Mali - Demographic and Health Survey -1989

Publication date: 1989

Enquête Démographique et de Santé au Mali 1987 Centre d'Etudes et de Recherches sur la Population pour le Développement Institut du Sahel ~DHS Demographic and Health Surveys Institute for Resource Development/Westinghouse REPUBLIQUE DU MALI Enquête Démographique et de Santé au Mali 1987 Baba Traoré Mamadou Konaté Cynthia Stanton Centre d'Etudes et de Recherches sur la Population pour le Développement Institut du Sahel Bamako, Mail et Institute for Resource DevelopmenffWestinghouse Columbia, Maryland USA janvier 1989 Ce document prêsente les résultats de l'Enquête Démographique et de Santé au Mail, entreprise par le Centre d'Etudes et de Recherches sur la Population pour le Développement (CERPOD) de l'Institut du S',thel. Cette enquête fait partie du projet mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé qui a pour but la collecte des dormêes sur la fécondit6, la planification familiale et la santé maternelle et infantile. Pour avoir plus de renseignements sur cette enquête, s'adresser au CERPOD, Institut du Sahel, BP 1530, Bamako, Maii. L'Enquête Démographique et de Sant6 au Mali a été exécutée avec l'assistance de l'Insfitute for Resource Development (IRD), une division de Westinghouse Electric Corporation, sire~ à Columbia, Maryland. L'enquête était financée par un contrat avec l'Agence des Etats-Unis pour le Dêveloppement International (Contrat No. DPE-3023-C-00-4083-00). Pour avoir plus de renseignements sur le projet EDS, s'adresser par écrit à: DHS, IRD/Westinghouse, 8850 Stanford Blvd., Suite 4000, Columbia, MD, 21045, U.S.A. (Télex 87775). TABLE DES MATIERES Page TABLE DES MATIERES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i L ISTE DES TABLEAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . v L ISTE DES GRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv PREFACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvi i CARTE DE LA REPUBL IQUE DU MAL I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xx CONCLUSIONS GENERALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxi CHAP ITRE I CARACTERIST IQUES DU PAYS ET METHODOLOGIE DE L 'ENQUETE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1 Histoire, Géographie et Economie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.2 Indicateurs Démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.3 Politique Sanitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.4 Planification Familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.5 Objectifs de l 'Enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.6 Organisation de l 'Enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.7 Caractéfistiques de Base de l'Echantil lon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 PREMIERE PARTIE: RAPPORT FEMME CHAPITRE II NUPT IAL ITE ET EXPOSIT ION AU R ISQUE DE GROSSESSE . . . . . 21 2.1 Situation Matr imoniale des Femmes au Moment de l 'Enquête . . . . . . . . . . . . . 21 2.2 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 2.3 Age à la Première Union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 2.4 Allaitement, Aménorrhée, Abstinence et Non-Susceptibil ité d'Exposit ion au Risque de Grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 2.5 Sommaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 CHAP ITRE KI FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 3.1 Niveaux et Tendances de la Fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 3.2 Fécondité Cumulée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . » . . . . . . . . 35 3.3 Entrée dans la Vie Féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 3.4 Sommaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Page CHAPITRE IV 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 4.7 4.8 4.9 4.10 4.11 CHAPITRE V 5.1 5.2 5.3 5.4 5.5 CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Connaissance de la Contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Perceptions des Problèmes de Contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Connaissance des Sources d'Approvisionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Utilisation de la Contraception à un Moment Quelconque . . . . . . . . . . . . . . . 45 Utilisation Actuelle de la Contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Connaissance de la Période de Fertilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Sources des Méthodes Contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Attitudes à l'Egard de la Grossesse et Raisons de Non-Utilisation de la Contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Intentions Concemant l'Utilisation Future de la Contraception . . . . . . . . . . . . 55 Attitude des Femmes à l'Egard de la Contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Sommaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . 63 Désir d'Avoir des Enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Besoin en Matière de Contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Nombre d'Enfants Idéal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Fécondité Non-Désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Sommaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 CHAPITRE VI 6.1 6.2 6.3 6.4 6.5 6.6 6.7 MORTALITE ET SANTE DE LA MERE ET DE L'ENFANT . . . . . . 73 Mortalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Niveaux et Tendances de la Mortalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Qualité des Données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Comparaison avec d'Autres Données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Santé de la Mère et de l'Enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Indices Anthropométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Sommaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 il Page DEUXIEME PARTIE: RAPPORT HOMME CHAPITRE Vil NUPTIALITE ET PARITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 7.1 Situation Matrimoniale et Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 7.2 Parité des Hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 7.3 Sommaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 CHAPITRE VIII CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 8.1 Connaissance de la Contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 8.2 Utilisation de la Contraception à un Moment Quelconque . . . . . . . . . . . . . . 105 8.3 Utilisation Actuelle de la Contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 8.4 Intention d'Utiliser une M6thode Contraceptive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 8.5 Raisons de Non-Utilisation de la Contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 8.6 Approbation et Diffusion des Informations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 8.7 Comparaison des Attitudes du Mari et de la Femme vis-à-vis de la Contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 8.8 Attitudes et Perceptions des Partenaires vis-à-vis de la Contraception . . . . . . 113 8.9 Discussion entre Conjoints sur la Contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 8.10 Sommaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 CHAPITRE IX VALEUR DES ENFANTS ET PERCEPTION SUR LE NOMBRE ELEVE D'ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 9.1 Valeur des Enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 9.2 Perception de la Notion "Beaucoup d'Enfants". . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 9.3 Désir d'Avoir "Beaucoup d'Enfants" ou "Moins d'Enfants" par les Hommes et les Femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 9.4 Sommaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 APPENDICE A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 A.1 Personnel National de I'EDS-Mali . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 APPENDICE B . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 B.1 Taux de Réponse: Enqu6te Femme et Homme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 iii Page APPENDICE C: ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 C.1 Exposé de la Méthode de Calcul (es Erreurs de Sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 C.2 Formules et Procédés d'Estimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 C.3 Construction des Tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 APPENDICE D: QUESTIONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 iv LISTE DES TABLEAUX Page TABLEAU 1.1 TABLEAU 1.2 TABLEAU 1.3 TABLEAU 1.4 TABLEAU 1.5 TABLEAU 1.6 TABLEAU 2.1 TABLEAU 2.2 TABLEAU 2.3 TABLEAU 2.4 TABLEAU 2.5 TABLEAU 2.6 INDICATEURS DEMOGRAPHIQUES DU MALI; 1987 . . . . . . . . . . . . . 3 REPARTITION DE LA POPULATION RESIDENTE SELON LE SEXE, LA STRATE ET LE GROUPE D'AGE; EDS-MALI, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 REPARTITION (EN %) DES FEMMES DE L'ENQUETE INDIVIDUELLE SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 INTER-RELATION ENTRE VARIABLES EXPLICATIVES; ECHANTILLON FEMMES, EDS-MALI, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 REPARTITION (EN %) DES HOMMES DE L'ENQUETE INDIVIDUELLE ELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 INTER-RELATION ENTRE VARIABLES EXPLICATIVES; ECHANTILLON HOMMES, EDS- MALI, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'ETAT MATRIMONIAL ET L'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . 21 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION QUI SONT EN UNION POLYGAME SELON L'AGE ACTUEL ET LES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE A LA PREMIERE UNION, L'AGE MEDIAN A LA PREMIERE UNION ET L'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . 24 AGE MEDIAN A LA PREMIERE UNION DES FEMMES AGEES DE 20 A 49 ANS SELON L'AGE ACTUEL ET LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . 24 PROPORTION DE FEMMES QUI SONT ENCORE ALLAITANTES, EN AMENORRHEE POST-PARTUM, EN ABSTINENCE POST-PARTUM ET NON- SUSCEPTIBLES D'EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE SELON LES MOIS DEPUIS LA NAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 ESTIMATION DE L'ETAT ACTUEL DU NOMBRE MOYEN DE MOIS D'ALLAITEMENT, D'AMENORRHEE POST-PARTUM, D'ABSTINENCE POST-PARTUM ET DE LA NON-SUSCEPTIBILITE PARMI TOUTES LES FEMMES SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . 27 V Page TABLEAU 3.1 TABLEAU 3.2 TABLEAU 3.3 TABLEAU 3.4 TABLEAU 3.5 TABLEAU 3.6 TABLEAU 3.7 TABLEAU 3.8 TABLEAU 4.1 TABLEAU 4.2 TABLEAU 4.3 TABLEAU 4.4 INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE PARMI LES FEMMES 15-44 ANS ET DESCENDANCE ATTEINTE A 40-49 ANS PARMI TOUTES LES FEMMES SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . 32 POURCENTAGE DES FEMMES QUI SONT ENCEINTES SELON L'AGE ACTUEL ET SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . 34 TAUX DE FECONDITE GENERALE PAR AGE SELON L'AGE DE LA MERE A LA NAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 TAUX DE FECONDITE, EDS-MALI, 1987 ET TAUX DE FECONDITE, ENQUETE DEMOGRAPHIQUE, 1960-61 . . . . . . . . . . . . 35 REPARTITION (EN %) DES ENFANTS NES VIVANTS PARMI TOUTES LES FEMMES ET LES FEMMES EN UNION SELON L'AGE ACTUEL DE LA FEMME . . . . . . . . . . . . . . . 36 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS NES VIVANTS PARMI LES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON L'AGE A LA PREMIERE UNION ET LA DUREE DEPUIS LA PREMIERE UNION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE A LA PREMIERE NAISSANCE (Y COMPRIS LA CATEGORIE "PAS DE NAISSANCE") ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 AGE MEDIAN A LA PREMIERE NAISSANCE DES FEMMES AGEES DE 20 A 49 ANS SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 POURCENTAGE DES FEMMES CONNAISSANT UNE METHODE SPECIFIQUE SELON L'AGE ACTUEL DE TOUTES LES FEMMES, LES LES FEMMES EN UNION ET LES FEMMES EN UNION DU MILIEU URBAIN ET DU MILIEU RURAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 POURCENTAGE DES FEMMES EN UNION AYANT DECLARE CONNAITRE UNE METHODE SPECIFIQUE SELON LA NATURE DE LA CONNAISSANCE ET L'AGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 POURCENTAGE DES FEMMES EN UNION CONNAISSANT AU MOINS UNE METHODE MODERNE SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS ET LES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 REPARTITION (EN %) DES FEMMES EN UNION SELON LE PRINCIPAL PROBLEME PERÇU EN UTILISANT DES METHODES SPECIFIQUES ET LA METHODE CONNUE PAR LA FEMME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 vi Page TABLEAU 4.5 TABLEAU 4.6 TABLEAU 4.7 TABLEAU 4.8 TABLEAU 4.9 TABLEAU 4.10 TABLEAU 4.11 TABLEAU 4.12 TABLEAU 4.13 TABLEAU 4.14 REPARTITION (EN %) DES FEMMES EN UNION QUI CONNAISSENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LA SOURCE D'APPROVISIONNEMENT A LAQUELLE ELLES S'ADDRESSERAIENT EN CAS DE BESOIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 POURCENTAGE DES FEMMES AYANT UTILISE UNE METHODE CONTRACEPTIVE A UN MOMENT QUELCONQUE SELON L'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 POURCENTAGE DES FEMMES QUI UTILISENT ACTUELLEMENT LINE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LA METHODE, L'AGE ACTUEL ET LE MILIEU DE RESIDENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 REPARTITION (EN %) DES FEMMES EN UNION SELON LA METHODE CONTRACEPTIVE ACTUELLEMENT UTILISEE ET SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . 50 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES ET DES FEMMES AYANT UTILISE LA CONTINENCE PERIODIQUE SELON LEUR CONNAISSANCE DE LA PERIODE DE FERTILITE AU COURS DU CYCLE MENSTRUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES UTILISATRICES ACTUELLES DE METHODES D'APPROVISIONNEMENT ET DE METHODES CLINIQUES SELON LA SOURCE LA PLUS RECENTE . . . . . . . . . . . 52 REPARTITION (EN %) DES FEMMES EXPOSEES AU RISQUE DE GROSSESSE SELON LEUR A't'I'ITUDE A LA POSSIBILITE D'ETRE ENCEINTE DANS LES SEMAINES A VENIR, ET SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 REPARTITION (EN %) DES FEMMES EXPOSEES AU RISQUE DE GROSSESSE QUI SERAIENT ENNUYEES D'ETRE ENCEINTE SUIVANT LES RAISONS DE NON- UTILISATION DE CONTRACEPTION, L'AGE ACTUEL ET LE MILIEU DE RESIDENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 REPARTITION (EN %) DES FEMMES EN UNION NON-UTILISATRICES ACTUELLES D'UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON L'INTENTION D'UTILISER DANS L'AVENIR, LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS ET LE MILIEU DE RESIDENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 REPARTITION (EN %) DES FEMMES EN UNION NON-UTILISATRICES QUI ONT L'INTENTION D'UTILISER UNE METHODE CONTRACEPTIVE DANS L'AVENIR SELON LA METHODE PREFEREE . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 vii Page TABLEAU 4.15 TABLEAU 4.16 TABLEAU 4.17 TABLEAU 4.18 TABLEAU 5.1 TABLEAU 5.2 TABLEAU 5.3 TABLEAU 5.4 TABLEAU 5.5 POURCENTAGE DE TOUTES LES FEMMES QUI TROUVENT QU'IL EST ACCEPTABLE QUE DES INFORMATIONS SUR L'ESPACEMENT DES NAISSANCES SOIENT DIFFUSEES A LA RADIO SELON L'AGE ET LES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 POURCENTAGE DES FEMMES EN UNION CONNAISSANT AU MOINS UNE METHODE CONTRACEPTIVE QUI APPROUVENT L'ESPACEMENT DES NAISSANCES SELON L'AGE ET LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . 59 POURCENTAGE DES FEMMES EN UNION CONNAISSANT AU MOINS UNE METHODE QUI PENSENT QUE LEUR CONJOINT APPROUVE L'ESPACEMENT DES NAISSANCES SELON L'AGE ET LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . 60 POURCENTAGE DES FEMMES EN UNION QUI CONNAISSENT UNE METHODE DE CONTRACEPTION, QUI EN ONT PARLE AU MOINS UNE FOIS AVEC LEUR CONJOINT AU COURS DES DOUZE DERNIERS MOIS, SELON L'AGE ACTUEL ET LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . 61 REPARTITION (EN %) DES FEMMES EN UNION SELON LE DESIR D'AVOIR OU DE NE PLUS AVOIR D'AUTRES ENFANTS DANS L'AVENIR ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 REPARTITION (EN %) DES FEMMES EN UNION SELON LE DESIR D'AVOIR D'AUTRES ENFANTS ET L'AGE ACTUEL A L'ENQUETE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 POURCENTAGE DES FEMMES EN UNION QUI NE VEULENT PLUS D'ENFANT SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) ET LES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 PARMI LES FEMMES EN UNION, LE POURCENTAGE DE CELLES QUI SONT DANS LE BESOIN D'ETRE PROTEGEES PAR LA CONTRACEPTION ET LE POURCENTAGE DE CELLES QUI SONT DANS LE BESOIN ET QUI ONT L'INTENTION DE PRATIQUER UNE METHODE DANS L'AVENIR SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . 67 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON LE NOMBRE D'ENFANTS IDEAL ET LE NOMBRE ACTUEL D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 viii Page TABLEAU 5.6 TABLEAU 5.7 TABLEAU 6.1 TABLEAU 6.2 TABLEAU 6.3 TABLEAU 6.4 TABLEAU 6.5 TABLEAU 6.6 TABLEAU 6.7 TABLEAU 6.8 TABLEAU 6.9 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS IDEAL POUR TOUTES LES FEMMES SELON L 'AGE A L'ENQUETE, ET SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 REPARTITION (EN %) DES FEMMES QUI ONT EU UNE NAISSANCE AU COURS DES 12 DERNIERS MOIS SELON L'ATTITUDE DE LA FEMME A L'EGARD DE LA NAISSANCE DE L'ENFANT . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE PAR PERIODES QUINQUENNALES SELON LE SEXE ET LE MILIEU DE RESIDENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 MORTALITE NEONATALE ET POST-NEONATALE PAR PERIODES QUINNUENNALES SELON LE SEXE ET LE MILIEU DE RESIDENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 MORTAL1TE INFANTILE ET JUVENILE SELON LES CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES POUR LA PERIODE 1977-86 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE SELON LES CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES POUR LA PERIODE 1977-86 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 REPARTITION DES DECES DE MOINS D'UN MOIS PAR PERIODES QUINQUENNALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 REPARTITION DES DECES DE 8 A 24 MOIS SELON L 'AGE AU DECES EN MOIS PAR PERIODES QUINQUENNALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 ESTIMATIONS DE LA MORTALITE DU RECENSEMENT 1976 ET DE L'EDS-MALI 1972-76 . . . . . . . . . . . . . . 79 REPARTITION (EN %) DES NAISSANCES AU COURS DES 5 ANNEES AYANT PRECEDE L'ENQUETE SELON LE TYPE DE CONSULTATION PRENATALE ET LE POURCENTAGE DES NAISSANCES POUR LES- QUELLES LES MERES ONT REÇU UNE INJECTION ANTI-TETANIQUE SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 REPARTITION (EN %) DES NAISSANCES AU COURS DES 5 ANNEES AYANT PRECEDE L'ENQUETE SELON LE TYPE D'ASSISTANCE A L 'ACCOUCHEMENT ET SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . 82 ix Page TABLEAU 6.18 TABLEAU 7.1 TABLEAU 7.2 TABLEAU 7.3 TABLEAU 8.1 TABLEAU 8.2 TABLEAU 8.3 TABLEAU 8.4 TABLEAU 8.5 TABLEAU 8.6 TABLEAU 8.7 REPARTITION (EN %) DES INDICES POIDS - AGE DES ENFANTS AGES DE 3 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART-TYPE DE LA MOYENNE DE REFERENCE NCHS/CDC/OMS, SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 REPARTITION (EN %) DE TOUS LES HOMMES SELON L'ETAT MATRIMONIAL ET L'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . 99 POURCENTAGE DES HOMMES POLYGAMES PARMI TOUS LES HOMMES SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHQUES . . . . . . . . . . . . . 100 REPARTITION (EN %) DES HOMMES SELON LE NOMBRE D'ENFANTS NES VIVANTS ET LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . 101 POURCENTAGE DE TOUS LES HOMMES QUI CONNAISSENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LA METHODE SPECIFIQUE ET LE MILIEU DE RESIDENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 POURCENTAGE DE TOUS LES HOMMES AYANT DECLARE CONNAITRE UNE METHODE SPECIFIQUE SELON LA NATURE DE LA CONNAISSANCE ET L'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 POURCENTAGE DES HOMMES EN UNION QUI CONNAISSENT AU MOINS UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LE NOMBRE D'ENFANTS NES VIVANTS ET LES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 POURCENTAGE DE TOUS LES HOMMES AYANT UTILISE UNE METHODE CONTRACEPTIVE A UN MOMENT QUELCONQUE SELON LA METHODE SPECIHQUE ET LE MILIEU DE RES1DENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 POURCENTAGE DE TOUS LES HOMMES ET DE TOUTES LES FEMMES QUI UTILISENT ACTUELLEMENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LA METHODE SPECIFIQUE ET LE MILIEU DE RESIDENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 POURCENTAGE DE TOUS LES HOMMES QUI UTILISENT ACTUELLEMENT UNE METHODE MODERNE OU TRADITIONNELLE DE CONTRACEPTION SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 REPARTITION (EN %) DES HOMMES NON- UTILISATEURS ACTUELS SELON LEUR INTENTION D'UTILISER UNE METHODE DANS L'AVENIR . . . . . . . . . . . . . . . 109 xi Page TABLEAU 8.8 TABLEAU 8.9 TABLEAU 8.10 TABLEAU 8.11 TABLEAU 8.12 TABLEAU 8.13 TABLEAU 8.14 TABLEAU 8.15 TABLEAU 9.1 TABLEAU 9.2 REPARTITION (EN %) DES HOMMES NON- UTILISATEURS ACTUELS QUI ONT L'INTENTION D'UTILISER UNE METHODE SPECIFIQUE DANS L'AVENIR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 REPARTITION (EN %) DE TOUS LES HOMMES ET DE TOUTES LES FEMMES NON-UTILISATEURS SELON LA RAISON DE NON-UTILISATION . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 POURCENTAGE DES HOMMES ET DES FEMMES EN UNION CONNAISSANT UNE METHODE CONTRACEPTIVE QUI APPROUVENT L'ESPACEMENT DES NAISSANCES SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . 111 POURCENTAGE DE TOUS LES HOMMES QUI TROUVENT QU'IL EST ACCEPTABLE QUE DES INFORMATIONS SUR L'ESPACEMENT DES NAISSANCES SOIENT DIFFUSEES A LA RADIO SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 REPARTITION (EN %) DES HOMMES ET DE LEURS CONJOINTES SELON LEUR CONNAISSANCE ET LEUR APPROBATION DES COUPLES QUI UTILISENT LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 POURCENTAGE DES MARIS ET DE LEURS CONJOINTES SELON CE QU'ILS PENSENT DE L'ATTITUDE DE LEURS PARTENAIRES VIS-A-VIS DE LA CONTRACEPTION ET L'ATYITUDE ACTUELLE . . . . . . . . . . . . 114 POURCENTAGE DES HOMMES ACTUELLEMENT EN UNION QUI CONNAISSENT AU MOINS UNE METHODE CONTRACEPTIVE, QUI EN ONT PARLE AU MOINS UNE FOIS AVEC LEUR(S) CONJOINTE(S) AU COURS DES DERNIERS 12 MOIS SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . 115 REPARTITION (EN %) DES MARIS ET LEURS CONJOINTES PARMI LESQUELS AU MOINS UN MEMBRE CONNAIT UNE METHODE CONTRACEPTIVE, SELON LE FAIT D'AVOIR DISCUTE DE LA CONTRACEPTION AU COURS DE L'ANNEE PASSEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 POURCENTAGE DE TOUS LES HOMMES SELON LES AVANTAGES D'AVOIR BEAUCOUP D'ENFANTS ET SELON LE MILIEU DE RESIDENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 POURCENTAGE DE TOUS LES HOMMES SELON LES DESAVANTAGES D'AVOIR BEAUCOUP D'ENFANTS ET SELON LE MILIEU DE RESIDENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 xii Page TABLEAU 9.3 TABLEAU 9,4 APPENDICE B TABLEAU B.1 APPENDICE C TABLEAU C.1 TABLEAU C.2 TABLEAU C.3 TABLEAU C.4 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS CONSIDERE COMME ETANT BEAUCOUP D'ENFANTS POUR UNE FEMME SELON LA PERCEPTION DE TOUS LES HOMMES ET DE TOUTES LES FEMMES ET SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . 119 POURCENTAGE DE TOUS LES HOMMES ET DE TOUTES LES FEMMES QUI PREFERENT AVOIR BEAUCOUP D'ENFANTS OU MOINS D'ENFANTS . . . . . . . . . . . . . 120 DONNEES SUR L'ETABLISSEMENT DES ECHANTILLONS FEMME ET HOMME ET TAUX DE REPGNSE (EN %) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 ERREURS DE SONDAGE POUR L'ENSEMBLE DES ECHANTILLONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 ERREURS DE SONDAGE SELON LE MILIEU DE RESIDENCE; ECHANTILLON FEMME ET HOMME . . . . . . . . . . . . 131 ERREURS DE SONDAGE SELON LA REGION DE RESIDENCE; ECHANTILLON FEMME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 ERREURS DE SONDAGE SELON L'AGE; ECHANTILLON FEMME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 xiii GRAPHIQUE 1.1 GRAPHIQUE 1.2 GRAPHIQUE 1.3 GRAPHIQUE 1.4 GRAPHIQUE 1.5 GRAPHIQUE 2.1 GRAPHIQUE 2.2 GRAPHIQUE 3.1 GRAPHIQUE 4.1 GRAPHIQUE 4.2 GRAPHIQUE 5.1 GRAPHIQUE 5.2 GRAPHIQUE 6.1 GRAPHIQUE 6.2 GRAPHIQUE 6.3 GRAPHIQUE 6.4 GRAPHIQUE 6.5 GRAPHIQUE 8.1 GRAPHIQUE 8.2 LISTE DES GRAPHIQUES Page PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION RESIDENTE, EDS-MALI, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION RESIDENTE, RECENSEMENT, 1976 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 PYRAMIDES DES AGES DE LA POPULATION RESIDENTE: EDS-MALI, 1987 ET RECENSEMENT, 1976 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 REPARTITION DES FEMMES DE L'ENQUETE MENAGE SELON L 'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 REPARTITION DES HOMMES DE L'ENQUETE MENAGE SELON L 'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 ETAT MATRIMONIAL SELON L 'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . . . . . 22 DUREE D'ALLAITEMENT, D'AMENORRHEE ET D'ABSTINENCE POST-PARTUM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 INDICE SYNTHETIQUE DE FECOND1TE SELON LE MILIEU ET LA REGION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 CONNAISSANCE ET UTILISATION DES METHODES CONTRACEPTIVES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 RAISON DE NON-UTILISATION DE CONTRACEPTION . . . . . . . . . . 54 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 BESOIN ET INTENTION DE PRATIQUER LA CONTRACEPTION DANS L'AVENIR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 VARIATIONS DIFFERENTIELLES DE LA MORTALITE INFANTILE DANS LA PERIODE 1977-86 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 REPARTITION DES NAISSANCES AU COURS DES 5 DERNIERES ANNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 AGE EN MOIS DES ENFANTS DE 3 A 36 MOIS D'APRES LES DATES DE NAISSANCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 MESURES ANTHROPOMETRIQUES PAR RAPPORT A LA MOYENNE DE REFERENCE INTERNATIONALE . . . . . . . . . . . . 95 CONNAISSANCE ET UTILISATION ACTUELLE DES METHODES CONTRACEPTIVES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 RAISON DE NON-UTILISATION DE CONTRACEPTION . . . . . . . . . 110 XV PREFACE Le Mali à l'instar des autres nations du monde a adopté en 1974, le plan d'action mondial sur la population. La conférence internationale sur la population tenue en août 1984 à Mexico, à laquelle le Mati a participé, a r6affirmé les trois principes fondamentaux du plan d'action mondial sur la population: les liens inextricables qui existent entre les questions de population et le développement; la souveraineté nationale en matière de formulation des politiques et des programmes; et la liberté individuelle de choix en ce qui conceme la maltrise de la fonction d6mographique des ménages. L'axe majeur des politiques de développement socio-économique du Mali vise non seulement à réduire les taux élevés de morbidité et de mortalité; mais aussi et surtout à l'amélioration de la santé maternelle et infantile. Par expérience, les grandes lignes du tableau épidémiologique du Mail sont connues. Son analyse qui est indispensable à la planification sanitaire se heurte par contre à une insuffisance quantitative et qualitative des données. Parmi les recommandations concernant la poursuite de l'exécution du plan d'action mondial sur la population, approuvées par la conférence de Mexico, retenons la recommandation N ° 18 ayant trait aux mesures visant à réduire la mortalité foetale; la morbidité; la mortalité infantile; juvénile; et maternelle, et la recommandation N ° 66, relative à la collecte et analyse des données en vue de l'amélioration des connaissances et de la politique. La réalisation de l'Enquête Démographique et de Santé (EDS-Mali) se situe de façon générale dans le cadre de l'exécution du plan d'action mondial et de façon spécifique dans le cadre de l'application de ces deux recommandations. En vue de mieux organiser l'extension des activités de la Division de la Santé Familiale en milieu rural, I'EDS-Mali a été conçue et exécutée au Mati par le Centre d'Etudes et de Recherches sur la Population pour le Développement (CERPOD) de l'Institut du Sahel. L'assistance technique est fournie par l'Institute for Resource Development/Westinghouse (IRD), sur un financement de l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID). L'EDS-Mali est une opération de grande envergure scientifique qui foumit au niveau national des informations à la fois sur les niveaux et les détenninants de la fécondité; sur la connaissance, la pratique, et les attitudes vis-à-vis de la contraception; sur la mortalité de la petite enfance et sur la santé de la mère et de l'enfant. Cette étude sollicitée par le Ministère de la Santé Publique et des Affaires Sociales (MSPAS) du Mati, vient à point nommê combler un vide au plan national en matière de données de dynamique de population dont les demières publications portant sur l'analyse du recensement de 1976, datent du mois d'avril 1985. Dans le cadre du Programme Africain d'Enquêtes auprès des ménages (PADEM), le Mati a cependant exécuté une enquête démographique nationale en 1985 dont les résultats ne sont que partiellement analysés et pubtiés jusqu'à cette date. L'espoir ~este fonder sur cette étude, notamment pour l'évaluation de la mortalité générale. L'EDS-Mali demeure par contre une première à fournir au niveau national une évaluation directe des indicateurs récents de la fécondité des femmes maliennes, de la mortalité et de la santé des enfants de moins de cinq ans. Les données issues du dernier recensement général de la population et de l'habitat, mené en avril 1987, compléteront celles issues de I'EDS dans la mesure où les deux opérations portent quasiment sur la même période. A la différence près que les informations de I'EDS-Mali ont ~té collectées en cinq mois (mars-août 1987) tandis que le recensement fut une opération simultanée destinée tout d'abord à recueillir des données sur l'état et la structure de la population. Compte tenu de la lourdeur d'un recensement, la publication des résultats de celui du Mati nécessite encore un certain délai. Cette raison conférera aux résultats de I'EDS-Mali un statut de référence durant les dix prochaines années pour l'évaluation des projets et programmes de santé exécutés au Mati. xvii Le succès de cette opération d'envergure nationale est le fruit d'énormes efforts et sacrifices consentis par plusieurs institutions et individus, particulièrement tout le personnel de l'Institut du Sahel à travers son Unité Socio-Economique et de Démographie (USED) érigée depuis janvier 1988 en Centre d'Etudes et de Recherches sur la Population pour le Développement (CERPOD), et l'IRD/Westinghouse. Je présente mes remerciements à tous ceux qui de loin ou de prés ont aidé à l'aboutissement de cette entreprise et ma profonde gratitude à toutes les institutions et personnes physiques suivantes qui ont contribué à son plein succès. Administration: Dr. Françoise Liliane Barry, Dr. Penda Seck, Dr. Bocoum Susane (MSPAS); M. Abdoulaye Camara (Ministère de l'Administration Territoriale et du Développement à la base); Dr. Papa Syr Diagne (Coordonnateur USED). Conseil technique: M. Nassour Oual'dou: Directeur CERPOD; Dr. Dieudonné Ouddraogo; Dr. Cheick Mbacké; Dr. Babaly Thiam; Dr. Mohamed Baraket; Dr. Batchily Mariam; Dr. Khadi Mbaye; M. Aliou Diongue; M. Keumaye Ignegongba (Staff CERPOD). Direction technique: CERPOD: M. Baba Traoré, Directeur Technique EDS-Mali; M. Mamadou Kani Konaté, Assistant Directeur Technique EDS-Mali; M. Mamadou Kandara Minthé, Sécretaire de Direction EDS- Mali. IRD/Westinghouse: Dr. Ann Way, Directrice Technique, Projet EDS; Dr. Mohamed Ayad, Coordonnateur Régional, Projet EDS; Dr. Graham Kalton, Spécialiste du Sondage (consultant); Dr. Alfredo Aliaga, Spécialiste du Sondage; Dr. Arme Pebley (consultante); Melle Cindi Stanton, Monitrice du Projet. Personnel de terrain: M. Kéfing Dabo (Unité de Population, Direction du Plan); M. Bakary Sacko (Direction Nationale de la Statistique et de l'Informatique); M. Bakary Doumbia, Superviseur EDS- Mali (CERPOD); Tous les agents de dénombrement; Tous les contrôleurs/contrôleuses; Tous les enquêteurs/enquêtrices dont la liste figure en Appendice A. Traitement de données: CERPOD: M. Ismaiel Konaté; M. Salir Diop; Mme. Traord Safiatou Sangard; Mme Touré Awa Fomba, Agents de Saisie. IRD/Westinghouse: Ms. Jeanne Cushing et M. Brian Taaffe. Institutions: Le Ministère de l'Administration Territoriale et du Développement à la Base; Le Ministère de la Santé Publique et des Affaires Sociales; Le Ministère du Plan et le Ministère de l'Education Nationale (DNAFLA). Puisse I'EDS-Mali servir la planification du développement économique et social de notre pays[ Le Ministre de la Santé Publique et des Affaires Sociales du Mali Professeur Mamadou Dembélé xvüi REPUBLIC)UE DU MALI r" Eche l le 1:10000000 MAURITANIE "~-~. " I'~" ~ Kayes ~ .fJ r "~ ~. • G U / 4,' ¢.¢.,. Tomb.ooc,ou i ~ S "-'.Z~-, . , "! SikassoI Aopt~ N ~ G£e" COTE- D'IVOIRE 4b Nom~nch l ture Limite d'E/af __ .~ L~mî~e de Rég~on Principaux fleuves [ ] Capitale • CheJ41'eu de Région XX Conclusion Générales L'EDS-Mali a ~té réalisée de mars à août 1987 par l'Unit~ Socio-é.conomique et de Démographie (r6cemment érigée en CERPOD) de l'Institut du Sahel. L'Assistance technique provenait de l'Institute for Resource Development (IRD/Westinghouse). Cette enquête permet de fournir des données de base, à partir d'un échantillon tiré au niveau national, sur les niveaux de la fécondité, la connaissance et la pratique de la contraception et les indicateurs de la santé maternelle et infantile, y compris la mortalité des enfants. Les conclusions principales sont présentées ci-après: Le mariage au Mali est universel et très précoce chez les femmes. Une femme sur deux entre en union avant 16 ans. Au moment de l'enquête 92 pour cent des femme§ et 79 pour cent des hommes étaient en union. La polygamie est courante: 45 pour cent des femmes et 25 pour cent des hommes vivent en union polygame. Puisque la femme malienne passe la majeure partie de sa vie féconde en union, le temps qu'elle passe exposée au risque de grossesse est aussi important. La durée moyenne d'allaitement est prolongée (22 mois) et celle de l'aménorrhée post-partum l'est également (15 mois). L'utilisation des moyens contraceptifs étant très faible, il n'y a que l'allaitement avec son effet à rallonger l'aménorrhée qui influence l'espacement des naissances. La fécondité au Mali est élevée et stable. Aux niveaux actuels de la fécondité chaque femme aurait 6,7 enfants à la fin de sa vie féconde. Une baisse de la fécondité (6 enfants) est amorcée chez les femmes urbaines et des femmes instruites du niveau primaire ou plus. L'indice synthétique de fécondité à Bamako est de 5,4 enfants, il est plus faible que l'indice évalué partout ailleurs au pays. La connaissance des méthodes contraceptives modernes et traditionnelles est faible au Mali. Moins d'une femme sur deux et deux tiers des hommes connaissent au moins une méthode contraceptive. La plupart des enquêté(e)s qui connaissent une méthode ne l'ont reconnue qu'après description par les enquêteurs, ce qui suggère une familiarité très limitée en la matière. La prévalence contraceptive est en dessous de 5 pour cent chez les femmes aussi bien que chez les hommes; 3 pour cent pour les méthodes traditionnelles et 1 pour cent pour les méthodes modernes. De même, les différences de comportement entre le milieu urbain et rural sont très évidentes: 11 pour cent des femmes et des hommes dans le milieu urbain utilisent actuellement une méthode quelconque contre 2 pour cent au plus dans le milieu rural. Les hommes au Mali ont des attitudes plus conservatrices que les femmes en matière de planification familiale. Moins d'un homme sur cinq connaissant une méthode contraceptive approuve les couples qui utilisent des méthodes pour espacer les naissances, comparé à 71 pour cent chez les femmes. Le manque d'information est la raison la plus citée de non-utilisation parmi les hommes et les femmes non-utilisateurs. La planification des naissances n'est pas un sujet de discussion entre les conjoints au Mali. L'espacement des naissances est une préoccupation majeure parmi les femmes maliennes. Environ un tiers des femmes en union (32%) voudraient retarder leur prochaine naissance d'au moins deux ans et 17 pour cent ne veulent plus d'enfants. Malgré cela, seulement 10 pour cent des utilisatrices potentielles ont l'intention d'utiliser la contraception dans le futur. Ces femmes sont généralement instruites et du milieu urbain. Le niveau de la mortalité infantile durant la période 1982-87 a ét~ de 108 pour mille et la mortalité infanto-juvénile de 249 pour mille. Ces niveaux dénotent une baisse importante au cours des 15 demières années. xxi Les mères d'un peu plus de trois enfants sur dix âgés de moins de 5 ans (31%) ont effectué au moins une visite prénatale ou ont ~té assistées à l'accouchement par un personnel médical. Les niveaux de couverture vaccinale des enfants sont faibles. Sur l'ensemble des enfants de moins de 5 ans, il y en a environ 50 pour cent qui ont été vaccinés au moins une fois. Les donn6es sur les vaccinations proviennent des enfants ayant un carnet de santé, ils ne repr6sentent que 12 pour cent des enfants de moins de 5 ans. Parmi les enfants âgés de 1 à 4 ans, possédant un carnet, seulement 16 pour cent ont été complètement vaccinés contre les six maladies d'enfance, à savoir: la tuberculose, la rougeole, la polio, le diphtérie, la coqueluche et le tetanos. La diarrhée et la fièvre sont des problèmes fréquents de santé chez les enfants au Mati et la plupart des malades reçoivent une forme de traitement à ces deux maladies. Cependant, le traitement de la diarrhée par la réhydratation par voie orale est très peu connu ou utilisé par les femmes. Les résultats des mesures anthropométriques montrent que la ma~utrition chronique existe chez à peu près 25 pour cent des enfants de 3 à 36 mois. C'est-à-dire, un enfant sur quatre est court par rapport à son âge compar6 à la référence intemationale. La malnutrition aiguë, par contre, est moins fréquente (11 pour cent). En essayant de saisir la notion de la valeur des enfants, on a demandé aux hommes de citer les principaux avantages et désavantages qu'ils attribuent au fait d'avoir beaucoup d'enfants. L'avantage le plus fréquemment cité est l'aide dans le travail au champ. Les coûts financiers constituent le désavantage principal. xxii CHAPITRE I CARACTERISTIQUES DU PAYS ET METHODOLOGIE DE L'ENQUETE 1.1 Histoire, Géographie et Economie Bref Aperçu sur l'Histoire Le Mati est un pays de vieille civilisation. Il a été le berceau de nombreux Empires tel que ceux du Soudan occidental, des Royaumes Bambara de Ségou et du Kaarta et des Etats théocratiques Peul. Son nom provient de l'état qui, dans l'Ouest Africain, a le plus marqué son époque, l'Empire du Mail. Du VHI ° siècle à la seconde moitié du XIX * siècle, de nombreux courants de civilisations se sont développés dans l'aire géographique que recouvre le Mali actuel. Leur dynamisme et leurs interférences ont abouti à la formation des groupes humains qui en constituent aujourd'hui l'essentiel du peuplement. Deux phénomènes significatifs ont jalonné l'histoire du Mali. Le premier phénomène marquant de ce processus historique est l'apparition du facteur religieux islamique qui, dès les XII* et XIII ° siècles, sous le règne des successeurs de Sonndiata (Mansa Oulé 1255-1270 et Sakoura 1285-1300) a pris une place importante dans la vie des états et empires qui se sont succédés jusqu'à la période coloniale. Ainsi, Askia Mohamed a fait de l'Islam le fondement de la légitimité de son pouvoir. Cependant, l'animisme connut un regain aux XVII ° et XVIII" siècles dans le royaume Bambara de Ségou. Il fut combattu au début du XIX" siècle par la guerre sainte de Sekou Ahmadou du Macina qui aboutit à la création de rEtat théocratique de Hamdallaye dont les structures politiques et sociales se réfèrent à la loi islamique. Les Bambara de Ségou sont restés fidèles à leurs croyances ancestrales. D'autres actions de renouveau politique et culturel fondé sur l'islam ont ~té entreprises comme celle de EI Hadj Omar. Le second phénomène d'importance, dans l'histoire du Mali, est la pénétration et la colonisation française à partir de 1857. Elle a eu comme résultat l'imposition de nouvelles structures administratives et politiques et par suite, la transformation des structures sociales. La contestation pofitique menée pendant soixante-dix ans devait favoriser l'émergence de l'état moderne du Mati après une tentative infructueuse d'unification avec le Sénégal au sein de la Fédération du Mali en 1959. Géographie La republique du Mali est un territoire enclavé au centre de l'Afrique occidentale, vaste de 1 240 000 km 2. Le Mali a 7200 km de frontières avec ses voisins qui sont l'Algérie au nord, le Niger à l'est, le Burkina Faso, la C6te d'Ivoire et la Guinée au sud, la Mauritanie et le Sénégal à ]'ouest. Le relief du Mali est relativement peu élevé et peu accidenté. C'est un pays de plaines et de bas plateaux. L'altitude moyenne est d'environ 500 mètres. Trois zones climatiques caractérisent le Mali. Du nord au sud, on trouve respectivement: le Sahara désertique, la zone sahélienne et la partie tropicale. Les limites de ces différentes zones dépendent des variations de la pluviométrie en. importance et en durée, d'une année à l'autre. Le réseau hydrographique dessert surtout le sud du pays. La partie septentriounale de cette zone est arrosée par le fleuve Sénégal et ses affluents, la partie orientale par le fleuve Niger et ses constituants. L'ensemble de ce réseau a un régime tropical: basses eaux pendant la saison sèche et hautes eaux pendant la saison des pluies. Depuis 1971, la sécheresse s'est installée et a contribué et contribue encore à affecter les zones climatologiques et les mouvements de population sur tout le territoire malien. Economie L'évolution de l'économie malienne s'est faite en dents de scie depuis l'Indépendance. Elle a subi plusieurs phases d'ajustements à la suite de différents Plans. C 'est ainsi que, selon les prévisions du Plan de 1974-1978, le taux annuel de croissance économique aurait du être de 7,1 pour cent; en réalité, le taux de croissance moyen a été de 4,4 pour cent par an. Durant cette même période, la croissance du secteur primaire (agriculture, 61e-~age et pêche) n'a été que de 2,9 pour cent .par an et celle des secteurs secondaire et tertiaire de 4,5 pour cent et 6,2 pour cent par an respectavement. Il apparaît bien, en conséquence, que le secteur rural est prédominant; c'est là que vivent et travaillent près de 85 pour cent de la population totale du Mali, mais c'est aussi le secteur qui produit le taux le plus bas de la production intérieure brute (P.I.B.). Ce déséquilibre pèse actuellement sur le développement. Il est un frein à la satisfaction des besoins essentiels de la population, et cela, malgré les grandes possibilités du secteur agro-pastoral: quatre millions d'hectares de plaines alluviales dans le delta central du Niger et environ deux millions d'hectares d'aménagement hydro-agricole potentiel. Le secteur secondaire comprend principalement les activités industrielles, les services et le commerce. Les activités sont fondées sur la transformation, la commercialisation de produits agricoles, et sur l'élaboration et la distribution d'entrants nécessaires au développement du secteur agro-pastoral. 1.2 Indicateurs Démographiques La population résidente du Mati a ~té évaluée en avril 1987 à 7 620 225 habitants (tableau 1.1). Elle est caractérisée par un taux d'accroissement naturel de 2,7 pour cent, résultant d'un taux brut de natalité de 46,6 pour mille et d'un taux brut de mortalité de 19,5 pour mille durant la période 1982-1987. L'état sanitaire de la population peut être évalué, pour la même période, par un quotient de mortalité avant cinq ans de 249 pour mille qui explique en grande partie une espérance de vie à la naissance faible (environ 47 ans). La population résidente du Mali est essentiellement rurale car seulement près de 21 pour cent résident en milieu urbain. Elle est caractérisée par une proportion élevée de jeunes: 48 pour cent sont âgés de moins de 15 ans. Les femmes en âge de procréer (15-49 ans) représentent 21 pour cent de la population résidente totale. Ces différents indicateurs associés à un âge médian à la première union d'environ 16 ans et la quasi-universalité du mariage produisent un niveau de fécondité relativement élevé, estimé par un indice synthétique de 6,7 enfants par femme pour la période 1982-1987. 2 Tableau 1.1 Indicateurs Démographiques du Mali, 1987 1 Population résidente en millions 7 620 2 Taux brut de natalité (en pour 1000) 46,6 3 Taux brut de mortalitê (en pour 1000) 19,5 4 Taux d'accroissement naturel (en pour 100) 2,7 5 Taux d'accroissement intercensitaire (en pour 100) 1,7 6 Taux d'accroissement migratoire (en pour 100) -1,0 7 Quotient de mortalité avant cinq ans (en pour 1000) 249,0 8 Espérance de vie à la naissance (en années) 47,0 9 Pourcentage de la population urbaine 20,9 10 Pourcentage de la population résidente âgée de de moins de 15 ans 48,3 11 Pourcentage des femmes âgées de 15-49 ans dans la population totale 21,2 12 Age médian à la première union des femmes 15,7 Sources: 1 Résultats provisoires du Recensement Général de la Population et de l'Habitat, Direction Nationale de la Statistique et de l'Informatique, 1987. 2-6 Calculé sur la base des résultats provisoires du Recensement Général 1987 et des résultats de l'Enquête Démographique et de Santé au Mali 1987. 7-8 Enquête Démographique et de Santé au Mali, Chapitre 6, décembre 1988. 9-11 Calculé sur la base des résultats provisoires du Recensement Général 1987. 10-12 Enquête Démographique et de Santé au Mali 1987. 1.3 Politique Sanitaire L'axe majeur des politiques de population et de planification familiale du Mali vise non seulement à réduire les taux élevés de morbidité et de mortalité, mais aussi et surtout à améliorer la santé maternelle et infantile. D'après la communication du Mali à la Conférence Internationale sur la Population à Mexico en août 1984, ". la politique de population du Mali est orientée d'abord vers la lutte contre les principaux fléaux empêchant l'homme de trouver la pleine mesure de ses capacités pour le relèvement de son niveau de vie. ''~ C'est dans cette perspective que se situe, parmi d'autres facteurs, l'amélioration du niveau nutritionnel et sanitaire sur lequel a été mis un accent particulier par le développement de l'éducation et de la santé maternelle et infantile. Cependant, la couverture sanitaire du Mali reste faible. De nouveUes stratégies d'ouverture sanitaire sont actuellement mises en place. Cette politique vise à renforcer et améliorer les structures, les prestations et les services dont l'ensemble de la population pourra bénéficier. On les regroupe sous la dénomination: soins de santé primaire) 1.4 Planification Familiale Le Mali accorde une attention particulière au planning familial comme composante de sa politique de santé. Le gouvernement encourage l'espacement des naissances en vue du bien-être de la famille. En 1980, la Division de la Santé Familiale a ét~ creée au sein du Ministère de la Santé Publique et des Affaires Sociales pour élargir et coordonner les activités de planning familial au MaIL Pour l'Union Nationale des Femmes du Mati (UNFM), le planning est un aspect de la protection maternelle et signifie espacement des naissances, lutte contre la stérilité'et épanouissement du couple. Vu sous cet angle, il ne peut avoir qu'un effet positif sur le budget familial et sur la sant6 de la mère et de l'enfant. L'Association Malienne pour la Promotion et la Protection de la Famille (AMPPF) a vu le jour en 1971. C'est le seul organisme non-gouvernemental impliqué dans les actions de planification familiale. L'AMPPF possède sa propre clinique et ses succursales et vient en appoint à l'action gouvernementale. 1.5 Objectifs de l'Enquête A la suite d'une requête du Ministère de la Santé Publique et des Affaires Sociales (Division de la Santé Familiale), l'Unité Socio-Economique et de Démographie de l'Institut du Sahel, récemment érigée en Centre d'Etudes et de Recherches sur la Population pour le Développement (CERPOD), a conçu et exécuté l'Enquête Démographique et de Sant6 au Mali (EDS-Mali) avec l'assistance technique de l'Institute for Resource Development de Westinghouse (IRD/Westinghouse). L'assistance financière a ét~ donnée par l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID). Lors de la conception de cette étude, on a constaté une insuffisance d'information de base dans les secteurs de la santé maternelle et infantile. Ainsi, le premier objectif de I'EDS-Mali est de fournir, à partir d'un échantillon tiré au niveau national, des données de base: • sur les niveaux et les déterminants de la fécondité, • sur la connaissance, l'attitude et la pratique de la contraception et • sur la santé de la mère et de l'enfant. Ce troisième aspect comprend, en détail, les visites plénatales et post-natales, l'allaltement au sein, la diarrhée et les autres maladies spécifiques à la petite enfance et leurs traitements, les vaccinations, l'évaluation de la mortalité infanto-juvénile, et enf'm les mesures anthropométriques du poids et de la taille des enfants de 3 à 36 mois. Le deuxième objectif de I'EDS-Mali vise la planification et l'organisation, voire la réorganisation à partir de ces données de base, des activités actuelles et futures de la Division de la Santé Familiale en particulier, et de l'ensemble des structures et des prestations de la protection maternelle et infantile, surtout en milieu rural. 1.6 Organisation de l'Enquête Echantillonnage L'échantillon de I'EDS-Mali est national et pondéré couvrant les strates urbaines et rurales. La strate urbaine est représentative à 100 pour cent, et la strate rurale de 90 à 95 pour cent à cause de la population nomade et des populations rurales des régions de Tombouctou et Gao qui ont 6té écartées. La section d'énumération (SE) du recensement est l'unité primaire d'échantillonnage de la strate urbaine. Elle comprend environ 1000 habitants. L'arrondissement est l'unit~ primaire de la strate rurale. A. Strate Urbaine Dans la strate urbaine, 60 SE ont été tir6es et enquêtées. La strate urbaine est composée de toutes les communes, des villes qui avaient une population d'environ 5000 habitants ou plus au recensement de 1976 et des chefs-lieux de cercle, même si ceux-ci n'avaient pas 5000 habitants. La strate urbaine se subdivise en sous-strate "communes" et sous-strate "villes". Après la mise à jour de la base de sondage (c'est-à-dire de la liste des SE) et son découpage en segments 500 habitants, le tirage de l'échantillon urbain a été effectué comme suit: 4 1, Sous-Strate "Villes" Au premier degré, sept villes ont été sélectionnées avec une probabilité proportionnelle à la taille de leur population. Au second degré, deux SE ont ét6 tir~es avec probabilités égaies dans chacune des villes tir~es. Au troisième degré, un segment d'environ 500 habitants a ét~ tir~ avec probabilités égales. Au quatrième degrè, les mènages ont étè tirés de façon systématique af'm d'avoir une fraction de sondage constante égale à 1/340. 2. Sous-Strate "Communes" Au premier degrè, 46 SE ont été réparties de façon proportionnelle entre les communes, suivant leur population. Ensuite dans chaque commune, le nombre de SE ainsi attribué a ~té tir6 avec probabilités égaies. Au second degrè, un segment a ét6 tir~ avec probabilités égaies dans chaque SE tirée. Au troisiéme degré, les ménages ont été sélectionnés de façon systématique comme dans la sous-strate "villes". B. Strate Rurale Le tirage de l'échantillon rural, après la mise à jour de la base de sondage, s'est effectué comme suit: Au premier degré, 34 arrondissements ont ~té répartis de façon proportionnelle entre les régions suivant leur population. Ensuite, dans chaque région, le nombre d'arrondissements attribués a ét~ tir~ avec probabilités proportiormelles à la population des arrondissements de la région au recensement de 1976. Au second degré, deux villages ou groupes de villages ont ét~ tirés dans chaque arrondissement sélectionné, de façon proportionnelle au nombre de segments (de 500 habitants) des villages de l'arrondissement. Au troisième degré, un segment a ét~ tir6 avec probabilités égaies dans chacun des deux villages ou groupes de villages sélectionnés. Au quatrième degrè, les ménages ont ét6 tirès de façon systématique, telle que la fraction de sondage soit une constante égale à 1/490. Au total, 91 villages ont composé l'échantillon de la strate rurale de I'EDS-Mali. Trois villages n'ont pu être enquêtés dans la région de Kayes, deux d'entre eux pour cause d'inaccessibilité, et le troisième parce qu'ancun ménage n'y a ~té tiré, ce qui ramène le nombre total de SE urbaines et villages visités à 148 unités. Lors de l'évaluation qui a eu lieu pendant le Ramadan, on a constaté un déficit de la taille de l'échantillon et par conséquent on a du procéder à un redressement. Ce déficit provenait de l'estimation incorrecte du nombre de femmes par ménage, règion et milieu, à partir des donnèes du recensement de 1976, ainsi que d'une apprèciation approximative des flux et reflux saisouniers des populations en milieu rural. Pour remédier à ce déficit, un suréchantillonnage s'est avéré nécessaire. Il visait à obtenir les 3600 femmes constituant la taille de l'échantillon fixée au préalable. Il a fallu procéder à un second tirage des ménages des SE urbaines et des villages qui n'avaient pas encore été enquêtés. C. Echantillon des Femmes Les femmes âgées de 15 à 49 ans résidentes, présentes au moment de l'interview ou en visite, constituent l'échantillon femme de I'EDS-Mali. Cet échanUllon a été 6valu~ au départ à 3600 femmes dont environ 2652 (c'est-à-dire les deux tiers) devaient être choisies en milieu rural. En tenant compte de 10 pour cent de non réponse, on espérait interviewer une population de 3240 femmes. A la fin de l'enquête, 3200 femmes avaient été interrogées dans l'ensemble du Mali, sur un total de 3246 femmes éligibles. Parmi les femmes interrogées, il y en a 838 en milieu urbain et 2362 en milieu rural. Dans l'ensemble, on estime le taux de réponse de I'EDS-Mali à 97,9 pour cent (voir Appendice B). D. Echantillon des Hommes Un échantillon des hommes âgés de 20 à 55 ans a été enquêté dans deux tiers des ménages urbains et un tiers des ménages ruraux ayant fait l'objet de l'enquête femme. Préalablement fixé à 1200 hommes dont 10 pour cent de non réponse soit 1080 hommes, l'enquête a touché à la fin du travail sur le terrain un total de 970 hommes dont 708 en milieu rural et 262 en milieu urbain. Mais ayant sélectionné au préalable 991 hommes éligibles, on a de ce fait un taux de réponse de 97,5 pour cent (voir Appendice B). Comme nous l'avons indiqué plus haut, l'échantillon femme et l'échantillon homme ne sont pas auto-pondérés. La pondération des deux échantillons a Et~ faite au niveau de la tabulation. Ainsi, les tableaux présentés dans ce rapport sont basés sur les données pondérées. E. Echantillon des Enfants L'échantillon des enfants est composé des enfants de 3 à 36 mois, issus des femmes qui ont fait l'objet d'une enquête individuelle. Sur 1694 enfants éligibles, 1538 (soit 91%) ont ~té mesures avec succès. Au total, 156 enfants ont été exclus pour les raisons suivantes: 17 enfants étaient absents le jour de l'interview ou leur mère a refusé de les laisser mesurer et 139 enfants avalent des mesures qui ont été jugées erronées. L'analyse des mesures anthropoméwiques se trouve dans la Partie 1, Chapitre 6 de ce rapport. Questionnaire L'EDS-Mali a utilisé trois types de questionnaires: une feuille de ménage, un questionnaire individuel femme et un questionnaire individuel homme (voir Appendice D). Les questionnaires individuels ont été traduits en quatre langues nationales: bamanakan, fulfulde, songhoy et tamasheq. En réalité, le questionnaire tamasheq n'a étê utilisé que pendant le pré-test. A. Questionnaire Ménage Il a permis: d'enregistrer les informations suivantes sur les membres des ménages sélectionnés: les noms et prénoms, le lien de parenté, le sexe, l'âge en années révolues, le statut de résidence. de sélectionner toutes les femmes âgées de 15 à 49 ans, résidentes présentes ou visiteuses des ménages tirés pour l'enquête femme, et tous les hommes âgés de 20 à 55 ans, résidents présents ou visiteurs des ménages sélectionnés pour l'enquête homme. 6 B. Questionnaire Individuel Femme Le questionnaire individuel femme de I'EDS-Mali est dérivé du questionnaire modèle du projet des Enquêtes Démographiques et de Santé de l'IRD/Westinghouse. Il comprend huit sections réparties comme il suit: Section 1 Section 2 Section 3 Section 4 Section 5 Section 6 Section 7 Section 8 Caractéristiques de l'enquêtée Reproduction Contraception Santé et allaitement Mariage Préférences en matière de fécondité Caractéristiques du conjoint et activité professionnelle de la femme Poids et taille des enfants de 3 à 36 mois C. Questionnaire Individuel Homme Ce questionnaire ne comporte que deux sections: les caractéristiques des enquêtés et la contraception. Partant de l'hypothèse selon laquelle les hommes ont un pouvoir de décision qui influence de manière significative les attitudes et les pratiques de leurs conjointes en matière de contraception, il a paru nécessaire, pour avoir une idée précise de la situation, d'en faire une évaluation auprès de la population masculine. Collecte sur le Terrain L'EDS-Mali a utilisé cinq équipes d'enquêtrices/enquêteurs, réparties au départ par langue. Les trois équipes bamanakan couvraient les cinq régions à forte population bambaraphone (Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et le District de Bamako) tandis que les autres intervenaient dans les régions respectives d'usage des langues fulfulde (Mopti) et songhoy (Tombouctou et Gao). Par la suite, la constitution d'équipes plurilingues devait s'avérer utile pour épouser les réalités du terrain. L'enquête sur le terrain a démarré en mars 1987 et s'est achevée en août 1987. Elle a été précédée par les opérations de dénombrement qui avaient eu lieu trois mois auparavant et une formation d'un mois des enquêtrices/enquêteurs. Cette formation a été faite en deux phases: une alphabétisation fonctionnelle des agents et une formation aux techniques de collecte de données. Saisie, Nettoyage et Tabulation Précédée d'une formation d'une semaine, la saisie de I'EDS-Mali a commencé en avril 1987, soit un mois après le début de l'enquête sur le terrain. Elle s'est poursuivie simultanément avec celle-ci et a pris fin début septembre 1987. Le nettoyage des fichiers a commencé à la suite de la saisie et s'est achevé fin novembre 1987. Dans le même temps, a eu lieu une phase d'élaboration et d'achèvement des programmes préliminaires de tabulation. La tabulation des résultats déñnitifs a eu lieu au mois de mars 1988. L'ensemble de ces opérations a ét~ mené sur micro-ordinateurs, avec le logiciel ISSA (Integrated System for Survey Analysis), et avec l'assistance technique soutenue de l'IRD/Westinghouse. 1.7 Caractér i s t iques de Base de l 'Echant i l l on Enquête Ménage L'Enquête Démographique et de Santé a recensé au niveau des ménages une population résidente de 16 278 habitants dont 8020 hommes et 8258 femmes ce qui fait un rapport de masculinité de 97 pour cent (tableau 1.2). Autrement dit, les hommes repr6sentent 49 pour cent de la population résidente contre 51 pour cent pour les femmes. La population résidente du milieu rural a été dénombr6e à 12 127 et la population du milieu urbain à 4151. Quel que soit le milieu de résidence, le rapport des sexes est constant et régulier. La légère supériorité des femmes est un fait établi depuis le premier recensement démographique de 1976 où on comptait 49 pour cent d'hommes et 51 pour cent de femmes? TABLEAU 1.2 REPART IT ION DE LA POPULAT ION ÆSIDENTE SELON LE SEXE, LA STRATE ET LE GROUPE D 'AGE; EDS-MAL I , 1987 Populat ion Mascu l ine Populat ion F~minino Strate Strate Groupe Urbain Rural Total Groupe Urbain Rural Tota l d'age d'age 0 - 4 388 1219 1606 0 - 4 371 1157 1528 5 - 9 330 1017 1348 5 - 9 326 981 1307 i0 - 14 271 792 1062 10 - 14 302 692 994 15 - 19 226 448 673 15 - 19 172 443 615 20 - 24 121 307 428 20 - 24 154 430 584 25 - 29 114 268 401 25 - 29 173 492 665 30 - 34 109 304 413 30 - 34 145 385 530 35 - 39 106 236 343 35 - 39 119 327 446 40 - 44 87 266 353 40 - 44 75 254 328 45 - 49 75 258 333 45 - 49 48 229 277 50 - 54 58 202 260 50 - 54 79 247 325 55 - 59 51 185 236 55 - 59 49 176 225 60 - 64 48 172 219 60 - 64 35 120 155 65 - 69 22 145 168 65 - 69 25 92 117 70 - 74 13 55 68 70 - 74 03 40 63 75 - 79 12 34 46 75 - 79 6 34 40 80 - 84 4 18 22 80 - 84 5 19 24 85 - 89 1 9 10 85 - 89 1 ii 12 90 - 94 9 22 31 90 - 94 3 19 22 TOTAL 2042 5978 8020 TOTAL 2109 6149 8258 L'examen de la pyramide des âges de la population résidente de I'EDS-Mali dénote une dissyméwie en faveur de la population f6minine à 25-29 ans et à 50-54 ans et une dissymétrie du c6té masculin à 40-44 ans (graphique 1.1). Ces déformations ne traduisent probablement pas la réalité quand on tient compte du fait que les âges des personnes recens6es sont généralement donnés avec imprécision malgré les efforts déployés au moment de la collecte pour obtenir des informations pr6cises. Certaines al~formations de la pyramide, cependant, peuvent être interptétées comme de réelles déformations si elles sont révélées par deux sources indépendantes de collecte. C'est le cas ici de la dissymétrie à 25-29 ans de la population féminine de I'EDS. Dix ans plus t6t, cette dissymétrie était à 15-19 ans de la population résidente au recensement de 1976 (graphique 1.2) Le surplus des femmes à 25-29 ans n'est probablement pas un effet de mauvaise déclaration des âges dans la mesure où deux sources indépendantes sont concordantes, GRAPHIQUE I . I PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULAT ION RES IDENTE, EDS-MAL I , 1907 ~D 80 + I ! I 80 + I ! I 75 -79 I ! I 75 -79 I ! I 70 -74 I - ! - I 70 -74 65-69 I - - - ! - - I 65 -69 60-64 I . . . . ! - - - I 60 -64 I ! I 55 -59 I . . . . . ! . . . . . I 55 -59 I ! I 50-54 I . . . . . ! . . . . . . . 2 50-54 I ! I 45 -49 I . . . . . . . ! . . . . . . I 45 -49 I ! I 40-44 I . . . . . . . . ! . . . . . . . I 40 -44 I ! I 35-39 I . . . . . . . ! . . . . . . . . . . I 35 -39 I ! I 30 -34 I . . . . . . . . . ! . . . . . . . . . . . . I 30 -34 I ! I 25 -29 I . . . . . . . . . ! . . . . . . . . . . . . . . . I 25-29 I ! I 20 -24 I . . . . . . . . . . ! . . . . . . . . . . . . . I 20-24 15-19 I . . . . . . . . . . . . . . . . ~ . . . . . . . . . . . . . . I i 5 -19 I ! I 10 -14 I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . { . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l 10 - ]4 I ! I 5- 9 Z . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 5 - 9 I ! I O- 4 I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I O - 4 I ! I ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! 14 13 12 i i I0 9 8 7 6 5 4 3 2 1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 I0 I i 12 13 14 H OF~ME POURCENTAGE FEMME GRAPHIQUE 1 .2 PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULAT ION KES IDENTE, RECENSEMENT, 1976 õ 80 + I - ! - I 80 + I ! I 75 -79 I ! l 75 -79 I ! I 70 -74 I - ! - I 70 -74 I ! ] 65 -69 I - - ! - ] 65 -69 I ! I 60 -64 I . . . . E . . . . I 60 -64 55-59 I . . . . ! - - - I 55 -59 50-54 I . . . . . . ] . . . . . ~ 50-54 45-49 I . . . . . . ! . . . . . I 45 -49 I ! I 40 -44 I . . . . . . . . ! . . . . . . . . I 40 -44 I ! I 35 -39 I . . . . . . . . . ] . . . . . . . . . I 35 -39 I { I 30 -34 I . . . . . . . . . . . ] . . . . . . . . . . . . . I 30 -34 25-29 I . . . . . . . . . . . . ] . . . . . . . . . . . . . . . . I 25 -29 I ! I 20-24 I . . . . . . . . . . . . . ! . . . . . . . . . . . . . . . . I 20 -24 I ! I 15 - ]9 I . . . . . . . . . . . . . . . . . . ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 15 -19 10-14 I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 10 -14 5 - 9 I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 5 - 9 0 - 4 I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 0 - 4 ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! , ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! 14 13 12 i i i0 9 8 7 6 5 4 3 2 1 0 i 2 3 4 5 6 7 8 9 I0 i ] 12 13 14 La comparaison de la pyramide des âges de la population résidente à I'EDS et de celle de la population résidente au recensement de 1976 montre surtout l'élargissement de la base de la pyramide (0-4 ans, 5-9 ans et 10-14 ans): ceci est un signe de rajeunissement de la population dû surtout à une fécondité élevée (graphique 1.3). Enquête Individuelle des Femmes L'enquête individuelle des femmes (tableau 1.3) a touché 3200 femmes en âge de procréer de 15 à 49 ans. La répartition par groupe d'âge de 5 ans de la population féminine enquêté.e révèle un surplus relatif des femmes ågées de 25-29 ans (20%). L'analyse de la pyramide des âges (graphique 1.1) montre que cette déformation existait au niveau de la structure par âge des femmes r6sidentes et qu'elle semblait être une déformation réelle. Au niveau de la population de fait (résidentes présentes et visiteuses), elle devra être interprétée de la même manière (tableau 1.3). Le surplus relatif des femmes de 25-29 ans de l'enquête individuelle par rapport aux autres groupes d'âge peut être considérée comme une déformation réelle même si l'explication devra en être recherchée ultérieurement. Par contre, le déficit à 15-19 ans (16%) paraît être en faveur du groupe d'âge de 10-14 ans (graphique 1.4) et serait dû en partie à l'évaluation incorrecte de l'âge par les enquêtrices dans le but de r6duire le nombre de femmes à interviewer. C'est peut-être le cas aussi en ce qui conceme le déficit des femmes de 40-44 ans et 45-49 ans en faveur du groupe de 50-54 ans (graphique 1.4). Les femmes de l'enquête individuelle se répartissent en 26 pour cent pour le milieu urbain et en 74 pour cent pour le milieu rural. La répartition par région est faite selon un regroupement géographique. Les parties ouest et sud-ouest qui comprennent les r6gions de Kayes et Koutikoro représentent 30 pour cent de la population féminine. La partie centre-sud du pays qui comprend les r6gions de Sikasso et Ségou représente 39 pour cent. La partie centrale et du nord, c'est à dire les régions de Mopti, Gao (urbain) et Tombouctou (urbain), repr6sente 22 pour cent. Le District de Bamako repr6sente 9 pour cent de la population féminine. Quant au niveau d'instruction, on constate que 85 pour cent des femmes n'ont pas fréquenté l'école française ou franco-arabe et sont donc "sans instruction". 14 pour cent ont atteint le niveau primaire et 1 pour cent ont atteint le niveau secondaire. Aucune femme de l'échantillon n'a atteint le niveau supérieur. Dans le système d'enseignement du Mati, on entend par primaire les deux cycles de l'enseignement fondamental (1 ~~ année à 9 ° année); on entend par secondaire: l'enseignement secondaire générai et t'enseignement secondaire technique et professionnel, c'est-à- dire les trois ans d'enseignement secondaire général et les quatre années d'enseignement secondaire technique ou professionnel. Le niveau supé6eur comprend l'enseignement supérieur du genre universités ou grandes écoles supérieures spéciaiisées. Au Mati, 87 pour cent des femmes ne savent pas lire du tout. Ceci montre qu'en dehors de la proportion des femmes sans instruction (85%), il y en a qui ne savent pas lire, bien qu'ayant fréquenté l'école. Chez les hommes, c'est la tendance contraire qu'on observe (tableau 1.5). Il semblerait donc que l'alphabétisation fonctionnelle ne touche pratiquement pas les femmes en âge de procréer. La proportion féminine de l'enquête se répartit comme suit selon l'ethnie: les Bambara représentent 34 pour cent, les Peul représentent 14 pour cent, les Sarakolé et Malinké s'équivalent et représentent environ 12 et 11 pour cent, les Dogon représentent 10 pour cent, les Sénoufo- Minianka 8 pour cent, les autres ethnies du Mail aussi bien que les non-Mallennes, regroup6es, représentent 11 pour cent de la population féminine. A part les Bambara qu'on retrouve un peu partout au Mati, mais principalement au centre et au centre-sud du pays, les Matinké et les Sarakolé et quelques Peul sont présents à l'ouest et au centre-sud, les Sénoufou-Minianka se trouvent au sud, les Peul et les Dogon sont principalement au centre. Les autres ethnies comme les Tamasheq et les Songhoy sont au nord, les Bozo et les Bobo sont au centre et centre-sud, les Kassonké à l'ouest. 11 GRAPHIQUE 1 .3 PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULAT ION RES IDENTE: EDS-MAL I , 1987 ET RECENSEMENT, 1976 80 + T I [ IT 80 + T I ! IT 75-79 B!B 75-79 B~B 70-74 B - ! -B 70-74 B ! B 65-69 IT - - ! -T I 65 -69 IT ! T I 60 -64 B . . . . ! - - - IT 60 -64 B ! I T 55 -59 IT . . . . ! - - -T - I 55 -59 IT ! T I 50 -54 T I . . . . . ] . . . . . T - I 50 -54 T I [ T I 45 -49 IT . . . . . . ! . . . . . T I 45 -49 IT ] T I 40 -44 B . . . . . . . . ! . . . . . . . I T 40 -44 B ! I T 35 -39 T - I . . . . . . . ! . . . . . . . . . T f 35 -39 T I ! T I 30 -34 T - I . . . . . . . . . ! . . . . . . . . . . . . I T 30 -34 T I ! I T 25 -29 T - - I . . . . . . . . . ! . . . . . . . . . . . . . . . I T 25 -29 T I ! I T 20 -24 T - - I . . . . . . . . . . ! . . . . . . . . . . . . . I - -T 20-24 T I ! I T 15 -19 T - I . . . . . . . . . . . . . . . . ! . . . . . . . . . . . . . . I . . . . . T 15 -19 T I ! I T 10 -14 I . . . . T . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . T - - - I 10 -14 I T ! T I 5 - 9 I -T . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . T - I 5 - 9 I T ! T I 0 - 4 I - -T . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . T I 0 - 4 I T ! T I ! ! ! ! ! ! ! [ ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ] ! ! ! ! ! ! ] ! ! 14 13 12 i i i0 9 8 7 6 5 4 3 2 1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 i 0 i i 12 13 14 HO~ POURCENTAGE FEt~ME T : Recensement , 1976 I: EDS-Ma l I , 1987 B : EDS-Ma l i e t le Recensement TABLEAU 1.3 ÆPARTIT ION (EN %) DES FE~S DE L'ENQUETE INDIVIDUELLE SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES EDS-MALI, 1987 Effectif Effectif Effectif Effectif % Pond~r~ Non-pond~r~ % Pond~r~ Non-pond~r~ Age Nlveau d'instructlon actuel Sans 85,4 2733 2572 instruction 15-19 16,4 524 557 Primaire 13,5 431 569 20-24 16,5 530 543 secondaire I,I 36 59 25-29 19,5 623 626 Supérieur 0,0 0 0 30-34 16,1 515 516 35-39 13,3 426 424 Alphab~tlsation 40-44 9,9 317 297 45-49 8,3 265 237 Lit façllement 7,7 246 364 Lit avec dlfficult~ 5,8 186 227 Milieu Ne sait pas lire 86,5 2768 2608 ND 0,0 1 1 Drbaln 26,1 835 1339 Rural 73,9 2365 1861 Ethnie Bambara 33,9 1083 979 R~gion Peul 13,8 441 434 Malink~ 11,I 355 330 Kayes, 30,0 961 830 Sarakol~ 11,9 380 367 Eoullkoro S~noufo - 8,4 268 347 Sikasso, 38,9 1246 1217 Minlanka S~gou Dogon 9,0 312 364 Moptl, Gao, 22,0 703 650 Autre 11,2 361 379 Tombouctou Bamako 9, I 290 503 Religion Islam 92,6 2964 2975 Christianisme 2,4 77 76 Autre 4,9 156 147 ND 0,I 3 2 Total 109,0 3200 3200 Note: Les pourcentages sont arrondis; leur total n'est pas n~cessalrement ~gal å i00. ND = r#ponses non-d~clar~es Graphique 1.4 Répartition des Femmes de l'Enquête Ménage Selon l'Age Actuel Population f~minine (en %) 4 3 . I I I I I I I L I I I I ~~~] I I I I - I I [ I I I I ~-- [~~t~l l --i--L-I--L-- 1.--1--~-- 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 Age Actuel EDS-Mali 1987 Selon la religion, il y a 93 pour cent de musulmanes et 2 pour cent de chrétiennes. Toutes les caractéristiques socio-d6mographiques présentées ci-dessus seront prises en compte dans ce rapport pour les besoins de l'analyse comme variables explicatives. Il faut remarquer, cependant, que ces variables expllcatives ou différentielles exercent les unes sur les autres des influences réciproques (tableau 1.4). Comme illustration, examinons l'influence de l'ãge, du milieu de résidence, de la région administrative et de l'ethnie sur le niveau d'instruction qui parait être la variable la plus d'~scriminante (comme on le montrera plus tard). L'âge est corrélé avec le niveau d'instruction: les proportions de femmes sans instruction montrent que plus les femmes sont âgées, plus elles sont sans instruction. C'est l'effet de générations (les femmes âgées ayant moins fréquenté l'école). 80 pour cent des femmes de moins de 30 ans sont sans instruction contre 92 pour cent des femmes âgées de 30 ans ou plus. Les femmes du milieu urbain sont plus instruites que celles du milieu rural: 35 pour cent des femmes du milieu urbain ont le niveau primaire ou plus contre 7 pour cent du milieu rural. Par région administrative, c'est le District de Bamako qui se distingue des autres. A Bamako, il y a 41 pour cent des femmes qui ont atteint le niveau primaire ou plus contre 15 pour cent au niveau national. L'influence de l'ethnie sur le niveau d'instruction n'apparaît pas clairement. Cependant, la femme dogon semble être la moins instruite: 90 pour cent des femmes dogon sont sans instruction, 10 pour cent ont le niveau primaire et moins d'un pour cent a atteint le secondaire. Enquête Individuelle des Hommes L'enquête individuelle des hommes a touché 970 hommes. La répartition des hommes par groupes d'âge de 5 ans est présenté dans le tableau 1.5. 14 TABLEAU 1.4 INTER-RELATION ENTRE VARIABLES EXPLICATIVES; ECHANTILLON FE~MES, EDS-MALI, 1987 Milieu Rëgion Instruction Ethnle Age Enfants survivants 1 2 1 2 3 4 1 2 3 1 2 3 4 5 6 7 1 2 0 1 2 3 4+ Milieu Urbain 100,0 21,0 26,5 17,8 34,5 Rural I00,0 53,2 43,3 23,4 0, i Rêglon Kayes, 18,3 81,7 1O0,0 Koulikoro Sikasso, 17,8 82,2 I00,0 8ê9ou Moptl, Gao Tomboucto 21,3 78,7 100,0 Bar~ko 100,0 Niveau d'instruction Sans 19,8 00,2 30,2 40,5 23,1 instrucKion primaire 59,8 40,2 29,8 31,0 16,2 23,0 64,8 30,9 4,3 26,4 15,1 8,9 12,7 8,i 7,2 21,4 55,9 44,1 92,7 7,3 0,0 36,5 13,3 11,9 ii,8 8,5 10,7 7,6 51,1 48,9 85,8 13,4 0,9 28,2 9,9 27,5 25,9 0,2 0,I 8,8 48,9 51,1 88,8 I0,7 0,5 54,9 6,8 1,3 6,6 19,8 I,~ 9,2 53,9 46,1 89,6 9,9 0,5 3,5 30,8 3,9 2,5 0,3 40,9 18,1 52,4 47,6 100,0 59,4 34,2 6,4 35,8 15,5 16,1 10,7 5,8 2,2 13,9 57,3 42,7 second. 100,0 0,0 25,6 15,9 9,5 51,0 Ethnle Ba2~bara 20,4 79,6 25,0 63,2 2,3 9,6 Peul 28,7 71,3 21,6 19,1 49,1 10,2 Malinkê 20,9 79,1 74,5 8,7 7,8 13,1 Sarakolê 27,8 72,1 65,5 21,7 4,6 8,2 S~noufo - 24,9 75,1 0,9 92,1 0,8 6,2 Minlanka Dogon 19,4 80,6 0,2 5,7 92,1 2,0 Autre 49,7 50,3 19,4 32,6 38,8 9,2 Age (30 ans 27,8 72,2 28,1 40,1 22,0 9,9 30 ans + 24,2 75,8 32,2 37,7 22,0 8,1 Enfants vivants O 32,5 67,5 27,8 32,6 26,6 13,0 I 24,4 75,6 28,1 40,9 23,8 7,3 2 24,1 75,9 28,2 40,2 24,2 7,4 3 20,0 80,0 34,6 38,2 19,9 7,3 4 et + 27,1 72,9 51,3 41,1 18,3 9,4 6,3 I00,0 34,6 13,8 10,8 11,9 8,2 10,2 10,4 48,8 51,2 i00,0 30,0 13,6 12,6 12,3 9,9 7,1 14,5 74,1 25,9 iO0,O 25,4 15,8 12,8 8,0 1,6 4,0 31,6 61,8 38,2 87,2 11,9 0,9 i00,0 51,8 48,2 85,4 13,3 1,3 i00,0 52,0 48,0 83,4 15,4 1,3 100,0 46,1 53,9 85,3 13,9 0,8 100,0 49,8 50,2 83,9 15,9 0,2 I00,0 61,9 38,2 89,7 9,8 0,6 lOO,O 52, B 47,2 79,5 17,5 3,0 100,0 56,8 43,2 79,6 19,1 1,3 33,5 13,7 9,8 11,3 9,9 9,8 12,0 i00,0 0,0 91,8 7,3 0,9 54,3 13,9 12,6 12,5 6,7 9,7 10,3 0,0 100,0 76,9 21,7 1,9 85,5 13,3 1,3 85,7 13,2 1,0 86,7 12,3 1,0 89,6 9,7 0,7 30,5 16,7 9,3 15,6 6,0 8,8 12,7 mlssing 33,1 13,1 10,8 10,3 10,7 11,3 10,6 34,8 14,1 11,2 9,9 0,6 7,9 13,6 37,4 14,3 11,4 12,1 6,3 7,9 10,7 38,1 12,2 12,1 11,5 9,2 ii,I 9,9 Note: Les pourcentages sont arrondis; leur total n'est pas nêcessairement ~gal ~ i00. 22,8 17,0 14,5 11,0 34,7 16,7 18,8 16,3 15,1 32,9 16,9 17,0 14,8 16,5 34,7 15,3 19,1 16,3 14,1 35,2 22,2 19,7 17,3 13,0 27,8 26,2 14,7 12,9 11,5 34,6 16,4 18,2 15,8 14,6 35,0 29,5 18,0 15,5 13,1 24,0 30,3 20,4 14,4 12,8 22,2 16,5 17,8 16,2 15,8 33,7 22,2 17,3 16,1 14,9 29,5 15,8 17,8 15,9 14,7 36,3 24,1 15,8 13,1 14,6 32,5 13,1 23,3 16,2 10,8 36,6 16,6 21,1 12,8 11,7 37,9 21,4 18«3 18,5 13,9 28,0 29,7 27,1 18,6 13,2 11,5 5,8 8,5 12,7 15,6 57,5 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 TABLEAU 1.5 REFARTITION (EN %) DES HOMMES DE L'ENQUETE INDIVIDUELLE SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES % Effectif Effect i f % Effectlf ~ffectlf Pond~r~ Non-pond~r~ Pond~r6 Non-Pond~r~ Age Actuel Ethnle 20 - 24 17,4 169 163 Bambara 32,3 313 290 25 - 29 13,3 129 147 Peul 15,2 148 147 30 - 34 13,2 128 155 Mal lnk6 11,6 112 102 35 - 39 15,9 154 155 Sarakol6 11,0 107 93 40 « 44 15,7 152 137 Sénoufo - 9,9 96 109 44 - 49 12,8 124 117 Minlanka 50 - 55 11,7 114 96 Dogon 10,8 105 99 Autres 9,1 89 127 Milieu ND 1 3 Urbain 27,1 263 583 Religion Rural 72,9 707 387 Islam 94,0 912 920 Régien Christlanlsme 1,7 16 21 Autre 4,3 42 29 Kayes, 29,5 287 220 Koul lkoro Activlt6 Economlque Slkasso, 37,8 366 323 Ségou Cultivateur* 73,8 716 476 Mop~l, Gao, 82,? 220 197 Artisans 4,6 45 63 Tombouctou Travailleur 4,4 43 86 Bamako I0,8 97 230 manuel commerçants 3,7 36 80 Niveau d'instruction Travailleur 10,8 104 206 salari~ Sans 77,1 748 606 Sans acclvité 2,7 26 59 Ins~ructlon Primaire 16,1 157 224 Total 100,O 970 970 Secondaire ou 6,7 65 139 plus NU 0,8 O 1 Alphab~tisatlon Sait l ire 69,2 671 542 Ne sait pas 30,7 298 425 llre ND 0,1 1 3 Note: Les pourcentages sent arrondis; leur total n«est pas n~cessairement 6gal å 100. ND - réponses non-d~clar~es * "Cultivateur" comprend les réponses suivantes: 61eveur, p~cheur, Jardinier. 17 pour cent des hommes de l'échantillon sont âgés de 20-24 ans et 12 pour cent sont âgés de 50-55 ans. Mais la r6partition par groupes d'âge révèle un d6ficit dans les groupes de 25-29 ans et 30-34 ans par rapport à la proportion des hommes dans les groupes de 35-39 ans et 40-44 ans. Pourtant, ce déficit n'est pas évident au niveau de la population masculine de l'enquête ménage (graphique 1.5). Ceci est probablement lié, en partie, au fait que l'enquête individuelle a été menée auprès de la population des hommes présents ou visiteurs des ménages visités en saison sèche et en milieu rural. Les mouvements migratoires saisonniers font que beaucoup plus d'hommes âgés de 25 à 34 ans étaient absents dans les localités échantillons au moment de l'enquête. Les hommes du milieu rural représentent 73 pour cent de l'échantillon. L'influence du milieu rural sur le profil général de l'échantillon peut être perçue par la répar~ition en pour cent des hommes selon leur activité principale (txavail principal au moment de la collecte). 74 pour cent des hommes sont cuhivateurs, éleveurs ou pêcheurs contre 11 pour cent de travailleurs salariés pour la plupart employés dans les villes. S'agissant du niveau d'instruction, 77 pour cent des hommes n'ont jamais été à l'école moderne ou franco-arabe; 16 pour cent ont atteint le niveau primaire et 7 pour cent ont atteint le niveau secondaire ou supérieur. Si l'on considère la proportion des hommes sans instruction (77%), 16 on constate le niveau assez faible de la scolarisation. Cependant, beaucoup d'efforts sont entrepris en vue de l'alphabétisation fonctionnelle des populations en plus de l'enseignement coranique dispensé de îaçon informelle. C'est ainsi qu'on compte 69 pour cent des hommes sachant lire dans une langue quelconque facilement ou difficilement contre 31 pour cent des hommes ne sachant pas lire du tout. Graphique 1.5 Répartition des Hommes de l'Enquête Ménage Selon l'Age Actuel PoDulation masculine (en %) 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0 . . . . . . . ' ' I . . . . I ' ' ' ' I . . . . : ' ' ' ' l ' ' ' l l l~ '~ l ~ ' ' l I 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 Age Actuel EDS-Mali 198"7 Quant aux antres caractéristiques de la population masculine de I'EDS-Mali, on notera en particulier la répartition par région administrative, religion et ethnie. Pour les besoins de l'analyse, compte-tenu de la faiblesse de la taille de l'échantillon homme, on a procédé à un regroupement géographique des régions. Les parties ouest et sud-ouest (régions de Kayes et Koulikoro) représentent 30 pour cent, le centre-sud (régions de Sikasso et Ségou) représente 38 pour cent, la partie centre-nord (régions de Mopti, Gao (urbain), Tombouctou (urbain)) représente 23 pour cent et le District de Bamako au sud-ouest représente 10 pour cent des hommes. La religion principale déclarée à l'enquête est l'islam. Elle est déclarée par 94 pour cent des hommes contre 2 pour cent pour la religion chrétienne. Les autres religions regroupent 4 pour cent des hommes. L'ethnie la plus représentée à l'enquête est cel/e des Bambara avec 32 pour cent des hommes, ensuite celle des Peul, représenté par 15 pour cent. Les ethnies des Malinké, Sarakolé, Dogon et Sénoufo-Minianka représentent environ 10 à 12 pour cent de la population masculine. Les autres ethnies et les non-maliens représentent 9 pour cent de la population. Toutes les caractéristiques socio-démographiques et économiques ci-dessus vont être utilisées comme variables explicatives. Sachant que les variables peuvent exercer les unes sur les autres des influences réciproques, il a ~té nécessaire de les croiser deux à deux dans le tableau 1.6 pour mieux faire apparaître les différencieUes. 17 õo TABLEAU ~.8 INTER-RELATION ENTRE VARIABLES EXFLICATIVES; ENCHANTILLON HOÆES, EDS-MALI, 1987 Alphab~- R@sldence R~glon Education Ethnie Age tlsatlon 1 2 1 2 3 4 1 2 3 1 2 3 4 5 6 7 1 2 1 2 Roesidence Urbain 100,0 18,2 24,7 20,1 37,1 45,6 31,4 22,8 29,1 15,3 9,7 10,3 8,1 5,3 21,8 33,0 67,0 60,0 39,5 Rural 100,0 33,8 42,6 23,6 0,0 88,8 10,5 0,7 33,5 15,2 12,3 14,2 10,6 12,6 4,4 29,8 70,2 19,8 80,2 Région Kayes, 16,7 83,3 108,0 79,9 16,0 4,1 34,6 Ii, i 26,7 22,6 0,6 1,0 3,4 29,8 70,2 27,9 72,1 Koullkoro Slkasso, 17,3 82,3 100,8 82,6 11,8 5,6 47,4 9,3 1,8 8,4 24,1 1,2 7,5 29,2 70,8 25,6 74,3 Ségou Moptl, Gao 24,0 76,0 I00,0 79,9 16,3 3,8 4,5 29,1 7,2 0,8 0,0 43,7 14,8 33,6 66,5 29,2 70,8 Tomboucto Bamako 100,0 0,8 100,0 42,2 32,6 24,8 31,3 18,3 13,5 9,6 6,5 1,3 19,1 32,6 67,4 61,7 37,4 Educatlon Sans in- 16,0 84,0 30,6 40,4 23,5 5,5 I00,8 33,7 15,3 11,5 10,9 9,8 11,7 7,1 27,5 72,5 14,0 86,0 st ruction Primaire 52,7 47,3 29,3 27,6 22,9 20,3 I00,0 27,2 14,8 11,2 13,8 9,1 9,8 13,5 39,9 60,2 81,8 17,7 Second. 92,5 7,6 18,2 31,7 12,8 37,2 100,0 23,4 15,3 13,1 5,9 13,5 2,6 21,9 46,1 53,9 100,0 0,0 Ethnle Bamhara 24,5 75,5 31,7 55,4 3,2 9,7 80,6 13,6 5,7 100,0 28,6 71,4 28,2 71,6 Peul 27,2 72,8 21,6 23,0 43,4 12,1 77,4 15,7 6,9 100,0 29,7 70,3 31,7 68,1 Malinké 22,6 77,4 68,3 6,0 14,0 ii,7 76,8 15,6 7,6 I00,0 30,8 69,2 31,4 68,6 Sarakoloe 25,5 74,5 60,7 29,0 1,6 8,7 76,2 20,2 3,6 100,0 32,3 67,7 32,3 67,7 S~noufo - 22,0 75,1 1,8 91,6 0,0 6,6 76,1 14,9 9,1 100,0 32,6 67,5 27,4 72,6 Minlanka Dogon 13,4 80,6 2,7 4,3 91,8 1,2 83,7 14,7 1,6 180,0 34,4 65,6 18,2 81,8 Autre 64,7 35,3 11,0 31,1 36,8 21,1 60,0 23,9 16,1 100.0 30,9 69.1 53.5 46,5 Age <30 ans 29,2 70,8 28,7 35,9 24,8 10,7 69,0 21,0 10,0 30,1 14,7 11,6 11.6 10,5 12.1 9,2 100,0 0,0 40,1 59,7 30 ans + 26,2 73,8 29,9 38,6 21,7 9,8 80,7 14,0 5,2 33,3 15,4 11,6 10,7 9,7 10,2 9,1 0,0 100,0 26,5 73,3 Alphabétlsatlon Sait lire 52,9 47,1 26,8 31,4 21,5 20,2 35,2 43,0 21,8 33,5 14,9 11,5 10,8 12,8 6,1 0, I 40,1 59,9 108,0 NSP lire 15,5 84,5 30,8 40,6 23,2 5,2 95,9 4,1 0,0 29,6 15,7 11,8 11,6 8,9 6,4 16,0 26,5 73,5 100,0 Note: Les pourcentages sont arrondis; leur to£al n'est pas n~cessalrement égal å 100. 1. Communication de la délégation malienne à la Conférence Intemationale sur la Population, Mexico, août 1984, United Nations Fund for Population Activities, 1985:104. 2. Thiam, Babaly, Essai sur l'approche des politiques de population au Mali, Institut du Sahel, CILSS, ronotypé, sans date, page 14. 3. Analyse du Recensement de 1976, République du Mali; Perspectives de la Population Résidente du Mali de 1977 à 2007, Tome VI, Ministère du Plan, Organisation des Nations Unies, F.N.U.A.P., Institut du Sahel, CILSS, avril 1985, page 46. 19 PREMIERE PARTIE: RAPPORT FEMME CHAPITRE II NUPTIAL ITE ET EXPOSIT ION AU RISQUE DE GROSSESSE 2.1 Situation Matrimoniale des Femmes au Moment de l'Enquête La question posée au moment de la collecte permettait de distinguer parmi les femmes âgées de 15 à 49 ans, celles qui s'étaient déclarées: "mariée ou vit avec un homme", "a vécu avec quelqu'un ou séparée", "veuve", "divorcée" ou "célibataire". Il faut remarquer que ces modalités peuvent paraître très ambiguës et entrainent des effectifs très faibles quand on les croise avec les groupes d'âge quinquennaux. Un regroupement en quatre catégories a été, de ce fait, retenu: célibataire, mariée ou vit avec quelqu'un, veuve et divorcée ou séparée (tableau 2.1). TABLEAU 2.1 REPARTITION ~EN %) DE TODTES LES FEb~4ES SELON L'ETAT MATRIMONIAL ET L'AGE ACTUEL Etat matrimonial C611ba- Ma=i~e/ Veu~e Di9orc6e/ AgO taire en S~par6e actuel unÆon Total Effectif 15-19 24,6 71,5 0,2 3,8 I00,0 524 20-24 2,0 95,9 0,2 1,9 I00,0 530 Z5-29 0,4 98,6 0,0 1,i I00,0 6•3 30-34 0,0 97,2 1,4 1,4 100,0 515 35-39 0,0 95,6 3,2 1,2 i00,0 426 40-44 0,3 93,2 6,0 0,5 i00,0 317 45-49 0,0 93,7 5,6 0,8 i00,0 265 Total 4,4 92,1 1,8 1,6 i00,0 3200 Note: Les pourcentages sont arrondis; leur total n'est pas n~cessairement ~gal A 100. Ainsi, 4 pour cent des femmes en âge de procréer n'ont jamais contracté de mariage ou autres formes d'union conjugale. On dénombrait, au moment de l'enquête, 92 pour cent des femmes en union. Les femmes maliennes entrent très tôt en union (graphique 2.1). Même à 15-19 ans, il y a seulement 25 pour cent de femmes céllbataires contre 72 pour cent en union et 4 pour cent ayant ~té en union par le passé. A 20-24 ans, il n'y a que 2 pour cent de femmes célibataires et, après 24 ans, presque la tètalité des femmes maliennes ont d6jà contracté une première union. En général, le veuvage et les cas de divorce sont négligeables avec moins de 2 pour cent pour chaque catégorie. 2.2 Polygamie La pratique de la polygamie est très importante au Mali. 45 pour cent des femmes en union sont dans une union polygame (tableau 2.2). Cette pratique augmente avec l'âge des femmes, passant de 28 pour cent chez les femmes de 15-19 ans, à 39 pour cent chez les femmes de 25-29 ans, et à 63 pour cent chez les femmes de 45-49 ans. 21 100 75 50 25 0 15-19 20-24 Graphique 2.1 Etat Matrimonial Selon l'Age Actuel (en %) 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Age Actuel L mm C~llbatalre Veuve Dlvore6e/8êpar6e Marl6e/en union EDS-Mali1987 37 pour cent des femmes du milieu urbain sont en union polygame contre 48 pour cent des femmes du milieu rural. La proportion de femmes en union polygame du milieu urbain est inférieure à celle du milieu rural à presque chaque groupe d'âge, et cette différence paraît plus marquée chez les femmes de moins de 30 ans. Suivant les régions administratives, il y a relativement moins de femmes en union polygame dans le District de Bamako que dans les autres r6gions. C'est sans doute l'effet de l'urbanisation qu'on vient de noter. 33 pour cent des femmes en union de Bamako sont en union polygame contre 45 pour cent des femmes de l'ensemble du pays. Quel que soit l'åge, le tableau 2.2 montre aussi que, les proportions de femmes en union polygame à Bamako sont plus faibles surtout chez les jeunes, comparé aux autres régions. La différenciation des femmes par ethrde fait ressoair que plus d'une femme sur deux parmi les Dogon et les Sarakolé (respectivement 54% et 51%) sont en union polygame. L'ethnie pratiquant le moins la polygamie semble être les Peul (34%). L'analyse par groupe d'âge fait apparaître que les proportions de femmes en union polygame chez les Peul sont plus faibles à presque chaque groupe d'âge que pour n'importe quelle autre grande ethnie malienne. 2.3 Age à la Première Union La forte proportion de femmes contractant une union très t6t a pour effet un åge médian à la première union de 15,7 ans, ce qui est jeune même comparé aux autres pays africains, x Cet âge, avant lequel la moitié des femmes entrent en union, est quasiment constant pour les 35 ans passés, quel que soit le groupe d'âge de la femme à l'enquêtæ Ainsi, l'effet de génération n'est pas perceptible sur 1 åge médian à la première union. En effet, même chez les femmes de 15-19 ans, 30 pour cent se sont mari~es avant l'âge de 15 ans. Si on considère les caractéristiques socio-démographiques, on peut remarquer (tableau 2.4) une légère évolution de l âge médian à la première union. En milieu urbain, par exemple, les générations jeunes entrent en union un peu plus tardivement que les générations plus âgée.s: l'âge médian est de 16,2 ans pour les femmes de 20-24 ans tandis qu'il est d'environ 15,4 ans pour les 22 femmes de 45-49 ans. Cette tendance, en milieu urbain, se répète dans le District de Bamako où l'âge médian passe de 16,0 ans pour les femmes de 20-24 ans à 15,1 ans pour celles de 40-44 ans. En milieu rural, l'âge médian à la première union reste inférieur à 16,0 ans pour toutes les générations. TABLEAU 2.2 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION QUI SONT EN UNION POLYGAME SELON L'AGE ACTUEL ET LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQOES Age actuel de la fen~ne 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Milieu Urbain 17,6 28,1 27,8 49,5 49,2 59,1 55,0 37,4 Rural 32,3 98,8 43,5 54,5 53,5 54,9 64,0 47,7 R~glon Kayes, 27,6 41,5 50,7 54,9 60,3 58,2 64,7 5D,3 Koullkoro Sikasso, 34,0 33,1 39,9 51,4 51,6 59,1 64,8 45,3 S~gou Moptl, Gao, 22,9 41,0 31,5 57,4 42,4 47,7 58,3 42,4 Tombouctou Bamako 13,0 22,4 22,6 47,6 47,5 55,6 * 32,7 Niveau d'instruction Sans 31,6 37,0 38,5 55,1 52,1 55,9 61,8 46,4 instruction Primaire 15, 2 31,7 45, 6 43,4 57,0 * * 37, 3 Secondaire --- * * * * * --- 32, 0 Ethnie Bambara 26,2 34,2 40, 6 55, 9 55, 9 55, 5 66, I 46, 1 Peul 23,1 24,7 25,7 40,5 42,1 49,9 45,0 34,4 Malink~ 18,5 41,2 47,1 62,3 47,2 49,8 75,7 40,5 Sarakol~ 36,5 31,9 47,9 53,5 63,9 66,7 66,4 51,0 S~noufo - 41,5 34,5 51,9 39,1 37,4 60,3 * 42,0 Minianka Dogon 23,5 51,8 40,9 60,0 69,6 59,2 74,6 53,8 Autre 22,3 33,0 30,5 53,6 42,1 51,0 * 39,1 Total 28,I 35,9 39,4 53,2 52,3 55,8 62,5 45,1 * moins de 20 cas non-pond~r~s La corrélation positive entre le niveau d'instruction et l'âge médian à la première union est très marquée. L'âge médian passe de 15,7 ans pour les femmes sans instruction, ce qui n'est pas différent du niveau national, à 16,3 ans pour les femmes du niveau primaire, et à 19,2 ans pour les femmes du niveau secondaire. La différenciation de l'âge médian à la première union selon l'ethnie montre peu de variation. Selon les groupes d'âge, les âges médians fluctuent considérablement, mais ne présentent pas de tendances d'évolution selon les générations. 2.4 A l la i tement , Aménorrhée , Abst inence et Non-suscept ib i l i té d 'Expos i t ion au R isque de Grossesse En plus de la contraception, I'EDS-Mali a collecté des informations concernant des variables qui ont une influence directe sur l'intervaUe séparant deux naissances consécutives. Ces variables sont notamment l'allaitement maternel, l'aménorrhée et l'abstinence post-partum. Ainsi, les questions sur l'aUaitement, la reprise des règles et la reprise des relations sexueUes ont été posées aux femmes pour chacune des naissances des cinq dernières années ayant précédé l'enquête. 23 TABLEAU 2.3 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE A LA PREMIEKE UNION, L'AGE MEDIAN A LA PREMIERE UNION ET L'AGE ACTUEL Age A la première union Ag« Jamais <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ Total Effectif Age actuel marl~e M~dlan 15-19 24,6 30,4 42,4 2,6 * * * 100,0 524 * 20-24 2,0 26,7 52,0 13,7 4,2 1,4 0,0 100,0 530 15,9 25-29 0,4 26,8 48,9 13,9 5,9 3,0 1,2 100,0 623 15,9 30-34 0,0 30,1 55,4 7,7 3,6 2,0 1,2 100,0 515 15,6 35-39 0,0 30,8 52,9 8,1 4,7 2,3 1,2 100,0 426 15,6 40-44 0,3 28,3 52,8 8,9 5,9 1,0 2,8 100,0 317 15,6 45-49 0,0 22,7 57,9 8,8 4,7 1,8 4,1 100,0 265 15,8 Total 4,4 28,3 51,0 9,3 4,0 1,7 1,2 100,0 3200 15,7"* * Pas de m~diane ** Age m~dian å la première union des femmes ~g~es de 20 â 49 ans TABLEAU 2.4 AGE MEDIAN A LA PREMIERE UNION DES FES~MES AGEES DE 20 A 49 ANS SELON L'AGE ACTUEL ET LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAgHIQUES Age actuel 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total** Milieu Urbain 16,2 16,2 15,9 15,6 15,5 15,4 15,9 Rural 15,8 15,8 15,5 15,5 15,7 15,9 15,7 R~gion Kayes, 15,5 15,6 15,6 15,6 15,6 15,6 15,6 Koullkoro Slkasso, 15,9 15,8 15,5 15,6 15,6 15,7 15,7 S~gou Mopti, Gao, 16,9 16,4 15,8 15,6 15,9 16,2 16,1 Tombouctou Bamako 16,0 16,0 15,5 15,4 15,1 * 15,7 Education Sans 15,9 15,8 15,5 15,5 15,6 15,8 15,7 instruction Primaire 16, 2 15, 9 16, 9 16, 0 * * 16, 3 Secondaire * * * * * --- 19,2 Ethnie Bambara 15,5 15,8 15,4 15,7 15,6 15,8 15,6 Peul 16,7 16,0 15,5 15,5 16,0 16,1 15,8 Mallnk~ 15,6 15,7 15,5 15,4 15,6 15,7 15,6 Sarakol~ 15,8 15,7 15,9 15,6 16,1 15,5 15,7 S~noufo - 16,1 15,8 15,6 15,5 15,6 15,7 15,8 Mlnlanka Dogon 16,7 15,7 15,6 15,5 15,7 15,8 15,7 Autre 16,4 17,1 15,9 15,5 15,3 16,4 16,0 Total 15,9 15,9 15,6 15,6 15,6 15,8 15,7 * moins de 20 cas non-pond~r~s ** Femmes ~gées d8 20 ~ 49 ans 24 Les données anaiysées ici portent uniquement sur la demièm naissance vivante ågêe de 0 à 35 mois. Le but de cette analyse est d'identifier les femmes dites non-susceptibles d'être exposées au risque de grossesse et d'évaluer la durée de la période de non-susceptibilit6. La définition utilisée ici d'une femme non-susceptible d'exposition au risque de grossesse est la suivante: une femme qui n'a pas repris des relations sexuelles depuis son dernier accouchement (ayant donc toutes chances de ne pas contracter une grossesse) ou une femme en aménorrhée, qui peut certes bien, mais avec une probabilité minime, tomber enceinte si elle reprend des relations sexueUes sans utiliser un moyen de contraception efficace. La période de non-susceptibifité est celle qui est la plus longue (abstinence ou aménorrhée). On utilise l'idée de non-susceptibilité d'exposition au risque d'une grossesse plut6t que de non-exposition car on sait que l'aménorrhée est imparfaite comme signe d'absence d'ovulation. L'ovulation peut précéder la reprise des règles à l'insu de la femme. Ainsi, à l'aide de la répartition par groupe d'âge en mois des demières naissances âgées de 0 à 35 mois, les proportions de femmes en train d'allaiter, en abstinence, en aménorrhée et non- susceptibles d'exposition au risque de grossesse ont ~té évaluées. La médiane peut être directement dérivée de ces proportions. Le tableau 2.5 donne les proportions de mères: allaitant leur demière naissance, en aménorrhée post-partum, en abstinence et non-susceptibles d'exposition au risque de grossesse selon la durée en mois depuis la demière naissance pour les 36 mois ayant précédé l'enquête. Ce tableau donne aussi les durées méxlianes d'allaitement, d'aménorrhée, d'abstinence et de non-susceptibilité. TABLEAU 2.5 PROPORTION DE FE~MES QUI SONT ENCORE ALLAITANTES, EN AMENORRHEE POST-PARTUM, EN ABSTINENCE POST-PARTUM ET NON-SUSCEPTIBLBS D'EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE SELON LES MOIS DEPUIS LA NAISSANCE Proportion encore Mois depuis En En la naissance Allaitantes am~norrh~e abstinence Non-suscep- Nombre de tibles naissances* < 2 90,4 92,3 82,4 97,2 130 2-3 91,2 84,8 47,3 89,2 151 4-5 92,7 79,4 32,1 82,1 148 6-7 94,6 76,2 17,7 79,2 143 8-9 92,7 66,6 25,6 71,8 136 i0-ii 80,4 61,6 18,0 63,6 141 12-13 81,5 53,5 9,7 54,5 144 14-15 72,3 38,5 9,6 41,2 107 16-17 60,7 27,8 12,4 34,7 93 18-19 47,7 19,7 8,3 23,6 99 20-21 37,5 14,9 8,8 20,1 118 22-23 36,5 16,7 7,2 18,2 96 24-25 22,0 12,5 3,4 15,2 124 26-27 28,3 10,9 7,6 14,6 83 28-29 16,1 7,8 2,4 10,3 102 30-31 11,5 1,8 0,9 2,7 95 32-33 5,2 3,1 1,9 4,9 119 34-35 17,8 6,5 4,7 9,9 123 Total 58,1 41,6 18,3 44,8 2152 M~diane 18,1 13,0 2,4 13,2 * Il s'agit des naissances de 0 ~ 35 mois. 25 L'allaltement maternel est prolongé au Mali. Les résultats montrent que 82 pour cent des mères allaitent au moins 12 mois. A 18,1 mois (dur6e médiane), 50 pour cent des mères continuent de nourrir au sein leur enfant. La dur6e médiane de 18,1 mois exerce, toutes choses égales par ailleurs, une certaine influence sur la durée de l'aménorrhée, étant entendu que la durée de l'aménorrhée dépend non seulement de la durée de l'allaitement, mais aussi des conditions physiologiques de la femme. A 13,0 mois (durée médiane), 50 pour cent des femmes du Mali n'ont pas encore vu le retour de couches après leur accouchement et 13 pour cent des femmes restent en aménorrhée pour au moins 24 mois. Quant à l'abstinence, la dur6e médiane est de 2,4 mois. La faiblesse de cette durée est probablement influencée par des pratiques liées à l'islam où la norme de l'abstinence post-partum est de 40 jours (1,3 mois). En tenant compte du fait que 93 pour cent des femmes maliennes se déclarent musulmanes, la durée médiane de 2 à 3 mois d'abstinence est probablement conforme aux pratiques de cette religion. En général, parmi les femmes ayant un enfant né-vivant, âgé de moins de 36 mois, il y a 45 pour cent de femmes qui ne seraient pas susceptibles d'avoir une nouvelle grossesse au moment de l'enquête. C'est-à-dire que plus de la moitié des femmes pouvaient être de nouveau exposé.es à une nouvelle grossesse au moment de l'interview, d'autant plus que l'utilisation de la contraception au Mali est extrêmement faible. Pour ce qui concerne la non-susceptibilité d'exposition à une nouvelle grossesse, la dur6e médiane est de 13,2 mois. 24 pour cent des femmes sont non-susceptibles au moins 18 mois après leur dernier accouchement. Il est évident que l'aménorrhée influence la non-susceptibilité beaucoup plus que l'abstinence quelle que soit la durée, comme l'indique le tableau 2.5. Le tableau 2.6 et le graphique 2.2 montrent les différentielles de la durée moyenne de l'allaitement, de l'aménorrhée, de l'abstinence post-partum et de la non-susceptibilité d'exposition au risque d'une nouvelle grossesse, selon les caractéristiques socio-démographiques. Les durées moyennes de ces quatre vuriables sont calculées en divisant l'effectif total des mères qui allaitent, qui s'abstiennent, qui n'ont pas vu le retour des règles et qui sont non-susceptibles au moment de l'enquête par le nombre moyen de naissances par mois (estimé en divisant par (36), l'effectif des demières naissances d'un mois à 36 mois). S'il existe une salsonnalité de la natalité, le nombre moyen de naissances par mois calculé de cette manière peut probablement s'écarter de la r6alit6. Comme point de comparaison, les résultats de certains autres pays africains sont ptésentés à la fin de ce Chapitre? Ce qui ressort de ce tableau soutient ce qu'on a trouvé ailleurs dans ce Chapitre, c'est-à-dire que les changements de comportements commencent à apparaître chez les femmes urbaines et chez les femmes de Bamako. Ainsi, en moyenne, ces femmes allaitent, s'abstiennent et sont en aménorrhée pour des durées moins longues que les autres femmes. Par conséquent, leur période de non-susceptibilit6 est reduite comparée aux autres aussi. En prenant les femmes urbaines comme exemple, on voit que leur durée moyenne d'allaitement est de deux mois inférieure à la durée d'allaitement des femmes rurales (20 mois et 22 mois respectivement). En milieu urbain, la durée moyenne de l'aménorrhée est de 12 mois et en milieu rural, elle est de 16 mois. Une explication plausible pour cette différence marquée entre les deux milieux est que les femmes urbaines allaitent leurs enfants moins intensivement que les femmes rurales et, pour cette raison, leurs règles reprennent plus vite. Par ethnie, il ressort que la femme Dogon allaite, est en aménorrh6e et est non-susceptible d'exposition au risque d'une nouvelle grossesse plus longtemps que les femmes des autres ethnies. Les femmes peul allaitent, sont en aménorrhée et sont non-susceptibles d'exposition au risque de grossesse moins longtemps que toutes les autres. Toutes choses égaies par ailleurs, la durée moyenne plus courte d'allaitement chez la femme peul pourrait être liée à la disponibilité d'aliments supplémentaires tels que le lait du bétail dont les Peul, éleveurs par excellence, ont probablement 26 en plus grande quantité que les autres ethnies. La durée plus courte d'allaitement a sans doute pour conséquence une durée plus courte d'aménorrhée. TABLEAU 2.6 ESTIMATION DE L'ETAT ACTUEL DU NOMBRE MOYEN DE MOIS D'ALLAITEMENT, D'AMEN- ORRHEE POST-PARTUM, D'ABSTINENCE POST-PARTUM ET DE LA NON-SUSCEPTIBILITE PARMI TOUTES LES FEMMES SELON LES CARACTERISTIQUES SOCTO-DEMOGRA9HIQUES Allaitement Nombre moyen de mois Am6n- Abstinence Non-suscep- orrh~e post-partum tibilitA Nombre de Naissances** Age actuel <30 21,6 14,8 7,1 16,5 1257 30+ 21,5 16,1 6,8 17,2 884 Milieu Urbain 20,2 12,1 4,7 13,5 512 Rural 22,0 16,4 7,7 17,8 1630 R~glon Bayes, 21,9 16,6 7,6 17,8 652 Koulikoro Sikasso, 21,7 14,9 7,1 16,1 884 Sêgou Mopti, Gao, 21,7 16,2 6,6 18,2 444 Tombouctou Bamako 19,3 10,8 5,1 12,6 161 Niveau d'instruction Sans 21,7 15,6 7,2 17,0 1843 instruction Primaire 21,5 14,1 5,9 15,8 279 Secondaire * * 16 ND 3 Ethnie Bambara 22,1 14,7 6,1 16, 1 727 Peul 17,9 13,2 7,9 15,6 277 Malink~ 21,7 15,1 9,7 16,3 241 Sarakol~ 19,5 16,4 6,1 17,9 235 Sénoufo - 21,5 16,6 8,6 17,2 205 Minianka Dogon 27,2 18,1 7,8 19,7 212 Autre 81,3 15,6 5,2 16,9 844 Moyenne 21,6 15,3 7,0 16,8 2141 ND = r~ponses non-d~clarées * moins de 20 cas non-pond~r~s ** Il s'agit des naissances de 1A 36 mois. 27 Graphique 2.2 Durée d'Allaitement, d'Aménorrhée et d'Abstinence Post-Partum AGE «30 30* MILIEU Urbain Rural INSTRUCTION Sans instruction Primaire I ~"""" ' " ' " " ' "~ ' ' ' ' ' ' ' ' " ' ï ' ' ' ' ' ' '~ I i I i I I t 0 5 10 15 20 25 Durée Moyenne en Mois [~ Allaltement [~ Amênorrhêe mm Abstinence EDS-Mali 1987 2.5 Sommaire La nuptialité au Mali est très intense avec seulement 4 pour cent des femmes de 15-49 ans célibataires, 4 pour cent de femmes veuves ou divorcées et un âge médian à la première union de 15,7 ans. La femme malienne passe donc la grande majorité de sa vie féconde en union. Par conséquent, le temps qu'une femme passe exposée au risque de grossesse est important. L'ailaitement au Mali reste prolong6 (21,6 mois en moyenne). Vu que l'utilisation des moyens contraceptifs est très faible (voir Chapitre 4), il n'y a que l'allaitement ayant pour effet de rallonger l'aménorrhée post-partum qui influence l'espacement des naissances. La dur6e moyenne de l'aménorrhée post-partum est de 15,3 mois. Etant donné que l'âge à la première union semble assez stable, on s'attend à un niveau de fécondité élevé et sans changement notable pour le proche avenir. 28 1. Les âges médians à la première union pour certains pays africains ayant fait une Enquête D6mographique et de Santé sont pr6sentés ci-dessous: Sénégal: Libéria: Burundi: 16,6 ans (EDS 1986, p. 18) 17,5 ans (EDS 1986, p. 21) 19,5 ans (EDS 1987, p. 21) 2. L'interprétation des informations sur l'âge médian à la première union devrait se faire avec certaines réserves. Il était diffiçile pour la majorité des enquêt6es de donner une date précise en réponse à cette question. 6% des femmes ont donné le mois et l'année de la consommation de leur première union. 19% ont donné l'année seulement et 51% ont donné leur âge à la première union. 24% des femmes n'ont donné aucune information et la date du début de leur première union a été imputée en utilisant la date à la naissance de leur premier enfant. 3. A titre comparatif, les durées moyennes d'aUaitement, d'aménorrhée et d'abstinence post- partum pour certains autres pays africains sont présentées ci-dessous: Allaitement Aménorrh6e Abstinence Cameroun: 19,3 10,1 Sénégal: 18,8 16,2 Libéria: 17,0 11,2 Nigéria: 16,6 10,4 Côte d'Ivoire: 16,2 7,9 13,4 (EMF 1978, Vol. 1, p. 123-24) 7,9 (EDS 1986, p. 23) 13,2 (EDS 1986, p. 24) 14,1 (EMF 1981-82, Vol. 1, p. 127) 10,5 (EMF, 1980-81, Vol. 1, p. 132-36) Le calcul des durées moyennes utilisées dans I'EDS est différent de celui utilisé dans l'Enquête Mondiale sur la Fécondité (EMF) où les durées moyennes sont basées sur le demier intervalle fermé (femmes non-célibatalres ayant eu au moins deux naissances vivantes, grossesse actuelle comprise, dont l'avant-demière naissance vivante a survécu au moins 12 mois). 29 CHAPITRE I I I FECONDITE L'EDS-MALI a collecté aussi bien des données sur la fécondité actuelle que sur la fécondité cumulée ou passée. Ce Chapitre commence par la présentation des niveaux et des facteurs différentiels de la fécondité actuelle. Comme autre indicateur du niveau de fécondité, on examine également la proportion des femmes actuellement enceintes. Ensuite, on étudiera les tendances de la fécondité à travers l'évolution des taux de fécondité par groupe d'âge pour certaines périodes avant l'enquête. Le Chapitre se termine par l'analyse de l'åge à l'entl~e dans la vie féconde (ou l'âge de la mère à la première naissance). Toutes ces analyses sont possibles par l'utilisation des informations issues de l'historique des naissances (voir Appendice D, Questionnaire des Femmes). 3.1 Niveaux et Tendances de la Fécondité Le tableau 3.1 donne l'indice synthétique de fécondité (ou la somme de naissances réduites) pour les femmes de 15-44 ans selon les caractéristiques socio-démographiques, par périodes triennales avant l'enquête et pour la dernière période quinquennale. Il donne aussi, selon les caractéristiques socio-démographiques, le nombre moyen d'enfants par femme âgée de 40-49 anS. L'indice synthétique de fécondité est un indice du moment qui mesure le nombre moyen d'enfants nés vivants qu'aurait eu une femme durant toute sa vie féconde si elle se conformait, à chaque âge, aux taux de fécondité du moment étudié. Alors que le nombre moyen d'enfants nés vivants d'une femme âgée de 40-49 ans représente un indice de la fécondité cumulée ou totale. Dans le tableau 3.1, il est à noter que l'indice de la période 1984-86 et celui des cinq ans ayant précédé l'enquête sont très similaires. Par contre, l'indice de la période 1981-83 est supérieur. Ceci est dû à un déplacement des naissances entre les périodes, et en raison de ce problème, on se référera dans l'analyse qui suit à l'indice relatif aux cinq ans avant l'enquête. Au niveau national, I'EDS-Mali évalue à 6,7 enfants l'indice synthétique de fécondité pour les cinq ans ayant précedé l'enquête. La fécondité au Mail semble être assez constante si on la compare à la descendance moyenne des femmes de 40-49 ans qui est de 7,1 enfants. Ce niveau élevé de la fécondité concorde avec une durée médiane d'abstinence post-partum réduite et une pratique presque inexistante de la contraception moderne dans l'ensemble du pays (voir Chapitres 2 et 4). La différence légère entre ces deux indices de la fécondité au niveau national s'explique probablement par une baisse appréciable de la fécondité en milieu urbain. En effet, l'indice synthétique en milieu urbain est de 6,1 enfants pour les cinq demières années tandis que la descendance moyenne des femmes de 40-49 ans est de 7,1 enfants. En milieu rural, il n'est pas possible d'arriver à une conclusion du même genre. L'indice synthétique relatif aux cinq ans avant l'enquête (7,0 enfants) est pratiquement le même que la parité moyenne des femmes de 40-49 ans (7,1 enfants). La fécondité est probablement restée constante et est encore élevée dans ce milieu. La fécondité semble être constante et élevée dans toutes les régions du Mali à l'exception du District de Bamako où la baisse semble être très significative (graphique 3.1). L'indice synthétique de fécondité relatif aux cinq demières années y est de 5,6 enfants comparé à la descendance moyenne des femmes de 40-49 ans qui est de 7,3 enfants. 31 TABLEAU 3.1 INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE pARMI LES FE~MES 15-44 ANS ET DESCENDANCE ATTEINTE A 40-49 ANS PARMI TOUTES LES FE~MES SELON LES CA~ACTERISTIQUES SOCIO«DEMOGRAPH - IQUES Indice synthét ique de fécondité 1984- 1981- 0-4 ans Descendance 1986'* 1983 avant å 40-49 ans l'enqu~te Milieu Urbain 6,09 6,85 6,08 7,06 Rural 6,97 7,17 6,95 7,05 Région Kayes, 6,78 7,08 6,96 7,16 Koullkoro Sikasso, 7,06 7,02 6,91 6,54 S~gou Mopti, Gao, 6,61 7,32 6,61 7,63 Tombouctou Bamako 5,39 6,77 5,37 7,31 Niveau d ' inst ruct ion Sans 6,84 7,14 6,80 7,04 instruct ion Pr imaire 6,20 6,79 6,17 7,56 Secondaire * * * * Ethnle Bambara 6,62 6,76 6,58 6,31 Peul 6,30 7,12 6,20 7,45 Mallnké 7,33 6,86 7,20 8,36 sarakol~ 6,45 7,73 6,83 7,06 Sénoufo - 7,16 7,30 7,06 7,20 Minlanka Dogon 7,01 7,91 7,20 7,91 Autre 6,53 6,75 6,36 6,43 Total 6,73 7,10 6,73 7,06 L'ef fect i f des femmes du niveau secondaire est trop réduit pour la présentat ion des taux. On a inclus 1987, l 'année de l'enqu~te. Concemant le niveau d'instruction, la fécondité a baissé pour les femmes du niveau primaire. L'indice synthétique est 6,2 et la descendance moyenne des femmes de 40-49 ans est de 7,6 enfants. La fécondité des femmes sans instruction est très similaire à la fécondité au niveau national. L'effectif des femmes du niveau secondaire est trop reduit pour permettre la présentation des indices. Au niveau ethnique, le tableau 3.1 montre que la femme dogon et la femme malinké avec un indice synthétique de 7,2 enfants pour les cinq demières années, semblent avoir la plus forte fécondité. La forte fécondité des femmes dogon et malinké s'explique, en partie, par leur faible urbanisation relative (tableau 1.4). Il semble pourtant que la fécondité de ces deux ethnies ait amorcé une baisse dans le passé récent car la parité moyenne de ces femmes âgées de 40-49 ans est plus élevée que leur indice synthétique relatif aux cinq demières années. La Malinké a une descendance de 8,4 enfants et la femme dogon 7,9 enfants. 32 Urbain Rural Kayes, Koul. I.S.F. 8 7 6 5 4 3 2 1 0 Graphique 3.1 Indice Synthétique de Fécondité Selon le Milieu et la Région Sikasso, Mopti, Gao, Bamako Tomb. EDS-Mal i 1987 6.96 6.91 ~ ~« 5.37 Ce tableau fait également ressortir que la fécondité de la femme peul est en train de baisser aussi. L'indice synthétique de fécondité relatif aux cinq années avant l'enquête est de 6,2 enfants. La parité moyenne des femmes peuls de 40-49 ans est supérieure à 7,5 enfants. Le tableau 3.2 présente une estimation du niveau actuel de la fécondité et du calendrier de la fécondité en ufilisant les proportions de femmes enceintes au moment de l'enquête. Au niveau national, 13 pour cent des femmes ont déclaré être enceintes. Ce pourcentage semble très peu varier selon les caractéristiques socio-démographiques. Selon le groupe d'åge, le pourcentage des femmes enceintes est plus ou moins constant jusqu'à 39 ans, avec la plus grande proportion (21%) pour les femmes de 20-24 ans. Les proportions de femmes enceintes pour les deux groupes d'âge 40-44 ans et 45-49 ans sont 4 pour cent et 3 pour cent respectivement. La comparaison de la parité moyenne à 40-49 ans avec l'indice synthétique permet de faire une suggestion sur les tendances de la fécondité mais ne permet pas de tirer véritablement des conclusions rassurantes. La comparaison des taux de fécondité par groupe d'âge des femmes à la naissance des enfants selon différentes périodes avant l'enquête permet davantage d'analyser des tendances. Cette analyse devra être faite aussi avec précaution compte tenu de l'effet de troncature des âges, lié aux informations issues de l'historique des naissances. Le tableau 3.3, qui présente les taux de fécondité par groupe d'âge des mères à la naissance de leurs enfants et pour différentes périodes quinquennales avant l'enquête, montre que la fécondité a varié en dents de scie sur les 30 à 35 demières années. En considérant les taux figurant aux trois premières colonnes du tableau 3.3, c'est-à-d[re les taux relatifs aux périodes 0-4 ans, 5-9 ans et 10-14 ans avant l'enquête, on constate qu'à chaque groupe d'âge de la mère, le taux de fécondité augmente pour la période de 5-9 ans et puis baisse pour la période récente. Le degré de ce changement est influencé par un déplacement des naissances entre les périodes. 33 TABLEAU 3.2 POURCENTAGE DES FEMMES QUI SONT ENCEINTES SELON L'AGE ACTUEL ET SELON LES CARACTER- ISTIQUES SOC•O-DEMOGRAPHIQUES Age actuel 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Milieu Urbain 8,5 11,9 13,8 20,3 12,0 4,1 1,3 II,7 Rural 13,2 24,4 17,6 ii,0 12,4 3,4 3,4 13,5 R~gion Kayes, 11,9 20,5 16,2 ii, I 7,7 5,3 4,7 11,9 Koulikoro Sikasso, 13,6 27,1 16,2 14,4 16,1 2,9 3,2 15,0 Sêgou Mopti, Gao, 9,1 18,0 17,1 ii,i 13,1 1,8 1,2 10,9 Tombouctou Bamako 9,8 ii,I 17,5 21,8 13,0 5,0 13,3 Niveau d'instruction Sans 12,3 22,5 17,1 13,0 12,5 3,7 2,5 13,1 instruction Primaire I0, i 14,6 14,4 14,0 10,7 * 12,7 Secondaire * * * --- 12,8 Total 11,8 21,0 ~6,5 13,4 12,3 3,5 3,0 13,0 * moins de 20 cas non-pond~res TABLEAU 3.3 TAUX DE FECONDITE GENERALE PAR AGE SELON L'AGE DE LA MERE A LA NAIS- SANCE P~riode avant l'enqu~te en années Age de la m~re ~ la naissance 0-4 5-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 15-19 0,201 0,222 0,199 0,189 0,196 20-24 0,291 0,335 0,318 0,268 0,293 25-29 0,288 0,347 0,312 0,286 (0,293) 30-34 0,260 0,303 0,285 (0,277) 35-39 0,193 0,255 (0,290) 40-44 0,112 (0,161) 45-49 (0,040) 0,193 (0,113) (0,233) Note: Les chiffres entre parenth~ses représentent des cohortes ±ncomplÒtes. Toutefois, la légère différence de la fécondité, constat6e dans le tableau 3.1, apparaît encore quand on compare l'indice synthêtique calculé à 44 ans révolus durant les cinq dernières années (6,7) à l'indice calculé pour le groupe des femmes âgées de 40-44 ans pendant la demière période quinquennale avant l'enquête. Le tableau 3.3 donne les taux de fécondité suivants pour ce groupe de générations: 15-19 ans: 0,193; 20-24 ans: 0,293; 25-29 ans: 0,286; 30-34 ans: 0,285; 35-39 ans: 0,255 et 40-44 ans: 0,112. La descendance cumulée à 45 ans exacts de ce groupe de générations est 7,1 enfants ce qui dépasse sensiblement l'indice du moment. 34 Une autre observation qui confirmerait la stabilité de la fécondité au Mali est la comparaison des taux de fécondité pour les femmes de 15 à 49 ans dérivés de l'Enquête Démographique de 1960-61 avec les taux de fécondité des cinq demières années de I'EDS-Mali (tableau 3.4). TABLEAU 3.4 TAUX DE FECONDITE, EDS-MALI, 1987 ET TAUX DE FECONDITE, ENQUETE DEMOGRAPHIQUE, 1960-61 EDS- Enquête Mall D~mographique Age des 1987 1960-61 m~res (0-4 ans) 15-19 0,201 0,219 20-24 0,291 0,350 25-29 0,288 0,326 30-34 0,260 0,272 35-39 0,193 0,192 40-44 0,112 0,088 45-49 (0,040) 0,042 I.S.F. 6,93 7,44 source: Les taux de f~condlt6 des femmes de 15-49 ans sont d~rlv~s des données du rapport d'Enquête D~mographique au Mall, 1960-61, page 116. Il ressort du tableau 3.4 que la fécondité a effectivement baissé de 1960-61 à 1982-86 si l 'on considère que les séries de taux ont ~té correctement évaluêes ou ont ~té ~valu~es avec le même degré d'erreur. Cette légère baisse s'évalue par la comparaison de l'indice synthétique de 7,4 en 1960-61 contre 6,9 en 1982-86. D'après les deux séries de taux par groupe d'âge, la baisse est imputable aux jeunes générations de moins de 35 ans. Cependant, les auteurs de l'Enquête Démographique de 1960-61 suggéraient que la fécondité avait été sur-évaluée suite à la sur- estimation de la période de référence des douze mois ayant précédé l'enquête, méthode qui avait ~té utilisée pour l'évaluation de la fécondité. Ceci nous ramènerait à confirmer que la fécondité au Mali, selon les données disponibles est, et a été, constante. 3.2 Fécondité Cumulée Il est très possible dans une enquête démographique de collecter des informations assez fiables sur le nombre d'enfants nés vivants des femmes car la question fait moins appel à la mémoire des enquêtées que lorsqu'on essaie de relever les dates de naissance ou l 'âge au décès des enfants. L'exploitation d'une question de ce genre ne demande pas non plus des moyens sophistiqués et permet le calcul des parités moyennes des femmes par groupe d'âge et l'évaluation des proportions de femmes stériles, de femmes fécondes précoces ou de femmes très fécondes. Le tableau 3.5 donne la répartition en pourcentage de toutes les femmes et des femmes en union selon les groupes d'âge quinquennaux et le nombre d'enfants nés vivants. Il est à signaler que, comme on a vu dans le Chapitre 2, les femmes célibataires ne représentent que 4 pour cent de tout l'échantillon des femmes et se trouvent surtout dans le groupe d'âge 15-19 ans. Pour cette raison, le statut matrimonial n'influence presque pas la fécondité des femmes dans ces analyses. En effet, c'est seulement chez les adolescentes de 15-19 ans que cette différence ressort; 45 pour cent des femmes de 15-19 ans ont eu au moins un enfant n~ vivant et parmi celles qui sont en union, 59 pour cent sont fécondes, soit plus d'une sur deux. 35 t~ C~ TABLEAU 3.5 ÆPARTITION (EN %) DES ENFANTS NES VIVANTS PARMI TOUTES LES FEMMES ET LES FEMMES EN UNION SELON L'AGE ACTUEL DE LA FE~qE Enfants nés vivants Age de Parlt~ la femme 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10+ Total Effectif Moyenne Fe~/~es en u~loN 15-19 40,6 38,8 16,8 3,8 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 374 0,8 20-24 15,9 25,2 26,9 17,1 10,7 3,3 0,6 0,3 0,0 0,0 0,0 100,0 508 2,0 25-29 5,2 9,5 16,5 19,8 22,3 14,0 8,3 2,6 1,6 0,0 0,0 100,0 634 3,4 30-34 3,4 5,6 4,7 10,5 14,7 15,5 17,6 15,8 7,6 4,8 0,7 108,0 501 5,9 35-39 2,4 5,7 5,9 4,4 10,3 13,8 13,6 10,8 12,7 11,8 8,5 100,0 407 6,0 40-44 3,8 1,5 4,9 6,6 7,0 7,8 6,3 13,5 10,7 10,4 27,6 100,0 296 7,1 45-49 3,0 2,7 3,6 6,9 8,7 5,8 12,2 8,9 6,9 14,5 26,8 100,0 249 7,1 Tous les ãges 10,5 13,4 12,6 11,2 11,8 9,3 8,4 6,7 5,0 4,7 6,3 10O,0 2948 4,1 Toutes les femmes 35-19 55,5 29,6 12,2 2,7 0,0 0,0 0,0 0,8 0,0 0,0 0,0 i00,0 524 0,6 20-24 17,6 25,3 25,9 16,8 10,3 3,1 0,6 0,3 0,0 0,0 0,0 180,0 530 1,9 25-29 5,9 9,7 16,5 19,5 22,2 13,8 8,2 2,6 1,6 0,0 0,O 100,0 623 3,4 30-34 3,7 5,5 4,6 10,4 15,0 15,8 17,2 14,9 7,5 4,6 0,7 100,0 515 5,0 35-39 2,3 5,4 6,7 4,2 10,5 13,7 13,0 ii,I 12,6 11,8 8,7 i00,0 426 6,9 40-44 3,5 2,0 5,1 7,0 6,9 8,0 6,3 13,2 12,1 9,9 26,0 i00,0 317 7,0 45-49 3,1 2,9 3,4 6,5 8,2 6,0 13,2 8,3 6,7 14,6 27,2 100,0 265 7,1 TOUS les åges 14,7 13,0 11,9 10,5 11,2 8,9 7,9 6,4 5,0 4,5 6,1 100,0 3200 4,0 A 45-49 ans, il n'y a plus que 3 pour cent de l'ensemble des femmes qui restent sans avoir procrée. En supposant qu'à 45-49 ans, la plupart des femmes ne procréent plus, on peut dire qu'il y a 3 pour cent de femmes définitivement stériles au Mali. Les femmes de 45-49 ans qui sont supposées être à la fin de leur vie féconde ont en moyenne 7,1 enfants nés vivants, qu'elles soient en union ou non. Une femme sur quatre (27%) de cet âge a dix enfants nés vivants ou plus. Le nombre moyen d'enfants nés vivants selon l'âge à la première union et la durée depuis la première union est présenté dans le tableau 3.6. Comme il fallait s'y attendre, en général, la fécondité croît avec la durée depuis la première union. TABLEAU 3.6 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS NES VIVANTS PARMI LES FEN~4ES NON-CELIBATAIRES SELON L' AGE A LA PREMIERE UNION ET LA DUREE DEPUIS LA PREMIERE UNION Age å la première union Durée depuis la Tous première union <15 15-17 18-19 20 + les ~ges 0-4 0,8 0,9 0,9 0,9 0,9 5-9 2,2 2,3 2,5 3,0 2,4 10-14 3,8 3,9 4,3 4,6 4,0 15-19 4,8 5,4 5,4 5,6 5,3 20-24 5,9 6,1 6,6 6.3 6,1 25-29 6,9 7,4 6,6 * 7,1 30+ 6,5 7,5 * 7,1 Total 4,2 4,2 3,6 3,4 4,0 * moins de 20 cas non-pond~rÔs Ces résultats montrent aussi qu'à durée d'union égaie, les femmes qui se sont marié.es à moins de 15 ans ont moins d'enfants que celles qui se sont mariées plus tard. De même, pour les durées intermédiaires (5-9 ans et 10-14 ans), la fécondité des femmes qui se sont mari~es à moins de 20 ans est plus faible que pour celles qui se sont mari~es à 20 ans ou plus. Ceci est probablement lié à la sous-fécondité des femmes aux jeunes âges. Pour les longues durées depuis le début du premier mariage (15 ans ou plus), les effectifs ne permettent pas de dégager une tendance. 3.3 Entrée dans la Vie Féconde L'âge à la première union au Mati étant très précoce, on s'attend à une fécondité précoce aussi. En effet, l'âge médian à la première naissance est 19,0 ans et à peu près 10 pour cent des femmes ont eu leur première naissance avant 15 ans (tableau 3.7). La précocité de la fécondité au Mali a des implications très sérieuses pour ce qui concerne la santé maternelle et infantile puisqu'il est reconnu que les jeunes mères ont plus de problèmes de santé que les mères plus âgées et que leurs enfants meurent plus souvent. En effet, ceci est confirmé dans ce rapport dans le Chapitre 6 sur la mortalité des enfants. En observant l'âge médian à la première matemité par groupes d'âge des femmes à l'enquête, il semble que cet âge ait peu changé des générations âgées aux jeunes générations. Pour les femmes âgées, l'åge médian est légèrement sup6rieur que pour celles qui sont plus jeunes. Ceci s'explique probablement par les difficultés des femmes âgées à donner les dates et les âges précis et ne rèflete pas nécessairement un changement de tendance. 37 TABLEAU 3.7 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE A LA PREMIERE NAISSANCE (Y COMPRIS LA CATEGORIE "PAS DE NAISSANCE") ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME Age Age A la première naissance actuel Pas de de la preml~re femme nalssanco <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ Total Effectif M~dlane 15-19 95,5 9,2 27,6 7,7 0,0 0,0 0,0 100,0 523 * 20-24 17,6 11,2 35,3 20,5 12,9 2,6 0,0 i00,0 530 18,3 25-29 9,9 8,0 30,1 20,2 17,2 10,9 4,7 100,0 623 19,0 30-34 3,7 ]0,7 33,6 20,0 15,6 10,0 6,4 100,0 515 18,9 35-39 2,3 9,7 28,1 20,7 14,8 12,2 12,1 100,0 426 19,1 40-44 3,9 14,1 28,2 20,0 11,9 10,0 12,4 100,0 317 18,7 45-49 3,1 3,5 25,9 17,4 15,0 16,6 18,4 100,0 265 20,4 Total 14,7 9,6 30,3 18,5 12,4 8,2 6,3 i00,0 3200 " Pas de m~diane Le tablean 3.8 présente des différentielles de l'âge médian à la première naissance selon les caractéristiques socio-démographiques. Il n'est pas surprenant que ce soit parmi les femmes du milieu urbain, et en particulier à Bamako, que cet âge semble augmenter, surtout parmi les jeunes femmes. Par exemple, l'âge médian à la première naissance est de 19,2 ans pour l'ensemble du milieu urbain et de 19,5 ans pour les femmes de moins de 30 ans. La même constatation est vraie pour les femmes de Bamako où l'âge médian à la première naissance est de 18,9 et pour les femmes de 20-24 ans de 19,7 ans, 3.4 Sommaire L'indice synthétique de fécondité au Mali pour les cinq années ayant précédé l'enquête est de 6,7 enfants pour les femmes de 15-44 ans. La fécondité a été relativement stable au cours des 20 demières années. La fécondité cumulée des femmes âgées de 40-49 ans au moment de l'enquête est de 7,1 enfants. On peut comparer ce résultat à celui de l'Enquête Démographique de 1960-61 qui donnait un indice synthétique de 7,4 enfants pour les femmes de 15-49 que l'on considère généralement comme 6tant surestimé. On constate une baisse de la fécondité en milieu urbain et parmi les femmes ayant atteint le niveau d'instruction primaire. L'indice pour les cinq années avant l'enquête de ces deux groupes se situe aux environs de 6,1 enfants. La fécondité à Bamako est de 5,4 enfants et est plus faible que partout ailleurs dans le pays. La fécondité au Mali est précoce. L'âge médian à la première naissance est de 18,9 ans et ne semble pas avoir varié. Parmi les femmes de moins de 30 ans de milieu urbain et à Bamako, l'âge à la première naissance a augmenté pour atteindre 19,5 ans ce qui contribue certainement à la baisse de fécondité observée chez ces femmes. 38 TABLEAU 3,8 AGE MEDIAN A LA PREMIERE NAISSANCE DES FEMMES AGEES DE 20 A 49 ANS SELON LES CARACTER[STIQUES SOCIO-DEMOGKAPHIQUES ET L'AGE ACTUEL DE LA FE~ME Age actuel 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu Tous les ~ges Urbain 19,5 19,5 18,8 18,7 18,7 19,7 19,2 Rural 17,9 18,8 18,4 19,3 18,7 20,6 18,8 Région Kayes, 17,3 18,8 18,8 18,8 17,9 19,6 18,5 Koulikoro sikasso, 18,2 18,7 18,3 19,1 19,3 21,4 18,9 S~gou Mopti, Gao, 19,1 19,9 18,4 19,9 19,2 19,8 19,2 Tombouctou Bamako 19,7 19,3 18,5 18,9 17,9 18,9 Niveau d«insCructio~ sans 18,2 19,0 18,3 19,1 18,6 20,4 18,8 instruction Primaire 18, 7 18, 6 18, 9 19, 6 * 18,8 Secondaire --- * * --- 24,5 Ethnie Bambara 18, 0 18,7 ]8,5 19,2 18,9 22,1 18,9 Peul 19,3 19,5 18,4 18,5 18,4 19,6 19,0 Malinké 17,6 18,1 18,7 18,6 17,9 17,5 18,1 Sarakolé 18,2 19,9 19,6 19,6 18,4 19,2 19,4 Sénoufo - 18,3 18,2 18,0 19,3 19,7 20,5 18,6 Minlanka Dogon 18,6 18,6 18,4 20,5 19,2 19,6 18,8 Autre 18,8 20,4 18,2 18,9 18,0 21,3 19,4 Total 18,3 19,0 18,5 19,1 18,7 20,4 18,9 * moins de 20 cas non-pond~r~s 39 CHAPITRE IV CONTRACEPTION La contraception aussi bien traditionnelle que moderne est une pratique qui a ét~ peu évaluée au Mali. Cependant, malgré la forte natalité qui prévaut dans cette société, certaines méthodes permettant d'espacer ou d'éviter les grossesses ont ét~, et sont encore, utilisées. Cette enquête a pour but de mesurer la connaissance, l'utilisation et l'approbation des méthodes d'espacement des naissances au Mali. L'introduction des méthodes modernes de contraception est un phénomène récent. Elle est consécutive à la création de l'Association Malienne pour la Promotion et la Protection de la Famille en 1972 (AMPPF, organisme non-gouvememental), à la réorientation de la politique de santé maternelle et infantile et à la création de la Division de la Santé Familiale en 1980. Jusque là, l'utilisation de la contraception au Mali n'était connue qu'à travers les rapports prriodiques internes de la Division de la Santé Familiale et par une étude de I'AMPPF. L'évaluation faite dans le cadre de I'EDS-Mali est la première à couvrir le niveau national. Les données ont été recueillies afin de faire l'état de la situation et d'envisager, à partir des résultats, des correctifs possibles et des nouvelles orientations pour les activités de planning familial, notamment en milieu rural. C'était le deuxième objectif défmi par le Ministère de la Santé Publique et des Affaires Sociales lorsqu'il a sollicité l'Enquête Démographique et de Santé. La démarche que I'EDS-Mali a adopté pour collecter des informations sur la contraception abordait le sujet en demandant à chaque femme enquêtée si elle connaissait une méthode ou un moyen pour espacer ou prévenir une grossesse. L'enquêtrice enregistrait alors sous la modalité "oui, spontané" toutes les méthodes citées spontanément par l'enquêtée. Ensuite, l'enquêtrice décrivait chacune des méthodes non citées spontanément. (voir Appendice B, Questionnaire Femme, Section 3, pour la description des méthodes). Pour les méthodes reconnues après description, la réponse était enregistrée sous la modalité "oui, description." Ainsi, toutes les femmes qui ont cité spontanément ou qui ont reconnu après description une méthode sont classées comme connaissant une méthode. 4.1 Connaissance de la Contraception Les pourcentages des femmes connaissant des méthodes spécifiques de contraception selon l'âge actuel de la femme et selon le milieu de résidence sont présentés dans le tableau 4.1. L'analyse sera consacrée aux femmes actuellement en union (92% de l'échantillon) bien que le tableau donne également les pourcentages pour toutes les femmes. Au niveau national, 43 pour cent des femmes en union connaissent au moins une méthode contraceptive. Les méthodes modernes les plus connues sont la pilule (22%), l'injection (17%), le stérllet (15%) et la stérilisation féminine (14%). Parmi les méthodes traditionnelles, l'abstinence prolongée et le gris-gris sont connus par 24 pour cent des femmes. Il y a peu de variation dans le niveau de connaissance selon l'âge. En général, les femmes âgées de moins de 35 ans sont légèrement plus informées sur les méthodes contraceptives que les femmes plus âgées. 41 4~ TABLEAU 4.1 POURCENTAGE DES FEM~MES CONNAISSANT UNE ÆTHODE SPECIFIQUE SELON L'AGE ACTUEL DE TOUTES LES FF2~~~S, LES F~S EN UNION ET LES FE~S EN UNION DU MILIEU DRBKIN ET D~ M~LOEED RURAL % connaissant % connaissant % co~nalssant au moins une au moins une Age au moins M~thodes Con- Stëril. St~ril. m~thode Continence Absti- Plantes Gris- m~thode Actuel u~e m~thode Fil. Stêrllet InJ. Vaginales dom f~m. nms. moderne p0riod. Retrait nence mêdlcin. Gris Au~res tradition. Effectif Toutes les femmes 15-19 41,3 21,1 12,9 15,4 6,1 9,9 12,5 4,5 26,5 8,4 6,3 16,4 8,3 22,6 0,4 33,3 523 20-24 44,2 27,2 15,4 19,7 7,2 9,1 16,2 4,4 33,0 9,1 4,8 22,3 11,4 25,3 0, i 38,6 530 25-29 40,7 25,6 18,9 19,9 7,3 i0,6 16,5 4,8 34,1 8,9 6,3 24,8 ii,0 25,0 0,7 40,4 623 30-34 48,4 23,6 17,7 20,2 7,9 8,8 17,9 5,0 30,7 9,0 6,2 30,6 11,7 26,6 0, i 43,0 515 35-39 40,0 16,0 13,6 14,3 2,8 6,8 13,3 3,5 24,3 6,4 1,8 25,8 11,2 23,4 1,3 35,2 426 40-44 33,4 16.8 I0,6 13,0 5,6 4,8 12,6 4.4 21,9 4,6 5~0 2%0 I0,7 16,6 0,7 28,8 317 45-49 30,6 8,2 6,1 8,4 2,4 2,2 5,6 i,i 14,1 1,3 2,0 17,1 7,4 17,0 0,4 27,0 265 Total 42,5 21,5 14,6 16,9 6,0 8,2 14,3 4,2 28,3 7,5 4,9 23,0 10,4 21,2 0,5 36,4 3200 Les fen~~es en union 15-19 48,3 25,1 14,5 19,7 7,4 11,9 13,3 4,8 32,4 9,9 7,3 20,4 9,8 26,6 0,6 40, I 374 20-24 43,6 26,5 15,5 19,0 6,7 9,0 16,0 4,4 32,6 9,2 4,6 22,7 ii,i 24,5 0, I 37,8 508 25-29 48,6 25,4 18,8 19,8 7, I 10,5 16,2 4,6 33,7 8,8 6,3 25,1 ii,i 24,8 0,7 40,5 614 30-34 48,5 23,8 17,7 20,3 8,1 8,8 18,0 5,2 30,9 8,9 6,2 30,7 11,8 26,7 0, i 43,0 501 35-39 39,4 17,9 13,4 14,2 2,8 6,4 13,7 3,6 24,0 6,5 1,7 25,9 ii,i 23,2 1,2 35,0 907 40-44 32,0 16,5 9,8 12,2 5,3 4,0 12,0 4,1 21,8 4,7 3,9 19,2 10,4 15,5 0,2 27,1 296 45-49 30,5 7,2 4,9 8,1 1,9 2,1 5,3 0,5 19,5 1,4 1,5 16,1 7,2 16,5 0,9 26,6 249 Total 43,2 21,8 14,7 17,0 6,0 8,2 14.4 4.2 28,6 7»7 4,8 23,6 10,7 23,5 0,5 37,1 2948 Les femmes en union du milieu urbain 15-19 72,2 62,6 31,6 38,5 9,1 32,1 22,5 3,8 63,7 28,4 10,7 19,8 8,0 47,0 2,1 59,8 107 20-24 69,1 55,7 38,4 37,5 13,5 24,9 31,7 8,4 59,9 27,8 ii,8 30,7 16,0 50,1 0,4 60,2 136 25-29 72,1 56,5 43,3 43,2 14,3 30,0 32,3 i0,0 64,7 24,3 13,2 32,2 20,4 49,7 0,7 60,8 161 39-34 ~3,0 58,1 44,4 43,9 17,3 24,0 35,0 ii,I 60,3 23,5 11,9 37,1 16,4 50,9 0,4 65,9 130 35-39 63,4 92,6 33,1 31,0 8,9 15,7 25,2 5,2 47,8 15,2 2,6 32,0 15,8 41,9 3,1 56,1 109 40-44 52,8 36,3 26,9 22,3 12,0 11,2 24,1 6,5 39,0 9,3 2,8 25,9 ii, i 37,1 0,9 45,4 62 45-49 52,1 29,9 19,9 17,i 5,7 8,5 19,9 2,8 35,5 8,4 2,8 26,8 7,1 34,0 2,8 50,7 41 Total 67,8 52,4 36,8 36,7 12,5 23,5 28,8 7,6 56,7 22,0 9,4 30,2 14,9 46,6 1,3 58,9 745 Les ferm~es en union du m/lieu rural 15-19 38,6 9,9 7,7 9,3 6,8 3,7 9,6 5,2 19,9 2,5 5,9 20,7 10,6 18,3 0,0 32,2 267 20-24 34,3 15,8 7,1 12,3 4,2 3,1 10,3 2,9 22,5 2,4 2,0 19,7 9,4 15,1 0,0 29,5 372 25-29 40,2 14,4 10,2 11,5 4,5 3,6 10,6 2,7 22,8 3,3 3,8 22,6 7,8 16,0 0,7 33,3 453 30-34 40,0 ii,8 8,4 12,0 4,9 3,5 12,0 3,1 20,7 3,8 4,2 28,4 10,2 18,2 0,0 35,1 371 35-39 30,6 8,9 6,1 8,1 0,6 3,0 9,4 3,0 15,3 3,3 1,4 23,7 9,4 16,4 0,6 27,3 298 40-44 26,5 11,3 5,3 9,5 3,5 2,1 8,8 3,5 17,2 3,5 4,2 17,4 30,2 9,9 0,0 22,3 234 45-4~ 2~,3 2,8 2,0 6,3 1,2 0,8 2,4 ~,0 0,2 6,0 1,2 14,0 7,2 13,1 0,0 21,9 2~8 Total 34,9 11,5 7,2 10,3 3,8 3,0 9,5 3,0 19,1 2,8 3,3 21,6 9,2 15,6 0,2 29,8 2203 Toutefois, ces données à l'échelle nationale cachent le fait que le niveau de connaissance de la contraception en milieu urbain est presque deux fois supérieur à celui du milieu rural. Ceci est vrai aussi bien pour les méthodes modemes (57% contre 19%) que pour les méthodes traditionnelles (59% contre 30%). Les différences selon les méthodes individuelles sont encore plus importantes. Par exemple, plus de la moitié des femmes urbaines ont déclaré connaître la pilule (52%), tandis que 12 pour cent seulement des femmes rurales ont répondu qu'elles connaissaient cette méthode. Selon l'âge, les femmes en union de moins de 35 ans, quel que soit le milieu, sont plus inform6es sur la contraception que les femmes plus âgées. Le fait de considérer toute femme qui a déclaré avoir entendu parier d'une méthode contraceptive comme "connaissant" la méthode semble surestimer le vrai niveau de connaissance de la contraception, comme le montre le tableau 4.2. En effet, ce tableau montre clairement que la connaissance "spontanée" est extrêmement faible au Mali. A part la pilule que 7 pour cent des femmes en union ont citée, toutes les autres méthodes ont ~té citées spontanément par un maximum de 3 pour cent des femmes. TABLEAU 4.2 POURCENTAGE DES FEMMES EN UNION AYANT DECLARE CONNAITRE UNE METHODE SPECIFIQUE SELON LA NATURE DE LA CONNAISSANCE ET L'AGE M0thodes modernes Age Pilule St6rilet Injection M~thodes Condom St~ril. St~ril. Actuel Vaginales f~mlnlne masculine Spon Des Spon Des Spon Des Spon Des Spon Des spon Den Spon Des 15-1g 9,8 15,3 2,8 11,8 2,7 15,0 0,2 7,3 0,2 11,7 0,2 13,2 0,0 4,8 20-24 8,4 18,1 3,6 11,9 3,3 15,q 0,7 6,0 0,7 8,3 0,5 15,6 0, I 4,3 25-29 8,3 17,1 3,9 14,9 2,8 17,0 0,8 612 0,7 9,8 0,4 15, g 0,2 4,4 30-34 9,1 14,7 4,3 13,5 4,0 16,3 1,5 6,6 i,I 7,7 0,7 17,3 0,I 5,1 35-35 5,7 12,2 2,1 11,3 2,1 12,1 0,8 2,0 0,7 5,7 i,i 12,6 0, i 3,5 40-44 4,8 11,7 1,6 8,3 1,0 11,2 0,4 4,9 0,4 3,6 0,9 ll, l 0,2 3,9 45-49 0,7 6,5 0,0 4,0 0,2 7,9 0,0 1,9 0,0 2,1 0,0 5,3 0,0 0,5 Total 7,3 14,5 3,0 11,7 2,6 14,4 0,7 5,3 0,6 7,6 0,5 13,9 0, I 4,0 M~~hodes tradi~lonnelles Ag~ Continence Abstinence Plantes Actuel p~riodiquo Retrait prolongée M~dlclnales Grls-Grls Effectif Spon Des Sport Des Sport Des Sport Des Spon Des 15-19 0,9 9,0 012 7,1 3,7 16,7 0,4 9,4 2,6 23,9 374 20-24 I19 7,3 0, i 4,5 1,6 21,1 0,8 10,4 3,2 21,3 508 25-29 1,2 7,6 0,2 6,1 2,1 23,0 0,8 10,3 3,2 21,6 614 30-34 2,1 6,7 0,6 5,6 2,9 27,7 1,7 10,1 3,7 23,0 501 35-39 1,5 5,0 0,i 1,6 2,0 23,9 1,8 9,4 2,6 20,6 407 40-44 0,4 4,3 0,7 3,2 5,2 14,0 2,1 8,3 1,5 14,0 296 45-49 0,2 I«i 0«0 1,5 0,7 15,4 1,3 5,9 3,3 13,2 249 Total 1,3 6,4 0,3 4,6 2,5 21,3 1,2 9,5 3,0 20,5 2948 Note: Spon- spontan6 DOS # après descr ipt ion Le tableau 4.3 donne le pourcentage de femmes actuellement en union connaissant au moins une méthode contraceptive modeme selon le nombre d'enfants vivants et les caractéristiques socio-démographiques. Comme pour l'åge, le niveau de connaissance varie peu selon la parité. Cependant, il y a des différences dans la connaissance selon les autres caractéristiques. Ainsi, les femmes en union du District de Bamako (74%), celles du milieu urbain (57%) et les femmes avec un niveau d'instruction primaire (61%) ou plus (100%) semblent être les plus informées sur les méthodes de planification familiale. Pour ce qui est du groupe ethnique, les Malinké ont le niveau de connaissance le plus élevé (37%) et les Dogon le niveau le plus bas (10%). 43 TABLEAU 4.3 POURCENTAGE DES FE~MES EN UNION CONNAISSANT AU MOINS UNE METHODE MODEÆ~ SELON LE NOMBKE D'ENFANTS VIVanTES ET LES CbBACTZ~IST3QUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Nombre d'enfants vivants Milieu 0 1 2 3 4 5 OEoutos les 6+ parit6s urbain 59,5 59,3 53,4 57,5 50,7 59,5 56,0 56,7 Rural 20,6 20,5 16,4 17,2 20,4 19,5 20«3 19,1 R~gion Kayes, 32,1 30,3 22,8 21,5 33,4 34,6 25,2 28,0 Koulikoro Sikasso, 31,6 29,5 24,1 22,2 21,4 20,5 30,3 26,0 S~gou Moptl, Gao, 10,7 16,2 13,6 18,2 13,5 12,9 20,8 15,0 Tondoouctou Bamako 73,8 70,8 78,3 78,9 79,5 78,0 65,2 74,3 Niveau d'instruction Sans 22,8 24,6 20,5 20,7 23,0 23,5 25,9 23,0 instruction Primaire 67,6 56,5 49,5 51,0 66,4 68,4 76,6 60,5 Secondaire i00,0 i00,0 i00,0 I00,0 i00,0 i00,0 I00,0 100,0 Ethnie Bambara 35,2 33,1 24,8 23,6 27,5 33,3 33,6 29,8 Peul 24,6 26,1 17,4 17,9 27,9 35,4 32,4 24,8 Mallnk~ 45,3 31,8 37,0 37,5 34,0 37,2 39,7 37,3 Sarakol~ 40,2 31,8 33,0 25,9 35,4 32,9 27,0 32,6 S~noufo - 36,6 22,2 21,4 22,9 16,2 17,2 15,7 21,4 Minianka Dogon 7,1 7~9 11,5 11,3 12,9 9,6 10,8 10,l Autre 36,7 52,0 28,6 39,8 38,5 36,1 45,6 39,6 Total 33,2 29,7 25,1 25,3 27,5 29,7 30,7 28,6 4.2 Percept ions des P rob lèmes de Cont racept ion On a posé à chaque femme qui a déclaré connaître une méthode contraceptive spécifique (sauf pour l'abstinence prolongée et le retrait) la question suivante: "Quel est le problème majeur, s'il y en a un, en utilisant cette méthode?". Les résultats du tableau 4.4 montre que, pour les méthodes modernes, presque 35 pour cent des femmes en union ont répondu par "ne sait pas," ce qui parait normal, du fait que la majorité de ces femmes ont seulement entendu parler des différentes méthodes. Parmi les problèmes cités, les effets secondaires viennent en tête pour le stérilet (15%), la pilule (14%), l'injection (9%) et la stérilisation masculine (9%). Pour les autres méthodes, ce problème est mentionné par 0 pour cent à 8 pour cent des femmes. Le coût constitue un autre problème pour l'utilisation de la stérilisation féminine (12%), l'injection (11%) et la stérilisation masculine (10%). L'opposition du mari vient en troisième position pour les méthodes vaginales (13%), la st6rilisation féminine (10%), la pilule (9%) et l'injection (8%). Pour ce qui est de l'inefficacité des méthodes, le gris-gris (21%), les plantes médicinales (13%), la continence périodique (12%) et le condom (9%) ont été jugés les méiodes les moins efficaces. La stérilisation féminine et l'injection, par contre, ont été recormues comme des méthodes sûres. 44 TABLEAU 4.4 REPARTITION (EN %) DES FEMMES EN UNION SELON LE PRINCIPAL PROBLEME PERÇU EN UTILISANT DES METHODES SPECIFIQUES ET LA METHODE CONNUE PAR LA FEMME M~thode Principal probl~m8 M~th. Con- Stêrll. St~ril.Contin. Plantes Gris- perçu Pil. St~rilet InJ. vaglnal, dom fém. mas. p~riod, m6dicin. Gris M~thodo 1,5 4,7 0,9 6,1 9,0 0,3 1,3 11,5 12,5 20,9 inefficace Opposition du 8,6 5,6 8,3 12,5 3,1 9,8 2,5 6,5 6,1 5,4 mari Effets 13,9 15,4 9,4 5,1 3,1 7,5 8,7 0,0 3,8 1,3 secondaires Accès 1,0 3,6 3,5 2,2 1,8 3,0 1,3 0,0 2,0 0,4 dlffiçile cour 7,1 2,9 11,0 4,3 4,4 11,6 9,5 0,0 7,9 7,5 Autre 8,2 1,9 0,6 0,0 I,I 7,4 7,3 2,3 2,9 2,2 Aucun 26,3 20,9 24,2 24,8 39,7 27,2 32,5 58,2 34,3 33,8 Ne sait pas 36,8 40,9 38,4 35,8 35,8 30,8 27,4 18,8 28,9 27,5 ND 2,5 4,1 3,7 9,2 2,0 3,2 9,4 2,7 1,7 1,0 Total 100,8 I00,0 I08,0 I00,0 I00,0 I00,0 I00,0 100,0 100,0 I00,0 Effectif 643 434 500 178 242 425 123 226 315 692 ND = r~ponses non-d~clar~es Enfin, pour chaque méthode, 20 pour cent des femmes en union au moins ont déclaré qu'il n'y a aucun problème d'utilisation. La continence périodique (58%) et le condom (40%) sont les deux méthodes les plus souvent classées dans la catégorie "aucun problème." 4.3 Conna issance des Sources d'Approvisionnement Les données sur la connaissance des sources auxquelles les femmes en union connaissant une méthode contraceptive s'adresseraient en cas de besoin sont pr6sentées dans le tableau 4.5. Le niveau de connaissance des sources varie entre 74 pour cent et 90 pour cent. Les sources du secteur public semblent être les lieux de choix pour obtenir aussi bien les méthodes d'approvisionnement que les méthodes cliniques. La PMI, le dispensaire et le centre de sant6 viennent en tête avec presque 60 pour cent des réponses. "Autre" est une source citée pour la stérilisation féminine à 26 pour cent, et la stérilisation masculine à 21 pour cent. Cette réponse devrait être remplacée par "h6pital," pour lequel il n'y avait pas de code spécifique. Quant au secteur privé, presque une femme sur dix a mentionné I'AMPPF pour les méthodes suivantes: pilule (8%), stérilet (11%), injection (8%) et méthodes vaginales (7%). Si on considère que les centres de I'AMPPF sont au nombre de six, localisés à Bamako et dans les régions administratives, ces pourcentages sont appréciables. La pharmacie (qui existe aussi bien dans le secteur public que privé) est considérée comme une source d'approvisionnement pour le condom (21%), les méthodes vaginales (15%) et la pilule (11%). 4.4 Utilisation de la Contraception à un Moment Quelconque La pratique de la contraception chez les femmes enquêtées est définie comme l'utilisation d'au moins une méthode contraceptive à un moment quelconque de leur vie féconde. Il s'agit donc de l'utilisation passée ou présente. Au total, 19 pour cent des femmes en union ont déclaré avoir utilisé une méthode quelconque et, pour la majorité, il s'agissait d'une méthode traditionnelle (17%). La plupart des 3 pour cent qui ont utilisé une méthode moderne avait choisi la pilule (tableau 4.6). 45 TABLEAU 4.5 REPARTITION (EN %) DES FE~MES EN UNION QUI CONNAISSENT UNE METBODE CONTP~%CEPTIVE SELON LA SOURCE D'APPROVISIONNEMENT A LAQUELLE ELLES S'ADDÆSSERAIENT EN CAS DE BESOIN Source Pil. St~rllet M~thode M~th. Con- St~ril. St~ril.Contln. Plantes Gris- Inj. vaginal, dom f~m. mas p~riod, m~dicin. Gris PMI 26,8 28,3 19,9 19,9 21,8 8,0 5,2 27,2 0,8 0,2 Dispensaire 17,4 15,3 26,0 11,8 19,0 25,0 26,5 7,5 0,4 0,i AMPPF 7,5 10,7 7,9 7,1 8,4 i,I 1,4 1,5 0,0 0,2 Centre de sant~ 8,7 11,0 10,5 6,5 3,3 21,8 25,7 3,6 0,0 0,0 Pharmacie I0,6 0,i 0,2 15,1 21,3 0,0 0,0 0,0 0,2 0,0 Autre 3,8 3,3 3,8 4,1 1,5 25,6 20,5 41,9 85,6 92,0 R~ponse 0,0 4,0 9,5 0,0 0,2 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 inconsistante N8 sait pas 22,5 22,7 18,1 25,5 21,7 15,3 19,0 14,2 11,2 16,1 ND 2,8 4,6 4,1 10,1 2,7 3,2 10,7 4,2 1,9 1,4 Total 1O0,0 100,0 i00,0 I00,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 i00,0 Effectif 643 434 5G0 178 242 425 123 226 315 692 ND = r~ponses non-d@clar&es La pratique de la contraception diffère selon le milieu de résidence. En milieu urbain, 26 pour cent des femmes en union ont utilisé une méthode contraceptive. 10 pour cent ont utilisé la pilule et 2 pour cent le stérilet. Une femme sur cinq a utilisé une méthode traditionnelle. Parmi les moyens traditionnels, la continence périodique, l'abstinence prolongée et le gris-gris ont été les plus utilisés. Les femmes âgées de moins de 35 ans ont utilisé plus souvent les méthodes contraceptives (à l'exception de l'abstinence prolongée) que les femmes plus âgées. En milieu rural, le niveau de la pratique de la contraception est de 17 pour cent. L'abstinence prolong6e semble être la seule méthode d'espacement de naissances utilisée par les femmes rurales (15%). 46 TABLEAU 4.6 POURCENTAGE DES FEMMES AYANT UTILISE UNE METHODE CONTRACEPTIVE A UN MOMENT QUELCONQUE SELON L'AGE ACTUEL % ayant utillsê au ~ ins une Age m~thode Pli. St~rilet Inj. Actuel Toutes les ferm~es % ayant % ayant u~ilisé utlllsê M~th. Con- Stêril. St~rll. une m~th.Contin. Abstl- Plantes Gris- ~ne m~thode vaginal, dom f~m. mas moderne pérlod Retrait nence m~d. Gris Autres tradition. Effectif 15-19 16,1 2,7 0,0 0,i 0,2 20-24 16,8 3,0 0,I 0,1 0,2 25-29 21,7 4,3 0,7 0,3 0,5 30-34 24,6 3,1 0,9 0,2 0,7 35-39 15,2 1,5 0,5 0,7 0,4 40-44 14,5 I,i 0,7 0,0 0,2 45-49 12,6 0,0 0,0 0,0 0,0 Total 18,1 2,6 0,4 0,2 0,3 15-19 21,3 3,7 0,0 0,2 0,3 20-24 16,9 3,1 0,1 0,0 0, i 25-29 21,8 4,3 0,8 0t3 0,5 30-3~ 24,9 3,1 0,9 0,2 0,7 35-39 14,9 1,4 0,4 0,7 0,4 40-44 14,5 1,0 0,8 0,0 0,2 45-49 12,3 0,0 0,0 0,0 0,0 Total 19,0 2,7 0¢5 0,2 0,4 15-19 30,0 11,3 0,0 0,5 I,i 20-24 29,5 11,4 0,4 0,0 0,4 25-29 32,1 15,3 2,9 I,I 1,8 30-34 27,0 10,7 3,6 0,9 2,7 35-39 20,0 5,3 1,6 1,1 1,6 40-44 16,7 4,7 3,7 0,0 0,9 45-49 9,8 0,0 0,0 0,0 0,0 Total 26,2 10,0 1,9 0,6 1,4 0,3 0,0 0,0 3,0 4,0 1,0 8,7 0,3 2,2 0,3 14,6 523 0,5 0,0 0,0 3,6 3,7 0,5 8,3 0,I 4,0 0, i 15,0 530 0,5 0,0 0,i 4,9 3,1 0,3 13,0 0,4 3,9 0, I 19,1 623 0,8 0,4 0,0 4,4 3,1 1,9 18,2 0,3 1,7 0, I 22,5 515 0,0 0,0 0,0 3,4 1,5 0,i 11,9 0,5 2,4 0,3 14,4 426 0,2 0,4 0,2 1,8 0,7 0,5 12,4 1,0 0,4 0,5 13,4 317 0,0 0,0 0,0 0,0 0,6 0,3 10,8 0,2 i,I 0,0 12,6 265 0,4 0,i 0,0 3,2 2,7 0,7 12,0 0,4 2,5 0,2 16,5 3200 Les fen~nes en u~ion 0,3 0,0 0,0 4,0 5,2 1,3 11,6 0,4 2,5 0,5 19,4 374 0,6 0,0 0,0 3,5 3,8 0,6 8,7 0,1 3,8 0,1 15,3 50B 0,5 0,0 0,I 4,8 3,1 0,3 13,2 0,5 3,9 0,1 19,3 614 0,9 0,4 0,0 4,4 3,2 2,0 18,5 0,2 1,7 0,I 22,8 501 0,0 0,0 0,0 2,2 1,5 0,0 11,7 0,5 2,2 0,3 14,1 407 0,2 0,4 0,2 1,8 0,6 0,6 12,9 i,I 0,2 0,0 13,3 296 0,0 0,0 0,0 0,0 0,7 0,3 10,4 0,0 0,9 0,0 12,3 249 0,4 0,I 0,0 3,4 2,8 0,8 12,7 0,4 2,5 0,2 17,3 2948 Les femmes en union du mil ieu urbain i,i 0,0 0,0 12,3 15,0 1,6 3,7 0,0 4,3 1,6 24,6 107 2,1 0,0 0,0 13,1 13,1 2,1 4,2 0,4 8,9 0,4 23,6 136 1,8 0,0 0,4 17,5 9,3 0,7 7,2 0,7 10,q 0,4 23,2 161 1,9 0,4 0,0 13,3 8,4 2,7 8,8 0,9 5,3 0,4 20,4 130 0,0 0,0 0,0 6,8 4,2 0,0 9,5 0,5 5,3 I,i 16,8 109 0,9 1,9 0,9 8,4 2,8 0,0 9,3 0,0 0,9 0,0 II,i 62 0,0 0,0 O,O 0,0 4,2 0,0 4,2 0,0 1,4 0,0 9,8 41 1,3 0,2 0,2 11,9 9,1 1,2 6,8 0,5 6,3 0,6 20,3 745 Les femmes en union du mil ieu rural 15-19 17,8 0,6 20-24 12,3 0,0 25-29 18,2 0,4 30-34 24,1 0,4 35-39 13,1 0,0 40-44 13,9 0,0 45-49 12,8 0,0 Total 16,5 0,2 - - - - 0 ,0 - - - OtO - - - 0 ,0 - - - 0 ,0 - - - 0 ,6 - - - 0 ,0 - - - 0 ,0 - - - 0 ,1 --- 0,0 0,0 --- 0,6 1,2 1,2 14,8 0,6 1,8 --- 17,2 267 --- 0,0 0,0 --- 0,0 0,4 0,0 10,3 0,O 2,0 --- 12,3 372 - - - 0,0 0,0 - - - 0,4 0,9 0,2 15,3 0,4 1,6 --- 17,9 453 --- 0,4 0,4 --- 1,3 1,3 1,8 21,9 0,0 0,4 --- 23,7 371 --- 0,0 0,0 --- 0,6 0,6 0,0 12,6 0,6 i,I --- 13,1 298 --- 0,0 0,0 --- 0,0 0,0 0,7 13,9 1,4 0,O --- 13,9 234 --- 0,0 0,0 --- 0,0 0,0 0,4 11,6 0,O 0,8 --- 12,8 208 --- 0,1 0,I --- 0,4 0,7 0,6 14,6 0,4 1,2 --- 16,3 2203 4.5 Utilisation Actuelle de la Contraception La prévalence contraceptive représente le pourcentage de femmes qui utilisent une méthode contraceptive quelconque au moment de l'enquête. Le tableau 4.7 montre qu'au niveau national moins de 5 pour cent des femmes en union sont utilisatrices actuelles: 3,4 pour cent utilisent des méthodes traditionnelles et 1,2 pour cent utilisent des méthodes modernes, principalement la pilule. L'utilisation actuelle au Mali est limitée exclusivement au milieu urbain (12%). Les m6thodes modernes représentent presque 5 pour cent, avec la pilule à 3,4 pour cent, suivie du st~filet et des méthodes vaginales. Parmi les méthodes traditionnelles, la continence périodique est le moyen le plus populaire (4,5%). En milieu rural, il y a seulement 2,3 pour cent des femmes en union qui utilisent actuellement la contraception. L'abstinence protong6e est la méthode la plus utilisée (1,7%). L'utilisation limitée de la contraception au Mali est une pratiques des jeunes femmes. A peu près 12 pour cent des femmes en union du milieu urbain âgées de 15 à 29 ans utilisent la pilule ou la continence périodique. Même en milieu rural où l'utilisation de la contraception est presque inexistante, 5 pour cent des femmes âgées de 15 à 19 ans choisissent l'abstinence prolongée. Etant donné le niveau relativement bas de connaissance des méthodes modernes de contraception au Mali, il est normal que l'utilisation actuelle soit très faible (graphique 4.1). Ce qui est surprenant est le fait que la connaissance et l'utilisation des méthodes traditionnelles soient limitées dans une société traditionnelle comme le Mail. Il est possible que certaines pratiques traditionnelles soient connues et même utilisées, mais ne soient pas considérées par les femmes comme des moyens d'espacement de naissances. Il est également possible que les femmes aient tout simplement évité de parler de ce sujet lors de l'interview. Le tableau 4.8 donne les pourcentages de femmes en union utilisant actuellement une méthode contraceptive selon les caractéristiques socio-démographiques. Le niveau d'instruction semble être la variable qui a le plus d'effet. La prévalence contraceptive passe de 3 pour cent chez les femmes sans instruction ~ 13 pour cent chez celles avec une instruction primaire et à 53 pour cent chez les femmes avec une instruction secondaire. Cette tendance est valable aussi bien pour les méthodes modernes que traditionnelles. Nous avons indiqué plus haut que la majorité des femmes utilisatrices appartiennent au milieu urbain. Il va de soi que le niveau d'utilisation dans le District de Bamako (16%) est plus élevé que dans les autres régions. Les niveaux les plus bas sont enregistrés dans les régions combinées de Mopti, Gao (urbain) et Tombouctou (urbain) (2%). 4.6 Connaissance de la Période de Fertilité Bien qu'en général l'utilisation de la contraception au Mali soit extrêmement faible, la continence périodique semble être la méthode la plus utilisée si on exclut l'abstinence prolongée. Pour les couples qui utilisent la continence périodique, il est important de connaître la période de fertilité du cycle menstruel. Le tableau 4.9 donne la répartition de toutes les femmes et des femmes ayant utilisé la continence périodique selon leur connaissance de la période de fertilité. Parmi les femmes qui ont utilisé cette méthode, 49 pour cent ont pu identifier la période de fertilité qui est le milieu du cycle et 40 pour cent ont répondu "après les règles" ou avant les règles". Ces deux réponses peuvent être classées dans la catégorie d'une connaissance douteuse puisqu'il est possible que ces périodes "avant" ou "après" couvrent la période fécondable. La proportion de femmes ayant pratiqué la continence périodique qui ne connaissent pas du tout la période fécondable est de 11 pour cent. 48 4~ ~D TABLEAU 4.7 POURCENTAGE DES FEMMES QUI UTIL ISENT ACTUELLEMENT UNE METHODE CONTRACEPT IVE SELON LA METHODE, L 'AGE ACTUEL ET LE MIL IEU DE RESIDENCE Toutes les fe~es % qui % qui ut i l isent n'ut i l isent actuel lement Méth. Con- St~ri l . St~ri l . Contln. Abst i - Gr is- pas de Age une m~thode ?il. St~ri let Inj. vaginal, dom fém. mas p~riod. Retrait nence Gr is ND m~thode Actuel Total E f fect i f 15-19 6,7 0,9 0,0 0,0 O,O O,l 0,0 -- - 2,0 0,2 2,7 0,8 0,0 93,2 100,0 523 20-24 5,7 1,3 0,0 0,i 0,0 O,O O,0 --- 2,0 0,0 0,9 1,4 0,I 94,5 100,0 530 25-29 4,8 1,3 0,3 0,0 0,0 0,0 0,0 -- - 1,2 0,0 1,3 0,6 0,I 95,2 100,0 623 30-34 5,6 0,7 0,2 0,i 0,2 0,0 0,4 -- - 1,3 0,4 2,0 0,i 0,0 94,4 100,0 515 35-39 3,4 0,7 0, I 0,3 0,3 0,0 0,0 -- - 0,7 0,0 1,0 0,4 0,0 96,6 100,0 426 40-44 2,1 0,2 0,2 0,0 0,0 0,O 0,4 -- - 0,5 0,0 0,8 0,0 0,0 97,9 300,0 317 45-49 0,3 0, O 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 -- - 0,0 0,0 0,3 0,0 0,0 99,7 100,0 265 Total 4,6 0,8 0, i 0,i 0, i O,0 0,i - - - 1,3 0,i 1,4 0,5 0,0 95,4 I00,0 3200 Les fers/aes en union 15-19 5,3 . . . . . . . . . . . . . . . 0,0 -- - 0,0 0,0 4,7 0,6 -- - 99,7 i00,8 267 20-24 1,8 . . . . . . . . . . . . . . . 0,0 -- - 0,0 0,0 0,9 0,9 -- - 98,2 100,O 372 25-29 1,7 . . . . . . . . . . . . . . . 0,0 -- - 0,2 0,0 I,I 0,4 -- - 98,3 i00,0 453 38-34 4,0 . . . . . . . . . . . . . . . 0,4 -- - 0,4 0,4 2,7 0,0 -- - 96,0 180,0 371 35-39 1,4 . . . . . . . . . . . . . . . 0,0 -- - 0,6 0,0 0,8 0,0 -- - 98,6 1O0,0 298 40-44 1,1 . . . . . . . . . . . . . . . 0,0 -- - 0,0 O,O I,I 0,0 -- - 98;9 1OO,0 234 45-49 0,4 . . . . . . . . . . . . . . . 0,8 -- - 0,0 0,0 0,4 0,0 -- - 99,6 100,0 208 Total 2,3 . . . . . . . . . . . . . . . 0,i - - - 0,2 0,I 1,7 0,3 -- - 97,7 100,0 2203 15-15 15,5 3,8 0,0 0,0 0, O 0,5 O,0 -- - 8,6 1,0 0,8 1,6 0,0 83,9 i00,0 107 20-24 ]5,6 5,1 0,0 0,0 0, O 0,0 0,0 -- - 7 ,6 0,0 0,8 1,7 8,4 84,4 lO0, O 136 25-29 13,6 5,0 I,i 0,0 0,0 0,0 0,0 -- - 3,9 0,0 1,8 1,4 0,4 86,4 100, O 161 30-34 10,2 2,2 0,9 0,4 0,9 0,0 0,4 -- - 4,0 0,4 0,4 0,4 0,0 89,8 i00,0 130 35-39 8,9 2,6 8,5 i,I l,O 0,8 0,0 -- - i,i O,O 1,6 i,i 0,0 91,1 100,0 109 40-44 5,6 0,9 0,9 O,0 0,0 0,O 1,9 -- - 1,9 0,O O,0 0,0 0,0 94,4 1O0,0 62 95-49 0,0 0,O 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 -- - 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 i00,0 100,0 41 Total 11,6 3,4 0,5 0,2 0,3 0,1 0,2 -- - 4,5 0,2 0,8 I, i 0,2 88,4 I00,0 745 Les fen~nes en union du mil ieu rural Les fen~~es en union du mi l ieu urbain 15-19 8,2 1,i 0«0 0,0 O,O 0,2 0,0 . . . . 2,5 0,3 3,4 0,9 0,0 91,6 i00,0 374 20-24 5,5 ],4 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 . . . . 2,0 O,O 0,9 I, I 0,1 94,5 i00,0 508 25-29 4,8 1,3 0,3 0,0 0,0 O,O 0,0 . . . . 1,2 O,O 1,3 0,6 0,I 95,2 i00,0 614 39-34 5,6 0,6 0,2 O,l 0,2 0,0 0,4 . . . . 1,4 0,4 2,1 0,1 0,0 94,4 100,0 501 35-39 3,9 0,7 O«l 0,3 8,3 O,O 0,0 . . . . 0,7 O,O 1,0 0,3 0,0 96,6 100,0 407 40-44 2,0 0,2 0,2 O,O O,O O,O 0,4 . . . . 0,4 0,0 0,8 0,0 O,O 98,0 iO0, O 296 45-49 0,3 O,O 0,0 O,O 0,0 0,0 0,0 . . . . 0,0 0,0 0,3 0,0 O,O 99,7 100,0 249 Total 4,7 0,9 O,l 0,i 0,1 0,0 0,i . . . . 1,3 O,l 1,5 0,5 0,0 95,3 100,0 2948 TABLEAU 4.8 REPARTITION (EN %) DES FEMMES EN UNION SELON LA METBODE CONTRACEPTIVE ACTUELLEMENT UTILI5EE ET SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPEIQUES Toutes les Mêthodes Mêthodes Aucune M~thodes Modernes Tradition. Méthode ND Total Effecti~ Milieu Urbain 11,4 4,7 6,6 88,4 Rural 2,3 0,1 2,3 97,7 R~glon Kayes, 3,7 0,8 2,9 96,2 Koullkoro Slkasso, 4,1 0,6 9,3 95,9 Sêgou Mopti, Gao, 1,8 0,8 1,0 98,1 TcmbouŒEtou Bamako 16,4 6,0 10,2 83,4 Niveau d'instruction Sans instruction 2,8 0,3 2,5 97,2 Primaire 12,6 5,5 7,1 87,2 Secondaire 52,7 20,3 32,3 47,9 Parit~ Pas d'enfants 8,8 2,5 6,3 91,0 1 4,6 i,I 3,6 99,4 2 4,2 0,6 9,5 95,8 9 3,4 0,8 2,7 96,4 4 ou plus 4,0 1,5 2,6 96,0 E~hnie Bambara 4,8 1,4 3,2 95,6 Peul 4,7 1,5 3,0 95,2 Mallnk~ 4,6 0,9 3,8 95,2 Sarakol~ 2,7 0,8 1,9 97,3 Sénoufo - 6,2 0,7 8,9 93,6 Minianka Dogon 1,4 1,0 0,4 98,6 Autre 8,8 2,3 6,3 91,2 Total 4,7 1,3 3,4 Note: les pourcentages sont arrondis; ND m r6ponses non-d~clar~es 0,2 i00,0 745 0,0 100,0 2203 0, I 100,0 886 9,0 i00,0 1183 0,0 i00,0 615 0,2 100,0 264 0,0 I00,0 2539 0,2 I00,0 375 0,0 I00,0 34 0,0 I00,0 344 0,0 100,0 544 0,0 i00,0 506 0,2 100,0 462 0,0 100,0 1093 0,0 lOO,0 1019 0,3 100,0 390 0,2 I00,0 321 0,0 I00,0 356 0,2 100,0 258 0,0 i00,0 289 0,0 100,0 316 95,3 0,0 100,0 2948 leurs total ne sont pas nécessalrement ~gal à i00. Parmi toutes les femmes de l'échantillon, il y en a 12 pour cent seulement qui connaissent bien la période de fertilité tandis que 37 pour cent ont une connaissance douteuse. Enfin, une femme sur deux (51%) n'a aucune connaissance de la période fécondable ou pense qu'une femme court le plus grand risque de contracter une grossesse à n'importe quel moment du cycle. 50 75~( Graphique 4.1 Connaissance et Utilisation des Méthodes Contraceptives (Femmes en Union) 50~ 25~ 0% 100~ Conna î t A ut i l is6 Ut i l ise Actue l lement Une M6thode Moderne mm Aucune M~thode [~3 Une M~thode Trad. • Ma is pas une mê•hode moderne EDS-Ma l i 1987 TABLEAU 4.9 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FE~MES ET DES FEMMES AYANT UTILISE LA CONTINENCE PERIODIQUE SELON LEUR CONNAISSANCE DE LA PERIODE DE FER- TILITE AU COURS DU CYCLE MENSTRUEL Femmes ayant utilis~ la Toutes les continence Connaissance femmes p~riodique Connalt Milieu du cycle 11,5 48,8 Connaissance douteuse Juste après 33,5 38,2 Juste avant 3,9 1,9 Ne connalt pas Pendant les r~gles 2,5 0,0 N'importe quand 10,3 0,0 Autre r~ponse 0,7 1,3 Ne sait pas 37,6 9,7 Non d~clar~ 0,i 0,0 Total i00,0 i00,0 Effectif 3200 86 Note: Les pourcentages sont arrondis; leur total n~est pas necessalrement ~gal ~ i00. 51 4.7 Sources des Méthodes Cont racept ives Au total, il y a seulement 39 femmes en union (effectif pondéré) qui utilisent actuellement une méthode moderne de contraception. Parmi ces femmes, le secteur public est le gros fournisseur (tableau 4.10). Ce secteur comprend les PMI, les dispensaires et les centres de santé. La part du secteur privé est limitée. Cependant, comme il a été mentionné, l'Association Malienne pour la Protection et la Promotion de la Famille (AMPPF) joue un role appréciable, étant donné le nombre réduit de ses centres. Les autres sources du privé comprennent, par exemple, les pharmacies, le marché et les réseaux de personne à personne. TABLEAU 4.10 REPARTIT ION (EN %) DE TOUTES LES UTIL ISATRICES ACTUELLES DE METHODES D'APPROVIS IONNEMENT ET DE METHODES CLINIQUES SELON LA SOURCE LA PLUS RECENTE M~thodes Source D'approvisionnement Cl in iques Total Secteur publ ic 84,3 * 77,5 AMPPF 5.9 * 7,5 Autre 9,9 * 15,0 Total 100,0 * 100,0 Ef fect i f des femmss utilisatrices 29 10 39 Note: Les m~thodes d'approvisionnemsnt comprennent les mtthodss vaglnales, le condom et la pilule. Les m~thodes c l in iques com- prennent le st~fi let, l ' In ject ion et la st~r l l i sat lon f~minine et masculine. Le secteur publ ic comprend les PMI, les dispensaires et les centres de santé. * L 'ef fect i f de I0 est trop r~duit pour permettre la présentat ion des pourcentages. 52 4.8 Attitudes à l'Egard de la Grossesse et Raisons de Non-Utilisation de la Contraception La question sur l'attitude à l'égard de la grossesse s'adresse aux femmes qui n'utilisent pas actuellement une méthode contraceptive, qui ne sont pas enceintes ou qui ne sont pas sûres si elles le sont ou non, et qui sont sexuellement actives (qui ont eu des relations sexuelles depuis la dernière naissance). La question posée a été la suivante: "Seriez-vous ennuyée de vous trouver enceinte dans les semaines suivantes?" Il ressort du tableau 4.11 qu'une femme sur deux (49%) a répondu "oui" et qu'une femme sur deux (49%) également a dit "non". Comme il fallait s'y attendre, le pourcentage des femmes qui seraient eunuyées par une grossesse augmente généralement avec le nombre d'enfants vivants, passant de 26 pour cent chez les femmes qui n'ont pas d'enfant à 55 pour cent chez celles qui ont deux enfants et à 62 pour cent chez les femmes qui ont quatre enfants ou plus. Inversement, pour le groupe de femmes qui ne seraient pas ennuyées, le pourcentage diminue généralement quand la parité augmente: 72 pour c~nt chez les femmes sans enfant, 44 pour cent chez celles avec deux enfants et 36 pour cent chez les femmes avec quatre enfants ou plus. TABLEAU 4.11 REPARTITION (EN %) DES FEÆES EXPOSEES AU RISQUE DE GROSSESSE SELON LEUR ATTITUDE FACE A LA POSSIBIL ITE D'ETRE ENCEINTE DANS LES SEMAINES A VENIR, ET SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS Att i tude Pas Nombre Ennuyée Ennuyée ND Total Ef fect i f d 'enfants Toutes les fe~es Pas d 'enfants 71,8 26,2 2,0 I00,0 309 1 57,0 41,0 1,9 I00,0 350 2 44,1 54,5 1,4 I00,0 332 3 51,6 46,7 1,7 100,0 330 4 ou plus 35,5 61,6 2,9 100,0 744 Total 48,5 49,3 2,2 100,0 2065 Note: Les femmes expos~es au risque de grossesse comprennent les femmss ut i l i satr ices de contracept ion qui ne sont pas «ncelntes ou qui ne sont pas sQres si e l les le sont ou non et qui ont eu des relat ions sexuel les depuis la dernière naissance. ND = r~ponses non-d~clar~es Le tableau 4.12 et le graphique 4.2 donnent les raisons de non-utilisation de la contraception parmi les femmes qui ont r6pondu qu'elles seraient ennuyées par une grossesse dans les prochaines semaines. Ces femmes ont cité diverses raisons mais le manque d'information en matière de planification familiale apparaît de loin comme la principale raison de non-utilisation de la contraception au Mali (40%). Ceci n'est pas surprenant si on considère le niveau peu élev6 de la connaissance des méthodes contraceptives. La deuxième raison évoquée est le désir d'avoir un enfant (11%) tandis que l'opposition du mari (10%) et la religion (8%) occupent la troisième et la quatrième place. Parmi les autres raisons mentionnées, on trouve les effets secondaires (mauvais pour la santé) et l'inactivité sexuelle (mari polygame, absence du mari, veuve/divorcée), qui sont citées par 4 pour cent et 3 pour cent des femmes respectivement. 53 TABLEAU 4.12 REBARTITION (EN %) DES FEMMES EXBOSEES AU RISQUE DE GROSSESSE QUI SERAIENT ENNUYEES D'ETRE ENCEINTES SUIVANT LES RAISONS DE NON-UTILISATION DE CONTRACEPTION, L'AGE ACTUEL ET LE MILIEU DE RESID£NCE Milieu de rêsldence Urbain Rural Ensen%ble Raison de non-util lsatlon <30 30+ Total <30 30+ Total <30 30+ Total Manque d'information 30,5 25,5 28,0 45,6 43,4 44,3 40,4 39,0 39,6 D~slre un enfant 6«4 9,0 7,7 16,1 9«6 12«2 12r8 9,4 I0«9 Opposition du mari 9,1 12,8 10,9 12,6 0,6 10,2 11,4 9,7 10,4 Religion 3,0 I0,3 6,5 2,9 13,1 9,0 2,9 12,4 0,3 Mauvais pour la sant6 11,3 4,0 7,0 2,3 2,1 2,2 5,4 2,6 3~8 Autres raisons: Inactlvltê sexuelle 1,9 4,4 3,2 4,9 1,6 2,0 3,0 2,3 3,0 Allaite 2,6 2,0 2,3 2,3 0,8 1,4 2,4 1,1 1,6 $te~lle ou 0,4 2,8 1,6 0,0 4,6 2,7 0,i 4,2 2,4 m~nopausée Diffl¢ult~ d'accès 1,0 1,2 1,6 1,2 2,7 2,1 - 1,4 2,3 1,9 Peur d'~tre mal Jugê 5,3 1,2 3,3 0,9 1,2 1,0 2,4 1,2 1,7 Indêcise 8,3 5,2 6,0 3,1 2,5 2,0 4,9 3,2 1,9 Autre 18,9 20,4 19,6 8,3 10,0 9,3 11,0 12,6 12,3 NU 0,4 1,2 0,7 0F2 Total I00,0 i00,0 I00,0 i00,0 I00,0 i00,0 I00,0 I00,0 i00,0 Effectif 152 143 295 200 432 722 442 576 1018 Note= Les femmes expos~es au risque de grossesse comprennent les femmes non-util isatrlces de CO~traceptlo~ qui ne sont pas enceintes ou qui ne sont pas s0res si elles le sont et qui ont eu des relations sexuelles de- puis la dernlêre naissance. Note: Les pourcentages sont arrondis; leur total n'est pas n~cessalrement &gal å I00. NU - réponses non-dëclarêes Graphique 4.2 Raison de Non-Utilisation de Contraception* Manque d'information 40% D6sire enfant 11~ Opposition du mari 10% Religior Mauvais pour la aant~ 4% • Dêflnltlon: voir tableau 4.12 Jtre 27% EDS-Ma l i 1987 54 Les deux grands groupes d'âges (moins de 30 ans et 30 ans ou plus) ne semblent pas différer beaucoup selon les raisons principales de non-utilisation à l'exception de la religion et du désir d'avoir un enfant. Pour les jeunes générations, la religion n'est pas une raison importante de non-utilisation (3%) tandis que pour les femmes de 30 ans ou plus, elle semble l'être (12%). Selon le milieu de résidence, le manque d'information reste la première raison de non- utilisation dans les deux milieux mais le poids de cette raison intervient pour 40 pour cent en milieu rural et pour 28 pour cent en milieu urbain. Les autres raisons citées par les femmes urbaines, par ordre d'importance, sont l'opposition du mari (11%), les effets secondaires (8%) et le désir d'avoir un enfant (8%). Pour les femmes rurales, les raisons principales sont le désir d'avoir un enfant (12%), l'opposition du mari (10%) et la religion (8%). 4.9 Intentions Concernant l'Utilisation Future de la Contraception Le tableau 4.13 donne une idée de la demande potentielle pour les services de planification familiale dans le proche avenir (12 prochains mois) et au-delà pour les femmes en union et non- utilisatrices actuelles. Au total, il y a seulement 11 pour cent des femmes qui ont répondu qu'elles avaient l'intention d'utiliser une méthode contraceptive dans le proche avenir et 2 pour cent qui avaient l'intention de pratiquer plus tard. Il est donc clair que la majorité des femmes maliennes ne sont pas prêtes à demander des services de contraception bien que les femmes urbaines y soient plus favorables (22%) que les femmes rurales (9%). Le pourcentage des femmes qui comptent adopter la contraception dans le proche avenir varie très peu selon le nombre d'enfants vivants, sauf pour la parité quatre ou plus où le pourcentage de celles ayant l'intention d'utiliser une méthode dans les 12 prochains mois atteint 15 pour cent. La majorité des femmes qui ont l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir choisiraient les méthodes modernes (70%), en particulier la pilule (54%) et l'injection (10%) (tableau 4.14). Pour ce qui est des méthodes traditionnelles, 12 pour cent des femmes ont cité le gris-gris et 5 pour cent l'abstinence prolongée. La variation des pourcentages selon le milieu de résidence montre que l'injection est plus demandée en milieu urbain (15%) qu'en milieu rural (6%). Par contre, l'abstinence prolongée est plus populaire parmi les femmes rurales (9%) que parmi les femmes urbaines (1%). 55 TABLEAU 4.13 REPARTITION (EN %) DES FEMMES EN UNION NON-UTILISATRICES ACTUELLES D'UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON L'INTENTION D'UTILISER DANS L'AVENIR, LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS ET LE MILIEU DE RESIDENCE Nombre d'enfants vivants (y compris la grossesse actuelle) Intention 0 1 2 3 4 + Total Ensemble des femmes A l'intentlon d'utiliser: dans les 12 prochains mois 7,7 9,3 8,7 8,9 14,7 11,0 plus tard 1,7 1,8 1,7 0,5 0,8 1,2 ne sait pas quand 0,2 0,7 0,5 0,9 0,7 0,7 Pas s~re 3,6 1,7 5,5 2,8 3,9 3,6 N'a pas l'intention 86,8 86,2 83,6 86,0 79,6 83,3 d'utiliser ND 0,0 0,4 0,0 0,9 0,2 0,1 Total 100,0 100,0 i00,0 100,0 100,0 i00,8 Effectif 313 519 485 445 1049 2811 Fen%mes du milieu urbain A l'intentlon d'utiliser: dans les 12 prochains mois 14,3 23,0 17,1 21,i 23,0 20,6 plus tard 1,2 1,4 3,6 0,7 0,9 1,5 ne sait pas quand 0,6 1,0 0,0 0,0 i,I 0,7 Pas s~re 5,0 4,3 6,4 5,1 7,3 6,0 N'a pas l'intentlon 78,9 69,8 72,8 72,3 67,1 70,8 d'utiliser ND 0,0 0,5 0,0 0,8 0,6 0,3 Total 100,0 100,0 100,0 I08,0 100,0 100,0 Effectif 93 120 108 79 260 659 Femmes du milieu rural A l'intentlon d'utiliser: dans les 12 prochains mois 4,9 5,2 6,3 6,3 12,0 8,1 plus tard 1,9 1,9 i,i 0,5 0,8 i,i ne sait pas quand 0,0 0,6 0,7 i,i 0,6 0,7 Pas sCre 3,0 0,9 5,2 2,3 2,8 2,8 N'a pas l'intentlon 90,2 91,1 86,6 88,9 83,7 87,1 d'utiliser ND 0,0 0,4 0,0 0,9 0,0 0,2 Total 180,0 100,0 100,0 i00,0 100,0 i00,0 Effectif 220 399 378 366 790 2152 ND = r~ponses non-d~clar6es 56 TABLEAU 4.14 REPARTITION (EN %) DES FE~MES EN UNION NON-UTILISATRICES QUI ONT L'INTENTION D'UTILISER UNE METHODE CONTRACEPTIVE DANS L'AVENIR SELON LA METSODE PREFEREE Femmes du Femmes du M~thode mi l ieu urbain mi l ieu rural Total % % % Pilule 51,3 56,1 54,1 St~rllet 3,2 1,3 2,1 Injection 15,4 5,5 9,7 M~thodes Vaglnales 0,4 2,5 1,6 Condom 0,4 0,0 0,2 St~ril. F~minine 2,4 1,7 2,0 Cont inence P6riod. 5,9 2,5 4,0 Retrait 0,8 0,8 0,8 Abst inence pro longée 0,8 8,8 5,4 Plantes m~dic inales 0,8 1,3 1,0 Gris-Gr ls 10,7 12,9 12,0 Ne sait pas 2,0 3,3 2,8 Autre 5,9 3,3 4,4 Total I00,0 i00,0 100,O Ef fect i f 145 197 343 Note: Les pourcentages sont arrondis; leur total n«est pas n~cessalre- ment ~gal â I00. 4.10 Att i tude des Femmes à l 'Egard de la Cont racept ion Cette section sera consacr6e à l'analyse de trois aspects des attitudes des femmes à l'égard de la contraception, à savoir: Approbation de l'usage de la radio ou de la télévision pour diffuser des informations sur l'espacement des naissances; • Approbation de la contraception par la femme et par le mari et • Discussion entre conjoints sur la contraception. Approbation de l'Usage des Mass Média A la question "Trouvez-vous acceptable que des informations sur l'espacement des naissances soient diffusées à la radio ou à la télévision?" la majorité des femmes enquêtées ont répondu positivement (74%) (tableau 4.15). Selon l'âge de la femme, il y a peu de différence dans les attitudes. Les forts pourcentages d'approbation de l'utilisation des mass média, quel que soit l'âge de la femme, sont enregistrés en milieu urbain (80%), dans les régions de Sikasso, Ségou (90%) et le District de Bamako (88%), chez les femmes instruites (primaire, 83% et secondaire, 98%) et chez les ethnies des Sénoufo-Minianka (90%) et des Bambara (86%). 57 TABLEAU 4.15 POURCENTAGE DE TOUTES LES FEb~4ES QUI TROUVENT QU' IL EST ACCEPT- ABLE QUE DES INFORMATIONS SUR L'ESPACEMENT DES NAISSANCES SOIENT DIFFUSEES A LA RADIO SELON L'AGE ET LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Age actuol 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Milieu Urbain 7B,O 82,7 83,5 81,0 82,3 78,3 67,4 80,4 Rural 71,0 76,5 69,3 72,9 74,6 69,3 66,1 71,7 R~glon Kayes, 71,4 76,8 71,4 76,9 73,7 73,7 62,6 73,0 Koullkoro slkasso, 87,1 93,4 90,1 88,6 94,8 93,1 84,3 98,3 S~gou Mopti, Gao, 40,6 45,5 38,5 38,5 45,2 31,7 44,6 40,6 Tombouctou Bamako 92,4 87, 9 91, 8 86,2 87,0 82,5 68,4 87, 9 Nlveau d'instr~ctioD Sans 69,7 76,7 70,5 73,4 75,7 71,1 66,8 72,3 instruction Primaire 83,3 83,9 81,8 83,4 90,8 68,4 46,7 82,6 Secondaire 100,0 100,0 10O,0 92,3 i00,0 100,0 98,4 Ethnie Bambara 85, 9 91,3 85,4 86,5 88,7 84,4 77,9 86,3 Peul 55,3 69,7 60,9 64,6 64,7 47,1 63,2 61,2 Malink~ 72,4 84,3 66,6 78,2 77,0 76,7 51,8 73,8 sarakol~ 71,6 68,2 67,4 69,5 82,8 84,8 75,9 73,5 S~noufo - 88,9 90,4 96,0 91,1 92,5 87,7 69,7 90,3 Minianka Dogon 42,5 38,4 38,5 36,9 33,7 25,4 36,2 36,4 Autre 68,0 79,6 73,7 70,2 77,7 76,1 64,7 73,4 Total 73,1 78,2 73,1 75,0 76,7 71,2 66,3 74,0 Approbation de l'Usage des Méthodes Contraceptives Dans le but d'obtenir des informations sur les attitudes vis-à-vis de la planification familiale, on a demandé à toutes les femmes si elles approuvaient ou non les couples qui utilisent des moyens pour retarder ou espacer les grossesses. Bien que la question soit posée à toutes les femmes, on a limité l'analyse à celles en union qui connaissaient au moins une méthode contraceptive, soit 43 pour cent des femmes en union. Au total, le tableau 4.16 indique que sept femmes sur dix (71%) en union connaissant une méthode contraceptive approuvent l'usage de la planification familiale. L'approbation de la contraception varie selon les caractéristiques socio-démographiques. Par groupe d'âge, le niveau d'approbation le plus élevé est enregistré parmi les femmes des âges intermédiaires de 20 à 34 ans. Selon les autres caractéristiques, les niveaux les plus forts, quel que soit l'âge de la femme, sont situés dans les régions de Sikasso, Ségou (87%) et le District de Bamako (83%), chez les femmes instruites (primaire, 79% et secondaire, 98%) et parmi les groupes ethniques des Sénoufo-Minianka (88%) et des Bambara (83%). Par milieu de résidence, il y a très peu de variaUon dans le pourcentage d'approbation: 74% en milieu urbain contre 69% en milieu rural. 58 TABLEAU 4.16 POURCENTAGE DES FES~MES EN UNION CONNAISSANT AU MOINS UNE METHODE CONTRACEPTIVE QUI APPROUVENT L'ESPACEMENT DES NAIS- SANCES SELON L'AGE ET LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Les femmes en union 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Mlllou Urbain 74,9 79,9 75,4 75,8 73,6 65,0 46,2 74,1 Rural 63,9 67,2 66,1 79,3 65,5 70,8 60,8 68,5 R~gion Kayes, 45,3 51,7 52,6 68,6 57,6 32,5 29,3 52,8 Koullkoro slkasso, 85,6 83,1 88,5 90,8 89,1 92,0 78,8 87,3 S~gou Mopti, Gao, 34,6 50,1 31,5 27,5 27,0 43,3 19,1 32,6 Tombouctou Bamako 92,7 83, 5 88,3 82,9 73, 1 76, 0 58, 3 83, 0 Niveau d ' inst ruct ion sans 63,3 69,8 67,0 74,2 67,8 67,7 55,2 67,6 instruct ion Pr imaire 80, 4 76, 9 73, 2 88, 3 75,2 71,4 85,4 78, 8 Socondairo * * * * * 98,3 Ethnie Bambara 81,8 88,5 74,4 89,7 83,9 86,1 68,2 82,8 Poul 39,0 67,0 56,1 65,2 53,1 37,6 23,0 53,5 Malinkê 48,3 72,0 83,5 66,9 62,1 62,9 39,8 66,6 Sarakol~ 58,9 38,4 51,1 58,4 55,2 27,8 54,2 51,6 S~noufo - 82,5 81,9 88,5 94,8 81,5 93,5 72,2 87,8 Minlanka Dogon 83,3 57,7 68,8 33,3 57,5 100,0 50,0 58,7 Autre 61,4 62,5 65,6 71,4 68,3 59,0 51,4 64,7 Total 68,6 72,6 69,7 77,9 69,0 68,8 56,7 78,7 Le tableau 4.17 donne le pourcentage des femmes en union connaissant au moins une méthode contraceptive qui pensent que leur conjoint approuve l'espacement des naissances selon l'âge de la femme et les caractéristiques socio-démographiques. Dans ce cas, nous nous limitons à l'analyse de l'idée que les femmes se font sur l'opinion du conjoint. Il est â noter que l'analyse de l'attitude réelle des maris sur la contraception est présentée dans le Chapitre 8 et diffère considérablement des perceptions présentées ici. 46 pour cent des femmes ont répondu que leur mati approuve les couples qui utilisent la contraception. Le pourcentage d'approbation des matis perçue par les femmes diffère selon les différentes caractéristiques socio-démographiques. Par milieu de résidence, les pourcentages d'approbation sont nettement sup6rieurs chez les matis des femmes urbaines (52%) que chez ceux des femmes rurales (38%). Comme pour l'attitude des femmes, l'attitude des matis la plus favorable, quel que soit l'âge de la femme, se trouve dans les régions de Sikasso, Ségou (67%) et le District de Bamako (47%), chez les matis des femmes instmites (primaire, 47% et secondaire, 73%), et dans les ethnies Sénoufo-Minanka (66%) et Bambara (62%). 59 TABLEAU 4.17 POURCENTAGE DES FE~MES EN UNION CONNAISSANT AU MOINS UNE METHODE QUI PENSENT QUE LEUR CONJOINT APPROUVE L 'ESPACEMENT DES NAIS- SANCES SELON L'AGE ET LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Age actuel 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Milieu Urbain 37,9 45,8 42,6 37,6 28,2 35,2 18,9 38,1 Rural 44,7 53,0 43,0 60,5 56,4 62,9 45,7 51,6 R~gion Kayes, 23,5 22,3 20,0 32,2 33,1 30,6 * 26,6 Koullkoro Sikasso, 63,9 70,2 62,9 70,7 67,8 77,3 53,0 66,8 S6gou Mopti, Gao, 4,7 * 21,4 * * * * 15,1 Tombouctou Bamako 49,1 55, 3 51,9 48, 6 28, 8 * * 46, 9 Niveau d'instruction Sans 38,8 48,9 40,3 51,4 45,2 51,6 39,5 45,2 instruction Primaire 48,4 50,4 45, 1 40,6 * * * 46, 7 Secondaire * * * * * * * 72,9 Ethnie Bambara 56,5 72,3 55,8 64,3 52,8 77,1 55,7 61,9 Peul * * 32,0 40,2 26,4 * * 28,4 Mal lnk~ * 34,5 24,5 29,0 52,3 * * 34,1 Sarakol~ 27~5 34,1 34,1 29,5 31~4 * * 30,6 S6noufo - 67,4 51,7 82,0 * * 65,5 Minlanka Dogon * * * * * * * 37,4 Autre 20,9 26,0 36,4 46,0 27,3 * * 32,5 Total 41,8 50,0 * moins de 20 cas non-pond~r~s 42,8 51,6 44,2 53,3 38,2 46,3 Discussions entre Conjoints sur la Contraception La communication entre conjoints sur le sujet de la planification famifiale est limitée au Mati. Le tableau 4.18 montre que seulement 17 pour cent des femmes qui connaissent une méthode ont abordé au moins une fois avec leur mari la question de planification familiale. Les femmes qui ont déclaré le plus souvent en avoir discuté sont les femmes instruites du niveau primaire (29%) et secondaire (34%), les femmes du District de Bamako (29%) et les femmes urbaines (25%). L'analyse présent~~ dans le Chapitre 8 qui traite les réponses à cette question par les deux membres du couple renforce le fait qu'au Mali, actuellement, il y a peu de communication entre les conjoints sur ce sujet. 60 TABLEAU 4.18 POURCENTAGE DES FEb~4ES EN UNION QUI CONNAISSENT UNE METHODE DE CONTRACEPTION, QUI EN ONT PARLE AU MOINS UNE FOIS AVEC LEUR CONJOINT AU COURS DES DOUZE DERNIERS MOIS, SELON L'AGE ACTUEL ET LES CARACTERISTIQDES SOCIO-DEMOGRJ%PHIQUES Age actuel 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Milieu Urbain 25,2 30,5 28,2 21,9 18,2 24,6 10,9 24,7 Rural 9,7 14,3 16,8 11,2 11,9 12,1 3,1 12,4 R~glon Kayes, 14,4 15,8 15,1 15,9 10,O 2,2 * 13,1 Koul lkoro Slkasso, 17,0 21,9 26,8 11,8 15,0 18,8 5,7 18,1 S~gou Mopti, Gao, 2,3 3,9 * * * 6,4 Tombouctou Bamako 29,1 30,6 35,1 25,7 25,0 * * 29,3 Niveau d'instruction Sans 9,1 17,5 18,4 12,5 13,6 13,2 4,0 13,7 instruction Primaire 32,4 32,4 27,0 22,5 * * * 28,8 Secondaire * * * * * * * 33,8 Ethnlo Bambara 19,3 24,4 23,2 9,5 13,1 10,2 6,4 16,4 Peul * 10,3 30,3 13,2 * 15,1 Mal lnk~ * 13,2 21,1 16,9 22,5 * 17,2 Sarakol~ 10,5 16,3 20,3 11,9 10,5 * * 14,1 S~noufo - * 28,1 19,3 14,2 * * * 21,4 Mlnianka Dogon * * * * * * * 26,3 Autre 6,1 13,8 23,7 28,1 16,0 * * 19,7 Total 16,4 21,2 21,3 15,4 14,6 16,4 5,3 17,3 • moins de 20 cas non-pond~r~s 4.11 Sommai re La connaissance des méthodes de contraception moderne et traditionnelle est assez faible au MaIL Moins de 50 pour cent des femmes en union connaissent au moins une méthode contraceptive, et parmi celles-ci, la plupart n'ont reconnu la méthode qu'après description par l'enquêtrice. 19 pour cent des femmes en union ont utilisé la contraception à un moment quelconque de leur vie et 5% étaient des utilisatrices au moment de l'enquête. La prévalence des méthodes modernes de contraception est de 1,2 pour cent. Le graphique 4.1 résume de manière synthétique les Iésultats de l'enquête sur la connaissance et l'utilisation de la contraception au niveau national. En général, les Maliennes aussi bien du milieu rural que du milieu urbain sont ouvertes à l'idée de la planification familiale mais elles n'ont qu'une connaissance très limitée des méthodes et de la manière de les utiliser. Le manque d'information est la raison la plus souvent citée de non- utilisation parmi les non-utilisatrices qui sont exposées au risque de grossesse et qui préfèreraient éviter une nouvelle grossesse. Parmi ces femmes, 13 pour cent seulement ont l'intention d'utiliser une méthode contraceptive dans le futur. 61 TABLEAU 5.1 REPARTITION (EN %) DES FEF~4ES EN UNION SELON LE DESIR D'AVOIR OU DE NE PLUS AVOIR D'AUTRES ENFANTS DANS L'AVENIR ET LE NOMBRE D«ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) Nombre d'enfants vivants (y compris la grossesse actuelle) Pr6f~rence en matière de f~condit~ 0 1 2 3 4 5 6+ Total Ne d~sire plus 3,6 4,2 7,6 14,6 22,2 28,0 42,0 16,5 D~sire enfant bient6t* 61,5 43,2 32,4 32,3 25,6 19,7 12,4 32,8 D~sire espacer* 8,2 40,2 43,0 38,8 33,3 35,1 20,2 32,4 D6sire enfant, ne sait pas quand* 24,0 i0,0 9,6 7,4 5,4 5,6 4,0 9,3 Ne sait pas 2,7 2,4 7,4 6,9 13,4 11,7 21,4 9,1 Total i00,0 100,0 I00,0 100,0 i00,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 344 544 506 462 377 285 431 2948 * Les d~finltions des préférences en matière de f~condité sont les suivantes: D#sire enfant blent0t: d~slre un enfant dans moins de deux ans D@sire espacer: d~sire attendre au moins deux ans pour prochain enfant D~sire enfant, ne sait pas quand: comprend les r~ponses regroup~es de: d~sire un enfant dans un d~lai Ænd~termin6, et d~sire un enfant mais pas avant le mariage Graphique 5.1 Préférences en Matière de Fécondité Selon le Nombre d'Enfants Vivants (Femmes en union) 100~ 80°,{ 60°,{ 40~ 20~ Ne dZasire plus Dêsire bient0t D~sire espacer ~ '~ O~sire nsp quand mm Ne sait pas O~ Nombre d'Enfants Vivants (y compris la grossesse actuelle) • Dëffnit ion: voir tableau 5.1 EDS-Mali 1987 64 CHAPITRE V PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE L'un des objectifs des activités de planification familiale au Mali est l'espacement des naissances en vue d'apporter aux mères et aux enfants une meilleure santé. L'information sur les préférences en matière de fécondité est d'une importance capitale pour l'évaluation des besoins des services de planification familiale. Il est très utile, par exemple, de connaître la proportion de femmes en union désireuses d'espacer les naissances et leurs caractéristiques socio-démographiques de même que la proportion des femmes en union qui ne d6sirent plus d'enfant et leurs caractéristiques socio-démographiques. D'autres informations utiles telles que la proportion de femmes dans le besoin d'être protégées par la contraception qui voudraient utiliser une méthode, le nombre moyen d'enfants idéal et la proportion de grossesses non-désir6es sont fournies aux planificateurs de santé publique dans ce Chapitre pour les aider à mieux organiser leurs programmes d'action. 5.1 Désir d'avoir des Enfants Pour évaluer leur désir d'avoir des enfants, on a posé aux femmes en union de I'EDS-Mali les deux questions suivantes: Aux femmes non enceintes, "Voudriez-vous avoir des ou d'autres enfants?" Si oui, "Combien de temps voudriez-vous attendre avant d'avoir un enfant ou votre prochain enfant?" Aux femmes enceintes, "Après l'enfant que vous attendez, voudriez-vous avoir d'autres enfants?" Si oui, "Combien de temps voudriez-vous attendre avant d'avoir un autre enfant?" Le tableau 5.1 et le graphique 5.1 indiquent que 17 pour cent des femmes en union ne veulent plus d'enfant et presque une femme sur trois désire espacer, c'est-à-dire attendre deux ans ou plus avant la prochaine naissance. La proportion de femmes qui ne veulent pas espacer mais désirent avoir la prochaine naissance dans un delai de deux ans au maximum est de 33 pour cent. 9 pour cent des femmes veulent avoir un enfant mais ne savent pas quand et 9 pour cent n'ont pas donné de réponse. Le désir d'avoir des enfants varie avec le nombre d'enfants vivants. Il n'est pas surprenant de s'apercevoir que plus le nombre d'enfants vivants augmente, plus le désir d'avoir un enfant immédiatement diminue. 62 pour cent des femmes en union qui n'ont pas d'enfant désirent avoir un enfant dès que possible, tandis que 12 pour cent des femmes en union qui ont six enfants ou plus désirent encore un enfant supplémentaire dans moins de 24 mois. Il est, par contre, nouveau d'observer qu'au Mali il y a maintenant de plus en plus de femmes en union qui désirent limiter le nombre de leurs enfants dès que leur famille atteint une certaine dimension. Ainsi, plus d'une femme sur cinq en union ayant quatre enfants veulent limiter. leur descendance. A la parité 6 ou plus, 42 pour cent ne veulent plus d'enfants. Bien que toutes ces femmes d'une parité élevée ne soient peut-être pas exposées au risque de grossesse, celles qui pourraient être enceintes constituent un groupe à risque élevé, surtout pour la mortalité infantile. L'espacement des naissances est une préoccupation majeure pour toutes les femmes en union dès la première naissance. Entre 35 pour cent et 43 pour cent des femmes en union ayant 1 à 5 enfants désirent espacer d'au moins 2 ans leur prochaine naissance. A la parité 6 ou plus, 20 pour cent des femmes en union désirent espacer leur prochaine naissance. Tout comme le désir d'avoir des enfants varie pour les femmes en union avec le nombre de leurs enfants vivants, il varie aussi fortement avec l 'âge des femmes (tableau 5.2). Mais la variation avec l'âge ne va pas toujours dans le même sens que celle avec le nombre d'enfants. 63 TABLEAU 5.1 REPARTITION (EN %) DES FE~4ES EN UNION SELON LE DESIR D'AVOIR OU DE NE PLUS AVOIR D'AUTRES ENFANTS DANS L'AVENIR ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) Nombre dfenfants vivants (y compris la grossesse actuelle) Pr6f6rence en matière de f~condit~ 0 1 2 3 4 5 6+ Total Ne d6slre plus 3,6 4,2 7,6 14,6 22,2 28,0 42,0 16,5 D~slre enfant blentSt* 61,5 43,2 32,4 32,3 25,6 19,7 12,4 32,8 D6slre espacer* 8,2 40,2 43,0 38,8 33,3 35,1 20,2 32,4 D~sire enfant, ne sait pas quand* 24,0 i0,0 9,6 7,4 5,4 5,6 4,0 9,3 Ne sait pas 2,7 2,4 7,4 6,9 13,4 11,7 21,4 9,1 Total 100,0 100,0 i00,0 100,0 100,0 100,0 100,0 i00,0 Effectif 344 544 506 462 377 285 431 2948 * Les d~finitlons des pr~fêrences en matière de f~condit~ sont les suivantes: D6slre enfant blent6t: d~slre un enfant dans moins de deux ans D~sire espacer: d~sire attendre au moins deux ans pour prochain enfant D~sire enfant, ne sait pas quand: comprend les r~ponses regroup&es de: d6sire un enfant dans un d~lal ind~termln~, et d~sire un enfant mais pas avant le mariage Graphique 5.1 Préférences en Matière de Fécondité Selon le Nombre d'Enfants Vivants (Femmes en union) lOO~ 80~ 60~ 40~ 20% 0% ( Nombre d'Enfants Vivants (y compris la grossesse actuelle) • D6finition; voir tableau 5.1 Ne d~slre plus D6sire blentSt F--1 Dêslre espacer D~slre nsp quand mm Ne sait pas EDS-Mal i1987 64 TABLEAU 5.2 REPARTITION (EN %) DES FE~MES EN UNION SELON LE DESIR D'AVOIR D'AUTRES ENFANTS ET L'AGE ACTUEL A L'ENQUETE Age actuel Préférence en matiÒre 15-]9 20-24 25-29 30-34 de f~condit6 35-39 40-44 45-49 Total Ne d~slre plus l,l 3,6 5,7 13,0 22,1 44,7 56,4 16,5 D~sire enfant bientôt* 3],9 32,7 35,6 34,2 35,4 28,7 24,0 32,8 D~slre espacer* 42,2 47,9 42,6 34,9 22,4 5,9 4,0 32,4 D~sire enfant, ne sait pas quand* 21,9 12,3 9,4 7,5 4,2 3,9 1,9 9,3 Ne sait pas 2,9 3,5 6,7 10,4 15,9 16,9 12,8 9,] Total ]00,0 100,0 100,0 100,0 100,0 I00,0 100,0 100,0 Effectif 374 508 614 501 407 296 249 2948 * Les d~finitlons des préférences en matière de f~condlt~ sont les suivantes: D6sire enfant blent~t: d~sire un enfant dans moins de deux ans D~sire espacer: d~sire attendre au moins deux ans pour prochain enfant D~sire enfant, ne sait pas quand: comprend les r~ponses regroup~es de: d~sire un enfant dans un d~lai indéterminé, et d6sire un enfant mais pas avant le mariage Les proportions de femmes en union désirant limiter le nombre d'enfants augmentent U'ès rapidement d'un groupe d'âge à l'autre. De 1 pour cent chez les femmes de 15-19 ans, cette proportion atteint 22 pour cent chez celles de 35-39 ans et 56 pour cent chez les femmes de 45-49 anS, Le désir d'avoir un enfant immédiatement est, par contre, presque constant chez les femmes en union de 15 à 39 ans. La proportion des femmes, désirant un enfant dès que possible, varie seulement de 32 pour cent à 35 pour cent à ces groupes d'åges. A partir de 40 ans, elle diminue pour atteindre 25 pour cent pour les femmes de 45-49 ans. Le d6sir d'espacer les naissances est pratiquement constant chez les femmes âgées de 15 à 29 ans (environ 44%). A partir de 30-34 ans, la proportion décroît de 35 pour cent à 4 pour cent chez les femmes de 45-49 ans. Aux âges avancés, le désir d'espacement cède la place au désir de limitation des naissances. Le tableau 5.3 montre que le désir de limiter le nombre d'enfants varie très peu quelles que soient les caractéristiques socio-démographiques ou la parité des femmes. En général, plus le nombre de ses enfants est élevé, plus la femme aspire à limiter le nombre de naissances. Par exemple, en milieu urbain 18 pour cent des femmes en union désirent limiter le nombre de naissances contre 16 pour cent en milieu rural. Suivant le nombre d'enfants vivants, ces proportions varient sensiblement de la même manière dans les deux milieux, d'à peu près 3 pour cent pour les femmes sans enfant vivant à environ 34 pour cent pour les femmes ayant 4 enfants vivants ou plus. Selon l'etlmie, le pourcentage des femmes bambara qui aspirent à limiter leur descendance (19%) est légèrement supérieur aux autres ethnies. Les Sénoufo-Minianka se distinguent avec le pourcentage le plus bas à 9 pour cent. A chaque niveau de parité, le pourcentage de femmes sénoufo-minianka est plus faible que le niveau national et que la plupart des autres ethnies. 65 TABLEAU 5.3 POURCENTAGE DES FE~MES EN UNION QUI NE VEULENT PLUS D'ENFANT SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) ET LES CARAC- TERISTIQGES SOCIO-DEMOGRA2HIQUES Nombre d'enfants vivants 0 1 2 3 4+ Total Milieu Urbain 3,3 3,4 8,8 13,0 36,6 16,I Rural 3,7 4,4 7,2 15,0 29,7 15,9 Raglon Nayes, 1,9 4,4 3,6 10,2 30,4 15,0 Koullkoro Slkasso, 7,9 3,5 12,0 15,5 29,6 17,4 S~gou Moptl, Gao 2,3 5,8 4,6 18,4 36,5 16,8 Tomboucto~ Bamako 0,0 1,4 7,0 18,3 34,3 16,3 Niveau d'instruction Sans 3,9 4,8 7,9 15,6 31,3 17,1 instruction Primaire 2,7 0,7 4,3 5,8 32,0 11,6 Secondaire * * * * * 22,1 Ethnle Bambara 5,5 5,4 12,1 17,7 33,7 19,1 Peul 0,0 10,4 1,6 16,8 35,9 17,1 Malink~ 0,0 0,0 2,7 8,7 30,8 14,4 Sarakol~ 5,2 3,5 9,0 12,7 28,7 14,9 S~noufo - 2,8 2,6 3,1 6,8 17,7 9,2 Minianka Dogon 0,0 2,5 4,0 11,0 35,3 17,2 Autre 6,1 1,8 I0,0 18,1 31,5 16,3 Activit~ ~conomlque du mari Cul t iva teur - 2,6 4,4 7,9 14,6 29,7 15,9 Eleveur Artisan 13,3 10,0 0,0 34,0 41,2 20,5 Artiste * * * * * 17,3 Travailleur 9,6 0,0 13,4 16,4 30,9 17,1 manuel Commerçant 0,0 6,6 5,0 10,5 25,7 13,3 Travailleur 1,3 1,9 6,7 7,6 41,5 19,6 salari~ Sans actlvlt~ 3,2 * * * * 20,9 Total 3,6 4,2 7,6 14,6 31,5 16,5 * moins de 20 cas non-pondaras Si on considère la région administrative et l'activité économique du mati, il y a peu de différences entre les proportions de femmes en union désirant limiter le nombre d'enfant. Selon le niveau d'instruction, il y a relativement moins de femmes du niveau primaire qui désirent limiter leurs naissances (12%) que de femmes sans instruction (17%). D'ailleurs, à une parité de 4 enfants ou plus, la proportion est à peu près la même (32%) pour les femmes des deux groupes. 5 .2 Beso ins Futurs en Mat iè re de Cont racept ion Le tableau 5.4 est composé de deux groupes: le premier comprend les proportions de femmes en union qui sont dans le besoin d'être protegé.es par la contraception selon leurs caractéristiques socio-démographiques. Sont considérées dans ce cas, les femmes en union qui ne sont pas actuellement utilisatrices de contraception et qui ne veulent plus d'enfants ou voudraient espacer la prochaine naissance. Parmi ces femmes, on compte également celles qui sont enceintes, en aménorrhée ou non sexuellement actives lorsqu'elles désirent espacer ou limiter le nombre de leurs enfants et ne sont pas utilisatrices de contraception au moment de l'interview. Ces proportions mesurent donc la demande potentielle de contraception au sein de la population 66 TABLEAU 5.4 PARMI LES FEMMES EN UNION, POURCENTAGE DE CELLES QUI SONT DANS LE BESOIN D'ETRE PROTEGEES PAR LA CONTRACEPTION ET POURCENTAGE DE CELLES QUI SONT DANS LE BESOIN ET QUI ONT L'INTENTION DE PRATIQUER UNE METHODE DANS L'AVE- NIR SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Dans le besoin et a Dans le besoin(l) l'intention d'utiliser la contraception(2) Ne veut Ne VeUt plus Veut plus Veut d'enfant Espacer Total d'enfant Espacer Total Effectif Milieu Urbain 15,9 49,2 65,1 4,3 13,3 17,6 745 Rural 15,8 46,9 62,7 1,9 5,4 7,3 2203 R~gion Kayes, 14,5 50,4 64,9 2,9 i0,0 12,9 886 Koulikoro Sikasso, 17,1 48,1 65,2 2,7 5,7 8,3 1183 S~gou Mopti, Gao, 16,3 42,0 58,3 0,6 1,5 2,1 615 Tombouctou Bamako 13,1 48,1 61,2 4,8 20,3 25,1 264 Niveau d'instruction Sans 16,8 47,1 64,0 2,2 5,8 8,0 2539 instruction Primaire 9,2 51,7 60,9 4,3 17,0 21,4 375 Secondaire 10,2 27,1 37,4 6,8 18,6 25,4 34 Ethnie Bambara 18,3 49,0 67,3 3,3 8,7 12,0 1018 Peul 16,6 43,4 60,0 1,8 6,0 7,8 390 Mallnk~ 13,7 50,7 64,4 2,6 Ii,] 13,7 321 Sarakol~ 14,8 48,3 63,1 2,4 7,5 9,9 356 S~noufo - 9,2 44,0 53,2 0,9 5,0 5,9 258 Minianka Dogon 17,2 49,1 66,3 0,6 2,5 3,1 289 Autre 14,4 45,1 59,5 3,9 7,6 11,5 316 Actlvit~ ~conomique du mari Cultivateur, 15,8 47,3 63,1 I~8 5,2 7,0 2059 Eleveur Artisan 18,8 39,6 58,3 3,5 5,8 9,3 127 Artiste 14,3 61,6 75,9 5,0 6,0 II,0 56 Travailleur 15,2 49,1 64,3 2,4 13,6 16,0 122 manuel Commerçant 13,1 52,0 65,1 2,8 13,7 16,5 283 Travailleur 16,6 45,6 62,2 5,9 15,0 21,0 319 salari~ Sans actlvit~ 18,0 50,9 68,9 2,8 14,0 16,8 41 Total 15,8 47,5 63,3 2,5 7,4 9,9 2948 (I) Pour les trois premières colonnes,le lement en union. Le num6rateur comprend au moment de l'enqu~te et qui ne veulent chaine naissance de deux ans OU plus. d~nominateur est l'effectlf des femmes actuel- les femmes qui n'utilisent pas la contraception plus d'enfant ou bien veulent espacer la pro- (2) Pour les trois derni~res colonnes, le d~nominateur est l'effectlf des femmes actuel- en union et le numérateur comprend les femmes qui n'utilisent pas la contraception au moment de l'enqu~te, qui veulent limiter OU espacer et qui ont l'intention d'utiliser la contraception. 67 féminine en union. Le deuxième groupe du tableau 5.4 montre les proportions de femmes dans le besoin d'être protegées par la contraception et qui ont l'intention de l'utiliser dans l'avenir. Au niveau national, il y a 63 pour cent des femmes en union qui sont dans le besoin d'être protegée par la contraception au moment de l'enquête ou dans un futur proche; elles se répartissent en 16 pour cent des femmes en union qui ne veulent plus d'enfants et 48 pour cent qui veulent espacer la prochaine naissance (tableau 5.4). Ces proportions varient de manière négligeable selon les caractéristiques socio- démographiques. Seul, le niveau d'instruction de la femme semble un facteur important. 37 pour cent des femmes en union du niveau secondaire sont dans le besoin d'être protégées par la contraception contre à peu près 63 pour cent des femmes moins instruites. Cependant, il est probable que ces différences soient dues à l'effectif réduit des femmes du niveau secondaire et au fait que la majorité de ces femmes sont jeunes et d'une parité peu élevée (tableau 1.4). Mais être dans le besoin d'être protegée par la contraception comme on l'a défini plus haut et avoir l'intention d'utiliser une méthode contraceptive dans l'avenir sont deux considérations différentes dans la mesure où, le plus souvent, la plupart des utilisatrices potentielles n'expriment pas l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir (graphique 5.2). Graphique 5.2 Besoin et Intention de Pratiquer la Contraception dans l'Avenir* (Femmes en union) MILIEU Urbain Rural REGION Kayes, Koul. Sikasso, Sagou Mopti, Gao, Tomb. Barnako INSTRUCTION Sans instruction Primaire Secondaire • D~nnitlon: voi r tab leau 5.4 I i i . . . . . . . . . . . . . . kk \ \ \~~\ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \~ i I I~ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \~ \ \~1 i h ~ I , , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . k \ \~\ \ \ \ \ k \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \~~t \~~\~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . \ k \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , \ \ \ \ \ \ \ \~1 0 10 2'o 3b 40 a'o 60 70 80 Pourcentage m A l'intention Dans le besoin EDS-Mali 1987 Très peu de femmes qui auraient besoin d'être protegées par la contraception ont l'intention d'utiliser un moyen contraceptif dans l'avenir (tableau 5.4). En effet, une femme sur dix seulement a exprimé l'intention d'utiliser la planification familiale (limitation 3 pour cent et espacement 7 pour cent). Les femmes urbaines (18%), les femmes de Bamako (25%) et les femmes instruites (primaire 21% et secondaire 25%) sont les plus nombreuses à être dispos~es à utiliser la contraception dans le futur. Selon l'ethnie, les femmes dogon (3%) et les Sénoufo-Minianka (6%) sont les moins favorables à la pratique future d'un moyen contraceptif. Les différences sont moins prononcées selon /'activité économique du mari. Toutefois, il y a lieu de noter que les femmes des cultivateurs et des éleveurs sont celles qui sont le moins dispos~es à utiliser une méthode contraceptive dans l'avenir (7%) et celles des salariés sont le plus dispos~es (21%). 68 5.3 Nombre d'Enfants Idéal Dans I'EDS-Mali, le nombre moyen d'enfants idéal que la femme désire a été obtenu en demandant à toutes les femmes quel que soit leur état matrimonial une des deux questions suivantes. Pour les femmes qui n'ont pas d'enfants, "Si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfant que vous désirez, combien voudriez-vous en avoir?" Aux femmes qui avalent des enfants, on a demandé: "Si vous pouviez recommencer à partir du temps où vous n'aviez pas d'enfants et pouviez choisir exactement le nombre d'enfants que

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.