Sénégal - Demographic and Health Survey - 1997

Publication date: 1997

Sénégal INDICATEURS DU SOMMET MONDIAL POUR LES ENFANTS. SENÉGAL 1997 INDICATEURS DE BASE Mortalité int~ntile Accès à une eau polable salubre Accès à des installations sanitaires d'évacuation des excréments Educafion de base Enfants en situation particulièrement difficile - Quouent de mortalité infamile (pour I 000 naissances) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 - Quolient de morlalité infanto-juvénile tpour I 000 naissances) . . . . . . . . . . . . . . . 139 - Pourcemage de ménages disposant d'eau potable salubre I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 - Pourcentage de ménages disposant de latrines améliorèes personnelles . . . . . . . . . . 33 - Pourcentage de femmes de 15-49 ans ayant instruction secondaire ou plus . . . . . . . 13 - Pourcentage d'hommes de 20 ans ou plus ayant instruction sec,,mdaire ou plus . . . . 21 - Pourcentage de femmes de 15-49 ans alphabétisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 - Pourcentage d'enIanls de moins de 15 ans qui vivent dans un ménage comptant un seul adulte de 15 ans ou plus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 INDICATEURS DE SUPPORT Santé des femmes Espacement des naissances Maternité sans risque Planification familiale Nutr i t ion Allaitement Santé de l 'enfant Vaccinations Contr61e de la diarrhée - Pourcentage de naissances ~ motos de 24 mois de la naissance précédente . . . . . . . Lg - Pourcentage de naissances dont la mère a bénéficié de c(msultation prénatale auprès de personnel médical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 - Pourcentage de naissances dont la m~re a bénéfici6 de consultation prénatale au cours du premier trimestre de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 - Pourcentage de naissances dont la mère a été assistée par du personnel médical au cours de l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 - Pourcentage de naissances ayant lieu en établissement sanitaire . . . . . . . . . . . . . . . 48 - Pourcentage de naissances/1 hatJts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 - Taux de prévaLence contraceptive (femmes en union, en %) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 - Pourcentage de t?mmes en union ayant des besoins non-safisfaits en n»atiære de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 - Pourcentage d'enfants de moins de 4 mois qui sont exclusivement allaites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 - Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans dont la mère a reçu une vaccination antitétanique pendant la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 - Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans ayant eu la diarrhée durant les 2 dernières semaines et qm ont bénélicié d'une Thérap]e de Réhydratation par vole Orale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Provenant de robinet prîvé ou public, forage/pompe ou puits protégé RÉPUBLIC DUSÉNÉGAL Enquête Démographique et de Santé au Sénégal (EDS-III) 1.'997 Salif Ndiaye Mohamed Ayad Aliou Gaye Ministère de l'Économie, des Finances et du Plan Direction de la Prévision et de la Statistique Division des Statistiques Démographiques Dakar, Sénégal Macro International Inc. Calverton, Maryland USA Décembre 1997 Ce rapport présente les principaux résultats de la troisième Enquête Démographique et de Santé (EDS-III) réalisée au Sénégal en 1997 par la Direction de la Prévision et de la Statistique du Ministère de l'Économie, des Finances et du Plan. L'EDS-III, financée par l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et la Banque Mondiale, a bénéficié de l'assistance technique de Macro International Inc. L'EDS-III fait partie du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys-DHS) dont l'objectif est de collecter, d'analyser et de diffuser des données démographiques portant, en particulier, sur la fécondité, la planification familiale et la santé de la mère et de l'enfant. Des informations complémentaires sur I'EDS-III peuvent être obtenues auprès de la Direction de la Prévision et de la Statistique, Point E, B.P. 116, Téléphone : (221 ) 824 9265/824 0301; Fax : (221) 823 0743. Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent 8tre obtenus auprès de Macro International Inc., 11785 Beltsville Drive, Calverton, MD 20705, USA (Téléphone 301-572- 0200; Fax 301-572-0999). TABLE DES MATIÉRES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vii Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xi Sigles et abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xiii Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xiv Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xiv Carte du Sénégal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxi CHAPITRE 1 1.1 1.2 PRÉSENTATION DU SÉNÉGAL ET CADRE DE L'ENQUÊTE par Aliou Gaye Présentation du pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Milieu physique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.3 Économie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.4 Population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.5 Situation sanitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Cadre de l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.2.1 Cadre institutionnel de I'EDS-1II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.2.2 Objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.2.3 Questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.2.4 Echantillonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2.5 Organisation et exécution de l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 CHAPITRE 2 2.1 2.2 2.3 CARACTÉRIST IQUES DE L 'ÉCHANTILLON par Salif Ndiaye et Aliou Gaye Couverture de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Enquête ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 2.2.1 Structure par âge et par sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 2.2.2 Caractéristiques des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.2.3 Caractéristiques de l'habitat et des biens possédés par les ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Enquête individuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 A 2.3.1 Age des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 2.3.2 État matrimonial actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 2.3.3 Groupe ethnique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 iii 2.3.4 2.3.5 Page Lieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Instruction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 CHAP ITRE 3 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 3.6 3.7 FÉCONDITÉ par Salif Ndiaye l~léments méthodologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Niveaux et différentiels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Tendances de la fécondit6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Fécondit6 cumulée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 ~terval le intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 CHAP ITRE 4 4.1 4.2 4.3 4A 4.5 4.6 4.7 4.8 4.9 PLANIFICATION FAMILIALE par SalifNdiaye Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Pratique de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Nombre d'enfants à la première utilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Sources d'approvisionnement de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Utilisation future et méthodes contraceptives préférées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Information sur la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Opinions et attitudes vis-à-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 CHAPITRE 5 5.1 5.2 5.3 5.4 5.6 NUPTIALITÉ ET EXPOSITION AUX RISQUES DE GROSSESSE par Salif Ndiaye l~tat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Âge an premier mariage et âge aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 5.2.1 Âge au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 5.2.2 Âge aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Activité sexuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Exposition aux risques de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 iv CHAPITRE 6 6.1 6.2 6.3 6.4 CHAPITRE 7 7.1 7.2 CHAPITRE 8 8.1 8.2 CHAPITRE 9 9.1 9.2 9.3 9.4 CHAPITRE 10 10.1 Page PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ par Mohamed Ayad D6sir d'enfants supplémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Nombre total d'enfants désirés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 SANTÉ DE LA MÈRE ET DE L'ENFANT par Mohamed Ayad Soins prénatals et accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 7.1.2 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 7.1.3 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Maladies diarrhéiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 ALLAITEMENT ET ÉTAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS par Mohamed Ayad Allaitement et alimentation de complément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Durée d'allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 MORTALITÉ DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS par Salif Ndiaye et Mohamed Ayad Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 Niveau global et tendances de la mortalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Variations différentielles de la mortalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Comportement procréateur à haut risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 ENQUÈTE HOMME par Aliou Gaye Caractéristiques socio-démographiques des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 10.1.1 Instruction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 10.1.2 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 10.1.3 Nombred'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 V 10.2 10.3 Page Planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 10.2.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 10.2.2 Pratique de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 10.2.3 Utilisation future et méthodes contraceptives préférées . . . . . . . . . . . . . 121 10.2.4 Opinions et attitudes vis-à-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . 122 Préférences en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 CHAPITRE 11 11.1 11.2 11.3 11.4 MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISS IBLES ET S IDA par Salif Ndiaye Connaissance des MST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 Prévalence des MST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 Connaissance des modes de transmission du SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Connaissance des moyens de prévention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 RÉFÉRENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 ^ ANNEXE A ORGANIGRAMME ET PERSONNEL DE L 'ENQUETE DÉMOGRAPHIQUE ET DE SANTÉ (EDS- I I I ) 1997 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 ANNEXE B PLAN DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 ANNEXE C ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 ANNEXE D TABLEAUX POUR L 'ÉVALUATION DE LA QUAL ITÉ DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 ANNEXE E QUEST IONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 vi Tableau 1.1 Tableau 2.1 Tableau 2.2 Tableau 2.3 Tableau 2.4 Tableau 2.5 Tableau 2.6 Tableau 3.1 Tableau 3.2 Tableau 3.3 Tableau 3.4 Tableau 3.5 Tableau 3.6 Tableau 3.7 Tableau 3.8 Tableau 3.9 Tableau 3.10 Tableau 3.11 Tableau 3.12 Tableau 4.1 Tableau 4.2 Tableau 4.3 Tableau 4.4 Tableau 4.5 Tableau 4.6 Tableau 4.7 Tableau 4.8 Tableau 4.9 Tableau 4.10 Tableau 4.11 Tableau 4.12 Tableau 4.13 Tableau 4.14 Tableau 5.1 Tableau 5.2 Tableau 5.3 Tableau 5.4 Tableau 5.5 Tableau 5.6 LISTE DES TABLEAUX Page Taille et couverture de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 Population des ménages par âge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Biens durables possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Caractéristiques socio-démographique des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Niveau d'instruction des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Nombre moyen d'enfants nés vivants par femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Fécondité par âge selon quatre sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Tendances de la fécondité par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Tendances de la fécondité par durée de mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Enfants nés vivants et enfants survivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Age médian à la première naissance par caractéristiques socio-démographiques . 31 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Enfants nés de mères adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Connaissance des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Connaissance des méthodes contraceptives modernes par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-d6mographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Raisons de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Messages sur la planification familiale entendus à la radio ou à la télévision . . . . . 50 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Attitudes des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 État matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Âge au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Âge médian au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Âge aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Åge médian aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 vii Tableau 5.7 Tableau 5.8 Tableau 5.9 Tableau 6.1 Tableau 6.2 Tableau 6.3 Tableau 6A Tableau 6.5 Tableau 6.6 Tableau 6.7 Tableau 6.8 Tableau 7.1 Tableau 7.2 Tableau 7.3 Tableau 7A Tableau 7.5 Tableau 7.7 Tableau 7.8 Tableau 7.9 Tableau 8.1 Tableau 8.2 Tableau 8.3 Tableau 8A Tableau 9.1 Tableau 9.2 Tableau 9.3 Tableau 9A Tableau Tableau 'Iable~u Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau 10.1 10.2 10.3 10.4 10.5 10.6 10.7 10.8 10.9 10.10 10.11 10.12 10.13 Page Activité sexuelle récente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Aménorrhée, abstinence et non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Durée médiane de la non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivanls . . . . . . . . . 70 Préférences en matière de fécondité selon l 'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Désir de limiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . 76 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Taux de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Nombre de visites prénatales et durée de la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Lieu de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Assistance lors de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 Prévalence de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Connaissance et utilisation des sachets de SRO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Type d'allaitement par âge de l'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 Allaitement et alimentation de complément par âge de l 'enfant . . . . . . . . . . . . . . . 96 Durée médiane et fréquence de l'allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Morta ité des enfants par caractéristiques bio-démographiques des mères et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Fécondité à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Caractéristiques socio-démographiques des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . 112 Niveau d'instruction des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Nombre d'épouses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 Connaissance des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Pratique de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 Méthode préférée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Raison de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Attitudes des maris face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 viii Tableau 10.14 Tableau 10.15 Tableau 10.16 Tableau 10.17 Tableau 10.18 Tableau 11.1 Tableau 11.2 Tableau 11.3 Tableau 11.4.1 Tableau 11A.2 Tableau 11.5 Tableau B. 1 Tableau B.2 Tableau B.3 Tableau B.4 Tableau B.5 Tableau B.6 Tableau B.7 Tableau B.8 Tableau B.9 Tableau B.10.1 Tableau B. 10.2 Tableau C. 1 Tableau C.2 Tableau C.3 Tableau C.4 Tableau C.5 Tableau C.6 Tableau C.7 Tableau C.8 Tableau D. 1 Tableau D.2 Tableau D.3 Tableau D.4 Tableau D.5 Tableau D.6 Page Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Attitudes des couples vis-à-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Désir de limiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Nombre idéal d'enfants pour les hommes par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Connaissance des MST et du SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Femmes et hommes ayant une MST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Connaissance des moyens de transmission du SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Connaissance des moyens de prévention: femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Connaissance des moyens de prévention: hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Connaissance du condom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 Caractéristiques de la base de sondage en terme de ménages . . . . . . . . . . . . . . . . 154 Population du Sénégal estimée en 1996 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Répartition (en %) de la population estimée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Échantillon proportionnel de femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Échantillon de femmes proposé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Nombre de ménages à tirer pour obtenir l'échantillon cible de femmes . . . . . . . . 156 Nombre calculé de grappes (DR) à tirer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Nombre de grappes (DR) tirées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 Nombre de ménages à tirer dans l'échantillon de grappes proposé . . . . . . . . . . . . 158 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par région et milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Résultats des enquêtes auprès des hommes par région et milieu de résidence . . . . 160 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Erreurs de sondage: Échantillon national . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 Erreurs de sondage: Milieu urbain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 Erreurs de sondage: Milieu rural . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 Erreurs de sondage: Ouest . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Erreurs de sondage: Centre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Erreurs de sondage: Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Erreurs de sondage: Nord-Est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 Répartition par âge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 Répartition par âge des femmes éligibles et des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . 178 Complétude de l'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 Naissances par année du calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 Enregistrement de l'âge au décès en j ours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 Enregistrement de l'âge au décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 ix Graphique 2.1 Graphique 2.2 Graphique 3.1 Graphique 3.2 Graphique 3.3 Graphique 3.4 Graphique 3.5 Graphique 4.1 Graphique 4.2 Graphique 4.3 Graphique 4.4 Graphique 4.5 Graphique 5.1 Graphique 5.2 Graphique 5.3 Graphique 6.1 Graphique 6.2 Graphique 7.1 Graphique 7.2 Graphique 7.3 Graphique 8.1 Graphique 8.2 Graphique 9.1 Graphique 9.2 Graphique 9.3 Graphique 10.1 Graphique 10.2 Graphique 10.3 LISTE DES GRAPHIQUES Page Pyramide des âges de la population, Sénégal, 1997 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . 21 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . . . . . . . . 23 Taux de fécondité générale par âge selon quatre sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Taux de fécondité des femmes non-célibataires par durée de mariage selon la période avant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Pourcentage d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Connaissance des méthodes contraceptives par les femmes mariées de 15-49 ans . 37 Connaissance des méthodes contraceptives entre 1986-1997 par les femmes mariées de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Tendance de l'utilisation actuelle de la contraception moderne par les femmes mariées de 1978 à 1997 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Intention d'utiliser la contraception par les femmes mariées et non-utilisatrices . . 48 Attitudes des couples face à la planification familiale selon la perception de la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 État matrimonial des femmes de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Pourcentage de célibataires par âge selon 4 sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Ages médians au premier mariage et aux premiers rapports sexuels (Femmes de 25-49 ans) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Désir d'enfants supplémentaires des femmes mariées selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée . . . . . . . 71 Soins prénatals selon certaines caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . 81 Lieu d'accouchement et assistance pendant l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Allaitement et quantité de liquides donnés aux enfants ayant la diarrhée . . . . . . . . 91 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de 3 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Durée moyenne d'allaitement dans les pays d'Afrique subsaharienne . . . . . . . . . . 99 Tendances de la mortalité des enfants selon quatre sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Mortalité infantile et juvénile selon les caractéristiques socio-économiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Mortalité infantile selon certaines caractéristiques démographiques de la mère . 107 Utilisation actuelle de la contraception par les hommes mariés selon les caractéristiques socio-démograhiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Nombre moyen idéal d'enfants selon les caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 xi Graphique 11.1 Graphique I 1.2 Graphique A. 1 Page Connaissance du sida et des modes de transmission de la maladie chez les hommes et les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Connaissance du sida et des moyens de prévention de la maladie chez les hommes et les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Organigramme de r enquête démographique et de santé au Sénégal . . . . . . . . . . . 146 xii AME CM DHS DPS DR EDS EDS-I EDS-II EDS-III ESF FNUAP ISF ISFD ISSA MST ND NN NSP OMS PF PNN RG RGPH Sida SRO TBN TGFG TRO USAID SIGLES ET ABRÉVlATIONS Allaitement maternel exclusif Chef de ménage Demographic and Health Surveys Direction de la Prévision et de la Statistique District de recensement Enquêtes Démographiques et de Santé Enquête Démographique et de Santé au Sénégal, 1986 Enquêtes Démographiques et de Santé au Sénégal, 1992-1993 Enquête Démographique et de Santé au Sénégal, 1997 Enquête Sénégalaise sur la Fécondité, 1978 Fonds des Nations Unies pour le développement Indice synthétique de fécondité Indice synthétique de fécondité désirée Integrated System for Survey Analysis Maladies sexuellement transmissibles Non déclaré Quotient de mortalité néonatale Ne sait pas Organisation Mondiale de la Santé Planification familiale Quotient de mortalité post-néonatale Rang de naissance Recensement général de la population et de l'habitat Syndrome de l'immunodéficience acquise Sels de réhydratation orale Taux brut de natalité Taux global de fécondité générale Th6rapie de réhydratation par voie orale United States Agency for International Development (Agence des Etats-Unis pour le développement international) xiii AVANT-PROPOS L'Enquête Démographique et de Santé (EDS-I]I) de 1997, la troisième enquête du genre que le Sénégal a réalisée, entre dans le cadre d'un vaste programme international de recherche sur la fécondité et ses déterminants, la mortalité et la santé de la mère et de l'enfant appelé Demographic and Health Survey - DHS. Avec I'EDS-IH, le Sénégal dispose désormais, tant au niveau national que régional, d'informations sur des questions aussi variées que la fécondité, la planification familiale, la santé de la mère et de l'enfant, la mortalité et la morbidité des enfants de moins de 5 ans et les maladies sexuellement transmissibles y compris le sida. Cette enquête dont les objectifs sont parfaitement cohérents avec les axes de recherche prioritaire de la Direction de la Prévision et de la Statistique (DPS), permet de fournir aux décideurs, planiflcateurs et organismes d'aide au développement, des informations susceptibles de les aider dans la planification d'un développement économique et social durable. Avec I'EDS-III de 1997, le Sénégal possède une série d'enquêtes démographiques et de santé comparables, qui ajoutées aux données issues d'autres sources, permettent une meilleure connaissance de la population du pays. Ce rapport, le rapport principal d'analyse, est la première publication sur les résultats définitifs. Il a été précédé d'un rapport préliminaire qui a fait l'objet d'une large diffusion en juillet 1997. La production de rapports d'analyse au niveau régional et d'analyses thématiques approfondies est envisagée ultérieurement. Ce projet a pu se réaliser grâce à l'appul technique de Macro International Inc. et au soutien financier de 1' USAID, du FNUAP et de la Banque Mondiale. Je voudrais leur exprimer ici nos sincères remerciements. Le Directeur de la Prévision et de la Statistique, pi Moussa FAYE XV REMERCIEMENTS L'Enquête Démographique et de Santé du Sénégal réalisée en 1997 (EDS-IID par la Division des Statistiques Démographiques (DSD), Direction de la Prévision et de la Statistique (DPS) fournit aux responsables des programmes de santé et de population, au niveau central comme au niveau périphérique, des outils irremplaçables d'évaluation et de programmation de leurs activités. Le présent Rapport principal d'analyse, deuxième publication après le rapport préliminaire, a nécessité une collaboration étroite entre un grand nombre de personnes, l'appui efficace d'autorités et d'institutions publiques et privées, nationales et internationales. Je voudrais leur exprimer toute ma gratitude. Je voudrais notamment remercier : L'équipe technique de la DSD pour le sérieux et l'abnégation dont elle a fait preuve tout au long du déroulement de l'enquête; Les chefs de bureaux régionaux de la statistique pour 1' appui appréciable qu'ils ont apporté aux équipes aussi bien au niveau administratif qu'au niveau logistique; Les "doyens": Abdoulaye Malé, Bachir Mbacké et surtout Mamadou Diagne pour le dévouement et l'humilité avec lesquels ils ont mis leur grande expérience au profit de l'enquête; Les agents de terrain : superviseurs, contrôleurs, enquêteurs, chauffeurs, personnel chargé du traitement manuel et informatique des données qui ont contribué de façon significative, chacun dans son domaine, à la réussite de l'enquête, par fois dans des conditions difficiles; Les autorités administratives, locales et coutumières pour les facilités qu'elles ont apportées aux équipes sur le terrain; Les populations des localités visitées pour l'accueil réservé aux personnels de terrain et la grande disponibilité dont elles ont fait preuve; le personnel de Macro International Inc. : Mohamed Ayad, Salif Ndiaye, Keith Purvis et Thanh Lê pour leur contribution inestimable à la réalisation de l'enquête; Sidney Moore, Monique Barrère, Celia Siebenmann et Catherine Sansone pour leur contribution à la mise en forme finale du rapport; enfin, L'USAID, le FNUAP et la Banque Mondiale pour l'appui financier sans lequel l'enquête n'aurait pas eu lieu. Je voudrais mentionner particuliêrement les personnels de ces institutions ainsi que ceux du Programme National de Planification Familiale (PNPF) et de Management Sciences for Health (MSH) pour la diligence avec laquelle ils ont toujours traité les dossiers de l'enquête. Le Chef de la Division des Statistiques Démographiques Ibrahima SARR xvii RÉSUMÉ L'Enquête Démographique et de Santé au Sénégal (EDS-III), qui s'est déroulée de janvier à avril 1997, a ét~ réalisée par la Division des Statistiques Démographiques de la Direction de la Prévision et de la Statistique du Ministère de l'Économie, des Finances et du Plan, avec la collaboration de Macro International Inc, et l'appui financier de I'USAID, du FNUAP et de la Banque Mondiale. Cette enquête par sondage, représentative au niveau national a permis d'interviewer 8 593 femmes âgées de 15 à 49 ans et 4 306 hommes âgés de 20 an set plus. L'EDS-1II s' est déroulée à la suite de deux enquêtes précédentes : I'EDS-I de 1986 et I'EDS-II de 1992-1993. Ces trois études se situent dans le même cadre du programme international, à savoir les Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys - DHS). Cette enquête permet d'une part d'actualiset la connaissance de certains phénomènes démographiques et d'autre part de fournir aux décideurs et aux responsables de programmes de population et de santé des informations détaillées sur la fécondité, la planification familiale, la mortalité infanto- juvénile, et la santé de la mère et de l'enfant. Ces informations sont significatives au niveau national, au niveau du milieu de résidence (urbain et rural) et au niveau des régions. Les conclusions principales qui se dégagent de ce rapport et qui nécessitent d'être mentionnées sont présentées ci-dessous: Au niveau des caractéristiques de la population enquêtée : la majorité des femmes et des hommes sénégalais n'ont aucune instruction (respectivement 67 % pour les femmes âgées de 15-49 ans et 61% pour les hommes de 20 ans ou plus). Par ailleurs, près d'un ménage sur trois seulement (32 %) possède l'électricité, et près d'un ménage sur deux (49 %) a accès à une eau à boire contrôlée (robinet dans le logement ou borne fontaine). Les ménages disposant de toilettes adéquates (chasse d'eau privée ou collective) ne représentent que 12 %. Les résultats de I'EDS-III montrent que la fécondité reste relativement élevée. Pour la période des trois années précédant l'enquête, l'indice synthétique de fécondité est de 5,7 enfants par femme. Cet indice est passé de 7,2 enfants en 1978 à 6,0 enfants en 1992-1993 et à 5,7 en 1997, soit une baisse de 30 % au cours des deux décennies et de 5 % au cours des quatre dernières années. En outre, les données de l'enquête indiquent que la fécondité varie fortement selon le milieu de résidence : elle est une fois et demie plus élevée chez les femmes rurales (6,7 enfants) que chez les femmes urbaines (4,3 enfants). Plusieurs facteurs sont responsables de la baisse récente de la fécondité au Sénégal, l 'un des plus importants étant l'âge au premier mariage : à 15-19 ans, plus de sept femmes sur dix sont encore célibataires, et aux âges de forte fécondité (30-34 ans), la proportion de célibataires est de 3 %. En fin de vie féconde (45- 49 ans), le mariage est quasi universel, avec une proportion de célibataires de moins de 0,1%. En ce qui concerne l'âge médian au premier mariage pour les femmes de 25-49 ans, il est passé de 16,4 ans en 1986 (EDS-I) à 17,4 ans en en 1997 (EDS-m'). Par ailleurs, l' âge médian au premier mariage vade fortement selon le niveau d'instruction de la femme : les femmes ayant fait des études secondaires ou plus contractent leur premier mariage beaucoup plus tardivement que celles n'ayant pas dépassé le niveau des études primaires ou celles restées analphabètes. L'âge médian au premier mariage atteint 23,6 ans chez les femmes ayant une instruction secondaire ou plus contre 16,5 ans chez les femmes sans instruction, soit un écart de 7,1 ans. Une autre caractéristique des mariages est la polygamie qui concerne presque la moitié des femmes mariées (46 %). Par ailleurs, Il faut signaler que le mariage demeure encore le déterminant essentiel de xix l'activité sexuelle, mais un certain nombre de femmes débutent leur vie sexuelle avant le mariage. L'abstinence post-partum a une durée courte (médiane de 2,7 mois); par contre, l'aménorrhée post-partum est longue (médiane de 13,2 mois); ce qui résulte d'un allaitement prolongé (médiane de 20,9 mois). Ceci conduit à une période de non-susceptibilité relativement longue (médiane de 15,1 mois). La baisse de la fécondité reflète aussi le changement de comportement des femmes vis-à-vis de la taille de la famille. Parmi les femmes mari~es, plus de deux femmes sur dix (23 %) souhaitent ne plus avoir d'enfants, et près de quatre sur dix (39 %) désirent les espacer. Seulement moins d'une femme sur quatre (24 %) désirent avoir des enfants tout de suite. Les hommes sênégalais sont plus conservateurs : seulement 9 % souhaitent limiter leur descendance. La pratique contraceptive, bien qu'elle reste faible, est en nette progression, et commence à constituer un autre facteur responsable de la baisse de la fécondité au Sénégal. Avec l'appui des partenaires au développement, le Sénégal s'engage entièrement dans la planification familiale depuis les années 1980. L'EDS-I~ montre que la connaissance de la contraception par les femmes actuellement mariées est très élevée (86 %), et que le pourcentage d'utilisation au moment de l'enquête ou taux de prévalence contraceptive atteint 12,9 %. Pour les méthodes modernes, le taux est de 8,1%. En 1986 et en 1992-1993, le taux de la contraception moderne était respectivement de 2,4 % et 4,8 %. Entre 1992- 1993 et 1997, l'augmentation est de 69 %. L' analyse de l'utilisation actuelle de la contraception selon les variables socio-démographiques fait apparaître des variations importantes par milieu de résidence, région et niveau d'instruction. En milieu urbain, la pratique touche 23,8 % des femmes, contre 7,1% en milieu rural. Au niveau des régions, l'Ouest a le taux d'utilisation le plus élevé, suivi du Sud et du Nord-Est. Le taux le plus faible caractérise le Centre : il représente moins de 6 %. Selon le niveau d'instruction, le taux de prévalence contraceptive passe de 8,4 % chez les femmes sans instruction, à 21,9 % chez celles ayant une instruction primaire et à 43 % chez les femmes avec une instruction secondaire ou plus. La planification familiale au Sénégal est orientée, principalement, vers l'utilisation de la contraception moderne, la pilule restant la méthode la plus utilisée (3,3 %), suivie des injections (1,7 %) et du DIU (1,6 %). Concernant les méthodes traditionnelles, leur part représente 4,8 %. D'après les résultats de I'EDS-OE, plus de deux femmes sur trois (69 %) recourent au secteur public. Les centres de santé et les centres de planification familiale sont les principales sources d'approvisionnement des méthodes contraceptives. La part du secteur médical privé a baissé de moitié entre 1986 et 1997 passant ainsi de 43 % à 21%. La pharmacie reste la principale source du secteur privé avec 12 %, tandis que la part du médecin ne représente que 1%. Près d'une femme sur trois (31%) qui n'utilise pas la contraception explique son comportement par le fait qu'elle veut avoir des enfants. Cependant le désir d'espacer ou de limiter la descendance est relativement élevé (62 %). En fait, si les femmes avaient la fécondité qu'elles désirent, l'indice synthétique de fécondité désirée (ISFD) serait de 4,6 enfants, soit 19 % inférieur à la fécondité observée (5,7). Il existe donc une demande potentielle en contraception : 33 % des non-utilisatrices ont des besoins non satisfaits en matière de contraception. Ainsi, la demande totale pour les services de planification familiale concerne 46 % des femmes (13 % d'utilisatrices et 33 % exprimant des besoins non satisfaits). L'examen des données sur les soins pr6natals et les conditions d'accouchement montre que pour les deux tiers (82 %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête, les mères sont allées en consultation prénatale, soit auprès d'une infirmière ou sage-femme (76 %), soit auprès d'un XX médecin (6 %). En comparant les données de 1992-1993 (EDS-II) à celles de 1997 (EDS-III), on constate que les consultations prénatales auprès du personnel de santé sont passées de 73 % à 82 %, soit une augmentation de 12 %. En outre, au cours des cinq dernières années, la majorité des femmes enceintes (83 %) ont reçu au moins, une injection antitétanique. L'accouchement a eu lieu dans une formation sanitaire dans 48 % des cas, et la sage-femme ou l'infirmière a assisté 43 % des accouchements. Par contre, le rôle du médecin est limité avec seulement 3 %. En 1992-1993 et 1997, la proportion d'accouchements avec l'aide du personnel de santé est restée la même (47 %). L'EDS-III montre également que pour l'ensemble du Sénégal, 15 % des enfants de moins de cinq ans ont eu des épisodes diarrhéiques pendant les deux deruières semaines ayant précédé l'enquête. L'utilisation de la thérapie par réhydratation orale (TRO) est recommandée pour le traitement de la déshydratation. Plus de 15 % des enfants ont reçu les sels de réhydratation orale vendus commercialement, et 24 % ont reçu une solution préparée à la maison. En outre, 55 % ont reçu davantage de liquides. La quasi-totalité des enfants sénégalais nés au cours des cinq années ayant précédé I'EDS-III ont été allait~s. L' OMS recommande que des aliments solides soient introduits dans l'alimentation des enfants entre 4 et 6 mois, âges à partir desquels le lait maternel n'est plus suffisant pour assurer la meilleure croissance des enfants. Cependant, au Sénégal, seulement 13 % des enfants de 4-5 mois sont nourris conformément aux pratiques recommandées. Ce taux a très peu changé par rapport à celui de 1992-1993 qui était de 12 %. En outre, l'alimentation au biberon, qui est fortement déconseillée, est extrêmement faible au Sénégal : 4 % chez les enfants de 0-1 mois et 3 % chez ceux de 2-5 mois. La mortalité des enfants a accusé une baisse non négligeable au cours des quinze dernières années. Pour la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête), sur 1000 naissances, 68 enfants décèdent avant leur premier anniversaire; pour cette même période, sur 1000 enfants âgés d'un an, 76 meurent avant leur cinquième anniversaire, et sur 1000 naissances, 140 enfants décèdent avant leur cinquième anniversaire. Globalement, la mortalité infantile a sensiblement baissé dans le temps. En ce qui concerne la mortalité infanto-juvénile, le rythme de baisse, observé au cours des 10 à 25, deruières années aurait été ralenti au cours des 10 demières années. Toutefois, ces tendances récentes devraient être interprétées avec prudence dans la mesure où l'intervalle de confiance de l'estimation des différents quotients ne permet pas, dans certains cas, de confirmer ou d'infirmer avec précision les tendances apparentes, et cela d'autant plus que la taille de l'échantillon a beaucoup augmenté d'une enquête à l'autre. L'EDS-III a enfin apporté des informations sur la connaissance des maladies sexuellemnt transmissibles (MST) et le sida. Les résultats montrent que les MST, y compris le sida, sont très largement connues aussi bien par les femmes (92 %) que par les hommes (98 %). Dans l'ensemble, seulement 80 % des femmes et 85 % des hommes connaissant le sida ont déclaré en connaître un mode de transmission quelconque. Parmi les modes de transmission spécifiques, les rapports sexuels sont, de loin, les plus cités, suivis par les transmissions liées à l'injection, par un instrument infecté et à la transfusion sanguine. xxi MAURITANIE i Dak« GAr .I UUlINI-OE SÉNÉGAL xxii CHAPITRE 1 PRÉSENTATION DU SÉNÉGAL ET CADRE DE L'ENQUÊTE Aliou GAYE 1.1 PRÉSENTATION DU PAYS 1.1.1 Milieu physique Le Sénégal qui couvre une superficie de 196 722 km 2, est situé dans la zone Soudano-Sahélienne de l'Afrique Occidentale. Il est compris entre les 12ème et 16ème degrés de latitude Nord et les 11 °30ème et 17 °32ème degrés de longitude Ouest. Il est limité au Nord par la République Islamique de Mauritanie et à l'Est par le Mali, au Sud par la Guinée Bissau et la Guinée, à l'Ouest par l'Océan Atlantique. La Gambie, située entre les régions de Kaolack et de Ziguinchor, forme une enclave sur le cours inférieur du fleuve du même nom. Le Sénégal est un pays à relief plat; l'altitude dépassant rarement 100 mètres. Le mont Assirik, au Sud-Est du pays avec ses 381 mètres, en constitue le point culminant. Le Sénégal a un climat tropical caractérisé par une saison sèche qui dure de 8 à 9 mois et une saison des pluies de 3 à 4 mois. Les ressources en eau de surface du Sénégal sont constituées par quatre grands fleuves (les fleuves Sénégal, Casamance, Gambie, Saloum) et leurs affluents auxquels s'ajoutent quelques cours d'eau temporaires. Le Sénégal est constitué de 6 régions naturelles subdivisées en 10 régions administratives. 1.1.2 Histoire L'histoire du peuplement du Sénégal est peu ou presque peu connue. Cependant, de nombreuses fouilles réalisées au Sénégal révèlent une présence humaine très ancienne (environ 150 000 ans). Le peuplement du Sénégal s'est probablement organisé à partir de l'empire du Ghana. Les peuples en migration s'installent dans la vallée du fleuve et progressent ensuite vers les régions du Sud, à cause des razzias des Maures. Les premières traces êcrites de l'histoire du Sénégal datent de l'historien arabe Al Bekri en 1068. Jusqu'à la conquête coloniale, l'histoire du Sénégal est marquée par une succession de royaumes. Les premiers contacts avec les Européens datent de 1415, époque à laquelle un Vénitien débarque dans la région du Cap-Vert et s'installe å Gorée. Dans la seconde moitié du XVIe siècle arrivent les Français, les Anglais, les Hollandais, les Portugais. En 1659, Louis Ganltier établit dans l'île de N'dar un corps de Logis baptisé Saint-Louis. Entre 1854 et 1864, Faidherbe étend les possessions françaises, non sans se heurter à des résistances féroces. Il met ainsi en place une administration coloniale qui aboutira en 1914 à la nomination au parlement français du premier député noir, Biaise Diagne. Après la deuxième guerre mondiale, entre 1946 et 1960, l'histoire du Sénégal est marquée par deux dates assez importantes. En 1946, il devient Territoire d'Outre-Mer et fait partie de la République au sein de l'Union Française. En 1956, l'Assemblée constituante vote la loi cadre et ce fut le début du processus de l'indépendance. Le 4 Avril 1960, l'indépendance du Sénégal sera proclamée. 1.1.3 Économie Le Sénégal, à l'instar des pays d'Afrique Sub-Saharienne, a une économie dominée par l'agriculture (80 % de la population active). Les principales productions agricoles sont 1' arachide, le mil, le sorgho, le riz, le maïs et le ni~b~. La principale culture de rente, l'arachide, représente, à elle seule, 42 % des terres arables et occupe près de 70 % de la population active. L'élevage, bien qu'affectée par plusieurs années de sécheresse depuis les années 1970, est toujours important. La pêche industrielle, comme artisanale, en pleine expansion, tend à devenir la principale richesse du pays. L'industrie, dominée par les huileries et les phosphates, joue un rôle de plus en plus important dans l'économie du pays. Sa contribution au PIB est passée de 18 % en 1988 à près de 30 % en 1996. Le secteur touristique, malgré des performances variables, se développe également. 1.1.4 Population Selon le dernier recensement général de la population et de l'habitat, la population du Sénégal était évaluée à 6 896 808 habitants, soit en moyenne une densité de 35 habitants au kilomètre carré. Cette population est inégalement répartie. La région de Dakar qui occupe 0,3 % du territoire national, abrite 22 % de la population totale; c'est la région la plus densément peuplée (2707 habitants au kilomètre carré). À l'opposé de Dakar, la région de Tambacounda a la plus faible densité (6 habitants au kilomètre carré). La part de Dakar dans la population totale a régulièrement augmenté : 14 % en 1960 et 22 % en 1988. Dakar abrite, en outre, l'essentiel de la population urbaine du pays (80 %, en 1988). Le Sénégal, à l'instar des pays en voie de développement et notamment ceux d'Afrique au Sud du Sahara, a un fort taux d'accroissement démographique. Au niveau national, le taux d'accroissement naturel de la population est de 2,7 % pour la période 1976-1988. La population totale du pays est estimée à environ 8 600 000 habitants en 1996 (Direction de la Prévision et de la Statistique, 1992). La population urbaine a augmenté à un taux moyen annuel de 3,8 % au cours de la même période. Le rythme d'accroissement rapide de la population est principalement due à la forte fécondité (ISF de 6,0 enfants par femme en 1992-1993) et à la mortalité en baisse, bien que toujours élevée. La population du Sénégal est extrêmement jeune : 57,7 % de moins de 20 ans. Le Sénégal compte plus de 20 ethnies, mais beaucoup d'entre elles ont des effectifs très faibles. Les principaux groupes ethniques sont : les Wolof (43 %), les Poular (24 %), les Serer (15 %), les Diola (5 %) et les Mandingue (4 %). La population du pays est essentiellement musulmane (94 % de musulmans). On y trouve aussi des chrétiens (4 %), notamment chez les Diola et les Sérer. L'animisme et les autres religions représentent moins de 2 % de la population. 1.1.5 Situation sanitaire L'État sénégalais consacre, en moyenne, 5 à 6 % de son budget annuel à la santé publique, en dehors des contributions des organismes de coopération bi ou multilatérale, des ONG, du secteur privé, des municipalités et des conseils ruraux et des populations. L' allocation du budget, très variable d'une région à l'autre, est liée à la densité de peuplement et aux infrastructures sanitaires disponibles. Par exemple, pour l'exercice budgétaire 1989/90, Dakar, avec 22 % de la population totale, a reçu 40 % du budget, alors qu'à l'opposé, la région de Tambacounda avec 6 % de la population totale n 'a reçu que 5 % de ce budget. 1.2 CADRE DE L 'ENQUÊTE 1.2.1 Cadre institutionnel de I'EDS-III L'Enquête Démographique et de Santé de 1997 (EDS-m), la troisième enquête du genre au Sénégal, a été réalisée par la Division des Statistiques Démographiques de la Direction de la Prévision et de la Statistique du Ministère de l'Économie des Finances et du Plan, avec l'assistance technique de Macro International Inc et l'appui financier de I'USAID, du FNUAP et de la Banque Mondiale. Cette enquête entre dans le cadoe du programme international des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys - DHS). 1.2.2 Objectifs L'un des objectifs essentiels de I'EDS-III est de recueillir des données sociales, démographiques et sanitaires représentatives, tant au niveau national que régional, devant permettre : 1) d'étudier les niveaux et les tendances de la fécondité et de la mortalité des enfants âgés de moins de 5 ans; 2) d'évaluer les niveaux de connaissance et d'utilisation (passée et actuelle) des méthodes contraceptives, aussi bien chez les femmes que chez les hommes; 3) d'analyser la préférence des Sénégalais en matière de fécondité et leurs attitudes à l'égard de la planification familiale; 4) d'étudier la santé de la mère et de l'enfant : visites prénatales, assistance à l'accouchement, prévalence et traitement de la diarrhée; 5) de mesurer la connaissances et les attitudes des hommes et des femmes vis-à-vis des maladies sexuellement transmissibles et du sida; et 6) de fournir aux responsables de programmes de population et aux décideurs des données de base actualisées et de qualité sur la fécondité, la mortalité, la planification familiale et la santé. Ces données sont, à la fois, utiles à l'évaluation de l'impact des programmes de population et à l'élaboration de stratégies nouvelles pour l'amélioration de la santé et du bien-~tre de la population. 1.2.3 Questionnaires Les questionnaires de r EDS-III ont été préparés à partir des modèles du programme DHS, en tenant en compte des réalités sociales du Sénégal. Ces questionnaires sont au nombre de trois : • le questionnaire ménage; • le questionnaire individuel femme; et • le questionnaire individuel homme. Le questionnaire ménage Il permet d'identifier, à la fois, l'ensemble des membres habituels du ménage et les visiteurs avec un certain nombre d'informations les concernant : nom et prénom, lien de parenté avec le chef de ménage, sexe, âge et situation de résidence. Ce questionnaire contient également sur sa page de couverture des informations relatives à l'identification géographique du ménage, au résultat de l'interview (qui permet de calculer le taux de couverture de l'enquête). La dernière partie de ce questionnaire contient des renseignements sur les caractéristiques de l'habitat, sur l'approvisionnement en eau potable, l'évacuation des eaux usées, le stockage et l'évacuation des ordures ménagères et la possession des biens de consommation. Le principal objectif du questionnaire ménage est de permettre l'identification des femmes et des hommes éligibles pour être interviewés individuellement. Le questionnaire individuel femme Le questionnaire individuel femme, constitue l'élément essentiel de I'EDS-UI. Il est administré à toutes les femmes éligibles des ménages sélectionnés; il s'agit des femmes âgées de 15-49 ans, ayant passé la nuit précédant le passage des enquêtrices dans le ménage, quel que soit le statut de résidence. Le questionnaire individuel femme comporte, en dehors de la page de couverture analogue à celle du questionnaire ménage, huit sections qui traitent des sujets suivants : Caractéristiques socio-démographiques de l'enquêtée : Cette section comprend 15 questions qui sont consacrées au lieu de résidence, l'âge et la date de naissance, la scolarisation, 1' alphabétisation, la nationalité, l'ethnie et l'occupation. Reproduction : Cette section de 28 questions permet de saisir l'ensemble des naissances vivantes de la femme, leur sexe, leur date de naissance, et leur état de survie (en vie ou déc~dé) au passage de l'enquêtrice. En outre, elle permet de collecter des information sur l'état de grossesse au moment de l'enquête et du désir de cette grossesse, la connaissance du lieu de consultation prénatale et la connaissance de la période féconde. Contraception : Cette section comprend 35 questions; elle permet de collecter des informations sur la connaissance, l'utilisation passée et actuelle de la contraception, les avantages des méthodes contraceptives connues, les sources d'approvisionnement et l'accès à ces sources. Elle permet également d'obtenir des informations sur les mass média (radio, TV) et la planification familiale, l'intention d'utiliser ou non la contraception dans l'avenir, et les raisons d'abandon de la dernière méthode contraceptive utilisée. Grossesse et allaitement : Cette section comporte 37 questions consacrées à des informations sanitaires sur les enfants nés au cours des cinq dernières années précédant l'enquête (enfants nés depuis Janvier 1992). Ces informations portent sur les visites prénatales, le lieu d'accouchement, l'assistance à 1' accouchement, l'issue de la grossesse, le retour des règles, la reprise des rapports sexuels après l'accouchement, l'allaitement maternel et sa fréquence, la durée de l'allaitement maternel et l'âge auquel ont été introduits les aliments de complément. Santé : Cette section de 37 questions, à l'instar de la précédente, porte uniquement sur les enfants nés dans les cinq années précédant l'enquête. Elle permet de collecter des informations sur les épisodes diarrhéiques, les types de traitement, la connaissance et l'utilisation de la thérapie par réhydratation orale (TRO). Mariage : Cette section comporte 18 questions consacrées à l'état matrimonial des femmes, l'âge au mariage, le régime de mariage et l'activité sexuelle de la femme. Préférences en matière de fécondité : Cette section de 18 questions est consacrée au désir d'enfants supplémentaires, l'intervalle désiré entre naissances, la discussion de la planification familiale et de la procréation par le couple, le nombre idéal d'enfants, l'échec de la contraception et l'interruption des grossesses. 4 MST et sida : Cette section comprend 17 questions; elle permet d'obtenir des informations sur la connaissance et la prévalence des maladies sexueUement transmissibles (MST). En outre, elle porte sur la connaissance des modes de transmission du sida et des moyens de prévention contre cette maladie. Guérisseur : Cette section de 18 questions est administrée seulement dans la région de Fatick. Elle permet d'obtenir des informations sur la fréquentation des guérisseurs traditionnels pour le traitement des différentes maladies (diarrhée, MST et sida), de la stérilité et de l'espacement des naissances. La deuxième partie de la section est consacrée aux avantages de la médecine traditionnelle par rapport à la médecine moderne. Le questionnaire individuel homme Ce questionnaire individuel est administré à tous les hommes éligibles, c'est-à-dire ceux qui sont âgés de plus de 20 ans, et qui ont passé la nuit précédant le passage des enquêteurs dans le ménage, quel que soit le statut de résidence. Le questionnaire individuel homme comporte une page de couverture, similaire à celle du questionnaire mênage, permettant de recueillir des informations sur l'identification et le résultat de l'interview. Il comprend cinq sections, à savoir : caractéristiques socio-démographiques de l'enquêté, contraception, préférences en matière de fécondité, MST et sida, et guérisseur. Cette dernière section, consacrée à la médecine traditionnelle comme pour l'enquête individuelle femme, est limitée à la région de Fatick. 1.2.4 Échantillonnage L'échantillon cible de I'EDS-HI comprenait 8 500 femmes âgées de 15 à 49 ans et de 4 500 hommes âgés de plus de 20 ans. La liste de tous les districts de recensement (DR) créés pour les besoins du Recensement général de la population et de l'habitat de 1988 (RGPH/88) a servi de base de sondage aréolaire de cette enquête. On a identifié 11 domaines d'étude divisés, chacun, en deux catégories : zone urbaine et zone rurale. Ceci a donné au total 22 strates : 9 régions par urbain et rural, soit 18 strates, et 4 strates dans la région de Fatick (département de Fatick par urbain et rural, et les autres départements de la région de Fatick par urbain et rural). Il s'agit donc d'un échantillon stratifié, pondéré et représentatif au niveau national, régional et du milieu de résidence (urbain et rural). L'échantillon est constitué à partir d'un tirage à deux degrés. Au premier degré, on a effectué un tirage systématique d'un certain nombre de DR ou unités aléatoires (une unité aléatoire correspond à un DR) à l'intérieur de chacune des strates avec probabilité proportionnelle à la taille du DR, la taille du DR étant le nombre de ménages identifiés à partir de la base de sondage). Au total 320 DR ont été tirés. Un dénombrement exhanstif des ménages dans chacun des DR tirés a fourni une liste de ménages à partir de laquelle on a tiré, au deuxième degré, un échantillon de ménages. Toutes les femmes âgées de 15 à 49 ans habitant ces ménages ont été enquêtées. En plus de l'échantillon des femmes, un sous-échantillon d'hommes âgés de 20 ans ou plus a été également tiré. Le plan de sondage détaillé est présenté en annexe. Le nombre de ménages sélectionnés dans les 320 DR de I'EDS de 1997 est de 5 040, parmi eux 4 855 on été identifiés au moment de l'enquête. Parmi les 4 855 ménages trouvés, 4 772 ont été interviewés avec succès. Par ailleurs, 8 593 femmes de 14 à 49 ans et 4 306 hommes de 20 ans et plus ont été enquêtés avec succès (tableau 1.1). Une description détaillée de la couverture de l'échantillon est présentée dans le chapitre 2. 5 Tableau l . l Taille et couverture de l'çch~nîFillon Effectifs des menages, des femmes et des hommes s61ectionnés, identifiés, et taux de réponse selon le milieu de r~sidence, EDS-III Sénégal 1997 Résidence Enquete Urbain Rural Ensemble Enquête ménage Nombre de logements sélectionnes 1 681 3 359 5 040 Nombre de ménages identifies 1 606 3 249 4 855 Nombre de menages enquêtés 1 561 3 211 4 772 Taux de réponse 97,2 98,8 98,3 Enquête individuelle femme Nombre de femmes éligibles Nombre de femmes enquetées 3 260 5 926 9 186 3 055 5 538 8 593 Taux de réponse 93,7 93,5 93,5 Enquête individuelle homme Nombre d'hommes éligibles Nombre d'hommes enquêtés 1 838 3415 5253 1492 2814 4306 Taux de réponse 81,2 82,4 82,0 Taux de r6ponse global 89,2 89,4 89,3 1.2.5 Organisation et exécution de l'enquête Le Directeur de la Prévision et de la Statistique est le Directeur national de l'enquête; le Chef de la Division des Statistiques Démographiques en est le directeur technique. Responsable de la Direction technique de l'enquête, celui-ci est chargé, avec l'appui du Directeur technique adjoint, de la supervision de l'ensemble des activités du projet. Dénombrement des unités primaires de l'échantillon Comme nous l'avons indiqué plus haut, les DR tirés dans le cadre de l'échantillonnage sont issus du RGPI-I/88. Ainsi, pour la mise à jour de la liste des ménages vivant dans les DR tirés, un travail de dénombrement a été réalisé par des équipes totalisant dix agents pendant deux mois (janvier-février 1997). Formation et recrutement du personnel de collecte Dans le cadre de cette enquête, on s'est limité à une seule formation, celle de l'enquête principale. Cette formation du personnel de terrain s'est déroulée du 25 décembre 1996 au 10 janvier 1997. Elle a consisté en des exposés détaillés portant sur tous les aspects que recouvrent les différents types de questionnaires, et les définitions des différents concepts qui y sont utilisées. En outre, des simulations en salle et une pratique sur le terrain ont été réalisées, pour mieux apprécier l'aptitude du personnel à mener des interviews. La formation a réuni une cinquantaine d'enquêtrices et contrôleuses, et vingt hommes devant jouer le rôle de chefs d'équipe et d'enquêteurs pour le questionnaire homme. 6 À l'issue de la formation, 36 enquêtrices, neuf enquêteurs, neuf contrôleuses et neuf chefs d' équipe ont été sélectionnés pour le travail de terrain. Collecte des données À la fin de la formation, neuf équipes ont été constituées pour l'exécution de l'enquête. Chaque équipe était composée d'un chef d'équipe (responsable de l'organisation du travail sur le terrain), d'une contrôleuse (responsable du contrôle du travail des enquêtrices) de quatre enquêtrices, d'un enquêteur et d'un chauffeur. Les équipes ont été encadrées par deux superviseurs durant toute la période de la collecte, qui a duré du 20 janvier au 30 avril 1997. Pendant toute la période de collecte, des missions de contrôle ont été effectuées régulièrement par l'encadrement technique. Traitement informatique des données L'exploitation des données a débuté deux semaine après le début de la collecte. Elle a commencé le 3 février 1997 et s'est achevée le 10 mai 1997. Cette phase s'est déroulée en quatre étapes. Vérification des dossiers des DR : Ce travail consistait à vérifier rexhaustivité des dossiers des DR : comptage du nombre de questionnaires ménage et individuels par DR et par région. Saisie des données : Elle a été effectuée par 2 brigades de 10 agents chacune sur le logiciel ISSA (Integrated System for Survey Analysis) développé par Macro International Inc. Apurement des données : Cette étape a permis de vérifier la cohérence interne des données saisies. Par ailleurs, tous les questionnaires ont été ressaisis à 100 %, et toute incohérence entre les deux saisies a été corrigée. Après l'apurement des données, les dates des événements ont été imputées, dans le cas où ces informations n'avaient pas été enregistrées dans le questionnaire (date de naissance de la femme, date du premier mariage de la femme, date de naissance des enfants et âge au décès des enfants). Tabulation : Après les imputations, les réponses "autres" ont été recodifiées et une série de vérifications supplémentaires a ét~ appliquée pour aboutir au fichier de données définitif ayant servi à la production des tableaux des rapports préliminaire et définitif. Cette opération s'est achevée le 15 mai 1997. CHAPITRE 2 CARACTERISTIQUES DE L'ECHANTILLON Salif NDIA YE et Aliou GA YE Trois thèmes seront développés dans ce chapitre : la couverture de l'échantillon, les caractéristiques de l'échantillon des ménages, et celles des femmes enquêtées. Les informations sur la couverture de l'échantillon constituent des indicateurs sur la représentativité de celui-ci, mais également elles sont utiles pour l'échantillonnage des enquêtes ultérieures. Les principales caractéristiques des échantillons des ménages et des individus permettent de placer les données dans leur contexte socio-démographique; ce qui constitue un préalable important pour leur analyse. 2.1 COUVERTURE DEL 'ÉCHANTILLON La couverture se réfère ici au nombre d'unités statistiques observées (avec succès) par rapport au nombre d'unités sélectionnées selon le plan de sondage. Dans les dix régions du territoire national, 5 040 ménages (3 359 ruraux et 1 681 urbains) ont été sélectionnés selon le plan de sondage (tableau lA et tableaux B.10.1 et B.10.2 en annexe). Parmi ces ménages, 4 855 (soit 96,3 %) ont pu être identifiés sur le terrain. Cette proportion est cependant assez variable selon le milieu de résidence : l'identification des ménages a ét~ bien meilleure en milieu rural (96,7 %) qu'en milieu urbain (95,5 %) où les déménagements sont fréquents. Ce taux est sensiblement supérieur à celui de I'EDS-II de 1992-1993 (95,4 %). Parmi les ménages trouvés, 4 772, soit 98,3 % ont été entièrement enquêtés. Ici par contre, on observe un pourcentage de réponses légèrement moins élevé que dans I'EDS-II de 1992-1993 (99,0 %). Comme pour l'identification des ménages, la couverture a été meilleure dans les campagnes (98,8 %) que dans les villes (97,2 %). Ce résultat est similaire à celui de I'EDS-II (respectivement 99,9 % et 97,9 %). Les taux de perte sont plus élevés dans l'enquête individuelle. En effet, sur 9 186 femmes éligibles identifiées dans les ménages enquêtés, 8 593, soit 93,5 %, (taux inférieur à celui observé dans l'EDS-II : 95,0 %) ont pu être interrogées avec succès. Ce niveau de couverture est pratiquement invariable selon le milieu de résidence. C'est chez les hommes que la couverture est la moins complète : 4 306 hommes de 20 ans ou plus ont pu être enquêtés parmi les 5 253 éligibles (soit 82,0 %). Ce résultat, qu'on a déjà trouvé dans la plupart des enquêtes et recensements au Sénégal, est surtout lié, comme nous l'avons indiqué dans le chapitre 1, à la plus grande mobilité des hommes. Les tableaux B.10.1 et B.10.2 (en annexe) présentent la répartition des ménages, ainsi que celle des femmes et des hommes éligibles selon le résultat de l'interview et les taux de réponses correspondants pour l'ensemble du pays, la grande région et la nature du lieu de résidence. 2.2 ENQUÊTE MÉNAGE L'enqu8te ménage a permis de dénombrer 4 772 ménages et 41 726 personnes (population de fait). Auprès de ces ménages, des informations relatives à la structure par âge et par sexe des individus, ainsi qu'à la composition des ménages et leur accès à certains services et facilités ont été collectées. 2.2.1 Structure par âge et par sexe Le tableau 2.1 met en évidence un déséquilibre de la structure par sexe. En effet, le rapport de masculinité (nombre d'hommes pour 100 femmes) s'établit à 88,8 % contre 90,6 % dans I'EDS-II et 92,6 % dans le recensement général de la population et de l'habitat de 1988 (RGPH/1988). Ce déficit d'hommes est beaucoup plus prononcé en milieu rural (rapport de masculinité de 87,6 %) qu'en milieu urbain (90,7 %). La structure par åge est jeune : 47,6 % ont moins de 15 ans et seulement 4,6 % ont plus de 65 ans. Ces résultats, identiques à ceux de I'EDS-II, sont, en outre, en nette concordance avec ceux de 1988 (RGPH/88). La pyramide des âges, (graphique 2.1), est caractéristique des populations jeunes : elle est large à la base et se rétrécit rapidement vers le sommet au fur à mesure que l'âge augmente. La structure par âge est assez contrastée selon le milieu de résidence. La proportion de personnes de moins de 15 ans est beaucoup moins élevée dans les villes (42,3 %) que dans les campagnes (51,1%). Inversement, la proportion de personnes de 15 à 55 ans est plus importante dans les villes (50,1% contre 39,0 %). 80+ 75-79 70-74 65-69 6O-64 55-59 50-54 45-49 40-44 35-39 3O-34 25-29 20-24 15-19 10-14 5-9 0-4 Âges 10 8 Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population Sénégal, 1997 6 4 2 0 2 4 6 Pourcentage 8 10 EDS-III Sénégal 1997 10 T~bl¢~~ 2.1 Povulation des m~na~es var å~e et sexe R~panition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'lges quinquennal, selon le milieu de résidence et le sexe, EDS-III Sén6gal 1997 Urbain Rural Total Groupe d'åges Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble 0-4 14,8 13,6 14,2 20,2 17,1 18,6 18,1 15,7 16,8 5-9 15,0 13,8 14,4 19,7 16,2 17,8 17,8 15,2 16,5 10-14 14,0 13,4 13,7 15,4 14,1 14,7 14,9 13,8 14,3 15-19 13,2 11,7 12,4 10,1 8,6 9,3 11,3 9,8 10,5 20-24 9,9 9,5 9,7 5,6 7,4 6,6 7,3 8,2 7,8 25-29 6,7 8,1 7,4 4,4 6,5 5,5 5,3 7,1 6,3 30-34 5,0 6,0 5,5 3,6 5,4 4,5 4,1 5,6 4,9 35-39 4,5 6,3 5,5 3,3 5,0 4,2 3,8 5,5 4,7 ~-~ 4,3 4,2 4,3 3,1 3,4 3,3 3,6 3,7 3,7 45-49 3,1 2,8 2,9 2,5 2,5 2,5 2,7 2,6 2,7 50-54 2,1 2,8 2,4 2,2 4,0 3,2 2,1 3,5 2,9 55-59 2,3 2,2 2,3 2,1 2,8 2,5 2,2 2,6 2,4 60-64 1,7 1,7 1,7 2,1 2,3 2,2 2,0 2,0 2,0 65-69 1,2 1,3 1,2 2,0 1,6 1,8 1,7 1,5 1,6 70-74 0,9 1,3 l,l 1,5 1,5 1,5 1,3 1,4 1,4 75°79 0,8 0,5 0,6 1,0 0,6 0,8 0,9 0,5 0,7 80+ 0,6 0,6 0,6 1,1 0,9 1,0 0,9 0,8 0,8 ND~SP 0,I 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 7762 8557 16321 11860 13543 25405 19621 22100 41726 2.2.2 Caractéristiques des ménages Sexe du chef de ménage Dans l'ensemble, comme le montre le tableau 2.2, 81,6 % des chefs de ménage (CM) sont des hommes, mais un pourcentage non négligeable de femmes ont ce statut (18,4 %, soit prés d'un chef de ménage sur cinq). C'est dans les villes qu'on observe le plus de femmes parmi les chefs de ménage : 25,7 % (soit plus d'un CM sur quatre) en milieu urbain contre 13,1% en milieu rural. Dans I'EDS-II, la proportion de femmes CM était de 15,8 %, soit une augmentation relative de 16 % entre les enquêtes. Cette augmentation se vérifie autant dans les villes que dans les campagnes. La proportion relativement élevée de femmes CM n'est toutefois pas nécessairement liée au rôle de plus en plus important que jouent les femmes dans la prise en charge des ménages. Ce résultat découle essentiellement de la définition du "ménage" qui se réfère au statut de résidence. Par exemple, un homme polygame est recensé CM seulement chez sa première épouse, alors que les autres épouses sont CM dans le cas de résidences séparées, même si le mari dort chez elles de façon tournante. En outre, dans le cas des locataires, le CM représente celui qui est reconnu comme tel sans considération de relation de dépendance. Taille des ménages Au Sénégal, les ménages sont de grande taille (tableau 2.2). Un ménage compte en moyenne 9 personnes. Cette moyenne est à peu près identique à celle observée dans I 'EDS-II (8,8 personnes). La dispersion autour de cette valeur moyenne est importante : 44% des ménages comptent 9 personnes ou plus, 20% comptent 4 personnes ou moins. Les ménages ruraux sont de plus grande taille (9,5 contre 8,2 en milieu urbain, soit 1,3 personnes de plus). Dans les villes, on compte huit ménages d'une seule personne sur cent, et plus de 15 % de ménages d'une ou deux personnes. En milieu rural, les proportions correspondantes sont de2%et4%. 11 Composition du ménage Le même tableau 2.2 présente aussi des informations sur la composition du ménage (lien de parenté, taille, sexe). La majorité des ménages est composée d'au moins 3 adultes apparentés (70 %). Cette tendance est plus prononcée en milieu rural (77 % contre 61% en milieu urbain). Dans moins de 14 % des cas, le ménage est composé de deux personnes adultes de sexes opposés, et dans 7 % des cas d'une seule personne adulte, ce dernier cas étant surtout observé dans les villes. Tableau 2.2 Comoosition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, taille de ménage, lien de parent~ avec le chef de ménage, selon le milieu de résidence, EDS-III Sénégal 1997 Caractéristique Urbain Rural Ensemble Chef de ménage Homme 74,3 86,9 81,6 Femme 25,7 13,1 18,4 Nombredemembres ~bi~els 1 8,1 1,7 4,4 2 7,1 2,2 4,2 3 5,4 4,2 4,7 4 7,6 6,0 6,7 5 8,8 8,3 8,5 6 9,1 10,5 9,9 7 7,2 9,6 8,6 8 7,5 10,2 9,1 9ouplus 39,1 47,5 ~,0 Taille moyenne 8,2 9,5 9,0 Lien de parenté (membres habituels) Un adulte 11,1 3,3 6,6 Deux adultes apparentés - de sexe opposé 14,7 12,7 13,5 - de m?.me sexe 4,5 3,0 3,6 Trois adultes apparentés ou plus 61,0 76,9 70,3 Autres 8,6 4,1 5,9 2.2.3 Caractér ist iques de l 'habitat et bien possédés par le ménage Accès aux services de base Dans l'ensemble, 32 % des ménages visités, soit prés d'un ménage sur trois, disposent de r électricité (graphique 2.2 et tableau 2.3). La disponibilité de ce service est cependant presque exclusivement urbaine (69 %); dans les campagnes, seulement 6 % disposent d'électricité. 12 Graphique 2.2 Caractéristiques des logements Pourcentage 6o 5o 40 3o 20 10 0 ««o "òe~' ORIGINE TOILETTES MATÊRIAUX NOMBRE OE L'EAU DU SOL PAR RECE EDS-III Sén6ga11997 En ce qui concerne l'accès à l'eau, les sources d'approvisionnement auxquelles s'alimentent la grande majorité des ménages (93 %) sont l'eau de robinet (49 %) et l'eau de puits (43 %). En tout, près de la moitié des ménages sénégalais ont accès à l'eau courante, soit à l'intérieur de leur concession (31%), soit à l'extérieur de leur concession (18 %). L'autre moitié utilise essentiellement l'eau de puits. Le puits constitue en fait la principale source d'eau des populations rurales, puisque près des deux tiers des ruraux (65 %) s'y approvisionnent. L'accès à l'eau courante est très limité dans les campagnes : seulement un ménage sur quatre (24,4 %) y a accès. Par contre dans les villes, 84% des ménages en disposent. Les forages, service presque exclusivement rural, contribuent pour 6 % dans l'alimentation des ménages de cette zone. Le milieu rural est également très défavorisé par rapport à la disponibilité de lieu d'aisance. Alors qu'en moyenne, 35 % de l'ensemble des ménages ne disposent pas de toilettes, on dénombre 54 % de ménages ruraux qui n'ont pas accès à cette facilité contre moins de 8 % en milieu urbain. Les WC avec chasse d'eau sont inexistants dans les campagnes et peu fréquents même dans les villes (27 %). Les types de toilette dominants sont les fosses et les latrines. Caractéristiques des logements Dans l'ensemble, 59 % des ménages ont un logement dont le sol est en ciment, en vinyle, en carrelage ou couvert de moquette (tableau 2.3). Les logements de type traditionnel (sols en matériaux autres que le ciment, le vinyle, le carrelage ou la moquette) représentent 41% des ménages En milieu rural, les sols en terre sont largement dominants (59 %). On y trouve cependant, des sols en ciment dans 25 % des cas et en vinyle dans 9 % des cas. Dans les villes, la plupart des sols sont, soit en ciment (43 %), soit en vinyle (34%). Une proportion assez notable de ménages urbains (16 %) ont le sol de leur logement en carrelage. Il faut noter que des progrès très sensibles ont été enregistrés entre 1992-1993 (EDS-H) et 1997 (EDS-m). Enfin, on compte, en moyenne, environ 3 personnes par pièce à usage d'habitation. Ici, les villes diffèrent à peine des campagnes (respectivement 2,8 et 2,9). Cependant, on compte plus de ménages disposant d'une pièce pour une ou deux personnes en milieu rural qu'en milieu urbain (60 % contre 58 %). 13 Tableau 2.3 Caract~ristioues des logements Répartition (en %) des m~nages, par caract6dstiques des logements, selon le milieu de r6sidence, EDS-III S~n6gal 1997 Caract6ristique des logements Urbain Rural Ensemble Electrlclté Oui 68,9 6,0 32,2 Non 31,1 93,9 67,7 ND 0,1 0,1 0,1 Approvisionnement en eau à boire Robinet dans le logement 64.2 7.3 31,0 Borne fontaine 20,2 17,1 18,4 Puits dans la cour 4.6 5.7 5.3 Puits public 8,0 59,5 38,0 Forage 0,1 5,9 3,5 Source 0,3 2,0 1,3 Rivière, cours d'eau 0,0 0,7 0,4 Mare, lac 0,1 0,0 0,1 Barrage 0,0 0,I 0,0 Eau de pluie 0,1 0,0 0,0 Camion citerne 0,0 0,1 0,0 Eau en bouteille 0,6 0,0 0,3 Autre 1,7 1,2 1,4 ND/NSP 0,1 0,4 0,3 Total 100,0 100,0 100,0 Type de toilettes Chasse d'eau person, 16,8 0,3 7,2 Chasse d'eau en com, 9,8 0,5 4,4 Fosse 54,5 16,2 32,2 Latrine 11,1 28,7 21,4 Pas de toil,/Nature 7,5 53,9 34,6 Autre 0,2 0,3 0,2 ND/NSP 0,1 0.1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 Type de sol Terre, sable 6,3 59,4 37,3 Bouse 0,2 4,8 2,9 Parquet ou bois ciré 0,I 0,0 0,0 Vinyle ou tapis 33,7 9,0 19,3 Carrelage 15,7 0,9 7,1 Ciment 42,7 25,3 32,5 Moquette 0,9 0,I 0,5 Autre 0,2 0,4 0,3 ND/NSP 0,3 0,2 0,2 Total I00,0 100,0 I00,0 Nombre de personnes par pièce utilisée pour dormir 1-2 57.9 59.7 58.9 3-4 31.9 34.0 33,2 5-6 7,1 4.4 5,5 7 ou plus 2,9 1,5 2,1 ND/NSP 0,1 0,4 0,3 Total 100,0 100,0 100,0 Moyenne 2,9 2,8 2,8 Effectif de ménages 1 989 2 783 4 772 14 Disponibilité de certains équipements Au Sénégal, l'accès à certains équipements de base est assez limité (tableau 2.4). En dehors de la radio disponible dans 67 % des ménages, la télévision, le réfrigérateur et le magnétoscope ne sont accessibles qu'à une certaine catégorie des ménages urbains (respectivement 43 %, 28 % et 14 %). Le véhicule à usage domestique concerne seulement 8 % de l'ensemble des ménages et 12 % des urbains. Les bicyclettes sont également peu courantes (11% en milieu rural contre 6 % en milieu urbain). La possession d'une motocyclette est rare (moins de 4 % des ménages). Tableau 2 4 Biens durables Doss&lés var le ména2e Pourcentage de mdnages possédant certains biens de consommation durables, selon le milieu de résidence, EDS- llI Séndga11997 Biens durables Urbain Rural Ensemble Radio 76,4 59,8 66,7 T~.l~.vision 42,6 5,4 20,9 R~frigérateur 28,5 2.2 13,2 Vidéo 13,9 1,1 6,4 Bicyclette 5,6 10,7 8,6 MobyletteJMotocyclette 4,9 2,5 3,5 Voiture personnelle l 1,7 1,5 5,8 Effectif de ménages 1 989 2 783 4 772 2.3 ENQUÊTE INDIV IDUELLE L'enquête individuelle auprès des femmes a porté sur un échantillon de 8 593 femmes de 15 à 49 ans et de 4 306 hommes de 20 ans ou plus. Les interviews individuelles constituent la partie essentielle de l'enquête, et les sujets sur lesquels elles ont porté, ont été présentés dans le chapitre précédent. Dans cette section, quelques caractéristiques fondamentales (âge, état matrimonial, niveau d'instruction, lieu de résidence et groupe ethnique) seront développés avant l'examen des autres sujets dans les chapitres suivants. Les résultats relatifs à l'enquête auprès des hommes feront, eux aussi, l'objet d'un chapitre ultérieur. 2.3.1 Âge des femmes Malgré l'importance de l'âge dans les analyses démographiques, les mesures de cette variable sont souvent entachées d'erreurs surtout dans les pays à état civil déficient. Ainsi, de gros efforts sont-ils déployés en vue de l'amélioration de la qualité des données sur l'âge. Les difficultés dans la collecte des données sur l'åge sont souvent liées aux défaillances de mémoire, à la tendance à déclarer des âges termin6s par certains chiffres (0 et 5 en général). Cependant, la plupart des analyses portant sur des groupes d'âges, les effets des erreurs sur les années d'âge seront atténués. La répartition des femmes par groupe d'âges quinquennal (tableau 2.5) confirme la jeunesse de la population : 59 % des femmes enquêtées ont moins de 30 ans tandis que 15 % ont entre 40 et 49 ans. Cette structure est identique à celles de rESF de 1978, de I'EDS-I de 1986 et de rEDS-II de 1992-1993 ~. Ce résultat démontre donc une comparabilité parfaite de ces enquêtes, en ce qui concerne l'âge tout au moins, et atteste de la bonne qualité des données sur cette variable. Cependant, comme on ra indiqué plus haut, la répartition par groupe d'âges quinquennal peut masquer les insuffisances par année d'âge. En effet, la répartition par année d'âge représentée dans le graphique 2.3 met en évidence des pics assez prononcés aux âges ronds (terminés par 0), surtout semi-ronds (terminés par 5), mais aussi aux âges terminés par 2. Ceci correspond à des attractions pour les âges terminés par 0, 5 ou 2. Les indices de Myers confirment ces attractions (tableau non reproduit ici). On observe aussi des répulsions pour les âges terminés par 1 et 3. Ces résultats suggèrent que ces répulsions sont consécutives à des transferts des femmes de 21, 31 et 41 ans vers les âges 20, 30 et 40 ans d'une part et d'autre part vers les âges 22, 32 et 42 ans. De même des transferts ont pu s'opérer des âges de 23, 33 et 43 ans vers les 22, 32 et 42 ans. t Voir tableau 2.8, page 19, Rapport national d'analyse de I'EDS-II de 1992-1993. 15 Tal~l¢~~ 2,5 Caractéristiaues soeio-d~mom'anhioues des femmes enouêt~es R~partition (en %) des femmes enquêtées par caractéristiques socio- démographiques, EDS-III S~n~gal 1997 Femmes Caractéristique Effectif Effectif socio-d~mographique Pourcentage pondéré non pondéré Groupe d'åges 15-19 22,5 1 937 1 958 20-24 19,4 1 664 1 633 25-29 17,1 1 472 1 418 30-34 13,2 I 137 I 180 35-39 13,0 1 120 I 119 40-44 8,7 749 755 45-49 6,0 514 530 État matrimonial Célibataire 26,9 2 310 2 161 Mariée 67,9 5 833 6 010 Vivant ensemble 0,2 17 20 Veuve 1,0 82 88 Divorcée 3,8 324 286 Séparée 0,3 27 28 Niveau d'instruction Aucun 66,6 5 721 6 020 Primaire 20,9 1 795 1 705 Secondaire ou plus 12,5 1 077 868 Milieu de résidence Urbain 44,2 3 798 3 055 Rural 55,8 4 795 5 538 Grande réglon Ouest 38,1 3 274 1 854 Centre 34,1 2 931 3 803 Sud 12,0 1 029 1 448 Nord-Est 15,8 1 359 1 488 Ethnie Wolof 41,0 3 524 3 247 Poular 24,8 2 132 2 012 Serer 14,3 1 229 1 419 Mandingue 5,0 432 530 Diola 4,6 392 524 Autre 10,3 883 861 Total loe,0 8 593 8 593 2.3.2 État matrimonial actuel Dans cette section, on se limitera à la présentation de la répartition de l 'ensemble des femmes selon l'état matrimonial actuel. L 'étude détaillée de la nuptialité fera l'objet d 'un chapitre spécifique. Le mariage est défini ici comme une union reconnue par la religion, la coutume ou la loi. Les unions libres (dont la fréquence est quasiment nulle) sont également considérées comme des unions dès lors qu'elles donnent lieu à une cohabitation maritale. Le groupe des divorcées inclut les "séparées" dont la fréquence est également négligeable d'après les données de l'enquête. C'est pourquoi dans la suite, les divorcées et les séparées seront regroupées dans la même catégorie "divorcées". Les célibataires sont les femmes qui n'ont jamais été en union. Enfin, les catégories des "femmes mari~es" et des "femmes en union" seront utilisées indifféremment dans la suite pour designer le même état matrimonial. Le même tableau 2.5 montre qu'au moment de l'enquête, 27 % des femmes étaient célibataires, tandis que 68 % étaient en union. On observe respectivement 1% et 4 % de veuves et de divorcées. La compar- aison avec I 'EDS-I de 1986 et I 'EDS-I I de 1992-1993 montre une hausse importante du pourcentage de célibataires : 19 % en 1986, 24 % en 1992-1993 et 27 % en 1997. Corrélativement, conséquence du vieillis- sement du calendrier de la nuptialité, la proportion de femmes mariées a diminué. 2.3.3 Groupe ethnique Le Sénégal compte une vingtaine d'ethnies (Wolof, Lébou, Peuhl, Toucou- leur, Sérer, Diola, Mandingue, Bambara, Soninké, Balante, Madjak, .). Le poids de chacune de ces ethnies dans la population totale est très variable; pour certaines, il est faible, voire négligeable. Pour ces raisons, elles ont été regroup~es en cinq grandes catégories dont l 'homogénéité est généralement acceptée. Ce sont : les Wolof (Wolof et Lébon), les Poular (Peuhl, Toucouleur, Foulbé), les S érer, les Mandingue (Mandingue, Malinké et Soc~) et les Diola. Les autres ethnies minoritaires et les non-sénégalaises sont regroupées dans la catégorie 'autre'. 16 Graphique 2,3 Répartition des femmes de l'échantillon selon l'åge actuel Pourcentage 5 4 3 2 1 0 15 i I i I I i i i I I I I ~ I I [ I I I I I i I I I ~ I q ~ I i ! I 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 37 39 41 43 45 47 49 ~~~ge actuel EDS-III S~n6ga11997 Le tableau 2.5 indique que les Wolof, Poular et Sérer (respectivement 41%, 25 % et 14 %) sont représentés dans les mêmes proportions que dans les enquêtes antérieures. Des décalages assez significatifs sont, par contre, observés en ce qui concerne le poids du groupe "autre ethnie" qui est largement plus important que dans I'EDS-II (10 % contre 6 %). 2.3.4 Lieu de résidence Deux variables sont retenues pour caractériser le lieu de résidence au moment de l'enquête : les grandes régions géographiques et la nature du lieu de résidence. Les dix régions administratives du territoire national ont été regroupées en quatre grandes régions : l'Ouest composé des régions de Dakar (ancien Cap- Vert) et de Thiès; le Centre (Kaolack, Fatick, Diourbel et Louga); le Nord-Est (Saint-Louis et Tambacounda) et le Sud (Kolda et Ziguinchor). Ce regroupement qui est celui adopté dans les enquêtes antérieures (ESF de 1978, I'EDS-I de 1986 et EDS-U de 1992-1993) répond au souci de constituer des groupes relativement homogènes, d'effectifs suffisants pour certains types d'analyse et permettant la comparaison des différentes sources. Il faut noter cependant, que dans le cas de I'EDS-III, l'analyse selon la région administrative est possible, un échantillon représentatif de taille suffisante ayant été tiré dans chaque région. La nature du lieu de résidence (urbain ou rural) se réfère au statut administratif de la localité. Ainsi, toutes les localités ayant le statut de Commune (espace soumis aux lois municipales) sont considérées comme urbaines. Cette définition du milieu urbain est identique à celle adoptée dans I'EDS-I et dans I'EDS-N, alors que dans I'ESF, seules les localités de 10 000 habitants ou plus étaient considérées comme urbaines. Dans la pratique, ces deux définitions diffèrent très peu, les communes de moins 10 000 habitants étant peu nombreuses en 1978 (moins de 3 % de l'ensemble des Communes). La répartition des femmes montre que l'Ouest abrite la part la plus importante de l'échantillon (38 %). Il est suivi par le Centre (34 %). Le Nord-Est et le Sud interviennent respectivement pour 16 % et 12 %. Par rapport à I'EDS-II, l'Ouest et le Sud dans une moindre mesure, sont plus représent6s (respectivement 37 % et 11% dans I'EDS-II). 17 En ce qui concerne r urbanisation, la progression a été assez sensible : 41% en 1986, 42 % en 1992- 1993, 44 % en 1997. 2.3.5 Instruct ion En moyenne, 67 % des femmes sénégalaises de 15-49 ans enquêtées n'ont jamais fréquenté l'école (tableau 2.5). Ceci traduit un niveau d'analphabétisme féminin très élevé dans la mesure où aujourd'hui encore dans le pays l'alphabétisation s'acquiert essentiellement par le biais du système scolaire formel. La plupart des femmes qui ont fréquent~ l'école se sont limitées au niveau primaire (21% de toutes les femmes ou 66 % des femmes instruites, soit les deux tiers); les femmes ayant un niveau secondaire ou plus représentent moins de 13 % de l 'ensemble des femmes. Par rapport à 1992-1993, on observe pourtant un progrès sensible dans la scolarisation : 17 % et 10 % de l 'ensemble des femmes avaient respectivement un niveau primaire et un niveau secondaire ou plus à cette période. Ce niveau d'analphabétisme qui est très élevé parmi toutes les femmes, l'est encore plus en milieu rural (86 % de non instruites), la scolarisation étant toujours un phénomène essentiellement urbain, surtout chez les femmes (tableau 2.6). Par ailleurs, les femmes les plus jeunes, celles résidant dans la région Ouest (Dakar et Thiès) qui est la plus urbanisée et les femmes d'ethnie Diola ont les niveaux d'instruction les plus élevés. Tableau 2.6 Niveau d'instruction des femmes enqu6tées Répartition (en %) des femmes par niveau d'instruction atteint, selon le groupe d'âges quinquennal, le milieu et la r6gion de résidence, EDS-III Sénégal 1997 Niveau d'instruction Secondaire Caractéristique Aucun Primaire et plus Total Effectif Groupe d'âges 15-19 55,1 31,0 13,9 100,0 1 937 20-24 60,4 25,3 14,2 100,0 1 664 25-29 67,8 18,5 13,7 100,0 1 472 30-34 69,3 17,6 13,0 100,0 1 137 35-39 74,6 14,8 10,6 100,0 1 120 40-44 78,2 13,1 8,7 100,0 749 45-49 85,4 7,1 7,5 10O,0 514 Milieu de résidence Urbain 41,9 32,9 25,2 100,0 3 798 Rural 86,1 11,4 2,5 100,0 4 795 Grande région Ouest 47,3 29,5 23,2 100,0 3 274 Centre 82,1 12,6 5,3 100,0 2 931 Sud 68,3 23,6 8,1 100,0 1 029 Nord-Est 78,1 15,9 6,0 100,0 1 359 Ethnie Wolof 65,5 22,4 12,1 100,0 3 524 Poular 75,2 14,9 9,9 100,0 2 132 Sarer 65,3 20,4 14,2 100,0 1 229 Mandingue 73,5 19,9 6,6 100,0 432 Diola 45,8 40,5 13,7 100,0 392 Autre 57,8 21,6 20,6 100,0 883 Total 66,6 20,9 12,5 100,0 8 593 18 CHAPITRE 3 FgCONDITg Salif NDIAYE Au cours des vingt demières années, le Sénégal a réalisé quatre grandes enquêtes démographiques nationales : I'ESF de 1978 dans le cadre de l'enquête mondiale sur la fécondité, trois enquêtes démographiques et de santé (EDS-I, I'EDS-II et EDS-m) dans le cadre des programmes Demographic and Health Surveys. Ces enquêtes qui ont ét~ réalisées selon des méthodologies parfaitement comparables, ont permis de collecter des informations variées sur les niveaux, les tendances et les déterminants de la fécondité. En plus des informations sur la parité des femmes, des questions spécifiques étaient posées pour reconstituer avec chaque femme interrogée l'historique complète de ses naissances ~, de la plus ancienne à la plus récente en enregistrant, pour chacune d'entre elles : le type de naissance (simple ou multiple), le sexe, la date de naissance ou l'âge, l'état de survie; pour les enfants décédés, l'âge au décès. Les trois premières enquêtes ont montré que la fécondité est encore élevée (ISF de 6,0 enfants par femme en 1992-1993) malgré une amorce de baisse parmi les femmes jeunes (moins de 30 ans) et en milieu urbain 2. Elles ont montré également que les déterminants essentiels de la fécondité étaient l'aménorrhée post- partum et la nuptialité, l'utilisation de la contraception étant dans l'ensemble très faible jusqu'en 1992 (prévalence des m6thodes modernes de 4,8 % parmi les femmes mari~es). Les changements les plus significatifs dans les déterminants proches ont été observés en milieu urbain et parmi les femmes instruites, d'où les niveaux plus bas et les baisses significatives constat~es dans ces groupes. L'EDS-III réalisée en 1997 permet de mettre àjour les données déjà disponibles. Dans ce chapitre, les niveaux actuels seront présent~s, de même que les différentiels et les tendances. Les niveaux de la fécondité cumulée et de la fécondité récente sont examinés à partir des taux de fécondité générale par groupe d'âges quinquennaux. La fécondité cumulée ou parité moyenne est une mesure rétrospective qui se base sur le nombre d'enfants nés vivants, mais qui ne tient pas compte du calendrier avec lequel cette fécondité s'est accomplie. Par ailleurs, le cumul des taux de fécondité du moment par âge fournit l'Indice Synthétique de Fécondité (ISF), ou Somme des Naissances Réduites, qui mesure le nombre moyen d'enfants nés vivants qu'aurait une femme, en fin de période féconde, dans les conditions de fécondité actuelle. Auparavant, on procèdera à une présentation sommaire de la méthodologie de la collecte des données sur la fécondité. 3.1 ÉLÉMENTS MÉTHODOLOGIQUES Afin d'améliorer la qualité des données sur la fécondité, pendant la formation des enquêtrices et la collecte des données, un accent particulier a été mis sur toutes les questions relatives aux naissances. C'est ainsi que, lors de l'interview, l'enquêtriee devait, si possible, vérifier l'information obtenue à partir de documents officiels; elle devait également essayer de détecter les éventuelles incohérences, en vérifiant, par exemple, la durée des intervalles inter-génésiques. Après avoir posé toutes les questions concernant Historique des grossesses pour I'ESF de 1978. 2 Voir les rapports d'analyse de I'ESF de 1978, de I'EDS-I de 1986 et de I'EDS-II de 1992-1993. 19 l'historique des naissances, l'enquêtrice contrôlait alors si le nombre total d'enfants déclarés par la mère (dans chaque catégorie : vivants, décédés, .) était cohérent avec le nombre d'enfants obtenu à partir de l'historique des naissances. En cas de différence, l'enquêtrice devait revérifier et corriger les réponses erronées. Malgré toutes ces vérifications, il n'est pas toujours possible d'éviter totalement certains types d'erreurs inhérentes aux enquêtes rétrospectives, à savoir : le sous-enregistrement de naissances, en particulier l'omission d'enfants en bas âge, ce qui peut entraîner une sous-estimation des niveaux de fécondité; l'imprécision des déclarations de date de naissance et/ou d'âge, surtout l'attraction pour des années de naissance ou pour des âges ronds, qui peut entraîner des sous-estimations ou des surestimations de la fécondité à certains âges et/ou pour certaines époques. • le gonflement des effectifs de femmes de plus de 49 ans au détriment de ceux de 45-49 ans. Le nombre de naissances par année de calendrier permet d'évaluer la qualité des données sur la fécondité. En effet, une série de naissances qui ne souffre pas d'incohérences notoires doit être plus ou moins linéaire. Les pays qui disposent de système d'état civil développé souffrent moins de ces lacunes. Par ailleurs, lors des enquêtes, on a parfois observé certains déplacements de dates de naissance d'enfants nés durant la dernière période quinquennale vers les années précédentes. Ces "déplacements" d'année de naissance souvent effectués "volontairement" par les enquêtrices, pour éviter de poser les questions sur la santé des enfants (section 4 du questionnaire) qui ne portent que sur les naissances de la dernière période quinquennale. Ces "déplacements" sont en général plus fréquents dans les zones rurales et parmi les femmes les moins instruites, qui sont moins concernées par les déclarations å l'état civil. 3.2 NIVEAUX ET D IFFÉRENTIELS La fécondité récente ou la fécondité du moment traduit le niveau de la fécondité pour une période de référence avant l'enquête bien précise. Cette période est généralement de 1, 2, 3, 4 ou 5 années. Dans le cas de I'EDS-1II, les données portent sur les trois et les cinq années précédant l'enquête. Le tableau 3.1 et le graphique 3.1 présentent les niveaux de fécondité par groupe d'âges pour la période des 3 années précédant l'enquête. Au niveau national, la courbe des taux de fécondité par âge présente une allure classique caractéristique des pays à forte fécondité : une fécondité précoce très élevée : le taux de fécondité évalué à 103 %~ à 15-19 ans, atteint 219 %o à 20-24 ans. Le taux de fécondité augmente très rapidement pour atteindre son maximum entre 25 et 34 ans (240 à 245 %~). 20 Tableau 3.1 F6eondité actuelle Taux de f6condit6 par âge, indice synthêtique de fêconditê (ISF), taux brut de natalit6 (TBN) et taux global de fêcondit6 gênêrale (TGFG) pour la pêriode des trois annêes pr&:êdant l'enquête, selon le milieu de rêsidence, EDS-III Sênêgal 1997 R6sidence Groupe dqiges Urbain Rural Ensemble 15-19 58 142 103 20-24 219 141 279 25-29 240 196 274 30-34 245 215 270 35-39 186 162 205 40-44 99 62 127 45-49 41 26 53 ISF 15-49 (pour 1 femme) 5,67 4,29 6,74 ISF 15-44 (pour 1 femme) 5,46 4,17 6,48 TGFG (pour 1 000) 185 137 223 TBN (pour 1 000) 37 31 42 Note: Les taux sont calculês pour la pêriode de 1-36 mois avant l'enquête, Les taux a 45-49 ans peuvent être lêgêrement bialsês du fait de donnêes incomplètes pour ce groupe d'âges. 0/00 35O 3O0 250 2OO 150 IO0 5O 0 15 Graphique 3.1 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence / ~_ -~ - - - -~~~\ / / / "-,, \ +// .- \"~\.+ - % I I I r i i i I I I 20 25 30 35 40 45 Âge de la femme 50 UYoaLn +Rural ~ Ensemble EDS-III, S6n6ga11997 21 L'ISF ou somme des naissances réduites, est un indice de fécondité du moment calculé à partir du cumul des taux de fécondité par âge. U mesure le nombre moyen d'enfants qu'aurait une femme à la fin de sa vie féconde si elle avait, à chaque âge, la fécondité par âge d'une période considérée, ici la période des trois années ayant précédé l'enquête. Au niveau national, I'ISF calculé des femmes de 15 à 49 ans s'établit à 5,7 enfants par femme. Selon I'EDS-II/, le Taux Global de Fécondité Générale (TGFG), ou nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population des femmes en âge de procréer est de 185 %o au niveau national. Quant au Taux Brut de Natalité (TBN) ou nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population totale, il atteint 37 %« Ce niveau de fécondité observé au niveau national, cache des disparités importantes entre le milieu urbain et le milieu rural, et selon la région de résidence. Le tableau 3.1 et le graphique 3.1 présentent également les taux de fécondité par âge et I'ISF pour les milieux urbain et rural. Les taux de fécondité par åge et I'ISF présentent de fortes variations selon le milieu de résidence. L' ISF varie de 6,7 enfants par femme en milieu rural à 4,3 dans les zones urbaines. A tous les âges, la fécondité est moins élevée parmi les femmes urbaines; les plus grands écarts observés se situent aux âges les plus jeunes (moins de 30 ans). La fécondité est, en outre, beaucoup plus tardive dans les villes. Dans les zones urbaines, où la fécondité est de plus de 36 % inférieure à celle du milieu rural, la courbe des taux de fécondité par åge présente une allure assez différente de celle observée en milieu rural: la fécondité aux jeunes âges (avant 30 ans) est nettement inférieure å celle observée en milieu rural, en particulier à 15-19 ans où le taux de fécondité des femmes rurales est plus de deux fois plus important que celui des femmes urbaines (58 %0 contre 142 %0); même après 30 ans, les taux de fécondité par âge sont sensiblement supérieurs en milieu rural. Globalement, la courbe des taux de fécondité par âge des femmes urbaines présente les signes d'une fécondité en baisse chez les femmes les plus jeunes. Le tableau 3.2 et le graphique 3.2 font apparaître des différences importantes selon certaines caractéristiques socio-économiques. On ne reviendra pas sur les différences de fécondité selon le milieu de résidence déjà comment~es plus haut. L'effet de l'instruction sur la fécondité est très nette : les femmes de niveau secondaire ou plus ont une fécondité (ISF) deux fois moins élevée que celles n'ayant aucune instruction (3,1 contre 6,3 enfants par femme). Cette tendance se retrouve même chez les femmes ågées (40-49 ans) parmi lesquelles les femmes de niveau secondaire ont une descendance inférieure de presque deux enfants à celle des femmes qui ne sont pas instruites (5,4 contre 7,2 enfants par femme). Le tableau 3.2 présente également le nombre moyen d'enfants nés vivants par femme de 40-49 ans, c'est-à-dire à la fin de leur vie féconde. Contrairement à I'ISF qui mesure la fécondité du moment, cet indice qui peut être assimilé à une descendance finale, est le résultat de la fécondité passée des femmes enquêtées qui atteignent 40-49 ans. Au niveau national, la descendance des femmes de 40-49 ans (7,1) est largement supérieure à I'ISF (5,7), ce qui confirme la tendance à la baisse de la fécondité. Cette tendance très significative chez les femmes urbaines et les femmes instruites, laisse supposer qu'on peut s'attendre à une baisse soutenue de la fécondité avec l'urbanisation et l'élevation du degré de scolarisation des femmes. 22 Tableau 3.2 Fécondité par caractédstioues socio-d6mom'anhiaues Indice synthétique de fécondité pour la p6riode des trois ann~s pr~&lant l'enqu~.te et nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans, par caract~dstiques socio-d6mographiques, EDS-III Sén6gal 1997 Nomboe Indice d'enfants n~s synthétiaue vivants pour les Caractéristique de f~condit61 femmes de 40-49 ans Milieu de r6sidence Urbain 4,29 6,49 Rural 6,74 7,49 Grande r[gion Ouest 4,73 7,04 Centre 6,20 7,03 Sud 6,51 6,90 Nord-Est 6,23 7,34 Ethnie Wolof 5,28 7,08 Poular 5,76 6,69 Serer 6,50 7,96 Mandingu¢ 6,80 7,62 Diola 4,84 6,98 Autre 5,58 6,25 Niveau d'instruction Aucun 6,28 7,22 Primaire 5,19 7,08 Secondaire ou plus 3,07 5,43 Ensemble 5,67 7,06 'Indice synthétique de f~condité pour les femmes åg6~s de 15-49 ans R~SIDENCE Urbain Rural GRANDE RI~GION Ouest Centre Sud Nord-Est INSTRUCTION Aucune Prlm=dre ~~)o=ndalre ou + Graphique 3.2 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte & 40-49 ans . iï ¸ ï ï ï ¸ ïï' ï ï ï ï ¸ ¸iii ¸ ï iii ¸ iïi ¸ ï i ï ï . i ¸ ï ï ï 1 2 4 6 Nombre d'enfanl= pat femme [~ISF 1 Ducendlmce] ED8-111, 86n~~ga11997 23 3.3 TENDANCES DE LA FÉCONDITÉ L'examen des niveaux a révélé des tendances à la baisse de la fécondité par comparaison de la descendance et de I'ISF. Ici,il s'agira de vérifier si ces tendances se confirment ou non à travers l'examen d'une série chronologique de données issues de sources indépendantes d'une part, et d'autre part à travers l'analyse de l'évolution des taux de fécondité calculés à partir des questions rétrospectives sur l'historique des naissances de la seule enquête EDS-III de 1997. En ce qui concerne la parité moyenne ou nombre moyen d'enfants nés vivants, le tableau 3.3 montre que la parité à chaque âge a sensiblement et régulièrement diminué dans le temps (selon les différentes sources) parmi les femmes de moins de 35 ans. Par contre, la tendance est plutôt à la stabilité chez les femmes plus âgées. Tableau 3.3 Nombre moyen d'enfants nés vivants par femme Nombre moyen d'enfants nés vivants par femme scion l'åge de la femme d'aprés rESFde 1978, I'EDS de 1986, I'EDS de1992/93 et I'EDS-11I, Sénégal 1997 Åge ESF EDS-I EDS-II EDS-III actuel 1978 1986 1992/93 1997 15-19 0,4 0,3 0,3 0,2 20-24 1,7 1,6 1,4 1,2 25-29 3,4 3,1 2,9 2,5 30-34 5,3 4,7 4,7 4,3 35-39 5,9 6,2 5,9 5,7 40-~ 6,8 6,8 7,0 6,7 45-49 7,2 7,3 7,4 7,6 Total 3,5 3,3 3,3 3,1 Note: Taux de fécondité par groupe d'åges pour 1000 femmes. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de donnes ineompl~tes. ITaux calculés sur la base de moins de 500 cas (exposition). Le tableau 3.4 affine cette analyse à travers les taux de fécondité qui montrent de façon très nette la baisse régulière de la fécondité parmi les femmes de moins de 30 ans au cours des 20 dernières années (graphique 3.3). Ainsi, I'ISF a diminué de près d'un enfant et demi dans l'ensemble du pays en l'espace de 20 ans, et vraisemblablement de façon plus rapide entre 1986 et 1992. Les données collectées lors de r EDS-III permettent de retracer les tendances passées de la fécondité. Pour cela, on a calculé les taux de fécondité par âge des mères à la naissance de leurs enfants, par période de quatre ans précédant l'enquête (tableau 3.5) et par période de cinq ans selon la durée écoulée depuis le premier mariage (tableau 3.6). Selon le tableau 3.5, il apparaît tout d'abord que les taux de fécondité présentent des variations par âge assez similaires. Cependant, à tous les âgés, on constate que les taux de fécondité pour la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête) sont inférieurs à ceux des périodes précédentes entre lesquelles les baisses sont à peine sensibles. 24 Tableau 3.4 Féeondité par å~e selon auatre sources Taux de féconditê par åge et indice synthétique de fécondité (ISF) selon I'ESF (1978), I'EDS-I (1986) et I'EDS-II (1992/93), EDS-III Sénégal 1997 Taux de f6condité par åge EDS-II1, 1997 ESF EDS-I EDS-II Grouped'åges 19781 19861 1992/932 Ensemble Urbain Rural 15-19 189 159 127 103 581 42 20-24 304 279 250 219 141 279 25-29 332 278 266 240 196 274 30-34 265 261 244 245 215 270 35-39 197 199 185 186 162 205 40-44 108 107 99 99 62 127 45-49 (34) (40) 34 41 26 53 ISF 15-49 7,1 6,6 6,0 5,67 4,29 6,74 1SF 15-44 7,0 6,4 5,9 5,46 4,17 6,48 ~ote: Taux de fécondité par groupe d'åges pour 1000 femmes. 2 Taux de fêconditê sur la période des 5 ans précédant l'enquête. Taux de fécondité sur la période des 3 ans précédant l'enquête. Source: ESF 1978 (DS, 1981); EDS-11986 (Ndiaye et al., 1988); EDS-I11992/93 (Ndiaye et al., 1994) 35O 300 25O 2(XI 150 100 50 O Taux (0/0,0) Graphique 3.3 Taux de fécondité générale par âge selon quatre sources i i i [ i T 18 20 25 30 35 40 45 50 ~~ge de la femme I~E$F , 1978 -~EDS-I, 1986 ÷EDS- I I , 1992/93 OeEDS-III,1997[ 25 Tablç~~l ~.5 Tendances de la fécondité var ~2e Taux de fécondité par age par p&iodes de quatre ans précédant l'enqu&e, et selon l'åge de la mère, EDS-III Sénégal 1997 P&iodes préc&lant l'enquete (en années) Groupe d'åges 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 15-19 104 134 139 157 166 20-24 225 259 274 297 302 25-29 247 291 316 322 315 30-34 246 276 287 [311] [306] I 35-39 191 220 [259] [266] 40-44 108 [160] [220] 45-49 [42] [142] Note: Taux de fécondité par groupe d'ãges pour 1000 femmes. Les taux entre crochets sont calcules sur la base de donnes incomplètes. ITanx calculés sur la base de moins de 500 cas (exposition]. Tableau 3.6 Tendances de la fécondité car durée de mariaae Taux de fécondité par ~ge par périodes de 5 ans précédant l'enqu&e selon la duréc écoulée depuis le premier mariage, EDS-M Sénégal 1997 Périodes préc&lant l'enqu&e (en annécs) Années depuis le premier mariage 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 0-4 316 330 318 309 306 5-9 284 319 311 347 336 10-14 257 282 321 326 296 15-19 226 278 284 289 [310] 20-24 178 208 249 [219] 25-29 86 152 [218] Note: Taux de fécondit6 pour 1000 femmes non-célibatalres. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplètes. Le tableau 3.6, présentant le même type de données que le tableau prêcédent pour les taux calculés par durée de mariage, confirme cette tendance, au moins, pour les quinze dernières années (graphique 3.4). Les résultats qui prêcèdent confirment l 'amorce de la baisse de la fécondité au Sénégal déjà rêvélée par les enquêtes et recherches antêdeures 3. Cette baisse demeure essentiellement le fait des femmes jeunes (moins de 30 ans), urbaines et instruites qui ont un niveau de fécondité relativement bas. L 'examen des différents déterminants de la fécondité fait apparm"tre des modifications significatives de comportement susceptibles d'expliquer cette baisse, en particulier, l 'âge au premier mariage (voir Chapitre 5 - Nuptialité) et l'utilisation de la contraception (voir Chapitre 4 - Planification familiale). Il faut cependant préciser que le facteur inhibiteur le plus important de la fécondité naturelle demeure l'infécondité post-partum à travers l 'al laitement prolongé et intensif. Il semble toutefois peu réaliste d'attendre une baisse soutenue de la fécondité résultant de la nuptialité dont d'ailleurs l ' impact ne serait pas loin de plafonner dans certains groupes (femmes instruites et urbaines par exemple). La baisse durable de la fécondité passera probablement par l 'essor de l'utilisation de la contraception. 3 Voir les rapports des EDS-I et EDS-II et "Études rétrospectives dans le secteur Population et Santé. Composante quantitative" réalisée par le Groupe SERDHA en collaboration avec The Futures Group International, en 1997. 26 4OO 350 3OO 250 2OO 150 100 50 0 Graphique 3.4 Taux de fécondité des femmes non-célibataires par durée de mariage selon la période avant l'enquéta O0 05 10 15 20 25 30 Dunte de madage (en Imnéu) I +0-3 -~4-7 18-11 ~12-15~ EDS-III, Sénégal 1997 3.4 FÉCONDITÉ CUMULÉE À partir du nombre total d'enfants que les femmes ont eus au cours de leur vie, on a calculé les parités moyennes par groupe d'âges, pour l'ensemble des femmes et pour les femmes actuellement en union (tableau 3.7). On constate tout d'abord une augmentation régulière et très rapide des parités avec l'âge de la femme : ainsi de 0,2 enfant en moyenne à moins de 20 ans, la parité atteint 2,5 enfants à 25-29 ans et, à la fin de sa vie féconde, une femme a donné naissance à 7,6 enfants en moyenne. Par ailleurs, la répartition de toutes les femmes selon le nombre de naissances vivantes met en évidence une fécondité précoce très 6levée puisque près d'une femme de 15-19 ans sur deux (18 %) a déjà donné naissance à, au moins, un enfant, et près de six femmes sur dix de 20-24 ans sont dans ce cas. La proportion de femmes n'ayant aucune naissance vivante diminue très rapidement avec l'âge : de 82 % à 15- 19 ans, elle passe à 5 % à 30-34 ans et à moins de 2 % à 45-49 ans, âge correspondant pratiquement à la fin de la vie féconde. Dans l'ensemble, 31% des femmes n'ont jamais eu de naissance vivante, mais 23 % en ont eu, au moins, 6. Les résultats concernant les femmes actuellement mari~es diffèrent nettement de ceux relatifs à l'ensemble des femmes aux âges les plus jeunes (moins de 30 ans) où la proportion de femmes non mariées et donc à très faible fécondité est encore importante. Ainsi, 54 % des femmes mariées de 15-19 ans ont déjà eu, au moins, un enfant contre seulement 18 % pour toutes les femmes. Les écarts entre les deux groupes se réduisent à partir de 30 à 35 ans quand la proportion de femmes non mari~es devient faible (voir Chapitre 5 - Nuptialité). 27 Tableau 3.7 Enfants n~s vivants et enfants survivants Répartition (en %) de toutes les fe~ et des femmes actuellement en union par nombre d'enfants nés vivants, nombre moyen d'enfants n~s vivants et nombre moyen d'enfants survivants, selon I'[tge des femmes, EDS-III S~n~gal 1997 TOUTES LES FEMMES Nombre moyen Nombre Nombre d'enfants nés vivants Effectif d'enfants moyen Groupe de nés d'enfants d'åges 0 I 2 3 4 5 6 7 8 9 10+ Total femmes vivants survivants 15-19 81,8 14,4 3,3 0,5 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1 137 0.22 0,20 20-24 41,8 21,1 21,0 11,0 3,9 0,9 0,3 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1 664 1,18 1,04 25-29 18,3 14,1 17,2 18,9 16,9 9,3 3,9 1,2 0,2 0,0 0,0 100,0 1 472 2,53 2,18 30-34 5,1 6,7 10,7 12,3 17,0 17,0 15,8 9,1 3,9 1,8 0,6 100,0 1 137 4,30 3,69 35-39 2,9 4,7 6,3 6,4 9,1 13,4 15,1 15,9 11,7 8,3 6,2 100,0 1 120 5,75 4,79 40-44 2,4 3,4 4,1 5,8 6,9 9,1 10,8 13,5 16,3 12,3 15,5 100.0 749 6,70 5,35 45-49 1,7 2,4 3,9 3,3 6,9 4,1 8,9 11,2 14,2 13,9 29,6 100,0 514 7,59 5,86 Ensemble 31.0 11,7 10.6 8,6 8,1 6,8 6,3 5,3 4,3 3,2 4,0 100,0 8 593 3,07 2.55 FEMMES ACTUELLEMENT MARINES Nombre moyen Nombre Nombre d'enfants n~s vivants Effectif d'enfants moyen Groupe de nés d'enfants d'figes 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10+ Total femmes vivants survivants 15-19 46,4 40,6 11,4 1,6 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 539 0,68 0,59 20-24 16,6 26,2 30,5 17,7 6,5 1,5 0,6 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 990 1,78 1,57 25-29 7,3 12,6 18,9 22,1 20,6 11,5 5,0 1,6 0,3 0,0 0,0 100,0 1 135 3,00 2,59 30-34 2,5 4,8 9,0 12,7 18,0 18,5 17,5 10,1 4,2 2,0 0.6 100,0 1 005 4,60 3,95 35-39 1,7 3,1 4,4 6,1 9,4 14,1 15,9 16,8 12,8 9,0 6,7 100,0 I 010 6,06 5,03 40-44 2,1 3,4 3,9 5,0 6,0 8,8 10,5 13,6 17,5 13,0 16,2 100,0 692 6,85 5,45 45-49 1,1 2,6 3,8 3,3 6.4 3,7 8,1 11,5 13,7 14,3 31,5 100,0 479 7,73 5,96 Ensemble 9,6 12,6 13,0 11,5 11,1 9,4 8,7 7,5 6,2 4.6 5,8 100,0 5 851 4,23 3,50 Parmi les femmes en union, moins de 10 % n'ont jamais eu d'enfant. D'une manière générale, les femmes qui restent volontairement sans enfant sont rares au Sénégal, par conséquent la proportion de femmes actuellement mariées n'ayant jamais eu d'enfant est une estimation raisonnable du niveau de la stérilité totale ou primaire qui serait de 2,1% chez les femmes de 40-44 ans, et 1,1% à 45-49 ans, âges auxquels l'arrivée d'un premier enfant est presque improbable (stérilité primaire définitive). 3.5 INTERVALLE INTERGÉNÉSIQUE La longueur de l'intervalle qui sépare la naissance d'un enfant de celle de l'enfant précédent a une influence sur son état de santé et sur celui de la mère. En particulier, de nombreuses recherches ont montré que les intervalles intergénésiques courts (inférieurs à 24 mois) sont nuisibles à la santé des enfants et augmentent leur risque de décéder (voir Chapitre 9 - Mortalité des enfants). Le tableau 3.8 présente la répartition des naissances des cinq années ayant précédé l'enquête selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, en fonction de diverses caractéristiques démographiques et socio-éeonomiques. On constate que seulement 6 % des naissances sont intervenues moins de dix-huit mois après la naissance précédente et près de 12 % des enfants sont nés entre dix-huit mois et deux ans après leur aîné : au total donc, dans moins de 18 % des cas (17,8 %), l'intervalle intergénésique est inférieur à deux ans. La 28 Tableau 3.8 Intervalle intergénésique Répartition (en %) des naissances des cinq années préc&lant l'enquête par nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, selon certaines caract6ristiques socio-démographiques, EDS-III Sénégal 1997 Nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente Caractéristique 7-17 18-23 24-36 36-47 48 + Total Nombre médian de mois depuis Effectif la naissance de précédente naissances Groupe d'figes 15-19 19,5 19,9 41,3 18,3 1,0 100,0 28,7 78 20-29 7,1 13,3 48,6 19,3 11.7 100,0 31,6 2315 30-39 5,3 11,2 43.0 20,4 20,0 100,0 33.7 2 632 40 ou plus 3,7 8,8 39.8 23,6 24,1 100,0 36.0 766 Rang de naissance 2-3 6.6 10.8 45,5 19,5 17,5 100,0 33,0 2 063 4-6 5,7 12,3 43,3 20,2 18,4 100,0 33,2 2 177 7 ou plus 5,6 12,5 45,9 21,7 14,3 100,0 32,8 1 551 Sexe de l'enfant préeédent Masculin 6,0 11,3 45.3 20,4 17,0 100,0 33,0 2 979 Féminin 6,0 12,4 44,2 20,4 17,0 100,0 33,0 2 812 Survie de l'enfant précédent Toujours vivant 4,1 11,3 46,1 20,8 17,6 100,0 33,5 4 984 Décédé 17.7 15,2 36,6 17,5 13,0 100,0 29,3 807 Milieu de résidence Urbain 6,6 11,3 41,1 20,9 20,1 100,0 33.5 1 856 Rural 5,7 12,1 46.6 20,1 15,5 100.0 32.8 3 935 Grande région Ouest 5,9 10,2 42,8 21,6 19,4 100,0 1 783,0 33,6 Centre 5,7 13,1 46.4 19,1 15,7 100,0 2 198,0 32,6 Sud 6,0 9,6 47,9 21,8 14,6 100,0 790,0 33,6 Nord-Est 6,7 13,7 42,4 19,9 17,3 100,0 1 020,0 32,8 Ethnie Wolof 5,6 11,5 44,6 21.8 16,4 100,0 33,0 2 193,2 Poular 6,3 11,9 44,2 20,1 17,5 100,0 33,0 1 439,9 Serer 5,1 13,5 45,7 18,8 16,9 100,0 32,6 946,9 Mandingue 8,4 14.1 44,5 17,9 15,1 100,0 31.9 356,1 Diola 5,7 8,1 52,8 19,8 13,7 100,0 33.4 221,0 Autre 6,7 10,2 42,8 20,1 20,2 100,0 33.9 633,8 Niveau d'instruction Aucun 5,5 11,9 45,7 21,0 16,0 100,0 33,0 4 576 Primaire 7,6 12,7 42,0 19,7 18.0 100,0 32,3 888 Secondaire ou plus 8,6 9,1 40,3 13,3 28,6 100,0 34,6 326 Ensemble 6,0 11,8 44,8 20,4 17,0 100,0 33.0 5 791 Note : Les naissances de rang I sont exclues. L' intervalle pour les naissances multiples est le nombre de moi s écoulés depuis la grossesse précédente qui a abouti ~ une naissance vivante. grande majorité des naissances (65 %, soit environ deux naissances sur trois) se produisent entre 24 et 35 mois après la naissance précédente. La durée médiane de l' intervalle intergénésique est supérieure à deux ans et demi (33,0 mois). La grande majorité des naissances ne sont donc pas exposées aux risques de surmortalité liés aux intervalles courts. Cependant, des disparités entre les intervalles intergénésiqnes selon les caractéristiques démographiques et socio-économiques sont quelques fois assez significatives, Les intervalles intergénésiques sont légèrement plus courts chez les femmes les plus jeunes, et comme on pouvait s 'y attendre, lorsque l 'enfant précédent est décédé. 29 La forte proportion de naissances précédées par un intervalle de moins de deux ans chez les femmes de 15-19 ans (39 %), ne reflète pas le comportement réel de ces femmes car les naissances de rang un qui constituent l'essentiel de leur fécondité (près de 80 % des ces femmes n'ont eu qu'une naissance vivante) ne sont pas prises en compte dans ce tableau. Par contre, on ne note aucune différence dans la longueur de l'intervalle selon le rang de naissance et le sexe de l'enfant. De même, le milieu de résidence et le niveau d'instruction n'impliquent aucune différence dans l'espacement des naissances. Ceci s'explique par la survivance, en milieu urbain comme en milieu rural, et quel que soit le niveau d'instruction, de l'allaitement prolongé et intensif qui constitue encore le facteur de régulation le plus important de la fécondité. Il faut cependant noter une certaine érosion de la durée de l'allaitement maternel notamment chez les femmes les plus instruites, même si l'impact de cette érosion tend à être compensé par l'utilisation de la contraception moderne. 3.6 ÂGE À LA PREMIÈRE NAISSANCE L'âge à la première naissance est un indicateur démographique important dans la mesure où cet âge influe sur la descendance finale des femmes, en particulier lorsque l'utilisation de la contraception est faible. Le tableau 3.9 donne la répartition des femmes par âge à leur première naissance et leur âge médian à la première naissance, selon le groupe d'âges au moment de l'enquête. Tableau 3.9 Åge a la nremi&e naissance Répartition (en %) des femmes par Age ~ la première naissance, et åge médian å la premi~:re naissance selon l'ãge actuel, EDS-III Sén~gal 1997 Åge médian Femmes Åge ~ la première naissance Effectif il la Åge sans de premi~:re actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25 + Total femmes naissance 15-19 81,8 2,0 11,3 5,0 a a a 100,0 1 937 b 20-24 41,8 4,5 21,4 17,2 10,6 4,6 a 100,0 1 664 b 25-29 18,3 3,9 23,9 18,5 15,2 14,4 5,8 100,0 1 472 20,4 30-34 5,1 4,6 30,1 20,3 15,8 14,0 10,0 100,0 1 137 19,5 35-39 2,9 4,6 28,9 22,3 17,5 14,1 9,7 100,0 1 120 19,4 40-44 2,4 5,5 27,9 20,2 19,1 15,5 9,3 I00,0 749 19,7 45-49 1,7 2,3 28,6 22,2 18,3 14,4 12,5 100,0 514 19,7 °Sans objet bNon applicable: moins de 50% de femmes ont eu un enfant Les résultats présentés dans ce tableau montrent que la moitié des femmes de moins de 25 ans n'ont pas encore eu de naissance vivante. L'âge médian est d'environ 20 ans, mais malgré la stabilité de l'âge d'entrée en vie féconde parmi les femmes de 30 ans ou plus, on note une sensible augmentation des femmes de 30-34 ans (19,5 ans) par rapport à celles de 25-29 ans (20,4 ans). La plupart des femmes ont eu leur première naissance entre 15 et 20 ans. Moins de 5 % seulement d'entre elles ont eu leur première naissance avant 15 ans. Concernant l'ensemble des femmes de 25-49 ans, l'âge médian s'établit à 19,8 ans (tableau 3.10). Par ailleurs, selon les caractéristiques socio-économiques des femmes, 1' âge à la première naissance présente certaines variations. Dans I'EDS-II de 1992-1993, l'âge médian des femmes de 25-49 ans était de 19,2 ans, soit une légère augmentation relative de 3 % en l'espace de quatre ans. 30 Tabie~9 3.10 Åee m&iian h la uremière naissance oar caractéristioues socio-d6mo~ranhiuues Âge médian h la première naissance des femmes de 20-49 ans par âge actuel et par caraet~ristiques socio- dæmographiques, ED8-1II S~n~gal 1997 Åge actuel caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Âge Âge 20-49 25-49 Milieu de r~sidence Urbain a 23,0 21,0 20,0 20,2 19,6 a 21,0 Rural 19,4 19,1 18,5 18,8 19,3 19,8 19,1 19,0 Grande région Ouest a 22,6 20,9 20,4 20,1 19,8 a 20,8 Centre a 19,4 18,6 18,6 19,2 19,6 19,2 19,0 Sud 19,0 19,3 19,0 19,5 20,1 21,2 19,5 19,6 Nord-Est 18,8 19,3 19,4 19,3 19,4 19,0 19,2 19,3 Ethnle Wolof a 21,5 19,8 19,1 19,2 19,1 a 19,9 Poular 19,3 19,7 18,9 19,7 20,1 19,2 19,5 19,6 Semr a 19,8 19,6 19,6 19,7 20,6 a 19,8 Mandingue 19,1 19,7 18,8 18,9 19,0 20,7 19,3 19,4 Diola a 21,2 19,7 20,7 21,1 21,4 a 20,8 Autre 19,6 20,1 19,3 19,0 19,9 20,1 19,7 19,7 Niveau d'instruction Aucun 19,0 19,4 18,9 18,9 19,5 19,5 19,3 19,2 Primaire a 21,6 20,2 20,3 19,8 19,3 a 20,7 Secondaire ou plus a a 22,5 23,5 20,8 22,0 a 23,6 Ensemble a 20,4 19,5 19,4 19,7 19,7 a aNon applicable: moins de 50 % de femmes ont eu un enfant 19,8 L 'âge médian à la première naissance est plus précoce de deux ans en milieu rural qu'en milieu urbain. Le niveau d'instruction est la variable la plus discriminante, l 'âge à la première maternité augmente en effet beaucoup avec le niveau d'instruction. Les femmes ayant, au moins, le niveau secondaire ont leur premier enfant presque 4 ans et demi plus tard que celles qui n'ont jamais fréquent~ l'~cule et 3 ans plus tard que celles de niveau primaire. 3.7 FÉCONDITÉ DES ADOLESCENTES Les résultats précédents ont révélé le niveau relativement élevé de la fécondité (9 % de I'ISF) des adolescentes (15-19 ans). Par ailleurs, l 'âge médian à la première naissance (19,8 ans pour les femmes de 25-49 ans) se situe dans cette tranche d'âge. Le tableau 3.11 et le graphique 3.5 donnent, par année d'âge entre 15 et 19 ans, les proportions d'adolescentes qui ont déjà eu un ou plusieurs enfants et les proportions de celles qui sont enceintes pour la première fois : la somme de ces deux pourcentages fournit la proportion de femmes ayant commencé leur vie féconde. On remarque que 22 % des femmes de 15-19 ans, soit plus d'une femme sur cinq, ont déjà commencé leur vie féconde : 18 % ont déjà eu, au moins, un enfant et 4 % sont enceintes pour la première fois. Dès 15 ans, prés de 5 % des femmes ont déjà commencé leur vie féconde et cette proportion augmente régulièrement et rapidement avec l 'âge : 23 % à 17 ans, 34 % à 18 ans et 40 % à 19 ans. 31 Tableau 3.11 Fécondité des adolescentes Pourcentage des adolescentes de 15 è 19 ans ayant déjà eu un enfant ou étant enceintes d'un premier enfant par caractéristiques socio-démographiques, EDS-III Sénégal 1997 Adolescentes (%) qui sont: Adolescentes (%) ayant déj~, Effectif Enceintes d'un commencé leur d'adoles- Caractéristique Mères premier enfant vie féconde centes Âge 15 2,9 1,8 4,7 345 16 7,9 1,5 9,4 409 17 16,1 6,8 22,9 393 18 27,8 5,9 33,7 444 19 35,8 3,8 39,7 347 Milieu de résidence Urbain 10,4 2,3 12,7 894 Rural 24,9 5,5 30,5 1 043 Grande région Ouest 10,1 2,9 13,0 719 Centre 19,1 4,1 23,2 676 Sud 33,3 5,6 38,9 233 Nord-Est 23,7 5,4 29,2 310 Ethnie Wolof 13,8 3,4 17,2 817 Poular 25,5 4,9 30,4 495 Serer 13,6 1,6 15,2 252 Mandingue 24,9 4,0 28,8 107 Diola 15,2 6,2 21,4 87 Autre 22,1 7,6 29,7 180 Niveau d'instruction Aucun 23,9 5,4 29,3 1 067 Primaire 13,3 3,0 16,3 601 Secondaire ou plus 6,6 1,1 7,6 269 Ensemble 18,2 4,1 22,3 1 937 La précocité de la fécondité est beaucoup plus accentuée en milieu rural où 31% des adolescentes ont commencé leur vie féconde entre 15 et 19 ans, contre seulement 13 % dans les zones urbaines. De même, on observe que le pourcentage de femn'~s entrées en vie féconde entre 15 et 19 ans diminue très rapidement avec le niveau d'instruction : de 29 % chez les adolescentes n'ayant jamais fréquenté l'école, il passe à 16 % chez celles de niveau primaire, et à moins de 8 % parmi celles ayant un niveau secondaire ou plus. Par ailleurs, parmi les adolescentes, 18 % ont déjà eu, au moins, une naissance vivante (tableau 3.12) et un nombre signif icatif d'entre elles ont été exposées à la maternité plus d'une fois (4 %). Cependant la parité reste faible puisqu'une adolescente de 15-19 n'a, en moyenne, que 0,2 enfants, soit 22 naissances vivantes pour 100 femmes, contre 307 naissances vivantes parmi 100 femmes de 15-49 ans. Par rapport à 1992-1993, la tendance de la fécondité de ce groupe est sensiblement à la baisse, le pourcentage de femmes nullipares étant légèrement plus élevé en 1997. 32 Graphique 3.5 Pourcentage d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde Pourcentage 50 40 30 20 10 0 15 16 17 18 19 .~ge {annde) æ ayant 2 enfants ou + O ayantAd°lescentel enfant æ enceinte du I er enfant EDS-III, S6n6ga11997 Tableau 3.12 Enfants nés de mères adolescentes Répartition (en %) des adolescentes ~tgées de 15 h 19 ans par nombre d'enfants nés vivants, et nombre moyen d'enfants nés vivants selon l'åge, EDS-III Sénégal 1997 Nombre d'enfants nés vivants Nombre moyen d'enfants nés Effectif Åge 0 1 2 + Total vivants d'adolescentes 15 ans 97,1 2,9 0,0 100,0 0,03 345,0 16 92,1 7,9 0,0 100,0 0,08 409,0 17 83,9 13,0 3,1 100,0 0,19 393,0 18 72,2 21,7 6,0 100,0 0,34 444,0 19 64,2 26,0 9,9 100,0 0,47 347,0 Total 81,8 14,4 3,8 100,0 0,22 1 937 Total, EDS-II, 1992 79,9 14,6 5,5 100,0 0,27 1 426 33 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE Salif NDIAYE Depuis l'abrogation de la loi de 1920 interdisant toute vente de produits contraceptifs et toute propagande anti-conceptionnelle, la volonté politique du Gouvernement sénégalais en matière de planification familiale s'affirme de plus en plus. Des mesures législatives et des dispositions réglementaires sont prises en faveur de la santé de la reproduction de façon générale. Avec l'appui des partenaires au développement, I'USAID en premier, le FNUAP et d'autres par la suite, le Sénégal s'engage entièrement dans la planification familiale depuis les années 1980. En 1991, l'intégration des services de planification familiale aux activités de santé maternelle et infantile (SMI) dans les centres et postes de santé, le développement de l'information, de l'éducation et de la communication (IEC) et l'extension de la planification familiale (PF) au secteur privé en tant que moyens de renforcement du Programme national de planification familiale (PNPF) qui résulta de la fusion des différents projets en un programme unique furent entrepris. Actuellement, près de 200 structures de santé (Centres de référence, Centres et Postes de santé, secteur privé) implantées sur l'ensemble du territoire national offrent des services de PF. Il faut toutefois remarquer que ces progrès ont surtout bénéficié au milieu urbain, la région de Dakar notamment. A l'reverse, d'autres régions telles que Tambacounda, Kolda et Diourbel par exemple, sont restées à l'écart de ce mouvement• La couverture du territoire national en services de PF demeure encore incomplète. Sur la base des acquis et des perspectives optimistes dans la fourniture des services de PF, le PNPF, dans le cadre général de la mise en oeuvre de la Déclaration de politique population adoptée en 1988, s'était fixé comme objectif d'atteindre une prévalence d'environ 15 % en 1996. La réalisation d'enquêtes et d'études périodiques susceptibles de mesurer les résultats atteints a été préconisée pour appuyer le programme. Déjà depuis la fin des années 1978, le Sénégal a périodiquement mené des enquêtes (Enquête sénégalaise sur la fécondité (ESF) de 1978 et deux Enquêtes démographiques et de santé en 1986 et en 1992/93) comportant des questions sur la connaissance, l'utilisation et les comportements vis-à-vis de la contraception. Comme dans les enquêtes précédentes, au cours de I'EDS-III, il a ~té demandé aux femmes interrogées quelles méthodes de contraception elles connaissaient. On s'est ensuite intéressé à l'utilisation passée et actuelle de la contraception, ainsi qu'à l'intention d'utiliser dans le futur. On a enfin demandé aux utilisatrices actuelles l'endroit où elles se sont procurées (ou ont obtenu des conseils sur) leur méthode. Les méthodes retenues dans le questionnaire peuvent être classées en deux catégories : les méthodes modernes. Elles sont composées de la pilule, du D1U ou stérilet, des injections, du Norplant, des spermicides (diaphragme, mousse, gelée), du condom ou préservatif masculin, de la stérilisation féminine (généralement la ligature des trompes) et de la stérilisation masculine (vasectomie). • et les méthodes traditionnelles. Il s'agit de la continence périodique et du retrait. 35 Par ailleurs, toutes les autres méthodes non listées ci-dessus, qui sont essentiellement des méthodes traditionnelles (abstinence prolongée, gris-gris, herbes, écorces, etc.), ont été enregistrées dans une catégorie "autres méthodes". L'analyse des résultats portera sur les thèmes suivants : - connaissance de la contraception; - pratique de la contraception; - utilisation actuelle de la contraception; - nombre d'enfants à la première utilisation; - connaissance de la période féconde; - source d'approvisionnement de la contraception; - utilisation future et méthodes contraceptives préférées; - information sur la contraception; et enfin, ° opinions et attitudes vis à vis de la contraception. 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION La connaissance des méthodes contraceptives, ainsi que celle du lieu où on peut se les procurer sont des préalables à toute utilisation de la contraception. La connaissance des méthodes a été appréhendée de deux façons : connaissance dite "spontanée" et connaissance "après description". On a d'abord demandé à l'enquêtée de citer toutes les méthodes (modernes ou traditionnelles) qu'elle connaissait ("connaissance spontanée"). Ensuite, chaque méthode spécifique non citée par l'enquêté a ét~ décrite par l'enqu~trice avant de lui demander si elle en avait déjà entendu parler. Les résultats obtenus montrent que la plupart des femmes (85 %) ont déclaré connaître, au moins, une méthode quelconque; on observe une proportion à peu près identique chez les femmes en union (86 %) (tableau 4.1 et graphique 4.1). Le niveau de connaissance des méthodes modernes est identique dans les deux groupes de femmes (ensembLe des femmes et femmes en union : 82 %). Par contre, les femmes mariées sont plus nombreuses à connaître les méthodes Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives Pourcentage de femmes et de femmes actuellement mari~es qui connaissent une méthode contraceptive spécifique, EDS-III Sénégal 1997 Connal't une méthode Toutes Femmes Méthode les actuellement contraceptive femmes mari~es Toutes méthodes 85,2 86,4 Méthodes modernes 82,2 82,5 Pilule 72,4 74,2 DIU 53,5 54,4 Injection 53,9 57,7 Noq~lant 28,2 28,9 Méthodes vaginales 20,4 20,7 Condom 69,5 66,7 Stérilisation féminine 53,7 58,2 Stérilisation masculine 6,7 6,8 Méthodes traditionnelles 55,6 60,9 Continence périodique 24,8 24.0 Retrait 22,4 24,1 Gris gris 33,6 39,3 Abstinence 4,9 6,7 Autre 7,6 8,3 Effectif 8 593 5 851 traditionnelles (61% contre 56 % parmi l'ensemble de toutes les femmes). Par ailleurs, le niveau de connaissance des méthodes traditionnelles toutes confondues est moins élevé que celles des méthodes modernes quelle que soit la catégorie de femmes. (56 % contre 61% chez les mari~es). Le tableau 4.1 donne également les proportions de femmes ayant déclaré connaître chaque méthode contraceptive spécifique. De toutes les méthodes modernes, la pilule est la plus connue (plus de 72 %); elle 36 Graphique 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives par les femmes mariées de 15-49 ans Au moins une méthode Au moins I m6th. mod, Pilule Stérilisation f~minine DIU Condom Injection M6thodes vag]nales Continence périodique 0 86 : . . . . . . . . . . . . . ' , , ,~~,, q, ,H ï , , , , , . ,%, , , 74 i~~'~~~~~ i~~i~~'~~i~i~ii ~i~~ !i !~ii~ i~ii~~~ii~x i~ ~i~'~~ !~ ~~~ï ¸~ 58 21 20 40 60 80 Pourcentage 100 EDS-II] S~n~ga11997 Graphique 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives entre 1986 et 1997 par les femmes mariées de 15-49 ans 83 Au moins 1 m6th. mod. Pilule Stérilisation f~minine DIU Condom Injection Méthodes vaginales 20 40 60 80 100 Pourcentage [=EDS-II[ 1997 ~EDS-t11992.1993 OO EDS-11986 I EDS-III Sénégal 1997 3? est suivie du condom (plus de 66 %, soit plus de deux femmes sur trois). Les niveaux de connaissance du DIU, de l'injection et de la st6rilisation féminine sont très proches et se situent entre 53 % (toutes femmes) et 58 % (femmes mari~es). Les méthodes vaginales (20 % de l'ensemble des femmes), le Norplant (28 %) et la stérilisation masculine (7 %) sont les méthodes les moins connues. On note donc des progrès importants dans la connaissance des méthodes spécifiques modernes par rapport à 1992-1993 ~ (graphique 4.2). En ce qui concerne les méthodes traditionnelles spécifiques, elles sont en général moins bien connues. Parmi elles, la plus connue est le gris-gris (plus d'une femme sur trois), méthode dont la définition demeure cependant ambiguë. Moins d'une femme sur quatre a déclaré connaître la continence périodique et le retrait. Tableau 4.2 Connaissance des méthod¢s contraceptives modernes ~,ar caractéristiaues socio-démoaraDhiuues Pourcentage de femmes actuellement mari~es connaissant au moins une méthode moderne (pour informations ou services), par caractéristiques socio-démographiques, EDS-III Sénégal 1997 Connah Connalt une Effectif une méthode de Caractéristique méthode moderne I femmes Groupe d'åges 15-19 71,3 68,5 539 20-24 84,0 80,4 990 25-29 88,5 85,6 1 135 30-34 89,2 86,7 I 005 35-39 88,4 83,9 1 010 40-44 90,4 84,2 692 45-49 87,4 80,9 479 Milieu de résidence Urbain 96,3 95,6 2 041 Rural 81,1 75,5 3 810 Ethnie Wolof 91,5 89,7 2 266 Poular 77,5 71,5 1 592 Serer 88,3 86,2 844 Mandingue 83,7 74,3 323 Diola 96,9 95,7 218 Autre 85,5 78,7 608 Niveau d'instruction Aucun 83,2 78,4 4 550 Primaire 96,6 95,7 865 Secondaire ou plus 99,3 99,1 436 Ensemble 86,4 82,5 5 85 l ~C'est-à-dire: pilule, DIU, injection, méthodes vaginales (spermicides, diaphragmes.), condom, Norplant et stédlisations féminine et masculine. Le degré de connaissance est assez variable selon certaines caractéristiques socio-économiques (tableau 4.2). Les niveaux sont beaucoup plus bas chez les adolescentes (environ 70 %) que chez les femmes plus âgées (plus de 80 %). De même, les femmes urbaines ont un niveau de connaissance plus élevé, surtout pour les méthodes modernes. En ce qui concerne l'ethnie, les différences essentielles sont observées entre les Poular et les Mandingue d'une part (moins de 80 %) et les autres ethnies (bien au-dessus de 80 %). La connaissance de la contraception est presque universelle chez les femmes qui ont fréquenté l'école quel que soit le niveau atteint. À l'inverse, les femmes n'ayant jamais fréquenté l'école restent, comme les femmes du milieu rural, relativement défavorisées. 4.2 PRAT IQUE DE LA CONTRACEPT ION À UN MOMENT QUELCONQUE L'utilisation de la contraception à un moment quelconque concerne aussi bien son utilisation actuelle (moment de l'enquête) que son utilisation à un moment antérieur. À toutes les femmes ayant déclaré connaître une méthode contraceptive donnée, on a demandé si elles avaient utilisé cette méthode dans le passé ou si elles l'utilisent actuellement. Ces informations permettent de mesurer le niveau de pratique de la contraception à un moment quelconque de la vie féconde des femmes par type de méthode spécifique (tableau 4.3). Voir Tableau 4.1, page 40, Rapport national de I'EDS-II. 38 Sur l'ensemble de toutes les femmes, 78 % n'ont jamais utilisé de méthodes contraceptives et 22 % en ont utilisé, au moins, une fois. Globalement, les méthodes modernes ont ~té plus utilisées que les méthodes traditionnelles (14,8 % contre 11,6). Parmi les méthodes modernes, la pilule est, de loin, la plus utilisée (9 %). Elle est suivie du condom (5,1%) et du DIU (3,2 %). Chacune des autres méthodes modernes a ét~ utilisée par moins de 3 % des femmes : injections (2,5 %), m6thodes vaginales (1,3 %) et stérilisation féminine (0,4 %). Les méthodes traditionnelles les plus utilisées sont la continence périodique (3,6 %) et l'abstinence prolongée (3,5 %). L'utilisation de la contraception concerne davantage les femmes en pleine période de procréation (plus de 25 % de toutes les femmes de 25 ans ou plus ont d6jà utilisé, au moins, une méthode quelconque). Elle est marginale chez les femmes de moins de 25 ans; la seule exception étant le condom qui a été utilisé par près de 6 % des femmes de 20-24 ans. Contrairement à l'utilisation du DIU, celle de la pilule intervient à un âge relativement plus jeune. Pour les méthodes traditionnelles, les variations selon l'âge sont peu importantes au- delà de 25 ans. On note, par ailleurs, que pour la plupart d'entre elles, l'utilisation a été plus faible aux âges jeunes (moins de 25 ans) et aux åges avancés (plus de 45 ans), sauf pour l'abstinence et le gris-gris, cette dernière méthode ayant été beaucoup plus utilisée dans le groupe d'âges 45-49 ans. Le tableau 4.3 montre également que l'utilisation de la contraception tant moderne que traditionnelle, a été plus fréquente parmi les femmes mari~es : 27 % d'entre elles ont utilisé, au moins, une méthode, contre 22 % dans le groupe "toutes femmes" (toutes situations matrimoniales confondues). Par ailleurs, on observe des différences similaires entre les niveaux d'utilisation des méthodes spécifiques. Enfin, les variations selon l'âge sont semblables à celles observées pour l'ensemble des femmes. Tableau 4.3 Utilisation de la contraceotion ~t on moment ouelconoue Pourcentage de femmes et de femmes actuellement mafiees ayant déjå utilise une méthode contraceptive, par m~thode specifique, selon l'åge, EDS-III S~n6gal 1997 M6thodes modernes M~thodes traditionnelles N'im- N'im- N'uti- N'im- porte porte lise porte quelle M6th. quelle Contin. pas Effectif Groupe quelle methode Pli- Injec- vagi- Con- Steril. methode perio- Gris Absti- actuel- de d'åges methode moderne uie DIU tion I nales dom femin, tradit, dique Retrait gris nence Autres lement Total femmes TOUTES LES FEMMES 15-19 5,2 2,9 0,6 0,2 0,2 0,2 2,5 0,0 3,6 1,2 1,0 0.6 1,2 0,0 94,8 100,0 1 937 20-24 15,7 9,9 4,2 0,9 1,3 0,7 5,8 0,0 8,4 2,1 1,5 1,6 3,4 0,6 84,3 100,0 1 664 25-29 26,9 19,3 12,0 2,5 2,9 1,7 8,1 0,1 13,3 4,9 3,5 2,1 3,7 1,6 73,1 100.0 1 472 30-34 33,4 24.6 18,0 5,6 4,9 2,5 6,9 0,3 17,6 5,9 4,0 5,6 4,2 0,7 66,6 100,0 I 137 35-39 32,7 22,2 14,7 7,0 3,7 2,8 5,1 0.4 17,4 5,9 2,3 4,4 5,5 1,3 67.3 100,0 1 120 40-44 32,0 21,2 13,1 7,5 5,0 1,6 4,2 1,4 15,5 4,0 2,8 4,4 4,7 2,2 68,0 100,0 749 45-49 25,8 15,0 9,2 4,4 2.2 1.4 2,1 2,0 16,0 2,1 1,5 7,3 4,4 2,2 74,2 100,0 514 Ensemble 21,8 14,8 9,0 3,2 2,5 1,3 5,1 0,4 11,6 3,6 2,3 2,9 3,5 1,0 78,2 100.0 8593 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 10,5 5,0 1,6 0,5 0,1 0,3 3,9 0,0 7,6 1,1 1,8 1,3 4,1 0,0 89,5 100.0 539 20-24 19,3 10.9 5,5 0,7 1,6 0,9 5,3 0,1 11,1 2,0 1,9 2,1 5,7 0,6 80,7 lO0,O 990 25-29 27,9 19,0 12,5 2,7 3,3 1,6 7,1 0,1 13,7 4,3 2,8 2,2 4.6 1,6 72,1 I00,0 I 135 30-34 32,6 23,5 17,6 5,3 4,7 2,6 6,4 0,3 17,5 6,1 4,2 5,0 4,8 0,8 67,4 I00,0 1 005 35-39 32,4 21,3 14,3 7,2 3,9 3,0 4.4 0,4 17,9 5,5 1,9 4,8 5,9 1,4 67,6 100,0 1 010 40-44 30.8 19,3 12,2 6,7 5,3 1,2 3,1 1,5 15,6 3.9 2,6 4,1 5,0 2.3 69.2 I00,0 692 45-49 26,5 15,6 9,5 4,6 2,4 1,5 2,2 2.2 16,4 2,1 1,6 7,5 4,5 2,3 73,5 I00,0 479 Ensemble 26,7 17,3 11,2 4,0 3,2 [,7 5,0 0,5 14,5 3,9 2,5 3.7 5,0 1,3 73,3 100,0 5851 SLe Norplant et les injections sont confondus. 39 4.3 UT IL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPT ION Le pourcentage de femmes qui utilisent une méthode contraceptive quelconque au moment de l'enquête (ou actuellement) définit la prévalence contraceptive. Celle-ci peut être calculée pour un ensemble de méthodes ou pour des méthodes spécifiques. Les taux de prévalence contraceptive sont indiqués dans le tableau 4.4. Malgré une connaissance quasi générale de la contraception (plus de 85 % des femmes enquêtées connaissent, au moins, une méthode de contraception), le taux de prévalence demeure encore faible : 11% de l'ensemble de toutes les femmes et 13 % des femmes mari~es utilisent actuellement une méthode quelconque. Tableau 4.4 Utilisation actuelle de la contracet~tion R~partition (en %) des femmes et des femmes actuellement mad6es par m~thode contraceptive actuellement utilis~e, selon l'åge, EDS-III S~n~gal 1997 N'im- Méthodes modernes N'ira- Méthodes traditionnelles N'uti- N'ira- porte porte lise porte quelle M~th. quelle Contin. pas Effectif Groupe quelle m~thode Pli- lnjec- vagi- Con- St~ril. m[thode l~rio- Gris Absti- actuel- de d'åges m~thode moderne uie DIU tion I nales dom f~min, tradit, dique Retrait gris nence Autres lement Total femmes TOUTES LES FEMMES 15-19 2.7 1,2 0,3 0.1 0,0 0,0 0,8 0,0 1,4 0,2 0,0 0,4 0,9 0,0 97,3 100,0 1 937 20-24 8,1 4,2 1,3 0,6 0,6 0,2 1,4 0,0 3,9 0,8 0,2 0,5 2,4 0,1 91.9 100,0 I 664 25-29 3.1 8.2 4.1 1,4 1,7 0.0 0.7 0,I 4.9 1,7 0,2 0,4 2,3 0,3 86.9 I00,0 1 472 30-34 15,9 12,4 6,6 1,5 2,5 0,3 1,0 0,3 3,5 1,3 0,1 0,6 1,5 0,0 84,1 100,0 I 137 35-39 17.0 11.2 3,4 3,5 2,1 0,5 I,I 0,4 5,8 1,3 0,0 0,7 2,5 1.2 83,0 I00.0 1 120 40~~4. 16,9 12.5 3,3 2,5 3,0 0,I 1,3 1.4 4,4 1,2 0,1 1,2 1,3 0,7 S3.1 I00.0 749 4549 9,6 5.5 0,S 1.7 1,0 0,0 0,0 2,0 4,2 0.7 0,0 2,5 0,9 0.I 90,4 I00,0 514 Ensemble 10,8 7,0 2,7 1,4 1,3 0,2 1,0 0,4 3,8 l,O 0,1 0,7 1,7 0,3 89,2 100,0 8 593 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 5,5 1,5 0,8 0,2 0,0 0,0 0,6 0,0 4,0 0,5 0,0 0,5 3,0 0,0 94.5 I00,0 539 20-24 9,1 3,7 1,7 0,3 0.9 0,4 0,4 0.I 5,4 0,5 0,3 0,5 4,0 0,2 90,9 100,0 990 25-29 13,0 7,7 3,8 1,2 1,9 0,0 0,4 0,I 5,3 1,6 0,3 0,5 2.7 0,I 87.0 I00,0 I 135 30-34 15,4 12,0 6,7 1,3 2.3 0,3 0,8 0,3 3,5 1,2 0,I 0,4 1.7 0,0 84,6 100,0 l 005 35-39 17,3 11,2 3,5 3,9 2.1 0,5 0,5 0,4 6,1 1,4 0.l 0.S 2,6 1,3 82.7 I00.0 1 010 40~4 16,5 12.0 3.1 2.3 3.2 0.1 1,2 1.5 4.5 1.2 0.1 1.1 1.4 0.7 83.5 100.0 692 45~,9 9,5 5,7 0.S 1,7 1.0 0.0 0,0 2,2 3.S 0.7 0.0 2.4 0.7 0,1 90.5 100,0 479 Ensemble 12,9 8.1 3.3 1.6 1.7 0.2 0,6 0,5 4,8 I,I 0.2 0,7 2.5 0,4 87,1 I00.0 5 851 tLe Norplant et les injections sont confondus. L'utilisation de la contraception est essentiellement orientée vers les méthodes modernes : la prévalence des méthodes modernes (7,0 %) est presque deux fois plus élevée que celle des méthodes traditionnelles (3,8 %). Comme pour l'utilisation à un moment quelconque, la prévalence la plus importante est observée pour la pilule (2,7 %). Elle est suivie du DIU (1,4 %) et des injections (1,3 %). Pour les autres méthodes modernes, la prévalence plafonne à 1%. On peut remarquer ici, que contrairement à l'utilisation passée où le condom venait après la pilule, en ce qui concerne l'utilisation actuelle, cette méthode figure parmi les moins utilisées. Ceci peut s'expliquer par le caractère tout à fait occasionnel de la pratique de cette méthode, à laquelle on ne recourt d'ailleurs pas toujours pour des raisons de contraception, mais de plus en plus comme moyen de prévention des MST y compris le sida. Pour aucune méthode traditionnelle, la prévalence n'atteint 2 %. L'utilisation du retrait est quasi nulle (0,3 %). 40 Comme dans le paragraphe précédent, les prévalences contraceptives sont faibles, voire n6gligeables, aux âges jeunes (moins de 25 ans) et aux âges avancés (45-49 ans). Les femmes mariées ont des prévalences plus élevées que l'ensemble de toutes les femmes : 12,9 % contre 10,8 % toutes méthodes confondues respectivement; et 8,1% contre 7,0 % pour les méthodes modernes. Ici également, on observe des variations sensibles selon la méthode et par âge. Il faut signaler cependant le cas du condom la seule méthode pour laquelle la prévalence est moins élevée parmi les femmes mariées, ce qui confirme la caractère occasionnel de l'utilisation de cette méthode qui est surtout le fait des femmes non mariées. Ce faible niveau de prévalence contraceptive cache de très fortes variations selon le milieu et la région de résidence, le niveau d'instruction et le nombre d'enfants vivants (tableau 4.5). Tableau 4.5 Utilisation actuelle de la contracevtion var caraetdristioues soeio~dmo~ravhioues Rdpartition (en %) des femmes actuellement marides, par rn~thode contraceptive actuellement utilis~e, selon certaines caractdristiques socio-d6mographiques. EDS-III Sdndga11997 N'im- N'im- porte porte quelle Groupe quelle mdthode Pil- d'åges m~thode moderne uie Mdthodes modernes M~thodes traditionnelles N'ira- N'uti- porte lise M&h. quelle Con6n. pas Effectif lnjec- vasi- Con- Stêril. m~thode pdrie- Gris Absti- actuel- de DIU tion I nales dom f~min, tradit, dique Retrait gris nence Autres lement Total femmes Milieu de résidence Urbain 23,8 19,3 7,8 4,2 3,8 0,6 1,1 1,2 4,4 2,2 0,2 1,0 0,4 0,5 76,2 100,0 2041 Rural 7,1 2,1 0,8 0,2 0,7 0,0 0,2 0,1 5.0 0.4 0,1 0,6 3,5 0,3 92,9 100.0 3 810 Grande r~gion Ouest 20.4 16.4 6.6 3.8 3.5 0.4 1.2 0.9 4.0 2.1 0.3 0.9 0.1 0.6 79+6 100,0 1 863 Centre 5.6 3.9 1.8 0.3 1.1 0.2 0.2 0.3 1.7 0.5 0.1 0.6 0.1 0.4 94.4 100,0 2 198 Sud 18.6 4.1 1.3 0.4 1.4 0.0 0.5 0.6 14.5 1.2 0.2 1.6 11.5 0.1 81.4 100,0 751 Nord-Est I1.1 5.1 2.0 1.3 1.2 0.1 0.2 0.3 5.9 0.2 0.1 0.3 5.3 0.0 88.9 100.0 1039 Ethnie Wolof 12,1 9.6 4,2 1,9 2.1 0,3 0,6 0,4 2,6 1,3 0,1 0,6 0,0 0,5 87,9 loe,0 2 266 Poular 12,7 6,9 2,4 1,8 1,5 0,2 0,2 0,8 5,9 0,4 0,0 0,2 5,1 0,2 87,3 100.0 1 592 Serer 10,4 6,8 1,9 1,2 2,2 0,2 0,8 0,3 3,6 1,5 0,2 1,0 0,0 0,8 89,6 100.0 844 Mandingue 15,5 5,5 2.5 0,3 1,0 0,0 0,9 0,9 10,0 0,2 0,2 1,6 8.0 0,0 84.5 100,0 323 Diola 15,6 4,8 2,5 1.6 0,3 0.0 0,2 0,3 10,8 2,0 0,0 3,4 5,1 0,2 84,4 10~,0 218 Autre 17,6 10,5 4,9 1,3 1,6 0,3 0,9 0,3 7,2 1,6 0,6 0,9 4,0 0,1 82,4 10(I,0 608 Niveau d'iltstructlon Aucun 8,4 3,9 1,6 0,4 1,1 0,1 0,2 0,3 4,5 0,4 0,1 0,7 2.9 0,3 91,6 100,0 4550 primaire 21,9 17,1 6,8 2,3 4.6 0,6 1,5 1,1 4,8 1,2 0,5 1,0 1,5 0,6 78,1 100,0 865 Secondaire ou + 43,0 34.5 13,8 12,5 2.7 0,8 2,7 1,6 8,5 7,4 0.0 0,7 0,0 0,4 57,0 10~,0 436 Nombre d'enfants vivants 0 1.4 0,4 0,0 0,0 0,1 0,0 0,3 0.0 1,0 0,6 0,0 0,4 0,0 0,0 98,6 100,0 654 1 10.2 5,6 2,9 1.1 1,2 0,2 0,2 0,0 4,6 1,2 0,4 0,1 2,7 0,2 89,8 100,0 866 2 14,5 9,5 4,4 1,8 1,5 0,2 1,5 0,1 5,0 1,5 0.1 0,4 2.9 0,1 85,5 100,0 873 3 12,7 7,9 3,5 1,9 1,9 0,0 0,5 0,2 4,8 0,2 0,0 0,7 3,8 0,1 87,3 100,0 775 4 ou + 16.2 10,5 3,8 2,0 2,4 0.3 0,4 1,0 5,7 1,3 0,2 1,1 2,4 0,7 83.8 100+0 2 683 Ensemble 12,9 8.1 3,3 1.6 1,7 0,2 0,6 0,5 4,8 1,1 0,2 0,7 2,5 0,4 87,1 loe,0 5851 tLe Norplant et les injections sont confondus. 41 Alors qu'en milieu rural, seulement 7,1% des femmes mariées utilisent une méthode contraceptive quelconque, cette proportion est de 23,8 % (ou plus d'une femmes sur quatre) en milieu urbain, soit plus de trois fois plus. Ces grands écarts entre les villes et les campagnes résident dans les différences des taux de prévalence des méthodes modernes (19,3 % en milieu urbain contre 2,1% en milieu rural), les prévalences des méthodes traditionnelles étant proches (entre 4 et 5 %) dans les deux milieux. En outre, bien que globalement la prévalence des méthodes modernes soit plus élevée, les méthodes traditionnelles restent encore largement dominantes en milieu rural. Ici, pour aucune méthode moderne, la prévalence n'atteint 1% (maximum de 0,8 % pour la pilule) et la plus forte prévalence concerne les méthodes traditionnelles (3,5 % pour l'abstinence prolongée). Entre les grandes régions, les écarts sont également importants. Aux deux extrêmes, on trouve l'Ouest (20,4 %) et le Centre (5,6 %) pour toutes mêthodes confondues. Cependant, selon le type de méthodes, les populations de ces zones se comportent assez différemment. Ainsi, pour les méthodes modernes, la zone ouest est toujours en tête avec une prévalence de 16,4 %, suivie du Nord-Est (5,1%). A l'inverse, pour les méthodes traditionnelles, la région sud est celle qui a la plus forte prévalence ( 14,5 %). Ces différences traduisent en partie les différences dans la structure ethnique ainsi que les niveaux de modernisation des régions (urbanisation et instruction). Les différences inter-ethniques sont très significatives. Toutes méthodes confondues, les Serer sont celles qui utilisent le moins les méthodes contraceptives ( 10,4 %), tandis que les Mandingue et les Diola sont celles qui utilisent le plus les méthodes contraceptives (plus de 15,5 %)2. Cependant, il faut noter que ces deux dernières ethnies recourent essentiellement aux méthodes traditionnelles (plus de 10 % contre moins de 6 % pour les méthodes modernes), alors que les Serers sont avec les Poulars, les plus grandes utilisatrices de contraception moderne après les Wolof. Enfin, les Wolof sont celles qui utilisent le moins souvent les méthodes traditionnelles. Comme attendu, le niveau d'instruction influe très fortement sur l'utilisation de la contraception. La prévalence toutes méthodes confondues, très faible chez les femmes sans instruction (moins de 9 %), atteint 22 % (soit plus d'une femme sur cinq) chez les femmes de niveau primaire et 43 % (plus de quatre femmes sur dix) chez celles ayant un niveau secondaire ou plus. Pour toutes les méthodes spécifiques modernes, on observe le rôle positif de la scolarisation des femmes concernant le recours à la contraception. Actuellement, l'effet de la contraception moderne sur la fécondité parmi les femmes instruites est très significatif 3. Par contre, l'influence de l'éducation sur l'utilisation de la contraception traditionnelle est moins évidente. En fait, l'éducation ne favorise que l'utilisation de la continence périodique, qui à certains égards (bonne connaissance du cycle menstruel), devrait avoir plus de chance d'être utilisée plus efficacement par les femmes les plus instruites. Sur un autre plan, le tableau 4.5 indique que la pratique actuelle de la contraception augmente avec le nombre d'enfants vivants. Pour l'ensemble des méthodes, la prévalence marginale (1,4 %) chez les femmes n'ayant aucun enfant, augmente rapidement avec la parité pour atteindre 10 % chez celles n'ayant qu'un seul enfant et 16 % chez celles qui ont quatre enfants ou plus. Pour les seules méthodes modernes, le taux de prévalence passe de 5,6 % chez les femmes ayant un seul enfant à 8 % chez celles ayant trois enfants, et à plus de 10 % chez celles qui en ont 4 ou plus. 2 On ne tient pas compte du groupe "Autres ethnies" qui est assez vague. 3 Voir "Études rétrospectives dans le secteur de la population et de la santé : composante quantitative", Mai 1997, réalisées par le Groupe SERDHA en collaboration avec The Futures Group International. 42 Enfin, malgré les niveaux de prévalence toujours bas, il faut mentionner les progrès importants réalisés au cours des vingt dernières années (graphique 4.3). Parti de zéro en 1978 (ESF), le taux de pi~valence des méthodes modernes est passé à 2,4 % en 1986 (soit en 8 ans à peu pr6s), puis à 4,8 % en 1992 (EDS -II de 1992-1993) et à 8,1% en 1997, soit une augmentation moyenne de plus de 0.8 points par an entre 1993 et 1996. Cette progression a été relativement plus forte au cours des demières années et a davantage concerné les femmes urbaines et les femmes les plus instruites. 10 8 6 4 2 0 Graphique 4.3 Tendance de l'utilisation actuelle de la contraception moderne par les femmes mari~es de 1978 à 1997 Pourcentage 8.1 ESF1978 2.4 EDS-11988 EDS-II11997 4.8 I EDS-I11992-1993 EDS-III S6n6ga11997 4.4 NOMBRE D 'ENFANTS ~ LA PREMIÈRE UT IL ISAT ION L'utilisation de la contraception pour la première fois peut, en fonction de la parité atteinte à ce moment-là, répondre à des objectifs différents : retard de la première naissance si la femme est nullipare, espacement des naissances pour celles souhaitant retarder leur prochaine naissance, ou encore limitation de la descendance lorsque le nombre d'enfants désirés est déjà atteint. Le tableau 4.6 présente, par groupe d'âges, la répartition des femmes en union en fonction du nombre d'enfants vivants qu'elles avaient au moment où elles ont utilisé la contraception pour la première fois. En ce qui concerne l'ensemble des femmes non célibataires, moins de 3 % ont adopté une méthode contraceptive avant d'avoir eu leur première naissance vivante. Dans le contexte sénégalais, il est en général inhabituel qu'une femme venant de se marier, recoure ì la contraception avant d'avoir fait la preuve de son aptitude à procréer. 43 Tableau 4.6 Nomboe d'çnfants tt la Dremi~oe utilisation de la contraeevtion Répartition en (%) des femmes non-c~libataires par nombre d'enfants vivants lors de la première utilisation de la contraception, selon l'ãge actuel, EDS-II1 S~nægal 1997 Jamais Nombre d'enfants ~ la première utilisé utilisation de la contraception Effectif Åge la contra- Non de actuel ception 0 1 2 3 4 + dêclar~ Total femmes 15-19 89,4 3,4 6,3 0,8 0,0 0,0 0.0 100,0 561 20-24 80,3 4,0 12,0 3,1 0,3 0,3 0,0 100,0 1 045 25-29 71,6 4,2 12,3 6,4 2,7 2,6 0,3 100,0 1 230 30-34 66,5 1,7 13,0 5,4 4,4 9,0 0,0 100,0 1 084 35-39 67,3 1,8 9,4 4,3 4,7 12,1 0,4 100,0 1 104 40-44 68,0 0,9 7,3 3,6 3,1 17,1 0,0 100,0 746 45-49 74,3 0,3 6,9 2,4 2,1 13,8 0,2 100,0 514 Ensemble 72,8 2,5 10,3 4,1 2,7 7,4 0,1 100,0 6 283 En outre, comme l'avait déjà montré rEDS de 1992-19934, les femmes semblent privilégier deux moments pour commencer à espacer ou à limiter leurs naissances par l'utilisation de méthodes contraceptives : après avoir eu leur premier enfant chez les femmes de 20 à 34 ans ou bien après avoir eu, au moins, 4 enfants chez les femmes de 30 ou plus. Par contre, les femmes qui n'ont jamais utilisé de contraception auparavant seraient rarement tentées d'y avoir recours après avoir eu leur deuxième et surtout leur troisième enfants. Ce résultat, mis en évidence par les données des deux dernières enquêtes (EDS-II et I'EDS-1II), s'explique-t-il par des soubassements culturels? Des études socio-anthropologiques approfondies permettraient d'élucider cette question. 4.5 CONNAISSANCE DE LA PÉRIODE FÉCONDE Une bonne connaissance de la période de fécondabilité au cours du cycle menstruel est une condition nécessaire à l'utilisation efficace de certaines méthodes contraceptives, la continence périodique en particulier. Pour pouvoir mesurer le degré de con- naissance des femmes de la période de fécondabilité au cours du cycle menstruel, on a demandé aux enquêtées si elles pensaient, qu'au cours du cycle, il existait une période pendant laquelle elles avaient plus de chances de tomber enceintes et, si oui, à quel moment du cycle se situait cette période. Cette question qui était fermée, comportait six modalités : pendant les règles, juste après les règles, milieu du cycle, juste avant les règles, autre (n'importe quand) et "ne sait pas". Malgré les nombreuses nuances que peuvent comporter les réponses à cette question, on a essayé de regrouper les réponses en trois grandes catégories (tableau 4.7) : Tableau 4.7 Connaissance de la période féconde Répartition (en %) de toutes les femmes et de celles ayant déjå pratiqué la continence périodique selon leur connaissance de la période féconde au cours du cycle manstruel, EDS-III Sénégal 1997 Femmes ayant Connaissance Toutes déj~ utilisé de la période les la continence féconde femmes périodique Connaissance Au milieu du cycle 14,3 62,6 Connaissance douteuse Juste après tes règles 19,9 22.3 Juste avant les règles 2,1 4,6 Ne connait pas Pendant les règles 1.0 2,6 n importe quel moment 22,3 2,4 Ne sait pas 40,3 5,4 Non déclaré 0,2 0,0 Autre 0,1 0,0 Total 100,0 100,0 Effectif de femmes 8 593 305 4 Voir Tableau 4.6 page 47, Rapport national de I'EDS de 1992-1993. 44 bonne connaissance : "milieu du cycle". Pour une femme à cycle régulier, la ponte ovulaire ayant généralement lieu au cours de la semaine médiane (1 lè au 19è jours après le début des règles), il est raisonnable de penser que les femmes qui ont déclaré "milieu du cycle" ont une bonne connaissance de la période d'ovulation. connaissance douteuse : "juste après la fin des règles," "juste avant le début des règles." Ces réponses sont trop vagues pour pouvoir être considérées comme précises mais, selon l'idée que se font les femmes du "juste avant" et du "juste après," elles peuvent bien correspondre à la période de fécondabilité; • méconnaissance : "pendant les règles", "n'importe quand", "autre", "ne sait pas." Selon le tableau 4.7, la grande majorité des femmes (64 %) n'ont aucune idée de l'existence d'une période particulière ou ne savent pas situer correctement cette période. Un peu plus d'une femme sur 5 (22 %) situent la période d'ovulation sur toute la dur~ du cycle tandis que 40 % (soit quatre femmes sur dix) ne connaissent même pas l'existence d'une période à risque au cours du cycle. Dans l'ensemble, seulement, 14 % connaissent vraisemblablement la localisation de la période d'ovulation. Parmi les femmes qui ont déjà utilisé la continence périodique, méthode normalement basée sur une bonne connaissance du cycle, la majorité (63 %) identifient de façon correcte la période de fécondabilité; ce qui assure plus de succès à l'efficacité de la méthode. Par rapport aux enquêtes précédentes (EDS-I de 1986 et EDS-II de 1992-1993) 5, on note une nette amélioration dans la connaissance du cycle parmi toutes les femmes : respectivement 9,5 % et 9,9 % et 14,3 % en 1997. De même, parmi les femmes qui ont utilisé la continence périodique, la proportion de celles qui connaissent bien la période de fécondabilité s'est accrue, mais surtout entre 1986 et 1992-1993. 4.6 SOURCES D 'APPROVIS IONNEMENT DE LA CONTRACEPT ION Pour évaluer les contributions respectives des secteurs public et privé dans la fourniture des méthodes contraceptives modernes, on a demandé aux utilisatrices actuelles d'identifier l'endroit où elles ont obtenu leur dernière méthode (ou des conseils sur cette méthode). Dans leur grande majorité, (tableau 4.8), les utilisatrices de la contraception moderne s' approvisionnent auprès du secteur public (69 %, soit près de 7 femmes sur 10). Par ailleurs, elles s'adressent principalement aux centres de santé (28 %) et aux centres de PF (26 %), les hôpitaux publics jouant un rôle beaucoup moins important (16 % seulement). Le secteur privé (21%, soit plus d'une femme sur cinq), la pharmacie en particulier (12 %, soit environ une femme sur huit), joue un rôle très significatif dans l'approvisionnement en méthodes contraceptives. Les contributions de ces deux secteurs sont assez variables selon la méthode. Ainsi, les injections relèvent-elles presque exclusivement du secteur public (92 %). De même, la pilule, le DIU, la stérilisation féminine et le Norplant (ne figure pas dans le tableau) sont essentiellement fournis par ce secteur. Par contre, le secteur privé contribue beaucoup plus dans la fourniture des méthodes vaginales (ne figure pas dans le tableau) et du condom. Les pharmacies approvisionnent plus de 56 % des utilisatrices de condom. 5 Voir Tableau 4.11, page 50, Rapport national d'analyse de I'EDS-I de 1986 et Tableau 4.7, page 48, Rapport national d'analyse de I'EDS-II de 1992-1993. 45 Tableau 4.8 Source d'anvrovisionnement en contracevtifs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de m~thodes contraceptives modernes par source d'approvisionnement ou d'informations la plus récente, selon les méthodes sp~ifiques, EDS-III S6négal 1997 Source Injec- Stærilisation d'approvisionnement Pilule DIU tion féminine Condom Total Secteur public 73,6 66,8 92,1 (66,6) 30,6 69,3 Hõpital 6,8 27,4 10,5 (66,6) 8,9 15,7 Autres centres de santé 32,4 21.9 44,0 (0,0) 12,5 27,8 Centres de PF 34,4 17,5 37,6 (0,0) 9,3 25.8 Secteur n~dical privé 17,8 17,2 4,6 (32,2) 58,0 21,2 Clinique 4,0 14,4 4,2 (32,2) 1,7 6,9 Pharmacie 8,2 0,0 0,0 (0,0) 56,3 11,6 Médecin 2,1 2,3 0,0 (0,0) 0,0 1,2 Infirmerie confessionnelle 3,5 0,5 0.4 (0,0) 0,0 1,5 Autre priv~ 7,9 14,9 3,3 (1,2) 5,5 8,0 Parents/Amis 7,9 14,9 3,3 (1,2) 4.5 8,0 Autre 0,0 0,0 0,0 (0,0) 5,4 0,7 Non déclar~ 0,7 1,2 0,0 (0,0) t,5 0,7 Total 100,0 100,0 100,0 I00,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 229 117 115 30 83 603 Note : Les données relatives au Norplant (16 cas) et aux méthodes vaginales (13 cas) ne figurent pas séparément dans ce tableau, vu la faiblesse de leur effectif. ( ) Bas6 sur moins de 50 cas. 4.7 UTILISATION FUTURE ET MÉTHODES CONTRACEPTIVES PRÉFÉRÉES On a demandé aux femmes en union qui n'utilisaient pas la contraception au moment de l'enquête si elles avaient l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir. Dans le tableau 4.9, où l 'on a distingué les femmes ayant déjà utilisé une méthode de celles n'en ayant jamais utilisé, figure la répartition des femmes selon l'intention d'utilisation future des moyens contraceptifs et selon le nombre d'enfants nés vivants. Ce tableau montre que dans plus de 50 % des cas (48,4 % n'ont jamais utilisé et 4,4 % ont déjà utilisé), les femmes non utilisatrices n'ont pas l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir. Cependant, près d'une femme sur quatre (24,2 %) a manifesté l'intention de pratiquer la contraception dans les 12 prochains mois ou plus tard (graphique 4.4). Par ailleurs, le pourcentage de femmes ayant l'intention d'util iser la contraception maintenant (12 prochains mois) ou plus tard, augmente de façon très nette avec le nombre d'enfants vivants : de 26,9 % pour celles qui n'ont pas d'enfants vivants, il passe à 33,7 % chez celles qui en ont deux et à 36,6 % parmi celles qui en ont 4 ou plus. Cette tendance est le reflet de celle observée pour les femmes qui ont potentiellement un besoin immédiat. À l'inverse, la proportion de femmes ayant l'intention d'util iser plus tard diminue avec la parité, le maximum étant observé parmi les femmes n'ayant pas d'enfants. Ce tableau montre donc que les femmes qui ont plus d'enfants sont plus nombreuses à avoir l'intention d'util iser maintenant, tandis que celles qui en ont moins préfèrent attendre plus tard. Ces résultats confirment ceux déjà pr~sentês sur l'utilisation actuelle de la contraception, à savoir, qu'actuellement encore, le recours aux méthodes contraceptives répond essentiellement à un désir d'espacement des naissances et non ì un désir de limitation ou encore à une volonté de retarder la naissance du premier enfant. L 'enquête a également collecté des informations sur les raisons pour lesquelles les femmes n'ont pas l'intention d'util iser une méthode de contraception. Selon le tableau 4.10, le désir d'avoir des enfants est, 46 Tableau 4.9 Utilisation future de la contraceotion Répartition (en %) des femmes actuellement mari~es n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive, par intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, selon le nombre d'enfants vivants et selon l'expérience passée en matière de contraception. EDS-III Sénégal 1997 Intention d'utiliser dans le futur Nombre d'enfants vivants t 0 1 2 3 4 + Ensemble N'a Jamais utilis~ la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 3,5 14,7 13,4 18,6 20,8 16,7 Intention d'utiliser plus tard 20,9 9,9 8,2 5,7 3,5 7,2 N'est pas sûre quand 1,6 2,7 2,8 3,2 2,2 2,4 N'est pas sûre d'utiliser 15,1 12,8 9,0 10,4 6,8 9,4 N'a pas l'intention d'utiliser 54,5 51,5 48.2 45,0 47,1 48,4 Non déclaræ 0,0 0,1 0,1 0,2 0,1 0,1 A déjà utilisé la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 0,8 3,3 9,2 7,9 9,8 7,5 Intention d'utiliser plus tard 1,7 2.3 2,9 2,7 2,5 2,5 N'est pas sure quand 0,0 0,4 0,6 0,3 0,8 0,6 N'est pas sûre d'utiliser 0,1 0,8 1,0 1,2 0,8 0,8 N'a pas l'intention d'utiliser 1,8 1,6 4,7 4.7 5,7 4,4 Non déclaré 0,0 0,0 0.0 0,1 0,0 0,0 Total 100,0 100.0 100,0 1(30,0 100,0 100,0 Toutes les femmes actuellement mariées et non-utilisatrices Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 4,3 18,0 22,6 26,5 30,5 24,2 Intention d'utiliser plus tard 22,6 12,1 11,1 8,4 6,1 9,7 N'est pas sûre quand 1,6 3,2 3.4 3,5 3,0 3,0 N'est pas sl3re d'utiliser 15,2 13,6 10,0 11,7 7,6 10,2 N'a pas l'intention d'utiliser 56,3 53,1 52.9 49,7 52,7 52,8 Non déclar6 0.0 0,1 0,1 0,2 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 504 811 741 700 2 338 5 094 iy compris la grossesse actuelle. quel que soit r âge de la femme, la raison la plus citée (31,1%), soit près d'une femme sur trois). Cette raison a été invoquée beaucoup plus fréquemment par les femmes les plus jeunes (46 % à moins de 30 ans), qui ont donc moins d'enfants, que par les femmes plus âgées (21,1% à 30 ans ou plus). La deuxième raison la plus souvent mentionnée est le "manque d' information" (13%) qui, également, a été plus souvent cité par les femmes les plus jeunes. Par contre, ce sont surtout les femmes les plus âgées qui ont donné comme argument la "religion" (environ 11,6 % pour l 'ensemble des femmes), et surtout les "difficultés à tomber enceintes", la ménopause ou la stérilité. Les raisons "difficulté de tomber enceinte et ménopause" ont été citées par 27 % des femmes de 30 ans ou plus. 47 Graphique 4.4 Intention d'utiliser la contraception par les femmes mariées et non-utilisatrices Ne sait pas si elle utilisera 10% A l'intention d'utiliser Al'intention bient6t 24% d'utllser p " ['intention tiliser NSP JSnd 3% N'a pas l'intention d'utiliser 53% EDS-I I IS6n6gæ1997 Tableau 4.10 Raisons de non-utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive et n'ayant pas l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, selon la principale raison pour laquelle elles n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception, selon l'âge, EDS-III Sénégal 1997 Raison de Âge Tous non-utilisation les de la contraception <30 30 + âges Veut des enfants 16,8 10,6 13,1 Manque d'information 3,8 3,2 3,2 Mati désapprouve 0,I 0,2 0,1 Cofit trop élevé 1,6 3,5 2,8 Effets secondalres 0,8 2,6 1,9 Problèmes de santé 0,3 0,8 0,6 Difficile å obtenir 9,8 11,6 10,9 Religion 3,4 2,8 3,0 Opposé au PF 2,9 3,6 3,4 Fataliste 0,1 0,6 0,4 Autres personnes désapprouvent 1,2 1,7 1,5 Rappor'ïs sexuels peu fréquents 3,8 13,4 9,6 Difficile à tomber enceinte 0,0 13,4 8,1 Ménopause/Stérilisée 1,2 0,8 1,0 Pas commode 0,0 0,3 0,2 Pas mariée 4,6 7,4 6,3 NSP 4,0 2,l 2,9 Non déclaré 0,2 0,3 0,2 Total 100,0 100,0 I00,0 Effectif de femmes 1 071 1 616 2 687 48 Par ailleurs, pour évaluer la demande future des différentes méthodes contraceptives, on a demandé aux femmes en union ayant l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir, de préciser la méthode de leur choix. Il ressort du tableau 4.11, que la pilule (28 %) et les injections (18 %) sont les méthodes préférées par les utilisatrices potentielles. Le Norplant et le D1U viennent ensuite. On constate également que les femmes qui ont l'intention d'utiliser la contraception maintenant (12 prochains mois) sont, proportionnellement, plus nombreuses à s'intéresser à l'injection et au Norplant que celles qui en ont l'intention mais pour plus tard. On observe le résultat contraire en ce qui concerne la pilule. Celles qui souhaitent utiliser une méthode maintenant, étant vraisemblablement plus motivées, ont donc tendance à préférer des méthodes efficaces et moins contraignantes. Les autres rnéthodes modernes n'ont été citées que très rarement. Tableau 4.11 Méthode contraceptive préférée oour une utilisation future Répartition (en %) des femmes actuellement mari~es n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive mais ayant l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, par méthode préférée, selon l'intention de l'utiliser dans les 12 prochains mois ou plus tard, EDS-III Sénégal 1997 Intention d'utiliser Méthode Dans Pas sOre contraceptive les 12 Apr~:s pour préférée mois 12 mois quand Ensemble I Pilule 27,2 30,7 21,5 27,6 DIU 6,9 7,5 6,8 7,0 Injection 20,5 14,4 13,3 18,2 Norplant 11,9 6,9 7,5 10,0 Méthodes vaginales 0,8 1,0 0,8 0,8 Condom 0,6 2,1 0,6 1,0 Stérilisation féminine 2,3 1,7 2,6 2,2 Continence périodique 0,0 0,0 0,0 0,0 Retrait 4,3 5,7 5,9 4,8 Gris gris 2,5 2,1 2,7 2,4 Autre 2,0 3,6 2,5 2,5 ND/NSP 20,2 24,5 34,6 22,7 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 1 235 495 153 1 886 t Quatre femmes qui n'ont pas déclaré leur intention font partie de l'ensemble Les futures contraceptrices devraient, du moins si l'on se réfère à leur intention, beaucoup plus utiliser les méthodes modernes que ne le font les femmes qui pratiquent aujourd'hui la contraception. Enfin, on note que plus d'une femme sur cinq n'a pas pu mentionner une méthode spécifique. Cependant, il faut signaler que les femmes qui n'ont pas été en mesure d'indiquer avec précision le moment auquel elles souhaiteraient utiliser une méthode ont des choix futurs presque aussi précis que les femmes qui souhaitent recourir à la contraception maintenant. 49 4.8 INFORMATION SUR LA CONTRACEPTION L'utilisation des média comme support d'information et de sensibilisation en matière de contraception peut être un moyen efficace de vulgarisation et de développement de la pratique contraceptive. Pour appréhender ce qu'a pu être l'impact des média dans ce cadre, on a donc demandé à toutes les femmes interrogées, si elles ont entendu à la radio ou à la télévision un message quelconque sur la planification familiale au cours du dernier mois. Le tableau 4.12 montre que dans l'ensemble, la grande majorité des femmes (71%) n'avaient entendu aucun message au sujet de la planification familiale ni à la radio, ni à la télévision, au cours du mois précédant l'enquête. Une amélioration sensible est cependant constatée par rapport à 1992-1993 où le pourcentage correspondant était de 77 %. Tableau 4.12 Messages sur la nlanification familiale entendus :~ la radio ou ~ la télêvision Répartition (en %) de toutes les femmes ayant entendu un message diffusé par la radio ou la télévision sur la planification familiale dans le mois précédant l'enquête, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS-1II Sénégal 1997 Message sur la planification familiale Effectif Radio Télévision Les Non de Caractéristique Aucun seulement seulement deux déclaré Total femmes Milieu de résidence Urbain 58,8 8,4 9,9 22,9 0,0 100,0 3 798 Rural 80,1 14,0 1,7 4,2 0,1 100,0 4 795 Grande région Ouest 60.4 10.4 9.1 20.1 0.0 100.0 3 274 Centre 74.8 12.9 3.6 8.7 0.1 100.0 2931 Sud 77.9 15.3 1.5 5.3 0.0 100.0 1 029 Nord-Est 81.2 8.6 2.6 7.5 0.0 100.0 1 359 Ethnie Wolof 65,9 l 1,9 6,9 15,4 0,0 100,0 3 524 Poular 76,8 10,7 3,6 8,9 0,0 100,0 2 132 Serer 71,2 10,9 5,5 12,2 0,1 100,0 1 229 Mandingue 71,4 13,9 2,4 12,2 0,1 100,0 432 Diola 73,4 16,4 4,2 6,0 0,0 100,0 492 Autre 72,7 9,9 4,6 12,7 0,0 100,0 883 Niveau d'instruction Aucun 77,2 12,3 3,0 7,3 0,1 100,0 5 721 Primaire 59,8 11,9 8,2 20,0 0,1 100,0 1 795 Secondaire ou plus 54,0 6,7 12,4 26,9 0,0 100,0 1 077 Ensemble 70,7 11,5 5,3 12,5 0,0 100,0 8 593 Ensemble, EDS-II de 1992/93 77,6 11,7 3,5 7,6 0,0 100,0 6 310 Comme on pouvait le deviner, les femmes du milieu rural et les moins instrnites ont été nettement les plus défavorisées. En milieu rural, 80 % des femmes (soit 8 femmes 10), contre 59 % des urbaines, n'ont reçu aucune information sur la contraception à travers les média au cours du mois précédant l'interview. De même le niveau de sous information diminue avec le niveau d instruction de 77 % chez les femmes n'ayant jamais fréquenté l'école, il tombe à 54 % parmi celles ayant, au moins, un niveau secondaire ou plus. 50 Par ailleurs, les femmes r6sidant dans les régions du Nord-Est et celles d'ethnie Poular ont également moins bénéficié de ces canaux d'information. A r mverse, les résidentes de la zone Ouest (la plus urbanlsée) et celles d'ethnie Wolof ont été les plus nombreuses à avoir reçu de tels messages. Seulement 11% et 5 % (soit deux fois moins) en avaient entendu parler à la radio et à la télévision. La radio demeure donc le canal le plus répandu, surtout en milieu rural bien que des progrès sensibles soient observés pour la télévision (5,3 % contre 3,5 % en 1992-1993). Cependant ces résultats sont à mettre en relation avec la disponibilité des moyens d'information : seulement deux ménages sénégalais sur trois disposent d'une radio et un sur cinq d'un poste de télévision (voir Chapitre 2). Dans ce contexte, la radio et la télévision ne constituent probablement pas les moyens les plus efficaces pour l'accès universel à l'information. D'autres canaux plus adaptés devraient donc être proposés pour permettre une meilleure information et sensibilisation des femmes sur l'ensemble du territoire national. 4.9 OP IN IONS ET ATT ITUDES VIS-A-VIS DE LA PLANIF ICAT ION FAMIL IALE La connaissance des opinions et attitudes des femmes vis-à-vis de la planification familiale est un préalable à la mise en place d'un programme de planification familiale performant. Pour appréhender quelques uns des aspects sur les opinions et attitudes au sujet de la planification familiale, on a posé des questions relatives à : l'opinion des femmes sur la diffusion d'informations au sujet de la planification familiale à la radio et à la télévision; et, l'opinion des femmes sur l'utilisation de la contraception et l'idée qu'elles se font de l'opinion de leur mari en la matière. D'après le tableau 4.13, la majorité des femmes (71%) sont favorables à la diffusion d'informations relatives à la planification familiale à la radio et à la télévision. Cette opinion varie très peu avec l'âge de la femme entre 20 et 40 ans. Les femmes les plus jeunes (moins de 20 ans) et les plus âgées (45-49 ans) sont relativement moins nombreuses à estimer acceptable la diffusion d'informations sur la PF à la radio et la télévision. Par contre, on constate de fortes variations selon le lieu de résidence, l'ethnie et le niveau d'instruction. Les femmes urbaines sont nettement plus favorables à cette approche (84 %, soit plus de 8 femmes sur 10) que les femmes rurales (60 %). De même, les femmes résidant dans les régions de l'Ouest et du Centre dans une moindre mesure, les femmes Diola, Serer et Wolof sont plus nombreuses à trouver acceptable la diffusion de tels messages. Par contre, les Poular et les Mandingue, les femmes rurales et celles résidant dans le Sud sont les plus défavorables (plus de 15 %). Enfin, l'acceptation de cette pratique augmente avec le niveau d'instruction. En effet, alors que la totalité des femmes de niveau secondaire ou plus (plus de 90 %) trouvent cela acceptable, seulement 63 % de celles n'ayant jamais fréquenté l'école sont dans ce cas . Il faut souligner enfin, que même parmi les femmes les moins informées et les moins favorables à la planification familiale (les femmes rurales et les femmes sans instruction), une large majorité (plus de 60 %) sont favorables à la diffusion d'informations sur la planification familiale; ce qui traduit donc un besoin d'information important dans presque tous les groupes. 51 Tableau 4,13 Annrobation de l'utilisation des médi a dans la diffusion sur la planification familiale Pourcentage de toutes les femmes approuvant la diffusion d'informations sur la planification familiale à la radio ou ~ la t61évision, par åge et par caractéristiques socio-démographiques, EDS-III Sénégal 1997 Non Effectif Accept- accept- Non de Caractéristique able able déclaré Total femmes Åge 15-19 59,2 14,3 26,4 10o,0 1 937 20-24 74,3 13,0 12,8 100,0 1 664 25-29 74,1 14,6 11,3 100,0 1 472 30-34 79,7 11,6 8,8 10o,fi 1 137 35-39 73,1 14,6 12,3 10o,0 1 120 40-44 71,4 15,2 13,4 10o,0 749 45-49 67,5 14,5 18,o 1o0,0 514 Milieu de résidence Urbain 83.8 9,2 7.0 100.0 3 798 Rural 60,5 17.5 22.0 100.0 4 795 Grande région Ouest 81.7 9.7 8.6 100.0 3,274 Centre 67.0 16.1 16.9 100.0 2,931 Sud 63.0 19.9 17.1 100.0 1,029 Nord-Est 58.5 14.4 27.1 100.0 1,359 Ethnle Wolof 74,2 13,9 11,8 100,0 3 524 Poular 62,8 15,5 21,7 100,0 2 132 Serer 75,3 11,5 13,1 100,0 1 229 Mandingue 64,1 15,7 20,2 100,0 432 Diola 81,0 1 I, 1 7,8 100,0 492 Autre 68,6 13,2 18,2 100,0 883 Niveau d'instruction Aucun 63.6 16.9 19,5 100.0 5 721 Primaire 80,3 10,1 9,6 100,0 1 795 Secondaire ou plus 93,2 3,9 2,9 100,0 1 077 Ensemble 70,8 13,9 15,4 100,0 8 593 Parmi les femmes en union qui connaissent, au moins, une méthode contraceptive, 72 % approuvent la planification familiale (tableau 4.14 et graphique 4.5). Par ailleurs, on a essayé de rapprocher le point de vue de ces femmes de celui de leur mari. Il apparaît que dans beaucoup de cas, quand la femme approuve la PF, elle pense que son conjoint pense la même chose (dans 40 % des cas). Cependant dans plus de 40 % des cas (31% de l'ensemble des femmes), la femme déclare ne pas connaître l'opinion de son mari sur la question, ce qui laisse supposer que la communication sur la PF au sein du couple est insuffisante. Il n'y a presque pas de couples, où la femme désapprouve, alors qu'elle pense le contraire de son mari. On a observé moins de un couple sur dix où la femme désapprouve et pense que son mari désapprouve également. Si les femmes se font une idée exacte de l'opinion de leur mari, alors, 29 % seulement des couples approuveraient la planification familiale. 52 Tableau 4.14 Attitudes des couples face tt la vlanification familiale R~partition (en %) des femmes actuellement mafi~¢s connaissant une r~thode contraceptive et qui apptouvent la planification familiale, par caract~ristiques socio-d~mographiques et par perception de l'attitude de leur mari, EDS-IH Sdndga11997 Caractæristique L'enqu~t~¢ approuve et : L'enqu~t~e désapprouve et : Pense que Pense que NSP Pense que NSP Pense que son man son mari l'opinion de son mari l'opinion de son mari Non Effectif approuve dêsapprouve son mari approuve son mari d~sapprouve d~clar~ Total de femmes Åge del'enqu~tée 15-19 21,8 3,5 20-24 24,3 11,8 25-29 32,1 12,0 30-34 33,5 14,4 35-39 31,2 16,0 40-44 27,0 14,2 45-49 21,0 14,6 Milieu de résidence Urbain 47,1 16,0 Rural 17,0 11,0 Grande région Ouest 43.3 14.1 Centre 21.1 12.8 Sud 22.2 13.2 Nord-Est 18.1 10.0 Ethnle Wolof 29,0 14,5 Poular 25,0 11,9 Serer 30,8 10,5 Mandingue 25,4 10,8 Diola 26,1 16,0 Autre 35,0 12,5 Niveau d'instruction Aucun 20,1 12,4 Primaire 48,2 15,2 8econdain~ou plus 65,8 12,9 Ensemble 28,6 12,9 40,0 1,1 11,9 9,2 12,6 1~,0 384 35,0 0,7 11,2 7,4 9,5 loe,0 831 27,9 1,4 7,6 8,5 10,5 Ioe,0 1004 30,3 0,8 5,0 8,1 7,9 1~,0 893 ~,5 0,6 7,7 7,8 9,1 1~,0 888 ~,4 1,5 8,3 9,6 9,9 100,0 615 28,2 1,2 9,8 12,1 13,0 1~,0 409 19,9 1,3 4,3 5,8 5,5 100,0 1940 37,3 0,8 10,9 10,4 12,7 loe,0 3084 24.6 1.3 4.2 5.7 6.8 loe.0 1773 34.8 0.7 9.3 10.9 10.3 loe.0 1864 29.8 1.0 10.6 13.9 9.2 100.0 626 34.7 1.2 13.6 5.5 16.9 1~.0 762 30,5 I,I 7,0 9,4 8,5 loe,0 2~3 28,6 0,9 10,8 9,6 13,2 loe,0 1222 36,5 1,0 7,8 5,7 7,8 Ioe,0 743 31,2 0,6 11,4 10,7 9,9 I~,0 267 34,6 1,2 6,3 8,1 7,7 1~,0 211 25,0 1,4 7,7 6,5 11,9 100,0 518 34,9 0,7 10,1 9,8 12,0 loe,0 3773 20,3 2,5 4,2 5,7 3,9 loe,0 826 12,4 1,1 1,0 3,5 3,4 loe,0 426 30,6 1,0 8,3 8,6 9,9 Ioe,O 50~ 53 Graphique 4.5 Attitudes des couples face à la planification familiale selon la perception de la femme Le8 deux . . . . . . . . . . ~t 29% La fera. approuve NSP l'opinion du mari 31% La rem. d@sapprouve le mari approuve 1% La fem. désapprouve NSP l'oplnlon du marl 8% La femme Les deux approuve d@sap~ le mari d@sapprouve prouvent 13% 9% Pas de r6ponse 10% EDS-III Sénégal 1997 Les variations selon certaines caractéristiques socio-économiques sont cependant importantes. Les femmes urbaines et celles résidant dans la région Ouest sont très largement plus favorables à la planification familiale (respectivement 47 et 43 % des couples). Les mêmes écarts s'observent enfin selon le niveau d'instruction de la femme : 91% des femmes ayant le niveau secondaire ou plus (soit 72 % des couples) approuvent la planification familiale contre 67 % (soit 30 % des couples) de celles n'ayant jamais fréquenté l'école. 54 CHAPITRE 5 NUPTIALITÉ ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Salif NDIAYE Parmi les déterminants proches de la fécondité, 1' activité sexuelle et l'infécondité post-partum, sont, avec la contraception examinée dans le chapitre précédent, les plus discriminants. Le mariage est normalement l'événement qui expose les femmes à l'activité sexuelle; mais le seul fait d'être déclaré marié n'implique pas une vie maritale continue du fait, par exemple, des ruptures d'union, des séparations de conjoints, ou tout simplement de l'abstinence. L'aménorrhée post-partum est, quant à elle, essentiellement déterminée par la duré et l'intensité de l'allaitement maternel. Dans ce chapitre, on examinera d'abord, les caractéristiques de la nuptialité (calendrier, intensité, type d'union,.). Ensuite, les différentiels et l'évolution de ces caractéristiques seront passés en revue. Enfin, d'autres facteurs d'exposition aux risques de grossesse tel que l'âge aux premiers rapports sexuels, l'aménorrhée post-partum et l'abstinence seront abord~s. 5.1 ÉTAT MATRIMONIAL Au Sénégal, pays essentiellement musulman, le mariage demeure le cadre légal de 1' activité sexuelle, et donc, de la procréation. Comme l'ont révélé les enquêtes antérieures, le mariage y est quasiuniversel et le célibat définitif, chez les femmes notamment, demeure un phénomène plutôt exceptionnel. Comme l'indique le tableau 5.1, la majorité des femmes interrogées étaient mari~es ~ au moment de l'enquête (68 %, soit plus de deux femmes sur trois). Le célibat concernait plus d'une femme sur quatre (27 %) et les femmes en rupture d'union (veuves, divorcées, séparées) ne représentent que 5 % de l'ensemble des enquêtées. Tableau 5.1 l~tat matrimonial Répartition (en %) des femmes par état matrimonial actuel, selon l'åge, EDS-III Sénégal 1997 I~tat matrimonial, EDS-III 1997 Proportion de célibataires Effectif Groupe ESF EDS-I EDS-II Crliba- Divor- de d'âges 1978 1986 1992/93 taire Mar iée Veuve che Total femmes 15-19 42,9 56,5 70,5 71,0 27,9 0,4 0,7 100,0 1 937 20-24 14,1 22,6 32,1 37,2 59,5 0,2 3,1 100,0 1 664 25-29 4,4 7,2 11,9 16,4 77,1 0,6 5,8 100,0 1 472 30-34 0,2 2,7 5,4 4,7 88,3 0,7 6,4 100,0 1 137 35-39 0,0 1,5 1,5 90,3 1,9 6,5 100,0 1 120 40-44 0,3 0,2 0,4 92,4 2,1 5,1 100,0 749 45-49 0,4 0,8 0,1 93,2 3,6 3,1 100,0 514 Tous åges 12,9 18,8 25,0 26,9 68,1 Source: Enqu&te D6mographique et de Santé, 1992/93 (Ndiaye et al., 1994) 1,0 4,1 100,0 8 593 t Dans I'EDS, est considérée comme mariée toute femme qui s'est déclarée telle ou qui vit avec quelqu'un. n s'agit donc de toutes les formes d'union, qu'elles soient légales ou non, formelles ou non. 55 Malgré le pourcentage global de célibataires relativement élevé, la proportion de célibataires diminue très rapidement avec l'âge : de 71% à 15-19 ans, il tombe à 16 % à 25-29 ans et est largement au-dessous de 1% après 40 ans (graphique 5.1). Inversement, la proportion de femmes mariées augmente avec l'âge. Le faible pourcentage de femmes en rupture d'union, traduit la stabilité des unions, mais il est surtout la conséquence des remariages fréquents. , Graphique 5.1 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans Pourcentage 30 30 ~0 fO -~0 0 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 ==Veuve ~Divorc~e ~Mar[6e ~ Célibataire EDS-I[I, S6n6ga11997 Le pourcentage de célibataires selon l'âge, qui traduit le calendrier du mariage, indique selon le tableau 5.1 et le ~aphique 5.2, une évolution très significative du recul du mariage précoce. En effet, on observe une forte augmentation du pourcentage de célibataires parmi les femmes âgées de 15 à 30 ans depuis 1978. Par exemple, chez les femmes de 20-24 ans, le pourcentage de célibataires est passé de 14 % en 1978 à 23 % en 1986, puis à plus de 37 % eu 1997. Ces modifications du calendrier de la nuptialité sont encore plus importantes dans les zones urbaines et parmi les femmes instruites (tableau non reproduit), ce qui traduit de réels changements dans le comz~ortement nuptial de ces femmes. 5.2 POLYGAMIE À toutes les femmes actuellement mariées, on a demandé si elles vivaient eu union monogame ou polygame. Le tableau 5.2 présente la proportion de femmes en union polygame selon l'âge et certaines caractéristiques socio-démographiques. Il montre que la polygamie reste encore très répandue au Sénégal, puisqu'elle concerne 46 % de l'ensemble des femmes mariées. La proportion de femmes en union polygame augmente régulièrement avec l'âge : elle passe de 24 % à 15-19 ans à 33 % dès 20-24 ans, pour atteindre 66 % (soit deux femmes sur trois) chez les femmes de 45-49 ai ls . 56 Graphique 5.2 Pourcentage de célibataires par âge selon 4 sources 80 60 40 20 0 Pourcentage 15-19 20-24 25-29 Groupe d'gges [~ESF, 1978 99EDS-I, 1986 99EDS-II, 1992/93 ~IEDS-III, 1997 À tous les âges, la pratique de la polygamie est plus répandue en milieu mral qu'en milieu urbain. Au niveau global, prés de la moitié des femmes mrales (48 %) sont en union polygame contre 42 % des urbalnes. La polygamie est par ailleurs plus fréquente dans les régions Sud et Centre (respectivement 47 % à 48 %) qu'à l'Ouest et au Nord-Est (respectivement 41% et 44 %). Les différences inter-ethniques sont.peu importantes, mais ce type d'union est sensiblement plus fréquent chez les Mandingue et les Wolof. A l'inverse, les femmes instruites, celles de niveau secondaire notamment, sont beaucoup moins susceptibles d'être impliquées dans ce type d'union. ^ ^ 5.3 AGE AU PREMIER MARIAGE ET AGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS ^ • * 5.2.1. Age au premier ma99age Au Sénégal, le mariage demeure le cadre légal dans lequel ont lieu les rapports sexuels. L'entrée en union détermine normalement le début d'exposition aux rapports sexuels, donc aux risques de grossesse. Dès lors, il est important d'étudier le calendrier de la nuptialité. Il faut préciser cependant que la date du premier mariage ne coïncide pas toujours avec la date de sa consommation. Dans le cas de mariages très précoces, il peut s'écouler un certain temps entre la date de célébration du mariage et sa consommation. À l'inverse, comme on le verra par la suite, même si cela est réprimé par la société, les rapports sexuels prénuptiaux existent. Dans le cadre de ce travail, le mariage est défini comme toute cohabitation maritale, sans référence à son caractère légal. L'âge au mariage correspond donc à l'âge à la consommation de la première union. Le tableau 5.3 fournit les proportions de femmes déjà entrées en union (ou plus exactement ayant déjà consommé leur union) à différents âges, ainsi que les âges médians au premier mariage (c'est-à-dire l'âge auquel 50 % des femmes ont déjà consommé leur première union) selon 1' âge actuel des enquêtées. 57 Tableau 5.2 Polv2amie Pourcentages de femmes actuellement mari~es en union polygame par caractéristiques socio-démographiques selon l'fige actuel, EDS-III Sénégal 1997 Åge de la femme Tous Caractéristique 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 âges Milieu de résidence Urbain 19,9 27,5 32,3 38,0 50,9 54,5 59,9 41,6 Rural 24,4 34,4 43,4 53,7 60,9 65,8 70,7 48,4 Grande région Ouest 26,2 23,5 31,2 39,4 45,2 56,I 63,1 40,9 Centre 24,2 37,3 44,3 54,3 65,4 65, l 70,6 50,5 Sud 20,5 32,5 41,3 56,3 63,7 68,0 63,4 48,6 Nord-Est 22,3 33,3 43,5 44,0 56,5 59,6 67,8 43,9 Ethnle Wolof 25,6 33,7 42,4 51,0 62,2 65,4 74,9 50,2 Poular 21,9 31,0 39,0 42,2 48,1 61,6 56,8 41,0 Serer 21,4 20,9 33,2 42,7 48,9 64,1 64,4 41,9 Mandingue 23,6 44,7 43,8 60,4 70,3 74,4 73,6 54,2 Diola 20,0 21,7 36,5 47,7 52,6 36,4 70,4 42,5 Autre 24,5 43,7 39,3 50,1 61,8 46,1 53,2 46,0 Niveau d'instruction Aucun 25,1 35,8 43,9 53,1 62,0 63,4 68,9 50,0 Primaire 13,2 22,7 29,1 36,7 48,7 60,1 57,2 34,8 Secondaire ou plus 36,1 18,5 19,3 27,8 22,2 37,9 44,7 26,7 Total 23,5 32,5 39,6 47,8 56,8 61,0 66,4 46,0 EDS-II 1992/93 EDS-I 1986 25,0 32,9 42,5 49,2 58,1 68,4 59,6 47,3 ESF 1978 27,1 33,2 40,9 56,0 63,7 59,7 62,0 46,5 30,6 35,5 46,5 57,7 56,5 65,5 64,8 48,5 Source: Enquéte Démographique et de Santé, 1992/93 (Ndiaye et al., 1994) Tableau 5.3 Åge au premier mariage Åe~n e médian au premier mariage des femmes de 20-49 ans par caractéristiques socio-démographiques selon l'åge actuel, EDS-III ~gai 1997 Pourcentage de femmes ayant déjà consommé Åge médian au 1 ~" mariage leur premier mariage aux âges exacts: Groupe Jamais EDS-III EDS-II EDS-I d'åges 15 18 20 22 25 marié Effectif 1997 1992/93 1986 15-19 8,2 NA NA NA NA 71,0 1 937 a a a 20-24 11,0 36,1 50,6 NA NA 37,2 1 664 19,9 18,2 17,2 25-29 13,7 45,4 58,1 67,3 78,3 16,4 1 472 18,7 16,8 16,7 30-34 16,7 55,7 70,0 80,8 87,5 4,7 1 137 17,4 16,2 16,5 35-39 16,3 58,2 74,1 83,7 91,5 1,5 1 120 17,1 16,1 16,2 40-44 20,4 61,9 76,6 88,8

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.