Benin - Multiple Indicator Cluster Survey - 2014

Publication date: 2014

Fonds des Nations Unies pour l’Enfance RAPPORT FINAL Enquête par grappes à indicateurs multiples (MICS) BÉNIN Institut National de la Statistique et de l’Analyse Économique 2014 L’Enquête par grappes à indicateurs multiples (MICS) Bénin a été réalisée en 2014 par l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique (INSAE) dans le cadre du programme mondial des enquêtes MICS. L’appui technique a été fourni par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF). L’UNICEF et le Bureau international du travail (BIT) ont fourni un support financier. Le programme mondial des enquêtes MICS a été élaboré par l’UNICEF dans les années 1990 en tant que programme d’enquête-ménage international qui vise à soutenir les pays dans la collecte de données comparables au niveau international sur un large éventail d’indicateurs relatifs à la situation des enfants et des femmes. Les enquêtes MICS mesurent les indicateurs clés qui permettent aux pays de produire des données en vue de leur utilisation dans les politiques et programmes et de suivre les progrès vers les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et d’autres engagements convenus au niveau international. Citation suggérée : Institut national de la statistique et de l’analyse économique (INSAE), 2015, Bénin. Enquête par grappes à indicateurs multiples 2014, Rapport final, Cotonou, Bénin : Institut national de la statistique et de l’analyse économique. Janvier, 2016 BÉNIN RAPPORT FINAL Enquête par grappes à indicateurs multiples (MICS) 2014 Fonds des Nations Unies pour l’Enfance Institut National de la Statistique et de l’Analyse Économique 4MICSBÉNIN BÉNIN 2014 5 MICS Enquêtes par grappes à indicateurs multiples (MICS) et Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), Bénin, 2014 MORTALITÉ DES ENFANTS Mortalité des jeunes enfants* Indicateur MICS Indicateur Valeur 1.1 Quotient de mortalité néonatale 38 1.2 OMD 4.2 Quotient de mortalité infantile 67 1.3 Quotient de mortalité post-néonatale 29 1.4 Quotient de mortalité juvénile 52 1.5 OMD 4.1 Quotient de mortalité des enfants de moins de 5 ans 115 * La valeur de l’indicateur s’exprime pour 1 000 naissances vivantes et fait référence à la période de 5 ans avant l’enquête. NUTRITION État nutritionnel Indicateur MICS Indicateur Valeur 2.1a OMD 1.8 2.1b Prévalence insuffisance pondérale (a) Modérée et grave (b) Sévère 18,0 4,7 2.2a 2.2b Prévalence retard de croissance (a) Modéré et grave (b) Sévère 34,0 12,1 2.3a 2.3b Prévalence émaciation (a) Modérée et grave (b) Sévère 4,5 0,9 2.4 Prévalence surpoids 1,7 Allaitement et alimentation du jeune enfant 2.5 Enfants allaités 97,2 2.6 Initiation précoce de l’allaitement 46,6 2.7 Allaitement exclusif des moins de 6 mois 41,4 2.8 Allaitement prédominant des moins de 6 mois 76,5 1 Voir Annexe E pour une description détaillée des indicateurs MICS. TABLEAU RÉCAPITULATIF DES RÉSULTATS1 6MICS 2.9 Allaitement continu à 1 an 95,8 2.10 Allaitement continu à 2 ans 45,5 2.11 Durée médiane de l’allaitement 21,2 2.12 Allaitement approprié selon l’âge 65,8 2.13 Introduction d’aliments solides, semi-solides ou mous 73,0 2.14 Fréquence des repas lactés pour les enfants non allaités 18,5 2.15 Fréquence minimum des repas 52,5 2.16 Diversité alimentaire minimum 25,3 2.17a 2.17b (a) Pourcentage d’enfants de 6-23 mois allaités qui ont reçu au moins la diversité alimentaire minimum et la fréquence minimum des repas durant le jour précédent (b) Pourcentage d’enfants de 6-23 mois non allaités qui ont reçu au moins 2 repas lactés et qui ont reçu la diversité alimentaire minimum, lait non inclus, et la fréquence minimum des repas durant le jour précédent 15,1 5,4 2.18 Alimentation au biberon 11,1 Iodation du sel 2.19 Consommation de sel iodé 38,9 Insuffisance pondérale à la naissance 2.20 Prévalence de faible poids à la naissance 12,5 2.21 Nourrissons pesés à la naissance 76,3 SANTÉ DE L’ENFANT Vaccinations Indicateur MICS Indicateur Valeur 3.1 Couverture vaccinale contre la tuberculose 89,4 3.2 Couverture vaccinale contre la poliomyélite 62,3 3.3 Couverture vaccinale Penta contre le la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTCOq), l’hépatite B et Haemophilus influenzae de type B 71,0 3.4 OMD 4.3 Couverture vaccinale contre la rougeole 63,7 3.5 Couverture vaccinale contre la pneumonie 64,1 3.7 Couverture vaccinale contre la fièvre jaune 65,1 3.8 Couverture vaccinale complète 41,6 Tableau récapitulatif des résultats (suite) TABLEAU RÉCAPITULATIF DES RÉSULTATS BÉNIN 2014 7 MICS 3.9 Protection néonatale contre le tétanos 70,0 - Enfants avec diarrhée 10,1 3.10 Recherche de soins pour la diarrhée 28,2 3.11 Traitement de la diarrhée avec solution de réhydratation orale (SRO) et zinc 15,5 3.12 Traitement de la diarrhée avec thérapie de réhydratation orale (TRO) et alimentation continue 32,5 - Enfants avec symptômes d’IRA 2,6 3.13 Recherche de soins pour enfants avec symptômes d’IRA* 23,3 3.14 Traitement antibiotique pour enfants avec symptômes d’IRA 15,9 3.15 Utilisation de combustible solide pour la cuisine 95,6 * IRA : infection respiratoire aiguë Paludisme/fièvre - Enfants avec fièvre 22,9 3.16a 3.16b Pourcentage de ménages avec : (a) au moins une MII2 (b) au moins une MII pour chaque deux personnes 75,3 34,9 3.17a 3.17b Pourcentage de ménages qui : (a) ont au moins une MII ou dont le domicile a été pulvérisé par PID3 au cours des 12 derniers mois (b) ont au moins une ITN pour chaque 2 personnes ou dont le domicile a été pulvérisé par PID au cours des 12 derniers mois 78,2 40,1 3.18 OMD 6.7 Enfants de moins de 5 ans dormant sous MII 72,7 3.19 Population dormant sous MII 59,6 3.20 Recherche de soins pour la fièvre 43,7 3.21 Utilisation des tests de diagnostic de paludisme 19,1 3.22 OMD 6.8 Traitement antipaludéen des enfants de moins de 5 ans 25,9 3.23 Combinaison thérapeutique à base d’artéminisine (CTA) parmi les enfants qui ont reçu un traitement antipaludéen 13,1 3.24 Femmes enceintes dormant sous MII 47,0 3.25 Traitement préventif intermittent contre le paludisme durant la grossesse 12,5 2 Une MII est : (a) une moustiquaire classique traitée qui a été trempée dans un insecticide au cours des 12 derniers mois ; (b) une moustiquaire traitée industriellement qui ne nécessite pas d’autre traitement ; (MIILDA) ; (c) une moustiquaire prétraitée obtenue au cours des 12 derniers mois ; ou (d) une moustiquaire qui a été imbibée avec ou trempée dans de l’insecticide au cours des 12 derniers mois. 3 Pulvérisation intra-domiciliaire. 8MICS EAU ET ASSAINISSEMENT Indicateur MICS Indicateur Valeur 4.1 OMD 7.8 Utilisation de sources d’eau de boisson améliorées 72,1 4.2 Traitement de l’eau 11,9 4.3 OMD 7.9 Utilisation de toilettes améliorées 12,7 4.4 Évacuation hygiénique des excréments d’enfants 27,9 4.5 Lieu de lavage des mains 8,4 4.6 Disponibilité de savon ou de tout autre produit pour se laver 69,6 SANTÉ DE LA REPRODUCTION Contraception et besoins non satisfaits Indicateur MICS Indicateur Valeur - Indice synthétique de fécondité (ISF) 5,7 5.1 OMD 5.4 Taux de fécondité des adolescentes 94 5.2 Fécondité précoce 19,4 5.3 OMD 5.3 Taux de prévalence de la contraception 17,9 5.4 OMD 5.6 Besoins non satisfaits 33,1 5.5a OMD 5.5 5.5b Pourcentage de femmes de 15-49 ans avec une naissance vivante dans les 2 dernières années qui ont été suivies durant leur dernière grossesse ayant abouti à une naissance vivante : (a) au moins une fois par un personnel de santé qualifié (b) au moins 4 fois par n’importe quel prestataire de santé 82,8 58,7 5.6 Pourcentage de femmes de 15-49 ans avec une naissance vivante dans les 2 dernières années qui ont eu une prise de tension, ont donné des échantillons d’urine et de sang durant leur dernière grossesse qui a abouti à une naissance vivante 71,7 5.7 OMD 5.2 Assistance qualifiée durant l’accouchement 77,2 5.8 Accouchement au centre de santé 87 5.9 Accouchement par césarienne 5,3 Examens de santé post-natals 5.10 Séjour post-partum dans une structure de santé 81,1 5.11 Examen de santé post-natal du nouveau-né 80,4 5.12 Examen de santé post-natal de la mère 78,2 Tableau récapitulatif des résultats (suite) TABLEAU RÉCAPITULATIF DES RÉSULTATS BÉNIN 2014 9 MICS Mortalité maternelle* 5.13 OMD 5.1 Taux de mortalité maternelle 347 * Le taux s’exprime pour 100 000 naissances et fait référence à la période de 7 ans précédant l’enquête. DÉVELOPPEMENT DE L’ENFANT Indicateur MICS Indicateur Valeur 6.1 Fréquentation du préscolaire 13,0 6.2 Soutien à l’apprentissage 27,7 6.3 Soutien paternel à l’apprentissage 5,2 6.4 Soutien maternel à l’apprentissage 13,3 6.5 Disponibilité de livres d’enfants 1,4 6.6 Disponibilité de jouets 47,6 6.7 Garde inadéquate 34,1 6.8 Indice de développement de la petite enfance 61,4 ALPHABÉTISATION ET ÉDUCATION Indicateur MICS Indicateur Valeur 7.1 OMD 2.3 Taux d’alphabétisation des jeunes (a) Femmes (b) Hommes 43,9 59,6 7.2 Préparation à l’école 19,7 7.3 Taux net d’admission à l’école primaire 52,3 7.4 OMD 2.1 Taux net de fréquentation du primaire (ajusté) 74,9 7.5 Taux net de fréquentation du secondaire (ajusté) 44,0 7.6 OMD 2.2 Enfants atteignant la dernière classe du primaire 87.4 7.7 Taux d’achèvement du primaire 70,5 7.8 Taux de transition à l’école secondaire 88,6 7.9 OMD 3.1 Indice de parité entre les sexes (niveau primaire) 0.95 7.10 OMD 3.1 Indice de parité entre les sexes (niveau secondaire) 0.76 10MICS PROTECTION DE L’ENFANT Enregistrement des naissances Indicateur MICS Indicateur Valeur 8.1 Enregistrement des naissances 84,8 8.2 Travail des enfants 52,5 8.3 Discipline violente 91,1 8.4 Mariage avant 15 ans (a) Femmes (b) Hommes 8,8 1,4 8.5 Mariage avant 18 ans (a) Femmes (b) Hommes 31,7 6,1 8.6 Jeunes de 15-19 ans actuellement mariés ou en union (a) Femmes (b) Hommes 16,0 0,6 8.7 Polygamie (a) Femmes (b) Hommes 41,2 18,6 8.8a 8.8b Différence d’âge entre conjoint (a) parmi les femmes de 15-19 ans (b) parmi les femmes de 20-24 ans 25,8 25,4 8.9 Approbation des mutilations génitales féminines/excision (MGF/E) 3,4 8.10 Prévalence de MGF/E parmi les femmes 9,2 8.11 Prévalence de MGF/E parmi les filles 0,2 8.12 Attitudes vis-à-vis de la violence domestique (a) Femmes (b) Hommes 36,0 16,6 8.13 Arrangement de vie des enfants 13,1 8.14 Prévalence d’enfants dont au moins un des deux parents sont décédés 7,3 8.15 Enfants dont au moins un des parents vit à l’étranger 3,1 Tableau récapitulatif des résultats (suite) TABLEAU RÉCAPITULATIF DES RÉSULTATS BÉNIN 2014 11 MICS VIH/SIDA ET COMPORTEMENT SEXUEL Connaissance et attitudes du VIH/SIDA Indicateur MICS Indicateur - Connaissance du SIDA (a) Femmes (b) Hommes 87,4 92,2 9.1 OMD 6.3 Connaissance de la prévention du VIH parmi les jeunes (a) Femmes (b) Hommes 21,6 31,3 9.2 Connaissance de la transmission mère-enfant du VIH (a) Femmes (b) Hommes 60,6 53,9 9.3 Attitudes d’acceptation à l’égard des personnes vivant avec le VIH (a) Femmes (b) Hommes 7,7 15,1 Dépistage du VIH 9.4 Personnes qui connaissent un lieu où se faire tester pour le VIH (a) Femmes (b) Hommes 61,6 49,7 9.5 Personnes qui ont été testées pour le VIH et qui connaissent le résultat (a) Femmes (b) Hommes 14,2 7,5 9.6 Jeunes sexuellement actifs qui ont été testés pour le VIH et qui connaissent le résultat (a) Femmes (b) Hommes 17,8 6,8 9.7 Conseils sur le VIH pendant les visites prénatales 42,3 9.8 Test de VIH pendant les visites prénatales 46,2 Comportement sexuel 9.9 Jeunes qui n’ont jamais eu de relations sexuelles (a) Femmes (b) Hommes 49,0 46,7 9.10 Relations sexuelles avant 15 ans chez les jeunes (a) Femmes (b) Hommes 16,0 15,0 9.11 Différence d’âges entre partenaires sexuels 21,4 9.12 Partenaires sexuels multiples (a) Femmes (b) Hommes 2,2 23,1 12MICS 9.13 Utilisation de condom lors du dernier rapport sexuel parmi les personnes qui ont de multiples partenaires (a) Femmes (b) Hommes 27,2 22,9 9.14 Rapports sexuels avec partenaires non réguliers (a) Femmes (b) Hommes 28,1 43,8 9.15 OMD 6.2 Utilisation de condom avec partenaires non réguliers (a) Femmes (b) Hommes 34,1 43,7 Enfants orphelins 9.16 OMD 6.4 Ratio de fréquentation scolaire des orphelins par rapport aux non-orphelins 0,78 Circoncision masculine 9.17 Circoncision 96,5 ACCÈS AUX MASS MEDIA ET À LA TECHNOLOGIE DE L’INFORMATION/COMMUNICATION (TIC) Accès aux mass media Indicateur MICS Indicateur Valeur 10.1 Exposition aux mass media (a) Femmes (b) Hommes 2,4 6,4 Accès aux mass media 10.2 Utilisation d’ordinateurs (a) Femmes (b) Hommes 6,8 10,9 10.3 Utilisation d’Internet (a) Femmes (b) Hommes 6,4 14,4 Tableau récapitulatif des résultats (suite) TABLEAU RÉCAPITULATIF DES RÉSULTATS BÉNIN 2014 13 MICS BIEN-ÊTRE SUBJECTIF Indicateur MICS Indicateur Valeur 11.1 Satisfaction de vie (a) Femmes (b) Hommes 77,3 74,5 11.2 Bonheur (a) Femmes (b) Hommes 78,3 76,7 11.3 Perception d’une vie meilleure (a) Femmes (b) Hommes 50,1 53,9 CONSOMMATION DE TABAC ET D’ALCOOL Consommation de tabac Indicateur MICS Indicateur Valeur 12.1 Consommation de tabac (a) Femmes (b) Hommes 1,8 13,8 12.2 Consommation de tabac avant 15 ans (a) Femmes (b) Hommes 0,3 4,4 Consommation d’alcool 12.3 Consommation d’alcool (a) Femmes (b) Hommes 25,5 43,7 12.4 Consommation d’alcool avant 15 ans (a) Femmes (b) Hommes 19,8 22,8 14MICSBÉNIN BÉNIN 2014 15 MICS TABLE DES MATIÈRES Tableau récapitulatif des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 Table des matières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15 Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17 Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Liste des abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31 Résumé analytique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Contexte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45 Politiques mises en œuvre pour l’amélioration des conditions de vie et sanitaires des populations . . . . . . .48 Objectifs de l’enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 II . Méthodologie de l’échantillonnage et de l’enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Plan de sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53 Questionnaires et manuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53 Formation et travail sur le terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55 Traitement des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56 III . Couverture de l’échantillon et caractéristiques des ménages et des répondant(e)s . . . . . . . . . . . 59 Couverture de l’échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59 Caractéristiques des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Caractéristiques des répondant(e)s âgé(e)s de 15-49 ans et des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . .65 Caractéristiques du logement, possession de biens et quintiles de bien-être économique . . . . . . . . . . . . . .69 Statut d’occupation et branche d’activité des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Accès au microcrédit par les ménages et transfert de fonds dans les ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 IV . Mortalité des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 V . Nutrition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 Faible poids à la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .85 État nutritionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .87 Insuffisance pondérale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .90 Retard de croissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Émaciation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 État œdémateux des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Allaitement et alimentation du nourrisson et du jeune enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .94 Iodation du sel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .108 VI . Santé de l’enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Vaccinations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Protection contre le tétanos néonatal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 Soins des maladies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 16MICS Diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Infections respiratoires aiguës . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 Utilisation de combustibles solides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Paludisme/fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 VII . Eau et assainissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .165 Utilisation de sources d’eau améliorées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 Utilisation d’installations d’assainissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 Lavage des mains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .186 VIII . Santé de la reproduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .193 Fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193 Contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197 Besoins non satisfaits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .201 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .204 Assistance à l’accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211 Lieu d’accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 Examens de santé post-natals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 216 Taux de mortalité des adultes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .229 Mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .230 IX . Développement du jeune enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .233 Soins et éducation de la petite enfance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .233 Qualité des soins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .235 État de développement de l’enfant de 36-59 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241 X . Alphabétisation et éducation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .245 Alphabétisation des jeunes femmes et hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .245 Préparation à l’école . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .248 Fréquentation de l’école primaire et secondaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .249 XI . Protection de l’enfance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .269 Enregistrement des naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .269 Travail des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .272 Discipline des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .277 Mariage des enfants et polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .281 Mutilation génitale féminine/excision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .289 Attitudes envers la violence domestique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .293 Modalités de vie des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .297 XII . VIH/SIDA et comportement sexuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .301 Connaissance sur la transmission du VIH et idées fausses sur le VIH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .301 Attitudes envers les personnes vivant avec le VIH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 310 Connaissance d’un lieu de dépistage du VIH, de conseils et tests de dépistage dans le cadre des soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 313 Comportement sexuel lié à la transmission du VIH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 317 Indicateurs du VIH relatifs aux jeunes femmes et aux jeunes hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .320 Orphelin(e)s . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .329 Circoncision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .330 TABLE DES MATIÈRES BÉNIN 2014 17 MICS XIII . Accès aux mass media et utilisation des technologies de l’information/communication . . . . . . .335 Accès aux médias . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .335 Utilisation de la technologie de l’information/communication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .338 XIV . Bien-être subjectif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .343 XV . Consommation de tabac et d’alcool . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .355 Consommation de tabac . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .355 Consommation d’alcool . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .362 Annexes : Annexe A : Plan de sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .367 Annexe B : Liste du personnel ayant participé à l’enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .373 Annexe C : Estimations des erreurs d’échantillonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 376 Annexe D : Tableaux sur la qualité des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .398 Annexe E : Indicateurs MICS5 : numérateurs et dénominateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 416 Annexe F : Questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .427 Liste des tableaux Tableau HH.1 : Résultats des enquêtes auprès des ménages, des femmes, des hommes et des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Tableau HH.2 : Distribution de la population des ménages par sexe et âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Tableau HH.3 : Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Tableau HH.4 : Caractéristiques de base des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Tableau HH.4M : Caractéristiques de base des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Tableau HH.5 : Caractéristiques de base des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Tableau HH.6 : Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Tableau HH.7 : Biens des ménages et des individus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Tableau HH.8 : Indice de bien-être économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Tableau HH.8A : Statut d’occupation et branche d’activité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Tableau HH.8B : Microcrédit et transfert de fonds . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Tableau CM.1 : Mortalité des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Tableau CM.2 : Mortalité de la petite enfance par caractéristiques socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 Tableau CM.3 : Mortalité de la petite enfance par caractéristiques sociodémographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Tableau NU.1 : Enfants de faible poids à la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Tableau NU.2 : État nutritionnel des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Tableau NU.2A : État nutritionnel des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Tableau NU.3 : Allaitement initial au sein . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Tableau NU.4 : Allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 18MICS Tableau NU.5 : Durée de l’allaitement au sein . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 Tableau NU.6 : Allaitement approprié à l’âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Tableau NU.7 : Introduction d’aliments solides, semi-solides ou mous . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Tableau NU.8 : Pratiques alimentaires des nourrissons et jeunes enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Tableau NU.9 : Allaitement au biberon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Tableau NU.10 : Consommation de sel iodé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Tableau CH.1 : Vaccinations dans les premières années de vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Tableau CH.2 : Vaccinations par caractéristiques de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Tableau CH.3 : Protection contre le tétanos néonatal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Tableau CH.4 : Épisodes de maladies rapportés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Tableau CH.5 : Recherche de traitement durant la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Tableau CH.6 : Pratiques d’alimentation durant la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 Tableau CH.7 : Solutions de réhydratation orale, liquides-maison recommandés et zinc . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Tableau CH.8 : Thérapie de réhydratation orale avec poursuite de l’alimentation et autres traitements . . . . . 126 Tableau CH.9 : Source des SRO et du zinc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Tableau CH.10 : Recherche de soins et traitement antibiotique des symptômes d’infection respiratoire aiguë (IRA) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 Tableau CH.11 : Connaissance des deux signes d’alerte de la pneumonie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Tableau CH.12 : Utilisation de combustible solide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Tableau CH.13 : Combustible solide utilisé selon le lieu de cuisine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137 Tableau CH.14 : Disponibilité de moustiquaires imprégnées d’insecticide au niveau des ménages et protection par une méthode de contrôle du vecteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Tableau CH.15 : Accès à une moustiquaire imprégnée d’insecticide (MII) - nombre de membres des ménages .142 Tableau CH.16 : Accès à une moustiquaire imprégnée d’insecticide (MII) - par caractéristiques de base . . . . . . .142 Tableau CH.17 : Utilisation des MII . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 Tableau CH.18 : Enfants ayant dormi sous moustiquaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 Tableau CH.19 : Utilisation de moustiquaires par la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Tableau CH.20 : Recherche de traitement durant la fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Tableau CH.21 : Traitement des enfants avec fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Tableau CH.22 : Diagnostic et traitement antipaludique des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Tableau CH.23 : Source des antipaludéens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 Tableau CH.24 : Femmes enceintes dormant sous moustiquaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Tableau CH.25 : Traitement préventif intermittent du paludisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 Tableau CH.26 : Reconnaissance de signes de danger devant un cas de fièvre, de diarrhée ou de toux grave . 160 Tableau WS.1 : Utilisation de sources d’eau améliorées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Tableau WS.2 : Traitement de l’eau par les ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Tableau WS.3 : Temps mis pour atteindre la source d’eau de boisson . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Tableau WS.4 : Personne qui va aller chercher de l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174 TABLE DES MATIÈRES BÉNIN 2014 19 MICS Tableau WS.5 : Types de toilettes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 Tableau WS.6 : Utilisation et partage des toilettes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 Tableau WS.7 : Échelle d’utilisation d’eau et de toilettes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 Tableau WS.8 : Évacuation des matières fécales de l’enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 Tableau WS.9 : Eau et savon à l’endroit spécifique de lavage des mains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187 Tableau WS.10 : Disponibilité de savon ou d’autres produits nettoyants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190 Tableau RH.1 : Taux de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193 Tableau RH.2 : Taux de natalité des adolescentes et indice synthétique de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195 Tableau RH.3 : Grossesses précoces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196 Tableau RH.4 : Tendances des grossesses précoces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197 Tableau RH.5 : Utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198 Tableau RH.6 : Besoins non satisfaits en matière de contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202 Tableau RH.7 : Couverture des soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205 Tableau RH.8 : Nombre de consultations prénatales et moment de la première visite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208 Tableau RH.9 : Contenu des consultations prénatales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210 Tableau RH.10 : Assistance à l’accouchement et accouchement par césarienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212 Tableau RH.11 : Lieu de l’accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 Tableau RH.12 : Séjour post-partum dans un établissement de santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217 Tableau RH.13 : Examens de santé post-natals des nouveau-nés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219 Tableau RH.14 : Examens de santé post-natals des nouveau-nés dans la semaine de la naissance . . . . . . . . . . 221 Tableau RH.15 : Examens de santé post-natals des mères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223 Tableau RH.16 : Examens de santé post-natals des mères dans la semaine de la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . 225 Tableau RH.17 : Examens de santé post-natals des mères et des nouveau-nés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227 Tableau RH.18 : Taux de mortalité des adultes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229 Tableau RH.19 : Probabilités de mortalité adulte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229 Tableau RH.20 : Mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230 Tableau CD.1 : Fréquentation du préscolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234 Tableau CD.2 : Soutien à l’apprentissage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236 Tableau CD.3 : Matériel d’apprentissage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239 Tableau CD.4 : Garde inadéquate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240 Tableau CD.5 : Indice de développement de la petite enfance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242 Tableau ED.1 : Alphabétisation (jeunes femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246 Tableau ED.1M : Alphabétisation (jeunes hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247 Tableau ED.2 : Préparation à l’école . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 248 Tableau ED.3 : Entrée à l’école primaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250 Tableau ED.4 : Fréquentation de l’école primaire et enfants hors de l’école . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252 Tableau ED.5 : Fréquentation de l’école secondaire et enfants non scolarisés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255 20MICS Tableau ED.6 : Enfants atteignant la dernière classe de l’école primaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257 Tableau ED.7 : Achèvement de l’école primaire et passage à l’école secondaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259 Tableau ED.8 : Parité entre les sexes en matière d’éducation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 260 Tableau ED.9 : Parité par genre - enfants hors de l’école . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262 Tableau ED.10 : Cantine scolaire et frais de scolarité pour les enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265 Tableau ED.10A : Cantine scolaire et frais de scolarité pour les enfants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 266 Tableau ED.10B : Cantine scolaire et frais de scolarité pour les enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267 Tableau CP.1 : Enregistrement des naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 270 Tableau CP.2 : Implication des enfants dans les activités économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273 Tableau CP.3 : Implication des enfants dans les tâches ménagères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 275 Tableau CP.4 : Travail des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 276 Tableau CP.5 : Discipline des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 278 Tableau CP.6 : Attitudes vis-à-vis des châtiments physiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 280 Tableau CP.7 : Mariage des enfants et polygamie (femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 282 Tableau CP.7M : Mariage des enfants et polygamie (hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283 Tableau CP.8 : Tendances du mariage des enfants (femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 285 Tableau CP.8M : Tendances du mariage des enfants (hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 285 Tableau CP.9 : Différence d’âges entre conjoints . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 287 Tableau CP.10 : Mutilations génitales féminines/excision (MGF/E) parmi les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 290 Tableau CP.11 : Mutilations génitales féminines/excision (MGF/E) parmi les filles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291 Tableau CP.12 : Approbation des mutilations génitales féminines/excision (MGF/E) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 292 Tableau CP.13 : Attitudes vis-à-vis de la violence domestique (femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 294 Tableau CP.13M : Attitudes vis-à-vis de la violence domestique (hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 294 Tableau CP.14 : Arrangements de vie des enfants et orphelins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 298 Tableau CP.15 : Enfants dont les parents vivent à l’étranger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299 Tableau HA.1 : Connaissance de la transmission du VIH, fausses idées sur le VIH et connaissance approfondie de la transmission du VIH (femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 302 Tableau HA.1M : Connaissance de la transmission du VIH, fausses idées sur le VIH et connaissance approfondie de la transmission du VIH (hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 304 Tableau HA.2 : Connaissance de la transmission mère-enfant du VIH (femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 308 Tableau HA.2M : Connaissance de la transmission mère-enfant du VIH (hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309 Tableau HA.3 : Attitudes bienveillantes à l’égard des personnes vivant avec le VIH (femmes) . . . . . . . . . . . . . 311 Tableau HA.3M : Attitudes bienveillantes à l’égard des personnes vivant avec le VIH (hommes). . . . . . . . . . . 312 Tableau HA.4 : Connaissance d’un lieu de test de VIH (femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 314 Tableau HA.4M : Connaissance d’un lieu de test de VIH (hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 315 Tableau HA.5 : Conseils et tests de VIH durant les consultations prénatales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 316 Tableau HA.6 : Rapports sexuels avec partenaires multiples (femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 318 Tableau HA.6M : Rapports sexuels avec partenaires multiples (hommes). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 319 TABLE DES MATIÈRES BÉNIN 2014 21 MICS Tableau HA.7 : Indicateurs clés sur le VIH et le SIDA (jeunes femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 321 Tableau HA.7M : Indicateurs clés sur le VIH et le SIDA (jeunes hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 323 Tableau HA.8 : Indicateurs clés de comportement sexuel (jeunes femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 325 Tableau HA.8M : Indicateurs clés de comportement sexuel (jeunes hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 327 Tableau HA.9 : Fréquentation scolaire des orphelins et des non-orphelins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 330 Tableau HA.10 : Circoncision masculine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 331 Tableau HA.11 : Praticien et lieu de la circoncision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 332 Tableau MT.1 : Exposition aux mass media (femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 336 Tableau MT.1M : Exposition aux mass media (hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 337 Tableau MT.2 : Utilisation d’ordinateurs et d’Internet (femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 339 Tableau MT.2M : Utilisation d’ordinateurs et d’Internet (hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 341 Tableau SW.1 : Domaines de satisfaction de vie (femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 344 Tableau SW.1M : Domaines de satisfaction de vie (hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 346 Tableau SW.2 : Satisfaction de vie générale et bonheur (femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 349 Tableau SW.2M : Satisfaction de vie générale et bonheur (hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 350 Tableau SW.3 : Perception d’une meilleure vie (femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 352 Tableau SW.3M : Perception d’une meilleure vie (hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 353 Tableau TA.1 : Consommation passée et actuelle de tabac (femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 356 Tableau TA.1M : Consommation passée et actuelle de tabac (hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 358 Tableau TA.2 : Âge à la première cigarette et fréquence de consommation (femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 360 Tableau TA.2M : Âge à la première cigarette et fréquence de consommation (hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . 361 Tableau TA.3 : Consommation d’alcool (femmes). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 363 Tableau TA.3M : Consommation d’alcool (hommes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 365 Annexes Tableau SD.1 : Définition des domaines d’étude et des strates . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 368 Tableau SD.2 : Taille minimum requise pour l’échantillon des ménages par département. . . . . . . . . . . . . . . . . 369 Tableau SD.3 : Répartition des échantillons des grappes et des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 370 Tableau SD.4 : Structures de la base de sondage et de l’échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 370 Tableau SE.1 : Indicateurs sélectionnés pour les calculs des erreurs d’échantillonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 377 Tableau SE.2 : Erreurs d’échantillonnage : échantillon national . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 378 Tableau SE.3 : Erreurs d’échantillonnage : zones urbaines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 379 Tableau SE.4 : Erreurs d’échantillonnage : zones rurales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 380 Tableau SE.5 : Erreurs d’échantillonnage : département de l’Alibori . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 381 Tableau SE.6 : Erreurs d’échantillonnage : département de l’Atacora . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 382 Tableau SE.7 : Erreurs d’échantillonnage : département de l’Atlantique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 383 Tableau SE.8 : Erreurs d’échantillonnage : département du Borgou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 384 22MICS Tableau SE.9 : Erreurs d’échantillonnage : département des Collines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 385 Tableau SE.10 : Erreurs d’échantillonnage : département du Couffo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 386 Tableau SE.11 : Erreurs d’échantillonnage : département de la Donga . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 387 Tableau SE.12 : Erreurs d’échantillonnage : département du Littoral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 388 Tableau SE.13 : Erreurs d’échantillonnage : département du Mono . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 389 Tableau SE.14 : Erreurs d’échantillonnage : département de l’Ouémé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 390 Tableau SE.15 : Erreurs d’échantillonnage : département du Plateau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 391 Tableau SE.16 : Erreurs d’échantillonnage : département du Zou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 392 Tableau SE.17 : Erreurs d’échantillonnage : quintile le plus pauvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 393 Tableau SE.18 : Erreurs d’échantillonnage : deuxième quintile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 394 Tableau SE.19 : Erreurs d’échantillonnage : quintile moyen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 395 Tableau SE.20 : Erreurs d’échantillonnage : quatrième quintile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 396 Tableau SE.21 : Erreurs d’échantillonnage : quintile le plus riche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 397 Tableau DQ.1 : Distribution par âge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 398 Tableau DQ.2 : Distribution par âge des femmes éligibles et des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 399 Tableau DQ.3 : Distribution par âge des hommes éligibles et des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 404 Tableau DQ.4 : Distribution par âge des enfants dans les ménages et les questionnaires enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .400 Tableau DQ.5 : Rapportage de la date de naissance : population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 401 Tableau DQ.6 : Rapportage sur la date de naissance et l’âge : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 402 Tableau DQ.7 : Rapportage sur la date de naissance et l’âge : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 402 Tableau DQ.8 : Rapportage sur la date de naissance et l’âge : enfants moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 403 Tableau DQ.9 : Informations sur la date de naissance : enfants, adolescents et jeunes gens…………. . . . . . . . 403 Tableau DQ.10 : Rapportage de la date de naissance : premières et dernières naissances . . . . . . . . . . . . . . . . 404 Tableau DQ.11 : Complétude des informations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 405 Tableau DQ.12 : Complétude de l’information pour les indicateurs anthropométriques : insuffisance pondérale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 406 Tableau DQ.13 : Complétude de l’information pour les indicateurs anthropométriques : retard de croissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 406 Tableau DQ.14 : Complétude de l’information pour les indicateurs anthropométriques : émaciation . . . . . . . 406 Tableau DQ.15 : Entassement dans les mesures anthropométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 407 Tableau DQ.16 : Observation des certificats de naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 408 Tableau DQ.17 : Observation des carnets de vaccinations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 409 Tableau DQ.18 : Observation des carnets de santé des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 410 Tableau DQ.19 : Observation des moustiquaires et des lieux de lavages des mains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 411 Tableau DQ.20 : Présence de la mère dans le ménage et personne enquêtée pour le questionnaire enfant de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 411 Tableau DQ.21 : Fréquentation scolaire par année d’âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 412 TABLE DES MATIÈRES BÉNIN 2014 23 MICS Tableau DQ.22 : Ratio par sexe à la naissance parmi les enfants nés vivants et les survivants . . . . . . . . . . . . . 413 Tableau DQ.23 : Naissances par périodes précédant l’enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 413 Tableau DQ.24 : Rapportage de l’âge au décès en jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 414 Tableau DQ.25 : Rapportage de l’âge au décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 414 Tableau DQ.26 : Complétude de l’information sur les fratries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 415 Tableau DQ.27 : Taille des fratries et ratio par sexe des fratries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 415 Liste des graphiques Graphique 1 : Calendrier pluviométrique et agricole au Bénin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Graphique HH.1 : Répartition par âge et par sexe de la population des ménages, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . 63 Graphique HH.2 : Carte des quintiles « plus pauvre » et « plus riche » du bien-être des ménages, Bénin, 2014 . .74 Graphique HH.3 : Carte de la nature d’occupation des femmes, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Graphique CM.1 : Mortalité de la petite enfance, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Graphique CM.2 : Mortalité des enfants de moins de 5 ans par milieu de résidence et département, Bénin, 2014 . 83 Graphique NU.1 : Carte illustrant les enfants de moins de 5 ans présentant une insuffisance pondérale par département, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Graphique NU.2 : Enfants de moins de 5 ans présentant une insuffisance pondérale, un retard de croissance et une émaciation (modéré(e) et grave), Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Graphique NU.3 : Initiation à l’allaitement, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Graphique NU.4 : Évolution de l’alimentation du nourrisson selon l’âge, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 Graphique NU.5 : Consommation de sel iodé, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Graphique CH.1 : Vaccinations avant l’âge de 12 mois, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Graphique CH.2 : Enfants de moins de 5 ans souffrant de diarrhée et ayant reçu des SRO ou des liquides-maison recommandés, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Graphique CH.3 : Enfants de moins de 5 ans souffrant de diarrhée et ayant reçu une thérapie par réhydratation orale (TRO) et une alimentation continue, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Graphique CH.4 : Pourcentage de population des ménages ayant accès à une MII à domicile, Bénin, 2014 . . . 143 Graphique WS.1 : Répartition en pourcentage des populations par accès à une source d’eau de boisson, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 Graphique WS.2 : Répartition en pourcentage des membres des ménages selon l’utilisation et le partage des installations d’assainissement, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 Graphique WS.3 : Utilisation de sources d’eau de boisson améliorées et d’installations sanitaires améliorées selon les quintiles de bien-être économique, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 Graphique WS.3a : Carte de la répartition en pourcentage de la population par accès à une source d’eau de boisson, ou défécation à l’air libre ou utilisant à la fois les sources d’eau de boisson et des toilettes améliorées, par département, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 Graphique RH.1 : Taux de fécondité par âge selon le milieu de résidence, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194 Graphique RH.2 : Différences dans l’utilisation des contraceptifs, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200 Graphique RH.3 : Personne assistant l’accouchement, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214 24MICS Graphique ED.1 : Indicateurs d’instruction selon le sexe, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 264 Graphique CP.1 : Enfants de moins de 5 ans dont la naissance est enregistrée, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . 271 Graphique CP.2 : Méthodes disciplinaires envers les enfants âgés de 1-14 ans, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . 279 Graphique CP.3 : Mariage des enfants chez les femmes, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 286 Graphique HA.1 : Femmes et hommes ayant une connaissance approfondie de la transmission du VIH, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 307 Graphique HA.2 : Attitudes bienveillantes envers les personnes vivant avec VIH/SIDA, Bénin, 2014 . . . . . . . 313 Graphique HA.3 : Comportements sexuels augmentant le risque d’infection au VIH, jeunes âgés de 15-24 ans, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 329 Graphique TA.1 : Fumeurs passés et actuels, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 359 Annexes : Graphique DQ.1 : Population des ménages par années d’âge, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 399 Graphique DQ.2 : Mesures du poids et de la taille selon la valeur de la décimale, Bénin, 2014 . . . . . . . . . . . . 407 Liste des abréviations TABLE DES MATIÈRES BCG Bacille Calmette et Guérin (vaccination antituberculeuse) CDE Convention relative aux droits de l’enfant CI Carence en iode CPN Consultation prénatale CRC Comité sur les droits de l’enfant/Commetee on Righ for Child CSPro Système de recensement et de traitement d’enquête DIU Dispositif intra-utérin DNUA Décennie des Nations unies pour l’alphabétisation DTC Diphtérie tétanos coqueluche DTCoq Diphtérie tétanos coqueluche EPN Examen post-natal EPT Éducation pour tous GAPPD Plan d’action mondial pour la prévention et la lutte contre la pneumonie et la diarrhée GMAP Plan d’action mondial contre le paludisme GPL Gaz de pétrole liquéfié HepB Hépatite B Hib Haemophilus influenzae B IDJE Indice de développement du jeune enfant IPS Indice de parité entre les sexes IRA Infection respiratoire aiguë ISF Indice synthétique de fécondité IST Infections sexuellement transmissibles BÉNIN 2014 25 MICS JMP Joing Monitoring Programme JNV Journée nationale de vaccination LIFE l’Initiative de l’UNESCO Savoir pour pouvoir MAMA Méthode de l’allaitement maternel et de l’aménorrhée MGF/E Mutilation génitale féminine/excision MICS Enquête par grappes à indicateurs multiples/Multiple Indicator Cluster Survey MII Moustiquaire imprégnée d’insecticide MIILDA Moustiquaire imprégnée d’insecticide à longue durée d’action MN Mortalité néonatale OMD Objectifs du Millénaire pour le développement OMS Organisation Mondiale de la Santé PDDSE Plan décennal de développement du secteur de l’éducation PENTA Diphtérie + tétanos + coqueluche + hépatite B + haemophilus influenza B PEV Programme élargi de vaccination PID Pulvérisation intra-domiciliaire PNN Mortalité post-néonatale PPM Parties par million QI Quotient intellectuel RGPH Recensement général de la population et de l’habitation SCRP Stratégie de croissance pour la réduction de la pauvreté SD Standard Deviation (écart-type) SIDA Syndrome de l’immunodéficience acquise SNIGS Système national d’information et de gestion sanitaires SPSS Statistical Package for Social Sciences SRO Sels de réhydratation orale TBN Taux brut de natalité TCI Troubles dus à la carence en iode TFA Taux de fécondité par âge TFG Taux de fécondité général TMM5 Taux de mortalité infanto-juvénile TNS Taux net de scolarisation TPI/SP Traitement préventif Intermittent par la sulfadoxine-pyriméthamine TRO Thérapie de réhydratation orale UNESCO Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture UNICEF Fonds des Nations unies pour l’enfance VAA Vaccin anti-amaril VAR Vaccin anti-rougeoleux VAT Vaccin anti-tétanique VIH Virus de l’immunodéficience humaine VPO Vaccin polio oral 26MICSBÉNIN BÉNIN 2014 27 MICS PRÉFACE L’Institut national de la statistique et de l’analyse économique (INSAE) a réalisé avec succès, de juin à septembre 2014, le round 5 de l’enquête par grappes à indicateurs multiples (MICS) avec l’appui technique et financier de l’UNICEF. Grâce à cette première édition de la MICS, le Bénin dispose d’indicateurs fiables et actualisés sur la fécondité, la planification familiale, la mortalité des enfants, la santé maternelle et infantile, l’état nutritionnel des enfants, le développement du jeune enfant, la protection de l’enfant ainsi que sur le comportement sexuel et le VIH/SIDA, indispensables à la mise en place de politiques et de programmes, et plus particulièrement au rapport 2015 des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), à l’élaboration de la quatrième génération de la Stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté (SCRP4) et à la production de données de référence pour l’agenda post-2015. Ces informations sont fournies pour l’ensemble du pays et pour chacun de ses douze départements. Les résultats de cette enquête ont permis d’évaluer la situation des enfants et des femmes, et d’identifier les disparités afin de permettre l’élaboration de politiques s’appuyant sur des faits et visant l’inclusion sociale des personnes les plus vulnérables. Le Gouvernement par ma voix attachera un grand prix aux résultats de cette enquête qui aideront à coup sûr à concevoir des stratégies idoines pour favoriser une réduction des inégalités. Ce rapport permet de mieux cerner les défis sociodémographiques auxquels le pays reste confronté et qu’il faudra relever, notamment un niveau de mortalité des moins de 5 ans encore préoccupant quoique en baisse, un taux élevé de malnutrition chez les enfants des départements de l’Alibori, de l’Atacora et du Borgou, un niveau élevé des besoins non satisfaits en matière de planification familiale. Je tiens à féliciter le Directeur général de l’INSAE et son équipe pour le professionnalisme remarquable dans l’aboutissement de cette enquête, par leurs expériences dans l’utilisation du système CAPI pour la collecte. Le succès avec lequel l’INSAE a réalisé cette première édition de l’enquête MICS au Bénin confirme le leadership de cette structure et la nécessité de valoriser l’expertise nationale. Je voudrais adresser mes vifs remerciements à l’endroit de l’UNICEF pour son appui technique, logistique et financier à toutes les étapes de la réalisation de cette enquête. Je voudrais également remercier le Bureau international du travail (BIT) pour sa contribution. J’adresse enfin mes remerciements aux équipes de terrain pour leur dévouement et leur professionnalisme, aux structures décentralisées, aux autorités locales et religieuses pour leur franche collaboration, aux organisations de la société civile ainsi qu’aux populations pour leur adhésion à cette enquête. Abdoulaye Bio Tchané Ministre d’Etat Chargé du Plan et du Développement 28MICSBÉNIN BÉNIN 2014 29 MICS AVANT-PROPOS Le programme MICS, lancé par l’UNICEF en 1995 pour aider les pays en développement avec un outil de sondage des ménages pour combler les lacunes en termes de données pour le suivi des progrès vers les objectifs de développement nationaux et mondiaux, fête en 2015 son 20e anniversaire. Depuis lors, 280 enquêtes MICS ont été réalisées dans 108 pays, faisant ainsi de MICS le plus grand programme mondial d’enquête auprès des ménages qui se focalise sur le bien-être des enfants. Ce 20e anniversaire coïncide avec la dernière année des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), et l’adoption des Objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030. Je suis heureux que le Bénin puisse achever sa première édition de l’enquête MICS dont les résultats serviront au suivi des progrès vers les objectifs nationaux et engagements internationaux visant à promouvoir le bien-être des enfants, y compris les ODD. L’enquête MICS Bénin 2014 a pour principal objectif de renseigner le niveau des indicateurs relatifs à la situation de la femme et de l’enfant dans les domaines de la santé, de la nutrition, de l’éducation, du développement de l’enfant, de la protection de l’enfant et du VIH/SIDA. Les résultats de cette enquête permettront de formuler des recommandations relatives aux changements programmatiques nécessaires pour améliorer les résultats et apporter une meilleure réponse aux besoins des enfants et des femmes au Bénin. Je saisis cette opportunité pour remercier le Ministre d’Etat Chargé du Plan et du Développement pour l’ensemble des moyens matériels, logistiques et humains déployés par l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique (INSAE) afin d’assurer la réussite de ce projet d’envergure. Grâce à son soutien et son leadership, les équipes de terrain et les cadres de l’INSAE ont pu accomplir leur mission dans les meilleures conditions possibles démontrant ainsi l’importance qu’il accorde à la production de statistiques fiables pour servir l’ensemble des secteurs sociaux au Bénin. Que tous ceux qui ont participé à la mise en œuvre de cette enquête – l’équipe technique MICS Bénin, le personnel d’enquête, les autorités locales et coutumières, les populations des grappes enquêtées – trouvent ici les remerciements de l’UNICEF à leur égard. Je voudrais également adresser mes sincères remerciements à Dr Anne Vincent, ancienne Représentante de l’UNICEF Bénin, pour son leadership et tout l’appui apporté à la réalisation de l’enquête MICS. Enfin, il importe de ne pas considérer la publication de ce rapport comme une fin en soi, mais plutôt comme le début d’un autre processus crucial mais passionnant d’exploitation des données du MICS. En effet, le MICS Bénin constitue une mine d’informations riches et diversifiées sur plusieurs domaines de la vie sociale dont la désagrégation selon le milieu de résidence, le genre, le niveau de richesse des ménages, l’âge, le niveau d’instruction des individus permettra d’œuvrer pour la promesse de l’équité en suivant son évolution. Dr Claudes KAMENGA Représentant résident de l’UNICEF au Bénin 30MICSBÉNIN BÉNIN 2014 31 MICS REMERCIEMENTS La première édition de l’enquête par grappes à indicateurs multiples (MICS) a été réalisée de juillet à septembre 2014 par l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique (INSAE) avec l’appui technique, logistique et financier de l’UNICEF. Cette enquête figure d’ores et déjà dans le dispositif permanent d’enquête auprès des ménages, pour le suivre et évaluer les progrès dans les programmes de population et de santé en complément de l’Enquête démographique et de santé. Nos remerciements s’adressent d’abord à l’UNICEF, à travers son management au Bénin, la section Politiques sociales, planification, suivi et évaluation et les autres sections, son Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre à Dakar ainsi que le Siège à New York qui ont fortement appuyé la réalisation de cette enquête au Bénin avec l’utilisation du CAPI pour la collecte des données. L’enquête a bénéficié de la collaboration technique des personnes ressources des différentes directions du Ministère de la Santé, notamment l’Agence nationale de la vaccination (ANV), la Direction de la programmation et de la prospective (DPP), la Direction de la santé de la mère et de l’enfant (DSME), le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) et le Programme multisectoriel de lutte contre le sida (PMLS). Nous adressons nos remerciements à l’ensemble de ces structures. Nos sincères remerciements à l’endroit de Messieurs Julien AMEGANDJIN, Étienne KOUTON et Ghislain MBEP pour leur appui technique à toutes les phases du processus de réalisation de l’enquête MICS. Notre profonde gratitude et notre reconnaissance à l’égard des populations des localités enquêtées ainsi qu’aux autorités administratives, locales, coutumières et religieuses pour l’accueil chaleureux qu’elles ont réservé au personnel de terrain. Enfin, nous adressons nos félicitations au personnel de terrain, aux chefs d’équipe, aux éditeurs et aux superviseurs pour leur professionnalisme, leur dévouement et leur endurance afin de faire de cette opération un succès. Nous ne saurions oublier l’expertise et le dévouement de l’équipe de l’INSAE qui s’est remarquablement mobilisée pour assurer une réussite à cette enquête, aussi bien du point de vue technique, logistique qu’administratif et financier. Alexandre S. BIAOU Directeur général de l’INSAE 32MICSBÉNIN BÉNIN 2014 33 MICS RÉSUMÉ ANALYTIQUE COUVERTURE DE L’ÉCHANTILLON ET CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES RÉPONDANT(E)S La première enquête MICS réalisée au Bénin montre que sur les 14 606 ménages sélectionnés, 14 208 ont été retrouvés et 99 pour cent des ménages retrouvés ont été interrogés avec succès. Dans les ménages interrogés, 16 348 femmes (15-49 ans), 4 577 hommes (15-49 ans) et 12 362 enfants de moins de 5 ans ont été enregistrés. Les taux de réponse des individus répertoriés sont estimés à 97 pour cent pour les femmes, 96 pour cent pour les hommes et 99 pour cent pour les enfants. Par rapport au niveau d’instruction, la moitié des chefs de ménages (50 pour cent) n’ont aucune instruction et les femmes sont en général moins instruites que les hommes. Concernant les conditions de vie des ménages, les résultats de l’enquête MICS 2014 indiquent que le milieu urbain enregistre une proportion relativement importante (41 pour cent) de ménages se trouvant dans le quintile de bien- être le plus riche et 13 pour cent dans le quintile le plus pauvre. En revanche, 3 pour cent des ménages sont dans le quintile le plus riche contre 26 pour cent dans le quintile le plus pauvre en milieu rural. La radio et le téléphone portable apparaissent comme les biens le plus possédés par les ménages (59 pour cent des ménages pour la radio et 81 pour cent des ménages pour le téléphone portable). Plus de la moitié (56 pour cent) des ménages possède de la terre agricole, avec une propension plus forte en milieu rural (74 pour cent en milieu rural contre 37 pour cent en milieu urbain). Les résultats de ce tableau indiquent que trois femmes sur quatre (75 pour cent) étaient occupées au moment de l’enquête (69 pour cent en milieu urbain contre 81 pour cent en milieu rural). En milieu urbain, les femmes occupées travaillent essentiellement dans le commerce et la restauration (56 pour cent), les autres services (16 pour cent) et l’agriculture (15 pour cent). En revanche, en milieu rural, les femmes travaillaient principalement dans l’agriculture (54 pour cent) et dans une moindre mesure le commerce (32 pour cent). L’enquête révèle que très peu de ménages (3 pour cent) ont participé à un programme à haute intensité de main- d’œuvre ; cette initiative est plus marquée dans une proportion relativement importante dans les départements des Collines (13 pour cent) et du Plateau (10 pour cent). Par ailleurs, une faible proportion de ménages a bénéficié des initiatives sociales telles que le Programme de transferts en espèces (2 pour cent des ménages) et les programmes de microcrédits aux plus pauvres (7 pour cent des ménages). Les ménages ayant reçu des fonds de l’étranger représentent globalement 5 pour cent des ménages. MORTALITÉ DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS Au niveau national, le risque de décéder avant son premier anniversaire (mortalité infantile) a été estimé à 67 pour mille et est plus élevé dans les départements du Plateau (95 pour mille) et du Zou (84 pour mille) ainsi que chez les enfants dont les mères n’ont aucun niveau d’instruction (74 pour mille). Pour toutes les composantes de la mortalité des enfants, les enfants de sexe masculin présentent un risque de mortalité plus élevé que celui des enfants de sexe féminin : le risque est plus élevé pour la composante néonatale. Entre la naissance et le cinquième anniversaire, le risque de mortalité a été estimé à 115 pour mille. Ce risque est très élevé chez les enfants nés moins de deux ans après la naissance précédente (211 pour mille). Durant les quinze dernières années, il y a eu une baisse de la mortalité infantile, surtout la composante néonatale (42 pour mille sur la période 10-14 années précédant l’enquête à 38 pour mille au cours des cinq années précédant l’enquête). 34MICS NUTRITION Insuffisance pondérale à la naissance Poids à la naissance : plus de trois nourrissons sur quatre (76 pour cent) ont été pesés à la naissance et un peu plus d’un enfant sur dix (13 pour cent) sont estimés peser moins de 2 500 g. État nutritionnel des enfants Insuffisance pondérale : près d’un enfant de moins de 5 ans sur cinq au Bénin présente une insuffisance pondérale (18 pour cent). Cette prévalence est plus prononcée en milieu rural (20 pour cent) qu’en milieu urbain (16 pour cent) et plus dans les départements de l’Alibori (30 pour cent), de l’Atacora (24 pour cent) et du Borgou (23 pour cent). Les enfants dont les mères ont suivi l’enseignement secondaire 2 ou plus sont moins affectés par l’insuffisance pondérale (8 pour cent) par rapport aux enfants de mères non scolarisées (20 pour cent). De même, l’insuffisance pondérale diminue selon le niveau socio-économique du ménage passant de 26 pour cent pour les enfants des ménages les plus pauvres à 10 pour cent pour ceux appartenant aux ménages les plus riches. Malnutrition chronique : un peu plus de trois enfants de moins de 5 ans sur dix (34 pour cent) souffrent de malnutrition chronique et 1 enfant du même âge sur dix (12 pour cent) en souffre de façon sévère. Il est à noter que le pourcentage des enfants souffrant du retard de croissance est plus élevé en milieu rural (38 pour cent) qu’en milieu urbain (29 pour cent) ; chez les garçons (36 pour cent) que chez les filles (32 pour cent). Les départements du Borgou (41 pour cent) et de l’Alibori (40 pour cent) sont plus touchés par le retard de croissance où plus de quatre enfants sur dix en souffrent. Émaciation : au Bénin, 5 pour cent des enfants âgés de moins de 5 ans sont émaciés ou souffrent de la malnutrition aiguë globale, et seulement 1 pour cent sous sa forme sévère. La prévalence de la malnutrition aiguë globale varie entre 2 pour cent et 10 pour cent dans les départements. Le département de l’Alibori présente la plus forte prévalence (10 pour cent). Deux pour cent d’enfants sont en surpoids ou trop lourds pour leur taille lorsque l’on considère les enfants dont le rapport poids/taille est au-dessus de 2 écarts-types des normes OMS. Ces enfants présentant une surcharge pondérale sont plus nombreux dans le département du Plateau (3 pour cent). C’est le département de l’Alibori qui affiche la prévalence de surcharge pondérale la plus faible (moins de 1 pour cent) État œdémateux : au plan national, très peu d’enfants de moins de 5 ans présentent un état œdémateux ; seulement environ 1 pour cent des enfants en souffre. Allaitement et alimentation des enfants Dans l’ensemble, la quasi-totalité des enfants (97 pour cent) ont été allaités au sein. Ce pourcentage est élevé quelle que soit la catégorie sociodémographique de l’enfant ou de la mère. On note également que 22 pour cent des bébés nés au cours des deux dernières années ont reçu une nourriture pré-lactée dans les premiers jours de leur vie. Par ailleurs, près d’un enfant sur deux (47 pour cent) est mis au sein moins d’une heure après sa naissance. Ce taux est beaucoup plus faible dans les départements du Plateau (30 pour cent) et des Collines (31 pour cent). La durée médiane de l’allaitement des enfants est de 21 mois pour tout allaitement maternel, environ 2 mois pour l’allaitement exclusif, et 5 mois pour l’allaitement prédominant. L’allaitement au biberon est peu répandu au Bénin. Onze pour cent des nourrissons de moins de 2 ans sont nourris à l’aide d’un biberon avec une tétine. Ce phénomène est plus courant en milieu urbain (16 pour cent) qu’en milieu rural (7 pour cent) et est beaucoup plus pratiqué par les ménages les plus riches (25 pour cent) que les plus pauvres (5 pour cent). Iodation du sel Un peu plus d’un ménage sur quatre (26 pour cent) ne consomme pas de sel iodé et seulement 39 pour cent utilisent du sel avec le taux d’iodation requis (≥ 15 PPM). Quarante-quatre pour cent des ménages en milieu rural utilisent du sel adéquatement iodé contre 33 pour cent pour ceux vivant en milieu urbain. RÉSUMÉ ANALYTIQUE BÉNIN 2014 35 MICS SANTÉ DE L’ENFANT Vaccination La couverture vaccinale des enfants a connu une amélioration au fil des années car 35 pour cent des enfants de 24- 35 mois sont complètement vaccinés avant leur 1er anniversaire contre 42 pour cent de ceux âgés de 12-23 mois. Environ 62 pour cent des enfants âgés de 12-23 mois ont reçu la troisième dose du vaccin contre la poliomyélite et 71 pour cent la troisième dose de Penta avant leur premier anniversaire. Près de neuf enfants sur dix ont été vaccinés contre la tuberculose alors que 64 pour cent l’ont été contre la rougeole. Protection contre le tétanos néonatal Sept femmes sur dix de 15 à 49 ans, ayant eu une naissance vivante au cours des deux années précédant l’enquête, sont protégées contre le tétanos néonatal. Ces femmes sont plus nombreuses dans les ménages les plus riches (77 pour cent) que ceux les plus pauvres (56 pour cent). Diarrhée Pendant les deux semaines ayant précédé l’enquête, 10 pour cent des enfants de moins de 5 ans ont souffert de la diarrhée. Durant cet épisode, dans 28 pour cent des cas, les conseils ou traitements ont été recherchés alors que pour 48 pour cent des cas, aucun conseil ou traitement n’a été recherché. Seulement 18 pour cent ont reçu davantage de liquides et 6 pour cent plus d’aliments au cours de l’épisode diarrhéique. Globalement, pendant la diarrhée, 33 pour cent des enfants ont reçu la thérapie de réhydratation orale (TRO) avec poursuite de l’alimentation. Par ailleurs, le niveau d’instruction de la mère influence le traitement à base de SRO et zinc chez les enfants de moins de 5 ans souffrant de diarrhée. IRA et utilisation de combustibles solides Dans l’ensemble, 3 pour cent d’enfants de moins de 5 ans ont été suspectés d’infection respiratoire aiguë (IRA) au cours des deux semaines ayant précédé l’enquête. Pour 23 pour cent d’entre eux, des soins ont été recherchés auprès d’un établissement de santé ou d’un prestataire de santé. Parmi les enfants suspectés d’IRA, seulement 16 pour cent ont reçu des antibiotiques. Par ailleurs, environ une mère sur quatre connaît les deux signes d’alerte de la pneumonie. L’utilisation des combustibles solides est très fréquente dans les ménages du Bénin. Environ 96 pour cent des membres des ménages utilisent principalement des combustibles solides pour la cuisine dont 70 pour cent du bois et 24 pour cent du charbon de bois. Fièvre/paludisme Dans l’ensemble, 23 pour cent d’enfants de 0-59 mois ont eu de la fièvre au cours des deux semaines précédant l’enquête. Pour 44 pour cent des cas, des conseils ont été recherchés auprès d’un établissement ou d’un prestataire de santé et 28 pour cent ont été traités par la prise d’un antipaludéen quelconque. L’antipaludéen le plus utilisé est la quinine (10 pour cent). Seulement 3 pour cent d’enfants fiévreux ont reçu une combinaison de thérapie à base d’artémisinine (CTA). En matière de prévention du paludisme, on note que 75 pour cent des ménages disposent d’au moins une moustiquaire imprégnée d’insecticide (MII). On note également que 73 pour cent d’enfants de moins de 5 ans et 47 pour cent de femmes enceintes ont dormi sous une MII la nuit précédant l’enquête. La proportion de femmes enceintes qui a bénéficié du traitement préventif intermittent pour le paludisme (SP/Fansidar trois fois ou plus) au cours de la dernière grossesse est de 13 pour cent. 36MICS EAU ET ASSAINISSEMENT Utilisation des sources d’eau améliorées Au Bénin, près de 3 ménages sur 4 (72 pour cent) boivent de l’eau issue d’une source améliorée. Cette utilisation est différentielle : 77 pour cent de ménages urbains contre 68 pour cent de ménages ruraux, 88 pour cent des ménages dont les chefs ont un niveau secondaire 2 ou plus contre 67 pour cent pour les sans instruction et 93 pour cent des ménages les plus riches contre 55 pour cent des ménages les plus pauvres. Traitement de l’eau par les ménages Parmi les ménages qui n’ont pas accès à une source améliorée d’eau potable, seulement 12 pour cent utilisent une quelconque méthode appropriée de traitement de l’eau, soit 20 pour cent en milieu urbain et 7 pour cent en milieu rural. Les ménages utilisant l’eau de javel comme méthode de traitement de l’eau représentent respectivement 10 pour cent et 4 pour cent en milieux urbain et rural. La grande majorité des ménages (92 pour cent) n’utilise aucune méthode pour traiter l’eau de boisson. Seulement six pour cent d’entre eux traitent l’eau de boisson en y ajoutant de l’eau de javel ou du chlore. Temps mis pour atteindre la source de boisson Au Bénin, un peu plus d’un ménage sur trois (35 pour cent) dispose sur place d’une source améliorée d’eau. Le temps mis pour accéder aux sources d’eau améliorées est lié au niveau d’instruction du chef de ménage : 70 pour cent des ménages dont le chef a un niveau d’instruction secondaire ou plus disposent des sources sur place, contre 30 pour cent des ménages dont le chef a un niveau d’instruction moindre. Avec 29 pour cent, le département des Collines a la proportion de ménages qui consacrent 30 minutes ou plus par jour aux corvées d’eau la plus élevée. Type de toilettes Au niveau national, 58 pour cent des ménages défèquent à l’air libre (pas de toilettes, brousse, champs). Cette pratique est plus importante en milieu rural (77 pour cent) qu’en milieu urbain (36 pour cent). Cette pratique est relativement élevée dans tous les départements sauf le Littoral (8 pour cent). C’est le département de l’Alibori (80 pour cent) qui a la plus forte proportion de cette pratique. Échelles d’utilisation d’eau et de toilettes Seulement 11 pour cent de la population utilisent à la fois des sources d’eau de boisson améliorées et des toilettes améliorées non partagées. Les ménages urbains sont ceux qui utilisent plus les sources d’eau de boisson améliorées et des toilettes améliorées non partagées simultanément (20 pour cent des ménages en milieu urbain contre 4 pour cent en milieu rural). Évacuation des matières fécales de l’enfant Au niveau national, 28 pour cent d’enfants ont eu leurs matières fécales évacuées de façon hygiénique : 1 pour cent d’entre eux a utilisé des toilettes, tandis que pour les 27 pour cent autres, les selles sont jetées ou rincées dans les toilettes ou latrines. Selon le milieu de résidence, 47 pour cent d’enfants vivant en milieu urbain ont leurs selles évacuées de façon hygiénique contre 13 pour cent d’enfants vivant en milieu rural. La proportion d’enfants dont les matières fécales sont évacuées de façon adéquate est plus élevée chez les femmes qui ont atteint le niveau secondaire ou plus (77 pour cent) que chez celles qui sont sans instruction (18 pour cent) ou qui ont le niveau primaire (35 pour cent). Lavage des mains Au Bénin, seulement 11 pour cent des ménages disposant d’un lieu spécifique pour le lavage des mains ont été observés. Sur les 11 pour cent des ménages où un endroit pour le lavage des mains a été observé, 8 pour cent avaient à la fois de l’eau et du savon (ou un autre produit de nettoyage) sur le lieu spécifique. Dans 9 pour cent des ménages, seule l’eau était disponible à l’endroit spécifique, alors que dans 1 pour cent des ménages, à l’endroit spécifique, il n’y avait que du savon mais pas d’eau. RÉSUMÉ ANALYTIQUE BÉNIN 2014 37 MICS SANTÉ DE LA REPRODUCTION Fécondité Le taux de fécondité des femmes de 15-49 ans au Bénin pour les trois années précédant l’enquête MICS est estimé à 5,7 enfants par femme. La fécondité est nettement plus élevée en milieu rural (6,3 naissances par femme) qu’en milieu urbain (5,0 naissances par femme). La fécondité des adolescentes quant à elle diminue (149 à 16pour mille) avec l’augmentation de leur niveau d’instruction. Le plus faible taux de fécondité (39pour mille) des adolescentes est observé dans le département du Littoral constitué uniquement de la capitale économique du Bénin (Cotonou). Contraception L’utilisation actuelle de la contraception a été déclarée par 18 pour cent des femmes actuellement mariées ou en union. La méthode la plus populaire est la forme injectable qui est utilisée par environ une femme sur vingt-cinq mariées au Bénin (4 pour cent). Environ 21 pour cent des femmes mariées en milieu urbain et 16 pour cent en milieu rural utilisent une méthode de contraception. Le pourcentage de femmes mariées utilisant une méthode quelconque de contraception s’est accru de 15 pour cent chez celles non instruites à plus de 20 pour cent parmi celles du niveau supérieur. Par ailleurs, on note une variation de la pratique contraceptive selon l’indice de bien-être économique passant de 13 pour cent chez les plus pauvres à 24 pour cent chez les plus riches. Besoins non satisfaits Les besoins non satisfaits des femmes actuellement mariées ou en union sont estimés à 33 pour cent avec un écart entre la proportion des femmes ayant des besoins pour espacer les naissances et la proportion de celles ayant des besoins pour les limiter (21 pour cent contre 12 pour cent). Soins prénatals Parmi les deux dernières naissances vivantes survenues au cours des deux dernières années, 83 pour cent des femmes de 15-49 ans ont fait l’objet d’une consultation prénatale auprès d’un personnel de santé qualifié (médecins, infirmières ou sages-femmes). Plus de la moitié des femmes de 15-49 ans (59 pour cent) ont effectué au moins quatre visites prénatales comme le recommandent l’Organisation Mondiale de la Santé et l’UNICEF. L’analyse selon le niveau d’instruction nous révèle que les femmes qui n’ont aucune instruction (78 pour cent) perçoivent moins la nécessité de recevoir les soins prénatals que les femmes instruites (plus de 90 pour cent). Assistance à l’accouchement Près de 77 pour cent des accouchements ayant eu lieu au cours des deux années précédant l’enquête ont été assistés par un personnel qualifié. Ce pourcentage varie de 42 pour cent dans le Borgou à 98 pour cent dans le Littoral. Plus une femme est instruite, plus elle est susceptible d’avoir accouché avec l’assistance d’un personnel qualifié. Soins post-natals Dans l’ensemble, 78 pour cent des nouveau-nés bénéficient d’un examen de santé après la naissance dans un établissement de santé ou à domicile. Les nouveau-nés issus de femmes âgées de moins de 20 ans ont le taux le plus élevé d’absence de visites de soins post-natals. Les nouveau-nés urbains sont beaucoup plus susceptibles de bénéficier d’un examen de santé, à la fois après la naissance (82 pour cent) et au total, y compris les visites de soins de santé post-natals (84 pour cent), que leurs homologues en milieu rural (74 pour cent et 78 pour cent respectivement). Plus de trois quarts des premières visites de soins post-natals 38MICS RÉSUMÉ ANALYTIQUE pour les nouveau-nés se produisent dans un établissement public. Plus de quatre premières visites de soins post-natals sur cinq pour les nouveau-nés sont effectuées soit par un médecin, une infirmière, une sage-femme ou une accoucheuse traditionnelle au Bénin. La répartition urbaine/rurale montre que les nouveau-nés en milieu urbain sont plus assistés par les médecins/sages-femmes/infirmiers pour leur première visite que ceux du milieu rural (89 pour cent contre 79 pour cent). Soixante-seize pour cent des mères font un examen de santé après la naissance dans un établissement de santé ou à domicile. Ce pourcentage varie de 89 pour cent et 88 pour cent dans le Littoral et les Collines à 68 pour cent et 54 pour cent respectivement dans les départements du Borgou et de l’Alibori. Dans l’ensemble, 70 pour cent des premières visites de soins post-natals ont lieu dans un établissement public. Les femmes des ménages les plus pauvres ont fait leur première visite de soins post-natals majoritairement dans un établissement public (78 pour cent) contre 55 pour cent pour les ménages les plus riches, tandis que les femmes des ménages les plus riches fréquentent plus les structures privées (32 pour cent) contre 0 pour cent pour les femmes des ménages les plus pauvres. L’analyse selon le département montre une variation de 87 pour cent dans les Collines à 52 pour cent dans le Borgou. Mortalité adulte Les taux globaux de mortalité chez les adultes de 15-49 ans sont estimés à 4,0 pour 1 000 habitants dans le cas des hommes, et à 2,9 pour 1 000 habitants chez les femmes. Décès maternels Entre 2007 et 2014 le taux de mortalité maternelle, qui est le nombre annuel de décès maternels pour 1 000 femmes de 15-49 ans, s’est établi à 0,65 pour mille. En d’autres termes, environ 1 femme sur 4 décédée au cours des sept années précédant l’enquête, l’est par suite de grossesse ou de causes liées à la grossesse. Le ratio de mortalité maternelle pour le Bénin au titre de la période 2007-2014 est estimé à 347 décès pour 100 000 naissances vivantes. DÉVELOPPEMENT DU JEUNE ENFANT Éducation de la petite enfance Au Bénin, seulement 13 pour cent des enfants âgés de 36-59 mois participent à un programme d’éducation organisé de la petite enfance. Les proportions les plus élevées sont enregistrées dans le Littoral (40 pour cent), dans les milieux urbains (21 pour cent), chez les mères les plus instruites (64 pour cent) et dans les ménages les plus riches (38 pour cent). Qualité des soins En moyenne, trois enfants âgés de 36-59 mois sur dix (28 pour cent) bénéficient du soutien d’un membre adulte du ménage dans au moins quatre activités favorisant l’apprentissage et la préparation à l’école. L’engagement des adultes dans des activités avec les enfants est plus remarqué dans le Littoral (49 pour cent) et plus faible dans l’Atacora (8 pour cent). Cependant, les enfants des milieux urbains (34 pour cent) sont plus soutenus par les adultes dans ces activités comparativement aux enfants vivant dans les zones rurales (23 pour cent). Bien que 79 pour cent des enfants âgés de 36-59 mois vivent avec leur père biologique, seulement 5 pour cent des pères participent à ces activités. Par ailleurs, un peu plus de 1 pour cent d’enfants de moins 5 ans possédaient au moins trois livres au moment de l’enquête. La possession de 10 livres ou plus est un événement très rare. Les résultats montrent aussi que, dans l’ensemble, 48 pour cent de ces enfants s’amusaient avec 2 ou plusieurs jouets au moment de l’enquête. Parmi eux, environ 70 pour cent avaient joué avec des objets et matériaux trouvés à l’extérieur du ménage. Les enfants de moins de 5 ans (34 pour cent) sont souvent laissés sous une garde inadéquate. Ce comportement est plus courant chez les enfants dont les mères n’ont reçu aucune instruction (36 pour cent). BÉNIN 2014 39 MICS État de développement de l’enfant Suivant l’indice de développement du jeune enfant (IDJE), un peu plus de 61 pour cent des enfants âgés de 36-59 mois sont en bonne voie de développement au plan national. Mais l’IDJE est plus élevé chez les enfants vivant dans le Littoral (72 pour cent) et chez ceux vivant dans les milieux urbains (65 pour cent). De même, la fréquentation d’un établissement préscolaire et le bien-être économique favorisent le développement du jeune enfant. En effet, les enfants fréquentant un établissement préscolaire (73 pour cent), les enfants vivant dans les ménages les plus riches (72 pour cent) et ceux dont les mères sont les plus instruites (80 pour cent) ont un meilleur score de développement. ALPHABÉTISATION ET ÉDUCATION Alphabétisation des jeunes femmes et hommes Moins de la moitié des femmes âgées de 15-24 ans (44 pour cent) est alphabétisée, alors que parmi les hommes de cette même tranche d’âge, 60 pour cent sont alphabétisés. Les jeunes femmes vivant en milieu rural sont beaucoup moins alphabétisées (35 pour cent) que celles du milieu urbain (53 pour cent). Préparation à l’école Parmi les enfants qui sont en première année du primaire, seulement 20 pour cent ont suivi un enseignement préscolaire l’année précédente. La proportion d’enfants en première année d’école primaire dans le département du Littoral ayant fréquenté la maternelle l’année précédente est environ cinq fois plus élevée (42 pour cent) que celle de leurs semblables des départements de l’Alibori et de l’Atacora (8 pour cent). Fréquentation de l’école primaire et secondaire Parmi les enfants en âge d’entrer à l’école primaire, 52 pour cent sont entrés en classe 1. La plus grande valeur de cet indicateur est observée dans le département de l’Atlantique (68 pour cent) ; sa plus petite valeur est constatée dans le département du Borgou (31 pour cent). Le taux net de fréquentation scolaire du cycle primaire est de 75 pour cent au Bénin, dont 73 pour cent chez les filles et 77 pour cent chez les garçons, soit un indice de parité entre les sexes de 0,9. Les taux nets de fréquentation scolaire au primaire les plus faibles sont observés dans le département de l’Alibori, dans le milieu rural, chez les enfants âgés de 6 ans au début de l’année scolaire, chez les enfants des mères n’ayant aucune instruction ainsi que chez ceux vivant dans les ménages les plus pauvres. À l’école secondaire, les taux nets de fréquentation scolaire sont de 44 pour cent dans l’ensemble, 38 pour cent chez les filles et 50 pour cent chez les garçons, soit un indice de parité entre les sexes de 0,8. PROTECTION DE L’ENFANCE Enregistrement des naissances Le taux d’enregistrement des naissances est de 85 pour cent. Les plus grandes disparités s’observent selon le milieu de résidence (88 pour cent de naissances enregistrées en milieu urbain contre 82 pour cent en milieu rural) et selon le niveau de vie (69 pour cent d’enfants enregistrés dans les ménages les plus pauvres contre 96 pour cent dans ceux les plus riches). Travail des enfants D’après la méthodologie de l’enquête MICS, la proportion de garçons qui travaillent (54 pour cent) est plus élevée que celle des filles (51 pour cent). Plus spécifiquement, 42 pour cent des enfants de 5-11 ans sont impliqués dans des activités économiques, 34 pour cent et 10 pour cent sont âgés respectivement de 12-14 ans et 15-17 ans. 40MICS Discipline des enfants La majorité des enfants de 1-14 ans (91 pour cent) a été victime d’une forme quelconque de discipline violente durant le dernier mois ayant précédé l’enquête. Cependant, cette proportion augmente avec l’âge de l’enfant passant de 75 pour cent chez les enfants de 1-2 ans à 94 pour cent chez ceux de 5-14 ans. Mariage des enfants et polygamie Parmi les femmes de 20-49 ans, la proportion des filles mariées avant l’âge de 15 ans est de 10 pour cent et de 32 pour cent pour celles mariées avant 18 ans. Au moment de l’enquête, 16 pour cent des filles de 15-19 ans sont en union. Parmi celles de 15-49 ans mariées ou en union, quatre sur dix (41 pour cent) sont en mariage polygamique avec des variations selon le milieu de résidence (35 pour cent en milieu urbain contre 46 pour cent en milieu rural) et le niveau de vie (de 47 pour cent pour les ménages les plus pauvres et 28 pour cent pour ceux des ménages plus riches). Mutilation génitale féminine/excision Près d’une femme de 15-49 ans sur dix a subi une quelconque forme de mutilation génitale féminine contre pratiquement aucune fille de 0-14 ans (0 pour cent). En particulier cette proportion est maximale dans les départements du Borgou (38 pour cent) et de la Donga (37 pour cent). En outre, la pratique est plus répandue en milieu rural (13 pour cent) qu’en milieu urbain (5 pour cent) et évolue de 2 pour cent chez les femmes vivant dans les ménages les plus riches à 16 pour cent chez celles vivant dans les ménages les plus pauvres. Enfin, quant à l’arrêt de la pratique, la majorité des femmes y est favorable (86 pour cent). Attitudes envers la violence conjugale Un peu plus du tiers des femmes (36 pour cent) et un peu moins de deux hommes sur dix (17 pour cent) justifient le fait qu’un mari batte sa femme pour une raison quelconque. La proportion de femmes justifiant la violence conjugale est plus élevée en milieu rural (45 pour cent) qu’en milieu urbain (27 pour cent), et atteint son maximum dans le département du Couffo (78 pour cent). Modes de vie des enfants Deux tiers des enfants de 0-17 ans (67 pour cent) vivent avec leurs deux parents, 14 pour cent vivent uniquement avec leur mère et 7 pour cent avec le père seul. Les variations de proportions d’orphelins ne sont pas remarquables selon le département et le milieu de résidence. En revanche, cette proportion est de 17 pour cent chez les enfants vivant dans les ménages du quintile le plus riche et de 10 pour cent chez ceux vivant dans les ménages du quintile le plus pauvre. VIH/SIDA ET COMPORTEMENT SEXUEL Connaissance de la transmission du VIH Au Bénin, seulement 18 pour cent des femmes et 32 pour cent des hommes ont une connaissance approfondie de la transmission du VIH. Chez les jeunes de 15-24 ans, cette proportion s’établit à 22 pour cent pour les femmes et 31 pour cent pour les hommes. Concernant la connaissance de la transmission mère-enfant, il se dégage chez les 15-49 ans des proportions respectives de 80 pour cent parmi les femmes et 83 pour cent parmi les hommes. En revanche, chez les 15-24 ans, 57 pour cent des femmes et 49 pour cent des hommes connaissent les moyens de transmission mère-enfant du VIH. Les résultats révèlent également que 62 pour cent des femmes et 50 pour cent des hommes savent où se rendre pour se faire un test de dépistage. RÉSUMÉ ANALYTIQUE BÉNIN 2014 41 MICS Attitudes bienveillantes et lieu de dépistage La quasi-totalité des hommes (93 pour cent) et des femmes (91 pour cent) ayant entendu parler du SIDA ont exprimé au moins une attitude bienveillante à l’égard des personnes vivant avec le VIH et principalement la prise en charge d’un membre de la famille porteur du virus dans son propre ménage. Par rapport à la connaissance d’une structure pour le dépistage, 62 pour cent des femmes et 50 pour cent des hommes savaient où se faire dépister. Signalons que seulement 14 pour cent des femmes et 8 pour cent des hommes ont effectivement fait ce test au cours des 12 derniers mois et en connaissent le résultat. Comportement sexuel lié à la transmission du VIH Les hommes de 15-49 ans ont eu plus d’un partenaire sexuel au cours des 12 derniers mois avec une proportion de 23 pour cent contre 2 pour cent pour les femmes. Parmi ces personnes, seulement 27 pour cent des femmes et 23 pour cent des hommes déclarent avoir utilisé des préservatifs lors de leur dernier rapport. S’agissant des jeunes de 15-24 ans, les résultats révèlent que 4 pour cent des jeunes femmes et 17 pour cent des jeunes hommes ont eu des rapports sexuels avec plus d’un partenaire au cours des 12 derniers mois. De même, près de 21 pour cent des femmes âgées de 15-24 ans ont eu des rapports sexuels avec un homme âgé de 10 ans ou plus qu’elles. Parmi les jeunes de 15-24 ans ayant des rapports avec un partenaire non marital et non cohabitant, seulement 34 pour cent des femmes et 44 pour cent des hommes ont utilisé un préservatif lors du dernier rapport sexuel. Orphelins Environ 1 pour cent des enfants de 10-14 ans au Bénin sont orphelins et 60 pour cent d’entre eux sont scolarisés, contre 76 pour cent des non-orphelins. Pour 100 enfants non-orphelins qui fréquentent l’école, 80 enfants orphelins jouissent de ce droit. Circoncision Au Bénin, la prévalence de la circoncision s’établit à 97 pour cent. Elle est beaucoup plus réalisée par des praticiens traditionnels (84 pour cent) que les professionnels de santé (15 pour cent) et se pratique habituellement à domicile (83 pour cent). ACCÈS AUX MÉDIAS ET UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION/COMMUNICATION Accès aux mass media Environ 46 pour cent des femmes et 27 pour cent des hommes âgés de 15-49 ans ne sont exposés à aucun média (journaux, radio et télévision) chaque semaine. Le pourcentage de femmes et d’hommes âgés de 15-49 ans qui sont exposés à n’importe quel média au moins une fois par semaine est respectivement de 54 pour cent et 73 pour cent. La radio est le média auquel les deux sexes sont le plus exposés au moins une fois par semaine (42 pour cent des femmes et 65 pour cent des hommes). Utilisation des technologies de l’information et de la communication Sept pour cent des jeunes femmes de 15-24 ans et 11 pour cent des jeunes hommes âgés de 15-24 ans ont utilisé un ordinateur au cours des 12 mois précédant l’enquête, tandis que 6 pour cent des jeunes femmes et 14 pour cent des jeunes hommes âgés de 15-24 ans ont utilisé Internet au cours des 12 derniers mois avant l’enquête. Il y a une forte relation, indépendamment du sexe, entre l’utilisation d’ordinateur avec chacune des variables : éducation, quintiles de richesse et milieu de résidence. La même relation s’observe pour l’utilisation d’Internet. 42MICS RÉSUMÉ ANALYTIQUE BIEN-ÊTRE SUBJECTIF Bien-être subjectif Dans l’ensemble, 77 pour cent des jeunes femmes de 15-24 ans et 75 pour cent des jeunes hommes âgés de 15-24 ans au Bénin sont satisfaits de leur vie. La proportion de jeunes femmes qui sont satisfaites de leur vie est plus élevée dans les zones urbaines (80 pour cent) que dans les zones rurales (75 pour cent). Parmi les individus vivant dans le quintile le plus pauvre, 41 pour cent des jeunes femmes et 35 pour cent des jeunes hommes pensent que leur vie s’est améliorée l’année dernière et s’attendent à ce que cela aille mieux au bout d’un an, tandis que les proportions correspondantes pour les jeunes femmes et hommes vivant dans les ménages du quintile le plus riche sont respectivement 60 pour cent et 64 pour cent. CONSOMMATION DE TABAC ET D’ALCOOL Consommation de tabac Au plan national, seulement 3 femmes sur 100 ont déclaré avoir consommé un produit à base de tabac. En moyenne, 7 femmes sur 100 de 40 à 49 ans consomment fréquemment un produit à base de tabac contre 3 femmes plus jeunes (15 à 39 ans). Au niveau départemental, sur 100 femmes, 12 ont reconnu avoir fumé dans l’Atacora contre environ 1 dans le Zou et l’Ouémé et 2 dans le Littoral. Au niveau national, environ 1 homme sur 4 a déclaré avoir fumé un produit à base de tabac. Le produit dérivé du tabac le plus consommé reste la cigarette avec 13 cas sur 24, soit un taux de 54 pour cent . Au niveau départemental, sur 100 hommes, environ 49 ont déjà fumé dans le Borgou tandis que seulement 4 se sont adonnés à cette pratique dans l’Ouémé. Par rapport au niveau d’instruction des hommes, le taux de consommation du tabac est 10 fois plus élevé chez les hommes sans instruction (11 pour cent) que chez ceux qui sont les plus instruits (1 pour cent). Consommation d’alcool Au plan national, 1 femme sur 2 n’a jamais bu une boisson à base d’alcool. Les femmes les plus âgées (45-49 ans) ont tendance à consommer plus d’alcool que celles des groupes d’âges plus jeunes (15-19 ans), soit respectivement 34 et 16 pour cent. Celles qui n’ont jamais consommé de boissons alcoolisées sont majoritaires au sein des femmes sans aucune instruction (57 pour cent). Au niveau départemental, la plus forte fréquence s’observe dans l’Atacora (45 pour cent) et la plus faible dans l’Alibori (2 pour cent). Suivant les tranches d’âges, un jeune homme de 15 à 24 ans sur quatre et un adulte sur cinq de 25 à 49 ans ont reconnu avoir bu au moins un verre d’alcool avant l’âge de 15 ans. En termes de bien-être économique, la fréquence de la consommation d’alcool est plus élevée dans les ménages les plus riches que dans les ménages les plus pauvres, soit respectivement 51 et 35 pour cent. De même, selon le milieu de résidence, la consommation d’alcool est plus fréquente en milieu urbain qu’en milieu rural, soit respectivement 47 et 40 pour cent. Au plan départemental, la plus forte fréquence de consommation des produits à base d’alcool s’observe dans le Couffo (61 pour cent) et la plus faible dans l’Alibori (5 pour cent). Comparaison femmes/hommes Le bien-être économique a une influence positive sur la consommation du tabac quel que soit le sexe. Ainsi, plus les personnes sont pauvres, plus elles ont tendance à consommer du tabac (7 femmes pauvres sur 100 pour 2 femmes riches sur 100, et 40 pour cent des hommes pauvres contre 5 pour cent d’hommes riches). La tendance inverse s’observe par rapport à la consommation d’alcool avec 31 pour cent des femmes les plus riches contre 23 pour cent des femmes les plus pauvres, et 51 pour cent d’hommes les plus riches contre 35 pour cent d’hommes les plus pauvres. BÉNIN 2014 43 MICSBÉNIN 44MICSBÉNIN BÉNIN 2014 45 MICS I. INTRODUCTION CONTEXTE Ce rapport est basé sur l’Enquête par grappes à indicateurs multiples (MICS) Bénin, menée en 2014 par l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique (INSAE). L’enquête fournit des données statistiquement fiables et comparables au niveau international, essentielles pour l’élaboration de politiques et de programmes fondés sur des évidences, et pour le suivi des progrès vers les objectifs nationaux et les engagements mondiaux. Au nombre de ces engagements mondiaux figurent ceux émanant de la Déclaration et du Plan d’action d’ « Un monde digne des enfants », les objectifs de la Session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations unies sur le VIH/SIDA, la Déclaration sur l’éducation pour tous et les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Contexte géographique et administratif La République du Bénin est un pays situé entièrement dans la zone intertropicale entre l’Équateur et le tropique du Cancer et couvre une superficie de 114 763 kilomètres carrés. Le pays est délimité au sud par l’océan Atlantique, à l’ouest par le Togo, au nord par le Burkina Faso et le Niger, et à l’est par le Nigeria. La seule région élevée, la chaîne de l’Atacora, est située dans le nord-ouest du pays. Un engagement à l’action : responsabilités en matière de reddition de comptes aux niveaux national et international Les gouvernements qui ont signé la Déclaration du Millénaire, la Déclaration et le Plan d’action d’ « Un monde digne des enfants » se sont également engagés à suivre les progrès réalisés vers les objectifs qu’ils contenaient : « Nous suivrons régulièrement au niveau national et, le cas échéant, au niveau régional et évaluerons les progrès vers les buts et objectifs du présent Plan d’action aux niveaux national, régional et mondial. En conséquence, nous renforcerons nos capacités statistiques nationales pour collecter, analyser et ventiler les données, notamment par sexe, âge et autres facteurs pertinents susceptibles d’entraîner des disparités, et soutenir un large éventail de la recherche axée sur l’enfant. Nous allons renforcer la coopération internationale pour soutenir les efforts de renforcement des capacités statistiques et renforcer la capacité des collectivités à assurer le suivi, l’évaluation et la planification » (« Un monde digne des enfants », paragraphe 60). « … Nous allons procéder à des examens périodiques aux niveaux national et infranational des progrès en vue de surmonter les obstacles de manière plus efficace et d’accélérer l’action… » (« Un monde digne des enfants », paragraphe 61). Le Plan d’action d’« Un monde digne des enfants » (paragraphe 61) appelle également à l’implication spécifique de l’UNICEF dans la préparation des rapports d’activité périodiques. « … En tant que principal organisme mondial consacré à l’enfance, le Fonds des Nations unies pour l’enfance est prié de continuer à préparer et diffuser, en étroite collaboration avec les gouvernements, les fonds pertinents, les programmes et organismes spécialisés du système des Nations unies et tous les autres acteurs concernés, le cas échéant, des informations sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la Déclaration et du Plan d’action. » De même, la Déclaration du Millénaire (paragraphe 31) demande des rapports périodiques sur les progrès accomplis : « … Nous demandons à l’Assemblée générale d’examiner régulièrement les progrès accomplis dans la mise en œuvre des dispositions de la présente Déclaration et prions le Secrétaire général de publier des rapports périodiques, pour examen par l’Assemblée générale et en tant que base de l’action. » 46MICS Le réseau hydrographique du Bénin s’appuie sur de nombreux fleuves appartenant à trois grands bassins : le bassin du Niger, le bassin de la Volta et le bassin côtier. La plupart de ces cours d’eau prennent leur source dans le massif de l’Atacora pour alimenter les trois bassins. Dans le bassin du Niger confluent trois fleuves : le Mékrou (410 km), l’Alibori (338 km) et la Sota (250 km). Dans celui de la Volta, la Pendjari (380 km) prend sa source dans l’Atacora et se jette dans la Volta au Ghana. Le bassin côtier, quant à lui, est arrosé par les fleuves Ouémé (510 km), Couffo (190 km) et Mono (500 km dont 100 km au Bénin). Les lacs et les lagunes leur servent de relais vers la mer. Tous ces fleuves, en dehors du Niger, ont un régime tropical avec une crue pendant la saison pluvieuse (juillet-octobre) et l’étiage vers la fin du mois de février. L’évolution du climat est marquée par la succession de périodes excédentaires et déficitaires en précipitations, d’inégales durées et apériodiques. Cette situation rend l’activité agricole, principale activité de la population, tributaire des aléas climatiques. Du nord au sud, on peut distinguer 5 régions de caractères climatiques différents : • une zone nord, limitée au sud par les régions montagneuses du nord-est et du nord-ouest où le climat de type continental tropical (soudanien) est caractérisé par la succession dans l’année d’une seule saison sèche de novembre à mars, et d’une seule saison des pluies (maximum pluviométrique en août). La hauteur annuelle des précipitations varie en moyenne de 700 mm à 1 000 mm du nord au sud et se répartit entre 70 et 80 jours environ avec de fortes amplitudes de températures (16 °C à 20 °C) ; • les zones montagneuses du nord-est et du nord-ouest (chaîne de l’Atacora), avec les mêmes caractéristiques climatiques que la zone nord. Toutefois, le maximum pluviométrique s’établit en septembre et non en août, et la saison des pluies y est un peu plus longue (fin mars à début novembre). Les hauteurs annuelles des précipitations varient entre 1 200 mm à 1 400 mm et se répartissent, en moyenne, entre 90 et 110 jours avec de fortes températures en mars (40 °C en moyenne) ; • une zone de transition, comprise sensiblement entre les parallèles de Djougou et Dassa-Zoumé ; c’est une zone de transition entre le climat tropical des régions précédentes et le climat subéquatorial des régions côtières. Les hauteurs annuelles des pluies oscillent entre 1 000 mm et 1 200 mm et se répartissent, en moyenne, entre 80 et 110 jours ; • une zone précôtière, située au sud de la zone de transition où les caractéristiques de double saison des pluies s’affirment peu à peu par une diminution progressive du minimum pluviométrique d’août qui reste toutefois compris entre 50 et 100 mm. Les hauteurs annuelles des pluies varient de 1 000 mm à 1 300 mm et se répartissent en moyenne entre 90 et 110 jours ; • une zone côtière, caractérisée par une répartition inégale d’est à l’ouest des pluies et quatre saisons plus ou moins marquées, dont deux saisons des pluies et deux saisons sèches. Les hauteurs annuelles des pluies varient entre 900 mm et 1 100 mm dans la zone ouest tandis qu’elles oscillent entre 1 300 mm et 1 400 mm dans la zone est. Les températures maximales les plus élevées ont lieu en mars (34 °C) tandis que les plus basses ont lieu en août (23 °C). Deux zones climatiques caractéristiques se dégagent et donnent le rythme du calendrier agricole. La partie sud du Bénin, qui regroupe les départements Atlantique, Littoral, Ouémé, Plateau, Mono, Couffo, Zou, Collines bénéficie de deux saisons des pluies, et donc de deux cycles de production. Ce qui n’est pas le cas du nord (Atacora, Donga, Borgou, Alibori) avec une seule grande saison des pluies et un seul cycle de production. Dans les deux cas, des récoltes de contre-saison sont également possibles lorsqu’il y a irrigation. Pour les différentes zones, le graphique 1 résume, d’une part, les calendriers pluviométriques et agricoles, et d’autre part, présente les périodes de soudure. INTRODUCTION BÉNIN 2014 47 MICS Graphique 1 : Calendrier pluviométrique et agricole au Bénin Source : Rapport Analyse globale de la vulnérabilité, de la sécurité alimentaire et de la nutrition (AGVSAN) 2008, page 25. Ainsi : • Au nord, si le mois de mai marque le début des semis, juin reste très décisif – l’essentiel des semis se réalisant au cours dudit mois. Les pluies d’octobre au nord permettent aux semis tardifs de terminer leur cycle. Ce sont des pluies compensatrices dont la rupture peut intervenir plus tôt. S’agissant des récoltes, elles se font déjà dès octobre pour les semis précoces et se poursuivent jusqu’en janvier pour les semis tardifs. • Au sud, le mois de mars marque la fin de la grande saison sèche. À partir d’avril, des pluies régulières et de plus en plus intenses sont enregistrées. La petite saison sèche, qui s’étend d’août à mi-septembre, est caractérisée par de très fines pluies éphémères intercalées avec du soleil : c’est la pause pluviométrique. Elle est de moins en moins observée ou simplement déplacée à cause des changements climatiques. La petite saison des pluies s’étend rarement jusqu’à la fin du mois de novembre. À noter que le département des Collines constitue une zone de transition entre le sud et le nord, le climat de cette zone ressemblant de plus en plus à celui du nord. Concernant la période de soudure, généralement caractérisée par des tensions (sur la disponibilité alimentaire et sur les prix), parfois par des pénuries et/ou des spéculations sur les produits alimentaires, il s’observe ce qui suit : • dans la zone nord du Bénin, les récoltes s’achèvent en janvier. Théoriquement en février, c’est encore l’abondance et en mars, la pré-soudure. La soudure s’installe en avril et dure jusqu’en août où les premières récoltes du sud vont remonter au nord. Cette soudure peut durer davantage si les pluies tardent à s’installer au sud. Les mois d’août-septembre marquent le passage de la soudure à la sortie des primeurs au nord ; • au sud du Bénin, elle s’étend de mars à juin. En effet, tenant compte de la période des récoltes, il y a encore de l’abondance alimentaire au mois de janvier. En février commence la pré-soudure, la soudure s’installant en mars. La précocité des récoltes et le niveau de production (céréales et tubercules), sans occulter les autres formes volontaristes d’intervention de l’État et des collectivités, constituent des facteurs susceptibles d’atténuer les tensions durant la période de soudure. En revanche, une insuffisance des stocks – se traduisant par un épuisement des réserves (surtout de céréales) avant les prochaines récoltes – peut contribuer à rendre difficile la situation au cours des derniers mois précédant les nouvelles récoltes. De même, après les récoltes, la disponibilité peut se dégrader du fait des exportations et anticiper l’installation de la soudure. 48MICS Contexte social et économique Le quatrième Recensement général de la population et de l’habitation de mai 2013 a dénombré 10 008 749 habitants dont 51,2 % de sexe féminin. Les femmes en âge de procréer (15-49 ans) constituent 46,6 % de la population féminine totale. La population totale du Bénin est composée de 3,3 % d’enfants de moins de 1 an et de 17 % d’enfants de moins de 5 ans. La population béninoise est jeune avec 46,7 % de la population ayant moins de 15 ans. Depuis 2006, l’économie béninoise est entrée dans une nouvelle phase de croissance. En effet, de 3,8 % en 2006, le taux de croissance est passé en 2012 à 5,4 % en lien avec : (i) le rétablissement de la confiance au niveau des opérateurs économiques ; (ii) la dynamisation de la production agricole ; (iii) le renforcement des relations de coopération économique avec le Nigeria ; (iv) l’assainissement des finances publiques ; (v) les grands chantiers ouverts par l’État sur l’ensemble du territoire national, etc. Les grandes mesures incitatrices prises par le Gouvernement à partir de 2009, à savoir un meilleur encadrement des producteurs, une meilleure organisation des filières, les réformes au niveau de la SONAPRA et la filière coton, l’accompagnement des jeunes entrepreneurs et entreprises agricoles, la mécanisation progressive de l’agriculture et la distribution d’intrants ont contribué dans une moindre mesure à l’amélioration de la croissance au niveau du secteur primaire. En effet, en 2012 le secteur primaire a enregistré un taux de croissance de 5,8 % contre 2,5 % en 2009. Le secteur secondaire a apporté une faible contribution à la croissance durant la dernière décennie. En effet, au cours de la période 2002-2012, la contribution moyenne du secteur secondaire à la croissance économique est de 0,46 % contre 1,34 % pour le secteur primaire et 1,30 % pour le secteur tertiaire. Le faible taux de croissance constaté dans ce secteur depuis 2002 est imputable aux faibles performances enregistrées au niveau du tissu industriel qui est toujours resté embryonnaire. Le secteur tertiaire quant à lui aussi a connu une performance en amélioration entre 2011 et 2012. En effet, le taux de croissance au niveau du secteur tertiaire s’élève à 5,7 % en 2012 contre 2,3 % en 2011. Au niveau de ce secteur, les activités commerciales ont connu un repli entre 2011 et 2012. L’analyse de la situation de l’inflation depuis 2008 révèle une augmentation sensible du coût de la vie en matière de consommation finale des ménages. En effet, l’indice harmonisé des prix à la consommation (base 100 : 2008) a enregistré un taux de variation moyen annuel plus élevé en 2012 par rapport à 2011. Le taux s’élève à 6,7 % en 2012 contre 2,8 % en 2011. En 2012, le taux d’inflation est passé au-dessus du critère de convergence des États membres de l’UEMOA qui est de 3 %, du fait de la hausse des prix des céréales produites localement. Politiques mises en œuvre pour l’amélioration des conditions de vie et sanitaires des populations Stratégie de croissance pour la réduction de la pauvreté (SCRP) 2011-2015 Depuis 1999, le Bénin s’est engagé dans l’élaboration et la mise en œuvre des stratégies de réduction de la pauvreté. Après la Stratégie de réduction de la pauvreté intérimaire (SRPI) ébauchée en 2000, le pays est à sa troisième génération de la Stratégie de croissance pour la réduction de la pauvreté adoptée en Conseil des ministres le 16 mars 2011 qui couvre la période 2011-2015. Elle s’inspire de la vision à long terme décrite dans les « Études nationales de perspectives à long terme (ENPLT), «Bénin-Alafia 2025» » et s’appuie sur les Orientations stratégiques de développement (OSD) définies par le Gouvernement en 2006. L’objectif global de la SCRP 2011-2015 est l’amélioration des conditions de vie de la population. En outre, de manière spécifique, il s’agit, au terme de sa mise en œuvre, de l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) dans les secteurs de l’eau, de l’assainissement de base, de l’enseignement primaire ainsi que des progrès significatifs au niveau des autres Objectifs du Millénaire pour le développement. INTRODUCTION BÉNIN 2014 49 MICS Cette stratégie, dont les axes stratégiques retenus sont ceux de la SCRP 2007-2009, a mis en œuvre des questions cruciales de développement telles que l’emploi des jeunes et des femmes, le renforcement des capacités juridiques des pauvres, la réduction des inégalités de genre, la protection sociale, etc. Les cinq axes d’intervention de la Stratégie de croissance pour la réduction de la pauvreté 2011-2015 se présentent comme suit : • axe 1 : accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie ; • axe 2 : développement des infrastructures ; • axe 3 : renforcement du capital humain ; • axe 4 : promotion de la qualité de la gouvernance ; • axe 5 : développement équilibré et durable de l’espace national. Politique nationale de l’emploi La Politique nationale de l’emploi (PNE) trouve ses fondements dans les documents de référence aux niveaux national, régional et international (OMD, Pacte mondial pour l’emploi adopté par la Conférence internationale du travail, la Déclaration du sommet de l’Union africaine sur l’emploi et la lutte contre la pauvreté, les OSD 2006- 2011, la SCRP 2011-2015, etc.). L’objectif global de la Politique nationale de l’emploi est de maintenir durablement les emplois existants en assurant le relèvement de leur niveau qualitatif d’une part, et de favoriser la création de nouveaux emplois susceptibles d’occuper les personnes en âge de travailler d’autre part. Quatre axes stratégiques ont été retenus : • axe stratégique 1 : articulation entre la Politique nationale de l’emploi et les autres politiques nationales et sectorielles ; • axe stratégique 2 : accroissement quantitatif et qualitatif de l’emploi ; • axe stratégique 3 : développement de l’employabilité ; • axe stratégique 4 : amélioration de l’organisation et du fonctionnement du marché du travail. Plan stratégique de relance du secteur agricole Le Plan stratégique de relance du secteur agricole (PSRSA) présente un arrimage cohérent avec les autres documents de référence aux niveaux national et international (les OSD 2006-2011, la SCRP 2011-2015, les OMD, les documents stratégiques antérieurs du ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche [MAEP]). L’objectif global de la stratégie est d’améliorer les performances de l’agriculture béninoise, pour la rendre capable d’assurer de façon durable la souveraineté alimentaire et nutritionnelle, et de contribuer au développement économique et social du Bénin, à l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le développement et à la réduction de la pauvreté. Le PSRSA se fonde sur neuf axes stratégiques : • renforcement de la disponibilité et de l’accessibilité aux semences de qualité ; • renforcement de l’accessibilité aux intrants ; • mécanisation des activités agricoles adaptée et accessible ; • mise en place de financements adaptés et accessibles ; 50MICS • amélioration de l’accès aux connaissances professionnelles et aux innovations technologiques ; • développement et opérationnalisation des aménagements agricoles ; • sécurisation et gestion de l’accès au foncier. Les actions opérationnelles à mettre en œuvre au niveau de cet axe sont : • la vulgarisation de la loi portant régime foncier rural et de ses textes d’application ; • la généralisation des plans fonciers ruraux sur toute l’étendue du territoire national ; • la mise en place d’un système d’information fiable sur le foncier rural ; • la facilitation de l’accès aux marchés ; • la professionnalisation des exploitations de type familial et la promotion des grandes exploitations et de l’entrepreneuriat agricole. Plan national de développement sanitaire (PNDS) 2009-2018 Le Plan national de développement sanitaire (PNDS) traduit la volonté des acteurs du ministère de la Santé et des partenaires techniques et financiers d’apporter des réponses urgentes et efficaces aux problèmes sanitaires des populations. Il est décliné en cinq domaines prioritaires qui concourent à la réalisation de la vision à l’horizon 2025, et se présente comme suit : • la réduction de la mortalité maternelle et infantile, la prévention, la lutte contre la maladie et l’amélioration de la qualité des soins ; • la valorisation des ressources humaines ; • le renforcement du partenariat dans le secteur et la promotion de l’éthique et de la déontologie médicale ; • l’amélioration du mécanisme de financement du secteur ; • le renforcement de la gestion du secteur. Les domaines prioritaires ont été déclinés en programmes et sous-programmes dont la mise en œuvre efficiente permettrait au secteur de la santé de relever les défis. À la suite de ce plan décennal, des plans triennaux de développement (PTD) seront élaborés et offriront le cadre précis et détaillé du suivi de l’exécution du PNDS. Ainsi, au niveau départemental, la coordination technique du PNDS passera par les mécanismes d’exécution des plans triennaux départementaux. Au niveau de la zone sanitaire qui est le niveau opérationnel d’exécution des programmes et activités de santé, la Direction départementale de la santé veillera à l’élaboration des plans triennaux par les zones sanitaires, plans qui prendront en charge la concrétisation des objectifs du PNDS. Pour assurer une mise en œuvre aisée du Plan national de développement sanitaire 2009-2018, le ministère de la Santé a jugé indispensable de doter le secteur d’une boussole permettant de suivre et de mesurer les progrès réalisés en vue d’apprécier sa performance. Ainsi, le PNDS a été accompagné d’un « Plan de suivi, évaluation et revue (PSER) du PNDS 2009-2018 » qui est un cadre de référence, facilement actualisable au cours de la décennie de mise en œuvre du PNDS. Les résultats de MICS Bénin sont d’une importance cruciale pour le rapport final sur l’OMD en 2015 et doivent faire partie des données de référence pour l’après-2015. Les résultats des enquêtes MICS Bénin devraient contribuer à la base de plusieurs autres initiatives importantes, dont notamment l’engagement en faveur de la survie des enfants : une promesse renouvelée, un mouvement mondial pour mettre fin aux décès d’enfants dus à des causes évitables et le cadre de responsabilisation proposé par la Commission d’information et de responsabilisation pour la Stratégie mondiale relative à la santé de la femme et de l’enfant. INTRODUCTION BÉNIN 2014 51 MICS Ce rapport final présente les résultats des indicateurs et des thèmes abordés dans l’enquête. Objectifs de l’enquête L’enquête MICS Bénin 2014 a pour principaux objectifs de : • fournir des informations actualisées pour évaluer la situation des enfants et des femmes au Bénin ; • produire des données pour l’évaluation critique des progrès réalisés dans divers domaines et faire des efforts supplémentaires dans les domaines qui nécessitent plus d’attention ; • fournir des données nécessaires pour le suivi des progrès vers les objectifs assignés dans la Déclaration du Millénaire et d’autres objectifs convenus au niveau international, comme base de l’action future ; • collecter des données ventilées en vue de l’identification des disparités, afin de permettre l’élaboration de politiques s’appuyant sur des faits et visant l’inclusion sociale des personnes les plus vulnérables ; • contribuer à la production de données de référence pour l’agenda post-2015 ; • produire des données désagrégées par département et pour les zones d’intervention du programme UNICEF- Bénin. 52MICSBÉNIN BÉNIN 2014 53 MICS II. MÉTHODOLOGIE DE L’ÉCHANTILLONNAGE ET DE L’ENQUÊTE PLAN DE SONDAGE L’échantillon de l’enquête MICS Bénin a été conçu pour permettre d’estimer un grand nombre d’indicateurs sur la situation des enfants et des femmes au niveau national, en milieux urbain et rural et dans les 12 départements du pays (Alibori, Atacora, Atlantique, Borgou, Collines, Couffo, Donga, Littoral, Mono, Ouémé, Plateau et Zou). Il est basé sur un sondage par grappes stratifié à deux degrés. Au premier degré, 727 grappes ont été tirées avec une probabilité proportionnelle à leur taille par strate, à partir de la liste des zones de dénombrement (ZD) établie lors du Recensement général de la population et de l’habitation (RGPH) de 2013. Toutes les grappes sélectionnées ont fait l’objet d’un dénombrement exhaustif des ménages. Au deuxième degré, 20 ménages ont été tirés avec probabilités égales, à partir de la liste des ménages établie lors de l’opération de dénombrement. Toutes les femmes âgées de 15-49 ans qui se trouvaient dans les ménages ont été enquêtées. En outre, tous les enfants âgés de moins de 5 ans ont été mesurés et pesés, et dans un ménage sur trois, tous les hommes de 15-49 ans ont également été enquêtés. L’échantillon a été stratifié par département, milieux urbain et rural, et n’est pas auto-pondéré. Chacun des 12 départements du pays a été considéré comme un domaine d’étude à part entière. Chacun d’eux a également été subdivisé en strate urbaine et strate rurale, sauf le département du Littoral qui se résume à la ville de Cotonou. Compte tenu de la taille variable de chaque strate, différents taux de sondage ont été appliqués à chaque strate et les résultats ont été pondérés au niveau national. Au total, 14 540 ménages ont été sélectionnés pour l’enquête ménage et 14 606 ont été identifiés sur le terrain. Cette augmentation est due à la méthodologie utilisée qui consiste à enquêter plus d’un ménage lorsque le logement tiré en contient plus d’un. Une description plus détaillée du plan de sondage se trouve dans l’Annexe A : Plan de sondage. QUESTIONNAIRES ET MANUELS Afin d’atteindre les objectifs fixés à l’enquête MICS Bénin, quatre types de questionnaires ont été utilisés. Les quatre questionnaires MICS5 standard1 ont été adaptés au contexte du pays : 1) un questionnaire ménage qui a servi à recueillir des informations sur tous les membres du ménage, le ménage et l’habitation ; 2) un questionnaire femme administré dans chaque ménage à toutes les femmes âgées de 15-49 ans ; 3) un questionnaire enfants de moins de 5 ans, administré aux mères (ou gardiennes) pour tous les enfants de moins de 5 ans vivant dans chaque ménage ; 4) un questionnaire individuel homme administré dans un ménage sur trois à tous les hommes âgés de 15-49 ans. En plus des questionnaires, divers manuels et documents techniques ont été élaborés. Le questionnaire ménage comprend les modules suivants : • liste des membres du ménage ; • éducation ; • travail des enfants ; • discipline des enfants ; • caractéristiques du ménage ; 1Voir www.mics.unicef.org pour les questionnaires MICS5 standard. 54MICS • moustiquaires imprégnées d’insecticide ; • pulvérisation intra-domiciliaire ; • eau et assainissement ; • lavage des mains ; • Iodation du sel. Le questionnaire femme a été administré à toutes les femmes âgées de 15-49 ans vivant dans les ménages, et comprend les modules suivants : • informations sur la femme ; • accès aux mass media et utilisation des technologies de l’information/communication ; • fécondité/historique des naissances ; • désir de la dernière naissance ; • santé de la mère et du nouveau-né ; • examens de santé post-natals ; • symptômes de maladies ; • contraception ; • besoins non satisfaits ; • mutilations génitales féminines/excision ; • attitudes vis-à-vis de la violence domestique ; • mariage/union ; • comportement sexuel ; • VIH/SIDA ; • mortalité maternelle ; • consommation de tabac et d’alcool ; • satisfaction vis-à-vis de la vie. Le questionnaire individuel homme, administré à tous les hommes âgés de 15-49 ans vivant dans le sous-échantillon sélectionné des ménages, inclut les modules suivants : • informations sur l’homme ; • accès aux mass media et utilisation des technologies de l’information/communication ; • fécondité ; • attitudes vis-à-vis de la violence domestique ; • mariage/union ; • comportement sexuel ; • VIH/SIDA ; • circoncision; • consommation de tabac et d’alcool ; • satisfaction vis-à-vis de la vie. MÉTHODOLOGIE DE L’ÉCHANTILLONNAGE ET DE L’ENQUÊTE BÉNIN 2014 55 MICS Le questionnaire enfants de moins de 5 ans, administré aux mères (ou gardien[ne]s) d’enfants de moins de 5 ans vivant dans les ménages, comprend les modules suivants : • âge ; • enregistrement des naissances ; • développement du jeune enfant ; • allaitement et apport alimentaire ; • vaccination ; • traitement des maladies ; • anthropométrie. Les questionnaires ont été testés en février-mars 2014. En accord avec les résultats du pré-test et des amendements du comité de pilotage de l’enquête, quelques modifications ont été apportées aux questionnaires. Un exemplaire des questionnaires de l’enquête MICS Bénin figure dans l’Annexe F. La collecte des données a été réalisée par CAPI (Computer Assisted Personal Interview) au moyen de tablettes. Les questionnaires ont été programmés en CSPRo et saisis en temps réel sur le terrain sur les tablettes PC au cours des entretiens. Outre l’administration et la saisie instantanées des questionnaires, les équipes de terrain ont analysé le sel utilisé pour la cuisson dans les ménages en vue de déterminer la teneur en iode, observé les moustiquaires, l’endroit pour se laver les mains et mesuré le poids et la taille des enfants de moins de 5 ans. Les détails et résultats de ces observations et mesures figurent dans les sections respectives du rapport. FORMATION ET TRAVAIL SUR LE TERRAIN La formation au travail sur le terrain s’est déroulée sur 24 jours du 16 avril au 24 juin 2014 dans les locaux du Centre Anouarite d’Abomey-Calavi et a réuni 204 agents de collecte. Elle a consisté en une formation théorique et pratique en salle (techniques d’interview et compréhension des questions, utilisation des tablettes PC et formation sur la prise des mesures anthropométriques, simulation). Des journées de formation spécifique ont été consacrées aux mesureurs (1 jour), aux chefs d’équipe (1 jour) et aux éditeurs (9 jours). Un jour de formation pratique des mesures anthropométriques a été effectué avec les mesureurs auprès des enfants dans un centre de santé. De plus, quatre jours de pratique de terrain ont été effectués pour tous les agents dans 34 zones de dénombrement (ZD) non sélectionnées pour l’enquête principale. Ces journées de pratique avaient pour but d’identifier d’éventuels problèmes d’ordre technique et logistique relatifs aux : contenu des questionnaires, programmes de collecte sur les tablettes PC, manipulation et utilisation des tablettes PC, en particulier les questions de chargement électrique, de sauvegarde et de transfert des données. À l’issue de ces journées de pratique, les agents de collecte sont revenus en salle pour un débriefing, discuter des problèmes rencontrés et compléter la formation, quand cela s’est avéré nécessaire. À la fin de la formation, 171 personnes dont 108 enquêtrices/enquêteurs, 27 mesureurs, 27 chefs d’équipe et 9 éditeurs, ont été sélectionnés sur la base des résultats des tests théoriques, des résultats des pratiques de prise de mesures anthropométriques et de la pratique sur le terrain. Vingt-sept équipes d’agents de terrain, constituées, chacune, d’un chef d’équipe, de quatre enquêtrices/enquêteurs, d’un mesureur et d’un chauffeur ont quitté Cotonou le 30 juin 2014 pour la collecte des données dans les différentes grappes sélectionnées. En plus des interviews et de l’analyse du sel utilisé pour la cuisson dans les ménages en vue de déterminer la teneur en iode, les équipes d’enquête ont aussi observé les moustiquaires et l’endroit pour se laver les mains de chaque ménage sélectionné. La collecte des données sur le terrain s’est achevée le 29 septembre 2014. Les chefs d’équipe étaient chargés de contrôler la bonne qualité des interviews, des tests et des mesures 56MICS effectués par leur équipe. Les éditeurs ont rendu des visites régulières à chaque équipe pour faire des copies des fichiers auprès des chefs d’équipe, contrôler la cohérence interne des données, donner des orientations pour la correction des erreurs, fermer les grappes et transférer les données au bureau central par courrier électronique. Les coordonnateurs de terrain de l’INSAE, le consultant national de l’enquête MICS Bénin, le spécialiste de l’UNICEF chargé de la planification, du suivi et de l’évaluation et le chargé du suivi et de l’évaluation de la section des politiques sociales ont effectué des missions de supervision périodiques pour le suivi rapproché du déroulement de la collecte sur l’ensemble du territoire. Traitement des données La collecte des données a été réalisée au moyen de tablettes PC. Les informations collectées par chaque enquêteur sur sa tablette PC étaient transférées chaque jour sur la tablette du chef d’équipe qui, à son tour, transmettait le fichier complet des données collectées aux éditeurs lors de leur visite. Les fichiers des différents enquêteurs étaient alors transférés au bureau central de l’INSAE par grappe. Ces fichiers des données ont ensuite été enregistrés, compilés et traités sur un ordinateur central. Les données de chaque grappe étaient vérifiées et un fichier unique de données apurées a été créé lorsque les fichiers de toutes les grappes ont été enregistrés et approuvés. L’enregistrement, le contrôle et la compilation des données ont été effectués par le data manager principal de l’INSAE. Le traitement des données de l’enquête MICS Bénin a été réalisé en utilisant le logiciel CSPro. Des programmes de tabulation standard ont été développés par la coordination globale des enquêtes MICS. Ces programmes adaptés au niveau national ont permis de produire les tableaux de base nécessaires à l’élaboration du rapport préliminaire et du rapport final. Les données ont été analysées à l’aide du programme Statistical Package for Social Sciences (SPSS) version 18. La syntaxe type et le plan d’exploitation des données mis au point par l’UNICEF ont été utilisés à cette fin. Un rapport des résultats clés ayant pour but de présenter tous les résultats de la MICS au niveau national seulement aux responsables et administrateurs des programmes de population et de santé a été produit en mai 2015. Après la présentation du rapport des résultats clés, des thèmes d’analyse ont été distribués aux experts nationaux. Le présent rapport final, fruit des différents travaux, présente les résultats définitifs et détaillés MÉTHODOLOGIE DE L’ÉCHANTILLONNAGE ET DE L’ENQUÊTE BÉNIN 2014 57 MICSBÉNIN 58MICSBÉNIN BÉNIN 2014 59 MICS III. COUVERTURE DE L’ÉCHANTILLON ET CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES RÉPONDANT(E)S COUVERTURE DE L’ÉCHANTILLON Parmi les 14 606 ménages sélectionnés pour l’échantillon, 14 208 ont été trouvés occupés par un ménage. Parmi ceux-ci, 14 077 ont été interrogés avec succès, soit un taux de réponse des ménages de 99 pour cent. Dans les ménages interrogés, 16 348 femmes (âgées de 15-49 ans) ont été enregistrées. Parmi celles-ci, 15 815 ont été interrogées avec succès, soit un taux de réponse de 97 pour cent au sein des ménages interrogés. L’enquête MICS Bénin a également enquêté les hommes (15-49 ans), mais seulement dans un sous-échantillon de ménages. Tous les hommes de cette tranche d’âge des 4 847 ménages ont été identifiés et 4 577 hommes (âgés de 15-49 ans) ont été enregistrés dans les questionnaires Ménage. Les questionnaires Homme ont été remplis pour 4 371 hommes éligibles, ce qui correspond à un taux de réponse de 96 pour cent au sein des ménages éligibles interrogés. En ce qui concerne les enfants de moins de 5 ans, ils sont 12 362 à avoir été enregistrés dans le questionnaire Ménage. Les questionnaires Enfant ont été remplis pour 12 250 de ces enfants, ce qui correspond à un taux de réponse de 99 pour cent au sein des ménages interrogés. Des taux de réponse globaux de 96 pour cent, 95 pour cent et 98 pour cent sont calculés respectivement pour les entrevues individuelles avec les femmes, les hommes et les enfants de moins de 5 ans respectivement (Tableau HH.1). L’analyse des taux de réponse selon le milieu de résidence révèle qu’il n’y a pas d’écart entre le milieu rural (près de 100 %) et le milieu urbain (99 %). En ce qui concerne les femmes éligibles (15-49 ans), on note un léger écart du taux de réponse entre le milieu urbain et le milieu rural : le taux de réponse est estimé à 97 pour cent en milieu rural contre 95 pour cent en milieu urbain. Pour les hommes éligibles, le taux de réponse en milieu rural est estimé à 97 pour cent, soit près de 4 points de pourcentage de plus qu’en milieu urbain. Ces différences de taux de réponse entre milieux de résidence s’expliquent par le fait que les ménages et/ou les individus sont plus disponibles pendant le déroulement des enquêtes en milieu rural (caractérisé par une forte proportion de ménages agricoles) par rapport au milieu urbain (caractérisé par une forte proportion de ménages exerçant dans les secteurs secondaire et tertiaire). Par ailleurs, en ce qui concerne les enfants éligibles, aucune différence significative n’est notée entre le taux de réponse en milieu rural (99 %) et le taux de réponse en milieu urbain (99 %). 60MICS COUVERTURE DE L’ÉCHANTILLON ET CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES RÉPONDANT(E)S T ab le au H H .1 : R és u lt at s d es e n q u êt es a u p rè s d es m én ag es , d es f em m es , d es h o m m es e t d es e n fa n ts d e m o in s d e 5 an s N om br e de m én ag es , f em m es , h om m es e t en fa nt s de m oi ns d e 5 an s se lo n le s ré su lta ts d es e nq uê te s m én ag es , f em m es , h om m es e t en fa nt s de m oi ns de 5 a ns e t ta ux d e ré po ns es d es m én ag es , f em m es , h om m es e t en fa nt s de m oi ns d e 5 an s, B én in , 2 01 4 M ili eu D ép ar te m en t To ta l U rb ai n R ur al A lib or i A ta co ra A tla nt iq ue Bo rg ou C ol lin es C ou ffo D on ga Li tt or al M on o O ué m é Pl at ea u Z ou M én ag es Éc ha nt ill on né s 14 6 06 8 41 7 6 18 9 62 1 66 0 1 33 4 84 1 1 46 0 91 1 94 1 3 72 3 1 12 5 1 18 1 84 9 96 0 O cc up és 14 2 08 8 17 3 6 03 5 61 8 65 2 1 30 0 82 3 1 35 0 90 6 93 8 3 59 0 1 11 7 1 15 5 82 8 93 1 En qu êt és 14 0 77 8 06 5 6 01 2 61 8 65 1 1 29 4 82 2 1 32 7 90 4 93 8 3 51 3 1 11 6 1 14 7 81 8 92 9 Ta ux d e ré po ns e de s m én ag es 99 ,1 98 ,7 99 ,6 10 0, 0 99 ,8 99 ,5 99 ,9 98 ,3 99 ,8 10 0, 0 97 ,9 99 ,9 99 ,3 98 ,8 99 ,8 Fe m m es Él ig ib le s 16 3 48 9 34 3 7 00 5 90 0 98 5 1 40 1 1 00 6 1 31 2 1 05 1 1 49 2 4 01 8 1 12 8 1 21 1 87 8 96 6 En qu êt ée s 15 8 15 8 96 8 6 84 7 90 0 95 8 1 35 7 98 7 1 25 5 1 03 9 1 48 2 3 81 3 1 11 5 1 13 7 83 1 94 1 Ta ux d e ré po ns e de s fe m m es 96 ,7 96 ,0 97 ,7 10 0, 0 97 ,3 96 ,9 98 ,1 95 ,7 98 ,9 99 ,3 94 ,9 98 ,8 93 ,9 94 ,6 97 ,4 Ta ux d e ré po ns e gl ob al d es fe m m es 95 ,8 94 ,7 97 ,4 10 0, 0 97 ,1 96 ,4 98 ,0 94 ,0 98 ,6 99 ,3 92 ,9 98 ,8 93 ,2 93 ,5 97 ,2 H om m es Él ig ib le s 4 57 7 2 67 9 1 89 8 22 9 25 9 40 9 29 5 36 9 27 1 44 8 1 15 9 27 6 33 7 24 9 27 6 En qu êt és 4 37 1 2 52 0 1 85 1 22 9 25 4 38 1 28 6 35 4 26 8 44 5 1 07 8 27 4 30 1 23 3 26 8 Ta ux d e ré po ns e de s ho m m es 95 ,5 94 ,1 97 ,5 10 0, 0 98 ,1 93 ,2 96 ,9 95 ,9 98 ,9 99 ,3 93 ,0 99 ,3 89 ,3 93 ,6 97 ,1 Ta ux d e ré po ns e gl ob al d es ho m m es 94 ,6 92 ,8 97 ,2 10 0, 0 97 ,9 92 ,7 96 ,8 94 ,3 98 ,7 99 ,3 91 ,0 99 ,2 88 ,7 92 ,4 96 ,9 En fa nt s de m oi ns d e 5 an s Él ig ib le s 12 3 62 6 22 1 6 14 1 82 8 80 5 1 03 5 97 9 1 08 5 81 8 1 28 2 2 17 6 86 3 96 3 74 5 78 3 M èr es /g ar di en ne s en qu êt ée s 12 2 50 6 15 2 6 09 8 82 8 79 9 1 02 1 97 9 1 07 3 81 5 1 27 7 2 13 9 86 2 95 6 72 8 77 3 Ta ux d e ré po ns e de s en fa nt s < 5 a ns 99 ,1 98 ,9 99 ,3 10 0, 0 99 ,3 98 ,6 10 0, 0 98 ,9 99 ,6 99 ,6 98 ,3 99 ,9 99 ,3 97 ,7 98 ,7 Ta ux d e ré po ns e gl ob al d es en fa nt s < 5 a ns 98 ,2 97 ,6 98 ,9 10 0, 0 99 ,1 98 ,2 99 ,9 97 ,2 99 ,4 99 ,6 96 ,2 99 ,8 98 ,6 96 ,5 98 ,5 BÉNIN 2014 61 MICS Selon les départements, les taux de réponse sont globalement élevés pour tous les départements et se situent au- dessus de 97 pour cent au niveau des ménages et des enfants de moins de 5 ans éligibles. Au niveau des femmes éligibles, mis à part les départements de l’Ouémé (94 %), du Plateau (95 %) et du Littoral (95 %) qui ont enregistré les plus faibles taux de réponse, la plupart des départements ont enregistré un taux de réponse supérieur à 95 pour cent. Par ailleurs, au niveau des hommes éligibles, le taux de réponse estimé est également supérieur à 95 pour cent dans tous les départements, sauf dans les départements du Plateau (94 %), de l’Ouémé (89 %), de l’Atlantique (93 %) et du Littoral (93 %). La situation des taux de réponse des femmes et des hommes enregistrée dans le Plateau, l’Ouémé, l’Atlantique et le Littoral pourrait s’expliquer par le statut particulier de ces départements caractérisés par une forte concentration de l’activité économique d’une part, et par une proportion importante d’hommes et de femmes fonctionnaires de l’administration qui quittent très tôt la maison et rentrent très tard chez eux, d’autre part. Par ailleurs, il est important de noter que, dans la plupart des départements, plus de 97 pour cent des ménages échantillonnés étaient occupés au moment de l’enquête MICS Bénin. Les départements des Collines (93 %) et du Littoral (96 %) enregistrent respectivement un taux d’occupation en dessous de la moyenne nationale, en raison des déplacements des ménages affectés par les inondations (dans le Littoral) et de l’absence prolongée des ménages qui vont au Nigéria (surtout dans la commune de Savè) ou dans les fermes très éloignées du village (surtout dans les communes de Ouesse et de Bantè). Aucune différence significative n’est enregistrée entre milieux de résidence. CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES La répartition pondérée par âge et par sexe de la population de l’étude figure dans le tableau HH.2. La répartition a servi également à produire la pyramide des âges du graphique HH.1. Dans les 14 077 ménages interrogés avec succès dans l’étude, 72 927 membres des ménages ont été répertoriés. Parmi ceux-ci, 35 460 (soit 49 %) étaient des hommes, et 37 287 (51 %) étaient des femmes, avec un rapport de masculinité s’établissant donc à 95 hommes pour 100 femmes. L’analyse de la structure par grands groupes d’âges de la population répertoriée avec l’échantillon MICS 2014 révèle que la population béninoise est essentiellement jeune. En effet, près de la moitié de la population (48 %) étant âgée de 0-14 ans, on estime à 49 pour cent la proportion des populations âgées de 15-64 ans et à 3 pour cent celle des populations âgées de 65 ans et plus. Par ailleurs, la population adulte (18 ans ou plus) représente 46 pour cent (44 % chez les hommes et 48 % chez les femmes) contre 54 pour cent d’enfants (0-17 ans). 62MICS COUVERTURE DE L’ÉCHANTILLON ET CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES RÉPONDANT(E)S Tableau HH.2: Distribution de la population des ménages par âge et sexe Distribution en pourcentage et en fréquence de la population des ménages par groupes d’âges quinquennaux, de dépendance et par population d’enfants (0-17 ans) et d’adultes (18 ans ou plus) selon le sexe, Bénin, 2014 Total Hommes Femmes Nombre Pourcentage Nombre Pourcentage Nombre Pourcentage Total 72 927 100,0 35 640 100,0 37 287 100,0 Âge 0-4 12 764 17,5 6 265 17,6 6 499 17,4 5-9 12 264 16,8 6 261 17,6 6 003 16,1 10-14 10 029 13,8 5 260 14,8 4 769 12,8 15-19 6 736 9,2 3 537 9,9 3 200 8,6 20-24 5 239 7,2 2 416 6,8 2 824 7,6 25-29 4 895 6,7 2 028 5,7 2 868 7,7 30-34 4 387 6,0 2 001 5,6 2 386 6,4 35-39 3 768 5,2 1 661 4,7 2 107 5,7 40-44 3 157 4,3 1 595 4,5 1 562 4,2 45-49 2 097 2,9 1 027 2,9 1 070 2,9 50-54 2 429 3,3 1 070 3,0 1 359 3,6 55-59 1 509 2,1 693 1,9 816 2,2 60-64 1 353 1,9 684 1,9 669 1,8 65-69 754 1,0 375 1,1 378 1,0 70-74 679 0,9 342 1,0 337 0,9 75-79 311 0,4 161 0,5 150 0,4 80-84 274 0,4 125 0,4 149 0,4 85+ 245 0,3 121 0,3 124 0,3 Manquant/NSP 38 0,1 20 0,1 18 0,0 Groupes d'âge de dépendance 0-14 35 057 48,1 17 786 49,9 17 271 46,3 15-64 35 570 48,8 16 710 46,9 18 859 50,6 65+ 2 263 3,1 1 124 3,2 1 139 3,1 Manquant/NSP 38 0,1 20 0,1 18 0,0 Populations d'enfants et d'adultes Enfants de 0-17 ans 39 334 53,9 20 093 56,4 19 240 51,6 Adultes de 18 ans ou + 33 556 46,0 15 527 43,6 18 029 48,4 Manquant/NSP 38 0,1 20 0,1 18 0,0 La structure de la population par âge et par sexe établie à partir des données de l’enquête MICS Bénin est représentée par la pyramide des âges (Graphique HH.1). Le graphique montre que globalement, la pyramide du Bénin présente une base élargie. Cette situation met en exergue le fait que la population du Bénin est jeune. La pyramide se rétrécit rapidement pour les âges élevés ; c’est caractéristique des populations à fécondité et à mortalité élevées. Par ailleurs, la répartition par âge selon le sexe présente des disparités : déficit de femmes, surplus de femmes de 25-29 ans et de 50-54 ans, surplus d’hommes de 50-54 ans. Ces disparités pourraient être expliquées par des problèmes enregistrés lors de la collecte des données (ménages non retrouvés, absence des ménages pour une longue durée, déplacement des âges). BÉNIN 2014 63 MICS Graphique HH.1 : Répartition par âge et par sexe de la population des ménages, Bénin, 2014 Les tableaux HH.3, HH.4 et HH.5 fournissent les informations de base relatives aux ménages, aux répondantes âgées de 15-49 ans, aux répondants âgés de 15-49 ans et aux enfants de moins de 5 ans. Les nombres tant non pondérés que pondérés y sont présentés. Ces informations sont essentielles pour l’interprétation des résultats présentés plus loin dans le rapport et fournissent des éléments de base sur la représentativité de l’échantillon de l’enquête MICS Bénin. Les autres tableaux de ce rapport ne sont présentés qu’avec des chiffres pondérés1. Le tableau HH.3 fournit les renseignements de base relatifs aux ménages : le sexe du chef de ménage, le département, le milieu de résidence, le nombre de membres du ménage et le niveau d’instruction du chef de ménage. Ces caractéristiques de base sont utilisées dans les tableaux présentés dans le présent rapport ; les chiffres figurant dans le tableau sont également destinés à montrer le nombre d’observations par grandes catégories d’analyse dans le rapport. Les nombres pondérés et non pondérés de ménages sont égaux, les poids d’échantillonnage ayant été normalisés. Le tableau HH.3 montre également la taille moyenne pondérée des ménages estimée par l’enquête MICS Bénin. D’après les résultats du tableau HH.3, la proportion de ménages ayant comme chef une femme est estimée à 22 pour cent. L’analyse de la composition des ménages montre que la taille moyenne des ménages est estimée à 5,2 membres. De plus, un ménage sur dix est composé d’une personne et la proportion de ménages avec deux personnes est estimée à 9 pour cent ; en revanche, la proportion de ménages de trois à cinq personnes est estimée à 42 pour cent contre 39 pour cent pour les ménages de six personnes ou plus. Par ailleurs, l’analyse du niveau d’instruction des chefs de ménage montre que la moitié (50 %) des ménages enquêtés est dirigée par des personnes non instruites. Les proportions de chefs de ménage ayant les niveaux secondaire 1 (12 %) et secondaire 2 ou plus (12 %) représentent respectivement la moitié de la proportion des chefs de ménage ayant le niveau primaire (25 %). 1 Voir Annexe A : Échantillonnage, pour davantage de détails sur le poids de l’échantillon. 64MICS COUVERTURE DE L’ÉCHANTILLON ET CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES RÉPONDANT(E)S Tableau HH.3: Composition des ménages Distribution en pourcentage et en fréquence des ménages selon des caractéristiques sélectionnées, Bénin, 2014 Nombre de ménages Pourcentage pondéré Pondéré Non pondéré Total 100,0 14 077 14 077 Sexe du chef de ménage Masculin 77,9 10 968 10 886 Féminin 22,1 3 109 3 191 Département Alibori 5,1 724 618 Atacora 6,6 924 651 Atlantique 16,2 2 274 1 294 Borgou 9,6 1 358 822 Collines 7,7 1 089 1 327 Couffo 8,6 1 216 904 Donga 3,7 517 938 Littoral 8,8 1 239 3 513 Mono 6,6 936 1 116 Ouémé 12,2 1 711 1 147 Plateau 6,2 867 818 Zou 8,7 1 223 929 Milieu de résidence Urbain 48,5 6 830 8 065 Rural 51,5 7 247 6 012 Nombre de membres du ménage 1 10,2 1 429 1 428 2 9,3 1 309 1 298 3 12,7 1 789 1 818 4 15,1 2 127 2 126 5 14,1 1 985 2 044 6 12,2 1 724 1 685 7 8,8 1 246 1 223 8 5,4 756 748 9 3,5 496 475 10+ 8,6 1 216 1 232 Instruction du chef du ménage Aucune 49,9 7 025 6 322 Primaire 25,3 3 560 3 605 Secondaire 1 12,2 1 712 1 961 Secondaire 2 ou plus 12,4 1 741 2 157 Manquant/NSP 0,3 39 32 Taille moyenne des ménages 5,2 14 077 14 077 BÉNIN 2014 65 MICS La proportion élevée de chefs de ménage ayant un faible niveau d’instruction va se traduire par la faible qualification de ces derniers pour des emplois décents à forte rémunération. Cette situation pourrait affecter négativement le bien-être et le niveau de vie des ménages et, de ce fait, affecter négativement la prise en charge de la scolarisation des enfants et de la santé des membres du ménage. Caractéristiques des répondant(e)s âgé(e)s de 15-49 ans et des enfants de moins de 5 ans Les tableaux HH.4, HH.4M et HH.5 fournissent des informations sur les caractéristiques de base des répondant(e)s âgé(e)s de 15-49 ans et des enfants âgés de moins de 5 ans enquêtés. Dans les trois tableaux, les nombres totaux d’observations pondérées et non pondérées sont égaux, les poids d’échantillonnage ayant été normalisés (standardisés)2. En plus de fournir d’utiles informations sur les caractéristiques de base des femmes, des hommes et des enfants de moins de 5 ans, les tableaux sont également destinés à montrer les nombres d’observations au niveau de chaque catégorie de base. Ces catégories sont utilisées dans les tableaux figurant dans le présent rapport. Le tableau HH.4 fournit les caractéristiques de base des répondantes âgées de 15-49 ans. Il comprend des informations relatives à la répartition des femmes selon le département, le milieu de résidence, l’âge, l’état matrimonial/union, l’état de maternité, les naissances au cours des deux dernières années, le niveau d’instruction3 et les quintiles de l’indice de bien-être économique 4,5. Les résultats du tableau HH.4 montrent que 53 pour cent des femmes ne sont pas instruites ; la proportion de femmes ayant un niveau d’instruction primaire est estimée à 23 pour cent, contre 16 pour cent pour celles ayant un niveau secondaire 1, et 8 pour cent pour celles ayant un niveau secondaire 2 ou plus. Au moment de l’enquête MICS Bénin, 70 pour cent des femmes étaient mariées ou vivaient avec un homme. La proportion de femmes jamais mariées ou qui ont vécu avec un homme dans le passé est estimée à 25 pour cent contre 3 pour cent qui étaient séparées ; très peu de femmes étaient veuves et divorcées. Par ailleurs, parmi les femmes en âge de procréer, 74 pour cent ont déjà mis au monde un enfant avec 34 pour cent qui ont eu une naissance au cours des deux dernières années. Les résultats de ce tableau montrent, en outre, que 24 pour cent des femmes vivent dans des ménages riches contre 18 pour cent vivant dans des ménages plus pauvres. L’analyse selon le milieu de résidence ne révèle pas d’écart important en termes de pourcentage de femmes entre milieu urbain (49 %) et rural (51 %). 2 Ceci a été déterminé en demandant d’écrire les questions posées et utilisées pour la construction de cette variable de base ; les questions typiques posées dans les enquêtes MICS sont la langue maternelle, l’origine ethnique et/ou la religion. 3 Tout au long de ce rapport, sauf indication contraire, « instruction » se réfère au plus haut niveau de scolarité atteint par le (la) répondant(e) lorsqu’elle est utilisée comme une variable de base. 4 L’indice de bien-être économique est un indicateur composite de la richesse. Pour construire l’indice de bien-être économique, l’analyse en composantes principales est effectuée à l’aide des informations sur la possession de biens de consommation, les caractéristiques du logement, l’eau et l’assainissement, et d’autres caractéristiques qui sont liées à la richesse du ménage, pour générer des poids (scores factoriels) pour chacun des éléments utilisés. Tout d’abord, les scores factoriels initiaux sont calculés pour l’échantillon total. Ensuite, les scores factoriels distincts sont calculés pour les ménages en milieux urbain et rural. Enfin, les scores factoriels urbains et ruraux sont régressés sur les scores factoriels initiaux pour obtenir les scores factoriels combinés définitifs pour l’échantillon total. Ceci est réalisé pour réduire au minimum le biais urbain des valeurs de l’indice de bien-être économique. Il est alors attribué à chaque ménage dans l’échantillon total un score de richesse en fonction des biens détenus par ce ménage et des scores factoriels définitifs obtenus comme décrit ci-dessus. Les populations des ménages sont ensuite classées selon le score de richesse du ménage dans lequel elles vivent et sont finalement divisées en 5 parties égales (quintiles) du plus bas (les plus pauvres) au plus élevé (les plus riches). Dans l’enquête MICS Bénin, les biens suivants ont été utilisés dans ces calculs : énumérer les biens utilisés dans les calculs. L’indice de bien-être économique est censé prendre en compte la richesse sous-jacente à long terme grâce à des informations sur les avoirs des ménages et est destiné à établir un classement des ménages selon la richesse, du plus pauvre au plus riche. L’indice de bien-être économique ne fournit pas d’informations sur la pauvreté absolue, les niveaux de revenus ou de dépenses actuelles. Les scores de richesse calculés ne sont applicables qu’à l’ensemble de données particulier sur lequel ils sont basés. De plus amples informations sur la construction de l’indice de bien-être économique se trouve dans Filmer D. et Pritchett L., 2001, “Estimating wealth effects without expenditure data – or tears: An application to educational enrolments in states of India”. Demography, 38(1): 115-132. Rutstein,S.O. and Johnson K., 2004. The DHS Wealth Index. DHS Comparative Reports n° 6. Calverton, Maryland: ORC Macro and Rutstein S.O., 2008. The DHS Wealth Index: Approaches for Rural and Urban Areas. DHS Working Papers n° 60. Calverton, Maryland: Macro International Inc. 5 Lors de la description des résultats de l’enquête selon les quintiles de bien-être économique, la terminologie appropriée est utilisée pour désigner les membres des ménages pris individuellement, comme par exemple « les femmes dans la population des quintiles les plus riches », qui est utilisée indifféremment avec « les femmes dans la population de l’enquête vivant dans les ménages des quintiles les plus riches » et similaire. 66MICS COUVERTURE DE L’ÉCHANTILLON ET CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES RÉPONDANT(E)S Tableau HH.4 : Caractéristiques de base des femmes Distribution en pourcentage et fréquence des femmes âgées de 15-49 ans selon les caractéristiques de base sélectionnées, Bénin, 2014 Nombre de femmes Pourcentage pondéré Pondéré Non pondéré Total 100,0 15 815 15 815 Département Alibori 6,6 1 045 900 Atacora 8,5 1 339 958 Atlantique 14,9 2 359 1 357 Borgou 10,4 1 642 987 Collines 6,7 1 067 1 255 Couffo 8,8 1 392 1 039 Donga 5,1 806 1 482 Littoral 8,7 1 377 3 813 Mono 5,9 928 1 115 Ouémé 11,2 1 772 1 137 Plateau 5,7 903 831 Zou 7,5 1 185 941 Milieu de résidence Urbain 49,0 7 753 8 968 Rural 51,0 8 062 6 847 Âge 15-19 19,7 3 115 3 151 20-24 17,5 2 765 2 755 25-29 18,0 2 840 2 777 30-34 15,0 2 375 2 374 35-39 13,3 2 108 2 083 40-44 9,7 1 538 1 538 45-49 6,8 1 073 1 137 Situation de famille/union Mariée actuellement/vit avec un homme 70,1 11 082 10 732 Veuve 1,7 267 275 Divorcée 0,6 97 116 Séparée 2,8 450 507 Jamais mariée/vécu avec un homme 24,8 3 920 4 184 Manquant/NSP 0,0 0 1 État de maternité N'a jamais mis au monde 26,2 4 142 4 369 A déjà mis au monde 73,8 11 673 11 446 A eu une naissance dans les 2 dernières années 34,1 5 388 5 052 Pas de naissance dans les 2 dernières années 39,8 6 298 6 404 Instruction Aucune 52,8 8 344 7 652 Primaire 22,6 3 569 3 607 Secondaire 1 16,4 2 590 2 857 Secondaire 2 ou plus 8,3 1 313 1 699 Quintile du bien-être économique Le plus pauvre 17,7 2 793 2 416 Second 17,6 2 790 2 402 Moyen 19,8 3 130 2 715 Quatrième 21,2 3 358 3 143 Le plus riche 23,7 3 745 5 139 BÉNIN 2014 67 MICS Le tableau HH.4M fournit les caractéristiques de base des répondants âgés de 15-49 ans. Il comprend des informations relatives à la répartition des hommes selon le département, le milieu de résidence, l’âge, l’état matrimonial, le statut de paternité, le niveau d’instruction et les quintiles de l’indice de bien-être économique. Le tableau montre que 30 pour cent des hommes ne sont pas instruits. Par ailleurs, plus de la moitié des hommes (54 %) sont actuellement mariés et 55 pour cent d’entre eux ont au moins un enfant. L’analyse du niveau de vie des hommes montre que 23 pour cent des hommes vivent dans les ménages les plus riches contre 19 pour cent vivant dans les ménages les plus pauvres. Selon le milieu de résidence, il n’y a pas d’écart entre les proportions des hommes vivant en milieu urbain (50 %) et rural (50 %). Tableau HH.4M : Caractéristiques de base des hommes Distribution en pourcentage et fréquence des hommes âgés de 15-49 ans selon les caractéristiques de base sélectionnées, Bénin, 2014 Nombre d’hommes Pourcentage pondéré Pondéré Non pondéré Total 100,0 4 371 4 371 Département Alibori 6,1 266 229 Atacora 8,1 356 254 Atlantique 15,6 684 381 Borgou 10,8 471 286 Collines 6,7 293 354 Couffo 8,2 359 268 Donga 5,6 246 445 Littoral 8,9 391 1 078 Mono 5,0 220 274 Ouémé 10,9 475 301 Plateau 6,0 262 233 Zou 8,0 348 268 Milieu de résidence Urbain 50,4 2 203 2 520 Rural 49,6 2 168 1 851 Âge 15-19 24,2 1 058 1 044 20-24 16,8 735 733 25-29 13,7 600 596 30-34 14,4 628 636 35-39 12,1 528 530 40-44 11,7 512 507 45-49 7,1 310 325 Situation de famille/union Marié actuellement/vit avec une femme 54,4 2 377 2 298 Veuf 0,4 17 14 Divorcé 0,8 36 32 Séparé 1,3 55 79 Jamais marié/vécu avec une femme 43,2 1 886 1 948 Statut de paternité A au moins un enfant vivant 55,0 2 403 2 352 N'a pas d'enfant vivant 45,0 1 968 2 018 Manquant/NSP 0,0 0 1 Instruction Aucune 29,9 1 308 1 174 Primaire 26,0 1 135 1 093 Secondaire 1 24,1 1 051 1 081 Secondaire 2 ou plus 20,1 877 1 023 Quintile du bien-être économique Le plus pauvre 18,8 821 698 Second 18,5 809 670 Moyen 20,4 891 770 Quatrième 19,3 845 827 Le plus riche 23,0 1 005 1 406 68MICS COUVERTURE DE L’ÉCHANTILLON ET CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES RÉPONDANT(E)S Le tableau HH.5 fournit les caractéristiques de base des enfants de moins de 5 ans. Il comprend des informations relatives à la répartition des enfants selon le département, le milieu de résidence, l’âge, le sexe, le niveau d’instruction de la mère et les quintiles de l’indice de bien-être économique. Tableau HH.5 : Caractéristiques de base des enfants de moins de 5 ans Distribution en pourcentage et fréquence des enfants de moins de 5 ans selon les caractéristiques de base sélectionnées, Bénin, 2014 Nombre d’enfants de moins de 5 ans Pourcentage pondéré Pondéré Non pondéré Total 100,0 12 250 12 250 Sexe Masculin 49,1 6 011 6 039 Féminin 50,9 6 239 6 211 Département Alibori 7,4 902 828 Atacora 8,6 1 054 799 Atlantique 14,1 1 728 1 021 Borgou 12,1 1 479 979 Collines 6,9 844 1 073 Couffo 8,7 1 062 815 Donga 5,5 678 1 277 Littoral 5,8 713 2 139 Mono 5,6 691 862 Ouémé 11,1 1 361 956 Plateau 6,1 749 728 Zou 8,1 990 773 Milieu de résidence Urbain 43,7 5 349 6 152 Rural 56,3 6 901 6 098 Âge 0-5 mois 10,7 1 312 1 284 6-11 mois 9,9 1 215 1 192 12-23 mois 19,8 2 426 2 447 24-35 mois 19,7 2 415 2 447 36-47 mois 20,2 2 473 2 470 48-59 mois 19,7 2 409 2 410 Répondant au questionnaire enfant moins de 5 ans Mère 93,5 11 457 11 382 Autre gardien(ne) principal(e) 6,5 793 868 Instruction de la mèrea Aucune 64,9 7 945 7 508 Primaire 22,1 2 709 2 761 Secondaire 1 9,3 1 140 1 335 Secondaire 2 ou plus 3,7 456 646 Quintile du bien-être économique Le plus pauvre 21,2 2 597 2 342 Second 20,7 2 531 2 256 Moyen 20,4 2 498 2 268 Quatrième 20,1 2 462 2 380 Le plus riche 17,6 2 161 3 004 a Le niveau d’instruction de la mère se réfère au niveau d’instruction atteint par la mère ou le responsable des enfants de moins de 5 ans, qui sont les répondantes du questionnaire des moins de 5 ans si la mère est décédée ou vit ailleurs. BÉNIN 2014 69 MICS La proportion de ces enfants varie entre 10 pour cent (pour les 6-11 mois) et 20 pour cent (pour les 36-37 mois); la proportion des enfants âgés de 0-5 mois est estimée à 11 pour cent. Par ailleurs, il ressort que 65 pour cent des enfants ont des mères non instruites, seulement 4 pour cent ont une mère ayant atteint le niveau secondaire 2 ou plus. Le tableau montre également que 21 pour cent des enfants vivent dans les ménages les plus pauvres pour seulement 18 pour cent vivant dans les ménages les plus riches. Le nombre d’enfants enquêtés est estimé à 56 pour cent en milieu rural et 44 pour cent en milieu urbain. Caractéristiques du logement, possession de biens et quintiles de bien-être économique Les tableaux HH.6, HH.7 et HH.8 fournissent davantage de détails sur les caractéristiques au niveau des ménages. Le tableau HH.6 présente les caractéristiques du logement, par milieu et département, réparties en fonction de l’électricité, des principaux matériaux de revêtement du plancher, du toit et des murs extérieurs, ainsi que du nombre de pièces utilisées pour dormir dans le logement. Au cours de l’enquête MICS Bénin, certaines questions ont été posées en vue de déterminer les caractéristiques des logements. Ces questions portaient principalement sur la disponibilité de l’électricité, les matériaux de revêtement du sol, le nombre de pièces utilisées pour dormir, l’endroit pour cuisiner et le combustible employé pour cuisiner. Les résultats présentés dans le tableau HH.6 montrent qu’en 2014, un ménage sur trois (34 %) dispose d’électricité au Bénin. L’analyse selon le milieu de résidence met en exergue d’énormes disparités. En effet, seulement 14 pour cent des ménages vivent dans un logement disposant d’électricité en milieu rural contre 56 pour cent en milieu urbain. Par ailleurs, des questions ont été posées sur les caractéristiques du sol, du mur et du toit des logements occupés par les ménages. Ainsi, l’analyse du tableau HH.6 montre que deux ménages sur trois (66 %) vivent dans un logement dont le sol est en matériaux de construction finis (ciment ou carrelage). La nature du sol des logements occupés par les ménages varie selon le milieu de résidence. En effet, pour les logements dont le sol est revêtu de matériaux finis, la proportion de ménages est estimée à 84 pour cent en milieu urbain contre 50 pour cent en milieu rural. Très peu de ménages (1 %) vivent dans des logements dont le sol est recouvert de matériaux rudimentaires (terre ou sable). Pour ce qui est des murs du logement, environ la moitié des ménages (53 %) vivent dans un logement dont les murs sont en matériaux finis (ciment, carreaux, pierres, briques ou blocs de ciment). Aussi observe-t-on qu’environ cinq ménages sur dix (55 %) habitent dans des logements dont le toit est en matériaux naturels ; seulement 7 pour cent des ménages vivent dans des logements dont le toit est recouvert de matériaux rudimentaires tels que le chaume, les palmes ou des feuilles. Par ailleurs, les résultats du tableau montrent que 36 pour cent des ménages utilisent une pièce pour dormir. La proportion des ménages utilisant deux pièces pour dormir est estimée à 38 pour cent et plus d’un ménage sur quatre (26 %) dispose d’au moins trois pièces pour dormir. Les variations selon le milieu de résidence ne sont pas très importantes. 70MICS COUVERTURE DE L’ÉCHANTILLON ET CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES RÉPONDANT(E)S T ab le au H H .6 : C ar ac té ri st iq u es d es lo ge m en ts D is tr ib ut io n en p ou rc en ta ge d es m én ag es p ar c ar ac té ri st iq ue s de lo ge m en t sé le ct io nn ée s, s el on le m ili eu d e ré si de nc e et le d ép ar te m en t, B én in , 2 01 4 M ili eu d e ré si de nc e D ép ar te m en t To ta l U rb ai n R ur al A lib or i A ta co ra A tla nt iq ue Bo rg ou C ol lin es C ou ffo D on ga Li tt or al M on o O ué m é Pl at ea u Z ou Él ec tr ic it é O ui 34 ,1 55 ,8 13 ,7 15 ,6 21 ,6 36 ,5 34 ,9 23 ,6 19 ,0 35 ,1 84 ,8 32 ,0 39 ,2 31 ,0 18 ,8 N on 65 ,9 44 ,2 86 ,3 84 ,4 78 ,4 63 ,5 65 ,1 76 ,4 81 ,0 64 ,9 15 ,2 68 ,0 60 ,8 69 ,0 81 ,2 M an qu an t/ N SP 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 M at ér ia u du s ol So l n at ur el 32 ,3 15 ,8 47 ,9 57 ,4 44 ,7 25 ,9 37 ,4 27 ,8 49 ,2 14 ,3 1, 8 39 ,8 21 ,4 37 ,0 46 ,1 So l r ud im en ta ire 1, 1 0, 4 1, 7 0, 1 0, 1 2, 8 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 5 0, 2 4, 7 0, 1 0, 0 So l fi ni 66 ,3 83 ,6 50 ,1 42 ,6 55 ,0 71 ,3 62 ,6 71 ,9 50 ,8 84 ,6 96 ,9 59 ,4 73 ,2 62 ,8 53 ,9 A ut re 0, 3 0, 2 0, 3 0, 0 0, 2 0, 0 0, 0 0, 3 0, 0 1, 1 0, 7 0, 6 0, 6 0, 1 0, 0 M an qu an t/ N SP 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 To it To it na tu re l 54 ,7 31 ,7 76 ,9 84 ,3 88 ,2 56 ,9 65 ,5 79 ,6 74 ,5 65 ,5 2, 4 65 ,7 38 ,2 55 ,1 56 ,0 To it ru di m en ta ire 7, 2 7, 4 7, 0 5, 6 0, 0 2, 1 7, 4 1, 0 2, 5 1, 4 10 ,2 13 ,1 14 ,4 5, 5 0, 0 To it fin i 35 ,3 56 ,2 15 ,2 5, 3 10 ,5 40 ,0 18 ,5 15 ,4 23 ,0 29 ,8 76 ,8 21 ,2 46 ,8 39 ,4 44 ,0 A ut re 2, 7 4, 5 1, 0 4, 8 1, 2 0, 4 8, 6 4, 1 0, 0 3, 3 10 ,6 0, 0 0, 7 0, 0 0, 0 M an qu an t/ N SP 0, 1 0, 2 0, 0 0, 0 0, 0 0, 6 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 M ur s ex té ri eu rs M ur s na tu re ls 43 ,3 24 ,3 61 ,2 70 ,2 65 ,2 34 ,7 52 ,4 43 ,8 59 ,3 32 ,8 2, 8 53 ,4 29 ,2 45 ,6 55 ,7 M ur s ru di m en ta ire s 3, 0 1, 9 4, 0 0, 6 1, 0 1, 6 3, 9 0, 9 4, 1 1, 3 3, 8 3, 7 9, 3 0, 1 0, 7 M ur s fin is 52 ,7 72 ,9 33 ,7 29 ,3 33 ,5 62 ,9 43 ,3 52 ,6 36 ,4 64 ,8 91 ,0 39 ,6 60 ,6 54 ,1 43 ,4 A ut re 1, 0 0, 9 1, 1 0, 0 0, 4 0, 7 0, 4 2, 6 0, 2 1, 1 2, 4 3, 2 0, 8 0, 1 0, 2 M an qu an t/ N SP 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 1 0, 0 0, 0 Ch am br es u ti lis ée s po ur d or m ir 1 35 ,7 37 ,5 34 ,0 14 ,3 21 ,2 46 ,2 32 ,8 41 ,3 25 ,0 19 ,3 44 ,7 33 ,6 38 ,9 39 ,2 40 ,9 2 38 ,0 38 ,7 37 ,4 34 ,1 31 ,7 35 ,2 35 ,9 35 ,1 46 ,0 28 ,3 38 ,1 48 ,0 40 ,9 33 ,8 42 ,7 3 ou p lu s 26 ,3 23 ,8 28 ,6 51 ,6 47 ,0 18 ,6 31 ,3 23 ,6 29 ,0 52 ,4 17 ,1 18 ,4 20 ,1 27 ,1 16 ,4 M an qu an t/ N SP 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 1 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 To ta l 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 N om br e de m én ag es 14 0 77 6 83 0 7 24 7 72 4 92 4 2 27 4 1 35 8 1 08 9 1 21 6 51 7 1 23 9 93 6 1 71 1 86 7 1 22 3 N om br e m oy en d e pe rs on ne s pa r ch am br e ut ili sé e po ur d or m ir 2, 6 2, 6 2, 7 2, 6 2, 5 2, 7 2, 9 2, 6 2, 4 2, 7 2, 6 2, 5 2, 7 2, 6 2, 8 BÉNIN 2014 71 MICS Le tableau HH.7 présente les ménages répartis selon la possession de biens par les ménages et par les membres des ménages pris individuellement. Cela comprend également la possession de logement. D’après les résultats du tableau HH7, la radio et le téléphone mobile apparaissent comme les biens que les ménages possèdent le plus (59 % pour la radio et 81 % pour le téléphone mobile). En revanche, une faible proportion de ménages (6 %) possède une connexion Internet et environ 5 pour cent des ménages disposent d’un ordinateur, mais essentiellement en milieu urbain. En outre, les résultats montrent que 55 pour cent des ménages disposent d’une motocyclette/scooter ; plus d’un ménage sur deux (56 %) a déclaré posséder de la terre cultivable. Par ailleurs, la possession de terres cultivables est plus fréquente en milieu rural (74 % en milieu rural contre 37 % en milieu urbain). Aussi, 46 pour cent des ménages possèdent des animaux de ferme ; le milieu rural vient en tête avec un pourcentage estimé à 61 pour cent contre 31 pour cent en milieu urbain. En ce qui concerne la propriété du logement, plus de deux tiers des ménages (68 %) sont propriétaires de leur logement ; cette proportion est plus élevée en milieu rural (80 %) qu’en milieu urbain (55 %). 72MICS COUVERTURE DE L’ÉCHANTILLON ET CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES RÉPONDANT(E)S T ab le au H H .7 : B ie n s d es m én ag es e t d es in d iv id u s Po ur ce nt ag e de m én ag es s el on la p os se ss io n de b ie ns p ar le m én ag e ou le s in di vi du s du m én ag e sé le ct io nn és e t di st ri bu tio n en p ou rc en ta ge s el on la pr op ri ét é du lo ge m en t, s el on le m ili eu d e ré si de nc e et le d ép ar te m en t, B én in , 2 01 4 M ili eu d e ré si de nc e D ép ar te m en t To ta l U rb ai n R ur al A lib or i A ta co ra A tla nt iq ue Bo rg ou C ol lin es C ou ffo D on ga Li tt or al M on o O ué m é Pl at ea u Z ou Po ur ce nt ag e de m én ag es q ui p os sè de nt : R ad io 58 ,6 63 ,6 54 ,0 66 ,2 53 ,4 59 ,6 56 ,2 53 ,3 54 ,5 59 ,5 72 ,1 49 ,3 57 ,4 58 ,7 62 ,9 T él év is io n 32 ,6 50 ,5 15 ,8 13 ,4 18 ,7 41 ,4 28 ,6 22 ,5 19 ,5 33 ,1 74 ,5 23 ,7 38 ,7 34 ,5 19 ,4 T él ép ho ne fi xe 1, 2 2, 1 0, 3 0, 5 0, 7 2, 4 1, 6 0, 1 0, 4 0, 3 3, 9 0, 6 0, 5 0, 4 0, 2 R éf rig ér at eu r 5, 1 9, 5 1, 0 0, 8 2, 6 7, 3 4, 5 2, 1 0, 5 0, 8 22 ,4 2, 4 4, 9 3, 4 1, 5 R éc ha ud à g az 5, 1 9, 8 0, 6 0, 0 1, 0 7, 0 1, 7 0, 6 0, 2 0, 4 28 ,2 1, 2 6, 7 2, 4 1, 2 C ui si ni èr e 3, 0 5, 8 0, 4 0, 2 0, 5 5, 8 1, 5 0, 1 0, 3 0, 5 15 ,8 1, 0 1, 7 1, 2 0, 9 Ve nt ila te ur 15 ,9 28 ,2 4, 4 7, 1 9, 4 19 ,1 12 ,1 8, 1 6, 6 12 ,8 53 ,4 8, 3 20 ,0 11 ,7 7, 2 Fo ye r am él io ré 12 ,6 20 ,0 5, 7 17 ,8 4, 7 17 ,9 1, 3 1, 6 5, 9 20 ,8 42 ,2 3, 4 8, 7 12 ,4 13 ,9 Fe r à re pa ss er é le ct riq ue 6, 7 12 ,7 1, 0 2, 4 2, 2 9, 9 3, 7 2, 3 2, 2 1, 0 29 ,8 3, 7 5, 8 5, 8 1, 8 Fa ut eu il m od er ne 23 ,4 36 ,7 10 ,9 12 ,3 20 ,7 27 ,5 19 ,7 11 ,5 17 ,8 15 ,6 60 ,7 17 ,0 28 ,4 13 ,3 15 ,6 M at el as e n m ou ss e 36 ,0 55 ,3 17 ,8 47 ,2 22 ,2 39 ,8 40 ,9 22 ,8 20 ,4 37 ,8 84 ,7 33 ,1 31 ,8 25 ,9 19 ,8 Li t 54 ,4 66 ,7 42 ,8 54 ,0 33 ,9 56 ,8 63 ,7 49 ,7 65 ,2 60 ,4 83 ,5 61 ,2 41 ,9 41 ,6 38 ,1 O rd in at eu r 5, 4 10 ,1 1, 0 1, 1 2, 8 10 ,4 4, 2 1, 7 0, 9 1, 9 20 ,1 2, 0 5, 3 3, 4 1, 0 C on ne xi on In te rn et 6, 3 11 ,1 1, 8 1, 5 1, 6 11 ,9 4, 5 2, 9 1, 6 3, 1 21 ,4 3, 0 4, 5 8, 3 2, 0 Po ur ce nt ag e de m én ag es q ui p os sè de nt : Te rr es a gr ic ol es 55 ,8 36 ,7 73 ,8 88 ,6 81 ,2 33 ,5 69 ,2 78 ,4 82 ,1 78 ,7 10 ,0 58 ,6 32 ,8 53 ,9 65 ,4 A ni m au x de fe rm e/ bé ta il 46 ,3 30 ,5 61 ,1 78 ,3 65 ,3 40 ,0 51 ,0 50 ,7 74 ,5 51 ,0 5, 2 51 ,0 33 ,2 42 ,9 43 ,9 Po ur ce nt ag e de m én ag es d an s le sq ue ls a u m oi ns u n m em br e po ss èd e : M on tr e 39 ,7 49 ,4 30 ,5 33 ,9 33 ,7 37 ,3 31 ,7 29 ,6 39 ,3 37 ,6 69 ,0 38 ,4 42 ,0 43 ,4 36 ,9 T él ép ho ne m ob ile 81 ,4 89 ,2 74 ,0 71 ,1 71 ,5 86 ,5 76 ,6 80 ,5 77 ,3 87 ,7 96 ,4 79 ,9 83 ,2 85 ,0 73 ,9 Bi cy cl et te 24 ,2 16 ,8 31 ,1 50 ,9 48 ,5 19 ,5 24 ,4 19 ,7 33 ,5 32 ,6 5, 6 14 ,3 9, 9 27 ,2 33 ,7 M ot oc yc le tt e ou s co ot er 55 ,1 59 ,1 51 ,2 65 ,5 48 ,7 56 ,9 68 ,4 56 ,4 48 ,9 64 ,0 57 ,6 33 ,5 51 ,0 60 ,9 52 ,3 C ha rr et te ti ré e pa r un a ni m al 2, 0 1, 1 2, 8 16 ,0 6, 4 0, 2 4, 4 0, 7 0, 3 1, 0 0, 3 0, 1 0, 4 1, 0 0, 2 Vo itu re o u ca m io n 5, 1 8, 4 2, 0 2, 8 1, 4 8, 8 3, 7 3, 0 1, 8 4, 2 14 ,0 1, 3 5, 2 6, 0 2, 7 Ba te au à m ot eu r 0, 2 0, 2 0, 2 0, 8 0, 1 0, 3 0, 0 0, 0 0, 3 0, 0 0, 3 0, 1 0, 4 0, 5 0, 0 C om pt e ba nc ai re 16 ,2 25 ,5 7, 4 6, 4 13 ,5 22 ,7 12 ,4 14 ,8 10 ,0 9, 5 39 ,8 9, 3 15 ,5 14 ,1 9, 8 Pr op rié té d u lo ge m en t U n m em br e du m én ag e pr op rié ta ire 67 ,5 54 ,5 79 ,8 89 ,9 83 ,7 58 ,9 67 ,5 72 ,3 74 ,8 85 ,0 39 ,9 70 ,4 54 ,0 65 ,6 85 ,3 Pa s pr op rié ta ire 32 ,5 45 ,5 20 ,2 10 ,1 16 ,3 41 ,1 32 ,5 27 ,7 25 ,2 15 ,0 60 ,1 29 ,6 46 ,0 34 ,4 14 ,7 Lo ué 17 ,7 30 ,0 6, 2 6, 2 14 ,1 22 ,8 21 ,0 13 ,3 9, 3 8, 7 45 ,8 12 ,2 18 ,0 11 ,8 9, 9 A ut re 14 ,7 15 ,5 14 ,0 3, 9 2, 3 18 ,2 11 ,4 14 ,4 15 ,9 6, 3 14 ,3 17 ,4 28 ,0 22 ,6 4, 7 M an qu an t/ N SP 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 N om br e de m én ag es 14 0 77 6 83 0 7 24 7 72 4 92 4 2 27 4 1 35 8 1 08 9 1 21 6 51 7 1 23 9 93 6 1 71 1 86 7 1 22 3 BÉNIN 2014 73 MICS Le tableau HH.8 montre comment les populations des ménages sont réparties selon les quintiles de bien-être économique, par milieu de résidence et département. L’analyse du tableau HH.8 montre qu’environ 20 pour cent des ménages se retrouvent dans chaque quintile de bien-être ; le milieu urbain enregistre une proportion relativement importante (41 %) de ménages se situant dans le quintile de bien-être le plus riche. L’analyse selon les départements montre que le département du Littoral (85 %) enregistre le plus de ménages se trouvant dans le quintile de bien-être le plus riche. En milieu rural, seulement 3 pour cent des ménages appartiennent au quintile le plus riche. On note, en particulier, que l’Alibori (39 %) et l’Atacora (37 %) sont les départements qui ont enregistré le plus de ménages se situant dans les deux quintiles les plus pauvres. Le graphique HH.2 illustre bien les disparités entre départements pour les quintiles « le plus pauvre » et « le plus riche ». Tableau HH.8 : Indice de bien-être économique Distribution en pourcentage de la population des ménages selon l’indice de bien-être économique, selon le milieu de résidence et le département, Bénin, 2014 Quintiles de l'indice de bien-être économique Total Nombre de membres des ménages Le plus pauvre Second Moyen Quatrième Le plus riche Total 20,0 20,0 20,0 20,0 20,0 100,0 72 927 Milieu de résidence Urbain 13,2 7,2 11,6 27,4 40,6 100,0 33 366 Rural 25,8 30,8 27,1 13,7 2,7 100,0 39 562 Département Alibori 38,8 24,3 19,9 12 5,0 100,0 5 125 Atacora 36,6 29,2 11,1 12,3 10,9 100,0 6 095 Atlantique 13,7 14,0 20,2 24,3 27,8 100,0 10 441 Borgou 31,6 22,0 16,6 13,7 16,1 100,0 8 317 Collines 20,5 23,4 29,7 21,0 5,3 100,0 5 191 Couffo 18,0 31,4 26,7 17,4 6,5 100,0 6 152 Donga 11,2 20,4 29,4 27,4 11,6 100,0 3 970 Littoral 0,0 0,0 0,6 14,2 85,1 100,0 5 225 Mono 20,9 20,5 19,4 26,5 12,7 100,0 4 185 Ouémé 8,5 13,3 20,9 30,1 27,1 100,0 8 013 Plateau 20,5 17,1 25,6 23,6 13,2 100,0 4 295 Zou 21,3 27,6 24,2 17,2 9,6 100,0 5 919 74MICS COUVERTURE DE L’ÉCHANTILLON ET CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES RÉPONDANT(E)S Graphique HH.2 : Carte des quintiles « plus pauvre » et « plus riche » du bien-être des ménages, Bénin, 2014 Pourcentage de ménages se trouvant Pourcentage de ménages se trouvant dans le quintile « le plus pauvre » dans le quintile « le plus riche » Statut d’occupation et branche d’activité des femmes Le tableau HH.8A présente les résultats concernant le statut d’occupation des femmes (15-49 ans) interviewées. Les résultats de ce tableau indiquent que trois femmes sur quatre (75 %) étaient occupées au moment de l’enquête MICS Bénin (69 % en milieu urbain contre 81 % en milieu rural). Les femmes non occupées au moment de l’enquête MICS Bénin (25 % des femmes) sont en grande partie des étudiantes ou en apprentissage, et seulement 1 % est à la recherche de leur premier emploi. Par ailleurs, très peu de femmes (3 %) sont employeurs ou salariées temporaires ou permanentes ; en revanche, plus de la moitié ont déclaré être employées indépendantes (57 %) ; la proportion des femmes employées indépendantes est plus élevée en milieu rural (60 %) qu’en milieu urbain (53 %). De même, 11 pour cent des femmes sont employées comme aide familiale (7 % en milieu urbain contre 14 % en milieu rural). Le graphique HH.3 présente en détail les disparités notées entre départements. L’analyse de ce tableau montre également que les types d’occupation varient en fonction du milieu de résidence. En effet, en milieu urbain, les femmes travaillent essentiellement dans le commerce et la restauration (56 %), d’autres services (16 %) et dans l’agriculture (15 %). En ce qui concerne le milieu rural, les résultats montrent que les femmes travaillent principalement dans l’agriculture (54 %) et dans une moindre mesure le commerce (32 %). BÉNIN 2014 75 MICS T ab le au H H .8 A : S ta tu t d ’o cc u p at io n e t b ra n ch e d ’a ct iv it é D ist rib ut io n en p ou rc en ta ge d e fe m m es d e 15 -4 9 an s pa r st at ut d ’o cc up at io n et b ra nc he d ’a ct iv ité , s el on le m ilie u de r és id en ce e t l e dé pa rt em en t, Bé ni n, 2 01 4 M ili eu d e ré si de nc e D ép ar te m en t To ta l U rb ai n R ur al A lib or i A ta co ra A tla nt iq ue Bo rg ou C ol lin es C ou ffo D on ga Li tt or al M on o O ué m é Pl at ea u Z ou Po ur ce nt ag e de f em m es d e 15 -4 9 an s se lo n le s ta tu t d’ oc cu pa ti on N on o cc up é À la r ec he rc he d u 1e r em pl oi ap pr en ti 0, 8 1, 3 0, 3 0, 3 0, 0 1, 3 1, 3 0, 2 0, 5 0, 2 1, 9 1, 0 0, 6 1, 4 0, 1 C hô m eu r 0, 7 1, 0 0, 4 0, 0 0, 1 0, 9 0, 4 0, 3 0, 1 0, 3 2, 0 0, 5 1, 7 0, 6 0, 2 A pp re nt i/ él èv e/ ét ud ia nt 18 ,6 23 ,1 14 ,3 9, 9 17 ,2 20 ,7 13 ,9 18 ,8 19 ,6 14 ,3 24 ,9 22 ,6 21 ,6 17 ,9 17 ,9 R et ra ité 0, 1 0, 1 0, 0 0, 0 0, 0 0, 1 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 3 0, 0 0, 1 0, 1 0, 1 A ut re in ac tif 4, 9 5, 5 4, 3 0, 7 8, 5 7, 0 6, 9 3, 8 4, 4 8, 9 5, 0 4, 4 2, 1 3, 4 1, 9 O cc up é Em pl oy eu r 0, 2 0, 2 0, 3 0, 5 0, 0 0, 2 0, 2 0, 4 0, 1 0, 1 0, 3 0, 2 0, 5 0, 1 0, 1 In dé pe nd an t 57 ,0 53 ,4 60 ,4 47 ,5 35 ,4 64 ,1 53 ,1 51 ,3 69 ,4 49 ,1 47 ,6 59 ,7 67 ,7 70 ,6 58 ,7 Sa la rié p er m an en t 1, 9 3, 3 0, 5 0, 2 1, 5 2, 4 2, 0 0, 8 0, 9 1, 1 5, 4 1, 0 2, 5 2, 1 0, 7 Sa la rié te m po ra ire 0, 8 1, 5 0, 2 0, 2 0, 7 0, 4 0, 7 0, 5 0, 5 0, 1 2, 9 0, 9 1, 3 0, 2 1, 1 M em br e d’ un e co op ér at iv e 0, 1 0, 1 0, 1 0, 1 0, 0 0, 0 0, 3 0, 1 0, 0 0, 2 0, 3 0, 2 0, 0 0, 0 0, 0 A id e fa m ili al 10 ,6 6, 7 14 ,4 39 ,5 21 ,8 2, 4 16 ,8 19 ,2 3, 5 1, 3 3, 1 8, 8 1, 0 2, 0 18 ,4 A ut re 4, 3 3, 9 4, 7 1, 0 14 ,9 0, 6 4, 4 4, 5 1, 0 24 ,5 6, 2 0, 6 0, 8 1, 4 0, 6 To ta l 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 Ef fe ct if de fe m m es d e 15 -4 9 an s 15 8 15 7 75 3 8 06 2 1 04 5 1 33 9 2 35 9 1 64 2 1 06 7 1 39 2 80 6 1 37 7 92 8 1 77 2 90 3 1 18 5 Po ur ce nt ag e de f em m e de 1 5- 49 a ns s el on l a br an ch e d’ ac ti vi té A gr ic ul tu re , é le va ge , p êc he e t fo rê t 36 ,2 14 ,8 53 ,9 71 ,2 62 ,0 13 ,1 56 ,8 61 ,3 59 ,0 20 ,7 0, 2 29 ,8 3, 4 30 ,6 40 ,4 In du st rie 0, 2 0, 2 0, 1 0, 0 0, 6 0, 0 0, 0 0, 1 0, 0 0, 0 0, 4 0, 2 0, 2 0, 9 0, 0 Ea u, é le ct ric ité , g az 0, 1 0, 1 0, 0 0, 2 0, 0 0, 2 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 2 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 BT P 0, 1 0, 2 0, 1 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 1 0, 5 0, 8 0, 0 0, 2 0, 0 0, 2 C om m er ce e t r es ta ur at io n 42 ,8 55 ,7 32 ,2 10 ,6 22 ,7 60 ,3 23 ,6 26 ,2 32 ,0 59 ,7 66 ,9 36 ,3 73 ,0 55 ,3 36 ,7 Tr an sp or ts e t c om m un ic at io ns 0, 4 0, 6 0, 2 0, 0 0, 1 0, 4 0, 2 0, 1 0, 1 0, 3 1, 7 0, 8 0, 4 0, 0 0, 2 Ba nq ue s et a ss ur an ce s 0, 1 0, 3 0, 0 0, 0 0, 4 0, 0 0, 2 0, 0 0, 0 0, 4 1, 0 0, 0 0, 1 0, 0 0, 0 A rt is an at 9, 0 12 ,4 6, 1 2, 8 6, 4 6, 7 7, 5 9, 0 6, 3 11 ,6 15 ,6 13 ,0 10 ,5 7, 8 14 ,7 A ut re s se rv ic es 11 ,2 15 ,8 7, 4 15 ,2 7, 8 19 ,2 11 ,7 3, 4 2, 5 6, 8 13 ,4 19 ,9 12 ,3 5, 3 7, 8 To ta l 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 Ef fe ct if de fe m m es d e 15 -4 9 an s oc cu pé es 11 1 65 5 04 3 6 12 1 91 9 79 5 1 63 8 1 20 0 77 1 1 03 6 41 8 82 3 65 7 1 29 4 67 7 93 7 76MICS COUVERTURE DE L’ÉCHANTILLON ET CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES RÉPONDANT(E)S Graphique HH.3 : Carte de la nature d’occupation des femmes, Bénin, 2014 Pourcentage de femmes de 15-49 ans Pourcentage de femmes de 15-49 ans «Employeurs ou Salariées» «Aide familiale» Accès au microcrédit par les ménages et transfert de fonds dans les ménages Le tableau HH.8B présente les résultats sur l’accès au programme de transfert en espèces, l’accès au microcrédit et les transferts de fonds reçus par les ménages des parents/amis vivant à l’étranger. L’analyse du tableau HH.8B montre qu’au Bénin, environ 7 pour cent des ménages ont bénéficié des programmes de microcrédits aux plus pauvres (8 % en milieu rural contre 7 % en milieu urbain). En ce qui concerne le programme de transferts en espèces, très peu de ménages (2 %) en ont bénéficié ; les proportions des ménages les plus élevées sont enregistrées dans les départements de l’Alibori, du Couffo et du Plateau (3 %). Au Bénin, 3 pour cent des ménages ont participé à un programme à haute intensité de main-d’œuvre. Les proportions sont plus importantes dans les départements des Collines (13 %) et du Plateau (10 %) ; les départements de la Donga (0 %), de l’Atacora (1 %), de l’Alibori (1 %) ont enregistré les plus faibles proportions. En ce qui concerne le transfert de fonds, les résultats montrent que 5 pour cent des ménages ont reçu des fonds de l’étranger. Le phénomène est beaucoup plus marqué dans le département du Mono (10 %). L’analyse selon les fréquences de réception montre que 69 pour cent des ménages en ont reçu occasionnellement (70 % en milieu rural contre 68 % en milieu urbain) ; ce taux est plus faible dans le département des Collines (59 %). En revanche 17 pour cent des ménages dont un membre a reçu des fonds de parents/amis de l’étranger au cours des 12 derniers mois l’ont reçu chaque mois. Ce taux est de 20 pour cent en milieu urbain contre 12 pour cent en milieu rural. Dans une perspective d’amélioration de leurs conditions de vie, les ménages bénéficiaires des transferts de fonds de la diaspora ont déclaré que les fonds reçus étaient destinés à la consommation courante (69 %) et au financement d’une activité productive (8 %). Les événements familiaux/religieux et l’éducation des enfants enregistrent respectivement 4 pour cent BÉNIN 2014 77 MICS T ab le au H H .8 B : M ic ro cr éd it e t tr an sf er t d e fo n d s D is tr ib ut io n en p ou rc en ta ge d es m én ag es p ar b én éfi ce d e m ic ro cr éd it, t ra ns fe rt d e fo nd s de p ar en ts /a m is à l’ ex té ri eu r, le m on ta nt r eç u au c ou rs d es 6 de rn ie rs m oi s et l’ ut ili sa tio n fa ite d es fo nd s re çu s se lo n le m ili eu d e ré si de nc e et le d ép ar te m en t, B én in , 2 01 4 M ili eu d e ré si de nc e D ép ar te m en t To ta l U rb ai n R ur al A lib or i A ta co ra A tla nt iq ue Bo rg ou C ol lin es C ou ffo D on ga Li tt or al M on o O ué m é Pl at ea u Z ou Po ur ce nt ag e de m én ag es d on t un m em br e a bé né fic ié d es p ro gr am m es d e m ic ro cr éd its a ux p lu s pa uv re s 7, 1 6, 7 7, 5 6, 5 3, 1 5, 7 10 ,0 17 ,7 7, 8 5, 7 4, 4 5, 8 4, 2 10 ,7 5, 7 bé né fic ié d ’u n pr og ra m m e de tr an sf er ts e n es pè ce s 1, 5 1, 7 1, 3 2, 8 0, 9 0, 6 1, 1 0, 3 3, 1 1, 7 2, 4 1, 1 1, 5 3, 1 1, 2 pa rt ic ip é à un p ro gr am m e à ha ut e in te ns ité d e m ai n- d’ œ uv re 2, 8 1, 7 3, 8 0, 6 0, 5 1, 1 0, 7 13 ,0 5, 1 0, 2 0, 6 0, 8 1, 6 10 ,1 1, 6 a re çu d es fo nd s de l' ét ra ng er 4, 9 6, 2 3, 7 0, 7 1, 3 5, 7 1, 5 4, 1 7, 5 4, 8 7, 8 10 ,3 4, 5 7, 8 2, 3 N om br e de m én ag es 14 0 77 6 83 0 7 24 7 72 4 92 4 2 27 4 1 35 8 1 08 9 1 21 6 51 7 1 23 9 93 6 1 71 1 86 7 1 22 3 Po ur ce nt ag e de m én ag es d on t un m em br e a re çu d es f on ds d e pa re nt s/ am is d e l’é tr an ge r au c ou rs d es 1 2 de rn ie rs m oi s C ha qu e m oi s 16 ,9 20 ,0 12 ,1 0, 0 0, 0 28 ,2 6, 6 19 ,6 7, 0 1, 8 24 ,5 13 ,1 17 ,4 17 ,6 7, 6 C ha qu e tr im es tr e 9, 9 8, 2 12 ,6 11 ,7 0, 0 8, 2 10 ,2 11 ,1 14 ,0 22 ,6 6, 4 11 ,9 7, 9 6, 3 14 ,1 C ha qu e se m es tr e 4, 2 3, 7 5, 0 0, 0 0, 0 1, 9 0, 0 10 ,0 2, 4 3, 2 4, 7 6, 4 2, 1 6, 1 9, 5 O cc as io nn el le m en t 69 ,0 68 ,2 70 ,2 88 ,3 10 0, 0 61 ,7 83 ,2 59 ,3 76 ,5 72 ,4 64 ,5 68 ,5 72 ,6 70 ,0 68 ,8 Po ur ce nt ag e de m én ag es s el on l a pr in ci pa le u ti lis at io n de s fo nd s re çu s au c ou rs d es 6 d er ni er s m oi s C on so m m at io n co ur an te 68 ,8 66 ,3 72 ,7 11 ,7 79 ,7 73 ,0 96 ,7 57 ,7 87 ,7 55 ,1 58 ,9 72 ,8 62 ,3 63 ,0 54 ,6 In ve st is se m en t i m m ob ili er 3, 8 4, 5 2, 6 0, 0 9, 8 3, 5 3, 3 6, 9 0, 0 17 ,3 3, 6 3, 1 3, 5 2, 0 6, 6 Fi na nc em en t d ’u ne a ct iv ité pr od uc tiv e 8, 4 7, 8 9, 5 60 ,8 0, 0 5, 2 0, 0 12 ,2 5, 6 9, 8 9, 0 5, 7 5, 7 16 ,5 20 ,9 A ut re in ve st is se m en t 6, 9 7, 5 6, 0 0, 0 0, 0 5, 7 0, 0 8, 3 2, 0 5, 5 7, 5 10 ,3 12 ,4 6, 6 8, 4 Év én em en ts fa m ili au x/ re lig ie ux 3, 8 4, 7 2, 3 0, 0 10 ,5 4, 1 0, 0 4, 1 1, 4 6, 5 4, 9 1, 3 4, 7 3, 7 9, 5 Éd uc at io n 3, 9 4, 2 3, 3 0, 0 0, 0 5, 1 0, 0 8, 4 1, 0 0, 0 8, 5 2, 3 6, 4 0, 0 0, 0 Sa nt é 2, 6 2, 8 2, 4 27 ,5 0, 0 0, 0 0, 0 2, 4 2, 2 5, 7 5, 1 2, 8 1, 7 4, 9 0, 0 Ép ar gn e/ to nt in e 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 A ut re 1, 9 2, 3 1, 3 0, 0 0, 0 3, 3 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 2, 5 1, 7 3, 2 3, 2 0, 0 N e sa it pa s 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 0, 0 N om br e de m én ag es 69 2 42 4 26 9 5 12 12 9 20 44 91 25 97 96 78 67 28 To ta l 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 10 0, 0 78MICSBÉNIN BÉNIN 2014 79 MICS IV. MORTALITÉ DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS L’objectif 4 du Millénaire pour le développement repose sur la réduction de la mortalité des enfants de moins de 5 ans de deux tiers entre 1990 et 2015. Les quotients de

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.