Côte d'Ivoire - Demographic and Health Survey - 1994

Publication date: 1994

Côte d'Ivoire Enquête Démographique et de Santé 1994 Institut National de la Statistique Ministère Délégué Auprès du Premier Ministre, Chargé de l'Economie, des Finances et du Plan ®DHS Demographic and Health Surveys Macro International Inc. INDICATEURS DU SOMMET MONDIAL POUR LES ENFANTS INDICATEURS DE BASE Mortalité infantile Mortalité maternel le Malnutrit ion des enfants Accès à une eau potable salubre Accès à des installations sanitaires d'évacuation des excréments Education de base Enfants en situation particul ièrement difficile - Quotient de mortalité infantile (pour 1 000 naissances vivantes) . . . . . . . . . . . 89 - Quotient de mortalité infanto-juvénile (pour 1 000 naîssances vivantes) . . . . . 150 - Taux de mortalité maternelle (pour 100 000 naissances vivantes) . . . . . . . . . 597 - Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans accusant un retard de croissance . . . . 24 - Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans présentant une insuff isance pondérale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 - Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans émaciés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 - Pourcentage de ménages disposant d 'eau potable salubre I à moins de 15 minutes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 - Pourcentage de ménages disposant de chasse d'eau ou de latrines aménagées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 - Pourcentage de femmes de 15-49 ans ayant achevé l 'école primaire . . . . . . . . 20 - Pourcentage d 'hommes de 15-49 ans ayant achevé l 'école primaire . . . . . . . . . 41 - Pourcentage de filles de 6-12 ans fréquentant l 'école . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 - Pourcentage de garçons de 6-12 ans fréquentant l 'école . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 - Pourcentage de femmes de 15-49 ans alphabétisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 - Pourcentage d'enfants de moins de 15 ans qui sont orphelîns . . . . . . . . . . . . 0,4 - Pourcentage d'enfants de moins de 15 ans qui ne vivent pas avec leur mère biologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 - Pourcentage d'enfants de moins de 15 ans qui vivent dans un ménage comptant un seul adulte de 15 ans ou plus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 INDICATEURS DE SUPPORT S a n t é des f e m m e s Espacement des naissances Maternité sans risque Planif ication familiale Nut r i t ion Nutrit ion des mères Al laitement S a n t é de l 'en fant Vaccinations Contrôle de la diarrhée Infections respiratoires aiguës - Pourcentage de naissances à moins de 24"mois de la naissance précédente . . . . 20 - Pourcentage de naissances dont la mère a bénéficîé de consultation prénatale auprès de personnel médical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 - Pourcentage de naissances dont la mère a bénéficié de consultation prénatale au cours du premier trimestre de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 - Pourcentage de naissances dont la mère a ~té assistée par du personnel médical au cours de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 - Pourcentage de naissances ayant lieu en établissement sanitaire . . . . . . . . . . . 45 - Pourcentage de naissances à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 - Taux de prévalence contraceptive ( femmes en union, en pour cent) . . . . . . . . . 11 - Pourcentage de femmes en union ayant des besoins non-satisfaits en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 - Pourcentage de mères avec un faible Indice de Masse Corporelle . . . . . . . . . . 8 - Pourcentage d'enfants de moins de 4 mois qui sont exclusivement allaités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 - Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans dont la mère a reçu une vaccination antitétanique pendant la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 - Pourcentage d'enfants de 12-23 mois ayant été vaccin6s contre la rougeole . . . 53 - Pourcentage d'enfants de 12-23 mois ayant été complètement vaccinés . . . . . . 41 - Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans ayant eu la diarrhée durant les 2 dernières semaines et qui ont bénéficié d 'une Thérapie de Réhydratat ion par voie Orale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 - Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans ayant eu une infection respiratoire aiguë durant les 2 dernières semaines et qui ont été vus par du personnel médical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 t Provenant de « robinet dans le logement », « robinet public », « puits public », « camion citerne » ou « eau en bouteil le ». République de Côte d'Ivoire Enquête Démographique et de Santé Côte d'Ivoire 1994 N'Cho Sombo Lucien Kouassi Albert Kouamé Koffi Juan Schoemaker Monique Barrère Bernard Barrère Prosper Poukouta Institut National de la Statistique Ministère Délégué Auprès du Premier Ministre, Chargé de l'Economie, des Finances et du Plan Abidjan, Côte d'Ivoire Macro International Inc. Calverton, Maryland USA Décembre 1995 Ce rapport présente les principaux résultats de l'Enquête Démographique et de Santé (EDSCI) réalisée en Côte d'Ivoire en 1994 par l'Institut National de la Statistique. L'EDSCI, financée par l'Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID), a bénéficié de l'assistance technique de Macro International Inc. L'EDSCI fait partie du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys-DHS) dont l'objectif est de collecter, analyser et diffuser des données démographiques portant en particulier sur la fécondité, la planification familiale et la santé de la mère et de l'enfant. Des informations complémentaires sur I'EDSCI peuvent être obtenues auprès de l'Institut National de la Statistique, B.P. V 55, Abidjan 01, Côte d'Ivoire (Téléphone (225) 21 42 04; Fax (225) 21 44 01. Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent être obtenus auprès de Macro International Inc., 11785 Beltsville Drive, Calverton, MD 20705, USA (Téléphone 301-572-0200; Fax 301-572-0999). Citation recommandée : Sombo, N'Cho, Lucien Kouassi, Albert Kouamé Koffi, Juan Schoemaker, Monique Barrère, Bernard Barrère, et Prosper Poukouta. 1995. Enquête Démographique et de Santé, Côte d'Ivoire 1994. Calverton, Maryland, U.S.A. : Institut National de la Statistique et Macro International Inc. TABLE DES MATIÈRES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vii Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xiii Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Sigles et abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix Carte de Côte d'Ivoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxii CHAPITRE 1 1.1 1.2 1.3 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS ET MÉTHODOLOGIE DE L'ENQUÊTE N'Cho Sombo CARACTÉRISTIQUES DU PAYS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Géographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.3 Économie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.1.4 Population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.1.5 Situation Sanitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 POLITIQUES DE SANTÉ ET DE POPULATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 MÉTHODOLOGIE DE L 'ENQUÊTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 1.3.1 Cadre institutionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 1.3.2 Objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 1.3,3 Questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 1.3.4 Échantillonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 1.3.5 Recrutement, formation et collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 1.3.6 Exploitation des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 CHAPITRE 2 2.1 2.2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES ENQUÊTÉS Albert Kouamé Kofft ENQUÊTEMÉNAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 2.1,1 Structure par sexe et âge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . 15 2.1.2 Taille et composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 2.1.3 Niveau d'instruction de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 2.1.4 Caractéristiques des logements et biens possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 ENQUÊTE INDIVIDUELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 2.2.t Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 iii 2.2.2 2.2.3 Page Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 CHAPITRE 3 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 3.6 FÉCONDITÉ Lucien Kouassi NIVEAU DE LA FÉCONDITÉ ET FÉCONDITÉ DIFFÉRENTIELLE . . . . . . . . . 34 TENDANCES DE LA FÉCONDITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 PARITÉ ET STÉRIL ITÉ PRIMAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 INTERVALLE INTERGÉNÉSIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 ÂGE À LA PREMIÈRE NAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 FÉCONDITÉ DES ADOLESCENTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 CHAPITRE 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 4.7 4.8 4.9 4.10 PLANIFICATION FAMILIALE A lbert Kouamé KoÆt CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 PRAT IQUE DE LA CONTRACEPT ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 UT IL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPT ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 NOMBRE D 'ENFANTS À LA PREMIÈRE UT IL ISAT ION . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 CONNAISSANCE DE LA PÉRIODE FÉCONDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 SOURCE D 'APPROVIS IONNEMENT DE LA CONTRACEPT ION . . . . . . . . . . . 63 UT IL ISAT ION FUTURE DE LA CONTRACEPT ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 SOURCES D ' INFORMATION SUR LA CONTRACEPT ION . . . . . . . . . . . . . . . . 68 OP IN IONS ET ATT ITUDES VIS-À-VIS DE LA PLANIF ICAT ION FAMIL IALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 CHAPITRE 5 5.1 5.2 5.3 5.4 5.5 NUPTIALITÉ ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Monique Barrère et Juan Schoemaker ÉTAT MATRIMONIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 POLYGAMIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 ÂGE À LA PREMIÈRE UNION ET ÂGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 5.3.1 Âge à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 5.3.2 Âge aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 ACT IV ITÉ SEXUELLE RÉCENTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 EXPOSIT ION AU RISQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 iv CHAPITRE 6 6.1 6.2 6.3 6.4 PRÉFÉRENCES EN MATIÈRE DE FÉCONDITÉ Lucien Kouassi Page DÉSIR D 'AVOIR DES ENFANTS (SUPPLÉMENTAIRES) . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 BESOINS EN MATIÈRE DE PLANIF ICAT ION FAMIL IALE . . . . . . . . . . . . . . . 93 NOMBRE TOTAL D 'ENFANTS DÉSIRÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 PLANIF ICAT ION DE LA FÉCONDITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 CHAPITRE 7 7.1 7.2 7.3 7.4 SANTÉ DE LA MÈRE ET DE L'ENFANT N'Cho Sombo SOINS PRÉNATALS ET ACCOUCHEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 7.1.2 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 VACCINAT ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 MALADIES DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 7.3.1 Infections respiratoires et fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 7.3.2 Diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 EXCIS ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 CHAPITRE 8 8.1 8.2 8.3 ALLAITEMENT ET ÉTAT NUTRITIONNEL Monique Barrère et Juan Schoemaker ALLA ITEMENT ET AL IMENTATION DE COMPLÉMENT . . . . . . . . . . . . . . . 127 ÉTAT NUTRIT IONNEL DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 8.2.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 8.2.2 Résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 ÉTAT NUTRIT IONNEL DES MÈRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 CHAPITRE 9 9.1 9.2 9.3 MORTALITÉ DES ENFANTS Monique Barrère et Prosper Poukouta MÉTHODOLOGIE ET QUAL ITÉ DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 N IVEAUX ET TENDANCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 MORTAL ITÉ DIFFÉRENTIELLE ET GROUPES À HAUTS RISQUES . . . . . . 147 V CHAPITRE 10 10.1 12.2 10.3 10.4 10.5 10.6 10.7 MORTALITÉ MATERNELLE Bernard Barrère et Monique Barrère Page INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 COLLECTE DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 ESTIMATION DIRECTE DE LA MORTALITÉ ADULTE . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 ESTIMATION DIRECTE DE LA MORTALITÉ MATERNELLE . . . . . . . . . . . . 161 ESTIMATION INDIRECTE DE LA MORTALITÉ MATERNELLE . . . . . . . . . . 163 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 CHAPITRE 11 SIDA A lbert Kouamé Koffi 11.1 11.2 11.3 11.4 11.5 11.6 COMPORTEMENT SEXUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 CONNAISSANCE DU SIDA ET SOURCES D' INFORMATION . . . . . . . . . . . . 171 CONNAISSANCE DES MODES DE TRANSMISSION ET OPINION VIS-À-VIS DU SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 CONNAISSANCE DES MOYENS DE PRÉVENTION DU SIDA . . . . . . . . . . . . 178 UTILISATION DES CONDOMS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 CONNAISSANCE DE PERSONNES ATTEINTES DU SIDA ET ATTITUDE ENVERS LES SIDÉENS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 REFERENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 ANNEXE A PERSONNEL DE L'EDSCI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195 ANNEXEB PLAN DESONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201 B.l B.2 B.3 B.4 B.5 B.6 B.7 OBJECTIFS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203 BASE DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203 RÉPARTITION DE L 'ÉCHANTILLON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203 CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DE L 'ÉCHANTILLON . . . . . . . . . . . . . . 205 STRATIFICATION ET TIRAGE D'UNITÉS ARÉOLAIRES . . . . . . . . . . . . . . . 205 SEGMENTATION DES GRANDS DR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206 PROBABILITÉS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207 B.7.1 Abidjan, Forêt Rural et Savane Rurale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207 B.7.2 Forêt Urbaine et Savane Urbaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208 B.8 RÉSULTATS DES ENQUÊTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208 ANNEXE C ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211 ANNEXE D TABLEAUX POUR L'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233 ANNEXE E QUESTIONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243 vi LISTE DES TABLEAUX Tableau 1.1 Tableau 2.1 Tableau 2.2 Tableau 2.3 Tableau 2A Tableau 2.5.1 Tableau 2.5.2 Tableau 2.6 Tableau 2.7 Tableau 2.8 Tableau 2.9 Tableau 2.10 Tableau 2.11 Tableau 2.12 Tableau 3.1 Tableau 3.2 Tableau 3.3 Tableau 3.4 Tableau 3.5 Tableau 3.6 Tableau 3.7 Tableau 3.8 Tableau 3.9 Tableau 3.10 Tableau 3.11 Tableau 4.1 Tableau 4.2 Tableau 4.3 Tableau 4A Tableau 45 Page Taille et couverture de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Population des ménages par âge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Population par âge selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Enfants orphelins et résidence des enfanfs avec les parents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Niveau d'instruction de la population des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Niveau d'instruction de la population des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Biens durables possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Niveau d'instruction des femmes et des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Caractéristiques différentielles des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Fécondité par âge selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Tendances de la fécondité par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Tendances de la fécondité par durée de l'union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Enfants nés vivants et enfants survivants des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Âge à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Âge médian à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Enfants nés de mères adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Connaissance des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Connaissance des méthodes contraceptives mot'crues par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 vii Tableau 4.6 Tableau 4.7 Tableau 4.8 Tableau 4.9 Tableau 4.10 Tableau 4.11 Tableau 4.12 Tableau 4.13 Tableau 4.14 Tableau 4.15 Tableau 4.16 Tableau 5.1 Tableau 5.2 Tableau 5.3 Tableau 5A Tableau 5.5 Tableau 5.6 Tableau 5.7 Tableau 5.8 Tableau 5.9 Tableau 5.10 Tableau 5.11 Tableau 6.1 Tableau 6.2 Tableau 6.3 Tableau 6.4 Tableau 6.5 Tableau 6.6 Tableau 6.7 Tableau 6.8 Tableau 7.1 Page Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Raison de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Messages sur la planification familiale diffusés à la radio et à la télévision . . . . . . . 69 Approbation de l'utilisation de la radio et de la télévision dars la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Discussion de la planification familiale avec le conjoint . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Opinion des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 État matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Nombre d'épouses et de co-épouses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Âge à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Âge médian à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Âge des femmes aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 Âge médian aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Activité sexuelle récente des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Aménorrhée, abstinence et insusceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Durée médiane de l'insusceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Fin d'exposit ion au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . 90 Préférences en matière de fécondité selon l 'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Désir de limiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . 97 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Taux de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 vi i i Tableau 7.2 Tableau 7.3 Tableau 7.4 Tableau 7.5 Tableau 7.6 Tableau 7.7 Tableau 7.8 Tableau 7.9 Tableau 7.10 Tableau 7.11 Tableau 7.12 Tableau 7.13 Tableau 7.14 Tableau 8.1 Tableau 8.2 Tableau 8.3 Tableau 8.4 Tableau 8.5 Tableau 8.6 Tableau 9.1 Tableau 9.2 Tableau 9.3 Tableau 9.4 Tableau 9.5 Tableau 10.1 Tableau 10.2 Tableau 10.3 Tableau 10.4 Tableau 10.5 Tableau 11.1.1 Page Nombre de visites prénatales et stade de la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Lieu de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Assistance lors de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Caractéristiques de 1' accouchement : césarienne, prématurité, poids et grosseur à la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Vaccinations selon les sources d' information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Vaccinations selon les caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Prévalence et traitement des infections respiratoires aiguës et de la f ièvre . . . . . . . 116 Prévalence de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Connaissance et utilisation des SRO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Alimentation pendant la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Excision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Type d'al iments selon l 'âge de l 'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 Durée médiane et fréquence de l'allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 État nutritionnel des enfants par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . 134 Indicateurs anthropométfiques de l'état nutritionnel des mères . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Indicateurs anthropométriques des mères par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 Indices pour évaluer le sous-enregistrement des décès d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . 144 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Mortalité des enfants par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Comportement procréateur à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 Complétude de l' information sur les frères et soeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 Indicateurs de la qualité des données sur les frères et soeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 Estimation de la mortalité adulte par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 Estimation directe de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 Estimation indirecte de la mortalité maternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 Nombre de partenaires sexuels pour les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 ix Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau 1.4.2 Tableau 1.5.1 Tableau 1.5.2 Tableau 1.6.1 Tableau 1.6.2 Tableau 1.7 Tableau 1.8 Tableau B.1 Tableau B 2 Tableau B .3 Tableau B.4 Tableau B.5 l.1.2 1.2.1 1.2.2 1.3.1 1 ~3.2 l~4.1 Tableau C. 1.1 Tableau C.1.2 Tableau C.2.1 Tableau C.2.2 Tableau C.3.1 Tableau C.3.2 Tableau C.4.1 Tableau C.4.2 Tableau C.5. l Tableau C.5.2 Tableau C.6.1 Tableau C.6.2 Tableau C.7.1 Page Nombre de partenaires sexuelles pour les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Connaissance du sida par les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Connaissance du sida par les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Connaissance par les femmes des modes de transmission du sida . . . . . . . . . . . . . . 174 Connaissance par les hommes des modes de transmission du sida . . . . . . . . . . . . . . 175 Opinon des femmes sur le sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 Opinon des hommes sur le sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 Connaissance par les femmes des moyens d'éviter de contracter le sida . . . . . . . . . 179 Connaissance par les hommes des moyens d'éviter de contracter le sida . . . . . . . . . 18 I Utilisation du condom par les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 Utilisation du condom par les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 Connaissance d'une personne atteinte du sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 Attitudes vis-à-vis des malades atteints du sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186 Répartition de l'échantillon de femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204 Répartition des ménages et nombre de grappes à tirer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204 Nombre de grappes tirées et taux de sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des hommes par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage : femmes . . . . . . . . . . . . . 215 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage : hommes . . . . . . . . . . . . . 216 Erreurs de sondage - Échantillon national : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217 Erreurs de sondage - Échantillon national : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218 Erreurs de sondage - Échantillon urbain : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219 Erreurs de sondage - Échantillon urbain : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220 Erreurs de sondage - Échantillon rural : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221 Erreurs de sondage - Échantillon rural : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222 Erreurs de sondage - Abidjan : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223 Erreurs de sondage - Abidjan : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224 Erreurs de sondage - Forêt Urbaine : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225 Erreurs de sondage - Forêt Urbaine : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226 Erreurs de sondage - Forêt Rurale : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227 X Tableau C.7.2 Tableau C.8.1 Tableau C.82 Tableau C.9.1 Tableau C.9.2 Tableau D. 1 Tableau D.2 Tableau D.3 Tableau D.4 Tableau D.5 Tableau D.6 Tableau D.7 Page Erreurs de sondage - Forêt Rurale : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228 Erreurs de sondage - Savane Urbaine : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229 Erreurs de sondage - Savane Urbaine : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230 Erreurs de sondage - Savane Rurale : femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231 Erreurs de sondage - Savane Rurale : hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232 Répartition par âge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235 Répartition par âge des femmes éligibles et des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . 236 Répartition par âge des hommes éligibles et des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . 237 Complétude de l'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238 Naissances par année de calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239 Enregistrement de l'âge au décès en jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240 Enregistrement de l'âge an décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241 xi Graphique 1.1 Graphique 2.1 Graphique 2.2 Graphique 2.3 Graphique 2.4 Graphique 3. I Graphique 3.2 Graphique 3.3 Graphique 3.4 Graphique 3.5 Graphique 3.6 Graphique 4.1 Graphique 4.2 Graphique 4.3 Graphique 4.4 Graphique 4.5 Graphique 4.6 Graphique 5.1 Graphique 5.2 Graphique 5.3 Graphique 5.4 Graphique 6.1 Graphique 6.2 Graphique 6.3 LISTE DES GRAPHIQUES Page Évolution de la population Côte d'Ivoire 1920-2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 Pyramide des âges de la population - Côte d'Ivoire, 1994 . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Taux de fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Taux de fécondité générale par âge, selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . 35 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . . . . . 37 Taux de fécondité générale par âge, selon I'EIF 1980-81, le RGPH 1988 et I'EDSCI 1994 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Tendances de la fécondité par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Tendances de I'ISF pour les femmes de 15-34 ans, selon I'EIF, le RGPH et I'EDSCI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Adolescentes de 15-19 ans ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . 48 Connaissance des méthodes contraceptives par les femmes et les hommes . . . . 51 Prévalence de la contraception pour l'ensemble des femmes et des hommes, selon la méthode utilisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Utilisation de la contraception par les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes et les hommes en union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Intention d'utiliser la contraception par les femmes et les hommes actuellement en union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Proportion de femmes célibataires, selon l'âge, EIF 1980-81 et EDSCI 1994 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Proportion de femmes en union polygame parmi les femmes de 15-49 ans en union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Âge médian à la première union des hommes et des femmes . . . . . . . . . . . . . . 80 Âges médians à la première union et aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . 83 Désir d'enfants supplémentaires des femmes en union, selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Nombre idéal d'enfants pour les hommes et les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée . . . 101 xiii Graphique 7.1 Graphique 7.2 Graphique 7.3 Graphique 7.4 Graphique 7.5 Graphique 7.6 Graphique 7.7 Graphique 8.1 Graphique 8.2 Graphique 8.3 Graphique 8.4 Graphique 9.1 Graphique 9.2 Graphique 9.3 Graphique 10.1 Graphique 11.1 Graphique 11.2 Graphique 11.3 Page Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans pour lesquels la mère a bénéficié de soins prénatals pendant la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans nés avec l'assistance d'un professionnel de la santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Vaccinations des enfants de 12-23 mois, selon le type de vaccin et la source d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Pourcentage d'enfants de 12-23 mois avec tous les vaccins du PEV et sans vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 Prévalence des infections respiratoires aiguës chez les enfants de moins de 3 ans, selon l'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 Prévalence de la diarrhée chez les enfants de moins de 3 ans, selon l'âge . . . . 120 Pourcentage de femmes excisées, selon les caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de 3 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 État nutritionnel des enfants de moins de 3 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans présentant un retard de croissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Pourcentage d'enfants de moins de 3 ans atteints d'émaciation . . . . . . . . . . . 138 Tendances de la mortalité des enfants de moins de 5 ans, selon I'EIF 1980-81, le RGPH 1988 et I'EDSCI 199,4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Mortalité infantile et juvénile selon les caractéristiques de la mère . . . . . . . . . 149 Mortalité infantile et comportement en matière de procréation . . . . . . . . . . . . 151 Distribution (en pourcentage) des décès des soeurs des enquêtées selon le nombre d'années précédant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Connaissance des principaux modes de transmission du sida . . . . . . . . . . . . . 176 Connaissance des principaux moyens d'éviter le sida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 Attitude des hommes et des femmes vis-à-vis des malades atteints du s ida. . . 187 xiv PRÉFACE L'Enquête Démographique et de Santé en Côte d'Ivoire (EDSCI) s'inscrit dans le cadre de la troisième phase du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Heath Surveys-DHS). Ces enquêtes, menées depuis le milieu des années 1980 dans les pays en développement, font suite à celles menées dans le cadre du projet de 1' Enquête Mondiale sur la Fécondité, auquel la Côte d' Ivoire a participé en 1980-1981. Réalisée de Juin à Novembre 1994 par l'Institut National de la Statistique (INS) du Ministère Délégué Auprès du Premier Ministre, Chargé de l'Économie, des Finances et du Plan, l'Enquête Démographique et de Santé en Côte d'Ivoire est la première du genre. Elle a permis d'obtenir et de disposer des données nationales riches et fines sur la santé de la mère et de l'enfant, la mortalité maternelle, infantile et juvénile, la planification familiale, la nutrition, le sida, etc. Elle vient ainsi complèter, après les recensements généraux de la population de 1975 et 1988, et les enquêtes démographiques nationales de 1977 à 1993 (EPR, EIF, EIMU), la série des données démographiques fiables pour une meilleure connaissance de la population de la Côte d'Ivoire. L'Institut National de la Statistique est disposé à tenir compte de toutes critiques et suggestions qui pourraient permettre d' améliorer le présent document ainsi que d'autres études qui seraient issues des données de cette enquête. Enfin, I'EDSCI n'aurait pu se réaliser sans le concours financier de l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID), et sans l'assistance technique de Macro International Inc. Je leur adresse mes sincères remerciements. GUESSAN BI KOUASSI Directeur de I'INS Directeur National de I'EDSCI XV REMERCIEMENTS De la conception à la diffusion des résultats en passant par la collecte, l'exploitation, etc. , la réalisation d'une enquête d'envergure nationale est toujours une oeuvre collective. L'Enquête Démographique et de Santé en Côte d'Ivoire (EDSCI) n'a pas failli à cette tradition. Sa réussite est le résultat des efforts d'une équipe compétente et dévouée, impliquant de nombreuses personnes et institutions. À toutes ces personnes et institutions, je voudrais adresser mes remerciements les plus sincères. Je voudrais tout d'abord remercier les populations des zones enquêtées pour leur disponibilité constante, et particulièrement les femmes qui n'ont pas hésité un seul instant à abandonner leur occupation pour se prêter aux nombreuses questions relatives à leur vie privée et intime. Ensuite, je voudrais exprimer ma gratitude aux autorités administratives locales, aux chefs de village et de campement, aux responsables régionaux de l'Institut National de la Statistique pour leur sollicitude et leur assistance aux équipes sur le terrain. Mes remerciements s'adressent également : - au personnel de terrain à savoir les Superviseurs, les Agents Cartographes, les enquêtrices, les Chefs d'équipe, les Contrôleurs pour leur courage, leur endurance et leur dévouement qui leur ont permis de vaincre les conditions de travail parfois difficiles; - aux chercheurs de 1' Institut de Linguistique Appliquée pour la traduction des questionnaires et la formation des agents en langues nationales; - aux responsables de l'Association Ivoirienne pour le Bien-Être Familial pour avoir facilité le transport des agents en mettant des chauffeurs et des véhicules à la disposition du projet; - aux différents Instituts et Directions du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales, et aux chercheurs nationaux (sociologues, épidémiologistes, démographes.) membres du comité technique chargé de la conception des questionnaires; - à la Direction de la Formation et des Stages du Ministère de l'Emploi et de la Fonction Publique, pour l'attribution de salles pour la formation des agents; - au personnel de la Direction Nationale du Projet (Directeur Technique, Superviseurs, Informaticiens, Agents de vérification et de saisie, Comptables, Secrétaires, Cartographes, Agents de Reprographie, etc.) pour son efficacité et sa disponibilité pendant toute la durée du projet; - à l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID) pour le financement du Projet; xvii - à Macro International Inc, pour l'assistance technique apportée à toutes les phases de l'enquête, de la conception à la rédaction du rapport final en passant par la formation et l'encadrement du personnel de terrain et de saisie ainsi que par l'exploitation informatique des données. Enfin, je ne saurais terminer sans exprimer ma gratitude envers toutes les personnes ou toutes les Institutions qui ont contribué à la réussite de l'enquête. GUESSAN BI KOUASSI Directeur de I'INS Directeur National de I'EDSCI xviii SIGLES ET ABRÉVIATIONS AIBEF AIDS BCG CDC CNLS DHS (EDS) DIU DR DTCoq EDSCI EDS (DHS) EIF EIMU EPR ET FIT FNUAP GPS IEC ILA INS IMC ISF ISFD ISSA MST NCHS ONG OMS PEV PNLS PNUD PROVIFA Association Ivoirienne pour le Bien-être Familial Acquired Immunodeficiency Syndrome bacille Bilié de Calmette et Guérin (vaccin antituberculeux) Centers for Disease Control (centre de contrôle des maladies, États-Unis) Comité National de Lutte contre le Sida. Demographic and Health Surveys (Enquêtes Démographiques et de Santé) Dispositif Intra-Utérin District de Recensement Diphtérie, Tétanos, Coqueluche (vaccin) Enquête Démographique et de Santé en Côte d'Ivoire Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys) Enquête Ivoirienne sur la Fécondité Enquête Ivoirienne sur les Migrations et l'Urbanisation Enquête à Passages Répétés Écart Type Front Inter-Tropical Fonds des Nations Unies pour la Population Geography Position System Information, Éducation, Communication Institut de Linguistique Appliquée Institut National de la Statistique Indice de Masse Corporelle Indice Synthétique de Fécondité Indice Synthétique de Fécondité Désirée lntegrated System for Survey Analysis Maladie Sexuellement Transmissible National Center for Health Statistics (Centre national des statistiques sanitaires, États-Unis) Organisation Non-Gouvernementale Organisation Mondiale de la Santé Programme Élargi de Vaccination Plan National de Lutte contre le Sida Programme des Nations Unies pour le Développement Promotion de la Vie Familiale xix RDV RGP RGPH SIDA SRO TBN TGFG TMM TRO UNICEF UPS USAID VIH World Bank Risque de mortalité matemeUe sur la Durée de Vie Recensement Général de la Population Recensement Général de la Population et de l'Habitat Syndrôme de 1' Immuno-Dépression Acquise Sels de Réhydratation par voie Orale Taux Brut de Natalité Taux Global de Fécondité Générale Taux de Mortalité Maternelle Thérapie de Réhydratation par voie Orale Fonds des Nations Unies pour l'Enfance Unité Primaire de Sondage United States Agency for International Development (Agence des États-Unis pour le Développement International Virus de l'Immunodéficience Humaine Banque Mondiale XX >4 [_] SAVANE FORÊT GUINÊE LIBÉRIA MALI NORD-OUEST CÔTE D'IVOIRE BURKINA-FASO NORD CENTRE-NORD NORD-EST CENTRE " YAMOUSSOU~O GHANA CENTRE-EST OCÉAN ATLANTIQUE CHAPITRE 1 CARACTÉRISTIQUES DU PAYS ET MÉTHODOLOGIE DE L'ENQUÊTE N'Cho Sombo 1.1 CARACTÉRIST IQUES DU PAYS 1.1.1 Géographie La Côte d'Ivoire est située en Afrique de l'Ouest, entre les 4 ° 30' et 10 ° 30' de latitude Nord. Elle couvre une superficie de 322 600 km 2 et fait frontière avec le Golfe de Guinée au Sud, le Ghana à l'Est, le Libéria et la Guinée à l'Ouest, le Mali et le Burkina Faso au Nord. La Côte d'Ivoire est un pays au relief relativement peu accidenté. Il se caractérise, au sud, par des plaines qui descendent progressivement jusqu'à l 'Océan Atlantique, au centre, par des plateaux étagés, à l'Ouest et au Nord, par des montagnes dont le plus haut sommet est le Mont Nimba (1 753 mètres). En ce qui concerne le climat, on note que le pays est traversé par les mouvements de deux masses d'air importantes : une masse d'air venant du Nord, caractérisée par un vent sec et chaud et chargé, de décembre à janvier, des fines poussières de l'harmattan; une masse d'air venant du Sud-Ouest, de l 'Océan Atlantique, constituée d'un air humide. Le contact de ces deux masses d'air forme le Front Inter-Tropical (FIT) qui provoque des précipitations de type mousson. Les mouvements saisonniers du FIT au-dessus du territoire national permettent de distinguer quatre principales zones climatiques caractérisées par un rythme et un volume de précipitations variables. Ce sont : le Sud, avec quatre saisons dont une grande saison des pluies d'avril à juillet, une petite saison sèche de juillet à septembre, une petite saison des pluies de septembre à novembre et une grande saison sèche de décembre à mars; le Centre, caractérisé par une saison sèche de novembre à mars et par une saison des pluies marquée par deux pluviométries maxima : l 'une au mois de juin et l'autre au mois de septembre; le Nord avec deux saisons très opposées : une saison sèche très longue et une saison des pluies assez courte (juin - septembre). le Centre-Ouest, au relief montagneux, se distingue par une saison des pluies très longue et une saison sèche de courte durée. Les pluviométries annuelles moyennes de ces différentes zones climatiques varient de 900 mm (au Nord) à 2 300 mm (au Sud). En matière de température, on constate que les amplitudes diurnes les plus importantes se situent au mois de janvier. Elles sont inférieures à 10 ° C dans le Sud forestier, avoisinent 15 ° C dans le Centre et atteignent parfois 20 ° C dans le Nord. La diversité des zones climatiques et l'inégale répartition des précipitations entre le nord et le sud déterminent la végétation du pays. En effet, on distingue généralement deux grandes zones de végétation, la forêt et la savane, séparées par une ligne qui suit, approximativement, l'isohyète 1 300 mm. La zone de forêt couvre environ deux cinquièmes du territoire national. Elle est située au Sud du pays et se caractérise parun climat de type guinéen où se développe une forêt dense, ombrophile et mésophile. À l'opposé, le climat de type soudanais du nord du pays favorise le développement d'une végétation de forêts clairsemées, de savanes soudanaises et de savanes pré-forestières. Dans le domaine de l'hydrographie, on relève que la Côte d'Ivoire est arrosée par quatre grands fleuves qui coulent du nord au sud avant de se jeter dans la mer. Il s'agit du Cavally et du Sassandra, à l'ouest, du Bandama au centre et du Comoé à l'Est. Les deux premiers fleuves sont les moins longs avec 700 km (Cavally) et 600 km (Sassandra). Quant au Bandama et au Comoé, ils sont les fleuves les plus longs et mesurent respectivement 1 050 km et 1 160 km. Sur le plan administratif, le pays est divisé en 10 régions économiques, 50 départements, 187 sous- préfectures, 135 communes et en plus de 8 000 villages. La région est dirigée par le préfet du département du chef-lieu de région, le département par un préfet, la sous-Préfecture par un sous-préfet, la commune par un maire élu et le village par un chef de village. 1.1.2 Histoire Le peuplement ancien de la Côte d'Ivoire est peu ou pas connu. Il semble qu'aurait existé un peuple ancien proche des Gagou. Ce peuplement ancien concerne également les Ehotilé, les Agoua et les Sénoufo. L'installation des populations actuelles est récente et se caractérise par des vagues successives qui se sont étalées du XIF au XIX ° siècle, suite à la décadence ou à l'éclatement des empires voisins. Ces migrations peuvent être regroupées en deux grandes vagues. La première vague de migration concerne les Mandés. Ceux-ci, partis de l'éclatement de l'empire du Mali et à la recherche de nouvelles opportunités commerciales, vont repousser les Sénoufo vers le Sud. Ils se répandront et créeront plusieurs royaumes. Ils créeront également, en 1705, l'empire de Kong et au XIX ~, un nouvel empire qui s'étendrait sur tout le Nord du pays refoulant vers le Sud les Yacouba et les Gouro installés entre le XVF et XVIF siècle. La deuxième vague de migration remonte au XVIIF siècle. Elle est la conséquence des bouleversements des royaumes de l'Est (Ghana). Elle va provoquer les migrations des Agni et des Baoulé vers la Côte d'Ivoire. D'autres vagues de migration Akan, comme celles des Attié, des Abbey, etc. suivront. Ces différentes vagues de migration mettront en présence, au XIX" siècle, environ 70 ethnies sur le territoire national. Ces ethnies peuvent être regroupées en quatre grandes aires ethno-culturelles comprenant à la fois les pays limitrophes et d'autres pays de l'Afrique de l'Ouest comme la Sierre-Léone, la Guinée- Bissau et le Togo. Il s'agit des aires ethno-culturelles Mandé, Krou, Gur ou Voltffique et Akan. Les différents royaumes des groupes de peuplement de la Côte d'Ivoire vont opposer une résistance à l'implantation française qui, malgré l'arrivée des missionnaires français à partir de 1687, ne commence officiellement qu'en 1838 avec la signature de traités avec les tribus Côtières jusqu'à la création, en 1893, de la Colonie de Côte d'Ivoire. Mais les conquérants français exerceront une pression sur ces royaumes qu'ils feront disparaître progressivement. La période dite de pacification s'achèvera en 1915. Par la suite, la Côte d'Ivoire passera par des phases d'évolution dont les plus importantes se situent entre 1946 et 1960. En effet, la Côte d'Ivoire devient Territoire d'Outre-Mer et fait partie de la République au sein de l'Union Française en 1946. Un conseil de gouvernement dont les membres sont désignés par l'Assemblée Territoriale est mis en place. En 1958, la Côte d'Ivoire devient une République au sein de la 2 Communauté Française, regroupant les Territoires et les Départements d' Outre-Mer. Le 7 Aoflt 1960, la Côte d'Ivoire acquiert son indépendance. 1.1 .3 Économie La Côte d'Ivoire, comme la plupart des pays d'Afrique au Sud du Sahara, a une économie essentiellement basée sur l'agriculture. Celle-ci occupe, en effet, 60 à 65 % de la population active. La production agricole est, en grande partie, destinée à l'exportation. Elle concerne principalement le café et le cacao qui ont contribué en 1990 pour environ 40 % des recettes d'exportation (Gnebehi, 1992). Ces deux produits, auxquels il faut ajouter le bois, ont longtemps été les pivots de l'économie ivoirienne. La production de cacao est passée de 412 000 tonnes en 1980 à plus de 700 000 tonnes en 1994, plaçant ainsi la Côte d' Ivoire au premier rang des pays producteurs, au cours de la période. De même, le pays est au septième rang des producteurs mondiaux pour le café (148 000 tonnes en 1994), après avoir été au troisième rang en 1980 (367 000 tonnes). Afin de rendre le pays moins dépendant de ces deux cultures, le gouvernement a initié des programmes de diversification des cultures pérennes et industrielles tels que le palmier à huile, l'hévéa, le coton, l'ananas, le cocotier, etc. Ces cultures sont généralement pratiquées sur des exploitations villageoises dont les produits sont commercialisés au sein de coopératives ainsi que sur des plantations industrielles appartenant à l'état et au secteur privé. Parallèlement aux cultures d'exportation, un accent est également mis par le gouvernement sur le développement des cultures vivrières afin d'assurer l'autosuffisance alimentaire. 11 s'agit des cultures : - de la banane plantain en zone de forêt Centre-Ouest et Sud; - de manioc en zone Sud lagunaire; - de mil, de sorgho et du maïs dans les zones de savane; - d'igname dans le sud de la savane et dans le nord de la forêt; - du riz dans l'ouest de la forêt et dans les bas-fonds. En matière de productions de l'élevage et de la pêche, le pays couvre à peine 44 % de ses besoins ~. Un effort est cependant fait depuis 1987 pour développer le secteur, et porter le taux de couverture de la consommation en protéines animales à 54 % d'ici l 'an 2000. En attendant, le pays importe la viande sur pied des pays du Sahel (Burkina Faso, Mali, Niger, Mauritanie, etc.) ainsi que la viande congelée d'Afrique du Sud, d'Europe, d'Argentine, etc. Les deux tiers du cheptel, composé de races locales comme le Ndama, Baoulé et de Zébus provenant des pays de la sous-région, sont concentrés dans la région Nord (Bouna - Korhogo - Odienné). Quant à la pêche, elle est, à la fois, artisanale et industrielle. La pêche industrielle est particulièrement dominée par le thon. L'économie de la Côte d'Ivoire est caractérisée par le développement du secteur industriel, rendu possible grâce à son ouverture aux capitaux étrangers. Ce développement a été profitable à l'industrie agro- alimentaire et à l'industrie textile. t La consommation annuelle moyenne par habitant est estimée à 10 kg pour la viande et à 20 kg pour le poisson. L'industrie agro-alimentaire est, à la fois, tournée vers le marché local et sous-régional et vers l'exportation. Il s'agit, entre autres, des huileries, des conserveries, des complexes sucriers, des usines de fabrique de boissons, des usines de café, de cacao, d'ananas. L'industrie textile couvre toutes les phases de production, de la culture du coton à la confection. Il existe également d'autres industries de transformation qui contribuent au développement du pays : industries du bois, de l'énergie, industries chimiques, etc. La prospection du sous-sol du pays n'a pas encore atteint sa vitesse de croisière. Cependant, les quelques résultats disponibles montrent que les ressources minières sont variées : fer, nickel, bauxite, manganèse, pétrole, etc. De même, des prospections ont révélé qu'il existe un important gisement de gaz naturel dans la région de Jacqueville. L'exploitation de ce gaz permettra de produire et d'exporter de l'électricité vers les pays voisins. L'ensemble des activités économiques est soutenu par d'excellents réseaux de communication (routes, aéroports, ports et télécommunications). La Côte d'Ivoire dispose de 73 300 km de routes (dont 5 300 km de routes bitumées) qui permettent de désenclaver les principales localités du pays 2. Notons qu'après une croissance économique soutenue entre 1960 et 1980, l'économie ivoirienne est entrée dans une crise prolongée due à la chute des cours mondiaux des matières premières exportées- principalement ceux du café et du cacao- et au poids de la dette. Mais grâce aux différentes mesures d'ajustement structurel, à celles mises en place après la dévaluation du F CFA par le Gouvernement et aux perspectives favorables dans le secteur minier, l'économie ivoirienne pourra renouer rapidement avec la croissance. 1.1.4 Population La population de la Côte d'Ivoire connaît une évolution soutenue, caractérisée principalement par un accroissement naturel élevé, un apport migratoire important, une inégale répartition sur le territoire national et une forte propension à l'urbanisation. Historiquement, les données démographiques disponibles remontent à 1920, année pour laquelle la population était estimée à I 540 000 habitants. Cette population sera multipliée par 1,6 en trente cinq an s pour atteindre 2 540 000 habitants en 1955, ce qui correspond à un rythme d'accroissement annuel moyen de 1,4 pour cent, soit un doublement de la population tous les 50 ans 3. Mais la croissance démographique s'accentuera davantage par la suite, surtout après l'indépendance, sous l'effet combiné de la baisse de la mortalité, du maintien du niveau élevé de la fécondité et de l'immigration internationale en provenance, principalement, des pays limitrophes, et liée aux possibilités d'emplois qu'offrait le pays. Ainsi, la population de la Côte d'Ivoire sera-t-elle multipliée par 2,6 en l'espace de vingt ans pour s'établir à 6 709 600 habitants au Recensement Général de la Population (RGP) de 1975 (Direction de la Statistique, 1978) (graphique 1.1). Le rythme d' accroissement annuel moyen, estimé à 1,4 % pour la période 1920-1955, passe donc à 5 % par an pour la période 1955-1975, dont environ 3,5 % sont imputables à l'accroissement naturel et 1,5 % relèvent de la migration internationale. 2 Évaluation de 1994. 3 Pour l'époque précédant l'indépendance, les données sur la population sont des évaluations bas~es sur des recensements administratifs. Voir à ce propos Ahonzo, 1984. Graphique 1.1 Evolution de la population Côte d'Ivoire 1920-2007 Population (en million) 25 20 15 10 5 1920 o 192o I I I 1930 1940 1950 19~B 1975 1965 1 I I ) I I 1960 1970 1980 1990 2000 2010 Annde Sources: 1~20 et 1955: estimations bas~es sur des recensements administratifs. 1965: estimation (Roussel, lg67) 1975: RGP 1975 1988: RGPH 1988 2007: Projection (INS, 1992) Au deuxième Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH), réalisé en 1988, la Côte d'Ivoire comptait 10 815 694 habitants, soit 1,6 fois plus que l'effectif de 1975 (Adjé K.,1992). Bien que le rythme d'accroissement annuel moyen se soit ralenti au cours de la période 1975-1988 par rapport à la période précédente, il n'en demeure pas moins qu'avec 3,8 % par an, il reste parmi les plus élevés d'Aîrique. À ce rythme, la population du pays doublerait vers 1' an 2007 où elle avoisinerait 22 000 000 habitants. ~ cette date, les naissances annuelles atteindraient 858 000 contre 539 000 en 1988. En conséquence, la population d'âge scolaire (6 à 11 ans) passerait de 1 873 000 en 1988 à 3 704 000 en l'an 2007 (Abbas S. et Bamssié R., 1992). L'évolution favorable de la mortalité combinée à une fécondité élevée est l'un des éléments explicatifs du dynamisme de la population de Côte d'Ivoire. En effet, alors que le taux brut de natalité restait à un niveau relativement constant entre 1978 (49 naissances vivantes pour mille habitants) et 1988 (48 pour mille), le taux brut de mortalité passait lui de 17 à 13 décès pour mille habitants au cours de la même période. L'esp6rance de vie à la naissance a également progressé, passant de 35/40 ans en 1965 (Roussel, 1967), à 48,5 ans en 19784, pour atteindre 55 ans en 1988, soit un gain d'espérance de vie de 20 ans en 23 ans ( 1965-1988) et de 6,5 ans en 10 ans (1978-1988). La résultante de la fécondité élevée (6,8 enfants en moyenne par femme en 1988) est l'extrême jeunesse de la population : 47 % de la population a moins de 15 ans en 1988, alors que les personnes âgées de 60 ans et plus atteignem, à peine, 4 % de la population totale. En matière de structure de la population, on peut également relever, à partir des données du RGPH de 1988, que la population tend vers un rééquilibrage de la répartition par sexe avec respectivement 51% 4 D'après l'Enquête Démographique à Passages Répétés (EPR) de 1978-1979 (Antoine et al., 1982). d'hommes et 49 % de femmes (dont près de 21% en âge de procréer), contre 52 % d'hommes et 48 % de femmes en 1975. Par ailleurs, de par son peuplement, la Côte d'Ivoire est un carrefour d'ethnies et un brassage de nationalités. Les ethnies sont regroupées en cinq grands groupes. Il s'agit des Akan (42 %), des Krou ( 15 %), des Mandé du Nord ( 16 %), des Mandé du Sud (11%) et des Voltaïques (16 %) de 1' ensemble de la population en 1988. Quant aux étrangers, ils sont passés de 22 % en 1975 à 28 % de la population totale en 1988, faisant de la Côte d'Ivoire l'un des principaux pays d'immigration internationale d'Afrique subsaharienne. Au niveau de la répartition spatiale, on note une augmentation de la densité de population : elle est passée de 21 habitants au km 2 en 1975 à 34 habitants au km 2 en 1988. Cette densité globale cache une très grande variation entre les départements. En effet, les plus fortes densités varient de 291 habitants au km 2 (département d'Abidjan, au sud) à 72 habitants au km 2 (département de Sinfra, au centre-ouest), alors que les plus faibles densités évoluent de 6 habitants au km 2 (département de Bouna, au nord-est) à 9 habitants au km 2 (département de Dabakala, au centre-nord). De même, la zone forestière, qui couvre environ 48 % de la superficie du pays, abrite à elle seule plus de 72 % de la population, en raison des activités économiques liées aux cultures pérennes, en particulier le café et le cacao, pratiquées dans cette zone. Bien que la population tende de plus en plus à s'urbaniser, la majorité demeure encore rurale. En effet, on a noté en 1988 que 61% de la population vivait en zone rurale contre 68 % en 1975. Pour l'urbanisation, cinq villes de plus de 100 000 habitants regroupent 24 % de la population totale du pays et 62 % de la population urbaine. La ville d'Abidjan est la plus importante de ces villes : en 1988, elle représentait à elle seule 18 % de la population totale et 46 % de la population urbaine, contre, respectivement, 14 % et44 % en 1975. Enfin, en ce qui concerne le niveau d'instruction, on relève un recul du taux d'analphabétisme qui passe de 75 % en 1975 à 58 % en 1988. D'après le RGPH de 1988, environ 16 % de la population était constituée d'élèves et des étudiants, parmi lesquels 71% étaient dans le primaire, 22 % dans le secondaire général, technique ou professionnel, 1% dans le supérieur et 6 % dans l'enseignement coranique. 1.1.5 Situation Sanitaire Dans le domaine de la santé, le pays consacre annuellement environ 7 à 8 % de son budget à ce secteur, hormis la contribution des organismes de la coopération bilatérale ou multilatérale, des Organisations Non Gouvernementales (ONG), le secteur privé, les municipalités, etc. Le pays disposait, au mois de juillet 1995, de 1 124 établissements sanitaires 5 dont 7 % d'hôpitaux (Centres Hospitaliers Universitaires, Centres Hospitaliers Régionaux, Centres Hospitaliers Spécialisés, Hôpitaux Généraux). Les autres établissements sanitaires (formations sanitaires, centres de santé, dispensaires, maternités et Protection Maternelle et Infantile) représentent près de 80 % de 1' ensemble (60 % en milieu rural et 20 % en milieu urbain). La répartition régionale de ces établissements sanitaires est inégale. En effet, on note une forte concentration des établissements dans la région du Sud (25 % dans la région d'Abidjan) et, dans une moindre mesure, dans les régions du Centre-Ouest (12 % dans la région de Daloa) et du Nord(10 % dans la région de Korhogo). A l'inverse, les proportions sont relativement faibles dans les autres régions (3 à 9 %). Au niveau du personnel médical 6, on estime qu'il existait, en milieu d'année 1995, environ un médecin pour 17 000 habitants, un infirmier pour 3 000 habitants et une sage-femme pour 1 700 femmes en âge de procréer. Le taux de couverture de la population, en médecin, est deux fois inférieur à la s Direction de l'Informatique et de la Planification Sanitaire (DIPS), juillet 1995. 6 Non compris le secteur privé. moyenne d'un médecin pour 8 300 habitants (1988-1992), estimée pour l'ensemble des pays d'Afrique au sud du Sahara (Banque Mondiale, 1993) 7. Au niveau de la morbidité, les maladies infectieuses et parasitaires sont les plus fréquentes et, parmi les personnes souffrant de ces maladies, la majorité est âgée de moins de 15 ans; Parmi ces enfants, ceux de moins de 5 ans sont les plus touchés. Enfin, il faut mentionner l'épidémie de sida qui touche la Côte d'Ivoire depuis le milieu des années 1980. En particulier en Abidjan, qui serait l'une des villes les plus touchées au monde, le sida et ses maladies opportunistes auraient été la cause de près de 25 000 décès entre 1986 et 1992, les sept premières années de l'épidémie (Garenne et al., 1995). Quant à la mortalité maternelle, en l'absence d'étude de portée nationale avant 1' enquête actuelle, son niveau était mal connu. Toutefois, selon les données disponibles, elle était estimée à 594 décès maternels pour mille naissances vivantes (Dogoré et al., 1993). 1.2 POL IT IQUES DE SANTÉ ET DE POPULAT ION En ce qui concerne la population, la Côte d'Ivoire n 'a pas encore adopté de politique explicite en ce domaine. Cependant, le gouvernement demeure conscient du fait que, même si l'extrême jeunesse de la population contient en germe des éléments positifs pour le développement du pays en termes de ressources humaines abondantes, elle n'en impose pas moins de lourdes charges en infrastructures socio-économiques et environnementales auxquelles il faut faire face (éducation, santé, eau et assainissement, logement, transport, etc.). Aussi, devant la nécessité de prendre en compte les phénomènes démographiques comme paramètres essentiels de la politique de valorisation des ressources humaines et en vue de réaliser un développement durable, le gouvernement a-t-il fait faire un diagnostic relatif aux questions de population. Ce diagnostic a abouti à l'élaboration d'une déclaration de politique de développement des ressources humaines adoptée par le gouvernement le 31 Juillet 1991. Dans ses grandes lignes, la politique de développement des ressources humaines vise à renforcer les capacités d'analyse des administrations concemées par les problèmes de population, à mettre en oeuvre des activités de santé maternelle et infantile incluant la planification familiale. Ce cadre devra, à terme, déboucher sur une politique nationale de population et sur l'intégration des variables démographiques dans la planification du développement. Il s'agit, en fait, de mettre en adéquation l'offre et la demande de services sociaux afin d'assurer le bien-être des populations, de façon durable et équitable. Dans cette perspective, des programmes sectoriels sont mis en place. Les éléments de ces programmes concernent, entre autres, la santé, la femme, la population, le développement, et la population et l'éducation. Santé Il s'agit d'intégrer les programmes de santé dans une stratégie de santé primaire, par l'intégration progressive de toutes les activités socio-sanitaires préventives et curatives dans les centres de santé et par une couverture territoriale la plus large possible. 7 L'estimation de la Banque Mondiale, pour la période 1988-1992, est de : - 0,12 médecin pour 1 000 habitants pour l'ensemble des pays d'Afrique au Sud du Sahara, soit un médecin pour 8 333 habitants; - 0,06 médecin pour 1 000 habitants pour la Côte d'Ivoire, soit un médecin pour 16 667 habitants. Le programme « Santé Maternelle et Infantile et Planification Familiale », qui est l 'une des principales composantes des programmes de santé, vise trois objectifs essentiels, à savoir : réduire la morbidité et la mortalité maternelle et infantile; dimirmer l'incidence de la séropositivité chez les femmes et tes enfants en réduisant les risques de contamination du VIH; passer d'une fécondité naturelle à une fécondité réfléchie. Les objectifs de ce programme sont soutenus par des sous- programmes verticaux qui sont, entre autres, la lutte contre le sida et les maladies diarrhéiques, la maternité sans risque et la planification familiale. Femme, population et développement Les activités de ce secteur consistent à consolider les acquis des projets déjà exécutés en faveur de la femme. Il s'agit particulièrement de : l'amélioration de la santé de la mère et de la famille; l'intensification de la scolarisation des filles et des programmes d'alphabétisation; la revalorisation du travail de la femme; l'amélioration du cadre de vie. Population et éducation La forte pression démographique mentionnée précédemment influe, au premier chef sur, les besoins d'éducation. Pour corriger les déséquilibres dans ce secteur, trois programmes ont été mis en place : le volet Éducation du programme de valorisation des ressources humaines; le plan d'Action National d'Éducation pour tous en l'an 2000; l'éducation à la vie Familiale et en matière de population. Ce programme consiste à : intégrer l'éducation à la vie familiale et l'éducation en matière de population au système d'éducation formelle, ce qui permettra aux jeunes d' acquérir les connaissances, attitudes et aptitudes nécessaires à une bonne gestion de la cellule familiale; réduire le taux de déperdition scolaire chez les filles et accroître l'égalité des chances entre les filles et les garçons en matière d'éducation afin de promouvoir la femme ivoirienne. 1.3 MÉTHODOLOGIE DE L 'ENQUÊTE 1.3.1 Cadre institutionnel L'Enquête Démographique et de Santé en Côte d'Ivoire (EDSCI) a ~té exécutée par l'Institut National de la Statistique (INS) du Ministère Délégué Auprès du Premier Ministre, Chargé de l'Économie, des Finances et du Plan, avec l'assistance technique de Macro International Inc. Cette enquête entre dans le cadre du programme international des Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS ou Demographic and Health Surveys, DHS). Elle a bénéficié du financement de l 'Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID). L'Association Ivoirienne pour le Bien-Étre Familial (AIBEF) a fourni les véhicules et les chauffeurs pour la réalisation des travaux sur le terrain. 8 1.3.2 Objectifs L' un des principaux objectifs de I'EDSCI était de recueillir, à l'échelle nationale, des données de qualité permettant de : connaître les niveaux et tendances de la fécondité et de la mortalité infantile et juvénile; analyser les facteurs associés aux niveaux et aux tendances de la fécondité et de la mortalité des enfants; mesurer le degré d'utilisation et de connaissance de la contraception et obtenir des informations sur le nombre idéal d'enfants et les attitudes vis-à-vis de la planification familiale chez les hommes et les femmes en âge de procréer; évaluer l'état de santé des mères et des enfants : soins prénatals et assistance à l'accouchement, couverture vaccinale, prévalence et traitement de la fièvre, des maladies respiratoires et de la diarrhée, allaitement et état nutritionnel des enfants et de leur mère; évaluer la connaissance, les attitudes et les pratiques vis-à-vis du sida; évaluer la disponibilité des services de santé et de planification familiale. Enfin, I'EDSCI doit également permettre de développer les capacités et ressources nécessaires à la réalisation périodique d'enquêtes démographiques et de santé. 1.3.3 Questionnaires L'EDSCI a utilisé quatre types de questionnaires 8 : le questionnaire ménage; le questionnaire individuel femme; le questionnaire individuel homme; le questionnaire communautaire sur la disponibilité des services. La version française des questionnaires ménage et individuels ont été traduits en diolla et en baoulé, les deux langues les plus courantes du pays. Après traduction, les questionnaires ont fait 1' objet d'une contre- traduction en français pour tester la fidélité des traductions. Questionnaire ménage Il permet d'enregistrer les membres du ménage et les visiteurs selon certaines de leurs caractéristiques socio-démographiques : nom, lien de parenté avec le chef de ménage, situation de résidence, sexe, fîge, niveau d'instruction, etc. Il comporte également quelques questions sur les caractéristiques de l'habitat afin d'évaluer les conditions socio-économiques et environnementales dans lesquelles vivent les femmes et les hommes qui seront soumis aux questionnaires individuels. Il fournit aussi les informations permettant d'établir le dénominateur pour le calcul des taux démographiques (natalité, fécondité). Enfin, il permet d'identifier les femmes et les hommes éligibles pour l'enquête individuelle. s La version française de ces questionnaires figure en Annexe E, sauf le questionnaire communautaire dont les résultats ne sont pas analysés ici. Ce questionnaire comprend, en page de garde, la localisation du ménage, le nombre de visites effectuées par l'enquêtrice, le résultat de l'interview, et une partie réservée pour le contrôle sur le terrain et au bureau. Questionnaire individuel femme Il est rempli pour toutes les femmes éligibles enregistrées dans le ménage, c'est-à-dire toutes les femmes âgées de 15-49 ans, résidant de façon permanente ou ayant passé la nuit précédant l'interview dans le ménage sélectionné, quel que soit leur statut de résidence. Ce questionnaire a une page de garde similaire à celle du questionnaire ménage. Il comprend, en outre, dix sections qui portent sur les thèmes suivants : Caractéristiques socio-démographiques des enquêtées : cette section porte sur le lieu de résidence, l'âge, la scolarisation et l'alphabétisation, l'accès aux média, et les conditions d'habitat pour les femmes en visite. Reproduction : dans cette section, on recueille des informations sur l'historique des naissances vivantes que la femme a eues au cours de sa vie, l'état de grossesse au moment de l'enquête et le désir d'avoir ou de ne pas avoir cette grossesse, les dates et durées des menstruations, l'âge de la femme aux premières règles et la connaissance de la période féconde dans le cycle menstruel. Trois questions relatives à l'excision ont également ét~ posées. Contraception : cette section a trait à la connaissance spontanée ou non des diverses méthodes contraceptives existant dans le pays, à leur utilisation et aux sources d'approvisionnement, à la marque et au prix des pilules contraceptives. Elle porte également sur la non-utilisation et l'interruption des méthodes contraceptives et sur l'utilisation future de la contraception, ainsi que sur la diffusion d'informations sur la planification familiale à la radio et à la télévision. Grossesse et Allaitement - Vaccination et Santé des enfants : la section comporte deux sous-sections. La première s'intéresse à la période de grossesse, aux soins prénatals, au lieu d'accouchement et à la qualification de la personne ayant assisté la femme, au retour des règles et à la reprise des rapports sexuels après la naissance de l'enfant. Au niveau de l'allaitement, cette sous-section concerne la fréquence, la durée, le type d'allaitement et l'utilisation des compléments nutritionnels. La deuxième sous-section traite de la vaccination et de la santé des enfants âgés de moins de trois ans (prévalence et traitement de la fièvre, de la toux et de la diarrhée). Mariage : cette section permet de recueillir des informations sur l'état matrimonial, le régime de mariage (monogamie ou polygamie), l'âge au premier mariage et l'activité sexuelle de la femme. Préférences en matière de fécondité : cette section fournit des informations sur le désir d'enfants supplémentaires, l'intervalle préféré entre les naissances et la taille idéale de la famille. Elle donne également des informations sur les interruptions de grossesses. Caractéristiques du conjoint et activité professionnelle de la femme : les questions de cette section permettent de saisir des informations relatives aux caractéristiques socio-économiques du conjoint des femmes en union, à l'activité professionnelle de ces femmes et enfin, à la garde des enfants. Mortalité maternelle : cette section sert à enregistrer des renseignements sur l'âge et l'état de survie des frères et soeurs des femmes enquêtées. Pour les soeurs décédées, des questions supplémentaires permettent de déterminer si le décès est en rapport avec la maternité et s'il a eu lieu dans un établissement sanitaire; elles permettent également d'enregistrer le nombre d'enfant mis au monde par la défunte. 10 Connaissance et attitudes vis-à-vis du sida : la présente section fournit des informations sur la connaissance des femmes sur la maladie ainsi que sur ses modes de transmission et de prévention. Elle donne également des renseignements sur les attitudes des enquêtées vis-à-vis des sidéens. Taille et poids : cette dernière section permet d'enregistrer les mesures anthropologiques des femmes enquêtées ainsi que celles de leurs enfants âgés de moins de trois ans. Questionnaire individuel homme Le questionnaire individuel homme est une forme simplifiée du questionnaire individuel femme. Il possède une page de garde similaire à ce dernier. De plus, il permet de collecter des informations sur les caractéristiques socio-démographiques des enquêtés, sur la connaissance et l'utilisation de la contraception, les préférences en matière de fécondité. Enfin, le questionnaire individuel homme fournit des renseignements sur la connaissance des hommes ainsi que leurs attitudes vis-à-vis du sida. Questionnaire sur la disponibilité des services Le questionnaire sur la disponibilité des services ou questionnaire communautaire, permet d'enregistrer des informations sur les infrastructures socio-économiques et sanitaires (écoles, marchés . hôpitaux, cliniques, etc.) disponibles à proximité de chacune des grappes sélectionnées. 1.3.4 Echantillonnage L'échantillon-cible de I'EDSCI était de 7 000 femmes âgées de 15 à 49 ans et de 2 500 hommes âgés de 15 à 59 ans. La base de sondage est constituée des 10 333 Districts de Recensement (DR) du RGPH de 1988. L'échantillon, pondéré et représentatif au niveau national, est basé sur un sondage aréolaire stratifié et tiré à deux ou trois degrés. Les strates sont au nombre de cinq : Abidjan, Forêt Urbaine, Forêt Rurale, Savane Urbaine et Savane Rurale. L'échantillon est auto- pondéré à l'intérieur de chaque strate. En Abidjan, en Forêt Rurale et en Savane Rurale, on a tiré, au premier degré, de façon systématique, des Unités Primaires de Sondage (UPS) ou grappes à partir de l'ensemble des DR de chaque strate. Chacune de ces grappes a donné lieu à une opération de cartographie et de dénombrement des ménages. Ensuite, au deuxième degré, on a tiré un échantillon de ménages à partir de la liste de ménages établie lors du dénombrement. En milieu urbain 9 de savane et de forêt, l'échantillon a été tiré à trois degrés : on a tiré un certain nombre de villes, au premier degré, ensuite des DR, au deuxième degré, et, enfin, les ménages, au troisième degré. La procédure de tirage des ménages s'est déroulée de la même façon que celle utilisée pour Abidjan et pour le milieu rural de forêt et de savane, après les opérations de cartographie et de dénombrement. En définitive, 246 grappes, dont 146 en milieu urbain ~° et 100 en milieu rural, ont été sélectionnées. Toutes ces grappes ont été entièrement enquêtées. On y a ainsi sélectionné 6 348 ménages, 8 271 femmes éligibles et 2 728 hommes éligibles. Sur ces effectifs, 5 935 ménages, 8 099 femmes et 2 552 hommes 9 Tous les chefs-lieux de départements et les agglomérations de plus de 10 000 habitants, ainsi que celles ayant entre 4 000 et 10 000 habitants, mais comprenant plus de 50 pour cent de chefs de ménage ayant une activité non agricole. io 52 grappes pour la ville d'Abidjan et 94 grappes pour les autres villes. 11 éligibles ont été entièrement interviewés, soit des taux de réponse respectifs de 97 %, 98 % et de 94 % (tableau 1.1 ). Il y a lieu de noter que le nombre de femmes identifiées dépasse de 6 % le nombre prévu dans le plan de sondage ; cela provient du fait que le taux de réponse des ménages et le nombre moyen de femmes par ménage ont été plus élevés que prévu. En effet, le plan de sondage supposait un taux de réponse des ménages de 90 % et 1,35 femmes par ménage, alors que le taux de réponse effectif a ~té de 98 % pour les ménages et le nombre moyen de femmes par ménage a été de 1,39. Tableau l. l Taille et couverture de l'échantillon Effectifs des ménages, des lk:mmes et des hommes sélectionnés, identifiés et enquêtés, et taux de réponse selon le milieu de résidence, EDS C6te d'Ivoire 1994 Résidence Enquéte Urbain Rural Ensemble Enquête ménage Nombre de logements sélectionnés 2 982 3 366 6 348 Nombre de ménages identifiés 2 849 3 260 ó 109 Nombre de ménages enquêtés 2 745 3 190 5 935 Taux dc réponse des ménages 96,3 97,9 97,2 Enquête individuelle femme Nombre de femmes éligibles 3 965 4 306 8 271 Nombre de [k'mmes enquêtées 3 852 4 247 8 099 Taux de réponse des femmes Ménages pour l'enquête homme Nombre de logements sélectionnés pour l'enquête homme Nombre de ménages identifiés Nombre de ménages enquêtés Taux de réponse des ménages pour l'enquête homme Enquête individuelle homme Nombre d'hommes éligibles Nombre d'hommes enquêtés Taux de réponse des hommes 97,2 98,6 97,9 952 117 915 086 886 061 2 069 2 001 I 947 96,8 97,7 97,3 1 269 459 1 161 391 2 728 2 552 91,5 95,3 93,5 1.3.5 Recrutement, formation et collecte des données L'Enquête Démographique et de Santé en Côte d'Ivoire s'est déroulée en trois étapes : le pré-test, le dénombrement des ménages des grappes échantillon et l'enquête principale. Pré-test Le pré-test s'est déroulé du 14 au 18 décembre 1993. Il avait pour objectifs, d'une part, de tester les différents questionnaires en français et en langues nationales (baoulé et diolla) et, d'autre part, d'évaluer le travail des enquêtrices. Pour la réalisation du pré-test, on a fait appel à 16 enquêtrices qui, toutes, avaient déjà 12 participé à des enquêtes de I'INS. Elles ont été formées pendant deux semaines. À l'issue de cette formation, 12 enquêtrices ont été définitivement retenues pour les travaux de terrain. La formation en langues nationales a été assurée par les chercheurs de l'Institut de Linguistique Appliquée (ILA) de l'Université Nationale de Côte d'Ivoire, institut ayant procédé à la traduction des différents questionnaires en diolla et en baoulé. Le pré-test a eu lieu dans quatre Districts de Recensement (DR) de la commune de Koumassi, l'une des dix communes de la ville d'Abidjan. Le choix de ce quartier est dicté par trois motifs : facilité de l'accès, habitat de type « cour commune » à forte densité de ménages, quartier cosmopolite où les trois versions (français, diolla et baoulé) des différents questionnaires pouvaient aisément être test~es. Le pré-test a permis d'identifier quelques problèmes de formulation de certaines questions, en particulier, les traductions en langues nationales des questions relatives à la sexualité et à la contraception. Cartographie et dénombrement En ce qui concerne les opérations de cartographie et de dénombrement des ménages des grappes sélectionnées pour l'enquête, 18 agents cartographes ayant déjà travaillé pour le compte de I'INS lors du Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH) de 1988 et de la Révision des Listes Électorales de 1990, ont été sélectionnés, puis formés pendant une semaine. La formation a consisté en des exposés théoriques concernant l'identification des structures et des ménages, le dénombrement des membres des ménages, les relevés des coordonnées géographiques des grappes à l'aide de GPS (Geography Position System). La formation a également été complétée par des travaux pratiques sur le terrain. Les opérations de terrain ont été exécutées par six équipes de trois agents chacune. Chaque équipe disposait d'un véhicule et d'un chauffeur. Les travaux sur terrain ont eu lieu du 2 janvier au 8 juin 1994. Enquête principale Pour les travaux de l'enquête principale, 80 personnes ayant déjà une expérience aux différents postes ouverts, ont été pré-sélectionnées et formées. Elles se répartissaient de la manière suivante : 12 pour les postes de chefs d'équipe, 10 pour les postes d'opérateurs de saisie et 58 pour les postes d'enquêtrices et de contrôleuses. À l'issue de la formation, 8 chefs d'équipe et 8 contrôleuses, 6 agents de saisie, 2 agents de vérification, et 32 enquêtrices ont été sélectionnés d'après les résultats de plusieurs tests d'aptitude. La formation a duré trois semaines. Elle a consisté en des exposés théoriques en salle sur la méthodologie de l'enquête, les techniques d'enquête et en des exercices pratiques d'interview et de remplissage des questionnaires. La formation a d'abord été assurée en français, puis les candidats ont été répartis en deux groupes selon les langues nationales d'enquête (diolla et baoulé). Ces groupes ont reçu des compléments de formation dans ces deux langues nationales, formation dispensée par les spécialistes de I'ILA. En outre, des cadres de la Direction de la Santé Communautaire et de 1' AIBEF ont activement participé à la formation en donnant des infornaations sur la santé de la mère et de l'enfant, sur le planning familial, etc. Enfin, une formation sur le terrain pour la pratique des mesures anthropométriques a eu lieu, sous la supervision d'un médecin dans une pouponnière d'Abidjan. Pour le travail de collecte, chacune des huit équipes formées était composée d'un chef d'équipe, chargé également de l'enquête individuelle auprès des hommes, d'une contrôleuse, de quatre enquêtrices et d'un chauffeur. Les travaux de terrain se sont déroulés du 9 juin au 26 novembre 1994. 13 1.3.6 Exploitation des données L'exploitation des données englobe quatre principales activités : la vérification, la sais je et l'édition des données, l'apurement et la tabulation. La vérification des données a démarré un mois après le début de l'enquête sur le terrain. Elle a consisté en un contrôle d'exhaustivité de l'échantillon par rapport aux fiches de terrain et en un contrôle sommaire de la cohérence des données. Cette activité a été altemativement menée sous la responsabilité des deux superviseurs. Elle a permis d'améliorer la qualité des données issues de la collecte. Concernant la saisie, elle a été réalisée par six opératrices de saisie qui ont préalablement été formées et sélectionnées en même temps que les enquêtrices. En outre, ces opératrices ont suivi leur propre formation sur micro-ordinateurs. Afin de réduire les taux d'erreurs et d'améliorer la qualité des données, une opératrice a procédé à une double saisie. Celle-ci a été faite pour un dixième des ménages H. En outre, des tableaux fournissant des résultats bruts sur certaines variables de base étaient produits régulièrement de façon à contrôler la qualité des données collectées. Ces tableaux étaient analysés et les problèmes détectés étaient signalés aux enquêtrices de façon à ce qu'elles améliorent la qualité de leurs questionnaires. L'édition des données a été réalisée par les informaticiens de l'équipe technique en vue de vérifier la cohérence interne des réponses enregistrées dans le questionnaire et corriger les éventuelles erreurs. Pour l'apurement, on a utilisé un programme de contrôle pour vérifier, grappe par grappe, après saisie et édition, la cohérence interne des réponses. Quant à la tabulation, elle à consisté à développer et à exploiter les programmes de sortie des tableaux de base destinés à 1' élaboration du rapport préliminaire et du rapport final. La tabulation a été entièrement réalisée au siège de Macro International Inc. à Calverton, Maryland. Notons enfin que les opérations de saisie, d'édition, d'apurement et de tabulation ont été réalisées avec le logiciel ISSA (Integrated System for Survey Analysis) développé par Macro International Inc. t l Pour 595 ménages (soit un ménage sur dix), tous les questionnaires de l'enquête (ménage, femme et homme) ont entièrement été ressaisis. 14 CHAPITRE 2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES ENQUÊTÉS Albert Kouamé Koffi Au cours de I'EDSCI dont l'objectif principal était de fournir des renseignements sur la fécondité, la planification familiale et la santé en Côte d'Ivoire, on a recueilli également des informations sur les caractéristiques des ménages (structure et composition) et des logements à travers l'un des trois questionnaires : le questionnaire ménage. Ce questionnaire a permis d'identifier par la suite les femmes et les hommes éligibles pour l'interview individuelle. Ce chapitre traite des principales caractéristiques des ménages et des logements ainsi que de certaines caractéristiques socio-démographiques de la population (structure par sexe et par âge, état matrimonial, niveau d'instruction, etc.). Une deuxième partie, qui porte sur les résultats de l'enquête individuelle, est consacrée notamment aux caractéristiques démographiques et socio-culturelles des femmes et des hommes enquêtés : il s'agit principalement de l'âge, de l'état matrimonial, du niveau d'instruction, du milieu de résidence et de la religion. 2.1 ENQUÊTE MÉNAGE Dans les 5 935 ménages enquêtés avec succès, on a recensé 36 926 personnes résidentes de fait, c'est- à-dire des personnes ayant passé la nuit précédant l'enquête dans le ménage sélectionné, même si celui-ci n'est pas leur résidence habituelle. Cette population se répartit comme suit : 18 616 femmes (50,4 %) contre 18 309 hommes (49,6 %), soit un rapport de masculinité de 98,4 hommes pour cent femmes. Ce rapport est de 95,7 hommes pour 100 femmes en milieu urbain et de 99,9 pour 100 en milieu rural. Le rapport de masculinité trouvé ici est légèrement plus faible que celui trouvé au RGP de 1975 (107 hommes pour 100 femmes) et celui du RGPH de 1988 (105 hommes pour 100 femmes). Ceci est peut-être dé à un ralentissement récent de la migration masculine ou à un rééquilibrage de la migration entre les sexes. On peut également envisagé une légère sous-estimation des hommes lors de I'EDSCI qui peut-être due, en partie, au fait que les ménages collectifs, comprenant essentiellement des hommes (pensionnats, casernes, etc.) ont été exclus de l'échantillon. 2.1.1 Structure par sexe et âge de la population des ménages La pyramide des âges présente une allure régulière à base large (tableau 2.1 et graphique 2.1), caractéristique d'une population jeune, avec une répartition par sexe assez équilibrée. On remarque sur la pyramide des âges, un rétrécissement de la base (population de 0-5 ans), surtout pour la population féminine pour laquelle la proportion des filles de 5-9 ans (16,7 % ) est légèrement plus importante que celle des 0-4 ans (16,3 %). Par rapport aux données du RGPH de 1988 (tableau 2.2), on constate que la proportion de la population de 0-5 ans serait passée de 19,6 % à 16,5 %. Cette diminution de la part relative des jeunes enfants dans la population résulte certainement, en partie, de la baisse de fécondité survenue au cours de ces demières années (voir Chapitre 3 - Fécondité). Contrairement à ce qui a été constaté au cours d'opérations de collecte précédentes, la structure de la population présente peu d'irrégularités au niveau de chaque sexe. Toutefois, pour la population féminine, on peut noter un gonflement des effectifs à 50-54 ans. Il s'agit très certainement d'une anomalie, pouvant être attribuée aux enquêtrices qui, pour éviter un surplus de travail au niveau de l'enquête individuelle, ont tendance à « déplacer » certaines femmes du groupe d'âges 45-49 ans vers le groupe 50-54 ans, âges auxquels les femmes ne sont plus éligibles pour l'enquête individuelle. 15 Tableau 2.1 Population des ménages par âge et sexe Répartition (en %) de la population (de Ihit) des ménages par groupe d'âges quinquennal selon le milieu de résidence et le sexe. EDS Côle d'Ivoire 1994 Urbain Rural Total Groupe d'âges Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble 0-4 15,4 14,5 15,0 18,1 17,4 17,8 17,1 16,3 16,7 5-9 14,8 15,1 14,9 18.0 17,7 17,9 16,9 16.7 16,8 10-14 12,1 15,2 13,7 13.7 12,1 12,9 13,1 13,3 13,2 15-19 I 1,5 13,4 12,4 8.8 9,1 9,0 9,8 1(I.7 10,2 20-24 10,4 10,6 10,5 6.8 7,4 7,1 8,1 8,6 8.4 25-29 8,6 8,5 8,5 6,8 7,7 7,2 7,5 8,0 7,7 30-34 7,0 7,3 7,2 5,6 6,3 6,0 6,2 6,7 6,4 35-39 6,3 4,4 5,3 4,5 4,4 4,5 5,2 4,4 4,8 40-44 5,0 3,5 4,2 3.5 3,3 3,4 4, I 3,4 3,7 45-49 2,9 2,0 2,4 2,9 3,0 3,0 2,9 2,6 2,8 50-54 2.2 1,9 2,1 2,7 3,7 3,2 2,5 3,1 2,8 55-59 1,4 1,5 1,4 2,3 2,5 2,4 2.0 2,1 2,1 60«64 1,2 1,0 I, I 2,4 2, I 2,3 2,0 1,7 1,8 65-69 0.5 0,5 0,5 1,5 1,3 1,4 1,2 1,0 I,I 7(I-74 0,3 0,3 0,3 1,2 1,(1 I,I 0,9 (1,7 0,8 75-79 0,2 0, I 0,2 0,4 (1,4 0,4 0,3 0,3 0,3 811 ou plus 0.2 0,2 0,2 (1,5 0,6 0,6 0,4 11,5 0,4 Non déterminé/NSP 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 I (X),0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Eflcctif 6 709 7 009 13 718 l I 6(X) I 1 607 23 207 18 309 18 616 36 926 Åges 8o+ 75-79 70-74 65-69 60*64 55-59 50-54 45-49 40-44 35-39 30-34 25-29 20-24 15-19 10-14 5-9 0-4 12 10 8 6 Note: Population de fait Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population Côte d'Ivoire, 1994 Sexe ~ Sexe Masculin ~ Féminin 4 2 0 2 Pourcentage 4 6 8 10 12 EDSCI1994 16 La structure de la population par grands groupes d' âges se caractérise par une proportion importante de jeunes de moins de 15 ans, qui représentent près de la moitié de la population (47 %) (tableau 2.2). Les adultes âgés de 15-64 ans représentent un peu plus de la moitié de la population totale (51%), alors que les personnes âgées de 65 ans et plus ne représentent qu'une proportion assez faible (3 %). On constate que malgré la baisse de la proportion des personnes âgées de 0-4 ans, la structure par grands groupes d'âges est identique à celle du RGPH de 1988. Cette structure est caractéristique des populations connaissant une fécondité et une mortalité élevées. 2.1.2 Taille et composition des ménages Le tableau 2.3 porte sur la composition des ménages, plus précisément, il fournit la répartition des ménages selon le sexe du chef de ménage et selon leur taille. Tableau 2.2 Population par âge selon difI~rentes sources Répartition (en %) de la population (de droit) par âge d'après le RGPH (19881 et I'EDSCI (19941, EDS Côte d'Ivoire 1994 RGPH EDSCI Groupe d'åges 1988 1994 0-4 ans 19,6 16.5 5-9 ans 15,9 16.9 <15 ans 46,8 46,6 15-64 51,1 5(I,7 65 ou plus 2,1 2,7 Total 100,0 100,0 Tableau 2.3 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, taille du ménage, et pourcentage de ménages comprenant des enfants sans leurs parents, selon le milieu de résidence, EDS Côte d'lvoire 1994 Caractéristique Urbain Rural Ensemble Chef de ménage Homme 82,1 86,8 84,9 Femme 17,9 13,2 15,1 Nombre de membres habituels 1 15,3 12,9 13,9 2 12,1 8,5 9,9 3 I 1,3 8,5 9,6 4 10,5 9,9 10,1 5 9,6 9,8 9,7 6 7,8 9,8 9,0 7 7,1 7,8 7,5 8 5,7 6,9 6,4 9 ou plus 20,7 25,8 23,8 Taille moyenne 5,7 6,6 6,2 Pourcentage de ménages avec des enfants sans leurs parents 25,7 26,4 26,1 Dans leur majorité (85 %), les chefs de ménage sont des hommes. Cependant, les ménages qui ont des femmes comme chef et qui sont souvent des ménages de niveau socio-économique plus défavorisé que lorsqu'un homme en est le chef, représentent une part non négligeable avec un cas sur sept (15 %). En outre, on notera que les femmes, chefs de ménage, sont légèrement plus représentées en milieu urbain ( 18 %) qu'en milieu rural (13 %). 17 Du point de vue de la taille, on constate que les ménages ne comprenant qu'une seule personne sont assez fréquents (14 %), ainsi que ceux composés de deux seuls membres (10 %). Près de trois ménages sur dix (29 %) sont composés de trois à cinq personnes et les ménages de grande taille (six personnes et plus) représentent près de la moitié de l'ensemble (47 %). Les ménages de très grande taille (9 personnes et plus) correspondent, à eux seuls, à près d'un quart des ménages ivoiriens (24 %). La taille moyenne s'établit à 6,2 personnes par ménage et varie légèrement selon le milieu de résidence, passant de 5,7 personnes par ménage en milieu urbain à 6,6 en milieu rural. Par ailleurs, on peut noter que la taille moyenne des ménages a augmenté au cours des deux dernières décennies, passant de 5,4 d'après le RGP de 1975, à 6,0 d'après le RGPH de 1988 pour atteindre 6,2 en 1994. Cette modification résulte peut-être, en partie, de légères variations dans la façon d'appliquer, sur le terrain, la définition du ménage qui, dans le contexte ivoirien, est souvent difficile à isoler de la cour ou de la concession. Cependant, cette modification pourrait également résulter d'un plus grand regroupement de la population au sein de ménages existants pour faire face, ensemble, aux problèmes posés par la crise économique. Le tableau 2.3 fournit également la proportion de ménages comptant un ou plusieurs enfants de moins de 15 ans dont les parents biologiques ne vivent pas dans le ménage, soit parce qu'ils sont décédés, soit parce qu'ils vivent ailleurs. Un ménage sur quatre (26 %) compte ainsi comme membre un (ou plusieurs) enfants qui ne vivent pas avec leurs parents, et cette proportion est quasiment identique en milieu urbain et en milieu rural. Seulement un enfant de moins de 15 ans sur deux (55 %) vit avec ses deux parents biologiques; dans 21% des cas, les enfants vivent seulement avec leur mère, que leur père soit vivant ou décédé et, dans 7 % des cas, les enfants vivent avec seulement leur père biologique, que lu mère soit vivante ou non (tableau 2.4). Tableau 2.4 Enfants orphelins et résidence des enfants avec les parents Répartition (en %) de la population (de fait) des enfants de moins de quinze *;ris, par état de survie des parents et résidence avec les parents, selon l'fige, le sexe et le milieu de résidence de l'enfant, EDS Côte d'lw~ire 1994 Vivant Vivant avec Vivant avec la mère le père Vivant avec aucun avec les Père Père Mère Mère Les 2 Père Mère Les 2 Caractéristique 2 parents en vie déc~dé en vie décédéc en vie en vie Ch vie décedés NI) Tt~tal Effeclif Åge 0-2 61,7 32,4 1,5 1,3 0,1 2,2 0,0 0,1 0,1 0,6 I oo,t) 3 700 3-5 60,7 21,0 1,7 4,3 0.4 10,1 0,6 0.8 0,1 11,2 100,0 3 780 6-8 56,6 14,4 2,8 7,7 1,0 13,7 0,9 1,6 0,3 0,9 100,0 3 900 9-11 51,1 12.1 3,3 9.4 1,3 [7,7 L.0 2,5 0.6 1,0 100.0 31/52 12 ou plus 41,9 8,4 4, I 10,7 1.8 24,5 I, I 3,6 1,0 3,0 100,0 2 813 Sexe Masculin 56,5 18,3 2,5 7,4 L,t) 10.8 0,5 1,4 0,4 1,1 1 (X),0 8 622 Féminin 53.9 18,3 2,6 5,4 0.7 15,1 0,9 1,7 0,4 1,0 100,0 8 625 Milieu de résidence Abicüan 54,5 16,1 2,3 6,9 1,0 15.0 0,6 2, I 0,5 1,0 • 00,0 2 S 19 Foret Urbaine 54,8 17,9 3,1 6,7 0,7 12,6 0,7 2,2 0,5 0,8 100~0 I 762 Savane Urbaine 57,1 16,5 2.4 7,0 0,4 13,0 0,9 1,5 0,3 1,0 100,0 I 399 Ensemble urbain 55,2 16,7 2,5 6,9 0,8 13.8 0,7 2,0 0,5 0,9 100,0 5 980 Forêt Rurale 56,1 19,0 2,4 6,2 0,7 12,3 0,7 1,3 0,3 I,I 100,0 7426 Savane Rurale 53,7 19,6 3.0 6,0 1,5 12,7 0,7 1,4 0,3 1,3 100,0 3 841 Ensemble rural 55,2 19,2 2,6 6.1 0,9 12,5 0,7 1,3 0,3 1,1 I(X),O 11 267 Ensemble 55,2 18,3 2,6 6,4 0,9 L2,9 0,7 1,6 0,4 1,1 I1111,/I 17247 18 Au niveau national, un enfant de moins de 15 ans sur six (16 %) ne vit ni avec sa mère, ni avec son père. Il apparaît que les proportions d'enfants vivant dans cette situation difficile augmentent rapidement avec l'âge, passant de 2 % chez les enfants de 0-2 ans à 30 % chez les enfants de 12 ou plus. De même on trouve une proportion plus importante de filles que de garçons vivant sans leurs parents (18 contre 13 %). Du point de vue de la résidence, 17 % des enfants vivant en milieu urbain vivent sans leurs parents contre 15 % en milieu rural. Ces fortes proportions d'enfants vivant sans leurs parents s'expliquent certainement, en grande partie, par la scolarisation. En effet, l'insuffisance des centres d'enseignement secondaire oblige les enfants admis en classe de sixième (première classe du secondaire premier cycle), à aller poursuivre leurs études dans des collèges éloignés de leur domicile familial, et ainsi à être confiés à d'autres parents ou amis de la famille. Cependant ces proportions s'expliquent également par le décès des parents : au niveau national, 0,4 % des enfants sont orphelins de mère et de père, 1% n'ont plus leur mère, 3 % n'ont plus leur père et, globalement, 7 % des enfants ivoiriens de moins de 15 ans sont orphelins d' au moins un des deux parents. Comme il fallait s'y attendre, ces proportions augmentent avec l'âge de l'enfant : 2 % des enfants de 0-2 ans ont, au moins, l'un des deux parents décédé, contre 7 % des enfants de 12 ans ou plus. Les proportions d'enfants orphelins de père et/ou de mère ne diffèrent pas selon le milieu de résidence (4 %). 2.1.3 Niveau d'instruction de la population Dans le cadre de l'enquête ménage, on a collecté des données sur le niveau d'instruction atteint et sur la dernière classe achevée à ce niveau, pour chaque membre du ménage âgé de 6 ans et plus. On a distingué quatre niveaux d'instruction : le primaire, le secondaire I e' cycle, le secondaire 2 "d cycle ~ et le supérieur. En Côte d'Ivoire, comme dans la plupart des pays de l'Afrique de l'Ouest, l'âge d'entrée à l'école primaire se situe, en principe, entre 6 et 7 ans. Les tableaux 2.5.1 et 2.5.2 donnent, pour chaque sexe et par âge, la répartition des membres des ménages selon le niveau d'instruction atteint. Le niveau d'instruction de la population ivoirienne est très moyen et les différences entre les hommes et les femmes sont nettes. Globalement, tous âges confondus à partir de 6 ans, plus d'un homme sur deux (55 %) et près de deux femmes sur cinq (38 %) ont fréquenté l'école. Cependant, le niveau d'instruction a augmenté considérablement des générations les plus anciennes aux générations les plus récentes, en effet la proportion de personnes sans instruction passe de 90 % chez les hommes âgés de 60 ou plus à 52 % chez ceux âgés de 40-44 ans et à seulement 28 % chez ceux de 15-19 ans; à l'inverse, la proportion d'hommes ayant fait des études passe de 10 % chez les hommes les plus âgés à 72 % chez ceux de 15-19 ans. En outre, on notera qu'à 15-24 ans, plus de deux hommes sur trois ont, au moins, une instruction primaire, dont la moitié environ ont même une instruction supérieure au primaire. Tout en restant à un niveau largement inférieur à celui observé pour les hommes, il n'en reste pas moins que l'on constate une nette tendance à l'amélioration du niveau d'instruction des femmes, celles sans instruction passant de 98 % à 60 ans ou plus à 47 % chez celles de 15-19 ans. Néanmoins, pour les femmes, 1' accès à l'instruction supérieure au primaire reste beaucoup plus limitée que pour les hommes. Ainsi, à 15-19 ans, 38 % des hommes ont une instruction supérieure au primaire, contre 18 % des femmes. I Dans les tableaux qui suivent, on a regroupé le secondaire 1 ~'~ cycle et le secondaire 2'~d cycle, 19 Tableau 2.5.1 Niveau d'instruction de la population des femmes Répartition (en %) de la population féminine (de fait) des ménages, âgée de six ans et plus. par niveau d'instruction atteint et nombre médian d'années d'étude accomplies selon lãge et le milieu de résidence, EDS Côte d'Ivoire 1994 Niveau d'instruction Nombre Secon- NSP/ médian Caractéristique Aucun Primaire daire Supérieur ND Total Effectif d'années Groupe d'~ges 6-9 56,6 42.9 0,0 0,0 0,5 1130,0 2 484 0,0 10-14 46,7 47,9 5,2 0,0 0,2 100,0 2 473 1,9 15-19 46,5 35,6 17,8 0,1 0,0 100,0 1 987 2,2 20-24 51,7 31,9 15,4 0,9 0,2 100,0 I 603 0,0 25-29 61,7 22,6 15,0 0,5 0,1 100,0 I 486 0,0 30-34 66,7 20,1 12,1 1,0 0,1 100,0 I 239 0,I) 35-39 67,9 21,4 9,6 0,9 0,2 100,0 816 0,I1 40-44 80,9 13,2 5,0 0,9 0,0 100,0 633 11,0 45-49 88,2 7,9 3,1 0,3 0,5 100,0 488 0,0 50-54 96,4 2,0 1,2 0,0 0,3 I OO,0 570 /).0 55-59 96,3 3,0 0,3 0,0 0,4 100.0 395 0,0 60-64 98,0 1,9 0,2 I),0 0.0 100,I) 315 Il,I) 65 ou plus 98,3 0,6 0,6 0,0 0.6 100,0 460 0,0 ND 45,4 0,0 0,0 0,0 54,6 100,0 2 0,5 Milieu de résidence Abidjan 43,4 37,4 17,9 1,3 0,0 100,0 2 968 2,0 Forét Urbaine 54,0 32,7 12,9 0.3 0,2 100,0 I 566 I1,0 Savane Urbaine 53,8 32,5 12,9 0.5 0,3 10(I,0 I 257 0,0 Ensemble urbain 48,5 35,1 15,4 0,8 0,1 10Il,I) 5 792 1,0 For& Rurale 65,6 29,9 4,3 0,0 0,3 100,0 6 009 0,0 Savane Rurale 79,2 17,7 2,8 0,I 0,3 100,0 3 147 0,(1 Ensemble rural 70,3 25,7 3,8 0,0 0,3 100,0 9 156 0,0 Ensemble 61,8 29,3 8,3 0,3 0,2 100,0 14 948 0,0 Comme on pouvait s'y attendre, le niveau d'instruction atteint varie de façon très importante selon le milieu de résidence. En milieu rural, 54 % des hommes et 70 % des femmes n'ont jamais fréquenté l'école contre, respectivement, 31% et 49 % en milieu urbain. " . . . . A 1 oppose, les proportions de personnes ayant attemt un niveau supérieur au primaire atteignent 34 % pour les hommes et 16 % pour les femmes du milieu urbain contre, respectivement, 11% et 4 % en milieu rural. En outre, Abidjan se caractérise par les proportions les plus élevées d'hommes et de femmes ayant fréquenté l'école : 36 % des hommes et 37 % des femmes d'Abidjan ont un niveau d'instruction primaire et 40 % des hommes et 19 % des femmes ont un niveau secondaire ou supérieur. 20 Tableau 2.5.2 Niveau d'instruction de la population des hommes Répartition (en %) de la population masculine (de fait) des ménages, âgée de six ans et plus, par niveau d'instruction atteint et nombre médian d'années d'étude accomplies selon l'âge et le milieu de résidence, EDS C•te d'Ivoire 1994 Niveau d'instruction Nombre Secon- NSP/ médian Caractéristique Aucun Primaire daire Supérieur ND Total Effectif d'années Groupe d'âges 6-9 46,5 53,0 0,1 0,0 0.4 100,0 2 411 0,9 10-14 30,2 62,8 6,8 0,0 0,1 100,0 2 399 3,6 15-19 27,9 34,3 37,6 0,2 0,1 100,0 1 796 5,6 20-24 32,8 29,7 33,1 4,3 0,1 100,0 I 485 5,7 25-29 41.9 23.3 29,2 5,4 0,1 100,0 I 365 5,0 30-34 45.9 22,6 27,4 4,1 0,1 100,0 1 127 3,4 35-39 47.8 21,9 23.1 7.1 0.1 100.0 949 2.0 40 44 52,1 22, I 20,8 4,8 0,1 100.0 744 0,0 45-49 65.1 19.5 12,4 3,0 0,0 100.0 528 0,0 50-54 78.7 I 0.0 6.4 4,5 0,3 100,0 459 0,0 55-59 86,2 10.3 2,1 1.5 0,0 100,0 364 0.0 60-64 89,9 8,4 1,3 0,2 0,3 100,0 365 0,0 65 ou plus 90,0 8,1 1,1 0,1 0,6 100.0 497 0.0 ND 55,4 13,2 18,2 0,0 13,2 100,0 7 0,0 Milieu de résidence Abidjan 24.6 35.6 33.0 6,8 0,0 100,0 2 875 5,6 Forêt Urbaine 37,8 34,4 25,6 2.0 0.2 100.0 1 496 3.0 Savane Urbaine 38,4 34,7 23,5 3,3 0,1 100,0 I 100 3,2 Ensemble urbain 31.0 35.1 29.1 4.8 0.1 100.0 5 471 4.7 For& Rurale 48.9 38.5 I 1.6 0,9 0.1 100.0 6 034 1,0 Sawme Rurale 64,0 26,8 8,1 0,5 0,5 100.0 2 992 0,0 Ensemble rural 53.9 34,6 10,4 0,8 0,2 100,0 9 026 0,0 Ensemble 45.3 34,8 17,5 2,3 0,2 100,0 14 497 1,6 Le taux de fréquentation scolaire qui est le rapport du nombre de personnes scolarisées d'un groupe d'âges à la population totale de ce groupe d'âges, donne une indication sur l'accès actuel de la population au système éducatif. Les questions relatives à la fréquentation scolaire ont été posées pour toutes les personnes âgées de 6 à 24 ans. Les résultats, par groupe d'âges, sexe et milieu de résidence, qui figurent au tableau 2.6 et au graphique 2.2, montrent qu'à 6-10 ans 48 % des enfants sont scolarisés. Ce taux atteint un maximum de 49 % à 11 - 15 ans, âges qui correspondent à la scolarisation, à la fois, en primaire et en secondaire; le fait Tableau 2.6 Taux de scolarisation Proportion de la population (de fait) des ménages, âgée de 6 à 24 ans, fréquentant un établissement scolaire, par åge, selon le sexe et le milieu de résidence. EDS Côte d'Ivoire 1994 Hommes Femmes Ensemble Grouped'ãges Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble 6-10 66.9 46.1 52,8 55,3 35.2 42.3 60.8 40,7 47,5 I 1-15 73,3 51.4 59.0 45.8 33.0 38,7 57,5 42.7 48,6 6-15 69.7 48.3 55,4 50,7 34,4 40,8 59.3 41.5 48,0 16 20 46,6 23,0 33,5 20,2 6.6 13.0 32,4 14.6 22,7 21-24 26.2 I 1.6 18.6 7.1 2.0 4,4 16,5 6,6 11.3 21 que ce taux soit légèrement supérieur å celui des 6-10 ans est certainement la conséquence d'une entrée à l'école tardive (à plus de 10 ans) pour un nombre important d'enfants. A 16-20 ans, âges d'étude au niveau secondaire, le taux passe à 23 % et diminue de moitié (11%) à 21-24 ans, âges de scolarisation dans le supérieur. Comme pour le niveau d'instruction atteint, le taux de scolarisation varie de façon très importante entre les sexes : à 6-15, âges de scolarisation principalement dans le primaire, 55 % des garçons sont scolarises contre 41% de filles. Cet écart se creuse au fur et à mesure que l'âge et que le niveau d'étude augmentent : à 16-20 ans, 34 % des hommes sont scolarisés contre 13 % des femmes et, à 21-24 ans, le taux de scolarisation qui se situe à 19 % chez les hommes n'est plus que de 4 % chez les femmes. Ces résultats prouvent qu'en Côte d'Ivoire, bien que des efforts importants aient été accomplis dans le domaine de l'instmction, les différences entre les sexes sont encore énormes. Un effort particulier devra être fait en ce qui concerne la scolarisation des jeunes filles. En effet, toutes les études socio-économiques ont prouvé que l'accès à l'éducation pour tous et, plus particulièrement pour les femmes, est la meilleure garantie d'amélioration des conditions de vie des familles. Selon le milieu de résidence (graphique 2.2), on observe que la fréquentation scolaire est beaucoup plus forte en milieu urbain qu'en milieu rural et que l'écart tend à augmenter avec l'âge et donc avec le niveau d'étude. A 6-15 ans, 59 % des enfants urbains sont scolarisés, contre 42 % des enfants du milieu rural; à 16- 20 ans, 32 % des enfants urbains sont scolarisés, contre 15 % des enfants du milieu rural et, à 21-24 ans, les taux de scolarisation en milieu urbain sont deux fois et demi plus élevés qu'en milieu mral (17 % contre 7 %). Cette augmentation de l'écart entre les taux des deux milieux de résidence s'explique essentiellement par le fait que l'accès aux établissements d'enseignement secondaire et supérieur est beaucoup plus restreint en milieu rural qu'en milieu urbain. Pourcentage 7O 60 5O 4O 3O 20 t0 0 6-10 Graphique 2.2 Taux de fréquentation scolaire 11-15 1620 21-24 Groupe d'&ges EDSCI1994 22 2.1.4 Caractéristiques des logements et biens possédés par le ménage Lors de l'enquête, certaines questions ont été posées en vue de saisir les caractéristiques socio- économiques du ménage et le niveau de confort du logement qui peut être évalué, d'une part, par la nature des matériaux de construction et, d'autre part , par les équ ipements , notamment le lieu d'aisance, le type d'approvisionnement en eau, la possession de certains biens de consommation et de moyens de transport. Ces caractéristiques, qui servent d'indicateurs de la situation socio-économique du ménage, ont éga lement une in f luence déterminante sur l'état de santé des membres du ménage. L'examen des données du tableau 2.7, illustrées par le graphique 2.3 montre que, dans l'ensemble du pays, l'électricité est disponible dans plus du tiers des ménages (37 %). Alors qu'en milieu urbain, plus des deux tiers des ménages (70 %) disposent de cet équipement, l 'électricité n'est disponible que pour 14% des ménages du milieu rural. Dans l'ensemble, près du quart des ménages (23 %) ont l'eau courante à domicile, la même proportion de ménages (23 %) consomment de l'eau en provenance d'un robinet public et 25 % utilisent l'eau en provenance des puits publics. Si l 'on estime que ce type d'eau est une eau potable salubre, on peut dire qu'en Côte d'Ivoire, plus de la moitié des ménages (72 %) ont accès à l'eau potable salubre à moins Tableau 2.7 Caract~fistiques des logements Répartition (en %) des ménages, par caractéristiques des logements, selon le milieu de résidence, EDS Côte d'Ivoire 1994 Caractéristique des logements Urbain Rural Ensemble électricité Oui 69,7 13,7 36,5 Non 30,2 86,0 63,3 Total I00,0 100,0 100,0 Approvisionnement en eau à bolre Robinet dans le logement 50.8 4,1 23,2 Robinet public 27.3 20.6 23.3 Puits privé 14.3 18,3 16,7 Puits public 6,7 37,6 25,0 Source 0,1 6,3 3,8 Rivib.re/Fleuve 0,1 8,2 4,9 Lac/Mare/Barrage 0,0 4,5 2.7 Autre 0,4 0,0 0,4 Total 100,0 100,0 100,0 Type de toilettes Chasse d'eau personnelle 19,7 1,4 8,8 Chasse d'eau commune 9,6 0,9 4,5 Tinette 4,6 0,9 2,4 Fosse sommaire 24,0 16.4 19,5 Fosse am61iorée/latrines 34.7 12.7 21,7 Pas de toilettes 7.2 67.6 43.0 Autre 0.1 0,0 0.0 Total 100,0 100,0 100,0 Type de sol Terre/Sable/Bouse 1,6 42,4 25,8 CarrelagelGerflexllAnoIParquet 18,0 1,7 8,2 Ciment 80,2 55,4 65,5 Autre 0, I 0,1 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 Nombre de personnes par pièce utilisée pour dormir <3 55,6 64,5 60,9 3-4 34,3 28,0 30,6 5-6 7,8 6,1 6,8 7 ou plus 1,9 1,1 1,4 Total I00,0 100,0 100,0 Moyenne 2,7 2,5 2,6 Effectif de ménages I 2 418 3 517 5 935 I y compris les "non-déterminés" de 15 mn. Par ailleurs, 28 % des ménages utilisent l'eau des puits privés, des sources, des rivières, etc. Le type d'approvisionnement en eau varie fortement selon que l'on se trouve en ville ou dans le milieu mral. En milieu urbain, plus des trois quarts des ménages (85 %) ont accès à l'eau potable salubre, tandis qu'en milieu rural, ils sont 62 % à y avoir accès. 23 Pourcentage Graphique 2.3 Caractéristiques des logements 60 40 20 0 ~~~ ~~~ ~ ~Z~; ¢ ~ . ~ ~ « ORIGINE DE L'EAU TYPE DE TOILETTES TYPE DE SOL EDSCI1994 Concernant le type de toilettes, 14 % de l'ensemble des ménages ont accès à une chasse d'eau, soit privée (9 %), soit collective (5 %), et 22 % des ménages utilisent des latrines aménagées. Au total, 36 % des ménages ont donc accès à des chasse d'eau ou à des latrines aménagées qui peuvent être considérées comme des installations sanitaires adéquates d'évacuation des excréments. À l'opposé, 22 % des ménages ne disposent que d'installations sanitaires très sommaires, soit des fosses (20 %), soit des tinettes (2 %), ou encore d'aucun type de toilettes (43 %). En milieu urbain, plus des deux tiers des ménages (64 %) ont accès à des installations sanitaires adéquates, alors qu'en milieu rural, seulement 15 % des ménages disposent de ces installations. Par ailleurs, on note que 68 % des ménages du milieu rural ne disposent d'aucun type de toilettes. Le type de sol du logement est souvent utilisé comme un indicateur des conditions matérielles de vie du ménage. On note que le quart des ménages (26 %) vivent dans des logements dont le sol est en terre/sable, les deux tiers (66 %) ont un sol en ciment et, dans 8 % des cas, le sol du logement est en matériau plus élaboré comme en carrelage, moquette, plancher, etc. Comme il fallait s'y attendre, les sols en ciment et en matériaux élaborés dominent très largement en milieu urbain (98 %), alors que 42 % des logements ruraux ont un sol en terre/sable. Le nombre de personnes qui dorment dans la même pièce fournit une indication du degré d' entassement du ménage. Cet indicateur, qui est étroitement lié à la situation socio-économique du ménage, est important du point de vue sanitaire dans la mesure où, moins les membres du ménage disposent d'espace pour vivre, plus le risque de transmission des maladies infectieuses et parasitaires est important. Le tableau 2.7 montre que, dans 61% des ménages de Côte d'Ivoire, une ou deux personnes occupent une seule pièce pour dormir, dans 31% des ménages, les membres sont modérément entassés (3 à 4 personnes par pièce) et, dans 8 % des ménages, les membres sont très entassés (5 personnes ou plus par pièce). En moyenne, au niveau national, 2,6 personnes dorment dans la même pièce et on constate que la différence par milieu de 24 résidence est faible mais à l'avantage du milieu rural où, en moyenne, les membres des ménages sont moins entassées (2,5 contre 2,7 en milieu urbain). Concernant les biens de consommation durables et les moyens de transport possédés (tableau 2.8), on constate que 33 % des ménage ont déclaré ne rien posséder. Plus de la moitié des ménages (52 %) ont un poste de radio qui constitue ainsi, et de loin, le moyen d'information le plus répandu en Côte d'Ivoire, que ce soit en milieu urbain (64 %) qu'en milieu rural (44 %). Un ménage sur cinq (20 %) possède un poste téléviseur (20 %) et la proportion de ménages urbains qui en possèdent un (39 %) est près de cinq fois supérieure à celle du milieu rural (8 %). Il en est de même pour ceux possédant un réfrigérateur (21% en milieu urbain contre 4 % seulement en milieu rural). En ce qui concerne la possession de bicyclettes et de motocyclettes (respectivement, Tableau 2.8 Biens durables possédés par le m6nage Pourcentage de ménages possédant certains biens de consommation durables, selon le milieu de résidence. EDS C6te d'Ivoire 1994 Biens durables Urbain Rural Ensemble Radio 63.8 44.4 52,3 T616vision 38.5 7.8 20.3 Réfrigérateur 21.3 3.9 II .0 Bicyclette 9.5 37.8 26.2 Motocyclette 7.6 I 1.3 9.8 Voiture 6.9 1.4 3.6 Aucun 28.1 36,9 33.3 Effectif de m6nages 2 418 3 517 5 935 26 et I 0 % au niveau national), elle est beaucoup plus répandue en milieu rural (respectivement, 38 et 1 1%) qu'en milieu urbain (respectivement, 10 et 8 %). Par contre, la possession d'une voiture, qui est le fait de quelques privilégiés (4 %), est beaucoup plus fréquente en ville (7 %) qu'en milieu rural (1% en milieu rural). 2.2 ENQUÊTE INDIV IDUELLE Les caractéristiques individuelles des personnes enquêtées sont essentielles pour comprendre et expliquer les comportements en matière de fécondité, de contraception, d'hygiène, de nutrition et d'utilisation des services. Le questionnaire individuel a permis de recueillir quelques caractéristiques socio- démographiques des enquêtés tels que l'âge, le milieu de résidence, le niveau d'instruction et la religion. Cette partie se propose de présenter les caractéristiques des femmes et des hommes enquêtés, caractéristiques qui, dans la suite de l'analyse, seront utilisées comme variables de classification de la plupart des phénomènes étudiés. 2.2.1 Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés L'âge, variable fondamentale dans l'analyse des phénomènes démographiques, est l'une des informations les plus difficiles à obtenir de façon précise, lorsque l'enregistrement écrit des événements n'est pas encore entré dans les habitudes des populations, comme c'est le cas en Côte d'Ivoire. De ce fait, un soin particulier a été accordé à son estimation au moment de l'enquête individuelle. On demandait d'abord aux femmes et aux hommes leur date de naissance, puis leur âge. Lorsque la date de naissance et l'âge étaient obtenus, l'enquêtrice contrôlait la cohérence entre les deux informations. Dans le cas où l'enquêté ne connaissait pas sa date de naissance ou son âge, l'enquêtrice essayait d'obtenir un document officiel (carte d'identité, acte de naissance, etc.) où figure la date de naissance. Lorsqu'aucun document n'était disponible, l'enquêtrice devait estimer l'âge de la femme ou de l'homme, soit par comparaison avec l'âge d'autres membres du ménage, soit par déduction à partir de l'histoire de l'enquêtée, ou encore en utilisant des références historiques. 25 La distribution des femmes de 15-49 ans par groupe d'âges quinquennal (tableau 2.9) présente une allure régulière, les proportions de femmes de chaque groupe d'âges diminuant régulièrement au fur et à mesure que l'on avance vers les âges élevés, passant de 24 % à 15-19 ans à 15 % à 30-34 ans et à 6 % à 45-49 ans. Les femmes aux âges de fécond'té max'male, c est-à-dire celles de moins de 30 ans, représentent la part la plus importante des femmes enquêtées, soit 62 %. Pour être sélectionnés en vue de l'enquête individuelle, les hommes devaient être âgés de 15 à 59 ans. Le tableau 2.9 indique que plus de la moitié des hommes sélectionnés (54 %) ont moins de 30 ans. Comme chez les femmes, les proportions de chaque groupe d'âges diminuent régulièrement avec 1' avancement en âge, passant de 21% à 15-19 ans à 14 % à 30-34 ans et à 4 % à 55-59 ans. Tableau 2.9 Caractéristiques socio-démographiques des enqu6tés Répartition (en %) des femmes et des hommes enqufités par fige, état matrimonial, milieu de rfisidence, niveau d'instruction, et religion, EDS Côte d'Ivoire 1994 Femmes Hommes Effectif Effectif Caractéristique Pourcentage Pourcentage socio-démographique p~mdéré Pondéré Non pondéré pondérée Pondéré Non pondéré Groupe d'åges 15-19 24,2 I 961 1 993 21,3 543 558 20-24 19,4 I 571 1 598 16,4 420 414 25-29 18,0 I 454 1 420 16,1 411 403 30-34 14,7 I 189 1 187 14,2 362 358 35 39 9,9 806 800 10,4 266 264 40-44 7,7 621 614 7,7 195 201 45 49 6,1 496 487 5,7 145 148 50-54 4,7 120 120 55 59 3,5 89 86 État matrimonial Jamais en union 26,4 2 135 2 180 46,9 1 196 I 200 En union 65,1 5 271 5 248 50,1 1 278 I 277 Veu(f)ve 2,3 190 195 0,2 5 6 Divorcé(e)/Séparé(e) 6,3 504 476 2,8 72 69 Milieu de résidence Abidjan 22,2 I 796 I 264 23,3 594 426 Forét Urbaine 11,1 903 I 333 9,7 248 367 Savane Urbaine 8,8 711 1 255 8,0 204 368 Ensemble urbain 42,1 3 410 3 852 41,0 1 046 I 161 Forét Rurale 39,7 3 219 2 751 41,1 1 050 912 Savane Rurale 18,2 1 470 1 496 17,9 456 479 Ensemble rural 57,9 4 689 4 247 59,0 1 506 1 391 Niveau d'instruction Aucun 60,4 4 894 4 909 42,2 1 076 1 094 Primaire 25,6 2 071 2 032 26,0 664 652 Secondaire 1 ° cycle 11,0 891 916 18,4 469 475 Secondaire 2 ° cycle 2,4 195 196 9,7 248 245 Supérieur 0,6 49 46 3,7 94 86 Religion Catholique 24,1 I 952 I 867 22,4 572 555 Protestante 18,4 I 493 I 428 14,6 373 353 Musulmane 32,6 2 639 2 836 37,2 950 998 Sans religion 19,2 1 557 1 534 17,5 447 435 Traditionnelle 5,7 458 434 8,2 210 211 Ensemble 100,0 8 099 8 099 100,0 2 552 2 552 26 En ce qui concerne l'état matrimonial, précisons que, dans le cadre de I'EDSCI, ont été considérés en union toutes les femmes et tous les hommes ayant déclaré être en union, qu'il s'agisse d'une union formelle ou non, légale ou non (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse). Selon cette définition, on constate que deux tiers des femmes de 15-49 ans (65 %) étaient en union au moment de l'enquête et 9 % étaient en rupture d'union, soit veuves (2 %), soit divorcées ou séparées (6 %). Les célibataires quant à elles représentent plus du quart des femmes de 15-49 ans (26 %). Les hommes enquêtés sont également, en majorité, en union (50 %), cependant les célibataires sont beaucoup plus représentés que chez les femmes puisqu'ils correspondent à plus des deux cinquième des hommes enquêtés (47 %). Enfin, les hommes en rupture d'union ne sont que très faiblement représentés (3 %). Les cinq domaines constituant le milieu de résidence retenus pour l'analyse des résultats de l'enquête sont issus d'un découpage écologique utilisé en vue de comparaisons avec d'autres opérations antérieures. En outre, le classement urbain-rural est basé sur la définition officielle adoptée pour le RGPH de 19882. D'après te tableau 2.9, on note que 42 % des femmes et 41% des hommes appartiennent au milieu urbain : les hommes sont légèrement plus représentés que les femmes dans la ville d'Abidjan (23 % contre 22 %), par contre, dans les autres villes, les femmes sont légèrement plus représentées que les hommes (20 % contre 18 %). En milieu rural, où se concentrent 59 % des hommes et 58 % des femmes, la population est inégalement répartie entre la Savane (18 % de la population de chaque sexe) et la Forêt (40 % des femmes et 41% des hommes). En ce qui concerne la religion, parmi les femmes enquêtées, 33 % sont musulmanes, 43 % de religion chrétienne (24 % de catholiques et 19 % de protestantes), 19 autres % ont déclaré n'avoir aucune religion et 6 % se sont déclarées de religion traditionnelle. On retrouve une distribution assez voisine chez les hommes dont 37 % sont musulmans et 37 % de religion chrétienne (22 % catholiques et 15 % protestants). Les hommes se déclarant sans religion représentent 18 % de la population masculine et 8 % se sont déclarés de religion traditionnelle. Il apparaît au tableau 2.9 que, d'après leur déclaration, près des deux tiers des femmes de 15-49 ans (60 %) n'ont jamais fréquenté l'école, contre 42 % des hommes. La proportion de femmes et d'hommes ayant un niveau d'instruction primaire est identique (26 %), par contre une proportion beaucoup plus importante d'hommes que de femmes ont atteint un niveau secondaire (28 % contre 13 %) ou un niveau supérieur (4 % contre moins de 1%)3. En outre, le niveau d'instruction atteint varie de façon importante selon certaines caractéristiques socio-démographiques (tableau 2.10). Ainsi, et comme on l'avait remarqué pour la population des ménages, la proportion de femmes ayant de l'instruction augmente régulièrement des générations les plus anciennes aux générations les plus récentes : 10 % seulement des femmes de 45-49 ans ont un niveau d'instruction, au moins, primaire, contre 54 % des femmes de 15-19 ans. Corrélativement, c'est chez les femmes les plus jeunes que les proportions de celles sans niveau d'instruction sont les plus faibles. En ce qui concerne les hommes, comme chez les femmes, la proportion de ceux ayant un niveau d'instruction est plus élevée dans les générations récentes (75 % chez les 15-19 ans) que dans les générations anciennes (34 % chez les 45-49 ans et 12 % chez les 55-59 ans). Comme on l'a mentionné en ce qui concerne la population des ménages, malgré les progrès réalisés, les différences de niveau d'instruction entre les sexes restent importantes : ainsi, 2 Pour la définition du milieu urbain, voir, au Chapitre 1, la Section 1.3.3 - échantillonnage. 3 Compte tenu de la faible proportion de femmes ayant un niveau d'instruction secondaire 2 "« cycle (2 pour cent) et de la faible proportion de femmes et d'hommes ayant un niveau d'études supérieures (respectivement, 4 et moins de 1 pour cent), dans la suite des analyses, on a regroupé les niveaux secondaire 1 ~r cycle, secondaire 2 "« cycle et supérieur. 27 Tableau 2.10 Niveau d'instruction des femmes et des hommes enqu&és Répartition (en %) des femmes et des hommes par niveau d'instruction atteint, selon le groupe d'åges, le milieu de résidence et la religion, EDS C6te d'Ivoire 1994 Niveau d'instruction des femmes Niveau d'instruction des hommes Secon- Secon- daire daire Caractéristique Aucun Primaire ou + Total Effectif Aucun Primaire ou + Total Effectif Groupe d'åges 15-19 46.5 34.9 18.6 100.0 1 961 24.5 34.1 41,4 100.0 543 20-24 50.4 33.0 16,6 100,0 I 571 31,5 31,4 37,1 100.0 420 25-29 61.4 23.4 15.2 100.0 I 454 40.2 28,5 31,3 100.0 411 311-34 67,5 19.5 13.0 100.0 1 189 44.6 22,2 33.2 100.0 362 35 39 67,3 22,8 9,9 100,0 806 39,7 23,2 37.1 100,0 266 41)-44 81,3 12,6 6,1 109,0 621 58,5 19,4 22,1 100,0 195 45 49 90.4 6,5 3,2 100,0 496 65,5 17,3 17,2 100,0 145 511-54 76,0 12,7 11,3 100,0 120 55-59 87,6 10,8 1,6 100,0 89 Milieu de résidence Abidjan 42,8 30,1 27,1 100.0 1 796 26.1 22.1 51.9 10O.0 594 Forêt Urbainc 53.0 26.4 20,6 100.0 903 36.0 25.6 38.4 100,0 248 Sawme Urbaine 54.6 24.9 20.6 100.0 711 41.8 19.0 39.1 100.0 204 Ensemble urbain 47.9 28,1 24.0 100,0 3410 31.5 22.3 46,2 100,0 I 046 Forêt Rurale 64,7 28.0 7.3 100,0 3 219 45,9 30.7 23,4 100,0 I 050 Savane Rurale 811,0 14.6 5.4 100.0 I 470 58,0 23.8 18,2 100.0 456 Ensemble rural 69.5 23.8 6,7 100.0 4 689 49.6 28,6 21.8 100.0 I 506 Religion Catholique 36.8 36,9 26.3 100.0 I 952 23,2 31.4 45.4 100,0 572 PIotestante 41.3 39.6 19.2 100,0 I 493 15.5 37,1 47,4 100.0 373 Musuhnane 79,9 I 1,8 8,3 100,0 2 639 64,8 15,6 19,6 100,0 950 Sans religion 68,7 25,0 6,3 100,0 I 557 37,7 30,9 31,4 100,0 447 Tladitionnelle 83,6 12,7 3,7 100,0 458 48,3 28,4 23,3 I (X),O 210 Ensemble 60,4 25.6 14,0 100,0 8 099 42.2 26.0 31.8 100,0 2 552 . . . . . 3 à 15-19 ans, bien que les femmes de mveau d nstruct on primaire (. 5 %) soient aussi bien représentées que les hommes (34 %), celles de niveau secondaire ou supérieur ne représentent que 19 % contre 41% des hommes. Par ailleurs, on constate que les femmes qui n'ont reçu aucune instruction sont surtout celles du milieu rural (70 %), principalement celles de Savane Rurale (80 %), et celles qui pratiquent les religions traditionnelles (84 %) et musulmane (80 %). Chez les hommes, les proportions sont plus faibles que celles des femmes mais la tendance est la même : 50 % d'hommes sans instruction en milieu rural, 58 % en Savane Rurale et 65 % parmi les musulmans. À l'opposé, c'est en milieu urbain que se rencontrent les plus fortes proportions de femmes et d'hommes de niveau primaire (respectivement, 28 et 22 %) et de niveau secondaire ou supérieur (respectivement, 24 et 46 %). De même, du point de vue de la religion, les proportions les plus élevées de femmes et d'hommes ayant fréquenté l'école se rencontrent chez les catholiques (respectivement, 63 et 77 %) et tes protestants (respectivement, 59 et 85 %). 2.2.2 Caractéristiques des couples Parmi les hommes interviewés, 1 278 étaient en union au moment de l'enquête et, parmi ces derniers, un certain nombre ont eu leur femme qui a également été enquêtée, n est alors possible d'associer l'homme à sa femme et de reconstituer ainsi des couples qui, par la suite, seront étudiés du point de vue de leurs 28 convergences ou divergences d'idées en matière de planification familiale et de taille idéale de la famille. Il faut préciser que dans les cas où plusieurs femmes d'un même homme était interrogée, cet homme a été associé à chacune de ses femmes pour former autant de différents couples. Pour cette raison, au niveau du couple, on ne compare l'homme qu'avec l'une de ses femmes. On se propose de présenter ici quelques unes des caractéristiques des 1 033 couples qui ont ainsi été reconstitués (tableau 2.11 et graphique 2.4). Dans la très grande majorité des couples (95 %), l'homme est plus âgé que sa femme, soit il a 0-4 ans de plus qu'elle (21%), soit 5-9 ans de plus (31%), soit encore 10-14 ans de plus (25 %); dans près d'un couple sur cinq ( 18 %), l'homme est beaucoup plus âgé que sa femme ( 15 ans ou plus). Par contre, dans 5 % des cas, la femme est plus âgée que l'homme. Du point de vue du niveau d'instruction, près Tableau 2.11 Caractéristiques différentielles des couples Répartition (en %) des couples par différence d'âges entre conjoints et dift~rence de niveau d'instruction, EDS Côte d'Ivoire 1994 Différence Pourcentage Efl~ctif Åge Femme plus âgée 4,6 47 Homme + âgé de: 0-4 ans 20,7 213 5-9 ans 31,2 322 10-14 ans 25,3 261 15 ans ou plus 18,3 189 Niveau d'instruction Homme et femme : aucun 49,1 507 Femme instruite, homme non 6,2 64 Homme instruit, femme non 20,2 209 Homme et femme instruits 24,5 253 Total 100,0 1 033 d'un couple sur deux (49 %) est composé d'un homme et d'une femme sans instruction. À l'opposé, dans un couple sur quatre (25 %), les deux partenaires ont fréquenté l'école. Lorsqu'un seul des partenaires a de I 'nstruct'on, c'est le plus souvent l'homme (20 %). Cependant, dans 6 % des cas, une femme instruite vit avec un homme sans instruction. Graphique 2.4 Caractéristiques des couples DIFFI~RENCE D'ÅGES Femme plus &gée Msri + 0-4 ans Mari + 5-9 ans Mari + 10-14 ans Mari 15 et + INSTRUCTION /es deux sans Mari sans Femme sans Les deux instruits I I ] I I F I 10 20 30 40 Pourcentage I 5O 60 EDSCI1994 29 2.2.3 Accès aux média Les données relatives à 1' accès des femmes aux média sont particulièrement importantes pour la mise en place des programmes d'éducation et de diffusion d'informations dans tous les domaines, notamment dans ceux de la santé et de la planification familiale. Le tableau 2.12 présente les données sur 1' accès des femmes aux média (la presse audiovisuelle ou écrite). Le type de média le plus utilisé est la télévision que 48 % des femmes regardent habituellement, au moins, une fois par semaine, suivi de la radio (40 %) et des journaux (18 %). On constate surtout que 42 % des femmes enquêtées n'ont accès à aucun des média, c'est-à-dire qu'elles ne lisent pas de journal, ne regardent pas la télévision et n'écoutent pas la radio, au moins, une fois par semaine. Par contre, 13 % des femmes ont accès aux trois types de média, au moins, une fois par semaine. Du point de vue des caractéristiques socio-démographiques, on note que l'accès aux média décroît avec l'augmentation de l'âge. Les femmes les plus jeunes sont donc celles qui sont les plus « exposées » à l'information. Ainsi, à 15-19 ans, 63 % des femmes regardent la télévision, 44 % écoutent la radio et 23 % lisent un journal, au moins, une fois par semaine, alors que 67 % des femmes de 45-49 ans n'ont accès à aucun des média. L'accès aux média est beaucoup plus important en milieu urbain et plus particulièrement en Abidjan qu'en milieu rural. Ainsi, en Abidjan, 81% des femmes regardent la télévision, 65 % écoutent la radio et 38 % lisent des journaux, alors que 59 % des femmes rurales n'ont accès à aucun des média. De même, 1' accès aux média est beaucoup plus important pour les femmes ayant fréquenté l'école que pour celles sans instruction. Ainsi, parmi les femmes de niveau secondaire ou supérieur, 85 % des femmes regardent la télévision, 77 % écoutent la radio et 70 % lisent des journaux, alors que 57 % des femmes sans instruction n'ont accès à aucun des média. 30 Tableau 2.12 Accès aux média Pourcentage de femmes qui, habituellement, lisent un journal, regardent la têl6vision, ou écoutent la radio au moins une fois par semaine, selon certaines caract6ristiques socio-démographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Lit un Ecoute journal Regarde la la radio au moins TV au moins au moins Les Aucun une fois/ une fois/ une fois/ trois Caractéristique média semaine semaine semaine média Effectif Groupe d'åges 15-19 29,6 23.1 63.0 43,8 20-24 34,7 22,9 54,7 45,9 25-29 41,7 17,7 47,4 43.0 30-34 47.1 16,5 41,0 39.3 35-39 52,9 13,8 37,8 31,7 40-44 57,6 8,2 33,0 27.8 45-49 67,3 5,3 23,9 22,0 Milieu de résidence Abidjan 12,1 38,1 80.8 65,1 Forêt Urbaine 26,6 22.2 65,8 44,0 Savane Urbaine 24,6 23,5 67,6 48,4 Ensemble urbain 18,5 30.8 74,1 56.0 Forêt Rurale 56,2 9,5 30,9 29,9 Savane Rurale 65,8 6,6 25,9 23,0 Ensemble rural 59.2 8,6 29,3 27.7 Niveau d'instruction Aucun 57.2 0,5 34,3 25,8 Primaire 26,7 30,6 60,9 51.7 Secondaire ou plus 5,1 70,3 84,7 77,2 Religion Catholique 26,3 33,6 64,2 53.8 Protestante 36,2 25.1 51,6 43,9 Musulmane 43,4 9,4 46,8 36,9 Sans religion 56,8 10,0 34,7 27.9 Traditionnelle 71,3 4,4 22,1 21,1 16,9 961 16,7 571 13.6 454 12,2 189 9.5 806 6,0 621 4,0 496 31.2 796 15,2 903 17,4 711 24.1 3 410 5,7 3 219 4,5 1 470 5.3 4 689 0,3 4 894 20,3 2 071 55,9 134 26,4 952 16,5 493 7,1 2639 6,6 I 557 4,1 458 Ensemble des femmes 42.1 18,0 48,2 39.6 13,2 8 099 31 CHAPITRE 3 FÉCONDITÉ Lucien Kouassi L 'EDSCI fournit des informations sur l'histoire génésique des femmes qui permettent d'estimer les niveaux et tendances de la fécondité au niveau national et selon le milieu de résidence, le niveau d'instruction et la religion. Durant l'interview, l'enquêtrice posait, tout d'abord, une série de questions sur le nombre total d'enfants que la femme avait eus, en distinguant les garçons des filles, ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs, et ceux encore en vie de ceux décédés. L'enquêtrice reconstituait ensuite avec la femme interrogée, 1' historique complet de ses naissances, de la plus ancienne à la plus récente, en enregistrant, pour chacune d'entre elles : le type de naissance (simple ou multiple), le sexe, la date de naissance, l'état de survie; pour les enfants encore en vie, elle enregistrait leur âge et distinguait ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs; pour les enfants décédés, elle enregistrait l 'âge au décès. Lors de l'interview, l'enquêtrice devait s'assurer que le nombre total d'enfants déclaré par la mère (chaque catégorie : vivants, décédés, .) était cohérent avec le nombre d'enfants obtenu à partir de l'historique des naissances. Malgré les multiples contrôles effectués lors de la collecte, les données sur les naissances sont su jettes aux différents types d'erreurs inhérentes aux enquêtes rétrospectives. Il s'agit notamment : du sous-enregistrement des naissances, en particulier l'omission d'enfants qui meurent très jeunes, quelques heures ou quelques jours seulement après la naissance, ce qui peut entraîner une sous- estimation des niveaux de fécondité; de l'imprécision des déclarations de date de naissance et/ou d' âge, en particulier 1' attraction pour des années de naissance ou pour des fîges ronds, ce qui peut entraîner des sous-estimations ou des surestimations de la fécondité à certains âges et à certaines périodes. L'analyse des tendances de la fécondité ainsi que le rapprochement des données de I'EDSC1 avec les données provenant d'autres sources (voir Section 3.2) ne mettent en évidence aucune sous-estimation manifeste des enregistrements. Par ailleurs, lors des enquêtes EDS, on a parfois observé certains déplacements de dates de naissance d'enfants nés durant les trois années ayant précédé l'enquête vers les années précédentes. Ces déplacements d'années de naissance sont souvent effectués volontairement par les euquêtrices pour éviter de poser les questions sur la santé des enfants (Section 4 du questionnaire) qui ne portent que sur les naissances des trois demières années (1991-1994) et pour éviter de prendre les mesures anthropométriques pour évaluer l'état nutritionnel de ces mêmes enfants. Ces déplacements sont généralement plus fréquents lorsque la mère ne connaît pas avec exactitude le mois et l'année de naissance ou l 'âge de ses enfants. Dans le cas de I'EDSCI, il semble y avoir eu des transferts de naissances de 1990 vers 1991, mais ces déplacements~ ne devraient pas affecter la mesure de la fécondité actuelle. i A l'Annexe D, le tableau D.4 fournit la distribution des naissances par année de naissance. Le « rapport de naissances annuelles » (rapport des naissances d'année x à la demi-somme des naissances des années précédentes et suivantes, soit N/[(N, I+N,+t)/2]), rend compte des déplacements d'années de naissance. Le rapport semble indiquer un manque de naissances en 1991 (rapport = 80,4 < 100) et un excédent en 1990 (rapport = 119,4 > 100). 33 3.1 N IVEAU DE LA FÉCONDITÉ ET FÉCONDITÉ D IFFÉRENTIELLE Le niveau actuel de la fécondité ainsi que ses variations différentielles sont mesurés par les taux de fécondité générale par âge et l'Indice Synthétique de Fécondité (ISF) ou somme des naissances réduites. Les taux de fécondité par âge sont calculés en rapportant les naissances issues de chaque groupe d'âges à l'effectif des femmes de ce groupe. Ils constituent des mesures fiables et courantes de la fécondité. Quant à I'ISF, qui est un indice de fécondité du moment, il est calculé à partir du cumul des taux de fécondité par âge. Il correspond au nombre moyen d'enfants qu'aurait une femme à la fin de sa vie féconde si elle avait, à chaque âge, la fécondité par âge d'une période considérée, ici la période de cinq ans ayant précédé l'enquête. Cette période de cinq ans a ~té choisie comme compromis entre trois critères : fournir des indicateurs de fécondité les plus récents possibles, minimiser les erreurs de sondage et éviter les problèmes, signalés précédemment, de transfert de dates de certaines naissances. Au niveau national, le tableau 3.1 et le graphique 3.1 indiquent que les taux de fécondité générale par groupe d'âges suivent le schéma classique observé en général dans les pays à forte fécondité : une fécondité précoce élevée ( 151 naissances pour mille femmes de 15-19 ans) qui atteint son maximum à 20-24 ans (245 %o) et se maintient longtemps à des niveaux importants ( 172 °/,,o à 35-39 ans), avant de décroître de façon significative. La fécondité totale reste élevée en Côte d'Ivoire puisqu'en arrivant en fin de vie féconde, une femme aurait, en moyenne, 5,7 enfants. Ce niveau de fécondité est néanmoins l'un des plus faibles des pays d'Afrique de l'Ouest pour lesquels on dispose de données récentes comparables 2. Tableau 3.1 Fécondité actuelle Taux de fécondité par âge, Indice Synthétique de Fécondité (ISF), Taux Brut de Natalité (TBN) et Taux Global de Fécondité Générale (TGFG) pour la période des cinq années précédant l'enquéte, selon le milieu de résidence, EDS Côte d'Ivoire 1994 Résidence Groupe d'âges Urbain Rural Ensemble 15-19 117 181 151 20-24 195 284 245 25-29 206 263 240 30-34 186 254 227 35-39 142 191 172 40-44 67 89 82 45-49 33 23 26 ISF 15-49 (pour 1 femme) 4,7 6,4 5,7 ISF 15-44 (pour 1 femme) 4,6 6,3 5,6 TGFG (pour I 000) 161 224 198 TBN (pour 1 000) 38,8 42,5 41,3 Note: Les taux sont calculés pour la période de 1-59 mois avant l'enquête. Les taux à 45-49 ans peuvent être légèrement biais6s du fait de données incomplètes pour ce groupe d'âges. 2 Dans les pays d'Afrique de l'Ouest qui ont récemment réalisé des enquêtes EDS, I' ISF estimé à : 7,4 au Niger en 1992 (Kourguéni et al., 1993), 6,9 au Burkina Faso en 1993 (Konaté et al., 1994), 6,0 au Nigéria en 1990 (FOS et IRD, 1992), 6,0 au Sénégal en 1992/93 (Ndiaye et al., 1994), 5,7 en Guinée en 1992 (Keita et al., 1994) et 5,5 au Ghana en 1993 (GSS et MI, 1994). 34 Graphique 3.1 Taux de fécondité générale par âge, selon le milieu de résidence Pour mille 3O0 250 t - - ,, // \~ / \ 200 ~ 100 5O 0 i i i i i i 15 20 25 30 35 40 45 Åge de la femme 50 -~ Urbain - "Rura l EOSCI1994 Il apparaît au tableau 3.1 et au graphique 3.1 que les différences de fécondité selon le milieu de résidence sont très importantes. L' ISF qui est de 5,7 enfants par femme pour l'ensemble du pays, varie de 4,7 en milieu urbain à 6,4 en milieu rural. Cela signifie que, si les niveaux actuels de fécondité se maintenaient invariables, les femmes résidant en milieu rural auraient, en fin de vie féconde, 1,7 enfants de plus que celles résidant en milieu urbain. Ces différences de fécondité s' observent pratiquement à tous les âges, mais l'écart relatif entre les taux est particulièrement important aux jeunes âges : ainsi, à 15-19 ans, le taux vaut I 17 °/o,, en milieu urbain et 181 °/oo en milieu rural, soit 55 % de plus; à 20-24 ans, le taux du milieu rural (284 '70°) est supérieur de 46 % à celui du milieu urbain (195 °/oo). Les femmes du milieu rural ont donc une fécondité plus précoce et qui, après avoir atteint son maximum à 20-24 ans, décline beaucoup plus rapidement que celle des femmes urbaines. À l'opposé, chez les femmes du milieu urbain, le maximum n'est atteint qu'à 25-29 ans avec un taux de 206 %o. Après ce maximum, le niveau de fécondité ne diminue que très légèrement puisque les taux valent encore 186 %° à 30-34 ans, soit un niveau presque identique à celui de 20-24 ans, et 142 °/oo à 35-39 ans. Au niveau national, le Taux Global de Fécondité Générale (TGFG), c'est-à-dire le nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population des femmes en âge de procréer, atteint 198 °/oo. Le Taux Brut de Natalité (TBN), c'est-à-dire le nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population totale, est de 41 °/oo pour l'ensemble du pays. Le niveau de la fécondité présente des variations importantes selon le milieu de résidence des femmes et selon certaines de leurs caractéristiques socio-démographiques. Le tableau 3.2, illustré par le graphique 3.2, montre que, quelle que soit la zone écologique, les ISF du milieu rural sont nettement plus élevés que ceux du milieu urbain. Les femmes de la Savane Rurale ont la fécondité la plus élevée du pays (6,6 enfants, contre 6,4 en Forêt Rurale); de même, 1' ISF des femmes de Savane Urbaine (5,6) est légèrement plus élevé que celui 35 Tableau 3.2 F6condité par caractéristiques socio-démographiques Indice Synthétique de Fécondité pour les cinq années précédant l'enquête, proportion de femmes actuellement enceintes et nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans, par caractéristiques socio-démographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Pourcentage Nombre moyen Indice de femmes d'enfants nés synthétique actuellement vivants pour les Caractéristique de fécondit61 enceintes femmes de 40-49 ans Milieu de résidence Abidjan 4,1 5,0 5,8 Forêt Urbaine 5,4 9,2 6,3 Savane Urbaine 5,6 9,4 6,6 Ensemble urbain 4,7 7,0 6,1 Forêt Rurale 6,4 12,8 7,(1 Savane Rurale 6,6 10,9 7,0 Ensemble rural 6,4 12,2 7,0 Niveau d'instruction Aucun 6,2 10,6 6,8 Primaire 5,3 10,2 6,1 Secondaire ou plus 3,8 7,1 5,3 Religion Catholique 4,7 8,2 6,4 Protestante 5,2 9.7 6,5 Musulmane 6,0 10,7 7,0 Sans religion 6,5 11,7 6.6 Traditionnelle 6,5 9,1 6,9 Ensemble 5,7 10,0 Indice synthétique de f6condité pour les femmes âgées de 15-49 ans 6,7 des femmes de Forêt Urbaine (5,4). Abidjan, la capitale économique, se caractérise par I'ISF le plus faible : avec 4,1 enfants par femme, Abidjan a une fécondité d'un tiers plus faible que celle du milieu rural. Comme pour le milieu de résidence, le niveau de I'ISF présente de très fortes variations selon le niveau d'instruction des femmes qui constitue probablement l'un des plus importants facteurs de différentiation. On constate ainsi que le niveau de fécondité est d'autant plus faible que le niveau d'instruction est élevé. Cela apparaît très nettement dans les valeurs de I'ISF qui varient de 6,2 enfants pour les femmes sans instruction, à 5,3 pour les femmes d'instruction primaire et à 3,8 enfants pour les femmes ayant un niveau secondaire ou plus. Ainsi, c'est surtout à partir du niveau secondaire que l'influence du niveau d'instruction sur la fécondité est la plus sensible : cela s'explique par le fait que les femmes ayant un niveau d'instruction secondaire sont aussi celles qui entrent en union le plus tard et qui pratiquent le plus fréquemment la contraception modeme (voir Chapitres 4 et 5). Si on considère l'appartenance religieuse, les femmes de religion traditionnelle (ou animiste) et celles qui sont sans religion se distinguent par un ISF de 6,5 enfants, supérieur à celui des femmes musulmanes (6,0) et surtout à celui des femmes protestantes (5,2) et catholiques (4,7). L'écart absolu de fécondité entre les femmes catholiques et celles de religion traditionnelle est de 1,8 enfants. Au tableau 3.2 et au graphique 3.2 figure également le nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans. Contrairement à I'ISF qui mesure la fécondité actuelle ou du moment, ce nombre moyen, qui peut être assimilé à une descendance, est le résultat de la fécondité passée des femmes enquêtées qui atteignent 40-49 ans. Dans une population où la fécondité reste invariable, cette descendance tend à se 36 Graphique 3.2 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans C(3TE D'iVOIRE RÉSIDENCE Abidjan For6t Urbaine Savane Urbaine For~t Rurale Savane Rurale INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + ~J',JS, J S J ~ ~ J . ~ Y J J J J J J J J J J J J f J f f A ~ f f f J f J J f f J J J f f J f f f f . . ~ ~ I ~ H f f f J f J ~ f f f H J J H J f J H ~ 0 1 2 3 4 5 6 7 8 Nombre d'enfants par femme EDSCI1994 rapprocher de I'ISF; par contre, si I ' ISF est inférieur au nombre moyen d'enfants par femme en fin de vie féconde, cela indique une tendance à la baisse de la fécondité. Dans l'ensemble, la descendance, estimée à 6,7, est nettement supérieure à I'ISF (5,7) ce qui, en l'absence de sous-estimation des naissances survenues au cours de la période précédant l'enquête, suggère une baisse importante de la fécondité au cours des dernières années. L'inégalité entre les deux indicateurs de fécondité se vérifie quel que soit le milieu de résidence, le niveau d'instruction et la religion des femmes enquêtées. En outre, l'écart semble être d'autant plus important que I' ISF est faible, comme dans le cas de la ville d'Abidjan où I'ISF, estimé à 4,1, est inférieur de 30 % à la descendance (5,8 enfants) et dans le cas des femmes de niveau secondaire ou plus dont I ' ISF (3,8) est intërieur de 29 % à la descendance (5,3 enfants). Le tableau 3.2 fournit également le pourcentage de femmes qui se sont déclarées enceintes au moment de l'enquête. Il faut préciser qu'il ne s'agit pas de la proportion exacte de femmes qui sont enceintes dans la mesure où les enquêtées qui sont en début de grossesse et ne se savent pas enceintes n'ont pas déclaré leur état. Cependant, on peut noter que cette proportion, estimée à 10 % au niveau national, varie dans le même sens que 1' ISF, ce qui atteste la cohérence de ces résultats. Par ailleurs, on verra plus loin (Section 3.2 - Tendances de la fécondité) que la comparaison de I' ISF trouvé à I 'EDSCI et de celui calculé à I 'EIF de 1980- 1981 met en évidence une baisse importante de la fécondité entre les deux enquêtes; de même, on peut noter que la proportion de femmes qui se sont déclarées enceintes est passée de 13 % en 1980-1981 (EIF) à 10 % en 1994. Cette baisse est tout à fait cohérente avec la baisse de la fécondité observée. 37 3.2 TENDANCES DE LA FÉCONDITÉ La Côte d' Ivoire a réalisé plusieurs opérations de collecte d'envergure nationale au cours desquelles l 'estimation du niveau de fécondité a figuré au premier plan des objectifs. Parmi ces différentes sources de données, on peut citer : l 'Enquête Ivoirienne sur la Fécondité (EIF) de 1980-1981, réalisée dans le cadre de l 'Enquête Mondiale sur la Fécondité, et le Recensement Général de la Population et de l 'Habitat (RGPH) de 1988. Contrairement à I 'EDSCI et à I 'EIF où les données sur la fécondité sont obtenues à partir de l'historique des naissances des femmes, lors du RGPH de 1988, la fécondité a été estimée à partir de questions portant sur les naissances des douze mois ayant précédé le recensement. Les niveaux de fécondité estimés par le RGPH correspondent donc à la fécondité de l 'année 1987-1988, année qui précède le recensement. En outre, pour le RGPH, on dispose des données observées ainsi que de valeurs corrigées en utilisant des méthodes d'ajustement. Dans le cas de I 'EIF, les niveaux de fécondité, non ajustés, et qui portent sur la période de trois ans ayant précédé r enquête, correspondent à la fécondité des années 1978-1981. Dans le cas de I 'EDSCI, les niveaux de fécondité, mesurés directement à partir d'observations qui se rapportent à la période de cinq ans ayant précédé l'enquête, correspondent à la fécondité des années 1989-1994. Le tableau 3.3 et le graphique 3.3 présentent ainsi les taux de fécondité par âge selon I 'EIF de 1980-1981, le RGPH de 1988 et I 'EDSCI de 1994. Tableau 3.3 Fécondité par åge selon différentes sources Taux de fécondité par âge et Indice Synthétique de Fécondité selon I'EIF (1980-81), le RGPH (1988) et I'EDSCI (1994) RGPH b EIF a EDSCI c Groupe d'åges 1980-81 Observé Ajusté 1994 15-19 207 155 193 151 20-24 310 266 289 245 25-29 298 270 289 240 30-34 245 239 252 227 35-39 189 186 193 172 40-44 126 99 98 82 45-49 57 43 38 26 ISF 15-49 7,2 6,3 6.8 5,7 ISF 15-44 6,9 6,1 6,6 5,6 Note : Taux de fécondité par groupe d'âges pour 1 000 l~mmes. a Taux pour la période de trois années avant l'enquête. b Taux calculés sur les naissances des 12 derniers mois c Taux pour la l~riode de cinq années avant l'enquête. Source: EIF 1980-81 : Direction de la Statistique, 1984. RGPH 1988 : Résultats du Recensement publiés par l'Institut National de la Statistique, 1992. 38 Graphique 3.3 Taux de fécondité générale par âge, selon I'EIF 1980-81, le RGPH 1988 et I'EDSCI 1994 Pour mille i ~°°~ 25O 200 150 100 50 0 i i r i i i 15 20 25 30 35 40 45 Åge de la femme 50 Note : Taux pour les 3 ann6es avant l'enqu6te pour I'EIF. Taux pour les 5 années avant renqu~te pour I'EDSCI. Tout en présentent des allures assez similaires, les courbes de fêconditê de 1994, de 1988 et de 1980- 1981 se superposent, ce qui indique une diminution des taux de fécondité par âge au fur et à mesure que r on avance dans le temps. Ainsi, I'ISF, estimé à 7,2 enfants par femme en 1980-1981 serait passé à 6,8 au RGPH de 1988 (données ajustées), pour atteindre 5,7 enfants par femme en 1994. De 1980-1981 à aujourd'hui, la fécondité aurait donc baissé de façon importante à tous les âgés et, en particulier, aux âges les plus jeunes, qui correspondent également aux âges de fécondité maximale. En outre, il apparaît que l'essentiel de cette baisse se serait produite au cours des années les plus rêcentes, c'est-à-dire depuis le RGPH. Les données collectées lors de I'EDSCI de 1994 permettent également, en tant que telles, de retracer les tendances passées de la fécondité. Pour cela, on a calculé les taux de fécondité par âge de la mère à la naissance de ses enfants, par période de cinq ans précédant l'enquête (tableau 3.4). Le graphique 3.4 qui visualise ces données permet de constater que les taux de fécondité n'ont que peu varié durant les trois périodes les plus anciennes (de 5 à 19 ans avant l'enquête) avant de baisser de façon importante pour la période 0-4 ans avant l'enquête. Ces résultats confirmeraient donc que l'essentiel de la baisse de fécondité se serait produite au cours des années les plus récentes, c'est-à-dire au cours des cinq dernières années. Tableau 3.4 Tendances de la fécondité par åge Taux de fécondité par âge par période de cinq ans précédant l'enquête, selon råge de la mêre, EDS Côte d'Ivoire 1994 Périodes préc&lant l'enquête (en années) Groupe d'âges 0-4 5-9 10-14 15-19 15-19 151 188 193 183 20-24 245 296 298 305 25-29 240 309 315 297 30-34 227 267 273 [2781 35-39 172 229 [236] 40-44 82 [159] 45-49 [26] Note : Taux de fécondit6 par groupe d'âgés pour 1 000 femmes, Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplêtes. 39 Graphique 3.4 Tendances de la fécondité par âge Pour mille 350 300 250 200 150 100 50 i i I I I I E I 20 25 30 35 40 45 Åge de la femme 0 15 50 Périodes avant I'EDSCI 0-4 ans ~" - 5-9 ans - "10-14 ans - - 15-19 ans EDSCI 1994 À partir des taux par âge de I'EDSCI, on a calculé, pour chaque période quinquennale, I'ISF des femmes de 15-34 ans. Ces ISF sont représentés au graphique 3.5 sur lequel on a également porté des données similaires obtenues à partir de 1' EIF de 1980-1981 et du RGPH de 1988. De l' examen de ce graphique, deux conclusions importantes peuvent être tirées. D'une part, il y a cohérence entre les résultats des trois opérations : en particulier, on constate que les ISF calculés par I'EDSCI pour les périodes les plus anciennes, centrées sur les années 1977 et 1982, sont très proches de I'ISF le plus récent de I'EIF, centré sur l'année 1979. De même, les ISF calculés par I'EDSCI pour les périodes centrées sur les années 1987 et 1992, sont cohérents avec I'ISF déduit du RGPH de 1988. Ceci confirme, à nouveau, la bonne qualité des données rétrospectives sur la fécondité collectées lors de I'EDSCI. Par ailleurs, il apparaît clairement que de 1977 à 1987, le niveau de la fécondité est resté pratiquement inchangé; de 1987 à aujourd'hui, la fécondité a fortement baissé, le nombre d'enfants par femme passant de 5,2 à 4,3. Cette comparaison semble confirmer, une fois de plus, la baisse importante de la fécondité et le caractère récent de cette baisse. Le tableau 3.5 présente le même type de données que le tableau précédant, mais les taux de fécondité sont calculés par durée de mariage, pour les différentes périodes de cinq années avant l'enquête. Au cours de la période la plus récente, et quelle que soit la durée de mariage, on observe ici une baisse des taux de même ampleur que celle observée pour les taux de fécondité par âge. Ainsi, la baisse de fécondité observée précédemment aurait affecté toutes les femmes, quel que soit leur âge et quel le que soit la durée de leur union. L'analyse des tendances de la fécondité, basée sur les résultats de I'EIF, du RGPH et de I'EDSCI, a mis en évidence une baisse importante et récente des niveaux de la fécondité en Côte d'Ivoire. Les sections et chapitres suivants permettront d'identifier certains facteurs qui ont pu jouer un rôle important dans cette baisse. Il s'agit essentiellement de la proportion de plus en plus importante des célibataires dans la population des femmes, d'un léger retard de l'âge d'entrée en première union (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse) et du recours de plus en plus important à la contraception moderne, en particulier chez les femmes qui ne sont pas en union (voir Chapitre 4 - Planification familiale). 40 Graphique 3.5 Tendances de I'ISF pour les femmes de 15-34 ans, selon I'EIF, le RGPH et I'EDSCI Enfants/Femme 6.0 5.5 -------'--7C 5.0 4.5 4,0 3.5 1977 1979 1982 1987 1992 Annde 1994 Tableau 3.5 Tendances de la fécondité par durée de l'union Taux de fécondité des femmes non-c61ibataires par période de cinq ans précédant l'enquête, selon la durée écoulée depuis la première union, EDS Côte d'Ivoire 1994 Nombre d'années depuis la première union Périodes précédant l'enquête (en années) 0-4 5-9 10-14 15-19 0-4 290 328 340 334 5-9 263 323 318 323 10-14 237 296 315 296 15-19 192 259 255 [282] 20-24 150 210 [235] 25-29 51 [129] Note : Taux de fécondité pour 1 000 femmes non-célibataires. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplêtes. 3.3 PARITÉ ET STÉRIL ITÉ PR IMAIRE À partir du nombre total d'enfants que les femmes ont eus au cours de leur vie, on a calculé les parités moyennes par groupe d' âges, pour l'ensemble des femmes et pour les femmes actuellement en union (tableau 3.6). On constate tout d'abord une augmentation régulière et rapide des parités avec l 'âge de la femme : ainsi de 0,4 enfant en moyenne à moins de 20 ans, la parité atteint 1,5 enfants à moins de 25 ans et, à la fin de sa vie féconde, une femme a donné naissance à 6,9 enfants en moyenne. Par ailleurs, la répartition de toutes les 41 Tableau 3.6 Enfants nés vivants et enfants survivants des femmes Répartition (en %) de toutes les femmes et des femmes actuellement en union par nombre d'enfants nés vivants, nombre moyen d'enfants nés vivants et nombre moyen d'enfants survivants, selon l'âge des femmes, EDS Côte d'Ivoire 1994 Nombre Nolrtbre Nmnbre d'enfants nés vivants Effectif moyen moyen Groupe de d'enfants d'enfants d'åges 0 1 2 3 4 5 6 7 S 9 10 ou + Total femmes nes vivants survivants TOUTES LES FEMMES 15-19 71,5 22,4 5,4 0,5 0,2 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 1 961 0,36 0,31 20-24 22,8 31,7 23,8 14,1 6,0 1,4 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 1(30,0 1 871 1,54 1,31 25 29 6,9 12,1 19,2 21,4 20,7 12,0 5,1 1,9 0,6 t),l 0,0 I(X),0 I 454 3,07 2,62 30-34 3,2 7, L 8,9 12,2 16,8 20,5 15.3 9,6 3,8 1,9 0,7 100,0 1 189 4,45 3,77 35 39 1,9 5,6 5,8 8,1 10,6 12,6 11,8 14,7 12,3 8,1 8,5 I (X),t) 806 5,82 4,84 40-44 3,4 5,2 4,8 6,2 7,0 8,3 10,1 12,8 12,8 11,4 18,2 100,0 621 6,54 5,28 45-49 3,4 4,4 3,9 4,8 7,1 8,7 10.1 12,2 12.7 11,3 21,4 100,0 496 6,87 5,35 Ensernble 24,1 16,0 11,8 10,L 9,4 7,9 5,7 4,9 3,6 2,7 3,6 100,0 8099 3,09 2,57 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15 19 41,0 42,1 14,7 1,2 0,9 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 517 0,79 0,66 2024 11,1 30.2 28,3 19,8 8,5 2,0 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 100,0 1008 1,92 1,63 25-29 5,0 9,7 17,2 23,1 23,3 13,0 5,9 2,1 0,7 n,l 0,0 100,0 1 178 3,28 2,81 30-34 2,0 4,7 7,5 11,9 16,8 22,4 16,4 10,9 4,5 2,0 0,8 100,0 993 4,72 4,00 35-39 1,7 4,5 5,1 6,7 [0,4 13,0 12,1 15,6 13,2 8,5 9,2 100,0 676 6,04 5,03 40 44 2,0 5,2 4,6 5,5 62 8,3 9,8 12,2 13,6 12,4 20,1 In0,0 503 6,80 5,49 45-49 3.3 3,6 3,7 4,5 5,6 8,1 9,1 [2,4 14,6 11,9 23,1 100,0 395 7,13 5,58 Ensemble 8,3 14,3 13,5 13,0 12,4 111,6 7,6 6,6 5,1 3.6 5,0 100,0 5 271 4,02 3,35 femmes selon le nombre de naissances met en évidence une fécondité précoce élevée puisque plus d'un quart des jeunes femmes de moins de 20 ans (29 %) ont déjà donné naissance à au moins un enfant, et un peu plus d'une femmes de 20-24 ans sur cinq (22 %) a déjà eu 3 enfants ou plus. En fin de vie féconde (40-49 ans), 44 % des femmes ont donné naissance à 8 enfants ou plus. Les résultats concernant les femmes actuellement en union diffèrent peu de ceux concernant toutes les femmes, sauf aux âges les plus jeunes où la proportion de femmes non mariées et à très faible fécondité est encore importante. Ainsi, 59 % des femmes en union de 15-19 ans ont déjà eu au, moins, un enfant contre 28 % pour l 'ensemble des femmes. Cependant, dès 20-24 ans où la proportion de femmes non mariées est déjà faible (voir Chapitre 5 - Nuptialité), l'écart entre la proportion de femmes en union ayant déjà eu, au moins, un enfant (89 %) et celle de l 'ensemble des femmes dans la même situation (77 %) est déjà peu important. D'une manière générale, les femmes qui restent volontairement sans enfant sont relativement rares en Afrique et en particulier en Côte d'Ivoire, par conséquent la parité zéro des femmes actuellement en union les plus âgées permet d'estimer le niveau de la stérilité totale ou primaire : 2 % seulement des femmes en union de 35-49 ans, âges auxquels l'arrivée d'un premier enfant est peu probable, n'ont jamais eu d'enfants et peuvent être considérées comme stériles. Ce faible niveau de stérilité primaire est très voisin de celui observé lors des enquêtes EDS dans d'autres pays d'Afrique (Arnold et Blanc, 1990). 42 3.4 INTERVALLE INTERGÉNÉSIQUE La durée de l'intervalle qui sépare la naissance d'un enfant de la naissance précédente a une influence sur l'état de santé de la mère et de l'enfant. De nombreuses recherches ont montré que les intervalles intergénésiques courts (inférieurs à 24 mois) sont nuisibles à la santé et à l'état nutritionnel des enfants et augmentent leur risque de décéder (voir Chapitre 9 - Mortalité des enfants). Le tableau 3.7 présente la répartition des naissances des cinq années ayant précédé l'enquête selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, en fonction des caractéristiques socio-démographiques. Tableau 3.7 Intervalle intergénésique Répartition (en %) des naissances des cinq années précédant l'enqu~te par nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS C6te d'Ivoire 1994 Nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente Caractéristique 7-17 18-23 24-35 36-47 48 ou + Nombre médian de mois depuis Effectif la naissance de Total précédente naissances Groupe d'âges 15-19 10,1 16,0 40,2 28,0 5,7 100,0 30,4 134 20 29 6,8 13,2 42,0 21,0 17,0 100,0 32,6 2 652 30-39 7,2 12,9 35,7 21,5 22,7 100,0 33,8 2 150 40 ou plus 9,2 12,4 31,3 24,0 23,1 100,0 35,0 517 Rang de naissance 2-3 6,2 I 1,4 37,5 21,8 23,2 100,0 34,4 2 134 4-6 7,2 14,0 39,2 21,9 17,6 100,0 32,8 2 141 7 ou plus 9,2 14,3 39,0 21,0 16,5 100,0 31,9 I 178 Sexe de l'enfant précédent Masculin 6,8 14,1 38,2 22,0 18,9 100,0 33,0 2 753 Féminin 7,7 12,0 38,8 21,3 20,2 100,0 33,4 2 700 Survie de l'enfant précédent Toujours vivant 19,7 21,0 32,0 14,4 12,9 100,0 26,7 843 Déc~d~ 5,0 11,6 39,7 23,0 20,8 100,0 34,1 4 610 Milieu de résidence Abidjan 6,0 10,1 33,3 21,4 29,2 100,0 36,2 798 For& Urbaine 5,7 11,5 42,4 21,6 18,8 100,0 33,0 536 Savane Urbaine 5,2 14,0 39,4 21,2 20,2 100,0 33,0 425 Ensemble urbain 5,7 11,5 37,5 21,4 23,9 100,0 34,2 1 759 For,~t Rurale 8,0 15,0 39,1 20,8 17,0 100,0 32,3 2 493 Savane Rurale 7,9 11,2 38,5 23,9 18,5 100,0 33,7 1 201 Ensemble rural 8,0 13,8 38,9 21,8 17,5 100,0 32,8 3 694 Niveau d'instruction Aucun 7,5 13,3 38,8 21,9 18,4 100,0 33,0 3 844 Primaire 7,0 13,2 38,7 20,6 20,5 100,0 33,2 1 185 Secondaire ou plus 5,6 10,1 34,5 22,3 27,6 100,0 36,0 423 Religion Catholique 5,2 10,8 36,7 21,9 25,5 100,0 35,3 996 Protestante 8,1 13,6 38,8 19,9 19,5 100,0 32,4 922 Musulmane 7,5 13,2 39,0 23,2 17,1 100,0 32,9 1 946 Sans religion 7,6 14,4 39,3 20,3 18,5 100,0 32,4 1 216 Traditionnelle 8,4 12,7 36,9 21,7 20,3 100,0 33,7 373 Ensemble 7,2 13,0 38,5 21,7 19,6 100,0 33,2 5 453 Note ; Les naissances de rang I sont exelues. L'intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois écoul6s depuis la grossesse précédente qui a abouti à une naissance vivante. 43 On note que 7 % des naissances sont arrivées moins de 18 mois après la naissance précédente et 13 % des enfants sont nés entre 18 et 24 mois après leur aîné : au total donc, dans un cas sur cinq (20 %), l'intervalle intergénésique est inférieur à deux ans. Une proportion importante des naissances (39 %) se produisent entre 24 et 36 mois après la naissance précédente, et deux enfants sur cinq (41%) sont mis au monde trois ans et plus après leur aîné. La durée médiane de l'intervalle intergénésique est légèrement inlërieure à trois ans (33,2 mois); en d'autres termes, la moitié des naissances interviennent dans un intervalle inférieur à 33 mois. Du point de vue de l'âge, on constate une assez forte proportion de naissances précédées par un intervalle de moins de deux ans chez les femmes de 15-19 ans (26 %, et médiane de 30,4 mois); cependant, cela ne reflète pas le comportement réel de ces femmes car les naissances de rang un qui constituent l'essentiel de leur fécondité ne peuvent être prises en considération dans le calcul. Pour les femmes de 20 ans et plus, les intervalles intergénésiques diffèrent peu. De même, du point de vue du rang de naissance et du sexe de l'enfant, on ne note que très peu d'écart entre les intervalles. Par contre, les naissances qui suivent des enfants décédés se produisent plus rapidement que lorsque l'enfant précédent est toujours en vie : 41% des naissances ont lieu moins de deux ans après la naissance de l'enfant précédent lorsque celui-ci est déc~dé, contre 17 % lorsqu'il est toujours en vie. Ce résultat pourrait s'expliquer par un effet de remplacement de l'enfant déc~dé. Le milieu de résidence n'a que peu d'effet sur l'intervalle intergénésique : l'intervalle médian, tout comme la répartition des enfants selon la durée de l'intervalle, sont presque identiques quel que soit le milieu de résidence. Toutefois, au niveau de la ville d'Abidjan, l'intervalle médian (36,2 mois) est supérieur de deux à trois mois à ceux des autres villes (33,0 mois) et du milieu rural (32,8 mois). En ce qui concerne le niveau d'instruction de la mère, on ne constate aucun écart entre les femmes sans instruction et celles ayant un niveau primaire (respectivement, médiane 33,0 mois et 33,2 mois). Par contre, le fait d'avoir fait, au moins, des études secondaires prolonge cet intervalle médian d'environ trois mois (médiane de 36,0 mois). Du point de vue de la religion, c'est chez les femmes de religion catholique que l'on observe l'intervalle médian le plus long (35,3 mois), supérieur de deux à trois mois aux intervalles intergénésiques correspondant aux femmes de toutes les autres religions. Chez les catholiques, 16 % des naissances ont lieu moins de deux ans après la naissance de l'enfant précédent contre 22 % environ chez les femmes des autres confessions religieuses. 3.5 ÂGE À LA PREMIÈRE NAISSANCE L' âge auquel les femmes ont leur première naissance influence généralement leur descendance finale, en particulier, lorsque l'utilisation de la contraception est faible; il a également des conséquences sur l'état de santé de la mère et de l'enfant, et il peut être un facteur de risque de mortalité. Le tableau 3.8 donne la répartition des femmes par âge à leur première naissance et leur âge médian à la première naissance, selon le groupe d'âges au moment de l'enquête. Les résultats présentés au tableau 3.8 montrent, une fois de plus, que la fécondité des femmes de Côte d' Ivoire est précoce. Parmi les femmes âgées de 20 à 29 ans à l'enquête, un peu plus de deux sur cinq (43 %) ont eu leur premier enfant avant 18 ans, et 65 % ont eu leur premier enfant avant 20 ans. Lorsqu'on se réfère aux âges médians, il apparaît que des générations les plus anciennes, âgées de 45-49 ans aujourd'hui, aux générations les plus récentes, aujourd'hui âgées de 25-29 ans, l'âge à la première naissance n'a pas connu de grande variation, la valeur médiane avoisinant 18,8 ans. Cependant, une très légère tendance au rajeunissement semblerait se dessiner, I' âge médian passant de 19,1 ans chez les femmes âgées de 45-49 ans, à 18,6 ans chez celles de 20-24 ans à l'enquête. 44 Tableau 3.8 Åge à la première naissance Répartition (en %) des femmes par åge à la première naissance, et åge médian à la première naissance selon l'âge actuel, EDS Côte d'Ivoire 1994 Âge médian Femmes Âge à la première naissance Effec0f à la Åge sans de première actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25 ou + Total femmes naissance 15 I9 71,5 6,4 18.0 4,2 a a a 100,0 I 961 b 20-24 22,8 9,7 33,9 19,6 10,8 3,1 a 100,0 [ 571 18,6 25-29 6,9 ll,I 31,8 23,9 14,5 9,3 2,4 100,0 I 454 18,6 30 34 3,2 8,7 32,1 22,9 16,2 10,7 6,3 109,0 I 189 18,7 35-39 1,9 10,5 29,9 20,2 18,3 10,6 8,6 100,0 8(16 18,8 40-44 3,4 10,9 27,8 18,3 14,4 13,6 I 1,7 100,0 621 19,2 45-49 3,4 9,6 28,1 16,8 14,5 14,8 12,7 100,0 496 19,1 a Sans objet b Non applicable : moins de 50% de femmes ont eu un enfant. Si l'on compare l'âge à la première naissance (médiane de 18,8 ans pour les femmes de 25-49 ans) à l'âge médian à la première union ( 18,1 ans) et celui aux premiers rapports sexuels ( 15,8 ans (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse), deux remarques importantes s'imposent. Tout d'abord, on constate qu'il existe un très long intervalle entre le début des rapports sexuels et la venue du premier entant. Cet intervalle s'explique en grande partie par l'utilisation importante de la contraception par les femmes qui ne sont pas en union mais qui sont sexuellement actives (prévalence de 49 %. Voir Chapitre 4 - Planification familiale). Par ailleurs, on constate que de nombreuses femmes débutent leur vie féconde avant d'entrer en union. L'âge médian à la première naissance, qui s'établit à 18,8 ans pour l'ensemble des femmes de 25-49 ans (tableau 3.9), ne présente que peu de variations selon les caractéristiques socio-démographiques. Ainsi par rapport au milieu de résidence, l'âge médian ne varie que de 0,5 année, passant d'un minimum de 18,7 ans en milieu rural à un maximum de 19,2 ans en Abidjan. Selon la religion de la femme, les écarts sont également très faibles : minimum de 18,4 ans pour les protestantes et maximum de 19,1 pour les musulmanes. Par contre, on observe une relation positive entre le niveau d'instruction et l'âge médian à la première naissance, les femmes du niveau secondaire ou plus ayant leur premier enfant 1,4 ans plus tard que celles qui sont sans instruction (I 8,8 ans) et 2,t ans plus tard que celles de niveau primaire (18,1 ans). En outre, on peut noter que I' âge médian à la première naissance des femmes sans instruction est plus élevé de 0,7 an que celui des femmes de niveau primaire. 45 Tableau 3.9 Åge médian à la première naissance Âge médian ~ la première naissance (femmes de 25-49 ans) selon l'âge actuel et les caractèristiques socio- démographiques, EDS Cète d'Ivoire 1994 Âge actuel Åge caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 25-49 Milieu de résidence Abidjan 20,4 19,0 19,5 19,4 19,3 19,1 19,2 Forêt Urbaine 18,8 18,8 18,5 18,6 19,3 18,6 18,7 Savane Urbaine 19,2 19,2 18,7 19,9 19~4 20,6 19,2 Ensemble urbain 19,6 19,0 18,9 19,2 19,3 19,1 19,0 For~t Rurale 17,9 18,3 18,4 18,5 19,2 19,1 18,6 Savane Rurale 17,8 18,6 19,0 19,2 18,9 19,3 18,9 Ensemble rural 17,9 18,4 18,6 18,7 19,2 19,1 18,7 Niveau d'instruction Aucun 18,1 18,5 18,6 19,1 19,2 19,3 18,8 Primaire 18,5 18,1 18,2 17,7 18,9 18,1 18,1 Secondaire ou plus 19,9 20,6 20,2 20,3 20,1 20,2 Religion Catholique 19,5 18,9 19,1 18,9 19,0 18,1 18,9 Protestante 18,2 18,5 18,4 17,8 18,7 18,7 18,4 Musulmane 18,8 19,0 18,9 19,3 19,6 19,5 19,1 Sans religion 17,6 18,0 18,5 18,8 19,6 20,7 18,6 Traditionnelle 17,2 18,0 18,6 18,9 18,3 18,9 18,5 Ensemble 18,6 18,6 18,7 18,8 19,2 19,1 18,8 Note: L' åge médian pour la cohorte 15-19 ne peut ètre déterminé car de nombreuses femmes peuvent encore avoir une naissance avant d'atteindre 20 ans. 3.6 FÉCONDITÉ DES ADOLESCENTES La fécondité précoce a souvent un effet négatif sur la santé des mères et des enfants, et le risque de décéder des enfants est plus élevé Iorsqu'ils naissent de femmes très jeunes (voir Chapitre 9- Mortalité des enfants). De même les accouchements précoces augmentent le risque de décéder chez les adolescentes. On a souligné précédemment le haut niveau de fécondité des adolescentes ( 15-19 ans) qui contribuent pour 13 % à la fécondit6 totale des femmes; par ailleurs, l'âge médian à la première naissance ( 18,8 ans pour les femmes de 25-49 ans) se situe dans cette tranche d'âges. Le tableau 3.10 et le graphique 3.6 donnent, par âge détaillé entre 15 et 19 ans, les proportions d'adolescentes qui ont déjà eu un ou plusieurs enfants et de celles qui sont enceintes pour la première fois : la somme de ces deux pourcentages fournit la proportion de femmes ayant commencé leur vie féconde. On remarque que 35 % des femmes de 15-19 ans ont déjà commencé leur vie féconde : 29 % ont déjà, au moins, un enfant et 6 % sont enceintes pour la première fois. Dès 15 ans, 13 % des femmes ont déjà commencé leur vie féconde et cette proportion augmente régulièrement et rapidement avec l'âge : à 17 ans 36 % des femmes ont déjà, au moins, un enfant ou sont enceintes et, à 19 ans, trois femmes sur cinq (59 %) ont déjà commencé leur vie féconde, la grande majorité (53 %) ayant déjà, au moins un enfant. 46 Tableau 3.10 Fécondité des adolescentes Pourcentage d'adolescentes de 15 à 19 ans ayant déjh eu un enfant ou étant enceintes d'un premier enfant par caractéristiques socio-démograpbiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Adolescentes (%) qui sont: Adolescentes (%) ayant déjà Enceintes d'un commencé leur Caractéristique M~res premier enfant vie féconde Effectif Âge 15 7,5 5,0 12,5 448 16 15,7 5,5 21,2 365 17 27,6 8,0 35,6 382 18 42,8 7,5 50,3 424 19 53,0 6,2 59,2 342 Milieu de résidence Abidjan 18,0 3,2 21,2 482 Foret Urbaine 24,4 4,7 29,2 244 Savane Urbaine 19,2 4,4 23,6 207 Ensemble urbain 19,9 3,9 23,8 932 Forêt Rurale 36,5 10,0 46,5 725 Savane Rurale 35,9 5,8 41,7 304 Ensemble rural 36,3 8,8 45,1 1 029 Niveau d'instruction Aucun 33,5 6,9 40,4 91 I Primaire 29,9 7,8 37,6 686 Secondaire ou plus 13,5 2,8 16,4 365 Religion Catholique 23,0 7,1 30,1 552 Protestante 30,1 5,6 35,6 414 Musulmane 24,3 7,1 31,5 572 Sans religion 39,6 5,5 45,1 352 Traditionnelle 41,6 5,4 47,0 71 Ensemble 28,5 6,4 35,0 I 961 La précocité de la fécondité est beaucoup plus accentuée en milieu rural où 45 % des adolescentes ont commencé leur vie féconde, contre 24 % pour le milieu urbain. On constate aussi que les adolescentes qui vivent en zone de Forêt commencent légèrement plus tôt leur vie féconde que celles vivant en Savane; les proportions sont de 47 % en Forêt Rurale et 29 % en Forêt Urbaine contre 42 % en Savane Rurale et 24 % en Savane Urbaine. Au niveau de la ville d'Abidjan, 21% des adolescentes ont commencé leur vie féconde : 18 % ont déjà eu un enfant et 3 % sont enceintes de leur premier enfant. De manière générale, le niveau d'instruction est associé négativement à la précocité de la fécondité : les plus fortes proportions d' adolescentes qui sont déj à mères ou en première grossesse se trouvent chez celles qui sont sans instruction (40 %) et chez celles ayant un niveau primaire (38 %). Par contre, 16 % seulement des adolescentes de niveau secondaire ont déjà eu un enfant ou sont enceintes, soit deux fois moins que les adolescentes ayant un niveau d'instruction plus faible. Par rapport à la religion, on observe que les adolescentes de religion traditionnelle (47 %) et celles n'ayant déclaré aucune religion (45 %) débutent plus précocement leur vie féconde que les adolescentes protestantes (36 %), musulmanes (32 %) et catholiques (30 %). 47 Graphique 3.6 Adolescentes de 15-19 ans ayant commencé leur vie féconde COTE D'IVOIRE RCSlDENCE Abidjan For6t Urbaine Savane Urbaine Forêt Rurale Savane Rurale INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + I 10 20 30 40 Pourcentage 50 EDSCl 1994 Le tableau 3.1 I fournit enfin la répartition des adolescentes par âge détaillé, selon leur nombre d'enfants. On constate que parmi les adolescentes qui ont déjà eu, au moins, un enfant (29 % des femmes de 15-19 ans), près d'une sur cinq en a déjà eu deux ou plus (6 % par rapport à 29 %). Il s 'agit surtout des adolescentes les plus âgées, puisque I 1% des femmes de 18 ans et 17 % de celles de 19 ans ont déjà deux enfants ou plus. La parité moyenne augmente très rapidement avec l 'âge : elle atteint 0,3 enfants par femme dès 17 ans et une adolescente de 19 ans a déjà eu, en moyenne, 0,7 enfant. Tableau 3.1 ] Enfants nés de mères adolescentes ¢. Répartition (en ~) des adolescentes âgées de 15 à 19 ans par nombre d'enfants nés viwmts et nombre nmyen d'enfants nés vivants selon l'åge, EDS C6te d'lvoîre 1994 Nombre d'enlants nés vivants Nombre moyen d'entîmts nés Effectif Åge o I 2 ou + Total vivants d'adolescentes 15 92,5 7,5 0,0 100,0 0,07 448 16 84,3 14, I 1,6 100,0 O, 17 365 17 72,4 24.3 3,2 100,0 0,31 382 [ 8 57,2 32, I 10,7 100,0 0,56 424 19 47,0 36,4 16,6 100,0 0,72 342 Ensemble 71,5 22,4 6, I 100,0 0,36 I 961 48 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE Albert Kouamé Koffi La croissance de la population actuelle et les problèmes qui lui sont liés sont considérés comme un frein au développement socio-économique des pays sous-développés. Cette situation attire de plus en plus l'attention des pouvoirs publics. La maîtrise du mouvement naturel de la population constitue, depuis quelques années, un enjeu pour la majorité des gouvernants des pays en développement. On observe donc ces dernières années des changements de comportement en matière d'utilisation des méthodes modernes de contraception, et cela grâce aux actions en faveur de la planification familiale. Avant 1979, la planification familiale en Côte d'Ivoire était le fait de quelques personnes isolées. En 1979, a été créé l'Association Ivoirienne pour le Bien-IÊtre Familial (AIBEF) qui s'est donnée comme but de contribuer à l'amélioration de la santé maternelle et infantile par le biais de l'espacement des naissances. Jusqu'en 1990, la Côte d'Ivoire semblait ne pas s'intéresser aux problèmes posés par la croissance de sa population, faisant ainsi croire qu'elle plaidait implicitement en faveur d'une augmentation de la population. Bien que le Ministère chargé de la Santé reconnaissait l'espacement des naissances comme moyen efficace pour réduire la morbidité et la mortalité maternelle et infantile, rien n'avait été entrepris en faveur de l'intégration de la planification familiale dans les programmes de santé. L'argument de la faiblesse de la densité de la population et celui de la disponibilité de terres cultivables sur le territoire national ont été souvent évoqués pour justifier la réticence des gouvernants à l'adoption d'une politique nationale en matière de population et singulièrement dans le domaine de la planification familiale. Malgré cette attitude, les activités de planification familiale ont été tolérées et ont pu être initiées lentement, mais sûrement, surtout par les Organisations Non Gouvernementales (ONG). Il n'en reste pas moins que, comme nous le verrons dans ce chapitre, les femmes en Côte d'Ivoire pratiquent peu la contraception. C'est à partir de 1990, avec la crise économique et financière qui perdure, que le pays décide de mettre en oeuvre un programme d'ajustement des secteurs constitutifs des ressources humaines qui vise à améliorer l'efficacité des services rendus à la population et optimiser 1' allocation des ressources de 1' État. Ce programme est défini à travers la « déclaration de politique de développement des ressources humaines » qui constitue, pour l'instant, le seul cadre global officiel de référence pour l'examen des questions de population. L'EDSCI est une des rares enquêtes qui se soient intéressées au problème de la planification familiale en Cête d'Ivoire. Hormis l'Enquête lvoirienne sur la Fécondité (EIF), réalisée en 1980-1981 dans le cadre de l'Enquête Mondiale sur la Fécondité, aucune autre étude d'envergure nationale n' avait abordé jusqu' alors ce sujet. Lors de I'EDSCI 1992, les enquêtrices demandaient aux femmes interviewées quelles méthodes de contraception elles connaissaient, puis elles décrivaient les mêthodes non citées spontanément et demandaient aux femmes interrogées si elles en avaient entendu parler; enfin, si l'enquêtée connaissait une méthode, on lui demandait si elle 1' avait déjà utilisée. Par ailleurs, des questions du même type ont été posées aux hommes. L'utilisation passée et/ou actuelle de la contraception, l'intention de l'utiliser dans I' avenir et la connaissance d'un lieu où se procurer une méthode ont ainsi fait 1' objet de questions permettant de disposer d' un ensemble complet d'informations dans le domaine de la planification familiale en Côte d'Ivoire. 49 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION La pratique de la contraception suppose, au préalable, la connaissance, d'au moins, une méthode contraceptive, ainsi que d'un lieu où se la procurer. Par ailleurs, l'efficacité de la contraception dépend de la méthode utilisée. Les différentes méthodes retenues dans le questionnaire sont classées en trois catégories : les méthodes modernes, comprenant la pilule, le stérilet ou DIU, les injections, les méthodes vaginales (spermicides, diaphragme, mousses et gelées), le condom, la stérilisation masculine, la stérilisation féminine, ainsi que les implants (Norplant); les méthodes traditionnelles, incluant la continence périodique et le retrait; et les méthodes dites « populaires », comme les herbes, les racines, etc. Le tableau 4.1, illustré par le graphique 4.1, indique que plus des trois quarts des femmes (78 %) et neuf hommes sur dix ont déclaré connaître, au moins, une méthode et, à peu près la même proportion, une méthode moderne (76 % pour les femmes et 88 % pour les hommes). Ainsi la connaissance de la contraception et, en particulier, celle de la contraception moderne s'est beaucoup développée au cours des Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives Pourcentages de femmes et d'hommes, de femmes et d'hommes actuellement en union et de femmes qui ne sont pas en union et qui sont sexuellement actives, qui connaissent une méthode contraceptive selon les méthodes spécifiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Femmes Hommes Pas en union ci sexuel- Méthode En lement contraceptive Ensemble union actives Ensemble En union N'importe quelle méthode 78,4 74,2 94,1 89,6 86,9 Méthode moderne 76,2 71,5 93,2 88, I 84,6 Pilule 61,8 57,9 80,7 57,6 56,1 DIU 25,3 22,6 36,8 27,9 25,6 Injection 55,4 53,3 71.5 49,0 51,5 Méthodes vaginales 18, I 14,6 33,2 27,5 24,3 Condom 68,4 61,1 92,3 86,1 81,5 Stérilisation f6minine 39,9 36,7 55,4 47,6 48,4 Stérilisation masculine 1 1,3 9,7 15,8 21,4 20,2 lmplant/Norplant 2,6 2,3 3,0 5,6 5,9 Méthode traditionnelle 49,2 43,7 75,0 67,4 65,8 Continence périodique 45,8 40,4 70,5 62,4 60,7 Retrait 26,4 21,7 48,5 49,2 46,4 Méthode populaire 24,0 24,0 29,8 12,8 12,4 Méthode traditionnelle ou populaire 55,0 50.1 78,7 68,3 Nombre moyen de méthodes connues 67,3 Effectif 3,8 3,4 5,4 4,5 4,3 8 099 5 271 834 2 552 I 278 50 Graphique 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives par les femmes et les hommes Au = 1 mdth, moderNe~P- / / / / / / / / / / / . - - / / / / / / / / . - - / / / / / / / / / / / / / / / / / / / /~ DIU~~II~I I~~ InjectionL-JJJ~»»-JJJJJJ~»yJJz///jA i M6thodes vaginales Condom Stêrilisation fdminine Stérilisation masculine Norplant Au - 1 m~th. tradition./populaires Continence pdriodique Retrait ~J J~f J~ J J~ J J J J T JT J J J J T J~~~~~~~~~~ [ 11 Femme i 20 40 60 80 10O Pourcentage EDSCI 1994 dernières années : en effet, en 1980-1981 selon I'ETF, seulement 20 % des femmes avaient entendu parler d'une méthode contraceptive moderne (Direction de la Statistique, 1984). Si l'on considère uniquement les hommes et les femmes en union, on constate que leur niveau de connaissance est légèrement plus faible que celui de l'ensemble des hommes et des femmes, et cela quelle que soit la méthode : 78 % de l'ensemble des femmes connaissent, au moins, une méthode contre 74 % des femmes en union (ces proportions sont, respectivement, de 76 et 72 % pour les méthodes modernes); de même, 90 % de l'ensemble des hommes connaissent une méthode contre 87 % des hommes en union (pour les méthodes modernes, ces proportions sont, respectivement, de 88 et 85 %). Ce sont les femmes qui ne sont pas en union mais qui sont sexuellement actives ~ qui connaissent le plus les méthodes contraceptives (94 % pour une méthode quelconque et 93 % pour, au moins, une méthode moderne). Ce sont également les femmes de cette catégorie qui connaissent le plus de méthodes (5,4 femmes, en moyenne, contre 3,4 pour les femmes en union). Parmi les méthodes modernes, le condom est la plus connue par les deux sexes (68 % de l'ensemble des femmes et 86 % de l'ensemble des hommes). Le degré de connaissance des autres méthodes est très variable. Quel que soit le sexe, la pilule est la deuxième méthode la mieux connue (62 % des femmes et 58 % des hommes), suivie des injections (55 % des femmes et 49 % des hommes) et de la stérilisation féminine (40 % des femmes et 48 % des hommes). Par contre, la stérilisation masculine et le Norplant sont peu connus parce que les organisations non gouvernementales (ONG) qui sont responsables de la quasi-totalité de la vulgarisation des méthodes de planification familiale, n'ont pas encore introduit ces méthodes dans leurs programmes. Quelle que soit la méthode, on constate que le niveau de connaissance de la contraception moderne est plus élevé chez les hommes que chez les femmes et, parmi ces dernières, il est plus élevé chez les femmes qui ne sont pas en union mais qui sont actives sexuellement que chez celles qui sont en union. ] Sont considérées comme sexuellement actives les femmes qui ont eu des rapports sexuels dans les quatre semaines précédant l'enquête. Pour cette définition, voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse. 51 En ce qui concerne les méthodes traditionnelles, 44 % des femmes en union et 49 % de l'ensemble des femmes en connaissent, au moins, une contre respectivement 67 et 66 % des hommes. La continence périodique est, de loin, la méthode traditionnelle la plus connue : 46 % de l'ensemble des femmes et 62 % de l'ensemble des hommes l'ont citée. Le tableau 4.2 présente, pour les hommes et les femmes en union, le niveau de connaissance des méthodes contraceptives selon différentes caractéristiques socio-démographiques. En ce qui concerne l'âge, on constate que, chez les femmes, le niveau de connaissance le plus élevé correspond au groupe d' âges 20-29 ans (79 % pour l'ensemble des méthodes et 77 % pour les méthodes modernes). Chez les hommes, ce sont ceux de 15-24 ans qui connaissent le plus les méthodes contraceptives (99 %) et, en particulier, les méthodes modernes (97 %). Du point de vue du milieu de résidence, ce sont les femmes du milieu urbain (89 % contre, 66 % en milieu rural), et particulièrement celles qui résident en Abidjan (92 %), qui connaissent le mieux les méthodes. Il en est de même pour les hommes dont 95 % de ceux d'Abidjan connaissent, au moins, une méthode. Selon le niveau d'instruction, on constate que pratiquement toutes les femmes qui ont fréquenté l'école (99 % de celles de niveau secondaire et 95 % de celles qui ont le niveau primaire) connaissent, au Tableau 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives modernes par caractéristiques socio-démographiques Pourcentage de femmes et d'hommes actuellement en union qui connaissent au moins une méthode de contraception moderne, par caractéristiques socio-démographiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 Femmes Hommes Connaît Connaît Connaît Connaît une méthode une méthode Caractéristique méthode moderne Effectif méthode moderne Effectif Groupe d'îges 15-19 73,0 71,2 517 100,0 100,0 Il) 20-24 81,2 79,3 1 008 99,1 96,2 78 25-29 78,2 75,3 1 178 93,9 92,2 192 30-34 76,5 73,4 993 92,2 90,7 279 35-39 70,6 67,8 676 93,0 91,2 218 40-44 64,6 61,3 503 84,7 81,0 178 45-49 58,6 54,5 395 84,0 81,2 127 50-59 64,0 61,2 196 Milieu de résidence Abidjan 91,7 90,8 960 94,6 93,5 257 Foret Urbaine 85,7 83,4 540 92,2 92,2 112 Savane Urbaine 85,9 84,5 414 92,6 91,5 98 Ensemble urbain 88,8 87,4 1 914 93,6 92,7 466 Forêt Rurale 72,7 69,3 2 277 86,9 84,2 561 Savane Rurale 51,7 47,9 I 080 74,6 70,5 251 Ensemble rural 65,9 62,4 3 357 83,1 79,9 812 Niveau d'instruction Aucun 64,9 61,2 3 685 76,9 73,2 676 Primaire 94,5 93,7 1 100 96,9 95,4 283 Secondaire ou plus 98,8 98,6 486 99,3 99,3 319 Religion Catholique 85,9 83,4 1 029 93,7 93,3 272 Protestante 88,6 86,2 820 96,0 96,0 175 Musulmane 69,1 65,9 2 002 82,2 79,8 498 Sans religion 66,0 63,9 I 074 85,1 79,8 214 Traditionnelle 60,4 56,3 347 81,1 77,0 119 Ensemble des femmes 74,2 71,5 5 271 86,9 84,6 1 278 52 moins, une méthode; parmi les femmes n'ayant aucun niveau d'instruction, 65 % seulement connaissent une méthode et 61%, une méthode moderne. Chez les hommes sans instruction, le niveau de connaissance est plus élevé que chez les femmes, mais 77 % seulement connaissent une méthode et 73 % une méthode moderne. Selon la religion, ce sont les protestantes et les catholiques qui sont les mieux informées (respectivement, 89 et 86 % pour l'ensemble des méthodes). Dans la majorité des couples 2, les deux conjoints connaissent, au moins, une méthode (69 %) et une méthode moderne (65 %) (tableau 4.3). Les méthodes les mieux connues sont, par ordre d'importance : le condom (57 %), la pilule (42 %) et les injections (37 %). Tableau 4.3 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples Répartition (en %) des couples par connaissance de la contraception, selon les m6thodes contraceptives spécifiques, EDS Côte d'Ivoire 1994 L'homme La femme L'homme et connaît, connaît, Aucun des la femme la femme l'homme deux ne Méthode connaissent non non connaît Total N'importe quelle méthode 68,6 18,8 4,5 8,1 100,0 Méthode moderne 65,4 19,6 5,6 9,4 100,0 Pilule 42,4 13,8 16,1 27,8 100,0 D1U 12,5 13,6 10,4 63,4 100,0 Injection 37,2 16,6 17,0 29,2 100,0 Méthodes vaginales 7,3 16,8 6,4 69,5 100,0 Condom 56,6 25,0 4,8 13,7 100,0 Stérilisation féminine 23,9 24,8 12,4 39,0 100,0 Stérilisation masculine 2,1 17,2 6,5 74,2 100,0 Implant/Norplant 0,3 5,0 2,5 92,2 100,0 Méthode traditionnelle 35,5 29,0 6,5 29,0 100,0 Continence périodique 32,0 26,7 6,8 34,5 100,0 Retrait 17,1 27,9 5,4 49,7 100,0 Méthode populaire 3,8 9,5 18,4 68,3 100,0 Méthode traditionnelle ou populaire 40,5 26,1 7,8 25,6 100,0 Note : Ce tableau porte sur les I 033 couples identifiés Dans près d'un cas sur dix (9 %), le mari et la femme sont ignorants vis-à-vis de la contraception moderne, notamment du Norplant (92 %), de la stérilisation masculine (74 %), des méthodes vaginales (70 %) et du DIU que 63 % des couples ignorent. En outre, quand la connaissance diffère à l'intérieur du couple, on peut noter que c'est presque toujours le mari qui connaît la contraception et non sa femme (19 %), alors que l'opposé - la femme connaît et pas son mari

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.