Niger - Demographic and Health Survey - 1993

Publication date: 1993

Enquête Démographique et de Santé 1992 @ Dîrection de la Statistique et des Comptes Nationaux Direction Générale du Plan Ministère des Finances et du Plan ~DHS Demographic and Health Surveys Macro International Inc. REPUBLIQUE DU NIGER Enquête Démographique et de Santé Niger 1992 Idrissa Alichina Kourguéni Bassirou Garba Bernard Barrère Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux Direction Générale du Plan Ministère des Finances et du Plan Niamey, Niger Macro International Inc. Columbia, Maryland USA Septembre 1993 Ce rapport pr&sente les principaux résultats de l'Enquéte Démographique et de Santé (EDSN) réalisée au Niger en 1992 par le Ministère des Finances et du Plan (Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux). L'EDSN, financée par l'Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID), a bénéficié de l'assistance toehnique de Macro International Inc. L'EDSN fait partie du programme mondial des Enquétes Démographiques et de Santé (Demographic and Heulth Surveys-DHS) dont l'objectif est de collecter, analyser et diffuser des données démoglaphiquÇs portant en particulier sur la fécondité, la planification familiale et la santé de la re~re et de l'enfant. Des info¢mations compl~anentaires sur I'EDSN peuvent ~tre obtenues auprés de la Direction de la Statistique et des ComlY, e.s Nationaux, Rue de Sirba, B.P. 862, Niamey (Niger), Téléphone (227) 72 35 60. Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent ~tre obtenus auprès de Macro International Inc., 8850 Stanford Boulevard, Suite 4000, Columbia, MD 21045, USA (Téléphone 410-290-2800; Fax 410-290-2999; Télex 198116). TABLE DES MATIERES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vii Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xiii Sigles et abreviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix Résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxi Carte du Niger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxiv CHAP ITRE 1 CARACTERIST IQUES DU PAYS ET METHODOLOGIE DE L 'ENQUETE par Yahaya Adyé 1.1 CARACI I~RIST IQUES DU PAYS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Organisation politico-administrative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Situation géographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.3 Situation socio-économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.4 Situation démographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.1.5 Politique de population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2 METHODOLOGIE DE L 'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE AU NIGER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2.2 Personnel et calendrier des activités de I 'EDSN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1.2.3 EchantiUonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.2.4 Questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 1.2.5 Collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 1.2.6 Exploitation des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 CHAP ITRE 2 2.1 2.2 CARACTERIST IQUES DES MENAGES ET DES ENQUETEES par ldrissa Alichina Kourguéni ENQUETE MENAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.1.1 Caractéristiques de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.1.2 Caractéristiques de l'habitat et des biens possédés par les ménages . . . . . . . . . 19 ENQUETE INDIV IDUELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 2.2.1 Caract6ristiques des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 2.2.2 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 iii Page CHAPITRE 3 FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 par Bassirou Garba 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 3.6 NIVEAU ET STRUCTURE DE LA FECONDITE ET FECONDITE DIFFPsRENTIELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 TENDANCES DE LA FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 PARITE ET STERILITE PRIMAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 INTERVALLE INI'IsRGENES1QUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 AGE A LA PREMIERE NAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 FECONDITE DES ADOLESCENTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE par Zeinabou Garba 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 4.7 4.8 4.9 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 PRATIQUE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 UTIL ISATION ACTUELLE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 NOMBRE D'ENFANTS A LA PREMIERE UTILISATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 CONNAISSANCE DE LA PERIODE FECONDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 SOURCES D'APPROVISIONNEMENT DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . 51 UTILISATION FUTURE ET METHODES CONTRACEPTIVES PREFEREES . . . . 52 INFORMATION SUR LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 OPINIONS ET ATTITUDES V IS-AVIS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE . . 56 CHAPITRE 5 NUPTIALITE ET EXPOSIT ION AU R ISQUE DE GROSSESSE par Bernard Barrère 5.1 5.2 ETAT MATRIMONIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 AGE AU PREMIER MARIAGE ET AGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 5.2.1 Age au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 5.2.2 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 5.3 5.4 ACTIVITE SEXUELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 CHAPITRE 6 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE par Sabine Attama 6.1 6.2 6.3 6.4 DESIR D'ENFANTS SUPPLEMENTAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 BESOINS EN MATIERE DE PLANIF ICATION FAMIL IALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 NOMBRE TOTAL D'ENFANTS DESIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 PLANIFICATION DE LA FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 iv Page CHAPITRE 7 SANTE DE LA MERE ET DE L'ENFANT par Bernard Barrère 7.1 SOINS PRENATALS ET ACCOUCHEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 7.1.2 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 7.2 7.3 VACCINATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 MALADIES DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 7.3.1 Infections respiratoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 7.3.2 Fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 7.3.3 Diarrh6e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 CHAPITRE 8.1 8.2 8.3 ALLA ITEMENT ET ETAT NUTRIT IONNEL par Ibrahim Adamou et Bernard Barrdre ALLA1TEMENT ET ALIMENTATION DE COMPLEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 ETAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 8.2.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 8.2.2 Résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 8.2.3 Avitaminose A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 ETAT NUTRITIONNEL DES MERES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 CHAHTRE9 9.1 9.2 9.3 MORTAL ITE DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS par lbrahim Adamou et Bernard Barrère METHODOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 NIVEAUX ET TENDANCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 MORTALITE DIFFERENTIELLE ET GROUPES A HAUTS RISQUES . . . . . . . . . 137 CHAPITRE 10 MORTAL ITE MATERNELLE par Jeremiah Sullivan et Bernard Barrère 10.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 10.2 COLLELTIS DES DONNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 10.3 EVALUATION DE LA QUALITE DES DONNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 10.4 ESTIMATION DIRECTE DE LA MORTALITE ADULTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 10.5 ESTIMATION DIRECTE DE LA MORTALITE MATERNELLE . . . . . . . . . . . . . . . 150 10.6 ESTIMATION INDIRECTE DE LA MORTALITE MATERNELLE . . . . . . . . . . . . 151 10.7 DISCUSSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 V CHAPITRE 11 ENQUETE MARI par Sabine Attama et Zeinabou Garba 11.1 CARAUIER IST IQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DES MARIS ET DES COUPLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 11.1.1 Caract6tistiques des matis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 11.1.2 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 11.2 PLANIF ICAT ION FAMIL IALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 11.2.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 11.2.2 Pratique de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 11.2.3 Utilisation future et méthodes contraceptives pr6fér6es . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 11.2.4 Opinions et attitudes vis-å-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . 169 11.3 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 CHAPITRE 12 D ISPONIB IL ITE DES SERVICES COMMUNAUTAIRES par Bassirou Garba 12.1 CARACTERIST IQUES DES LOCALITES RURALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 12.2 SERVICES SOCIO-ECONOMIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 12.3 FORMATIONS SANITAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 12.3.1 Disponibilité des formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 12.3.2 Disponibilité des services de planning familial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187 12.3.3 Disponibilité des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . 188 12.4 PROBLEMES DE SANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191 REFERENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197 ANNEXE A ANNEXE B ANNEXE C ANNEXE D ANNEXE E ANNEXE F ORGANIGRAMME ET PERSONNEL DE L 'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201 CALENDRIER DES OPERATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207 PLAN DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211 ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221 TABLEAU POUR L 'EVALUATION DE LA QUAL ITE DES DONNEES . . . . 237 QUEST IONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245 vi Tableau 1.1 Tableau 1.2 Tableau 2.1 Tableau 2.2 Tableau 2.3 Tableau 2.4.1 Tableau 2.4.2 Tableau 2.5 Tableau 2.6 Tableau 2.7 Tableau 2.8 Tableau 2.9 Tableau 2.10 Tableau 3.1 Tableau 3.2 Tableau 3.3 Tableau 3.4 Tableau 3.5 Tableau 3.6 Tableau 3.7 Tableau 3.8 Tableau 3.9 Tableau 3.10 Tableau 3.11 Tableau 4.1 Tableau 4.2 Tableau 4.3 Tableau 4.4 Tableau 4.5 LISTE DES TABLEAUX Page Indicateurs démographiques de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Taille et couverture de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Population des ménages par/lge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Population par/lge selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Niveau d'instruction de la population des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Niveau d'instruction de la population des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Biens durables possédés parle ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Caractéristiques socio-démographiques des femmes enquetées . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Niveau d'instruction des femmes enquetées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Accès des femmes aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Fécondité par ~ge selon deux sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Tendances de la fécondité par/lge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Tendances de la fécondité par durée de mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Enfants nés vivants et enfants survivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Age médian å la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Enfants nés de mères adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes . . . . . . . . . . . 42 Connaissance des méthodes contraceptives modemes et des ~,ources des méthodes . ,14 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Utilisation « ctuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 vii Tableau 4.6 Tableau 4.7 Tableau 4.8 "I ableau 4.9 Tableau 4.10 Tableau 4.11 Tableau 4.12 Tableau 4.13 Tableau 4.14 Tableau 4.15 Tableau 5.1 Tableau 5.2 Tableau 5.3 Tableau 5A Tableau 5.5 Tableau 5.6 Tableau 5.7 Tableau 5.8 Tableau 5.9 Tableau 5.10 Tableau 5.11 Tableau 5.12 Tableau 5.13 Tableau 6.1 Tableau 6.2 Tableau 6.3 Tableau 6.4 Tableau 6.5 Tableau 6.6 Tableau 6.7 Tableau 6.8 Page Nombre d'enfants à la poemi~rc utilisation de la contraception . 50 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Raison de non-utilisatinn de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Méthode contraceptive prdférde pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Messages sur la planification familiale diffusés par les média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Opinion des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Nombre d'unions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Nombre de co-épouses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Age au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Age médian au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Age médian aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Activité sexuelle rdcente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Frdquence des rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Aménorrhde, abstinence et non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Durée médiane de la non-susceptibilitd post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Fin d'exposit ion au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Prdfdrences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . 76 Préfdrences en matière de fécondité selon l '~ge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Ddsir de l imiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . 82 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Taux de féconditd désirde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Tableau 7.1 Tableau 7.2 Tableau 7.3 Tableau 7.4 Tableau 7.5 Tableau 7.6 Tableau 7.7 Tableau 7.8 Tableau 7.9 Tableau 7.10 Tableau 7.11 Tableau 7.12 Tableau 7.13 Tableau 7.14 Tableau 8.1 Tableau 8.2 Tableau 8.3 Tableau 8.4 Tableau 8.5 Tableau 8.6 Tableau 8.7 Tableau 9.1 Tableau 9.2 Tableau 9.3 Tableau 9.4 Tableau 10.1 Tableau 10.2 Tableau 10.3 Tableau 10.4 Tableau 11.1 Page Soins prdnatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Nombre de visites prénatales et durde de la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Lieu de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Assistance lors de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Caractéristiques de l 'accouchement: césarienne, prdmaturité, poids et taille à la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 Vaccinations par sources d' information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Vaccinations par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Vaccinations avant l 'age de 12 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 Prévalence et traitement des infections respiratoires algues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Prévalence et traitement de la fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Prévalence de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Connaissance et utilisation des sachets de SRO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Allaitement et alimentation de complément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Durée médiane et fréquence de l'allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Etat nutritionnel des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Cécité crépusculaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Indicateurs anthropométriques de l'état nutritionnel des mères . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Indicateurs anthropométriques des mères par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Mortalité des enfants par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Fécondité à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142 Etat de survie des frères et soeurs des enqu8tées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Estimation de la mortalité par åge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 Estimation directe de la mortalité matemeUe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Estimation indirecte de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Caractéristiques socio-démographiques des maris enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 ix Tableau 11.2 Tableau 11.3 Tableau 11.4 Tableau 11.5 Tableau 11.6 Tableau 11.7 Tableau 11.8 Tableau 11.9 Tableau 11.10 Tableau 11.11 Tableau 11.12 Tableau 11.13 Tableau 11.14 Tableau 11.15 Tableau 11.16 Tableau 11.17 Tableau 11.18 Tableau 11.19 Tableau 11.20 Tableau 11.21 Tableau 11.22 Tableau 12.1 Tableau 12.2 Tableau 12.3 Tableau 12.4 Tableau 12.5 Tableau 12.6 Tableau 12.7 Tableau 12.8 Page Niveau d'instruction des matis enqu~tés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 Polygamie et nombre de femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 Nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Différence d'ãges entre le mati et la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 Caractétistiques différentielles des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes . . . . . . . . . . 162 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Connaissance de la contraception par caractétistiques socio-démograpbiques . . . . . . 164 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 Opinion des matis face å la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Opinion des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Opinion du mari face à la planification familiale et perception de son opinion par sa femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Préférences des matis en matière de fécondité selon le nombre d'enfants v ivants . . . 173 Préférences des couples en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174 Nombre idéal d'enfants pour les matis par caractétistiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 Nombre idéal d'enfants pour les couples par caractéristiques différentieUes . . . . . . . 177 Caractétistiques des communautés rurales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 Distance par rapport aux services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 Principal moyen de transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 Temps de trajet pour atteindre les services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 Distance par rapport aux formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 Temps de trajet pour atteindre les formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de planning familial . . . . . . . 187 Distance et temps de trajet pour atteindre des services de planning familial . . . . . . . 188 X Tableau 12.9 Tableau 12.10 Tableau 12.11 Tableau 12.12 Tableau 12.13 Tableau 12.14 Tableau 12.15 Tableau C. 1 Tableau C.2 Tableau C.3 Tableau C.4 Tableau D. 1 Tableau D.2 Tableau D.3 Tableau D.4 Tableau D.5 Tableau D.6 Tableau D.7 Tableau D.8 Tableau D.9 Tableau D. 10 Tableau D. 11 Tableau E. 1 Tableau E.2 Tableau E.3 Tableau E.4 Tableau E.5 Tableau E.6 Page Formation sanitaire la plus proche offrant des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 Distance et temps de trajet pour atteindre des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 Distance par rapport au service de santé maternelle et infantile le plus proche, en fonction des soins pr6natals et de la couverture vaccinale . . . . . . . . . . . . . 190 Principaux problèmes pour se soigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191 Principaux problæmes pour se soigner par milieu de r6sidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192 Principales maladies des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194 Principales maladies des enfants de moins de 5 ans par milieu de résidence . . . . . . . 194 Stratification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214 Répartition des grappes par strate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par région et milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des matis par région et milieu de r6sidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage, EDS Niger 1992 . . . . . . . . 225 Erreurs de sondage: Echantillon National, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226 Erreurs de sondage: Milieu rural, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227 Erreurs de sondage: Niamey, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228 Erreurs de sondage: Autres villes, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229 Erreurs de sondage: Ensemble du milieu urbain, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . 230 Erreurs de sondage: Dosso, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231 Erreurs de sondage: Maradi, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232 Erreurs de sondage: Tahoua/Agadez, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233 Erreurs de sondage: Tillabéti, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234 Erreurs de sondage: Zinder/Diffa, EDS Niger 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235 Répartition par åge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239 Répartition par ~ge des femmes éligibles et des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . . 240 Complétude de l'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241 Naissances par année du calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242 Enregistrement de l'~lge au décès en jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243 Enregistrement de l'åge au décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244 xi Graphique 1.1 Graphique 2.1 Graphique 2.2 Graphique 2.3 Graphique 2.4 Graphique 2.5 Graphique 3.1 Graphique 3.2 Graphique 3.3 Graphique 3.4 Graphique 3.5 Graphique 3.6 Graphique 4.1 Graphique 4.2 Graphique 4.3 Graphique 4.4 Graphique 4.5 Graphique 5.1 Graphique 5.2 Graphique 6.1 Graphique 6.2 Graphique 6.3 Graphique 7.1 Graphique 7.2 Graphique 7.3 Graphique 7.4 LISTE DE GRAPHIQUES Page Evolution de la population - Niger, 1960-2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 Pyramide des/lges de la population - Niger, 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Rapport de masculinité par åge - Niger, 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Etat matrimonial des enqu~tées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Taux de fécondité générale par åge selon le RGP (1988) et I'EDSN (1992) . . . . . . 29 Taux de fécondité g6nérale par/lge selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . 30 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . . . . . . . . 32 Taux de fécondité générale par ~ge, par période avant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . 33 Pourcentage d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Adolescentes de 15-19 ans ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Connaissance de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union . . . . . . . . 43 Méthode utilisée par les utilisatrices actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . 47 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Intention d'utiliser la contraception par les femmes actuellement en union et non utilisatrices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Opinion des femmes et perception de l'opinion de leur mari face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Ages médians au premier mariage et aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . 66 Désir d'enfants supplémentaires des femmes mari~es, selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Désir d'enfants supplémentaires des femmes mari~es, selon l'åge . . . . . . . . . . . . . . 78 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 Soins prénatals et vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Lieu d'accouchement et assistance à l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Vaccinations des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin . . . . . . . . . . . . . . . 98 Pourcentage d'enfants (12-23 mois) avec tous les vaccins du PEV et sans vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 xiii Graphique 7.5 Graphique 7.6 Graphique 7.7 Graphique 7.8 Graphique 7.9 Graphique 8.1 Graphique 8.2 Graphique 8.3 Graphique 8.4 Graphique 9. I Graphique 9.2 Graphique 9.3 Graphique 9.4 Graphique 10.1 Graphique 11.1 Graphique 11.2 Graphique 11.3 Graphique 11.4 Graphique 11.5 Graphique 11.6 Graphique 12.1 Graphique 12.2 Page Couverture vaccinale des enfants avant l'åge de 12 mois de 1988-89 à 1991-92 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans avec la fièvre dans les deux semaines avant l'enqu&e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Diarrhée par åge chez les enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans avec la diarrhée dans les deux semaines avant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Allaitement et quantité de liquides donnés aux enfants ayant la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de 3 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Etat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans présentant un retard de croissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans atteints d'émaciation . . . . . . . . . . . . . . . 127 Mortalit6 des enfants de moins de 5 ans pour la p6riode 0-4 ans avant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Tendances de la mortalité des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Mortalité infanto-juvénile selon les caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . 139 Mortalité in fantile (lqo) et comportement procréateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 Distribution (en pourcentage) des décès des soeurs des enquêtées selon le nombre d'années précédant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 Connaissance de la contraception par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Utilisation actuelle de la contraception par les matis et les femmes en union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 Opinion des couples face ~ la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Nombre idéal d'enfants pour les matis et les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 Principaux problèmes pour se soigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193 Principales maladies des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195 xiv SIGLES ET ABREVIATIONS BCG BCR CAP CDC CFCA CNSF CTNP CLIN DHS (EDS) DIU DSCN DTCoq EDS (DHS) EDSN EMIJ ET F CFA FNUAP HCR IEC IMC ISSA ISF ISFD MDS~F MFP MSP NCHS OMS PEV PIB PMI PNUD bacille Bilié de Calmette et Guérin (vaccin antituberculeux) Bureau Central du Recensement Connaissances, Attitudes et Pratiques Centers for Disease Control (Centres de contrOle des maladies, Etats-Unis) Centre de Formation des Cadres de l'Alphabétisation Centre National de Santé Familiale Comité Technique National sur la Population Communauté Urbaine de Niamey Demographic and Health Surveys Dispositif Intra-Utérin Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux Diphtérie, Tétanos, Coqueluche (vaccin) Enqu8te Démograpbique et de Santé EnquSte Démographique et de Santé au Niger Enquête sur la Mortalité Infantile et Juvénile Ecart Type Franc de la Communauté Financière Africaine Fonds des Nations Unies pour la Population Haut Conseil de la République Information, Education et Communication Indice de Masse Corporelle Integrated System for Survey Analysis Indice Synthétique de Fécondité Indice Synthétique de Fécondité Désirée Ministère du D6veloppement Social, de la Population et de la Promotion de la Femme Ministère des Finances et du Plan Ministère de la Santé Publique National Center for Health Statistics (Centre national des statistiques sanitaires, Etats-Unis) Organisation Mondiale de la Santé Programme Elargi de Vaccination Produit Intérieur Brut Protection Maternelle et Infantile Programme des Nations Unies pour le Développement XV RDV Risque de mortalité matemeUe sur la Durée de Vie RGP Recensement Général de la Population SRO TBN TGFG TMM TRO UPS USAID ZD Sels de Réhydratation par voie Orale Taux Brut de Natalité Taux Global de Fécondité Générale Taux de Mortalité Maternelle Thérapie de Réhydratation par voie Orale Unité Primaire de Sondage United States Agency for International Development (Agence des Etats-Unis pour le Développement International) Zone de Dénombrement xvi PREFACE L'enquête, que vient de réaliser la Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux (DSCN) et ses partenaires nationaux et internationaux et dont les résultats sont contenus dans le présent rapport, fait partie d'un programme mondial d'enquêtes destiné à améliorer les connaissances des phénomènes démographiques et de santé dans les pays en voie de développement. Cette enquête, prévue pour être exécutée après le 2 ~~ Recensement Général de la Population, vient combler un vide important dans notre pays qui, très pauvre en données statistiques, n'a malheureusement pu organiser que quelques rares opérations de collecte de données depuis l'indépendance. L'importance qu'occupent actuellement les questions de population dans les préoccupations aussi bien des autorités politiques et administratives que des cadres et des populations nigériennes, renforce l'intérêt des différents indicateurs que la DSCN met, dans ce document, à la disposition des principaux utilisateurs. Puissent-ils en faire bon usage car les données contenues dans ce rapport interpellent notre conscience. En effet, notre pays semble avoir les plus mauvais indicateurs sanitaires, de mortalité infanto-juvénile et de mortalité maternelle qui ont été observés depuis le début de ce programme mondial d'enquEtes qui a commencé en 1985. Ces résultats doivent nous pousser à agir rapidement pour améliomr cette situation désastreuse des enfants et des femmes nigériennes. N'aurions-nous pas agi autrement depuis longtemps si nous avions pu disposer régulièrement de ce type de données et d'indicateurs? Avons-nous accordé assez d'intérêt à la production, à la gestion et à l'utilisation de l'information statistique dans notre pays? Ces questions, qui en appellent d'autres, nous permettent, en tout cas, de tirer la leçon suivante : le secteur statistique est un secteur vital dans le processus d'élaboration et de mise en oeuvre des politiques et programmes de développement; la statistique doit donc devenir, dans notre pays, un instrument indispensable pour la prise de décisions et doit être utilisée à bon escient par tous. Les données de l'Enquête Démographique et de Santé au Niger qui font apparaitre une situation sanitaire et nutritionnelle dramatique et des niveaux de mortalité maternelle et de mortalité infanto-juvénile inquiétants, nous en foumissent la preuve. Tirons-en donc les conséquences. Puissent ses résultats permettre une prise de conscience et un sursaut national sur l'importance et l'utilité de la statistique et sur la nécessité d'agir autrement dans nos approches et nos politiques et programmes de développement. Je ne voudrais pas terminer sans remercier tous ceux et toutes celles qui ont permis la réalisation de cette enquête. Le Ministre des Finances et du Plan ABDALLAH BOUREIMA xvii REMERCIEMENTS La réalisation d'une enquête statistique est toujours le fruit d'une oeuvre collective. En effet, la collecte, l'exploitation et l'analyse des données forment un processus long et complexe souvent difficile à maîtriser sans la participation, aux différents niveaux, de personnes ou de structures approprié, es. L'exécution de l'Enquête Dêmographique et de Santé au Niger (EDSN) en a été, une fois de plus, la preuve vivante. C'est pourquoi, je voudrais saisir cette occasion pour adresser tous mes remerciements et toute ma gratitude à ceux qui ont apporté leur contribution aux différents travaux de I'EDSN, permettant ainsi d'obtenir des résultats satisfaisants, qui n'ont rien à envier aux résultats des autres enquêtes du programme EDS. Il s'agit tout particulièrement : des populations et des guides des zones enquêtées avec une mention spéciale aux femmes qui se sont prêtées à ce "jeu," malgré le fait qu'elles ont souvent été dérangées dans leurs multiples occupations et que certaines questions concemaient leur vie privée et intime; des autorités administratives et coutumières et des responsables des services techniques régionaux et sous-régionaux des zones enquêtées pour la sollicitude et l'assistance matérielle et morale apportées aux différentes équipes qui ont sillonné leurs localités; des chauffeurs, des enquêtrices, des contr01euses et des chefs d'équipes pour leur courage et leur patience malgré les conditions difficiles dans lesquelles ils ont travaillé; de toute l'équipe technique nationale de I'EDSN qui, malgré sa diversité, a su veiller au bon déroulement de toutes les opérations; de l'expertise internationale, notamment des consultants de Macro International Inc., particulièrement Mr Bemard BARRERE qui en a été le superviseur et qui en a vécu tous les moments difficiles avec le personnel national, Dr Mohamed AYAD dont la bonne humeur a ét~ un levier d'encouragements pour l'équipe nationale ~ des moments critiques, Mlle. Thanh LE qui, par son expérience, a permis la maîtrise des questions de sondage, Mrs Nourredine ABDERRAHIM et Trevor CROFT pour leur expertise informatique, de tout le personnel de Macro International Inc. et, en particulier, Kaye MITCHELL qui a eu la lourde charge d'assurer la composition finale de ce rapport; de tous les partenaires bailleurs de fonds avec une mention spéciale à I'USAID-NIAMEY qui a financé cette opération et surtout à Mr Carl S. Abdou RAHMAAN et à Mme Suzan WRIGHT pour la compréhension dont ils ont fait preuve ~ l'égard de la DSCN. Que ceux qui n'ont pas été cité nommément ne l'interprètent pas comme un manque d'importance accordée au rêle qu'ils ontjoué dans l'enquête. Ils sont tellement nombreux, ceux et celles qui ont permis que cette opération soit une réussite, qu'il faudrait des pages pour êtablir leur liste, alors que ces lignes de remerciements sont déjà si longues contrairement à la pratique. Qu'ils m'en excusent donc et qu'ils en soient tous et toutes grandement remerciés. Le Directeur de la Statistique et des Comptes Nationaux Directeur National de I'EDS-NIGER ID~RISSA ALICHINA KOURGUENI xix RESUME L'Enquête Démographique et de Santé au Niger OEDSN) a été exécutée par la Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux en collaboration avec certaines Directions techniques du Ministère de la Santé Publique et du Ministère du Développement Social, de la Population et de la Promotion de la Femme, et avec l'assistance technique de Macro Intemational Inc. Il s'agit d'une enquête par sondage, réalisée au niveau national, dont les objectifs 6taient de fournir des informations détaillé.es sur la fécondité, la planification familiale, la santé de la mère et de l'enîant, l'état nutritionnel des enfants de moins de cinq ans, la mortalité infanto-juvénile et la mortalité maternelle. Cet ensemble d'informations, couplées aux résultats du Recensement Général de la Population (RGP) de 1988, fournissent une vue d'ensemble de la situation démographique et sanitaire du Niger. Au cours de I'EDSN, réalisée sur le terrain entre mars et juin 1992, 5 242 ménages, 6 503 femmes en åge de prncréer (15-49 ans) et 1 570 matis ont été enquêtês avec succès. Les caractéristiques de la population obtenues à partir de l'enquête ménage, en particulier la structure par åge et sexe et la répartition par milieu et région de résidence sont très proches des résultats du RGP 1988. Ceci témoigne de la bonne représentativité de l'échantillon de I'EDSN. Les femmes nigériennes ont une fécondité trés ~levée, l 'une des plus élevée en Afrique : avec les niveaux actuels, une femme donnera naissance en moyenne à 7,4 enfants durant sa vie féconde. L'une des principales caractéristiques de cette fécondité est sa précocité : une femme sur deux donne naissance à son premier enfant avant l'åge de 18 ans. Par ailleurs, les niveaux de fécondité présentent de fortes variations selon le milieu de résidence et le niveau d'instruction. Les femmes du milieu rural (7,5 enfants par femme) donnent naissance, en moyenne, à 1,6 enfants de plus que celles de Niamey (5,9 enfants par femme). De même, les femmes sans instruction (7,5 enfants par femme) ont, en moyenne, plus de 1 enfant de plus que celles qui ont fréquent~ l'école (6,3 enfants par femme). Parmi les femmes de 15-49 ans, 86 pour cent étaient mari~es au moment de l'enquête et, à partir de 30 ans, moins de 1 pour cent des femmes restent célibataire : ainsi, le mariage qui demeure le cadre presque exclusif de la procréation, est quasi universel au Niger. En outre, plus d'une femme mariée sur trois (36 pour cent) vit en union polygame. L'entrée en union est très précoce : à 18 ans, 89 pour cent des femmes sont déjå mariées et l 'åge médian au premier mariage est de 15,1 ans. Les premiers rapports sexuels se produisent également très t6t (~tge médian de 14,9 ans). Cette précocité des premiers rapports sexuels et du mariage expliquent la précocité de la fécondité. En outre, aucune tendance ne semble se dessiner dans le sens d'une modification de l'åge d'entrée en union, même si les femmes de Niamey et surtout celles ayant fréquenté l'école se marient plus tardivement (respectivement, åges médians de 16,2 et 17,1 ans) que les femmes du milieu rural et que celles sans instruction (åge médian de 15,0 ans). Plus de trois femmes sur quatre (76 pour cent) connaissent au moins une méthode contraceptive, mais les méthodes traditionnelles, en particulier les gris-gris, sont mieux connus que les méthodes modemes (65 pour cent contre 58 pour cent). Malgré ce niveau de connaissance relativement élevé, seule une très faible proportion de femmes nigériennes (4 pour cent) utilisent la contraception; en outre, les méthodes modernes (2 pour cent) et traditionnelles (2 pour cent) sont utilisées en même proportion. Comme pour la fécondité, les niveaux d'utilisation de la contraception varient fortement selon le milieu de résidence et le niveau d'instruction. A Niamey, 21 pour cent des femmes mari~es utilisent la contraception et la grande majorité d'entre elles utilisent une méthode moderne (17 pour cent), alors que la prévalence contraceptive n'est que de 2,5 pour cent en milieu rural. De même, 16 pour cent des femmes ayant fréquenté l'école utilisent une méthode de contraception, et surtout une méthode moderne (11 pour cent), alors que la prévalence n'atteint pas 4 pour cent parmi les femmes sans instruction. xxi Méme si une part non négligeable de femmes non-utilisatrices de la contraception (15 pour cent) expliquent leur comportement par le fait qu'elles manquent d'informations, la majorité d'entre elles (51 pour cent) n'utilisent pas de méthodes parce qu'elles souhaitent avoir des enfants. Le désir d'enfants est donc très élevée : seulement 9 pour cent des enqu~tées ont déclaré ne plus en vouloir et une proportion encore plus faible des matis interrogés (2 pour cent) ont exprimé le m~me souhait. En fait, si elles n'avaient que les enfants qu'elles désirent, les femmes nigériennes auraient une fécondité (7,1 enfants par femme) très proche de la fécondité actuelle (7,4 enfants par femme). Ainsi, si la demande potentielle totale en planification familiale concerne 24 pour cent des femmes, seule une faible part de cette demande (6 pour cent) est orientée vers la limitation des naissances, l'objectif principal étant d'espacer les naissances et non de les limiter. L'EDSN fournit également un ensemble d'informations très importantes sur la santé et l'état nutritionnel de la mère et de l'enfant. Concernant les soins prénatals et les conditions d'accouchement, on constate que pour 30 pour cent seulement des naissances des cinq demières années, la mère est allée en consultation prénatale; dans 23 pour cent des cas seulement, elle a reçu au moins une injection antitétanique pendant la grossesse; l'accouchement n'a eu lieu dans une formation sanitaire que pour 15 pour cent des naissances; un professionnel de la santé a assisté 15 pour cent des accouchements et une accoucheuse traditionnelle formée 18 pour cent des naissances : la grande majorité des naissances (67 pour cent) ont eu lieu sans l'assistance de personnel spécialisé, voire sans aucune assistance (17 pour cent). En outre, on constate d'énormes différences du point de vue du niveau d'instruction de la mère et surtout du point de vue du milieu de résidence : pour 86 pour cent des naissances, les mères ont bénéficié de soins prénatals en milieu urbain contre seulement 20 pour cent en milieu rural, et 70 pour cent des accouchements du milieu urbain ont ét~ assistés par des professionnels de la santé contre seulement 5 pour cent en milieu rural. La vaccination contre les maladies-cible du Programme Elargi de Vaccination (PEV), à savoir la tuberculose, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la polio, la rougeole et la fièvre jaune, est un facteur clé d'amélioration du taux de survie des enfants. D'après I'EDSN, parmi les enfants de 12 à 23 mois qui, selon les recommandations de l'OMS, devraient être tous vaccinés contre les maladies-cible du PEV, 40 pour cent seulement sont vaccinés contre la tuberculose, 20 pour cent ont reçu les trois doses de DTCoq et de polio, et 28 pour cent seulement sont vaccinés contre la rougeole. Seulement 1 enfant nigérien sur 7 a reçu toutes les vaccinations du PEV et, à l'opposé, 6 enfants sur 10 n'ont reçu aucune de ces vaccinations. Ces taux de couverture vaccinale déjà très faibles au niveau national, masquent d'importantes disparités selon le milieu de résidence et le niveau d'instruction des mères: si 46 pour cent des enfants du milieu urbain sont complètement vaccinés, ce taux de couverture vaccinale n'atteint que 8 pour cent en milieu rural où, à l'opposé, 79 pour cent des enfants n'ont reçu aucune vaccination. De même, 33 pour cent des enfants dont la mère a fréquenté l'école sont complètement vaccinés, contre 12 pour cent seulement des enfants de mère sans instruction. D'après les déclarations des mères, pendant les deux semaines ayant précédé l'enquête, 11 pour cent des enfants de moins de 5 ans ont souffert de toux et de respiration courte et rapide, symptõmes d'infections respiratoires aiguës, 45 pour cent des enfants ont souffert de fièvre qui peut être, dans de nombreux cas, un sympt6me du paludisme, et 28 pour cent des enfants ont eu un ou plusieurs épisodes diarrhéiques. Quelle que soit la maladie, une très faible proportion d'enfants (moins de 14 pour cent) ont ét~ menés en consultation lorsqu'ils étaient malades, et une forte proportion d'enfants atteints (39 pour cent et plus) n'ont reçu aucun traitement. En particulier, 3 enfants sur 4, atteints de diarrhée, n'ont bénéficié d'aucune forme de Thérapie de Réhydratation par voie Oralc (TRO), alors que 57 pour cent des femmes ont déclaré connaître les sachets de SRO. xxii La quasi-totalité des enfants nigériens nés au cours des cinq années ayant prie~d~ l'enquête (98 pour cent) ont été allait~s, mais une très faible proportion d'entre eux (20 pour cent) ont et~ mis au sein dès la naissance. Alors que jusqu'à l'age de 4-6 mois tous les enfants ne devraient recevoir rien d'autre que le sein, seulement 1 pour cent des enfants nigériens sont exclusivement aUaltés. Dès le premier mois les enfants reçoivent différents types de laits, de liquides et mSme d'aliments solides ou en bouillie, ce qui affecte leur état nutritionnel et augmente leur risque de contracter des maladies infectieuses. En moyenne, et quelle que soit les caractéristiques de la mère, les enfants sont allaités pendant environ 20 mois. Près d'un enfant sur trois (32 pour cent) est atteint d'un retard de croissance qui révèle un état de sous-nutrition chronique, et près de la moitié de ces enfants sont affectés par la forme sévère de cette sous- nutrition. Près d'un enfant sur six (16 pour cent) est émacié, c'est-à-dire atteint de sous-nntriúon aiguë. Cette situation nutritionnelle des enfants, déjå très préoccupante au niveau national, est encore plus alarmante au niveau de certaines sous-populations : ainsi, le retard de croissance atteint 43 pour cent des enfants du département de Maradi et 38 pour cent des enfants des départements de Zinder/Diffa, et l'émaciation affecte 19 pour cent des enfants du département de Tillabéri et 18 pour cent des enfants du département de Maradi. Conséquence d'une situation sanitaire déficiente et d'un mauvais état nutritionnel, la mortalité des enfants nigériens est l 'une des plus élevée au monde. Sur mille enfants qui naissent, 123 décèdent avant le premier anniversaire et, sur mille enfants qui atteignent 1 an, 223 décèdent avant l'åge de 5 ans. Globalement, 1 enfant sur 3 al~cède entre la naissance et le cinquième anniversaire. Cette très forte mortalité qui semble n'avoir que peu évolué durant les quinze dernières années, présente, en outre, de fortes variations selon les caract~ristiques des mères. C'est ainsi qu'entre la naissance et le cinquième anniversaire, la mortalité est deux fois plus élevée en milieu rural (347 pour mille) qu'à Niamey (157 pour mille) et qu'elle varie de 208 pour mille pour les enfants dont la mère a fréquent~ l'école å 334 pour mille pour les enfants de mère sans instruction. Autre conséquence de cette situation sanitaire déficiente, les femmes courent un risque élevé de al~céder par cause matemelle. Pour la période 1979-1992, 39 pour cent des décès de femmes se produisant aux ãges de procréation sont imputables à des causes matemelles. Pour la même période, on estime que le taux de mortalité maternelle se situait entre 650 et 700 décès matemels pour 100 000 naissances : exprimé différemment, cela signifie qu'une femme court un risque de 1 sur 20 de décéder par cause maternelle durant sa vie féconde. xxiii NIGER ~ LIBYE X BURKINA FASO MALI I TAHOUA TILLABERI ~,Å~,~ / ~ ALGERIE MARADI NIGERIA AGADEZ ZINDER DIFFA TCHAD CHAPITRE 1 CARACTERISTIQUES DU PAYS ET METHODOLOGIE DE L'ENQUETE Ce premier chapitre a pour but de présenter les principales caractéristiques du Niger ainsi que la méthodologie de l'Enqu8te Démographique et de Santé au Niger (EDSN). Ces informations permettront sans aucun doute de mieux saisir le contexte dans lequel s'est déroulée I'EDSN et, ainsi, de mieux situer les résultats obtenus. 1.1 CARACTERIST IQUES DU PAYS Cette première partie s'articule autour des points suivants : organisation politico-administrative situation géographique situation socio-économique situation démographique politique de population. 1.1.1 Organisation politico-administrative A l'exemple d'autres pays africains, le Niger a été conquis par les Français. L'occupation coloniale ne fut effective sur l'ensemble du pays que vers le début du XIX ~~~ siècle. Le pays était d'abord désigné sous le nom du territoire militaire puis il devint une colonie à partir de 1922. Après le référendum sur la Communauté Franco-Africaine, la République du Niger fut proclamée le 18 décembre 1958. Deux ans après, le 3 aofit 1960, le Niger devenait indépendant et, le 8 octobre 1960, la constitution qui donnait au pays un régime de type présidentiel était adoptée. Après 31 ans de pouvoir monopartite, plusieurs partis politiques ont été créés et autorisés à exercer librement leurs activités sur le territoire nigérien. Depuis la réforme administrative du 5 novembre 1964, le Niger est subdivisé en départements, les départements en arrondissements et ces demiers en postes administratifs et/ou cantons/groupements. Le Niger compte sept départements administrés par des Préfets : Agadez, Diffa, Dosso, Maradi, Tahoua, Tillabéri et Zinder. Il faut noter également que le chef-lieu de département de Niamey a été transfér6 à Tillabéri en 1988 et que Niamey a été réorganisé par la création et l'installation de trois communes urbaines : l'ensemble de ces trois communes constitue la Communauté Urbaine de Niamey (CUN), qui est dirigée par un Préfet- Président. Les arrondissements, au nombre de 35, sont dirigés par des Sous-Préfets. A l'intérieur de certains arrondissements, des postes administratifs ont été créés. 1.1.2 Situation géographique Le Niger, avec une superficie de 1 267 000 km 2, est un pays continental situé au coeur de l'Afrique de l'Ouest I1 s'étend, entre les 11 «m~ et 23 ~~ degrés de latitude nord et entre le Méridien de Greenwich et 16 ème degré de longitude est. Le Niger est limité au nord par l'Algérie et la Libye, à l'est par le Tchad, au sud par le Nigéria et le Bénin, à l'ouest par le Burkina-Faso et au nord-ouest par le Mali. Du point de vue climatique, le Niger est caractérisé par un climat tropical de type soudanien qui alterne entre deux saisons, une longue saison sèche d'octobre à mai et une courte saison de pluies de mai à septembre. Les températures moyennes les plus élevées sont enregistrées entre mars et avril oia elles dépassent les 40°C, tandis que les plus basses le sont de décembre à février où elles peuvent descendre en-dessous 10*C. Le territoire est partagé en trois zones climatiques au nord une immense zone saharienne, couvrant les 3/5 du pays, peuplée essentiellement de nomades et renfermant les principaux minerais exploit~s; au centre une zone sahélienne qui reçoit des précipitations moyennes de 200 à 300 mm d'eau par an; au sud une zone soudanienne; c'est la partie la plus arrosée du pays avec des hauteurs moyennes de pluie de 300 à 650 mm par an. Zone å vocation agricole, elle est caractérisée par une végétation de savane et elle est consacrée à des cultures de mil, de sorgho, de mat's et d'arachides. Le relief nigérien est peu contrasté. Au nord-est, les hauts plateaux (800 ~t 1 000 m d'altitude) sont bordés d'escarpements qui en rendent l'accès difficile. A l'ouest et au sud se trouvent de bas plateaux (200 à 500 m d'altitude), tandis qu'au nord du 17 ~m° parallèle s'étend le massif de l 'Aïr bordé, à l'ouest et au sud, par une dépmssion périphérique. Le Niger ne possède qu'un seul cours d'eau permanent, le fleuve Niger, qui traverse le pays sur une longueur d'environ 500 km dans sa partie ouest. On trouve aussi quelques lacs permanents dont le principal, le Lac Tchad, est situé à la pointe sud-est du pays et plusieurs rivières semi-permanentes dont les affluents de la rive droite du Niger à l'ouest et la Komadougou Yobé au sud-est. 1.1.3 Situation socio-économique Le Niger, å l'instar des autres pays en voie de développement et, en particulier, de ceux du sahel, se trouve confronté aujourd'hui à de graves difficultés qui entravent son développement économique et social du fait de l'environnement économique international défavorable, caractérisé par la détérioration des termes de l'~change qui s'ajoute aux contraintes naturelles telles que la sécheresse. L'économie nigérienne repose essentiellement sur l'agriculture. En 1988, la valeur ajoutée agricole représentait en effet près du quart du Produit Intérieur Brut (PIB) réel aux prix de marché. En 1991, le PIB par t~te était estimé à 82 000 Francs CFA (soit environ 328 $ US). 1 Selon le Recensement Général de la Population (RGP) de 1988, la population active représentait 53 pour cent de la population potentiellement active (10 ans et plus). La population nigérienne est, dans son ensemble, rurale à 85 pour cent; il en est de m~me pour la population active (87 pour cent). Toujours selon le RGP de 1988, le taux brut de scolarisation z était de 24 pour cent, ce taux étant nettement plus faible chez les filles (18 pour cent) que chez les garçons (28 pour cent). Par ailleurs, on constate toujours de fortes inégalités entre les milieux urbain et rural. Le taux brut d'alphabétisation (toute langue confondue) était de 13 pour cent en 1988 (9 pour cent pour le français et 4 pour cent pour les langues nationales). 1 1 $ US vaut environ 250 Francs CFA. 2 Rapport de la population scolarisée dans le primaire à la population des 7-12 ans. 2 En matière de santé, selon le Ministère de la Santé Publique (MSP), le pays comptait en 1990-91 : 1 médecin pour 50 000 habitants; 17 sages-femmes pour 100 000 femmes en tige de procréer (15-45 ans); 3 h6pitaux nationaux et 5 hEpitaux régionaux; 2 419 lits d'hospitalisation et 826 lits de m atemité. 1.1.4 Situation démographique Avant l' indépendance, aucune opération de collecte de données démographiques, au plan national, n'avait étE rEalisée au Niger. Les informations démographiques disponibles provenaient essentiellement des recensements administratifs et de l'état civil, données incomplètes et peu fiables. Dès le lendemain de l'indépendance, deux enquêtes démographiques ont été r6alisEes: l 'une en zone sédentaire (1959-60) et l 'autre en zone pastorale (1963-1964). Pendant cette même période, d'autres enquêtes socio-économiques (enquête agricole et enquête budget-consommation) ont ~té réalisées. En 1977, le Niger a réalisé son premier Recensement Général de la Population (RGP) qui a constitue la principale source de données sur l'état et la structure de la population nigErienne jusqu'en 1988. En effet, en 1988, le Niger réalisait son deuxième Recensement Général de la Population (RGP). En outre, en 1986, une Enquête sur la Mortalité Infantile et JuvEnile (EMIJ) était exécutée au niveau national. L'état civil, en révision depuis 1985, se développe lentement, mais son utilisation statistique reste toujours limitée parce que, d'une part, deux événements seulement (naissances et décès) sont enregistrés et que, d'autre part, le taux d'enregistrement de ces événements reste relativement faible (estimé à 60 pour cent pour les naissances et 40 pour cent pour les décès). Le Tableau 1.1 fait ressortir les principaux indicateurs démographiques tels qu'ils ont et~ évalués en 1959-60 (DSCN, 1960), 1977 (BCR, 1978)et 1988 (BCR, 1992). Tableau 1.1 Indicateurs démographiques de base Indicateurs 1959-60 a 1977 1988 Population totale 2 876 000 5 102 990 a 7 251 626 Taux brut de natalité (p. 1 000) 50-55 54 b 52 a Indice Synthétique de Fécondité 6,1 - 7.1 a Taux brut de mortalité (p. 1 000) 27 22 b 20 a Taux de mortalité infantile (p. 1 000) 200-250 187 b 138-158 a Espérance de vie (e o, en années) 37 41 b 47 a (-) Données non disponibles aDormées ajustées bEstimations Sources: 1959-60: Enqu~.te démographique du Niger (DSCN, 1960) 1977: Recensement Général de la Population (BCR, 1978) 1988: Recensement GénéTal de la Population (BCR, 1992) La population nigérienne est caractérisée par une croissance très rapide : elle est ainsi passée de 2 876 000 habitants en 1960 à 7 251 626 en 1988 (voir Graphique 1.1). Le taux de croissance de la population, estimé å 2,5 pour cent en 1960, était estimé à 3,3 pour cent en 1988. A ce rythme la population du Niger doublerait tous les 21 ans, si la tendance actuelle se maintenait. Cette croissance rapide de la population du Niger est le résultat d'une fécondité qui est restée à un niveau très élevé depuis l'indépendance. L'Indice Synthétique de Fécondité (ISF) se situe toujours autour de 7 enfants par femme; quant au taux brut de natalité, un des plus élevé au monde, il est demeuré å un niveau approximatif de 52 pour mille. A l'opposé, le taux brut de mortalité aurait enregistré une baisse depuis l'Indépendance, passant de 27 pour mille en 1960 à 20 pour mille en 1988. En outre, la population se caractérise par sa jeunesse : selon le RGP de 1988, 49 pour cent des habitants ont moins de 15 ans. Graphique 1.1 Evolution de la population Niger, 1960-2000 Populatton (mtlllons) 12 10 8 6 4 2 9 1960 1979 1980 19g0 2000 Année Sources (a) Enqugte Démographlque au Niger 1959 60, (b) RGP de 1977 (c) RGP de 1988, (03 Prolectton basee sur Le RGP de 1988 De par sa superficie (1 267 000 km2), le Niger est le pays le plus vaste d'Afrique de l'Ouest après le Tchad. L'une des caractéristiques majeures du pays est l'in~gale répartition de sa population. Sa densité qui est parmi les plus faibles d'Afrique de l'Ouest est de 5,7 habitants au km 2. Mais il faut souligner que cette densité ne rend pas réellement compte de la distribution spatiale de la population. En effet, le département d'Agadez couvrant à lui seul plus de la moitié de la superficie du pays (53 pour cent) n'abrite que 3 pour cent de la population avec une densité de 0,3 habitants au km 2, tandis que le département de Tillab~ri (y compris la Communauté Urbaine de Niamey), sept fois moins étendu que le département d'Agadez, abrite dix fois plus d'habitants que celui-ci. La croissance de la population urbaine au Niger s'est accélérée de manière importante pendant ces trente demières années. En 1960, environ 5 pour cent de la population nigérienne vivait dans les zones urbaines. Cette proportion est passée á 13 pour cent en 1977 pour atteindre 15 pour cent en 1988. 1.1.5 Politique de population Le Niger a officiellement défini une politique en matière de population. Celle-ci a été adoptée par le Gouvernement le 20 février 1992 et par le Haut Conseil de la République (HCR) le 10 juin 1992. Pour sa mise en oeuvre, un Comité Technique National sur la Population (CTNP) est en train d'élaborer le premier programme d'actions et d'investissements prioritaires. L'élaboration de cette politique de population est la manifestation de la volonté du Niger de traduire par des actes concrets et cohérents, les engagements pris par l'Etat au niveau national, régional et intemational, sur les questions de population et de développement. Au Niger, la politique de population fait partie intégrante de la politique de développement économique et social. Ainsi, son but essentiel est d'améliorer la qualité et le niveau de vie de la population. Dans le cadre de cette politique de population, plusieurs objectifs ont été définis : améliorer l'état sanitaire et nutritionnel de la population et réduire les niveaux de morbidité et de mortalité; améliorer le cadre de vie des populations; améliorer la rentabilité du système éducatif; améliorer la situation des couches sociales les plus vuhaérables, en particulier, celle des femmes, des jeunes et des couches les plus défavorisées; améliorer la collecte des données et la recherche en matière de population. Il faut préciser aussi qu'à partir de ces objectifs globaux, des objectifs spécifiques et des stratégies permettant d'atteindre ces objectifs ont été dégagés. 1.2 METHODOLOGIE DE L 'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE AU NIGER 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs Le travail de collecte des données sur le terrain de I'EDSN a ét~ réalisé entre mars et juin 1992 par la Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux (DSCN) en collaboration avec les Directions techniques du Ministère de la Santé Publique et du Ministère du Développement Social, de la Population et de la Promotion de la Femme, avec l'assistance technique de Macro International, Inc. Cette enquête, qui entre dans le cadre du programme intemational des Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS)(ou Demographic and Health Surveys - DHS), a bénéficié d'un financement de l 'Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID). Le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ont également foumi une assistance matérielle et financière. Conformément au programme international des EDS, I'EDSN vise les objectifs suivants : l. 2. 3. recueillir, à l'échelle nationale, les données permettant de calculer des taux démographiques et plus particulièrement les taux de fécondité et de mortalité infantile; analyser les facteurs directs et indirects qui déterminent le niveau et les tendances de la fécondité; analyser les facteurs directs et indioects qui déterminent le niveau et les tendances de la mortalité; 4, 5. 6. 7. mesurer les taux de connaissance et de pratique contraceptive par méthode, par milieu d'habitat et selon les secteurs de distribution de la contraception; recueillir des données de qualité sur la santé familiale; pour les enfants de moins de 5 ans : vaccination contre les 6 maladies du Programme Elargi de Vaccination (PEV), prévalence et traitement de la diarrhée et d'autres maladies, mortalité infantile et juvénile; pour les femmes en fige de procréation : visites prénatales, assistance à l'accouchement et allaitement au sein; mesurer l'état nutritionnel des mères et des enfants de moins de cinq ans (mesures anthropométriques : taille et poids); développer au niveau du pays les capacités et les ressources nécessaires å la réalisation périodique d'enquêtes démographiques et de santé. 1.2.2 Personnel et calendrier des activités de I'EDSN Pour assurer une bonne réalisation des objectifs assignés å I'EDSN, une Direction Nationale a été mise en place sous l'autorité d'un Directeur National. Le Directeur National était assisté par un Directeur Technique qui s'occupait de toutes les questions techniques; il encadrait les superviseurs ainsi que le personnel d'enquête; il assurait aussi la coordination générale des travaux informatiques. D'autre part, des consultants nationaux ont effectué la traduction des qucstionnaires dans les deux principales langues nationales (le haoussa et le djerma) ainsi que la formation du personnel de terrain dans ces deux langues, Enfin il faut préciser que ce travail de l'équipe de I'EDSN a ~té complété par une assistance technique internationale dans plusieurs domaines (sondage, conception des questionnaires, formation du personnel d'enquête, traitement et analyse des données). Le recrutement et la formation du personnel de terrain se sont effectués en trois étapes, le dénombrement, le pré-test et l'enquête principale. Pour le dénombrement, compte tenu de la complexité de l'op~ration, 19 agents ont été recrutés parmi les agents de la DSCN et parmi les contractuels ayant déjà effectué la cartographie du RGP de 1988. Pour le pré-test, 20 agents dont 16 des différents départements du pays et 4 de la DSCN ont ~té retenus pour suivre une formation de 21 jours. La formation en langues traditionnelles a été assurée par des spécialistes du Centre de Formation des Cadres de l'Alphabétisation (CFCA). Pour les travaux de terrain du pré-test, deux zones d'enquêtes ont été retenues : le quartier Boukoki IV (Communauté Urbaine de Niamey) pour le milieu urbain et les villages de Saguia, Diamoyé, Kollo haoussa et Kollo djerma pour le milieu rural. D'une manière générale, le pré-test a permis d'identifier plusieurs problèmes concernant la formulation de certaines questions, la présentation des questiormaires et la traduction en langues traditionnelles. En ce qui concerne l'enquête principale, le recmtement s'est effectué de la manière suivante: les membres de l'équipe technique de I'EDSN, sélectionnés au niveau de la DSCN, ont assuré la supervision des activités de terrain. Il faut préciser que l'équipe technique était composée d'un épidémiologiste du Ministère de la Santé Publique, d'une sociologue du Ministère du Développement Social, de la Population et de la Promotion de la Femme, de statisticiens et démographes de la DSCN et d'une démographe consultante; les chefs d'équipe et les contrOleuses (16 au total) ont 6té sélectionnés parmi les cadres des régions ayant effectué le pré-test; 6 les enqu~ttices (au nombre de 33) ont ét~ s61ectionné, es au niveau de la Communauté Urbaine de Niamey, après la formation et d'après leurs résultats aux différents tests d'aptitude. La formation qui a duré quatre semaines consistait, d'une part, en des exposés théoriques concernant les techniques d'enregistoement des informations et d'interview et, d'antre part, en des exercices sur la façon de remplir les questionnaires. Les cours étaient donnés en français et, par la suite, des compléments de formation ont été donnés en haoussa et djerma par des cadres de l'alphabétisation. En outre, des cadres du Ministère de la Santé sont intervenus durant la formation pour donner aux enquétrices des informations sur le planning familial et la santé de la mère et des enfants. Après cette formation théorique, une formation sur le terrain s'est déroulée dans trois centres de Protection Maternelle et Infantile (PMI) de Niamey pour que les enqu~trices pratiquent la prise des mesures anthropométriques. L'organigramme, la liste du personnel et le calendrier de I'EDSN sont donnés aux Annexes A et B. 1.2.3 Echantillonnage Pour les besoins de I'EDSN, l'échantillon-cible était de 6 000 femmes en åge de procréer (15 ã 49 ans). L'échantillon est stratifié, pondér6 et représentaUf au niveau national, au niveau des milieux de résidence et des régions de résidence: L'échantillon a été sélectionné de la manière suivante : au premier degré, 235 grappes, constituant les unités primaires de sondage, ont été tir~es à partir des 4 479 Zones de Dénombrement (ZD) du RGP de 1988, de façon systématique à l'intétieur de chaque strate (Niamey, les "autres villes" et le rural), avec une probabilité proportionnelle å la taille de la ZD, à savoir le nombre de ménages de la ZD; au deuxième degré, un échantillon de ménages a été sélectionné å partir de la liste de ménages établie lors de l'opération de dénombrement de chacune des 235 grappes sélectionnées. Toutes les 235 grappes sélectionnées ont pu être enquêtées au cours de I'EDSN, le nombre de ménages sélectionnés dans chaque grappe variant de 10 å 45. Au total, 5 819 ménages ont ét6 sélectionnés et, parmi eux, 5 500 ménages ont ét~ identifiés au moment de l'enquSte. Parmi ces 5 500 ménages, 5 242 ont pu ~tre enqu~tés avec succès, soit un taux de r6pense de 95 pour cent comme l'indique le Tableau 1.2. Dans les 5 242 ménages enquétés, 6 750 femmes ont été identifiées comme étant éligibles pour l'enqu8te individuelle, et un sous-échantillon de 1 843 matis de femmes éligibles a ~té sélectionné pour renqu&e mari (Tableau 1.2). Parmi les femmes éligibles, 6 503 ont été enquêtées avec succès, soit un taux de réponse de 96 pour cent. Parmi les 1 843 maris éligibles, 1 570 ont ét~ enquêtés avec succès, soit un taux de réponse de 85 pour cent. 3 Dans la suite de ce rapport, les résultats seront pr6sentés par département, sauf pour les départements de Tahoua, d'Agadez, de Diffa et de Zinder qui ont été regroupés de la façon suivante: Tahoua/Agadez et Zinder/Diffa. Ces regroupements ont 6té effectués pour pouvoir disposer de résultats statistiquement représentatifs. Tableau 1.2 Taille et couverture de l'échantillon Effectifs des ménages, des femmes et des maris sélectionnés, identifiés et enquétés, et taux de réponse selon le milieu de résidence, EDS Niger 1992 Résidence Autres Ensemble Enqu&e Niamey villes urbain Rural Ensemble Enquête ménage Nombre de logements sélectionnés 1094 Nombre de ménages identifiés 1023 Nombre de ménages enquétés 978 1167 2261 3558 5819 1102 2125 3375 5500 1060 2038 3204 5242 Taux de réponse 95,6 96,2 95,9 94,9 95,3 Enquéte individuelle femme Nombre de femmes éligibles 1392 Nombre de femmes enqu6tées 1347 1401 2793 3957 6750 1349 2696 3807 6503 Taux de réponse 96,8 96,3 96,5 96,2 96,3 Enquête Individuelle mari Nombre de maris éligibles Nombre de maris enquétés 315 360 675 1168 1843 246 289 535 1035 1570 Taux de réponse 78,1 80,3 79,3 88,6 85,2 1.2.4 Questionnaires L'EDSN a utilise quatre types de questionnaires : un questionnaire ménage un questionnaire individuel femme un questionnaire individuel mari un questionnaire communautaire. Les questionnaires individuels ont été traduits dans les deux principales langues du pays, le haoussa et le djerma. Le questionnaire ménage permet d'établir la liste de tous les membres du ménage et des visiteurs et de collecter, à leur sujet un certain nombre d'informations telles que le sexe, l'åge, l'état matrimonial, le niveau d'instruction. En outre, parle biais du questionnaire ménage, sont collectées quelques caractéristiques des logements devant servir à évaluer les conditions socio-économiques et environnementales dans lesquelles vivent les femmes qui seront enquêtées individuellement. Cependant, l'objectif principal de ce questionnaire est de permettre l'identification des femmes éligibles et, évemuellement, de leur mari; le questionnaire ménage fournit également les informations permettant d'établir le dénominateurpourle calcul des taux démographiques (natalité, mortalité, fécondité). Le questionnaire individuel femme qui constitue le coeur de I'EDSN a été élaboré sur la base du questionnaire Modèle B de DHS (questionnaire pour les pays à faible prévalence contraceptive). Il comprend également une page de couverture, similaire à celle du questionnaire ménage, sur laque/le sont euregistrées les informations d'identification et les résultats des ioterviews. Avec les neufs sections qui le composent, il sert à recueillir des informations sur les thèmes suivants : Caractéristiques socio-démographiques : cette section comprend trente questions qui portent sur le lieu de résidence, l'åge, la scolarisation, l'alphabétisation, la nationalité et la religion. Reproduction : cette deuxième section qui comprend vingt-huit questions permet de collecter des informations au sujet des naissances que la femme a eues durant sa vie (enfants nés vivant, enfants décédés), au sujet de l 'étatde grossesse au moment de l'enquete, des date et durée de menstruation, de l'ãge de la femme aux premières règles et de la connaissance de la période féconde dans le cycle menstruel. Connaissance et utilisation de la contraception : trente-neuf questions composent cette section qui permet de recueillir des informations sur la connaissance et l'utilisation des diverses méthodes contraceptives. Grossesse et allaltement, vaccination et santé des enfants : deux sous-parties composent cette section : la première qui comporte quarante questions permet d'obtenir des informations concernant la période de la grossesse, les soins prénatals, le lieu d'accouchement et la qualification de la personne ayant assisté la femme, le retour des règles et la reprise des rapports sexuels après la naissance du nouveau-n~. Concernant l'aUaitement, les questions portent sur sa fréquence et sa durée, sur le type d'allaitement (maternel ou artificiel), ainsi que sur l'utilisation des différents compléments nutritionnels. La deuxième sous-partie, de cinquante-deux questions, porte sur la vaccination et la santé des enfants. Il s'agit de la fréquence et du traitement de la fièvre, de la toux et de la diarrhée chez les enfants de moins de cinq ans. Nuptialité : cette section comporte dix-sept questions qui permettent de saisir l'état matrimonial de la femme, la cohabitation avec le mari lorsqu'elle est mariée, le régime de mariage et l'activité sexuelle. Pr~férences en matière de fécondité : cette section recueille des informations sur le désir d'enfants supplémentaires, l'intervalle préfér6 et idéal entre les naissances, et 1'attitude du mari concernant la taille de la famille. Caractéristiques du conjoint et activité économique de la femme : à ce niveau, seize questions ont été posées afin de connaRre les caractéristiques socio-professionnelles du conjoint des femmes en union et l'activité professionnelle de ces femmes. Mortalité maternelle : cette section vise à obtenir des informations sur les décès provoqués parles grossesses et/ou les accouchements. On pose des questions concernant tous les frères et soeurs de la femme enqu~tée. Etat nutritionnel des mères et des enfants de moins de 5 ans : cette section est réservée aux mesures anthropométriques des femmes enquêtées et de leurs enfants ågés de moins de cinq ans. Le questionnaire mari qui est une forme simplifiée du questionnaire individuel femme permet de collecter des informations sur la connaissance et l'utilisation de la contraception, et sur les opinions des maris en matière de fécondité, de taille de la famille et de planification familiale. Le questionnaire communautaire a pour objectif de recueillir quelques informations sur les infrastructures socio-économiques et sanitaires disponibles pour les 235 grappes sélectionnées. 1.2.5 Collecte des données Après une formation de quatre semaines environ, huit équipes composées de quatre enquêtrices, une contréleuse, un chef d'équipe et un chauffeur ont visité les 235 zones de dénombrement sélectionnées pour réaliser l'enquête principale. Au total, il a fallu près de quatre mois aux équipes (du 4 mars au 30 juin 1992) pour mener à bien cette tåche. Dans le cadre du suivi des travaux sur le terrain, des missions de supervision ont été organisées régulièrement. Ces missions avaient pour but d'apprécier les conditions de travail de chaque équipe, de contr61er la qualité du travail, de résoudre les problèmes éventuels rencontrés par les équipes, de contréler les moyens mis à leur disposition, de les ravitailler en matériel et de ramener à Niamey les questionnaires des grappes enquêtées. 1.2.6 Exploitation des données L'exploitation des données de I'EDSN s'est déroulée en quatre étapes : a) Vérification : la vérification consistait en un contréle d'exhaustivité de l'échantillon par rapport aux fiches de terrain et en un contr61e sommaire de la cohérence des données. Ce travail, exécuté par quatre agents de vérification sous l'autorité d'un superviseur, a commencé trois semaines après le début de la collecte et a été mené parallèlement aux travaux de terrain. Cette vérification a permis d'améliorer la qualité des données recueillies. b) Saisie~édition des données : l'ensemble des opérations de saisie et d'apurement des données, ainsi que la tabulation ont été réalisées à la DSCN, sur micro-ordinateurs au moyen du logiciel ISSA (Integrated System for Survey Analysis) développé par Macro International Inc. La saisie a été effectuée par six agents de saisie. Ces agents ont été formés en même temps que les enquêtrices avant de suivre leur propre formation sur micro-ordinateurs. A la suite de la saisie, les membres de l'équipe technique ont procédé à l'édition des données, à savoir la vérification de la cohérence inteme des réponses contenues dans les qucstionnaires. Pour apprécier la qualité des données et réduira le taux d'erreurs lors de la saisie, une double saisie était prévue par un autre agent. Cette double saisie a concemé dix pour cent des grappes. c) Apurement:après•asaisieet•••diti•ndesd•nn•esd•unegrappe•unpr•grammedec•ntr6•e•tait exécuté pour vérifier la cohérence interne des réponses. A ce stade tous les fichiers de grappes sont fusionnés en un seul et unique fichier. b) Tabulation : il s'agit du développement et de l'exploitation des programmes destinés à fournir les tableaux de base nécessaires à l'élaboration du rapport préliminaire et du rapport final. L'ensemble des opérations de contréle et de nettoyage de fichier ainsi que la fabulation des données ont été réalisées au moyen du logiciel ISSA. 10 CHAPITRE 2 CARACTERISTIQUES DES MENAGES ET DES ENQUETEES Ce chapitre est consacré å l'analyse des principales caractæristiques des personnes enregistr6es dans le questionnaire ménage et à l'analyse des caraetéristiques de base des femmes ayant fait l'objet d'une enquête individuelle. Ainsi, il comporte deux grandes parties : une première partie qui examine les résultats de l'enquête ménage, notamment les principales caractéristiques démographiques (structure de la population et composition des ménages) et socio-économiques (caractéristiques de leur habitat et des biens qu'elles possèdent) des populations enquêtées; une deuxième partie qui porte sur l'enquête individuelle et qui est consacrée notamment aux caractéristiques démographiques et socio-culturelles des femmes enquêtêes : il s'agit de l'åge, de l'état matrimonial, du niveau d'instruction, du milieu et de la r6gion de résidence, de la religion et de la nationalité. 2.1 ENQUETE MENAGE L'enquête ménage a porté sur un échantillon de 5 242 ménages interviewés avec succès. Les données obtenues permettent de disposer de résultats sur la structure de la population, la composition des ménages, les caractéristiques de leur habitat ainsi que des biens qu'ils possèdent. Nous examinerons d'abord les caractéristiques de la population des ménages enquêtês. 2.1.1 Caractéristiques dela population des ménages En examinant le Tableau 2.1 présentant la structure de la population des ménages par åge et sexe, selon le milieu de résidence, on constate que 31 627 personnes ont été dénombrées dans le cadre de l'enquête ménage. Les femmes représentent 51,6 pour cent et les hommes 48,4 pour cent, ce qui est assez voisin des proportions trouvées au RGP de 1988 (respectivement 50,4 et 49,6 pour cent). Du point de vue du milieu de résidence, il apparatt que 82 pour cent des personnes enquêtées résident en milieu rural contre 18 pour cent en milieu urbain : au RGP de 1988, ces proportions étaient respectivement de 85 et 15 pour cent. Au Tableau 2.2 figure la répartition de la population par grand groupe d'~tges selon I'EDSN et le RGP de 1988. A la lecture de ce tableau, il apparatt que la populaUon nigérienne est extrêmement jeune, puisque les moins de 15 ans représentent près de la moitié de la population totale. Le fait que les répartitions en grand groupe d'åges soit presque identique à I'EDSN et au RGP de 1988 témoigne de la bonne représentativité de l'échantillon de L'EDSN. L'examen de la pyramide des ages (Graphique 2.1) et de la courbe du rapport de masculinité selon l'åge (Graphique 2.2) permettent d'appr6eier la structure par åge et sexe de la population enquêtée : la base de la pyramide, très large, et la décroissance rapide des effectifs avec l'augmentation en åge sont caractéristiques d'une population très jeune å forte fécondité. une dissymétrie de la pyramide, qui se traduit par un déséquilibre de la courbe du rapport de masculinité, est observée en faveur du sexe masculin pour les groupes d'åges 0-4 ans, 40-49 ans et 60 ans et plus. Ces irrégularités s'expliquent, en partie, par une moins bonne déclaration des ~ges des femmes par rapport aux hommes et par le phénomène d'attraction 11 des figes ronds. En particulier, le déficit de femmes constaté à 45-49 ans est dfl à un transfert (volontaire ou non) des ãges vers le groupe d'ages 50-54 ans. Par contre, le "creux" constaté en faveur du sexe féminin entre 15 et 40 ans s'explique en grande partie par la migration importante des hommes vers les pays voisins. Tableau 2.1 Population des ménages par åge et sexe Répartition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'åges quinquennal, selon le milieu de résidence et le sexe, EDS Niger 1992 Urbain Rural Total Groupe d'li$~ Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble OM. 18,2 17,7 18,0 21.4 17.5 19,4 20.8 17,6 19,1 5-9 16,2 160 16.4 18.1 17,1 17,6 17,8 17,0 17,4 10-14 13,8 14,4 14,1 13,1 12,7 12,9 13,2 13,0 13,1 15-19 10,9 10,0 10,4 8,4 8,7 8,5 8,9 8,9 8,9 20-24 8,4 8,3 8,4 5,1 7,3 6,2 5,7 7,5 6,6 25-29 7,2 7,9 7,5 5,4 8,4 7,0 5,7 8,3 7,1 30-34 6,3 6,5 6,4 4,8 6,2 5,5 5,1 6,2 5,7 35-39 4,4 4,9 4,7 4,1 4,8 4,5 4,2 4,9 4,5 40-44 3,6 3,2 3,4 4,0 3,5 3,7 3,9 3,5 3,7 4549 2,9 2,i 2,5 3,2 2,3 2,7 3,1 2,2 2,7 50-54 2,2 2,6 2,4 3,0 3,7 3.4 2,8 3,5 3,2 55-59 1.7 1,5 1,6 2,1 2,2 2,2 2.1 2.1 2,1 60-64 1,5 1,6 1,5 2,5 2,1 2,3 2.3 2.0 2,2 65-69 0,6 0,8 0,7 1,3 1,2 1,2 1,2 1,1 1,1 70-74 0,5 0,7 0,6 1,4 1,0 1,2 1,2 1,0 1,1 75-79 0,3 0,3 0,3 0,7 0,4 0,6 0,6 0,4 0,5 80ou+ 0,5 0,9 0,7 1,2 0,8 1,0 1,1 0,8 0,9 Non déterminé/NS P 0,8 0,0 0,4 0,2 0,0 0,1 0,3 0,0 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100.0 100,0 Effectif 2755 2800 5555 12555 13517 26072 15310 16317 31627 Tableau 2.2 Population par åge selon différentes sources RéparUtion (en %) de la population par åge, RGP 1988 et EDS Niger 1992 RGP EDSN Groupe d'åges 1988 1992 <15 ans 49,5 49,6 15-64 47,4 46,6 65 ou + 3,1 3,7 ND 0,2 Total 100,0 100,0 Age médian 15,1 Source: 1988: Recensement Général de la Population (BCR, 1992) 12 Ages 80+ 75-7§ 70-74 60-64 50-54 40-44 35-3g 30 34 25-2g 20-24 15-1g 10-14 5-9 0-4 12 Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population Niger, 1992 Sexe ~ Sexe Mascultn ~ Fémqnn 10 8 6 4 2 0 2 4 6 8 10 12 Pourcentage EDSN 1992 160 140 120 1 O0 80 60 40 20 0 Graphique 2.2 Rapport de masculinité par âge Niger, 1992 Hommes/100 Femmes i ~ i i i i i i i i i i i i i i ~ i i i i i i ~ i ~ i i p ~ i i 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 Age EDSN 1992 13 D'après le Tableau 2.3, dans leur grande majorité, les chefs de ménage sont des hommes (91 pour cent); au RGP de 1988, cette proportion était de 90 pour cent. Par ailleurs, il convient de souligner que la proportion de ménages ayant å leur t~te des femmes est beaucoup plus importante en milieu urbain (16 pour cent) qu'en milieu rural (8 pour cent). Tableau 2.3 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, taille de ménage, lien de parenté avec le chef de ménage, selon le milieu de résidence, EDS Niger 1992 Autres Ensemble Caractéristique Niamey villes urbain Rural Ensemble Chef de ménage Homme 86,4 83,5 84,5 92,1 90,8 Femme 13,6 16,5 15,5 7,9 9,2 Nombre de membres habltuels <l 0,2 0,5 0,4 0,0 0,1 1 9,8 8,2 8,8 3,8 4,6 2 9,2 8,6 8,9 8,9 8,9 3 10,4 13,7 12,5 13,2 13,1 4 11,8 9,9 10,6 13,0 12,6 5 10,1 11,5 11,0 13,4 13,0 6 10,8 9,4 9,9 12,3 11,9 7 7,1 8,5 8,1 8,4 8,3 8 6,0 6,8 6,5 7,4 7,3 9 ou + 24,6 22,7 23,4 19,5 20,1 Taille moyenne 6,4 6,2 6,3 6,1 6,1 Lien de parenté (membres habltuels) Un adulte - Homme 8,3 4,7 6,0 2,8 3,3 - Femme 4,1 8,2 6,8 4,4 4,8 Deux adultes de sexe opposé 29,4 32,6 31,5 40,3 38,8 Deux adultes de même sexe 4,4 3,5 3,8 1,5 1,9 Trois adultes ou plus 37,4 40,9 39,7 48,9 47,4 Autres 16,1 9,5 11,8 2,0 3,6 Pourcentage de ménages avec des enfants sans leurs parents 24,8 24,2 24,4 25,3 25,2 La majorité des ménages (51 pour cent) comprennent entre trois et six membres. Par ailleurs, les ménages de grande taille (9 personnes et plus) sont également très nombreux puisqu'ils représentent le cinquième des ménages enquEtés (20 pour cent); en 1988, le même phénomène avait été observé, 23 pour cent des ménages comptaient neuf personnes et plus. Le système socio-culturel en vigueur au Niger, où le ménage correspond souvent à la famille élargie, pourrait expliquer ce phénomène. La taille moyenne des ménages s'établit à 6,1 personnes. Dans l'ensemble, la taille moyenne en milieu urbain (6,3) est légèrement plus élevée que celle des ménages du milieu rural (6,1). Le Tableau 2.3 foumit également la répartition des ménages selon leur structure, définie ~ partir du nombre, du sexe et des liens de parenté ou relations des membres adultes qui le composent. Sont considérés ici comme adultes toutes les personnes de 15 ans et plus. On constate que les ménages composés de trois adultes ou plus sont majoritaires (47 pour cent) : ce type de ménage est plus fréquent en milieu rural (49 pour 14 cent) qu'à Niamey (37 pour cent) et que dans les "autres villes ''~ (41 pour cent). Un autre fait marquant est qu'une proportion non négligeable de ménages (8 pour cent) ne comprend qu'un seul adulte, le plus souvent de sexe féminin (5 pour cent). La proportion de ménages ne comprenant qu'un seul adulte de sexe féminin est particulièrement importante dans les "autres villes" où elle atteint 8 pour cent. Ce phénomène est peut-être å relier å la migration masculine, les femmes restant seules dans le ménage lorsque le mari migre. Le Tableau 2.3 foumit enfin la proportion des ménages ayant un ou plusieurs enfants de moins de 15 ans vivant sans mère ni père biologiques. Un quart des ménages compte un ou plusieurs de ces enfants, soit adoptés, soit conflês ou placés en nourrice, soit encore domestiques. Cette très forte proportion est à souligner du fait de l' impact que ces situations peuvent avoir sur l'état de santé et l'état nutritionnel des enfants : on peut en effet supposer que dans de très nombreux cas, surtout dans les familles de taille importante et aux ressources limitées, l'attention portée et les moyens consacrés à cette catégorie d'enfants sont généralement plus limités que pour ses propres enfants. Dans le cadre de l'enquête ménage, on a collecté des données sur le niveau d'instruction atteint et la demière classe achevée å ce niveau par chaque membre du ménage ågé de 6 ans et plus. Lors de l'enquête, on a distingué trois niveaux d'instruction : le primaire, le secondaire et le supérieur. Au Niger, lqtge d'entrée dans le primaire est, en principe, de sept ans, et les études durent six ans. L'entrée dans le secondaire a lieu, en théorie, à treize ans et les études à ce niveau durent sept ans, pour se terminer par le baccalauréat. Les Tableaux 2.4.1 et 2.4.2 ci-dessous présentent ces résultats pour les personnes ågées de 6 ans et plus. Au niveau de l'ensemble, tous ages confondus å partir de 6 ans, 80 pour cent des hommes et 89 pour cent des femmes n'ont aucun niveau d'instruction. Les proportions des personnes sans niveau d'instruction diminuent avec l'~lge pour atteindre leur minimum à 10-14 ans chez les hommes (65 pour cent) et à 15-19 ans pour les femmes (80 pour cent); corrélativement on assiste ~ une augmentation avec l'åge des proportions des personnes ayant atteint les différents niveaux d'instruction. Chez les hommes comme chez les femmes, c'est à 10-14 ans que la proportion de ceux ayant atteint le niveau primaire est la plus importante, respectivement 32 et 16 pour cent. La proportion la plus élevée pour le niveau secondaire (1 ~ et 2 nd cycles confondus) se situe à 20-24 ans pour les hommes (13 pour cent) et à 15-19 ans pour les femmes (5 pour cent). Le niveau supérieur reste très marginal puisque le maximum n'est que de 1 pour cent chez les hommes à 25 - 29 ans. Au-delå de 19 ans, les proportions des personnes sans niveau d'instruction croissent de façon continue pour atteindre 95 à 99 pour cent à partir de 45 ans, chez les hommes, et de 35 ans chez les femmes. Ces variations rendent compte de l'évolution de l'instruction dans le temps : la généralisation de l'instruction est un phénomène très récent et plus les générations en cause sont anciennes, et donc plus leur åge actuel est élevé, plus les proportions des personnes sans niveau d'instruction sont importantes. Le niveau d'instruction atteint varie de façon importante selon le milieu de résidence. C'est dans le milieu rural que les proportions de personnes sans niveau d'instruction sont les plus élevées (86 pour cent pour les hommes et 94 pour cent pour les femmes). A Niamey, ces proportions chutent h des niveaux moyens : 43 pour cent des hommes et 53 pour cent des femmes n'ont jamais accédé au système éducatif. Du point de vue tégional, 2 les proportions de personnes sans niveau d'instruction ne présentent que peu de variations : de 80 pour cent à Tahoua/Agadez et à Maradi, à 86 pour cent à Tillabéri, pour les hommes, et de 89 pour cent à Zinder/Diffa à 94 pour cent à Maradi, pour les femmes. On désigne par "autres villes" toutes les villes å l'exclusion de Niamey. 2 Aux Tableaux 2.4.1 et 2.4.2, et dans les tableaux qui suivent, la ville de Niamey a été exclue du département de Tillabéri. Les commentaires sur les différences régionales porteront donc toujours sur les départem en ts sans tenir compte de la ville de Niamey. 15 Tableau 2.4.1 Niveau d'instruction de la population des hommes Répartition (en %) de la population masculine (de fait) des ménages, ågée de six ans et plus, par niveau d'instruction atteint, et nombre médian d'années d'études accomplies selon l'åge, le milieu et la région de résidence, EDS Niger 1992 Niveau d'instruction Secon- Secon- daire daire Caractéristique Aucun Primaire 1 er cycle 2 nd cyle Supérieur ND Total Effectif Groupe d'gges 6-9 81,8 16,4 0,0 0,0 0,0 1,8 100,0 2186 10-14 65,5 32,3 1,5 0,0 0,0 0,6 100,0 2019 15-19 65,8 23,0 10,0 0,5 0,0 0,8 100,0 1356 20-24 68,9 16,5 10,2 2,9 0,3 1,2 100,0 872 25-29 78,6 12,l 5,5 1,5 1,3 0,9 100,0 880 30-34 81.1 10,1 2,9 2~7 2,0 1,2 10O,0 779 35-39 86,8 8,0 2.7 0,7 0,9 0.9 100,0 641 40 44 93,1 3,3 1,1 0,6 0,8 1,1 100,0 601 45-49 94,6 3,0 0,9 0,2 0,3 0,9 100,0 482 50-54 96,2 2,0 0,4 0,5 0,1 0,8 100,0 435 55-59 96,7 2,1 0,1 0,0 0,3 0,8 I00,0 316 60-64 98,9 0,0 0,5 0,1 0,2 0,4 100,0 350 65 ou + 98,6 0,7 0,1 0,0 0,0 0,6 100,0 627 ND 74,1 8,0 0,0 0,0 0,0 17,9 100,0 46 Milieu de r6sldence Niamey 42,9 33,3 13,1 4,7 3,8 2,2 100,0 811 Autres villes 55,5 28,6 11,1 2,3 0,9 1,6 100,0 1346 Ensemble urbain 50,8 30,4 11,9 3,2 2.0 1,8 100,0 2157 Rural 86,1 11,7 1,1 0,1 0.0 0,9 100,0 9433 R6gion Niamey 42,9 33,3 13,1 4,7 3,8 2,2 100,0 811 Dosso 84,8 11,3 2,l 0,4 0,1 1,2 100,0 1751 Maradi 80,2 16,1 2,l 0.4 0,0 1,0 100,0 2060 Tahoua/Agadez 79,9 15,3 2,8 0,4 0,2 1,3 100,0 2383 Tillabéri 86,4 11,8 1,4 0,1 0,0 0,3 100,0 2093 Zinder/Diffa 81,2 13,9 3,0 0,5 0,3 1,1 100,0 2492 Ensemble 79,6 15,2 3,1 0,7 (1,4 1,1 100,0 11590 16 Tableau 2.4.2 Niveau d'instruction de la population des femmes Répartition (en %) de la population fénçmine (de fait) des ménages, ågée de six ans et plus, par niveau d'instruction atteint, et nombre m&lian d'armées d'6tudes accomplies selon l'åge, le milieu et la région de résidence, EDS Niger 1992 Niveau d'instruction Séton- Seoen- daire dalre Caractéristique Aucun Primaire t er cycle 2 nd cycle Supérieur ND Total Effectif Groupe d'~tges 6-9 86,7 10,9 0,0 0,0 0,0 2,4 100,0 2217 10-14 82,0 16,3 0,9 0,0 0,0 0,7 100,0 2117 15-19 80,5 13,4 5,2 0,2 0,0 0,7 100,0 1451 20-24 84,3 10,0 4,3 0,7 0,2 0,5 100,0 1219 25-29 89,5 7,0 2,3 0,5 0,2 0.5 100,0 1358 30-34 92,1 5,4 1,2 0,7 0,3 0,3 I00,0 1018 35-39 95,0 3,9 0,5 0,2 0,1 0,4 100,0 792 40-44 96,9 2,3 0,3 0,1 0,1 0,3 100,0 564 45-49 97,3 1,7 0,5 0,0 0,0 0,5 100,0 367 50-54 99,3 0,3 0,0 0,0 0,1 0,3 100,0 571 55-59 96,9 0,3 0,0 0,0 0,1 2,7 109,0 347 60-64 98,2 0,3 0,0 0,0 0,0 1,5 100,0 334 65 ou + 98,8 0,2 0,0 0,0 0,1 1.0 10O,0 535 ND 44,1 0,0 0,0 0,0 0,0 55,9 100,0 1 Milieu de r~sldence Niamey 52,7 31,4 12,3 1.8 0,7 1,1 100.0 826 Autres villes 71,6 21,1 5,l 0,8 0,3 1.0 100,0 1387 Ensemble urbain 64,6 25,0 7,8 1.2 0,4 1,0 100,0 2212 Rural 93,6 5,2 0,2 0,0 0,0 1,0 100.0 10677 Région Niamey 52,7 31,4 12,3 1,8 0,7 1,1 100,0 826 Dosso 92,5 6,0 0,8 0.1 0,0 0,6 100,0 1954 Maradi 93,8 5,4 0,5 0,1 0,0 0,3 100,0 2267 Tahoua/Agadez 89,8 7,2 1,0 0,1 0,0 1,8 100,0 2709 Tillabéri 90,7 7,8 0,5 0,0 0,0 0,9 100,0 2411 Zinder/Diffa 89,3 8,3 1,2 0,2 0,1 1,0 100,0 2722 Ensemble 88,6 8,6 1,5 0,2 0,1 1,0 100,0 12889 Les taux spécifiques de scolarisation par fige, 3 sexe et milieu de résidence figurent au Tableau 2.5 et au Graphique 2.3. Le taux à 7-12 ans, figes correspondant généralement au niveau primaire, est extrêmement faible puisqu'i l n'atteint que 18 pour cent. Ce taux passe ensuite à 16 pour cent å 13-16 ans, åges auxquels les enfants sont scolarisés, en partie, dans le primaire et, en partie, dans le secondaire 1 ~ cycle. A 17-19 ans, åges de scolarisation dans le secondaire 2 nd cycle, le taux de scolarisation est beaucoup plus faible (8 pour cent), et diminue de plus de moitié à 20-23 ans (3 pour cent), åges de scolarisation, à la fois, au niveau secondaire et au niveau supérieur. Comme pour le niveau d'instruction atteint, les taux de scolarisation varient fortement par sexe : globalement à 7-16 ans, 23 pour cent des hommes fréquentent un établissement scolaire contre seulement 13 pour cent des femmes. Selon le milieu de résidence, on observe un très grand déséquilibre, le taux de scolarisation à 7-16 ans étant plus de 4 fois plus élevé en milieu urbain (47 pour cent) qu'en mil ieu rural (11 pour cent). 3 Rapport du nombre de personnes d'åge x fréquentant l'école au nombre total de personnes de cet åge. 17 Tableau 2.5 Taux de scolarisation Proportion de la population (de fait) des ménages, âgée de 7 à 23 ans, fréquentant un établissement scolaire, par åge, selon le sexe et le milieu de résidence, EDS Niger 1992 Groupe d'åges Hommes Femmes Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble 7-12 54,8 16,8 23,1 44,7 7,1 13,5 49,6 11,9 18,2 i3-16 50,0 13,6 21,2 35,5 4,3 10,5 42,9 8,8 15.8 7-16 53,0 15,9 22,6 41,6 6,2 12,6 47,2 11,0 17,5 17-i9 32,3 4,5 11,2 23,8 1,3 5,9 28,1 2,8 8,4 20-23 19,6 0,5 5,5 7,1 0,3 1,6 13,4 0,4 3,2 Pourcentage 30 25 2o 15 lO 5 o 7-12 Graphique 2.3 Taux de scolarisation 13-16 17-19 20-23 Groupe d'âges EDSN 1992 Le niveau d'instruction de la population est donc le reflet de l'état général de la scolarisation dans l'ensemble du pays, 18 pour cent seulement des enfants de 7-12 ans fréquentant l'6cole. Les raisons de la faiblesse de ces indicateurs sont nombreuses : ressources insuffisantes allouées au secteur, pesanteurs socio- culturelles, croissance démographique. L'éducation étant l'61ément majeur du développement économique et social, il reste donc au Niger à fournir d'immenses efforts pour relever les différents indicateurs relatffs à l'éducation pour que ses populations participent mieux au processus d'élaboration et de mise en oeuvre des actions susceptibles d'améliorer leurs conditions de vie. En outre, il convient de souligner la situation encore 18 plus préoccupante des femmes dont seulement 13 pour cent fréquentent l'école à 7-12 ans. La situation socio- économique, mais aussi et surtout le contexte socio-culturel du Niger expliquent ici cette ségrégation dont sont victimes les femmes dans le secteur de l'éducation, ainsi que dans bien d'autres secteurs. 2.1.2 Caractéristiques de l'habitat et des biens possédés par les ménages Lors de l'enquête ménage, on s'est intéressé à certaines caractéristiques du logement (possession de l'électricité, approvisionnement en eau, type de toilettes, matériau du plancher, matériau du toit et nombre de pièces utilisées pour dormir) susceptibles de jouer un raie déterminant dans l'état de santé des membres du ménage et, en particulier, des enfants. De m~me, on a collecté des données sur la possession d'un certain nombre d'équipements modernes (radio, télévision, réfrigérateur, voiture.). L'analyse de ces données vont permettre de mieux cemerles conditions environnementales et socio-économiques dans lesquelles vivent les populations enqu~tées. L'examen des données du Tableau 2.6 et du Graphique 2.4 indiquent que très peu de ménages nigériens disposent de l'électricité : 4 pour cent pour l'ensemble du pays. En outre, la grande majorité des ménages disposant de cet équipement se trouvent en milieu urbain (37 pour cent à Niamey et 21 pour cent dans les "autres villes") : moins de 1 pour cent des ménages du milieu rural ont déclaré posséder l'électricite. Concernant la provenance de l'eau utilisée pour boire, on constate qu'au niveau national les trois quarts des ménages (75 pour cent) utilisent l'eau de puits publics ou de forages, 11 pour cent des ménages utilisent des robinets publics, 5 pour cent s'approvisionnent auprès de vendeurs d'eau et seulement 4 pour cent des ménages enquêtés ont un robinet dans leur logement. Les proportions sont très inégales selon le milieu de résidence. A Niamey, 36 pour cent des ménages s'approvisionnent auprès des vendeurs d'eau, 22 pour cent utilisent les robinets publics et près d'un tiers des ménages (30 pour cent) disposent de l'eau courante à domicile. Dans les "autres villes," ce sont les robinets publics qui sont les plus utilisés (48 pour cent), suivis des vendeurs d'eau (24 pour cent); moins d'un ménage sur cinq (18 pour cent) a l'eau courante dans le logement. En milieu rural, la trSs grande majorité des ménages utilisent l'eau des puits publics (88 pour cent). Dans leur tr~,s grande majorité (84 pour cent) les ménages ne disposent d'aucune forme de toilettes, et seulement 11 pour cent des ménages nigériens utilisent des fosses améliorées ou latrines. Si en milieu rural, 95 pour cent des ménages n'ont pas de toilettes, dans les "autres villes" et mSme à Niamey, ces proportions restent élevées (respectivement 34 et 17 pour cent). Dans la capitale, seuls 6 pour cent des ménages disposent de toilettes avec chasse d'eau personnelle. Les matériaux de construction des logements sont surtout la terre/sable (87 pour cent) pour le sol et le banco (52 pour cent) et la paille (42 pour cent) pour le toit. Cependant, en milieu urbain, une proportion importante de logements disposent d'un sol en ciment (61 pour cent) et, dans une moindre proportion, d'un toit en t61e (27 pour cent). A partir de la question sur le nombre de pièces utilisées pour dormir, on a calculé le nombre de personnes donnant par pièce, ce qui foumit une indication sur le degré d'entassement du ménage (Tableau 2.6). Dans plus d'un tiers des cas (36 pour cent), trois ou quatre personnes donnent dans la mSme pièce, et dans 12 pour cent des ménages, cinq à six personnes se partagent le mSme lieu pour dormir. En moyenne, au niveau national, 3,2 personnes dorment par pièce. Cette moyenne est légèrement plus faible à Niamey (2,8) et dans les "autres villes" (3,0) qu'en milieu rural (3,2). 19 Tableau 2.6 Caraetéristiques des logements Répartition (en %) des ménages, par caractéristique des logements, selon le milieu de r~idence, EDS Niger 1992 Caractéristique Autres Ensemble des logoeents Niamey villes urbain Rural Ensemble El~trlelt~ Oui 37,2 20.6 26.7 0,2 4,4 Non 62,2 79.1 72,8 99,4 95,1 Approvisionnement en eau ~ boire Robinet dans le logement 30,3 18,3 22,7 0,5 4,1 Robinet public 22,2 48,1 38,6 5,9 11,1 Puits privé 1,3 1,6 1,5 1,9 1,8 Puits publicÆorage 6,7 6,6 6,7 87,5 74,5 Eau de strrface 3,1 0,3 1,3 3,1 2,8 Vendeur d'eau 35,5 24,1 28,3 0,9 5,3 Autre 0,6 0,8 0.8 0,0 0,1 NI) 0,3 0,2 0,2 0,2 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Type de toilettes Chasse d'eau personnelle 5,5 2,1 3,3 0,1 30,8 Chasse d'eau commune 2,2 2,7 2.6 0,1 25,5 Fosse sommaire 8,2 11,8 10,5 1,8 3,2 Fosse améliorée/Latrines 67,0 49,2 55,8 2,4 10,9 Pas de toilettes 16,5 33,5 27,2 95,3 84,4 Autre 0,3 0,3 0,3 0,1 0,2 ND 0,3 0,4 0,4 0,2 0,3 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Sol Terre/Sable 17,9 45,7 35,4 96,5 86,8 Ciment 74,3 52,8 60,8 3,3 12,5 Autres matériaux modernes 7,4 1,2 3,5 0,0 0,6 ND 0,4 0,3 0,3 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Toit T61e 37,9 20,2 26,7 0,9 5,0 Banco 47,9 70,6 62,2 50,2 52,1 Paille 12,3 7,6 9,3 48,6 42,3 Autre 1,5 1,2 1,3 0,3 0,5 ND 0,4 0,4 0,4 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Nombre de personnes par pièce utllisée pour dormir 1-2 56,1 51,7 53,3 45,7 46,9 3-4 32,5 34,2 33,6 37,0 36,4 5-6 7,6 9,6 8,9 12,4 11,8 7 ou + 2,8 3.9 3,5 4,6 4,4 ND 1,0 0,6 0,7 0,3 0,4 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Moyenne 2,8 3,0 2,9 3,2 3,2 Effectif de ménages 309 529 838 4404 5242 20 100 80 60 40 20 Pourcentage ELEC- TR]CITE Graphique 2.4 Caractéristiques des logements ORIGINE TOILETTES MATERIAU MATERIAU DE L'EAU DU S©L DU TOIT EDSN 1992 Concernant certains biens de consommation possédés par les ménages (Tableau 2.7), on relève que, pour l'ensemble du pays, 33 pour cent seulement des ménages déclarent avoir la radio, 4 pour cent la télévision et 2 pour cent un réfrigérateur. En milieu urbain, ces proportions, bien que restant faibles, sont beaucoup plus élevées qu'au niveau national : 60 pour cent des ménages ont la radio, 22 pour cent la télévision et 12 pour cent ont un réfrigérateur. Si l'information et ta sensibilisation des populations sont indispensables pour leur participation au développement, comment atteindre les populations nigérieunes quand, au niveau national, seulement un tiers des ménages disposent d'une radio? Tableau 2.7 Biens durables possédés par le ménage Pourcentage de ménages possédant certains biens de consommation durables, selon le milieu de résidence, EDS Niger 1992 Autres Ensemble Biens durables Niamey villes urbain Rural Ensemble Radio 74,2 52,4 60,4 28,2 33,4 Télévision 30,9 16,5 21,8 0,5 3,9 Réfrigérateur 19,0 8,5 12,4 0,1 2,0 Bicyclette 11,1 13,7 12,7 3,2 4,7 Motocyclette 17,5 8,1 11,6 0,5 2,3 Voiture 11,8 6,6 8,5 0,2 1,6 Effectif de ménages 309 529 838 4404 5242 21 En ce qui concerne les moyens de transport, 5 pour cent des ménages disposent d'une bicyclette, 2 pour cent ont une motocyclette et 2 pour cent une voiture. En outre, ce sont essentiellement les ménages du milieu urbain, et surtout ceux de Niamey, qui disposent de ces moyens de déplacement : à Niamey, 11 pour cent des ménages disposent d'une bicyclette, 18 pour cent ont une motocyclette et 12 pour cent une voiture. 2.2 ENQUETE INDIV IDUELLE Cette partie porte essentiellement sur l'analyse des résultats concernant les caractéristiques socio-démographiques des femmes enquêtées individuellement, c'est-à- dire des femmes ågées de 15-49 ans identifiées dans les ménages. Elle porte aussi sur l'analyse des données concernant l'accès des femmes aux médias. Ces résultats revêtent une importance particulière pour la mise en place de programmes d'éducation et de diffusion d'informations dans les domaines de la santé et de la planification familiale. Dans la suite de ce rapport, les caractéristiques présentées ici seront utilisées comme variable de classification ou variable explicative de la plupart des phénomènes é/udiés. 2.2.1 Caractéristiques des femmes L'åge, variable fondamentale dans l'analyse des phénomènes démographiques, est l'une des informations les plus difficiles à obtenir de façon fiable lorsque les enregistrements écrits des événements n'existent pas ou sont rares, comme c'est le cas au Niger. De ce fait, un soin particulier a été accordé à son estimation au moment de l'enquête. On demandait d'abord aux femmes leur date de naissance, puis leur åge. Lorsque la date de naissance et l'~tge étaient obtenus, renquêtrice contrOlait la cohérence entre les deux informations. Dans le cas où l'enquêtée ne connaissait pas sa date de naissance ou son åge, l'enquêtrice essayait d'obtenir un Tableau2.8 Caractéristiques socioqdémographiques des rétames enquetées Répartition (en %) des femmes enqu~tées par ãge, état ma~monial, niveau d'insa~¢lion, milieu et r~gion de résidence, religion, naaonaiilé et ethnie, EDS Niger 1992 Caract&istique Pourcentage socio-démographique pondéré Effectif Ponddr6 Non pond6r~ Groupe d'~iges 15-19 21,2 1379 1427 20-24 18,3 1193 1234 25-29 19,7 1278 1245 30-34 15,0 974 968 35-39 11,5 746 748 40-44 8,1 528 508 45-49 6,2 404 373 Etat matrimonial Jamais mariée 10,5 682 926 Mari~e polygame 30,9 2012 1931 Mariée monogame 54,6 3549 3301 Veuve 1,2 77 90 Divorcée 2,6 167 230 Sépavée 0,3 17 25 Niveau d'Instruction Aucun 89,3 5809 5300 Primaire 7,6 493 726 Secondaire 1 et cycle 2,6 167 393 Secondaire 2 ~ cycle 0,4 28 67 Supérieur 0,1 6 17 Milieu de r6sldence Niamey 6,7 435 1347 Autres villes 10,6 691 1349 Ensemble urbain 17,3 1126 2696 Rural 82,7 5377 3807 R~glon Niamey 6,7 435 1347 Dosso 13,4 874 703 Maradi 18,2 1186 1046 TabouMAgadez 21,7 1414 1265 Tillabéri 17,7 1149 852 Zinder/Dlffa 22,2 1445 1290 Religion Musulmane 98,5 6407 6367 Autre 1,5 96 136 Natlonaiit6 Nigérienne 98,1 6378 6209 Autre 1,9 125 294 Ethnle Arabe 0,2 10 17 Djerma 22,4 1455 1569 Gourmantché 0,3 19 17 Haoussa 54,5 3543 3322 Kanouri 5,3 343 313 Mossi 0,0 3 3 Peulh 4,6 302 328 Touareg bella 10,0 652 565 Toubou 0,3 23 31 Autre 2,4 154 338 Ensemble des femmes 100,0 6503 6503 document officiel tel qu'une carte d'identité où la date de naissance figure. Lorsqu'aucun document n'était disponible, renquêtrice devait estimer råge de la femme soit par comparaison avec råge d'autres membres 22 du ménage, soit par déduction à partir de l'histoire de la femme, ou encore, le plus souvent, en utilisant un calendrier historique. La distribution des femmes de 15-49 ans par groupe d'âges quinquennal (Tableau 2.8) présente une allure assez régulière avec les proportions qui diminuent au fur et à mesure que l 'on avance en âge. Cependant, il faut noter que la proportion de femmes de 25 -29 ans est légèrement supérieure à celle de 20-24 ans : ce phénomène est le résultat de transferts d'åges particulièrement importants des âges 23 et 24 ans sur l'~ige 25 ans. Les femmes ågées de 15-19 ans représentent plus du cinquième des enquêtées (21 pour cen0, et globalement, les femmes de moins de 30 ans représentent 60 pour cent de l'échantillon. En ce qui concerne ['état matrimonial (Graphique 2.5), on a considéré comme mariage toutes les formes de mariage ou d'union, qu'elles soient légales ou non, fomaelles ou non. On constate que 86 pour cent des femmes de 15 à 49 ans étaient mari~es au moment de l'enquête et que seulement 10 pour cent étaient eéYlbataires. Les unions rompues (veuvage, divorce et séparation) ne concernent qu'une faible proportion des enquêtées (4 pour cent). Ces très faibles proportions de femmes célibataires et en rupture d'union reflètent l'influence des facteurs socio-culturels et religieux selon lesquels une femme doit nécessairement être mariée, le mariage étant encore considéré comme une affaire de famille et de la société plutét qu'une affaire individuelle. Graphique 2,5 Etat matrimonial des enquêtées Mariée (union monogame) 55% Veuve 1% Divorcée/S~par~e 3% (union polygame) 31% libatai«e 10% EDSN 1992 Du point de vue de la résidence, les femmes rurales sont largement représentêes dans l'échantillon 4 (83 pour cent). Du point de vue régional, les femmes des départements de Tahoua/Agadez et de Zinder/Diffa 4 Rappelons que du point de vue régional, la ville de Niamey est traitée à part et est donc exclue du département de TiUabéri. 23 (22 pour cent dans les deux cas) sont les plus représentées, suivies de celles de Maradi et de Tillabéri ( 18 pour cent). L'islam est la religion dominante, m~me chez les femmes (99 pour cent), comme cela avait déjà été noté å partir du RGP de 1988. Du point de vue de la nationalité, la quasi totalité des femmes enquStées sont nigériennes (98 pour cent). En outre, le poids démographique des différents groupes ethniques confirme la bonne représentativité de l'échantillon. En effet, les proportions se rapprochent de celles du RGP de 1988 : ainsi on retrouve 55 pour cent de femmes haoussa, 22 pour cent de femmes djerma-sonraï, 10 pour cent de femmes touareg beUa, 5 pour cent de femmes kanouri, 5 pour cent de femmes peulh et moins de I pour cent de femmes toubou, de femmes gourmantché et de femmes arabes. Comme cela a déjà ~té souligné précédemment, au Niger, la femme semble 8tre marginalisée et n 'a pas les mdmes chances d'intégration dans les différents secteurs socio-économiques que les hommes. Cette situation est illustrée par la réparútion des femmes enqu~tées selon le niveau d'instruction (Tableau 2.8) : 89 pour cent des enquStées n'ont aucune instruction, 8 pour cent seulement ont le niveau primaire et une proportion très négligeable (3 pour cent) ont un niveau secondaire ou supérieur, essentiellement le secondaire 1 ~ cycle. Au Tableau 2.9 figure la répartition des femmes par niveau d'instruction selon certaines caractéfistiques socio-démographiques. Il apparaît tout d'abord que ce sont essentiellement les femmes les plus jeunes qui sont instruites : 19 pour cent des femmes de 15-19 ans, 15 pour cent de celles de 20-24 ans Tableau 2.9 Niveau d'instruction des femmes enquêtées Répartition (en %) des femmes par niveau d'instruction atteint, selon le groupe d'åges quinquennal, le milieu et la rdgion de résidence, EDS Niger 1992 Niveau d'instruction Secondaire Secgndaire Caractédstique Aucun Primaire let cycle 2 n« cycle Supérieur Total Effectif Groupe d'ãges 15-19 81,0 13,3 5,4 0,3 0,0 100,0 1379 20-24 84,6 10,8 3,7 0,7 0,2 100,0 1193 25-29 90,5 6,5 2,4 0,5 0,1 10~,0 1278 30-34 92,5 5,2 1,3 0,8 0,2 100,0 974 35 -39 95,3 4,0 0,5 0,1 0,1 100,0 746 40-44 97,4 2,4 0,2 0,0 0,0 100,0 528 45219 98,9 1,0 0,0 0,1 0,0 10~,0 404 Milieu de résidence Niamey 55,2 21,8 19,2 3,0 1,0 100,0 435 Autres villes 71,4 17,6 8,8 1,9 0,3 100,0 691 Ensemble urbain 65,1 19,2 12,8 2,3 0,6 100,0 1126 Rural 94,4 5,1 0,4 0,0 0,0 100,0 5377 R~gl«n Niamey 55,2 21,8 19,2 3,0 1,0 100,0 435 Dosso 92,7 5,6 1,4 0,3 0,0 100,0 874 Maradi 94,5 4,6 0,8 0,1 0,0 I00,0 1186 TahouedAgadez 92,8 5,2 1,7 0,3 0,0 100,0 1414 Tillabéri 89,0 10,1 0,9 0,0 0,0 100,0 1149 Zinder/Diffa 90,3 7,2 2,0 0,4 0,1 100,0 1445 Ensemble 89,3 7,6 2,6 0,4 0,1 100,0 6503 24 et 10 pour cent de celles de 25-29 ans ont un n iveau d ' ins t ruct ion , essentiellement le niveau primaire. A partir de 30 ans, plus de 90 pour cent des femmes n'ont aucun niveau d'in- struction. Du point de vue de la rési- dence, les écarts sont très importants : c'est à Niamey que la proportion de femmes ayant fréquenté l'école est la plus importante (45 pour cent), suivi des "autres villes" (29 pour cent) et du milieu rural où seulement 6 pour cent des femmes ont reçu de l'instruction et presque uniquement primaire. Du point de vue régional, on ne constate que peu de variation, les proportions de femmes sans niveau d'instruction variant d'un "minimum" de 89 pour cent ~ Tillabéri à un maximum de 95 pour cent å Maradi. 5 2.2.2 Accès aux média Le Tableau 2.10 fournit les données concemant l'accès des femmes aux média : seulement 4 pour cent d'entre elles lisent habituellement un joumal, 14 pour cent regardent la télévision et 38 pour cent écoutent la radio au moins une fois par semaine. Les femmes les plus jeunes, les plus éduquées et celles du milieu urbain, et en particulier de Niamey, sont celles qui accèdent le plus à l'information, quel que soit le type de média. Ainsi, à Tableau 2.10 Acc~ des femmes aux m~lia Pourcentage de femmes qui, habituellement, lisent un journal, regardent la télévision, ou écoutent la radio au moins une fois par semaine, par ~tge, niveau d'insta'uetion et par milieu et région de résidence, EDS Niger 1992 Caractéristique Lit un Ecoute journal Regarde la la radio au moins TV au moins au moins Effectif une fois/ une fois/ une fois/ de semaine semaine semaine femmes Groupe d'~tges 15-19 6,4 21.3 39,3 1379 20-24 5,7 16,1 40.9 1193 25-29 3,3 11,9 40,5 1278 30-34 2,6 12,4 38,0 974 35-39 1,5 9,2 35,4 746 40-44 1,2 8,4 34,4 528 45-49 0,4 6,5 32,3 404 Niveau d'instruction Aucun 0,0 9,4 34,8 5809 Primaire 19,8 39.1 59,4 493 Secondaire 1 er cycle 70,1 76,8 86,8 167 Secondaire 2 nd cycle 77,9 93,5 94,0 28 Supérieur 89,7 100,0 100,0 6 Mil ieu de résldenee Niamey 25,2 70,4 80,4 435 Autres villes 13,3 40,8 57,1 691 Ensemble urbain 17,9 52,2 66,1 1126 Rural 0,8 5,8 32,5 5377 R~glon Niamey 25,2 70,4 80,4 435 Dosso 1,4 14,3 42,3 874 Maradi 1,1 5,1 26,1 1186 Tahoua/Agadez 2,0 10,7 38,3 1414 Tillabéri 2,5 13,8 44,8 1149 Zinder/Diffa 3,5 6,7 28,3 1445 Ensemble des femmes 3,7 13,8 38,4 6503 Niamey, les proportions de femmes qui écoutent la radio et de celles qui regardent la télévision sont relativement élevées (respectivement 80 et 70 pour cent) et un quart des femmes de la capitale ont déclaré lire un journal au moins une fois par semaine. En milieu rural, seule la radio sert à véhiculer l'information, un tiers des femmes du milieu rural déclarant écouter la radio au moins une fois par semaine. Ainsi, il apparaît que les femmes ont de sérieux handicaps pour accéder aux média et donc à l'éducation et à l'information. Compte tenu des très faibles proportions de femmes ayant de l'instruction, en tant que variable de classification ou variable explicative des phénomènes 6tudiés dans ce document, le niveau d'instruction de la femme sera regroupé en seulement deux catégories : "aucune instruction" et "primaire ou plus". 25 CHAPITRE 3 FECONDITE De 1960 à nos jours, deux opérations d'envergure nationale ont permis de collecter des informations sur la fécondité; il s'agit de l'enquEte démographique de 1959-1960 et du RGP de 1988. A la différence de ces opérations, I'EDSN s'est intéressée uniquement à un échantillon national de femmes en/lgu de procréer : elle a recueilli des données représentatives par milieu de résidence et région, permettant de calculer les niveaux de fécondité et d'analyser les facteurs directs et indirects qui déterminent les niveaux et tendances de la fécondité. Ces informations ont été obtenues, tout d'abord, à partir d'une série de questions sur le nombre total d'enfants que les femmes ont eus, en distinguant les garçons des filles, ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs, et ceux encore en vie de ceux qui sont décédés. Après avoir recueilli ces informations sur la fécondité totale des femmes, des questions spécifiques étaient alors pos6es pour reconstituer avec chaque femme interrogée l'historique complet de ses naissances, de la plus ancienne å la plus récente, en enregistrant, pour chacune d'entre elles : le type de naissance (simple ou multiple), le sexe, la date de naissance, l'~rat de survie; pour les enfants encore en vie, on enregistrait leur åge et on distinguait ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs; pour les enfants décédés, on s'intéressait à l'åge au décès. Afin d'améliorer la qualité des données sur la fécondité, pendant la formation des enquêtfices et la collecte des données, un accent particulier a été mis sur toutes les questions relatives aux naissances. C'est ainsi que, lors de l'interview, l'enquêtrice devait, si possible, vérifier l'information obtenue à partir, par exemple, de documents officiels; elle devait également essayer de détecter les éventuelles incohérences, en vérifiant, par exemple, la durée des intervalles inter-génésiques. Après avoir posé toutes les questions concemant l'historique des naissances, l'enquêtrice contrSlait alors si le nombre total d'enfants déclarés par la mère (dans chaque catégorie : vivants, décédés, .) était cohérent avec le nombre d'enfants obtenu à partir de l'historique des naissances. En cas de différence, l'enquEtrice devait revérifier et éventuellement, corriger les réponses erronées. Malgré ces multiples vérifications, il n'est pas toujours possible d'éviter totalement les différents types d'erreurs inhérentes aux enquêtes rétrospectives, à savoir : le sous-enregistrement de naissances, en particulier l'omission d'enfants en bas åge, ce qui peut entraîner une sous-estimation des niveaux de fécondité; l'imprécision des déclarations de date de naissance et/ou d'fige, en particulier l'attraction pour des années de naissance ou pour des ~lges ronds, qui peut entraîner des sous-estimations ou des surestimations de la fécondité à certains ãges et/ou pour certaines époques. Par ailleurs, lors des enquêtes EDS, on a parfois observé certains déplacements de dates de naissance d'enfants nés durant la demière période quinquennale vers les années pr6cédentes. Ces "déplacements" d'année de naissance sont souvent effecmés "volontairement" par les enquêtrices, non seulement pour éviter de poser les questions sur la santé des enfants (section 4 du questionnaire) qui ne portent que sur les naissances de la demière période quinquennale, mais encore pour éviter de prendre les mesures anthropométriques de ces mêmes enfants. Ces "déplacements" sont plus fréquents lorsque la mère ne connait pas avec exactitude le mois et l'année de naissance de ses enfants. Dans le cas de l'enqu&e nigérienne, ces déplacements des naissances de 1987 (début de la dernière période quinquennale) vers 1986, ne sont pas très 27 importants) Cependant, pour Eviter ces problèmes de transfert de dates de naissance ainsi que pour minimiser les erreurs de sondage, les niveaux de féconditE actuelle ont été calculés pour la période de six ans précédant l'enquête. 3.1 N IVEAU ET STRUCTURE DE LA FECONDITE ET FECONDITE D IFFERENTIELLE Au Tableau 3.1 et au Graphique 3.1 figurent les niveaux de fécondité par groupe d'åges pour la p~riode de six ans précédant l'enquête. Au niveau national, la courbe des taux de fécondité par ãge présente une allure classique, caractéristique des pays à forte fécondité : une fécondité précoce très élevée (230 pour mille) qui augmente trés rapidement pour atteindre son maximum à 20-24 ans (327 pour mille) et qui se maintient longtemps à des niveaux importants puisqu'à 35-39 ans, le taux est de 196 pour mille et qu'à 40-44 ans, il est encore de 106 pour mille. L'Indice Synthétique de Fécondité (ISF), ou somme des naissances réduites, est un indice de fécondité du moment calculé à partir du cumul des taux de fécondité par tige. Il mesure le nombre moyen d'enfants qu'aurait une femme à la fin de sa vie féconde si elle avait, à chaque åge, la fécondité par åge d'une période considérée, ici la période de six ans ayant précédé l'enquête. Au niveau national, I'ISF, calculé de 15 à 49 ans s'établit à 7,4 enfants par femme. Le Tableau 3.1 et le Graphique 3.1 présentent également les taux de fécondité par tige et I'ISF selon le RGP de 1988. Rappelons que, contrairement à I'EDSN où les données sur la fécondité sont obtenues à partir de l'historique des naissances des femmes, lors du RGP de 1988, la fécondité a été estimée å partir de questions portant sur les naissances des douze mois ayant précédé le recensement. Les Tableau 3.1 F~¢ondité par [t,ge selon deux sources Taux de fEeondit~ par åge et indice synthétique de fécondité selon le RGP (1988) et I'EDSN (1992) RGP EDSN Groupe d'åges 19881 1992 15-19 211 230 20-24 342 327 25-29 343 317 30-34 272 258 35-39 206 196 40-44 87 106 45-49 40 42 ISF I5-49 7,51 7,37 ISF 15-44 7,31 7,16 Note: Taux de fEcondité par groupe d'âgés pour 1000 femmes. Source" 1988: Recensement Général de la Population (BCR, 1992) IDonnées non ajustes niveaux de fécondité estimés par le RGP correspondent donc à la fécondité de l'année 1987-88, année qui précède le recensement. Dans le cas de I'EDSN, les niveaux de fécondité mesures pour la période de six ans ayant prEcédé l'enquête correspondent à la fécondité des années 1986-1992. La fécondité estimée par les deux opérations se réfêre donc à une période à peu près similaire. On remarque que l'allure générale des courbes des taux de fécondité par tige au RGP de 1988 et à I'EDSN est presque identique. Cependant, selon le RGP, la fécondité maximale est atteinte à 25-29 ans avec 343 pour mille alors que, selon I'EDSN, elle est atteinte à 20-24 ans avec 327 pour mille. Malgré ces légers écarts, la fécondité totale des femmes estimée lors des deux opérations est quasiment identique : I'ISF est de 7,5 au RGP 2 et de 7,4 à I'EDSN. l A l'Annexe E, le Tableau E.4 fournit la distribution des naissances par année de naissance. Le "rapport de naissances annuelles" (rapport des naissances d'année x à la demi-somme des naissances des années préc&lentes et suivantes, soit NJ[(N»~+N~.I)/2]), rend compte des déplacements d'années de naissance. Le rapport semble indiquer un manque de naissances en 1987 (rapport = 83,6 < 100), et un excédent en 1986 (rapport = 116,6 > 100), mais aussi en 1988 (rapport = 107,8 > 100). z D'après les données brutes du RGP de 1988, avant tout ajustement. 28 Pour mille 400 350 3OO 25O 2OO- 150 1 O0 50 15-19 Graphique 3.1 Taux de fécondité générale par âge selon le RGP (1988) et I'EDSN (1992) * Données non aluslées i i ~ i i 20-24 25 29 30 34 35-39 40-44 Age de la femme 45-49 Selon I'EDSN, le Taux Global de Fécondité Générale (TGFG), ou nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population des femmes en ãge de procréer est de 265 pour mille au niveau national. Quant au Taux Brut de Natalité (TBN) ou nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population totale, il atteint 52 pour mille. Les taux de fécondité par ãge et I'ISF présentent de fortes variations selon le milieu de résidence (Tableau 3.2 et Graphique 3.2). L' ISF varie de 7,5 enfants par femme en milieu rural, à 7,2 dans les "autres villes", pour chuter à 5,9 enfants par femme à Niamey. Dans la capitale, où la fécondité est de plus de 20 pour cent inf6rieure å celle du milieu rural, la courbe des taux de fécondité par åge présente une allure assez différente de celles observées ailleurs : la fécondité aux jeunes åges (avant 30 ans) est nettement inîérieure à celle observée en milieu rural, en particulier à 15-19 ans où le taux de fécondité des femmes de Niamey est de moitié celui des femmes du milieu rural (118 pour mille contre 242 pour mille); par contre, å partir de 30 ans, les taux de fécondité par åge sont assez voisins, quel que soit le milieu de résidence. Globalement, la courbe des taux de fécondité par ~ge des femmes de la capitale présente donc une allure beaucoup plus "aplatie" que celle du reste du pays, signe d'une fécondité en baisse chez les femmes les plus jeunes. 29 Tableau 3.2 Fécondité actuelle Taux de fécondité par &ge, et indice synthétique de fécondioE (ISF), pour la période des six années préc~dartt l'enquête, selon le milieu de résidence, EDS Niger 1992 Résidence Au~es Ensemble Groupe d'åges Niamey villes urbain Rural Ensemble 15-19 118 214 177 242 230 20-24 259 318 294 333 327 25-29 266 291 282 324 317 30-34 246 245 245 261 258 35-39 180 203 194 196 196 40-44 70 131 110 105 106 45-49 34 45 41 42 42 ISF 15-49 (pour 1 femme) 5,86 7,24 6,71 7,52 7,37 ISF 15-44 (pour 1 femme) 5,69 7,01 6,51 7,31 7,16 Note: Les taux sont calculés pour la période de 1-72 mois avant l'enqu@te. Les taux à 45- 49 ans peuvent ~tre légèrement biaisés du fait de données incomplètes pour ce groupe d'åges. Pour mtlle 3~ Graphique 3.2 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence 300 2oo 150 1 O0 oe 15-19 , , , , , 20 24 25-29 30 34 35-39 40-44 Age de la femme 45 49 EDSN 1992 30 Du point de vue régional (Tableau 3.3 et Graphique 3.3), il apparatt que le niveau de fécondité est voisin de 8 enfants par femme à Tillabéri (8,1), à Maradi (7,9) et Dosso (7,7). Par contre, la région de Tahoua/Agadez semble se caractériser par une fécondité légèrement plus faible (7,2 enfants par femme) : cette situation, déjà mise en évidence par le RGP de 1988, pourrait s'expliquer, en partie, par la forte proportion de population nomade vivant dans cette zone et caractérisée par une fécondité plus faible que celle des populations sEdentaires, ainsi que par la forte émigration masculine qui touche cette région (Bureau Central du Recensement - BCR-, 1992e). La fécondité la plus faible est celle de la région de Zinder/Diffa avec un ISF de 6,7 enfants par femme. Là encore, ce faible niveau de fécondité avait déjà été mis en évidence lors du RGP de 1988 (BCR, 1992e). En outre, des études menées dans cette région, et en particulier à Diffa, par le Centre National de Santé Familiale (CNSF) ont révélé que cette sous-fécondité, que l 'on retrouve également dans certaines zones limitrophes de pays voisins, pourrait être due, entre autres, aux mariages consanguins et aux maladies sexue]lement transmissibles (Keuzeta et al., 1992). En outre, l'émigration des hommes vers les pays limitrophes joue aussi, certainement, un rEle dans cette sous-fécondité. Tableau 3.3 Fécondité par c~aetéristiques socio- d6mographiques Indice synthétique de fécondité pour la période des six années préeédant l'arîqu~te et nombre moyen d'enfants n~s vivants pour les femmes de 40-49 ans, par earacoEristiques soeio-démo- graphiques, EDS Niger 1992 Nombre moyen Indice d'enfants nés synthétique vivants pour les CaractérisUque de féeondité 1 femmes de 4049 ans Milieu de résldence Niamey 5,86 6,81 Autres villes 7,24 7,27 Ensemble urbain 6,71 7,11 Rural 7,52 7.56 REl~lon N•amey 5,86 6,81 Dosso 7,74 7,93 Maradi 7,93 7,98 Tahoua/Agadez 7,17 7,25 Tillabéri 8,11 8,01 ZinderfDiffa 6,73 6,79 Niveau d'Instruction Aucun 7,47 7,50 Primaire ou plus 6,32 7.06 Ensemble 7,37 7,50 lIndice synthétique de fécondité pour les femmes âgées de 15-49 ans En ce qui concerne le niveau d'instruction des femmes, il appara~ au Tableau 3.3 et au Graphique 3.3 que la fécondité des femmes ayant fréquenté l'école est nettement inférieure à celle des femmes sans niveau d'instruction : 6,3 contre 7,5 enfants par femme. Cependant, ce résultat est à interpréter avec prudence dans la mesure où la catégorie des femmes ayant fréquenté l'école comprend des femmes de niveaux d'instruction très différents qui ont, peut-être, des niveaux de fécondité très dissemblables. Au Tableau 3.3 figure également le nombre moyen d'enfants nés vivants par femme de 40-49 ans, c'est-à-dire à la fin de leur vie féconde. Contrairement à I'ISF qui mesure la fécondité du moment, ce nombre moyen, qui peut être assimilé à une descendance, est le résultat de la fécondité passée des femmes enquEtEes qui atteignent 40-49 ans. Au niveau national, la descendance des femmes de 40-49 ans (7,5) est très proche de I'ISF (7,4), ce qui dénote une stabilité de la fécondité. Que ce soit du point de vue du milieu de résidence ou de la région, on observe toujours que la fécondité du moment est très proche de la descendance, sauf dans le cas de Niamey, oia I'ISF (5,9) est inférieur de près d'un enfant par femme à la descendance (6,8). Il en est de même pour les femmes ayant une certaine instruction peur lesquelles I'ISF (6,3) est inférieur d'un peu moins d'un enfant par femme à la descendance (7,1). 31 Graphique 3,3 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans R E S I D E N C E ~ A u t r e N s l 8 v ~ e e ~ ~ R u r a l . . . . R E G I O N ~ Dosso . . . Maradi Tahoua/Agadez Tillabéri Zinder/Diffe INSTRUCTIOK Aucu]q~ Primaire ou + 0 2 8 4 6 Nombre d'enfants par femme 10 EDSN 1992 3.2 TENDANCES DE LA FECONDITE Les données collectées lors de I'EDSN permettent de retracer les tendances passées de la fécondité. Pour cela, on a calculé les taux de fécondité par âge des mères à la naissance de leurs enfants, par période quinquennale précédant l'enquête (Tableau 3.4 et Graphique 3.4). Il apparaR tout d' abord que les taux de fécondité présentent des variations par åge assez similaires. Cependant, on constate que les taux de fécondité pour la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête) sont inférieurs à ceux des deux périodes quinquennales précédentes, et cela à tous les âges. Conséquence de ces taux plus faibles, I'ISF calcul~ jusqu'à 35 ans s'établit à 5,6 enfants par femme pour la demière période, contre, respectivement, 6,4 et 6,3 pour les deux périodes précédentes. Le Tableau 3.5 présente te même type de données que le tableau précédent, mais les taux sont Tableau 3.4 Tendances de la fécondité par âge Taux de fécondité par åge par période de cinq ans précédant l'enqu&e, selon l'åge de la mère, EDS Niger 1992 Périodes précédant l'enqu&e (en années) Groupe d'åges 0-4 5-9 10-14 15-19 219 268 253 20-24 325 357 343 25-29 317 344 346 30-34 255 307 327 35-39 191 225 [279] 40-44 102 [155] 45-49 [42] Note: Taux de fécondité par groupe d'âges pour 1000 femmes. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplètes. calculés ici par durée de mariage. Pour les durées de mariage inférieures à quinze ans, les taux de fécondité de la période la plus récente sont assez proches de ceux des périodes précédentes, bien que toujours légèrement plus faibles. Pour les durées de mariages plus longues (15-24 ans) les taux les plus récents sont nettement inférieurs à ceux des autres périodes. 32 Pour mille 4OO Graphique 3.4 Taux de fécondité générale par âge, par période avant l'enquête 3oo 2od 100 o 15-19 i , F i , 20-24 25-29 30434 35-39 40-44 Age de la femme 45-49 EDSN 1992 En première analyse, ces résultats sembleraient indiquer une baisse récente de la fécondité. Cependant, l'examen des différents déterminants de la fécondité ne fait apparaitre aucune modification récente de comportement susceptible d'expliquer une telle baisse, en particulier, l'/lge au premier mariage et l'åge aux premiers rapports sexuels n'ont pas varié au fil des générations (voir Chapitre 5 - Nuptialité), quant à l'åge ~t la première naissance, il semblerait, au contraire, se modifier dans le sens d'un rajeunissement (voir ci-après, section 3.5). De m~me, l'utilisation de la contraception qui reste å un niveau très faible (voir Chapitre 4 - Planification familiale) ne semble pas pouvoir explique r cette modifi cation récente du niveau de la fécondité. Faute d'autres éléments pouvant expliquer avec 6vidence une baisse de la f6condité, des analyses plus approfondies devraient ~tre menées avant de conclure sur la réalit6 d'une telle baisse. 3.3 PARITE ET STERIL ITE PR IMAIRE A partir du nombre total d'enfants que les femmes ont eus au cours de leur vie, on a calculé les parités moyennes par groupe d'figes, pour l'ensemble des femmes et pour les femmes actuellement en union (Tableau 3.6). Tableau 3.5 Tendances de la fécondité pæ durée de mariage Taux de fécondité par période de cinq ans précédant l'enqu&e, selon la durée écoulée depuis le premier mariage, EDS Niger 1992 Nombre d'années depuis le premier mariage Périodes précddant l'enquête (en années) 0-4 5-9 10-14 0-4 291 291 267 5-9 332 374 345 10-14 323 344 357 15-19 264 302 301 20-24 179 235 [298] 25-29 l l l [164] Note: Taux de fécondité pour 1000 femmes non-célibataires. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incompl&es. 33 On constate tout d'abord une augmentation régulière et très rapide des parités avec l'~lge de la femme : ainsi de 0,4 enfant en moyenne å moins de 20 ans, la parité atteint 2,1 enfants à moins de 25 ans et, å la fin de sa vie féconde, une femme a donné naissance à 8,0 enfants en moyenne. Par ailleurs, la répartition de toutes les femmes selon le nombre de naissances met en évidence une fécondité précoce très élevée, puisque près d'un tiers des jeunes femmes de moins de 20 ans (31 pour cent) ont déjà donné naissance à au moins un enfant, et 37 pour cent des femmes de moins de 25 ans ont al~jà eu 3 enfants ou plus. En fin de vie féconde (40-49 ans), 45 pour cent des femmes ont donné naissance à 9 enfants ou plus. Tmbleau 3.6 Enfants nés vivants et enfants survivants R~partttioo (en %) de toutes les femmes et des femmes aclueJlemem m union par nombre d 'enfants nés vlv~ts, norabre moyen d'enfants nés vivan0a et nombre moyen d'enfants survivants, selon l'åge des femmes, EDS Niger 1992 TOUTES LES FEMMES Effectif Nombre Nombre Nombre d'enfants nés vivants de moyen moyen Groupe fera- d'enfants d'enfants d'liges 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ou + Total mes n~s vivants survivants 15-19 68,9 22,3 6,6 1,8 0,1 0,2 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1379 0,43 0,34 20-24 15,0 18,6 29,4 20,5 10,8 4,1 1,4 0,1 0,0 0,0 0,0 100,0 1193 2,12 1.55 25-29 4,1 6,6 11,8 20,2 20,4 18,9 12.5 4,0 1,5 0,0 0,1 100,0 1278 3,82 2,71 30-34 4,2 2,8 4,9 6,9 13,5 16,7 19.8 16,7 8,9 3,6 1,9 100,0 974 5,32 3,66 35-39 4.1 4.5 3.8 2.9 5.9 9.4 11.8 15.9 15.7 12.6 13.4 100.0 746 6.53 4,32 40-44 4.4 3,7 4.4 4.7 4.7 5.4 8.1 12.0 12,8 14.0 25.8 I00.0 528 7.11 4.81 45-49 1,9 2.6 4,2 6,3 4,1 5,8 4,4 9,8 8.5 123 39.7 100,0 404 7,99 4,78 Ensemble 19,7 10,8 10,9 10,3 9,3 8,9 8,0 6,7 5,0 3,9 6,4 100,0 6503 3,85 2,62 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION Effectif Nombre Nombre Nombre d'enfanm nés vivants de moyen moyen Gl~upc fera- d'enfants d )¢.n fam.~ d'~ges 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ou + Total mes nês vivants survivants 15-19 49,1 36,0 11,1 3,2 0.2 0,4 0.0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 779 0,71 0,55 20-24 9.4 18,2 31,7 22.4 11,9 4,7 1,6 0.1 0,0 0,0 0.0 100,0 1059 2,30 1,67 25-29 3,0 6,0 11,2 20.7 20,7 19,5 13.1 4,2 1.5 0,0 0.1 100,0 1211 3.92 2.77 30-34 3,7 2,5 4,3 6,8 13.4 16,6 20,6 17,0 9,1 3,8 2,0 100,0 925 5,41 3,72 35-39 4.0 4,4 3,7 3,0 5,4 9.0 11,7 15,9 15,9 13,0 13.9 100,0 713 6,59 4,36 40-44 4,4 3.4 4,6 4,9 4,3 5,2 7.5 12,5 12,9 13,7 26,7 I00,0 503 7,17 4,83 45-49 2,1 2,7 3,5 6,3 3,9 4,6 4.7 9,6 7,1 12,3 43,1 100,0 371 8,16 4,87 Enserable 11,0 11,3 11,9 11,6 10,4 9,9 9,1 7,6 5,5 4,4 7,4 100,0 5561 4,33 2,94 Les résultats concernant les femmes actuellement mari6es diffèrent peu de ceux concernant toutes les femmes, sauf aux ~lges les plus jeunes où la proportion de femmes non-mari~es et à très faible fécondité est encore importante. Ainsi, 51 pour cent des femmes mari~es de 15-19 ans ont déjà eu au moins un enfant contre 31 pour cent pour toutes les femmes. Cependant, dès 20-24 ans où la proportion de femmes non- mari~es est déjà très faible (voir Chapitre 5 - Nuptialité), l'écart entre la proportion de femmes mari~es ayant déjà eu au moins un enfant (91 pour cent) et celle de l'ensemble des femmes dans la même situation (85 pour cent) est peu important. 34 D'une manière générale, les femmes qui restent volontairement sans enfant sont relativement rares en Afrique et en particulier au Niger, par conséquent la parité zéro des femmes actuellement mari~es et les plus [lgées permet d'estimer le niveau de la stérilité totale ou primaire : 3,7 pour cent seulement des femmes de 35-49 ans, ~ges auxquels l'arrivée d'un premier enfant est peu probable, n'ont jamais eu d'enfants et peuvent 8tre considérées comme st~files. Ce faible niveau de stérilité primaire est voisin de celui observé lors des enqugtes EDS dans d'autres pays d'Afrique (Amold et Blanc, 1990). 3.4 INTERVALLE INTERGENESlQUE La longueur de l'intervalle qui sépare la naissance d'un enfant à la naissance précédente a une influence sur son état de santé et sur celui de la mère. En particulier, de nombreuses recherches ont montré que les intervalles intergénésiques courts (inférieurs à 24 mois) sont nuisibles à la santé des enfants et augmentent leur risque de décéder (voir Chapitre 9 - Mortalité des enfants). Le Tableau 3.7 présente la Tableau 3.7 Intervalle intergénésique Répartition (en %) des naissances des cinq années préeédant l'enquête par nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS Niger 1992 Nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente Caractéristique 7-17 18-23 24-35 36-47 48 ou + Nombre médian Effectif de mois depuis de la naissance Total naissances précédente Groupe d'åges 15-19 24,8 27,1 35,5 7,4 5,1 100,0 154 23,8 20-29 11,4 17,7 43,9 18,9 8,1 100,0 3184 28,9 30-39 11,2 12,3 41,8 21,6 13,0 100,0 2266 31.4 40 ou + 6,5 12,6 38,4 22,5 20,0 100,0 536 33,6 Rang de naissance 2-3 10,6 16,7 41,2 20.2 11,3 100,0 2047 29,8 4-6 11.4 15.2 44,7 19,0 9,6 100,0 2475 29,9 7 ou + 11,9 14,4 40,4 20,9 12,4 100,0 1618 30,7 Sexe de l'enfant précédent Masculin 10,2 16,1 43,0 20,1 10,5 I00,0 3130 30,3 Féminin 12,3 14,9 41,8 19.7 11,3 100,0 3010 29,9 Survie de l'enfant précédent Toujours vivant 5,6 13,3 45,3 23,4 12,4 100,0 4193 32,1 Décédé 23.5 20,2 36,2 12,4 7.6 100,0 1947 25,3 Milieu de résidence Niamey 7.7 13,5 43,9 19,0 15,8 100,0 300 30,5 Autres villes 9,1 15,9 46,6 18,3 10,1 100,0 625 29,4 Ensemble urbain 8,7 15,1 45,8 18,5 11,9 100,0 926 29,7 Rural 11,7 15,6 41,8 20,2 10,7 100,0 5215 30,2 R~glon Niamey 7,7 13,5 43,9 19.0 15,8 100,0 300 30,5 Dosso 10,0 14,0 46,3 22,8 6,9 100,0 871 30,4 Maradi 9,6 13,0 45,1 20,2 12,1 100,0 1233 31,2 Tahoua/Agadez 10.7 17,9 44,0 17,3 10,0 100,0 1334 28.8 Tillabéri 10,6 15,4 40,4 22,0 11,5 100,0 1089 31.3 Zinder/Diffa 15.6 17.0 37,0 18,7 11,7 100,0 1312 29,1 Niveau d'instruction Aucun 11,3 15,4 42,4 20,i 10,9 100,0 5672 30,2 Primaire ou plus 10,9 16,6 43,2 17,7 11,6 100,0 468 29,1 Ensemble 11,3 15,5 42,4 19,9 10,9 100,0 6140 30,1 Note : Les naissances de rang 1 sont exclues. L'intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois écoulés depuis la grossesse précédente qui a abouti à une naissance vivante. 35 r~partition des naissances des cinq années ayant prie~d~ l'cnquete selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, en fonction de diverses caractéristiques démographiques et socio-économiques. On constate que 11 pour cent des naissances sont arrivées moins de dix-huit mois après la naissance précédente et près de 16 pour cent des enfants sont nés entre dix-huit mois et deux ans après leur aîné : au total donc, dans un peu plus d'un quart des cas (27 pour cent), l'intervalle intergénésique est inférieur à deux ans. La majorité des naissances (42 pour cent) se produisent entre 24 et 35 mois après la naissance précédente, et 31 pour cent des enfants sont nés trois ans et plus après leur aîné. La durée médiane de I'intervalle intergénésique est de deux ans et demi (30,1 mois). Par ailleurs, on observe des disparités entre les intervalles intergénésiques scion les caractéristiques démographiques et socio-économiques. Les intervalles intergénésiques sont légèrement plus courts chez les jeunes femmes (médiane de 28,9 mois à 20-29 ans) que chez les femmes plus ågées, en particulier celles de 40 ans et plus (médiane de 33,6 mois). Bien que le Tableau 3.7 mette en évidence une très forte proportion de naissances précédées par un intervalle de moins de deux ans chez les femmes de 15 - 19 ans (52 pour cent), cela ne reflète pas le comportement réel de ces femmes car les naissances de rang un qui constituent l'essentiel de leur fécondité sont exclues de ce tableau. Du point de vue du rang de naissance et du sexe de l'enfant, on ne note que très peu d'écart entre les intervalles. Par contre, les naissances qui suivent des enfants décédés se produisent beaucoup plus rapidement que lorsque l'enfant précédent est toujours en vie : 44 pour cent des naissances ont lieu moins de deux ans après la naissance de l'enfant précédent lorsque celui-ci est décédé, contre 19 pour cent lorsqu'i] est toujours en vie. En ce qui concerne le milieu de résidence, les intervalles intergénésiques ne présentent que peu de variations, bien que les intervalles très courts (moins de 18 mois) soient plus fréquents en milieu rural (12 pour cent) que dans les "autres villes" (9 pour cent) et qu'à Niamey (8 pour cent). Du point de vue de la région de résidence, 1'intervalle médian varie assez peu, de 28,8 mois à Tahoua/Agadez à 31,2 et 31,3 mois, respectivement, å Maradi et Tillabéri. Enfin, selon le niveau d'instmction de la mère, on constate, là encore, que les intervalles entre naissances ne varient pratiquement pas : 30,2 mois chez les femmes sans instruction, contre 29,1 mois chez celles ayant fréquenté l'école. 3.5 AGE A LA PREMIERE NAISSANCE L'åge à la première naissance est un indicateur démographique important dans la mesure où cet åge influence la descendance finale des femmes, en particulier lorsque l'utilisation de la contraception est faible. Le Tableau 3.8 donne la répartition des femmes par åge å leur première naissance et leur åge médian à la Tableau 3.8 Age à la première næssance Répartition (en %) des femmes par åge à la prennère naissance, et ige médtan ì la première naissance selon l'åge actuel, EDS Niger 1992 Age médian Femmes Age à la première naissance Effectif à la Age sans de première actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25 ou + Total femmes naissance 15-19 68,9 4,3 22,2 4,6 a a a 100,0 1379 b 20-24 15,0 14,5 38,8 21,7 8,3 1,7 0,0 10(9,0 1193 17,7 25-29 4,1 12,7 40,2 21,2 13,2 7,0 1,5 100,0 1278 17,8 30-34 4,2 14,7 36,2 22,2 9,7 9,6 3,4 100,0 974 17,9 35-39 4,1 12,3 33,1 20,4 15,2 8,7 6,1 100,0 746 18,4 40-44 4,4 14,4 32,0 16,1 11,5 12,2 9,4 100,0 528 18,5 45-49 1,9 8,3 37,8 13,4 15,3 14,2 9,1 100,0 404 18,5 asans objet bNon applicable: moins de 50% de femmes ont eu un enfant 36 première naissance, selon le groupe d'ãges au moment de l'enquête. Les résultats présentês dans ce tableau dénotent, une fois de plus, la précocité de la fécondité des femmes nigériennes : parmi les femmes actuellement tigées de 20 å 34 ans, plus de la moitiê ont eu leur premier enfant avant l'tige de 18 ans, parmi les femmes plus ågées (35-49 ans), dans la moitié des cas, cette première naissance s'est produite avant l'tige de 18,5 ans. Ainsi des générations les plus anciennes, aujourd'hui agées de 45-49 ans, aux gênérations les plus récentes, aujourd'hui ågées de 20-24 ans, il semblerait que l'åge à la premiêre naissance ait légèrement diminué, la valeur médiane passant de 18,5 ans à 17,7 ans. Compte tenu du fait que, des générations les plus anciennes aux plus récentes, on n'observe aucune modification ni dans l'tige au premier mariage, ni dans l'åge aux premiers rapports sexuels (voir Chapitre 5 - Nuptialité), cette tendance apparente doit ~tre interprétée avec précaution. Concernant l'ensemble des femmes de 20-49 ans, 1' åge médian s'établit à 18,0 ans (Tableau 3.9). Par ailleurs, selon les caractéristiques socio-démographiques des femmes, l'/tge à la première naissance présente certaines variations. Du point de vue du milieu de résidence, si l'age médian à la première naissance est peu différent chez les femmes de 20-49 du milieu rural (17,8 ans) et chez celles des "autres villes" ( lg, l ans), à Niamey, où le niveau de fécondité est le plus faible, il est nettement plus élevé (19,5 ans). Il en est de même pour les femmes ayant fréquenté l'école : åge médian de 19,3 ans contre 17,8 ans chez celles n'ayant aucune instruction. Au Chapitre 5 (Nuptialité), on retrouve les mêmes types d'6carts en ce qui concerne l'tige an premier mariage et l'ãge aux premiers rapports sexuels. En ce qui concerne la région de résidence, seules les femmes du département de Maradi qui font partie de celles ayant la fécondité la plus 61evée, ont un tige médian à la première naissance plus faible que les femmes des autres r6gions : 17,5 ans contre 17,8 ans et plus partout ailleurs. Tableau 3.9 Age médian ì la première naissance Age médian à la première naissance (femmes de 20-49 ans) par åge actuel et par caractéristiques socio-démo- graphiques, EDS Niger 1992 Age actuel Age Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 20-49 Milieu de résidence Niamey 20,0 19,3 19,0 19,0 19,6 20,4 19.5 Autres villes 18,1 17,9 17,9 18.4 18,5 18,6 18,1 Ensemble urbain 18,8 18,6 18,3 18,7 18,9 19,1 18,6 Rural 17,5 17,7 17,8 18,3 18,4 18,3 17,8 R6glon Niamey 20,0 19.3 19,0 19,0 19.6 20.4 19.5 Dosso I7.9 17,7 18,2 18,4 18,2 18,4 18,0 Maradi 16,9 17,5 17.5 18,0 18,8 17.t 17,5 Tahoua/Agadez 17,4 17,5 17,7 18,6 18,7 19,9 17,8 Tillabéri 17,7 18,0 18,1 17.6 17.8 18,3 17,9 Zinder/Diffa 17,9 17,8 17.8 18,6 18,8 19,3 18.1 Niveau d'Instruction Aucun 17,5 17,5 17,8 18,3 18,4 18,5 17,8 Primaire ou plus 19,1 19,8 18,7 19,4 19,3 17,0 19,3 Ensemble 17,7 17,8 17,9 18,4 18,5 18,5 18,0 Note: L'åge r~dian pour la cohorte 15-19 ne peut ~tre déterminé car de nombreuses femmes peuvent encore avoir une naissance avant d'atteindre 20 ans. 37 3.6 FECONDITE DES ADOLESCENTES On a souligné précédem ment le haut niveau de fécondité des adolescentes ( 15 - 19 ans) qui contribuent pour 16 pour cent à la fécondité totale des femmes; par ailleurs, l'tige médian à la première naissance (18,0 ans pour les femmes de 20-49 ans) se situe dans cette tranche d'àges. Le Tableau 3.10 et le Graphique 3.5 donnent, par tige détaillé entre 15 et 19 ans, les proportions d'adolescentes qui ont déjà eu un ou plusieurs enfants et de celles qui sont enceintes pour la première fois : la somme de ces deux pourcentages fournit la proportion de femmes ayant commencé leurvie féconde. On remarque que 36 pour cent des femmes de 15-19 ans ont déjà commencé leur vie féconde : 31 pour cent ont déjà au moins un enfant et 5 pour cent sont enceintes pour la première fois. Dès 15 ans, 10 pour cent des femmes ont déjà commencé leur vie féconde et cette proportion augmente régulièrement et rapidement avec l'tige: à 17 ans, 40 pour cent des femmes ont déjà, au moins, un enfant ou sont enceintes et, à 19 ans, près de trois femmes sur quatre (71 pour cent) ont déjà commencé leur vie féconde, la grande majorité (68 pour cent) ayant déjà, au moins un enfant. Tableau 3.10 Fécondité des adolescentes Pourcentage d'adolescentes de 15 à 19 ans ayant déjà eu un enfant ou étant enceintes d'un premier enfant par caractéristiques socio-démographiques, EDS Niger 1992 Adolescentes (%) qui sont: Adolescentes (%) ayant d6jà Enceintes d'un commencé leur Caractéristique Mères premier enfant vie féconde Effectif Age 15 6,0 3,6 9,6 372 16 16,2 7,1 23,3 261 17 32,2 7,3 39,6 326 18 57,9 3,9 61,8 267 19 67,8 2,9 70,8 154 Milieu de résidence Niamey 15,6 1,8 17,4 107 Autres villes 31,3 5,3 36,5 156 Ensemble urbain 24,9 3,9 28,7 263 Rural 32,5 5,4 38,0 1116 Région Niamey 15,6 1,8 17,4 107 Dosso 29,2 1,7 30,9 199 Maradi 32,6 6,0 38,7 206 Tahoua/Agadez 35,0 4,9 39,9 261 Tillabéti 25,6 5,1 30,7 331 Zinder/Diffa 40,1 8,5 48,6 274 Niveau d'Instruction Aucun 33,3 5,5 38,9 l 117 Primaire ou plus 21,5 3,4 24,8 262 Ensemble 31,1 5,1 36,2 1379 38 Graphique 3,5 Pourcentage d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde Pourcentage 80 60 40 20 15 16 17 18 19 Age (année) Adolescente F'ff]ayant 2 enfants ou + r'layant 1 enfant lmencepnte du 1er enfant EDSN 1992 La précocité de la fécondité est beaucoup plus accentuée en milieu rural où 38 pour cent d'adolescentes ont commencé leur vie féconde entoe 15 et 19 ans, contre 37 pour cent dans les "autres villes" et 17 pour cent à Niamey (Graphique 3.6). De même, on constate de très forte différences r6gionales : dans la région de Zinder/Diffa où, curieusement, le niveau de fécondité est le plus faible (ISF de 6,7), près d'une adolescente sur deux (49 pour cent) est déjà mère ou en première grossesse; deux adolescentes sur cinq sont dans la mSme situation à Tahoua/Agadez (40 pour cent) et à Maradi (39 pour cent), et près d'une adolescente sur trois (31 pour cent) à Dosso et å Tillabéri où la fécondité est la plus élevée (ISF de 8,1). Enfin, selon le niveau d'instruction, on constate que parmi les adolescentes qui ont fréquenté l'école, un quart d'entre elles (25 pour cent) ont commencé leur vie féconde alors que, parmi celles qui n'ont pas d'instruction, 39 pour cent sont déjà mères ou enceintes pour la première fois. Le Tableau 3.11 foumit enfin la répartition des adolescentes par tige détaillé, selon leur nombre d'enfants. On constate que parmi les adolescentes qui ont déjà eu au moins un enfant (31 pour cent des femmes de 15-19 ans), plus d'un quart en ont déjà eu deux ou plus (9 pour cent par rapport à 31 pour cent). Il s'agit surtout des adolescentes les plus ågées, puisque 21 pour cent des femmes de 18 ans et 31 pour cent de celles de 19 ans ont déjà deux enfants ou plus. La parité moyenne augmente très rapidement avec l'tige : elle atteint 0,4 enfants par femme dès 17 ans et une adolescente de 19 ans a déj/l eu, en moyenne, 1,1 enfants. 39 RESIDENCE L NlameYL~ Autres vflies .~*,--- Ruraq ~,.,,~,,~ REGIONL~ Dosso Marad[ t~ Tahoua/Agadez] Tillab~n ~ INSTRUCTION[ Aucunel~ Primaire ou +~~------~--~ Graphique 3,6 Adolescentes de 15-19 ans ayant commencé leur vie féconde ) 10 20 30 40 50 Pourcentage {l~lAdol avec enfants r-lAdol l¢,e grossesse ]l 60 ED$N 1992 Tableau 3.11 Enfants nés de mères adolescentes R6partition (en %) des adolescentes ågées de 15 à 19 ans par nombre d'enfants n6s vwants et nombre moyen d enfants n6s v vants selon I âge, EDS Niger 1992 Nombre d'enfants nés vivants A8e 0 1 2 ou + Nombre moyen d'enfants n~s Effectif Total vivants d'adolescentes 15 94,0 5,6 0,4 100,0 0,06 372 16 83,8 15,2 1,1 I00,0 0,I7 261 17 67,8 28,3 4,0 100,0 0,37 326 18 42,1 36,7 21,2 100,0 0,85 267 19 32,2 37,2 30,6 1120,0 1,11 154 Ensemble 68,9 22,3 8,8 loe,õ 0,43 1379 40 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE Au Niger, comme dans la plupart des pays d'Afrique de l'Ouest, les populations ont toujours un comportement pro-nataliste. Comme par le passé, on fait beaucoup d'enfants pour compenser la forte mortalité infantile, car avoir une famille nombreuse est un prestige, surtout en milieu rural, et malgré l'évolution de la situation socio-économique, les mentalités n'ont pas changé de maniêre significative. Cependant, les cas de grossesses et de naissances désirées plus tard qu'elles ne surviennent ou même non désir~es sont de plus en plus nombreux au Niger. Face à cette situation, le Gouvernement a franchi le premier pas avec l'ouverture d'un Centre National de Santé Familiale en 1984. Ensuite, en 1988, c'est la promulgation d'une loi facilitant l'accès des femmes aux mêthodes contraceptives, c'est-à-dire que désormais les femmes mari~es pourront accéder aux méthodes contraceptives modernes sans avoir à présenter l'autorisation écrite de leur mari. A l'heure actuelle, la contraception est disponible dans les centres de Protection Maternelle et Infantile (PMI), les matemités, les centres médicaux, les dispensaires ruraux et même au niveau des équipes de santé villageoises. La volonté politique en matière de planification familiale s'affirme de plus en plus. Quelques enquêtes ont été menées sur les connaissances, attitudes et pratiques (CAP) des populations relatives à la contraception : ces enquêtes CAP ont eu lieu å Niamey en 1987, à Niamey, Maradi et Zinder en 1988-89, ~ et à Niamey, Maradi et Dosso en 1992. Mais aucune enquête d'envergure nationale n'a jusque- là traité de la connaissance, de l'utilisation et du comportement vis à vis de la contraception. Aujourd'hui grãce à I'EDSN, le Niger pourra disposer de données qui permettront d'évaluer les actions entreprises au niveau national en matière de planification familiale afin de pouvoir mieux les élargir et les renforcer. Au cours de I'EDSN, on a demandé aux femmes interrogées quelles méthodes de contraception elles connaissaient. On s'est ensuite intéressé à l'utilisation passée et/ou actuelle de la contraception, ainsi qu'à l'intention de son utilisation dans le futur. On a enfin demandé aux femmes si elles savaient où se procurer les différents moyens de contraception. Les m6thodes retenues dans le questionnaire peuvent être classées en deux catégories : méthodes modernes : pilule, DIU ou stérilet, injection, méthodes vaginales (spermicide, diaphragme, mousse, gelée), condom ou préservatif masculin, stérilisation féminine (généralement, ligature des trompes), stérilisation masculine (vasectomie) • méthodes traditionnelles : continence périodique, retrait, gris-gris. Far ailleurs, toutes les autres méthodes non listées ci-dessus, à savoir, essentiellement, les méthodes traditionnelles (herbes, écorces, etc.), ont ét~ enregistrées dans une catégorie "autres méthodes." L'analyse des résultats sera consacrée essentiellement aux thêmes suivants : • connaissance de la contraception Voir : Bashin et Allen, 1989; CNSF et CPSF, 1987. 41 pratique de la contraception utilisation actuelle de la contraception nombre d'enfants å la première utilisation connaissance de la période féconde source d'approvisionnement de la contraception utilisation future et méthodes contraceptives préférées information sur la contraception opinions et attitudes vis à vis de la contraception. 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION La connaissance des méthodes contraceptives, ainsi que celle du lieu où se les procurer sont les conditions préalables å toute utilisation de la contraception. La connaissance des méthodes a été appr~hendée de deux façons différentes: connaissance spontanée et connaissance après description. L'enqu~trice a d'abord demandé å la femme quelles méthodes (aussi bien traditionnelles que modernes) elle connaissait. Ensuite pour les méthodes non citées spontanément, chaque méthode spécifique a été décrite par l'enquêtrice avant de demander à la femme si elle en avait déjà entendu parier. Et pour chaque méthode connue on a demandé à l'enquetée si elle savait off se la procurer. Les résultats obtenus montrent que les trois quarts des femmes (76 pour cent) ont déclaré connaitre au moins une méthode; si on se limite aux femmes en union, cette proportion est légèrement plus élevée (77 pour cent) (Tableau 4.1 et Graphique 4.1). S'agissant des seules méthodes modernes, 58 pour cent Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes Pourcentages de femmes et de femmes actuellement en unîon qui connaissent une méthode contraceptive et pourcentage de celles qui connaissent une source (pour informations ou services) par méthode spécifique. EDS Niger 1992 Connalt une méthode Cortnait une sou~oe Toutes Femmes Toutes Femmes Méthode les actuellement les actuellement contraceptive femmes en union femmes en union N'Importe quelle m~thode 75,7 77,3 33.2 33,1 M£~t hode moderne 58,0 58,0 33,0 32,9 Pilule 45,2 44,9 26,5 26,1 DIU 25,3 24,9 15,0 14,6 Injection 39,2 39,3 22,5 22,4 Méthodes vaginales l 1,0 l 1,0 6,9 6,9 Condom 23,9 22,7 12,2 11,3 Stérilisation féminine 39,0 39,9 17,7 17,9 Stérilisation masculine 10,5 10,8 3,2 3,3 Méthode traditionnelle 65,2 67,4 3,5 3,2 Continence périodique 9,9 9,7 3,5 3,2 Retrait 9,6 9.7 0,0 0,0 Gris-gris 63,3 65,6 0,0 0,0 Autres méthodes 6,3 6,8 0.0 0.0 Effectif de femmes 6503 5561 6503 5561 42 Graphique 4.1 Connaissance de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union Au moins 1 méth mod 58 Pilule St~rllisatton fêmtnlrle Injectron DIU Condom Au moins 1 m@th trad Gris-gns Contlnence p@nod . Retrait Au motns 1 m~thode 145 14o 139 ] 2s 123 67 ] 66 ~ 1 o ----11o 20 40 60 80 Pourcentage 100 EDSN 1992 de l'ensemble des femmes et des femmes en union en connaissent au moins une. Le Tableau 4.1 donne également les proportions de femmes ayant d6claré connattre chaque méthode contraceptive spécifique. La pilule est la méthode modeme la plus connue (45 pour cent) suivie de la stérilisation féminine et des injections (39 pour cent); environ une femme sur quatre connaît le stérilet (25 pour cent) et condom (23 pour cent); les méthodes vaginales (11 pour cent) et la stérilisation masculine (11 pour cent) sont les méthodes les moins connues. En ce qui concerne les méthodes traditionnelles, 65 pour cent de l'ensemble des femmes et 67 pour cent des femmes mari~es ont déclar6 en connaître au moins une: la continence périodique et le retrait connus par moins de 10 pour cent des femmes viennent très loin après les gris-gris, connus par 66 pour cent des femmes en union. Parmi les femmes en union et l'ensemble des femmes qui ont affirmé connaAre une méthode, un tiers seulement (33 pour cent) ont déclaré savoir où se la procurer. Si on se limite aux seules méthodes contraceptives modemes, également 33 pour cent des femmes connaissant une méthode savent où aller pour l'obtenir. En d'autres termes, deux femmes sur trois connaissant une méthode moderne de contraception ne savent pas où se la procurer. Les sources d'approvisionnement des méthodes traditionnelles sont les plus méconnues : seulement 3 pour cent des femmes connaissant la continence périodique savent oh s'adresser pour obtenir des conseils sur la façon de l'utiliser. Il faut souligner que, concernant la connaissance des méthodes modernes, des efforts ont été fournis dans le domaine de l'information et de la sensibilisation des populations depuis la création du Centre National de Santé Familiale (CNSF). C'est ainsi que dans le cadre de l'Information, Education et Communication (IEC), des séances de sensibilisafton ont lieu de manière périodique dans presque tous les quartiers de la Communauté Urbaine de Niamey et å l'intérieur du pays, ainsi que par le biais des média. 43 Le Tableau 4.2 pr~sen~e les proportions de femmes en union ayant déclar6 connaflre des mdthodes contraceptives et un endroit oà se les procurer selon différentes caractéristiques socio.démographiques. La distincUon par groupe d'tiges quinquennaux montre que, quel que soit le groupe d'ãges, près de 8 femmes sur 10 connaissent au moins une méthode contraceptive, sauf pour les femmes de 15-19 ans où la proportion est de 65 pour cent. C'est chez les femmes de 25-29 ans que la connaissance de la contraception est la plus dlevée (82 pour cent). Si l 'on se limite aux mêthodes modernes, on peut observer les mêmes types de variations selon l'tige, mais avec des écarts plus prononcés : la connaissance varie de 49 pour cent ~ 15-19 ans à 64 pour cent chez les femmes de 25-29 ans, pour diminuer ensuite à 49 pour cent à 45-49 ans. La connaissance d'un endroit oh se procurer une mêthode moderne de contraception suit les mêmes tendances que la connaissance des méthodes elles-m~mes : ce sont les femmes des åges intermédiaires (20-39 ans), et surtout celles de 25-29 ans (38 pour cent) qui connaissent le mieux les sources d'approvisionnement; les femmes les moins bien informées sont celles de 45 ans et plus (26 pour cent) et celles de moins de 20 ans (22 pour cent). Tableau 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives modernes et des sources des mdthodes Pourcentage de femmes actuellement en union connaissant au moins une méthode moderne et pourcentage de celles connaissant une source (pour informations ou services), par earactéristiques soeio~témographiques, EDS Niget 1992 Corma~t une Cormalt source pour Effectif Corma~t une méthode méthode de Caractéristique une méthode moderne I moderne femmes Groupe d'åges 15-19 64,9 48,9 22,2 779 20-24 77,4 58,3 34,2 1059 25-29 81,6 64,1 37,7 1211 30-34 80,0 59,7 36,l 925 35-39 77,8 59,9 34,9 713 40-44 78.4 58,2 31,3 503 45 -49 80,4 48,9 26,1 371 Milieu de r~sldence Niarney 95,1 93,1 76,2 271 Autre villes 92,0 86,3 77,0 520 Ensemble urbain 93,1 88,6 76,8 791 Rural 74,7 53,0 25,6 4770 R~glon Niamey 95,1 93,1 76,2 271 Dosso 85,9 77,1 40,8 760 Maradi 87,3 50,8 28,7 1080 Tahoua/Agadez 81,6 52,4 32,9 1201 Tillabéri 87,2 78,0 30,6 935 Zinder/l)iffa 49,6 36,7 24,4 1313 Niveau d'Instruction Aucun 76,5 56,5 30,5 5136 Primaire ou plus 87,1 76,7 61,8 425 Ensemble 77,3 58,0 32,9 5561 1C'est-à~lire: pilule, DIU, injection, méthodes vaginales (spermicides, diaphragmes.), condom et stérilisations f~minine et masculine. 44 En ce qui concerne le milieu de résidence, comme l'on pouvait s'y attendre, la contraception est mieux connue en ville qu'en zone rurale. La presque totalité des femmes de Niamey connaissent une méthode quelconque (95 pour cent) ou une méthode moderne (93 pour cent). Dans les "autres villes" ces proportions sont respectivement de 92 et 86 pour cent, et elles passent à 75 et 53 pour cent seulement en milieu rural. Du point de vue régional, on constate que la connaissance de la contraception est très faible à Zinder/Diffa puisque un peu moins de la moitié des femmes de cette région ont déclaré connaître une méthode quelconque et seulement 37 pour cent, une méthode moderne. La connaissance des méthodes modernes de contraception est également faible à Maradi (51 pour cent) et à Tahoua/Agadez (52 pour cent). En observant les résultats concemant le niveau d'instruction, on peut constater que celui-ci a une forte influence sur la connaissance de la contraception, et surtout sur celle des méthodes modernes : 57 pour cent des femmes mari~es n'ayant reçu aucune instruction affirment connaître au moins une méthode moderne contre 77 pour cent des femmes qui ont un niveau d'instruction primaire ou supérieur. Cet écart est encore plus prononcé pour la connaissance d'une source d'approvisionnement : seulement 31 pour cent des femmes sans instruction connaissant une méthode savent où se la procure contre 62 pour cent pour les femmes ayant fréquenté l'école. 4.2 PRAT IQUE DE LA CONTRACEPT ION La pratique de la contraception chez les femmes enqu~tées est d~ finie comme 1'utilisation d'au moins une méthode contraceptive à un moment quelconque de leur vie féconde. Aux femmes qui avaient déclaré connaître une méthode contraceptive, les enquetrices ont demandé si elles avaient déj à utilisé cette méthode. Ces informations permettent de mesurer le niveau de pratique de la contraception à un moment quelconque de la vie des femmes par type de méthode spécifique (Tableau 4.3). Tableau 4.3 Utilisation de la contraception à un moment quelconque Pourcentage de femmes et de femmes actuellement en union ayant déjà uulis6 une méthode contraceptive, par méthode Sl~Cffique, selon Fige, EDS Niger 1992 Orou~ d'r.ges N'lm- Mrthodes modernes Nqm- Mrthodes tradiuonnelles N'ira- porte porte porte quelle Mrth. quelle Contin. Effectif quelle rn~hode Pli- Injec- vagi- Con- St~ril. mt~thode p~ric- Gris- de mOhode moderne uie DIU tion nales dom frmin, tradlL dique Retrait gris Autres femmes TOUTES LES FEMMES 15-i9 3.3 1.2 1.1 0.0 0,0 0,0 0,1 0.0 2.7 0.4 0,3 2.1 0,5 1379 20-24 12,5 5.1 4.5 0.2 0.2 0,2 1.0 0.0 8.9 0.9 0,6 6.9 1,0 1193 25-29 14,1 6.1 5.0 0.4 1,0 0,2 0.5 0.0 I0.0 0.6 0,5 8.2 1,5 1278 30-34 15,2 6.9 5.8 0.7 1,0 0.6 0.6 0.2 11.0 1.3 0.6 8.2 2,1 974 35-39 12.7 5,5 4.2 0.4 1,6 0.3 0.2 0.2 7.7 0.6 0.0 5.7 2.0 746 40-44 10,1 3,0 1.9 0.5 1.4 0.4 0.1 0,2 7,8 0.7 0.2 5.9 2.8 528 45-49 8,3 2.4 0.8 0,6 0,5 0.0 0.1 0,8 6,2 0,1 0.0 3,8 3.6 404 Ensemble 10.8 4,4 3.6 0,4 0.7 0.2 0.4 0,1 7,7 0.7 0.4 5,9 1.6 6503 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 4.0 1.3 1.2 0.0 0.1 0,0 0,1 0,0 3,4 0,5 0.4 2.7 0.7 779 20-24 12.4 4.5 4,2 0,2 0.2 0.1 0,8 0,0 9.4 0,9 0.6 7.3 1.1 1059 25-29 13.4 5.3 4,3 0,3 1.0 0.2 0,3 0.0 9.9 0.4 0,4 8.3 1,5 1211 30-34 15.1 6.4 5,6 0.7 0.9 0.6 0,4 0.1 11.2 1.3 0,6 8.4 2,2 925 35-39 12.3 5.2 4,0 0.4 1.4 0.3 0,2 0.2 7.6 0.6 0.0 5.8 1.9 713 40-44 9.7 2.9 1,9 0.5 1.3 0.4 0,1 0.2 7.6 0.7 0,2 5.8 2.8 503 45-49 8.6 2,6 0.9 0.7 0.5 0,0 0.1 0.8 6,3 0.1 0,0 3,7 3,6 371 Ensemble 11.4 4.4 3.6 0.4 0.8 0.2 0.3 0.1 8.4 0.7 0.4 6.5 1.7 5561 45 Sur l'ensemble des femmes, 11 pour cent ont déjà utilisé au moins une méthode contraceptive à un moment quelconque de leur vie, les méthodes modernes (4 pour cent) étant moins utilisées que les méthodes traditionnelles (8 pour cent). Parmi ces demières, le gris-gris est la méthode la plus utilis6e (6 pour cen0. Parmi les m6thodes modernes, la pilule (4 pour cent) est la seule méthode qui a été utilisé.e par plus de 1 pour cent des femmes. Pour l'ensemble des méthodes et pour les méthodes modemes, c'est chez les femmes de 25-29 ans (respectivement, 14 et 6 pour cent) et de 30-34 ans (respectivement, 15 et 7 pour cent) que l'utilisation a 6té la plus importante. Par méthode spécifique et quel que soit l'fige, on constate que seuls la pilule et les gris-gris ont été utilisés par des proportions non négligeables de femmes. Si on se limite aux femmes en union, on constate que la proportion de femmes ayant d6jà utilisé la contraception (11,4 pour cent) est lég5mment plus élevée que celle relative å l'ensemble des femmes (10,8 pour cent). En outre, pour les femmes en union, l'utilisation par méthode sp6cifique est la même que pour l'ensemble des femmes, ainsi que l'utilisation par åge. 4.3 UT IL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPT ION La prévalence contraceptive correspond au pourcentage de femmes qui utilisent une méthode contraceptive quelconque au moment de l'enquSte. Si 76 pour cent de l'ensemble des femmes enquStées connaissent au moins une méthode de contraception et 33 pour cent savent où se la procurer, seulement 11 pour cent ont déclaré en avoir déjà utilisé une et 4 pour cent en utilisent une actuellement (Tableau 4.4). Ces Tableau 4.4 Utilisation actuelle de la contraception Réparation (en %) de toutes les femmes et des femmes actuellement en union, par m6thod¢ contraceptive actuellement utilis6e, selon l'åge. EDS Niger 1992 Nhm- N'ira- M6thodesmodernes N'tm- Méthodes tradluonnelles porte porte porte quelle quelle M6th. quelle Contra. Effectif Groupe m6- lïl~thode Pli- Injec- vagi- Con- St~ril. m~93aode p~no- Gris- Aucune de d'~ges thode moderne uie DIU tio~ nales dora f6min, tradht, dique Retratt grJ, Autres m6thode Total femmes TOUTES LES FEMMES 15-19 1.8 0,7 0,6 0.0 0.0 0.0 0,0 0.0 1,1 0.1 0.0 1,0 0,1 98,2 100.0 1379 20-24 1.8 0.7 0,6 0.0 0,0 0.0 0.0 0.0 1,1 0.1 0.0 1,0 0.1 98,2 100.0 1379 25-29 5.8 3,2 2,2 0.2 0,8 0.0 0,0 0.0 2,6 0.0 0.0 2.4 0.2 94,2 100.0 1278 30-34 5.8 2.9 1,8 0.4 0,5 0,0 0,1 0,2 2,9 0.1 0.0 2.5 0.3 94,2 100.0 974 35-39 4,7 3,2 2.0 0.1 0,8 0,0 0.0 0,2 1.6 0,1 0.0 1.2 0.3 95.3 100.0 746 40-44 3.4 1.8 0.7 0.2 0.8 0.0 0.1 0,2 1.6 0,1 0.0 1,3 0.3 96.6 100.0 528 45-49 1,8 1.6 0.0 0.4 0.4 0.0 0.0 0.8 0.3 0.1 0,0 0.1 0.0 98.2 100.0 404 Ensemble 4.4 2.3 1,5 0,2 0.4 0.0 0,I 0.I 2.I 0.I 0,0 1,8 0,2 95,6 100.0 6503 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 2.2 0.8 0.7 0.0 0.1 0,0 0.0 0,0 1.3 0,0 0.0 1.3 0,0 97.8 100,0 779 20-24 2,2 0.8 0.7 0.0 0.1 0,0 0.0 0,0 1.3 0,0 0.0 1.3 0,0 97.8 100,0 779 25-29 5,4 2.8 1.9 0,1 0.8 0.0 0.0 0,0 2.5 0,0 0.0 2,3 0.2 94.6 100,0 1211 30-34 5.4 2.6 1,8 0,4 0.4 0.0 0,0 0.1 2.8 0.1 0,0 2.4 0.3 94.6 100,0 925 35-39 4.7 3.0 1.9 0.1 0,7 0.0 0,0 0.2 1.6 0.1 0.0 1,3 0.3 95,3 100.0 713 40-44 3,4 1,7 0.6 0.2 0,6 0,0 0,1 0,2 1.7 0.1 0,0 1,3 0.3 96,6 100.0 503 45-49 2.0 1,7 0,0 0.5 0,4 0,0 0.0 0,8 0.3 0.1 0.0 0.1 0,0 98.0 100.0 371 Ensemble 4,4 2,3 1,5 0,2 0,5 0,0 0,0 0,1 2,2 0,1 0,0 1,9 0,2 95,6 100,0 5561 46 proportions sont pratiquement les memes si on se limite aux seules femmes en union. En d'autres termes, 96 pour cent de l'ensemble des femmes n'utilisaient aucune méthode de contraception au moment de l'enquSte. Les femmes utilisatrices de la contraception, utilisent autant les méthodes modernes (52 pour cent) que les méthodes traditionnelles (48 pour cent) (Graphique 4.2). Parmi les méthodes modernes, seule la pilule est utilisée par une part importante d'utilisatrices (34 pour cent), et la méthode la plus utilisée par les femmes nigériennes restele gris-gris (43 pour cent). Par ailleurs, on notera qu'au moment de l'enquete, aucune femme ne pratiquait le retrait et les méthodes vaginales. Pour l'ensemble des femmes, la prévaience contraceptive augmente légèrement de 15-24 ans (2 pour cent) ~t 25-34 ans (6 pour cent), puis diminue légèrement chez les femmes plus ågées, pour atteindre 2 pour cent chez les femmes de 45-49 ans, en fin de vie féconde. Pour les méthodes modernes, on observe les m~mes tendances par ãge, cependant il faut noter que les femmes de 35 ans et plus utilisent des méthodes plus diversifiées (pilule, mais aussi injections, stérilet et, å 45-49 ans, stérilisation féminine) que les femmes plus jeunes. Graphique 4,2 Méthode utilisée par les utilisatrices actuelles de la contraception Gris-gris 43% S Pilule 34% ~~thodes elles 5% Autres méthodes modernes 18% Note Util~satnces parmi les lemmes de 15-49 ans en union EDSN 1992 Maigr6 le très faible niveau de prévalence contraceptive au Niger, les données du Tableau 4.5 et du Graphique 4.3 font apparailre de très fortes variations d'utilisation selon le milieu et la région de résidence, le niveau d'instruction et le nombre d'enfants vivants. En milieu rural, 2,5 pour cent seulement de femmes en union utilisent une méthode de contraception contre 14 pour cent dans les "autres villes" et 21 pour cent à Niamey : en d'autres termes, dans la capitale, une femme sur cinq pratique actuellement la contraception et cette prévalence est dix fois plus élevée qu'en milieu rurai. De plus, la très grande majorité des femmes de Niamey pratiquant la contraception, utilisent des 47 Tableau 4.5 Utilisation actuelle de la contraception par caracoEristiques socio-démographiques R~partîtaon (en %) des femmes actuellement en union, par méthode contraceptive actuellement utilîs6e, selon certaines caract6ristiques socio-démographiques, EDS Niger 1992 C.ar act 6ristique N*lln- N'ira- porte porte quelle quelle m6- m6- thode Pil- •ode moderne uie M6thodes M6thodes modernes N'ira- traditionnelles porte quelle ContirL Effectif lnjec- Con- S~ril. m6thode p6ric- Gris- Aucune de DIU tion dom f6min, tradxL dique gris Autres m6thode Total femmes Milieu de r~sldence Niamey 20.8 17,3 9.3 2.9 4.3 0.4 0.4 3.6 0,6 2,6 0.2 79.2 100.0 271 Autres vdles 14.1 8.6 6.6 0.3 1.4 0.0 0.3 5.5 0.3 4,9 0.3 85,9 100.0 520 Rural 2.5 0.7 0.5 0.0 0.1 0,0 0.1 1,7 0,0 1.6 0,2 97.5 100.0 4770 R~glon Niamey 20,8 17.3 9,3 2.9 4,3 0,4 0.4 3,6 0.6 2.6 0,2 79.2 1130,0 271 Dosso 2,7 1.3 0.8 0.0 0,1 0,0 0.4 1,3 0.0 1.3 0,0 97.3 100,0 760 Maradi 6.4 1,1 0,7 0.0 0.4 0,0 0,0 5.3 0.0 4,9 0.3 93.6 100.0 1080 Tahc~a/Agadez 4.9 2,3 1,6 0.1 0.5 0.0 0.1 2.6 0.0 2.1 0.6 95,1 100.0 1201 Tillab6fi 2.2 1,7 1.2 0.0 0.4 0.0 0.2 0.5 0.0 0,5 0.0 97.8 100.0 935 Zinder/Diffa 1.6 0,9 0.9 0.0 0.0 0.0 0,0 0.7 0.1 0.6 0.0 98.4 100.0 1313 Niveau d'instruction Aucun 3,5 1.5 0.9 0,1 0,4 0.0 0,1 1.9 0,0 1.7 0.2 96.5 100.0 5136 Primaire ou plus 16.1 11.0 8,1 1.1 1,5 0,1 0,2 5,1 0.6 4,2 0.2 83.9 100,0 425 Nombre d'enfants vivants Aucun 0.2 0,1 0.1 0.0 0.0 0.0 0.0 0.1 0,0 0.1 0.0 99.8 100,0 796 1 3.5 1,4 1.2 0.0 0.1 0.0 0.1 2.0 0.0 2,0 0.0 96,5 100.0 967 2 5.2 2,2 1.5 0.1 0.3 0.0 0.2 3.1 0.0 2.7 0.3 94,8 100.0 923 3 4.9 3.2 2.5 0.1 0.6 0.0 0.0 1.7 0,2 1.5 0.0 95,1 100.0 865 4ou+ 6,0 3.1 1.7 0,4 0.8 0.0 0,2 2.9 0,1 2.4 0.4 94.0 100.0 2009 Ensemble 4,4 2.3 1.5 0,2 0.5 0,0 0,1 2.2 0,1 1.9 0.2 95,6 100.0 5561 méthodes modernes (17 pour cent par rapport à 21 pour cent), les méthodes les plus utilisécs étant la pilule (9 pour cent), les injections (4 pour cent) et le stérilet (3 pour cent). Dans les "autres villes," l'utilisation des méthodes modernes est également importante (9 pour cent) et la méthode la plus pratiquée est la pilule (7 pour cent). A l'opposé, en milieu rural, la pratique contraceptive se limite presque uniquement ~t 1'utilisation des gris-gris (65 pour cent de l'utilisation totale). En ce qui concerne la r6gion de r6sidence, on observe que, quelle que soit la méthode, la prévalence varie de 6 pour cent à Maradi à moins de 2 pour cent à Zinder/Diffa. Mais si l'on se limite uniquement à la contraception modeme, il y a peu de différences de prévalence entre les régions : seule la région de Tahoua/Agadez se distingue par une proportion d'utilisatrices légèrement plus élevée qu'ailleurs (plus de 2 pour cent). Pour les méthodes traditionnelles, quelle que soit la région, le gris-gris est la méthode la plus pratiquée. Comme attendu, le niveau d'instruction influence très fortement l'utilisation de la contraception. La prévalence, très faible, chez les femmes sans instruction (3 pour cent) est plus de cinq fois plus élevée chez celles ayant fréquenté l'école (16 pour cent). De plus, les femmes ayant de l'instruction utilisent, en majorité des méthodes modernes (11 pour cent par rapport à 16 pour cent), principalement la pilule (8 pour cent), alors que les femmes sans instruction utilisent plutõt les gris-gris. 48 Graphique 4.3 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union RESIDENCE Nlamey Autres wlles Rural REGION DOSSO Maradi Tahoua/Agadez TiIlab6rl Zlnder/Diffa INSTRUCTION Aucune Primaire ou + li!i!i!i~i!i!iii~ii 1 / 7 1 !i]~!i!iii~i~i~i~iiiiiii~iii~!iiiiiiiii I I I I 5 10 15 20 Pourcentage 25 EDSN 1992 Sur un autre plan, le Tableau 4.5 indique que la pratique actuelle de la contraception augmente avec le nombre d'enfants vivants. Pour l'ensemble des méthodes, la prévalence, pratiquement nulle chez les femmes n'ayant aucun enfant, augmente avec la parité pour atteindre 6 pour cent chez celles qui ont quatre enfants ou plus. Pour les seules méthodes modernes, le taux d'utilisation passe de 1 pour cent chez les femmes ayant un seul enfant à un peu plus de 3 pour cent chez celles ayant trois enfants ou plus. 4.4 NOMBRE D 'ENFANTS A LA PREMIERE UT IL ISAT ION L'utilisation de la contraception pour la première fois peut, en fonction de la parité atteinte à ce moment-là, r6pondre à des objectifs différents : retard de la première naissance si l'utilisation commence lorsque la femme n'a pas encore d'enfant, espacement des naissances si la contraception d6bute à des parités faibles, ou encore limitation de la descendance lorsque la contraception commence à des parités élev6es, c'est-à-dire lorsque le nombre d'enfants désir6s est déjà atteint. Le Tableau 4.6 pr6sente, par groupe d'åges, la répartition des femmes en union en fonction du nombre d'enfants vivants qu'elles avaient au moment où elles ont utilisé la contraception pour la première fois. Sur l'ensemble des femmes non célibataires, moins de 1 pour cent ont déclaré avoir adopt6 une méthode contraceptive afin de retarder la première naissance. Cette faible proportion s'explique par le fait qu'au Niger, une fois marié, le souci premier du couple est d'avoir un enfant. D'une part, il y a la pression sociale qui fait que toute la famille attendant impatiemment cet enfant, d'autre part, chaque partenaire veut "tester" sa fécondité. La peur de la stérilité dans les esprits rend extrêmement difficile l'adoption immédiate de la contraception après le mariage. Le besoin d'espacer les naissances apparaît après la naissance du premier enfant survivant, moment auquel 3,5 pour cent des enquêt6es ont adopté une méthode contraceptive pour la première fois. 49 Tableau 4.6 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes non-célibataires par nombre d'enfants vivants lors de la première utilisation de la contraception, selon l'åge actuel, EDS Niger 1992 Jamais Nombre d'enf~mts à la première utilisé utilisation de la contraception Effectif Age la contra- de actuel ception 0 1 2 3 4+ ND Total femmes 15-19 96,1 1,2 2,2 0,6 0,0 0,0 0,0 lO0,O 808 20-24 87,6 0,8 5,9 3,9 1,2 0,4 0,2 100,0 1108 25-29 86,0 0,5 4,7 4,1 2,2 2,5 0.0 I00,0 1256 30-34 84,8 0,5 3,4 4,3 3,1 3,6 0,3 tO0,O 973 35-39 87,4 0,8 1,5 1,3 1,4 7,2 0,5 IO0,O 745 40-44 90,0 0,5 2,5 t,4 0,7 4,9 0,0 IO0,O 528 45-49 91,7 1.2 1.7 0,8 1.1 3,5 0.0 100,0 404 Ensemble 88,4 0,8 3,5 2,8 1,5 2,8 0,2 100.0 5821 La proportion de femmes ayant commencé à utiliser la contraception alors qu'elles n' avaient aucun enfant ne prEsente que très peu de variations selon le groupe d'åges. La majorité des utilisatrices les plus jeunes (moins de 30 ans) ont commencé à utiliser la contraception après la naissance du premier enfant, par contre les femmes de plus de 30 ans ont commencé plus fréquemment à utiliser la contraception lorsqu'elles avaient déjà atteint une parité élevée (4 enfants et plus). 4.5 CONNAISSANCE DE LA PERIODE FECONDE Pour pouvoir mesurer le degrE de connaissance des femmes å propos de la période de fécondabilitE au cours du cycle menstruel, on a demande aux enquEt6es si elles pensaient, qu'au cours du cycle, il existait une période pendant laquelle elles avaient plus de chances de tomber enceinte et, si oui, à quel moment du cycle se situait cette période. Compte tenu des très nombreuses nuances que peuvent comporter les réponses à cette demière question, au Tableau 4.7, on a essayE de regrouper les réponses en trois grandes catégories : connaissance : "milieu du cycle." connaissance douteuse : "juste après la fin des règles," "juste avant le début des règles." Ces rEponses sont trop vagues pour pouvoir être considérEes comme exactes mais, selon l'idée que se font les femmes du "juste avant" et du "juste après," elles peuvent correspondre ~ la pEriode de fécondabilitE. méconnaissance : "pendant les règles," "n'importe quand," "autre," "ne sait pas." Tableau 4.7 Connaissance de la période féconde Répartition (en %) de toutes les femmes et de celles ayant déjà pratiqué la continence périodique selon leur connaissance de la période féconde au cours du cycle menstruel, EDS Niger 1992 Femmes ayant Connaissance Toutes déjà utilisé de la période les la continence féconde femmes pérodique Connaissance Au milieu du cycle 10,9 29,5 Connaissance douteuse Juste après les règles 29,3 49.2 Juste avant les règles 5.7 4,9 Ne connalt pas Pendant les règles l , l 0,0 A n'importe quel moment 15,3 10,9 Autre 0,5 0,0 Ne sait pas 37.0 5,5 Non déclaré 0,2 0,0 Total 100,0 100,0 Effectif de femmes 6503 46 50 La majorité des femmes (54 pour cent) n'ont aucune idée de l'existence d'une l~riode particulière ou ne savent pas situer correctement cette période, 35 pour cent en ont une connaissance douteuse et seulement une femme sur dix (11 pour cent) a une connaissance précise de la période oh une femme a le plus de chances de tomber enceinte. Si on se limite aux seules femmes utilisatrices de la continence périodique et qui doivent parfaitement connaître ces périodes pour utiliser efficacement cette mdthode de contraception, leur connaissance de la période de fécondabilité au cours du cycle est nettement meilleure (30 pour cent); cependant, 54 pour cent de ces femmes n'en ont qu'une connaissance douteuse et surtout 16 pour cent ne savent pas situer la période au cours de laquelle elles doivent s'abstenir de rapports et donc leur pratique est vouée å l'échec. 4.6 SOURCES D 'APPROVIS IONNEMENT DE LA CONTRACEPT ION Pour évaluer la contribution des secteurs public et privé dans la distribution ou la vente des différentes méthodes modemes de contraception, on a demandé aux utilisatrices actuelles d'identifier l'endroit où elles obtiennent leur méthode. Dans leur grande majorité, les femmes utilisatrices de la contraception moderne s'approvisionnent auprès du secteur public (93 pour cent). Le Tableau 4.8 fait apparaître que pour obtenir leur méthode, les femmes s'adressent principalement aux centres de Protection Matemelle et Infantile (PMI) (39 pour cent), aux maternités (20 pour cent) et enfin au Centre National de Santé Familiale (15 pour cent). Le secteur médical privé ne ravitaille que 5 pour cent des femmes et dans 1 pour cent des cas, les femmes se procurent leur moyen contraceptif auprès de parentes ou voisines. Tableau 4.8 Source d'approvisionnement en eontraceptifs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de méthodes contraceptives modernes par source d'approvisionnement la plus récente, selon les méthodes spécifiques. EDS Niger 1992 Sou[co d'approvisionnement Pilule Injection Autres Ensemble Secteur publie 92.4 98.2 90.1 93.3 H6pital 1.2 0.0 15.7 3.2 Centre médical 4.3 3.5 1.4 3.7 Centre de santé familiale 12.6 13.3 27.5 I4.9 PMI 42.6 48.4 l 1.0 39.1 Dispensaire 8.9 2.2 7.2 7.3 Maternité 16.0 30.8 25.8 20.4 Pharmacie populaire 6.8 0.0 1.5 4.7 Secteur médlcal prlv~ 6.3 1.8 3.6 5.0 Cabinet de médecin privé 1.0 0.0 0.0 0.7 Clinique/h6pital 1.4 1,8 3.6 1.8 Pharmacie 3.8 0.0 0.0 2.5 Autre secteur prlv~ 1.4 0.0 3.1 1.3 Parente/Voisine 1.4 0.0 3.1 1.3 NSP 0.0 0.0 3.1 0.4 Total 100.0 100.0 100.0 100,0 Effectif de femmes 98 29 23 150 51 En observant ces r6sultats par méthode spécifique, on constate la m~me tendance : la pilule (92 pour cen0, et les injections (98 pour cent) proviennent du secteur public où le service est gratuit et le personnel mieux formé. Pour la pilule, l'intervention du secteur privé est légèrement plus importante que pourles autres méthodes (6 pour cent), essentiellement par le biais des pharmacies (4 pour cen0. 4.7 UT IL ISATION FUTURE ET METHODES CONTRACEPT IVES PREFEREES On a demandé aux femmes en union qui n'utilisaient pas la contraception au moment de l'enquéte si elles avaient l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir. Au Tableau 4.9, où l'on a distingué les femmes ayant déjå utilisé une méthode et celles n'en ayant jamais utilisé, figure la r6partition des femmes par intention d'utilisation future des moyens contraceptifs, selon le nombre d'enfants nés vivants. Tableau 4.9 Utilisation future de la contraception Répartition (en %) des femmes actuellement en union n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive, par intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, selon le nombre d'enfants vivants et selon l'expérience passée en matière de contraception, EDS Ntger 1992 Intention d'utiliser dans le futur Nombre d'enfants vivants I 0 1 2 3 4 ou + Ensemble N'a Jamals utlllsé la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 2,1 10,0 Intention d'utiliser plus tard 6,9 6,4 Intention NSP quand 0,5 1,2 N'est pas sfire d'utiliser 10,8 9,3 N'a pas l'intention d'utiliser 78,3 69,4 ND 0.1 0,2 A d~j~ utlllsé la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mots 0,4 1,3 Intention d'utiliser plus tard 0,2 0,4 Intention NSP quand 0,0 0,1 N'est pas s6re d'utiliser 0,0 0,0 N'a pas l'intention d'utiliser 0,7 1,9 ND 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 Toutes les femmes actuellement en union et non-utilisatrices Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 2,6 11,3 Intention d'utiliser plus tard 7,2 6,8 Intention NSP quand 0,5 1,2 N'est pas sSre d'utiliser 10,8 9,3 N'a pas l'intention d'utiliser 78,9 71,2 ND 0,1 0,2 Total loe,0 100,0 Effectif de femmes 655 920 13,5 9,7 13,7 11,0 3,7 3,6 2,4 4,1 1,2 1,2 1,3 1,2 10,6 11,1 9,2 9,9 62,7 64,9 63,6 66,5 0,2 0,4 0,1 0,2 3,8 5,1 4,4 3,4 0,8 0,7 0,5 0,5 0,0 0,3 0,2 0,1 0,4 0,8 0,8 0,5 3,2 2,2 3,6 2,6 0,0 0,0 0,1 0,0 100,0 100,0 1~,0 1~,0 17,3 14,8 18,1 14,4 4,5 4,3 2,9 4,6 1,2 1,5 1,5 1,3 10,9 11,8 10,0 10,4 65,9 67,1 67,2 69,1 0,2 0,4 0,2 0,2 100,0 100,0 100,0 100,0 875 834 2030 5314 ty compris la grossesse actuelle. 52 Il apparait que la majorité des femmes non-utilisatrices (69 pour cent) n'ont pas l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir. A l'opposé, une femme sur cinq (20 pour cent) a manifesté l'intention de pratiquer la contraception dans le futur (Graphique 4.4). Parmi ces demières, ce sont surtout les femmes n'ayant jamais utilisé une méthode qui ont l'intention de devenir des utilisatrices (16 pour cent parmi les 20 pour cent) par contre, pour seulement un cinquième des femmes ayant l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir il s'agira d'une réutilisation (4 pour cent par rapport à 20 pour cent). Aux femmes ayant l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, on a demandé dans combien de temps elles pensaient l'utiliser : la majorité des femmes (14 pour cent par rapport à 20 pour cent) pensent pratiquer la contraception dans un avenir proche, c'est-à-dire dans les douze prochains mois. Graphique 4.4 intention d'utiliser la contraception par les Iemmes actuellement en union et non utilisatrices A l'tntenllon d'utiliser plus tard 5% Ne satl pas si elle ut~hse«a 10% N'a pas l'tntentton d'utiliser 69,% A l'lnlenlion d'ultl;ser bient6t 14% A Iqnlenl]on d'ul~l~ser NSP quand 1% EDSN 1992 Les femmes sans enfant ne sont que 10 pour cent à avoir l'intention d'utiliser la contraception et, dans leur majorité (7 pour cent), elles n'ont pas l'intention de le faire dans un avenir proche. Par contre, parmi les femmes ayant déjà au moins un enfant, une sur cinq environ a l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir et cette proportion ne varie que très peu en fonction de la parité; en outre, on remarque que parmi les futures utilisatrices, la part relative de celles ayant l'intention d'utiliser la contraception rapidement (dans moins de douze mois) augmente avec la parité. Ces résultats confirment ceux déjà présentés sur l'utilisation actuelle de la contraception, à savoir, qu'actuellement au Niger, le recours aux méthodes contraceptives répond essentiellement å un désir d'espacement des naissances et non/t un désir de limitation ou encore ~ une volonté de retarder la naissance du premier enfant. Au moment de l'enqu8te, on s'est intéressé aux raisons p

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.