Comores - Demographic and Health Survey - 1997

Publication date: 1997

Comores Enquête Démographique et de Santé aux Comores 1996 Centre National de Documentation et de Recherche Scientifique ~DHS Demographic and Health Surveys Macro International Inc. INDICATEURS DU SOMMET MONDIAL POUR LES ENFANTS, COMORES 1996 Objectifs de base INDICATEURS DE BASE Valeur Mortal ité infanti le Malnutr it ion des enfants Accès h une eau potable salubre Accès à des installations sanitaires d 'évacuat ion des excréments Éducation de base Enfants en situation particul ibrement difficile - Quotient de mortalité infantile (pour 1 000 naissances vivantes) . . . . . . . . . . . 77 - ~uot ient de mortalité infanto-juvénile (pour 1 000 naissances vivantes) . . . . . 104 - Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans accusant un retard de croissance . . . . 34 - Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans présentant une insuffisance pondérale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 - Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans émaciés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 - Pourcentage de ménages disposant d 'eau potable salubre I ~ motos de 15 minutes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 - Pourcentage de ménages disposant de chasse d'eau personnelle ou en commun ou de latrines améliorées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 - Pourcentage de femmes de 15-49 ans ayant achevé l 'école primaire . . . . . . . . 26 - Pourcentage d 'hommes de 15-49 ans ayant achevé l 'école primaire . . . . . . . . . 39 - Pourcentage de filles de 6-12 ans fréquentant l 'école . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 - Pourcentage de garçons de 6-12 ans fréquentant l 'école . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 - Pourcentage de femmes de 15-49 ans alphabétisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 - Pourcentage d'enfants de moins de 15 ans qui sont orphelins . . . . . . . . . . . . 0,2 - Pourcentage d'enfants de moins de 15 ans qui ne vivent pas avec leur mère biologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 - Pourcentage d'enfants de moins de 15 ans qui vivent dans un ménage comptant un seul adulte de 15 ans ou plus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 INDICATEURS DE SUPPORT Santé des femmes Espacement des naissances Maternité sans risque Planif ication familiale Nut r i t ion Nutrit ion des mères Al laitement Santé de l ' en fant Vaccinations Contrôle de la diarrhée Infections respiratoires aigues - Pourcentage de naissances à motos de 24 mois de la naissance précédente . . . . 34 - Pourcentage de naissances dont la mère a bénéficié de consultanon prénatale auprès de personnel mE&cal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 - Pourcentage de naissances dont la mère a bénéficié de consultation prénatale au cours du premier trimestre de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 - Pourcentage de naissances dont la mère a été assistée par du personnel médical au cours de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 - Pourcentage de naissances ayant lieu en 6tablissement sanitaire . . . . . . . . . . . 43 - Pourcentage de naissances à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 - Taux de prévalence contraceptive ( femmes en union, en pour cent) . . . . . . . . . 21 - Pourcentage de femmes en union ayant des besoins non-satisfaits en matière de planification famdiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 - Pourcentage de mères avec un faible Indice de Masse Corporelle . . . . . . . . . . 10 - Pourcentage d'enfimts de moins de 4 mo~s qui sont exclusivement allaités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 - Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans dont la mère a reçu une vaccination antitétanique pendant la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 - Pourcentage d'enfants de 12-23 mois ayant été vaccinés contre la rougeole . . . 63 - Pourcentage d'enfants de 12.23 mois ayant été complètement vaccinæs . . . . . . 55 - Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans ayant eu la dlarrhée durant les 2 dernières semaines et qm ont bén6ficié d 'une Thérapie de Réhydratat ion par voie Orale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 - Pourcentage d'enfants de motos de 5 ans ayant eu une infection respiratoire algue durant les 2 demi&es semaines et qui ont ét~ vus par du personnel médical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Provenant de robinet dans le logement, robinet public, ou "eau en boutedle." RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE ISLAMIQUE DES COMORES Enqu@te Démographique et de Santé Comores 1996 Kassim A. Mondoha Juan Schoemaker Monique Barrère Centre National de Documentation et de Recherche Scientifique Moroni, Comores Macro International Inc. Calverton, Maryland USA Mars 1997 Ce rapport présente les principaux résultats de l'Enquête Démographique et de Santé (EDSCI) réalisée aux Comores en 1996 par le Centre National de Documentation et de Recherche Scientifique. L'EDSC, financée par le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP), a bénéficié de l'assistance technique de Macro International Inc. L'EDSC fait partie du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys-DblS) dont l'objectif est de collecter, analyser et diffuser des données démographiques portant en particulier sur la fécondité, la planification familiale et la santé de la mère et de l'enfant. Des informations complémentaires sur rEDSC peuvent être obtenues auprès du Centre National de Documentation et de Recherche Scientifique, CNDRS, B.P. 169, Moroni, République Fédérale Islamique des Comores; Téléphone (269) 74 41 87; Fax (269) 74 41 89). Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent être obtenus auprès de Macro International Inc., 11785 Beltsville Drive, Suite 300, Calverton, MD 20705, USA (Téléphone 301-572-0200; Fax 301-572-0999). Citation recommandée : Mondoha, Kassim A., Juan Schoemaker et Monique Ban'ère. 1997. Enquête Démographique et de Santé, Comores 1996. Calverton, Maryland : Centre National de Documentation et de Recherche Scientifique et Macro International Inc. TABLE DES MATIÈRES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vii Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xi Sigles et abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xiii Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Carte des Comores . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xviii CHAPITRE 1 1.1 1.2 CHAPITRE 2 2.1 2.2 CARACTÉRIST IQUES DU PAYS ET MÉTHODOLOG1E DE L 'ENQUÉTE . . . . 1 CARACTÉRIST IQUES DU PAYS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Le milieu physique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Histoire du peuplement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.3 Organisation administrative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.1.4 Situation économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.1.5 Politique en matière de population et planification familiale . . . . . . . . . . . 5 ORGANISAT ION DE L 'ENQUÊTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1.2.2 Questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.2.3 Échantillon de l'enquête et déroulement des activités . . . . . . . . . . . . . . . . 8 1.2.4 Exploitation des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 CARACTÉRIST IQUES DES MÉNAGES ET DES ENQUI~TÉS . . . . . . . . . . . . 11 ENQUf lTEMÉNAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l l 2.1.1 Structure par sexe et âge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . 11 2.1.2 Taille et composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 2.1.3 Niveau d'instruction de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 2.1.4 Caractéristiques des logements et biens possédés par le ménage . . . . . . . 18 ENQU/~TE INDIV IDUELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 2.2.1 Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . 21 2.2.2 Caractéristiques différentielles des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 2.2.3 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 2.2.4 Emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 iii CHAPITRE 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 3.6 CHAPITRE 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 4.7 4.8 4.9 CHAPITRE 5 5.1 5.2 5.3 5.4 5.5 CHAPITRE 6 6.1 6.2 6.3 6.4 Page 3 FÉCONDITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 NIVEAU DE LA FÉCONDITÉ ET FÉCONDITÉ DIFFÉRENTIELLE . . . . . . . . 33 TENDANCES DE LA FÉCONDITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 PARITÉ ET STÉRILITÉ PRIMAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 INTERVALLE INTERGÉNÉSIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 ÂGE ~ LA PREMIÈRE NAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 FÉCONDITÉ DES ADOLESCENTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 4 PLANIFICATION FAMILIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 CONNAISSANCE DES MÉTHODES CONTRACEPTIVES . . . . . . . . . . . . . . . 47 UTILISATION DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 4.2.1 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . 51 4.2.2 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 NOMBRE D'ENFANTS À LA PREMIÈRE UTILISATION DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 CONNAISSANCE DE LA PÉRIODE FÉCONDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 EFFET CONTRACEPTIF DE L'ALLAITEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 SOURCE D'APPROVISIONNEMENT DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . 59 UTILISATION FUTURE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 SOURCES D'INFORMATION SUR LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . 63 OPINIONS ET ATTITUDES VIS-A-VIS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 NUPTIALITÉ ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . 69 ÉTAT MATRIMONIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 POLYGAMIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 ÅGE A LA PREMIÈRE UNION ET ÂGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 5.3.1 Âge à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 5.3.2 Âge aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 ACTIVITÉ SEXUELLE RÉCENTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 DÉSIR D'ENFANTS (SUPPLÉMENTAIRES) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 BESOINS EN MATIÈRE DE PLANIFICATION FAMILIALE . . . . . . . . . . . . . 90 NOMBRE TOTAL D'ENFANTS DÉSIRÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 PLANIFICATION DE LA FÉCONDITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 iv Page CHAPITRE 7 SANTÉ DE LA MÈRE ET DE L 'ENFANT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 7.1 SOINS PRÉNATALS ET ACCOUCHEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 7.1.2 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 7.1.3 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 7.2 7.4 VACCINAT ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 MALADIES DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 7.4.1 Infections respiratoires aiguës et fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 7.4.2 Diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 CHAPITRE 8 ALLAITEMENT, NUTRIT ION ET ÉTAT NUTRIT IONNEL . . . . . . . . . . . . . 117 8.1 8.2 ALLA ITEMENT ET AL IMENTATION DE COMPLt~MENT . . . . . . . . . . . . 117 ÉTAT NUTRIT IONNEL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS . . . . . 122 8.2.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 8.2.2 Résultats d'ensemble . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 8.2.3 État nutritionnel selon les caractéristiques socio-démographiques des enfants et de leur mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 8.2.4 Contribution de la malnutrition à la mortalité infanto-juvénile . . . . . . . 128 8.3 ÉTAT NUTRIT IONNEL DES MÈRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 CHAPITRE 9 MORTAL ITÉ DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 9.1 9.2 9.3 MÉTHODOLOGIE ET QUALITÉ DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 N IVEAUX ET TENDANCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 MORTAL ITÉ DIFFÉRENTIELLE ET GROUPES ~ HAUTS RISQUES . . . . 136 CHAPITRE 10 SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 10.1 CONNAISSANCE DU SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 10.1.1 Connaissance de l'existence du sida et sources d' information . . . . . . . 143 10.1.2 Connaissance des moyens d'éviter le sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 10.1.3 Opinion vis-à-vis du sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 10.2 10.3 10.4 PERCEPTION DU RISQUE DE CONTRACTER LE SIDA . . . . . . . . . . . . . . 150 CHANGEMENT DE COMPORTEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 CONNAISSANCE ET UTIL ISATION DU CONDOM . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 RÉFERÉNCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 V ANNE~A A.1 A.2 A.3 A.4 A.5 A.6 A.7 ANNEXE B ANNEXE C ANNEXE D ANNEXE E PLAN DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Base de sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Caractéristiques gênérales de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Paramètres de sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 Tirage des ZD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 Probabilitds de sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 Résultats des enquêtes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 TABLEAUX POUR L 'ÉVALUATION DE LA QUAL ITÉ DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 PERSONNEL DE L 'EDSC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 QUEST IONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193 vi Tableau 1.1 Tableau 2.1 Tableau 2.2 Tableau 2.3 Tableau 2A Tableau 2.5 Tableau 2.6 Tableau 2.7 Tableau 2.8 Tableau 2.9 Tableau 2.10 Tableau 2.11 Tableau 2.12 Tableau 2.13 Tableau 2.14 Tableau 2.15 Tableau 2.16 Tableau 2.17 Tableau 2.18 Tableau 3.1 Tableau 3.2 Tableau 3.3 Tableau 3A Tableau 3.5 Tableau 3.6 Tableau 3.7 Tableau 3.8 Tableau 3.9 Tableau 4.1 Tableau 4.2 LISTE DES TABLEAUX Page Taille et couverture de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Population des ménages par âge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Enfants orphelins et résidence des enfants avec les parents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Niveau d'instruction de la population des femmes et des hommes . . . . . . . . . . . . . . 16 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Biens durables possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Niveau d'imtruction des femmes et des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Fréquentation scolaire et raisons de l'abandon de l'école . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Caractéristiques différentielles des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Emploi des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Employeur et formes de revenus (femmes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Occupation des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Décision sur l'utilisation des revenus des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Soins des enfants et travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Occupation des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Tendances de la fécondité par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Tendances de la fécondité par durée de l'union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Enfants nés vivants et enfants survivants des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Âge à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Âge médian à la première naissance selon les caractéristiques socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Connaissance des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Connaissance des méthodes contraceptives modernes par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 vii Tableau 4.3 Tableau 4.4 Tableau 4.5 Tableau 4.6 Tableau 4.7 Tableau 4.8 Tableau 4.9 Tableau 4.10 Tableau 4.11 Tableau 4.12 Tableau 4.13 Tableau 4.14 Tableau 4.15 Tableau 4.16 Tableau 4.17 Tableau 4.18 Tableau 4.19 Tableau 5.1 Tableau 5.2 Tableau 5.3 Tableau 5.4 Tableau 5.5 Tableau 5.6 Tableau 5.7 Tableau 5.8 Tableau 5.9 Tableau 5.10 Tableau 6.1 Tableau 6.2 Tableau 6.3 Tableau 6.4 Page Connaissance des méthodes contraceptives par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes et par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Utilisation actuelle de la contraception par les hommes et par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Effet contraceptif de l'allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Raison de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Messages sur la planification familiale diffusés à la radio et à la télévision . . . . . . . 64 Messages par écrit sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Approbation de l'utilisation de la radio et de la télévision dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Discussion de la planification familiale avec le conjoint . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Opinion des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 État matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Nombre d'épouses et de co-épouses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 ^ Age à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 ^ Age m6dian à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Âge aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Âge médian aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Activité sexuelle récente des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Activité sexuelle récente des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Aménorrhée, abstinence et insusceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Durée médiane de l'insusceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . 86 Préférences en matière de fécondité selon l 'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Préférences des couples monogames en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Désir de limiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 viii Tableau 6.5 Tableau 6.6 Tableau 6.7 Tableau 6.8 Tableau 6.9 Tableau 7.1 Tableau 7.2 Tableau 7.3 Tableau 7.4 Tableau 7.5 Tableau 7.6 Tableau 7.7 Tableau 7.8 Tableau 7.9 Tableau 7.10 Tableau 7.11 Tableau 7.12 Tableau 8.1 Tableau 8.2 Tableau 8.3 Tableau 8.4 Tableau 8.5 Tableau 8.6 Tableau 8.7 Tableau 9. l Tableau 9.2 Tableau 9.3 Tableau 9.4 Tableau 10.1 Tableau 10.2.1 Tableau 10.2.2 Page Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . 94 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Taux de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Nombre de visites prénatales et stade de la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Lieu de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Assistance lors de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Caractéristiques de l 'accouchement : césarienne, poids et grosseur à la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Vaccinations selon les sources d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Vaccinations selon les caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Prévalence et traitement des infections respiratoires aiguës et de la fièvre . . . . . . . 111 Prévalence de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Connaissance du traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Type d'allaitement selon l 'âge de l'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Type d'aliments selon l 'âge de l'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Durée médiane et fréquence de l'allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 État nutritionnel des enfants par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . 124 Indicateurs anthropométriques de l'état nutrionnel des mères . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Indicateurs anthropométriques des mères par caractéristiques socio- démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137 Mortalité des enfants par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Comportement procréateur à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 Connaissance du sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 Connaissance par les femmes des moyens d'éviter de contracter le sida . . . . . . . . . 146 Connaissance par les hommes des moyens d'éviter de contracter le sida . . . . . . . . . 147 ix Tableau 10.3.1 Tableau 10.3.2 Tableau 10.4.1 Tableau 10.4.2 Tableau 10.5 Tableau 10.6.1 Tableau 10.6.2 Tableau 10.7 Tableau 10.8 Tableau A. 1 Tableau A.2.1 Tableau A.2.2 Tableau B. 1 Tableau B.2 Tableau B.3 Tableau B.4 Tableau B.5 Tableau B.6 Tableau C. 1 Tableau C.2 Tableau C.3 Tableau C.4 Tableau C.5 Tableau C.6 Tableau C.7 Perception du sida par les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Perception des hommes sur le sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 Perception du risque de contracter le sida : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Perception du risque de contracter le sida : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 Perception du risque de contracter le sida par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Comportement des femmes pour éviter de contracter le sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 Comportement des hommes pour éviter de contracter le sida . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 Connaissance et utilisation du condom par les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Connaissance et utilisation du condom par les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 Répartition de la population selon les unités géographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des hommes par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174 Erreurs de sondage - Échantillon national . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 Erreurs de sondage - Échantillon urbain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 Erreurs de sondage - Échantillon rural . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 Erreurs de sondage - Ngazidja . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 Erreurs de sondage - Ndzuwani . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 Répartition par âge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 Répartition par âge des femmes éligibles et des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . 184 Répartition par âge des hommes éligibles et des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . 184 Complétude de l'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 Naissances par année de calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 Enregistrement de l 'âge au décès en jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186 Enregistrement de l 'âge au décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187 Graphique 2.1 Graphique 2.2 Graphique 2.3 Graphique 2.4 Graphique 2.5 Graphique 3.1 Graphique 3.2 Graphique 3.3 Graphique 3.4 Graphique 3.5 Graphique 3.6 Graphique 4.1 Graphique 4.2 Graphique 4.3 Graphique 4.4 Graphique 5.1 Graphique 5.2 Graphique 5.3 Graphique 5.4 Graphique 6.1 Graphique 6.2 Graphique 6.3 Graphique 6.4 Graphique 7.1 Graphique 7.2 Graphique 7.3 LISTE DES GRAPHIQUES Page Pyramide des âges de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Répartition de la population en grands groupes d'âges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Taux de fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte å 40-49 ans . . . . . . . . . . . . . 36 Tendances de la fécondité par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Tendances de I'ISF pour les femmes de 15-34 ans, selon la période avant I'EDSC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Fécondité par âge selon I'EDSC 1996 et le RGPH 1991 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Proportion d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Connaissance des méthodes contraceptives par les femmes et les hommes . . . . . . . . 49 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes et les hommes en union . . . . 54 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes selon les caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Intention d'utiliser la contraception par les femmes et les hommes actuellement en union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 État matrimonial des femmes de 15-49 ans et des hommes de 15-64 ans . . . . . . . . . 70 l~tat matrimonial des femmes de 15 à 49 ans selon l'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Âges médians à la première union et aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . 75 Âge médian des femmes et des hommes aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . 77 Désir d'enfants supplémentaires des femmes en union, selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Désir d'enfants supplémentaires des femmes et des hommes en union selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Nombre idéal d'enfants pour les hommes et les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée . . . . . . . . 97 Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans pour lesquels la mère a bénéficié de soins prénatals pendant la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans nés avec l'assistance d'un professionnel de la santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Vaccinations des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin et la source d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 xi Graphique 7,4 Graphique 7.5 Graphique 7.6 Graphique 7.7 Graphique 8.1 Graphique 8.2 Graphique 8.3 Graphique 8.4 Graphique 8.5 Graphique 9.1 Graphique 9.2 Graphique 9.3 Graphique 10.1 Page Pourcentage d'enfants 02-23 mois) avec tous les vaccins du PEV et sans vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I l0 Prœevalence des infections respiratoires alguës chez les enfants de moins de 3 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l l2 Prévalence de la diarrhée chez les enfants de moins de 3 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Alimentation des enfants ayant la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de 2 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 État nutritionnel des enfants de moins de 3 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans présentant un retard de croissance . . . . . 126 Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans atteints d'émaciation . . . . . . . . . . . . . . . 127 Contribution de la malnutrition à la mortalité infanto-juvénile . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Évolution de la mortalité infantile et juvénile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Mortalité infantile et juvénile selon les caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . 138 Mortalité infantile et caractéristiques des naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Perception du risque de contracter le sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 xii SIGLES ET ABRÉVIATIONS BCG CDC CNDRS DHS (EDS) DIU DTCoq EDS (DHS) EDSC ET FNUAP IEC IMC ISF ISFD ISSA MST NCHS OMS PAS PEV PIB PF PNB PNUD RGPH SDE SIDA SMI SRO TBN TGFG TRO UNICEF USAID VIH Bacille Bilié de Calmette et Guérin (vaccin antituberculeux) Centers for Disease Control (centres de contrôle des maladies, États-Unis) Centre National de Documentation et de Recherche Scientifique Demographic and Health Surveys (Enquêtes Démographiques et de Santé) Dispositif Intra-Utérin Diphtérie, Tétanos, Coqueluche (vaccin) Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys) Enquête Démographique et de Santé aux Comores Écart Type Fonds des Nations Unies pour la Population Information, Éducation, Communication Indice de Masse Corporelle Indice Synthétique de Fécondité Indice Synthétique de Fécondité Désirée Integrated System for Survey Analysis Maladie Sexuellement Transmissible National Center for Health Statistics (Centre national des statistiques sanitaires, États-Unis) Organisation Mondiale de la Santé Programme d'Action Sanitaire Programme Élargi de Vaccination Produit Intérieur Brut Planification Familiale Produit National Brut Programme des Nations Unies pour le Développement Recensement Général de la Population et de l'Habitat Section d'Énumération Syndrome de l'Immuno-Dépression Acquise Santé Maternelle et Infantile Sels de Réhydratation par voie Orale Taux Brut de Natalité Taux Global de Fécondité Générale Thérapie de Réhydratation Orale Fonds des Nations Unies pour l'Enfance United States Agency for International Development (Agence des États-Unis pour le Développement International) Virus de l'Immuno-déficience Humaine xiii PRÉFACE Une bonne santé est une des conditions essentielles du bien-être social. C'est avant tout un droit fondamental de l'individu, et l'amélioration de la santé de toute la population doit s'inscrire au centre des préoccupations d'une réelle politique de dévéloppement. Mais la crise économique génêralisée à laquelle s'ajoutent les effets néfastes du Programme d' Ajustement Structurel sur les couches les plus vulnérables de la population ménacent l'objectif de la « santé pour tous » à l'horizon du prochain millénaire. Les exigences de ces politiques poussent en effet le gouvernement à se désengager davantage des secteurs sociaux, notamment ceux de la santé et de l'éducation, au moment où l'accroissement de la population s'accélère et où la démande de santé et d'éducation devient de plus en plus pressante. L'implication de plus en plus forte de nos partenaires bi et multilatéraux et des Organisations Non Gouvernementales (ONG) dans la mise en oeuvre des programmes de santé de base recquiert la disponibilité d'indicateurs efficaces de suivi et d'évaluation de ces programmes. L'Enquête Démographique et de Santé aux Comores (EDSC), réalisée de mars à mai 1996, en foumissant des données nationales, et selon les milieux de résidence, sur la santé de la mère et de l'enfant, la planification familiale, la nutrition, le sida, etc., constitue une contribution essentielle aux efforts du gouvernement dans son engagement pour un mieux- être général de la population. Réalisée par le Centre National de Documentation et de Recherche Scientifique (CNDRS) gråce au concours financier du Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) et la collaboration technique de Macro International Inc, l'Enquête Démographique et de Santé de 1996, tout en restant une première du genre aux Comores, s'inscrit dans une tradition relativement ancienne de collecte des données, marquée par les recensements de la population de 1958, 1966, 1980 et 1991. Les résultats de cette enquête qui améliorent nos connaissances dans un domaine essentiel pour le dévéloppement du pays, ouvrent, par la diversité des données disponibles, un large champs d'investigation et de recherche en matière de population et développement. Le Centre National de Documentation et de Recherche Scientifique reste, en effet, ouvert à toute suggestion permettant d'améliorer le présent rapport et se tient disponible pour toute collaboration de recherche dans ce domaine. L'Enquête Démographique et de Santé aux Comores de 1996 n'aurait pu être réalisée sans le concours financier du FNUAP, l'assistance technique de Macro International Inc. et l'appui logistique de la Représentation du FNUAP à Moroni; qu'ils en soient tous virement remerciés. ççc- r i - Dr Djaffar MMADI Directeur Général du CNDRS Directeur National du Projet XV REMERCIEMENTS L'Enquête Démographique et de Santé aux Comores 1996 (EDSC) dont nous publions ici les résultats est la première opération de collecte d'envergure nationale organisée et conduite par le Centre National de Documentation et de Recherche Scientifique (CNDRS). De la conception des questionnaires, en passant par les opérations de collecte proprement dites, la saisie informatique des données et leur tabulation jusqu' à la publication de ce rapport, I'EDSC est le fruit des efforts d'une équipe multidisciplinaire, compétente et dévouée ayant regroupé plusieurs personnes et institutions d'origine et de sensibilité diverses. À~ toutes ces personnes et institutions, qu'elles trouvent ici l'expression de mes sincères remerciements. Je voudrais, à cette occasion, exprimer d' abord mes chaleureux remerciements aux populations des zones enquêtées pour l'accueil qu'elles ont reservé à nos équipes et pour leur constante disponibilité; mes remerciements vont tout particulièrement aux femmes, qui ont souvent abandonné leurs multiples occupations quotidiennes pour se prêter aux nombreuses questions relatives à leur vie privée. Je voudrais ensuite exprimer ma gratitude aux autorités administratives locales et particulièrement aux Directions Régionales de la Santé, aux Chefs de village et de quartier pour leur appui et leur assistance à nos équipes de collecte. Mes remerciements s'adressent également : au personnel de terrain : agents de dénombrement, chefs d'équipe, contrôleuses, enquêtrices et chanffeurs qui, dans des conditions parfois difficiles, ont fait preuve de courage, de dévouement et d'efficacité; aux collaborateurs du CNDRS qui ont assuré la traduction des questionnaires et collaboré à la formation du personnel de terrain; au personnel technique et administratif de la Direction Nationale du Projet : directeur technique, superviseurs informatiques et de la vérification, agents de vérification et de saisie, directeur administratif, agent comptable, sécrétaires et agent de la reprographie, pour leur efficacité et leur disponibilité pendant toute la durée du projet; au Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) et particulièrement à sa Représentation à Moroni pour le financement du Projet et son appui logistique lors des opérations de terrain; à Macro International Inc. pour 1' assistance technique apportée à toutes les phases de 1' Enquête, de la conception à la rédaction du rapport, en passant par la formation, l'encadrement du personnel de terrain et de saisie ainsi que l'exploitation informatique des données. Je ne saurais enfin terminer mes remerciements sans exprimer ma gratitude à toutes les personnes et à toutes les institutions qui ont contribué à la réussite de cette importante opération. ~~' / / .~ ~~__ vl Dr Djaffar MMADI Directeur Général du CNDRS Directeur National du Projet xvii E~ Mitsamiouli ~ NGÆIDJA & AFRIQUE "~ / AADAGASCAR ARCHIPEL DES COMORES NDZUWANI (Anjouan) MWALI (Mohéli) ~~ ~aoudz, CHAPITRE 1 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS ET MÉTHODOLOGIE DE L'ENQUI~TE 1.1 CARACTÉRIST IQUES DU PAYS 1.1.1 Le milieu physique Les comores, "un collier de perles dans une mer turquoise", est un archipel de quatre îles principales réparties sur un axe Nord-Ouest Sud-Est à égale distance (300 km) de Madagascar et du continent africain, à l'entrée Nord du canal de Mozambique. L' archipel des Comores qui se compose des îles de Maore (Mayotte), Ndzuwani (Anjouan), Mwali (Mohéli) et Ngazidja (Grande-Comore) aurait émergé de l'océan il y a environ une quinzaine de millions d'années, à l'époque où Madagascar se détachait du continent africain. Chronologiquement, les îles ont émergé d'est en ouest. Ainsi, Maore (375 km2), à l'extrême sud-est, à 310 km de la côte nord-ouest de Madagascar, est géologiquement la plus ancienne. Elle se distingue par un relief plus adouci, son plus haut sommet ne dépassant pas 600 m. L'île, entourée d'ilots dont Dzaoudzi est le chef-lieu, bénéficie d'une barrière corallienne, située entre 2 et 20 km du rivage et offrant un somptueux lagon d'eaux calmes propices aux sports nantiques. A l'extrême nord-ouest, à 200 km de Maore, se situe Ngazidja, la plus jeune de toutes mais surtout la plus étendue (1 150 km 2) et la plus peuplée. Ngazidja reste encore sous l'emprise d'un volcanisme très actif. La derniere éruption du volcan Karthala qui domine l'île à plus de 2 300 m d'altitude date de 1977. D'origine volcanique relativement récente, l'île est dépourvue de cours d'eau. Entre ces deux îles, se trouvent celles de Ndzuwani et de Mwali. Ndzuwani est la seconde île de l'archipel tant en terme de population que de superficie (425 km2). Elle présente un relief plus tourment~. Elle est sillonnée de cours d'eau et possède en de nombreux endroits une couverture argileuse très fertile. Mwali est la plus petite (290 km 2) et la moins peuplée. Elle est, par contre, pourvue de larges vallées fertiles et ses côtes, moins découpées, offrent de longues plages de sable. De plus, Mwali a les eaux maritimes les plus poissonneuses. Situé à mi-distance de l'Équateur et du Tropique du Capricorne, l'Archipel des Comores baigne dans un climat tropical maritime,chaud et humide, tempéré, à la fois, par la brise océanique et l'altitude. Ce climat tropical est caracterisé par deux saisons : une saison chaude et humide ou été austral, de novembre à avril, marquée par la mousson du nord-ouest (kashkazi) qui, soufflant à travers l'Océan Indien, apporte de fortes précipitations avec parfois de violents cyclones; le reste de l'année, entre mai et octobre, l'archipel connaît une saison sèche et fraîche, ou hiver austral, grâce aux alizés du sud-ouest (Kusi). Ce climat est modulé parfois sur quelques kilomètres (microclimat) en fonction de 1' exposition des façades au vent, sous le vent et de l'altitude. C'est ainsi qu'à Ngazidja où le niveau des précipitations est essentiel pour l'alimentation en eau de la population, le versant situé sous le vent et peu arrosé (1 398 mm à Foumbouni) contraste avec le versant au vent où la pluviomètrie, très importante sur la côte (2 695 mm à Moroni), augmente considérablement avec l'altitude (5 888 mm à Boboni). Mitsamiouli, à l'extrême nord-ouest de l'île, ne reçoit que 1 884 mm par an. Il pleut d'avantage partout durant l'~t~ austral. La saison sèche n'est vraiment cruciale que pour le versant sous le vent (cinq mois secs å Foumbouni et trois mois secs à Mitsamiouli). Le long des côtes, la température moyenne mensuelle ne varie guère que de 5 C,de 23 C à 28 C. Les hautes terres sont nettement plus humides et plus fra~cbes que la côte. En fait, les variations de climat dues à l'altitude sont plus importantes que les variations d'une saison à l'autre. La pluviomètrie moyenne annuelle dépasse largement les 2 m et reste marquée par les microclimats observés généralement sur les îles montagneuses. La richesse du sol, d'origine volcanique, même relativement récente, les fortes précipitations et les differences de climat (tropical sur les côtes et tempér6 en altitude) permettent la culture d'une grande varieté de produits : fruits tropicaux, épices, plantes à parfum, cultures maraîchères et céréales. Pour certains de ces produits, notammemt le cocotier, l'ylang-ylang et la vanille, les Comores disposent d'un milieu physique exceptionnellement favorable. Cependant de vastes régions, notamment à Ngazidja, restent encore impropres aux cultures car elles sont couvertes de coulées de lave récentes qui n'ont pas eu le temps de se décomposer. Enfin, les terres cultivables, particulièrement celles de Ndzuwani, se dégradent rapidement du fait de l'intensité de l'érosion, elle-même aggravée par des techniques agricoles peu adaptées et par la déforestation; en effet, étant donné le rythme de croissance de la population, les besoins en bois de chauffe et pour la construction sont,en effet, de plus en plus importants. Dans le domaine de l'hydrographie, autant Ndzuwani et Mwali sont pourvues de cours d'eau permanents, présentant un réel potentiel hydro-électrique avec des possibilités d'alimenter la population en eau potable, autant Ngazidja en est dépourvue en raison de la porosité de son sol et cela, en dépit d'une pluviomètrie importante. L'environnement maritime des Comores est naturellement propices aux activités de pêche. Comme d'ailleurs dans le reste de l'Ocean Indien, la faune maritime est très variée : thonidés, raies, caranques, espadons, etc. Cependant, du fait de l'étroitesse du plateau continental, les bancs de poissons sont éloignés des côtes où le corail a été progressivement exploité pour la fabrication de la chaux nécessaire à la construction, cela ayant des conséquences graves sur l'éco-système marin. 1.1.2 Histoire du peuplement On ne dispose pas de preuves certaines que l'Archipel des Comores ait été habité avant le IVe siècle avant J.C. On peut cependant penser que, de part sa position géographique, qui constitue un relais naturel entre le continent et Madagascar, l'Archipel a été visité et occupé bien des siècles avant. Il semble que le peuplement des Comores soit le résultat de dépots migratoirs successifs de groupes d' origines diverses qui se seraient fondus au cours du temps pour former cette originale civilisation swahili de l'Océan Indien Occidental. Aux Comores, ces migrations ont donné lieu aujourd'hui å une population homogène caractérisée par les mêmes us et coutumes, la même langue, le shikomor, et la même religion, l'islam sunite. 2 Les Bantous d'Afrique Centrale et du Sud constituent le groupe le plus ancien; ils se sont mélanges progressivement aux Malais, Perses, Arabes et Chiraziens qui ont abordé les Comores pour différentes raisons dès le IX e siècle. L'immigration chirazienne, particulièrement importante au début du XVIè siècle, serait à l'origine du renforcement de l'islamisation de 1' Archipel et de l'instauration du Sultanat comme système de gouvernement. La traite négrière, importante entre le XVI I et XVI I I è siècle, ainsi que, d'une part, les razzias malgaches (XVIII è et début XIX è siècle), et, d'autre part, les guerres de succession sultaniques à l'intérieur de chaque île, vont avoir pour conséquence, dans les quatre îles, la dépopulation de villages entiers et des dévastations économiques considérables. L'insécurité occasionnée par les invasions malgaches conduira les Sultans comoriens à recourir au "Protectorat français", prélude à la colonisation de l'Archipel dès 1843. Celle-ci, en mettant fin aux invasions extérieures et aux guerres intestines, permet à la population de se développer progressivement. Comme partout ailleurs, le système colonial s' accapare les meilleures terres et relègue la population autochtone sur les hauteurs, et sur les terres ingrates. La faim de terre conjuguée à la pression démographique qui résulte de l'augmentation sensible de la population va cristalliser la résistance à l'occupant dont le mouvement insurrectionnel de 1856 fut sans doute l'exemple le plus radical. Pour atténuer la pression démographique et les mouvements sociaux qui en découlent, l'administration coloniale développera une politique d'émigration et de déportation vers la côte est-africaine et Madagascar. La diaspora comorienne dans les pays riverains du sud-ouest de l'Océan Indien est aujourd'hui estimée à plus de 250 000 personnes. Celle-ci constitue un facteur de déséquilibre socio-démographique réel lors des retours brusques et massifs comme ce fut le cas en 1960 à la suite de la révolution à Zanzibar et des événements de Majunga qui ont occasionné l'expulsion de plus de 17 000 ressortissants comoriens en 1977. 1.1.3 Organisation administrative Indépendante depuis le 6 juillet 1975, la République des Comores, qui englobe les quatre îles de l'Archipel et qui est admise comme telle au sein de la communauté internationale, n'exerce sa souveraineté que sur trois des quatre îles, l'île de Maoré (Mayotte) restant encore sous administration française. Selon la nouvelle constitution adoptée en juin 1996, la République des Comores est un état fédéral, fondé sur les principes de l'islam. Le Président de la République, chef de l'état, est élu au suffrage universel pour un mandat de six ans. Les membres du Gouvernement Fédéral sont nommés par le Président de la République sur proposition du Premier Ministre. L'état est organisé en Gouvemorats (île) jouissant d'une large autonomie administrative. Les Gouverneurs sont nommés par le Président de la République sur proposition du Conseil de chaque ile. Le pouvoir législatif est détenu par un parlement à une Chambre de 43 membres, l'Assemblée Fédérale, élue au suffrage universel pour une période de cinq ans. Le Haut Conseil de la République veille à la constitutionnalité des lois et des réglements; il veille au contrôle des comptes et il siège en qualité de Conseil Économique et Social et de Haute Cour de Justice. 3 1.1.4 Situation économique Pays insulaire et dépourvu de ressources naturelles particulières, les Comores souffrent d'un enclavement préjudiciable à son dévéloppement, handicap qui impose des surcoûts de production et obère le prix des importations. De plus, avec une population de 525 milles habitants en pleine croissance, sur une superficie de moins de 2 000 km 2, les Comores font face à un problème réel de surpeuplement (densité moyenne de 281 hab/km 2 pour l'ensemble des 3 îles et plus de 450 hab/km 2 à Ndzuwani) qui accroit la demande de services sociaux et d'emplois et fait peser sur un éco-système déjà fragile, une pression croissante. L'économie des Comores est partagée entre un secteur agricole (40 % du PIB) peu productif et essentiellement de subsistance et un secteur tertiaire hypertrophié (commerce et services représentent 50 % du PIB) et présente toutes les caractéristiques d'une économie peu diversifiée et manquant de compétitivité, résultat des choix de dévéloppement peu appropriés. L'industrie demeure en effet embryonnaire; quant au tourisme, malgré des potentialités réelles, il n'est guère développé. Le secteur agricole qui emploie 80 % de la population active et fournit la totalité des recettes d'exportation (90 % des exportations) présente également une structure dualiste : la production destinée à l'exportation, limitée à un nombre réduit de cultures spéculations (vanille, giroffie et ylang-ylang principalement) est fortement tributaire des variations de leurs cours sur le marché international et des avancées tehnologiques en matière de produits de synthèse de substitution (vanilline entre autres). la production vivrière pratiquée avec des techniques agricoles peu adaptées et qui occasionnent des dégats considérables sur l'environnement est incapable de satisfaire les besoins nutritionnels d'une population jeune, entrainant, de ce fait, le recours massif aux importations (plus de 50 % des besoins de la population). Au cours des dix années qui ont suivi l'accession du pays à l'indépendance en 1975, l'économie a connu une croissance annuelle rapide de 6 %, en moyenne, soutenue par un programme audacieux d'investissement en infrastructures de base. Au terme de ces grands travaux, vers le milieu des années 80, le PIB réel n 'a plus progressé que de l'ordre de 1,2 % par an de 1986 à 1992, ce qui a conduit à un déclin de près de 2 % par an du revenu réel par habitant (estimé à environ 520 US$ en 1994). En 1995 on estime que ce revenu se situerait à 15 % an-dessous du niveau de 1985. Le fléchissement des prix, voire la mévente des produits d'exportation, conjugué à une forte demande d'importations a creusé d'énormes déficits extérieurs courants. Le faible niveau de développement des activités productives, la dégradation des cours des matières premières et les faiblesses de la gestion des affaires publiques expliquent largement la dramatique crise financière à laquelle l'état est confronté depuis une dizaine d'années. Dans r impossibilité de rembourser les échéances dues au titre de la dette extérieure contractée pour financer les investissements des années 1975- 1985, l'état a, de plus, accumulé vis-à-vis de tous les agents économiques du pays une dette à vue considérable, ce qui a conduit certains bailleurs de fonds à suspendre leur aide au développement. Pour rétablir la crédibilité du pays auprès de ses partenaires, l'état, en collaboration avec le Fonds Monétaire International et la Banque Mondiale, a élaboré et mis en oeuvre, à partir de 1991, un Programme 4 d'Ajustement Structurel visant la stabilisation des finances publiques, la libéralisation de l'économie, le désengagement de l'état du secteur marchand, la diminution des effectifs de la Fonction Publique, toutes ces mesures devant aboutir à un taux de croissance de 5 % par an au cours de la période 1991-1993. En d6pit des progrés réalisés au terme de ce premier programme, la situation économique est demeurée précaire à cause de la persistance des arriérés de paiement, que ce soit sur le plan intérieur qu'extérieur et aussi à cause du faible niveau de croissance (1,3 % en 1993). Un deuxième programme couvrant la période 1994-1996 visant au rétablissement des conditions nécessaires à une croissance économique durable et à la création d'emplois ainsi que le retour à une stabilité des prix a été mis en échec par l'instabilité politique qui a caractérisé le pays durant cette période et dont l'épilogue ont été les événements de septembre 1996. la suite des élections présidentielles de mars 1996, il est permis de penser que les nouvelles autorités sauront faire en sorte que les enjeux économiques actuels débouchent sur des perspectives économiques plus brillantes et sur une amélioration sensible des conditions de vie de toute la population. 1.1.5 Politique en matière de population et planification familiale Le gouvernement comorien n'a pas encore formulé, de manière explicite, une politique de population. Cependant, dès le début des années 80 et particulièrement à l'occasion de l'élaboration du Plan Intérimaire de Développement Économique et Social 1983-1986, le gouvernement s'est clairement engagé à accorder une grande priorité à toute mesure destinée à réduire la croissance démographique jugée trop rapide pour les capacités de développement du pays. De cette volonté clairement affichée, en faveur de la maîtrise de la croissance de la population, des programmes ont été conçus et mis en oeuvre : le programme de santé maternelle et infantile et de planification de la famille en vue de la sauvegarde de la santé de la mère et de l'enfant; le programme élargi de vaccination pour la protection des enfants de 0-5 ans contre les principales maladies de la petite enfance; le projet d'information, d'éducation et de communication en matière de population pour sensibiliser les responsables politiques, les chefs religieux et l'ensemble de la population aux problèmes d'espacement des naissances pour améliorer la santé de la mère et de l'enfant ainsi qu'aux problèmes concernant les interactions entre les facteurs démographiques et le développement. En plus de ces programmes et des engagements pris par le gouvernement dans le PAS, les Comores ont formulé un ensemble de politiques sectorielles telles que : le Plan National de Développement Sanitaire : Perspectives an 2010; le Plan Directeur de l'Éducation; la Politique Nationale de l'Environnement suivie de son plan d'action; • la Politique pour l'Élimination de la Pauvreté; Ces plans contiennent tous un important volet démographique. Un effort important en matière de collecte a ét~, par ailleurs, fourni, (recensements de 1980 et 1991 et EDS 1996) permettant ainsi de disposer de données récentes et fiables, condition nécessaire à la formulation d'une politique explicite de population. Le développement de ces programmes a également permis l'émergence d'un consensus national sur la nécessité croissance de l'économie et de soutenir ainsi la volonté d'espacement des naissances pour améliorer la santé de la mère et de l'enfant. Avec la démocratisation progressive de la société, la tendance à l'élimination des inégalités entre les sexes et le renforcement du rôle économique, social et politique de la femme bénéficient du support de l'opinion. Ainsi, un département ministériel, chargé des problèmes de la femme, a été créé en 1991 en vu de renforcer leur statut et de faciliter leur intégration dans les programmes de développement. Par ailleurs, le gouvernement encourage, dans les programmes et projets de développement, la prise en compte des questions relatives à la situation spécifique des femmes. ^ 1.2 ORGANISAT ION DE L 'ENQUETE 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs L'Enquête Démographique et de Santé aux Comores (EDSC) a été réalisée en 1996 par le Centre Nationàl de Documentation et de Recherche Scientifique (CNDRS), avec l'assistance technique de Macro International Inc. Le financement de cette enquête a été assuré entièrement par le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP). L'EDSC fait partie du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys - DHS) dont l'objectif est de collecter, d'analyser et de diffuser des données relatives à la population, portant, en particulier, sur la fécondité et ses déterminants, et sur la santé de la mère et de l'enfant. L'Enquête Démographique et de Santé aux Comores (EDSC), réalisée auprès d'un échantillon de femmes de 15-49 ans et d'hommes de 15-64 ans, vise à atteindre un certain nombre d'objectifs dont les principaux sont : recueillir des données à l'échelle nationale, représentatives pour le milieu urbain et pour le milieu rural ainsi que pour les deux grandes îles (Ngazidja et Ndzuwani) et permettant de calculer divers indicateurs démographiques, en particulier les taux de fécondité et de mortalité infantile et juvénile; analyser les facteurs directs et indirects qui déterminent les niveaux et tendances de la fécondité et de la mortalité des enfants; mesurer les taux de connaissance et de pratique contraceptive par méthode, selon diverses caractéristiques socio-démographiques des femmes et des hommes; recueillir des données détaillées sur la santé maternelle et infantile : visites prénatales, assistance à l'accouchement, allaitement, vaccinations, prévalence et traitement de la diarrhée et d'autres maladies chez les enfants de moins de trois ans; 6 • déterminer l'état nutritionnel des mères et des enfants de moins de trois ans au moyen des mesures anthropométriques (poids et taille); recueillir des données détaillées sur la connaissance, les opinions et attitudes des femmes et des hommes vis-à-vis du sida; Enfin, les données ont été collectées selon une méthodologie similaire à celle utilisée dans les nombreux autres pays ayant participé au programme Demographic and Health Surveys (DHS); elles font partie, de ce fait, d'une base de données utilisables et comparables au niveau international. 1.2.2 Questionnaires Afin d'atteindre les objectifs fixés, trois types de questionnaires ont été utilisés ~ : l) Questionnaire ménage. Il permet de collecter des informations sur le ménage, telles que le nombre de personnes y résidant, leur sexe, leur âge, leur niveau d'instruction, etc. Des informations sur les caractéristiques du logement (approvisionnement en eau, type de toilettes, etc.) sont aussi recueillies afin d'apprécier les conditions environnementales dans lesquelles vivent les personnes enquêtées. Cependant, le but premier du questionnaire ménage est d'établir l'éligibilité des personnes à interviewer individuellement. Il permet aussi de déterminer les populations de référence pour le calcul de certains taux démographiques. 2) Questionnaire femme. Il comprend les dix sections suivantes : • caractéristiques socio-démographiques, • reproduction, • contraception, grossesses et allaitement, vaccination et santé des enfants, nuptialité et activité sexuelle, préférences en matière de fécondité, caractéristiques du conjoint et activité professionnelle de la femme, sida, • mesures anthropométriques. Ces sections permettent de calculer les différents indicateurs signalés précédemment. 3) Questionnaire homme. Il s'agit également d'un questionnaire individuel comprenant les six sections suivantes : • caractéristiques socio-démographiques, • reproduction, • planification familiale, • nuptialité et activité sexuelle, • préférences en matière de fécondité, • sida. La version française de ces questionnaires figure en Annexe E. Ces instruments ont été développés à partir des questionnaires de base du programme DHS, préalablement adaptés au contexte comorien et en tenant compte des objectifs de l'enquête. Les questionnaires ont ~té, en outre, traduits en Shindzuani et Shigasidja et ont été pré-testés avant leur utilisation pour l'enquête principale. 1.2.3 Échantillon de l'enquête et déroulement des activités L'échantillon de I'EDSC est représentatif au niveau national et au niveau des milieux de résidence urbain et rural. Il est basé sur un sondage auto-pondéré à deux degrés 2. Les unités primaires de sondage ont été constituées à partir des zones de dénombrement (ZD) du recensement de 1991. L'ensemble des informations concernant les ZD (qui constituent la base de sondage aréolaire) avec le nombre de ménages et de personnes y résidant ont été mis à la disposition de l'enquête pour les besoins de l'échantillonnage par la Direction de la Statistique du Ministère du Plan. Au total, 100 ZD ont ét~ sélectionnées, dont 71 en milieu rural et 29 en milieu urbain. Avant le démarrage de l'enquête, les informations concernant les grappes sélectionnées ont été actualisées au cours d'une opération de cartographie et de dénombrement des ménages. Cette opération a débuté au mois de novembre 1995 et s'est achevée au mois de janvier 1996. Afin d'assurer la qualité des instruments de l'enquête, les questionnaires ont été testés dans le cadre d'une pré-enquête à laquelle ont participé six enquêtrices et deux enquêteurs. Cette pré-enquête a été réalisée au mois de novembre 1995 pendant cinq jours et s'est déroulée dans deux zones, une urbaine et une rurale, aux environs de Moroni. Cette opération a permis de réviser les questionnaires Ménage, Femme et Homme dans les deux langues de l'enquête, le Shindzuani et le Shigasidja. Le travail de collecte de t'EDSC a été réalisé entre le 17 mars et le 30 mai 1996. La formation des agents de terrain pour l'enquête principale a duré trois semaines, pendant lesquelles différents consultants nationaux sont intervenus pour présenter aux enquêtrices et enquêteurs un panorama complet de l'état sanitaire du pays et leur expliquer l'importance de I'EDSC. À l'issue de la formation, cinq équipes ont été formées. Les deux équipes, chargées de la collecte à Ngazidja et à Ndzuwani étaient composées, chacune, d'un chef d'équipe, d'une contrôleuse et de quatre enquêtrices. Dans le cas de l'île de Mwali, où l'échantillon était constitué de six grappes et d' environ 150 ménages, l'équipe était plus réduite; elle comprenait seulement deux enquêtrices et un chef d'équipe, ce dernier assurant également les fonctions de contrôleur. Les résultats concernant la couverture de l'échantillon sont présentés au tableau 1.1. Dans 1' ensemble des zones de dénombrement, 2 363 ménages ont été séleetionnés, dont 685 en milieu urbain et I 678 en milieu rural. On a interviewé avec succès un total de 2 252 ménages et 3 050 femmes âgées de 15-49 ans. Les taux de réponse (98,9 % pour l'enquête ménage et 96,5 % pour l'enquête femme) sont satisfaisants et supérieurs à ceux prévus dans le plan de sondage. Un sous-échantillon d'un tiers des ménages a été sélectionné pour l'enquête homme. Dans ces ménages, tous les hommes de 15 à 64 ans ont été interviewés : 795 hommes ont été interviewés avec succès dans le cadre de cette enquête. Bien que le taux de réponse des hommes (88,5 %) soit inférieur à celui des femmes, il reste tout à fait acceptable. 2 Le plan de sondage détaillé figure en Annexe A. Tableau 1.1 Taille et couverture de l'échantillon Effectifs des ménages, des femmes et des hommes sélectionnés, identifiés et enquêtés, et taux de réponse selon le milieu de résidence, EDSC Comores 1996 Résidence Enquête Urbain Rural Ensemble Enquête ménage Nombre de logements sélectionnés 685 Nombre de ménages identifiés 656 Nombre de ménages enquêtés 647 Taux de réponse des ménages 98,6 Enquête individuelle femme Nombre de femmes éligibles 935 Nombre de femmes enquêtées 903 Taux de réponse des femmes 96,6 Ménages pour l'enquête homme Nombre de logements sélectionnés pour l'enquête homme 225 Nombre de ménages ideotifiés 212 Nombre de ménages enquêtés 210 Taux de rêponse des ménages pour l'enquête homme 99,1 Enquête individuelle homme Nombre d'hommes éligibles 285 Nombre d'hommes enquêtés 254 Taux de réponse des hommes 89,1 1 678 2 363 1 621 2 277 1 605 2 252 99,0 98,9 2 225 3 160 2 147 3 050 96,5 96,5 548 773 531 743 525 735 98,9 98,9 613 898 541 795 88,3 88,5 1.2.4 Exploitation des données L'exploitation des données a ~té réalisée parallèlement au travail de terrain. Cette activité qui a débuté en avril 1996 et s'est achevée à la fin du mois de juin 1996 comprend quatre phases : la vérification, la saisie et l'édition des données, l'apurement et la tabulation. Le traitement informatique a été entièrement réalisé avec le logiciel ISSA (Integrated System for Survey Analysis), qui a été développé par Macro International Inc. dans le cadre des enquêtes DHS. La vérification des données a démarré un mois après le début de l'enquête sur le terrain. Elle a consisté en un contrôle d'exhaustivité de l'échantillon par rapport aux fiches de terrain et en un contrôle sommaire de la cohérence des données. Cette activité a été menée, alternativement, sous la responsabilité de deux superviseurs. Elle a permis d'améliorer la qualité des données issues de la collecte. La saisie a été réalisée par six agents de saisie qui avaient préalablement été formés et sélectionnés en même temps que les enquêtrices. En outre, ces opérateurs avaient suivi leur propre formation sur micro- ordinateurs. Afin de réduire les taux d'erreurs et d'améliorer la qualité des données, une opératrice a procédé à une double saisie. La double saisie a porté sur un dixième des ménages. En outre, des tableaux fournissant des résultats bmts sur certaines variables de base étaient produits régulièrement de façon à contrôler la qualité des données collectées. Ces tableaux étaient analysés et les problèmes détectés étaient signalés aux enquêtrices de façon à ce qu'elles améliorent la qualité de leurs questionnaires. L'édition des données a été réalisée par les informaticiens de l'équipe technique en vue de vérifier la cohérence interne des réponses enregistrées dans le questionnaire et corriger les éventuelles erreurs. Pour l'apurement, on a utilisé un programme de contrôle pour vérifier, grappe par grappe, après saisie et édition, la cohérence interne des réponses. Quant à la tabulation, elle a consisté à développer et à exploiter les programmes de sortie des tableaux de base destinés à l'élaboration du rapport préliminaire et du rapport final. La tabulation a ét~ entièrement réalisée au siège de Macro International Inc. 9 CHAPITRE 2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES ENQUÊTÉS Le questionnaire ménage de I'EDSC fournit un ensemble de données relatives à la structure de la population, à la composition des ménages, ainsi qu'aux caractéristiques de l'habitat et à certains biens possédés par le ménage. Au cours des travaux de collecte des données sur le terrain, des interviews ont été menées avec succès auprès de 2 252 ménages, dans lesquels on a dénombré un total de 13 634 personnes et, parmi ces dernières, 3 050 femmes en âge de reproduction ont été identifiés et, par la suite, enquêtées individuellement avec succès. De plus, dans un ménage sur trois, tous les hommes de 15 à 64 ans ont été interview~s, ce qui donne un total de 795 hommes enquêtés avec succès. Ce chapitre présente une description de certaines des caractéristiques des ménages recensés et de la population qui les compose, ainsi qu'une description des caractéristiques de base des femmes et des hommes enquêtés. L'objectif de ce chapitre est donc de présenter le contexte dans lequel vivent les femmes et les hommes enquêtés qui font l'objet d'analyses ultérieures. Une telle description est essentielle dans la mesure où le comportement procréateur des femmes, aussi bien que l'état de santé et l'état nutritionnel des enfants, sont influencés par l'environnement physique et socio-culturel et par la situation économique. 2.1 ENQUÊTEMÉNAGE 2.1.1 Structure par sexe et âge de la population des ménages Le tableau 2.1 donne la répartition par sexe et âge de la population des ménages enquêtés. Cette répartition est illustrée par la pyramide des âges au graphique 2.1. La base très large de la pyramide et la décroissance rapide des effectifs avec l'augmentation en âge sont caractéristiques d'une population jeune à forte fécondité et à mortalité élevée. En outre, on remarque que la proportion des 0-4 ans est légèrement moins importante que celle des 5-9 ans. Ce déficit des 0-4 ans par rapport aux 5-9 ans est certainement la conséquence de la baisse de la fécondité qui s'est produite récemment aux Comores (voir chapitre 3 - Fécondité). D'autre part, la répartition des effectifs par sexe indique une prédominance de la population féminine dans la population totale (53 %). Le rapport de masculinité est de 89 hommes pour 100 femmes. Il apparaît clairement sur la pyramide que le déséquilibre entre les sexes est la conséquence d'un déficit de jeunes hommes adultes (15-39 ans), déficit dû à une importante émigration masculine. La répartition de la population par milieu de résidence indique que la population comorienne est essentiellement rurale : 72 % des personnes recensées vivent en milieu rural, contre 28 % en milieu urbain. On observe dans les deux milieux un déséquilibre entre les sexes au profit des femmes; ce déséquilibre est plus accentué en milieu rural (rapport de masculinité de 87 hommes pour 100 femmes) qu'en milieu urbain (rapport de masculinité de 94 hommes pour 100 femmes). Les migrations masculines entre, d'une part, le milieu rural et les villes et, d'autre part, entre les villes et l'étranger expliquent certainement ces déséquilibres. On notera également que la population de moins de 15 ans et, en particulier celle de moins de 5 ans, est beaucoup moins élevée en milieu urbain qu'en milieu rural (40 % contre 46 % pour les moins de 15 ans et 13 % contre 15 % pour les moins de 5 ans) ce qui résulte, très certainement, en grande partie, de la baisse importante de la fécondité chez les femmes du milieu urbain (voir Chapitre 3 - Fécondité). 11 Tableau 2.1 Population des ménages par åge et sexe Répartition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'åges quinquennal, selon le milieu de résidenee et le sexe, EDSC Comores 1996 Groupe d'âges Urbain Rural Total Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble 0-4 14,1 11,3 12,7 16,5 14,0 15,2 15,8 13,3 14,5 5-9 14,5 14,1 ¤4,2 ¤7,4 ¤5,9 16,6 16,6 15,4 15,9 10-14 13,7 13,0 13,4 16,2 13,2 14,6 15,5 13,2 14,3 15-19 13,4 13,4 13,4 10,0 11,9 11,0 11,0 12,3 11,7 20-24 9,0 10,0 9,5 6,0 7,5 6,8 6,9 8,2 7,6 25-29 7,0 7,5 7,3 5,1 6,8 6,0 5.7 7,0 6,3 30-34 5,5 5,5 5,5 4,2 4,9 4,6 4,6 5,1 4,8 35-39 4.8 6,0 5,4 4,0 5,0 4,5 4,2 5,3 4.8 40-44 3.6 2,6 3,1 3,8 3,1 3,4 3,7 2,9 3,3 45-49 3,2 2,9 3,0 2,9 3,1 3,0 3.0 3,0 3,0 50-54 2,6 4,6 3,6 3,1 4,2 3,7 2,9 4,3 3,7 55-59 2,2 2,2 2,2 2,1 2,5 2,3 2,2 2,4 2,3 60-64 1,8 2,3 2,1 2,2 2,4 2.3 2,1 2,4 2,2 65-69 1,2 1,3 1,2 2,2 1,2 1,7 1,9 1.2 1,5 70-74 1,7 1,7 1.7 1,9 1,7 1,8 1,9 1,7 1,8 75-79 0,7 0,6 0,6 0,8 1,0 0,9 0,8 0,9 0,8 80 ou plus 0,8 0,7 0,7 1,2 1,4 1,3 1,1 1,2 1,2 Non d6terminé¢NSP 0,4 0,3 0,3 0,3 0,2 0,2 0,3 0,2 0,2 Total 100.0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100.0 100,0 100,0 Effectif1 1 830 1 949 3 783 4 577 5 272 9 851 6 407 7 221 13 634 l y compris 6 personnes de sexe inconnu Ages 80+ 75-79 70-74 65-69 60-64 55-59 50-54 45-49 40-44 35-39 39-34 25-29 20-24 15-19 10-14 5-9 O-4 12 Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population 10 8 6 4 2 O 2 4 6 8 10 12 Pourcentage EDSC 1996 12 La répartition de la population par grands groupes d'âges se caractérise par une proportion importante de jeunes de moins de 15 ans qui représentent 45 % de la population totale (graphique 2.2). Les adultes âgés de 15-64 ans représentent la moitié de la population (50 %) alors que les personnes de 65 ans et plus ne correspondent qu'à une faible proportion (5 %). Cette répartition de la population par grands groupes d'âges est pratiquement la même que celle trouvée au Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH) de 1991 (Direction Nationale du Recensement, 1993) ce qui rend compte de la bonne représentativité de l'échantillon. Graphique 2.2 Répartition de la population en grands groupes d'âges Moîns de Moins de 15ans 45% 15ans 45% ~/~ ~~~~~ ~/P et + 5% 65 ans et + 6% 15-64 ans 50% 1544 ans 49% EDSC 1996 RGPH 1991 2.1.2 Taille et composition des ménages Le tableau 2.2 porte sur la composition des ménages; plus précisément, il fournit la répartition des ménages selon leur taille et selon le sexe du chef de ménage. Dans leur majorité (68 %), les chefs de ménage sont des hommes. Cependant, les ménages qui ont des femmes comme chef et qui sont souvent des ménages de niveau socio-économ/que plus défavorisé que lorsqu'un homme en est le chef, représentent une part importante avec pratiquement un cas sur trois (32 %). Ce résultat, comme la sous-représentation des hommes, s'explique très certainement par la migration masculine. En outre, on notera que les proportions de femmes, chefs de ménage, sont quasiment identiques quel que soit le milieu de résidence (33 % en milieu urbain contre 32 % en milieu rural). On constate au tableau 2.2 que les ménages comoriens sont de grande taille. En effet, les ménages de 4 à 8 personnes représentent 59 % des ménages et un peu plus d'un comorien sur cinq (22 %) vit dans un ménage de neuf personnes ou plus. La grande taille des ménages comoriens est à mettre en relation avec le régime de matrilocalité qui prévaut aux Comores. Les ménages de petite taille (1 ou 2 personnes) sont peu fréquents et représentent moins de 10 % de l'ensemble. La taille moyenne des ménages comoriens est de 6,3 13 Tableau 2.2 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, taille du ménage, et pourcentage de ménages comprenant des enfants sans leurs parents, selon le milieu de résidence. EDSC Comores 1996 Caractéristique Résidence Urbam Rural Ensemble Chef de ménage Homme 66,9 68,1 67,8 Femme 33,1 31,9 32.2 Nombre de membres habituels I 4,5 1,6 2,4 2 7,9 6,4 6,8 3 10,5 9,4 9,7 4 10,8 11.7 11,4 5 13,4 13,0 13,1 6 12,2 12,6 12,5 7 9,7 12,4 11,6 8 9,1 10,8 10,3 9 ou plus 21,8 22.1 22,0 Total 100,0 100,0 100,0 Taille moyenne 6,1 6,4 6,3 Pourcentage de ménages avec des enfants sans leurs parents 30,0 27,9 28,5 personnes et varie légèrement selon le milieu de résidence, passant de 6,4 en milieu rural à 6,1 en milieu urbain. On notera également que les ménages de petite taille (1 ou 2 personnes) sont plus fréquents en milieu urbain qu'en milieu rural (12 % contre 8 %), les ménages composés d'une seule personne étant prés de trois fois plus importants en milieu urbain qu'en milieu rural (5 % contre 2 %). Le tableau 2.2 fournit également la proportion de ménages comptant un ou plusieurs enfants de moins de 15 ans dont les parents biologiques ne vivent pas dans le ménage, soit parce qu'ils sont décédés, soit parce qu'ils vivent ailleurs. Près de trois ménages sur dix (29 %) comptent ainsi comme membre un (ou plusieurs) enfants qui ne vivent pas avec leurs parents et cette proportion est légèrement plus élevée en milieu urbain qu'en milieu rural (30 % contre 29 %). Le tableau 2.3 présente la répartition des enfants âgés de moins de 15 ans selon l'état de survie et la résidence de leurs parents biologiques. On constate, en premier lieu, que seulement 57 % des enfants de moins de 15 ans vivent avec leurs parents biologiques; près d'un enfant sur cinq (19 %) ne vit ni avec son père, ni avec sa mère, 22 % des enfants vivent uniquement avec leur mère et 2 % avec leur seul père. Par ailleurs, on constate que la proportion d'enfants qui ne vivent pas avec leurs parents augmente avec l'âge : cette proportion passe de 24 % chez les enfants de 0-2 ans à 54 % chez ceux âgés de 10-14 ans. Les enfants du milieu urbain vivent moins fréquemment avec leurs parents que ceux du milieu rural (52 % contre 58 %). De même, les filles vivent moins fréquemment avec leurs parents que les garçons (55 % contre 59 %). Cette situation s'explique, en grande partie, par la pratique courante qui consiste à placer les enfants du milieu rural en milieu urbain; cette pratique concernant davantage les filles que les garçons. 14 Tableau 2.3 Enfants orphelins et r~sidence des enfants avec les parents R6partition (en %) de la population (de fait) des enfants de moins de quinze ans, par état de survie des parents et résidence des ~arents, selon Fige, le sexe et le milieu de résidence de l'enfant, EDSC Comores 1996 Vivant avec Vivant avec la mêre le I~re Vivant avec aucun Vivaar avec les Père P~re M6re M~fe Les 2 P~re Mêre Les 2 ND si Caractéristique 2 parents en vie d~~d6 en vie déc6dée en vie en vie en vie décé.d~s vivants Total Effectif Age 0-2 75,7 17,7 0,3 0,5 0,0 4,5 0,1 0,1 0,0 1,1 i00,0 I 094 3-5 61,0 19,4 1,5 1,2 0,3 13,5 1,6 0,6 0,2 0,6 100,0 I 286 6-9 54,2 21,2 2,1 1,3 0,4 17,4 1,3 1,2 0,1 0,8 100,0 I 796 10-14 46,2 21,1 3,5 2,0 1,I 20,1 2,0 1,4 0,3 2,5 100,0 I 992 Sexe Masculin 58,5 19,8 2,l 1,4 0,5 14,3 1,4 0,8 0,1 1,1 100,0 3 105 F~mmin 55,2 20,4 2,1 1,3 0,6 16,0 1,4 1,1 0,3 1,6 100,0 3 057 Milieu de r~sidence Urbain 52,0 19,1 3,4 1,6 0,5 18,3 1,4 2,0 0,3 1,5 100,0 I 538 Rural 58,4 20,5 1,6 1,3 0,6 14,1 1,4 0,6 0,2 1,3 100,0 4630 île Ngazidja 54,6 20,3 2,1 1,6 0,8 16,4 1,4 1,0 0,2 1,5 100,0 3 008 Mwali 53,0 17,7 3,1 3,1 0,0 16,5 1,9 1,5 0,2 2,9 100,0 413 Ndzuwam 59,8 20,3 1,9 0,8 0,3 13,6 1,3 0,8 0,1 1,0 100,0 2747 Ensemble 56,8 20,2 2,1 1,4 0,5 15,2 1,4 0,9 0,2 1,3 100,0 6 168 Les fortes proportions d'enfants qui vivent sans leurs parents s'expliquent aussi par le décès des parents : au niveau national, 0,2 % des enfants de moins de 15 ans sont orphelins de mère et de père, 2 % n'ont plus leur mère, 3 % n'ont plus leur père et, globalement, 5 % des enfants comoriens de moins de 15 ans sont orphelins d'au moins un des deux parents. Comme il fallait s'y attendre, ces proportions augmentent avec l'âge de l'enfant : 0,5 % des enfants de 0-2 ans ont, au moins, l'un des deux parents décédé, contre 4 % des enfants de 3-5 ans, 5 % des enfants de 6-9 ans et 8 % de ceux de 10-14 ans. De même, les proportions d'enfants orphelins de père et/ou de mère sont nettement plus élevées en milieu urbain (8 %) qu'en milieu rural (4 %). 2.1.3 Niveau d'instruction de la population Le niveau d'instruction des membres du ménage est une caractéristique très importante car il a une influence considérable sur le comportement procréateur, l'utilisation de la contraception, le comportement en matière de santé ainsi que sur les habitudes en matière d'hygiène et de nutrition. Dans le cadre de I'EDSC, on a collecté des données sur le niveau d'instruction atteint et, pour chaque niveau, sur la dernière classe achevée par chaque membre du ménage âgé de 6 ans et plus. Le tableau 2.4 donne, pour chaque sexe et chaque groupe d'âges, la répartition des membres des ménages selon le niveau d'instruction atteint. Globalement et tous âges confondus à partir de 6 ans, plus d'un homme comorien sur deux (56 %) et environ deux femmes sur cinq (41%) ont fréquenté l'école. En outre, on constate que le niveau d'instruction a augmenté de façon très nette des générations les plus anciennes aux générations les plus récentes; en effet la proportion de personnes sans instruction qui se situait à plus de 90 % chez les hommes âg6s de 65 ou plus passe à 58 % chez ceux âgés de 35-39 ans et à seulement 15 % chez ceux de 15-19 ans; à l'inverse, la proportion d'hommes ayant fait des études passe de 7 % chez les hommes les plus âgés à 78 % chez ceux de 20-24 ans. A. 15-19 ans, 84 % des hommes ont, au moins, un niveau d'instruction primaire, dont une part non négligeable (27 %) un niveau supérieur au primaire. 15 Tableau 2.4 Niveau d'instruction de la population des femmes et des hommes Répartition (en %) de la population féminine et masculine (de fait) des ménages, âgée de six ans et plus, par niveau d'instruction atteint selon l'âge et le milieu de résidence, EDSC Comores 1996 Niveau d'instruction Caractéristique Aucun Primaire Secondaire ND Total Effectif FEMMES Groupe d)âges 6-9 58.9 38,0 0,2 2,9 100,0 922 10-14 36,1 60,8 2,2 0,8 100,0 952 15-19 34,6 45,4 19,8 O,l 100,0 889 20-24 36,1 32,8 30,9 0,2 100,0 592 25-29 45,7 24,5 29,4 0,4 100,0 503 30-34 64,7 12,8 21,7 0,8 100,0 368 35-39 81,6 9,2 8.7 0,5 100,0 380 40-44 88,7 6,1 5,2 0,0 100,0 212 45-49 96,3 2,7 0,9 0,0 100,0 219 50-54 97,1 0,0 1,3 1,6 100,0 313 55-59 96,0 1,7 0,6 1.7 100,0 173 60-64 97,1 0,6 0,0 2,3 100,0 174 65 ou plus 97,8 0,0 0,3 1,9 100,0 363 ND 84,6 0,0 0,0 15,4 100,0 13 Milieu de résidence Urbain 45,9 30,7 22,3 1,1 100,0 1 685 Rural 64,2 28,2 6,5 1.0 100,0 4 388 ]le Ngazidja 53,8 32,8 13,0 0,5 100,0 3 439 Mwali 53.7 32,1 9,2 5,1 100,0 315 Ndzuwani 67,8 22,7 8,1 1,4 100,0 2 319 Ensemble 59,1 28,9 10,9 1.1 100,0 6 073 HOMMES Groupe d'âgcs 6-9 56,6 41,4 10-14 22,8 74.5 15-19 14,8 57,1 20-24 21,8 37,2 25-29 26,2 29,3 30-34 37,2 19,1 35-39 57.7 13,2 40-44 68,8 14,3 45-49 75,1 8,8 50-54 76,2 13,8 55-59 82,6 11,6 60-64 88.6 3,0 65 ou plus 92,2 4,4 ND 57,1 4,8 Milieu de résidence Urbain 31,9 38,2 Rural 49,4 37,9 rie Ngazidja 43,1 38,4 Mwali 39,9 43,1 Ndzuwani 46,8 36,6 0,1 1.9 100,0 853 1,9 0,8 100,0 991 27,3 0,9 100.0 706 40,4 0,7 100.0 44.1 42,8 1,7 100,0 362 39,9 3,8 100,0 293 27,9 1,1 100,0 272 15,2 1,7 100,0 237 15,5 0,5 100.0 193 9,0 1,1 100,0 189 5,1 0,7 100,0 138 7.6 0.8 100,0 132 2,5 0,8 1130,0 360 9,5 28,6 100,0 21 28,1 1,7 100,0 1 514 11,5 1,2 I oe,0 3 672 17,9 0,6 100,0 2 969 11,8 5,2 100,0 288 14,7 1,9 100,0 1 929 Ensemble 44,3 38,0 16,4 1,4 100,0 5 186 16 Tout en restant à un niveau largement inférieur à celui observé pour les hommes, on constate aussi une nette tendance à l'amélioration du niveau d'instruction des femmes, la proportion des femmes sans instruction passant de 98 % à 65 ans ou plus à 35 % chez celles de 15-19 ans. Néanmoins, pour les femmes, l'accès à l'instruction supérieure au primaire reste beaucoup plus limité que pour les hommes puisqu'à 20-24 ans, 40 % des hommes ont une instruction supérieure au primaire, contre 31% des femmes. Comme on pouvait s'y attendre, le niveau d'instruction atteint varie de façon très importante selon le milieu de résidence. En milieu rural, 49 % des hommes et 64 % des femmes n'ont jamais fréquenté l'école contre, respectivement, 32 % et 46 % en milieu urbain. À. l'opposé, les proportions de personnes ayant atteint un niveau supérieur au primaire atteignent 28 % pour les hommes et 22 % pour les femmes du milieu urbain contre, respectivement, 12 % et 7 % en milieu rural. En outre, Ngazidja se caractérise par les proportions les plus élevées d'hommes et surtout de femmes ayant fréquenté l'école : 38 % des hommes et 33 % des femmes ont un niveau d'instruction primaire et 18 % des hommes et 13 % des femmes ont un niveau secondaire ou supérieur. ~ l'opposé, seulement 23 % de femmes ont un niveau primaire et 8 % un niveau supérieur au primaire dans l'île de Ndzuwani. Le taux de fréquentation scolaire, qui est le rapport du nombre de personnes scolarisées d'un groupe d'âges à la population totale de ce groupe d'âges, donne une indication sur l'accès actuel de la population au système éducatif. Les questions relatives à la fréquentation scolaire ont été posées pour toutes les personnes âgées de 6 à 24 ans. Les résultats, par groupe d'âges, sexe et milieu de résidence, qui figurent au tableau 2.5 et au graphique 2.3, montrent qu'à 6-10 ans 43 % des enfants sont scolarisés et ce taux atteint un maximum de 65 % à 11-15 ans, âges qui correspondent à la scolarisation, à la fois, en primaire et en secondaire. À 16-20 ans, åges d'étude au niveau secondaire, ce taux diminue et passe à 47 %; à 21-24 ans, âges de scolarisation dans le supérieur, ce taux continue de diminuer et concerne moins d'une personne sur quatre (23 %). Comme pour le niveau d'instruction atteint, le taux de scolarisation varie de façon très importante entre les sexes : à 6-15 ans, âges de scolarisation principalement dans le primaire, 58 % des garçons sont scolarisés contre 49 % des filles. Cet écart se creuse au fur et à mesure que l'âge et le niveau d'étude augmentent : à 16-20 ans, 54 % des hommes sont scolarisés contre 42 % des femmes et, à 21-24 ans, le taux de scolarisation qui se situe à 31% chez les hommes n'est que de 18 % chez les femmes. Tableau 2.5 Taux de scolarisation Proportion de la population (de fait) des ménages, ågée de 6 à 24 ans, frrquemant un établissemen~ scolaire, par åge, selon le sexe et le milieu de résidence, EDSC Comores 1996 Hommes Femmes Ensemble Groupe d'åges Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble 6-10 55,8 41,6 44,9 56,1 36,9 41,7 55,8 39,2 43,2 11-15 79,4 71,1 73,4 67,1 53,9 57,4 73,4 62,2 65,3 6-15 67,4 54,2 57,6 61,2 44,3 48,7 64,2 49,2 53,1 16-20 62,2 49,1 53,6 56,8 35,0 41,8 59,3 41,2 47,1 21-24 36,8 26,7 30,6 29,0 12,5 17,8 32,5 17,9 23,0 Selon le milieu de résidence (graphique 2.3), on observe que la fréquentation scolaire est beaucoup plus forte en milieu urbain qu'en milieu rural et que |'écart tend à augmenter avec 1' âge et donc avec le niveau d'étude. ~ 6-15 ans, 64 % des enfants urbains sont scolarisés, contre 49 % des enfants du milieu rural; à 16- 20 ans, les taux sont respectivement de 59 % et 41% et, à 21-24 ans, 33 % des personnes sont scolarisée en milieu urbain contre 18 % en milieu rural. 17 Graphique 2.3 Taux de fréquentation scolaire Pourcentage 80 60 40 20 6-10 11-15 16-20 21-24 Groupe d'~ges /~Femrnes É~Hornmes 1 EDSC1996 2.1.4 Caractéristiques des logements et biens possédés par le ménage Lors de l'enquête, certaines questions sur les caractéristiques socio-économiques du ménage ont été posées. Ces questions concement la disponibilité de l'électricité, le type d'approvisionnement en eau, le type de toilettes, le matériau du sol du logement et le nombre de pièces pour dormir. Ces caractéristiques, qui servent d'indicateurs de la situation socio-économique du ménage, ont également une influence déterminante sur l'état de santé des membres du ménage. L'examen des données du tableau 2.6 et du graphique 2.4 montre que, dans l'ensemble du pays, plus d'un ménage sur quatre (29 %) dispose de l'électricité. En outre, la disponibilité de l'électricité varie énormément selon le milieu de résidence : alors que seulement un ménage rural sur cinq est doté de l'électricité (20 %), en milieu urbain, la moitié des ménages possède cet équipement (52 %). Dans l'ensemble, plus du quart des ménages (29 %) consomment de l'eau en provenance d'un robinet public, la même proportion (28 %) utilise de l'eau provenant de citerne dans la cour, environ un ménage sur cinq (22 %) dispose d'eau courante à domicile et un ménage sur sept (14 %) s'approvisionne à des citernes situées en dehors de la cour. Le type d'approvisionnement en eau varie fortement selon que l'on se trouve en ville ou en milieu mini. En milieu urbain, près de deux ménages sur cinq (39 %) disposent de l'eau courante à domicile et plus d'un ménage sur trois (35 %) s'approvisionne à un robinet public. Par comparaison, en milieu rural, un ménage sur trois (32 %) s'approvisionne à une citerne située dans la cour, un ménage sur quatre (26 %) s'approvisionne à un robinet public, un sur six (18 %) s'approvisionne à une citerne située hors de la cour et seulement 15 % des ménages disposent de l'eau courante à domicile. 18 Tableau 2.6 Caracléristiques des lo,~ements Répartition (en %) des ménages, par caractéristiques des logements, selon le milieu de résidence, EDSC Comores 1996 Résidence Caractéristique des logements Urbain Rural Ensemble Électricité Oui 51,8 19,6 28,9 Non 47,6 80,2 70,8 ND 0,6 0,2 0,3 Total 100,0 100,0 100,0 Approvisionnement en eau à boire Robinet dans le logement/cour 38,8 14,8 21,7 Robinet public 34,9 26,1 28,6 Puits 2,4 3,6 3,2 Eau de surface 1,1 3,6 2,8 Citerne dans la cour 17,5 32,4 28,1 Citerne hors de la cour 3,4 17,9 13,8 Autre 1,2 1,1 1,2 ND 0,6 0,4 0,5 Total 100,0 100,0 1130,0 Temps nécessaire pour s'approvisionner en eau Moins de 15 minutes (en %) 86,2 81,1 82,5 Type de toilettes Chasse d'eau 7,5 1,6 3,4 Fosses/latrines mdimentalres 58,9 82,7 75,8 Fosses/latrines améliorées 32,1 14,3 19,4 Pas de toilettes/Autre 0,2 0,5 0,4 ND 1,2 0,9 1,0 Total 100,0 100,0 100,0 Type de sol Terre/sable/gravillons 33,7 56,3 49,8 Planche 0,5 1,4 1,2 Dalflex/Ashphalte 5,1 0,9 2,1 Carrelage/Ciment 58,4 40,4 45,6 Autre 1,4 0,5 0,7 ND 0,9 0,4 0,6 Total 100,0 100,0 100,0 Nombre de personnes par pièce utilisée pour dormir 1-2 57,2 53,8 54,8 3-4 30,9 34,4 33,4 5-6 7,0 6,9 6,9 7 ou plus 2,8 3,2 3,1 ND 2,2 1,7 1,9 Total I00,0 100,0 100,0 Moyenne 2,8 2,9 2,9 Effectif de ménages 647 I 605 2 252 19 Graphique 2.4 Caractéristiques des logements Pouroentage 80 60 40 20 ~LECTRICITÊ ORIGINE DE L'EAU f~ TYPE DE TOILETFES TYPE DE SOL EDSC 1996 Concernant le type de toilettes, très peu de ménages disposent de toilettes adéquates puisque seulement 3 % des logements sont équipés de chasse d'eau, communes ou personnelles, alors que les trois quart des ménages (76 %) disposent de fosses ou de latrines rudimentaires et qu'un ménage sur cinq (19 %) utilise des latrines améliorées. Selon le milieu de résidence, on constate qu'en milieu urbain, 8 % des ménages disposent de chasse d'eau contre 2 % seulement en milieu rural. Plus de la moitié des logements urbains ne sont équipés que de fosses ou de latrines rudimentaires (59 %) et pratiquement un tiers des ménages (32 %) utilisent des latrines améliorées. En milieu rural, ce sont les latrines rudimentaires qui sont les installations les plus fréquemment utilisées puisque 83 % des logements en sont pourvus. Le type de sol du logement est souvent utilisé comme un indicateur des conditions matérielles de vie du ménage. On note que la moitié des ménages (50 %) vivent dans des logements dont le sol est en terre/sable/gravillons, et que l'autre moitié (46 %) vit dans des logements dont le sol est recouvert de carrelage ou de ciment. Les sols en terre/sable/gravillons sont plus fréquents en milieu rural qu'en milieu urbain (56 % contre 34 %) et les matériaux plus élaborés (carrelage ou ciment) plus courants en milieu urbain (58 %) qu'en milieu rural (40 %). Le nombre de personnes qui dorment dans la même pièce fonmit une indication du degré d'entassement du ménage. Cet indicateur, qui est étroitement lié à la situation socio-économique du ménage, est important du point de vue sanitaire dans la mesure où, moins tes membres du ménage disposent d'espace pour vivre, plus le risque de transmission des maladies infectieuses et parasitaires est important. Au niveau national, dans 55 % des cas, 1 à 2 personnes dorment par pièce et, dans 33 % des cas, ce sont 3 à4 personnes qui donnent dans la même pièce. Le nombre moyen de personnes par pièce s'établit à 2,9. Le degré d'entassement est légèrement plus important en milieu rural qu'en milieu urbain où, dans 41% des ménages, 3 personnes ou plus dorment par pièce, contre 45 % en milieu rural. 20 Concernant les biens de consommation durables et les moyens de transport possédés par le ménage (tableau 2.7), on constate que près de la moitié des ménages (49 %) ont déclaré ne rien posséder. Cette proportion est plus importante en milieu rural (56 %) qu'en milieu urbain (32 %). Néanmoins, la moitié des ménages (50 %) ont un poste de radio, ce qui constitue ainsi, et de loin, le moyen d'information le plus répandu aux Comores, que ce soit en milieu urbain (67 %) qu'en milieu rural (44 %). Au niveau national, un ménage sur dix possède un poste téléviseur (10 %) et la proportion de ménages urbains qui en possèdent un (22 %) est environ quatre fois supérieure à celle du milieu rural (5 %). Il en est de même pour la possession d'un réfrigérateur (17 % en milieu urbain contre ,T.a.l~leau 2.7 Biens durables possédés par le m6nage Pourcentage de m6nages poss6dant certains biens de consommation durables, selon le milieu de r6sidence, EDSC Comores 1996 Biens durables R6sidence Urbain Rural Ensemble Radio 67,4 43,6 50,4 T616vision 22,3 4,9 9,9 T616phone 9,0 0,9 3,2 Réfrigérateur 17,3 5,2 8,7 Bicyclette 4,8 1,6 2,5 Motocyclette/mobylette 1,5 0,4 0,7 Voaure 7,1 3,7 4,7 Aucun 32,0 55,5 48,7 Effectif de m6nages 647 1 605 2 252 5 % seulement en milieu rural). La possession d'un moyen de transport n'est pas courante : national, 5 % des ménages ont déclaré posséder une voiture privée et 3 % une bicyclette. au niveau 2.2 ENQUÊTE INDIV IDUELLE Les caractéristiques individuelles des personnes enquêtées sont essentielles pour comprendre et expliquer les comportements en matière de fécondité, de contraception, d'hygiène, de nutrition et d'utilisation des services. Le questionnaire individuel a permis de recueillir quelques caractéristiques socio- démographiques des enquêtés tels que 1' âge, le milieu de résidence, l'état matrimonial, le niveau d'instruction et le type d'occupation. Cette partie se propose de présenter les caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés, caractéristiques qui, dans la suite de l'analyse, seront utilisées comme variables de classification de la plupart des phénomènes étudiés. 2.2.1 Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés L'âge, variable fondamentale dans l'analyse des phénomènes démographiques, est l'une des informations les plus difficiles à obtenir de façon précise, lorsque l'enregistrement écrit des événements n'est pas encore totalement entré dans les habitudes des populations. De ce fait, un soin particulier a été accordé à son estimation au moment de l'enquête individuelle. On demandait d'abord aux femmes et aux hommes leur date de naissance, puis leur âge. Lorsque la date de naissance et l'âge étaient obtenus, l'enquêtrice contrôlait la cohérence entre les deux informations. Dans le cas où l'enquêté ne connaissait pas sa date de naissance ou son âge, l'enquêtrice essayait d'obtenir un document officiel (un acte de naissance, par exemple) oU figure la date de naissance. Lorsqu'aucun document n'~tait disponible, 1' enquêtrice devait estimer 1' âge de la femme ou de l'homme, soit par comparaison avec l'âge d'autres membres du ménage, soit par déduction à partir de l'histoire de l'enquêtée, ou encore en utilisant des références historiques. La distribution des femmes de 15-49 ans par groupe d'âges quinquennal (tableau 2.8) présente une allure assez régulière, les proportions de femmes de chaque groupe d'âges diminuant régulièrement au fur et à mesure que l'on avance vers les âges élevés, passant de 28 % à 15-19 ans à 12 % à 30-34 ans et à 7 % à 45-49 ans. Les femmes aux âges de fécondité maximale, c'est-à-dire celles de moins de 30 ans, représentent la part la plus importante des femmes enquêtées, soit 62 %. Pour être sélectionnés en vue de l'enquête individuelle, les hommes devaient être âgés de 15 à 64 ans. Le tableau 2.8 indique que plus de la moitié des hommes sélectionnés (52 %) ont moins de 30 ans. Comme chez les femmes, les proportions de chaque groupe 21 Tableau 2.8 Caraeténstiques socio-démographiques des enquêtés Répartition (en %) des femmes et des hommes enquétés par åge, état matrimonial, milieu de résidence, niveau d'instruction, EDSC Comores 1996 Femmes Hommes Caractéristique socio-démographique Pourcentage Effectif Pourcentage Effectif Groupe d'âgés 15-19 27,7 844 24,7 196 20-24 18,9 576 16,0 127 25-29 15,8 481 11,7 93 30-34 I 1,8 359 9,7 77 35-39 12,1 368 11,1 88 40-44 7,0 213 6,8 54 45-49 6,9 209 6,7 53 50-54 7,0 56 55-59 (3,4) 27 60-64 * 24 I~tat matrimonial Jamais en union 39,0 1 188 47,5 378 Marié/en union 53,6 I 634 48,8 388 Veuf(ve) (1,2) 36 * 2 Divorcé(e)/séparé(e) 6,3 192 (3,4) 27 Milieu de résidence Urbain 29,6 903 31,9 254 Rural 70,4 2 147 68,1 541 lié NgazJdja 56,8 1 733 64,7 514 Mwah 5,6 171 (5,4) 43 Ndzuwani 37,6 1 146 29,9 238 Niveau d'instruction Aucun 53,6 1 635 38,0 302 Primaire 25,8 788 33,1 263 Secondaire ou plus 20,6 627 28,9 230 Fréquente actuellement l'école Oto 17,6 537 20,1 160 Non 82,2 2 506 78,0 620 Ensemble 100,0 3 050 100,0 795 ( ) Données non significatives du fait de la faible taille de l'échantillon. * Données non présent~es du fait de la faible taille de l'échantillon. d'âges diminuent régulièrement avec l'avancement en âge, passant de 25 % à 15-19 ans à 10 % à 30-34 ans et à 3 % à 60-64 ans. En ce qui concerne l'état matrimonial, précisons que, dans le cadre de I'EDSC, ont été considérés en union toutes les femmes et tous les hommes ayant déclaré être en union, qu'il s'agisse d'une union formelle ou non, légale ou non (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse). Selon cette définition, on constate que plus de la moitié des femmes de 15-49 ans (54 %) étaient en union au moment de l'enquête et 7 % étaient en rupture d'union, soit veuves (1%), soit divorcées ou séparées (6 %). En outre, près de deux femmes sur cinq (39 %) étaient célibataires au moment de l'enquête. Les hommes enquêtés sont également, en majorité, en union (49 %), cependant les célibataires sont beaucoup plus représentés que chez les femmes puisqu'ils correspondent à près de la moitié des hommes enquêtés (48 %). Enfin, les hommes en rupture d'union ne sont que très faiblement représentés (3 %). 22 Du point de vue du milieu de résidence, parmi les femmes enquêtées, 70 % résident en milieu rural. On remarque que les hommes sont un peu plus représentés que les femmes en milieu urbain : 32 % contre 30 % de femmes. La majorité des enquêtés vivent dans l'île de Ngazidja (65 % des hommes et 57 % des femmes), alors qu'environ un tiers de la population vit à Ndzuwani (30 % des hommes et 38 % des femmes) et que seulement 5 % des hommes et 6 % des femmes vivent à Mwali ~. On constate au tableau 2.9 que, plus de la moitié des femmes de 15-49 ans (54 %) n'ont jamais fréquenté l 'école, contre 38 % des hommes. De plus, environ une femme sur quatre (26 %) a un niveau d'instruction primaire contre un homme sur trois (33 %). De même, 29 % des hommes ont un niveau secondaire ou plus contre 21% des femmes. En outre, le niveau d'instruction atteint varie de façon importante selon certaines caractéristiques socio-démographiques (tableau 2.9). Ainsi, et comme on l'avait remarqué pour la population des ménages, la proportion de femmes ayant de l'instruction augmente régulièrement des générations les plus anciennes aux générations les plus récentes : 97 % des femmes de 45- 49 ans sont sans instruction contre 33 % à 15-19 ans. De même, plus de deux femmes de 15-19 ans sur trois (67 %) ont un niveau d'instruction primaire ou supérieur contre 19 % seulement de celles de 35-39 ans et 3 % de celles de 45-49 ans. En ce qui concerne les hommes, comme chez les femmes, la proportion de ceux ayant Tableau 2,9 Niveau d'instmction des femmes et des hommes enqu6tés R6partition (en %) des femmes et des hommes par niveau d'mstrucnon atteint, selon le groupe d'åges et le milieu de r6sidence, EDSC Comores 1996 Niveau d'instruction des femmes Niveau d'instruction des hommes Secon- Secon- daire dalre Caractéristique Aucun Primaire ou + Total Effectif Aucun Primaire ou + Total Effectif Groupe d'åges 15-19 33,2 45,9 21,0 100,0 844 12,2 61,7 26,0 100,0 196 20-24 35,8 33,2 31,I 100,0 576 I 1,8 48,8 39,4 100,0 127 25-29 45,7 23,7 30,6 100,0 481 26,9 25,8 47,3 100,0 93 30-34 66,0 12,0 22,0 100,0 359 31,2 23,4 45,5 100,0 77 35-39 81,3 9,5 9,2 100,0 368 53,4 21,6 25,0 100,0 88 40-44 89,7 5,6 4,7 100,0 213 51,9 22,2 25,9 100,0 54 45-49 96,7 2,9 0,5 100,0 209 86,8 3,8 9,4 100,0 53 50-54 83,9 5,4 10,7 100,0 56 55-59 (96,3) (3,7) (0,0) 100,0 27 60-64 * * * 100,0 24 Milieu de résidence Urbain 38,0 22,6 39,4 100,0 903 24,0 32,7 43,3 100,0 254 Rural 60,2 27,2 12,6 100,0 2 147 44,5 33,3 22,2 100,0 541 he Ngazidja 34,8 36,4 28,8 100,0 514 Mwali 56,1 25,7 18,1 100,0 171 (37,2) (37,2) (25,6) 100,0 43 Ndzuwani 66,3 18,2 15,5 100,0 1 146 45,0 25,2 29,8 100,0 238 Ensemble 53,6 25,8 20,6 100,0 3 050 38,0 33,1 28,9 100,0 795 ( ) Donn6es non significatives du fait de la faible taille de l'échanUllon. * Donn6es non pr6sent6es du fait de la faible taille de l'échannllon. L'ile de Mwali ne représentant que 5 % de la population totale, dans l'enquête, cette île ne représente que 5 % de l'échantillon, soit seulement 117 femmes et 43 hommes. La majorité des indicateurs démographiques et de santé calculés sur d'aussi petits effectifs ne sont pas statistiquement sigmficatifs. Dans la suite de ce rapport, dans la plupart des tableaux, on trouvera des résultats pour chacune des trois îles, y compris Mwali, de façon à ce que tout te pays soit couvert. Cependant les indicateurs concernant Mwali ne feront l'objet d'aucun commentaire dans la mesure où ils ne sont pas toujours significatifs. Dans quelques tableaux, portant sur des sous-populations de taille encore plus réduites, les indicateurs concernant Mwali ne seront pas présentés. 23 un niveau d'instruction est plus élevée dans les générations récentes (88 % chez les 15-19 ans) que dans les générations anciennes (13 % chez les 45-49 ans et 4 % chez les 55-59 ans). Mais comme on l 'a déjà mentionné, malgré les progrès réalisés, les différences de niveau d'instruction entre les sexes restent importantes : ainsi, à 15-19 ans, 67 % des femmes ont, au moins, un niveau primaire contre 88 % des hommes. De même, à 25-29 ans, on compte 31% de femmes ayant un niveau secondaire ou supérieur contre 47 % d'hommes. Par rapport aux femmes du milieu urbain, celles vivant en milieu rural sont moins instruites : 38 % des femmes urbaines sont sans instruction contre 60 % en milieu rural. De même, les femmes du milieu urbain sont, proportionnellement, trois fois plus nombreuses que celles du mral à avoir un niveau secondaire (39 % contre 13 %). Chez les hommes on constate ces mêmes disparités : les hommes vivant en milieu urbain sont plus instruits que ceux du milieu rural (76 % ont une instruction primaire ou supérieure contre 56 %). Par ailleurs, l'île de Ndzuwani se caractérise par des proportions plus élevées d'hommes et de femmes sans instruction (respectivement, 45 % et 66 %) que l'île de Ngazidja (respectivement, 35 % et 45 %). Le tableau 2.10 présente les pourcentages de femmes de 15-24 ans selon qu'elles fréquentent ou non l'école ainsi que les raisons qui ont conduit certaines à abandonner l'école. Ainsi, sur l'ensemble des femmes de 15-24 ans, 58 % fréquentent toujours l'école. Pour les 42 % des femmes qui ne sont plus à l'école, la raison la plus fréquemment citée est l'échec scolaire (11%), suivi du manque d'intérêt pour l'école (9 %) et le mariage (5 %). Tableau 2.10 Fréquentation scolaire et raisons de l'abandon de l'école Répartition (en %) des femmes de 15 å 24 ans par fréquentation scolaire et raisons de l'abandon de l'école, selon le mveau d'instruction atteint, EDSC Comores 1996 Primaire Primaire Secondaire Fréquentation inachevé complet ou plus Ensemble Raisons d'abandon scolaire Fréquente actuellement 47,8 43,0 75,0 57,5 Est tombée enceinte 0,4 0,8 1,1 0,7 S'est mariée 4,2 7,8 5,9 5,4 Aide sa famile 2,2 1,6 0,6 1,5 Ne pouvait payer école 6,0 0,8 1,4 3,5 Assez scolarisée 2,0 2,3 0,8 1,6 l~chec ~ l'école 11,1 24,2 5,6 10,8 N'aimait pas l'école 14,4 7,8 3,1 9,2 École non accessible 1,6 0,8 0,6 1,1 Autre 7,5 8,6 3,7 7,6 NSP/ND 2,7 2,3 2,2 2,0 Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 450 128 356 934 24 2.2.2 Caractéristiques différentielles des couples Parmi les hommes interview~s, 388 étaient en union au moment de l'enquête : parmi ces derniers, 333 avaient leur femme vivant dans le même ménage et qui a ét~ enquêtée. Il est alors possible d'associer l'homme à sa femme et de reconstituer ainsi des couples qui, par la suite, seront étudies du point de vue de leurs convergences ou divergences d'idées en matière de planification familiale, de taille idéale de la famille ou encore du point de vue de leur connaissance du sida. Le tableau 2.11 et le graphique 2.5 présentent les résultats concernant quelques-unes des caractéristiques de ces 333 couples. Dans la très grande majorité des couples (91%), l 'homme est plus âgé que sa femme : dans 21% des cas, il a 0-4 ans de plus qu'elle, dans 30 % des cas, il a 5-9 ans de plus et dans 20 % des cas, il est beaucoup plus âgé qu'elle (15 ans et plus). Par contre, dans 9 % des cas, c'est la femme qui est plus âgée que son conjoint. L'écart d'âge entre conjoint est élevé puisque, en moyenne, le mari a 9,3 ans de plus que sa femme. Tableau 2.11 Caractéristiques différentielles des couples Répartition (en %) des couples par différence d'âges entre conjoints et différence de niveau d'instruction, EDSC Comores 1996 Différence Pourcentage Effectif Âge Femme plus ågée 9,3 31 Homme + ågé de: 0-4 ans 20,7 69 5-9 ans 30,0 100 10-14 ans 20,4 68 15 ans ou plus 19,5 65 Difference d'âgesmoyenne Ensemble des femmes 9,3 333 Niveau d'instruction Homme et femme : aucun 46,9 156 Femme instruite, homme non 13,8 46 Homme instruit, femme non 16,8 56 Homme et femme instruits 22,5 75 Total 100,0 333 Du point de vue du niveau d'instruction, un peu plus d'un couple sur cinq (23 %) est composé d'un homme et d'une femme ayant, tous les deux, fréquenté l'école. À l'opposé, dans près d'un couple sur deux (47 %), ni l 'homme ni la femme ne sont allés à l'école. Dans les couples où un seul partenaire a de l'instruc- tion (31%), c'est un peu plus fréquemment le mari qui a fréquenté l'école (17 %) que l'inverse (14 %). Graphique 2.5 Caractéristiques des couples DIFFÊRENCE D'ÆGES Femme plus 9gée Mari + 0-4 ans Mari + 5-g ans Mari + 10-14 ans Man 15 et + INSTRUCTION Les 2 sans Man sans Femme sans Les 2 instruits 10 20 30 40 Pourcentage 50 EDSC 1996 25 2.2.3 Accès aux média Les données relatives à l'accès des femmes aux média sont particulièrement importantes pour la mise en place des programmes d'éducation et de diffusion d'informations dans tous les domaines, notamment dans ceux de la santé et de la planification familiale. Le tableau 2.12 présente les données sur l'accès des femmes aux média (la presse audiovisuelle ou écrite). Au niveau national, plus de la moitié des femmes (54 %) et deux tiers des hommes (66 %) écoutent la radio, au moins, une fois par jour; une femme sur quatre (25 %) et un homme sur trois (34 %) regardent la télévision, au moins une fois par semaine, et 18 % des femmes et 33 % des hommes lisent un journal, au moins, une fois par semaine. Dans l'ensemble, 8 % des femmes ont accès aux trois média alors qu'à l'opposé, 37 % des femmes ne sont exposées à aucun des média; chez les hommes, ces proportions sont, respectivement, 18 % et 26 %. Les femmes de 15-35 ans, celles qui vivent en milieu urbain et qui sont les plus éduquées sont celles qui accèdent le plus à l'information : ainsi, 15 % des femmes urbaines et 26 % des femmes de niveau secondaire ou plus ont accés aux trois média, contre 4 % des femmes rurales et 1% des femmes sans instmction. À l'opposé, 42 % des femmes du milieu rural et 52 % des femmes sans instruction ne sont exposées à aucun des trois média, contre 25 % des femmes urbaines et 12 % de celles de niveau secondaire ou plus. En outre, on constate que, quelles que soient les caractéristiques, la radio est le média le plus populaire. Tableau 2.12 Accès aux média Pourcentage de femmes et d'hommes qui, habituellement, lisent un journal, regardent la tél6vision et/ou 6coutent la radio au moins une fois par semaine selon certaines caractéristiques socio-d~mographiques (pour les femmes), EDSC Comores 1996 Lit un g'coute journal Regarde la la radio au moins TV au moins au moins Les Aucun une fois/ une fois/ une fois/ trois Caracténstique média semaine semaine semaine médla Effectif Groupe d'âges 15-19 35,2 23,6 26,8 55,7 8,5 844 20-24 30,9 27,1 27,4 57,8 10,2 576 25-29 34,3 20,8 27,4 58,4 11,4 481 30-34 38,4 12,5 26,5 53,2 6,4 359 35-39 42,7 7,3 20,7 50,8 3,0 368 40-44 43,7 6,6 19,7 49,3 2,3 213 45 ~.9 50,2 3,3 18,7 44,5 1,4 209 Milieu de résidence Urbain 24,7 27,8 46,7 62,5 15,0 903 Rural 42,4 13,8 16,1 51,0 4,3 2 147 ile Ngazidja 23,7 23,8 31,8 65,9 9,7 1 733 Mwali 50,9 13,5 14,6 42,7 4,1 171 Ndzuwani 55,5 9,9 16,8 38,8 4,6 1 146 Niveau d'instruction Aucun 52,4 1,8 14,3 43,7 0,5 1 635 Primaire 26,0 24,4 26,6 63,6 7,4 788 Secondaire ou plus 11,5 52,0 51,8 70,8 25,8 627 Ensemble des femmes 37,1 18,0 25,2 54,4 7,5 3 050 Ensemble des hommes 25,9 33,1 34,0 65,8 18,2 795 26 2.2.4 Emploi L'EDSC a collecté différents types d'informations relatives à r emploi des femmes et des hommes. Les résultats du tableau 2.13 montrent que 60 % des femmes enquêtées n'occupent pas actuellement un emploi. Cependant, parmi celles-ci, 1% ont travaillé au cours des 12 derniers mois. Les 40 % de femmes qui travaillent se répartissent en 17 % qui travaillent à l'année, 10 % qui travaillent de manière saisonnière et 13 % qui travaillent occasionnellement. La proportion de femmes qui travaillent augmente avec l'âge, passant de 22 % à 15-19 ans, à 39 % à 20-24 ans, à 45 % à 25-29 ans et atteint 50 % à partir de 30-34 ans. C'est en milieu rural que l'on observe la plus forte proportion de femmes qui travaillent (43 % contre 34 % en milieu urbain) mais, en milieu rural, une forte proportion de femmes ne travaillent que saisonnièrement (11%) ou occasionnellement (15 %). Selon le niveau d'instruction, on constate que les femmes ayant de l'instruction travaillent moins fréquemment que celles sans instruction (32 % contre 48 %), mais, comme celles du milieu rural, les femmes sans instruction travaillent beaucoup plus fréquemment que les autres de manière saisonnière (13 %) ou occasionnelle ( 16 %). Tableau 2.13 Emploi des femmes Répartition (en %) des femmes selon qu'elles ont ou non un emploi et répartition (en %) des femmes ayant un emplo~ selon la durée de l'emploi, par caractéristique socio-dêmographique, EDSC Comores 1996 Ne travaille pas au moment de l'enquête Travadie au moment de l'enquête N'a pas A Toute l'année travaillé travaille dans dans 5 jours Moins de les 12 les 12 ou plus 5 jours Saison- derniers derniers par par ni&e- Caractéristique mois mois semaine semaine ment Occasion- nellement ND Total Effectif Groupe d'åges 15-19 76,7 1,3 5,5 1,8 5,8 20-24 60,4 0,9 10,6 3,0 10,1 25-29 54,7 0,6 14,8 2,5 I 1,9 30-34 48,5 1,4 18,9 2,8 10,6 35-39 48,4 1,1 22,3 3,5 10,9 40-44 46,9 2,3 23,5 2,3 10,8 45-49 35,4 1,9 19,6 5,7 15,8 Milieu de résidence Urbain 65,2 1,2 14,2 2,1 7,5 Rural 55,7 1,2 13,6 3,0 10,7 he Ngazidja 59,0 0,5 17,7 3,6 5,4 Mwali 51,5 1,8 6,4 1,2 19,9 Ndzuwani 58,7 2,2 8,8 1,7 14,9 Niveau d'instruction 51,0 1,8 14,3 3,5 12,7 Aucun 67,0 0,8 10,2 2,4 6,9 Primaire 67,3 0,3 16,9 1,1 5,7 Secondaire ou plus Ensemble 58,5 1,2 13,7 2,8 9,8 8,1 0,9 100,0 844 14,8 0,3 100,0 576 15,0 0,6 100,0 481 17,5 0,3 100,0 359 13,3 0,5 100,0 368 14,1 0,0 100,0 213 20,6 1,0 100,0 209 9,3 0,4 100,0 903 15,2 0,7 100,0 2 147 13,1 0,6 100,0 1 733 18,1 1,2 100,0 171 13,3 0,4 100,0 1 146 16,2 0,5 100,0 1 635 12,1 0,8 100,0 788 8,0 0,6 100,0 627 13,4 0,6 100,0 3 050 27 Le tableau 2.14 présente la répartition des femmes ayant un emploi par type d'employeur et formes de revenus, selon certaines caractéristiques socio-démographiques. On constate que 64 % des femmes ayant déclaré avoir actuellement un emploi travaillent à leur propre compte, 20 % travaillent pour quelqu'un de leur famille, 14 % travaillent pour un employeur, privé ou public. Par ailleurs, dans la majorité des cas (65%), les femmes gagnent de l'argent en échange de leur travail. Selon l'âge, on constate que plus les femmes sont jeunes, moins elles travaillent à leur propre compte, les proportions passant de 73 % à 45-49 ans à 59 % à 20-24 ans; parallèlement, plus les femmes sont jeunes, plus elles travaillent pour un employeur non apparenté : 4 % à 45-49 ans, 12 % à 35-39 ans et 19 % à 20-24 ans. En milieu rural, les femmes travaillent plus fréquemment pour leur propre compte qu'en milieu urbain (67 % contre 56 %) et, à l'inverse, c'est en ville que la proportion de femmes travaillant pour un employeur non apparenté est la plus élevée (24 % contre 11% en milieu rural). De même, la proportion de femmes qui gagnent de l'argent est beaucoup plus élevée en milieu urbain qu'en milieu rural (75 % contre 62 %). Du point de vue de l'instruction, les femmes qui n'ont pas fréquenté l'école travaillent à leur propre compte plus fréquemment que celles de niveau secondaire ou plus (67 % contre 49 %) et, à l'inverse, c'est parmi les femmes les plus instruites que la proportion de celles travaillant pour un employeur non apparenté est la plus élevée (35 % contre 8 % pour les femmes sans instruction). De même, 62 % des femmes sans instruction gagne de l'argent en travaillant contre 68 % de celles de niveau secondaire ou supérieur. Tableau 2,14 Employeur et formes de revenus (femmes) Répartition (en %) des femmes ayant un emploi par type d'employeur et de revenu, selon les caractéristiques socio-démographiques, EDSC Comores 1996 Travaille à Travaille Travaille pour son compte pour parents quelqu'un d'autre Effectif de Ne gagne Ne gagne Ne gagne femmes Gagne de pas de Gagne de pas de Gagne de pas de ayant Caractéristique l'argent l'argent l'argent l'argent l'argent l'argent ND Total un emploi Groupe d'åges 15-19 39,1 15,2 4,3 7,6 9,2 19,6 4,9 100,0 184 20-24 44,3 14,5 12,7 5,9 8,6 12,7 1,4 100,0 221 25-29 48,1 13,1 17,3 1,4 4,7 12,6 2,8 100,0 214 30-34 47,2 17,2 16,1 1,1 6,1 10,0 2,2 100,0 180 35-39 50,3 18,9 11,4 0,5 8,1 9,2 1,6 100,0 185 40-44 58,3 16,7 7,4 0,9 6,5 8,3 1,9 100,0 108 45-49 45,7 27,1 3,9 0,0 5,4 17,8 0,0 100,0 129 Milieu de résidence Urbam 44,0 12,0 20,3 3,3 10,3 8,0 2,0 100,0 300 Rural 47,9 18,6 8,1 2,6 6,0 14,5 2,3 100,0 921 ~le Ngazidja 52,7 17,8 15,8 3,7 1,9 5,3 2,7 100,0 695 Mwah 84,8 5,1 7,6 1,3 0,0 0,0 1,3 100,0 79 Ndzuwani 31,3 17,7 4,5 1,6 16,3 27,1 1,6 100,0 447 Niveau d'instruction Aucun 48,3 18,5 5,9 1,7 7,3 16,5 1,8 100,0 768 Primaire 52,0 14,7 10,3 6,0 6,3 7,9 2,8 100,0 252 Secondaire ou plus 35,3 13,9 32,3 3,0 7,0 5,5 3,0 100,0 201 Ensemble 46,9 17,0 11,1 2,8 7,0 12,9 2,2 100,0 1 221 28 Parmi les femmes qui travaillent, plus d'une sur trois (35 %) est employée dans le secteur agricole et, dans leur majorité, ces femmes travaillent sur leur propre terre (23 %) (tableau 2.15). Environ deux femmes sur cinq appartiennent à la catégorie des travailleurs manuels qualifiés (41%) et une proportion non négligeable de femmes (15 %) sont employées dans le secteur des ventes et services. La majorité des femmes rurales travaillent dans l'agriculture (42 %), alors que 45 % des femmes urbaines ont des emplois manuels et 24 % travaillent dans les services et le commerce. On remarque également que 59% des femmes de Ndzuwani travaillent dans l'agriculture, contre 24 % seulement des femmes de Mwali et 22 % des femmes de Ngazidja. Enfin, les femmes sans instruction travaillent en majorité dans l'agriculture (49 %), alors que celles ayant un niveau primaire occupent surtout des emplois manuels (65 %) et que celles ayant une instruction secondaire ou supérieure se partagent entre les emplois manuels (39 %), le commerce et services (28 %) et les professions techniques et d'encadrement (22 %). Tableau 2.15 Occupation des femmes Répartition (en %) des femmes ayant un emploi par type d'occupation actuelle et par cat6gone de terres sur lesquelles elles travaillent selon les caractéristlques socio-démographlques, EDSC Comores 1996 Occupation de l'enquêtre Non-agricole Profes- sionnel/ Effectif Agricole Techni- Travail M6nage de c~en/ Ventes, Travad manuel et femmes Propre Terre Terre Autre Admml- Ser- manuel non domes- ayant un Caracténstique terre famdlale louée terre stration vices qualifé quaiif~ Uque ND Total emploi Groupe d'âges 15-19 6,5 24,5 0,5 0,5 3,3 7,1 52,7 0,5 0,5 3,8 100,0 184 20-24 7,7 8,6 0,0 2,3 1,8 13,1 63,8 0,9 0,0 1,8 100,0 221 25-29 20,1 7,5 0,0 3,3 6,1 15,4 43,9 0,0 1,4 2,3 100,0 214 30-34 21,1 8,9 0,6 3,3 9,4 18,9 35,0 0,6 0,6 1,7 100,0 180 35-39 29,2 4,9 1,1 3,2 5,4 17,8 30,8 1,1 2,2 4,3 100,0 185 40-44 35,2 8,3 0,9 3,7 2,8 24,1 20,4 0,9 0,0 3,7 100,0 108 45-49 56,6 3,9 1,6 0,8 1,6 13,2 17,8 2,3 0,8 1,6 100,0 129 Milieu de résidence Urbain 6,0 5,3 0,7 2,7 11,0 23,7 44,7 0,7 1,7 3,7 100,0 300 Rural 27,9 11,2 0,5 2,4 2,4 12,4 39,4 0,9 0,5 2,4 100,0 921 île Ngazldja 15,3 3,9 0,6 1,7 5,5 14,7 53,4 1,2 1,3 2,6 100,0 695 Mwaii 13,9 2,5 0,0 7,6 6,3 41,8 25,3 0,0 0,0 2,5 100,0 79 Ndzuwani 35,3 20,1 0,7 2,7 2,7 11,2 23,7 0,4 0,2 2,9 100,0 447 Niveau d'instruction Aucun 33,3 12,0 0,9 2,7 0,8 13,0 33,2 0,8 1,0 2,2 100,0 768 Primaire 7,5 7,9 0,0 2,8 1,6 11,5 64,7 0,8 0,0 3,2 100,0 252 Secondaire ou plus 0,0 3,5 0,0 1,0 22,4 27,9 39,3 1,0 1,0 4,0 100,0 201 Ensemble 22,5 9,7 0,6 2,5 4,5 15,2 40,7 0,8 0,8 2,7 100,0 1 22l La question concernant l'utilisation de l'argent, gagné par la femme, permet d'évaluer l'autonomie de celle-ci au sein du ménage. On constate que la majorité des femmes qui gagnent de l'argent en travaillant décident elles-mêmes de l'utilisation de leur argent (53 %); plus d'une femme sur quatre (27 %) décide en accord avec son conjoint et 11% en accord avec quelqu'un d'autre (tableau 2.16). Par contre, 9 % des femmes laissent à quelqu'un d'autre la responsabilité de gérer leur revenu, soit à leur partenaire (4 %), soit à quelqu'un d'autre (4 %). 29 Tableau 2.16 Décision sur l'utilisation des revenus des femmes R6partition (en %) des femmes gagnant de l'argent par personne d6cidant de l'utilisation de cet argent, selon les caract6ristiques socio-démographiques, EDSC Comores 1996 Décision sur l'utilisation des revenus En Autre En Effectif En9uêt6e Partenaire accord personne accord de femmes d6cide décide avec d6cide avec autre gagnant de Caractéristique seule seul partenaire seule personne ND Total l'argent Groupe d'âges 15-19 50,0 0,0 4,1 17,3 28,6 0,0 100,0 98 20-24 53,1 1,4 17,0 8,2 19,0 1,4 100,0 147 25-29 57,3 5,3 25,3 2,7 9,3 0,0 100,0 150 30-34 50,0 6,3 36,7 0,8 6,3 0,0 100,0 128 35-39 52,3 5,4 39,2 0,0 1,5 1,5 100,0 130 40-44 63,3 5,1 30,4 0,0 1,3 0,0 100,0 79 45-49 45,1 7,0 42,3 1,4 4,2 0,0 100,0 71 Milieu de résidence Urbain 62,7 3,1 21,8 1,8 10,7 0,0 100,0 225 Rural 49,5 4,7 29,4 5,4 10,4 0,7 100,0 578 île Ngazidja 46,7 5,6 30,4 6,0 10,7 0,6 100,0 497 Mwali 82,2 0,0 11,0 1,4 4,1 1,4 100,0 73 Ndzuwani 57,9 2,6 25,8 1,7 12,0 0,0 100,0 233 Niveau d'instruction Aucun 53,4 4,6 31,9 1,9 7,4 0,8 100,0 476 Primaire 48,9 4,5 17,6 12,5 16,5 0,0 100,0 176 Secondaire ou plus 57,6 2,6 23,8 2,6 13,2 0,0 100,0 151 État matrimonial C61ibataire ou en rupture d'umon 64,6 0,0 0,3 10,7 23,7 0,6 100,0 308 Actuellement en unîon 46,1 6,9 44,0 0,4 2,2 0,4 100,0 495 Ensemble 53,2 4,2 27,3 4,4 10,5 0,5 100,0 803 Les femmes du milieu urbain ont plus tendance à décider elles-mêmes de l'utilisation de leurs revenus que les femmes du milieu rural (63% contre 50 %); par contre, par rapport aux femmes au milieu urbain, ces dernières gèrent plus fréquemment leur argent en accord avec le conjoint (29 % contre 22 %). De même, les femmes ayant un niveau d'instruction secondaire gèrent elles-mêmes leurs revenus plus fréquemment que les autres (58 % contre 49 % pour les femmes de niveau primaire et 53 % pour les femmes sans instruction). Enfin, du point de vue de la situation matrimoniale, on constate que les femmes qui ne sont pas en union décident plus fréquemment que celles qui sont mariées de la façon d'utiliser leur argent (65 % contre 46 %). Le fait que la mère travaille et que, pendant ce temps, quelqu'un d'autre s'occupe des jeunes enfants peut avoir un effet négatif sur l'état de santé, l'état nutritionnel et le développement des enfants de moins de 6 ans. Pour cette raison, on a demandé aux mères ayant un emploi et un ou plusieurs enfants de moins de 6 ans, qui s'occupait des enfants pendant qu'elle travaillait. Le tableau 2.17 présente la répartition des femmes qui ont un emploi selon qu'elles ont ou non un ou plusieurs jeunes enfants (moins de 6 ans) et la répartition des mères qui travaillent et qui ont un ou des enfants, selon la personne qui s'en occupe pendant qu'elles travaillent. On constate, tout d'abord, que parmi les femmes ayant un emploi, 42 % avaient, au moins, un enfant de moins de 6 ans au moment de l'enquête. 30 Tableau 2.17 Soins des enfants et travail Répartition (en %) des femmes ayant un emploi et un enfant de moms de 6 ans et répartition (en %) des mères ayant un emploi et un enfant de moins de 6 ans par genre de personne qui prend soin de l'enfant pendant qu'elle travaille, selon les caractéristiques socio-ddmographiques. EDSC Comores 1996 Garde des enfants Effectif Au de Pas motos un Domes- Enfant Autre femmes enfant enfant En- Autres t~que, h Autre gar- ayant un Caractdristtque <6ans <6ans qu~tde Mari parents Voisins garde l'école fille çon Autre ND Total emploi Milieu de résidence Urbain 61,0 39,0 17,9 1,7 33,3 3,4 1,7 3,4 Rural 57,5 42,5 10,0 0,5 38,1 5,6 0,5 1,0 lle Ngazldja 63,6 36,4 9,5 1,2 43, I 3,6 1,2 2,4 Mwali 48,1 51,9 41,5 0,0 19,5 4,9 11,0 0,0 Ndzuwani 52,1 47,9 8,9 0,5 33,2 7.0 0,5 0,9 Niveau d'instruction Aucun 55,2 44,8 10,5 0,6 32,3 5,2 0,0 0,0 Primaire 64,3 35,7 20,0 2,2 46,7 6,7 0,0 1,1 Secondaire ou plus 63,2 36,8 8,1 0,0 47,3 2.7 5,4 9,5 Type de travail Pour membre famine 61,2 38,8 8,4 l,I 32,6 9,5 0,0 0,0 Pour aune personne 70,3 29,7 5,9 0,0 51,0 3,9 5,9 9,8 À son compte 54,9 45,1 13,9 0,8 36,0 3,7 0,3 0,8 Occupation de l'enquttée Agricole 49,9 50,1 1,4 0,5 39,4 8,8 0,0 0,0 Non agricole 63,7 36,3 20,0 0,7 34,5 2,5 1,5 2,9 Emploi à l'année/ saisonnier 17,9 2,6 7,7 10,3 100,0 300 31,7 4,6 1,8 6,1 100,0 921 24,9 2,8 2,8 8,7 100,0 695 24,4 0,0 2,4 7,3 100,0 79 33,6 6,5 3,7 5,1 100,0 447 35,5 5,5 2,6 7,8 1 tF0,0 768 15,6 2,2 4,4 1,1 100,0 252 12,2 0,0 4,1 10,8 100,0 201 37,9 3,2 2,1 5,3 100,0 245 11,8 2,0 2,0 7,8 1OO,0 172 28,9 4,8 3,7 7,1 100,0 783 35,6 6,5 3,2 4,6 100,0 431 23,6 2,2 2,9 9,1 100,0 757 Année/toute semaine 60,1 39,9 6,0 1,2 35,9 3,0 2,4 4,2 26,9 %2 6,0 7,2 100,0 419 Année/une partie de la semaine 60,7 39,3 3,0 0,0 48,5 3,0 0,0 0,0 39,4 3,0 0,0 3,0 100,0 84 Satsonmer 53,7 46,3 13,0 11,0 34,1 6,5 0,0 0,0 34,1 3,6 2,2 6,5 I00,0 298 Occaslonnel 59,0 41,0 18,5 1,2 38,7 6,5 0,0 0,6 23,8 1,8 1,8 7,1 100,0 410 Ensemble I 58,4 41,6 11,8 0,8 37,0 5,1 0,8 1,6 28,5 4,1 3,1 7,1 100,0 1 221 I y compris les "non drtert~tt~s" Dans 12 % des cas, l'enquêtée a déclaré qu'elle s'occupait elle-même de ses jeunes enfants lorsqu'elle travaillait. Cependant, dans la plupart des cas (70 %) un membre de la famille a la garde des enfants pendant que la femme travaille : il s' agit soit du mari/conjoint (1%), soit d'autres parents (37 %), soit d'autres enfants plus âgés (33 %). Les voisins ou amis s'occupent des enfants dans 5 % des cas. Les mères comoriennes qui travaillent ont très peu recours à des employds et aux jardins d'enfants pour garder leurs enfants (respectivement, 1% et 2 % ). Les femmes du milieu urbain s'occupent plus fréquemment de leurs enfants pendant qu'elles travaillent que les femmes du milieu rural (18 % contre 10 %). Ces demières confient surtout leurs enfants à d'autres parents (38 %) et à des enfants plus âgés (36 %). De même, les femmes de niveau primaire gardent plus fréquemment leurs enfants avec elles (20 %) que celles sans instruction (11%) et que celles ayant un niveau secondaire ou plus (8 %). Cependant, c'est en fonction du type d'occupation que l'on observe les plus grandes différences. Les mères qui travaillent dans le secteur agricole sont proportionnellement très peu nombreuses à s'occuper elles-mêmes de leurs enfants pendant qu'elles travaillent (1%) alors que 20 % de celles qui travaillent dans les secteurs non-agricoles gardent leurs enfants sur le lieu de travail. Le femmes qui travaillent dans l'agriculture confient surtout leurs enfants à des parents (39 % ) ou à des enfants plus âgés (42 %). 31 Parmi les hommes interrogés, 61% ont d6claré avoir une activité quelconque au moment de l'enquête (Tableau 2.18); cette proportion est beaucoup plus élevée que celle trouv6e pour les femmes (40 5). Comme pour les femmes, les proportions d'hommes ayant un emploi augmentent avec l'âge, passant de 13 % à 15-19 ans, à 41% à 20-24 ans, à 73 % à 25-29 ans et pour se stabiliser autour de 91% à partir de 30 ans; comme attendu, au-delà de 50 ans, les proportions d'hommes qui travaillent commencent à diminuer. Les hommes ayant un emploi sont proportionnellement plus nombreux en milieu rural qu'en milieu urbain (62 % contre 58 % ). De même, on observe une proportion beaucoup plus élevée d'hommes ayant un emploi parmi ceux qui n'ont pas d'instruction (85 %) que parmi ceux de niveau primaire ou supérieur (46 %) : cela s'explique en grande partie par la situation des jeunes qui fréquentent l'école et donc ne travaillent pas. Les hommes travaillent moins fréquemment que les femmes dans l'agriculture (24 % contre 35 %) et, comme les femmes, dans leur majorité, ils travaillent sur leur propre terre (13 %). Un homme sur sept (14 %) occupe un emploi manuel qualifié et ce type d'emploi est particulièrement fréquent chez les hommes de niveau d'instruction primaire (19 %). Un homme sur dix travaille dans les ventes et services (10 %), type d'activité fréquente chez les hommes de niveau secondaire ou plus (17 %). Enfin, les emplois techniques et d'encadrement ne sont occupés que par 4 % des hommes, surtout par ceux de niveau secondaire ou plus (12 %). Tableau 2.18 Occupation des hommes Répartition (en %) des hommes selon qu'ils ont ou non un emploi et selon le type d'occupation actuelle, par catégorie de terres sur lesquelles ils travaillent selon les caract6ristiques socio-démographiques, EDSC Comores 1996 Travaille actuellement Non-agricole Profes- Ne sionnel/ travaille Agricole Techni- Travail M~nage pas cien/ Ventes, Travail manuel et actuelle- Propre Terre Terre Autre Admini- Ser. manuel non domes- Effectif Caract6ristique ment terre familiale lou6e terre stration vices quaiiti6 qualif6 tique ND Total d'hommes Groupe d'åges 15-19 86,7 0,0 4,6 0,0 1,0 0,5 0,0 5,1 1,5 0,0 0,5 100,0 196 20-24 59,1 1,6 4,7 0,0 0,0 0,0 4,7 21,3 5,5 0,8 2,4 100,0 127 25-29 26,9 6,5 9,7 0,0 3,2 5,4 8,6 23,7 8,6 0,0 7,5 100,0 93 30-34 9,1 9,1 10,4 0,0 2,6 6,5 26,0 20,8 11,7 0,0 3,9 100,0 77 35-39 9,1 19,3 8,0 1,1 2,3 6,8 21,6 14,8 12,5 0,0 4,5 100,0 88 40-44 3,7 25,9 7,4 0,0 3,7 16,7 22,2 13,0 5,6 0,0 1,9 100,0 54 45-49 9,4 32,1 22,6 0,0 3,8 5,7 7,5 5,7 11,3 0,0 1,9 100,0 53 50.54 17,9 35,7 7,1 0,0 3,6 5,4 8,9 8,9 8,9 1,8 1,8 100,0 56 55-59 (11,1) (51,9) (14,8) (7,4) (0,0) (0,0) (7,4) (3,7) (0,0) (0,0) (3,7) 100,0 27 60-64 (25.0) (29,2) (16,7) (0,0) (0.0) (0,0) (12,5) (16,7) (0,0) (0,0) (0,0) 100,0 24 Milieu de résidence Urbain 42,1 3.9 2,0 0,0 2,0 7.1 16,9 16,1 5,1 0.8 3,9 100,0 254 Rural 37,7 17,4 11,5 0,6 1,8 2,6 6,7 12,4 7,2 0.0 2,2 100,0 541 ile Ngazidja 39,9 10,9 11,5 0,4 1,6 4,3 8,2 15,8 4.7 0,2 2.7 100,0 514 Mwali (32,6) (9,3) (4,7) (0,0) (9.3) (7,0) (7,0) (16,3) (14,0) (0.0) (0,0) 100,0 43 Ndzuwani 38,7 18,5 2,5 0,4 1,3 2,9 14,3 8,4 9,2 0,4 3,4 100,0 238 Niveau d'instruction Aucun 15,2 29,1 14,6 1,0 4.3 0,7 8,3 12,3 11,6 0,0 3,0 100,0 302 Primaire 55,9 4,2 5,7 0,0 0,8 1,1 5,7 19,4 4,2 0,8 2,3 100,0 263 Secondaire ou plus 51,3 2,2 3,5 0,0 0,0 11,7 17,0 8,7 2,6 0,0 3,0 100,0 230 Ensemble 39,1 13,1 8,4 0,4 1,9 4,0 9,9 13,6 6,5 0,3 2,8 100,0 795 ( ) Données non significatives du fait de la faible taille de l'~chantillon 32 CHAPITRE 3 FÉCONDITÉ Un des objectifs de I'EDSC est de fournir des informations sur l'histoire génésique des femmes, ce qui permet d'estimer les niveaux et tendances de la fécondité au niveau national, par milieu de résidence et selon les caractéristiques des femmes. Durant l'interview, l'enquêtrice posait tout d'abord une série de questions sur le nombre total d'enfants que la femme avait eus, en distinguant les garçons des filles, ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs, et ceux encore en vie de ceux décédés. L'enquêtrice reconstituait ensuite avec la femme interrogée, l'historique complet de ses naissances, de la plus ancienne à la plus récente, en enregistrant, pour chacune d'entre elles : le type de naissance (simple ou multiple), le sexe, la date de naissance et l'état de survie. Pour les enfants encore en vie, elle enregistrait leur âge et distinguait ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs. Pour les enfants décédés, elle enregistrait l'âge au décès. Lors de l'interview, l'enquêtrice devait s'assurer que le nombre total d'enfants déclarés par la mère était cohérent avec le nombre d'enfants obtenu à partir de l'historique des naissances, pour minimiser les erreurs de déclaration et les omissions. Lors des enquêtes DHS, on a parfois observé certains déplacements de dates de naissance d'enfants nés durant les trois années ayant précédé l'enquête vers les années précédentes. Ces déplacements d'années de naissance sont souvent effectués volontairement par les enquêtrices pour éviter de poser les questions sur la santé des enfants (Section 4 du questionnaire) qui ne portent que sur les naissances des trois années ayant précédé l'enquête (1993-1996) et pour éviter de prendre les mesures anthropométriques des enfants et de leur mère. Ces déplacements sont généralement plus fréquents lorsque la mère ne connaît pas avec exactitude le mois et l'année de naissance ou l'âge de ses enfants. Dans le cas de I'EDSC, il semble y avoir eu des transferts de naissances de 1993 vers 1992 ~. Toutefois, ces déplacements n'affectent pas la mesure de la fécondité actuelle, car celle-ci est mesurée pour la période de cinq ans ayant précédé l'enquête, c'est-à-dire, pour la période 1991-1996. Cette période de cinq ans a ét~ choisie comme compromis entre trois critères : fournir des indicateurs de fécondité les plus récents possibles, minimiser les erreurs de sondage et éviter les problèmes de transfert de dates de certaines naissances. 3.1 N IVEAU DE LA FÉCONDITÉ ET FÉCONDITÉ D IFFÉRENTIELLE Le niveau actuel de la fécondité ainsi que ses variations différentielles sont mesurés par les taux de fécondité générale par âge et l'Indice Synthétique de Fécondité (ISF) ou somme des naissances réduites. Les taux de fécondité par âge sont calculés en rapportant les naissances issues de chaque groupe d'âges à l'effectif des femmes de ce groupe. Ils constituent des mesures fiables et courantes de la fécondité. Quant à I'ISF, qui est un indice de fécondité du moment, il est calculé à partir du cumul des taux de fécondité par âge. Il correspond au nombre moyen d'enfants que ces femmes auraient à la fin de leur vie féconde si les taux de fécondité par âge actuels restaient invariables. Le tableau 3.1 et le graphique 3.1 présentent les taux de fécondité par âge pour l'ensemble du pays et selon le milieu de résidence. La courbe des taux de fécondité présente une allure assez différente de celle de la plupart des pays d'Afrique subsaharienne à forte fécondité où les taux sont très élevés à 15-19 ans et t A l'Annexe C, le tableau C.4 fournit la distribution des naissances par année de naissance. Le « rapport de naissances annuelles » (rapport des naissances d'année x à la demi-somme des naissances des années précédentes et suivantes, soit N/[(N,,.I+N»I)/2]), rend compte des déplacements d'années de naissance. Le rapport semble indiquer un manque de naissances en 1993 (rapport = 85,6) et un excédent en 1992 (rapport = 121,6). 33 Tableau 3.l Feconditæ actuelle Taux de fécondite par âge, indice synthetique de fécondite (ISF), taux brut de natalite (TBN) et taux global de fécondité génerale (TGFG) pour la période des cinq annees préc&lant l'enquête, selon le milieu de residence, EDSC Comores 1996 Residence Groupe d'åges Urbain Rural Ensemble 15-19 54 71 66 20-24 136 222 196 25-29 179 262 237 30-34 226 254 246 35-39 131 176 164 40-44 54 86 78 45-49 37 26 29 ISF 15-49 (pour 1 femme) 4,1 5,5 5,1 ISF 15-44 (pour 1 femme) 3,9 5,4 4,9 TGFG (pour 1 0oe) 127 175 161 TBN (pour 1 000) 28,9 35,8 33,9 Note : Les taux sont calcules pour la periode de 1-60 mois avant l'enquête, Les taux à 45-49 ans peuvent être 16gèrement biaises du fait de doon6es incomplêtes pour ce groupe dãges. Graphique 3.1 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence Pour mille 300 250 200 150 100 50 0 15 i I 215 I t I 15 I i I i i 20 30 40 45 Age de la femme [~'Rural ~Urbam --Ensemble] 50 EDSC 1996 34 où le maximum est atteint rapidement, dès 20-24 ans ou 25-29 ans. Aux Comores, la fécondité relativement faible à 15-19 ans (66 %o) augmente régulièrement pour atteindre son maximum à 30-34 ans (246 %o) avant de diminuer de façon très rapide, puisqu'à 35-39 ans, la fécondité n'est plus que de 164 %o et de 78 %,~ à 40-44 ans. En arrivant en fin de vie féconde, les femmes comoriennes donneraient ainsi naissance, en moyenne, à 5,1 enfants. L ' ISF varie de 4,1 enfants par femme en milieu urbain à 5,5 en milieu rural. Cela signifie que, si les niveaux actuels de fécondité se maintenaient invariables, les femmes résidant en milieu rural auraient, en fin de vie féconde, 1,4 enfants de plus que celles résidant en milieu urbain. Ces différences de fécondité s' observent pratiquement à tous les åges, mais r écart relatif entre les taux est particulièrement important entre 20 et 29 ans : ainsi, à 20-24 ans, le taux est de 136 %o en milieu urbain contre 222 %0 en milieu rural, soit 63 % plus élevé; à 25-29 ans, le taux du milieu rural (262 %o) est supérieur de 46 % à celui du milieu urbain ( 179 %0). Les femmes du milieu rural ont donc une fécondité plus précoce, qui atteint son maximum à 25-29 ans. À l'opposé, chez les femmes du milieu urbain, le maximum n'est atteint qu'à 30-34 ans avec un taux de 226 %. Après ces âges-là, les taux de fécondité en milieu urbain et en milieu rural diminuent d'une manière assez régulière, pour atteindre un taux d'environ 30 °/oo chez les femmes de 45-49 ans. Deux autres mesures du niveau de la fécondité sont présentées au tableau 3.1, à savoir le Taux Global de Fécondité Générale (TGFG) et le Taux Brut de Natalité (TBN). Le TGFG représente le nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population des femmes en âge de procréer. Le TBN est le nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population totale. Ces taux sont respectivement de 161%o et de 34 %o pour l'ensemble du pays. Le niveau de la fécondité présente des variations importantes selon le milieu de résidence des femmes et selon certaines de leurs caractéristiques socio-démographiques comme on peut le constater au tableau 3.2, illustré par le graphique 3.2. Comme pour le milieu de résidence, on peut constater que le niveau de I'ISF présente de très fortes variations selon l'île de résidence, I'ISF étant de 6,4 enfants par femme à Ndzuwani contre seulement 4,0 à Ngazidja z. En ce qui concerne le niveau d'instruction, on constate que la fécondité des femmes scolarisées est nettement inférieure à celles des femmes sans instruction. Cela apparaît très nettement dans les valeurs de I'ISF qui varient de 5,8 enfants pour les femmes sans instruction, à 5,3 pour les femmes ayant un niveau d'instruction primaire et à 3,6 pour les femmes de niveau d'instruction secondaire ou plus. Ces écarts importants s'expliquent par le fait que les femmes ayant un niveau d'instruction secondaire ou plus sont aussi celles qui pratiquent le plus fréquemment la contraception et celles qui entrent en union le plus tard (voir Chapitres 4 - Planification familiale - et Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse). Au tableau 3.2 et au graphique 3.2 figure également le nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans. L' ISF mesure la fécondité actuelle ou du moment, mais ce nombre moyen représente le résultat de la fécondité passée des femmes enquêtées. Chez les femmes de 40-49 ans, ce nombre moyen peut être assimilé à la descendance finale des femmes qui atteignent la fin de leur vie reproductive. Dans une population où la fécondité reste invariable, cette descendance tend à se rapprocher de I'ISF. Par contre, si I'ISF se révèle inférieur au nombre moyen d'enfants par femme en fin de vie féconde, cela témoigne d'une tendance à la baisse de la fécondité. Dans le cas des Comores, on voit que dans l'ensemble, la descendance finale, estimée à 6,7 enfants par femme, est nettement supérieure à I'ISF (5,1), ce qui suggère une baisse importante de la fécondité au cours des dernières années. Signalons que l'inégalité entre les deux indicateurs de fécondité se vérifie quel que soit le milieu de résidence ou le niveau d'instruction. 2 L'ISF de Mwali n'est pas statistiquement significatif en raison du nombre insuffisant de cas. 35 Tableau 3.2 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques Indice synthétique de fécondit6 pour les cinq années précédant l'enquête, proportion de femmes actueUement enceintes et nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans, par caract6ristiquas socio-démographiques, EDSC Comores 1996 Pourcentage Nombre moyen Indice de femmes d'enfants nés synth¢tique actuellement vivants pour les Caractéristique de fécondité I enceintes femmes de 40-49 ans Milieu de résidence Urbain 4,1 5,1 6,3 Rural 5,5 6,8 6,9 ile Ngazidja 4,0 5,4 5,8 Mwali * 9,4 6,8 Ndzuwani 6,4 7,2 8,3 Niveau d'instruction Aucun 5,8 7,2 6,9 Primaire 5,3 6,5 5,8 Secondaire ou plus 3,6 3,7 4,2 Ensemble 5,1 6,3 6,7 * Données uon présentées du fait de la faible taille de '~chant on. : Indice synthétique de fécondité pour les femmes âgées de 15-49 ans COMORES R~SIDENCE Urbain Rural INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + Graphique 3,2 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans ~~;Y/~,4¢~~~J2"~~~ f//l'? ~////////////////////////////////, f///////// /////////////////////////////////////'J///////////,///~~ //,~/,~//////////////////////////////////, f/////////////////////////////////////,4////J/Æ//J/////////////~ ~J~///////////// /////,~//////////////////////////////// ///,~///J,~//////Æ//////////A //////////////////// //////,f//////J//,¢'/,~~~//////////~/'Æ/,//f,//J,~ ~/////////,,YY~//////////A ///////~Y///////,~~/ ,/~,f,'/2",'Y///,-~ 1 2 3 4 5 6 7 8 Nombre d'enfants par femme ~SF ~Descendance ] EDSC 1996 Le tableau 3.2 fournit également le pourcentage de femmes qui se sont déclarées enceintes au moment de l'enquête. Il faut préciser qu'il ne s'agit pas de la proportion exacte de femmes qui sont enceintes, dans la mesure où il y a des enquêtées en début de grossesse qui ne se savent pas enceintes et qui, par conséquent, n'ont pas déclaré leur état. Cependant, on peut noter que cette proportion, esf:mée à 6,3 % au niveau national, varie dans le même sens que I'ISF, ce qui atteste de la cohérence de ces résultats. 36 3.2 TENDANCES DE LA FÉCONDITÉ Comme nous ]'avons mentionné précédemment, à I'EDSC les données sur la fécondité sont obtenues à partir de l'historique des naissances des femmes, ce qui permet de retracer les tendances passées de la fécondité. Pour cela, on a calculé les taux de fécondité par âge de la mère à la naissance de ses enfants, par période de cinq ans précédant l'enquête (tableau 3.3). Le graphique 3.3, qui visualise ces données, permet de constater que les taux de fécondité ont baissé légèrement durant les trois périodes les plus anciennes (de 5 à 19 ans avant l'enquSte), mais une baisse importante de la fécondité s'est produite au cours de la période 0- 4 ans avant l'enquête. Ainsi, à 25-29 ans, par exemple, le taux de fécondité, estimé à 319 %0 15-19 ans avant l'enquête, est passé à 317 %~ 10- 14 avant l'enquête, à 292 %0 5-9 ans avant Tableau 3.3 Tendances de la fécondité par åge Taux de fécondlté par âge par période de cinq ans précédant l'enquéte, selon l'âge de la mère, EDSC Comores 1996 Pédodes précédant Groupe l'enquête (en années) d'åges 0-4 5-9 10-14 15-19 15-19 66 108 120 140 20-24 196 248 265 294 25-29 237 292 317 319 30-34 246 264 299 [314] 35-39 164 221 [237] 40-44 78 [174] 45-49 [29] ISF 15-49 5,1 1SF 15-34 3,7 4,6 5,0 5,3 Note : Taux de fécondité par groupe d'åges pour 1 000 femmes. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplètes. l'enquête et a chuté à 237 %~ pendant la période la plus récente. Il apparaît donc que l'essentiel de la baisse de fécondité se serait produite au cours des années les plus récentes, entre la période 1986-90 et la période 1991-96. En plus de la baisse des taux, au cours des dernières années, on constate également un déplacement de la courbe des taux de fécondité, le maximum passant de 25-29 ans à 30-34 ans. Graphique 3.3 Tendances de la fécondité par âge Pour mdle 350 300 250 200 150 100 I 50 0 ~ "r 15 i i i i i i - -~ ~ i 20 25 30 35 40 45 Åge de la femme Pérlodesi,EDsCaVant 1 0-4 ans + 5-9 ans ,~( 10-14 ans I 11t15-198ns j 50 EDSC 1996 37 .~. partir des taux de fécondité par âge, on a calculé, pour chaque période quinquennale, I'ISF des femmes de 15-34 ans (tableau 3.3) qui est représenté au graphique 3.4. L'examen de ce graphique permet de constater que la baisse de la fécondité n'est pas un phénomène récent aux Comores. Déjà, entre les périodes 1976-80 (centrée sur l'année 1978) et 1986-90 (centrée sur l'année 1988), I'ISF a baissé de 13 % environ. Au cours de la dernière décennie, le rythme de la baisse s'est accéléré, I'ISF passant de 4,6 autour de l'année 1988 à 3,7 autour de l'année 1993, ce qui représente une baisse de près de 20 %. Graphique 3.4 Tendances de I'ISF pour les femmes de 15-34 ans, selon la période avant rEDSC Enfants par femme 6 55 S 4.5 4 3.5 3 I I 19188 I I 1978 1983 1991 1993 Année EDSC1996 Pour évaluer les tendances de la fécondité on peut également comparer les résultats de I'EDSC à ceux d'autres opérations de collecte antérieures, en particulier à ceux du RGPH de 1991. Au cours cette opération, deux types de questions relatives à la fécondité ont été posées : on a demandé combien de naissances s'étaient produites au cours des 12 derniers mois et on a également demandé aux femmes le nombre d'enfants qu'elles avaient eus au cours de leur vie. La première question permet, en théorie, de calculer les niveaux de fécondité « observés » de l'année ayant précédé le recensement, soit l'année 1990-1991. Le graphique 3.5 qui représente ces taux ainsi que ceux de la période 0-4 ans avant I'EDSC (soit une période très voisine de celle du RGPH) met en évidence la sous-estimation importante de la fécondité d'après les données observées du recensement : I'ISF « observé » pour l'année 1990-1991 se situerait à 3,8 enfants par femme ( source RGP observé, données non publiées) contre 5,1 à rEDSC. Le fait de disposer également au recensement du nombre d'enfants nés vivants par femme au cours de leur vie féconde permet d'utiliser différentes méthodes indirectes pour estimer les niveaux de fécondité et « corriger » les niveaux observés. La méthode du quotient P/F, ou méthode de Brass (Brass et al., 1968) a été utilisée à partir des données du RGPH pour réajuster les niveaux de fécondité observés : les taux de fécondité résultant de l'ajustement (DNR, 1996b) figurent également au graphique 3.5. Il apparaît que ces taux ajustés qui sont pratiquement deux fois plus élevés que les taux observés sont également toujours très 38 Graphique 3.5 Fécondité par ãge selon I'EDSC 1996 et le RGPH 1991 Pour mille 400 350 300 250 200 150 100 50 0 15 /+ t I ~ ~,~ >4 20 50 25 30 35 40 45 Åge de la femme ' -~EDsc ÷RGPH 1991 ajusté × RGPH 1991 obse~êj nettement supérieurs à ceux observés à I'EDSC. L'ISF qui résulte de cet ajustement estime la fécondité à 6, 8 enfants par femme, contre 3,8 d'après les données observées du RGPH et 5,1 d'après les résultats de I'EDSC. Compte tenu des modifications importantes qui se sont produites récemment dans le comportement des femmes comoriennes (voir Chapitre 4, Planification familiale, et Chapitre 5, Nuptialité et exposition au risque de grossesse), les niveaux de fécondité très élevés, estimés à partir du RGPH, semblent peu probables et surestiment très fortement la fécondité réelle des femmes comoriennes. Le tableau 3.4 présente le même type de données que le tableau précédent, sauf que les taux de fécondité par âge sont calculés par durée de mariage, pour les différentes périodes de cinq années avant l'enquête. Entre les deux périodes les plus récentes, et quelle que soit la durée de mariage, on observe une baisse des taux, mais l 'ampleur des écarts est de plus en plus important au fur et à mesure que la durée de mariage augmente. Ainsi, entre les périodes 5-9 ans et 0-4 ans avant l'enquête, la réduction des taux est de 5 % pour les durées de mariage inférieures à cinq ans, contre une réduction de 26 % pour les durées de mariage 15-19 ans. Ainsi, bien que dès le début de l'union les femmes commencent à retarder ou à espacer leurs naissances, la baisse de la fécondité est due essentiellement à un espacement ou à une limitation des naissances chez les femmes qui sont mari~es depuis plusieurs années. Tableau 3.4 Tendances de la fécondit6 par durée de l'union Taux de fécondlté des femmes non-célibataires par période de cinq ans précédant l'enquête, selon la durée écoulée depuis la premiêre union, EDSC Comores 1996 Nombre d'années depuisle premier mariage Péfiodesprécédant l'enquête (en années) 0-4 5-9 10-14 15-19 0-4 349 367 354 335 5-9 294 336 334 354 10-14 263 298 298 315 15-19 179 243 280 [260] 20-24 120 207 [228] 25-29 73 [105] Note : Taux de fécondité pour 1 000 femmes non-célibataires. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incompl~tes. 39 3.3 PARITÉ ET STÉRIL ITÉ PR IMAIRE A partir du nombre total d'enfants que les femmes ont eus au cours de leur vie, on a calculé les parités moyennes par groupe d'âges, pour l'ensemble des femmes et pour les femmes actuellement en union (tableau 3.5). On constate tout d'abord une augmentation régulière et rapide des parités avec 1' âge de la femme : ainsi de 0,1 enfant en moyenne à moins de 20 ans, la parité atteint 0,9 enfants à moins de 25 ans. À la fin de sa vie féconde, à l'âge de 45-49 ans, une femme a donné naissance à 7,1 enfants en moyenne. Par ailleurs, la répartition de toutes les femmes selon le nombre de naissances met en évidence une fécondité précoce assez faible comparativement aux pays d'Afrique subsaharienne et de l'Océan Indien, puisque seulement 7 % des jeunes femmes de moins de 20 ans et 41% des femmes de moins de 25 ans ont déjà donné naissance à, au moins, un enfant. ~k titre de comparaison, à Madagascar, une femme sur quatre (26 %) a déjà eu, au moins, un enfant avant l'âge de 20 ans, et 72 % des femmes ont déjà, au moins, un enfant en atteignant 25 ans. Par contre, aux âges élevés (40-49 ans), une proportion importante de femmes (44 %) ont donné naissance à un nombre élevé d'enfants (8 et plus). Les résultats concernant les femmes actuellement en union diffèrent peu de ceux concernant toutes les femmes, sauf aux âges les plus jeunes où la proportion de femmes qui ne sont pas encore en union est encore importante. Ainsi, 65 % des femmes en union de 15-19 ans ont déjà eu, au moins, un enfant contre 7 % pour toutes les femmes; de même, à 20-24 ans, 84 % des femmes en union ont déjà eu, au moins, un enfant contre 41% pour toutes les femmes. Cependant, à partir de 30-34 ans, âges auxquels la proportion de femmes qui ne sont pas en union est faible (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse), l'écart entre la proportion de femmes en union ayant déjà eu, au moins, un enfant (92 %) et celle de l'ensemble des femmes dans la même situation (85 %) est peu important. Tableau 3.5 Enfants n6s vivants et enfants survivants des femmes R6partition (en %) de toutes les femmes et des femmes actuellement en umon par nombre d'enfants n6s vivants, nombre moyen d'enfants n6s vivants et nombre moyen d'enfants survivants, selon l'âge des femmes, EDSC Comores 1996 Nombre Nombre Nombre d'enfants n6s vivants Effectif moyen moyen Groupe de d'enfants d'enfants d'åges 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10ou + Total femmes nés vivants survivants TOUTES LES FEMMES 15-19 92,7 4,9 2,0 0,5 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 844 0,10 0,10 20-24 59,2 16,1 10,9 8,3 3,8 0,9 0,7 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 576 0,87 0,77 25-29 29,9 13,5 16,2 15,0 12,5 6,2 4,0 1,2 1,0 0,2 0,2 100,0 481 2,17 1,93 30-34 14,8 6,1 7,8 13,9 11,7 12,8 11,1 9,5 6,7 3,6 1,9 1{30,0 359 4,14 3,59 35-39 5,4 4,1 9,2 10,1 8,7 13,9 12,2 12,8 10,3 8,2 5,2 10~,0 368 5,30 4,64 40-44 4,7 5,2 7,5 4,2 8,5 6,6 8,9 13,1 13,6 10,8 16,9 100,0 213 6,43 5,26 45-49 2,4 4,8 5,3 4,8 9,1 5,7 7,7 13,4 13,4 8,1 25,4 100,0 209 7,06 5,79 Ensemble 44,4 8,4 8,1 7,5 6,3 5,2 4,7 4,7 4,1 2,8 3,8 100,0 3 050 2,59 2,22 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 34,9 41,9 18,6 4,7 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 86 0,93 0,86 20-24 15,5 31,1 23,1 18,3 8,8 1,6 1,6 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 251 1,85 1,65 25-29 6,8 17,3 21,6 20,1 16,0 9,3 5,6 1,5 1,5 0,3 0,0 I00,0 324 2,90 2,59 30-34 S,O 6,4 7,4 15,1 12,0 13,0 13,0 10,7 7,7 4,3 2,3 I00,0 299 4,58 3,97 35-39 3,1 3,4 9,3 10,3 8,1 15,0 12,5 13,1 10,9 8,7 5,6 I00.0 321 5,51 4,83 40-44 4,9 3,8 6,0 3,3 %7 7,1 9,3 14,3 13,2 11,5 18,7 100,0 182 6,71 5,49 45-49 1,8 5,3 5,8 3,5 8,2 5,3 7,6 12,3 14,6 8,8 26,9 100,0 171 7,27 5,97 Ensemble 8,4 13,2 13,3 12,5 10,0 8,8 8,0 7,7 6,9 4,8 6,4 10~,0 I 634 4,34 3,72 40 D'une manière gênérale, les femmes qui restent volontairement sans enfant sont relativement rares aux Comores, par conséquent la parité zéro des femmes actuellement en union les plus âgées permet d'estimer le niveau de la stérilité primaire : 3 % seulement des femmes en union de 40-49 ans, âges auxquels l'arrivée d'un premier enfant est peu probable, n'ont jamais eu d'enfants et peuvent être considérées comme stériles. Ce faible niveau de stérilité primaire est très voisin de celui observé lors des enquêtes EDS dans la plupart des pays d'Afrique et de l'Océan Indien. 3.4 INTERVALLE INTERGÉNÉSIQUE La durée de l'intervalle qui sépare la naissance d'un enfant de la naissance précédente a une influence sur l'état de santé de la mère et de l'enfant. De nombreuses recherches ont montré que les intervalles intergénêsiques courts (inférieurs à 24 mois) sont nuisibles à la santé et à l'état nutritionnel des enfants et augmentent leur risque de décéder (voir Chapitre 9 - Mortalité des enfants). Le tableau 3.6 présente la répartition des naissances des cinq années ayant précédé l'enquête selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, en fonction des caractéristiques socio-démographiques. Tableau 3.6 Intervalle inter,génésique Répartition (en %) des naissances des cinq années précédant l'enquête par nombre de mois écoulés depuis la naissance préc6dente, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDSC Comores 1996 Nombre de mois écoulés depuis Nombre médian la naissance précédente Effectif de mois depuis de la naissance Caractéristique 7-17 18-23 24-35 36-47 48ou+ Total naissances précédente Groupe d'âges 15-19 20-29 30-39 40 ou plus Rang de naissance 2-3 4-6 7 ou plus Sexe de l'enfant précédent Masculin Féminin Survie de l'enfant précédent Toujours vivant Décédé (20,0) (28,0) (28,0) (16,0) (8,0) 100,0 25 (24,3) 22,5 17,9 37,3 14,8 7,6 100,0 644 26,2 15,4 14,0 31,8 19,1 19,7 100,0 780 31,9 18,2 12,2 30,9 15,5 23,2 100,0 181 31,4 20,9 17,8 34,3 14,8 12,2 1130,0 607 26,9 16,3 13,8 34,6 17,6 17,7 100,0 564 30,6 18,3 14,6 32,2 19,0 15,9 100,0 459 29,9 18,6 15,8 33,3 17,1 15,2 100,0 821 28,6 18,5 15,2 34,4 16,8 15,1 100,0 809 29,1 33,3 19,1 28,4 11,5 7,7 100,0 183 23,5 16,7 15,1 34,5 17,6 16,1 100,0 1 447 29,7 Milieu de résidence Urbain 17,6 14,6 29,9 19,8 18,1 100,0 364 30,3 Rural 18,9 15,8 34,9 16,1 14,3 100,0 l 266 28,4 he Ngazidja 11,7 13,8 34,1 19,2 21,1 100,0 724 32,0 Mwali 18,1 15,0 43,3 15,7 7,9 100,0 I27 26,9 Ndzuwani 25,0 17,2 32,0 15,0 10,8 100,0 779 26,2 Niveau d'instruction Aucun 19,3 15,5 33,4 16,1 15,6 100,0 1 158 28,5 Primaire 16,9 17,6 35,2 17,2 13,1 100,0 290 28,7 Secondaire ou plus 17,0 12,1 34,1 21,4 15,4 1130,0 182 31,2 Ensemble 18,6 15,5 33,8 16,9 15,2 100,0 1 630 28,9 Note : Les naissances de rang 1 sont exclues. L'intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois écoulés depuis la grossesse précédente qui a abouti h une naissance vivante. ( ) Données non significatives du fait de la faible taille de l'échantillon. 41 On note que 19 % des naissances sont amvées moins de 18 mois après la naissance précédente et 16 % des enfants sont nés entre 18 et 24 mois après leur aîné : au total donc, dans un cas sur trois (34 %), l'intervalle intergénésique est inférieur à deux ans. Un autre tiers des naissances (34 %) se produisent entre 24 et 36 mois après la naissance precédente, et 32 % des naissances se produisent trois ans et plus après leur aîné. La durée médiane de l'intervalle intergénésique est presque de deux ans et demi (28,9 mois). En d'autres termes, la moitié des naissances interviennent dans un intervalle inférieur à deux ans et demi après la naissance précédente. Du point de vue de l'âge de la mère, on constate une assez forte proportion de naissances précédées par un intervalle de moins de deux ans chez les femmes de 15-19 ans (48 %, et médiane de 24,3 mois). Cependant, cela ne reflète pas le comportement réel de ces femmes, car les naissances de rang un qui constituent l'essentiel de leur fécondité ne peuvent être prises en considération dans le calcul. Chez les femmes de 20-29 ans, l'intervalle intergénésique (médiane de 26,2 mois) est légèrement plus court que chez celles âgées de 30 ans ou plus (médiane supérieure à 31 mois). Du point de vue du rang de naissance et du sexe de l'enfant précédent, on ne note qu'assez peu d'écart entre les intervalles. Par contre, les naissances qui suivent des enfants décédés se produisent plus rapidement que lorsque l'enfant précédent est toujours en vie : 52 % des naissances ont lieu moins de deux ans après la naissance de l'enfant précédent lorsque celui-ci est décédé, contre 32 % lorsqu'il est toujours en vie. Ce résultat peut s'expliquer par un effet de remplacement de l'enfant déc~d~ et aussi par le fait que le décès d'un enfant, en raccourcissant la durée de l'allaitement, raccourcit la durée de l'aménhorrée post- partum, ce qui expose plus rapidement la mère à une nouvelle grossesse (Grummer-Strawn et al., 1995). Le milieu de résidence n'a que peu d'effet sur l'intervalle intergénésique : l'intervalle médian, tout comme la répartition des enfants selon la durée de l'intervalle, sont très proches quel que soit le milieu de résidence. Quant à l'île de résidence, la durée médiane de l'intervalle intergénésique est presque 6 mois plus longue à Ngazidja qu'à Ndzuwani (32,0 contre 26,2 mois). En ce qui concerne le niveau d'instruction de la mère, on ne constate aucun écart entre les femmes sans instruction et celles ayant un niveau primaire (respectivement, médianes de 28,5 et 28,7 mois). Par contre, le fait d'avoir fait, au moins, des études secondaires prolonge l'intervalle intergénésique d'environ deux mois et demi (médiane de 31,2 mois). 3.5 ÅGE À LA PREMIÈRE NAISSANCE L'âge auquel les femmes ont leur première naissance influence généralement leur descendance finale, en particulier, lorsque l'utilisation de la contraception est faible; il a également des conséquences sur l'état de santé de la mère et de l'enfant, et il peut être un facteur de risque de mortalité. Le tableau 3.7 donne la répartition des femmes par âge à leur première naissance et leur âge médian à la première naissance, selon le groupe d'âges au moment de l'enquête. Les résultats présentés au tableau 3.7 montrent, une fois de plus, que, comparativement aux pays d'Afrique subsaharienne et de l'Océan Indien, les comoriennes ont une faible fécondité aux jeunes âges puisque la presque totalité des femmes de 15-19 ans (93 %) sont sans enfant et qu'à 25-29 ans, 30 % des femmes n'ont pas encore eu d'enfant. Lorsqu'on examine les âges médians, il apparaît que des générations les plus anciennes, âgées de 45-49 ans aujourd'hui, aux générations les plus récentes, aujourd'hui âgées de 30-34 ans, l 'âge à la première naissance n'a connu que de faibles variations, la valeur médiane variant néanmoins dans le sens d'un vieillissement de 20,1 ans à 45-49 ans, à 20,9 ans à 30-34 ans. Cependant, chez les femmes plus jeunes, âgées de 25-29 ans à l'enquête, une accélération de la tendance au vieillissement semblerait se dessiner, l'âge médian passant à 22,4 ans. 42 Tableau 3.7 Åge â la première naissance Répartihon (en %) des femmes par âge ~t la première naissance, et åge médian à la première naissance selon l'âge actuel, EDSC Comores 1996 Åge médian Femmes Åge à la preml/~re naissance Effectif å la Åge sans de première actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25 ou + Total femmes naissance 15-19 92,7 1,5 4,3 1,5 a a a 100,0 844 b 20-24 59,2 2,6 14,4 11,5 9,2 3,1 a 100,0 576 b 25-29 29,9 4,4 15,6 13,7 14,1 14,3 7,9 100,0 481 22,4 30-34 14,8 10,3 19,2 13,9 13,6 15,0 13,1 100,0 359 20,9 35-39 5,4 5,7 20,1 17,7 18,5 16,6 16,0 100,0 368 20,7 40-44 4,7 6,6 24,9 18,3 13,1 14,6 17,8 100,0 213 20,0 45-49 2,4 10,0 23,4 15,8 13,4 16,3 18,7 100,0 209 20,1 a Sans objet b Non applicable : moins de 50% de femmes ont eu un enfant. Si l 'on compare l'âge à la première naissance (médiane de 21,0 ans pour l'ensemble des femmes de 25-49 ans) à l'âge médian à la première union (18,5 ans) et celui aux premiers rapports sexuels (18,3 ans) (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse), on constate qu'il existe un très long intervalle entre le début des rapports sexuels, c'est-à-dire, dans la majorité des cas, le début de l'union et la venue du premier enfant (2,5 ans). Cet écart suggère qu'une part non négligeable des jeunes femmes comoriennes retardent la venue de leur premier enfant. L'âge médian à la première naissance (21,0 ans pour l'ensemble des femmes de 25-49 ans - voir tableau 3.8) présente des variations significatives selon le milieu de résidence de la femme. Ainsi, l'âge médian varie de 20,7 ans en milieu rural à 22,2 ans en milieu urbain.Par contre, l'île de résidence n'entraîne Tableau 3.8 Âge médian å la première naissance selon les caractéristiques soclo-d6mographiques Âge m6dian å la première naissance (femmes de 25-49 ans) selon l'fige actuel et les caractéristiques socio-démographiques, EDSC Comores 1996 Âge actuel Âge Caractéristique 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 25-49 Milieu de résidence Urbain 26,0 22,3 21,1 19,3 20,5 22,2 Rural 21,4 20,7 20,6 20,3 19,9 20,7 he Ngazidja 22,8 21,6 20,0 20,5 19,9 20,9 Mwali 21,3 18,5 21,8 19,8 23,0 20,6 Ndzuwani 22,4 20,8 21,5 19,4 20,5 21,3 Niveau d'instruction Aucun 21,2 19,7 20,3 19,9 20,1 20,3 Primaire 21,8 20,6 21,1 19,0 20,0 21,0 Secondaire ou plus 25,2 28,0 24,0 Ensemble 22,4 20,9 20,7 20,0 20,1 21,0 Note: L'âge médian pour la cohorte 15-19 ne peut être détermmé car de nombreuses femmes peuvent encore avoir une naissance avant d'atteindre 20 ans. 43 pas de variations importantes (20,9 ans à Ngazidja contre 21,3 ans à Ndzuwani). Par ailleurs, on peut constater que le fait d'avoir fait des études primaires a pour conséquence un léger report de la naissance du premier enfant (âge médian de 20,3 ans pour les femmes sans instruction contre 21,0 ans pour les femmes de niveau primaire). Moins de 50 % des femmes de 25-49 ans ayant fait des études de niveau secondaire ou plus ayant eu leur premier enfant avant leur 25 ~ anniversaire, l'åge médian à la première naissance n'a pas pu être calculé, mais il se situerait au-delà de 25 ans. 3.6 FÉCONDITÉ DES ADOLESCENTES La fécondité précoce a souvent un effet négatif sur la santé des mères et des enfants, et le risque de décéder des enfants est plus élevé lorsqu'ils naissent de femmes très jeunes (voir Chapitre 9- Mortalité des enfants). De même, les accouchements précoces augmentent le risque de décéder chez les adolescentes. Pour cette raison, la section qui suit est consacrée à la fécondité des adolescentes. Comme on l'a souligné précédemment, comparativement à la majorité des pays d'Afrique sobsaharienne et de l'Océan Indien, les adolescentes comoriennes (15-19 ans) ont une fécondité assez faible qui ne contribue que pour 6 % à la fécondité totale des femmes; par ailleurs, l 'âge médian à la première naissance (21,0 ans) se situe nettement au-delà de cette tranche d'âges. Le tableau 3.9 et le graphique 3.6 fournissent, par âge détaillé entre 15 et 19 ans, les proportions d'adolescentes qui ont déjà eu un ou plusieurs enfants et les proportions de celles qui sont enceintes pour la première fois : la somme de ces deux valeurs donne la proportion de femmes ayant commencé leur vie féconde. On constate que, dans l'ensemble, 9 % des femmes de 15-19 ans ont déjà commencé leur vie féconde : 7 % ont déjà eu, au moins, un enfant et 2 % sont enceintes Tableau 3.9 Fécondité des adolescentes Pourcentage d'adolescentes de 15 à 19 ans ayant déjà eu un enfant ou ~.tant enceintes d'un premier enfant par caractéristiques soclo-démographiques, EDSC Comores 1996 Adolescentes (%) qui sont: Adolescentes (%) ayant d6jh Enceintes d'un commencé leur Caractéristique Mères premier enfant vie féconde Effectif Åge 15 2,6 1,1 3,7 190 16 3,1 0,5 3,6 196 17 5,2 3,9 9,0 155 18 11,1 1,2 12,3 162 19 17,7 2,8 20,6 141 Milieu de résidence Urbain 6,7 2,7 9,4 255 Rural 7,6 1,4 9,0 589 Ngazidja 5,6 2,1 7,7 479 Mwali 19,2 3,8 23,1 52 Ndzuwani 8,0 1,0 8,9 313 Niveau d'instruction Aucun 12,9 1,1 13,9 280 Primaire 5,9 2,8 8,8 387 Secondaire ou plus 1,7 0,6 2,3 177 Ensemble 7,3 1,8 9A 844 44 25 20 15 10 5 0 Pourcentage Graphique 3.6 Proportion d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde 15 16 17 18 19 Åge de la femme [~enceintesdu lerenAfda°nltS~Cear~åSteulenfantou plus I EDSC 1996 pour la première fois. À 15 ans, 4 % des femmes ont déjà commencé leur vie féconde et cette proportion augmente régulièrement avec l'âge : à 17 ans 9 % des femmes ont déjà, au moins, un enfant ou sont enceintes et, à 18 ans, une femme sur huit (12 %) a déjà commencé sa vie féconde. À partir de 18 ans, cette proportion augmente de façon importante puisque 21% des femmes de 19 ans ont déjà eu, au moins, un enfant ou sont enceintes pour la première fois. Le tableau 3.9 met en évidence des différences entre les milieux de résidence qui ne sont pas significatives. On notera que la proportion d'adolescentes qui ont déjà commencé leur vie féconde est beaucoup plus importante à Mwali (23 %) que dans les deux autres îles (9 % à Ndzuwani et 8 % à Ngazidja). Enfin, il apparaît que le niveau d'instruction semble négativement associé à la précocité de la fécondité : 14 % des adolescentes sans instruction ont déjà commencé leur vie féconde contre 9 % de celles de niveau primaire et seulement 2 % de celles qui ont fait des études secondaire ou plus. 45 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE Malgré l'absence d'une politique de population clairement formulée, le gouvernement des Comores a pris position, dès 1983, en faveur d'une maîtrise de la croissance démographique, jugée trop rapide par rapport aux ressources du pays. Des préoccupations démographiques figurent également dans les stratégies de développement, telles le PAS, la Politique environnementale et le Plan de développement sanitaire éé Perspective 2010 ». Dans le but de contrôler la croissance de la population, l'utilisation des méthodes contraceptives modernes, orientée principalement vers l'espacement des naissances, figure dans le Plan de développement qui fait partie du Plan de développement sanitaire. Les résultats suivants portent, non seulement, sur le niveau de connaissance de la population concernant les méthodes contraceptives, mais aussi sur leur niveau d'utilisation, les sources d'approvision- nement, le désir d'utilisation future, les sources d'information, ainsi que sur la communication et sur la planification familiale au niveau du couple. Ces informations sont importantes pour évaluer les actions en cours et surtout pour permettre d'ajuster les stratégies à mettre en place en vue de mieux atteindre les objectifs fixés. 4.1 CONNAISSANCE DES MÉTHODES CONTRACEPT IVES La pratique de la contraception suppose, au préalable, la connaissance d'au moins une méthode contraceptive, ainsi que d'un lieu où se la procurer. Les questions posées lors de l'enquête ont pour but de déterminer le degré de connaissance des femmes, des hommes et des couples selon certaines caractéristiques socio-démographiques. Les différentes méthodes retenues dans le questionnaire ont été classées en trois catégories : les méthodes modernes, comprenant la pilule, le stérilet ou DIU, les injections, les implants (Norplant), les méthodes vaginales (spermicides, diaphragme, mousses et gelées), le condom, la stérilisation féminine et la stérilisation masculine; les méthodes traditionnelles, comprenant la continence périodique et le retrait; • les méthodes, dites populaires, comme les herbes, tisanes, etc. La connaissance d'une méthode contraceptive par l'enquêté(e) est établie lorsqu'il/elle cite spontanément la méthode en question ou si, après description de la méthode par renquêtrice, il/elle déclare la connaître. La majorité des femmes (96 %) connaissent, au moins, une méthode moderne de contraception (tableau 4.1 et graphique 4.1 ). Les trois méthodes les mieux connues sont par ordre d'importance : le condom (88 %), la pilule (88 %) et les injections (87 %). Les méthodes les moins bien connues par les femmes sont le Norplant (3 %), les méthodes vaginales (13 %) et la stérilisation masculine (23 %). Plus de deux femmes sur trois (68 %) ont cité une méthode traditionnelle et/ou populaire, en particulier le retrait (55 %). 47 Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives Pourcentages de femmes et d'hommes, de femmes et d'hommes actuellement en union, de femmes et d'hommes qui ne sont pas en union et qui sont sexuellement actifs, et de femmes qui n'ont jamais eu de rapports sexuels, qui connaissent une méthode contraceptive selon les méthodes spécifiques, EDSC Comeres 1996 Femmes Hommes Pas en N'ayant Pas en umon et jamais union et sexuel- eu de sexuel- Méthode En lement rapports En lement contraceptive Ensemble union actives sexuels Ensemble union actifs N'impor te quelle méthode 96,1 98,3 100,0 91,7 96,1 95,9 100,0 Méthode moderne 95,9 98,1 100,0 91,5 94,5 93,3 100,0 Pilule 87,5 93,9 95,5 75,8 68,9 78,1 81,1 DIU 53,6 63,3 59,6 36,7 24,3 32,7 25,2 Injection 87,3 94,3 95,5 75,6 63,0 73,5 73,0 Méthodes vagin ales 13,1 15,1 20,2 9,0 10,1 11,1 14,4 Condom 88,2 89,9 97,8 83,6 93,3 91,5 100,0 Stérilisatlon féminine 81,6 89,0 84,3 68,7 50,6 54,9 56,8 Stérilisation masculine 23,3 25,8 29,2 19,0 22,1 25,8 23,4 lmplant/Norplant 3,2 4,0 4,5 1,8 1,9 2,8 0,0 Méthode traditionnelle ou populaire 67,9 77,7 82,0 49,2 87,8 91,8 97,3 Méthode traditionnelle 67,5 77,2 82,0 48,7 87,4 91,5 96,4 Continence périodique 50,1 55,1 70,8 39,7 52,1 59,5 66,7 Retrait 55,3 70,5 68,5 27,0 83,9 87,4 93,7 Méthode populaire 4,5 6,4 4,5 2,0 3,0 3,1 4,5 Nombre moyen de méthodes connues Effectif 5,5 6,1 6,3 4,4 4,7 5,2 5,4 3 050 1 634 89 1 075 795 388 111 Quelle que soit la catégorie, la quasi-totalité des femmes connaissent les méthodes contraceptives. Parmi les femmes en union, 98 % ont cité, au moins, une méthode moderne et, en moyenne, ces femmes ont cité 6,1 méthodes, Les femmes sexuellement actives mais qui ne sont pas en union ~ connaissent toutes, au moins, une méthode et elles ont cité, en moyenne, 6,3 méthodes. La connaissance de la contraception est légèrement moins bonne chez les femmes qui n'ont jamais eu de rapports sexuels puisqu'elles ont déclaré connaître, en moyenne, seulement 4,4 méthodes et 92 % d'entre elles ont cité, au moins, une méthode moderne. Les hommes ont également un niveau de connaissance élevé des méthodes contraceptives (tableau 4.1 et graphique 4.1). En effet, 95 % des hommes ont cité, au moins, une méthode moderne. Parmi les méthodes les mieux connues, nous retrouvons le condom (93 %) et la pilule (69 %). Par opposition et comme chez les femmes, les méthodes les moins citées sont : le Norplant (2 %), les méthodes vaginales (10 %) et la stérilisation masculine (22 %). Près de neuf hommes sur dix (87 %) ont cité une méthode traditionnelle et/ou populaire, en premier le retrait (84 %), puis la continence périodique (52 %). i Sont considérées comme sexuellement actives les femmes qui ont eu des rapports sexuels dans les quatre semaines précédant l'enquête. Pour cette définition, voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse. 48 Graphique 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives par les femmes et les hommes AU MOINS UNE METH. MODERNE Pilule DIU Injection M~thodes vaginales Condom St~nlis, f~rninine Stêrilis. masculineNorplant ~ AU MOINS UNE METH. TRAD./POP. Continence pddodique Retrait Autre populaire ~ 0 i i ~:.,,,.:.:,:.:,,.,.,,,~,;,.,:.,.,.,.,.,.,.,~,.,.:,.,.,.~ ~~.:.~.,.,.,,.,.~.:,,«.,,.,.,.,,.,.,,.:q«l I 20 40 60 80 100 Pourcentage [=Femme ~Hornme J EDSC1996 Les hommes en union sont un peu moins bien informés que ceux qui ne sont pas en union et sexuellement actifs, mais on ne constate pas de différence réellement importante au niveau de la connaissance par méthode spécifique. Il est important de noter que chez les femmes, il n'y a pratiquement pas de différence selon l'âge, le milieu de résidence et le niveau d'instruction quant au niveau de connaissance d'au moins une méthode moderne : quelle que soit la catégorie, 97 % à 100 % des femmes en union connaissent, au moins, une méthode (tableau 4.2). Chez les hommes, le niveau de connaissance d'une méthode, moderne on non, varie légèrement selon l'âge, les hommes de 50 ans et plus connaissant moins bien la contraception que les plus jeunes. Par ailleurs, on note que les hommes qui n'ont pas d'instruction (90 %) ont un niveau de connaissance des méthodes modernes légèrement plus faible que ceux qui ont un niveau primaire ( 97 %)et surtout que ceux qui ont un niveau secondaire ou plus (100 %). 49 Tableau 4.2 Connaissance des m6thodes contraceptives modernes par caractéristiques socio-démographiques Pourcentage de femmes et d'hommes actuellement en union qui connaissent, au moins, une m~tbode de contraception et, au moins, une méthode moderne, par caractéristiques socio-démographiques, EDSC Comores 1996 Femmes Hommes Connaît Connaît Connaît Connaît une méthode une méthode Caractéristique méthode moderne Effectif méthode moderne Effectif Groupe d'åges 15-19 96,5 96,5 86 * * 4 20-24 97,6 97,2 251 (100.0) (1130,0) 17 25 -29 99,7 99,4 324 (100.0) (100,0) 36 30-34 99,3 99,3 299 98,3 98,3 58 35-39 97,5 97,5 321 98,6 97,2 72 40-44 98.4 98,4 182 (100,0) (100,0) 47 45 -49 97,7 96,5 171 (98,0) (95,9) 49 50-54 92,6 85,2 54 55-59 (77,8) (77,8) 27 60-64 (87,5) (70,8) 24 Milieu de résidence Urbain 98,3 98,0 409 96,5 94,8 115 Rural 98,4 98,1 1 225 95,6 92,7 273 ~le Ngazidja 99,2 99,1 896 96,3 93,0 214 Mohéli 100,0 100,0 106 (100,0) (100,0) 27 Ndzuwani 96,8 96,4 632 94,6 92.5 147 Niveau d'instruction Aucun 98,0 97,7 1 108 93,6 89,7 233 Primaire 98,7 98,7 301 98,4 96,8 63 Secondaire ou plus 99,6 99,6 225 100,0 100,0 92 Ensemble 98,3 98,1 1 634 95,9 93,3 388 ( ) Données non significatives du fait de la faible taille de ]'échantillon. * Données non présentées du fait de la faible taille de l'échantillon. Le tableau 4.3 présente les données concernant la connaissance des méthodes contraceptives par les couples. Il s'agit des couples dans lesquels la femme et l 'homme ont été interviewés avec succès. Dans la quasi-totalité des couples, les deux conjoints connaissent, au moins, une méthode moderne (94%). Les méthodes les mieux connues sont par ordre d'importance : le condom (87 %), la pilule (78 %) et les injections (75 %). De plus, au niveau des couples, on peut noter une certaine méconnaissance en ce qui concerne certaines méthodes : en effet les méthodes vaginales et le Norplant n'ont été cités que par respectivement 5 % et 0,3 % des couples. Enfin on peut noter qu'un couple sur quatre (26 %) ignore le stérilet et que plus d'un couple sur deux ne connaît pas (54 %)la stérilisation masculine. En ce qui concerne les discordances entre les femmes et leur partenaire, on peut noter, tout d'abord, que les femmes sont mieux informées que leur conjoint en matière de méthodes de planification familiale. Pour toutes les méthodes, sauf pour le condom, la proportion de couples dans lesquels les femmes connaissent et les hommes ne connaissent pas est plus élevée que celle des couples où l'on constate la situation opposée. Cette situation peut s'expliquer par l'écart d'âges entre époux : nous avons vu, au Chapitre 2 que dans la très grande majorité des couples (91%), l 'homme est plus âgé que la femme et que dans 20 % des couples l 'homme a 15 ans de plus que sa femme. En outre, les résultats du tableau 2 sur la connaissance de la contraception mettent en évidence une moins bonne connaissance des méthodes contraceptives chez les hommes les plus âgés. 50 Tableau 4.3 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples Répartition (en %) des couples par connaissance de la contraception, selon les méthodes contraceptives sp6cifiques, EDSC Comores 1996 L'homme La femme L'homme et connaTt, connaît, Aucun des la femme la femme l'homme deux ne Méthode connaissent non non connai't Total N'importe quelle méthode 96, l 0,9 2,7 0,3 100,0 Méthode moderne 94,0 1,2 4,5 0,3 100,0 Pilule 78,4 2,1 16,5 3,0 100,0 DIU 26,3 6,6 42,2 24,9 100,0 Injection 74,6 1,2 21,6 2,7 100,0 M6thodes vaginales 4,5 6,6 13,8 75,1 100,0 Condom 86,5 7,5 5,4 0,6 100,0 Stérilisation féminine 51,5 3,3 39,8 5,4 100,0 St6rilisation masculine 6,6 19,5 19,8 54,2 I00,0 lmplanffNorplant 0,3 3,0 3,3 93,4 100,0 Méthode traditionnelle ou populaire 76,0 17,7 4,2 2,1 100,0 Méthode traditionnelle 75,1 18,3 4,2 2,4 100,0 Continence p6nodlque 38,3 22,2 18,6 21,0 100,0 Retrait 66,8 22,8 6,6 3,9 100,0 Méthode populaire 0,3 3,0 6,9 89,8 100,0 Note : Ce tableau porte sur les 334 couples identifiés 4.2 UTILISATION DE LA CONTRACEPTION Dans le cadre de la réforme de la santé, le Plan de développement sanitaire s'est fixé pour objectif de ralentir la croissance démographique, jugée trop rapide, par l'utilisation de la contraception moderne, orientée, en particulier, vers l'espacement des naissances. Le niveau d'utilisation de la contraception par la population constitue donc l'un des indicateurs du degré de succès de tout programme de planification familiale. Au cours de cette enquête on a estimé le niveau d'utilisation de la contraception à un moment quelconque ainsi que son utilisation actuelle. 4.2.1 Utilisation de la contraception à un moment quelconque Les pourcentages de femmes et d'hommes ayant utilisé une méthode contraceptive au cours de leur vie sont présentés au tableau 4.4. Sur l'ensemble des femmes, 29 % ont déjà utilisé, au moins, une méthode contraceptive à un moment quelconque de leur vie. En outre, on ne constate qu'assez peu d'écart de pratique selon les différentes catégories de méthodes, qu'elles soient modernes (20 %) ou traditionnelles/populaires (17 %). Parmi les méthodes modernes, la pilule, les injections et le condom sont les méthodes qui ont été, de loin, les plus utilisées (respectivement, 11%, 9 % et 5 %) tandis que, parmi les méthodes traditionnelles, c'est le retrait qui a été le plus utilisé (12 %). Il faut noter que l'utilisation des méthodes vaginales et du Norplant sont totalement négligeables (moins de 1%). Par ailleurs, on constate qu'un peu moins de 2 % de femmes ont eu recours à la stérilisation. 51 Tableau 4,4 Utilisation de la contraception å un moment quelconque Pourcentages de femmes et d'hommes, et de femmes et d'hommes actuellement en union, qui ont déjâ utilis6 une mæthode contraceptive, par m6thode spécifique, selon l'âge (pour les femmes), EDSC Comores 1996 N'ira N'ira- M~thodes modernes porte N'ira- Nhm- N'»m- porte quelle porte porte porte quelle M~th. lmplant/ m6th. quelle Confia. quelle Groupe quelle m&hode PI- lnjec- vagi- Con- St~nl. Nor- trad. m6thode p6rio- méthode d'åses m~th. moderne lule DIU tion hales data f~mm. plant ou pop, tradit, dique Retrait pop. Effectif TOUTES LES FEMMES 15-19 5,8 3,9 0,4 0,0 0,2 0,0 3,7 0,0 0,0 3,3 3,2 1,1 3,0 0,4 844 20-24 25,2 14,2 5,9 0,5 5,7 0,0 6,9 0,0 0,2 19,3 18,8 9,9 14,2 0,9 576 25-29 41,0 26,0 13,1 1,5 10,2 0,2 10,0 0,2 0,0 26,4 25,4 13,7 16,6 2,1 481 30-34 45,1 32,9 22,0 1,9 16,7 0,3 5,8 2,2 0,0 25,6 25,3 12,3 18,9 1,4 359 35-39 46,2 33,4 20,7 2,4 16,6 0,5 4,3 3,0 0,0 23,4 22,8 13,0 15,5 0,8 368 40-44 39,4 29,1 16,4 1,4 16,0 0,9 3,3 6,6 0,0 19,7 18,8 9,9 12,7 0,9 213 45-49 33,0 26,3 15,8 1,4 12,9 0,5 0,5 7,2 0,0 12,9 10,5 5,3 7,2 3,3 209 Ensemble 28,7 19,6 10,6 1,0 8,7 0,2 5,4 1,6 0,0 16,8 16,2 8,4 11,6 1,I 3050 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 24,4 12,8 2,3 0,0 2,3 0,0 10,5 0,0 0,0 16,3 16,3 7,0 15,1 0,0 86 20-24 44,6 26,3 12,4 1,2 12,7 0,0 10,4 0,0 0,4 33,5 32,7 17,5 24,7 1,6 251 25-29 49,4 29,3 16,0 1,9 12,0 0,3 8,3 0,3 0,0 32,4 30,9 15,4 21,6 3,1 324 30-34 49,5 35,8 23,7 2,0 18,1 0,3 6,4 2,3 0,0 28,8 28,4 14,0 20,7 1,7 299 35-39 48,6 35,8 21,8 2,5 17,4 0,6 4,7 3,1 0,0 24,3 23,7 13,4 16,2 0,9 321 40-44 37,9 29,1 16,5 1,1 15,9 1, I 2,7 7,1 0,0 18,7 17,6 9,9 11,5 1,1 182 45-49 35,7 28,7 17,5 1,2 15,2 0,6 0,6 8,2 0,0 14,0 11,1 5,3 7,6 4,1 171 Ensemble 44,5 30,4 17,5 1,7 14,6 0,4 6,2 2,8 0,1 26,0 25,0 13,0 17,9 1,9 1 634 HOMMES Ensemble 43,5 33,1 8,1 0,5 5,3 0,4 26,8 1,0 0,0 30,7 30,3 13,7 24,9 0,9 795 Ensemble en union 49,2 32,0 13,9 0,8 10,3 0,3 19,3 2,1 0,0 38,1 37,6 21,1 27,8 1,0 388 L'analyse des données selon l'âge met en évidence des différences importantes dans le niveau de pratique de la contraception. Parmi les adolescentes (15-19 ans), seulement 6 % ont déclaré avoir déjà utilisé une méthode contraceptive. L'utilisation de la contraception est plus marquée an-delà de 20 ans et c'est dans le groupe d'âges 30-39 ans que nous retrouvons la plus forte proportion d'utilisatrices (46 %). Chez les femmes en union, la pratique à un moment quelconque est nettement plus élevée que pour l'ensemble des femmes (45 % contre 29 %) et les méthodes modernes sont toujours les plus utilisées (30 % contre 26 % pour les méthodes traditionnelles et populaires). La pilule (18 %) et les injections (15 %) sont les méthodes modernes qui ont été les plus utilisées par les femmes en union. En outre, le retrait (18 %) et la continence périodique (13 %) ont été utilisés par une part importante de femmes. Les résultats du tableau 4.4 montrent également que 44 % des hommes (49 % de ceux en union) ont utilisé une méthode à un moment quelconque. A l'inverse des femmes, la pratique des méthodes modernes (32 % des hommes en union) est moins importante que celle des méthodes traditionnelles ou populaires (38 %); le retrait (28 %) et la continence périodique (21%) sont les méthodes qui ont été les plus utilisées par les hommes en union, suivis par le condom (19 %). Cependant, ces résultats sont à interpréter avec prudence : en effet, il semble que les hommes aient une mauvaise interprétation de ce qu'est la continence 52 périodique et, de ce fait, les niveaux d'utilisation de la continence périodique donnés ici, et donc les niveaux d'utilisation d'ensemble, sont certainement surestim6s. 4.2.2 Utilisation actuelle de la contraception Le paragraphe précédent portait sur l'utilisation de la contraception à un moment quelconque de la vie des personnes interview~es. Dans ce chapitre, on s'intéresse aux enquêtés qui utilisent une méthode contraceptive au moment de l'enquête. Les résultats du tableau 4.5 fournissent les niveaux de la prévalence contraceptive. Au moment de l'enquête, 14 % de l'ensemble des femmes âgées de 15-49 ans utilisaient une méthode contraceptive (tableau 4.5) et plus de la moitié de celles-ci une méthode moderne (8 %). Parmi les méthodes modernes utilisées, nous retrouvons par ordre d'importance : les injections (moins de 3 %), la pilule (2 %), le condom et la stérilisation féminine (moins de 2 % pour chaque méthode). Parmi les méthodes traditionnelles et populaires (6 %), le retrait est la plus utilisée (moins de 4 %). Le taux de prévalence contraceptive est plus élevé chez les femmes en union que pour l'ensemble des femmes (21% contre 14 %). En ce qui concerne les méthodes modernes, on constate la même situation : 11% de femmes en union utilisent la contraception moderne contre 8 % de l'ensemble des femmes. Les méthodes les plus utilisées par les femmes en union sont, par ordre d'importance, le retrait (5 %), les injections (4 %), la continence périodique (3 %), la pilule (3 %) ainsi que la stérilisation féminine (3 %) (graphique 4.2). Tableau 4.5 Utthsation actuelle de la contraception Pourcentages de femmes et d'hommes et de femmes et d'hommes actuellement en union, qm utilisent actuellement une méthode contraceptive, par méthode spécifique, selon l'âge (pour les femmes), EDSC Comores 1996 N'im- M6thodes N'im- porte N'tm- trathtionnelles Nqm N'lin- porte M6thodes modernes quelle porte porte N'utilise poae quelle m~th. quelle Comm. quelle pas Groupe quelle m&hode PI- Injec- Con- St~nl trad. m~thode p~t io - m~thodeaetuelle- d'åges m~th. moderne lule DIU tion dom f~mm. oupop, tradit, dlque Retrait pop. ment Total Effectif TOUTES LES FEMMES 15-19 3,1 2,0 0,0 0,0 0,1 1.9 0,0 1,1 1,1 0,2 0,8 0,0 96,9 100,0 844 20-24 14.1 5,6 0.9 0,2 2,4 2,1 0.0 8,5 8,0 2,8 5.2 0,5 85,9 100,0 576 25-29 20.6 9,6 3.3 0,4 3,3 2.3 0,2 11.0 10,2 4,6 5,6 0.8 79,4 100,0 481 30-34 19.8 12,3 3,6 0.3 5,0 1,1 2,2 7.5 7,2 1.9 5,3 0,3 80,2 I00,0 359 35-39 21,2 12,8 4,3 0,5 4,1 0.8 3,0 8,4 7,9 3,5 4,3 0,5 78,8 100,0 368 40-44 19,7 14,6 2,8 0,5 3.8 0.9 6.6 5.2 4,7 1,4 3,3 0.5 80,3 100,0 213 45-49 12.0 9,6 0,5 0.0 1,9 0.0 7,2 2.4 0.5 0,0 0,5 1,9 88,0 100,0 209 Ensemble 13.8 7.8 1.9 0.2 2,5 1,6 1,6 6,1 5.6 2,1 3,5 0,5 86,2 100,0 3 050 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 10,5 4,7 0,0 0.0 1.2 3.5 0,0 5.8 5,8 2,3 3,5 0,0 89.5 100.0 86 20-24 23,1 9,2 1.2 0,4 5,6 2,0 0,0 13,9 12,7 5,2 7,6 1,2 76,9 100,0 251 25-29 23,1 9,3 3,7 0,3 4,3 0.6 0,3 13,9 12,7 4,9 7.7 1,2 76,9 100.0 324 30-34 21,4 13,0 3.7 0,3 5,7 1,0 2,3 8,3 8.0 2,3 5,7 0,3 78.6 100,0 299 35-39 23,1 13,4 4.7 0.3 4,4 0,9 3.1 9.6 9,0 4,0 5,0 0,6 76,9 100.0 321 40-44 21,4 15,4 3,3 0.5 3,8 0,5 7.1 6.0 5.5 1,6 3,8 0,5 78,6 100,0 182 45-49 14,0 11.1 0,6 0.0 2,3 0.0 8,2 2,9 0,6 0,0 0.6 2.3 86,0 100,0 171 Ensemble 21,0 11,4 2.9 0,3 4,3 1.0 2,8 9,6 8,7 3,3 5.4 0.9 79,0 100.0 I 634 HOMMES Ensemble 23,9 14,8 1,9 0.1 1,8 10,1 1,0 9,0 8.9 3,1 5.8 0.1 76,1 100,0 795 Ensemble en union 28,6 14,2 3,1 0,3 3.6 5.2 2.1 14,5 14,2 5,9 8,2 0,3 71,4 100,0 388 53 Graphique 4.2 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes et les hommes en union PourŒEentage 35 3Q 25 20 19 5 0 "~,e °" e~Sd,*" I~Femme @Homme I EDSC 1996 La prévalence contraceptive varie selon 1' âge. Seulement 11% des femmes de 15-19 ans et 14 % de celles de 45-49 ans utilisent une méthode contre 23 % des femmes de 20-44 ans. Pour les méthodes modernes, la prévalence augmente avec l'âge, passant de 5 % à 15-19 ans à 15 % à 40-44 ans, avant de diminuer chez les femmes plus âgées (11% à 45-49 ans). Par ailleurs, il faut noter que le recours à la stérilisation féminine est particulièrement fréquent chez les femmes les plus âgées (7 % à 40-44 ans et 8 % à 45-49 ans), alors que ce sont surtout les jeunes femmes qui utilisent le condom (2 % à 15-24 ans). Un peu moins d'un homme sur quatre (24 %) a déclaré utiliser une méthode contraceptive (tableau 4.5) et 15 % utilisent une méthode moderne. L'utilisation de contraceptifs est plus courante parmiles hommes en union (29 %) que parmi l'ensemble des hommes (24 %). Les méthodes modemes (14 %) sont autant utilisées par les hommes en union que les méthodes traditionnelles et populaires (15 %). Les méthodes les plus utilisées par les hommes en union sont, par ordre d'importance, le retrait (8 %), la continence périodique (6 %), le condom (5 %), les injections (4 %) et la pilule (3 %) (graphique 4.2). Par ailleurs, il faut noter qu'aucun homme n'a déclaré utiliser la stérilisation masculine. Pour les femmes en union, la prévalence contraceptive est plus élevée en milieu urbain qu'en milieu rural (26 % contre 19 %) (tableau 4.6 et graphique 4.3). En outre, que ce soit en ville ou en milieu rural, les méthodes contraceptives modernes sont plus utilisées que les méthodes traditionnelles ou populaires. On retrouve chez les hommes en union, les mêmes écarts selon le milieu de résidence : la prévalence totale passe de 25 % eu milieu rural à 38 % en milieu urbain (tableau 4.7). En outre, que ce soit eu milieu urbain ou en milieu rural, les méthodes modernes sont à peu près autant utilisées que les méthodes traditionnelles. Cependant, il faut signaler la forte prévalence d'utilisation du condom par les hommes du milieu urbain (12 % contre 2 % en milieu rural) (données non présentées au tableau 4.7). 54 Tableau 4.6 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes et par caractéristiques sgcio-d6mographiques Repartition (en %) des femmes actuellement en union par méthode actuellement utilisée, selon certaines caractéristiques, socio- d6mographiques, EDSC Comores 1996 N'ira- M6thodes N'im- porte N'im- traditionnelles N'ira N'ira- por~ M6thodes modernes quelle porte porte N'utilise porte quelle m6th. quelle Contin. quelle pas Caraet6- quelle méthode Pi- Injec- Con- Stéril. trad. mSthode p6rio- m~thodeaetuell¢- ristiques mSth. moderne fuie D1U tion dom f6min, ou pop. tradit, dique Retrait pop. ment Total Effectif Milieu de t~sidence Urbain 25,7 14,7 4,9 0,5 4,9 1,2 3,2 11,0 10,5 5,6 4,9 0,5 74,3 100,0 409 Rural 19,4 10,3 2,3 0,2 4,2 1.0 2,6 9,2 8.1 2,5 5,6 1,1 80,6 1{30,0 1 225 ile Ngozidja 21,8 12,8 3,8 0,4 4,1 1,5 3,0 9,0 8,3 2,7 5,6 0,7 78,2 100,0 896 Mwaii 27,4 10,4 1,9 0,9 0,9 1,9 4,7 17,0 17,0 6,6 10,4 0,0 72,6 100,0 106 Ndzuwaai 18,8 9,5 1,9 0,0 5,2 0,3 2,1 9,3 7,9 3,6 4,3 1,4 81,2 I00,0 632 Niveau d'ir, s- truction Aucun 16,8 10,7 2,4 0,4 3,7 0,7 3,5 6,1 4,9 1,4 3,5 1,2 83,2 I00,0 1 108 Primaire 25,9 11,0 4,0 0,3 4,3 1,3 1,0 15.0 14,3 5,0 9,3 0,7 74,1 100,0 301 Sec. ou+ 35,l I5,1 4,0 0,0 7,6 2,2 1,3 20,0 20,0 10,7 9,3 0,0 64,9 100,0 225 No. d'en- fants ~ivants Aucun 9,1 5,2 0,6 0,0 0,0 3,9 0,6 3,9 3,9 2,6 1,3 0,0 90,9 100,0 154 [ 17,4 6,2 1,2 0,0 2,9 1,2 0,8 11,2 10,8 5,4 5,4 0,4 82,6 100,0 24I 2 18,3 7,4 3,5 0,8 1,6 1,6 0,0 10,9 10,1 3,5 6,6 0,8 81,7 10(3,0 257 3 26,6 13,8 5,9 0,0 5,4 0,5 2,0 12,8 10,3 4,4 5,9 2,5 73,4 100,0 203 4 ou plus 23,9 14,9 3,0 0,4 6,3 0,4 4,9 9,0 8,1 2,4 5,6 0,9 76,1 100,0 779 Ensemble 21,0 11,4 2,9 0,3 4,3 1,0 2,8 9,6 8,7 3,3 5,4 0,9 79,0 100,0 1 634 Graphique 4.3 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes selon les caractéristiques socio-démographiques Pourcentage oo~ 40 !~ 20 10 0 COMORES Urbain RESIDENCE Rural Aucune Primaire Secon- daire ou + INSTRUCTION I Methodes ~~Traditionne~les et popu[aires ~Modemes 1 EDSC 1996 55 Du point de vue de l'île de résidence, on constate que ce sont les femmes de Ngazidja qui utilisent le plus la contraception moderne (13 % contre 10 % dans les deux autres îles), alors que ce sont les hommes de Ndzuwani qui pratiquent le plus la contraception moderne (16 % contre 13 % à Ngazidja). Le niveau d'instruction influence très nettement l'utilisation de la contraception. En effet, le taux de prévalence qui est de 17 % chez les femmes sans instruction passe à 26 % chez celles de niveau primaire et atteint 35 % chez les femmes de niveau secondaire ou plus. Par contre, si on se limite aux méthodes modernes, on constate que la prévalence est identique chez les femmes sans instruction et celles de niveau primaire (11%) alors qu'elle atteint 15 % chez les femmes les plus instmites dont 8 % utilisent les injections. Comme chez les femmes, chez les hommes, le taux de prévalence contraceptive augmente fortement avec le niveau d'instruction, passant de 19 % chez les hommes sans instruction à 30 % chez ceux de niveau d'instruction primaire et à 52 % chez ceux de niveau secondaire ou plus (Tableau 4.7). On retrouve des écarts de même type pour la contraception moderne qui passe de 9 % chez les hommes sans instruction à 13 % chez ceux de niveau d'instruction primaire et à 29 % chez ceux de niveau secondaire ou plus. Chez ces derniers, l'utilisation du condom est particulièrement élevée (15 %). Tableau 4.7 Utilisation actuelle de la contraception par les hommes et par caraetéristiques socio-d6mographiques R¢partition (en %) des hommes actuellement en union par méthode actuellement utilis6e, selon certaines caract¢ristiques socio-d6mographiques, EDSC Comores 1996 N'importe N'importe quelle N'importe quelle méthode quelle m~thode traditionelle N'utilise pas Caract~ristlques méthode moderne ou populaire actuellement Total Effectif Milieu de résidence Urbain 38,3 19,1 19,2 61,7 100,0 115 Rural 24,5 12,1 12,5 75,5 100,0 273 [le Ngazidja 24,8 13,1 11,7 75,2 100,0 214 Moh61

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.