Maroc - Demographic and Health Survey - 1996

Publication date: 1996

Maroc Enquête de Panel .sur la Population et la Santé (EPPS) 1995 2~ Ministère de la Santé Publique Direction de la Planification et des Ressources Financières Service des Etudes et de l'Information Sanitaire ~DHS Demographic and Health Surveys Macro International Inc. ROYAUME DU MAROC Enquête de Panel sur la Population et la Santé (EPPS) 1995 Mustapha Azelmat Mohamed Ayad E1 Arbi Housni Ministère de la Santé Publique Direction de la Planification et des Ressources Financières Service des Etudes et de l'Information Sanitaire Rabat, Maroc et Macro International Inc. Calverton, Maryland USA Janvier1996 Ce rapport présente les principaux résultats de l'Enquête Panel sur la Population et la Santé (EPPS) de 1995 réalisée par le Service des Etudes et de l'Information Sanitairê (SEIS) de la Direction de la Planification et des Ressources Financières du Ministère de la Santé Publique. L'EPPS, financée par l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID), a bénéficié de l'assistance technique de Macro International Inc. L'EPPS fait partie du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys - DHS) dont l'objectif est de collecter, d'analyser et de diffuser des données démographiques portant en particulier sur la fécondité, la planification familiale et la santé de la mère et de l'enfant. Des informations complémentaires sur I'EPPS peuvent être obtenues auprès du Service des Etudes et de l'Information Sanitaire (SEIS), Ministère de la Santé Publique, Avenue de Mohamed V, Rabat (téléphone 212-7-76-27- 81; fax 212-769-480). Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent être obtenus auprès de Macro International Inc., 11785 Beltsville Drive, Suite 300, Calverton, MD 20705, U.S.A. (téléphone 301-572-0200; fax 301- 572-0999). Citation recommandée : Azelmat, Mustapha, Mohamed Ayad et EI Arbi Housni. 1996. Enquête de Panel sur la Population et la Santé (EPPS) 1995. Calverton, Maryland (U.S.A.) : Ministère de la Santé Publique, Direction de la Planification et des Ressources Finaneières, Service des Etudes et de l'Information Sanitaire et Macro International Inc. TABLE DES MATIÈRES Page Liste de tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vii Liste de graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xi Sigles et abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xiii Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Résume . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix Carte du Maroc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxii CHAPITRE 1 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 1.7 1,8 PRÉSENTATION DU PAYS ET MÉTHODOLOGIE DE L'ENQUÊTE . . . . . . 1 par Mustapha Aze lmat MIL IEU NATUREL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Relief . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Climat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 APERÇU HISTORIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 CONTEXTE DÉMOGRAPHIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.3.1 Fécond i té . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.3.2 Mortalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.3.3 Éducation et milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 STRUCTURE ECONOMIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.4.1 Secteur primaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.4.2 Secteur secondaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.4.3 Secteur tertiaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 ORGANISAT ION ADMINISTRATIVE ET SANITAIRE DU MAROC . . . . . . . . . 5 1.5.1 Organisation administrative du pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.5.2 Organisation du système de Santé Publique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 POLIT IQUE DE POPULAT ION ET PLANIF ICAT ION FAMIL IALE . . . . . . . . . . . 6 OBJECTIFS ET CADRE INST ITUT IONNEL DE L 'ENQUÊTE PANEL . . . . . . . . 7 1.7.1 Objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.7.2 Cadre institutionnel et financement de l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 QUESTIONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 1.8,1 Questionnaire ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 1.8.2 Questionnaire individuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 iii 1.9 1.10 1.ll Page ÉCHANTILLONNAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 FORMATION ET COLLECTE DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 1.10.1 Pré-enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 1.10.2 Recrutement et formation du personnel de terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 1.10.3 Collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 TRAITEMENT INFORMATIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 CHAPITRE 2 2.1 2.2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES FEMMES ENQUÊTÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 par Mohamed Laaziri ENQUÊTE MÉNAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 2.1.1 Caractéristiques de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 2.1.2 Structure, taille et composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 2.1.3 Caractéristiques de l'habitat et des biens possédés par le ménage . . . . . . . . 15 ENQUÊTE INDIVIDUELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 2.2.1 Caractéristiques socio-démographiques des femmes enquêtées . . . . . . . . . . 19 2.2.2 Niveau d'instruction et caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . 20 CHAPITRE 3 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 FÉCONDITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 par El Arbi Housni FÉCONDITÉ ACTUELLE ET FÉCONDITÉ DIFFÉRENTIELLE . . . . . . . . . . . . . 24 TENDANCES DE LA FÉCONDITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 ENFANTS NÉS VIVANTS ET STÉRILITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 INTERVALLES INTERGÉNÉSIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 ÂGE A LA PREMIÈRE NAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 CHAPITRE 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 4.7 4.8 PLANIFICATION FAMILIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 par Najia Hajji CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 UTILISATION ANTÉRIEURE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 UTILISATION ACTUELLE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 UTILISATION DE LA CONTRACEPTION SELON CERTAINES VARIABLES SOCIO-DÉMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 NOMBRE D'ENFANTS À LA PREMIÈRE UTILISATION . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 ÂGE A LA STÉRILISATION FÉMININE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 SOURCES D'APPROVISIONNEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 DISCONTINUATION DES MÉTHODES CONTRACEPTIVES . . . . . . . . . . . . . . 43 iv 4.9 4.10 4.11 Page UTIL ISAT ION FUTURE DES MÉTHODES CONTRACEPT IVES . . . . . . . . . . . . 45 CONNAISSANCE DE LA PLANIF ICATION FAMIL IALE ]k TRAVERS LES MÉDIA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 ACCEPTABIL ITÉ DES MÉDIA POUR LES MESSAGES SUR LA PLANIF ICAT ION FAMIL IALE CHEZ LES CÉLIBATAIRES . . . . . . . . . . . . . . . 50 CHAPITRE 5 5.1 5.2 5.3 NUPTIALITÉ ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . 51 par Houcine Belhachmi ÉTAT MATRIMONIAL . . : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 ÂGE AU PREMIER MARIAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 EXPOSIT ION AU RISQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 CHAPITRE 6 6.1 6.2 6.3 6.4 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 par Mohamed Ayad DÉSIR D 'ENFANTS SUPPLÉMENTAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 BESOINS EN MATIÈRE DE PLANIF ICAT ION FAMIL IALE . . . . . . . . . . . . . . . 60 NOMBRE TOTAL D 'ENFANTS DESIRÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 PLANIF ICAT ION DE LA FÉCONDITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 CHAPITRE 7 7.1 7.2 7.3 SANTÉ DE LA MÈRE ET DE L'ENFANT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 par Mustapha Azelmat SOINS PRÉNATALS ET ACCOUCHEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 7.1.2 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 7.1.3 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 VACCINAT ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 MALADIES DIARRHÉIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 CHAPITRE 8 8.1 8.2 ALLAITEMENT DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 par Abdelwahab Zirari ALLA ITEMENT ET AL IMENTATION DE COMPLÉMENT . . . . . . . . . . . . . . . . 83 DURÉE D 'ALLA ITEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 CHAPITRE 9 9.1 MORTALITÉ DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS . . . . . . . . . . . . . . . 91 par Mustapha Azelmat MÉTHODOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 V 9.2 9.3 9.4 Page N IVEAUX ET TENDANCES DE LA MORTAL ITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 VARIAT IONS DIFFÉRENTIELLES DE LA MORTAL ITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 COMPORTEMENT PROCRÉATEUR A HAUT R ISQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 CHAPITRE I0 10.1 10.2 10.3 DÉPENSES DES MÉNAGES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 par Mustapha Azelmat et Mohamed A yad MÉTHODOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 DÉPENSES DES MÉNAGES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 10.2.1 Dépenses en dehors de la santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 10.2.2 Dépenses de santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 STRUCTURE DESDÉPENSES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 CHAPITRE 11 L'ENQUÊTE DE PANEL : MÉTHODOLOGIE ET RÉSULTATS . . . . . . . . 107 par Mohamed Ayad, Mustapha Azelmat et EI Arbi Housni 11.1 11.2 MÉTHODOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 RÉSULTATS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 11.2.1 Caractéristiques des femmes interview~es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 11.2.2 Fiabilité des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 11.2.3 Passage de l'intention de pratiquer la contraception à la pratique . . . . . . . 115 REFERENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 ANNEXE A ANNEXEB ANNEXE C ANNEXE D ANNEXEE ORGANIGRAMME ET PERSONNEL DE L'ENQUÊTE PANEL SUR LA POPULAT ION ET LA SANTÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 PLAN DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 par Thanh Lê B.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 B.2 BASE DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 B.3 T IRAGE DES GRAPPES ET TAILLE DE L 'ÉCHANTILLON . . . . . . . . 128 B.4 ACTUAL ISAT ION DE L 'ÉCHANTILLON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 TABLEAUX POUR L 'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 QUESTIONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 vi LISTE DES TABLEAUX Tableau 1.1 Tableau 2.1 Tableau 2.2 Tableau 2.3 Tableau 2,4 Tableau 2.5 Tableau 2.6 Tableau 2.7 Tableau 3.1 Tableau 3.2 Tableau 3.3 Tableau 3 A Tableau 3.5 Tableau 3.6 Tableau 3.7 Tableau 3.8 Tableau 3.9 Tableau 3.10 Tableau 3.11 Tableau 4.1 Tableau 4.2 Tableau 4.3 Tableau 4A Tableau 4.5 Tableau 4.6 Tableau 4.7 Tableau 4.8 Tableau 4.9 Tableau 4.10 Page Évolution des activités de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Population des ménages par âge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Population par âge selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Caractéfistiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Biens durables possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Caractéristiques socio-démographiques des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Niveau d'instruction des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Fécondité par âge selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Tendances de la fécondité par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Tendances de la fécondité par durée de mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Enfants nés vivants et enfants surv ivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Âge à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Âge médian à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Enfants nés de mères adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Connaissance des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Connaissance des méthodes contraceptives modernes par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Âge à la stérilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Taux de discontinuation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Raisons de discontiuuation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 vii Tableau 4.11 Tableau 4.12 Tableau 4.13 Tableau 4.14 Tableau 4.15 Tableau 4.16 Tableau 5.1 Tableau 5.2 Tableau 5.3 Tableau 5.4 Tableau 5.5 Tableau 5.6 Tableau 6.1 Tableau 6.2 Tableau 6.3 Tableau 6.4 Tableau 6.5 Tableau 6.6 Tableau 6.7 Tableau 6.8 Tableau 7.1 Tableau 7.2 Tableau 7.3 Tableau 7.4 Tableau 7.5 Tableau 7.6 Tableau 7.7 Tableau 7.8 Tableau 7.9 Tableau 7.10 Tableau 8. I Page Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Raisons de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Méthode contraceptive préferée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Messages sur la planification familiale diffusés par les média le mois dernier . . . . . 48 Messages sur la planification familiale diffusés par les média . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 État matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Évolution de la part des femmes célibataires par âge selon différentes sources . . . . . 52 Âge au première mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Âge médian au première mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Aménorrhée post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Durée médiane de la non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . 58 Préférences en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Désir de limiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . 64 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Taux de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Lieu de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Assistance lors de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Caractéristiques de l 'accouchement : césarienne, prématurité, poids et taille à la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Vaccinations par source d' information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Vaccinations par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Vaccinations avant l 'âge de 12 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Prévalence de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 viii Tableau 8.2 Tableau 8.3 Tableau 8.4 Tableau 8.5 Tableau 9.1 Tableau 9.2 Tableau 9.3 Tableau 9A Tableau 10.1 Tableau 10.2 Tableau 10.3 Tal~leau 10.4 Tableau 10.5 Tableau t0.6 Tableau 11.1 Tableau 11.2 Tableau 11.3 Tableau 11.4 Tableau B. 1 Tableau B.2 Tableau B.3 Tableau C.1 Tableau C.2 Tableau C.3 Tab/eau C.4 Tableau D. 1 Tableau D.2 Tableau D.3 Tableau D.4 Tableau D.5 Tableau D.6 Pige Type d'allaitement par âge de l'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 Allaitement et alimentation de complément par âge de l'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Allaitement et alimentation de complément par caract~ ristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Durée médiane et fréquence de l'allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Mortalité des enfants par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Fécondité à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Dépense mensuelle du ménage en dehors des coûts de santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Pourcentage de personnes malades ou blessées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Structure de la morbidité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Dépense mensuelle sur les soins de santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Dépense sur les accouchements {t les soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Dépense totale mensuelle du ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Pourcentage de femmes réinterviewées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Indices de différence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Tendances de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Répartition de l'échantillon par strate économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Répartition de l'échantillon par région économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femm~ s par région économique et milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137 Erreurs de sondage - Échantillon national . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Erreurs de sondage - Échantillon urbain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Erreurs de sondage - Échantillon rural . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Répartition par âge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 Répartition par âge des femmes éligibles et des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . 144 Complétude de l'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 Naissances par année du calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Enregistrement de l'âge au décès en jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 Enregistrement de l'âge au décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 ix Graphique 2.1 Graphique 2.2 Graphique 2.3 Graphique 2.4 Graphique 3.1 Graphique 3.2 Graphique 3.3 Graphique 3.4 Graphique 3.5 Graphique 4.1 Graphique 4.2 Graphique 4.3 Graphique 4.4 Graphique 5.1 Graphique 5.2 Graphique 6.1 Graphique 6.2 Graphique 7.1 Graphique 7.2 Graphique 7.3 LISTE DES GRAPHIQUES Page Population par grands groupes d'âges selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Biens durables possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 État matrimonial des enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Niveaux d'instruction des femmes enquêtées en 1992 et 1995 . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . . . . . . . . . 25 Taux de fécondité générale par âge selon trois sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Tendances de I'ISF pour les femmes de 15-34 ans, selon cinq sources . . . . . . . . . . . 27 Proportions d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Utilisation actuelle des méthodes contraceptives par les femmes mari~es . . . . . . . . 38 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes mari~es selon les caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Sources des méthodes contraceptives modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Intention de pratiquer la contraception par les femmes actuellement mari~es . . . . . . 46 État matrimonial des femmes de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Proportions de célibataires selon deux groupes d'âges à différentes dates . . . . . . . . 53 Désir d'enfants supplémentaires des femmes mari~es selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée . . . . . . . . 66 Visites prénatales et durée de grossesse à la première visite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Lieu d'accouchement et assistance pendant l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Vaccination des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin et la source d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 xi Graphique 7.4 Graphique 8.1 Graphique 9.1 Graphique 9.2 Graphique 11.1 Graphique 11.2 Graphique 11.3 Graphique 11.4 Graphique 11.5 Graphique 11.6 Page Allaitement et quantité de liquides donnés aux enfants ayant la diarrhée . . . . . . . . . 82 Durée moyenne d'allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Mortalité infantile et juvénile selon les caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . 95 Mortalité infantile (iq0) et comportement procréateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Nombre d'enfants survivants par année de naissance selon I'ENPS-II, 1992 et I'EPPS, 1995 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Nombre d'enfants décédés par année de naissance selon I'ENPS-II, 1992 et I'EPPS, 1995 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Taux de fécondité par âge selon I'ENPS-II, 1992 et I'EPPS, 1995 (quatre ans précédant l'enquête) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Tendances de l'indice synthétique de fécondité selon I'ENPS-II, 1992 et I'EPPS, 1995 (quatre ans précédant l'enquête) . . . . . . . . . . . . . 114 Quotient de mortalité des enfants selon I'ENPS-II, 1992 et I'EPPS, 1995 (cinq ans précédant l'enquête) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Intentions d'utiliser et utilisation dans la période de 1992-1995 par milieu de résidence et par niveau d'instruction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 xii SlGLES ET ABREVIATIONS BCG CHP CHR CHU CNOPS CNSS DHS DTCoq ENDPR ENFPF ENNVM ENPC ENPS-I ENPS-II EOM EPPS ET IPPF ISF ISSA MSP OCP OMS (WHO) ONE PIB PSP RH RSSB SEIS SPBL SPBNL SRO SSB TBN TGFG TRO USAID VDMS WHO (OMS) Bacille Bilié de Calmette et Guérin (vaccin antituberculeux) Centre Hospitalier Provincial Centre Hospitalier Régional Centre Hospitalier Universitaire Caisse Nationale des Organisations de Prévoyance Sociale Caisse Nationale de Sécurité Sociale Demographic and Health Surveys Diphtérie, Tétanos, Coqueluche (vaccin) Enquête Nationale Démographique à Passages Rép&és 1986-1988 Enquête Nationale sur la Fécondité et la Planification Familiale au Maroc, 1979-1980 Enquête Nationale sur les Niveaux de Vie des Ménages,1990-1991 Enquête Nationale sur la Prévalence Contraceptive au Maroc, 1983-84 Enquête Nationale sur la Planification Familiale, la Fécondité et la Santé de la Population au Maroc, 1987 Enquête Nationale sur la Population et la Santé, 1992 Enquête à Objectifs Multiples, 1962 Enquête de Panel sur la Population et la Santé Ecart-type International Planned Parenthood Federation, Angleterre Indice Synthétique de Fécondité Integrated System for Survey Analysis Ministère de la Santé Publique Office Chérifien des Phosphates Organisation Mondiale de la Santé Office National d'Électricité Produit Intérieur Brut Polyclinique de Santé Publique Réseau d'Établissements Hospitaliers Réseau d'Établissements de Soins de Santé de Base Service des Etudes et de l'Information Sanitaire Secteur Privé à But Lucratif Secteur Privé à But Non Lucratif Sels de Réhydratation Orale Soins de Santé de Base Taux Brut de Natalité Taux Global de Fécondité Générale Thérapie de Réhydratation par voie Orale United States Agency for International Development Visites à Domicile de Motivations Systémiques en Santé World Health Organization xiii PREFACE Contrairement aux enquêtes DHS précédentes, cette enquête Panel est la première du genre organisée au Maroc. En plus des analyses classiques comme les déterminants et les tendances de la fécondité, les quotients de la mortalité infanto-juvénile et la prévalence des méthodes contraceptives, l'enquête Panel (EPPS) permettra aux chercheurs et à tous ceux qui s'intéressent aux problèmes de la santé, d'avoir une base de données fiable et actuelle (par femme) sur les changements démographiques et sociaux intervenus entre les deux enquêtes ENPS-II de 1992 et EPPS de 1995. L'enquête a montré que si le niveau de la contraception est satisfaisant, des efforts devraient être déployés en matière de planification familiale pour modifier la structure de la contraception. Elle a également fait ressortir que la mortalité infantile reste un problème de santé publique. L'adjonction d'un module sur le coût de santé a permis d'avoir quelques él6ments sur les dépenses des ménages en matière de santé, ce qui ne manquera pas de contribuer à l'information sur certains problèmes liés au financement de la santé. Je saisis cette occasion pour féliciter tous ceux qui ont participé de prés ou de loin à cette enquête et plus particulièrement les cadres du Service des étades et de l'information sanitaire, les enquêteurs des différentes délégations du Ministère de la Santé Publique, Macro International Inc., en l'occurrence l'équipe chargée des enquêtes démographiques et de sant6, pour son appui technique, et I'USAID pour son aide financière. Le Ministre de la Santé Publique Docteur Ahmed ALAMI XV REMERCIEMENTS L'Enquête de Panel sur la Santé et la Population (EPPS) au Maroc a demandé d'importants efforts de planification et de gestion pour son exécution dans les termes et les délais requis. La réussite de l'enquête de Panel, première dans son genre au Maroc, est due principalement à tous ceux qui ont participé à sa réalisation. Mes remerciements s'adressent particulièrement : aux enquêtrices, aides-contrôleurs et chefs d'équipe qui grâce à leur inestimable courage et dévouement au travail, ont accompli leur tâche parfois dans des conditions extrêmement difficiles; aux délégués du Ministère de la Santé Publique, et aux autorités locales pour leurs contributions qu'ils ont apportées lors des travaux de collecte des données sur le terrain; à l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID) pour son appui financier; à Macro International Inc., programme des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys : DHS) pour l'aide technique apportée par ses cadres, en particulier au Dr Mohamed Ayad, coordonnateur régional de DHS, pour sa participation à toutes les phases de l'étude; à Madame Thanh Lê, pour ses travaux sur l'échantillon de l'enquête; à Monsieur Noureddine Abderrahim, pour son assistance dans l'exploitation informatique; au Dr Sidney Moore, à Madame Kaye Mitchell, et Monsieur Jonathan Dammons pour leur contribution à la mise en forme finale du rapport; aux agences américaines de coopération pour leur participation à la conception du questionnaire; aux cadres du Service des Etudes et de l'Information Sanitaire, en particulier ceux de l'équipe technique et du centre de calcul. Je remercie également les cadres qui ont participé à la préparation du questionnaire, la formation du personnel de terrain et/ou la rédaction du présent rapport : Monsieur Mohamed Laaziri, le Dr Mostafa Tyane, le Dr Madame Najia Hajji, le Dr Abdelwahab Zirari, Monsieur E1 Arbi Housni et Monsieur Houcine Belhachmi. Directeur technique de l'enquête Mustapha AZELMAT xvii RÉSUMÉ L'Enquête de Panel sur la Population et la Santé (EPPS) de 1995 a ~té réalisée par le Service des Etudes et de l'Information Sanitaire (SEIS) de la Direction de la Planification et des Ressources Financières du Ministère de la Santé Publique, avec la collaboration de Macro International Inc. et l'appui financier de l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID). Cette enquête a été réalisée à la suite de l'Enquête Nationale sur la Population et la Santé (ENPS-II) de 1992 qui avait pour but de fournir des informations sur la fécondité et ses déterminants, sur la santé de la mère et de l'enfant et sur la mortalité des enfants. L'EPPS se propose de mettre àjour ces données et ainsi de permettre de dégager les tendances de certains indicateurs démographiques. Mais en plus des informations qui ont été collectées en 1992, I'EPPS fournit, pour la première fois, au niveau national, des données permettant des comparaisons individuelles entre les deux enquêtes ENPS-II et EPPS. Ces données permettent ainsi d'analyser les modifications de comportement en matière de reproduction et de santé familiale. Avec I'EPPS, le Maroc dispose désormais d'une série de quatre enquêtes démographiques nationales comparables (Enquête Nationale sur la Féconditt et la Planification Familiale : ENFPF, ENPS-I, ENPS-II et EPPS) qui, ajoutées aux données issues des autres sources, permettent une meilleure connaissance de la population du pays. L'EPPS est une enquête nationale représentative par sondage. Elle a porté sur un échantillon autopondéré de 2 917 ménages dans lesquels 4 753 femmes de 15 à 49 ans ont été interviewées avec succès. La base de sondage de I'EPPS est l'échantillon de I'ENPS-II de 1992. Sur les 212 grappes de l'échantillon de I'ENPS-II, 107 grappes ont été revisitées, et tous les ménages de ces grappes tirés en 1992 ont été réinterviewés dans le cadre de I'EPPS. Le présent rapport, qui vient à la suite du rapport préliminaire (sous forme de graphiques commentés) diffusé en juin 1995, présente la méthodologie et les principaux résultats relatifs aux questions abordées par l'enquête. Une présentation résumée et illustrée du présent rapport sera publiée dans un document séparé intitulé « Rapport de Synthèse ». On se limitera ici à présenter très succinctement les principales conclusions de cette étude. Au niveau des caractéristiques des ménages et des femmes enquêtées, la situation s'est légèrement améliorée en 1995 par rapport à 1992 : la majorité des femmes marocaines âgées de 15-49 ans restent sans aucune instruction (58 % contre 63 % en 1992). Plus d'un ménage sur deux (57 % contre 49 % en 1992) possède l'électricité, et également plus d'un ménage sur deux (57 % contre 55 % en 1992) a accès à une eau à boire contrôlée (robinet dans le logement ou borne fontaine). Les ménages disposant de toilettes adéquates (chasse d'eau privée ou collective) représentent 53 % en 1992 et 1995. En dehors de la radio et du téléviseur disponibles, respectivement dans 89 % et 69 % des ménages, le réfrigérateur et le téléphone ne sont accessibles qu'à une minorité de la population (respectivement 39 et 18 %) tandis que le véhicule à usage domestique ne concerne que 15 % des ménages. Les résultats de I'EPPS concemant la fécondité, montrent que pour la période des trois années précédant l'enquête, les femmes marocaines donneront naissance, en moyenne, à 3,3 enfants durant leur vie reproductive. La fécondité est passée de 7,0 enfants en 1962 à 4,5 enfants en 1986-1988 et à 4,0 en 1992, soit une baisse de plus de la moitié au cours de trois décennies et demi, et de 27 % au cours des huit dernières années. En outre, les données de l'enquête indiquent que la fécondité varie fortement selon le milieu de résidence : elle est plus de deux fois plus élevée chez les femmes rurales (4,5 enfants) que chez les femmes urbaines (2,2 enfants). xix L'explication de cette tendance réside dans deux facteurs essentiels : relèvement de l'âge au premier mariage et nette augmentation de la pratique de la contraception. Concernant la nuptialité, au Maroc, à 15-19 ans, presque neuf femmes sur dix sont encore célibataires, et aux âges de forte fécondité (30-34 ans), la proportion de célibataires est de 21%. En fin de vie féconde (45-49 ans), le mariage est quasi universel, avec une proportion de célibataires de moins de 1%. En ce qui concerne l'âge médian au premier mariage pour les femmes de 25-49 ans, il est passé de 17,2 ans en 1979-80 (ENFPF) à 19,7 ans en 1992 (ENPS-II), et à 20,2 ans en 1995 (EPPS). Par ailleurs, l'âge médian au premier mariage varie fortement selon le niveau d'instruction de la femme : les femmes ayant fait des études secondaires ou plus contractent leur premier mariage beaucoup plus tardivement que celles n'ayant pas dépassé le niveau des études primaires ou que celles n'ayant pas acquis d'instruction. L'âge médian au premier mariage atteint presque 27 ans chez les femmes ayant une instruction secondaire ou plus contre moins de 19 ans chez les femmes sans instruction, soit un écart de 8 ans. La baisse de la fécondité reflète aussi le changement de comportement des couples vis-à-vis de la taille de la famille. Parmi les femmes mari~es, une sur deux souhaite ne plus avoir d'enfants, et plus d'une sur cinq désire espacer les naissances. Seulement moins de deux femmes sur dix (17 %) désirent avoir des enfants tout de suite. Par ailleurs, I'EPPS montre que la connaissance de la contraception par les femmes actuellement mariées est quasi générale, et que le pourcentage d'utilisation au moment de l'enquête ou taux de prévalence contraceptive est de 50,3 %. Entre 1987 et 1995, l'augmentation de l'utilisation de la contraception est de 40 %. L'analyse de l'utilisation actuelle de la contraception selon les variables socio- démographiques fait apparalîre des variations importantes par milieu de résidence et niveau d'instruction. En milieu urbain, la pratique touche 64,2 % contre seulement 39,2 % en milieu rural. Selon te niveau d'instruction, le taux de prévalence contraceptive passe de 44,5 % chez les femmes sans instruction, à 62,8 % chez celles ayant une instruction primaire et à 65,7 % chez les femmes avec une instruction secondaire ou plus. La planification familiale au Maroc est orientée vers l'utilisation de la contraception moderne, en particulier la pilule qui reste, de loin, la méthode la plus utilisée (32,2 %) alors que la prévalence contraceptive des autres méthodes modernes confondues n'est que de 10 %. Concernant les méthodes traditionnelles, leur part représente seulement 7,9 %. Les résultats de I'EPPS montrent que plus de trois femmes sur cinq (63 %) recourent au secteur public pour s'approvisionner en contraceptifs. Les centres de santé et surtout les dispensaires sont les principales sources d'approvisionnement des méthodes contraceptives. Le rôle des équipes mobiles et des visites à domicile semble jouer un rôle moins important dans l'approvisionnement des méthodes contraceptives en 1995 (5 %) qu'en 1992 (11%). La part du secteur médical privé a peu changé entre 1992 et 1995 (respectivement 36 et 37%). Le rôle de la pharmacie reste prédominant avec 33 %, tandis que la part du médecin n'est plus que de 3 %. Près d'une femme sur deux qui n' utilise pas la contraception (47 %) explique son comportement par le fait qu'elle veut avoir des enfants. Cependant le désir de limiter la descendance est relativement élevé; comme on l'a indiqué plus haut, la moitié des femmes enquêtées ont déclaré ne plus vouloir d'enfants. En fait, si les femmes avaient la fécondité qu'elles désirent, l'indice synthétique de fécondité désirée (ISFD) serait de 2,2 enfants, soit 32 % inférieur à la fécondité observée (3,3). Il existe donc une demande potentielle en contraception : 16 % des non-utilisatrices ont des besoins non satisfaits en matière de contraception. Ainsi, la demande totale pour les services de planification familiale concerne 69 % des femmes (50 % d'utilisatrices, 16 % exprimant des besoins et 3 % ayant utilisé la contraception sans succès). XX L'examen des données sur les soins prénatals et les conditions d'accouchement montre que, pour près d'une naissance sur deux (45 %) survenue au cours des cinq années ayant précédé l'enquête, la mère est allée en consultation prénatale soit auprès d'un médecin (30 %), soit auprès d'une infirmière ou sage-femme (15 %). En comparant les données de 1992 (ENPS-II) à celles de 1995 (EPPS), on constate que les consultations prénatales auprès du personnel de santé sont passées de 32 à 46 %, soit une augmentation de 41%. En outre, au cours des cinq demières années, trois femmes enceintes sur cinq ont reçu, au moins, une injection antitétanique. L'accouchement a eu lieu à domicile dans 63 % des cas et la qabla ou accoucheuse traditionnelle a assisté à 41% des accouchements; il y a 40 % des naissances qui ont ét~ assistées par un professionnel de la santé lors de l'accouchement : 11% par un médecin et 29 % par une sage-femme ou une infirmière. En 1992, la proportion d' accouchements s'étant déroulés avec l'aide du personnel de santé était de 31%, soit une augmentation de 29 % pour la période 1992-1995. L'EPPS montre également que pour l'ensemble du Maroc, presque neuf enfants sur dix (85 %) de 12-23 mois ont été protégés contre les six principales maladies de l'enfance, et presque huit enfants sur dix (75 %) ont été vaccinés avant l'âge de un an. La quasi totalité (98 %) des enfants de 12-23 mois ont reçu le BCG contre la tuberculose quel que soit l'âge à la vaccination, et 96 % l'ont reçu avant l'âge de un an. Pour les trois doses de polio/DTCoq, les pourcentages sont, respectivement, de 89 et de 84 %. Huit enfants sur dix (89 %) ont été vaccinés contre la rougeole, et les deux tiers (77 %) l'ont été avant l'âge de 12 mois. Parmi les enfants de moins de cinq ans, 10 % ont eu des épisodes diarrhéiques pendant les deux demières semaines ayant précédé l'enquête. L'utilisation de la Thérapie par Réhydratation Orale (TRO) est recommandée pour le traitement de la déshydratation. Plus de 28 % des enfants ont reçu les Sels de Réhydratation Orale (SRO) vendus en commerce, et4 % ont reçu une solution préparée à la maison. En outre, 48 % ont reçu davantage de liquides. Les résultats positifs enregistrés dans cette enquête témoignent des efforts déployés dans le cadre du programme national de lutte contre les maladies diarrhéiques. L'allaitement est presque universel au Maroc : 96 % des enfants nés dans les cinq années ayant précédé l'enquête ont été allaités pendant un certain temps. L'OMS recommande que tous les enfants âgés de moins de 4 mois soient exclusivement allaités. Près de la moitié des enfants (45 %) de 0-3 mois ont reçu un allaitement exclusif avec de l'eau. En outre, l'alimentation au biberon, qui est fortement déconseillée, est relativement répandue dans le pays : le niveau d'utilisation du biberon est de 31% chez les enfants de 0-3 mois. Les données de I'EPPS montrent que la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête), sur 1 000 naissances, 62 enfants décèdent avant leur premier anniversaire; pour cette même période, sur 1 000 enfants âgés d'un an, 20 meurent avant leur cinquième anniversaire, et sur 1 000 naissances, 80 enfants décèdent avant leur cinquième anniversaire. Entre la période la plus ancienne (10-14 ans avant l'enquête) et la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête), la mortalité infantile a connu une baisse de 37 %, la mortalité juvénile a baissé de moitié, et la mortalité infanto-juvénile de 41%. xxi MAROC OCEAN ATLANTIQUE TENSIFT ~fARRAKECH • PAGADIR SUD CENTRE- NORD FES CENTRE SUD ALGERIE MER MEDITERRANNEE OUJDA LAAYOUNE MAURITANIE xxii CHAPITRE 1 PRÉSENTATION DU PAYS ET MÉTHODOLOGIE DE L'ENQUÊTE 1.1 MIL IEU NATUREL 1.1.1 Relief Le Maroc est situé entre la Méditerranée et l'Atlantique. Pays du soleil couchant, « EI-Maghrib al aqça », avec une superficie de 710 850 km 2, constitue une zone de passage Nord-Sud par le détroit de Gibraltar; il appartient à la fois au monde méditerranéen et au monde saharien. Son littoral de plus de 3 000 km est bordé de plaines basses ou de plateaux, alors que sa façade méditerranéenne, longue de plus de 450 km, est plus étroite et constitue une zone bordée de montagnes difficilement franchissahles. Selon leur relief et leur situation géographique, on peut distinguer les six régions principales suivantes : La plaine de la côte atlantique : c'est la région la plus fertile et la mieux arrosée du pays. La Meseta : située au Centre-Ouest, cette région a une altitude de 300 m environ au-dessus du niveau de la mer. La bordure Nord-Ouest est bien arrosée, ce qui permet de bonnes productions de céréales, de vignes et de cultures très variées. Les chaînes de l'Atlas : elles forment le Haut-Atlas et l'Anti-Atlas, séparant le Nord-Ouest du Sud-Est, caractérisée par deux climats (humide et désertique). Le versant ouest, généralement bien arrosé, est boisé : on peut y cultiver céréales, olives, fruits. L'autre versant est sec et nu et les parties les plus élevées sont couvertes de neige en hiver. Le Moyen-Atlas offre des pâturages de bonne qualité. Le Rif, au Nord, est parallèle à la côte méditerranéenne et, quoique moins arrosé que le Moyen-Atlas, il est boisé mais moins propice à une agriculture de grande étendue. Le Sud-Est et le Sud désertique : c'est une région essentiellement constituée d'oasis et de palmeraies, d'une part, et, d'autre part, du Sahara, jusqu'à la frontière avec la Mauritanie. Le plateau oriental : il est situé entre le Haut et le Moyen-Atlas et entre la vallée de la Moulouya à l'Ouest et la frontière algérienne à l'Est. Ce plateau est riche en mines. Les plaines et les collines : elles couvrent les zones du Souss au Sud-Ouest, du Gharb au Nord et de la vallée de la Moulouya au Nord-Est et constituent les meilleures terres cultivahles du pays. 1.1,2 Climat Le Maroc possède un climat méditerranéen tempéré par l'Atlantique, à la fois contrasté et nuancé. La présence, à la fois, de la mer, du Sahara et de hautes montagnes donnent au Maroc un climat très diversifié. C'est ainsi que l'on peut distinguer trois zones climatiques : la zone atlantique, la zone des montagnes et la zone orientale. 1.2 APERÇU HISTORIQUE La position géographique privilégiée du Maroc lui donne une importance stratégique, économique et politique particulière qui a de tout temps influencé son histoire. Le Maroc a été convoité depuis l'Antiquité : les Byzantins et les Phéniciens ont installé des comptoirs sur son littoral atlantique puis, pour un temps, les Romains ont occupé également l'intérieur du pays. Avec Oqba Ibn Nafa, le Maroc est devenu pays musulman et, avec le choix par les tribus du Zerhoun de Moulay Idriss, la première organisation étatique a été crée. A partir du VIII' siècle, le pays est devenu une monarchie formée de tribus qui gardaient leur organisation et leurs alliances internes. Jusqu'au XV ~ siècle se sont succédées les grandes dynasties des Idrisides, des Almoravides, des Almohades, des Mérinides, des Saadiens; mais l'indépendance du pays a commencé à être menacée par l'installation des Portugais dans quelques villes de la côte atlantique. Jusqu'au XIX ° siècle, le Maroc va traverser des périodes de turbulences entrecoupées de moments de prospérité et de stabilité sous la dynastie Alaouite, mais il doit faire face à une Europe de plus en plus agressive cherchant à étendre sa puissance sur les autres continents et particulièrement l'Afrique. C'est ainsi qu'au début du XX ° siècle, les grandes puissances européennes imposent au Maroc des traités limitant sa souveraineté et en en faisant un Protectorat: La conférence d'Algésiras en 1912 place le Maroc sous la domination des puissances coloniales, laissant à la France une influence prépondérante. Le pays est divisé alors en trois parties administrées différemment. Le Rif au Nord et le Sahara au Sud sont confiés à l'Espagne, tandis que le reste du pays est placé sous protectorat français, à l'exception de la ville de Tanger placée sous contrôle international. L'installation du système colonial au Maroc a crée de graves déséquilibres économiques qui ont affecté l'organisation sociale du pays. La population qui n'a jamais accepté le Protectorat, a continué la lutte dans les montagnes et les campagnes alors que des mouvements politiques nationalistes s'organisaient dans les villes. Dès la fin de la deuxième guerre mondiale, et particulièrement à partir de 1944, la question de l'Indépendance a été posée aux autorités du Protectorat. C'est le Roi Mohammed V, monté sur le trône en 1927, qui a conduit le pays à l'Indépendance. La crise politique qui a éclaté en 1945 a abouti, en 1953, à l'exil du Roi et de sa famille sur l'île de Madagascar. Cet exil provoqua un soulèvement populaire qui aboutit deux ans plus tard au retour du Roi. En mars 1956, le Roi Mohammed V signe les accords de la Celle-Saint-Cloud qui font à nouveau du Maroc un état indépendant. Le 7 avril 1956, l'Espagne signe à son tour de pareils accords qui permettent au Maroc de recouvrer sa partie nord. Le Maroc est alors admis comme membre de l 'ONU le 22 avril 1956, et deux ans plus tard, le statut de « ville internationale » donné à Tanger est abrogé, unifiant ainsi la ville au reste du pays. En février 1961, le Roi Mohammed V décède. Son fils Hassan Il qui lui succède fait du Maroc quelques temps après (décembre 1962) une monarchie constitutionnelle et parachève l'unité territoriale du pays par la récupération de la partie Sud du Maroc encore entre les mains des autorités espagnoles. 2 1.3 CONTEXTE DÉMOGRAPHIQUE La crois sance rapide de la population marocaine, principalement suscitée par 1' effondrement accéléré de la mortalité, accompagnée d'une légère montée de la natalité, subit depuis peu un ralentissement certain. Le taux d'accroissement annuel de la population qui a culminé à 2,8 % entre 1952 et 1960 a baissé légèrement à 2,6 % entre 1971 et 1982. Cette diminution résulte d'une accélération de la baisse de la fécondité et de la persistance d'un faible courant migratoire vers l'extérieur depuis le début de cette décennie. Cette tendance se poursuit et le taux d'accroissement annuel n'est plus que de 2 % aujourd'hui, portant l'effectif de la population du Maroc à 26 millions en 1994, dont 51% sont des citadins et 49 % des ruraux. Par ailleurs, la population du Maroc se caractérise par sa jeunesse avec près de 46 % de personnes de moins de 15 ans en 1971. Cette proportion est tombée au-dessous de 40 % actuellement, suite à la baisse accélérée de la fécondité. 1.3.1 Fécondité A l'instar d'autres pays maghrébins et arabes, la fécondité du Maroc a augmenté depuis le début du siècle sous l'effet de la diminution de la stérilité, de la mortalité intra-utérine, du divorce et du veuvage pour atteindre son point culminant au début des années soixante-dix où l'indice synthétique de fécondité atteignait alors 7,4 enfants par femme. Mais très vite, on est entré dans la deuxième phase de la transition démographique, à un rythme tel que les prévisions les plus hardies de diminution de fécondité furent rapidement dépassées. Dès 1980, la fécondité atteignait 5,9 enfants par femme. Dix ans après, elle n'est que de 4 enfants par femme selon l'Enquête Nationale sur la Population et la Santé de 1992. L'effet de la nuptialité dans la diminution de la fécondité était dominant; il est vrai que l'âge au premier mariage des marocaines est passé de 17,3 ans en 1960, à 19,5 ans en 1971 et à 22,2 en 1982, atteignant 24 ans en 1987. Il dépasse actuellement 25 ans. Mais l'âge au premier mariage vient d'être relayé par le comportement contracepteur qui subit une profonde métamorphose. Négligeable dans les années soixante, où seule une femme mariée sur quinze avait recours à un procédé contraceptif, en 1992, le taux d'utilisation contraceptive parmi les femmes mariés de 15-49 ans a atteint 41,5 %. Les enquêtes menées par le Ministère de la Santé Publique et par le Ministère du Plan, ont permis une meilleure connaissance de notre situation démographique actuelle. 1.3.2 Mortalité la diminution récente de la fécondité a accompagné et a, sans doute, été stimulé par la baisse rapide de la mortalité, surtout celle des enfants. Mortalité des enfants : En 1962, le quotient de mortalité infantile s'établissait à 149 °/oo et le quotient de mortalité juvénile (enfants de 1 à 5 ans) à 75 %0. Depuis, ces indicateurs n'ont cessé de baisser. C'est ainsi qu'en 1990, la mortalité infantile était estimée à 57,4 °/oo (43,5 °/oo en ville et 64,8 °/oo à la campagne) et la mortalité juvénile à 20,0 °/oo. Quatre principales causes de mortalité caractérisent la situation des enfants de moins d'un an durant la période 1988-1989 : Diarrhée : avec 21,0 % des causes de mortalité; 3 Tétanos : avec 10,1%; Pneumopathies : avec 11,9 %; Souffrance foetale et prématurité : avec 18,6 %. Quant aux principales causes de mortalité juvénile, elles sont, pour la même période : Diarrhée : avec 27,6 % des causes de mortalité; Méningites : avec 8,6 %; Pneumopathies : avec 5,7 %; Septicémies : avec 8,6 %. Mortalitématernelle :D'aprèsuneétuderéaliséeen 1990 sur les interventions par césarienne an niveau des maternités des hôpitaux, la mortalité intra-hospitalière a ét~ estimée à 176 pour 100 000 naissances vivantes. Cependmat, I'ENPS-II de 1992 a êsçxm6 la mortalité matemeUe à 332 pour 100 000 naissances pour la péri~le 1985-1991. Mortalité générale : La mortalité générale était de 7,4 °/oo seulement en 1987, contre 19 °/oo en 1962. L'espérance de vie à la naissance a franchi le cap de la soixantaine : elle est estimée pour 1994 à près de 68 aUS. De l'exploitation des bulletins des causes de décès établis par les municipalités, on peut relever, par exemple, que les maladies infectieuses et parasitaires qui représentaient 15 % des causes de décès en 1960, ne représentaient plus que 4 % en 1989, et que la part des accidents, empoisonnements et traumatismes qui était de 5 % en 1960 est passée à 10,2 % en 1989. On peut relever également qu'en 1989, quatre grandes causes de mortalité prédominaient et avaient été la cause de près de 50 % des décès enregistrés. Il s' agit, par ordre d'importance, des maladies cardiaques (18,1%), des lésions traumatiqnes (10,2 %), des affections périnatales (12,0 %) et des tnmeurs (8,8 %). 1.3.3 Éducation et milieu de résidence Education : Les résultats fournis par les deux recensements de 1971 et 1982 montrent une amélioration du niveau d'instruction de la population, grâce aux efforts déployés en matière d'infrastructure matérielle et humaine dans ce domaine. Le taux d'analphabétisme qui était de 87 % en 1960 et de 75 % en 1971 est de 65 % en 1982. Les données récentes révèlent qu'en 1991 plus de 45 % de la population âgée de 10 ans et plus savait lire et écrire contre 35 % en 1982. Milieu de résidence : La répartition de la population selon le milieu de résidence (urbain on rural) permet de constater que, durant les dix dernières années, il y a eu un accroissement important du taux d'urbanisation : la proportion des citadins est passée de 35 % en 1971 à 42 % en 1982, soit un accroissement annuel moyen de 2 %. Comme on l 'a indiqué plus haut, en 1994, la population urbaine est estimée à 51%. 1.4 STRUCTURE ÉCONOMIQUE Les caractéristiques économiques, qui feront l'objet de cette section, constituent un complément utile en vue d'une meilleure connaissance du Maroc. 1.4.1 Secteur primaire De par ses caractéristiques économiques et climatiques, le Maroc est un pays « agricole ». Le secteur agricole emploie environ la moitié de la population active et représente 15 % du Produit Intérieur Brut (PIB). De plus, les exportations de ce secteur représentent le tiers de l'ensemble des exportations. C'est pourquoi, conscient de son importance, le gouvernement essaie de rentabiliser au maximum l'agriculture par l'introduction de nouvelles méthodes de cultures et d'élevage et par la construction de barrages, dont les plus grands sont au nombre de 34. Ces barrages assurent la régulation inter- annuelle de plus de 6 400 millions de rn3 d'eau. Pour ce qui est de la pêche, le Maroc avec ses 3 500 km de côtes, dispose d'atouts naturels exceptionnels qui lui permettent, avec le développement actuel de ce secteur, d'exploiter d'énormes ressources estimées à plus de 1,5 millions de tonnes par an. 1.4.2 Secteur secondaire Mise à part la production des phosphates, dont le Maroc est le troisième producteur, le premier exportateur et, en outre, detiènt les plus'gr0Sses réserves mondiales, l'industrie marocaine a connu un essor très important depuis l'Indépendance du pays. Ainsi, l'indice de la production des mines (base 100 en 1978) est passé à 114 en 1982. L'indice de 1 a production des industries de transformation est passé à 120 en 1982. Quant à l'énergie, elle a augmenté d'une façon très nette, puisque son indice est passé à 154 en 1982. 1.4.3 Secteur tertiaire C'est le secteur qui représente un e des plus grandes parts des emplois au Maroc. Il constitue plus de 50 % du PIB, en particulier, dans les secteurs du commerce, du tourisme, ainsi que de l'administration publique. 1.5 ORGANISAT ION ADMINISTRAT IVE ET SANITA IRE DU MAROC 1.5.1 Organisation administrative du pays Selon le découpage administratif, le Maroc est divisé en 49 provinces ou préfectures. Ces dernières sont regroupées en Wilaya. Le wali ou gouverneur qui est à la tête d'une wilaya ou d'une province et préfecture, est le représentant de S.M. le Roi. Chaque province est divisée en municipalités, arrondissements, cercles et communes. Ainsi, il y a 76 municipalités, 256 communes urbaines, 1 298 communes rurales et 80 centres autonomes. Les municipalités sont administrées par un Khalifat et les communes par un Caïd. Des conseils communaux, municipaux, provinciaux ou préfectoraux sont élus par la population pour gérer les affaires dont ils ont la charge. 1.5.2 Organisation du Système National de Santé Le Système National de Santé est composé de : 1) un secteur public réunissant les structures du Ministère de la Santé Publique et le service de santé des Forces Armées Royales, 2) un secteur privé à but non lucratif (SPBNL) comprenant/es établissements de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) et les établissements mutualistes, et 3) un secteur privé à but lucratif (SPBL) où exercent des médecins, des chirurgiens dentistes, des pharmaciens, des auxiliaires médicaux (sages femmes, infirmiers, etc.). Le recours à la médecine traditionnelle reste une pratique assez courante dans la société marocaine. Cependant, cette pratique ne repose sur aucune réglementation et échappe à tout contrôle. L'intervention du Ministère de la Santé Publique dans ce domaine, se limite actuellement à la formation et à l'équipement de certaines accoucheuses traditionnelles en vue d' améliorer les conditions d' accouchement à domicile. Les composantes du Système National de Santé sont organisées comme suit : Le Ministère de la Santé Publique (M.S.P.) : La responsabilité de l'exécution de la politique sanitaire du gouvernement incombe au Ministère de la Santé Publique. Celui-ci, garant de la protection de la santé de l'ensemble de la population et du contrôle des problèmes sanitaires, développe des actions de prévention, de promotion de la santé et de soins curatifs à travers deux réseaux : le réseau de soins de santé de base et le réseau hospitalier. 1) Le réseau d'établissements de soins de santé de base (RSSB) : Conçu pour agir sur les conditions de santé des habitants, est la base opérationnelle de toute l'action sanitaire. C'est à travers ce réseau que se développe la stratégie de la couverture de la population par les services de santé de base (promotion de la santé, prévention, soins essentiels). Il comprend : le dispensaire rural, le centre de santé communal, l'hôpital local et le centre de santé urbain. Il existe deux modes de couverture : un mode de couverture fixe reposant sur la fourniture des prestations dans les différents établissements de soins de santé de base et un mode de couverture mobile qui repose sur les infirmiers itinérants et les équipes mobiles. Tous les établissements du réseau de soins de santé de base sont appuyés, pour certains programmes prioritaires, par des structures d'appui et d'investigation (le centre de référence pour la planification familiale, le centre de diagnostic spécialisé de la tuberculose et le laboratoire d'épidémiologie et d'hygiène du milieu). 2) Le réseau d'établissements hospitaliers (RH) : Il comprend deux types d'établissements : l'hôpital général qui comprend les disciplines de base (chimrgie, médecine, obstétrique, pédiatrie et urgences) et l'hôpital spécialisé (dans une discipline donnée, psychiatrie par exemple). Le R.H. est hiérarchisé en trois niveaux d'intervention : le premier niveau comprend la polyclinique de santé publique (PSP) et le centre hospitalier provincial (CHP), le second niveau comprend le centre hospitalier régional (CHR) et le troisième niveau comprend le centre hospitalier universitaire (CHU). Le secteurprivé à but lucratif(SPBL) : se compose de cliniques, cabinets médicaux de consultation, cabinets d' examens radiologiques, laboratoires d'analyses médicales, cabinets de chirurgie dentaire, cabinets de soins infirmiers, sages femmes, officines de pharmacie. Le secteurprivé à but non lucratif(SPBNL) : comprend essentiellement les hôpitaux et les cliniques exerçant sous la tutelle de certains organismes mutualistes et d'assurance (CNOPS, CNS, etc.) et de certains offices publics (OCP, ONE, etc.). 1.6 POL IT IQUE DE POPULAT ION ET PLANIF ICAT ION FAMIL IALE Depuis 1966, année où a été institué le Programme National de Planification Familiale, la population est considérée comme une variable à intégrer dans le processus de développement économique et social. Les rapports de mission des différents organismes internationaux (Banque Mondiale, FAO, etc.), ont mis en évidence l'influence de la croissance démographique sur le développement économique du pays. En conséquence, la politique de population du Maroc a pris position en faveur de la planification familiale. Parmi les discours de S.M. le Roi Hassan II, on note dans le Mémorandum Royal du 20 avril 1965, soumis aux partis politiques et aux organisations nationales, un Programme d'Action Générale qui met l'accent sur le contrôle des naissances. D'autre part, S.M. le Roi Hassan II a été parmi les premiers signataires de la Déclaration sur la Population de l'ONU du 11 décembre 1967. Dans ce cadre, le gouvernement, par le biais du Ministère de la Santé Publique, a pris contact avec différents organismes non-gouvernementaux en vue de mettre en pratique cette politique (Fondation Ford, Population Council et IPPF). La création en 1966 de la Commission Supérieure de la Population et des Commissions Locales de la Population, ainsi que le décret royal du 1 ~r juillet 1967 qui abroge la loi interdisant la propagande anticonceptionnelle et qui libéralise l 'avortement thérapeutique, ne sont que deux aspects, parmi d'autres, qui ont eu un impact assez net sur la croissance démographique au Maroc. La création en 1976, au sein du Ministère de la Santé Publique, d'une Division de Population et d 'un Service Central de la Planification Familiale, ont permis de mettre en oeuvre la politique de population. C'est ainsi que les activités de planification familiale ont connu un développement très rapide grâce à la stratégie adoptée de « Visite à Domicile de Motivation Systématique en Santé » (VDMS) et aux structures déjà existantes au Ministère de la Santé Publique. Le tableau 1.1 donne une idée de l'évolution des activités du programme. 1.7 OBJECT IFS ET CADRE INST ITU- T IONNEL DE L 'ENQUÊTE PANEL 1.7.1 Object i fs Tableau 1.1 Évolution des activités de planification familiale Évolution de l'activité de planification famfliale de 1986 à 1994, EPPSMaroc 1995 Années DIU Pilule Total 1966 6400 6 400 1967 5000 5 000 1968 7 500 - 7 500 I969 11 000 9 300 20 300 1970 9 800 14 300 24 i00 1971 7 700 17 900 25 600 1972 5 300 19 300 24 600 1973 5 200 27 300 32 500 1974 6 300 46 200 52 500 1975 7 500 59 800 67 300 1976 5 900 63 600 69 700 1977 8 400 80 000 88 400 1978 11 500 91 900 103 400 1979 14 200 106 000 120 200 1980 15 600 117 800 133 400 I981 22 700 159 600 182 300 1982 22 000 232 000 254 000 1983 24 100 302 600 326 700 1985 27 169 308 882 336 051 1987 27 965 302 099 330 064 1988 31 394 304 306 335 700 1989 33 679 317449 351 128 1990 36 156 352 097 388 253 199i 41 928 415 832 457 760 1992 a 41 199 366 657 407 856 1993 58 068 371 309 429 377 1994 84 273 398 299 482 572 - Information non encore disponible a Année du lancement du nouveau système d'information L'Enquête de Panel sur la Population et la Santé au Maroc de 1995 (EPPS) avait six objectifs généraux qui sont les suivants : 1. Recueillir des données à l'échelle nationale, par milieu de résidence et par rég ion, permettant de calculer certains taux démographiques, en particulier les taux de fécondité et le taux de mortalité infanto-juvénile; 2. Analyser les facteurs qui déterminent les niveaux et les tendances de la fécondité et de la mortalité infantile et juvénile; 3. Mesurer le taux d'utilisation de la contraception, par méthode, selon le milieu de résidence et certaines caractéristiques socio-économiques; 4. Mesurer l 'efficacité de la contraception, en estimant les taux d'échec et les niveaux de la fécondité non désirée; 5. Recueillir des données de qualité sur la santé famil iale: vaccinations, prévalence et traitement de la diarrhée, de la fièvre et de la toux, visites prénatales, assistance à l 'accouchement et allaitement maternel. 6. Fournir, pour la première fois, des données permettant des comparaisons individuelles entre les deux enquêtes ENPS-II et EPPS. Ces données permettront d' analyser le changement de comportement en matière de reproduction et de santé familiale durant la période 1992-1995 et de mesurer les différents indicateurs démographiques et de santé (fécondité, nuptialité, mortalité, planification familiale, vaccination, etc). De telles analyses ne sont pas seulement utiles pour évaluer l'impact des programmes de santé, mais elles sont également importantes pour adopter de nouvelles stratégies pour l'amélioration de la santé et le bien-être de la population. Enfin, I'EPPS faisant partie d'un programme international, ses résultats font partie d'une base de données utilisables, au niveau mondial, par les organismes et les chercheurs qui s'intéressent aux problèmes de population et de santé. 1.7.2 Cadre institutionnel et financement de l'enquête Dans le cadre de la coopération entre le Royaume du Maroc et les Etats-Unis d'Amérique, une convention a été signée entre le Ministère de la Santé Publique et Macro International Inc., en vue de la réalisation de I'EPPS. Cette enquête entre dans le cadre du programme international des Enquêtes Démographiques et de Santé (DHS). Le financement a ét~ pris en charge par I'USAID. L'EPPS a été entreprise par le Service des Etudes et de l'Information Sanitaire (SEIS), Direction de la Planification et des Ressources Financières du Ministère de la Santé Publique (MSP). Le Comité Technique était composé des membres suivants : M. M. Laaziri Directeur de la Planification, et des Ressources Financières Dr N. Hajji Chef de la Division de la Planification Familiale Dr A. Zirari Chef de la Division de la Santé de la Mère et de l'Enfant M. M. Azelmat Chef de Service des Etudes et de l'Information Sanitaire M. M. A1 Jem Statisticien en fonction au SEIS M. A. E1 Gandassi Statisticien en fonction au SEIS M.E. Housni Démographe en fonction à la Division de la Planification familiale Monsieur Mustapha Azelmat, chef du SEIS, a été chargé de la direction technique de l'enquête. Il a été aidé dans sa tâche par les cadres suivants : • Au niveau du SEIS : M. A. EI Gandassi M. M. A1 Jem Mme K. Loudghiri M. A. Lamrani M. M. Archach Mme F. Artiba 8 • Au niveau de Macro Internat ional Inc. : M. M. Ayad Mme T. Lê M. N. Abderrahim Le personnel ayant directement participé à la réalisation de l'enquête PANEL se répartit de la manière suivante : • Au niveau du bureau de l 'enquête : 1 directeur technique 2 démographes 2 coordinateurs 1 analyste-programmeur • Au n iveau de l 'administrat ion : 1 régisseur comptable 1 dactylographe Au niveau de l 'échant i l lonnage : 1 superviseur 4 contrôleurs 8 agents • Au niveau de l 'enquête sur le terrain : 3 superviseurs 8 chefs d'équipe 8 contrôleuses 32 enquêtrices 11 chauffeurs • Au n iveau de l 'exploitat ion in format ique : 2 programmeurs 8 agents de saisie 1 archiviste 4 chiffreurs 1.8 QUESTIONNAIRES Dans le cadre de I'EPPS, deux questionnaires différents ont été utilisés : le questionnaire ménage; • le questionnaire individuel. Les questionnalres ménage et individuel sont adaptés à partir du questionnaire modèle pour les pays à prévaleuce contraceptive élevée du programme DHS. 1.8.1 Questionnaire ménage Le questionnaire ménage permet d'enregistrer des informations sur les membres du ménage sélectionné : nom, lien de parenté avec le chef de ménage, sexe, âge, situation de résidence, niveau d'instruction et maladies durant les 30 derniers jours (à la suite d'accident, de blessure, de toux, de fièvre, de maux de tête.). Il contient également des informations sur les caractéristiques du logement et sur les caractéristiques relatives aux conditions de vie du ménage. En dehors de ces caractéristiques, ce questionnaire comporte une page de couverture pour l'identification du ménage de 1995 et celui de 1992 et le résultat de l'interview. Le but premier du questionnaire ménage est de fournir les informations permettant d'établir les dénominateurs pour le calcul des taux démographiques (mortalité, natalité, fécondité) et d'identifier les femmes éligibles pour être interviewées individuellement. 1.8.2 Questionnaire individuel Le questionnaire individuel femme est utilisé pour enregistrer les informations concernant les femmes éligibles, c'est-à-dire les femmes âgées de 15-49 ans, ayant pas sé la nuit précédant l'interview dans le ménage sélectionné, quel que soit leur statut de résidence. En dehors de la page de couverture similaire à celle du questionnaire ménage, il comprend neuf sections qui traitent des sujets suivants : Caractéristiques socio-démographiques de l'enquêtée : Cette section comprend 13 questions qui portent sur le lieu de résidence, l'âge, la scolarisation et l'alphabétisation, l'état matrimonial de la femme, l'âge au mariage et le lien de parenté avec le mari. Reproduction : Trente-trois questions composent cette section. Les informations recueillies portent sur l'historique des naissances (enfants vivants ou décédés), l'état de grossesse au moment de l'enquête et le désir d'avoir ou de ne pas avoir cette grossesse. Une question relative aux date et durée des menstruations a également été posée. Contraception : Cette section comprend 56 questions. Elles s'intéressent à la connaissance spontanée ou non des méthodes contraceptives, aux sources d'information, à leur utilisation et aux sources d' approvisionnement. La section comporte également des questions sur la non utilisation et la discontinuation des méthodes contraceptives et sur l'utilisation future de la contraception. La deuxième partie de la section s'intéresse à la planification familiale dans les média (radio et télévision), aux préférences en matière de fécondité et à l'interruption des grossesses. Santé et Allaitement : Cette section de 61 questions permet d'obtenir des renseignements sur les visites et la vaccination prénatales, sur le lieu d'accouchement et la qualification de la personne ayant assisté l'accouchement, sur les conditions cliniques d' accouchement et les caractéristiques physiques des nouveau- nés. La section comporte également des questions sur l'allaitement (fréquence et durée, type d'allaitement et utilisation des différents compléments nutritionnels), la vaccination et la santé des enfants de moins de 5 ans (fréquence et traitement de la diarrhée). Coûts de la santé : Dans cette section, 46 questions ont été posées pour saisir les différentes dépenses au niveau des ménages (nourriture, loyer, habillement, transport, etc.) ainsi que les coûts des différentes prestations sanitaires pour les membres du ménage qui ont été identifiés comme malades au cours des 30jours précédant l'enquête. Calendrier des événements : Le calendrier, composé de trois colonnes, permet de reconstituer les événements des cinq années ayant précédé l'enquête. Il s'agit de dater les naissances, les grossesses, l'utilisation, les sources des méthodes et la discontinuation de la contraception. 10 1.9 ÉCHANTILLONNAGE L'échantillon de cette enquête est conforme aux recommandations du programme DHS; il est auto- pondéré et représentatif de tout le Royaume. L'échantillon est stratifié par région au niveau national et par type d'habitat en milieu urbain. Les unités aréolaires finales sont tirées avec probabilité proportionnelle à la taille et les unités ménages avec probabilité inverse, afin d'obtenir un échantillon auto-pondéré. La base de sondage de I'EPPS est 1' échantillon de 1' ENPS-II de 1992. Sur les 212 grappes échantillon de I'ENPS-II de 1992 (137 en milieu urbain et 75 en milieu rural) 107 grappes ont été revisitées. L'échantillon de I'ENPS-II de 1992 est, lui-même, un sous-échantillon de l'Enquête à Passages Répétés (EPR). Il a pour base de sondage l'échantillon-maître élaboré par la Direction de la Statistique du Ministère de la Population, en vue d'effectuer les diverses enquêtes post-censitaires. Dans le cadre de I'EPPS, 2 917 ménages ont été sélectionnés (1 444 en urbain et 1 473 en rural). Parmi les 2 789 ménages trouvés, 2 751 ont été enquêtés avec succès, soit un taux de réponse de 98,6 %. Au niveau de l'enquête individuelle, 4 859 interviews (2 407 en urbain, 2 452 en rural) ont été tentées, dont 4 753 ont été conduites entièrement, ce qui donne un taux de réponse de 97,8 %. Une description plus détaillée de r échantillon et des taux de réponse est présentée à l'Annexe B. Les erreurs de sondage sont présentées à l'Annexe C. 1.10 FORMATION ET COLLECTE DES DONNÉES 1.10.1 Pré-enquête Pour effectuer le travail sur le terrain, la formation pour la pré-enquête a duré deux semaines, du 23 janvier au 4 février 1995, avec la participation de 12 agents de santé diplômés d'état du Ministère de la Santé Publique. Le travail sur le terrain pour la pré-enquête a duré une semaine, du 6 au 13 février 1995, et s'est déroulé dans deux zones : une urbaine (Rabat) et une rurale (Khemisset). Au total, 300 femmes ont ~té interview~es au cours de cette pré-enquête. 1.10.2 Recrutement et formation du personnel de terrain Environ 55 agents ont été recrutés parmi le personnel régional du Ministère de la Santé Publique ayant, au moins, trois années d'expérience, pour effectuer l'enquête sur le terrain. La formation a duré deux semaines, du 20 mars au 1 avril 1995. Tous les candidats aux différents postes ont participé à un programme de formation consacré aux différents aspects de l'enquête : description détaillée des méthodes contraceptives, étude des sujets liés à la démographie, à la santé familiale et à la nutrition et techniques d'interview. Des spécialistes ont amélioré la compréhension des candidats par le biais d'exposés portant sur tous les aspects abordés par le questionnaire. Par ailleurs, des interviews simulées et réelles sur le terrain ont été conduites durant le stage de formation. 1.10.3 Collecte des données A la fin de la formation, huit équipes ont été sélectionnées pour pa~iciper à la phase de terrain. Chacune des équipes comprenait un chef d'équipe, une contrôleuse (responsable" du contrôle du travail des 11 enquêtfices), quatre enquêtrices et un chauffeur. La collecte des données a commencé le 3 avril 1995 et a dur~ deux mois. La supervision était assurée, en plus du directeur technique, par trois cadres qui ont été désignés comme coordonnatenrs sur le terrain. 1.11 TRAITEMENT INFORMATIQUE Cette phase de l'enquête, qui a duré deux mois, a comporté les trois étapes suivantes : 1. Réception et classement des données : Les questionnaires remplis et contrôlés étaient envoyés au Bureau Central (SEIS) de Rabat où, après contrôle d'exhaustivité, ils étaient classés dans l'ordre des ménages par grappe et province. 2. Saisie des données : Elle a été effectuée par une équipe de 5 agents sur un micro-ordinateur multiposte fourni à l'enquête par le programme DHS. Le logiciel ISSA (Integrated System for Survey Analysis), développé par Macro International Inc. pour les besoins de DHS, a été utilisé pour cette tâche. Les agents de saisie ont, en même temps, codifié la seule question non précodifiée sur la profession du mari. 3. Apurement des données : Cette opération, utilisant toujours le logiciel ISSA, avait lieu en même temps que la saisie. Les questionnaires de chaque grappe étaient soumis à un programme de vérification batch (ensemble de grappes) plus exhaustif. Déjà, pendant la saisie, les vérifications des champs de validité des codes et des cohérences des filtres avaient été effectuées. Après l'apurement des données, les dates des événements ont été imputées, dans les cas où ces informations n'avaient pas ~té enregistrées dans le questionnaire (date de naissance de la femme, date du premier mariage de la femme, date de naissance des enfants et âge au décès des enfants décédés). Après avoir obtenu cette version du fichier, des recodifications (autres réponses) et une série de vérifications supplémentaires ont été appliquées pour donner lieu à un fichier de données devant servir à l'obtention des résultats définitifs. La dernière action dans le processus d'exploitation consistait à exécuter les programmes de tabulation. La tabulation des résultats préliminaires a eu lieu en mai 1995 et celle des résultats définitifs en juillet 1995. 12 CHAPITRE 2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES FEMMES ENQUÊTÉES L'EPPS de 1995 a touché 17 998 personnes (10 142 en milieu rural et 7 856 en milieu urbain), membres de 2 751 ménages (I 340 urbains et 1 411 ruraux) dans lesquels des interviews ont ~té menées avec succès auprès de 4 753 femmes, soit 51% de l'effectif de femmes enquêtées lors de I'ENPS-II de 1992. Ce chapitre présente des informations sur quelques caractéristiques des ménages ainsi que des femmes ayant été enquêtées individuellement dans ces mêmes ménages. 2.1 ENQUÊTE MÉNAGE 2.1.1 Caractéristiques de la population Répartition par sexe : La population totale des ménages enqnêtés s'élève à 17 998 personnes dont 8 627 sont de sexe masculin (48 %) et 9 371 sont de sexe féminin (52 %). Parmi cette population des ménages, 10 142 personnes vivent en milieu rural et 7 856 vivent en milieu urbain, soit des proportions respectives de 56 et 44 % (tableau 2.1). Ces pourcentages reflètent la situation enregistrée dans le cadre de I'ENPS-II de 1992. Tableau 2.I Population des ménages par âge et sexe Répartition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'figes quinquennal, selon le milieu de résidence et le sexe, EPPS Maroc 1995 Groupe d'âges Urbain Rural Total Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble 0-4 9.6 9,7 9,7 14,7 13,4 14,0 12,6 11,8 12,1 5-9 11,1 9,7 10,4 15,4 14,6 15,0 13,6 12,4 13,0 10-14 12,7 11,1 11,8 14.3 12,9 13,6 13,6 12,1 12,8 15-19 11,4 11,8 11,6 11,1 11,3 11.2 11,3 11,5 11,4 20-24 10,0 10,7 10,4 7,9 9.0 8.5 8,8 9.8 9,3 25-29 8,6 9,7 9,2 5,5 7,3 6.4 6,8 8.4 7,6 30-34 6,7 8,4 7,6 5,4 6,2 5,8 6,0 7.2 6,6 35-39 7,2 7,8 7.5 5,3 5,3 5,3 6,2 6,4 6,3 40-44 5,9 5,6 5,7 3,6 4,5 4,1 4,6 5,0 4,8 45-49 3,6 3.7 3,6 2,4 3,5 3,0 2,9 3,6 3,3 50-54 3.3 3,3 3,3 3,3 3,2 3,2 3,3 3,2 3,3 55-59 3,0 2,6 2,8 2,7 2,7 2,7 2,8 2,7 2,8 60-64 2.6 2,3 2,4 3,0 2,2 2,6 2,8 2,3 2,5 65-69 1,8 1,6 1,7 1,9 1,7 1,8 1,9 1,7 1,8 70-74 1,4 0.9 1,1 1,7 1,1 1,4 1.5 1,0 1,3 75-79 0,7 0,4 0,5 0,7 0,3 0,5 0.7 0,3 0.5 80 ou ptus 0,4 0,7 0,5 0,9 0,7 0,8 0,7 0,7 0,7 Non déterminé/NSP 0,0 0,0 0.0 0,1 0,0 0,1 0,1 0,0 0,0 Total 100.0 100,0 100,0 100,0 100,0 i00,0 100.0 I00,0 100,0 Effectif 3 688 4 168 7 856 4 939 5 203 10 142 8 627 9 371 17 998 Répartition par âge : Le tableau 2.2 et le graphique 2.1 donnent la répartition de la population par grands groupes d'âges, à différentes dates. L'analyse des données fait ressortir qu'en 1995, les moins de 15 ans représentent encore plus du tiers de la population totale (37 %); néanmoins, ce groupe d' âges a enregistré une réduction de 2,4 points par rapport aux données de I'ENPS-II de 1992. La tranche de la population active, 13 Tableau 2.2 Population par âge selon différentes sources Répartition (en %) de la population par ~ge, Recensement 1982, ENPS-1I 1992, et EPPS 1995, EPPS Maroc 1995 ENPF Recensement ENPS-II EPPS Groupe d'âges 1979-80 1982 1992 1995 Moins de 15 ans 43,6 42,1 39,7 37,3 15-64 ans 52,7 53,6 55,6 58,4 65 ans ou plus 3,7 4,3 4,6 4,3 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Source : Azelmat et al., 1993 Graphique 2.1 Population par grands groupes d'âges selon différentes sources Pourcentage 70 60 50 40 30 20 10 0 ?: 0-14 ans j~ 15-64 ans J ~ 65 ans ou plus 15-64 ans atteint, quant à elle, 58 % enregistrant une augmentation de 2,8 points par rapport aux données de I'ENPS-II de 1992. Pour ce qui est de la tranche d'âges des 65 ans et plus, elle ne représente que 4 %. 2.1.2 Structure, taille et composition des ménages Les résultats présentés au tableau 2.3 montrent, aussi bien en milieu urbain qu'en milieu rural, que les chefs de ménages sont, en majorité, des hommes (urbain : 82 %, rural : 89 % et ensemble : 86 %). Il est à signaler que ces proportions ont accusé une légère augmentation par rapport aux résultats de I'ENPS-II de 1992. La proportion de l'ensemble des ménages marocains ayant à leur tête un homme était de 84 % en 1992. 14 Tableau 2.3 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, taille du ménage, lien de parenté avec le chef de ménage, selon le milieu de résidence, EPPS Maroc 1995 Caractéristique Urbain Rural Ensemble Chef de ménage Homme 81,6 89,2 85.5 Femme 18,4 10,8 14.5 Nombre de membres habituels 1 1,4 0,6 1,0 2 5,6 3,8 4,7 3 9,1 5,2 7,1 4 14,7 8,6 11,6 5 17.5 12,7 15,0 6 15.7 15,1 15,4 7 12,4 12,0 12,2 8 10,3 11,8 11,1 9 ou plus 13,3 30.0 21,8 Taille moyenne 5.9 7,4 6,7 Lien de parenté (membres habituels) Un adulte 3,3 2,1 2,7 Deux adultes apparentés - de sexe opposé 25,6 22,5 24,0 - de même sexe 2,1 1,2 1,6 Trois adultes apparentés ou plus 59,6 71,7 65,8 Autres 9,5 2,4 5,9 La taille moyenne des ménages est de 6,7. Elle a augmenté par rapport aux données de I'ENPS-II de 1992 où cette moyenne n' atteignait que 6. Par milieu, elle est de 5,9 en milieu urbain et de 7,4 en milieu rural alors qu'en 1992 elle n'était, respectivement, que de 5,5 et de 6,5. Il y a lieu de noter que les proportions de ménages constitués par moins de cinq personnes ont enregistré une baisse relative, tandis que celles des ménages de plus de cinq personnes ont enregistré une augmentation importante. Le type de ménage le plus fréquent est celui composé par trois adultes apparentés ou plus. Il représente 66 % pour l'ensemble des milieux (60 % en milieu urbain et 72 % en milieu rural). Ces pourcentages accusent une augmentation par rapport à ceux obtenus lors de I'ENPS-II de 1992. Par contre, le pourcentage des ménages constitués par seulement deux adultes de sexe opposé a régressé passant de 28 % en 1992 à 24 % en 1995. 2.1.3 Caractéristiques de l'habitat et des biens possédés par le ménage L'EPPS de 1995 a également collecté des données sur certaines caractéristiques du logement (électricité, au potable, assainissement.) ainsi que sur l'existence dans le foyer de certains biens durables d'équipement (radio, télévision, réfrigérateur.). L'analyse de ces données permet de mieux cerner les conditions environnementales et socio-économiques dans lesquelles vivent les populations enquêtées. 15 Caractéristiques de l'habitat : L'examen des résultats de I'EPPS de 1995 et ceux de I'ENPS-II de 1992 indique que : le pourcentage de la population ayant l'électricité est passé de 49 % en 1992 à 56 % en 1995 soit un gain de 7 points. L' accroissement de ce pourcentage est beaucoup plus marqué en milieu rural (16 % en 1992 et 24 % en 1995, soit un gain de 8 points) qu'en milieu urbain (85 % en 1992 et 91% en 1995, soit un gain de 6 points); le pourcentage de la population disposant d'un robinet dans le logement est passé de 42 % à 47 % (86 % pour le milieu urbain et 11% seulement pour le milieu rural); le pourcentage de la population ayant accès à une eau propre à la consommation est passé entre 1992 et 1995 de 55 % à 57 %, soit un gain de 2 points. Par milieu, ce pourcentage est passé de 94 % à 97 % en milieu urbain et de 18 % à 20 % en milieu rural; • les logements sans toilettes (ni privées, ni collectives) représentent encore 32 % alors qu'ils étaient de 37 % en 1992 (3 % en milieu urbain et 61% en milieu mral); les logements dont le sol n'est pas protégé par du ciment, carrelages ou autres matériaux représentent 22 % (1% en milieu urbain et 42 % en milieu mral). Ce pourcentage a légèrement diminué par rapport à celui de I'ENPS-II de 1992; le nombre moyen de personnes par pièce utilisée pour dormir est passé de 2,8 personnes en 1992 à 3,1 personnes en 1995. Cette moyenne s'est davantage accentuée en milieu rural passant de 2,9 à 3,3 alors qu'en milieu urbain elle est restée sensiblement identique. Concernant les ménages dans lesquels 1 à 2 personnes dorment dans la même pièce, le pourcentage (49 %) est en déclin par rapport à 1992 où il atteignait 55 %. Par contre, les ménages dans lesquels 3 à 4 personnes dorment dans la même pièce ont augmenté, passant de 34 % en 1992 à 40 % en 1995. Les résultats détaillés sur les caractéristiques de l'habitat à partir de I'EPPS de 1995 figurent au tableau 2.4. Biens possédés par les ménages : Il ressort du tableau 2.5 que les ménages possédant un poste de radio représentent 89 % (93 % en milieu urbain et 85 % en milieu rural). Ce pourcentage est en augmentation de 4 points par rapport à celui obtenu lors de I'ENPS-II de 1992. En ce qui concerne la possession d'un poste de télévision, on constate que la majorité des ménages ont déclaré en posséder un (69 %). En 1992, ce pourcentage n'était que de 59 %. En milieu urbain, il est passé de 86 % à 94 %, soit un gain de 8 points; en milieu rural, il est passé de 33 % à 46 % soit un gain de 13 points. Les pourcentages relatifs aux autres biens possédés par les ménages (réfrigérateur, bicyclette, voiture etc.) ont également augmenté dans des proportions non négligeables, comme l'indique le graphique 2.2. Deux biens possédés par le ménage et pour lesquels aucune question n'avait été posée lors de I'ENPS-II de 1992 ont ét~ introduits dans I'EPPS de 1995, il s'agit de l'existence du téléphone et de 1' antenne parabolique. En ce qui concerne le téléphone, 18 % des ménages visités et enquêtés ont déclaré être branchés au réseau de communication téléphonique (36 % en le milieu urbain et 2 % le milieu rural). Pour ce qui est de l'antenne parabolique, 9 % des ménages en disposent (17 % en milieu urbain et 1% en milieu rural). 16 Tableau 2,4 Caractéristiques des logements Répartition (en %) des mënages, par caractéristiques des logements, selon le milieu de résidence, EPPS Maroc 1995 Caract6ristique des logements Urbain Rural Ensemble Électricité Oui 90,6 24,2 56,5 Non 9,4 75,7 43,4 Total 100,0 100,0 100,0 Approvisionnement en eau à boire Robinet dans le logement 85,6 10,6 47,1 Borne fontaine 11,2 9,2 10,2 Puits dans la cour 1,3 14,0 7,9 Puits public 0,3 29,9 15,5 Source 0,2 23,6 12,2 Rivière/cours d'eau 0,0 8,4 4,3 Mare/Lac 0,0 0,1 0,0 Eau de pluie 0,0 3,3 1,7 Camion citerne 1,1 0,7 0,9 Eau en bouteille 0,1 0,1 0,1 Autre 0,1 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 Type de toilettes Chasse d'eau à l'intérieur privée 84,4 15,9 49,3 Chasse d'eau à l'extérieur collective 7,8 0,4 4,0 Latrine aménagée 2,2 7,8 5,1 Latrine sommaire 3,0 15,2 9,3 Pas de WC/ciel ouvert 2,5 60,7 32,4 NSP/ND 0,1 0,0 0,0 Total 100,0 i00,0 100,0 Type de sol Sol 1,2 41,8 22,0 Bouse 0,0 6,7 3,4 Parquet/Bois ciré 0,0 0,1 0,0 Vinyle ou asphalte 1,1 0,1 0,6 Carellages/céramiques 71,3 6,9 38,3 Ciment 25,9 44,4 35,4 Moquette 0,3 0,0 0, I NSP/ND 0,1 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 Nombre de personnes par pièce utilisée pour dormir 1-2 57,0 41,2 48,9 3-4 35,1 44,5 39,9 5-6 6,2 11,1 8,7 7 ou plus 1,6 3,2 2,4 Total 100,0 100,0 100,0 Moyenne 2,8 3,3 3,1 Effectif de ménages 1 340 1 411 2 751 17 Tableau 2.5 Biens durables possédés par le ménage Pourcentage de ménages possédant certains biens de consommation durables, selon le milieu de résidence, EPPS Maroc 1995 Biens durables Urbain Rural Ensemble Électricité 90,6 24,2 56,5 Radio 92,7 84,5 88,5 Télévision 93,7 46,2 69,3 T61éphone 35,9 1,6 18,3 Réfrigérateur 73,3 7,0 39,3 Parabole 16,9 0,9 8,7 Bicyclette 16,0 22,1 19,2 Mobylette/motocyclette 16,1 15,2 15,7 Voiture personnelle 25,4 5,8 15,3 Effectif de ménages 1 340 1 411 2 751 Graphique 2.2 Biens durables possédés par le ménage Radio Télëvision Réfrigërateur Bicyclette Motocyclette Voiture ~ m 0 20 40 60 80 100 POUrcentage 18 2.2 ENQUÊTE INDIV IDUELLE 2.2.1 Caractéristiques socio- démographiques des femmes enquêtées Les caractéristiques individuelles des femmes enquêtées sont utilisées comme vari- ables de classification ou variables explicatives de la plupart des phénomènes étudiés. Il s'agit notamment de l'âge de la femme, de l'état matri- monial, du niveau d'instruction, du milieu et de la région de résidence. Le tableau 2.6 donne la répartition des femmes interviewées selon les variables socio-démographiques. La distribution des femmes de 15-49 ans par groupe d'âges quinquennaux fait apparaître des pourcentages allant de façon décroissante de 22 % pour les 15-19 ans à 7 % pour les 45-49 ans. Cette répartition met en évidence des réductions par rapport à I'ENPS-II de 1992 pour les tranches d'âges de 15-19 ans, 30-34 ans, 35- 39 ans et 45-49 ans. Par contre, on constate de légères augmentations pour les tranches d'âges 20-24 ans, 25-29 ans et 40-44 ans. En ce qui concerne l'état matrimonial, plus de la moitié des femmes enquêtées de 15-49 ans sont mariées (52 %). Les femmes céliba- taires représentent 42 %, les veuves 2 % et celles divorcées 3 % (graphique 2.3). Par rapport à I'ENPS 1992, les proportions sont différentes pour toutes les situations, avec un accroissement du pourcentage des femmes célibataires qui est passé de 39 % à 42 %. Tableau 2.6 Caractéristiques socio-démographiques des femmes Répartition (en %) des femmes enquêtése par âge, ~rat matri- monial, milieu et région de résidence, et niveau d'instruction, EPPS Maroc 1995 Caractéristique ENPS-II EPPS socio-d6mogmphique 1992 1995 Effectif Groupe d'âges 15-19 23,2 22,1 1 049 20-24 18,2 18,8 894 25-29 15,9 16.3 774 30-34 14,8 13,7 650 35-39 12,7 12,6 597 40-44 8,0 9,7 463 45-49 7,2 6,9 326 État matrimonial Célibataire 39,1 42,4 2 017 Mariée 55,3 52,2 2 481 Veuve 2,1 2,0 94 Divorcée 3,5 3,4 161 Milieu de résidence Urbain 49,2 49,9 2 370 Rural 50,8 50,1 2 383 Région Nord-Ouest 19,3 17,8 844 Centre-Nord 12,8 14,2 674 Centre 30,7 30,3 1 441 Oriental 6,6 5,9 279 Centre-Sud 8,9 9,4 447 Tensift 10,4 9,9 472 Sud 11,3 12,5 596 Niveau d'instruction Aucun 63,4 58,1 2 761 Primaire 16,9 17,0 807 Secondaire ou plus 19,8 24,9 l 185 Ensemble 100,0 100,0 4 753 Pour ce qui est du milieu de résidence, 49,9 % des femmes interrogées sont du milieu urbain et 50,1% sont du milieu rural. On constate, par rapport à I'ENPS-II de 1992, un accroissement de 0,7 point des femmes enquêtées en milieu urbain. Au niveau régional, la proportion de femmes enqnêtées varient d'un maximum de 30 % dans la région du Centre à un minimum de 6 % dans la région de l'Oriental. 19 Graphique 2.3 État matrimonial des enquêtées Divorcëe ," Veuve 2% Cëlibatalre 42% Mariée 52% EPPS 1995 2.2.2 " ' . . . . . . . . Niveau d lnstructmn et earaeterlstlques soem-dernograph~ques Sur le plan de l'instruction, on a déterminé pour chaque femme interrogée le niveau et le cycle d'enseignement qu'elle a atteint. Les résultats portés au tableau 2.7 indiquent que près de six femmes sur dix (58 %) n' ont aucune instruction, pratiquement une femme sur six ( 17 %) a atteint le cycle d' études primaires et une femme sur quatre (25 %) a atteint le niveau secondaire ou supérieur. Ces pourcentages enregistrent une légère amélioration par rapport à ceux de I'ENPS-II de 1992 (graphique 2.4). Par milieu de résidence, les femmes sans instruction représentent 34 % en milieu urbain et 82 % en milieu rural. En 1992, ces pourcentages étaient, respectivement, de 40 % et 86 %. Quant au pourcentage de femmes ayant une instruction de niveau primaire, il a régressé en milieu urbain passant de 24 % en 1992 à 23 % en 1995 alors qu'en milieu rural, il a légèrement progressé passant de 10 % à 12 %. Pour ce qui est des femmes ayant un niveau secondaire ou plus, le pourcentage est passé, pour l'urbain, de 36 % en 1992 à 44 % en 1995 et, pour le rural, de 4 % en 1992 à 6 % en 1995. Par région, le Sud semble détenir le pourcentage le plus élevé de femmes sans instruction avec 75 %, et le Centre-Sud le pourcentage le plus faible avec 39 %. Le pourcentage le plus élevé de femmes ayant une instruction de niveau primaire se situe dans les régions du Centre et du Centre-Sud avec 20 % pour chacune d'elle alors que le pourcentage le plus bas (13 %) est enregistré par la région du Tensift. Pour ce qui est des pourcentages de femmes ayant atteint le niveau secondaire ou plus, la région du Centre-Sud se place en tête avec 41% et celle du Sud occupe la dernière place avec 11%. 20 Tableau 2.7 Niveau d'instruction des femmes Répartition (en %) de femmes par niveau d'instruction atteint, selon le groupe d'âges quinquennal, le milieu et la région de résidence, EPPS Maroc 1995 Niveau d'instruction Secon- daire Caractédstique Aucun Primaire ou plus Total Effectif Groupe d'âges 15-19 44,1 20,9 35,0 100,0 1 049 20-24 47,9 20,1 32,0 100,0 894 25-29 57,1 14,7 28,2 100,0 774 30-34 68,0 12,5 19,5 100,0 650 35-39 65,3 17,4 17,3 100,0 597 40-44 70,8 16,6 12,5 I00,0 463 45-49 82,2 9,8 8,0 100,0 326 Milieu de résidence Urbain 33,6 22,5 43,8 100,0 2 370 Rural 82,4 11,5 6,1 100,0 2 383 Région Nord-Ouest 55,2 16,6 28,2 100,0 844 Centre-Nord 67,8 14,5 17,7 100,0 674 Centre 49,3 20,1 30,5 100,0 1 441 Oriental 65,2 17,2 17,6 100,0 279 Centre-Sud 38,9 20,1 40,9 100,0 447 Tensift 68,6 12,7 18,6 I00,0 472 Sud 75,0 13,6 11,4 100,0 596 Ensemble 58,1 17,0 24,9 100,0 4 753 Graphique 2.4 Niveau d'instruction des femmes enquêtées en 1992 et 1995 Pourcentage 70 60 50 40 30 20 10 0 Sans instruction Primaire Secondaire ou plus 21 CHAPITRE 3 FÉCONDITÉ Les mesures de la fécondité présentées dans ce chapitre sont bas~es sur les histoires génésiques des femmes âgées de 15 à 49 ans interviewées lors de I'EPPS de 1995. Il s'agit de recueillir des données permettant d'estimer les niveaux de la fécondité et d'en dégager les tendances. A chaque femme non célibataire relevant de l'échantillon, on a demandé le nombre de garçons et de filles qu'elle avait eu en distinguant ceux habitant sous le même toit (avec leur mère), ceux vivant ailleurs et ceux déjà décédés. Par la suite, on a reconstitué l'historique complet de toutes ces naissances selon leur rang en enregistrant pour chacune d'elles : nom, naissance simple ou gémellaire éventuellement, sexe, date de naissance et état de survie. Pour les enfants encore en vie, on enregistrait l 'âge et, pour les enfants décédés, on demandait leur âge au décès. Lors du renseignement de cette partie du questionnaire, on devait vérifier, dans la mesure du possible, l'information obtenue à partir de tout document disponible (livret de famille, extrait de naissance.). Une fois la partie sur l'historique des naissances terrain~e, on devait procéder au contrôle du nombre total d'enfants avec celui déclaré auparavant dans chacune des catégories : enfants vivants avec leur mère, enfants décédés., en cas d'incohérence, l'enquêtrice procédait aux corrections nécessaires. Malgré le soin apporté aux différents types de vérifications, les données sur les naissances sont sujettes aux différents types d'erreurs inhérentes aux enquêtes rétrospectives; on peut citer entre autres : - Le sous-enregistrement des naissances par omission des enfants qui meurent juste après leur naissance, induisant des sous-estimations des niveaux de fécondité. - La datation imprécise des évènements (date de naissance/âge de la mère) entraînant des sous- estimations ou des surestimations de la fécondité à certains âges et à certaines époques. Ces deux types d'erreurs (sous-enregistrement et imprécision des dates des événements) sont, généralement, d'autant plus importantes que les naissances sont anciennes. On observe, en outre, lors des enquêtes sur la population et la santé, certains déplacements de dates de naissance d'enfants nés au cours de la période quinquennale précédant l'enquête vers les années précédentes. Ces « déplacements » sont souvent effectués de « façon volontaire » afin d'éviter de poser les questions sur la santé (section 4 du questionnaire) qui portent sur les seules naissances des cinq années avant l'enquête. Cette opération de déplacement est d'autant plus facile que la mère ne connaît pas avec exactitude la(es) date(s) de naissance de son (ses) enfant(s). Dans le cas marocain, ces déplacements, principalement de naissances de 1990 vers 1989, sont minimes, et ne peuvent par conséquent induire une sous-estimation significative de la fécondité des cinq années précédant l'enquête ~. i A l'annexe D, le tableau D.4 fournit la distribution des naissances par année de naissance. Le « rapport de naissances annuelles » (rapport des naissances d'année x, soit Nx, à la demi-somme des années de naissance encadrant, soit [(Nx + Nx+ t)/2]) rend compte des déplacements d'années de naissance. Le rapport ne semble pas indiquer un excédent de naissance majeur en 1989 (rapport = 101). Pour les années 1990 et 1991, les rapports sont respectivement de 101 et 97. 23 3.1 FÉCONDITÉ ACTUELLE ET FÉCONDITÉ DIFFÉRENTIELLE Pour la période de trois ans précédant l'enquête, période couvrant principalement les années 1992,1993 et 1994, le tableau 3.1 et le graphique 3.1 présentent les taux de fécondité générale par groupe d'âges selon le milieu de résidence. Cette période de trois années a été choisie dans le but de réduire les erreurs d'observation, d'une part, et de foumir, d'autre part, des indicateurs de fécondité pour une période assez récente. L'indice synthétique de fécondité (ISF), ou somme des naissances réduites, mesure le nombre moyen d'enfants qu'aurait une femme à l'issue de sa vie féconde selon les conditions actuelles de fécondité. À. l'échelon national, ce nombre atteint 3,3 enfants par femme et se trouve presque à mi- chemin entre le niveau rural (4,5 enfants) et le niveau urbain (2,2 enfants). Le taux global de fécondité générale (TGFG), ou nombre annuel moyen de naissances dans la population féminine âgée de 15 à 49 ans, s'élève à 104 °/oo. Le taux brut de natalité (TBN), ou nombre annuel moyen de naissances dans la population totale, atteint 26 %0. Tableau 3.1 Fécondité actuelle Taux de fécondité par ~ge, Indice Synthétique de Fécondité (ISF), Taux Brut de Natalité (TBN) et Taux Global de Fécondité Gén6rale (TGFG) pour la période des trois années préc6dant l'enquëte, selon le milieu de résidence, EPPS Maroc 1995 R6sidence Groupe d' figes Urbain Rural Ensemble 15-19 20 49 35 20-24 82 169 125 25-29 107 172 138 30-34 96 202 146 35-39 86 153 117 40-44 40 125 82 45-49 4 30 18 ISF 15-49 (pour 1 femme) 2,17 4,50 3,31 ISF 15-44 (pour 1 femme) 2,15 4,35 3,22 TGFG (pour 1 000) 71 138 104 TBN (pour l 000) 20,4 30,6 26,0 Note : Les taux sont calculés pour la période de 1-36 mois avant l'enquête. Les taux à 45-49 ans peuvent être légèrement biaisés du fait de donn6es incomplètes pour ce groupe d'âges. Graphique 3.1 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence Taux (pour mille) 25O 150 100 50 0 15 20 25 30 35 40 45 Ï~ge de la femme (ans) 50 EPPS 1995 24 Au niveau des milieux de résidence, comme on l'a signalé plus haut, les différences sont importantes. La fécondité rurale est plus de deux fois plus élevée que celle enregistrée au niveau de l'urbain et la différence est de 2,3 enfants (tableaux 3.1 et 3.2 et graphique 3.2). La relation entre nombre moyen d'enfants et le niveau d'instruction est connue; plus le niveau d'instruction est faible, plus I'ISF est élevé: de 4 enfants par femme sans instruction, l'indice passe à 1,9 enfants par femme ayant fait des études secondaires ou supérieures. Le tableau 3.2 présente aussi le nombre moyen d'enfants nés vivants par femme en fin de vie féconde (40-49 ans) qui est assimilable à une descendance. Si I'ISF mesure la fécondité du moment, la descendance, au contraire, est le résultat de toute la fécondité passée des femmes ayant atteint 40-49 ans à l'enquête. La différence entre ces deux indicateurs reflète la baisse de fécondité dans le pays. Que ce soit au niveau du milieu de résidence ou du niveau d'instruction, l'indice du moment est toujours inférieur à la descendance. Tableau 3.2 Fécondité par caractéristiques socio- démographiques Indice Synthétique de Fécondité pour les période des trois années précédant l'enquête et nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans, par caractéristiques socio-démographiques, EPPS Maroc 1995 Nombre moyen Indice d'enfants nés synthétique vivants pour les Caractéristique de fécondité I femmes de 40-49 ans Milieu de résidence Urbain 2,17 4,75 Rural 4,50 7,23 Région Nord-Ouest 3,45 6.12 Centre-Nord 4,21 7,79 Centre 2,61 5,02 Oriental 3,32 6,07 Centre-Sud 2,48 5,86 Tensift 3,87 6,4l Sud 4,08 6,44 Niveau d'instruction Aucun 4,04 6,70 Primaire 2,36 4,40 Secondaireou plus 1,89 3,36 Ensemble 3,31 6,03 Indice synthétique de fécondité pour les femmes âgées de 15-49 ans Graphique 3.2 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans RËSIDENCE U rba r ,,, . . . . . . . , Rura , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , RÉGION Nord ouest . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , Cent re nord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Cent re . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , Or ienta l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , Cent re sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tens i f t . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , Sud . . . . . . . . , . . . . . , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . INSTRUCTION AUCURe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , . , , , , . . . . . . . . . . . . . , , , , , , , , , , , , ,= Pr ima i re . . . . . . . . . . . . . . , i Seconda i re /Sup . I . , 0 2 4 6 Nombre d 'en fants par femme 8 EPPS 1995 25 3.2 TENDANCES DE LA FÉCONDITÉ Les tendances de la fécondité sont dégagées de deux manières : d'une part, par la con- frontation des données de l'enquête EPPS à d'autres sources et, d'autre part, par l'utilisation des données de l'enquête relatives à l'historique des naissances. Le tableau 3.3 et le graphique 3.3 présentent les données d'une enquête relativement ancienne (datant du début des années 60, date à laquelle la fécondité marocaine peut être qualifiée de naturelle) pour montrer les changements de fécondité intervenus sur le long terme, et les données de l'enquête à passages répétés de 1987 pour Tableau 3.3 Fécondité par âge selon différentes sources Taux de f6condité par fige et Indice Synthétique de Fécondit6 selon I 'EOM (1962), I'ENDPR (1986-97), I'ENPS-II (1992) et I'EPPS (1995), EPPS Maroc 1995 EOM ENDPR ENPS-II EPPS Groupe d'âges 1962 1986-87 1992 1995 15-19 96 61 40 35 20-24 305 161 139 125 25-29 311 215 183 138 30-34 293 190 182 146 35-39 186 158 138 117 40-44 107 77 86 82 45-49 93 31 39 18 ISF 15-49 6,96 4,47 4,04 3,3I Note : Taux de fécondité par groupe d'fges pour 1 000 femmes. Sources : Azelmat et al., 1993 montrer les changements intervenus, sur le court terme, par rapport aux données de I'EPPS correspondant aux cinq années avant l'enquête, soit des taux centrés sur l'année 1992. En l'espace de trente ans (entre 1962 et 1992), la fécondité a baissé de moitié sous l'effet conjugué de la hausse de l'âge au premier mariage et de la pratique contraceptive. Plus récemment, c'est-à-dire entre 1987 et 1992, on constate une chute de 20 % de l'indice synthétique de fécondité. Graphique 3.3 Taux de fécondité générale par âge selon trois sources Taux (pour mille) 350 300 25O 200 150 100 5O 0 i i i b i b 15 20 25 30 35 40 45 50 /~ge de la femme (ans) 26 La variation de la fécondité peut aussi être étudiée à partir d'une seule observation, à condition d'avoir pris soin de retracer l'histoire génésique de chaque femme enquêtée. Grâce aux données du tableau 3.4, on a pu calculer I'ISF des femmes de 15-34 ans sur plusieurs périodes de 4 années précédant l'enquête. Cette série est complétée par des données calcul~es de la même manière à partir d'autres sources: I'ENPS-II (1992), rENPS-I (1987) et I'ENFPF (1979-80). Toutes ces données sont représentées au graphique 3.4. On voit clairement la chute de la fécondité sur trois décennies. Aux données de I'ENPS-I, pour l'année 1987, on a Tableau 3.4 Tendances de la fécondité par âge Taux de fécondité par âge par période de quatre ans précédant l'enquête et selon l'âge de la mère, EPPS Maroc 1995 Périodes précédant l'enquête (en années) Groupe d'âges 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 15-19 35 49 55 78 93 20-24 130 143 198 233 249 25-29 153 192 234 274 320 30-34 149 187 216 254 [295] 35-39 119 141 [183] [220] 40-44 81 [118] 45-49 20 Note : Taux de fécondité par groupe d'âges pour 1 000 femmes. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplètes. ajouté I'ISF des femmes de 15-34 ans de I'ENDPR (Enquête Nationale Démographique à Passages Répétés). On constate que la concordance des informations est parfaite et confirme une fois de plus la qualité des données de I'EPPS de 1995. Graphique 3.4 Tendances de I'ISF pour les femmes de 15-34 ans, selon cinq sources Nombre d'enfants i i i i ~ i i i i p i i i i i ~ i i d b i i i i J i i i i i i ~ i i 1962 1967 1972 1977 1982 1987 1992 1995 Annde Le tableau 3.5 présente le même type d'informations que le tableau 3.4, mais les taux de fécondité sont calculés, cette fois-ci, sur la base de la population des femmes non-célibataires, selon la durée de mariage. On constate que, sur la dizaine d'années ayant précédé l'enquête, la fécondité a peu diminué en début d'union. Au delà, la chute est d'autant plus importante que la durée écoulée depuis le premier mariage est longue. 27 Tableau 3.5 Tendances de la fécondité par durée de mariage Taux de fécondité par pêriodes de quatre ans précédant l'enquête, selon la durée écoulée depuis le premier mariage, EPPS Maroc 1995 Périodes précédant l'enquête (en années) Groupe d'~.ges 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 0-4 298 307 325 353 340 5-9 224 253 307 317 339 10-14 185 222 262 283 329 15-19 138 181 208 258 [258] 20-24 108 141 [170] 25-29 52 [87] Note : Taux de fécondité pour 1000 femmes non-célibataires. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplètes. 3.3 ENFANTS NÉS V IVANTS ET STÉRIL ITÉ Comme on l'a signalé au début de ce chapitre, on a posé aux femmes enquêtées des questions sur l'ensemble des naissances qu'elles ont eues au cours de leur vie féconde, en distinguant les enfants survivants (vivants dans le ménage ou ailleurs) et les enfants décédés. A l'aide de ces informations, on a calculé des parités moyennes par groupe d'âges pour l'ensemble des femmes (quel que soit l'état matrimonial) et pour celles actuellement mariées (tableau 3.6). Le nombre moyen d'enfants par femme augmente régulièrement et rapidement avec l'âge : il passe de 0,05 enfant à 15-19 ans à 6,8 enfants vers la ménopause (à 45-49 ans). Tableau 3.6 Enfants nés vivants et enfants survivants Répartition (en %) du toutes les femmes et des femmes actuellement mariées par nombre d'enfants nés vivants, nombre moyen d'enfants n6s vivants et nombre moyen d'enfants survivants, selon l'~ge des femmes, EPPS Maroc 1995 Nombre Nombre Nombre d'enfants nés vivants Effectif moyen moyen Groupe de d'enfants d'enfants d'~,ges 0 I 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ou + Total femmes nés vivants survivants TOUTES LES FEMMES 15-19 95,5 4,2 0,2 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 I00,0 1 049 0,05 0,05 20-24 70,5 13,9 10,7 3,7 1,2 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 I00,0 894 0,51 0,47 25-29 48,8 12,3 14,6 12,8 7,2 3,1 0,9 0,3 0,0 0,0 0,0 100,0 774 1,32 1,21 30-34 25,8 10,5 12,3 12,6 12,9 9,2 7,5 4,8 3,2 0,8 0,3 100,0 650 2,86 2,54 35-39 16,9 5,9 11,7 10,4 12,4 12,1 11,1 8,9 5,5 3,2 2,0 100,0 597 3,94 3,51 40-44 9,3 5,0 5,6 7,6 10,2 11,0 11,9 14,3 9,3 4,1 11,9 100,0 463 5,46 4,73 45-49 3,7 4,0 6,4 4,3 8,3 8,0 9,8 11,3 9,5 10,1 24,5 100,0 326 6,84 5,67 Total 49,1 8,5 8,6 6,9 6,3 4,9 4,4 4,0 2,7 1,6 3,1 100,0 4 753 2,21 1,93 FEMMES ACTUELLEMENT EN UN/ON 15-19 55,9 41,2 2,0 1,0 0,0 0,0 0,0 0.0 0,0 0,0 0,0 100,0 102 0,48 0,45 20-24 24,2 34,9 27,8 10,1 3,1 0,0 0,0 0,0 0.0 0,0 0,0 100,0 327 1,33 1,22 25-29 12,7 18,5 24,9 23,0 13,1 5,6 1,6 0,5 0,0 0,0 0,0 100,0 426 2,31 2,13 30-34 5,3 10,3 15,2 16,9 17,3 12,7 10,1 6,5 4,2 1,1 0,4 100,0 474 3,79 3,36 35-39 4.5 4,9 13,0 11,5 14.4 14,2 13,2 10~9 6,8 3ç9 2,5 I00.0 485 4,67 4,17 40-44 2,8 3,1 5.4 8,5 10,3 11,9 12,6 16,0 11,1 4,9 13,4 100,0 388 6,06 5,26 45-49 2,2 3,6 5,4 3,2 8,2 7,5 8,6 11,8 10,8 11,1 27,6 100,0 279 7,25 6,03 Total 10,2 13,3 14,9 12,5 11,3 8,9 7,7 7,3 5,1 3,0 5,8 100,0 2 481 3,99 3,50 28 Pour l'ensemble des femmes, 5 % d'entre elles ont donné naissance à, au moins, un enfant à l'âge de 15-19 ans. Mais, vers 45-49 ans, une femme sur quatre a mis au monde 10 enfants ou plus. D'après le tableau 3.6, on constate, à tous les âges, des différences importantes entre les nombres moyens d'enfants nés vivants chez l'ensemble des femmes et chez les femmes mariées. Jusqu'à l'âge de 35 ans, ces différences sont certainement dues aux proportions importantes de femmes célibataires; au delà, les ruptures d'unions expliquent les écarts observés. Enfin, au delà d'un certain âge (35 ans), où l'arrivée d'un enfant de rang 1 est peu probable, la proportion de femmes mariées nullipares peut être prise comme indicateur de la stérilité primaire : cette proportion ne dépasse pas 4 % dans le groupe 35-49 ans et peut être considérée comme faible proportion de stérilité. 3.4 INTERVALLES INTERGÉNÉSIQUES Plusieurs études ont montré que la longueur des intervalles entre naissances ont une influence sur l'état de santé de l'enfant et celui de sa mère et, plus particulièrement, que les intervalles ne dépassant pas deux années augmentent les risques de mortalité de la mère et de l'enfant. Le tableau 3.7 présente la répartition des naissances survenues au cours des 5 années précédant l'enquête selon la durée (en mois) écoulée depuis la naissance précédente en fonction de plusieurs caractéristiques. Presque 10 % des naissances sont arrivées moins de 18 mois après la naissance précédente et 15 % sont arrivées entre 18 mois et 2 ans : soit, au total, un quart des naissances (25 %) ont un intervalle intergénésique de durée inférieure à deux ans. Plus de la moitié des naissances (52 %) se produisent entre deux et trois ans après la naissance précédente; le reste, soit presque un quart des naissances (24 %), sont arrivées après une durée de 4 ans ou plus après la naissance de l'enfant précédent. Dans l'ensemble, on retiendra une durée médiane de l'intervalle intergénésique dépassant 2 années et demie (32,2 mois exactement). Chez les femmes d'âges 20-29 ans, l'intervalle intergénésique est de 28,2 mois. Cet intervalle augmente de plus de 5 mois quand on passe au groupe d'âges décennal suivant (30-39 ans) et de presque 10 mois chez les femmes les plus âgées (40-49 ans). Concernant le sexe de l'enfant, il n'y a pas de différence notoire entre les intervalles; par contre, les naissances qui viennent après des enfants décédés se produisent beaucoup plus rapidement que lorsque l'enfant précédent vit toujours : plus de la moitié (52 %) des naissances ont lieu moins de deux ans après la naissance de l'enfant précédent lorsque celui-ci est décédé, contre un peu moins du quart (22 %) lorsqu'il est toujours en vie. Pour le milieu de résidence, l'intervalle intergénésique médian en milieu urbain est plus long de 10,5 mois que celui du milieu rural. Le Centre-Nord, dont la fécondité est la plus élevée de toutes les régions marocaines, enregistre l'intervalle le plus court avec 28,0 mois; à l'opposé, l'Oriental enregistre l'intervalle le plus long avec 38,7 mois. Enfin selon le niveau d'instruction de la mère, on constate que l'intervalle est d'autant plus long que ce niveau est élevé. 29 Tableau 3.7 Intervalle intergénésique Répartition (en %) des naissances des cinq années prêcédant l'enquête par nombre de mois écoulés depuis la naissance prëcêdente, selon certaines caractéristiques socio-dêmographiques, EPPS Maroc 1995 Nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente Caractéristique 7-17 18-23 24-35 36-47 48 ou + Nombre médian de mois depuis Effectif la naissance de Total précêdente naissances Groupe d'figes 20-29 13,5 22,1 37,5 17,3 9,6 100,0 28,2 584 30-39 7,7 13,4 33,8 I7,1 28,1 100,0 34,0 868 40 ou plus 6,8 7,8 32,9 15,3 37,1 100,0 37,3 307 Rang de naissance 2-3 12,5 19,9 30,4 17,7 19,5 100,0 30,1 718 4-6 5,9 11,4 35,8 17,2 29,7 100,0 35,1 612 7 ou plus 10,2 13,2 40,6 14,8 21,2 100,0 30,8 433 Sexe de l'enfant précédent Masculin 9,2 14,6 34,6 17,2 24,4 100,0 32,5 893 Féminin i0,1 16,1 34,9 16,3 22,5 100,0 32,0 870 Survie de l'enfant préeédent Toujours vivant 7,5 14,9 35,3 17,5 24,8 100,0 33,0 1 608 Décé.dé 31,6 20,0 29,7 9,0 9,7 100,0 23,6 155 Milieu de résidence Urbain 7,4 12,5 20,9 18,9 40,4 I00,0 40,3 530 Rural 10,6 16,5 40,7 15,9 16,2 I00,0 29,8 1 233 Région Nord-Ouest 16,3 11,7 29,8 17,5 24,8 100,0 32,7 326 Centre-Nord 14,5 19,7 36,3 16,6 12,9 100,0 28,0 325 Centre 7,0 14,3 29,7 15,1 33,9 100,0 35,6 384 Oriental 6,2 15,0 21,2 24,8 32,7 100,0 38,7 113 Centre-Sud 7,1 11,5 35,4 18,6 27,4 100,0 34,5 113 Tensift 5,5 15,5 37,7 16,8 24,5 100,0 33,2 220 Sud 5,7 17,4 48,6 14,5 13,8 100,0 29,5 282 Niveau d'instruction Aucun 9,6 16,1 37,6 15,9 20,8 100,0 31,0 1 432 Primaire 8,8 11,6 24,3 20,4 34,8 100,0 38,4 181 Secondaire ou plus 10,7 12,7 20,0 21,3 35,3 100,0 38,2 150 Ensemble 9,6 15,3 34,8 16,8 23,5 100,0 32,2 1 763 Note : Les naissances de rang 1 sont exclues. L'intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois écoulés depuis la grossesse précédente qui a abouti à une naissance vivante. Les quatre naissances des femmes de 15-19 ans sont exclues de ce tableau. J 3.5 ÂGE À LA PREMIÈRE NAISSANCE L'entrée dans la vie féconde, définie par l'âge des femmes à la première naissance, est un indicateur démographique important. Il influence généralement la descendance finale, en particulier quand le recours à la contraception est peu important; en outre, un âge trop tardif ou trop précoce peut avoir des conséquences sur l'état de santé de la mère et de l'enfant et peut accroRre le risque de mortalité (voir chapitre sur la mortalité des enfants de moins de 5 ans). Le tableau 3.8 donne la répartition de toutes les femmes par âge à la première naissance, selon leur âge actuel. 30 Tableau 3.8 Âge â la première naissance Répartition (en %) des femmes par âge à la première naissance, et àge médian à la première naissance selon l'âge actuel, EPPS Maroc 1995 .Âge médian Femmes Âge à la première naissance Effectif à la Âge sans de première actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25 ou + Total femmes naissance 15-19 95,5 0.0 2,0 2.5 0,0 0,0 0,0 100,0 1 049 a 20-24 70.5 0,6 4,9 11,2 8,7 4,1 0,0 100,0 894 a 25-29 48.8 0,5 6,8 12,9 11,2 12,9 6,7 100,0 774 a 30-34 25,8 0,3 11,2 15,7 15.8 13,7 17,4 100,0 650 23,3 35-39 16,9 1,7 12,1 16.6 16,1 18.3 18,4 100,0 597 22,5 40-44 9,3 2,6 15,6 17,9 20,5 17,7 16,4 100,0 463 21.4 45-49 3,7 5,5 20.2 21,8 17,5 16,0 15,3 100,0 326 20.3 a Sans objet Les données indiquent que l'âge à la première naissance est en augmentation; ce vieillissement est similaire à celui observé pour l'âge au premier mariage. L'âge à la première maternité est passé de 20,3 ans à presque 23,3 ans des générations nées vers 1948 à celles nées vers 1963 (correspondant respectivement aux groupes d'âges 45-49 et 30-34 ans). La proportion de naissances chez les adolescentes les plus jeunes (avant 18 ans) est d'autant plus importante qu'il s'agit de générations anciennes : dans le groupe d'âges 20-24 ans, la proportion de femmes ayant eu leur première naissance avant 18 ans est de 6 % contre 12 % à 30-34 ans et 26 % à 45-49 ans. L'augmentation de l'âge à la première naissance, constatée à I'ENPS-I (1987) et à I'ENPS-II (1992), est confirmée par les données de 1995 avec une certaine accélération du phénomène pour les générations les plus jeunes. Pour l'ensemble des femmes de 25-49 ans, l'âge médian à la première naissance a connu une augmentation d'une demi année entre 1992 et 1995, passant de 22,1 ans à 22,7 ans. Il ressort du tableau 3.9 que l'âge médian à la première naissance varie selon les caractéristiques socio-démographiques, comme cela a aussi été observé pour l'âge au premier mariage. En prenant en considération l'ensemble des femmes âgées de 25-49 ans, il y a une différence de 3,3 années dans l'âge à la première maternité entre les femmes urbaines (24,8 ans) et les femmes rurales (21,5 ans). En comparaison avec l'enquête de 1992, on constate que l'écart s'est creusé entre les deux milieux. Dans les générations les plus anciennes (femmes âgées de 40-44 ans et 45-49 ans au moment de l'enquête), la différence entre les milieux urbain et rural était peu importante. Par niveau d'instruction, les femmes ayant reçu une éducation secondaire ont, quel que soit l'âge au moment de l'enquête, l'âge à la première maternité le plus tardif. Au niveau régional, la différence est de 3 ans entre le Centre (24,3 ans) où les femmes entrent le plus tardivement dans la vie féconde et le Tensift (21,3 ans) où les femmes ont leur premier enfant le plus tôt. 31 Tableau 3.9 Âge médian à la première naissance Âge médian à la première naissance (femmes de 25-49 ans) par âge actuel et par caractéristiques sucio-démographiques, EPPS Maroc 1995 Âge actuel Âge Caractéristique 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 25-49 Milieu de résidence Urbain - 26,2 24,2 21,5 19,9 24,8 Rural 23,3 21,2 21,2 21,3 20,5 21,5 Région Nord-Ouest 24,2 24,9 21,6 20,1 23,4 Centre-Nord 21,6 21,3 20,9 20,0 22,0 Centre 26,9 23,1 22,4 20,1 24,3 Oriental 21,4 22,2 20,3 20,5 22,1 Centre-Sud - 21,8 21,1 20,1 20,0 21,7 Tensi ft 23,2 21,6 20,9 21,0 20,5 21,3 Sud 24,5 23,4 21,2 21,5 21,3 22,4 Niveau d'instruction Aucun 23,6 21,4 21,3 21,0 20,0 21,4 primaire 26,5 22,9 21,5 19,5 23,4 Secondaire ou plus 28,8 25,3 25,4 Ensemble 23,3 22,5 21,4 20,3 22,7 Note : L'fige médian est limitë au groupe d'âges 25-49 ans. 3.6 FÉCONDITÉ DES ADOLESCENTES La dernière section de ce chapitre présente des données sur la fécondité des femmes de 15 à 19 ans. Ces données sont importantes parce que la fécondité précoce a souvent des effets néfastes sur la santé des mères et des enfants. Selon le tableau 3.10, la fécondité des adolescentes contribue pour 5 % seulement à la fécondité totale des femmes. Ce tableau donne, pour chaque âge de 15 à 19 ans, les proportions d'adolescentes qui ont eu un ou plusieurs enfants et de celles qui sont enceintes du premier enfant. La somme de ces deux proportions est donnée à la quatrième colonne du tableau et elle correspond à la proportion des femmes ayant commencé leur vie féconde, soit 6 % pour l'ensemble du groupe d'âges 15-19 ans. Cette proportions est nettement inférieure aux proportions observées en Afrique sub-saharienne, comme l'indique le tableau ci-dessous : Burkina Faso (1993) 31% Kenya (1993) 21% Maroe (1995) 6 % Niger (1992) 36 % Sénégal (1992-1993) 24 % Zambie (1992) 34 % Par âge de la femme, les proportions sont peu élevées jusqu'à 18 ans et même jusqu'à 19 ans. A. cet âge 15 % des femmes ont déjà commencé leur vie féconde, avec 12 % qui ont déjà eu 1 enfant ou plus et 3 % qui sont tombées enceintes pour la première fois. 32 Tableau 3.10 Fécondité des adolescentes Pourcentage d'adolescentes de 15 à 19 ans ayant déjà eu un enfant ou 6tant enceintes d'un premier enfant par caractéristiques socio-démographiques, EPPS Maroe 1995 Adolescentes (%) qui sont: Adolescentes (%) ayant déjà Enceintes d'un commencé leur Caractéristique Mères premier enfant vie féconde Effectif Âge 15 0,5 0,5 1,0 203 16 1,5 1,0 2,4 206 17 2,1 2,1 4,3 187 18 4,7 3,3 8,1 211 19 12,0 2,5 14,5 242 Milieu de résidence Urbain 2,7 0,6 3,3 487 Rural 6,0 3,0 9,1 562 Région Nord-Ouest 7,1 3,0 10,I 169 Centre-Nord 2,0 0,7 2,7 147 Centre 3,9 2,3 6,1 311 Oriental 5,0 0,0 5,0 60 Centre-Sud 4,5 0,9 5,4 111 Tensi ft 4,1 3,3 7,4 121 Sud 5,4 1,5 6,9 130 Niveau d'instruction Aucun 5,6 3,0 8,6 463 Primaire 5,5 2,7 8,2 219 Secondaire ou plus 2,5 0,0 2,5 367 Ensemble 4,5 1,9 6,4 I 049 Par ailleurs, on constate des différences selon les caractéristiques socio-démographiques. Selon le milieu de résidence, la fécondité des adolescentes est beaucoup plus élevée en milieu rural (9 %) qu'en milieu urbain (3 %) comme l'indique le graphique 3.5. Au niveau régional, le Nord-Ouest vient eu tête avec 10 % de femmes qui ont déjà commencé leur vie féconde; à l'opposé, vient le Centre-Nord avec une proportion de moins de 3 %. Selon le niveau d'instruction, les adolescentes qui n'ont pas fréquenté l'école ou ayant seulement le niveau primaire sont beaucoup plus nombreuses à avoir une fécondité précoce (respectivement, 9 % et 8 %), que celles de niveau secondaire ou supérieur (3 %). Enfin, le tableau 3.11 fournit la répartition des femmes âgées de 15-19 ans selon le nombre d'enfants mis au monde. On constate que, parmi les femmes qui ont déjà eu un enfant (5 % des 15-19 ans), un peu moins du dixième (7 %) en ont déjà eu deux ou plus. Mais ceci ne concerne que les adolescentes les plus âgées (18 ans et particulièrement 19 ans). L'avant-dernière colonne du tableau dofme le nombre moyen d'enfants. Celui-ci augmente avec l'âge mais reste très faible puisqu'à 19 ans, on enregistre une moyenne de 0,13 enfant. 33 Graphique 3.5 Proportions d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde RI~8iDENCE / Urbain Rurall~ .:gô,o~L Centre nord~ Centret~ Orientalll~ Centre sudl~ Tensift ~ Sud~ ,~T,U,~u:oo«L Primaire~ Secondaire/Sup. ~. 6 . . . . . . . ;i~!i!;i~!il 3 ,3 ~i : i i ; : i : i : i :~ : l 2,7 . . . . i:~:~:~:i:~i~:i:~:~:!i:~!::!:::?:::~:~:~:] 6 ,2 . . . . 5 - !~;~:~~~~~~~~~~~15,4 ." . . . . . . . " . . . i~ii~~!~ii!i!~iiiil;ii~i!~!iiiil] 6»9 . ~ ~~:ii!i~:!:~i!:i:!~!~i:i~~ili!i~ii:ii~~!;i:~i~:i~!~~iii!i I 8 ,9 ~ 2 , 5 2 4 6 8 Pourcentage 10 12 EPPS 1995 Tableau 3.11 Enfants nés de mères adolescentes Répartition (en %) des adolescentes âgées de 15 à 19 ans par nombre d'enfants nés vivants, et nombre moyen d'enfants nés vivants selon l'âge, EPPS Maroc 1995 Nombre d'enfants nés vivants Nombre moyen d'enfants nés Effectif Âge 0 1 2 ou + Total vivants d'adolescentes 15 99,5 0,5 0,0 100,0 0,00 203 16 98,5 1,5 0,0 100,0 0,01 206 17 97,9 2,1 0,0 100,0 0,02 187 18 95,3 4,3 0,5 100,0 0,05 211 19 88,0 11,2 0,8 100,0 0,13 242 Ensemble 95,5 4,2 0,3 100,0 0,05 1 049 34 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE L'expérience marocaine en matière de planification familiale remonte au milieu des années soixante. Avec la Tunisie et l'Egypte, cette expérience place le Maroc à l'avant-garde des pays arabes et africains. Cependant, bien que le recours à la contraception soit de plus en plus important, le programme marocain est appelé à redoubler d'efforts pour accroître la prévalence contraceptive en milieu rural, afin de réduire l'écart dans l'utilisation entre ce milieu et le milieu urbain, écart mis en évidence dans l'analyse des données présentées ci-après. 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION Au même titre que les enquêtes précédentes, I'EPPS confirme le haut niveau de connaissance d'une méthode contraceptive aussi bien chez l'ensemble des femmes (99 %) que chez les femmes mariées au moment de l'enquête (près de 100 %). L'analyse de la connaissance de la contraception selon les différentes méthodes montre une amélioration très nette du niveau de connaissance des femmes pour les méthodes de longue durée (tableau 4.1). En effet, le DIU (92 %) et les injectables (62 %) ont gagné 7 points par rapport à 1992, aussi bien pour l'ensemble des femmes que pour les femmes mariées. Le condom (76 %), quant à lui, gagne 11 points pour l'ensemble des femmes et 9 points chez les femmes mariées. La stérilisation féminine (89 %) connaît également une progression de 9 points pour l'ensemble des femmes et 7 points pour les femmes mariées. Le Norplant, bien qu'introduit récemment au Maroc (1994) dans un nombre limité de provinces, est relativement connu : 42 % pour l'ensemble des femmes et 48 % pour les femmes mariées. Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives Pourcentages de femmes et de femmes actuellement mafiées qui connaissent une méthode contraceptive spécifique, par méthode spécifique, EPPS Maroc 1995 Connaît Connaît méthode méthode femmes Méthode toutes actuellement contraceptive femmes mariées Tontes méthodes 98,6 99,8 Méthode moderne 98,6 99,8 Pilule 98,2 99.7 DIU 91,8 94.6 Injection 62,2 69,6 Méthodes vaginales 29.8 33,I Condom 75,9 81,1 Stérilisation féminine 89.1 91,8 Stérilisation masculine 10,3 8.5 Norplant 41,7 47.9 Méthodes traditionnelles 77,6 85,0 Abstinence périodique 70,1 76,6 Retrait 51.0 60.2 Autre 12,4 17.5 Effectif 4 753 2 481 Par ailleurs, il faut noter qu'en matière de connaissance, les méthodes traditionnelles ont accusé le plus grand gain par rapport à 1992 : 13 points pour l'ensemble des femmes et 12 points pour les femmes mariées. Chez les femmes mariées, quel que soit le groupe d'âges, le milieu de résidence, le niveau d'instruction ou la région économique, la connaissance de la contraception moderne dépasse 99 %. Le Sud qui était au niveau le plus bas en 1992 avec 94 % atteint 100 % actuellement (voir tableau 4.2). 35 Tableau 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives modernes par caraetéristiques socio-démographiques Pourcentage de femmes actuellement mari~es connaissant, au moins, une méthode moderne, par caractéristiques soeio-d6mographiques, EPPS Maroe 1995 Connaît Connaît une méthode Caractéristique méthode moderne Effectif I Groupe d'âges I5-19 99,0 99,0 102 20-24 99,7 99,7 327 25-29 99,8 99,8 426 30-34 100,0 100,0 474 35-39 99,6 99,6 485 40-44 I00,0 100,0 388 45-49 99,6 99,6 279 Milieu de résidence Urbain 99,8 99,8 1 095 Rural 99,7 99,7 1 386 Région Nord-Ouest 99,8 99,8 483 Centre-Nord 99,4 99,4 340 Centre 99,9 99,9 679 Oriental 99,4 99,4 168 Centre-Sud 100,0 100,0 203 Tensift 99,6 99,6 267 Sud 100,0 100,0 341 Niveau d'instruction Aucun 99,7 99,7 1 759 Primaire 100,0 100,0 349 Secondaire ou plus 100,0 100,0 373 Ensemble des femmes 99,8 99,8 2 481 i C'est-à-dire: pilule, DIU, injection, méthodes vaginales (spermicides, diaphragmes.), condom et stérilisations féminine et masculine. 4.2 UTILISATION ANTÉRIEURE DE LA CONTRACEPTION Sur l'ensemble des femmes non célibataires, 72 % ont déjà utilisé une méthode contraceptive à un moment donné de leur vie féconde. Parmi les femmes mariées au moment de l'enquête, ce chiffre atteint 74 % (tableau 4.3) contre 66 % en 1992. La contraception moderne occupe toujours une place privilégiée avec 69 % pour les femmes non célibataires et 71% pour les femmes mariées. Chez ces dernières, la pilule vient en première place avec très peu de changement par rapport à 1992 (68 %). Malgré une légère amélioration, le DIU reste toujours loin derrière la pilule avec 12 % des femmes (9 % en 1992); le condom (10 %), quant à lui, gagne 4 points par rapport à 1992. Pour les autres méthodes modernes, le pourcentage varie entre 0,1% pour le Norplant et 4 % pour la stérilisation féminine. Concernant les méthodes traditionnelles, l'utilisation à un moment quelconque est de 24 % (17 % en 1992) et se répartit globalement entre retrait (13 %) et continence périodique (15 %). 36 Tableau 4.3 Utilisation de la contraception à un moment quelconque Pourcentage de femmes non-célibataires et de femmes actuellement mari~es ayant déjà utilisé une méthode contraceptive, par méthode spécifique, selon l'fige, EPPS Maroc 1995 Mëthodes M&hodes modernes traditionnelles N'ira- N'im- N'im- porte porte Conti- porte quelle M&h. quelle nence Effectif Groupe quelle méthode Pi- Injec- vagi- Con- Stéril. Stéril. Nor- méthode pério- de d'figes m6th. moderne lule DIU tion hales dom féminin, maseul, plant nadit, dique Retrait Autres femmes FEMMES NON-CÉLIBATAIRES 15-19 50,9 48,2 48,2 0,9 0,0 0,0 1,8 0,0 0,0 0,0 10,0 2,7 7,3 0,9 110 20-24 64,0 60,7 58,7 7,0 0,3 0,6 7,0 0,0 0,0 0,0 14,9 9,8 8,7 0,6 356 25-29 73,6 70,8 69,3 10,3 0,4 3,0 10,5 0,0 0,0 0,4 18,9 9,9 12,4 0,6 466 30-34 78,1 75,3 74,4 10,9 1,6 3,5 10,1 1,6 0,0 0,0 22,7 15,9 11,8 1,2 515 35-39 78,0 73,5 70,6 12,7 1,9 3,2 12,5 6,4 0,0 0,0 25,9 17,4 14,6 0,9 528 40-44 73,0 69,6 64,8 15,1 1,4 3,7 8,5 7,3 0,2 0,2 26,3 17,2 14,2 5,3 437 45-49 65,1 60,8 54,6 9,6 1,9 1,9 9,0 11,4 0,0 0,0 27,5 13,0 16,4 4,9 324 Tous ~ges 72,0 68,6 65,8 10,7 1,2 2,7 9,5 4,1 0,0 0,1 22,3 13,7 12,8 2,0 2736 FEMMES ACTUELLEMENT MARIÉES 15-19 50,0 47,1 47,1 1,0 0,0 0,0 1,0 0,0 0,0 0,0 9,8 2,9 6,9 1,0 102 20-24 64,5 61,5 59,9 7,6 0,3 0,6 6,7 0,0 0,0 0,0 15,3 9,8 9,2 0,6 327 25-29 75,6 72,8 71,1 10,8 0,5 3,1 10,8 0,0 0,0 0,5 I9,5 10,1 13,1 0,7 426 30-34 79,5 76,8 75,7 II,8 1,7 3 ,6 10,8 1,7 0,0 0,0 23,6 16,7 12,4 1,3 474 35-39 80,2 75,3 72,4 13,8 1,9 3,3 13,0 6,8 0,0 0,0 27,4 18,6 15,3 1,0 485 40-44 77,1 73,2 68,0 16,5 1,5 3,6 8,8 7,5 0,3 0,3 28,9 19,1 15,5 5,7 388 45-49 67,7 63,4 56,6 10,4 1,8 2,2 10,0 12,9 0,0 0,0 29,4 14,3 16,8 5,7 279 Tous figes 74,1 70,5 67,7 11,6 1,2 2,7 9,9 4,3 0,0 0,1 23,5 14,6 13,4 2,2 2481 4.3 UT IL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPT ION Parmi les femmes mariées 50,3 % ont déclaré utiliser une méthode contraceptive au moment de l'enquête (tableau 4.4). Cette proportion (appelée aussi prévalence contraceptive) atteignait 41,5 % en 1992, 35,9 % eu 1987 et 19,4 % en t 979-1980, toutes méthodes contraceptives confondues (graphique 4.1). Les méthodes modernes, qui sont ciblées par le programme national de planification familiale, ont gagné 7 points entre 1992 et 1995, passant ainsi de 35,5 % à 42,4 %. Du point de vue de la structure contraceptive, les données ci-dessous montrent que, parmi les utilisatrices de la contraception, 64 femmes sur 100 recourent à la pilule contre 68 % en 1992. Par ailleurs, les méthodes traditionnelles ont gagné 2 points, passant de 14 à 16 %, comme le montre le tableau ci-dessous. Evolution de la structure contraceptive entre 1992 et 1995 1992 (en %) 1995 (en %) Pilule 68 64 DIU 8 9 Stérilisation féminine 7 8 Condom 2 3 Autres méthodes modernes 1 1 Méthodes traditionnelles 14 16 TOTAL 100 100 37 Tableau 4.4 Utilisation actuelle de la contraception R6partition (eu %) de toutes les femmes et des femmes actuellement mari~es par méthode contraceptive actuellement utilisée, selon l'âge, EPPS Maroc 1995 Méthodes N'ira- Méthodes modernes N'im- traditionnelles N'im- porte porte porte quelle Méth. quelle Contin. Effectif Groupe quelle méthode Pi- injec- vagi- Con- Stéril. Ner- mëthode pério- Aucune de d'~ges méth. moderne lule DIU tion nales dom féminin, plant tradit, dique Retrait Autres méthode Total femmes 15-19 32,4 30,4 29,4 i,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 2,0 2,0 0,0 0,0 67,6 100,0 102 20-24 39,8 36,i 29,4 5,8 0,3 0,0 0,6 0,0 0,0 3,7 2,8 0,6 0,3 60,2 100,0 327 25-29 47,7 43,4 36,4 4,7 0,0 0,0 1,9 0,0 0,5 4,2 2,1 2,1 0,0 52,3 100,0 426 30-34 54,0 47,5 39,7 4,4 0,0 0,2 1,5 1,7 0,0 6,5 3,8 2,7 0,0 46,0 100,0 474 35-39 57,3 47,8 34,2 4,1 0,2 0,2 2,3 6,8 0,0 9,5 6,4 2,9 0,2 42,7 100,0 485 40-44 54,4 43,3 29,1 5,4 0,0 0,3 1,0 7,5 0,0 11,1 6,7 3,1 1,3 45,6 100,0 388 45-49 48,7 33,3 17,9 1,8 0,0 0,0 0,7 12,9 0,0 15,4 6,8 6,8 1,4 51,3 100,0 279 Tous ~ges 50,3 42,4 32,2 4,3 0,1 0,1 1,4 4,3 0,1 7,9 4,6 2,8 0,4 49,7 100,0 2481 100 80 60 40 20 0 Graphique 4.1 Utilisation actuelle des méthodes contraceptives par les femmes mariées Pourcentage ENFPF ENPS-I ENP$-II EPPS 1979-80 1987 1992 1995 4.4 UT IL ISAT ION DE LA CONTRACEPT ION SELON CERTAINES VARIABLES SOCIO-DÉMOGRAPHIQUES L'analyse des données sur l'utilisation actuelle de la contraception selon les caractéristiques socio- démographiques montre que, par groupes d'âgés, la prévalence contraceptive atteint le niveau le plus élevé dans la tranche d'âges 35-39 ans (tableau 4.4). Entre 15 et 24 ans pratiquement quatre femmes sur dix utilisent une méthode et, à partir de 25 ans, cette utilisation concerne une femme sur deux. La stérilisation 38 féminine ne devient relativement importante qu'au delà de 35 ans. Par contre, l'utilisation du DIU ne présente pas de particularité selon les tranches d'âges, tout en restant cependant plus faible aux tranches d'âges extrêmes. Pour la pilule, l'utilisation maximum se situe entre 25 et 39 ans (37 %) et baisse chez les femmes de 45-49 ans (17,9 %) : tranche d' âges dans laquelle l'usage les méthodes traditionnelles devient important (15,4 %). Les données sur la prévalence contraceptive selon le milieu de résidence présent~es au tableau 4.5 et le graphique 4.2 montrent que l'écart entre les milieux urbain et rural persiste : 64,2 % pour le milieu urbain contre 39,2 % pour le milieu rural. Le gain par rapport à 1992 est plus important pour le milieu urbain que pour le milieu rural (10 points contre 7 points). Par rapport aux régions économiques et en dehors du Sud et du Centre-Nord, une femme sur deux utilise une méthode de contraception; alors qu'en 1992 seul l'Oriental et le Centre approchaient ce chiffre (respectivement 48,4 % et 47 %). L' amélioration de la prévalence contraceptive est très nette dans les régions du Centre-Sud (gain de 17 points) et du Sud (gain de 11 points). Dans l'Oriental, la prévalence contraceptive est restée pratiquement stationnaire. Tableau 4.5 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques Répartition (en %) des femmes actuellement mari~es par méthode contraceptive actuellement utilisée, selon certaines caractéristiques socio-d6mographiques, EPPS Maroc 1995 N'ira- Méthodes modernes N'im- porte porte quelle Méth. Groupe quelle m6thode Pi- Injee- vagi- Con- St6ril. Nor- d'figes m6th. moderne lule DIU tion hales dom féminin, plant M6thodes N'im- traditionnelles porte quelle Contin. Effectif m6thode p6rio- Aucune de trodit, dique Retrait Autres méthode Total femmes Milieu de résldenee Urbain 64,2 51,0 36,2 6,1 Rural 39,2 35,6 29,0 2,9 Région Nord-Ouest 49,9 38,1 26,3 6,0 Centre-Nord 40,9 32,4 24,1 3,8 Centre 57,0 50,2 38,3 4,0 Oriental 49,4 44,0 36,9 3,0 Centre-Sud 63,1 52,7 41,4 3,9 Tensift 53,2 48,3 39,7 4,5 Sud 37,2 31,4 22,6 3,8 Niveau d'ins- truction Aucun 44,5 39,7 30,8 3,3 Primaire 62,8 50,7 39,0 4,6 Sec. ou plus 65,7 47,5 32,2 8,8 No. d'enfants vivants Aucun 12,7 8,7 8,4 0,0 1 43,3 38,0 32,9 3,7 2 56,6 48,1 38,7 6,0 3 58,8 50,0 37,9 7,3 4 ou plus 56,9 47,8 33,8 4,1 Total 50,3 42,4 32,2 4,3 0,0 0,3 2,6 5,6 0,1 0,0 0,4 3,2 0,2 0,2 1,2 3,9 0,0 0,0 1,2 3,2 0,0 0,3 1,0 6,5 0,0 0,0 3,6 0,6 0,0 0,0 2,0 5,4 0,0 0,0 0,7 3,4 0,3 0,0 1,5 3,2 0,1 0,0 0,7 4,8 0,0 0,3 2,6 4,0 0,0 0,5 3,5 2,1 0,2 13,2 8,3 4,4 0,5 35,8 100,0 1 095 0,0 3,6 1,7 1,5 0,4 60,8 100,0 1 386 0,2 11,8 7,2 4,1 0,4 50,1 100,0 483 0,0 8,5 5,9 1,2 1,2 59,1 100,0 340 0,1 6,8 4,1 2,4 0,3 43,0 100,0 679 0,0 5,4 4,8 0,6 0,0 50,6 100,0 168 0,0 10,3 5,4 3,4 1,5 36,9 100,0 203 0,0 4,9 2,6 2,2 0,0 46,8 100,0 267 0,0 5,9 1,5 4,4 0,0 62,8 100,0 341 0,0 4,8 2,1 2,1 0,6 55,5 100,0 1 759 0,3 12,0 6,6 5,2 0,3 37,2 100,0 549 0,3 18,2 14,5 3,8 0,0 34,3 I00,0 373 0,0 0,0 0,0 0,4 0,0 4,0 2.9 1,1 0,0 87,3 100,0 275 0.0 0,0 1,4 0,0 0,0 5,4 3,4 2,0 0,0 56,7 100,0 353 0,0 0,2 2,0 0,7 0,5 8,5 5,7 2,7 0,0 43,4 100,0 401 0,0 0,3 1,8 2,7 0,0 8,8 5,2 3,3 0,3 41,2 100,0 330 0,2 0,1 1,3 8,3 0,0 9,l 4,8 3,3 0,9 43,1 100,0 1 122 0,1 0,1 1,4 4,3 0,1 7,9 4,6 2,8 0,4 49,7 100,0 2481 39 Graphique 4.2 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes mariées selon les caractéristiques socio-démographiques RÉSIDENCE Urbair~ Rura= RËGION Nord ouest Centre nord Centre Oriental Centre sud Tensift Sud INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire/Sup! ~ : : : : : : : : : : : : : : : : : : 5 : I ~ ~ : ! : : : : ~ : :%: >: : : :1 10 20 30 40 50 60 Pourcentage 70 EPPS 1995 L' analyse de la pratique contraceptive en fonction du niveau d'instruction des femmes montre une très nette corrélation entre ces deux variables. La prévalence atteint 62,8 % chez les femmes du niveau primaire et 65,7 % pour le niveau secondaire et supérieur. Néanmoins cette prévalence atteint 44,5 % chez les femmes n'ayant aucune instruction (35,7 % en 1992). Entre 1992 et 1995, l'augmentation de l'utilisation de la contraception a été plus importante chez les femmes sans aucune instruction (9 points en plus) que chez celles du niveau primaire (6 points) ou secondaire et au delà (moins d'un point). La prévalence contraceptive augmente avec le nombre d'enfants. À partir de 2 enfants, une femme sur deux utilise une méthode contraceptive. La stérilisation féminine chez les femmes ayant 4 enfants ou plus représente actuellement 8,3 % contre 5,6 % en 1992 et 3,9 % en 1987. Chez les femmes n'ayant pas d'enfant, la prévalence contraceptive est passée de 5,6 % à 12,7 % entre 1992 et 1995. 4.5 NOMBRE D'ENFANTS À LA PREMIÈRE UTILISATION Le nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception peut répondre à des objectifs différents : retard de la première naissance si l'utilisation commence lorsque la femme n'a pas encore d'enfant; • espacement des naissances si l'utilisation débute à des parités faibles; ou • limitation de la descendance lorsque la contraception commence à des parités élevées, c'est-à-dire lorsque le nombre d'enfants désirés est déjà atteint. 40 Le tableau 4.6 présente, par groupes d'âges, la répartition des femmes non-célibataires selon le nombre d'enfants vivants au moment de la première utilisation de la contraception. Il apparaît qu'au cours du temps, les générations ont de plus en plus tendance à retarder la venue du premier enfant. En effet, parmi les femmes nullipares, la première utilisation est passée de 4 % chez celles de 45-49 ans à 35 % chez les femmes de 15-19 ans. Pour les femmes commençant la pratique de la contraception après la naissance du premier enfant, on note également une augmentation des proportions passant de 8 % chez les femmes âgées de 45-49 ans à 29 % chez celles de 20-24 ans. Ces pourcentages sont très proches de ceux enregistrés lors de I'ENPS II de 1992. Tableau 4.6 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes non-célibataires par nombre d'enfants vivants lors de la première utilisation de la contraception, selon l'~.ge actuel, EPPS Maroc I995 Jamais Nombre d'enfants à la première utilisé utilisation de la contraception Effectif Groupe la contra- Non- de d'âges ception 0 1 2 3 4 ou + déclaré Total femmes 15-19 49,1 3,i,5 16,4 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 110 20-24 35,4 27,8 28,9 6,2 1,1 0,3 0,3 100,0 356 25-29 26,4 21,0 35,8 11,4 2,6 2,8 0,0 100,0 466 30-34 21,7 15,9 28,2 13,6 8,9 11,5 0,2 100,0 515 35-39 22,0 11,4 25,9 13,4 9,7 17,6 0,0 100,0 528 40-44 27,0 5,9 16,5 11,7 9,8 29,1 0,0 100,0 437 45-49 34,9 3,7 8,0 7,7 8,0 37,7 0,0 100,0 324 Ensemble 27,9 15,2 24,4 10,7 6,7 15,2 0,1 100,0 2 736 4.6 ÂGE A LA STÉRILISATION FÉMININE Comme on l'a indiqué plus haut, le recours à la stérilisation féminine au Maroc reste limité, inférieur à 5 %. Il ressort du tableau 4.7 que, sur l'ensemble des femmes ayant subi une ligature tubaire, plus d'une femme sur quatre (27 %) y a eu recours il y a plus de 10 ans, et 41% ont adopté la méthode au cours des trois demières années. Le même tableau laisse apparaître que l'âge médian à la stérilisation est de 34,9 ans. Cet âge est supérieur à celui enregistré en 1992 (33,4 ans) et dans d'autres pays comme la Tunisie (33,1 ans; EDS 1988) et certains pays asiatiques : Thailande (29 ans; DHS 1987) et Sri Lanka (30 ans; DHS 1987), mais inférieur à celui de la Jordanie (35,1 ans; JPFI-IS 1990). Tableau 4.7 Âge à la stérilisation Répartition (en %) des femmes stérilisées par âge à la stérilisation, selon la durée écoulée depuis l'op~ration, EPPS Maroc 1995 Âge à la stédlisation Groupe Âge d' âges <25 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Effectif moElan <2 ans 0,0 9,1 22,7 36,4 27,3 4,5 100,0 22 35,5 2-3 ans 0,0 0,0 30,4 52,2 13,0 4,3 100,0 23 36,5 4-5 ans 0,0 8,3 33,3 16,7 41,7 0,0 ~ 100,0 12 32,5 6-7 ans 0,0 18,2 18,2 45,5 18,2 0,0 100,0 11 36,2 8-9 ans 0,0 7,7 15,4 69,2 7,7 0,0 100,0 13 36,3 i 0 ou plus ans 3,3 46,7 20,0 30,0 0,0 0,0 100,0 30 Total 0,9 18,0 23,4 40,5 15,3 1,8 100,0 l 11 34,9 41 4.7 SOURCES D'APPROVISIONNEMENT Les sources d'approvisionnement n'ont pas varié entre les deux enquêtes. Le tableau 4.8 et le graphique 4.3 montrent que le secteur public reste prépondérant avec 63 % (soit la même proportion qu'en 1992). Le secteur privé avec 34 % en 1992 et 37 % actuellement ne gagne que 3 points malgré les efforts consentis par le programme de marketing social des pilutes et des condoms. Tableau 4.8 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de méthodes contraceptives modernes par source d'approvisionnement ou d'informations la plus récente, selon les méthodes spécifiques, EPPS Maroc 1995 Stérilisa- Toutes Source tion méthodes d'approvisionnement Pilule DIU Condom féminine modernes Secteur public 58,2 83,2 (35,3) 83,8 62,6 Hôpital 0,0 9,3 (0,0) 73,0 8,7 Maternit6 0,1 6,5 (0,0) 10,8 1,9 Centre de santé 27,9 56,1 (20,6) 0,0 27,5 Dispensaire 22,9 10,3 (14,7) 0,0 18,8 Visite à domicile 6,7 0,0 (0,0) 0,0 5,1 Equipe mobile 0,6 0,9 (0,0) 0,0 0,6 Secteur médical privé 41,4 16,8 (64,)7 16,2 37,1 AMPF j 0,2 5,6 (0,0) 0,0 0,8 Clinique 0,1 2,8 (0,0) 16,2 2,1 Pharmacie 41,0 0,0 (64,7) 0,0 33,4 Médecin/sage femme 0,0 8,4 (0,0) 0,0 0,8 Autre secteur privé 0,1 0,0 (0,0) 0,0 0,2 Parents/amis 0,1 0,0 (0,0) 0,0 0,2 Non déclaré 0,2 0,0 (0,0) 0,0 0,2 Total i00,0 100,0 (i00,0) 100,0 i00,0 Effectif de femmes 804 107 34 111 1 063 Note : Les données relatives aux injections (2 cas), aux méthodes vaginales (3 cas) et au Norplant (2 cas) ne figurent pas dans ce tableau, vu la faiblesse de leur effectif. ( ) Basé sur moins de 50 cas i Association marocaine de planification familiale La baisse de la part du programme VDMS (Visites à Domicile de Motivations Systématiques) est à noter puisqu' elle passe de 8 % en 1992 à 5 % en 1995. Il faut rappeler que ce chiffre atteignait 20 % en 1987. La part des équipes mobiles se réduit également puisqu'elle passe de 4 % en 1992 à moins de 1% actuellement. Ceci pourrait être en rapport avec les difficultés logistiques qui entravent la réalisation des prestations dans le milieu rural. Concernant le rôle des associations, il reste très faible : la contribution de I 'AMPF est passée de 3 % à moins de 1% entre 1992 et 1995. Enfin, les dispensaires et les centres de santé restent les lieux privilégiés pour les prestations de planification familiale avec 46 %. 42 Graphique 4.3 Sources des méthodes contraceptives modernes Pharmacie 33% Dispensaire/C S 46% Hfip[tal/maternlté 11% ¢:quipe mobile 5% ~,utre privé 4% IPF 1% EPPS 1995 4.8 DISCONTINUATION DES MÉTHODES CONTRACEPTIVES Les taux de discontinuation des méthodes contraceptives et les raisons de discontinuation sont des sujets d'intérêt pour les responsables nationaux de planification familiale. Les taux de discontinuation par méthode sont présentés au tableau 4.9. Ces taux ont été calculés en se basant sur l'utilisation de la méthode durant les douze premiers mois qui suivent la date de commencement d'utilisation. Ces informations proviennent d'un calendrier d'événements sur cinq années, recueillant des données détaillées sur les grossesses, les naissances, les durées de pratique contraceptive par méthode, les raisons d' arrêt, etc. Les données du tableau 4.9 ne montrent pas de différences significatives par rapport à celles de 1992. En effet, pour l'ensemble des quatre méthodes (pilule, DIU, continence périodique et retrait), on constate que 7 % (contre 8 % en 1992) des utilisatrices out renoncé à leur méthode avant la fin de la première année pour Tableau 4.9 Taux de discontinuation Taux de discontinuation des méthodes contraceptives dans la première année en raison de l'échec de la méthode, du désir de tomber enceinte, de santé, ou d'autres problèmes, selon la méthode, EPPS Maroc 1995 Raison de la discontinuation Échec Pour Problèmes Toutes de la tomber de Autres raisons Méthode méthode enciente santé raisons confrondues Pilule 4,9 11,4 9,8 13,5 39,6 DIU 2,9 0,0 12,8 0,8 16,6 Abstinence périodique 22,3 10,4 3,4 14,9 51,1 Retrait 6,8 6,1 1,5 37,5 51,9 Ensemble 6,9 9,6 8,6 15,2 40,3 43 raison d'échec de la méthode, 10 % (contre 8 % en 1992) ont répondu avoir cessé l'utilisation de la contraception parce qu'elles voulaient tomber enceinte, et 15 % (contre 14 % en 1992) ont cessé pour d' autres raisons telles que la stérilité et la ménopause. Enfin, presque 9 % (soit la même proportion qu'en 1992) ont arrêté pour des raisons de santé et d'effets secondaires. En tenant compte de toutes les raisons d'arrêt, les taux de continuation atteignent presque 50 % pour les deux méthodes traditionnelles que sont la continence périodique et le retrait. Pour les deux méthodes modernes, les taux sont plus élevés : 60 % pour la pilule et 83 % pour le DIU. Le tableau 4.10 présente les données sur la raison principale de discontinu ation parmi les femmes qui ont arrêté (une ou plusieurs fois) la contraception au cours des cinq dernières années. Pour l'ensemble des méthodes, la première raison de discontinuation concerne le désir de grossesse (26 %), suivie de la survenue d'une grossesse (18 %). Les effets secondaires et les problèmes de santé représentent respectivement 16 % et 11%. Parmi les méthodes, le DIU est le moyen contraceptif le plus négativement perçu. En effet 66 % des femmes ont arrêté cette méthode en raison des effets secondaires et des problèmes de santé. Par comparaison, seulement 31% des femmes qui ont arrêté la pilule l'ont fait pour ces mêmes raisons. Tableau 4.10 Raisons de discontinuation Répartition (en %) des femmes qui ont discontinué une m6thode contraceptive dans les cinq dernières années par la raison principale de discontinuation, selon la méthode spécifique, EPPS Maroc 1995 Raison de Stéril. discontinuation Pilule DIU fèminine Retrait Autre Total Tomber enceinte en utilisant 14,6 (12,2) (23,3) 45,8 75,0 18,2 Voul., tomber enceinte 29,3 (14,6) (14,0) 20,5 18,9 25,8 Mari désapprouve 1,2 (0,0) (14,0) 2,4 22,6 3,3 Effets secondaires 18,4 (39,0) (2,3) 4,8 5,7 16,2 Problèmes de santé 12,5 (26,8) (11,6) 2,4 0,0 11,3 Accès/Disponibilité 0,3 (0,0) (2,3) 0,0 0,0 0,4 Voulait une méthode 2,4 (0,0) (9,3) 16,9 28,3 5,9 plus efficace Mal commode à utiliser 1,0 (0,0) (2,3) 3,6 1,9 1,5 Rapports sexuels peu 14,0 (0,0) (4,7) 0,0 5,7 I0,9 fréq./Mari absent Problème de cofit 0,2 (0,0) (0.0) 0,0 0,0 0,1 Fataliste 0,8 (0,0) (0,0) 0,0 0,0 0,6 Ménopause 0,7 (0,0) ( 11,6) 1,2 0,0 1,2 Mariage rompu/séparée 2,7 (0,0) (0,0) 0,0 1,9 2,1 Autre 1,2 (7,3) (0,0) 0,0 1,9 1,3 Non dèclar6 0,8 (0,0) (4,7) 2,4 1,9 1,2 Total 100,0 (100,0) (I00,0) 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 594 41 43 83 53 825 Note : Les données relatives aux mèthodes vaginales (4 cas), au condom (3 cas) et au Norplant (4 cas) ne figurent pas dans ce tableau, vu la faiblesse de leur effectif. ( ) Basé sur moins de 50 cas 44 4.9 UTILISATION FUTURE DES MÉTHODES CONTRACEPTIVES Cette partie concerne les femmes mariées non utilisatrices d'une méthode contraceptive au moment de l'enquête et qui ont l'intention ou non d'en utiliser ultérieurement (tableau 4.11 et graphique 4.4). Parmi celles-ci, 41% out l'intention d'utiliser une méthode contraceptive dans les 12 prochains mois, 9 % ont l'intention d'en utiliser plus tard, tandis que le reste des femmes, soit 50 %, n'ont pas l'intention d'utiliser dans l'avenir. La prise en considération du nombre d'enfants vivants permet de constater que la proportion de futures utilisatrices augmente, comme il fallait s'y attendre, avec le nombre d'enfants, passant de 31% chez les nullipares à 57 % chez celles ayant 3 enfants. Il y a lieu de noter que la majorité de ces utilisatrices potentielles ont l'intention de pratiquer la contraception dans l'avenir. Tableau 4.11 Utilisation future de la contraception Répartition (en %) des femmes actuellement mari~es n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive, par intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, selon le nombre d'enfants vivants et selon l'expérience passée en matière de contraception, EPPS Maroc 1995 Intention d'utiliser dans le futur Nombre d'enfants vivants I 0 1 2 3 4 ou + Ensemble N'a jamais utilisé la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 5,5 25,1 Intention d'utiliser plus tard 14,6 7,3 N'est pas sûre quand 0,6 0,0 N'est pas sûre d'utiliser 1,2 0,0 N'a pas l'intention d'utiliser 57,3 35,6 Non déclaré 0,0 0,0 A déjà utilisé la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 3,0 17,8 Intention d'utiliser plus tard 7,3 4,6 N'est pas sûre quand 0,0 0,0 N'est pas sûre d'utiliser 0,0 0,5 N'a pas l'intention d'utiliser 10,4 9,• Non déclaré 0,0 0,0 Total 100,0 i00,0 Toutes les femmes/tous les hommes actuellement en union et non-utilisatrices (eurs) Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 8,5 42,9 Intention d'utiliser plus tard 22,0 11,9 N'est pas s~ïre quand 0,6 0,0 N'est pas sûre d'utiliser 1,2 0,5 N'a pas l'intention d'utiliser 67,7 44,7 Non déclaré 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 Effectif 164 219 9,9 9,8 10,3 12,2 2,1 0,7 2,1 4,5 0,0 0,0 0,0 0,1 0,$ 0,0 0,4 0,4 28,3 23,1 33,3 34,9 0,0 0,0 0,0 0,0 40,3 39,2 33,5 28,4 3,1 7,7 1,9 4,0 0,5 0,0 0,0 0,1 0,0 0,7 0,2 0,2 15,2 17,5 18,4 15,1 0,0 1,4 0,0 0,2 100,0 100,0 100,0 100,0 50,3 49,0 43,7 40,5 5,2 8,4 4,l 8,5 0,5 0,0 0,0 0,2 0,5 0,7 0,6 0,6 43,5 40,6 51,6 50,0 0,0 1,4 0,0 0,2 100,0 100,0 100,0 100,0 191 143 517 1 234 Y compris la grossesse actuelle. 45 Graphique 4.4 Intention de pratiquer la contraception par les femmes actuellement mariées N'a pas l'intention 50% Autres 1% Utilisera plus tard 9% Utillsera bientôt 41% EPPS 1995 Parmi les femmes n'ayant pas l'inten- tion d'utiliser une méthode contraceptive et quel que soit leur âge, la raison essentielle invoquée (tableau 4.12) est le désir de gros- sesse (47 %). Chez les plus jeunes (âge inférieur à 30 ans), cette proportion atteint 75 %. Les deux autres raisons citées par plus de 10 % des femmes sont les problèmes de santé (4 % par les femmes de moins de 30 ans et 14 % par les femmes de 30 ans ou plus) et la ménopause (14 % par les femmes de 30 ans ou plus). Il est à noter que l'opposition du mari et les raisons religieuses ne sont citées que par une minorité de femmes (3 % pour chacune de ces raisons). Le manque d'information, quant à lui, n 'a été cité que dans 2 % des cas. Pour ce qui est des autres raisons (rapports sexuels peu fréquents, difficulté de tomber enceinte, opposition à la planification familiale.), elles représentent moins de 25 %. Tableau 4.12 Raisons de non-utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive et n'ayant pas l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, selon la principale raison pour laquelle elles n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception, selon l'âge, EPPS Maroc 1995 Raison de Âge Tous non-utilisation les de la contraception <30 30 ou + âges Veut des enfants 74,7 36,4 46,7 Manque d'information 1,8 2,0 1,9 Mari d6sapprouve 3,0 3,3 3,2 Effets secondaires 0,6 2,2 1,8 Problèmes de sant6 3,6 13,5 10,9 Difficile à obtenir 0,0 1,1 0,8 Religion 2,4 3,3 3,1 Opposé au FP 1,2 2,2 1,9 Fataliste 1,2 1,3 1,3 Autre pers. déapprouve 2,4 0,9 1.3 Rap. sex. peu ff~q. 3,6 6,2 5,5 Difficile de tomber enceinte 3,6 9,3 7,8 Ménopause/st6rilisée 0,0 14,2 10,4 Pas commode 0,0 0,2 0,2 Pas mari~e 1,2 3,5 2,9 Autre 0,6 0,0 0,2 Non déclaré 0,0 0,2 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 Effectif 166 451 617 46 Concernant les femmes qui n'utilisent pas la contraception mais qui ont l'intention d'utiliser dans les 12 mois à venir (tableau 4.13), 60 % d'entre elles ont l'intention d'utiliser la pilule, 16 % le DIU, 13 % la stérilisation féminine, et 6 % les autres méthodes modernes, principalement les injectables et le Norplant. Le choix des méthodes traditionnelles reste extrêmement limité (3 %); quant aux femmes indécises ayant répondu « ne sait pas », elles repré- sentent 2 %. 4.10 CONNAISSANCE DE LA PLANIF ICAT ION FAMIL IALE À TRAVERS LES MÉDIA L'objectif de la question était de savoir si les femmes ont entendu un message sur la planification familiale à la radio ou à la télévision durant le mois qui a précédé l'enquête. Si la réponse était négative, une seconde question a été posée dans le but de distinguer entre celles qui ont été exposées à un message par le passé (en dehors du mois précédant l'enquête) de celles qui n'ont jamais entendu un message sur la planification familiale de leur vie. Parmi les femmes non célibataires, le tableau 4.14 montre que 47 % (contre 19 % en 1992) ont été exposées à un message radio ou TV durant le mois précédant l'enquête. Dans l'ensemble, il n'y a pas de prédominance de la radio par rapport à la télévision, contrairement à ce que l'on pourrait penser. Selon le milieu de résidence, cette proportion s'élève à 58 % en milieu urbain et 37 % en milieu rural. Le milieu rural reste donc moins exposé aux messages sur la planification familiale. L'exposition aux messages Tableau 4.13 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future Répartition (en %) des femmes actuellement mati~es n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive mais ayant l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, par méthode préférée, selon l'intention de l'utiliser dans les 12 prochains mois ou plus tard, EPPS Maroc 1995 Intention Méthode d'utiliser contraceptive dans les préférée 12 mois Pilule 59,6 DIU 15,6 Injections 3,0 Diaph,/Mousse/Gelée 0,2 Condom 0,8 Stérilisation féminine 12,8 Abstinence périodique 3.2 Retrait 0,2 Autre 0,2 Norplant 2,2 Non déclaré 2,2 Total 100,0 Effectif de femmes 500 TV et radio augmente avec le niveau scolaire des femmes : 40 % pour les femmes n'ayant aucune instruction, 62 % pour celles du niveau primaire et 63 % pour celles du niveau secondaire et au delà. Par région économique, les femmes les plus exposées sont celles du Centre-Sud et du Tensift, et les moins exposées sont celles de l'Oriental, du Centre-Nord et du Centre. Pour l'ensemble des femmes, on retrouve les mêmes tendances. D'une manière générale on note une amélioration nette quant à l'exposition aux média. Ceci est très probablement en rapport avec les campagnes de mobilisation sociale organisées par le Ministère de la Santé Publique en faveur de la planification familiale au cours de ces demières années. 47 Tableau 4.14 Messages sur la planification familiale diffusé.)s par les média le mois dernier Rêpartition (en %) de toutes les femmes et des femmes non-célibataires ayant entendu un message diffusé par la radio ou la télévision sur la planification familiale dans le mois précédant l'enquête, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EPPS Maroc 1995 Caract&istique Message sur la planification familiale Effectif Radio Télévision Les de Aucun seulement seulement deux Total femmes TOUTES LES FEMMES Milieu de résidence Urbain 41,5 4,1 12,9 41,5 100,0 2 370 Rural 62,3 8,1 6,1 23,4 100,0 2 383 Région Nord-Ouest 46,0 8,3 7,5 38,2 100,0 844 Centre-Nord 64,2 7,0 9,2 19,6 100,0 674 Centre 60,4 5,3 6,5 27,9 100,0 1 441 Oriental 68,8 3,6 13,6 14,0 100,0 279 Centre-Sud 24,6 2,7 20,1 52,6 100,0 447 Tensift 37,5 10,8 7,6 44,I 100,0 472 Sud 50,2 4,0 11,7 34,1 100,0 596 Niveau d'instruction Aucun 61,2 8,0 7,3 23,5 100,0 2 761 Primaire 44,0 4,6 11,8 39,7 100,0 807 Secondaire ou plus 35,7 2,8 13,2 48,4 100,0 I I85 Ensemble des femmes 51,9 6,1 9,5 32,4 100,0 4 753 FEMMES NON-CÉLIBATAIRES Milieu de résidence Urbain 41.9 3,6 12.6 41.9 100.0 1242 Rural 63.I 8.4 5.8 22.6 100.0 1494 Région Nord-Ouest 48.4 8.0 6.1 37.5 100.0 523 Centre-Nord 65.1 7.8 8.1 19.1 100.0 372 Centre 63.0 5.0 5.0 26.9 100.0 757 Oriental 68.2 2.9 14.5 14.5 100.0 173 Centre-Sud 26.5 3.3 23.7 46.5 100.0 245 Tensift 37.4 12.5 5.7 44.5 100.0 281 Sud 52.7 3.6 11.7 31.9 100.0 385 Niveau d'instruction Aucun 60.2 7.4 7.7 24.7 I00.0 1923 Primaire 38.3 5.2 11.1 45.5 100.0 407 Secondaire ou plus 36.7 2.0 12.6 48.8 100.0 406 Ensemble des femmes 53.5 6.3 8.9 31.4 100.0 2736 48 Enfin, parmi les femmes qui n'ont pas été exposées aux messages sur la planification familiale le mois précédant l'enquête, la seconde question introduite dans le questionnaire de 1995 permet de déceler que presque 38 % d'entre elles n'ont jamais entendu de message (radio ou TV) de leur vie (tableau 4.15). Pour l 'ensemble des femmes enquêtées non exposées, le mois dernier, la proportion de celles qui n'ont jamais été exposées s'élève à presque 42 %. Tableau 4.15 Messages sur la planification familiale diffusé)s par les média Répartition (en %) de toutes les femmes et des femmes non-célibataires qui n'ont pas ét~ exposées le mois dernier ayant entendu au moins un message diffusé par la radio ou la télévision sur la planification familiale, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EPPS Maroc 1995 Message sur la planification familiale Radio Tél6vision Les Caractéristique Àucun seulement seulement deux TOUTES LES FEMMES Effectif de Total femmes Milieu de résidence Urbain 20,1 1,7 12,0 66,2 100,0 984 Rural 50,4 13,5 6,5 29,5 100,0 1 485 Région Nord-Ouest 46,1 7,7 6,7 39,2 100,0 388 Centre-Nord 57,0 12,7 8,3 21,9 100,0 433 Centre 30,2 6,8 6,1 56,8 100,0 870 Oriental 50,5 5,7 17,7 26,0 100,0 192 Centre-Sud 21,8 4,5 8,2 65,5 100,0 110 Teosift 24,9 22,6 10,2 42,4 100.0 177 Sud 31,1 5,7 12,7 50,5 100,0 299 Niveau d'instruction Aucun 49,6 11,1 7,4 31,9 100,0 1 691 Primaire 23,7 5,1 11,8 59,4 100,0 355 Secondaire ou plus 5,9 2.8 1 l,l 80,1 100,0 423 Ensemble des femmes 38,4 8,8 8,7 44,1 100,0 2 469 FEMMES NON-CÉLIBATAIRES Milieu de résidence Urbain 22,9 1,5 11,2 64,4 100.0 520 Rural 51,7 13,1 6,3 28,8 100,0 943 Région Nord-Ouest 48,6 9,9 5,1 36,4 100,0 253 Centre-Nord 59,9 12,8 7,0 20,0 100,0 242 Centre 34,2 8,0 5,7 52,2 100,0 477 Oriental 59,3 4,2 16,1 20,3 100,0 118 Centre-Sud 26,2 3,1 7.7 63,1 100,0 65 Tensi fl 25,7 21,0 7,6 45,7 100,0 105 Sud 30,5 4,4 13,8 51,2 100,0 203 Niveau d'instruction Aucun 48,5 10,4 8,0 33,0 100,0 1 158 Primaire 23,1 4,5 7,7 64,7 100,0 156 Secondaire ou plus 6,0 2,7 8,1 83,2 100,0 149 Ensemble des femmes 41,5 9,0 8,0 41,5 100,0 1 463 49 CHAPITRE 5 NUPTIALITÉ ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE L'objet de ce chapitre est de présenter un certain nombre de facteurs qui jouent, en dehors de la contraception, un rôle déterminant sur la fécondité : il s'agit de la nuptialité, de l'aménorrhée et de l'abstinence post-partum. 5.1 ÉTAT MATRIMONIAL Au Maroc, le phénomène de la nuptialité connaît une évolution sans précédent liée à plusieurs facteurs. L'analyse de l'état matrimonial, selon le tableau 5.1 et le graphique 5.1, met en évidence l'importance des femmes mariées dans la tranche d' âges 15-49 ans qui représentant 52 % du total des femmes enquêtées, suivies des célibataires dont la proportion s'élève à 42 %, alors que la part des veuves et des divorcées atteint respectivement 2 % et 3 %. Par ailleurs, on relève des modifications importantes de la structure matrimoniale selon l'âge. En effet, 90 % des femmes âgées de moins de 20 ans sont encore célibataires. Ces proportions diminuent ensuite avec l'âge pour atteindre moins de 1% au niveau de la tranche d'âges 45-49 ans, reflétant ainsi l'intensité du mariage au Maroc. Pour les divorcées, les proportions les plus importantes ne dépassent pas 5 % et se situent au niveau du groupes d'âges 25-45 ans. Pour les veuves, la proportion la plus importante est enregistrée au niveau du groupe d'âges 45-49 ans, âges auxquels elle atteint 10%. Par rapport à I'ENPS-II de 1992, les proportions de divorcées et de veuves n'ont presque pas changé dans I'EPPS de 1995; la proportion de mariées a, par contre, baissé de trois points au profit des célibataires. Cette augmentation de la part des célibataires, au fil des années, se confirme à travers les différentes enquêtes Tableau 5.1 État matrimonial R6partition (en %) des femmes par 6rat matrimonial actuel, selon l'âge, EPPS Maroe 1995 État matrimonial Effectif Groupe Céliba- de d'figes taire Mari6e Veuve Divorc6e Total femmes 15-19 89,5 9,7 0,0 0.8 100,0 1 049 20-24 60,2 36,6 0,3 2,9 100,0 894 25-29 39,8 55,0 0,3 4,9 100,0 774 30-34 20,8 72,9 1,5 4,8 100,0 650 35-39 11,6 81,2 3,0 4,2 100,0 597 40-44 5,6 83,8 6,0 4,5 100,0 463 45-49 0,6 85,6 10,1 3,7 100,0 326 Tous âges 42,4 52,2 2,0 3,4 100.0 4 753 51 Graphique 5.1 État matrimonial des femmes de 15-49 ans Pourcentage 100 ~=." ~ ~ ~\ '¢~\ \ \ \ \ \ \ \ \ " ~\ \ \ \ \ 80 60 40 []Divoreëes []Veuves [~Mariées BBCë[ibataires 20 Ooe 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 4549 Âge EPPS 1995 et recensements réalisés jusqu'à présent dans le pays (tableau 5.2). Ainsi, si les femmes célibataires représentaient 32 % des femmes âgées de 15 à 49 ans au recensement de 1982, cette proportion atteint 42 % actuellement. Cette tendance se manifeste essentiellement au niveau des femmes de moins de 30 ans pour lesquelles on relève une augmentation de la part des célibataires. En effet, entre 1982 et 1995, la proportion des femmes célibataires âgées de 20-24 ans est passée de 40 % à 60 %, comme le montre le graphique 5.2. Tableau 5.2 Évolution de la part des femmes célibataires par âge selon différentes sources Pourcentage de femmes célibataires par âge selon différentes sources de 1992 à 1995, EPPS Maroc 1995 Groupe Recensement ENPS- I ENPS-I1 EPPS d'âges 1982 1987 1992 1995 15-19 81,5 87,2 87,5 89,5 20-24 40,4 55,3 56,0 60,2 25-29 17,0 24,8 34,3 39,8 30-34 6,3 10,0 13,9 20,8 35-39 2,0 5,4 6,7 11,6 40-44 1,0 119 2,6 5,6 45-49 0,8 1,2 0,4 0,6 Tous âges 31,7 38,6 2,0 3,4 52 lOO 80 60 4O 20 Graphique 5.2 Proportions de célibataires selon deux groupes d'âges à différentes dates Pourcentage 1992 1995 1982 1987 5.2 ÂGE AU PREMIER MARIAGE L'âge au premier mariage est un déterminant essentiel de l'âge du début de la vie féconde. Pour l'ensemble du Maroc, 1' âge médian au premier mariage, ou âge auquel 50 % des femmes ont contracté leur premier mariage, se situe à 20,2 ans. Selon les résultats de I'ENPS-II de 1992, l 'âge médian était de 19,7 ans. L'entrée en union plus tardive est un phénomène qui s'amplifie de plus en plus dans le pays. Cela se constate au niveau de l'âge médian selon le groupe d'âges des femmes. Le tableau 5.3 montre que cet indice accuse une tendance très nette à la hausse : il passe de 17,5 chez les femmes de 45-49 ans à 23,8 ans chez celles de 25-29 ans (soit une augmentation de 6,3 ans). L'analyse de la nuptialité selon certaines caractéristiques socio-économiques (tableau 5.4) liées à l'âge d'entrée en union met en évidence les différences qui caractérisent le milieu de résidence, la région économique et le niveau d'instruction des femmes. Selon le milieu de résidence, on observe, tout d'abord, que la nuptialité est plus tardive en milieu urbain (21,9 ans) qu'en milieu rural (19,0 ans). Selon la région économique, les régions du Centre et du Nord-Ouest se caractérisent par les âges les plus tardifs soit, respectivement, 21,8 et 20,9 ans; par contre, c'est le Tensift qui connaît les unions les plus précoces puisque l'âge médian y est estimé à 18,9 ans, soit un âge nettement inférieur à celui du niveau national. L'impact de la scolarisation sur l'état matrimonial des femmes de la tranche d'âges 25-49 ans est indéniable. En effet, les femmes sans instruction ont un âge médian d'entrée en union de 18,8 ans, nettement inférieur à celui des femmes ayant une instruction secondaire qui atteint 26,8 ans. Pour les femmes du niveau d'enseignement primaire, l 'âge médian au premier mariage est intermédiaire : il est de 21,0 ans. 53 Tableau 5.3 Âge au premier mariage Pourcentage de femmes uou-eélibatalres aux âges exacts 15, 18, 20, 22 et 25 ans, et âge nff.dian au premier mariage, par âge actuel, EPPS Marne 1995 Pourcentage déjà Pour- Age en première union à l'âge exact de : centage médian Groupe jamais au 1 er d'àges 15 18 20 22 25 mariée Effectif mariage 15-19 0,9 NA NA NA NA 89,5 I 049 a 20-24 2,7 14,8 29,2 NA NA 60,2 894 a 25-29 3,4 19,4 33,2 43,8 53,9 39,8 774 23,8 30-34 6,6 27,8 42,8 54,5 66,9 20,8 650 21,2 35-39 8,9 34,3 53,6 65,5 77,7 11,6 597 19,6 40-44 12,7 38,2 60,3 73,4 83,2 5,6 463 18,9 45-49 23,9 53,4 72,7 82,8 91,4 0,6 326 17,5 20.49 7,6 27,5 44,1 54,7 63,6 29,1 3 704 25œ49 9,2 31,6 48,8 60,3 71,1 I9,2 2 810 20,2 NA = Non applicable a Non calculé parce que moins de 50 pour cent des femmes du groupe d'figes x, x+4 sont mariées à l'âge x. Tableau 5.4 Âge médian au premier mariage Age médian au premier mariage des femmes de 25-49 ans par âge actuel et par certaines caractédstiques soeio-démographiques, EPPS Marne 1995 Groupe d'figes Femmes Caractéristique 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 25-49 Milieu de résidence Urbain NA 23,3 21,2 19,3 17,5 21,9 Rural 20,8 19,2 18,5 18,6 17,4 19,0 Région Nurd-Ouest 21,9 22,1 22,6 19,6 16,9 20,9 Centre-Nord 23,2 19,5 18,7 18,7 16,8 19,5 Centre NA 24,2 20,4 I9,6 17,4 21,8 Oriental 24,2 18,9 19,1 18,8 19,5 I9,7 Centre-Sud 24,6 20,0 18,1 18,6 16,7 19,3 Tensift 21,3 20,0 18,1 18,I 18,I 18,9 Sud 22,0 21,I 18,9 18,8 19,1 19,9 Niveau d'instruction Aucun 20,8 19,3 18,5 18,5 16,8 18,8 Primaire 24,5 24,1 20,7 19,2 18,2 21,0 Secondaire ou plus NA 27,5 25,5 23,2 23,0 26,8 Ensemble de femmes 23,8 21,2 19,6 18,9 17,5 20,2 Note: L'âge m&lian n'est pas calculé pour les femmes de 15-19 ans et de 20-24 ans parce que certaines femmes peuvent encore entrer en union avant d'atteindre 25 ans. NA = Non applicable a Non calculé parce que moins de 50 pour cent des femmes du groupe d âges x, x+4 sont mari~es à l'âge x. 54 5.3 EXPOSIT ION AU R ISQUE DE GROSSESSE Après la naissance d'un enfant, plusieurs facteurs, en dehors de l'utilisation de la contra- ception, peuvent intervenir pour précipiter ou retarder une prochaine grossesse. Parmi ces facteurs on peut citer la durée de l'aménorrhée post-partum (c'est-à-dire l'intervalle qui sépare l'accouchement du retour de l'ovulation), qui dépend essentiellement de l'allaitement, et la durée d'abstinence post-partum. Cette demière, toutefois, comme l 'a déjà montré I'ENPS-II de 1992 et les enquêtes précédentes, est insignifiante : la très grande majorité des femmes reprennent leurs relations sexuelles quelques semaines après l'accouchement. Cette pratique peut avoir des soubassements culturels, l'Islam ne prescrivant qu'une période de 40jours d'inactivité sexuelle à la suite d'une naissance. La combinaison de ces facteurs permet d'évaluer la durée de non-susceptibilité. Elle se définit comme la période pendant laquelle une femme n'est pratiquement pas soumise au risque de grossesse par suite d'aménorrhée et/ou d'abstinence post- partum. Dans cette enquête, la question sur l'abstinence post-partum n'a pas été posée. Les données contenues dans le tableau 5.5 concernent Tableau 5.5 Aménorrbée post-partum Pourcentages de naissances dont les mères sont en am6norrhée post-partum, par nombre de mois écoul6s depuis la naissance, et durées médianes et moyennes, EPPS Maroe 1995 Nombre de Effectif mois depuis Aménorrhée de la naissance post-partum naissances < 2 87,5 48 2-3 51,2 86 4-5 35,4 65 6-7 35,2 71 8-9 38,5 65 10-11 27,0 63 12-13 14,1 64 14-15 22,2 72 16-17 13,3 90 18-19 6,8 88 20-21 8,I 62 22-23 3,5 57 24-25 1,5 67 26-27 0.0 68 28-29 0,0 71 30-3I 0,0 80 32-33 0,0 88 34-35 1,4 73 Ensemble 17,8 1 278 Médiane 3,2 Moyenne 7,2 Prévalence/incidence 6,3 les naissances des trois demières années dont les mères sont encore en aménorrhée et donc non susceptibles d'être exposées au risque de grossesse, selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance. Cette distribution de la proportion des naissances selon le mois écoulé depuis la naissance est analogue à la série des survivants (Sx) d'une table de mortalité. Figurent également au tableau 5.4 les durées médiane, moyenne de 1' aménorrhée ainsi que la moyenne « prévalence/incidence I » En 1995, 51% des femmes marocaines étaient en aménorrhée pour, au moins, 3 mois (57 % en 1992), 27 % pour, au moins, 11 mois (32 % en 1992), et seulement 3,5 % des femmes atteignent 23 mois sans que les règles ne reprennent (4,5 % en 1992). Quant à la durée médiane de l'aménorrhée, elle est de 3,2 mois contre 3,8 mois en 1992, alors que la moyenne est passée, au cours de la même période, de 7,8 mois à 7,2 mois. Concernant la moyenne « prévatence/incidence », elle est estimée à 6,3 mois contre 7,2 mois en 1992. En prenant en considération certaines caractéristiques socio-démographiques (tableau 5.6), on note le lien qui existe entre la durée d'aménorrhée et l 'âge de la femme, son milieu de résidence, sa région économique et son niveau d'instruction. Selon l'âge de la femme, la durée médiane d'aménorrhée post- partum passe de 2,7 mois chez les femmes de moins de 30 ans à 4,2 mois chez les femmes âgées de plus de 30 ans. Selon le milieu de résidence, on relève que la durée médiane d'aménorrhée post-partum des femmes 1 La moyenne « prévalenee/incidence » est calculée, pour l'aménorrhée par exemple, en divisant le nombre d'enfants dont les mères sont encore en aménorrhée au moment de l'enquête (prévalence) par le nombre moyen de naissances par mois (incidence), estimé à partir des naissances d'une période de 36 mois pour éviter les problèmes de saisonnalité et d'erreurs possibles de période de référence. 55 rurales est presque le double de celle des citadines, soit respectivement 4,5 et 2,2 mois. Au niveau des régions, la durée médiane la plus élevée est enregistrée au Sud (3,9 mois) alors que la durée la plus faible est celle de 1' Oriental (2,2 mois). Quant à l'impact de 1' instruction sur cette durée, on constate une corrélation négative : la durée passe de 4,1 mois chez les femmes sans instruction à 2,2 mois chez les femmes du niveau primaire, pour atteindre 1,9 mois chez celles ayant un niveau secondaire ou plus. Tableau 5.6 Durée médiane de la non-susceptibilité post-partum Durées médianes (en mois) d'am6norrhée post-partum, par caractéristiques socio-démographuiques, EPPS Maroc 1995 Effectif Am6norrhée de Caractéristique post-partum naissances Groupe d'âges < 30 2,7 619 30 on plus 4,2 659 Milieu de résidence Urbain 2,2 449 Rural 4,5 829 Région Nord-Ouest 2,9 249 Centre-Nord 3,8 216 Centre 3,2 317 Oriental 2,2 75 Centre-Sud 2,5 84 Tensift 3,2 139 Sud 3,9 198 Niveau d'instruction Aucun 4,1 936 Primaire 2,2 162 Secondaire ou plus 1,9 180 Ensemble des femmes 3,2 1 278 56 CHAPITRE 6 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ Les questions sur les préférences en matière de fécondité posées dans l'Enquête de Panel sur la Population et la Santé (EPPS) ont pour objectif de mesurer les besoins futurs en matière de contraception ainsi que le degré de réussite des couples marocains dans le contrôle de leur fécondité. Quatre thèmes seront développés dans ce chapitre à savoir : 1) le désir ou non de la femme d'avoir des enfants (supplémentaires) dans l'avenir, et le délai d'attente avant d'avoir le prochain enfant, 2) les besoins en matière de planification familiale, 3) le nombre total d'enfants désirés, et 4) la planification de la fécondité. Il faut noter que l'interprétation des données sur les attitudes vis-h-vis de la procréation a toujours été un sujet de controverse. En fait, il y a des limites quand on utilise les données de ce type d'investigation car de telles données sont recueillies à partir d'un échantillon de femmes qui en sont à différents moments de leur vie féconde. Pour les femmes en début de mariage, les réponses sont liées à des objectifs à long terme dont la stabilité et la valeur prédictive sont inconnues. Pour les femmes en fin de vie féconde, les réponses sont influencées par leur passé. Par ailleurs, certains chercheurs pensent que, d'une part, les réponses aux questions sur les préférences en matière de fécondité reflètent des points de vue éphémères qui sont exprimées sans beaucoup de conviction, et que, d'autre part, elles ne tiennent pas compte de l'effet des pressions sociales ou des attitudes des autres membres de la famille qui peuvent avoir une grande influence sur les décisions en matière de reproduction. Malgré les problèmes d'interprétation concernant r analyse des données sur les préférences en matière de fécondité, les résultats de ce chapitre peuvent aider à expliquer les forces qui affectent la reproduction dans un pays comme le Maroc où la prévalence contraceptive est relativement élevée et la fécondité en pleine transition. 6.1 DÉSIR D'ENFANTS SUPPLÉMENTAIRES Les besoins potentiels en matière de services de contraception sont mesurés à partir d'une série de questions adressées aux femmes actuellement mariées sur leurs attitudes quant au désir d'espacer leur prochaine naissance ou de ne plus avoir d'enfants. Le tableau 6.1 montre que plus de la moitié des femmes (53 % dont 4 % de femmes stérilisées) ont répondu qu'elles ne désiraient plus d'enfant tandis que près de l'autre moitié (43 %) en voulaient davantage. Il faut noter que, parmi les femmes qui ont déclaré qu'elles désiraient avoir des enfants (supplémentaires) dans l'avenir, la majorité (26 %) voulaient espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus. Ces niveaux sont très proches de ceux enregistrés dans le cadre de I'ENPS-II de 1992 (52 % désiraient limiter et 43 % désiraient plus d'enfants). An total donc, selon les données de I'EPPS de 1995, 79 % des femmes---celles ne voulant plus d'enfants (53 %) et celles désirant espacer pour une période, d'au moins, deux ans (26 %)--peuvent être considérées, dans leur majorité, comme des candidates potentielles à la planification familiale. On constate que le pourcentage de femmes ne désirant plus d'enfants augmente régulièrement selon le nombre d' enfants survivants, comme l'indique le graphique 6.1 : il passe de 3 % chez les femmes qui n' ont aucun enfant à 58 % chez celles qui ont 3 enfants et à 89 % chez les femmes qui en ont 6 ou plus. À l'inverse, le pourcentage de femmes qui désirent d'autres enfants diminue avec la taille de la famille passant de 91% chez les nullipares à 38 % chez celles ayant 3 enfants et ì 9 % chez les femmes ayant 6 enfants ou plus. 57 Tableau 6.1 Préférences en matière de fécondit6) selon le nombre d'enfants vivants Répartition (en %) des femmes actuellement mari~es par désir d'enfants supplémentaires, selon le nombre d'enfants vivants, EPPS Marne 1995 Nombre d'enfants vivants j Ensemble Désir des d'enfants 0 I 2 3 4 5 6 ou + femmes Veut un autre Veut un autre bient6t 2 81,4 23,9 18,4 11,3 6,7 4,8 3,7 17,0 Veut un autre plus tard 3 9,0 65,9 42,3 27,0 18,2 9,9 5.2 26,0 Veut un autre, NSP quand 0,5 0.0 0,5 0,0 0,0 0,0 0.0 0,1 Indécise 1,0 0,5 2,2 1,8 1,8 3,6 1.4 1,7 Ne veut plus d'enfants 2,5 7,3 34,9 55.5 68,2 73,0 77,3 49,1 Stérilisée 0,5 0,0 0,7 2,7 3,6 6,3 11,3 4,3 S'est déclar6e stérile 4,5 1,6 1,0 1,5 0,9 1,6 0.7 1,4 Non d6clarée 0,5 0,8 0,0 0,3 0,6 0,8 0,3 0,4 Total 100.0 100,0 100,0 100.0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 199 372 418 337 330 252 573 2481 I y compris la grossesse actuelle 2 Veut un autre dans les deux ans 3 Veut espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus Graphique 6.1 Désir d'enfants supplémentaires des femmes mariées selon le nombre d'enfants vivants Pourcentage 100 80 60 40 20 0 0 2 3 4 Nombre d'enfants vivants [] Stérile I [] Indécise []Veut dans les 2 ans I~veut après 2 ans [] Stédllisée [] Ne veut plus EPPS t995 58 L'analyse des données selon l'âge actuel du tableau 6.2 met en évidence un résultat attendu, en raison de la forte corrélation positive entre cette variable et le nombre d'enfants. Tout comme pour la parité, la proportion de femmes actuellement mariées voulant un autre enfant diminue avec l'âge : elle passe de 94 % à 15-19 ans à 7 % à 45-49 ans. Parallèlement, le désir de ne plus avoir d'enfants augmente selon l'âge : la proportion passe de 5 % chez les femmes actuellement mariées de 15-19 ans à 70 % chez celles âgées de 45- 49 ans. Tableau 6.2 Préf6rences en matière de fécondité) Répartition (en %) des femmes actuellement mari6es par désir d'enfants supplémentaires, selon l'âge, EPPS Maroc 1995 Age de la femme Ensemble Désir des d'enfants 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 femmes Veut un aut re Veut un autre bient6t 1 34,3 26,3 19,7 15,4 17,3 11,1 5,7 17,0 Veut un autre plus tard OE 59,8 55,7 45,3 25,9 14,4 3,4 1,4 26,0 Veut un autre, NSP quand 0,0 0,3 0,0 0,2 0,0 0,3 0,0 0,1 Indécise 1,0 1,5 1,6 2,1 2,1 1,3 1,4 1,7 Ne veut plus d'enfants 4,9 15,9 33,1 53,6 58,8 73,7 69,5 49,1 Stérilisée 0,0 0,0 0,0 1,7 6,8 7,5 12,9 4,3 S'est déclarée stérile 0,0 0,0 0,2 0,8 0,2 1,8 7,9 1,4 Non détermin6 0,0 0,3 0,0 0,2 0,4 1,0 1,1 0,4 Total 100,0 100,0 100,0 I00,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 102 327 426 474 485 388 279 2 481 1 Veut un autre enfant dans les deux ans 2 Veut espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus La situation observée ci-dessus est davantage nuancée en fonction des caractéristiques socio- démographiques. Les analyses sont présentées selon le nombre d'enfants survivants pour ne pas confondre l'effet de cette variable avec celui des autres variables socio-démographiques. Il ressort du tableau 6.3, qu'aussi bien en milieu urbain qu'en milieu rural, le pourcentage de femmes ne désirant plus d'enfants augmente régulièrement avec le nombre d'enfants survivants. Pour l'ensemble des femmes actuellement mariées, le pourcentage de celles ne désirant plus d'enfants est plus élevé en milieu urbain (57 %) qu'en milieu rural (51%). Par région économique, les femmes du Tensift et du Centre sont celles qui ont le plus fréquemment exprimé le désir de limiter leurs naissances (respectivement, 62 % et 57 %), et les femmes du Sud et de 1' Oriental sont celles qui veulent le moins fréquemment limiter leur descendance (respectivement, 44 % et 43 %). Par ailleurs, l'instruction apparaît comme un facteur favorisant le désir de ne plus avoir d'enfants, surtout chez les femmes qui ont deux enfants ou plus. En effet, parmi les femmes qui ont 3 enfants, 47 % de celles n'ayant pas d'instruction ne veulent plus d'enfants, contre 75 % parmi celles ayant le niveau primaire et 80 % parmi celles ayant le niveau secondaire ou plus. 59 Tableau 6.3 Désir de limiter les naissances Pourcentage de femmes actuellement mari~es qui ne veulent plus d'enfant par nombre d'enfants encore en vie, selon les caractéristiques socio-démographiques, EPPS Maroc I995 Nombre d'enfants vivants I Ensemble des Caractéristique 0 1 2 3 4 5 6 ou + femmes Milieu de résidence Urbain 4,1 9,0 45,1 69,7 84,2 87,5 95,6 56,6 Rural 2,0 5,6 24,7 45,7 60,5 73,6 86,0 50,7 Région Nord-Ouest 0,0 5,0 41,4 71,4 77,2 75,0 89,2 53,2 Centre-Nord 8,0 4,1 32,6 44,1 69,2 69,7 87,7 54,1 Centre 7,5 9,4 40,8 73,6 76,6 88,2 91,9 57,1 Oriental 0,0 7,4 4,5 21,1 60,7 77,3 88,6 42,9 Centre-Sud 0,0 0,0 31,0 55,2 71,4 94,1 87,2 52,7 Tensift 0,0 10,7 39,5 51,4 89,7 81,3 93,7 61,8 Sud 0,0 11,1 28,8 40,0 54,2 70,0 78,3 44,0 Niveau d'instruction Aucun 1,6 7,1 26,4 47,0 65,4 77,5 87,6 54,2 Primaire 2,8 4,9 47,1 75,0 86,0 95,7 100,0 56,4 Secondaire ou plus 7,7 9,1 49,1 80,3 91,7 81,3 88,9 46,1 Ensemble 3,0 7,3 35,6 58,2 71,8 79,4 88,7 53,3 Note : Les femmes stérilis6s sont considér6s comme ne voulant plus d'enfants. I y compris la grossesse actuelle 6.2 BESOINS EN MATIÈRE DE PLANIFICATION FAMILIALE Le tableau 6.4 présente quatre types de données selon les caractéristiques socio-démographiques : I) le pourcentage de femmes actuellement mari~es qui ont des besoins non-satisfaits en matière de planification familiale, 2) le pourcentage de celles dont les besoins sont satisfaits, 3) le pourcentage de femmes dont la contraception a échoué, et 4) le pourcentage de demande potentielle totale de services de planification familiale. Les femmes ayant des besoins non-satisfaits en matière de contraception t, sont celles qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfants (limiter leurs naissances) ou qui ont déclaré vouloir attendre deux ans ou plus avant la prochaine naissance (espacer leurs naissances) et qui n'utilisent pas la contraception. Les femmes ayant des besoins non-satisfaits, celles dont la contraception a échoué et celles utilisant actuellement la contraception constituent la demande totale en matière de planification familiale. Le premier groupe du tableau 6.4 fournit les besoins non-satisfaits en matière de planification familiale parmi les femmes actuellement mariées. Pour l'ensemble de ce groupe, 16 % seulement des femmes marocaines sont dans le besoin de pratiquer la planification familiale, soit pour limiter (10 %), soit pour espacer (6 %). Pour ce qui est du second groupe, parmi les 50 % des femmes qui pratiquent la contraception, 33 % l'utilisent pour limiter et 17 % pour espacer. Le troisième groupe comprend les femmes dont la contraception a échoué, soit 3 %. Le dernier groupe fournit la demande totale (69 %) pour les services de planification familiale parmi les femmes actuellement mariées. Cette proportion est légèrement supérieure à celle de 1992 (64 %). Comme on l'a signalé plus haut, ce groupe comprend les femmes ayant des besoins non-satisfaits et celles qui utilisent actuellement la contraception. L' avant dernière colonne du tableau donne Le calcul exact des besoins non-satisfaits est expliqué en note du tableau 6.4. 60 Tableau 6.4 Besoins en matière de planification familiale Pourcentage de femmes actuellement mari~es ayant des besoins non-satisfaits en matière de planification familiale, pourcentage de celles dont les besoins sont satisfaits et pourcentage de demande potentielle totale de services de planification familiale par caractéristiques socio-démographiques, EPPS Maroc 1995 Besoins en Besoins en planification Demande potentielle planification familiale familiale satisfaits totale en planifica- Pourcentage non-satisfaits I pour: (utilisation actuelle) 2 pour: tion familiale3pour: de demande Caractéristique Espacer Limiter Total Espacer Limiter Total Espacer Limiter Total satisfaite Effectif Groupe d'âges 15-19 11,8 0,0 11,8 29,4 2,9 32,4 42,2 2,9 45,1 73,9 102 20-24 10,7 1,5 12,2 31,5 8,3 39,8 45,0 10,4 55,4 77,9 327 25-29 9,9 5,9 15,7 30,8 16,9 47,7 42,5 24,4 66,9 76,5 426 30-34 6,8 8,4 15,2 19,4 34,6 54,0 29,3 45,1 74,5 79,6 474 35-39 5,2 10,3 15,5 10,9 46,4 57,3 17,3 59,4 76,7 79,8 485 40-44 1,8 19,8 21,6 4,1 50,3 54,4 6,2 70,9 77,1 71,9 388 45-49 1,1 16,5 17,6 0,7 48,0 48,7 1,8 64,9 66,7 73,7 279 Milieu de r~sidenee Urbain 3,6 7,9 11,4 22,7 41,5 64,2 28,1 50,7 78,8 85,5 1 095 Rural 8,4 11,3 19,8 12,8 26,4 39,2 22,7 39,2 62,0 68,1 1 386 Région Nord-Ouest 7,5 8,9 16,4 16,1 33,7 49,9 24,8 43,3 68,l 76,0 483 Centre-Nord 9,7 14,7 24,4 13,8 27,1 40,9 25,6 44,4 70,0 65,1 340 Centre 3,7 8,0 11,6 17,4 39,6 57,0 23,1 48,7 71,9 83,8 679 Oriental 5,4 10,1 15,5 25,6 23,8 49,4 32,l 35,7 67,9 77,2 168 Centre-Sud 5,4 6,9 12,3 24,6 38,4 63,1 32,0 46,8 78,8 84,4 203 Tensift 3,0 9,4 12,4 15,7 37,5 53,2 19,5 49,8 69,3 82,2 267 Sud 10,0 11,7 21,7 14,4 22,9 37,2 25,8 35,2 61,0 64,4 341 Niveau d'instruction Aucun 7,0 11,4 18,4 13,3 31,2 44,5 21,7 43,9 65,7 72,0 1 759 Primaire 5,7 7,7 13,5 22,3 40,4 62,8 28,9 49,0 77,9 82,7 349 Secondaire ou plus 3,5 4,3 7,8 30,8 34,9 65,7 37,5 41,6 79,1 90,2 373 Ensemble des femmes 6,3 9,8 16,1 17,2 33,1 50,3 25,1 44,3 69,4 76,8 2481 i Les besoins non-satisfaits pour espacer concernent les femmes enceintes dont la grossesse ne s'est pas produite au moment voulu, les femmes en aménorrrhée dont la dernière naissance ne s'est pas produite au moment voulu, et les femmes qui ne sont ni enceintes ni en aménorrhée, qui n'utilisent pas de méthode contraceptive et qui ont déclaré vouloir attendre deux ans ou plus avant leur prochaine naissance. Les besoins non-satistfaits pour limiter concernent les femmes enceintes dont la grossesse n'était pas voulue, les femmes en am6norrhée dont la dernière naissance n'était pas voulue, et les femmes qui ne sont ni enceintes ni en aménorrhée, qui n'utilisent pas de méthode contraceptive et qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfant. Sont également exelues les femmes qui sont en ménopause ou en période d'infécondabilité. 2 L utilisation pour espacer concerne les femmes qui utilisent actuellement une méthode contraceptive et qui ont déclaré vouloir attendre deux ans ou plus avant leur prochaine naissance. L'utilisation pour limiter concerne les femmes qui utilisent actuellement une méthode contraceptive et qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfant. s Besoins non-satisfaits, utilisation actuelle et femmes enceintes ou en aménorrhée qui sont devenues devenues enceintes alors qu'elles utilisaient la contraception (échec de méthode). le pourcentage de la demande totale pour les services de contraception qui est satisfaite (77 %) : il s'agit des femmes qui utilisent actuellement la contraception et de celles qui l'avaient utilisée sans succès, par rapport à la demande totale. Les besoins en matière de planification familiale diffèrent selon les caractéristiques socio- démographiques. Au niveau du premier groupe, c'est chez les femmes les plus âgées (40-44 ans et 45-49 ans) que les besoins non-satisfaits sont les plus fréquents (respectivement 22 et 18 %). Dans les autres groupes d'âges, les proportions varient de 12 à 16 %. 61 Au niveau du milieu de résidence, les pourcentages des besoins non-satisfaits sont plus élevés en milieu rural (20 %) qu'en milieu urbain (11%). Du fait que les femmes rurales utilisent beaucoup moins les méthodes contraceptives, la demande totale satisfaite pour les services de planification familiale est largement plus importante dans les zones urbaines (86 %) que dans les zones rurales (68 %). S'agissant des régions économiques, les résultats obtenus montrent que les besoins non-satisfaits sont plus importants chez les femmes du Centre-Nord (24 %) et du Sud (22 %) que chez celles des autres régions (12 à 16 %). Concernant le niveau d'instruction, les femmes qui n'ont aucune instruction ont des besoins non- satisfaits en matière de planification familiale plus élevés que Celles qui ont une instruction primaire ou que celles qui ont une instruction secondaire ou plus (18 % contre, respectivement, 14 et 8 %). Par contre, la demande potentielle totale augmente avec le niveau d'instruction passant de 66 % chez les femmes n'ayant aucune instruction à 79 % chez celles ayant un niveau secondaire ou plus. 6.3 NOMBRE TOTAL D 'ENFANTS DES IRÉS La taille idéale de la famille souhaitée est appréhendée par l'intermédiaire des questions suivantes : Pour les femmes qui n'ont pas d'enfants, on a demandé: « Si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants à avoir dans toute votre vie, combien voudriez-vous en avoir en tout? » Pour les femmes qui ont des enfants, la question est formulée ainsi : « Si vous pouviez recommencer à partir de l'époque ou vous n'aviez pas d'enfants, et si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants à avoir dans toute votre vie, combien auriez-vous voulu en avoir au total? » Dans ce chapitre, nous avons jusqu'ici étudié les préférences de la femme en matière de reproduction en tenant compte du nombre d'enfants qu'elle a déjà eus. Dans cette section, par contre, nous nous intéressons à 1' information sur le nombre idéal d'enfants désirés, ce qui est une question difficile pour la femme. En effet, il s'agit de répondre à une question hypothétique, à savoir le nombre d'enfants qu'elle souhaite avoir, dans l'absolu, indépendamment de la taille actuelle de sa famille. Le tableau 6.5 montre, qu'en moyenne, le nombre idéal d'enfants est de 3,2 pour l'ensemble des femmes et 3,7 pour celles actuellement mariées. Par rapport à r ENPS-II de 1992, le nombre moyen d'enfants désirés par l'ensemble des femmes a connu une légère baisse de 6 % (3,4 enfants par femme en 1992 contre 3,2 en 1995). Comme dans I'ENPS-II, la proportion de femmes ayant eu plus d'enfants vivants que d'enfants désirés augmente rapidement avec le nombre d'enfants vivants : de 0 % à un enfant, elle passe à 66 % à 6 enfants ou plus. Quel que soit le nombre d'enfants survivants, la majorité des femmes marocaines (63 %) désirent une petite famille de trois enfants ou moins. Le tableau 6.6 donne le nombre moyen idéal d'enfants pour l'ensemble des femmes selon 1' âge actuel et selon certaines variables socio-démographiques. Par milieu de résidence et quel que soit le groupe d'âges, les femmes rurales semblent désirer plus d'enfants que les femmes urbalnes. L'écart absolu entre les deux milieux est de 1,0 enfant (2,7 dans l'urbain contre 3,7 dans le rural). Par région économique, les femmes du Centre et du Centre-Sud semblent désirer le moins d'enfants (respectivement 2,9 et 3,0), alors que celles du Centre-Nord et du Sud désirent le plus d'enfants (respectivement 3,6 et 3,7). 62 Tableau 6.5 Nombre idéal d'enfants Répartition (en %) de l'ensemble des femmes par nombre idéal d'enfants et nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des femmes, pour celles actuellement mari~es et les femmes non-célibataires selon le nombre d'enfants vivants, EPPS Maroc 1995 Nombre Nombre d'enfants vivants I Ensemble idéal des d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 ou + femmes TOUTES LES FEMMES 0 0,4 0,0 0,2 0,0 0,3 0,0 0,2 0,3 1 5,8 3,6 2,7 2,2 0,8 0,8 0,5 3,7 2 52,9 45,2 35,0 22,1 18,1 14,7 11,5 38,3 3 20,4 24,8 26,8 32,7 10,7 16,2 12,5 20,4 4 14,6 17,0 26,8 28,8 47,5 30,6 30,9 22,4 5 1,9 4,8 2,9 8,4 8,5 20,0 10,8 5,4 6 ou plus 2,4 3,9 3,5 5,0 13,0 13,6 26,8 7,3 Réponses non-numériques 1,6 0,7 2,2 0,8 1,I 4,2 6,9 2,3 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de toutes les femmes 2291 440 452 358 354 265 593 4753 Nombre idéal moyen 2 2,6 3,0 3,1 3,4 3,9 4,2 4,7 3,2 Toutes les femmes avec réponses numériques 2 254 437 442 355 350 254 552 4 644 Nombre idéal moyen 3,0 3,0 3,1 3,4 4,0 4,2 4,7 3,7 Femmes mari~es avec réponses num6riques 196 369 409 334 327 241 533 2 409 FEMMES NON-CÉLIBATAIRES 0 0,7 0,0 0,2 0,0 0,3 0,0 0,2 0,2 1 3,3 3,6 2,7 2,2 0,8 0,8 0,5 1,9 2 45,6 45,2 35,0 22,1 18,1 14,7 11,5 26,8 3 19,3 24,8 26,8 32,7 10,7 16,2

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.