Sénégal - Demographic and Health Survey - 1988

Publication date: 1988

Enquête Démographique et de Santé au Sénégal 1986 Ministère de rEconomie et des Finances Direction de la Statistique Division des Enqu6tes et de la Démographie @DHS ~ m Demographi¢ and Heaith Surveys institute for Resource Deveiopment/Westinghouæ Sénégal REPUBLIQUE DU SENEGAL Enquête Démographique et de Santé au Sénégal 1986 Salir Ndiaye lbrahima Sarr Mohamed Ayad Ministère de l'Economie et des Finances Direction de la Statistique Division des Enquêtes et de la Démographie et lnstitute for Resource Development/Westinghouse Mars 1988 Ce document présente les résultats de l'Enquete D6mogmphique et de Santé au Sénégal, entreprise par la Direction de la Statistique du Ministère de l'Economie et des Finances en 1986. Cette enquSte fait partie du projet mondial des EnquStes Démographiques et de Santé Familale qui a pour but la collecte des donné.es sur la fécondité, la planification familiale et la santé mater- nelle et infantile. Pour avoir plus de renseignements sur cette enquete, s'adresser au Ministère de l'Economie et des Finances, Direction de la Statistique, B.P. 116, Dakar Sénégal. L'Enquete D6mographique et de Santé au S6négal a ét6 exécutée avec l'assistance de l'Institute for Resource Development (IRD), une division de Westinghouse Electric Corporation, situé à Columbia, Maryland. L'enquête était financée par un contrat avec l'Agence des Etats- Unis pour le Développement International (Contrat No. DPE-3023-C-00--4083-00). Pour avoir plus de renseignements sur le projet EDS, s'adresser par écrit à: DHS, IRD/Westinghouse, P.O. Box 866, Columbia, MD, 21044, U.S.A. (Télex 87775). TABLE DES MATIERES Page TABLE DES MATIERES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . iii LISTE DES TABLEAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . v LISTE DES GRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xi PREFACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xiii REMERCIEMENTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv CARTE DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xviii CHAPITRE I CADRE DE L'ENQUETE ET CARAC'IERISTIQUES DE L'ECHANTILLON 1.1 Milieu physique et 6conomiqu¢ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.2 Population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.3 Situation sanitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.4 Politique en matière de population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.5 Cadre institutionnel et objectifs de I'EDS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.6 Organisation de l'~nqu6te . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.7 Caract6ristiques de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 CHAPITRE II NUPTIALITE ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE 2.1 Nuptialit6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 2.2 Age au poemier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 2.3 Etat d'exposition au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 2.4 AllaitÇment, aménorrhée et abstinence post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 2.5 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 CHAPITRE III FECONDITE 3.1 Niveaux et facteurs diff6rendels de la f6condité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 3.2 Tendances de la f6condit6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 3.3 F6condit6 cumulée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 3.4 L'¢na'ée dans la vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 3.5 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 CHAPITRE IV CONNAISSANCE ET UTILISATION DE LA CON'IRACEPTION 4.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 4.2 Perception des problèmes de contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 iii Page 4.3 Degr6 de connaissance des sources des méthodes connues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 4.4 Utilisation á un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 4.5 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 4.6 Source des m6thodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ; . . . . . . . . . . . . . 57 4.7 Connaissance de la p6dode de ferti l i~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 4.8 Raisons de non utilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 4.9 Utilisation future et méthode préfér6e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 4.10 Attitude des femmes à l 'égard de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 4.11 Attitude des partenaires vis-à-vis de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 4.12 Discussion entre conjoints sur la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 CHAPITRE V PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE 5.1 Désir de ne plus avoir d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 5.2 Délai d'attente avant d'avoir le prochain enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 5.3 Besoins futurs pour la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 5A Nombre moyen id6al d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 CHAPITRE VI MORTALITE ET SANTE DE LA MERE ET DE L 'ENFANT 6.1 Mortalit6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 6.2 Santé de la m~re et de l 'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ . . . . . . . . . . 85 6.3 Indices anthropom6triques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 CONCLUSIONS GENERALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 APPENDICE A: PLAN DE L 'ENQUETE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 A.1 Enchantil lonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 A.2 Organigramme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 A.3 Calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 A.4 Personnel de I 'EDS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 APPENDICE B: ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 B.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 B.2 Formules etprocédés d'estimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 B.3 Construction des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 APPENDICE C: QUESTIONNAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 iv LISTE DES TABLEAUX TABLEAU 1.1 TABLEAU 1.2 TABLEAU 1.3 TABLEAU 2.1 TABLEAU 2.2 TABLEAU 2.3 TABLEAU 2.4 TABLEAU 2.5 TABLEAU2.6 TABLEAU 2.7 TABLEAU 3.1 TABLEAU 3.2 TABLEAU 3.3 TABLEAU 3.4 Page VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPFUQUES DE TOUTES LES FEMMES ENQUETEES DANS LE CADRE DE L'EDS ET L'ESF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 REPARTITION (FAq %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE ACTUEL ET LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPH/QUES . . . . . . . . . . . . 10 INTERRELATIONS ENTRE LES VARIABLES EXPLICATIVES . . . . . . . . . . 11 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'ETAT i MATRIMONIAL ET L AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUF] J EMENT EN UNION QUI SONT EN UNION POLYGAME SELON L'AGE ACTUEL ET LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPH/QUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 REPARTITION (F.à'q %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE A LA PREMIERE UNION, L'AGE MEDIAN AU PREMIER MARIAGE ET L'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 AGE MEDIAN A LA PREMIERE UNION DES FEMMES AGEES DE 25 A 49 ANS SELON L'AGE ACTUEL ET LES VARIABLES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 DISTRIBUTION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION SELON L'AGE ACTUEL ET L'ETAT D'EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 PROPORTION DE FEMMES QUI SONT ENCORE ALLAITANTES, EN AMENORRHEE ET EN ABSTINENCE POST-PARTUM SELON LES MOIS DEPUIS LA NAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 ESTIMATION DE L'ETAT ACTUEL DU NOMBRE MOYEN DE MOIS D'ALLAITEMENT, D'AMENORRHEE POST-PARTUM ET D'ABSTINENCE POST-PARTUM PARMI TOUTES LES FEMMES SELON LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE PARMI LES FEMMES 15--.44 ANS ET DESCENDANCE ÆI'I EIN'IE A 40-49 ANS PARMI TOUTES LES FEMMES SELON LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPH]QUES . . . . . . . . 31 TAUX DE FECONDITE GENERALE PAR AGE SELON DIVERSES SOURCES (EN o/oo) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 TAUX DE FECONDITE GENERALE PAR AGE SELON L'AGE DE LA MERE A LA NAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 REPARTITION EN (%) DES ENFANTS NES VIVANTS PARMI TOUTES LES FEMMES ET LES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION SELON L'AGE ACTUEL DE LA FEMME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 V TABLEAU 3.5 TABLEAU 3.6 TABLEAU 3.7 TABLEAU 4.1 TABLEAU 4.2 TABLEAU 4.3 TABLEAU 4.4 TABLEAU 4.5 TABLEAU 4.6 TABLEAU 4.7 TABLEAU 4.8 TABLEAU 4.9 TABLEAU 4.10 TABLEAU 4.11 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS NES VIVANTS PARMI LES FEMMES NON CELIBATAIRES SELON .L'AGE AU PREMIER MARIAGE ETLA DUREE DEPUIS LE PREMIER MARIAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 REPARTITION EN (%) DE TOUTES LES FEMMES SELON UAGE A LA PREMIERE NAISSANCE (Y COMPRIS LA CATEGORIE "PAS DE NAISSANCE") ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 AGE MEDIAN A LA PREMIERE NAISSANCE SELON LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES ET UAGE A ~ DE LA FEMME . . . . . 39 POURCENTAGE DES FEMMES CONNAISSANT UNE METHODE SPECIFIQUE SELON L'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 POURCENTAGE DES FEMMES AYANT DECLARE CONNAITRE UNE METHODE SPECIFIQUE SELON LA NATURE DE LA CONNAISSANCE ET L'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 POURCENTAGE DES FEMMES AC'IZ~t t ~MENT EN UNION CONNAISSANT AU MOINS UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS ETLES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPI-BQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 REPARTITION (EN %) DES FEMMES SELON LE PRINCIPAL PROBLEME PERCU EN UTILISANT DES METHODES SPECIFIQUES ET LA METHODE CONNUE PAR LA FEMME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 REPARTITION (EN %) DES FEMMES CONNAISSANT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LA SOURCE A LAQUELLE ELLES IRAIENT EN CAS DE BESOIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 POURCENTAGE DES FEMMES AYANT UTILISE UNE METHODE CONTRACEPTIVE SPECIFIQUE SELON L'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . . . 50 REPARTITION (EN %) DES FEMMES UT1LISANT ACTUELLEMENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SPECIFIQUE SELON L'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION UTILISANT ACTUELLEMENT LINE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS ET LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES UTILISANT LA CONTRACEPTION PAR METHODE SPECIFIQUE ET PAR PAYS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 REPARTITION (EN %) DES UTILISATRICES ACTUELLES DES METHODES CONTRACEPTIVES MODERNES SELON LA SOURCE OU ELLES ONT OBTENU LA METHODE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON LEUR CONNAISSANCE DE LA PERIODE DE FERTILITE AU COUR DU CYCLE OVULA1RE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 vi TABLEAU 4.12 TABLEAU 4.13 TABLEAU 4.14 TABLEAU 4.15 TABLEAU 4.16 TABLEAU 4.17 TABLEAU 5.1 TABLEAU 5.2 TABLEAU 5.3 TABLEAU 5.4 TABLEAU 5.5 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUPJ 3.EMENT EN UNION ET EXPOSEES, NON UTILISATRICES DE LA CONTRACEPTION SELON LA RAISON DE NON UTILISATION ET L'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 REPARTITION (E,N %) DEs FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION QUI N'UTILISENT PAS LA CONTRACEPTION SEl,ON L'INTENTION DE L'UTILISER DANS L'AVENIR ET LE NOMBRE D'ENFANTS SURVIVANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION N'UTILISANT PAS ACTUELLEMENT LA CONTRACEPTION MAIS AYANT L'INTENTION DE L'UTILISER DANS L'AVENIR SELON LA METHODE PREFEREE ET L'INTENTION D'UTILISER LA CONTRACEPTION DANS LES 12 MOIS A VENIR OU PLUS TARD . . . . . . 61 POURCENTAGE DE TOUTES LES FEMMES CONNAISSANT AU MOINS UNE METHODE QUI APPROUVENT LA CONTRACEPTION SELON L'AGE ACTUELET LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . 63 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION CONNAISSANT AU MOINS UNE METHODE CONTRACEPTIVE DONT LES MARIS AI>PROUVENT LA CONTRACEPTION SELON L'AGE ACTUEL ETLES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPH]QUES . . . . . . . . . . . . 64 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION CONNAISSANT AU MOINS UNE METHODE CONTRACEPTIVE, QUI ONT DISCUTE LA CONTRACEPTION AVEC LEURS MARIS AU MOINS UNE FOIS L'ANNEE DERNIERE SELON L'AGE ACTUEL ET LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION SELON LE DESIR D'AVOIR OU DE NE PLUS AVOIR D'AUTRES ENFANTS DANS L'AVENIR ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LAGROSSESSE ACTUELLE) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 DISTRIBUTION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION SELON LE DESIR D'AVOIR OU DE NE PAS AVOIR D'AUTRES ENFANTS ET L'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION QUI NE VEULENT PLUS D'ENFANTS SELON LE NOMBRE D'ENFANTS SURVIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) ET LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT F_aN" UNION QUI VEULENT UN AUTRE ENFANT SELON LE TEMPS QUE LA FEMME DEVRAIT ÆI'II~NDRE AVANT D'AVOIR UN (AUTRE) ENFANT ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LAGROSSESSE ACTUELLE) . 71 PARMI LES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION, LE POURCENTAGE DE CELLES QUI ONT UN BESOIN DE PRATIQUER LA PLANIFICATION FAMILIALE DANS L'AVENIR ET LE POURCENTAGE DE CELLES QUI SONT DANS LE BESOIN D'UTILISER LA CONTRACEPTION ET QUI ONT L'IN'IEN'TION DE PRATIQUER UNE METHODE DANS L'AVENIR, SELON LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . 72 vil TABLEAU 5.6 TABLEAU 5.7 TABLEAU 6.1 TABLEAU 6.2 TABLEAU 6,3 TABLEAU 6.4 TABLEAU 6.5 TABLEAU 6.6 TABLEAU 6.7 TABLEAU 6.8 TABLEAU 6.9 TABLEAU 6.10 DISTRIBUTION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON LE NOMBRE IDEAL D'ENFANTS ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COM- PRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 NOMBRE IDEAL'MOYEN D'ENFANTS PARMI TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE ACTUEL ET LES VARIABLES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 REPARTITION DES DECES SELON LES PERIODES DE NAISSANCE, LE SEXE ET L'AGE AU DECES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS NES VIVANTS, SURVIVANTS ET DECEDES ET PROPORTION D'ENFANTS DECEDES SELON UAGE ACTUEL DE LA MERE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 QUOTIENTS DE MORTALITE INFAN' I~ ET JUVENILE SELON LE SEXE ET LA PERIODE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET DE L'ENFANCE SELON LA PERIODE ET LES VARIABLES SOCIO-ECONOMIQUES DES MERES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 QUOTIENTS DE MORTALITE (EN o/oo) SELON LA PERIODE ET CERTAINS VARIABLES DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 QUOTIENTS DE MORTALITE (EN o/oo) SELON L'EDS DE 1986 ET L'ESF DE 1978 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 REPARTITION (EN %) DES NAISSANCES AU COURS DES CINQ DERNIERES ANNEES SELON LE TYPE DE CONSULTATIONS PRENATALES ET LE POURCENTAGE DES NAISSANCES DONT LES MERES AVAIENT RECU UNE INJEOEION CONTRE LE TETANOS ET LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 REPARTITION (%) DES NAISSANCES AU COURS DES CINQ DERNIERES ANNEES SELON LE TYPE D'ASSISTANCE LORS DE L'ACCOUCHEMENT SELON LES VARIABLES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 PARM1 LES ENFANTS VIVANTS AGES DE MOINS DE CINQ ANS, POURCENTAGE AYANT DES CARNETS DE SANTE, POURCENTAGE DES ENFANTS VACCINES D'APRES LES CARNETS DE SANTE, OU D'APRES LES REPONSES DES MERES ET PARMI LES ENFANTS AYANT DES CARNETS DE SANTE, POURCENTAGE DE CEUX QUI SONT VACCINES CONTRE LE BCG, LA DTCOQ, LA POLIO, LA ROUGEOLE ET LA FIEVRE JAUNE SELON LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 POURCENTAGE DES ENFANTS VIVANTS AGES DE MOINS DE CINQ ANS QUI ONT EU LA DIARRHEE DANS LES DEUX DERNIERES SEMAINES SELON LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPH/QUES . . . . . . 94 viii TABLEAU 6.11 TABLEAU 6.12 TABLEAU 6.13 TABLEAU 6.14 TABLEAU 6.15 PARMI LES ENFANTS VIVANTS AGES DE MOINS DE CINQ ANS QUI ON EU LA DIARRHEE DANS LES DEUX DERNIER.ES SEMAINES, POURCENTAGE DE CEUX QUI ONT RECU DES TRAITEMENTS DANS DES SERVICES DE SANTE ET POURACENTAGE DE CEUX QUI ONT RECU DI~vr_RENTS TRAITEMENTS SELON LES VARIABLES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 PARMI LES ENFANTS SURVIVANTS AGES DE MOINS DE CINQ ANS QUI ONT EU LE PALUDISME L'HIVERNAGE DERNIER, POUR- CENTAGE DE CEUX QUI ONT RECU DU~F~RENTS TRAITEMENTS SELON LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . 97 REPARTITION (EN %) DU POIDS-POUR-TAILLE DES ENFANTS AGES DE 6 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART-TYPE DE LA MEDIANE DE REFERENCE DE NCHS/CDC/OMS, SELON LES VARIABLES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 REPARTITION (EN %) DE LATAILLE-POUR-AGE DES ENFANTS AGES DE 6 A 36 MOIS EN LrHLISANT L'ECART-TYPE DE LA MEDIANE DE REFERENCE DE NCHS/CDC/OMS, SELON LES VARIABLES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 REPARTITION (EN %) DU POIDS-POUR-AGE DES ENFANTS AGES DE 6 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART-TYPE DE LA MEDIANE DE REFERENCE DE NCHS/CDC/OMS, SELON LES VARIABLES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 APPENDICE A TABLEAU A. 1 DONNEES SUR L'ETABLISSEMBNT DE L'ECHANTILLON ET TAUX DE REPONSE (EN%) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 APPENDICE B TABLEAU B. 1 TABLEAU B.2 TABLEAU B.3 TABLEAU B.4a TABLEAU B.4b ERREURS DE SONDAGE POUR L'ENSEMBLE DE L'ECHANTILLON . . . . 127 ERREURS DE SONDAGE SELON L'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 ERREURS DE SONDAGE SELON LE MILIEU DE RESIDENCE . . . . . . . . . 129 ERREURS DE SONDAGE SELON LES REGIONS DE UOUEST ET DU CENTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 ERREURS DE SONDAGE SELON LES REGIONS DU NORD EST ET DU SUD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 ix LISTE DES GRAPHIQUES GRAPHIQUE 1.1 GRAPHIQUE 2.1 GRAPHIQUE 3.1 GRAPHIQUE 3.2 GRAPHIQUE 4.1 GRAPHIQUE 5.1 GRAPHIQUE 6.1 GRAPHIQUE 6.2 GRAPHIQUE 6.3 GRAPHIQUE 6.4 Page REPARTITION DES FEMMES DE L'ECHANTILLON SELON L'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 DISTRIBUTION DES FEMMES SELON L'ETAT D'EXPOSITION AU RESQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE, ET DESCENDANCE ÆITI~INTE A 40-49 ANS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 TAUX DE FECONDITE GENERALE PAR AGE SELON DEUX SOURCES. 33 CONNAISSANCE ET UTILISATION AC'I'U~l,l .E DES METHODES CONTRACEPTIVES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 DESIR D'AVOIR D'AUTRES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE SELON LA PERIODE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 REPARTITION DES NAISSANCES PAR TYPE DE CONSULTATIONS PRENATALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 REPARTITION DES NAISSANCES SELON LE TYPE D'ASSISTANCE LORS DE L'ACCOUCHEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 ETAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS DE 6 A 36 POIDS-POUR-TAn æ E SELON TAII l ~-POUR-AGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 xi PREFACE En 1978, le Sénégal avait participé au projet Enquete Mondiale sur la Fécondil~ afin d'accéder å une meilleure connaissance de la fécondité et de ses déterminants. En vue d'enrichir les données eollectées à cet effet et d'apprécier l'évolution du phénomène, il a été réalisé en 1986, l'Enqu~te Démographique et d e santé (EDS) qui constitue ainsi la seconde opération de cette nature. L'EDS fournit en outre, des renseignements précieux et pour la première fois au niveau national sur la sant~ de la mère et de l'enfant. Le présent rapport qui constitue la première publication, présente la méthodologie et les prin- cipaux résultats. Dans la partie consacrée tt l'analyse, plusieurs thèmes sont étudiés: la nuptialité, la fécondité, la planification familiale, la mortalité et la santé maternelle et infantile. Ces informations permettront de mieux définir et orienter les actions en matière de population. Elles permettront également de définir des axes de recherche future, notamment sur des aspects particuliers déjå abordes dans ce rapport. Les travaux d'analyse ult~rieurs des données de I'EDS constitueront la seconde série de publication. Ce travail a été réalisé avec le concours de rlnstitute for Resource Development (IRD) de Westingbouse et l'appui financier de l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID). Qu'ils trouvent ici l'expression de nos sincères remerciements. Le Directeur de la Statistique Awa Thiongane xiii REMERCIEMENTS La réalisation d'une enquête nationale est une opération difficile. De la préparation administra- tive å la production du rapport d'analyse, elle exige de gros efforts intellectuels et physiques, mais aussi de grandes qualités morales de la part de l'équipe. La réussite de l'EDS-Sénégal aura donc été celle de tout le personnel du projet, ~ quelque niveau que ce soit. Je tiens å remercier sincèrement le personnel de terrain. Les chanffeurs, malgré plusieurs centaines de kilomètres par jour, souvent sur des routes dont l'état laisse à désirer, ont pu rester consciencieux et s'acquitter de leur triche dans des conditions défavorables. Les enquetrices et les enquéteurs ont accompli un travail lourd et délicat, quelques fois dans des conditions pénibles. Je mesure aujourd'hui, comme par le passé, à leur juste valeur, tous les sacrifices qu'ils ont consentis pour mener à bien la collecte des données. Les contrõleurs et les superviseurs, ont chacun, selon son niveau d'intervention, harmonieuse- ment associé la rigueur, le sens des responsabilités et l'humanisme. Je remercie le personnel d'appui de bureau. Les agents de saisie, le documentaliste, les secrétaires et les imprimeurs ont fait preuve d'une compétence et d'une disponibilité å nulles autres pareilles. Des cadres de plusieurs départements ministériels ont contribué au succès de I'EDS. J'adresse mes vifs remerciements, entre autres, à Messieurs O. Samb, Directeur du Projet Santé Familiale et Population (Ministère du Développement Social), Médecin-Colonel M. T. Sy, (Ministère de la Santé, Médecin-Lieutenant G. Oléa (Ministère de la Santé), H. Ba, Démographe (Ministére du Plan et de la Coopération), E1 hadji Malick Diamé, Démographe (Ministére de la Santé), å Mes- dames Aminata Niang, Sage-femme (Ministére de la Santé), N. Diouf, Direction de l'Alphabétisa- tion (Ministére de l'Education Nationale) et à Mlle N. Lo (Ministére de la Santé). Je remercie tous les experts de l'lnstitute for Resource Development (IRD) de Westinghouse. Leur contribution est inestimable. Grfice à la compétence, au haut talent pédagogique et à la grande qualité morale de Jeanne Cushing et Bilan Taaffe, la Division des Enquetes et de la Démographie (DED) a pu, pour la première fois au Sénégal, exploiter une si grande enquete sur micro-ordinateur dans des délais relativement courts. Le succès des mesures anthropométriques revient à Mlle Cindi Stanton dont je salue l'intelligence et le courage. Le Dr. Chris Scott, gråce å sa profonde expérience et sa parfaite connaissance des techniques de sondage, a pu réaliser un échantillonnage de haute qualité scientifique à partir d'une base de sondage vieille de 10 ans. Que tout le person- nel de I'IRD de Westinghouse, Columbia, Maryland (USA) trouve ici l'expression de mes remer- ciements sincères. Il a accordé une attention particulière aux deux cadres sénégalals qui ont séjourné ~t Columbia pour la rédaction du présent rapport. Je remercie tout particulièrement le Dr. Mohamed Ayad, Coordounateur du projet. Il a activement participé à toutes les phases de I'EDS avec intelligence, lucidité et efficacité. Sa compétence et son haut sens des rapports humains sont en grande partie à l'origine du succès du projet. XV Je remercie Mme Awa Thiongane, Directrice de la Statistique, qui malgré sa charge de travail, a toujours fait preuve d'une grande disponibilité. Elle a suivi de très près et avec intérét toutes les phases du projet. Du début de I'EDS à nos jours, la DED a eu trois chefs de Division. Chacun d'eux a apporté au projet un concours précieux. En particulier, j 'ai admiré l'esprit d'initiative, l'intelligence et l'efficacité de I. L. Diop. Je le remercie sincèrement pour la confiance qu'il a su placer en moi. Son successeur, M r. A. Sy a ~te brusquement arraché à notre affection. Que Dieu accorde sa gr/tce à ce cadre compétent. Mr. Fara G. Mbodj, actuellement Chef de la Division, fut mon premier coUaborateur immédiat. Il a su me faire profiter de sa profonde expérience en matière d'enqu&e. J'ai beaucoup apprécié la sincérité de ses suggestions et de ses conseils. Mr. Cheikhna Camara a géré les fonds avec dévouement et honnOteté. Son intégrité force l'admiration. Le ministre de l'Intérieur, les Gouverneurs, les Préfets et les Sous-préfets, les Maires, les Délégués de quartier et les Chefs de village nous ont assuré un appui constant. Qu'ils trouvent ici l'expression de toute ma gratitude. Je remercie tout particulièrement les populations, les femmes en particulier qui se sont vues poser des questions nombreuses et quelques fois délicates. Mais elles ont toujours su faire preuve de beaucoup d'esprit de compréhension. Enfin et surtout, je remercie du fond de mon coeur, mes autres collègues. L'infatigable "Doyen" M. Diagne, s'est comporté en homme de terrain averti, en scientifique rigoureux et en homme tolérant. Mrs. M. M. Guèye et B. Diop n'ont pas ~té seulement superviseurs sur le ter- rain; ils ont assuré la formation des agents et ont pris une part active à l'élaboration des différents documents d'enquête. Mr. I. Sarr, a dt~ un des piliers du projet. Il a fait montre de beaucoup de compétence, d'efficacité et de ténacité. Mrs. I. Ndiaye, M. Ndiaye et A. Sadio ont assuré, avec une main de mal'tre, le traitement informatique. Mr. Y. Charbit CoordoImateur du Projet Popula- tion et Santé Familiale (PSF) a fait des commentaires très constructifs sur le rapport. Il est impossible, comme j'aurais souhaité le faire, de nommer dans ce cadre toutes les person- nes qui ont contribué de près ou de loin au succès de l'Enquête Démographique et de Santé. Qu'elles trouvent ici l'expression de toute ma gratitude. Le Directeur Technique Adjoint Salif Ndiaye xvi MAURITANIE REPUBLIQUE DU SENEGAL SAINT LOUIS (Fleuve) LOUGA (~uga) DAKAR (Thies) DIOURBEL (Oiourbel) KAOLACK (Sine Saloum) REGION DU CENTRE REGION DU NORD-EST TAMBACOUNDA (SenSgal Oriental) MALI ZIGUINCHOR (Casamance) REGION DU SUD GUINEE BISSAO GUINEE xviii CHAPITRE I CADRE DE L'ENQUETE ET CARACTERISTIQUES DE L'ECHANTILLON L'Enquête Démographique et de Santé (EDS), réalisée en 1986, a permis d'obtenir une masse d'informations appréciables sur divers aspects (culturels, sociaux, économiques, démographiques) dont la conjugaison des effets déterminent le niveau et l'évolution des indicateurs démographi- ques. Il convient donc tout d'abord de placer l'étude dans son contexte géographique, culturel et socio-économique pour permettre une analyse des résultats qui ne soit pas seulement descriptive. 1.1 Milieu physique et économique Le Sénégal se trouve à l'extrême ouest du continent africain dans l'hémisphère du Nord. Il est situé au sud de la boucle du cours inférieur du Fleuve Sénégal. Sa superficie est de 196.722 km 2. Le Sénégal est limité au nord par la Mauritanie, à l'est par le Mail, à l'ouest par l'Océan At- lantique et au sud par la Guinée Bissau et la Guinée Conakry. Le pays est caractérisé par un relief plat, à sols sablonneux dont l'altitude ne dépasse 100 m qu'~t l'extreme sud-est. Son climat se caractérise par l'alternance d'une saison pluvieuse de 3 à 4 mois et d'une saison sèche de 8 å 9 mois. En dépit de cette courte durée pluvieuse, l'économie sénégalaise est essentiellement basée sur l'agriculture (arachide, mil, riz, coton, manioc, canne à sucre). Malgré la volonté de diversifica- tion des cultures et la lutte pour l'autosuffisance alimentaire, l'arachide---produit commerci~---- demeure la culture dominante. La situation pluviométrique souvent déficitaire depuis plusieurs années a négativement affecté la production agricole. L'élevage, bien qu'important, a souffert lui aussi du cycle de sécheresse persistante. La peche, aussi bien artisanale qu'industrielle, connait une forte expansion. Le secteur industriel (25 pour cent du PIB) joue un rOle très important dans l'économie nationale. L'industrie touristique est en pleine expansion. Pays en développement, le PNB par habitant est estimé par la Banque Mondiale å 490 $ US en 1982. Il existe de fortes dis- parités dans le niveau de vie entre la zone urbaine et la zone rurale. Il est relativement élevé dans la région de Dakar et les autres grandes villes du pays. 1.2 Population L'effectif de la population sénégalaise a été estimé à 6.700.000 hbts en 1985, soit une densité moyenne de 34 hbts/km 2. La population est essentiellement rurale: 40 pour cent seulement vivent dans des communes. Mais la population urbaine s'accmit à un rythme très rapide (5 pour cent par an) du fait d'un exode rural important. La population sénégalaise est très inégalement répartie entre les dix régions que compte le pays. La densité varie de 6 hbts/km 2 dans la région de Tambacounda à 2338 hbts dans la région de Dakar. Son accroissement rapide (2,9 pour cent) lui confère son caractère jeune (47 pour cent ont moins de 15 ans). L'islam est la religion de la grande majorité (plus de 85 pour cent) de la population sénégalaise. Les autres religions sont le christianisme et l'animisme. Les groupes ethniques dominants par rapport à la population sénégalaise d'après le recense- ment de 1976 sont le Wolof (43 pour cent), le Poular (23 pour cent), le Sérer (15 pour cent), le Diola et le Mandingue qui font ensemble 10 pour cent. Le taux de scolarisation (~t l'école dite française) est de l'ordre de 40 pour cent. Ce taux, beaucoup plus élevé en zone urbaine qu'en zone rurale, est très variable d'une région å une autre. Dans la région de Dakar, ce taux atteint plus de 70 pour cent dans le cycle primaire. La forte islamisation du pays fait que le mariage est perçu comme l'accomplissement d'un devoir moral. L'entrée en union est précoce et la polygamie est très répandue. La fécondité presque naturelle (non contrélée) est relativement élevée. Le TBN se montait à 48 pour mille en 1978 selon l'Enquête Sénégalaise sur la Fécondité (ESF). Le nombre moyen d'enfants nés vivants par femme de 45 ans ou plus est évalué à 7,2 enfants dans I'ESF (ESF, 1978, Vol. I: 85). 1.3 Situation sanitaire En dehors de la contribution des organisations internationales, des entreprises privées, des or- ganisations non gouvernementales (ONG), des municipalités et des conseils ruraux, l'Etat sénégalais consacre environ 6 pour cent de son budget à la santé publique. Au niveau naitonal, il y a un médecin pour 23.000 hbts et un h0pital pour plus de 415.000 hbts. Les disparités régionales sont très importantes: Dakar dispose d'un médecin pour 7.855 hbts, tandis qu'~ Louga par ex- emple l'indice correspondant est de 1 pour 162.000. La politique de décentralisation a conduit à l'implantation jusqu'au niveau des petites unités (villages) de structures sanitaires. Les program- mes élargis de vaccination (PEV) tentent d'immuniser le plus grand nombre d'enfants contre les maladies les plus cruelles de l'enfance (fièvre jaune, rougeole, coqueluche, poliomyélite). Cepen- dant la mortalité, bien qu'en baisse, reste toujours relativement élevée, en particulier au cours de l'enfance. Le TBM est estimé à 19 pour mille. Les données nationales les plus récentes (ESF- 1978) estimaient le taux de mortalité infantile à 117 pour mille, avec une grande variation selon le lieu de résidence (71 pour mille en milieu urbain et 277 pour mille en milieu rural). Sur 1000 enfants nés vivants respectivement 190.242 et 277 n'atteignent pas 2, 3 et 5 ans (ESF, 1978, Vol. I: 104-109). 1.4 Politique en matière de population Bien que l'on considère que le rythme d'accroissement naturel de la population n'est pas satis- faisant parce que trop élevé, le Sénégal n'a pas d'objectifs quantifiés en ce qui concerne l'accroissement démographique. Cependant, depuis l'abrogation de la loi de 1920 interdisant la propagande contraceptive en faveur du concept de "bien-~tre familial," des changements impor- tants sont intervenus sur les questions de population: création de I'ASBEF (Association Sénégalaise peur le Bien-Etre Familial) à titre de conseiller des autorités publiques et de centres intégrés de PMI-PF pour offrir, en plus des activités habitueUes, des services dans le domaine de la planification familiale (visites pré et posmatales, visites de pédiatrie), la lutte contre les MST (maladies sexuellement transmissibles) et la stérilité dans le cadre du projet "Santé Familiale" conjointement exécuté par les Ministères du Développement Social et de la Santé Publique. 1.5 Cadre institutionnel et objectifs de I'EDS L'EDS Sénégal s'inscrit dans le cadre d'un vaste projet international de recherches sur la fécon- dité, la santé de la mère et de l'enfant et la planification familiale intitulé "Enquête Démographi- que et de Santé" (Demographic and Health Surveys). Le projet est financé par I'USAID et exécuté par l'Institute for Resource Development (IRD) de Westingbouse. L'EnquEte Démographique et de Santé du Sénégal (EDS) était réalisée au milieu de l'année 1986 par la Division des Enquêtes et de la Démographie de la Direction de la Statistique (Mini- stère de l'Economie et des Finances) avec l'assistance technique et financière de I'IRD. Les objectifs assignés à I'EDS sont: Objectifs généraux • Recueillir des données sur les niveaux de la fécondité et de l'utilisation de la contracep- tion et sur les facteurs qui influent sur ces niveaux; • RecueiUir des dormées sur certains aspects de la santé de la mère et de l'enfant (soins pré et postnatals, incidence et traitement de certaines maladies de l'enfance, vaccination, mesures anthropométriques); • Aider les pays à l'institutionalisation d'enquêtes périodiques qui permettent d'évaluer plus efficacement les programmes publics en matière de population, de santé et de planification familiale. Objectifs particuliers • Fournir des données de base sur la santé, la mortalité et la fécondité; • Fournir des données de base sur la connaissance et la pratique de la planification familiale. La réalisation de ces deux objectifs permettra de faire un bilan diagnostic à la veille du lance- ment du projet conjoint "Santé Familiale et Population" initié par les Ministères du Développe- ment Social et de la Santé Publique. 1.6 Organisation de l'enquête Echantillonnage L'EDS est basée sur un échantillon stratifié auto-pond~ré d'environ 5000 femmes en åge de procréer (15-49 ans) et sur un sous-échantillon de 1000 enfants ågés de 6 à 36 mois issus de mères enqu~tées. 3 La base de sondage est constituée par les districts de recensement (DR) enqu~tés lors de I'ESF (1978), districts issus des 4553 DR délimités lors du Recensement Gén6ral de la Population de 1976. Chacun de ces DR a été découpé en un nombre de sous-districts de recensement (SDR) proportionnel à sa taille (effectif de la population de droit en 1976). Pour les besoins de I'EDS, on a tiré 190 SDR, et dans chaque SDR sélectionné, on a dénombr6 les concessions existantes, puis on a tir6 un échantillon systématique de concessions. Dans cha- que concession tirée, on a listé ses membres (tous ceux qui ont passe la nuit pr6cédant l'interview dans la concession), et on a enquêté chaque femme figée entre 15 et 49 ans. Concernant le tirage des enfants pour les mesures anthropométriques, on a sélectionn6, sur l'ensemble des concessions tir6es, une concession sur trois. Les enfants de 6 à 36 mois issus de toutes les femmes effectivement enqu8tées dans ce sous-échantillon de concessions devaient etre mesurés (poids et taille). Le sondage prévoyait un minimum de 1000 enfants. Une description plus détaillée de l'échantillonnage est présentée dans l'Appendice A. Questionnaire Le questionnaire de l'enquête a ét~ préparé à partir de l'une des premières versions du ques- tionnaire de base du programme DHS, en tenant compte des réalit6s socio-culturelles et démogmphiques du Sénégal. Deux volets principaux composent le questionnaire de cette enquête: la Feuille de Concession ou le Questionnaire Collectif et le Questionnaire Individuel. Le Questionnaire Collectif consiste en un groupe de questions relativement simples qui sont demandées pour chaque membre de la concession et chaque visiteur ayant passé la nuit précédant le jour de l'interview dans la concession: nom et prénoms, lien de parenté avec le chef du m6nage, état de résidence, sexe, fige, et état matrimonial. Le Questionnaire Individuel comprend huit sections qui traitent de trois thèmes principaux: • Nuptialité, fécondité et mortaiit6 infantile et juv6nile, y compris l'historique des naissan- ces de tous les enfants de chacune des femmes enquêté.es; • Régulation de la fécondité, y compris la connaissance, la pratique, et les raisons de la non utilisation de la planification familiale; • Santé de la mère et de l'enfant, y compris les visites prénatales, l'assistance à l'accouchement, l'aUaitement au sein, l'incidence et le traitement de la diarrhée et du paludisme, les vaccinations, les causes des décès des enfants, les mesures anthropométri- ques des enfants ãgés de 6 à 36 mois. Le questionnaire de cette enqu8te est reproduit dans l'Appendice C. Formation des agents et collecte des données La formation, aussi bien pour le pré-test que pour l'enqu~te proprement dite, a duré 21 jours. Un test de pré-sélection a ét~ organisé pour choisir les meilleurs agents parmi ceux qui se sont inscrits. Plus de 80 pour cent des agents retenus ont suivi les deux formations et assuré la collecte des données lors du pré-test. La formation consistait en des exposés théoriques, des interviewssimulées et des séances prati- ques sur le terrain. Des spécialistes de la planification familiale et de la nutrition, des médecins et des sages femmes ont rehaussé la compréhension des agents sur tous les aspects que recouvre le questionnaire par le biais d'exposés suivis de discussions. Pour etre plus pratique, la formation s'est faite en français et en wolof, langue parlée par la majorité des enquetées. En outre, on disposait de questionnaires traduits en poular, sérer et man- dingue. Un dernier test a permis de sélectionner 25 enqu~trices, 5 contr61euses, 5 contrOleurs et 5 agents chargés des mesures anthropométriques. La phase pratique sur le terrain a duré 3 mois (21 avril-19 juillet 1986). Le personnel chargé de la collecte était divisé en deux groupes dénommés groupe Nord (2 équipes) et groupe Sud (3 équipes ) dirigés chacun par deux superviseurs. Chacune des équipes comprenait un contr61eur, une contr61euse, 5 enqu~trices, un agent chargé des mesures et un chauffeur. Les deux groupes ont travaillé ensemble au démarrage pendant une semaine dans le départe- ment de Tambacounda. Cette phase de consolidation et d'harmonisation des instructions a per- mis de redresser certaines erreurs que la formation théorique ne permettait pas d'entrevoir. Les deux groupes ont procédé par la suite à la méthode de ratissage pour converger vers la région de Dakar. Pendant tout le temps qu'a duré la collecte, des missions de l'encadrement supérieur se ren- daient souvent sur le terrain pour attirer l'attention des équipes sur la nature et la fréquence des erreurs décelées au cours des contr61es effectués au bureau. Cela a été possible gråce à la con- duite simultanée de la collecte, du contr61e technique et du traitement informatique. Cette ap- proche a sUrement contribué à améliorer de façon significative la qualité des données. Les sectinns A.2, A.3, et A.4 de l'Appendice A donnent respectivement l'organigramme, le calendrier et le personnel de terrain de l'enquête. Exploitation des données Cette étape a comporté quatre grandes phases dans l'ordre suivant: 1. Réception et classsement des dossiers Les questionnaires remplis et contrélés sur le terrain, étaient envoyés au bureau central où, apræs contr61e d'exhaustivité, ils étaient classés par SDR et par région dans une salle dquipée à cet effet et située en face de la salle d'ordinateur. 2. Vérification et codification Quatre agents dont trois élèves---ATS de I'ENEA 1 assuraient ce travail. La vérification était axée sur tous les aspects de la qualité de la collecte: sondage, vraisemblance et cohérence des résultats, filtres, application rigoureuse des instructions. La eodification concemait une seule question (Profession du mari: Q707) sur les 147 du questionnaire individuel. Les questions sur le sexe, la situation de résidence et l'état matrimonial dans le questionnaire collectif étaient codées sur le terrain par les enqu8teurs (agents cbargés des mesures anthropométriques). 3. Saisie des données Elle était effectuée par trois agents temporaires sous la direction des membres de l'encadrement sur trois micro-ordinateurs IBM dont deux ont été offerts par IRD dans le cadre de cette enquête. L'entrée des données s'est faite avec le logiciel "Entry Point." Elle a commencé en al~but juin, après un mois d'initiation du personnel et de test des programmes. Ce logiciel de saisie a l'avantage d'effectuer simultanément les contrõles de codes. 4. Apurement des données L'apurement (avec CONCOR) avait lieu en m~me temps que la saisie. Cette approche, jointe au contrSle manuel permettait de détecter rapidement les erreurs graves et fréquentes et de retourner immédiatement surle terrain les dossiers inexploitables. Il a fallu en général deux pas- sages au CONCOR peur obtenir un fichier propre. Les erreurs qui subsistaient après trois pas- sages et exceptionnellement quatre---(åge, date de naissance, jumeaux, durée de la grossesse) étaient liées au programmes lui-méme. D'autres contrSles (antériorité de la date de l'enquete å certains événements ) ont été ajoutés au CONCOR lors de la mission des experts de Westinghouse en octobre 1986, pour la sortie des tableaux du rapport préliminaire. Cela a entrain~ pour tous les fichiers (apurés ou non) un nouveau passage au CONCOR. Les données organisées en sous- fichiers correspondant chacun à un SDR étaient archivées en double exemplaire (BATCH et BACK-UP) plus une version ASCII pour les fichiers propres. Les travaux d'apurement ont été achevés en fin novembre, tandis qu'une grande partie des tableaux préliminaires était déjà di's- penible en fin octobre. 1.7 Caractéristiques de l'échantillon Taille Dans cette enquête, 2066 concessions ont été interview~es, ce qui représente un taux de réponse de 97 pour cent. Parmi les concessions enqu~tées, 4584 femmes éligibles ont été identifiées dont 4415 (96 pour cent) ont été interview~es. Les détails sur les taux de réponse et les erreurs de sondage sont présentés respectivement dans les Appendices A et B. En ce qui concerne le sous-échantillon des enfants de 6 ~ 36 mois, on a mesuré 635 seulement au lieu de 1000 enfants prévus par le sondage. L'explication est que le nombre moyen d'enfants vivants de cet åge par femme (0,7) qui a servi de base au tirage des concessions concemées a ~té surestimé. Structure par åge Le tableau 1.1 donnant la répartition des femmes (en peur cent) selon lqige actuel, montre une décroissance régulière de la proportion des femmes avec l'ãge: de 22,1 peur cent à 15-19 ans, elle passe à 6,1 pour cent ~ 45-49 ans. Par rapport à I'ESF, la distribution semble plus régulière, en particulier au niveau des groupes d'~ige 30-34 ans et 35-39 ans peur lesquels les pourcentages observés en 1978 étaient respectivement de 12,5 peur cent et 12,4 peur cent. Par contre, elle est moins régulière au niveau des groupes d'Rges 40 A.'!. ans et 45-49 ans ot~ les pourcentages dans I'EDS sont respectivement de 6,8 pour cent et 6,1 pour cent. Par ailleurs, l'échantillon de I'EDS est plus jeune: 76,2 peur cent de femmes de moins de 35 ans contre 71,6 pour cent dans I'ESF (ESF, 1976, Vol. I: 53). 6 TABLEAU 1.1 VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DE TOUTES LES FEMMES ENQUETEES DANS LE CADRE DE L'EDS ET L'ESF ESF, ESF, EDS, 1986 1978" EDS, 1986 1978" Veriables socio- Variables socio- démographiques Effectif % % démographiques Effectif % % Groupe d'ãaes Ethnie 15-19 975 22,1 22,9 Wolof 1857 42,1 42,6 20-24 895 20,3 19,0 Poular I014 23,0 22,8 25-29 B38 19,0 16,7 Serer 638 14,4 14,2 30-34 656 14,9 12 ,5 Mandingue 220 5,0 4,2 35-39 480 I0,9 12,4 Diola 241 5,5 3,7 40-44 300 6,8 lO,O Autres 445 lO,l 12,5 45-49 271 6,1 6,5 Milieu Instruction Aucune 3409 77,2 - Urbain 1.812 41,0 35 ,2 Primaire 598 13,5 Rural 2.603 59,0 64,8 Secondaire + 408 9,2 R~qiqn Alohabétisation Ouest 1.673 37,9 31,2 Ne sait pas Centre 1.528 34,6 38,9 l i re 3545 80,3 84,6 Nord-Est 641 14,5 16,3 Sait l i re 870 19,7 15,4 Sud 573 13,0 13,7 Total 4415 I00,0 100,0 Note: Les pourcentages sont arrondis, leur total n'est nécessairement pas égal à 100. - = Pas d'information "Enquête Sénégalaise sur la Fécondité, 1978, Vol. I , p. 53-54, Direction de la Statistique, Division des Enquêtes et de la Démographie, Dakar, ju i l l e t 1981. Graph ique 1.1 Répartition des Femmes de l'Echantillon Selon l'Age Actuel Pourcentage 6 5 4 3 2 1 0 15 I I I I I I 20 25 30 35 40 45 50 Age actue l Quant å la structure par année d'åge, elle présente beaucoup d'irrégularités comme le montre le graphique 1.1. On observe ainsi des pointes aux åges terminés par O, 5 et 6. Les pointes à 0 et 5 ans sont dues à la tendance à déclarer un åge rond pour les personnes qui n'ont pas une idée ex- acte de leur ãge, alors que la pointe à 6 ans est due à la tendance à déclarer une année de naissance 2 terminée par 0 pour les personnes qui connaissent approximativement leur date de naissance. Milieu de résidence et région La nature du lieu de résidence est définie par rapport au caractère urbain ou rural de la localité. La zone urbaine est constituée des localités qui, au moment de l'enquête, avaient le statut de com- mune. La commune est un espace bien délimité soumis aux lois municipales. Bien que théori- quement différente de la définition de I'ESF en 1978 (étaient considérées comme urbaines toutes les localités de 10.000 habitants et plus), elle donne pratiquement le m~me résultat. En effet, si l 'on applique la définition de 1978 à l'échantillon de I'EDS, seul 1 DR de la commune de Ous- souye (5000 habitants) serait à sortir de l'échantillon urbain. Le tableau 1.1 montre que 41,0 pour cent des femmes enquêt6es résidaient en milieu urbain. L'échantillon de I'EDS est donc plus ur- bain que celui de I 'ESF (35,2 pour cent). L'évolution de l'urbanisation du pays qui a été constatée en 1978 se poursuit donc en s'accélérant. Le territoire national est actuellement divisé en dix régions administratives. Pour les besoins de l'analyse, à l ' image de I'ESF de 1978, on distinguera quatre grandes zones écologiques: l'Ouest, le Centre, le Nord-Est et le Sud. La zone Ouest est composée des régions de Dakar et Thiès, la zone Centre de Kaolack, Fatick (ces deux régions constituaient le Siné-Saioum), Diour- bel et Louga. Les régions, de Saint-Louis et de Tambacounda d'une part et celles de Kolda et Ziguinchor (ancienne Casamance) d'autre part, constituent respectivement les zones Nord-Est et Sud. 8 Le m~me tableau 1.1 donne la réparútion des femmes enqu~tées selon la zone de résidence. L'Ouest abrite 37,9 pour cent des femmes, suivi du Centre 34,6 pour cent. Le Nord-Est et le Sud viennent en demi~res positions avec respectivement 14,5 et 13,0 pour cent. Par rapport à 1978, on observe une nette évolution en faveur de l'Ouest (sa représentation passe de 31,2 pour cent en 1978 ~ 37,9 pour cent en 1986), alors que le Centre et le Nord-Est sont les zones qui ont le plus perdu de leur effectif (38,9 pour cent en 1978 à 34,6 pour cent en 1986 pour le Centre et de 16,3 en 1978 à 14,5 pour cent en 1986 pour le Nord-Est). Ceci est le résultat des déplacements massifs (dQs surtout à la persistance de la sécheresse) de la zone rurale vers la zone urbaine, Dakar en particulier. Le Centre qui est la zone la plus importante de la culture arachidière et le Nord qui est la zone la plus touchée par la sécheresse sont les zones où les départs ont étés les plus massifs. Groupe ethnique Cinq grands groupes ethniques, les principaux du pays, ont été retenus. Il s'agit du Wolof (Wolof, Lébou), du Poular (Peul, Foulbé, Toucouleur), du Sérer, du Mandingue et du Diola. La catégorie "autre" regroupe aussi bien les ethnies minoritaires, que les non-sénégalaises. Le tableau 1.1 montre que le groupe dominant reste le Wolof (42 pour cent), suivi du Poular (23 pour cent) et du Sérer (14 pour cent). Les autres groupes sont largement minoritaires (Diola: 6 pour cent et Mandingue: 5 pour cent). On retrouve les mêmes résultats qu'en 1978, cependant la œeprésentativité des femmes Diola en s'améliorant reflète mieux la réalité. Education et alphabétisation La question posée dans I'EDS sur l'instruction, a permis de ventiler les enqu~tées selon le niveau d'instruction le plus élevé qu'elles ont atteint, quelle que soit la dernière classe achevée, dans une école "française." Les résultats mentionnés dans le tableau 1.1 indiquent que 77,2 pour cent des femmes (15--49 ans) n'ont jamais fréquenté l'école tandis que près de 60 pour cent de celles qui ont ~té à l'école n'ont pas dépassé le cycle primaire. Sur les 9 pour cent des femmes ayant atteint un niveau secon- daire ou plus, un nombre négligeable (25 soit 0,6 pour cent du total) a fréquenté un niveau supérieur (université ou équivalent). En effet, ce bas degré d'instruction, se reflète sur l'alphabétisation en français environ 20 pour cent de femmes ont déclaré savoir lire un joumai. Par rapport à 1978, la situation a favorablement évolué suite aux progrès de la scolarisation parmi les générations jeunes. Variables explicatives et åge de la femme Il est généralement admis que les différents groupes socio-démographiques ont aussi tendance à avoir des structures par/ige différentes. Le tableau 1.2 montre que, en effet, il y a certaines différences dans les divers groupes définis sur la base des variables retenues. Pour l'ensemble de l'échantillon, l'åge moyen est de 27,7 ans. Par milieu de résidence les citadines sont plus jeunes que les femmes rurales et par région, les femmes les plus ãgées vivent au Centre et au Sud. Par ailleurs, les femmes avec une éducation primaire ou secondaire sont plus jeunes que celles sans aucune instruction et donc généralement 9 TABLEAU 1.2 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SFJ.,ON L'AGE ACTUEL ET LES VARIABLES S OCIO-DEMOGRAPFIIQUES Age actuel de la femme Variables socio- Age démographiques 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total moyen Effectif Milieu Urbain 24,1 21,6 18,1 15,5 10,0 5,4 5,2 100,0 27,0 1812 Rural 20,7 19,3 19,6 14,4 II,5 7,8 6,8 I00,0 28,2 2603 Réqion Ouest 22,5 21,I 19,4 15,8 I0,5 5,7 5,0 I00,0 27,3 1673 Centre 21,3 19,6 19,5 14,7 II,2 7,1 6,7 100,0 28,0 1528 Nord-Est 24,7 18,9 17,6 13,6 II,5 7,5 6,2 I00,0 27,6 641 Sud 20,1 21,3 18,0 14,1 I0,5 8,2 7,9 100,0 28,4 573 EthniÇ Wolof 21,9 21,I 18,0 16,3 II,3 6,0 5,4 I00,0 27,5 1857 Poular 23,7 20,3 20,I 12,4 10,1 6,6 6,8 100,0 27,4 I014 Serer I9,1 18,0 20,9 16,8 I0,8 8,3 6,1 100,0 28,4 638 Mandingue 23,2 19,1 21,4 II,8 12,7 7,7 4,1 I00,0 27,6 220 Diola 18,3 18,7 1g,5 17,0 I0,8 7,1 8,7 100,0 29,0 241 Autres 25,1 21,2 16,5 12,0 10,4 7,7 7,2 100,0 27,7 445 Instruction Aucune 19,6 18,7 18,8 15,1 12,0 8,3 7,6 I00,0 28,7 3409 Primaire 28,6 26,3 20,4 14,6 6,7 1,7 1,7 100,0 24,6 598 Secondaire ou plus 33,3 25,0 18,4 13,5 7,1 2,0 0,7 I00,0 24,1 408 Alohab6tisation Analphabbte 20,1 19,2 18,8 14,9 11,6 8,0 7,4 100,0 28,5 3545 Alphabétisée 30,3 24,5 19,7 14,6 7,8 2,0 1,1 100,0 24,6 870 Etat de l'emoloi N'est pas occupée 28,0 21,7 18,9 13,3 9,8 5,7 5,5 100,0 26,8 3247 Occupée 14,0 16,3 19,4 19,1 13,8 9,8 7,8 100,0 30,1 1168 Total 22,1 20,3 19,0 14,9 10,9 6,8 6,1 100,0 27,7 441S 10 TABLEAU 1.3 INTER~FJ ATIONS ENTRE LES VARIABLES EXPLICATIVES Variable • Milieu Région Ethnle Instructlon Alphabé- Etat de tisatlon l'emploi 1 2 1 2 3 4 1 2 3 4 5 6 1 2 3 1 2 1 2 Milieu Urbain i00,0 i00,0 71,7 12,9 7,2 8,3 48,5 19,1 10,4 3,8 7,8 10,4 Rural 10O,O i00,0 14,4 49,8 19,6 16,3 37,6 25,7 17,3 5,8 3,8 9,8 R~~ioa Ouest 100,0 77,6 22,4 100,0 48,6 15,8 19,0 2,2 5,9 8,6 Centre 100,0 15,3 84,7 100,0 58,4 15,8 20,1 1,3 0,3 4,2 Nord-Est 100,0 20,4 79,6 100,0 19,3 51,8 0,6 4,8 1,9 21,5 Sud 100,0 26,2 73,8 100,0 5,1 30,9 1,6 23,2 22,2 17,1 Ethnie Wolof 100,0 47,3 52,7 43,8 48,0 6,7 1,6 100,0 Poular 100,0 34,1 65,9 26,0 23,8 32,7 17,5 100,0 Serer 100,0 29,6 70,4 49,8 48,1 0,6 1,4 100,0 Mandln8ue 100,O 31,4 68,6 16,4 9,1 14,1 60,5 i00,0 Dlola i00,0 58,5 41,5 40,7 1,7 5,0 52,7 i00,0 Antres 10O,0 42,4 57,6 32,3 14,5 31,2 22,1 100,0 Instruction Aucune I00,0 . 28,6 71,4 30,2 40,5 16,i 12,2 41,0 24,6 15,1 5,1 4,4 9,9 Primaire i00,0 75,3 24,7 56»7 18,1 10,9 14,4 44,2 16,9 14,9 5,4 i0,0 8,7 Second. ou + 100,0 94,8 5,2 74,5 9,6 7,1 8,8 48,2 18,4 8,9 3,9 .7,4 13,3 Aiphabétlsatlo~ Analphabète i00,0 29,6 70,4 30,8 39,9 16,0 13,4 40,9 24,7 15,2 5,1 4,5 9,9 Alphab~tlsée i00,0 87,7 12,4 67,0 13,1 8,6 ii,4 46,9 16,9 11,5 4,7 9,2 10,7 Etat de l'emplol N'est pas occupée I00,0 40,1 59,8 36,2 33,6 16,2 14,0 41,3 25,4 13,0 5,3 4,6 10,3 Occupée i00,0 43,5 56,5 42»6 37,5 9,8 10,1 44,1 16,3 18,5 4,1 7,8 9,3 53,8 24,8 21,4 58,0 42,0 71,9 28,1 93,5 5,7 0,8 95,9 4,1 74,6 25,4 61,6 20,3 18,2 65,3 34,8 70,3 29,7 90,4 7,1 2,5 92,6 7,4 71,3 28,7 85,3 10,1 4,5 88,3 11,7 R2,1 17,9 78,7 15,0 6,3 82,7 17,3 79,4 20,6 75,2 14,2 10,6 78,0 22,0 72,3 27,7 82,6 10,0 7,4 85,5 14,5 81,3 18,7 80,4 14,0 5,6 84,3 15,7 86,1 13,9 78,2 14,5 7,3 81,4 18,6 78,2 21,8 62,7 24,9 12,4 66,8 33,2 62,2 37,8 76,1 11,7 1.2,2 79,0 21,0 75,6 24,4 100,0 I00,0 i00,0 95,5 4,5 0,0 2,8 50,4 47,0 76,2 14,2 9,6 80,0 11,8 8,2 99,3 0,7 72,6 27,4 26,8 73,2 76,9 23,1 0,0 100,0 76,5 23,5 100,0 73,1 26,9 100»0 75,2 24,8 79,9 20,1 100,0 81,5 18,5 100,0 analphabètes. Au niveau de l'etlmie, les femmes des Sérers et des Diolas semblent ~tre plus/lgées que celles des autres groupes ethniques. Il est, enfin, intéressant de noter que les femmes qui ont une occupation rémunérée sont plus tlgées que celles qui n'en ont pas. Corrélation entre variables sociales Certaines des variables que l 'on vient de présenter et qui serviront ~ analyser les déterminants des différents phénomènes étudiés sont fortement correlées entre eues. L'identification de ces corrélations est nécessaire pour mieux connai't~ les nuances à apporter aux commentaires qui viendront par la suite. Le tableau 1.3 fait ressortir plusieurs associations: 1. On constate une forte corrélation entre urbanisation et éducation: 46,2 pour cent des femmes enquStées en milieu urbain ont été å l'~cole alors qu'en milieu rural, seulement 6,5 pour cent des femmes enqu~tées y ont été. Ici chacune de ces variables est en m~me temps cause et effet de l'autre, En effet, si l'urbanisation induit nécessairement des taux de scolarisation accrue, l'instruction quant à elle en tant que facteur de promotion sociale qu'on attend plus en ville qu'en campagne est une condition suffisante pour émigrer en zone urbaine. 2. L'urbanisation et l'éducation constituent des caractères distinctifs très nets entre les grandes régions écologiques. Ainsi, l 'Ouest oà se trouve Dakar, apparait comme la région la plus urbanisée et la plus éduquée (72 pour cent d'urbaines et 88 pour cent d'alphabétisées). Dans les autres régions, les taux d'urbanisation sont compris entre 15 pour cent (Centre) et 26 pour cent (Sud); pour l'alphabétisation, les taux passent de 7 pour cent (Centre) à 17 pour cent (Sud). 3. La répartition selon le groupe ethnique obéit à certains critères régionaux. Les Wolofs et les Sérers se retrouvent surtout à l'Ouest et au Centre tandis que les Diolas ont pour fief l 'Ouest et le Sud et sont aussi les plus alphabétisées. Les femmes des Poulars, en raison de leur forte propension à migrer, sont les seules ~ 8tre réparties de façon assez équilibrée entre les différentes régions. Notes: 1 ATS = Agents de Techniques de la Statistique ENEA = Ecole Nationale de rEconomi• Appliquée 2 Lorsque seule r année de naissance est connue, r fige en années révolues s'obtenaient en faisant 1986 (année de l'enqa8te) moins l'ann6e de naissance. Toutes les années de naissance terminées par 0, conduisaient donc à des åges terminus par 6. 12 CHAPITRE 11 NUPTIALITE ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Pays essentiellement musulman, le Sénégal, à l'image des autres pays de méme religion, ac- corde un r61e capital au mariage. Les normes et valeurs socio-cultureLles déterminent, dès la jeune enfance, la nature et la teneur de l'éducation consacrée à chacun des deux sexes. Considéré comme l'acte par lequel la femme ou l'homme entre dans une vie adulte responsable et respectée, le mariage est ici camctérisé par son caractère quasi-universel, peu de personnes restant définitive- ment célibatalres. Par ailleurs, le mariage demeure le seul cadre socialement admis pour les liaisons sexueUes d'où les faibles proportions de naissances prénuptiales. Il sanctionne ainsi l'entrée dans la vie féconde. La grande précocité de l'fige au mariage est un caractère fondamen- tal de la nuptialit6. Entrées jeunes dans la vie féconde, les femmes peuvent ainsi mettre à profit toute leur période fertile, en vue d'atteindre l'objectif fondamental du mariage, la procréation. En effet, au delà de la consolidation des unions à laquelle elle contribue, l'existence d'enfants con- stitue un objet de fierté et d' "assurance vieillesse" et l'absence d'enfant dans un mariage, très mal interprétée, peut Etre source de conflit et d'instabilité des unions. Les résultats les plus fiables sur la fécondit6 (ESF, 1978) ont mis en évidence une forte dépendance de la fécondité du comporte- ment nuptial, pour lequel un début de changement était constaté. Ainsi, le haut niveau actuel de la fécondité, de meme que les différentiels sont-ils induits par les caractéristiques du mariage (calendrier et intensité) et les perturbations de parcours (rupture d'union, polygamie, remariage). Bien que le mariage sanctionne le début de l'exposition, le risque de conception dépend aussi de la fertilité de la femme et des relations sexuelles. L'allaitement, déterminant principal de la lon- gueur de l'aménorrhée post-partum et l'abstinence prolongée jouent aussi un r61e important. 2.1 Nuptialité L'étude de la nuptialitæ portera sur l'exposition au risque de pmcréation par la mesure de l'ampleur du phénomæne et son évolution dans le temps (état matrimonial et stabilité des unions), l'entrée en union (/lge au premier mariage) et enfin les facteurs différentiels de la nuptialité. Dans I'EDS, quatre questions (Q.501 à Q.504) sont posées pour saisir la situation matrimoniale actuelle. Elles concernent aussi bien le mariage officiel que la cohabitation maritale. La femme mariée est définie dans ce rapport comme celle qui s'est déclarée telle ou bien qui vit actuelle- ment en union avec quelqu'un. Les séparées sont les femmes qui se sont déclarées comme telles ou les célibataires qui ne vivent pas actuellement avec quelqu'un, mais l'ont fait dans le passé. La définition des veuves et des divorcées est sans ambiguité. L'fige au premier mariage définit ici l'fige å la consommation de la première union. Cette ap- proche a pour objet de palier le biais introduit par l'écart, au demeurant fréquent, qui peut exister entre la célébration officielle du mariage et sa consommation. Deux questions exclusives sont posées: la date de consommation (en mois et année) et si l'année n'est pas connue, on a demandé l'enqu~tée l'fige qu'elle avait à l'époque. 13 Etat matrimonial et stabilit~ des unions Comme on l 'a dit en introduction, le mariage est quasi-universeh 81,2 pour cent des femmes enqu~tées ont dté mariées au moins une fois, alors que 76,2 pour cent d'entre elles étaient marides au moment de l'enquête, comme l'indique le tableau 2.1. Seulement 5 pour cent des femmes étaient en situation de rupture d'union (veuvage, divorce, séparation) au moment de l'enquête. Cela suggbre une apparente stabilité des unions avec 3,8 pour cent de divorce ou de séparation. Mais la réalité est autre. En effet, d'après I'ESF, 28,7 pour cent des femmes non cdlibataires ont rompu leur première union, mais les ruptures d'union sont rapidement suivies de remariage rendu facile par la pratique de la polygamie notamment. Au moment de I'ESF, 89,3 pour cent des fem- mes ayant eu leur première union rompue étaient remariées. Depuis le début de leur mariage, il a été montré par l'enqu&e de 1978 que les femmes passent le plus clair de leur temps (95 pour cent) en situation de mariage (ESF, 1978, Vol. I: 72). TABLEAU 2.1 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'ETAT MATRIMONIAL ET L'AGE ACTUEL Etat matrimonial, EDS 1986 Proportion des Divorcée Age céllbataires Céliba- ou actuel ESF, 1978" taire Mariée Veuve séparée Total Effectif 15-19 40,9 56,5 41,9 0,3 1,2 i00,0 975 20-24 14,1 22,6 73,1 0,6 3,8 i00,0 895 25-29 4,4 7,2 86,2 1,3 5,4 i00,0 838 30-34 0,2 2,7 92,5 0,8 4,0 i00,0 656 35-39 0,0 - 93,5 1,0 5,4 i00,0 480 40-44 0,3 - 91,0 4,3 4,7 I00,0 300 45-49 0,4 - 92,6 4,1 3,3 i00,0 271 Total 12,9 18,8 76,2 1,2 3,8 i00,0 4415 *Enquête Sénégalaise sur la Fécondité, 1978, Vol. I, p. 62, Direction de la Statistique, Division des Enquêtes et de la Démographie, Dakar, juillet 1981. Naturellement, la proportion des femmes non-célibataires augmente avec l'age actuel des fem- mes. Déj~t [t 15-19 ans, 43,5 pour cent des femmes ont contracté leur premier mariage, tandis qu'[t 35-39 ans toutes les femmes se sont déjà mari~es au moins une fois. 14 Le divorce est plus important aux åges intermédiaires (25-39 ans) qu'aux tiges extr~mes. En effet dans les générations jeunes, les femmes n'ont pas encore été longuement exposé, es au risque de divorce, tandis que dans celles plus tig6es, le divorce est plus mal vécu et surtout si le couple a une forte descendance ou des enfants ãgés. Le veuvage par contre, malgré quelques fluctua- tions, accuse une tendance générale à la hausse, avec des fréquences particulièrement élevées à partir de 40 ans en raison de la sur-mortalité masculine et de l'écart d'tige important au mariage entre les conjoints. La nuptialité a cependant subi une certaine évolution, au moins depuis 1978. Le m~me tableau 2.1 fait ressortir que le passage de la proportion des femmes non-célibataires de 87,1 pour cent en 1978 ~ 81,2 pour cent en 1986 révèle une baisse significative de l'intensité du phénomène aux tiges jeunes. A 15-19 ans, 59,1 pour cent des femmes avaient contracté leur premier mariage en 1978, tandis qu'en 1986, le pourcentage correspondant n'était que de 43,5 pour cent. Par ailleurs, å 30-34 ans, la quasi-totalité des femmes étaient non-célibataires (99,8 pour cent) en 1978, alors qu'en 1986 au m~me tige, 2,7 pour cent étaient encore célibataires. Cela démontre bien une entrée plus tardive en union des femmes en 1986 qu'en 1978. Polygamie La polygamie est une forme d'union très courante au Sénégal. Elle est entretenue grtice à un écart d'tige important (8 ans environ) entre les conjoints. Bien qu'à degré variable, toutes les couches sociales sont concemées par le phénomène. Dans I'EDS, trois questions sont posées sur la polygamie. La première permet de savoir si la femme vit ou non dans un ménage polygame. Deux autres permettent de saisir le nombre d'épouses du mari (ou partenaire) actuel et le rang qu'occupe la femme dans le mariage actuel si celui-ci est polygamique. Sur l'ensemble des femmes mari~es, 46,5 pour cent sont en union polygame contre 48,5 pour cent en 1978 comme le montre le tableau 2.2. Pratiquement ~ tous les tiges, la prévalence de la polygamie est moins importante qu'elle ne l'~tait dans I'ESE Mais dans les deux enquêtes, la pratique de la polygamie reste à un niveau élevé; à plus de 30 ans, plus d'une femme sur deux est en union polygame. Naturellement, les pourcentages des unions polygames augmentent régulière- ment avec l'åge, les hommes préférant prendre leur première épouse parmi les femmes jeunes. La pratique de la polygamie, compte tenu de son soubassement culturel et socio-économique, est plus ou moins acceptée, par delà, plus ou moins courante selon la catégorie sociale. Ainsi, l'urbanisation et l'éducation apparaissent comme des facteurs très discriminants de différenciation. Dans l'ensemble, la polygamie est plus répandue en milieu rural (49,0 pour cent) qu'en milieu urbain (41,4 pour cent). La m~me situation prévaut à tous les tiges. L'éducation est, elle aussi, un facteur très défavorable å la polygamie. Les femmes n'ayant jamais été å l'école sont å 48,7 pour cent dans des unions polygames, tandis que celles qui ont été à l'école le sont à 36,4 pour cent pour le niveau primaire et 26,8 pour cent pour le niveau secondaire ou plus. Chez les femmes ne sachant pas lire, 48,6 pour cent sont en union polygame contre 30,8 pour cent des femmes qui savent lire. Les résultats d6jà révélés par I'ESF se confirment: les femmes jeunes, urbanisées et/ou éduquées sont moins intéressées par la polygamie. Les aspirations sociales et économiques des générations modernes (bien-être des membres de la famille, scolarisation, coQt de la vie, problèmes d'héritage .) expliquent probablement l'essentiel du recul de cette pratique 15 TABLEAU 2.2 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION QUI SONT EN UNION POLYGAME SELON L'AGE ACTUEL ET LES VARIABLES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES Variables socio- démographiques Age actuel de la femme 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Milieu Urbain 23,8 25,2 31,3 49,6 60,9 54,2 55,0 41,4 Rural 27,7 36,8 45,7 60,3 65,2 62,1 64,9 49,0 Région Ouest 23,5 29,6 30,3 48,7 57,4 54,3 55,3 49,0 Centre 21,4 30,0 46,6 65,3 66,7 67,6 72,3 49,0 Nord-Est 32,0 34,3 51,0 50,0 66,7 57,4 52,5 47,0 Sud 39,7 48,4 41,6 59,0 68,3 53,5 58,5 51,7 Ethnie Wolof 28,6 27,5 43,3 60,4 69,4 68,3 80,2 50,1 Poular 29,1 36,6 41,9 56,9 63,5 52,5 51,5 44,8 Serer 14,3 25,0 30,4 49,0 50,0 56,0 52,6 38,0 Mandingue 26,1 35,5 47,5 58,3 74,1 * * 48,8 Diola * 57,1 33,3 44,4 52,2 * * 44,2 Autres 29,8 50,0 45,8 51,0 59,1 71,0 50,0 49,1 Instruction Aucune 27,7 34,4 44,1 59,9 65,6 59,9 62,5 48,7 Primaire 12,5 29,2 31,4 47,9 52,9 * * 36,4 Secondaire + * 22,2 12,8 26,7 45,5 * * 26,8 Alphabdtlsation Ne sa i t pas l i re 27 ,7 34 ,8 43 ,9 60 ,1 65,8 59,7 62 ,6 48 ,6 Sait lire 13,0 22,7 23,1 35,6 48,1 * * 30,8 Total 27,1 33,2 40,9 56,0 63,7 59,7 62,0 46,5 ESF, 1978"* 30,6 35,5 46,5 57,7 56,5 65,5 64,8 48,5 *Moins de 20 femmes **Enquête Sénégalalse sur la Fécondité, 1978, Vol. I, p. 79, Dlrection de la Statistique, Division des Enquêtes et de la Démographie, Dakar, Juillet 1981. 16 dans ces groupes. Mais de façon générale, la baisse évoquée plus haut par rapport à I'ESF se retrouve dans les sous-groupes, en particulier de façon très prononcée en milieu urbain (45,7 pour cent dans I'ESF contre 41,4 dans I'EDS) et chez les alphab6tisées (37,0 et 30,8 pour cent respec- tivement dans I'ESF et I'EDS) (ESF, 1978, Vol. 5: 81). Au niveau ethnique, les principaux groupes se classent ainsi: Wolof (50,1 pour cent de polygames), Mandingue (48,8 pour cent), Poular (44,8 pour cent), Diola (44,2 pour cent) et Sérer (38,0 pour cent). L'analyse des données selon l'tige r6vèle certaines particularités. En effet, avant 25 ans, les Poulars semblent les plus nombreuses à adhérer à la polygamie tandis que les Wolofs ne dominent qu'après cet tige. Par ailleurs, alors que chez les Wolofs, la prévalence de la polygamie augmente régulièrement avec l'tige, chez les Poulars, on observe une chute drastique à partir de 40 ans. Il est possible que les Poulars mari6es plus jeunes et ayant une plus grande mobilité conjugale, pratiquent davantage ce qu'on convient d'appeler "polygamie de jeunesse" et qu'aux ãges avancés, elles restent plus que les autres en situation de rupture d'union. Les différences inter-régionales sont assez significatives. Au niveau global, le Sud a le pour- centage le plus élevé (51,7 pour cent). Il est suivi par l'Ouest et le Centre (49,0 pour cent chacun) et le Nord-Est (47,0 pour cent). 2.2 Age au premier mariage L'indice utilisé ici pour caractériser l'tige d'entrée en union est sa valeur médiane. Le tableau 2.3 donne l'tige à la première union et les tiges médians au premier mariage selon l'tige actuel. 1 La première remarque qu'inspire ce tableau est la grande précocité du mariage au Sénégal, malgr6 la tendance à la hausse enregistrée dans les jeunes générations. En effet, de 17,2 ans chez les fem- mes tigées 20-24 ans, l'tige médian diminue régulièrement pour tomber à 15,9 ans dans les plus anciennes générations (13,7 pour cent à 45-49 ans). Cette tendance a été al~jà mfs en évidence par I 'ESE La comparaison avec celle-ci, montre par ailleurs, qu'entre les deux dates (8 ans d'intervalle), les changements ont été significatifs. Sauf pour les générations de 45-49 ans, des écarts entre les générations de 1978 et celles de 1986 sont du meme ordre de grandeur (environ 1 an). Enfin, à tous les tiges, les proportions de femmes en- core célibataires à 20 ans sont plus importantes en 1986 qu'en 1978 (ESF, 1978, Vol. I: 65). En résumé, il est établi que bien que le mariage demeure universel, les femmes y entrent de plus en plus tard. Ce retardement du mariage peut cependant ~tre d'ampleur différente selon cer- taines caractéristiques socio-économiques. Les variables socio-économiques jouent un r61e important dans le calendrier de la nuptialité. L'tige au premier mariage, bien que globalement en hausse, diffère significativement d'un groupe social à un autre. Ainsi, comme l'indique le tableau 2.4, l'tige médian au premier mariage des femmes tigées de 25-49 ans est plus élevé d'un an et demi dans le milieu urbain (17,6 ans) que dans le milieu rural (16,0 ans). L'écart absolu entre les deux groupes augmente au fur et å mesure que les générations sont plus jeunes: de 0 an chez les femmes de 45-49 ans, il est de 2,8 ans chez celles de 25-29 ans. Ce fait s'explique par une tendance à la hausse très significative de l'ãge médian en milieu urbain (15,9 à 45-49 ans et 18,8 à 25-29 ans) et une relative stabilité de cet indicateur en milieu rural (15,9 ans à 45-49 ans et 16,0 à 25-29 ans). 17 TABLEAU 2.3 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE A LA PREMII~9.E UNION, L'AGE MEDIAN AU PREMIER MARIAGE ET L'AGE ACTUEL Age à la première union Pas Age ma- Age Effet- actuel fiée <15 i5-17 18-19 20-21 22-24 25+ Total médian tir 15-19 56,5 14,1 27,5 1,8 - - i00,0 * 975 20-24 22,6 15,4 43»5 10,9 4,9 2,7 - i00,0 17,2 895 25-29 7,2 16j9 46,9 12,4 8,8 6,0 1,8 i00,0 16,7 838 30-34 2,7 16,9 50,6 11,6 8,4 5,8 4»0 i00,0 16,5 656 35-39 - 19,6 53,8 12,1 7,5 3,8 3»3 100,0 16»2 480 40-44 - 20»0 54~3 11»3 7,7 3,0 3,7 100»0 16,1 300 45-49 - 27,7 47,6 ii,i 6,3 3,0 4,4 I00,0 15,9 271 Total 18,8 17»4 43,6 9,5 5,6 3,3 1,8 I00,0 16,6"* 4415 *Pas de médiane **Age médian à la première union des femmes âgées de 20 à 49 ans L'éducation intervient plus fortement que l'urbanisation dans l'åge d'entrée en union. Les femmes sachant lire se marient presque 3 ans plus tard que les analphabètes (19,1 contre 16,2 ans). Les femmes de niveau secondaire ou plus, entrent en union 2,8 ans plus tard que celles du niveau primaire et 5,5 ans plus tard que celles n'ayant aucune instruction. Bien que dans tous les cas les premiers mariages soient de plus en plus tardifs, les changements sont nettement plus importants chez les femmes éduquées. Par région, lqtge m&lian au premier mariage est le plus élevé à l'Ouest (17,1 ans), suivi du Centre et du Sud (16,2 ans chacun). C'est au Nord-Est où les femmes se marient le plus t6t (15,9 anS). L'appartenance ethnique est elle aussi un critère de différenciation. Les Poulars sont celles qui se marient les plus jeunes (15,8 ans). Les Sérers (16,9 ans) et les Diolas (18,3 ans) sont cel- les qui se marient le plus tard. On sait que les filles sérers et diolas sont les plus nombreuses à émigrer vers les villes pour travailler en vue d'acquérir certains effets (vetements, parures.) en prélude à leur futur mariage. A celà s'ajoutent la plus forte urbanisation et l'éducation plus poussée des femmes diolas. Les écarts inter-ethniques entre d'une part les Sérers et les Diolas et d'autre part les autres groupes se sont fortement accrus des générations/lgées (40 ans et plus) aux générations plus jeunes (moins de 40 ans). En effet, alors que chez les Sérers et les Diolas, il y a eu une véritable rupture (brusque hausse) des plus de 40 ans au moins ãgées, dans les autres groupes, la hausse de l'ãge médian des générations agées aux plus jeunes n'est perceptible que dans les groupes de 25 à 39 anS. 18 TABLEAU 2.4 AGE MEDIAN A LA PREMIERE UNION DES FEMMES AGEES DE 25 A 49 ANS SELON L'AGE ACTL~L ET LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Variables socio- démographiques Age actuel 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total* Milieu Urbain 18,8 17,8 16,8 16,5 15,9 17,6 Rural 16,0 15,9 16,0 16,0 15,9 16,0 Région Ouest 18,0 17,0 16,7 16,2 15,9 17,1 Centre 16,2 16,2 16,3 16,1 15,8 16,2 Nord-Est 15,9 15,9 15,8 16,3 15,8 15,9 Sud 16,4 16,5 15,8 15,9 16,2 16,2 Ethnie Wolof 16,8 16,6 16,2 16,5 16,0 16,5 Poular 15,9 15,7 15,9 15,8 15,6 15,8 Serer 17,3 17,0 17,4 15,9 15,8 16,9 Mandlngue 16,7 15,9 15,6 16,1 16,5 16,1 Diola 20,4 18,2 19,0 16,6 17,5 18,3 Autres 16,2 16,5 15,9 15,9 15,8 16,1 Instruction Aucune 16,2 16,0 16,0 16,0 15,8 16,0 Primaire 19,9 18,3 17,9 20,2 18,3 18,7 Secondaire + 21,9 22,4 20,6 20,0 25,2 21,5 Ålphabétisation Ne sait pas lire 16,4 16,2 16,1 16,1 15,8 16,2 Sait lire 20,5 18,6 18,2 20,2 18,8 19,1 Total 16,7 16,5 16,2 16,1 15,9 16,4 *Femmes âgées de 25 à 49 ans 19 2.3 Etat d'exposition au risque de grossesse Bien que l'entrée en union détermine le début de la vie féconde, l'exposition effective au risque de procréation est directement liée à d'autres variables intermédiaires (ou déterminants proches). Celles-ci sont soumises à l'influence des variables socio-économiques telles l'éducation, l'urbanisation, etc. La résultante des effets intra et inter-groupes de ces deux types de variables détermine le niveau réel de la procréation. Les variables intermédiaires étudié.es ici, sont celles qui, biologiques ou de comportement, agissent directement sur le "rendement" des unions en terme d'expositioneffective. I ls'agiradoncdel'étatd'exposition, l'infécondabilitéetrabstinence. Les autres variables qui ne sont pas étudiées dans le présent rapport, le seront ultérieurement. Le but de cette section est d'identifier les femmes exposées au risque de grossesse qui sont considérées comme la population cible pour toute action en matière de planification familiale. Dans cette enquEte, les femmes exposées sont définies comme ceUes qui ont probablement leur ovulation au moment de l'enquEte et qui sont probablement fertiles. Pour déterminer si la femme a son ovulation ou non, on a utilisé des méthodes indirectes 2 en posant des questions sur la menstruation. Ainsi, les femmes qui sont enceintes qui n'ont pas eu leurs règles depuis 8 semaines ou qui n'ont pas revues leurs règles après la naissance de leur dernier enfant sont considérées comme n'ayant pas leur ovniation. L'infécondité ou l'inaptitude à concevoir est aussi mesurée indirectement par l'absence de naissance pendant cinq ans malgré la non utilisation de la con- traception. La répartition en pour cent des femmes en union selon l'åge actuel et l'état d'exposition au risque de grossesse est donnée dans le tableau 2.5. Dans l'ensemble, 15,3 pour cent des femmes en union sont enceintes. La distribution selon l'~ge appelle certains commentaires. A moins de 20 ans, 20 pour cent des femmes sont enceintes, mais les pourcentages diminuent rapidement avec l'ãge, notamment après 35 ans, en passant de 20 pour cent ~t 20-24 ans à 2 pour cent à 45- 49 ans, groupe d'~ge à la limite de la vie féconde. La deuxième catégorie à soustraire dans l'ordre chronologique du total des femmes en union est l'effectif des femmes en aménorrhée qui sont définies comme celles qui n'ont pas eu leur menstruation depuis la naissance de leur dernier enfant. Presqu'une femme sur trois est en aménorrhée. Les proportions les plus élevées des femmes qui n'ont pas vu leurs menstrues se situent parmi celles ãgées de 20 à 34 ans. Les femmes infécondes constituent la troisième catégorie à soustraire de l'ensemble des fem- mes en union pour déterminer les femmes qui sont exposées au risque de la grossesse. Les fem- mes infécondes sont celles qui n'ont pas eu de naissance au cours des cinq demières années précédant l'enquOte et qui n'ont jamais utilisé des moyens contraceptifs. Cette définition n'est pas aussi précise qu'on le souhaite, car, d'une part, elle inclut des femmes qui peuvent Erre fécon- des mais qui n'ont pas eu de naissance parce qu'elles ne se sont pas sexuellement actives ou ont eu des fausses couches ou des avortements et, d'autre part, elle exclut des femmes qui peuvent Etre infécondes parce qu'elles sont ménopausées et qui ont été incluses dans la catégorie des fem- mes en aménorrhée. En raison de la présentation hiérarchique des catégories d'état d'exposition, celles-ci ne sont pas mutuellement exclusives, et l 'on aurait une répartition différente de ces groupes si leur ordre avait changé. Selon cette définition, le tableau 2.5 montre que presque une 20 femme sur cinq est consid&ée inféconde. Les proportions des femmes qui ne sont pas exposées à cause de l'infécondité croissent r6gulièrement avec l'tige jusqu'~t 40-44 ans. TABLEAU2.5 DISTRIBUTION (EN%) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION SELON L'AGE ACTUEL ET UETAT D'EXPOSITION AU RESQUE DE GROSSESSE Etat d'exposition Age actuel de la femme 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Enceinte 16,9 19,9 18,3 17,3 ii,i 8,1 2,0 15,3 En aménorrhée 28,6 36,1 39,1 36,4 31,0 17,6 6,4 31,5 Inféconde 5,9 7,3 16,8 24,4 25,8 35,5 31,9 18,8 Pas de règles dans les 8 dernlères semaines 7,8 4,1 3,6 4»2 7,1 16,1 41,8 8»6 Exposée 40,8 32,6 22,3 17,8 24,9 22,7 17,9 25,8 Total i00,0 I00,0 i00,0 I00,0 i00,0 i00,0 i00,0 i00,0 Effectif 409 654 722 607 449 273 251 3365 Pour l'ensemble des femmes en union, presque 9 pour cent ont déclaré qu'elles n'ont pas eu de règles dans les huit dernières semaines. Par tige, les proportions les plus élevCes sont en- registr6es chez les groupes d'tiges 40--44 ans (16 pour cent) et 45--49 ans (42 pour cent). Cette quatrième catégorie de femmes qui ne sont pas expos6es pourrait aussi inclure des femmes ménopaus6es qui ne sont pas classé, es dans les autres cat6gories ou bien des femmes qui viennent de tomber enceinte sans qu'elles le sachent. Après avoir soustrait les quatre groupes mentionnés ci-dessus, le reste constitue la catégorie des femmes exposées au risque de la grossesse au Sénégal qui est de 26 pour cent (graphique 2.1). Ce groupe constitue la population cible pour l'action de planification familiale. Par/lge, les proportions des femmes exposées les plus élev6es sont chez les groupes 15-19 ans (41 pour cent) et 20-24 ans (33 pour cent) et la proportion la plus faible comme il fallait s'y attendre, est parmi les femmes de 45--49 ans (18 pour cent). 21 Graphique 2.1 Distribution des Femmes Selon l'Etat d'Exposition au Risque de Grossesse (Femmes actuellement en union) En am~norrh~e !nceinte 15.3 Inféconde 18.8 Pas de r~gles 8.6 )osée =5.8 2.4 Allaitement, aménorrhée et abstinence post-partum L'intervalle entre deux naissances peut se décomposer en trois segrnents exclusifs: la période d'infécondité post-partum, la période d'exposition au risque, et la gestation. La durée de la ges- tation est prise égale å 9 mois. Par contre le deuxième segment peut &re de longueur très vari- able: de zéro mois ~ la fin de la vie féconde. Cette période, dépend de la fécondabilité, l'usage de la contraception, la fréquence des rapports sexuels etc. La première période--le temps mort-- celle que nous étudions ici, est celle pendant laquelle la conception n'est pas possible faute d'ovulation. La durée de cette période dépend essentielle- ment de la fréquence et de l'intensité de l'allaltement au sein. Elle peut varier de 1 mois à plus de 2 ans selon que la femme n'allaite pas du tout ou allaite de façon prolongée et intense. L'abstinence qui peut gtm à cheval sur les deux premiers segments jouera donc un réle important dès lors que cette durée est supérieure à l'aménorrhée post-partum. Les données analysées ici portent uniquement sur la dernière naissance vivante dans l'intervalle ouvert au cours des 36 derniers mois avant l'enquSte. Les questions posées concer- nent l'allaitement, la reprise des règles et la reprise des relations sexuelles. Le tableau 2.6 donne les proportions des femmes qui sont encore allaitantes, en aménorrhée et en abstinence post-partum selon les mois depuis la naissance des enfants. Les résultats indi- quent que la pratique de l'allaltement est universelle parmi les femmes sénégalalses et que la majorité d'entre elles allaitent leurs enfants pour de longues périodes. Ainsi, 89 pour cent des 22 femmes allaitent encore après 9 mois et 72 pour cent après 17 mois. La durée médiane de l'aUaitement est égale à 18,8 mois. La durée moyenne a elle aussi la méme valeur. Ce qui place le Sénégal au rang des pays où l'allaitement est très prolongé. 3 La durée moyenne d'aUaitement indiquée dans les tableaux 2.6 et 2.7 est calculée en divisant la prévalence de l'aUaitement (qui est l'effectif de toutes les femmes allaitant au moment de l'enquête) par le nombre moyen de nais- sances par mois sur une période de 36 mois. TABLEAU 2.6 PROPORTION' DE FEMMES QUI SONT ENCORE ALLAITANTES, EN AMENORRHEE ET EN ABSTINENCE POST-PARTUM SELON LES MOIS DEPUIS LA NAISSANCE Mois depuis la naissance Proportion encore En En Nombre de Allaitantes aménorrhée abstinence naissances* 0-I 89,0 98,0 89,0 I00 2-3 95,2 88,9 53,2 126 4-5 91,9 84,5 27,0 148 6-7 91,4 83,6 27,6 152 8-9 89,1 71,8 20,5 156 i0-ii 87»5 72,8 18,4 136 12-13 86,0 64,6 16,5 164 14-15 80,3 51,7 17»7 147 16-17 72,2 51»6 18,3 126 18-19 52,2 38,2 11,8 136 20-21 37,5 27,1 Ii,i 144 22-23 28,3 19,8 9,4 106 24-25 15,4 15,4 6,7 149 26-27 6,9 8,5 5,4 130 28-29 8,2 10»7 4,1 122 30-31 2,3 5,3 1,5 132 32-33 2»3 3,8 0,8 132 34-35 1,8 5,5 3,6 110 Total 53,7 45,4 18,3 Médiane 18»8 16,7 2,7 Moyenne 18,8 16,2 7,9 2416 *Ii s'agit des naissances de 0 à 35 mois. Cet allaitement prolongé n'est pas sans incidence sur le retour de l'ovulation. En effet, il est désormais établi qu'il contribue à l'allongement de la durée de l'aménorrh6e. Dans la plupart des sociétés, cette période est de deux ~ trois mois, durant laquelle la femme est d'habitude inféconde. Au Sénégal, la durée moyenne d'aménorrhée post-partum est de 16 mois et sa valeur médiane est 23 TABLEAU 2.7 ESTIMATION DE L'ETAT ACTUEL DU NOMBRE MOYEN DE MOIS D'ALLAITEMENT, D'AMENORRHEE POST-PARTUM ET D'ABSTINENCE POST- PARTUM PARMI TOUTES LES FEMMES SELON LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Nombre moyen de mois* Variables socio- démographiques Allaitement Aménorrhée post-partum Abstinence post-partum Age <30 18,6 16,0 8,6 30 19,2 16,4 6,6 Milieu Urbain 16,2 12,4 6,7 Rural 20,2 18,1 8,4 Région Ouest 17,4 14,1 6,1 Centre 19,6 17,9 4,1 Nord-Est 18,7 15,6 11,6 Sud 20,4 16,9 18,3 Ethnie Wolof 18,6 16,6 4,1 Poular 19,5 16,4 11,9 Serer 18,9 16,2 4,8 Mandingue 19,9 16,9 17,5 Diola 16,4 12,4 13,0 Autres 19,0 15,3 12,5 Instruction Aucune 19,4 Primaire 16,6 Secondaire + 14,1 Alphabétisation Ne sait pas lire 19,5 Sait lire 15,0 17,2 12,2 9,1 17,1 10,4 8,1 7,3 5,3 8,1 6,3 Total 18,8 16,2 7,9 *Ii s'agit des naissances de i à 36 mois. 24 de 17 mois. Dans d'autres pays d'Afrique au Sud du Sahara, la dur6e moyenne est inférieure à celle observée au Sénégal. 3 La différence varie entre 4 et 9 mois. Le tableau montre que 28 pour cent des femmes ont leur retour des règles après 9 mois et presque 52 pour cent après 17 mois. Au delà de 25 mois, une minorité de femmes (15 pour cent) sont encore en aménorrhée. La reprise des relations sexueUes a lieu assez tSt après l'accouchement: 11 pour cent des fem- mes redeviennent sexuellement actives un mois au plus après la naissance de leur dernier enfant. A 2,7 mois, seulement 50 pour cent continuent à s'abstenir. En moyenne, les femmes s'abstiennent • pendant 7,9 mois. Cette courte dur6e d'abstinence peut avoir des soubassements culturels, l' islam ne perscrivant que 40 jours d'abstinence. L'abstinence post-partum n'aura donc pratiquement pas d'incidence sur le risque de grossesse. En effet, les relations sexuelles reprenant en moyenne, bien avant l'ovulation, seule celle-ci détermine la fin de la période de protection temporaire. Cela révèle toute l'importance de l'aUaitement matemel prolongé qui demeure le moyen le plus sQr pour assurer une protection efficace plus durable en retardant le retour des règles. En tant que comportement, l'allaitement et l'abstinence sont très sensibles aux facteurs socio- économiques et culturels, comme le montre le tableau 2.7. Cependant, les femmes plus jeunes (moins de 30 ans) ne semblent pas allaiter significativement moins longtemps que les autres. La durée moyenne de l'aménorrhée est pratiquement la méme dans les deux groupes (16,0 et 16,4 mois respectivement à moins de 30 ans et à 30 ans ou plus). Par contre, l'abstinence est plus lon- gue chez les jeunes femmes (moins de 30 ans). L'urbanisation et l'éducation sont les variable s qui font apparattre les plus fortes différences. Ainsi, les femmes urbaines et alphabétisées allaitent 4 å 5 mois moins longtemps que les groupes opposés; elles retrouvent leurs règles 5 à 8 mois plus tét et s'abstiennent moins longtemps. L'incidence du niveau d'instruction est également très importante. Pour l'ailaitement, les durées moyennes des femmes sans instruction, celles du primaire et celles du secondaire ou plus sont respectivement de 19,4, 16,6 et 14,1 mois. Les valeurs corresp0ndantes sont pour l'am6norrhée de 17,2, 12,2 et 9,1 mois. Au niveau ethnique, les Mandingues et les Poulars sont celles qui allaitent le plus longtemps, ensuite viennent les Woloîs et les Sérers et enfin les Diolas. Cette tendance se retrouve dans les durées moyennes d'infertilité post-partum. Ces Poulars allaitent-elles moins intensement? Les Sérers et les Wolofs sont celles qui s'abstiennent le moins longtemps (moins de 5 mois) et les Mandingues le plus longtemps (17,5 mois). Les différences régionales sont importantes et semblent refléter en partie les structures ethni- ques. Dans tous les sous-groupes étudiés, l'abstinence est partout moins longue que l'aménorrhée sauf dans deux cas: chez les Diolas et les Mandingues au niveau ethnique (écart de 0,6 mois). Dans ces deux, l'abstinence joue un r61e important en allongeant la période de non exposition post-partum d'une durée de projection égale à l'écart. En bref, le mariage demeure universel, avec ses typologies d'antan. Il marque l'entrée légale dans la vie féconde. Il a cependant lieu de plus en plus tard, en particulier dans les groupes les plus urbanisés et les plus éduqués. Ces changements sont, toutes choses égales par ailleurs, défavorables å la fécondité. Cependant, d'autres facteurs non moins importants tels que l'allaitement et l'abstinence en regressant dans les couches sociales favoris~es, ont tendance à 25 maximiser le rendement de la vie f¢conde des femmes en raccourcissant l'intervalle in- tergénésique, sans risque d'accrottre la mortalité intra-utérine. En fait, les facteurs de change- ments économiques et sociaux et les variables intermédiaires sont nombreux et liés entre eux par un réseau complexe de relations. L'évolution de cet ensemble de variables ainsi que de leurs in- terrelations déterminent les tendances et les niveaux de la fécondité. 2.5 Conclusion Au Sénégal, la nuptialité est essentiellement caractérisée par sa forte intensité (toutes les fem- mes se marient) et sa grande précocité (50 pour cent des femmes sont mari~es avant 17 ans). Les ruptures d'unions sont fréquentes mais elles sont vite suivies de remariage. Les femmes passent donc l'essentiel de leur période d'aptitude à la procréation en union, c'est-à-dire exposées au risque de relations sexueUes. Celles-ci sont reprises assez t6t après l'accouchement: 2,7 mois après la naissance d'un enfant, seules 50 pour cent continuent à s'abstenir. Mais l'aUaitement demeure très prolongé: les enfants sont sevrés en moyenne ~ 19 mois. Cela contribue sQrement à l'allongement de l'aménorrhée post-partum (dur6e moyenne de 16,2 mois). Au niveau socio-économique, l'urbanisation et l'éducation constituent les facteurs différen- tiels les plus nets: les femmes urbanis6es et éduquées se marient plus tard, allaitent moins longtemps et par conséquent, redeviennent fertiles plus tõt et elles reprennent plus t6t les relations sexuelles. En dehors des facteurs de contrõle naturel (allaitement, abstinence), il est probable que la fécondité, fondement du mariage qui la légalise, dépendra essentiellement de la nuptialité, étant donné que l'impact de la contraception reste extr~mement limité, comme on le verra dans le chapitre 4. Notes: 1 I1 y a fieu d'interpréter les données sur l'åge à la première union avec prudence du fait que les femmes sènégalaises, comme les femmes des autres pays en développement ont des difficultès å donner la date exacte de la première union. Dans cette enqu&e, 17 pour cent des femmes ont donn6 le mois et l'année de la con- sommation de l'union, 9 pour cent ont donné l'année seulement et 74 pour cent ont donné l'åge [t la première union. Quatre femmes seulement n'ont donné aucune information et la date de la consommation de leur première union a ét6 imputée, en utilisant principalement la date à la naissance de leur premier enfant. 2 Le moyen direct et s~ est l'utilisation des tests cliniques. 3 Les durées moyennes d'aUaitement et d'aménorrhèe post-par tutu pour certains pays afiicains sont présenlées respectivement comme suit: Mauritanie: Cameroun" Nigéria: C6~ d'Ivoire: 20,1 et 11,5 mois ~qlVlF, 1981, Vol. I: 81-84), 19,3 er 10,1 mois (ENFC, 1978, Vol. I: 123-124). 16,6 et 10,4 mois (NFS, 1981-82, Vol. I: 127-129) et 16,2 et 7,9 mois (EIF, 1980-81, Vol. I: 132-136). 26 Le calcul des dur~es moyennes utilis/es dans I'EDS est diff6rent de celui utilis6 dans l'Enquête Movclis!e sur la F6condit~ (EMF) où les dur6es moyennes sont basé.es sur le dernier intervalle ferre6 (femmes non- c61ibataims ayant ou au moins deux naissances vivantes, grossesse actuelle comprise, dont l'avant-demi~ro naissance vivante a surv6cu au moins 12 mois). 27 CHAPITRE HI FECONDITE A la différence de I'ESF qui a collecté des informations sur toutes les grossesses, I'EDS n'a saisi que les naissances vivantes. Toutes les femmes de l'enquête individuelle ont été ainsi inter- rogées sur le nombre total de naissances vivantes qu'elles ont eues depuis leur entrée dans la vie féconde jusqu'à la date de l'enquête. Pour commencer, on a demandé à chaque femme de l'échan- tillon le nombre de garçons et de filles qui vivent avec elle, le nombre de ceux qui vivent ailleurs et le nombre de garçons et de filles qui sont décédées. Puis on a demandé l'histoire de toutes les naissances, y compris le nom de l'enfant, son sexe, sa date de naissance; s'il (elle) est en vie, son /lge et s'i l (elle) vit à la maison ou non et enfin s'i l (elle) est décédé(e), l'fige au décès. Les niveaux et les facteurs différentiels de la fécondité seront présentés en première partie où on étudiera l'indice synthétique de îécondité et le nombre moyen d'enfants nés vivants des fem- mes figées de 40-49 ans. Les tendances de la fécondité constituent le deuxième aspect qui sera traité dans ce chapitre. Il s'agit d'analyser les taux de fécondité générale par fige pour certaines périodes avant l'enquête. La troisième partie sera consacrée à la fécondité cumulée ou la parité moyenne (nombre d'enfants nés vivants). Cet indice fournit des informations rétrospectives sur la fécondité. L'entrée dans la vie féconde est le dernier aspect qui sera présenté dans ce chapitre. Elle est définie par l'fige de la femme à la naissance de son premier enfant. Cette variable est construite à partir de la date de naissance ou l'fige actuel de la mère et de la date de naissance de son premier enfant ou l'fige actuel de celui-c! s'i l est en vie. Comme on le sait, ces données souffrent sflrement de certains biais. D'abord les erreurs clas- siques sur les figes (des femmes et de leurs enfants) se retrouvent ici et elles sont d'autant plus graves qu'elles concernent des événements reculés dans le temps. Ensuite, malgré les nombreuses questions de contrOle et les recoupements divers, des omissions sont possibles au niveau du nombre total d'enfants, surtout s'i l y a eu des enfants décédés précocément et depuis longtemps. Par ailleurs, la structure par armée d'~ge des données de l'enquête ménage révèle un gonflement anormal des effectifs ~ 50, 51 et 52 ans. Cela suggère la tendance qu'ont eu les enqu&rices à vieil- lir les femmes d'un peu moins de 50 ans, pour les exclure de l'échantillon de l'enquête individuelle qui était limité aux femmes de 15--49 ans. Ainsi des femmes ågées de 45-49 ans ont pu ~tre éliminées à tort. Pour minimiser l'effet de ce biais, les indices synthétiques de fécondité présentés dans ce rapport ont été limités aux femmes ågées de 15-44 ans, au lieu du groupe d'~ges 15-491 ans qui est habituellement utilisé. Enfin, les femmes ayant émigré ou celles décédées ne sont pas touchées par l'enquête: leur fécondité est donc ignorée. 29 3.1 Niveaux et facteurs différentiels de la fécondité L'indice synthétique de fécondité (ISF) est un indice transversal. Il est égal à la somme (pond~rée par l'intervalle de classe d'ages) des naissances réduites (taux de fécondité générale par age). Il correspond ~ la descendance moyenne å 40-49 ans, au cours d'une période donnée, d'une cohorte fictive de femmes dont les taux de fécondité par/lge sont ceux observés pendant cette période. Si les données sont fiables et la fécondité plus ou moins stable dans le temps, cet indice peut ~tre considérée comme une évaluation à peu près exacte du comportement des cohor- tes réelles. Le tableau 3.1 montre qu'au cours des cinq demières années ayant précédé l'enquête FISE basé sur les naissances issues des femmes/Igées de 15 à 44 ans s'élève à 6,4. Cet indice a sig- nificativement baissé ces dernières années: 7,3 en 1980-82 et 6,4 en 1983-85, soit un écart de 0,9 enfant. Cela suggère une baisse récente de la fécondité générale. Le niveau plus élevé de la descendance atteinte (D) à 40--49 ans (7,0 enfants), résultant d'une fécondité passée, confirme bien cette tendance récente à la baisse. Malgré le niveau globalement élevé, des différences significatives de I'ISF sont observées entre groupes sociaux. Ainsi, les femmes rurales (7,1) et les femmes non éduquées (6,8) ont des niveaux plus élevés que les groupes oppesés correspondants. L'éducation joue vraisemblable- ment un réle plus important que l'urbanisation dans les différences de niveaux. Par ailleurs, si la baisse récente de la fécondité est peu significative dans les groupes ruraux ou analphabètes, elle est par contre très nette chez les femmes urbaines et les éduquées (graphique 3.1). Au niveau eth- nique, sauf chez les Sérers peur lesquelles la îécondité semble Otre demeurée stable, la tendance est à la baisse. Les Sérers (ISF de 7,2 et D de 7,5) sont avec les Mandingnes (ISF de 6,6 et D de 7,3) celles qui ont les niveaux de fécondité les plus élevés. Graphique 3.1 Indice Synthétique de Fécondité, et Descendance Atteinte à 40-49 ans ~,Toutes les femmes) Nombre a'enf«nt8 ,7 : ~"" Nornb~eoEenfant8 Urbain ~ l l Milieu AUOUne ~t lml l r l t ~o¢~Ul l r O * 30 TABLEAU 3.1 INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE PARMI LES FEMMES 15-44 ANS ET DESCENDANCE ÆITEINTE A40--49 ANS PARMI TOUTES LES FEMMES SELON LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Indice synthétique de fécondité Varlables socio- démographlques 1983-1985 a 0-4 avant Descendance 1980-1982 l'enquête à 40-49 ans Milieu Urbain 5,4 6,3 5,5 7,0 Rural 7,1 7,9 7»1 7,1 Région Ouest 5,7 6»7 5,8 7,0 Centre 6,9 7,7 6,9 7,0 Nord-Est 6,5 7,5 6,5 7,2 Sud 6,9 7,7 6»9 6,8 Instruction Aucune 6,8 7,6 6,8 7,0 Primaire 5,2 7»1 5,7 7,5 Secondaire + 3,7 4,2 3,8 5,9 Alphabétisatlon Ne sait pas lire 6,8 Sait lire 4,6 Ethnie 7,6 6,8 7,0 5,5 4,9 6,9 Wolof 6,2 7,2 6,3 7,3 Poular 6,2 7,4 6,3 6,9 Serer 7,2 7,6 7,2 7,5 Mandtngue 6,7 7,8 6,6 7,3 Diola 6,1 6,6 6,3 6,5 Autres 6,0 6»4 6,1 6,3 Total 15-44 6,4 7,3 6,4 7,0 Total 15-49 6,6 7,4 6,6 7,3 b aon a inclus 1986, l'année de l'enquête. bDescendance à 45-49 ans 31 3.2 Tendances de la fécondité Le tableau 3.2 qui donne les taux de fécondité générale par fige selon trois sources indique que la fécondité a baissé sensiblement entre les deux enqu&es (ESF, 1978 et EDS, 1986). Ainsi, I'ISF de l'EnquSte Sénégalaise sur la Fécondité (7,0 enfants pour la période de 1973-77) corrobore la conclusion d'une baisse récente de la fécondité. Mais cette baisse est essentiellement imputable aux jeunes générations de moins de 30 ans (graphique 3.2). Par ailleurs, la comparaison des deux premières colonnes (les plus fiables et les plus complètes) du tableau 3.3, relatif aux taux de fécondité générale par période quinquennale selon l'~ge de la m~re à la naissance, vient en appui å cette conclusion: i~/lge å la maternité ~gai, les taux de fécon- dit~ sont plus élevés dans la période ancienne que dans la période récente. La baisse de la fécon- dité précoce (moins de 20 ans) s'explique surtout par le retardement de l'entrée en union. TABLEAU 3.2 TAUX DE FECONDITE GENERALE PAR AGE SELON DIVERSES SOURCES (EN o/oo) Age actuel Taux de fécondité Taux de fécondité Taux de fécondité de la femme EDN, 1970-71 a ESF, 1978 b EDS, 1986 15-19 165 189 159 20-24 290 304 279 25-29 272 332 278 30-34 228 265 261 35-39 161 197 199 40-44 109 108 107 45-49 63 34 40 ISF, 15-44 6,1 7,0 6,4 ISF, 15-49 6,4 7,1 6,6 asituation Economique du Sénégal, 1978, p.16, Direction de la Statistique, Ministère de l'Economie et des Finances, Dakar. bEnquête Sénégalalse sur la Fécondité, 1978, Vol. I, p. 112, Direction de la Statistique, Division des Enquêtes et de la Démographie, Dakar, Juillet 1981. 32 Graphique 3.2 Taux de Fécondité Générale par Age Selon Deux Sources (Toutes les femmes) Taux de fécondité (O/oo) 35O 300 . 250 200 ,~" 150 100 5O 0 15-19 I I I I I 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Age actuel TABLEAU 3.3 TAUX DE FECONDITE GENERALE PAR AGE SELON L'AGE DE LA MERE A LA NAISSANCE Période avant l'enquête en années Age de la mère à la naissance 0-4 5-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 15-19 0,159 0,190 0,185 0,185 0,194 20-24 0,279 0,311 0,303 0,314 0,290 25-29 0,278 0,329 0,322 0,313 (0,304) 30-34 0,261 0,299 0,308 (0,287) 35-39 0,199 0,238 (0,284) 40-44 0,107 (0,180) 45-49 (0,040) 0,178 (0,161) (0,282) Note : Les h t f f res ent re parenthèses représentent des cohor tes incomplètes . 33 3.3 Fécondité cumulée La fécondité cumulée ou parité moyenne est une mesure rétmspective de la fécondité. Cette parité (3,3 enfants) donnée par le tableau 3.4 bien qu'élevée reste inférieure à celle trouvée dans I'ESF (3,5 enfants). Dans le groupe des femmes en union, les deux enqu&es conduisent au m~me résultat (4,0 enfants par femme). Le nombre d'enfants augmente régnlièrement avec l'/tge, avec à chaque åge sauf pour les 45~,9 ans, des niveaux plus importants chez les femmes en union que dans le groupe "toutes femmes." Les écarts entre ces deux catégories, plus importants avant 35 ans, s'expliquent par la moins forte fécondité des femmes non mariées (célibataires, divorcé.es, veuves); après 35 ans, toutes les femmes étant non célibataires, les écarts, au demeurant faibles, sont dus exclusivement aux ruptures d'union. Le méme tableau donne la répartition des femmes en pour cent selon le nombre d'enfants nés vivants et l'~ge actuel. Le pourcentage de femmes sans enfants diminue rapidement avec l'age; à 45-49 ans, 5,2 pour cent de toutes les femmes n'ont jamais eu d'enfants nés vivants, contre 4,4 pour cent pour les femmes en union. La procréation étant pratiquement achevée à 45 ans, ce der- nier pourcentage donne une évaluation satisfaisante de la stérilité primaire, et probablement, définitive dans la population. La fécondité élevée est encore mise en évidence: plus de 30 pour cent de toutes les femmes et un peu moins de 40 pour cent des femmes mariées, ont 5 enfants ou plus. Ces chiffres globaux masquent l'effet de la structure par åge. Chez les femmes de plus de 35 ans (toutes femmes), plus de 75 pour cent ont 5 enfants ou plus. Plus de 4 pour cent des fem- mes ont 10 enfants ou plus; à 35-39 ans, ce pourcentage est de l'ordre de 9 pour cent. Le tableau 3.5 fournit la parité moyenne selon l'åge au premier mariage et le temps écoulé depuis le début de celui-ci. Au début du mariage (5 premières années), les femmes mari~es, plus tard (18 ans ou plus), ont eu plus d'enfants que celles mari~es plus tõt (moins de 18 ans). On sait en effet, que cette tranche de fécondité est essentiellement déterminée par l' intervalle protogénésique qui est plus court chez les femmes mariées plus tard (arrivées à maturité). Malgré les fluctuations, cette tendance semble se maintenir jusqu'å 25 ans depuis le mariage. Après 25 ans, les femmes mariées plus tét rattrapent les autres qui sont près d'épuiser leur faculté procréatrice. Leur longue durée d'exposition leur confère une parité moyenne plus importante en fin de parcours. Pour toutes les femmes de 4549 ans, celles ayant pratiquement épuisé leur capacité procréatrice, les probabilités d'agrandissement fournissent une autre mesure de la fécondité cumulée. La probabilité d'agrandissement pour un rang de naissance i, est égale à la proportion de femmes qui ont au moins i + 1 enfants par rapport à celles qui en ont au moins i. La dernière ligne du tableau 3.4 (toutes femmes) donne en pour mille, les valeurs des prob- abilités d'agrandissement. Le complément à 1 de la probabilité pour le rang 0, soit 0,052 cor- respond à la proportion de femmes de 4549 ans encore infécondes (sans naissance vivante). Si la probabilité augmente du rang 0 au rang 1 c'est parce que dans le premier cas toutes les femmes sont comptées au dénominateur tandis que dans le second, seules les femmes à fécondité prouvée sont prises en compte. Au delà du rang 1, malgré quelques fluctuations, la tendance générale est à la baisse. Celle-ci s'explique par la diminution progressive des capacités procréatrices avec l'age et corrélativement avec le nombre d'enfants. Les probabilités d'agrandissement attestent elles aussi du haut niveau de la fécondité. Ainsi sur 1000 femmes ayant eu 9 enfants, 635 (plus 34 TABLEAU 3.4 REPARTITION EN (%) DES ENFANTS NES VIVANTS PARMI TOUTSS LES FElv~VmS ET LES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION SELON L'AGE ACTUEL DE LA FEMME Enfants vivants Pari té moyenne Age de Effec- Parité ESF, la femme 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 I0+ Total t i f moyenne 1978" Toutes les femmes 15-19 73,9 20,5 5,0 0,4 O,l 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 lO0,O 975 0,3 0,4 20-24 26,4 22,9 26,7 17,5 5,1 l,O 0,3 0,0 0,0 0,0 0,0 I00,0 895 1,6 1,7 25-29 g,4 I l ,2 14,O 22,2 23,2 13,5 4,1 1,7 0,7 O,l O,O 100,0 838 3,1 3,4 30-34 5,5 5,2 6,7 9,0 14,3 18,3 21,5 I0,5 5,2 2,7 l , l I00,0 656 4,7 5,3 35-39 3,3 2,5 5,6 3,8 II,5 9,8 16,2 12,5 16,0 9,B 9,0 IO0,O 480 6,2 5,9 40-44 4,0 4,0 4,0 4,0 6,7 8,0 IO,O 9,3 15,7 13,3 21,0 IO0,O 300 6,8 6,8 45-49 5,2 3,7 4,4 2,2 3,0 5,2 8,1 12,5 15,1 14,8 25,8 I00,0 271 7,3 7,2 Tous les åges 25,2 12,8 11,3 10,0 9,5 7,4 7,0 4,6 4,6 3,3 4,1 I00,0 44•5 3,3 3,5 948 961 952 974 964 936 894 817 729 635 Probabili- tés d'agran- dissement 45-49 ans Femmes actuellement en union 15-19 45,5 42,1 I l ,2 l,O 0,2 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 I00,0 409 0,7 0,7 20-24 12,1 23,2 32,7 23,5 6,6 1,4 0,5 0,0 0,0 0,0 0,0 lO0,O 654 2,0 1,9 25-29 5,4 9,0 13,7 23,1 25,8 15,5 4,7 1,8 0,8 O,l 0,0 I00,0 722 3,4 3,5 30-34 3,8 4,9 6,6 8,9 14,2 18,6 22,2 II,4 5,4 2,8 1,2 IO0,O 607 4,9 5,3 35-39 2,7 1,6 5,6 3,6 11,4 lO,O 15,6 13,1 16,5 I0,5 9,6 I00,0 449 6,3 5,9 40-44 2,6 4,4 4,4 3,7 6,2 7,7 9,5 9,5 17,2 13,6 21,2 lOO,O 273 7,0 6,8 45-49 4,4 4,0 4,0 1,6 3,2 5,6 8,8 12,4 15,5 14,7 25,9 lOO,O 251 7,3 7,2 Tous les ~ges 10,6 13,3 13,3 12,2 II,6 9,3 8,6 5,9 5,9 4,1 5,1 I00,0 3365 4,0 4,0 *Enquête Sénégalaise sur la Fécondité, 1978, Vol. I I , pp. 182-184, Direction de la Statistique, Division des Enquêtes et de la Démographie, Dakar, ju i l l e t 1981. 35 d'une femme sur deux) en auront au moins 10. Par rapport ~t I 'ESE les femmes ayant entre 0 et 2 enfants et 6 enfants ou plus ont moins de chance d'avoir au moins un enfant supplémentaire maintenant (EDS) qu'avant OeSF). Ces résultats semblent confirmer la tendance récente å la baisse de la fécondité. TABLEAU 3.5 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS NES VIVANTS PARMI LES FEMMES NON CELIBATAIRES SELON L'AGE AU PREMIER MARIAGE ET LA DUREE DEPUIS LE PREMIER MARIAGE Durée depu is le premier mariage Age au premier mar iage <15 15-17 18-19 20-21 22-24 TOUS 25+ les âges 0-04 ans 0,8 0,9 1,2 1,3 1,0 1,6 1,0 05-09 2,3 2,6 2»7 2,6 2,7 2,9 2,6 10-14 3»6 4,1 4,3 4,1 3,8 4,2 4,0 15-19 5,0 5,6 5,2 5,0 5,3 4,5 5,4 20-24 6,5 6,8 6,9 5,7 7,0 3,8 6,6 25-29 7,4 7,0 7~3 8,1 7»0 7,2 30 OU plus 7,5 7,3 8»0 - - 7,4 Toutes durées 4,3 4,1 3,8 3,5 2,7 2,9 4,0 3.4 L'entrée dans la vie féconde L'essentiel des naissances étant légitime comme nous l'avons vu plus haut, l'entrée en union sanctionnera donc l'entrée dans la vie féconde. Il est logique dès lors qu'une nuptialité précoce indulse une fécondité également précoce. L'åge d'entrée dans la vie féconde est mesuré ici par l'~ge des femmes å leur première naissance vivante. Le tableau 3.6 donne pour chaque groupe d'age actuel, la répartition des femmes selon l'~ge la première naissance vivante. Ces résultats dénotent une grande précocité de la fécondité. Sur l'ensemble des femmes, 4,8 pour cent ont leur première naissance å moins de 15 ans et 30,9 pour cent entre 15 et 17 ans révolus. En d'autres termes, si l 'on considère les grossesses avant 18 ans comme à haut risque, au moins 35,7 pour cent des femmes devenues mères ont appartenu à ce groupe. Cela donne une indication précieuse sur l'ampleur des problèmes de santé et socio-écon- omiques qu'indult la maternité précoce pour les femmes et pour leurs enfants (47,7 pour cent des premières naissances vivantes). Parmi les femmes de plus de 20 ans (celles ayant pu courir le risque de matemité avant 18 ans exacts), l'effet de génération ne semble obéir ~t aucune tendance précise: les pourcentages de mères ayant eu leur première naissance avant 18 ans fluctuent légère- 36 ment autour de la valeur moyenne de 39 pour cent. La fécondité de cette tranche d'tige n'a pas 6volu6 de façon r6gulière dans le temps: hausse entre 45--49 ans et 35-39 ans (37,6 et 42,3 pour cent), baisse entre 35-39 ans et 25-29 ans (38,9 pour cent) et nouvelle hausse dans les groupes de 20 à 29 ans. La tendance gén6rale reste cependant à une légère montée. 11 en est de m~me de la f6condité des adolescentes (femmes de moins de 20 ans): dans toutes les g6nérations de plus de 20 ans, environ 53 pour cent (soit 70 pour cent des premières naissances) ont ét6 mères avant 20 ans exacts. Peu de femmes ont eu leur première naissance après 25 ans (3,9 pour cent). TABLEAU 3.6 REPARTITION EN (%) DE TOUTES LES FEMMES SELON UAGE A LA PREMIERE NAISSANCE (Y COMPRIS LA CATEGORIE "PAS DE NAISSANCE") ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME Age Age à la première naissance actuel Pas de de la première Effec- femme naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ Total tlf Médiane 15-19 73,9 2,9 19,3 3,9 0,0 0,0 0,0 i00,0 975 - 20-24 26,4 4,9 35,0 19,6 12,0 2,2 0,0 I00,0 895 19,0 25-29 9,4 6,0 32,9 22,2 14,8 12,5 2,1 i00,0 838 19,0 30-34 5,5 5,9 33,2 20,4 14,8 13,3 6,9 i00,0 656 19,0 35-39 3,3 4,2 38,1 19,0 13,1 12,7 9,6 i00,0 480 18,7 40-44 4,0 7,0 32,3 22,0 15,3 10,3 9,0 i00,0 300 18,7 45-49 5,2 4,4 33,2 19,2 13,3 11,4 13,3 i00,0 271 19,2 Tous les âges 25,2 4,8 30,9 16,8 10,7 7,6 3,9 i00,0 4415 19,7 Note: Pour le calcul de l'âge médian, tous les âges actuels confondus, les moins de 20 ans ont été exclus. Cette analyse conduit cependant à une conclusion à première vue paradoxale. En effet, l 'age au premier mariage ayant récemment reculé, on devrait s'attendre à une tendance similaire pour l 'åge à la première matemit6. Or il n'en est rien. On peut faire des hypothèses pour concilier les deux faits: la première serait l'augmentation des naissances pr6nuptiales chez les adolescentes dans les générations plus jeunes; la seconde pourrait etre le racourcissement de l'intervalle protogénésique lorsque l'åge au premier mariage augmente dans un contexte de nuptialité précoce et la troisième serait la baisse de la mortalit6 intra-utérine consécutive à l'amélioration des con- ditions sanitaires. Mais l'explication la plus plausible serait liée aux déclarations des dates de naissance de la mère et de son premier enfant. Il est fort possible que les femmes les plus tigées ont eu des difficultés å se rappeler les dates de naissance de leurs premiers enfants et ont déclaré des ages plus proches de la date de l'enquête, ce qui fait qu'elles deviennent plus ~gées à la nais- sance du premier enfant qu'elles ne le sont ré.eUement. Il est aussi probable que des femmes ap- partenant réeUement au groupe d'tiges 40-44 ans au moment de l'enquête, soient enregistrées comme 6tant dans le groupe d'tiges 45-49 ans. Ce qui aurait faussement augment6 l'tige/l la 37 première naissance. Cette dernière hypothèse expliquerait également pourquoi il y a très peu de différences entre l'effectif de femmes de 40 "!.4 ans et celui de 45-49 ans. La relative stabilité de l'entrée dans la vie féconde qui se confirme à travers les figes médians (19,0 ans entre 20 et 35 ans et 18,7 ans entre 35 et 45 ans) cache cependant des différences im- portantes au niveau des groupes socio-culturels et économiques, comme l'indique le tableau 3.7. L'analyse des facteurs urbanisation et éducation permet de classer les femmes en trois catégories: 1. Les femmes à fécondité précoce: /tge médian inférieur à 19 ans. Ce groupe est constitué des fem- mes rurales (åge médian 18,6 ans) et des non-éduquées (18,9 ans chez les non instruites et 19,0 chez les analphabètes). 2. Les femmes å fécnnditE moins précoce: age médian supérieur à 21 ans avec une légære tendance à la hausse dans le temps. Ce sont les femmes urbaines (21,4 ans). L'~lge médian varie de 18,9 ans à 40~14 ans à21,0 ~t 20-24 ans. 3. Les femmes å fécondité tardive: /tge médian supérieur å 22 ans sans aucune tendance régulière. C'est la catégorie des femmes éduquées (instruites ou alphabEtisées). Chez les plus instrnites, dans toutes les générations l'åge médian est de l'ordre de 20 ans tandis que chez les alphabEtisées il tourne autour de 21 ans. L'[~ge médian a cependant accusé une hausse très significative au cours des demières années (femmes ågées de moins de 35 ans). Au niveau régional, la zone Ouest (abritant Dakar) connait la fécondité la plus tardive. Elle est suivie du Sud, puis viennent le Centre et le Nord-Est. Dans la zone Ouest, la plus urbanisée, il y a une nette tendance à la hausse: 18,7 ans à 45-49 ans et 20,7 à 20-24 ans. Au centre, c'est plutSt une baisse qui semble amorcée: 18,6 entre 25 et 34 ans et 17,8 ~t 20-24 ans. Au Nord-Est, la baisse était nette jusque dans les générations 30-34 ans, mais la tendance est inversée par la suite. Au Sud, il semble y avoir une baisse dans les générations intermédiaires (20,1 ~ 40 A,-I. ans et 17,9 å 25-29 ans) et une hausse significative est probablement en train de se produire dans les générations les plus jeunes (18,8 à 20-24 ans). Les diffErences inter-ethniques sont importantes. Les Mandingues sont celles qui ont leur pre- mier enfant le plus t& (18,3 ans), elles sont suivies des Poulars (19,1 ans) et ensuite des Sérers et des Wolofs qui sont à peu près au meme niveau (19,7 et 19,8 respectivement). Les Diolas sont celles qui entrent le plus tard dans la vie féconde (21,7 ans). Au niveau des générations, les fluc- mations ne permettent pas de dégager une tendance quelconque. Toutefois, les différences au niveau inter-ethnique déjå évoquées se retrouvent pratiquement dans toutes les générations. 3.5 Conclusion Il ressort de ce qui précède que la fécondité est très précoce et est essentiellement déterminée par la nuptialitE (~ge au mariage, temps passé en union). La pratique de la contraception efficace étant très faible comme on le verra dans la suite, les facteurs limitants de la fEcondité demeurent, en plus des variables de contrSle social (allaitement prolongE, abstinence post-partum, séparation des conjoints.) ceux lies ~ la physiologie, la mortalité intra-utErine, la stérilité secondaire, etc. 38 TABLEAU3.7 AOE MEDIAN A LA PREMIERE NAISSANCE SELON LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME Variables socio- démographiques Age actuel 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Tous les âges Milieu Urbain 21,0 20,0 20,2 19,2 18,9 19,2 21,4 Rural 17,9 18,1 18,2 18,5 18,6 19,1 18,6 Région Ouest 20,7 19,8 19,6 19,2 18,9 18,7 20,9 Centre 17,8 18,6 18,6 18,7 18,6 19,4 18,9 Nord-Est 18,4 18,1 17,4 17,8 18,4 20,2 18,8 Sud 18,8 17,9 18,9 19,0 20,1 18,3 19,1 Instruction Aucune 18,I 18,6 18,4 18,4 18,7 19,0 18,9 Primaire 20,9 19,9 19,9 20,6 21,0 20,0 22,0 Secondaire + - 21,7 22,8 22,1 21,0 24,5 .Alphabétisation Ne sait pas llre 18,3 18,6 18,5 18,5 18,7 19,0 19,0 Sait llre 23,2 20,8 21,0 21,5 20,8 21,0 24,5 Ethnie Wolof 19,0 19,3 19,3 18,6 18,6 19,4 19,8 Poular 18,2 18,5 17,7 18,5 19,1 18,7 19,1 Serer 19,2 19,2 19,3 20,0 18,2 19,5 19,7 Mandingue 18,0 17,5 17,8 17,5 18,5 18,5 18,3 Dlola 20,9 20,4 20,1 22,0 20,7 20,2 21,7 Autres 19,5 18,6 18,9 17,8 18,9 19,0 19»5 Toutes ies femmes 19,0 19,0 19,0 18,7 18,7 19,2 19,7 39 En ce qui concerne le calendrier, le niveau et l'évolution, les variables socio-économiques in- duisent des différences significatives: aux groupes les plus favorisés (urbanisés et/ou éduqués) correspondent des calendriers plus tardifs et des niveaux plus bas et une tendance plus nette à la baisse de la fécondité au cours des dernières années. Malgr6 cette tendance, la fécondité reste à un niveau élevé. La descendance atteinte à 40--49 ans est de 7,0 enfants par femme et le nombre moyen d'enfants nés vivants par femme mariée s'établit à 4. Nom: 1 Pour comparer l'indice synth6tique de f6condité de cette enquête avec I'ESF de 1978, on a pr6senté l'indice des femmes de 15-49 ans. 40 CHAPITRE IV CONNAISSANCE ET UTILISATION DE LA CONTRACEPTION L'expérience sénégalaise en matière de contraception moderne est très récente. Jusqu'à une date peu lointaine, peu de femmes connaissaient et à fortiori utilisaient la contraception moderne. L'ESF (1978) chiffrait à 23 pour cent et 55 pour cent les pourcentages respectifs de toutes les fem- mes connaissant au moins une méthode modeme et au moins une méthode traditionnelle. Depuis l'option du gouvernement pour le concept de "bien-~tre familial" intégrant Protection Maternelle et Infantile (PMI) et Planification Familiale (PF) en 1980, des changements significatifs sont en train de s'opérer. Aujourd'hui au moins 20 centres de PF publics, dont 7 dans la seule région de Dakar, sont fonctionnels sur l'ensemble du territoire national. Ces efforts devront ~tre soutenns dans le cadre d'un vaste programme national de Santé Familiale qui vient d'entrer dans sa phase effective. Les résultats de I'EDS pourront donc ~tre mis à profit par ce programme dans son exécution, et lui servir de référence dans son évaluation. Les thèmes abordés dans ce chapitre sont les suivants: • La connaissance de la contraception et les facteurs différentiels; • L'acceptation de la contraception; • La connaissance des sources des méthodes contr',ceptives connues; • L'utilisation actuelle et à un moment quelconque de la contraception et les facteurs différentiels; • Les sources des méthodes contraceptives utilisées selon le secteur (privé, public); • La perception des problèmes de contraception; • Les raisons de non utilisation, de la contraception; • L'attitude vis-à-vis de la contraception. 4.1 Connaissance de la contraception Dans I'EDS, la connaissance de la contraception a été saisie de la manière suivante: Après avoir fait comprendre à l'enquêtée qu'il existait des méthodes ou des moyens moder- nes ou traditionnels qu'un couple pouvait utiliser pour retarder ou prévenir une grossesse, on lui demandait si elle connaissait ou si elle avait entendu parler de certains de ces moyens. Si la réponse était oui, on lui demandait de les citer. Chaque méthode citée ainsi était considérée comme con- nue "spontanément." Lorsque l'enqu~trice s'assure que l'interviewée a déclaré toutes les méthodes ainsi identifiées, elle lui faisait successivement la description de chacune des autres méthodes restantes. Toute méthode reconnue de cette manière était considérée comme connue "après description." Une me~hode sera déclarée connue (tout court) si elle a été soit déclarée de 41 façon spontanée, soit reconnue après description. Pour chaque méthode connue, il est posé à l'enquêtée la question suivante: où iriez-vous pour l'obtenir? Cette dernière question permettait de saisir le degré de connaissance des sources de la contraception. Notons que l'approche utilisée pour mesurer l'indice de la connaissance des méthodes contraceptives a été la même que dans I'ESF (1978). Pour les besoins de l'analyse, on distinguera, comme il est de tradition, deux catégories de méthodes: • Les méthodes modernes qui sont composées de la pilule, du stérilet (DIU), de l'injection, des mêthodes vaginales, du condom, de la stérilisation féminine et de la stêrilisation mas- culine; • Les méthodes traditionnelles qui comprennent la continence périodique, le retrait, l'abstinence prolongée, 1 les plantes, 2 les gris-gris 3 et les autres mêthodes. Rappelons que par rapport à I'EDS, I'ESF n'avait pas inclus dans les m6thodes modernes l'injection et la stérilisation et avait omis dans les méthodes traditionnelles le retrait. Par contre, elle avait inclus en plus la douche vaginale parmi les méthodes traditionnelles. Le tableau 4.1 donne les pourcentages de femmes toutes situations matrimoniales confondues et de femmes actuellement en union connaissant une méthode spécifique. Sur l'ensemble des 4415 femmes enquêtées, 90 pour cent ont déclaré connaître au moins une méthode contraceptive. Le pourcentage correspondant était de 60 en 1978, selon I'ESF, soit une augmentation de 50 pour cent. Des méthodes modemes, la stérilisation féminine et la pilule sont les plus connues (plus d'une femme sur deux). Viennent ensuite le condom et le DIU (plus de 3 femmes sur dix). Plus d'une femme sur quatre a déclaré connaître l'injection. Les méthodes vaginales (11 pour cent) et la stérilisation masculine (4 pour cent) sont les moins connues. Les méthodes modernes sont moins connues des femmes mari~es que de l'ensemble des femmes. Parmi les méthodes traditionnelles, l'abstinence prolongée est la méthode la plus connue, Elle a ét~ citée par environ 8 femmes sur dix. Elle est suivie du gris-gris (65 pour cent des femmes) et des plantes médicinales (27 pour cent des femmes). La continence périodique (19 pour cent) et le retrait (14 pour cent) sont les moins connues. Ces deux demières méthodes ont été plus citées par le groupe "toutes femmes" que celui des femmes en union. Par contre dans les deux groupes de femmes les pourcentages sont voisins pour les autres m6thodes traditionnelles. Cela suggère que le niveau de connaissance est à peu près le mEme quelle que soit la situation matrimoniale. Le même tableau montre que la contraception moderne est moins connue des femmes jeunes (15-19 ans) et des femmes ågées (40 ans et plus) que des groupes intermêdiaires. La tendance observée pour les méthodes modernes prévaut pour la continence périodique et le retrait. Pour les autres m6thodes traditionnelles (abstinence, plantes médicinales et gris-gris), les jeunes (moins de 20 ans) sont moins informées que les autres pour lesquelles le niveau de connaissance est quasi- invariable avec l'age. Par rapport à I'ESF, le niveau de connaissance des méthodes modemes a au moins triplé. Par ailleurs, les méthodes ont été plus spontanêment citées par les enquêtées qu'en 1978 (comme l'indique le tableau 4.2). S'il n'y avait pas eu description, les niveaux de connaissance observés auraient ~té au moins une fois et demi moins importants. Au cours des demières années se sont opérées une augmentation du niveau de la connaissance et probablement une amêlloration 42 TABI.,EAU4.1 POURCENTAGE DES FEMMES CONNAISSANT UNEMETHODE SPECIF'/QUE SELON L'AGE ACTUEL Pourcentage Méthode Pourcentage connaissant connaissant au moins Age au moins une méthode actuel une méthode moderne Pli. DIU Inj. M.vag Cond St.f St.m C.pér Ret. Abst. Pl.m Gris Autres Toutes les femmes 15-19 74,6 58,3 44,3 22,2 18,5 7,1 28,9 40,0 2,5 15,8 5,6 57,6 17,2 47,9 0,7 20-24 93,1 75,5 60,6 34,6 29,5 14,1 39,9 60,9 4,6 22,7 17,0 79,2 29,2 65,5 0,9 25-29 91,8 72,3 57,3 35,0 32,6 11,1 34,7 60,I 3,7 22,3 17,3 82,3 29,8 72,0 1,3 30-34 95,0 74,8 58,1 39,5 33,5 13,4 35,1 63,9 4,1 20,6 18,g 83,1 31,2 74,4 1,5 35-39 94,0 70,8 55,6 32,5 31,g 10,8 29,6 59,6 4,0 17,g 16,2 84,4 29,4 70,8 1,7 40-44 gl,3 65,3 48,0 28,0 25,0 7,7 19,3 56,3 3,3 13,7 ll,O 86,0 28,0 69,0 1,3 45-49 92,3 66,4 46,1 26,9 25,8 4,8 18,5 58,7 1,5 15,g 10,3 86,3 29,2 68,6 1,I Total 89,8 69,2 53,7 31,5 28,0 I0,5 31,9 56,0 3,5 19,2 13,9 77,1 26,9 65,2 1,2 ESF 1978 a 58,9 22,6 19,9 10,4 n 2,5 10,4 n n II,9 n 48,6 2,3 22,7 6,5 b Femmes actuellement en union 15-19 81,9 50,1 33,5 16,1 16,4 4,9 18,1 36,2 1,5 g,6 5,4 70,2 17,9 49,6 0,5 20-24 93,6 72,6 55,7 27,5 26,1 10,4 30,9 59,0 4,0 16,0 13,4 72,0 28,6 64,5 1,0 25-29 91,0 69,4 53,3 30,5 30,1 7,8 28,5 58,4 3,0 18,0 15,5 82,8 30,1 71,1 1,5 30-34 94,6 73,5 56,0 37,6 32,6 12,2 33,3 62,3 4,1 lg ,O 17,8 82,9 30,1 73,5 1,3 35-39 93,8 69,7 53,7 30,7 30,3 9,1 27,2 57,9 3,6 16,3 14,7 83,7 28,5 69,3 1,6 40-44 91,2 63,4 47,3 26,7 23,1 6,6 17,2 54,2 2,9 11,7 8,8 86,1 27,2 67,8 1,5 • 45-49 91,6 64,9 43,8 24,7 23,9 4,4 15,g 57,4 1,2 14,3 8,8 85,7 28,7 67,3 1,2 TÇtBI 91,5 67,6 50,7 28,7 27,2 8,6 26,5 56,0 3,2 15,8 13,1 81,7 27,8 66,8 1,2 n = Pas d'information sur la méthode aEnqu~te Sénégalalse sur la Fécondité, Ig78, Vol. II, p. 266, Direction de la Statistique, Division des Enquêtes et de la Démographie, Dakar, juillet Ig81. bDans 'Autres', on a inclus Douche Vaglnale avec un pourcentage de 4,5%. 43 qualitative de celle-ci. Ces changements sont essentiellement imputables à la campagne de sen- sibilisation et d'information entreprise au cours de cette période. A cela s'ajoute la plus grande réceptivit6 de l'échantillon de I'EDS: relativement plus jeune, plus urbanisé et plus instruit. TABLEAU 4.2 POURCENTAGE DES FEMMES AYANT DECLARE CONNAITRE UNE METHODE SPECIFIQUE SELON LA NATURE DE LA CONNAISSANCE ET L'AGE ACTUEL Méthode Pilule DIU Injection Méth.vag. Condom St.Fém. St.Mase. Age actuel Spon Dese Spon Dese Spon Desc Spon Dese Spon Dese Spon Dese Spon Dese 15-19 15,6 28,8 4,4 17,7 2,5 15,9 2,5 4,6 3,4 25,5 0,6 39,4 0,i 2,2 20-24 26,0 34,5 9,4 25,3 5,0 24,5 4,1 9,9 6,0 33,9 2,0 58,9 0,i 4,5 25-29 25,1 32,2 11,5 23,3 6,8 25,8 4,9 6,2 5,4 29,4 I,i 59,1 0,1 3,5 30-34 26,7 31,4 16,6 22,9 8,2 25,3 3,8 9,6 5,3 29,7 3,0 60,8 0,2 4,0 35-39 22,1 33,5 12,5 20,0 6,9 24,8 4,0 6,9 3,5 26,0 4,0 55,6 0,6 3,3 40-44 19,7 28,3 7,7 20,3 4,0 21,0 1,3 6,3 3,3 16,0 5,7 50,7 3,3 45-49 17,0 29,2 5,9 21,0 3,3 22,5 i,i 3,7 0,7 17,7 1,5 57,2 1,5 Total 22,2 31,5 5,8 21,7 5,3 22,6 3,5 7,0 4,4 27,5 2,1 53,9 0,2 3,3 ESF, 1978" 9,0 10,9 2,7 7,7 n n 0,4 2,1 i,i 9,3 n n n n n = Pas d'information sur la méthode *Enquête Sénégalaise sur la Fécondité, 1978, Vol. I, p. 135, et Vol. II, p. 266, Direction de la Statistique, Division des Enquêtes et de la Démographie, Dakar, Juillet 1981. Le pourcentage de femmes en union (tableau 4.3) connaissant une méthode de contraception moderne est au niveau le plus bas chez les femmes ayant zéro ou un enfant vivant (57 et 63 pour cent respectivement). A deux enfants ou plus, ce pourcentage se stabilise au tour de 70. Cette relation, au demeurant plausible, s'explique par la correlation positive entre l'fige et le nombre d'enfants. L'urbanisation apparait comme un facteur favorable ~ la connaissance des méthodes moder- nes. En effet, le tableau 4.3 montre que, quel que soit le nombre d'enfants vivants, les méthodes modernes sont 1,5 fois plus connues en milieu urbain qu'en milieu rural. Par contre, les méthodes traditionnelles sont 3 fois plus connues des femmes rurales que des urbaines. De m~me, l'éducation influe favorablement sur le niveau de connaissance des méthodes modernes. Les pourcentages correspondant aux différents niveaux d'instruction sont: 64 pour les sans instruction, 87 pour le primaire et 97 pour le niveau secondaire ou plus. Cette tendance se 44 TABLEAU 4.3 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION CONNAISSANT AU MOINS UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS ET LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Var iab les soc lo - démograph iques Nombre d'enfants vivants 0 1 2 3 4 5 6+ Total Milieu Urbain Moderne 78,9 87,2 86,6 89,4 89,1 93,6 88,0 87,5 Traditionnelle ii,7 ii,0 9,5 8,8 9,4 3,7 8,5 9,1 Rural Moderne 47,8 56,1 62,2 60,4 61,0 58,2 60,8 58,1 Traditionnelle 30,1 30,3 30,8 32,1 31,2 32,1 30,4 30,9 Région Ouest Moderne 80,0 86,2 85,6 85,7 86,8 82,2 88,4 85,4 Traditionnelle 10,8 10,5 i0,i 10,3 i0,I 10,2 5,6 9,4 Centre Moderne 54,9 69,8 75,5 69,6 72,8 76,4 73,1 70,1 Traditionnelle 22,2 69,8 18,8 69,6 21,1 26,8 24,0 21,8 Nord-Est Moderne 31,1 38,2 35,1 43,7 40,0 41,9 42,4 38,6 Traditionnelle 40,0 42,1 54,1 42,3 46,2 44,2 44,6 44,5 Sud Moderne 54,2 44,3 51,9 51,1 53,2 52,6 64,4 53,3 Traditionnelle 34,7 42,9 41,8 45,6 43,6 36,8 27,4 39,0 Ethnie Wolof Moderne Traditionnelle Poular Moderne Traditionnelle Serer Moderne Traditionnelle Mandingue Moderne Traditionnelle Diola Moderne Traditionnelle Autres Moderne Traditionnelle 61,3 76,8 85,5 78,3 77,1 85,2 85,0 79,1 • 17,6 16,1 10,5 17,7 16,3 9,9 ii,2 14,1 48,3 49,0 47,4 52,4 52,0 62,7 52,5 50,8 31,3 40,1 44,9 42,9 40,8 30,5 40,0 38,2 69,6 72,4 82,7 75,5 82,4 51,2 75,3 74,2 14,3 16,1 12,0 16,0 13,2 39,5 14,3 16,6 69,2 54,6 65,2 66,7 50,0 64,7 60,0 61,9 23,1 22,7 26,1 24,2 40,9 23,5 24,0 26,2 71,4 * 79,2 •76,9 86,4 * 87,9 81,4 19,1 * 20,8 15,4 13,6 * 12,1 15,4 42,3 52,1 52,9 48,0 54,8 42,9 47,6 49,1 40,4 33,8 35,3 44,0 40,1 42,9 40,5 39,0 45 TABLEAU 4.3 (suite) Variables socio- démographlques Nombre d'enfants vivants 0 1 2 3 4 5 6+ Total Edueat ion Aucune Moderne 54,7 62,4 64,4 64,8 64,7 68,1 69,2 64,0 Traditionnelle 26,1 26,8 28,6 28,5 28,3 24,5 23,7 26,7 Primaire Moderne 65,9 75,5 92»4 95,7 95,6 90,5 91,8 86,9 Traditionnelle 17,1 17,0 4,6 4,4 4,4 0,0 4,1 7,8 Secondaire + Moderne * 92,9 100,0 95,0 100,0 * * 97,3 Traditionnelle * 3,6 0»0 5,0 0,0 * * 2,0 Alnhabétisatlon Analphabète Moderne 54,9 61,7 64,8 65,2 65,5 67,8 69,3 64,0 Traditionnelle 26,0 27,1 28,1 28,3 27,8 24,5 23,4 26,6 Alphabétlsée Moderne 81,3 89,7 98,8 100,0 98,0 96,9 93,8 94,9 Traditionnelle 9»4 7,4 1,2 0,0 2,0 0,0 4,7 3,3 Total Moderne 56,8 65,1 70,i 69,1 69,3 70,8 72»3 67,6 Traditlon/lelle 24,8 24,7 23,9 25,1 24,8 22,0 21,1 23,8 *Moins de 20 femmes maintient meme après la prise en compte du nombre d'enfants survivants. Aussi bien chez les femmes du niveau primaire que chez celles sans instruction, il y a une nette hausse du degré de connaissance entre 0 et 3 enfants. Par contre, le niveau de connaissance des méthodes tradition- nelles diminue avec le niveau d'éducation. Pour l'alphabétisation, il y a aussi une corrélation posi- tive entre cette variable et la connaissance de la contraception. L'analyse des données selon le groupe ethnique montre que les Diolas sont les plus nombreuses à connaître la contraception aussi bien pour l'ensemble qu'à nombre d'enfants donné sauf pour trois enfants. Pour les méthodes modernes, les Diolas sontles plus inform6es (81 pour cent). Elles sont suivies dans l'ordre décroissant par les Wolofs (79 pour cent), les Sérers (74 pour cent), les Mandingues (62 pour cent) et les Poulars (51 pour cent). Bien que la tendance générale soit à la hausse, les pourcentages fluctuent de façon assez sensible avec le nombre d'enfants. Il demeure néanmoins, que les pourcentages les plus faibles à un enfant ou plus sont enregistrés chez les 46 Poulars et les Mandingues. La situation assez particulière des femmes sans enfants vivants mérite d'~tre évoquée. En effet, les Wolofs qui font partie des plus informéns ont le pourcentage le plus faible (61 pour cent) après les Poulars (46 pour cent). Par contre, les Mandingues qui sont de la catégorie de faible niveau de connaissance (Mandingues et Poulars), ont le pourcentage le plus fort (76 pour éen0 de toutes les ethnies. Pour les méthodes traditionnelles, les Poulars sont en tete (39 pour cent). Viennent ensuite les Mandingues (26 pour cent), puis les Sérers (16 pour cent), les Diolas (15 pour cent) et les Wolofs (14 pour cent). Ces derniers groupes ethniques constituent une catégorie à plus faible niveau de connaissance. La m~nie tendance se maintient aprSs contr51e du nombre d'enfants. Malgré les fiuctuations, il y a une certaine tendance à la hausse avec le nombre d'enfants chez les Poulars et les Mandingues, tandis que chez les autres ethnies c'est la situation inverse. 4.2 Perception des problèmes de contraception A chaque femme et pour toute méthode spécifique déclan5e connue (sauf le retrait et l'abstinence), il était posé la question suivante: "Quel est le pmblæme majeur, s'il y en a, en utilisant cette méthode?" Le tableau 4.4 donne la répartition des femmes selon leur perception des problèmes de con- traception pour chaque méthode déclarée connue. TABLEAU 4.4 REPARTITION (EN %) DES FEMMES SELON LE PRINCIPAL PROBLEME PERCU EN UTILISANT DES METHODES SPECIPIQUES ET LA METHODE CONNUE PAR LA FElVllVIE Méthodee Pr inc ipa l problème Plantes Gris- perçu Pilule DIU InJec. M.vag Cond St.f St.m C.pér médic, gris Aucun 24,0 29,1 29,5 37,1 22,9 45,2 30,7 44,9 19,8 27,6 Accès 0,1 0,1 0,4 0,2 0,2 0,1 0,7 1,0 0,4 0,1 Coût 0,I 0,2 0,2 0,2 - 0,0 - - 0,3 0,i Effets ee- condal res 19,8 21,0 14,2 11,2 6,1 9,1 15,0 6,4 18,4 16,8 Méthode inefficace 4,2 4,5 2,0 6,9 21,5 0,7 - 13,1 12,1 14,8 Opposition du mari 0,6 0,4 0,4 0,7 0,7 - .0,6 1,2 1,0 Autre 5,6 4,2 5,1 7,3 6,9 8,9 15,7 5,4 15,6 ii,0 NSP 45,5 40,5 48,4 37,1 41,7 35,3 37,9 28,6 32,2 28,6 Total i00,0 i00,0 i00,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 I00,0 i00,0 Non déc larée 8 5 11 9 7 - 9 14 38 Effectif 2371 1389 1233 464 1410 2472 152 847 1178 2876 47 Pour toutes les méthodes moins de 1 pour cent des femmes ont cité l'accès ou la disponibilité, le coQt ou l'opposition du mari comme problèmes majeurs pour l'utilisation de la contraception. Par contre, un nombre important de femmes ont déclaré que les effets secondaires constituent le problème majeur quand on utilise certaines méthodes: pilule (20 pour cent des femmes), DIU (21 pour cent), injection (14 pour cent), rnéthodes vaginales (11 pour cent). La stérilisation fémin- ine, le condom et la continence périodique sont les moins cités pour leurs effets secnndaires (10 et 6 pour cent respectivement). Entre 16 et 18 pour cent des femmes mettent les extaits de plan- tes médicinales et les gris-gris dans cette catégorie (des méthodes à effets secondaires). En ce qui concerne l'efficacité du contraceptif, les méthodes modernes sauf le condom (21 pour cent) ont été moins souvent mises en doute. L'injection est la méthode qui a ét~ jugée le moins inefficace (2 pour cent), elle est suivie de la pilule et du DIU (4 pour cent) et des méthodes vaginales (7 pour cent). Pour les méthodes traditionnelles, les pourcentages varient entre 12 et 15 pour cent. Les aspects concernant l'efficacité et les effets secondaires font partie des éléments les plus déter- minants dans l'acceptabilité de la contraception et le choix de la méthode. Pour les méthodes modernes, entre 23 pour cent (condom) et 45 pour cent (stérilisation féminine) des femmes esti- ment qu'aucun problème ne se pose dans leur utilisation. La continence périodique est la méthode traditionnelle la plus souvent classée dans la catégorie "aucun problème." Beaucoup de femmes (37 pour cent) ont déclaré ne pas savoir le problème que pose l'utilisation des méthodes modernes. Ces cas sont un peu moins fréquents avec les méthodes traditionnelles. 4.3 Degré de connaissance des sources des méthodes connues D'une façon générale, lorsqu'une méthode est connue, sa source l'est aussi (tableau 4.5). Sauf pour la pilule et le condom, plus de 80 pour cent des femmes (soit 4 femmes sur cinq) ont déclaré connaître une source ~ laquelle elles iraient si elles voulaient obtenir chaque méthode qu'elles ont déclar6 connaitre. Pour la stérilisation féminine et la continence périodique, ces chiffres atteig- nent respectivement 89 et 92 pour cent. Pour les méthodes cliniques, le secteur public, les hépitaux en particulier, est la source ~t la- quelle les femmes auraient le plus souvent recours en cas de besoin (plus de 2 femmes sur 3). Les services spécialisés pour la planification familiale (CPF, PMI, centre de santé et dispensaires) auraient recueilli moins de clientes que les hOpitaux. En ce qui concerne les méthodes d'approvisionnement, environ une femme sur deux s'adresserait au secteur privé, surtout les phar- macies pour les méthodes vaginales et le condom, tandis que pour la pilule moins d'une femme sur trois aurait recours à cette source. Les cliniques et cabinets médicaux ont été les moins cités de toutes les sources spécifiques comme recours. 4.4 Utilisation à un moment quelconque Le tableau 4.6 donne les pourcentages de femmes qui ont utilisé au moins une méthode con- traceptive. Si on se réfère ~ la population totale du sous-groupe (toutes femmes ou femmes en union), on constate que les niveaux de l'utilisation des moyens modernes bien qu'ils aient progressé depuis 1978 (1 pour cent), restent toujours bas (6 pour cent). Pour les méthodes moder- nes, la plus utilisée est la pilule (4 pour cent). Pour les autres méthodes, les pourcentages n'atteignent pas 2 pour cent. Sur les 4415 femmes, 26 pour cent ont déclar6 avoir utllisé seule- ment une méthode traditionnelle. Parmi les moyens traditionnels, l'abstinence prolongée a été la 48 plus utilisée (24 pour cent), tandis que pour les autres méthodes le degré d'utilisation varie entre 0,4 pour cent (plantes médicinales) et 4 pour cent (gris-gris). Entre les femmes en union et l'ensemble, les écarts sont très faibles, sauf pour l'abstinence ~ laquelle les femmes en union ont naturellement plus fait recours. TABLEAU 4.5 REPARTITION (EN %) DES FEMMES CONNAISSANT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LA SOURCE A LAQUELLE EI.LFS IRAIENT EN CAS DE BESOIN Méthodes Plantes Gris- Source Pilule DIU InJec. M.vag Cond St.f St.m C.pér Médic. gris Secteur public 41,i 70~9 67~3 35,6 14,0 80,1 76,5 23,3 0,7 0,3 Hôpital 23,2 41»0 45,5 15,3 6,4 77,3 75,1 8,0 0,4 0,2 CS,DISP, CPF 9,7 14,8 12,5 9,5 2,6 2,4 0,7 9,0 0,3 0,i PMI 8,I 15,0 9,3 i0~8 5,0 0,4 0,7 6,3 - Secteur Drlvé 28.3 10.7 14,1 47,4 55.8 8,4 7,2 58,6 0,I 0,i Clinique Cab.prlvé Pharm. Autres NSP Total Effectif 3,2 7,5 4,9 2,6 0,6 8,0 5,9 1,8 0,i 0,0 25,1 3,2 9,2 44,8 55,2 0,4 1,3 56,8 - 0,i 2»2 Qj~ ljl 2,6 1,9 0.6 1.3 15.9 86.1 91.1 28,5 17.9 17.5 14.4 28.3 10.9 15.0 2j2 13,1 8,5 i00 i00 I00 I00 i00 i00 i00 i00 i00 i00 2371 1389 1233 464 1410 2472 153 847 1179 2876 k CS = Centre de Santé CPF = Centre de Planlflcatlon Famillale PMI = Protection Maternelle et Infantile DISP = Dispensaire Le classement des données selon l'åge révèle que, comme pour la connaissance, les g6néra- tions jeunes (moins de 25 ans) et ~lgées (plus de 40 ans) ont utilis6 la pilule et le DIU moins que les femmes d'/tge intermédiaire (25-39 ans). Les plus grandes utilisatrices du condom sont rela- tivement plus jeunes (20-34 ans). Les autres méthodes modernes sont faiblement utilis6es ~ tous les ~ges. 49 TABLEAU 4.6 POURCENTAGE DES FEMMES AYANT UTILISE UNE METHODE CONTRA- CEP'rIVE SPECIFIQUE SELON L'AGE ACTUEL Age actuel Pourcentage Pourcentage ayant ut l - ayant ut i - Ils~ au lisé au moins une moins une m~thode méthode moderne Pil Méthode DIU Inj M.vag Cond St.f St.m C.pér Ret. Abst. Pl.m Gris Autres Toutes les femmes 15-19 I I ,5 l , l 0,7 0,2 0.6 0,2 - 1,4 0,5 9,5 0,1 0,6 O,l 20-24 32,0 5,4 2,0 0,6 0,2 l , l 3,0 - - 4,0 1,8 23,4 0,4 3,5 O,l 25-29 40,6 7,4 5,1 1,2 0,5 0,6 2,0 - - 5,6 2,0 28,7 0,7 5,6 0,4 30-34 39,5 9,8 6,6 2,9 0,5 1,7 2,4 0,2 - 5,3 1,8 25,6 0,9 6,9 0,5 35-39 44,6 I0,4 7,7 3,3 0,2 1,5 1,0 0,8 - 4,4 2,1 31,9 - 7,3 0,2 40-44 37,6 6,3 4,0 1,3 0,3 - 1,3 0,3 - 2,3 0,3 29,3 0,3 4,7 0,7 45-49 39,9 6,3 4,4 l»l 1,I 0,4 0,4 0,7 - 3,6 0,7 31,4 - 4.1 0,7 Total 32,6 6,3 3,9 1,3 0,3 0,8 1,7 0,2 - 3,8 1,4 23,5 0,4 4,3 0,3 ESF 1978 a 9,9 1,0 0,7 0,2 0,4 0,1 0,2 n n 1,2 n 7,3 1,1 0,0 0,4 b Femmes actuellement en union 15-19 24,0 1,5 0,7 - - - 0,5 0,2 - 1,5 0,5 20,5 1,2 0,2 20-24 37,6 3,8 1,9 0,5 0,3 0,9 2,0 4,0 1,7 30,4 0,5 3,8 0,2 25-29 40,6 5,4 3,2 1,2 0,4 0,6 1,7 3,9 1,8 31,4 0,7 5,7 0,4 30-34 39,5 8,9 6,3 2,6 0,5 1,6 2,1 0,2 4,9 l,O 26,9 0,7 6,6 0,3 35-39 44,1 9,1 6,5 3,1 0,2 1,3 0,9 0,7 . 4,0 1,6 31,8 7,3 40-44 38,1 6,2 4,0 1,5 0,4 l , l 0,4 l , l 0,4 30,4 0,4 3,7 0,7 45-49 38,7 4,4 2,8 1,2 0,8 0,4 0,4 0,8 1,2 0,8 31,1 2,8 0,4 Tq~al 37,9 5,7 3,5 1,5 0,4 0,8 1,4 0,2 3,4 1,2 29,0 0,4 4,8 0,2 ESF 1978 a ll,O 1,0 0,7 0,2 n O,l 0,2 n n 1,2 n 8,2 1,1 0,0 0,4 b n - Pas d ' informat ion sur la méthode aEnqu~te Sénégalalse sur la Fécondité, 1978, Vol. I I , p. 274-275, Direct ion de la 5 ta t l s t ique , Divis ion des Enquêtes et de la Démographie, Bakar, ju i l l e t 1981. bDans 'Autres ' , on a inclus Bouche Vaginale avec un pourcentage de 0,4. 50 Pour la continence périodique et le retrait, les plus faibles pourcentages sont observés à 15- 19 ans et à 40 ans et plus. Les pourcentages d'utilisatrices de l'abstinence prolongée et des gris- gris varient peu au delå de 20 ans. Pour chacune des méthodes, (modernes ou traditionnelles) aussi bien pour toutes les femmes que pour les femmes en union, les pourcentages les plus faibles sont enregistrés dans le groupe 15-19 ans dont la plupart sont célibataires ou viennent d'entrer en union. La propension å utiliser une méthode (rapport entre le nombre de femmes ayant utilisé une méthode et le nombre de femmes ayant déclaré la connaRre) est plus importante pour les femmes en union et pour les méthodes traditionnelles. Les méthodes vaginales, la pilule et le condom sont, dans l'ordre décroissant, les méthodes modernes pour lesquelles cet indice est le plus élevé (5 à 7 pour cent). A 40-49 ans où toutes les femmes sont non-célibataires (avec 92 pour cent de marié, es), la propension est beaucoup plus forte chez celles qui sont en union que chez les autres. Parmi les méthodes traditionnelles, les propensions les plus 61crées observées pour l'abstinence (30 pour cent), suivie de la continence périodique (20 pour cent), du retrait (10 pour cent) et des gris-gris (7 pour cent). La forte proportion observée pour l'abstinence doit ~tre inter- prétée avec prudence. En effet, d'après la d6finition retenue dans l'enquête, toute femme s'6tant abstenue volontalrement de relations sexuelles après la période postpartum, par coutume ou pour d'autres raisons est considérée comme ayant utilis6 la méthode dès lors que l'effet est de nature contraceptive. Malgré cette faible tendance des femmes à faire usage de la contraception, les niveaux ont for- tement progressé par rapport à I'ESF de 1978 aussi bien pour les méthodes modernes (6 fois plus) que pour les méthodes traditionnelles (plus de 2 fois plus). Cependant les plus grandes utilisatrices restent toujours les femmes d'ãge intermédiaire (25-39 ans ou 20-39 ans). 4.5 Utilisation actuelle de la contraception Dans I'EDS, l'utilisation actuelle désigne la pratique d'une méthode contraceptive quelcon- que au moment de l'enquête par les femmes de 15-49 ans interrogées. Le pourcentage d'utilisatrices actuelles est le taux de prévalence contraceptive. Le tableau 4.7 donne les pourcentages des femmes toutes situations matrimoniales confondues et ceux des femmes en union utilisant une méthode contraceptive spécifique au moment de l'enquête. Moins de 12 pour cent (11,3 pour cent) des femmes en union utilisent une méthode quelconque de contraception et 2,4 pour cent seulement d'entre elles recourent à des m6thodes modernes. En 1978, la prévalence était de 3,9 pour cent. Le moyen contraceptif modeme le plus commun est la pilule (1,2 pour cent). Partout ailleurs, le degré d'utilisation actuelle est inférieur à 1 pour cent. Pour les méthodes traditionnelles, les niveaux sont du m~me ordre de grandeur que pour les moyens modernes, sauf pour l'abstinence prolong6e où l'utilisation atteint 6,7 pour cent pour les femmes en union. Si on ne tient pas compte de cette méthode dont la définition reste vague, le taux de prévalence contraceptive sera seulement de 4,6 pour cent, contre 1,3 pour cent en 1978, selon I'ESE Dans l'intervalle de huit ans, la pr6valence contraceptive a au moins tripl6 (graphique 4.1). 51 TABLEAU4.7 REPARTITION (EN%) DES FEMMES UTILISANT ACTUELLEMENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SPECIFIQUE SELON L'AGE ACTUEL Pourcentage Pour- uti l isant centage N'uti- actuelle- u t i l i - Méthode lisant ment une sant une pas Age méthode mdthode actuel- Effec- actuel quelconque moderne Pil DIU InJ M.Vag Cond St.f Trad. C.pér Ret. Abst. Pl.m Gris lement Total t l f Toutes les femmes 15-19 5,1 0,6 0,2 0,1 0,3 4,5 0,5 0,2 3,5 0,3 94,9 I00,0 975 20-24 10,1 2,0 1,2 0,2 O,l 0,3 0,2 8,1 0,6 0,2 5,9 0,2 1,2 89,9 100,0 898 25-29 14,0 3,6 2,3 0,8 0,2 0,1 0.2 I0.4 1.6 0,1 7,0 1,7 86,0 100,0 838 30-34 13,1 5,1 2,7 1,7 0,2 0.3 0.2 8.0 1,2 5,3 1,5 86,9 i00,0 656 38-39 13,2 4,0 1,9 1,3 0,8 9,2 1,3 0,2 6,7 l,O 86,8 100,0 480 40-44 7,9 0,9 0,3 0,3 0,3 7.0 1.3 4,7 l,O 92,1 100,0 300 45-49 4,4 2.2 1,5 0,7 2,2 1,8 0,4 95,6 100,0 271 Total lO,O 2,6 1,5 0,6 0,1 0,1 0,1 0,2 7,4 0,9 0,1 5,3 0,0 1,1 90,0 100,0 4415 Femmes actuellement en union 15-19 9,4 0,4 0,2 0,2 9,0 0,7 7,6 0,7 90.6 100,0 409 20-24 10,9 o,g 0,5 0,2 0,2 10,0 0.8 0.8 7.6 0,3 1.2 89.1 100,0 854 25-29 13,2 2,3 1,2 0,8 0,1 0,1 0,1 10,9 1,0 0,1 8,0 1,8 86,8 100,0 722 30-34 13,2 4,9 2,5 1,8 0,2 0,2 0.2 8,3 1,2 5,8 1.3 86,8 100,0 607 35-39 13,3 3,8 1,8 1,3 0,7 9,5 1,3 7,1 1,1 88,7 iO0,O 449 40-44 12,4 1,2 0,4 0,4 0,4 11,2 l , l 5,1 8,0 87,6 100,0 273 45-49 4,4 2.4 1,6 0,8 2,0 1,8 0,4 95,8 100,0 251 Tç(~@I 11,3 2,4 1,2 0,7 0,I 0,I 0,1 0,2 9,0 0,9 0,I 6,7 0,1 1,2 86,8 100,0 3385 ESF 1978* 3,9 0,8 0,3 0,2 n 0,0 0,1 n 3,3 0,4 n 2,6 0,3 0,0 96,1 100,0 3298 Notes: Les données de I'ESF sont rapport~es aux femmes actuellement en union pour qu'elles soient comparables avec les donndes de cette enquête. n - Pas d'information sur la mdthode "Enquête Sdnégalaise sur la Fdcondit~, 1978, Vol. I I , p. 281, Direction de la Statistique. Division des Enquêtes et de la D6mographie, Dakar, ju i l l e t 1981. 52 ESF, 1978 EDS, 1986 Graphique 4.1 Connaissance et Utilisation Actuelle des Méthodes Contraceptives (Femmes actuel lement mariées) i 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 Pourcentage des femmes Ut i l i sa t ion moderne Conna i t au moins une [I]]]Tr [] Uti l , t rad i t ionne l le Conna i t aucune ! L'analyse des données selon l'fige montre que les pourcentages les plus importants sont ob- servés entre 25 et 39 ans. Sauf pour l'abstinence pour laquelle la prévalence varie moins avec l 'åge chez les femmes mari~es que dans le groupe "toutes femmes," les tendances sont les m~mes dans les deux catégofies. Le tableau 4.8 donne la prévalence contraceptive moderne et traditionnelle selon le nombre d'enfants vivants et les vafiables soeio-démographiques. L'impact du nombre d'enfants sur l'utilisation actuelle de la contraception est très nette entre les femmes sans enfant et celles ayant un enfant ou plus quelle que soit la caractéristique socio-démographique étudiée. Par milieu de résidence, les méthodes modernes sont presque exclusivement ufilisées en milieu urbain et en particulier parmi les femmes ayant 2 enfants vivants ou plus (8 å 10 pour cent). Seule- ment 1 femme sur 100 n'ayant pas d'enfants vivants fait usage d'une contraception moderne et 4 sur 100 chez celles ayant un enfant. Par contre l'utilisation des méthodes traditionnelles a des niveaux comparables dans les deux zones bien qu'elle soit plus importante en zone rurale (10 pour cent) qu'en zone urbaine (8 pour cent). Comme pour les méthodes modernes, les niveaux les plus bas sont enregistrés chez les femmes sans enfants vivants (rural 1 pour cent, urbain 3 pour cent). C'est pour cette seule catégorie de femmes que les méthodes traditionnelles sont plus utilisées en zone urbaine. A un enfant ou plus, le niveau se stabilise à environ 10 pour cent dans les campag- nes, alors qu'il est le plus fort entre 1 et 4 enfants dans les villes (8 à 10 pour cent). L'éducation et l'alphabétisation influent aussi favorablement sur l'utilisation actuelle des méthodes modernes. Pour l'ensemble des femmes en union, la prévalence passe de 1 pour cent chez les femmes sans instruction à 6 pour cent chez celles avec une éducation primaire et 22 pour 53 TABLEAU 4.8 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION UTILISANT ACTUELLEMENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS ET LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Varlables soelo- démographlques Nombre d'enfants vivants 0 1 2 3 4 5 6+ Total Milieu Urbain Moderne 0,8 Traditionnelle 2,3 Rural Moderne 0,0 Traditionnelle 0,6 Région Ouest Moderne 0»0 Traditionnelle 1,7 Centre Moderne 0,6 Traditionnelle 1,2 Nord-Est Moderne 0,0 Traditionnelle i,i Sud Moderne 0,0 Traditionnelle 0,0 Ethnle Woiof Moderne 0,0 Traditionnelle 0,7 Poular Moderne 0»0 Traditionnelle 1,4 Serer Moderne 0,0 Traditionnelle 1,8 Mandingue Moderne 0,0 Traditionnelle 0,0 Diola Moderne 4»8 Traditionnelle 4,8 Autres Moderne 0,0 Traditionnelle 0,0 3,7 8,9 6,9 7,8 5,5 10,3 6,7 8,5 8,9 i0»0 8,6 5,5 7,1 7,5 0,3 0,3 0,8 0,0 0,5 0,3 0,3 11»4 10,5 ii,0 I0,i 11,2 11,8 9,6 4,0 7,5 6,9 5,4 3,4 8,1 5,5 7,2 8,0 5,7 9,3 6,8 5,6 6,4 0,0 0,5 0,5 0,6 1,0 1,2 0,6 7»i 5»3 8,2 3,9 3,8 9,6 5,9 0,9 0,0 0»0 0»0 2,3 I,i 0,6 10)3 9,5 8,5 10,8 II»6 7,6 8,1 0,0 2,5 1)5 3,2 2»6 6,9 2,4 30,0 27)9 33»8 25,8 29,0 24,7 24)0 0,9 3,6 2,7 2,7 2,8 6,0 2,8 4,0 5,0 6,2 5»4 4,9 7,7 5,1 2,0 3,6 1,0 0,0 0,0 3,3 1,2 17»7 16,0 15,2 9,2 13,6 13,3 12,3 i,i 2»7 4,3 2,9 0,0 2,6 2,2 8,1 4,0 4,3 7,4 2,3 2,6 4,6 4,6 4,4 3,0 0»0 5»9 4,0 3,0 13,6 21,7 30»3 36,4 17,7 20,0 20,2 * 0,0 3,9 9,1 * 6,1 4,5 * 29,2 11,5 13,6 * 24,2 18»6 0,0 7»8 2,0 2»4 3»6 2,4 2,4 16,9 7,8 20,0 16,7 17,9 7,1 12,2 54 TABLEAU 4.8 (suite) Variables socio- ddmographiques Nombre d'enfants vivants 0 1 2 3 4 5 6+ Total Education Aucune Moderne 0,3 0,6 0,9 1,3 0,8 0»4 2,2 1,0 Traditionnelle 0»5 10,7 10,3 9»5 9,4 9,5 10»6 8,8 Primaire Moderne 0,0 0,0 3,0 6 ,5 2,2 14,3 20,4 5,9 Traditionnelle 4,9 11,3 7,6 19,6 ii,I 0,0 4,1 9»0 Secondaire + Moderne * 14,3 30,6 20,0 30,0 * * 22,2 Traditionnelle * 7,1 ll,l 16,0 I0,0 * * 10,7 Alphabétisation Analphabète Moderne 0,2 0,6 0,4 1,3 0,8 0,4 1,9 0,8 Traditionnelle 0,5 10,4 10,4 9,7 9,9 9,5 10,3 8,8 Alphabétisée Moderne 0,0 5,9 17,4 13,3 13,7 18»8 23,4 14,0 Traditionnelle 9,4 11,8 8tl 18,3 7,8 6»3 6,3 9»9 Total Moderne 0,2 1,2 3,1 2,6 2,3 2,3 4,5 2,4 Traditionnelle i,i 10,6 10,0 i0,7 9,6 9,2 9,8 9,9 *Moine de 20 femmes cent chez les femmes qui ont une instruction secondaire ou plus. Pour les méthodes traditionnel- les, les différences sont beaucoup moins prononcées. Par région, la prévalence des moyens modernes la plus élevée quelle que soit la taille de la famille se trouve à l'Ouest (6 pour cent) suivi du Sud (2 pour cent). La prévalence dans chacune des deux autres régions est de 0,6 pour cent seulement. Pour la contraception traditionnelle, c'est le Sud qui vient en t~te (24 pour cent), suivi de loin par le Nord-Est (8 pour cent). L'Ouest (6 pour cent) et le Centre (6 pour cent) ont les taux d'utilisation des moyens traditionnels les plus faibles. Au niveau ethnique,les Diolas, les Mandingues et les Wolofs sont les plus nombreuses à utiliser la contraception modeme. Pour les méthodes traditionnelles, ce sont les Mandingues, les Diolas et les Poulars qui les utilisent le plus. Les Sdrers semblent ~tre le groupe ethnique qui utilise le moins les méthodes contraceptives (modemes ou traditionnelles). 55 TABLEAU 4.9 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES UTILISANT LA CONTRACEPTION PAR METHODE SPEClFIQUE ET PAR PAYS TABLEAU 4.9 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES UTILISANT LA CONTRACEPTION PAR METHODE SPECIFIQUE ET PAR PAYS Année de Stér i l i - Pays l'Enquête Source Pilule DIU sation Total Rang Thailande 1981 EPC 19,0 4,2 22,6 45,8 l République Dominicaine I 1986 EDS 9,0 3,0 33,0 45,0 2 Colombie I 1986 EDS 16,5 I0,3 17,8 44,6 3 Corée du Sud 1979 EPC 7,2 9,6 20,4 37,2 4 Tunisie* 1983 EPC 5,3 13,2 12,5 31,0 5 Indonésie* 1982 EPC 21,0 8,0 0,7 29,7 6 (régional) Egypte" 1980 EMF 19,0 5,0 0,3 24,3 7 Malaisie* 1974 EMF 19,0 0,6 4,6 24,2 8 Maroc* 1983-84 EPC 16,8 2,0 1,7 20,5 9 Jordanie* 1976 EMF 15,1 2,7 2,4 20,3 10 Sri Lanka 1982 EPC 2,6 4,7 9,9 17,2 I I Syrie" 1978 EMF 15,0 0,6 0,5 16,1 12 Philippines 1978 EMF 6,0 3,0 6,0 15,0 13 Pérou 1981 EPC 5,0 4,0 4,0 13,0 14 Népal 1981 EPC l , l 0,I 5,2 6,4 15 Bangladesh* 1981 EPC 2,7 0,2 3,4 6,3 16 Libéria I 1986 EDS 1,2 0,7 0,2 2,1 17 Soudan (Nord)* 1979 EMF 3,5 O,l 0,2 3,8 18 Pakistan" 1975 EMF 1,3 0,9 1,4 3,6 19 Kenya 1978 EMF 2,0 0,7 0,9 3,6 20 Haïti 1983 EPC 2,2 0,2 0,7 3,1 21 Sénégal" 1986 EDS 1,2 0,7 0,2 2,1 22 Burundi l 1987 EDS 0,2 0,3 O,l 0,6 23 C6te d'Ivoire 2 1980 EMF 0,4 O,l 0,0 0,5 24 Bénin 2 1982 EMF 0,2 0,2 0,0 0,4 25 Cameroun 2. 1978 EMF 0,2 0,2 0,0 0,4 26 Mauritanie* 1981 EMF 0 0 0,2 0,2 27 EDS = Enquétes Démographiques et de Santé EPC = Enqu6te$ de Prévalence Contraceptive EMF = Enquête Mondiale sur la Fécondité *Pays musulman IRapports préliminaires 2Rapports nationaux Source: Mohamed Ayad et Younès Zoughlami, Fécondité et Planification Familiale en Tunlsie. 1983, Rapport sur les Résultats de l'EnquSte de Prévalence de la Contraception, p.91, Office National de la Famille et de la Population, Tunis, ju i l l e t 1985. 56 Enfm, le tableau 4.9 donne le taux de prévalence contraceptive de trois méthodes modernes (pilule, DIU et stérilisation) pour 26 pays en développement. Avec un pourcentage de 2,1, le Sénégal se classe en bas du tableau avec les pays africains qui n'ont pratiquement pas de programme officiel de planification familiale. 4.6 Source des méthodes contraceptives Les femmes utilisant actueUement la contraception moderne ont ~té interrogées sur les lieux où elles ont obtenu leur méthode la dernière fois. Le tableau 4.10 montre que la plupart des méthodes utilisées sont d'approvisionnement (66 pour cent) et surtout la pilule. Celle-ci est es- sentieUement fournie par les cliniques et cabinets privés (43 pour cent des utilisatrices de pilule) TABLEAU4.10 REPARTITION (EN %) DES UTILISATRICES ACTUELLES DES METHODES CONTRACEPTIVES MODERNES SELON LA SOURCE OU ELLES ONT OBTENU LA METHODE Méthode a Source Pilule DIU Total Secteur public 43,1 Hôpital 18,5 Centre de santé, Cen.P.F., dispens. 13,8 PMI 10,8 Secteur privé 46,2 Clinique, cabinet privé 43,1 Pharmacie 3,1 Autre 10,8 Total I00 Effectif 65 66,6 46,7 14,8 16,8 29,6 17,8 22,2 12,1 25,9 43,0 25,9 38,3 - 4,7 7,4 10,3 i00 i00 27 I07 b apour les autres méthodes modernes au nombre de 14, nous avons omis d'indiquer les sources d'approvisionnement étant donné leur faible effectif. bLa question sur les services de planification familiale PoUr les dix utilisatrices de la stérilisation féminine n'a pas été posée. 57 et les h¢Spitaux ( 19 pour cent). Pour le DIU, deux femmes sur trois se sont adressées au secteur publie: centre de PF et dispensaire (30 pour cent), PMI (22 pour cent) et hSpital (15 pour cent). Le r01e du secteur privé, par contre, reste limité pour l'insertion de cette méthode (26 pour cent). 4.7 Connaissance de la période de fertilité En tant qu'élément de la connaissance de la physiologie de la reproduction, la connaissance de la période de fertilité au cours du cycle menstruel est une condition détenninante de l'efficacité de l'utilisation de certaines méthodes contraceptives, la continence périodique plus particulière- ment. La question posée dans I'EDS était la suivante (Q230): "Au cours de son cycle mensuel, quand pensez-vous qu'une femme a le plus de chance de tomber enceinte?" La question préeodée avait pour modalités celles indiquées dans le tableau 4.11. En cycle normal, la ponte ovulaire ayant essentiellement lieu pendant la semaine médiane du cycle (11 e au 19 c jour), on peut regrouper les femmes en trois catégories selon leur réponse: • Celles qui connaissent; elles ont répondu: milieu du cycle; • CeUes dont la connaissance est donteuse; eUes ont répondu: juste après ou juste avant les règles. En effet pour ces deux cas, on ignore la borne supérieure des "Juste après" et la borne inférieure des "juste avant." Il n'est donc pas exclu que ces deux segments empiètent plus ou moins sur la période d'ovulation selon l'idée que les enqu&ées se font de leur longueur. Celles qui ne connaissent pas; elles ont répondu: pendant les règles, n'importe quand, ne sait pas. Le tableau 4.11 montre que d'une manière générale, moins d'une femme sur dix connait de façon précise la période fécondable au cours du cycle et plus d'une femme sur deux (51 pour cent) la localise assez mal. Deux sur cinq (39,4 pour cent) ignorent totalement la période d'ovulation. Parmi les 166 femmes (3,8 pour cent de l'échantillon) ayant utilisé la continence périodique moins de quatre femmes sur dix connaissent bien cette période, tandis que plus d'une femme sur deux (57 pour cent) n'en a qu'une connaissance douteuse. Six pour cent de ces femmes utilisent la con- tinence périodique presque sans aucune chance de succès. 4.8 Raisons de non utilisation A toutes les femmes en union, exposées et qui n'utilisaient pas de contraception au moment de l'enquête, il a ~té demandé les raisons de la non utilisation. Les réponses spécifiées peuvent 8tre regroupées en 4 catégories: • l'infertilité (infertilité post-partum, allaitement, stérilité, ménopause); • l'inactivité sexuelle (absence du mari ou polygamie); • les problèmes liés à 1~ contraception (information, accès, effets seeondaires); • la religion ou les coutumes (religion, opposition du mari, désir d'enfant). 58 TABLEAU 4.11 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON LEUR CONNAISSANCE DE LAPERIODE DE FERTILITE AU COUR DU CYCLE OVULAIRE Femmes ayant utilisé Connaissance Toutes femmes la eont. périodique Connait 9,5 37,4 Milieu du cycle 9,5 37,4 Connaissance douteuse 51.1 56.6 Juste après 45,5 50,6 Juste avant 5,6 6,0 Ne eonnalt pas 39,4 6,0 Pendant les règles 0,7 - N'importe quand 9 ,7 1,2 Ne sait pas 29,0 4,8 Total i00,0 I00,0 Effectif 4415 166 Les résultats indiqués dans le tableau 4.12 montrent que dans l'ensemble la raison la plus couramment évoquée par les femmes est la religion et la tradition. Le poids de cette raison inter- vient pour 50 pour cent à travers le désir d'avoir des enfants essentiellement. Les problèmes liés à la contraception (15 pour cent) sont la deuxième raison principale de non utilisation de la con- traception. L'inactivité sexuelle et l'infertilité post-partum sont les deux autres raisons citées (5 pour cent chacune) par les femmes interrogées. Cependant, des différences sont observées entre les générations jeunes (moins de 30 ans) et les générations plus/tgées (30 ans ou plus). En effet, pour le premier groupe, la religion et les coutumes interviennent pour 62 pour cent (53 pour cent pour le désir d'enfant), les questions liées à la méthode pour 18 pour cent, l'inactivité sexuelle (5 pour cent) et les aspects physiologiques pour 2 pour cent. Dans le deuxième groupe, les aspects culturels dominent largement (60 pour cent). Ensuite, viennent dans l'ordre décroissant, les problèmes d'accès et les effets secondaires (10 pour cent), l'infertillté (10 pour cent) et l'inactivité sexuelle (5 pour cent). 4.9 Utilisation future et méthode préférée Parmi les femmes en union non utilisatrices actuelles de contraception, le tableau 4.13 donne une indication sur la demande potentielle de service dans le futur proche (12 prochains mois) et plus tard. Près de 77 pour cent n'ont pas du tout l'intention d'utiliser la contraception. Si a cel- les-là, on ajoute les femmes non décidé.es, on aboutit ~ presque 83 pour cent des enquetées qui selon leur déclaration ne sont probablement pas demandeuses. Au total, 17 pour cent ont l'intention d'utiliser dans le futur et parmi elles presque les deux tiers au cours des 12 prochains mois. 59 TABLEAU 4.12 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMBNTEN UNION ETEXPOSEES, NON UTILISATRICES DE LA CONTRACEPTION SELON LA RAISON DE NON UTILISATION ET L'AGE ACTUEL Ageactuel Raison <30 ans 30+ Total Allaltement 2,4 Stérillté/Ménopause Absence du mari ou polygamie 5,4 Manque d'information, et de connaissance de la contraception 14,5 Difflcultés d'accès 0,7 Effets secondalres 2,6 Coutumes/religion 6,9 Opposition du mari 2,6 Désir d'avoir un enfant 52,7 Indécise 3,7 Autres 8,5 4,6 3,1 5,0 1,6 4,5 5,1 5,9 11,7 0,4 4,1 3,1 I0,0 7,9 4,1 3,1 45,5 50,4 5,0 4,1 11,4 8,4 Total i00,0 i00,0 i00,0 Effectif 461 220 681 TABLEAU4.13 REPARTITION (EN%) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION QUI N'UTILISENT PAS LA CONTRACEPTION SELON L'INTENTION DE L'UTILISER DANS L'AVENIR ETLE NOMBRE D'ENFANTS SURVIVANTS Nombre d'enfants survivants (y compris la grossesse actuelle) Intention d'utiliser 0 1 2 3 4 ou + Total A l'Intention d'uti- liser dans les 12 prochains mois A l'intentlon d'uti- liser plus tard Pas sûre N'a pas l'intentlon d'utiliser Total Effectif 1,9 7,1 10,5 12,1 16,7 11,6 6,6 7,3 6,9 7,1 4,0 5,8 6,1 6,6 7,1 4,8 5,3 5,8 85,4 79,0 75,5 76,0 74,0 76,8 I00,0 i00,0 i00,0 I00,0 i00,0 i00,0 438 500 477 463 1108 2986 60 La variation des pourcentages selon le nombre d'enfants vivants, ne révèle aucune tendance nette. Cependant, pour les 12 mois à venir, les pourcentages augmentent avec le nombre d'enfants vivants. Pour les programmes de planification familiale, le volet le plus intéressant de la demande potentielle demeure celui des m6thodes modernes, bien que dans le contexte s6négalals, les moyens traditionnels continuent à jouer un rÕle important. Il ressort du tableau 4.14 que sur 347 femmes ayant l'intention d'utiliser une m6thode au cours des 12 prochains mois, presque 6 sur 10 préfèrent les méthodes modernes, en particulier la pilule (32 pour cent), l'injection (12 pour cent) et le DIU (8 pour cent). Les méthodes traditionnelles interviennent pour 43 pour cent, en par- ticulier l'abstinence prolongée (21 pour cent) et le gris-gris (12 pour cent). La demande poten- tielle de méthodes modernes au delà de 12 mois repr6sente 50 pour cent de l'ensemble pour la période. TABLEAU 4.14 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION N'UTILISANT PAS ACTUELLEMENT LA CONTRACEPTION MAIS AYANT L'INTENTION DE L'UTILISER DANS L'AVENIR SELON LA METHODE PREFEREE ET L'INTENTION D'UTILISER LA CONTRACEPTION DANS LES 12 MOIS A VENIR OU PLUS TARD Intention d'utiliser Dans les Méthode 12 mois Plus Pas préférée à venir tard sûre Total Méthodes modernes 57,1 49,1 20,3 50,0 Pilule 32,0 26,6 15,2 28,3 DIU 7,5 8,7 3,8 7,3 Injections 11,5 9,8 1,3 9,7 Méthodes vaginales 2,6 - 1,5 Condom - 1,7 - 0,5 Stérllisation féminine 3,5 2,3 2,7 5Q,9 30,3 44,5 Méthodes tradit. Continence périodique 3,8 1,2 1,3 2,7 Abstinence 20,5 29,5 20,3 23,0 Gris-gris 11,5 12,7 6,3 11,2 Autres 7,1 7,5 2,4 6,6 Pas sûre - 49,4. 6,5 Total i00,0 i00,0 i00,0 i00,0 Ef fec t i f 347 173 79 599 61 4.10 Attitude des femmes à l'égard de la contraception L'approbation ou la non approbation de la contraception conditionne l'acceptation ou le rejet et par la suite l'utilisation de celle-ci. Comme telle, elle fournit, en identifiant les groupes les plus hostiles à la contraception, une information utile dans la formulation d'un programme de planiflcaiton familiale. Par ailleurs, elle explique en bonne partie la propension à recourir à la contraception. Le tableau 4.15 indique que parmi les femmes qui connaissent au moins une méthode con- traceptive, presque 45 pour cent approuvent la contraception. Les forts pourcentages d'approbation sont enregistræs å tous les åges en milieu urbain (60 pour cent), dans les régions de l'Ouest (59 pour cent) et le Sud (54 pour cent), chez les femmes 6duquées (primaire: 61 pour cent et secondaire ou plus: 83 pour cent) ou alphabétisées (75 pour cent) et dans les groupes ethniques des Diolas (58 pour cent), des Mandingues (46 pour cent) et des Wolofs (45 pour cent). 4.11 Attitude des partenaires vis-à-vis de la contraception La perception des partenaires sur la contraception devrait avoir une influence importante sur l'attitude des femmes sur cette question dans un contexte socio-culturel où le pouvoir de décision en ce qui concerne les problèmes du ménage, de fécondité en particulier, reste le monopole des maris. Les résultats disponibles dans I'EDS ne permettent pas d'appr6hender de façon sQm l'opinion des maris, les questions n'ayant été posées qu'aux femmes. Cependant, l'idée que cel- les-ci se font sur l'opinion de leur mari, est en eUe-meme une information intéressante. En plus, elle renseigne sur l'attitude réelle des conjoints. En effet, comme l'indique le tableau 4.16, 18 pour cent des femmes ont répondu que leurs maris approuvent la contraception. Les hommes les plus à approuver la contraception sont ceux mariés aux femmes ågées de 20 à 39 ans (18 ~ 22 pour cent des femmes). En milieu rural, les pourcentages de femmes dont les époux sont favorables fluctuent entre 11 et 15 pour cent. Par contre en zone urbaine, les pourcentages varient entre 12 et 35 pour cent. Par région, le Sud et l'Ouest ont les pourcentages les plus élevés de matis qui ap- prouvent la contraception, (36 et 25 pour cent respectivement). Par contre, au Centre, il y a seule- ment 7 pour cent de femmes qui ont déclar6 que leurs époux approuvent la planification familiale. L'éducation et l'alphabétisation semblent le plus influencer les niveaux d'approbation de la contraception par les matis. Ainsi, chez les femmes sans aucune instruction, les pourcentages se situent entre 10 et 17 pour cent, chez celles qui ont une éducation primaire, les pourcentages sont de 19 à 44 pour cent et chez les femmes avec une éducation secondaire ou plus les pourcentages varient entre 50 et 74 pour cent. Enfin, par groupe ethnique, les Diolas et les Mandingues sont celles qui sont les plus nombreuses tt déclarer que leurs maris approuvent la contraception (26 et 24 pour cent respective- ment). Elles sont suivies par les Poulars (20 pour cent) et les Wolofs (16 pour cent). Les Sérers sont celles qui ont le niveau d'approbation le plus faible (11 pour cent). 62 TABLEAU4.15 POURCENTAGE DE TOUTES LES FEMMES CONNAISSANT AU MOINS UNE METHODE QUI APPROUVENT LA CONTRACEPTION SELON L'AGE ACTUEL ET LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPH]QUES Var iab les soc io - démographiques Age actuel 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Milieu Urbain 47,3 61,8 67,4 69,7 65,9 50,5 51,1 60,2 Rural 33,7 37,5 37,5 29,9 33,1 25,8 29,3 33,3 Région Ouest 48,7 61,7 64,8 66,0 61,7 47,2 48,2 58,9 Centre 32,3 36,2 34,3 30,2 32,9 26,4 28,3 32,5 Nord-Est 27,1 34,3 27,1 30,4 27,3 15,8 8,8 27,0 Sud 48,9 52,2 59,0 52,0 57,9 45,0 59,5 53,5 Ethnie Wo1of 41,6 46,4 49,2 46,6 50,0 37,4 31,9 45,1 Poular 34,8 46,0 37,2 43,2 41,8 33,3 37,0 39,6 Serer 37,2 48,6 47,1 43,1 34,4 31,3 22,9 40,8 Mandingue 47,6 43,6 54,8 50,0 48,0 * * 45,9 Dlola 48,6 54,8 67,4 58,5 56,0 * 66,7 57,8 Autres 42,2 60»7 65,1 62,2 45,5 34,5 51,7 53,0 Instruction Aucune 31,8 38,5 40,0 37,9 40,2 31,6 35,0 36,9 Pr imaire 46,0 62,8 63,9 70,2 69,2 * * 60,9 Secondaire ou plus 68,6 85,0 90,7 96,4 89,7 * * ~ 82,7 Alvhabétlsatlon Analphabète 32,0 38,8 39,7 37,9 39,6 31,5 35,6 • 36,9 A1phabétisée 60,1 77,3 80,5 84,9 82,1 * * 74,9 Total 40,3 48,4 48,6 47,4 45,9 34,4 37,4 44,8 *Moins de 20 femmes 63 TABLEAU 4.16 POURCENTAGE DES FEMMES ACTU~IJ.~MENTENUNION CONNAISSANT AU MOINS UNE METHODE CONTRACEPTIVE DONT LES MARIS APPROUVENT LA CONTRACEPTION SELON L'AGE ACTUEL ET LES VARIABLES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES Variables socio- démographiques AEe actuel 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Milieu Urbain 11,8 25,5 34,6 33,2 31,8 12,5 19,5 27,7 Rural 13,2 14,6 13,4 ii,0 15,9 11,2 13,0 13,3 Région Ouest 13,2 21,9 30,7 30,5 27,2 10,8 19,2 24,9 Centre 6,4 6,1 8,4 8,3 9,8 3,0 5,9 7,2 Nord-Est 16,2 25,6 12,8 13,5 20,3 5,3 5,9 15,8 Sud 26,0 36,8 38,6 28,8 40,4 42,1 36,8 35,5 Ethnie Wolof 7,0 14,1 18,3 20,6 18,6 i0,i 10,7 15,8 Poular 12,2 23,4 21,6 17,6 26,1 13,2 18,3 19,8 Serer 14»3 8,6 15,3 13,4 8,6 2,3 2,9 10,6 Mandingue 20,0 17,9 25,7 31,8 33,3 * * 24,3 Diola * 20,0 28,6 25,0 27,3 * 35,0 26,0 Autres 26,1 33,9 34,0 29,6 33,3 22,2 24»0 .30»1 Instruction Aucune 11,7 15,3 15,2 13,0 16,6 10,3 14»6 14,1 Primaire 19,1 25,0 32,1 39,7 43,8 * * 32,6 Secondaire ou plus * 50,0 74,4 64,4 72,7 * * 62,2 Alphabétisation Analphabète 11»5 15,6 15,0 12,9 15,8 10,2 14,4 14,0 Alphabétisée 31,8 33,7 52»4 55,0 62,3 * * 48,2 Total 12,9 18,I 20,9 20,2 21,6 11,7 15,2 18,3 *Moins de 20 femmes 64 4.12 Discussion entre conjoints sur la contraception Bien que la discussion entre conjoints sur la contraception ne conditionne pas nécessairement leur plus grand recours à celle-ci, l 'absence de discussion ne semble pas non plus œetre une attitude favorable à son acceptation. Les discussions devraient refléter une prise de position (favorable ou défavorable) sur la question. Du tableau 4.17, il ressort que seulement une femme sur cinq a abordé avec son mari la ques- tion de planification familiale au moins une fois. Les femmes qui ont discuté plus souvent sont celles [lgées de 20 à 39 ans. Comme il fallait s 'y attendre, les femmes urbaines et éduquées ou alphabétisées sont les plus nombreuses/~ discuter de ce sujet avec leurs maris. Si l 'on voit de plus près les résultats selon la variable alphab6tisation, les proportions de femmes sachant lire ou écrire sont plus de quatre fois plus élevées que les proportions de celles qui sont illetrées. Par région, les femmes de l 'Ouest (34 pour cent) ont discuté de cette question plus que les fem- mes des autres régions (Nord-Est: 18 pour cent, Sud: 17 pour cent et Centre: 12 pour cent). Au niveau de l'ethnie, les pourcentages les plus élevés des femmes qui ont parié des moyens contraceptifs avec leurs maris sont parmi les Diolas (27 pour cent) et les Wolofs (24 pour cent). Pour les autres groupes ethniques, les différences sont minimes. Notes: 1 En dehors du 40 jours d'abstinence consécutive à l'accouchement prescrits par l'Islam, les femmes s'abstiennent de relations sexuelles pendant une période plus ou moins longue. Cette période qui peut durer des mois définit l'abstinence prolongée. 2 Les extraits de plantes médicinales (racines, écorce, feuille.) fournis par un guerrisseur ou un charlatan agissent suivant un procédé chimique. 3 Le gris-gris est en g~néml une petite pochette en cuir contenant des versets de Coran, des herbes, etc., donné par un marabout ou un féticheur pour obtenir certaines choses pour se préserver des mauvais sorts. Les fem- mes peuvent demander en particulier des gris-gris pour tout ce qui concerne la fécondité, la stérilité, respacement des naissances. (ESF, 1978, Vol. I: 131). 65 TABLEAU4.17 POURCENTAGE DES FEMMES ACq'LrELLEMENT EN UNION CONNAISSANT AU MOINS UNE METHODE CONTRACEPTIVE, QUI ONT DISCUTE LA CONTRACEPTION AVEC LEURS MARIS AU MOINS UNE FOIS L'ANNEE DER- NIERE SELON L'AGE ACTUEL ET LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Variables socio- démographiques Age actuel 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Milieu Urbain 22,1 37,5 41,1 47,5 37,8 30,0 26,0 38,1 Rural 7,0 13,8 12,4 14,0 13,0 8,3 10,5 11,9 RéKion Ouest 18,2 34,4 34,5 44,4 34,0 24,3 26,0 34,0 Centre 5,7 11,7 14,0 14,7 12,4 i0,0 10,6 11,9 Nord-Est 11,8 ~ 24,4 18,6 16,2 21,9 18,4 8,8 18,0 Sud 10,0 18,4 18,1 26,0 15,8 7,9 13,2 16,9 Ethnie Wolof 7,8 22,4 25,4 33,0 25,7 22,2 19,1 24,2 Poular 10,3 17,7 21,1 18,5 17,4 9,4 15,0 16,7 Serer 14,3 14,8 17,4 21,7 15,5 4,6 ii,8 15,7 MandinEue 15,0 25,0 20,0 18,2 16,7 * * 17,6 Diola * 40,0 25,7 36,1 27,3 * 15,0 27,2 Autres 13,0 29,0 22,0 31,8 23,8 22,2 16,1 23,3 Instruction Aucune 8,1 15,9 15,7 18,9 16,4 12,8 14,1 15,1 Primaire 28,6 41,7 39,3 54,4 50,0 * * 44,1 Secondaire ou plus * 65,4 79,5 80,0 72,7 * * 74,3 Alvhabétisation Analphabète 8,0 16,0 15,3 18,8 15,8 12,3 14,0 14,9 AIphabétlsée 45,5 55,8 61,2 71,0 64,2 * * 62,2 Total 10,5 21,6 22,5 27,9 21,9 15,3 15,7 20,8 *Moins de 20 femmes 66 CHAPITRE V PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE Dans le chapitre 3, on a présent~ le comportement réel des femmes enquetées en matière de fécondité et on a étudié différents indices de la fécondité vécue. Le présent chapitre est consacré à l'analyse des données sur les attitudes envers la procréation. Il est nécessaire de noter qu'il y a des incertitudes dans toute information sur les préférences en matière de fécondité du fait qu'elle se réfère à l'opinion et aux intuitions donc à des situations hypothétiques et non à des faits réels. Par ailleurs, l'analyse des données sur les désirs est toujours problématique et particulièrement quand ces données sont recueillies à partir d'un échantillon de femmes appartenant à différents moments de leur vie féconde. Pour les femmes au début du mariage, les réponses représentent une information pour un objectif à long terme dont la stabilité et la valeur prédictive sont inconnues. Pour les femmes à la fin de leur vie féconde, les données sur les préférences en matière de fécondité sont inévitablement influencées par leur expérience. Malgré les problèmes d'interprétation que pose l'analyse de données sur les intentions vis-à- vis de la reproduction, nous pensons que les résultats de ce chapitre pourront aider à expliquer les forces qui affectent la fécondité dans un pays comme le Sénégal où la natalité reste élevée. De telles données pourront ~tre utilisées pour mesurer le degré de motivation chez les femmes sénégalaises pour le contr61e de leur fécondité. Dans le questionnaire de cette enqu&e, on a inclus un nombre de questions sur les intentions en matière de fécondité sur les thèmes suivants: • Le désir de ne plus avoir d'enfants dans l'avenir; • Le délai d'attente avant d'avoir le prochain enfant; • Le nombre idéal d'enfants. 5.1 Désir de ne plus avoir d'enfants Pour un nombre total d'enfants désirés donné, le désir d'avoir des enfants dans l'avenir dépendra essentiellement du nombre d'enfants actuellement en vie. Le désir très prononcé d'enfants supplémentaires apparait nettement dans le tableau 5.1. En effet, 79 pour cent des fem- mes actuellement en union désirent d'autres enfants tandis que 19 pour cent n'en veulent plus. A l'inverse des pourcentages de femmes désirant encore des enfants, ceux des femmes qui ne veulent plus d'enfants augmentent régulièrement avec le nombre d'enfants vivants. De 2 pour cent à zéro enfant, ils passent å 62 pour cent ri 6 enfants ou plus avec un coefficient de corrélation très élevé (r = 0,89). Ces femmes ne désirant plus d'enfants, ont en principe atteint leur descendance souhaitée. Elles devraient donc recourir à la contraception pour éviter d'avoir des grossesses "excédentaires" non désirées. 67 L'analyse des données selon l'lige actuel du tableau 5.2 conduit à un résultat attendu en raison de la forte corrélation positive (r = 0,99) entre cette variable et le nombre d'enfants. En effet, les pourcentages de femmes qui désirent s'en tenir à leur descendance actuelle, augmente régulière- ment avec l'lige. Ils passent de 1,2 pour cent à 15-19 ans à 59,0 pour cent 45-49 ans avec une corrélation linéaire de l'ordre r = 0,97. TABLEAU 5.1 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION SELON LE DESIR D'AVOIR OU DE NE PLUS AVOIR D'AUTRES ENFANTS DANS L'AVENIR ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) P ré férence en mat iè re de fécond i té Nombre d'enfants vivants (y compr.is la grossesse actuelle) 0 1 2 3 4 5 6+ Total Désire avoir d'autres enfants 97,0 97,2 94,7 88,6 80,1 66,3 34,4 79,3 Ne désire plus avoir d'enfants 1,9 2,1 4,2 10,9 18,8 31,0 61,6 19,0 Pas sûre/NSP 0,9 0,7 I,i 0,5 0,9 2,7 3,8 1,6 ND 0,2 0,2 0,2 0,i Total 100,0 i00,0 100,0 i00,0 100,0 i00,0 100,0 I00,0 Effectif 369 534 566 550 443 332 571 3365 TABLEAU 5.2 DISTRIBUTION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN ONION SELON LE DESIR D'AVOIR OU DE NE PAS AVOIR D'AUTRES ENFANTS ET L'AGE ACTUEL Préférences en matière de fécondité Age actuel 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Dés i re avo i r d'autres enfants 98,5 98,2 91,8 78,1 61,7 45,8 33,9 79,3 Ne désire plus avoir d'enfants 1,2 1,7 7,6 19,4 36,5 50,5 59,0 19,0 Pas sûre/NSP 0,i 0,6 2,3 1,6 3,7 7,1 1,6 ND 0,2 0,2 0,2 0,1 Total I00,0 i00,0 i00,0 i00,0 i00,0 I00,0 i00,0 I00,0 Effectif 409 654 722 607 449 273 251 3365 68 La variation du désir de ne plus avoir d'enfants est révélatrice de certaines différences cul- turelles, sociales et économiques. Il ressort du tableau 5.3 qu'aussi bien en zone urbaine qu'en zone rurale, les pourcentages de femmes ne désirant plus d'enfants augmentent régulièrement avec le nombre d'enfants vivants. Cependant, les pourcentages sont près de deux fois plus importants en milieu urbain qu'en milieu rural. Par ailleurs, dans les villes, on observe une corrélation entre le nombre d'enfants et le désir de limiter la descendance plus forte et un rythme d'accroissement plus rapide de ce dernier. La situation au niveau régional est le reflet du degré d'urbanisation: l'Ouest a un caractère plus urbain que les autres régions. Les différences inter-ethniques ne peuvent etre évoquées que pour les Wolofs et les Poulars, les effectifs étant insignifiants dans les autres groupes. Le nombre d'enfants vivants intervient dans le m~me sens dans chacun des groupes, mais plus fortement dans le premier à partir du troisième enfant. L'éducation apparait comme très favorable au désir de ne plus avoir d'enfants, surtout au delà de l'école primaire. En résumé, on peut retenir que l'accroissement du désir de ne plus avoir d'enfants avec le nombre d'enfants vivants, est une constante sociale, indépendante de variables de conlOle utilisées ici. L'intensité de ce désir est favorisée par l'éducation et l'urbanisation. Par ailleurs, les varia- tions de ce désir sont plus sensibles chez les femmes éduquées et chez les urbaines. 5.2 Délai d'attente avant d'avoir le prochain enfant Le délai en question est référencié par rapport ~t la date de l'enquete. Comme tel, il ne saurait donner une indication précise sur l'espacement souhaité, mais il fournit une indication précieuse sur la demande de contraception d'espacement. Le délai d'attente médian (tableau 5.4) est de l'ordre de 18 å 20 mois chez les femmes qui ont plus d'un enfant, alors que chez celles qui n'ont pas d'enfants, il est inférieur à 12 mois. Le délai médian pour l'ensemble des femmes est de 16 mois (1,3 ans) La répartition des femmes selon le temps d'attente montre que 31 pour cent veulent avoir leur prochain enfant au cours des 12 mois à venir, 11 pour cent dans 12 à 24 mois, 40 pour cent au- delà de 24 mois surtout entre 24 et 48 mois, 18 pour cent ont donné des réponses non-numéfiques (dépend de Dieu, quand Dieu le voudra, NSP.). Les femmes ayant peu d'enfants désirent avoir leur prochain enfant plus t&. Les chiffres révèlent cependant une forte répulsion pour 1 an (dans les 12 à 24 mois à venir). En effet, quel que soit le nombre d'enfants, l'essentiel des effectifs est concentré à moins de 12 mois et ~ 24--48 mois, à 24-36 mois notamment. Il est possible que les femmes qui n'ont pas déclaré un intervalle inférieur à 12 mois aient eu tendance à donner une réponse (2 ans) habituellement considérée comme norme d'espacement au Sénégal au détriment de 1 an. Cela, contrairement aux instructions d'enqu&e, référencie le temps par rapport à la dernière naissance et non å la date de l'interview. Les femmes qui ont répondu 24 mois et plus tard, soit 40 pour cent de l'ensemble des femmes en union voulant avoir un (autre) enfant, constituent une population potentiellement demandeuse de services de contraception au cours des deux années consécutives à la date de l'enqu&e. 69 TABLEAU 5.3 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUF] .I.EMENT EN UNION QUINE VEULENT PLUS D'ENFANTS SELON LE NOMBRE D'ENFANTS SURVIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) ET LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPFRQUES Variables socio- démographiques Nombre d'enfants survivants (y compris la grossesse actuelle) 0 1 2 3 4 5 6+ Total Milieu Urbain Rural Région Ouest Centre Nord-Est Sud Ethnle Wolof Poular Serer Mandlngue Diola Autres Instruction 2,0 2,5 6,7 16,9 29,4 41,2 74,0 28,5 1,9 1,9 3,1 8,5 14,0 25,7 52,3 14,5 i~i 2,6 5,3 10,7 26,6 35,9 68,5 20,3 1,4 0,5 3,2 9,8 15,8 33,3 58,0 16,0 i,3 6,0 4,8 12~7 i0,6 24,4 57,1 17»3 5,5 - 3,9 13»2 17,5 18,2 55,1 16,7 0,9 1,5 3,9 13,2 18,2 38,2 66,8 22,3 3,3 3,4 4,5 9,7 17,8 31,3 62,8 17,5 - - 5,9 6,7 20,3 22,2 51,2 15,6 * - 12,9 17,4 * 37,0 11,9 * - 4,2 - 21,7 * 69,4 22,4 - 4»6 3,9 14,0 19,5 28,1 54»5 16,1 Aucune 2,1 2,4 3,2 9,9 17,4 29,3 60,2 18,4 Primaire - - 4,8 11,8 17,1 37,0 73,6 20,3 Secondaire ou + - - 17,I 29,2 45,5 53,3 64»7 28,2 Alphabétisation Analphabète 2,0 Alphabétlsée Tota l 1,9 2,4 2,9 9,8 16,8 29,1 60,2 18,0 - 11,6 19,4 34,0 45,0 72,1 27»0 2,1 4,2 10,9 18,8 31,0 61»6 19,0 *Moins de 20 femmes 70 TABLEAU 5.4 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION QUI VEULENT UN AUTRE ENFANT SELON LE TEMPS QUE LA FEMME DEVRAIT ÆITENDRE AVANT D'AVOIR UN (AUTRE) ENFANT ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) Nombre d'enfants vivants (y compris la grossesse actuelle) Préférences 0 1 2 3 4 5 6+ Total <12 mois 74,8 32,4 27»3 23,6 22,4 20,9 20,4 31,2 1 année 4,8 13,5 11,2 12,1 11,9 11,4 7,1 10,8 2 années 3,4 24,3 23,5 28,1 28,8 24,5 33,2 23,3 3 années 2,8 10,2 15,9 15,2 13,8 15,9 9,7 12,2 4 années 1,9 2,8 2,5 2,5 3,6 3,6 3,3 5 années ou plus 0,4 1,7 0,4 i,I 1,4 1,5 0,9 Réponse non numérique 12,0 15,2 15,5 16,7 15,8 18,2 21,4 15,9 NSP 2,2 2,1 2,1 1,4 3,7 4,1 3,1 2,4 Total I00,0 i00,0 I00,0 i00,0 i00,0 I00,0 I00,0 I00,0 Médiane en années <i 1,2 i,5 1,5 1,5 1,7 1,7 1,3 Effectif 357 519 536 487 354 220 196 2669 5.3 Besoins futurs pour la planification familiale Parmi les femmes en union, on a sélectionné dans le tableau 5.5 deux groupes de femmes qui peuvent ~tre considér6s comme des populations cibles pour l'action du programme de planifica- tion familiale au Sénégal. Le premier groupe comprend les femmes qui sont dans le besoin d'être protég6es par la con- traeeption. Il s'agit des femmes.en union qui sont fertiles, n'utilisant pas une méthode contracep- tive au moment de l'enquête et qui ne veulent plus avoir d'enfants ou qui veulent retarder la prochaine naissance pour une période de deux ans ou plus. Le second groupe comprend les femmes qui sont dans le besoin de pratiquer la contraception et qui ont l'intention de l'utiliser dans l'avenir. Il a les m~mes caractéristiques que les femmes du premier groupe, plus l'intention de pratiquer une méthode anti-conceptionneUe dans le futur. Pour l'ensemble du premier groupe, presque 4 femmes sur 10 sont dans le besoin de pratiquer la planification familiale. Les femmes qui ne veulent plus d'enfants représentent la moiti6 de cel- les qui veulent espacer. Au niveau du second groupe, on trouve seulement un peu plus d'une femme sur dix qui est dans le besoin d'utiliser la contraception, et qui a l'intention de recourir à un moyen anti-conceptionnel dans l'avenir. Cela montre que l'impact de l'action de la planifica- tion familial reste encore limité, malgré une demande potentielle importante pour les services de contraception. 71 TABLEAU 5.5 PARMI LES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION, LE POURCENTAGE DE CELLES QUI ONT UN BESOIN DE PRATIQUER LA PLANIFICATION FAMILIALE DANS L'AVENIR ET LE POURCENTAGE DE CELLES QUI SONT DANS LE BESOIN D'UTILISER LA CONTRACEPTION ET QUI ONT L'INTENTION DE PRATIQUER UNE METHODE DANS L'AVENIR, SELON LES VARIABLES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES Variables socio- démographiques Désir d'avoir d'autres enfants Dans le besoin I Dans le besoin et ont l'intention d'utili- ser la contraception 2 Ne veut Ne veut plus Veut plus Veut d'enfants espacer Total d'enfants espacer Total Milieu Urbain 17,7 24,8 42,5 7,5 11,4 18,0 Rural 9,5 25,5 35,0 2,1 5,7 7,8 Région Ouest 15,1 28,7 43,8 6,4 11,3 17,7 Centre 10,8 28,6 39,3 2,8 6,3 9,1 Nord-Est 11,4 17,7 29,2 1,3 3,0 4,2 Sud 10,2 16,9 27,1 3,9 7,4 11,3 Ethnie Wolof 13,6 28,5 42,1 4,5 8,1 12,6 Poular 11,5 21»0 32,6 3,2 6,0 9,3 Serer 11,2 32,4 43,6 3,0 8,0 ii,0 Mandingue 7,7 14,9 22,6 3,0 6,0 8,9 Diola 12,8 17,9 30,8 6,4 9,0 15,4 Autres 11,6 20,2 31,8 3,3 8,3 11,6 Instruction Auclme 12,2 24,7 37,0 3,3 6,5 9,8 Primaire 12,5 28,7 41,i 8,4 11,5 19,9 Secondaire ou + 10,7 28,2 38,9 4,7 18,1 22,8 Alphabétisation Analphabète 11,9 24,8 36,7 3,2 6,5 9,7 Alphabétisée 14,0 28,8 42,7 8,9 15,3 24,2 Total 12,2 25,3 37,4 3,9 7,5 11,4 ipour les trois premières colonnes le dénominateur est l'effectif des femmes actuellement en union. Le numérateur comprend les femmes qui sont fertiles, n'utilisant pas la contraception au moment de l'enquête et qui ne veulent plus d'enfants ou bien veulent retarder la prochaine naissance deux ans ou plus. 2pour les trois dernières colonnes, le dénominateur est l'effectif des femmes actuellement en union et le numérateur comprend les femmes qui sont fertiles, qui n'utilisent pas la contraception au moment de l'enquête, qui veulent limiter ou retarder et qui ont l'intentlon d'utiliser la contraception. 72 Les variations des besoins en contraception sont sensibles aux caractéristiques socio- démographiques, surtout au niveau du second groupe. On constate que la proportion des femmes qui ont l' intention de pratiquer la planification familiale est en corrélation positive avec l'urbanisation et aussi avec le niveau d'instruction et l'alphabétisation. Pour l'instruction, la diff6renee entre les proportions des différentes catégories est appr6ciable comme le montre le graphique 5.1. Les femmes de l'Ouest, ainsi que celles appartenant aux ethnies diolas et wolofs 30 25 20 15 10 5 0 Graph ique 5.1 Désir d'Avoir d'Autres Enfants (Femmes actue l lement en union) Pourcentage des femmes Aucune Primaire Secondaire ou + Total Ins t ruct ion Ne veut plus Oln l le be lo in Veut espacer Ne veut plus Ont l'Intention d'utUiler Veut espacer la cont racept ion 30 25 20 15 10 5 0 font également partie du groupe de femmes qui sont les plus nombreuses à avoir l'intention de pratiquer la contraception dans l'avenir. 5.4 Nombre moyen idéal d'enfants La taille idéale de la famille souhaitée est saisie à l'aide de la question suivante: • Pour les femmes qui n'ont pas d'enfants, on a demand6: "Si vous pouviez choisir exac- tement le nombre d'enfants que vous désirez, combien voudriez-vous en avoir?." • Pour les femmes qui ont des enfants, laquestionestposéecommececi: "Si vous pouviez recommencer å partir du temps où vous n'aviez pas d'enfants et pouviez choisir exacte- m ' " " • ent le nombre d enfants que vous désirez, combien voudnez-vous en avoir?." Cette question d'opinion a ~té pos6e à toutes les femmes de l'échantillon quel que soit leur 6tat matrimonial. Le tableau 5.6 montre que les femmes sénégalaises sont très attachées à la famille nombreuse, bien qu'il y ait des changements importants dans la dimension idéale de la 73 TABLEAU 5.6 DISTRIBUTION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON LE NOMBRE IDEAL D'ENFANTS ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) Nombre d'enfants vivants (y compris la grossesse actuelle) Nombre idéal d'enfants 0 i 2 3 4 5 6+ Total 0 0,2 0,2 - 0,2 0,4 i,i 0,5 0,3 1 0,i - 0,5 - 0,6 0,5 0,2 2 3,3 2,0 3,7 1,9 2,8 2,0 4,3 2,9 3 6,0 5,0 2,4 4,0 2,2 4,3 5,4 4,4 4 18,3 11,6 11,8 9,1 10.3 6,0 14,5 12,9 5 17,5 12,8 12,0 12,9 8,6 12,0 9,5 13,0 6 ii,0 17,7 13,1 14,0 15,1 11,7 ii,9 13,3 7+ 34,4 40,0 47,4 43,6 48,3 49,6 39,0 41,6 Réponse non numérique 7,2 9,7 8,6 12,4 11,8 10,6 12,9 i0,0 NSP 1,9 i,i 0,5 1,9 0,5 2,1 1,5 1,4 Total i00,0 i00,0 i00,0 I00,0 100,0 i00,0 100,0 100,0 Effectif 1134 662 626 580 464 351 598 4415 Nombre moyen idéal d'enfants (toutes les femmes) 1 6,6 Nombre moyen idéal d'enfants (femmes en union) 2 7,5 7,3 7,1 7,3 7,4 7,3 7,0 7,2 ESF, 19783 8,1 8,6 8,8 9,0 9,0 9,2 9,5 8,8 6,6 6,9 6,9 6,9 7,4 7,5 6,8 i Le nombre moyen idéal d'enfants est calculé sur un effectif de 3.912 femmes (toutes les femmes). 2Le nombre moyen idéal d'enfants est calculé sur un effectif de 2.957 femmes actuellement en union. Dans les 2 cas, il s'agit des femmes qui ont donné une réponse numérique. 3Enquête Sénégalaise sur la Fécondité, 1978, Vol. II, p.207, Direction de la Statistique, Division des Enquêtes et de la Démographie, Dakar, Juillet 1981. 74 famille entre 1978 et 1986. En effet, I'EDS donne un nomboe moyen idéal d'enfants de l'ordre de 7 enfants aussi bien parmi toutes les femmes (6,8) que parmi les femmes actueLlement en tinion (7,2) alors qu'en 1978, I'ESF l'évaluait à 9 environ parmi les femmes en union. En plus le taux de réponse non-numérique a fortement baissé entre les deux enquêtes. Il est passé de 29 pour cent en 1978 (ESF) à 11 pour cent en 1986 (EDS). Il est évident que m~me si les questions étaient semblables dans les deux cas, I'EDS a beaucoup insisté pendant la formation des agents et à la collecte des données pour amener les enqu~tées/~ donner des réponses numériques. La proportion de femmes ayant eu plus d'enfants vivants que d'enfants désirés augmentent rapidement avec le nombre d'enfants vivants de 0,2 pour cent/t zéro et un enfant, il passe à 35,0 pour cent å 6 enfants et plus. Quel que soit le nombre d'enfants survivants, environ 80 pour cent des femmes désirent avoir quatre enfants ou plus. La variation du nombre idéal d'enfants est très sensible aux variables éducation et urbanisa- tion. Les écarts observés (tableau 5.7) entre le milieu urbain et le milieu rural d'une part, et entre les éduquées et les non-éduquées d'autre part donnent une indication précieuse sur les mutations sociales dont ces facteurs de modemisme sont inducteurs. Dans le milieu rural (essentiellement analphat~te) oi) l'enfant est de moins en moins une source objective de richesse et de prestige alors que dans les villes (~ forte proportion d'éduquées), il cotlte plus qu'il ne rapporte, il est presque certain que les tendances que révèlent les chiffres et qui sont la traduction de changements vont s'accentuer dans le temps par le biais de l'urbanisation et de la scolarisation et leurs effets de contamination. Le degré d'instruction apparait comme une variable négativement corrélée avec le nombre d'enfants idéal. L'impact de l'éducation semble plus important que celui de l'urbanisation. En moyenne, les écarts absolus sont de 2,1 enfants, entre le milieu urbain et le milieu rural, de 2,4 entre les alphabétisées et les analphabètes et 2,9 entre celles qui n'ont jamais été à l'école et cel- les qui ont un niveau secondaire ou plus. Au niveau régional, les femmes de l'Ouest Semblent désirer le moins d'enfants (5,9), alors que l'inverse s'observe au Sud (7,9). Par ethnie, les femmes Diolas et Wolofs sont celles qui aimeraient avoir une dimension rela- tivement réduite (6,6). Les femmes Mandingues, par contre, appartiennent au groupe de femmes qui désireraient avoir une famille nombreuse (8,2). Malgré l'adhésion de la plupart des femmes au grand nombre d'enfants, des différences sig- nificatives apparaissent entre certains sous-groupes de la population. En dépit des fluctuations--faibles---avec l'fige, la tendance générale est a une légère baisse du nombre idéal d'enfants. Cependant, par rapport aux données de I'ESF, il semble que les tort~la- tions et les pentes des droites d'ajustement (nombre moyen en fonction de l'age) soient devenues moins fortes à I'EDS. Si cela était r~el, on pourrait en conclure une diminution åe la dépendance du nombre idæal d'enfants de l'åge actuel. 75 TABLEAU 5.7 NOMBRE IDEAL MOYEN D'ENFANTS PARMI TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE ACTUEL ET LES VARIABLES SOCIO-DEMOGRAPH]QUES Variables socio- démographiques Age actuel 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Milieu Urbain 5,4 5,4 5,7 5,7 5,5 6,3 5,9 5,5 Rural 7,6 7,5 7,7 7,9 7,8 7»9 8,3 7,6 Région Ouest 5»8 5,5 6,0 5,9 6,0 6,9 6»6 5,9 Centre 7»4 7,3 7»4 7,6 6,7 7,1 7,6 7,3 Nord-Est 6,8 7,1 7,2 7,2 7,7 8»0 7,4 7,2 Sud 7,0 7,7 7,8 8,2 9,2 8,4 9,0 7,9 Ethn ie Wolof 6,7 6,3 6,8 6,5 6,3 7,1 6,7 6,6 Poular 6,6 6,7 6,6 6,9 6,9 7,0 7,8 6,8 Serer 6,6 7,1 6,8 7,8 7,0 7,5 8,0 7,1 Mandlngue 7,3 7,9 8,7 8,3 9,0 9,5 7,9 8,2 Diola 5,7 6,1 6,6 6»9 6,2 8,5 8»3 6»6 Autres 6»5 '6,5 7,2 7,1 8,3 7,3 8,0 7,0 Instruction Aucune 7,4 7,3 7,3 7,4 7,3 7,4 7,6 7,4 Primaire 5,4 5,3 6,2 5,4 5,3 6,0 5,1 5,6 Secondaire ou + 4,4 4,4 4,6 4,5 4»i 6,2 4,0 4,5 Alphabétisatlon Analphabète 7,3 7,2 7,3 7,5 7,3 7,5 7,6 7,3 Âlphabétlsée 4,8 4,7 5,2 4,8 4,7 5,9 4,4 4,9 Tota l 6 ,6 6 ,6 6 ,9 6 ,9 6 ,9 7 ,4 7 ,5 6 ,8 Note: Les moyennes sont calcul~es sur les femmes qui ont donné une réponse numérique. Le total de ce groupe est égal à 3912. 76 CHAPITRE VI MORTALITE ET SANTE DE LA MERE ET DE L'ENFANT L'étude de la mortalité infantile et juvénile d'une part et celle de la santé de la mère et de l'enfant d'autre part constituent deux objectifs essentiels de I'EDS au Sénégal. En effet, l'enquête a coUecté dans la section 4 du questionnaire individuel relative à l'historique des naissances des données qui permettent d'estimer les niveaux et tendances de la mortalité des enfants par les méthodes directes. L'enqu8te

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.