 46,9 4,4 8,3 100,0 953 18,1 59,4 17,4 5,2 100,0 423 - - - - - - 27,4 55,3 12,8 4,4 100,0 278 34,5 46,5 7,8 9,1 100,0 4 586 17,4 58,3 16,1 8,2 100,0 1 478 38,0 34,5 7,8 18,3 100,0 152 17,4 55,4 16,8 10,4 100,0 49 42,7 36,7 8,6 8,8 100,0 882 28,8 55,3 9,6 6,0 100,0 1 015 36,6 44,5 7,7 8,9 100,0 5 297 23,7 57,5 12,4 6,3 100,0 1 995 23,0 50,0 9,9 15,9 100,0 262 15,5 54,9 18,3 11,3 100,0 294 24,7 31,4 23,1 16,8 100,0 49 15,7 54,4 18,4 11,5 100,0 187 * * * * * 2 17,6 58,2 10,6 13,5 100,0 59 28,1 42,2 13,6 15,1 100,0 1 071 21,0 56,2 11,5 11,1 100,0 579 37,7 45,2 6,6 7,9 100,0 4 547 22,3 57,3 14,1 6,3 100,0 1 963 22,4 39,3 19,2 17,6 100,0 537 17,3 49,7 15,3 17,7 100,0 293 33,8 40,6 14,2 5,7 100,0 759 7,0 71,2 11,9 9,6 100,0 367 37,1 55,0 3,8 2,1 100,0 1 454 30,9 41,0 18,8 9,2 100,0 683 38,9 44,2 3,6 12,7 100,0 1 348 30,1 60,9 4,4 4,5 100,0 627 38,0 39,1 8,5 11,9 100,0 1 520 14,4 66,6 17,2 1,7 100,0 572 37,5 45,0 6,8 8,0 100,0 4 731 22,0 57,2 14,0 6,7 100,0 1 847 29,0 45,9 12,1 12,7 100,0 515 20,5 58,5 12,7 8,1 100,0 368 24,6 38,1 16,2 21,0 100,0 373 23,7 54,5 11,4 10,4 100,0 327 35,9 44,7 7,9 9,3 100,0 5 619 22,0 57,0 13,5 7,4 100,0 2 542 _________________________________________________________________________________________________________ 1 Y compris les "non-déterminés" et 2,2 % de femmes et 0,1 % d'hommes ayant déclaré avoir le sida 2 Y compris les "non-déterminés" * Basé sur trop peu de cas Parmi les femmes, ce sont les plus jeunes (44 % des 15-19 ans) et les plus âgées (38 % des 40-49 ans), les célibataires (43%) qui ont le plus fréquemment déclaré qu’elles ne couraient aucun risque de contracter le sida. Par ailleurs, les femmes rurales (38 %, contre 28 % en milieu urbain) et les non instruites sont, proportionnellement, les plus nombreuses à se considérer à l’abri de ce risque. À l’opposé, la proportion la plus élevée de femmes considérant qu’elles courent des risques importants concerne les femmes en union rompue (18 %), les femmes urbaines (15 %, contre 8 % en milieu rural), les femmes résidant à Ouagadougou (18 %) dans les régions, de l’Ouest (13 %) et du Centre/Sud (12 %, contre moins de 6 % dans les deux autres régions), ainsi que les femmes de niveau d’instruction secondaire ou plus (21 %, contre 8 % des sans instruction). 195 Le nombre de partenaires influe également sur cette perception du risque de contracter le sida. Ainsi, les femmes qui n’ont pas d’autre partenaire sexuel que leur mari sont, proportionnellement, les plus nombreuses à considérer ne courir aucun risque (37 %) et les moins nombreuses à penser courir un risque important (9 %). Chez les hommes, on constate également des variations dans la perception du risque de contracter la maladie. Ainsi, comme chez les femmes, les plus jeunes et les plus âgés sont ceux qui ont le plus fréquemment déclaré qu’ils pensaient être à l’abri de la maladie. Du point de vue de l’état matrimonial, les célibataires (29 %) sont, proportionnellement, plus nombreux que les mariés, divorcés et veufs à considérer qu’ils ne courent aucun risque (17 %). Les proportions d’hommes qui considèrent ne courir aucun risque ne varient pas selon le milieu de résidence, ni, non plus, selon le niveau d’instruction. Il faut cependant remarquer que, comparativement aux autres régions, cette proportion est particulièrement faible dans la région Nord (7 % contre environ 30 % à l’Ouest et à l’Est). Pour ce qui est de la perception du risque important, comme chez les femmes, ce sont les hommes du milieu urbain (11 %, contre 6 % en rural), ceux de Ouagadougou (18 %, contre moins de 10 % dans les autres régions) et ceux ayant un niveau sec ondaire ou plus (10 % contre 8 % ou moins) qui estiment plus fréquemment qu’ils courent un risque important. De même, les hommes ayant des partenaires sexuelles autres que leurs épouses, ont déclaré plus fréquemment que les autres, courir des risques importants. Dans près de deux couples sur cinq (37 %), les deux conjoints ont la même perception du risque qu'ils courent de contracter le sida : dans 7 % des cas, l'homme et la femme pensent ne courir aucun risque; dans 27 % des cas, ils pensent courir des risques minimes et dans moins de 3 % des cas, ils pensent courir des risques modérés ou importants (tableau 12.11). Dans les cas où la perception de la femme et celle de l'homme divergent, on note que lorsque l'homme pense ne courir aucun risque, dans 8 % des couples, la femme pense courir des risques minimes et, dans moins de 2 % des cas, elle pense même courir des risques modérés ou importants. À l’opposé, lorsque la femme pense ne courir aucun risque, dans 19 % des couples, l'homme considère courir des risques faibles et, dans 10 % des cas, il considère courir des risques modérés ou importants. Graphique 12.2 Perception du risque de contracter le sida par les femmes et les hommes connaissant le sida EDSBF-II 1998-99 Aucun 36% Non déterminé 2% Faible 45% Modéré 8% Important 9% Aucun 22% Faible 57% Modéré 14% Important 7% Femmes Hommes FEMMES HOMMES 196 Tableau 12.11 Perception du risque de contracter le sida par les couples Répartition (en %) des couples qui ont entendu parler du sida par la perception de l'homme et de la femme du risque de contracter le sida, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________________________________________________ Nombre de couples dans Risques de contracter le sida selon l'homme lesquels les 2 __________________________________________ conjoints connaissent Aucun Minime Modéré Important Ensemble 1 le sida 1 ___________________________________________________________________________________________ Risques de contracter le sida selon la femme Aucun Minime Modéré Important Ensemble 1 Nombre de couples dans lesquels les 2 conjoints connaissent le sida 1 7,2 18,7 6,7 3,1 35,6 544 7,9 27,1 7,1 3,1 45,3 691 0,8 5,1 1,7 0,6 8,2 125 0,6 6,1 1,6 0,7 9,0 138 16,7 58,3 17,3 7,6 100,0 - 255 890 264 117 - 1 527 ___________________________________________________________________________________________ 1 Y compris les "non-déterminés" et 1 femme et 1 homme ayant déclaré avoir le sida 12.3.4 Raisons de la perception des risques Les enquêtés qui pensent qu'ils ne courent aucun risque, ou qu’ils courent seulement un risque minime de contracter le sida, n’ont pas souvent réussi à donner des raisons spécifiques à cette appréciation de leur niveau de risque : 78 % des femmes et 63 % des hommes ont fourni des arguments autres que ceux communément considérés comme valables (tableau 12.12). Cela a été le cas surtout chez les femmes en union (86 %). Deux raisons spécifiques essentielles ont été avancés par les femmes pour expliquer le fait qu’elles considèrent courir seulement des risques faibles ou pas de risques du tout : un seul partenaire ou limiter le nombre de partenaires (28 %) et l’abstinence sexuelle (12 %). Seulement 3 % d’entre elles ont mentionné l’utilisation du condom : parmi les célibataires et les femmes en rupture d’union, respectivement 12 % et 5 % ont cité le condom. La fidélité au(x) partenaire(s) a été cité par 32 % des femmes en union alors que pour 60 % des célibataires et 44 % des femmes divorcées et veuves, c’est l’abstinence sexuelle qui a été citée comme principale raison. Le fait que le conjoint n’ait pas d’autres partenaires sexuelles explique la perception du risque faible pour 1 % des femmes. Aucune femme n’a avancé des raisons telles que “ éviter les transfusions et les injections ” ou “ éviter les rapports homosexuels ”. Concernant les hommes, on constate, comme pour les femmes, que la principale raison citée pour justifier leur perception de faible risque de contracter le sida est le nombre limité de partenaires (31 %). Les hommes en union ont été proportionnellement les plus nombreux à donner cette réponse (40 %, contre 19 % parmi les célibataires). Dans 25 % des cas, s’abstenir de rapports sexuels a été cité comme raison. Comme on pouvait s’y attendre, ce sont surtout les célibataires (54 %), les veufs et les divorcés (31 %) qui ont avancé ce type de raison. Seulement, 16 % des hommes ont menti onné le c ondom, ce qui est largement plus élevé que les 3 % observés chez les femmes. Ici également, ce sont les célibataires (23 %) et les divorcés et veufs (17 %) qui l’ont le plus fréquemment cité. Il faut noter par ailleurs, qu’un pourcentage non négligeable d’hommes mariés (10 %) justifie sa perception de risque faible ou nul par l’utilisation du condom. 197 Tableau 12.12 Raisons pour lesquelles les risques de contracter le sida sont perçus comme nuls/minimes Parmi les femmes et les hommes qui pensent ne courir aucun risque ou courir des risques minimes de contracter le sida, raisons de la perception de ces risques, selon l'état matrimonial, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________________________________________________________ Un seul/ S'abstient nombre (Conjoint) de Utilise limité n'a pas Évite les Pas de rapports le de parte- autre par- prosti- trans- Pas d'in- sexuels condom naires tenaire tuées fusion jections Autres Effectif ___________________________________________________________________________________________________ Femmes Célibataire Actuel. en union Union rompue Ensemble des femmes Hommes Célibataire Actuel. en union Union rompue Ensemble des hommes 60,0 11,5 13,3 0,2 0,0 0,8 0,4 36,0 700 1,8 1,4 31,6 1,7 0,0 0,6 0,2 86,2 3 717 44,0 4,6 11,5 1,6 0,0 0,0 1,0 56,8 110 11,8 3,0 28,3 1,4 0,0 0,6 0,2 77,7 4 527 54,4 23,4 18,2 0,0 3,6 0,8 0,4 33,3 854 1,9 9,9 40,2 1,6 3,2 0,9 0,5 85,6 1 119 31,2 17,1 18,8 0,0 0,0 0,0 3,7 67,5 35 24,7 15,8 30,5 0,9 3,3 0,8 0,5 63,0 2 008 Les autres raisons concernant la fréquentation des prostituées (3 %), les autres partenaires sexuels du conjoint (1 %), le recours aux transfusions (moins de 1 %) et aux injections (moins de 1 %) n’ont été que marginalement mentionnées. Le tableau 12.13 présente les pourcentages de femmes et d’hommes qui estiment courir des risques modérés/importants selon les raisons de cette perception. Pour les femmes, le fait que le conjoint ait d’autres partenaires (44 %) est la raison principale pour laquelle elles pensent courir des risques modérés/importants de contracter le sida. Cette raison a été surtout évoquée par les femmes en union (51 %). La deuxième raison citée par les femmes est la non utilisation du condom (20 %); elle concerne surtout les femmes en union (21%). On relève que 7 % de l’ensemble des femmes justifient leur perception du risque par la multiplicité de leurs partenaires sexuels. La fréquence de cette réponse est très variable selon la situation matrimoniale : 6 % chez les femmes en union et 14 % chez les célibataires. Les transfusions (moins de 7 %) et les injections (moins de 5 %) ont été rarement évoquées. Parmi les hommes, la multiplicité des partenaires (38 %) constitue la raison principale pour laquelle ils pensent courir des risques modérés/importants de contracter le sida; pour 14 % d’entre eux, c’est la non utilisation du condom qui explique leur perception. Le fait que la conjointe ait d’autres partenaires a été évoqué par 8 % des hommes. Ici également, les transfusions (moins de 10 %) et les injections (moins de 4 %) ont été les raisons les moins fréquemment citées. 198 Tableau 12.13 Raisons pour lesquelles les risques de contracter le sida sont perçus comme modérés/importants Parmi les femmes et les hommes qui pensent avoir des risques modérés/importants de contracter le sida, raisons de la perception de ces risques, selon l'état matrimonial, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________________________________________________________ Plus d'un/ N'utilise nombreux Conjoint Fréquente pas le partenaires a d'autres les A des A des condom sexuels partenaires pros tituées transfusions injections Autres Effectif ___________________________________________________________________________________________________ Femmes Jamais en union Actuel. en union Union rompue Ensemble des femmes Hommes Jamais en union Actuel. en union Union rompue Ensemble des hommes 16,5 14,1 14,4 0,0 14,7 8,5 70,9 153 21,1 5,5 50,6 0,0 5,6 4,4 42,4 772 6,6 14,2 21,2 0,0 1,4 0,0 74,5 40 19,7 7,2 43,7 0,0 6,9 4,9 48,2 965 10,3 29,3 6,2 0,7 10,2 5,8 66,7 158 15,2 41,6 8,5 0,5 9,3 3,6 59,2 359 * * * * * * * 13 14,0 37,8 8,1 0,6 9,5 4,3 60,8 530 ___________________________________________________________________________________________________ * Basé sur trop peu de cas 12.3.5 Changement de comportement pour éviter de contracter le sida Malgré les risques que peuvent faire courir certains comportements, 47 % des femmes ont déclaré n’avoir rien changé à leur comportement sexuel depuis qu’elles ont entendu parler du sida (tableau 12.14.1). Cette proportion est, en outre, relativement élevée parmi les femmes en union (51 %), en milieu rural (51 %) et chez les non instruites (50 %). Les changements de comportement sexuel consistent essentiellement en la limitation à un seul partenaire (34 %); les femmes en union ont été de loin, proportionnellement, les plus nombreuses à avoir déclaré ce changement. Plus de 10 % se sont contentées de demander à leur conjoint d’être fidèle. C’est dans les régions de Ouagadougou et du Centre/Sud que ce pourcentage est le plus élevé (respectivement 14 % et 18 % contre 7 % ou moins dans les autres régions). Moins de 4 % ont déclaré avoir utilisé le condom. Cette option a été surtout le fait des adolescentes de moins de 20 ans (6 %), des urbaines (12 %, contre 2 % en milieu rural), des résidentes de Ouagadougou (14 %, contre 3 % ou moins ailleurs) et des femmes de niveau secondaire ou plus (22 %, contre moins de 2 % des sans instruction). Celles qui ont décidé de s’abstenir de rapports sexuels (1 % dans l’ensemble) sont, pr oportionnellement, plus nombreuses chez les femmes divorcées ou veuves (17 %); ce type de changement de comportement est aussi un peu plus fréquent en milieu urbain (2 % contre 1 % en milieu rural), à Ouagadougou (3 %, contre 1,5 % ou moins ailleurs) et chez les femmes de niveau secondaire ou plus (2 %). Le changement de comportement, après avoir entendu parler du sida, a été de manière générale plus fréquent chez les hommes que chez les femmes. Ainsi, alors que près de la moitié des femmes n’ont rien modifié, 78 % des hommes ont déclaré avoir changé de comportement pour éviter de contracter le sida (tableau 12.14.2). Pour les hommes, modifier son comportement a consisté, par ordre d'importance, en la limitation à une seule partenaire (29 %), à l’utilisation du condom (19 %) et en la réduction du nombre de partenaires sexuelles (19 %). 199 Ta bl eau 12 .1 4. 1 C om po rt em en t de s fem me s po ur év it er de co nt ra ct er le si da Po ur ce nt ag e de fe mm es pa r ch an ge me nt de co mp or te me nt p ou r é vi te r de co nt ra ct er le sid a se lon ce rt ai ne s ca ra ct ér is ti qu es so ci o- d émo gr ap hi qu es , ED SB F- II Bu rk in a Fa so 19 98 -9 9 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Cha ng eme nt du co mp or te me nt se xu el Pa s de _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ch an ge - N' a pa s A me nt de co mm en cé A A A li mi té A li mi té dem an dé au Au tr es Au tr es co mp or - le s ar rê té le s co mm en cé à ra pp or ts le n om br e pa rt en ai re ch an ge - ch an ge - te me nt ra pp or ts ra pp or ts ut il is er à 1 se ul de pa rt e- d' êt re me nt s me nt s no n Ca ra ct ér is ti qu e se xu el se xu el s se xu el s le co ndo m pa rt en ai re na ir es fi dè le se xu el s se xu el s Ef fe ct if _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ G ro u pe d' âg es 15 -1 9 20 -2 4 25 -2 9 30 -3 9 40 -4 9 Ét at m a tr im o n ia l Ac tu el . en un io n Un io n ro mp ue Ja ma is en u ni on M ili eu de ré sid en ce Ur ba in Ru ra l R ég io n Vi ll e de Oua ga dou gou No rd Es t Oue st Cen tr e/ Sud N iv ea u d' in st ru ct io n Au cu n Pr im ai re Sec on da ir e ou p lu s En se mbl e des fe mm es 1 38 ,4 30 ,3 0, 9 6, 1 19 ,9 1, 1 4, 9 0, 5 52 ,2 1 15 6 44 ,3 2, 5 0, 8 5, 9 39 ,4 1, 6 12 ,5 0, 1 53 ,1 1 03 5 45 ,8 0, 4 0, 4 2, 4 42 ,1 2, 0 12 ,7 0, 3 52 ,2 95 6 50 ,6 0, 1 0, 5 1, 9 38 ,1 1, 0 11 ,8 0, 3 57 ,7 1 51 9 55 ,8 0, 6 3, 2 1, 0 31 ,3 0, 9 9, 9 0, 1 60 ,4 95 3 50 ,5 0, 2 0, 4 1, 6 38 ,5 1, 1 11 ,9 0, 2 56 ,6 4 58 6 47 ,0 1, 5 16 ,8 9, 1 21 ,6 3, 6 3, 4 0, 0 57 ,3 15 2 29 ,0 42 ,4 1, 5 12 ,0 13 ,3 2, 1 3, 3 0, 6 47 ,8 88 2 30 ,1 13 ,8 2, 0 11 ,6 35 ,9 2, 6 11 ,7 0, 6 48 ,7 1 07 1 51 ,0 5, 2 0, 8 1, 5 33 ,7 1, 0 10 ,0 0, 2 56 ,8 4 54 7 31 ,1 12 ,0 2, 9 13 ,7 30 ,7 3, 2 14 ,1 1, 2 57 ,0 53 7 61 ,1 4, 7 0, 5 2, 9 22 ,6 1, 8 7, 2 0, 7 70 ,5 75 9 56 ,1 5, 6 0, 7 1, 3 31 ,5 0, 6 5, 8 0, 2 60 ,6 1 45 4 48 ,2 7, 2 0, 5 2, 3 37 ,0 1, 0 6, 8 0, 1 55 ,1 1 34 8 35 ,8 7, 1 1, 5 3, 1 41 ,0 1, 2 18 ,1 0, 0 42 ,0 1 52 0 50 ,4 5, 1 1, 0 1, 5 33 ,8 1, 0 10 ,3 0, 2 56 ,6 4 73 1 35 ,0 14 ,1 1, 3 7, 9 36 ,5 2, 2 10 ,4 0, 9 48 ,8 51 5 20 ,3 19 ,8 1, 9 21 ,6 35 ,0 3, 9 11 ,2 0, 5 47 ,3 37 3 47 ,0 6, 9 1, 1 3, 4 34 ,1 1, 3 10 ,3 0, 3 55 ,3 5 61 9 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ 1 Y co mp ri s le s " no n- dé te rm in és " 200 Ta bl eau 12 .1 4. 2 C om po rt em en t de s ho mme s po ur év it er de co nt ra ct er le si da Po ur ce nt ag e d' ho mme s pa r ch an ge me nt de co mp or te me nt po ur év it er de co nt ra ct er le sid a se lon ce rt ain es ca ra ct éri st iq ue s so ci o- dé mo gr ap hi qu es , ED SB F- II Bu rk in a Fa so 19 98 -9 9 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Cha ng eme nt du co mp or te me nt se xu el Pa s de _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ch an ge - N' a pa s A me nt de co mm en cé A A A li mi té A li mi té dem an dé au Au tr es Au tr es co mp or - le s ar rê té le s co mm en cé à ra pp or ts le n om br e pa rt en ai re Évi te ch an ge - ch an ge - te me nt ra pp or ts ra pp or ts ut il is er à 1 se ul de pa rt e- d' êt re le s me nt s me nt s no n Ca ra ct ér is ti qu e se xu el se xu el s se xu el s le c on dom pa rt en ai re na ir es fi dè le pr os ti tu ée s se xu el s se xu el s Ef fe ct if _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ G ro u pe d' âg es 15 -1 9 20 -2 4 25 -2 9 30 -3 9 40 -4 9 50 -5 9 Ét at m a tr im o n ia l Ac tu el . en un io n Un io n ro mp ue Ja ma is en u ni on M ili eu de ré sid en ce Ur ba in Ru ra l R ég io n Vi ll e de Oua ga dou gou No rd Es t Oue st Cen tr e/ Sud N iv ea u d' in st ru ct io n Au cu n Pr im ai re Sec on da ir e ou p lu s En se mbl e des ho mm es 1 19 ,5 53 ,3 1, 2 13 ,0 8, 2 6, 0 2, 5 2, 1 0, 1 39 ,6 54 6 13 ,8 21 ,9 2, 3 30 ,9 25 ,7 17 ,1 6, 8 5, 6 0, 2 34 ,9 38 1 12 ,2 7, 2 1, 2 33 ,9 40 ,4 18 ,4 12 ,7 5, 2 0, 0 31 ,9 36 8 21 ,3 1, 0 0, 4 21 ,8 40 ,0 26 ,0 20 ,7 7, 1 0, 1 41 ,1 54 6 26 ,5 0, 0 0, 3 10 ,4 36 ,9 27 ,0 25 ,4 4, 9 0, 7 47 ,1 42 3 45 ,3 0, 0 0, 4 4, 9 22 ,9 24 ,8 17 ,4 1, 9 0, 2 56 ,2 27 8 25 ,9 0, 2 0, 0 15 ,1 39 ,5 24 ,0 21 ,4 5, 1 0, 3 44 ,1 1 47 8 24 ,8 2, 4 6, 2 30 ,1 23 ,0 28 ,7 0, 0 11 ,5 1, 3 48 ,3 49 16 ,0 39 ,7 2, 1 24 ,9 13 ,2 12 ,0 3, 8 3, 6 0, 1 36 ,5 1 01 5 12 ,2 17 ,6 2, 7 38 ,0 32 ,6 16 ,5 5, 4 5, 0 0, 8 51 ,0 57 9 24 ,8 15 ,5 0, 5 13 ,7 27 ,6 20 ,1 16 ,5 4, 5 0, 1 38 ,3 1 96 3 10 ,0 14 ,6 3, 1 42 ,1 36 ,8 16 ,4 6, 7 6, 9 1, 3 43 ,7 29 3 24 ,4 18 ,6 0, 5 17 ,6 20 ,6 25 ,3 6, 7 1, 8 0, 0 38 ,3 36 7 32 ,9 14 ,7 1, 3 12 ,9 27 ,0 13 ,3 10 ,4 4, 4 0, 1 41 ,7 68 3 19 ,4 15 ,5 0, 6 17 ,2 30 ,8 21 ,4 13 ,7 5, 4 0, 0 52 ,0 62 7 16 ,3 17 ,0 0, 1 18 ,6 29 ,5 21 ,8 26 ,9 4, 5 0, 2 29 ,1 57 2 25 ,3 13 ,6 0, 6 13 ,6 28 ,2 20 ,6 16 ,3 4, 7 0, 2 40 ,0 1 84 7 14 ,7 22 ,3 1, 1 25 ,8 30 ,6 18 ,6 11 ,0 4, 7 0, 0 37 ,8 36 8 11 ,4 22 ,2 2, 7 43 ,9 29 ,2 12 ,8 3, 9 3, 5 0, 8 51 ,7 32 7 22 ,0 16 ,0 1, 0 19 ,3 28 ,7 19 ,3 14 ,0 4, 6 0, 2 41 ,2 2 54 2 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ 1 Y co mp ri s le s " no n- dé te rm in és " 201 Comme pour les femmes, le pourcentage d’hommes n’ayant pas changé de comportement sexuel est plus élevé parmi ceux qui sont en union ou qui l’étaient (respectivement, 26 % et 25 % contre 16 % chez les célibataires), ceux qui vivent en milieu rural (25 % contre 12 % en urbain) et parmi ceux sans instruction (25 % contre 11 % chez ceux de niveau, au moins, secondaire). En ce qui concerne l’âge, on constate que la tendance à modifier son comportement pour limiter les risques de contracter le sida diminue au fur et à mesure que l’âge augmente : en effet, à 25-29 ans, seulement 12 % des hommes ont déclaré n’avoir pas changé de comportement, contre 21 % à 30-39 ans et 45 % à 50-59 ans. Le fort pourcentage d’adolescents de 15-19 ans (20 %) n’ayant pas changé de comportement s’explique probablement, en partie, par leur activité sexuelle très limitée. L’utilisation du condom a été surtout le fait des jeunes (20-29 ans : plus de 30 %), des célibataires (25 %) et des veuves et divorcées (30 %), des urbains (38 %, contre 14 % en milieu rural) et des hommes de niveau secondaire ou plus (44 %, contre 14 % chez les non instruits). Le pourcentage d’hommes ayant mentionné la restriction du nombre de partenaires à un seul, ne varie pratiquement pas selon le niveau d’instruction (entre 28 et 31 %). Il est, par contre, plus élevé chez les hommes du milieu urbain (33 %, contre 28 % en milieu rural) et chez les hommes en union (40 % contre 13 % chez les célibataires). Enfin, 14 % des hommes ont demandé à leur(s) conjointe(s) d’être fidèle(s). Il s’agit là essentiellement des hommes en union (21 % contre moins de 4 % des célibataires), des hommes du milieu rural (17 %, contre 5 % en milieu urbain) et des non instruits (16 %, contre 4 % des hommes de niveau secondaire ou plus). 12.4 CONNAISSANCE ET UTILISATION DU CONDOM Le condom demeure un des moyens les plus efficaces de protection contre le sida. Il est donc important de savoir dans quelle mesure les hommes et les femmes connaissent et utilisent ce moyen de protection. À la différence du Chapitre 4 (Planification familiale) traitant du condom en tant que méthode contraceptive, il s’agit ici d’évaluer la connaissance et l’utilisation du condom en tant que moyen contraceptif et en tant que moyen de protection contre les maladies sexuellement transmissibles. Les niveaux de connaissance et d’utilisation présentés ici diffèrent donc de ceux donnés précédemment. 12.4.1 Connaissance du condom Le tableau 12.15 montre que parmi les femmes qui connaissent le sida et qui ont déjà eu des rapports sexuels, 79 % connaissent le condom en tant que moyen de protection contre les MST/sida ou comme méthode contraceptive. Ce niveau de connaissance diminue avec l’âge (de 82 % à 15-19 ans, il passe à 70 % à 40-49 ans); il est plus élevé parmi les femmes célibataires (94 % contre 78 % chez celles actuellement en union). Le niveau de connaissance est, en outre, positivement corrélé avec l’urbanisation et le niveau d’instruction. Les femmes urbaines (98 %, contre 75 % en milieu rural), les résidentes de la région de Ouagadougou (99 %) et les femmes instruites (plus de 95 %) connaissent, en grande majorité, le condom. La région Est avec moins de 70 % se caractérise par la proportion la plus faible. Bien que la proportion d’hommes c onnaissant le c ondom soit nettement supérieure à celle des femmes (95 % contre 79 %), les variations selon les caractéristiques socio-démographiques sont assez similaires pour les deux sexes. Ainsi les hommes les plus jeunes, les célibataires, les hommes vivant dans les villes et ceux ayant fréquenté l’école connaissent presque tous le condom comme contraceptif ou comme moyen de protection contre les MST. 202 Tableau 12.15 Connaissance du condom Pourcentage de femmes et d'hommes qui connaissent le condom selon certaines caractéristiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________________________ Femmes Hommes qui qui connais- Effectif connais- sent le de sent le Effectif Caractéristique condom femmes 1 condom d'hommes 1 ___________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-39 40-49 50-59 État matrimonial actuel En union En rupture d'union Jamais en union Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouaga dougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble 82,2 604 98,1 168 82,3 1 001 98,7 278 81,5 953 97,6 341 78,7 1 519 98,0 541 70,1 952 94,3 422 - - 83,9 276 77,7 4 586 94,2 1 478 82,8 152 97,6 49 93,5 292 98,4 499 98,0 860 99,7 458 74,8 4 169 94,1 1 568 99,2 435 99,5 244 76,4 689 94,9 274 69,0 1 317 89,4 544 79,3 1 213 97,7 505 82,3 1 375 97,9 459 76,0 4 357 94,2 1 520 95,1 401 97,8 273 99,6 271 100,0 233 78,8 5 029 95,3 2 026 ___________________________________________________________________ 1 Femmes et hommes qui connaissent le sida et qui ont déjà eu des rapports sexuels. 12.4.2 Utilisation du condom Parmi les femmes qui connaissent le sida et qui ont eu des rapports sexuels au cours des douze derniers mois, 12 % ont déclaré avoir utilisé un condom à un moment quelconque (tableau 12.16); un pourcentage à peu près égal de femmes a utilisé le condom en tant que moyen de protection contre les MST (10 %) ou en tant que contraceptif (10 %). Le niveau d’utilisation du condom varie selon l'état matrimonial : très faible chez les femmes en union (8 %), il est de 42 % chez les divorcées/veuves et de 64 % chez les femmes célibataires. Les femmes urbaines (36 %, contre 7 % en milieu rural), celles vivant à Ouagadougou (45 %) et celles de niveau secondaire ou plus (67 %) sont celles qui ont utilisé le plus fréquemment un condom, en tant que contr aceptif ou en tant que moyen de protection contre les MST/sida. Le tableau 12.16 montre que très peu de femmes (moins de 3 %) ont déclaré avoir utilisé un condom au cours de leur dernier rapport sexuel avec le conjoint. Avec une personne différente du conjoint, cette proportion est, par contre, relativement très élevée (42 %). Du point de vue des caractéristiques socio- démographiques, on peut noter que lors des derniers rapports sexuels avec un partenaire autre que le conjoint, 203 Tableau 12.16 Utilisation du condom par les femmes Parmi les femmes qui connaissent le sida et qui ont eu des rapports sexuels au cours des 12 derniers mois, pourcentage de celle s qui ont déjà utilisé le condom selon la raison de l'utilisation, pourcentage de celles qui l'ont utilisé au cours des derniers rapports avec leur conjoint, pourcentage de celles qui l'ont utilisé au cours des derniers rapports avec quelqu'un d'autre que leur conjoint et po urcentage de celles qui l'ont utilisé au cours des derniers rapports quel que soit le partenaire, selon certaines caractéristiques socio- démographiques, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _______________________________________________________________________________________________________________ Pourcentage de femmes qui Utilisation du c ondom lors des derniers rapports sexuels avec: ont déjà utilisé le c ondom _____________________________________________________ _____________________________ Quelqu'un d'autre N'importe quel Pour éviter L'une ou Conjoint que le conjoint type de partenaire Comme le MST/ l'autre _______________ _______________ _______________ Caractéristique contraceptif sida raison Effectif 1 % Effectif 2 % Effectif 3 % Effectif 1 _______________________________________________________________________________________________________________ Groupes d'âges 15-19 20-24 25-29 30-39 40-49 État matrimonial Actuelle. en union En rupture d'union Jamais en union Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Effectif des femmes 4 20,1 21,4 23,4 541 2,4 367 41,5 185 15,8 541 15,0 14,5 18,4 790 3,8 725 52,2 69 8,1 790 10,8 8,7 12,9 744 3,8 724 39,5 25 5,1 744 6,5 5,1 7,8 1 171 2,1 1 151 32,9 28 2,8 1 171 2,1 2,4 2,9 663 0,9 652 * 13 1,5 663 6,8 5,7 8,4 3 621 2,6 3 619 33,4 33 2,9 3 621 33,8 41,5 41,5 39 - 0 27,5 39 27,5 39 56,2 60,1 63,7 249 - 0 45,9 249 45,9 249 29,6 29,8 36,3 727 7,0 579 56,3 155 17,6 727 5,7 4,9 6,7 3 182 1,8 3 040 29,4 166 3,2 3 182 37,9 36,0 45,2 356 10,4 278 64,8 80 22,7 356 6,8 6,9 9,0 583 2,6 552 28,7 38 4,4 583 5,1 4,1 5,9 942 1,1 902 35,6 48 2,9 942 6,3 5,8 8,3 1 028 1,6 959 21,8 73 3,1 1 028 11,0 10,4 12,4 1 000 2,8 930 49,0 83 6,5 1 000 5,7 4,7 6,8 3 344 1,9 3 201 28,4 165 3,2 3 344 20,5 24,3 27,6 324 4,3 270 50,9 62 13,2 324 58,7 56,3 67,0 241 15,1 149 61,2 95 33,3 241 10,2 9,5 12,2 3 909 2,6 3 619 42,4 321 5,9 3 909 _______________________________________________________________________________________________________________ 1 Effectif de femmes qui connaissent le sida et qui ont eu des rapports sexuels au cours des 12 derniers mois. 2 Effectif de femmes qui connaissent le sida et qui ont eu des rapports sexuels au cours des 12 derniers mois avec leur conjoint . 3 Effectif de femmes qui connaissent le sida et qui ont eu des rapports sexuels au cours des 12 derniers mois avec quelqu'un d'a utre que le conjoint (y compris les femmes non en union). 4 Y compris les "non-déterminés" * Basé sur trop peu de cas les femmes plus jeunes, les célibataires, les urbaines et les instruites ont plus fréquemment utilisé le c ondom que les autres. Chez les hommes qui connaissent le sida et qui ont eu des rapports sexuels au cours des 12 derniers mois, 40 % ont déclaré avoir déjà utilisé le condom à un moment quelconque (tableau 12.17) : 37 % l’ont utilisé comme contraceptif et un pourcentage égal en tant que protection contre les MST/sida. La proportion d’hommes ayant utilisé le condom est donc trois fois plus importante que celle des femmes (37 %, contre 12 %) (graphique 12.3). Les hommes les plus jeunes, en particulier ceux de 20-24 ans, ont plus tendance que les plus âgées à utiliser un condom, quelqu’en soit le but (63 % à 20-24 ans contre 21 % ou moins à partir de 40 ans). Près de 70 % des célibataires et 62 % de ceux dont l’union est rompue ont utilisé le condom pour 204 Tableau 12.17 Utilisation du condom par les hommes Parmi les hommes qui connaissent le sida et qui ont eu des rapports sexuels au cours des 12 derniers mois, pourcentage de ceux qui ont déjà utilisé le condom selon la raison de l'utilisation, pourcentage de ceux qui l'ont utilisé au cours des derniers rapports avec l eur conjointe, pourcentage de ceux qui l'ont utilisé au cours des derniers rapports avec quelqu'un d'autre que leur conjointe et pourcentage de ceux qui l'ont utilisé au cours des derniers rapports quel que soit le partenaire, selon certaines caractéristiques socio-démographiques , EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _________________________________________________________________________________________________________________ Pourcentage d'hommes qui ont déjà utilisé des condoms U tilisation au cours des derniers rapports sexuels avec : ______________________________ _________________________________________________________ N'importe Pour Partenaire Quelqu'un quel type Comme éviter Epouse(s) regulière d'autre de partenaire contra- MST/ En- __________ __________ ___________ __________ Caractéristique ceptif sida semble Eff. 1 % Eff. 2 % Eff. 3 % Eff. 4 % Eff. 1 _________________________________________________________________________________________________________________ Groupe d'âges 15-19 20-24 25-29 30-39 40-49 50-59 État matrimonial Actuel. en union En rupture d'union Jamais en union Milieu de résidence Urbain Rural Région Ville de Ouaga dougou Nord Est Ouest Centre/Sud Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des hommes 5 52,5 54,4 55,8 143 * 10 56,4 69 32,0 65 42,0 143 59,9 62,0 63,3 234 3,7 66 69,2 88 58,1 80 46,8 234 53,2 55,1 58,0 298 14,3 176 75,1 67 61,3 55 36,7 298 36,2 34,8 39,2 474 9,5 430 * 23 * 21 14,0 474 18,9 17,4 21,5 379 4,4 368 * 8 * 4 5,6 379 13,2 10,5 14,3 221 2,4 217 * 1 * 3 3,2 221 26,3 25,7 29,6 1 305 7,2 1 255 55,3 26 * 24 9,4 1 305 61,5 61,5 65,9 27 * 6 * 7 * 13 37,8 27 68,5 69,2 70,7 418 * 5 67,3 222 47,7 190 57,5 418 71,6 69,1 74,2 398 14,5 210 83,3 121 82,0 66 46,7 398 26,7 27,1 29,9 1 351 5,7 1 056 49,0 134 38,5 161 13,9 1 351 79,8 75,8 82,0 209 21,3 101 80,7 74 84,9 34 52,8 209 30,9 34,9 36,3 244 6,6 182 * 19 49,1 42 17,9 244 27,3 25,6 28,6 444 4,6 340 65,1 52 49,8 52 17,0 444 29,4 28,9 33,2 459 5,0 358 54,8 57 41,3 44 14,7 459 37,6 38,4 40,7 394 8,1 286 58,4 53 41,0 55 19,5 394 26,1 26,8 29,4 1 309 5,5 1 035 50,7 130 37,5 143 13,5 1 309 52,3 51,1 55,5 241 10,1 151 66,4 46 60,2 44 29,9 241 89,4 83,4 90,8 200 22,4 81 88,9 79 90,1 40 62,3 200 36,9 36,6 40,0 1 749 7,1 1 267 65,3 255 51,2 227 21,3 1 749 _________________________________________________________________________________________________________________ 1 Effectif d'hommes qui connaissent le sida et qui ont eu des rapports sexuels au cours des 12 derniers mois. 2 Effectif d'hommes qui connaissent le sida et qui ont eu des rapports sexuels au cours des 12 derniers mois avec leur(s) épouse(s). 3 Effectif d'hommes qui connaissent le sida et dont les derniers rapports sexuels non conjugaux au cours des 12 derniers mois ont eu lieu avec une partenaire réguliére. 4 Effectif d'hommes qui connaissent le sida et dont les derniers rapports sexuels non conjugaux au cours des 12 derniers mois ont eu lieu avec une personne de rencontre ou quelqu'un payé ou quelqu'un d'autre (exclu l(es)'épouses et partenaire régulière). 5 Y compris les "non-déterminés" * Basé sur trop peu de cas éviter les MST et le sida, contre seulement 26 % des hommes en union. Par ailleurs, les urbains (69 %, contre 27 % en milieu rural), ceux vivant dans la région de Ouagadougou (76 %, contre moins de 40 % dans les autres régions) et les hommes de niveau d’instruction secondaire ou plus (83 %) ont plus fréquemment utilisé le condom pour éviter les MST/sida. Enfin, pour les derniers rapports sexuels ayant eu lieu dans les douze derniers mois, la proportion d’hommes ayant utilisé un condom, quel qu’en soit le but et quelle que soit la partenaire, est relativement faible (21 %). Ce niveau d’utilisation est plus élevé chez les hommes les plus jeunes, les non mariés, en particulier les célibataires (58 %), chez ceux vivant en milieu urbain et chez ceux de niveau d’instruction secondaire ou plus (62 %). 205 Graphique 12.3 Utilisation du condom à un moment quelconque comme contraceptif et/ou comme moyen de protection contre les MST/sida EDSBF-II 1998-99 12 36 7 8 42 64 7 28 67 40 74 30 30 66 71 29 56 91 Burkina Faso RÉSIDENCE Urbain Rural ÉTAT MATRIMONIAL En union En rupture d'union Célibataire INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + 0 20 40 60 80 100 Pourcentage Femmes Hommes 207 RÉFÉRENCES Anipah, Kodjo, Gora Mboup, Afi Mawuéna Ouro-Gnao, Bassanté Boukpessi, Pierre Adadé Messan et Rissy Salami-Odjo. 1999. Enquête Démographique et de Santé, Togo 1998. Calverton, Maryland, USA : Direction de la Statistique et Macro International Inc. Bakouan, Didier, Pascaline Sebgo, Ian Askew, Youssouf Ouédraogo, Placide Tapsoba et Claire Viadro. 1992. Analyse situationnelle du programme de planification familiale au Burkina Faso. Ouagadougou : DSF. Barbierri, Magali. 1991. Les déterminants de la mortalité des enfants dans le tiers-monde. Les dossiers du CEPED No 18, Paris. Cantrelle, Pierre et Thérèse Locoh. 1990. Facteurs culturels et sociaux de la santé en Afrique de l'Ouest. Les dossier du CEPED No 10, Paris. Coale, A. J. et P. Demeny. 1966. Regional model life tables and stable populations. Princeton, New Jersey : Princeton University Press. Direction des Études et de la Planification du Ministère de l'Enseignement de Base et de l'Alphabétisation (DEP/MEBA). 1999. Statististiques scolaires 1997-98. Ouagadougou. Direction des Études et de la Planification du Ministère de la Santé (DEP/MS), 1998. Carte sanitaire du Burkina Faso. Ouagadougou. Direction des Études et de la Planification du Ministère de la Santé (DEP/MS). 1998. Statististiques sanitaires 1997. Ouagadougou. Fotso, Médard, René Ndonou, Paul Roger Libité, Martin Tsafack, Roger Wakou, Aboubakar Ghapoutsa, Samuel Kamga, Pierre Kemgo, Michel Kwekern Fankam, Antoine Kamdoum et Bernard Barrère. 1999. Enquête Démographique et de Santé, Cameroun 1998. Calverton, Maryland, USA : Bureau Central des Recensements et des Études de Population (BUCREP) et Macro International Inc. Graham, Wendy, William Brass et Robert W. Snow. 1989. Estimating maternal mortality : The sisterhood method. Studies in Family Planning 20 (3): 125-135. Kaboré, Idrissa, Jean François S. Kobiané et Mathieu T. Ouédraogo. 1995. Les défis de la démographie au Burkina Faso : défi démographique, défi d'équité. Article présenté à la Journée Africaine de la Statistique, INSD, Ouagadougou. Kaboré, Idrissa et Jean François S. Kobiané. 1996. Politique d'amélioration du statut socio-économique de la femme : l'exemple du Fonds d'Appui aux activités Rémunératrices des Femmes (FAARF) au Burkina Faso. Communication présentée au séminaire international de l'IFORD à Yaoundé. Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD). 1961. Analyse de l'Enquête Démographique par Sondage en Haute Volta 1960-61. Ouagadougou. Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD). 1975. Recensement Général de la Population (RGP) de 1975. Direction de la Démographie, Ouagadougou. 208 Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD). 1990. Recensement Général de la Population (RGP), Burkina Faso 1985 : Analyse des résultats définitifs. Direction de la Démographie, Ouagadougou. Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD). 1993. Analyse des résultats de l'Enquête Démographique de 1991. Direction de la Démographie, Ouagadougou. Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD). 1996. Profil de pauvreté au Burkina Faso 1994. Ouagadougou. Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD). Direction de la Démographie. 1998. Recensement Général de la Population et de l'Habitation de 1996 : population résidente des départements, communes et arrondissements et provinces, résultats définitifs. Ouagadougou. Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD). Direction de la Démographie. 2000. Analyse des données du Recensement Général de la Population et de l'Habitation de 1996. Version provisoire. Ouagadougou. Konaté, Désiré Lohé, Tinga Sinaré et Michka Séroussi. 1994. Enquête Démographique et de Santé, Burkina Faso 1994. Calverton, Maryland, USA : Institut national de la Statistique et de la Démographie et Macro International Inc. Locoh, Thérèse. 1984. Fécondité et famille en Afrique de l'Ouest : le Togo méridional contemporain. INED, Travaux et documents, Cahier No 107, Paris. PUF. Nations Unies. 1993. Évaluation de l'état nutritionnel des jeunes enfants par voie d'enquêtes auprès des ménages. Division de la statistique, New York. Nations Unies. 1984. Compilation d'indicateurs sociaux de la situation des femmes. Études de méthodes, Série F, No 32. Département des Affaires Économiques et Sociales Internationales, New York. Nations Unies. 1984. Amélioration des concepts et des méthodes d'établissement de statistiques et d'indicateurs de la situation des femmes. Études méthodologiques, Série F, No 33. Département des Affaires Économiques et Sociales Internationales, New York. Organisation Mondiale de la Santé (OMS). 1986. Maternal mortality rates : A tabulation of available information, Deuxième édition, Génève : Organisation Mondiale de la Santé, Division de Santé Familiale. Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et UNICEF. 1990. L'allaitement dans les années 1990 : une initiative globale, in Innocenti, Florence. Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Expanded Programme on Immunization, Training for Mid Level Managers. 1991. The EPI Coverage Survey. Génève : OMS Organisation Mondiale de la Santé (OMS). 1994. Nutrition des jeunes enfants. Résolution 47.5 de la 47e Assemblée Mondiale pour la Santé, Genève, 9 mai 1994. Genève : OMS. Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et UNICEF. 1996. Revised 1990 estimates of maternal mortality. A new approach by WHO and UNICEF. Genève : OMS. 209 Ouoba, Pagari et Tinga Sinaré. 1994. Fécondité au Burkina Faso : Niveaux, tendances et facteurs explicatifs. USA : CERPOD/Macro International Inc. PNUD. 1998. Rapport national sur le développement humain. Ouagadougou. Rutenberg, Naomi, Ties Boerma, Jeremiah Sullivan et Trevor Croft. 1990. Direct and indirect estimates of maternal mortality with data on survivorship of sisters : Results from the Bolivia DHS. Paper presented at the Annual Meeting of the Population Association of America, Toronto, Ontario, 3 mai, 1990. Secrétariat Permanent du Conseil National de la Population (SP/CONAPO). 2000. Document projet de la Politique Nationale de Population, ouvrage à paraître. Ouagadougou. Sullivan, Jeremiah M., George T. Bicego et Shea Oscar Rutstein. 1990. Assessment of the quality of data used for the direct estimation of infant and child mortality in the demographic and health surveys. In An assessment of DHS-I data quality, 113-137. DHS Methodological Reports No. 1. Columbia, Maryland: Institute for Resource Development/Macro Systems Inc. Traoré, Sadio et Philippe Bocquier. 19 98. Réseau Migrations et Urbanisation en Afrique de l'Ouest (REMUAO) : Synthèse Régionale. Études et Travaux du CERPOD, No 15, Bamako. Trussell, James et German Rodriguez. 1990. A note on the sisterhood estimate of maternal mortality. Studies in Family Planning 21(6): 344-346. Unité de Population. 1991. Politique de population au Burkina Faso. Ouagadougou. 213 ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION La deuxième Enquête Démographique et de Santé au Burkina Faso (EDSBF-II) a prévu un échantillon de 6 000 femmes âgées de 15 à 49 ans. Elle visait initialement à produire séparément des résultats pour la capitale Ouagadougou, les Autres villes, le milieu rural et l’ensemble du pays. Le plan de sondage a été aussi concu pour permettre de calculer les indicateurs utiles au projet Santé Familiale et Prévention du Sida (SFPS) pour l’ensemble de ses zones d’intervention. Cependant, ces indicateurs ne figurent pas dans le présent rapport de l’enquête EDSBF-II. A.2 BASE DE SONDAGE Sur le plan administratif, le Burkina Faso compte 379 départements répartis entre 45 provinces. Les travaux de cartographie du Recensement Général de la Population et de l’Habitation de 1996 (RGPH-96) a permis le découpage du territoire national en 11163 zones de dénombrement (ZD) d’une taille moyenne de 1200 personnes en milieu urbain et de 1000 en milieu rural. La mise à jour des effectifs de population de ces ZD a été effectuée par le RGPH-96. Cela a révèlé que certaines ZD situées dans les zones non loties (habitations périphériques) de la capitale Ouagadougou et de la ville de B obo-Dioulasso, avaient une population beaucoup plus importante que celle estimée par les travaux de cartographie. Ce qui a amené l’Institut National de la Statistique et de la Démographie à procéder à un nouveau déc oupage de toutes ces ZD en de nouvelles ZD plus petites dont les effectifs de population ont été estimés par sondage. La base de sondage pour l’EDSBF-II est constituée de la liste des ZD issues de la cartographie avec leurs effectifs de population obtenus soit par le RGPH-96 ou soit par la cartographie, mais tout en remplacant les grandes ZD initialement obtenues à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso par les nouvelles qui y ont été créées avec leurs effectifs de population mis à jour. A.3 STRUCTURE DE L’ÉCHANTILLON L’échantillon de l’EDSBF-II est basé sur un tirage aréolaire, stratifié et à 2 degrés. La stratification tient compte des zones d’intervention du projet SFPS. Au premier degré, 210 ZD ont été tirées systématiquement avec une probabilité proportionnelle à leur taille en population. Un dénombrement des ménages dans chacune des ZD tirées a fourni une liste de ménages à partir de laquelle a été tiré au second degré un échantillon de ménages. Tous les membres de ces ménages ont été identifiés à l’aide d’un questionnaire ménage et chaque femme âgée de 15 à 49 ans que l’on a identifiée a été également enquêtée avec un questionnaire individuel femme. Dans la moitié des ménages sélectionnés pour l’enquête femme, tous les hommes âgés 15-59 ans ont été interrogés pour l’enquête homme. 1 Power Allocations: Determining Sample Sizes for Subnational Areas, Michael D. Bankier, The American Statistician, Vol. 42, No. 3, August 1988. 214 Tableau A.1 Répartition de la population d’après le RGPH-96 __________________________________________________________________________________ Zone d’intervention SFPS _____________________________________ Oui Non Total __________________________________________________________________________________ Ville de Ouagadougou 752 236 (100,0 %) 0 (0,0 %) 752 237 (7,3 %) Autres villes 1 389 488 (68,7 %) 634 236 (31,3 %) 2 023 724 (19,6 %) Rural 513 520 (6,8 %) 7 043 318 (93,2 %) 7 556 838 (73,1 %) Burkina Faso 2 655 244 (25,7 %) 6 677 554 (74,3 %) 10 332 798 (100,0 %) Tableau A.2 Répartition initiale de l’échantillon cible de femmes __________________________________________ __________________ Zone d’intervention SFPS ______________________ Oui Non Total ______________________________________ ______________________ Ville de Ouagadougou 1 033 0 1 033 Autres villes 1 163 531 1 694 Rural 222 3 051 3 273 Burkina Faso 2 418 3 582 6 000 Tableau A.3 Nombre de ménages à tirer initialement __________________________________________ __________________ Zone d’intervention SFPS ______________________ Oui Non Total ______________________________________ ______________________ Ville de Ouagadougou 854 0 854 Autres villes 962 439 1 401 Rural 196 2 688 2 884 Burkina Faso 2 012 3 127 5 139 A.4 RÉPARTITION DE L’ÉCHANTILLON Le tableau 2 donne la répartition initiale de l’échantillon cible de femmes obtenue en utilisant la méthode “Power allocations” 1. A l’intérieur de chaque domaine, l’échantillon est réparti proportionnellement entre les zones d’intervention et de non intervention de SFPS. Le tableau 3 donne la répartition du nombre de ménages à tirer pour atteindre ces nombres cibles de femmes. 215 Tableau A.4 Nombre de grappes tirées __________________________________________ __________________ Zone d’intervention SFPS ______________________ Oui Non Total ______________________________________ ______________________ Ville de Ouagadougou 43 0 43 Autres villes 24 4 28 Rural 31 108 139 Burkina Faso 98 112 210 Tableau A.5 Nombre final de ménages tirés __________________________________________ __________________ Zone d’intervention SFPS ______________________ Oui Non Total ______________________________________ ______________________ Ville de Ouagadougou 847 0 847 Autres villes 535 63 598 Rural 604 3 011 3 615 Burkina Faso 1 986 3 074 5 060 P1 hij ' ahi × Mhij' j Mhij Les opérations de terrain ont révélé que 42 ZD initialement classées urbaines dans la base de sondage sont en fait des ZD rurales. Les tableaux 4 et 5 donnent la répartition finale des nombres de grappes et de ménages tirés suite au reclassement des 42 ZD. Le reclassement des 42 ZD ayant considérablement réduit la taille de l’échantillon pour les Autres Villes, les résultats de l’enquête sont présentés seulement pour le milieu rural et l’ensemble du milieu urbain. A.5 PROBABILITÉS DE SONDAGE Les probabilités de sondage ont été calculées pour chaque degré de tirage et dans chaque strate. Pour chaque strate h, les notations sont les suivantes : P1hij : probabilité de sondage au premier degré de la grappe j dans le département i . P2hij : probabilité de sondage au deuxième degré des ménages dans la grappe j du département i . Soient ahi le nombre de grappes tirées dans le département i , Mhij l’effectif de population de la grappe j dans le département i , 3 j Mhij l’effectif total de population du département i . Au premier degré, la probabilité d'inclusion de cette grappe j dans l'échantillon est donnée par : 216 P2 hij ' bhij Lhij P1 hij .P2 hij ' ahi Mhij' j Mhij × bhij Lhij ' fh fh ' nh Nh Ihij ' 1 P2 hij ' P1 hijfh wh ' 1 fh Au deuxième degré, un nombre bhij de ménages ont été tirés à partir des Lhij ménages nouvellement dénombrés par l'équipe EDSBF-II dans la grappe j du département i de la strate h lors de l’opération de mise à jour des cartes. Donc : Il faut souligner que P2hij est une probabilité conditionnelle c’est à dire la probabilité de sélection d’un ménage donné de la ZD j du département i sachant que la ZD a déjà été tirée. Afin que l'échantillon soit auto-pondéré à l'intérieur de la strate h, la probabilité globale fh = P1hij .P2hij doit être la même pour chaque ménage de la strate. Cela implique que : où fh est le taux de sondage de la strate h : nh est le nombre de ménages tirés dans la strate h et Nh est le nombre de ménages dans la strate h selon la base de sondage. Les ménages ont été tiré avec la même probabilité et le pas de tirage a été calculé de la manière suivante : À cause de la répartition non proportionnelle de l’échantillon parmi les strates, des taux de pondération ont été utilisés pour assurer la représentativité de l’échantillon au niveau national. Pour chaque strate h, le taux de pondération a été calculé en utilisant la formule suivante : 217 (1) (1)%(2)%(3)%(4)%(5) (a) (a)%(b)%(c)%(d)%(e)%(f)%(g) Tableau A.6 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par milieu de résidence Répartition (en %) des ménages et des femmes éligibles dans l’échantillon de l’EDSBF-II par résultat de l’enquête, taux de réponse des ménages et des femmes, et taux de réponse global selon le milieu de résidence, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _______________________________________________________ Résultat des interviews Urbain Rural Total _______________________________________________________ Ménages sélectionnés Rempli (1) Ménage présent mais pas d’enquêté disponible (2) Différé (3) Refus de répondre (4) Logement non trouvé (5) Ménage absent (6) Logement vide/Pas de logement (7) Logement détruit (8) Autre (9) Total Effectif de ménages Taux de réponse Femmes éligibles Entièrement rempli (a) Pas à la maison (b) Refus de répondre (c) Partiellement rempli (d) Incapacité (e) Autre (f) Total Effectif de femmes Taux de réponse des femmes Taux de réponse global des femmes 87,6 96,2 93,7 2,5 0,2 0,9 0,0 0,0 0,0 0,2 0,1 0,1 0,3 0,1 0,1 0,8 1,7 1,5 8,2 1,5 3,4 0,3 0,2 0,2 0,1 0,0 0,0 100,0 100,0 100,0 1 448 3 685 5 133 96,6 99,6 98,8 93,9 96,2 95,6 3,1 1,8 2,2 1,3 0,2 0,5 0,2 0,1 0,1 1,0 1,5 1,4 0,6 0,1 0,3 100,0 100,0 100,0 1 759 4 981 6 740 93,9 96,2 95,6 90,7 95,8 94,5 A.6 RÉSULTATS DES ENQUÊTES Les tableaux A.6 et A.7 donnent les résultats détaillés des e nquêtes ménage, femme et homme selon le milieu de résidence. À la suite du classement des ménages selon les différents codes résultat, le taux de réponse pour l'enquête ménage est calculé de la façon suivante : De la même manière, le taux de réponse des femmes et celui des hommes sont calculés de la manière suivante : Le taux de réponse global des femmes est le produit du taux de réponse des enquêtes ménage et du taux de réponse des femmes. Le taux de réponse global des hommes est le produit du taux de réponse des ménages sélectionnés pour l'enquête homme et du taux de réponse des hommes. 218 Tableau A.7 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des hommes par milieu de résidence Répartition (en %) des ménages sélectionés pour l’enquête homme et des hommes éligibles dans l’échantillon de l’EDSBF-II par résultat de l’enquête, taux de réponse des ménages et des hommes, et taux de réponse global selon le milieu de résidence, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _______________________________________________________ Résultat des interviews Urbain Rural Total _________________________________________________ ______ Ménages sélectionnés Rempli (1) Ménage présent mais pas d’enquêté disponible (2) Refus de répondre (4) Logement non trouvé (5) Ménage absent (6) Logement vide/Pas de logement (7) Logement détruit (8) Autre (9) Total Effectif de ménages Taux de réponse Hommes éligibles Entièrement rempli (a) Pas à la maison (b) Différé (g) Refus de répondre (c) Partiellement rempli (d) Incapacité (e) Autre (f) Total Effectif des hommes Taux de réponse des hommes Taux de réponse global des hommes 88,4 96,3 94,1 2,3 0,3 0,9 0,3 0,1 0,1 0,4 0,1 0,2 0,4 1,9 1,5 7,7 1,2 3,0 0,3 0,2 0,2 0,1 0,1 0,1 100,0 100,0 100,0 725 1 847 2 572 96,7 99,6 98,8 83,7 94,8 91,1 12,9 3,3 6,5 0,1 0,1 0,1 0,8 0,2 0,4 0,3 0,0 0,1 0,5 1,3 1,1 1,6 0,4 0,8 100,0 100,0 100,0 953 1 945 2 898 83,7 94,8 91,1 81,0 94,4 90,1 221 ET 2 (r) ' var(r) ' 1&f x 2 jH h'1 mh mh&1 jmh i'1 z 2 hi& z 2 h mh zhi ' yhi&r.xhi et zh ' yh&r.xh ANNEXE B ERREURS DE SONDAGE Les estimations obtenues à partir d'une enquête par sondage sont sujettes à deux types d'erreurs : les erreurs de mesure et les erreurs de sondage. Les erreurs de mesure sont celles associées à la mise en oeuvre de la collecte et de l'exploitation des données telles que l'omission de ménages sélectionnés, la mauvaise interprétation des questions de la part de l'enquêtrice ou de l'enquêtée, ou les erreurs de saisie des données. Bien que tout le possible ait été fait pour minimiser ce type d'erreur pendant la mise en oeuvre de l'EDSBF-II, il est difficile d'éviter et d'évaluer toutes les erreurs de mesure. Par contre, les erreurs de sondage peuvent être évaluées statistiquement. Les es timations qui figurent dans ce rapport ont été obtenues à partir d'un échantillon de 6 445 femmes âgées de 15 à 49 ans. Si l'e nquête avait été effectuée auprès d'un autre échantillon de femmes, il y a tout lieu de penser que les fréquences des réponses auraient été très peu différentes de celles présentées ici. C'est l'incertitude de cette assomption que reflète l'erreur de sondage; celle-ci permet donc de mesurer le degré de variation des réponses d’un échantillon à un autre. L'erreur-type (ET) est un indice particulièrement utile pour mesurer l'erreur de sondage d'un paramètre (moyenne, proportion ou taux). Elle est estimée à partir de la variance des ré ponses dans l'échantillon même : l'erreur-type est la racine carrée de la variance. Si l'échantillon de femmes avait été tiré d'après un plan de sondage aléatoire simple, il aurait été possible d'utiliser des formules simples pour calculer les erreurs de sondage. Cependant, l'échantillon de l'EDSBF-II étant un échantillon stratifié et tiré à deux degrés, des formules plus complexes ont été utilisées. Le module « erreurs de s ondage » du logiciel ISSA a été utilisé pour calculer les erreurs de sondage suivant la méthodologie statistique appropriée. Ce module utilise la méthode de linéarisation (Taylor) pour des estimations telles que les moyennes ou proportions, et la méthode de Jackknife pour des estimations plus complexes tels que l'indice synthétique de fécondité et les quotients de mortalité. La méthode de linéarisation traite chaque proportion ou moyenne comme étant une estimation de ratio, r=y/x, avec y la valeur du paramètre pour l'échantillon total, et x le nombre total de cas dans l'ensemble (ou sous-ensemble) de l'échantillon. La variance de r est estimée par : dans laquelle où h représente la strate qui va de 1 à H , mh est le nombre total de grappes tirées dans la strate h, yhi est la somme des valeurs pondérées du paramètre y dans la grappe i de la strate h, xhi est la somme des nombres pondérés de cas dans la grappe i de la strate h, et f est le taux global de sondage qui est négligeable. 222 ET 2 (r) ' var(r) ' 1 k(k&1) 'k i'1 (ri&r)2 ri ' kr& (k&1 ) r(i) La méthode de Jackknife dérive les estimations des taux complexes à partir de chacun des sous- échantillons de l'échantillon principal, et calcule les variances de ces es timations avec des formules simples. Chaque sous-échantillon exclut une grappe dans les calculs des estimations. Ainsi, des sous-échantillons pseudo-indépendants ont été créés. Dans l'EDSBF-II, il y a 210 grappes non-vides. Par conséquent, 210 sous- échantillons ont été créés. La variance d'un taux r est calculé de la façon suivante : dans laquelle où r est l'estimation calculée à partir de l'échantillon principal de 210 grappes, r(i) est l'estimation calculée à partir de l'échantillon réduit de 209 grappes ( ième grappe exclue), k est le nombre total de grappes. Il existe un deuxième indice très utile qui est la racine carrée de l'effet du plan de sondage (REPS) ou effet de grappe : c'est le rapport de l'erreur-type observée sur l'erreur-type qu'on aurait obtenue si un sondage aléatoire simple avait été utilisé. Cet indice révèle dans quelle mesure le plan de s ondage qui a été choisi se rapproche d'un échantillon aléatoire simple de même ta ille : la valeur 1 de la REPS indique que le plan de sondage est aussi efficace qu'un échantillon aléatoire simple, alors qu'une valeur supérieure à 1 indique un accroissement de l'erreur de sondage dû à un plan de sondage plus complexe et moins efficace au point de vue statistique. Le logiciel calcule aussi l'erreur relative et l'intervalle de confiance pour chaque estimation. Les erreurs de sondage pour l’EDSBF-II ont été calculées pour certaines des variables les plus intéressantes. Les résultats sont présentés dans cet annexe pour l'ensemble du pays, le milieu urbain, le milieu rural, Ouagadougou, le Nord, l’Est, l’Ouest, et l’ensemble formé par le Centre et le S ud. Pour chaque variable, le type de statistique (moyenne, proportion ou taux) et la population de base sont présentés dans le tableau B.1. Les tableaux B.2 à B.9 présentent la valeur de la statistique (M), l'erreur-type (ET), le nombre de cas non-pondérés (N) et pondérés (N'), la racine carrée de l'effet du plan de sondage (REPS), l'erreur relative (ET/M), et l'intervalle de confiance à 95 % (M±2ET) pour chaque variable. L’effet du plan de sondage (REPS) est non-défini quand l'écart-type sous l'échantillon aléatoire simple est zéro (quand l'estimation est proche de 0 ou 1). Dans le cas de l'indice synthétique de fécondité, le nombre de cas non- pondérés n'est pas pertinent, car la valeur non-pondérée de femmes-années d'exposition au risque de grossesse n'est pas connue. L'intervalle de confiance est interpreté de la manière suivante : pour la variable Enfants nés vivants aux femmes 15-49 ans, l’EDSBF-II a donné un nombre moyen d'enfants nés vivants de 3,567 pour l'ensemble des femmes, auquel correspond une erreur-type de 0,039 enfant. Dans 95 % des échantillons de taille et caractéristique identiques, la valeur réelle du nombre moyen d'enfants nés vivants des femmes âgées de 15 à 49 ans se trouve entre 3,567 - 2x0,039 et 3,567 + 2x0,039, soit 3,489 et 3,645. Les erreurs de sondage ont été analysées pour l'échantillon national de femmes et pour deux groupes d'estimations : (1) moyennes et proportions, et (2) taux démographiques. Les erreurs relatives (ET/M) des moyennes et pr oportions se situent entre 0,8 % et 38,3 % avec une moyenne de 7,3 %. Les erreurs relatives les plus élevées sont généralement celles des très faibles estimations (par exemple, parmi les femmes 223 actuellement en union qui Utilisent la stérilisation féminine). Si on enlève les estimations de très faible valeur (moins de 10 %), la moyenne tombe à 3,7 %. Ainsi, en général, les erreurs relatives de la plupart des estimations pour l'ensemble du pays sont faibles, sauf dans le cas de très faibles proportions. L'erreur relative de l'indice de fécondité est assez faible 1,6 %. Cependant, pour les taux de mortalité, l'erreur relative moyenne est un peu plus élevé 5,2 %. Il existe des différences entre les erreurs relatives au niveau des sous-échantillons. Par exemple, pour la variable Enfants nés vivants aux femmes âgées de 40 à 49 ans, l'erreur relative pour l’échantillon de femmes est, respectivement, de 1,3 %, 3,3 % et 3,7 % pour l'ensemble du pays, la capitale Ouaga dougou et l’Ouest du pays. Pour l'échantillon national de femmes, la moyenne de la racine carrée de l'effet du plan de sondage (REPS) calculée pour l'ensemble des estimations est de 1,4 ce qui veut dire que, par rapport à un échantillon aléatoire simple, l’erreur de sondage est multipliée en moyenne par un facteur de 1,4 parce qu’on utilise un plan de sondage complexe (par grappes et à plusieurs degrés). 224 Tableau B.1 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ___________________________________________________________________________________________________ Variable Estimation Population de base ___________________________________________________________________________________________________ FEMMES ___________________________________________________________________________________________________ Milieu urbain Proportion Toutes les femmes 15-49 Sans instruction Proportion Toutes les femmes 15-49 Instruction post-primaire ou plus Proportion Toutes les femmes 15-49 Jamais mariée (en union) Proportion Toutes les femmes 15-49 Actuellement mariée (en union) Proportion Toutes les femmes 15-49 Mariée (en union) avant 20 ans Proportion Femmes 20-49 Premiers rapports sexuels avant 18 ans Proportion Femmes 20-49 Enfants nés vivants Moyenne Toutes les femmes 15-49 Enfants nés vivants des femmes 40-49 Moyenne Femmes 40-49 Enfants survivants Moyenne Toutes les femmes 15-49 Connaît une méthode contraceptive Proportion Femmes actuellement en union 15-49 Connaît une méthode moderne Proportion Femmes actuellement en union 15-49 A utilisé une méthode Proportion Femmes actuellement en union 15-49 Utilise actuellement une méthode Proportion Femmes actuellement en union 15-49 Utilise actuellement une méthode moderne Proportion Femmes actuellement en union 15-49 Utilise actuellement la pilule Proportion Femmes actuellement en union 15-49 Utilise actuellement le DIU Proportion Femmes actuellement en union 15-49 Utilise actuellement les injections Proportion Femmes actuellement en union 15-49 Utilise actuellement le norplan Proportion Femmes actuellement en union 15-49 Utilise actuellement le condom Proportion Femmes actuellement en union 15-49 Utilise actuellement la stérilisation féminine Proportion Femmes actuellement en union 15-49 Utilise actuellement la stérilisation masculine Proportion Femmes actuellement en union 15-49 Utilise la continence périodique Proportion Femmes actuellement en union 15-49 Utilise actuellement le retrait Proportion Femmes actuellement en union 15-49 Utilise source publique Proportion Utilisatrices de méthodes modernes Ne veut plus d'enfants Proportion Femmes actuellement en union 15-49 Veut retarder d'au moins 2 ans Proportion Femmes actuellement en union 15-49 Taille de famille idéale Moyenne Toutes les femmes 15-49 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique Proportion Naissances, 5 dernières années Assistance médicale à l'accouchement Proportion Naissances, 5 dernières années Diarrhée dans les 2 dernières semaines Proportion Enfants de moins de 5 ans A reçu traitement SRO Proportion Enfants de moins de 5 ans, avec diarrhée les 2 dernières semaines A consulté du personnel médical Proportion Enfants de moins de 5 ans, avec diarrhée les 2 dernières semaines Ayant une carte de santé Proportion Enfants âgés 12-23 mois A reçu vaccination BCG Proportion Enfants âgés 12-23 mois A reçu vaccination DTC (3 doses) Proportion Enfants âgés 12-23 mois A reçu vaccination polio (3 doses) Proportion Enfants âgés 12-23 mois A reçu vaccination rougeole Proportion Enfants âgés 12-23 mois Vacciné contre toutes les maladies Proportion Enfants âgés 12-23 mois Poids-pour-taille Proportion Enfants de moins de 5 ans Taille-pour-âge Proportion Enfants de moins de 5 ans Poids pour âge Proportion Enfants de moins de 5 ans Indice synthétique de fécondité (5 ans) Taux Femmes-années d'exposition au risque de grossesse Quotient de mortalité néonatale (10 ans) Taux Nombre d'enfants exposés au décès Quotient de mortalité infantile (10 ans) 1 Taux Nombre d'enfants exposés au décès Quotient de mortalité juvénile (10 ans) 1 Taux Nombre d'enfants exposés au décès Quotient de mortalité infanto-juvénile (10 ans) 1 Taux Nombre d'enfants exposés au décès Quotient de mortalité post-néonatale (10 ans) 1 Taux Nombre d'enfants exposés au décès __________________________________________ __________________________________________________________ HOMMES _________________________________________ ____________________________________ _______________________ Milieu urbain Proportion Tous les hommes 15-54 Sans instruction Proportion Tous les hommes 15-54 Instruction post-primaire ou plus Proportion Tous les hommes 15-54 Jamais mariée (en union) Proportion Tous les hommes 15-54 Actuellement mariée (en union) Proportion Tous les hommes 15-54 Connaît une méthode contraceptive Proportion Hommes actuellement en union 15-54 Connaît une méthode moderne Proportion Hommes actuellement en union 15-54 A utilisé une méthode Proportion Hommes actuellement en union 15-54 Utilise actuellement une méthode Proportion Hommes actuellement en union 15-54 Utilise actuellement une méthode moderne Proportion Hommes actuellement en union 15-54 Utilise actuellement la pilule Proportion Hommes actuellement en union 15-54 Utilise actuellement le DIU Proportion Hommes actuellement en union 15-54 Utilise actuellement les injections Proportion Hommes actuellement en union 15-54 Utilise actuellement le norplan Proportion Hommes actuellement en union 15-54 Utilise actuellement le condom Proportion Hommes actuellement en union 15-54 Utilise actuellement la stérilisation féminine Proportion Hommes actuellement en union 15-54 Utilise actuellement la stérilisation masculine Proportion Hommes actuellement en union 15-54 Utilise la continence périodique Proportion Hommes actuellement en union 15-54 Utilise actuellement le retrait Proportion Hommes actuellement en union 15-54 Ne veut plus d'enfants Proportion Hommes actuellement en union 15-54 Veut retarder d'au moins 2 ans Proportion Hommes actuellement en union 15-54 Taille de famille idéale Moyenne Tous les hommes 15-54 225 Tableau B.2 Erreurs de sondage - Échantillon national, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________________________________________________________________ Population de base _________________ Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance Valeur type pondérée rée grappe relative ________________ Variable (M) (ET) (N) (N N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET ________________________________________________________________________________________________________ FEMMES ________________________________________________________________________________________________________ Milieu urbain 0,169 0,008 6445 6445 1,759 0,049 0,152 0,185 Sans instruction 0,858 0,007 6445 6445 1,705 0,009 0,843 0,873 Instruction post-primaire ou plus 0,058 0,005 6445 6445 1,685 0,085 0,048 0,068 Jamais mariée (en union) 0,169 0,006 6445 6445 1,328 0,037 0,156 0,181 Actuellement mariée (en union) 0,804 0,007 6445 6445 1,333 0,008 0,791 0,817 Mariée (en union) avant 20 ans 0,845 0,007 4971 5001 1,387 0,008 0,831 0,859 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,676 0,009 4971 5001 1,316 0,013 0,659 0,694 Enfants nés vivants 3,567 0,039 6445 6445 1,008 0,011 3,489 3,645 Enfants nés vivants des femmes 40-49 7,427 0,095 1078 1103 1,190 0,013 7,238 7,616 Enfants survivants 2,713 0,027 6445 6445 0,900 0,010 2,660 2,767 Connaît une méthode contraceptive 0,792 0,014 5034 5181 2,448 0,018 0,764 0,820 Connaît une méthode moderne 0,772 0,014 5034 5181 2,420 0,019 0,744 0,801 A utilisé une méthode 0,251 0,012 5034 5181 2,003 0,049 0,226 0,275 Utilise actuellement une méthode 0,119 0,008 5034 5181 1,673 0,064 0,103 0,134 Utilise actuellement une méthode moderne 0,048 0,004 5034 5181 1,284 0,080 0,041 0,056 Utilise actuellement la pilule 0,018 0,002 5034 5181 1,141 0,118 0,014 0,023 Utilise actuellement le DIU 0,004 0,001 5034 5181 1,019 0,227 0,002 0,006 Utilise actuellement les injections 0,011 0,001 5034 5181 1,029 0,139 0,008 0,014 Utilise actuellement le Norplant 0,002 0,001 5034 5181 0,890 0,277 0,001 0,003 Utilise actuellement le condom 0,012 0,002 5034 5181 1,007 0,131 0,009 0,015 Utilise actuellement la stérilisation féminine 0,001 0,000 5034 5181 0,802 0,383 0,000 0,002 Utilise actuellement la stérilisation masculine 0,000 0,000 5034 5181 NA NA 0,000 0,000 Utilise la continence périodique 0,046 0,005 5034 5181 1,534 0,098 0,037 0,055 Utilise actuellement le retrait 0,002 0,001 5034 5181 1,015 0,298 0,001 0,004 Utilise source publique 0,530 0,026 480 376 1,135 0,049 0,478 0,582 Ne veut plus d'enfants 0,196 0,008 5034 5181 1,357 0,039 0,180 0,211 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,444 0,009 5034 5181 1,319 0,021 0,426 0,463 Taille de famille idéale 5,713 0,075 5160 5091 2,190 0,013 5,564 5,863 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,535 0,018 5953 6218 2,372 0,033 0,499 0,571 Assistance médicale à l'accouchement 0,309 0,019 5953 6218 2,733 0,062 0,271 0,348 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 0,200 0,008 5076 5286 1,472 0,042 0,183 0,216 A reçu traitement SRO 0,146 0,011 1015 1055 1,014 0,078 0,124 0,169 A consulté du personnel médical 0,189 0,014 1015 1055 1,086 0,071 0,162 0,216 Ayant une carte de santé 0,559 0,028 1001 1041 1,770 0,049 0,504 0,614 A reçu vaccination BCG 0,723 0,025 1001 1041 1,757 0,034 0,673 0,772 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,368 0,025 1001 1041 1,656 0,069 0,318 0,418 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,424 0,024 1001 1041 1,510 0,055 0,377 0,472 A reçu vaccination rougeole 0,458 0,024 1001 1041 1,512 0,052 0,410 0,505 Vacciné contre toutes les maladies 0,276 0,022 1001 1041 1,552 0,080 0,232 0,320 Poids-pour-taille 0,132 0,007 3690 3791 1,301 0,055 0,117 0,146 Taille-pour-âge 0,368 0,009 3690 3791 1,127 0,025 0,350 0,386 Poids-pour-âge 0,343 0,009 3690 3791 1,135 0,026 0,326 0,361 Indice synthétique de fécondité (5 ans) 6,803 0,108 NA 28420 1,355 0,016 6,587 7,019 Quotient de mortalité néonatale (10 ans) 40,779 2,876 6070 6341 1,073 0,071 35,027 46,532 Quotient de mortalité infantile (10 ans) 1 105,340 4,962 6102 6373 1,192 0,047 95,415 115,265 Quotient de mortalité juvénile (10 ans) 1 126,928 5,845 6351 6645 1,333 0,046 115,239 138,618 Quotient de mortalité infanto-juvénile (10 ans) 1 218,898 7,805 6383 6676 1,417 0,036 203,288 234,507 Quotient de mortalité post-néonatale (10 ans) 1 64,560 3,809 6102 6373 1,166 0,059 56,943 72,178 ______________________________________________________________________________________________________________ HOMMES ______________________________________________________________________________________________________________ Milieu urbain 0,220 0,011 2641 2641 1,425 0,052 0,197 0,243 Sans instruction 0,735 0,013 2641 2641 1,533 0,018 0,709 0,762 Instruction post-primaire ou plus 0,124 0,011 2641 2641 1,678 0,087 0,102 0,145 Jamais mariée (en union) 0,411 0,012 2641 2641 1,238 0,029 0,387 0,435 Actuellement mariée (en union) 0,570 0,012 2641 2641 1,215 0,021 0,546 0,593 Connaît une méthode contraceptive 0,934 0,009 1458 1505 1,406 0,010 0,916 0,952 Connaît une méthode moderne 0,922 0,010 1458 1505 1,379 0,010 0,903 0,942 A utilisé une méthode 0,570 0,024 1458 1505 1,859 0,042 0,522 0,619 Utilise actuellement une méthode 0,395 0,022 1458 1505 1,733 0,056 0,351 0,440 Utilise actuellement une méthode moderne 0,133 0,011 1458 1505 1,221 0,082 0,111 0,154 Utilise actuellement la pilule 0,029 0,004 1458 1505 0,956 0,145 0,021 0,038 Utilise actuellement le DIU 0,006 0,002 1458 1505 1,072 0,373 0,001 0,010 Utilise actuellement les injections 0,008 0,002 1458 1505 0,993 0,290 0,003 0,013 Utilise actuellement le Norplant 0,003 0,001 1458 1505 0,909 0,426 0,000 0,006 Utilise actuellement le condom 0,083 0,009 1458 1505 1,178 0,102 0,066 0,101 Utilise actuellement la stérilisation féminine 0,001 0,001 1458 1505 0,989 0,722 0,000 0,003 Utilise actuellement la stérilisation masculine 0,001 0,001 1458 1505 1,074 1,004 0,000 0,002 Utilise la continence périodique 0,234 0,018 1458 1505 1,636 0,078 0,198 0,270 Utilise actuellement le retrait 0,005 0,002 1458 1505 1,069 0,386 0,001 0,009 Ne veut plus d'enfants 0,103 0,009 1458 1505 1,087 0,084 0,086 0,121 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,510 0,017 1458 1505 1,280 0,033 0,477 0,544 Taille de famille idéale 6,984 0,141 2242 2225 1,359 0,020 6,702 7,267 ______________________________________________________________________________________________________________ NA = Non-applicable 1 Les quotients de mortalité ont été calculés pour la période 0-9 ans précédant l'enquête. 226 Tableau B.3 Erreurs de sondage - Échantillon urbain, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________________________________________________________________ Population de base _________________ Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance Valeur type pondérée rée grappe relative ________________ Variable (M) (ET) (N) (N N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET ________________________________________________________________________________________________________ FEMMES ________________________________________________________________________________________________________ Milieu urbain 1,000 0,000 1651 1086 NA 0,000 1,000 1,000 Sans instruction 0,469 0,026 1651 1086 2,089 0,055 0,418 0,520 Instruction post-primaire ou plus 0,314 0,025 1651 1086 2,169 0,079 0,264 0,363 Jamais mariée (en union) 0,347 0,015 1651 1086 1,310 0,044 0,316 0,378 Actuellement mariée (en union) 0,601 0,016 1651 1086 1,360 0,027 0,569 0,634 Mariée (en union) avant 20 ans 0,598 0,021 1186 777 1,502 0,036 0,556 0,641 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,507 0,020 1186 777 1,362 0,039 0,468 0,547 Enfants nés vivants 2,305 0,073 1651 1086 1,131 0,032 2,158 2,452 Enfants nés vivants des femmes 40-49 6,296 0,166 209 141 0,980 0,026 5,963 6,629 Enfants survivants 1,944 0,054 1651 1086 0,998 0,028 1,835 2,053 Connaît une méthode contraceptive 0,978 0,008 984 653 1,629 0,008 0,963 0,993 Connaît une méthode moderne 0,976 0,009 984 653 1,821 0,009 0,959 0,994 A utilisé une méthode 0,568 0,021 984 653 1,351 0,038 0,525 0,610 Utilise actuellement une méthode 0,294 0,019 984 653 1,321 0,065 0,256 0,333 Utilise actuellement une méthode moderne 0,201 0,015 984 653 1,194 0,076 0,171 0,232 Utilise actuellement la pilule 0,083 0,010 984 653 1,082 0,114 0,064 0,102 Utilise actuellement le DIU 0,024 0,005 984 653 1,056 0,213 0,014 0,035 Utilise actuellement les injections 0,034 0,006 984 653 1,088 0,186 0,021 0,046 Utilise actuellement le Norplant 0,010 0,003 984 653 0,972 0,309 0,004 0,016 Utilise actuellement le condom 0,039 0,006 984 653 0,986 0,156 0,027 0,051 Utilise actuellement la stérilisation féminine 0,006 0,002 984 653 0,988 0,418 0,001 0,010 Utilise actuellement la stérilisation masculine 0,000 0,000 984 653 NA NA 0,000 0,000 Utilise la continence périodique 0,087 0,010 984 653 1,104 0,114 0,067 0,107 Utilise actuellement le retrait 0,004 0,002 984 653 1,015 0,516 0,000 0,008 Utilise source publique 0,504 0,032 332 214 1,156 0,063 0,441 0,568 Ne veut plus d'enfants 0,257 0,013 984 653 0,962 0,052 0,230 0,284 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,405 0,017 984 653 1,092 0,042 0,371 0,439 Taille de famille idéale 4,173 0,059 1477 971 1,389 0,014 4,055 4,292 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,822 0,017 935 612 1,254 0,020 0,789 0,856 Assistance médicale à l'accouchement 0,902 0,014 935 612 1,226 0,015 0,874 0,929 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 0,192 0,015 843 555 1,051 0,076 0,163 0,222 A reçu traitement SRO 0,351 0,036 166 107 0,927 0,101 0,280 0,423 A consulté du personnel médical 0,395 0,034 166 107 0,860 0,087 0,326 0,463 Ayant une carte de santé 0,875 0,030 164 107 1,150 0,034 0,816 0,935 A reçu vaccination BCG 0,964 0,015 164 107 1,022 0,015 0,935 0,994 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,716 0,038 164 107 1,083 0,054 0,639 0,792 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,716 0,037 164 107 1,045 0,052 0,642 0,790 A reçu vaccination rougeole 0,755 0,035 164 107 1,039 0,046 0,685 0,825 Vacciné contre toutes les maladies 0,578 0,048 164 107 1,225 0,082 0,483 0,673 Poids-pour-taille 0,096 0,011 718 469 1,033 0,118 0,073 0,118 Taille-pour-âge 0,227 0,016 718 469 1,017 0,072 0,195 0,260 Poids-pour-âge 0,223 0,018 718 469 1,139 0,082 0,186 0,259 Indice synthétique de fécondité (5 ans) 4,052 0,155 NA 4617 1,418 0,038 3,742 4,361 Quotient de mortalité néonatale (10 ans) 30,893 4,220 1860 1230 0,995 0,137 22,452 39,334 Quotient de mortalité infantile (10 ans) 1 67,396 5,379 1864 1232 0,871 0,080 56,638 78,153 Quotient de mortalité juvénile (10 ans) 1 66,216 5,918 1881 1243 0,943 0,089 54,380 78,052 Quotient de mortalité infanto-juvénile (10 ans) 1 129,149 7,742 1885 1245 0,935 0,060 113,665 144,634 Quotient de mortalité post-néonatale (10 ans) 1 36,503 3,601 1864 1232 0,822 0,099 29,300 43,706 ______________________________________________________________________________________________________________ HOMMES ______________________________________________________________________________________________________________ Milieu urbain 1,000 0,000 798 581 NA 0,000 1,000 1,000 Sans instruction 0,341 0,026 798 581 1,529 0,075 0,289 0,392 Instruction post-primaire ou plus 0,444 0,034 798 581 1,910 0,076 0,377 0,512 Jamais mariée (en union) 0,554 0,021 798 581 1,201 0,038 0,512 0,597 Actuellement mariée (en union) 0,413 0,020 798 581 1,152 0,049 0,373 0,454 Connaît une méthode contraceptive 0,991 0,005 332 240 0,970 0,005 0,982 1,000 Connaît une méthode moderne 0,989 0,006 332 240 0,958 0,006 0,978 1,000 A utilisé une méthode 0,805 0,029 332 240 1,349 0,037 0,746 0,863 Utilise actuellement une méthode 0,578 0,032 332 240 1,181 0,055 0,514 0,642 Utilise actuellement une méthode moderne 0,294 0,026 332 240 1,036 0,088 0,242 0,346 Utilise actuellement la pilule 0,085 0,013 332 240 0,855 0,154 0,059 0,112 Utilise actuellement le DIU 0,025 0,011 332 240 1,302 0,443 0,003 0,048 Utilise actuellement les injections 0,024 0,010 332 240 1,170 0,412 0,004 0,043 Utilise actuellement le Norplant 0,016 0,008 332 240 1,099 0,470 0,001 0,032 Utilise actuellement le condom 0,137 0,019 332 240 1,014 0,140 0,099 0,176 Utilise actuellement la stérilisation féminine 0,003 0,003 332 240 1,018 0,998 0,000 0,009 Utilise actuellement la stérilisation masculine 0,000 0,000 332 240 NA NA 0,000 0,000 Utilise la continence périodique 0,264 0,028 332 240 1,138 0,104 0,209 0,320 Utilise actuellement le retrait 0,008 0,006 332 240 1,233 0,740 0,000 0,021 Ne veut plus d'enfants 0,295 0,022 332 240 0,889 0,076 0,250 0,340 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,370 0,023 332 240 0,882 0,063 0,324 0,417 Taille de famille idéale 4,416 0,135 725 529 1,127 0,031 4,146 4,686 ______________________________________________________________________________________________________________ NA = Non-applicable 1 Les quotients de mortalité ont été calculés pour la période 0-9 ans précédant l'enquête. 227 Tableau B.4 Erreurs de sondage - Échantillon rural, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________________________________________________________________ Population de base _________________ Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance Valeur type pondérée rée grappe relative ________________ Variable (M) (ET) (N) (N N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET ________________________________________________________________________________________________________ FEMMES ________________________________________________________________________________________________________ Milieu urbain 0,000 0,000 4794 5359 NA NA 0,000 0,000 Sans instruction 0,937 0,006 4794 5359 1,759 0,007 0,925 0,949 Instruction post-primaire ou plus 0,006 0,001 4794 5359 1,309 0,240 0,003 0,009 Jamais mariée (en union) 0,132 0,007 4794 5359 1,332 0,049 0,119 0,145 Actuellement mariée (en union) 0,845 0,007 4794 5359 1,313 0,008 0,831 0,859 Mariée (en union) avant 20 ans 0,891 0,007 3785 4225 1,414 0,008 0,876 0,905 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,707 0,010 3785 4225 1,287 0,013 0,688 0,726 Enfants nés vivants 3,822 0,045 4794 5359 0,986 0,012 3,733 3,911 Enfants nés vivants des femmes 40-49 7,593 0,104 869 962 1,185 0,014 7,385 7,801 Enfants survivants 2,869 0,030 4794 5359 0,882 0,011 2,809 2,930 Connaît une méthode contraceptive 0,765 0,016 4050 4528 2,371 0,021 0,734 0,797 Connaît une méthode moderne 0,743 0,016 4050 4528 2,338 0,022 0,711 0,775 A utilisé une méthode 0,205 0,013 4050 4528 2,113 0,065 0,178 0,232 Utilise actuellement une méthode 0,093 0,008 4050 4528 1,806 0,088 0,077 0,110 Utilise actuellement une méthode moderne 0,026 0,004 4050 4528 1,470 0,141 0,019 0,034 Utilise actuellement la pilule 0,009 0,002 4050 4528 1,323 0,219 0,005 0,013 Utilise actuellement le DIU 0,001 0,001 4050 4528 1,258 0,614 0,000 0,002 Utilise actuellement les injections 0,007 0,001 4050 4528 1,085 0,197 0,005 0,010 Utilise actuellement le Norplant 0,001 0,000 4050 4528 1,011 0,530 0,000 0,002 Utilise actuellement le condom 0,008 0,002 4050 4528 1,106 0,197 0,005 0,011 Utilise actuellement la stérilisation féminine 0,000 0,000 4050 4528 0,853 1,000 0,000 0,001 Utilise actuellement la stérilisation masculine 0,000 0,000 4050 4528 NA NA 0,000 0,000 Utilise la continence périodique 0,040 0,005 4050 4528 1,626 0,125 0,030 0,050 Utilise actuellement le retrait 0,002 0,001 4050 4528 1,021 0,352 0,001 0,004 Utilise source publique 0,564 0,042 148 161 1,034 0,075 0,479 0,648 Ne veut plus d'enfants 0,187 0,008 4050 4528 1,377 0,045 0,170 0,203 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,450 0,010 4050 4528 1,313 0,023 0,429 0,470 Taille de famille idéale 6,076 0,087 3683 4120 2,145 0,014 5,902 6,251 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,504 0,020 5018 5605 2,338 0,039 0,464 0,543 Assistance médicale à l'accouchement 0,245 0,020 5018 5605 2,815 0,083 0,204 0,285 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 0,200 0,009 4233 4731 1,445 0,046 0,182 0,219 A reçu traitement SRO 0,123 0,012 849 948 1,004 0,096 0,100 0,147 A consulté du personnel médical 0,166 0,014 849 948 1,081 0,085 0,138 0,195 Ayant une carte de santé 0,522 0,031 837 934 1,739 0,059 0,461 0,584 A reçu vaccination BCG 0,695 0,027 837 934 1,704 0,040 0,640 0,750 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,328 0,028 837 934 1,664 0,084 0,273 0,383 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,391 0,026 837 934 1,500 0,066 0,339 0,443 A reçu vaccination rougeole 0,423 0,026 837 934 1,505 0,062 0,371 0,476 Vacciné contre toutes les maladies 0,241 0,024 837 934 1,569 0,099 0,193 0,289 Poids-pour-taille 0,137 0,008 2972 3322 1,272 0,059 0,120 0,153 Taille-pour-âge 0,388 0,010 2972 3322 1,093 0,026 0,368 0,408 Poids-pour-âge 0,360 0,010 2972 3322 1,089 0,027 0,341 0,380 Indice synthétique de fécondité (5 ans) 7,308 0,095 NA 23803 1,105 0,013 7,118 7,499 Quotient de mortalité néonatale (10 ans) 45,065 2,463 9983 11139 1,072 0,055 40,138 49,992 Quotient de mortalité infantile (10 ans) 1 113,180 4,347 10000 11158 1,243 0,038 104,485 121,875 Quotient de mortalité juvénile (10 ans) 1 137,084 5,443 10203 11385 1,282 0,040 126,198 147,971 Quotient de mortalité infanto-juvénile (10 ans) 1 234,749 6,727 10220 11405 1,416 0,029 221,295 248,202 Quotient de mortalité post-néonatale (10 ans) 1 68,115 3,456 10000 11158 1,268 0,051 61,204 75,026 ______________________________________________________________________________________________________________ HOMMES ______________________________________________________________________________________________________________ Milieu urbain 0,000 0,000 1843 2060 NA NA 0,000 0,000 Sans instruction 0,846 0,013 1843 2060 1,523 0,015 0,821 0,872 Instruction post-primaire ou plus 0,033 0,005 1843 2060 1,276 0,160 0,023 0,044 Jamais mariée (en union) 0,370 0,013 1843 2060 1,154 0,035 0,344 0,396 Actuellement mariée (en union) 0,614 0,013 1843 2060 1,130 0,021 0,588 0,640 Connaît une méthode contraceptive 0,923 0,011 1126 1265 1,361 0,012 0,902 0,945 Connaît une méthode moderne 0,910 0,011 1126 1265 1,336 0,013 0,887 0,933 A utilisé une méthode 0,526 0,028 1126 1265 1,891 0,054 0,470 0,582 Utilise actuellement une méthode 0,360 0,026 1126 1265 1,784 0,071 0,309 0,411 Utilise actuellement une méthode moderne 0,102 0,012 1126 1265 1,304 0,115 0,078 0,125 Utilise actuellement la pilule 0,018 0,004 1126 1265 1,069 0,233 0,010 0,027 Utilise actuellement le DIU 0,002 0,001 1126 1265 1,029 0,710 0,000 0,005 Utilise actuellement les injections 0,005 0,002 1126 1265 0,981 0,413 0,001 0,009 Utilise actuellement le Norplant 0,001 0,001 1126 1265 0,839 0,996 0,000 0,002 Utilise actuellement le condom 0,073 0,009 1126 1265 1,211 0,128 0,054 0,092 Utilise actuellement la stérilisation féminine 0,001 0,001 1126 1265 1,022 0,997 0,000 0,003 Utilise actuellement la stérilisation masculine 0,001 0,001 1126 1265 1,030 1,005 0,000 0,003 Utilise la continence périodique 0,228 0,021 1126 1265 1,673 0,092 0,186 0,270 Utilise actuellement le retrait 0,005 0,002 1126 1265 1,034 0,450 0,000 0,009 Ne veut plus d'enfants 0,067 0,009 1126 1265 1,173 0,130 0,050 0,085 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,537 0,019 1126 1265 1,289 0,036 0,498 0,575 Taille de famille idéale 7,784 0,171 1517 1696 1,315 0,022 7,442 8,127 ______________________________________________________________________________________________________________ NA = Non-applicable 1 Les quotients de mortalité ont été calculés pour la période 0-9 ans précédant l'enquête. 228 Tableau B.5 Erreurs de sondage - Ville de Ouagadougou, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________________________________________________________________ Population de base _________________ Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance Valeur type pondérée rée grappe relative ________________ Variable (M) (ET) (N) (N N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET ________________________________________________________________________________________________________ FEMMES ________________________________________________________________________________________________________ Milieu urbain 1,000 0,000 963 544 NA 0,000 1,000 1,000 Sans instruction 0,413 0,031 963 544 1,979 0,076 0,350 0,476 Instruction post-primaire ou plus 0,353 0,029 963 544 1,891 0,083 0,295 0,411 Jamais mariée (en union) 0,344 0,021 963 544 1,340 0,060 0,303 0,385 Actuellement mariée (en union) 0,587 0,021 963 544 1,310 0,035 0,545 0,628 Mariée (en union) avant 20 ans 0,569 0,026 708 400 1,370 0,045 0,518 0,620 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,429 0,026 708 400 1,371 0,059 0,378 0,480 Enfants nés vivants 2,239 0,095 963 544 1,133 0,042 2,049 2,429 Enfants nés vivants des femmes 40-49 6,522 0,218 115 65 0,915 0,033 6,086 6,957 Enfants survivants 1,895 0,072 963 544 1,033 0,038 1,751 2,039 Connaît une méthode contraceptive 0,988 0,005 565 319 1,000 0,005 0,978 0,997 Connaît une méthode moderne 0,988 0,005 565 319 1,000 0,005 0,978 0,997 A utilisé une méthode 0,632 0,030 565 319 1,482 0,048 0,572 0,692 Utilise actuellement une méthode 0,322 0,029 565 319 1,487 0,091 0,264 0,381 Utilise actuellement une méthode moderne 0,225 0,025 565 319 1,447 0,113 0,174 0,276 Utilise actuellement la pilule 0,060 0,012 565 319 1,199 0,199 0,036 0,084 Utilise actuellement le DIU 0,028 0,007 565 319 0,940 0,232 0,015 0,041 Utilise actuellement les injections 0,041 0,009 565 319 1,109 0,227 0,022 0,059 Utilise actuellement le Norplant 0,016 0,005 565 319 1,007 0,333 0,005 0,027 Utilise actuellement le condom 0,069 0,012 565 319 1,094 0,169 0,046 0,092 Utilise actuellement la stérilisation féminine 0,007 0,004 565 319 1,031 0,514 0,000 0,014 Utilise actuellement la stérilisation masculine 0,000 0,000 565 319 NA NA 0,000 0,000 Utilise la continence périodique 0,094 0,013 565 319 1,097 0,144 0,067 0,121 Utilise actuellement le retrait 0,004 0,003 565 319 1,040 0,735 0,002 0,009 Utilise source publique 0,414 0,029 210 119 0,851 0,070 0,356 0,472 Ne veut plus d'enfants 0,278 0,021 565 319 1,128 0,077 0,235 0,320 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,409 0,022 565 319 1,072 0,054 0,364 0,453 Taille de famille idéale 4,036 0,086 845 477 1,633 0,021 3,864 4,207 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,834 0,019 561 317 1,105 0,022 0,797 0,872 Assistance médicale à l'accouchement 0,941 0,012 561 317 0,984 0,013 0,918 0,965 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 0,207 0,015 503 284 0,808 0,072 0,177 0,236 A reçu traitement SRO 0,423 0,039 104 59 0,781 0,092 0,346 0,501 A consulté du personnel médical 0,442 0,042 104 59 0,820 0,094 0,359 0,526 Ayant une carte de santé 0,939 0,030 98 55 1,218 0,031 0,880 0,998 A reçu vaccination BCG 0,969 0,019 98 55 1,068 0,019 0,932 1,000 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,847 0,043 98 55 1,177 0,051 0,761 0,933 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,847 0,046 98 55 1,252 0,054 0,756 0,938 A reçu vaccination rougeole 0,857 0,042 98 55 1,186 0,049 0,773 0,941 Vacciné contre toutes les maladies 0,745 0,067 98 55 1,522 0,090 0,610 0,880 Poids-pour-taille 0,103 0,014 436 246 0,983 0,140 0,074 0,132 Taille-pour-âge 0,209 0,022 436 246 1,139 0,107 0,164 0,253 Poids-pour-âge 0,209 0,026 436 246 1,311 0,123 0,157 0,260 Indice synthétique de fécondité (5 ans) 4,079 0,210 NA 2354 1,299 0,051 3,659 4,498 Quotient de mortalité néonatale (10 ans) 33,488 5,066 1087 613 0,864 0,151 23,357 43,620 Quotient de mortalité infantile (10 ans) 1 69,732 7,617 1089 615 0,936 0,109 54,498 84,966 Quotient de mortalité juvénile (10 ans) 1 68,211 8,001 1100 621 0,928 0,117 52,209 84,213 Quotient de mortalité infanto-juvénile (10 ans) 1 133,187 9,859 1102 622 0,881 0,074 113,468 152,905 Quotient de mortalité post-néonatale (10 ans) 1 36,244 5,011 1089 615 0,893 0,138 26,221 46,266 ______________________________________________________________________________________________________________ HOMMES ______________________________________________________________________________________________________________ Milieu urbain 1,000 0,000 452 294 NA 0,000 1,000 1,000 Sans instruction 0,316 0,028 452 294 1,284 0,089 0,260 0,373 Instruction post-primaire ou plus 0,469 0,034 452 294 1,451 0,073 0,401 0,537 Jamais mariée (en union) 0,551 0,025 452 294 1,070 0,045 0,501 0,601 Actuellement mariée (en union) 0,403 0,026 452 294 1,128 0,065 0,351 0,455 Connaît une méthode contraceptive 0,989 0,008 182 118 0,996 0,008 0,974 1,000 Connaît une méthode moderne 0,984 0,009 182 118 0,984 0,009 0,965 1,000 A utilisé une méthode 0,830 0,041 182 118 1,458 0,049 0,748 0,911 Utilise actuellement une méthode 0,582 0,042 182 118 1,136 0,071 0,499 0,666 Utilise actuellement une méthode moderne 0,346 0,034 182 118 0,962 0,098 0,278 0,414 Utilise actuellement la pilule 0,055 0,013 182 118 0,772 0,238 0,029 0,081 Utilise actuellement le DIU 0,027 0,015 182 118 1,224 0,541 0,000 0,057 Utilise actuellement les injections 0,016 0,010 182 118 1,050 0,603 0,000 0,036 Utilise actuellement le Norplant 0,033 0,015 182 118 1,163 0,468 0,002 0,064 Utilise actuellement le condom 0,209 0,028 182 118 0,932 0,135 0,152 0,265 Utilise actuellement la stérilisation féminine 0,000 0,000 182 118 NA NA 0,000 0,000 Utilise actuellement la stérilisation masculine 0,000 0,000 182 118 NA NA 0,000 0,000 Utilise la continence périodique 0,225 0,036 182 118 1,164 0,160 0,153 0,298 Utilise actuellement le retrait 0,005 0,005 182 118 0,997 0,997 0,000 0,016 Ne veut plus d'enfants 0,291 0,026 182 118 0,770 0,089 0,239 0,343 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,313 0,033 182 118 0,965 0,106 0,247 0,380 Taille de famille idéale 3,961 0,150 408 265 1,266 0,038 3,662 4,260 ______________________________________________________________________________________________________________ NA = Non-applicable 1 Les quotients de mortalité ont été calculés pour la période 0-9 ans précédant l'enquête. 229 Tableau B.6 Erreurs de sondage - Nord, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________________________________________________________________ Population de base _________________ Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance Valeur type pondérée rée grappe relative ________________ Variable (M) (ET) (N) (N N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET ________________________________________________________________________________________________________ FEMMES ________________________________________________________________________________________________________ Milieu urbain 0,089 0,016 847 904 1,650 0,182 0,056 0,121 Sans instruction 0,886 0,017 847 904 1,525 0,019 0,853 0,920 Instruction post-primaire ou plus 0,038 0,018 847 904 2,708 0,469 0,002 0,073 Jamais mariée (en union) 0,150 0,016 847 904 1,279 0,105 0,119 0,181 Actuellement mariée (en union) 0,823 0,014 847 904 1,067 0,017 0,795 0,851 Mariée (en union) avant 20 ans 0,875 0,019 648 692 1,442 0,021 0,837 0,912 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,715 0,023 648 692 1,278 0,032 0,670 0,760 Enfants nés vivants 3,617 0,120 847 904 1,112 0,033 3,377 3,857 Enfants nés vivants des femmes 40-49 7,586 0,281 133 142 1,283 0,037 7,025 8,148 Enfants survivants 2,798 0,075 847 904 0,880 0,027 2,648 2,948 Connaît une méthode contraceptive 0,794 0,036 691 745 2,318 0,045 0,723 0,866 Connaît une méthode moderne 0,765 0,038 691 745 2,362 0,050 0,689 0,841 A utilisé une méthode 0,249 0,025 691 745 1,496 0,099 0,200 0,298 Utilise actuellement une méthode 0,094 0,012 691 745 1,118 0,132 0,069 0,119 Utilise actuellement une méthode moderne 0,030 0,008 691 745 1,287 0,277 0,014 0,047 Utilise actuellement la pilule 0,012 0,005 691 745 1,154 0,393 0,003 0,022 Utilise actuellement le DIU 0,000 0,000 691 745 NA NA 0,000 0,000 Utilise actuellement les injections 0,011 0,005 691 745 1,210 0,445 0,001 0,020 Utilise actuellement le Norplant 0,000 0,000 691 745 NA NA 0,000 0,000 Utilise actuellement le condom 0,006 0,004 691 745 1,261 0,603 0,000 0,014 Utilise actuellement la stérilisation féminine 0,001 0,001 691 745 0,866 0,996 0,000 0,003 Utilise actuellement la stérilisation masculine 0,000 0,000 691 745 NA NA 0,000 0,000 Utilise la continence périodique 0,019 0,004 691 745 0,805 0,218 0,011 0,028 Utilise actuellement le retrait 0,003 0,002 691 745 0,993 0,673 0,000 0,007 Utilise source publique 0,681 0,080 32 32 0,955 0,117 0,521 0,841 Ne veut plus d'enfants 0,199 0,028 691 745 1,820 0,139 0,143 0,254 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,442 0,026 691 745 1,379 0,059 0,390 0,495 Taille de famille idéale 5,940 0,233 685 733 2,152 0,039 5,474 6,405 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,420 0,043 834 899 2,115 0,102 0,334 0,506 Assistance médicale à l'accouchement 0,245 0,045 834 899 2,509 0,183 0,155 0,335 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 0,217 0,020 694 751 1,285 0,093 0,177 0,257 A reçu traitement SRO 0,138 0,036 153 163 1,216 0,259 0,067 0,210 A consulté du personnel médical 0,207 0,042 153 163 1,208 0,202 0,123 0,290 Ayant une carte de santé 0,476 0,057 144 155 1,336 0,120 0,362 0,589 A reçu vaccination BCG 0,587 0,049 144 155 1,162 0,083 0,490 0,685 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,283 0,041 144 155 1,062 0,144 0,201 0,364 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,324 0,044 144 155 1,108 0,136 0,236 0,412 A reçu vaccination rougeole 0,383 0,041 144 155 1,008 0,108 0,301 0,466 Vacciné contre toutes les maladies 0,201 0,033 144 155 1,000 0,167 0,134 0,268 Poids-pour-taille 0,166 0,021 402 438 1,110 0,127 0,124 0,208 Taille-pour-âge 0,367 0,031 402 438 1,233 0,084 0,305 0,428 Poids-pour-âge 0,368 0,020 402 438 0,829 0,055 0,327 0,409 Indice synthétique de fécondité (5 ans) 6,996 0,233 NA 3955 1,253 0,033 6,529 7,462 Quotient de mortalité néonatale (10 ans) 47,452 4,521 1642 1770 0,762 0,095 38,409 56,495 Quotient de mortalité infantile (10 ans) 1 98,374 7,831 1643 1771 0,962 0,080 82,712 114,036 Quotient de mortalité juvénile (10 ans) 1 151,905 15,169 1690 1821 1,482 0,100 121,566 182,243 Quotient de mortalité infanto-juvénile (10 ans) 1 235,336 17,947 1691 1823 1,547 0,076 199,442 271,229 Quotient de mortalité post-néonatale (10 ans) 1 50,922 6,546 1643 1771 1,150 0,129 37,830 64,015 ______________________________________________________________________________________________________________ HOMMES ______________________________________________________________________________________________________________ Milieu urbain 0,111 0,034 355 380 2,046 0,308 0,042 0,179 Sans instruction 0,756 0,036 355 380 1,568 0,047 0,684 0,828 Instruction post-primaire ou plus 0,072 0,038 355 380 2,737 0,524 0,000 0,147 Jamais mariée (en union) 0,422 0,030 355 380 1,152 0,072 0,362 0,483 Actuellement mariée (en union) 0,566 0,030 355 380 1,144 0,053 0,506 0,627 Connaît une méthode contraceptive 0,908 0,029 201 215 1,414 0,032 0,850 0,966 Connaît une méthode moderne 0,899 0,029 201 215 1,362 0,032 0,841 0,957 A utilisé une méthode 0,591 0,085 201 215 2,446 0,144 0,421 0,761 Utilise actuellement une méthode 0,472 0,076 201 215 2,156 0,161 0,319 0,624 Utilise actuellement une méthode moderne 0,117 0,029 201 215 1,254 0,243 0,060 0,174 Utilise actuellement la pilule 0,017 0,010 201 215 1,128 0,602 0,000 0,038 Utilise actuellement le DIU 0,000 0,000 201 215 NA NA 0,000 0,000 Utilise actuellement les injections 0,009 0,007 201 215 0,993 0,737 0,000 0,022 Utilise actuellement le Norplant 0,000 0,000 201 215 NA NA 0,000 0,000 Utilise actuellement le condom 0,091 0,026 201 215 1,261 0,282 0,040 0,142 Utilise actuellement la stérilisation féminine 0,000 0,000 201 215 NA NA 0,000 0,000 Utilise actuellement la stérilisation masculine 0,000 0,000 201 215 NA NA 0,000 0,000 Utilise la continence périodique 0,336 0,059 201 215 1,766 0,175 0,218 0,454 Utilise actuellement le retrait 0,000 0,000 201 215 NA NA 0,000 0,000 Ne veut plus d'enfants 0,096 0,022 201 215 1,052 0,228 0,052 0,140 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,476 0,035 201 215 0,986 0,073 0,407 0,546 Taille de famille idéale 7,393 0,422 305 326 1,709 0,057 6,549 8,237 ______________________________________________________________________________________________________________ NA = Non-applicable 1 Les quotients de mortalité ont été calculés pour la période 0-9 ans précédant l'enquête. 230 Tableau B.7 Erreurs de sondage - Est, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________________________________________________________________ Population de base _________________ Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance Valeur type pondérée rée grappe relative ________________ Variable (M) (ET) (N) (N N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET ________________________________________________________________________________________________________ FEMMES ________________________________________________________________________________________________________ Milieu urbain 0,052 0,016 1588 1761 2,891 0,310 0,020 0,084 Sans instruction 0,919 0,010 1588 1761 1,449 0,011 0,899 0,939 Instruction post-primaire ou plus 0,021 0,006 1588 1761 1,674 0,290 0,009 0,033 Jamais mariée (en union) 0,140 0,012 1588 1761 1,385 0,086 0,116 0,164 Actuellement mariée (en union) 0,837 0,013 1588 1761 1,369 0,015 0,812 0,862 Mariée (en union) avant 20 ans 0,882 0,012 1239 1378 1,311 0,014 0,858 0,906 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,682 0,017 1239 1378 1,311 0,025 0,647 0,717 Enfants nés vivants 3,899 0,088 1588 1761 1,127 0,023 3,722 4,075 Enfants nés vivants des femmes 40-49 7,410 0,136 309 341 0,937 0,018 7,139 7,681 Enfants survivants 2,889 0,053 1588 1761 0,915 0,018 2,783 2,995 Connaît une méthode contraceptive 0,714 0,036 1321 1474 2,892 0,050 0,642 0,786 Connaît une méthode moderne 0,699 0,035 1321 1474 2,813 0,051 0,628 0,770 A utilisé une méthode 0,152 0,029 1321 1474 2,901 0,189 0,094 0,209 Utilise actuellement une méthode 0,077 0,020 1321 1474 2,764 0,263 0,037 0,118 Utilise actuellement une méthode moderne 0,026 0,007 1321 1474 1,588 0,269 0,012 0,040 Utilise actuellement la pilule 0,007 0,003 1321 1474 1,137 0,379 0,002 0,012 Utilise actuellement le DIU 0,003 0,002 1321 1474 1,496 0,705 0,000 0,008 Utilise actuellement les injections 0,006 0,002 1321 1474 0,957 0,351 0,002 0,010 Utilise actuellement le Norplant 0,002 0,001 1321 1474 1,099 0,758 0,000 0,004 Utilise actuellement le condom 0,007 0,003 1321 1474 1,169 0,385 0,002 0,012 Utilise actuellement la stérilisation féminine 0,000 0,000 1321 1474 0,800 1,000 0,000 0,001 Utilise actuellement la stérilisation masculine 0,000 0,000 1321 1474 NA NA 0,000 0,000 Utilise la continence périodique 0,024 0,011 1321 1474 2,708 0,477 0,001 0,047 Utilise actuellement le retrait 0,002 0,001 1321 1474 1,028 0,578 0,000 0,005 Utilise source publique 0,570 0,080 50 52 1,132 0,141 0,410 0,730 Ne veut plus d'enfants 0,172 0,010 1321 1474 0,983 0,059 0,151 0,192 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,503 0,017 1321 1474 1,253 0,034 0,469 0,538 Taille de famille idéale 6,323 0,124 1289 1424 1,876 0,020 6,076 6,571 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,521 0,033 1637 1833 2,259 0,064 0,454 0,588 Assistance médicale à l'accouchement 0,311 0,031 1637 1833 2,296 0,100 0,249 0,374 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 0,156 0,011 1407 1576 1,096 0,070 0,134 0,178 A reçu traitement SRO 0,186 0,031 217 245 1,152 0,165 0,125 0,247 A consulté du personnel médical 0,174 0,025 217 245 0,968 0,144 0,124 0,224 Ayant une carte de santé 0,478 0,055 267 298 1,779 0,116 0,367 0,588 A reçu vaccination BCG 0,676 0,054 267 298 1,860 0,079 0,569 0,784 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,313 0,056 267 298 1,901 0,178 0,202 0,425 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,390 0,042 267 298 1,360 0,106 0,307 0,474 A reçu vaccination rougeole 0,379 0,045 267 298 1,474 0,119 0,289 0,469 Vacciné contre toutes les maladies 0,235 0,045 267 298 1,654 0,191 0,145 0,325 Poids-pour-taille 0,124 0,013 804 896 1,067 0,101 0,099 0,149 Taille-pour-âge 0,355 0,019 804 896 1,080 0,052 0,318 0,392 Poids-pour-âge 0,329 0,012 804 896 0,700 0,036 0,305 0,353 Indice synthétique de fécondité (5 ans) 7,322 0,211 NA 7814 1,475 0,029 6,899 7,745 Quotient de mortalité néonatale (10 ans) 41,790 3,927 3282 3669 1,014 0,094 33,936 49,644 Quotient de mortalité infantile (10 ans) 1 107,791 8,374 3287 3675 1,407 0,078 91,044 124,539 Quotient de mortalité juvénile (10 ans) 1 142,141 8,873 3363 3760 1,114 0,062 124,395 159,886 Quotient de mortalité infanto-juvénile (10 ans) 1 234,610 12,634 3368 3766 1,535 0,054 209,342 259,879 Quotient de mortalité post-néonatale (10 ans) 1 66,001 7,713 3287 3675 1,611 0,117 50,574 81,428 ______________________________________________________________________________________________________________ HOMMES ______________________________________________________________________________________________________________ Milieu urbain 0,077 0,024 661 729 2,320 0,312 0,029 0,125 Sans instruction 0,789 0,026 661 729 1,627 0,033 0,737 0,840 Instruction post-primaire ou plus 0,081 0,022 661 729 2,057 0,270 0,037 0,125 Jamais mariée (en union) 0,396 0,027 661 729 1,393 0,067 0,343 0,449 Actuellement mariée (en union) 0,584 0,025 661 729 1,294 0,042 0,535 0,634 Connaît une méthode contraceptive 0,858 0,025 381 426 1,372 0,029 0,809 0,908 Connaît une méthode moderne 0,847 0,025 381 426 1,351 0,029 0,798 0,897 A utilisé une méthode 0,431 0,049 381 426 1,939 0,114 0,332 0,529 Utilise actuellement une méthode 0,328 0,051 381 426 2,137 0,157 0,225 0,431 Utilise actuellement une méthode moderne 0,084 0,022 381 426 1,570 0,266 0,039 0,129 Utilise actuellement la pilule 0,009 0,005 381 426 1,081 0,579 0,000 0,020 Utilise actuellement le DIU 0,000 0,000 381 426 NA NA 0,000 0,000 Utilise actuellement les injections 0,003 0,003 381 426 1,036 1,008 0,000 0,008 Utilise actuellement le Norplant 0,002 0,002 381 426 0,833 0,987 0,000 0,006 Utilise actuellement le condom 0,063 0,018 381 426 1,433 0,284 0,027 0,099 Utilise actuellement la stérilisation féminine 0,005 0,003 381 426 0,944 0,717 0,000 0,011 Utilise actuellement la stérilisation masculine 0,003 0,003 381 426 1,042 1,013 0,000 0,008 Utilise la continence périodique 0,177 0,039 381 426 2,011 0,222 0,098 0,256 Utilise actuellement le retrait 0,009 0,005 381 426 1,073 0,587 0,000 0,019 Ne veut plus d'enfants 0,083 0,015 381 426 1,064 0,181 0,053 0,113 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,493 0,032 381 426 1,249 0,065 0,429 0,557 Taille de famille idéale 7,287 0,219 577 636 1,123 0,030 6,849 7,725 ______________________________________________________________________________________________________________ NA = Non-applicable 1 Les quotients de mortalité ont été calculés pour la période 0-9 ans précédant l'enquête. 231 Tableau B.8 Erreurs de sondage - Ouest, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________________________________________________________________ Population de base _________________ Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance Valeur type pondérée rée grappe relative ________________ Variable (M) (ET) (N) (N N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET ________________________________________________________________________________________________________ FEMMES ________________________________________________________________________________________________________ Milieu urbain 0,210 0,019 1453 1489 1,738 0,089 0,173 0,247 Sans instruction 0,862 0,013 1453 1489 1,467 0,015 0,835 0,889 Instruction post-primaire ou plus 0,056 0,011 1453 1489 1,833 0,198 0,034 0,078 Jamais mariée (en union) 0,164 0,012 1453 1489 1,263 0,075 0,140 0,189 Actuellement mariée (en union) 0,810 0,013 1453 1489 1,258 0,016 0,784 0,836 Mariée (en union) avant 20 ans 0,803 0,015 1115 1150 1,288 0,019 0,772 0,834 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,697 0,015 1115 1150 1,089 0,021 0,667 0,727 Enfants nés vivants 3,434 0,065 1453 1489 0,809 0,019 3,304 3,565 Enfants nés vivants des femmes 40-49 7,441 0,276 225 233 1,399 0,037 6,889 7,994 Enfants survivants 2,679 0,055 1453 1489 0,858 0,020 2,570 2,789 Connaît une méthode contraceptive 0,816 0,018 1151 1206 1,613 0,023 0,779 0,853 Connaît une méthode moderne 0,806 0,020 1151 1206 1,741 0,025 0,765 0,846 A utilisé une méthode 0,205 0,014 1151 1206 1,188 0,069 0,176 0,233 Utilise actuellement une méthode 0,088 0,008 1151 1206 0,964 0,092 0,072 0,104 Utilise actuellement une méthode moderne 0,051 0,007 1151 1206 1,106 0,141 0,036 0,065 Utilise actuellement la pilule 0,029 0,005 1151 1206 0,980 0,168 0,019 0,038 Utilise actuellement le DIU 0,003 0,001 1151 1206 0,786 0,392 0,001 0,006 Utilise actuellement les injections 0,008 0,003 1151 1206 1,108 0,371 0,002 0,013 Utilise actuellement le Norplant 0,001 0,001 1151 1206 0,858 0,710 0,000 0,003 Utilise actuellement le condom 0,008 0,003 1151 1206 1,198 0,388 0,002 0,015 Utilise actuellement la stérilisation féminine 0,001 0,001 1151 1206 0,829 1,004 0,000 0,002 Utilise actuellement la stérilisation masculine 0,000 0,000 1151 1206 NA NA 0,000 0,000 Utilise la continence périodique 0,029 0,005 1151 1206 0,961 0,165 0,019 0,038 Utilise actuellement le retrait 0,003 0,002 1151 1206 0,953 0,501 0,000 0,006 Utilise source publique 0,636 0,055 98 83 1,124 0,086 0,526 0,745 Ne veut plus d'enfants 0,206 0,019 1151 1206 1,611 0,093 0,168 0,245 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,436 0,017 1151 1206 1,169 0,039 0,402 0,471 Taille de famille idéale 5,218 0,133 1226 1237 2,120 0,025 4,952 5,484 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,506 0,034 1358 1444 2,153 0,068 0,437 0,574 Assistance médicale à l'accouchement 0,277 0,032 1358 1444 2,229 0,115 0,213 0,341 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 0,250 0,020 1192 1267 1,618 0,082 0,209 0,291 A reçu traitement SRO 0,097 0,016 293 317 0,949 0,169 0,064 0,130 A consulté du personnel médical 0,130 0,021 293 317 1,091 0,161 0,088 0,172 Ayant une carte de santé 0,550 0,059 250 267 1,907 0,108 0,432 0,669 A reçu vaccination BCG 0,717 0,050 250 267 1,792 0,070 0,616 0,817 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,282 0,048 250 267 1,724 0,171 0,186 0,379 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,337 0,049 250 267 1,678 0,147 0,238 0,436 A reçu vaccination rougeole 0,436 0,047 250 267 1,522 0,108 0,342 0,530 Vacciné contre toutes les maladies 0,184 0,035 250 267 1,442 0,189 0,114 0,253 Poids-pour-taille 0,117 0,014 980 1038 1,370 0,119 0,089 0,145 Taille-pour-âge 0,400 0,020 980 1038 1,274 0,051 0,359 0,441 Poids-pour-âge 0,362 0,023 980 1038 1,505 0,063 0,316 0,408 Indice synthétique de fécondité (5 ans) 6,677 0,240 NA 6588 1,307 0,036 6,198 7,156 Quotient de mortalité néonatale (10 ans) 44,470 4,633 2681 2855 1,115 0,104 35,203 53,737 Quotient de mortalité infantile (10 ans) 1 112,240 8,152 2691 2865 1,246 0,073 95,936 128,544 Quotient de mortalité juvénile (10 ans) 1 101,014 8,845 2719 2895 1,270 0,088 83,323 118,704 Quotient de mortalité infanto-juvénile (10 ans) 1 201,916 12,080 2729 2906 1,424 0,060 177,755 226,076 Quotient de mortalité post-néonatale (10 ans) 1 67,770 5,754 2691 2865 1,124 0,085 56,262 79,279 ______________________________________________________________________________________________________________ HOMMES ______________________________________________________________________________________________________________ Milieu urbain 0,237 0,023 626 646 1,341 0,096 0,191 0,282 Sans instruction 0,755 0,027 626 646 1,541 0,035 0,702 0,808 Instruction post-primaire ou plus 0,119 0,023 626 646 1,776 0,193 0,073 0,165 Jamais mariée (en union) 0,356 0,019 626 646 0,996 0,054 0,318 0,394 Actuellement mariée (en union) 0,625 0,020 626 646 1,040 0,032 0,584 0,665 Connaît une méthode contraceptive 0,966 0,013 383 403 1,390 0,013 0,940 0,992 Connaît une méthode moderne 0,955 0,014 383 403 1,347 0,015 0,927 0,984 A utilisé une méthode 0,494 0,040 383 403 1,572 0,081 0,414 0,574 Utilise actuellement une méthode 0,246 0,030 383 403 1,352 0,121 0,186 0,305 Utilise actuellement une méthode moderne 0,106 0,015 383 403 0,958 0,142 0,076 0,136 Utilise actuellement la pilule 0,045 0,007 383 403 0,621 0,146 0,032 0,058 Utilise actuellement le DIU 0,010 0,006 383 403 1,153 0,587 0,000 0,022 Utilise actuellement les injections 0,009 0,005 383 403 1,086 0,595 0,000 0,019 Utilise actuellement le Norplant 0,000 0,000 383 403 NA NA 0,000 0,000 Utilise actuellement le condom 0,040 0,011 383 403 1,062 0,268 0,018 0,061 Utilise actuellement la stérilisation féminine 0,000 0,000 383 403 NA NA 0,000 0,000 Utilise actuellement la stérilisation masculine 0,000 0,000 383 403 NA NA 0,000 0,000 Utilise la continence périodique 0,126 0,026 383 403 1,535 0,207 0,074 0,178 Utilise actuellement le retrait 0,009 0,005 383 403 1,059 0,576 0,000 0,019 Ne veut plus d'enfants 0,111 0,020 383 403 1,215 0,176 0,072 0,150 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,495 0,038 383 403 1,476 0,076 0,419 0,570 Taille de famille idéale 7,178 0,259 523 533 1,074 0,036 6,661 7,696 ______________________________________________________________________________________________________________ NA = Non-applicable 1 Les quotients de mortalité ont été calculés pour la période 0-9 ans précédant l'enquête. 232 Tableau B.9 Erreurs de sondage - Centre/Sud, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________________________________________________________________ Population de base _________________ Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance Valeur type pondérée rée grappe relative ________________ Variable (M) (ET) (N) (N N) (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET ________________________________________________________________________________________________________ FEMMES ________________________________________________________________________________________________________ Milieu urbain 0,034 0,006 1594 1748 1,264 0,170 0,022 0,045 Sans instruction 0,917 0,016 1594 1748 2,294 0,017 0,886 0,949 Instruction post-primaire ou plus 0,016 0,004 1594 1748 1,367 0,265 0,008 0,025 Jamais mariée (en union) 0,156 0,012 1594 1748 1,363 0,079 0,131 0,181 Actuellement mariée (en union) 0,823 0,014 1594 1748 1,487 0,017 0,795 0,852 Mariée (en union) avant 20 ans 0,909 0,014 1261 1383 1,770 0,016 0,880 0,938 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,705 0,018 1261 1383 1,435 0,026 0,668 0,742 Enfants nés vivants 3,731 0,074 1594 1748 0,939 0,020 3,584 3,879 Enfants nés vivants des femmes 40-49 7,546 0,165 296 323 1,169 0,022 7,216 7,877 Enfants survivants 2,776 0,053 1594 1748 0,885 0,019 2,670 2,883 Connaît une méthode contraceptive 0,808 0,023 1306 1439 2,065 0,028 0,763 0,853 Connaît une méthode moderne 0,775 0,024 1306 1439 2,051 0,031 0,727 0,822 A utilisé une méthode 0,307 0,027 1306 1439 2,104 0,088 0,253 0,360 Utilise actuellement une méthode 0,155 0,015 1306 1439 1,526 0,099 0,124 0,185 Utilise actuellement une méthode moderne 0,040 0,008 1306 1439 1,498 0,204 0,024 0,056 Utilise actuellement la pilule 0,015 0,005 1306 1439 1,386 0,307 0,006 0,025 Utilise actuellement le DIU 0,002 0,001 1306 1439 1,032 0,707 0,000 0,004 Utilise actuellement les injections 0,012 0,003 1306 1439 0,999 0,250 0,006 0,018 Utilise actuellement le Norplant 0,001 0,001 1306 1439 0,871 0,716 0,000 0,003 Utilise actuellement le condom 0,010 0,002 1306 1439 0,912 0,257 0,005 0,014 Utilise actuellement la stérilisation féminine 0,000 0,000 1306 1439 NA NA 0,000 0,000 Utilise actuellement la stérilisation masculine 0,000 0,000 1306 1439 NA NA 0,000 0,000 Utilise la continence périodique 0,086 0,010 1306 1439 1,244 0,112 0,067 0,106 Utilise actuellement le retrait 0,001 0,001 1306 1439 1,063 1,030 0,000 0,002 Utilise source publique 0,508 0,061 90 91 1,155 0,120 0,386 0,631 Ne veut plus d'enfants 0,191 0,012 1306 1439 1,086 0,062 0,168 0,215 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,398 0,019 1306 1439 1,372 0,047 0,361 0,436 Taille de famille idéale 6,023 0,171 1115 1220 2,328 0,028 5,681 6,365 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,580 0,040 1563 1725 2,704 0,068 0,500 0,659 Assistance médicale à l'accouchement 0,252 0,047 1563 1725 3,628 0,187 0,158 0,347 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 0,192 0,017 1280 1409 1,504 0,088 0,159 0,226 A reçu traitement SRO 0,113 0,017 248 271 0,797 0,152 0,079 0,147 A consulté du personnel médical 0,207 0,027 248 271 0,995 0,128 0,154 0,261 Ayant une carte de santé 0,628 0,050 242 266 1,585 0,079 0,529 0,727 A reçu vaccination BCG 0,808 0,045 242 266 1,767 0,056 0,719 0,898 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,465 0,049 242 266 1,505 0,105 0,367 0,563 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,521 0,052 242 266 1,588 0,099 0,418 0,625 A reçu vaccination rougeole 0,527 0,052 242 266 1,606 0,099 0,423 0,632 Vacciné contre toutes les maladies 0,359 0,051 242 266 1,632 0,143 0,256 0,462 Poids-pour-taille 0,143 0,015 1068 1172 1,444 0,108 0,112 0,174 Taille-pour-âge 0,384 0,014 1068 1172 0,952 0,037 0,355 0,412 Poids-pour-âge 0,357 0,016 1068 1172 1,070 0,045 0,325 0,389 Indice synthétique de fécondité (5 ans) 7,057 0,182 NA 7711 1,082 0,026 6,692 7,422 Quotient de mortalité néonatale (10 ans) 44,818 5,409 3151 3462 1,320 0,121 34,000 55,636 Quotient de mortalité infantile (10 ans) 1 118,679 8,190 3154 3465 1,282 0,069 102,298 135,059 Quotient de mortalité juvénile (10 ans) 1 139,136 9,817 3212 3531 1,312 0,071 119,501 158,770 Quotient de mortalité infanto-juvénile (10 ans) 1 241,302 11,902 3215 3534 1,382 0,049 217,498 265,106 Quotient de mortalité post-néonatale (10 ans) 1 73,861 5,267 3154 3465 1,055 0,071 63,326 84,396 ______________________________________________________________________________________________________________ HOMMES ______________________________________________________________________________________________________________ Milieu urbain 0,061 0,008 547 593 0,749 0,126 0,046 0,076 Sans instruction 0,842 0,026 547 593 1,637 0,030 0,791 0,893 Instruction post-primaire ou plus 0,044 0,007 547 593 0,842 0,168 0,029 0,059 Jamais mariée (en union) 0,412 0,027 547 593 1,281 0,066 0,358 0,466 Actuellement mariée (en union) 0,577 0,026 547 593 1,246 0,046 0,524 0,630 Connaît une méthode contraceptive 0,989 0,006 311 342 0,970 0,006 0,977 1,000 Connaît une méthode moderne 0,971 0,009 311 342 0,964 0,009 0,953 0,990 A utilisé une méthode 0,731 0,048 311 342 1,890 0,065 0,636 0,826 Utilise actuellement une méthode 0,543 0,046 311 342 1,634 0,085 0,450 0,635 Utilise actuellement une méthode moderne 0,160 0,026 311 342 1,268 0,165 0,107 0,213 Utilise actuellement la pilule 0,034 0,013 311 342 1,271 0,387 0,008 0,060 Utilise actuellement le DIU 0,003 0,003 311 342 1,044 1,008 0,000 0,010 Utilise actuellement les injections 0,010 0,005 311 342 0,887 0,497 0,000 0,020 Utilise actuellement le Norplant 0,000 0,000 311 342 NA NA 0,000 0,000 Utilise actuellement le condom 0,113 0,019 311 342 1,073 0,171 0,074 0,151 Utilise actuellement la stérilisation féminine 0,000 0,000 311 342 NA NA 0,000 0,000 Utilise actuellement la stérilisation masculine 0,000 0,000 311 342 NA NA 0,000 0,000 Utilise la continence périodique 0,371 0,045 311 342 1,632 0,121 0,282 0,461 Utilise actuellement le retrait 0,000 0,000 311 342 NA NA 0,000 0,000 Ne veut plus d'enfants 0,059 0,016 311 342 1,224 0,277 0,027 0,092 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,640 0,030 311 342 1,117 0,048 0,579 0,700 Taille de famille idéale 7,785 0,421 429 464 1,631 0,054 6,942 8,627 ______________________________________________________________________________________________________________ NA = Non-applicable 1 Les quotients de mortalité ont été calculés pour la période 0-9 ans précédant l'enquête. 233 REGROUPEMENT DES PROVINCES EN RÉGIONS DE RÉSIDENCE Région Province Ouagadougou Ville de Ouagadougou Nord Bam Oudalan Séno Soum Sourou Yatenga Loroum Nayala Zondoma Est Boulgou Ganzourgou Gnagna Gourma Kouritenga Nahouri Namentenga Tapoa Zoundweogo Komandjari Kompienga Koulpelogo Yagha Région Province Ouest Bougouriba Comoé Houet Kénédougou Kossi Mouhoun Poni Les Balés Banwa Ioba Léraba Noumbiel Tuy Centre/Sud Bazèga Boulkiemdé Kadiogo (rural) Oubritenga Passoré Sanguié Sanmatenga Sissili Kourweogo Ziro ANNEXE C TABLEAUX POUR L'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES 237 Tableau C.1 Répartition par âge de la population des ménages Répartition de la population (de fait) des ménages par année d'âge, selon le sexe ( pondéré), EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ________________________________________________________________________________________ Hommes Femmes Hommes Femmes ______________ ______________ _____________ ______________ Âge Effectif % Effectif % Âge Effectif % Effectif % ________________________________________________________________________________________ 0 588 3,9 562 3,4 37 104 0,7 169 1,0 1 537 3,5 553 3,4 38 113 0,7 163 1,0 2 541 3,6 515 3,1 39 90 0,6 126 0,8 3 621 4,1 616 3,7 40 166 1,1 207 1,3 4 581 3,8 570 3,5 41 91 0,6 110 0,7 5 570 3,8 504 3,1 42 96 0,6 134 0,8 6 595 3,9 533 3,2 43 85 0,6 91 0,6 7 665 4,4 605 3,7 44 68 0,4 81 0,5 8 525 3,5 485 3,0 45 106 0,7 138 0,8 9 524 3,5 509 3,1 46 60 0,4 76 0,5 10 551 3,6 544 3,3 47 78 0,5 70 0,4 11 426 2,8 417 2,5 48 81 0,5 98 0,6 12 520 3,4 541 3,3 49 72 0,5 85 0,5 13 454 3,0 491 3,0 50 116 0,8 133 0,8 14 388 2,6 380 2,3 51 51 0,3 114 0,7 15 361 2,4 323 2,0 52 74 0,5 151 0,9 16 298 2,0 318 1,9 53 58 0,4 109 0,7 17 328 2,2 309 1,9 54 72 0,5 85 0,5 18 281 1,9 324 2,0 55 64 0,4 121 0,7 19 220 1,5 263 1,6 56 66 0,4 83 0,5 20 259 1,7 343 2,1 57 45 0,3 67 0,4 21 160 1,1 218 1,3 58 53 0,3 74 0,4 22 190 1,3 290 1,8 59 55 0,4 47 0,3 23 140 0,9 196 1,2 60 107 0,7 146 0,9 24 142 0,9 194 1,2 61 47 0,3 33 0,2 25 213 1,4 318 1,9 62 80 0,5 59 0,4 26 139 0,9 183 1,1 63 67 0,4 48 0,3 27 147 1,0 234 1,4 64 48 0,3 27 0,2 28 137 0,9 205 1,2 65 67 0,4 58 0,4 29 111 0,7 167 1,0 66 51 0,3 34 0,2 30 226 1,5 317 1,9 67 38 0,2 17 0,1 31 123 0,8 157 1,0 68 79 0,5 42 0,3 32 116 0,8 194 1,2 69 43 0,3 27 0,2 33 121 0,8 137 0,8 70+ 482 3,2 355 2,2 34 98 0,6 145 0,9 NSP/ND 5 0,0 7 0,0 36 104 0,7 136 0,8 Ensemble 15 146 100,0 16 423 100,0 ________________________________________________________________________________________ Note : La population de fait comprend tous les résidents et les non-résidents qui ont dormi dans le ménage la nuit ayant précédé l'enquête. 238 Tableau C.2 Répartition par âge des femmes éligibles et des femmes enquêtées Répartition (en %) par groupe d'âges quinquennal de la population (de fait) des femmes de 10-54 ans dans l'enquête ménage et des femmes de 15-49 ans enquêtées, et pourcentage de femmes éligibles qui ont été enquêtées (pondéré), EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _______________________________________________________________________ Femmes dans l'enquête ménage Femmes enquêtées Pourcentage Groupe _________________ _________________ enquêtées d'âges Effectif % Effectif % (pondéré) _______________________________________________________________________ 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 15-49 2 373 - - - - 1 537 22,7 1 468 22,6 95,5 1 241 18,3 1 198 18,5 96,5 1 107 16,4 1 072 16,5 96,9 950 14,0 917 14,1 96,5 838 12,4 806 12,4 96,2 623 9,2 589 9,1 94,5 467 6,9 440 6,8 94,4 592 - - - - 6 763 - 6 491 - 96,0 _______________________________________________________________________ Note : La population de fait comprend tous les résidents et les non-résidents qui ont dormi dans le ménage la nuit ayant précédé l'e nquête. Dans ce tableau, les pondérations utilisées sont celles de l'enquête ménage. Tableau C.3 Répartition par âge des hommes éligibles et des hommes enquêtés Répartition (en %) par groupe d'âges quinquennal de la population (de fait) des hommes de 10-64 ans dans l'enquête ménage et des hommes de 15-59 ans enquêtés, et pourcentage d'hommes éligibles qui ont été enquêtés (pondéré), EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 _______________________________________________________________________ Hommes dans l'enquête ménage Hommes enquêtés Pourcentage Groupe _________________ _________________ enquêtés d'âges Effectif % Effectif % (pondéré) _______________________________________________________________________ 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 15-59 1 214 - - - - 652 23,2 602 23,1 92,4 420 15,0 375 14,4 89,3 378 13,4 355 13,7 94,1 337 12,0 319 12,2 94,4 277 9,8 253 9,7 91,4 249 8,9 232 8,9 93,1 200 7,1 186 7,1 93,2 158 5,6 148 5,7 93,8 139 5,0 132 5,1 95,2 185 - - - - 2 810 - 2 603 - 92,6 _______________________________________________________________________ Note: La population de fait comprend tous les résidents et les non-résidents qui ont dormi dans le ménage la nuit ayant précédé l'e nquête. Dans ce tableau, les pondérations utilisées sont celles de l'enquête ménage. 239 Tableau C.4 Complétude de l'enregistrement Pourcentage d'informations manquantes pour certaines questions démographiques et de santé, EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ____________________________________________________________________________________ Pourcentages d'informations Type d'information Groupe de référence manquantes Effectif ____________________________________________________________________________________ Date de naissance Naissances des 15 dernières années Mois seulement Mois et année Âge au décès Naissances des 15 dernières années Âge/Date de la 1 ère union 1 Femmes non-célibataires Niveau d'instruction Toutes les femmes Poids à la naissance Naissances des 0-59 derniers mois Anthropométrie2 Enfants vivants de 0-59 mois Taille Poids Taille et poids Diarrhée dans les 2 dernières semaines Enfants vivants de 0-59 mois 42,7 16 859 0,1 16 859 0,4 3 545 0,5 5 358 0,0 6 445 37,9 1 727 5,5 5 286 4,9 5 286 5,6 5 286 1,9 5 286 ____________________________________________________________________________________ 1 Sans information pour l'âge et l'année 2 Enfant non mesuré 240 Tableau C.5 Naissances par année de calendrier Répartition des naissances par année de calendrier pour les enfants survivants (S), d écédés (D) et l'ensemble des enfants (E), pourcentage de ceux ayant une date de naissance complète, rapport de masculinité à la naissance et rapport de naissances annuelles (pondéré), EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 __________________________________________________________________________________________________ Pourcentage avec Rapport de Rapport de Effectifs une date de masculinité naissances de naissances naissance complète 1 à la naissance 2 annuelles 3 ________________ ________________ ________________ ________________ Années S D E S D E S D E S D E __________________________________________________________________________________________________ 99 98 97 96 95 94 93 92 91 90 95-99 90-94 85-89 80-84 < 80 Ensemble 69 4 73 98,3 100,0 98,4 87,7 200,0 91,1 - - - 1 227 97 1 324 96,0 81,4 95,0 104,3 93,0 103,4 [228,6] [126,6] [215,8] 1 005 150 1 155 80,8 65,8 78,8 94,3 148,8 100,0 91,3 110,3 93,4 974 175 1 149 74,4 52,6 71,1 104,5 89,8 102,1 93,2 89,4 92,6 1 086 241 1 327 70,8 48,7 66,7 106,7 117,3 108,5 110,4 104,4 109,3 993 287 1 280 65,9 45,2 61,2 103,6 108,8 104,8 103,1 113,1 105,2 840 267 1 107 63,8 47,1 59,8 95,1 113,8 99,3 82,4 81,1 82,1 1 046 371 1 417 57,6 36,4 52,0 107,9 121,2 111,2 115,8 135,6 120,4 967 281 1 247 49,3 37,9 46,8 98,3 87,1 95,6 101,5 86,4 97,7 859 278 1 137 48,9 34,6 45,4 99,7 133,9 107,1 - - - 4 361 666 5 027 81,4 58,6 78,4 102,3 111,7 103,5 - - - 4 705 1 484 6 189 57,1 40,0 53,0 101,1 112,3 103,7 - - - 3 702 1 198 4 901 47,8 32,1 43,9 95,2 113,6 99,4 - - - 2 522 946 3 468 41,8 33,5 39,6 102,0 104,6 102,7 - - - 2 197 1 204 3 401 37,0 30,5 34,7 101,1 113,8 105,4 - - - 17 488 5 499 22 987 56,5 37,3 51,9 100,2 111,5 102,8 - - - __________________________________________________________________________________________________ 1 Mois et année de naissance déclarés 2 N m /N f)x100, où N m est le nombre de naissances masculines et N f le nombre de naissances féminines3 [2N x /(N x-1 +N x+1 )]x100, où N x est le nombre de naissances de l'année x [ ] Ces rapports ont été calculés à partir des données de 1999 qui ne corespondent pas à une année complète. 241 Tableau C.6 Enregistrement de l'âge au décès en jours Répartition des décès survenus, d'après les déclarations, à moins de 1 mois, selon l'âge au décès en jours, et pourcentage de d écès néonatals survenus, d'après les déclarations, aux âges de 0-6 jours, par période de cinq ans précédant l'enquête (pondéré), EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ____________________________________________________________ Années précédant l'enquêteÂge au décès __________________________________ Total en jours 0-4 5-9 10-14 15-19 0-19 ____________________________________________________________ <1 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31+ Ensemble 0-30 % néonatal précoce 1 58 43 30 22 152 32 35 30 19 116 8 25 12 15 61 24 19 27 16 87 17 17 9 8 51 11 14 19 18 62 7 15 15 15 52 14 25 18 14 71 12 8 8 7 35 1 7 4 9 20 4 3 13 9 29 3 2 2 1 8 4 9 4 4 22 2 6 1 6 15 7 13 15 6 41 5 6 8 8 27 4 2 0 2 8 3 4 1 2 10 3 2 0 2 6 4 0 1 1 6 5 9 4 3 21 3 8 5 3 19 0 2 1 2 5 1 2 0 1 4 2 1 1 1 5 4 4 1 3 12 0 1 0 0 1 1 2 1 0 4 8 0 1 1 10 2 0 0 0 2 3 2 4 2 11 1 0 1 0 2 253 284 233 203 973 62,5 58,9 60,9 55,8 59,7 ____________________________________________________________ 1 0-6 jours/0-30 jours 242 Tableau C.7 Enregistrement de l'âge au décès en mois Répartition des décès survenus, d'après les déclarations, à moins de deux ans, selon l'âge au décès en mois, et pourcentage de décès survenus, d'après les déclarations, à moins de 1 mois, par période de cinq ans précédant l'e nquête (pondéré), EDSBF-II Burkina Faso 1998-99 ____________________________________________________________ Années précédant l'enquêteÂge au décès _________________________________ Total en mois 0-4 5-9 10-14 15-19 0-19 ____________________________________________________________ <1 mois 1 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 ou + ND 1 an 2 Ensemble 0-11 % néonatal 3 253 284 233 203 973 47 58 35 30 171 49 62 38 23 171 42 59 49 34 183 30 45 22 26 123 24 30 13 12 79 32 27 20 23 102 29 31 14 17 91 24 17 14 7 61 40 21 17 18 96 17 20 10 10 56 18 31 21 10 81 32 79 60 42 213 18 31 22 16 87 14 30 7 1 52 15 14 8 8 45 3 11 5 2 20 12 4 5 2 22 21 30 18 18 87 1 4 3 3 11 4 3 0 0 6 1 1 1 0 4 0 3 4 1 7 1 4 2 1 8 1 0 0 0 1 1 0 0 0 1 40 75 80 47 242 605 684 486 413 2 189 41,7 41,6 47,9 49,1 44,4 ____________________________________________________________ 1 Y compris les décès survenus à moins de 1 mois, déclarés en jours 2 Âge au décès déclaré est 1 an au lieu de 12 mois 3 (Moins de 1 mois/moins de 1 an) × 100 ANNEXE D PERSONNEL DE L'EDSBF-II 1998-99 245 PERSONNEL DE L’EDSBF-II 1998-1999 Personnel National Permanent Directeur National Hamado SAWADOGO Directeurs Techniques Désiré Lohé KONATÉ François ILBOUDO Responsable de terrain Tinga SINARÉ Responsable de Cartographie Pagari OUOBA Formateurs personnel de terrain et Superviseurs Terrain Idrissa KABORÉ Célestin Lallé SAGNON Antoinette TOÉ née FORO Pagari Ouoba Tinga Sinaré Superviseurs Traitement des Données Zacharie SANOU Youssouf LANGANI Hubert Hamado OUÉDRAOGO Personnel National Temporaire Chefs d’équipe Cartographie Youssouf OUÉDRAOGO Ibrahima DIASSO Agents de Cartographie Ali IDANI Souleymane OUÉDRAOGO Arouna TRAORÉ Adama MILLOGO Hippolyte S. MILLOGO Mamadou OUOBA Paul KONTOGOMA Saïdou KOUDOUGOU Abdoulaye SANA Souleymane KONATÉ Siaka OUATTARA 246 Enquêtrices pré-test Bibata BULGO Diahara TRAORÉ Julienne KAMOUNI Léonie BANCÉ Mélanie SAWADOGO Chefs d’équipe enquête principale Albert SAWADOGO Boukary SAWADOGO Gabriel Poko OUÉDRAOGO Hippolyte S. MILLOGO Jérémy KAFANDO Moumouni T. OUÉDRAOGO Oumar DAO Sanda TANKOANO Contrôleuses enquête principale Bibata BULGO Diahara TRAORÉ Edwidge M.B.DIARRA Eldine OUÉDRAOGO Irma P.F. KAGAMBÈGA Mariam GANSORE née TAPSOBA Martine KABORÉ Minata OUÉDRAOGO Enquêtrices enquête principale Alimata ILBOUDO Ardiata TRAORÉ Augustine Emma TRAORÉ Augustine OUÉDRAOGO Bernadette KANSOLÉ Berthe Toussaint KAMBOU Brigitte GOUBA Brigitte OUÉDRAOGO Cécile Ivièlè DABIRÉ Cécile KOALA Clarisse Paule SANON Djénéba DOUSSA Esther Lamoudi THIOMBIANO Fatimata SORY Fatimata TRAORÉ Fatoumata MAIGA Florentine KABORÉ Ginette Marie Rachelle SANKARA Haoua BABA Irène Mini PODA Kotima KABORÉ Léonie BANCÉ Marie Colette BOUDA Marie Rose BAZIOMO Martine BOUDA Mélanie SAWADOGO Oumou KOUSSOUBÉ née BARRO Régine T. OUÉDRAOGO née COMPAORÉ Rita Germaine TAPSOBA Safiatou OUÉDRAOGO Viviane YÉLÉMOU Yolande G. KABORÉ 247 Agents de Bureau (vérification et codification) Antoinette TOÉ née FORO Généviève E. BAMA Agents de Saisie Aurélie CISSÉ née SANKARA Bernadette KABORÉ Fatoumata OUÉDRAOGO née OUÉDRAOGO Léontine DIASSO Rasmata KABORÉ Romaine DEMBÉLÉ Personnel Administratif Secrétaire Marie Denise NANA Comptable Adama DOFINI Chauffeur du projet Sylamani KOUTIÉBOU Chauffeurs enquête principale Boureima TRAORÉ Florent OUÉDRAOGO François P. ILBOUDO Jean Bernard P. NANA Rasmané COULIBALY Saïdou KOROGO Yacouba OUANDAOGO Youssouf BAYO Chauffeurs supervision enquête principale Hamado KABORÉ Kassoum TIEMTORÉ Emmanuel KABORÉ Chauffeurs Cartographie Emmanuel Silga Salif Rouamba Consultants Nationaux Formation des enquêteurs, enquêtrices Mme Félicité TRAORÉ Richard Tinkoura COMPAORÉ Issa SEBGO Dr Germain TRAORÉ Dr Babou BAZIÉ 248 Traduction des questionnaires Mme Aminata BARRY Mme Bernadette COMPAORÉ Mme Aïssata SANOU Personnel international Macro International Inc. Gora Mboup, coordonnateur technique Mohamed Ayad, termes de référence du contrat Mamadou Thiam, sondage Alfredo Aliaga, sondage Jeanne Cushing, traitement des données Kaye Mitchell, production du rapport Julie Schullian, dissémination Sidney Moore, édition Consultants (Macro International) Salif Ndiaye, formation, préparation des documents techniques Monique Barrère, révision technique du rapport ANNEXE E QUESTIONNAIRES MINISTERE DE L'ECONOMIE BURKINA FASO ET DES FINANCES Unité - Progrès - Justice INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE (EDSBF-II, 1998) QUESTIONNAIRE FEMME KLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLM N IDENTIFICATION N OPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPQPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPR N S TPPPQPPPU N N PROVINCE_____________________________________________________SPROVINCE.S S S N N S TPPPYPPPYPPPZ N N DEPARTEMENT__________________________________________________SDEPARTEMENT.S S S S N N S [PPP\PPP\PPP] N N COMMUNE/CENTRE URBAIN________________________________________S N N S N N VILLAGE/SECTEUR______________________________________________S N N S TPPPQPPPQPPPU N N N˚ DE LA GRAPPE.SN˚ DE LA GRAPPE.S S S S N N S `PPPYPPPYPPPZ N N NOM DU CHEF DE CONCESSION____________________________________SN˚ DE LA CONCESSION.S S S S N N S [PPPYPPPYPPPZ N N NOM DU CHEF DE MENAGE________________________________________SN˚ DU MENAGE.S S S N N S [PPPYPPPZ N N URBAIN/RURAL.SURBAIN = 1, RURAL = 2.S S N N S `PPPZ N N OUAGA=1, BOBO=2, AUTRES VILLES=3, RURAL=4.SOUAGA /BOBO /AUTRES VILLES /RURAL S S N N S `PPPZ N N ZONE D'INTERVENTION (DE SFPS).SZONE D'INTERVENTION.OUI=1, NON=2.S S N N S TPPPYPPPZ N N NOM DE LA FEMME _____________________________________________SN˚ DE LIGNE DE LA FEMME.S S S N N S [PPP\PPP] N fLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLg KLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLM N VISITES D'ENQUETRICE N OPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPhPPPPPPPPPPPPPPPPPPPhPPPPPPPPPPPPPPPPPPPhPPPPPPPPPPPPPPPPPPPhPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPR N N 1 N 2 N 3 N VISITE FINALE N OPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPiPPPPPPPPPPPPPPPPPPPiPPPPPPPPPPPPPPPPPPPiPPPPPPPPPPPPPPPPPPPiPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPR N N N N N TPPPQPPPU N N DATE N _________________ N _________________ N _________________ NJOUR S S S N N N N N N `PPPYPPPZ N N N N N NMOIS S S S N N N N N N TPPPQPPPYPPPYPPPZ N N N N N NANNEES 1 S 9 S S S N N N N N N [PPP\PPPYPPPYPPPZ N N NOM DE L'ENQUETRICE N _________________ N _________________ N _________________ NNOM S S S N N N N N N [PPPYPPPZ N N RESULTAT* N _________________ N _________________ N _________________ NRESULTAT S S N N N N N N [PPP] N OPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPiPPPPPPPPPPPPPPPPPPPiPPPPPPPPPPPPPPPPPPPiPPPPPPPPPPPPPPPPPPPiPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPR N PROCHAINE DATE N _________________ N _________________ N▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒N NBRE. TOTAL TPPPU N N VISITE: N N N▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒N DE VISITES S S N N HEURE N _________________ N _________________ N▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒N [PPP] N OPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPmPPPPPPPPPPPPPPPPPPPmPPPPPPPPPPPPPPPPPPPmPPPPPPPPPPPPPPPPPPPmPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPR N *CODES RESULTAT N N 1 REMPLI 4 REFUSE 7 AUTRE ________________ N N 2 PAS A LA MAISON 5 PARTIELLEMENT REMPLI (PRECISER) N N 3 DIFFERE 6 INCAPACITE N fLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLg KLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLM N TPPPU N N LANGUE DE L'INTERVIEW**_______________________________________________________________________________S S N N `PPPZ N N INTERPRETE:.OUI = 1 / NON = 2 .S S N N [PPP] N OPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPR N **CODES LANGUE: N N 1 FRANÇAIS / 2 MOORE / 3 DIOULA / 4 FULFULDE / 5 AUTRES N fLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLg KLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLsLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLsLLLLLLLLLLLLLLLsLLLLLLLLLLLLLLLM N CONTROLEUSE N CHEF D'EQUIPE N CONTROLE N SAISI N N N N BUREAU N PAR N N NOM ___________________ TPPPQPPPU N NOM ___________________ TPPPQPPPU N TPPPQPPPU N TPPPQPPPU N N S S S N S S S N S S S N S S S N N DATE ___________________ [PPP\PPP] N DATE ___________________ [PPP\PPP] N [PPP\PPP] N [PPP\PPP] N fLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLtLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLtLLLLLLLLLLLLLLLtLLLLLLLLLLLLLLLg SECTION 1. CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DE L'ENQUETEE ▐ N ▐ PASSER N˚ ▐ QUESTIONS ET FILTRES N CODES ▐ A █▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ █ ▐ N TPPQPPU ▐ █ █ 101 ▐ ENREGISTRER L'HEURE N HEURE.S S S ▐ █ █ ▐ N `PPYPPZ ▐ █ █ ▐ N MINUTES.S S S ▐ █ █ ▐ N [PP\PP] ▐ █ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 103 ▐ Pour commencer, je voudrais vous poser quelques questions N TPPQPPU ▐ ▐ sur vous-même. N ANNEES.S S S ▐ ▐ N [PP\PP] ▐ ▐ Depuis combien de temps habitez-vous de façon continue N TOUJOURS.95 ▐ ▐ à (NOM DU LIEU ACTUEL DE RESIDENCE)? N VISITEUR.96 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 105 ▐ En quel mois et quelle année êtes-vous née? N TPPQPPU ▐ ▐ N MOIS.S S S ▐ ▐ N [PP\PP] ▐ ▐ N NSP MOIS.98 ▐ ▐ N TPPQPPQPPQPPU ▐ ▐ N ANNEE.S 1S 9S S S ▐ ▐ N [PP\PP\PP\PP] ▐ ▐ N NSP ANNEE.9998 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 106 ▐ Quel âge aviez-vous à votre dernier anniversaire? N TPPQPPU ▐ ▐ N AGE EN ANNEES REVOLUES.S S S ▐ ▐ COMPARER ET CORRIGER 105 ET/OU 106 SI INCOHERENTS. N [PP\PP] ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 106A▐ Comprenez-vous le français? N OUI.1 ▐ ▐ N NON.2 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 107 ▐ Avez-vous fréquenté l'école? N OUI.1 ▐ ▐ N NON.2 PPPŠ114 PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 108 ▐ Quel est le plus haut niveau d'études que vous avez N PRIMAIRE.1 ▐ ▐ atteint: primaire, secondaire premier cycle, secondaire N SECONDAIRE 1er CYCLE.2 ▐ ▐ deuxième cycle ou supérieur? N SECONDAIRE 2eme CYCLE.3 ▐ ▐ N SUPERIEUR.4 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 109 ▐ Quelle est la dernière classe/année que vous avez N TPPU ▐ ▐ achevée à ce niveau?* N ANNEE.S S ▐ ▐ N [PP] ▐ █▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ █ 110 ▐ VERIFIER 106: ▐ █ █ ▐ AGEE DE 29 ANS TPPU AGEE DE 30 TPPU ▐ █ █ ▐ OU MOINS [QP] ANS OU PLUS [PP\PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPŠ111A █ █ ▐ S ▐ █ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ Š ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 111 ▐ Est-ce que vous allez à l'école actuellement? N OUI.1 PPPŠ113 ▐ N NON.2 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 111A▐ A quel âge avez-vous arrêté d'aller à l'école? N TPPQPPU ▐ ▐ N AGE.S S S ▐ ▐ N [PP\PP] ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 112 ▐ Quelle est la raison principale pour laquelle vous avez N TOMBEE ENCEINTE.01 ▐ ▐ arrêté d'aller à l'école? N S'EST MARIEE.02 ▐ ▐ N GARDE DES ENFANTS +JEUNES.03 ▐ ▐ N FAMILLE AVAIT BESOIN D'AIDE ▐ ▐ N AUX CHAMPS OU AU TRAVAIL.04 ▐ ▐ N POUVAIT PAS PAYER LES FRAIS.05 ▐ ▐ N DEVAIT GAGNER DE L'ARGENT.06 ▐ ▐ N PREFERENCE POUR EMPLOI/POUR ▐ ▐ N ALLER TRAVAILLER.07 ▐ ▐ N SUFFISAMMENT SCOLARISEE.08 ▐ ▐ N ECHEC A L'ECOLE.09 ▐ ▐ N N'AIME PAS L'ECOLE.10 ▐ ▐ N ECOLE INACCESSIBLE/TROP LOIN.11 ▐ ▐ N ▐ ▐ N AUTRE__________________________96 ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ ▐ N NSP.98 ▐ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ TPPPPPPPQPPPPPPPPPPPPPPQPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPQPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPQPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPU * CODES SNIVEAU S PRIMAIRE = 1 SSEC. 1er CYCLE = 2 S SEC. 2è CYCLE = 3 S SUPERIEUR = 4 S POUR SPPPPPPPSPPPPPPPPPPPPPP\PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP\PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP\PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPZ Q.109 S S 0 = MOINS D'UNE ANNEE ACHEVEE S S SPPPPPPPPPPPPPPQPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPQPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPQPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPZ SCLASSE S CP1 = 1 S 6ème = 1 S 2nd = 1 S 1ère année = 1 S S S CP2 = 2 S 5ème = 2 S 1ère = 2 S 2ème année = 2 S S S CE1 = 3 S 4ème = 3 S Terminale = 3 S 3ème année = 3 S S S CE2 = 4 S 3ème = 4 S FPB = 4 S 4ème année = 4 S S S CM1 = 5 S FPP = 5 S NSP = 8 S 5ème année ou + = 5 S S S CM2 = 6 S NSP = 8 S S NSP = 8 S S S NSP = 8 `PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP\PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP\PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP] [PPPPPPP\PPPPPPPPPPPPPP] 2 ▐ PASSER N˚ ▐ QUESTIONS ET FILTRES N CODES ▐ A █▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ █ 113 ▐ VERIFIER 108: ▐ █ █ ▐ TPPU SECONDAIRE TPPU ▐ █ █ ▐ PRIMAIRE [QP] OU SUPERIEUR [PP\PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPŠ114A █ █ ▐ S ▐ █ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ Š ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 114 ▐ Pouvez-vous lire et comprendre une lettre ou un journal N FACILEMENT.1 ▐ ▐ facilement, difficilement ou pas du tout ? N DIFFICILEMENT.2 ▐ ▐ N PAS DU TOUT.3 PPPŠ115A PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 114A▐ Avez-vous l'habitude de lire un journal ou un magazine, N OUI.1 ▐ ▐ au moins une fois par mois? N NON.2 PPPŠ115A PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 115 ▐ Avez-vous l'habitude de lire un journal ou un magazine, N OUI.1 ▐ ▐ au moins une fois par semaine? N NON.2 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 115A▐ Avez-vous l'habitude d'écouter la radio? N OUI.1 ▐ ▐ N NON.2 PPPŠ116G PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 116 ▐ Ecoutez-vous la radio chaque jour? N OUI.1 PPPŠ116B ▐ N NON.2 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 116A▐ Quels jours de la semaine avez-vous l'habitude d'écouter N LUNDI.A ▐ ▐ la radio? N MARDI.B ▐ ▐ N MERCREDI.C ▐ ▐ N JEUDI.D ▐ ▐ ENREGISTRER TOUTES LES REPONSES DONNEES. N VENDREDI.E ▐ ▐ SI LA REPONSE EST "ÇA DEPEND", "N'IMPORTE" OU "NSP", VOUS N SAMEDI.F ▐ ▐ NE DEVEZ ENCERCLER QU'UN SEUL CODE. N DIMANCHE.G ▐ ▐ N ÇA DEPEND/N'IMPORTE.X ▐ ▐ N NSP.Z ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 116B▐ A quelles heures avez-vous l'habitude d'écouter la radio? N AVANT 8 HEURES.A ▐ ▐ N DE 8 A 12 HEURES.B ▐ ▐ N DE 12 A 14 HEURES.C ▐ ▐ N DE 14 A 18 HEURES.D ▐ ▐ ENREGISTRER TOUTES LES REPONSES DONNEES. N DE 18 A 20 HEURES.E ▐ ▐ SI LA REPONSE EST "TOUTE LA JOURNEE", "ÇA DEPEND", N AU DELA DE 20 HEURES.F ▐ ▐ "N'IMPORTE" OU "NSP", VOUS NE DEVEZ ENCERCLER QU'UN N TOUTE LA JOURNEE.G ▐ ▐ SEUL CODE. N ÇA DEPEND/N'IMPORTE.X ▐ ▐ N NSP.Z ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 116C▐ Quels genres d'émission radio avez-vous l'habitude N VARIETE MUSICALE.A ▐ ▐ d'écouter? N SPORT.B ▐ ▐ N JOURNAL PARLE.D ▐ ▐ N REPORTAGE.E ▐ ▐ N EMISSION SUR LA SANTE.F ▐ ▐ INSISTER POUR OBTENIR LES GENRES D'EMISSION. N ▐ ▐ ENREGISTRER TOUTES LES EMISSIONS ECOUTEES. N AUTRE__________________________ X ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 116CA▐ Quelles stations de radio avez-vous l'habitude d'écouter? N RADIO NATIONALE (RNB).A ▐ ▐ N PULSAR.B ▐ ▐ N RADIO MARIA.C ▐ ▐ N ARC-EN-CIEL.D ▐ ▐ ENREGISTRER TOUTES LES REPONSES DONNEES. N HORIZON FM.E ▐ ▐ N SALANKOLOTO.F ▐ ▐ N ENERGIE.G ▐ ▐ N RADIO EVANGILE DEVELOPPEMENT.H ▐ ▐ N LUMIERE VIE ET DEVELOPPEMENT.I ▐ ▐ N RADIOS ETRANGERES.J ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 116D▐ Avez-vous déjà eu l'occasion d'écouter le feuilleton-radioN OUI.1 ▐ ▐ les clés de la vie : "Yamba Songo"? N NON.2 PPU ▐ N NE CONNAIT PAS EMISSION.3 PP\Š116G PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 116E▐ Ce feuilleton est-il, selon vous, à caractère éducatif ou N EDUCATIF.1 ▐ ▐ s'agit-il d'un feuilleton de divertissement? N DIVERTISSEMENT.2 PPPŠ116G ▐ N LES DEUX.3 ▐ ▐ N NSP.8 PPPŠ116G PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 116F▐ Selon vous, de quels problèmes parle le feuilleton N PLANIFICATION FAMILIALE/ ▐ ▐ "Yamba Songo"? N CONTRACEPTION.A ▐ ▐ N SIDA/VIH.B ▐ ▐ N MALADIE SEXUEL. TRANSMISSIBLE.C ▐ ▐ ENREGISTRER TOUTES LES REPONSES DONNEES. N TRAITEMENT DIARRHEE/SRO.D ▐ ▐ SI LA REPONSE EST "NSP", VOUS NE DEVEZ ENCERCLER QUE CE N PROBLEMES DE SANTE.E ▐ ▐ CODE. N ▐ ▐ N AUTRE___________________________X ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ ▐ N NSP.Z ▐ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 3 ▐ PASSER N˚ ▐ QUESTIONS ET FILTRES N CODES ▐ A ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 116G▐ Avez-vous l'habitude de regarder la télévision? N OUI.1 ▐ ▐ N NON.2 PPPŠ118 PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 117 ▐ Avez-vous l'habitude de regarder la télévision, au moins N OUI.1 ▐ ▐ une fois par semaine? N NON.2 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 117A▐ Quels jours de la semaine avez-vous l'habitude de regarderN LUNDI.A ▐ ▐ la télévision? N MARDI.B ▐ ▐ N MERCREDI.C ▐ ▐ N JEUDI.D ▐ ▐ ENREGISTRER TOUTES LES REPONSES DONNEES. N VENDREDI.E ▐ ▐ SI LA REPONSE EST "TOUS LES JOURS", "ÇA DEPEND", N SAMEDI.F ▐ ▐ "N'IMPORTE" OU "NSP", VOUS NE DEVEZ ENCERCLER QU'UN SEUL N DIMANCHE.G ▐ ▐ CODE. N TOUS LES JOURS.I ▐ ▐ N ÇA DEPEND/N'IMPORTE.X ▐ ▐ N NSP.Z ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 117B▐ A quelles heures avez-vous l'habitude de regarder la N LE MATIN.A ▐ ▐ télévision? N DE 12 A 14 HEURES.C ▐ ▐ N DE 14 A 18 HEURES.D ▐ ▐ ENREGISTRER TOUTES LES REPONSES DONNEES. N DE 18 A 20 HEURES.E ▐ ▐ SI LA REPONSE EST "TOUTE LA JOURNEE", "ÇA DEPEND", N AU DELA DE 20 HEURES.F ▐ ▐ "N'IMPORTE" OU "NSP", VOUS NE DEVEZ ENCERCLER QU'UN N TOUTE LA JOURNEE.G ▐ ▐ SEUL CODE. N ÇA DEPEND/N'IMPORTE.X ▐ ▐ N NSP.Z ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 117C▐ Quels genres d'émission avez-vous l'habitude de regarder? N VARIETE MUSICALE.A ▐ ▐ N SPORT.B ▐ ▐ N FILM/FEUILLETON.C ▐ ▐ N JOURNAL TELEVISE.D ▐ ▐ N REPORTAGE.E ▐ ▐ N EMISSION SUR LA SANTE.F ▐ ▐ INSISTER POUR OBTENIR LE GENRE D'EMISSION. N ▐ ▐ ENREGISTRER TOUTES LES EMISSIONS REGARDEES. N AUTRE__________________________ X ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 117D▐ Quelles stations de télévision avez-vous l'habitude de N CHAINE NATIONALE (TNB).A ▐ ▐ regarder? N CHAINES ETRANGERES.B ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 118 ▐ Quelle est votre religion? N CATHOLIQUE.1 ▐ ▐ N PROTESTANTE.2 ▐ ▐ N MUSULMANE.3 ▐ ▐ N TRADITIONNELLE.4 ▐ ▐ N SANS RELIGION/AUCUNE.5 ▐ ▐ N ▐ ▐ N AUTRE__________________________ 6 ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 118A▐ Quelle est votre nationalité? N BURKINABE.01 ▐ ▐ N NIGERIENNE.02 PU ▐ N TOGOLAISE.03 S ▐ N BENINOISE.04 S ▐ N MALIENNE.05 S ▐ N IVOIRIENNE.06 S ▐ N GHANEENNE.07 S ▐ N `PŠ201 ▐ N AUTRE AFRICAIN_________________08 S ▐ N (PRECISER) S ▐ N AUTRE__________________________09 S ▐ N (PRECISER) P] PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 119 ▐ Quelle est votre ethnie? N BOBO.01 ▐ ▐ N DIOULA.02 ▐ ▐ N FULFULDE/PEUL.03 ▐ ▐ INSCRIRE L'ETHNIE DECLAREE :____________________________ N GOURMATCHE.04 ▐ ▐ PUIS ENCERCLER LE CODE CORRESPONDANT. N GOUROUNSI.05 ▐ ▐ N LOBI.06 ▐ ▐ N MOSSI.07 ▐ ▐ N SENOUFO.08 ▐ ▐ N TOUAREG/BELLA.09 ▐ ▐ N AUTRE_________________________ 10 ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ ▐ N NSP.98 ▐ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 4 SECTION 2. REPRODUCTION ▐ PASSER N˚ ▐ QUESTIONS ET FILTRES N CODES ▐ A ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 201 ▐ Maintenant je voudrais vous poser des questions sur toutesN OUI.1 ▐ ▐ les naissances que vous avez eues durant votre vie. N ▐ ▐ Avez-vous déjà eu une naissance? N NON.2 PPPŠ206 PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 202 ▐ Avez-vous des fils ou des filles à qui vous avez donné N OUI.1 ▐ ▐ naissance et qui vivent actuellement avec vous? N ▐ ▐ N NON.2 PPPŠ204 PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP ▐ N TPPQPPU ▐ 203 ▐ Combien de fils vivent avec vous? N FILS A LA MAISON.S S S ▐ ▐ N `PPYPPZ ▐ ▐ Combien de filles vivent avec vous? N FILLES A LA MAISON.S S S ▐ ▐ N [PP\PP] ▐ ▐ SI "AUCUN", NOTER '00'. N ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 204 ▐ Avez-vous des fils ou des filles à qui vous avez donné N OUI.1 ▐ ▐ naissance, qui sont toujours en vie mais qui ne vivent pasN ▐ ▐ avec vous? N NON.2 PPPŠ206 PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP ▐ N TPPQPPU ▐ 205 ▐ Combien de vos fils sont vivants mais ne vivent pas avec N FILS AILLEURS.S S S ▐ ▐ vous? N `PPYPPZ ▐ ▐ Combien de vos filles sont vivantes mais ne vivent pas N FILLES AILLEURS.S S S ▐ ▐ avec vous? N [PP\PP] ▐ ▐ SI "AUCUN", NOTER '00'. N ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 206 ▐ N'avez-vous pas donné naissance à un fils ou une fille N ▐ ▐ qui est né(e) vivant(e) mais qui est décédé(e) par la N ▐ ▐ suite? N OUI.1 ▐ ▐ SI NON, N NON.2 PPPŠ208 ▐ INSISTER: Aucun enfant qui a crié ou qui a donné un N ▐ ▐ signe de vie mais qui n'a survécu que N ▐ ▐ quelques heures ou quelques jours? N ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP ▐ N TPPQPPU ▐ 207 ▐ Combien de vos fils sont décédés? N FILS DECEDE.S S S ▐ ▐ N `PPYPPZ ▐ ▐ Combien de vos filles sont décédées? N FILLE DECEDEE.S S S ▐ ▐ N [PP\PP] ▐ ▐ SI "AUCUN", NOTER '00'. N ▐ █▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ █ 208 ▐ FAIRE LA SOMME DE Q. 203, 205 ET 207, ET NOTER LE TOTAL. N TPPQPPU ▐ █ █ ▐ N TOTAL.S S S ▐ █ █ ▐ SI "AUCUN", NOTER '00'. N [PP\PP] ▐ █ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 209 ▐ VERIFIER 208: N ▐ ▐ N ▐ ▐ Je voudrais être sûre d'avoir bien compris : vous avez eu N ▐ ▐ au TOTAL ____ naissances durant votre vie. Est-ce bien N ▐ ▐ exact? N ▐ ▐ N ▐ ▐ TPPU TPPU INSISTER ET N ▐ ▐ OUI [QP] NON [PP\PPŠ CORRIGER N ▐ ▐ S 201-208 COMMEN ▐ ▐ S IL SE DOIT. N ▐ █▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ Š ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ █ 210 ▐ VERIFIER 208: ▐ █ █ ▐ ▐ █ █ ▐ AU MOINS UNE TPPU AUCUNE TPPU ▐ █ █ ▐ NAISSANCE [QP] NAISSANCE [PP\PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPŠ227 █ █ ▐ S ▐ █ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ Š ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 5 ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ 211 Maintenant je voudrais faire la liste de toutes vos naissances, qu'elles soient encore en vie ou non, en █ commençant par la première naissance que vous avez eue. █ NOTER LE NOM DE TOUTES LES NAISSANCES A 212. NOTER LES JUMEAUX ET TRIPLES SUR DES LIGNES SEPAREES. █ LLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLL█ 212 S 213 █ 214 S 215 S 216 S 217 S 218 S 219 S 220 S221 █ S █ S S SSI VIVANT:SSI VIVANTS SI DECEDE: S S █ S █ S S S S S SSOUSTRAIRESY-a-t-il█ Quel nom a étéS Quand █ (NOM) S En quel mois S (NOM) S Quel âge S (NOM) S Quel âge avait SL'ANNEE DESeu d'au-█ donné à votre S (NOM) █ est-ce S et quelle S est-il/S avait S vit-il/ S(NOM) quand il/elleSNAISSANCE S tres █ (premier/ Sest né(e)█ un gar- S année est S elle S (NOM) à S elle S est mort(e)? SDE (NOM) Snaissan-█ suivant) Sétait-il/█ çon ou S né(e) (NOM)? StoujoursS son S avec S SDE L'ANNEESces vi- █ enfant? Selle seul█ une S Sen vie? S dernier S vous? SSI "1 AN",INSISTER:SDE NAIS- S vantes █ (NOM) S(e) ou a-█ fille? S INSISTER: S S anniver- S S Quel âge avait SSANCE PRE-S entre █ Svait-il/ █ S Quelle est sa S S saire? S S (NOM) en mois? S CEDENTE. S(NOM DE █ Selle un █ S date de nais- S S S S S SLA NAIS-█ Sjumeau? █ S sance? S S NOTER S SNOTER EN JOURS SI SLA DIFFE- SSANCE █ S █ S OU: En quelle S S L'AGE EN S SMOINS D'1 MOIS; SRENCE EST-SPRECE- █ S █ S saison est-il/S S ANNEES S SEN MOIS SI MOINS SELLE DE 4 SDENTE) █ S █ S elle né(e)? S S REVOLUES S SDE 2 ANS; OU EN SANS OU S et █ S █ S S S S SANNEES. SPLUS? S(NOM)? █ S █ S SI MOIS/SAISONS S S S S S █ S █ S INCONNU = 98 S S S S S S █ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ 01S S █ S TPPQPPUS S S S TPPQPPU S▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒S▒▒▒▒▒▒▒ █ PP] S SIMP.1 █ GARÇ.1 SMOIS.S S SS OUI.1 S AGE EN S OUI.1US JOURS.1 S S S S▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒S▒▒▒▒▒▒▒ █ S █ S TPPQPPYPPYPPZS S ANNEES S SS `PPYPPZ S▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒S▒▒▒▒▒▒▒ █ S MULT.2 █ FILL.2 SANS S S S SS NON.2 S TPPQPPU S NON.2ZS MOIS.2 S S S S▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒S▒▒▒▒▒▒▒ █ S █ S [PP\PP\PP\PP]S S S S S S S SS `PPYPPZ S▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒S▒▒▒▒▒▒▒ █ S █ S S Š S [PP\PP] S(ENFANTŠ]S ANNEES.3 S S S S▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒S▒▒▒▒▒▒▒ █ S █ S S 219S SSUIVANT) S [PP\PP] S▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒S▒▒▒▒▒▒▒ █ PPPPPPPPPPPPPPSPPPPPPPPP█PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP█ 02S S █ S TPPQPPUS S S S TPPQPPU S S █ PP] S SIMP.1 █ GARÇ.1 SMOIS.S S SS OUI.1 S AGE EN S OUI.1US JOURS.1 S S S S OUI.1 S OUI.1 █ S █ S TPPQPPYPPYPPZS S ANNEES S SS `PPYPPZ S S █ S MULT.2 █ FILL.2 SANS S S S SS NON.2 S TPPQPPU S NON.2ZS MOIS.2 S S S S NON.2 S NON.2 █ S █ S [PP\PP\PP\PP]S S S S S S S SS `PPYPPZ S S S █ S █ S S Š S [PP\PP] S(ALLEZ Š]S ANNEES.3 S S S S(NAIS. Š] S █ S █ S S 219S S A 220) S [PP\PP] SSUIVANTE) S █ PPPPPPPPPPPPPPSPPPPPPPPP█PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP█ 03S S █ S TPPQPPUS S S S TPPQPPU S S █ PP] S SIMP.1 █ GARÇ.1 SMOIS.S S SS OUI.1 S AGE EN S OUI.1US JOURS.1 S S S S OUI.1 S OUI.1 █ S █ S TPPQPPYPPYPPZS S ANNEES S SS `PPYPPZ S S █ S MULT.2 █ FILL.2 SANS S S S SS NON.2 S TPPQPPU S NON.2ZS MOIS.2 S S S S NON.2 S NON.2 █ S █ S [PP\PP\PP\PP]S S S S S S S SS `PPYPPZ S S S █ S █ S S Š S [PP\PP] S(ALLEZ Š]S ANNEES.3 S S S S(NAIS. Š] S █ S █ S S 219S S A 220) S [PP\PP] SSUIVANTE) S █ PPPPPPPPPPPPPPSPPPPPPPPP█PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP█ 04S S █ S TPPQPPUS S S S TPPQPPU S S █ PP] S SIMP.1 █ GARÇ.1 SMOIS.S S SS OUI.1 S AGE EN S OUI.1US JOURS.1 S S S S OUI.1 S OUI.1 █ S █ S TPPQPPYPPYPPZS S ANNEES S SS `PPYPPZ S S █ S MULT.2 █ FILL.2 SANS S S S SS NON.2 S TPPQPPU S NON.2ZS MOIS.2 S S S S NON.2 S NON.2 █ S █ S [PP\PP\PP\PP]S S S S S S S SS `PPYPPZ S S S █ S █ S S Š S [PP\PP] S(ALLEZ Š]S ANNEES.3 S S S S(NAIS. Š] S █ S █ S S 219S S A 220) S [PP\PP] SSUIVANTE) S █ PPPPPPPPPPPPPPSPPPPPPPPP█PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP█ 05S S █ S TPPQPPUS S S S TPPQPPU S S █ PP] S SIMP.1 █ GARÇ.1 SMOIS.S S SS OUI.1 S AGE EN S OUI.1US JOURS.1 S S S S OUI.1 S OUI.1 █ S █ S TPPQPPYPPYPPZS S ANNEES S SS `PPYPPZ S S █ S MULT.2 █ FILL.2 SANS S S S SS NON.2 S TPPQPPU S NON.2ZS MOIS.2 S S S S NON.2 S NON.2 █ S █ S [PP\PP\PP\PP]S S S S S S S SS `PPYPPZ S S S █ S █ S S Š S [PP\PP] S(ALLEZ Š]S ANNEES.3 S S S S(NAIS. Š] S █ S █ S S 219S S A 220) S [PP\PP] SSUIVANTE) S █ PPPPPPPPPPPPPPSPPPPPPPPP█PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP█ 06S S █ S TPPQPPUS S S S TPPQPPU S S █ PP] S SIMP.1 █ GARÇ.1 SMOIS.S S SS OUI.1 S AGE EN S OUI.1US JOURS.1 S S S S OUI.1 S OUI.1 █ S █ S TPPQPPYPPYPPZS S ANNEES S SS `PPYPPZ S S █ S MULT.2 █ FILL.2 SANS S S S SS NON.2 S TPPQPPU S NON.2ZS MOIS.2 S S S S NON.2 S NON.2 █ S █ S [PP\PP\PP\PP]S S S S S S S SS `PPYPPZ S S S █ S █ S S Š S [PP\PP] S(ALLEZ Š]S ANNEES.3 S S S S(NAIS. Š] S █ S █ S S 219S S A 220) S [PP\PP] SSUIVANTE) S █ PPPPPPPPPPPPPPSPPPPPPPPP█PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP█ 07S S █ S TPPQPPUS S S S TPPQPPU S S █ PP] S SIMP.1 █ GARÇ.1 SMOIS.S S SS OUI.1 S AGE EN S OUI.1US JOURS.1 S S S S OUI.1 S OUI.1 █ S █ S TPPQPPYPPYPPZS S ANNEES S SS `PPYPPZ S S █ S MULT.2 █ FILL.2 SANS S S S SS NON.2 S TPPQPPU S NON.2ZS MOIS.2 S S S S NON.2 S NON.2 █ S █ S [PP\PP\PP\PP]S S S S S S S SS `PPYPPZ S S S █ S █ S S Š S [PP\PP] S(ALLEZ Š]S ANNEES.3 S S S S(NAIS. Š] S █ S █ S S 219S S A 220) S [PP\PP] SSUIVANTE) S █ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 6 ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ 212 S 213 █ 214 S 215 S 216 S 217 S 218 S 219 S 220 S221 █ S █ S S SSI VIVANT:SSI VIVANTS SI DECEDE: S S █ S █ S S S S S SSOUSTRAIRESY-a-t-il█ Quel nom a étéS Quand █ (NOM) S En quel mois S (NOM) S Quel âge S (NOM) S Quel âge avait SL'ANNEE DESeu d'au-█ donné à votre S (NOM) █ est-ce S et quelle S est-il/S avait S vit-il/ S(NOM) quand il/elleSNAISSANCE S tres █ enfant Sest né(e)█ un gar- S année est S elle S (NOM) à S elle S est mort(e)? SDE (NOM) Snaissan-█ suivant? Sétait-il/█ çon ou S né(e) (NOM)? StoujoursS son S avec S SDE L'ANNEESces vi- █ Selle seul█ une S Sen vie/ S dernier S vous? SSI "1 AN",INSISTER:SDE NAIS- S vantes █ S(e) ou a-█ fille? S INSISTER: S S anniver- S S Quel âge avait SSANCE PRE-S entre █ Svait-il/ █ S Quelle est sa S S saire? S S (NOM) en mois? S CEDENTE. S(NOM DE █ Selle un █ S date de nais- S S S S S SLA NAIS-█ Sjumeau? █ S sance? S S NOTER S SNOTER EN JOURS SI SLA DIFFE- SSANCE █ S █ S OU: En quelle S S L'AGE EN S SMOINS D'1 MOIS; SRENCE EST-SPRECE- █ S █ S saison est-il/S S ANNEES S SEN MOIS SI MOINS SELLE DE 4 SDENTE) █ S █ S elle né(e)? S S REVOLUES S SDE 2 ANS; OU EN SANS OU S et █ S █ S S S S SANNEES. SPLUS? S(NOM)? █ S █ S SI MOIS/SAISONS S S S S S █ (NOM) S █ S INCONNU = 98 S S S S S S █ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ 08S S █ S TPPQPPUS S S S TPPQPPU S S █ PP] S SIMP.1 █ GARÇ.1 SMOIS.S S SS OUI.1 S AGE EN S OUI.1US JOURS.1 S S S S OUI.1 S OUI.1 █ S █ S TPPQPPYPPYPPZS S ANNEES S SS `PPYPPZ S S █ S MULT.2 █ FILL.2 SANS S S S SS NON.2 S TPPQPPU S NON.2ZS MOIS.2 S S S S NON.2 S NON.2 █ S █ S [PP\PP\PP\PP]S S S S S S S SS `PPYPPZ S S S █ S █ S S Š S [PP\PP] S(ALLEZ Š]S ANNEES.3 S S S S(NAIS. Š] S █ S █ S S 219S S A 220) S [PP\PP] SSUIVANTE) S █ PPPPPPPPPPPPPPSPPPPPPPPP█PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP█ 09S S █ S TPPQPPUS S S S TPPQPPU S S █ PP] S SIMP.1 █ GARÇ.1 SMOIS.S S SS OUI.1 S AGE EN S OUI.1US JOURS.1 S S S S OUI.1 S OUI.1 █ S █ S TPPQPPYPPYPPZS S ANNEES S SS `PPYPPZ S S █ S MULT.2 █ FILL.2 SANS S S S SS NON.2 S TPPQPPU S NON.2ZS MOIS.2 S S S S NON.2 S NON.2 █ S █ S [PP\PP\PP\PP]S S S S S S S SS `PPYPPZ S S S █ S █ S S Š S [PP\PP] S(ALLEZ Š]S ANNEES.3 S S S S(NAIS. Š] S █ S █ S S 219S SA 220) S [PP\PP] SSUIVANTE) S █ PPPPPPPPPPPPPPSPPPPPPPPP█PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP█ 10S S █ S TPPQPPUS S S S TPPQPPU S S █ PP] S SIMP.1 █ GARÇ.1 SMOIS.S S SS OUI.1 S AGE EN S OUI.1US JOURS.1 S S S S OUI.1 S OUI.1 █ S █ S TPPQPPYPPYPPZS S ANNEES S SS `PPYPPZ S S █ S MULT.2 █ FILL.2 SANS S S S SS NON.2 S TPPQPPU S NON.2ZS MOIS.2 S S S S NON.2 S NON.2 █ S █ S [PP\PP\PP\PP]S S S S S S S SS `PPYPPZ S S S █ S █ S S Š S [PP\PP] S(ALLEZ Š]S ANNEES.3 S S S S(NAIS. Š] S █ S █ S S 219S S A 220) S [PP\PP] SSUIVANTE) S █ PPPPPPPPPPPPPPSPPPPPPPPP█PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP█ 11S S █ S TPPQPPUS S S S TPPQPPU S S █ PP] S SIMP.1 █ GARÇ.1 SMOIS.S S SS OUI.1 S AGE EN S OUI.1US JOURS.1 S S S S OUI.1 S OUI.1 █ S █ S TPPQPPYPPYPPZS S ANNEES S SS `PPYPPZ S S █ S MULT.2 █ FILL.2 SANS S S S SS NON.2 S TPPQPPU S NON.2ZS MOIS.2 S S S S NON.2 S NON.2 █ S █ S [PP\PP\PP\PP]S S S S S S S SS `PPYPPZ S S S █ S █ S S Š S [PP\PP] S(ALLEZ Š]S ANNEES.3 S S S S(NAIS. Š] S █ S █ S S 219S S A 220) S [PP\PP] SSUIVANTE) S █ PPPPPPPPPPPPPPSPPPPPPPPP█PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP█ 12S S █ S TPPQPPUS S S S TPPQPPU S S █ PP] S SIMP.1 █ GARÇ.1 SMOIS.S S SS OUI.1 S AGE EN S OUI.1US JOURS.1 S S S S OUI.1 S OUI.1 █ S █ S TPPQPPYPPYPPZS S ANNEES S SS `PPYPPZ S S █ S MULT.2 █ FILL.2 SANS S S S SS NON.2 S TPPQPPU S NON.2ZS MOIS.2 S S S S NON.2 S NON.2 █ S █ S [PP\PP\PP\PP]S S S S S S S SS `PPYPPZ S S S █ S █ S S Š S [PP\PP] S(ALLEZ Š]S ANNEES.3 S S S S(NAIS. Š] S █ S █ S S 219S S A 220) S [PP\PP] SSUIVANTE) S █ PPPPPPPPPPPPPPSPPPPPPPPP█PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP█ 13S S █ S TPPQPPUS S S S TPPQPPU S S █ PP] S SIMP.1 █ GARÇ.1 SMOIS.S S SS OUI.1 S AGE EN S OUI.1US JOURS.1 S S S S OUI.1 S OUI.1 █ S █ S TPPQPPYPPYPPZS S ANNEES S SS `PPYPPZ S S █ S MULT.2 █ FILL.2 SANS S S S SS NON.2 S TPPQPPU S NON.2ZS MOIS.2 S S S S NON.2 S NON.2 █ S █ S [PP\PP\PP\PP]S S S S S S S SS `PPYPPZ S S S █ S █ S S Š S [PP\PP] S(ALLEZ Š]S ANNEES.3 S S S S(NAIS. Š] S █ S █ S S 219S S A 220) S [PP\PP] SSUIVANTE) S █ PPPPPPPPPPPPPPSPPPPPPPPP█PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP█ 14S S █ S TPPQPPUS S S S TPPQPPU S S █ PP] S SIMP.1 █ GARÇ.1 SMOIS.S S SS OUI.1 S AGE EN S OUI.1US JOURS.1 S S S S OUI.1 S OUI.1 █ S █ S TPPQPPYPPYPPZS S ANNEES S SS `PPYPPZ S S █ S MULT.2 █ FILL.2 SANS S S S SS NON.2 S TPPQPPU S NON.2ZS MOIS.2 S S S S NON.2 S NON.2 █ S █ S [PP\PP\PP\PP]S S S S S S S SS `PPYPPZ S S S █ S █ S S Š S [PP\PP] S(ALLEZ Š]S ANNEES.3 S S S S(NAIS. Š] S █ S █ S S 219S S A 220) S [PP\PP] SSUIVANTE) S █ █▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ █ 222 ▐ SOUSTRAIRE L'ANNEE DE NAISSANCE DU DERNIER ENFANT DE 1998. S OUI.1 PPŠPASSER A 223 █ █ ▐ S █ █ ▐ LA DIFFERENCE EST-ELLE DE 4 ANS OU PLUS? S NON.2 PPŠPASSER A 224 █ █ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP█ █ 223 ▐ Avez-vous eu d'autres naissances vivantes depuis la naissance de (NOM DERNIERE NAISSANCE)? S OUI.1 █ █ ▐ S NON.2 █ █▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ █ 224 ▐ COMPARER 208 AVEC LE NOMBRE DE NAISSANCES ENREGISTREES DANS LE TABLEAU CI-DESSUS ET NOTER: █ █ ▐ █ █ ▐ LES NOMBRES TPPU LES NOMBRES TPPU █ █ ▐ SONT LES MEMES [QP] SONT DIFFERENTS[PP\PŠ (VERIFIER ET CORRIGER) █ █ ▐ S █ █ ▐ Š TPPPU █ █ ▐ VERIFIER: POUR CHAQUE NAISSANCE: L'ANNEE DE NAISSANCE EST ENREGISTREE (Q215) S S █ █ ▐ `PPPZ █ █ ▐ POUR CHAQUE ENFANT VIVANT: L'AGE ACTUEL EST ENREGISTRE (Q217) S S █ █ ▐ `PPPZ █ █ ▐ POUR CHAQUE ENFANT DECEDE: L'AGE AU DECES EST ENREGISTRE (Q219) S S █ █ ▐ `PPPZ █ █ ▐ POUR L'AGE AU DECES 12 MOIS OU 1 AN : VERIFIER POUR DETERMINER LE NOMBRE S S █ █ ▐ EXACT DE MOIS. [PPP] █ █▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ █ 225 ▐ VERIFIER 215 ET ENTRER LE NOMBRE DE NAISSANCES VIVANTES DEPUIS JANVIER 1993. TPPU █ █ ▐ S'IL N'Y EN A PAS, NOTER '0'. S S █ █ ▐ [PP] █ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 7 ▐ PASSER N˚ ▐ QUESTIONS ET FILTRES N CODES ▐ A ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 227 ▐ Etes-vous enceinte en ce moment? N OUI.1 ▐ ▐ N NON.2 PPU ▐ N PAS SURE.8 PP\Š236 ▐ N ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 228 ▐ De combien de mois êtes-vous enceinte? N TPPQPPU ▐ ▐ N MOIS.S S S ▐ ▐ NOTER LE NOMBRE DE MOIS REVOLUS. N [PP\PP] ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 229 ▐ Au moment où vous êtes tombée enceinte, vouliez-vous tom- N ▐ ▐ ber enceinte Š&dDà ce moment-làŠ&d@, vouliez-vous attendreN A CE MOMENT-LA.1 ▐ ▐ Š&dDplus tardŠ&d@, ou vouliez-vous N PLUS TARD.2 ▐ ▐ Š&dDne plus avoir d'enfantŠ&d@? N NE PLUS AVOIR D'ENFANT.3 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 236 ▐ Quand vos dernières règles sont-elles venues? N TPPQPPU ▐ ▐ N JOURS.1 S S S ▐ ▐ N `PPYPPZ ▐ ▐ _____________________________________ N SEMAINES.2 S S S ▐ ▐ (INSCRIRE LA DATE, SI ELLE EST DONNEE) N `PPYPPZ ▐ ▐ N MOIS.3 S S S ▐ ▐ N `PPYPPZ ▐ ▐ N ANNEES.4 S S S ▐ ▐ N [PP\PP] ▐ ▐ N EN MENOPAUSE.994 ▐ ▐ N AVANT LA DERNIERE NAISSANCE.995 ▐ ▐ N JAMAIS EU DE REGLES.996 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 237 ▐ Entre le premier jour des règles d'une femme et le premierN OUI.1 ▐ ▐ jour de ses règles suivantes, y-a-t-il des moments où N NON.2 PPU ▐ elle a plus de chances de tomber enceinte que d'autres? N NSP.8 PP\Š300 ▐ N ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 238 ▐ A quels moments du cycle menstruel, une femme a-t-elle N PENDANT SES REGLES.1 ▐ ▐ le plus de chances de tomber enceinte? N JUSTE APRES LA FIN DES ▐ ▐ N REGLES.2 ▐ ▐ N AU MILIEU DU CYCLE.3 ▐ ▐ N JUSTE AVANT DEBUT DES REGLES.4 ▐ ▐ N ▐ ▐ N AUTRE___________________________6 ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ ▐ N NSP.8 ▐ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 8 SECTION 3. CONTRACEPTION █▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ █300▐ Maintenant, je voudrais vous parler de la planification familiale - les différents moyens ou méthodes qu'un █ █ ▐ couple peut utiliser pour retarder la survenue d'une grossesse ou éviter de tomber enceinte. █ █ ▐ █ █ ▐ ENCERCLER LE CODE '1' DANS 301 POUR CHAQUE METHODE MENTIONNEE D'UNE MANIERE SPONTANEE. █ █ ▐ PUIS CONTINUER A LA COLONNE 302 EN LISANT LE NOM ET LA DESCRIPTION DE CHAQUE METHODE NON MENTIONNEE SPONTANEMENT.█ █ ▐ ENCERCLER LE CODE '2' SI LA METHODE EST RECONNUE, ET LE CODE '3' SI ELLE N'EST PAS RECONNUE. █ █ ▐ PUIS, POUR CHAQUE METHODE AYANT LE CODE '1' OU '2' ENCERCLE A 301 OU A 302, POSER 303. █ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 301 Quels sont les moyens ou méthodes dont vous avez entendu S302 Avez-vous déjà enten- S 303 Avez-vous déjà ▐ parler? S du parler de (METHODE)?S utilisé (METHODE)? ▐ S S S ▐ SOUI S OUI S ▐ SSPONTANES DESCRIPTION NON S ▐ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 01S PILULE Les femmes peuvent prendre une pilule S S OUI.1 ▐ PP] tous les jours. S 1 2 3PU S ▐ S S S NON.2 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPYPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP Š `PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP▐ 02S DIU/STERILET Les femmes ont un stérilet que le S S OUI.1 ▐ PP] médecin, la sage-femme ou l'infirmière leur S 1 2 3PU S ▐ place dans l'utérus. S S S NON.2 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPYPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP Š `PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP▐ 03S INJECTION Les femmes peuvent recevoir une injec-S S OUI.1 ▐ PP] tion par un médecin, l'infirmière, S S ▐ la sage-femme, pour éviter de tomber enceinte S 1 2 3PU S ▐ pendant plusieurs mois. S S S NON.2 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPYPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP Š `PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP▐ 04S MOUSSE, GELEE, COMPRIMES Les femmes peuvent se S S OUI.1 ▐ PP] mettre à l'intérieur du vagin de la gelée, de S S ▐ la crème, des comprimés avant d'avoir des S 1 2 3PU S NON.2 ▐ rapports sexuels. S S S ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPYPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP Š `PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP▐ 05S CONDOM (CAPOTE ANGLAISE OU PRESERVATIF) S S OUI.1 ▐ PP] Les hommes peuvent se mettre un condom pendant S 1 2 3PU S ▐ les rapports sexuels. S S S NON.2 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPYPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP Š `PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP▐ 06S STERILISATION FEMININE S S Avez-vous eu une opéra- ▐ PP] Les femmes peuvent subir une opération pour ne S S tion pour éviter d'avoir ▐ plus avoir d'enfants. S 1 2 3PU S d'autres enfants? ▐ S S S OUI.1 ▐ S S S NON.2 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPYPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP Š `PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP▐ 07S STERILISATION MASCULINE S S Avez-vous déjà vécu avec ▐ PP] Les hommes peuvent subir une opération pour ne S S un homme qui avait eu ▐ plus avoir d'enfants. S S une opération pour évi- ▐ S 1 2 3PU S ter d'avoir des enfants? ▐ S S S OUI.1 ▐ S S S ▐ S S S NON.2 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPYPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP Š `PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP▐ 08S RYTHME, CONTINENCE PERIODIQUE Les couples S S ▐ PP] peuvent éviter d'avoir des rapports sexuels S S OUI.1 ▐ certains jours du cycle pendant lesquels la S S ▐ femme est plus susceptible de tomber enceinte. S 1 2 3PU S NON.2 ▐ S S S ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPYPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP Š `PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP▐ 09S RETRAIT Les hommes peuvent faire attention et S S OUI.1 ▐ PP] se retirer avant l'éjaculation. S 1 2 3PU S ▐ S S S NON.2 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPYPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP Š `PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP▐ 10S Avez-vous entendu parler d'autres moyens ou S S ▐ PP] méthodes que les femmes ou les hommes peuvent S 1 3PU S ▐ utiliser pour éviter une grossesse? S S S ▐ S S S ▐ S _____________________ S S OUI.1 ▐ S (PRECISER) S S NON.2 ▐ S S S ▐ S _____________________ S S OUI.1 ▐ S (PRECISER) S S NON.2 ▐ S S S ▐ S S S ▐ █▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ Š ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ █304▐ VERIFIER 303: AUCUN "OUI" TPPU AU MOINS UN "OUI" TPPU █ █ ▐ (N'A JAMAIS UTILISE) [QP] (A UTILISE) [PP\PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPŠ PASSER A 309 █ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ Š ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 9 ▐ PASSER N˚ ▐ QUESTIONS ET FILTRES N CODES ▐ A ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 305 ▐ Avez-vous déjà utilisé un moyen quelconque ou essayé N OUI.1 ▐ ▐ quelque chose pour retarder la survenue d'une grossesse N ▐ ▐ ou éviter de tomber enceinte? N NON.2 PPPŠ331 PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 307 ▐ Qu'avez-vous fait ou utilisé? N ▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒ ▐ ▐ CORRIGER 303 ET 304 (ET 302 SI NECESSAIRE). N ▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒ ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 309 ▐ Maintenant, je voudrais vous parler du moment où pour la N TPPQPPU ▐ ▐ première fois, vous avez fait quelque chose ou utilisé N NOMBRE D'ENFANTS.S S S ▐ ▐ une méthode pour éviter de tomber enceinte. N [PP\PP] ▐ ▐ N ▐ ▐ Combien d'enfants vivants aviez-vous à ce moment-là? N ▐ ▐ SI AUCUN ENREGISTRER '00'. N ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 310 ▐ Au moment où vous avez commencé à utiliser la planifica- N VOULAIT ENFANT PLUS TARD.1 ▐ ▐ tion familiale pour la première fois, était-ce parce que N NE VOULAIT PLUS D'ENFANT.2 ▐ ▐ vous vouliez avoir un autre enfant, mais vous le vouliez N ▐ ▐ plus tard, ou parce que vous ne vouliez plus avoir N AUTRE__________________________ 6 ▐ ▐ d'enfant? N (PRECISER) ▐ █▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ █ 311 ▐ VERIFIER 303: ▐ █ █ ▐ FEMME NON TPPU FEMME TPPU ▐ █ █ ▐ STERILISEE [QP] STERILISEE [PP\PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPŠ314A █ █▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ Š ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ █ 312 ▐ VERIFIER 227: ▐ █ █ ▐ PAS ENCEINTE TPPU ENCEINTE TPPU ▐ █ █ ▐ OU PAS SURE [QP] [PP\PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPŠ332 █ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ Š ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 313 ▐ En ce moment, faites-vous quelque chose ou utilisez-vous N OUI.1 ▐ ▐ une méthode pour éviter de tomber enceinte? N NON.2 PPPŠ331 PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 314 ▐ Quelle méthode utilisez-vous? N PILULE.01 ▐ ▐ N DIU/STERILET.02 PU ▐ N INJECTION.03 S ▐ N MOUSSE/GELEE/COMPRIMES.04 `PŠ325A ▐ N CONDOM.05 P] 314A▐ ENCERCLER '06' POUR STERILISATION FEMININE. N STERILISATION FEMININE.06 PU ▐ N STERILISATION MASCULINE.07 P\PŠ317A ▐ N CONTINENCE PERIODIQUE.08 PPPŠ322A ▐ N RETRAIT.09 PU ▐ N `PŠ325A ▐ N AUTRE_________________________ 96 P] ▐ N (PRECISER) ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 314B▐ Pourquoi utilisez-vous la pilule plutôt qu'une autre N COUT/MOINS CHER.01 ▐ ▐ méthode? N PLUS DISPONIBLE.02 ▐ ▐ N M'A ETE PRESCRIT.03 ▐ ▐ N PLUS EFFICACE.04 ▐ ▐ N PAS EFFETS SECONDAIRES.05 ▐ ▐ N ÇA ME CONVIENT.06 ▐ ▐ N SEULE METHODE CONNUE.07 ▐ ▐ N METHODE REVERSIBLE.08 ▐ ▐ N ▐ ▐ N AUTRE_________________________ 96 ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 315 ▐ Puis-je voir la boîte de pilules que vous utilisez en N MICRO-NOVUM.01PU ▐ ce moment? N LO-FEMENAL.02 S ▐ N OVRETTE.03 S ▐ N EUGYNON.04 S ▐ N ADEPAL.05 S ▐ SI LE PAQUET EST MONTRE, ENCERCLER LE CODE CORRESPONDANT. N MINIPHASE.06 S ▐ N MINIDRIL.07 S ▐ N S ▐ N AUTRE__________________________ 96P\PŠ317 ▐ N (PRECISER) ▐ ▐ N BOITE NON VUE.98 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 316 ▐ Quel est le nom de la marque de pilules que vous N MICRO-NOVUM.01 ▐ ▐ utilisez en ce moment? N LO-FEMENAL.02 ▐ ▐ N OVRETTE.03 ▐ ▐ N EUGYNON.04 ▐ ▐ N ADEPAL.05 ▐ ▐ N MINIPHASE.06 ▐ ▐ N MINIDRIL.07 ▐ ▐ N ▐ ▐ N AUTRE__________________________ 96 ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ ▐ N NSP.98 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 10 ▐ PASSER N˚ ▐ QUESTIONS ET FILTRES N CODES ▐ A ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 317 ▐ Combien vous coûte une boîte (cycle) de pilules? N TPPQPPQPPQPPU ▐ ▐ N COUT CFA.S S S S SPU ▐ N [PP\PP\PP\PP] S ▐ N GRATUIT.9996 `PŠ326 ▐ N NSP.9998 P] PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 317A▐ Pourquoi avez-vous fait (vous ou votre conjoint/parte- N COUT/MOINS CHER.01 ▐ ▐ naire) une opération pour ne plus avoir d'enfants plutôt N PLUS DISPONIBLE.02 ▐ ▐ que d'utiliser une autre méthode? N M'A ETE PRESCRIT.03 ▐ ▐ N PLUS EFFICACE.04 ▐ ▐ N PAS EFFETS SECONDAIRES.05 ▐ ▐ N ÇA ME CONVIENT.06 ▐ ▐ N SEULE METHODE CONNUE.07 ▐ ▐ N METHODE DEFINITIVE.08 ▐ ▐ N ▐ ▐ N AUTRE_________________________ 96 ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 318 ▐ Où a eu lieu l'opération pour ne plus avoir d'enfant? N SECTEUR PUBLIC/PARA PUBLIC ▐ ▐ N HOPITAL.11 ▐ ▐ S'IL S'AGIT D'UN HOPITAL, D'UN CENTRE MEDICAL N CENTRE MEDICAL.12 ▐ ▐ OU D'UNE CLINIQUE, ECRIRE LE NOM DE L'ENDROIT. N ▐ ▐ INSISTER POUR DETERMINER LE TYPE DE SECTEUR ET N AUTRE PUBLIC__________________17 ▐ ▐ ENCERCLER LE CODE APPROPRIE. N (PRECISER) ▐ ▐ N SECTEUR MEDICAL PRIVE ▐ ▐ N CABINET DE MEDECIN PRIVE.21 ▐ ▐ N CLINIQUE PF.22 ▐ ▐ ___________________________________ N ▐ ▐ (NOM DE L'ENDROIT) N AUTRE PRIVE ▐ ▐ N MEDICAL_____________________27 ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ ▐ N NSP.98 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 319 ▐ Regrettez-vous d'avoir fait (ou que votre mari ait fait) N OUI.1 ▐ ▐ une opération pour ne plus avoir d'enfants? N NON.2 PPPŠ321 PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 320 ▐ Pourquoi regrettez-vous l'opération? N ENQUETEE VEUT AUTRE ENFANT.1 ▐ ▐ N MARI/CONJOINT VEUT ENFANT.2 ▐ ▐ N EFFETS SECONDAIRES.3 ▐ ▐ N ENFANT DECEDE.4 ▐ ▐ N ▐ ▐ N AUTRE___________________________6 ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 321 ▐ En quel mois et quelle année la stérilisation a-t-elle N TPPQPPU ▐ ▐ eu lieu? N MOIS.S S SPU ▐ N TPPQPPYPPYPPZ `PŠ327 ▐ N ANNEE.S S S S SP] ▐ N [PP\PP\PP\PP] ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 322A▐ Pourquoi utilisez-vous la continence périodique plutôt N COUT/NE COUTE RIEN.01 ▐ ▐ qu'une autre méthode? N PAS PROBLEME DE DISPONIBILITE.02 ▐ ▐ N M'A ETE PRESCRIT.03 ▐ ▐ N PLUS EFFICACE.04 ▐ ▐ N PAS EFFETS SECONDAIRES.05 ▐ ▐ N ÇA ME CONVIENT.06 ▐ ▐ N SEULE METHODE CONNUE.07 ▐ ▐ N METHODE REVERSIBLE.08 ▐ ▐ N ▐ ▐ N AUTRE_________________________ 96 ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 323 ▐ Comment déterminez-vous les jours de votre cycle mensuel N BASEE SUR LE CALENDRIER.1 PU ▐ pendant lesquels vous ne devez pas avoir de relations N BASEE SUR TEMPERATURE CORPS.2 S ▐ sexuelles? N BASEE SUR MUCUS CERVICAL S ▐ N (METHODE BILLINGS).3 S ▐ N BASEE SUR TEMPERATURE DU CORPS `PŠ326 ▐ N ET MUCUS CERVICAL.4 S ▐ N PAS DE METHODE SPECIFIQUE.5 S ▐ N S ▐ N AUTRE___________________________6 P] ▐ N (PRECISER) PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 11 N˚ ▐ QUESTIONS ET FILTRES N CODES ▐ A ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 325A▐ Pourquoi utilisez-vous (METHODE CITEE A Q.314) plutôt N COUT/PAS CHER/NE COUTE RIEN.01 ▐ ▐ qu'une autre méthode? N PAS PROBLEME DE DISPONIBILITE.02 ▐ ▐ N M'A ETE PRESCRIT.03 ▐ ▐ N PLUS EFFICACE.04 ▐ ▐ N PAS EFFETS SECONDAIRES.05 ▐ ▐ N ÇA ME CONVIENT.06 ▐ ▐ N SEULE METHODE CONNUE.07 ▐ ▐ N METHODE REVERSIBLE.08 ▐ ▐ N PROTEGE CONTRE SIDA/MST.09 ▐ ▐ N ▐ ▐ N AUTRE_________________________ 96 ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 326 ▐ Depuis combien de mois utilisez-vous (METHODE) de façon N TPPQPPU ▐ ▐ continue? N MOIS.S S S ▐ ▐ N [PP\PP] ▐ ▐ SI MOINS DE 1 MOIS, NOTER '00'. N 8 ANS OU PLUS.96 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 326A▐ Si les produits contraceptifs devaient vous être offerts N OUI.01 ▐ ▐ gratuitement, les accepteriez-vous? N NON, DEJA GATES.02 ▐ ▐ N NON, QUALITE DOUTEUSE.03 ▐ ▐ SI LA REPONSE EST NON, INSISTER POUR SAVOIR LA RAISON N AUTRE___________________________96 ▐ ▐ ET ENCERCLER LE CODE CORRESPONDANT A LA REPONSE. N (PRECISER) ▐ ▐ N ▐ █▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ █ 327 ▐ VERIFIER 314: N PILULE.01 ▐ █ █ ▐ N DIU/STERILET.02 ▐ █ █ ▐ ENCERCLER LE CODE DE LA METHODE: N INJECTION.03 ▐ █ █ ▐ N MOUSSE/GELEE/COMPRIMES.04 ▐ █ █ ▐ N CONDOM.05 ▐ █ █ ▐ N STERILISATION FEMININE.06 PU █ █ ▐ N STERILISATION MASCULINE.07 P\PŠ329A█ █ ▐ N CONTINENCE PERIODIQUE.08 PU █ █ ▐ N RETRAIT.09 S █ █ ▐ N `PŠ332 █ █ ▐ N AUTRE METHODE.96 P] █ █ ▐ N ▐ █ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 328 ▐ Où avez-vous obtenu (METHODE) la dernière fois? N SECTEUR PUBLIC/PARA PUBLIC ▐ ▐ N HOPITAL.11 ▐ ▐ N CENTRE MEDICAL.12 ▐ ▐ N CSPS.13 ▐ ▐ N SMI.14 ▐ ▐ N DISPENSAIRE/MATERNITE.15 ▐ ▐ N DEPOT PHARMACEUTIQUE COMM.16 ▐ ▐ S'IL S'AGIT D'UN HOPITAL, D'UN CENTRE MEDICAL, D'UN N ▐ ▐ CSPS OU D'UNE CLINIQUE, ECRIRE LE NOM DE L'ENDROIT. N AUTRE PUBLIC__________________17 ▐ ▐ INSISTER POUR DETERMINER LE TYPE DE SECTEUR ET N (PRECISER) ▐ ▐ ENCERCLER LE CODE APPROPRIE. N SECTEUR MEDICAL PRIVE ▐ ▐ N CABINET DE MEDECIN PRIVE.21 ▐ ▐ N CLINIQUE PF.22 ▐ ▐ ___________________________________ N PHARMACIE.23 ▐ ▐ (NOM DE L'ENDROIT) N CABINET INFIRMIER.24 ▐ ▐ N ▐ ▐ N AUTRE PRIVE ▐ ▐ N MEDICAL_____________________27 ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ ▐ N AUTRE SECTEUR PRIVE ▐ ▐ N BOUTIQUE/MARCHE.31 ▐ ▐ N BAR/BOITE DE NUIT.32 ▐ ▐ N KIOSQUE.33 ▐ ▐ N HOTEL/CHAMBRE DE PASSE.34 ▐ ▐ N CIRCUIT COMMERCIAL INFORMEL.35 ▐ ▐ N AMIS/PARENTS.36 ▐ ▐ N ▐ ▐ N AUTRE_________________________95 ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ ▐ N AUTRE_________________________96 ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 329 ▐ Connaissez-vous un autre endroit où vous auriez pu vous N ▐ ▐ procurer (METHODE) la dernière fois? N OUI.1 ▐ ▐ N NON.2 PPPŠ334 329A▐ Au moment de la stérilisation, connaissiez-vous un autre N ▐ ▐ endroit où vous auriez pu subir cette même opération? N ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 12 ▐ PASSER N˚ ▐ QUESTIONS ET FILTRES N CODES ▐ A ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 329B▐ Les gens choisissent l'endroit où se procurer des servicesN ACCESSIBILITE ▐ ▐ de planification familiale, pour différentes raisons. N PLUS PROCHE DOMICILE.A ▐ ▐ N PLUS PROCHE MARCHE/TRAVAIL.B ▐ ▐ Quelles sont les raisons pour lesquelles vous êtes N TRANSPORT DISPONIBLE.C ▐ ▐ allée à (NOM DE L'ENDROIT CITE A Q.328 OU Q.318) N ▐ ▐ plutôt qu'à l'autre endroit que vous connaissez? N RAISONS RELATIVES AU SERVICE ▐ ▐ N PERSONNEL PLUS COMPETENT/ ▐ ▐ N AIMABLE.D ▐ ▐ ENREGISTRER TOUT CE QUI EST MENTIONNE. N PLUS PROPRE.E ▐ ▐ SI LA REPONSE EST "NSP" VOUS NE DEVEZ ENCERCLER N OFFRE PLUS D'INTIMITE.F ▐ ▐ QUE LE CODE CORRESPONDANT. N ATTENTE MOINS LONGUE.G ▐ ▐ N TEMPS D'OUVERTURE PLUS LONG.H ▐ ▐ N MEME ETABLISSEMENT OFFRE ▐ ▐ Autres raisons? N D'AUTRES SERVICES.I ▐ ▐ N DISPONIBILITE DE LA METHODE ▐ ▐ N A TOUS MOMENTS.J ▐ ▐ N ▐ ▐ N COUTS PLUS FAIBLES/MOINS CHER.K ▐ ▐ N ▐ ▐ N VOULAIT ANONYMAT/DISCRETION.L ▐ ▐ N ▐ ▐ N AUTRE___________________________X ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ ▐ N NSP.Z ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 330 ▐ ENQUETRICE: N ACCESSIBILITE ▐ ▐ -SI VOUS N'AVEZ ENCERCLE QU'UN SEUL CODE A Q.329B, N PLUS PROCHE DOMICILE.11 PU ▐ ENCERCLER ICI LE CODE CORRESPONDANT A LA MEME REPONSE N PLUS PROCHE MARCHE/TRAVAIL.12 S ▐ ET PASSER A Q.334. N TRANSPORT DISPONIBLE.13 S ▐ -SI VOUS AVEZ ENCERCLE PLUSIEURS CODES A Q.329B, N S ▐ POSER LA QUESTION SUIVANTE ET ENCERCLER LE CODE N RAISONS RELATIVES AU SERVICE S ▐ CORRESPONDANT A LA REPONSE. N PERSONNEL PLUS COMPETENT/ S ▐ N AIMABLE.21 S ▐ Parmi les raisons que vous m'avez données, quelle est la N PLUS PROPRE.22 S ▐ raison principale? N OFFRE PLUS D'INTIMITE.23 S ▐ N ATTENTE MOINS LONGUE.24 S ▐ N TEMPS D'OUVERTURE PLUS LONG.25 `PŠ334 ▐ N MEME ETABLISSEMENT OFFRE S ▐ N D'AUTRES SERVICES.26 S ▐ N DISPONIBILITE DE LA METHODE S ▐ N A TOUS MOMENTS.27 S ▐ N S ▐ N COUTS PLUS FAIBLES/MOINS CHER.31 S ▐ N S ▐ N VOULAIT ANONYMAT/DISCRETION.41 S ▐ N S ▐ N AUTRE_________________________ 96 S ▐ N (PRECISER) S ▐ N NSP.98 P] PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 13 █▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ █ 331 ▐ VERIFIER 227: ▐ █ █ ▐ ▐ █ █ ▐ PAS ENCEINTE TPPU ENCEINTE TPPU ▐ █ █ ▐ OU PAS SURE [QP] [PP\PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPŠ332 █ █ ▐ S ▐ █ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ Š ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 331A▐ Quelle est la principale raison pour laquelle vous N NON MARIEE.11 ▐ ▐ n'utilisez pas une méthode pour éviter une grossesse? N ▐ ▐ N RAISONS LIEES A LA FECONDITE ▐ ▐ N PAS DE RAPPORTS SEXUELS.21 ▐ ▐ N RAP. SEX. PEU FREQUENTS.22 ▐ ▐ N MENOPAUSEE/HYSTERECTOMIE.23 ▐ ▐ N SOUS-FECONDE/STERILE.24 ▐ ▐ N POST-PARTUM/ALLAITEMENT.25 ▐ ▐ N VEUT DES (D'AUTRES) ENFANTS.26 ▐ ▐ N ▐ ▐ N OPPOSITION A L'UTILISATION ▐ ▐ N ENQUETEE OPPOSEE.31 ▐ ▐ N MARI/CONJOINT OPPOSE.32 ▐ ▐ N AUTRES PERS. OPPOSEES.33 ▐ ▐ N INTERDITS RELIGIEUX.34 ▐ ▐ N TABOUS CULTURELS.35 ▐ ▐ N ▐ ▐ N MANQUE DE CONNAISSANCE ▐ ▐ N NE CONNAIT AUCUNE METHODE.41 ▐ ▐ N NE CONNAIT AUCUNE SOURCE.42 ▐ ▐ N ▐ ▐ N RAISONS LIEES AUX METHODES ▐ ▐ N PROBLEMES DE SANTE.51 ▐ ▐ N PEUR DES EFFETS SECONDAIRES.52 ▐ ▐ N PAS ACCESSIBLE/TROP LOIN.53 ▐ ▐ N TROP CHERE.54 ▐ ▐ N PAS PRATIQUE A UTILISER.55 ▐ ▐ N INTERFERE AVEC LE PROCESSUS ▐ ▐ N NORMAL DU CORPS.56 ▐ ▐ N ▐ ▐ N AUTRE_________________________ 96 ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ ▐ N NSP.98 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 332 ▐ Connaissez-vous un endroit où vous pouvez vous procurer N OUI.1 ▐ ▐ une méthode de planification familiale? N NON.2 PPPŠ334 PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 333 ▐ Où est-ce? N SECTEUR PUBLIC/PARA PUBLIC ▐ ▐ N HOPITAL.11 ▐ ▐ N CENTRE MEDICAL.12 ▐ ▐ N CSPS.13 ▐ ▐ N SMI.14 ▐ ▐ N DISPENSAIRE/MATERNITE.15 ▐ ▐ N DEPOT PHARMACEUTIQUE COMM.16 ▐ ▐ S'IL S'AGIT D'UN HOPITAL, D'UN CENTRE MEDICAL, D'UN N ▐ ▐ CSPS OU D'UNE CLINIQUE, ECRIRE LE NOM DE L'ENDROIT N AUTRE PUBLIC__________________17 ▐ ▐ PRINCIPAL. N (PRECISER) ▐ ▐ INSISTER POUR DETERMINER LE TYPE DE SECTEUR ET N SECTEUR MEDICAL PRIVE ▐ ▐ ENCERCLER LE CODE APPROPRIE. N CABINET DE MEDECIN PRIVE.21 ▐ ▐ N CLINIQUE PF.22 ▐ ▐ ___________________________________ N PHARMACIE.23 ▐ ▐ (NOM DE L'ENDROIT) N CABINET INFIRMIER.24 ▐ ▐ N ▐ ▐ N AUTRE PRIVE ▐ ▐ N MEDICAL_____________________27 ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ ▐ N AUTRE SECTEUR PRIVE ▐ ▐ N BOUTIQUE/MARCHE.31 ▐ ▐ N BAR/BOITE DE NUIT.32 ▐ ▐ N KIOSQUE.33 ▐ ▐ N HOTEL/CHAMBRE DE PASSE.34 ▐ ▐ N CIRCUIT COMMERCIAL INFORMEL.35 ▐ ▐ N AMIS/PARENTS.36 ▐ ▐ N ▐ ▐ N AUTRE_________________________95 ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ ▐ N AUTRE_________________________96 ▐ ▐ N (PRECISER) ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 334 ▐ Avez-vous reçu la visite d'un agent qui vous a parlé de laN OUI.1 ▐ ▐ planification familiale au cours des 12 derniers mois? N NON.2 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 335 ▐ Avez-vous été dans un centre de santé pour n'importe N OUI.1 ▐ ▐ quelle raison au cours des 12 derniers mois? N NON.2 PPPŠ337 PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 14 ▐ PASSER N˚ ▐ QUESTIONS ET FILTRES N CODES ▐ A ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 336 ▐ Quelqu'un de ce centre de santé vous a-t-il parlé des N OUI.1 ▐ ▐ méthodes de planification familiale? N NON.2 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 337 ▐ Pensez-vous que le fait d'allaiter peut influencer les N OUI.1 ▐ ▐ chances d'une femme de tomber enceinte? N NON.2 PPPŠ401 ▐ N NSP.8 ▐ PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP 338 ▐ Pensez-vous que l'allaitement augmente ou diminue les N AUGMENTE.1 PPPŠ401 ▐ chances d'une femme de tomber enceinte? N DIMINUE.2 ▐ ▐ N ÇA DEPEND.3 ▐ ▐ N NSP.8 ▐ █▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ █ 339 ▐ VERIFIER 210: ▐ █ █ ▐ ▐ █ █ ▐ UNE OU PLUSIEURSTPPU AUCUNE TPPU ▐ █ █ ▐ NAISSANCES [QP] NAISSANCE [PP\PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPŠ401 █ █ ▐ S ▐ █ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ Š ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 340 ▐ Avez-vous déjà compté sur l'allaitement comme un moyen N OUI.1 ▐ ▐ pour éviter de tomber enceinte? N NON.2 PPPŠ401 █▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀█ █ 341 ▐ VERIFIER 227 ET 311: ▐ █ █ ▐ ▐ █ █ ▐ ENCEINTE OU ▐ █ █ ▐ PAS ENCEINTE OU PAS SURE STERILISEE TPPU ▐ █ █ ▐ ET TPPU [PP\PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPŠ401 █ █ ▐ NON STERILISEE [QP] ▐ █ █ ▐ S ▐ █ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ Š ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 342 ▐ Comptez-vous actuellement sur l'allaitement pour N OUI.1 ▐ ▐ éviter de tomber enceinte? N NON.2 ▐ ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 15 SECTION 4. SANTE FAMILIALE ET ALLAITEMENT SECTION 4A. GROSSESSE ET ALLAITEMENT █▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ █ 401 ▐ VERIFIER 225 : █ ▐ UNE OU PLUSIEURS NAISSANCES TPPU AUCUNE NAISSANCE TPPU █ ▐ DEPUIS JANV.1993 [QP] DEPUIS JANVIER 1993 [PP\PPŠ QUESTION 501 ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ Š ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 402 ▐ INSCRIRE LE NOM, LE N˚ DE LIGNE ET L'ETAT DE SURVIE DE CHAQUE NAISSANCE DEPUIS JANVIER 1993 DANS LE TABLEAU. ▐ POSER LES QUESTIONS A PROPOS DE TOUTES CES NAISSANCES. COMMENCER PAR LA DERNIERE NAISSANCE. (S'IL Y A PLUS DE TROIS ▐ NAISSANCES, UTILISEZ UN QUESTIONNAIRE SUPPLEMENTAIRE). ▐ Maintenant, je voudrais vous poser quelques questions à propos de la santé des enfants que vous avez eus durant les ▐ cinq dernières années. (Nous parlerons d'un enfant à la fois). ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀ 402A ▐ N˚ DE LIGNE S TPPQPPU S TPPQPPU S TPPQPPU ▐ DE LA Q. 212 S S S S S S S S S S S S ▐ S [PP\PP] S [PP\PP] S [PP\PP] ▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀