Tunisie - Demographic and Health Survey -1989

Publication date: 1989

Tunisie Enquête Démographique et de Santé en Tunisie 1988 w ° ! J 3 Ministère de la Santé Publique Office National de la Famille et de la Population Direction de la Population ®DHS Dëmographic and Health Surveys Institute for Resource Development]Macro Systems, Inc. REPUBLIQUE TUNISIENNE Enquête Démographique et de Santé en Tunisie 1988 Touhami Aloui Mohamed Ayad Habib Fourati Office National de la Famille et de la Population Direction de la Population Tunis, Tunisie et Institute for Resource Development/Macro Systems, Inc. Columbia, Maryland USA Octobre 1989 Ce document présente les résultats de l'Enquête D6mographique et de Santé en Tunisie, entreprise par l'Office National de la Famille et de la Population en 1988. Cette enquête fait partie du projet mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé Familiale, qui a pour but la collecte des donn6es sur la f6condité, la planification familiale et la sant6 maternelle et infantile. Pour avoir plus de renseignements sur cette enquête, s'adresser à l'Office National de la Famille et de la Population, Direction de la Population: 42, Avenue de Madrid, BP 1002, Tunis. Tunisie. L'Enquête D6mographique et de Santé en Tunisie, a 6té exécut6e avec l'assistance de rlnstitute for Re, source Development (IRD) une division de Macro Systems, Inc., située à Columbia, Maryland. L'Enqu6te était fmancée par un contrat avec l'Agence des Etats-Unis pour le D6veloppement International (Contrat N.DPE 3023-C- 00-4083-00), Pour avoir plus de renseignements sur le projet EDS, s'adresser par 6crit à: DHS, IRD/Macro Systems, Inc. 8850 Stanford Boulevard, Suite 4000, Columbia, Maryland, 21045, USA, Télex (87775). TABLE DES MATIERES Page TABLE DES MATIERES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . iii L ISTE DES TABLEAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vil L ISTE DES GRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv PREFACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii CARTE DE LA TUNIS IE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xx CHAPITRE I 1.1 1.2 1.3 CHAPITRE II 2.1 2.2 2.3 2.4 2.5 CHAPITRE III 3.1 3.2 3.3 CHAPITRE IV 4.1 4.2 4.3 PRESENTATION DU PAYS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Milieu naturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Aperçu historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Milieu humain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 ORGANISAT ION ET METHODOLOGIE DE L 'EDS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Cadre institutionnel et personnel de I 'EDS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Echantillonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Questionnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Organisation et exécution de l 'enquête sur le terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Exploitation des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 CARACTERIST IQUES DE BASE DE L 'ECHANT1LLON . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Enquête ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Enquête individuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 NUPT IAL ITE ET EXPOSIT ION AU R ISQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . 29 Nuptialité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Etat d'exposit ion au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 iii Page CHAPITRE V 5.1 5.2 5.3 5A 5.5 CHAP I IRE VI 6.1 6.2 6.3 6A 6.5 6.6 6.7 6.8 6.9 6.10 6.11 6.12 6.13 CHAPITRE Vi l 7.1 7.2 7.3 7A FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Niveaux et facteurs différentiels de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Tendances de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Parité des femmes et probabilité d'agrandissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 CONTRACEPT ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Connaissance des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Perception des problèmes de contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Niveau de connaissance des sources des méthodes connues . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Utilisation à un moment quelconque: pratique de la contraception . . . . . . . . . . . . 65 Utilisation au moment de l 'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Connaissance de la période de fertilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Age å la stérilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Source de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Attitudes des utilisatrices au moment de l 'enquête vis-à-vis des prestations de services . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Raison de discontinuité des métlaodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Utilisation future des méthodes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Planification familiale et moyens d' information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Désir d 'avoir des enfants supplémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Besoins futurs pour la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Nombre total d'enfants désirés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Planification de la fécondité et statut des naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 iv Page 7.5 CHAPITRE VII I 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 8.7 CHAPITRE IX 9.1 9.2 9.3 9.4 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 MORTAL ITE INFANTILE ET JUVENILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 M~thodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 Incidence des décès d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Niveau et tendance de la mortalit~ infantile et juv6nile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Variations différentielles de la mortalité infantile et juvénile . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Qualit6 des donn6es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Comparaison des résultats de I 'EDS 1988 et I 'ETF 1978 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 SANTE DE LA MERE ET DE L 'ENFANT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Santé de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Santé de l 'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Indices anthropom6triques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 CONCLUSIONS GENERALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 ANNEXE A PLAN DE L 'ENQUETE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 A.1 Plan de Sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 A.2 Organigramme de l 'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 A.3 Calendrier de l 'EDS-Tun is ie . . . ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 A.4 Personnel de l 'EDS-Tunisie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 ANNEXE B ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 B.1 Exposé de la méthode de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 B.2 Formules et procédés d'estimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 B.3 Construction des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 ANNEXE C QUEST IONNAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 B IBL IOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223 V LISTE DES TABLEAUX Page TABLEAUI.1 TABLEAUI .2 TABLEAU 3.1 TABLEAU 3.2 TABLEAU3.3 TABLEAU 3.4 TABLEAU 3.5 TABLEAU 4.1 TABLEAU 4.2 TABLEAU 4.3 TABLEAU 4.4 EVOLUTION DE LA POPULATION TOTALE DE LA TUNISIE SELON LES DII~I~I~RENTS RECENSEMENTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 EVOLUTION DES PRINCIPALES ACTIVITES DE L'ONFP EN MATIERE DE PLANIFICATION FAMILIALE DURANT LA PERIODE 1964-1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 REPARTITION DE LA POPULATION RESIDENTE SELON LE GROUPE D'AGE ET LE SEXE, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 REPARTITION (EN %) DE LA POPULATION RESIDENTE SELON LE GROUPE D'AGE AUX TROIS DERNIERS RECENSEMENTS ET A L'EDS, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES ET DIFFERENTES ENQUETES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES PAR NIVEAU D'INSTRUCTION SELON L'AGE, LE MILIEU DE RESIDENCE ET LA REGION, EDS, TUNISIE 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 INI'ISRRELATIONS ENTRE LES VARIABLES EXPLICATIVES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON L'ETAT MATRIMONIAL ET L'AGE, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES (15-49 ANS) DE LA FEUILLE DE MENAGE SELON L'ETAT MATRIMONIAL ET L'AGE ACTUEL, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . 31 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON L'AGE AU MOMENT DE L'ENQUETE ET L 'AGE AU PREMIER MARIAGE, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES (15-49 ANS) DE LA FEUILLE MENAGE SELON L'AGE AU PREMIER MARIAGE (Y COMPRIS LA CATEGORIE "JAMAIS MARIEE"), L 'AGE ACTUEL, ET AGE MEDIAN AU PREMIER MARIAGE, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 vil Page TABLEAU 4.5 TABLEAU 4.6 TABLEAU 4.7 TABLEAU 5.1 TABLEAU 5.2 TABLEAU 5.3 TABLEAU 5.4 TABLEAU 5.5 TABLEAU 5.6 TABLEAU 5.7 TABLEAU 5.8 AGE MEDIAN AU PREMIER MARIAGE PARMI LES FEMMES DE L'ENQUETE MENAGE AGEES DE 25 A 49 ANS SELON L 'AGE ACTUEL ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 PROPORTION DES FEMMES NON-CELIBATAIRES QUI SONT ENCORE EN ALLAITEMENT, EN AMENORRHEE, ET EN ABSTINENCE POST-PARTUM SELON LE NOMBRE DE MOIS ECOULES DEPUIS LA NAISSANCE EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 ESTIMATION DE L'ETAT ACTUEL DU NOMBRE MOYEN DE MOIS D'ALLAITEMENT, D'AMENORRHEE ET D'ABSTINENCE POST-PARTUM PARMI LES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE (ISF) PAR_M/LES FEMMES DE 15-44 ANS ET DESCENDANCE ATI"EINTE PARMI LES FEMMES DE 40-49 ANS SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 POURCENTAGE DES FEMMES QUI SONT ACTUELLEMENT ENCEINTISS, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 TAUX DE FECONDITE GENERALE PAR AGE SELON L'ETF, L'ETAT CIVIL ET L'EDS (EN o/oo), EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 TAUX DE FECONDITE GENERALE PAR AGE SELON L 'AGE DE LA MERE A LA NAISSANCE, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 DESCENDANCE A L 'AGE X DES GENERATIONS, EDS, TUNISIE 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 REPARTITION (EN %) DES ENFANTS NES VIVANTS PARMI LES FEMMES NON-CELIBATAIRES ET LES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES SELON L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS NES VIVANTS PARMI LES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATA1RES AGEES DE 15-49 ANS SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS D'APRES L'EDS DE 1988 ET LE RECENSEMENT DE 1984, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 viii Page TABLEAU 5.9 TABLEAU 5.10 TABLEAU 5.11 TABLEAU 6.1 TABLEAU 6.2 TABLEAU 6.3 TABLEAU6.4 TABLEAU 6.5 TABLEAU6.6 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS N'ES VIVANTS PARMI LES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON L'AGE AU PREMIER MARIAGE ET LA DUREE DEPUIS LE PREMIER MARIAGE, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE A LA PREMIERE NAISSANCE ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 AGE MEDIAN A LA PREMIERE NAISSANCE PARMI LES FEMMES AGEES DE 25 A 49 ANS SELON L'AGE ACTUEL ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 POURCENTAGE DES FEMMES NON-CELIBATAIRES (NC) ET DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES (AM) QUI CONNAISSENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE QUELCONQUE ET UNE SOURCE CORRESPONDANTE (POUR INFORMATION OU SERVICES), SELON LA METHODE SPECIFIQUE, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES QUI CONNAISSENT AU MOINS UNE METHODE MODERNE OU UNE SOURCE (POUR INFORMATION OU SERVICES) POUR UNE METHODE MODERNE SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CEL IBATAIRES CONNAISSANT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SPECIFIQUE SELON LE PRINCIPAL PROBLEME PERÇU EN UTILISANT CETTE METHODE, EDS TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES CONNAISSANT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SPECIFIQUE SELON LA SOURCE A LAQUELLE ELLES S'ADRESSERAIENT EN CAS DE BESOIN, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 POURCENTAGE DES FEMMES NON-CELIBATAIRES ET DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIES AYANT UTILISE UNE METHODE OCNTRACEPTIVE SELON LA METHODE SPECIFIQUE ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, EDS, TUN1SIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS A LA PREMIERE UTILISATION DE LA CONTRACEPITON ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 ix TABLEAU 6.7 TABLEAU 6.8 TABLEAU 6.9 TABLEAU 6.10 TABLEAU 6.11 TABLEAU 6.12 TABLEAU 6.13 TABLEAU 6.14 TABLEAU 6.15 Page REPARTITION (EN %) DES FEMMES MARIEES UTILISANT ACTUELLEMENT UNE METHODE CONTRAOEPTIVE SELON LA METHODE SPECIFIQUE ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES SELON LA METHODE ACTUELLEMENT UTILISEE ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNIS1E, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES UTILISANT LA CONTRACEPTION PAR METHODE SPECIFIQUE ET PAR PAYS, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES ET DES FEMMES AYANT UTILISE L'ABSTINENCE PERIODIQUE SELON LEUR CONNAISSANCE DE LA PERIODE DE FERTILITE AU COURS DU CYCLE OVULAIRE, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 REPARTITION (EN %) DES FEMMES STERILISEES SELON L'AGE A LA STERILISATION ET LA DUREE DEPUIS L'OPERATION, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 REPARTITION (EN %) DES FEMMES UTILISANT ACTUELLEMENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LA METHODE SPEC1FIQUE ET LA SOURCE OU ELLES ONT OBTENU LA METHODE (LA DERNIERE FOIS), EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT UTILISATRICES D'UNE METHODE MODERNE ET PREVALENCE CONTRACEPTIVE DES METHODES MODERNES SELON LES SECTEURS PUBLIC ET PRIVE D'APRES L'ETF (1978), L'ETPC (1983) ET L'EDS (1988), EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT UTILISATRICES D'UNE METHODE CONTRACEPTIVE MODERNE PAR RAISON D'INSATISFAC'TION DES SERVICES DE PLANIFICATION FAMILIALE SELON LA DERNIERE SOURCE VISITEE, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 REPARTITION (EN %) DES FEMMES QUI ONT ABANDONNE UNE METHODE CONTRACEPTIVE DANS LES CINQ DERNIERES ANNEES SELON LA METHODE QUI A ETE ABANDONNEE ET LA RAISON PRINCIPALE DE DISCONTINUITE, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 X Page TABLEAU 6.16 TABLEAU 6.17 TABLEAU 6.18 TABLEAU6.19 TABLEAU 7.1 TABLEAU 7.2 TABLEAU 7.3 TABLEAU7.4 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES QUI N'UTILISENT A PRESENT AUCUNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) ET L'INTENTION D'UTILISER LA CONTRACEPTION DANS L'AVENIR, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . 78 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES N'UTILISANT A PRESENT AUCUNE METHODE CONTRACEPTIVE MAIS AYANT L'INTENTION DE L'UTILISER DANS L'AVENIR SELON LE DESIR D'UTILISER LA CONTRACEPTION DANS LES 12 MOIS A VENIR OU PLUS TARD ET LA METHODE PREFEREE, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON LEUR EXPOSITION AUX MESSAGES SUR LA PLANIFICATION FAMILIALE ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUN1SIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 POURCENTAGE DES FEMMES NON-CELIBATAIRES QUI PENSENT QU'IL EST ACCEPTABLE D'AVOIR DES MESSAGES SUR LA PLANIFICATION FAMILIALE A TRAVERS LES MASS MEDIA SELON L'AGE ACTUEL DE LA FEMME ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES SELON LE DESIR D'AVOIR DES ENFANTS ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES SELON LE DESIR D'AVOIR DES ENFANTS ET L'AGE ACTUEL, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES QUI NE VEULENT PLUS D'ENFANT (Y COMPRIS LA STERILISATION) SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- ECONOMIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES SUSCEPTIBLES DE PRATIQUER LA PLANIFICATION FAMILIALE DANS L'AVENIR ET POURCENTAGE DE CELLES SUSCEPT1BLES D'UTILISER LA CONTRACEPTION QUI ONT L'INTENTION D'ADOPTER UNE METHODE DANS L'AVENIR SELON CERTAINES CARAC~ERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 xi Page TABLEAU 7.5 TABLEAU 7.6 TABLEAU 7.7 TABLEAU 7.8 TABLEAUT.9 TABLEAU 8.1 TABLEAU 8.2 TABLEAU 8.3 TABLEAU8.4 REPART1TION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON LE NOMBRE TOTAL D'ENFANTS DESIRES ET NOMBRE MOYEN TOTAL D'ENFANTS DESIRES PARMI LES FEMMES MARIEES ET LES FEMMES NON- CELIBATAIRES SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 NOMBRE MOYEN TOTAL D'ENFANTS DESIRES PARMI LES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON L 'AGE ACTUEL ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 REPART1TION (EN %) DE TOUTES LES NAISSANCES (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) AU COURS DES CINQ DERNIERES ANNEES SELON LA PRATIQUE DE LA CONTRACEPTION PAR LA MERE, LE DESIR D'AVOIR OU DE NE PAS AVOIR LA NAISSANCE ET LE RANG DE NAISSANCE, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 POURCENTAGE DES FEMMES AYANT EU UNE NAISSANCE DANS LES 12 MOIS SELON LE DESIR OU NON D'AVOIR LA NAISSANCE ET LE RANG DE NAISSANCE, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE (ISF) ET INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE DESIREE (ISFD) DANS LES CINQ DERNIERES ANNEES SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS NES VIVANTS ET SURVIVANTS ISSUS DES MERES NON-CELIBATAIRES DANS L'EDS, 1988 ET L'ETF, 1978 SELON L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE (o/oo) SELON LA PER1ODE ET LE SEXE DE L'ENFANT, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 REPARTITION DES DECES SELON LES PERIODES DE NAISSANCE, LE SEXE ET L 'AGE AU DECES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE (o/oo) DURANT LA PERIODE 1978-88 ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-ECONOMIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 xii Page TABLEAU 8.5 TABLEAU 8.6 TABLEAU 9.1 TABLEAU 9.2 TABLEAU 9.3 TABLEAU9.4 TABLEAU 9.5 TABLEAU 9.6 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVEN/LE (o/oo) DURANT LA PERIODE 1978-88 ET CERTAINES CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 QUOTIENTS DE MORTALITE (EN o/oo) SELON L'EDS DE 1988 ET L'ETF DE 1978, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 REPARTIT1ON (EN %) DES NAISSANCES AU COURS DES CINQ DERNIERES ANNEES SELON LE TYPE DE PERSONNEL QUE LES FEMMES ONT CONSULTE POUR DES SOINS PRENATALS ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 REPARTITION (EN %) DES NAISSANCES AU COURS DES CINQ DERNIERES ANNEES SELON LE TYPE DE PERSONNEL AYANT ASSISTE A L'ACCOUCHEMENT ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 POURCENTAGE DES ENFANTS VIVANTS DE MOINS DE CINQ ANS, AYANT DES CARNETS DE VACCINATION, ET POURCENTAGE DE CEUX VACCINES CONTRE LA TUBERCULOSE, LA POLIO-DTCOQ ET LA ROUGEOLE SELON L'AGE DE L'ENFANT, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 POURCENTAGE DES ENFANTS VIVANTS DE 12 A 23 MOIS, AYANT DES CARNETS DE VACCINATION, ET POURCENTAGE DE CEUX VACCINES CONTRE LA TUBERCULOSE, LA POLIO-DTCOQ ET LA ROUGEOLE SELON CERTAINES CARACTERIST1QUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 POURCENTAGE DES ENFANTS VIVANTS AGES DE MOINS DE CINQ ANS QUI ONT EU LA DIARRHEE DANS LES DERN1ERES 24 HEURES ET DANS LES DEUX DERNIERES SEMAINES SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 PARMI LES ENFANTS VIVANTS AGES DE MOINS DE CINQ ANS QUI ONT EU LA D1ARRHEE DANS LES DEUX DERNIERES SEMAINES, POURCENTAGE DE CEUX QUI ONT REÇU DIFFERENTS TRAITEMENTS SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 xiii Page TABLEAU 9.7 TABLEAU 9.8 TABLEAU 9.9 TABLEAU 9.10 TABLEAU 9.11 ANNEXE A TABLEAU A. 1 ANNEXE B TABLEAU B. 1 TABLEAU B.2 TABLEAU B.3 TABLEAU B.4 CONNAISSANCE DE LA REHYDRATATION PAR VOIE ORALE (RVO) SELON LE NIVEAU D'INSTRUCTION ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 REPARTITION (EN %) DES INDICES POIDS-POUR-TAILLE DES ENFANTS AGES DE 3 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART-TYPE DE LA MEDIANE DE REFERENCE DE NCHS/CDC/OMS, SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 REPARTITION (EN %) DES INDICES TAILLE-POUR-AGE DES ENFANTS AGES DE 3 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART-TYPE DE LA MEDIANE DE REFERENCE DE NCHS/CDC/OMS, SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 REPARTITION (EN %) DES INDICES DE LA TA1LLE-POUR- AGE PAR POIDS-POUR-TAILLE DES ENFANTS DE 3 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART-TYPE DE LA MEDIANE DE REFERENCE DE NCHS/CDC/OMS, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . 124 REPARTITION (EN %) DES INDICES POIDS-POUR-AGE DES ENFANTS AGES DE 3 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART-TYPE DE LA MEDIANE DE REFERENCE DE NCHS/CDC/OMS, SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 DONNEES SUR LES TAUX DE REPONSE, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 ERREURS DE SONDAGE POUR L'ENSEMBLE DE L'ECHANTILLON, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 ERREURS DE SONDAGE SELON LE MILIEU DE RESIDENCE, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 ERREURS DE SONDAGE SELON L'AGE ACTUEL, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 ERREURS DE SONDAGE SELON LA REGION, EDS, TUNISIE, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 xiv LISTE DES GRAPHIQUES Page GRAPHIQUE 1.1 GRAPHIQUE 3.1 GRAPHIQUE 4.1 GRAPHIQUE 4.2 GRAPHIQUE 4.3 GRAPHIQUE 5.1 GRAPHIQUE 5.2 GRAPHIQUE 5.3 GRAPHIQUE 5.4 GRAPHIQUE 6.1 GRAPHIQUE 7.1 GRAPHIQUE 7.2 GRAPHIQUE 8.1 GRAPHIQUE 8.2 GRAPHIQUE 9.1 EVOLUTION DE LA POPULATION DE LA TUNISIE ET PROJECTIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION RESIDENTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 PROPORTION DE FEMMES CELIBATAIRES AGEES 15-29 ANS A DIFFERENTES DATES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 PROPORTION DE FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON L'AGE AU PREMIER MARIAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 DUREE D'ALLAITEMENT ET D'AMENORRHEE SELON CERTAINES CARACTERIST IQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE, ET DESCENDANCE ATI'EINTE A 40-49 ANS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 POURCENTAGE DE FEMMES ENCEINTES SELON DEUX SOURCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 TAUX DE FECONDITE GENERALE PAR AGE SELON TROIS SOURCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 PROBABILITES D'AGRANDISSEMENT SELON TROIS SOURCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 CONNAISSANCE ET UTILISATION ACTUELLE DES METHODES CONTRACEPTIVES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE (FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE SELON LA PERIODE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 VARIATIONS DIFFERENTIELLES DE LA MORTALITE INFANTILE DANS LA PERIODE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 VISITES PRENATALES ET ASSISTANCE A L'ACCOUCHEMENT DES NAISSANCES DES 5 DERNIERES ANNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 XV Page GRAPHIQUE 9.2 GRAPHIQUE 9.3 GRAPHIQUE 9.4 REPARTITION DE L 'AGE (EN MOIS) A LA VACCINATION CONTRE CERTAINES MALADIES . . . . . . . . . . . . . . . . 115 POIDS-POUR-TAILLE ET TAILLE-POUR-AGE (TABLEAU DE WATERLOW) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 MESURES ANTHROPOMETRIQUES PAR RAPPORT A LA MOYENNE DE REFERENCE INTERNATIONALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 xvi PREFACE Dans le cadre de son programme d'êtudes et d'évaluation, l'Office National de la Famille et de la Population (ONFP) a réalisé en 1988 une enquête nationale de première importance: l'Enquête Démographique et de Santé OeDS). Cette enquête s'inscrit dans le cadre général du Projet International des Enqu&es Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys: DHS) entrepris dans plus de trente pays et financé par I'USAID. Pour sa réalisation, I'ONFP a bénéficié du précieux concours de l'institute for Resource Development/Macro Systems (IRD) responsable du projet à l'échelle mondiale. I'EDS répond clairement à la volonté de l'Office de connaRre en profondeur non seulement la fécondité mais également les dgterminants de cette dernière, y compris la planification familiale dont l'ampleur ne cesse de prendre de l'importance en q3anisie, la mortalité infantile et plusieurs aspects de la santé de la famille. Les données, fort instructives, obtenues par l'enqu8te sont l'aboutissement du travail mené méthodiquement et avec rigueur scientifique, aussi bien par l'équipe technique de l'Office que par les techniciens de I'IRD. Par la diversité de ses sections et la richesse des informations qu'elle apporte, l'enquête constituera certainement une référence de premier ordre pour tous les chercheurs en matière de population et sera une source inépuisable de données particulièrement utiles pour la stratégie future de I'ONFP. Ce travail a été réalisé gråce à la cohésion et au zèle de la direction technique tant de l'Office que de I'IRD. Pour toutes ces raisons je me dois de présenter mes remerciements å tous ceux qui ont contribué/l sa réalisation. Mes remerciements s'adressent aussi à I'IRD et à I'USAID pour leur aide technique et matérielle. Ils s'adressent également à : L'Institut National de la Statistique (INS) qui a prêté son concours pour établir la base de sondage; Aux Ministères de l'Intérieur et de la Santé Publique pour l'aide de leurs services aux niveaux régional et local; A nos dynamiques équipes qui ont veillé sur la réalisaUon de l'enquête sur le terrain; A toutes les directions et toutes les délégations régionales de I'ONFP et à l'ensemble du personnel de l'Office (statutaire, contractuel et vacataire) qui ont participe avec zèle et abnégation au déroulement de l'enquête. Je ferai une mention spéciale pour les experts et consultants tant nationaux qu'internationaux de I'IRD qui ont contribué aux différentes phases de l'enquête: Touhami ALOUI (ONFP) Abderrahman ARFAOUI (PTT) Mohamed AYAD (IRD) Ahmed AZOUZI (ONFP) xvii Habib FOURATI Taoufik KILANI Dr. Slah MEDDEB Guillermo J. ROJAS Chris SCOTT Mahmoud SEKLANI Bilan TAAI~F~ Chedli TRIFA Mohamed TRIKI Sassi ZARATI (ONFP) (ONFP) (MSP) (IRD) (IRD) (Université de Tunis) (IRD) (INS) (INS) (INS) Enfin, je tiens å féliciter les femmes tunisiennes qui se sont pr&6es avec patience à nos longues interviews. Sans leur collaboration cette enquête n'aurait pas vu le jour. ~~di tM;Hc~nN~rå l de l'Office National de la Famille et de la Population xviii TUNISIE DIST. DE TUNIS NORD EST NORD OUE$T~ MER MEDITERRANEE ALGERIE ~• CENTRE SUD LIBYE N -- L|MLTES DES GOUVEFtNORATS • CHEFS-LIEUX XX CHAPITRE I PRESENTATION DU PAYS Rédigé par H. Fourati Le premier chapitre se propose de présenter sommairement les principales caractéristiques de la Tunisie sur les plans historique, géographique et notamment démographique. Ces informations aideront le lecteur à mieux saisir, d'une part, le contexte gén6ral dans lequel a 6té réalisée l'Enquete Démographique et de Santé et, d'autre part, à mieux suivre l'analyse des données. 1.1 MIL IEU NATUREL Situation La Tunisie est située à l'extrémité orientale de l'Afrique du Nord, à la charnière des bassins occidental et oriental de la Méditerran6e, sur laquelle le pays s'ouvre par une façade de 1300 km à double exposition. D'une superficie totale de 152.450 km2, le pays est limit6 par l'Alg6rie à l'Ouest et la Libye au Sud-Est et est situé entre 31 ° et 37 ° de latitude Nord et entre 8" et 11 ° de longitude Est à partir du méridien de Greenwich. Relief Partie la plus basse de l'ensemble maghrébin (300m d'altitude en moyenne), le territoire tunisien coïncide avec la terminaison nord-orientale des deux rides montagneuses qui, étirées d'Ouest en Est ~t travers le Maroc et l'Algérie s'abaissent et se rejoignent dans la Dorsale tunisienne où l'altitude ne dépasse pas 1500 métres. Form6e de chaînons peu élevés que séparent de larges troncés nord-sud et des bassins intérieurs, la Dorsale marque une importante limite climatique entre le Nord, de caractère méditerranéen, et le Sud, aux aspects sahariens. Régions naturelles Par leurs positions, les ensembles montagneux permettent de distinguer quatre r6gions naturelles principales en Tunisie. Le Tell: Il s'etend au nord de la Dorsale et comprend les monts de Kroumirie et des Magods, les plateaux et les collines du Haut-Tell et du Tell de nord-est, la vall6e fertile de la Medjerda et celle de l'Oued Mell~gue. Cette première région naturelle couvre environ le tiers du pays. Les Steppes: La r6gion des Steppes (hautes et basses steppes) se superpose avec ce qu'on appelle communément la Tunisie Centrale, qui commence au Sud de la Dorsale et se termine au pied de la chai'ne du Tobaga. C'est une région de larges plaines élev6es, drain6es essentiellement par les Oueds Marguellil et de Zémude, et de basses plaines c6tières parsemées de Sebkhas (ou dépressions salées). Le Sahel: A l'Est, la Tunisie orientale, appelée Sahel (Centre Est), est une r6gion littorale peu contrastée, bordant les golfes de Tunis, de Hammamet et de Gabès; celle-ci est limit6e au Sud par le modeste alignement est-ouest du Jebel Cherb qui la s6pare des dépressions occupées par les Chotts. Le Désert: Au-delà des Steppes et du Sahel, commencent les immensités désertiques. C'est une région composée d'un vaste plateau monotone, le Dahar (dos). Faibtemem entalflé par les ouidianes (aujourd'hui fossiles) envahis eux-m~mes parfois par des crues qui vont se perdre dans les sables du Grand Erg Oriental et dans la dépression de Nefzaoua, où stagne le Chott E1-Jérid, le Dahar s'61ève doucement vers l'Est jusqu'à la corniche de Matmata. Le versant opposé domine une vaste plaine littorale et steppique en forme de demi-cercle, la Jeffara. Mis à part le Dahar et la Jeffara, le désert saharien se présente sous ses trois aspects typiques rocheux (Hammada), pierreux (Sérir) et sableux (Erg). Climat et pluviométrie La Tunisie est située dans la zone de contact entre les influences contradictoires de la mer et du désert. Dans l'ensemble, le climat tunisien est méditerranéen, car la saison sèche col'ncide avec la saison chaude, tandis que les pluies tombent en hiver, mais il est également sub-aride sous l'influence du Sahara, qui se fait davantage sentir à mesure que l'on descend vers le Sud. Enfin, il est variable (dans l'espace et le temps), parce que les années se suivent sans se ressembler, et les mois, le cycle des saisons, diffèrent du tout au tout d'une année à l'autre. A la Tunisie maritime, tiède toute l'année, avec de faibles écarts de températures et des pluies suffisantes pour autoriser l'agriculture sédentaire, s'oppose la Tunisie intérieure, plus aride, å forte amplitude thermique aussi bien diurne qu'annuelle. En hiver, le Nord est englobé dans le domaine des dépressions de la zone tempérée et reçoit, apportées par les vents du Nord, des averses méditerranéennes souvent violentes qui font déborder brutalement les Oueds et sont responsables d'une forte érosion. Au Nord de la Dorsale, les pluies dépassent partout 400mm/an en moyenne. Au Sud, la pluviom6trie tombe soudain au dessous de 300mm et les régions du Sud ont des aspects climatiques nettement sahariens. Toutefois, sur la oSte orientale, le Sahel jouit, grãce aux influences maritimes, d'un climat plus favorable. Au total, m~me dans le Nord, la pluviométrie est irrégulière d'une année à l'autre. 1.2 APERÇU HISTORIQUE Par sa situation privilégiée au coeur du bassin méditérranéen, berceau des cultures antiques et des grandes religions monothéistes, la Tunisie a été englobée à plusieurs reprises, depuis un lointain passé, dans des ensembles politiques centrés sur la grande mer intérieure eurafricaine. En effet, durant plusieurs siècles, le pays a subi une succession d'occupants et de conquérants: Phéniciens (fondateurs de Carthage vers le IX" siècle av. J.C.). Romains (au second siècle av. J.C.), Vandales (au milieu du V ° siècle) et Byzantins (au VI ° siècle) qui y ont établi leurs lois, cultures et leurs civilisations. Après huit siècles et demi, la conquSte romaine, la latinité et le christianisme allaient lentement disparaltre du pays et une ~re nouvelle était entamée dès la conquete arabe (à partir du milieu du Vil* siècle) et turque (en 1574). Ces influences étrangères, surtout arabes et turques, ont "orientalisé" et islamisé entièrement la Tunisie et lui ont donné son visage d'aujourd'hui. Vers la fin du XVII ° siècle, le Bey qui gouvernait la régence de Tunis, vassal de l'Empire ottoman, est devenu pratiquement indépendant en raison de la décadence ottomane. La Tunisie est occupée pour la derniæm fois en 1881 par la France qui impose au Bey la signature d'un traité de protectorat (Le Bardo). Cette occupation durera 75 ans et marquera profondément l'histoire récente du pays. Par sa nature, ses méthodes de production et d'administration, le fait colonial a destructuré l'économie traditionnelle, accentué le déséquilibre régional et appauvri le pays. C'est en 1907 qu'a pris naissance le mouvement nationaliste, qui s'afflrma en 1934 avec la fondation du "Néo-Destour". L'action nationaliste est mise en veilleuse pendant la Seconde Guerre Mondiale mais reprend ensuite avec vigueur. Les atermoiements de la France provoquent la rupture en 1952 et déclenchent l'~preuve de force. La détente intervient en juin 1955 avec l'autonomie interne. Le 20 mars 1956, la Tunisie devient indépendante. Le 25 juillet 1957, la monarchie est abolie et la République proclamée, suivie moins de deux ans aprés, le let juin 1959, par la promulgation de la Constitution donnant au pays un régime de type pr6sidentiel. En 1963, la Tunisie obtient l'évacuation de la base militaire de Bizerte (1963) et nationalise les terres de colonisation (1964). 1.3 MILIEU HUMAIN La recherche d'un équilibre harmonieux entre les richesses et les potentialités du pays, d'une part, et les besoins et les aspirations de la population, d'autre part, a toujours constitué l'un des objectifs fondamentaux des plans de développement économique et social de la Tunisie indépendante. C'est ainsi que les différents plans, élaborés depuis 1956, ont accordé aux aspects démographiques une attention particulière et constante basée sur l'analyse de la situation démographique du moment et des tendances d'évolution future. Dans ce qui suit, nous allons présenter d'une manière assez détaillée les caractéristiques de cette population. Les sources statistiques La Tunisie dispose aujourd'hui d'informations détaiUées et périodiques sur sa population grflce aux recensements, aux registres d'état civil et plus récemment gr•ce aux enquêtes démographiques par sondage. Les deux premières sources remontent au début de l'implantation coloniale, alors que la dernière n'a été réellement développée qu'à partir des années soixante. Recensements généraux de la population: La pratique des opérations de recensement n'est pas toute- récente en Tunisie. Le premier dénombrement de population a été entrepris en 1874. Il faudra attendre le milieu de ce siècle pour assister à de véritables recensements de plus en plus précis et systématiques. Les trois derniers ont été effectués en 1966, en 1975 et en 1984, après l'indépendance politique du pays. Ces trois recensements ont été conçus et réalisés conformément aux normes internationales fixées par le Bureau de Statistiques des Nations-Unies. Registres d'ætat civil: Bien que sa création juridique en Tunisie remonte à l'année 1886, l'état civil n'a bien fonctionné, pendant la période coloniale, que dans la capitale. Ailleurs, le système était soit complétement défaillant, soit soumis à une sous-déclaration flagrante. Au lendemain de l'indépendance du pays, l'administration tunisierme a entrepris la réorganisation de l'~rat civil et prescrit la déclaration obligatoire des événements. Pour renforcer cette entreprise, diverses dispositions ont progressivement accompagné la mise en place du nouveau système, telles que l'obligation de présenter un bulletin de naissance pour l'inscription scolaire ou la demande d'un emploi et la présentation d'un certificat de décès pour l'obtention d'un permis d'inhumer. Depuis, les progrés accomplis dans ce domaine ont été énormes. Pour les naissances, on estime officiellement qu'~t partir de 1975, le taux de couverture à l'échelle nationale a atteint les 100 pour cent. Par contre, le sous-enregistrement des décès demeuoe important et le taux de couverture est actuellement estimé à 78 pour cent. Enquêtes démographiques: Les enquêtes démographiques par sondage menées à l'échelle nationale n'ont vu le jour en Tunisie qu'à partir des années soixante. Plusieurs enquêtes démographiques de première importance ont été réalisées telles que: l'Enquete Nationale Démographique de 1968-1969; l'EnquEte Tunisienne sur la Fécondité de 1978; l'EnquEte Population Emploi de 1980; l'Enqu&e Tunisienne sur la Prévalence Contraceptive de 1983; l'Enquête Population Emploi de 1989 (en cours). La première (EnquEte Nationale Démographique) est une enquEte A trois passages. Elle a été effectuée en 1968-1969 par l'Institut National de la Statistique (INS) auprès de 27.000 ménages. Elle venait compléter les données du recensement de 1966 et foumir en particulier les estimations des taux de fécondité et de mortalité, La seconde (F_,nquEte Tunisienne sur la Fécondité) a été conduite par l'Office National du Planning Familial et de la Population ou ONPFP (actuellement Office National de la Famille et de la Population ou ONFP) en 1978 dans le cadre de l'Enquête Mondiale sur la Fécondité (EMF). L'EnquEte Tunisienne sur la Fécondité a adopté en gros les orientations méthodologiques g6nérales de I'EMF et a porté sur un échantillon de 5735 ménages et 4123 femmes non célibataires en âge de procréer. Cette enquete a permis de donner des explications parfois assez détaillées sur le comportement fécond de la femme tunisienne, tant au niveau national que régional. Outre les mesures qu'elle a pu donner pour la premiære fois en Tunisie (comme les variables touchant l'allaitement matemel, l'am6norrh6e post-partum, la fécondabilité.), cette enquête a mis à jour les différentiels au niveau de la fécondité et de la pratique des moyens contraceptifs. La troisième (EnquEte Population Emploi) a été réalisée par l'Institut National de la Statistique en 1980 auprés d'un échantillon national d'environ 60.000 ménages. Servant de mini-recensement et placée au milieu de l'intervalle qui sépare les deux derniers recensements (celui de 1975 et de 1984), cette enquEte visait particulièrement l'obtention de données précises et actualisées sur la population et la situation de l'emploi en Tunisie. La dernière (Enquete Tunisienne sur la Prévalence Contraceptive) a ét6 menée en 1983 par l'Office NaUonal de la Famille et de la Population. Cette enquEte qui s'inscrit dans le cadre du programme intemational de l'EnquEte sur la Prévalence de la Contraception (EPC) a ét~ effectuée auprés d'un échantillon national de 2260 femmes non-célibataires effectivement interview~es. Elle a permis entre autres de vérifier que le programme tunisien de planification familiale ne cesse de prendre de l'importance, et a fourni, plus pr6cisément, des informations sur les niveaux de connaissance et d'utilisation de la contraception et de leurs déterminants, y compris l'utilisation par secteur (public et privé). Elle a permis également de recueillir des données sur les niveaux de la fécondité et de la mortalité infantile. Evolution de la population Accroissement démographique: Au début du XXème siècle, la population totale de la Tunisie ne dépassait guère un million et demi d'habitants. Le premier recensement général de la population de 1921 a dénombré 2.093.939 résidents et celui de 1984 6.966.173. Compte tenu des statistiques du mouvement naturel de la population (naissances et décès) et du solde net des mouvements migratoires aux frontières, la population de la Tunisie a atteint au début de l'année 1989 le chiffre de 7.850.000 habitants soit une augmentation de 275 pour cent par rapport à l'année 1926. De 0,6 pour cent entre 1921 et 1926, le taux d'accroissement annuel moyen est passé à 1,8 pour cent entre 1956 et 1966, 2,3 pour cent entre 1966 et 1975 et de 2,5 pour cent au cours de la p6riode 1975-1984. Si ce taux d'accroissement démographique se maintenait, la population du pays doublerait vraisemblablement au bout de 27 ans. Le tableau 1.1 et le graphique 1.1 présentés ci-dessous donnent une idée claire sur cette évolution dans le temps. TABLEAU i.i EVOLU~ION DE LA POPULATION TOTALE DE LA TUNISIE SELON LES DIFFERENTS RECENSEMENTS T~UX d'accrois- Date du Populat ion sement annuel Recensement (milliers) moyen censitaire 06.03.1921 2.093.939 20.04.1926 2.159.708 0,6 22.03.1931 2.410.692 2,2 12.03.1936 2.608.313 1,6 01.11.1946 3.230.952 2,0 01.02.1956 3.783.169 1,7 03.05.1966 4.533.351 2,8 08.05.1975 5.588.209 2,3 30.03.1984 6.966.173 2,5 Source: Institut Nat ional de la Stat ist ique Graphique 1.1 Evolution de la Population de la Tunisie et Projections Population en millions 2O 15 10 5 0 1921 19'31 19'41 19'51 19'61 19'71 19'81 19191 2(~01 2611 2021 Année Baisse acc~l~r6e de la f6condité k Prolon. de la tend. | de la baisse de la fdconditd I EDS-Tunisie 1988 Structure de la population: La pyramide d'fige de la population tunisienne est typique d'une population jeune dont le profil épouse une forme triangulaire à base très large, reflétant des niveaux de fécondité et de mortalité infanto-juvénile encore élevés. La population de moins de 15 ans représentait, en 1984, 40 pour cent de la population totale du pays. Toutefois, la structure par ~ge évolue vers un léger vieillissement: l'/lge médian est passé de 16,8 ans en 1966 ~ 19,3 ans en 1984. Composantes de l'accroissement: 1. Natalité: Quasi-naturelle jusque vers le milieu des années soixante, la fécondité a connu depuis une tendance à la baisse qui s'est poursuivie d'une manière presque continue. Le taux brut de natalité est estimé en 1987 à 29,3 pour mille contre 47 pour mille en 1960. Ces résultats n'ont pu ~tre obtenus que gråce å la conjonction de plusieurs facteurs dont l'amélioration du niveau économique et social de la population en général, le recul de l'analphabétisme, l'accés de plus en plus grand des femmes au marché de l'emploi et l'effet de la politique poursuivie dans le pays depuis près de vingt-cinq ans en matière de planification familiale. 2. Mortalité: l'amélioration de l'infrastructure sanitaire, les actions de masse et les programmes d'hygiæne contre les épidémies et les maladies endémiques que le gouvemement a développé dès les premières années de l'indépendance ont contribué, dans une large mesure, à la baisse de la mortalité en général et de la mortalité infantile et juvénile en particulier. Le taux de mortalité générale est passé de 18 pour mille en 1960 à 8 pour mille en 1980 et à 6,1 pour mille en 1987. Quant ~ la mortalité infantile, sa baisse a 6té beaucoup plus prononcée, son taux est passé de 200 pour mille dans les années cinquante, à 90 pour mille en 1980 et à 50 pour mille actuellement. L'espérance de vie h la naissance qui découle de ces niveaux de mortalité est passée pour les deux sexes réunis de 48 ans en 1960 à un peu plus de 65 ans en 1987. Evolution de la nuptialité: La Tunisie a connu au cours des demières décennies des changements profonds au niveau de sa nuptialité, dont le calendrier tend ~t ~tre de plus en plus tardif, tout en gardant une intensité finale assez forte. Depuis les années soixante, les proportions de célibataires n'ont cessé d'augmenter pour chacun des deux sexes et pour tout åge, particulièrement pour les tranches 15 h 24 ans. C'est ainsi que le pourcentage des femmes célibataires dans le groupe d'åge 20-24 ans, par exemple, est passé de 20,4 pour cent en 1956 à 45,5 pour cent en 1975 et a 59,0 pour cent en 1984. Il en a résulté un accroissement de l'fige moyen au premier mariage qui a affecté les deux sexes et en particulier les femmes. En effet de 19,4 ans en 1956, la moyenne d'åge au premier mariage pour les femmes est passé à 20,7 ans en 1966 à 22,5 ans en 1975 et à près de 24 ans de nos jours. Cette évolution générale de la nuptialité, vers un modèle tardif est la résultante de divers facteurs, dont le relèvement de l'åge légal au mariage, le développement de la scolarisation qui retient de plus en plus de jeunes et les soustrait du marché de la nuptialité et l'entrée de plus en plus importante de la jeune fille tunisienne sur le marché du travail. Il est à signaler, que si le calendrier de la nuptialité a incontestablement évolué au cours des trois dernières décermies dans le sens du vieillissement, l'intensité (soit la proportion d'individus qui finissent par se marier) est demeurée trés élevée en Tunisie off seulement 1 à 2 pour cent des femmes ne se marient jamais. Pour les hommes, les proportions de célibat d6finitif sont aussi très faibles: 3 à 4 pour cent. Politique démographique Place de la démographie dans les différents plans de développement: Dès les premières années de l'indépendance, la Tunisie a pris conscience de l'importance de l'équilibre démographique dans le processus de développement. La recherche d'un équilibre harmonieux entre les richesses et les potentialités du pays d'une part et les besoins et les aspirations de la population d'autre part, a toujours constitué l 'un des objectifs fondamentaux des plans de développement économique et social de la Tunisie indépendante. C'est ainsi, que dès les premiers plans de développement socio-économique, des exercices de prévision à court et moyen terme se sont appuyés sur différentes hypothèses pour rendre compte des 6 impllcations de la croissance démographique sur le plan économique et social et plus spécifiquement en ce qui conceme le marché de l'emploi. Il faut noter d'autre part qu'au niveau de chaque plan (triennal, quinquennal ou décennal) une option est prise en faveur d'une tendance bien déterminée, jugée souhaitable pour atteindre les objectifs de développement fixes pour la période couverte par le plan. De ce fait, la Tunisie a toujours considér6 les problèmes de population comme un élément essentiel de sa politique économique et sociale et des efforts considérables ont été déployés tant au niveau des politiques sectorieUes que sur les plans juridique et institutionnel, afin de freiner la croissance démographique et de réduire les disparités régionales et entre milieux (urbain et rural). A c6té des actions dans le domaine de la santé, de l'éducation, de l'emploi, de la couverture sociale, et du développement régional, un véritable programme national de planification familiale a ét~ mis en oeuvre depuis 1966, le premier à avoir été appliqué en Afrique et dans un pays arabe. Etant donné l'importance du lien et de l'impact du programme tunisien en matière de planification familiale sur la baisse de la fécondité, nous allons présenter dans ce qui suit ses spécificités avec plus de détails. Fondements juridiques du programme national de planification familiale: En Tunisie, l'adoption de la politique en matière de planification familiale a été précédée et accompagnée par une série de mesures législatives dont l'objectif était de transformer l'environnement politico-idéologique et d'apporter les correctifs nécessaires à la législation tunisienne souvent héritée de l'époque coloniale et inadaptée à la réalité et à l'évolution du pays. L'oeuvre législative et sociale qui a constamment entouré la politique tunisienne en matière de planification familiale ne pouvait qu'entraîner une dynamique de changements sociaux. Certaines réglementations ont un impact particulier sur la fécondité. Les principaux textes intervenant dans le processus de procréatinn peuvent Etre classés comme suit: 1. Lois ayant une action directe: Ces lois concernent les produits contraceptifs, l'avortement et l'/lge minimum au mariage. C'est ainsi que la loi adoptée le 8 janvier 1961 soumet "l'importation, la publicité et la vente des produits et remèdes anticonceptionnels" à la législation sur les produits pharmaceutiques. La deuxième mesure a été adoptée par la loi du ler juillet 1965, Ce te::te autorise l'avortement social dans les trois premiers mois de la grossesse, et ce, à partir du cinquième enfant. Une étape plus importante devait ~tre franchie avec le décret-loi du 26 septembre 1973 qui stipule que 'Tinterruption artificielle de la grossesse est autorisée lorsqu'elle intervient dans les trois premiers mois, dans un établissement hospitalier et sanitaire ou dans une clinique autorisée, par un médecin exerçant légalement sa profession." Postérieurement aux trois mois, l'interruption de la grossesse peut également Etre pratiquée dans certaines conditions édictées par le décret-loi. La troisième mesure concerne l'élévation de l'åge au mariage. La première limitation était survenue avec le Code du Statut Personnel, promulgué le 13 aoUt 1956 qui fixait l'åge minimum respectivement à 15 et 18 ans révolus pour l'épouse et l'~poux. La loi du 20 février 1964 a relevé l'~ge au mariage à 17 ans révolus pour la femme et 20 ans pour l'homme. 2. Lois ayant une action indirecte: Ces dispositions, nombreuses et fort diverses, entra~ent un effet modulateur secondaire sur la fécondité. Elles comprennent toutes celles relatives au statut personnel, å l'enseignement, au code de travail, au bénéfice des allocations familiales et autres avantages sociaux et fiscaux. Il s'agit ici d'évoquer les mesures les plus significatives par leur impact sur les problèmes démographiques. Cette oeuvre a éul entamée avec la promulgation du Code du Statut Personnel (13 aofit 1956) qui a précisé les droits et obligations de l'individu vis-t-vis des questions touchant à la fois å la vie privée (mariage, divorce etc.) et/1 la vie civique (droit de vote et ses conditions etc.). Le grand acquis, qui résulte de ce texte, a été sans doute le statut de majeure sociale accordée pour la première fois ~ la femme tunisienne, la suppression de la polygamie, la réglementation judiciaire du divorce, la liberté totale du choix du conjoint et le droit de vote. Toutes ces mesures ne pouvaient que responsabiliser le couple, et par voie de conséquence, influencer son comportement procréateur. Peu de temps après l'adoption du Code de la Famille, l'enseignement fut soumis à une réforme générale. Un plan de scolarisation fut adopté en 1958, sans pour autant que soit instaurée l'obligation scolaire. Sa conséquence immédiate a ét~ une scolarisation massive des filles dont l'effet se repercutera dans tous les domaines. D'autre part, par un ensemble de textes nouveaux réunis dans le Code de Travail (loi du 30 avril 1966), deux facteurs ont contribué à la baisse de la fEcondité. Il s'agit d'abord du droit au travail de la femme au meme titre que l'homme, ensuite de l'interdiction aux enfants de moins de 15 ans d'etre employés ou de travailler dans les 6tablissements industriels. Cette demière restriction vise à combattre chez les familles tunisiennes l'idée de l'enfant "bras supplémentaire" qui devait, dans la société traditionnelle, entrer dès son plus jeune fige dans le cycle productif pour subvenir aux besoins du ménage. Enfin, signalons, la promulgation de la loi du 14 décembre 1960 modifiée par celles du 15 juillet 1963 et du 6 mai 1988, limitant le bénéfice des allocations familiales aux trois premiers enfants ~ charge. Cette restriction n'a pas un aspect simplement dissuasif. Ce chiffre "trois" véhiculé par les discours, par les mass-média et par les campagnes de motivation, a fini par s'inscrire dans l'inconscient des familles tunisiennes puisqu'il s'avère correspondre au nombre total d'enfants vivants qu'elles désirent. Support institutionnel du programme national de planification familiale: S'étant donné un véritable programme national de planification familiale, la Tunisie s'est progressivement dot~ des institutions chargEes de la mise en pratique de ce programme. Les débuts du programme de planification familiale remontent à 1964. Ce programme comportait au départ une phase expérimentale de deux ans (1964-1965). Il a été applique dans 12 centres de Protection Maternelle et Infantile pour s'étendre ensuite à 36 centres. Le programme effectif a commencé en 1966; sa première étape s'inscrivait dans le cadre de la "Perspective Décennale du Développement". Au début de l'année 1968, l'éxécution du programme fut confiée à la Direction du Planning Familial du Ministère de la Santé Publique. Cependant, l'accroissement des activités de Planning Familial démontra rapidement l'inadéquation des structures de cette Direction et conduisit à la création, en 1971, de l'Institut National de Planning Familial et de la Protection Matemelle et Infantile. A caractère public, ce nouvel Institut était aussi placé sous la tutelle du Ministère de la Santé Publique. Devenu inadEquat à son tour, cet institut fut transformé en 1973, en "Office National du Planning Familial et de la Population" (ONFP), organisme également rattache au Ministère de la Santé Publique, mais ayant un caractère commercial et dote de la personnalité civile. Cet organisme regroupait les principales activités relatives à la planification familiale: activités médicales, activités 6ducatives, formation du personnel, recherches clinique et démographique etc. Il avait pour mission de traduire les objectifs démographiques du plan en objectifs de planning familial. Enfin, à partir d'aoflt 1984, l'Office National du Planning Familial et de la Population est devenu un "Office National de la Famille et de la Population "placé en première phase sous la tutelle du Ministère de la Famille et de la Promotion de la Femme puis, dans une deuxième phase, sous sa première tutelle, à savoir le Ministère de la Santé Publique. 8 Evolution des principales activités en matière de planification familiale: Le tableau 1.2 donne une id6e sur l'évolution des principales activit6s en matière de planification familiale r6alisées dans le secteur public durant la période 1964-1988. TABLEAU 1.2 EVOLUTION DES PRINCIPALES ACTIVITES DE L'ONFP EN MATIERE DE PLANIFICATION FAMILIALE DURANT LA PERIODE 1964-1988 Nouvel les acceptantes Nouvel- Total des les consul- contra- Avor- Année tat lons ceptrices* DIU Pi lule Condom Gelée LT tement 1964 12620 6160 1154 - 293 1965 39542 16672 12832 343 - 384 342 1966 41517 16176 12077 350 - - 766 1396 1967 51535 13600 9657 591 - - 742 1331 1968 67986 20432 9304 4780 - 1927 2246 1969 127700 31357 8696 7867 - 2513 2860 Cum.65-69 318280 98237 52566 13931 - - 6032 8175 Moy.annuel 6365 19647 10513 2786 - - 1206 1635 1970 184419 25362 9638 9959 2539 2705 1971 239916 40360 12381 11778 - - 2280 3197 1972 246675 43666 13250 12026 - 2459 4621 1973 273156 43840 16790 11194 8406 4237 4964 6547 1974 302015 50901 19084 10795 7432 3683 10757 12427 Cum.70-74 1246181 204128 71143 55752 15839 7920 22999 29497 Moy.annuel 249236 40825 14228 11150 7919 3960 4599 5899 1975 351322 58052 17307 16310 8678 4426 9896 16000 1976 429891 75323 20830 25987 11385 5100 8269 20341 1977 500957 86021 23879 27567 13125 5727 7987 21162 1978 525730 81194 26273 27017 12304 4674 8832 20999 1979 521933 72700 25755 23108 10442 4736 8141 19248 Cum.75-79 2329833 373290 114044 120489 55934 24663 43125 97750 Moy.annuel 465966 74658 22808 24097 11186 4932 8625 19550 1980 556207 76799 31792 21768 9938 6517 8460 20482 1981 627151 80854 40597 20137 9694 5968 8719 20718 1982 640356 77308 40400 18707 8613 3384 9564 21009 1983 658534 80391 43234 18073 7842 8285 9319 20347 1984 701143 86121 46005 19919 9168 12887 9315 20860 Cum.80-84 3183391 401473 202028 98604 48255 37041 45377 103416 Moy.annuel 636678 80294 40405 19720 9051 7408 9075 20683 1985 801497 96136 50699 21550 11368 16579 9638 21343 1986 923343 94931 54891 22386 13863 10513 10394 21913 1987 1029490 100897 61641 27028 14975 8336 14132 23072 198B 1171258 110047 67958 28731 15196 13542 13043 23348 Cum.85-88 3925588 402011 235189 99695 55402 48970 47207 89676 Moy.annuel 981397 100602 58797 24923 13850 12242 11801 22419 Cum.64-88 11015893 1485299 676124 388471 172430 118594 165033 328514 *Toute fBmme qui accepte pour la premiére fois une méthode contraceptive. Source: Service des Stat ist iques et d' ANalyse Il résulte de ce tableau que le nombre total de consultations est passé de 12.620 en 1964, ~ 41.517 en 1966, pour atteindre un peu plus d'un million en 1988. Par ailleurs, le nombre des nouvelles contraceptrices est passé de 6.110 en 1964 à plus de cent mille en 1988. Cet accroissement très sensible est le résultat d'une augmentation du nombre des acceptantes pour les trois méthodes principales, à savoir le dispositif intra-utérin, la pilule et la stérilisation féminine. Le DIU reste, malgré la concurrence des autres méthodes, la principale méthode anti- conceptionnelle en Tunisie, suivie de la pilule. La ligature des trompes n'a r6ellement pris de l'ampleur dans les activités du programme national qu'à partir de l'année 1974. Au niveau r6gional, les activités en matière de contraception sont inégalement réparties. Toutes méthodes confondues, les régions littorales sont celles qui ont le plus b6néficié du programme national de planification familiale durant les vingt-cinq demières années. Cela s'explique essentiellement par le meilleur profil socio-économique et culturel de ces r6gions et aussi par les avantages d'ordre logistique qu'on y trouve. Les trois quarts des femmes acceptantes d'une méthode contraceptive résident soit dans le district de Tunis, soit dans la région du Centre Est ou dans celle du Nord Est. Le Sud et surtout le Centre Ouest sont les r6gions les moins pénétrées par les activités de planification familiale. D'ailleurs, les données statistiques relatives à l'utilisation de la contraception, tir~es de l'Enquete Tunisienne sur la Pr6valence Contraceptive de 1983 font ressortir la persistance d'importantes disparités r6gionales. C'est ainsi que le taux de pratique contraceptive varie de 18 pour cent dans le Centre Ouest du pays, à 58 pour cent dans le district de Tunis. La mSme enquête a montté que le secteur public (différents centres du Ministère de la Santé Publique et les centres fixes ou mobiles de I'ONFP) assurait l'essentiel des activités de la contraception, alors que l'apport du secteur privé restait relativement modeste avec seulement vingt pour cent. Enfin, l'analyse de quelques caractéristiques démographiques des nouvelles contraceptrices fait ressortir une certaine tendance à la baisse de la parité ainsi qu'un rajeunissement de cette catégorie de population. C'est ainsi que le nombre moyen d'enfants vivants au moment de l'acceptation était de 3,65 en 1986 contre 4,15 en 1974-1976. L'ãge moyen des contraceptrices était, quant à lui, de 29,9 ans en 1986 contre 30,3 ans en 1974-1976. Ainsi, si l'/ige est resté relativement stable, la parité a, par contre, enregistr6 une baisse non négligeable. Les femmes viennent, donc, à la contraception, dans une situation de fécondité plus faible qu'avant. C'est dans ce contexte général, dont nous avons essayé de rappeler les principales caractéristiques sur les plans géographique et historique, en mettant l'accent sur l'évolution démographique du pays et sur la politique de planification familiale, qu'a été r6alisée en 1988 l'EnquSte Démographique et de Santé en Tunisie. 10 CHAPITRE II ORGANISATION ET METHODOLOGIE DE L'EDS Rédigé par H. Fourati et T. Aloui 2.1 CADRE INST ITUT IONNEL ET PERSONNEL DE L 'EDS Introduction Le travail sur le terrain de l'Enquête Démographique et de Santé en Tunisie a été entrepris entre juin et octobre 1988 par l'Office National de la Famille et de la Population avec l'assistance technique de l'"Institute for Resource Development" (IRD) des Etats-Unis dans le cadre du programme "Demographic and Health Surveys" (DHS). L'assistance financière pour l'exécution de cette étude nationale a été fournie par l'Agence pour le Développement International des Etats-Unis (USAID). Objectifs L'Enquéte Démographique et de Santé en Tunisie qui entre dans le cadre du programme d'études et d'évaluation de l'Office National de la Famille et de la Population vise essentiellement les objectifs suivants: 1. Recueillir les données à l'échelle nationale et régionale qui permettent de calculer les taux démographiques particulièrement les taux de fécondité et de mortalité des enfants. 2. Analyser les facteurs qui déterminent les niveaux et les tendances de la fécondité et de la mortalité infantile et juvénile. Connaître également les causes de la mortalité infantile, inconnues jusqu'ici en Tunisie et dont la connaissance est d'une importance cruciale pour une action sanitaire efficace dans ce domaine. Les indicateurs liés à ces deux phénomènes démographiques aideront aussi les planificateurs lors de l'élaboration des plans de développement économique et social. 3. Mesurer les niveaux de connaissance et d'utilisation des moyens contraceptifs par méthode, région et secteur (public et privé), évaluer la disponibilité des méthodes contraceptives, connai'tre les raisons de non-utilisation de la contraception, définir et estimer la pratique potentielle future et comparer l'évolution des taux d'utilisation contraceptive à travers I'ETF (1978), I'ETPC (1983) et I'EDS (1988), et mesurer l'efficacité de la contraception en estimant les taux d'échec et les niveaux de la fécondité non- désirée. 4. Mesurer l'impact du programme de marketing social du projet Planning Familial et Développement de Population sur l'utilisation de la contraception dans le pays, et particulièrement l'évolution de la pratique contraceptive dans le secteur privé. 5. Recueillir des données de qualité sur la santé familiale: vaccination, niveau et traitement de la diarrhée chez les enfants de moins de cinq ans, visites prénatales et assistance à l'accouchement, allaitement maternel et mesures anthropométriques des enfants de moins de trois ans pour l'étude de leur état nutritionnel. 6. Enfin, développer à I'ONFP les capacités et les ressources nécessaires pour la réalisation périodique d'enquêtes démographiques et de santé. Par ailleurs, l'enquête s'insère dans le cadre d'un projet international touchant près de 35 pays de par le monde. Les données disponibles se prêtent 11 facilement aux comparaisons intemationales et les chercheurs s'intéressant aux études de population peuvent trouver dans cette enqu8te une mine de données inépuisable. Cadre de direction et personnel d'enquête La direction nationale de I'EDS a été assumée par le Professeur Hédi M'Henni, Président Directeur Génæral de l'Office. Quant à la direction technique et à la supervision des travaux de l'enqu&e, elles ont été confiées depuis le commencement jusqu'à la publication du présent rapport, à Messieurs Habib Fourati et Touhami Aloui, respectivement Chef de Service de la Recherche et de l'Evaluation et Chef de Service des Statistiques et d'Analyse. Au niveau national, trois consultants ont participé à l'analyse des trois chapitres suivants: Chapitre V: Chapitre VIII: Chapitre IX: Fécondité Mortalité infantile Santé de la mère et de l'enfant Mr. Chedli Trifa Mr. Mahmoud Seklani Dr. Slah Meddeb a contribuè à l'analyse l'enfant de ce chapitre avec le Prof. Hédi M'Henni Sur le plan international, Mr. Mohamed Ayad, expert et Docteur en démographie, a collabor~ durant toute la durée de l'enquête avec I'ONFP en tant que coordonnateur régional, représentant le projet DHS. Il a contribué à l'analyse par la rédaction du chapitre Vil relatif au préférences en matière de fécondité. En outre, Dr. Chris Scott, statisticien, expert en matière de sondage a supervisé l'opération de tirage de l'échantillon de I'EDS avec la contribution des cadres de l'Institut National de la Statistique et des co-directeurs de l'EDS-Tunisie. Enfin, Mr. Bilan Taaffe, informaticien, a contribué å l'installation du logiciel ISSA (Integrated Systems for Survey Analysis) fourni par IRD dans le cadre du projet DHS, ~ la formation des deux programmeurs nationaux sur l'utilisation de ISSA et ~ l'apurement des données de l'enquete. Enfin, Mr. Guillermo Rojas, également informaticien a préparé le fichier standard de I'EDS- Tunisie et les tableaux de ce rapport. Par ailleurs, plus de soixante personnes, qui ont participé à une ou plusieurs phases de I'EDS, ont travaillé sous la supervision et l'administration générale des co-directeurs techniques de l'enquête. Ce personnel se répartit comme suit: 10 contr01eurs/ses 19 enqu8teuses 8 assistantes 5 agents de contrõle 4 agents de saisie 2 programmeurs 1 informaticien 1 secrétaire 2 dactylographes 1 archiviste 1 dessinatrice 9 chauffeurs L'organigramme dans l'Annexe A illustre clairement l'organisation de l'EDS-Tunisie. Calendrier des activités Les principales activités de I'EDS ont été exécutées selon le calendrier suivant: 12 ACTIVITES Conception des grandes lignes de l'enquête Constitution des dossiers techniques pour l'échantillonnage et préparation du plan de sondage Préparation et développement des questionnaires Recrutement et formation du personnel de contr61c et de saisie Reconnaissance du terrain, délimitation des grappes et enquête sur la communauté Pré-enquête et mise au point finale des documents de l'enquête Formation du personnel de terrain et de saisie Travail sur le terrain Vérification, saisie et apurement des données Préparation du rapport préliminaire Tabulation, analyse et préparation du rapport principal Première ébauche du rapport principal Lecture et révision du rapport principal Publication et diffusion du rapport Séminaire national 2.2 ECHANTILLONNAGE DATES juin-juillet 1987 octobre-novembre 1987 octobre-décembre 1987 décembre 1987 janvier-février 1988 mars-avril 1988 mai-juin 1988 juin-octobre 1988 juillet-novembre 1988 décembre 1988 janvier-mars 1989 avril-mai 1989 juin-juillet 1989 aofit-sept. 1989 octobre 1989 L'échantillonnage de l'EDS-Tunisie est conforme aux recommandations du programme DHS; il est stratifié (trois degrés), auto-pondéré et représentatif de la Tunisie entière. La base de sondage de cette enquête est constituée par les districts de l'Enqu&e Emploi menée en 1987 par l'Institut National de la Statistique (INS). Cette dernière est un sous-échantillon de districts de l'échantillon-mal'tre (EM) développ6 par FINS en 1986 pour les besoins de ses enquStes (emploi et consommation) post-censitaires. L'échantillon-mai'tre est constitué par 1300 districts tirés par sondage systématique avec des probabilités proportiormelles à la taille des ménages de chaque district du dernier recensement de 1984. L'intérêt du sous-échantillon de l'Enquête Emploi repose sur le fait que chacun des 655 districts tirés a été, par la suite, divisé en deux ou trois grappes. Rappelons qu'une grappe est une aire géographique bien délimitée sur le terrain comptant le tiers de la taille du district en milieu urbain et en agglomérations principales et la moitié du district en milieu rural. Pour les besoins de l'EDS-Tunisie, nous avons tir6 156 grappes: 107 en milieu urbain et 49 en milieu rural. Tous les ménages qui résidaient dans les grappes sélectionnées ont été visités. 13 Au total 6264 ménages ont été identifiés parmi lesquels 495 ont été impossibles à contacter soit parce que le logement était inhabité, soit parce que le logement était démoli. De ce fait, les ménages effectivement enqu~tés se sont réduits à 5769 dont 5645 ont été enquêtés avec succès, soit un taux de réponse de 97,9 pour cent. Les interviews de ménages complétées ont permis d'identifier 4419 femmes éligibles ågées de 15- 49 ans et non-célibataires (résidentes et visiteuses), dont 4224 ont ét~ interviewées avec succès, ce qui donne un taux de réponse de 95,6 pour cent. Pour les besoins de l'analyse, nous nous limitons à la population des femmes non-célibataires (4184) ayant passé la nuit précédant l'interview dans le ménage. Le rapport détaillé sur l'échantillonnage et les taux de réponse de l'EDS-Tunisie est présenté dans l'Annexe A. 2.3 QUEST IONNAIRE Préparation et mise au point du questionnaire Le questionnaire de base (modèle "A" conçu pour les pays à prévalence contraceptive élevée du programme DHS) a servi de document de travail et de charpente pour la préparation du questionnaire de l'EnquEte Démographique et de Santé en Tunisie. Le questionnaire a ~té adapté aux réalités socio- économiques et démographiques du pays. Ainsi, quelques modifications de base ont été apportées au questionnaire initial aussi bien lors de sa préparation qu'aprés l'analyse des résultats fournis par la pré- enquEte. Leur but était de faire de ce questionnaire un outil qui puisse mieux correspondre aux réalités propres de la Tunisie. Comme il s'agit d'un pays où les différences linguistiques inter-régionales sont négligeables, la traduction de ce questionnaire en arabe dialectal tunisien n'a pratiquement posé aucun problème quant à sa compréhension par les personnes intérrogécs. Le questionnaire a été testé dans le cadre de la pré-enquête durant la dernière semaine du mois d'avril 1988. Trois équipes comprenant 13 personnes ont été formées pendant deux semaines et ont pris part à cette opération. Presqu'une centaine de femmes ont été interview~es à Tunis (milieu urbain), au Kef et à Zaghouan (milieu rural) au cours de la pré-enquête. Schéma final du questionnaire Deux volets principaux composent le questionnaire de cette enquête: Le questionnaire ménage Le questionnaire individuel Questionnaire/Feuille de ménage: Le questionnaire ménage consiste en un groupe de questions relativement simples qui sont posées à chaque résident habituel du ménage-échantillon et à toute autre personne ayant passé la nuit précédant le jour de l'interview dans ce ménage: nom et prénom, lien de parenté avec le chef de ménage, situation de résidence, sexe et åge. Ces questions, à application générale, sont suivies d'autres qui s'adressent à deux sous- populations. La question sur l'état matrimonial est posée aux personnes ~gées de 15 ans ou plus, et les questions sur la scolarisation et le niveau d'instruction sont adressées aux femmes ågées d'au moins 15 ails. Le questionnaire ménage sert ~ foumir les dénominateurs pour le calcul de certains taux et indices comme le taux de fécondité générale, l'indice synthétique de fécondité et l'åge au premier mariage d'une 14 part et à identifier les femmes éligibles d'autre part. Cette identification a été opérée selon les trois critères suivants: • 8tre femme non-célibataire (mariée, veuve, divorcée ou séparée); • être ågée entre 15 et 49 ans révolus; enfin, avoir passé la nuit précédant le jour de l'interview dans le ménage sélectionné quel que soit le statut de résidence. B. Le questionnaire individuel: Le questionnaire individuel est utilisé pour collecter les données parmi les femmes éligibles. Ce questionnaire comprend les huit sections suivantes: Section 1: Caractéristiques socio-démographiques de la femme Cette première section comprend 23 questions qui portent sur: le lieu de résidence, la disponibilité d'un bulletin de naissance ou d'une pièce d'identité portant la date de naissance de la femme, l'åge de l'enquêtée, la scolarisation, l'alphabétisation, les habitudes médiatiques et les conditions d'habitat. Section 2: Nuptialité Dans cette deuxième section de 15 questions, nous avons recueilli des informations sur l'état matrimonial de la femme, l'état de survie des parents des deux conjoints, la cohabitation avec ces parents et enfin le lien de parenté du couple. Section 3: Fécondité et mortalité des enfants Les 28 questions de cette troisième section portent sur: l'historique des naissances de tous les enfants (encore vivants ou décédés) de chacune des femmes interview~es, l'~rat de grossesse actuelle et les demières règles. Section 4: Contraception Cette section qui comprend 51 questions s'intéresse à la connaissance spontanée et non spontanée des méthodes de planification familiale (modemes, naturelles et traditionnelles), å l'utilisation passée, actuelle et future des méthodes de contraception, à l'identification de l'apport du secteur public et privé, ~t la perception des problèmes de contraception et aux raisons de la non utilisation de la planification familiale. Elle comporte également trois questions sur l'information en matière de contraception véhiculée par la radio et la télévision. Section 5: Santé et allaitement Cette cinquième section de 49 questions est consacrée à la santé de la mère et de l'enfant, y compris les visites prénatales l'allaitement au sein, la durée d'aménorrhée, la vaccination des enfants, la fréquence et le traitement de la diarrhée et la morbidité des enfants ågés de moins de cinq ans. Section 6: Préférence en matière de fécondité Cette section contient 9 questions qui permettent d'obtenir des renseignements sur la préférence de la femme enqugt6e en matière de fécondité, tel que le désir d'avoir des enfants et le nombre d'enfants supplémentaires désirés. 15 Section 7: Caractéristiques du mari et activité professionnelle de la femme Dans cette section, nous avons posé aux femmes 16 questions portant sur les caractéristiques socio-professionnelles du (demier) mari et sur l'historique de l'activité professionnelle de la femme. Section 8: Mesures anthropométriques Cette dernière section permet de donner des informations sur l'état nutritionnel des enfants/lgés de 3 à 36 mois et ce, gråce aux mesures du poids, de la taille et du périmètre brachial. 2.4 ORGANISAT ION ET EXECUTION DE L 'ENQUETE SUR LE TERRAIN Recrutement et formation du personnel de terrain Une cinquantaine d'agents de terrain ont ~té sélectionn6s' pour suivre le stage de formation. Les candidats ont été recrutés parmi les cherheurs d'emploi ayant déposé des demandes de travail, soit à I'ONFP, soit à l'Office de l'Emploi et de la Formation Professionnelle. Près d'une dizaine de candidats ont pu être recrutés parmi les anciens agents de l'Enquête Tunisienne sur la Prévalence Contraceptive de 1983. La formation pour l'enquête proprement dite a dur~ quatre semaines du 2 au 31 mai 1988 avec la participation de treize contréleurs, cinq agents de saisie et vingt-huit candidates pour les postes d'enquêteuses ou d'assistantes et a porté principalement sur les sujets suivants: La politique démographique de la Tunisie; Missions et objectifs de I'ONFP; La reproduction humaine et les méthodes de planification familiale; L'étude des sujets liés à la santé f~nniliale; Objectifs et méthodologie de I'EDS; Echantillonnage de I'EDS; Les techniques d'enquête; Taches du contrôleur; Taches de l'enquêteuse; Etude minutieuse du questinnnairc; Interviews simulées avec utilisation des magnétophones et séances pratiques sur le terrain. Afin d'atteindre l'efficacité maximale du travail sur le terrain, la formation des agents s61ectionnés a ~te assurée par des instructeurs de différcntes disciplines (démographe, statisticien, pédiatre, nutritiormiste, etc.). Un demier test effectué à l'issue du stage de formation a permis de retenir 37 candidats pour le travail de terrain (10 contrõleurs, 19 enquêteuses et 8 assistantes chargées des mesures anthropométriques). Collecte des données Au total, huit équipes ont pris part au travail sur le terrain, comprenant chacune un ou deux contr61eurs, deux à trois enquêteuses, une assistante et un chauffeur. Dans la plupart des cas, des arrangements ont été pris pour garantir l'hébergement des équipes dans les différents centres régionaux de I'ONFP. L'ensemble des documents de l'enquête (dossiers techniques, croquis des grappes échantillons, questionnaires, manuels, feuilles d'enregistrement et de contr61e, cartes d'enquêteuses, lettres 16 d'introduction, etc.) et du matériel nécessaire (balances, toises et mètres à ruban, etc.) ont été préparés à l'avance et mis à la disposition des équipes. Les opérations pratiques surle terrain ont duré quatre mois (du 10juin au 18 octobre 1988). Les différentes équipes chargées de la collecte étaient divisées en deux groupes encadrés et supervisés chacun par l'un des co-directeurs techniques durant toute la période du travail de l'enquête. Plusieurs séances de travail ont été tenues avec chaque équipe, surtout au cours des premières semaines de travail sur le terrain, dans le but de renforcer la formation reçue et de corriger toute erreur détectée lors des activités sur le terrain. Cette approche a sflrement contribué ~ améliorer de façon significative les performances des équipes et notamment la qualité des données recueillies. Le contrEle de qualité des données a ~té assuré en partie par le contrEleur. Ce contrOle consiste à revoir les questionnaires remplis dans les 24 heures qui suivent les interviews. Par ailleurs, toutes les équipes ont bénéficié là où elles ont travaillé de l'appui moral et logistique des responsables régionaux et locaux du Ministère de l'Intérieur, de la Santé Publique et notamment du personnel régional de I'ONFP. 2.5 EXPLOITAT ION DES DONNEES L'opération d'exploitation des donnEes a été effectue en quatre grandes phases: Réception et classement des questionnaires Tous les questionnaires remplis et contrElés sur le terrain ont été envoyés par les contr61eurs au siège central de I'ONFP (Direction de la Population) à Tunis régulièrement une fois tous les quinze jours où, après contrEle d'exhaustivité, ils étaient classés par gouvemorat dans une salle aménagée à cet effeL Cette première phase a commencé quinze jours après le début du travail sur le terrain et a dur~ environ quatre mois. Vérification Cette deuxième phase effectuée par un groupe de contrOleurs ayant suivi le stage de formation était consacrée à une vérification manuelle des données de chaque questionnaire. La vérification était axée sur la vraisemblance et la cohérence des résultats, les filtres et l'application rigouœeuse des instructions. Cette deuxième étape de l'exploitation des données, menée paraUèlement à la réception et au classement des questionnaires, a ~tf d'une grande efficacité pour améliorer encore le contrSle de qualité des résultats recueillis. Saisie des données L'opération de saisie des données sur diskettes a ~té effectuée à I'ONFP directement sur les trois micro-ordinateurs (de type IBM-XT) fournis par le programme DHS. La saisie des données a êt6 effectuée par une équipe de quatre agents. Elle a commencé le 29 juillet et a pris fin le 22 octobre 1988. Dans l'ensemble, le rendement des quatre agents de saisie a ét~ satisfaisant et les erreurs de saisie ont été très limitées. 17 Traitement informatique Le traitement des données de l'EDS-Tunisie a été effectué en deux étapes à I'ONFP. La première étape a été consacrée à l'apurement des données grace au logiciel ISSA (Integrated Systems for Survey Analysis) que I'IRD a mis å la disposition de I'EDS. Cette approche jointe au contréle manuel des données à partir des marginaux des questionnaires a permis de détecter rapidement plusieurs erreurs d'incohérence. Il a fallu en général trois passages pour nettoyer le fichier de l'EDS-'Punisie. Aprés l'apurement des données, les dates des événements qui n'ont pas été enregistrées dans le questionnaire (date de naissance de la femme, date de son premier mariage, date de naissance des enfants et åges au décès des enfants décédés) ont été imput6es. Toutefois, les proportions de réponses impur~es sont extr~mement faibles: deux à cinq pour cent des cas. La premièoe bande nettoyée contenant les données brutes des questionnaires (ménages et individuels) a été produite à la fin du mois de décembre 1988. A la suite de cette dernière version, une série de vérification supplémentaire a ~té appliquée à r"lnstitute for Resource Development" pour s'assurer définitivement de la cohérence globale des données. La deuxième étape a été consacrée à l'exécution du programme de tabulation. Une grande partie des tableaux préliminaires était déjà disponible fin octobre. La tahulation des résultats définitifs a eu lieu au mois de janvier 1989. Le m~me programme ISSA a été utilisé pour la sortie des jeux de tableaux qui ont servi soit à l'analyse préliminaire, soit à la sortie du rapport principal. 1 Les éléments qui ont déterminé le profil des agents sélectionnés ont été les suivants. • niveau minimum d'instruction: baccalauréat. • privilégier les candidats ayant une expérience dans le domaine des enquêtes et recensements • enfin, limiter l'åge du candidat å un minimum de 20 ans. 18 CHAPITRE III CARACTERISTIQUES DE BASE DE L'ECHANTILLON Rédigé par H. Fourati Bien que ce chapitre soit consacré principalement à l'examen de certaines variables de base des femmes interview~es avec succès, il aborde également quelques caractéristiques démographiques des personnes recensé, es dans le cadre de l'enquête ménage. 3.1 ENQUETE MENAGE L'enquête ménage a permis d'identifier avec succès 5645 ménages dans lesquels 30.453 personnes rêsidentes de fait ont ~té recensêcs. Ceci donne une taille moyenne de l'ordre de 5,6 personnes par ménage, qui est très proche de celle de 5,5 estimée par le dernier recensement de 1984. La répartition par sexe de la population de l'échantillon est à peu près équilibrée. En effet, l'enquête ménage donne un rapport de masculinité de 1013 hommes pour 1000 femmes. Ce résultat est légèrement inférieur aux donn6es du recensement de 1975 qui était de 1034 et de celui de 1984 qui était de 1038. La structure par âge de la population des ménages de I'EDS est typique d'une population jeune dont la pyramide épouse une forme triangulaire à base relativement large, reflétant des niveaux de fécondité et de mortalité infanto-juvénile encore dlevés comme l'indiquent le tableau 3.1 et le graphique 3.1. 11 est à noter que l'examen de la structure par åge et de la pyramide de I'EDS permet de déceler deux irrégularités qui affectent les groupes d'âge 40-49 ans et 50-54 ans. En ce qui conceme le retrécissement du groupe 40-49 «ms, I'EDS ne fait que confirmer le creux dêjà observé parmi les générations nées entre 1940 et 1946. Ces deux cohortes ont été particulièrement affectées par les épidémies (typhus et fièvre typhoïde) qui ont sévi dans le pays au début des années 40, d'une part, et par la baisse de la nuptialité caus6e par la seconde guerre mondiale d'autre part. Ce phénomène de générations creuses a ét~ retrouvé dans les cinq derniers recensements et observé parmi les personnes âg6es de 0-4 ans en 1946, de 10414 ans en 1956, de 20-24 ans en 1966, de 30-34 ans en 1975 et d'une façon plus nette parmi les personnes figées de 40-44 ans en 1984. Quant à la dissymétric en faveur de la population féminine à 50-54 ans, elle est due notamment au sous-enregistrement volontaire par les enquêteuses des femmes éligibles dans le groupe d'/ige 45-49 ans (en vue de réduire le nombre d'interviews) par les enquêteuses. La comparaison des résultats mentionnés dans le tableau 3.2, montre un léger vieillissement de la population au cours des vingt dernières années. En effet, la proportion des jeunes de moins de 15 ans, qui était de 46,6 pour cent en 1966, est passée à 39,6 pour cent en 1984 et à 38,8 pour cent en 1988. Parallèlement, la part des personnes âgées de 60 ans et plus s'est légèrement accrue en passant de 5,4 pour cent en 1966 à 6,7 pour cent en 1984 et à 7,5 pour cent en 1988. Ce léger vieillissement de la population s'explique essentiellement par la baisse de la fécondité et de la mortalité observée dans le pays au cours des vingt dernières ann6es. 19 TABLEAU 3.1 ÆEARTIT ION (EN %) DE LA POPULATION RESIDENTE SELON LE GROUPE D'AGE ET LE SEXE, EDS, TUNISIE, 1988 Populat ion mascul ine Populat ion féminine Ensemble* Grogpe d'åge Effect i f % Effect i f % Effect i f % 0-4 2181 6,93 2133 6,78 4314 13,72 8-9 2093 6,65 2008 6,38 4101 13,04 10-14 1930 6,14 1861 5,92 3791 12,05 15-19 1659 5,27 1683 5,35 3342 10,63 20-24 1557 4,95 1573 5,00 3130 9,95 25-29 1210 3,B5 1231 3,91 2441 7,76 30-34 1059 3,37 1052 3,34 2111 6,71 35-39 770 2,45 822 2,61 1592 8,06 40-44 537 1,71 611 1,94 1148 3,65 45-49 545 1,73 456 1,45 1001 3,18 50-54 573 1,82 643 2,04 1216 3,87 55-59 463 1,47 437 1,39 900 2,86 60-64 408 1,30 444 1,4] 852 2,71 65-69 276 0,88 254 0,8I 530 1,69 70-74 268 0,85 213 0,68 481 1,53 75-79 145 0,46 94 0,30 239 0,76 80 et + 153 0,49 iii 0,35 264 0,84 Total 15.827 50,32 15.626 49,68 31.453 I00,00 *La populat ion résldente regroupe les résidents présents et les résidents absents. Graphique 3.1 Pyramide des Ages de la Population Résidente 80+ 75-79 70-74 65-69 60-64 55-59 50-54 45-49 40-44 35-39 30-34 25-29 20-24 15-19 10-14 5-9 0 -4 Sexe masculin E E E Sexe f6minin ~\\\\\\\\\\\\\\\\\\\~ ~\\\\\\\\\\\\\\\\\\%1 ~\\\\\\\\\\\\\\\\\\\~ ~\\\\\\\\\\\\\\\\\\\~ ~\\\\\\\\\\\\\\\\\\\~ ~\\\\\\\\\\\\\\\\\\\~ ~\\\\\\\\\\\\\\\\\% ~\\\\\\\~\\\\\\\\\\~ 16 14 12 10 6 6 4 2 0 2 Pourcentage 4 6 8 10 12 14 16 EDS-Tunisie 1988 20 TABLEAU 3.2 REPARTITION (EN %) DE LA POPULATION KESIDENTE SELON LE GROUPE D'AGE AUX TROIS DERNIERS RECENSEMENTS ET A L'EDS, EDS, TUNISIE, 1988 Recenssment Tranche d'åge 1966 1975 1984 EDS-1988 Moins de 15 ans 46,3 43,8 39,6 38,8 15-59 ans 48,1 50,2 53,7 53,7 60 ans et + 5,6 6,0 6,7 7,5 Age m6d±an (ans) 16,8 17,7 19,3 19,3 3.2 ENQUETE INDIV IDUELLE L'EDS a permis de recueillir pour toutes les femmes interview~es avec succès, qui sont au nombre de 4184, plusieurs caractéristiques socio-démographiques et géographiques de base. Dans la deuxième partie de ce chapitre, nous allons essayer d'examiner certaines variables explicatives, qui serviront dans les chapitres subséquents de critères de classification. Les variables explicatives retenues sont les suivantes: lqige de la mère; la nature du lieu de résidence; la région de résidence; la profession du mari; et le niveau d'instruction. Notre analyse sera renforcée par la comparaison des résultats de I'EDS (1988) avec ceux de I'ETF (1978) et de I'ETPC (1983). La distribution de l'ensemble des femmes non-célibataires de l'échantillon pour chacune des cinq variables mentionnées est présentée dans le tableau 3.3. Structure par åge Dans l'étude des phénomènes de population, l'age est une variable explicative de première importance et son influence sur les attitudes et événements socio-démographiques n'est plus à démontrer. De ce fait pendant l'interview, un soin particulier a ét~ accordé aux questions relatives å l'estimation de l'åge des enquêtées. L'enquêteuse essaie d'abord d'obtenir de la femme interviewée un document officiel tels que le livret familial, le bulletin ou l'extrait de naissance, la carte d'identité nationale, le passeport etc., d'où elle relève la date de naissance complète de l'enquétée et l'enregistre sur le questionnaire (Q108). En cas d'impossibilité d'obtenir un document fiable, eUe demande à la femme le mois et l'année de sa naissance (Q109). A la question 110, on demande å toutes les femmes éligibles leur age en années révolues, et s'il s'avère, encore une fois, qu'il y a des femmes qui ne le connaissent pas, l'enquéteuse est alors appelée ~ estimer elle-même cet age. L'estimation de l'åge de la femme est basée sur des 6vénements importants touchant la vie de l'intéressée (date de mariage, ~lge du fils ou de la fille ainé(e), etc.). D'après les données de I'EDS, 81 pour cent de toutes les femmes de l'enquéte individuelle ont fourni une date de naissance complète, soutenue par un document souvent fiable; 17 pour cent ont déclaré leur date de naissance sans document et 1,5 pour cent ont donné leur/lge. Le recours à l'estimation de l'åge de l'enquêtée ne s'est fait que dans 0,5 pour cent de cas. 21 TABLEAU 3.3 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES ET DIFFERENTES ENQUETES, EDS, TUNISIE, 1988 Caracter is- ETF, 1978" ETPC, 1983 ~ EDS, 1988 t iques socio-d~mo- graphiques Effect i f % Effect i f % Effect i f % Age 15-19 130 3,2 33 1,5 65 1,6 20-24 643 15,6 206 9,1 542 13,0 25-29 772 18,7 432 19,1 858 20,5 30-34 683 16,5 458 20,3 950 22,7 35-39 685 16,6 392 17,3 758 18,1 40-44 696 16,9 379 16,8 570 13,5 45-49 514 12,5 360 15,9 441 10,5 Mi l ieu Urbain 1979 48,0 1173 51,9 2462 58,8 Rural 2144 52,8 1078 48,1 1722 41,2 R~gion Tunis 767 18,6 419 18,5 772 18,5 Nord Ouest 590 14,3 287 12,7 728 ]5,5 Nord Est 569 13,8 371 16,4 648 ]7,4 Centre Ouest 5~'~ 14,0 385 13,5 608 14,5 Centre Est 998 24,2 539 23,8 776 18,5 Sud 622 15,1 339 15,9 654 15,6 Instruct ion Aucune 3183 77,2 1571 69,5 2372 56,7 Pr imaire 668 16,2 506 22,4 1382 31,1 Secondaire ou + 272 6,6 183 8,1 510 12,2 Profession du mari Sans act iv i te 306 7,4 122 5,4 122 2,9 Cadres sup./prof. l ib. 239 5,8 133 5,9 341 8,2 Pers. adminis. 182 4,4 144 6,4 387 9,2 Pers. commerce 211 5,2 131 5,8 317 7,6 Agr iculteurs 702 17,0 147 6,5 289 6,9 Ouvriers agric. 1513 36,7 753 33,3 360 8,6 Ouvr iers qualif. 632 15,3 411 18,2 563 ŒE3,• Autre pers . /serv ice 239 5,8 127 5,6 229 5,5 Ouvrier non qual. 99 2,4 181 8,0 1524 36,4 Autres iii 4,9 32 0,8 Total 4123 I00,0 2260 1OO,0 4189 1O0,0 aEnqu~te Tunis ienne su~ la 1982. ~Enqu~te Tunis ienne sur la ONFP, Tunis, juil let 1985. Fécondité, 1978, p.46, ONPFP, Tunis, dénembre Prévalence de la Contraceptlon, 1983, p.37, 22 Comme le Æontre le tableau 3.3, la distribution par /lge des femmes non-célibataires croit constamment jusqu'å 35 ans, puis accuse une tendance ~ la baisse. Le groupe d'/lge modal est 30-34 ans avec une proportion de 22,7 pour cent, suivi des groupes d'[lge 25-29 ans (20,5 pour cent) et 35-39 ans (18,1 pour cent). Par rapport à I'ETF, la distribution est plus régulière au niveau des groupes d'/lge 35-39 ans et 45-49 ans pour lesquels les pourcentages observés en 1978 6taient respectivement de 16,6 pour cent et 12,5 pour cent. Mais par rapport å I'ETPC de 1983, la répartition semble moins régulière en particulier au niveau des deux derniers groupes d'åge 40-44 ans et 45-49 ans où les pourcentages dans I'EDS ont atteint respectivement 13,6 pour cent et 10,5 pour cent. La hausse du pourcentage des femmes non- célibataires ågées de 20-24 ans entre 1983 et 1988 est å noter et ne peut etre définitivement expliquée å ce stade de l'analyse. Les changements intervenus ces demières années dans la structure de la nuptialité en Tunisie pourraient être à la base de cette différence. Nature du lieu de résidence Les définitions de l'urbain et du rural utilisées par I'EDS sont celles adoptées par l'Institut National de la Statistique. Le milieu rural en Tunisie est défini par opposition au milieu érigé administrativement en commune (municipalité). Les résultats de I'EDS montrent que 58,8 pour cent de la population de l'échantillon résident en milieu urbain contre 41,2 pour cent en milieu rural. L'écart entre les données de I'EDS et celles de I'ETPC de 1983 et de I'ETF de 1978 est vraisemblablement dt à l'extension des périmètres communaux et notamment à la ctéation de nouvelles communes durant les dix demières années. En effet, au cours des premiers mois de 1985 et avant les dernières élections municipales de la même année, 75 communes ont été créées ce qui a porté leur nombre de 170 le 30 mars 1985 à 245 actuellement. Région de résidence A l'instar des auteurs des rapports de I'ETF de 1978 et de I'ETPC de 1983 et afin de permettre des comparaisons avec les résultats de ces deux enquStes, nous retiendrons pour les besoins de l'analyse spatiale les mêmes six grandes régions. Ces régions qui sont g6ographiquement contiguës groupent chacune en moyenne quatre gouvemorats. La région de Tunis englobe les gouvernorats actuels de Tunis, Ariana et Ben Arous, c'est-g-dire qu'elle correspond à ce qu'on appelle le District de Tunis. Le Nord Est comprend les gouvernorats de Bizerte, Zaghouan et Nabeul. Les gouvemorats de Béja, Jendouba, Le Kef et Siliana constituent la région du Nord Ouest, tandis que ceux de Kasserine, Kairouan et Sidi Bouzid composent celle du Centre Ouest. Le Centre Est (Sahel) regroupe les gouvemorats de Sousse, Monastir, Mahdia et Sfax. Enfin, la région du Sud englobe les six gouvemorats restants, à savoir Gafsa, Tozeur, Kebili, Gabès, Medenine et Tataouine. Au niveau des caractéristiques et des spécificités de chacune de ces régions, nous retenons tout simplement que Tunis, le Nord Est et le Centre Est sont les régions les plus peuplées, les plus urbanisées et les plus industrialisées. Le Centre Ouest et le Sud ont les populations les plus jeunes du pays et sont les plus défavorisées géographiquement et économiquement. Enfin, le Nord Ouest est la région agricole par excellence. Elle occupe un grand nombre de salariés agricoles et est la plus déficitaire sur le plan migratoire interne. La répartition régionale de la population de l'échantillon de I'EDS telle qu'elle apparaît au tableau 3.3 est marquée par un important déséquilibre spatial avec une forte concentration sur les cotes. En effet, les deux régions du Centre Est et de Tunis viennent en première position avec chacune 18,5 pour cent des femmes enquêtées, suivies de très près par la région du Nord Est avec 17,4 pour cent. Les régions du Sud, du Nord Ouest et du Centre Ouest qui abritent chacune près de 15 pour cent des femmes occupent la dernière place. Ainsi, les gouvemorats c6tiers de Tunis (Tunis, Ben Arous et Ariana), du Nord Est (Bizerte et Nabeul), et du Centre Est (Sousse, Monastir, Mahdia et Sfax), groupent près de la moitié des 23 femmes interview~es et occupent seulement 14 pour cent de la superficie totale du pays. Inversement, les six gouvemorats de la région du Sud (Gafsa, Gabès, Medenine, Tozeur, Tataouine et Kebili) qui couvrent les deux tiers du territoire n'abritent que 15 pour cent des femmes. Par rapport aux deux enquêtes précédentes, on relève une nette évolution en faveur du Nord Est. Ainsi, de 13,8 pour cent en 1978 son poids est passé à 16,4 pour cent en 1983 et à 17,4 pour cent en 1988. Cependant, le Centre Est, est la région qui a le plus perdu d'importance (24,2 pour cent en 1978 contre 18,5 pour cent en 1988). Les régions de Tunis, du Centre Ouest et du Sud ont vu les pourcentages de leurs effectifs inchangés. Profession du mari Nous avons posé aux femmes mari~es une question concemant la profession exercée par leur mari au moment de l'enquête ou, le cas échéant, son dernier emploi. Pour les veuves, divorcées ou séparées, on a demandé l'emploi exercé par leur dernier mari. Il est à noter, que pour permettre toute comparaison avec d'autres sources de données, les catégories socio-professionnelles utilisées dans I'EDS ont été al~finies conformément aux normes à la fois nationales et internationales et s'inspirent de celles établies par I'ETF de 1978 et I'ETPC de 1983. Les résultats obtenus dans le tableau 3.3 montrent que près de la moitié (soit 50,3 pour cent) des époux travaillent comme ouvriers et sont en majorité des ouvriers qualifiés. Environ 17,4 pour cent sont cadres supérieurs et moyens. Les autres catégnries socio-professionnelles représentent chacune 5 à 8 pour cent de l'échantillon. Les matis ch6meurs et ceux qui n'ont jamais travaillé représentent 3,7 pour cent. Niveau d'instruction et degré d'alphabétisation Nous avons recueilli dans le cadre de I'EDS des informations détaillées sur le niveau d'instruction et le degré d'aiphabétisation des personnes interrogées. Au niveau de l'éducation, la question posée dans l'enquête individuelle avait pour but de savoir quel était le niveau ou le cycle d'enseignement le plus élevé atteint et la dernière classe achevée par la femme. Les réponses ont été regroupées en trois catégories: non-scolarisêe, primaire et secondaire ou plus. Les femmes ayant le niveau de l'enseignement supérieur ont été groupées avec celles de niveau secondaire à cause de leur faible effectif (70 cas). Les résultats du tableau 3.3 indiquent que 56,7 pour cent des femmes enquêtées n'ont jamais été scolarisées, 31,1 pour cent ont poursuivi des études primaires et 12,2 pour cent ont atteint le niveau secondaire ou supérieur. Par rapport à I'ETF de 1978 et à I'ETPC de 1983, la proportion de femmes n'ayant jamais fréquenté l'école a nettement diminué, suite aux efforts consentis dans le domaine de la scolarisation. Ainsi entre 1978 et 1988, la proportion des femmes ayant suivi un enseignement (primaire, secondaire et supérieur) a été presque multipliée par deux. La structure par niveau d'instruction se reflète généralement sur le degré d'alphabétisation des femmes enquêtdes: 60,7 pour cent de celles-ci se sont déclarées analphabdtes tandis que 39,3 pour cent ont déclaré savoir lire un joumal ou une lettre. Par rapport aux deux enquêtes précédentes, le taux d'alphabétisation a également augmenté, sous l'effet évident de la scolarisation des jeunes générations. Enfin, il est important de souligner que malgré le développement de l'enseignement en Tunisie, la scolarisation des femmes continue à être affectée par un déséquilibre parfois assez frappant. Les résultats de l'enquête semblent confirmer cette constatation, lorsqu'on examine le niveau d'instruction 24 selon certaines variables socio-démographiques telles que la région de résidence, la nature du lieu de résidence et l'~ge. Ainsi, le niveau d'instruction s'avère plus élevé dans les zones urbaines, les régions les plus développ6es du pays et parmi les jeunes générations. Les données du tableau 3.4 montrent que plus la femme est jeune, plus elle est instruite (la proportion de femmes sans aucune instruction passe de 35,4 pour cent chez celles ågées de 15-19 ans à 89,1 pour cent chez les femmes de 45-49 ans). Par milieu de résidence, la proportion des non-instruites chute de 80 pour cent environ dans le milieu rural å 40,5 pour cent dans le milieu urbain. Selon la région de résidence, le Nord Ouest et le Centre Ouest ont les proportions les plus élevées de femmes sans aucune instruction, avec respectivement 76,2 pour cent et 74,6 pour cent. TABLEAU 3.4 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES PAR NIVEAU D' INSTRUCTION SELON L'AGÈ, LE MILIEU DE RESIDENCE ET LA REGION, EDS, TUNISIE, 1988 Caract6r is- t iques socle-déme- Aucune Secondaire Effec- graphiques instruction Primaire OU + Total t ir Age 15-19 35,4 53,8 10,8 100,0 65 20-24 44,5 40,4 15,1 100,0 542 25-29 38,6 47,2 14,2 100,8 858 30-34 49,9 35,6 14,5 100,0 950 35-39 62,3 23,9 13,9 108,0 758 40-44 /6,8 16,8 6,3 I00,0 570 45-49 89,1 6,3 4,5 100,0 441 Mi l ieu Urbain 40,5 39,8 19,7 100,0 2462 Rural 79,9 18,6 1,5 100,0 1722 Région Tunls 37,0 38,2 24,7 1O0,0 772 Nord Est 51,9 34,6 13,5 100,0 728 Nord Ouest 76,2 18,2 5,6 i00,0 648 Centre Ouest 74,6 23,1 2,3 100,0 606 Centre Est 49,9 35,6 14,6 100,0 776 Sud 57,3 33,8 8,9 100,0 654 Total 56,7 31,i 12,2 i00,0 4184 Interrelation entre les variables explicatives Comme les cinq variables socio-démographiques évoquées précédemment sont fortement corrélées entre elles, l'analyse de ces différentes variables explicatives peut nous éviter de tomber dans des interpr6tations abusives et erronées. L'objet de cette dernière partie est l'analyse de la matrice des variables explicatives. Le tableau 3.5 fait ressortir plusieurs associations dont les plus importantes sont les suivantes: 25 TABLEAU 3.5 INTERRELATIONS ENTRE LE5 VARIABL£S EXPLICATIVE5, EDS, TUNISIE, 1988 Milieu Rêqlon Instruction Profession du mari Ef- Varlables fec- expllcatives 1 2 1 2 3 4 5 6 1 2 3 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 tlf Milieu Urbain 100,0 0,0 29,0 18,2 8,3 7,7 19,3 17,5 40,5 39,8 19,7 1,7 12,5 12,9 8,9 3,6 2,9 18,1 7,0 31,2 1,2 2462 Rural 0,0 I00,0 3,4 16,2 25,8 24,2 17,5 13,0 79,9 18,6 1,5 4,6 2,0 2,0 5,7 11,7 16,7 8,0 3,3 44,0 0,2 1722 R~gion Tunls 92,5 7,5 i00,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 37,0 38,2 24,7 1,2 17,0 17,5 10,5 1,0 0,8 19,3 6,5 25,0 1,3 772 Nord Est 61,7 38,3 0,0 100,0 0,0 0,0 0,0 0,0 51,9 34,6 13,5 0,8 10,0 8,0 4,8 11,4 13,6 13,6 5,5 32,3 0,0 728 Nord Ouest 31,5 68,5 0,0 0,0 100,0 0,0 0,0 0,0 76,2 18,2 5,6 4,2 3,5 4,6 6,0 6,5 12,7 9,7 4,8 47,7 0,3 648 Centre Ouest 31,2 68,8 0,0 0,O 0,0 100,0 0,0 0,0 74,6 23,1 2,3 4,8 2,5 5,6 7,8 5,8 7,8 10,2 6,1 49,3 0,2 606 Centre Est 61,2 38,8 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 0,0 49,9 35,6 14,6 4,8 7,3 9,4 7,6 9,7 8,6 16,2 4,0 31,8 0,5 776 Sud 65,9 34,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 i00,0 57,3 33,8 8,9 2,1 6,9 8,7 0,6 7,0 9,0 12,8 6,1 36,9 2,3 654 Instruction Aucune 42,0 58,0 12,1 15,9 20,8 19,1 16,3 15,8 100,0 0,0 0,0 3,5 2,2 5,6 7,1 9,0 13,0 9,6 4,3 45,0 0,6 2372 Primaire 75,3 24,7 22,7 19,4 9,1 10,8 21,2 17,0 0,0 100,0 0,0 2,4 7,7 11,9 8,2 5,1 3,9 20,7 7,1 31,8 i,i 1302 Secondaire ou ÷ 95,1 4,9 37,5 19,2 7,1 2,7 22,2 11,4 0,0 0,0 I00,0 1,4 37,1 19,2 8,0 1,8 0,2 16,9 6,5 8,4 0,6 510 Profession du mari Sans activit 35,2 64,8 Cadres sup./prof.lib. 90,0 !0,0 Pers. a~mlnis. Pers. commerce Agriculteurs Ouvriers agrlc. Ouvriers quallf. Autre pers./service Ouvrier non qual. Autres Total 7,4 4,9 22,! 23,8 30,3 11,5 68,9 25,4 5,7 i00,8 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,8 122 38,4 21,4 6,7 4,4 16,7 12,3 15,2 29,3 55,4 0,0 I00,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,8 0,0 0,0 0,0 341 82,2 17,8 34,9 15,0 7,8 8,8 18,9 14,7 34,6 40,1 25,3 0,0 0,0 i00,0 0,0 0,0 O,0 0,0 0,0 0,0 O,0 387 69,1 30,9 25,6 Ii,0 12,3 14,8 18,6 17,7 53,3 33,8 12,9 0,0 0,0 0,0 100,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 317 30,4 69,6 2,8 28,7 14,5 12,1 26,0 15,9 73,7 23,2 3,1 0,0 0,0 0,0 0,0 i00,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 299 20,0 80,0 1,7 27,5 22,8 13,1 18,6 16,4 95,6 14,2 0,3 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 I00,0 0,0 0,0 0,0 0,0 360 76,5 23,5 25,6 17,0 10,8 10,6 21,6 14,4 38,9 46,3 14,8 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 I00,0 0,0 0,0 0,0 583 75,5 24,5 21,8 17,5 13,5 16,2 13,5 17,5 45,0 40,6 14,4 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 0,0 0,0 229 50,3 49,7 12,7 15,4 20,3 19,6 16,2 15,8 70,0 27,2 2,8 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 0,0 1524 90,6 9,4 31,3 0,0 6,3 3,1 12,5 46,9 46t9 43,8 9,4 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100r0 32 58,8 41,2 18,5 17,4 15,5 14,5 18,5 15,6 56,7 31,1 12,2 2,9 8,2 9,2 7,6 6,9 8,6 13,9 5,5 36,4 0,8 4184 1. Un peu moins de la moitié des femmes urbaines réside dans les régions de Tunis (29,0 pour cent) off se trouve la capitale, et du Centre Est (19,3 pour cent), alors que les femmes rurales habitent surtout dans les régions du Nord Ouest et du Centre Ouest du pays. Parallèlement, l'écrasante majorité des femmes de la région de Tunis (92,5 pour cent) vivent en milieu urbain, tandis que les plus fortes proportions de femmes du Nord Ouest et du Centre Ouest résident en milieu rural. 2. Le tableau 3.5 illustre bien la forte corrélation entre l'instruction et le milieu de résidence: 59,5 pour cent des citadines ont été scolarisées, alors que chez les femmes rurales, la proportion correspondante est de 20,1 pour cent. Les raisons de cette différence sont nombreuses, nous citerons en particulier, la dispersion de l'habitat, l'éloignement des écoles et les limites des moyens de transport en milieu rural, auxquels s'ajoutent certaines réticences familiales, notamment pour la scolarisation des filles. Il est important de souligner, que les femmes les plus instruites (secondaire ou plus) se trouvent presque toutes concentr6es en milieu urbain où elles représentent 95,1 pour cent de l'ensemble de ce groupe. 3. C'est dans le district de Tunis, qui est la région la plus urbanisée du pays que nous rencontrons le plus de femmes scolarisées (63,0 pour cent). Les femmes non-scolarisées se trouvent surtout dans les régions du Nord Ouest (76,2 pour cent) et du Centre Ouest (74,6 pour cent). 4. Il est fort intéressant de remarquer que les épouses des cadres supérieurs sont en majorité des femmes instruites (84,8 pour cent), r6sident surtout en milieu communal (90,0 pour cent) et appartiennent aux r6gions de Tunis (38,4 pour cent), du Nord Est (21,4 pour cent) et du Centre Est (16,7 pour cent). De leur c6té, les femmes mari~es à des agriculteurs ou ~ des ouvriers agricoles habitent surtout dans les zones rurales et dans les régions du Nord Est, Nord Ouest et du Centre Est. Parmi elles, 20 pour cent seulement en moyenne ont été scolarisées. 3.3 CONCLUSION Au terme du troisième chapitre, une conclusion majeure peut ~tre tirée: l'évolution des caractéristiques socio-démographiques analys6es dans cette enquête suit la morne tendance que celles observées dans I'ETF de 1978 et ETPC de 1983. 27 CHAPITRE IV NUPTIALITE ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Rédigé par H. Fourafi Dans les sociétés arabo-musulmanes comme celle de la Tunisie, conception et pmcnéation ont presque toujours lieu dans le cadre du mariage. Ce cadre constitue en effet le seul état d'union légale aussi bien sur le plan juridique que sur les plans de la religion et de la pratique sociale, d'oh les interdits sexuels en dehors de l'union conjugale et surtout la relégation sociale des "filles-mères". De ces faits rdsultent un nombre de célibataires définitifs très faible, des naissances illégitimes peu nombreuses voire m~me négligeables et un åge au premier mariage qui constitue pour la quasi-totalité des femmes marié.es, le début de la vie féconde. A cette somme de caractéristiques communes à la nuptialité des pays arabo-musulmans où le mariage constitue le support sociologique des rapports sexuels et de la reproduction humaine, d'autres, spécifiques à la Tunisie, se sont ajoutées depuis l'indépendance. Il s'agit essentiellement des mesures législatives prises dans le cadre de la politique socio-économique et démographique du pays. Elles comprennent toutes celles relatives au Code du Statut Personnel, à l'enseignement, au Code du Travail et autres avantages sociaux et fiscaux. Bien que le mariage sanctionne le début de l'exposition, le risque de procréer dépend aussi des facteurs biologiques et, dans une certaine mesure, des facteurs psychologiques propres à chaque couple. Des facteurs tels que l'allaitement, l'aménorrhée et l'abstinence post-partum qui sont de nature essentiellement physiologique jouent également un r61e important. La conjugaison de ces facteurs qui agissent dans un contexte social arabo-musulman en évolution donne à l'étude de la nuptialité et de l'état d'exposition au risque de grossesse un intéî~t particulier. 4.1 NUPTIALITE La présente partie se propose d'apporter, à partir des informations recueiUies, quelques éléments d'appréciation sur la nuptialité en Tunisie. L'analyse portera essentiellement sur l'état matrimonial au moment de l'enquête, l'åge au premier mariage et enfin les facteurs différentiels marquant cet fge. Etat matrimonial au moment de l'enquête Le tableau 4.1 donne la répartition en pour cent des femmes enqu~tées selon l'état matrimonial à la date de l'enquœte. Dans l'ensemble, les résultats de ce tableau montrent que l'écrasante majorité des enquêt6es non-célibataires (95,9 pour cent) étaient mari~es au moment de l'enquête et seule une minorité (4,1 pour cent) était en situation de rupture d'union (veuvage, divorce, séparation). Cela atteste une grande stabilité des mariages en Tunisie, confirmée d'ailleurs par la raret6 du phénomène de remariage. En effet, le nombre de femmes qui se sont mari~es plus d'une fois n'atteint que 2,9 pour cent de l'ensemble des non-c61ibataires (soit 124 femmes sur 4184), tandis que l'écrasante majorité d'entre elles (97,1 pour cent) n'a contracté qu'un seul mariage. Le m~me tableau montre que les unions conjugales parmi les jeunes générations (celles ågées de moins de 35 ans) sont davantage rompues par les divorces et les séparations que par les veuvages; par contre, le phénomène inverse s'observe parmi les générations fgées (celles de 35 ans ou plus). Cet état de chose s'explique vraisemblablement par le fait que le divorce et la séparation sont plus fréquents chez les jeunes couples que chez leurs aînés. Par contre, la fréquence particulièrement élevée du veuvage aux figes 29 avancés trouve son explication dans la surmortalité masculine et dans l'écart important de l 'fge au mariage entre les époux. TABLEAU 4.1 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON L'ETAT MATRIMONIAL ET L'AGE, EDS, TUNISrE, 1980 Etat matr imonial Groupe Effec- d'åqe Mar i~e Veuve Divorcêe S~par~e Total tif EDS 1988 15-19 96,9 0,0 0,0 3,1 i00,0 65 20-24 97,2 0,2 2,2 0,4 100,0 542 25-29 97,4 0,5 1,6 0,5 i00,0 958 30-54 97,1 1,2 1,5 0,3 100,0 950 35-39 95,4 2,5 1,8 0,3 100,0 758 40-44 94,4 3,7 1,4 0,5 100,0 570 45-49 91,4 7,3 i,I 0,2 i00,0 441 Total 95,9 2,1 1,6 0,4 100,0 4184 ETPC 1983" 15-19 97,0 0,0 3,0 i00,0 33 20-24 99,0 0,0 1,0 100,0 206 25-29 99,1 0,2 0,7 100,0 432 30-34 97,4 1,3 1,3 100,0 458 35-39 95,1 3,3 1,5 100,0 392 40-44 95,5 3,4 i,i i00,0 379 45-49 90,8 7,8 1,4 100,0 360 Total 95,8 2,8 1,3 I00,0 2260 *Enquête Tunisienne sur I~ Prêvalence de la Contraception, 1983, p.52, ONFP, Tunls, juillet 1985. Si l'on compare les données de cette enquete å celles de I'ETPC de 1983, on remarque que les différences sont minimes entre les deux sources et que les distributions qu'elles fournissent attestent que l'état matrimonial et la stabilité des unions n'ont pas subi de changements appréciables. Par ailleurs, les données du tableau 4.2 montrent qu'au niveau de l'ensemble des femmes (célibataires et non-c~libataires) en fge de procréer, 41 pour cent d'entre elles étaient célibataires. Le mSme tableau fait ressortir que la proportion de non-célibataires est en augmentation avec l'fige des femmes. A 15-19 ans, un peu plus de 4 pour cent seulement des femmes ont déjà contracté une première union; å 25-29 ans, 70 pour cent des femmes ont déjà été mari~es et au-delà de 40 ans, seule une minorité de femmes sont encore célibataires. Il est/~ noter que la proportion de célibataires exagérément élevée à 45-49 ans, permet de confirmer encore une fois l'effet de sélection (pour l'enquête individuelle) déjà évoqué dans le deuxième chapitre, et qui affecte le nombre de femmes de ce dernier groupe d'fge. 30 TABLEAU 4.2 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES (15-49 ANS) DE LA FEUILLE DE MENAGE SELON L'ETAT MATRIMONIAL ET L'AGE ACTUEL, EDS, TUNISIE, 1988 % des c&libataires d'aprÔs le recense- ment de: Etat matrimonial, EDS Groupe C~liba- Divor- S~pa- Effeo- d'åge 1966" 1975' 1984" taire Mariêe Veuve cée r~e Total tif 15-19 86,4 89,5 93,3 95,6 4,3 0,0 0,0 0,I i00,9 1466 20-24 27,0 45,5 59,0 64,1 34,9 0,i 0,8 0,1 100,0 1519 25-29 8,7 14,5 24,5 29,9 68,3 0,3 I,I 0,3 I00,0 1224 30-34 3,9 4,8 9,7 11,4 85,9 1,8 1,5 0,3 I00,0 1073 35-39 2,4 2,5 3,8 4,6 91,0 2,4 1,8 0,3 100, O 795 4D-44 1,8 1,6 2,2 3,4 91,2 3,6 1,4 0,5 i00,0 590 45-49 1,5 1,6 1,8 8,4 83,7 6,6 1,0 0,2 109,0 481 Total 33,8 40,2 41,4 56,2 1,2 0,9 0,2 I00,0 7139 Note: Les pourcentages sont arrondis, leur total n'est pas n~cessairement ~gal â 100. Institut National de la Statistique. Enfin, les données de ce tableau sont d'une grande éloquence en ce qui concerne la hausse du pourcentage de célibataires parmi les femmes des premières tranches d'åge. La proportion de 4,4 pour cent de non-célibataires en 1988 dans le groupe d'åge 15-19 ans s'élevait, en 1966, à presque 15 pour cent. En 1975, elle était de 10,5 pour cent et au dernier recensement de 1984, elle atteignait 7 pour cent. Dans le groupe d'ãge 25-29 ans, la majorité des femmes 6talent non-célibataires (91 pour cent) en 1966, alors qu'en 1988, 70 pour cent des femmes étaient non-célibataires. Le graphique 4.1 présente l'évolution dans le temps des proportions de femmes célibataires pour les trois premiers groupes d'age. 100 80 60 40 20 0 Graphique 4.1 Proportion de Femmes Célibataires Agées de 15-29 Ans à Différentes Dates Pourcentage REC.-1966 REC.-1975 REC.-1984 EDS-1988 I BIBB 15-19 ana ~ 20-24 ana I--7 25-29 ans EDS-Tuniaie 1988 31 Age au premier mariage Pour approfondir la connaissance de la nuptialité chez les femmes tunisiennes, nous allons essayer d'examiner dans ce qui suit les données relatives à l'fige au premier mariage qui revSt une importance particulière, du fait qu'il constitue, en mSme temps, le d6but de la vie conjugale et l'åge auquel la femme est exposée pour la première fois au risque de grossesse. Le tableau 4.3, présentant la répartition en pour cent des femmes non-célibataires selon l'~ge au premier mariage et l'/tge A la date de I'EDS ainsi que la m8me r6partition fournie par I'ETPC de 1983, permet de procéder aux constatations suivantes: Près de 26 pour cent des femmes interview~es dans le cadre de I'EDS sont entrées en première union avant l'åge de 18 ans, 43,5 pour cent aux åges de 18 ~t 21 ans et 30,7 pour cent à un age égal ou supérieur ~t 22 ans. TABLEAU 4.3 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON CELIBATAIRES SELON L'AGE AU MOMENT DE L'ENQUETE ET L'AGE AU PREMIER MARIAGE, EDS, TUNISIE, 1988 Age au premier mariage Groupe Effec- d'åge <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25 et + Total tlf EDS 1988 15-19 3,I 56,9 40,0 0,0 0,0 0,0 100,0 65 20-24 1,3 25,6 31,2 28,6 13,3 0,0 I00,0 542 25-29 0,9 15,0 23,2 23,2 27,9 9,8 100,0 858 30-34 1,4 17,3 21,7 23,2 20,0 16,5 100,0 950 35-39 4,7 22,7 18,3 19,3 16,9 18,1 100,0 758 40-44 8,2 29,8 17,7 15,4 11,2 17,5 100,0 570 45-49 10,4 24,5 20,6 18,4 12,9 13,2 100,0 441 Total 3,8 22,0 22,3 21,2 17,9 12,8 100,0 4184 ETPC 1983" 15-19 0,0 69,7 30,3 i00,0 33 20-24 0,5 29,3 37,1 22,9 10,2 0,0 i00,0 206 25-29 0,7 25,2 24,0 25,2 18,4 6,5 100,0 432 30-34 2,9 29,7 23,0 18,3 12,5 13,6 100,0 458 35-39 4,4 35,1 22,7 16,0 ii,I 10,6 100,0 392 40-44 8,6 30,6 25,8 21,0 5,9 8,1 100,0 399 45-49 14,7 31,2 23,2 16,1 7,4 7,4 180,0 360 Total 5,3 30,7 25,1 19,5 ii,i 8,3 100,0 2260 *Enquête Tunlsienne sur la Prévalence de la Contraception, 1983, p.53, ONFP, Tunis, juillet 1985. 32 Par ailleurs, le m~me tableau fait ressortir que les femmes mnisiennes entrent de plus en plus tardivement en première union. Cette tendance est perceptible å travers la nette diminution des mariages contractés avant l'~lge de 15 ans en m~me temps qu'une montée relative des mariages conclus aux ,~ges avancés. La proportion de mariages précoces passe en effet de près de 10 pour cent pour le dernier groupe de générations étudiées (nées entre 1938-1942) å 3 pour cent pour la plus jeune génération enquetée (née entre 1968-1972). De son coté, la proportion de mariages conclus aux ~ges 22 à 24 ans passe de 28 pour cent parmi les femmes ågées de 25-29 ans à 20 pour cent parmi celles agées de 30-34 ans et å 11 pour cent seulement parmi les femmes ågées de 40-44 ans. Cette tendance soutenue à la réduction des mariages contraetés aux jeunes figes est sans doute la résultante de l'action conjuguée des facteurs législatifs et socio-économiques évoqués prOcédemment. Ce changement dans le calendrier de la nuptialité, a ét~ déja mis en •vidence par I'ETPC de 1983. La proportion de 26 pour cent de femmes ayant contracté leur premier mariage avant l'/lge de 18 ans en 1988, s'élevait en 1983 à 36 pour cent soit une diminution de l'ordre de 28 pour cent en espace de cinq années. Le graphique 4.2 illustre bien cette évolution des proportions de femmes non-célibataires selon l'~ge au premier mariage å ces deux différentes dates. Pour mieux apprécier cette tendance ~ se marier de plus en plus tardivement, nous allons procéder à l'examen de l'åge médian au premier mariage, qui est une mesure synthétique du calendrier de la nuptialité. 35 30 25 20 15 10 5 0 Graphique 4.2 Proportion de Femmes Non-Célibataires selon rAge au Premier Mariage Pourcentage '15 15-17 18-19 20-21 22-24 25* Age au Premier Mariage I R I EDS-1988 ~ ETPC-1983 EDS-Tunisie 1988 33 Avant tout commentaire,il est important de signaler que cet åge médian a ét6 calculé à partir de toutes les femmes en tige de procréer de l'enquête ménage (quelque soit l'état matrimonial), soit 7139 femmes. Cette démarche a été dictée par le souci de réduire l'impact de certains biais sur les calculs de l'~tge médian et de donner, par conséquent, plus de validité à son interprétation. Les résultats de ces calculs sont présentés dans le tableau 4.4 en morne temps que la répartition de toutes les femmes selon l'/ige à la première union et l'~lge actuel. TABLEAU 4.4 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES (15-49 ANS) DE LA FEUILLE MENAGE SELON L'AGE AU PREMIER MARIAGE (Y COMPRIS LA CATEGORIE "JAMAIS MÆ~IEE"), L'AGE ACTUEL, ET AGE MEDIAN AU PREMIER MARIAGE, EDS, TUNISIE, 1988 Age au p=emie= ma=iage Groupe Jamais Age Effec- d'age mariée <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ Total médian tir 15-19 95,6 0, I 2,5 1,8 0,0 0,0 0,0 i00,0 1466 20-24 64,1 0,5 9,2 11,2 10,3 4,8 0,0 I00,0 1510 25-29 29,ç 0,7 OE0,5 16,3 16,3 Ig,5 6,9 100,0 22,B 1224 30-34 11,4 1,2 15,3 19,2 20,5 17,7 14,6 I00,0 21,3 1073 35-39 4,6 4,5 21,7 17,5 18,4 16,1 17,2 10O,0 20,6 795 40-44 3,4 8,8 28,8 17,1 14,9 i0,8 16,9 i00,0 19,4 590 45-49 8,4 9,6 22,4 18,9 16,8 11,8 12,0 I00,0 19,9 491 Total 41,4 2,2 12,9 13,0 12,5 10,5 7,5 i00,0 21,1"* 7139 Note: Les pourcentages sont arrondis, leur total ntest pas nécessairement égal å I00. *Pas de médiane *CAge médian au premier mariage des femmes ågées de 25 å 49 ans Si l'on fait abstraction de la génémtion la plus vieille, dont le régime de nuptialitd se trouve particulièrement affecté par la deuxième guerre mondiale et l'effet de sélection, nous observons très nettement la tendance à la hausse qu'accuse l"ãge médian des différentes générations observées. Cela confirme, encore une fois, que les jeunes filles se marient de nos jours à un åge plus élevé qu'auparavant. En effet, l'fige médian qui est de près de 22,8 ans chez les femmes ~gées de 25-29 ans diminue assez r~gulièrement pour atteindre 19,4 ans parmi les femmes de la tranche d'~ge 40-44 ans, soit une différence de l'ordre de 3,4 ans. U semble ainsi que les anciennes gænérations ont eu en matière de nuptialité un comportement qui pourrait ~tre qualifié de traditionnel. Par contre les générations récentes ont profité de l'évolution socio- économique, culturelle et juridique qu'a connue la Tunisie au lendemain de l'indépendance et semblent donc adopter en matière de nuptialitd un comportement non traditionnel. Bien que les données présentées précédemment traduisent globalement une tendance ~ la hausse de l'~ge au premier mariage, il faut se demander si les données au niveau national ne cachent pas en fait des différences significatives d'un groupe social å un autre. L'étude des différences entre groupes sociaux permet d'apprécier l'impact des variables entrant enjeu. 34 Variations différentieUes de l'âge médian au premier mariage On se propose dans ce qui suit, d'analyser les variations différentielles de l'age médian au premier mariage au niveau des sous-groupes de femmes. Trois variables de base seront utilisées; il s'agit du niveau d'instruction, du milieu et de la région de résidence. Il faut cependant noter au préalable qu'afin d'homogénéiser la comparaison des ` âges médians obtenus en fonction de chaque variable, l'analyse ne concerne que les femmes `âgées de 25 ans ou plus et mari~es pour la première fois avant l'`âge de 25 ans. Le tableau 4.5 donne les différentes valeurs de l'/lge médian au premier mariage pour chacune des trois variables sélectionnées. L'examen séparé de ces valeurs montre que l'`âge médian au premier mariage de l'ensemble des femmes ,âgées de 25-49 ans est corrélé positivement avec les niveaux d'instruction et d'urbanisation (tant au niveau du milieu de résidence qu'au niveau de la région). TABLEAU 4.5 AGE MEDIAN AU PREMIER MARIAGE PAÆI LES FEMMES AGEES DE 25 A 49 ANS SELON L'AGE ACTUEL ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPEIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 Caractér is- Age actuel tiques socio-démo- graphiques 25-29 30-34 35-99 40-44 45-49 Total Milieu Urbain 23,6 22,0 21,2 20,3 20,2 21,8 Rural 21,6 20,5 19,8 18,4 19,4 20,3 Région Tunis 24,1 22,5 21,4 20,2 21,1 22,5 Nord Est 22,6 22,0 21,8 20,6 20,8 21,7 Nord Ouest 22,9 21,2 20,4 18,6 19,3 20,8 Centre Ouest 22,0 19,9 19,6 17,9 18,8 20,1 Centre Est 23,0 21,5 21,4 19,7 20,2 21,5 Sud 22,0 20,0 19,1 18,3 17,8 19,9 Instruction Aucune 21,7 20,6 19,6 18,8 19,5 20,I Primaire 22,9 21,7 2],5 20,5 23,0 22,2 Secondaire ou + 25,0 22,9 23,0 22,7 22,6 23,5 Total 22,8 21,3 20,6 19,4 19,9 21,1 Selon le milieu de résidence, on constate un fige médian au premier mariage légèrement plus élevé dans les zones urbaines (21,8 ans) que dans les zones rurales (20,3 ans), soit une différence de l'ordre de 1,5 ans. Selon la région de résidence, on relève que le District de Tunis (22,5 ans), le Nord Est (21,7 ans) et le Centre Est (21,5 ans), autrement dit les régions les plus développées du pays ont un ~lge médian plus élevé que celui observé dans les trois autres régions: Nord Ouest (20,8), Centre Ouest (20,1) et Sud (19,9 anS). 35 Le niveau d'instruction est aussi un critère de différenciation. Les femmes ayant un niveau d'instruction secondaire ou plus contractent leur premier mariage 3,4 ans plus tard que les femmes non- scolarisées. Par rapport à celles du niveau primaire, la différence atteint 1,3 ans. Les derniers résultats semblent indiquer que le niveau d'instruction joue un rOle important dans le calendrier de la nuptialité. Il est à souligner que malgré le rOle ~vident joué par chaque variable, les valeurs de l'åge médian ainsi enregistrées ne sont pas le produit de leur seule action, mais celui de la somme des actions des deux autres variables et de toutes celles (non étudiées ici) qui interviennent notamment sur le plan économique et social. Enfin, notons que l'importance des relations qui existent entre les variables socio-économiques et l'åge au premier mariage a déjà 6té mis en évidence par I'ETF de 1978 et I'ETPC de 1983 à travers les tiges moyens au premier mariage. 4.2 ETAT D 'EXPOSIT ION AU R ISQUE DE GROSSESSE Comme nous l'avons souligné précédemment, bien que l'entrée en union détermine le début de la vie féconde, l'exposition effective au risque de grossesse est directement liée å d'autres facteurs de nature différente tels que l'utilisation de la contraception, les tabous sexuels, l'allaitement au sein, l'aménorrhée, l'abstinence post-partum, la fécondabilité, l'état de fertilité. Dans cette dernière section, on ne s'intéresse qu'h l'~rude des facteurs ou variables post-partum qui déterminent la longueur de l'intervalle qui existe entre le moment de la naissance d'un enfant et le retour de l'ovulation, à savoir l'allaitement, la reprise des régles et la reprise des relations sexuenes. Le rallongement de l'une de ces trois composantes peut affecter consécutivement la longueur du temps mort. Il faut noter que les données présent~es ici portent uniquement sur les femmes qui ont eu une naissance vivante dans l'intervalle ouvert au cours des 36 demiers mois précédant l'enquête. Le but de cette analyse est d'identifier les femmes dites non-susceptibles d'être exposées au risque de grossesse et d'évaluer la durée de non-susceptibilité. On définit une femme non-susceptible d'exposition au risque de grossesse comme toute femme qui n'a pas repris de relations sexuelles depuis la dernière naissance (elle a donc toutes les chances de ne pas tomber enceinte) ou une femme en aménorrhée, qui peut, mais avec une probabilité minime, tomber enceinte si elle reprend les relations sexuelles sans utiliser un moyen de contraception efficace. La période de non-susceptibilité est celle qui est la plus longue (abstinence ou aménorrh6e). Le tableau 4.6 donne les proportions d'enfants ågés de 0 à 35 mois dont les mères sont encore en allaltement, en aménorrhée et en abstinence post-partum et non-susceptibles selon les mois écoulés depuis la naissance. La distribution de la proportion de naissances selon le mois écoulé depuis la naissance de l'enfant est analogue à la colonne Sx d'une table de mortalité. Ce tableau montre clairement que l'allaitement est presque universel immédiatement aprés la naissance et que la majorité des mêres tunisiennes allaitent leurs enfants de façon prolongée. Ainsi, 92 pour cent des femmes allaitent encore après trois mois et 76 pour cent après sept mois. La durée médiane de cet intervalle ouvert d'aUaitement est légèrement supérieure à 15 mois. Les données collectées indiquent également que même aprés 21 mois, plus du quart des femmes nourrissent encore leur enfant au sein. L'intensité de l'allaitement n'est pas sans incidence sur le retour de l'ovulation. En effet, il est désormais établi que l'aUaitement au sein contribue à allonger la durée de l'aménorrhée post-parturn et par conséquent à protéger la femme contre les risques de grossesse. 36 TABLEAU 4.6 PROPORTION DES FEMMES NON-CELIBATAIRES QUI SONT ENCORE EN ALLAITEMENT, EN AMENORRHEE, ET EN ABSTINENCE POST-PARTUM SELON LE NOMBRE DE MOIS ECOULES DEPUIS LA NAISSANCE, EDS, TUNISIE, 1988 Effec- tif des Mois depuis Allaite- Am~nor- Absti- Non-sus- nais- la naissance ment rh~e nence ceptible sances* Moins 2 96,5 83,5 65,2 92,2 115 2-3 92,2 69,7 12,3 62,3 154 4-5 85,0 48,5 3,6 49,1 I67 6-7 75,9 40,2 1,7 41,4 174 8-9 68,7 31,3 4,8 34,0 147 10-11 59,8 23,8 2,5 26,2 122 12-23 57,6 20,3 1,3 20,3 158 14-15 50,3 16,6 1,3 17,2 157 16-17 44,8 11,9 0,7 11,9 134 18-19 44,7 12,7 0,0 12,7 160 20-21 28,1 4,1 2,5 6,6 121 22-23 19,4 2,8 0,0 2,8 144 24-25 11,8 1,9 0,0 1,9 161 26-27 15,9 2,4 1,2 3,7 164 28-29 6,1 1,7 I,i 2,8 179 30-91 9,7 0,0 0,7 0,7 144 32-33 1,5 0,0 1,5 1,5 134 34-35 1,6 0,0 0,0 0,0 124 Total 42,8 19,9 4,8 21,2 2649 *Ii s'agit des enfants de 0 à 35 mois. Pour la plupart des femmes, les menstrues avaient repris au cours de l'année suivant la naissance de leur enfant. En effet, selon la durée écoulée depuis la naissance, le tableau 4.6 indique qu'une femme sur deux (49 pour cent) reste en aménorrhée pour au moins cinq mois, et deux femmes sur dix (20 pour cent) après 13 mois. Au delà de 21 mois, seule une minorité de femmes est encore en aménorrhée post- partum. La période d'abstinence post-partum pendant laquelle la femme est protégée contre tout risque de grossesse est fortement influencée par les valeurs et les normes de la religion musulmane. Les données du tableau 4.6 montrent qu'en Tunisie, la reprise des relations sexuelles a lieu assez t6t après l'accouchement. En effet, un peu plus du tiers des femmes (35 pour cent) redeviennent sexuellement actives moins de deux mois aprés la naissance de leur dernier enfant, tandis qu'au bout de trois mois, seule une infime proportion de femmes continue à s'abstenir. En moyenne, les femmes tunisiennes s'abstiennent pendant 1,8 mois. Pour l'ensemble des femmes ayant un enfant né-vivant, ~lgé de moins de 35 mois, 21 pour cent ne seraient pas susceptibles d'avoir une nouvelle grossesse au moment de l'enquête. Un peu plus de trois femmes sur dix (34 pour cent) sont susceptibles au moins 8 mois après leur accouchement et 17 pour cent au moins 14 mois après la naissance. Il est évident que l'aménorrhée influence la non-susceptibilitE beaucoup plus que l'abstinence, quelle que soit la durée. Le tableau 4.7 est consacré à l'estimation de l'état actuel du nombre moyen de mois d'allaitement, d'aménorrhée et d'abstinence post-partum et de non-susceptibilité parmi les femmes non-c61ibataires selon certaines caractéristiques socio-démographiques. 37 TABLEAU 4.7 ESTIMATION DE L'ETAT ACTUEL DU NOMBRE MOYEN DE MOIS D'ALLAITE- MENT, D'AMENORRHEE ET D'ABSTINENCE POST-PARTUM PARMI LES FEMMES NON-CELIBATAIKES SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 Etat actuel Effec- tif Caract~r ist iques des socio-d~mogra- Allaite- Aménor- AbstÆ- Non-sus- nais- phiques ment rh@e nence ceptible sances* Age <30 15,0 6,7 2,4 7,3 1388 30+ 16,0 7,8 1,3 8,2 1311 Milieu Urbain 12,7 5,0 1,9 5,5 1302 Rural 18,2 9,3 1,8 i0,0 1367 E~gion Tunis 10,3 3,3 2,0 4,0 406 Nord Est 14,9 6,6 2,0 6,8 417 Nord Ouest 19,1 7,9 2,5 9,0 426 Centre Ouest 18,0 9,6 i,I 10,0 495 Centre Est 14,7 8,2 I,S 8,8 508 Sud 15,5 6,9 1,9 7,3 4]7 Instruction Aucune 18,2 9,0 1,7 9,7 1446 Primaire 13,1 5,] 1,7 5,6 965 Secondaire ou + 9,8 4,7 3,2 5,2 258 Total 15,5 7,2 1,8 7,8 2669 *Il s'agit des enfants de 1 å 36 mois. La procédure pour le calcul de la durée moyenne d'aUaitement, d'aménorrhée, d'abstinence et de non-susceptibilité, basée sur les données de l'état actuel est la méthode "prtvalence/incidence" empruntée à l'épidémiologie. En épidémiologie, la durée moyenne d'une maladie peut ~tre estimée en divisant sa prévalence par son incidence. Dans le cas précis, ce qui nous intéresse n'est pas la maladie mais l'allaitement,l'aménorrhée, .etc. La prévalence est dtf'mie comme le nombre d'enfants dont les mères sont en allaitement (en aménorrhte, etc.) au moment de l'enquête. L'incidence est définie comme le nombre moyen de naissances par mois. Cette durée moyenne est estimée en additionnant le nombre de naissances au cours des 36 mois pour éviter le problème de saisonnaiité de la natalité et des fluctuations associées aux petits effectifs de naissances durant des périodes de temps généralement courtes. A titre d'exemple, une simple division du nombre de mères en allaitement, au moment de l'enquête, par le nombre moyen de naissances par mois donne une estimation de la durée moyenne en mois de l'aUaitement. Pour l'ensemble des femmes la durée moyenne d'allaitement est de 15,5 mois. Cette durée est Mgèrement supérieure à celle du Maroc qui est de 14,4 mois (ENPS 1987, p.27). ~ 38 Selon l'åge de la mère, on observe un écart d'un mois entre les deux groupes de générations: (15,0 et 16,0 mois respectivement à moins de 30 ans et à 30 ans ou plus). En ce qui concerne la durée moyenne d'aménorrhée post-partum, un écart de 1,1 mois apparalt entre les jeunes et les moins jeunes. Pour les femmes/tgées de moins de 30 ans à la date de l'interview, cette durée équivaut à 6,7 mois par femme en moyenne. Pour celles ~gées de 30 ans et plus, elle atteint 7,8 mois par femme. Par contre, les relations sexuelles reprennent légèrement plus tard chez les jeunes générations. Par ailleurs, la dur6e moyenne de non-susceptibilité est plus longue chez les femmes de 30 ans ou plus (8,2 mois) que chez celles de moins de 30 ans (7,3 mois). Outre, les résultats que nous venons de dégager, le tableau 4.7 fait apparaître des différences plus significatives au niveau de l'instruction, du milieu et de la région de résidence. La durée d'allaitement est plus longue dans les zones rurales (18,2 mois) que dans les zones urbaines (12,7 mois). La différence entre les deux milieux est en moyenne de 5,5 mois. Les femmes rurales retrouvent leurs régles 4,3 mois plus tard que les femmes citadines. Cependant, au niveau de la durée d'abstinence post-partum les différences ne sont pas énormes. Pour ce qui est de la période de non- susceptibilité, elle est plus courte chez les femmes urbaines que chez celles du milieu rural de 4,5 mois. Par ailleurs, comme pour le milieu de résidence, le niveau d'instruction semble influencer davantage la durée d'allaitement, d'aménorrhée post-partum et de non-susceptibilité que la période d'abstinence. La durée moyenne d'allaitement passe ainsi de 18,2 mois en moyenne chez les femmes n'ayant aucune instruction à 13,1 mois chez les femmes ayant un niveau d'instruction primaire et à 9,8 mois chez celles ayant dépassé ce niveau. Pour la durée d'aménorrhée, celle-ci est d'autant plus courte que le niveau d'éducation est élevé. Elle passe de 9,0 mois en moyenne chez les non-scolarisées à 5,1 mois chez celles ayant le niveau primaire et à 4,7 chez les femmes ayant atteint le niveau secondaire ou plus. Par contre, l'abstinence post-partum semble 8tre plus longue chez les femmes du secondaire ou plus. Les durées moyennes des femmes sans instruction, de celles du primaire et de celles du secondaire ou plus sont respectivement de 1,7, 1,7 et 3,2 mois. Pour ce qui est de la période de non-susceptibilité, elle chute de 9,7 mois parmi les femmes sans aucune instruction ~ 5,6 mois parmi celles avec une instruction primaire, et à 5,2 mois parmi les femmes avec le niveau secondaire ou plus. Mais les différences les plus prononcées se rencontrent à l'~chel/e r6gionale et semblent refléter les degrés de développement socio-économique des régions. Ainsi, la durée d'allaitement s'avère plus courte dans la tégion de Tunis (10,3 mois) et les régions cOtières du Centre Est (14,7 mois) et du Nord Est (14,9 mois) que dans les régions du Centre Ouest (18,0 mois) et du Nord Ouest (19,1 mois). La durée d'allaitement dans la région du Sud (15,5 mois) est intermédiaire. C'est dans les régions qui ont une infrastructure socio-économique peu développée, une population à majorité rurale et non-scolarisée, que le substitut au lait maternel est le moins répandu. Pour la durée d'aménorrhée c'est dans la région de Tunis, qu'elle est aussi la plus courte (3,3 mois). Par contre, elle est la plus longue dans les gouvemorats du Centre Ouest (9,6 mois). En s'abstenant le moins longtemps, ce sont encore les femmes du Centre Ouest qui détiennent la première place (1,1 mois). Enfin, en ce qui concerne la période de non- susceptibilité, elle est la plus longue, comme attendu, dans la tégion du Centre Ouest (10,0 mois), suivie du Nord Ouest (9,0 mois) et du Centre Est (8,8 mois). Les régions du Sud et du Nord Est occupent une position intermédiaire (7,3 mois et 6,8 mois respectivement), alors que la région de Tunis vient en dernière place (4,0 mois). Le graphique 4.3 illustre bien les différences de durées moyennes d'allaitement et d'aménorrhée post-partum et de non-susceptibilité selon certaines caractéristiques socio-démographiques. 39 Graphique 4.3 Durée d'Allaitement et d'Aménorrhée des Femmes Non-célibataires selon Certaines Caractéristiques MUII•IEU rcain Rural RE~IO.N lUnl Nord E~~ Nord Ouest Centre Ouest Centre Est Sud INSTRUCTION Aucune Prim0ire Secondaire÷ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . u . . . . . . . . . . . . . . . . 111111 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . III . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0 8 12 18 Durée Moyenne en Mois [ ~Allaitement lArn~norrh~e i 24 EDS-Tunisie 1988 4.3 CONCLUSION L'analyse menée jusque là a montré de toute évidence que le mariage en Tunisie demeure te cadre principal où S'Ol~re le processus de reproduction et continue å jouir d'une grande stabilité. Les résultats obtenus à partir de cette enquête ont permis aussi de mettre en relief l'évolution générale de la nuptialité vers un modèle où le calendrier tend à être de plus en plus tardif tout en gardant une intensité finale assez élevée. Parmi les trois principaux facteurs qui contribuent å la protection post-partum, c'est l'allaitement qui a le plus d'incidence sur l'allongement de l'intervalle des naissances+ En moyenne, les femmes tunisiennes allaitent pendant 15,5 mois. L'aménorrhée post-partum s'en trouve ainsi relativement prolongée (7,2 mois). Enfin, lorsque des variables telles que le milieu de résidence, le niveau d'instruction et la r6gion sont prises en considération, la description d'ensemble déjà évoquée change de manièoe significative. 40 A titre comparatif, les dur6es moyennes d'aliaitement et d'am6norrh6e pour certains pays arabes sont pr6sent6es ci- dessous: Pays Allaitement Am6norrh6e Source Egypte 16,9 mois 8,5 mois Maroc 14,4 mois 8,7 mois Mamilanie 20,1 mois 11,5 mois Soudan 16,2 mois 11,I mois Syrie 13,5 mois 5,8 mois R.A. Yemen 13,5 mois 7,9 mois EFS, 1980, Vol. II:73 (EMF) ENPS, 1987, p.27 oeDS) ENMF, 1981, Vol. I:81-84 OeMF) SFS, 1978, Vol. I:99-100 (EMF) SFS, 1979, Vol. I:103-104 (EMF) YARFS, 1979, Vol. I:79-80 (EMF) Le calcul des durées moyennes utilis6 dans I'EDS est différent de celui utilis6 dans l'Enqu6te Mondiale sur la Fécondité (EMF) où les durées moyennes sont bas6es sur le dernier intervalle ferre6 (femmes non-célibataires ayant eu au moins deux nalsssances vivantes, grossesse actuelle comprise, dont l'avant dernière naissance vivante a survécu au moins 12 mois). 41 CHAPITRE V FECONDITE Rédigé par C. Trifa L'analyse de la fécondité et des déterminants de son niveau constitue un des objectifs assignés à l'Enquête Démographique et de Santé en Tunisie, réalisée en 1988. U nous faut souligner que la fécondité est peut-être la composante de la croissance démographique pour laquelle la documentation est la plus abondante: ~ citer en premier lieu les différentes enquêtes démographiques menées au cours de ces vingt demières années (l'Enqu~te Nationale Démographique de 1968-69, I'ETF de 1978, l'Enquête de Population et Emploi de 1980 et l'Enquête Nationale de Population et Emploi de 1989 en cours) et des opérations de recensement général de population (1966, 1975 et 1984). Par ailleurs, le système d'état civil en Tunisie, bien structuré et couvrant l'ensemble du pays, permet aussi de disposer régulièrement d'une information statistique très fiable sur les événements (particulièrement les naissances) qui surviennent dans le pays. Mais I'EDS présente la particularité d'avoir permis de recueillir l'histoire génésique des femmes non-célibataires, en précisant le sexe de l'enfant, sa date de naissance, sa survie à la date de l'enquête et éventuellement sa date de décès (où à défaut son ~ge au décès). Il faut souligner l'approche suivie pour inventorier tous les enfants et éviter toute omission possible ou défaillance de mémoire dans l'enquête: il a été demandé à chaque femme non-célibataire d'indiquer le nombre, par sexe, de ses enfants vivant avec elle, de ceux vivant ailleurs et éventuellement de ceux étant décédés; ces détails sont de toute évidence de nature å éviter toute omission; ajouter à cela que l'enquête a recueilli la liste des enfants nés vivants dans l'ordre de naissance en commençant par l'aîné, et cette procédure est aussi de nature à éviter les omissions d'enfants surtout décédés. Une autre camctéristique novatrice de l'EDS-Tunisie concernant l'historique des naissances a été de demander à chaque femme enqu~tée les documents officiels (certificat de naissance, extrait de naissance, livret familial.) dans le but d'améliorer la qualité des informations sur les åges des enfants. Les mères interview~es étaient en mesure de fournir un document officiel pour 73 pour cent de tous les enfants listés dans le tableau des naissances. Cette proportion est supérieure à celle trouvée en Thailande (52 pour cent; DHS, 1987, p.36) et au Maroc (66 pour cent; ENPS, 1987, p.31). Pour l'ensemble des enfants, le mois et l'année de naissance sont connus pour 95 pour cent, soit selon les documents présentés (99 pour cent), soit selon les déclarations des mères (85 pour cent). Pour les enfants nés au cours des cinq années précédant l'enquête, le mois et l'année de naissance sont connus pour 99 pour cent. Cette proportion est la mEme que celle enregistrée en Thallande; par contre, au Maroc, la date de naissance est connue pour 74 pour cent seulement des enfants. Il y a lieu de noter que pour les enfants de 0-4 ans (4477), le mois et l'année ont été imputés pour 8 cas seulement (c'est-à-dire qu'aucune information sur la date de naissance ou sur l'/~ge n'~tait obtenue pendant l'interview). Cette présentation sur l'~ge des enfants à partir de l'historique des naissances permettra au lecteur d'apprécier la qualit6 des données sur la fécondité analysées dans ce chapitre. Quatre sections seront présent~es dans ce qui suit. Les niveaux et les facteurs différentiels de la fécondité seront étudiés dans la première section. Les tendances de la fécondité constituent le deuxième 43 aspect qui sera présenté dans ce chapitre. La troisième section sera consacrée à la fécondité cumulée ou la parité moyenne (nombre d'enfants nés vivants). Enfin, la deruière partie traitera de l'entrée dans la vie féconde, qui est définie par l'åge de la femme à la naissance de son premier enfant. 5.1 N IVEAUX ET FACTEURS D IFFERENTIELS DE LA FECONDITE L'EDS a permis d'évaluer l'indice synthétique (ou conjoncturel) de fécondité, ISF (ou encore somme des naissances réduites), sur trois périodes de calendrier: la première couvrant les années 1985- 1988, la deuxième, les années 1982-84 et la dernière, les 5 années précédant l'enquête (60 mois). Entre 1982-84 et 1985-88, I'ISF a accusé une baisse de 0,57 enfant par femme, passant respectivement de 4,87/t 4,30. Les statistiques sur le mouvement naturel de la population élaborées par l'Institut National de la Statistique donnent un taux moyen pour chacune de ces périodes de 4,83 et de 4,20 soit une baisse presque similaire de 0,60. Au cours des 5 années précédant l'enquEte, I'ISF aurait été de 4,34. Le m~me tableau donne aussi le niveau de l'indice synthétique de fécondité selon trois facteurs supposés agissant sur le niveau de la fécondité: le milieu de résidence, la région géo-économique et le niveau d'instruction. D'après les résultats de I'EDS, la fécondité représentée par I'ISF pour la période la plus récente est nettement plus élevée en milieu rural qu'en milieu urbain (écart de 2,27 enfants): il atteint 5,68 en milieu rural (132 pour cent par rapport au niveau national) et 3,41 en milieu urbain (79 pour cent par rapport au niveau national). Mais au cours de la période précédente (1982-84), l'écart de niveau de fécondité entre milieu urbain et milieu rural était moins important avec seulement 1,92, contre 2,27 en 1985-87. Quant à l'évolution de la fécondité au cours de la période 1982-87 dans chaque milieu, elle est å la baisse mais elle aurait ét~ plus importante en milieu urbain (-0,70 enfant soit une baisse de 17 pour cent) qu'en milieu rural (-0,35 enfant soit une baisse de 6 pour cent seulement). Par région, l'indice synthétique de fécondité est en 1985-87 à un niveau maximum de 6,02 dans le Centre Ouest caractérisé par l'importance de sa population ruraie (85 pour cent d'après le recensement de 1984) et par la dispersion de son habitat (75 pour cent de sa population totale). Le Sud tunisien vient en deuxième position du point de vue de l'importance de la fécondité avec un ISF de 4,55. Avec le Nord Ouest qui enregistre un niveau de 4,40, ils constituent les régions où l'indice est supérieur à la moyenne nationale. Dans les régions c6tières Est (Tunis, le Nord Est et le Centre Est) la fécondité représentée par I'ISF est plus faible que la moyenne nationale. Cette hiérarchisation des régions du point de vue de la fécondité est conforme avec celle que donnent les statistiques courantes de l'état civil, avec la seule nuance que tout laisse supposer qu'actuellement (statistiques de 1987 et de 1988) la baisse plus importante observée au Centre Ouest (confirmée d'ailleurs par I'EDS, avec 5,5 pour cent entre 1982-84 et 1985-87, contre seulement 1 pour cent dans le Sud) fait que la fécondité serait légèrement plus élevée dans le Sud que dans le Centre Ouest. Les données de I'EDS montrent que la baisse de I'ISF entre 1982-84 et 1985-87 aurait été plus importante dans les r~gions les moins fécondes (Tunis avec une baisse de 17 pour cent, le Nord Est avec une baisse de 18 pour cent et le Sud avec plus de 18 pour cent). Dans les autres régions, la baisse d'après 44 l'enquête aurait été quelque peu plus faible que la moyenne nationale (baisse inférieure ou égale à 10 pour cent). Le niveau d'instruction de la femme est un facteur déterminant du niveau de la fécondité. Parmi les femmes qui n'ont reçu aucune instruction, I'ISF atteint 5,10 pour la période 1985-87 contre seulement 2,45 parmi celles qui ont atteint le secondaire ou plus. Notons aussi, toujours d'après le tableau 5.1, que plus le niveau d'instruction est élevé, plus la baisse de la fécondité, représentée par I'ISF a été importante (la baisse entre 1982-84 et 1985-87 est de 25 pour cent parmi les femmes qui ont atteint le secondaire ou plus, 12 pour cent parmi celles ayant atteint le primaire, et 6 pour cent parmi les femmes sans scolarisatinn). La dernière colonne du tableau 5.1 donne le nombre moyen d'enfants mis au monde (ou descendance moyenne) par les femmes/lgé.es de 40 ~t 49 ans selon les trois facteurs différentiels, milieu de ï'ésidence, région et niveau d'instruction. TABLEAU 5.1 INDICE SYNTHETIQDE DE FECONDITE (ISF) PARMI LES FEMMES DE 15-44 ANS ET DESCENDANCE ATTEINTE PARMI LES FEMMES DE 40-49 ANS SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 Indice synth@thiq~e de f~condit@ Descen- Caract@rist iques 0-4 ans dance å socio-dêmogra- avant 40-49 phiques 1985-87' 1982-84 i' enquête ans Milieu Urbain 3,41 4,11 3,54 5,44 Rural 5,68 6,03 5,58 6,46 B~gion Tunis 3,11 3,74 3,24 4,78 Nord Est 3,92 4,77 3,94 5,48 Nord Ouest 4,40 4,91 4,39 5,79 Centre Ouest 6,02 6,37 5,85 6,75 Centre Est 4,22 4,40 4,18 6,05 Sud 4,55 5,57 4,89 6,93 Instruction Aucune 5,10 5,42 5,04 6,20 Primaire 3,90 4,42 3,92 4,82 Secondaire ou + 2,45 3,28 2,66 3,25 Total 4,30 4,87 4,34 5,80 *On a inclus 1988, l'année de l'enqu~te. 45 Rappelons tout d'abord que I'ISF est un indice du moment; c'est un indice fictif en ce sens qu'il représente le nombre moyen d'enfants qu'une femme mettrait au monde si elle observait, durant toute sa vie îdconde (de 15 tt 49 ans soit 35 ans), la loi de fécondité du moment; or, on sait a priori que cette fécondité va dvoluer au cours du temps et sera donc une rdsultante de plusieurs facteurs. La descendance moyenne en fin de pdriode f6conde (ici, on a pris les femmes de 40 å 49 ans) est le rdsultat de toute la fécondité passée et vécue par ces femmes. La descendance finale moyenne des femmes flgdes de 40 à 49 ans est de 5,80 enfants, plus élev6e que I'ISF (4,30) ce qui reflète la baisse de fécondité dans le pays. Les diff6rences significatives du niveau de la fécondité selon les trois facteurs retenus se retrouvent d'une façon g6nérale si l 'on se rdfère à la descendance moyenne des femmes en fin de pddode féconde (graphique 5.1). Graphique 5.1 Indice Synthétique de Fécondité, et Descendance Atteinte à 40-49 Ans MILIEU Urbain Rural REGION Tunis Nord Est Nord Ouest Centre Ouest Centre Est Sud INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire+ I J I I J J J J 1 2 3 4 5 6 7 8 Nombre d'Enfante mm I.S.F. I I Descendance EDS-Tunieie 1988 Rappelons que d'aprbs le recensement de 1984 la descendance moyenne des femmes non- célibataires ~gées de 40 å 49 ans est de 6,44 contre 5,80 d'après I'EDS (1988). Que penser de cet écart? S'agit-il d'une baisse effective de la f6conditd ou d'un biais dQ à une omission des femmes fécondes? A cet effet, on s'est réf6rd aux résultats du recensement de 1984 parmi les femmes non-cdlibataires [lgdes de 35 à 44 ans qui constituent dans leur grande majorité les femmes de 40 à 49 ans en 1988 (on ne dispose pas pour le recensement des rdsultats par annde d'age): en 1984 la descendance des femmes de 35 à 44 ans est de 5,75, soit une parité suppl6mentaire de 0,05 enfants en près de 4 ans. Nous donnons ci-après une 6volution de la descendance finale des femmes de 40-49 ans d'après les différentes enquStes et recensements rdalisés dans le pays: 46 Recensement 1966: 6,6 Recensement 1975: 7,0 ETF 1978: 6,9 EPE 1980: 6,9 Recensement 1984: 6,4 (45-49 ans) EDS 1988:5 ,8 A noter que pour le recensement de 1966, le score observé semble ~tre faible et cela serait dQ selon toute vraisemblance ~t des omissions dans le nombre d'enfants décédés. Au Maroc, où une enquéte EDS similaire a été réalisée en 1987, la descendance est de 7,1 enfants, ce qui correspond au niveau de la Tunisie au début des années soixante-dix. Dans le cadre de l'EDS-Tunisie, il a été demandé à chaque femme mariée sélectionnée d'indiquer si elle était enceinte et de préciser dans ce cas depuis combien de mois; cette question a permis d'avoir la fréquence relative de femmes enceintes selon le groupe d'age. Une telle fréquence est, dans un sens, un indicateur de la fécondité du moment le plus récent, vu qu'il anticipe sur le niveau de cette fécondité durant les 9 mois à venir. La précision de l'estimation du niveau de la fécondité actuelle à partir de la proportion de femmes enceintes dépend de la fiabilité des données: déclarations exhaustives et certitude entourant les grossesses des trois premiers mois. D'après le tableau 5.2, les femmes mari~es agées de 15 å 49 ans qui se sont déclaré, es enceintes représentent 10,7 pour cent. Cette proportion a diminué par rapport aux proportions observées en 1978 selon I'ETF (14,3 pour cent) et en 1983 selon I'ETPC (12,6 pour cen0. Au Maroc, la proportion de femmes enceintes d'après I'EDS était de 12,7 pour cent (ENPS, 1987, p.33). TABLEAU 5.2 POURCENTAGE DES FEMMES QUI SONT ACTUELLEMENT ENCEINTES, EDS, TUNISIE, 1988 Femmes actuellement marines* Toutes les femmes* Age actuel de la femme Pourcentage Effectif Pourcentage Effectif 15-19 23,8 64 1,0 1465,9 20-24 21,4 527 7,5 1510,2 25-29 16,7 836 11,4 1224,2 30-34 10,4 922 8,9 1072,8 35-39 6,9 723 6,3 794,4 40-44 2,4 538 2,2 590,2 45-49 0,7 403 0,6 481,4 Total 10,7 4012 6,0 7139,1 *Enquête individuelle 'Enquête m~nage 47 Selon l'ltge, la proportion de femmes enceintes chute régulièrement. Aussi bien en 1978 qu'en 1988, les proportions de femmes enceintes sont les plus élevées aux ~lges 15 å 29 ans, et les plus faibles aux/iges 40-49 ans (graphique 5.2). D'après I'EDS, les proportions de femmes enceintes ne sont que 2,7 pour cent pour le groupe d'åge 40-44 ans et 0,7 pour cent pour le groupe 45-49 ans. Graphique 5.2 Pourcentage de Femmes Enceintes par Age selor Deux Sources Pourcentage 3O 25 20 15 10 5 0 15-19 20~24 25~29 30~34 35~39 40~44 45-49 Age . ETF-1978 * EDS-1988 i EDS-Tunisie 1988 Il y a lieu de noter que pour l'ensemble des femmes, quel que soit l'état matrimonial, la proportion de femmes enceintes est de 6 pour cent seulement, avec un maximum de 11,4 pour cent ~t l'age 25-29 ans. 5.2 TENDANCES DE LA FECONDITE Les données de l'histoire génésique des femmes ont permis de calculer les taux de fécondité générale par fige et particulièrement les taux pour la période 0-4 ans avant l'enquete. A titre de comparaison, on a ajouté les taux de fécondité par åge et le niveau de I'ISF en 1984 d'après les statistiques de l'état civil et en 1978 d'après I'ETF pour la période 0-4 ans avant l'enqu&e comme le montre le tableau 5.3. L'examen de ce tableau et du graphique 5.3 montrent parfaitement que la tendance est à la baisse et que cette tendance au cours du temps aurait ~té quelque peu plus importante entre 1978-1984 qu'entre 1984-1988. Le tableau 5.4 donne une évaluation de la fécondité des femmes en ~lge de procréer selon le groupe d'/lge au moment de l'accouchement par période quinquennale précédant l'enquEte. 11 s'agit donc d'une évaluation de l'intensité de la fécondité vécue par ces femmes à chaque groupe d'åge. 48 TABLEAU 5.3 TAUX DE FECONDITE GENERALE pAR AGE SELON L'ETF, L'ETAT CIVIL ET L'EDS (EN o/oo), EDS, TUNISIE, 1988 Taux de fécondit~ g~nérale Gro~~e d'åge ETF, 1978' EC, 1984 EDS, 1988 15-19 34 32 30 20-24 224 176 167 25-29 303 259 249 30-34 260 239 225 35-39 199 145 134 40-44 112 63 62 45-49 (36) 19 (13} ISF 15-44 5,66 4,87 4,34 ISF 15-49 5,84 4,67 4,40 Note: Les chiffres entre pare~th~ses représentent des cohortes incomplètes. *Enquête Tunlsienne sur la F~condit~, 1978, Vol. ~, p.76, Tunis, d~cembre 1982. Graphique 5.3 Taux de Fécondité Générale par Age selon Trois Sources Taux de f~condit~ (0/00) 35O 300 250 200 150 100 50 0 15-19 20~24 25~29 30~84 35~39 40~44 Age [ . ETF-1978 ' ETAT CIVIL-1984 EDS-1988 45-49 EDS-Tunisie 1988 49 TABLEAU 5.4 TAUX DE FECONDITE GENERALE PAR AGE SELON L'AGE DE LA MERE A LA NAISSANCE, EDS, TUNISIE, 1988 Période avait l'e~o/~~te e~ années Age de la m6re A la naissance 0-4 5-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 15-19 0,030 0,033 0,046 0,060 0,093 20-24 0,167 0,213 0,252 0,271 0,282 25-29 0,249 0,294 0,283 0,307 (0,328) 30-34 0,225 0,245 0,260 (0,2B5) 35-39 0,134 0,193 (0,206) 40-44 0,062 (0,102) 45-49 (0,013) 0,095 (0,045) (0,247) Note: Les chiffres entre parenthèses ( ) représentent des cohortes incompl~tes. Il est clair que ces données traduisent parfaitement toute l'histoire de la vie féconde des femmes à chaque age et plus particulièrement parmi celles actuellement en fin de période féconde donc ãgées de 40- 44 ans. Nous reproduisons ci-après l'évaluation de leurs taux de fécondité depuis leur entrée en ~lge fécond (15 ans) jusqu'à l'~ge actuel de 40-44 ans au moment de l'enquête (deuxième diagonale de la droite du tableau 5.4): 15-19: 0,095 20-24: 0,282 25-29: 0,307 30-34: 0,260 35-39: 0,183 40-44: 0,062 Ces données vont permettre de calculer exactement la parité moyenne ou descendance moyenne de ce groupe de génération à chaque fige. Nous avons donc ici une analyse longitudinale de l'intensité de la fécondité par cohorte des femmes, alors que l'indice synthétique de fécondité est un indice fictif représentant le niveau de la fécondité du moment. On donne ci-après (tableau 5.5) une évaluation de la descendance atteinte à chaque åge par les femmes appartenant aux différentes générations. Il est clair que les femmes ågées actuellement de 40-44 ans sont nées entre 1944 et 1948, celles ågées de 35 ~t 39 ans sont nées entre 1949 et 1953_. En ligne, on a le nombre moyen d'enfants mis au monde par un groupe de générations à chaque fige: une femme née entre 1954-58 (ãgée actuellement de 30 å 34 ans) aurait mis au monde 0,300 enfant à 20 ans, 1,560 à 25 ans, 3,030 à 30 ans, et 4,155 à 35 ans (descendance qu'elle a atteint actuellement). Pour une femme née entre 1944-48, elle aurait mis au monde en moyenne 0,465 enfant à 20 ans; à 45 ans, ette a en moyenne mis au monde 5,945 enfants. Une lecture du tableau 5.5 en colonne permet de voir la tendance à la baisse de la fécondité en r~férence au nombre moyen d'enfants mis au monde par les différentes générations à chaque fige. 50 TABLEAU 5.5 DESCENDANCE A L'AGE X DES GENERATIONS, EDS, TUNISIE 1988 Descendance moyenne atteinte å l '~ge de Groupe d'åge G~n~rat iens en 1988 20 ans 25 ans 30 ans 35 ans 40 ans 45 ans 1969-73 15-19 0,150 1964-68 20-24 0,165 1,000 1959-63 25-29 0,230 1,295 2,540 1954-58 30-34 0,300 1,560 3,030 4,155 - 1949-53 35-39 0,465 1,820 3,235 4,460 5,130 1944-48 40-44 0,475 1,885 3,420 4,720 5,635 8,945 Une femme née entre 1944-48 a déjà eu 3,42 enfants à 30 ans alors que celle née entre 1959-63 n'en a eu que 2,54 au même åge; donc durant cette période de vingt ans, la descendance aurait baissé en moyenne de 1 enfant. 5.3 PARITE DES FEMMES ET PROBABILITE D'AGRANDISSEMENT La parité moyenne des femmes au moment de l'enquête est un indice approprié de la fécondité cumulée au cours du temps depuis le début de leur vie féconde. Le tableau 5.6 donne la répartition des femmes mariées d'une part et celle des femmes non- célibataires d'autre part selon le groupe d'åge et le nombre de leurs enfants nés vivants. Dans l'ensemble, cette parité moyenne est de 4 enfants parmi les femmes mari~es et de 3,9 parmi les femmes non-c61ibataires; l'écart est de toute évidence dQ aux effets des années de veuvage et de divorce. Le même tableau montre que plus du tiers (37 pour cent) des femmes non-célibataires ont mis au monde 5 enfants ou plus et une femme sur deux en a eu 4 ou plus. Mais ces chiffres globaux masquent l'effet de la structure par ~ge. Ainsi, dans le groupe d'åge 45-49 ans, quatre femmes sur dix ont eu au moins 8 enfants et presque 78 pour cent des femmes ont eu au moins 5 enfants. A 35-39 ans, un peu plus d'une femme sur deux (55 pour cent) ont déjà eu 5 enfants ou plus, et à 25-29 ans, la proportion de femmes ayant au moins la parité 5 ne dépasse pas 8 pour cent. D'après I'EDS, au Maroc, 42 pour cent et 18 pour cent des femmes ont eu respectivement 5 enfants et 8 enfants ou plus (ENPS, 1987, p.38) contre 37 pour cent et 11 pour cent en Tunisie (1988). Cette distribution est présentée pour l'ensemble des femmes prises dans leur totalité sans distinction de l'ãge. La répartition des femmes ågées de 45-49 ans présente un intérêt en ce sens qu'il s'agit de la répartition finale en fin de p6riode féconde et reflète donc le comportement effectif de la société. Ainsi, on peut dire que dans l'état actuel des choses près des deux fiers des femmes ont eu 6 enfants ou plus, 95 pour cent ont eu 2 enfants ou plus et 92 pour cent en ont eu 3 ou plus. 51 t~ TABLEAU 5.6 ÆPARTITIUN (EN %) DES ENFANTS NE5 VIVANTS pARMI LE5 FE~8 NON-CELIBATAIRE5 ET LES FE~MES ACTUELLEÆNT MARIEES SELON L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, EDS, TUNISIE, 1988 Enfants n~s vivants Pa- rite Groupe Effec- mo- d'åge 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 i0+ Total tif yenne Femmes actuellement marines 15-19 52,4 44,4 1,6 1,6 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 i00,0 63 0,5 20-24 19,2 35,9 28,8 12,7 2,5 0,8 0,2 0,0 0,0 0,0 0,0 i00,0 527 1,5 25-29 7,9 16,6 28,9 24,2 14,2 6,2 1,8 0,0 0,0 0,I 0,0 i08,0 836 2,5 30-34 3,9 5,9 15,0 18,1 21,9 16,3 10,6 4,9 2,2 1,2 0,i 100,0 922 3,9 35-39 4,0 3,0 5,7 14,2 16,2 16,9 13,3 11,6 7,9 4,0 3,2 100,0 723 5,0 40-44 3,2 2,0 4,8 9,7 11,2 13,6 14,3 13,0 11,5 8,7 8,0 100,0 538 5,9 45-49 2,2 2,2 3,5 5,7 7,7 10,9 10,9 14,4 13,6 10,9 17,9 100,0 403 6,8 Total 7,3 11,3 15,3 15,3 13,5 Ii,i 8,3 6,4 4,8 3,3 3,5 i00,0 4012 4,0 Femmes non c~libataires Probabilit~ d'agran- dissement 45-49 ans EDS, 1988 977 972 964 938 903 852 824 733 677 629 Recense- ment, 1984 966 969 962 912 912 872 820 767 695 652 Recense- ment, 1975 965 967 964 951 931 897 861 813 737 676 Total 7,8 11,5 15,2 15,2 13,3 11,0 8,2 6,4 4,7 3,2 3,4 I00,0 4184 3,9 15-19 53,8 43,1 1,5 1,5 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 65 0,5 20-24 19,9 36,0 28,4 12,4 2,4 0,7 0,2 0,0 0,0 0,0 0,0 i00,0 542 1,4 25-29 6,7 16,9 28,6 23,9 14,0 6,1 1,7 0,0 0,6 0,i 0,0 100,0 858 2,4 30-34 4,3 6,4 15,2 18,0 21,5 16,0 10,3 4,8 2,2 1,2 0,1 I00,0 950 3,8 35-39 4,9 3,4 5,9 14,6 16,0 ]6,4 13,1 11,2 7,5 4,0 3,0 I00,0 758 4,9 40-44 3,9 2,3 5,6 10,2 10,9 13,9 13,9 12,6 10,9 8,2 7,7 I00,0 570 5,7 45-49 2,3 2,7 3,4 5,7 8,4 11,6 11,6 14,5 12,9 10,0 17,0 100,0 441 6,7 Pour ces m~mes femmes non-célibataires de 45-49 ans, les probabilit6s d'agrandissement foumissent une autre mesure de la fécondité cumulée. La probabilité d'agrandissement des familles est la probabilité que l'on a d'avoir au moins x + 1 enfants sachant que l'on en a déja eu au moins x. Par exemple, selon I'EDS, la pmbabillté d'avoir un 3 enfant sachant que l'on en a déjå 2 est de 91,6/95,0 = 0,964. Le méme tableau 5.6 donne (en pour mille), les valeurs de la probabilité d'agrandissement d'après I'EDS de 1988 et les recensements de population de 1984 et 1975. Le complément à 1 de la probabilité pour le rang 0, soit 0,023 (EDS), 0,034 (Rec. 1984) et 0,035 (Rec. 1975) correspond à la proportion de femmes de 45-49 ans encore infécondes (sans naissance vivante). Selon les trois sources, le pourcentage de couples stériles varie entre 2,3 pour cent (EDS) et 3,5 pour cent (Recensement 1975). La proportion donnée par I'EDS semble relativement faible par comparaison aux autres sources. Par ailleurs, la baisse des pmbabilités d'agrandissement aurait été plus importante entre 1975- 1984 qu'entre 1984-1988, comme le montre le graphique 5.4. La baisse est évidente, surtout ~t partir du rang 4. Graphique 5.4 Probabilités d'Agrandissement des Femmes Non-célibitaires selon Trois Sources 1.0 0.8 0.6 0.4 0.2 0.0 Parit6 "- RECENSEMENT-1975 -+- RECENSEMENT-1984 * EDS-1988 EDS-Tunisie 1988 Le tableau 5.7 ci-après donne une comparaison dans le temps du nombre moyen d'enfants nés vivants par age d'après les différentes opérations de recensement menées en Tunisie et une comparaison dans l'espace avec le Maroc ~t partir des résultats de l'enquéte EDS similaire. Signalons tout particulièrement la baisse au cours du temps de la parité moyenne au delå de 25 anS. Par ailleurs, le tableau 5.8 donne la répartition des femmes non-eélibataires de 15-49 ans selon le nombre d'enfants vivants d'après I'EDS et le recensement de 1984. 53 TABLEAU 5.7 NOMBRE MOYEN D' ENFANTS NES VIVANTE PARMI LES FEMMES NON- CELIBATAIBES SELON L'AGE ACTUEL DE LA FEF~4E, EDS, TUNISIE, 1988 Autres operat ions en Tunisie EDS, EDS, Groupe Tunisie Maroc* d'Æge 1988 Rec. 1984 EPE 1980 Bec. 1975 Iç87 15-19 0,5 0,70 0,6 0,5 0,5 20-24 1,4 1,46 1,5 1,4 1,5 25-29 2,4 2,71 2,7 3,0 2,8 30-34 3,8 4,06 4,1 4,6 4,2 35-39 4,9 5,42 5,3 8,9 5,5 40-44 5,7 6,36 6,2 6,7 6,8 45-49 6,7 6,81 6,9 7,0 7,4 Total 3,9 4,27 4,3 5,1 4,3 *Enquête Nat ionale sur la P lani f icat ion Familiale, la Fêcondité et la Sant~ de la Populat ion au Maroc (ENPS), 1987, Ministère de la Sant~ Publique, mars 1989. TABLEAU 5.8 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES AGEES DE 15-49 ANS SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTE D'APRES L'EUS DE 1988 ET LE RECENSEMENT DE 1984, EDS, TUNISIE, 1988 Cumul Pourcentage des femmes décroissant Nombre d'enfants RDS, Recense- vivants 1988 ment, 1984 1988 1984 0 7,8 9,3 180,0 ID0,0 1 11,5 10,9 92,2 90,7 2 15,3 12,9 80,7 79,8 3 15,2 12,7 68,4 66,9 4 13,3 12,1 50,2 54,2 5 11,0 10,4 36,9 42,1 8,2 9,0 25,9 31,7 7 6,4 7,3 17,7 22,7 8 4,7 5,7 11,3 15,4 9 3,2 3,9 6,6 9,7 10 et + 3,4 5,8 3,4 5.8 Les deux demières colonnes du tableau donnent pour les années 1988 et 1984, les fréquences cumul~es des pourcentages de femmes de 15-49 ans selon le nombre d'enfants nés vivants. La comparaison avec les données du recensement de 1984 reflète bien la tendance à la baisse au cours des quatre demières années. D'après le recensement de 1984, près du tiers (32 pour cent) des femmes ont eu 6 enfants ou plus; en 1988, elles ne représentent plus que 26 pour cent. Celles qui ont eu 4 enfants ou plus représentent 50 pour cent en 1988 contre 54 pour cent en 1984. 54 La fécondité abordée sous l'angle de la parité a ét~ présentée et analysée jusqu'ici en fonction de l'fige sans référence à la durée de vie maritale. Cependant, des différences peuvent exister au sein d'une mSme génération ou d'un groupe de générations de femmes selon la durée de leur vie maritale. C'est précisément l'objet du tableau 5.9 qui donne la parité moyenne suivant l'fige au premier mariage et la durée de vie maritale. TABLEAU 5.9 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS NES VIVANTS PARMI LES FEMMES NON- CELIBATAIRES SELON L'AGE AU PREMIER MARIAGE ET LA DUREE DEPUIS LE PREMIER MARIAGE, EDS, TUNISIE, 1988 Age au premier mariag~ Durée depuis le premier mariage <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ Total 0-4 8,5 1,3 1,2 i,I 1,2 1,0 I,i 5-9 2,4 2,8 2,7 2,8 2,7 2,5 2,7 I0-14 3,6 4,2 4,2 4,2 3,9 3,6 4,1 15-19 4,2 5,6 5,6 5,2 4,7 4,1 5,2 20-24 6,5 6,1 6,2 5,8 5,2 6,0 6,0 25-29 7,0 7,2 7,0 6,6 6,9 7,0 30+ 8,1 7,3 6,2 7,5 Total 6,8 5,0 4,2 3,7 3,0 2,6 3,9 Pour l'ensemble des femmes non-célibatalres, comme il fallait s'y attendre, la parité augmente avec la durée de la vie conjugale. Elle passe de 1,1 pour une durée de moins de 5 ans å 7,5 parmi les femmes ayant eu une vie maritale de 30 ans et plus. Il est à noter qu'aux durées de mariage 0-4 ans, 5-9 ans, 10-14 ans et 15-19 ans, on constate que les femmes se mariant très jeunes (à moins de 15 ans) ont eu moins d'enfants que les femmes se mariant plus tard (15 ans ou plus). Cela s'explique probablement par le fait que l'intervalle protogénésique est plus long chez les femmes très jeunes. Au-delà de la durée de 20 ans, il y a une association inverse entre l'age au mariage et la fécondité cumulée, reflétant probablement une fertilité plus élevée des femmes se mariant plus t6t. 5.4 AGE A LA PREMIERE NAISSANCE Dans un pays arabe-musulman comme la Tunisie, presque la totalité des naissances sont légitimes, l'entrée en union sanctionnera donc l'entrée dans la vie féconde. Il est logique que le retardement des premières naissances, reflétant une augmentation de l'[lge au mariage, ait largement contribué å la baisse de la fécondité. D'autre part, une nnptialité précoce en l'absence de pratique de planification familiale - comme c'est le cas de certaines sous-groupes en Tunisie - induit une fécondité également précoce qui pourrait avoir des conséquences néfastes sur la santé de la mère et de l'enfant. Dans cette section, l'entrée dans la vie féconde est mesurée par l'age des femmes à leur première naissance vivante. Le tableau 5.10 donne la répartition des femmes, tout état matrimonial confondu, classées par groupe dqige selon l'åge à la première naissance. 55 TABLEAU 5.I0 REPABTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE A LA PEE- MIERE NAISSANCE ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, EDS, TUN[SIE. 1988 Age Pas Ago ~ la première naissance actuel de de la nais- Effec- Age femme sance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ Total tif m~dian 15-19 98,0 0,0 0,7 1,4 0,0 0,0 0,0 100,0 1465,9 20-24 71,3 0,1 3,0 10,0 10,1 5,5 0,0 I00,0 1510,2 25-29 36,0 0,2 3,2 Ii,i 16,3 23,0 10,3 100,0 1224,2 24,5 30-34 15,3 0,4 4,0 15,1 19,8 24,8 20,7 108,0 1072,8 23,2 35-39 9,2 1,0 7,7 17,9 19,1 22,7 22,4 100,0 794,4 22,5 40-44 7,1 1,2 14,6 20,2 18,0 17,1 21,9 108,0 590,2 21,5 45-49 10,5 0,2 11,6 14,1 20,1 23,5 19,9 100,0 481,4 22,4 Total 46,0 0,3 4,8 11,2 12,9 14,3 10,5 lç0,0 7139,1 Prises dans leur totalité, 5 pour cent des femmes sont déjà mères à moins de 17 ans et 16 pour cent le sont avant d'atteindre leur vingtième anniversaire. Mais cette structure varie selon l'tige actuel; parmi celles ågées de 40 à 49 ans (donc nées entre 1939 et 1948), cette proportion était nettement plus élevée. Dans la tranche d'åge 40-44 ans, 16 pour cent ont été mères avant 17 ans. Par contre, peur les femmes tigées de 30 à 34 ans (nées entre 1954-1958), le pourcentage est inférieur à 5 peur cent; la différence de comportement entre les moins de 35 ans et les plus de 40 ans (femmes nées en 1948 et avant et celles nées après 1953) s'expfique par les nouvelles dispositions introduites en 1956 par le Code du Statut Personnel qui ont fixé, entre autres, l'åge légal minimum au mariage pour la jeune fille à 15 ans, porté par la suite en 1964 à 17 ans. La dernière colonne du tableau 5.10 donne l'ãge médian à la première maternité. Ce demier est passé de 21 ans parmi les femmes ågées de 40-44 ans å 24 ans parmi les femmes de 25 à 29 ans. Les variables socio-économiques jouent un r~le important dans l'åge à l'enmSe dans la vie féconde. Ainsi, comme l'indique le tableau 5.11, l'ãge médian à la première naissance des femmes tlgées de 25-49 ans est plus élevé d'un an et demi dans le milieu urbain (23,8 ans) que dans le milieu rural (22,2 ans). L'écart absolu entre les deux milieux est resté pratiquement le même quelle que soit la génération, à l'exception du groupe d'tige 45-49 ans pour lequel on n'observe pas d'écart entre les femmes urbaines et rurales (22,3 ans). Par niveau d'instruction, les femmes du niveau secondaire ou plus ont leur première naissance 1 an plus tard que celles du niveau primaire et 2,8 ans plus tard que celles n'ayant aucune instruction. Enfin, selon la région, l'åge médian à la première naissance est le plus élevé à Tunis (24,2 ans), suivi du Nord Est (23,6 ans), du Centre Est (23,3 ans) et du Nord Ouest (22,9 ans). Les femmes du Centre Ouest (22,2 ans) et du Sud (21,9 ans) sont celles qui ont leur première naissance le plus t6t. 56 TABLEAU 5.11 AGE MEDIAN A LA PREMIERE NAISSANCE PARMI LES FE~~4ES AGEES DE 25 A 49 ANS SELON L'AGE ACTUEL ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRApHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 Age actuel Caract~ristiques socio- démographiques 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Milieu Urbain 25, i 23,9 23,3 22,1 22,3 23,8 Rural 23,5 22,2 21,6 20,7 22,3 22,2 R~gien Tunis 25,4 24,1 23,2 22,1 24,0 24,2 Nord Est 24,2 23,5 23,7 22,6 23,4 23,6 Nord Ouest 24,6 23,4 21,9 21,4 21,5 22,9 Centre Ouest 23,4 21,9 21,3 20,7 22,7 22,2 Centre Est 24,8 21,3 23,3 21,9 21,7 23,9 Sud 24,4 21,8 21,6 20,4 20,8 21,9 Instruction Aucune 23,4 22,4 21,7 21,1 22,0 22,1 Primaire 24,6 23,6 23,5 22,4 24,2 23,9 Secondaire ou plus 25,7 24,4 24,4 25,0 24,7 24,9 Total 24,5 23,2 22,5 21,5 22,4 23,1 5.5 CONCLUSION L'Enquete D6mogmphique et de Santé r6alisée en Tunisie en 1988 confirme ce que l'on connait de la composante fécondité: son niveau, ses tendances et ses facteurs diff6rentiels. Le nombre moyen d'enfants nés vivants par femme en fin de p6riode féconde est encore élevé: il est de 5,8 ce qui est très proche d'une fécondité naturelle. Il est entendu que ces femmes, quand elles étaient dans les premières tranches d'åge à forte f6condité (moins de 30 ans) ignoraient toute notion de planification familiale, ajoute à cela un analphabétisme quasi généralisé. L'indice synthétique de fécondité, indice du moment, se trouve quant à lui à un niveau intermédiaire, de l'ordre de 4 entre une fécondité naturelle (ISF de l'ordre 7) et une fécondité très faible (ISF de l'ordre 2) correspondant au niveau observé dans les pays évolués. L'EDS confirme les effets du milieu et du niveau d'instruction sur la f6condité; elle est plus élevée en milieu rural et parmi les femmes les moins instruites. Du point de vue régional, la fécondité est de plus en plus élevée dans le sens Est vers Ouest et Nord vers Sud; le Centre Ouest et le Sud restent les régions oil la fécondité est la plus élevée. Le comportement vis-à-vis de la nuptialité et le recul de l'fige au mariage avec la pratique de la contraception de plus en plus importante constituent quelques uns des facteurs qui ont agi sur la f6condité dans le sens de la baisse. Enfin, on ne peut manquer de souligner que la fécondit6 a été abordée dans le cadre de cette enquête, à la manière classique, à travers les caractéristiques de la femme à l'exclusion de tout autre déterminant. 57 CHAPITRE VI CONTRACEPTION Rédigé par T. Aloui L'expérience tunisienne en matière de planification familiaie remonte au milieu des années soixante. Cette expérience place la Tunisie à l'avant-garde des pays arabes et africains dans ce domaine. Les services de contraception sont actuellement offerts dans 1137 centres publics dont 75 pour cent desservis par les 64 unités mobiles de l'Office (équipes et cliniques) opérant dans les zones p~ri- urbaines et rurales démunies d'infrastructure et/ou de personnel paramédical. Bien que le recours à la planification familiale soit de plus en plus important, il n'en demeure pas moins que les responsables tunisiens sont appelés à consentir plus d'efforts en milieu rural afin de réduire l'écart dans l'utilisation entre ce milieu et le milieu urbain comme le montre l'analyse des données présentées ci-après. Dans la présente section, nous aborderons les thèmes suivants: la connaissance des méthodes contraceptives; la connaissance des sources des méthodes contraceptives; la pratique passée et récente de la contraception; l'utilisation actuelle de la contraception; l'identification des sources pour la planification familiale (secteur public et privé); l'intention de l'utilisation future des méthodes contraceptives; les raisons de discontinuité des méthodes contraceptives; la planification familiale véhiculée par les moyens d'information. 6.1 CONNAISSANCE DES METHODES CONTRACEPT IVES L'EnquSte Démographique et de Santé (EDS) aborde la connaissance des méthodes contraceptives de la mSme manière que l'Enquête Tunisienne sur la Fécondité (ETF) de 1978 et l'EnquSte Tunisienne sur la Prévalence Contraceptive (ETPC) de 1983. Cette connaissance est mesurée de deux façons, selon la réponse de la femme à la question suivante: "Comme vous le savez, il existe divers moyens permettant à un couple de retarder ou de prévenir une grossesse. Connaissez-vous quelques-unes de ces méthodes ou en avez-vous entendu parier?" Si la femme répond par l'affirmative, l'enquSteuse lui demande de les citer, et toutes les méthodes ainsi mentionnées sont classées comme "connaissance spontanée". Si au contraire, elle répond par la négative ou mentionne seulement quelques méthodes, l'enqu8teuse intervient en lui faisant successivement la description de chacune des autres méthodes non citées; ceci s'appelle la "connaissance non spontanée ou après description". Pour les besoins de l'analyse, les méthodes contraceptives seront réparties, comme il est de tradition, selon le critère d'efficacité en deux groupes. 1. Les méthodes modernes: la pilule, le stérilet ou DIU, l'injection, le préservatif masculin ou condom, la stérilisation féminine ou ligature de trompes, la stérilisation masculine ou vasectomie, les implants sous-cutanés, les méthodes vaginales et l'avortement provoqué. 59 2. Les méthodes traditionnelles: la continence périodique, le retrait et les autres méthodes. Signalons que par rapport à I'EDS, I'ETF et I'ETPC n'avaient pas inclus dans les méthodes modernes l'implant sous-cutané. En revanche, I'ETF avait inclus en plus la douche et l'abstinence prolong6e et I'ETPC avait ajouté l'abstinence prolongée parmi les méthodes traditionnelles. Sur l'ensemble des femmes non-célibataires de l'échantillon de I'EDS, la connaissance d'une méthode contraceptive est quasi générale (99 pour cent) comme le fait apparaître le tableau 6.1. Les pourcentages correspondants étaient de 97 pour cent en 1983, selon I'ETPC et 95 pour cent en 1978 selon 1'ETF. TABLEAU 6.1 POURCENTAGE DES FEMMES NON-CELIBATAIRES (NC) ET DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES (AM) QUI CONNAISSENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE QUELCONQUE ET UNE SOURCE CORRESPONDANTE (POUR INFORMATION OU SERVICES), SELON LA METHODE 8PECIFIQUE, EDS, TUNISIE, 1988 Pourcentage des femmes qui connaissent Une méthode Une méthode et sa source Méthode NC AM NC AM AU MOINS UNE METHODE QUELCONQUE 99,0 99,2 96,5 96,8 AU MOINS UNE METHODE MODERNE 98,8 99,0 96,0 96,3 Pilule 95,7 95,8 86,5 86,9 DIU 94,5 94,7 86,8 87,2 Injection 59,1 59,4 43,7 43,9 Méthodes vaginales* 60,7 61,3 54,8 55,4 Condom 65,6 66,3 57,0 57,8 St~ril. féminine 95,6 95,9 89,8 89,1 St~fil. masculine 16,8 16,9 10,6 10,7 Implant sous-cutané 15,8 16,2 10,5 10,7 Avortement 86,9 87,2 79,6 80,0 AU MOINS UNE METHODE TRADITIONNELLE 91,5 91,9 80,2 80,6 Abstinence périodique 54,1 54,5 0,0 0,0 Retrait 50,5 51,2 0,0 0,0 Autre 9,0 9,1 0,0 8,0 Effect i f 4184 4012 4184 4012 *Lors de la conception du questionnaire, on a inclus dans ce groupe les m~thodes suivantes: créme, gelée et douche vaginale. 60 Parmi les méthodes modemes, la pilule, la stérilisation féminine et le DIU sont les plus connues (respectivement 96 pour cent, 96 pour cent et 95 pour cent). Viennent ensuite le condom (66 pour cent) et les methodes vaginales (61 pour cent). Près de 3 femmes sur 5 ont déclaré connaltre l'injection. La stérilisation masculine (17 pour cent) et l'implant sous-cutané (16 pour cent) sont les méthodes les moins connues. Le pourcentage de femmes qui connaissent ce dernier procédé attire l'attention puisque le Norplant n'a été introduit en Tunisie à petite échelle qu'~t la fin de 1987. Parmi les méthodes traditionnelles, la continence périodique et le retrait ont été les plus citées (respectivement 54 pour cent et 50 pour cent). Viennent ensuite les autres méthodes (9 pour cent). La connaissance des méthodes contraceptives est pratiquement la mSme aussi bien chez les femmes actuellement mari~es que chez les femmes non-céllbataires. La connaissance d'une source pour une méthode contraceptive connue est également quasi-générale (97 pour cent). D'une manière globale, lorsqu'une méthode est connue, sa source l'est également. Le tableau 6.2 présente le pourcentage des femmes actuellement mari~es connaissant au moins une méthode moderne et sa source (pour information ou services) selon les caractéristiques socio- démographiques. Il en resulte que quels que soient l'~ge, le milieu, la région et le niveau d'instruction, la connaissance d'au moins une méthode moderne est quasi-totale. Les résultats laissent apparaitre très peu de variation différentielle selon les variables socio- démographiques (l'/lge, le milieu de résidence et le niveau d'instruction de la femme) étant donné le niveau très élevé de connaissance des méthodes contraceptives modernes et de leurs sources. Pour cela, il n'a pas été jugé utile de présenter les données détaillées dans ce rapport. 6.2 PERCEPT ION DES PROBLEMES DE CONTRACEPT ION La perception des problèmes liés à la contraception a été étudiée par le biais de la question (405): "Quel est le problème majeur, s'il y en a, en utilisant cette méthode?" Cette question a été posée ~ chaque femme et pour toute méthode spécifique déclarée connue (sauf pour les "autres" méthodes traditionnelles non spécifiées). Le tableau 6.3 donne la répartition des femmes selon leur perception des problèmes de contraception pour chaque méthode déclarée connue. Il résulte du tableau 6.3 que les risques pour la santé constituent le problème majeur dans l'utilisation de certaines méthodes: pilule (52 pour cent), DIU et avortement provoqué (respectivement 38 pour cent et 31 pour cent), stérilisation féminine (19 pour cent) et injection (15 pour cent). Pour les autres méthodes, ce problème est moins souvent évoqué par les femmes: les pourcentages oscillent entre 10 pour cent pour l'implant sous-cutané et 0 pour cent pour la continence périodique. S'agissant de l'efficacité des contraceptifs, les méthodes modernes, à l'exception des méthodes vaginales (14 pour cent), ont été les moins mises en cause. La pilule et l'implant sous-cutané sont les méthodes qui ont été considérées les plus efficaces (moins de 1 pour cent). Pour les méthodes traditionnelles, les pourcentages varient entre 5 et 18 pour cent. Un troisième problème évoqué par les femmes est lié au c0té peu pratique de l'utilisation de certaines méthodes. Le condom semble le moyen contraceptif le moins agréable ~ utiliser (29 pour cent) suivi par le retrait (26 pour cent). Le facteur religieux n'a été cité, comme étant un obstacle/t l'utilisation de la méthode, que par 20 pour cent des femmes pour l'avortement provoqué, 7 pour cent pour la stérillsation féminine et 5 pour cent pour la stérilisation masculine. 61 TABLEAU 6.2 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES QUI CONNAISSENT AU MOINS UNE METHODE MODERNE OU UNE SOURCE (POUR INFORMATION OU SERVICES) POUR UNE METHODE MODERNE SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDS, TUNISIE, 1988 Caractér is t iques Ccnnalt Connaît socle- une une Effec- démographique méthode source tir Age 15-19 100,0 88,9 63 20-24 98,3 95,4 527 25-29 99,4 96,9 836 30-34 99,3 97,1 922 35-39 99,3 97,4 723 48-44 98,7 96,1 538 45-49 97,5 93,8 403 Mi l ieu Urbain 99,7 98,6 2349 Rural 97,9 93,1 1663 Région Tunis 99,1 98,5 743 Nord Est 98,9 98,4 699 Nord Ouest 99,0 93,1 624 Centre Ouest 98,0 91,5 587 Centre Est 99,5 98,8 748 Sud 99,2 95,9 611 Instruct ion Aucune 98,2 94,1 2271 Pr imaire 99,8 98,8 1251 Secondaire ou + I00,9 99,8 490 Total 99,8 96,3 4012 Quant aux autres problèmes tels que la difficulté dans l'utilisation, l'oubli, les contre-indications, l'irréversibilité, l'accès et la disponibilité, très peu de femmes les ont soulignes comme obstacles principaux à la pratique contraceptive. En outre, un nombre important de femmes considèrent que le recours aux méthodes de contraception ne pose aucun problème. Les proportions varient entre 49 pour cent (continence périodique) et 12 pour cent (st6rilisation masculine). Enf'm, beaucoup d'enquêtées ont répondu par "ne sait pas" surtout pour les méthodes modernes: implant sous-cutané (67 pour cent), injection (58 pour cent), vasectomie (57 pour cent) et condom (36 pour cent). Cette r6ponse est moins fréquente avec les méthodes traditionnelles: retrait (21 pour cent) et abstinence périodique (19 pour cent). 6.3 N IVEAU DE CONNAISSANCE DES SOURCES DES METHODES CONNUES Dans l'ensemble, lorsqu'une m6thode est connue, sa source l'est également. 62 0% TABLEAU 6.3 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES CONNAISSANT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SPECIFIQUE SELON LE PRINCIPAL PROBLEME PERÇU EN UTILISANT CETTE METHODE, EDS, TUNISIE, 1988 Principal Méthode Absti- Implant problème Injec- vagi- Stéril. Stéril. nence sous- Avorte- perçu Pilule DIU tion hale Condom fém. masc. pér. Retrait cutané ment Aucun problème 18,2 28,7 17,5 24,9 17,7 39,7 12,5 48,8 33,2 14,4 24,2 Effets secondaires 51,8 37,9 15,0 9,1 2,1 18,8 5,7 0,3 4,7 10,3 30,7 Mauv. expér, d'autrui 6,0 5,3 3,9 4,7 3,0 5,7 3,4 2,8 0,9 2,0 2,7 Pas très s~re/ineffic. 0,4 2,3 2,2 14,0 3,6 1,0 0,3 17,8 5,1 0,8 0,0 Difficile à utilis/oubli 0,5 0,6 0,2 1,3 3,1 0,1 3,0 6,3 3,8 0,2 0,i Désagréable 0,3 0,2 0,0 8,7 29,4 0,3 2,4 2,4 26,4 0,2 0,2 Cause religieuse 0,2 0,i 0,3 0,2 0,3 6,7 5,4 0,2 0,3 0,3 19,6 Contre indiqué 0,4 0,7 1,8 0,3 0,0 0,6 0,4 0,0 0,i 3,8 0,4 Irréversible 0,0 0,I 0,4 0,0 0,0 1,8 1,3 0,0 0,0 0,5 0,i Prob. d'accès/disponib. 0,0 0,i 0,2 0,3 0,0 0,0 0,6 0,0 0,0 0,0 0,0 Autre 2,1 2,9 1,0 1,2 5,0 1,9 8,0 2,1 4,3 0,5 0,6 Ne sait pas 20,2 21,4 57,5 35,3 35,5 23,4 57,0 19,4 21,1 67,4 21,5 Total I00,0 I08,0 I00,0 I00,0 i00,0 I00,0 i00,0 100,D I00,0 i00,0 I00,0 Effectif 4003 3953 2471 2538 2746 4000 702 2262 2114 662 3635 TABLEAU 6.4 RBPABTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIÆS CONNAISSANT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SPECIFIQUE SELON LA SOURCE A LAQUELLE ELLES S'ADRESSERAIENT EN CAS DE BESOIN, EDS, TUNISIE, 1988 Méthodes Absti- Implant Injec- vagi- Stéril. St~fil. nence sous- Avorte- Source Pilule DIU tion hales Condom fém. masc. pér. cutané ment Secteur public 49,0 84,3 47,4 38,4 40,6 90,5 55,0 55,4 83 H6pital/maternité 14,3 31,3 24,7 9,7 10,4 56,6 42,9 0,8 27,9 54,4 PMI/CNSS 6,4 i0,0 4,1 5,7 4,3 1,9 0,4 0,0 3,5 2,1 Dispensaire/SS 13,2 17,0 5,9 8,6 10,7 0,4 0,0 0,0 3,9 2,8 CREPF/Clin. de PF 5,1 6,4 7,4 7,6 9,0 18,2 8,5 0,0 12,7 13,3 Unité mobile 10,0 19,6 5,2 5,2 6,2 13,2 3,6 0,0 7,4 10,4 Service médico-social 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 O,l 0,8 0,0 0,0 O,0 Secteur prlvé 41,2 7,6 26,5 55,3 46,1 2,4 7,5 9,8 8,5 Méd./SF/Clin. privée 4,2 7,5 24,4 3,9 1,5 2,4 7,5 0,0 9,8 8,5 Pharmacie 37,0 0,i 2,2 51,4 44,6 0,0 0,0 0,0 !,i 0,0 Amle/voisine 0,0 0,0 0,0 8,2 0,2 0,ç 0,0 0,0 0,8 0,0 Qabla arbi 0,i 0,8 0,0 O,1 O,0 0,0 0,1 0,0 O,O 0,1 Ne sait pas 9,6 8,1 26,0 9,6 13,1 7,1 36,9 0,0 33,7 8,4 Total I00,0 i00,0 i00,0 I08,0 10O,0 100,O 100,0 0,0 1OO,0 100,O Effectif 4003 3953 2471 2538 2746 4000 702 2262 662 3635 Le tableau 6.4 montre que le secteur public est considér6 par les femmes comme la principale source à laquelle elles s'adresseraient en cas de besoin: stérilisation féminine (90 pour cent), DIU (84 pour cent), implant sous-cutané (56 pour cent), pilule (49 pour cent) et injection (47 pour cent). L'hOpital/matemité, le dispensaire et l'unité mobile apparaissent comme les sources les plus citées. Le rOle du secteur privé semble plus modeste sauf pour les méthodes où il y a approvisionnement: "autres méthodes scientifiques" (55 pour cent), condom (46 pour cent) et pilule (41 pour cent). La pharmacie est la principale source du secteur privé citée par les femmes: méthodes vaginales (51 pour cent), condom (45 pour cent) et pilule (37 pour cent). Quant au médecin et à la clinique privée, ils occupent une place très limitée sauf pour l'injection (25 pour cent). 6.4 UT IL ISAT ION A UN MOMENT QUELCONQUE: PRAT IQUE DE LA CONTRACEPT ION Le tableau 6.5 montre les pourcentages de femmes qui ont utilisé au moins une méthode contraceptive. Il s'agit des proportions de femmes non-célibatalres et actuellement mariées. Parmi les femmes non-céllbataires, presque sept sur dix (67 pour cent) ont utilisé à un moment donné de leur vie féconde, un moyen contraceptif et 61 pour cent ont eu recours à une méthode moderne. Les méthodes les plus utilisées sont le DIU (36 pour cent), la pilule (34 pour cent), l'avortement (13 pour cent) et la ligature des trompes (11 pour cent). Parmi les méthodes traditionneUes, la continence périodique a été la plus utilisée (16 pour cent) suivie du retrait (15 pour cent). Enfin, plus d'une femme sur dix a eu recours à l'avortement provoqué (13 pour cent). Entre femmes actuellement mari~es et femmes non-célibataires, les écarts sont insignifiants. La pratique de la contraception en Tunisie a connu une augmentation non négligeable de 12 pour cent au cours des cinq demières années séparant les deux enquetes: I 'ETt~ de 1983 et I'EDS 1988. Le DIU et la contraception orale sont les m6thodes qui ont enregistré les progressions les plus significatives de 1983 à 1988 (respectivement 25 pour cent et 21 pour cent). Il s'agit essentiellement des méthodes modernes qui constituent l'axe central des activités du programme de PF dans le pays. Le classement des données selon l'fige fait ressortir que les générations jeunes de 25 ans ou moins et celles figées de 40 ans ou plus ont les niveaux d'utilisaåon les moins élevés par rapport aux groupes d'figes intermédiaires 25-39 ans quelle que soit la m6thode, h l'exception de la stérilisation féminine. L'analyse des données sur la première utilisation de la contraception selon l'fige de la femme et le nombre d'enfants vivants permet de saisir le comportement des femmes vis-å-vis de l'ajournement des premières naissances et de l'espacement des naissances de rang deux ou plus. Le tableau 6.6 montre qu'il y a très peu de femmes qui ont utilisé une méthode contraceptive pour la première fois avant d'avoir un premier enfant. Seulement 2 pour cent des femmes non-célibatairos figées de 45 à 49 ans ont utilisé un moyen contraceptif pour la première fois quand elles n'avalent pas d'enfant contre presque 5 pour cent des femmes figés de 15 à 19 ans. Mais la proportion de femmes qui ont utilisé la première fois une méthode contraceptive quand elles n'avaient pas d'enfant ou quand elles avaient seulement un enfant a augmenté de 6 pour cent chez les femmes de 45 å 49 ans à 38 pour cent chez les femmes de 20-24 ans. Etant donné que la majorité des femmes tunisiennes désirent au moins trois enfants (voir chapitre 7), celles qui recourent aux méthodes anti-conceptionnelles avant d'avoir trois enfants le font probablement pour espacer leurs naissances. Cette tendance est indicative d'un changement de comportement qui consiste å considérer la pratique de la contraception comme un moyen d'espacement des naissances plutét que comme un moyen de limitation des naissances. L'augmentation de la première pratique avec seulement 2 ou 3 enfants peut aussi indiquer un changement vers les normes de la famille de petite taille. 65 OX O~ TABLEAU 6.5 POURCENTKGE DES FEMMES NON-CELIBATAI~S ET DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES AYANT UTILISE UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LA METHODE SPECIFIQUE ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, EDS, TUNISIE, 1988 % % % Méthodes modernes Ayant Méthodes traditionnelles Ayant Ayant utilisé utilisé utilise au moins au moins au moins Implant Avor- une mé- une mé- une mé- Injec- Méth. Stér. sous- te- thode Abst. Effec- thode thode mod. Pllule DIU tion vag. Condom fém. cutané ment trad. pér. Retrait Autre tif Groupe d'åge Femmes non-célibataires 15-19 18,5 13,8 4,6 4,6 0,0 4,6 0,0 O,0 0,0 0,0 9,2 4,6 7,7 0,0 65 20-24 51,3 43,2 25,3 27,5 1,3 6,6 6,5 0,2 0,0 3,5 23,8 14,2 13,7 0,0 542 25-29 66,3 58,5 32,1 38,9 1,9 12,6 9,2 1,9 0,1 8,4 31,9 17,2 18,3 0,9 858 30-34 72,4 65,8 39,2 43,4 3,2 14,0 9,9 7,3 0,2 13,3 34,6 18,3 16,0 2,1 950 35-39 7ç,l 68,9 39,1 40,2 3,4 13,i 11,3 15,6 0,3 20,1 35,2 16,8 15,0 3,2 758 40-44 73,2 67,5 37,7 34,4 2,6 12,8 10,2 26,5 0,2 18,9 35,8 14,2 14,2 4,6 570 45-49 63,9 58,5 28,3 26,1 2,3 7,3 6,8 25,4 0,2 15,6 27,2 9,5 8,4 3,2 441 Total EDS 67,1 60,6 34,0 36,2 2,5 11,6 9,1 11,2 0,2 13,0 31,8 15,6 14,8 2,2 4184 ETPC (1983)* 59,9 56,5 28,0 29,0 l,O ii,0 10,0 ii,0 4,4 II,0 10, O 1,0 18,0 2260 Femmes actuellement mariées Total 66,2 61,7 34,6 37,0 2,5 11,7 9,2 11,5 0,i 13,3 32,4 15,9 15,2 2,2 4012 *Enquéte Tunislenne sur la Prévalence de la Contracep

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.