Niger - Demographic and Health Survey - 1993

Publication date: 1993

Enquête Démographique et de Santé 1992 @ Dîrection de la Statistique et des Comptes Nationaux Direction Générale du Plan Ministère des Finances et du Plan ~DHS Demographic and Health Surveys Macro International Inc. REPUBLIQUE DU NIGER Enquête Démographique et de Santé Niger 1992 Idrissa Alichina Kourguéni Bassirou Garba Bernard Barrère Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux Direction Générale du Plan Ministère des Finances et du Plan Niamey, Niger Macro International Inc. Columbia, Maryland USA Septembre 1993 Ce rapport pr&sente les principaux résultats de l'Enquéte Démographique et de Santé (EDSN) réalisée au Niger en 1992 par le Ministère des Finances et du Plan (Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux). L'EDSN, financée par l'Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID), a bénéficié de l'assistance toehnique de Macro International Inc. L'EDSN fait partie du programme mondial des Enquétes Démographiques et de Santé (Demographic and Heulth Surveys-DHS) dont l'objectif est de collecter, analyser et diffuser des données démoglaphiquÇs portant en particulier sur la fécondité, la planification familiale et la santé de la re~re et de l'enfant. Des info¢mations compl~anentaires sur I'EDSN peuvent ~tre obtenues auprés de la Direction de la Statistique et des ComlY, e.s Nationaux, Rue de Sirba, B.P. 862, Niamey (Niger), Téléphone (227) 72 35 60. Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent ~tre obtenus auprès de Macro International Inc., 8850 Stanford Boulevard, Suite 4000, Columbia, MD 21045, USA (Téléphone 410-290-2800; Fax 410-290-2999; Télex 198116). TABLE DES MATIERES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vii Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xiii Sigles et abreviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix Résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxi Carte du Niger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxiv CHAP ITRE 1 CARACTERIST IQUES DU PAYS ET METHODOLOGIE DE L 'ENQUETE par Yahaya Adyé 1.1 CARACI I~RIST IQUES DU PAYS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Organisation politico-administrative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Situation géographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.3 Situation socio-économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.4 Situation démographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.1.5 Politique de population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2 METHODOLOGIE DE L 'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE AU NIGER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2.2 Personnel et calendrier des activités de I 'EDSN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1.2.3 EchantiUonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.2.4 Questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 1.2.5 Collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 1.2.6 Exploitation des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 CHAP ITRE 2 2.1 2.2 CARACTERIST IQUES DES MENAGES ET DES ENQUETEES par ldrissa Alichina Kourguéni ENQUETE MENAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.1.1 Caractéristiques de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.1.2 Caractéristiques de l'habitat et des biens possédés par les ménages . . . . . . . . . 19 ENQUETE INDIV IDUELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 2.2.1 Caract6ristiques des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 2.2.2 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 iii Page CHAPITRE 3 FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 par Bassirou Garba 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 3.6 NIVEAU ET STRUCTURE DE LA FECONDITE ET FECONDITE DIFFPsRENTIELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 TENDANCES DE LA FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 PARITE ET STERILITE PRIMAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 INTERVALLE INI'IsRGENES1QUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 AGE A LA PREMIERE NAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 FECONDITE DES ADOLESCENTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE par Zeinabou Garba 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 4.7 4.8 4.9 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 PRATIQUE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 UTIL ISATION ACTUELLE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 NOMBRE D'ENFANTS A LA PREMIERE UTILISATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 CONNAISSANCE DE LA PERIODE FECONDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 SOURCES D'APPROVISIONNEMENT DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . 51 UTILISATION FUTURE ET METHODES CONTRACEPTIVES PREFEREES . . . . 52 INFORMATION SUR LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 OPINIONS ET ATTITUDES V IS-AVIS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE . . 56 CHAPITRE 5 NUPTIALITE ET EXPOSIT ION AU R ISQUE DE GROSSESSE par Bernard Barrère 5.1 5.2 ETAT MATRIMONIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 AGE AU PREMIER MARIAGE ET AGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 5.2.1 Age au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 5.2.2 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 5.3 5.4 ACTIVITE SEXUELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 CHAPITRE 6 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE par Sabine Attama 6.1 6.2 6.3 6.4 DESIR D'ENFANTS SUPPLEMENTAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 BESOINS EN MATIERE DE PLANIF ICATION FAMIL IALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 NOMBRE TOTAL D'ENFANTS DESIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 PLANIFICATION DE LA FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 iv Page CHAPITRE 7 SANTE DE LA MERE ET DE L'ENFANT par Bernard Barrère 7.1 SOINS PRENATALS ET ACCOUCHEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 7.1.2 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 7.2 7.3 VACCINATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 MALADIES DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 7.3.1 Infections respiratoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 7.3.2 Fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 7.3.3 Diarrh6e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 CHAPITRE 8.1 8.2 8.3 ALLA ITEMENT ET ETAT NUTRIT IONNEL par Ibrahim Adamou et Bernard Barrdre ALLA1TEMENT ET ALIMENTATION DE COMPLEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 ETAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 8.2.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 8.2.2 Résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 8.2.3 Avitaminose A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 ETAT NUTRITIONNEL DES MERES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 CHAHTRE9 9.1 9.2 9.3 MORTAL ITE DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS par lbrahim Adamou et Bernard Barrère METHODOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 NIVEAUX ET TENDANCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 MORTALITE DIFFERENTIELLE ET GROUPES A HAUTS RISQUES . . . . . . . . . 137 CHAPITRE 10 MORTAL ITE MATERNELLE par Jeremiah Sullivan et Bernard Barrère 10.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 10.2 COLLELTIS DES DONNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 10.3 EVALUATION DE LA QUALITE DES DONNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 10.4 ESTIMATION DIRECTE DE LA MORTALITE ADULTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 10.5 ESTIMATION DIRECTE DE LA MORTALITE MATERNELLE . . . . . . . . . . . . . . . 150 10.6 ESTIMATION INDIRECTE DE LA MORTALITE MATERNELLE . . . . . . . . . . . . 151 10.7 DISCUSSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 V CHAPITRE 11 ENQUETE MARI par Sabine Attama et Zeinabou Garba 11.1 CARAUIER IST IQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DES MARIS ET DES COUPLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 11.1.1 Caract6tistiques des matis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 11.1.2 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 11.2 PLANIF ICAT ION FAMIL IALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 11.2.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 11.2.2 Pratique de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 11.2.3 Utilisation future et méthodes contraceptives pr6fér6es . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 11.2.4 Opinions et attitudes vis-å-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . 169 11.3 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 CHAPITRE 12 D ISPONIB IL ITE DES SERVICES COMMUNAUTAIRES par Bassirou Garba 12.1 CARACTERIST IQUES DES LOCALITES RURALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 12.2 SERVICES SOCIO-ECONOMIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 12.3 FORMATIONS SANITAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 12.3.1 Disponibilité des formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 12.3.2 Disponibilité des services de planning familial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187 12.3.3 Disponibilité des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . 188 12.4 PROBLEMES DE SANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191 REFERENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197 ANNEXE A ANNEXE B ANNEXE C ANNEXE D ANNEXE E ANNEXE F ORGANIGRAMME ET PERSONNEL DE L 'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201 CALENDRIER DES OPERATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207 PLAN DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211 ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221 TABLEAU POUR L 'EVALUATION DE LA QUAL ITE DES DONNEES . . . . 237 QUEST IONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245 vi Tableau 1.1 Tableau 1.2 Tableau 2.1 Tableau 2.2 Tableau 2.3 Tableau 2.4.1 Tableau 2.4.2 Tableau 2.5 Tableau 2.6 Tableau 2.7 Tableau 2.8 Tableau 2.9 Tableau 2.10 Tableau 3.1 Tableau 3.2 Tableau 3.3 Tableau 3.4 Tableau 3.5 Tableau 3.6 Tableau 3.7 Tableau 3.8 Tableau 3.9 Tableau 3.10 Tableau 3.11 Tableau 4.1 Tableau 4.2 Tableau 4.3 Tableau 4.4 Tableau 4.5 LISTE DES TABLEAUX Page Indicateurs démographiques de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Taille et couverture de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Population des ménages par/lge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Population par/lge selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Niveau d'instruction de la population des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Niveau d'instruction de la population des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Biens durables possédés parle ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Caractéristiques socio-démographiques des femmes enquetées . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Niveau d'instruction des femmes enquetées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Accès des femmes aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Fécondité par ~ge selon deux sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Tendances de la fécondité par/lge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Tendances de la fécondité par durée de mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Enfants nés vivants et enfants survivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Age médian å la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Enfants nés de mères adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes . . . . . . . . . . . 42 Connaissance des méthodes contraceptives modemes et des ~,ources des méthodes . ,14 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Utilisation « ctuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 vii Tableau 4.6 Tableau 4.7 Tableau 4.8 "I ableau 4.9 Tableau 4.10 Tableau 4.11 Tableau 4.12 Tableau 4.13 Tableau 4.14 Tableau 4.15 Tableau 5.1 Tableau 5.2 Tableau 5.3 Tableau 5A Tableau 5.5 Tableau 5.6 Tableau 5.7 Tableau 5.8 Tableau 5.9 Tableau 5.10 Tableau 5.11 Tableau 5.12 Tableau 5.13 Tableau 6.1 Tableau 6.2 Tableau 6.3 Tableau 6.4 Tableau 6.5 Tableau 6.6 Tableau 6.7 Tableau 6.8 Page Nombre d'enfants à la poemi~rc utilisation de la contraception . 50 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Raison de non-utilisatinn de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Méthode contraceptive prdférde pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Messages sur la planification familiale diffusés par les média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Opinion des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Nombre d'unions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Nombre de co-épouses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Age au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Age médian au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Age médian aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Activité sexuelle rdcente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Frdquence des rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Aménorrhde, abstinence et non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Durée médiane de la non-susceptibilitd post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Fin d'exposit ion au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Prdfdrences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . 76 Préfdrences en matière de fécondité selon l '~ge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Ddsir de l imiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . 82 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Taux de féconditd désirde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Tableau 7.1 Tableau 7.2 Tableau 7.3 Tableau 7.4 Tableau 7.5 Tableau 7.6 Tableau 7.7 Tableau 7.8 Tableau 7.9 Tableau 7.10 Tableau 7.11 Tableau 7.12 Tableau 7.13 Tableau 7.14 Tableau 8.1 Tableau 8.2 Tableau 8.3 Tableau 8.4 Tableau 8.5 Tableau 8.6 Tableau 8.7 Tableau 9.1 Tableau 9.2 Tableau 9.3 Tableau 9.4 Tableau 10.1 Tableau 10.2 Tableau 10.3 Tableau 10.4 Tableau 11.1 Page Soins prdnatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Nombre de visites prénatales et durde de la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Lieu de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Assistance lors de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Caractéristiques de l 'accouchement: césarienne, prdmaturité, poids et taille à la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 Vaccinations par sources d' information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Vaccinations par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Vaccinations avant l 'age de 12 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 Prévalence et traitement des infections respiratoires algues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Prévalence et traitement de la fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Prévalence de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Connaissance et utilisation des sachets de SRO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Allaitement et alimentation de complément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Durée médiane et fréquence de l'allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Etat nutritionnel des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Cécité crépusculaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Indicateurs anthropométriques de l'état nutritionnel des mères . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Indicateurs anthropométriques des mères par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Mortalité des enfants par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Fécondité à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142 Etat de survie des frères et soeurs des enqu8tées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Estimation de la mortalité par åge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 Estimation directe de la mortalité matemeUe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Estimation indirecte de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Caractéristiques socio-démographiques des maris enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 ix Tableau 11.2 Tableau 11.3 Tableau 11.4 Tableau 11.5 Tableau 11.6 Tableau 11.7 Tableau 11.8 Tableau 11.9 Tableau 11.10 Tableau 11.11 Tableau 11.12 Tableau 11.13 Tableau 11.14 Tableau 11.15 Tableau 11.16 Tableau 11.17 Tableau 11.18 Tableau 11.19 Tableau 11.20 Tableau 11.21 Tableau 11.22 Tableau 12.1 Tableau 12.2 Tableau 12.3 Tableau 12.4 Tableau 12.5 Tableau 12.6 Tableau 12.7 Tableau 12.8 Page Niveau d'instruction des matis enqu~tés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 Polygamie et nombre de femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 Nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Différence d'ãges entre le mati et la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 Caractétistiques différentielles des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes . . . . . . . . . . 162 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Connaissance de la contraception par caractétistiques socio-démograpbiques . . . . . . 164 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 Opinion des matis face å la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Opinion des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Opinion du mari face à la planification familiale et perception de son opinion par sa femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Préférences des matis en matière de fécondité selon le nombre d'enfants v ivants . . . 173 Préférences des couples en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174 Nombre idéal d'enfants pour les matis par caractétistiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 Nombre idéal d'enfants pour les couples par caractéristiques différentieUes . . . . . . . 177 Caractétistiques des communautés rurales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 Distance par rapport aux services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 Principal moyen de transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 Temps de trajet pour atteindre les services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 Distance par rapport aux formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 Temps de trajet pour atteindre les formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de planning familial . . . . . . . 187 Distance et temps de trajet pour atteindre des services de planning familial . . . . . . . 188 X Tableau 12.9 Tableau 12.10 Tableau 12.11 Tableau 12.12 Tableau 12.13 Tableau 12.14 Tableau 12.15 Tableau C. 1 Tableau C.2 Tableau C.3 Tableau C.4 Tableau D. 1 Tableau D.2 Tableau D.3 Tableau D.4 Tableau D.5 Tableau D.6 Tableau D.7 Tableau D.8 Tableau D.9 Tableau D. 10 Tableau D. 11 Tableau E. 1 Tableau E.2 Tableau E.3 Tableau E.4 Tableau E.5 Tableau E.6 Page Formation sanitaire la plus proche offrant des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 Distance et temps de trajet pour atteindre des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 Distance par rapport au service de santé maternelle et infantile le plus proche, en fonction des soins pr6natals et de la couverture vaccinale . . . . . . . . . . . . . 190 Principaux problèmes pour se soigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191 Principaux problæmes pour se soigner par milieu de r6sidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192 Principales maladies des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194 Principales maladies des enfants de moins de 5 ans par milieu de résidence . . . . . . . 194 Stratification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214 Répartition des grappes par strate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par région et milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des matis par région et milieu de r6sidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage, EDS Niger 1992 . . . . . . . . 225 Erreurs de sondage: Echantillon National, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226 Erreurs de sondage: Milieu rural, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227 Erreurs de sondage: Niamey, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228 Erreurs de sondage: Autres villes, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229 Erreurs de sondage: Ensemble du milieu urbain, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . 230 Erreurs de sondage: Dosso, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231 Erreurs de sondage: Maradi, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232 Erreurs de sondage: Tahoua/Agadez, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233 Erreurs de sondage: Tillabéti, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234 Erreurs de sondage: Zinder/Diffa, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235 Répartition par åge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239 Répartition par ~ge des femmes éligibles et des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . . 240 Complétude de l'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241 Naissances par année du calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242 Enregistrement de l'~lge au décès en jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243 Enregistrement de l'åge au décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244 xi Graphique 1.1 Graphique 2.1 Graphique 2.2 Graphique 2.3 Graphique 2.4 Graphique 2.5 Graphique 3.1 Graphique 3.2 Graphique 3.3 Graphique 3.4 Graphique 3.5 Graphique 3.6 Graphique 4.1 Graphique 4.2 Graphique 4.3 Graphique 4.4 Graphique 4.5 Graphique 5.1 Graphique 5.2 Graphique 6.1 Graphique 6.2 Graphique 6.3 Graphique 7.1 Graphique 7.2 Graphique 7.3 Graphique 7.4 LISTE DE GRAPHIQUES Page Evolution de la population - Niger, 1960-2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 Pyramide des/lges de la population - Niger, 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Rapport de masculinité par åge - Niger, 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Etat matrimonial des enqu~tées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Taux de fécondité générale par åge selon le RGP (1988) et I'EDSN (1992) . . . . . . 29 Taux de fécondité g6nérale par/lge selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . 30 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . . . . . . . . 32 Taux de fécondité générale par ~ge, par période avant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . 33 Pourcentage d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Adolescentes de 15-19 ans ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Connaissance de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union . . . . . . . . 43 Méthode utilisée par les utilisatrices actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . 47 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Intention d'utiliser la contraception par les femmes actuellement en union et non utilisatrices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Opinion des femmes et perception de l'opinion de leur mari face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Ages médians au premier mariage et aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . 66 Désir d'enfants supplémentaires des femmes mari~es, selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Désir d'enfants supplémentaires des femmes mari~es, selon l'åge . . . . . . . . . . . . . . 78 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 Soins prénatals et vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Lieu d'accouchement et assistance à l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Vaccinations des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin . . . . . . . . . . . . . . . 98 Pourcentage d'enfants (12-23 mois) avec tous les vaccins du PEV et sans vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 xiii Graphique 7.5 Graphique 7.6 Graphique 7.7 Graphique 7.8 Graphique 7.9 Graphique 8.1 Graphique 8.2 Graphique 8.3 Graphique 8.4 Graphique 9. I Graphique 9.2 Graphique 9.3 Graphique 9.4 Graphique 10.1 Graphique 11.1 Graphique 11.2 Graphique 11.3 Graphique 11.4 Graphique 11.5 Graphique 11.6 Graphique 12.1 Graphique 12.2 Page Couverture vaccinale des enfants avant l'åge de 12 mois de 1988-89 à 1991-92 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans avec la fièvre dans les deux semaines avant l'enqu&e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Diarrhée par åge chez les enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans avec la diarrhée dans les deux semaines avant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Allaitement et quantité de liquides donnés aux enfants ayant la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de 3 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Etat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans présentant un retard de croissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans atteints d'émaciation . . . . . . . . . . . . . . . 127 Mortalit6 des enfants de moins de 5 ans pour la p6riode 0-4 ans avant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Tendances de la mortalité des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Mortalité infanto-juvénile selon les caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . 139 Mortalité in fantile (lqo) et comportement procréateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 Distribution (en pourcentage) des décès des soeurs des enquêtées selon le nombre d'années précédant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 Connaissance de la contraception par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Utilisation actuelle de la contraception par les matis et les femmes en union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 Opinion des couples face ~ la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Nombre idéal d'enfants pour les matis et les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 Principaux problèmes pour se soigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193 Principales maladies des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195 xiv SIGLES ET ABREVIATIONS BCG BCR CAP CDC CFCA CNSF CTNP CLIN DHS (EDS) DIU DSCN DTCoq EDS (DHS) EDSN EMIJ ET F CFA FNUAP HCR IEC IMC ISSA ISF ISFD MDS~F MFP MSP NCHS OMS PEV PIB PMI PNUD bacille Bilié de Calmette et Guérin (vaccin antituberculeux) Bureau Central du Recensement Connaissances, Attitudes et Pratiques Centers for Disease Control (Centres de contrOle des maladies, Etats-Unis) Centre de Formation des Cadres de l'Alphabétisation Centre National de Santé Familiale Comité Technique National sur la Population Communauté Urbaine de Niamey Demographic and Health Surveys Dispositif Intra-Utérin Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux Diphtérie, Tétanos, Coqueluche (vaccin) Enqu8te Démograpbique et de Santé EnquSte Démographique et de Santé au Niger Enquête sur la Mortalité Infantile et Juvénile Ecart Type Franc de la Communauté Financière Africaine Fonds des Nations Unies pour la Population Haut Conseil de la République Information, Education et Communication Indice de Masse Corporelle Integrated System for Survey Analysis Indice Synthétique de Fécondité Indice Synthétique de Fécondité Désirée Ministère du D6veloppement Social, de la Population et de la Promotion de la Femme Ministère des Finances et du Plan Ministère de la Santé Publique National Center for Health Statistics (Centre national des statistiques sanitaires, Etats-Unis) Organisation Mondiale de la Santé Programme Elargi de Vaccination Produit Intérieur Brut Protection Maternelle et Infantile Programme des Nations Unies pour le Développement XV RDV Risque de mortalité matemeUe sur la Durée de Vie RGP Recensement Général de la Population SRO TBN TGFG TMM TRO UPS USAID ZD Sels de Réhydratation par voie Orale Taux Brut de Natalité Taux Global de Fécondité Générale Taux de Mortalité Maternelle Thérapie de Réhydratation par voie Orale Unité Primaire de Sondage United States Agency for International Development (Agence des Etats-Unis pour le Développement International) Zone de Dénombrement xvi PREFACE L'enquête, que vient de réaliser la Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux (DSCN) et ses partenaires nationaux et internationaux et dont les résultats sont contenus dans le présent rapport, fait partie d'un programme mondial d'enquêtes destiné à améliorer les connaissances des phénomènes démographiques et de santé dans les pays en voie de développement. Cette enquête, prévue pour être exécutée après le 2 ~~ Recensement Général de la Population, vient combler un vide important dans notre pays qui, très pauvre en données statistiques, n'a malheureusement pu organiser que quelques rares opérations de collecte de données depuis l'indépendance. L'importance qu'occupent actuellement les questions de population dans les préoccupations aussi bien des autorités politiques et administratives que des cadres et des populations nigériennes, renforce l'intérêt des différents indicateurs que la DSCN met, dans ce document, à la disposition des principaux utilisateurs. Puissent-ils en faire bon usage car les données contenues dans ce rapport interpellent notre conscience. En effet, notre pays semble avoir les plus mauvais indicateurs sanitaires, de mortalité infanto-juvénile et de mortalité maternelle qui ont été observés depuis le début de ce programme mondial d'enquEtes qui a commencé en 1985. Ces résultats doivent nous pousser à agir rapidement pour améliomr cette situation désastreuse des enfants et des femmes nigériennes. N'aurions-nous pas agi autrement depuis longtemps si nous avions pu disposer régulièrement de ce type de données et d'indicateurs? Avons-nous accordé assez d'intérêt à la production, à la gestion et à l'utilisation de l'information statistique dans notre pays? Ces questions, qui en appellent d'autres, nous permettent, en tout cas, de tirer la leçon suivante : le secteur statistique est un secteur vital dans le processus d'élaboration et de mise en oeuvre des politiques et programmes de développement; la statistique doit donc devenir, dans notre pays, un instrument indispensable pour la prise de décisions et doit être utilisée à bon escient par tous. Les données de l'Enquête Démographique et de Santé au Niger qui font apparaitre une situation sanitaire et nutritionnelle dramatique et des niveaux de mortalité maternelle et de mortalité infanto-juvénile inquiétants, nous en foumissent la preuve. Tirons-en donc les conséquences. Puissent ses résultats permettre une prise de conscience et un sursaut national sur l'importance et l'utilité de la statistique et sur la nécessité d'agir autrement dans nos approches et nos politiques et programmes de développement. Je ne voudrais pas terminer sans remercier tous ceux et toutes celles qui ont permis la réalisation de cette enquête. Le Ministre des Finances et du Plan ABDALLAH BOUREIMA xvii REMERCIEMENTS La réalisation d'une enquête statistique est toujours le fruit d'une oeuvre collective. En effet, la collecte, l'exploitation et l'analyse des données forment un processus long et complexe souvent difficile à maîtriser sans la participation, aux différents niveaux, de personnes ou de structures approprié, es. L'exécution de l'Enquête Dêmographique et de Santé au Niger (EDSN) en a été, une fois de plus, la preuve vivante. C'est pourquoi, je voudrais saisir cette occasion pour adresser tous mes remerciements et toute ma gratitude à ceux qui ont apporté leur contribution aux différents travaux de I'EDSN, permettant ainsi d'obtenir des résultats satisfaisants, qui n'ont rien à envier aux résultats des autres enquêtes du programme EDS. Il s'agit tout particulièrement : des populations et des guides des zones enquêtées avec une mention spéciale aux femmes qui se sont prêtées à ce "jeu," malgré le fait qu'elles ont souvent été dérangées dans leurs multiples occupations et que certaines questions concemaient leur vie privée et intime; des autorités administratives et coutumières et des responsables des services techniques régionaux et sous-régionaux des zones enquêtées pour la sollicitude et l'assistance matérielle et morale apportées aux différentes équipes qui ont sillonné leurs localités; des chauffeurs, des enquêtrices, des contr01euses et des chefs d'équipes pour leur courage et leur patience malgré les conditions difficiles dans lesquelles ils ont travaillé; de toute l'équipe technique nationale de I'EDSN qui, malgré sa diversité, a su veiller au bon déroulement de toutes les opérations; de l'expertise internationale, notamment des consultants de Macro International Inc., particulièrement Mr Bemard BARRERE qui en a été le superviseur et qui en a vécu tous les moments difficiles avec le personnel national, Dr Mohamed AYAD dont la bonne humeur a ét~ un levier d'encouragements pour l'équipe nationale ~ des moments critiques, Mlle. Thanh LE qui, par son expérience, a permis la maîtrise des questions de sondage, Mrs Nourredine ABDERRAHIM et Trevor CROFT pour leur expertise informatique, de tout le personnel de Macro International Inc. et, en particulier, Kaye MITCHELL qui a eu la lourde charge d'assurer la composition finale de ce rapport; de tous les partenaires bailleurs de fonds avec une mention spéciale à I'USAID-NIAMEY qui a financé cette opération et surtout à Mr Carl S. Abdou RAHMAAN et à Mme Suzan WRIGHT pour la compréhension dont ils ont fait preuve ~ l'égard de la DSCN. Que ceux qui n'ont pas été cité nommément ne l'interprètent pas comme un manque d'importance accordée au rêle qu'ils ontjoué dans l'enquête. Ils sont tellement nombreux, ceux et celles qui ont permis que cette opération soit une réussite, qu'il faudrait des pages pour êtablir leur liste, alors que ces lignes de remerciements sont déjà si longues contrairement à la pratique. Qu'ils m'en excusent donc et qu'ils en soient tous et toutes grandement remerciés. Le Directeur de la Statistique et des Comptes Nationaux Directeur National de I'EDS-NIGER ID~RISSA ALICHINA KOURGUENI xix RESUME L'Enquête Démographique et de Santé au Niger OEDSN) a été exécutée par la Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux en collaboration avec certaines Directions techniques du Ministère de la Santé Publique et du Ministère du Développement Social, de la Population et de la Promotion de la Femme, et avec l'assistance technique de Macro Intemational Inc. Il s'agit d'une enquête par sondage, réalisée au niveau national, dont les objectifs 6taient de fournir des informations détaillé.es sur la fécondité, la planification familiale, la santé de la mère et de l'enîant, l'état nutritionnel des enfants de moins de cinq ans, la mortalité infanto-juvénile et la mortalité maternelle. Cet ensemble d'informations, couplées aux résultats du Recensement Général de la Population (RGP) de 1988, fournissent une vue d'ensemble de la situation démographique et sanitaire du Niger. Au cours de I'EDSN, réalisée sur le terrain entre mars et juin 1992, 5 242 ménages, 6 503 femmes en åge de prncréer (15-49 ans) et 1 570 matis ont été enquêtês avec succès. Les caractéristiques de la population obtenues à partir de l'enquête ménage, en particulier la structure par åge et sexe et la répartition par milieu et région de résidence sont très proches des résultats du RGP 1988. Ceci témoigne de la bonne représentativité de l'échantillon de I'EDSN. Les femmes nigériennes ont une fécondité trés ~levée, l 'une des plus élevée en Afrique : avec les niveaux actuels, une femme donnera naissance en moyenne à 7,4 enfants durant sa vie féconde. L'une des principales caractéristiques de cette fécondité est sa précocité : une femme sur deux donne naissance à son premier enfant avant l'åge de 18 ans. Par ailleurs, les niveaux de fécondité présentent de fortes variations selon le milieu de résidence et le niveau d'instruction. Les femmes du milieu rural (7,5 enfants par femme) donnent naissance, en moyenne, à 1,6 enfants de plus que celles de Niamey (5,9 enfants par femme). De même, les femmes sans instruction (7,5 enfants par femme) ont, en moyenne, plus de 1 enfant de plus que celles qui ont fréquent~ l'école (6,3 enfants par femme). Parmi les femmes de 15-49 ans, 86 pour cent étaient mari~es au moment de l'enquête et, à partir de 30 ans, moins de 1 pour cent des femmes restent célibataire : ainsi, le mariage qui demeure le cadre presque exclusif de la procréation, est quasi universel au Niger. En outre, plus d'une femme mariée sur trois (36 pour cent) vit en union polygame. L'entrée en union est très précoce : à 18 ans, 89 pour cent des femmes sont déjå mariées et l 'åge médian au premier mariage est de 15,1 ans. Les premiers rapports sexuels se produisent également très t6t (~tge médian de 14,9 ans). Cette précocité des premiers rapports sexuels et du mariage expliquent la précocité de la fécondité. En outre, aucune tendance ne semble se dessiner dans le sens d'une modification de l'åge d'entrée en union, même si les femmes de Niamey et surtout celles ayant fréquenté l'école se marient plus tardivement (respectivement, åges médians de 16,2 et 17,1 ans) que les femmes du milieu rural et que celles sans instruction (åge médian de 15,0 ans). Plus de trois femmes sur quatre (76 pour cent) connaissent au moins une méthode contraceptive, mais les méthodes traditionnelles, en particulier les gris-gris, sont mieux connus que les méthodes modemes (65 pour cent contre 58 pour cent). Malgré ce niveau de connaissance relativement élevé, seule une très faible proportion de femmes nigériennes (4 pour cent) utilisent la contraception; en outre, les méthodes modernes (2 pour cent) et traditionnelles (2 pour cent) sont utilisées en même proportion. Comme pour la fécondité, les niveaux d'utilisation de la contraception varient fortement selon le milieu de résidence et le niveau d'instruction. A Niamey, 21 pour cent des femmes mari~es utilisent la contraception et la grande majorité d'entre elles utilisent une méthode moderne (17 pour cent), alors que la prévalence contraceptive n'est que de 2,5 pour cent en milieu rural. De même, 16 pour cent des femmes ayant fréquenté l'école utilisent une méthode de contraception, et surtout une méthode moderne (11 pour cent), alors que la prévalence n'atteint pas 4 pour cent parmi les femmes sans instruction. xxi Méme si une part non négligeable de femmes non-utilisatrices de la contraception (15 pour cent) expliquent leur comportement par le fait qu'elles manquent d'informations, la majorité d'entre elles (51 pour cent) n'utilisent pas de méthodes parce qu'elles souhaitent avoir des enfants. Le désir d'enfants est donc très élevée : seulement 9 pour cent des enqu~tées ont déclaré ne plus en vouloir et une proportion encore plus faible des matis interrogés (2 pour cent) ont exprimé le m~me souhait. En fait, si elles n'avaient que les enfants qu'elles désirent, les femmes nigériennes auraient une fécondité (7,1 enfants par femme) très proche de la fécondité actuelle (7,4 enfants par femme). Ainsi, si la demande potentielle totale en planification familiale concerne 24 pour cent des femmes, seule une faible part de cette demande (6 pour cent) est orientée vers la limitation des naissances, l'objectif principal étant d'espacer les naissances et non de les limiter. L'EDSN fournit également un ensemble d'informations très importantes sur la santé et l'état nutritionnel de la mère et de l'enfant. Concernant les soins prénatals et les conditions d'accouchement, on constate que pour 30 pour cent seulement des naissances des cinq demières années, la mère est allée en consultation prénatale; dans 23 pour cent des cas seulement, elle a reçu au moins une injection antitétanique pendant la grossesse; l'accouchement n'a eu lieu dans une formation sanitaire que pour 15 pour cent des naissances; un professionnel de la santé a assisté 15 pour cent des accouchements et une accoucheuse traditionnelle formée 18 pour cent des naissances : la grande majorité des naissances (67 pour cent) ont eu lieu sans l'assistance de personnel spécialisé, voire sans aucune assistance (17 pour cent). En outre, on constate d'énormes différences du point de vue du niveau d'instruction de la mère et surtout du point de vue du milieu de résidence : pour 86 pour cent des naissances, les mères ont bénéficié de soins prénatals en milieu urbain contre seulement 20 pour cent en milieu rural, et 70 pour cent des accouchements du milieu urbain ont ét~ assistés par des professionnels de la santé contre seulement 5 pour cent en milieu rural. La vaccination contre les maladies-cible du Programme Elargi de Vaccination (PEV), à savoir la tuberculose, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la polio, la rougeole et la fièvre jaune, est un facteur clé d'amélioration du taux de survie des enfants. D'après I'EDSN, parmi les enfants de 12 à 23 mois qui, selon les recommandations de l'OMS, devraient être tous vaccinés contre les maladies-cible du PEV, 40 pour cent seulement sont vaccinés contre la tuberculose, 20 pour cent ont reçu les trois doses de DTCoq et de polio, et 28 pour cent seulement sont vaccinés contre la rougeole. Seulement 1 enfant nigérien sur 7 a reçu toutes les vaccinations du PEV et, à l'opposé, 6 enfants sur 10 n'ont reçu aucune de ces vaccinations. Ces taux de couverture vaccinale déjà très faibles au niveau national, masquent d'importantes disparités selon le milieu de résidence et le niveau d'instruction des mères: si 46 pour cent des enfants du milieu urbain sont complètement vaccinés, ce taux de couverture vaccinale n'atteint que 8 pour cent en milieu rural où, à l'opposé, 79 pour cent des enfants n'ont reçu aucune vaccination. De même, 33 pour cent des enfants dont la mère a fréquenté l'école sont complètement vaccinés, contre 12 pour cent seulement des enfants de mère sans instruction. D'après les déclarations des mères, pendant les deux semaines ayant précédé l'enquête, 11 pour cent des enfants de moins de 5 ans ont souffert de toux et de respiration courte et rapide, symptõmes d'infections respiratoires aiguës, 45 pour cent des enfants ont souffert de fièvre qui peut être, dans de nombreux cas, un sympt6me du paludisme, et 28 pour cent des enfants ont eu un ou plusieurs épisodes diarrhéiques. Quelle que soit la maladie, une très faible proportion d'enfants (moins de 14 pour cent) ont ét~ menés en consultation lorsqu'ils étaient malades, et une forte proportion d'enfants atteints (39 pour cent et plus) n'ont reçu aucun traitement. En particulier, 3 enfants sur 4, atteints de diarrhée, n'ont bénéficié d'aucune forme de Thérapie de Réhydratation par voie Oralc (TRO), alors que 57 pour cent des femmes ont déclaré connaître les sachets de SRO. xxii La quasi-totalité des enfants nigériens nés au cours des cinq années ayant prie~d~ l'enquête (98 pour cent) ont été allait~s, mais une très faible proportion d'entre eux (20 pour cent) ont et~ mis au sein dès la naissance. Alors que jusqu'à l'age de 4-6 mois tous les enfants ne devraient recevoir rien d'autre que le sein, seulement 1 pour cent des enfants nigériens sont exclusivement aUaltés. Dès le premier mois les enfants reçoivent différents types de laits, de liquides et mSme d'aliments solides ou en bouillie, ce qui affecte leur état nutritionnel et augmente leur risque de contracter des maladies infectieuses. En moyenne, et quelle que soit les caractéristiques de la mère, les enfants sont allaités pendant environ 20 mois. Près d'un enfant sur trois (32 pour cent) est atteint d'un retard de croissance qui révèle un état de sous-nutrition chronique, et près de la moitié de ces enfants sont affectés par la forme sévère de cette sous- nutrition. Près d'un enfant sur six (16 pour cent) est émacié, c'est-à-dire atteint de sous-nntriúon aiguë. Cette situation nutritionnelle des enfants, déjå très préoccupante au niveau national, est encore plus alarmante au niveau de certaines sous-populations : ainsi, le retard de croissance atteint 43 pour cent des enfants du département de Maradi et 38 pour cent des enfants des départements de Zinder/Diffa, et l'émaciation affecte 19 pour cent des enfants du département de Tillabéri et 18 pour cent des enfants du département de Maradi. Conséquence d'une situation sanitaire déficiente et d'un mauvais état nutritionnel, la mortalité des enfants nigériens est l 'une des plus élevée au monde. Sur mille enfants qui naissent, 123 décèdent avant le premier anniversaire et, sur mille enfants qui atteignent 1 an, 223 décèdent avant l'åge de 5 ans. Globalement, 1 enfant sur 3 al~cède entre la naissance et le cinquième anniversaire. Cette très forte mortalité qui semble n'avoir que peu évolué durant les quinze dernières années, présente, en outre, de fortes variations selon les caract~ristiques des mères. C'est ainsi qu'entre la naissance et le cinquième anniversaire, la mortalité est deux fois plus élevée en milieu rural (347 pour mille) qu'à Niamey (157 pour mille) et qu'elle varie de 208 pour mille pour les enfants dont la mère a fréquent~ l'école å 334 pour mille pour les enfants de mère sans instruction. Autre conséquence de cette situation sanitaire déficiente, les femmes courent un risque élevé de al~céder par cause matemelle. Pour la période 1979-1992, 39 pour cent des décès de femmes se produisant aux ãges de procréation sont imputables à des causes matemelles. Pour la même période, on estime que le taux de mortalité maternelle se situait entre 650 et 700 décès matemels pour 100 000 naissances : exprimé différemment, cela signifie qu'une femme court un risque de 1 sur 20 de décéder par cause maternelle durant sa vie féconde. xxiii NIGER ~ LIBYE X BURKINA FASO MALI I TAHOUA TILLABERI ~,Å~,~ / ~ ALGERIE MARADI NIGERIA AGADEZ ZINDER DIFFA TCHAD CHAPITRE 1 CARACTERISTIQUES DU PAYS ET METHODOLOGIE DE L'ENQUETE Ce premier chapitre a pour but de présenter les principales caractéristiques du Niger ainsi que la méthodologie de l'Enqu8te Démographique et de Santé au Niger (EDSN). Ces informations permettront sans aucun doute de mieux saisir le contexte dans lequel s'est déroulée I'EDSN et, ainsi, de mieux situer les résultats obtenus. 1.1 CARACTERIST IQUES DU PAYS Cette première partie s'articule autour des points suivants : organisation politico-administrative situation géographique situation socio-économique situation démographique politique de population. 1.1.1 Organisation politico-administrative A l'exemple d'autres pays africains, le Niger a été conquis par les Français. L'occupation coloniale ne fut effective sur l'ensemble du pays que vers le début du XIX ~~~ siècle. Le pays était d'abord désigné sous le nom du territoire militaire puis il devint une colonie à partir de 1922. Après le référendum sur la Communauté Franco-Africaine, la République du Niger fut proclamée le 18 décembre 1958. Deux ans après, le 3 aofit 1960, le Niger devenait indépendant et, le 8 octobre 1960, la constitution qui donnait au pays un régime de type présidentiel était adoptée. Après 31 ans de pouvoir monopartite, plusieurs partis politiques ont été créés et autorisés à exercer librement leurs activités sur le territoire nigérien. Depuis la réforme administrative du 5 novembre 1964, le Niger est subdivisé en départements, les départements en arrondissements et ces demiers en postes administratifs et/ou cantons/groupements. Le Niger compte sept départements administrés par des Préfets : Agadez, Diffa, Dosso, Maradi, Tahoua, Tillabéri et Zinder. Il faut noter également que le chef-lieu de département de Niamey a été transfér6 à Tillabéri en 1988 et que Niamey a été réorganisé par la création et l'installation de trois communes urbaines : l'ensemble de ces trois communes constitue la Communauté Urbaine de Niamey (CUN), qui est dirigée par un Préfet- Président. Les arrondissements, au nombre de 35, sont dirigés par des Sous-Préfets. A l'intérieur de certains arrondissements, des postes administratifs ont été créés. 1.1.2 Situation géographique Le Niger, avec une superficie de 1 267 000 km 2, est un pays continental situé au coeur de l'Afrique de l'Ouest I1 s'étend, entre les 11 «m~ et 23 ~~ degrés de latitude nord et entre le Méridien de Greenwich et 16 ème degré de longitude est. Le Niger est limité au nord par l'Algérie et la Libye, à l'est par le Tchad, au sud par le Nigéria et le Bénin, à l'ouest par le Burkina-Faso et au nord-ouest par le Mali. Du point de vue climatique, le Niger est caractérisé par un climat tropical de type soudanien qui alterne entre deux saisons, une longue saison sèche d'octobre à mai et une courte saison de pluies de mai à septembre. Les températures moyennes les plus élevées sont enregistrées entre mars et avril oia elles dépassent les 40°C, tandis que les plus basses le sont de décembre à février où elles peuvent descendre en-dessous 10*C. Le territoire est partagé en trois zones climatiques au nord une immense zone saharienne, couvrant les 3/5 du pays, peuplée essentiellement de nomades et renfermant les principaux minerais exploit~s; au centre une zone sahélienne qui reçoit des précipitations moyennes de 200 à 300 mm d'eau par an; au sud une zone soudanienne; c'est la partie la plus arrosée du pays avec des hauteurs moyennes de pluie de 300 à 650 mm par an. Zone å vocation agricole, elle est caractérisée par une végétation de savane et elle est consacrée à des cultures de mil, de sorgho, de mat's et d'arachides. Le relief nigérien est peu contrasté. Au nord-est, les hauts plateaux (800 ~t 1 000 m d'altitude) sont bordés d'escarpements qui en rendent l'accès difficile. A l'ouest et au sud se trouvent de bas plateaux (200 à 500 m d'altitude), tandis qu'au nord du 17 ~m° parallèle s'étend le massif de l 'Aïr bordé, à l'ouest et au sud, par une dépmssion périphérique. Le Niger ne possède qu'un seul cours d'eau permanent, le fleuve Niger, qui traverse le pays sur une longueur d'environ 500 km dans sa partie ouest. On trouve aussi quelques lacs permanents dont le principal, le Lac Tchad, est situé à la pointe sud-est du pays et plusieurs rivières semi-permanentes dont les affluents de la rive droite du Niger à l'ouest et la Komadougou Yobé au sud-est. 1.1.3 Situation socio-économique Le Niger, å l'instar des autres pays en voie de développement et, en particulier, de ceux du sahel, se trouve confronté aujourd'hui à de graves difficultés qui entravent son développement économique et social du fait de l'environnement économique international défavorable, caractérisé par la détérioration des termes de l'~change qui s'ajoute aux contraintes naturelles telles que la sécheresse. L'économie nigérienne repose essentiellement sur l'agriculture. En 1988, la valeur ajoutée agricole représentait en effet près du quart du Produit Intérieur Brut (PIB) réel aux prix de marché. En 1991, le PIB par t~te était estimé à 82 000 Francs CFA (soit environ 328 $ US). 1 Selon le Recensement Général de la Population (RGP) de 1988, la population active représentait 53 pour cent de la population potentiellement active (10 ans et plus). La population nigérienne est, dans son ensemble, rurale à 85 pour cent; il en est de m~me pour la population active (87 pour cent). Toujours selon le RGP de 1988, le taux brut de scolarisation z était de 24 pour cent, ce taux étant nettement plus faible chez les filles (18 pour cent) que chez les garçons (28 pour cent). Par ailleurs, on constate toujours de fortes inégalités entre les milieux urbain et rural. Le taux brut d'alphabétisation (toute langue confondue) était de 13 pour cent en 1988 (9 pour cent pour le français et 4 pour cent pour les langues nationales). 1 1 $ US vaut environ 250 Francs CFA. 2 Rapport de la population scolarisée dans le primaire à la population des 7-12 ans. 2 En matière de santé, selon le Ministère de la Santé Publique (MSP), le pays comptait en 1990-91 : 1 médecin pour 50 000 habitants; 17 sages-femmes pour 100 000 femmes en tige de procréer (15-45 ans); 3 h6pitaux nationaux et 5 hEpitaux régionaux; 2 419 lits d'hospitalisation et 826 lits de m atemité. 1.1.4 Situation démographique Avant l' indépendance, aucune opération de collecte de données démographiques, au plan national, n'avait étE rEalisée au Niger. Les informations démographiques disponibles provenaient essentiellement des recensements administratifs et de l'état civil, données incomplètes et peu fiables. Dès le lendemain de l'indépendance, deux enquêtes démographiques ont été r6alisEes: l 'une en zone sédentaire (1959-60) et l 'autre en zone pastorale (1963-1964). Pendant cette même période, d'autres enquêtes socio-économiques (enquête agricole et enquête budget-consommation) ont ~té réalisées. En 1977, le Niger a réalisé son premier Recensement Général de la Population (RGP) qui a constitue la principale source de données sur l'état et la structure de la population nigErienne jusqu'en 1988. En effet, en 1988, le Niger réalisait son deuxième Recensement Général de la Population (RGP). En outre, en 1986, une Enquête sur la Mortalité Infantile et JuvEnile (EMIJ) était exécutée au niveau national. L'état civil, en révision depuis 1985, se développe lentement, mais son utilisation statistique reste toujours limitée parce que, d'une part, deux événements seulement (naissances et décès) sont enregistrés et que, d'autre part, le taux d'enregistrement de ces événements reste relativement faible (estimé à 60 pour cent pour les naissances et 40 pour cent pour les décès). Le Tableau 1.1 fait ressortir les principaux indicateurs démographiques tels qu'ils ont et~ évalués en 1959-60 (DSCN, 1960), 1977 (BCR, 1978)et 1988 (BCR, 1992). Tableau 1.1 Indicateurs démographiques de base Indicateurs 1959-60 a 1977 1988 Population totale 2 876 000 5 102 990 a 7 251 626 Taux brut de natalité (p. 1 000) 50-55 54 b 52 a Indice Synthétique de Fécondité 6,1 - 7.1 a Taux brut de mortalité (p. 1 000) 27 22 b 20 a Taux de mortalité infantile (p. 1 000) 200-250 187 b 138-158 a Espérance de vie (e o, en années) 37 41 b 47 a (-) Données non disponibles aDormées ajustées bEstimations Sources: 1959-60: Enqu~.te démographique du Niger (DSCN, 1960) 1977: Recensement Général de la Population (BCR, 1978) 1988: Recensement GénéTal de la Population (BCR, 1992) La population nigérienne est caractérisée par une croissance très rapide : elle est ainsi passée de 2 876 000 habitants en 1960 à 7 251 626 en 1988 (voir Graphique 1.1). Le taux de croissance de la population, estimé å 2,5 pour cent en 1960, était estimé à 3,3 pour cent en 1988. A ce rythme la population du Niger doublerait tous les 21 ans, si la tendance actuelle se maintenait. Cette croissance rapide de la population du Niger est le résultat d'une fécondité qui est restée à un niveau très élevé depuis l'indépendance. L'Indice Synthétique de Fécondité (ISF) se situe toujours autour de 7 enfants par femme; quant au taux brut de natalité, un des plus élevé au monde, il est demeuré å un niveau approximatif de 52 pour mille. A l'opposé, le taux brut de mortalité aurait enregistré une baisse depuis l'Indépendance, passant de 27 pour mille en 1960 à 20 pour mille en 1988. En outre, la population se caractérise par sa jeunesse : selon le RGP de 1988, 49 pour cent des habitants ont moins de 15 ans. Graphique 1.1 Evolution de la population Niger, 1960-2000 Populatton (mtlllons) 12 10 8 6 4 2 9 1960 1979 1980 19g0 2000 Année Sources (a) Enqugte Démographlque au Niger 1959 60, (b) RGP de 1977 (c) RGP de 1988, (03 Prolectton basee sur Le RGP de 1988 De par sa superficie (1 267 000 km2), le Niger est le pays le plus vaste d'Afrique de l'Ouest après le Tchad. L'une des caractéristiques majeures du pays est l'in~gale répartition de sa population. Sa densité qui est parmi les plus faibles d'Afrique de l'Ouest est de 5,7 habitants au km 2. Mais il faut souligner que cette densité ne rend pas réellement compte de la distribution spatiale de la population. En effet, le département d'Agadez couvrant à lui seul plus de la moitié de la superficie du pays (53 pour cent) n'abrite que 3 pour cent de la population avec une densité de 0,3 habitants au km 2, tandis que le département de Tillab~ri (y compris la Communauté Urbaine de Niamey), sept fois moins étendu que le département d'Agadez, abrite dix fois plus d'habitants que celui-ci. La croissance de la population urbaine au Niger s'est accélérée de manière importante pendant ces trente demières années. En 1960, environ 5 pour cent de la population nigérienne vivait dans les zones urbaines. Cette proportion est passée á 13 pour cent en 1977 pour atteindre 15 pour cent en 1988. 1.1.5 Politique de population Le Niger a officiellement défini une politique en matière de population. Celle-ci a été adoptée par le Gouvernement le 20 février 1992 et par le Haut Conseil de la République (HCR) le 10 juin 1992. Pour sa mise en oeuvre, un Comité Technique National sur la Population (CTNP) est en train d'élaborer le premier programme d'actions et d'investissements prioritaires. L'élaboration de cette politique de population est la manifestation de la volonté du Niger de traduire par des actes concrets et cohérents, les engagements pris par l'Etat au niveau national, régional et intemational, sur les questions de population et de développement. Au Niger, la politique de population fait partie intégrante de la politique de développement économique et social. Ainsi, son but essentiel est d'améliorer la qualité et le niveau de vie de la population. Dans le cadre de cette politique de population, plusieurs objectifs ont été définis : améliorer l'état sanitaire et nutritionnel de la population et réduire les niveaux de morbidité et de mortalité; améliorer le cadre de vie des populations; améliorer la rentabilité du système éducatif; améliorer la situation des couches sociales les plus vuhaérables, en particulier, celle des femmes, des jeunes et des couches les plus défavorisées; améliorer la collecte des données et la recherche en matière de population. Il faut préciser aussi qu'à partir de ces objectifs globaux, des objectifs spécifiques et des stratégies permettant d'atteindre ces objectifs ont été dégagés. 1.2 METHODOLOGIE DE L 'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE AU NIGER 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs Le travail de collecte des données sur le terrain de I'EDSN a ét~ réalisé entre mars et juin 1992 par la Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux (DSCN) en collaboration avec les Directions techniques du Ministère de la Santé Publique et du Ministère du Développement Social, de la Population et de la Promotion de la Femme, avec l'assistance technique de Macro International, Inc. Cette enquête, qui entre dans le cadre du programme intemational des Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS)(ou Demographic and Health Surveys - DHS), a bénéficié d'un financement de l 'Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID). Le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ont également foumi une assistance matérielle et financière. Conformément au programme international des EDS, I'EDSN vise les objectifs suivants : l. 2. 3. recueillir, à l'échelle nationale, les données permettant de calculer des taux démographiques et plus particulièrement les taux de fécondité et de mortalité infantile; analyser les facteurs directs et indirects qui déterminent le niveau et les tendances de la fécondité; analyser les facteurs directs et indioects qui déterminent le niveau et les tendances de la mortalité; 4, 5. 6. 7. mesurer les taux de connaissance et de pratique contraceptive par méthode, par milieu d'habitat et selon les secteurs de distribution de la contraception; recueillir des données de qualité sur la santé familiale; pour les enfants de moins de 5 ans : vaccination contre les 6 maladies du Programme Elargi de Vaccination (PEV), prévalence et traitement de la diarrhée et d'autres maladies, mortalité infantile et juvénile; pour les femmes en fige de procréation : visites prénatales, assistance à l'accouchement et allaitement au sein; mesurer l'état nutritionnel des mères et des enfants de moins de cinq ans (mesures anthropométriques : taille et poids); développer au niveau du pays les capacités et les ressources nécessaires å la réalisation périodique d'enquêtes démographiques et de santé. 1.2.2 Personnel et calendrier des activités de I'EDSN Pour assurer une bonne réalisation des objectifs assignés å I'EDSN, une Direction Nationale a été mise en place sous l'autorité d'un Directeur National. Le Directeur National était assisté par un Directeur Technique qui s'occupait de toutes les questions techniques; il encadrait les superviseurs ainsi que le personnel d'enquête; il assurait aussi la coordination générale des travaux informatiques. D'autre part, des consultants nationaux ont effectué la traduction des qucstionnaires dans les deux principales langues nationales (le haoussa et le djerma) ainsi que la formation du personnel de terrain dans ces deux langues, Enfin il faut préciser que ce travail de l'équipe de I'EDSN a ~té complété par une assistance technique internationale dans plusieurs domaines (sondage, conception des questionnaires, formation du personnel d'enquête, traitement et analyse des données). Le recrutement et la formation du personnel de terrain se sont effectués en trois étapes, le dénombrement, le pré-test et l'enquête principale. Pour le dénombrement, compte tenu de la complexité de l'op~ration, 19 agents ont été recrutés parmi les agents de la DSCN et parmi les contractuels ayant déjà effectué la cartographie du RGP de 1988. Pour le pré-test, 20 agents dont 16 des différents départements du pays et 4 de la DSCN ont ~té retenus pour suivre une formation de 21 jours. La formation en langues traditionnelles a été assurée par des spécialistes du Centre de Formation des Cadres de l'Alphabétisation (CFCA). Pour les travaux de terrain du pré-test, deux zones d'enquêtes ont été retenues : le quartier Boukoki IV (Communauté Urbaine de Niamey) pour le milieu urbain et les villages de Saguia, Diamoyé, Kollo haoussa et Kollo djerma pour le milieu rural. D'une manière générale, le pré-test a permis d'identifier plusieurs problèmes concernant la formulation de certaines questions, la présentation des questiormaires et la traduction en langues traditionnelles. En ce qui concerne l'enquête principale, le recmtement s'est effectué de la manière suivante: les membres de l'équipe technique de I'EDSN, sélectionnés au niveau de la DSCN, ont assuré la supervision des activités de terrain. Il faut préciser que l'équipe technique était composée d'un épidémiologiste du Ministère de la Santé Publique, d'une sociologue du Ministère du Développement Social, de la Population et de la Promotion de la Femme, de statisticiens et démographes de la DSCN et d'une démographe consultante; les chefs d'équipe et les contrOleuses (16 au total) ont 6té sélectionnés parmi les cadres des régions ayant effectué le pré-test; 6 les enqu~ttices (au nombre de 33) ont ét~ s61ectionné, es au niveau de la Communauté Urbaine de Niamey, après la formation et d'après leurs résultats aux différents tests d'aptitude. La formation qui a duré quatre semaines consistait, d'une part, en des exposés théoriques concernant les techniques d'enregistoement des informations et d'interview et, d'antre part, en des exercices sur la façon de remplir les questionnaires. Les cours étaient donnés en français et, par la suite, des compléments de formation ont été donnés en haoussa et djerma par des cadres de l'alphabétisation. En outre, des cadres du Ministère de la Santé sont intervenus durant la formation pour donner aux enquétrices des informations sur le planning familial et la santé de la mère et des enfants. Après cette formation théorique, une formation sur le terrain s'est déroulée dans trois centres de Protection Maternelle et Infantile (PMI) de Niamey pour que les enqu~trices pratiquent la prise des mesures anthropométriques. L'organigramme, la liste du personnel et le calendrier de I'EDSN sont donnés aux Annexes A et B. 1.2.3 Echantillonnage Pour les besoins de I'EDSN, l'échantillon-cible était de 6 000 femmes en åge de procréer (15 ã 49 ans). L'échantillon est stratifié, pondér6 et représentaUf au niveau national, au niveau des milieux de résidence et des régions de résidence: L'échantillon a été sélectionné de la manière suivante : au premier degré, 235 grappes, constituant les unités primaires de sondage, ont été tir~es à partir des 4 479 Zones de Dénombrement (ZD) du RGP de 1988, de façon systématique à l'intétieur de chaque strate (Niamey, les "autres villes" et le rural), avec une probabilité proportionnelle å la taille de la ZD, à savoir le nombre de ménages de la ZD; au deuxième degré, un échantillon de ménages a été sélectionné å partir de la liste de ménages établie lors de l'opération de dénombrement de chacune des 235 grappes sélectionnées. Toutes les 235 grappes sélectionnées ont pu être enquêtées au cours de I'EDSN, le nombre de ménages sélectionnés dans chaque grappe variant de 10 å 45. Au total, 5 819 ménages ont ét6 sélectionnés et, parmi eux, 5 500 ménages ont ét~ identifiés au moment de l'enquSte. Parmi ces 5 500 ménages, 5 242 ont pu ~tre enqu~tés avec succès, soit un taux de r6pense de 95 pour cent comme l'indique le Tableau 1.2. Dans les 5 242 ménages enquétés, 6 750 femmes ont été identifiées comme étant éligibles pour l'enqu8te individuelle, et un sous-échantillon de 1 843 matis de femmes éligibles a ~té sélectionné pour renqu&e mari (Tableau 1.2). Parmi les femmes éligibles, 6 503 ont été enquêtées avec succès, soit un taux de réponse de 96 pour cent. Parmi les 1 843 maris éligibles, 1 570 ont ét~ enquêtés avec succès, soit un taux de réponse de 85 pour cent. 3 Dans la suite de ce rapport, les résultats seront pr6sentés par département, sauf pour les départements de Tahoua, d'Agadez, de Diffa et de Zinder qui ont été regroupés de la façon suivante: Tahoua/Agadez et Zinder/Diffa. Ces regroupements ont 6té effectués pour pouvoir disposer de résultats statistiquement représentatifs. Tableau 1.2 Taille et couverture de l'échantillon Effectifs des ménages, des femmes et des maris sélectionnés, identifiés et enquétés, et taux de réponse selon le milieu de résidence, EDS Niger 1992 Résidence Autres Ensemble Enqu&e Niamey villes urbain Rural Ensemble Enquête ménage Nombre de logements sélectionnés 1094 Nombre de ménages identifiés 1023 Nombre de ménages enquétés 978 1167 2261 3558 5819 1102 2125 3375 5500 1060 2038 3204 5242 Taux de réponse 95,6 96,2 95,9 94,9 95,3 Enquéte individuelle femme Nombre de femmes éligibles 1392 Nombre de femmes enqu6tées 1347 1401 2793 3957 6750 1349 2696 3807 6503 Taux de réponse 96,8 96,3 96,5 96,2 96,3 Enquête Individuelle mari Nombre de maris éligibles Nombre de maris enquétés 315 360 675 1168 1843 246 289 535 1035 1570 Taux de réponse 78,1 80,3 79,3 88,6 85,2 1.2.4 Questionnaires L'EDSN a utilise quatre types de questionnaires : un questionnaire ménage un questionnaire individuel femme un questionnaire individuel mari un questionnaire communautaire. Les questionnaires individuels ont été traduits dans les deux principales langues du pays, le haoussa et le djerma. Le questionnaire ménage permet d'établir la liste de tous les membres du ménage et des visiteurs et de collecter, à leur sujet un certain nombre d'informations telles que le sexe, l'åge, l'état matrimonial, le niveau d'instruction. En outre, parle biais du questionnaire ménage, sont collectées quelques caractéristiques des logements devant servir à évaluer les conditions socio-économiques et environnementales dans lesquelles vivent les femmes qui seront enquêtées individuellement. Cependant, l'objectif principal de ce questionnaire est de permettre l'identification des femmes éligibles et, évemuellement, de leur mari; le questionnaire ménage fournit également les informations permettant d'établir le dénominateurpourle calcul des taux démographiques (natalité, mortalité, fécondité). Le questionnaire individuel femme qui constitue le coeur de I'EDSN a été élaboré sur la base du questionnaire Modèle B de DHS (questionnaire pour les pays à faible prévalence contraceptive). Il comprend également une page de couverture, similaire à celle du questionnaire ménage, sur laque/le sont euregistrées les informations d'identification et les résultats des ioterviews. Avec les neufs sections qui le composent, il sert à recueillir des informations sur les thèmes suivants : Caractéristiques socio-démographiques : cette section comprend trente questions qui portent sur le lieu de résidence, l'åge, la scolarisation, l'alphabétisation, la nationalité et la religion. Reproduction : cette deuxième section qui comprend vingt-huit questions permet de collecter des informations au sujet des naissances que la femme a eues durant sa vie (enfants nés vivant, enfants décédés), au sujet de l 'étatde grossesse au moment de l'enquete, des date et durée de menstruation, de l'ãge de la femme aux premières règles et de la connaissance de la période féconde dans le cycle menstruel. Connaissance et utilisation de la contraception : trente-neuf questions composent cette section qui permet de recueillir des informations sur la connaissance et l'utilisation des diverses méthodes contraceptives. Grossesse et allaltement, vaccination et santé des enfants : deux sous-parties composent cette section : la première qui comporte quarante questions permet d'obtenir des informations concernant la période de la grossesse, les soins prénatals, le lieu d'accouchement et la qualification de la personne ayant assisté la femme, le retour des règles et la reprise des rapports sexuels après la naissance du nouveau-n~. Concernant l'aUaitement, les questions portent sur sa fréquence et sa durée, sur le type d'allaitement (maternel ou artificiel), ainsi que sur l'utilisation des différents compléments nutritionnels. La deuxième sous-partie, de cinquante-deux questions, porte sur la vaccination et la santé des enfants. Il s'agit de la fréquence et du traitement de la fièvre, de la toux et de la diarrhée chez les enfants de moins de cinq ans. Nuptialité : cette section comporte dix-sept questions qui permettent de saisir l'état matrimonial de la femme, la cohabitation avec le mari lorsqu'elle est mariée, le régime de mariage et l'activité sexuelle. Pr~férences en matière de fécondité : cette section recueille des informations sur le désir d'enfants supplémentaires, l'intervalle préfér6 et idéal entre les naissances, et 1'attitude du mari concernant la taille de la famille. Caractéristiques du conjoint et activité économique de la femme : à ce niveau, seize questions ont été posées afin de connaRre les caractéristiques socio-professionnelles du conjoint des femmes en union et l'activité professionnelle de ces femmes. Mortalité maternelle : cette section vise à obtenir des informations sur les décès provoqués parles grossesses et/ou les accouchements. On pose des questions concernant tous les frères et soeurs de la femme enqu~tée. Etat nutritionnel des mères et des enfants de moins de 5 ans : cette section est réservée aux mesures anthropométriques des femmes enquêtées et de leurs enfants ågés de moins de cinq ans. Le questionnaire mari qui est une forme simplifiée du questionnaire individuel femme permet de collecter des informations sur la connaissance et l'utilisation de la contraception, et sur les opinions des maris en matière de fécondité, de taille de la famille et de planification familiale. Le questionnaire communautaire a pour objectif de recueillir quelques informations sur les infrastructures socio-économiques et sanitaires disponibles pour les 235 grappes sélectionnées. 1.2.5 Collecte des données Après une formation de quatre semaines environ, huit équipes composées de quatre enquêtrices, une contréleuse, un chef d'équipe et un chauffeur ont visité les 235 zones de dénombrement sélectionnées pour réaliser l'enquête principale. Au total, il a fallu près de quatre mois aux équipes (du 4 mars au 30 juin 1992) pour mener à bien cette tåche. Dans le cadre du suivi des travaux sur le terrain, des missions de supervision ont été organisées régulièrement. Ces missions avaient pour but d'apprécier les conditions de travail de chaque équipe, de contr61er la qualité du travail, de résoudre les problèmes éventuels rencontrés par les équipes, de contréler les moyens mis à leur disposition, de les ravitailler en matériel et de ramener à Niamey les questionnaires des grappes enquêtées. 1.2.6 Exploitation des données L'exploitation des données de I'EDSN s'est déroulée en quatre étapes : a) Vérification : la vérification consistait en un contréle d'exhaustivité de l'échantillon par rapport aux fiches de terrain et en un contr61e sommaire de la cohérence des données. Ce travail, exécuté par quatre agents de vérification sous l'autorité d'un superviseur, a commencé trois semaines après le début de la collecte et a été mené parallèlement aux travaux de terrain. Cette vérification a permis d'améliorer la qualité des données recueillies. b) Saisie~édition des données : l'ensemble des opérations de saisie et d'apurement des données, ainsi que la tabulation ont été réalisées à la DSCN, sur micro-ordinateurs au moyen du logiciel ISSA (Integrated System for Survey Analysis) développé par Macro International Inc. La saisie a été effectuée par six agents de saisie. Ces agents ont été formés en même temps que les enquêtrices avant de suivre leur propre formation sur micro-ordinateurs. A la suite de la saisie, les membres de l'équipe technique ont procédé à l'édition des données, à savoir la vérification de la cohérence inteme des réponses contenues dans les qucstionnaires. Pour apprécier la qualité des données et réduira le taux d'erreurs lors de la saisie, une double saisie était prévue par un autre agent. Cette double saisie a concemé dix pour cent des grappes. c) Apurement:après•asaisieet•••diti•ndesd•nn•esd•unegrappe•unpr•grammedec•ntr6•e•tait exécuté pour vérifier la cohérence interne des réponses. A ce stade tous les fichiers de grappes sont fusionnés en un seul et unique fichier. b) Tabulation : il s'agit du développement et de l'exploitation des programmes destinés à fournir les tableaux de base nécessaires à l'élaboration du rapport préliminaire et du rapport final. L'ensemble des opérations de contréle et de nettoyage de fichier ainsi que la fabulation des données ont été réalisées au moyen du logiciel ISSA. 10 CHAPITRE 2 CARACTERISTIQUES DES MENAGES ET DES ENQUETEES Ce chapitre est consacré å l'analyse des principales caractæristiques des personnes enregistr6es dans le questionnaire ménage et à l'analyse des caraetéristiques de base des femmes ayant fait l'objet d'une enquête individuelle. Ainsi, il comporte deux grandes parties : une première partie qui examine les résultats de l'enquête ménage, notamment les principales caractéristiques démographiques (structure de la population et composition des ménages) et socio-économiques (caractéristiques de leur habitat et des biens qu'elles possèdent) des populations enquêtées; une deuxième partie qui porte sur l'enquête individuelle et qui est consacrée notamment aux caractéristiques démographiques et socio-culturelles des femmes enquêtêes : il s'agit de l'åge, de l'état matrimonial, du niveau d'instruction, du milieu et de la r6gion de résidence, de la religion et de la nationalité. 2.1 ENQUETE MENAGE L'enquête ménage a porté sur un échantillon de 5 242 ménages interviewés avec succès. Les données obtenues permettent de disposer de résultats sur la structure de la population, la composition des ménages, les caractéristiques de leur habitat ainsi que des biens qu'ils possèdent. Nous examinerons d'abord les caractéristiques de la population des ménages enquêtês. 2.1.1 Caractéristiques dela population des ménages En examinant le Tableau 2.1 présentant la structure de la population des ménages par åge et sexe, selon le milieu de résidence, on constate que 31 627 personnes ont été dénombrées dans le cadre de l'enquête ménage. Les femmes représentent 51,6 pour cent et les hommes 48,4 pour cent, ce qui est assez voisin des proportions trouvées au RGP de 1988 (respectivement 50,4 et 49,6 pour cent). Du point de vue du milieu de résidence, il apparatt que 82 pour cent des personnes enquêtées résident en milieu rural contre 18 pour cent en milieu urbain : au RGP de 1988, ces proportions étaient respectivement de 85 et 15 pour cent. Au Tableau 2.2 figure la répartition de la population par grand groupe d'~tges selon I'EDSN et le RGP de 1988. A la lecture de ce tableau, il apparatt que la populaUon nigérienne est extrêmement jeune, puisque les moins de 15 ans représentent près de la moitié de la population totale. Le fait que les répartitions en grand groupe d'åges soit presque identique à I'EDSN et au RGP de 1988 témoigne de la bonne représentativité de l'échantillon de L'EDSN. L'examen de la pyramide des ages (Graphique 2.1) et de la courbe du rapport de masculinité selon l'åge (Graphique 2.2) permettent d'appr6eier la structure par åge et sexe de la population enquêtée : la base de la pyramide, très large, et la décroissance rapide des effectifs avec l'augmentation en åge sont caractéristiques d'une population très jeune å forte fécondité. une dissymétrie de la pyramide, qui se traduit par un déséquilibre de la courbe du rapport de masculinité, est observée en faveur du sexe masculin pour les groupes d'åges 0-4 ans, 40-49 ans et 60 ans et plus. Ces irrégularités s'expliquent, en partie, par une moins bonne déclaration des ~ges des femmes par rapport aux hommes et par le phénomène d'attraction 11 des figes ronds. En particulier, le déficit de femmes constaté à 45-49 ans est dfl à un transfert (volontaire ou non) des ãges vers le groupe d'ages 50-54 ans. Par contre, le "creux" constaté en faveur du sexe féminin entre 15 et 40 ans s'explique en grande partie par la migration importante des hommes vers les pays voisins. Tableau 2.1 Population des ménages par åge et sexe Répartition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'åges quinquennal, selon le milieu de résidence et le sexe, EDS Niger 1992 Urbain Rural Total Groupe d'li$~ Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble OM. 18,2 17,7 18,0 21.4 17.5 19,4 20.8 17,6 19,1 5-9 16,2 160 16.4 18.1 17,1 17,6 17,8 17,0 17,4 10-14 13,8 14,4 14,1 13,1 12,7 12,9 13,2 13,0 13,1 15-19 10,9 10,0 10,4 8,4 8,7 8,5 8,9 8,9 8,9 20-24 8,4 8,3 8,4 5,1 7,3 6,2 5,7 7,5 6,6 25-29 7,2 7,9 7,5 5,4 8,4 7,0 5,7 8,3 7,1 30-34 6,3 6,5 6,4 4,8 6,2 5,5 5,1 6,2 5,7 35-39 4,4 4,9 4,7 4,1 4,8 4,5 4,2 4,9 4,5 40-44 3,6 3,2 3,4 4,0 3,5 3,7 3,9 3,5 3,7 4549 2,9 2,i 2,5 3,2 2,3 2,7 3,1 2,2 2,7 50-54 2,2 2,6 2,4 3,0 3,7 3.4 2,8 3,5 3,2 55-59 1.7 1,5 1,6 2,1 2,2 2,2 2.1 2.1 2,1 60-64 1,5 1,6 1,5 2,5 2,1 2,3 2.3 2.0 2,2 65-69 0,6 0,8 0,7 1,3 1,2 1,2 1,2 1,1 1,1 70-74 0,5 0,7 0,6 1,4 1,0 1,2 1,2 1,0 1,1 75-79 0,3 0,3 0,3 0,7 0,4 0,6 0,6 0,4 0,5 80ou+ 0,5 0,9 0,7 1,2 0,8 1,0 1,1 0,8 0,9 Non déterminé/NS P 0,8 0,0 0,4 0,2 0,0 0,1 0,3 0,0 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100.0 100,0 Effectif 2755 2800 5555 12555 13517 26072 15310 16317 31627 Tableau 2.2 Population par åge selon différentes sources RéparUtion (en %) de la population par åge, RGP 1988 et EDS Niger 1992 RGP EDSN Groupe d'åges 1988 1992 <15 ans 49,5 49,6 15-64 47,4 46,6 65 ou + 3,1 3,7 ND 0,2 Total 100,0 100,0 Age médian 15,1 Source: 1988: Recensement Général de la Population (BCR, 1992) 12 Ages 80+ 75-7§ 70-74 60-64 50-54 40-44 35-3g 30 34 25-2g 20-24 15-1g 10-14 5-9 0-4 12 Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population Niger, 1992 Sexe ~ Sexe Mascultn ~ Fémqnn 10 8 6 4 2 0 2 4 6 8 10 12 Pourcentage EDSN 1992 160 140 120 1 O0 80 60 40 20 0 Graphique 2.2 Rapport de masculinité par âge Niger, 1992 Hommes/100 Femmes i ~ i i i i i i i i i i i i i i ~ i i i i i i ~ i ~ i i p ~ i i 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 Age EDSN 1992 13 D'après le Tableau 2.3, dans leur grande majorité, les chefs de ménage sont des hommes (91 pour cent); au RGP de 1988, cette proportion était de 90 pour cent. Par ailleurs, il convient de souligner que la proportion de ménages ayant å leur t~te des femmes est beaucoup plus importante en milieu urbain (16 pour cent) qu'en milieu rural (8 pour cent). Tableau 2.3 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, taille de ménage, lien de parenté avec le chef de ménage, selon le milieu de résidence, EDS Niger 1992 Autres Ensemble Caractéristique Niamey villes urbain Rural Ensemble Chef de ménage Homme 86,4 83,5 84,5 92,1 90,8 Femme 13,6 16,5 15,5 7,9 9,2 Nombre de membres habltuels <l 0,2 0,5 0,4 0,0 0,1 1 9,8 8,2 8,8 3,8 4,6 2 9,2 8,6 8,9 8,9 8,9 3 10,4 13,7 12,5 13,2 13,1 4 11,8 9,9 10,6 13,0 12,6 5 10,1 11,5 11,0 13,4 13,0 6 10,8 9,4 9,9 12,3 11,9 7 7,1 8,5 8,1 8,4 8,3 8 6,0 6,8 6,5 7,4 7,3 9 ou + 24,6 22,7 23,4 19,5 20,1 Taille moyenne 6,4 6,2 6,3 6,1 6,1 Lien de parenté (membres habltuels) Un adulte - Homme 8,3 4,7 6,0 2,8 3,3 - Femme 4,1 8,2 6,8 4,4 4,8 Deux adultes de sexe opposé 29,4 32,6 31,5 40,3 38,8 Deux adultes de même sexe 4,4 3,5 3,8 1,5 1,9 Trois adultes ou plus 37,4 40,9 39,7 48,9 47,4 Autres 16,1 9,5 11,8 2,0 3,6 Pourcentage de ménages avec des enfants sans leurs parents 24,8 24,2 24,4 25,3 25,2 La majorité des ménages (51 pour cent) comprennent entre trois et six membres. Par ailleurs, les ménages de grande taille (9 personnes et plus) sont également très nombreux puisqu'ils représentent le cinquième des ménages enquEtés (20 pour cent); en 1988, le même phénomène avait été observé, 23 pour cent des ménages comptaient neuf personnes et plus. Le système socio-culturel en vigueur au Niger, où le ménage correspond souvent à la famille élargie, pourrait expliquer ce phénomène. La taille moyenne des ménages s'établit à 6,1 personnes. Dans l'ensemble, la taille moyenne en milieu urbain (6,3) est légèrement plus élevée que celle des ménages du milieu rural (6,1). Le Tableau 2.3 foumit également la répartition des ménages selon leur structure, définie ~ partir du nombre, du sexe et des liens de parenté ou relations des membres adultes qui le composent. Sont considérés ici comme adultes toutes les personnes de 15 ans et plus. On constate que les ménages composés de trois adultes ou plus sont majoritaires (47 pour cent) : ce type de ménage est plus fréquent en milieu rural (49 pour 14 cent) qu'à Niamey (37 pour cent) et que dans les "autres villes ''~ (41 pour cent). Un autre fait marquant est qu'une proportion non négligeable de ménages (8 pour cent) ne comprend qu'un seul adulte, le plus souvent de sexe féminin (5 pour cent). La proportion de ménages ne comprenant qu'un seul adulte de sexe féminin est particulièrement importante dans les "autres villes" où elle atteint 8 pour cent. Ce phénomène est peut-être å relier å la migration masculine, les femmes restant seules dans le ménage lorsque le mari migre. Le Tableau 2.3 foumit enfin la proportion des ménages ayant un ou plusieurs enfants de moins de 15 ans vivant sans mère ni père biologiques. Un quart des ménages compte un ou plusieurs de ces enfants, soit adoptés, soit conflês ou placés en nourrice, soit encore domestiques. Cette très forte proportion est à souligner du fait de l' impact que ces situations peuvent avoir sur l'état de santé et l'état nutritionnel des enfants : on peut en effet supposer que dans de très nombreux cas, surtout dans les familles de taille importante et aux ressources limitées, l'attention portée et les moyens consacrés à cette catégorie d'enfants sont généralement plus limités que pour ses propres enfants. Dans le cadre de l'enquête ménage, on a collecté des données sur le niveau d'instruction atteint et la demière classe achevée å ce niveau par chaque membre du ménage ågé de 6 ans et plus. Lors de l'enquête, on a distingué trois niveaux d'instruction : le primaire, le secondaire et le supérieur. Au Niger, lqtge d'entrée dans le primaire est, en principe, de sept ans, et les études durent six ans. L'entrée dans le secondaire a lieu, en théorie, à treize ans et les études à ce niveau durent sept ans, pour se terminer par le baccalauréat. Les Tableaux 2.4.1 et 2.4.2 ci-dessous présentent ces résultats pour les personnes ågées de 6 ans et plus. Au niveau de l'ensemble, tous ages confondus å partir de 6 ans, 80 pour cent des hommes et 89 pour cent des femmes n'ont aucun niveau d'instruction. Les proportions des personnes sans niveau d'instruction diminuent avec l'~lge pour atteindre leur minimum à 10-14 ans chez les hommes (65 pour cent) et à 15-19 ans pour les femmes (80 pour cent); corrélativement on assiste ~ une augmentation avec l'åge des proportions des personnes ayant atteint les différents niveaux d'instruction. Chez les hommes comme chez les femmes, c'est à 10-14 ans que la proportion de ceux ayant atteint le niveau primaire est la plus importante, respectivement 32 et 16 pour cent. La proportion la plus élevée pour le niveau secondaire (1 ~ et 2 nd cycles confondus) se situe à 20-24 ans pour les hommes (13 pour cent) et à 15-19 ans pour les femmes (5 pour cent). Le niveau supérieur reste très marginal puisque le maximum n'est que de 1 pour cent chez les hommes à 25 - 29 ans. Au-delå de 19 ans, les proportions des personnes sans niveau d'instruction croissent de façon continue pour atteindre 95 à 99 pour cent à partir de 45 ans, chez les hommes, et de 35 ans chez les femmes. Ces variations rendent compte de l'évolution de l'instruction dans le temps : la généralisation de l'instruction est un phénomène très récent et plus les générations en cause sont anciennes, et donc plus leur åge actuel est élevé, plus les proportions des personnes sans niveau d'instruction sont importantes. Le niveau d'instruction atteint varie de façon importante selon le milieu de résidence. C'est dans le milieu rural que les proportions de personnes sans niveau d'instruction sont les plus élevées (86 pour cent pour les hommes et 94 pour cent pour les femmes). A Niamey, ces proportions chutent h des niveaux moyens : 43 pour cent des hommes et 53 pour cent des femmes n'ont jamais accédé au système éducatif. Du point de vue tégional, 2 les proportions de personnes sans niveau d'instruction ne présentent que peu de variations : de 80 pour cent à Tahoua/Agadez et à Maradi, à 86 pour cent à Tillabéri, pour les hommes, et de 89 pour cent à Zinder/Diffa à 94 pour cent à Maradi, pour les femmes. On désigne par "autres villes" toutes les villes å l'exclusion de Niamey. 2 Aux Tableaux 2.4.1 et 2.4.2, et dans les tableaux qui suivent, la ville de Niamey a été exclue du département de Tillabéri. Les commentaires sur les différences régionales porteront donc toujours sur les départem en ts sans tenir compte de la ville de Niamey. 15 Tableau 2.4.1 Niveau d'instruction de la population des hommes Répartition (en %) de la population masculine (de fait) des ménages, ågée de six ans et plus, par niveau d'instruction atteint, et nombre médian d'années d'études accomplies selon l'åge, le milieu et la région de résidence, EDS Niger 1992 Niveau d'instruction Secon- Secon- daire daire Caractéristique Aucun Primaire 1 er cycle 2 nd cyle Supérieur ND Total Effectif Groupe d'gges 6-9 81,8 16,4 0,0 0,0 0,0 1,8 100,0 2186 10-14 65,5 32,3 1,5 0,0 0,0 0,6 100,0 2019 15-19 65,8 23,0 10,0 0,5 0,0 0,8 100,0 1356 20-24 68,9 16,5 10,2 2,9 0,3 1,2 100,0 872 25-29 78,6 12,l 5,5 1,5 1,3 0,9 100,0 880 30-34 81.1 10,1 2,9 2~7 2,0 1,2 10O,0 779 35-39 86,8 8,0 2.7 0,7 0,9 0.9 100,0 641 40 44 93,1 3,3 1,1 0,6 0,8 1,1 100,0 601 45-49 94,6 3,0 0,9 0,2 0,3 0,9 100,0 482 50-54 96,2 2,0 0,4 0,5 0,1 0,8 100,0 435 55-59 96,7 2,1 0,1 0,0 0,3 0,8 I00,0 316 60-64 98,9 0,0 0,5 0,1 0,2 0,4 100,0 350 65 ou + 98,6 0,7 0,1 0,0 0,0 0,6 100,0 627 ND 74,1 8,0 0,0 0,0 0,0 17,9 100,0 46 Milieu de r6sldence Niamey 42,9 33,3 13,1 4,7 3,8 2,2 100,0 811 Autres villes 55,5 28,6 11,1 2,3 0,9 1,6 100,0 1346 Ensemble urbain 50,8 30,4 11,9 3,2 2.0 1,8 100,0 2157 Rural 86,1 11,7 1,1 0,1 0.0 0,9 100,0 9433 R6gion Niamey 42,9 33,3 13,1 4,7 3,8 2,2 100,0 811 Dosso 84,8 11,3 2,l 0,4 0,1 1,2 100,0 1751 Maradi 80,2 16,1 2,l 0.4 0,0 1,0 100,0 2060 Tahoua/Agadez 79,9 15,3 2,8 0,4 0,2 1,3 100,0 2383 Tillabéri 86,4 11,8 1,4 0,1 0,0 0,3 100,0 2093 Zinder/Diffa 81,2 13,9 3,0 0,5 0,3 1,1 100,0 2492 Ensemble 79,6 15,2 3,1 0,7 (1,4 1,1 100,0 11590 16 Tableau 2.4.2 Niveau d'instruction de la population des femmes Répartition (en %) de la population fénçmine (de fait) des ménages, ågée de six ans et plus, par niveau d'instruction atteint, et nombre m&lian d'armées d'6tudes accomplies selon l'åge, le milieu et la région de résidence, EDS Niger 1992 Niveau d'instruction Séton- Seoen- daire dalre Caractéristique Aucun Primaire t er cycle 2 nd cycle Supérieur ND Total Effectif Groupe d'~tges 6-9 86,7 10,9 0,0 0,0 0,0 2,4 100,0 2217 10-14 82,0 16,3 0,9 0,0 0,0 0,7 100,0 2117 15-19 80,5 13,4 5,2 0,2 0,0 0,7 100,0 1451 20-24 84,3 10,0 4,3 0,7 0,2 0,5 100,0 1219 25-29 89,5 7,0 2,3 0,5 0,2 0.5 100,0 1358 30-34 92,1 5,4 1,2 0,7 0,3 0,3 I00,0 1018 35-39 95,0 3,9 0,5 0,2 0,1 0,4 100,0 792 40-44 96,9 2,3 0,3 0,1 0,1 0,3 100,0 564 45-49 97,3 1,7 0,5 0,0 0,0 0,5 100,0 367 50-54 99,3 0,3 0,0 0,0 0,1 0,3 100,0 571 55-59 96,9 0,3 0,0 0,0 0,1 2,7 109,0 347 60-64 98,2 0,3 0,0 0,0 0,0 1,5 100,0 334 65 ou + 98,8 0,2 0,0 0,0 0,1 1.0 10O,0 535 ND 44,1 0,0 0,0 0,0 0,0 55,9 100,0 1 Milieu de r~sldence Niamey 52,7 31,4 12,3 1.8 0,7 1,1 100.0 826 Autres villes 71,6 21,1 5,l 0,8 0,3 1.0 100,0 1387 Ensemble urbain 64,6 25,0 7,8 1.2 0,4 1,0 100,0 2212 Rural 93,6 5,2 0,2 0,0 0,0 1,0 100.0 10677 Région Niamey 52,7 31,4 12,3 1,8 0,7 1,1 100,0 826 Dosso 92,5 6,0 0,8 0.1 0,0 0,6 100,0 1954 Maradi 93,8 5,4 0,5 0,1 0,0 0,3 100,0 2267 Tahoua/Agadez 89,8 7,2 1,0 0,1 0,0 1,8 100,0 2709 Tillabéri 90,7 7,8 0,5 0,0 0,0 0,9 100,0 2411 Zinder/Diffa 89,3 8,3 1,2 0,2 0,1 1,0 100,0 2722 Ensemble 88,6 8,6 1,5 0,2 0,1 1,0 100,0 12889 Les taux spécifiques de scolarisation par fige, 3 sexe et milieu de résidence figurent au Tableau 2.5 et au Graphique 2.3. Le taux à 7-12 ans, figes correspondant généralement au niveau primaire, est extrêmement faible puisqu'i l n'atteint que 18 pour cent. Ce taux passe ensuite à 16 pour cent å 13-16 ans, åges auxquels les enfants sont scolarisés, en partie, dans le primaire et, en partie, dans le secondaire 1 ~ cycle. A 17-19 ans, åges de scolarisation dans le secondaire 2 nd cycle, le taux de scolarisation est beaucoup plus faible (8 pour cent), et diminue de plus de moitié à 20-23 ans (3 pour cent), åges de scolarisation, à la fois, au niveau secondaire et au niveau supérieur. Comme pour le niveau d'instruction atteint, les taux de scolarisation varient fortement par sexe : globalement à 7-16 ans, 23 pour cent des hommes fréquentent un établissement scolaire contre seulement 13 pour cent des femmes. Selon le milieu de résidence, on observe un très grand déséquilibre, le taux de scolarisation à 7-16 ans étant plus de 4 fois plus élevé en milieu urbain (47 pour cent) qu'en mil ieu rural (11 pour cent). 3 Rapport du nombre de personnes d'åge x fréquentant l'école au nombre total de personnes de cet åge. 17 Tableau 2.5 Taux de scolarisation Proportion de la population (de fait) des ménages, âgée de 7 à 23 ans, fréquentant un établissement scolaire, par åge, selon le sexe et le milieu de résidence, EDS Niger 1992 Groupe d'åges Hommes Femmes Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble 7-12 54,8 16,8 23,1 44,7 7,1 13,5 49,6 11,9 18,2 i3-16 50,0 13,6 21,2 35,5 4,3 10,5 42,9 8,8 15.8 7-16 53,0 15,9 22,6 41,6 6,2 12,6 47,2 11,0 17,5 17-i9 32,3 4,5 11,2 23,8 1,3 5,9 28,1 2,8 8,4 20-23 19,6 0,5 5,5 7,1 0,3 1,6 13,4 0,4 3,2 Pourcentage 30 25 2o 15 lO 5 o 7-12 Graphique 2.3 Taux de scolarisation 13-16 17-19 20-23 Groupe d'âges EDSN 1992 Le niveau d'instruction de la population est donc le reflet de l'état général de la scolarisation dans l'ensemble du pays, 18 pour cent seulement des enfants de 7-12 ans fréquentant l'6cole. Les raisons de la faiblesse de ces indicateurs sont nombreuses : ressources insuffisantes allouées au secteur, pesanteurs socio- culturelles, croissance démographique. L'éducation étant l'61ément majeur du développement économique et social, il reste donc au Niger à fournir d'immenses efforts pour relever les différents indicateurs relatffs à l'éducation pour que ses populations participent mieux au processus d'élaboration et de mise en oeuvre des actions susceptibles d'améliorer leurs conditions de vie. En outre, il convient de souligner la situation encore 18 plus préoccupante des femmes dont seulement 13 pour cent fréquentent l'école à 7-12 ans. La situation socio- économique, mais aussi et surtout le contexte socio-culturel du Niger expliquent ici cette ségrégation dont sont victimes les femmes dans le secteur de l'éducation, ainsi que dans bien d'autres secteurs. 2.1.2 Caractéristiques de l'habitat et des biens possédés par les ménages Lors de l'enquête ménage, on s'est intéressé à certaines caractéristiques du logement (possession de l'électricité, approvisionnement en eau, type de toilettes, matériau du plancher, matériau du toit et nombre de pièces utilisées pour dormir) susceptibles de jouer un raie déterminant dans l'état de santé des membres du ménage et, en particulier, des enfants. De m~me, on a collecté des données sur la possession d'un certain nombre d'équipements modernes (radio, télévision, réfrigérateur, voiture.). L'analyse de ces données vont permettre de mieux cemerles conditions environnementales et socio-économiques dans lesquelles vivent les populations enqu~tées. L'examen des données du Tableau 2.6 et du Graphique 2.4 indiquent que très peu de ménages nigériens disposent de l'électricité : 4 pour cent pour l'ensemble du pays. En outre, la grande majorité des ménages disposant de cet équipement se trouvent en milieu urbain (37 pour cent à Niamey et 21 pour cent dans les "autres villes") : moins de 1 pour cent des ménages du milieu rural ont déclaré posséder l'électricite. Concernant la provenance de l'eau utilisée pour boire, on constate qu'au niveau national les trois quarts des ménages (75 pour cent) utilisent l'eau de puits publics ou de forages, 11 pour cent des ménages utilisent des robinets publics, 5 pour cent s'approvisionnent auprès de vendeurs d'eau et seulement 4 pour cent des ménages enquêtés ont un robinet dans leur logement. Les proportions sont très inégales selon le milieu de résidence. A Niamey, 36 pour cent des ménages s'approvisionnent auprès des vendeurs d'eau, 22 pour cent utilisent les robinets publics et près d'un tiers des ménages (30 pour cent) disposent de l'eau courante à domicile. Dans les "autres villes," ce sont les robinets publics qui sont les plus utilisés (48 pour cent), suivis des vendeurs d'eau (24 pour cent); moins d'un ménage sur cinq (18 pour cent) a l'eau courante dans le logement. En milieu rural, la trSs grande majorité des ménages utilisent l'eau des puits publics (88 pour cent). Dans leur tr~,s grande majorité (84 pour cent) les ménages ne disposent d'aucune forme de toilettes, et seulement 11 pour cent des ménages nigériens utilisent des fosses améliorées ou latrines. Si en milieu rural, 95 pour cent des ménages n'ont pas de toilettes, dans les "autres villes" et mSme à Niamey, ces proportions restent élevées (respectivement 34 et 17 pour cent). Dans la capitale, seuls 6 pour cent des ménages disposent de toilettes avec chasse d'eau personnelle. Les matériaux de construction des logements sont surtout la terre/sable (87 pour cent) pour le sol et le banco (52 pour cent) et la paille (42 pour cent) pour le toit. Cependant, en milieu urbain, une proportion importante de logements disposent d'un sol en ciment (61 pour cent) et, dans une moindre proportion, d'un toit en t61e (27 pour cent). A partir de la question sur le nombre de pièces utilisées pour dormir, on a calculé le nombre de personnes donnant par pièce, ce qui foumit une indication sur le degré d'entassement du ménage (Tableau 2.6). Dans plus d'un tiers des cas (36 pour cent), trois ou quatre personnes donnent dans la mSme pièce, et dans 12 pour cent des ménages, cinq à six personnes se partagent le mSme lieu pour dormir. En moyenne, au niveau national, 3,2 personnes dorment par pièce. Cette moyenne est légèrement plus faible à Niamey (2,8) et dans les "autres villes" (3,0) qu'en milieu rural (3,2). 19 Tableau 2.6 Caraetéristiques des logements Répartition (en %) des ménages, par caractéristique des logements, selon le milieu de r~idence, EDS Niger 1992 Caractéristique Autres Ensemble des logoeents Niamey villes urbain Rural Ensemble El~trlelt~ Oui 37,2 20.6 26.7 0,2 4,4 Non 62,2 79.1 72,8 99,4 95,1 Approvisionnement en eau ~ boire Robinet dans le logement 30,3 18,3 22,7 0,5 4,1 Robinet public 22,2 48,1 38,6 5,9 11,1 Puits privé 1,3 1,6 1,5 1,9 1,8 Puits publicÆorage 6,7 6,6 6,7 87,5 74,5 Eau de strrface 3,1 0,3 1,3 3,1 2,8 Vendeur d'eau 35,5 24,1 28,3 0,9 5,3 Autre 0,6 0,8 0.8 0,0 0,1 NI) 0,3 0,2 0,2 0,2 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Type de toilettes Chasse d'eau personnelle 5,5 2,1 3,3 0,1 30,8 Chasse d'eau commune 2,2 2,7 2.6 0,1 25,5 Fosse sommaire 8,2 11,8 10,5 1,8 3,2 Fosse améliorée/Latrines 67,0 49,2 55,8 2,4 10,9 Pas de toilettes 16,5 33,5 27,2 95,3 84,4 Autre 0,3 0,3 0,3 0,1 0,2 ND 0,3 0,4 0,4 0,2 0,3 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Sol Terre/Sable 17,9 45,7 35,4 96,5 86,8 Ciment 74,3 52,8 60,8 3,3 12,5 Autres matériaux modernes 7,4 1,2 3,5 0,0 0,6 ND 0,4 0,3 0,3 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Toit T61e 37,9 20,2 26,7 0,9 5,0 Banco 47,9 70,6 62,2 50,2 52,1 Paille 12,3 7,6 9,3 48,6 42,3 Autre 1,5 1,2 1,3 0,3 0,5 ND 0,4 0,4 0,4 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Nombre de personnes par pièce utllisée pour dormir 1-2 56,1 51,7 53,3 45,7 46,9 3-4 32,5 34,2 33,6 37,0 36,4 5-6 7,6 9,6 8,9 12,4 11,8 7 ou + 2,8 3.9 3,5 4,6 4,4 ND 1,0 0,6 0,7 0,3 0,4 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Moyenne 2,8 3,0 2,9 3,2 3,2 Effectif de ménages 309 529 838 4404 5242 20 100 80 60 40 20 Pourcentage ELEC- TR]CITE Graphique 2.4 Caractéristiques des logements ORIGINE TOILETTES MATERIAU MATERIAU DE L'EAU DU S©L DU TOIT EDSN 1992 Concernant certains biens de consommation possédés par les ménages (Tableau 2.7), on relève que, pour l'ensemble du pays, 33 pour cent seulement des ménages déclarent avoir la radio, 4 pour cent la télévision et 2 pour cent un réfrigérateur. En milieu urbain, ces proportions, bien que restant faibles, sont beaucoup plus élevées qu'au niveau national : 60 pour cent des ménages ont la radio, 22 pour cent la télévision et 12 pour cent ont un réfrigérateur. Si l'information et ta sensibilisation des populations sont indispensables pour leur participation au développement, comment atteindre les populations nigérieunes quand, au niveau national, seulement un tiers des ménages disposent d'une radio? Tableau 2.7 Biens durables possédés par le ménage Pourcentage de ménages possédant certains biens de consommation durables, selon le milieu de résidence, EDS Niger 1992 Autres Ensemble Biens durables Niamey villes urbain Rural Ensemble Radio 74,2 52,4 60,4 28,2 33,4 Télévision 30,9 16,5 21,8 0,5 3,9 Réfrigérateur 19,0 8,5 12,4 0,1 2,0 Bicyclette 11,1 13,7 12,7 3,2 4,7 Motocyclette 17,5 8,1 11,6 0,5 2,3 Voiture 11,8 6,6 8,5 0,2 1,6 Effectif de ménages 309 529 838 4404 5242 21 En ce qui concerne les moyens de transport, 5 pour cent des ménages disposent d'une bicyclette, 2 pour cent ont une motocyclette et 2 pour cent une voiture. En outre, ce sont essentiellement les ménages du milieu urbain, et surtout ceux de Niamey, qui disposent de ces moyens de déplacement : à Niamey, 11 pour cent des ménages disposent d'une bicyclette, 18 pour cent ont une motocyclette et 12 pour cent une voiture. 2.2 ENQUETE INDIV IDUELLE Cette partie porte essentiellement sur l'analyse des résultats concernant les caractéristiques socio-démographiques des femmes enquêtées individuellement, c'est-à- dire des femmes ågées de 15-49 ans identifiées dans les ménages. Elle porte aussi sur l'analyse des données concernant l'accès des femmes aux médias. Ces résultats revêtent une importance particulière pour la mise en place de programmes d'éducation et de diffusion d'informations dans les domaines de la santé et de la planification familiale. Dans la suite de ce rapport, les caractéristiques présentées ici seront utilisées comme variable de classification ou variable explicative de la plupart des phénomènes é/udiés. 2.2.1 Caractéristiques des femmes L'åge, variable fondamentale dans l'analyse des phénomènes démographiques, est l'une des informations les plus difficiles à obtenir de façon fiable lorsque les enregistrements écrits des événements n'existent pas ou sont rares, comme c'est le cas au Niger. De ce fait, un soin particulier a été accordé à son estimation au moment de l'enquête. On demandait d'abord aux femmes leur date de naissance, puis leur åge. Lorsque la date de naissance et l'~tge étaient obtenus, renquêtrice contrOlait la cohérence entre les deux informations. Dans le cas où l'enquêtée ne connaissait pas sa date de naissance ou son åge, l'enquêtrice essayait d'obtenir un Tableau2.8 Caractéristiques socioqdémographiques des rétames enquetées Répartition (en %) des femmes enqu~tées par ãge, état ma~monial, niveau d'insa~¢lion, milieu et r~gion de résidence, religion, naaonaiilé et ethnie, EDS Niger 1992 Caract&istique Pourcentage socio-démographique pondéré Effectif Ponddr6 Non pond6r~ Groupe d'~iges 15-19 21,2 1379 1427 20-24 18,3 1193 1234 25-29 19,7 1278 1245 30-34 15,0 974 968 35-39 11,5 746 748 40-44 8,1 528 508 45-49 6,2 404 373 Etat matrimonial Jamais mariée 10,5 682 926 Mari~e polygame 30,9 2012 1931 Mariée monogame 54,6 3549 3301 Veuve 1,2 77 90 Divorcée 2,6 167 230 Sépavée 0,3 17 25 Niveau d'Instruction Aucun 89,3 5809 5300 Primaire 7,6 493 726 Secondaire 1 et cycle 2,6 167 393 Secondaire 2 ~ cycle 0,4 28 67 Supérieur 0,1 6 17 Milieu de r6sldence Niamey 6,7 435 1347 Autres villes 10,6 691 1349 Ensemble urbain 17,3 1126 2696 Rural 82,7 5377 3807 R~glon Niamey 6,7 435 1347 Dosso 13,4 874 703 Maradi 18,2 1186 1046 TabouMAgadez 21,7 1414 1265 Tillabéri 17,7 1149 852 Zinder/Dlffa 22,2 1445 1290 Religion Musulmane 98,5 6407 6367 Autre 1,5 96 136 Natlonaiit6 Nigérienne 98,1 6378 6209 Autre 1,9 125 294 Ethnle Arabe 0,2 10 17 Djerma 22,4 1455 1569 Gourmantché 0,3 19 17 Haoussa 54,5 3543 3322 Kanouri 5,3 343 313 Mossi 0,0 3 3 Peulh 4,6 302 328 Touareg bella 10,0 652 565 Toubou 0,3 23 31 Autre 2,4 154 338 Ensemble des femmes 100,0 6503 6503 document officiel tel qu'une carte d'identité où la date de naissance figure. Lorsqu'aucun document n'était disponible, renquêtrice devait estimer råge de la femme soit par comparaison avec råge d'autres membres 22 du ménage, soit par déduction à partir de l'histoire de la femme, ou encore, le plus souvent, en utilisant un calendrier historique. La distribution des femmes de 15-49 ans par groupe d'âges quinquennal (Tableau 2.8) présente une allure assez régulière avec les proportions qui diminuent au fur et à mesure que l 'on avance en âge. Cependant, il faut noter que la proportion de femmes de 25 -29 ans est légèrement supérieure à celle de 20-24 ans : ce phénomène est le résultat de transferts d'åges particulièrement importants des âges 23 et 24 ans sur l'~ige 25 ans. Les femmes ågées de 15-19 ans représentent plus du cinquième des enquêtées (21 pour cen0, et globalement, les femmes de moins de 30 ans représentent 60 pour cent de l'échantillon. En ce qui concerne ['état matrimonial (Graphique 2.5), on a considéré comme mariage toutes les formes de mariage ou d'union, qu'elles soient légales ou non, fomaelles ou non. On constate que 86 pour cent des femmes de 15 à 49 ans étaient mari~es au moment de l'enquête et que seulement 10 pour cent étaient eéYlbataires. Les unions rompues (veuvage, divorce et séparation) ne concernent qu'une faible proportion des enquêtées (4 pour cent). Ces très faibles proportions de femmes célibataires et en rupture d'union reflètent l'influence des facteurs socio-culturels et religieux selon lesquels une femme doit nécessairement être mariée, le mariage étant encore considéré comme une affaire de famille et de la société plutét qu'une affaire individuelle. Graphique 2,5 Etat matrimonial des enquêtées Mariée (union monogame) 55% Veuve 1% Divorcée/S~par~e 3% (union polygame) 31% libatai«e 10% EDSN 1992 Du point de vue de la résidence, les femmes rurales sont largement représentêes dans l'échantillon 4 (83 pour cent). Du point de vue régional, les femmes des départements de Tahoua/Agadez et de Zinder/Diffa 4 Rappelons que du point de vue régional, la ville de Niamey est traitée à part et est donc exclue du département de TiUabéri. 23 (22 pour cent dans les deux cas) sont les plus représentées, suivies de celles de Maradi et de Tillabéri ( 18 pour cent). L'islam est la religion dominante, m~me chez les femmes (99 pour cent), comme cela avait déjà été noté å partir du RGP de 1988. Du point de vue de la nationalité, la quasi totalité des femmes enquStées sont nigériennes (98 pour cent). En outre, le poids démographique des différents groupes ethniques confirme la bonne représentativité de l'échantillon. En effet, les proportions se rapprochent de celles du RGP de 1988 : ainsi on retrouve 55 pour cent de femmes haoussa, 22 pour cent de femmes djerma-sonraï, 10 pour cent de femmes touareg beUa, 5 pour cent de femmes kanouri, 5 pour cent de femmes peulh et moins de I pour cent de femmes toubou, de femmes gourmantché et de femmes arabes. Comme cela a déjà ~té souligné précédemment, au Niger, la femme semble 8tre marginalisée et n 'a pas les mdmes chances d'intégration dans les différents secteurs socio-économiques que les hommes. Cette situation est illustrée par la réparútion des femmes enqu~tées selon le niveau d'instruction (Tableau 2.8) : 89 pour cent des enquStées n'ont aucune instruction, 8 pour cent seulement ont le niveau primaire et une proportion très négligeable (3 pour cent) ont un niveau secondaire ou supérieur, essentiellement le secondaire 1 ~ cycle. Au Tableau 2.9 figure la répartition des femmes par niveau d'instruction selon certaines caractéfistiques socio-démographiques. Il apparaît tout d'abord que ce sont essentiellement les femmes les plus jeunes qui sont instruites : 19 pour cent des femmes de 15-19 ans, 15 pour cent de celles de 20-24 ans Tableau 2.9 Niveau d'instruction des femmes enquêtées Répartition (en %) des femmes par niveau d'instruction atteint, selon le groupe d'åges quinquennal, le milieu et la rdgion de résidence, EDS Niger 1992 Niveau d'instruction Secondaire Secgndaire Caractédstique Aucun Primaire let cycle 2 n« cycle Supérieur Total Effectif Groupe d'ãges 15-19 81,0 13,3 5,4 0,3 0,0 100,0 1379 20-24 84,6 10,8 3,7 0,7 0,2 100,0 1193 25-29 90,5 6,5 2,4 0,5 0,1 10~,0 1278 30-34 92,5 5,2 1,3 0,8 0,2 100,0 974 35 -39 95,3 4,0 0,5 0,1 0,1 100,0 746 40-44 97,4 2,4 0,2 0,0 0,0 100,0 528 45219 98,9 1,0 0,0 0,1 0,0 10~,0 404 Milieu de résidence Niamey 55,2 21,8 19,2 3,0 1,0 100,0 435 Autres villes 71,4 17,6 8,8 1,9 0,3 100,0 691 Ensemble urbain 65,1 19,2 12,8 2,3 0,6 100,0 1126 Rural 94,4 5,1 0,4 0,0 0,0 100,0 5377 R~gl«n Niamey 55,2 21,8 19,2 3,0 1,0 100,0 435 Dosso 92,7 5,6 1,4 0,3 0,0 100,0 874 Maradi 94,5 4,6 0,8 0,1 0,0 I00,0 1186 TahouedAgadez 92,8 5,2 1,7 0,3 0,0 100,0 1414 Tillabéri 89,0 10,1 0,9 0,0 0,0 100,0 1149 Zinder/Diffa 90,3 7,2 2,0 0,4 0,1 100,0 1445 Ensemble 89,3 7,6 2,6 0,4 0,1 100,0 6503 24 et 10 pour cent de celles de 25-29 ans ont un n iveau d ' ins t ruct ion , essentiellement le niveau primaire. A partir de 30 ans, plus de 90 pour cent des femmes n'ont aucun niveau d'in- struction. Du point de vue de la rési- dence, les écarts sont très importants : c'est à Niamey que la proportion de femmes ayant fréquenté l'école est la plus importante (45 pour cent), suivi des "autres villes" (29 pour cent) et du milieu rural où seulement 6 pour cent des femmes ont reçu de l'instruction et presque uniquement primaire. Du point de vue régional, on ne constate que peu de variation, les proportions de femmes sans niveau d'instruction variant d'un "minimum" de 89 pour cent ~ Tillabéri à un maximum de 95 pour cent å Maradi. 5 2.2.2 Accès aux média Le Tableau 2.10 fournit les données concemant l'accès des femmes aux média : seulement 4 pour cent d'entre elles lisent habituellement un joumal, 14 pour cent regardent la télévision et 38 pour cent écoutent la radio au moins une fois par semaine. Les femmes les plus jeunes, les plus éduquées et celles du milieu urbain, et en particulier de Niamey, sont celles qui accèdent le plus à l'information, quel que soit le type de média. Ainsi, à Tableau 2.10 Acc~ des femmes aux m~lia Pourcentage de femmes qui, habituellement, lisent un journal, regardent la télévision, ou écoutent la radio au moins une fois par semaine, par ~tge, niveau d'insta'uetion et par milieu et région de résidence, EDS Niger 1992 Caractéristique Lit un Ecoute journal Regarde la la radio au moins TV au moins au moins Effectif une fois/ une fois/ une fois/ de semaine semaine semaine femmes Groupe d'~tges 15-19 6,4 21.3 39,3 1379 20-24 5,7 16,1 40.9 1193 25-29 3,3 11,9 40,5 1278 30-34 2,6 12,4 38,0 974 35-39 1,5 9,2 35,4 746 40-44 1,2 8,4 34,4 528 45-49 0,4 6,5 32,3 404 Niveau d'instruction Aucun 0,0 9,4 34,8 5809 Primaire 19,8 39.1 59,4 493 Secondaire 1 er cycle 70,1 76,8 86,8 167 Secondaire 2 nd cycle 77,9 93,5 94,0 28 Supérieur 89,7 100,0 100,0 6 Mil ieu de résldenee Niamey 25,2 70,4 80,4 435 Autres villes 13,3 40,8 57,1 691 Ensemble urbain 17,9 52,2 66,1 1126 Rural 0,8 5,8 32,5 5377 R~glon Niamey 25,2 70,4 80,4 435 Dosso 1,4 14,3 42,3 874 Maradi 1,1 5,1 26,1 1186 Tahoua/Agadez 2,0 10,7 38,3 1414 Tillabéri 2,5 13,8 44,8 1149 Zinder/Diffa 3,5 6,7 28,3 1445 Ensemble des femmes 3,7 13,8 38,4 6503 Niamey, les proportions de femmes qui écoutent la radio et de celles qui regardent la télévision sont relativement élevées (respectivement 80 et 70 pour cent) et un quart des femmes de la capitale ont déclaré lire un journal au moins une fois par semaine. En milieu rural, seule la radio sert à véhiculer l'information, un tiers des femmes du milieu rural déclarant écouter la radio au moins une fois par semaine. Ainsi, il apparaît que les femmes ont de sérieux handicaps pour accéder aux média et donc à l'éducation et à l'information. Compte tenu des très faibles proportions de femmes ayant de l'instruction, en tant que variable de classification ou variable explicative des phénomènes 6tudiés dans ce document, le niveau d'instruction de la femme sera regroupé en seulement deux catégories : "aucune instruction" et "primaire ou plus". 25 CHAPITRE 3 FECONDITE De 1960 à nos jours, deux opérations d'envergure nationale ont permis de collecter des informations sur la fécondité; il s'agit de l'enquEte démographique de 1959-1960 et du RGP de 1988. A la différence de ces opérations, I'EDSN s'est intéressée uniquement à un échantillon national de femmes en/lgu de procréer : elle a recueilli des données représentatives par milieu de résidence et région, permettant de calculer les niveaux de fécondité et d'analyser les facteurs directs et indirects qui déterminent les niveaux et tendances de la fécondité. Ces informations ont été obtenues, tout d'abord, à partir d'une série de questions sur le nombre total d'enfants que les femmes ont eus, en distinguant les garçons des filles, ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs, et ceux encore en vie de ceux qui sont décédés. Après avoir recueilli ces informations sur la fécondité totale des femmes, des questions spécifiques étaient alors pos6es pour reconstituer avec chaque femme interrogée l'historique complet de ses naissances, de la plus ancienne å la plus récente, en enregistrant, pour chacune d'entre elles : le type de naissance (simple ou multiple), le sexe, la date de naissance, l'~rat de survie; pour les enfants encore en vie, on enregistrait leur åge et on distinguait ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs; pour les enfants décédés, on s'intéressait à l'åge au décès. Afin d'améliorer la qualité des données sur la fécondité, pendant la formation des enquêtfices et la collecte des données, un accent particulier a été mis sur toutes les questions relatives aux naissances. C'est ainsi que, lors de l'interview, l'enquêtrice devait, si possible, vérifier l'information obtenue à partir, par exemple, de documents officiels; elle devait également essayer de détecter les éventuelles incohérences, en vérifiant, par exemple, la durée des intervalles inter-génésiques. Après avoir posé toutes les questions concemant l'historique des naissances, l'enquêtrice contrSlait alors si le nombre total d'enfants déclarés par la mère (dans chaque catégorie : vivants, décédés, .) était cohérent avec le nombre d'enfants obtenu à partir de l'historique des naissances. En cas de différence, l'enquEtrice devait revérifier et éventuellement, corriger les réponses erronées. Malgré ces multiples vérifications, il n'est pas toujours possible d'éviter totalement les différents types d'erreurs inhérentes aux enquêtes rétrospectives, à savoir : le sous-enregistrement de naissances, en particulier l'omission d'enfants en bas åge, ce qui peut entraîner une sous-estimation des niveaux de fécondité; l'imprécision des déclarations de date de naissance et/ou d'fige, en particulier l'attraction pour des années de naissance ou pour des ~lges ronds, qui peut entraîner des sous-estimations ou des surestimations de la fécondité à certains ãges et/ou pour certaines époques. Par ailleurs, lors des enquêtes EDS, on a parfois observé certains déplacements de dates de naissance d'enfants nés durant la demière période quinquennale vers les années pr6cédentes. Ces "déplacements" d'année de naissance sont souvent effecmés "volontairement" par les enquêtrices, non seulement pour éviter de poser les questions sur la santé des enfants (section 4 du questionnaire) qui ne portent que sur les naissances de la demière période quinquennale, mais encore pour éviter de prendre les mesures anthropométriques de ces mêmes enfants. Ces "déplacements" sont plus fréquents lorsque la mère ne connait pas avec exactitude le mois et l'année de naissance de ses enfants. Dans le cas de l'enqu&e nigérienne, ces déplacements des naissances de 1987 (début de la dernière période quinquennale) vers 1986, ne sont pas très 27 importants) Cependant, pour Eviter ces problèmes de transfert de dates de naissance ainsi que pour minimiser les erreurs de sondage, les niveaux de féconditE actuelle ont été calculés pour la période de six ans précédant l'enquête. 3.1 N IVEAU ET STRUCTURE DE LA FECONDITE ET FECONDITE D IFFERENTIELLE Au Tableau 3.1 et au Graphique 3.1 figurent les niveaux de fécondité par groupe d'åges pour la p~riode de six ans précédant l'enquête. Au niveau national, la courbe des taux de fécondité par ãge présente une allure classique, caractéristique des pays à forte fécondité : une fécondité précoce très élevée (230 pour mille) qui augmente trés rapidement pour atteindre son maximum à 20-24 ans (327 pour mille) et qui se maintient longtemps à des niveaux importants puisqu'à 35-39 ans, le taux est de 196 pour mille et qu'à 40-44 ans, il est encore de 106 pour mille. L'Indice Synthétique de Fécondité (ISF), ou somme des naissances réduites, est un indice de fécondité du moment calculé à partir du cumul des taux de fécondité par tige. Il mesure le nombre moyen d'enfants qu'aurait une femme à la fin de sa vie féconde si elle avait, à chaque åge, la fécondité par åge d'une période considérée, ici la période de six ans ayant précédé l'enquête. Au niveau national, I'ISF, calculé de 15 à 49 ans s'établit à 7,4 enfants par femme. Le Tableau 3.1 et le Graphique 3.1 présentent également les taux de fécondité par tige et I'ISF selon le RGP de 1988. Rappelons que, contrairement à I'EDSN où les données sur la fécondité sont obtenues à partir de l'historique des naissances des femmes, lors du RGP de 1988, la fécondité a été estimée å partir de questions portant sur les naissances des douze mois ayant précédé le recensement. Les Tableau 3.1 F~¢ondité par [t,ge selon deux sources Taux de fEeondit~ par åge et indice synthétique de fécondité selon le RGP (1988) et I'EDSN (1992) RGP EDSN Groupe d'åges 19881 1992 15-19 211 230 20-24 342 327 25-29 343 317 30-34 272 258 35-39 206 196 40-44 87 106 45-49 40 42 ISF I5-49 7,51 7,37 ISF 15-44 7,31 7,16 Note: Taux de fEcondité par groupe d'âgés pour 1000 femmes. Source" 1988: Recensement Général de la Population (BCR, 1992) IDonnées non ajustes niveaux de fécondité estimés par le RGP correspondent donc à la fécondité de l'année 1987-88, année qui précède le recensement. Dans le cas de I'EDSN, les niveaux de fécondité mesures pour la période de six ans ayant prEcédé l'enquête correspondent à la fécondité des années 1986-1992. La fécondité estimée par les deux opérations se réfêre donc à une période à peu près similaire. On remarque que l'allure générale des courbes des taux de fécondité par tige au RGP de 1988 et à I'EDSN est presque identique. Cependant, selon le RGP, la fécondité maximale est atteinte à 25-29 ans avec 343 pour mille alors que, selon I'EDSN, elle est atteinte à 20-24 ans avec 327 pour mille. Malgré ces légers écarts, la fécondité totale des femmes estimée lors des deux opérations est quasiment identique : I'ISF est de 7,5 au RGP 2 et de 7,4 à I'EDSN. l A l'Annexe E, le Tableau E.4 fournit la distribution des naissances par année de naissance. Le "rapport de naissances annuelles" (rapport des naissances d'année x à la demi-somme des naissances des années préc&lentes et suivantes, soit NJ[(N»~+N~.I)/2]), rend compte des déplacements d'années de naissance. Le rapport semble indiquer un manque de naissances en 1987 (rapport = 83,6 < 100), et un excédent en 1986 (rapport = 116,6 > 100), mais aussi en 1988 (rapport = 107,8 > 100). z D'après les données brutes du RGP de 1988, avant tout ajustement. 28 Pour mille 400 350 3OO 25O 2OO- 150 1 O0 50 15-19 Graphique 3.1 Taux de fécondité générale par âge selon le RGP (1988) et I'EDSN (1992) * Données non aluslées i i ~ i i 20-24 25 29 30 34 35-39 40-44 Age de la femme 45-49 Selon I'EDSN, le Taux Global de Fécondité Générale (TGFG), ou nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population des femmes en ãge de procréer est de 265 pour mille au niveau national. Quant au Taux Brut de Natalité (TBN) ou nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population totale, il atteint 52 pour mille. Les taux de fécondité par ãge et I'ISF présentent de fortes variations selon le milieu de résidence (Tableau 3.2 et Graphique 3.2). L' ISF varie de 7,5 enfants par femme en milieu rural, à 7,2 dans les "autres villes", pour chuter à 5,9 enfants par femme à Niamey. Dans la capitale, où la fécondité est de plus de 20 pour cent inf6rieure å celle du milieu rural, la courbe des taux de fécondité par åge présente une allure assez différente de celles observées ailleurs : la fécondité aux jeunes åges (avant 30 ans) est nettement inîérieure à celle observée en milieu rural, en particulier à 15-19 ans où le taux de fécondité des femmes de Niamey est de moitié celui des femmes du milieu rural (118 pour mille contre 242 pour mille); par contre, å partir de 30 ans, les taux de fécondité par åge sont assez voisins, quel que soit le milieu de résidence. Globalement, la courbe des taux de fécondité par ~ge des femmes de la capitale présente donc une allure beaucoup plus "aplatie" que celle du reste du pays, signe d'une fécondité en baisse chez les femmes les plus jeunes. 29 Tableau 3.2 Fécondité actuelle Taux de fécondité par &ge, et indice synthétique de fécondioE (ISF), pour la période des six années préc~dartt l'enquête, selon le milieu de résidence, EDS Niger 1992 Résidence Au~es Ensemble Groupe d'åges Niamey villes urbain Rural Ensemble 15-19 118 214 177 242 230 20-24 259 318 294 333 327 25-29 266 291 282 324 317 30-34 246 245 245 261 258 35-39 180 203 194 196 196 40-44 70 131 110 105 106 45-49 34 45 41 42 42 ISF 15-49 (pour 1 femme) 5,86 7,24 6,71 7,52 7,37 ISF 15-44 (pour 1 femme) 5,69 7,01 6,51 7,31 7,16 Note: Les taux sont calculés pour la période de 1-72 mois avant l'enqu@te. Les taux à 45- 49 ans peuvent ~tre légèrement biaisés du fait de données incomplètes pour ce groupe d'åges. Pour mtlle 3~ Graphique 3.2 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence 300 2oo 150 1 O0 oe 15-19 , , , , , 20 24 25-29 30 34 35-39 40-44 Age de la femme 45 49 EDSN 1992 30 Du point de vue régional (Tableau 3.3 et Graphique 3.3), il apparatt que le niveau de fécondité est voisin de 8 enfants par femme à Tillabéri (8,1), à Maradi (7,9) et Dosso (7,7). Par contre, la région de Tahoua/Agadez semble se caractériser par une fécondité légèrement plus faible (7,2 enfants par femme) : cette situation, déjà mise en évidence par le RGP de 1988, pourrait s'expliquer, en partie, par la forte proportion de population nomade vivant dans cette zone et caractérisée par une fécondité plus faible que celle des populations sEdentaires, ainsi que par la forte émigration masculine qui touche cette région (Bureau Central du Recensement - BCR-, 1992e). La fécondité la plus faible est celle de la région de Zinder/Diffa avec un ISF de 6,7 enfants par femme. Là encore, ce faible niveau de fécondité avait déjà été mis en évidence lors du RGP de 1988 (BCR, 1992e). En outre, des études menées dans cette région, et en particulier à Diffa, par le Centre National de Santé Familiale (CNSF) ont révélé que cette sous-fécondité, que l 'on retrouve également dans certaines zones limitrophes de pays voisins, pourrait être due, entre autres, aux mariages consanguins et aux maladies sexue]lement transmissibles (Keuzeta et al., 1992). En outre, l'émigration des hommes vers les pays limitrophes joue aussi, certainement, un rEle dans cette sous-fécondité. Tableau 3.3 Fécondité par c~aetéristiques socio- d6mographiques Indice synthétique de fécondité pour la période des six années préeédant l'arîqu~te et nombre moyen d'enfants n~s vivants pour les femmes de 40-49 ans, par earacoEristiques soeio-démo- graphiques, EDS Niger 1992 Nombre moyen Indice d'enfants nés synthétique vivants pour les CaractérisUque de féeondité 1 femmes de 4049 ans Milieu de résldence Niamey 5,86 6,81 Autres villes 7,24 7,27 Ensemble urbain 6,71 7,11 Rural 7,52 7.56 REl~lon N•amey 5,86 6,81 Dosso 7,74 7,93 Maradi 7,93 7,98 Tahoua/Agadez 7,17 7,25 Tillabéri 8,11 8,01 ZinderfDiffa 6,73 6,79 Niveau d'Instruction Aucun 7,47 7,50 Primaire ou plus 6,32 7.06 Ensemble 7,37 7,50 lIndice synthétique de fécondité pour les femmes âgées de 15-49 ans En ce qui concerne le niveau d'instruction des femmes, il appara~ au Tableau 3.3 et au Graphique 3.3 que la fécondité des femmes ayant fréquenté l'école est nettement inférieure à celle des femmes sans niveau d'instruction : 6,3 contre 7,5 enfants par femme. Cependant, ce résultat est à interpréter avec prudence dans la mesure où la catégorie des femmes ayant fréquenté l'école comprend des femmes de niveaux d'instruction très différents qui ont, peut-être, des niveaux de fécondité très dissemblables. Au Tableau 3.3 figure également le nombre moyen d'enfants nés vivants par femme de 40-49 ans, c'est-à-dire à la fin de leur vie féconde. Contrairement à I'ISF qui mesure la fécondité du moment, ce nombre moyen, qui peut être assimilé à une descendance, est le résultat de la fécondité passée des femmes enquEtEes qui atteignent 40-49 ans. Au niveau national, la descendance des femmes de 40-49 ans (7,5) est très proche de I'ISF (7,4), ce qui dénote une stabilité de la fécondité. Que ce soit du point de vue du milieu de résidence ou de la région, on observe toujours que la fécondité du moment est très proche de la descendance, sauf dans le cas de Niamey, oia I'ISF (5,9) est inférieur de près d'un enfant par femme à la descendance (6,8). Il en est de même pour les femmes ayant une certaine instruction peur lesquelles I'ISF (6,3) est inférieur d'un peu moins d'un enfant par femme à la descendance (7,1). 31 Graphique 3,3 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans R E S I D E N C E ~ A u t r e N s l 8 v ~ e e ~ ~ R u r a l . . . . R E G I O N ~ Dosso . . . Maradi Tahoua/Agadez Tillabéri Zinder/Diffe INSTRUCTIOK Aucu]q~ Primaire ou + 0 2 8 4 6 Nombre d'enfants par femme 10 EDSN 1992 3.2 TENDANCES DE LA FECONDITE Les données collectées lors de I'EDSN permettent de retracer les tendances passées de la fécondité. Pour cela, on a calculé les taux de fécondité par âge des mères à la naissance de leurs enfants, par période quinquennale précédant l'enquête (Tableau 3.4 et Graphique 3.4). Il apparaR tout d' abord que les taux de fécondité présentent des variations par åge assez similaires. Cependant, on constate que les taux de fécondité pour la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête) sont inférieurs à ceux des deux périodes quinquennales précédentes, et cela à tous les âges. Conséquence de ces taux plus faibles, I'ISF calcul~ jusqu'à 35 ans s'établit à 5,6 enfants par femme pour la demière période, contre, respectivement, 6,4 et 6,3 pour les deux périodes précédentes. Le Tableau 3.5 présente te même type de données que le tableau précédent, mais les taux sont Tableau 3.4 Tendances de la fécondité par âge Taux de fécondité par åge par période de cinq ans précédant l'enqu&e, selon l'åge de la mère, EDS Niger 1992 Périodes précédant l'enqu&e (en années) Groupe d'åges 0-4 5-9 10-14 15-19 219 268 253 20-24 325 357 343 25-29 317 344 346 30-34 255 307 327 35-39 191 225 [279] 40-44 102 [155] 45-49 [42] Note: Taux de fécondité par groupe d'âges pour 1000 femmes. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplètes. calculés ici par durée de mariage. Pour les durées de mariage inférieures à quinze ans, les taux de fécondité de la période la plus récente sont assez proches de ceux des périodes précédentes, bien que toujours légèrement plus faibles. Pour les durées de mariages plus longues (15-24 ans) les taux les plus récents sont nettement inférieurs à ceux des autres périodes. 32 Pour mille 4OO Graphique 3.4 Taux de fécondité générale par âge, par période avant l'enquête 3oo 2od 100 o 15-19 i , F i , 20-24 25-29 30434 35-39 40-44 Age de la femme 45-49 EDSN 1992 En première analyse, ces résultats sembleraient indiquer une baisse récente de la fécondité. Cependant, l'examen des différents déterminants de la fécondité ne fait apparaitre aucune modification récente de comportement susceptible d'expliquer une telle baisse, en particulier, l'/lge au premier mariage et l'åge aux premiers rapports sexuels n'ont pas varié au fil des générations (voir Chapitre 5 - Nuptialité), quant à l'åge ~t la première naissance, il semblerait, au contraire, se modifier dans le sens d'un rajeunissement (voir ci-après, section 3.5). De m~me, l'utilisation de la contraception qui reste å un niveau très faible (voir Chapitre 4 - Planification familiale) ne semble pas pouvoir explique r cette modifi cation récente du niveau de la fécondité. Faute d'autres éléments pouvant expliquer avec 6vidence une baisse de la f6condité, des analyses plus approfondies devraient ~tre menées avant de conclure sur la réalit6 d'une telle baisse. 3.3 PARITE ET STERIL ITE PR IMAIRE A partir du nombre total d'enfants que les femmes ont eus au cours de leur vie, on a calculé les parités moyennes par groupe d'figes, pour l'ensemble des femmes et pour les femmes actuellement en union (Tableau 3.6). Tableau 3.5 Tendances de la fécondité pæ durée de mariage Taux de fécondité par période de cinq ans précédant l'enqu&e, selon la durée écoulée depuis le premier mariage, EDS Niger 1992 Nombre d'années depuis le premier mariage Périodes précddant l'enquête (en années) 0-4 5-9 10-14 0-4 291 291 267 5-9 332 374 345 10-14 323 344 357 15-19 264 302 301 20-24 179 235 [298] 25-29 l l l [164] Note: Taux de fécondité pour 1000 femmes non-célibataires. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incompl&es. 33 On constate tout d'abord une augmentation régulière et très rapide des parités avec l'~lge de la femme : ainsi de 0,4 enfant en moyenne å moins de 20 ans, la parité atteint 2,1 enfants à moins de 25 ans et, å la fin de sa vie féconde, une femme a donné naissance à 8,0 enfants en moyenne. Par ailleurs, la répartition de toutes les femmes selon le nombre de naissances met en évidence une fécondité précoce très élevée, puisque près d'un tiers des jeunes femmes de moins de 20 ans (31 pour cent) ont déjà donné naissance à au moins un enfant, et 37 pour cent des femmes de moins de 25 ans ont al~jà eu 3 enfants ou plus. En fin de vie féconde (40-49 ans), 45 pour cent des femmes ont donné naissance à 9 enfants ou plus. Tmbleau 3.6 Enfants nés vivants et enfants survivants R~partttioo (en %) de toutes les femmes et des femmes aclueJlemem m union par nombre d 'enfants nés vlv~ts, norabre moyen d'enfants nés vivan0a et nombre moyen d'enfants survivants, selon l'åge des femmes, EDS Niger 1992 TOUTES LES FEMMES Effectif Nombre Nombre Nombre d'enfants nés vivants de moyen moyen Groupe fera- d'enfants d'enfants d'liges 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ou + Total mes n~s vivants survivants 15-19 68,9 22,3 6,6 1,8 0,1 0,2 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1379 0,43 0,34 20-24 15,0 18,6 29,4 20,5 10,8 4,1 1,4 0,1 0,0 0,0 0,0 100,0 1193 2,12 1.55 25-29 4,1 6,6 11,8 20,2 20,4 18,9 12.5 4,0 1,5 0,0 0,1 100,0 1278 3,82 2,71 30-34 4,2 2,8 4,9 6,9 13,5 16,7 19.8 16,7 8,9 3,6 1,9 100,0 974 5,32 3,66 35-39 4.1 4.5 3.8 2.9 5.9 9.4 11.8 15.9 15.7 12.6 13.4 100.0 746 6.53 4,32 40-44 4.4 3,7 4.4 4.7 4.7 5.4 8.1 12.0 12,8 14.0 25.8 I00.0 528 7.11 4.81 45-49 1,9 2.6 4,2 6,3 4,1 5,8 4,4 9,8 8.5 123 39.7 100,0 404 7,99 4,78 Ensemble 19,7 10,8 10,9 10,3 9,3 8,9 8,0 6,7 5,0 3,9 6,4 100,0 6503 3,85 2,62 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION Effectif Nombre Nombre Nombre d'enfanm nés vivants de moyen moyen Gl~upc fera- d'enfants d )¢.n fam.~ d'~ges 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ou + Total mes nês vivants survivants 15-19 49,1 36,0 11,1 3,2 0.2 0,4 0.0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 779 0,71 0,55 20-24 9.4 18,2 31,7 22.4 11,9 4,7 1,6 0.1 0,0 0,0 0.0 100,0 1059 2,30 1,67 25-29 3,0 6,0 11,2 20.7 20,7 19,5 13.1 4,2 1.5 0,0 0.1 100,0 1211 3.92 2.77 30-34 3,7 2,5 4,3 6,8 13.4 16,6 20,6 17,0 9,1 3,8 2,0 100,0 925 5,41 3,72 35-39 4.0 4,4 3,7 3,0 5,4 9.0 11,7 15,9 15,9 13,0 13.9 100,0 713 6,59 4,36 40-44 4,4 3.4 4,6 4,9 4,3 5,2 7.5 12,5 12,9 13,7 26,7 I00,0 503 7,17 4,83 45-49 2,1 2,7 3,5 6,3 3,9 4,6 4.7 9,6 7,1 12,3 43,1 100,0 371 8,16 4,87 Enserable 11,0 11,3 11,9 11,6 10,4 9,9 9,1 7,6 5,5 4,4 7,4 100,0 5561 4,33 2,94 Les résultats concernant les femmes actuellement mari6es diffèrent peu de ceux concernant toutes les femmes, sauf aux ~lges les plus jeunes où la proportion de femmes non-mari~es et à très faible fécondité est encore importante. Ainsi, 51 pour cent des femmes mari~es de 15-19 ans ont déjà eu au moins un enfant contre 31 pour cent pour toutes les femmes. Cependant, dès 20-24 ans où la proportion de femmes non- mari~es est déjà très faible (voir Chapitre 5 - Nuptialité), l'écart entre la proportion de femmes mari~es ayant déjà eu au moins un enfant (91 pour cent) et celle de l'ensemble des femmes dans la même situation (85 pour cent) est peu important. 34 D'une manière générale, les femmes qui restent volontairement sans enfant sont relativement rares en Afrique et en particulier au Niger, par conséquent la parité zéro des femmes actuellement mari~es et les plus [lgées permet d'estimer le niveau de la stérilité totale ou primaire : 3,7 pour cent seulement des femmes de 35-49 ans, ~ges auxquels l'arrivée d'un premier enfant est peu probable, n'ont jamais eu d'enfants et peuvent 8tre considérées comme st~files. Ce faible niveau de stérilité primaire est voisin de celui observé lors des enqugtes EDS dans d'autres pays d'Afrique (Amold et Blanc, 1990). 3.4 INTERVALLE INTERGENESlQUE La longueur de l'intervalle qui sépare la naissance d'un enfant à la naissance précédente a une influence sur son état de santé et sur celui de la mère. En particulier, de nombreuses recherches ont montré que les intervalles intergénésiques courts (inférieurs à 24 mois) sont nuisibles à la santé des enfants et augmentent leur risque de décéder (voir Chapitre 9 - Mortalité des enfants). Le Tableau 3.7 présente la Tableau 3.7 Intervalle intergénésique Répartition (en %) des naissances des cinq années préeédant l'enquête par nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS Niger 1992 Nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente Caractéristique 7-17 18-23 24-35 36-47 48 ou + Nombre médian Effectif de mois depuis de la naissance Total naissances précédente Groupe d'åges 15-19 24,8 27,1 35,5 7,4 5,1 100,0 154 23,8 20-29 11,4 17,7 43,9 18,9 8,1 100,0 3184 28,9 30-39 11,2 12,3 41,8 21,6 13,0 100,0 2266 31.4 40 ou + 6,5 12,6 38,4 22,5 20,0 100,0 536 33,6 Rang de naissance 2-3 10,6 16,7 41,2 20.2 11,3 100,0 2047 29,8 4-6 11.4 15.2 44,7 19,0 9,6 100,0 2475 29,9 7 ou + 11,9 14,4 40,4 20,9 12,4 100,0 1618 30,7 Sexe de l'enfant précédent Masculin 10,2 16,1 43,0 20,1 10,5 I00,0 3130 30,3 Féminin 12,3 14,9 41,8 19.7 11,3 100,0 3010 29,9 Survie de l'enfant précédent Toujours vivant 5,6 13,3 45,3 23,4 12,4 100,0 4193 32,1 Décédé 23.5 20,2 36,2 12,4 7.6 100,0 1947 25,3 Milieu de résidence Niamey 7.7 13,5 43,9 19,0 15,8 100,0 300 30,5 Autres villes 9,1 15,9 46,6 18,3 10,1 100,0 625 29,4 Ensemble urbain 8,7 15,1 45,8 18,5 11,9 100,0 926 29,7 Rural 11,7 15,6 41,8 20,2 10,7 100,0 5215 30,2 R~glon Niamey 7,7 13,5 43,9 19.0 15,8 100,0 300 30,5 Dosso 10,0 14,0 46,3 22,8 6,9 100,0 871 30,4 Maradi 9,6 13,0 45,1 20,2 12,1 100,0 1233 31,2 Tahoua/Agadez 10.7 17,9 44,0 17,3 10,0 100,0 1334 28.8 Tillabéri 10,6 15,4 40,4 22,0 11,5 100,0 1089 31.3 Zinder/Diffa 15.6 17.0 37,0 18,7 11,7 100,0 1312 29,1 Niveau d'instruction Aucun 11,3 15,4 42,4 20,i 10,9 100,0 5672 30,2 Primaire ou plus 10,9 16,6 43,2 17,7 11,6 100,0 468 29,1 Ensemble 11,3 15,5 42,4 19,9 10,9 100,0 6140 30,1 Note : Les naissances de rang 1 sont exclues. L'intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois écoulés depuis la grossesse précédente qui a abouti à une naissance vivante. 35 r~partition des naissances des cinq années ayant prie~d~ l'cnquete selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, en fonction de diverses caractéristiques démographiques et socio-économiques. On constate que 11 pour cent des naissances sont arrivées moins de dix-huit mois après la naissance précédente et près de 16 pour cent des enfants sont nés entre dix-huit mois et deux ans après leur aîné : au total donc, dans un peu plus d'un quart des cas (27 pour cent), l'intervalle intergénésique est inférieur à deux ans. La majorité des naissances (42 pour cent) se produisent entre 24 et 35 mois après la naissance précédente, et 31 pour cent des enfants sont nés trois ans et plus après leur aîné. La durée médiane de I'intervalle intergénésique est de deux ans et demi (30,1 mois). Par ailleurs, on observe des disparités entre les intervalles intergénésiques scion les caractéristiques démographiques et socio-économiques. Les intervalles intergénésiques sont légèrement plus courts chez les jeunes femmes (médiane de 28,9 mois à 20-29 ans) que chez les femmes plus ågées, en particulier celles de 40 ans et plus (médiane de 33,6 mois). Bien que le Tableau 3.7 mette en évidence une très forte proportion de naissances précédées par un intervalle de moins de deux ans chez les femmes de 15 - 19 ans (52 pour cent), cela ne reflète pas le comportement réel de ces femmes car les naissances de rang un qui constituent l'essentiel de leur fécondité sont exclues de ce tableau. Du point de vue du rang de naissance et du sexe de l'enfant, on ne note que très peu d'écart entre les intervalles. Par contre, les naissances qui suivent des enfants décédés se produisent beaucoup plus rapidement que lorsque l'enfant précédent est toujours en vie : 44 pour cent des naissances ont lieu moins de deux ans après la naissance de l'enfant précédent lorsque celui-ci est décédé, contre 19 pour cent lorsqu'i] est toujours en vie. En ce qui concerne le milieu de résidence, les intervalles intergénésiques ne présentent que peu de variations, bien que les intervalles très courts (moins de 18 mois) soient plus fréquents en milieu rural (12 pour cent) que dans les "autres villes" (9 pour cent) et qu'à Niamey (8 pour cent). Du point de vue de la région de résidence, 1'intervalle médian varie assez peu, de 28,8 mois à Tahoua/Agadez à 31,2 et 31,3 mois, respectivement, å Maradi et Tillabéri. Enfin, selon le niveau d'instmction de la mère, on constate, là encore, que les intervalles entre naissances ne varient pratiquement pas : 30,2 mois chez les femmes sans instruction, contre 29,1 mois chez celles ayant fréquenté l'école. 3.5 AGE A LA PREMIERE NAISSANCE L'åge à la première naissance est un indicateur démographique important dans la mesure où cet åge influence la descendance finale des femmes, en particulier lorsque l'utilisation de la contraception est faible. Le Tableau 3.8 donne la répartition des femmes par åge å leur première naissance et leur åge médian à la Tableau 3.8 Age à la première næssance Répartition (en %) des femmes par åge à la prennère naissance, et ige médtan ì la première naissance selon l'åge actuel, EDS Niger 1992 Age médian Femmes Age à la première naissance Effectif à la Age sans de première actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25 ou + Total femmes naissance 15-19 68,9 4,3 22,2 4,6 a a a 100,0 1379 b 20-24 15,0 14,5 38,8 21,7 8,3 1,7 0,0 10(9,0 1193 17,7 25-29 4,1 12,7 40,2 21,2 13,2 7,0 1,5 100,0 1278 17,8 30-34 4,2 14,7 36,2 22,2 9,7 9,6 3,4 100,0 974 17,9 35-39 4,1 12,3 33,1 20,4 15,2 8,7 6,1 100,0 746 18,4 40-44 4,4 14,4 32,0 16,1 11,5 12,2 9,4 100,0 528 18,5 45-49 1,9 8,3 37,8 13,4 15,3 14,2 9,1 100,0 404 18,5 asans objet bNon applicable: moins de 50% de femmes ont eu un enfant 36 première naissance, selon le groupe d'ãges au moment de l'enquête. Les résultats présentês dans ce tableau dénotent, une fois de plus, la précocité de la fécondité des femmes nigériennes : parmi les femmes actuellement tigées de 20 å 34 ans, plus de la moitiê ont eu leur premier enfant avant l'tige de 18 ans, parmi les femmes plus ågées (35-49 ans), dans la moitié des cas, cette première naissance s'est produite avant l'tige de 18,5 ans. Ainsi des générations les plus anciennes, aujourd'hui agées de 45-49 ans, aux gênérations les plus récentes, aujourd'hui ågées de 20-24 ans, il semblerait que l'åge à la premiêre naissance ait légèrement diminué, la valeur médiane passant de 18,5 ans à 17,7 ans. Compte tenu du fait que, des générations les plus anciennes aux plus récentes, on n'observe aucune modification ni dans l'tige au premier mariage, ni dans l'åge aux premiers rapports sexuels (voir Chapitre 5 - Nuptialité), cette tendance apparente doit ~tre interprétée avec précaution. Concernant l'ensemble des femmes de 20-49 ans, 1' åge médian s'établit à 18,0 ans (Tableau 3.9). Par ailleurs, selon les caractéristiques socio-démographiques des femmes, l'/tge à la première naissance présente certaines variations. Du point de vue du milieu de résidence, si l'age médian à la première naissance est peu différent chez les femmes de 20-49 du milieu rural (17,8 ans) et chez celles des "autres villes" ( lg, l ans), à Niamey, où le niveau de fécondité est le plus faible, il est nettement plus élevé (19,5 ans). Il en est de même pour les femmes ayant fréquenté l'école : åge médian de 19,3 ans contre 17,8 ans chez celles n'ayant aucune instruction. Au Chapitre 5 (Nuptialité), on retrouve les mêmes types d'6carts en ce qui concerne l'tige an premier mariage et l'ãge aux premiers rapports sexuels. En ce qui concerne la région de résidence, seules les femmes du département de Maradi qui font partie de celles ayant la fécondité la plus 61evée, ont un tige médian à la première naissance plus faible que les femmes des autres r6gions : 17,5 ans contre 17,8 ans et plus partout ailleurs. Tableau 3.9 Age médian ì la première naissance Age médian à la première naissance (femmes de 20-49 ans) par åge actuel et par caractéristiques socio-démo- graphiques, EDS Niger 1992 Age actuel Age Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 20-49 Milieu de résidence Niamey 20,0 19,3 19,0 19,0 19,6 20,4 19.5 Autres villes 18,1 17,9 17,9 18.4 18,5 18,6 18,1 Ensemble urbain 18,8 18,6 18,3 18,7 18,9 19,1 18,6 Rural 17,5 17,7 17,8 18,3 18,4 18,3 17,8 R6glon Niamey 20,0 19.3 19,0 19,0 19.6 20.4 19.5 Dosso I7.9 17,7 18,2 18,4 18,2 18,4 18,0 Maradi 16,9 17,5 17.5 18,0 18,8 17.t 17,5 Tahoua/Agadez 17,4 17,5 17,7 18,6 18,7 19,9 17,8 Tillabéri 17,7 18,0 18,1 17.6 17.8 18,3 17,9 Zinder/Diffa 17,9 17,8 17.8 18,6 18,8 19,3 18.1 Niveau d'Instruction Aucun 17,5 17,5 17,8 18,3 18,4 18,5 17,8 Primaire ou plus 19,1 19,8 18,7 19,4 19,3 17,0 19,3 Ensemble 17,7 17,8 17,9 18,4 18,5 18,5 18,0 Note: L'åge r~dian pour la cohorte 15-19 ne peut ~tre déterminé car de nombreuses femmes peuvent encore avoir une naissance avant d'atteindre 20 ans. 37 3.6 FECONDITE DES ADOLESCENTES On a souligné précédem ment le haut niveau de fécondité des adolescentes ( 15 - 19 ans) qui contribuent pour 16 pour cent à la fécondité totale des femmes; par ailleurs, l'tige médian à la première naissance (18,0 ans pour les femmes de 20-49 ans) se situe dans cette tranche d'àges. Le Tableau 3.10 et le Graphique 3.5 donnent, par tige détaillé entre 15 et 19 ans, les proportions d'adolescentes qui ont déjà eu un ou plusieurs enfants et de celles qui sont enceintes pour la première fois : la somme de ces deux pourcentages fournit la proportion de femmes ayant commencé leurvie féconde. On remarque que 36 pour cent des femmes de 15-19 ans ont déjà commencé leur vie féconde : 31 pour cent ont déjà au moins un enfant et 5 pour cent sont enceintes pour la première fois. Dès 15 ans, 10 pour cent des femmes ont déjà commencé leur vie féconde et cette proportion augmente régulièrement et rapidement avec l'tige: à 17 ans, 40 pour cent des femmes ont déjà, au moins, un enfant ou sont enceintes et, à 19 ans, près de trois femmes sur quatre (71 pour cent) ont déjà commencé leur vie féconde, la grande majorité (68 pour cent) ayant déjà, au moins un enfant. Tableau 3.10 Fécondité des adolescentes Pourcentage d'adolescentes de 15 à 19 ans ayant déjà eu un enfant ou étant enceintes d'un premier enfant par caractéristiques socio-démographiques, EDS Niger 1992 Adolescentes (%) qui sont: Adolescentes (%) ayant d6jà Enceintes d'un commencé leur Caractéristique Mères premier enfant vie féconde Effectif Age 15 6,0 3,6 9,6 372 16 16,2 7,1 23,3 261 17 32,2 7,3 39,6 326 18 57,9 3,9 61,8 267 19 67,8 2,9 70,8 154 Milieu de résidence Niamey 15,6 1,8 17,4 107 Autres villes 31,3 5,3 36,5 156 Ensemble urbain 24,9 3,9 28,7 263 Rural 32,5 5,4 38,0 1116 Région Niamey 15,6 1,8 17,4 107 Dosso 29,2 1,7 30,9 199 Maradi 32,6 6,0 38,7 206 Tahoua/Agadez 35,0 4,9 39,9 261 Tillabéti 25,6 5,1 30,7 331 Zinder/Diffa 40,1 8,5 48,6 274 Niveau d'Instruction Aucun 33,3 5,5 38,9 l 117 Primaire ou plus 21,5 3,4 24,8 262 Ensemble 31,1 5,1 36,2 1379 38 Graphique 3,5 Pourcentage d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde Pourcentage 80 60 40 20 15 16 17 18 19 Age (année) Adolescente F'ff]ayant 2 enfants ou + r'layant 1 enfant lmencepnte du 1er enfant EDSN 1992 La précocité de la fécondité est beaucoup plus accentuée en milieu rural où 38 pour cent d'adolescentes ont commencé leur vie féconde entoe 15 et 19 ans, contre 37 pour cent dans les "autres villes" et 17 pour cent à Niamey (Graphique 3.6). De même, on constate de très forte différences r6gionales : dans la région de Zinder/Diffa où, curieusement, le niveau de fécondité est le plus faible (ISF de 6,7), près d'une adolescente sur deux (49 pour cent) est déjà mère ou en première grossesse; deux adolescentes sur cinq sont dans la mSme situation à Tahoua/Agadez (40 pour cent) et à Maradi (39 pour cent), et près d'une adolescente sur trois (31 pour cent) à Dosso et å Tillabéri où la fécondité est la plus élevée (ISF de 8,1). Enfin, selon le niveau d'instruction, on constate que parmi les adolescentes qui ont fréquenté l'école, un quart d'entre elles (25 pour cent) ont commencé leur vie féconde alors que, parmi celles qui n'ont pas d'instruction, 39 pour cent sont déjà mères ou enceintes pour la première fois. Le Tableau 3.11 foumit enfin la répartition des adolescentes par tige détaillé, selon leur nombre d'enfants. On constate que parmi les adolescentes qui ont déjà eu au moins un enfant (31 pour cent des femmes de 15-19 ans), plus d'un quart en ont déjà eu deux ou plus (9 pour cent par rapport à 31 pour cent). Il s'agit surtout des adolescentes les plus ågées, puisque 21 pour cent des femmes de 18 ans et 31 pour cent de celles de 19 ans ont déjà deux enfants ou plus. La parité moyenne augmente très rapidement avec l'tige : elle atteint 0,4 enfants par femme dès 17 ans et une adolescente de 19 ans a déj/l eu, en moyenne, 1,1 enfants. 39 RESIDENCE L NlameYL~ Autres vflies .~*,--- Ruraq ~,.,,~,,~ REGIONL~ Dosso Marad[ t~ Tahoua/Agadez] Tillab~n ~ INSTRUCTION[ Aucunel~ Primaire ou +~~------~--~ Graphique 3,6 Adolescentes de 15-19 ans ayant commencé leur vie féconde ) 10 20 30 40 50 Pourcentage {l~lAdol avec enfants r-lAdol l¢,e grossesse ]l 60 ED$N 1992 Tableau 3.11 Enfants nés de mères adolescentes R6partition (en %) des adolescentes ågées de 15 à 19 ans par nombre d'enfants n6s vwants et nombre moyen d enfants n6s v vants selon I âge, EDS Niger 1992 Nombre d'enfants nés vivants A8e 0 1 2 ou + Nombre moyen d'enfants n~s Effectif Total vivants d'adolescentes 15 94,0 5,6 0,4 100,0 0,06 372 16 83,8 15,2 1,1 I00,0 0,I7 261 17 67,8 28,3 4,0 100,0 0,37 326 18 42,1 36,7 21,2 100,0 0,85 267 19 32,2 37,2 30,6 1120,0 1,11 154 Ensemble 68,9 22,3 8,8 loe,õ 0,43 1379 40 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE Au Niger, comme dans la plupart des pays d'Afrique de l'Ouest, les populations ont toujours un comportement pro-nataliste. Comme par le passé, on fait beaucoup d'enfants pour compenser la forte mortalité infantile, car avoir une famille nombreuse est un prestige, surtout en milieu rural, et malgré l'évolution de la situation socio-économique, les mentalités n'ont pas changé de maniêre significative. Cependant, les cas de grossesses et de naissances désirées plus tard qu'elles ne surviennent ou même non désir~es sont de plus en plus nombreux au Niger. Face à cette situation, le Gouvernement a franchi le premier pas avec l'ouverture d'un Centre National de Santé Familiale en 1984. Ensuite, en 1988, c'est la promulgation d'une loi facilitant l'accès des femmes aux mêthodes contraceptives, c'est-à-dire que désormais les femmes mari~es pourront accéder aux méthodes contraceptives modernes sans avoir à présenter l'autorisation écrite de leur mari. A l'heure actuelle, la contraception est disponible dans les centres de Protection Maternelle et Infantile (PMI), les matemités, les centres médicaux, les dispensaires ruraux et même au niveau des équipes de santé villageoises. La volonté politique en matière de planification familiale s'affirme de plus en plus. Quelques enquêtes ont été menées sur les connaissances, attitudes et pratiques (CAP) des populations relatives à la contraception : ces enquêtes CAP ont eu lieu å Niamey en 1987, à Niamey, Maradi et Zinder en 1988-89, ~ et à Niamey, Maradi et Dosso en 1992. Mais aucune enquête d'envergure nationale n'a jusque- là traité de la connaissance, de l'utilisation et du comportement vis à vis de la contraception. Aujourd'hui grãce à I'EDSN, le Niger pourra disposer de données qui permettront d'évaluer les actions entreprises au niveau national en matière de planification familiale afin de pouvoir mieux les élargir et les renforcer. Au cours de I'EDSN, on a demandé aux femmes interrogées quelles méthodes de contraception elles connaissaient. On s'est ensuite intéressé à l'utilisation passée et/ou actuelle de la contraception, ainsi qu'à l'intention de son utilisation dans le futur. On a enfin demandé aux femmes si elles savaient où se procurer les différents moyens de contraception. Les m6thodes retenues dans le questionnaire peuvent être classées en deux catégories : méthodes modernes : pilule, DIU ou stérilet, injection, méthodes vaginales (spermicide, diaphragme, mousse, gelée), condom ou préservatif masculin, stérilisation féminine (généralement, ligature des trompes), stérilisation masculine (vasectomie) • méthodes traditionnelles : continence périodique, retrait, gris-gris. Far ailleurs, toutes les autres méthodes non listées ci-dessus, à savoir, essentiellement, les méthodes traditionnelles (herbes, écorces, etc.), ont ét~ enregistrées dans une catégorie "autres méthodes." L'analyse des résultats sera consacrée essentiellement aux thêmes suivants : • connaissance de la contraception Voir : Bashin et Allen, 1989; CNSF et CPSF, 1987. 41 pratique de la contraception utilisation actuelle de la contraception nombre d'enfants å la première utilisation connaissance de la période féconde source d'approvisionnement de la contraception utilisation future et méthodes contraceptives préférées information sur la contraception opinions et attitudes vis à vis de la contraception. 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION La connaissance des méthodes contraceptives, ainsi que celle du lieu où se les procurer sont les conditions préalables å toute utilisation de la contraception. La connaissance des méthodes a été appr~hendée de deux façons différentes: connaissance spontanée et connaissance après description. L'enqu~trice a d'abord demandé å la femme quelles méthodes (aussi bien traditionnelles que modernes) elle connaissait. Ensuite pour les méthodes non citées spontanément, chaque méthode spécifique a été décrite par l'enquêtrice avant de demander à la femme si elle en avait déjà entendu parier. Et pour chaque méthode connue on a demandé à l'enquetée si elle savait off se la procurer. Les résultats obtenus montrent que les trois quarts des femmes (76 pour cent) ont déclaré connaitre au moins une méthode; si on se limite aux femmes en union, cette proportion est légèrement plus élevée (77 pour cent) (Tableau 4.1 et Graphique 4.1). S'agissant des seules méthodes modernes, 58 pour cent Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes Pourcentages de femmes et de femmes actuellement en unîon qui connaissent une méthode contraceptive et pourcentage de celles qui connaissent une source (pour informations ou services) par méthode spécifique. EDS Niger 1992 Connalt une méthode Cortnait une sou~oe Toutes Femmes Toutes Femmes Méthode les actuellement les actuellement contraceptive femmes en union femmes en union N'Importe quelle m~thode 75,7 77,3 33.2 33,1 M£~t hode moderne 58,0 58,0 33,0 32,9 Pilule 45,2 44,9 26,5 26,1 DIU 25,3 24,9 15,0 14,6 Injection 39,2 39,3 22,5 22,4 Méthodes vaginales l 1,0 l 1,0 6,9 6,9 Condom 23,9 22,7 12,2 11,3 Stérilisation féminine 39,0 39,9 17,7 17,9 Stérilisation masculine 10,5 10,8 3,2 3,3 Méthode traditionnelle 65,2 67,4 3,5 3,2 Continence périodique 9,9 9,7 3,5 3,2 Retrait 9,6 9.7 0,0 0,0 Gris-gris 63,3 65,6 0,0 0,0 Autres méthodes 6,3 6,8 0.0 0.0 Effectif de femmes 6503 5561 6503 5561 42 Graphique 4.1 Connaissance de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union Au moins 1 méth mod 58 Pilule St~rllisatton fêmtnlrle Injectron DIU Condom Au moins 1 m@th trad Gris-gns Contlnence p@nod . Retrait Au motns 1 m~thode 145 14o 139 ] 2s 123 67 ] 66 ~ 1 o ----11o 20 40 60 80 Pourcentage 100 EDSN 1992 de l'ensemble des femmes et des femmes en union en connaissent au moins une. Le Tableau 4.1 donne également les proportions de femmes ayant d6claré connattre chaque méthode contraceptive spécifique. La pilule est la méthode modeme la plus connue (45 pour cent) suivie de la stérilisation féminine et des injections (39 pour cent); environ une femme sur quatre connaît le stérilet (25 pour cent) et condom (23 pour cent); les méthodes vaginales (11 pour cent) et la stérilisation masculine (11 pour cent) sont les méthodes les moins connues. En ce qui concerne les méthodes traditionnelles, 65 pour cent de l'ensemble des femmes et 67 pour cent des femmes mari~es ont déclar6 en connaître au moins une: la continence périodique et le retrait connus par moins de 10 pour cent des femmes viennent très loin après les gris-gris, connus par 66 pour cent des femmes en union. Parmi les femmes en union et l'ensemble des femmes qui ont affirmé connaAre une méthode, un tiers seulement (33 pour cent) ont déclaré savoir où se la procurer. Si on se limite aux seules méthodes contraceptives modemes, également 33 pour cent des femmes connaissant une méthode savent où aller pour l'obtenir. En d'autres termes, deux femmes sur trois connaissant une méthode moderne de contraception ne savent pas où se la procurer. Les sources d'approvisionnement des méthodes traditionnelles sont les plus méconnues : seulement 3 pour cent des femmes connaissant la continence périodique savent oh s'adresser pour obtenir des conseils sur la façon de l'utiliser. Il faut souligner que, concernant la connaissance des méthodes modernes, des efforts ont été fournis dans le domaine de l'information et de la sensibilisation des populations depuis la création du Centre National de Santé Familiale (CNSF). C'est ainsi que dans le cadre de l'Information, Education et Communication (IEC), des séances de sensibilisafton ont lieu de manière périodique dans presque tous les quartiers de la Communauté Urbaine de Niamey et å l'intérieur du pays, ainsi que par le biais des média. 43 Le Tableau 4.2 pr~sen~e les proportions de femmes en union ayant déclar6 connaflre des mdthodes contraceptives et un endroit oà se les procurer selon différentes caractéristiques socio.démographiques. La distincUon par groupe d'tiges quinquennaux montre que, quel que soit le groupe d'ãges, près de 8 femmes sur 10 connaissent au moins une méthode contraceptive, sauf pour les femmes de 15-19 ans où la proportion est de 65 pour cent. C'est chez les femmes de 25-29 ans que la connaissance de la contraception est la plus dlevée (82 pour cent). Si l 'on se limite aux mêthodes modernes, on peut observer les mêmes types de variations selon l'tige, mais avec des écarts plus prononcés : la connaissance varie de 49 pour cent ~ 15-19 ans à 64 pour cent chez les femmes de 25-29 ans, pour diminuer ensuite à 49 pour cent à 45-49 ans. La connaissance d'un endroit oh se procurer une mêthode moderne de contraception suit les mêmes tendances que la connaissance des méthodes elles-m~mes : ce sont les femmes des åges intermédiaires (20-39 ans), et surtout celles de 25-29 ans (38 pour cent) qui connaissent le mieux les sources d'approvisionnement; les femmes les moins bien informées sont celles de 45 ans et plus (26 pour cent) et celles de moins de 20 ans (22 pour cent). Tableau 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives modernes et des sources des mdthodes Pourcentage de femmes actuellement en union connaissant au moins une méthode moderne et pourcentage de celles connaissant une source (pour informations ou services), par earactéristiques soeio~témographiques, EDS Niget 1992 Corma~t une Cormalt source pour Effectif Corma~t une méthode méthode de Caractéristique une méthode moderne I moderne femmes Groupe d'åges 15-19 64,9 48,9 22,2 779 20-24 77,4 58,3 34,2 1059 25-29 81,6 64,1 37,7 1211 30-34 80,0 59,7 36,l 925 35-39 77,8 59,9 34,9 713 40-44 78.4 58,2 31,3 503 45 -49 80,4 48,9 26,1 371 Milieu de r~sldence Niarney 95,1 93,1 76,2 271 Autre villes 92,0 86,3 77,0 520 Ensemble urbain 93,1 88,6 76,8 791 Rural 74,7 53,0 25,6 4770 R~glon Niamey 95,1 93,1 76,2 271 Dosso 85,9 77,1 40,8 760 Maradi 87,3 50,8 28,7 1080 Tahoua/Agadez 81,6 52,4 32,9 1201 Tillabéri 87,2 78,0 30,6 935 Zinder/l)iffa 49,6 36,7 24,4 1313 Niveau d'Instruction Aucun 76,5 56,5 30,5 5136 Primaire ou plus 87,1 76,7 61,8 425 Ensemble 77,3 58,0 32,9 5561 1C'est-à~lire: pilule, DIU, injection, méthodes vaginales (spermicides, diaphragmes.), condom et stérilisations f~minine et masculine. 44 En ce qui concerne le milieu de résidence, comme l'on pouvait s'y attendre, la contraception est mieux connue en ville qu'en zone rurale. La presque totalité des femmes de Niamey connaissent une méthode quelconque (95 pour cent) ou une méthode moderne (93 pour cent). Dans les "autres villes" ces proportions sont respectivement de 92 et 86 pour cent, et elles passent à 75 et 53 pour cent seulement en milieu rural. Du point de vue régional, on constate que la connaissance de la contraception est très faible à Zinder/Diffa puisque un peu moins de la moitié des femmes de cette région ont déclaré connaître une méthode quelconque et seulement 37 pour cent, une méthode moderne. La connaissance des méthodes modernes de contraception est également faible à Maradi (51 pour cent) et à Tahoua/Agadez (52 pour cent). En observant les résultats concemant le niveau d'instruction, on peut constater que celui-ci a une forte influence sur la connaissance de la contraception, et surtout sur celle des méthodes modernes : 57 pour cent des femmes mari~es n'ayant reçu aucune instruction affirment connaître au moins une méthode moderne contre 77 pour cent des femmes qui ont un niveau d'instruction primaire ou supérieur. Cet écart est encore plus prononcé pour la connaissance d'une source d'approvisionnement : seulement 31 pour cent des femmes sans instruction connaissant une méthode savent où se la procure contre 62 pour cent pour les femmes ayant fréquenté l'école. 4.2 PRAT IQUE DE LA CONTRACEPT ION La pratique de la contraception chez les femmes enqu~tées est d~ finie comme 1'utilisation d'au moins une méthode contraceptive à un moment quelconque de leur vie féconde. Aux femmes qui avaient déclaré connaître une méthode contraceptive, les enquetrices ont demandé si elles avaient déj à utilisé cette méthode. Ces informations permettent de mesurer le niveau de pratique de la contraception à un moment quelconque de la vie des femmes par type de méthode spécifique (Tableau 4.3). Tableau 4.3 Utilisation de la contraception à un moment quelconque Pourcentage de femmes et de femmes actuellement en union ayant déjà uulis6 une méthode contraceptive, par méthode Sl~Cffique, selon Fige, EDS Niger 1992 Orou~ d'r.ges N'lm- Mrthodes modernes Nqm- Mrthodes tradiuonnelles N'ira- porte porte porte quelle Mrth. quelle Contin. Effectif quelle rn~hode Pli- Injec- vagi- Con- St~ril. mt~thode p~ric- Gris- de mOhode moderne uie DIU tion nales dom frmin, tradlL dique Retrait gris Autres femmes TOUTES LES FEMMES 15-i9 3.3 1.2 1.1 0.0 0,0 0,0 0,1 0.0 2.7 0.4 0,3 2.1 0,5 1379 20-24 12,5 5.1 4.5 0.2 0.2 0,2 1.0 0.0 8.9 0.9 0,6 6.9 1,0 1193 25-29 14,1 6.1 5.0 0.4 1,0 0,2 0.5 0.0 I0.0 0.6 0,5 8.2 1,5 1278 30-34 15,2 6.9 5.8 0.7 1,0 0.6 0.6 0.2 11.0 1.3 0.6 8.2 2,1 974 35-39 12.7 5,5 4.2 0.4 1,6 0.3 0.2 0.2 7.7 0.6 0.0 5.7 2.0 746 40-44 10,1 3,0 1.9 0.5 1.4 0.4 0.1 0,2 7,8 0.7 0.2 5.9 2.8 528 45-49 8,3 2.4 0.8 0,6 0,5 0.0 0.1 0,8 6,2 0,1 0.0 3,8 3.6 404 Ensemble 10.8 4,4 3.6 0,4 0.7 0.2 0.4 0,1 7,7 0.7 0.4 5,9 1.6 6503 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 4.0 1.3 1.2 0.0 0.1 0,0 0,1 0,0 3,4 0,5 0.4 2.7 0.7 779 20-24 12.4 4.5 4,2 0,2 0.2 0.1 0,8 0,0 9.4 0,9 0.6 7.3 1.1 1059 25-29 13.4 5.3 4,3 0,3 1.0 0.2 0,3 0.0 9.9 0.4 0,4 8.3 1,5 1211 30-34 15.1 6.4 5,6 0.7 0.9 0.6 0,4 0.1 11.2 1.3 0,6 8.4 2,2 925 35-39 12.3 5.2 4,0 0.4 1.4 0.3 0,2 0.2 7.6 0.6 0.0 5.8 1.9 713 40-44 9.7 2.9 1,9 0.5 1.3 0.4 0,1 0.2 7.6 0.7 0,2 5.8 2.8 503 45-49 8.6 2,6 0.9 0.7 0.5 0,0 0.1 0.8 6,3 0.1 0,0 3,7 3,6 371 Ensemble 11.4 4.4 3.6 0.4 0.8 0.2 0.3 0.1 8.4 0.7 0.4 6.5 1.7 5561 45 Sur l'ensemble des femmes, 11 pour cent ont déjà utilisé au moins une méthode contraceptive à un moment quelconque de leur vie, les méthodes modernes (4 pour cent) étant moins utilisées que les méthodes traditionnelles (8 pour cent). Parmi ces demières, le gris-gris est la méthode la plus utilis6e (6 pour cen0. Parmi les m6thodes modernes, la pilule (4 pour cent) est la seule méthode qui a été utilisé.e par plus de 1 pour cent des femmes. Pour l'ensemble des méthodes et pour les méthodes modemes, c'est chez les femmes de 25-29 ans (respectivement, 14 et 6 pour cent) et de 30-34 ans (respectivement, 15 et 7 pour cent) que l'utilisation a 6té la plus importante. Par méthode spécifique et quel que soit l'fige, on constate que seuls la pilule et les gris-gris ont été utilisés par des proportions non négligeables de femmes. Si on se limite aux femmes en union, on constate que la proportion de femmes ayant d6jà utilisé la contraception (11,4 pour cent) est lég5mment plus élevée que celle relative å l'ensemble des femmes (10,8 pour cent). En outre, pour les femmes en union, l'utilisation par méthode sp6cifique est la même que pour l'ensemble des femmes, ainsi que l'utilisation par åge. 4.3 UT IL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPT ION La prévalence contraceptive correspond au pourcentage de femmes qui utilisent une méthode contraceptive quelconque au moment de l'enquSte. Si 76 pour cent de l'ensemble des femmes enquStées connaissent au moins une méthode de contraception et 33 pour cent savent où se la procurer, seulement 11 pour cent ont déclaré en avoir déjà utilisé une et 4 pour cent en utilisent une actuellement (Tableau 4.4). Ces Tableau 4.4 Utilisation actuelle de la contraception Réparation (en %) de toutes les femmes et des femmes actuellement en union, par m6thod¢ contraceptive actuellement utilis6e, selon l'åge. EDS Niger 1992 Nhm- N'ira- M6thodesmodernes N'tm- Méthodes tradluonnelles porte porte porte quelle quelle M6th. quelle Contra. Effectif Groupe m6- lïl~thode Pli- Injec- vagi- Con- St~ril. m~93aode p~no- Gris- Aucune de d'~ges thode moderne uie DIU tio~ nales dora f6min, tradht, dique Retratt grJ, Autres m6thode Total femmes TOUTES LES FEMMES 15-19 1.8 0,7 0,6 0.0 0.0 0.0 0,0 0.0 1,1 0.1 0.0 1,0 0,1 98,2 100.0 1379 20-24 1.8 0.7 0,6 0.0 0,0 0.0 0.0 0.0 1,1 0.1 0.0 1,0 0.1 98,2 100.0 1379 25-29 5.8 3,2 2,2 0.2 0,8 0.0 0,0 0.0 2,6 0.0 0.0 2.4 0.2 94,2 100.0 1278 30-34 5.8 2.9 1,8 0.4 0,5 0,0 0,1 0,2 2,9 0.1 0.0 2.5 0.3 94,2 100.0 974 35-39 4,7 3,2 2.0 0.1 0,8 0,0 0.0 0,2 1.6 0,1 0.0 1.2 0.3 95.3 100.0 746 40-44 3.4 1.8 0.7 0.2 0.8 0.0 0.1 0,2 1.6 0,1 0.0 1,3 0.3 96.6 100.0 528 45-49 1,8 1.6 0.0 0.4 0.4 0.0 0.0 0.8 0.3 0.1 0,0 0.1 0.0 98.2 100.0 404 Ensemble 4.4 2.3 1,5 0,2 0.4 0.0 0,I 0.I 2.I 0.I 0,0 1,8 0,2 95,6 100.0 6503 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 2.2 0.8 0.7 0.0 0.1 0,0 0.0 0,0 1.3 0,0 0.0 1.3 0,0 97.8 100,0 779 20-24 2,2 0.8 0.7 0.0 0.1 0,0 0.0 0,0 1.3 0,0 0.0 1.3 0,0 97.8 100,0 779 25-29 5,4 2.8 1.9 0,1 0.8 0.0 0.0 0,0 2.5 0,0 0.0 2,3 0.2 94.6 100,0 1211 30-34 5.4 2.6 1,8 0,4 0.4 0.0 0,0 0.1 2.8 0.1 0,0 2.4 0.3 94.6 100,0 925 35-39 4.7 3.0 1.9 0.1 0,7 0.0 0,0 0.2 1.6 0.1 0.0 1,3 0.3 95,3 100.0 713 40-44 3,4 1,7 0.6 0.2 0,6 0,0 0,1 0,2 1.7 0.1 0,0 1,3 0.3 96,6 100.0 503 45-49 2.0 1,7 0,0 0.5 0,4 0,0 0.0 0,8 0.3 0.1 0.0 0.1 0,0 98.0 100.0 371 Ensemble 4,4 2,3 1,5 0,2 0,5 0,0 0,0 0,1 2,2 0,1 0,0 1,9 0,2 95,6 100,0 5561 46 proportions sont pratiquement les memes si on se limite aux seules femmes en union. En d'autres termes, 96 pour cent de l'ensemble des femmes n'utilisaient aucune méthode de contraception au moment de l'enquSte. Les femmes utilisatrices de la contraception, utilisent autant les méthodes modernes (52 pour cent) que les méthodes traditionnelles (48 pour cent) (Graphique 4.2). Parmi les méthodes modernes, seule la pilule est utilisée par une part importante d'utilisatrices (34 pour cent), et la méthode la plus utilisée par les femmes nigériennes restele gris-gris (43 pour cent). Par ailleurs, on notera qu'au moment de l'enquete, aucune femme ne pratiquait le retrait et les méthodes vaginales. Pour l'ensemble des femmes, la prévaience contraceptive augmente légèrement de 15-24 ans (2 pour cent) ~t 25-34 ans (6 pour cent), puis diminue légèrement chez les femmes plus ågées, pour atteindre 2 pour cent chez les femmes de 45-49 ans, en fin de vie féconde. Pour les méthodes modernes, on observe les m~mes tendances par ãge, cependant il faut noter que les femmes de 35 ans et plus utilisent des méthodes plus diversifiées (pilule, mais aussi injections, stérilet et, å 45-49 ans, stérilisation féminine) que les femmes plus jeunes. Graphique 4,2 Méthode utilisée par les utilisatrices actuelles de la contraception Gris-gris 43% S Pilule 34% ~~thodes elles 5% Autres méthodes modernes 18% Note Util~satnces parmi les lemmes de 15-49 ans en union EDSN 1992 Maigr6 le très faible niveau de prévalence contraceptive au Niger, les données du Tableau 4.5 et du Graphique 4.3 font apparailre de très fortes variations d'utilisation selon le milieu et la région de résidence, le niveau d'instruction et le nombre d'enfants vivants. En milieu rural, 2,5 pour cent seulement de femmes en union utilisent une méthode de contraception contre 14 pour cent dans les "autres villes" et 21 pour cent à Niamey : en d'autres termes, dans la capitale, une femme sur cinq pratique actuellement la contraception et cette prévalence est dix fois plus élevée qu'en milieu rurai. De plus, la très grande majorité des femmes de Niamey pratiquant la contraception, utilisent des 47 Tableau 4.5 Utilisation actuelle de la contraception par caracoEristiques socio-démographiques R~partîtaon (en %) des femmes actuellement en union, par méthode contraceptive actuellement utilîs6e, selon certaines caract6ristiques socio-démographiques, EDS Niger 1992 C.ar act 6ristique N*lln- N'ira- porte porte quelle quelle m6- m6- thode Pil- •ode moderne uie M6thodes M6thodes modernes N'ira- traditionnelles porte quelle ContirL Effectif lnjec- Con- S~ril. m6thode p6ric- Gris- Aucune de DIU tion dom f6min, tradxL dique gris Autres m6thode Total femmes Milieu de r~sldence Niamey 20.8 17,3 9.3 2.9 4.3 0.4 0.4 3.6 0,6 2,6 0.2 79.2 100.0 271 Autres vdles 14.1 8.6 6.6 0.3 1.4 0.0 0.3 5.5 0.3 4,9 0.3 85,9 100.0 520 Rural 2.5 0.7 0.5 0.0 0.1 0,0 0.1 1,7 0,0 1.6 0,2 97.5 100.0 4770 R~glon Niamey 20,8 17.3 9,3 2.9 4,3 0,4 0.4 3,6 0.6 2.6 0,2 79.2 1130,0 271 Dosso 2,7 1.3 0.8 0.0 0,1 0,0 0.4 1,3 0.0 1.3 0,0 97.3 100,0 760 Maradi 6.4 1,1 0,7 0.0 0.4 0,0 0,0 5.3 0.0 4,9 0.3 93.6 100.0 1080 Tahc~a/Agadez 4.9 2,3 1,6 0.1 0.5 0.0 0.1 2.6 0.0 2.1 0.6 95,1 100.0 1201 Tillab6fi 2.2 1,7 1.2 0.0 0.4 0.0 0.2 0.5 0.0 0,5 0.0 97.8 100.0 935 Zinder/Diffa 1.6 0,9 0.9 0.0 0.0 0.0 0,0 0.7 0.1 0.6 0.0 98.4 100.0 1313 Niveau d'instruction Aucun 3,5 1.5 0.9 0,1 0,4 0.0 0,1 1.9 0,0 1.7 0.2 96.5 100.0 5136 Primaire ou plus 16.1 11.0 8,1 1.1 1,5 0,1 0,2 5,1 0.6 4,2 0.2 83.9 100,0 425 Nombre d'enfants vivants Aucun 0.2 0,1 0.1 0.0 0.0 0.0 0.0 0.1 0,0 0.1 0.0 99.8 100,0 796 1 3.5 1,4 1.2 0.0 0.1 0.0 0.1 2.0 0.0 2,0 0.0 96,5 100.0 967 2 5.2 2,2 1.5 0.1 0.3 0.0 0.2 3.1 0.0 2.7 0.3 94,8 100.0 923 3 4.9 3.2 2.5 0.1 0.6 0.0 0.0 1.7 0,2 1.5 0.0 95,1 100.0 865 4ou+ 6,0 3.1 1.7 0,4 0.8 0.0 0,2 2.9 0,1 2.4 0.4 94.0 100.0 2009 Ensemble 4,4 2.3 1.5 0,2 0.5 0,0 0,1 2.2 0,1 1.9 0.2 95,6 100.0 5561 méthodes modernes (17 pour cent par rapport à 21 pour cent), les méthodes les plus utilisécs étant la pilule (9 pour cent), les injections (4 pour cent) et le stérilet (3 pour cent). Dans les "autres villes," l'utilisation des méthodes modernes est également importante (9 pour cent) et la méthode la plus pratiquée est la pilule (7 pour cent). A l'opposé, en milieu rural, la pratique contraceptive se limite presque uniquement ~t 1'utilisation des gris-gris (65 pour cent de l'utilisation totale). En ce qui concerne la r6gion de r6sidence, on observe que, quelle que soit la méthode, la prévalence varie de 6 pour cent à Maradi à moins de 2 pour cent à Zinder/Diffa. Mais si l'on se limite uniquement à la contraception modeme, il y a peu de différences de prévalence entre les régions : seule la région de Tahoua/Agadez se distingue par une proportion d'utilisatrices légèrement plus élevée qu'ailleurs (plus de 2 pour cent). Pour les méthodes traditionnelles, quelle que soit la région, le gris-gris est la méthode la plus pratiquée. Comme attendu, le niveau d'instruction influence très fortement l'utilisation de la contraception. La prévalence, très faible, chez les femmes sans instruction (3 pour cent) est plus de cinq fois plus élevée chez celles ayant fréquenté l'école (16 pour cent). De plus, les femmes ayant de l'instruction utilisent, en majorité des méthodes modernes (11 pour cent par rapport à 16 pour cent), principalement la pilule (8 pour cent), alors que les femmes sans instruction utilisent plutõt les gris-gris. 48 Graphique 4.3 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union RESIDENCE Nlamey Autres wlles Rural REGION DOSSO Maradi Tahoua/Agadez TiIlab6rl Zlnder/Diffa INSTRUCTION Aucune Primaire ou + li!i!i!i~i!i!iii~ii 1 / 7 1 !i]~!i!iii~i~i~i~iiiiiii~iii~!iiiiiiiii I I I I 5 10 15 20 Pourcentage 25 EDSN 1992 Sur un autre plan, le Tableau 4.5 indique que la pratique actuelle de la contraception augmente avec le nombre d'enfants vivants. Pour l'ensemble des méthodes, la prévalence, pratiquement nulle chez les femmes n'ayant aucun enfant, augmente avec la parité pour atteindre 6 pour cent chez celles qui ont quatre enfants ou plus. Pour les seules méthodes modernes, le taux d'utilisation passe de 1 pour cent chez les femmes ayant un seul enfant à un peu plus de 3 pour cent chez celles ayant trois enfants ou plus. 4.4 NOMBRE D 'ENFANTS A LA PREMIERE UT IL ISAT ION L'utilisation de la contraception pour la première fois peut, en fonction de la parité atteinte à ce moment-là, r6pondre à des objectifs différents : retard de la première naissance si l'utilisation commence lorsque la femme n'a pas encore d'enfant, espacement des naissances si la contraception d6bute à des parités faibles, ou encore limitation de la descendance lorsque la contraception commence à des parités élev6es, c'est-à-dire lorsque le nombre d'enfants désir6s est déjà atteint. Le Tableau 4.6 pr6sente, par groupe d'åges, la répartition des femmes en union en fonction du nombre d'enfants vivants qu'elles avaient au moment où elles ont utilisé la contraception pour la première fois. Sur l'ensemble des femmes non célibataires, moins de 1 pour cent ont déclaré avoir adopt6 une méthode contraceptive afin de retarder la première naissance. Cette faible proportion s'explique par le fait qu'au Niger, une fois marié, le souci premier du couple est d'avoir un enfant. D'une part, il y a la pression sociale qui fait que toute la famille attendant impatiemment cet enfant, d'autre part, chaque partenaire veut "tester" sa fécondité. La peur de la stérilité dans les esprits rend extrêmement difficile l'adoption immédiate de la contraception après le mariage. Le besoin d'espacer les naissances apparaît après la naissance du premier enfant survivant, moment auquel 3,5 pour cent des enquêt6es ont adopté une méthode contraceptive pour la première fois. 49 Tableau 4.6 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes non-célibataires par nombre d'enfants vivants lors de la première utilisation de la contraception, selon l'åge actuel, EDS Niger 1992 Jamais Nombre d'enf~mts à la première utilisé utilisation de la contraception Effectif Age la contra- de actuel ception 0 1 2 3 4+ ND Total femmes 15-19 96,1 1,2 2,2 0,6 0,0 0,0 0,0 lO0,O 808 20-24 87,6 0,8 5,9 3,9 1,2 0,4 0,2 100,0 1108 25-29 86,0 0,5 4,7 4,1 2,2 2,5 0.0 I00,0 1256 30-34 84,8 0,5 3,4 4,3 3,1 3,6 0,3 tO0,O 973 35-39 87,4 0,8 1,5 1,3 1,4 7,2 0,5 IO0,O 745 40-44 90,0 0,5 2,5 t,4 0,7 4,9 0,0 IO0,O 528 45-49 91,7 1.2 1.7 0,8 1.1 3,5 0.0 100,0 404 Ensemble 88,4 0,8 3,5 2,8 1,5 2,8 0,2 100.0 5821 La proportion de femmes ayant commencé à utiliser la contraception alors qu'elles n' avaient aucun enfant ne prEsente que très peu de variations selon le groupe d'åges. La majorité des utilisatrices les plus jeunes (moins de 30 ans) ont commencé à utiliser la contraception après la naissance du premier enfant, par contre les femmes de plus de 30 ans ont commencé plus fréquemment à utiliser la contraception lorsqu'elles avaient déjà atteint une parité élevée (4 enfants et plus). 4.5 CONNAISSANCE DE LA PERIODE FECONDE Pour pouvoir mesurer le degrE de connaissance des femmes å propos de la période de fécondabilitE au cours du cycle menstruel, on a demande aux enquEt6es si elles pensaient, qu'au cours du cycle, il existait une période pendant laquelle elles avaient plus de chances de tomber enceinte et, si oui, à quel moment du cycle se situait cette période. Compte tenu des très nombreuses nuances que peuvent comporter les réponses à cette demière question, au Tableau 4.7, on a essayE de regrouper les réponses en trois grandes catégories : connaissance : "milieu du cycle." connaissance douteuse : "juste après la fin des règles," "juste avant le début des règles." Ces rEponses sont trop vagues pour pouvoir être considérEes comme exactes mais, selon l'idée que se font les femmes du "juste avant" et du "juste après," elles peuvent correspondre ~ la pEriode de fécondabilitE. méconnaissance : "pendant les règles," "n'importe quand," "autre," "ne sait pas." Tableau 4.7 Connaissance de la période féconde Répartition (en %) de toutes les femmes et de celles ayant déjà pratiqué la continence périodique selon leur connaissance de la période féconde au cours du cycle menstruel, EDS Niger 1992 Femmes ayant Connaissance Toutes déjà utilisé de la période les la continence féconde femmes pérodique Connaissance Au milieu du cycle 10,9 29,5 Connaissance douteuse Juste après les règles 29,3 49.2 Juste avant les règles 5.7 4,9 Ne connalt pas Pendant les règles l , l 0,0 A n'importe quel moment 15,3 10,9 Autre 0,5 0,0 Ne sait pas 37.0 5,5 Non déclaré 0,2 0,0 Total 100,0 100,0 Effectif de femmes 6503 46 50 La majorité des femmes (54 pour cent) n'ont aucune idée de l'existence d'une l~riode particulière ou ne savent pas situer correctement cette période, 35 pour cent en ont une connaissance douteuse et seulement une femme sur dix (11 pour cent) a une connaissance précise de la période oh une femme a le plus de chances de tomber enceinte. Si on se limite aux seules femmes utilisatrices de la continence périodique et qui doivent parfaitement connaître ces périodes pour utiliser efficacement cette mdthode de contraception, leur connaissance de la période de fécondabilité au cours du cycle est nettement meilleure (30 pour cent); cependant, 54 pour cent de ces femmes n'en ont qu'une connaissance douteuse et surtout 16 pour cent ne savent pas situer la période au cours de laquelle elles doivent s'abstenir de rapports et donc leur pratique est vouée å l'échec. 4.6 SOURCES D 'APPROVIS IONNEMENT DE LA CONTRACEPT ION Pour évaluer la contribution des secteurs public et privé dans la distribution ou la vente des différentes méthodes modemes de contraception, on a demandé aux utilisatrices actuelles d'identifier l'endroit où elles obtiennent leur méthode. Dans leur grande majorité, les femmes utilisatrices de la contraception moderne s'approvisionnent auprès du secteur public (93 pour cent). Le Tableau 4.8 fait apparaître que pour obtenir leur méthode, les femmes s'adressent principalement aux centres de Protection Matemelle et Infantile (PMI) (39 pour cent), aux maternités (20 pour cent) et enfin au Centre National de Santé Familiale (15 pour cent). Le secteur médical privé ne ravitaille que 5 pour cent des femmes et dans 1 pour cent des cas, les femmes se procurent leur moyen contraceptif auprès de parentes ou voisines. Tableau 4.8 Source d'approvisionnement en eontraceptifs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de méthodes contraceptives modernes par source d'approvisionnement la plus récente, selon les méthodes spécifiques. EDS Niger 1992 Sou[co d'approvisionnement Pilule Injection Autres Ensemble Secteur publie 92.4 98.2 90.1 93.3 H6pital 1.2 0.0 15.7 3.2 Centre médical 4.3 3.5 1.4 3.7 Centre de santé familiale 12.6 13.3 27.5 I4.9 PMI 42.6 48.4 l 1.0 39.1 Dispensaire 8.9 2.2 7.2 7.3 Maternité 16.0 30.8 25.8 20.4 Pharmacie populaire 6.8 0.0 1.5 4.7 Secteur médlcal prlv~ 6.3 1.8 3.6 5.0 Cabinet de médecin privé 1.0 0.0 0.0 0.7 Clinique/h6pital 1.4 1,8 3.6 1.8 Pharmacie 3.8 0.0 0.0 2.5 Autre secteur prlv~ 1.4 0.0 3.1 1.3 Parente/Voisine 1.4 0.0 3.1 1.3 NSP 0.0 0.0 3.1 0.4 Total 100.0 100.0 100.0 100,0 Effectif de femmes 98 29 23 150 51 En observant ces r6sultats par méthode spécifique, on constate la m~me tendance : la pilule (92 pour cen0, et les injections (98 pour cent) proviennent du secteur public où le service est gratuit et le personnel mieux formé. Pour la pilule, l'intervention du secteur privé est légèrement plus importante que pourles autres méthodes (6 pour cent), essentiellement par le biais des pharmacies (4 pour cen0. 4.7 UT IL ISATION FUTURE ET METHODES CONTRACEPT IVES PREFEREES On a demandé aux femmes en union qui n'utilisaient pas la contraception au moment de l'enquéte si elles avaient l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir. Au Tableau 4.9, où l'on a distingué les femmes ayant déjå utilisé une méthode et celles n'en ayant jamais utilisé, figure la r6partition des femmes par intention d'utilisation future des moyens contraceptifs, selon le nombre d'enfants nés vivants. Tableau 4.9 Utilisation future de la contraception Répartition (en %) des femmes actuellement en union n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive, par intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, selon le nombre d'enfants vivants et selon l'expérience passée en matière de contraception, EDS Ntger 1992 Intention d'utiliser dans le futur Nombre d'enfants vivants I 0 1 2 3 4 ou + Ensemble N'a Jamals utlllsé la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 2,1 10,0 Intention d'utiliser plus tard 6,9 6,4 Intention NSP quand 0,5 1,2 N'est pas sfire d'utiliser 10,8 9,3 N'a pas l'intention d'utiliser 78,3 69,4 ND 0.1 0,2 A d~j~ utlllsé la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mots 0,4 1,3 Intention d'utiliser plus tard 0,2 0,4 Intention NSP quand 0,0 0,1 N'est pas s6re d'utiliser 0,0 0,0 N'a pas l'intention d'utiliser 0,7 1,9 ND 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 Toutes les femmes actuellement en union et non-utilisatrices Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 2,6 11,3 Intention d'utiliser plus tard 7,2 6,8 Intention NSP quand 0,5 1,2 N'est pas sSre d'utiliser 10,8 9,3 N'a pas l'intention d'utiliser 78,9 71,2 ND 0,1 0,2 Total loe,0 100,0 Effectif de femmes 655 920 13,5 9,7 13,7 11,0 3,7 3,6 2,4 4,1 1,2 1,2 1,3 1,2 10,6 11,1 9,2 9,9 62,7 64,9 63,6 66,5 0,2 0,4 0,1 0,2 3,8 5,1 4,4 3,4 0,8 0,7 0,5 0,5 0,0 0,3 0,2 0,1 0,4 0,8 0,8 0,5 3,2 2,2 3,6 2,6 0,0 0,0 0,1 0,0 100,0 100,0 1~,0 1~,0 17,3 14,8 18,1 14,4 4,5 4,3 2,9 4,6 1,2 1,5 1,5 1,3 10,9 11,8 10,0 10,4 65,9 67,1 67,2 69,1 0,2 0,4 0,2 0,2 100,0 100,0 100,0 100,0 875 834 2030 5314 ty compris la grossesse actuelle. 52 Il apparait que la majorité des femmes non-utilisatrices (69 pour cent) n'ont pas l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir. A l'opposé, une femme sur cinq (20 pour cent) a manifesté l'intention de pratiquer la contraception dans le futur (Graphique 4.4). Parmi ces demières, ce sont surtout les femmes n'ayant jamais utilisé une méthode qui ont l'intention de devenir des utilisatrices (16 pour cent parmi les 20 pour cent) par contre, pour seulement un cinquième des femmes ayant l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir il s'agira d'une réutilisation (4 pour cent par rapport à 20 pour cent). Aux femmes ayant l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, on a demandé dans combien de temps elles pensaient l'utiliser : la majorité des femmes (14 pour cent par rapport à 20 pour cent) pensent pratiquer la contraception dans un avenir proche, c'est-à-dire dans les douze prochains mois. Graphique 4.4 intention d'utiliser la contraception par les Iemmes actuellement en union et non utilisatrices A l'tntenllon d'utiliser plus tard 5% Ne satl pas si elle ut~hse«a 10% N'a pas l'tntentton d'utiliser 69,% A l'lnlenlion d'ultl;ser bient6t 14% A Iqnlenl]on d'ul~l~ser NSP quand 1% EDSN 1992 Les femmes sans enfant ne sont que 10 pour cent à avoir l'intention d'utiliser la contraception et, dans leur majorité (7 pour cent), elles n'ont pas l'intention de le faire dans un avenir proche. Par contre, parmi les femmes ayant déjà au moins un enfant, une sur cinq environ a l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir et cette proportion ne varie que très peu en fonction de la parité; en outre, on remarque que parmi les futures utilisatrices, la part relative de celles ayant l'intention d'utiliser la contraception rapidement (dans moins de douze mois) augmente avec la parité. Ces résultats confirment ceux déjà présentés sur l'utilisation actuelle de la contraception, à savoir, qu'actuellement au Niger, le recours aux méthodes contraceptives répond essentiellement å un désir d'espacement des naissances et non/t un désir de limitation ou encore ~ une volonté de retarder la naissance du premier enfant. Au moment de l'enqu8te, on s'est intéressé aux raisons pour lesquelles les femmes n'ont pas l'intention d'utiliser une méthode de contraception. D'après le Tableau 4.10, on se rend compte que le désir d'avoir des enfants est, quel que soit l 'åge de la femme, la principale raison invoquée (51 pour cent): cette 53 Tableau 4.10 Raison de non-utilisation de la contlaception RépartiUon (en %) des femmes n'uUlisant pas actuellement une méthode contracepUve et n'aymat pas l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, selon la principale raison pour laquelle elles n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception, selon l'åge, EDS Niger 1992 Raison de Age Tous non-utilisation les de la contraception 15-29 30-49 åges Veut des enfants 63.4 38,2 50,8 Effets secondaires 0,2 0,3 0,2 Problèmes pour la santé 0,3 2,2 1,3 Manque d'information 15,3 14,5 14,9 Difficile à obtenir 1,9 1,8 1,9 Prix 0,4 1,2 0,8 Religion 1,8 2,8 2,3 Fataliste 2,0 3,7 2.8 Opposée au planning familial 0,5 0,9 0,7 Partenaire s'y oppose 2,4 2.6 2,5 Autres personnes désapprouvent 0,5 0,2 0,3 Rapports sexuels peu fréquents 0,5 1,1 0,8 Difficultés h tomber enceinte 2,7 11,3 7.0 M énopause/Hystérectomie 0,2 11.5 5,8 Ecart entre naissances assez long 3,0 2,9 2,9 Utilisation peu pratique 2,7 3,2 3,0 Autres raisons 1,0 1,1 1,1 Ne sait pas 1.3 0,4 0,9 Total I00,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 1841 1832 3673 raison a été invoquée beaucoup plus fréquemment par les femmes les plus jeunes (63 pour cent à moins de 30 ans) que par les femmes plus ~tgées (38 pour cent ~ 30 ans et plus). Cependant, il faut noter qu'en dehors du fait d'avoir des enfants, les femmes de 30 ans et plus invoquent surtout la difficulté de tomber enceinte ou la ménopause comme principale raison de non intention d'utilisation de la contraception (23 pour cent). Quel que soit l'åge, la deuxième raison avancée est le manque d'information (15 pourcent). Enfin, les raisons d'ordre religieux ou faisant référence à la fatalité ("C'est la volonté de Dieu") occupent une place non négligeable parmi les motifs invoqués (5 pour cent pour l'ensemble des femmes). Par ailleurs, pour évaluer la demande potentielle des différents types de méthodes contraceptives, on a demandé aux femmes en union ayant l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir, de préciser la méthode de leur choix. Il ressort des données du Tableau 4.11 que la grande majorité des futures utilisatrices préféreraient utiliser la pilule (53 pour cent) et les injections (23 pour cent). Les autres méthodes modernes n'ont été citées que très rarement, sauf pour le stérilet mentionné dans près de 3 pour cent des cas. La troisième méthode citée le plus fréquemment est le gtis-gris (14 pour cent). Au total près d'une femme sur cinq (19 pour cent) aurait l'intention d'utiliser les gris-gris et les autres méthodes "populaires", c'est-à-dire des méthodes dont l'efficacité est plus que douteuse. Cependant, les futures contraceptrices devraient, du moins en intention, beaucoup plus utiliser les méthodes modernes que ne le font les femmes qui pratiquent 54 aujourd'hui la contraception. Enfin, il est in~ressant de noter que la quasi-totalité des femmes ont été capab les de préc iser leurs préférences, meme si elles n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception dans l'immédiat. 4.8 INFORMATION SUR LA CONTRACEPT ION L'util isation des média comme support de l'information en matière de contraception peut être un moyen efficace de vulgarisation et de développement de la pratique contraceptive. Aussi a-t-on posé aux femmes la question suivante : "Au cours du mois dernier, avez-vous entendu un message sur le planning familial : h la radio?" • à la télévision?" Le Tableau 4.12 montre Tableau 4.11 Méthode eontrar.eptive préférée pour une utilisatiun future Répartition (en %) des femmes actuellement en union n'utilisant pas actuellement une méthode contraeepti-~e mais ayant l'intention d'en utiliser une dans raveKtr, par méthode préf~r6e, selon l'intention de l'utiliser dans les 12 prochains mois ou plus tard, EDS Niger 1992 Intention d'utiliser D&ns M6thode les 12 contraceptive prochains Après NSP préférée mois 12 mois quand Ensemble I Pilule 53,0 51,7 63,8 53,1 DIU 2,7 1,4 2,1 2,5 Injection 24,4 21,3 14,8 23,0 Stérilisatinn féminine 0,3 0,0 0,0 0,2 Continence périodique 0,1 0,6 0,0 0,2 Retrait 0,2 0,0 0,0 0,1 Gris-gris 13,3 15,9 15,9 14,0 Autres 4,7 7,6 2,1 5,3 ND 1,2 1,5 1,4 1,6 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 763 244 69 1082 Iy compris les non déterminés qu'au total, la grande majorité des femmes (80 pour cent) n'avaient entendu aucun message au sujet de la planification familiale au cours du mois précédant l'enquête. Seulement 15 pour cent en avaient entendu parié å la radio, moins de 1 pour cent å la télévision, et 5 pour cent des femmes en avaient entendu parier par plusieurs moyens de communication (radio et télévision). Malgré le faible niveau général d'information en matière de planification familiale, la distinction par milieu de résidence dénote des écarts très importants : 85 pour cent des femmes du milieu rural n'ont reçu aucune information sur la contraception à travers les média au cours du mois précédant l'interview; cette proportion n'est que de 62 pour cent dans les "autres villes" et de 45 pour cent à Niamey. Au point de vue régional, ce sont les femmes de Maradi qui sont le moins bien informées, puisque 11 pour cent seulement d'entre elles ont entendu parler de la planification familiale å travers les média, contre 29 pour cent dans le département de Tlllabéri, où les femmes sont les mieux informées en la matière. La distinction par niveau d'instruction montre que m~me chez les femmes ayant fréquent~ l'école, seulement 42 pour cent d'entre elles ont eu accès à des informations sur la contraception par le biais des média. Il est évident que ces résultats sont à mettre en relation avec la disponibilité des moyens d'information : seulement 33 pour cent des ménages nigériens disposent d'une radio et 4 pour cent d'un poste de télévision (voir Chapitre 2 - Caractéristiques des ménages et des enquêtées). Face aux difficultés d'accès aux média, des formules originales et réalistes doivent donc être trouvées pour permettre une meilleure information et sensibilisation des femmes. L'utilisation des leaders d'opinion 0es vieilles femmes du village, les matrones, les chefs religieux.) pour faire passer 1'information est certainement une des formules qui sont à envisager. 55 Tableau 4.12 Messages sur la planification familiale diffusés par les média R6pætition (en %) de mutes les femmes selon qu'elles ont entendu ou lu un message diffusé par la radio ou la télévision sur la planification familiale dans le mois précédant l'enquéte, selon certaines caract&istiques soclo-démugraphiques, EDS Niger 1992 Caractéristique Aucun Message sur la planification familiale A la radio Effectif A la radio A la télé. et à la de seulement seulement télé. Total femmes Milieu de résidence Niamey 44,5 20,9 1,7 32,7 100,0 435 Autres villes 62,1 21,0 3,0 13,9 100,0 691 Ensemble urbain 55,3 20.9 2.5 21,2 100,0 1126 Rural 85,4 13,2 0,2 1,1 100,0 5377 Réglon Niamey 44,5 20,9 1,7 32,7 100,0 435 Dosso 80,1 17,3 0,5 1,9 100,0 874 Maradi 89,0 9,5 0,4 1,1 100,0 1186 Tahoua/Agade,~ 85,2 10,9 1,0 2,6 loe,0 1414 Tillabéri 71,3 25,5 0,0 3,1 i00,0 II49 Zinder/Diffa 86,0 9,9 0,4 3,5 100,0 1445 Niveau d'Instruction Aucun 82,9 13,9 0,4 2,7 100,0 5809 Primaire ou plus 57,9 20,3 2,0 19,7 100,0 694 Ensemble 80,2 14,5 0,6 4,5 100,0 6503 4.9 OPINIONS ET ATTITUDES VIS-A-VIS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE La connaissance des opinions et attitudes des femmes vis-h-vis de la planification familiale est un préalable à la mise en place de tout programme ou politique en la matière. Or, la femme nigérienne, comme la plupart de ses consoeurs africaines, est limitée dans son pouvoir de décision. En tant que jeune fille, ses parents décident pour elle; en tant qu'épouse, c'est le mari qui prend la relève. Il est donc nécessaire de tenir compte de l'environnement socio-culturel dans lequel vit la femme avant d'entreprendre quelque chose la concernant. La non prise en compte de ce paramètre explique l'échec de plusieurs projets et programmes de planification familiale. Dans le cas de I'EDSN, pour appr6hender l'idée que se font les uns et les autres au sujet de la planification familiale, on a posé des questions relatives à : l'opinion des femmes sur la diffusion d'informations au sujet de la planification familiale à la radio et à la télévision; la discussion éventuelle avec le conjoint à propos de la planification familiale; l'opinion des femmes sur l'utilisation de la contraception et l'idée qu'elles se font de l'opinion de leur mari en la matière. 56 D'après le Tableau 4.13, la majorité des femmes (73 pour cent) sont favorables à la diffusion d'informations relatives à la planification familiale à la radio et à la télévision. Si cette opinion ne varie que très peu selon l'åge de la femme, on constate, par contre, de fortes différences selon le milieu de r6sidence. A Niamey, 92 pour cent des femmes approuvent la diffusion d'informations sur la contraception, contre 88 pour cent dans les "autres villes" et 70 pour cent seulement en milieu rural. Du point de vue régional, la proportion de femmes qui sont favorables à ce type d'informations varie de 85 pour cent à Dosso et à Tillabéri å seulement 60 pour cent à Zinder/Diffa. De même, la proportion de femmes favorables à l'information sur la planification familiale varie de façon importante selon le niveau d'instruction : elle passe de 87 pour cent chez les femmes ayant fréquenté l'école å 72 pour cent chez celles qui sont sans instruction. Malgré les écarts observés entre les caractéristiques socio-démographiques, il faut souligner que même parmi les femmes les moins touchées par les idées modernes (les femmes rurales et les femmes sans instruction) une large majorité (70 pour cent et plus) sont favorables à la diffusion d'informations sur la planification familiale. Tableau 4.13 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale Répartition (en %) de toutes les femmes selon qu'elles approuvent ou non la diffusion de messages sur la planification familiale à la radio ou à la télévision, par åge et par caractéristiques socio-démographiques, EDS Niger 1992 Appro- Désappro- Non Effectif Caractéristique bation bation déclaré Total de femmes Age 15-19 69,6 18,9 11,5 t00,0 1379 20-24 69,6 18,9 11,5 100,0 1379 25-29 79,3 16.2 4,5 100,0 1278 30-34 74.2 19,4 6,4 100,0 974 35-39 71,9 22,4 5.8 100,0 746 40-44 71,1 20,9 8,0 100,0 528 45-49 64,7 24,7 10,6 100.0 404 Milieu de résidence Niamey 91,9 5,9 2,2 100,0 435 Autres villes 87,9 8,8 3.3 100,0 691 Rural 69,8 21,9 8,3 100,0 5377 Région Niamey 91,9 5,9 2,2 100,0 435 Dosso 85,2 9,0 5,8 100,0 874 Maraffl 66.0 21,1 12,9 100,0 1186 Tahoua/Agadez 71,0 17,7 11,3 100.0 1414 Tillabéri 84,6 12,8 2,6 100,0 1149 Zinder/Diffa 59,5 35,3 5,2 100,0 1445 Niveau d'instruction Aucun 71,6 20,7 7,7 100,0 5809 Primaire ou plus 87,2 8,3 4,5 100,0 694 Ensemble 73,2 19,4 7,4 100,0 6503 57 Les discussions sur la planification familiale par le couple n'est pas une chose courante dans les familles nigériennes. C'est ainsi que 81 pour cent des femmes n'ont jamais discuté avec leur conjoint des probl~.mes de contraception (Tableau 4.14). Parmi celles qui en ont discuté avec leur mari (19 pour cent), un peu plus de la moitié (11 pour cent) en ont discuté une ou deux fois seulement, et 8 pour cent plus souvent. Bien que les proportions de femmes ayant discuté avec leur mari ne varient qu'assez peu par åge, on notera que les femmes les plus ågées (40-49 ans) sont celles qui ont le moins fréquemment parié de planification familiale avec leur mati. Tableau 4.14 Discussion de la planification familiale par le couple Répartition (en %) des femmes actuellement en union connaissant une méthode contraceptive par nombre de fois qu'elles ont discuté de la planification familiale avec leur mari au cours de l'année ayant précédé l'enquéte, selon l'åge actuel, EDS Niger 1992 Nombre de discussions sur la planification famdiale Effectif Groupe Une ou Trois fois de d'ãges Jamais deux fois ou plus Total femmes 15-19 82,8 12,6 4,6 100,0 505 20-24 77,0 13,3 9,7 100,0 820 25-29 78,4 11,5 10,1 100,0 988 30-34 80,9 10,4 8,8 100,0 740 35-39 82,6 10,0 7,3 100,0 553 40-44 86,2 9,0 4,6 100,0 393 45-49 91,4 5,4 3,2 10(1,(1 295 Ensemble 81,2 10,9 7,8 100.0 4293 Parmi les femmes en union qui connaissent au moins une méthode contraceptive, 71 pour cent approuvent la planification familiale (Tableau 4.15 et Graphique 4.5). Par ailleurs, on a essay6 de rapprocher le point de vue de ces femmes de ce qu'en pense, d'après elles, leur mari. D'après ces rapprochements, il apparaît que seulement un peu plus de la moitié des femmes qui approuvent la planification familiale pensent que leur mari est du même avis (36 pour cent par rapport à 71 pour cent): si les femmes se font une idée exacte de l'opinion de leur mari, cela signifierait que 36 pour cent seulement des couples approuveraient la planification familiale. Dans 11 pour cent des cas, la femme approuve la planification familiale mais elle pense que son mari est contre. Parmi les femmes qui désapprouvent la planification familiale (29 pour cent), la majorité pensent que leur mari est du même avis (16 pour cent par rapport à 29 pour cent). Enfin, pour 33 pour cent des femmes, quelle que soit leur opinion, elles n'ont aucune idée de ce qu'en pense leur mari. Du point de vue de l'~tge, on n'observe que peu de différences, mais les femmes les plus jeunes semblent être un peu plus favorables que leurs aînées à la planification familiale. 58 Tableau 4.15 Opinion des couples face ~t la planification familiale R6païlition (en %) des femmes actuellement en union connaissant une m6thode contraceptive selon leur opinion et leur percet~lon de l'opinion de leur mari, par caraet~ristiques socio-ddmographiques, EDS Niger 1992 Catact6ristiqu¢ L'et~~x~e n9pr~ve et : L'enqu~x~e ~~pp~ouve et : Paase que Pense que NSP pense que NSP Pense que sonmari sonmari l'opinonde sonmari l'opiniond¢ sonmari Non Effectif appro~ve d6sapprouvc sonmari approuve sonmari d6sapprouve d~clar6 Total defemmes Age de l'enqudt6e 15-19 35,7 9,8 26,1 2,6 7,6 18,0 0,2 100,0 505 20-24 41,2 10,6 22,0 2,2 10,3 13,5 0,2 100,0 820 25-29 41,7 9,5 23.1 2.5 9.0 14.2 0,0 100.0 988 30-34 36,8 11,6 22,4 2.3 9,5 17,1 0.3 lO0,O 740 35-39 31.8 13.8 23,0 2,6 11.8 16.5 0.5 100,0 553 40-44 29.2 14.8 20,4 2.6 15.3 17.0 0.6 100.0 393 45 -49 23,7 12.6 21.2 3.2 15.9 22.3 1,1 100.0 295 Milieu de r6sldence Niamey 60.9 14.9 12.7 1,6 2.0 6.2 1,6 1130.0 257 Autres villes 41.9 16.6 22,1 1.8 5.8 11.3 0,4 100.0 477 Ensemble urbain 48.6 16.1 18.8 1.8 4.5 9.5 0.9 100.0 734 Rural 33,9 10.4 23.5 2.7 11,8 17.5 0,2 1(30,0 3559 R6gion Niamey 60.9 14.9 12.7 1.6 2.0 6.2 1,6 100.0 257 Dosso 54,4 8,7 20.5 1.5 7.7 7.1 0.1 100.0 650 Maradl 18.0 9.3 34.5 1.3 18.2 18.0 03 100.0 942 Tahoua/Agadez 30.8 14.5 19,1 2,7 13,0 19,9 0.1 IôO,O 979 Tillabén 50.3 8.6 18.5 2.9 4,5 14,9 0.2 100,0 814 Zinder/Dfffa 26,2 14,3 22,6 4.9 9.7 22.2 0,0 100.0 651 Niveau d'Instruction Aucun 34.8 11.1 23,4 2,7 11.0 16,7 0.3 lOO.O 3924 Primaire ou plus 53.8 14.3 15,2 0.5 5.5 10,2 0,4 100.0 370 Ensemble 36,4 I 1,4 22.7 2.5 10.6 16.1 0.3 100,0 4293 Concernant le milieu de résidence, on peut constater que les femmes de Niamey et celles des "autres villes" sont très largement favorables ~. la planification familiale (respectivement 89 et 81 pour cent), alors que 68 pour cent seulement des femmes du milieu rural ont la même opinion. Par ailleurs, plus des deux tiers des femmes de Niamey pensent que leur mari approuve dgalement la planification familiale (61 pour cent par rapport à 89 pour cent), contre seulement une femme sur deux dans les "autres villes" et en milieu rural. Les mêmes écarts s'observent enfin selon le niveau d'instruction de la femme : 83 pour cent des femmes ayant fréquenté l'école approuvent la planification familiale, et deux tiers d'entre elles pensent que leur mari a la mEme opinion (54 pour cent), contre 69 pour cent des femmes sans instruction parmi lesquelles la moitid (35 pour cent) pensent que leur mari est du même avis. 59 Graphique 4.5 Opinion des femmes et perception de l'opinion de leur mari face à la planification familiale Femme et man approuvent 36"% Femme approuve man d~sapprouve 11% Femme approuw NSP Ol31nton du man 23% Femme d~sapprouve man approuve 3% Femme et man dêsapprouvent 16% Femme d~sapprouve et NSP opqnnon du mark 11% EDSN 1992 é0 CHAPITRE 5 NUPTIALITE ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE En dehors de la contraception, différents facteurs affectent le comportement procréateur des femmes et jouent ainsi un r01e déterminant sur le niveau de la fécondité : il s'agit de la nuptialité, de l'activité sexuelle, de l'aménorrhée et de l'abstinence post-partum qui feront l'objet du présent chapitre. 5.1 ETAT MATRIMONIAL Au Niger, le mariage est le cadre presque unique de l'activité sexuelle et, de ce fait, de la procréation. Chez les femmes, encore plus que chez les hommes, le caractère quasi-universel du mariage fait du célibat définitif un phénomène tout b. fait marginal. Le mariage constitue ainsi un des éléments les plus importants sanctionnant le début de l'exposition au risque de grossesse. Comme l'indique le Tableau 5.1, la majorité des femmes interrogées étaient mariées au moment de l'enquête (86 pour cent). Rappelons que dans le cadre de I'EDSN, on a considéré comme mariage toutes les formes d'union, qu'elles soient légales ou non, formelles ou non. Dans le cadre de ce rapport, le terme mariage désigne donc l'ensemble des femmes qui se sont déclarées mari~es ou vivant avec quelqu'un. Le célibat ne conceme qu'une femme sur dix et les femmes en rupture d'union (veuves, divorcées, séparées) ne représentent que 4 pour cent de l'ensemble des enqu~tées. Tableau 5.1 Etat matrimonial R6p,~tltlor~ (en %) des femmes par ,~tat matrimonial actael, selott l'åge, EDS Niger 1992 Etat ma~ monial Effectif Groupe Céliba- Divor- Sépa- de d'âges taioe Mariée Veuve cée rée Total femmes 15-19 41,4 56,5 0,0 1,8 0,3 100,0 1379 20-24 7,1 88,7 0,6 3,4 0,2 100,0 1193 25-29 1,7 94,8 0,5 2,5 0,4 100,0 1278 30-34 0,1 95,0 1,2 3,5 0,3 100,0 974 35-39 0,2 95,6 2,2 1,9 0,l 100,0 746 40-44 0,1 95,2 2,4 2,3 0,0 100,0 528 45-49 0,0 91,7 5,6 2,4 0,3 100,0 404 Tous åges 10,5 85,5 1,2 2,6 0,3 100,0 6503 Comme attendu, la proportion de c61ibataires décline très rapidement avec l'åge, passant de 41 pour cent à 15-19 ans à 2 pour cent seulement dès 25-29 ans et cette proportion est pratiquement nulle à partir de 30 ans (Graptlique 5.1). Corrélativement, la proportion de femmes mariêes augmente avec l'åge jusqu'à 35 -39 ans, puis décline très légèrement du fait de l'augmentation des proportions de femmes en rupture d'union, et plus particulièrement de celle des veuves. Néanmoins, la faible représentation des femmes en rupture d'union laisse supposer que très peu de femmes restent sans conjoint et que les remariages sont nombreux. A ce propos, on peut constater au Tableau 5.2 que près d'un tiers des femmes non-célibataires (30 pour cent) ont contracté plus d'une union : dès 15-19 ans, 11 pour cent des femmes sont concernées et cette proportion passe à 38 pour cent à 30-34 ans. Chez les femmes non-célibataires de 40-49 ans, 42 pour cent se sont mari~es plusieurs fois. 61 Graphique 5,1 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans Pourcentage 100 8O 60 4O 2O 0 15-19 20*24 I 25-29 30-34 35-39 40-44 Age mVeuve [] Divorc@e/S@parée I [] En union polygame [] En union monogame Il C@libataire 45-49 EDSN 1992 Tableau 5.2 Nombre d'unions Répartition (en %) des femmes non-célibatalres par nombre d'unions selon l'åge, EDS Niger 1992 Nombred'umons Groupe Effectif d'åges 1 2 ou + ND Total de femmes 15-19 89,2 10,6 0,2 100,0 808 20-24 77,2 22,7 0,2 100,0 1108 25-29 71,8 27,7 0,5 t00,0 1256 30-34 62,1 37,8 0,1 100,0 973 35-39 62,6 37,4 0,0 100,0 745 40-44 58,3 41,7 0,0 100,0 528 45-49 57,6 42,4 0,0 100,0 404 Ensemble des femmes 70,2 29,6 0,2 100,0 5821 Parmi les femmes en union, on a distingué celles qui vivent en union monogame de celles qui ont déclaré que leur mari ou conjoint avait une ou plusieurs autres épouses. Le Tableau 5.3 présente la proportion de femmes en union poIygame selon l'âge et certaines caractéristiques socio-démographiques. Il apparaît que la polygamie est très r6pandue au Niger, elle concerne 31 pour cent de l'ensemble des femmes et plus d'une femme mariée sur trois (36 pour cent) vit dans ce type d'union. Cette dernière proportion augmente régulièrement avec l'âge, passant de 14 pour cent à 15-19 ans à 36 pour cent dès 25-29 ans, pour atteindre 46 pour cent chez les femmes de 30-44 ans; chez les femmes mari~es les plus âgées (45-49 ans), plus de la 62 moitié (56 pour cent) vivent en union polygame (Graphique 5.1). Par milieu de résidence, on constate que le phénomène est beaucoup plus important dans les villes autres que Niamey (43 pour cent), mais qu'il se situe pratiquement au m~me niveau dans la capitale (35 pour cent) et dans le milieu rural (36 pour cent). Toutes les régions sont concemées par le phénomène, mais la proportion de femmes en union polygame varie de 28 pour cent à Tillaberi å 50 pour cent à Maradi. Le niveau d'instruction des femmes ne semble pas entraîner des différences majeures dans la pratique de la polygamie puisqu'elle conceme 34 pour cent des femmes mari~es ayant de l'instruction contre 36 pour cent des femmes sans instruction. Tableau 5.3 Polygamie Parmi les femmes actuellement en union, pourcentage de celles en union polygame p~r caractérisUques socio-démographiques selon l'âge actuel, EDS Nlger 1992 Age de la femme Tous Caractéristique 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 åges Milieu de r~sldence Niamey 16,9 21,6 29,4 38,1 45,0 48,0 64,0 34,8 Autres villes 28,8 35,1 39,6 43,0 58,9 55,7 62,1 43,4 Ensemble urbain 26,0 30,5 35,8 41,4 53,8 53,0 62,7 40,5 Rural 12,3 25,4 36,1 46,7 44,3 45,3 55,2 35,5 R~glon Niamey 16,9 21,6 29,4 38,1 45,0 48,0 64,0 34,8 Dosso 8,7 16,6 32,9 45,9 50,3 36,2 47,8 31,1 Mæadi 23,6 43,6 50,9 55,4 53,6 64,5 66,2 50,2 Tahoua/Agadez 16,2 24,2 38,7 45,9 46,6 41,3 56,7 37,1 Tiliabéri 7,4 16,0 28,2 40,2 38,5 42,2 55,9 27,8 Zinder/Diffa 13,4 29,0 30,9 42,2 40,5 43,6 45,7 33,0 Niveau d'instruction Aucun 13,6 26,3 35,5 45,8 45,1 46,7 56,0 36,4 primaire ou plus 15,i 25,3 41,8 46,1 62,6 29,9 65,6 33,8 Ensemble 13,7 26,1 36,0 45,8 45,9 46.3 56,1 36,2 Seulement une femme sur cinq en union polygame (20 pour cent) a deux co-épouses ou plus (Tableau 5.4). Selon les caractéristiques socio-démographiques des femmes, on constate que parmi les femmes en union polygame, celles qui ont le plus de co-6pouses (deux ou plus), sont les femmes les plus ågées (24 pour cent à 35-49 ans), les femmes du milieu urbain (29 pour cent), celles de Tahoua/Agadez (22 pour cent) et celles ayant fréquenté l'école (29 pour cent). Il apparaît donc qu'au Niger, contrairement à ce que l'on peut observer dans d'autres pays d'Afrique, la fréquence de la polygamie ainsi que le nombre de co-épouses des femmes en union polygame sont plus importantes en milieu urbain qu'en milieu rural et chez les femmes éduquées par rapport aux femmes sans instruction. Le fait d'être instruit et le fait d'habiter en ville sont des indicateurs de "modemité" pouvant ~tre un frein à la pratique de la polygamie, ce qui n'est pas le cas ici. Par contre, instruction et urbanisation caractérisent également des catégories de la population plus favoris~es et il semble qu'au Niger, le fait d'appartenir ~ des couches aisées de la population (instruites et urbanisées) favorise une polygamie plus importante et plus "intense." 63 Tableau 5,4 Nombre de co-épouses Répætition (en %) des femmes actuellement en union polygame par nombre de co-épouses, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS Niger 1992 Nombre de c.o-épouses Effectif Caractéristique 1 2 ou + ND Total de femmes Groupe d'åges 15-19 82,3 15,0 2,6 100,0 107 20-24 81,9 17,6 0,5 100,0 277 25-29 86,6 13,2 0,1 100,0 437 30-34 79,8 19,8 0,4 100,0 424 35-39 76,8 23,2 0,0 100,0 327 40-44 73,7 26,3 0,0 100.0 233 45-49 74,7 24,4 0,9 100,0 208 Milieu de r~sldence Niamey 68,2 31,5 0,3 100,0 94 Autres villes 71,9 27,7 0,5 100.0 226 Ensemble urbain 70,8 28,8 0,4 100,0 320 Rural 81.7 17.9 0.4 100,0 1692 Réglon Niamey 68,2 31,5 0,3 100,0 94 Dosso 82,7 17,1 0,2 100,0 237 Maradi 81,3 18,5 0,3 100.0 542 Tahoua/Agadez 77.5 22,2 0,3 100,0 445 Tillabéri 85,1 14,4 0,5 100,0 260 Zinder/Diffa 78,9 20.3 0.8 100,0 434 Niveau d'instruction Aucun 80,7 18,9 0,4 100.0 1869 Primaire ou plus 70,9 28,7 0,4 100,0 144 Ensemble des femmes 80.0 19,6 0,4 100,0 2012 5.2 AGE AU PREMIER MARIAGE ET AGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS 5.2.1 Age au premier mar iage Compte tenu de la relation généralement observée entre l 'âge d'entrée en union pour la première fois et le début de la vie féconde, il est important d'étudier le calendrier de la primo-nuptialit6. Il convient de préciser que de nombreuses femmes, en particulier celles qui sont entrées en union très jeunes, ont déclaré s'Etre mariée à un åge antérieur à leurs premiers rapports sexuels : en fait, dans le cas de mariages très précoces, il peut s'écouler un certain temps entre le mariage et sa consommation. Etant donné qu'ici le mariage est considéré comme le début de l'exposition au risque de grossesse, dans les cas où les rapports sexuels étaient post~rieurs au mariage, on a considéré comme åge au mariage l 'åge aux premiers rapports, c'est-å-dire l 'åge à la consommation du mariage. Le Tableau 5.5 foumit les proportions de femmes déjà entrées en union (ou plus exactement ayant déjà consommé leur union) à différents åges, ainsi que les figes médians à la première union (c'est-à-dire l 'åge auquel 50 pour cent des femmes ont déjà consommé leur première union) en fonction de l 'åge actuel des enquêtées. On constate que les femmes sont mari~es très t6t, 64 puisque 48 pour cent des femmes de 25-49 ans à l'enquête étaient déjå mari~es en atteignant l'fige de 15 ans, et 89 pour cent l'étaient déjà en atteignant 18 ans. L'åge médian au premier mariage de 15,1 ans rend compte de cette précocité de la consommation du premier mariage. De plus, on notera que le calendrier de la primo- nuptialité reste pratiquement inchangé quel que soit le groupe d'åges : les unions restent donc très précoces au Niger, que ce soit dans les générations qui sont entrées en union il y a une trentaine d'années (ãgées aujourd'hui de 45-49 ans), que dans les générations les plus récentes, ågêes de 20-24 ans au moment de l'enquête. Tableau 5.5 A~e au premier mariage Pourcentage de femmes ayant déjà consoramé leur premier mariage aux åges exacts 15, 18, 20, 22 et 25 ans. pourcentage de femmes n'ayant jamais été mariées et åge médian au premier mariage, par åge actuel, EDS Niger 1992 Pourcentage de femmes ayant déjà consommé leur Age premier mariage h l'fige exact: Pourcentage médian Groupe jamais au I er d'åges 15 18 20 22 25 mariées Effectif mariage 15419 29,6 NA NA NA NA 41,4 1379 a 20-24 47.4 83,3 90,0 NA NA 7,1 1193 15,1 25-29 47,8 88.3 93,5 96,3 98,1 1,7 1278 15,1 30-34 48,7 88,8 94,4 97,7 98,9 0,1 974 15,1 35-39 44,7 88,2 94.5 97,4 99,1 0,2 746 15,2 40-44 48,1 89,8 94,1 97,2 98.9 0,1 528 15,1 45-49 48,4 87,7 92,9 97.5 99,1 0,0 404 15,1 20-49 47,5 87,3 93,0 96,0 97,3 2,2 5124 15,1 25 -49 47,5 88,5 93,9 97,1 98,7 0,6 3931 15,1 NA = Non applicable aNon calculé parce que moins de 50 pour cent des femmes du groupe d'åges x. x+4 sont mari~es à l'åge x. Le calendrier de la primo-nuptialité présente de fortes vafiations selon le milieu de résidence, les régions et le niveau d'instruction. Comme l'indiquent le Tableau 5.6 et le Graphique 5.2, l'âge médian à la première union pour les femmes de 20-49 ans est beaucoup plus élevé à Niamey (17,1 ans), que dans les "autres villes" et qu'en milieu rural (respectivement 15,2 et 15,0 ans). L'âge médian de 17,1 ans trouvé pour les femmes de Niamey est la conséquence d'un vieillissement de l'åge d'entrée en première union chez les femmes des générations les plus récentes (âgées de moins de 35 ans à l'enquête). En effet, à Niamey, l 'âge médian passe de 15,8 ans chez les femmes ayant actuellement 35-39 ans à 18,9 ans chez celles de 20-24 ans. Du point de vue régional, les écarts sont assez faibles puisque l'âge médian ne varie que de 14,8 ans à Maradi et Zinder]Diffa à 15,3 ans à Dosso et Tillabéri. Par contre, le niveau d'instruction atteint par les femmes est, du fait de la fréquentation scolaire, le facteur qui influence certainement le plus directement le calendrier de la primo-nuptialité. C'est ainsi que pour les femmes de 20-49 ans, celles sans niveau d'instruction se sont mari~es 2,2 ans plus jeunes que celles ayant fréquenté l'école (respectivement 15,0 et 17,2 ans). Comme pour Niamey ce vieillissement de 1' âge d'entrde en première union est surtout le fait des jeunes générations, ågées de moins de 40 ans. 65 Tableau 5.6 Age médian au premier mariage Age médian au premier mariage des femmes de 2Õ-49 ans par caractérisfiques soeio-démographiques selon l'åge aetual, EDS Niger 1992 Groupe d'âges Femmes Fenunes Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 20-49 25-49 Milieu de résidence Niamey 18,9 16,9 16,7 15,8 15,6 15,8 17,1 16,2 Autres villes 15,8 15,3 15,1 14,8 15,0 14,9 15,2 15,1 Ensemble urbain 16,9 15,7 15,5 15,2 15,2 15,1 15,6 15,4 Rural 14,9 15,0 15,0 15,2 15,0 15,I 15,0 15,0 Région Niamey 18,9 16,9 16,7 15,8 15,6 15,8 17,1 16,2 Dosso 15,2 I5,2 15,5 15,4 15,5 15,4 15,3 15,4 Maradi 14,7 15,0 14,7 14,8 15,1 14,6 14,8 14,8 Tahoua/Agadez 14,9 15,0 14,9 15,3 15,0 15,4 15,0 15,1 Tillabéri 15,4 15,3 15,4 15,3 15,0 15,1 15,3 15,3 Zinder/Diffa 14,8 14,8 14,7 15,0 14,5 15,1 14,8 14,8 Niveau d'instruction Aucun 14,9 14,9 15,0 15,1 15,1 15,1 15,0 15,0 Primaire ou plus 17,3 17,6 16,5 17,5 15,0 15,3 17,2 17,1 Ensemble des femmes 15,1 15,1 15,1 15,2 15,1 15,1 15,1 15,1 Note: L'âge médian n'est pas calculé pour les femmes de 15-19 arts parce que certaines femmes peuvent encore entrer en union avant d'atteindre 20 ans. Graphique 5,2 Ages médians au premier mariage et aux premiers rapports sexueis RESIDENCE Niamey Autres villes Rural REG]ON Maradi Tahoua/Agadez Ti41abéri Zinder/Diffa INSTRUCTION Aucune . Primaire ou + " " " 13 14 15 16 17 Age (année) Note: Femmes de 20-49 ans 18 EDSN 1992 66 5.2.2 Age aux premiers rapports sexuels En tant que déterminant de la fécondité, l 'åge aux premiers rapports sexuels est tout aussi important que l 'age à la première union même si, au Niger, le mariage est le cadre presque exclusif de la procréation. Lors de l'enquête, on a donc demandé aux femmes à quel åge elles avaient eu, pour la première fois, des rapports sexuels. Au Tableau 5.7, figurent les proportions de femmes ayant déjà eu des rapports sexuels à différents åges et l 'åge médian aux premiers rapports sexuels. En atteignant 15 ans, plus d'une femme de 20- 49 ans sur deux (51 pour cent) a déjà eu des rapports sexuels, en atteignant 18 ans cette proportion passe à 89 pour cent, et la quasi-totalité des femmes de 20-49 ans (98 pour cent) ont eu leurs premiers rapports sexuels avant l'åge de 25 ans. L'ãge médian aux premiers rapports est très précoce (15 ans pour les femmes de 20-49 ans) et très légèrement inférieur (de 0,I année) à l'åge médian à la première union. En fait, même si l 'åge aux premiers rapports sexuels semblent être très légèrement inférieur à l'åge au premier mariage, cette différence n'est pas significative. En outre, comme pour l'union, aucune tendance ne semble se dessiner vers un vieillissement de l 'åge aux premiers rapports sexuels. Tableau 5.7 Age aux premiers rapporLs sexuels Pourcentage de femmes ayant eu leurs premiers rapports sexuels aux åges exacts l 5, 18, 20, 22 et 25 ans, pourcentage de femmes n'ayant jamais eu de rapports sexuels, et åge médian aux premiers rapports sexuels, par åge actuel. EDS Niger 1992 Pourcentage de femmes ayant déjà Pourcentage Age eu des rapports sexuels n'ayant médian à l'åge exact jamais eu aux 1 ~" Groupe de rapp~~rts rapports d'åges 15 18 20 22 25 sexuels Effectif sexuels 15 19 31,1 NA NA NA NA 39,1 1379 a 20-24 50,5 84,9 92,0 NA NA 5,2 1193 15,0 25-29 50,4 90,3 94,7 97,5 98,5 0,9 1278 15,0 30-34 52,4 90,8 95,4 98,3 99,3 0,0 974 14,9 35-39 49,5 89,9 95,6 97,6 99,4 0,1 746 15,0 40-44 51,6 90,1 93,9 96,8 98,4 0,1 528 14,9 45-49 51,9 88,4 93,4 97,1 98,7 0,0 404 14,9 20-49 50,9 88,9 94,2 96,8 97,8 1,5 5124 15,0 25-49 51,0 90,1 94,8 97,6 98,9 0,3 3931 14,9 NA = non applicable "Non calculé parce que moins de 50 pour cent des femmes du groupe d'åges x, x+4 ont Fige x. eu des rapports sexuels à Le Tableau 5.8 et le Graphique 5.2 font apparaître le même type de différences entre les âges aux premiers rapports sexuels que celles observécs pour lcs âges à la première union : les femmes ayant les rapports sexucls les plus précoces sont celles du milieu rural (âge médian de 14,9 ans pour les femmes de 20- 49 ans à l'enquête), de Maradi et de Zinder/Diffa (14,7 ans) et celles sans instruction (14,8 ans). Cependant les écarts observés entre les åges médians à la première union sont ici légèrement plus réduits: écart de 2,1 ans entre les âges médians à la première union des femmes de Niamcy par rapport à celles du milieu rural, par exemple, contre 1,5 ans d'écart pour l'âge médian aux premiers rapports sexuels. Pour expliquer ce 67 phénomène, on peut supposer que les femmes qui entrent en union très jeunes, comme celles du milieu rural, ont, dans leur ensemble, les premiers rapports au moment de l'union, par contre parmi celles qui se marient plus tardivement, comme celles de Niamey, certaines ont dêjà eu des rapports sexuels avant leur entrée en union. Tableau 5.8 ARe médian aux premiers rapports sexuels Age médian aux premiers rapports sexuels des femmes de 20-49 ans, par caractéristiques socio-démographiques selon l'åge actuel. EDS Niger 1992 Groupe d'åges Caractéristique 20 24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Femmes Femmes de de 20-49 25 -49 Milieu de résidence Niamey 17,7 16,4 16,3 15.7 15.4 15,3 16,4 15,9 Autres villes 15,6 15,1 14,9 14,7 14,8 14,7 15,0 14,9 Ensemble urbain 16,3 15.5 15,3 15.0 15,0 14,9 15,4 15,2 Rural 14,8 14,9 14.8 15,0 14,9 14,9 14,9 14,9 Région Niamey 17.7 16,4 16,3 15,7 15,4 15,3 16,4 15,9 Dosso 15,0 15,2 15,4 15,2 15,5 15.2 15.2 15,3 Maradi 14,6 14,9 14,6 14,7 15.1 14,7 14.7 14,8 Tahoua/Agadez 14,7 14.7 14,6 15,0 14,7 15,2 14.8 14,8 Tillabéri 15.3 15.1 15.2 15,1 14.7 14,7 15.1 15.1 Zinder/Diffa 14,7 14.7 14.5 14.9 14,5 14,9 14.7 14,7 Niveau d'Instruction Aucun 14.7 14,8 14.8 15,0 14,9 14,9 14,8 14.9 Primaire ou plus 16.6 17,1 16,0 17,2 14.8 14,5 16,6 16.6 Ensemble des femmes 15,0 15,0 14,9 15,0 14,9 14,9 15,0 14,9 Note: L'åge médian n'est pas calculé pour les femmes de 15-19 ans parce que certaines femmes peuvent encore avoir leurs premiers rapports avant d'atteindre 20 ans. 5.3 ACTIV ITE SEXUELLE En l'absence de contraception, la fréquence des rapports sexuels est un facteur pouvant jouer un r•le déterminant sur l'exposition au risque de grossesse. Le Tableau 5.9 porte sur 1' activité sexuelle des femmes : il conceme uniquement les femmes ayant déjà eu des rapports sexuels avant l'enquête (qui représentent 91 pour cent des enquêtées). Parmi les femmes ayant déjà eu des rapports, un peu plus des deux tiers (69 pour cent) sont considérées comme sexuellement actives au moment de l'enquête : en effet, elles ont déclar6 avoir eu au moins une fois des rapports sexuels durant les quatre semaines ayant précédé l'interview. Les femmes sexuellement inactives sont considérées comme étant en abstinence, soit å la suite d'une naissance (abstinence post-partum : 8 pour cent), soit pour d'autres raisons (abstinence prolongée : 23 pour cent). Quelle que soit la raison de l'abstinence, elle dure depuis moins de 2 ans pour la majorité des femmes. Les proportions de femmes sexuellement actives ne varient qu'assez peu en fonction de l'åge, sauf pour les femmes les plus ãg6es (40-49 ans) qui sont plus sexuellement actives que les autres (78 pour cent). De même, on n'observe 68 Tableau 5.9 Activité sexuelle récente Répæfitlon (en %) des femmes ayant d~.jà eu des rapports sexuels par activité sexuelle dans les quatre semaines précédant l'enquete et par durée d'abstinence (post-parmm ou non), selon certaines caractéristiques socio-démographiques. EDS Niger 1992 Non sexuellement active dans les 4 dernières semaines Sexuellement active En abstinence En abstinence dans les 4 (post-partum) (non post-partum) Effectif demièms de Caractéristique semaines 0-1 an 2 ans ou + 0-1 an 2 ans ou + NI) Total femmes Groupe d'åges 15-19 64,5 10,4 0,1 21,9 0,9 2,2 100,0 840 20-24 64,8 10,2 0,9 21,9 1,6 0,7 100,0 1131 25-29 68,3 9,0 0,6 20,7 1,2 0,1 100,0 1266 30-34 68,4 6,3 0,5 22,2 2,2 0,4 100,0 974 35-39 71,8 4,1 0,6 19,9 3,2 0,4 100,0 745 40-44 78,0 3,0 0,3 15,6 3,2 0,1 100,0 528 45-49 78,0 0,5 0,3 13,1 7,7 0,4 100,0 404 Durée de mariage (en années) 0-4 65,5 9,2 0,2 21,9 1,1 2,1 100,0 961 5-9 66,9 10,2 0,5 20,6 1,4 0,3 100,0 1023 10-14 67,4 8,6 0,7 21,3 1,8 0,2 100,0 1249 15-19 68,2 6,7 0,4 22,3 1,9 0,5 100,0 964 20-24 72,8 3,7 0,6 20,0 2,7 0,3 100,0 739 25 ou + 78,8 2,0 0,2 13,7 5,2 0.2 100,0 885 Jamais mariées 30,9 23,8 6,9 31,6 4,3 2,6 100,0 68 Milieu de r~ldence Niamey 63,6 5,9 1,9 22,6 5,5 0,5 100,0 337 Au~es villes 72,3 6,0 0,7 17,7 3,1 0,2 100,0 595 Ensemble urbain 69,1 6,0 1,1 19,5 4,0 0,3 100,0 932 Rural 69,1 7,5 0,4 20,4 2,0 0,7 100,0 4957 Région Niamey 63,6 5,9 1,9 22,6 5,5 0,5 100,0 337 Dosso 65,7 6,4 1,7 23,1 3,2 0,0 100,0 784 Maradi 73,9 9,6 0,0 13,5 1,6 1,4 100,0 1121 Tahoua/Agadez 67,8 6,5 0,2 22,8 2,5 0,1 100,0 1288 Tillabéri 61,5 8,7 0,7 25,9 2,2 1,0 100,0 984 Zinder/Diffa 75,0 5,8 0,0 17,2 1,4 0,6 100,0 1375 Niveau d'Instruction Aucune 69,5 7,1 0,5 20,0 2,3 0,7 100,0 5391 Primaire ou plus 64,6 8,8 0,9 23,4 2,1 0,3 100,0 498 Méthode contraceptive utlllsée Aucune 68,6 7,3 0,5 20,5 2,4 0,6 100,0 5609 Pilule 83,3 2,4 0,0 14,3 0,0 0,0 100,0 98 Autres 78,0 6,6 0,0 15,4 0,0 0,0 100,0 182 Ensemble des femmes 69,1 7,2 0,5 20,3 2,3 0.6 100,0 5889 69 qu'assez peu de différentes en fonction de la durée de l'union; seules les femmes en union depuis 25 ans et plus se déclarent plus fréquemment actives que les autres (79 pour cent). En outre, il faut souligner ici que près du tiers des femmes qui ne sont pas en union ont dit avoir eu des rapports sexuels dans les quatre semaines ayant précédé l'enquête (31 pour cent). Du point de vue du milieu et de la région de résidence, les femmes de Niamey (64 pour cent) et celles de Tillabéri (62 pour cent) sont celles qui semblent avoir eu une activité sexuelle légèrement plus faible que les autres femmes durant les quatre semaines ayant précédé l'enquête. L'utilisation actuelle de la contraception apparaît comme étant un critère déterminant de l'activité sexuelle : en effet, les femmes actuellement utilisatrices sont celles qui ont ~té les plus sexuellement actives dans les quatre semaines ayant précédé l'enquête, et aussi celles ayant le moins pratiqué l'abstinence post- partum. Au Tableau 5.10 figurent la fréquence des rapports sexuels par åge durant les quatre semaines ayant précédé l'enquête ainsi que la fréquence des rapports habituels. En ce qui conceme l'activité sexuelle la plus récente, 27 pour cent des femmes sexuellement actives (19 pour cent par rapport à 69 pour cent) ont eu plus Tableau 5.10 Fréquence des rapports sexue/s Répætition (en %) des femmes ayant déjà eu des rapports sexuels par nombre de rapports durant les quatre semaines ayant précédé l'enqufite, et par nombre de rapports habituels par mois selon l'åge, EDS Niger 1992 LES 4 DERN1ERES SEMAINES Nombre de rapports sexuels Groupe Effectif d'ãges 0 1-4 5 ou + ND Total de femmes 15-19 34,3 41,8 22,7 1,2 100,0 840 20-24 34,5 44,8 20,1 0,7 100,0 1131 25-29 31,4 50,4 18,0 0,2 100,0 1266 30-34 31,1 51,1 17,3 0,4 100,0 974 35-39 27,6 54,5 17,2 0,6 100,0 745 40-44 21,9 59,7 18,3 0,1 100,0 528 45-49 21,6 62,8 15,2 0,4 100,0 404 Ensemble des femmes 30,4 50,4 18,7 0,5 100,1) 5889 HABITUELLEMENT EN 4 SEMAINES Nombre de rapports sexuels Groupe Efîeclif d'åges 0 1-4 5 ou + ND Total de femmes 15-19 2,3 44,8 51,5 1,4 100,0 840 20-24 1,5 49,4 48,5 0,6 100,0 1131 25-29 0,8 52,8 46,3 0,1 100,0 1266 30-34 0,8 51,7 47,1 0,4 100,0 974 35-39 1,6 51,5 45,8 I,I I00,0 745 40-44 0,7 62,4 36,7 0,2 100,0 528 45-49 1,0 64,7 33,9 0,4 100,0 404 Ensemble des femmes 1,3 52,3 45,8 0,6 100,0 5889 70 de cinq fois des rapports dans les quatre demières semaines. En outre, la fréquence des rapports sexuels diminue avec l'avancement en/lge : à 15-19 ans, 23 pour cent des femmes ont eu des rapports cinq fois ou plus durant les quatre dernières semaines, contre 15 pour cent seulement des femmes de 45-49 ans. Habituellement, la très grande majorité des femmes se sont déclardes sexuellement actives : seulement 1 pour cent des enquêtées ont déclaré ne pas avoir, habituellement, de rapports sexuels. Par ailleurs, la fréquence habituelle des rapports sexuels est beaucoup plus élevée que celle observée durant la période la plus rdcente puisqu'ici près d'une femme sur deux (46 pour cent) a déclaré avoir, habituellement, des rapports sexuels cinq fois ou plus en quatre semaines. 5.4 EXPOSIT ION AU R ISQUE DE GROSSESSE Après la naissance d'un enfant, l'exposition au risque de grossesse dépend de différents facteurs tels que la longueur de 1'intervalle séparant la naissance de l'enfant et le retour de 1'ovulation (aménorrhée post- partum), et lalongueur de l'intervalle pendant lequella femme s'abstient de rapports sexuels (abstinence post- partum). La durde de l'aménorrhée post-partum peut elle-même varier en fonction de la fréquence et de l'intensité de rallaitement au sein. La combinaison de ces facteurs, examinés successivement dans cette section, permet d'identifier les femmes non-susceptibles d'être exposées au risque de grossesse et d'évaluer la durde de la non-susceptibilité. Une femme est considérée non-susceptible d'être exposée au risque de grossesse quand elle n'a pas repris les rapports sexuels depuis la dernière naissance (elle ne peut pas tomber enceinte), ou quand elle est en aménorrhée post-partum, ce qui signifie que ses risques de tomber enceinte sont minimes si elle reprend ses relations sexuelles sans couverture contraceptive. La non-susceptibilité se définit comme la période pendant laquelle une femme n'est pratiquement pas soumise au risque de grossesse par suite d'am6norrhée et/ou d'abstinence post-partum. Les données contenues dans le Tableau 5.11 concernent les naissances des trois dernières années dont les m~res sont encore en aménorrhée, en abstinence post-partum et donc non-susceptibles d'être exposées au Tableau 5.11 Aménorrhée~ abstinence et non-susceptibilité post-partum Pourcentage de naissances dont les mères sont en aménorrhée, en abstinence et en période de non-susceptibilité post-partum, par nombre de mois écoulés depuis la naissance, et durées médiane et moyenne, EDS Niger 1992 Nombre de Effectif mois depuis Aménorrhée Abstinence Non-susceptibilité de la naissance post~partum post -partum post -par tum naissances < 2 93,3 80. l 98,3 263 2-3 86,8 29,0 89,0 286 4-5 84,9 9,7 85,1 256 6-7 71,1 9,4 72,1 232 8-9 73,8 6.4 74,1 245 I0-11 70,4 8,0 72,1 221 12-13 56,8 8,8 59.2 307 14-15 53,0 5.1 54,7 251 16-17 42,1 3,1 42,4 151 18-19 39.9 4,0 42,5 191 20-21 22,9 3,5 24.6 184 22-23 22.3 3,2 23,5 177 24-25 8,4 1,8 9,7 332 26-27 3,0 2.1 5,1 333 28-29 7.7 0,6 8,3 206 30-31 4,7 1,1 5.8 157 32-33 3,1 0.4 3,4 229 34-35 1,1 1,1 2,3 198 Ensemble 42,9 10,8 44,5 4219 Médiane 15,2 2.0 15,8 Moyenne 15,2 3,9 15,7 Prévalenee/incidenee 15,2 3,8 15,8 71 risque de grossesse, selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance. Cette distribution de la proportion de naissances selon le mois écoulé depuis la naissance est analogue à la série des survivants (S~) d'une table de mortalité. Figurent également au Tableau 5.11 les durées médiane et moyenne de l'aménorrhée, de l'abstinence et de la non-susceptibilité, ainsi que la moyenne "prévalence/incidence. ''~ Au Niger, près de trois femmes sur quatre (74 pour cent) restent en aménorrhée pour au moins 9 mois, et un peu plus d'une femme sur deux (53 pour cent) pour au moins 15 mois. Au-delà de 23 mois, la proportion de femmes dont les règles n'ont pas encore repris est inférieure à 10 pour cent. La durée médiane de l'aménorrhée post-partum est de 15,2 mois, ce qui correspond également à la valeur moyenne. La durée, l'intensité et la fréquence de l'allaitement qui agissent sur le retour de l'ovulation expliquent, en partie, ces durées longues, bien que l 'on constate par ailleurs que la durée médiane de l'aménorrhée (15,2 mois) est inférieure de près de 25 pour cent à celle de l'allaitement (estimée à 21,5 mois au Chapitre 8 - Allaitement et état nutritionnel). L'abstinence post-partum est largement pratiquée au Niger, mais seulement pour une courte période. Le Tableau 5.11 indique que si 80 pour cent des femmes s'abstiennent de rapport sexuels pendant les deux premiers mois suivant une naissance, cette proportion passe ensuite à 29 pour cent à 2-3 mois, et seulement 10 pour cent des femmes s'abstiennent pour au moins 5 mois. Ces résultats ne sont guère surprenants pour une population qui adhère aux valeurs islamiques selon lesquelles les femmes doivent s'abstenir de rapports sexuels pendant les quarante jou~ qui suivent une naissance. Les durées moyenne et médiane de l'abstinence post-partum sont respectivement de 3,9 mois et 2,0 mois. La reprise des relations sexuelles a donc lieu assez rapidement après l'accouchement et, de ce fait, on peut dire que l'abstinence post-partum ne contribue que pour une part négligeable à l'espacement des naissances. Le Tableau 5.11 foumit également les proportions de naissances des mères qui sont considérées comme non-susceptibles d'~tre exposées au risque de grossesse selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance du demier enfant. En absence d'al/aitement et/ou d'abstinence post-partum, la période de non- susceptibilité peut varier d'un mois à plus de deux ans. Un peu moins de trois femmes sur quatre (74 pour cent) sont en période de non-susceptibilité pour au moins 9 mois après la naissance d'un enfant, et ce n'est qu'après une période de 15 mois que cette proportion passe en-dessous de 50 pour cent. La durée médiane de non-susceptibilité est de 15,8 mois et sa moyenne s'établit å 15,7 mois. Par rapport aux caractéristiques socio-démographiques (Tableau 5.12), on constate tout d'abord que les durées d' aménorrhée, d'abstinence et de non-susceptibilité ne pr6sentent que peu de variations selon 1' åge de la femme. Par contre, ces différentes durées varient de façon importante selon le milieu et la région de résidence, et le niveau d'instruction. La durée médiane d'aménorrhée est beaucoup plus courte chez les femmes de Niamey (8,6 mois) que chez celles des "autres villes" (12,7 mois) et surtout que chez celles vivant en milieu rural (16,2 mois) : les écarts de fréquence et d'intensité de l'allaitement (voir Chapitre 8 - Allaitement et ~rat nutritionnel) en sont en partie la cause. Du point de vue de l'abstinence post-partum, la durée médiane ne varic qu'assez peu, de 2,7 mois à Niamey à 1,8 mois dans les "autres villes", ce qui dénote une influence aussi importante des valeurs islamiques dans chaque milieu de résidence. Compte tenu des écarts observés, principalement dans la durée d'aménorrhée, la p6riode de non-susceptibilité présente également de fortes variations : sa durée médiane passe de 8,9 mois å Niamey à 13,2 mois dans les "autres villes" et à 16,6 mois en milieu rural. Au niveau régional, c'est à Maradi que les durées médianes d'aménorrhée (17,5 mois), d'abstinence (2,3 mois) et donc de non-susceptibilité (17,9 mois) sont les plus longues. La moyenne "prévalence/incidence" est calculée, pour l'aménorrhée pur exemple, en divisant le nombre d'enfants dont les mères sont encore en aménorrhée au moment de l'enqu&e (prévalence) pur le nombre moyen de naissances pur mois (incidence), estimé à partir des naissances d'une période de 36 mois pour éviter les problèmes de saisonnalité et d'erreurs possibles de période de référence. 72 Tableau 5.12 Durée médiane de la non-susceptibilité post-partum Durées médianes (en mois) d'aménorrhée, d'abstinence, et de non-susceptibilité post-partum, par caract&istiques socio-démographiques, EDS Niger 1992 Effectif Am6norrhée Abstinence Non-susceptibilité de Caractéristique post-partum post-parttun post-partum naissances Groupe d'figes < 30 arts 14,3 2,1 15,1 2743 30 ans ou + 16,4 1,9 16.6 1475 Milieu de résidence Niamey 8,6 2,7 8,9 216 Autres villes 12,7 1,8 13,2 444 Ensemble urbain 11.4 2,0 11,8 659 Rural 16,2 2,1 16,6 3559 R6glon Niamey 8.6 2,7 8,9 216 Dosso 15.3 1,5 15,6 586 Maradi 17,5 2,3 17,9 80l Tahoua/Agadez 12,6 2.1 14,0 915 Tillabén I6,5 2,2 16,8 775 Zinder/Diffa 15.7 2,0 15,9 926 Niveau d'instruction Aucun 15,8 2,0 16,1 3819 Primaire ou plus 11,3 2,1 11,5 400 Ensemble des femmes 15,2 2,0 15,8 4219 S'agissant du niveau d'instruction, la durée d'am6norrhée est plus courte chez les femmes ayant fréquenté l'école (11,3 mois contre 15,8 mois pour les femmes sans instruction) : là encore, les différences de fréquence et d'intensité de l'allaitement entre ces deux catégories de femmes sont certainement en cause. Par contre, les durées médianes d'abstinence ne présentent pratiquement aucune di fférence. Conséquence des écarts de durée constatés pour l'aménorrhée, la période de non-susceptibilité varie de 16,1 mois chez les femmes sans instruction à 11,5 mois chez celles ayant fréquenté l'école. Le Tableau 5.13 présente trois indicateurs rendant compte de la fin d'exposition au risque de grossesse pour les femmes de 30 ans et plus. Le premier indicateur est la proportion de femmes en ménopause, à savoirla proportion de femmes actuellement en union qui ne sont ni enceintes ni en aménorrhée post-partum, mais qui n'ont pas eu de règles pendant au moins six mois avant l'enquête ou qui se sont déclarées en ménopause. Sur l'ensemble des femmes de 30-49 ans, 16 pour cent sont considérées comme étant en ménopause. Comme attendu, cette proportion augmente rapidement avec l'åge : elle est de 6 pour cent à 30-34 ans puis, entre 44 et 45 ans, elle est d'environ 29 pour cent; à 48-49 ans, 51 pour cent des femmes sont en ménopause. Le second indicateur présent6 concerne l'infécondabilité définitive : une femme en union de façon permanente pendant les cinq ans ayant précédé l'enquête qui n 'a pas utilisé la contraception, qui n'a pas eu de naissance pendant les cinq demières années et qui n'est pas enceinte, est classée dans cette catégorie. L'infécondabilité définitive concerne une forte proportion de femmes de 30-49 73 ans (31 pour cent) : comme pour la ménopause, les proportions augmentent rapidement avec l'åge, passant de 12 pour cent à 30-34 ans å 45 pour cent à 42-43 ans et h 82 pour cent å 48-49 ans, Le dernier indicateur concerne l'abstinence prolongée : il s'agit simplement de la proportion de femmes actuellement mari~es qui n'ont pas eu de rapports sexuels pendant les trois années ayant précêdé l'enquête. Ces proportions sont très faibles puisque moins de 1 pour cent de l'ensemble des femmes de 30-49 ans son/concernées. Tableau 5.13 Fin d'exposition au risque de grossesse Pourcentage de femmes de 30-49 ans actuellement en union qui sont en ménopause, en infécondabilité définitive et en abstinence de longue durée par åge, EDS Niger 1992 Groupe Infécondabilité Abstinence d'åges Ménopause j définitive 2 prolongée ~ 30-34 5,7 11,7 0,4 35-39 9,7 24,7 0,3 40-41 15,7 43,7 1,3 42-43 14,8 44,8 0,5 44-45 29,4 59,3 0.0 46-47 34,4 71,3 2,4 48-49 51,4 82,2 1,3 Femmes de 30 49 ans 16.2 30,7 0,6 Ipourcentage de femmes actuellement en union, ni enceintes, n~ en aménorrhée post-partum et dont les dernières règles ont eu lieu 6 mots ou plus avant l'enquète ou qui se sont déclarées en ménopause; 2Pourcentage de femmes continuellement en union, qui n'ont pas utilisé la contraception, qui n'ont pas eu de naissance durant les cinq années précédant l'enquête et qui ne sont pas enceintes; 3Pourcentage de femmes actuellement en union qui n'ont pas eu de rapports sexuels durant les trois armées précédant l'enquête. 74 CHAPITRE 6 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE L'analyse des préférences en matière de fécondité a une importance capitale pour évaluer les tendances [t venir de la fécondité. Malgr~ l'importance de ce sujet, c'est la première fois que des données qui s 'y rapportent sont recueillies au Niger, ce qui restreint les possibilités de comparaisons qui auraient pu étayer l'analyse. Lors de l'enquEte, les questions pos6es aux femmes en union permettent d'aborder le problème à travers les points suivants : le désir d'avoir ou non des enfants supplémentaires, le délai d'attente avant d'avoir le prochain enfant, les besoins en matière de planification familiale et le nombre total d'enfants d6sirés. Il faut préciser que les questions sur les attitudes envers la procréation sont généralement assez délicates à poser : de ce fait, l'interprétation des données relatives à ce thème a toujours été un sujet de controverse, en particulier dans des pays comme le Niger où la prévalence contraceptive est très faible et où les pressions socio-culturelles influencent encore largement les décisions en matière de fécondité. Ces données sont obtenues à partir d'un échantillon de femmes de différents figes et vivant des moments différents de leur histoire génésique. Pour les femmes en début de mariage, les réponses sont certainement liées à des objectifs à moyen ou long terme dont la stabilité et la valeur pr6dictive sont incertaines. Pour les femmes en fin de vie féconde, les réponses sont inévitablement influencées par leur passé. Toutefois, il est reconnu que même dans des pays où les femmes ont peu d'instruction ou sont analphabètes, elles sont en mesure de donner des réponses quantitatives fiables à des questions sur les pr6férences en matière de fécondité, pourvu qu'on arrive à formuler ces questions de façon appropriée. 6.1 DES IR D 'ENFANTS SUPPLEMENTAIRES Le désird'avoir ou non des enfants (supplémentaires) dans l'avenir dépend généralement du nombre d'enfants actuellement en vie et de l'fige, n ressort des Tableaux 6.1 et 6.2 que ces deux variables sont déterminantes dans l'analyse du désir d'enfants. D'après le Tableau 6.1, seulement 9 pour cent des femmes ne désirent plus d'enfants et ce pourcentage augmente selon le nombre d'enfants survivants (Graphique 6.1) : il passe de 1 pour cent chez les femmes qui n'ont pas encore d'enfant à 30 pour cent chez celles qui en ont six ou plus. Ces femmes ne désirant plus d'enfants ont, en principe, atteint leur descendance souhaitée. Les nullipares se distinguent par leur très forte proportion (96 pour cent) à souhaiter avoir un enfant : 77 pour cent d'entre elles désirent un enfant dans les deux années å venir, 15 pour cent le souhaitent après deux ans, et 3 pour cent désirent avoir un enfant, sans savoir à quel moment précis. Chez les femmes ayant déjà un enfant, le désir d'en avoir un autre est aussi très élevé (93 pour cent), mais, contrairement aux nullipares, la majorité de ces femmes (51 pour cent) souhaitent avoir cet enfant à un intervalle de plus de deux ans. Au fur et à mesure que la parité augmente, les proportions de femmes désirant un autre enfant diminuent, de m~me que les proportions de celles le souhaitant dans un proche avenir. Cependant le désir d'avoir un enfant supplémentaire reste très fort, mEme chez les femmes ayant atteint une parité élevée, puisque parmi les femmes ayant six enfants ou plus, près d'une sur deux (49 pour cent) désirent encore un enfant supplémentaire. On notera que quelle que soit la parité, sauf pour les femmes sans enfant, celles qui désirent un autre enfant souhaitent, en majorité, avoir cet enfant dans plus de deux ans, ce qui correspond à ce qui a été observé du point de vue de l'intervalle intergénésique (médiane de 30,1 mois) (voir Chapitre 3 - Fécondité). Par ailleurs les proportions de femmes indécises quant au désir d'avoir ou non des enfants supplémentaires sont faibles : seulement 6 pour cent de l'ensemble des femmes en union n'ont pas su se prononcer. 75 Tableau 6.1 Préférences en madère de fécondité selon le nombre d'enfants vivants Répartition (en %) des femmes actuellement marié, es par leur désir d'enfartts supplèmentaires, selon le nombre d'enfants vivants, EDS Niger 1992 Nombre d'enfants vivants 1 Ensemble Désir des d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 ou + femmes Veut un autre 95,6 92,7 90,2 85,9 80,6 74,3 49,4 81,5 Veut un autre bient6t 2 77,2 40,4 33,6 30,7 28,1 22,7 15,9 34,9 Veut un autre plus tard 3 15,2 51,1 55,5 54,4 51,4 50,9 32,0 45,2 Veut un autre. NSP quand 3,2 1,2 1.1 0.8 1,1 0,7 1,4 1.3 Indéeise 0,8 2,4 2,9 5,7 7,3 10,0 13,7 6,0 Ne veut plus d'enfants 1,4 2,5 4,0 5,7 8,0 11,8 29,6 8,9 Stérilisée 0,0 0,1 0,2 0,0 0,3 0,0 0.3 0,1 S'est déclarée st6rile 2,2 2,4 2,6 2,6 3,8 3,9 6.9 3,5 Non déterminé 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 657 954 924 876 738 572 841 5561 1y compris la grossesse actuelle 2Veut un autre dans les deux ans ~Veut espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus Graphique 6,1 Désir d'enfants supplémentaires des femmes mariées, selon le nombre d'enfants vivants Pourcentage lOO 80 60 40 20 o I o 1 2 3 4 5 6 Nombre d'enfants vivants EDSN 1992 76 Tout comme pour la parité, les femmes en union expriment le désir d'avoir une naissance supplémentaire jusqu'à un åge avancé, ce qui explique que le niveau de la fécondité reste élevé chez les femmes les plus ãgées (voir Chapitre 3 - Fécondité). Le Tableau 6.2 et le Graphique 6.2 montrent que si, parmi les femmes les plus jeunes, 97 pour cent expriment le désir d'avoir un (autre) enfant, aux ãges avancés, ce désir diminue mais demeure toujours élevé puisqu'il est encore exprimé par 24 pour cent des femmes de 45-49 ans. Parallèlement, le désir de ne plus avoir d'enfants augmente selon l'~ige, mais seulement une femme de 45-49 ans sur trois environ (35 pour cent) déclare ne plus vouloir d'enfants. A tous les åges, la majorité des femmes qui souhaitent un autre enfant le veulent dans plus de deux ans, ce qui est en accord avec les intervalles intergénésiques observés (voir Chapitre 3 - Fécondité). Enfin, on peut noter que les proportions de femmes qui ne savent pas si elles souhaitent ou non un autre enfant (6 pour cent pour l'ensemble) augmentent avec l'fige et concement plus de 10 pour cent des femmes au-delå de 40 ans. Tableau 6.2 Préférences en matière de fécondité selon l'âge Répartition (en %) des femmes actuellement mariées par leur désir d'enfants supplémentaires, selon l'åge, EDS Niger 1992 Age de la femme Ensemble Désir des d'enfants 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 femmes Veut un autre 97,0 95,0 92,7 83,3 73,6 52,5 24,0 81,5 Veut un autre bient6d 42,9 35,6 29,8 35,5 41,1 35,1 20,0 34,9 Veut un autre plus tard 2 51,2 57,6 62,3 47,3 30,7 16,9 2,9 45.2 Veut un autre, NSP quand 3,0 1,8 0,6 0,5 1,8 0,5 1,1 1,3 Indécise 2,0 3,5 4,4 7,9 8,6 10,1 10,8 6,0 Ne veut plus d'enfants 0,9 1,1 2,2 7,6 16,1 26,9 35,1 8,9 Stérilisée 0,0 0,0 0,0 0,I 0,2 0,2 0,8 0,1 S'est déclarée stérile 0,2 0,4 0,6 1,1 1,4 10,3 29,1 3,5 Non déterminé 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,1 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 779 1059 1211 925 713 503 371 5561 1Veut un autre enfant dans les deux ans 2Veut espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus Le Tableau 6.3 fournit la répartition des femmes en union qui ne veulent plus d'enfants (y compris les femmes stérilisées), selon le nombre d'enfants vivants et selon certaines caractéristiques socio- démographiques. Globalement, 9 pour cent de l'ensemble des femmes ne veulent plus d'en fants et il appara~ que le désir de limiter varie fortement avec le milieu de résidence : la proportion de femmes ne souhaitant plus avoir d'enfants qui n'est que de 8 pour cent en milieu rural et de 12 pour cent dans les "autres villes," atteint 21 pour cent dans la capitale. Une femme de Niamey sur cinq désire donc limiter le nombre de ses naissances : ce résultat coïncide avec le niveau de prévalence contraceptive (21 pour cent) observée dans la capitale (voir Chapitre 4 - Planification familiale). Par contre, les proportions de femmes ne souhaitant plus d'enfants ne varient qu'assez peu selon la région de résidence, passant de 7 pour cent à Tahoua/Agadez à 10 pour cent à Dosso. De mEme, on n'observe que très peu d'écans entre les femmes sans instruction et celles ayant fréquenté l'école. 77 Pourcentage 100 80 60 40 20 0 15-19 20-24 Graphique 6.2 Désir d'enfants suppiémentaires des femmes mariées, selon l'âge 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Age de la femme EDSN 1992 Tableau 6.3 Désir de limiter les naissances Pourcentage de femmes actuellement mariées ne voulant plus d'enfants par caractéristiques soeio-démographiques selon le nombre d'enfants déjà nés, EDS Niger 1992 Nombre d'enfants vivants I Ensemble des Caractéristique 0 1 2 3 4 5 6 ou + femmes Milieu de résidence Niamey 0,0 3,1 5,0 15,4 19,5 20,5 56,1 21,0 Autres villes 2,2 2,5 2,8 7.0 11,6 16,0 30,2 11,6 Ensemble urbain 1,4 2,7 3,6 10,2 14,4 17,5 39,4 14,8 Rural 1,5 2,5 4,3 5, I 7,2 10,9 27,4 8,1 Région Niamey 0,0 3,1 5,0 15,4 19,5 20,5 56,1 21,0 Dosso 1,5 0,0 2,6 3,5 6,6 17,6 36,8 10,3 Marndi 0,0 4,5 3,3 5,4 8,9 5,4 26,3 7,9 Tahoua/Agadez 2,2 1,8 4,1 4,6 8,0 7,9 23,6 7,3 Tillabéri 1,7 0,0 1,2 4,0 5,6 12,4 33,7 9,2 Zinder/Diffa 2,0 4,3 7,5 7,5 8,2 14,2 20,6 8,3 Niveau d'instruction Aucun 1,5 2,8 4,5 5,8 7,5 11,5 29,5 9,1 PFamaire ou plus 1,0 0,7 1,2 5,8 20,4 18,9 35,8 8,6 EnsembIe des femmes 1,4 2,5 4,2 5,8 8,3 11,8 29,9 9,0 Note: Les femmes stérilisées sont considérées comme ne voulant plus d'enfant. iy compris la grossesse actuelle 78 Dans tous les cas, quelle que soit la variable considérée, il apparaR clairement que le désir d'avoir des enfants supplémentaires diminue régulièrement lorsque la parité augmente. Cependant, si les proportions de femmes ne souhaitant pas d'enfants varient peu et dépassent rarement 2 pour cent chez les femmes nullipares, elles présentent de fortes variations pour les femmes ayant atteint des parités élevées. C'est ainsi que 56 pour cent des femmes de Niamey ayant 6 enfants ou plus ne souhaitent plus d'enfants contre 27 pour cent seulement en milieu rural; cette mSme proportion varie de 21 pour cent à Zinder/Diffa ~. 37 pour cent å Dosso. Enfin on constate que 8 pour cent de femmes de parité 4 et sans instruction ne veulent plus d'enfants, contre 20 pour cent de femmes de même parité et ayant fréquenté l'école. 6.2 BESOINS EN MATIERE DE PLANIF ICAT ION FAMIL IALE Les femmes actuellement en union non utilisatrices de la contraception et qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfants (elles souhaitent limiter leurs naissances) ou qui ont déclaré vouloir attendre deux ans ou plus avant la naissance de l'enfant suivant (elles souhaitent espacer leurs naissances), sont considérées comme ayant des besoins non-satisfaits en matière de contraception) Les femmes ayant des besoins insatisfaits et celles utilisant actuellement la contraception constituent la demande potentielle totale en planification familiale. Le Tableau 6.4 donne des estimations des besoins non-satisfaits et satisfaits en matière de contraception selon certaines caractéristiques socio-démographiques. Bien que le niveau d'utilisation actuelle de la contraception soit faible chez les femmes en union (4 pour cent) (voir Chapitre 4 - Planification familiale), les besoins non-satisfaits en matière de planification familiale sont relativement importants puisqu'ils concernent près d'une femme sur cinq (19 pour cent). Parmi ces femmes, la très grande majorité (14 pour cent) auraient besoin d'utiliser la contraception comme moyen d'espacement des naissances. Si les femmes ayant des besoins non-satisfaits en matière de contraception satisfaisaient ces besoins, c'est-à-dire si elles utilisaient effectivement la contraception, la prévalence contraceptive pourrait atteindre 24 pour cent. Cette demande potentielle totale en planification familiale aurait pour objectif principal l'espacement des naissances (18 pour cent). A l'heure actuelle, seulement 19 pour cent de la demande potentielle totale en planification familiale se trouve satisfaite au Niger. L'analyse différentielle des besoins en matière de planification familiale montre une évolution des besoins selon l'fige des femmes. La demande potentielle totale des jeunes femmes de 15-19 ans est faible (19 pour cent), on note ensuite une augmentation jusqu'à 25-29 ans (28 pour cent), suivie d'une baisse puis d'une nouvelle augmentation aux groupes d'figes suivants. C'est à 25-29 ans que l'utilisation de la contraception (5 pour cent), les besoins non-satisfaits (23 pour cent) ct donc la demande potentielle totale (28 pour cent) sont les plus élevés; en outre, dans ce groupe d'figes, comme chez les autres jeunes femmes, la demande en planification familiale est essentiellement orientée vers l'espaccmcnt des naissances. Par contre, à 40-44 ans, figes auxquels la demande est aussi élevée (25 pour cent), les femmes ont beaucoup plus de besoins pour limiter que pour espacer leurs naissances. S'agissant du milieu de résidence, les résultats obtenus montrent que les besoins non-satisfaits, mais surtout l'utilisation et donc la demande potentielle totale sont beaucoup plus élevés en milieu urbain, et surtout à Niamey, qu'en milieu rural. Les proportions de besoins non-satisfaits sont de 19 pour cent en milieu rural contre 21 pour cent dans les "autres villes" et 28 pour cent à Niamey, et la demande totale varie de 21 pour cent en milieu rural à 35 pour cent dans les "autres villes" et à 49 pour cent à Niamey. En milieu urbain, pour un peu plus de 40 pour cent des femmes, les besoins en matière de planification familiale se trouvent a Le calcul exact des besoins non-satisfaits est expliqué en note du Tableau 6.4. 79 Tableau 6.4 Besoins en matière de planification familiale Pourcentage de femmes actuellement marié.es ayant des besoins non-satisfaits en matière de planification familiale, pourcentage de celles dont les besoins sont satisfaits et pourcentages de demande potentielle totale de services de 91anification familiale par earactéristiques socio-démographiques, EDS Niger 1992 Besoins en planning familial non- satisfaits I pour. Besoins en planmng familial satisfaits (utilisation actuelle) 2 pour: Demande potentielle totale en ~lanning familial'pour Caractéristique Espacer Lirnitur Total Espacer Lirrfiter Total Espacer Limiter Total Pourcentage de demande satîsfaite Groupe d'åges 15-19 16,1 0,3 16,4 2,2 0,0 2,2 18,2 0,3 18,5 11,7 20-24 16,5 1,1 17,6 5,3 0,1 5,4 21.8 1,2 23,0 23,5 25-29 20,5 2,2 22,7 5.1 0,3 5,4 25.6 2,5 28,1 19,1 30-34 13,4 4,2 17,6 4,9 0,5 5,4 18,3 4.7 23,0 23,6 35-39 10,5 7,7 18,2 3,1 1,6 4,7 13,6 9,2 22,8 20,4 40-44 6,0 16,1 22,1 1,3 2,0 3,4 7,3 18,1 25,4 13,2 45-49 1.7 18,9 20,6 0,2 1,8 2,0 1,9 20,7 22,6 8,9 Milieu de rèsldence Nmmey 17,4 ]0,2 27,6 ]4,8 6,] 20,8 32,1 16,3 48,5 43,0 Autres villes 14,7 6,0 20,7 11,7 2,4 14,1 26,4 8,4 34,8 40,5 Ensemble urbaan 15,6 7,5 23,1 12,8 3,6 16,4 28,4 11,1 39,5 41,6 Rural 13,8 4,7 18,6 2,3 0,2 2,5 16,1 4,9 21,0 11,7 Re#on Niamey 17.4 10,2 27,6 14,8 6.1 20,8 32,1 16,3 48,5 43.0 Dosso 23.6 4,7 28,4 2,0 0.6 2,7 25,7 5,4 31,0 8,6 Maradi 6,6 4,9 11,6 6,1 0,3 6,4 12,7 5,3 18,0 35,6 Tahoua/Agadez 11,5 5,0 16,4 4,5 0,4 4,9 16,0 5,4 21,3 23,0 Tlllabén 23,4 4,0 27,3 1.8 0.4 2,2 25,2 4.4 29.6 7,6 Zinder/Diffa 9,8 5,4 15,2 1.4 (1,3 1,6 11,1 5.7 16.8 9,6 Niveau d'Instruction Aucun 13,4 5,2 18,6 3.(1 0,5 3,5 16,4 5,7 22,1 15,7 Primaire ou plus 22,5 3,9 26,4 13,4 2,7 16,1 35,9 6.6 42,5 37,9 Ensemble des femmes 14,1 5,1 19,2 3,8 0,7 4,4 ¤7,9 5,8 23.6 18,8 ILes besoins non-satisfaits pour espacer concernent les femmes enceintes dont la grossesse ne s'est pas produite au moment voulu, les femmes en aménorrhée dont la dernière naissance ne s'est pas prodmte au moment voulu, et les femmes qui ne sont ni enceintes m en aménorrhée, qui n'utilisent pas de méthode contraceptive et qui ont déclaré vouloir attendre deux ans ou plus avant leur prochaine naissance. Les besoins non-sattsfatls pour limiter concernent les ferrmms enceintes dont la grossesse n'était pas voulue, les femmes en aménon'hée dont la dernière natssance n'é[aat pas voulue, et les femmes qui ne sont m encemtus m en aménorrhée, qui n'utilisent pas de méthode contraceptive et qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfants. Sont également exclues les femmes qui sont en ménopause ou en période d'infécondabilité, selon les défiaitaons données au Tableau 5.13. 2L'Wilisation pour espacer concerne les femmes qui utilisent actuellement une méthode contraceptive et qui ont déclaré vouloir attendre deux ans ou plus avant leur prochaane naissance. L'utilisation pour limtter concerne les femmes qui utilisent actuellement une méthode contraceptive ci qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfants 3Besoins non-salasfatts et utilisation actuelle 80 satisfaits, contre seulement 12 pour cent en milieu rural. Les proportions des femmes susceptibles d'utiliser la contraception sont beaucoup plus élevées à Dosso (31 pour cent) et à Tillabéri 2 (30 pour cent) que dans toutes les autres régions mais, quelle que soit la région, les besoins pour l'espacement sont toujours nettement plus importants que les besoins pour la limitation des naissances. En ce qui concerne le niveau d'instruction, on constate que la demande totale conceme 43 peur cent des femmes ayant fréquenté l'école contre 22 pour cent des femmes sans instruction. De plus, dans 38 pour cent des cas, cette demande est satisfaite pour les femmes ayant un niveau d'instruction quelconque, alors qu'elle n'est satisfaite que dans 16 pour cent des cas pour les femmes sans instmction. 6.3 NOMBRE TOTAL D 'ENFANTS DESIRES Le comportement reproductif d'une femme peut être influencé par ce qui est, pour elle, le nombre idéal d'enfants. Pour essayer de cemer l'idéal des femmes nigériennes, lors de l'enquête, on a posé à toutes les femmes, selon leur situation, l'une ou l'autre des deux questions suivantes : Aux femmes sans enfant : "Si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants à avoir dans toute votre vie, combien voudriez-vous en avoir en tout?" Aux femmes ayant des enfants : "Si vous pouviez recommencer à partir de l'époque où vous n'aviez pas d'enfants, et si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants à avoirdans toute votre vie, combien auriez-vous voulu en avoir au total?" Ces questions, simples en apparence, peuvent être embarrassantes, en particulier pour les femmes ayant déjà des enfants, parce qu'elles doivent se prononcer sur le nombre d'enfants qu'elles souhaiteraient avoir, dans l'absolu, indépendamment du nombre d'enfants qu'elles ont déj à. Or il peut être difficile pour une femme de déclarer un nombre idéal d'enfants inférieur à sa parité réelle, ce qui pourrait expliquer, en partie, la proportion non négligeable de femmes ayant donné des réponses non-num6riques (14 pour cent). Il ressort du Tableau 6.5 que les femmes nigériennes restent très attach6es å une descendance nombreuse : en moyenne, le nombre idéal d'enfants est de 8,2 et il atteint 8,5 si on se limite aux seules femmes en union. Si l'on examine la distribution des tailles déclarées, il apparaît que pour plus d'une femme sur cinq (22 pour cent) le nombre idéal est de 10 enfants : cette proportion particulièrement élevée résulte d'une attraction évidente pour un nombre "rond," mais pourrait constituer également une "norme." De ce fait, les nombres moyens calculés ne constituent pas des mesures numériques précises : ils fournissent plut6t des ordres de grandeur indiquant néanmoins, sans équivoque, la préférence pour des descendances nombreuses. Cette préférence pour un nombre élevé d'enfants se trouve encore confirmée par la proportion importante de femmes ayant déclaré un nombre idéal de 12 ou plus (13 pour cent). Par ailleurs, on peut noter une association entre le nombre actuel d'enfants et la taille idéale qui passe de 6,8 chez les femmes sans enfant à 9,0 et plus chez celles qui ont déjà 4 enfants ou plus. Le même phénomène s'observe par åge, le nombre idéal moycn passant de 7,1 chez les fcmmes les plus jeunes (15-19 ans) å. 9,0 et plus au-delà de 35 ans (Tableau 6.6). Il est difficile de conclure si ces variations résultent d'une modification réelle de l'idéal allant dans le sens d'une famille de taille plus réduite chez les femmes des générations les plus récentes (et à parité faible), ou s'il s'agit, au contraire, d'une évolution de l'idéal de la femme dans le sens de la hausse au fur et à mesure qu'elle vieillit et que se constitue sa descendance. 2 Ces deux départements ont, par ailleurs, une fécondité très élevée : ISF de 8,1 à Tillabéri et de 7,7 à Dosso (voir Chapitre 3 - Fécondité). 81 Tableau 6.5 Nombre iddal d'enfants R~partition (en %) de l'ensemble des femmes par nombre idéal d'enfants et nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des femmes et pour celles actuellement mari~es selon le nombre d'enfants vivants, EDS Niger 1992 Nombre Nombre d'enfants vivants I Ensemble idéal des d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 ou + femmes 0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 1 1,1 0,3 0,1 0,0 0,0 0.1 0,4 0,4 2 3,8 1,3 0,7 0,2 0,5 0,8 0,7 1,3 3 6,5 3,5 1,3 1,6 0,5 1,0 1,1 2,6 4 12,4 9,0 6,5 3,6 3,5 0,5 0,9 6.1 5 15,1 12,8 11,8 8,5 4,6 4,9 3,0 9,5 6 12,2 10,2 8,6 9,7 9,4 5,7 5,4 9,2 7 8,0 10,4 12,3 11,8 9,3 8,3 5,1 9,4 8 4,7 7,8 7,3 8.5 10,1 10,4 8,7 7,8 9 1,3 1,7 3,7 4,9 6,3 5,5 5,7 3,8 I0 17,6 22,3 19,3 21,6 21,8 26,0 25,4 21,5 11 0,9 1,3 0,9 2,0 1,4 1,9 4,1 1,7 12 ou + 7,3 6,9 13,1 13,3 15,1 20,3 22,0 13,0 Réponses non-numériques 9,0 12,6 14,7 14,4 17,6 14,5 17,2 13,8 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 1342 1043 977 912 769 594 866 6503 Nombre idéal moyen 6,8 7,5 8,2 8,5 9,0 9,4 9,8 8,2 Effectif de femmes 2 1221 911 834 781 634 508 717 5605 Nombre moyen pour les femmes mari~es 7,3 7,6 8,3 8,6 9,0 9,4 9,8 8,5 Effectif de femmes mari~es 2 590 828 786 748 608 489 697 4747 Note: Les moyennes sont calculé, es en excluant les femmes ayant donné des réponses non-numériques. 1y lmpris la grossesse actuelle 2Ayant donné une réponse numérique Tableau 6.6 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographlques Nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des femmes par ãge et par caracténstlques socio-démographiques, EDS Niger 1992 Age actuel Tous Caractéristique 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 åges Milieu de r~sIdenee Niamey 5,2 5,4 5,6 6,1 7,2 8,1 7,7 5,9 Au~es villes 5,4 6,2 7,1 7,8 8,4 8,6 8,9 7.0 Ensemble urbain 5,3 5,9 6,4 7,2 8,0 8,4 8,5 6,5 Rural 7,5 8,1 8,7 9,1 9,5 9,1 9,9 8,6 R~glon Niamey 5,2 5,4 5,6 6,1 7,2 8,1 7,7 5,9 Dosso 7,5 7,5 8,9 8,7 9,9 10,1 9,9 8,5 Maradi 6,9 7,8 8,5 9,1 9,7 9,3 10,0 8,5 Tahoua/Agadez 6,7 7,5 8,0 8,4 8,8 8,6 9,4 8,0 Tillabéri 7.6 8,6 8,6 9,1 9,8 8,7 10,1 8,5 Zinder/Diffa 7,4 8,1 8,8 9,3 8,9 8,8 9,8 8.5 Niveau d'Instruction Aucun 7,5 8,0 8,5 8,9 9,3 9,0 9,7 8,5 Primaire ou plus 5,5 6,1 6,5 6,7 7,3 7.3 6,9 6,1 Ensemble des femmes 7,1 7,7 8,3 8,7 9.2 9,0 9,7 8,2 82 L'analyse différentielle de la taille idéale de la famille fait apparal'tm une tendance similaire d'augmentation selon l'åge quelles que soient les caractéristiques étudiées (Tableau 6.6). Par contre, pour l'ensemble des femmes de 15-49 ans, le nombre idéal moyen d'enfants présente de fortes variations selon le milieu et la région de résidence et selon le niveau d'instruction des femmes. Les femmes du milieu urbain ont pour idéal une famille moins nombreuse que celles du milieu rural : l 'écart absolu observé est de 2,1 enfants entre ces deux milieux. A Niamey, le nombre moyen est de 5,9 enfants, soit 2,7 enfants de moins qu'en milieu rural. Par région, seules les femmes de Tahoua/Agadez ont un nombre idéal légèrement plus faible qu'ailleurs (8,0 contre 8,5). Enfin, pour les femmes sans instruction, le nombre idéal est de 8,5 enfants contre 6,1 pour les femmes ayant fréquenté l'école. 6.4 PLANIFICATION DE LA FECONDITE Lors de I'EDSN, on a posé aux femmes des questions relatives à chaque enfant n~ au cours des cinq demières années et à la grossesse actuelle (s'il y en a une) : ces questions avaient pour objectif de déterminer si, lorsque la femme s'est trouvée enceinte, elle souhaitait être enceinte ~ ce moment-là, plus tard, ou s'il s'agissait d'une grossesse non désirée. De telles questions exigent de la femme un effort de concentration pour se souvenir avec exactitude de ses désirs à un ou plusieurs moments précis des cinq demières années. En outre, il existe un risque de rationalisation dans la mesure où, souvent, une grossesse non désirée peut devenir par la suite un enfant auquel on s'est attaché. Il apparaît, d'après le Tableau 6.7, que la très grande majorité des naissances (97 pour cent) étaient désir~es : la plupart de ces naissances (86 pour cent) se sont produites au moment voulu et, dans une minorité Tableau 6.7 Planification de la fécondité Répartifion (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête par type de planification selon le rang de naissance et l'åge de la mère à la naissance, EDS Niger 1992 Statut de la naissance: Rang de Effectif naissance et Voulue Voulue Non de åge de la mère au moment plus tard désirée Total I naissances Rang de naissance 1 90,6 6,8 1,7 100,0 1156 2 86,3 11,2 1,1 100,0 1155 3 86,2 11,8 1,0 100,0 1117 4 ou + 84,7 11,9 2,5 100,0 4592 Age de la mère < 20 89,0 8,6 1,1 100,0 1561 20-24 85,7 I2,3 1,2 100,0 2293 25-29 84,7 13,0 1,4 100,0 1985 30-34 85,6 10,6 3,1 100,0 1191 35-39 85,2 9,9 3,6 100,0 703 40-44 82,8 6,2 9,0 100,0 247 45-49 88,7 7,0 4,3 100,0 40 Ensemble 86,0 11,1 2,0 100,0 8020 Note: Le rang de naissance inclut la grossesse actuelle. iy compris les non-déclarés 83 des cas (11 pour cent), les femmes auraient souhaité qu'elles se produisent plus tard. Les grossesses non désirées ne représentent que 2 pour cent. Quel que soit le rang, la grande majorité des naissances sont voulues et arrivent au moment voulu. Cependant on peut noter que les naissances de rang 1 semblent légèrement mieux planifiées que les naissances de rangs supérieurs : en effet, si 91 pour cent des naissances de rang 1 se produisent au moment voulu, cette proportion ne dépasse pas 86 pour cent pour les naissances de rangs supérieurs, plus de 11 pour cent de ces naissances étant souhait~es, mais plus tard qu'elles ne se sont produits. On peut constater que la proportion de naissances non désirées augmente avec l'~lge de la mère, passant de 1 pour cent dans les groupes d'åges les plus jeunes à 9 pour cent à 40-44 ans : cette proportion de naissances non désirées reste néanmoins très faible, même parmi les femmes en fin de vie féconde. Par ailleurs, c'est dans le groupe d'åges à très forte fécondité (20-34 ans) que s'observent les proportions les plus élevées (11 pour cent et plus) de naissances désir~es, mais désirées plus tard qu'elles ne se sont produits. Ce résultat n'est guère surprenant dans la mesure où c'est dans ce m6me groupe d'åges que la proportion de femmes ayant des besoins non satisfaits en matière de planification familiale est la plus importante. Le Tableau 6.8 et le Graphique 6.3 pré- sentent une comparaison entre l'indice synthétique de fécondité désirée (ISFD) et l'indice synthétique de fécondité actuelle (ISF). Le calcul de I'ISFD est analogue au calcul de I'ISF, mis à part que les naissances considérées comme non désirées sont éliminées du numérateur. Si toutes les naissances non al~sir~es étaient évitées, I'ISF des femmes nigériennes serait de 7,1 enfants au lieu de 7,4 enfants, soit légèmment plus faible. Il n'existe donc pas de différence très nette entre ce que font réellement les femmes et ce qu'elles feraient si elles maîtrisaient vraiment leur fécondité. Néanmoins, quelles que soient leurs caractér- istiques, les femmes désirent toujours légèrement moins d'enfants qu'elles n'en ont. Les écarts les plus importants entre la fécondité réelle et la fécondité désirée s'observent à Niamey (5,2 contre 5,9 enfants par femme), dans le département de Tillabéri (7,5 contre 8,1) qui est aussi la région connaissant la fécondité la plus élevée du Niger, et chez les femmes ayant fréqucntd l'école (5,5 contre 6,3). Rappelons que c'est dans ces mêmes groupes que s'observent parallèlement les proportions les plus importantes de femmes ayant des besoins non satistails en matiære de planification familiale. Tableaa 6.8 Taux de fécondité désirée Indice synthéttque de fécondité désirée (ISDF) et indice synthétique de fécondité (ISF) pour les six années ayant précédé l'enquête, par caractéristiques socio-démographiques, EDS Niger 1992 Caractéristique ISDF ISF Milieu de résidence Niamey 5.2 5.9 Autres villes 6,9 7,2 Ensemble urbain 6,3 6,7 Rural 7,3 7,5 Rég[on Niamey 5,2 5,9 Dosso 7,5 7,7 Maradi 7,8 7,9 Tahoua/Agadez 7. I 7,2 Tillabéri 7,5 8,1 Zmder/Diffa 6,6 6.7 Niveau d'instruction Aucun 7,3 7,5 Primaire ou plus 5,5 6,3 Ensemble des femmes 7,1 7,4 Note: Les indices sont basés sur les naissances des femmes de 15-49 ans durant la période 1-72 mois précédant l'enquête. L'ISF est le marne que celui présenté au Tableau 3.3. 84 Graphique 6.3 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée Nombre enfants/femme 10 8 ! 4 2 0 Niamey Autres Rural viJles RESIDENOE 9osso Maradi Tahoua/ Tillabéri Zinder/ Aucune Primaire Agadez Difla ou + REGION INSTRUCTION EDSN 1992 85 CHAPITRE 7 SANTE DE LA MERE ET DE L'ENFANT Un des objectifs les plus importants des enquetes EDS est de foumir des informations sur la santd matemelle et infanale. Au Niger, les informations recueillies concernent les soins prénatals, les conditions d'accouchement, les caractddstiques des nouveau-nés, la couverture vaccinale, et enfin la prévalence et le traitement des principales maladies des enfants, en particulier les infections respiratoires, la fièvre et la diarrhée. L'ensemble de ces donné.es ont été collectées pour toutes les naissances vivantes qui se sont produites durant les cinq années ayant précédé l'enquête. Parce qu'ils permettent d'identifier les problèmes les plus importants en matière de santé maternelle et infantile, ces résultats sont de première importance pour l'évaluation des programmes de santé et l'61aboration et la planification des politiques sanitaires. Les problèmes relatifs å l'alimentation des enfants ainsi que leur état nutritionnel, évalué à partir des mesures anthropométriques, seront présentés au Chapitre 8 (Allaitement et dtat nutritionnel). 7.1 SOINS PRENATALS ET ACCOUCHEMENT 7.1.1 Soins prénatals Au Tableau 7.1 figure la r6partition des naissances vivantes des cinq années ayant précédd l'enquête par type de soins pr6natals reçus par la mère pendant la grossesse, selon certaines caractéristiques des mères. Tableau 7.1 Soins pr6natals R6partitîon (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant prée6d6 l'enquête, par type de visite prénatale durant la grossesse, selon certaines caract6ristiques socio-d~mographiques, EDS Niger 1992 Accou- cheuse lnfirmi&e/ Ensemble tradi- Effectîf Sage- personnel tionnelle/ de Car act~ist~que M6decî~ femme m6dical Autres Personne NI) Total naissances Age de la m~re it la naissance < 20 1,4 28,9 30,2 0,2 69.2 0,5 100.0 1428 20-34 1,3 29.1 30.4 0,3 69.1 0.2 100.0 4823 35 ou + 0.3 28.1 28.4 0.2 71,1 0,3 100,0 843 Rang de naissance 1 1,7 30.5 32.2 0.2 67.2 0.4 100.0 1050 2-3 1.7 31.4 33.1 0.1 66.5 0.3 100.0 2002 4-5 1.1 27.5 28.6 0.3 70.8 0.2 100.0 1751 6 ou + 0,5 27.2 27.6 0.4 71.8 0,2 100,0 2291 Milieu de résidence Niaraey 1.2 91,2 92.4 0,2 7.1 0.4 I00.0 361 Autres villes 1.0 81.4 82.4 0.8 16,7 0.1 100.0 735 Ensemble urbain 1.1 84.6 85.7 0.6 13.5 0.2 10{3.0 1096 Rural 1.2 18.8 19.9 0.2 79.6 0.3 100.0 5998 R~glon Niamey 1.2 91.2 92,4 0.2 7.1 0.4 loe.0 361 Dosso 1.1 29,6 30.7 0.3 69.0 0.0 100.0 1005 Maradi 1.4 20.8 22.2 0.4 77,0 0,4 100,0 1352 Tahoua/Agadez 2.0 27.5 29.6 0.1 70.1 0.2 100.0 1555 Tillab~ri 1,1 37,7 38,8 0.0 61,0 0,2 100.0 1266 Zinder/Diffa 0,1 15.4 15.5 0.6 83,6 0.3 100,0 1554 Niveau d'instruction Aucun 1.0 25,6 26.6 0.3 72.9 0.3 100.0 6473 Primaire ou plus 2.7 63.8 66.5 0.4 33,0 0.1 100.0 622 Ensemble des f¢~mes 1,2 28.9 30.1 0.3 69.4 0.3 lôO.0 7094, Now : Les donndes concernent les naissances de la p6tiode 1-59 mois pr6eédant l'enquête. Si diff~entes personnes ont 6t~ eonsultées, seule la plus quahfiée a ~t~ prise en compte dans ce tableau. 87 Durant l'enquete, on a enregistré toutes les catégories de personnes consultées par la mère pendant la grossesse mais, dans le Tableau 7.1, seule la personne la plus qualifiée a été retenue lorsque plusieurs personnes avaient ~té consultées. Pour moins d'un tiers des naissances (30 pour cent), des soins prénatals ont ~té dispensés par un professionnel de la santé, essentiellement une sage-femme ou une infirmière (29 pour cent) et, dans très peu de cas, par un médecin (I pour cent). Pour la grande majorité des naissances (69 pour cent), les mères n'ont consulté personne au sujet de leur grossesse. Les consultatinns prénatales auprès de professionnels de la santé sont légèrement plus fréquentes pour les naissances survenant chez les femmes les plus jeunes (30 pour cent à moins de 35 ans), que pour les naissances survenant chez les femmes plus gtgées (28 pour cent ~ 35 ans et plus). De m~me, les mères consultent légèrement plus les professionnels de la santé pour les naissances de rang 1 (32 pour cent) et de rangs 2 ou 3 (33 pour cent) que pour les naissances de rangs supérieurs (29 pour cent et moins). C'est surtout du point de vue de la région, du milieu de résidence et du niveau d'instruction que les proportions de femmes qui vont en consultation prénatale varient de façon importante (Tableau 7.1 et Graphique 7.1). Si la presque totalité des naissances de Niamey (92 pour cent) et de naissances des "autres villes" (82 pour cent) donnent lieu à des consultations prénatales, les mères ne reçoivent des soins prénatals auprès de professionnels de la santé que pour 20 pour cent des naissances du milieu rural. Si le manque de formations sanitaires, leur éloignement et leur difficulté d'accès en milieu rural expliquent, en grande partie, ces différences, le manque de moyens financiers des femmes rurales et le fait qu'elles sont peu sensibilisées aux problèmes de santé sont également des facteurs importants qui expliquent ces faibles proportions de soins prénatals. Quel que soit le milieu ou la région de résidence, les médecins sont très peu consultés pendant les grossesses; cependant, parmi les femmes qui vont en consultation prénatale, la proportion de celles consultant un médecin est beaucoup plus importante en milieu rural qu'en milieu urbain ce qui suggère, peut-êtoe, que les femmes du milieu rural qui vont en consultation prénatale le font plut6t en cas de complications de grossesses nécessitant l'intervention d'un médecin. Du point de vue régional, les proportions de naissances donnant lieu à des consultations prénatales auprès de professionnels de la santé sont de 39 pour cent à Tillabéri, 31 pour cent à Dosso et 30 pour cent à Tahoua/Agadez contre seulement 16 pour cent Zinder/Diffa. Pour près des trois quarts des naissances issues de femmes sans instruction (73 pour cent), celles-ci n'ont eu aucune consultation prénatale contre seulement un tiers pour les femmes ayant au moins un niveau d'instruction primaire. En outre, il faut souligner que c'est parmi les naissances issues de femmes ayant fréquenté l'école que les consultations auprès des médecins sont les plus fréquentes, tout en restant très peu répandues (3 pour cent). Les soins prénatals sont d'autant plus efficaces qu'ils interviennent à un stade précoce de la grossesse et se poursuivent de façon régulière jusqu'~ l'accouchement. Le Tableau 7.2 présente les résultats concernant les visites prénatales effectuées par les femmes enceintes. Pour moins d'une naissance sur dix (8 pour cent), les mères ont effectué 4 visites ou plus pendant la grossesse, ce qui correspond aux recommandations de l 'OMS selon lesquelles les mères devraient effectuer au moins quatre visites prénatales. Cependant, pour une naissance sur cinq environ (22 pour cent), les mères n'effectuent qu'un nombre limité de trois visites ou moins. Pour 11 pour cent de l'ensemble des naissances, les mères ont effectué leur première consultation prénatale à moins de 4 mois de grossesse, et dans 13 pour cent des cas cette première visite a lieu à 4-5 mois de grossesse (Tableau 7.2). La durée médiane de grossesse à la première visite est de 4,6 mois. Ainsi, les femmes qui ont recours aux visites prénatales le font relativement t6t au cours de leur grossesse, ce qui permet un diagnostic précoce concernant les problèmes liés ~ cette grossesse, ce qui aide le personnel médical à prendre les mesures appropriées pour dispenser les soins à la mère. Cependant, après la première visite, le suivi de la grossesse devient irrégulier puisque le nombre médian de visites n'est que de 3,4 et les avantages procurés par des visites précoces s'en trouvent ainsi limités. 88 Graphique 7,1 Soins prénatals et vaccination antitétanique RES[DENCE Nlamey Autres ville s Rural REGION Oos$o Msr=df TahouæAgadez TIIlab~n Ztnde f/Dlffa INSTRUCTION Aucune Primaire ou + 20 40 60 80 100 Pou{centage Soins prénatals RESIDENCE L ~ Au(res ri)les ~ Rura! ~ REGION Do$so Maradl Tahoua/Ag adez Tfllabérl Zmder/Dtffa INSTRUCTION Aucune P{imalre ou + ] 20 40 60 Pourcentage Vacclnahon antitétanique 80 100 EDSN1992 89 Tableau 7.2 Nombre de visites prénatales et durée de la grossesse Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête, par nombre de visites prénatales durant la grossesse et par durée de la grossesse au moment de la première visite, EDS Niger 1992 Ensemble Visite des prénatale naissances Nombre de visites 0 69,4 1 2,8 2-3 18,9 4 ou + 8,4 NSP/ND 0,5 Total 100,0 Nombre médi~ de visites 3,4 Durée de gromesse à la première visite Pas de visite 69,4 < 4 mois 10,7 4 5 mois 12,6 6 7 mois 6,0 8 mois ou + 0,8 NSP/ND 0,6 Total 100,0 Durée médiane de grossesse à la première visite 4,6 Effectif de naissances 7094 Note: Les données concernent les naissances de la période 1-59 mms préc&lant l'enquête. Le Tableau 7.3 présente les résultats concernant la vaccination antitétanique des mères pour toutes les naissances survenues durant les cinq années ayant précédé l'enquête. Les injections antitétaniques en cours de grossesse ont pour but la prévention du tétanos néonatal, qui est une des principales causes de décès des nouveau-n6s dans de nombreux pays en développement. Pour une protection complète, une femme enceinte devrait recevoir deux doses de vaccin, cependant, si elle a déjà ~té vaccinée durant une grossesse précédente, une seule dose peut suffire pour la grossesse suivante. Moins d'une naissance sur quatre seulement (23 pour cent) a été protégée par une dose ou plus de vaccin reçu par les mères durant la grossesse. Les naissances de premiers rangs (qui sont aussi celles des mères les plus jeunes) sont légèrement mieux protégées que celles de rangs élevés : 25 pour cent environ pour les naissances de rang 1 à 3 contre 21 pour cent pour les naissances de rang 6 et plus. Par ailleurs, des différences très importantes apparaissent selon le milieu de résidence (78 pour cent de couverture vaccinale à Niamey et 74 pour cent dans les "autres villes" contre 14 pour cent seulement en milieu rural), et selon la région où la couverture varie de 14 pour cent seulement à Zinder/Diffa à 26 pour cent à Dosso (Graphique 7.l). En ce qui concerne le niveau d'instruction de la mère, de très grands écarts apparaissent comme pour les consultations prénatales : pour 53 pour cent des naissances issues de femmes de niveau primaire ou supérieur, la mère a reçu, au moins, une dose de vaccin antitétanique, contre seulement 20 pour cent lorsque la mère est sans instruction (Graphique 7.1). 90 Tableau 7.3 Vaceinatinn antitétanique Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête, par nombre d'injections antitétaråques reçues pa~ la mère pendant la grossesse et pourcentages de naissazaces pour lesquelles la me'te a un caa'net de santé, selon certaines caractéristiques socio-démographiques. EDS Niger I992 Nombre d'injections antitétanlques Pourcentage ayant un Effectif NSP/ carnet de Caractéristique 0 1 2 ou + ND Total de santé naissances Age de la rn~r¢ å la naissance Moins de 20 77.5 8.0 14.1 0,3 100.0 29.0 1428 20-34 75.7 9.8 14.2 0.3 100.0 29.9 4823 35 ou plus 80.0 6.8 13.0 0.2 100.0 28.1 843 Rang de naissance 1 75,4 8,1 16,3 0,2 100,0 30,5 1050 2-3 74,0 10,2 15.2 0,7 100,0 32,6 2002 4-5 77.1 10.0 12.7 0.1 100.0 28,1 1751 6 ou + 79.0 7.8 13.0 0.2 100.0 27.4 2291 Milieu de résldence Niamey 20.6 31.4 46.8 1.2 100.0 92.2 361 Autres villes 25.0 22.5 51.5 1.0 100.0 83.0 735 Ensemble urbain 23.6 25.4 49.9 1.0 100.0 86.0 1096 Rural 86.3 6.1 7.5 0,2 100.0 19.2 5998 Région Niamey 20.6 31.4 46.8 1.2 100.0 92.2 361 Dosso 74.2 10.9 14.7 0.2 100.0 30.3 1005 Maxadi 84.0 5.3 10.2 0.4 100.0 22.1 1352 Tahoua/Agadez 76,2 9.9 13.5 0.4 100,0 27.8 1555 Tillabéri 75.6 8.9 15.2 0.2 100.0 38.4 1266 Zinder/Diffa 85,8 5.2 8.9 0.1 100.0 15.3 1554 Niveau d'Instruction Aucun 79.5 8.3 11.9 0.3 100.0 26.0 6473 Primaire ou ptus 46.7 16.9 35.6 0.7 100.0 66.3 622 Ensemble 76.6 9.1 14.0 0.3 100.0 29.5 7094 De même qu'une faible proportion de mères a fait, au moins, une visite prénatale aupr6s de professionnels de la santé (pour 30 pour cent des naissances), et a reçu au moins une vaccination antitétanique (pour 23 pour cent des naissances), les mères ne possèdent un carnet de santé que pour 30 pour cent des naissances. Pourtant, le camet de santé dans lequel sont consignés les visites prénatales, les caractéristiques de l'accouchement et le suivi de l'enfant fournit un aperçu complet de la santé de la mère et de l'enfant. Les naissances pour lesquelles les mères possèdent un carnet de santé sont celles issues de femmes ayant de l'instruction (66 pour cent) et des femmes du milieu urbain (86 pour cent). 7.1.2 Accouchement La grande majorité des naissances des cinq années ayant pr6cédé l'enquête (84 pour cent) ont eu lieu à la maison, et pour seulement 16 pour cent des naissances, les femmes ont accouché dans une formation sanitaire (Tableau 7.4). Les femmes qui sont allées en consultation prénatale sont celles qui accouchent le plus souvent dans les établissements sanitaires et, en particulier, celles qui ont effectué quatre visites prénatales et plus : 59 pour cent de leurs naissances ont lieu dans les services de santé. Le lieu d'accouchement ne varie pratiquement pas selon l'åge de la mère : les jeunes femmes continuent à accoucher 91 å la maison comme les femmes plus ågées. De m~me, le rang de naissance ne semble pas etre un facteur déterminant du lieu de l'accouchement, meme si les naissances de premiers rangs ont lieu un peu plus fréquemment en établissement sanitaire : 18 pour cent pour les naissances de rang 1 contre 15 pour cent pour les naissances de rang 6 et plus. Tableau 7.4 Lieu de l'accouchement Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête par lieu d'accouchement, selon certaines caractéristiques socio- démographiques, EDS Niger 1992 Etablis- Effectif A la sement Autres/ de Caractéristique maison sanitaire ND Total naissances Age de la rnére å la nals~sance < 20 84,5 15,0 0,4 100,0 1428 20-34 83,9 15,6 0,5 100,0 4823 35 ou + 82,6 15,8 1,6 100,0 843 Rang de naissance 1 81,2 18,2 0,6 100,0 1050 2-3 83,4 16,2 0,5 100,0 2002 4-5 85,7 13,6 0,7 100,0 1751 6 ou + 84,1 15,1 0,7 100,0 2291 Milieu de résidence Niamey 22,3 77,1 0,5 100,0 361 Autres villes 28,0 70,9 1,1 100,0 735 Ensemble urbain 26,2 73,0 0,8 100,0 1096 Rural 94,4 5,0 0,6 100,0 5998 R~glon Niamey 22,3 77,1 0,5 100,0 361 Dosso 88,6 11,4 0,0 100,0 1005 Maradi 84,7 14,2 1,1 100,0 1352 Tahoua/Agadez 82,0 17,4 0,7 100,0 1555 Tillabéri 92,8 6,2 1,0 100,0 1266 Zinder/Diffa 89,0 10,7 0,3 100,0 1554 Niveau d'instruction Aucun 86,7 12,6 0,7 100,0 6473 Primaire ou plus 54,1 45,5 0,3 100,0 622 Visites pr(~natales Aucune 97,9 1,7 0,4 100,0 4922 1 à 3 56,5 42,9 0,6 100,0 1542 4 ou + 41,0 58,8 0,3 100,0 593 NSP/ND 42,5 20,0 37,5 100,0 37 Ensemble des naissances 83,9 15,5 0,7 100,0 7094 Note: Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enqu&e. Du point de vue du milieu et de la région de résidence (Graphique 7.2), on retrouve les m8mes écarts que ceux constatés pour les visites prénatales et les vaccinations antitétaniques; 77 pour cent des naissances de Niamey et 71 pour cent des naissances des "autres villes" ont lieu dans les formations sanitaires, contre 5 pour cent seulement en milieu rural. Ici encore, le manque d'infrastructures sanitaires ou leur éloignement en milieu rural et le manque de sensibilisation des femmes rurales expliquent certainement, en grande partie, ces différences. Du point de vue régional, la proportion de naissances ayant lieu dans des formations sanitaires varie de 6 pour cent seulement å Tillabéri ~ 17 pour cent å Tahoua/Agadez. Si de tels écarts s'expliquent, en partie, par l'accessibilité des services sanitaires, d'autres facteurs socio-culturels doivent 92 Graphique 7.2 Lieu d'accouchement et assistance à l'accouchement RESIDENCE Nlame Aulres ville Rural REGION Dosso Ma«ad~ Tahou&/Ag ad ez TiIlabéfl Z~nder/Dif f8 INSTRUCTION Aucune Prlrflalre OU + 0 R m m m 20 40 60 Pourcentage Accouchement en formation sanitaire 80 100 RESIDENCE Nlamey Autres villes Rural REGION Dosso Marsdl Tahouæ'Ag adez [] m m I 20 40 60 Pourcentage Assitance médicale à l'accouchement 80 100 EDSN 1992 93 intervenir dans le choix du lieu d'accouchement; ainsi s'expliquerait la très faible proportion de naissances ayant eu lieu dans des formations sanitaires dans le département de Tillabéri, alors que c'est dans ce département que se rencontre la plus forte proportion de naissances ayant donné lieu à des visites pr6natales. Le niveau d'instruction de la femme joue un r61e pr6dominant dans le choix du lieu d'accouchement : les naissances des femmes instruites se produisent, en grande partie, dans les services de santé (46 pour cent) alors que seulement 13 pour cent des naissances des femmes sans instruction ont lieu ailleurs qu'il domicile. Une faible proportion des naissances des cinq demières années ont eu lieu avec l'assistance de personnel médical (15 pour cent), et presque uniquement avec l'aide d'une infirmière ou d'une sage-femme (Tableau 7.5). Près d'un accouchement sur cinq (18 pour cent) a eu lieu en pr6sence d'une accoucheuse traditionnelle ayant reçu une formation, un sur quatre (26 pour cent) avec l'aide d'une accoucheuse Tableau 7.5 Assistance lors de l'accouchement Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enqu~.te par type d'assistance lors de l'accouchement, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS Niger 1992 Caxact~ristique Médecin Aceou - cheuse Accou- Infirmière/ Ensemble tradition- cheuse Effectif Sage- personnel nelle traditaon- Parents/ Personne/ de femme médical formée nelle Autres ND Total naissances Age de la mère à la naissance <20 0,3 13,8 14,1 19,1 25,9 28.7 12,3 100.0 1428 20-34 0,3 14,6 14,9 17,6 25,9 22,8 18,8 100.0 4823 35 ou + 0,7 15,8 16,6 19,2 26,8 19,7 17,7 100.0 843 Rang de naissance 1 0,6 16,8 17,4 17,7 23.9 29.5 11,5 100,0 1050 2-3 0.1 16,1 16,3 16.3 26,2 22.7 18,6 100,0 2002 4-5 0,3 12,3 12,6 16,2 27,9 24,2 19,1 100,0 1751 6 ou + 0,4 14,0 14,5 21,2 25,4 21.2 17,7 I00,0 2291 Milieu de résidence Nlamey 1,0 76,5 77,5 6,9 2,9 9,6 3.2 100.0 361 Autres villes 0.6 65,6 66,2 8,1 10,1 12,3 3,2 100,0 735 Ensemble urbaan 0.7 69.2 69,9 7,7 7,7 11.4 3,3 100.0 1096 Rural 0,3 4,6 4.9 20,0 29,4 25.8 19,9 I00.0 5998 Région Niamey 1.0 76,5 77,5 6,9 2,9 9,6 3,2 100,0 361 Dosso 0.2 11,8 11,9 18,3 5,8 32,7 31,3 100,0 1005 Maradi 0,1 123 12,2 30,0 38,3 15,4 4,0 100,0 1352 Tahoua/Agadez 0,6 16,4 17,0 19,0 23,9 27,3 12,9 100,0 1555 Tillabén 0.5 5,8 6,3 11,9 4.3 27.1 50,2 100,0 1266 Zinder/Diffa 0.0 9,6 9,7 14,2 53,7 21.4 0,9 100,0 1554 Niveau d'instruction Aucun 0.3 11,8 12,1 18,2 27,3 24.5 17,9 100,0 6473 Primaire ou plus 0,5 43,8 44.3 16.9 12,7 14,2 12.0 100,0 622 Visites prénatales Aucune 0,2 1,4 1,6 17,2 34,3 28.3 18,7 100,0 4922 1 à 3 0,4 40,5 40.9 20.5 7,4 14,9 16.2 100,0 1542 4ou+ 1.1 56,9 58,0 19,2 7.1 8.1 7,7 100,0 593 NSP/ND 0,0 20.0 20,0 15,2 8,5 9,8 46.4 100,0 37 Ensemble des naissances 0,3 14,6 14,9 18,1 26,0 23,6 17,3 100,0 7094 Note: Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enqu&e, si difféœentes personnes ont assisté l'acr.ouchemenl, seule la plus qualifiée a été prise en compte dans ce tableau. 94 traditionnelle non formée, 24 pour cent des accouchements ont eu lieu avec l'aide de parents et/ou amis et, pour 17 pour cent des naissances, la mère est restée seule pendant l'accouchement. Une grossesse contrélée par des visites prénatales aboutit plus ftéquemment à un accouchement assisté par du personnel médical, en particulier, lorsque les visites prénatales ont été nombreuses : 58 pour cent des naissances dont la mère a effectué quatre consultations prénatales ou plus, ont eu lieu avec l'assistance de personnel médical. A l'opposé, lorsque la mêre n'est pas suivie pendant sa grossesse, ce sont avant tout les accoucheuses traditionnelles qui l'aident lors de l'accouchement (34 pour cent), ou des parents/amis (28 pour cent), voire personne (19 pour cent). Les tendances observées ici sont semblables å celles observées pour les visites prénatales et surtout à celles observées pour le lieu d'accouchement (Graphique 7.2). L'assistancc médicale est particulièrement importante pour les naissances du milieu urbain (70 pour cent) et, dans une moindre proportion, pour celles issues de femmes instruites (44 pour cent). Si pour certaines catégories de femmes, l'absence d'assistance médicale est compensée par la présence d'accoucheuses traditionnelles formées (30 pour cent des cas à Maradi, par exemple), de nombreuses femmes continuent d'accoucher avec l'aide de simples accoucheuses traditionnelles (54 pour cent à Zinder/Diffa), de parents ou amis (33 pour cent à Dosso), voire sans aucune assistance (50 pour cent à Tillabéri). Une proportion extrêmement faible des naissances des cinq années ayant précédé l'enquête (0,9 pour cent) ont eu lieu par césarienne (Tableau 7.6). Compte tenu de la très faible proportion de femmes accouchant dans des formations sanitaires ou bénéficiant d'une assistance médicale lors de l'accouchement, ce résultat n'est guère surprenant. Cependant, si on se limite aux seuls accouchements qui ont eu lieu dans des formations sanitaires, des césariennes ont été pratiquées pour seulement 3,5 pour cent des naissances (donnée non présentée au Tableau 7.6). Ainsi, dans les formations sanitaires, les accouchements par césarienne ne sont pas particulièrement frdquents, ce qui signifie que les formations sanitaires ne drainent pas une population particulière de femmes pour lesquelles 1'accouchement s'annonce difficile. Tableau 7.6 Caractéristiques de l'accou- chement: césarienne r prématurité T poids et taille à la naissance Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enqu&e, par nature de l'accouchement (césarienne, prématurité), poids à la naissance et taille à la naissance d'après l'opinion de la mère, EDS Niger 1992 Caractéristique Pourcentage Accouchement par césarienne Oui 0,9 Non 98,3 ND 0,8 Total 100,0 Prématurité Oui 0,9 Non 98,8 NSP/ND 0,3 Total 100,0 Poids/~ la naissance (kg) < 2,5 1,1 2,5 - 3,5 8,5 3,5 et + 3,0 NSP/ND 87,4 Total 100,0 Taille à la naissance Plus gros que la moyenne 21,7 Moyen 40,5 Plus petit que la moyenne/ très petit 36.4 NSP/ND 1,3 Total 100,0 Effectif de naissances 7094 Note: Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois préc&lant l'enquéte. Selon les déclarations de la mère, les naissances ayant eu lieu avant-terme sont, comme les césariennes, très peu fréquentes (0,9 pour cent). On n'a pu obtenir l'information sur le poids à la naissance que pour 13 pour cent des enfants d'après les camets de santé ou les déclarations de la mère (Tableau 7.6) : 1 pour cent d'entre eux étaient de très faible poids (moins de 2 500 grammes), 9 pour cent avaient un poids moyen (de 2 500 à moins de 3 500 grammes), et 3 pour cent étaient plutét de gros bébés (3 500 grammes et plus). A la question, très subjective, sur la taille 95 de leur bébé à la naissance, 41 pour cent des femmes ont déclaré "moyen," elles ont déclaré "très gros ou plus gros que la moyenne" dans 22 pour cent des cas, et dans plus d'un tiers des cas (36 pour cent), les mères ont déclar6 que leur enfant était "plus petit que la moyenne ou très petit." 7.2 VACCINAT ION Pour permettre une évaluation du Programme élargi de Vaccination (PEV), I'EDSN a co]lecté des données sur la couverture vaccinale pour tous les enfants nés dans les cinq années ayant précédé l'enquête. Selon les recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), suivies par le PEV du Niger, pour être complètement vaccin~, un enfant doit recevoir le B CG (protection contre la tuberculose), le vaccin anti- rougeoleux et trois doses d'anti-polio et de DTCoq (contre la diphtérie, le tétanos et le coqueluche). En outre, au Niger, la vaccination antiamarile fait partie du PEV. Deux différentes stratégies de vaccination sont suivies au Niger : la stratégie fixe et avancée et la stratégie mobile. La stratégie fixe et avancée est suivie en milieu urbain et en milieu rural situé à proximité des formations sanitaires où sont pratiquées les vaccinations. En plus des vaccins du PEV cités précédemment, les enfants reçoivent, dès la naissance, une première dose d'anti-polio (Polio 0). En stratégie mobile qui s'adresse aux zones rurales éloignées des formations sanitaires, les vaccinations sont pratiquées par des équipes mobiles. Les enfants ne reçoivent pas Polio 0, et les trois autres doses d'anti-polio et de DTCoq sont administrées sous forme d'un vaccin combiné (appelé Imovax) qui est administré en deux injections. Dans les deux cas, comme le recommande l'OMS, il est prévu que l'ensemble des vaccinations soient reçues avant l'åge de 1 an. Selon les recommandations de l'OMS (OMS 1991), les données sur la vaccination ont été collectées de deux façons différentes : elles ont été, soit copiées à partir du carnet de vaccination produit par la mère, soit enregistrées selon les déclarations de la mère. Une femme qui va en consultation prénatale reçoit, en principe, un carnet de santé sur lequel sont reportes les résultats des visites prénatales, l'issue de l'accouchement, ainsi que le suivi et les vaccinations des enfants; si la mère ne dispose pas de ce carnet, l'enfant présent~ en consultation reçoit un carnet de vaccination où sont inscrits les différentes vaccinations qu'il reçoit. Lorsque la mère disposait de tels documents, les enquêtrices recopiaient les informations qui y étaient inscrites. Dans le cas où la mère ne disposait pas de tels documents (soit elle ne les avait jamais eus, soit ils n 'étaient pas disponibles au moment de l'enquête, soit elle les avait perdus), on lui demandait si son enfant avait reçu le BCG (caractérisé par la cicatrice que laisse généralement la vaccination), le vaccin contre la polio (y compris le nombre de doses) administré sous forme de goultes, et celui contre la rougeole. Pour les enfants ne disposant pas d'enregistrement écrit, on ne posait pas de question sur le DTCoq, mais cette vaccination étant normalement effectuée en même temps que la polio, on supposc que la couverture est la même que celle de la polio. Enfin, on demandait å la femme si son enfant avait reçu des injections "au pistolet" utilisées pour l'administration des différents vaccins en stratégie mobile. Selon le nombre d'injections au pistolet reçues, combinées ou non aux autres vaccinations ct selon le calendrier des vaccinations, on a déduit de quel type de vaccin il pouvait s'agir. Afin de faciliter les mesures de la couverture vaccinale, précisons que les vaccinations au moyen de l'lmovax ne sont pas présent~es en tant que telles dans les résultats qui suivent. Les enfants ayant reçu ce type de vaccination ont été comptabilis6s avec ceux ayant reçu les vaccinations classiques contre la polio et le DTCoq. Au Tableau 7.7 figurent les résultats sur la couverture vaccinale selon les différentes sources d'information : le camet de vaccination, les déclarations de la mère et les deux sources. Les données concernent seulement les enfants de 12-23 mois, c'est-à-dire ceux qui, d'après les recommandations de l'OMS, ont atteint un Age où ils devraient être complètement vaccin~s. Dans 35 pour cent des cas, la 96 Tableau 7.7 Vaccinations par sources d'information Pourcentage d'enfants de 12-23 mois ayant reçu des vaceinatinns sp#.eifiques quel que soit l 'åge ~ la vaccination selon que l' information provient d'un cm'net de vaccination ou de la déclaration de la mère, et pourcentage de ceux qui ont &~ vaccinés avant l 'åge de 12 mois, EDS Niger 1992 DTCoq t Polio I Source d'information BCG 1 2 3 0 1 2 3 Toutes 3 (y COm- pris Effectif Rou- Toc- Fièvre fi~vre d'en- 8eole tes 2 jaune jaune)Aucune fants Vaccln~s å n'Importe quel ~ge avant l 'enquête Selon le cartlet de vaccination 31,8 29,5 19,8 16,7 14,0 29,0 19,9 16,5 22,5 14,5 21,3 13,8 3,0 1087 Selon la déclaration de la mère 8,1 6,8 4,5 3,6 0,0 6,8 4,5 3,6 5,3 2,8 0,6 0,6 55,8 1087 Selon les deux sources 39,9 36,3 24,2 20,3 14,1 35,8 24,4 20,1 27,8 17,4 21,9 14,4 58,8 1087 Vaccln~s avant I'~ge de 12 mois Selon le carnet de vaecinataon 27,1 25,2 16,9 13,6 12,3 24,8 16,9 13,3 15,4 9,9 13,6 9,1 7,4 1087 Selon les deux sources 35,3 32,1 21,0 17,3 I3,6 31,7 21,1 17,1 20,4 13,0 14,9 10,5 63,7 1087 Note: On suppose que le taux de couverture du DTCoq pour les enfants sans carnet de vaccination est le m~me que celui de la polio quand la mère a déclaré que l'enfant avait 6t6 vaccin6 contre la polio, Chez les enfants pour lesquels l'information est bas~e sur la d~claration de la mère, on a supposé que la proportion de vaccms oeçus durant leur première année de vie èta]t la rhume que chez ceux ayant un carnet de vaccination. 1y compris les enfants ayant reçu l'lraovax. 2Enfants complètement vaccm~s (c'est-å-dlre ceux qui ont reçu le BCG, la rougeole, les doses 1, 2 et 3 de nTCoq et de polio et/ou les doses 1 et 2 d'Imovax). 3Enfants complètement vaccin~s (BCG, rougeole, trois doses de DTCoq et de polio et/ou deux doses d'Irnovax) et ayant, en plus, reçu la vaccinauon contre la fièvre jaune. couverture vaccinale est mesurée à partir des canes ou de carnets de vaccination, pour les autres cas (65 pour cent) la couverture vaccinale est établie à partir des déclarations de la mère. Les données sur la couverture vaccinale sont synthétisées au Graphique 7.3. Près d'un enfant sur trois ãgé de 12-23 mois (32 pour cent) a reçu le BCG, si l'on se base sur le carnet de vaccination, et moins d'un enfant sur dix (8 pour cent) a également reçu ce vaccin d'après les déclarations de la mère. Au total donc, 40 pour cent des enfants avaient reçu le BCG au moment de l'enquête, et 35 pour cent avaient reçu cette vaccination avant l'åge de un an. Au moment de prendre les mesures anthropométriques des enfants (voir Chapitre 8 - Allaitement et état nutritionnel), les enquêtrices constataient si une cicatrice du BCG 6tait visible sur l'avant-bras gauche des enfants. Parmi les 40 pour cent d'enfants de 12-23 mois vaccin~s, les enquêtrices ont constaté des cicatrices du BCG dans 88 pour cent des cas, ce qui confirme assez bien les données collectées sur cette vaccination (donnée non présentée au Tableau 7.7). Les résultats concemant les premières doses de polio et de DTCoq sont légèrement inférieurs à ceux concernant le BCG : 36 pour cent des enfants ont reçu la première dose de polio et de DTCoq. Dans les deux cas, la grande majorité des enfants vaccinés le sont d'après les carnets de vaccination (environ 29 pour cent). La couverture vaccinale diminue progressivement avec les doses: 36 pour cent des enfants ont reçu la 1 ~+ dose de polio ou de DTCoq alors que seulement 20 pour cent des enfants ont reçu la 3 ~+ dose. Le taux de 97 Graphique 7,3 Vaccinations des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin Pourcentage 70 60 5O 40 3EEŒE :::i:i:ii 99 :::i:::::: 19 :ii:ii~: 0 BCG 1 2 Polio* * Y compris Imovax ** Non compris la fièvre jaune 3 1 2 3 Fièvre Rougeole Toutes DTCoq* jaune du PEV** L Age à la vaccination m []Avant 1 an I~~Après 1 an ! Aucune EDSN 1992 déperdition ~ entre la première et la troisième dose est donc très élevé : 44 pour cent. La couverture vaccinale contre la rougeole (28 pour cent) est nettement plus élevée que celle correspondant à la 2 ~m~ et surtout à la 3 ~m° dose de polio et de DTCoq alors que, d'après le calendrier vaccinal, la vaccination contre la rougeole intervient après les 3 ~r"° doses de poiio et de DTCoq. Par contre, la vaccination contre la fièvre jaune qui intervient à peu près au même âge que la vaccination contre la rougeole touche 22 pour cent des enfants, ce qui correspond à peu près à la proportion d'enfants ayant reçu les 3 ~m° doses de polio et de DTCoq. Dans le cadre du PEV, c'est contre la tuberculose que les enfants sont le mieux vaccin6s (40 pour cent), puis contre la rougeole (28 pour cent), la fièvre jaune (22 pour cent), et enfin contre la polio et le DTCoq (20 pour cent pour la 3 ~« dose). Parmi les enfants de 12-23 mois, on a calcul6 la proportion de ceux complètement immunisés contre les maladies-cible du PEV, y compris et non-compris la fièvrej aune.Z En excluant la fièvre jaune, 17 pour cent des enfants seulement sont complètement immunisés contre les maladies-cible du PEV : en incluant la fièvre jaune, cette proportion d6jà très faible diminue encore pour atteindre 14 pour cent. A l'opposé, près de 6 enfants sur 10 (59 pour cent) n'ont reçu aucune des vaccinations recommandées par l 'OMS. Ce niveau de couverture vaccinale est l 'un des plus faibles enregistrés actuellement au niveau mondial. Le taux de déperdition pour la pelio, par exemple, est la proportion d enfants qui, ayant reçu la première dose du vaccin, ne reçoivent pas la troisième. 2 On a signalé précédemment qu'au Niger, la fièvre jaune fait partie du PEV. Cependant, dans la plupart des pays, la vaccination antiamarile ne faisant pas partie du PEV, on a calculé la proportion d'enfants ayant reçu toutes les vaccinations non-compris la fièvre jaune pour faciliter les comparaisons internationales. 98 Pour la quasi totalité des enfants complètement vaccin~s, le carnet de vaccination a été montre å l'enqu~trice : de m~me, trois quarts des enfants complètement vaccinés l'ont ét6 avant l'/lge de 1 an, c'est-à- dire conformément au calendrier vaccinal recommandé. Le Tableau 7.8 et Graphique 7.4 présentent les niveaux de couverture vaccinale en fonction des caractéristiques de l'enfant et celles de la mère. Quel que soit le type de vaccination, les filles sont légèrement mieux v accinées que les garçons ( 15 pour cent contre 14 pour cent pour l'ensemble des v accinations du PEV). Du point de vue du rang de naissance, globalement les vaccinations sont plus fréquentes chez les enfants de premiers rangs (1 à 5) que chez les enfants de rang 6 et plus dont 11 pour cent seulement ont reçu toutes les vaccinations du PEV. Tableau 7.8 Vaccinations par caractéristiques socio-démographiques Pourcentage d'enfants de 12-23 mois ayant reçu des vaccinations spécifiques (selon le carnet de vaccination ou les déclarations de la mère) et pourcentage de ceux pour lesquels un carnet de vaccinations a été présenté h l'enqu~txice, par caractéristiques socio-démographiques, EDS Niger 1992 Pour- Toutes 3 cenlage (y coin- avec un Effec- D'rcoq I Poho I pris carnet de tlf Rou- Tou- Fièvre fiævre Au- vaccina- d'en- Caract6rtsttque BCG 1 2 3 0 1 2 3 ge.oie tes 2 jaune jaune) tune tion fants S~~c Mascuhn 38,0 34,3 22,7 18,4 13,8 33,5 22,9 18,5 25,5 16,3 20,4 13.7 61,0 33,7 599 l:Onmm 42,2 38,7 26,1 22.7 14,3 38,6 26,1 22,1 30,6 18.7 23,8 15,3 56,1 37,2 487 Rang de naissance I 44,3 41,4 31,4 25,3 12,9 40.4 31,8 25,3 34,9 21,7 25,7 16,6 54,3 34,7 154 2-3 44,1 41,7 25,9 21,3 15,9 41.2 25,9 20,9 31,6 18,6 25,2 14,9 54,2 41.3 3oe 4-5 36,4 33.5 24,0 20,7 14,0 33,9 2A,1 20,9 27,2 19,4 24.4 17,5 63,1 33,7 246 6 ou + 37,0 31,7 20,I 17,2 13,1 30,9 20,3 16,7 22,2 13,3 16.2 11,2 61,5 31,7 381 Milieu de rdsidenee Nlamey 94,1 87,2 83.3 74,9 65,5 88,7 84,2 74,4 70,9 61,1 57,6 52,2 3.4 82,3 66 Autres vdles 86,9 75,1 64,9 58,0 51,4 74,7 64,5 56,3 59,6 49,8 49,4 42,4 11,0 76,7 126 Ensemble urbain 89,4 79,2 71,2 63,8 56,3 79,5 71,3 62,5 63,5 53,7 52.2 45,8 8,4 78,6 191 Rural 29,3 27,1 14,2 11,0 5,0 26,5 14,4 I1,0 20,2 9,6 15,5 7,7 69,6 26,0 895 R6gion Niamey 94.1 87,2 83,3 74,9 66,5 88.7 84,2 74,4 70,9 61,1 57,6 52,2 3,4 82.3 66 Dosso 44,9 38,9 16.9 12,0 14,5 37.9 16,9 12,0 27.7 11,6 24,8 10,3 55,1 39.2 144 Maradl 45,5 40,3 23.1 18,4 13,9 39,1 22,9 18,4 35,5 15,7 25,9 13,1 53,0 40.1 193 Tahoua/Agadez 36,5 33,1 24,2 21.9 10,9 33,1 23.5 20,9 26,6 19,1 19,6 15,2 62,4 30,5 241 Tlllabérl 30,6 30.0 18,3 14,4 6,4 29,6 19.1 ld,d 19,9 13,0 17,7 11,7 67,5 35,5 231 Zmder/Dfffa 28,6 25.7 18,4 15,4 9,9 25,0 18,9 15,6 17,5 12,2 12,7 8,8 70,2 18,9 212 Niveau d'instruction Aucun 36,8 33,0 20,8 17,3 11,9 32,4 20,8 17,1 25,2 14,6 19,7 12,3 61,9 32,4 976 Prlraalre ou plus 67,5 65,2 54,4 47,1 33.1 66,2 55,5 46,8 51,0 41,6 41,8 32,9 31,9 60,6 111 Ensemble des enfants 39.9 36,3 24.2 20,3 14,1 35.8 24,4 20,1 27,8 17,4 21,9 14,4 58.8 35.3 1087 Note. On suppose que le taux de couverture du DTCoq pour les enfants sans camet de vaccination est 1¢ m6me que celui de la polio quand la rn/~e a d~clar6 que l'enfant avait 6~ vaccine contre la poho. ]Y compris les enfants ayant reçu l'lmovax. 2Enfants complètement vaccln~s (c'est-tt-d~re ceux qui ont reçu le BCG, la rc~geole, les doses 1, 2 et 3 de DTCoq et de pollo et/ou les doses 1 et 2 d'Imovax). ~Erffants compl&ement vacclnéS (BCG, rougeole, trois doses de DTCoq et de poho eMc~ deux doses d'lmovax) et ayant, en plus, reçu la va¢cina6on contre la fi6vr¢ jaune. 99 Graphique 7,4 Pourcentage d'enfants (12-23 mois) avec tous les vaccins du PEV et sans vaccination ENSEMBLE RESIDENCE Niarney Autres villes Rural REGION Dosso Maradi Tahoua/Agadez Tillab6ri Zinder/Diffa INSTRUCTION Aucune Primaire ou plus 60 40 20 m m m 20 40 60 Pourcentage n m m m m n 80 Note: Information selon le carnet de vaccination ou la déclaration de la mère * Non compris la fièvre }aune EDSN 1992 Les différences entre milieux de résidence sont très importantes (Graphique 7.4) : 94 pour cent des enfants de Niamey ont reçu le BCG contre 87 pour cent dans les "autres villes" et seulement 29 pour cent en milieu rural; pour les autres vaccinations on observe les mêmes tendances. Pour l'ensemble des vaccinations du PEV (non compris la fièvre jaune), les enfants du milieu urbain sont près de six fois mieux couverts que ceux du milieu rural (54 pour cent contre 10 pour cent). Il convient de souligner également que la déperdition des vaccinations avec les doses est beaucoup plus importante en milieu rural qu'en milieu urbain. Dans la capitale et les autres villes, les taux de déperdition entre la 1 ~rc et la 3 ême dose sont de 21 pour cent pour la polio et de 19 pour cent pour le DTCoq, alors qu'en milieu rural ces taux atteignent 59 pour cent. Du point de vue régional (Graphique 7.4), la couverture vaccinale pour l'ensemble des maladies-ciNe du PEV varie d'un maximum de 19 pour cent à Tahoua/Agadez à un minimum de 12 pour cent à Dosso et à Zinder/Diffa. Dans cette dernière région 70 pour cent des enfants de 12-23 mois n'ont reçu aucune vaccination du PEV et seulement 19 pour cent des enfants possèdent un carnet de vaccination. Que ce soit du point de vue du milieu ou de celui de la région de résidence, l'éloignement des formations sanitaires et l'insuffisance des équipes mobiles expliquent, en grande partie, ces écarts dans la couverture vaccinale et dans la déperdition de la vaccination; cependant, le manque d'information, de motivation et le manque de prise de conscience par les mères de l'importance de la vaccination des enfants expliquent peut-être, 6galement, les très faibles niveaux de couverture vaccinale observés. Le niveau d'instruction de la mère joue également un grand r61e dans la couverture vaccinale des enfants : 65 pour cent et plus des enfants de femmes ayant une certaine instruction ont reçu le BCG, le DTCoq 1 et la polio 1; 51 pour cent ont été vaccinés contre la rougeole; 42 pour cent ont reçu le vaccin antiamarile; et 42 pour cent ont été complètement vaccin~s. Bien que ces proportions d'enfants vaccinés soient encore faibles, elles sont deux fois plus élevées que celles concernant les enfants dans la mère n'a aucune instruction, et près de trois fois plus élevées dans le cas des enfants complètement immunis6s (42 pour 100 cent contre 15 pour cent). En outre, il faut remarquer que, par rapport aux femmes ayant de l'instruction, chez celles sans instruction, la proportion d'enfants vaccinés diminue beaucoup plus fortement avec les doses : quand la mère n'a pas d'instruction, seulement un enfant sur deux ayant reçu la polie I ou le DTCoq 1 reçoit la troisième dose (taux de déperdition de 47 et 48 pour cent), contre près de trois enfants sur quatre lorsque la mère a frèquenté l'école (taux de déperdition de 29 et 28 pour cent). La proportion d'enfants n'ayant reçu aucune vaccination est extrêmement élevée lorsque la mère n'a aucune instruction (62 pour cent) et elle diminue de près de moitié pour s'établir ~ 32 pour cent pour les femmes ayant une certaine instruction, ce qui reste encore très élevé. Les données sur la vaccination ayant été collectées pour tous les enfants de moins de cinq ans, on peut évaluer rètrospectivement les tendances de la couverture vaccinale avant l'fige de 12 mois pour les quatre années ayant précéd6 l'enquête à partir des données concernant les enfants de 12-23, 24-35, 36-47 et 48-59 mois à l'enquête. Le Tableau 7.9 présente ces taux de couverture vaccinale d'après le carnet de vaccination Tableau 7.9 Vaccinations avant l'âge de 12 mois Pourcentage d'enfants âgès de 1 à 4 ans pour lesquels un carnet de vaccinations a 6té montré à l'enquêtrice, et pourcentage de ceux qui ont reçu, avant l'âge de 12 mois, le BCG, le DTCoq, les vaccins contre la polie et contre la rougeole, par åge actuel de l'enfant, EDS Niger 1992 Age actuel de l'enfant en mois 12-23 24-35 3&47 Enfants 12-59 48-59 mois Carnet de vaccination montrè à l'enqu~trice 35,3 34,1 31,2 28,6 32,4 Pourcentages d'enfants vacclnés avant l'âge de 12 mois I BCG 35,3 36,0 28,9 23,5 31,1 DTCoq 1 32,1 31,3 22,0 17,9 26,0 DTCoq 2 21,0 21,2 14,7 12,4 17,5 DTCoq 3 z 17,3 17,5 12,1 10,3 14,4 Polie 0 13,6 11,5 7,6 4,0 9,3 Polie 1 31,7 30,6 21,4 17,4 25,5 Poho 2 21,1 20,8 14,7 11,8 17,2 PoUo 3 17,1 15,4 11,3 9,8 13,5 Rougeole 20,4 19,0 14,1 13,1 16,7 Toutes les vaccinations 3 13,0 10,9 7,5 6,5 9,6 Fièvre jaune I4,9 14,1 9,4 7,8 11,7 Toutes les vaecinattons 4 10,5 8,9 5,5 4,8 7,5 Aucune vaccination 63,7 61,5 70,2 73,2 67,0 Effectif d'enfants 1087 1119 1081 993 4279 Note: Les enfants ayant reçu l'lmovax sont comptabihsés avec ceux ayant reçu les vaccinations contre le DTCoq et la poli& IL'information a été obtenue soit å partir du carnet de vaccinations, soit à partir des dèclarations de la rn~re quand il n'y avait pas d'enregistrement ècrit. On suppose que, chez les enfants pour lesquels l'infoï'mation est basèe sur la d~claration de la mère, la proportion de vaccins reçus dttrant la prerrfière année de vie est la rnème que chez ceux ayant un carnet. 2On suppose que le taux de couverture du DTCoq pour les enfants sans carnet de vaccinalaon est le m~me que celui de fa polie quand la mère a déclaré que l'enfant avait éoE vaccin~ contre la Folio. 3Enfants complètement vaccin& (c'est-à-dire ceux qui ont recu le BCG, la rougeole, les doses 1, 2 et 3 de DTCoq et de polie et/ou les doses 1 et 2 d'lmovax. «Enfants complètement vaccinés et ayant reçu, en plus, la vaccination contre la fièvre jaune. 101 ou les déclarations de la mère. Les différentes valeurs ont ~té calculées à partir des dates de vaccination figurant sur les carnets; dans les cas où les dates de vaccination étaient inconnues, par exemple lorsque l'information provenait des seules déclarations de la mère, on a supposé que ces enfants avaient ~té vaccinés selon un calendrier similaire à celui des enfants disposant de dates sur les carnets. Figurent également au Tableau 7.9 les proportions d'enfants de chaque âge pour lesquels un carnet de vaccination a été montré à l'enquêtrice. Pour l'ensemble des enfants de 1-4 ans, un carnet de vaccination a été présenté à l'enquêtrice dans 32 pour cent des cas, 31 pour cent ont reçu le BCG avant un an, 26 pour cent ont reçu les premières doses de polio et de DTCoq, 17 pour cent ont été vaccinés contre la rougeole, 12 pour cent ont reçu le vaccin antiamarile et 113 pour cent ont ~té protégés contre toutes les maladies-cible du PEV avant l'âge de 12 mois. Cette dernière proportion chute à 8 pour cent en tenant compte de la fièvre jaune dans le PEV. A l'opposé, 67 pour cent des 1-4 ans n'ont reçu aucune vaccination. Des enfants tes plus âgés (48-59 mois) aux enfants les plus jeunes (12-23 mois), la proportion de ceux pour lesquels un carnet de vaccination a ét~ montré à l'enquêtrice augmente, passant de 29 à 35 pour cent. De même, quel que soit le type de vaccin, on observe une augmentation des taux de couverture vaccinale avant l 'âge de 1 an entre les enfants les plus âgés et les plus jeunes, les taux passant de 24 à 35 pour cent pour le BCG, de 13 à 20 pour cent pour la rougeole et de 10 à 17 pour cent pour les 3 ~° doses de polio et de DTCoq (Graphique 7.5). La proportion d'enfants complètement immunisés durant leur première année est deux fois plus importante chez les enfants de 12-23 mois (11 pour cent) que chez ceux de 48-59 mois (5 pour cent). Ces variations peuvent, en partie, être dues à des problèmes de mémoire des enquêtées qui, lorsqu'il n 'y a pas ou lorsqu'il n 'y a plus de trace écrite, se souviendraient moins bien des vaccinations données à leurs enfants tes plus âgés. Cependant, l'ensemble des changements constatés semblent trop importants pourn'être dûs qu'à une amélioration des déclarations pour les enfants les plus jeunes : ils correspondent aussi, très certainement, à une amélioration de la couverture vaccinale des années 1988-89 à 1992. Cette amélioration est peut-être Ia conséquence des Journées d'Accélération du PEV organisées en 1991. Par ailleurs, on peut Graphique 7,5 Couverture vaccinale des enfants avant l'âge de 12 mois de 1988-89 à 1991-92 Pourcenta¢~e 40 30 20 [] BCG I~~ Rougeole [] DTCoq 3* [] Polio 3* [] Tous vaccins du PEV** 10 1988-89 1989-90 1990-91 1991-92 * Y compris Imovax ** Non compris la fièvre jaune EDSN 1992 102 noter que si près des trois quarts des enfants de 48-59 mois n'ont reçu aucune vaccination, cette proportion tombe ~ 62 pour cent pour les enfants de 24-35 mois, pour remonter à 64 pour cent chez ceux de 12-23 mois. Ce changement de tendance entre les deux groupes d'enfants les plus jeunes, de même que le ralentissement de l'augmentation des taux de couverture vaccinale entre ces deux groupes d'enfants qui apparait nettement au Graphique 7.5, pourraient être le signe d'un ralentissement récent de l'amélioration de la couverture vaccinale; cependant, ce phénomène pourrait aussi être le signe d'une mortalité particulièrement importante touchant, entre l et 2 ans, les enfants non-vaccinés et consécutive, en particulier, aux épidémies de rougeole. 7.3 MALADIES DES ENFANTS 7.3.1 Infections respiratoires Les infections respiratoires aiguSs et, en particulier, la pneumonie constituent l'une des principales causes de mortalité des enfants des pays en développement. Pour évaluer la prévalence de cette maladie, on a demandé aux mères si leurs enfants de moins de cinq ans avaient souffert de toux et de respiration courte et rapide pendant les deux semaines ayant précédé l'enquête. Bien que le diagnostic de la pneumonie ne puisse être établi aussi aisément et nécessite un examen plus approfondi, la présence de ces deux symptrmes concomitants est tévélatrice de cette maladie. Les soins précoces et le traitement par les antibiotiques pouvant éviter une grande proportion de décès par pneumonie, on a également dem and~ aux mères si l'enfant souffrant de toux et de respiration courte et rapide avait ~tê conduit en consultation et quel type de traitement il avait reçu. Il apparaît au Tableau 7.10 que 11 pour cent des enfants de moins de cinq ans ont souffert simultanément de toux et de respiration courte et rapide pendant les deux semaines ayant précédé l'enquête. Ces deux symptrmes, rrvélateurs de la pneumonie, sont nettement plus fréquents chez les enfants les plus jeunes et diminuent régulièrement avec l'fige, leur prévalence passant de 14 pour cent chez les enfants de moins de 1 an à 8 pour cent chez ceux de 4 ans. Par contre aucune différence de prévalence n'apparaît en fonction du sexe ou du rang de naissance. Du point de vue de la résidence, ce sont les enfants des "autres villes" qui sont le moins touchés (6 pour cent), suivis de ceux de Niamey (10 pour cent) et de ceux du milieu rural (12 pour cent). Au niveau régional, la prévalence varie de 8 pour cent it Maradi et [t Taboua/Agadez à 17 pour cent dans le département de Tillabrri. Le fait que les proportions les plus élevées d'enfants souffrant de toux et de respiration courte et rapide se rencontrent dans les départements de Dosso (12 pour cent) et de Tillabéri, situés, comme Niamey, au sud-est du pays laisse à penser que les facteurs climatiques jouent un rOle important dans la prévalence de ces affections. Seulement 14 pour cent des enfants présentant les symptrmes de la toux et de respiration courte et rapide ont ét~ conduits en consultation dans un établissement de soins ou auprès de personnel médical. La majorité des enfants (39 pour cent) n'ont reçu aucun traitement durant leur maladie. Lorsqu'un traitement a ~té donné, ce sont avant tout les remèdes traditionnels qui sont utilisés (17 pour cent), suivis du sirop contre la toux (13 pour cent), des antibiotiques sous forme de sirop 3 ou de comprimés (9 pour cent) et 6 pour cent ont été soignés par injections pouvant également contenir des antibiotiques. Les réponses multiples étant admises pour les traitements, cela explique la très forte proportion d'enfants ayant reçu "d'autres remèdes" (35 pour cent) : dans leur grande majorité, les enfants ayant reçu ces "autres remèdes" ont également reçu un traitement au moyen d'un des médicaments spécifiques présentés au Tableau 7.10. La fr6quentation des établissements de soins et le type de traitement reçu diffèrent grandement selon les caractéristiques socio- démographiques des enfants et de leur mère. Les enfants de 6 à 23 mois sont conduits en consultation et 3 Pendant l'interview, l'enquêtrice demandait à voir le flacon de sirop utilisé, ou, si cela n'était pas possible, elle demandait la marque du sirop. Cependant, même en prenant de telles précautions, la distinction entre un sirop antitussif et un sirop antibiotique n'est pas toujours aisée, et il est fort possible que la répartition entre ces deux cat~gories de médicaments soit, en rraliuS, quelque peu différente de celle présentée ici. 103 Tableau 7.10 Plévalence et traitement des infections re, spimtoires aiguës Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant souffert de toux avec une respiration courte et rapide durant les deux semaines ayant préc&lê l'enqu&e, et pourcentage d'enfants malades ayant ~t~ soignes avec des médicaments spdcifiques, par caract~ristlques socio-dêmographiqu¢s, EDS Niger 1992 Enfants avec toux et respiration comte et rapide Pourcentage visite dans Pourcentage ~tabhs- Po*lrcentage tralt~s avec: av¢~ tc~x semcm et respira- sanitai~ Sirop Rèmede Effectif tion courte ou chez un Anti- lnjec- contre tradî- Rien d'en - Car~t(a'istique et rapide m&lee'm biotiques tRms la toux t ic¢mel Autres NSP/ND fants Age de l'enfant < 6 mois 14,5 8,1 6,6 1,8 11,6 15,1 18,4 55,1 681 6-11 mois 13,9 23,8 12.5 7.1 25,5 20,2 34.9 28.9 652 12-23 mois 12,4 17,0 12,5 7,9 15,4 13,6 43.3 31,5 1087 24-35 mois 9,2 13,7 9,5 6.9 10,0 15.1 30.2 40,5 1119 36-47 mois 8.9 7,3 3,8 4,9 6.1 15.0 39,3 43.6 1081 48-59 mois 7,9 10.1 10,8 2,9 10.0 25.3 40,4 35,1 993 Sexe Masculin 10,6 15.9 10,0 6,7 12,2 16.7 35.9 37,I 2981 F6minin 10,9 11,0 8.7 4.1 14.2 17,0 33,4 40,9 2631 Rang de naissance 1 10,8 16,3 12,7 5,4 10,9 11,6 32.4 40,5 789 2-3 10.2 15.7 12,2 8,7 16,1 16.5 33.4 36,4 1603 4-5 10,6 13,6 5,3 3.7 12,3 17.5 36.9 43.0 1405 6 ou ÷ 11,3 10.7 8.8 4,3 12,5 18.8 35.1 37.3 1814 Milieu de r~sldence Niamey 9,8 59.2 32,7 8,2 69,4 2,0 28,6 12,2 322 Autres vdles 5,6 42,0 18,8 10,1 50.7 1,4 46,4 13,0 630 Ensemble urbain 7,0 50,1 25.4 9.2 59.5 1,7 38,0 12.7 952 Rural 11,5 9,0 7,4 5,0 7.4 18,7 34,3 42,2 4659 R~'glon Niarney 9,8 59,2 32,7 8,2 69,4 2,0 28,6 12,2 322 Dosso 11,8 9,5 9,9 1,5 7,6 32,9 36,5 32,9 816 Maradi 8,1 8,5 7,3 6,8 9,3 5,0 36,1 49,2 1046 Tahoua/Agadez 7,7 9.0 13.4 5,1 11,4 10,6 21,2 50,2 1215 Tillabéri 16,9 10.8 3.3 1,9 6,4 20,6 45,8 39,6 1015 Zîndex/Diffa 10,5 15.7 9,9 12.0 16.4 15.7 28.9 34,1 1198 Niveau d'instruction Aucun 10,8 10,9 9,1 5,5 11,0 17,5 33,4 40,5 5071 Primaire ou plus 10.2 39,8 12,3 5,2 34.7 10,2 47.5 23.1 541 Ensemble des enfants 10,7 I3,5 9,4 5,5 I3,2 I6,8 34,7 38,9 5612 Note : Les donn6es concernent les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enquête. 104 reçoivent des médicaments en plus forte proportion que leurs aînés et que les enfants de moins de 6 mois. Il en est de meme pour les enfants de sexe masculin et pour ceux de premiers rangs qui fréquentent davantage les établissements sanitaires que ceux de sexe féminin et de rangs élevés. Ce sont les enfants de Niamey (59 pour cent), des "autres villes" (42 pour cent), ceux dont la mère a fréquent~ l'école (40 pour cent) et ceux de Zinder/Diffa (16 pour cent) qui sont conduits le plus fréquemment en consultation en cas de maladie; par ailleurs, ce sont également ceux qui reçoivent le plus fréquemment des médicaments modernes spécifiques. A l'inverse, seulement 9 pour cent des enfants malades du milieu mral et 11 pour cent de ceux dont la mère n'a pas d'instruction sont conduits en consultation et, en outre, plus de 40 pour cent de ces enfants ne reçoivent aucun traitement en cas de maladie. 7.3.2 Fièvre La fièvre peut être un sympttme majeur de nombreuses maladies parmi lesquelles la rougeole et le paludisme, fortement endémique au Niger, sont la cause de nombreux décès d'enfants dans les pays africains. Aussi a-t-on demande aux mères si leurs enfants de moins de cinq ans avaient eu de la fièvre durant les deux semaines ayant pr6cédé l'interview. Si tel était le cas, on demandait si l'enfant avait été conduit en consultation et quel type de traitement il avait reçu. Au niveau national (Tableau 7.11), près d'un enfant sur deux (45 pour cent) a eu de la fièvre dans les deux semaines ayant précédé l'enquête. Comme pour les infections respiratoires, les enfants les plus jeunes sont les plus touchés, mais la prévalence la plus forte (57 pour cent) concerne ici les enfants de 6 à 23 mois; par contre, la pr6valence differe très peu selon le sexe et le rang de naissance des enfants. Du point de vue du milieu et de la région de résidence (Graphique 7.6), la fièvre touche plus particulièrement les enfants de milieu rural (49 pour cent) et, comme pour les infections respiratoires, ceux de Tillabéri (57 pour cent) et de Dosso (51 pour cent). Là encore, les conditions climatiques propres à ces régions jouent très certainement un rtle dans la forte prévalence de la fièvre. En ce qui concerne le niveau d'instruction de la mère, les enfants de femmes sans instruction sont plus atteints que ceux dont la mère a fréquenté l'école (respectivement 46 et 34 pour cent). Parmi les enfants ayant eu de la fièvre, seulement un sur dix ( l l pour cent) a été conduit en consultation dans un établissement de soins ou auprès de personnel médical (Tableau 7.11). Les enfants de 6 à 23 mois (qui sont aussi les plus touchés), ceux de sexe masculin, ceux de premie~ rangs, ceux du milieu urbain et ceux dont la mère a fréquenté l'école sont ceux qui sont conduits le plus fréquemment en consultation dans des formations sanitaires. La majorité des enfants malades (47 pour cent) n'ont reçu aucun traitement pour lutter contre la fièvoe, en particulier en milieu rural (50 pour cent) et lorsque la mère est sans instruction (49 pour cent). Ceux qui ont ~tE soignés ont été surtout traités au moyen d'anti- paludéens (23 pour cent). Les antibiotiques ont été donnés à 13 pour cent des enfants mais, dans 4 pour cent des cas, l'enfant a reçu une injection qui pourrait également contenir des antibiotiques. Enfin, 11 pour cent des enfants ont ét~ traités avec des remèdes traditionnels. Quelles que soient les caractéristiques des enfants ou celles de leur mère, le traitement par anti-paludéen est largement dominant, sauf dans le cas du milieu urbain et de Niamey en particulier où le recours aux antibiotiques est nettement dominant et où le traitement par injections est également très utilisé. De même, le traitement par antibiotique l'emporte sur les anti-paludéens dans les départements de Zinder/Diffa et Tahoua/Agadez. Ces différences dans les traitements sont peut-être dues au fait que, dans les zones concernées, la fièvre est plus souvent associée à d'autres maladies que le paludisme. 105 Tableau 7.11 Prévaienee et traitement de la fièvre Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant eu de la fi~vre durmat les deux semmnes ayant préc~dé l'enquéte, et pourcentage d'enfants avec la fi~:vre ayant été soignés avec des médicaments spécifiques, par caractéristiques so¢io- démographiques. EDS Niger 1992 Enfants avec fi~vœe pouoeentage mer,~s OE visite dans 6tablis- Pourcentage tratt6s avec: pc~rcentage sement ayant sanitaire R~nedes Effectif la ou chez un Anti- Anti- lnjec- tradl- Rien d'en- Caractéristique fièvre m6decln palud6ens btotiques tions uonnels Autres NSP/ND fants Age de l'enfant < 6 mois 43,4 5,6 12,5 9,0 1.9 12,0 9,1 60,3 681 6-11 mois 58.4 15.7 24,5 14.0 4.2 11.2 15,6 42,6 652 12-23 mois 56,0 13,0 23,1 13,9 4.2 11,5 11,9 46,4 1087 24-35 mois 46,3 11,8 25,0 12,2 4,5 11,2 12,4 44,9 1119 36-47 mois 37,4 6,8 22,8 11,2 4,0 13,3 8,3 50.1 1081 48-59 mois 33,0 9,6 25,7 14,3 3,8 9,2 14,7 42,3 993 Sexe Masculin 45,1 11,7 25,4 12,5 4,3 12,3 11,7 44,6 2981 Fêmiain 45,2 9,9 19,8 12,7 3.5 10.5 12,4 50,1 2631 Rang de naissance 1 43,0 13,6 27,0 10,9 4,4 13,8 11,1 44,5 789 2-3 42,4 12.6 25.4 14,1 5.7 10,0 11,3 45,6 1603 4-5 45,5 8,4 20,4 9,7 2,5 11,6 12,3 51,3 1405 6 ou + 48,3 10,3 20,8 14,3 3,4 11,6 12,8 46,4 1814 Milieu de résidence Niamey 28,7 41,3 29,4 42.7 15,0 3,1 32.9 10,8 322 Autres villes 26,3 34,1 29.1 29,4 13,9 2,8 24,1 24,5 630 Ensemble urbain 27,1 36,6 29,2 34,2 14,3 2,9 27,3 19.6 952 Rural 48,9 7,9 22,0 10,2 2,7 12,4 10,3 50.3 4659 Région Niamey 28,7 41,3 29,4 42,7 15,0 3.1 32,9 10.8 322 Dosso 51,0 10,5 27,2 18,1 3,2 15,3 6.2 40,5 816 Maradi 41,8 9.2 19.3 5,8 4,5 8,6 13,6 55,9 1046 Tahoua]Agadez 45,2 9,6 15,3 16,6 3,1 5,6 11,6 54,4 1215 Tillabéri 57,3 9,8 40,2 5,6 1,1 16,7 8,0 40,4 1015 Zinder/Diffa 38.2 9,4 7,5 ]2,2 6,3 12,6 17,3 52,2 1198 Niveau d'instruction Aucun 46,3 9,3 21.4 12,2 3,6 11,7 11,3 48,7 5071 Primmre ou plus 34,3 30,5 40,1 17,8 7.3 8,5 20,8 28,2 541 Ensemble des enfants 45,2 10,9 22,8 12,6 3,9 11,4 12,0 47,2 5612 Note: Les donn6es concernent les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enquête. 106 Graphique 7.6 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans avec la fièvre dans les 2 semaines avant l'enquête ENSEMBLE RESIDENCE N~amey Autres wlles Rural REGPON Dos$o Marad Tahoua/Agade2 T,IPab6r Zlnder/Di[fa INSTRUCTION Aucune Pnrna~re ou plus i~iiii~~i!ii~!~!~!~i~i~~~~~i~~~~!~~~i~iiiiiii~iiii!~i~i~i~i~i~iiiiiii~ii~ii!~i~i~!~i~i~i~~~i~~~i~i~~~iiiiiiiii!~i~!iiii~iiiiîiiiii ~ iiiiî!!!i~i~ilili~ilili~i~ilili~iliiiii~iiiii~iiiiiiiiiiii~i~ili~! ~i I ] 10 20 3o 40 Pourcentage 50 60 EDSN 1992 7.3.3 Diarrhée Les maladies diarrhéiques et plus précisément la déshydratation qui peut s'ensuivre est une des principales causes de décès des enfants dans les pays en dêveloppement. Suivant les recommandations de l 'OMS pour lutter contre les effets de la déshydratation, le Ministère de la Santé Publique s'est engagé dans un programme de Thérapie de Réhydratation par voie Orale (TRO), en conseillant l'utilisation soit d'une solution pr6parée à partir du contenu de sachets de Sels de Réhydratation par voie Orale (SRO), soit d'une solution préparêe à la maison avec de l'eau, du sucre et du sel. En plus des questions sur la diarrhée chez les enfants de moins de cinq ans, on a donc demandé aux femmcs si elles connaissaicnt et avaient utilisé les traitements de réhydratation par voie orale. Pour l'étude de la prévalence de la diarrhée, 4 deux périodes de référence ont ~té retenues : les deux semaines et les vingt-quatre heures ayant précédé l'enquête. Le Tableau 7.12 fait appara~re que 28 pour cent des enfants de moins de cinq ans ont eu un ou plusieurs épisodes diarrhéiques dans les deux semaines ayant précédé l'enquête : plus de la moitiê de ces enfants (16 pour cent) avaient toujours la diarrhée dans les vingt-quatre heures avant l'enquête. En outre, 7 pour cent des enfants (soit un enfant sur quatre ayant eu la diarrhée dans les deux dernières semaines), ont eu la diarrhêe avec présence de sang dans les selles, ce qui est un sympt6me de dysenterie. Comme il apparaît au Graphique 7.7, la prévalence de la diarrhée est particulièrement élevée chez les enfants de 6-24 mois (42 pour cent), åges du sevrage et surtout ~ges auxquels les enfants commencent à porter "n'importe quoi" à leur bouche, s'exposant ainsi aux agents pathogènes. On verra plus loin (voir Chapitre 8 - Allaitement et dtat nutritionnel) que c'est également à ces ~lges que les enfants sont les plus atteints de sous-nutrition aigué. Une alimentation 4 La diarrhée n'a pas ~té définie dans le questionnaire dans la mesure où l'on estimait que les mères savaient ce qu'est cette maladie. Dans le cas où elles ne comprenaient pas exactement de quoi il s'agissait, l'enquêtrice demandait alors si l'enfant avait eu plus de trois selles liquides par jour. 107 Tableau 7.12 Prévalence de la diarrhée Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant eu la diarrhée et pourcentage de ceux ayant eu la diarrh6e avec présence de sang dans les selles durant les deux semaines ayant p~cédé l'enquête, et pouoeentage de ceux ayant eu la diarrh6e dans les demi&es 24 heures, par caractéristiques soclc- démographiques, EDS Niger 1992 Caractéristique Diarrhée durant les 2 semaines préc6dant l'enquête I Toute Avec diarrh6e sang dans les Effectif Toute dans demières d'en- diarrh6e selles 24 h 2 fants Age de l'enfant < 6 mois 27,1 2,4 19,7 681 6-11 mois 45,6 7.3 28,6 652 12-23 mois 40,3 9,2 21,5 1087 24-35 mois 29,1 9,6 14,3 1119 36-47 mois 17,0 6,6 9,3 1081 48-59 mois 13,8 6,3 5,6 993 Sexe Masculin 28,5 8,3 16,6 2981 Férmrun 27,2 6,1 14,3 2631 Rang de naissance 1 28,1 5,6 16,3 789 2-3 26,7 6,6 15,6 1603 4-5 27,9 6,9 15,9 1405 6 ou + 28,9 8,8 14,8 1814 Milieu de r6sidence Niamey 17,2 1,8 7,6 322 Autres villes 21,5 2,7 12,1 630 Ensemble urbain 20,1 2,4 10,6 952 Rural 29,5 8,2 16,5 4659 R6gion Niamey 17,2 1,8 7,6 322 Dosso 30,3 10,2 14,4 816 Maradi 31,8 8,9 19,4 1046 Tahoua/Agadez 26,5 6,3 16,1 1215 Tillabén 24,2 5,3 10,5 1015 7Jnder/Diffa 30,3 7,9 18,7 1198 Niveau d'Instruction Aucun 28,2 7,7 15,5 5071 Primaire ou plus 24,8 3,5 15,3 541 EnSemble des enfants 27,9 7,3 15,5 5612 Note: Les données concernent les naissances de la p6node l'enquête. Iy compris toute diarrhée dans les deraières 24 heures 2y compris diarrhée avec poesenee de sang dans les selles 1-59 mois précédant 108 Graphique 7.7 Diarrhée par âge chez les enfants de moins de 5 ans 60 50 40 30 20 10 0 Pourcentage 2 4 8 6 10 12 14 1(~ 18 20 22 24 20 28 30 32 34 36 38 40 42 44 40 48 50 52 54 56 58 80 Age en mois Note Moyenne mobile sur tro~s moB EDSN 1992 insuffisante et mal équilibrée, combinée à des épisodes diarrhéiques sévères et fréquents sont la causes de la pr6valence de l'émaciation chez les enfants. De plus, ces enfants affaiblis sont plus exposes à d'autres maladies (la rougeole, par exemple). La prévalence beaucoup plus faible de la diarrhée, observée à partir du 24 oe~ mois n'est pas nécessairement le signe d'une amélioration de l'état de santé des enfants à partir de cet åge, elle peut aussi être la conséquence d'une forte mortalité touchant les enfants les plus atteints (voir Chapitre 9 - Mortalité), les moins touchés survivant après leur 2 ~me anniversaire. Concemant le sexe et le rang de naissance, peu de différences apparaissent dans la prévalence de la diarrhée, sauf dans les cas de diarrhée accompagnée de sang qui semble toucher plus particulièrement les garçons et les enfants de rangs élevés. Du point de vue des caractéristiques socio-démographiques, on observe de fortes différences dans la prévalence (Graphique 7.8). Les enfants du milieu rural sont beaucoup plus atteints que ceux du milieu urbain (30 pour cent contre 20 pour cent), et plus particulièrement dans les cas de diarrhée accompagnée de sang (8 pour cent contre 2 pour cent). Les mauvaises conditions sanitaires et la difficulté d'approvisionnement en eau potable sont certainement la cause de ces fortes prévalences. Du point de vue régional, c'est dans le département de Tillabéri que la prévalence de la diarrhée est la plus faible (24 pour cent), ainsi que la fréquence des sympt6mes de dysenterie : seulement 5 pour cent alors que 10 pour cent des enfants de Dosso sont touchés. Le niveau d'instruction de la mère qui influe sur la connaissance des pratiques alimentaires et des mesures d'hygiène est également un facteur déterminant de la prévalence de la diarrhée : 28 pour cent des enfants dont la mère n'a aucune instruction ont eu la diarrhée dans les deux semaines ayant précédé l'enquête, contre près de 25 pour cent pour les enfants dont la mère a un minimum d'instruction; si on se limite aux cas les plus graves de diarrhée (accompagnée de sang), la prévalence varie de 8 à 4 pour cent selon le niveau d'instruction. Ces 6carts ne s'expliquent pas par la seule différence de niveau d'instruction des mères, mais 109 Graphique 7,8 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans avec Ia diarrhée dans les 2 semaines avant l'enquête ENSEMBLE RESIDENCE Niamey Autres villes Rural REGION Dosso Maradi Tahoua/Agadez Tillabéri Zinder/Diffa INSTRUCTION Aucune Primaire ou + ~!~!~~~!1~!~!:!~~!:!~!~$~!~~~:~~$i~~@~~~~:!~?~~~!~!~~~!~!!~:~~1!~i!:!:!$!:~:i~:~~i:~~?~9~~~~!~!~:~!1 • ~: . , ~ " . . ~~:~:]~~~:~:~:]:~:~:~:~:~:~:;?~~:!!!:!~!~!~!!!!~~:!~~:~~~:~~:~:!~~~~~:~:~~:~:~:~:~:~:!~:~~!:~!!!!~!~!~~:~!~:~~ ç. ~ !~!~~~~~~~~~~~i~~~~~~~~~~~:~~~:~:~7::~;~:~!!~~!~!!!:~~!~~~~:~~~~~~~~~~~~~~~~~:~~~~:~:~:)~:~:~~h:~!;!!~~~!~i~~~~~~i~~~~~~~~~~~~~~!~~~]~!~ ~~~~~?~~~!~~~~~!!~~!!i!~~!~~~~!~~~~i~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~!~!~!~~~!~!~~!!~!!~!!~~!~~~~!~~!i~i!~!~~~~~~~9~~~~~~~?~~~~~~~~~~~~~~?~~~~!~~~~~!~!~!~~!~!~ ~::)~;~::]:!:!:~~!!~!~:~~~~~~~:~;~:~::~:~::~:~:~:?!:~~!~~!!!!;!~~i~~~~:~~!~~~~:~:~~)]:~:~:~::~~:~:~j ~~:~1!:!!~!:~]~:~~~:~:]~:~:~:!~:i~:~~!!:!~!!~!~~~~~~]~:~~:~:~]~~~:~:~:]:~::~~:~:~:~~::!~~::!:!:~;!!~!:!i~~!~!~:~!~:~~]:~:~:~~:~ I 5 10 15 20 25 Pourcentage 30 35 EDSN 1992 aussi, et surtout, par les conditions socio-économiques et environnementales qui différencient souvent les femmes des différents niveaux d'instruction. Parmi les femmes ayant eu des enfants dans les cinq années avant l'enquæte, près de trois sur cinq (57 pour cent) ont déclaré connaître les SRO, mais une femme sur trois seulement (33 pour cent) a déclaré en avoir déjà utilisé (Tableau 7.13). Connaissance et utilisation varient fortement selon les caractéristiques des femmes. La connaissance des SRO est plus de 1,5 fois plus élevée en milieu urbain qu'en milieu rural (88 pour cent contre 51 pour cent); l'utilisation des SRO est, elle, plus de 2,5 fois plus importante en milieu urbain qu'en milieu rural (70 pour cent contre 26 pour cent). Les femmes de Zinder/Diffa, r6gion dans laquelle la prévalence de la diarrhée est élevée (30 pour cent) sont, par contre, celles qui connaissent et utilisent le moins les sachets de SRO (respectivement 41 pour cent et 22 pour cent); à l'opposé, les femmes de Tillabéri, département où la prévalence de la diarrhée est la plus faible (24 pour cent), sont celles qui connaissent et utilisent le plus les SRO (respectivement 63 pour cent et 32 pour cent). Enfin, la connaissance des sachets de SRO varie de 55 pour cent chez les femmes sans instruction à 78 pour cent chez les femmes ayant fréquenté l'école et, de même, l'utilisation des sachets passe de 31 à 54 pour cent entre ces deux catégories de femmes. II0 Tableau 7.13 Connaissance et utilisation des sachets de SRO Pourcentage de mères ayant eu des naissances au cours des cinq années précédant l'enquête connaissant et ayant déjà utilisé les sachets de SRO, par caraetéristiques socio-démographiques, EDS Niger 1992 A déjà Connalt utilisé les les Effectif sachets sachets de Caractéristique de SRO de SRO mères Agc de la mère 15-19 43,3 16,0 427 20-24 55,6 28,7 986 25-29 59,7 36,3 1134 30-34 60,4 36,0 791 35-49 59,1 38,1 860 Milieu de résidence Niamey 87,7 67,7 231 Autres villes 88,2 70,6 427 Ensemble urbain 88,0 69,6 658 Rural 51,3 25,9 3539 Région Niamey 87,7 67,7 231 Dosso 57,0 28,2 590 Maradi 61,4 34,5 801 Tahoua/Agadez 56,5 36,8 923 Tillabéri 62,9 31,7 750 Zinder/Diffa 41,1 22,0 902 Niveau d'instruction Aucun 54,9 30,7 3813 Primaire ou plus 78,4 53,7 384 Ensemble des enfants 57,1 32,8 4197 Note: Y compris les mères qui ont donné des sachets de SRO contre la diarrhée pendant les deux semaines précédant l'enqu6te, bien qu'on ne leur ait pas posé de questions sur leur connaissance des sachets de SRO. Parmi les enfants ayant eu la diarrhée dans les deux semaines avant l'enquête, un sur dix seulement (10 pour cent) a ~té conduit en consultation dans un établissement de soins ou auprès de personnel médical (Tableau 7.14). Les consultations sont beaucoup moins fréquentes pour les enfants de moins de 6 mois et de 48 mois et plus, qui sont aussi les plus atteints, que pour les enfants des autres âges. Les femmes du milieu urbain se rendent beaucoup plus en consultation que celles du milieu rural (33 pour cent contre 7 pour cent seulement). Enfin, les consultations sont deux fois plus fréquentes pour les enfants de femmes ayant fréquenté l'école (18 pour cent) que pour ceux dont la mère est sans instruction (9 pour cent). 111 Tableau 7.14 Traitement de la diarrhée Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant eu la diarrhée au cours des detm semaines précédant l'enquête qui ont été menés en consultation dans un établissement sanitaire ou auprès de personnel de santé, pourcentage de ceux ayant suivi une thérapie de réhydratation par voie orale (FRO), pourcentage de ceux qui ont reçu davantage de liquides, pourcentage de ceux qui n'ont reçu ni TRO ni davantage de liquides, et pourcentage de ceux ayant reçu d'autres traitements, selon certaines caractéristiques socio-démographiques. EDS Niger 1992 Caraetéfisaque Réhydration orale Pourcentage menés en N'ayant visite dans Ayant reçu Effectif éstabhssement Solution reçu ni TRO, Autres traitements reçus d'en- sanitaire préparée davan- ni davan- fants ou chez Sachets à la tage de tage de Anti- Injec- Remèdes Rien/ avec médecin SRO mmson liquides liquides bioaques tion tradit. Autres NSP/ND diarhée Age de l'enfant < 6 mo*s 2,4 2,8 2.7 12,7 84,0 3.7 0,0 15,5 7.6 62,6 185 6-11 mois 10,8 12,8 11,3 12,8 69,6 5,3 0,9 19,6 10.8 48,2 297 12-23 mois 11,7 11,6 10.9 10,4 74,0 6.3 0.1 28,3 14.2 39.6 438 24-35 mois 9,9 11.9 12,3 7,1 74.0 5.6 0,7 27.1 14.5 39,8 326 36-47 moEs 14,3 10,7 8,0 9,3 78,2 7,0 0.8 22,8 14,9 48.3 184 48-59 mois 5,5 7.8 6,2 12,1 77,8 1.0 2.1 26,6 9,2 52.0 137 Sexe Masculin 9.7 11.2 10,2 11.1 73,3 5,2 1,0 25.9 13,6 43,1 851 Féminin 10,0 9.5 8,8 9.7 77.3 5.3 0.2 21.9 I1,1 49.6 715 Rang de naissance 1 11.0 11.5 8,1 9.2 75.6 5,9 0.6 20.0 9,2 51.5 222 2-3 8,8 11.5 8,3 12,2 73.7 5,6 0,7 23.9 13,1 45.5 427 4-5 8,8 8.2 8,4 9,8 77.7 5,0 0,9 18,6 12,6 51,5 392 6 ou + 11.0 10.8 12,0 10,0 74,2 4,9 0.3 30,0 13,3 40.1 525 Milieu de résidence Niamey 30.8 36,6 18,0 13.4 48,3 12.2 1,7 25,0 18.6 22,7 56 Autres villes 33,2 31.3 20,8 17.4 52.1 10,9 1.1 13,6 20,0 27.9 136 Ensemble urbain 32,5 32,9 20,0 16,2 51,0 11,3 1.3 16,9 19,6 26,4 191 Rural 6.7 7.3 8.1 9,7 78.5 4,4 0,5 25.1 11,5 48,8 1374 Région Nlamey 30,8 36.6 18.0 13,4 48.3 12,2 1.7 25.0 18,6 22.7 56 Dosso 8.0 9,0 11,8 12.8 72,8 11,3 0.6 22,6 9,0 42,2 247 Ma~adt 9,8 7,4 10.6 17,5 70,0 3,6 0.6 24.3 16,9 44.3 333 Tahoua/Agadez 10,3 14,3 10,0 5,1 75.7 4,7 1,0 19.5 9,1 52.4 322 T*llabéri 6.6 8,5 9.5 8.7 79,2 3.1 0.0 30.3 9,8 49.2 246 Zánder/Diffa 9.7 8,0 5.5 7.9 82,4 3.6 0.5 24.5 14.8 46.2 362 Niveau d'instruction Aucun 9.1 9,2 8.9 10,4 76,4 4.7 0,7 24.2 12,4 46.9 1431 Primaire ou plus 18,1 23,3 16.6 11,1 62,1 11.6 0,0 22.9 13,6 37,1 134 Ensemble des enfants avec diarrhée 9.8 10,4 9.6 10.5 75,2 5.3 0.6 24.1 12,5 46.1 1566 Note: La "IRO comprend la solution préparée à partir des sachets de SRO et/ou le liqmde recommandé et préparé à la maison. Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enquête. 112 Pendant les épisodes diarrhéiques, les trois quarts des enfants (75 pour cent) n'ont pas reçu une quantité de liquides (y compris le lait maternel et les SRO) plus importante qu'en période normale. Seulement 10 pour cent des enfants ont reçu des sachets de SRO et 10 pour cent également ont été traités avec une solution d'eau, de sel et de sucre préparée à la maison. Compte tenu du fait que 57 pour cent des femmes ont déclaré conna~re les SRO, ces résultats démontrant que de nombreuses femmes ne mettent pas en pratique cette connaissance. Le Graphique 7.9 montre qu'en ce qui conceme l'ensemble des enfants de moins de cinq ans ayant eu la diarrhée, 60 pour cent ont reçu la même quantité de liquides (non compris l'allaitement), 9 pour cent seulement en ont reçu davantage et 30 pour cent en ont reçu moins qu'en pêriode normale. Par ailleurs, 81 pour cent des enfants qui sont toujours allaités et qui ont eu la diarrhée ont continué d'être allaités de la même façon pendant les épisodes diarrhéiques; dans 3 pour cent des cas seulement l'allaitement a ét~ augmenté et pour 14 pour cent des enfants l'ailaitement a été réduit ou stoppé. Ces résultats démontrent que les mères devraient être beaucoup mieux infonnées sur la nêcessité d'augmenter la quantité de liquides (ailaitement ou autres) à donner aux enfants durant les épisodes diarrhéiques. Les enfants du milieu urbain, ceux du département de Maradi et ceux dont la mère a un certain niveau d'instruction sont ceux pour lesquels l'augmentation de la quantité de liquide (y compris la TRO) donné pendant les épisodes diarrhéiques est la plus fréquente (Tableau 7.14). En tant que médicament, les antibiotiques ne sont utilisés que dans 5 pour cent des cas et surtout en milieu urbain et dans le département de Dosso (11 pour cent), et lorsque la mère a fréquenté l'école (12 pour cent). En fait, en cas de diarrhée, ce sont surtout les remèdes traditionnels qui sont utilisés (24 pour cent) et cela quelles que soient les caractéristiques de l'enfant ou de sa mère. Graphique 7,9 AIlaitement et quantité de liquides donnés aux enfants ayant la diarrhée M¢me que d'habitude 81% M¢me que d'habitude 60% D 2% /ND1% Plus 3% Pratique d'allaitement (Enfants allaités et ayant la diarrhée) ~oins 14% P[t. Moins 30% Quantité de liquides (Enfants de moins de 5 ans et ayant la diarrhée) EDSN 1992 113 CHAPITRE 8 ALLAITEMENT ET ETAT NUTRITIONNEL Ce chapitre est consacre à l'analyse des pratiques d'anaitement et d'alimentation des enfants nés dans les cinq années ayant précédé l'enquête, ainsi qu'à. l'évaluation de l'état nutritionnel de ces enfants a et des femmes ayant eu des naissances dans les cinq demières années. La première partie présente les r6sultats de l'enquête concernant les pratiques d'allaitement et d'alimentation de complément; la deuxième partie porte sur l'évaluation de l'état nutritionnel des enfants å partir des mesures anthropornétriques (taille et poids), ainsi que sur les carences en vitamine A; et la demière partie du chapitre est consacr6e à l'état nutritionnel des mères. 8.1 ALLA ITEMENT ET AL IMENTATION DE COMPLEMENT Les pratiques d' alimentation et la morbidité constituent les principaux facteurs dêterminants de l'état nutritionnel des enfants qui affecte, à son tour, la morbidité et la mortalité de ces enfants. Le lait maternel est un aliment irremplaçable pour le nouveau-né, en effet il contient tous les éléments nutritifs nécessaires au bon développement et à la croissance de l'enfant durant ses premiers mois d'existence. De plus, comme il est hygiénique et qu'il permet la transmission des anticorps de la mère, le lait maternel limite la prEvalence de la diarrhée et d'autres maladies. Par ailleurs, l'allaitement par son intensité et sa fréquence, prolonge l'infécondité post-partum de la mère. Ainsi, en agissant sur l'intervalle entre naissances et donc sur le niveau de la fécondité, il influe sur l'état de santé des mères et de leurs enfants. Compte tenu de l'importance des pratiques d'allaitement sur l'état de santé de l'enfant, au cours de I'EDSN, on a demandé aux femmes si elles avaient allaité leurs enfants nés dans les cinq années ayant pr6cédé l'enquête. Plus pr6cisément, on leur a demandé quel åge avaient ces enfants au moment où elles avaient commencé à allaiter, pendant combien de temps elles les avaient allait~s, quelle était la fréquence de l'allaitement, å quel åge avaient été introduits des aliments de complément et quel type d'aliments. On a demandé également aux mères si elles avaient utilise des biberons. La quasi-totalité (98 pour cent) des enfants nigériens nés dans les cinq années ayant précédé l'enquête ont été allaites (Tableau 8.1), et cette pratique est presque uniforme quels que soient le sexe de l'enfant, le milieu ou la région de résidence, le niveau d'instruction de la mère, le lieu de naissance ou le type d'assistance à l'accouchement. Concernant les enfants derniers-nés au cours des cinq demières années, 71 pour cent n'ont pas été mis au sein pour la première fois au cours des vingt-quatre premières heures suivant la naissance : ainsi, bien que l'allaitement soit quasi-général au Niger, relativement peu d'enfants sont mis au sein durant leur premier jour d'existence. Ce comportement peut avoir un effet néfaste sur la santé de l'enfant : en effet, c'est lors des premiers aUaitements, dans les vingt-quatre heures suivant la naissance, que l'enfant reçoit le colostrum qui contient les anticorps de la mère et qui sont essentiels pour lui éviter de nombreuses maladies. De plus, si le nouveau- n~ n'est pas allaité dans les vingt-quatre heures, il reçoit, à la place du lait maternel, divers liquides pouvant le mettre en contact avec des agents pathogènes. Les données sur l'allaitement, l'alimentation et l'état nutritionnel des enfants qui sont prEsentées dans ce chapitre ont fait l'objet d'une analyse approfondie (Oumarou et al., 1993). I15 Tableau 8.1 Allaitement initial Pourcentage d'enfants nés au cours des cinq années précédant l'enqu8te et ayant été allait~s, et pourcentage d'enfants derniers-nés ayant commencé à ~.tre allaités dans l'heure ou dans le jour suivant leur naissance, par caractéristiques socio-démographiques. EDS Niger 1992 Ensemble des enfants Derniers-nés Pourcentage Pourcentage Pourcentages allaités dans allaités durant ayant été l'heure suivant le jour suivant Caractéristique allaités Effectif la naissance la naissance Effectif Sexe de l'enfant Masculin 97,8 3748 20,1 29,0 2285 Féminin 97,4 3456 20,4 29,9 1996 Milieu de résidence Niamey 97,9 365 51,4 68,3 236 Autres villes 98,4 743 21,4 32,4 434 Ensemble urbain 98,2 1107 32,0 45,0 669 Rural 97,5 6097 18,1 26.6 3611 Région Niamey 97,9 365 51,4 68,3 236 Dosso 97,7 1013 26,4 40,3 604 Maradi 97,7 1385 7,0 10.0 820 Tahoua/Agadez 97,9 1580 20,1 28,6 939 Tillabéri 97,6 1284 32.0 50,1 762 Zinder/Diffa 97,0 1578 10,4 13,4 920 Niveau d'instruction de la m~re Aucun 97,5 6572 19.6 28.3 3893 P~tmaire ou plus 98,3 632 26,5 41,0 388 Assistance å l'accouchement Personnel formé médicalement 98,3 1072 34,6 50,5 659 Accoucheuse traditionnelle formée 98,2 1303 16,1 24,3 801 Accoucheuse traditionnelle 97,4 1886 9,1 13,0 1112 Autre ou personne 97,6 2926 23,9 34,5 1706 ND 21,8 17 9,3 9,3 3 Lieu de l'accouchement Etablissement sanitaire A la maison 98,5 1111 33.6 49,4 687 Autse 97,6 6046 17,7 25,6 3574 ND 100,0 29 19,9 30.3 18 27,4 19 26,6 26.6 2 Ensemble des enfants 97,6 7205 20,2 29,4 4281 Note: Le tableau est basé sur tous les enfants nés dans les 5 années ayant précédé l'enqu~te, qu'ils soient vivants ou décédés au momenI de ]'enqu~le. 116 Alors que l'allaitement est pratiqué uniformément dans le pays, le moment où il commence varie de façon significative selon les caractéristiques socio-démographiques des mères. Concernant le milieu de résidence, on constate qu' ~ Niamey 68 pour cent des enfants ont reçu le sein durant le premier jour suivant la naissance, et dans 51 pour cent des cas dans la premièœe heure; à l'opposE, en milieu rural, 27 pour cent seulement des enfants ont été allaités durant les vingt-quatre premières heures. Au point de vue r~gional, dans les régions de Maradi et de Zinder/Diffa, les proportions d'enfants aUaités durant le premier jour sont très faibles, respectivement, 10 et 13 pour cent. Il est probable que l'influence des pratiques haoussa traditionnelles, toujours très fortes dans ces régions, est une des principales causes de cette situation. En effet, ces résultats correspondent à ceux d'autres enquêtes localis6es 2 qui ont démontré que l'allaitement, en particulier chez les haoussa, ne commence parfois que trois, quatre ou même cinq jours ou plus après la naissance. Dans certaines régions, le colostrum est considéré comme étant mauvais et le lait doit subir un test avant d'Etre donné à l'enfant. Souvent, aussi, la mère reçoit un médicament traditionnel pour enlever les propriétés mauvaises du lait. Pendant cette période, avant le début de l'allaitement, l'enfant est nourri d'autres liquides tels que l'eau, les tisanes traditionnelles, le lait de vache. Le niveau d'instruction semble avoir une influence positive en ce qui concerne le début de l'allaitement. En effet 41 pour cent des bébés ont été mis au sein durant le premier jour chez les mères ayant au moins une instruction primaire, contre 28 pour cent seulement chez celles n'ayant pas fréquenté l'école. Lorsque la mère a accouché avec l'assistance de personnel médical, dans 51 pour cent des cas, l'enfant a reçu le sein dans les premières vingt-quatre heures; cette proportion est de 24 pour cent lorsque la mère a ét~ assistée par une accoucheuse traditionnelle formée, de 13 pour cent lorsque 1' accouchement s'est passé avec l'assistance d'une accoucheuse traditionnelle non formée et de 35 pour cent lorsque la femme a accouché avec simplement l'aide de parents, d'amis ou lorsqu'elle a accouché toute seule. L'influence des accoucheuses traditionnelles, qu'elles soient formées ou non semble donc avoir un effet négatif sur le début de l'allaitement. Enfin, lorsque les femmes accouchent dans une formation sanitaire, les enfants sont plus souvent mis au sein le premier jour (49 pour cent) que lorsque l'accouchement a eu lieu à la maison (26 pour cent). Le Graphique 8.1 présente les données sur la pratique de l'allaitement des enfants de moins de trois ans au moment de l'enquête. Durant les premiers mois, presque tous les enfants sont allaités et cette pratique reste très importante pendant les deux premières années d'existence : 95 pour cent des enfants sont encore allaités ~ 14 mois et 80 pour cent à 18 mois. L'allaitement prend fin le plus souvent entre le 18 cm« et le 24 ~~ mois, p6riode au cours de laquelle la proportion d'enfants allaites chute de près de 50 pour cent. Comme il apparaît au Graphique 8.1, l'allaitement exclusif est presque inexistant au Niger : avant l'fige de 6 mois, seulement 1 pour cent des enfants sont exclusivement allait~s, alors que l 'OMS recommande que jusqu'à 4-6 mois, les enfants soient uniquement nourris au sein. Chez les femmes nigériennes, il est très courant de donner divers liquides h l'enfant dès les premiers jours, voire les premières heures. Certains liquides, tels que les infusions et l'eau bénite (eau mélangée avec l'encre ayant servi à écrire des versets du Coran) ne servent pas à l'alimentation, mais plutõt à la protection de l'enfant, ou à sa préparation pour recevoir l'alimentation. On donne également de l'eau, de l'eau sucrée ou du lait de vache en attendant que le lait de la mère soit acceptable. Ces pratiques d'introduction de liquides dans l'alimentation sont très liées aux croyances traditionnelles, de même que le début tardif de l'allaitement. 2 Voir: Hung et Diallo, 1992; Keith, 1990; Kedner et al. 1990. 117 Graphique 8.1 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de 3 ans Pourcentage 100 80 60 40 2o 0 0 5 10 15 20 25 30 35 Age en mois Note: Moyenne mobiEe sur trois mois EDSN 1992 Le Tableau 8.2 concerne les enfants allaités de moins de trente mois? selon le type d'aliments qu'ils reçoivent en complément du sein (plusieurs types de compléments pouvant être donn6s, la somme des pourcentages peut excéder 100 pour cent). L 'OMS recommande qu'entre 4 et 6 mois, âges auxquels le lait maternel n'est plus suffisant pour assurer la meilleure croissance possiNe des enfants, des aliments solides de complément soient introduits dans l'alimentation. Il apparaît au Tableau 8.2 qu'à 0-7 mois, une proportion importante d'enfants ne sont pas nnurris selon ces recommandations, puisque 33 pour cent d'enfants ne reçoivent pas encore d'aliments solides de complément, à 8-9 mois, cette proportion passe à 20 pour cent et, à 10-11 mois, il reste encore 10 pour cent des enfants qui reçoivent une alimentation inadéquate. Au Niger, les mères n'utilisent le biberon que très rarement : seulement 2 pour cent des enfants prennent le biberon à 0-1 mois, 3 pour cent à 2-3 mois, 4 pour cent à 4-5 mois et c'est à 6-7 mois que l 'on trouve la proportion la plus élevée avec 6 pour cent seulement. Bien qu'au niveau national l'utilisation du biberon soit relativement faible, it faut souligner que cette pratique varie fortement selon le milieu de résidence : en milieu rural, seulement 1 pour cent des enfants de 0-11 mois reçoivent le biberon, contre 11 pour cent dans les "autres villes" et 19 pour cent à Niamey. 4 Les différents résultats qui viennent de révéler que de nombreux enfants ne reçoivent pas le colostrum et que des liquides et autres aliments sont introduits trop tôt dans leur alimentation, ont des implications particulièrement importantes sur l'état de santé et l'état nutritionnel des enfants. En effet, ces pratiques 3 Le tableau est limité aux enfants de moins de 30 mois, au-delà de cet âge, les effectifs d'enfants allaités étant beaucoup trop faibles. 4 Ces données ne figurent pas au Tableau 8.2. Pour plus de précisions à ce sujet, voir Oumarou et al., 1993. 118 Tableau 8.2 Allaitement et alimentation de complément Pourcentage d'enfants de moins de 30 mois allait~s, par åge. selon le type d'aliments de complément reçus et pourcentage de ceux uUlisam le biberon. EDS Niger 1992 Aliments de complément Utilisation Lait pour Autres Autres Solides/ du Age en mois bébé laits liquides I Bouillies biberon Effectif 0-1 0.8 25.1 34.0 8.4 1.9 253 2-3 3.0 16.5 30.9 22.5 2.5 274 4-5 4.1 14.5 29.5 35.6 4.4 248 6-7 3.4 17.0 30.3 67.4 6.2 220 8-9 1,5 14.3 27.8 80.5 2.5 226 10-11 1.3 12.0 25.3 90.0 0.9 194 12-13 0.5 12.7 26,4 94.1 1,5 256 14-15 1.9 18.5 31.9 94.3 2.8 215 16-17 3.7 24.8 40.1 93.6 0.3 116 18-19 0.5 17.6 35.1 87.9 0.0 128 20-21 2.0 13.7 18.6 92.9 0.3 99 22-23 0.0 13.9 21.8 90.4 0.0 77 24-25 0.0 12.1 13.7 93.3 0.0 73 26-27 (0.9) (6.3) (15,l) (96.1) (0.0) 36 28-29 (0.0) (15.9) (25.6) (78.6) (7.1) 20 Note: Le statut d'allaitement fait référence aux demières vingt-quatre heures. La somme des pourcentages d'enfants par type de complément peut dépasser 100% car l'enfant peut recevoir différents types de complément. 1Non compris l'eau ( ) Basé sur moins de 50 cas exposent gravement les nouveau-nés aux agents pathogènes, facteurs de maladies infectieuses et, en particulier, les maladies diarrhéiques. En outre, en recevant autre chose que le sein, les enfants, étant en partie rassasiés, ont tendance à moins téter, ce qui les prive en parUe du lait maternel et ce qui, en plus, en réduit la production. Par là-même, l'enfant devient de plus en plus dépendant de l'alimentation de complément. Par ailleurs, l'introduction précoce de compléments nutfitionnels entraîne une r6duction de l'intensité et de la fréquence de l'allaitement maternel qui, à son tour, réduit la durée de l'aménorrhée post-partum et, finalement, l'intervalle intergénésique. La durée médiane de l'ailaitement estimée à 20,9 mois au niveau national (Tableau 8.3) prrseme de faibles varialions selon les caractéristiques socio-démographiques des mères. En milieu rural (21,2 mois), elle est légèrement supérieure à celle des "autres villes" (18,9 mois), mais très proche de celle de Niamey (20,7 mois). Au niveau des régions, les durées médianes varient d'un minimum de 19,5 mois à Zinder/Diffa à un maximum de 23,3 mois à Dosso. Peu de différences apparaissent dans les durées médianes de l'allaitement en fonction du niveau d'instruction : 19,9 mois chez les femmes ayant fréquenté l'école contre 21,1 mois chez celles sans instruction. Enfin, les enfants dont les mères ont accouché sans assistance ou avec celle de parents/amis ont une durée d'allaitement légèrement plus longue (21,8 mois) que ceux dont la mère a accouché avec l'assistance de personnel médical (19,6 mois). Il semblerait donc que le personnel médical n'encourage pas suffisamment les femmes à prolonger l'allaitement. 119 Tableau 8.3 Durée médiane et fréquence de l'allaitement Durée médiane de l'allaitement (enfants de moins de trois ans). et pourcentage d'enfants de moins de six mois ayant été allaités six fois ou plus au cours des vingt-quatre heures ayant prdctSd~. l'enqu&e, par caracté.ristiques socio-démographiques, EDS Niger 1992 Durée módiane en mois Ensemble de Allaitement Caractéristique l'allaitement et eau 1 Effectif Enfants de moins de 6 mois Pourcentage allaité 6 fois ou + dans les demières 24 heures Effectif Sexe de l'enfant Masculin 21,0 0,6 2263 92,4 410 Féminin 20.9 0,6 2036 91,7 377 Milieu de r6sldence Niamey 20.7 0,6 219 89,4 30 Autres villes 18,9 0,6 451 94,4 74 Ensemble urbain 19,4 0,6 671 93,0 104 Rural 21,2 0,6 3628 91.9 682 Région Niamey 20.7 0,6 220 89,4 30 Dosso 23,3 5,2 598 86.3 117 Maradi 21.3 0,7 816 93,9 179 Tahoua/Agadez 20,6 0,5 933 91.7 148 Tillabéri 21.6 0.6 791 88.4 118 Zinder/Diffa 19,5 0,5 943 96,8 194 Niveau d'Instruction de la m~re Aucun 21,1 OE6 3896 91.7 717 Primaffe ou plus 19.9 0.5 404 95,6 69 Assistance ~ l'accouchement Persormel formé médicalement 19,6 0.5 644 91.9 95 Accoucheuse traditionnelle formée 20,3 0,5 795 91, l 139 Accoucheuse tradiuonnelle 21.1 0,6 1091 95.2 235 Autre ou personne 21,8 0,6 1766 90.2 318 ND 15.5 15,5 4 0 Ensemble des enfants 20,9 0,6 4300 92.1 786 Moyerme 20,4 4,1 Moyenne prévalence/incidence 20,4 3,8 Note: Les médianes et moyennes sont b~ées sur le statut actuel. Iy compris les enfants exclusivement allaités Au Tableau 8.3 figure également la "Prévalence/lncidence" de l'allaitement qui est une durée moyenne calculée selon une méthode empruntée à l 'épidtmiologie. 5 Au Niger, la durde moyenne d'allaitement ainsi calculée est de 20,4 mois. Figurent ci-dessous les durées moyennes d'allaitement pour 5 En épidémiologie. on estime la durée moyenne d'un événement en divisant sa prévalence par son incidence. Ici, l'événement est rallaitement, la prévalence est le nombre d'enfants que les m~res sont encore en train d'allaiter au moment de l'enquête, et l'incidence est le nombre moyen de naissances par mois. Ce nombre moyen est estimé å partir des naissances d'une pdriode de 36 mois pour éviter les problèmes de saisonnalité et les erreurs possibles de pdriode de référence. En divisant le nombre de mères qui allaitent au moment de l'enqu&e par le nombre mensuel moyen de naissances, on obtient une estimation de la durée moyenne d'allaitement en mois. 120 quelques pays d'Afrique subsaharienne, Démographiques et de Santé : Pays calcul~es selon le meme procédé au cours des Enquêtes Durée moyenne Date de d'allaitement l'enqu6te (en mois) Libéria 1986 17,0 Cameroun 1991 18,2 Zambie 1992 18,3 Sénégal 1986 18,8 Kenya 1989 19,4 Soudan 1989-90 19,5 Nigéria 1990 20, l Mali 1987 21,6 Togo 1988 22,6 Burundi 1987 23,4 Il apparaît ainsi que la durée moyenne de l'allaitement au Niger ne se différencie pas particulièrement des durées trouvées dans les autres pays africains. Au Tableau 8.3 figurent également des informations sur la fréquence de l'allaitement des enfants de moins de six mois. Au cours des demières vingt-quatre heures ayant précédé l'enquete, 92 pour cent des enfants de moins de 6 mois ont 6t6 allaités six fois ou plus, et cette fréquence de l'allaitement ne présente que peu de variations selon les caractéristiques de la mère ou de l'enfant. On notera cependant qu'h Dosso, où la durée médiane de l'allaitement est la plus longue (23,3 mois), la proportion d'enfants allaités six fois ou plus en vingt-quatre heures n'est que de 86 pour cent, alors qu'h Zinder/Diffa, où la dur6e médiane est la plus courte (19,5 mois), cette proportion atteint 97 pour cent. 8.2 ETAT NUTRIT IONNEL DES ENFANTS 8.2.1 Méthodologie Un des objectifs de I'EDSN était d'évaluer l'~rat nutritionnel des jeunes enfants. 6 Cet état résulte à la fois, de l'histoire nutritionnelle (ancienne et récente) de l'enfant et des maladies ou infections qu'il a pu avoir; par ailleurs, cet état influe sur la probabilité qu'a l'enfant de contracter des maladies : en effet, un enfant mal nourri est en situation de faiblesse physique qui favorise les infections, et par la influe sur ses risques de décéder. L'état nutritionnel est évalué au moyen d'indicateurs anthropométriques calculés å partir de l'åge et des mesures de la taille 7 et du poids de l'enfant prises au cours de l'enquête. Le poids et la taille permettent de calculer les trois indicateurs suivants : la taille par rapport à l'åge (taille-pour-fige), le poids par rapport à la taille (poids-pour-taille) et le poids par rapport à l'åge (poids-pour-åge). 6 Une première enquête donnant des estimations de l'état nutritionnel des enfants a êtê organisêe au Niger en 1985 par le Ministère de la Santé Publique et des Affaires Sociales avec l'appui technique de l'Université de Tulane (Ministère de la Santé Publique et des Affaires Sociales, 1985). Compl~ tenu des différences méthodologiques entre cette enquête et I'EDSN, leurs résultats ne sont pas comparès dans ce rapport. Par contre, dans le cadre de l'analyse approfondie des données de I'EDSN sur la nutrition (Oumarou et al., 1993) des rapprochements sont faits entre ces deux opérations. 7 Les enfants de moins de 24 mois ont ~té mesurés en position couchée, alors que ceux de 24 mois et plus ont été mesurês en position debout. Cependant, pour faciliter la compréhension du texte, le même terme "taille" sera utilis6 ici pour tous les enfants quelle que soit la façon dont ils ont êt~ mesur6s. 121 Au cours de l'enquête, tous les enfants de moins de cinq ans des femmes éligibles, c'est-â-dire les femmes de 15-49 ans ayant passé la nuit précédant l'enquête dans le ménage sélectionné, devaient être pesés et mesurés : les données devraient donc porter sur les 5 717 enfants répondant à ces critères. Cependant, les résultats pr6sentés ci-dessous ne concernent que 3 848 enfants, soit 67 pour cent des enfants éligibles. Sont exclus des résultats : 13 pour cent d'enfants pour lesquels le poids et/ou la taille ne sont pas connus (l'enfant n'a pas été mesuré parce qu'il était malade ou absent au moment de l'enquête, ou encore parce qu'il a refusé), 7 pour cent d'enfants pour lesquels le poids et/ou la taille sont manifestement improbables (du fait d'erreurs de report, ou encore d'erreurs de mesure, particulièrement délicates chez les enfants les plus jeunes), et enfin 12 pour cent d'enfants pour lesquels l'âge en mois est inconnu ou incomplet, les indicateurs taille-pour-âge et poids-pour-âge n'ayant de sens que calculés à partir d'informations très prêcises sur l'âge. Selon les recommandations de l'OMS, l'état nutritionnel des en fants de 1'enquête est comparé à celui d'une population de référence internationale, connu sous le nom de standard NCHS/CDC/OMS. 8 Cette référence internationale a ét~ établie à partir de l'observation d'enfants américains de moins de cinq ans en bonne santé et elle est utilisable pour tous les enfants de cet âge dans la mesure où, quel que soit le groupe de population, ils suivent un modèle de croissance similaire. Les données de la population de référence internationale ont été normalisées pour suivre une distribution normale où la médiane et la moyenne sont identiques. L'indicateur taille-pour-âge est un indicateur de retard de croissance : une taille trop petite pour un âge donné est la manifestation d'un retard de croissance. Un enfant qui a reçu une alimentation inadéquate et/ou qui a été malade pendant une période relativement longue ou encore de façon répétée, peut accuser un retard de croissance staturale : il a alors une taille inférieure à la moyenne de son âge. Cependant, son poids a pu rester en correspondance avec sa taille réelle, donnant ainsi un indicateur poids-pour-taille normal : c'est pourquoi cette forme de sous-nutrition n'est pas toujours "visible" dans une population : un enfant de trois ans présentant cette forme de sous-nutrition peut ressembler à un enfant de deux ans bien nourri. La taille- pour-ãgc est donc une mesure des effets "å long terme" de la sous-nutrition et ne varie que très peu en fonction de la saison durant laquelle se déroule la collecte des donnêes. Les enfants pour lesquels la taille- pour-åge se situe à moins de deux écarts type en-dessous de la médiane taille-pour-âge de la population de référence (-2 écarts type) snnt considér6s comme petits pour leur âge et atteints de sous-nutrition chronique, ceux pour lesquels la taillc-po ur-âge se situe à moins de trois écarts type en-dessous de la médiane taille-pour- âge de la population de référence (-3 écarts type) sont consid6r6s comme atteints de sous-nutrition chronique sévère. L'indicateur poids-pour-taille reflètc la situation nutritionnelle actuelle (au moment de l'enquête). Cette forme de sous-nutrition est la conséquence d'une alimentation insuffisante durant la période ayant précédé l'observation, ou peut être le résultat de maladies aigu¢3s provoquant une perte de poids (diarrhée sévère, anorexie associée à une maladie, par exemple) : un enfant souffrant de cette forme de sous-nutrition est malgré ou émacié. L'indicateur poids-pour-taille reflète donc une situation actuelle qui n'est pas nécessairement une situation de longue durée. En particulier, la sous-nutrition aiguë peut être fortement influencée par la saison pendant laquelle s'est effectuée la collecte des données, étant donné que la plupart des facteurs susceptibles de causer un déséquilibre entre le poids et la taille de l'en fant (épidémie, sécheresse, période de soudure, etc.) sont très sensibles à la saison. Les enfants dont le poids-pour-taille se situe å moins deux écarts type en-dessous de la médiane poids-pour-taille de la population de r6férence sont considérés comme souffrant de sous-nutrition aiguë, ceux se situant à moins trois ~cafés type souffrent de sous-nutrition aiguë sévère. 8 NCHS : National Center for Health Statistics (Centre national des statistiques sanitaires, Etats-Unis); CDC : Centers for Disease Control (Centres de contréle des maladies, Etats-Unis); OMS : Organisation Mondiale de la Santé. 122 Le poids-pour-[lge est un indicateur qui reflète, à la fois et sans les différencier, les deux précédentes formes de sous-nutrition, chronique et aiguE. C'est la mesure la plus souvent utilisée par les services de santé pour le suivi de la croissance pond~raie, mais sa valeur en tant qu'indicateur est limitée quand il n'en existe qu'une seule mesure dans le temps. Il est présenté ici essentiellement pour permettre des comparaisons avec les résultats des études ou des suivis nutritionnels des enfants qui utilisent cette mesure. Comme le poids- pour-taille, le poids-pour-tige est sensible aux variations saisonnières. Les enfants dont le poids-pour-åge se situe à moins de deux écarts type en-dessous de la médiane poids-pour-åge de la population de référence sont considérés comme souffrant d'insuffisance pondérale, ceux se situant à moins trois écarts type souffrent d'insuffisance pond~raie sévère. Dans une population en bonne santé et bien nourrie, on s'attend à ce que seulement 2,2 pour cent des enfants se situent à moins deux écarts type, dont 0,1 pour cent å moins trois écarts type, en-dessous de la médiane pour chacun des trois indicateurs de nutrition. 8.2.2 Résultats Le Tableau 8.4 présente les pourcentages d'enfants de moins de cinq ans souffrant de sous-nutrition selon les trois indicateurs présentés ci-dessus et selon certaines caractéristiques socio-démographiques, Retard de croissance Au Niger, près d'un enfant sur trois (32 pour cent) souffre de sous-nutrition chronique, dont près de la moitié (15 pour cent) présente une sous-nutrition chronique sévère : ces niveaux de sous-nutrition sont, respectivement, quinze fois et cent cinquante fois plus élevés quc ceux que l'on s'attend à trouver dans une population bien nourrie et en bonne santé. La prév',dence de la sous-nutrition chronique présente de très fortes variations selon l'åge de l'enfant (Tableau 8.4 et Graphique 8.2) : les enfants de moins de six mois sont assez peu touchés (2 pour cent); entre six mois et un an, près de 10 pour cent des enfants souffrent de cette forme de sous-nutrition; mais la proportion d'enfants atteints devient ensuite extrêmement élevée puisque, à 12-23 mois, près de 33 pour cent des enfants sont atteints et près d'un enfant sur deux (46 pour cent) à 24-47 mois. Cette proportion diminue ensuite légèrement chez les enfants ågés de 4 ans (38 pour cent). En fait, c'est avant deux ans que les dommages se créent et à partir de cet tige, les retards de croissance staturale acquis ne sont plus rattrapables. On n'observe que très peu de différences entre les sexes (33 pour cent pour le sexe masculin contre 32 pour cent pour le sexe féminin). Du point de vue du rang de naissance de l'enfant, la prévalence de la sous-nutrition chronique varie de façon assez nette entre les enfants de rang un (28 pour cent) et ceux de rangs plus élevés (31 pour cent et plus); cet écart est encore plus net en ce qui concerne la forme sévère de sous- nutrition chronique qui passe de 10 pour cent chez les enfants de rang un à 15 pour cent chez ceux de rangs deux à cinq, pour atteindre 18 pour cent chez les enfants de rangs six ou plus. Dans la mesure où un enfant de moins de cinq ans et de rang six ou plus vit dans une grande famille, on peut supposer que sa mère a alors moins le temps de s'en occuper correctement, d'en prendre soin dans le cas de maladie et de satisfaire comme il convient å ses besoins alimentaires. En outre, dans le cas d'une grande famille où la nourriture disponible est en quantité limitée, la part accordée à chacun s'en trouve encore plus réduite. L'intervalle entre naissances semble influencer de façon importante les niveaux de sous-nutrition chronique : les enfants qui suivent leur aîné de moins de deux ans sont nettement plus touchés (39 pour cent) que lorsque l'intervalle est plus long (32 pour cent et moins) et cet écart est légèrement plus important, en valeur relative, pour la forme sévère de sous-nutrition (19 pour cent contre 15 pour cent et moins pour les intervalles plus longs). 123 Tableau 8.4 Etat nutritionnel des enfants Pourcentage d'enfants de moins de cinq aris considérés comme atteints de sous-nutrition par caract6ristiques socio-démographiques selon les trois indicateurs anthropométriques de l'état nutritionnel: taille-pour-åge, poids-pour-taille et poids-pour-åge, EDS Niger 1992 Tajlle-pour-åge Poids-pour-taille Poids-pour-åge Inférieur Inférieur Inférieur Inférieur Inf6rieur Inférieur Caractéristique à -3ET à -2 ET l à -3 ET à -2 ET ~ à -3 ET à -2 ET 1 Effectif Age de l'enfant <6 mois 0,3 2,3 1,1 6,1 0,7 3,5 427 6-11 mois 2,3 9,7 3,0 19,2 4,7 18,6 546 12-23 mois 13,3 33,3 7,0 33,0 19,5 53,0 834 24-35 mois 23,8 47,1 2,0 13,5 20.5 48,9 784 36-47 mois 24,6 46,3 0,8 8,3 11,3 38,8 664 48-59 mois 17,5 37,9 1,3 6,8 6,1 32,5 592 Sexe de l'enfant Masculin 14,8 32.9 3,1 16,5 11,7 36,4 2051 Féminin 15,3 31,5 2,4 15,0 12,4 36,0 1796 Rang de naissance 1 10,1 27,8 2,1 14.5 8,2 33,1 539 2-3 14,5 34,2 2,9 16,2 11,8 37,4 1095 4-5 14,5 30,6 1,5 14,0 11,2 32,9 946 6 ou plus 18,0 33,8 4,0 17,3 14,5 38,9 1267 Intervalle entre naissances Première naissance 10,1 27,8 2,1 14,5 8,2 33,1 539 <24 mois 19,1 38,5 3,3 16,9 14,9 41,3 757 24-47 mois 15,4 31,8 2,6 15,6 12,0 35,9 2159 48 mois ou plus 11,9 29,3 4,1 16,7 11,8 32,1 392 Milieu de r~sldence Niamey 4,8 19,2 1,4 11,8 4,6 23,7 257 Autres villes 9,9 28,8 2,1 12,1 5,9 31,8 487 Ensemble urbain 8,1 25,5 1,9 12,0 5,5 29,0 745 Rural 16,7 33,9 3,0 16,7 13,6 37,9 3103 Région Niamey 4,8 19,2 1,4 I 1,8 4,6 23,7 257 Dosso 10,0 24,8 1,2 12,7 8,1 30,5 615 Maradi 21,1 42,9 3,9 17,7 19,6 48,9 664 Tahoua/Agadez 16,2 35,0 2,8 13,7 9,9 36,6 878 Tinabéri 9,9 24,0 2,7 19,1 10,5 31,8 685 Zinder/Diffa 20,7 37,9 3,8 17,4 15,0 37,3 748 Niveau d'Instruction de la mère Aucun 15,8 33,2 2,9 16,3 12,6 36,8 3428 Primaire ou plus 8,9 24,4 2,(/ 11,3 7,3 30,8 420 Ensemble des enfams 15,0 32,3 2,8 15,8 12,0 36,2 3848 Note: Chaque indicateur est exprimé en terme de nombre d'unités d'écart type (ET) par rapport à la médiane de la Population de Référence Internationale du NCHS/CDC/OMS. Les enfants sont atteints de sous-nutrition s'ils se trouvent à moins de -2 ET (-2 ET et -3 ET) de la médiane de la population de référence. ILes enfants qui se situent en-dessous de -3 ET sont inclus dans cette catégorie, 124 80 70 60 50 40 30 20 10 0 Pourcentage Graphique 8,2 Ftat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans Insuffisance ~ /~t Retard de ~o~~~r~~ l i l i l l r l l l 6 11 1 6 21 26 31 36 41 46 51 56 61 Age en mo~s Note Moyenne mobile sur trois mois EDSN 1992 Concernant les caractéristiques socio-démographiques de la mère (Tableau 8.4 et Graphique 8.3), des écarts très importants apparaissent dans les niveaux de sous-nutrition chronique. La sous-nutrition chronique est près de deux fois plus fréquente en milieu rural qu'à Niamey (34 pour cent contre 19 pour cent) et plus de trois fois plus fréquente sous sa forme sévère (17 pour cent contre 5 pour cent); dans les "autres villes", la sous-nutrition chronique se situe à un niveau intermédiaire entre la capitale et le milieu rural. De plus, il faut souligner qu'en milieu rural autant d'enfants présentent une sous-nutrition chronique modérée qu'une sous-nutrition chronique sévère, ce qui dénote une situation particulièrement critique. Au point de vue régional, on observe également des écarts extrêmement importants dans les niveaux de sous-nutrition chronique, ainsi que sous sa forme sévère. Globalement, les proportions d'enfants présentant un retard de croissance varient de 24 et 25 pour cent, respectivement, à Tillabéri et ~t Dosso, à 38 pour cent à Zinder/Diffa, pour atteindre 43 pour cent à Maradi. En outre, à Maradi, autant d'enfants présentent une sous-nutrition chronique modérée qu'une sous-nutrition chronique sévère et, à Zinder/Diffa, la forme sévère de sous- nutrition est encore plus importante que la forme modérée, ce qui dénote, comme dans l'ensemble du milieu rural, des situations particulièrement critiques. Le niveau d'instruction de la mère semble ~tre, également, un facteur déterminant de l'état nutritionnel des enfants : 33 pour cent des enfants issus de femmes sans instruction sont atteints de sous- nutrition chronique, contre 24 pour cent des enfants de femmes ayant fréquenté l'école, ce qui reste, néanmoins, un niveau très élevé. Les variations sont encore plus importantes, en valeur relative, en ce qui concerne la sous-nutrition chronique sévère qui passe de 9 pour cent chez les enfants des femmes ayant fréquenté l'école à 16 pour cent chez les enfants de femmes sans instruction. Avec l'acquisition d'une certaine instruction, les femmes acquièrent certainement une meilleure connaissance de la composition équilibrée des aliments et des règles d'hygiène; mais aussi et surtout, les femmes non instruites sont souvent celles qui vivent dans les conditions économiques les plus précaires, caractérisées par une quantité de nourriture disponible parfois limitée et par des conditions de logement souvent insalubres. C'est cette conjonction de 125 Graphique 8,3 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans présentant un retard de croissance RESIDENCE Nlamey Autres vdles Rural REGION Dossc Marad~ ~ Tahoua/Agadez ~ - Ttllabên Zlnder/Diffa INSTRUCTION Pnmalre ou + Aucune 0 10 Note Tadle-pour-åge ,n[éneure à -2 ET de la rn~dlane de la population de réference I ] 20 30 40 50 Pourcentage EDSN 1992 facteurs, et non le seul niveau d'instruction, qui explique la forte prévalence de la sous-nutrition chronique parmi les enfants des femmes sans instruction. Emaciation Le Tableau 8.4 foumit également les proportions d'enfants souffrant de sous-nutrition aiguë exprimée au moyen de l'indicateur poids-pour-taille. Les enfants souffrant de sous-nutrition aiguë ou émaciés, sont aussi fortement représentés (16 pour cent) et, parmi ces enfants, un peu moins d'un sur cinq est affectée par la forme sévère de ce type de sous-nutrition (2,8 pour cent å -3 écarts type) : ces proportions sont, respectivement, sept fois et vingt-huit fois plus élevées que dans la population de r6férence. Au point de vue de l'åge (Graphique 8.2), on observe une augmentation très importante des proportions d'enfants émaciés qui passent de 6 pour cent à moins de 6 mois, b. 19 pour cent chez les enfants de 6-11 mois, pour atteindre 33 pour cent des enfants de 12-23 mois; après cet âge, les proportions diminuent considérablement pour atteindre 7 pour cent à 48-59 mois. Les cas sévères d'émaciation suivent les mêmes tendances par åge, les proportions passant de 1 pour cent à moins de 6 mois à 7 pour cent b. 12-23 mois, puis diminuant à 1 pour cent ~. 48-59 mois. Ce sont donc les enfants de 12-23 mois qui sont les plus atteints par la sous-nutrition aiguë. Ce groupe d'âges, et en particulier le groupe 18-24 mois, correspond à la période du sevrage et également au stade du développement des enfants où ils commencent à explorer leur environnement immédiat et portent n'importe quel objet à leur bouche : ils sont ainsi particulièrement exposés aux agents pathogènes comme en dénote la très forte prévalence de la diarrhée dans ce groupe d'åges (voir Chapitre 7 - Santé de la mère et de l'enfant). Le fait qu'après le 2 ~m~ anniversaire, les proportions d'enfants émaciés et, en particulier ceux présentant une émaciation sévère, diminuent considérablement, n'est pas nécessairement le signe d'une amélioration de l'état nutritionnel des enfants ~t partir de cet åge. Elle est très certainement la conséquence d'une forte mortalité touchant les enfants les plus atteints (voir Chapitre 9 - t26 Mortalité des enfants de moins de 5 ans), seuls les enfants les moins touchés survivant après leur 2 ~"° anniversaire. Selon les autres caractéristiques démographiques, on observe les mêmes types d'écarts pour cette forme de sous-nutrition que ceux observés pour la sous-nutrition chronique : peu de différences entre les sexes (17 pour cent pour le sexe masculin contre 15 pour cent pour le sexe féminin) et les enfants de rang supérieur à un, en particulier ceux de rang élevé, semblent légèrement plus atteints que ceux de rang un (17 pour cent chez les enfants de rang six ou plus contre 15 pour cent chez les enfants de rang un). Par contre, pour l'intervalle entre naissances, on observe une pr6valence de la sous-nutrition aiguë sensiblement identique chez les enfants suivant la naissance précédente de moins de 24 mois et chez ceux suivant leur aîné de 48 mois et plus (17 pour cent). Concernant le milieu de résidence des mères (Graphique 8.4), comme pour la sous-nutrition chronique, la pr6valence de la sous-nutrition aiguë est beaucoup plus élevée en milieu rural (17 pour cent) qu'en milieu urbain ( 12 pour cent), mais ici aucune différence notable ne s'observe entre Niamey et les "autre villes." Au niveau régional, les départements de Maradi et de Zinder/Diffa où la sous-nutrition chronique est la plus importante ont des niveaux élevés de sous-nutrition aiguë (respectivement 18 et 17 pour cent), mais c'est à Tillabéri que la proportion d'enfants émaciés est la plus importante (19 pour cent) alors que c'est dans ce département que l 'on observe le niveau le plus faible de sous-nutrition chronique. Enfin, les enfants dont la mère est sans instruction souffrent beaucoup plus fréquemment de sous-nutrition aiguë (16 pour cent) que ceux dont la mère a fr6quenté l'école (11 pour cent). Graphique 8,4 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans atteints d'émaciation RESIDENCE Nlamey Aulres wlles Rural REGION Dosso L ~ Marad~ çahoua/Agadez ~ TiIlabéri L ~ Zlnder/Diffa INSTRUCTION I Aucune Pnmatre ou + O 5 I I Note Potds-pour-tallle tnféneur å -2 ET de la médiane de la populatton de rél6rence 10 15 Pourcentage 20 EDSN 1992 127 Insuffisance pond#rale L'indicateur poids-pour-åge qui figure au Tableau 8.4 nous renseigne sur I'état nutritionnel sans qu'il soit possible de faire la distinction entre les déficiences alimentaires qui durent depuis longtemps (retard de croissance) de celles qui sont técentes (émaciation). Il apparaît ici que 36 pour cent des enfants nig6riens de moins de cinq ans souffrent d'insuffisance pond~raie, dont un sur trois (12 pour cent) sous une forme sévère. Ces niveaux, voisins de ceux du retard de croissance, sont très largement supérieurs à ceux que l'on s'attend à trouver dans une population bien nourrie et en bonne santé. Comme l'état nutritionnel mesuré au moyen de cet indicateur rend compte à la fois, des formes chronique et aiguë de sous-nutrition, les variations du poids-pour-[tge selon les différentes caractéristiques socio-d8mographiques suivent les m8mes tendances que celles observées pour le poids-pour-taille et surtout que celles observées pour la taille-pour-åge car, comme ce dernier indicateur, le poids-pour-åge est surtout dépendant de l'åge. Rappelons seulement que cet indicateur étant particulièrement sensible aux variations saisonnières, une seule estimation de sa valeur ~ un moment donné peut poser des problèmes d'interprétation, surtout si on le compare à d'autres estimations obtenues à différentes époques. 8.2.3 Avitaminose A Au cours de I'EDSN, pour chaque enfant de moins de 5 ans, on a demandé ~t sa mère s'il souffrait de cécité crépusculaire, c'est-å-dire s'il avait des difficultés pour y voir au crépuscule ou dans une pièce mal éclairée. Cette affection qui est un signe de carence en vitamine A (ou avitaminose A), résultant d'une alimentation pauvre et peu variée et d'une prise insuffisante d'aliments contenant cette vitamine, est connue depuis longtemps au Niger puisqu'il existe des termes pour la désigner dans les lan~sme s nationales : dundumi en haoussa et dandumi en djerma. C'est en utilisant ces termes quc les questions sur la cécité crépusculaire ont été posées lors de I'EDSN. Les proportions d'enfants atteints d'avitaminose A sont présentées au Tableau 8.5 selon l'åge et le sexe des enfants. Bien que les questions aient ét6 posées pour tous les enfants, il est difficile pour une mère de savoir si son enfant est atteint de cécité crépusculaire s'il ne se déplace pas encore. Pour cette raison, les résultats présentés pour les enfants de moins de deux ans peuvent ne pas relléter la réalité ci ,sont à utiliser Tableau 8.5 Cécité crépusculaire Répartition (en %) des enfants de moins de cinq ans selon qu'ils sont atteints ou non de cécité crépusculaire (avitaminose A) par åge et sexe, EDS Niger 1992 Enfant atteint Groupe d'åges (en mois) Sexe Ensemble de cécité des crépusculaire 0-11 12-23 24-35 36-47 48-59 Masculin Féminin enfants Oui 0,1 0,9 1,9 2,5 3,1 1,8 1,3 1,6 Non 91,6 96,2 95,l 92,7 91,4 93,7 92,9 93,3 Enfant aveugle 0,3 0,0 0,1 0,2 0,0 0,2 0,1 0,1 NSP 7,7 2,1 0,7 1,0 2,0 2,8 3,2 3,0 Non déterminé 0,3 0,8 2,2 3,6 3,5 1,5 2,4 1,9 Total lO0,O I00,0 i(3(1,0 I00,0 I00,0 lO0,tl 100,0 lO0,O Effectif d'enfants 1438 1087 1119 1081 993 3026 2691 5717 128 avec beaucoup de prudence. Si on se limite aux enfants de 24 à 59 mois, la prdvalence de la cécité crépusculaire est de 2,5 pour cent. Ce niveau qui confirme les rdsultats d'une enquête rdgionale, 9 est près de trois fois plus élevé que le niveau (1 pour cent) au-dessus duquel, selon l'OMS, cette affection devient un problème de santé publique. Au Tableau 8.5, apparaît très nettement une augmentation selon l'tige des proportions d'enfants atteints d'avitaminose A : de 1,9 pour cent à 24-35 mois, à 2,5 pour cent à 36-47 mois et à 3,1 pour cent à 48-59 mois. Ce résultat n'est guère surprenant du fait qu'aux åges les plus jeunes (surtout avant deux ans) l'allaitement protège les enfants contre le manque de vitamine A, et du fait de l'effet cumulatif de carences prolongées. En outre, la mère se rend plus facilement compte de la cécité nocturne de son enfant quand celui-ci avance en åge. On peut noter enfin que, comme cela a été observé dans d'autres études, t° les enfants de sexe masculin sont très légèrement plus atteints que ceux de sexe féminin (1,8 pour cent contre 1,3 pour cent, pour les enfants de moins de 5 ans). 8.3 ETAT NUTRITIONNEL DES MERES L'état nutritionnel des mères est un des déterminants de la mortalité maternelle, du bon déroulement des grossesses ainsi que de leur issue. Il influence aussi la morbidité et la mortalité des jeunes enfants. L'état nutritionnel d'une femme est conditionné, à la fois, par sa balance énergétique, son état de santé et le temps écoulé depuis la dernière naissance. Il existe donc une relation étroite entre les niveaux de fécondité et de mortalité et l'état nutritionnel des mères. Pour ces raisons, l'évaluation de l'état nutritionnel des mères est particulièrement utile puisqu'il permet d'identifier des groupes à hauts risques. Dans le cadre de I'EDSN, pour déterminer l'état nutritionnel des mères, on a pris les mesures du poids, de la taille et de la circonférence du bras à mi-hauteur de toutes les femmes ayant eu au moins une naissance vivante durant les cinq années ayant précédé l'enquête. Les résultats ne sont donc pas totalement représentatifs de la population des femmes de 15-49 ans. Le Tableau 8.6 fournit la moyenne, l'écart type et la distribution de la taille, du poids et de la circonférence du bras ainsi que de l'Indice de Masse Corporelle (IMC) calculé à partir de la taille et du poids. Les distributions concemant la taille et la circonférence du tour du bras portent sur l'ensemble des femmes; par contre, dans les distributions du poids et de I'IMC, pouréviter d'introdui re un biais, les femmes enceintes ainsi que celles ayant eu une naissance le mois de l'interview ou le mois précédant sont exclues. Tableau 8.6 Indicateurs anthropométri- ques de l'état nu~donnel des mères Distribution (en %), moyenne et écart type de la taille, du poids, de l'Indice de Masse Corporelle (IMC) et de la cir- conférence du bras pour les femmes ayant eu, au moins, une naissance durant les cinq ann6es ayant pr~éd~, l'anqu~:te, EDS Niger 1992 Indicateur Total Taille (cm) < 140 0,1 140-144 0,4 145-149 3,5 150-159 44,2 160-169 44,3 170-179 5,6 >= 180 0,1 Non déterminé 1,8 Moyenne 160,2 Ecart type 6,1 Effectif de femmes 4197 Poids (kg) < 40 2,8 40-49 34,3 50-59 42,6 60-69 13,4 >= 70 4,8 Non d6termin6 2,1 Moyenne 53,5 Ecart type 9,0 Effectif de femmes 3434 IMC (kg/m 2) < 16,0 2,1 16,0-18,4 16,7 18,5-19,9 24,6 20,0-22,9 36,7 23.0-25,9 12.1 26,0-28,9 3,8 >=29,0 1,9 Non déterminé 2,1 Moyenne 20,8 Ecart type 3,1 Effectif de femmes 3434 Circonférence du bras (cm) < 21,0 0,4 21,0-21,9 0,8 22,0-22,9 2,7 23,0-23,9 7,0 24,0-24,9 13,1 25,0-25,9 16,8 26,0-26,9 16,1 27,0-27.9 14,3 28,0-28,9 10,2 29,0-29,9 6,4 >=30,0 10,2 Non détemfiné 1,9 Moyenne 26,7 Ecan type 2,7 Effectif de femmes 4197 9 Enquête effectuée en 1986 dans les départemcnts de Maradi, Tahoua et Zinder (Sloan et al., 1986). 1o Voir, par exemple, De Sole et al., 1987; Tielsch et al., 1986. 129 Bien que la taille puisse varier dans les populations å cause de facteurs génétiques, elle est néanmoins un indicateur indirect du statut socio-économique de la mère dans la mesure où une petite taille peut résulter d'une sous-nutrition chronique durant l'enfance. En outre, d'un point de vue anatomique, la taille des mères étant associée à la grandeur du bassin, les femmes de petites tailles sont plus susceptibles d'avoir des complications pendant la grossesse et surtout pendant l'accouchement. Elles sont aussi plus susceptibles de concevoir des enfants de faible poids. Bien que la taille critique en-deça de laquelle une femme peut être considérêe à risque varie selon les populaåons, on admet généralement que cette taille se situe entre 140 et 150 centimètres. A partir des rêsultats du Tableau 8.6, on constate que la taille moyenne des femmes nigériennes ayant eu une naissance dans les 5 demières annêes se situe nettement au-dessus de l'intervalle mentionné : elle est de 160 centimètres (écart type de 6 centimètres) et seulement 0,5 pour cent des mères ont une taille inférieure à 145 centimètres, considérée ici comme taille limite critique. Au Tableau 8.7 figurent, selon diverses caractéristiques socio-démographiques, les tailles moyennes et les proportions de femmes dont la taille est inf6rieur à 145 centimètres. Les proportions de femmes en-deçà de la taille critique varient très peu et sont toujours inférieures à 1 pour cent, de même la taille moyenne varie assez peu autour de 160 centimètres. Tableau 8.7 Indicateurs anthropomé~iques des mères par caractéristiques socio-démographiques Taille moyenne et pourcentages de femmes dont la taille est inférieure à 145 centimètres, Index de Masse Corporelle (IMC) moyen et pourcentages de femmes dont I'IMC est inférieur à 18,5 kg/m 2, et circonférence du bras moyenne et pourcentages de fertuaes dont la circonférence du bras est inférieure à 23 cent~mètres, selon certaines caractéristiques sooo-démographiques, EDS Niger 1992 'Faille IMC Clrconférence du bras Pour- Effectif pour- Effectif Pour- Effectif centage de centage de centage de Caractênstique Moyenne <145cm femmes Moyenne <18,5 femmes Moyenne <23cm femmes Age de la femme < 20 159,4 0,6 421 19,8 21,7 342 25,5 6,5 423 20-34 160,2 0,5 2859 20,8 19,9 2285 26,7 4,0 2854 >= 35 160,5 0,4 842 21,3 16,3 734 27,6 2,5 840 Nombre d'enfants nés vivants 1 160,2 0,3 564 20,0 23,9 467 25,7 6,0 565 2-3 160,2 0,6 1117 20,5 22,0 880 26,4 4,0 1117 4-5 160,1 0,5 969 20,8 17,1 768 26,7 4,8 967 6 ou plus 160,2 0,5 1473 21,3 16,9 1246 27,4 2,6 1468 Milieu de r6sldence Niarney 162,6 0,0 222 24,1 6,0 193 28,9 1,3 219 Auties villes 160,4 0,7 419 22,1 15,7 356 27,5 4,0 422 Ensemble urbain 161,2 0,5 641 22,8 12,3 549 28,0 3,1 641 Rural 160,0 0,5 3482 20,4 20,6 2812 26,5 4,1 3476 R~glon Niamey 162,6 0,0 222 24,1 6,0 193 28,9 1,3 219 Dosso 161,6 0,1 582 20,7 14,8 508 26,6 3,9 582 Maxadi 158,6 0,9 791 20,6 18,9 622 26,3 4,6 789 Tahoua/Agadez 160,5 0,7 904 20,7 19,4 744 26,8 3,8 908 Tillabén 161.2 0,2 744 20,9 19,0 630 27,0 4,0 743 Zmder/Ehffa 158.8 0,5 879 20,0 27,0 664 26.3 4,1 876 Niveau d'Instruction Aucun 160,0 0,4 3745 20,6 19,6 3041 26,6 4,1 3740 Primaire ou plus 161,6 1,0 378 22,3 16,2 320 27,6 2,2 377 Ensemble 160,2 0,5 4123 a 20,8 19,3 3361 a 26,7 3,9 4117 a aSont exclues les femmes pour lesquelles l'information est manquante. 130 Le faible poids des femmes avant une grossesse est un facteur de risque important pour le déroulement et l'issue de la grossesse, Le poids moyen des femmes nig6riennes (Tableau 8.6) est d'environ 54 kilos (écart type de 9 kilos), près de 37 pour cent d'entre elles ont un poids inférieur à 50 kilos et 5 pour cent dépassent les 70 kilos. Cependant, le poids étant très variable selon la taille, il est préférable de s'intéresser à un indicateur tenant compte de cette oelation. L'Indice de Masse Corporelle (IMC) ou encore Indice de Quételet est le plus souvent utilisé pour exprimer la relation poids/taille: ~~ il permet de mettre en évidence le manque ou l'excès de poids en contr01ant la taille et, en outre, il présente l'avantage de ne pas nécessiter l'utilisation de tables de référence comme c'est le cas pour le poids-pour-taille. Pour indiquer une déficience énergétique chronique, on utilise généralement comme seuil la valeur 18,5 kg/m 2, à 1'opposé, pour indiquer un surpoids, il n'existe pas de seuil unanimement admis. Au Niger, 19 pour cent des femmes se situent en-deçà du seuil critique de 18,5 kg/m 2 et présentent donc une déficience énergétique chronique. La valeur moyenne de 1' IMC est de 20,8 et une faible proportion de femmes (6 pour cent) ont un indice très élevé (26 et plus) et entrent sans équivoque dans la catégorie des surpoids. L ' IMC présente de fortes variations selon les caractéristiques socio-démographiques des femmes (Tableau 8.7). Comme pour l'état nutritionnel des enfants, les écarts les plus manifestes sont ceux qui concernent le milieu de résidence, en effet 6 pour cent seulement des femmes de Niamey contre 21 pour cent des femmes du milieu rural ont un IMC inférieur à 18,5 et présentent donc une déficience énergétique chronique. Même si les écarts sont nettement plus faibles, on observe une situation du même type selon le niveau d'instruction de la femme : IMC moyen plus élevé et proportion de femmes en-dessous de 18,5 kg/m 2 plus faible chez les femmes instruitcs par rapport à celles sans instruction. Pour les autres variables préscntées au Tableau 8.7, les valeurs moyennes varient peu, par contre les proportions de femmes présentant une déficience énergétique chronique varient fortement. Ainsi, selon la région de résidence, ces proportions varient de 27 pour cent à Zinder/Diffa à 15 pour cent à Dosso. On notera également que les femmes de moins de 35 ans sont plus fréquemment en-dessous du seuil critique que leurs aînées (20 pour cent et plus contre 16 pour cent) : il en est de même pour les femmes de rang de naissance un à trois par rapport aux femmes ayant atteint des rangs sup6rieurs (22 pour cent et plus contre 17 pour cent). Le dernier indicateur qui figure aux Tableaux 8.6 et 8.7 se rapporte à la circonférence du bras. Cette mesure est étroitement associée au poids, mais elle est indépendante de la taille. En outre, la circonférence du bras ne variant que très peu durant la grossesse, elle peut être facilement utilisŒEe pour évaluer l'état nutritionnel de la femme enceinte et donc pour identifierles femmes susceptibles d'avoir des enfants de faible poids à la naissance et à hauts risques de mortalité foetale et infantile. Pour mettre en évidence ces catégories de femmes à risques, on utilise généralement comme seuil critique une valeur comprise entre 21 et 23,5 centimètres. Chez les mères nigériennes, la valeur moyenne de la circonférence du bras s'établit à 26,7 centimètres (écart type de 2,7 centimètres), et près de 4 pour cent des femmes ont une circonférence de bras qui se situe en-dessous du seuil critique de 23 centimètres. Selon les caractéristiques socio-démographiques, comme pour I'IMC, on ne constate qu'assez peu de variations des valeurs moyennes, par contre les proportions de femmes se situant en-dessous du seuil critique varient assez fortement selon le milieu de résidence (4 pour cent en milieu rural et dans les "autres villes," contre 1 pour cent å Niamey), et selon le niveau d'instruction (4 pour cent chez lcs femmes sans instruction, contre 2 pour cent chez celles ayant fréquenté l'école). En outre, comme pour I'IMC, on peut noter que les femmes les plus jeunes sont plus fréquemment en-dessous du seuil critique que leurs aînées; il en est de même pour les femmes de rang de naissance un à cinq par rapport aux femmes ayant atteint des rangs supérieurs. il L' IMC est calculé en divisant le poids (en kilos) par le carré de la mille (en mètres) : il s'exprime donc en kg/m 2. 131 CHAPITRE 9 MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS Les conditions sanitaires, démographiques, socio-économiques, environnementales et culturelles sont autant de facteurs qui déterminent les niveaux de la mortalité infantile et juvénile. Pour cette raison, le taux de mortalité des enfants est parfois considéré comme l'un des meilleurs indicateurs du niveau de développement d'une population. La connaissance de la mortalité des enfants est donc indispensable, non seulement, aux spécialistes des questions de population, mais aussi aux responsables de mise en place des programmes de santé et de développement socio-économique en général. En cela, I 'EDSN a remédié a un manque dans ce domaine en permettant de recueillir les informations pour estimer les niveaux de mortalité des enfants, pour en dégager les tendances au cours des deux demières décennies, de mettre åjour certains de ses aspects différentiels et d'identifier certains des sous-groupes å hauts risques. 9.1 METHODOLOGIE Les indices de mortalité présentés dans ce chapitre sont calculés å partir d'informations oecueillies dans l'historique des naissances du questionnaire individuel. Dans cette partie du questionnaire, on demande aux femmes de retracer leur histoire génésique en donnant la liste de leurs naissances et en ptécisant le sexe, la date de naissance de l'enfant, son état de survie et, en cas de décès, l'fige au décès (au jour près pour les décès de moins d'un mois, au mois près pour ceux de moins de deux ans, et en années pour les décès survenus deux ans et plus). Les principaux indices suivants ont été calculés à partir de ces informations : quotient de mortalité néonatale (NN) : probabilitê de décéder avant d'atteindre un mois; quotient de mortalité post-nénnatale (PNN) : probabilité de décéder entre le premier et le douzième mois exact; quotient de mortalité infantile (lq0) : probabilité de décéder entre la naissance et le premier anniversaire; quotient de mortalité j uvénile (4ql) : probabilité de décéder entre le premier et le cinquième anniversaire; quotient de mortalité infanto-juvénile (sq0) : probabilité de dêcéder entre la naissance et le cinquième anniversaire. La collecte des données par le biais de l'historique des naissances présente certaines limites méthodologiques et certains risques d'erreurs d'enregistrement. En premier lieu, dans ce type d'approche rétrospective, on collecte des informations sur le passé (par exemple ici, la mortalité des enfants) auprès de personnes vivantes au moment de l'enquête (ici les femmes de 15-49 ans). Dans le cas présent, on n'a donc aucune information sur la survie ou le décès d'enfants dont la mère est actuellement décédée. En outre, en limitant la collecte des données aux seules femmes de 15-49 ans, les informations découlant de l'historique des naissances ne couvrent pas complètement les différents intervalles des pêriodes passées. Si, pour les cinq années précédant l'enquête, la quasi totalité des naissances (et de la mortalité infanto-juvénile qui en découle) sont issues de femmes de 15-49 ans à l'enquête, il n'en est pas de même pour les intervalles plus anciens : pourla période 10-14 ans avant l'enquête, par exemple, on ne dispose d'aucune information sur les naissances issues de femmes de 40-49 ans à cette époque. Du point de vue de la collecte proprement dite, comme cela a été précisé plus haut (Chapitre 3 - Fécondité), la validité des données peut être affectée par : 133 le sous-enregistrement des évênements, plus particulièrement l'omission d'enfants qui meurent très jeunes, quelques heures ou jours après la naissance, qui peut induire une sous- estimation des niveaux de mortalitê; les déplacements différentiels des dates de naissance des enfants, selon qu'ils sont vivantS ou décédés: I ces "dêplacements" qui n'affectent pas les niveaux de mortalité de l'ensemble de la période rétrospective considérée, peuvent entraîner une sous-estim ation de la mortalité d'un intervalle (par exemple, 0-4 ans avant l'enquête) et, par conséquent, une sureslimation de la mortalité de l'intervalle prêcédant (par exemple, 5-9 ans avant l'enquête); l'imprécision des déclarations d'age au décès : en particulier r attraction des 12 mois comme åge au décès, en transformant une partie des décès de jeunes enfants (moins de 12 mois) en décès d'enfants plus ãgés (12 à 59 mois), peut engendrer une sous-estimation de la mortalitê infantile et, par contre-coup, une surestimation de la mortalité juvénile, la mortalité globale des moins de cinq ans n'~tant pas affectée. 2 L'ensemble des limites méthodologiques, inhérentes à l'historique des naissances, et des risques d'erreurs ou d'imprécisions de collecte n'induisent généralement qu'une très faible marge d'erreur dans les mesures des événements récents (voir Sullivan et al., 1990) : dans le cadre de ce rapport, on n'a donc procédé à aucun ajustement qui nécessiterait, au préalable, une évaluation détaillée de la qualité des données de l'historique des naissances. 3 Par contre, plus la période de référence est éloignée de la dale de l'enquête, plus le risque d'imprécision est important : de ce fait, les conclusions concernant les changements ou plutêt l'amplitude des changements dans les niveaux de mortalité ne doivent être tir~es qu'avec prudence. 9.2 NIVEAUX ETTENDANCES Le Tableau 9. I présente les différentS quotients de mortalité, principalement les quotients de mortalité néonatale, post-néonatale, infantile,juvénile et infanto-juvénile, pour les quinze demières années, selon trois périodes quinquennales. Durant la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête), près d'un tiers des en fants (318 pour mille) sont décédés avant d'atteindre leur cinquième anniversaire: sur 1 000 naissances, 123 enfants sont décédés avant 1'âge d'un an, et parmi les enfants atteignant leur premier anniversaire, plus d'un sur cinq (223 pour mille) décèdent avant d'atteindre cinq ans. En plus du niveau extrêmement élevé de la mortalité des enfants de moins de 5 ans, ces résultats mettent en évidence qu'au Niger les risques de dêcéder sont 1 A l'Annexe E, le Tableau E.4 fournit la distribution des naissances, selon leur état de survie, par année de naissance. Comme on l'a précisé au Chapitre 3 (Fécondité), le "rapport de naissances annuelles" semble indiquer un manque de naissances en 1987, et un "surplus" en 1986 et 1988. Ces déplacements semblent légêrement plus prononcés pour les enfants dêc&lés, nés en "sous-nombre" en 1987 (rapport = 74 < 100), et en "surnombre" en 1986 (rapport = 141 > 100), mais aussi en 1988 (rapport = 112 > 100). 2 A l'Annexe E, les Tableaux E.5 et E.6 fournissent la distribution des décès par âge au déc~s (jours, mois et années). On remarquera que, pour l'ensemble de la période 0-15 ans avant l'enquête, plus d'enfants seraient morts à 12 mois ou à 1 an exact (445 décès) qu'anx trois âges 10, 11 et 13 mois réunis (403 décès): l'attraction pour l'fige au décès 12 mois est nette. 3 A titre indicatif, pour corriger l'attraction des 12 mois dans les dêclarations d'åge au décès, on a procédé å un ajustement des données de I'EDSN, en supposant que, pour la période 0-4 ans avant l'enquête, 50 pour cent des décès à 12 mois s'étaient produits avant un an. Cette correction, quelque peu extrême, conduirait, pour la période 0-4 ans avant l'enquête, à une mortalité infantile supérieure d'environ 8 pour cent, et à une mortalité juvénile infêrieure d'environ 9 pour cent å celles présentêes dans le rapport. 134 beaucoup plus importants entre I et 5 ans qu'avant le 1 = anniversaire. Cette mortalité par åge qui s'éloigne du schéma classique pour lequel, entre la naissance et le 5 n"¢ anniversaire, c'est la mortalité infantile qui est la plus élevée, correspond à un modèle de mortalité spécifique à certains pays africains à forte mortalité et qui a d6jà 6té observé, par exemple, au Sénégal en 1986 (Ndiaye et al., 1988), au Mali en 1987 (Traoré et al., 1989) et au nord du Nigéria en 1990 (Federal Office of Statistics et IRD, 1992). 4 Compte tenu du niveau très élevé de la mortalité juvénile, il est utile d'examiner plus en al~tailles différents risques de décéder durant les premières années de vie. A ce propos, figurent au Tableau 9.1 et au Graphique 9.1 les différents quotients de mortalité par année d'fige entre la naissance et le 5 ~c anniversaire. On peut constater que, si la probabilité de mourir durant la première année d'existence (~qo) est la plus élevée (123 pour mille), celles de décéder entre le 1 ~ et le 2 ~~ anniversaire (tq~) et entre le 2 ~~ et le 3 u"' anniversaire (tch) sont encore très importantes (respectivement 88 et 89 pour mille): globalement, 169 enfants sur mille dreèdent entre 1 et 3 ans exact. Passé le 3 ~~ anniversaire, les risques de décéder chutent à 43 pour mille entre 3 et 4 ans et à 22 pour mille entre 4 et 5 ans exacts. Si l 'on rapproche ces résultats de ce qui a été observé du point de vue de la santé des enfants au Chapitre 7, on constate que les åges 1 et 2 ans rrvolus, à très forte mortalité, correspondent aux fges où la diarrhée et la fièvre sont fortement prévalentes, mais aussi aux fges où différentes autres maladies Tableau 9.1 Mortalité des enfants de moins de cinq ans Quotients de mortalité néonatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infanto-juvéaile par périodes de 5 ans précédant l'enqu~./e, EDS Niger 1992 Nombre d'années précédant l'enquête Quotients de mortalité 0-4 5-9 10-14 Néonatale (NN) 40,7 63,1 52,3 Post-néonatale (PNN) 82,3 83,3 76,7 Infantile (lq0) 123,1 146,3 129,0 Entre 1 et 2 ans exacts ( lq l ) 87,6 84,0 76,6 Entre 2 et 3 ans exacts (lq2) 88,9 85,7 81,7 Entre 3 et 4 ans exacts (lq3) 43,4 45.3 39,3 Entre 4 et 5 ans exacts (lq4) 22,4 24,8 25,3 Juvénile (4ql) 222,6 220,2 206,0 Infanto-juvénile (5q0) 318,2 334,3 308,4 comme la rougeole, contre laquelle seulement 28 pour cent des enfants sont vaccin~s, peuvent entraîner une surmortalité. Par ailleurs, ces âges sont également ceux auxquels on observe de très hauts niveaux de sous- nutrition qui peuvent, å leur tour, entraîner une sunnortalité (voir Chapitre 8 - Allaitement et état nutritionnel). Avant l ' fge de 1 an, la probabilité de mourir entre le 1 = et le 12 *"c mois exacts (82 pour mille) est deux fois plus élevée que la probabilité de mourir durant le 1 = mois d'existence (41 pour mille). Ce rapport de 1 à 2 entre mortalité néonatale et mortalité post-ndonatale semble excessif: l'analyse de la répartition des ddcès par ãge ne faisant apparaître aucun transfert important d'fges au décès entre le 1 °r mois et les mois suivants (voir Tableaux E.5 et E.6 en Annexe E), il se pourrait que, pour la période la plus récente, le niveau de la mortalité néonatale soit légèrement sous-estimé. Néanmoins, quelle que soit la période, les niveaux de mortalité post-néonatale sont toujours supérieurs à ceux de la mortalité néonatale, de même que ceux de la mortalité juvénile sont toujours supérieurs à ceux la mortalité infantile. Sur la p6riode des quinze demières années, aucune tendance nette ne peut ~tre dégagre des variations de niveau de la mortalité (Tableau 9.1 et Graphique 9.2). Cependant, la mortalité des enfants de moins de 5 ans serait passée de 308 pour mille 10-14 ans avant l'enquête (autour de l'armée 1980), à 334 pour mille pour la période suivante (centrée sur l'année 1985) et à 318 pour mille durant la période la plus récente (centrée 4 Voir également à ce propos: Nations Unies, 1982. 135 Graphique 9.1 Mortalité des enfants de moins de 5 ans pour la période 0-4 ans avant t'enquête Décès pour 1 000 140 " iiiiiiiiiiiiiiiLiiiiiiiiiiiiiiiiii~ili~ 199 i~i!i!i~;!ii!~!i~i!iii~ii~ii~il)iill 80 ! !!i~~i!?!1!i!i!~11[ii~11~1111111!ii~i? : iiiii@@iiiiii!iiiiiiiiiiiiiiiiiiiii 6o iiiiiiiiiiiililililiiiiiiiiii:iiiii:i:i ~!i!ii!ii?!i!~!~!i!i!~!i!11111!15)iii ] 40 !i!i!i!i?!i)12[!i!i~i!?!i~;!~!i~ii~i~ii 29 O ~ OE -7- lq0 lql lq2 Mortalité: infantile (lqO), entre 1 et 2 ans exacts (lql), entre 2 et 3 ans exacts (lq2), entre 3 et 4 ans exacts (lq3), entre 4 et 5 ans exacts (lq4) lq3 lq4 EDSN 1992 Graphique 9,2 Tendances de la mortalité des enfants de moins de 5 ans Décès pour I 000 4OO 300 200 100 0 78 t I 8O I I I ~ I 85 Année I 9O t 92 136 sur l 'année 1990). Comme cela a été précis~ plus haut (voir Section 9.1 - Méthodologie), l'amplitude de ces changements doit être interprétée avec prudence. Il semblerait néanmoins que, par rapport å la période 10-14 ans avant l'enquête, la mortalité ait connu une certaine augmentation durant la période quinquennale centrée autour de 1985, avant de diminuer légèrement dans la période la plus récente. La grande sécheresse de 1985 et la famine qui la suivit, ainsi que la grande épidémie de rougeole de 1985 pourraient, peut-être, expliquer cette légère augmentation de la mortalité entre la période 10-14 ans et la période 5-9 ans avant l'enquête. Par contre, durant la période la plus récente, les niveaux de mortalité auraient légèrement diminué, cette diminution portant seulement sur la mortalité infantile par le biais d'un changement de niveau de la mortalité néonatale. Au Graphique 9.2, figure également le niveau de mortalité infanto-juvénile estimé à partir du RGP de 1988. Rappelons que, contrairement à I'EDSN qui est une enquête ayant, avant tout, pour but de recueillir des données sur la fécondité et la mortalité des enfants, une opération de type recensement n'est pas conçue pour collecter des données de ce type; en outre, par son caractère exhanstif, un recensement permet difficilement de s'assurer de la précision des informations obtenues dans ce domaine. A partir des données du RGP de 1988, les niveaux de mortalité ont été estimés pour une période centrée sur l'armée 1980, en utilisant des méthodes indirectes d'estimation et en se référant à des tables types de mortalité, s Pour l'année 1980, le RGP estime la mortalité avant 5 ans à 287 pour mille, alors que pour la même période (10-14 ans avant l'enquête) I'EDSN estime cette mortalité à 308 pour mille : le recensement aurait donc légèrement sous-estimé la probabilité de mourir entre 0 et 5 ans de 7 pour cent environ. Par contre, si l 'on examine les composantes de la mortalité infanto-juvénile, on constate des écarts importants entre les niveaux proposés par les deux opérations : la mortalité infantile est estimée å 170 pour mille à partir du recensement pour l'année 1980, alors que I'EDSN trouve un niveau de 129 pour mille pour la même période; en ce qui concerne la mortalité juvénile, elle serait de 141 pour mille d'après les estimations basées sur le RGP, contre 206 pour mille pour I'EDSN. Ainsi, contrairement aux résultats de I'EDSN, d'après le RGP, la mortalité infantile serait beaucoup plus élevée que la mortalité juvénile : ce dernier résultat n'est guère surprenant dans la mesure où les estimations du RGP se réfèrent à des tables types de mortalité; or les tables types existantes qui n'intègrent pas les sp6cificités de la mortalité des enfants de certains pays africains, sont bas~es sur des modèles classiques de mortalité pour lesquels, comme on l'a noté précédemment, la mortalité infantile est toujours plus élevée que la mortalité juvénile. En conclusion, I'EDSN foumit des niveaux de mortalité infantile et juvénile qui reflètent beaucoup mieux que le RGP la spécificité de la mortalité des enfants nigédens. 9.3 MORTAL ITE D IFFERENTIELLE ET GROUPES A HAUTS R ISQUES Le Tableau 9.2 présente les différents quotients de mortalité selon certaines caractéristiques socio- démographiques de la mère, pour la période de dix ans précédant l'enquête (1983-1992). La référence à une période de dix années est utilisée ici pour pouvoir disposer, dans chaque sous-groupe de population, d'un nombre de cas suffisamment important pour permettre le calcul des différentes probabilités. Le Graphique 9.3 visualise les niveaux de mortalité infanto-juvénile selon les différentes caractéristiques socio- démographiques de la mère. s Pour une description délaillée des informations collectées et des méthodes d'estimation utilisées, voir, Bureau Central du Recensement, 1992f. 137 Tableau 9.2 Mortalité des enfants par earaetéristiques de la mère Quotients de mortalité néonatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infanto-juvénile pour la période de 10 ans précédant l'enqu&e, par caractéristiques socio-démographi- ques de la mère, EDS Niger 1992 Mortalité Mortalité Mortalité post- Mortalité Mortalité infanto- néonatale néonatale infantile juvénile juvénile Caractéristique (NN) (PNN) (iq0) (~q0 (sq0) Milieu de résidence Niamey 24,3 39,6 63,8 99,1 156,6 Autres villes 41,5 60,1 101,7 151,3 237,6 Ensemble urbain 35,7 53,2 89,0 133,2 210,3 Rural 54,5 88,1 142,6 238,1 346,8 Région Niamey 24,3 39,6 63,8 99,1 156,6 Dosso 56,4 60,4 116,8 190,0 284,6 Maradi 55,4 105,3 160,8 274,2 390,9 Tahoua/Agadez 44,6 96,4 141,0 226,5 335,5 Tillabéri 54,7 69,9 124,6 181,0 283,1 Zinder/Dlffa 56,4 82,9 139,3 252,0 356,1 Niveau d'instruction de la mère Aucun 52,5 84,5 137,0 228,3 334,0 Primatre ou plus 40,8 61,1 101,9 118,1 207,9 Soins prénatals et assistance à l'accouchement 1 Ni l'un ni l'autre 42,8 94.4 137,2 (248,0) (351,2) L'un ou l'autre 45,2 55,1 100,3 * * Les deux 22,6 42,6 65,2 * * Ensemble 51,7 82,8 134,5 221,4 326,1 Note: Les quotients calculés sur moins de 250 cas (personnes exposées) sont remplacés ~.ar des astérisques. Ceux calculés sur 250-499 cas figurent entre parenthèses. Quotients pour la période de cinq ans précédant l'enquête Les risques de décéder avant l'åge de 5 ans présentent des écarts extrêmement importants selon le milieu de résidence. La mort'dit~ infanto-juvénile en milieu rural (347 pour mille) est plus de deux fois plus élevée que celle observée à Niamey (157 pour mille); dans les "autres villes," le risque de décéder avant 5 ans (238 pour mille) est de 50 pour cent plus important qu'à Niamey. Que ce soit entre 0 et 1 an ou entre 1 et 5 ans, ces différences de niveau de mortalité sont du mEme ordre de grandeur. Du point de vue régional, les départements de Tillab6ri et de Dosso ont les quotients de mortalité infanto-juvénile les plus faibles (respectivement 283 et 285 pour mille), et les quotients les plus élevés correspondent aux départements de Zinder/Diffa (356 pour mille) et de Maradi (391 pour mille) où l'état de santé et l'état nutritionnel des enfants sont les plus critiques (voir Chapitre 7 - Santé de la mère et de l'enfant, et Chapitre 8 - Allaitement et état nutritionnel). 138 Graphique 9.3 Mortalité infanto-juvénile selon les caractéristiques de la mère RESIDENCE / NiameyL Autres villes L Ru rai [ REGION[ DOSSO MaradiL Tahoua/Agadez~ Tillab~ri Zinder/DiffaL 'NsTRuc;'o" e Primaire ou +| 0 100 200 300 Décès pour1 000 400 Note: Basê sur les d~cès de la p6riode de 10 ans ayant préc6dê l'enquête EDSN 1992 Les enfants de mères sans instruction ont une probabilit6 de mourir entre 0 et 5 ans nettement supérieure à celle des enfants de mères ayant fréquenté l'école (334 pour mille contre 208 pour mille). Cette différence de mortalitê en fonction du niveau d'instruction de la mère est encore plus nette pour les enfants survivants à 1 an, puisque leur probabilité de mourir entre 1 et 5 ans est près de deux fois plus élevée quand leur mère n'a aucun niveau d'instruction (228 pour mille contre 118 pour mille). Les meilleures conditions de vie, d'hygiène et d'alimentation, mais surtout le recours plus important aux sewices de santé par les femmes instruites (leurs enfants ont une couverture vaccinale près de trois fois plus élevée que les enfants de femmes sans instruction, voir Chapitre 7 - Santé de la mère et de l'enfant) expliquent l'essentiel de ces différences de mortalité. La dernière caractéristique présentée au Tableau 9.2 concerne les soins prénatals et l'assistance à l'accouchement. Lorsque la mère n'a fait aucune visite prénatale pendant sa grossesse et n 'a pas été assistêe par du porsonnel médical lors de l'accouchement, son enfant court un risque de décêder de 137 pour mille avant l 'âge de 1 an, contre 65 pour mille pour un enfant dont la mère a été en consultation prénatale et a ~té assistée lors de l'accouchement. Ainsi le suivi de la grossesse et les conditions de l'accouchement semblent jouer un rôle essentiel sur les niveaux de mortalité infantile. Cependant, les femmes qui ont le meilleur suivi de grossesse et qui accouchent dans les meilleures conditions sont aussi les femmes les plus instruites et celles du milieu urbain (voir Chapitre 7 - Santé de la mère et de l'enfant). Ainsi l'environnement socio-économique des mères apparaît à nouveau comme un facteur déterminant de la mortalité des enfants. Le Tableau 9.3 et le Graphique 9.4 présentent les quotients de mortalité pour la période de dix ans prêcédant l'enquête selon certaines caractéristiques biologiques des mères et des enfants. Entre la naissance et le cinquième anniversaire, la mortalité des enfants de sexe féminin est légèrement plus élevée que celle des enfants de sexe masculin (334 contre 319 pour mille). Durant la première année les niveaux de mortalité sont 139 Tableau 9.3 Mortalité des enfants par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants Quotients de mortalité néonatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infanto-juvénile pour la période de 10 ans précédant l'enqu6te, par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants. EDS Niger 1992 Mortalité Mortalité Mortalité post- Mortalité Mortalité infanto- Caractéristique néonatale néonatale infantile juvénile juvénile démographique (NN) (PNN) (,q0) çqt) (sq0) Sexe Masculin 52.2 83.6 135.8 211.5 318.6 Feminln 51.0 82.0 133.0 231.7 333.9 Taille h la naissance l Très petit 68.0 82.1 150.1 * * Petit 36.7 94.1 130.8 * * Moyen ou gros 34.2 75.0 109.3 (210.4) (296.7) Age de la m~re à la naissance Moins dc 20 ans 71,4 84,8 156,2 222,4 343,9 20-29 ans 41,5 83,7 125,3 220,7 318,3 30-39 ans 53.8 80.1 134.0 218.7 323.4 40-49 ans (49,9) (67.2) (117.0) * * Rang de naissance l 77.9 87.0 164.9 207.1 337.9 2-3 44.6 76.1 120.6 224.8 318.3 4-6 41.6 85.8 127.4 217.5 317.3 7 ou plu~~ 57.7 84.8 142.5 236.5 345.3 Intervalle avec la naissance précédente Moins de 2 ans 61.5 97. l 158.6 222.7 346.0 2-3 ans 41.1 77.4 118.5 236.3 326.8 4 ans ou plus 21.6 52.1 73.8 157.2 219.4 Ensemble 51.7 82.8 134.5 221.4 326.1 Note: Les quotients calculés sur moins de 250 cas (personnes exposées) sont remplacés par des astérisques. Ceux calculés sur 250-499 cas figurent entre parenthèses. IQuotients pour la période de cinq ans précédant 1 enquéte sensiblement les mEmes, avec une très légère surmortalité des garçons (136 contre 133 pour mille) ; c'est entre 1 et 5 ans qu'apparaR une surmortalité féminine (232 contre 212 pour mille). Concernant la taille de l'enfant à la naissance selon la perception de la mère, il apparaît que les b6b~s petits et surtout très petits ont une mortalité beaucoup plus élevée que les b6bés moyens ou gros. Sur mille enfants très petits à la naissance, 150 n'atteignent pas leur premier anniversaire et, parmi les enfants petits, 131 décèdent avant 1 an, alors que, pour les enfants moyens nu gros, la probabilité de décéder est de 109 pour mille. 140 Graphique 94 Mortalité infantile et comportement procréateur AGE DE LA MERE Moins de 20 ans 20-29 ans 30 39 ans RANG DE NAISSANCE 1 2-3 4-6 7ou + INT INTERGENESIQUE < 2 ans 2-3 ans 4 ans ou + m 50 100 150 200 Décès pour 1 000 EDSN 1992 Les trois autres caractéristiques selon lesquelles sont présentés les niveaux de mortalité au Tableau 9.3 et au Graphique 9.4 concernent le comportement procréateur des mères. Du point de vue de l 'ãge de la mère, on constate qu'avant 1 an, les risques de décéder les plus élevès concernent les enfants nés de jeunes femmes de moins de 20 ans (156 pour mille) : en particulier, le risque de décéder en période néonatale est beaucoup plus élevé pour un enfant né d'une femme de moins de 20 ans (71 pour mille) que pour un enfant né d'une femme de 20-29 ans (42 pour mille). Selon le rang de naissance, les quotients de mortalité infantile qui sont élevés pour le rang un (165 pour mille), baissent nettement pour les rangs suivants, pour augmenter de façon importante pour les entants de rangs les plus élevés (143 pour mille pour les rangs sept et plus). Cette tendance est bien sûr à mettre en parallèle avec celle concernant l'åge de la mère. La durée de l'intervalle intergénésique apparaît comme étant le facteur qui influe le plus nettement sur les niveaux de mortalité des enfants. Plus l'intervalle intergénésique est court, plus les risques de décéder, en particulier durant la première année, sont élevés. Les intervalles très couns, entraînent une mortalité infantile (159 pour mille) plus de deux fois plus élevée que chez les enfants qui suivent leur aîné de quatre ans ou plus (74 pour mille). La monalité différentielle selon ces trois caractéristiques met en évidence les risques importants que fait courir aux enfants une fécondité élevée, caractérisée par des naissances précoces, des rangs de naissance élevés et des intervalles intergénésiques courts. Le Tableau 9.4 qui reprend, en les combinant, ces trois demiéres caractéristiques du comportement procréateur, présente une classification des naissances des cinq demières années selon les cat6gories à hauts risques auxquelles elles correspondent : 141 Tableau 9.4 Fécondité à haut risque Pourcentage d'enfants nés dans les cinq années ayant précédé l'enqu6te par haut risque de mortalité, et pourcentage de femmes actuellement en union à risque de concevoir un enfant à haut risque de mortalité, par catégories de haut risque croissant, EDS Niger 1992 Catégories à haut risque Naissances dans les 5 demières atmées Pourcentage de fenunes Pourcentage Rapport actuellement de naissances de risques en union I Dans aucune catégorie ~t haut risque Naissances de rang 1 (RG=l) RG = 1 et ige de la mère à la naissance <18 ans RG = 1 et åge >= 18 ans Ensemble des naissances de RG = 1 42,8 1,00 25,72 9,9 1,45 5,8 7,8 1,24 6,8 17,7 1,35 12,5 Un seul haut risque Age >34 ans 1,7 (0,75) 7,1 Intervalle intergénésxque (IN) <24 mois 15,4 ] ,39 20,7 RG >6 16,5 1,00 22,9 Ensemble des hauts risques simples Hauts risques multiples IN <24 et RG >6 Ensemble des catégories å risque Total Effectif 33,5 1,17 50,7 6,0 1,51 11,1 57.2 1,26 74,3 10O,0 100,0 7097 5561 Note: Le rapport de risques est le rapport de la proportion d'enfants décédés dans les cinq dernières années dans chaque catégorie à risque, à la proportion d'enfants décédés dans aucune catégorie à hauts risques ( ) Basé sur moins de 200 cas. ILes femmes sont classées dans les catégories à hauts risques selon le statut qu'elles auraient à la naissance de l'enfant, si l'enfant était conçu au moment de l'enqu&e: åge inférieur à 17 ans et 3 mois ou plus ågé que 34 ans et 2 mois, la dernière naissance est née dans les 15 derniers mois, et la dernière naissance était de rang 6 ou plus. 2y compris les femmes stérilisées les naissances de rang un qui présentent un risque accru de mortalit6; ces naissances ne pouvant être ~vit~es, elles sont présent~es dans une catégorie à part, en distinguant celles issues de jeunes mères (moins de 18 ans) qui pourraient être évitées, de celles issues de mères plus ågées; les naissances issues de femmes appartenant à une seule catégorie à haut risque, à savoir les naissances de femmes d'~lge de procréation tardif (plus de 34 ans), les naissances à intervalle intergénésique court (moins de 24 mois), et celles de rang élevé (supérieur à six); 142 les naissances correspondant à une combinaison de certains hauts risques précédents à savoir, l'intervalle intergênésique court (moins de 24 mois), et le rang élevé (supérieur à six); les naissances n'appartenant à aucune des catégories à hauts risques définies ci-dessus. Il apparaR tout d'abord (Tableau 9.4) que 43 pour cent des naissances des cinq années ayant précédé l'enquête ne correspondent à aucune catégorie à hauts risques identifiés, 18 pour cent correspondent à des risques élevées parce qu'elles sont de rang un, 34 pour cent correspondent à des catégories de haut risque unique, et 6 pour cent des naissances sont des cas à hauts risques multiples. Pour évaluer le risque supplémentaire de décéder que font courir aux enfants certains comportements procréateurs des mères, on a calculé des "rapports de risques," en prenant comme base de référence les naissances appartenant ~. aucune des catégories à hauts risques. Le rapport de risques est donc le rapport de la proportion d'enfants décédés dans chaque catégorie à haut risque, à la proportion d'enfants décédés dans la catégorie "sans haut risque". Un enfant de rang un court un risque de décéder de 35 pour cent supérieur à un enfant n'appartenant à aucune catégorie å haut risque. Ces naissances de rang un n'~tant pas évitables, il est pré férable de comparer les risques encourus par les enfants de rang un issus de mères trés jeunes (moins de 18 ans) à ceux issus de mères plus ågées (plus de 18 ans) : on constate alors que le risque de décéder pour un enfant de rang un de jeune mère est largement supérieur (45 pour cent supérieur à la référence) au risque encouru par un enfant de rang un issu de mère plus âgée (24 pour cent supérieur à la réf~ronce). La fécondité précoce apparaR donc ici comme étant un facteur de risque imponant. Un enfant appartenant à une catégorie quelconque de haut risque unique court un risque de décéder 1,17 fois supérieur à un enfant n'appartenant à aucune catégorie à haut risque : les intervallcs intergénésiques courts constituent la cause essentielle de ces hauts risques puisqu'un enfant né moins de 24 mois après son aîné court un risque de décéder de 39 pour cent supérieur à celui de la catégorie de référence. Mais ce sont les enfants appartenant à la catégorie de hauts risques multiples qui sont les plus exposés à la mortalité. Lorsque les enfants sont de rang supérieur à 6 et suivent la naissance précédente de moins de 24 mois, leur risque de décéder est de 50 pour cent supérieur à la catégorie de référence. Etant donné que pour les hauts risques simples, le rang élevé en tant que tel ne semble pas accroître le risque de décéder, on peut supposer que dans cette catégorie à hauts risques multiples, c'est l'intervalle intergénésiquc court qui est surtout en cause. Ces résultats démontrent qu'un meilleur espacement des naissances n'a pas pour seule conséquence une réduction des niveaux de la fécondité, mais aussi une amélioration des chances de survie des enfants. A partir de cette analyse du comportement procréateur à hauts risques, on a essuyé de déterminer la proportion de femmes actuellement mari~es qui, potentiellement, pourraient avoir un tel comportement. Pour cela, à partir de l'âge actuel des femmes, de l'intervalle écoulé depuis leur dernière naissance et du rang de leur dernière naissance, on détermine dans quelle catégorie se trouverait la prochaine naissance, si chaque femme concevait un enfant au moment de l'enquête. Il s'agit donc d'une simulation ayant pour objectif de déterminer quelles proportions des futures naissances entreraient dans les catégories à risques, en l'absence de tout comportement régulateur de la fécondité. Il apparai't (Tableau 9.4) que 26 pour cent des enfants à na~re seraient alors des enfants n'appartenant à aucune catégorie à hauts risques et que 74 pour cent des enfants appaniendraient à une quelconque catégorie à hauts risques (simple ou multiple). Cette dernière proportion est nettement supérieure à celle observée chez les enfants déj à nés (57 pour ccnt). Cette sim ulation démontre une fois de plus la nécessité de mettre en place des mécanismes régulateurs de la fécondité dans le but de réduire les hauts risques de mortalité encourus par les jeunes enfants. 143 CHAPITRE 10 MORTALITE MATERNELLE 10.1 INTRODUCTION Au cours de I'EDSN, on a collecté des informations concemant la survie des soeurs des enqu~tées : ces informations permettent d'estimer le niveau de la mortalité maternelle en utilisant des méthodes d'estimation directe ou indirecte (Graham et al., 1989; Rutenberg et al., 1990). Pour chaque soeur de l'enquêtée, on a collecté des renseignements concernant son åge actuel ou, si elle était décédée, son åge au décès et le nombre d'années écoulées depuis le décès. A propos des soeurs décédées, des questions supplémentaires ont été posées pour déterminer si le décès était en rapport avec la maternité, c'est-à-dire si le décès était survenu pendant la grossesse, durant l'accouchement ou dans les deux mois qui ont suivi l'accouchement ou la fin de la grossesse. Pour utiliser la méthode directe d'estimation de la mortalité matemelle, il faut disposer de données sur l'åge des soeurs survivantes et, pour les soeurs déc6dées, sur l 'åge au décès et le nombre d'années écoulées depuis le décès. Pour des périodes de référence bien déflnies, les données sont agrégées pour déterminer le nombre de personnes-années d'exposition à la mortalité et le nombre de décès matcmels survenus dans chaque période de référence. Les taux de mortalité par cause maternelle sont alors directement estimés en divisant le nombre de décès par le nombre de personnes-années soumises å l'exposition. Le résultat de ce calcul donne la proportion de soeurs, parmi toutes les soeurs de l'enqu~tée, qui sont décédées de causes dues b, la maternité. C'est une estimation non biaisée de la probabilité de al~céder de cause maternelle, pourvu que le risque de décès soit identique pour toutes les soeurs (Tmssel et Rodriguez, 1990). La méthode directe d'estimation de la mortalité maternelle nécessite davantage de données que la méthode indirecte : les enquêtées doivent non seulement déclarer le décès des soeurs et le fait que ces décès sont liés ou non à la matemité, mais elles doivent également fournir l 'åge au décès et le nombre d'années écoulées depuis le décès ainsi que l'åge des soeurs survivantes. La méthode indirecte d'estimation de la mortalité maternelle ne nécessite d'informations, ni sur l 'åge au décès maternel, ni sur le nombre d'années écoulées depuis le décès maternel de la soeur. Cette méthode estime le risque, pour toutes les soeurs, de décéder sur la durée de vie pour causes matemelles. Etant donné que les estimations se réfèrent it la durée de vie des soeurs des enqu~tées, elles ne s'appliquent pas à une période de temps bien délimitée, mais elles sont le reflet des conditions de mortalité des 50 demières années. Le problème de manque de période de référence à laquelle s'appliquent les estimations est contourné en supposant que les changements dans la mortalité sont linéaires. Sous cette hypothèse, il est possible de préciser à quelle époque s'applique l'estimation de la mortalité maternelle. 10.2 COLLECTE DES DONNEES Le questionnaire utilisé pour la collecte des données sur la mortalité maternelle est présenté en Annexe F (Section 8 du questionnaire individuel femme). En premier lieu, on a demandé à l'enquêtée la liste de tous ses frères et soeurs, c'est-à-dire tous les enfants que sa mère a mis au monde, en commençant par le premier-n~. On a demandé ensuite à l'enquêtée si chacun de ses frères et soeurs était encore en vie et, si c'était le cas, on lui a demandé leur Age. Pour ceux qui étaient décédés, on s'est informé sur le nombre d'années écoulées depuis le décès et sur l'[lge au décès. Durant la formation des enquétrices, on avait insisté sur les efforts à foumir pour obtenir des réponses à ces questions, et ceci malgré leur caractère délicat. Dans le cas où des réponses précises sur l'ãge ou sur le nombre d'années écoulées depuis le décès ne pouvaient être obtenues, les enquêtrices étaient autorisées à accepter des réponses approximatives. 145 Pour les soeurs décédées on a posé trois questions pour déterminer si le décès était en rapport avec la maternité : "Est-ce que [NOM DE LA SOEUR] était enceinte quand elle est décédée?" Dans le cas d'une réponse négative, on demandait alors : "Est-ce que [NOM DE LA SOEUR] est décédée pendant un accouchement?" Dans le cas d'une réponse négative å cette deuxième question, on demandait alors : "Est-ce que [NOM DE LA SOEUR] est décédée dans les deux mois suivant la fin d'une grossesse ou un accouchement?" Ces questions ont été libellées pour encourager l'enquêtée à déclarer tout décès ayant suivi une grossesse, quelle qu'en soit l'issue et, en particulier, une grossesse ayant donné lieu å un avortement provoqué, alors qu'on ne posait aucune question directe à propos de ce type événement. 10.3 EVALUATION DE LA QUAL ITE DES DONNEES Que l 'on utilise la méthode d'estimation directe ou indirecte, l'estimation du niveau de la mortalité maternelle nécessite des données exactes sur le nombre de soeurs de l'enquêtée, le nombre de celles qui sont décédées et le nombre de celles dont le décès est lié à la maternité. Il n'existe pas de procédure clairement définie pour établir la complétude des données recueillies par une enquête rétrospective sur la survie des soeurs. L'estimation directe nécessite, en plus des données exactes sur la survie des soeurs, des données sur l 'ãge et sur le nombre d'années écoulées depuis le décès des soeurs, inlormations qui demandent des précisions que les enquêtées peuvent ne pas connaître. Le nombre de frères et soeurs déclaré par l'enquêtée, et la complétude des données déclarées sur l'åge, l 'åge au déc~s et le nombre d'années écoulées depuis le décès sont présentés au Tableau 10.1. Tableau 10,1 Etat de survie des frères et soeurs des enqu&tées Nombre de frères et soeurs déclarés par les enquètées et complétude des données déclarées concernant l'état de survie, l'åge, l'åge au déeés et le nombre d'années ècoulées depuis le décés, EDS Niger 1992 Frères et soeurs selon diff6rentes v ariables Soeurs Frères Effectif Pourcentage Effectif Pourcentage Etat de survie Survivants 13 183 72,6 13 804 72,4 Décédés 4 970 27,4 5 248 27,5 ND/Manquant 3 0,0 12 0.1 Total des frères et soeurs 18 156 100,0 19 064 100,0 Age des survivants Age déclaré 12 753 96,7 13 395 97,0 ND/Manquam 430 3,3 409 3,0 Total des survivants 13 183 100,0 13 804 100,0 Age au décès et nombre d'années depuis le décès Age et nombre d'année déclarés Age au d~:cès manquant Nombre d'année manquant Age et nombre d'année manquant Total des décédés 4 469 90,0 4 686 89,3 35 0,7 47 0,9 275 5,5 212 4,0 191 3,8 303 5,8 4 970 100,0 5 248 lO0,O 146 On ne peut faire que peu de commentaires sur la complétude des déclarations, si ce n'est que le rapport de masculinité des frères et soeurs enregistrés (nombre de frères par rapport aux soeurs) est de 1,05, ce qui est cohérent avec les données internationales.l Des données complètes ont ~té obtenues pour la grande majorité des soeurs, quel que soit leur état de survie. Pour près de 97 pour cent des soeurs survivantes, un åge a été déclaré et, pour 90 pour cent des soeurs décédées, on dispose des informations sur l 'åge au décès ainsi que sur le nombre d'années écoulées depuis le décès. Plut6t que d'exclure des analyses suivantes les frères et soeurs pour lesquels certaines données sont manquantes, on a utilisé les informations concernant le rang de naissance des frères et soeurs en conjonction avec d'autres informations pour imputer une valeur aux données manquantes. 2 Les données sur la survie des frêres et soeurs, y compris les cas avec des valeurs impur~es, ont été utilisées dans le calcul direct des taux de mortalité des adultes et des taux de mortalité pour cause maternelle. Avec ce type de données, peut se poser un problème d'attraction pour certaines valeurs préférentielles, utilisées par les enquêtées qui ne connaissent pas avec précision le nombre exact d'années écoulées depuis le décès, mais qui peuvent en foumir une estimation. La distribution des décès survenus à l 'åge de 15 ans et plus, pour toutes les soeurs et pour celles qui sont décéd6es de causes matemelles, est présentée au Graphique 10.1 selon le nombre d'années écoulées depuis que le décès s'est produit. Que ce soit pour l 'ensemble des décès des soeurs ou pour les seuls décès par cause maternelle, il apparaît une attraction évidente pour des décès qui se seraient produits 10 ans avant l'enquête, époque à laquelle le nombre d'événements est égal it 3 fois environ les nombres de décès trouvés pour les années encadrantes. Pour limiter les effets de ce phénomène d'attraction, on a procédé å des estimations de mortalité pour des périodes dont les limites ont ~té fixées de façon à minimiser les transferts d'événements entre années. Le fait que l'attraction porte principalement sur 10 ans avant l'enquête permet de définir les périodes de référence suivantes : 0 à 6 et 7 à 13 ans avant l'enquête. La suite des commentaires sur la qualité des données ne concerne que l'enregistrement des données sur les soeurs. L'enregislremem des données sur les frères est quasiment identique. 2 L'imputation est basée sur l'hypothèse selon laquelle l'ordre des frères et soeurs est correct. Premièrement, on a calculé une date de naissance pour chaque frère et soeur survivant dont on connalt l'âge et, pour chaque frère et soeur décédé pour lesquels on avait des informations complètes sur l'åge au décès et sur le nombre d'années écoulées depuis le décès. Pour les frères et soeurs pour lesquels ces données sont manquantes, on a imputé une date de naissance à l'intérieur de l'intervalle délimité par les dates de naissance des frères et soeurs "encadrants." Pour les frères et soeurs survivants, on a calculé un åge à partir de la date de naissance imputée. Dans le cas de frères et de soeurs dégédés, si l'on disposait soit de l'âge au décès, soit du nombre d'années 6coulées depuis le décès, cette information a été combinée avec la date de naissance auribuée pour fournir r information manquante. Si aucune des deux informations n'~tait disponible, la distribution de l'âge au décès des frères et soeurs dont on connaissait seulement l'âge au décès mais pas le nombre d'années 6coul6es depuis le décès a été utilisée comme base pour l'imputation de l'âge au décès. 147 Graphique 10,1 Distribution (en pourcentage) des décès des soeurs des enquêtées selon le nombre d'années précédant l'enquête Pourcenlage 12 10 8 6 i 4 2 0 » / / -- -- " I I I I / ! ~N I V I i f~"~ ~ N\ il I i i i , i i i i i i i ~ i i i i i ~ i i 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 18 17 18 19 20 Nombre d'annêes pr~cédant l'enqu61e EDSN 1992 10.4 EST IMATION D IRECTE DE LA MORTAL ITE ADULTE Les estimations de la mortalité masculine et féminine par åge pour la période de 0 à 13 ans avant l'enquête, calcul~es directement d'après les déclarations sur la survie des frères et des soeurs, sont présentées au Tableau 10.2. Le nombre de décès de frères et soeurs survenus pendant la pédode de réf6rence aux ãges de 15 à 49 ans n'est pas très important (536 femmes et 515 hommes), de sorte que les taux par fige sont basés sur des 6vénement relativement peu nombreux qui sont donc sujets aux variations d'échantillonnage. Pour les femmes, les taux estimés présentent peu de variations de 15 à 39 ans puis augmentent, comme attendu, aux groupes d'âgés 40-44 ans et surtout 45-49 ans. La tendance générale semble plausible, avec une augmentation par un facteur de près de deux entre les taux pour les deux plus jeunes groupes d'âges (environ 4 pour I 000 femmes à 15-24 ans) et les deux groupes d'âges les plus élevés (environ 8 pour 1 000 femmes ~40-49 ans). Les taux de mortalité pour les hommes présentent une tendance par åge assez similaire : les taux des groupes d'åges les plus élevés étant encore une fois pr~s de deux fois supérieurs å la moyenne des taux des deux groupes d'åges les plus jeunes (passant d'environ 4 pour 1 000 à environ 7 pour I 000). Il est important d'évaluer la fiabilité des estimations directes des niveaux de mortalité puisque les données sur la mortalité des soeurs constituent la base de calcul de la mortalité maternelle. Si l'estimation de la mortalité adulte n'est pas fiable, l'esdmation de la mortalité maternelle ne le sera pas davantage. En l'absence de données sur la mortalité au Niger dont l'exactitude ait été démontrée) l'évaluation est faite en comparant les taux estimés à une série de taux provenant de tables types de mortalité des Nations Unies (Nations Unies, 1982). 3 La seule table de mortalité disponible pour le Niger est celle proposée par le Bureau Central du Recensement à partir des donnèes du RGP de 1988. Cette table a et~ obtenue en utilisant une m6thode indirecte d'estimation et en se réf~tant à des tables types de mortalité (BCR, 19921"). 148 Les niveaux de mortalité par ~ge obtenus à partir de tables types de mortalité hypothétique des Nations Unies pour l 'Afrique de l 'Ouest sont présentés au Tableau 10.2. Parmi les tables types des Nations Unies, celles correspondant au modèle de mortalité de l 'Afrique de l 'Ouest ont été retenues parce que ce sont celles qui se rapprochent le plus du type de mortalité infantile/juvénile du Niger. 4 Les taux ont ~.té s61ectionnés à un niveau de mortalité approximativement égal au quotient de mortalité infanto-juvénile (sq0) estimé pour la période de dix ans précédant I'EDSN. 5 Tableau 10.2 Estimation de la mortalité par åge Estimation directe de la mortalité par åge à partir des données concernant l'~rat de survie des frères et soeurs des femmes interview~es, par sexe, Niger 1979-92, et taux des tables types de mortalité Taux estimés pour 1979-92 Table type de mortalité hypothétique des Nations Un, ies pour l'Afrique de 1 Ouest I Années Groupe d'exposi- Taux Taux d'åges Décès tion (p. 1000) (p. 100) SEXE FEMININ 15-19 139 28 483 4,89 3,86 20-24 104 27 062 3,85 5,27 25-29 92 22 409 4,12 5,84 30-34 84 16 055 5,25 7,04 35-39 49 10 124 4,86 7,96 40-44 36 5 948 6,01 7,97 45-49 32 3 127 10,29 8.89 Total 536 SEXE MASCULIN 15-19 113 30 115 3,75 1,81 20-24 117 28 679 4,07 2,72 25-29 87 23 470 3,71 3,16 30-34 92 16 945 5,41 3,99 35-39 40 11 015 3,59 5,78 40-44 37 6 449 5,73 7,55 45-49 29 3 456 8,30 10,72 Total 515 ]Les taux des tables types proviennent du modèle de mortalité hypothétique des Nati¢m.s Unies pour l'Afrique de l'Ouest, selon la valeur de 5% pour la période de dix ans précédant I'EDSN, à savoir 5°,0 = 333,9 pour 1 000 naissances féminines et 5% = 318,6 pour 1 0O0 naissances masculines. 4 Par exemple, pour le sexe féminin, le ratio de la mortalité juvénile å la mortalité infantile (4q1/1qo) est de 1,74 au Niger. A un niveau comparable de mortalité, ce ratio vaut 1,48 dans les tables types de mortalité du modèle pour l'Afrique de l'Ouest, alors qu'il varie de 1,12 à 0,56 dans les autres modèles. 5 Pour la p6riode de dix ans prtcêdant l'enquête, les quotients de mortalité entre la naissance et le cinquième anniversaire (~qo) sont de 333,9 pour 1 000 (sexe féminin) et de 318,6 pour 1 000 (sexe masculin) (voir Chapitre 9 - Mortalité des enfants de moins de cinq ans). 149 Pour les femmes, les taux de mortalité estimés sont légèrement sup6rieurs [t ceux du modèle à 15-19 ans et 45-49 ans et légèrement inf6rieurs aux autres åges. En outre, pour les deux sexes, les différents taux par åge estim6s par I'EDSN pr6sentent des variations plus i rrégulières que ceux des tables types. N6anmoins, quel que soit le sexe, la tendance g6n6rale des deux s6ries de taux est assez similaire. La validité des dorm6es collectées par le biais d'enquêtes r6trospectives peut ~tre affect6e par l'omission d'6v6nements et la mauvaise datation des 6vénements d6clarés. Dans le cadre de I'EDSN, les estimations sont probablement entach6es par des sous-d6clarations, bien qu'à l'6vidence, on ne constate pas de problème majeur de ce type. L'évaluation par comparaison au modèle de mortalit6 tend à confirmer la qualité des données sur la survie des frères et soeurs et les estimations de mortalité bas6es sur ces données semblent tout å fait plausibles. 10.5 EST IMATION D IRECTE DE LA MORTAL ITE MATERNELLE L'estimation directe de la mortalit6 maternelle, obtenue à partir des déclarations sur la survie des soeurs, est pr6sent6e au Tableau 10.3. Le nombre de décès maternels est relativement peu élevé : 106 pour la période 1979-1985, 103 pour la période 1986-1992 et 209 pour la p6riode d'ensemble 1979-1992. La tendance des taux par åge, estimés pour chaque période, est quelque peu irrégulière. Cependant, à la lecture des taux correspondant à la période 1979-1992, il semble que le niveau de mortalité maternelle soit particulièrement élev6 à 20-34 ans, ãges qui correspondent ~ la fécondit6 maximale. Tableau 10.3 Estimation directe de la mortalité maternelle Estimation directe de la mortalité maternelle à partir des données concernant la survie des soeurs des femmes mterviewées, par période, EDS Niger 1992 Propomons 1986-92 1979-85 1979-92 de dæcès matemels/ Années Années Ann6es ensemble Groupe Déc~s d'exposi- Taux D6c~s d'exposl- Taux D6cès d'exposi- Taux des d~cès d'åges matemels tion (p. 1000) matemels tion (p.1000) matemels tion (p. 1000) 1979-92 15-19 10,7 13 949 0.77 39.0 14 692 2.66 49.7 28 642 1.74 0.36 20-24 29,5 14 572 2,02 22.2 12 615 1.76 51.7 27 187 1,90 0,50 25-29 24.9 13 274 1,88 20,3 9 214 2,20 45.2 22 488 2.01 0,49 30-34 18.4 10 354 1.78 14.6 5 748 2.54 33,0 16 102 2,05 0.39 35-39 12.3 6 736 1,83 5,1 3 414 1.49 17,4 10 151 1.71 0,36 40-44 7,0 4 010 1.75 3.1 1 951 1.61 10.1 5 961 1.70 0,28 45-49 0.5 2 339 0.22 1.4 789 1.79 1.9 3 129 0,62 0.t)6 15-49 103,3 65 238 1.58 105,7 48 424 2,18 209.1 113 662 1.84 0,39 Taux Global de Fécondité Gkn~ralc OEGFG) 266 306 282 Taux de Monaht~ Materne/le (TMM) 1 593 712 652 Risque de Mortalité Maternelle sur la Dun~e de Vie (RDV) 2 0,04 0,06 0,05 IPour 100 000 naissances. Calcul~ comme suit : (Taux de Mortalit~ par Cause Matemullc 15-49 ans)/TGFG. OEPar femme, Calculé/t partir de la formule suivante . (1 - RDV) -~ (1 - TMM/IO0 000~ s~, où ISF est rlndice Synth6tlque de Fécondlt6 150 Etant donné le nombre relativement peu important d'événements, la méthode retenue est l'estimation d'un taux unique de mortalité par cause maternelle correspondant aux ãges de procréation. L'estimation d'ensemble de la mortalité par cause maternelle, exprimée pour 1 000 femmes-années d'exposition est égale à 2,18 pour la période 1979-1985, å 1,58 pour la période 1986-1992, et à 1,84 pour l'ensemble des deux l~riodes (1979-1992). En raison d'importantes erreurs de sondage, on peut difficilement conclure à une tendance à partir de ces taux. 6 Les taux de mortalité par cause maternelle peuvent être convertis en taux de mortalité maternelle, exprimés pour 100 000 naissances vivantes, en les divisant par le taux global de fécondité générale pour la période donnée (Tableau 10.3). Exprimé de cette manière, on met davantage en relief le risque obstétrical de la grossesse et de la maternité. Les taux de mortalité matemelle sont de 712 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes pour la période 1979-1985, de 593 pour la période 1986-1992, et de 652 pour l'ensemble de la période 1979-1992. Il est à noter que le taux pour la période la plus récente aurait enregistré une baisse de l'ordre de 17 pour cent, baisse qu'il faut, lå encore, interpréter avec prudence, A partir des taux de mortalité maternelle, on a calculé, au Tableau 10.3, le risque de mortalité maternelle sur la durée de vie 7 qui exprime la probabilité pour une femme de décéder par cause maternelle durant les åges de procréation. Le risque est de 0,04 pour la période la plus récente (1986-1992); en d'autres termes, une femme court un risque de décéder par cause maternelle d'environ 1 sur 25 pendant les åges de procréation. Pour la période d'ensemble 1979-1992, le risque est estimé à 0,05, soit environ 1 sur 20. Au Tableau 10.3 figurent enfin les proportions de décès imputables aux causes matemelles, par groupe d'åges, pour la période 1979-1992. Alors que les différentes mesures de la mortalité présentées précédemment peuvent 8tre affectées par des sous-déclarations, il est permis de penser que ces proportions ne le sont pas dans la mesure où l 'on peut supposer que les sous-déclarations éventuelles n'affectent pas davantage les décès par cause maternelle que les autres décès. On constate de fortes variations de ces proportions qui atteignent leur maximum à 20-29 ans, åges de fécondité maximale, où 1 décès de femme sur 2 serait da à des causes maternelles. Pour l'ensemble des décès de femmes en ãge de procréation (15-49 ans), près de 4 d6cès sur 10 seraient dus å des causes matemelles. 10.6 EST IMATION INDIRECTE DE LA MORTAL ITE MATERNELLE Les données sur la survie des soeurs peuvent aussi être utilisées pour estimer la mortalité maternelle par la méthode indirecte (Graham et al., 1989). Dans ce cas, les données sont agrégées par groupes d'åges de 5 ans des enquStées. Pour chaque groupe d'åges, les informations sur le nombre de décès matemels parmi toutes les soeurs des enquêtées et sur le nombre de soeurs/unités d'exposition au risque sont utilisées pour estimer le risque de décéder sur la durée de vie par cause maternelle. L'approche indirecte fournit également une estimation d'ensemble de la mortalité maternelle pour les soeurs de l'ensemble des enquêtées qui se rapporte à une période de temps centrée approximativement sur 12 ans avant l'enquête. Quand on travaille sur de petits échantillons, il est préférable d'utiliser l'estimation d'ensemble, qui est moins sensible aux variations d'échantillonnage. Les estimations indirectes de la mortalité maternelle sont présent~es au Tableau 10.4. Les estimations du risque de décéder sur la durée de vie pour cause maternelle, par groupe d'ãges, varient de 0,037 à 0,074. Sous l'hypothèse d'un échantillon aléatoire simple, la variance de l'estimation peut ètre appmximée par (POJN), Les erreurs-type sont estim~es à 0,16 pour 10~ pour le taux de la l~riode la plus récente, à 0,21 pour celui de la période prtc&lente et à 0,13 pour le taux de 1979-92 où le nombre de femmes-années d'exposition est plus important. 7 La formule de calcul de cette probabililé figure en note du Tableau 10.3. 151 Tableau 10.4 Estimation indirecte de la mortalité maternelle Estimations de la mortalité maternelle à partir de la méthode indirecte, EDS Niger 1992 Risque de Proportions Facteur Soeurs/ mortalité de décès Groupe Nombre de d'adjustement unités maternelle matemels/ d'åges des Nombre soeurs pour d'exposition Décès sur la durde ensemble enqu&~es d'enqu~tées 15 ans+ l'exposition au risque matemels de vie (RDV) des ddcès 15-19 1347 2788 a 0,107 298,3 15,8 0,053 0,29 20-24 1170 2422 s 0,206 498,9 37,0 0,074 0,40 25-29 1243 2475 0,343 848,9 53,2 0.063 0,4l 30-34 943 1911 0,503 961,2 63,2 0,066 0,42 35-39 713 1568 0,664 1041,2 59,8 0.057 0,39 40-44 505 1073 0,802 860,5 31,8 0,037 0,24 45-49 389 847 0,900 762,3 44,9 0,059 0,30 15-49 6310 13084 Taux de Mortalité Maternelle (TMM) b = 671 5271,3 305,7 0,058 (I,35 aObtenu en multipliant le nombre d'enqu6tées par le nombre moyen de soeurs de 15 ans et plus par enquCtée, déclarées par les enqu~tées de 25-49 ans, Såsit 2,07. bTMM = (1 - [1 - RDV] ) x (100 000), où ISF est 1 Indice Synth6taque de Fécond té pour la pdriode 6-13 ans avant l'enquéte, estarné à 8,9 enfants par femme. Le taux est exprimé pour 100 000 naissances. Quand on considère l'ensemble des enquêtées, le risque de décéder sur la durée de vie pour cause maternelle est égal à 0,058 soit, en d'autres termes, un risque d'environ 1 sur 17. Cette valeur peut être transformée en une estimation du taux de mortalité maternelle (décès maternels pour 100 000 naissances). L'estimation, centrée à environ 12 ans avant l'enquête, soit 1980, est de 671 pour 100 000. 10.7 D ISCUSSION L'estimation directe du taux de mortalité maternelle à partir de I'EDSN pour la période 1979-1992 est de 652 décès matemels pour 100 000 naissances vivantes. L'estimation indirecte fournit un taux de 671 qui reprdsente une moyenne couvrant une longue période, centrée approximativement sur 12 ans avant l'enquête, soit 1980. Etant donné le degr6 d'erreur de sondage associé à ces estimations de mortalité, ces deux taux peuvent être considérés comme très voisins. Globalement, on peut estimer que le taux de mortalité maternelle se situait au Niger entre 650 et 700 décès pour 100 000 naissances vivantes durant les décennies 1970 et 1980, Les taux de mortalité maternelle estimés selon la même m6thodologie lors d'enquêtes EDS menées récemment dans trois autres pays africains s figurent ci-après: 8 Sources : DOS et IRD, 1991; Azelmat et al., 1993; Katjiuanjo et al., 1993. 152 Pays et année Période d'enquête de référence Taux de mortalité maternelle pour 100 000 (estimation directe) Soudan (1989/90) 1976-1989 456 Maroc (1991) 1978-1991 348 Namibie (1992) 1983-1992 225 Il apparaR ainsi que la mortalité matemelle est très élevée au Niger : elle serait 1,5 fois plus élevée qu'au Soudan, 2 fois plus 6levée qu'au Maroc et trois fois plus élevée qu'en Namibie. L'analyse des données concemant la santé de la mère (voir Chapitre 7 - Santé de la mère et de l'enfant) a fait apparaître une situation sanitaire particulièrement préoccupante qui explique certainement, en grande partie, ce niveau de la mortalité maternelle. Rappelons que seulement 30 pour cent des femmes nigériennes bénéficient de soins prénatals, 16 pour cent accouchent dans des établissements sanitaires et 15 pour cent bénéficient d'assistance de professionnels de la santé lors de l'accouchement. 153 CHAPITRE 11 ENQUETE MARI En vue de fournir toutes les informations nécessaires aux responsables des programmes de planification familiale, I'EDSN a enquêté un sous-êchantiUon de matis des femmes êligibles. Cette enquête avait pour objectif essentiel de recueillir des données sur les préférences des matis en matière de fécondité et sur leur comportement et leurs opinions face à la contraception. Les matis de la moitié des femmes éligibles ~ ont ~té enquêtés à l'aide d'un questionnaire spécifique reprenant certains des thèmes abordés dans le questionnaire individuel femme : caractéristiques socio- démographiques, connaissance et utilisation de la contraception et préférences en matière de fêcondité. Les enquêtes maris sont totalement indépendantes des enquêtes femmes à l'intérieur des ménages sélectionnés. En d'autres termes, quel que soit le résultat de l'enquête auprès de(s) l'épouse(s), on a interviewé le mari, quand il était éligible. En outre, de même que la femme êtait enquêtée hors de la présence de son mati, le mati était aussi interrogé hors de la présence de sa (ses) femme(s), et sans qu'aucune vérification ne soit effectuée entre les deux questionnaires. Le fait d'avoir suivi cette procédure, qui garantit l'indépendance des données, explique également pourquoi certaines caractéristiques, à priori communes au couple, telles que le type d'union, sont parfois légèrement différentes selon les réponses données par la femme ou par le mati. Sur un échantillon de 1 843 matis sélectionnes, 1 570 enquêtes ont été réalisêes avec succès, soit un taux de réponse de 85 pour cent. Les résultats présentEs dans ce chapitre correspondent, soit aux réponses des 1 570 matis enquêtés, soit aux réponses combinées des matis et de leurs femmes, c'est-à-dire des couples. Compte tenu du fait qu'un même mari peut avoir plusieurs femmes, les couples constitués (1 862) sont plus nombreux que les maris interroges : en effet, dans les cas de polygamie, les informations obtenues auprès du mati ont été comptées autant de fois qu'il avait de femmes pour former autant de couples différents. 11.1 CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DES MARIS ET DES COUPLES 11.1.1 Caractéristiques des maris Contrairement aux femmes parmi lesquelles seules celles ãgées de 15 à 49 ans étaient éligibles, aucune limite d'åge n'était imposée pour la sélection des matis. Comme il apparaît au Tableau 11.1, un peu plus de la moitié des maris (51 pour cent) ont 40 ans et plus, parmi lesquels la moitié (25 pour cent) sont ågés de 50 ans et plus; cependant les maris de 60 ans et plus ne représentent que 8 pour cent de l'échantillon. A l'opposé, les maris de moins de 30 ans représentent un cinquième de l'échantillon (21 pour cent). Environ un homme interrogé sur quatre (24 pour cent) a déclaré vivre en union polygame, et plus d'un tiers des matis (37 pour cent) ont déclaré avoir 5 enfants vivants ou plus. 1 En fait, tous les matis des femmes éligibles étaient sélectionnés, mais seulement dans un ménage sur deux. 155 Les matis interrogés sont, dans leur très grande majorité, du milieu rural (85 pour cent). Comme les femmes enqu~tées, la presque totalité des matis sont de nationalité nigérienne et de religion musulmane (99 pour cent). Du point de vue ethnique, les haoussa sont largement majoritaires (57 pour cent), suivi par les djerma (21 pour cent). Instruction En ce qui concerne le niveau d'instmc- tion des matis, on n'observe que très peu de différences par rapport aux femmes : dans les deux cas, la très grande majorité des enquêtés (89 pour cent) sont sans instruction. Ce résultat quelque peu surprenant s'explique, en partie, par le fait que les matis interrogés sont beaucoup plus ågés que les femmes. Par contre, si l'on compare, pour un m~me groupe d'åges, les proportions de matis et femmes ayant fréquent~ l'école, on constate que les hommes ont un niveau d'instmction plus élevé que leurs épouses : ainsi, à 30-39 ans, 17 peur cent des matis ont au moins un niveau d'instruction primaire (Tableau 11.2), contre 6 pour cent seulement chez les femmes. S'agissant du milieu de résidence, on observe les m8mes situations extr~mes que chez les femmes : les matis les plus instruits sont ceux de milieu urbain (33 pour cent ont au moins un niveau primaire) et surtout ceux de Niamey (13 pour cent ont un niveau primaire et 29 pour cent un niveau secondaire ou supttieur), å l'inverse, 93 pour cent des matis du milieu rural sont sans instruction. Du point de vue régional, peu d'écarts apparaissent, les proportions de matis sans instruction variant de 89 pour cent à Maradi à 95 pour cent å Tillabéti. Po~gamie Au Niger, la polygamie est un phénomène assez fréquent puisque près d'un homme en union sur quatre (24 pour cent) vit en union polygame (Tableaux 11.1 et 11.3). La fréquence de ce phénomène est étroitement liée Tableau 11.1 Caraetéfistiques soclo-démographiques des matis enquêtes Répartition (en %) des matis enquêtés par åge, nombre d'enfants, type d'union, niveau d'instruction, milieu et r6gion de ~sidenee, religion, nationalité et ethnie, EDS Niger 1992 Effectif Caractéristique Pourcentage Non socio-dtmographique pondéré Pondéré pond~ré Groupe d'figes <25 5.7 89 79 25-29 14.8 232 216 30-34 15.2 238 251 35-39 13.9 219 229 40-44 14.4 226 223 45-49 10.6 166 179 50-54 10.7 167 167 55-59 7.0 109 105 60 ou + 7.8 123 121 Nombre d'enfants vivants 0-2 38.0 597 574 3-4 25.1 394 388 5 ou + 36.9 579 608 Type d'union Monogame 76.5 1200 1189 Polygame 23.5 370 381 Niveau d'Instruction Aucun 89.3 1402 1314 Primaire 7.2 113 144 Secondaire 1 er cycle 1.8 28 50 Secondaire 2 nd cycle 1.2 18 42 Supérieur 0.5 8 20 Milieu de r6sldence Niamey 5.2 82 246 Autres villes 9.6 150 289 Ensemble urbain 14.8 232 535 Rural 85.2 1338 1035 R6glon Niamey 5.2 82 246 Dosso 13.3 209 177 Maradi 20.6 323 287 Tahoua/Agadez 19.6 308 293 Tinabéri 16.9 266 215 Zinder]Diffa 24.4 383 352 Religion Musulmane 98.8 1552 1541 Autre 1.2 19 29 Natlonallté Nigérienne 98.7 1550 1528 Autre 1.3 20 42 Ethnle Arabe 0.2 4 7 GDjerma 21.1 331 367 ourmantch~. 0.0 1 2 Haoussa 57.0 894 849 Kanouri 5.4 86 76 Mossi 0.0 1 2 Peul h 4. I 65 69 Touareg bella 10.4 163 149 Toubou 0 3 5 5 Autre 1.4 22 44 Total 100.0 1570 1570 156 Tableau 11.2 Niveau d'irtstruction des maris enqu8tés Répætitinn (en %) des matis par niveau d'instruction atteint, selon le groupe d'åges quinquennal, le milieu et la région de r~idence, EDS Niger 1992 Niveau d'instruction atteint Secondaire Secondaire Caractéristique Aucun Primaire 1 er cycle 2 nd cycle Supérieur Total Effectif Groupe d'~,ges < 30 83,7 10,6 3,8 1,5 0,4 10O,0 321 30-39 82,8 11,7 2,3 2,3 0,9 100,0 457 4049 92,9 4,7 1,2 0,6 0,6 100,0 392 50 ou + 97,8 1,9 0,2 0,1 0,1 100,0 400 Milieu de résldenee Ninmey 58,1 13,4 10,6 12,6 5,3 100,0 82 Autres villes 71,3 18,3 5,2 2,8 2,4 100,0 150 Ensemble urbain 66,7 16.6 7,1 6,2 3,4 100,0 232 Rural 93,2 5,6 0,9 0,3 0,0 100,0 1338 Réglon Niamey 58,1 13,4 10.6 12,6 5,3 100,0 82 Dosso 90.3 8.3 0,5 0,6 0,2 100,0 209 Maradi 88,5 10,1 0,7 0,6 0,2 100.0 323 TahoualAgadez 92,2 5,3 1.7 0,5 0,3 100,0 308 Tillabéri 94,5 3,9 1,4 0,2 0,0 100.0 266 Zinder/Diffa 90,2 6,8 1,9 0,7 0,4 100.0 383 Ensemble des maris 89,3 7.2 1.8 1.2 0,5 100,0 1570 à l 'åge puisque le taux de polygamie 2 passe de 4 pour cent chez les hommes de moins de 30 ans à 18 pour cent à 30-39 ans, 30 pour cent à 40-49 ans, pour atteindre 40 pour cent chez les hommes de 50 ans ou plus. Ces variations de la fréquence de la polygamie ne semblent pas être dues à une diminution de ce type d'union parmi les générations les plus récentes, mais semblent correspondre effectivement à une augmentation du phénomène avec l'åge. En effet, ~_ la question "Avez-vous l'intention de prendre une autre épouse dans l'avenir?.", 71 pour cent des maris interrogés ont répondu par l'affirmative et plus particulièrement les maris monogames au moment de l'enquête (78 pour cent) (donnée non présentée au Tableau 11.3). Comme cela a été note pour les femmes (voir Chapitre 5 - Nuptialité), le taux de polygamie est nettement plus élevé dans les "autres villes" (32 pour cent) qu'à Niamey (22 pour cent) et qu'en milieu rural (23 pour cent). Au niveau régional, la polygamie concerne environ un tiers des hommes mariés de Maradi (32 pour cent), alors qu'elle ne touche que 19 pour cent des maris de Tillabéri et de Dosso. On constate enfin que les matis ayant fréquent~ l'école sont beaucoup moins polygames que ceux sans instruction (14 pour cent contre 25 pour cent). 2 Le taux de polygamie correspond à la proportion d'hommes en union polygame dans la population des hommes mari~s. 157 Tableau 11.3 Polygamie et nombre de femmes Répartition (en %) des matis par type d'union (monogame ou polygame), répartition des matis polygames par nombre de femmes, nombre moyen de femmes par mari et nombre moyen de femmes par polygame, selon l'åge, le milieu et la région de résidence et le niveau d'instruction, EDS Niger 1992 Nombre Polygames avec: Nombre moyen de moyen femmes Mono- Poly- 2 fem- 3 fem- de femmes par Caractéristique gaines gaines mes mes ou + Total Effectif par mari polygame Groupe d'åges < 30 96,4 3,6 2,8 0,8 100,0 321 1,0 2,3 30-39 81,7 18,3 16,9 1,4 100,0 457 1,2 2,1 40-49 70,4 29,6 25,5 4,1 100,0 392 1,3 2,1 50 ou + 60,3 39.7 30,6 9,0 100.0 400 1,5 2,3 Milieu de résldence Niamey 78,0 22,0 18,3 3,7 100,0 82 1,3 2,2 Autres villes 68.2 31,8 24,9 6,9 100,0 150 1,4 2.3 Ensemble urbain 71,6 28,4 22,6 5,8 100,0 232 1,4 2,2 Rural 77,3 22.7 19,1 3,6 100.0 1338 1,3 2.2 R6glon Niamey 78,0 22,0 18~3 3,7 100,0 82 1.3 2,2 Dosso 81.2 18,8 15,5 3,3 100,0 209 1,2 2.2 M aradi 67,7 32,3 26,6 5,8 100,0 323 1,4 2,2 Tahoua/Agadez 76,2 23,9 18,6 5.2 100,0 308 1,3 2.3 Tillabéri 80,7 19.3 17,3 1,9 100.0 266 1.2 2.1 Zinder/Diffa 78,2 21,8 18,8 3,0 100.0 383 1,3 2,1 Niveau d'instruction Aucun 75.3 24,7 20,6 4.1 100.0 1402 1.3 2,2 Primaire ou plus 86.2 13,8 11,7 2,1 100,0 168 1,2 2,2 Ensemble des matis 76,5 23,6 19.6 3,9 I00,0 1570 1,3 2.2 La grande majorité des hommes polygames (20 pour cent par rapport à 24 pour cent) n'ont que deux épouses et, par conséquent, l'intensité de la polygamie 3 est relativement faible, les polygames n'ayant en moyenne que 2,2 femmes. Du point de vue des caractéristiques socio-démographiques, l'intensité de la polygamie ne varie que très peu, de 2,1 à 2,3 femmes par polygame. Nombre d' enfants vivants Lors de l'interview, on a demandé aux maris le nombre d'enfants vivants qu'ils avaient. Cette question faisant réféoence å tous les propres enfants de l'homme, quelle qu'en soit la mère, les réponses obtenues diffèrent largement des informations du même type obtenues auprès de chaque femme. Comme on peut le constater au Tableau 11.4, seule une faible proportion de maris n'ont aucun enfant vivant (11 pour cent) et plus d'un mari sur deux ont entre un et quatre enfants (53 pour cent). En moyenne, les maris ont 4,1 enfants survivants, soit 1,2 enfants de plus que les femmes mari~es (2,9 enfants) (voir Chapitre 3 - Fécondité). 3 L'intensité de la polygamie se mesure par le nombre moyen de femmes par polygame. 158 Tableau 11.4 Nombre d'enfants vivants Répætldon (en %) des matis par nombre d'enfants vivants selon l'åge, le milieu et la région de résidence, le niveau d'instruction et le type d'union, EDS Niger 1992 Nombre d'enfants vivants Nombre moyen 10 Effec- d'en- Caract~.ristique 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 ou + Total tif fants Groupe d'Ages <30 36,4 33,4 20,4 6,1 2,8 0,9 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 321 1,1 30-39 6,3 15,0 21,6 20,5 17,7 9,1 5,8 2,5 0,2 1,1 0,3 100,0 457 3,0 40-49 2,9 2,8 7,9 13,0 17,6 17,6 13,5 9,5 4,2 4,1 6,9 100,0 392 5,3 50 et + 2,2 3,8 8,4 9,3 8,4 9,0 11,4 12,0 6,0 7,7 21,7 100,0 400 6,7 Milieu de r6sidence Niamey 9,3 12,2 13,8 13,0 12,2 7,3 10,2 5,3 3,7 2,4 10,6 100,0 82 4,6 Autres villes 6,2 11,8 9,7 10,0 11,4 9,3 9,7 10,0 3,1 5,5 13,1 100,0 150 5,4 Ensemble urbain 7,3 11,9 11,1 11,1 11,7 8,6 9,9 8,4 3,3 4,4 12,2 100,0 232 5,1 Rural 11,1 13,0 15,2 13,1 12,4 9,7 7,6 5,8 2,5 3,1 6,5 100,0 1338 3,9 R6glon Niamey 9,3 12,2 13,8 13,0 12,2 7,3 10,2 5,3 3,7 2,4 10,6 100,0 82 4,6 Dosso 14,1 10,8 12,1 11,8 11,6 8,9 11,5 4,8 4,0 4,8 5,5 100,0 209 4,1 Maradi 8,6 13,5 13,8 10,2 12,4 12,3 8,4 6,0 2,7 3,1 8,8 100,0 323 4,4 TahouMAgadez 8,3 13,6 14,6 13,8 15,6 9,5 3,9 7,0 1,9 3,2 8,6 100,0 308 4,3 Tillabéri 10,7 11,8 13,5 13,2 9,0 9,4 11,2 6,7 2,4 3,6 8,4 100,0 266 4,2 Zinder/Dlffa 12,2 13,8 17,3 14,5 12,2 8,0 6,2 6,2 2,3 2,6 4,7 100,/) 383 3,6 Niveau d'instruction Aucun 10,0 12,3 14,2 12,6 12,7 9,8 8,2 6,6 2,6 3,5 7,5 100,0 1402 4,2 Primaire ou plus 15,0 17,9 18,1 14,5 8,4 7,5 6,0 2,8 2,7 1,6 5,6 100,0 168 3,3 Type d'union Monogame 13,3 16,0 17,3 14,5 12,4 8,3 6,9 5,2 2,0 1,6 2,5 100,0 1200 3,2 Polygame 1,7 2,7 5,8 7,3 11,8 13,3 11,3 9,4 4,6 8,9 23,1 100,0 370 7,0 Ensemble des matis 10,6 12,9 14,6 12,8 12,3 9,5 8,0 6,2 2,6 3,3 7,3 100,0 1570 4,1 Le nombre d'enfants survivants augmente régulièrement avec l'~ge des matis : le nombre moyen passe de 1,1 enfants chez les matis de moins de 30 ans, à 3,0 chez ceux de 30-39 ans, å 5,3 chez ceux de 40- 49 ans et atteint 6,7 enfants lorsque le mati a 50 ans ou plus. Parmi ces matis les plus ~gés, 22 pour cent ont au minimum dix enfants. Du point de vue du milieu de résidence, alors que la plus forte fécondité se rencontre chez les femmes rurales, il apparaît que le nombre d'enfants survivants est plus élev6 chez les maris des "autres villes" (5,4 en moyenne) et de Niamey (4,6) qu'en milieu rural (3,9) : ce résultat est une conséquence de la mortalité infanto-juvénile extr~mement 61evée (347 pour mille) qui touche les enfants des zones rurales. Concernant les régions de résidence, les écarts sont assez importants puisque le nombre moyen varie de 3,6 enfants à Zinder/Diffa (région de relativement faible fécondité) ~ 4,4 enfants å Maradi. On peut noter enfin que le nombre moyen d'enfants diminue avec l'augmentation du niveau d'instruction: les hommes sans instruction ont, en moyenne, 4,2 enfants vivants, contre 3,3 chez les hommes ayant fréquenté l'6cole. 159 La variable qui influe le plus sur le nombre d'enfants semble 8tre le type d'union puisque les maris monogames n'ont, en moyenne, que 3,2 enfants, soit un nombre moyen assez peu différent de celui des femmes en union (2,9 enfants), contre 7,0 enfants pour les matis polygames. La fréquence de la polygamie et son intensité sont certainement des facteurs qui expliquent, en partie, certains des écarts entre les nombres moyens d'enfants observés par milieu de résidence, par région et par niveau d'instruction. 11.1.2 Caractéristiques des couples Au Tableau 11.5 figurent les différences d'[lge entre matis et femmes pour les I 862 couples étudiés. Dans la grande majorité des couples, le mari est beaucoup plus ~lgé que sa femme 4 puisque dans 55 pour cent des cas le mari a, au minimum, 10 ans de plus que son épouse et, dans 30 pour cent des cas, il a au moins 15 ans de plus (Graphique 11.1); en moyenne, les maris ont 11,7 ans de plus que leur femme. De plus, en vieillissant, les hommes polygames ont tendance à épouser des femmes de rang deux et plus beaucoup plus jeunes qu'eux. Ceci explique que les matis ont, en moyenne, 17,9 ans de plus que leur femme quand elle est de rang deux et plus, alors qu'ils n'ont que 10,2 ans de plus que leur première épouse, qu'il s'agisse d'une union monogame ou polygame. Tableau 11.5 Différence d'åges entre le mari et la femme Répartition (en %) des couples par différence d'åges entre le mari et la femme par rapport à l'åge de la femme et différences d'åges moyennes, selon le groupe d'åges de la femme, EDS Niger 1992 Différence d'åges moyenne par rapport å la femrae de" Groupe Différence d'âges par rapport à l'âge de la femme Effecnf d'âges de Rang 2 des la femme Négative 0-4 ans 5-9 ans 10-14 ans 15 ans ou + Total Rang 1 ou + Ensemble couples 15-19 0,0 12,6 40,3 31,1 16,1 100,0 9,1 19,2 10,3 241 20-24 0,0 13,2 35,5 20,9 30,4 100,0 9,5 19,6 11,5 305 25-29 1,3 11,4 32,0 26,1 29,3 100,0 10,0 17,9 11,7 416 30-34 2,2 9,4 26,2 26,8 35,4 100,0 10,9 18,4 12,6 315 35-39 1,7 11,4 31,0 20,4 35,7 100,0 12,2 15,1 12,8 238 40-44 5,4 10,5 20,3 29,9 34,0 100,0 11,4 17,1 12,4 194 45-49 5,3 14,0 32,3 26,1 22,3 100,0 8,7 17,3 9,8 153 Total 1,9 11,6 31,3 25,7 29,5 100,0 10,2 17,9 11,7 1862 En plus des données résumées concemant les écarts d'âges entre mari et femme, le Tableau 11.6 et le Graphique 11.1 présentent les caractéristiques des couples du point de vue du type d'union, du nombre d'enfants vivants et du niveau d'instruction. En ce qui concerne le type d'union, les proportions de couples monogames et polygames sont en partie biais~es, puisque les matis polygames sont comptes plusieurs fois pour former autant de couples qu'ils ont de femmes : les proportions de "couples" polygames sont donc surestimées. L'intér~t principal de ce rapprochement du type d'union de la femme et de celui du mari est de contr61er la concordance des réponses obtenues puisque, en principe, tous les couples devraient être, soit monogames, soit polygames; or, on constate que dans quelques cas (1,7 pour cent) le type d'union déclaré par le mari est différent de celui déclaré par la femme. Cela signifie peut-être que le concept d'union n'est pas toujours perçu de la même façon par les enquEtés, certains hommes considérant qu'ils ont plusieurs épouses, alors que, pour leur femme (enquêtée), elle est la seule épouse. « Dans les cas de polygamie, le même mari est associé plusieurs fois à chacune de ses femmes pour former autant de différents couples de deux personnes : pour cette raison, au niveau du couple, on ne compare le mari qu'avec une femme. 160 Graphique 11,1 Caractéristiques des couples DIFFERENCE D'AGES Femme p~us &9/~e Man + 0-4 ans Man + 5-9 ans Man + 10 14ans Man 15 ou + NBRE D'ENFANTS VIV Identtque Dl[f~rent INSTRUCTrON Les 2 sans Mari sans Femme sans Les 2 ~ns[ru~ts 0 I J ] 10 29 30 40 50 Pourcentage 60 70 80 90 EDSN 1992 Tableau 11.6 Caractéristiques diff&entielles des couples Répartition (en %) des couples par différence d'åges, par type d'umon, par différence de nombre d'enfants et par diff6rence de niveau d'instruction. EDS Niger 1992 Différence Pourcentage Effectif Age du marl/Age de la femme Négatif 1.9 35 0-4 ans 11.6 216 5-9 ans 31,3 583 10-14 ans 25.7 478 15 ans ou + 29.5 550 Type d~unlon Monogame 62.8 1169 Polygame 35.5 661 Différent 1.7 33 Nombre d'enfants Identique 48.0 895 Différent 52.0 967 Niveau d'instruction Man et femme: aucun 85.4 1589 Femme instrmte, mari non 4.8 89 Man instruit, femme non 6.4 120 Mari et femme instruits 3,4 64 Total I00,0 1862 161 En ce qui conceme les enfants vivants, dans la majorité des couples (52 pour cent), le mari et la femme ont déclar6 des nombres différents et, généralement, comme cela a ~té souligné prècédemment, c'est le mari qui a le plus d'enfants, le plus souvent parce qu'il a eu ou qu'il a plusieurs épouses. Dans plus de quatre couples sur cinq (85 pour cent), le mari et la femme sont, tous les deux, sans instruction. Dans 5 pour cent des cas, la femme a îrèquenté l'école, mais pas le mari, dans 6 pour cent des cas, c'est le mari qui a une certaine instruction, mais pas sa femme, et seulement 3 pour cent des couples nigériens sont composés d'un homme et d'une femme ayant, tous les deux, fréquenté l'école. 11.2 PLANIF ICAT ION FAMIL IALE Dans la société nigérienne les hommes jouent un r61e déterminant dans les prises de décisinns concemant la famille et, d'une manière ou d'une autre, ils ont une influence sur la pratique de la contraception de leurs épouses. C'est pourquoi le questionnaire de I'EDSN utilisé lors de l'interview des maris comportait une section sur la contraception et la planification familiale très similaire à celle utilisée lors de l'enquSte individuelle auprès des femmes. Les questions portaient principalement sur la connaissance des méthodes contraceptives, sur l'utilisation passée et actuelle de la contraception, sur I'intention d'utiliser des méthodes dans l'avenir, ainsi que sur les altitudes et opinions concemanl la planification familiale. 11.2.1 Connaissance de la contraception La connaissance des méthodes de contraception est la condition préalable à leur utilisation. Le Tableau 11.7 montre que la grande majorité des maris interrogés (85 pour cent) connaissent au moins une méthode contraceptive : 74 pour cent connaissent au moins une méthode mode me et 71 pour cent une méthode traditionnelle. Comme chez les femmes, parmi les méthodes modernes la pilule et les injections sont les méthodes les plus connues (57 pour cent dans les deux cas), suivies de la stérilisation féminine (56 pour cent). Par ailleurs, et contrairement aux femmes qui ne sont que 23 pour cent connaãre le condom, un mari sur deux (51 pour cent) conna~ cette méthode. Pour ce qui est des méthodes traditionnelles, le gris-gris est toujours la méthode la plus connue (66 pour cent) mais, comparativement aux femmes, une proportion importante de maris ont déclaré connaître la continence périodique (31 pour cent) et le retrait (27 pour cent). Le Tableau 11.8 et le Graphique 11.2 présentent les résultats concernant la connaissance de la contraception au niveau des couples. Dans 68 pour cent des cas, la femme et le mari connaissent au moins une méthode contraceptive; s'agissant des seules méthodes modernes, cette proportion n'est plus que de 47 pour cent et de 52 pour cent pour les seules méthodes traditionnelles. Dans un cas sur vingt-cinq (4 pour cent), ni le mari ni la femme n'ont jamais entendu parler de méthode contraceptive. En outre, lorsqu'un seul des deux Tableau 11.7 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes Pourcentage de matis qui connaissent une méthode contraceptive spécifique, EDS Niger 1992 Méthode Cornait une contraceptive méthode N'importe quelle méthode 85,4 Méthode raoderne 74,0 Pilule 56,7 DIU 36,9 Injection 56,7 Méthodes vaginales 19,4 Condom 50,7 Sténhsation féminine 56,0 Stérilisation masculine 24,2 Méthode traditionnelle 70,5 Continence pénodique 30,6 Retrait 27.4 Gris-gris 65,6 Autres méthodes 18,3 Effectif de rnans 1570 partenaires connaît une méthode contraceptive, quelle qu'elle soit, il s'agit plus fréquemment du mari que de sa femme : dans près d'un cas sur cinq (18 pour cent) seul le mari conna~ au moins une méthode, et dans seulement un cas sur dix (10 pour cent) c'est la femme seule qui a entendu parler d'une méthode contracep- 162 Tableau 11.8 Connaissance des méthodes con~aceptives par les couples Répartition (en %) des couples connaissant, au moins, une méthode contraceptive spécifique, EDS Niger 1992 Le mari La femme Le mari et connaît, connalt , Aucun de Effectif la femme la femme le mari deux ne de Méthode connaissent non non connalt Total couples N'importe quelle méthode 68,1 17,6 10,0 4,3 100,0 1862 Méthode moderne 46,5 27,2 11,4 14,8 100,0 1862 Pilule 32,5 24,3 13,0 30,3 100,0 1862 DIU 15,0 21,1 9,9 54,1 100,0 1862 Injection 28,2 28,1 12,2 31,5 100,0 1862 Méthodes vaginales 3,8 15,1 7,5 73,7 100,0 1862 Condom 18,1 31,4 4,8 45,8 100,0 1862 Stérilisation féminine 25,4 30,4 13,0 31,1 100,0 1862 Stérilisation masculine 4,7 18,5 5,9 70,9 100,0 1862 Méthode traditionnelle 52,0 18,9 15,8 13,3 100,0 1862 Continence périodique 4,2 25,8 4,4 65,6 100,0 1862 Retrait 3,6 23,4 4,4 68,6 100,0 1862 Gris-gris 47,5 18,5 18,6 15,4 100,0 1862 Autres méthodes 2,3 15,7 5,5 76,6 100,0 1862 Graphique 11,2 Connaissance de la contraception par les couples Au - 1 méthode Au - 1 mêlh tradit, Au - 1 méth. moderne Pilule D[U Injection Condom Stéril. féminine Stéril masculine 100 80 [ IICouple connaR []Seul [ilii~ 6O 40 20 2O 40 Pourcentage / ~XXXX~q 60 80 mari connait []Seule femme connaît ~'~lAucun ne connaît EDSN 1992 163 tire. Du point de vue des méthodes spécifiques, il convient de souligner que dans 74 pour cent des cas, aucun des deux partenaires n'a entendu parier des méthodes vaginales, dans 71 pour cent des cas ni le mari ni la femme n'ont entendu parier de la stérilisation masculine et dans plus d'un cas sur deux (54 pour cent) le couple ne connatt pas le st~filet. En ce qui concerne les condoms, seulement 18 pour cent des couples (mari et femme) en ont entendu parler, par contre dans 31 pour cent des cas le mari en a entendu parler mais pas sa femme. Le niveau de connaissance de la contraception présente peu de variations selon les caractéristiques socio-démographiques des maris (Tableau 11.9). Le niveau de connaissance est assez similaire quel que soit l 'ãge du mari, mais si on se l imite aux seules mdthodes modernes, les matis les plus jeunes (moins de 40 ans) connaissent mieux la contraception que leurs atnés (78 contre 70 pour cent). Les matis qui connaissent le plus les mdthodes contraceptives modemes sont ceux de Niamey (92 pour cent) et des "autres villes" (83 pour cent) bien qu'une large majorité de matis du milieu rural (72 pour cent) aient également entendu parier d'au moins une méthode moderne de contraception. Au niveau régional, les niveaux de connaissance les plus faibles des méthodes modernes sont enregistrés à Maradi (59 pour cent) et à Tahoua/Agadez (52 pour cent); Tableau 11.9 Connaissance de la contraception par caract&istiques socio-démographiques Pourcentage de matis qui connaissent une méthode de contraception quelconque et pourcentage de ceux qui connaissent une méthode de contraception moderne selon les caractéfistiques socio-démographiques, EDS Niger 1992 Connalt Connalt Effectif Caractéristique une une méthode de socio démographlque méthode moderne I matis Groupe d'ãges <30 84,2 78,6 321 30-39 87,6 77,3 457 40-49 85,0 73,8 392 50 ou + 84,2 66.9 400 Milieu de r~sldence Niamey 95,9 92,3 82 Autres villes 88,2 83,4 150 Ensemble urbain 90,9 86,5 232 Rural 84,4 71,9 1338 Région Nlamey 95,9 92,3 82 Dosso 98,8 94,4 209 Maradl 78,8 58,9 323 Tahoua/Agadez 78,1 52,2 308 Tdlabéri 93,7 91.2 266 Zinder/Diffa 81,6 77,5 383 Niveau d'instruction Aucun 84,4 72.1 1402 l~ima~re ou plus 93,6 90,2 168 Nombre d'enfants vivants 0 84,3 79,7 166 1 83,1 71,3 202 2 87,0 76,2 229 3 82,6 71.4 202 4 ou + 86,5 73,6 772 Ensemble des matis 85,4 74,0 1570 iC'est-à-dlre : pilule, DIU, injection, méthodes vaginales (spermicides, diaphragmes.c), condom et stétilisations férninme et masculine par contre, plus de trois maris sur quatre de Zinder/Diffa.(78 pour cent) connaissent la contraception moderne alors que c'est dans cette r6gion que l 'on enregistre le niveau de connaissance le plus faible parmi les femmes (37 pour cent). On note enfin que les maris ayant fréquenté l'école connaissent mieux la contraception que ceux sans instruction bien que, parmi ces demiers, le niveau de connaissance reste élevé (84 pour cent pour l'ensemble des méthodes et 72 pour cent pour les seules méthodes modernes). 164 11.2.2 Pratique de la contraception On a demandé aux maris ayant déclar6 connaître au moins une méthode contraceptive s'ils avaient al~jà utilisé cette méthode. Un peu plus d'un mati sur dix (13 pour cent) a déclaré avoir déjà utilisé une méthode de contraception : la pratique de la contraception est donc légèrement plus élevée chez les matis que chez les femmes en union parmi lesquelles 11 pour cent ont déclar6 avoir déjà utilisé une méthode (Tableau 11.10). Comme pour les femmes, ce sont les méthodes traditionnelles qui ont été le plus utilisées par les matis (9 pour cent), et surtout les gris-gris (5 pour cent). Les moyens contraceptifs modernes ont ~té utilisés par 6 pour cent des maris, soit un peu plus fréquemment que par les femmes en union (4 pour cent), cet écart entre hommes et femmes étant da principalement å une utilisation du condom nettement plus importante par les matis (2,5 pour cent), qui sont les utilisateurs de cette méthode, que par les femmes (0,3 pour cent). Tableau 11.10 Utilisation de: la contraception ~ un moment quelconque Pourcentage de marts et de femmes en union aya«~t d~j~ uttllsé une m~thode contraceptive, par méthode spécifique, selon I'~ge. EDS Niger 1992 N'gin- M6tb.odes medemes N'ira- Mé.thodes tçadiéonr*elles N'ira- porte porte porte quelle M6th. quelle Contin. Effectif Groupe quelle mêthode Pli- Injec- v~gl- Con- St~ril. m6thode péno- Grts- des d'ãges méthode moderne uie DIU t~ons nak.s dora fémm. tr~diL d~que Re.rai'. gr~~ Autre.g mar~s MARIS <30 12,0 5,4 2,0 0,1 0,0 0,2 3,g 0,0 8,0 2,6 1,8 4,2 1,6 321 30-39 15,9 8,2 6,0 0,1 0,9 0,4 3,8 0,0 9,8 2,9 1,0 5,7 2,5 457 40-49 14,4 6,4 4,5 0,3 1,3 0,1 1,9 0,1 9,9 2,6 0,2 4,7 3,5 392 50ou+ 10,3 2,8 1,5 0,1 0,3 0,1 0,7 0,5 7,9 1,0 1,0 4,4 4,2 400 Tous iges 13,3 5,8 3,7 0,2 0,7 0,2 2,5 0,2 9,0 2,2 0,9 4,8 3,0 1570 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION Tous ãg¢s 11,4 4,4 3,6 0,4 0,8 0,2 0,3 0,I 8,4 0,7 0,4 6,5 1,7 5561 Le Tableau 11.11 porte sur la prévalence contraceptive au moment de l'enquête. Alors que 4 pour cent des femmes en union ont déclaré utiliser une méthode de contraception au moment de l'enquête, la prévalence contraceptive atteint 7 pour cent chez les maris, 3 pour cent utilisant une méthode moderne et 4 pour cent une méthode traditionnelle. Quelle que soit la méthode, la prévalcnce en contraception modeme est pratiquement la même que celle observée chez les femmes en union, par contre, quelle que soit la méthode, l'utilisation des méthodes traditionnelles est toujours plus importante chez les maris (globalement, 4 pour cent contre 2 pour cent chez les femmes). Du point de vue des caractéristiques socio-d6mographiques (Tableau 11.1 l et Graphique 11.3) les matis qui utilisent le plus la contraception sont, comme chez les femmes, les matis de Niamey (23 pour cent) et des "autres villes" (16 pour cent), ceux de Maradi (9 pour cent), ceux ayant fréquenté l'école (20 pour cent) et ceux ayant au moins quatre enfants (8 pour cent). 165 Tableau 11.11 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques Répartition (en %) des m~is et des femmes actuellement en union, par méthode contraceptive actuellement utilisée, selon certaines caractéristiques socio-d~mogreph/ques, EDS Niger 1992 N'ira- N'im- porte porte Caractêristique quelle q~lle ~ocio- m~- mO.hode Pil- démographlqu¢ thode mod¢/l~ UIe DrU M~thodes modernes N'ira- Mgthodcs traditionnelles porte M ¢zth. quelle Contin. Effectif lnjec- vagi- Con- Sttrd. mO3aode ptî'ie- Gris- Aucune de tion nales dom f~mlmn tradit, diqu¢ Retrait gris Autres m~ahode Total ma~is MA~S Groupe d'~iges <30 6.8 2.7 1.4 0.0 0,0 0.2 1.1 0.0 4.1 0.7 0.4 2.4 0.6 93.2 100.0 321 30-39 8.9 4.2 3.0 0.1 0.4 0.1 0.6 0.0 4.7 1.1 0.3 2.6 0.7 91.1 100.0 457 40-49 6,6 2,4 1,2 0,2 0,6 0,0 0,3 0,l 4,2 0,8 0,0 2,1 1,2 93,4 I00,0 392 50 ou + 4,3 1,1 0,3 0,1 0,5 0,0 0,1 0,0 3,3 0,4 0,0 1,9 1,0 95,7 1(30,0 400 Mileu de rtstden¢e Niam¢y 23,2 17,5 13,8 1,2 1,2 0,0 1,2 0,0 5,7 2,8 0,0 2,4 0,4 76,8 100,0 82 Autres villes 16,3 12,1 5,9 0,3 1,7 0,7 3,1 0,3 4,2 1,4 0,0 1,7 1,0 83,7 IO0,0 150 Ensemble urbain 18,7 14,0 8.7 0,7 1,6 0,4 2,4 0,2 4,7 1,9 0,0 2,0 0,8 81,3 100,0 232 Rural 4.6 0,7 0,3 0,0 0,2 0.0 0,2 0,0 4,0 0,6 0,2 2,3 0,9 95,4 100.0 1338 Région Nlamey 23,2 17,5 13,8 1,2 1,2 0,0 1,2 0,0 5,7 2,8 0,0 2,4 0,4 76,8 100,0 82 Dosso 6.6 2,7 0,9 0,0 0,2 0,0 1,6 0,0 3,8 0,9 0,0 2.4 0,6 93,4 100,0 209 Maradl 8,9 2,5 1,0 0,0 0,4 0,2 0,7 0,2 6.4 0,4 0,0 4,8 1.2 91,1 100,0 323 Tahoua/Agadez 6,5 1,9 1,2 0,2 0,2 0,0 0,3 0,0 4,6 1,3 0,0 2,0 1,3 93,5 100,0 308 "l'dlab6n 4,4 1.5 0.4 0,0 0,9 0,2 0,0 0,0 2,9 0,5 0.5 1.0 1,0 95,6 100,0 266 Zmder/Diffa 3,2 1,0 0,7 0,0 O,I 0,0 03 0,0 2,2 0,4 O,3 1,1 O,3 96,8 100,0 383 Niveau d'instruction Aucun 5.1 1.3 0.7 0.1 0.2 0.0 0.4 0.0 3.8 0.6 0.2 2.2 0.9 94.9 100.0 1402 primaire ou plus 20,3 14,1 8,9 0,4 1,9 0,6 1,9 0,3 6,2 2,6 0,0 2,9 0,8 79,7 100,0 168 Nombre d'enfants vivants 0 3.0 0.6 0.0 0.0 0.0 0.0 0.6 0.0 2.3 0.8 0,0 1,6 0.0 97.0 100.0 166 1 4.1 1.8 1.6 0.0 0,3 0.0 0.0 0.0 2.2 0.2 0.6 0.8 0,6 95.9 100.0 202 2 6,9 3,2 2,4 0,0 0,0 0,0 0,8 0,0 3,7 0,9 0,0 2.1 0,6 93,1 100,0 229 3 5,9 3,5 2,3 0,0 0,2 0,0 1,0 0,0 2.4 0,3 0,0 1,3 0,9 94,1 100,0 202 4 ou + 8,4 2,9 1,4 0,2 0,7 0,1 0,4 0,1 5,5 1,0 0,2 3,1 1,2 91,6 100,0 772 Ensemble des matis 6,7 2,6 1,5 0,1 0,4 0,1 0,5 0,0 4,1 0,8 0,2 2,3 0,9 93,3 lO0,0 1570 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION Ensemble des femmes 4,4 2,3 1,5 0,2 0,4 0,0 0,1 0,1 2,1 0,1 0,0 1,8 0,2 95,6 100,0 6503 166 30 25 20 15 M=Mari F=Femme Graphique 11.3 Utilisation actuelle de la contraception par les matis et les femmes en union Pourcentage 10 5 O Niarney Autres Rural Aucune Primaire villes ou 4- RES[DENCE INSTRUCTION EDSN 1992 11.2.3 Utilisation future et méthodes contraceptives préîérées Lors de l'interview, on a demandé aux matis qui n'utilisaient pas la contraception au moment de l'enquête s'ils avaient l'intention de l'utiliser dans l'avenir (Tableau 11.12). La grande majorité des matis (65 pour cent) ont déclaré ne pas avoir l'intention de pratiquer la contraception. Parmi ceux ayant exprimé l'intention de la pratiquer (28 pour cent), la majorité (24 pour cent par rapport à 28 pour cent) sont des matis n'ayant jamais utilisé la contraception auparavant et sont donc des nouveaux utilisateurs potentiels. On peut noter que même parmi les maris sans enfant vivant, 26 pour cent ont l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir. C'est parmi les matis ayant un ou deux enfants vivants que les proportions d'utilisateurs futurs sont les plus élevées (respectivement 38 et 33 pour cent), puis ces proportions diminuent légèrement avec l'augmentation du nombre d'enfants (28 pour cent à 3 enfants et 25 pour cent à 4 enfants et plus). Par ailleurs, on a demandé aux matis ayant l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir, quelle méthode ils préféreraient utiliser (Graphique 11.4). Comme les femmes, la grande majorité des matis ont l'intention d'utiliser une méthode moderne (83 pour cent), essentiellement la pilule (56 pour cent) et les injections (21 pour cent), le condom n'intervenant que dans 4 pour cent des cas. Par ailleurs, 10 pour cent des matis ont déclaré vouloir utiliser les gtis-gris. Comme les femmes, les utilisateurs futurs de la contraception devraient, du moins en intention, utiliser davantage les méthodes modernes que ne le font les maris qui pratiquent la contraception aujourd'hui. 167 Tableau 11.12 Utilisation future de la contraception Répartition (en %) des maris n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive, par intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, selon le nombre d'enfants vivants et selon l'expérience passée en matière de contraception, EDS Niger 1992 Intention d'utiliser dans le futur Nombre d'enfants vivants 0 1 2 3 4 ou + Ensemble N'a jamais utilisé la contraception Intention d'utiliser 24,6 34,5 27,1 22,3 21,3 24,4 Niest pas sfir d'utiliser 7,1 7,1 9, 6 4,7 5,4 6,3 N a pas l'intention d'utiliser 64,4 53,5 54,0 65,2 65,8 62,2 A déjà utilisé la contraception Intention d'utiliser 1,1 3,1 5,4 5,4 3,8 3,9 Niest pas sfir d'utiliser 1,0 0,0 0,6 0,7 0,6 0,6 N a pas l'intention d'utiliser 1,8 1,8 3,3 1,8 3,0 2,6 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 I00,0 Tous les maris actuellement non-utilisateurs Intention d'utiliser 25,7 37,6 32,6 27,7 25,2 28,3 N[est pas sfir d'utiliser 8,1 7,1 10,2 5,4 6,0 6,9 N a pas l'intentlon d'utiliser 66,2 55,3 57,3 66,9 68,8 64,8 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 10G0 100,0 Effectif de maris 161 194 213 190 707 1465 Graphique 11.4 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future Condom 4 % Injection 21% Pilule 56 % Autres modernes 2% Gris-gris 10 % 'es ~radJtion. 6% EDSN 1992 168 11.2.4 Opinions et attitudes vis-à-vis de la planification familiale Pour mieux connattre les attitudes et opinions des matis en matière de planification familiale, on a cherché à savoir ce qu'ils pensaient de la diffusion d'informations relatives à ce sujet, s'ils approuvaient ou non son utilisation et s'ils en discutaient avec leur femme. D'après le Tableau 11.13, un peu plus des trois quarts des matis (78 pour cent) sont favorables à la diffusion d'informations sur la planification familiale par le biais des média (radio et/ou télévision). Ce sont les matis les plus jeunes qui sont le plus favorables à ce type d'informations (85 pour cent chez les moins de 30 ans), et cette proportion diminue légèrement avec l'åge pour ne plus concerner que 69 pour cent des matis de 50 ans et plus. Par ailleurs, on peut remarquer que, comme les femmes, les matis qui approuvent le plus fréquemment la diffusion d'informations sur la planification familiale sont ceux de Niamey (86 pour cent), ceux de Dosso (94 pour cent) et de Tillab6ri (93 pour cent) et ceux ayant au moins un niveau d'instruction primaire (86 pour cent). Tableau 11.13 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale Pourcentage de matis approuvant la diffusion d'informations sur la planification familiale à la radio ou à la télévision, par earactéristiques socio-démographiques, selon lãge, EDS Niger 1992 Caractéristique < 30 Age du mari Tous les 30-39 40-49 50 ou + åges Milieu de r6sidence Niamey 96,4 90,7 82,9 74,5 85,8 Autres villes 83,7 76,9 79,5 63,6 75,1 Ensemble urbain 87,4 82,5 80,7 66,9 78,8 Rural 84,8 80,8 74,4 69,8 77,3 R~glon Niamey 96,4 90,7 82,9 74,5 85,8 Dosso 100,0 97,6 86,7 90,6 94,2 Maradi 66,0 68,0 57,3 41,3 57,7 Tahoua/Agadez 83~5 71,8 67,0 72,0 72,7 Tillabéri 94,6 92,0 94,0 92,2 93,0 Zinder/Diffa 84,6 78,6 79,0 65,9 76,6 Niveau d'Instruction Aucun 85,1 80,2 74,4 68,8 76,5 Primaire ou plus 85,2 85,5 88,8 94,2 86,4 Ensemble 85,1 81,1 75,4 69,4 77,5 La majorité des matis enquêtés (58 pour cent) ont répondu par l'affirmative ~ la question : "En général, approuvez-vous les couples qui utilisent une mætbode pour éviter la grossesse?" (Tableau 11.14). En outre, pour l'approbation de l'utilisation de la contraception, on peut noter le méme type de vatiations que pour 1'approbation de la diffusion d'informations sur la planification familiale. Les matis de moins de 30 ans (65 pour cent) approuvent davantage l'utilisation de la contraception que ceux de 30 ans et plus et surtout que ceux de 50 ans et plus (50 pour cent). Les matis qui approuvent le plus fréquemment l'utilisation de méthodes contraceptives sont ceux de Niamey (76 pour cent), ceux de Dosso (84 pour cent) et de Tillabéri (75 pour cent) et ceux ayant fréquenté l'école (73 pour cent). 169 Tableau 11.14 Opinion des matis face à la planificauon familiale Pourcentage de matis connaissant une méthode contraceptive et approuvant la planification familiale, par caract6ristiques socio-démographiques selon l'åge. EDS Niger 1992 Age du mari En- Caractéristique < 30 30-39 40-49 50 ou + semble Milieu de r6sldenee Niamey 78.6 78.4 77.1 70.6 76.4 Autres villes 72.1 57.1 64,1 53,2 60.2 Ensemble urbain 74.0 65.7 68.8 58.4 65.9 Rural 64.3 57.9 55.9 49.1 56.5 Région Niamey 78,6 78,4 77,1 70.6 76,4 Dosso 93.3 78.6 89.7 75.6 84.1 Maradi 50.4 47.9 39.7 28.9 41.2 Tahoua/Agadez 56.8 51.4 45.5 54.5 51.7 Tillabéri 67.4 76.9 77. l 75.2 74.9 Zinder/Diffa 60,7 41.7 53.0 34.8 47.0 Niveau d'instruction Aucun 64,0 56,6 56,7 49,6 56,1 Primaire ou plus 71,9 71,8 74,7 84,6 73,0 Ensemble 65.2 59.2 58.0 50,4 57.9 La même question sur l'approbation de la planification familiale ayant été posée aux matis et aux femmes, on a déterminé l'opinion des couples en la matière. Il apparaît au Tableau 11.15 et au Graphique 11.5 que dans 41 pour cent des cas, le mari et la femme approuvent tous les deux l'utilisation de moyens pour éviter une grossesse : cette concordance des points de vue pour approuver l'utilisation de la contraception se retrouve plus fréquemment chez les couples où le mari et la femme ont une faible différence d'åge (49 pour cent pour un écart de 0-4 ans), chez les couples monogames (42 pour cent, contre 38 pour cent chez les polygarnes), chez les couples où le mari et la femme ont le meme nombre d'enfants (44 pour cent contre 38 pour cent quand le nombre d'enfants est différent) et chez les couples où l 'un des deux, ou les deux partenaires ont un certain niveau d'instruction. A l'opposé, pour un peu moins d'un couple sur cinq (18 pour cent), les deux partenaires sont du mSme avis pour désapprouver l'utilisation de la contraception. Enfin, dans un peu plus d'un cas sur trois (37 pour cent) les deux partenaires ne sont pas du même avis, soit le mat'/approuve et la femme d6sapprouve la contraception (17 pour cent), soit c'est la femme qui approuve et le mari qui est contre (20 pour cent). 170 Tableau 11.15 Opinion des couples face à la planification familiale Répartition (en %) des couples selon que le mari et/ou la femme approuvent ou désapprouvent la planification familiale, selo'~ tes e~r actérlsfiques différenfielles du couple, EUS Niger 1992 La femme Le mari Pourcentage Le mari Le mari approuve approuve et de couples Caraet6rîstique et la et la femme et le mari la femme ayant la différentielle femme désap- d~sap- désap- Non m~me du couple approuvent prouvent prouve prouve d6terminé Total opinion Ef~ec- tîf Age du mari/ Age de la femme Négatif 38,3 20.7 19,2 12,2 9,6 100,0 59,0 35 0-4 ans 48,5 19,6 12,2 17,2 2.6 100,0 68,0 216 5-9 ans 42,2 16,9 21,3 15,4 4,3 100,0 59,1 583 10-14 ans 41,8 15,5 18,6 19,4 4.6 100,0 57,3 478 15 ans ou + 35,5 20,5 22.4 17,4 4,1 100,0 56,1 550 Type d'union Monogame 42,4 17,2 18,7 17,6 4,2 100,0 59,6 1169 Polygame 38,0 20,2 21,3 16,4 4,0 100,0 58,2 656 Différent 38,6 3,8 30,9 17,6 9,1 I00,0 42,4 37 Nombre d'enfants Identique 43,9 17,6 I7,9 16,7 3,9 100,0 61,5 Différent 37,9 18,4 21,6 17,6 4,6 100,0 56,3 895 967 Niveau d'instruction Mari et femme: aucun 37,9 20,0 20,3 I7,5 4,3 100,0 57,9 1589 Femme instruite, mari non 57,7 11,2 I5,8 11,3 4,0 100,0 68,9 89 Mari instruit, femme non 51,9 5,9 20,5 20,1 1,6 100,0 57,8 120 Mari et femme instruits 67.8 0,0 13,2 12,0 6,9 100,0 67.8 64 Ensemble 40,8 18,0 19,8 17,2 4.2 100,0 58,8 1862 Graphique 11,5 Opinion des couples face à la planification familiale Couple approuve 41% Couple dêsapprouve 18% ND 4% Femme seule approuve 20% seul approuve 17% EDSN 1992 171 Au cours de l'enquête individuelle, on a demandé aux femmes si, d'après elles, leur mari approuvait ou non la planification familiale, Au Tableau 11.16, figurent la perception par la femme, de l'opinion de son mari et l'opinion réelle du mari. Dans l'ensemble, la femme connatt assez bien l'opinion de son mari : dans 75 pour cent des cas où la femme pense que son mari approuve l'utilisation de la contraception, celui-ci l 'approuve effectivement, et dans 49 pour cent des cas où elle pense qu'il la désapprouve, sa perception de l'opinion de son partenaire est correcte. Cependant il faut remarquer que dans 46 pour cent des cas, le mari approuve la contraception alors que sa femme pense qu'il est conlre. Tableau 11.16 Opinion du mati face à la planification familiale et perception de son opinion par sa femme Répartition (en %) des couples par opinion du mari face à la planification familiale et selon la perception par la femme de l'opinion du maxi, EDS Niger 1992 Perception par Opinion du mari la femme de Effectif l'opinion de Le mari Le mari Le mari ne de son mari approuve désapprouve sait pas Total couples La femme croit que la mari approuve 75,4 22,0 2,6 100,0 623 La femme croit que le mari désapprouve 46,1 48,5 5,4 100,0 558 La femme ne sait pas 52,0 44,0 4, i 100,0 680 Ensemble 58,1 38,0 4,0 100,0 1862 Que ce soit un désaccord dans le couple, ou une perception fausse de l'opinion du conjoint en matière de contraception, ces situations peuvent s'expliquer par un manque de communication entre mari et femme. Ce manque de communication est mis en évidence au Tableau 11.17 où il apparaît que la grande majorit6 des couples nigériens (77 pour cent) n'ont jamais discuté de problèmes de planification familiale, en particulier les couples dans lesquels le mari a 50 ans et plus (82 pour cent). De plus, lorsque les partenaires ont discuté de ce sujet, dans un cas sur deux (12 pour cent par rapport à 23 pour cent), il ne s'agissait que de discussions occasionnelles, à savoir une ou deux fois seulement durant l'année. Tableau 11.17 Discussion de la planification familiale par le couple Répartition (en %) des matis par nombre de fois qu'ils ont discuté de la planification familiale avec leur femme au cours de l'année ayant précédé l'enqu&e, selon l'åge actuel, EDS Niger 1992 Nombre de discussions sur la planification familiale Effectif Groupe Une ou Trois fois Non de d'åges Jamais deux fois ou plus détenniné Total matis <30 75,5 15,4 8,6 0,5 100,0 321 30-39 71,6 13,7 14,4 0,3 100,0 457 40-49 78,1 10,9 11,0 0,0 100,0 392 50 ou ÷ 82,4 9,9 7,6 0,l 100,0 400 Ensemble 76,8 12,4 10.6 0,2 100.0 1570 172 11.3 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE Le Tableau 11.18 fournit la répartition des matis selon qu'ils souhaitent ou non avoir des enfants (supplémentaires) selon le nombre d'enfants qu'ils ont actuellement. Globalement, la très grande majorité des maris souhaitent avoir d'autres enfants (93 pour cent) et seulement 2 pour cent des maris souhaitent limiter leur descendance. Comme on pouvait s'y attendre, les proportions de matis qui veulent d'autres enfants diminuent lég~rement avec le nombre d'enfants qu'ils ont d¢jà, tout en restant sup¢rieures å 92 pour cent tant que le nombre d'enfants vivants est inférieur à six. Cette proportion diminue ensuite chez les maris qui ont déjà six enfants ou plus, mais seulement 5 pour cent de ces maris souhaitent limiter leur descendance. Tableau 11.18 Préférences des matis en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants Répartition (en %) des matis par désir d'enfants supplémentaires, selon le nombre d'enfants vivants, EDS Niger 1992 Nombre d'enfants vivants Ensemble Désir des d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 ou ÷ maris Veut un autre 98,4 99,0 96,1 95,2 96,0 92,3 84,2 93,0 Indécis 0,0 1,0 1,7 2,9 1,7 2,7 5,8 2,8 Ne veut plus d'enfant 0,8 0,0 0,9 0,6 1,3 2,4 4,9 2,0 Femme/mari stérile 0,8 0,0 1,4 1,3 1,0 2,6 5,2 2,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 104),0 100,0 Effectif de maris 166 202 229 202 193 149 430 1570 Le Tableau 11.19 présente le même type d'information au niveau du couple. Seulement 1 pour cent des couples souhaitent limiter la taille de leur famille, et la grande majorité (77 pour cent) désirent encore des enfants. Dans environ 8 pour cent des cas, le mari et la femme sont en désaccord, le plus souvent, il s'agit du mari qui souhaite encore des enfants alors que la femme désire en limiter le nombre. Avec l'augmentation Tableau 11.19 Préférences des couples en matière de fécondité Répartition (en %) des couples selon que le mari et/ou la femme veulent ou non des enfants supplémentaires, selon le nombre d'enfants vivants du mari et de la femme, EDS Niger 1992 Mari Mari Mari Femme Mari et et femme veut, veut, veut, femme ne Mari Nombre veulent femme femme mari ne veulent plus et/ou d'enfants d'autres est ne veut vcut d'autres femme vivants enfants stérile pas pas enfants NSP Autres Total Effectif Nombre d'enfants du marl 0 95,7 0,9 0,9 0,9 0,0 0,0 1,7 I00,0 166 1-3 86,1 1,6 4,6 0,0 0,5 0,4 6,8 100,0 666 4-6 78,3 2,9 6,9 0,6 1,5 0,2 9,5 100,0 574 7-9 63,0 3,7 15,3 1,8 0,9 1,5 13,9 100,0 258 10ou+ 42,1 5,5 16,7 3,1 2,2 1,0 29,5 100,0 198 Nombre d'enfants de la femme 0 94,7 0,8 1,2 0,6 0,2 0,0 2,5 100,0 240 1-3 85,0 2,7 3,9 0,6 0,6 0,5 6,7 100,0 928 4-6 65,5 2,5 10,5 1,5 1,3 0,8 17,9 100,0 541 7 ou + 37,4 6,0 31,4 0,3 3,2 1,0 20,5 100,0 153 Ensemble 76,7 2,7 7,7 0,8 1,0 0,5 10,6 100,0 1862 173 du nombre d'enfants vivants, que ce soit ceux du mari ou ceux de la femme, les proportions de couples désirant encore des enfants diminuent au profit des couples désirant limiter leur descendance, mais aussi et surtout au profit des couples qui sont en désaccord sur les enfants supplémentaires à avoir. Ainsi, lorsque le mari a déjà dix enfants ou plus, 42 pour cent des couples veulent d'autres enfants, 2 pour cent n'en veulent plus, mais dans 17 pour cent des cas, le couple est en désaccord parce la femme veut limiter le nombre d'enfants alors que le mari ne le souhaite pas. De meme, lorsque la femme a déjà sept enfants vivants ou plus, pres d'un tiers des couples (31 pour cent) sont en désaccord parce que la femme veut limiter sa descendance et que le mati ne le veut pas. Pour eonnaRre les pr6férences des matis en matière de fécondité on leur a demandé, comme à leurs femmes, quel était le nombre total d'enfants qu'ils souhaiteraient (ou qu'ils auraient souhaitæ) avoir, en tout, durant leur vie. D'après le Tableau 11.20, les maris nigétiens sont favorables à une famille très nombreuse puisque leur nombre idéal d'enfants est, en moyenne, de 12,6 soit plus de 4 enfants de plus que le nombre idéal moyen déclaré par les femmes en union (8,5). Comme chez les femmes, on peut constater un lien entoe la taille actuelle et la taille idéale de la famille qui passe de 9,3 enfants, en moyenne, chez les matis sans enfant à 13,3 chez ceux qui ont déjà 5 enfants et à 17,0 chez ceux qui ont déjà 6 enfants ou plus. Tableau l 1.20 Nombre idéal d'enfants Répartidon (en %) des matis par nombre idéal d'enfants et nombre idéal moyen d'enfants selon le nombre d'enfants vivants, EDS Niger 1992 Nombre idéal d'enfants Nombre d'enfants vivants 0 1 2 3 4 5 6ou+ Ensemble des maris 1 0,0 0,0 0,0 2 1,1 0,6 0,6 3 2,6 2,8 0,6 4 5,1 4,3 4,8 5 15,9 9,5 6,6 6ou+ 57,8 70,1 72,9 Réponsesnon-numéfiques 17,6 12,6 14,6 Total 100,0 100,0 100,0 Effectif de matis 166 202 229 Nombre idéal moyen 9,3 10,6 10,5 Effectif de matis avec réponses numériques 137 177 195 0,0 0,7 0,0 0,0 0,1 0,8 0,7 0,3 0,2 0,5 2,2 0,0 0,0 0,2 1,1 1,9 0,8 0,4 0.4 2,3 5,6 2,0 2,7 0,3 5,2 72,6 75,0 76,7 69,1 70,5 16,9 20,9 19,8 29,8 20,4 100,0 100,0 100.0 100,0 100,0 202 193 149 430 1570 11,3 13,0 13,3 17,0 12,6 167 152 120 301 1249 174 Au Tableau 11.21 figure le nombre idéal d'enfants selon les caractéristiques socio-démographiques du mati. On constate tout d'abord que la taille idéale de la famille présente de fortes variations selon l 'åge du mati, passant de 10,7 enfants, en moyenne, chez les matis de moins de 30 ans à 14,5 enfants chez ceux ågés de 50 ans et plus. Ces variations, déjà observées chez les femmes, ne signifient peut-être pas seulement qu'en vieillissant les matis souhaitent de plus en plus d'enfants, mais elles sont peut-être aussi le signe d'une diminution du nombre idéal d'enfants des générations les plus anciennes aux plus récentes, et donc le signe d'une amorce possible de baisse de la fécondité. Tableau 11.21 Nombre idéal d'enfants pour les maris par caractéristiques socio- démographiques Nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des maris par caractéristiques socio- démographiques selon l'åge, EDS Niger 1992 Age du mari En- Caractéristique < 30 30-39 40-49 50 ou + semble Milieu de résidence Niamey 7.0 8,5 12,1 16,4 11.0 Autres villes 9,9 10,8 13,5 15,4 12,5 Ensemble urbain 9,1 9,9 12,9 15,7 11,9 Rural 10,8 12,0 14,0 14,3 12,8 Région Niamey 7,0 8,5 12,1 16,4 11,0 Dosso 12,3 14,1 14,3 16,2 14,2 Maradi 11,5 11,8 14,9 13,1 12,8 Tahoua/Agadez 10,6 12,5 17,0 15,0 13,8 Tillabéri 10,4 12,0 13,3 16,5 12,9 Zinder/Diffa 9,6 9,8 11,8 12,8 11,1 Niveau d'instruction Aucun 10,9 12,1 14,3 14,5 13,0 Primaire ou plus 9,4 9,5 8,3 14,7 9,5 Ensemble 10,7 11,6 13,8 14,5 12,6 Par ailleurs, on constate des variations très importantes de la taille idéale selon le milieu de résidence, la région et le niveau d'instruction : ces variations suivent à peu pr~s les mêmes tendances que chez les femmes (Graphique 11.6). Concemant le milieu de résidence, les maris du milieu rural (12,8 enfants, en moyenne) et ceux des "autres villes" (12,5 enfants) ont pour idéal un nombre d'enfants plus élevé que ceux de Niamey (11,0 enfants). Au niveau régional, la taille moyenne varie de 11,1 enfants à Zinder/Diffa à 14,2 å Dosso. Du point de vue de l'instruction, pour les maris n'ayant pas fréquenté l'école, le nombre idéal d'enfants est près de 50 pour cent supérieur à celui des maris ayant au moins le niveau primaire (13,0 contre 9,5). Il faut enfin souligner que, quelle que soit la caractéristique envisagée, les nombres moyens d'enfants sont très peu différents chez les maris les plus âgés; c'est surtout parmi les maris de 30-39 ans et surtout parmi ceux de moins de 30 ans que les nombres moyens présentent les plus fortes variations. 175 REStDENCE Niamey Autres viJles Rural Graphique 11.6 Nombre idéal d'enfants pour les maris et les femmes REGION l . _ Dosso Maradi F~'i "~ . Tahoua/Agadez ~ . Zinder/Diffa I',~,~,,,~~~ Primaire ou + ~ 0 2 4 6 8 10 12 14 16 Nombre d'enfants EDSN 1992 Au niveau du couple, il apparaît au Tableau 11.22 que, dans la majorité des cas (65 pour cent) le mari a pour idéal un nombre d'enfants plus élev6 que celui de sa femme : dans seulement 11 pour cent des cas, le mari et la femme ont donné pour réponse la même taille idéale de la famille, et dans 24 pour cent des cas, la femme a pour idéal un nombre d'enfants supérieur à celui du mari. Les couples dans lesquels le mari souhaite plus d'enfants que sa femme se rencontrent plus fréquemment quand le mari est beaucoup plus âgé que sa femme (71 pour cent quand le mari a 15 ans de plus), quand il s'agit d'une union polygame (75 pour cent) et quand le nombre d'enfants du mari est diffdrent de celui de la femme (73 pour cent). Du point de vue du niveau d'instruction, c'est chez les couples où le mari est sans instruction et que la femme est instruite que les cas où le mari souhaite plus d'enfants que la femme sont les plus fréquents (72 pour cent). 176 Tableau 11.22 Nombre idéal d'enfants pour les couples par caractéfistiques différentielles Répartition (en %) des couples selon que le mari et/ou la femme ont, ou non, pour idéal le m~:me nombre d'enfants selon les caractéristiques différentielles du couple, EDS Niger 1992 Nombre idéal Idéal pour Idéal pour Caractéristique identique le mari la femme différentielle pour le mari > idéal > idéal du couple et la femme pour la femme pour le mari Total Effectif Age du marl/Age de la femme Négatif 4,1 69,6 26,3 100,0 20 0~. ans 22,1 54,9 23,0 1{30,0 159 5-9 ans 12,7 64,0 23,3 100,0 420 10-14 ans 9,6 63,8 26,6 100,0 323 15 ans ou + 6,9 71,4 21,6 100,0 345 Type d'union Monogame 13,4 60,1 26,5 100,0 858 Polygame 7,2 75,0 17,8 100,0 410 Nombre d'en fanL~ Identique 14,2 57,5 28,4 100,0 659 Différent 8,4 73,0 18,6 100,0 608 Niveau d'instruction Mari et femme: aucun 10.4 65,5 24,1 100,0 1071 Femme instruite, mari non 9,6 71,8 18,6 100,0 66 Mari instruit., femme non 22,2 57,2 20,6 100,0 82 Mari et femme instruits 17,5 56,1 26,4 100,0 50 Ensemble 11,4 64,9 23,7 100,0 1268 Note: 11 s'agit uniquement des couples dans lesquels le mari et la femme ont donné une réponse numénque concemant le nombre idéal d'enfants. 177 CHAPITRE 12 DISPONIBILITE DES SERVICES COMMUNAUTAIRES Dans le cadre de I'EDSN, en plus de l'enquête mênage et des enquêtes individuelles femme et mari, il a été décidé de mener une enquête communautaire dans chacune des 235 grappes sélectionnées, et portant sur l'existence d'infrastructures socio-économiques et sur la disponibilité de services de santé maternelle et infantile et de planning familial. Les informations recueillies, en fournissant une description des infrastructures sanitaires dont disposent les populations enquêtées, permettent de mieux comprendre la situation démographique et sanitaire du Niger décrite dans les chapitres précédents. L'enquête communautaire consistait à interroger un groupe d'hommes et de femmes bien inform6s sur leur communauté, comme les autorités administratives et traditionnelles, les instituteur(trice)s, infirmier(e)s, sage-femmes, matrones, etc. Au cours de l'interview de ce groupe de personnes, pour chaque service communautaire retenu, l'enquêteur tentait d'identifier et de localiser le service le plus proche du lieu d'enquête, d'obtenir une estimation de la distance à parcourir et de la durée du trajet nécessaire pour l'atteindre et, pour les formations sanitaires, l'enquêteur cherchait à savoir quel type de services y étaient offerts. Par contre, I'EDSN n'a pas recueilli d'informations sur le fonctionnement de ces formations sanitaires, ni sur leur équipement, ni sur la qualité des prestations offertes : par conséquent, le terme disponibilité utilisé ici fait davantage référence à l'existence de formations sanitaires dans les localités enquêtées, ou à leur proximité, qu'à la disponibilité effective de services de santé. Bien que l'enquête communautaire ait été réalisée au niveau de chaque grappe de l'échantillon, les données présent~es ici ne se réferent pas directement aux 235 grappes. Elles sont analysées du point de vue de la population des femmes en union, enquêtées, qui sont considérées comme étant les premières utilisatrices des services de planning familial et des services de santé matemene et infantile. Les femmes ont ainsi été rattachées aux grappes dans lesquelles elles avaient ét~ enquêtées. 12.1 CARACTERIST IQUES DES LOCAL ITES RURALES Un certain nombre d'informations spécifiques ont été recueillies dans les grappes situées en milieu rural dans le but d'estimer le niveau "d'isolement" de certaines populations. Il s'agit du type d'habitat, des voies d'accès à la localité, de la distance par rapport à la ville I la plus proche, des moyens de transport en commun habituellement utilisés. Ces données sont présent~es au Tableau 12.1 par rapport aux femmes en union vivant dans ces localités. En milieu rural, 50 pour cent des femmes en union vivent dans des villages à habitat dense, 39 pour cent vivent dans des villages à habitat dispersé et 3 pour cent habitent d'autres types de localité, essentiellement des hameaux situés le long des pistes ou des routes. Seulement 14 pour cent des femmes du milieu rural vivent dans des villages accessibles par des routes goudronnées; pour la grande majorité d'entre elles (75 pour cent), leur village n'est accessible que par des pistes (49 pour cent) ou des latérites (26 pour cent). Une proportion importante de femmes (46 pour cent) vivent dans des localités relativement éloignées de la ville la plus proche (plus de 30 kilomètres), 22 pour cent vivent å une distance comprise entre 15 et 29 kilomètres du centre urbain le plus proche et 23 pour cent à moins de 15 kilomètres. Pour se rendre au centre urbain le plus proche, près d'une femme sur deux (49 pour cent) ne dispose d'aucun moyen de transport en 1 Selon la définition du RGP de 1988 (BCR, 1992). 179 commun et lorsqu'il en existe un, il s'agit principalement du taxi-brousse (34 pour cent), de l'autobus (9 pour cent), des charrettes (5 pour cent) et des camions/camionnettes (4 pour cent). Dans l'ensemble, il apparai't donc qu'une proportion importante des femmes rurales nigériennes vivent dans des localités relativement isolées du fait, à la fois, de la distance qui les sépare de la ville la plus proche, du type de voie d'accès desservant la localité et du manque de moyen de transport. 12.2 SERVICES ~OCIO-ECONOMIQUES Le Tableau 12.2 présente la répartition de l'en- semble des femmes actuellement en union par distance à parcourir pour atteindre différents services socio-écono- miques, à savoir une école primaire, une école secondai re ou technique 1'* cycle, une école secondaire ou technique 2 ~d cycle, un marché quotidien, un marché hebdomadaire, une boutique et un service régulier de transport en commun. De manière générale, 78 pour cent des femmes en union vivent à moins de 5 kilomètres d'une école primaire; en milieu rural, elles sont 74 pour cent à habiter à proximité d'une école primaire, 22 pour cent des femmes vivent entre 5 et 14 kilomètres et seulement 4 pour cent vivent à 15 kilo- mètres et plus de ce genre d'établissement. Les écoles secnn- claires ou techniques 1'r et 2 nd cycles étant généralement installées dans les centres urbains, la moitié des femmes du milieu rural doivent parcourir une distance de 30 kilomètres et plus (distance médiane) pour atteindre une école du I u cycle et une distance de 87 kilomètres pour atteindre une école secondaire 2 nd cycle. Dans l'ensemble, plus du tiers des femmes en union (36 pour cent) vivent éloignées (plus de 15 kilomètres) de localités ot'l se tiennent des marcbés quotidiens, il s'agit essentiellement de femmes du milieu rural (42 pour cent); pour ces demières, la distance médiane s'établit à 14 kilo- mètres. Cependant, plus de quatre femmes sur dix en milieu rural (44 pour cent) vivent à moins de 5 kilomètres d'un Tableau 12.1 Caractéristiques des communautés rurales Répartition (en %) des femmes rurales actuelle- ment en union selon les earactéristiques de leur communauté, EDS Niger 1992 Caractéristique des communautés Pourcentage Type d'habitat Dense 49,8 Dispersé 38,6 Autre 3,1 Non déterminé 8,5 Vole d'accès Route goudronnée 14,2 Latérite 26,2 Piste 48,5 Voie d'eau 1,4 Sentier 1,0 Non déterminé 8,7 Distance de la ville la plus proche <5 km 1,0 5-14 km 21,8 15-29 km 22,5 30 km ou + 46,1 Non déterafiné g,6 Principal moyen de transport en commun 1 Autobus 8,8 Taxi-brousse 33,9 Taxi 1,8 Camion/Camionnette 3,7 Charette 4,9 Pirogue 1,4 Aucun 49,3 Total 100,0 Effectif de femmes 4770 l ies réponses multiples étant admises, la somme des pourcentages est supérieure à 100. marché hebdomadaire. Par ailleurs, une femme du milieu rural sur trois (32 pour cent) habite à 15 kilomètres et plus d'une boutique : la distance médiane pour atteindre une boutique est d'environ 8 kilomètres en milieu rural. Enfin, si la grande majorité des femmes du milieu urbain (92 pour cent) vivent à moins de 5 kilomètres d'un service régulier de transport en commun, en milieu rural, seulement 27 pour cent des femmes en union vivent ~ proximité de ce type de service et la moitié des femmes rurales ont à parcourir un minimum de 9 kilomètres pour atteindre un moyen de transport en commun régulier. 180 Tableau 12.2 Distance par rapport aux services socio-6conomiques R6parti6on (en %) des femmes actuellement en union selon la distance par rapport aux services socio-économiques et distance médiane pa~ service selon le nålieu de résidence, EDS Niger 1992 Service Distance (en k~lomètres) Effectif Distance socio- Milieu de de mddiane 6eonomique r6sidence 0 å 4 a 5 å 14 15 à 29 30 ou + ND Total femmes (en km) Ecole Niamey 97,7 0,0 0,0 0,0 2,3 100,0 271 0,6 primaire Autres villes 99,0 1,0 0.0 0.0 0,0 100,0 520 0,6 Ensemble urbain 98,6 0,6 0,0 0,0 0,8 100,0 791 0,6 Rural 74,1 21,5 2,3 2,1 0,0 100.0 4770 1.0 Ensemble 77,6 18,6 1.9 1.8 0.1 100.0 5561 0,9 Ecole Niamey 85,7 9,3 2,7 0,0 2,3 100,0 271 1,1 secondaire/ Autres villes 96,1 3,9 0,0 0,0 0,0 100,0 520 0,9 Technique Ensemble urbain 92,5 5,8 0,9 0,0 0,8 1130,0 791 0,9 1 er cycle Rural 8,3 17,8 22,4 50,8 0,7 100,0 4770 30,2 Ensemble 20,3 16,1 19,4 43,6 0,7 100,0 5561 25,6 Ecole Niamey 55,8 26,0 16,0 0,0 2,3 100,0 271 1,9 secondaire/ Autres villes 45,4 6,0 2,5 46,1 0,0 100,0 520 8,5 Technique Ensemble urbain 49,0 12,8 7,1 30,3 0,8 100,0 791 5,1 2 nd cycle Rural 9,2 5,2 6,6 78,5 0,7 100,0 4770 86,6 Ensemble 14,8 6,2 6,6 71,6 0,7 100,0 5561 80,9 Marché Niamey 86,8 8,2 2,7 0,0 2,3 100,0 271 0,7 journalier Autres villes 92,4 4,1 0,0 2,4 1,1 100.0 520 0,6 Ensemble urbain 90,5 5,5 0,9 1,6 1.5 100,0 791 0,6 Rural 30,9 14,1 13,1 29,0 12,9 100,0 4770 13,9 Ensemble 39,4 12,9 11.4 25,1 11,3 100,0 5561 7,6 March6 Autres villes 92,3 5,7 0.0 2,0 0,0 100,0 520 0,8 hebdomadaire Rural 44,3 45,8 9,3 0.6 0.0 100,0 4770 6,0 Boutique Niamey 92,6 2,4 2.7 0,0 2,3 100,0 271 0,5 Aulres villes 98,0 2,0 0,0 0,0 0,0 100,0 520 0,5 Ensemble urbain 96,2 2,1 0,9 0,0 0,8 100.0 791 0,5 Rural 39.5 27,7 17.3 14.3 1.2 100.0 4770 7,5 E~semble 47,5 24,0 15.0 12.3 1,1 100.0 5561 5.6 Service Niamey 85,1 9,9 2,7 0.0 2,3 100,0 271 0,6 régulier de Autres villes 95,9 4,1 0,0 0,0 0.0 100,0 520 0,8 transport en Ensemble mbain 92,2 6,1 0,9 0.0 0,8 100,õ 791 0,8 commun Rural 26.7 38,8 14,6 15.9 3.9 100,0 4770 9,0 Ensemble 36,1 34,2 12,7 13,7 3,4 100,0 5561 7,6 ay compris les services qui sont "sur place" 181 Au Tableau 12.3 figure la répartition des femmes en union selon le moyen de transport le plus utilisé pour atteindre les différents services socio-économiques. Les données concernent uniquement les femmes pour lesquelles le service en question ne se trouve pas "sur place." Dans 1'ensemble, lorsque les services sont à proximité, les femmes se déplacent le plus souvent à pied, et en véhicule à moteur lorsque les services sont éloignés. Cependant, en milieu rural, on peut remarquer que malgré l'éloignement des infrastructures, les femmes se déplacent souvent à pied. Par exemple, dans le cas des marchés quotidiens, bien qu'ils se trouvent å une distance de 15 kilomètres et plus pour 42 pour cent des femmes rurales, et que la distance médiane soit de 14 kilomètres, 40 pour cent des femmes s'y rendent ~t pied. De même, pour les boutiques situées å 15 kilomètres et plus pour 32 pour cent des femmes du milieu rural, et à une distance médiane de 8 kilomb.tres, 74 pour cent des femmes s'y rendent à pied. Tableau 12.3 P~.6nc~pai moyen de transport Réparation (en %) des femmes actuellement en umon par moyen de transport principal unhsé pour atteindre chaque service socio-6conomique selon le milieu de résidence, EDS Niger 1992 Moyens de transport Service Effectif soòo- Miheu de Véhicule Dos de 6conormque résidence å moteur Vélo d'animal A pied Autre ND Total femmes Eco~e Nlamey 0.0 0,0 0,0 80,6 0,0 19,4 100,0 32 primaire Autres villes O,õ 0.0 0,0 100,0 0,0 0,0 100,0 94 Ensemble urbain 0,0 0,0 0,0 95,1 0.0 4,9 100,0 125 Rural 3.5 1,4 0,2 93,6 1,3 0,0 100,0 2387 Ensemble 3,3 1,3 0,2 93,7 1,2 0,2 100,0 2512 Ecole Niamey 9,5 0.0 0,0 86,5 0,0 4.0 100,0 153 secondaire/ Autres villes 0,0 0,0 0,0 100,0 0,0 0,0 100,0 230 Technique Ensemble ttrbain 3,8 0,0 0.0 94.6 0.0 1,6 100.0 382 I er cycle Rural 54.8 0,0 3.1 36,3 1,8 3,9 100,0 4409 Ensemble 50,7 0,0 2,9 41,0 1,7 3,7 100,0 4792 Ecole Niamey 43.4 0,0 0,0 46,2 0,0 10.5 100,0 194 secondaire/ Autres villes 59,0 0,0 0,0 41,0 0,0 0,0 100,0 428 Technique Ensemble urbain 54,1 0,0 0.0 42.6 0,0 3,3 100.0 623 2 nd cycle Rural 84,8 0.8 0,5 10,9 0,0 3,0 100,0 4333 Ensemble 81.0 0,7 0,4 14,8 0,0 3.1 100,0 4956 Marché Niamey 17,8 0.0 0,0 75,1 0,0 7,1 100.0 87 Journalier Autres villes 12,0 0,0 0,0 84,1 0,0 4,0 100,0 141 Ensemble ttrbtun 14.2 0,0 0,0 80,6 0.0 5.2 100,0 228 Rural 37,9 0,3 1,8 39,7 1,5 18,8 100,0 3414 Ensemble 36.4 0,3 1,7 42,2 1,4 18.0 100,0 3642 Marché Autres villes 7,6 0.0 0,0 92.4 0.0 0,0 100,0 196 hebdomadaire Rural 4,1 1.4 2,1 84,1 4,2 4,1 100.0 3609 Boutique Niamey 0.0 0,0 0,0 78,9 0,0 21.1 100,0 29 Autres villes 0,0 0,0 0,0 100,0 0,0 0,0 100,0 31 Ensemble urbain 0,0 0,O 0.0 89,7 0,0 10,3 100,0 60 Rural 16,6 1,0 3,1 74,2 2,4 2,7 1130,0 3277 Ensemble 16,3 1,0 3,1 74,5 2,3 2,8 100,0 3337 Service Niamey 38,5 0,0 0,0 53,4 0,0 8,1 100,0 76 régulier de Autres villes 7,0 0,0 0,0 93,0 0,0 O,0 100,0 212 transport en Ensemble urbain 15,3 0,0 0,0 82,6 0,0 2,1 100,0 288 commun Rural 17.3 0,9 3,0 69,5 3,3 6,0 100,0 3922 Ensemble 17,2 0,8 2,8 70,4 3,1 5,7 100,0 4210 Note: Le tableau concerne uniquement les femmes pour lesquelles le service ne se trouve pas "sur place." 182 Le Tableau 12.4 présente la répartition de l'ensemble des femmes actuellement en union selon le temps nécessaire pour atteindre les différents services socio-économiques, en utilisant le moyen de transport le plus courant. On retrouve ici des différences du m~me type que pour les distances. Globalement, en milieu urbain, le temps nécessaire pour atteindre les différents services est très limité (médiane de moins de 5 minutes), sauf dans le cas des écoles secondaires ou techniques du 2 ~ cycle, en nombre 1irait~, pour lesquelles le temps médian est de 30 minutes. En milieu rural, par contre, compte tenu de la dispersion de la population et, parfois, de l'insuffisance de certains services, les habitants des villages mettent beaucoup plus de temps pour les atteindre que ceux des villes. Ainsi, pour atteindre les écoles secondalres, le temps médian est voisin de 2 heures (120 minutes), et il est voisin de 1 heure (60 minutes) pour atteindre les marchés, les boutiques et les services réguliers de transport en commun. C'est seulement dans le cas des écoles primaires que la durée de trajet est relativement courte en milieu rural (médiane de 6 minutes), m8me si 18 pour cent des femmes mettent plus d'une heure pour les atteindre. Tableau 12.4 Temps de traiet pour atteindre les services socio-économiques Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon le temps de trajet nécessaire pour atteindre les services soeio-éeonomiques et temps médian par service spé¢ifique selon le milieu de résidence, EDS Niger 1992 Service Temps (en minutes) Effectif Temps socio- Milieu de de médian économique résidence 0 ~t 15 a 16 ît 30 31 i 60 61 ou + ND Total femmes (en mm) Ecole Niamey 97.7 0,0 0,0 0,0 2,3 100,0 271 0,6 primaire Autres villes 88,4 8,3 3.3 0,0 0,0 100,0 520 0,6 Ensemble urbain 91,6 5,4 2,2 0,0 0,8 100,0 791 0,6 Rural 53,0 10,9 18,4 17,7 0,0 100,0 4770 6,0 Ensemble 58,5 10,1 16,1 15.2 0,1 100,0 5561 0,9 E¢ole Niamey 68,5 19,2 7,4 2,7 2,3 100,0 271 5,4 seoendalre/ Autres villes 72,7 19,0 7,3 1,0 0,0 100,0 520 0,9 Technique Ensemble urbain 71,3 19,1 7,3 1,6 0,8 100,0 791 1,0 t er cycle Rural 12,5 8,1 14,7 63,0 1,7 100,0 4770 120,1 Ensemble 20,8 9,6 13,7 54,3 1,6 100,0 5561 90,6 Eeole Niamey 68,0 12,4 7,3 4,9 7,5 100,0 271 10,3 secondaire/ Aunes villes 29,0 13,8 26,7 30,5 0,0 100,0 520 50,3 Teçhnlque Ensemble urbain 42,3 13,3 20,0 21,7 2,6 100,0 791 30,0 2 n« cycle Rural 9,2 3.3 12,5 73,6 1,4 100.0 4770 120,2 Ensemble 13,9 4,8 13,6 66,2 1,6 100.0 5561 120.2 Marché Niamey 87,4 0,0 7,6 2,7 2,3 100,0 271 0,7 Journalier Autres villes 86,7 4,7 4,1 3,3 1,1 100,0 520 0,7 Ensemble urbain 86.9 3,1 5,3 3,1 1,5 100,0 791 0,7 Rural 32,0 5,8 10,5 38,9 12,9 100,0 4770 60,5 Ensemble 39,8 5,4 9,8 33,8 11,3 I00,0 5561 30,7 Marché Aunes villes 77,0 13.5 6,5 3,0 0,0 100,0 520 0,8 hebdomadaire Rural 27,6 8,1 24,6 38,7 1,1 100,0 4770 60,3 Boutique Niamey 90,1 0,0 4,9 2.7 2,3 100,0 271 0,5 Autres villes 96,1 2,0 1,0 1,0 0,0 100,0 520 0,5 Ensemble urbain 94,0 1,3 2,3 1,6 0,8 100,0 791 0,5 Rural 33,9 7,6 16.1 39,9 2,5 100,0 4770 60.1 Ensemble 42,5 6,7 14,1 34,4 2,2 100,0 5561 30,9 Service Niamey 88,3 4,3 2,4 2,7 2,3 100.0 271 0,7 régulier de Autres villes 71,2 24,6 3.2 1.0 0.0 100.0 520 0,S transport en Ensemble urbain 77,1 17,7 2,9 1,6 0,8 100,0 791 0,8 commun Rural 18,5 9,9 21,0 46,7 3,9 100,0 4770 60,9 Ensemble 26,8 11,0 18,4 40,3 3,4 100,0 5561 60,4 ay compris les services qui sont "sur place," pour lesquels le temps est supposé ~gai å 0 183 12.3 FORMATIONS SANITA IRES L'objectif principal de l'enquête était de collecter des informations sur la disponibilité des formations sanitaires et sur le type de services offerts. Les données présent~es ici portent sur les neuf catégories de formations sanitaires suivantes : h6pital public, h6pital privê ou clinique, centre de protection maternelle et infantile (PMI), centre médical public, dispensaire public, maternité, cabinet de médecin privé ou dispensaire privé, pharmacie et dêp6t pharmaceutique. Cette liste ne correspond peut-être pas å la nomenclature officielle des formations sanitaires, mais elle répondait au souci de faciliter la collecte des données sur le terrain par l'utilisation des appellations habituellement employées et connues des populations. Il convient toutefois de noter qu'en ce qui concerne les maternités, bien qu'elles aient été considérées dans le cadre de cette enquête comme des formations sanitaires publiques spécifiques, il en existe également en tant que service dans des hõpitaux publics et privés ou comme formation sanitaire privée. 12.3.1 Disponibilité des formations sanitaires Au cours de I'EDSN, pour chaque catégorie de formation sanitaire, on a demandé au groupe de personnes interrogées où se trouvait la formation la plus proche, la distance ~ parcourir pour s'y rendre, le moyen de transport le plus utilisé et le temps requis pour l'atteindre. Le Tableau 12.5 donne la répartition des femmes actuellement en union par distance à parcourir pour se rendre à chaque formation sanitaire spécifique la plus proche, et le Tableau 12.6 présente le même type de données selon le temps nécessaire pour atteindre cette formation. Il ressort du Tableau 12.5 qu'en milieu urbain, et plus particulièrement à Niamey, la grande majorité des femmes vivent à moins de 15 kilomètres de chaque type de formation sanitaire, la distance médiane variant de moins de 1 kilomètre pour les PMI à un maximum de 8 kilomètres pour les h6pitaux publics. Cependant, dans le cas des h6pitaux privés ou cliniques, la grande majorité des femmes des "autres villes" (69 pour cent) en sont très éloignées (30 kilomètres et plus), le distance médiane étant de 97 kilomètres. Du point de vue du temps requis pour atteindre les différentes formations sanitaires OEableau 12,6), pour les femmes urbaines, la médiane ne dépasse un quart d'heure que dans le cas des h6pitaux publics (31 minutes) et des hõpitaux priv6s ou cliniques pour lesquels la durée médiane est de 110 minutes. En milieu rural, comme on devait s'y attendre, la majorité des femmes en union sont éloignées des services de santé (Tableau 12.5) : plus de 80 pour cent d'entre elles vivent å 30 kilomètres et plus d'un hõpital qu'il soit public ou privé. Les distances médianes varient de 12 kilomètres pour les dispensaires publics qui sont des infrastructures sanitaires assez répandues en milieu rural à 97 kilomètres pour les cabinets de médecin privé et les h6pitaux (privé ou public). En ce qui concerne la durée du trajet nécessaire aux femmes du milieu rural pour atteindre les formations sanitaires (Tableau 12.6), le temps médian, pratiquement invariable, est voisin de 2 heures (110 minutes) quelle que soit la formation sanitaire. Ainsi, pour les femmes du milieu rural, l'éloignement des infrastructures sanitaires, combiné à la rareté des moyens de transport en commun et à la difficulté des voies de communication, constituent un ensemble de facteurs limitant leur accès aux services de santé maternelle et infantile et aux services de planning familial. 184 Tableau 12.5 Distance par rapport aux formations sanitaires R6partition (en %) des femmes actuellement en union selon la distance par rapport aux formations sanitaires et distance m6diane par formation spécifique selon le rrulieu de r6sldence. EDS Niger 1992 Distance (en kilomètres) Effectif Distan ac~ Formation Milieu de de m6diane ° sanitaire résidence 0 à 4 a 5 å 14 15 à 29 30 ou + ND Total femmes (en km) H6pltal Niamey 26,7 40,5 30,6 0,0 2,3 100,0 271 8,4 public Autres villes 43,0 9,7 2,5 44,9 0.0 100,0 520 8,5 Ensemble urbain 37,4 20,2 12.1 29,5 0,8 100,0 791 8,5 Rural 0,7 4,9 7,4 81,8 5,2 100,0 4770 97,1 Ensemble 6,0 7,0 8,0 74,4 4,6 lOO,0 5561 97.1 HOpltal prlv6/ Niamey 48,0 27,1 9,6 5,8 9,4 100,0 271 4,1 Clinique Autres villes 4,5 1,1 0,0 69,3 25,1 100,0 520 97,4 Ensemble urbain 19,4 10,0 3,3 47,5 19,7 lO0,O 791 97,0 Rural 0,9 1,2 2,Õ 80,0 15,9 100,0 4770 97.4 Ensemble 3,6 2,5 2,2 75,4 16,4 100,0 5561 97,3 PMI Niamey 86.5 8,5 2,7 0,0 2.3 100,0 271 1,3 Autres villes 84,4 2,0 0,0 4,7 8,9 100,0 520 0,9 Ensemble urbain 85,2 4,2 0,9 3,1 6,6 1130,0 791 0,9 Rural 4,8 20,5 22,1 39,2 13,4 100,0 4770 26,0 Ensemble 16,2 18,1 19,1 34,1 12,4 100,0 5561 23,7 Centre Niamey 45,0 36,1 15,1 0,0 3,8 100,0 271 5,4 mOii¢al Autres villes 70,0 2,2 13,2 6,2 8,4 100,0 520 1,0 public Ensemble urbain 61,5 13,8 13,9 4,1 6,8 100,0 791 3,2 Rural 2,9 15,6 22,9 51,7 6,9 100,0 4770 30,8 Ensemble 11,3 15,3 21,6 44,9 6,9 100,0 5561 28,1 Dispensaire Niamey 46,3 31,4 17,7 0,0 4,5 100,0 271 5,2 public Autres villes 43,0 3,2 18,4 9,1 26,3 100,0 520 3,3 Ensemble urbain 44,1 12,9 18,2 6,0 18.8 100,0 791 3.8 Rural 15,1 39,9 26,7 13,0 5,3 100,0 4770 11,7 Ensemble 19,2 36,0 25,5 12,0 7,3 100,0 5561 11,4 Maternll6 Niamey 48,0 41,8 8,0 0,0 2,3 100,0 271 5,1 Autres villes 80,1 2,0 0,0 4,7 13,2 100,0 520 1,1 Ensemble urbain 69,1 15,6 2,7 3,1 9,5 100,0 791 2,1 Rural 5,4 17,1 22,7 40,3 14,5 100,0 4770 27,3 Ensemble 14,4 16,9 19,8 35,0 13,8 100,0 5561 22,5 M&lecln/ Niamey 75,4 12,3 4,9 0,0 7,5 100,0 271 1,5 Dispensaire Autres villes 28,4 4.7 2,5 28,3 36,2 100,0 520 7,9 prlv~ Ensemble urbaan 44,5 7.3 3,3 18,6 26,3 100,0 791 3,1 Rural 0.0 5,2 10,3 63,1 21,4 100,0 4770 97,2 Ensemble 6,3 5,5 9,3 56,8 22,1 100,0 5561 97,1 Pharmacie Niamey 65,7 22,0 10,0 0,0 2,3 100,0 271 2,0 Auîxes villes 72,2 4,1 2,5 20,1 1,1 100,0 520 2,7 Ensemble urbain 70,0 10.3 5,0 13,2 1,5 100,0 791 2,5 Rural 1,8 14,7 13,7 61,2 8,6 100.0 4770 50,1 Ensemble 11,5 14,1 12,5 54,4 7,6 100,0 5561 42,8 Dep6t phar- Rural 12,3 28,5 27,3 19.7 12,1 100,0 4770 15,7 maceutlque a r b Y compris les formations sanitaires qui sont "sur place' Calculée en excluant les distances non-déterminées 185 Tableau 12.6 Temps de traiet pour atteindre les formations samta~res Répartilaon (en %) des femmes actuellement en union selon le temps de trajet nécessaire pour atteindre les formations sanitaires et temps médian par formation spécifique selon le milieu de résidence, EDS Niger 1992 Temps (en minutes) Effectif Tempsl. Formation Miheu de de médian" sanitaire résidence 0 à 15 a 16 à 30 31 à 60 61 ou + ND Total femmes (en nain) Hõpltal Niamey 42,7 41,1 6,2 6,9 3,1 100,0 271 20,0 public Autres villes 15,7 22,5 25,3 34,1 2,5 100,0 520 60,0 Ensemble urbain 24,9 28,8 18,8 24,8 2,7 100,0 791 30,7 Rural 0,7 3,3 10,1 79,9 6,0 100,0 4770 110,3 Ensemble 4.2 7,0 I 1,3 72.0 5,5 100,0 5561 110,3 H6pltal prlvél Niamey 65,2 9,0 4,8 10,7 10,2 100,0 271 9,9 Clinique Autres wlles 5,6 8,2 1,3 59,8 25,1 100,0 520 1 ]0,4 Ensemble urbain 26,1 8,5 2,5 43,0 20,0 100,0 791 110,0 Rural 1,6 2,2 6,2 73,3 16,8 100,0 4770 110,4 Ensemble 5,1 3,1 5,6 69,0 17,2 100,0 5561 110,4 PMI N~amey 82,6 10,2 1,3 2,7 3,1 100,0 271 5,2 Autres villes 62,6 18,6 6,5 1,0 11,3 100,0 520 0,9 Ensemble urbain 69,4 15,7 4,7 1,6 8,5 100,0 791 1,0 Rural 7,5 8,8 18,8 50,3 14,6 100,0 47711 110,1 Ensemble 16,3 9,8 16,8 43,4 13,7 100,0 5561 80,2 Centre Nlamey 71,3 22,1 0,0 2,7 3,8 100,0 271 11,0 médical Autres vdles 61,4 18,6 9,7 2,0 8,4 100,0 520 1,0 public Ensemble urbain 64,8 19,8 6,3 2,2 6,8 100,0 791 10,6 Rural 3,9 8,6 16,4 60,7 10,4 100,0 4770 110,2 Ensemble 12,6 10,2 15,0 52,4 9,9 100,0 5561 110,0 Dispensaire Nlamey 76,3 15,1 1,3 2,7 4,5 100,0 271 10,8 public Autres villes 44,1 15,0 12,1 2,5 26,3 100,0 520 15,5 Ensemble urbain 55,2 15,0 8,4 2,6 18,8 100,0 791 15,2 Rural 9,5 8,4 18,5 56,6 7,0 100,0 4770 110,1 Ensemble 16,0 9,3 17,1 49,0 8,7 100,0 5561 90,5 Maternit~ Niamey 75,6 14,5 4,0 2,7 3,1 100,0 271 9,9 Autres villes 67,6 8,6 8,2 0,0 15,7 100,0 520 5,7 Ensemble urbain 70,3 10,6 6,8 0,9 11,4 100,0 791 9,6 Rural 8,5 10,5 15,4 49,5 16,1 100,0 4770 110,1 Ensemble 17,3 10,5 14,2 42,6 15,4 I00,0 5561 80,2 Médecin/ Niamey 77,3 11,4 0,0 2,7 8,6 100,0 271 5,4 Dispensaire AiJtres villes 23,2 4,3 11,3 25,0 36,2 100,0 520 45,6 priv6 Ensemb[c urbain 41,7 6,8 7,4 17,4 26,7 100,0 791 15,1 Rural 3,7 5,1 4,6 64,7 21,9 100,0 4770 110,4 Fnsemble 9,1 5,4 5,0 57,9 22,6 100,0 5561 110,3 Pharmacie Niamey 71,0 17,5 6,6 2,7 2,3 100,0 271 6,8 Autres villes 45,1 25,0 16,4 ]2,4 1,1 100,0 520 20,7 Ensemble urbain 54,0 22,4 13,0 9,1 1,5 100,0 791 15,4 Rural 5,4 4,4 14,7 66,4 9,1 100,0 4770 110,2 Ensemble 12,3 7,0 14,5 58,3 8,0 100,0 5561 110,1 Dep6t phar- Rural 9,6 9,8 16,3 51,2 13,1 100,0 4770 110,0 maceutique bY compris les formations samtalres qm sont "sur place," pour lesquelles le temps est supposé égal à 0 Calculée eu excluant les temps de trajet non-déterminés 186 12.3.2 Disponibilité des services de planning familial On a demandé au groupe de personnes interrogé, es si chacune des formations sanitaires offrait des services de planning familial. Le Tableau 12.7 présente, pour chaque milieu de résidence, la rdpartition des femmes en union selon le type de formation sanitaire le plus proche fournissant des services de planning familial. A Niamey, pour plus de quatre femmes en union sur dix (45 pour cent), ce sont les centres de PMI qui sont les établissements les plus facilement accessibles, en termes de distance, pour obtenir des services de planning familial; les pharmacies viennent en deuxième position pour 17 pour cent des femmes, suivies par les hOpitaux ou cliniques privées (13 pour cent). Dans les "autres villes," les PMI (69 pour cent) sont les établissements les plus pmches peur des services de planning familial, suivis par les centres médicaux publics (15 pour cent). En milieu rural, les PMI (51 pour cent) et les dispensaires publics (19 pour cent) sont les deux formations sanitaires les plus proches pour obtenir ce type de services. Tableau 12.7 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de planning familial Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon la formation sanitaire la plus proche offrant des services de planning familial par milieu de résidence, EDS Niger 1992 Formation sanitaire H6pital Centre Dispen- M&lenin/ D6pot Effectif Milieu de Hôpital priv6/ mddical salre Dispensaire Phar- pharma- de r6sidence public Clinique PMI public public Maternité prive macie ceutique Total femmes Niamey 5,2 I2,9 44,9 9,7 2,1 5,4 3,2 16,6 0,0 100,0 265 Autre villes 6,2 2.3 68,9 14,6 2,2 2,7 0,0 3,3 0,0 100,0 520 Ensemble ttrbain 5,9 5,9 60,8 12,9 2,1 3,6 1,1 7,7 0,0 100,0 785 Rural 10,7 1,6 51,0 6,7 19,3 2,5 0,8 2,5 4.9 I00,0 4556 Ensemble 10,0 2,3 52,4 7,6 16,8 2,6 0,8 3,3 4,2 100,0 5341 Pour atteindre les formations sanitaires offrant des services de planning familial, la grande majorité des femmes du milieu urbain (97 pour cen0 n'ont à parcourir qu'une courte distance, inférieure à 5 kilomètres (Tableau 12.8). Par contre, 57 pour cent des femmes du milieu rural ont à parcourir une distance supérieure à 15 kilomètres pour accéder aux services de planning familial et la distance médiane s'établit ~ 18 kilomètres; le temps nécessaire pour se rendre auprès de ces services est supdrieur à 1 heure pour 53 pour cent des femmes et le temps médian est de 1 heure et demi (91 minutes). 187 Tableau 12.8 Distance et temps de traiet pour atteindre des services de planning familial Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon la distance par rapport aux formations sanitaires offrant des services de planning fnrnilia/et distance médiane, et selon le temps de trajet nécessaire pour atteindre ces formations sanitaires et temps médian, selon le milieu de résidence, EDS Niger 1992 DISTANCE Distance (en kilomètres) Effectif Distance Milieu de de médiane résidence 0 à 4 n 5 à 14 15 à 29 30 ou + Total femmes (en km) Niamey 94,8 2,4 2,8 0,0 100,0 265 0,8 Autre villes 98,0 2,0 0,0 0,0 100,0 520 0,7 Ensemble urbain 96,9 2,1 0,9 0,0 100,0 785 0,7 Rural 12,8 30,4 27,7 29,1 100,0 4556 17,7 Total 25,2 26,2 23,8 24,8 ]00,0 5341 13,1 TEMPS Temps (en minotes) Effectif Temps Milieu de de médian résidence 0 å 15 a 16 à 30 31 à 60 61 ou + Total b femmes (en nain) Niamey 92,0 5,2 0,0 2,8 100,0 265 0,8 Aune villes 82,6 15,5 1,0 1,0 100,0 520 0,7 Ensemble urbain 85,7 12,0 0,7 1,6 100,0 785 0,7 Rural 9,9 10,6 25,8 52,9 100,0 4556 90,5 Total 21,1 10,8 22,1 45,4 100,0 5341 60,7 ay compris les services qui sont "sur place" by compris les "non déterminés" 12.3.3 Disponibilité des services de santé maternelle et infantile Afin de d6terminer si les formations sanitaires offraient des services de santé maternelle et infantile, l'enquêteur demandait aux personnes interrogées si chaque formation sanitaire spécifique assurait les soins pr6natals, les accouchements, les soins postnatals, les consultations de nourrissons, les consultations nutritionnelles et les vaccinations. Le Tableau 12.9 pr6sente à ce propos, pour chaque milieu de résidence, la répartition des femmes en union selon le type de formation sanitaire le plus proche fournissant des services de santé maternelle et infantile. A Niamey, les formations sanitaires les plus proches offrant des services de santé maternelle et infantile sont les PMI pour 38 pour cent des femmes, suivies par les hõpitaux ou cliniques privés (28 pour cent) et par les h0pitaux publics (12 pour cent). Dans les "autres villes," ce sont également les PMI (73 pour cent) qui viennent en t~te des formations sanitaires les plus accessibles, en termes de distance, pour les soins de la mère et de l'enfant, suivis par les h6pitaux publics (10 pour cent) et les centres médicaux publics (8 pour cent). En milieu rural, les dispensaires publics (45 pour cent) et les centres de PMI (32 pour cent) sont les deux formations sanitaires les plus proches pour obtenir des soins pour la mère et l'enfant. 188 Tableau 12.9 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de santé maternelle et infantile Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon la formation sanitaire la plus proche offrant des services de santé maternelle et infantile par milieu de résidence, EDS Niger 1992 Formation sanitaire H6pital Centre Dis pen- Médecin/ Effectif Milieu de Hépital privé/ médical satre Ma- Dispensaire de résidence public Clinique PMI public public ternité privé Total femmes Niamey 12,4 28,4 37,5 9,7 2.1 5,4 4.5 100.0 265 Autre villes 9,5 2,3 73,1 8,1 4,4 2,7 0,0 100.0 520 Ensemble urbain 10,5 11.1 61.1 8,6 3,6 3,6 1.5 100,0 785 Rural 5.1 2,2 32,4 4,6 45,4 8.7 1.7 100,0 4770 Total 5,8 3,4 36.4 5,2 39.5 8,0 1,7 100.0 5555 En terme de distance et de temps de trajet pour accéder à ces formations sanitaires, il appara?t au Tableau 12.10 que la grande majorité des femmes urbaines vivent très près (moins de 5 kilomètres) des services de santé matemelle et infantile : plus de la moitié des femmes disposent de ce type de service sur place, c'est-à-dire dans leur localité ou dans leur quartier (distance médiane inférieure à 1 kilomètre et temps de trajet médian inférieur ~t l minute). En milieu rural, 38 pour cent des femmes vivent à plus de 15 kilomètres de la formation sanitaire la plus proche assurant les soins de santé de la mère et de l'enfant, et la distance médiane est de 11 kilomètres. La durée médiane du trajet pour atteindre ces services est de 2 heures. Tableau 12.10 Distance et temps de trajet pour atteindre des services de santé maternelle et infantile Répartidon (en %) des femmes actuellement en union selon la distance par rapport aux formations sanitaires offrant des services de santé maternelle et infantile et distance médiane, et selon le temps de îa-ajet nécessaire pour atteindre ces formations sanitaires et temps médian, selon le milieu de résidence, EDS Niger 1992 DISTANCE Distance (en kilomètres) Effectif Distance Milieu de de médiane résidence 0 à 4 a 5 à 14 15 à 29 30 ou + Total femmes ' (en km) Niamey 94,8 2,4 2,8 0,0 100,0 265 0,8 Autre villes 93,3 2,0 4,7 0,0 100,0 520 0,8 Ensemble urbain 93,8 2,1 4,1 0,0 100,0 785 0,8 Rural 17,7 44,8 27,8 9.7 100,0 4770 11,2 Total 28.5 38,7 24,5 8,3 100,0 5555 10,3 TEMPS Temps (en nunutes) Effectif Temps Milieu de de m6dian résidence 0 å 15 a 16 à 30 31 à 60 6I ou + Total b femmes (en rein) Niamey 87,2 10,0 0,0 2.8 100.0 265 0,8 Autre villes 80,1 15,5 3,4 1,0 100.0 520 0.8 Ensemble urbain 82,5 13,6 2,3 1,6 100,0 785 0,8 Rural 11,1 9,4 21,5 57,0 100,0 4770 120,0 Total 21.2 10,0 18,8 49,2 100,0 5555 61,0 ~( compris les services qui sont "sur place" compris les "non déterminés" 189 Au Tableau 12.11 figurent les distances pour atteindre les formations sanitaires les plus proches assurant les soins de santé maternelle et infantile, par rapport aux enfants de moins de 5 ans, selon que leur mère a b6nEficié ou non de soins prénatals et d'une assistance å l'accouchement et selon qu'ils ont ~té vaccinés ou non. Pour la grande majorité des naissances des cinq dernières ann6es pour lesquelles la mère a reçu des soins prénatals et a été assistée par un professionnel de la santé pendant l'accouchement, les services de santé maternelle et infantile se situent å proximité du lieu de r6sidence: dans 96 pour cent des cas en milieu urbain et 74 pour cent des cas en milieu rural, ces services se situent à moins de 5 kilomètres du lieu de résidence et, au niveau national, la distance médiane est inférieure à 1 kilomètre. En ce qui concerne les naissances pour lesquelles la mère n'a pas reçu des soins prénatals et n'a pas ét~ assistée pendant Tableau 12.11 Distance par rapport au servicede santé maternelle et infantile le plusprocher en fonction des soins prénatals et de la couverture vaccinale Répartition (en %) des naissances ayant eu lieu 1 à 59 mois avant l'enqu8te, de celles pour lesquelles les mères ont reçu ou non des soins pténatals (SP) pendant la grossesse et de celles pour lesquelles les méres ont bénéficié d'une assistance médicale pendant l'accouchement (AA), et répartition (en %) des enfants de 1-4 ans ayant reçu toutes/es vaccinations du PEV et de ceux n'en ayant reçu aucune, selon la distance par rapport à la formation sanitaire la plus proche dans un rayon de 30 kilomètres offrant des services de santé maternelle et infantile selon le milieu de l'ésidence, EDS Niger 1992 Pas de service Distance (en kilomètres) dans les Distance b Catégorie Milieu de 30 kilo- Effectif médiane d'enfants résidence 0 à 4 a 5 à 14 15 à 29 mètres ND Total d'enfants (en km) Ensemble Niamey 93,9 2,5 2.1 0.0 1.5 100.0 361 0.8 des Autres villes 93,3 2,0 4,7 0,0 0.0 100,0 735 0,8 naissances Ensemble urbain 93,5 2,2 3,8 0.0 0.5 100.0 1096 0,8 Rural 17,1 46,6 26,5 1.4 8.3 100.0 5998 10,6 Ensemble 28,9 39,7 23,0 1,2 7,1 100,0 7094 8,6 Naissances Niamey 96,0 2,0 0.4 0.0 1,6 100,0 276 0,8 avec SP Autres villes 95.7 0,2 4,1 0,0 0,0 100,0 473 0,7 et AA Ensemble urbain 95,8 0,9 2,7 0.0 0,6 100.0 749 0,7 Rural 73,8 19,5 4,3 0,0 2,4 100,0 232 0,9 Ensemble 90,6 5,3 3.1 0.0 1.0 100.0 981 0.8 Naissances Niamey 91.0 3.7 3.7 0.0 1.6 100.0 61 0.9 avec SP Autres villes 86.4 5,2 8.4 0.0 0,0 100,0 147 0,8 ou AA Ensemble urbain 87.7 4,8 7,0 0,0 0,5 100,0 208 0.8 Rurai 36.5 47,3 13.1 0.1 3.0 100.0 1027 6,3 Ensemble 45.1 40,2 12,0 0,1 2,6 100,0 1234 5.4 Naissances Niamey 77.0 5.4 17.6 0.0 0,0 100.0 24 1,5 sans SP Autres villes 92.4 5,3 2,2 0,0 0,0 100,0 115 1.0 ni AA Ensemble urbain 89,8 5,3 4,9 0.0 0,0 100,0 139 1,0 Rural 10.2 47,8 30,5 1,8 9,7 100,0 4740 11,4 Ensemble 12.5 46,6 29,8 1,7 9,5 100,0 4879 11,2 Enfants Niamey 96,4 2,4 0,0 0,0 1,2 100,0 133 0,8 1-4 ans Autres villes 95,3 2,8 1,9 0,0 0,0 100,0 184 0.7 avec tous Ensemble urbain 95,7 2,6 1,1 0,0 0,5 100,0 317 0.8 vaoeins Rural 35.9 31,9 29,4 0.4 2,4 100,0 350 8,0 du PEV Ensemble 64.3 18,0 16,0 0,2 1,5 100,0 667 1,9 Enfants Niamey 78,0 4,9 17,1 0.0 0.0 100.0 13 1.2 1-4 ans Autres villes 89.1 4.2 6,7 0,0 0,0 1130,0 61 0.9 avecaucun Ensemble urbain 87.1 4,3 8.6 0.0 0.0 100,0 74 0,9 vaccin Rural 12,1 49,3 27,9 1.6 9.1 100,0 2174 10,9 du PEV Ensemble 14,6 47,8 27,3 1,6 8,8 100,0 2248 10,7 ~Y compris les formations sanitaires qui sont "sur place" Calculée en excluant les services inexistants dans un rayon de 30 kilomètxes 190 l'accouchement, on constate qu'en milieu urbain la distance pour atteindre une formation sanitaire est sensiblement la même que celle observée pour les femmes ayant bénéficié de ces soins, par contre, en milieu rural, cette distance est beaucoup plus importante (médiane de 11 kilomètres contre 1 kilomètre). Ainsi, l'éloignement des 6tablissements sanitaires pourrait expliquer, en partie, que peu de femmes du milieu rural bénéficient de soins prénatals et d'assistance à l'accouchement. En milieu urbain, la distance à parcourir pour atteindre un lieu de vaccination est sensiblement la m~me, que les enfants soient ou non vaccin~s. En milieu rural, les enfants non vaccinés résident légèrement plus loin des lieux de vaccination que ceux complètement immunisés (distance médiane de 11 kilomètres contre 8 kilomètres), sans que cette différence puisse expliquer la faible couverture vaccinale observée en milieu rural. De plus, en milieu rural, une grande partie des vaccinations sont faites sur le lieu même de résidence par des équipes mobiles. 12.4 PROBLEMES DE SANTE Pour essayer dc mieux connaître les principaux problèmes de santé qui se posent à la population nigériemae, on a posé les deux questions suivantes lors de l'enquête communautaire : "Quels sont, par ordre d'importance, vos principaux problèmes pour vous soignacr?" "Quels sont, par ordre d'importance, les principales maladies des enfants de moins de cinq ans au cours de l'année?" Comme les autres résultats présentés dans ce chapitre, les informations sont analysées ici du point de vue des femmes en union appartenant aux grappes enquêtées. Les principaux problèmes que rencontre la population pour se soigner figurent aux Tableaux 12.12 et 12.13 ainsi qu'au Graphique 12.1. On a pu dégager deux grandes catégories de problèmes, ceux li6s à la Tableau 12.12 Principaux problèmes Four se soigner Répartition (en %) des femmes en union par problèmes spécifiques cités en prenuère, deuxième, troisième et quati'ième positions, et pourcentage de femmes ayant cité, au moirLs une fois, chacun des problèmes spécifiques, EDS Niger 1992 Pourcentage ayant cité en: Problème 1 er 2 eme 3 eme 4 ernc Pourcentage de femme~ ayant c~té Disponibilité Formation sanitaire trop éloignée 29.3 15,2 12,5 8,6 59,8 Formation sanitaire inexistante 15,0 8,1 7.5 5,6 32,5 Médicaments non disponibles 12,0 18,4 15,2 12,0 49,9 Pas de moyens de transport 10,3 11,6 7,6 5,3 31,1 Form. sanitaire n'offrant pas les services 4,4 6,2 5,7 11,4 22.6 Coflt Médicaments trop chers 10,5 20,0 23,4 25,9 66,0 Manque d'argent 8,3 5,1 1,5 3,2 16.5 Consultations trop chères 1,4 5,8 2,5 2,5 10.7 Autre Mauvais acceuil 5,8 6,3 18,3 16,7 38,0 Autre 2,1 3,4 5,8 8,9 14,6 NSP/ND 1,0 1,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 5557 5289 4577 3715 5561 191 Tableau 12.13 Pdncipauxproblèmespour se soignerpar milieu de résidence Répartition (en %) des femmes en union par problèmes spécifiques cités en première position, et pourcentage de femmes ayant cité, au moins une fois, chacun des problèmes spécifiques, selon le milieu de résidence, EDS Niger 1992 Pourcentage de femmes ayant cité en première position Pourcentage de femmes ayant cité Autre Autre Problème Niamey villes Rural Niamey villes Rural Dlsponlblllt~ Formation sanitaire trop éloignée 6,9 2,4 33,5 18,9 17,9 66,7 Formation sanitaire inexistante 2,8 7.4 16,5 8,7 13.9 35,9 Médicaments non disponibles 12,3 18,9 11,2 28,2 52,7 50,9 Pas de moyens de transport 0,0 3,3 11,6 10,0 12,9 34.3 Form. sanitaire n'offrant pas les services 4,3 14,4 3,3 13,7 5(I,7 20,1 Co•t Médicaments trop chers 20,1 15,1 9,4 48,5 74,3 66,1 Manque d'argent 22,2 7,3 7,6 41,6 20,7 14,7 Consultations trop chères 11,0 4,7 0,5 14,2 16,1 9,9 Autre Mauvais acceuil Autre NSP/ND Total Effectif 4,9 24,8 3,8 15,4 67,1 36,1 10,0 0,0 1,9 15,1 10,1 15,1 5,4 1,8 0,7 5.4 1,8 0,7 100,0 lO0,O lO0,O 268 520 4770 271 520 4770 disponibilité des formations sanitaires et/ou des services et ceux liés au coût des soins. Au niveau national (Tableau 12.12), on constate que la disponibililé des services des santé conslilue le problème majeur, oit~ en premier lieu dans 71 pour cent des cas : il s'agit de l'inexistence de Iormation sanitaire (29 pour cent), de l'éloignement et du manque de moyens de transport (40 pour cent) ou encore de la non disponibilité de certains services ou de médicaments (16 pour cent). Les problèmes de coût des soins et/ou des médicaments n'ont ét~ cités, en première position, que dans 20 pour cent des cas. Cependant, globalement, le coût des médicaments a été cité dans 66 pour cent des cas, le manque d'argent dans 17 pour cent des cas et dans 11 pour cent des cas le coût des consultations a été mentionné. Enfin, le mauvais accueil reçu dans les formations sanitaires a été mentionné dans 38 pour cent des cas. On constate au Tableau 12.13 et au Graphique 12.1 que les problèmes que rencontre la population diffèrent grandement selon le milieu de résidence. A Niamey, le premier problème est celui du coût (53 pour cent) par contre, en milieu rural, le problème essentiel est celui de la disponibilité (76 pour cent). Dans les "autres villes," où les formations sanitaires sont plus accessiblcs qu'en milieu rural, le premier problème reste la disponibilité des services (citée en première position dans 46 pour cent des cas), suivie par les coûts (27 pour cent) et par le mauvais accueil (25 pour cent). 192 Graphique 12,1 Principaux problèmes pour se soigner Pourcentage 60 50 40 30 20 10 0 Ensemble Niarney Autres villes Rural []Eloignement/Transport [] Pas de lorm. sanitaire [] Coût [] Accueil Note: Selon le 1er probl6me cit~ / []Pas de m6dLc/services [] « [T{]Autres EDSN 1992 Ainsi, comme cela a ét~ souligné précédemment, pour les femmes du milieu rural, les formations sanitaires sont plus difficilement accessibles que pour les femmes du milieu urbain. Cependant, quel que soit le milieu de résidence, le manque de formations sanitaires et leur éloignement lorsqu'elles existent ne sont pas les seuls facteurs responsables de la faible utilisation des services de santé et de la mauvaise situation sanitaire de la population. Les charges financières auxquelles les femmes doivent faire face pour avoir accès aux services de santé (coût du transport, coût des médicaments, par exemple), la qualité de l'équipement et des prestations offertes ainsi que l'accueil réservé aux patients sont également des facteurs importants à prendre en compte. Les Tableaux 12.14 et 12.15 et le Graphique 12.2 présentent les résultats concernant les principales maladies des enfants de moins de 5 ans selon la popuIation enquêtée. Au niveau national (Tableau 12.14), la rougeoIe est la maladie la plus souvent citée en première position (38 pour cent), suivie de la diarrhée (13 pour cent), de la fièvre (I 1 pour cent), du paludisme (10 pour cent) et de la méningite (6 pour cent). Il est intéressant de souIigner que la rougeole est citée comme principale maladie dans 38 pour cent des cas, alors que le taux de couverture vaccinale contre cette maladie est très faible (28 pour cent) : la population est donc consciente de l'importance de cette maladie, mais ne fait pas vacciner les enfants. La non disponibilité des services de vaccination mentionnée précédemment est certainement une des principales raisons de cette contradiction. Cependant, une meilleure éducation sanitaire de la population soulignant, entre autres, l'intérêt et l'importance des vaccinations améliorerait, peut-être la couverture vaccinale, même si l'accès aux formations sanitaire est parfois difficile. 193 Tableau 12.14 Principales maladies des enfants de moins de cinq ans Répartition (en %) des femmes en union par principales maladies spécifiques des enfants de moins de cinq ans citées en première, deuxième, troisième et quatrième posiUons, et pourcentage de îemmes ayant cité, au moins une fois. chacune des maladies spécifiques, EDS Niger 1992 Pourcentage ayant cité en: Maladie I er 2eme 3eme Pourcentage de femmes 4 eme ayant cité Rougeole 37,6 14,3 8,6 9,2 66,7 Diarrhée 13,3 20,7 16,4 13,3 59,1 Fièvre 11,3 2,4 11.2 2,1 25,6 Paludisme 9,7 10,4 9,7 8,9 35,7 Méningite 6,1 10,0 6,1 4,1 24,8 Gale 3,9 3,3 6,8 12,3 23,1 Coqueluche 3,6 10,7 11,5 4,6 28,3 Toux. problèmes respiratoires 3,4 7,2 11,1 7,5 26,5 Convulsion 1,9 4,5 1.7 3,3 10,6 Malnutrition 1,5 0.7 3.6 7,6 11,5 Problèmes de peau 0,3 1,1 2,2 5,1 7,2 Ictère 0,1 0.4 0,8 2,6 3,4 Autre 6,7 14,4 10,3 19,3 45,5 NSP~D OE6 0,0 0,0 0,0 0,6 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 5561 5427 5093 4426 5561 Tableau 12.15 Principales maladies des enfants de moins de cinq ans par milieu de résidence Répartition (en %) des femmes en union par principales maladies spécifiques des enfants de moins de cinq ans citées en première posiúon, et pourcentage de femmes ayant cité, au moins une fois, chacune des maladies spécifiques, selon le milieu de résidence, EDS Niger 1992 Pourcentage de femmes ayant cité en première position Pourcentage de femmes ayant cîté Autre Autre Maladie Nlamey villes Rural Niamey villes Rural Rougeole 13,7 37,0 39,0 29,3 75,4 67,8 Diarrhée 13,8 16,2 12,9 30,6 59,0 60,8 Fièvre 13,8 3,0 12,1 38,9 6,3 27.0 Paludisme 32,7 10,8 8.2 48,2 43,1 34,2 Méningite 2,5 11.6 5.7 8,5 36,7 24,4 Gale 3,6 7,7 3,6 9,3 29,2 23,2 Coqueluche 2,4 3,7 3,7 9,6 20,9 30,1 Toux, problèmes respiratoires 0,0 0,0 3,9 15,8 26,8 27,1 Convulsion 1,5 7,7 1,3 10,8 23,5 9,1 Malnutrition 0,0 0,0 1,8 2,3 8,4 12,4 Problèmes de peau 3,1 1.2 ,0 5,6 11,0 7,1 Ictère 0,0 1,1 0,0 2,7 5.6 3,2 Autre 0,0 0,0 7,8 14,6 33,4 48.5 NSP/ND 12,9 0,0 0,0 12,9 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 Effectif 271 520 4770 271 520 4770 194 Les principales maladies des enfants mentionnées lors de l'enquête (rougeole, diarrhée, fièvre, paludisme et méningite) sont les mêmes quel que soit le milieu de résidence, mais leur classement diffère beaucoup. A Niamey, la maladie citée le plus fréquemment en première position est le paludisme (33 pour cent) alors que, dans les "autres villes" et en milieu rural, c'est la rougeole qui vient en tête (respectivement 37 et 39 pour cent) et le paludisme n'y intervient, respectivement, que dans 11 pour cent et 8 pour cent des réponses. Par ailleurs, dans les "autres villes," la méningite (12 pour cent), la gale (8 pour cent) et les convulsions (8 pour cent) interviennent en première position beaucoup plus fréquemment qu'à Niamey et qu'en milieu rural. Graphique 12,2 Principales maladies des enfants de moins de 5 ans Pourcentage 50 4O 3O 2O 10 0 Ensemble Niarney Autres villes Rural Note: Selon la t¢re maladie cit6e EDSN !992 195 REFERENCES Amold, Fred et Ann K. Blanc. 1990. Fertility levels and trends. DHS Comparative Studies No. 2. Columbia, Maryland: lnstitute for Resource Development. Azelmat, Mustapha, Mohamed Ayad, E1 Arbi Housni et Mohamed Zarouf. 1993. Enquéte nationale sur la population et la santé 1992. Columbia, Maryland : Ministère de la Santé Publique [Maroc] et Macro lntemational Inc. Bashin, Michelle et Hubert A. Allen. 1989. Niger : La planification familiale fait une percée. Une évaluation d'aprês projet sur les connaissances, les attitudes et les pratiques liêes å la planification familiale. Niamey, Maradi et Zinder. Niamey, Niger : Direction de la Planification Familiale, Ministère de la Santé Publique et des Affaires Sociales [Niger] et Johns Hopkins University [Baltimore, Maryland]. Bureau Central du Recensement (BCR), Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux (DSCN), 1978. Recensement Général de la Population 1977. Résultats provisoires. Niamey, Niger. Bureau Central du Recensement (BCR), Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux (DSCN), Ministère des Finances et du Plan. 1992. Recensement Général de la Population 1988. Niamey, Niger : BCR et DSCN. 1992a. Recensement Général de la Population 1988. Analyse des données définitives. Etat de la population. 1992b. Recensement Général de la Population 1988. Analyse des données définitives. Caractéristiques économiques. 1992c. Recensement Général de la Population 1988. Analyse des données définitives. Caractéristiques socio-culturelles. 1992d. Recensement Général de la Population 1988. Analyse des données définitives. Etat matrimonial et nuptialité. 1992e. Recensement Général de la Population 1988. Analyse des données définitives. Estimation du niveau de la fécondité. 1992f. Recensement Général de la Population 1988. Analyse des données définitives. Estimation du niveau de la mortalité. 1992g. Recensement Général de la Population 1988. Analyse des données définitives. Rapport de synthèse. Centre National de Santé Familiale (CNSF) [Niger] et Centre pour la Population et la Santé Familiale (CPSF), Columbia University [New York]. 1987. Evaluation de la sensibilisation en santé familiale de la population de Niamey. Rapport de l'enquête Connaissances, Attitudes et Pratiques (CAP) en santé familiale, Ville de Niamey, 1987. Niamey, Niger. 197 Department of Statistics (DOS) [SoudanJ et lnstitute for Resource Development, tMacro International Inc. (IRD). 1991. Sudan Demographic and Health Survey 1989/1990. Columbia, Maryland : DOS et IRD. De Sole, G., Y. Belay et B. Zegueye. 1987. Vitamin A deficiency in Southem Ethiopia. American Journal of Clinical Nutrition 44(4): 780-784. Direction de la Population, Ministère du Développement Social, de la Population et de la Promotion de la Femme. 1992. Déclaration de Politique Nationale de Population au Niger 1992. Niamey, Niger. Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux (DSCN), Ministère des Finances et du Plan. Enquête Démographique au Niger 1959-60. Rapport d'analyse. Niamey, Niger. Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux (DSCN), Ministère des Finances et du Plan. 1986. Enquête sur la Mortalité Infantile et Juvénile 1986. Rapport d'analyse. Niamey, Niger. Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux (DSCN), Ministère des Finances et du Plan. 1991. Annuaire Statistique Série Longue 1991. Niamey, Niger. Federal Office of Statistics (FOS) [Nigeria] et IRD/Macro International Inc. (IRD). 1992. Nigeria Demographic and Heahh Survey 1990. Columbia, Maryland: FOS et IRD. Graham, Wendy, William Brass et Robert W. Snow. 1989. Estimating Matemal Mortality: The Sisterhood Method. Studies in Family Planning 20(3): 125-135. Hung, Man-Ming et Yacine Diallo. 1992. Projet santé intégrée Zinder: Rapport d'enquête de base sur les connaissances, attitudes et pratiques en santé infantile et planning familial. Niamey, Niger: CARE International. Katjiuanjo, Puumue, Stephen Titus, Maazuu Zauana et Ties Boerma. 1993. Namibia Demographic and Health Survey 1992. Columbia, Maryland : Ministry of Health and Social Services [Namibie] et Macro International Inc. Kedner, Baptiste, Michael Chapko, Nancy Keith et Phyllis Jones. 1990. Baseline child survival survey in Dosso and Diffa 1989. Niamey, Niger: Africare. Keith, Nancy. 1990. Infant feeding, weaning, and diarrhoea disease management: Hausa practice and beliefç and edueational implications. Part I: The ethnographic study. Niamey, Niger: USAID. Keuzeta, J.J., G. Bianchi, M. Ramakavelo, W. Djataou, H. Maidouka et H. Radjikou. 1992. Les causes de l'hypo-fécondité dans la région de Diffa : Analyse des résultats d'enquête. Niamey, Niger: Centre National de Santé Familiale, Direction de la Planification Familiale, Ministère du Développement Social, de la Population et de la Promotion de la Femme. Ministère de la Santé Publique et des Affaires Sociales, Cellule de Planification. 1985. Enquête Nationale sur la Morbidité et la Mortalité (EMM) 1985. Rapport No. 1. Niamey, Niger. Ministère de la Santé Publique et des Affaires Sociales, Cellule de Nutrition. 1987. Projet FEWS. Rapport spécial sur les indicateurs nutritionnels. Niamey, Niger. 198 Nations Unies. 1982. Model Life Tables for Developing Countries. Population Studies No. 77. New York: Nations Unies, Département des affaires économiques et sociales internationales. Ndiaye, Salif, Ibrahima Sarr et Mohamed Ayad. 1988. Enqudte Démographique et de Santé au Sénégal 1986. Columbia, Maryland: Ministère de l'Economie et des Finances [Sénégal] et Institute for Resource Development/Westinghouse. Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Expanded Programme on Immunization, Training for Mid- level Managers. 1991. The EPI Coverage Survey. Gen~ve: OMS. Oumarou, Mahamadou, Penelope Nestel et Shea O. Rutstein. 1993. Nutrition et santé des jeunes enfants au Niger. Columbia, Maryland: Macro Intemational Inc. Rutenberg, Naomi, Ties Boerma, Jeremiah Sullivan et Trevor Croft. 1990. Direct and Indirect Estimates of Matemal Mortality with Data on Survivorship of Sisters: Results from the Bolivia DHS. Paper presented at the Annual Meeting of the Population Association of America, Toronto, Ontario, 3 mai, 1990. Sloan, N.L., A. Paxton et R.L. Leavell. 1986. Xerophthalmia and trachoma in Burkina Faso, Chad, Mali, and Niger. New York: Hellen Keller International Inc. SuUivan, Jeremiah M., George T. Bicego et Shea Oscar Rutstein. 1990. Assessment of thé quality of data used for the direct estimation of infant and child mortality in the demographic and health surveys. In An assessment of DHS-I data quality, 113-137. DHS Methodological Reports No. 1. Columbia, Maryland: lnstitute for Resource Development/Macro Systems Inc. Tielsch. J.M., K.P. West, Jr., J. Katz, M.C. Chirambo, L. Schwab, G.J. Johnson, T. Tizazu, J. Smartwood, et A. Sommer. 1986. Prevalence and severity of xerophthalmia in Southem Malawi. American Journal of Epidemiology 124(4): 561-568. Traoré, Baba, Mamadou Konaté et Cynthia Stanton. 1989. Enquête Démographique et de Santé au Mali 1987. Columbia, Maryland: Centre d'Etudes et de Recherches sur la Population pour le Développement, Institut du Sahel et Institute for Resource Development/Westinghouse. Trussell, James et German Rodriguez. 1990. A Note on the Sisterhood Estimate of Matemal Mortality. Studies in Family Planning 21(6): 344-346. 199 ANNEXE A ORGANIGRAMME ET PERSONNEL DE L'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE ORGANIGRAMME DE L'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE AU NIGER (EDSN) Assistance Technique/MACRO INT'L )irecteur technique Comptable Gestionnaire b~ l Conception Documentation l Vérification, édition, analyse, diffusion I Traitement des / donnees l Saisie, i apurement, tabu at on 1 I I Secrétanat / L Suivi des travaux mm n le terrain | sur Senslbilisation, collecte des données, édition, analyse I I I I I I I . I Equipe 1 Il Equlpe 2 II Equipe 3 II Equipe 4 II Equlpe 5 II Equipe 6 II Equtpe 7 Il Equipe 8 PERSONNEL DE L'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE AU NIGER (EDSN) Personnel national permanent Directeur national Idrissa Alichina Kourguéni Directeur technique Bassirou Garba Superviseurs de terrain Assoumane Gorzo Ibrahim Chai'bou Yahaya Adyé Méaki Johoa Abdoulaye Sidi Zeïnabou Garba Sabine Attama (Consultant) Traitement des données Harouna Koché Zaléha Amadou Personnel national temporaire Agents de cartographie et de dénombrement Haïnikoye Amadou Abdou Abarchi Mahamane Alio Zouléye Rabiou Abdoulaye Sidi Ibrahim Moussa Amadou Seyni Ahmadou Garba Boureïma Hamidou Chaibou Ibrahim Adam Malam Namaïwa Rabo Saïdou Aldjouma Hadizatou Gamadadi Gado Sama Habibou lssoufou Chauffeurs cartographie et dénombrement Boubacar Salifou Oumarou Issoufou Abassa Ali ldrissa Boubacar Boubacar Issoufou Abdou Bonzougou Boubacar Abdou Koboye Malam Daouda Tonko Gouala Touné Dodo Diori 203 Enqu~teurs pré-test Madou Fougou Bello Gourouza Bassakoye Mahamadou Maman Chalbou Ganda ldrissa Boureïma Yoro Issu Mayaou Haihikoye Amadou Mathieu Alphonse Djibril Nadere Enqu~trices pré-test Zouléye Rabiou Hadizatou Gamadadi Yakaka Ch6kou Kadidiatou Dabel Mariama Bako Haåiza Harouna Aminatou Habibou Baraka Madougou Aissata Goumaou Chefs d'6quipes enquête principale Madou Fougou Bello Gourouza Bassakoye Mahamadou Maman Chaibou Ganda Idrissa Boureïma Yoro Issu Mayaou Haïnikoye Amadou Contrbleuses enquête principale Zouléye Rabiou Ouma Amadou Yakaka Ch6kou Kadidiatou Dabal Mariama Bako Hadiza Harouna Aminatou Habibou Haoua Soly Enqu~trices enquête principale Hadjara Kondo Rabi Djibo Mariama Tchanga Haoua Issa Adama Hassane Aïchatou Toute Biba Seyni Soumaye Moustapha Aïchatou Alou Rabi Dodo H. Sophie Gabriel Haoua Abdoulaye Salamatou Alichina Hadizatou Gamadadi Habsou Mamane Fati Gari Mariama Ouattara Habsatou Traor6 Hadiza Balley Fatouma Mounkaila Aïssa Seydou Baraka Madougou Zelhabou Souley Mariama D. Tchoukou Adoukoul Ikhiri Tislam Bargagi Ramatou Mamoudou Saoud6 Hassane Rabi Dan Baki Habsatou Yansambou Aïssata Goumaou Maria Karimou Chauffeurs enquête principale Boubacar Salifou Oumarou Issoufou Idrissa Boubacar Boubacar [ssoufou Abdou Bonzougou Boubacar Abdou Koboye Malam Daouda Tonko Gouala Toun6 Dodo Diori Moussu Alhassane 204 Agents de Saisie et de Vérification Foumratou Alpha G. Zei'di Almoustapha Djibrilla Mamane Sahabi Magawata Ousseïna Attaher Hadiza Omar Mathieu Alphonse Mariama Adamou Sani Malam Personnel Administratif Comptable Oumarou Ali Secrétaire Hadiza Mahamane Agent de bureau Mariama Adamou Consultants nationaux Sabine Attama Formation des enquêtrices Amadou Boukari Oumarou Mahamadou Fatima Garba Gabdou Boubacar Hama Amadou Mariama Adamou Hadjara M. Sala Ramatou Ali Traduction des questionnaires Halirou Bokoye Ibrahim Daba Moussa Dankonyo Hama Amadou Mariama Adamou Hadjara M. Sala Ramatou Ali Fatouma Amadou Consultants DHS/Macro International Termes de référence du contrat Mohamed Ayad Coordinateur Technique Bemard Barrère Sondage Thanh Le Formation des personnels Juan Schoemaker Michka Seroussi Traitement des données Noureddine Abderrahim Trevor Croft 205 ANNEXE B CALENDRIER DES OPERATIONS CALENDRIER DES OPERATIONS Activités Date prévue 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 17. 18. Conception de l'enquête, élaboration du questionnaire et traduction Elaboration du plan de sondage y compris la mise à jour des zones de dénombrement D6nombrement des ménages Pr6-enquête Mise à jour du questionnaire Préparation du plan de tabulation et d'analyse Formation du personnel de terrain Collecte des données Formation pour la saisie sur le logiciel ISSA Saisie et apurement des données Pr6paration du rapport préliminaire Analyse des données pour la préparation du rapport principal Première version du rapport principal Lecture et révision du rapport principal Pr6paration du r6sumé Impression du rapport principal et du résumé Séminaire National Audit nov 1990dan1991 jan-fév 1991 fév-avr 1991 avr-mai 1991 juin 1991 mai-juil 1991 aoQt 1991 sept-déc 1991 sept 1991 sept 1991-jan 1992 jan-fév 1992 mars-mai 1992 juin-juil 1992 aoflt 1992 sept 1992 oct 1992 nov 1992 déc 1992 Date d'exécution avr-juin 1991 juin-juil 1991 juil-oct 1991 oct-nov 1991 déc 1991 nov 1991-jan 1992 fév 1992 mars-juin 1992 mars 1992 mars-aot~t 1992 sept-oct 1992 nov 1992-jan 1993 fév-avr 1993 mai-juin 1993 juil 1993 aoQt-sept 1993 oct 1993 sept 1993 209 ANNEXE C PLAN DE SONDAGE ANNEXE C PLAN DE SONDAGE C.1 OBJECTIFS L'Enqu&e Démographique et de Santé au Niger (EDSN) a prévu un échantillon de 6 000 femmes [lgées de 15 å 49 ans. Le Recensement Général de la Population (RGP), réalisé au Niger en 1988, a servi de base de sondage. Pour répondre à certaines contraintes d'organisation des travaux sur le terrain, il a été nécessaire d'exclure de cette base certaines zones géographiques qui étaient d'accès difficile, notamment les zones pastorales du désert du Nord où, de plus, la population est très faible. L 'EDSN œuvre donc tous les d6partements du Niger sauf, dans le département d'Agadez, la zone restante d'Arlit et l'arrondissement de Bilma dans sa totalité. Les zones exclues, essentiellement désertiques et qui représentent environ un tiers de la superficie du pays, représentent moins de 1 pour cent de la population totale. C.2 BASE DE SONDAGE Le fichier informatique des 4 479 zones de dénombrement (ZD), créées en 1987/1988 par le Bureau Central de Recensement pour les besoins du recensement, a servi de base de sondage pour I'EDSN. Des cartes d'assez bonne qualité, où figurent les limites de toutes les ZD qui constituent le canton, existent pour chaque ZD et pour chaque canton. Un classement du fichier par ordre géographique était nécessaire avant d'effectuer l'échantillonnage des ZD. Bien que les ZD du fichier soient déjà stratifiées par milieu urbain/rural à l'intérieur de chaque département, on a introduit une stratification implicite en ordonnant les arrondissements et, ultérieurement, les cantons å l'intérieur de chaque arrondissement, par ordre géographique. C.3 CARACTERIST IQUES DE L 'ECHANTILLON L'échantillon de I'EDSN est bas~ sur un sondage aréolaire stratifié et tir~ à deux degrés. Au premier degré, 235 zones de dénombrement ont ét~ tirées à partir de l'ensemble des ZD avec des probabilités proportiormelles å leur taille. Un dénombrement exhaustifdes ménages résidant dans chaque grappe a fourni une liste de ménages à partir de laquelle on a tiré, au deuxième degré, un échantillon de ménages. C.4 DOMAINES D 'ETUDE ET STRAT IF ICAT ION Un domaine d'étude est une sons-populatinn pour laquelle on propose des analyses bas~es sur les informations recueillies par l'enqu&e. Les trois domaines d'étude importants au Niger sont : la communauté urbaine de Niamey, le reste du milieu urbain et le milieu rural. La stratification urbain/rural adoptée dans la base de sondage suit une définition administrative : le milieu urbain comprend tous les chef-lieux de département et d'arrondissement qui peuvent, ou non, posséder les caractéristiques socio-économiques normalement accordées au milieu urbain. Pour cette raison, il était nécessaire de considérer la communauté urbaine de Niamey comme étant un domaine séparé et de lui accorder des analyses propres. 213 Quant aux chef-lieux de départements et d'arrondisse- ments, il était possible de reclassifier certains d'entre eux dans le milieu rural suivant leurs caractéristiques socio-économiques. Cependant, cette nouvelle classification urbain/rural n'a pas été adoptée car il aurait été difficile de déterminer les nouveaux critères de classification. De plus, elle aurait rendu les résultats de I'EDSN difficilement comparables aux résultats du recense- ment et des autres enquêtes qui ont adopté la classification administrative. En considérant chaque département comme étant une strate å l'intérieur de chaque domaine d'études, on a abouti aux 15 strates qui figurent au Tableau C. 1. C.5 PARAMETRES DE SONDAGE Tableau C.I Stratification Code Strate 11 Communauté urbaine de Niamey 21 Agadez urbain 22 Diffa urbain 23 Dosso urbain 24 Maradi urbain 25 Tahoua urbain 26 Tillabéri urbain 27 Zinder urbain 31 Agadez rural 32 Diffa rural 33 Dosso rural 34 Maradi rural 35 Tahoua rural 36 Tillabéri rural 37 Zinder rural D'après les résultats préliminaires du RGP, la population résidente de femmes [lgées de 15 à 49 ans représente 6 pour cent et 10 pour cent, respectivement, à Niamey et dans le reste du milieu urbain. (Ces chiffres ne tiennent pas compte des femmes qui résident dans l'arrondissement de Bilma et dans la zone restante d'Arlit qui sont exclus de la couverture de I'EDSN.) L'effectif cible de l'échantillon étant de 6 000 femmes, un échantillon proportionnel aurait accordé seulement 360 femmes à Niamey et 600 femmes au reste du milieu urbain, ce qui aurait été trop faible pour des analyses approfondies au niveau de ces deux domaines. On a donc multiplié le taux de sondage du milieu rural par 4 pour obtenir celui de Niamey et par 3 pour obtenir celui du reste du milieu urbain. D'après les résultats du RGP, le nombre de femmes ågées de 15 å 49 ans est de 1,32 par ménage dans le milieu urbain, y compris Niamey, et de 1,45 femmes par ménage dans le milieu rural. Le nombre de ménages à tirer dans chaque domaine a ~té calculé de la manière suivante : Nombre de ménages = Nombre de femmes / Nombre de femmes par ménage. On a aussi prévu un taux de déperdition de la part des ménages tirés ou des femmes identifiées dans ces ménages. L'expérience d'autre enquêtes EDS dans les pays africains permet de supposer un taux de réponse de 90 pour cent pour les ménages et de 90 pour cent pour les femmes, soit un taux global de 80 pour cent. Tableau C.2 donne le nombre de ménages à enquêter par domaine. Le nombre de grappes à tirer dépend du nombre de femmes h enquêter dans chaque grappe. Les analyses menées après d'autres enquêtes analogues indiquent que le nombre optimal de femmes à enquêter par grappe est de l'ordre de 30 femmes dans le milieu rural et de 20 femmes dans le milieu urbain. En décidant un tirage de 25 ménages en moyenne dans chaque grappe rurale, et de 20 ménages en moyenne à Niamey et dans le reste du milieu urbain (ce qui reviendrait à enquêter, respectivement, 29 et 21 femmes en moyenne, en tenant compte du nombre de femmes par ménage et du taux de réponse), on a abouti à un nombre total de 235 grappes, dont 50 å Niamey, 55 dans le reste du milieu urbain et 130 dans le milieu rural. Ceci correspond à 1 000 ménages à Niamey, 1100 ménages dans le reste du milieu urbain et 3 250 ménages dans le milieu rural. En conséquence, le taux de sondage du milieu rural a ~té multiplié par 4,3 pour obtenir le taux de sondage de Niamey et par 2,7 pour obtenir celui du reste du milieu urbain. Le nombre de grappes à allouer à chaque strate est proportionnel à l'effectif des ménages recensés dans la strate. 214 Tableau C.2 Répartition des grappes par strate Ménages Nombre de Nombre de Su-are re¢ensés Proportion grappes ménages 11 Niarney 65859 1,00 50 1000 21 Agadez 15583 0,13 7 140 22 Diffa 6684 0,06 3 60 23 Dosso 10516 0,09 5 100 24 Maradi 26054 0,22 12 240 25 Tahoua 19831 0,17 10 200 26 Tillabéri 6788 0,06 3 60 27 Zinder 31149 0,27 15 300 Total urbain 116605 1,00 55 1100 31 Agadez 14505 0,02 2 50 32 Diffa 34025 0,04 5 125 33 Dosso 121325 0,13 17 425 34 Maradi 17,1446 0,19 24 600 35 Tahoua 198669 0,21 27 675 36 Tillabéri 166256 0,18 23 575 37 Zinder 230186 0,25 32 800 Tomlmr~ 939412 1,00 130 3250 Total 1121876 235 5350 C.6 PROBABILITES DE SONDAGE Les probabilités de sondage ont été calcul~es séparément pour les deux degrés de sondage. On utilise les notations suivantes : Pli : probabilité de sondage au 1 = degré de la i ~« grappe P2, : probabilité de sondage au 2 c degré de la i ~m~ grappe Soient a le nombre de ZD à tirer dans une strate donnée, M~ l'effectif des ménages de la i ~c ZD dans la strate, et EM, l 'effectif total de la strate. La probabilité d'inclusion de cette ZD dans l'échantillon est calculée de la manière suivante : u, Pli = a "~t t 215 Au deuxième degré, on tire un nombre b« de ménages /t partir des Af,.' ménages nouvellement dénombrés par l'équipe EDSN dans la ZD. On a donc : P,,= b, U; Afin que l'échantillon soit auto-pond~ré à 1'intérieur du domaine d'~rude qui englobe la strate, la probabilité globale P, = Ph " P2, doit être la même pour chaque ménage à l'intérieur du domaine, donc de la strate. Cela implique que : a Mi . bi = constante PuP2J EM," Ml Cette quantité doit ~tre égale au taux global de sondage dans la strate. Prenons le cas de Niamey où on veut tirer 50 ZD, qui devront fournir 1 000 ménages. Le nombre total de ménages est de 65 859 å Niamey. Le taux global de sondage est 1 000/65 859. On a donc : I000 50 Mi -- - - . b i 65859 65859 M/ où b i = 20 Ml u, De la même façon, le nombre de ménages à tirer dans chaque ZD simple est : dans le reste du milieu urbain, et : b, -- 20 M~---~/ M, b~ = 25 M/ u, dans le milieu rural, où M, est le nombre de ménages recensés dans la ZD et AI,' est le nombre de ménages nouvellement dénombrés par l'équipe EDSN. 216 Le tirage des ménages s'est fait avec probabilité égale et l'intervalle de tirage est calculé de la manière suivante : 1 _ Mi ~ Pn b, Dans le cas des grandes ZD qui ont été segment~es et où un seul segment a été retenu peur l'enquête, on a introduit un degré intermédiaire entre le premier et le deuxième degrés. Soit tq la taille estimée en proportion du segment j choisi peur la ZD i. On notera que Et~i = 1. La probabilité au second degré est de : b# oi~ b,j est le nombre de ménages à tirer dans le segment j de la ZD i et M' o le nombre de ménages dénombrés par l'équipe EDSN dans le segment j de la ZD i. Le nombre b o de ménages à tirer dans le segment j de la ZD i est : b# -- 20 M#/ tcn, à Niamey et dans le reste du milieu urbain, et : b# -- 25 M#¢ t«M, dans le milieu rural. L'intervalle de sondage est : I°-- b¢ C.7 ECHANTILLON MARI L'enquête mari au Niger perte sur la moitié des ménages sélectionnés pour l'enquête principale. Pour pouvoir mener aussi bien une analyse comparative femme-mari qu'une analyse portant uniquement sur les matis, on a enquêté les matis de toutes les femmes éligibles trouvées dans un ménage sur deux. Le tirage des ménages pour l'enquête-mari a été effectué au m~me moment que le tirage des ménages dans toutes les grappes, de façon systématique, et avec une probabilité égale à un ménage sur deux. 217 C.8 RESULTATS DES ENQUETES Les Tableaux C.3 et C.4 donnent les résultats détaillés des enquêtes ménage, femme et mari selon le milieu et la région de résidence. A la suite du classement des ménages selon les différents codes r6sultat, le taux de réponse pour ]'enqu~te ménage est calculé de la façon suivante : (1) (1)+(2)+(3)+(4)+(5) Tableau C.3 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par région et milieu de résidence Répartition (en %) des ménages el des femmes éligibles dans l'échaniillon de I'EDS par résultat de l'enqu&e,/aux de réponse des ménages et des femmes, et taux de réponse global selon la région et le milieu de résidence. EDS Niger 1992 Région de r6sldence Milieu de residence Résultat Tahouid Zin4er/ Autres Ensemble des intervlews Niamey Dosso Maradi Agadez Tillab6rt Diffa Niamey villes urbain Rural Ensemble Ménages sélectlonnés Rempli (1) 89,4 91.5 81.5 92.0 93,6 89,6 89.4 90,8 90,1 90.1 90,1 Ménage présent mais pas d'enquété disponible (2) 0.6 0.0 0,0 0.6 0.2 0.3 0,6 0.5 0,6 0.2 0.3 Refus de répondre (3) 0.5 0.0 0.8 0,0 0,0 0,0 0.5 0.1 0,3 0,3 0,3 Ménage absent (4) 2.6 2, I 8.0 1.1 1.7 4.5 2,6 2. I 2.3 3,9 3.3 Logement non trouvé (5) 0,4 0.0 5,0 0.2 0.1 0.1 0,4 0.9 0.6 0.5 0.5 Logement vide (6) 5.3 4,2 4.6 4,4 3.6 5.0 5.3 4.5 4,9 4.2 4.5 Logement détruit (7) 0.8 1,6 0,0 1.7 0.7 0,4 0.8 0,4 0,6 0.7 0.7 Autre (8) 0.4 0>5 0.0 0.0 0.1 0.2 0.4 0,7 (1.5 0.3 0.4 Total 100,0 100.0 100.0 100,0 100,0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100,0 Effectif de ménages 1094 189 238 528 870 1005 1094 11670 2261 3558 5819 Taux de réponse 95.6 97.7 85>5 98.0 97.8 94.8 95.6 96.2 95.9 94,9 95,3 Femmes éllglbles Enti~rernent rempli (a) 96.8 98,5 97.4 95,6 94,8 97,3 96.8 96.3 96,5 96.2 96,3 Pas à la maison (b) 2.0 1,0 2,0 1,9 3.1 1,0 2.0 1.4 1.7 2,1 1,9 Dlff6ré (c) 0,0 0.0 0.7 0.0 0.0 0.0 0.0 0,0 0.0 0.0 0.0 Refus de répondre (ci) 0,6 0.0 0.0 0.1 0.6 0.2 0,6 0.8 0.7 0.1 0.4 Partiellement rempli (e) 0.1 0.0 0,0 0.5 0.5 0.5 0,1 0.4 0,3 0.3 0.3 Autre (f) 0.4 0.5 0,0 1.8 0.9 1.0 0.4 1. I 0.8 1.2 1.0 TOEal 100.0 1(~,0 100.0 100.0 100.0 100.0 100,0 100,0 100.0 loe,0 loe.0 Effectif de femmes 1392 196 153 735 1103 1102 1392 1401 2793 3957 6750 Taux de r6ponse des femmes 96.8 98.5 97,4 95,6 94.8 97.3 96.8 96,3 96.5 96.2 96,3 Taux de réponse global des femmes 92.5 96.2 83.2 93.7 92.8 92,3 92.5 92.6 92,6 91.3 91,8 218 Tableau C.4 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des rnaris par région et milieu de résidence Répartition (en %) des ménages sélectionnes pour l'enquéte mari et des maris éligibles dans l'échantillon de I'EDS par résultat de l'enquête, taux de réponse des ménages et des matis, et taux de réponse global selon la région et le milieu de résidence. EDS Niger 1992 Région de résidence Milieu de r6sidence R6sultat Tahoua/ Zinder/ Auues Ensemble des interviews Niamey Dosso Maradi Agadez Tillab6ri Diffa Niamey villes urbain Rural Ensemble Ménages s~lectlon nés Rempli (1) 90,2 91.7 83,3 90,9 94.1 91.6 90.2 91,5 90.8 90,9 90.9 Ménage pr~sent mais pas d'enquêté disponible (2) 0.5 0,0 0.0 0.8 0.5 0,2 0.5 0.5 0,5 0.1 0.3 Refus de répondra (3) 0.7 0,0 0.8 0.0 0,0 0.0 0,7 0.2 0.4 0.2 0.3 M~nage absent (4) 2,6 2.1 9,2 0.8 1.6 4.2 2,6 2.1 2,3 3.8 3,2 Logement non trouv6 (5) 0.0 0.0 5,0 0.4 0.0 0.2 0.0 1,4 0.7 0.6 0,7 Logement vide (6) 4.9 4.2 1.7 5.3 3.0 3.8 4.9 3,6 4,2 3,8 4.0 Logement dêtruá (7) 0,9 1.0 0.0 1.9 0.9 0,0 0.9 0.5 0,7 0.4 0.5 Autre (8) 0.2 1.0 0,0 0.0 0.0 0,0 0,2 0,3 0.3 0.1 0,2 Total 100,0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100,0 1 (YO,0 Effectif de ménages 549 96 120 265 437 498 549 585 1134 1778 2912 Taux de r6ponse des m6nages avec enquête mari 95,9 97,8 84.7 98.0 97.9 95.2 95.9 95.7 95.8 95.1 95.4 Matis 611glbles Enuèrement rempli (a) 78,1 87.3 97,6 92.7 85.4 83.3 78.1 80,3 79.3 88,6 85,2 Pas à la maison Ço) 20,0 9,1 2.4 6.3 12,2 14.3 20.0 15.6 17,6 9.5 12.5 Différé (c) 0.3 0.0 0,0 0,0 0.0 0,0 0.3 0.0 0.1 0.0 0.1 Refus de répondre (d) 1.0 0,0 0,0 0,0 0.0 0.0 1.0 0,0 0.4 0.3 0,3 Pamellement rempli («) 0.0 0,0 0.0 0.5 0.0 0.0 0,0 0.3 0,1 0.0 0.l Autre (f) 0.6 3.6 0.0 0.5 2,4 2,3 0,6 3,9 2,4 1.6 1.9 Total 100.0 100,0 lõO.O 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100,0 Effectif de marls 315 55 41 191 336 294 315 360 675 1168 1843 Taux de r6ponse des marls 78.1 87,3 97,6 92,7 85.4 83,3 78,1 80,3 79.3 88.6 85,2 Taux de r6ponse global des marls 74,9 85.3 82.7 90,8 83,6 79.3 74.9 76.8 75.9 84.3 81,3 De la même manière, le taux de réponse des femmes et celui des maris sont calculés de la manière suivante : (a) (a)+(b)+(c)+(d)+(e)+(t) Le taux de réponse global des femmes est le produit du taux de réponse des enquêtes ménage et du taux de réponse des femmes. Le taux de rêponse global des maris est le produit du taux de réponse des ménages sélectionnés pour l'enquête mari et du taux de r6ponse des maris. 219 ANNEXE D ERREURS DE SONDAGE ANNEXED ERREURS DE SONDAGE Les estimations obtenues à partir d'une enquête par sondage sont sujettes ~t deux types d'erreurs: erreurs de mesure et erreurs de sondage. On appelle erreurs de mesure les biais imputables à la mise en oeuvre de la collecte et de l'exploitation des données telles que l'omission de ménages sélectionnés, la mauvaise interprétation des questions, soit de la part de l'enquêtrice, soit de la part de l'enquêtée, ou encore les erreurs de saisie des données. Quoique tout le possible ait été fait pour minimiser ce type d'erreur pendant la mise en oeuvre de I'EDSN, il est difficile d'éviter et d'évaluer toutes les erreurs de mesure. Par contre, les erreurs de sondage peuvent être ~valu~es statistiquement. Les estimations qui figurent dans ce rapport ont été obtenues å partir d'un échantillon de 6 503 femmes ãgés de 15 à 49 ans. Si l'enquête avait ét~ effectuée auprès d'autres enqu~tées, on a tout lieu de penser que les fréquences des réponses auraient été quelque peu différentes de celles que l'on a présentées. C'est l'incertitude de cette assomption que reflète l'erreur de sondage; celle-ci permet donc de mesurerle degré de variation des réponses suivant l'échantillon. L'erreur-type (ET) est un indice particulièrement utile pour mesurer l'erreur de sondage d'un paramètre (moyenne ou proportion). On l'estime à partir de la variance des réponses dans l'échantillon m~me : l'erreur-type est la racine carrée de la variance. Cet indice a pour propriété que dans 95 pour cent des échantillons de taille et caractéristique identiques, la valeur vraie d'un paramètre pour l'ensemble d'une population se trouve à l'intérieur de l'intervalle de + 2 ET. Si l'échantillon des femmes avait été tiré d'après un plan de sondage aléatoire simple, il aurait été possible d'utiliser des formules simples pour calculer les erreurs de sondage. Cependant, l'échantillon de I'EDSN est un échantillon stratifié å deux degrés. Par conséquent, on a besoin d'utiliser des formules plus complexes. Le logiciel CLUSTERS, développé par l'International Statistical Institute pour l'Enquête Mondiale sur la Fécondité, a été utilisé pour calculer les erreurs de sondage suivant la méthodologie statistique appropriée. CLUSTERS traite chaque proportion ou moyenne comme étant une estimation de ratio, r=y/x, dans lequely représente la valeur du paramètre y pour l'échantillon total, et x représentc le nom bre total de cas dans l'ensemble (ou sous-ensemble) de l'échantillon. La variance de r est estimée par : ETZ(r) var(r) 1 - f mb 2 Zh - - - - - - , _ . z~- : ho1 m: l »1 h dans laquelle z~ = y~-r .x~ , et z h -- Yh - r .xh oè. h mb Yh« x~, f représente la strate qui va de 1 å H, est le nombre total d'unités primaires de sondage (UPS) tir~es dans la h «~ strate, est la somme des valeurs du paramètre y dans I'UPS i dans la h «'~ strate, est la somme des nombres de cas (femmes) dans I'UPS i dans la h «'~" strate, et est le taux global de sondage qui est tellement faible que CLUSTERS n'en tient pas compte. 223 Il existe un deuxième indice très utile qui est la racine carrée de l'effet du plan de sondage (REPS) ou effet de grappe : c'est le rapport de l'erreur-type observée sur l'erreur-type qu'on aurait obtenue si on avait eu recours å un sondage aléatoire simple. Cet indice révèle dans quelle mesure le plan de sondage qui a été choisi se rapproche d'un échantillon aléatoire simple de la m~me taille : la valeur 1,0 de la REPS indique que le plan de sondage est aussi efficace qu'un échantillon aléatoire simple, alors qu'une valeur supérieure à 1,0 indique un accroissement de l'erreur de sondage dfl å un plan de sondage plus complexe et moins efficace au point de vue statistique. Le logiciel CLUSTERS calcule aussi l'erreur relative et l'intervalle de confiance pour chaque estimation. Les erreurs de sondage pour I'EDSN ont été calcul~es pour certaines des variables les plus intéressantes. Les résultats sont présentés dans cette annexe pour tout le pays, l'ensemble du milieu urbain, le milieu rural, la capitale Niamey, les autres centres urbains, et les cinq départements ou groupes de départements (Dosso, Maradi, Tahoua/Agadez, Tillabéri et Zinder/Diffa). Pour chaque variable, le type de statistique (moyenne ou proportion) et la population de base sont présentés dans le tableau D. 1. Les tableaux D.2 à D. 11 présentent la valeur de la statistique (M), l'erreur-type (ET), le nombre de cas non-pondérts (N) et pondérés (N'), la racine carrée de l'effet du plan de sondage (REPS), l'erreur relative (ET/M), et l'intervalle de confiance ~t 95% (M+2ET) pour chaque variable. En gtnéral, les erreurs relatives de la plupart des estimations pour l'ensemble du pays sont faibles, sauf dans le cas de très faibles proportions. On remarque certaines différences dans les erreurs relatives au niveau des sous-échantillons : par exemple, pour la variable "Enfants nés vivants des femmes ågées de 15 à 49 ans," l'erreur relative en tant que pourcentage de la moyenne estimée est, respectivement, de 1,4%, 2,0% et 3,6% pour l'ensemble des femmes du pays, pour le milieu urbain et pour Niamey. Pour la m~me variable, I'EDSN a donné un nombre moyen d'enfants nés vivants de 3,852 pour l'ensemble des femmes, auquel correspond une erreur-type de 0,056 enfant. La fourchette dans laquelle se place la moyenne + 2 ET est donc 3,740 et 3,963. La probabilité que la vraie valeur du nombre moyen d'enfants nés vivants des femmes ãgées de 15 à 49 ans soit å l'intérieur de cet intervalle est de 95%. 224 Tableau D.1 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage T EDS Niger 1992 Variable Estimation Population de base FEMMES Résidence urbaine Proportion Sans instruetion Prtrporticm Inslruction primaire ou plus Proportion Jamais en union Proportion Actuellement mariée (en union) Proportion En union avant 20 ans Proportion Première activité sexuelle avant 18 ans Proportion Enfants nés vivants Moyenne Enfants nés vivants Moyenne Enfants survivants Moyenne Connaît une méthode Proportion Connaît la source pour une méthode Proportion A utilisé une méthode Proportion Utilise actuellement une méthode Proportion Utilise actuellement une méthode moderne Proportion Utilise la pilule Proportion Utilise une source publique Proportion Ne veut plus d'enfants Proportion Veut retarder d'au motos 2 ans Proportion Taille de famille idéale Moyenne Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique Proportion Assistance médicale à l'accouchement Proportion Diarrhée dans les demières 24 heures Proportion Diarrhée dans les 2 demières semaines Proportion A reçu traitement SRO Proportion A reçu~altementmédical Ayant une carte de santé A reçu vaccination BCG A reçu vaccination DTC (3 doses) A reçu vaccination polio (3 doses) A reçu vaccination rougeole Vacciné contre toutes les maladies Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Toutes les femmes Toutes ics femmes Toutes les femmes Toutes les femmes Toutes les femmes Femmes 20 ans et plus Femmes 20 ans et plus Toutes les femmes Femmes 40-49 ans Toutes les femmes Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Utilisatrices de méthodes modernes Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Toutes les femmes Naissances, 5 dernières années Naissances, 5 dernières années Enfants âgés 1-59 mois Enfants âgés 1-59 mois Enfant ågés 1-59 mois. avec diarrhée les 2 dernières semaines Enfants âgés 1-59 mois, avec diarrhée les 2 dernières semaines Enfants âgés 12-23 mois Enfants âgés 12-23 mois Enfants âgés 12-23 mois Enfants âgés 12-23 mois Enfants ågés 12-23 mois Enfants ågés 12-23 mois MAR1S Résidence urbaine Sans instruction Instruction primaire ou plus Connah une méthode A utilisé une méthode Utilise actuellement une méthode Utilise actuellement une méthode moderne Utilise la pilule Utilise le condom Utilise la continence pénodlque Ne veut plus d'enfants Taille de famille idéale Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Moyenne Tous les maris Tous les maris Tous les maris Tous les matis Tous les maris Tous les maris Tous les matis Tous les matis Tous les maris Tous les maris Tous les matis Tous les mans 225 Tableau D.2 Erreurs de sondage: Echanli[lon nat~ona/r EDS Niger 1992 Population de base Effet Erreur Non Pondé- de Erreur Valeur type pondérée r6e grappe relative Variable (M) (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) Intervalle de confiance M-2ET M+2ET FEMMES Résidence urbaine 0,173 0,006 6503 6503 Sans instruction 0,893 0,006 6503 6503 Instruction primaire ou plus 0,107 0,006 6503 6503 Jamais en union 0,105 0,005 6503 6503 Actuellement mariée (en tmion) 0,855 0,005 6503 6503 En union avant 20 arts 0,930 0,005 5076 5124 Première activité sexuelle avant 18 ans 0,892 0,006 5076 5124 Enfants nés vivants 3.852 0,056 6503 6503 Enfants nés vivants 7,495 0,148 881 933 Enfants survivants 2,621 0,033 6503 6503 Connalt une méthode 0,773 0,011 5232 5561 Cormalt la source pour une méthode 0,331 0,016 5232 5561 A utilisé une méthode 0,114 0,007 5232 5561 Utilise actuellement une méthode 0,044 0,003 5232 5561 Utilise une méthode moderne 0,023 0,002 5232 5561 Utilise la pilule 0,015 0,002 5232 5561 Utilise une source publique 0,933 0.019 316 150 Ne veut plus d'enfants 0,089 0,005 5232 5561 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,451 0.009 5232 5561 Taille de famille idéale 8,227 0,089 5611 5605 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,231 0.017 6800 7094 Assistance médicale à l'accouchement 0,149 0,012 6800 7094 Diarrhée dans les demières 24 heures 0,155 0,007 5527 5612 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0,279 0,009 5527 5612 A reçu traitement SRO 0,104 0,011 1410 1566 A reçu traitement médical 0.099 0,008 1410 1566 Ayant une carte de santé 0.353 0,023 1082 1086 A reçu vaccination BCG 0,399 0,024 1082 1086 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,203 0.016 1082 1086 A reçu vaccination polio (3 doses) 0.201 0,016 1082 1086 A reçu vaccination rougeole 0,278 0,020 1082 1086 Vacciné contre toutes les maladies 0,174 0,015 1082 1086 1,340 0,036 0,161 0,186 1,535 0,007 0,882 0,905 1,535 0,055 0,095 0,118 1,375 0,050 0,094 0,115 1,202 0,006 0,845 0,866 1,283 0,005 0,921 0,939 1,334 0,007 0,880 0,904 1,383 0,014 3,740 3,963 1,297 0.020 7,199 7,791 1,151 0.013 2,555 2,687 1,912 0,014 0,751 0,795 2,514 0,049 0,298 0,364 1,587 0,061 0,100 0,128 1.165 0,075 0,038 0,051 1,039 0,095 0,018 0.027 1,010 0,114 0,011 0,018 1,362 0,021 0,894 0.971 1,2113 0.053 0,080 0,099 1,368 0.021 0,432 0,470 2,009 0.011 8,049 8,405 2,644 0.073 0,197 0,264 2.108 0,077 0,126 0,173 1,493 0.048 0,140 0,170 1.477 0,033 0,261 0,297 1,346 0,104 0,083 0,126 1.007 0,080 0.083 0,115 1,586 0,066 0,306 0,400 1,563 0,059 0,352 0,446 1,296 0,079 0,171 0,235 1,310 0,081 0,169 0,233 1,434 0,071 0,239 0,318 1,263 0.085 0,144 0,204 MARIS Résidence urbaine 0,148 0,007 1570 1570 0,826 0,050 0.133 0,162 Sans instruction 0,893 0,010 1570 1570 1,333 0,012 0,872 0,914 Instruction primaire ou plus 0,107 0,010 1570 1570 1.333 0,097 0,086 0,128 Connalt une méthode 0,854 0,012 1570 1570 1,348 0,014 0,830 0,878 A utilisé une méthode 0,133 0,008 1570 1570 0,959 0.062 0,117 0,149 Utilise actuellement une méthode 0,067 0,006 1570 157[) 0,913 0.086 0.056 0,079 Utilise une méthode moderne 0,026 0,003 1570 1570 0,839 0.129 0,020 0,033 Utilise la pilule 0,015 0,002 i570 1570 0,73I 0.148 0,011 0,020 Utilise le condom 0,005 0,002 1570 1570 0,824 0.286 0,002 0,008 Utilise la continence périodique 0,008 0,002 1570 1570 0,993 0,284 0,003 0,012 Ne veut plus d'enfants 0,020 0,004 1570 1570 1,029 0,181 0,013 0,027 Taille de famille idéale 12.110 0,225 1220 1232 1,197 0.019 11,659 12,561 226 Tableau D.3 Erreurs de sondage: Milieu rural r EDS Ni8er 1992 Variable Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance Valeur type pend4rée rée grappe relative (Ml (ET) (N) (N') (REPS) (ET/Ml M-2ET M+2ET FEMMES Résidence urbaine 0,000 0,000 3807 5377 0,000 0,000 0,000 0,000 Sans instruction 0,944 0,006 3807 5377 1,598 0,006 0,932 0,956 Instruction primaire ou plus 0,056 0,006 3807 5377 1,598 0,106 0,044 0,068 Jamais en union 0,082 0,006 3807 5377 1,352 0,073 0,070 0,094 Actuellement mariée (en union) 0,887 0,006 3807 5377 1,143 0,007 0,875 0,899 En union avant 20 ans 0,951 0,005 3017 4261 1,283 0,005 0,941 0,961 Première activité sexuelle avant 18 ans 0,913 0,006 3017 4261 1,268 0,007 0,901 0.926 Enfants nés vivants 3,961 0,066 3807 5377 1,249 0,017 3,829 4,093 Enfants nés vivants 7,560 0,168 566 799 1,184 0,022 7,224 7,897 Enfants survivants 2,625 0,039 3807 5377 1,052 0.015 2,547 2,702 Connalt une méthode 0,747 0,013 3377 4770 1,705 0.017 0,722 0,773 Connah la source pour une méthode 0,259 0,019 3377 4770 2,480 0,072 0.221 0.296 A utilisé une méthode 0,080 0,008 3377 4770 1,626 0,095 0,065 0,095 Utilise actuellement une méthode 0.025 0,003 3377 4770 1,283 0,139 0.018 0.031 Utihse une méthode moderne 0.007 0,002 3377 4770 1,323 0,269 0,003 0.011 Utilise la pilule 0,005 0,002 3377 4770 1.327 0,331 0,002 0,008 Utilise une source publique 0,920 0,056 25 35 1,010 0,061 0,808 1.032 Ne veut plus d'enfants 0,080 0,005 3377 4770 1 ,141 0.067 0,069 0.091 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,457 0,011 3377 4770 1,250 0,023 0.435 0,478 Taille de famille idéale 8,577 0,104 3288 4644 1,819 0,012 8.369 8.785 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,135 0,018 4247 5998 2,836 0,136 0,099 0,172 Assistance médicale à l'accouchement 0,049 0,011 4247 5998 2.789 0,227 0,027 0,071 Diarrhée dans les dernières 24 heures 0,165 0,009 3299 4659 1,322 0,054 0.147 0,183 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0,295 0,011 3299 4659 1,317 0,037 0,273 0,317 A reçu traitement SRO 0,073 0,011 973 1374 1,273 0.149 0,051 0,095 A reçu traitement médical 0,067 0.007 973 1374 0.878 0,107 0,053 0,081 Ayant une carte de santé 0,260 0,028 634 895 1,592 0,109 0,204 0,317 A reçu vaccination BCG 0,293 0,028 634 895 1,521 0,095 0,238 0,349 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,110 0,018 634 895 1,432 0,164 0,074 0,147 A reçu vaccination polin (3 doses) 0,110 0,018 634 895 1,440 0,165 0,074 0,147 A reçu vaccination rougeole 0,202 0,023 634 895 1,439 0.115 0.156 0,248 Vacciné contre toutes les maladies 0,096 0,017 634 895 1,387 0,172 0,063 0,129 MARIS Résidence urbaine 0,OO0 0,000 1035 1338 0.000 0,000 0,000 0,000 Sans instruction 0,932 0,011 1035 1338 1,409 0,012 0.910 0.954 Instruction primaire ou plus 0,068 0,011 1035 1338 1,409 0,163 0,046 11.090 Connah une méthode 0,844 0,014 1035 1338 1,230 0,016 0.817 0,872 A utihsé une méthode 0.097 0,009 1035 1338 0,985 0.094 0.079 0,115 Utilise actuellement une méthode 0,046 0,006 1035 1338 0,936 0,132 0,034 0.059 Utdise une méthode moderne 0,007 0,003 1035 1338 1,136 0,428 0,1301 0.013 Utilise la pilule 0,003 0.002 1035 1338 0.993 0,573 0,000 0,006 Utilise le condom 0,002 0,001 1035 1338 0,998 0,705 0,000 0.005 Utilise la continence périodique 0,006 0,002 1035 1338 0,994 0,405 0,001 0.010 Ne veut plus d'enfants 0,016 0,004 1035 1338 1,003 0,241 0,0118 0,024 Taille de famille idéale 12,334 0.252 821 1061 1,117 0.020 11,830 12,837 227 Tableau D.4 Erreurs de sondage: Niamey) EDS Niger 1992 Valeur Vmiable (M) Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pond~- de Erreur de confiance type pondérée rée grappe relative (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Résidence urbaine 1,000 0.000 1347 Sans instruction 0,552 0,025 1347 Imtruction primaire ou plus 0,448 0,025 1347 Jamais en union 0,289 0,013 1347 Actuellement mariée (en union) 0,624 0,015 1347 En union avant 20 ans 0,714 0,017 1014 Première activité sexuelle avant 18 ans 0,665 0,021 1014 Enfants nés vivants 2,904 0,105 1347 Enfants nés vivants 6,812 0.210 149 Enfants survivants 2,411 0,078 1347 Connaît une méthode 0,951 0,010 840 Corm~.t la source pour une méthode 0,763 0,017 840 A utilisé une méthode 0,388 0,026 840 Utilise actuellement une méthode 0.208 0,015 840 Utilise une méthode moderne 0.173 0,016 840 Utilise la pilule 0.093 0,013 840 Utilise une source publique 0.928 0,024 180 Ne veut plus d'enfants 0,206 0,018 840 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,401 0,020 840 Taille de famille idéale 5.922 0,145 1208 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,780 0,018 1119 Assistance médicale à l'accouchement 0,775 0,027 1119 Diarrhée dans les demières 24 heures 0,076 0,009 998 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0,172 0,015 998 A reçu traitement SRO 0.366 0.037 172 A reçu traitement médical 0.314 0.043 172 Ayant une carte de santé 0,823 0,029 203 A reçu vaccination BCG 0.941 0,017 203 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,749 0,041 203 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,744 0,041 203 A reçu vaccination rougeole 0,714 0.047 203 Vacciné contre toutes les maladies 0,616 0.051 203 435 0,000 0,000 1,000 1,000 435 1,854 0,046 0,501 0,602 435 1,854 0,056 0,398 0,499 435 1,071 0,046 0,262 0,315 435 1,127 0,024 0,594 0,653 327 1,216 0,024 0,679 0,749 327 1,408 0,031 0,623 0.706 435 1,291 0,036 2,694 3,114 48 0,845 0,031 6,392 7,232 435 1,150 0,033 2,254 2,567 271 1,291 0,010 0.932 0,970 271 1,173 0,023 0,729 0,798 271 1,526 0,066 0,337 0.439 271 1,104 0,074 0,177 0,239 271 1,224 0,093 0,141 0,205 271 1.255 0.135 0.068 0.I18 58 1.256 0.026 0.879 0,976 271 1.305 0,088 0.170 (t,242 271 1,161 0,049 0,362 0,440 390 1,803 0,024 5,633 6,211 361 1,356 0.023 0,744 0,816 361 1,814 0,035 0,720 0,829 322 1,035 0,117 0,058 0,094 322 1,225 0,087 0,142 0,202 55 0,978 0,101 0,292 0,441 55 1,178 0,137 0,228 0,400 65 1,082 0,035 0,764 0,881 65 1,013 0,018 0,907 0,974 65 1,329 0,054 0,667 0,830 65 1,341 0,056 0,661 0,827 65 1.484 0,066 0,619 0,809 65 1.468 0.082 0,514 0.717 MARIS Résidence urbaine 1,000 0,000 246 81 0,000 0.000 1,000 1,000 Sans instruction 0.581 0,034 246 81 1,089 0,059 0,513 0,650 Instruction primaire ou plus 0,419 0,034 246 81 1,089 0,082 0,350 0,487 Connalt une méthode 0,959 0,018 246 81 1,41)5 0.018 0,924 0,995 A utilisé une méthode 0.407 0.036 246 81 1.147 0,089 0,335 0.478 Utilise actuellement une méthode 0,232 0,028 246 81 1,026 0.119 0,176 0,287 Utilise une méthode moderne 0.175 0,026 246 81 1,064 0.148 0,123 0,226 Utilise la pilule 0.138 0,024 246 81 1,069 0.171 0.091 0,185 Utilise le condom 0,012 0,007 246 81 1,018 0,585 0.000 0,026 Utilise la continence périodique 0,028 0,013 246 81 1,178 0.440 0,003 0,053 Ne veut plus d'enfants 0,061 0,019 246 81 1,230 0.308 0,023 0,099 Taille de famille idéale 10.383 0,655 196 65 1,161 0,063 9,072 11,693 228 Tableau D.5 Erreurs de sondage: Autres villes) EDS Niger 1992 ValeUT Variable (M) Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance type pondérée rde grappe relative (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Résidence urbaine 1,000 0.000 1349 691 Sans instruction 0,714 0,022 1349 691 Instruction primaire ou plus 0,286 0,022 1349 691 Jamais en union 0,167 0,016 1349 691 Actuellement maride (en union) 0,752 0,019 1349 691 En union avant 20 ans 0,896 0,010 1045 535 Pre, m'çere ~.ctivlté sexuelle avant 18 ans 0,860 0,012 1045 535 Enfants nés vivants 3,594 0,079 1349 691 Enfants nés vivants 7,271 0,298 166 85 Enfants survivants 2,729 0,057 1349 691 Cormait une méthode 0,920 0,015 1015 520 Coun~åt la source pour une méthode 0,771 0,024 1015 520 A utilisé une méthode 0,278 0,017 1015 520 Utilise actuellement une méthode 0,141 0,011 1015 520 Utilise une méthode moderne 0,086 0,010 1015 520 Utilise la pilule 0,066 0,007 1015 520 Utilise une source publique 0,946 0,027 111 57 Ne veut plus d'enfants 0,113 0,008 1015 520 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,429 0,018 1015 520 Taille de famille idéale 6,959 0,143 1115 571 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection matitétanique 0,739 0,023 1434 735 Assistance médicale à l'accouchement 0,662 0,027 1434 735 Diarrhée dans les demières 24 heures 0,121 0,011 1230 630 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0,215 0,014 1230 630 A reçu tJraltement SRO 0,313 0,031 265 136 A reçu traitement médical 0,336 0,034 265 136 Ayant une carte de santé 0,767 0,027 245 125 A reçu vaccination BCG 0.869 0,029 245 125 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,580 0,042 245 125 A reçu "~aeclnation polio (3 doses) 0,563 0,044 245 125 A reçu vaccination rougeole 0,596 0,041 245 125 Vaceiné contre toutes les maladies 0,498 0,042 245 125 0,000 0,000 1,000 1,000 1,753 0,030 0,671 0,757 1,753 0,075 0,243 0,329 1,528 0,093 0,136 0,198 1,615 0,025 0,714 0,790 1,100 0,012 0.875 0.916 1,095 0,014 0,837 0,884 0,903 0,022 3,435 3,752 1,071 0,041 6,675 7,867 0,834 0,021 2,615 2,843 1,736 0,016 0,891 0,950 1,810 0,031 0,724 0,819 1,218 0,062 0,244 0,312 1,051 0,081 0,118 0,164 1,168 0,120 0,065 0,106 0,953 0,113 0,051 0,081 1,262 0,029 0,892 1,000 0,773 0,068 0,098 0,129 1,166 0,042 0,392 0,465 1,548 0,021 6,673 7.244 1,622 0,031 0,694 0,785 1,702 0,041 0,609 0,716 1,165 0,093 0,099 0,144 1,125 0,063 0,188 0,243 1,028 0,099 0,251 0,375 1,086 0,102 0,267 0,405 0,986 0,035 0,714 0,821 1,335 0,033 0,812 0,927 1,326 0,073 0,495 0,664 1,372 0,078 0,476 0,651 1,294 0,068 0,514 0,678 1,302 0,084 0,414 0,582 MARIS Résidence urbaine 1,000 0,000 289 150 0,000 0,000 1,000 1,000 Sans instruction 0,713 0,036 289 150 1,345 0.050 0,641 0,785 Instruction primaire ou plus 0,287 0,036 289 150 1,345 0,125 0,215 0,359 Counait une méthode 0,882 0,019 289 150 1,010 0,022 0,844 0,921 A utilisé une méthode 0,308 0,027 289 150 1,007 0,089 0,253 0,363 Utilise actuellement une méthode 0,163 0,027 289 150 1,237 0,165 0,109 0,216 Utilise une méthode moderne 0,121 0,021 289 150 1,115 0,177 0,078 0.164 Utilise la pilule 0,059 0,013 289 150 0,956 0,225 0.032 0,085 Utilise le condom 0,031 0,010 289 150 0,950 0,312 0,012 0,051 Utilise la continence périodique 0,014 0,007 289 150 0,000 0,497 0,000 0,028 Ne veut plus d'enfants 0,031 0,010 289 150 0,984 0,323 0,011 0,05l Taille de famille idéale 10,921 0,438 203 106 0,949 0,040 10,044 11,798 229 Tableau D.6 Erreurs de sondage: Milieu urbain, EDS Niger 1992 Population de base Effet Intervalle Eneur Non Pond~- de Erreur de confiance Valeur type pond6rée rée grappe relative Variable (M) (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Résidence urbaine 1.000 0.000 2696 1126 0.000 0.000 1.000 1.000 Sans instruction 0.651 0.017 2696 1126 1.854 0.026 0.617 1/.685 Instsuetion primaire ou plus 0.349 0.017 2696 1126 1.854 0.049 0.315 0.383 Jamais en union 0.214 0.011 2696 1126 1.410 0.052 0.192 0.236 Actuellement mariée (en union) 0.703 0.013 2696 1126 1.527 0.019 0.676 0.730 En union avant 20 ans 0.827 0.010 2059 863 1.185 0.012 0.807 0.847 Première activité sexuelle avant 18 ans 0.786 0.012 2059 863 1.293 0.015 I ) .763 0.809 Enfants nés vivants 3.328 0.066 2696 1126 1.083 0.020 3.196 3.459 Enfants nés vivants 7.105 0.201 315 133 1.052 0.028 6.703 7.508 Enfants survivants 2.606 0.047 2696 1126 0.980 0.018 2.512 2.701 Conna]t une méthode 0.931 0.010 1855 791 1.753 0.011 0.910 0.951 Connalt la source pour une méthode 0.769 0.017 1855 791 1.710 0.022 0.735 0.802 A utilisé une méthode 0.316 0.014 1855 791 ].304 0.045 0.287 0.344 UtiLise actuellement une méthode 0.164 0.009 1855 791 1.058 0.055 0.146 0.182 Utilise une méthode moderne 0.115 0.009 1855 791 1.184 0.076 0.1198 0.133 Utilise la pilule 0.075 0.007 1855 791 1.1/67 0.087 0.062 0.088 Utilise une source publique 0.937 0.018 291 115 1.286 0.020 0.900 0.974 Ne veut plus d'enfants 0.145 0.008 1855 791 0.991 0.056 11.129 11.161 Veut retarder d'au moins 2 ans 0.419 0.014 1855 791 1.194 0./133 0.392 11.447 Taille de famille idéale 6.538 0.107 2323 961 1.711 0.016 6.325 6.752 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0.753 0.017 2553 1096 1.670 0.022 0.720 0.786 Assistance médicale à l'accouchement 0.699 0.020 2553 1096 1.823 0.029 0.659 0.740 Diarrhée dans les dernières 24 heures 0.106 0.008 2228 952 1.192 0.075 0.090 11.122 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 0.201 0.010 2228 952 1.176 0.051 0.180 0.221 A reçu traitement SRO 0.329 0.025 437 191 1.064 0.075 0.280 11.378 A reçu Izaltemenz médical 0.329 0.027 437 191 1.162 0.083 0.275 0.384 Ayant une carte de santé 0.786 0.020 448 191 1.058 0.026 0.746 0.827 A reçu vaccination BCG 1/.894 0.020 448 191 1.394 0.022 0.854 0.934 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0.638 0.032 448 191 1.423 0.1151 0.573 0.7112 A reçu vaccination polin (3 doses) 0.625 0.034 448 191 1.470 0.054 0.558 0.692 A reçu vaccination rougeole 0.637 0.032 448 191 1.418 0.050 0.572 0.701 Vacciné contre toutes les maladies 0.538 0.033 448 191 1.421/ 0.1/62 0.471 0.605 MARIS Résidence urbaine 1.000 0.000 535 232 0.000 0.000 1.000 1.000 Saïls instruction 0.667 0.027 535 232 1.324 0.041 0.613 0.721 Instruction primaire ou plus 0.333 0.027 535 232 1.324 0.081 0.279 0.387 Connaît une méthode 0.909 0.014 535 232 1.117 0.015 11.882 11.937 A utilisé une méthode 0.343 0.022 535 232 1.080 0.065 0.298 0.387 Utilise actuellement une méthode 0.187 0.020 535 232 1.199 0.108 0.146 0.227 Utilise une méthode moderne 0.140 0.017 535 232 1.120 0.120 0.106 0.174 Utilise la pilule 0.087 0.012 535 232 0.999 0.140 0.062 0.111 Utilise le condom 0.024 0.007 535 232 1.004 0.274 0.011 0.038 Utilise la continence périodique 0.019 0.006 535 232 1.057 0.329 0.006 0.031 Ne veut plus d'enfants 0.042 0.009 535 232 1.070 0.222 0.023 0.060 Taille de famille idéale 10.716 0.369 399 171 1.036 0.034 9.979 11.454 230 Tableau D.7 Erreurs de sondage: Dosso I EDS Niger 1992 Valeur Variable (M) Population de base Effet Intervalle Erreur " Non Pond~- de Erreur de confiance type pond~r6e r6¢ grappe relative (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Résidence urbaine 0,077 0,008 Sans instruction 0,927 0,013 Instruction primaire ou plus 0,073 0,013 Jamais en union 0,108 0,017 Actuellement mariée (en tmion) 0,870 0,018 En union avant 20 ans 0,928 0,013 Première activité sexuelle avant 18 ans 0,875 0,018 Enfants nés vivants 3,908 0,198 Enfants nés vivants 7,933 0,362 Enfants survivants 2,801 0,119 Connalt une méthode 0,859 0,035 Connalt la source pour une méthode 0,410 0,056 A utilisé une méthode 0,072 0,015 Utilise actuellement une méthode 0,027 0,008 Utilise une méthode moderne 0,013 0,004 Utilise la pilule 0.008 0,003 Utilise une source publique 1,000 0,OO0 Ne veut plus d'enfants 0,099 0,014 Veut retarder d'au moins 2 ans 0.500 0,019 Taille de famille idéale 8,538 0,175 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,256 0,060 Assistance médicale à l'accouchement 0,119 0,034 Diarrhée dans les dernières 24 heures 0,144 0,020 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0,303 0,027 A reçu traitement SRO 0,090 0,022 A reçu traitement médical 0,080 0,024 Ayant une carte de santé 0,392 0,066 A reçu vaccination BCG 0,,:149 0,070 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,120 0,031 A reçu vaccination potin (3 doses) 0,120 0,031 A reçu vaccination rougeole 0.277 0,056 Vacciné contre toutes les maladies 0,116 0,032 703 874 0,768 0,100 0,062 0,093 703 874 1,276 0,014 0,902 0,952 703 874 1,276 0,172 0,048 0,098 703 874 1,484 0,161 0,073 0,143 703 874 1,439 0,021 0,833 0,906 538 675 1,143 0,014 0,903 0,954 538 675 1 ,241 0,020 0,839 0,910 703 874 1,588 0,051 3,51I 4,305 87 115 1,065 0,046 7,209 8,656 703 874 1,316 0,042 2,564 3,038 593 760 2,460 0,041 0,789 0,930 593 760 2,766 0,136 0,299 0,522 593 760 1,387 0,205 0,043 0,102 593 760 1,213 0,301 0,011 0.043 593 760 0,893 0,314 0,005 0.022 593 760 0,858 0,382 0.002 0,015 14 11 0,000 0,000 1.000 1.000 593 760 1,162 0,144 0,070 0,127 593 760 0,913 0,038 0,463 0,538 637 793 1,394 0,02l 8.187 8,888 794 1005 3,150 0,233 0,137 0,375 794 1005 2,360 0,281 0,052 0,186 645 816 1,359 0,I37 0,104 0,183 645 816 1,436 0,089 0,249 0,356 192 247 0,982 0,2,:19 0,045 0,135 192 247 1,215 0,308 0,031 0,128 115 143 1,432 0,170 0,259 0,525 115 143 1,496 0,157 0,308 0,590 115 143 1,013 0,263 0.057 0,183 115 143 1,013 0,263 0,057 0,I83 115 143 1,343 0,202 0.165 0,389 115 143 1,057 0,279 0,051 0.181 MARIS Résidence urbaine 0,065 0,010 177 209 0,520 0,149 0,045 0,084 Sans instruction 0,903 0,032 177 209 1,429 0,035 0,840 0,967 Instruction primaire ou plus 0,097 0,032 177 209 1,429 0,329 0,033 0,160 Connaît une méthode 0,988 0,009 177 209 1,033 0,009 0,970 1.005 A utilisé une méthode 0,150 0,021 177 209 0,774 0.139 0,108 0,192 Utilise actuellement une méthode 0,066 0,016 177 209 0,876 0,249 0,033 0.099 Utilise une méthode moderne 0,027 0,010 177 209 0,812 0,365 0,007 0.047 Utilise la pilule 0,009 0,006 177 209 0,914 0,736 0,000 0,021 Utilise le condom 0,016 0,006 177 209 0,674 0,396 0,003 0,029 Utilise la continence périodique 0,009 0,006 177 209 0,916 0,738 0,000 0,022 Ne veut plus d'enfants 0.015 0,009 177 209 0,985 0,604 0,(300 0,033 Taille de famille idéale 13,037 0,432 148 174 0,866 0,033 12,172 I3,901 231 Tableau D.8 Erreurs de sondage: Maradi T EDS Niger 1992 Population de base Variable Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance Valeur type pondérée r~e grappe reladve (M) (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Résidence urbaine 0,140 0,015 1046 1186 1,408 0.108 0,110 0,170 Sans instruction 0,945 0,011 1046 1186 1 ,591 0,012 0,922 0,967 Instruction primaire ou plus 0,055 0,011 1046 1186 1 ,591 0,203 0,033 0,078 Jamais en union 0,060 0,012 1046 1186 1,684 0.207 0,035 0,085 Actuellement mariée (en union) 0,911 0,012 1046 1186 1,324 0,013 0,887 0,934 En union avant 20 ans 0,974 0.005 860 980 0.962 0,005 0,963 0,984 Première activité sexuelle avant 18 ans 0,943 0,008 860 980 1,024 0.009 0,926 0,959 Enfants nés vivants 4,510 0,131 1046 1186 1.244 0,029 4.248 4,771 Enfants nés vivants 7,979 0,339 173 210 1.261 0,043 7,300 8.658 Enfants survivants 2,774 0,036 1046 1186 0,520 0,013 2.702 2,846 Connalt une méthode 0,873 0,013 938 1080 1,232 0,015 0,846 0.900 Corma~t la source pour une méthode 0,289 0,046 938 1080 3,081 0,158 0,197 0,380 A utilisé une méthode 0,175 0,024 938 1080 1.965 0,140 0,126 0,223 Utilise actuellement une méthode 0.064 0,010 938 1080 1,259 0,157 0,044 0,084 Utilise une méthode moderne 0,011 0,003 938 1080 0,973 0,299 0,004 0,018 Utilise la pilule 0,007 0,002 938 1080 0,576 0,222 0,004 0.010 Utilise une source publique 0,961 0,041 22 13 0.959 0,042 0.880 1,042 Ne veut pins d'enfants 0,078 0,010 938 1080 1.162 0,130 0.058 0,099 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,440 0.023 938 1080 1.430 0,053 0,393 0,486 Taille de famille idéale 8,549 0,190 723 845 1.641 0.022 8.169 8,930 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,155 0,032 1192 1352 2,422 0.205 0,092 0,219 Assistance médicale à l'accouchement 0,122 0,025 1192 1352 2.021 0,203 0,073 0,172 Diarrhée dans les demi~res 24 heures 0,I94 0,015 944 1046 1,125 0,079 0,163 0,224 Diarrhée dans les 2 demi&es semaines 0,318 0,019 944 1046 1,170 0.059 0,280 0,356 A reçu traitement SRO 0,074 0,014 277 333 0,936 0,192 0,046 0,103 A reçu traitement médical 0,101 0,017 277 333 0,860 0,164 0,068 0,135 Ayant une carte de santé 0,401 0,064 179 193 1,664 0,160 0.272 0,529 A reçu vaccination BCG 0,455 0,057 179 193 1.462 0,125 0,341 0,569 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,184 0,041 179 193 1,321 0.220 0,103 0,266 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,184 0,041 179 193 1,344 0,224 0,102 0.267 A reçu vaccination rougeole 0,355 0,050 179 193 1,328 0.140 0,256 0,454 Vaccin~ contre toutes ]es maladies 0,157 0,034 179 193 1.163 0,215 0,089 0,224 MARIS Résidence urbaine 0,100 0,018 287 323 1.017 0,181 0.064 0,136 Sans instrucdon 0,885 0,033 287 323 1,732 0,037 0.819 0,950 lnsa-uction primaire ou plus 0,115 0,033 287 323 1,732 0,284 0,050 0,181 Conna3t une méthode 0,788 0,030 287 323 1,239 0,038 0,728 0,848 A utilisé une méthode 0,155 0,020 287 323 0,945 0.131 0,114 0,195 Utilise actuellement une méthode 0,089 0,015 287 323 0,877 0,166 0,059 0,118 Utilise une méthode moderne 0,025 0,011 287 323 1,143 0,423 0,004 0.046 Utilise la pilule 0,010 0,005 287 323 0,883 0,508 0 ,000 0,021 Utilise le condom 0,007 0.005 287 323 0,959 0,665 0,000 0,017 Utilise la continence périodique 0.004 0,004 287 323 1,099 1,025 0,000 0,012 Ne veut plus d'enfants 0,022 0,008 287 323 0,917 0,358 0,006 0,039 Taille de famille idéale 12,342 0,503 185 219 1,086 0.041 11,337 13.347 232 Tableau D.9 Erreurs de sondage: Tahoua/Agadez T EDS Niger 1992 Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pond~- de Erreur de confiance Valeur type pondér6e rée grappe relative Variable (M) (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Résidence urbaine 0,150 0,012 1265 1414 1,233 0,083 0,125 0,175 Sans instruction 0,928 0,010 1265 1414 1 ,311 0,010 0,908 0,947 Insa'uction primaire ou plus 0,072 0,010 1265 1414 1 ,311 0,132 0,053 0,092 Jamais en union 0,099 0,012 1265 1414 1,478 0,125 0,075 0,124 Actuellement mariée (en union) 0,849 0,011 1265 1414 1,089 0,013 0,827 0,871 En union avant 20 ans 0,912 0,009 1031 1153 1,077 0,010 0,893 0,931 Première activité sexuelle avant 18 ans 0,885 0,012 1031 1153 1,233 0,014 0,860 0,909 Enfants nés vivants 3,890 0,125 1265 1414 1,418 0,032 3,639 4,140 Enfants nés vivants 7,254 0,247 179 210 1,044 0,034 6,760 7,749 Enfants survivants 2,622 0,093 1265 1414 1,468 0,035 2,436 2,807 Corma~t une méthode 0,816 0,020 1051 1201 1,636 0,024 0,777 0,855 Connalt la source pour une méthode 0,334 0,028 1051 1201 1,913 0,083 0,279 0,390 A utilisé une méthode 0,142 0,013 1051 1201 1,228 0,093 0,115 0,168 Utilise actuellement une méthode 0,049 0,007 1051 1201 1,016 0,138 0,035 0,063 Utilise une méthode moderne 0,023 0,005 1051 1201 1,047 0,211 0,013 0,033 Utilise la pilule 0,016 0,003 1051 1201 0,891 0,214 0,009 0,023 Utilise une source publique 0,900 0,057 59 35 1,442 0,063 0,787 1,014 Ne veut plus d'enfants 0,072 0,010 1051 1201 1,215 0,134 0,053 0,092 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,431 0,020 1051 1201 1,310 0,046 0,391 0,471 Taille de famille idéale 7,957 0,143 1125 1258 1,691 0,018 7,671 8,242 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,233 0,031 1409 1555 2,074 0,131 0,172 0,294 Assistance médicale à l'accouchement 0,170 0,030 1409 1555 2,259 0,176 0,110 0,230 Diarrhée dans les dernières 24 heures 0,161 0,020 1130 1215 1,712 0,122 0,121 0,200 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 0,265 0,02i 1130 1215 1,482 0,078 0,224 0.307 A reçu traitement SRO 0,143 0,038 281 322 1,814 0,268 0,066 0,219 A reçu traitement médical 0,106 0,021 281 322 1,089 0,195 0,065 0,147 Ayant une carte de santé 0,305 0,030 225 241 0,944 0,098 0,245 0,364 A reçu vaccination BCG 0,365 0,048 225 241 1,435 0,130 0,270 0,460 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,219 0,036 225 241 1,251 0,162 0,148 0,291 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,209 0,035 225 241 1,233 0,I65 0,140 0,278 A reçu vaccination rougeole 0,266 0,042 225 241 1,380 0,158 0,182 0,350 Vacciné contre toutes les maladies 0,191 0,034 225 241 1,273 0,181 0,122 0,260 MARIS Résidence urbaine 0,156 0.017 293 308 0,783 0,107 0,122 0,189 Sans instruction 0,922 0,012 293 308 0,774 0,013 0,897 0,946 Instruction primaire ou plus 0,078 0,012 293 308 0,774 0,155 0,054 0,103 Connaît une méthode 0,781 0,036 293 308 1,473 0,046 0,710 0,853 A utilisé une méthode 0,126 0,023 293 308 1,205 0,186 0,079 0,173 Utilise actuellement une méthode 0,065 0,015 293 308 1,046 0,232 0,035 0,095 Utilise une méthode moderne 0,019 0,004 293 308 0,551 0,234 0,010 0,027 Utilise la pilule 0,012 0,003 293 308 0,480 0,257 0,006 0,018 Utilise le condom 0,003 0,oe2 293 308 0,704 0,708 0,000 0,008 Utilise la continence périodique 0,013 0,007 293 308 1,054 0,546 0,000 0,026 Ne veut plus d'enfants 0,008 0,006 293 308 1.091 0,694 0,000 0,020 Taille de famille idéale 12,883 0,391 201 213 0,853 0,030 12,101 13,665 233 Tableau D.IO Erreurs de sondage: Tillabéri~ EDS Ni8er 1992 Population de base Variable Effet Intervalle Eneur Non Pond~- de Erreur de confiance Valeur type pond6rée rée grappe relalave (M) (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Résidence urbaine 0,027 0,006 Sans instruction 0,890 0,018 Instruction primaire ou plus 0,110 0,018 Jamais en union 0,152 0,012 Actuellement mariée (en union) 0,814 0,012 En union avant 20 ans 0,934 0,018 Première activité sexuelle avant 18 ans 0,881 0,021 Enfants nés vivants 3,569 0,080 Enfants nés vivants 8.009 0,432 Enfants survivants 2,622 0,069 Connalt une méthode 0,872 0,016 Connait la source pour une méthode 0,307 0,048 A utilisé une méthode 0,058 0,018 Utilise actuellement une méthode 0,022 0,009 Utilise une méthode moderne 0.017 0.007 Utilise la pilule 0.012 0.006 Utilise une source publique 1,000 0,000 Ne veut plus d'enfants 0.090 0,014 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,534 0,025 Taille de famille idéale 8.525 0.340 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0.242 0.049 Assistance médlcale à l'accouchement 0,063 0,024 Diarrhée dans les demi&es 24 heures 0,105 0,015 Diarrhée dans les 2 demi&es semaines 0,242 0,020 A reçu traitement SRO 0,085 11,021 A reçu traitement médical 0,066 0,011 Ayant une carte de santé 0,355 0,065 A reçu vaccination BCG 0,306 0,060 A reçu vaecinatinn DTC (3 doses) 0,144 0,045 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,144 0,045 A reçu vaccination rougeole 0,199 0,049 Vacciné contre toutes les maladies 0,130 0,039 852 1149 1.064 0,220 0,015 0,039 852 1149 1,697 0,020 0,853 0,926 852 1149 1,697 0,165 0,074 0,147 852 1149 0,997 0.081 0,127 0,177 852 1149 0.883 0,014 0,790 0,837 604 818 1,818 0,020 0,897 0,971 604 818 1.582 0,024 0,839 0,923 852 1149 0.713 0,022 3,410 3,729 107 146 1.492 0.054 7,145 8,873 852 1149 0.814 0,026 2,483 2,760 684 935 1.275 0,019 0,839 0,904 684 935 2,734 0,157 0,211 0,404 684 935 1.983 0,306 0,022 0,093 684 935 1.604 0,406 0,004 0,041 684 935 1,482 0,427 0.003 0.032 684 935 1,576 0,555 0,000 0.025 15 18 0.000 0,000 1,000 1.000 684 935 1.256 0.153 0.063 0,118 684 935 1.287 0.046 0 .485 0,583 783 1060 2,443 0.040 7.845 9,204 933 1266 2.874 0,203 0,144 0,340 933 1266 2.571 0.380 0,015 0,111 748 1015 1.345 0.143 0.075 0,135 748 1015 1.254 0.082 0.202 0,282 183 246 1.019 11,248 0,043 0,127 183 246 0,619 0,172 0.043 0.089 173 231 1,735 0.182 0.226 0.485 173 231 1.702 0,196 0,186 0,426 173 231 1,655 0,310 0.055 0,233 173 231 1,682 0,315 0,053 0,235 173 231 1,598 0,246 0.101 0.297 173 231 1.51/7 0,300 0,052 0,207 MARIS Résidence urbaine 0,03l 0.003 215 266 0,273 0,104 0,025 0,038 Sain instruction 0.945 0.013 215 266 0,831 0,014 0.920 0,971 Instruction primaire ou plus 0,055 0,013 215 266 0,831 0,236 0.029 0,080 Cormalt une méthode 0,937 0,030 215 266 1.789 0,032 0,877 0,996 A ulilisé une méthode 0.102 0.018 215 266 0.885 0.179 0,066 0,139 Utilise actuellement une méthode 0,044 0,012 215 266 0.884 0,282 0,019 0,069 Utilise une méthode moderne 0.015 0.006 215 266 0,686 0,385 0,003 0,026 Utilise la pilule 0.004 0,002 215 266 0.467 0.509 0,000 0,008 Utilise le condom 0,000 0,000 215 266 0,000 0,000 0,000 0,000 Utilise la continence périodique 0,005 0,005 215 266 1,042 1.018 0,000 0,015 Ne veut plus d'enfants 0,021 0,010 215 266 1,060 {I,490 0,000 0,042 Taille de famille idéale 12,686 0,438 183 226 0,874 0,035 11,809 13,563 234 Tableau DA1 Erreurs de sondage: Zinder/Diffa, EDS Niger 1992 Variable Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance Valeur type pondtrée rée grappe relative (Ml (ET) (N) (N') (REPS) (ET/Ml M-2ET M+2ET FEMMES Résidence urbaine 0.149 0.010 1290 1445 Sans instruction 0.903 0.012 1290 1445 Instruction primaire ou plus 0.097 0.012 1290 1445 Jamais en union 0.052 0.007 1290 1445 Actuellement mariée (en union) 0.909 0.009 1290 1445 En union avant 20 ans 0.969 0.006 1029 1171 Première activité sexuelle avant 18 ans 0.938 0.008 1029 1171 Enfants nés vivants 3.750 0.117 1290 1445 Enfants nés vivants 6.793 0.337 186 204 Enfants survivants 2.451 0.066 1290 1445 Cormait une méthode 0.496 0.033 1126 1313 Cornait la source pour une méthode 0.245 0.020 1126 1313 A utilisé une méthode 0.045 0.007 1126 1313 Utilise actuellement une méthode 0.016 0.004 1126 1313 Utilise une méthode moderne 0.009 0.003 1126 1313 Utilise la pilule 0.009 0.003 1126 1313 Utilise une source publique 0.880 0.086 26 16 Ne veut plus d'enfants 0.083 0.009 1126 1313 Veut retarder d'au moins 2 ans 0.402 0.016 1126 1313 Taille de famille idéale 8.548 0.159 1135 1259 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0.141 0.028 1353 1554 Assistance médicale à l'accouchement 0.097 0.018 1353 1554 Diarrhée dans les demières 24 heures 0.187 0.015 1062 1198 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 0.303 0.021 1062 1198 A reçu traitement SRO 0.080 0.022 305 362 A reçu traitement médical 0.093 0.013 305 362 Ayant une carte de santé 0.189 0.042 187 212 A reçu vaccination BCG 0.286 0.037 187 212 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0.154 0.027 187 212 A reçu vaccination polio (3 doses) 0.156 0.027 187 212 A reçu vaccination rougeole 0.175 0.028 187 212 Vaccin~ contre toutes les maladies 0.122 0.027 187 212 1.023 0.068 0.128 0.169 1.494 0.014 0.879 0.928 1.494 0.127 0.072 0.121 1.102 0.131 0.038 0.066 1.114 0.010 0.89l 0.927 1.140 0.006 0.957 0.982 1.095 0.009 0.922 0.955 1.330 0.031 3.516 3.984 1.229 0.050 6.119 7.467 1.101 0.027 2.319 2.583 2.227 0.067 0.429 0.562 1.571 0.082 0.205 0.285 1.081 0.148 0.032 0.058 0.936 0.217 0.009 0.023 0.881 0.269 0.004 0.015 0.881 0.269 0.004 0.015 1.318 0.097 0.709 1.051 1.050 0.104 0.066 0.101 1.112 0.040 0.370 0.435 1.609 0.019 8.230 8.867 2.260 0.198 0.085 0.197 1.686 0.183 0.061 0.132 1.178 0.078 0.158 0.217 1.477 0.070 0.260 0.345 1.367 0.269 0.037 0.124 0.816 0.145 0.066 0.120 1.47ó 0.223 0.105 0.274 1.108 0.128 0.213 0.360 1.021 0.175 0.100 0.207 1.008 0.171 0.103 0.210 0.999 0.158 0.120 0.230 1.123 0.220 0.068 0.175 MARIS Résidence urbaine 0.I26 0.015 352 383 0.863 0.121 0.096 0.157 Sans instruction 0.902 0.021 352 383 1.331 0.023 0.860 0.944 Instruction primaire ou plus 0.098 0.021 352 383 1.331 0.216 0.056 0.140 Connaît une méthode 0.816 0.019 352 383 0.920 0.023 0.778 0.854 A utilisé une méthode 0.074 0.012 352 383 0.890 0.168 0.049 0.099 Utilise actuellement une méthode 0.032 0.009 352 383 0.969 0.283 0.014 0.051 Utilise une méthode moderne 0.010 0.005 352 383 0.963 0.508 0.000 0.020 Utilise la pilule 0.007 0.004 352 383 0.958 0.590 0.000 0.016 Utilise le condom 0.001 0.001 352 383 0.694 1.004 0.000 0.004 Utilise la continence périodique 0.004 0.002 352 383 0.689 0.575 0.oe0 0.009 Ne veut plus d'enfants 0.021 0.0C.8 352 383 1.~44 0.381 0.005 0.037 Taille de famille idéale 10.936 0.593 307 336 1.612 0.054 9.750 12.122 235 ANNEXE E TABLEAUX POUR L'EVALUATION DE LA QUALITE DES DONNEES Tableau E.1 Répartitionpar âge de la population des ménages Répartition de la population (de fait) des ménages par année d'åge, selon le sexe (pondéré), EDS Niger 1992 Hommes Femmes Hommes Femmes Age Effectif % Effectif % Age Effecuf % Effectif % <1 716 4,7 681 4,2 36 97 0,6 92 0,6 1 573 3,7 465 2,8 37 127 0,8 123 0,8 2 641 4,2 539 3,3 38 82 0,5 111 0,7 3 681 4.4 618 3,8 39 80 0,5 71 0,4 4 574 3,7 564 3,5 40 286 1,9 330 2,0 5 536 3,5 562 3,4 41 59 0,4 45 0,3 6 613 4,0 572 3,5 42 129 0,8 89 0,5 7 678 4,4 636 3,9 43 60 0,4 55 0,3 8 513 3,3 569 3,5 44 67 0,4 46 0,3 9 382 2,5 439 2,7 45 199 1,3 175 1,1 10 617 4,0 603 3,7 46 54 0,4 38 0,2 11 285 1,9 331 2,0 47 93 0,6 71 0,4 12 465 3,0 495 3,0 48 80 0,5 49 0,3 13 357 2,3 382 2,3 49 55 0,4 34 0,2 14 296 1,9 306 1,9 50 206 1,3 235 1,4 15 452 3,0 405 2,5 51 54 0,4 66 0,4 16 217 1,4 265 1,6 52 90 0,6 128 0,8 17 305 2,0 331 2,0 53 44 0,3 81 0,5 18 246 1,6 291 1,8 54 41 0,3 61 0,4 19 136 0,9 158 1,0 55 118 0,8 184 1,1 20 334 2,2 473 2,9 56 59 0,4 65 0,4 21 94 0,6 120 0,7 57 66 0,4 49 0,3 22 180 1,2 263 1,6 58 42 0,3 35 0,2 23 155 1,0 218 1,3 59 30 0,2 13 0,1 24 108 0,7 144 0,9 60 197 1,3 246 1,5 25 316 2,1 620 3,8 61 37 0,2 17 0,1 26 123 0,8 16I 1,0 62 52 0,3 36 0,2 27 192 1,3 287 1,8 63 35 0,2 26 0,2 28 152 1,0 209 1,3 64 29 0,2 8 0,0 29 96 0,6 80 0,5 65 85 0,6 105 0,6 30 347 2,3 562 3,4 66 20 O, 1 22 0,1 31 95 0,6 93 0,6 67 41 0,3 23 0,1 32 140 0,9 174 1,1 68 23 0,1 22 0,1 33 120 0,8 103 0,6 69 10 O, 1 11 0,1 34 76 0,5 87 0,5 70+ 448 2,9 352 2,2 35 255 1,7 395 2,4 ND 46 0,3 1 0,0 Total 15310 100,0 16317 100,0 239 Tableau E.2 Répm'tition par iÆe des femmes éligibles et des femmes enqu~zées Répartition (en %) par groupe d'åges quinquennal de la population (de fait) des femmes de 10-54 ans dans l'anqu&e ménage et des femmes de 15-49 ans enqu8tées, et pourcentage de femmes éligibles qui ont été anquf:tées (pondéré), EDS Niger 1992 Femmes dans l'enqu~.te ménage Femmes ertqu&ées Groupe Pourcentage däges Effectif % Effectifl %1 enqu&tées 10-14 2117 15-19 1451 21,4 1345 21,2 92,8 20-24 1219 18,0 1138 18,0 93,4 25-29 1358 20,1 1270 20,1 93,5 30-34 1018 15,0 966 15,3 94,9 35-39 792 11,7 748 11,8 94,5 40-44 564 8,3 523 8,3 92,7 45-49 367 5,4 340 5,4 92,7 50-54 571 15-49 6768 6332 93,5 Note: La population de fait comprend tous les résidents et les non-résidents qui ont dormi dans le ménage la nuit ayant précédé l'enquête. Dans ce tableau, les pondératiorts utilisées sont celles de l'enqb.te ménage. ISelon l'åge des femmes dans l'enquête ménage. 240 Tableau E.3 Complétude de l'enregistrement Pourcentage d'informations manquantes pour certaines questions démographiques et de santé, EDS Niger 1992 Pourcentages d'informations Type d'information Groupe de référence manquantes Effectif Date de nalsaan¢e Mois seulement 40,6 19088 Mois et année 0,1 19088 Age au décès Naissances des 15 dernières années 0,2 5713 Age/Date de la I ~re union I Femmes non-célibataires 0,3 5561 Niveau d'instruction Toutes les femmes 0,0 6503 Taille à la naissance Naissances des 1-59 derniers mois 0,5 7094 Anthropom~trle 2 Enfants vivants de 0-59 mois Taille 13,3 5717 Poids 10,4 5717 Taille et poids 13,3 5717 Naissances des 15 dernières années Diarrhée dans les 2 demières semaines Enfants vivants de 0-59 mois 3,2 5717 1Sans information pour l'åge et l'année 2Enfant non mesuré 241 Tableau E.4 Naissances par année du calendrier Répar tition des naissances par année du calendrier pour les enfants survivants (S). décédés (D) et l'ensemble des enfants (E). pourcentage de ceux ayant une date de naissance complète, rapport de maseulinité à la naissance et rapport de naissances annuelles (pondéré). EDS Niger 1992 Pourcentage avec Rapport de Rapport de Effectifs une date de masculinité naissances de naissances naissance complète I à la naissance 2 annuelles 3 Années S D E S D E S D E S D E 92 628 29 657 96.8 84.0 96.2 107.8 134.9 108,8 91 1359 145 1504 92,5 86.3 91,9 108.2 84.1 105,6 155.5 89.9 145,3 90 1121 293 1414 86.3 74,3 83,8 127.2 101,2 121,2 93.4 111,3 96.6 89 1040 382 1422 79.6 69,8 76.9 114.2 81,0 104.1 96,9 105.9 99.2 88 1025 429 1454 74,7 61.4 70.8 113.0 95.3 107.5 106,3 111.6 107.8 87 888 386 1274 70,6 63.7 68.5 97.8 112.2 102.0 88.7 73.7 83,6 86 977 619 1595 64,1 52.2 59.5 119.4 102.4 112,5 105.2 140.7 116.6 85 968 494 1462 54,8 52,6 54.0 105.7 107.2 106.2 103.6 84.9 96.4 84 892 545 1437 47.6 39,9 44.7 94,3 86.4 91.2 101.5 118.9 107.4 83 791 422 1213 44.6 42.3 43,8 91,3 107.9 96,8 88-92 5173 1278 6451 85.6 70,2 82.5 114,2 91.4 109.3 83-87 4516 2465 6981 56.7 49.7 54.2 101,8 101.9 101,9 78-82 3416 1824 5240 39,4 40.1 39.6 102,4 106.0 103.6 73-77 2096 1207 3303 37,8 38,6 38.1 108.4 104.0 106.8 <73 1846 1226 3072 38.6 43.1 40.4 108.7 109.6 109,0 Ensemble 17047 8000 25047 57.7 48,1 54,6 107.1 102,5 105.6 IMois et armée de naissance déclarés 2(N~4«)xlO0, où Nm est le nombre de naissances masculines et N« le nombre de naissances féminines 3[2NJ(N~ i+N.+l)]xl00, où N, est le nombre de naissances de l'année x 242 Tableau E.5 Enregistrement de l'âge au décès en iours Répartition des décès survenus, d'après les déclarations, à moins de 1 mois, selon l'âge au décès en jours, et pourcentage de décès néonatals survenus. d'après les déelarations, aux åges de 0-6 jours, par période de cinq ans précédant l'enqu&e (pondéré), EDS Niger 1992 Années précédant l'enquète Age au décès Total en jours 0-4 5-9 10-14 15-19 0-19 <1 47 63 25 25 161 1 37 42 49 22 150 2 17 31 17 7 72 3 28 36 20 11 95 4 6 23 16 9 53 5 8 15 8 10 41 6 15 23 14 15 66 7 24 28 19 19 90 8 19 24 20 13 76 9 10 5 11 4 30 10 8 16 10 6 41 11 0 4 l 1 7 12 5 6 4 6 21 13 1 1 3 1 7 14 25 42 20 14 101 15 3 12 5 6 26 16 3 3 5 1 11 17 3 5 0 0 8 18 1 0 0 3 4 19 1 4 1 0 6 20 7 15 10 8 41 21 7 9 4 8 28 22 0 1 4 0 6 23 0 2 1 0 3 24 1 1 0 0 3 25 4 5 1 0 9 27 4 3 0 0 7 28 0 1 1 1 3 29 l 1 1 1 6 30 5 4 5 3 17 31 ou + 11 14 6 11 42 Ensemble 0-30 294 428 275 196 1192 % néonatal précoce I 53,9 54,4 54,1 50,7 53,6 10-6 jours/0-30 jours 243 Tableau E.6 Enregistrement de l'åge au décès en mois Répartition des décès survenus, d'après les déclarations, à moins de deux ans, selon l'åge au d~,cès en mois, et pourcentage de décès survenus, d'après les déclarations. à moins de 1 mois, par période de cinq ans précédant l'enquête (pondéré), EDS Niger 1992 Années prècédant l'enqu&e Age au décès Total en mois 0-4 5-9 10-14 15-19 0-19 <1mois I 294 428 276 196 1193 1 62 51 51 35 199 2 36 51 37 17 142 3 49 54 30 31 165 4 41 49 25 12 127 5 50 49 34 25 158 6 38 53 36 21) 146 7 58 66 43 30 197 8 35 55 19 13 122 9 29 49 38 29 145 10 43 45 21 25 134 11 56 66 45 22 189 12 78 122 62 54 316 13 40 50 37 15 143 14 25 24 27 14 90 15 21 4/) 25 16 101 16 17 17 7 3 44 17 16 26 12 8 62 18 40 62 46 20 168 19 19 45 21 2(7 105 20 15 211 15 7 57 21 10 7 13 6 36 22 6 13 11 5 36 23 11 32 12 4 58 24 ou + 17 40 30 13 101 I an 2 59 81 43 30 214 % néonatal 3 37,1 42.1 42.0 43.0 40.9 Ensemble 0-11 790 11)15 657 455 2918 Iy compris les décès survenus à moins de 1 mois, déclarés en jours /Age au décès déclaré est I an au lieu de 12 mois 3Moins de 1 mois/moins de 1 an 244 ANNEXE F QUESTIONNAIRES DIRECTION DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPNIE Confidentiel ENOUETE DEMOGRAPHIOUE ET DE SANTE EKUlLLE_~K~~~ DEPARTEMENT ARRONDISSEMENT COMMUNE/CANT./CENTRE URBAIN VILLAGE/QUARTIER ! N" STRATE . N" GRAPPE. N' STRUCTURE N" MENAGE . NIAMEY-I /AGADEZ, MARADI, TAHOUA, ZINDER=2 /AUTRES VILLES=3 ~RURAL=4. NOM PERSONNE INTERROGEE H N° de ZD . I N" DE LIGNE DE L'ENQUETE POUR LA PEUILLE MENAGE . ENQUETE MARI: OUI 1 NON 2 VISITES D'ENQUETRICE 1 2 DATE NOM DE L'ENQUETRICE RESULTAT* PROCHAINE DATE VISITE: HEURE *CODES RESULTAT: 1 REMPLI 2 MENAGE PRESENT MAIS PAS D'ENQ. COMPET. A LA MAISON 3 MENAGE ABSENT 3 VISITE FINALE JOUR MOIS . COE/~ NEE''" ENQUETRICE~ RESULTATJ___]_ NOMBRE TOTAL[ ] DE VISITES N. ALEATOIRE ~_~ 4 DIFFERE 5 REFUSE 6 LOGEMENT VIDE OU PAS DE LOGEMENT A L'ADRESSE 7 LOGEMENT DETRUIT 8 LOGEMENT NON TROUVE 9 AUTRE (PRECISER) TOTAL DES FEMMES ELIGIBLES TOTAL DES ~ I~~IS ELIGIBLES ,, QUESTIONNAIRE FRANCAIS . 1 LANGUE DE L'INTERVIEW ** ,, INTERPRETE: 0UI (-i} / NON (-2) . ** CODES LANGUES: 1 FRANCAIS 2 HAOUSSA 3 DJERMA 4 AUTRES I NOMDATE I CONTROLE TERRAIN CONTROLE BUREAU SAISI pAR S A ~ 247 4~ lllintenlnt rlxil voudriotl (les renseilnelents iur Les N" --U (1 ) I mml 01 --g DE --g G3 --g O4 O5 O6 --g O7 O8 O9 --i 10 TABLEAU DE MENAGE ~uî vivent hæltueLLement ~ votre ~ ou crJî habitent chez v¢~s actuelle••rit. RE,fO°ETS HIA81TUELS .IEN AVEC ItESiDENCE SEXE AGE ED~CAT[Olla 5U~VIE ET IE$]DENCE ~)E$ PARENTS FOJ~ LES PERS~MdES EL]G[OlLITE ELIG[I]L[TE DES Iq~ltl$ ET VISITEURS .E CHEF DE POUR LES PERSO~NES DE MOINS DE 15 ANS e** • DE 15 ANS ET PLUS )ES FEI4FIES • îqEklAG~ w SI &GE DE 6 ANS ET PLUS ETAT V~ATR[MON]AL POUR CI'lAQUE FEm4E a • • ~ • • • • ELIG]BLE ET EN UNE• $'lL ~ pLolt, Quel est (liON) (NOM) (NCI4) Guet (lICI4) SI A FRE(IUENTE ECOI_E Est-ce que S] EN VIE Est-ce que SI Eh VIE Est*ce que (î~lq) EITOJREO • ~.~Z ai01 Le r~i le [îæ de rit-ît/ a-t-î(/ est- å~e a u-t-il. . le ære --- te p~re - - est ~tue(Lement .= LE NUSEitO Le muri/conjoJnt de des per~ qui ~rent6 de el le e l le il de (NO~}P /e l le Oue~ est le S! ADE ~cai a mîs Est -ce quî • ~eîs ESt-ce e,~rî~{e)/en unîon, OF. LIGN~ [V~M) v ie ' i l h@bfruel- v(vlmt habîtuelle- (NOM) livK iabJ- :toi'iii sexe fr~- plus ha*Jt DE MOINS (MCIq) mi que La (NG4) au ~ te ~~Jf(ve).dîvorcé(e) liES FEJ4qES Liment dlll ce ll~, i~t ~ votre le chef de :ueLLe- ~ans ce ms- quent~ nîve~J DE au~ est adore quî monde est ~re quî 's~'par~(e) oM AG~ES D~E cM i-t-il dormi t I II~ et des /iii•? mmt i ~ cuLîn NOTER: L,~co- d,~tudes Li5 ANS E~Jjours s m)s toujo~'s s mîs cêl;betltire? k ,9 ANS nuît ~erni~re ~ ce invit~s qui ont fans ce la nuit ou 97 pour Le? , que (N~q) , - - - e~ vîe? (N~) au en vîe? (NON) au (VOIR Q.6 mê~~ge? Imlll~ tE nuît der- inalle? :ler- flit- 97 arl • etteint? (MDE) ionde vit sonde vît ET Q.?) SI CIJ(: nitre ici, nîêre? nîn? et pt~ va-t-ît dans ce c/ris ce IIAIIIE/UIIIDE =1 Quel est son nom? an comllnç.ant 10er le SI M(~ O~el ~I t /e l le SI .lî(~+ al£.n¢~e? SI '0 ' i r , a,e:. ~EI~{~EINE) =2 i DEIM~~ d li$CRli~E LE ~ll~ chef dl inANe. PASSER La derni¢re encore & OU 'DEP' SI OUI: OU 'ISP' Si OU[: DIVORCE/°°pANE =3 I )LL~ DE 20 DE LIGNE DU NNII A 0.11 clisse que ['êcote? PASSER Guet est PASSER Que| est OEL]BATAIRE --4 NEI4~q~S: EN FACE DE OELUI (NCI4) • A Q. 13 SOn r~m? A Q. 15 son namT ' INSCRIRE LE DE SA FEMME eche~ 4~ ce INSCRIRE : [NS£~]DE I N.A. SI kit: nl',l,el~f? Irl 14JNEIKI OiE LE IFJI4ERO ! ~ Ili,~d~lllE IDEi EN Lle~IE OE ~48 LIGIIE L~J FAç~E OU IIUI~RO DE LE DERE [YJ PEJ~E LIG~E DE SA ;~F.Jql~ (2) I (3) I (~) I (3) I (6) I (7) I (8) [ (9) [ (10) I (11) m(12) / ( 1 3 ) I (1.) I (15) !L (16) I (17) lUI ~ æ[ ~ H F EN ANS. E/U| MOM NIVEAU CEAS. DU[ ~ m( NOM MSP OU[ NON I ISP I--Fl.,,. .1 I-i-I MF1 771 F~ F~ 1 2 2 1 2 1 2 2 8 1 2 8 1 2 3 & 01 • | ; ; : • I I I I - • • ~. , ,1 , .12 . , ~ " ~ n . + , , , ,2 , . , ~ , ,2 . ,~ , . , ,3 , , . . ~ . 1 , 1 ~ 1 , ~ . , ~ ' 2 ~ A o ~ 12 8 , ~ , 1 , . ~ ~ . 1 ~ , ~ m ~ 1 , . 1 2 . 1 2 . _ ~ / , , ~ N , 12 ~ ~ , ~ ,12 , , ~ . 1 3 , . = . 12 2 12 12 8 128 1 3 , i i ; ; - - i i i i • ~ . 1 2 . 1 2 . 1 2 ç D , 2 A A , , , ,218~ , ~ , 12 , !~, . 1 ~ . , " . M SUITE DU TABLEAU DE MENAGE C~)" (2) (~> I (4) I (s) I (6) . I7> ) (o) I (9) Immm~lmmm~mmmml( l ° ) (11) (12) (3 ) (14) U] NON 3U[ MON N F Eh AME. XJ] N(3M NIVEAU (:LAS. OUI ~ lUI ~ NSP OUI N(~ N$~ g I 2 I ~ I I i I i I I I I i ~1+. . +!1+ ~.1+ ~ ~ . , 1+. +.~1, , .~ | E I I I E I I I I -~.1 ~ .1, .1 , .~ l l , , ,I~ I-I ,1 , . ~,, , I~ , , ' " , I~ (15) | (16) I (17) 1 2 3 +. 11 J | 1 2 3 4 12 | E 1 2 3 4 13 [ ~ E E 2 3 4 14 | | 2 3 ~. 15 I B 2 3 4 16 I I 2 3 4 17 I B Z 3 4 i ,8 | l 2 3 4 19 Ç ~ | | COCNER 1C1 SI UNE AUTRE FEUILLE EST UTIL[SEE I I MOMBRE TOTAL DE FEMMES EL[G]BLES I I J ET IK~TEfl LE IILMEgd~ OE FEUILLE EN '" PkGE L--? Juste po*~" ~tre sQre que j ' a i ~ t(ste comp(~te: 1) Y I-t-iI d'8~ltres perso-/les teLLes que des petits eflfarlts ou des nourr-Jsso¢~s CUle nous n'avo¢~ ~ por-t6s sur" l¿ [iste? 2) Oe plus, y-a-t-î[ dlautres personnes quî rie sont peut-être pas m(~btes de votre f~mî[Le tels que des damestî~s, ou des æis qFJî v(vetlt habituellement avec VOUS dans Le ~ ii,~ne~e? 3} AVez-vous des (nVit6S ou des Vîsîteurs te~0oraîres cFJi sont chez vous, ou d'autres personnes ~Ji ont dOrlltî îcî la rluIt dernière? * C~DES P(]UR 0 .3 : LIEN DE PARENTE AVEC LE CHEF DE MENACE o* CODES POUR 0.9 01= CIIEF DE DENA6E 05~ PETIT-FILS OU -FILLE 09=- CO-EPOü~r~E 02= FEIOIf OU MARI ~ PERE OU IqERE 10: AUTRE PARENT 03: FILS OU FILLE 07= ~ BEAU-PERE OU BELLE'NERE 11: ENFANT ADOPTE OU EM GARDE O&= DEMDDE OU BELLEoFILLE 06" FRERE OU ~ 12= SALIS PARENTE V~ MSP *~ Ce8 qtJe~t(~ns coocerr~ent Les perents bîo[og((:FJes de ('enfæt+ Noter OU si les perents ne sont pas mem~es du m~~~le. NOMBRE TOTAL DE NAR]$ EL]G]BLES OUI ~ ~]NSCRiRE CHACLAq(E) DANS LE TABLEAU OU] Ç~ JXNSCR[RE CHACIAM(E) DANS LE TABLEAU OUI Ç~ p[NSCRIRE CKAI:1JN(E) DANS LE TABLEAU N[VEALJ 1 = PR[~LILZRE Z = SEC. I"CYC. 3 z SEC. 2*CYCLI 6 = SUPEItIEUR 0 = MOINS P'UNE ANNEE ACNEVEE 1= CI 1= 6ême 1= 2ride • 1= ttme enm~e :LASSES 2= I:P 2= S~me 2 = l~re 2= 2~lm 3= OE1 3= 4~ 3= Tem. 31+ 3~m8 ann6e 4= CE2 4= 3/me 8= NSP 4= 6kae æ. e~+ 5= (~ql ~ NSP . S i N~ M u E3 N" QUESTIONS ET FILTRES 16 D'~ ~ovImt L'e~ ~ votre ~ utilise Dour st laver Let mlrm et p~~ur Lever la VllSStLII? PASSER CCOES I A EAU DU ROeIMET I ROe[NET OAMS LE I LOGEMENT/C(;4.~/PARCELLE.11~20 ROIZNET PUBLIC . 12 | EAU DE PUITS I PUITS DANS LE LOGEMENT/CCUI/PARCELLE.21 »20 PUITS PUIILIC/FORAGE . . . . . . . . . . 2Z m EAU DE SURFACE I SOURCE . 31 RJVIERE/RUISSEAU . . . . . . . . . . . . . 32 ~~IIE/LAC . 3] BAERAGE . 34 EAU OE PLUIE . 41--~1,20 Vl[IIOEUR D+EAU . 51 I EAU EN IICUTEILLE . 61 »20 AUTRE 71 I (PRECISER) 19 Cæ~le de tre faut'il pour airer LA-bas, !~'eedre ~ ~ | I leeU et revenîr? MINUTES . I SUR PLACE . 9~6 20 Po~Jrbolre, votremk~lgeutlLfse-t-il I'es~Jde ~iMAI~ OUI . 1 ,22 origine? NON . 2 21 D~o'~ ~ovi~t L*eepJ que ~iv(mt L~ ~r~ oe votre ~~age? EAU DU R~INET R(3@INET DANS LE LOC, EMENT/COUR/PARCELLE.1) ROBINET PUBLIC . 12 EAU OE PUITS PUITS DANS LE LOGEMENT/COUR/PARCELLE.21 PUITS PUBlIC/FORAGE . 2~ EAU DE SURFACE SOURCS . 31 RIVIERE/RUISSEAU . 32 MARE/LAC . 33 EAERAGE . .~, EAU DE PLUIE . 41 VENOEUR D'EAU . 51 EAU EN BOUTEILLE . 61 AUTRE 71 (PRECISSR) 22 QuII v~nrlbl,.¢, utItlleZ-v~dAr~votre~ge? 24 mm 2~ CHASSE D'EAU CHASSE D~EAU PSRSONNELLE . 11 CHASSE DIEAU EN COMMUN . 12 CHASSE D'EAU PUBLIQUE . 15 FOSSE/LATRINES FOSSE SG~¢A]RE . 21 F(~SE AMELIOREE ET VENTILEE OU LATRINES . 22 PAS DE ~.C./9ROU$5E . . . . . . . . . . . . 31 AUTRE 41 (PRECISER) 23 D~ votre mk~ge, avez-vous? OUI I~ L~AI~tr i c î cA? ELECTRICIT£ . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 Une pAUIO? RADIO . 1 2 Une t~tAv{BIon? TELEVISIOII . 1 2 Un p i f r iger l t~r? REFRIGERATEUR . 1 2 DM~ Votrt la~t"4ge, ¢Om/Dl~l de pl~t¢(rs utilisez-vu pour dormir? m 2( 2? PRINCIPAL MATER[AU OU PLANCHER. ENREGISTRER L'Oe$ERVATICI, PRINCIPAL NATERIAU DU TOIT. ENREGISTRER L ~OISERVAT SON, Y ' | - t ' l l qullc~*l/I Gknl votre drmAe qui pollkldl: Une bIcy¢t *tic? Urw mobylette ou motocyclette? Une vol ture? Ur~ ¢herret te? PIECES . PLANCHER NATUREL TERRE/SABLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 PLANCHER FINI PAROUET OU BOIS CIRE . . . . . . . . . 31 BANDE DE VINYLE . . . . . . . . . . . . . . 32 CARRELAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 CIMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 NOOUETTE . 35 AUTRE 41 (PRECISER) ~rON . O! TOEE . 02 BANCO . 03 PA]LLE . 04 TENTE . 05 AUTRE 06 (PRECISER) OUi NON BICYCLETTE . 1 2 f408YLETTE/MOTOCYCI.ETTE . .1 2 VOl TURE . 1 2 CHARRETTE . 1 2 i m 250 DIRECTION DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Confidentiel ENOUETE DEMOGRAPHIOU~ ET DE SANTE OUESTIONNAIRE INDIVIDUEL FEMME DEPARTEMENT N ° STRATE . ARRONDISSEMENT N" GRAPPE. COMMUNE/CART./CENTRE URBAIN N' STRUCTURE VILLAGE/QUARTIER N ° MENAGE . NIAMEY=I /AGADEZ,MARADI,TAHOUA,ZINDER=2 /AUTRES VILLES=3 ~RURAL=4. NOM DE LA FEMME ~ N° de ZD . 1 N ° DE LIGNE DE LA FEMME . VISITES DçENQUETRICE I 1 2 '/ DATE NOM DE L'ENQUETRICE RESULTAT* PROCHAINE DATE VISITE: HEURE *CODES RESULTAT: 1 ENTIEREMENT REMPLI 2 PAS A LA MAISON 3 DIFFERE 3 VISITE FINALE ', JOUR MOIS . ] ANNEE. . . CODE ENQUETRICE i RESULTAT NOMBRE TOTAL ~ I,. DE VISITES 4 REFUSE 5 PARTIELLEMENT REMPLI 6 AUTRE (PRECISER) ,, QUESTIONNAIRE FRANCAIS . LANGUE DE L'INTERVIEW ** ,, INTERPRETE: OUI (=1) / NON (=2) . 1 ** CODES LANGUES: 1 FRANCAIS 2 HAOUSSA 3 DJERMA 4 AUTRES ] N O M E I CONTROLE TERRAIN CONTROLE BUREAU I SAISI P~ SA IS I 251 SECTION 1. CARACTERISTIQUES ~OCIO-OEMOGRAPHIQUE$ DES [MGUETEES PR$SER 102 pour ¢~ar, je voudrais vous poser cNe(ques ques- I tj~4t| sur vot~-I~ et votre IF~h~le. I LI plu~ gr&,~de partie des 12 prmlîr(m ann(q~ de votre vie, aVeZ-VOUI v4¢g E NL~ley, OU ~ ~ Ilutrlt capitale il AI4dez, Narld~, T~hou~, Zlnder oe ~ urw autre grarde vfLLe de L'6trm~ger~ dans une villa ou E te c m ? I HZN4EY/AUTRE CAPITAL . I I AGA~EZ/~I/TAHOUA/Z[NOER AUTRE C4tAî¢OE VILLE ETRN4GER.2 VILLE . CAî4PAGNE . I 10] D,p.i, c=elm de tre h=~tez-vo= de raton ¢~t l~ ~NeES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I I I i (HOM DU LIEU ACTUEL DE RE$1DENCE)? I TOUJOURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95--'~, ViSiTEUR . ~ I0~ 104 JUSte ivant de VC¢IIS î~taLLer i¢i,avaz-vo~ v~u /I NKN4EY/AUTRE CAPITAL . 1 Nimy, OU dits U~4 lutre capLtaLe i A9ad~Z , Mare¢H, AC~OEZ/F IARADI /TAHOeA/Z læER TabOU4, zinder ou der~ ur~ autre grande viLLa de AUTRE GRANOE VILLE ETRANG[R.,.Z L'étrenger, da~s ur~ viLLe ou /~ La cmgr~? V[LLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 CAMPAGNE . 105 En ~L r~is et q~e(te arlr~e /~tes-vot~ n~,e? KO[S . ~--~ N$P î4015 . 98 ANNEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . f~] I~SP ANNEE . 98 106 O~eL Ige avlez*vou~ E votre dernier anniversaire? AGE EN ANNEE$ REVœEEUES . III CONPARER ET CORRIGER 105 ET/OU 106 SI INCONPATI8LES 10;" AVeZ-VOUS fr~tJe¢lt~ ~~k:oLe? oel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I Noe . 2~111 108 ~e( est LU pL~ haut niveau d~études que vous avez PRIMAIRE . 1 I atteint: prlm~re, lecordllra 1" cyc(a, s~oncklîre SECOKOAIRE 1* CYCLE . Z I Z ° cycle, OU sup~rillur?* SECONDAIRE 2" CYCLE . 5UPERIEUR . '~l °~"."t ~.'mL«ra°~'''~o.o,v-. . ~"' I CLA,,E . ~1 VERIFIER 108: I SECC~DAIRE pR[RAIRE ~ OU SUPERIEUIt ~ ,112 111 pouvez-vo~s Lire et comprendre une Lettre ou un journal I FACILEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I fa¢ila~~lt, avm: dîffieuLt& oe pas du tout? I AVEC OlFFICULTE . 2 I PAS DU TOUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] »113 112 Avez-vau= L'habltudQ de Lire un journal ou un I~lgazlr~, I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 au maiL'4 ung fois ~r Smlf~4? I NON,,**, . 2 113 Avez-vous L~habLtudQ d+é¢oeter la radio, au moins une | OUI . 1 fois par senmlne? I NON . E 11/* Avez-roui LIhabltUde de regarder la t~[évisi(z41, au moins| OUI . I une fois par SiBwelnQ? I )l(~q . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Il5 Quelle est votre reLIgî~? 116 I NJSULMANE . 1 CHRETIENNE . 2 ANINIaTE . 3 AUTRE & (PRECI5ER) QueLle est votre r'a~10r'4Litt? r Id]GER[ENN E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 | t TOGOLAISE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . O2-- BElll IdOI SE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0.3 ~tAL IENNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 04 BU~KINAJE . 05 118 AUTRE AFRICAIN . 06 AUTRE O7-- (PREC[$ER) | • Code= pour Q.108 et 109 i HIVEAU 1= PRIIqAIRE I 2 # SEC. I*CYC. 3= SEC. 2*CYCLE 4= SUPERIEUR m 0 s NO]NS DqlNE Aî4REE ACHEVlEE CLASSES 1" Ci 1- ~ l- 2nde 1= 1tre 2 = CP Z= 5m Z= 1&re 2- 2Ewe e¢lt%~t 3= CE1 3- ~ 3- Tam. 3= $i 4m CE~ ~*# ~ ~k I N$P 4= 4~~114 MI. et+ 5= O41 ~ NP . . . . . . . . 8= NaP 252 N, 117 119 QUESTIONS ET FILTRES (luette est votre ethnie? NNAIRE MENAGE I Naintenant je voudrais VOUS poser quelques questiorm sur l,endroit GO vous vivez habituetLaent. Vivez-vous hebitueL(entent ~ Ni IH~y, ou dans une autre cpitaIe, ~ Agadez, Naradi, Tahoua, Zinder ou der.l une outre grande viLLe de L,~trenger, da~s une ville ou & La campagne? I DCOE$ ARABE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 DJERMA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 02 GOURMANTNE . 03 MAGUSSA . 04 KANOURI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NOSSI . 06 PEULN . 07 TOUAREG BELLA . 08 T(XJ~U.o.o.09 AUTRE 10 (PRECISER) L'ENQUETEE EST RESIDENTE I PASSER lA NlkqEY . 1"--7 AUTRE CAPITALE . 2 ~121 AGADEZ/MARADI/TAHOJA/Z[NDER I AUTRE ~NANDE VILLE ETRANGER.3 VILLE . 4 •N4PAGNE . 5 120 Dans que[ département est-ce situ~? AGADEZ . 01 DIFFA . 02 DOSSU . 03 MARAD I . 04 TILLABERZ . 05 TAHCUA . 06 ZINDER . 07 ETRANGER . 08 121 Nsintenant je voudrais vous poser quelques questions sur te m~age dans te~leL vous vivez habit~[Lement. D'GO provient t'eau que votre mE, nage uti[ise pour se taver tes mains et pour taver la vaisse[ie? EAU DU ROGINET l I ROGINET DANS LE LOUENENT/COUR/PARCELLE . 11 »123 ROBINET PUBLIC . . . . . . . . . . . . . . . 12 I EAU OE PUITS PUITS DANS LE LOGEMENT~COUR~PARCELLE . . . . . 21 ~123 PUITS PUBLIC/FORAGE . 22 | EAU DE SURFACE I SOURCE . 31 RIVIERE/RUIESEAU . 32 MARE/LAC . 33 BARRAGE . 34 EAU DE PLUIE . 41 »123 VENDEUR D'EAU . 51 I EAU EN BOUTEILLE . 61 »123 AUTRE 71 l (PRECXSER) 122 I C.+l. de temps fsut*it pour s[[er L/+-bas, prendre de I L 'eeu et revenir? MINUTES . IIII SUR PLACE . 996 123 I | origine? Pour boire, votre ménage utiLise-t-iL L'eau de Le mkT~ I| NoNOU] . . 21 I ~125 124 D'où provient ('esu que boivent Les membres de votre m6nage? EAU DU ROBINET ROGINET DANS LE LOUEMENT/COUR/PARCELLE . 11 ROBINET PUBLIC . 12 EAU DE PUITS PUITS DANS LE LOGEMENT/COUR/PARCELLE . 21 PUITS PUBLIC/FORAGE . 22 EAU DE ÆRFACE SOURCE . 31 RIVZERE/RUISSEAU . 32 MARE/LAC . 33 BARRAGE . 34 EAU DE PLUIE . 41 VENDEUR D'EAU . 51 EAU EN BOUTEILLE . 61 AUTRE 71 (PREDISER) 253 N" QUESTIOSS ET FILTRES 125 I~et genre de w.c. utitisez-vous dans votre m~nage? COSES CHASSE O'EAU CHASSE D'EAU PERSONNELLE . 11 CHASSE D'EAU EN CON4ON . 12 CJM$SE D'EAU Pt~LIQUE . . . . . . . . 13 FOSSE/LATRINES FOSSE SG~IAIRE . 21 FOSSE N~ELIOSEE ET V1E~TILEE OU LATRINES . 22 PAS DE U.C./BROUSSE . 31 AUTRE 41 (PREClSER) PASSER A L,~te¢trlcit~? ELECTRICITE . 1 2 Une rlKll o? RADIO . 1 2 Une t~t~vision? TELEVISIOI| . 1 2 Un r6fr |gersteUrT REFRIGEHATEUR . 1 2 ' " I 0 -~ ' r " -c - i~ de p~" u'" " ' vM ~r I . m i r, PIECES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Fç l l 128 Pouvez-vous decrire le pleneher de votre Logement? PLANCHER NATUREL TERRE/SABLE . 11 PLANCHER FINI PARQUET OU BOIS CIRE . 31 BANDE DE VINYLE . 3• CARRELAGE . 33 CIMENT . 34 I(O~IETTE . 3S AUTRE 41 (PREC%SER) 129 PO~Vez-vocJs ~r l re le toit de votre togement? I SETON . 01 I TOLE . 02 BANCO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 PAILLE . 04 TERTE . 05 AUTRE 06 (PREC]SER) 130 Y-e-t-if quetqu'un de votre a~,nage qui possède: Une bicyclette? une mobylette ou motocyclette? Une voiture? U¢~e cherrette? OUI NON BICYCLETTE . 1 2 W~eYLETTE/HOTOCYCLETTE . 1 2 VOITURE . 1 2 CHARRETTE . 1 2 254 SECTION 2, REPROeUCTIOI4 N" I OUESTIO#S ET FILTRES æ I 201 I NAlnteNmt je voudrais vous poser des questions sur I toutes les r~lts88n¢es que vo4J8 avez IKîQS durant votre vie. Avez-vous d~j6 eu urm naissance? PASSER I ~ES I ' J®' . ' I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 P2~ I I I 202 | Avez-vous ~ naissance 6 des fils ou des filles qui | OUI . 1 i i habitent ectueUement avec vous? I I e#ON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2---,.204 o I _ o _ i . çf Et combien de vos filles habitent avec vous? FILLES A LA MAISON . SI AUCUN(E) INSCRIRE *00'. 204 J Avez-vous do~r~ nalssenTe å des fils ou des filles OUI . 1 J I encore en vie et qui n+habitent pas actuellement avec I vous? NON . 2 ~206 205 Col~~len de vos fils so~t en vie mais n~h8biteflt pas FILS AILLEURS . avec vo~J? Et combien de vos filles sent en vie mais n'habitent FILLES AILLEURS . pas avec vous? SI AUCUN(E) INSCRIRE IOOI. 206 Avez-vous don~ naissance â un fils ou une fille, n~(e) vivanT(e) mais decdde(e) par 18 suite? OUI . 1 SI NON, INSISTER: Aucun(e) fils ou fiLLe qu| • NON . 2 »208 pteur~ ou qui a do~n~ un signe de vie ~Is qui n'a | survt¢u ¢W~ quelques heures OU quelques jc~Jra? ~~1 FAIRE LA- - OES RE- -S A ~0'. ~0'. ET ~0,. E T , _ _ . , . . , . . o . . , TOTAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ l 209 i 210 INSCRIRE LE TOTAL. Sl AUCUN(E) INSCRIRE JO0 a. VERIFIER 208: Je voudrais ~tre sOre dJ8votr bien compris: vo4as avez eu au TOTAL -- naissances durent votre vie, est-ce bien exact? [• [-~ INSISTER ET OUI NON » CORRIGER 201-208 Si NECESSAIRE v VERIFIER 20~: I AUCUNE UNE OU PLUSIEURS NAISSANCE ~-] P223 NAISSANCES I v 255 211 Ml in t~t , je voudrlliS vous ~rLer de vol ~ iss~es , ~*tlLe$ soi~t ~ore vlv~tes OU ~, en c~çant ~r La prml/~re ~li$$1rl~ll qui ~ IVlZ iR~. (INSCRIRE A 212 LE KCI4 DE TOUTES LES RAISSAWOES. INSCRIRE LES JU~AUX ET TRIPLES SU~ DES LIGNES SEPAREES) 212 213 214 c~~ni A votre t ni(eS ~t-ce (~'~ler, lui- t•ft-lL/ ilar¢on v~t) enfent? (te s~L ou Ivllt" fille? (le un 011 SIHP.1 GASç.1 MIJLT.2 F]LL.,2 (NOM) 215arm~ est 216 En cNeL æis (IK)l)est- et quelle il/elle encore ni(eS (ROH)? en vie? INSISTER: gueL(• ~t t• date de nies- i $4i~¢e? OU: En ~Lle slîso~l e•t'lLl elle ni(•I? Sl MOI S/SA ] S{X¢ ] NCQNk~J =~ 1401S. ~ OUI,.1 ANNEE. NON.2 I v 22O (as (~} (~) (oS (oS (US (D) 217 I 218 SI VIVANT: Sl VIVANT: C~e( Sg• (~~X4)vît-f(/ Ivlit (~14) e(te avec S lori v~ lT dernier MYiJVlrlllrl? INSCRIRE L'AG~ EN ANNEES REVOLUES AGE EN OUI . 1 ] ANNEES (PASSER A / NAIS,SUIV,)( J W(~W . 2 SIMP.1 GARÇ. 1 MOIS. OUI.1 AGE EN ANNEES WJLT.2 FILL.E ANNEE.I I I NON.2 I v 220 SIMP.1 GARÇ.1 NOIS.I I j OUI.1 AGE EN ANNEE$ NIJLT.,2 FILL,.2 ANNEE. NOfl.2 v 22O SINP.,.1 GARÇ.1 îq(]IS.j ] I oel.,1 AGE EN ANNEES HULT.2 FILL.2 ANNEE. NON.2 v 2EO S114P.1 SARÇ.I NOIS,.I I OUI.1 AGE EN N- • ANNEE$ æLT.,2 FILL,.2 ANNEE., NGW.2 • • I Ç-~ V 22O SINP.1 GARÇ.1 MOIS.,. I I OUI.,.1 AGE EN ANNEES MULT,.2 EILL.2 ANNEE. NON.2 i " 220 SIÆ.,.1 SAR¢.,I MOIS.,.I I I QUI.1 AGE EN ANNEES NULT., .2 F]LL.2 ANNEE. NON,.2 III V 220 i SU4P., .1 SARÇ. 1 MOIS. ~ OUI.1 AC,~ EN ANNEES NULT.2 FILL.2 ANMEE. NON.! 220 219 SI UENFANT A MOINS DE 15 ANS: Avec c~J( vit-il/elle? SI 15÷: PASSER SUIVANTE A LA NAISSANCE PERE . 1 AUTRE PARENT,.2 HOIS.E QUELQU'UN AUT,.3 (PASSER A NAIS- ANNSES.,3 SANCE SUIVANTE) 220 SI DECEDE(E) : Quel I~ avait-il/ elle CLWnd iii•tre est tort? SI "1 AN",[NS[STSS: ~( lge •veit (Ra¢), en mfsT INSCRIRE EN JOURS SI HOINS D'U¢i MOIS, EN WOIS SI NOIRS GE 2 ANS, OU EN AMI/SES. JOURS.,.1 PERE . 1 OUI . 11 JOURS.1 (PASSER A J AUTRE PARENT.E qA[S.SU[V.)<J ! ~N3IS.2 I ~4JEL~:UN AUT,.3 N~ . 2 I(PASSER A NAIS- ANNEES,.3 OUI . 1 (PASSER A ] ¢AIS.SUIV. )< NOW . 2 OUI . 1 (PASSER A ] CAIS.SIJIV, )< Noe . . . . . . . 2 SANCE SUIVANTE) --m --m --m ~m PERS . 1 JoeRS. 1 AUTRE PARENT.2 --- MOIS.2 QUELOU«UN AUT.3 --- (PASSER A NAIS" ANNEES.,S SANCE SUIVANTE} OUI . I (PASSER A ] ~A]S.SUIV.)< NON . 2 JOURS.1 MOIS,,. ,2 ANNEES.~ m__ JOURS. 1 MOIS . . . .2 ANNEES. ,S mm JOURS. 1 î, îO I S . . . .2 I ANMEES.3 ! JOURS.,.I KOIS.2 ANNEES, ,3 mm JOURS. 1 MOIS,.2 AWNEES.3 PERE . 1 AUTRE PARENT.2 Q(JEL~J'UN AUT.3 (PASSER A NAIS- SANCE SUIVANTE) PERE . 1 AUTRE PARENT,.2 OUELQU~UN AUT.3 (PASSER A NAIS" SANCE SUIVANTE) PERE . 1 OUI . 1 (PASSER A AUTRE PARENT.2 dAIS SUIV )< QUELQU'UN AUT.3 NON . 2 (PASSER A NAIS" m SANCE SUIVANTE) i PERS . 1 oel . 1 1 (PASSER A | AUTRE PARENT.2 IAIE.S4J[V.)( J QUELQ¢J'UN AUT.3 NON . 2 (PASSER A RAIS" SANCE SUIVANTE) / 11" . I oe l . . . . . . . 1 (PASSER A AUTRE PARENT.2 ÇAIS.SUIV.)< I OUELOe'UW AUT.3 Noe . . . . . . . E (PASSER A RAIS" SANCE SUIVANTE) 256 212 213 214 ~l ~ • 6te (NCI4 (NCIq) S votre st n4(e) est-ce (FoeJ er, lui- teSt-if/ g4p¢o~ v~t) e~fw~t? (le s~L ~ une avait- E(Itl? rte un MULT., .E FILL.2 CNOM) '01 (NOM) 'À (NOM) N (NOM) (NOM) (NOM) R15 En quel æle st c~eLte set n~(e) (k~N)? INSISTER: ~NîOLle est su data de nage- sw-lcoe? OU: En(Wl(Le sets~ est-(Lt elle ni(e)? SI NO( S/SA I S~q [NCOMI~J : 9e 216 (NCJlleet- Il/elle IIr~Ore ~'lv(e? J 217 SI VIVANT: ~uet loi eveit (N(lq) i 8on dernier mniveru(re? INSCRIRE L'AGE EN ANNEES REVOI.UES m AGE EM ANMEES AGE EM kNNEES AGE EN ANNEES AGE EN ANMEES AGE EN ANNEES Fçl 218 SG VIVANT: (NCM)vlt- I (/ elle llvec rouf? i J OUI . . . . . . . I (PASSER ,AI S.SU[ V A ) <] . . . . . . . 2 .i 219 SI UENFANT A MOINS DE 15 ANS: Avec qui vit*i L/el te? SG 15'*: PASSER A LA NAISSANCE SUIVANTE m PERE . 1 AUTRE PARENT. ,.2 QSEL~/J, U~ AUT.3 (PASSER A NAIS" SANCE ÆI VANTE ) 220 SI OECEDE(E): Quel tge avslt-i(/ eL(equard IL/et(e ~t mort? Sl ml ANMrlNSISTER: ~eL i~leeve(t (k~~l) I eh æll? IN$CI[RE ER JQLlaS $1 MOINS D'OM HORS EN NOIS SI MOINS DE 2 ANS, OU EN ANNEES. I I l i l I I I JOLmS. 1 ~ )CIS.2 ANNEES.3 (PASSER A IAIS.SUIV. )¢" Noe . . . . . . . 2 OUI . 1 (PASSER A lAI S .SU[V. 1<1 NON . 2 OUI . 1 (PASSER A IAlS.SUIV. I~ NON . 2 PERS . 1 AUTRE PARENT.E GUELQUIUN AUT.,3 (PASSES A NAIS" SANCE SUIVANTE) JOJRS.1 PKJIS.2 ANNEES.3 PESE . 1 AUTRE PARENT.E QUELOU'UN AUT.3 (PASSER A NAIS" SANCE SUIVANTE) dOURS. 1 MOIS.E ANNEES, .3 PERS . 1 AUTRE PARENT.2 QUEL~J'UN AUT.,3 (PASSER A NAIS- SANCE SUIVANTE oe, . ,]1 I PERE . 1 (PASSER A AUTRE PARENT.2 ~AIS,SU]V.)< QUELQU'UN AUT, ,3 NOM . 2 I (PASSES A NAIS- I SANCE SUIVANTE t ]IPERE . ' AGE EN OUI . 1 ANNEES (PASSER A AUTRE PARENT,.2 A/S.SU[V. )< [ ~ QUELGUt UN AUT.S NON . 2 / I (PASSER A 2Il) I COMPARER 2SE AVEC LE NCNBRE DE NAISSANCES ENREGISTREES DANS LE TABLEAU CI-DESSUS ET NOTER: LES NOMBSES ~ LES NOMBRES [~ SONT LES MEî~S ~r~ SO#T D[FFERENTS • (VERIFIER ET CORRIGER) v ~ VERIFIER: P~UR CNAI~JE NAISSANCE: LIANNEE DE NAISSANCE EST ENREfi[STREE POUR CHAQUE ENFANT VIVANT: L'AGE ACTUEL EST ENREGISTRE POUR CHAQUE ENFANT DECEDE: L'AGE AU DECES EST ENREGISTRE POUR UAGE AU DECES 12 MOIS: VERIFIER I~OIJR DETERNINER LE NOMBRE EXACT DE MOIS 257 N" J QUESTIONS ST FILTRES 223 i Etes-vatîs er!¢e|nte en ce m(w~nt? I PASSES I C®ES I A jOUi . '1 ~ . . . . . . . . . . , , . . . . . . . . . . ° , , ° ° . ,~ --7 PAS SURE . ~|"226 ~~,10. c-'---'.,.,---~o,., I - , . ~1 225 J AU I~mmt où vous 6tes tomb4~ enceinte, vo~Ltez-vo~s A CS I4OI4ENT-LA . 1 I ~œ/oer ence|nte R ce n~ment-lîb, voulJez-v~ PLUS TARD . 2 attendre Drus tard, o~ vouLiez-vocm nç ~S NE VOULAIT PAS . 3 to~Der enceinte? DIEU L*A VOULU . 4 NS~ . . . «. . 5 226 I t y a combien de t m ¢~e vos derni#res r~gles ont c~mencG? JOURS . 1 SEIIAINES . 2 ~iO%S . 3 ANNEES . 4 EN NENOPAUSE . 994 AVANT LA DERNIERE NAISSANCE.995 JANAIS EU DE REGLES . 996 I I I I premier jour de ses règles su|vantes, y-o-t-il cerTa|ns I NO;I . 2 NSP . 301 mmwntm c~ elle a plus de chences de tomber enceinte c~e| " .----1_ d« aut res? | J 228 A que l maer~nt du cycle ~tr t~ l une feme a le plus de ¢har~es de tomber enceinte? PENDANT SES REGLES . I JUSTE APRES LA FIN DE SES REDLES . 2 AU NILIEU DU CYCLE . 3 JUSTE AVANT LE DEBUT DE SES REGLES . 4 AUTRE 5 (PRECISER) NSP . 8 258 SECTIOH 3: CCIITRAC~PT[De ~S01| MJint«~i~t, je ~~udrlll- ParLer de Il planification ralliais - IN d|ff4rente moy~nm ~ mdithod~ du+un ¢m~t, Pl~t, /I ut|t|$er ~ retarder ~ ~lter une groemle. De quels moyamo au m~tl~deo evoz-~~um entend~ PerLer? i ENCERCL|E LE (:COE 1 DANS 302 POUR C ~ NETHOOE NEETIOIIEE O'UNE NANIERE III~~ITAk~|, PUIS C~NT]NUER LA COLONNE EN LISANT LE NON ET LA DI~$CR|PT[~N DE CHAQUE NETNCO( ECI ~EMTIOi(41EE IkeCNTANENEMT. ENCERCLEE LE CCgE 2 E! LA NETIR~E EST EECCIINUE, ET LE CODE 3 E| ~ EECCIUE. PUIS, ~ CNAGUE METI~OE AYANT LE CCOE 1 OU 2 ENCERCLE DAME 302, P~~ER 3~~-30& AV&MT DE PAIE~I A LA I~THCOE SUIVANTE. / 01• PILULE Les f m PlaNent prendre ur~pl[uLe t~ Les J ours . 0_.~ oie Les f m p~Mmt avo|r un st4rlLet ena le m~k~ln ou l*lnflrmllre I~r pLmce dar~ t~ut~rU l l . 0• INJECTIONS Les f a pe~amt rece~o~r une injection par un m4k3~ecin ~J une Inf{rm++re pour ~viter de tomber encefnte Pln- dsllt plulieurl I~il. 4 • i OZAPflRAG~, KOJSSE, GELEE Les flmlml peuvent l e mettre i t'lntErîeur une ~<:41ge, un s~itoire+ un dilphrmgtlle~ de le geL~ ou de La ¢r~ i~t~t dleVO~l - del iPl~13i-ts lax~ll, 051 C~~O{IN Les hCOlelS pmJ~m~t se mettre ur~ sondes (une capote anglaise) p4mdant te l pe~Ix)rts sexüet s. STERIL]SATION FEMIMINE Les femes peuvent subtr une opêretfon pour ne pLu~ avoir dllflfantl 07 STER[LIRATION MASCULINE Les 071 h ~ peuvent subir ur~ op~rstion pour ne ptu~ avoir d~enfunts, .• RYTHN(, Ci:4dT[MEMCE P[EIOeIOL~ Les c~t~ pou~Klt +virer d'a~)lr des p~rtl leXoe|l certs+n~ jours du cycle pe~c~mt Le lqL l l l l Le fU l l l~ e l t pL~ susceptible de t~~~er enclin|e. 09 EETItAIT Les hG~~ear pet~ent °Er faire attantio!l et se retirer avine I '~jocutatfon. 101 GEIE-GRIE Les ftta~e Peuvent ~tlLiser del ~Let~os pour ne pli toqd~r ~mcelnte. 11 A~Z°~ ofltendu Par{er d,a~- 11r trel ~ ~J ~th~del que tel f a ~ tes hmam p~Nent utltiser pour 6virer I l OpHIe4111? I (PEECISEE) 2 (PRECISEE) 302 A~ez-~~u~ d4jl entendu Par|er de (NETHODE)? LIER LA DESC~IPTIOll DE CHAOUE 14ETI4(~E. OU I/SPCIITME . t CU[/DESCE[PTION . 2 • v OU I/SF~NTAUE . 1 OUI/DESCR IPT IOll . v OU I/SP~NTANE . QUI/DESCR IPT [ON . 2 MON . v 0UI/S/~]NTANR . 1 OIJ ]/O£SCE I P? ION . 2 v OU I/SPOHTN4E . 1 0UI/DESCR IPT I0N . 2 NON.¸ Z~3 A~z-v~e d~Ji 3¢4 sovoz-v~ oO I,on peut utlLIs4 (NETk~OE)? iLLer ~ mi procurer (METt~mE)? . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 i . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 t oel . 1 ~1 . 1 . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 i . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 i i • utiLllE La ¢ondom m~ ~ Plrt~lre? ~ . 2 . 2 i • Sa~z-v~~ ~ l'on ~t s~îr ~ration ~r Ivi- ~ ~rltlon ~r 6tre te r d+e~I r dl~tr~ l i E ra i | l a? . 2 N~ . 2 i • Savez-v~ ~ t'~ ~t s~ir a't'lt ~ ~ ~ra+ ~ ~rstion ~r Erre st6r~LlaE? OUt . 1 . 2 i v i ~JI/SP~4dTANE . 1 Ayez-~~tl ~ une OUI/OESCRI PTION . 2 en fMi|a? I i v i OU Z/SPG~TARE . 1 Votre mr I/conjoint ~t/DES~IPT IOe . . . . . . . . . . . . . 2 NON . !3] l IvoI 1"tion po~rd,enfants?ne ptus : OUI . 1 i ~ [ / ~ T ~ E . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . 1 ~ I~ES~IPT IOe . . . . . . . . . . . . . Z NG~ . 3 NGN . 2 i v i OU I/SPONTANE . 1 0UI . 1 OUI/OESCRIPTION . 2 MaN . 31 ~ . . . . . . . . . . . . . . . Z v ; OU //SPOi~T/~IE . 1 OUI . 1 0U[IOESr.R[PT toe . . . . . . . . . . . . . Z .(x* . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3~ NON . Z v i OUI IR~TANE . 1 Elyez*vou4s ~J Lt~ peut obt~mlr des ¢onseitl sur Il façon ckw pratlqL~er |m contffmnce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 v mi l CUl . . . . . . • . . . . . . . , I l a . . . . . . . . . . . . . . ,2 259 "" I QUESTIONS ET FILTRES 306 I Avez-vous jllis ~tiIis~ ou eSSSy4 un ~oyen ~Ic~~~e 1 I pour ret=roer OU ~viter de t~r ~elnte? PASSER I I A I °"I . ~1 14011 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . [~]--~326 307 I ~ ' lvez '~ f l i t ~ utitts~? l I CORRIGER 303-305 (ET 3GE Sl XECESSAIRE) 3~ m i 309 Neint~t je voudrais vu ~rter du ~ t où, ~r La ~oei~re fois, vu Irez fait M t ~ chie OU ut|liI6 une Jthode ~r 6viter de toa~~r ~e|nte, C~ien d'~fants vivants aviez-vous & ce ,~m~t-L&? SI AUCUN, INSCRIRE '00'. VER]FIER E23: PAS ENCEINTE ~ ENCEINTE OU PAS SURE v NC~RE D'ENFANTS . . . . . . . . . . . I ~326 310 311 VER%FIER 303: FE~ ~ [~ FENNE STERIL]SEE STERILISEE En ce moment, faîtes-vou~ ~Jel~ chose ~ utitlsez-v~J une m~tho~~~ ~r ~viter de tont)er enceinte? I I P31~ ~UI . .,1 I I NON . 2 "326 31,? 312A Quelle ~thode utilfsez-vous? ENCERCLER '06' POUR LA STERILISATION FEMIN]NE PILULE . 01 | DIU . 02 [NJECT%ONS . 03~ DIAPHRAC~qE/I~SSE/GELEE . 06 CONDON . 05 318 STERILISAT%ON FEN]N[NE . STERIl%SAT%ON ~SCUL%NE . 07 CONTINENCE PER[Oe[~E . RETRAIT . ~ç09 ]2] GRIS-GRIS . 10 AUTRE (PRECISER) | 313 m Au ~ t o~ vous avez co~~ s utitiser fa pituLe OUI . 1 ( pour I= ~mI6re fois, evez-v~s c~utt6 un médecin ou une sage-fem.e? NON . 2 RSP . 8 316 I Au ~ t o~ v~ VOUS ~tes prçurê des piIuI~ te m OUI . I m I dernière fois, avez-vOUs consuLtE un ~ i n oe I I sege-f~mme? NON . Z 315 Puis-Je votr la I:~tte de piluLes que vous utilisez en ce m~lm~t? STED[RIL . O1-- NINIDRIL . OZ NILL] AIIOVLAR . 03 EUGYNON . 04 ~ERAL . 05 MIN%PHASE . 06 LO'FEMENAL . 07 EUGYNON . 08 AUTRE 09 (PRECISER) BOITE ~ ~TREE . . . . . . . . . . . . . . I0 ~317 316 C~lssez-v~ te ~de ta marque des pttut, que vous ut|kimez en ce moment? STEDIRIL . 01 MINIDRIL . OE NILLI ANOVLAR . 03 EUGYNON . 04 AOEPAL . 05 M(NIPRASE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LO-fEHENAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 07 EUGYNON . 08 AUTRE 09 (PRECISER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 I 317 I C'~h|en vou~ co~~te une bolte de pituIes? I (IIOTER LE PRIX) 317A POUr c(xNbfende cycle utilisez-vous cette bolte de pltutn? (NOTER LE NOIqIRE DE CYCLES) PRIX . GRATUIT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9996 R~;)Po. . . . . . . . . , . ° . . . . . . . . ° . .o~~8 ROHBRE DE CYCLES . 260 lo N, 318 qUESTIONS ET FILTRES VER]FZER 312: ELLE/|L ? UTILISE UNE ? EST STER]LZSE(E) AUTRE NETY~E I [ ~J • eu tll~J (X~ ivlz-voul obtenu LI IttflLll4tiOn? (14ETH(:OE) il ber~tire foil? (M(]4DE UENOROIT) 319 Cm;ble~l de t ~ faut+iL pour aLIeP de ¢hlz v(xî~ E MINUTES . 1 cet endroît? HEURES . 2 SI æINS DE 2 HEURES+ INSCR[R[ LA REPON$E EN M]klJTES. AUTREMENT, INSCRIRE EN HEURES. $11 JOUR OU+ • 24 HEURES NSP . 9998 3EO Est-Ce FI¢~le~difflcflebese rerdre Il-bas? FACILE . 1 CODES SECTEL~ PUOL IC H(ll~ I TAL . 11 CEMTRI~ ~D l CAL . 1Z CENTRE DE SANTE F/~IILIALE*.13 FMI . 14 DISIq~MSAIRE . 1~ RATERRITE . 16 P~CIE POPULA ] RE . 17 SI[CTEON KEE[CAL PRIVE CABINET DE NEDECIN PRIVE._21 CL IR[OUE/I~P[TAL . 22 PEARMACI E . 23 AUTRE SEGIEUIt PRIVE PARE~4TE . 3 ~ VQISIRE . 32 AUTRE 41 321 (PRECISER) MSP . PASSER A 322 VERIFIER 312: UTILISE ELLE/IL UNE AUTRE EST STERIL;SE(E)[~ k~ET~X~OE En (lue~ ImO~S et quekll arr~ Le st&r~lllat~on I-~-et~l eu lieu? DIFFICXLE . 2 I »323 323 Depuis ¢o~DIm~ de mo{I utiLfsez-vous (METNCOE ACTUELLE) ~ I be Fm¢on ¢~tî~ue? MOIS . I SI I(~[NS DE 1 æIS, INSCRIRE +00% 8 ANS ~J PLUS . 96 32~, Avez-roue eu des probLèmes avec la mlthobe que roui OUI . 1 I ut f t|sez actuel Lommt? I I~ . 2 »331 325 A qui av*z-vo~s d * ~ conseîls pour ces prdetkml? PERSONNEL EE SANTE . 1 ~ CC(dNA I SSANCE/PAREMTE . 2 CONJOINT . 3 331 PERSONNE . 326 AveZ-V¢~ Pintet~tion d~ut~tller, dans L,ivenJr, une m~- oel . 1~~'32E thode pc~Jr retarder une grossesse s pour ~vRer de tom" NON . 2 I ber enceinte? WSP . ~~--~ 332 327 Qt*~eLle est La prîn¢(peLo rllltOfl pour Lll<~î~LLo n'avez plis t,interttion d'utiliser une if~thode? VEUT DES ENFANTS . 01- MANQUE D' INFORMATION . 02 PARTENAIRE DESAPPROUVE . 03 COUT TROe ELEVE . 04 EFFETS SECOeOAI RES . 05 PRONLEMEE DE SANTE . 06 DIFFICILE A OOTENIR . 07 RELIGION . 08 9P?O$EE k I.A ?LAt~IF. F~~LIAkE.09 FATALIST~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 AUTRES PERSONNES OESAPPROUVENT. 11 RAPPORTE SEX. PEU FREQUENTS.12 DIFF]CULTE A TONBER ENCEIHTE,,.13 MENOPAUSE/A EU NYSTEREETON[E.14 PAS COIIMODE . 15 NON RAR [EE . 16 AUTRE 17 (PRECISER) RSP . 328 Avez-vc~e t'fntentl¢~ d'utiLl|er ~ m6thode denl Les OUI . 1 12 proehllnl lois? NOM . 2 MEP . 8 329 Quirld vc4Jo Utl[lltlrez W m6thode, ¢L~4[[8 mithc~4 pr6f6rer iez-voue utl[|ser? -332 PILULE . 01 DIU . 02 INJECTIONS . 03 01APHRAONE/NGUSSE/GE LEE . 04 COI40COI. * . 05 STER [ LIEAT ]ON FEM[MIN[ . 06 ETER [ LISAT [ON MASCULINE . 07 CQHT I MEM(:E PERIONIQUE . 08 RETRAIT . ~ GRIS-GRIS . 10 AUTRE .11 332 (PFlEC[EER) PAS SURE . 11 261 1 331 N ° QUESTIONS ET FILTRES 330 O~ pouvez-vo~ vou~ procurer (NETV~IDE CITEE A 329)? 332 (MON DE UENDROIT) CCOES SECTEUR PUBLIC HOPlTAL . 11 CENTRE NED%CAL . 12 CENTRE DE SANTE FAMILIALE.13 PMi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 DISPENSAIRE . 15 NATERMITE . 16 PHARNACIE POPULAIRE . 17 SECTEL~R MED/C, AL PRIVE CABINET DE NEDECIN PRIVE . 21 CLiNIQUE/HOPlTAL . 22 PHARMACIE . 23 AUTRE SECTEUR PRIVE PARENTE . 31 VOISINE . 32 AUTRE 41 (PREŒE[SER) NSP . 98 VERIFIER 312: UTILISE LA G'~301TIMEMCE PERIOeI~G~ r, [~ UTILISE Uî~E OE LE RETRAIT OU UNE AUTRE NETNODE , , NETHOeE TRADITIONNELLE ~ k~JOERNE V connaissez-vous un endroit o~ on peut se procurer une I OUI . 1 mêthode de planification fæî ( i s le? I H~N . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PASSER A ,334 }-336 I »332 I+[ I I »336 333 (~~ est-ce? (MOR DE L'ENDROIT) SECTEUR PUSLIC HOPITAL . 11 CENTRE MEDICAL . 12 CENTRE DE SAMTE FAMILIALE.,.13 t~l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 DISPENSAIRE . 15 MATERHITE . 16 PHARHACIE POP~JLAIRE . 17 SECTEUR NEDICAL PRIVE CABINET DE NEDECIM PRIVE . 21 CLIMIG4JE/HOPITAL . 22 PHARNAC]E . Z3 AUTRE SECTEUR PRIVE PARENTE . 31- VOISINE . 32 ÆTRE 4I (PHECISER) MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 AUTRENENT, |NSCR]RE EN HEURES. Sl 1 JOUR OU+ = 24 HEURES NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9998 335 Est-ce flciLe Ou difficile de se rendre t~-bas? I FACILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I I DIFFICILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 336 Durant Le mois dernier, avez-vous entendu un messnge I | propos du planning ferait|st t: i OUI MOU I Ls r eRli o? RADIO . 1 2 La tttAvision? TELEVISIOe . 1 2 337 Trouvez-vous acceptable ou i~s acceptable que des infor- I ACCEPTABLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I met|orm i propos du planning famJtisL soient donntes i I PAS ACCEPTABLE . 2 I la radio ou ~ 141 t6t6vis|o¢l? MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 338 Durant Let douze derniers mois+ avez-vu llSJlt+ & ~ I OUi . 1 I sten¢et de lenllbitisetlon ou it des causerfe~ sur te I I pLanning ferai L|et? t t~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 -401 339 O~ svez-wus sss|st6 Il ces sSar~u Ou csuseries? I F(3aNATION SANITAIRE . I I QUAATIER . 2 AUTRE 3 (PRECISER) NSP . 8 262 1~ 402 403 INSCRIRE LE NGq, LE N" DE LIGNE ET UETAT DE UVIE PE CSAIJE NAISSANCE DEPUIS JANVIER (ça7 DANS LE TABLEAU. POSER LES QUESTIONS A PROPOS DE TOUTES (;ES NAISSAî~ES. ~I4qEI~CER PAR LA OERR|E~J[ SA(SS4dICE. (S'IL Y A PLUS RE TROIS NAISSANCES, UTILISEZ UN QUESTIONNAIEE SUPPLEMENTAIRE). MeInt~t, Je voudrais vous ~er ~I~J~ questlon4 i p¢o~oes c(nc~ oern(4~re~ m~R4m. (Rou~ 1~erLerom d'un enhmt i I t fois) N" PE LIGNE DE LA Q. 212 I Au~t o0~ ttes t~115(~ enceinte de (N(lq), v~Liez-vo~ t~m~r ~efnte çe momn~-I~, vo~Liez-vc,~ i attendre o{u~ tard ou v~tfez- vou~ ~ Dt= avoir d=enf~t? de te S~ti ~~1 elflnR! que vogl aWlZ IUl durer les d AcE ,p~::;~Aïz~;:) ~ PLUS T~RD . , . Z NE VOULAIT PLUS . 31 (PASSER A 405)< / NcI4AVGNT'DERN]ERERAISS- A ce NOI~RT-LA . ),1 (PASSER A 405)( ' r PLUS T~RD . Z RE VCIJLA]T PLUS . (PASSER A 405)< J AV. AVAMT*DERNIERE SAISE. N~ v iv= ç~ o=sç A CE HE~ENT-LA . 1~ (PASSER A 405)< / PLUS TARD . 2 NE VOULAIT PLUS . (PASSER A 405)< J 404 l Combien de tempe ourlez-vous voulu attendre? ~OIS . . . . . . . . . . . . . . 1 r I [ ASSEES . SSP . 998 f ~ I~llS . . . . . . . . . . . . . . 1 I I r ASSEES . 2 NSP . AENEES . 2 RSP . ~ I 4~6 ~.~m~voc~ 6tlez ~elnte de (lION), evez-vo~s vu q~et~J.un pour une consu(tat|~ co~~er- qnt cette sroseesse? SI OUI, ~ui avez-vo~s OueLcN,und,autreT PROfE$S|OIISEL DE SARTE MEDECIR . A %NFIRMIEREISAGE-FE~IE.S AUTRE PERSURRE ACCOUCREUSE (TRADI- T]GNNELLE) FORf4EE/ HATRONE . . . . . . . . . . . . . . . C ACC~k,~SEL~E TRN)I- TIOUNELLE . D AUTRE E (PSECISER) PERse(uiE . F1 i (PASSER A A09)< / f~OfES$|ONSEL DE SAI4TE MEDECIM . A l NF IRMI ERE/SAGE- FENHE, .B AUTRE PERSONNE ACCOUCHEUSE (TRAOI- TIURNELLE) FORHEE/ NATRONE . C ACCOUCREt~r-,E tRJ~)I - TIOURELLE . D AUTRE S {PRECISER) PERSONI4S . F] (PASSER A ~;091< PROfSSStOtISEL DE SARTE HEOECIR . A INF l RNI ERE/SAGE- FEHNE.6 AUTRE PERSONNE ACCOUCHEUSE (TRADI" T[OUVELLE) FURHEE/ HATRONE . C ACCCk~CSE~3E 1RA~I - TIONMELLE . D AUTRE E (PRECZSER) PERSOI4SE . F] (PASSER A 409)« ENCERCLER TOUTES LES PSESONNES ~edES. 406 VOLm a-t-on ~ OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1 un cartier (Je sanie RSP . 8 I I~~r cette groee~$e? MON . 2 NON . 2 SON . 2 RSP . 8 NSP . 8 40~' Se c~tbien de mois 6tIez-vou~ l ceinte quand v-- ,.z . ROIS . ~-~ NOIE . . . . . . . . . . . . . . . ~Ç~ HOIS . ~-~ I ~Je[c~,un pour te premtEre fois ~r ~ cnultatt~ c~er- nlnt cette grossesse? NSP . 9~1 NSP . 96 NSP . 96 ,. 0.de. t. or~t.,. ~1 ~ M I avez-voti fait peflde~t cette MBRE. OIE VISITES. NBRE. DE VISITES. MERE. DE VISITES. grossesse? NSP . 98 SSP . 98 NSP . 98 4~ m Ouend va~s Atlez enceinte de | I (M(lq) ~ e-t-~ fait ~ OUI . 1 OUI . 1 OUI . 1 I Jnjectl~ de~ Le br# ~r 16v J te r . b4b~ d'attraper le .OH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ .011 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~] 14oe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~] tStarK;S, c.est-k-dire tes cm- (PASSER A 411)< (PASSER A 411)< vq/tlltonl Wl~l [Il nalslwnce? NSP . NSP . NSP (PASSER A 411)« "°l-"'"""-'.,,.,o*,,- - . D - . . ~ - . . D I NSP . 8 NSP . 8 NSP . 8 411 OS I~Z-~ ~c~h6 de (l~q) ? NAISGq PROPRE RAI SGq . 11 AUTRE SA I S~q . 12 SECTEUR PUOLC I~PI TAL . 21 NATERRITE . . . . . . . . . . . . . 22 DISPENSAIRE . 2] SECTEUR PRIVE HOP* Pli */CLINIGUE.31 AUTRE AI (PRECISER) MAISOU PROPRE MAISON . 11 AUTRE MAI SK~I . 12 SECTEUR FtleLC HOPITAL . 21 IIATERHI TE . 22 DISPENSAIRE . 23 SECTEUR PRIVE IS~. PRI ./CLINIQUE.31 AUTRE 41 (PRECISER) NAISOU pROPRE 14A I SON . 11 AUTRE RAI SOH . 12 SECTEUR IxJSLC I~PITAL . 21 NATERRITE . 22 DISPENSAIRE . 23 SECTBLIR PRIVE HOP. PRI ./CLINIQUE.31 AUTRE 41 (PREEISER) 13 263 412 Oui vo~ • aselst4 pour L,l~couchutmt de (NOM)? QUelou,un d,sutre? INSISTEE SUIt LE GENRE DE PERSONNE ET ENCERCLER TOUTES LES PER$ON#ES C[TEES. OERNIERE NAISSANCE NGq PROFESSIONNEL DE SARTE REDECIM . A INF]E~I|ERE/SAGR-FEPMEooB AUTRE PERSONNE ACCOUCHEUSE (TE~I- TIOSNELLE) FORMEE/ HATROIIE . C ACCQJCHEOSE TIL~I- TIONNELLE . D PARENT . E AUTRE F (PRECISER) PERSONNE . G AVART-OERNIERE NAISS. MG4 PROFESSICIINEL DE UNTE MEDECIN . A JNF|RM]ERE/SAGR-FEM/IE.S AUTRE PERS~IINE AC-r~--~- ~EOSE (TE~I- T [OSNELLE) FOSNEE/ NATItCNE . C ACCOUCHEUSE TRADI - TIONNELLE . D PARENT . E AUTRE F (PRECISER) PERSONRE . . . . . . . . . . . . . . . . . G AV. AVANT'OERNIERE I/AISE. PItOFESSIOSN4[L OiE SAUTE NEDECXN . A ]NFIIINXERE/SASE-FE~IE,oS AUTRE PEESCNKE AU~REUSE (TILqOI" TIONRELLE) FGRNEE/ RATRONE . C ACCOUCHEUSE TIL4DI" TloeNELLE . D PARENT . E AUTRE F (PRECISER) PERSONNE . . . . . . . . . . . . . . . . . G &13 i (NOM) est-iL/eLLe n4(e) A terme I A TERME . 1 A TERME . 1 A TERME . 1 I OU pr~glmt ur(me~lt ? I PREHATUREMENT . 2 PREMATURENENT . 2 PREHATUREMEIdT . 2 NSP . 8 NEF . 8 HSP . 8 41& | Avez-vous acc~J¢hA de (NOM) QUI . 1 OUI . 1 QUI . 1 i I par c~sar I ertr~? I NON . 2 MOtl . 2 Noe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 41~ i Quand (NOq) est rdb(e). TRES GROS . 1 TSES GROS . . . . . . . . . . . . . . . . 1 TRES GROS . 1 I tre|t-i t/eLLe: PLUS GROS QUE PLUS GROS QUE PLUS GROS QUE très gros(se), LA MOYENNE . 2 LA MOYENNE . 2 LA MOYENNE . 2 J MOYEN . 3 MOYEU . 3 pLu gros(se) ~ la æye~e. MOYEN . 3 NSP . 8 moyefl(ne), PLUS PETIT QUE PLUS PETIT QUE PLUS PETIT QUE plus petit(e) que Le moyenne, LA k~YENNE . 4 LA MOYENNE . 4 LA MOYENNE . 4 ~4J trîhs petit(e)? TRES PETIT . • TRES PETIT . 5 TRES PETIT . S NSP . 8 NSP . 8 ] (PASSER A 418) <~-~ OUI . 1 I 416 pes~(NOM)~8"t't (/ri I e i n rdlissaflce?~tl~ OUi . 1 (PASSER A 419) <'~~ OUI . --Il NON . 2 ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . .2a (PASSES A 419) • J NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Q8 NSP . 98 HSP . 98 418 ,VOS rl)sLes sont-elLes rev--s QUI . 1] r ( J a~xJfs la r~fssance de (NON)? (PASSER A 420)< Noe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2] (PASSER A 421 )< 419 | vos rAgles sont-elle( revenues OUI . 1 GUI . ! | I entre La naissance de (liON) et I votre grossesse suivlmte? NON . 21 NON . 21 (PASSER A 423)< / (PASSER A /.23)< / | 4;~0 ,P--ni c.Iendemoisapr~(.) FF] [ - - ]~ [ Le naissance de MOIS . . . . . . . . . . . . . . . MOIS . . . . . . . . . . . . . . . i n'avez VOUS ~e *.J de rkg(es? 422 l Avez-vous repris tes rapl~rts sexueLs depu|s La naissance de (IKm)T ROIS.oo . o*,o ~F~ NSP . 98 ENCEINTE CU PAS UE [~ v (PASSER A 423) OUI . 1 R(~o**.ooo.oo. . o*.2] (PASSER A 424)< NSP . . . . . . . . . . . . . . * . . . . .98 NSP. . . . .Q6 ' °1 - ' ° ' ' ' ' ' ' ' *=z -=. ' - " . ~ - . ~ " . ~1 de r~~ports sexuets? NSP . 98 NSP . 98 NSP . ~5 14 264 424 I I Avez-vous aLLeit4 (NOM)7 [ DERN[ERE NAISSANCE [ AVANT'DERNIERE NAISS. I AV, AVANT-DERNIERE NAISS.J NON NON NCN oel . 1] OUI . 1 OUI . 1 I (PASSERA 426)< 2 I- (PASSERA433)< ~ (PASSERA433)< ]1 . NON . 2 NON . 2 I 425 Pouro~o i n' avez-vous pas aILait~ (NG4)? I NERE NALADE/EAISLE . 01. ENFANT HALADE/FAI8LE.02 ENFANT DECEDE . 03 PROSLENE DE SEIN/ DE DOUT DE SEIN . 04 LAIT INSUFFISANT . 05 TRAVAILLE . 06 ENFANT A REFUSE . 07 AUTRE 08" (PRECISER) (PASSER A 435)4 MERE NALADE/FAIBLE . O1 ENFANT NALADE/FAIELE.02 ENFANT DECEDE . 03 PROELEME DE SEIN/ DE BOUT DE SEIN . 04 LAIT INSUFFISANT . 05 TRAVAILLE . 06 ENFANT A REFUSE . 07 AUTRE .08~ (PRECISER) i (PASSER A 435) « -~- -~ NERE ~LADE/FAIOLE . 01- ENFANT NALADE/FAIBLE.02 ENFANT DECEDE . . . . . . . . . . . 03 PROELEMIE DE SEIN/ DE BOUT DE SEIN . 04 LAIT INSUFFISANT . 05 TRAVAILLE . O~ ENFANT A REFUSE . 07 AUTRE O~ (PRECISER) (PASSER A 435)" 426 428 429 430 431 Combien de temps après sa naissance avez-vous mis (NOM) au sein pour La première fois? Sl MOINS DE 1 HEURE. INSCRIRE '00' HEURE. SI HOINS DE 24 HEURES, INSCRIRE DES HEURES. AUTREMENT, INSCRIRE DES JOURS. ALLaitez-vous encore (NOH)7 IMMED%ATENEHT . 000 HEURES . 1 JOURS . DECEDE v (PASSER A 4331 oel.,2 . . . . . . . . . . 1 NON. . ,« . . . . . . . . . . . . . ° , . . ,Z (PASSER A 4331« ] Combien de fois avez-vous aIteitA La r,JIt dernière entre Le coucher et Lever du soLe|(7 Sl REPONSE NON NUMER1QUE, IN- SISTER POUR EVAkUER LE NOI~RE NOMBRE D'ALLAITENENTS DE NUIT Combien de fois avez-vous atLaitt hier, bandent Les heures de jour? S l REPONSE NON NUNERIQUE, IN- SISTER POUR EVALUER LE NOMBRE NONERE D'ALLAI TEMENTS DE JOUR A n'importe c~lel moment hier ou La nuit dernière avez-vous ~,,.~ il iN(N4) un des aliments ou boissons suivants: Eau? Eau sucrde? JUS? Infusion? Lait en boite pour 10~b~? Autre (ait en boite ou en poudre? Lait frais (d'anlmeux) Autres ( tqut des BouiLLie7 Autre aliment sp4c|atem~t prEpert pour t~enfant? Plat familiaL? VOIR 431 : NOURRITURE OU LIQUIDE DONNE NIER QUI Noe EAU 1 2 EAU SUCREE . 1 E JUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 I NFUSION/GUI TT I/SAOUI~ I. 1 2 LAIT EN BOITE SESE . 1 2 AUTRE LAIT EN BOITE/ EN POUDRE . 1 2 LAIT FRAIS . 1 2 AUTRES LIQUIDES . 1 2 BOUILLIE . 1 2 AUTRE ALINENT PREPANE SPEC. POUR ENFANT.1 2 PLAT FAMILIAL . 1 2 "OUI" POUR RIEN D~J TOUT UN OU [~ PLUS [~ v v (PASSER A 436) PASSER A 437) 265 15 433 I DERNIERE RAISSANCE NON MOIS . . . . , . * * . . . . . . . JUS~,I'A SON DEOES . . . . . . 961 (PASSER A 4~) < / AVANT -DERNI ERE NA|SS. JU~KIU'A SC~DECES . . . . . . 961 (PASSER A 436) < / AV. AVART-DERNIERE RAISE. I NON I VOie . ~-11 6lA P~Jr¢F~( ivez-vtx~ arrAt4 d'ails|ter (Na4)? 435 VOIR 216: ENFANT VIVANT? 636 | Avez-vaus d4j& borv~ R (N~4) I de l 'eIMJ, ~~~Je lque chose d'autre A boire ou • /~~lGer (autre que Le Lait mternel)? SERE NALADE/FAiBLE . 01 ENFANT MALADE/FAIBLE.02 ENF•NT DECEDE . 0,3 PR98LESE DE SEIN/ DE BOUT DE SEIN . . . . . . . . 04 LAIT INSUFFisANT . . . . . . . . 05 TRAVAILLE . . . . . . . . . . . . . . . 06 ENFANT A REFUSE . . . . . . . . . 07 ASE DU SEVRAGE . 08 TO, q8EE ENCEINTE . . . . . . . . . 09 A COMMENCE A UTILISER LA CONTRACEPTION . . . . . . . 10 AUTRE 11 (PRECISER) VIVANT vE ~ DECEDE ! (PASSER A 637) OUI . 1 . . . 2- {PASSER A ~0)< NERE RALADE/FAI SLE . . . . . . 01 ENFANT NALADE/FAIBLE. .02 ENFANT DECEDE . . . . . . . . . . 03 PRUSLEME DE SEIN/ DE IK]UT DE SEiN . 06 LAIT INSUFFISANT . 05 TRAVAILLE . 06 ENFANT A REFUSE . . . . . . . . . 07 AGE DU SEVItAGE . . . . . . . . . . US TCNBEE ENCEINTE . 09 A ~NCE A UTILISER LA CONTRACEPTION . 10 AUTRE 11 I (PRECtSER) VIVANT ? DECEDE ~ (PASSER A '37) v OUi . 1 {PASSER A 460)< SERE MALADE/FAIBLE . . . . . . 01 ENFANT MALADE/FAIBLE.02 ENFANT DECEDE . . . . . . . . . . . (13 PRUSLENE DE SEIN/ DE BOUT DE SEIN . . . . . . . . 04 LAIT INSUFFISANT . . . . . . . . 05 TRAVAILLE . (M ENFANT A REFUSE . . . . . . . . . 07 ASE DU SEVRAGE . 08 TOIWEE ENCEINTE . . . . . . . . . 09 A COleeEMCE A UTil iSER L• CONTRACEPTION . 10 AUTRE 11 I (PRECISER) VIVANT E~ v DECEDE ç (PASSER •637) SUI . 1 {PASSER A 460)< / 437 439 Comble h de mois avait (k~l~) ~ vo~ avez comJr~A & Lui donner un des a l iments ou bo issons su ivants de f s¢on r6guL i#re? : La|t en boite ~J Lait autre que le lait maternel? Eou? Infusion? Autres ilc~Jides? Bou i l l i e ~J aLtmlnE so l ide? $1 NOINS OE 1 NOIS, | NSG~|RE '~*. VOIR 216: ENFANT VIVANT? ( I l (M) a - t - tL /eL te bu cFJeLque chm iJ biberon, hier ou La nutt dern|ire? AGE EN MOIS . i i JAMAIS DONNE . 96 AGE EN MOIS . . . . . . . . . I i JNAAI S DONNE . 96 AGE EN NUIS . I I I JAMAIS DONNE . 96 AGE EN MOiS . . . . . . . . . I I i JAMAIS DOeNE . 96 ASE EN NOlS . I I I JNqAI S (X~NE . 96 VIVANT ~ OECEDE vE ~ I (PASSER A ~,0) ~J|,.*o.o.oH.o.I R(~ç,o.,çwo . .oo,.o~) NSP . 8 AGE EN MOIS . . . . . . . . . i I JAMAIS DONNE . 96 AGE EN l~ IS . I I JAMA ] S DONNE . 96 ASE EN MOIS . [ I JAMAIS DONNE . 96 • GE EN lOiS . . . . . . . . . J I I J /~AI S DONNE . 96 AGE EN MOIS . I I I JAMAIS DONNE . 96 (PASSER A 440) I . EN.IS . m i JH4A[ S DONNE . 96 AGæ EN ælS . i I i JNqAI S DONNE . 96 AGE EN NOIS . . . . . . . . . J I I JNCAI S DONNE . 96 AGE EN MOiS . . . . . . . . . ~ I I JAMAIS DONNE . 96 AGE EN MOIS . I I I JNqAI S DQNNE . 96 (PASSER • /*~0) RETOURNER A 403 POUR LA NAISSANCE SUIVANTE; OU, S*IL N*Y A PLUS DE NAISSANCE, PASSER A LA PRFJ41ERE COLONNE DE &41 266 i6 SECTION 4B. VACCINATION ET $JUdTE 441 | NOTER LE NGq ET LE N" DE LIGNE DE CHAQUE NAISSANCE DEPUIS JANVIER 1967 DANS LE TABLEAU. I POSER LES D(~STIONS A PfiOPQS DE TOUTES CES NAISSANCES. COItqENCER PAR LA PRRNIERE NAISSANCE. (S'IL Y A PLUS DE TROIS NAISSANCES[ UTILISEZ UNGUESTIONNAIRESUPPLEMENTAIRE). I N" DE LIGNE DE çA ~. 212 [ SELOeQ. 212 ET Q. 216 442 | AVeZ-VOUS un carnet OU un4 I carte où tes vs¢¢Inltloee d4 (kO~) sont Inecrltes? SI OUI: Puls-je te volt, s'iL vOUS p(elT? DERNIERS NAISSANCE NGq VIVANT [~ OECEDEç v m v OUI, WJ . I (PASSER A ~)< 1 OUI, ~ WJ . 21 (PASSER A OE)< / PAS DE CARNET . 3 AVART-DERNIERE NAISS. NCM V[VANT ç DECEDE• v I ~ E I v oel, VU . 1 (PASSER A~J~~)< ] OUI, ~ VU . 2 (PASSES A 446)< . ] PAS DE CARNET . . . . . . . . . . . 3 M AV. AVANT-OERRIERE NAISE. NC~ VIVANT v~ DECEOE [~ m v m OUI, VU . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 (PASSER A ~)< ] OUI, ~ VU . . . . . . . . . . . . . 2 (PASSER A /~6)< ] PAS DE CARNET . . . . . . . . . . . 3 443 |Avez -v~.m jmts eude carat OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . oe l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 I ou oe carte de va¢cInltion (PASSER A OE)< (PASSER A ~)< (PASSER A ~)< J paur (NOM)? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NO# . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Noe . 2 444 JOUR NOIE ARNEE (1)COe(ER LES DATES DE VACC%NATIONS F~JUR CHAOUE VACCIN A PARIIR D~I CARNET/CARTE. (2)INSCRIRE ~44 j DANS LA COLONNE 'JOUR*, SI LE LE CARNET/CARTE I NO louE OU~ONE VACCINATION A ETE FAITE, MAIS I.A DATE N*A PAS ETE REPORTEE. SCG POLIO O ~)LIO 1 POLIO 2 K)LIO ] DTCoq 1 DTCoq 2 DTCoq 3 I k~VAX 1 [MOVAX 2 ROUGEOLE F [ EVRE JAUNE 8CG PO P1 P2 P3 DI D2 D3 IM1 I~?. ROU F.J JOUR NOIS ANNEE BCG I Po I PI I P2 [ P3 I D, I D2 I 03 J INI [ (.2 I Noe I F.J I JOUR MOIS ANNEE BCG PO PI P2 P3 01 Dg O3 INI IM2. Roe F.J 445 (M(~¢) a-t-iL reçu des v~ccina- tions qui ne sont pas înscritel sur ce carnet/carte7 ENREGISTRER IOUII SEULENENT SI LIENQUETES MENTIONNE LE(S) VACCIN(S) DU BCG, POLIO 0-3, DTCOCl 1-3, Ik~VAX 1-2, ROUGEOLE ET/OU FIEVRE JNJNE, PUIS PASSER A 448. OUZ . 1 1 (INSISTER SUR LE TYPE DE | VACCIN ET INSCRIRE *66' J DANS LA COEONNE CIdRES- PONDANT AU JOUR EN ~4)< NOU . OUI . 1 1 (INSISTER SUR LE TYPE DE/ VACCZN ET INSCRIRE '66 ° J DANS LA COLONNE CDRSES" POKOANT AU JOUR EN 44/~)< NON . 2- NSP . /~- (PASSES A 448)< DIJI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 3 (INSISTER SUR LE TYPE DE] VACCXN ET INSCRZRE '66 « ] DANS LA COLONNE CORRES- POKOANT AU JOUR EN 444)< NON . NsP . . . . . . . . . . . . . ~ ; . ; . . (PASSER A 4 ) 4/.6 I (~) a - t - i t /e ( (e Jemta reçu ou i . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ou i . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Oui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I ~-,~-,~,.~,- ~ ~ I d 'a t t raper des ~ted iea7 ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NGN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (PASSES A 448)« (PASSES A 448)< (PASSES A 448)< NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . RSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 267 DERNIERE MA[SSAUCE AVANT'DERN]EEE UAISS. AV. AVANT'OERN[ERE ilAISS. NOM IKlq +,;7 S+ll rOUI pli1(, dltlll'lOI Si (laA) • recu une du VlI¢Ci nat {o~1 su(ventes: vic¢tnatlon dlJ ICO contre Le td~ercu(ose, cqmt-|+dfre une inject(on dar4 t*lvlmt-bru EaUChequi • t~~luAune c icat r i ce? ~~1 vl¢ctr~t(onc~trl I l poLio, c'ni A dtre des ~out tesd4ns (abOuche? SI OUI : Cmbi~m de fois? t)l~4 înj~:tî~'t ¢~tre la rougeole? Ur~ i n je~t io~~ au pistolet? $1 OUI: Cont)(e~oe fois? ~IR E16: OUI . 1 MON. . .2 U~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 OUI . 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 HSP . 8 Ya3~RE DE FOIS . [ ~ OU] . 1 NON . , .,;[ Nf~ . 8 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 RETOURNER A 442 F~UR LA NAISSANCE SUIVANTE; OU, S']L U'Y OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ESP . 8 OU[ . 1 NON . MSP . 8 NONBRE DE FOIS . OUI . 1 M~4 . E NSP . 8 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 USJ~ . 8 NSP . O NOMBRE DE FOIS . [ ] NOM,RE DE FOiS . [ ] - - v V I V A N T ? DECEDE ? VIVANT? DECECE ! A PLUS DE NAISSANCE, PASSER A OU[ . 1 Jdl~J . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 OUI . 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 KOI6RE DE FO[S . [~ QUI . 1 NOM . 2 MEP . 8 OUI . 1 MON . NSP . NOMBRE DE FOIS . [ ] (PASSI[R A 4501 ,so + l . . , l+ , , . .+ l . i o, . ,ioui . ,i +, . '1 fiAvre A un re:ment queLcomFJe ~ . 2 NON . 2 V~N . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 dlns les 2 d~rniArel s411Mil~s? NSP . 8 NSP . 8 NSP . 8 (+SI (IK~4) ii-t-{I/l(Le s~ffert d4 OUI . 1 OUI . 1 OUI . 1 | l . t - - ' un - - , queL¢or~ue , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 gOH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 I Les E dern{Ares seeeines? (PASSER A 4SE)< ~ (PASSEE A 455)< ~ (PASSER A 4S5)< UEP . NSP . NSP . SE (+ l + , ( l , . ++, io , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . f lOU, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l i eU , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . de la toux da~s Les derntAres MON . 2 UOI~ . 2 NON . 2 24 heures? MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 UEP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . O NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 III toux,depUiS c~lbflm ~ JOURS . JOURS . JQURS . jours AJre te tOUX)? Si MOINS DE 1 JQUR, INSCRIRE 'CQ ~ • 454 456 457 Quand (I~W} dcaft malade av~: <:lUI . ? [11 toux, respJrl{t-tL/eLle pLtm rapldlmmlt ~ d,habitude MON . 2 ,'Wplde? NSP . 8 tvec un s~ffle court et ~?Ls A 1.1~1 ) Est-ce qu* quelque chose • OUI . 1 êtl~ donrM pour + (fil(ter La NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 F ikvre / tou~? (PASSER A 458)~ USP . OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 MSP . 8 "OUI" DANS 450 OU 451 ! AUTRE ~(PAESER A 46O) OUI . 1 4;1 MEP . eJ OUI . I NOM . E NSP . 8 "OUI" DANS &SO OU 451 ! AUTRE E~(PASS[i) A ~60) OU] . IPASSER A 4'8)<i~ M$P . ~l.est-ce gJ| • I rA &.~ pour traiter La flAvre/toux? • Je(ek*e chose d'au~re? IMSCmlEE TOUT CE QUI EST CITE INJECTION . A ANTIBIOTIQUE (CCI4PRINE OU SIROP).E ANTI "PALUDEEN (CCMPEIME OU S[ROP).C SIRCP C~4TRE LA TOUX.D AUTRE COMPIllN[ CU SI~OP.E CCHPE [NE/S I S(]P INCOUkVJ. F EEMEDE-NA I S~II/ PLANTEE 14EDIC[MALE$.--G AUTRE H (PEEC[SER) INJECTION . A AUT IE [OTIQUE (CONPRINE oe SIROP)., ,E ANTI "PALLJOEEE (COMPEIM~ OU SlRoe).C S[RCP CONTRE LA TOUX.D AUTRE CO~WtlISe OU SIROP.[ CONPR Z ME/SI ROP INCONIAJ. F SENEDE "IMII$ON/ PLANTES MEDICINALES*.G AUTRE H (PEEC]SER) INJECTION . A ANT IB lOT II~JE (COIAPRIME OU SIROP).6 ANTI "PALUOEEN (CONPR[['E OU $IEOe).C SIEoe CONTRE LA TOUX.D AUTRE CONPRIHE OU SIROP.E CCflPE ] I(/E I ROP IMCOi~MU. F REMEOE "NAI SGI~/ PLANTES NED[CIK~kES.G AUTRE [4 (PRECISER) 4S8 A~z-v¢~ demn~ des c¢me|h OUI . 1 OUI . 1 OUi . 1 I ou un t ra i tement p~r le I Fitvre/t~? MCI4 . (PASSER A 460)< 21 ~ . (PASSER A &60)< 2~ ~ . (PASSER A I~0)< 2 268 ~8 459 CG av*z-w~o d ~ conseils ou un trllt~t? I«, A qtmIeN*un d*eutre? INSCRIRE TOUT CE OUI EST CITE DERNIERE NAISSANCE SECTEUS ~~JIL lE flOP[ TAL . A CENTRE NED I CAL . I PMi . C DISPENSAIRE . D NETERN[TE . E PHAFJ4AC [ E F~PULAIRE. F EGUIPE NOOILE . G SEC~IRISTE . . . . . . . . . . . . H SECTEUR NEOICAL PRIVE CL I N I OUE/IIG~ I TAL . I pHARMACIE . J CABINET NED. PR]VE.*.K DI SPEMSA] RE PRIVE.L AUTRE SECTEUR PRIVE DEPOT PHARNACEUT ZOUE.H I~UT IGUE/MARCSE . M OUERI SSEUR TRADITIONNEL . O VOIS/NE/PARENTE . P AUTRE Q (PREC[SER) AVANT'OERN] ERE MAISS. NGq SECTEUR ULI{ ~PITAL . A CENTRE NED[CAL . D ~'ql,,.,.o . E DISPERILAISE . D I~ATSRN[TE . E pHARMACIE PQ~ULAIRE.F EOU]PE 14~ILE . G SECCU~I$TE . H SECTEUR NEDICAL PRIVE CLINIOUE/SCPlTAL . I PHA~C]E . . . . . . . . . . . . . J CABINET NED. PRIVE.K DISPI[NSA[RE PR[VE.+.L RUTRE SECTEUR PRIVE DEPOT PNARIqACEUTZOU~.M DOdTIOUE/NARENE . N OUES[SSEUS TRADITIOUNEL . O VOISINE/PARENTE . P WTRE Q (PRECISER) AV. AVANT-DERSZERE NAISS. NEI4 SECTEUR PUSLIC NEPITAL . A CEITRE NEDICAL . S FI4] . • . .E DISPENSAIRE . D î4ATERI]TE . E PHARMACIE P~k~JLAIRE.F EOeIPE M~[LE . G SEC(XJR]STE . . . . . . . . . . . . N SECTEUR MEDICAL PRIVE CL[NI~IE/K~P]TAL . I PHARMACIE . J CABINET NED. PR]VE.E DISPENSAIRE PR[VE.L AUTRE SECTEUR PRIVE DSPQT PHARMACEUTIQUE.M S~UT[I~JE/NARCHE . N OUERISSEUR TRADITIONNEL . 0 VOISINE/PARENTE . P AUTRE G (PRECISER) =+,r.~'~"«""«"~ i . . _ ,+, ioui~ . . ,'1~ IPASSERA ~)* lp .I OUi . ~ oto . ~11 dlarrh~ durant Ils C~JX (PASSER A 462)< / (PASSER A /+62)< j I + . ,+. . SEP . 8 1 NSP . D NSP . 8 RETOLî~NER A 442 POUR LA NAISSANCE ~J]VANTE; OU, S'IL N:Y A PLUS DE NAISSANCE, PASSER A ~82 ~1 (-''+'"'°+ IOU . OU . IOU . dllrrh~e OUrlet Les NON . 2 I~ . 2 NON . Z derniêres 24 heures? NSP . 8 RSP . 8 hSP . 8 ~~3 CCablet~ de jours CE dura JOURS . I t. d,.rrh4e/d~;uI, combien I I I JOURS . ~ JOURS . de jours dure le dlerrh~)? SI SOINS DE 1JGJR, I INSCRISE ~OO ~ . 466 Y avait-i( OU ser41 OUI . 1 OUI . 1 OUI . 1 Les selles? N~4 . 2 SON . 2 NaO( . 2 NSP . 8 SSP . 8 NSP . 8 466 VOIR 424/428: OUI NOU DERNIER ENFANT EMCrORE L.~ AL(AIlE? [~ v (PASSER A 4 Oulmd (K~I¢) Ive{t LI dllrrhte svez-vou= cham~ te r~e d ' l ( L0 i tements? OU[ . 1 K{]N . E] (PASSER A 4681< (PASSER A 468) (PASSER A &68) 46?' Avez-voûe eulu~t6 OU rlJ~lUft Le nOllbrl de rlltiorll,ou AU.RTE . 1 evez-vc~s err~t6 comnLêtment RESUZT . 2 ARRETS r.~LETEMENT . 3 (En dehors du Lait IterneL) ~68 LUI ivez-vouI dorv~b i boire hEM( . 1 MEME . 1 MEME . 1 LI e (~mrltitA qu:lvaelt Le PLUS . 2 PLUS . 2 PLUS . E dlsrrh4e, plu, c~J ælrm? HOINS . 3 MOINS . 3 MOINS . 3 NSP . 8 MSP . 8 #SP . 8 469 I.uf ivex-votîe doflt~~ h manger NEî4E . 1 NEME . 1 MEME . 1 Il ~ qUatltit~ d*ll{iments PLUS . 2 PLUS . 2 PLUS . 2 OU'lVSnt II diorrh~, plus, MOINS . 3 æ/NS . 3 MOINS . 3 ou moi ~4? NSP . 8 NSP . 8 NSP . D 4TO Est-ce que ~lqu4 chose a OU[ . 1 OUI . 1 OU[ . 1 Atî ~ pOUr" trlîter la k~Oî~ . 2 NON . 2 ~ . 2] dtsrrhbo? (PASSER A 4T~), ~ (PASSER A 472)<~Ç (PASSER A 4T~I< NSP . NSP . NSP . 471 O~J'ett-¢e cr~l • 6tA donn4 pour traiter te diarrh4e? 9u4tq(Je chose dtautr|? ]SSCR[RE TOUT CE OUI EST CITE LIQUIDE DES SACHETS SRO.A LIQUIDE RECOI~S ET FAIT A LA NA[SOII.S C~RZNE OU SIROP ANTIBIOTIQUE . C AUTRE CONERIME oe SIROP.D ]MJECTIOU . E (E.V.) I NTRAVEI hEUSE. F RENEDE MA [ SG#/ PLANTES NEDICINALES., .G OUITTI/SACUR] . H AUTRE X (PRSCISER) LIQUIDE DES SACHETS SILO.A L louISE RE C~~llAHD E ET FAIT R LA MAISON., .*.B COMPR[HE aU SIROP ANTI S[OT [G(JE . C AUTRE COMPRISE OU SZROP.*D INJECTION . E (I.V.) INTRAVEIVEUSE.F RENEDE RAI SOU/ PLANTES MED]CINALES.G GUI TT I/BAgUR / . N AUTRE I (PRECISER) LIOUIDE I DES SACHETS SRO, ,A LIQUIDE REOUW4AUDE ET FAIT A LA HAIS~24. . . . . i C~4PRINE OU S IR~ ART / BIOT IC4JE. *, . C AUTRE COI4PR]NE OU S[ROP.D ]NJECT[Oe . E Il.V.) INTRAVEINEUSE.F RENEDE MAI S~4/ PLANTES NEDIC/NALES. ,G GUI TT I/BAOURI . . . . . . . . . . . . H AUTRE 1 (PRECIS£R) 269 19 472 473 475 DERNIERS NAISSANCE AVANT'DERNIENE NAISS. AV. AVANT*DERNIERE NAlSS. t d~~t ~r . - - OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (PASSER A 474) « 1] (PASSER A 474) • ] (PASSER A 474) < - . . . L~: -~- , ,~~. , , . OUi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , ®, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l dfarrhde? NO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1~4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ivez-vou~ demlnd~ du coneelLe ~J Un træitem~nt? A cp~etqu~un d,mutre? INSCRIRE TOUT CE OUI EST CITE (NON) i-t-il/elle recu un I Liquîde ~br6 J ~rtîr d 'm J sachet spécial de poudre CQIltre I1 dlerrhNe et les v~elîsse~entl qt~nd il/elle eveit a di~rrhêe? SECTEUR PU~L]C N~P[TAL . A CENTRE NED[CAL . S PMI . C DISPENSAIRE . D MATERNITE . E PHARNACIE P~F¢ILA%RE,.F EOUIPE NOOILE . G SECOURISTE . H SECTEUR MED]CAL PRIVE CLINIQUE/HOPITAL . ] PHARMAC[E . J CABINET MES. PR/VE.*,.K DISPENSAIRE PRIVE . L AUTRE SECTEU~ PRIVE OEPOT PSARMACEUT[OUE.R D~UTIOUE/NSECHE . N GUERISSEUR TSADITI~NEL . 0 VOISINE/PARENTE . P AUTRE Q (PRECZSER) OUI . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (PASSER A 478)< | NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . SECTEUR PUOL I C i4~~ITAL . A CENTRE MES I CAL . R P~l[ . C DISPENSAIRE . . . . . . . . . . . D MATERNI TE . . . . . . . . . . . . . E PHARMACIE POPULAIRE . . , F EOUIPE 141~ I LE . G SEC~UR I STE . H SECTEUR HIEDICAL PRIVE CLIN IG(JE/NCPITA I . . I PHARMACIE . J CASINET îqlED. PRIVE,.,K DISPENSAIRE PR[VE.,.,L AUTRE SECTEUS PNIVE OEPOT PHARMACEUTIQUE.M 80JT IOUE/NARCHE . N OUERI SSEUR TRAD I T JeuNE I . . O VOISINE/PARENTE . P AUTRE Q SECTEUR PUIIL I ç KQPITAL . A CENTRE 14ED I CAL . B PMI . C DI~SSAIRE . . . . . . . . . . . D MATERNITE . E PNARMAC I E POPULAIRE. F E~UIPIE NOël LE . G SECOU~ / STE . H SECTEUR NEDICAL PRIVE CLIN I~aAE/NGPI TAL . I PHARMACIE . J CABZMET îqED. PRIVE,+,.K DISPENSAIRE PRIVE.,.,.L AUTRE SECTEUR PRIVE SEPOT PHARI4ACEU? IQUE, .N 8OUT [OUE/MAREHE . N OUERISSEUR TRADITIONNEL . 0 VOl S INE/PARENTE . P AUTRE Q (PRECISER) (PRECISER) OUI . MOU . 2 (P4SSER A 4~)< | NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (PASSER A 478)< | NSP . ' " I~~:~:'~~!-~~,~~'~~ ~* -~ . ~ ~'~ . ~ - ' . ~1 I /J par t î r du sechet sprint? NSE . 98 I NSP . 98 I ~~s~Z,:~ ,%U ~' I Ns, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 477 Pend~~ c~abî~ de j~rs (KOI4) e-t-îl/eLLe re¢u Le Lîquîde I~~rt & I~rtir du slchet: Sp4C î aiT SI HO[NS DE 1 JOUR, iNSCRIRE '00 ' . 478 VOIR 471: LIQUIDE RECC~~4ANOE ET 679 i {NCl4) e-t-il/eLle recu un li- J quide r l ¢ ~ I~r Le per- sort~l de slmt6 et prdl)er¢~ S Lit Iweison m'raie dU Sucre, du sel et de i'emJ ~ il/elle avait Il dlarrhee? ~OURS . f - -~ ~~RS . ~ J~RS . F--~ OUI, LIQUIDE QUI, LIQUIDE QUI, LIQUIDE NON, LIQUIDE NAZSON Noe, LIQUIDE MAISON NON, LIQUIDE NAISON HAISON PAS CITE [lIAISON PAS CITE MAISON PAS CITE C,,E ? c,,E ? CiTE ? (PASSER A L~O) I i (PASSER A 680) I | (PASSER A 4~01 æv I v I v I m l ~ l l l ~ B GLJI . 1 OUI . 1 OUI . 1 N~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 H~4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ,PAS,E'A"'*~; I"SSE'A~',* ~ ,"SSERA~',* NSP . . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pendant ccabl~ de jours (HOH) a-t-il/elle reçu Le liquide p¢iger~ evec du sucre, du sel et oe Ilew, JT J(~IURS . Ç'~ NSP . 98 JOURS . ~ JOURS . NSP . 98 NSP . 96 SI MOINS DE 1 JOUR, INSCRIRE IOOI. RETOURNER A 442 ~ LIEHFAHT ~JIVANT; OU« S:IL NIY A PLUS DIENFANT~ PASSER A ~82. E0 270 R* &[UESTIONS ET FILTRES I CONES 682 VOIR 471 ET 4~ (TOUTES LES COLONNEE): SOLUTION $RO F-~ O'UN SACNET SOLUTION SRO O'UII SACHET D¢)iANEE A ON DOLOMIE A AU~Uf~ ENFANT ENFANT o u 471 ET 4?3 NGI F~;EE Avez-wue dejA entendu p~rLer d*m sachet sp4¢iet de de polira que l'on peut obtenir pour le traiteront de LA dfarrhde et de~ voalssl~e~ts? J I I PASSER A 686 AVeZ-VO~ dlJl v~ un sachet cc~le ¢ll~x-¢i i.~plrlvlnt? I OUI . 1 I I I E¢3NTRER LES OEUX SACHETS. NON . ~-~~4B9 485 Avez-voü~ ~ji preNr6 une soLuflm avec un de cu I OUI . 1 I sa¢hetl pour traiter La dJarrhde pour vo*Js-m~qe OU ~L" I J ¢FJ' un d'lut re? NON . 2---~488 I (ECqTRER LE SACHET) I I L. derni.re fois que vc~s avez pr~oer, te sachet spécial I TOUT LE SACHET EN UNE FOIS . 1 I I de poudre, avez-vous pr~pert to~t Le sachet en une foi., I I OU SeUlSlM~t une partie c~J sachet? I PARTIE DU SACHET . Z~488 687 i QUelle oeuntitA dte~ avez-v~ uttllsl~ ~o~r ~r£~~rer 1/2 LTTR~/ 1/2 TAS£F A SAUCE.FLl I 4M 489 490 QUeLLe ONuntitA d'eau evez-v~m utiLisA pour pr(~perer Le sachet sp~CîaL de poudre La dernfkre foLs que vOuS L*~Vel Fait? L/Z LITRE/ 1/2 TASSE A SAUCE.01 1 LITRE/TASSE A SAUCE . 02 1,• UTRES/~,5 TASSES • SAC;E.03 2 LITRES/ 2 TASSES A SAUCE . 04 SELON INSTRUCTZONS DU SACHET.OS AUTRE 06 (PRECISER) NSP . 98 Oh pouvez-vo~s obtenir Le sachet spécial de poudre? INSISTER: NuLLe part aiLLeurs? INSCRIRE TOUS LES LIEUX CITES VOIR 471 ET 479 (TOUTES LES COLONNES): LIQUIDE RECONMANDE ET PREPARE A LA MAISON DOeNE A UN ENFANT OOavaz-vo~s a~oris i pr~Nrer le Li~Nfde r e c ~ et F81t i Lamlson avec dU sLî¢re, du sel et de L~eau(~lJe vous avez donnêe A (NON) quar~ il/eLLe avait La d~arrhêe? SECTEUR PL~kI~ HOP]TAL . A CENTRE NEEICAL . S PlA] . C DISPENSAIRE . D ECUIPE MOBILE . E PHARMACIE POPULAIRE . F SECOURISTE . G SECTEL~ NEDICAL PRIVE CLZN;CUE/HOPITAL . S PHARMACIE . I CABINET NEDECIN PRIVE . J OISPENSAIRE PRIVE . K AUTRE SECTEUR PRIVE DEPOF PHARMACEUTI~JE . L VOISINE/PARENTE . N AUTRE N (PRECISER) L ]G*J[DE RE~NDE ET PREPARE A LA E~AISON DONNE A AUCUN ENFANT OU 471 ET 479 NON POSEE U SECTEUR PUBLIC HOeXTAL . 11 CENTRE NÆD ICAL . 12 PMI . 13 D Z SPEN5A I RE . 14 EgUI PE NO61 LE . 15 SECOURISTE/MATRONE . 16 SECTEUR NEDICAL PRIVE CLIN IQU~E/HONI TAL . 21 PRARMAC] E . 22 CABINET NEDICAL PRIVE . 23 DISPENSAIRE PRIVE . 24 AUTRE SECTEUR PRIVE DEPOT PHARMACEUTIQUE . 31 VOIS [NE/PARENTE . 32 AUTRE 41 (PRECISER) - - . r . vzv--pr, h r v - - t ~ r . I .EOS . D J ,49 I I I PRODUCTION FF.qIL[ALE . A J 492 D'o0 prOvient La nourriture qtJ¢ ~ mwz mlr~de hier? ACEETEE . B REÇUE CONNE DON . C AUTRE D (PREC]SER) 2,71 21 SECTION 5, MARIAGE PASSER N" I QUESTIONS ET FILTRES I CODES I A +, i + - - - - + ~ - - - - , i + , . _ _ ~ _ . . . . . . .+ . .+~ , ;+ I I I 502 I Avez-v~m 4E6 mutile ou avez-vous vlcu en union avec | OUI . 1 | I un h~? I I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 »513 503 I Etes-vous I~tuet t~t veuve, divorcée ou s~,par4m? VEUVE . 1-~ j I D I VORCEE . 2 ~ ~08 SEPAREE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 ~~1 ' ' ' ° " ~- '+°+n~ ~'~'V~- ~ +, . +++ I ~++~+~ +E . ,+ . . . . . . . . . . . . . . . . . ~'1 ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~508 '~1 +~°+"-"++ - . ~1 MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 P508 +1 '+-+-+. , +- - , ++. ' - - , . I -o . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ 1 ~" I + '* - ' " - ' " ~ ' + - +° ~ +~' - ~ I °'~ + ' ~ - ~- 'o" ~ o*~ o~- 'o ' " + o , - . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ,o+ . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ '1 509 En quel mois et quette ann+e avez-vous commencA A vivre 1#3ZS . [--~ avec votre (premier) nmr+/conjoit? /I I NSP MOZS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 ANNEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ NSP ANNEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 510 Ouet tge avIez-vo~ cpJand vous avez commenc~ k vivre avec Lui? MON V-1 AOE . rg | NSP AGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 I »514 512 VERIF[ER LA COHERENCE DE S09 ET 510: ANNEE DE NAISSANCE (105) PLUS + AG4E AU MARIAGE (510) ANNEE DE MARIAGE CALCULEE~-'~ SI NECESSAZRE, CALCULER UANNEE DE NAISSANOE ANNEE ACTUELLE NOINS AGE ACTUEL (106) ANNEE DE NAISSANCE I [ ~ I i J CALCULEE UANNEE DE MARIAGE CALCULEE EST'ELLE, A UNE ANNEE PRES» LA MEME QUE L'ANNEE DE MARIAGE ENREGISTREE (509) CXJI NON [ ] [~ » VERIFIER ET C~RIGER 509 ET 510. (PASSER A 514) 272 22 N* ~ QUESTIONS ET FILTRES m 513 i SI JARAIS EN UNION: I AVeZ-~ d~Jk ~ dmJ rapports Iitx~~s? PASSER I =ES I A NON . Z ~518 sur votre act|vlt~ sexüette afin de mieux comprendra te ptsnlf|cat|(x~ familiale et te f~¢c~cl|t~. Combien de fois aviiz-vouo eu des rapports saxuets durant tes quatre dernI#res selnlines? NONIEE DE FOIS . des l'l~9ports sexuets? NGq8RE DE FOIS . 516 C(xnb~en de temps y a-t-IL depuis que vous avez eu des rapports sexuels pour La dernI~rii fois? JObS . ,,°o,.°oo.,1 SEMAINES . 2 MOIS . 3 ANNEES . 4 AVANT DEENIERE NAISSANCE . 996 I ~1;' i Ol.~t 4gii aviez-vous Iii premiSre fois (:FJe vous aviiz I des rapports sexuels? 15 18 ~ AUTRES PERSONNES PES$ENTES A CE HOIENT I I AGE . PREMIERE FOIS AU NARIAGE . 96 i TII ENFANTS MOINS DE 10 ANS.1 MARI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 AUTRES HGql4E S . 1 AUTRES FEMMES . I 2 23 273 SECTION 6. PREFERENCES EN NATIERE OE FECC~OITE N" QUESTIONS ET FILTRES 601 VOIR 312: NI ELLE NI LUI -~ LUI OU ELLE ç I I ETER|LISE ETERILISE(E) v VOIR 501: 602 ACTUELLEMENT NON KARIEE/ MARIEE OU [----] NE VIVANT 1--I VIVANT EN PAS EN ' ' UNION "~- UNloe 603 COOES VOIR 22.3: PAS ENCEINTE OU PAS SURE Naint~t j'ai quelques questl~ au sujet de de L'avenir, Voudrtez-vo~ avoir (un/ autre) enfant ou prt- f~rertez-vous ne pas avoir d'(autres) enfants? ENCEINTE [~ [ V Maintenant j'ai (:Nel~ ~F~stfor4 au sujet de de l 'avenir. Après t,enfant que vous attendez, voudriez-vo~~ avoir un autre enfant ou pr~fêrer iez-vot~ ne pas avoir d'autres enfants? AVOIR UN (AUTRE) ENFANT . 1 PAS D:AUTRE/AUCUN . 2-- DIT QU'ELLE NE PEUT PAS TOMBER ENCEINTE . 3 PAS DECIDEE OU NSP . 8 PASSER A .607 I .614 I P610 VOIR 223: PAS ENCEINTE QU PAS SURE ~ ENCEINTE [~ I I V V C~iDilm de tem~l voudriez- Combien de tre voudrlez- vu attendre & partir de vu a t t i re aprlm la maintenant avant la nais- naiss~¢e de I,enfant que sance d:(un/autre) enfant? vous attendez et avent La naissance d,un autre enfant? QUI V VOIR 223: PAS ENCEINTE OU PAS SURE r~~ ouet tge vo~Jdriez-vo~s qcJe votre ptus jeune enfant ait atteint (7~ votre prochain enfant riait fa? NON ENCE1NTE OueI Ige voudrlez-vous que l,enfant que vous attendez ait atteint votre prochain enfant naltrs? r~r--1 | ~OlS . 1 1 1 1 7 ANNEES . 2 ~ ~ 6 1 0 E I ENTOT/MAI NTENANT . ~ ~ DIT QU'ELLE NE PEUT PAS TONNER ENCEINTE . 995 AUTRE 996 I (PRECISER) NSP . 998 ACtE DU PLUS JEUNE ~ | NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I ~'1 ° ' - ' ' ' ' ' ' ' ' c ' ' ' ' ' "' - ' v ' ' ' ' '" I °' . ' 1 refaire, penaez-vous que (vous/votre mari/conjoint) prendrlez te ndtme d4cision d'6tre st~ritisE(e)? NON . 2 ~1 -r,,,.---,--,,-,,o,,,-_,~ ~~. (.o~,--r 0--,, I ~' . I Noe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~614 CONJOINT VEUT UN AUTRE ENFANT.2 EFFETS SECONDAIRES . 3 614 AUTRE RAISOq (PRECISER) | 24 274 N" QUESTIONS ET FILTRES 610 Pensez-vous c~e votre mari/conjoint approuva ou d~appr~ Les coup(~ ~J| utilisent ~ .Mthode l~(3ur 6viter d 'avoir des enfants? 611 CoMblen de fo|s SVeZ-VOU~ par|t de p&IrlniP~ FllLtl( l JNMIS . 1 I avec votre meri/¢~joint eu cours de t'anm~ dern|~reT J UNE OU DEUN FOIS . 2 I PLUS SGJVERT . 3 612 Avez-vu d~jl discutl avec Votre ~meri du n(~bre I OUI . 1 I d'enfants que VOUS voudriez avoir? I I I ---°*~-~'~~~°'~*-**- I - . I nombre d'enfants que vous. en veut devmntage PLUS D'ENFANTS . Z ou mg(r ~ QNe v~s? MOINS DIENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 614 PASSER I =Es I A [ -~ . '1 DES.PROUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I AprJs la naissance dlLI1 eflFentt, combien de teqM un coup|e devrait-il attendre avant de reprendre tes rela- tions sex~L(es? ANNEES . 2 AUTRE 996 (PREClSER) 6151 u~ fr~re devrait-eLle attendre q~J'eL[e ait complètement ATTENDRE . 1 I I err6t~ d'alLaiter avant de reprendre tes re[atîons I sexue(Les ou cela ri.a-t-il pas d,importance? PAS D'IMP(~TAHCE . 2 I ~o-*,-*-o---~~-*-os, - ~ o , , ~ . , - ~r ,er o---- . . I 617 VOIR 216: A UN/DES ENFANT(S) VIVANT(S) Si vo~îlt ~te l recommencer & partir de i ' ~ ou vous n'aviez pas d'enfants, et si vous pouviez choisir exacte- ment te nombre d.enfants avoir dans toute votre vie, combien voudrJez-vous en avoir? N*A PAS D'ENFANT r---I VIVANT i I siVvouS pouviez choisir exactement te nombre d'enfants & avoir dans toute votre vie, c~- bien voudriez-voL~ en avoir? ENREGISTRER UN S%HPLE NOMBRE OU AUTRE REPONSE. NOMBRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AUTRE REPONSE .96 (PRECISER) 618 I D'epr+s v~ ~t est Le mitLeur intervaLLe ~ ~is ~ | I e~ années entre la naissar¢e d'un enfant et te naissance I de t'enfant suivant? MOiS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 J J ] ARNEEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 AUTRE . . . . 996 (PRECiSER) Z5 275 SECTION 7. CARACTERISTIQUES DU CONJOINT ET ACTIVITE PROFESSIONNELI~E DE LA FEMME FILTRES I C~OES 701 VOIR 501 ET 502: E$T/A ETE [--7 JAMAIS I~RIEE OU ~ NARIEE/JANAIS ~' EN UNION EN t~ lO. I I ¥ POSER LES OUESTIONS SUA LE NARI/CONJOINT ACTUEL OU LE PLUS RECENT 702 Est-ce que votre (dernLer) mar|/coajoJnt . frequent~ ~ OUI . 1 I L,k:ote? I I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 »705 o l - +-++* + i -~ . I primaire, secor<laLre ou supêrLeur?* SECONOAIRE 1" CYCLE . 2 SECONDAIRE 2" CYCLE . 3 SUPERIEUR . 4 NSP . 8 ~705 ~i °~'''°'''»+'«-'+~'''+'~'o++ I++ . . Gi 705 Quel est {6tait) te genre de travail prîncipal de votre (dernier) mari/conjoint? I I I PASSER I , ?07 VOIR 705: i TRAVAILLE KE TRAVAILLE (TRAVAILLAIT) EE~ (TRAVA[LLA[T) PAS [~ "708 DANS LIAGRICULTUR DANS LIAGRICULTURE v Est-ce que votre tari/conjoint (trsvstLLe/traveiLLmlt) prlr¢ipetem~t sur si propre terre OU celle de sa fa- mille, ou est-ce-qu,iL (Loue/Louait) Lo terre, ou est- ce-qu'LL (EraveLLLe/trevsiLLait) sur La terre de o~JeL(TN~un d'outre? I cHAMp PERSONNEL/FANI L ] AL . 1 I I CHAMP LOUE . 2 CHANP DE ~JELQU*UN D'AUTRE . 3 * Cod~ pour 0.108 et 109 NI~AU CLASSES 1= PRIMAIRE 2" SEC. I"CYC. 3 = SEC. 2*CYCLE 4= SUPERIEUR 0 æ KOINS D'UNE ANMEE ACHEVEE 1= CI 1= 6~e 1= 2nde 1- 1ère année 2= CP 2- 5k.e 2- l~re 2- 2~e annte 3= CE1 3= &~nle J= Tel'm. 3= 3~le arvt~e 4= CE2 4= 3kne 8- NSP 4= 4~me an. et+ 5- CM1 8 = NEr 8= NSP A~ PM~ 26 276 R" I QUESTIONS ET FILTRES En dehors de votre praqp¢e trlveII dol@stJ<7~Je, trevlfLLez-vocm ~¢t~LL~t? PASSER CCOES i A ! QUI . 1 "710 ~°''''*°''°ç'*'''°ç'''''°°''H2 I 799 CGIIII~ ~ le savez, certatnel fmi ont i/1 trlvltt p~r tecFJet eLLes sont pe)qlee en Ilrge~lt Ou et1 r~lture. D+lUtrel vlmdent des cholel, ont une petite af fa i re ou travaiLlent dens les che de la famille ou dene t,aFfeire de t . ramifie. Faitel-voue ectueILw~nt queL~Je chollde ce genre ou un queL¢~ wJtre frayait? =================================== I 710 QueLLe est votre occupltio~, ¢,est | dire, quel genre de travail faites-vu? I 711 Darm votre travail actueL, trave|LLezovo~~ pour un i 1~ UN MEMBRE DE LA FN41LLE.1 ntla/ore de votre FamiLLe, pour ~FJe(qiJ,tJn d+autPe, ou I POUR QUELQU,UN O'AUTEE . 2 ~tes-vc~Js & votre cawlpte? A S~ CORPTE . 3 712 Touchez-vous un salaire pour ce travaiL? I QUI . 1 J I I INSISTER: Gagnez-vous de L,urgent pour ce travaiL? NOM . 2 +1+ - + "++' -++1 +~ + + . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 715 VOIR 215/216/218: A UN ENFANT ME DEPUIS OUI JANV. 1987 ET VIVANT A LA RAISON? t-r-- NON r~ I ,801 I I i Pefldlmt (~Je roui trevatltez, avez-vous habituelLemenT HABITUELLEMENT . 1 b801 (NOR DU PLUS JEUNE ENFAMT A LA MAISON) avec vous, DUELDUE FOIS . 2. L,evez*vaus aue(oJe f0ls evec v~î~ ~ JAMAIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Jame|s eve¢ votî4? 716 Oui sloccupe h~|tueItemnt de {MUR OU PLUS JEtmE EMFABI A LA MAISON) pendant que vous travalLtez? I MAR[/CGt~JOIMT . 01 I ENFAM1(S) PLUS ASE(S) . 02 AUTRES PARENTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 VOISINS . 04 ANIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 05 DORESTIOUE/AIDE . 06 ENFANT A L'ECOLE . 07 JARDIN DIENFANTS . 08 AUTEE 09 (PRECISER) 27 277 SECTION S. ~TALITE MATERNELLE I ' - ' - - - - - - ' ~ ° - . - * - I votre pf~ç~rli mire. SI~L roui p(Rli, ,~.~.;.-moi te ~ de tou= vol frères It i04~rm I:NI vivier I~~i¢ vo~~, quî VlVlmt iitlliiJrl Ou qui Ioet d~¢~<l~B, ENREGISTREZ LE NE4 DE TOUS LES FRERES ET SOEURS. Si AUCUN FRERE OU SOEUR ~1 ) PASSER A 819. 11] (2) [3] (4) [5] [6] 17] '80E Ot~L nom • Sri ~ îi vo" tri frire ou (~ ~It IIgB)? I Io~Jr rdl |e . i i i i i i 803 ( k~14)~t - ~ . 1 ~ . 1 ~ . 1 ~ . 1 ~ . 1 ~ . 1 ~ . 1 IWILie de sexe l escuL In ou FEî4~E . 2 F EI414E . 2 FENk~ . 2 FEI@Æ . . . . . . 2 F E f414E . 2 F E;4NE . E FEIg~ . 2 f4~~nin? Est -ce que OUI . 1 OUI . 1 OUI . I OUI . 1 QUI . 1 OUI . 1 OUI . 1 ] re en vie? PASSER A 806< PASSER A 806«, PASSER A 806<~ PASSER A 006( PASSER A 806«, PASSER A ~Ob< >ASSERA 806« N$P . PI NSP . .8] NSP . 8] NSP . NSp NSP NSP PASSER A [2)< PASSER A []1< PASSER A [#*]« PASSER A [5]«, *, .,' PAESER A (6) PASSER A [7]< iPASSER A [8]-- « . $ IL NIY A PLUS DE FRERE OU SOEUR, PASSER A 0.815 . 805 qui( 6ge • PASSER A [21 PASSER A [51 PASSER A [41 PASSER A [5] PASSER A [61 PASSER A [7] PASSER A [8] . SIIL N'Y A PLUS DE FRERE QU SOEUR, PASSER A Q.S15 . 5 806 Combîen [ iL ~#Je (KON) est d~~(e)? 807 Quel iii qu4md il/elLe esc d4¢l~l~{e)? SI 'NCI~ i OU S '1~144~ OU S NOieS' OU SI oNCIalE' OU 80,8 Esc'ce ~ul UIfON) ~t~lfc en- ceinte Ilirid ,eLle est ~~:S* d44? 809 ES¢'Ce que iC¢OUCh~~lt ? $lf~ Es t .ce que (KU4) e4t d4¢ î - ~is suiv~nt la fîn d'tr~ gros- lellilll ~ dllJn I¢c~¢hlt? 811Est'ce~ Le d4¢~ de 10) ltaitl~ SI 'l~mE' EU Sl ~~(44E' oe ~1 'NOdUlE» OU DECEIOE AVANT )ECEDE AVANt )ECEOE AVANT 15 ANS 15 ANS 1S ANS PASSER A [2] PASSER A 1~] PASSER A 1¢] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . S~IL N*y A PLUS DE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7iii!i oe,;~~~«., T~I;.2ÅI':: . A 811 <~ OUIpA$SER 1 1404 . 2 NON . 2 NON . 2 , . , , ,~ - - - A s, , ,~'1 . 2 OUI . ,1 A 872 ~~ A BI~ <J r lppor t i vec tm 9rollllse/suite ~ . 2 mmE? NSP . 8 812 ~DIR 0,806-801 )ECES ENTRE 15 ET ES ANS ET DANS LES 2C )ERNZERES AN" ~EES I v~ PASSIE R I Æ o.~14 ~13 De a~ol I (Kd~14) Imt'lLLI I ~11 ærtl? k~ . . . . . . . 2 NON . . . . . . . 2 OUI . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . 1 A ~72 {~] NQIIPASSER 2 œee*;il;ii"l A »1, .'~] I HOli . 2 NON . 2 N$P . 8 NSP . 8 DECES ENTRE DECES ENTRE 15 ET SS ANS 15 ET 50 ANS J ET DANS LES 20 ET DANS LES 20 OERN]ESES AN- DERNZERE$ AN- NEE$ ~J[ES NON KON i PASSER PASSER ' A ~.81~ A 1.814 v I v DECEDE AVANT 15 ANS PASSER A [5] PASSER A [6) ISIpASSER'flOIII~'A [TiO )ECIEOE AVANt DECEDE AVANT 15 ANS 15 ANS FRERE OU SOEUR A 811 <~ D(CEDE AVAN• 15 ANS PASSER A (SI PASSER A Q.S15 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A SlI (-- A 814. <~ OuI ;G i ï ' l , o . <~ . 2 N(~ . 2 NO~ . Z NON . E , i NON . E NON . 2 NON. 2 NOil . E OUI . 1 OUI . 1 OU[ . 1 OUI . 1 N(X¢PASSER 2 A 812 <~J i . Z NON . 2 NON . 2 NON . 2 NSP . 8 NSP . a NSP . 8 NSP . 8 VOtR 0,806-80~ /OZR 0.806-807 VOZR ~.806-807 VOtÆ 0J106-80; DECES ENTRE )ECES ENTRE DEEES ENTRE DECES ENTRE 15 ET SO ANS lE ET 50 ANS 15 ET 50 ANS 15 ET SO ANS ET DANS LES 21 !T DANS LES 2(~ ET DANS LES 20 ET DANS LES 2( DERNX£RES AN" )ERN[ERES AN" DERNIERES AN" DERN[ERES AN- NEES IEES JtEES NEES NON NON NON IK3N ~ PASSER PASSER ~ '.SER PASSER A 0.87~ A 0.8711 A 0.~741 A il.81~, I v m °«»=~~':':'"°"" r-~ ~ ~ f-~ ~-T F-~ ~- tmLLe e[[i PASSER A {~] pA$1EE A [3] PASUR A (4] • PASSER A {•] J PASRR A (6] pASSER A (7] PASSER A [8] lit ¢M¢4¢M¢I)T . S IL N Y A PLUS DE FRERE OU ~Ult, PASSER A Q,~15 . I I L I I 278 [8] [9] (10) [111 [12] [13] [14] 002 Quel n¢~ • EtSden~ E vo- tre fr4reou so~Jr r~ après . Hg~)? 803 (NCI4)~t- ItONSE . 1 HOMME . 1 ~ . 1 H04~ . 1 RGv44E . I ~ . 1 KOU/SE . 1 IL/eLLe de sexe »escu[In ~ FENI~ . Z FENI~ . ~ FERRE . 2 FEMME . 2 FENSE . 2 FEMI~ . 2 FENE . 2 fSminin? reeflvte? 'PASSES A~O6<]'PASSSS A~~6 '~ 'PASSSE A SG6*]I'?ASSER A I~~<] PASSES A ~]LpAsSE~ A~~]'PASSSR A ~ ' 804 Est-ce que OUI . 1 OUZ . 1 OU[ . 1 OUI . 1 0UI . 1 OUI . 1 0UI . 1 (NO1) est MI[o- 14014 . 2 N(~ . . . . . . . . 2 N(~ . . . . . . . . 2 MON . . . . . . . . 2 NON . 2 ~ON . . . . . . . . 2 ~ . . . . . . . . 2 M. . . . . . . . . 81 NSP . . . . . . . . ~ NSP . . . . . . . . ~I M" . . . . . . . . ~ I NSP . . . . . . . . ~I I N" . . . . . . . . ~ I MSP . . . . . . . . 81 PASSER A [9]<J PASSER A[IO]« J PASSER A(111~ »ASSER A[12]<JI>ASSER A[13[< JIPASsER A[14]<J'PASSER A[15]<J . SnlL MaT A PLUS DE FREEE OU SOEUR, PASSER A D.81S . ! PASSER A [9] PASSER A [10] PASSER A (11] PASSER A [12] PASSER A (13) PASSER A [141 PASSER A [152 . S IL M'Y A PLUS DE FRERE OU SOEUR, PASSER A g.81~ . ~6 C~dbi en [ Il c:pJe (r~M) Ht d~c~d~(e)? 907 QUel Rge mvlît (NCI4) ~Jmnd il/elle .st d~cRd~(e)? I - I f Sl +HOMME' OU )ECEDE AVANT 15 ANS PASSER A [~ SI *HCI~E' OU )ECEDE AVANT 15 ANS PASSEE A [101 SI tHOW4E+ OU )ECEDE AVANT 15 ANS PASSES A [111 SI 'HCI~/EE' OU DEDEDE AVANT 15 ANS PASSER A [12) SI +HOMME' OU DECEDE AVANT 15 ANS PASSER A [13] SI 'HOI4NE ' OU SI 'HOI44E' OU DECEDE AVANT DECEDE AVART 15 ANS 15 ANS PASSER A (141 PASSER A [151 . S iL I1 + A PLU~ DE F~ERE OU SOEUR, PASSER A 0.815 . OU,+Å+++~.,,,,, <,] OU,+Å+++~., t ®,qq . ; , ]R 811 <] NON . . . . . . . . 2 MON . . . . . . . . 2 i °u[~i+ili"1 oe';i++ii"; A 8,4 <] A 8,4 <'] N= . . . . . . . Z + . . . . . . . 2 n OUI . . . . . . . . 1 OU% . . . . . . . . 1 ~; i i ; i i ".E ~; i ; ;~ i "'2 A 812 <~] A 812 <] OU'+i;;+i'" A 8,A <] ,814 <] A 814 J ] me[+/+;+/"1 ®/+/++Si"1 :::::::::::::::::::::::::::::::::::::: VOIR D,806-S0; VOIE 0.806-807 DECE$ ENTRE DECES ENTRE 15 ET 50 ANS 15 ET 50 ANS ET DANS LES 20 ET DANS LES 20 DSEN[ESES AN- DERNIERE$ AN- SEES NSES Noe NCM PASSER PASSER A Q.818 A 0.814 v V i~l~~ Est-ce que +(Næ) Etaft en- ceinte qEJE~ld elle est d~cR- d4~? i ~ . 2 / l:~md~t un A 814 < accouchement? IK]N . 2 810 Est-ce que (NDM) ~t d~cR- QUI . I d~ dans Les 2 fin d'une gros- sesseoed'un A 81E • ~ccouchement? 811 Est-ce q~e le d~clm de (NCI4) Atllt en rlK3port e~~ La grossesse/suite de [,iccou¢he- met? 812 VO%R Q,806-807 SECES ENTRE 15 ET 50 AMS ET DANS LES 20 DEEN[ESES AN- SEES MON PASSER A 0.814 Y 813 De quoi Ç ~ (Ma4) est-trie morte? A 811 <- A 811 «- ';;;;;;':r A 811 • J A 811 <- A 814 , ] oe,~~~~~~.1 Out~~;;~~.1 s i ; / ; ; le ' " A 81, <'] , s,+ <] VOIE 0.806-807 VOIR U.806-1~37 VOIR D.SUS-SQ, DECES ENTSE SECES ENTRE DECES ENTRE 15 ET 50 ANS 15 ET 50 ANS 15 ET 50 ANS ET DANS LES 20 ET DANS LES 20 ET DANS LES 2( DERNXERES AN" DERNXERES AN- DERNZESES AN" MESS MEES MEES NON NOM NON OUI OMZ ~~Pv ~l [~v OE EÇ~ PASSER -~ PASSER [~ PASSER A 0.814 A 0.814 A U.81« v ~ v n U A 814 <] ~ . . . . . . . 2 NSP . 8 VOIR D.B06"~7 DECES ENTRE 15 ET 50 ANS ET DANS LES 20 DERNIESES AN" SEES MON PASSER A D.814 ¥ PT~ m PASSER A [9] PASSER A (101 PASSER A [11] . S IL N Y A PLUS Dq I I Jç7 PASSER A [12] FRERE OU SSEUR 279 m m PASSER A (13] PASSER A [143 PASSER A [15] PASSER A 0 .815 . I I 29 814 Comt~ oe SPOI8441041HI e O~J (EOI)(y c¢~or i s celle ~ cour8/ R L= suite de lequelle ette est decSd~)? MON . 2 NOM . 2 NON . 2 NON . 2 , i i i A 814 <] OU(PÅSSEIï'I OUIpÅssI~I~"I . . . . . . . z Noe . . . . . . . Z NOM . 2 NOM . Z OUI . 1 OUI . 1 OUI . 1 OUI . 1 .OM;Å;~~~.2 A s1R <] A a12 <] 81S 816 817 m 818 Je v¢Lldre|l ttrl It~re dl•volr b~¢m Caqprls, Erl tout votre pr~~re Nre • doN~ nllllsahce i -- infwlts y ¢cmprf• *trous? [] GUI I~N ._j >~~- VER[F[EN ET CCaNIGEII T V Parmi VOO fr ir~, - - sont d6c6d4s? ~J]~ I~N[~) rENIFlER ET COIEIGI[N V oe l~ laD-> V~R[~IEN Et ~ll[~lt V Y-•-t-lt une eu pLoeteurl de vol ic~lrl {de voir• prc~l'l mir•) lyl~t pt~ de 14 Inl qui vit ce ~le? oe l~ IK~N[~» (PASSER A 819) V VERIFIER AVEC L*EK~U[TEE QUELLES FENI¢ES ELIG%BLES DU ~JESTIOI¢NAIRE MENAGE SONT SES $(~tmS ET ET IMSCRIRE LEUR k~INEIIO DE LIGNE CI-DESSOUS. Fl-q F[-q r-~ F-~ FS-1 F-l-q I~îSCR I RE L ~ ~LM'E. ::::~:~~~iiiii;iiii~iiiii:ii.~ 30 280 SECTION 9, TAILLE ~T ~3|0~ VER[FIER 215, 216: UNE OU PLUSIEURS NAISSANCES DEPUIS JANVIER 1987 N~UNE NAISSANCE DEPUIS JANVIER lç~7 I I • F]N EN¢~ETRICE: EN 902ICi.UNES 2-4) ENREGISTRER LE N* GE L]ONE OS C ~ ENFANT NE DEPUIS JANVIER 1M7 ET ENCORE ER VIE. EN 903 ET ç~& ENREGISTRER LE ~ ET LA DATE DE SAISAN¢E DE UESUUETEE ET GE CHAQUE ENFANT ENFNIT EN VIE, NE DEPUIS JANVZER 1çeT. EN 907 ET q09 MATES LA TAILLE ET LE NOISE GE LtENG(JETEE ET DES ENFANTS VIVANTS. {MOTS: TOUTES LES EKQL~.TEES AVEC UK~ KAISSAKCR OU PLL3S ~PUIS ~AK'41ER 1C~700IMENT ETRE PESEES ET MESUREEE MEME SZ TOUS LES ENFANTS S~4T URCEDEE). (S~IL Y A PLUS DE 3 ENFANTS VIVANTS RES DEPUIS JANVIER 1967, UTiLiSEZ UN OUESTiORNAIRE SUPPLEMENTAZRE). 6 AVANT'AVANT" IL~E.~*EE IL~ DE'.'E' ~,¥,.*'DE,N.E, ~DER.E, ENFANT ER VIE ENFANT EN VIF 902 R* DE LIGNE DE LA Q,212 9O3 NON, DE LA 0.212 PDUR LES ENFANTS 9O4 DATE DE NAZSSANCE DE 0.105 F~UN L IEN~.JETEE DE 0.215 P(lî~ LES ENFANTE ET DEMANDEZ LE JOU# DE NA[SSARC 905 Est-ce Que vous/(ROM) ac4Jffre(z) de du~k~|? PREC[SER: Est-ce que w~m/(NuN) avez (a) des difFicuL- tes pour y votr a~J cr~cute. Le rvJ|t oe ~ plkco ~~ âclair~? 906 CICATRICE DU RCG SUR L JAVANT'SRAS GAUCHE 9O7 TAZLLE (en ceflt |lMt res) 908 LES ENFANTS ONT-ILS ETE MEUESCDUC~ES OU DEi[~JT ? q09 POIDS (en kItogrm) 910 CIRCONFERSNCE DU BRAS (en centîmîPtres) 911 DATE DE PE$EE ET DE IESURE (NON) OUI . 1 NON . 2 AVEUGLE . 3 NSP . 6 (N~4} JOUR . MOIS . ARREE . OUI . 1 NON . 2 AVEUGLE . 3 RSP . G (Na4) JOUR . HaIs . ANREE . OUI . 1 Noe . . . . . . . . . . . . 2 AVEUGLE . 3 NSP . G CICAT. VUE . 1 I CICAT, VUE . 1 PAS GE DICAT,.*2 I PAS DE EZCAT.2 I-A-1.S I A-T-I.I~ I f-I-l-l.[Z] COLICHE . 1 I COUCHE . 1 DEBOUT . 2 I DES43UT . 2 f]-A.IZ] I I;T3-].rl I I~-T-l.fl ~-]D JOUR . )1015 . ANNEE . NESURE . 1 ABSENTE . 3 REFUSE . 4 AUTRE . 6 (PREEIKR) JOOR . 14015 . ANREE . . . . ENFANT NESURE.I ENFANT NALJDE.2 ENFANT A|SENT.3 ENFANT REFUSE.4 NERE REFUSE.5 AUTRE . 6 (PRECI$ER) 912 RESULTAT JOON . )lOIS . ANNEE . . . . PLEUR . 1 ENFANT NALADE.2 ENFANT MISENT.3 ENFANT REFUSE.4 NERE REFUSE.,5 NITRE . 6 (PREC]SER) 913 k~t DE ~ ~ DE L IOpERATEUR: I I I LIASSI$TN4T* : * Codes: M~re: 90; AuTreS membres du mSrm9e: 91; AutreS ~oersonnes: 92. ENFANT EN VIl (NOM) JOUR . MOIS . ARNEE . OUI . 1 R(31d . E AVEUGLE . 3 RSP . 8 CICAT. VUE . 1 PAS DE CICAT.2 COUCHE . 1 DESCUT . 2 Fõ~U JOUR . fdK31S . ANREE . HESURE . t ENFANT I4ALADE. 2 ENFANT ABSENT.3 ENFANT REFUSE.& k~RE REFUSE. . . .$ kUTRE . . . . . . . . . . 6 (PRECZSER) 31 281 OBSERVATION~ DE L'ENQÇETRICE (A remplir après l 'ach~vement de l'interview) commentaires sur l 'enqu6t6e: Commentaires sur des questions particuli6res: Autres commentaires: OBSERVATIONS DU CHEF D'EOUIPE Nom du chef d'~quipe: Date: OBSERVATIONS DE LA CONTROLEUSE Nom de la contr61euse: Date: 32 282 REPUBL IOUE DU NIGER D IRECTION DE LA STATIST IQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Conf ident ie l DEPARTEMENT ARRONDISSEMENT ENOUETE DEMOGRAPHIOUE ET DE SANTE OUESTIONNAIRE INDIV IDUEL MARI COMMUNE/CANT. /CENTRE URBAIN V ILLAGE/QUARTIER ~~~TXZL~a21~ N ° STRATE . N" GRAPPE. . . N* STRUCTURE N* MENAGE . N IAMEY=I /AGADEZ,MARADI ,TAHOUA, ZINDER=2 /AUTRES V ILLES=3 /RURAL=4. . . I N* de ZD . I NOM DU MARI N* L IGNE MARI. . N* L IGNE DE LA (DES) ,E~E,S, ELIGIB~,S, ~ ~ ~ ~ ~ J J fl J r VIS ITES D 'ENQUETRICE 1 2 , DATE NOM DE L 'ENQUETRICE RESULTAT* PROCHAINE DATE VISITE: HEURE *CODES RESULTAT: i ENT IEREMENT REMPLI 2 PAS A LA MAISON 3 DIFFERE 3 V IS ITE FINALE JOUR MOIS ANNEE NOM RESULTAT NOMBRE TOTAL ~- DE VISOETES 4 REFUSE 5 PART IELLEMENT REMPLI 6 AUTRE (PRECISER) ,, QUESTIONNAIRE FRANCAIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LANGUE DE L ' INTERVIEW ** . INTERPRETE: OUI (11) / NON (=2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ** CODES LANGUES: 1 FRANCAIS 2 HAOUSSA 3 DJERMA 4 AUTRES J NOM DATE I CONTROLE TERRAIN CONTROLE BUREAU 283 SECTION 1. CARACTER]STIQUE$ SOC IO-OEMOGRAPH[QUES DES E~QUETES pASSER 102 Enquet lois et queLLe~~lr~~~te$-vo~a=n4? ælS . NSP MOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ANNEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . J ~ NEP ANNEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 103 I Quel ~e iv)ez-v«~ t votre ~rnler Mlnlve~~81re? I AGE EN ANNEES REVOLUES.,, I I I ~~ER ET C~RI~R 102 ET/OU 103 Sl INCOKI~ATIBLES 106 Avez-v~ fr~Nent~i tlé~oLe? OUI . 1 NOd . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2-- ~107 105 Qu~t est te pLus haut ~11veeu acO(alre 4~Je VO~Ja avez PRINA[RE . I atteint: pPl~Jre, $~On~l~e 1, cycle, s~~lre SECONDAIRE 1. CYCLE . E ;[' Cyc{ll O~ $~rr¢t3~'?', SECO~;DAIRE æ" CYCLE . . . . . . . . . . . . . J SUPER I EUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i 106 O~LLe est la dernlêre crasse ~ vous avez achev~ ~ CLASSE . ce m veæu?* 107 I ~ue[ est votre tr&velL pri~lpaL ? Gue(le est votFe reLigl~? Que(Le eet votre ~ltlO~ll~t~~ OueLLe est votre ethnle? ~~o I VAJSULNANE . 1 CHRET[ENNE . ANINISTE . 3 AUTRE (PREC]SER) NIGERZENNE . 01 | T(~OLAISE . OZ~ 8[NINO[SE . 03 MALIENNE . 04 111 BURKINABE . 05 AUTRE AFRICAIN . 06 AUTRE 07 (PREC[SER) ARABE . 01 DJERMA . 02 GOURMANTHE . 03 HAOUSSA . 06 i¢JIivOURl . 05 NOSSI . 06 çEULH . 07 TOUAREG BELLA . 08 TOUEOU . 09 AUTRE 10 (PREC[SER] 111 M~lintlmant Je voudrais v~ poser ~la ;ueatlms i propos du Irîage: NOMBRE . i L ] COW~len d'kpouses/femmea avez-vous act~L[eme~t? 11Z AVeZ-VOUS L,intMmtion de pper~dre ut:e autre (d'autres) CJJ[ . 1 113 ! En ~L mola et quiLLe ~ vo~~ ttes-voua nwrl~ ~ MOIS . iVIZ-VOL]8 C~ll~l~~=J t vivre e ~lnJo~l ~uf [I pr~l~re i i fois av~ ~e fem11~? NSpî401$ . 98 ANNEE . ~ NSP ANNEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 114 ~~Set tge av lez*v~ ~~d vous voua ~t~ ~r t~ ou ~ ~ VOU~ I~z coImer¢~ & v~vre en union pour te premilre AGE EN ANNEES REVOLUE$ . L I I Po~a Ivecune femme? N$P AGE . 98 Cod~ pour Q,IO§ et 106 NIVEAU CLASSES i 1 = PRI~IRE I 2 = SEC. I"CYC. 3" SEC. Z'¢YCLE 6= ~ERIEUR 1 0 =MOINS D'UNE ANNEE ACHEVEE 1= Ci 1- 6Am 1= 2ndt 1= l/~e arr41e E- CP 2= 5m 2= lire 2= 2k~ enm~ 3- CE1 3= 4~ 3= Term, 3- 3/meannêe 4= CE2 4= 31i1~1 ~N$P 4= 4~~e1~1, et+ S" a l 81 NSP . . . . . . . . 8= NSP L. r-u~ 284 SECTION ~: CONTRACEPTION r i _ . ~.+.,._.+.,._,.++.+.++~.+_.++_+,+ cma~Le p~t utiLlaeP pouf" retarder OU ~viter u~ groalellSl. De ~LI ~ OU ~th(x~4~l aVlZ-V~xJ~ 4qtefl~kJ parler? EMOERCLER LE ~E I DANS 202 ~ C~~~JE NETH~OE NENTIONNEE D=UNE NANIERE SP~NTANEE. PUIS CONTINUER LA C~X.ONNE EN LISANT LE ~ ET LA OESCR[PT[ON OE CHAOUE NETflCOE N43N HEMTZONNEE SP~ITANEI4~NT. ENCERCLER LE CCOE 2 SI LA HiETH~OE EST EEOUNNaJ~+ ET LE COOE 3 $1 k~N REC~NNLI, PULS, PQUR C~AQUE ~4EtKOOE AYkl4t LE CQGE 1 OU 2 EI4CERCLE OkNS ~2, 9~ER 2Q~ kVkî4T DE Pk$$1E~ IL LA NETMQOE tULYkqTE. 202 AWl-VOUI dlljl enter~~u ~4r{er oe (ÆTHOOE)? 203 Ave=*vo~ d4ji ~tfLis4 (JETH(~E)? Votre (vos) feeme(e) æ-t-eLLe (oet- eLLel) ~jæ utLtfe~ (NE?H~E)? OU! . NON . E 0 1 1 P[LULE Les f m I:~ent prendre OU[/SPOUTANE . 1 piLuLe t~ Les jour| OUI/CITE . 2 ¥ m 021 DIU/STER[LET Certaines fenlles o¢1t OUI/SI~TANE . 1 Votre (vos) fe~(s) a-t-eL/e (~t- L~ stêrlLet ou un dispositif In)fa- OU]/C;TE . 2 eLLes) ~j& utL)is6 (METH~OE)? ut~r în q~ te m~decfn OU L+tnfJr - NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ OUI . 1 m1~re Le,Je place dans Uut#rus. ~ Hoe . 2 INJECTIONS Certalr~el femlle~ re- OU[/SPOk~TANE . 1 Votre (vos) fallU{S) a-t-eLle ((xlt- çoîvent ~ piq¢~re par un m~Ln OUI/CITE . 2 eLLes) ~j~ utiLis~ (K~THQDE)? ou une inflrmi¢~re pour ëviter de NON . t~~er enceinte pend4nt plusieurs ~ ai . 1 æis. MO~ . 2 v EPEItMIC[DES: OIAPHRA¢~qE/H(XJSSE/ OUI/SPONTANE . 1 Votre (vos) femme(s) a-)-eLle (o*lt- G~LEE Certaanes fegnles se mettent OUI/CITE . Z eLLes) ~jl utlti$~ (METHOeE)? E ['lnteri~ur du vagîn une (,po¢19e+ NOd . 3~ des con~or~p~s effervescentE, un ~ OUI . 1 un dîaphragiae, de La geLL*e ou de La cr~e avant tes rapports sexueLs. NON . 2 v i = O~ 9RE~ERY&T|flC~~~~314 çertMns hommes OLJ)/$PO#Tk~£ . 1 ~L . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 mttmt un préservatif (capote an- OUI/CITE . Z g[alEe) petld~nt Les rapports NON . ~ NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z sexueL$. r STERILISATION FE~îlMINE/LIC~kTURE DES OUI/SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . I I Votre feeme o*t-etLe eu une opéra- TRO~PES Certaines fe¢mles subîs- OUI/CITE . Z t iC¢l J~~~:Jr ~vJter d'avoîr dlautPes sent une opéra)tex1 pour ne pLUS NON . 3 enfants? avo(r d=enfents. i OUI . 1 NON . 2 v STER[L%SATION MASCULIME/VASECTOMIE OUI/SPONTANE . 1 Avez-vous eu une ~rstlO~ pour Certaîns honms suÒissen~ une op~- OUI/CITE . 2 êvfter d~avoir d'autres enfants? rat~o~ po~r ne p~~.m avoir ~ . 3 I d+enfants. t OUI . L , v I = 0~1 COeT]NENC£ PERIODIQUE/OGINO OUI/S~TAHE . 1 OUI . I Certa~nl ¢o~lpLes ~vitent dievofr OUI/CITE . 2 des re~~oorts sexu~(s clrtafns jours NON . ~ NON . Z ~u cycle per~~t Lesquels L~ fro | est pLu~ skm¢eptJbLe de tenter encei/lte. v i OQ~ RETRAIT/COIT INTERROM~J OU[/S~TANE . 1 OUI . 1 Certains hames f~t attentl~ et OUI/CITE . 2 se retirent avlmt t~Ejacutatîon, liOî~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3~ ~ . 2 ¥ i • 1~ MIS 'GRIS Certaines fenms OU[/S~TANE . 1 Votre (VOS) fe~(s) a-t-eLLe (ont- utilisent des amulettes pour ne OUI/OESCR[PTION . E eLLes) d~jE utiLts~ {HETHOOE)? pal tomber enceintes. NON . ~ OUI . 1 MON . v + OUL/SPONTANE . 1 HeU . 11 AUTRES NETHODES? 11[ kvez'v~ ~tendu ~sçLer d«~tres moyen= ou ~thodes que des femmes ~= honmea peuvent utiliser pour tv{ter La grossesse? 1 (PREC]SER) 2 (PREC[~dER) OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 OUI . + . 1 NON . 2 285 '" I QUESTIONS ET F[LTRES æ i 2~ J Avez-vous jmls, vous ou votre(vo=) Åoouse(s)/fm(=) I ut|LIs6oueesay4unmoyenqueLconquepeur ratifier Avtter une nllilllnce? PASSER I I A I OUI . [] I " I .__z~. fait ¢HJ utilisA? I I C~IR[G~ER 203-20~ (ET 202 Sl NEOESRAIRE) ~,1 .~o.-,-~-,-,.-.,,.,.__.o_.~,__ i o, . ~l unelMthod4~rAvlter une f~18slm¢e? ~ . 2~209 206 QueLle pathode utilisez-roui ectuelL~t? PILULE . 01-- DIU . 02 [NJECTIOeS . 03 OlAPHRAOME/NCUSSE/SELEE . 04 . OS STEREL]$AT[ON FEM]N[NE . 06 STER[L]$AT[OM MASC~JLZNE . 07 CGNTINENCE PER]ODIQ4JE . 08 RETRAIT . 09 GR[S'GR[S . 10 AUTRE 11-- »212 (PRECISER} 209 Avez-v,~~, vo~ ou votrl(voA) E~otî=e(|)/fm(s) OUI . 1 t , ln tent lon d'utiliser une ~thode pour (~vJter La~e NON . 2 »211 nalesan¢e ~ t'awmir? NSP . 8 ~21Z 210 QuelLe n~thode prAf6rerlez-vous utihser? PILULE . 01-- OIU . 02 INJECTIONS . 03 0 [ APNRAGME/NOUSSE/GELEE . 06 CONDON . 05 STERI LI$AT ION FEM[N/NE . 06 STERIL ISATZON MASCULINE . 07 CONTINENCE PER 100 I¢KJE . 08 RETRAIT . 09 GRIS-GRIS . 10 AUTRE 11 (PRECISER) PAS ~JRE . 98 ~212 211 QueLLe est LI principale raiso~ pour I~quelLe vo~ ri*Irez pas L'int~tio¢l dnutiLiser une mêthode? VEUT DES ENFANTS . 01 MANQUE OtlNFORMAT[ON . 02 PARTENAIRE DESAPPROUVE . 03 EOUT TROP ELEVE . 04 EFFETS SECONOA[RES . 05 PROSLEMES DE SANTE . 06 DIFFICILE A OBTENIR . 07 RELIGION . 08 OPP~EE A LA PLAN[F, FAH%LJALE.09 FATALISTE . 10 AUTRES PERSONNES DESAPPROUVENT.11 RAPPORTS SEX. PEU FRE~IENTS.12 FEMME A DES O]FFICULTES A TOMBER ENCEINTE . 13 FEMME MENOPAUSE/STRERILE . 14 PAS COI44COE . 15 NE PEUT PAS/PLUS AVO[R D'ENFANTS/ETERILE . 16 AUTRE 17 (PREOEISER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 21Z Etes-v~JS pour ou contre la diffusiond'informetic¢ls J P~JR . 1 J sur le plonn|n$ fæiLt=L A Le radio ou i La tAL(~vision? ~TRE . 2 NSP . 8 Z13 Durlmt tes ~~uze derniers mois, avez-vo~~ essist~ A des OUI . 1 I s6~es de sens~bItiesticm ou A des ceuser(es sur le I pLKvllng fami l îaL? ~ l~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2--~,--~'301 214 oe avez-vous =ssistA S ces s6an¢es ou causeries? FORMATION SANITAIRE . 1 ~JARTIER . Z AUTRE 3 (PREelSER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 286 M* 301 SECTiO~ 3: PREFEREMCES IN MAT[ERE DE F~~~NDITE PASSER I g(JE$T]ONS ET FILTRES I I A I "+-" ++ I ==================================== 3D2 +1 comblende garçon~ avez-vOlet C~mbieflde F | t Ies avez-vu? NOMBRE DE GARçoeS . ~Ç~ I/(]~~~E DE FILLES . ~-~ VEEZFIER 2D3: 14<311STER[LI$E [~~ ETERILISE ~ • PASSER A 309 voudrlez-vous avoir un (d*lutres) enfant(s) ~J pP6f+re- riez vous ne pas avoir d,(autres) enflnt{s)? A~[R UII (AUTRES) ENFANT(S) . I PAS D'AIJTRE/AUCIJM . 2 DIT ~ SA FEMME NE PEUT PAS TOMBER ENCEINTE . 3 DIT OU*IL ME PEUT PAS/PLUS AVOIR D'ENFANT . 4 PAS DEC]DE OU NSP . 8 +0+l - . zv~~+,+o. , - . . , . , , , - , . , i o, . 11 approuva(ni) Les coupLes cFJi utilisent une MOU . Z m(~thode pc~Jr ivîter une nais$a~eT MSP . 8 ~1 °+''++--++°-++°+ I-' . '1 4[f~e(l)/Femme(«] de ce sujet au cours de I,Imnde UNE OU PEUX FOIS . 2 derniêra? PLUS SOJVENT . 3 3D7 I Avez-v~Js dej, diseur, avec votre(vos) 6p«~le(.)/ I OIJl . 1 I femme(s) ~iJ rI¢mbre d*etlFemts que Va~S votldriez avoir? NOII . 2 "I -+~~++-+-+ I --+ . 'l so~J~aite(nt) avoir le m~ee nae/)re d'enfantl que PLUS D'ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z vote, (m veut (veu(ent) davantage o~ moins q~ NOINE D'ENFANTS . 3 vo;.~sT NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 +1 +.~.+-. ( combien de tre un couple devrait -il atter(~ra avant de reprendre les ral:~oorts sexue,s? MOIS . I ~ I ANNEES . 2 AUTRE . 996 (PRECI$ER) +,01 ~ +. -+, "LL'"'--" +'L"'+' °+ ' " - - I + ' " 0 " . + . , . o .+ , . r . .o , . ++. ,. r--r,. . '1 saxue(s ~ cela nla pas d:importan¢e? PAS D*IMPQRTAMCE . 2 3. i E° ~+r . , . .+ .~« v~ ~. °+. a i o , .+ , iou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , I ur~ I~Thode pour éviter la grossesse? Noe . 2 312 V~RZFIER 301-302 ET COCHER LA CASE: PAS D'ENFANTS VIVANTS S~ v~pouviez choisir exactement Le nolnbre d'enfants avoir dUrllnt tc~Jte votre vie. ¢oJllbJen voudr|ez-vous en avoir er1 TOUt? A DES ENFANTS VIVANTS [~~ Si vous pouviez recommencer â partir de I' ~+p~~.~ ~ oh vous nlaviez pas dlenfants et si vous pouviez choisir exacte- ment te nombre d,enfants h avoir durant toute votre vte. coMOtenvoudrJez-vous en avoir ~n tC4JT? ENREGISTRER UN SEUL NOMBRE OU AUTSE REPOMSE. EPREGISTRER L'HEURE NOMDRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AUTRE REPO~SE 96 (PRECISER) 287 Personne enqu~t6e: OBSERVATIONS DE L'ENOUETEU~ (A remplir après achèvement de l'interview) Questions sp~clfiques: Autres aspects: Nom de l'enqu~teur: Date: OBSERVATIONS DU CHEF D'EOUIPE Nom dU chef d'~quipe: Date: OBSERVATIONS DU CONTROLEUR(SE~ Nom du contr61eur(se): Date: 6 288 DIRECTION DE LA STATISTIOUE FRATERNITE-TRAVAIL-PROGRES DEPARTEMENT ARRONDISSEMENT CANTON/COMMUNE ENOUETE DEMOGRAPMIOUE ET DE SANTE QUESTIONNAIRE COMMUNAUTAIRE N" STRATE . N ° GRAPPE . N" ZD . I I TYPE DE LOCALITE: AGADEZ/MARADI/ NIAMEY ~ TAHOUA/ZINDER ~ I I » om de la ville: Nom du quartier: ~~TRES ~ VILLES RURAL 'qJ L~Nom du vi l lage/ local it~ (centre de la grappe: le + gros de la grappe) NOMBRE D'HABITANTS DE LA VILLE/VILLAGE/LOCALITE: DATE DE DEBUT DE VISITE A LA GRAPPE DATE DE FIN DE VISITE A LA GRAPPE NOM DE L'ENQUETEUR JOUR MOIS JOUR MOIS ENQUETES HOMMES : NOMBRE: I I FONCTIONS/TITRES*: ENQUETEES FE~S: NOMBRE: I l FONCTIONS/TITRES**: i I * CODES: 1 CHEF VILLAGE/QUARTIER ** CODES: 1 MEMBRE ASS. DE FEMMES 2 SARKIN SAMARI 2 PERSONNEL MEDICAL/ESV 3 PERSONNEL MEDICAL/ESV 3 RESPONSABLE EDUCATION 4 RESPONSABLE EDUCATION 4 AUTRE 5 RESPONSABLE RELIGIEUX 6 AUTRE 289 SECTION 1. CARACTER[STICUES SENEHALES E" I gUI|ST|OSE ET F]LTR[S I ~ 1 ; 1 0 1 VlR[FIER LE TYPtE SE LOC.AL|TE ET COCHER LAM]AMEy/A~d~DSZ/HARADID~.AE[ CGRRESP~]I(~)ANTS:AuTREsTAIfOUA/Z|æERvILLES 102 NOTER LE TYPE D~HAIZTAT 103 104 guet est te centre urbain Le ptLs proche de ? (Rem [ocœet./vittage/pte. vftte) COUES DENSE . 1 DISPERSE . Z AUTRE 3 (PRECISER) (NOH DU CENTRE UaBA|N) Ouet[e est il principale voie d'e¢c#s entre | ROUTE GOUDRONNEE . 1 I LATERITE . 2 et ? P[STE . 3 (Nom Lo¢et./vilLagt/pte. v]tLt) (Nom Cen~re Urbain)) VOIE D'EAU . 4 SENT|ER . S PASSER I ' I I • ~tte (st Il diltince e,~ kit(xlStres entre et (NOm Io¢a(./viLtage/pte. vitre) (Nom Centre Urt~in IOSCR]RE 197' ~ 97KM ET PLUS. 103 dos I ~|s IQrlt tel IlOyerll de trlr4port ira comm~ Les I plU8 Ut]tllél Jour se ra/~dre /i ? (Noe CM)tre Urdeln) EHAEG[STSER SEULENENT LES DEUX PRINCIPAUX NOYEHA DE T RAAiS;>DLI T QuelLe est Lin principsLe source U'eeu cFJe les habitants de (Noa Locat./ri t t age/vi t t e/q~ar t ier ) 107 utitlsent pour bolrl? KILO~TSES AUTCSUS . A TAXI "6ROUSSE . B TAXl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C CAMIOe/CN41ONETTE . . . . . . . . . . . . . . . D CHARRETTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E PI ROGUE/SAC . F AU~JX . G EAU DU ROBINET ROSISET DANS LE LOGEM(NT/COUR/PARCELLE . 11 ROeISET PUBLIC . 12 EAU DE PU[TS PUITS DANS LE LOUENENT/COUR/PARDELLE.21 PUITS PUBLIC/FORAGE . 22 EAU DE SURFACE SOURCE . 31 RIV[ERE/RUISSEAU . 32 #LIbRE/LAC . 33 BARRAGE . 34 EAU DE PLUIE . 41 V£NOSUR D'EAU . 51 EAU SN BOUTEZLLE . 61 AUTRE 71 (PRSC[SER) 108 109 ~ttl est te princip4ie source d'eau que Les hlbftants de {Nom Lo¢lL./vlLIoge/viLle/cK:artier) ut|~lsent pour ri|re ta vlisseLle? EAU DU RCI[NET RO61SET DANS LE LOSEN£NT/CGUR/PARCELLE . 11 R~ZSET PUIL[C . 12 EAU DE PUITS PUITS DANS LE LOSE~IERT/COUR/PARCELLE,.,.21 PUITS PUSLIC/FOSAGE . 22 EAU DE SURFACE SOURCE . 31 R[VZERE/AUISSEAU . 32 MARE/LAC . 33 I~ARRAGE . EAU DE PLUIE . 41 VEæEUR D'EAU . 51 SAUEN EGUTEILLE . 61 AUTRE T1 (PREC[SER) Calment sont 6va¢u4es des eaux us~s des log~ts de de ? (Nom |cci| ./ri | Ll~/vl t Le/~r t I er) J SYSTENE D'EGDUTS FERMES . I J EGGUTS A CISL OUVERT . 2 FOSSE SCEPTIQUE . S RUE/BROUSSE . 4 110 ~t genre de |Dite|tes smt utits4es per le asjoritE hlb|tM~ts de ? (Nom |oc:(./vlltage/vt|Le/quertler) CHASSE D'EAU CHASSE DIEAU PERSONNELLE . 11 CHASSE D'EAU EN OCI44LRI . 12 FO~;SE/LATR]SES FOSSE SGqMAIRE . 21 FOSSE A/4ELZOSEE ET VENTILSE OU LATRXSES . 22 PAS DE TOILETTES/BROUSSE . 31 AUTRE 41 (PRECISER) 2 290 "1 111 PASSER ~4JEST]{)RS ET FILTRES I OCOE$ I A * ' - ' I ~' . I I ? kO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (~om IoclL,IvîLtlgel~itlelq¢Mrtflr) 112 ;~JeLLe est l'a¢tlvit6 prtn¢ipete des h~It~t| de ? (Noe Locat,lvtLLagelvfLle/quertler) I A~IOULTUflE/PIECHE . 1 I COl4MERCE . 2 AI~T [$NtAT . 3 INDUSTRIE . 4 SERVICES . E AUTRE 6 (PRECISER) i 01ECOLE 01~PRINAKR E 021ECOLE SECONDAIRE OU TECNNXDIîE 1" CYCLE O]JECOLE SECOSOAINE OU TECHNIQUE 2" CYCLE 06 MARCHE 04JJOURNALXER 05 MANCHE 05IHEBOOMADA[NE 06~ B~UT ]OUE 07 SERVICE OTiREOULIER DE TRANSPORT COMPLETER LE TABLEAU A PARTIR DE VOS OSSERVAT[ONS ET DES INFOSPlATIOSS OBTENUES DISTANCE (EN 104.) ENTRE LE LIEU D«ENQUETE ET LA LOCALITE LA PLUS PROCHE PO$SEDANT LE SERVICE SI LE SERVICE SE TROUVE SUR LE LIEU DtENOUETE, INSCRIRE ~98~. INSCRIRE '971 POUR 97504 ET PLUS. - ~ • SI '98' PASSER K[LONETRES A 02 • SI '98' PASSER K[LONETRES A O] PASSER KILOMETRES A 04 • SI '98* PASSER KILOMETRES A 05 P Si '98' PASSER K[LI3HETRES A 06 ~ SI '98~ PASSER KILOUJETRES A 07 IîOYEN SE DEPLAŒEEMENT LE PLUS UTILISE P~ SE RENDRE DANS LA LOCALITE LA PLUS PR(~HE POSEEDANT LE SERVICE B ~ VEHICULE MOTEUR.,1 VELO . 2 DOS DIANINAL.,.,.3 CHARRETTE . 4 A PIED . 5 AUTRE 6 (PREC%SER) VEH%CULE MOTEUR.1 VELO . 2 DOS D'ANIMAL.,.3 CHARRETTE . 4 A PIED . 5 AUTRE 6 (PRECISER) VEHIOULE NOTEUN.1 VELO . 2 DOS O'ANXNAL.,.,3 CHARRETTE . 4 A PIED . 5 AUTRE 6 (PRECISER) VEHICULE EOTEUR.1 VELO . 2 DOS D'ANIMAL.,.3 CHARRETTE . 4 A P1ED . AUTRE 6 (PRECISER) VESICULE MOTEUR.1 VELO . 2 TENPS NECESSA[RE P~JR SE RENDRE DANS LA LOCAL[TE LA PLUS PROCHE POSSEDANT LE SERVICE, PAR LE MOYEN DE DEPLAUENENT LE PLUS UTILISE SI PLUS 90 MIN., NOTER EN HEURES. 24H. POUR 24N.ET+ f ~ NINUTES . 1 I i i , S E HEURES . . . . . . . 2 MINUTES . I I l l . O ~ HEURES . 2 N[NUTEE . I I I I~oA HEURES . MINUTES . 1 1 1 [ ~ 0 5 HEURES . . . . . . . 2 DOS D~ANIî4AL.3 CHARRETTE . 4 MINUTES . 1 A PIED . E 06 AUTRE 6 HEURES . 2 (PRECISER) VEHIOULE MOTEUR.1 VELO . 2 DOS DIANINAL.,.,.~ CHARRETTE . 4 A PIED . 5 AUTRE (PRECISER) VEHICULE /40TEUR.I VELO . 2 DOS D'ANIMAL.3 CHARRETTE . 4 MINUTES . 1 I ] ] . 0 7 HEURES . 2 MINUTES . 1 ~Q.2Q1 291 It~P[TAL RJ~L]C HQ~ITAL PRIV~/ CLINIQUE I Rq] 201 (XJ le trouve (NON OU SERVICE) Le plus proch~T 202 A combien de 203 O~eL est le klte~tres moymded~ple- se trouve ¢e~ent te plus (01(]14 DU ut îL i s~~r SERVICE) le se rendre il plus proche? (ktOI4OUSERV]CE) le plus proche? (INSCRIRE LE I~ LUCALITE/VILLAGE/ VILLE/QUARTIER) SI LE SERVICE SE TRI~ SUR LE LIEU D'liSTE, INSCRIRE t~' A Q.20~, PUIS PASSER A U*~O~* KILOK~TREE INSCRIRE '97' POUR 97 K î4. ET PLUS. SI '~', PASSER A 0.205 SEHICLILE NOTEU~.| VELU . 2 ~OSU'ANIWAL.3 CHARRETTE . 6 A PIEU . 5 AUTRE 6 (PRECISER) (INSCRIRE LE NON LOCALITE/VILLASE/ VILLE/QU~T[ER) SI LE SERVICE SE TROUVE SUR LE LIEU D'EMOtJETE, INSCRIRE '98' A 0.202, PUIS PASSER A 0.205. V~ KIL(1qETRES INSCRIRE ~97 ~ POUR 97 KM. ET PLUS. SI '~', PASSER A 0.205 SEET]OS 2. UISEON[i[LITE SES SERVICES SUlITA[RES (INSCR|RE LE LOCALITE/VILLAGE/ VILLE/GUARTIER) SI LE SERVICE SE TI~OUVE SUR LE LIEU UtENQUETE, INSCRIRE '98' A Q.202, PUES PASSER A U.~:~5. KILOHETRES INSCRIRE '97' POUR 9701. ET PLUS. $l '98', PASSER A O.20S 20,; Coe~~im de 2G~ temps (kqlq DU SERV. I faut-îl pour se le pLUS pt'Qchl rendre } (k~4 ,sure-t-il OU SERV[SE) Le des services plus i=¢oche p4r de ple~nîng le ~ de flih8[? dêpt ecement te ptus ut { I îsê? SI ÷ DE 90 MIN. NOTER EN HEURES. SI 24 H. ET + NOTER 26H. OUI . 1 NSP . 8 HEtm.2 SI + DE 90 IqlN. NOTER EN HEURES. SI 26 H. ET ÷ VEHICULE IOTEUR.1 NOTER 24H. VELO . 2 UOS U'ANIMAL.--3 , MIN.1 ~ CNARRETTE . . . . . . . . 4 A PIED . S AUTRE 6 NEUR. 2 (PRECISER) , SI ÷ DE 90 HIN. NOTER EN HEURES. SI 24 N. ET * NOTER 24H. MIE.1 SELm .2 VEH] CULE MOTELS. 1 VELO . 2 DOS DtAN]MAL.] CHARRETTE . 4 A PIEU . 5 AUTRE 6 (PRECISER) OUI . 1 - - , 0 . 2 - - , NSP . 8 OU] . 1 ~ . . 2 N.~ . . . . . . . 8 206 VERI FIER O. 202 D] STANCE • á~ ~" D'ÄSE' O.202~15 O.~7 :*::ED:AS: DISTANSE <:300U I(m. ~'~ APASSEI 0.202198 0.2O7 DISTANCE <zIOOU [m. D APA$SEI 0.202=98 «.207 ::::EDr~SE 207 (NON OU SERVICE) te plus 298 savez-vo~ sî il proche assure-t-il: (IRI4 94J SERVICE) te plus proche, on peut se procurer: OUI l i~ M~ SOINS PRESATALS. 1 2 8 ACCOUCI~îMEM TE . 1 2 U SOINS POSTNATALS.1 2 U i COliS. NOUAN]$SO~S.1 2 8 : CONS. kQTR[TIOeEL.1 2 U VACCINAT ]oeS . I 2 8 URGENCES . 1 2 8 SOINS CLJRAT I FS . 1 2 8 OUI SACHETS SAO . 1 ART I "PALUDEEII . 1 PI LU!.[ CONTRACEP«. 1 STERILET . 1 INJECTIONS CONTR. 1 CGEO~t . | NETH. VAG]kL4LES. 1 STSEIL[S, FER . 1 AUTR. NETH. CONT.1 (A PIOECI SER ) OUI@N~ ~[ ï~ NS~ 8 ' 8 8 8 8 »P? 8 :I U, k~l NSP I SOINS PflENATAL$. 1 ACCOUCtN[MENTS . 1 SOINS PO~TNATALS. 1 COLIS. MGUmRI SSGNS. 1 CONS* NUTRIT[UNEL. 1 VACCINAT]ONS . 1 URGENCES . 1 SOINS CURAT [ FS . 1 U 8 8 8 8 8 8 8 SACHETS ERg . 1 N4TI - PALUDESE . 1 PILULE CGETRACEP. 1 STERILET . 1 INJECTIONS CONTR.1 COUO(~I . | NETN. VAGINALES.1 STER[LIU. FEN . 1 AUTL METH. COIIT.1 (A PRECI$ER) 2 8 2 2 2 8 03 2 2 Z 2 °-I OU[ NOM MSP SOINS PRENATALS. 1 2 8 SOINS PUSTNATALS. 1 2 8 CONS. M(XÆR]SSGqS. 1 E U CONS. UUTR [ T|ONEL . . 1 2 8 VACC]NAT ]ONS . 1 2 8 URGEUCES . 1 2 8 æIRS CURAT 1 FS . 1 2 8 8 OUI SACHETS SWO . 1 ART [ - PALUOEEN . 1 PILULE CONTIMCEP.1 STERILET . 1 INJECTIONS C~MTR. 1 CGEOaq . 1 NETN. V~INALES. 1 AUTE, SETfl* CONTe.1 CA PRECISER ) 8. 8 8 8 »06 8 8 8 8- GENISE ieEDICAL PURLIC DISPEM- GEINS mJm.ID EGEIIPE ~,~[LE qATENSI TE (1~S4[~ISE LE N(]M LOCALITE/VILLASE/ VlLLE/OUARTIER) SI LE SERVICE SE TItOLN1E U LE LIEU D'EI#aUETE, ID$C&IIE '~' A D.202, PUIS PASSER A Q.~J~J. K]LOSETRES INSCR]EE ' 9 ; " POUR 97 IOq. ET ~L~. SI '9~ ' , PASSER A D.Z05 VEHICt~.E V~TE~., 1 ~LO . 2 D'N~IIqAL. ,3 CHARRETTE . . . . . . . . 4 A PIED . . . . . . . . . . . S ~U'1RE 6 (PREC[SER) $1 + DE ~ON[M. æTER EN HEURES. SI 24 H. ET + SOTER 24H. IRUIt.2 (INSCRIRE LE II~ LO~tL I TEÆI LLAGE/ Vl LLE/OLle~T IER ) $1 LE GERVISE SE TR~JVE $UR LE LIEU D~ENQUETEo INSClIIRE " ; le , A 0.202 , PUIS PASSER A 0 .205 . KILQ)~TRES INSCRIRE '97 ' PCUR 9712/I. ET PLU~. SI 'ge', PASSER A 0. ~:'05 ¥~E I ~~LE ~TEUR. +1 VELU . . . . . . . . . . . . . 2 D~ D'NIIRAL. ,3 CHARRETTE . 4 A PIEO . . . . . . . . . . . 5 AUTRE 6 (PRECISER) SI + O( QO NIM. MOTER EN GEURES* SI 24 N. ET + NID.1 HEtJ~.2 Est-ce ~tJ'~ ~Jipe w~t)î Le v~slte (11(]1 LO(J~L ]IEÆI LLAGE)? pASSER OUI ~--~ ),Q207 OUI PASSER U A 07 (INSCRIRE LE LOCALITE/VILLAGE/ VILLE/gUART]ER) SI LE S~RVIOE SE TR~ SUR LE LIEU D'EI~UETE, INSCRIRE +ç~' A 0.202, PUIS PASSER A Q.20~. K|LO~TRES INSCRIRE ' 97 ' P~UR 97 ~,4. ET PLUS. SI 196*, PASSER A 0.205 VEH [CULE æTEUR. ,1 VELU . 2 DOS D t A~]~LILL. . . . ] CHARRETTE . 4 A PIEO . 5 AUTRE 6 (PRECIGER) DZ + DE 90 MIN. DOTER EN HEURES. ~[ 24 H. ET + NOTER 24H. HUM.1 HEUR.2 OUI . 1 . 2 MSP . 8 DISTANCE <:~00U I(111. [~ APASSER O .2D2~ Q.207 U] STkNSE ~PASGER >30 rJm. A05 SOINS PRE~TALS.1 2 8 SO]MS P<~;TIIATALS. 1 2 E CODE. NIGURRI S~S. 1 2 8 I[:~llS. MUTRIT]OeEL.1 2 8 VACCINATIONS . 1 2 8 URGENCES . 1 2 8 SOINS CURATIFS.1 2 D 8 SACHETS SEO . 1 2 8 AiT I "PALLID~~EN . . . . . . 1 2 8 PILULE CONTRACEP . . . 1 2 8 STER[LET . . . . . . . . . . . I 2 D IJJEDTIOeS CQIITfl.1 2 8 COI4x]4 . 1 2 8 NETH. VAGINALES.I 2 E AUTR. METH+ CDIIT.1 2 8 (A PRECISER) Io<,+~~ ~ o,,, ,,<.sE PASSE SOINS PRENATALS.1 2 8 QUI . 1 (~U & kCCOJCHE~4EtITS . ~ 2 8 i Q.202"98 Q.20" ~ SOINS PO$TIMEALS.1 2 8 NON . 2 CUNS. NOJftD I SEG'4S . . 1 2 8 C~IIS. NUTR]TIOk~~L. 1 2 8 NSE . . . . . . . 8 ~ VACDINAT [OUS . I 2 I~ DISTAJdoEr ~PASEE URGENCES . 1 2 8 1 >30 rJL A 06 I SOINS CURAT]FS.1 2 8 I OUI MON NSP VACC] I~TIUSS . 1 2 URGENCES . 1 2 SO]MS CURAT] FS. 1 2 ~IM(311M~ SACHETS ~ . 1 2 8 DIT] "FkLUbEEU . 1 2 i) PILULE COI#TIULC£P. 1 2 8 STER]LET . 1 2 8 ]NJECTIOeS C~NER. 1 Z D . 1 2 6 SETH. VAGINALES. 1 2 8 AUTR. METH+ C~UT.1 2 E (A PSEC l SElf ) OUI Eal NSP "+05 +06 8 SACHETS SRO . 1 2 E + * 8 ANS ] "PALUDEEN . 1 2 8 j~ 07 8 OU] . 1 . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . 8 DIDTNKE D. ZO2+'-g6 0.207 DISTANSE ~PNSSER >30 rJ. A08 OUI MON NSP &CC(3.~~I£NEtll S . 1 2 U SOINS POSTHATALS. 1 2 8 VACCIMAT ]ONS . 1 2 8 URGENCES . 1 2 E SOINS CtPtII.T IFS+. . . . '~ 2 I~ SOl U NS~ ~.&CI~EIS ERO . 1 2 88 ]~ AJJT I - PALUDEE. . 12 08 CAI l lOT 14~H[Clll F~q I ~E/ OI SPI[H" SAIRE Pli IVI~ ~1 Où se trouve (NG~ SU SERYJOE) le plus proche:, (INSCRIRE LE îI~IL~CALlrE/VlLLASE/ VlLLE/OU~qTiER) SI LE SER¥]OE SE TROUVE SUt LE LIEU D'Eid~UETE, INSCRIRE '96 ' A O.ZO~, PUIE PASSER A Q.205, 202 A c~ien de kil~tres S~ trotJ~e (mON DU SESVIOE) (e ptu~pr~:he? ~(LOIEETRES INSCRIRE +97 ~ POUR 97 l~q, ET PLUS. Si ~9~ ~, PASSER A ~.205 203 Quel ~st Le moyen œe d~pla- ce~ent te pLuS utit ît~ pour se rendre (MON DU SERVICE) te plus proche? VEHIOU(E MOTEUR., 1 SELQ . . . . . . . . . . . . . 2 DOS 0 'A î~[NAL. . . . .3 CHARRETTE . . . . . . . . 6 A PIED . . . . . . . . . . . 5 AUTEE 6 (PSECISER) 204 C~mbîen de f?GSLiak?mî f~t-it pou¢ se Le plus p~'ochq rendre A (k~4 =~eure-t-it OU SEEVIOE) te des servîce= ptu~ proche per de pten~îng Le ~ye~ de d~pt acwent Le pLus utî Lîs~? SI ÷ DE 90 )liN+ NOTER EN HEURES. SI 24 N. ET *- KOTER 24H. CUl . . . . . . . 1 . . . . . . . Z NIN. .1 • - • NSE . 8 HEUR. Z A (k04 LC¢,4LITE/VJLLASE). 09~ y-a-t-it du persormeL ck= l lmt+ COl l I Jn~J t i î re/ Pl[i~ al4~COUV" i $ Ce/ilelt rone? DE SAîdTI [ ~ OUI PASSER TAIRE/ A Q 20?* SEOUU- [ ~ l I STE / ~ PASSER NATS~SE A 10 ,o I P I I I {IRSCR[SE LE i(~NLCCALITE/VZLLAG~/ V(LLE/O~~T[ER) S l LE SEEVIOE SE TROUVE SUR LE LIEU D°Ek~UETE, INSERIRE 'ge' A 0.202, ~1]$ PASSER A Q.Z~J. K[LOM[TRES INSCRIRE +971P IOU~ 9? 104. ET PLUS. SI ~94~ ~ , PASSER A Q.~ VEHZOJLE I~rDTEUR, . i VELO . 2 ~0~ O'kNINAL.3 CHAREETTE . A PIED . 5 AUTI~E 6 (PRECISER) SI + DE 90 M]N+ NOTER EN HEURES. SI 26 H. ET + k~OTER ~+H. NIN. . I HEUR. Z OUI . ? . . . . . . . 2 NSP . 8 ~lf IOOT ( |II9~ IRE LE plbqJ~lA + N(]N LOCAL I TE/Vl LLAGE/ CEUTIQUE Vi LLE/QUARTIER) Si LE SERVICE SE TRCUVE SUR LE LXk%I D'ENQUETE, III$~IRE 'çi~' A 0.202, P~I$ PASSER A Q.20~. Si + DE ~) MIN. N~OTER EM It~URES. S] 24 H. ET ÷ VEH]CULE MOTEUR.1 NO~ER Z4H. VELU . 2 KILOVETAES DOS D'AMIRAL.+3 CHARRETTE . ; M[N.1 INSCRIRE '97' POUR A PIED . 5 Q7 i54, ET PLUS. AUTRE 6 HEUR.2 (PRECISER) SI 'ç~', PASSER A 0.205 GUI . . . . . . . I N(3~ . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . S 21~~~R[FXER O. 2~ D [ STANCE <,300U ~J" ~APASSE~ Q. 2~?: '~q~ 0 .207 DISTANCE~PASSE~ >30 r ,m. A OP 207 (MOM OU SERVICE) Le pLu~ proche a~sure - t - I I : QUI ~ MSP SOINS PRENATALE. . .~ 2 a ACCOUCflEI4~NT S . 1 2 8 SOINS POSTNATALE. 1 2 (S C~$. ~RISSONS. I Z 8 C(~S. NUTSITIOSEL. 1 E & VACC i RAT SOSIE . 1 Z 8 URGENCES . . . . . . . . . . . I 2 8 SOINS CURAT [ FS . 1 2 OUI NO~ N.~ SOINS PRERATAL$.,1 2 8 ACCOUCHE~kçE . I Z e CCM~. NUTEITIO#EL.1 Z I~ URGENCES . . . . . . . . . . . 1 2 SOINS CURAT I FS . I 2 8 20~ Savez*vous sî k {iOM OU SERVioE) te Plu~ proche, on peut Q.2~ se pr 4~urer: OUi NON NSP .ç~:t;ETS PRO . . . . . . . . 1 7. 8 Aî4T I - PALUDEEN . . . . . . I Z 8 PILULE CCETRACEp. 1 2 B I STER [LET . 1 2 B ~1)9 [# JECT lOI4S COMTR. 1 2 8 Cosoaq . 1 2 8 MECR. VAGINALES. 1 2 8 AUTR. METH. CURT.,1 2 8 {A PEECISEE ) OUi IdOkl MSE SACHETS T~RO . 1 2 ~T[ -PALUO(EN . I Z ~~0 8 Z 8 2 a 2 8 i ' i : i ~'~' l . I (APSEC]SER) I ~:~::~~~~~: ":~: ~:~ , :- : / "~~~:- OUi DISTANCE "««~~~ • «««;'~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . I . . . . AIdT[-PALUDEEN . . . . . . ! O.Z02-~8 Q.N7 BI;.~çi~ »«,,«,~ . «~ ~~N~~[ PILULE CQNTRACEp.1 ~*~-« .« «¢ . . . . . . . . . . . . . . . . . STCRILET . 1 . «~»-~~«-~~ . ~ [MJECT]CqS O~ltTE.1 OIETANCE~PASSE "«',«,~l~'~~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . »«~,~~-« !-~i~~»" NETR. VAGINALES.1 ,JTR. VET. ~T.~ I I ~]~ • ~:~~: »+: • :~•«~:~: . :; +~~:::~ .: oui . . . . . . : . *«~ . . . . . . . . . . . . . . »~ P[LULE CI~TEACEp.I I 11 . . . . . . . . . ~++-+- . ,' .». g~.« .«~~,«'~, ,. • « : . . • . . . . . . . ,ç ", ~ D[STANCE~PASSE . ~~'li~t . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~~~;~« NETH. VAGINALES.I R* 2O9 eUES?SONS ET FILTRES ~UI| lotit, per ordre d*lmportlnce, (elt pi-in¢lpl{im im[idlos des imfKttl CM imlns du cinq ans mJ cours oe CCOES PALUD|Sl4E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 D|ARRRSS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 02 NALI4JTR]T|ON . 03 EduGEOLE . 04 AIRNli . 05 TETNIO$ . 06 NI[SING;TE . 07 le?SES (JaunteN, hRpetlte. g~nlretemnt m(edles du foie)., .08 NAL~|ES CJUID I AGUES . 09 TUURCULGU . 10 C~AUELUCHE . 11 VARICELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 C©NVULSION . 13 FIEV~E . 14 TCr~(, SUFFOCATION, PRO8LENES RESP[RATO[RES . 15 GALE . 16 TE[GNE . 1;' AUTRES PE(~LENES DE PEAU . 18 AUTRES 19 (PRECI$ER) MSP . Q8 210 ¢I~JeLe sont, per ordre d'importance, vos princlloeux probt~ peur vo~s soISnerT SERVICES DE SANTE [REXISTAETS . . . . . . . . . . . . 01 SSRV[CES DE SASTE TROP ELOZGRES . . . . . . . . . . 02 SERV. DE SANTE RIOFFRAI/T PAS TOUS LES SERVICES . 03 CONSULTAT[CNS TROP CHERES . 04 SAUVAIS kCOLR | L . 05 NEDICAîqENTS n D[SPEN[OeLES . 06 )tES[CA)lENTS TROe CHERS . 07 /4UOJ4 . 08 AUTRE 09 (PEECISSR) S~. D . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 295 OBSERVATIONS DU CHEF D'EOUIPE (A rempllr après achlvement de l' interview) Nom du chef d'~quipe: Date: 296 Pages préliminaires Titre Information supplémentaire Table de matières Liste des tableaux Liste de graphiques Sigles et abreviations Préface Remerciements Résume Carte du Niger Chapitre 01 - Cadre d l'enquete et caracteristiques de l'echantillon Chapitre 02 - Caracteristiques des ménages et des enquetees Chapitre 03 - Fécondité Chapitre 04 - Planification familiale Chapitre 05 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse Chapitre 06 - Préférences en matière de fécondité Chapitre 07 - Santé de la mère et de l'enfant Chapitre 08 - Allaitement et état nutritionnel Chapitre 09 - Mortalité des enfants de moins de cinq ans Chapitre 10 - Mortalité maternelle Chapitre 11 - Enquête mari Chapitre 12 - Disponibilité des services communautaires Références Annexe A - Organigramme et personnel de L'enquête Démographique et de Santé Annexe B - Calendrier des operations Annexe C - Plan de sondage Annexe D - Erreurs de sondage Annexe E - Tableaux pour l'evaluation de la qualité de données Annexe F - Questionnaires Questionnaire - Ménage Questionnaire - Individuel Femme Questionnaire - Individuel Mari Questionnaire - Communautaire

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.